Bulletin 55 ( PDF - 3.3 Mo)

Bulletin 55 ( PDF - 3.3 Mo)
P
ASSOCIATION GEORGES
Bulletin n° 55
Décembre 2009
Bibliothèque de l'Arsenal-1 rue de Sully -75004 PARIS
Tél.: 01 53 01 2546 - Fax: 01 53793946
http://groups.google.com/groupllistegeorgesperec
R
E
C
ASSOCIATION GEORGES PEREC
ASSOCIATION GEORGES PEREC
Bulletin n° 55
Décembre 2009
Bibliothèque de l'Arsenal
1, rue de Sully - 75004 Paris
Tél. : 01 5301 25 46 - Fax : 01 53 01 25 07
Dessin de couverture : droits rèservès
Sommaire
Éditorial ........ ........... .. .. ......................... ....... 1
Parutions .................. .. ........ ......................... 2
Publications, articles, ètudes .. .. .. .. ............... 4
Colloques, dèbats, interventions .. .. .. .......... .7
Manifestations ............................................. 7
Thèâtre ...... .......... .. ....................... .. ....... ......8
À l'Universitè .. .. .. .. .......................... ............. 8
Audiovisuel ....................................... ........... 8
1nternet ....................... ..... .................... .. .... 10
Rèférences et hommages ......................... 12
Varia .. ... ...... .. ....... ..... ................................. 17
Documents ......... ......... .. ............................ 19
EDITORIAL
Chers amis,
On trouvera dans les pages qui suivent
une nouvelle rubrique venant bousculer,
une fois n'est pas coutume, l'ordre quasiment immuable qui régit l'organisation
de ce Bulletin. Elle est intitulée
« Documents }) et contient une contribution de Sonia Pérez Bagués sur une facette énigmatique de La Disparition.
Cette rubrique, si elle pouvait perdurer,
pourrait remplacer de façon intéressante
les anciens résumés des communications au séminaire qui apportaient à notre publication des points de vue nouveaux sur les recherches et études perecquiennes. Elle peut être pérennisée :
le Bulletin réservera désormais cet espace pour accueillir les communications
éventuelles des étudiants et chercheurs
qui voudront donner un aperçu de leurs
travaux en cours non encore publiés, le
résumé d'une intervention orale ou d'un
article paru ici ou là. Par ces contributions d'un autre genre, le Bulletin pourrait dépasser la dimension presque exclusivement collectrice qu'il possède
pour s'ouvrir vers d'autres horizons. La
porte est ouverte.
Merci ...................................................... ... 20
Publications en vente ................................ 21
Philippe Didion
Renouvellement des cotisations ............. .. 23
1
1
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
2
ASSOCIATION GEORGES PEREC
PARUTIONS
En France
Dans un hors-série Ouin 2008) de Capital intitulé « L'aventure de l'économie
racontée par les grands écrivains »,
parmi lesquels Balzac, Proust, Gorki,
Albert Londres, Houellebecq, Beigbeder,
et Zola, figure Georges Perec. Une photo de Perec est insérée, comme les susnommés, sur la première de couverture,
sous celle de Marcel Proust et en symétrique à l'horizontale d'une photo d'Émile
Zola. Dans le sommaire un sous-titre
reprend : « Le triomphe de la consommation » p. 48-50, avec le texte suivant :
« Les objets, exacts reflets de nos désirs », par Georges Perec. Le texte retenu est un extrait des Choses, depuis :
« Où auraient-ils pu trouver plus exact
reflet de leurs goûts, de leurs désirs ? »
jusqu'à « Encore avaient-ils cette chance
de n'être pas, loin de là, les plus mal
lotis. » Mention de la source de la citation : Les Choses, une histoire des années soixante, éditions Juilliard, 1993
[sic] .
Anthologie de l'OuliPo, édition de Marcei Bénabou et Paul Fournel (Gallimard,
2009) reprend plusieurs textes de Perec.
Alain Zalmanski en fait ici la présentation : « Rien de plus normal que de voir
figurer Georges Perec et nombre de ses
textes dans une anthologie de l'Oulipo.
Effectivement c'est Georges Perec qui
ouvre le ban avec « Qu'est-ce que la
littérature potentielle? » "puis 35 variations sur un thème de Marcel Proust.
Suivent au hasard de la compilation 14
autres textes allant de What a man à "X
prend Y pour Z", la table des matières de
La Vie mode d'emploi, des extraits de
Vœux ou de Belles absentes. Mais en
dehors de ces 16 textes signés Perec
(un record, Queneau ne bénéficiant que
de 9 textes) c'est un hommage constant
de la plupart des Oulipiens vis-à-vis d'un
des plus créatifs d'entre eux, à la fois
théoricien, romancier, novelliste et
poète. En effet de très nombreux textes
d'autres Oulipiens, excusés pour cause
de décès ou non, font référence à Georges Perec et le citent explicitement dans
leurs textes. J'ai compté plus de 40 citations de ce genre dont l'hommage de
Luc Etienne (( Ce repère Perec »), Jacques Jouet « Les sept règles de Perec ») et Italo Calvino (( Piccolo sillabario illustrato ») .. . Je me demande si
cette anthologie ne détient pas le record
de citations de Georges Perec dans un
ouvrage à grande diffusion. Bien sûr,
hors ces citations, l'anthologie est un
ouvrage dense, remarquable d'éclectisme, qui fait honneur au Penser/Classer par son organisation et qui
rassemble une foule de textes jusqu'ici
épars ou inédits. » A propos de ce recueil, Le Monde des 21-22 juin 2009
mentionne La Disparition et Télérama (8
juillet) nomme Perec parmi les « figures
tutélaires de l'Oulipo ». Marcel Bénabou
et Paul Fournel sont venus présenter le
livre dans l'èmission Tout arrive (France
Culture, 7 juillet). Marcel Bénabou a
évoqué le projet PALF, conduit avec
Georges Perec, et a été interrogé sur sa
présence en tant que personnage de La
Disparition. Paul Fournel quant à lui a
parlé de la réception de La Disparition.
Par ailleurs, certaines des 35 variations
sur un thème de Marcel Proust ont été
lues et commentées par les participants.
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
3
ASSOC IATION GEORGES PEREC
A l'étranger
« Le papier roi », article de Georges Perec paru dans Arts-Loisirs n° 56 (19 octobre 1966) est repris dans l'anthologie
établie par Henri Blondet : Arts. La
culture de la provocation 1952-1956
(Tallandier, 2009). La présence de Perec
dans ce recueil a été soulignèe par Raphaël Sorin sur son blog Lettres ouvertes en date du 24 juin et par Jérôme
Garcin dans Le Nouvel Observateur du
2-8 juillet 2009.
Georges Perec figure au sommaire de la
partie « Textes et entretiens » de la revue L'Arc (n° 79, 1980) consacrée à
Flaubert et rééditèe par les éditions Inculte (2009). Le texte en question doit
être « Emprunts à Flaubert ».
Les éditions Autrement ont sorti en août
2009 Quelques-unes des choses qu'il
faudrait tout de même que je fasse, texte
de Georges Perec, illustrations de Bruno
Gibert. L'ouvrage a fait l'objet d'une
chronique dans Télérama (18 novembre). Présentation sous ce lien :
http://'N'NW.autrement.com/ouvrages.php
?ouv=2746713017
Le dernier livre d'Umberto Eco, Vertige
de la liste (Flammarion, 2009) contient
une anthologie littéraire de 75 textes
(Dante, Whitman, Kipling, Calvino, Perec, Rimbaud ... ). Perec est citè deux fois
dans le chapitre « Excès cohérent » à
propos d'extraits de Je me souviens, en
regard des Tuileries de Peter Blake, et
d'un extrait de Tentative d'épuisement
d'un lieu pans/en, en
regard
d'Immeubles en copropriété de Jean
Dubuffet.
Publication récente de trois traductions
de La Vie mode d'emploi: - en turc :
Yasam kullanma kilavuzu, traduction
d'Ismail Yerguz, Ankara, IMGE Kitabevi
(reprise de la traduction déjà publiée par
d'autres éditeurs) - en portugais (Brésil) : A vida modo de usar, traduction
d'Ivo Barroso, Sao Paulo, Companhia
das letras (édition de poche)
- aux Etats-Unis: Life A User's Manual,
traduction de David Bellos, édition revue
et corrigée, Godine, [septembre] 2009.
Aux Etats-Unis toujours:
- The Machine (Die Maschine), traduction d'Ulrich Schbnherr, in Review of
Contemporary Fiction XXIV/1, Spring
2009 (réédition augmentée et mise à
jour du numéro « Perec » de 1993)
- Thoughts of Sorts (Penser/Classer),
traduction de David Bellos. Godine, [septembre] 2009.
La traduction en castillan de Quel petit
vélo ... est sortie en juin 2009. Elle est
due à Marisol Arbués et Hermes Salceda et s'intitule (, Qué pequeFIO ciclomotor
de manillar cromado en el fondo deI patio ? (Alpha Decay, Barcelone, 2009).
On notera que le titre comporte bien 11
mots, comme l'original.
Signalons également la parution de la
traduction suédoise de W ou le souvenir
d'enfance sous le titre Weiler minnet av
barndomen (traduction de Sture Pyk),
aux éditions Modernista, Stockholm,
2008.
Über die Kunst seinen Chef anzusprechen und ihn um eine GehaltserhOhung
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
4
ASSOCIATION GEORGES PEREC
zu bitten, traduction allemande de L'Art
et la manière d'aborder son chef de service ... par Tobias Scheffel, (Klett-Cotta,
Stuttgart, 2009).
La traduction en russe de La Vie mode
d'emploi par Valéry Kislov est également
parue.
On peut par ailleurs télécharger deux
livres du traducteur hollandais de La
Disparition, Guido van de Wiel. Le premier, 't Manco 'n gebreksaanwijzing
(( La disparition, manque de preuves »)
explicite les astuces de sa traduction.
L'autre, 't Manco, 'n schatkist (( La disparition, coffre au trésor »), est une analyse de l'œuvre, dont dépendent évidemment les options de traduction. Le
tout est en néerlandais.
http://www.arbeiderspers.nl/web/Mediab
ank-artikel-pagina/Dossier-artikelpaginaNertaling-t-Manco.htm
L'Augmentation et L'Art et la manière
d'aborder son chef de service.. . sont
rassemblés en un volume en Espagne :
El aumento, seguido de El arte de abordar a su jefe de servicio para pedirle un
aumento. Traducci6n y postfacio de Pablo Moino Sanchez. Précédés d'une
« Nota dei editor » et d'une « Nota dei
traductor » (Ségovie, La uNa RoTa,
2009). Ce volume comprend donc les
deux versions du texte: pièce de théâtre
et organigramme, dont le schéma est
publié en v.o. et en castillan.
D'aprés Books. L'actualité par les livres
du monde, n° 10, novembre-décembre
2009, « la traduction polonaise de La Vie
mode d'emploi, publiée en 2002, s'était
arrachée en quelques jours. Wawrzyniec
Brzozowski, le traducteur, avait reçu un
prix. Après quoi le livre est devenu
une "légende", écrit le magazine Polityka : impossible à trouver en librairie, il se
vendait à prix d'or. Il a été réédité au
printemps 2009, dans une version améliorée. »
A paraître
Aux Etats-Unis : The Raise (L 'Augmentation), traduction de David Bellos, in
Mainframe Experimentalism , éd. H. Higgins & D. Kahn. California UP, 2010.
Au Royaume-Uni : Ways and Means ....
(L 'Art et la manière ... ), traduction de David Bellos, London, Vintage Classics,
[mars] 2011.
La parution en serbe des Choses par
Jelena Novakovic est également annoncée.
Par ailleurs, un enregistrement CD de
Die Maschine est en préparation à Tübingen.
PUBLICATIONS, ARTICLES, ÉTUDES
Mireille Hilsum, « La contrainte et l'excés
dans W ou le souvenir d'enfance de
Georges Perec » et Florence Godeau,
« Ascèses excessives : de quelques perecritures - au cube » in Lionel Verdier &
Gilles Bonnet (dir.), L'Excès, signe ou
poncif de la modernité? (Paris, Kimé,
coll. Les Cahiers de Marge n° 6, 2009,
393 p.). Présentation sur le site Fabula :
http://www.fabula.org/actualites/article31
574.php
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
5
ASSOCIATION GEORGES PEREC
Myoung-Sook Kim, Imaginaire et espaces urbains. Georges Perec, Patrick
Modiano et Kim Sung-ok (L'Harmattan,
coll. Littératures comparées, 2009). Présentation sur le site de l'éditeur :
http://www.editionsharmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=li
vre&no=28197
Dominique Bertelli, « La fabrique de
l'événement littéraire : l'exemple de La
Vie mode d'emploi » dans la revue
Communication et langages n° 159 (Nec
plus, mars 2009).
Cécile de Bary, « Récits d'Ellis Island
(Georges Perec). Des récits contestés », Cahiers de Narratologie n° 16
(Revues électroniques de l'université de
Nice), mis en ligne le 26 mai 2009.
URL :
http://revel.unice.fr/cnarra/document.html
?id=942
Le volume XXIX/1 de The Review of
Contemporary Fiction (printemps 2009)
est intitulé "Georges Perec Issue". Le
sommaire est disponible ici :
http://www.dalkeyarchive.com/catalog/sh
ow_review/89
Chloé Chalumeau, « Le Moyen Âge
mode d'emploi. Résurgences médiévales dans La Vie mode d'emploi de Georges Perec », dans Nathalie Koble et Mireille Séguy éd ., Passé présent. Le
Moyen Âge dans les fictions contemporaines, Editions Rue d'Ulm, 2009, p. 99110.
Le chapitre 15 de Comment parler de la
société de Howard S. Becker (La Dé-
couverte, 2009) est intitulé « Georges
Perec, tentatives de description sociale », lequel est assorti de la note suivante : « Ce chapitre reprend dans sa
quasi totalité le texte de Howard S. Becker "Sociologie, sociographie : Perec et
Passeron", publié in J-L Fabiani (dir.), Le
Goût de l'enquête : pour Jean Claude
Passeron, L'Harmattan 2001 , p 289-311 ,
repris également in Howard S. Becker,
Paroles et musique, livre disque,
L'Harmattan, 2003 ».
Claudia Amigo Pino, « Les derniers 53
jours de Georges Perec. L'impossibilité
d'écrire en abyme », Genesis n° 29, juillet 2009.
Frédéric Marteau, « L'obsession grammatographique - Ponge, Perec, Jabés »,
dans la revue en ligne Textimage n° 3
(été 2009) : « A la lettre (XXe siècle) » :
http://www.revuetextmage.com/04_aJa_
lettre/marteau1 .html
Andrew Leak : « Écrire le banal : les
"lieux communs" de Georges Perec », in
Dominique Rabaté & Dominique Viart
(dir.), Écritures blanches (Saint-Étienne :
Publications de l'Université de SaintÉtienne, coll. Travaux-Centre interdisciplinaire d'études et de recherches sur
l'expression contemporaine. Lire au présent, août 2009). Présentation sur Fabula :
http://www.fabula.org/actualites/article32
719.php
Véronique Montémont, « Queneau, Perec, Duras : trois manières de boire dans
le roman français » dans la revue en
ligne COnTEXTES n° 6 : « Qui a lu boi-
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
6
ASSOCIATION GEORGES PEREC
ra. Les alcools et le monde littéraire )}
(septembre 2009), lisible ici :
http://contextes.revues.org/index4525.ht
ml
Bernard Magné, « L'intertextualité dans
la genése de l'autobiographie perecquienne )} dans Le moi et ses modèles.
Genèse et transtextualités de Catherine
Viollet et Véronique Montémont (Academia-Bruylant, 2009), pp.141-154.
Jean-Louis Jeannelle, « Perec et le divers de l'histoire littéraire. Sur Le Voyage
d'hiver)}, dans Jean-Louis Jeannelle éd.,
Fictions d'histoire littéraire, La Licorne,
n° 86, Rennes, Presses Universitaires
de Rennes, 2009, p.171-194.
Benoît Berthou, « L'échiquier de La Vie
mode d'emploi: Georges Perec et le
"cavalier polygraphe")}, in Le jeu
d'échecs comme représentation : univers
clos ou reflet du monde? sous la direction d'Amandine Mussou et Sarah Troche, (éditions Rue d'Ulm - NumiLog,
2009). Ce volume électronique est disponible sur le site NumiLog, librairie numérique, (www.numilog.fr) et se trouve
présenté sur le site Fabula:
http://www.fabula.org/actualites/article33
415.php
Ghazi Karmaoui, « Trois romans écrivent
le sud: espace narratif ou espace alternatif? (Roger Vailland, La loi; Georges
Perec, Les Choses; J.-M. G. Le Clézio,
Désert) )} in La littérature française au
croisement des cultures, Travaux de
littérature, vol. XXII, sous la direction de
Madeleine Bertaud (Association pour la
Diffusion de la Recherche Littéraire, diffusion Droz, 2009).
Le dernier ouvrage de Michaël Ferrier,
Japon : la barrière des rencontres (éditions Cécile Defaut, Nantes, 2009),
comporte un chapitre intitulé « Japon,
Mode d'emploi. Perec et le Japon )},
pp. 49-94.
Maryline Heck, « La place du corps dans
l'écriture autobiographique : Chêne et
Chien de Raymond Queneau et W ou le
souvenir d'enfance de Georges Perec)}
in Raymond Queneau et le corps, Actes
du colloqueneau de Nancy (Daniel Delbreil éd.), éditions Calliopées, 2009.
Dominique Rabaté, « L'individu et l'importance collective. Réflexions à partir
des Choses de Perec)} dans La Fabrique du Français moyen. Productions
culturelles et imaginaire social dans la
France gaullienne (1958-1981), François
Provenzano & Sarah Sindaco (dir.), Le
Cri / CIEL-ULB-ULg, Bruxelles, 2009.
Présentation sur Fabula:
http://www.fabula.org/actualites/article33
570.php
Chiara Nannicini Streitberger, La Revanche de la discontinuité. Bouleversements
du récit chez Bachmann, Calvino et Perec (Peter Lang, New York, 2009).
Les Inrockuptibles du 20 octobre 2009
(n° 725) reprennent dans la section
« Machine arrière » un article de Christophe Conte de novembre 1974, « Perec
culbute Proust de bonheur », sur les variations autour de l'incipit proustien, variations parues pour la première fois
dans le Magazine littéraire de l'époque.
Manet van Montfrans, « Perec, Roussel
et Proust : trois voyages extraordinaires
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
7
ASSOCIATION GEORGES PEREC
à Venise)} , Marcel Proust Aujourd'hui,
n° 7, Sjef Houppermans, Manet van
Montfrans, Annelies Schulte Nordholt e.
a. (éds), Amsterdam/New York, Rodopi,
2009, pp. 140-157.
Rémi Schulz, « Déjà midi et toujours pas
de négres ! )}, article comprenant un long
développement sur les citations
d'Agatha Christie dans La Vie mode
d'emploi, in revue Teckel n° 4 (Les
Contrebandiers éditeurs, hiver 2009).
Plus ancien :
Disponible en ligne, le volume 23 (n° 12, été-automne 1990) de la revue Etudes
littéraires intitulé « Georges Perec:
écrire/transformer)}, sous la direction de
Bernard Magné:
http://www.erudit.org/revue/etudlitt/1990/
v23/n 1-2/index.html
COLLOQUES, DÉBATS, INTERVENTIONS
Au colloque « Architecture et Littérature)} qui s'est tenu au Centre culturel
international de Cerisy-la-Salle du 1er au
8 septembre 2009, il a été question de
Perec dans deux communications (ainsi
que dans plusieurs débats) :
- Alain Schaffner, « De Passage de Milan à La Vie mode d'emploi, l'immeuble
comme archétype de la fiction narrative)} ;
- Jean-Luc Joly, « Espaces d'espéces :
Georges Perec et Gordon Matta-Clark)}.
Le 16 novembre 2009 s'est tenue à
l'Auditorium du Louvre une soirée lecture
sur le thème « Tentative d'épuisement
de l'œuvre de Georges Perec » avec les
membres de l'Oulipo et Carole Bouquet
qui a lu « un florilège formé de listes extraites de l'ensemble de l'œuvre de Perec, en particulier de La Vie mode d'emploi et de Tentative d'épuisement d'un
lieu parisien. L'équipe de l'Oulipo, au
grand complet, s'est donné trois
contraintes - Perec, Eco et la liste - pour
se livrer à ses exercices d'écriture » (site
du Musée du Louvre). Une brève référence à Perec se trouve dans une interview d'Umberto Eco donnée au magazine du Louvre Grande Galerie n° 9
(septembre-octobre-novembre
2009),
dans une autre, du même, parue dans
L'Express Styles n° 3042 (22-28 octobre
2009) et dans une troisième de Christian
Boltanski et Jacques Roubaud donnée à
Beaux Arts Magazine n° 305 (novembre
2009).
Le 17 octobre 2009, Anne Savelli, au
cours d'une visite lecture à la Bellevilloise (Paris), a lu un extrait d'Espèces
d'espaces.
MANI FEST ATIONS
Le spectacle « Allegro ricordando»
d'Ami Flammer, donné à la MC93 de
Bobigny le 10 janvier 2009 était présenté
comme un Je me souviens musical.
Au Campo San Polo à Venise, hors
Biennale, s'est tenue du 22 mai au 28
novembre 2009 une exposition d'art polonais du siècle passé intitulée « Awake
and dream » (( Svegliati e sogna »). Le
texte du commissaire, l'historien d'art
Andrzej Turowski, dans le catalogue,
est entièrement construit à partir de Perec (( Roussel et Venise », Un Cabinet d'amateur, La Vie mode d'emploI).
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
8
ASSOCIATION GEORGES PEREC
A Nantes, le 29 août 2009, dans le cadre
des Rendez-vous de l'Erdre et devant un
auditoire d'un millier de personnes,
Jean-Marc Quillet, musicien et chanteur
du groupe Big Band Tous Dehors s'est
livré à une improvisation oulipienne sur
le nom de Georges Perec, auquel il a
ensuite associé les porteurs de l'étoile
jaune, dont la mère de l'écrivain.
Il a été question de Perec et notamment
de Cantatrix sopranica L. au cours de la
séance publique organisée par le Collège de 'Pataphysique le 22 novembre
2009 dans l'Auditorium de la Cité des
Sciences et de l'Industrie (Paris) à
l'occasion de la Fête de la Science.
Plus ancien.
L'exposition « Regarde de tous tes yeux,
regarde. L'art contemporain de Georges
Perec » a fait l'objet d'un article dans la
revue Art 21 (n° 19, septembre-octobre
2008).
THÉÂTRE
L'Augmentation a été donnée dans le
cadre du Festival du mot à La Charitésur-Loire (27 mars-1 er juin 2009), dans
une mise en scène d'Anne-Laure Liègeois, « mise en scène délirante » selon
Le Monde du 3 juin. Anne-Laure liégeois en parle dans La Terrasse n° 162
Uuin 2008), l'article est accessible sur
Internet à cette adresse :
http://IN'NW.journal-laterrasse.fr/annelaure-liegeois-1-3178-1 .html
Georges Perec figurait au programme du
spectacle « Jeux de langues / le retour »
donné par Pierre Ascaride du 8 au 31
juillet 2009 au Petit Louvre dans le cadre
« off» du Festival d'Avignon.
Le Théâtre Douze-Maurice Ravel (Paris)
donnera L'Augmentation dans une mise
en scène de Catherine Defay du 8 janvier au 7 février 2010. Des détails pratiques ici :
http://IN'NW.theatredouze .fr/theatredouze/
detail.asp?id=31
À L'UNIVERSITÉ
Maryline Heck a soutenu sa thèse
consacrée à l'inscription du corps dans
l'œuvre de Georges Perec, Le Corps à la
lettre. Lecture de l'œuvre de Georges
Perec, le 5 juin 2009 à l'université de
Bordeaux 3. Cette thèse a été dirigée
par Dominique Rabaté. Le jury était
constitué de Claude Burgelin, Tiphaine
Samoyault, Alain Schaffner et Bernard
Vouilloux.
AUDIOVISUEL
Ali Magoudi, auteur de La lettre fantôme
(Minuit, 1996), a parlé de Perec dans
l'émission Jeux d'archives (France
Culture) du 21 mai 2009. Ses propos
étaient illustrés par un extrait de l'Atelier
de création radiophonique intitulè « Nouvel intercalaire pour Georges Perec »
(France Culture, 1992).
« Son manuel de vie, c'est La Vie mode
d'emploi, de Perec », Michel Quint parIant d'un personnage de son dernier livre, Les Joyeuses (Stock, 2009) dans La
librairie francophone (France Inter, 13
juin 2009).
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
9
ASSOCIATION GEORGES PEREC
Le 5 juillet 2009, Françoise Treussard,
productrice de l'émission, a accueilli lan
Monk dans la bande des Papous dans la
tête (France Culture) en le présentant
comme le traducteur de trois romans de
Perec.
Traducteur de Pastior et de Perec, Jürgen Ritte a évoquè ce dernier et Wou le
souvenir d'enfance à la fin de l'émission
Affinités électives (France Culture, 9 juillet 2009) consacrée à la correspondance
de Proust.
Maurice Olender, directeur de la collection « La Librairie du XXl e siècle » au
Seuil a parlé de Georges Perec à
l'occasion de son passage dans Les matins de France Culture le 16 juillet 2009.
La chaîne Cinécinéma Club a diffusé Un
homme qui dort, film de Bernard
Queysanne et Georges Perec, en juillet
2009 (courte critique dans Télérama du
15 juillet).
Il a été question de Perec dans
l'émission Du jour au lendemain (France
Culture, 23 juillet 2009) où Gérard Gavarry était venu parler de son livre Expérience d'Edward Lee, Versailles (P.O.L,
2009).
On a pu entendre dans l'émission Des
papous dans la tête (France Culture, 26
juillet 2009) un enregistrement de Georges Perec lisant un texte de Boby Lapointe, enregistrement datant de 1980.
Chloé Delaume faisant visiter son chez
elle dans Vingt-quatre heures dans la vie
de .. . (France Culture, 9 août 2009) :
« Queneau, Perec, Racine, Vian, je
garde. Le reste, je fais circuler. »
Une courte enquête filmée sur le « Je
me souviens n° 141 » due à Charles
Josselin est visible sous ce lien :
http://IN'NW.archive.org/details/JeMeSouv
iensN141
France Culture a rediffusé dans ses programmes d'été 2009 quelques émissions
de la série Le bon plaisir de .. .Deux numéros ont concerné, par moments,
Georges Perec: celui de Maurice Pons
(25 août, émission du 1'3 juin 1998 avec
Suzanne Lipinska) et celui de François
Caradec (27 août avec Jacques Roubaud).
Le 29 août 2009 sur France Inter Hervé
Le Tellier a évoqué rapidement mais
efficacement la problématique des
contraintes chez Perec dans l'émission
Un livre dans la poche.
« Je me souviens de Georges Perec qui
disait je ne sais plus où "Je fais des réussites au lieu d'écrire W' », une phrase
de Marie Darrieussecq invitée de
l'émission 24 heures dans la vie de ...
sur France Culture le 30 août 2009.
L'écrivain a par ailleurs évoqué les liens
qu'entretient son œuvre avec celle de
Perec, sa thèse qui le concernait partiellement et ses parents qui faisaient les
mots croisés du Point.
Au cours de sa chronique quotidienne
sur France Culture le 7 septembre 2009,
Jean-Louis Ezine a fait un rapprochement entre L'homme qui ne voulait plus
se lever, recueil de nouvelles de David
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
10
ASSOCIATION GEORGES PEREC
Lodge, et Un homme qui dort de Georges Perec.
tanski, invités, ont parlé de Georges Perec.
Il a été question de Perec et surtout des
Choses dans l'émission L'Atelier littéraire (France Culture, 13 septembre
2009) à propos de Honecker 21, roman
de Jean-Yves Cendrey (Actes Sud,
2009).
Les critiques de l'émission Jeux
d'épreuves (France Culture, 7 novembre
2009) ont trouvé des correspondances
entre Pièces importantes et effets personnels de la collection Leonore Doolan
et Harold Morris comprenant livres, prêtà-porter et bijoux ... de Leanne Shapton
(éditions de l'Olivier, 2009) et Les Choses. Le 21 novembre, c'est La Disparition qui était mentionnée dans l'émission
à propos de C'est maintenant du passé,
un livre de Marianne Rubinstein (Verticales, 2009).
Dans le cadre de l'Atelier de Création
Radiophonique, France Culture a diffusé
le 20 septembre 2009 Jour 54 par Pierre
Jodlowski, un opéra radiophonique
d'après « 53 jours » de Georges Perec.
L'émission était annoncée dans un article paru dans Télérama du 16 septembre. La même émission, le 11 octobre,
intitulée « Le méridien de Paris : une
randonnée sonore », performance radiophonique de Frank Smith et Philippe
Langlois réalisée par Lionel Quantin,
était également placée sous le signe de
Perec. Présentation sur le site de
l'émission :
http://sites.radiofrance.fr/chaines/francecu Itu re2/emiss ions/acr/fiche.php?diffusio
njd=76360
Enfin, le 25 octobre, l'Atelier a rediffusé
Tentative de description de choses vues
au carrefour Mabillon suivi des extraits
d'inventaires lus par Claude Piéplu. A ce
sujet, signalons un article sur « Georges
Perec et la radio » publié le 23 octobre
sur le site Syntone :
http://syntone.over-blog.org/articlegeorges-perec-et-Ia-radio37869317.html
Le 31 octobre 2009, le thème du 7-9 du
samedi était « vertige de la liste ». Alain
Rey, Jacques Roubaud et Christian Bol-
Dans le cadre de la manifestation « Le
mois du film documentaire », le Pavillon
Carré de Baudoin, (Paris) a présenté le
21 novembre 2009 trois films « autour de
Georges Perec » : En remontant la rue
Vilin (Robert Bober), La vie filmée 19301934 (Michel Pamart &Claude Ventura,
commentaire de Perec) et Rue de Crimée (Eric Watt). Ce dernier film, dédié à
Georges Perec, est un inventaire des
gens et boutiques rencontré le long de la
rue. Présentation des films à partir de ce
lien ... : http://www.moisdudoc.coml
.. . et compte rendu de la séance sur le
blog de Françoise Granger :
http://francesca.over-blog.org/articlegeorges-perec-encore-et-toujours39818209.html
Georges Perec et ses rapports avec
l'Oulipo étaient au menu de la discussion
entre Laure Adler et Jacques Roubaud
le 23 novembre 2009 sur France Culture
dans l'émission Hors-champs.
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
ASSOCIATION GEORGES PEREC
INTERNET
lan Monk, Homage To Georges Perec:
An Entertainment in Six Univocalisms
(( several unpublished oulipian texts by
Perec's English translator lan Monk »), à
découvrir ici :
http://www.partal.com/vademecumleng/II
ibres/1 .html
Michel Volkovitch évoque Perec au sujet
du Journal intime d'un marchand de canons de Philippe Vasset (Fayard, 2009)
dans le numéro 66 de ses Pages
d'écriture (mars 2009) :
http://www.volkovitch.com/0903.htm
Philippe de Jonckheere évoque rapidement Perec et ce que celui-ci aurait fait
de l'outil Internet dans une page de son
Bloc-notes du désordre en date du 12
mai 2009.
http://www.desordre.netlblog/blog .ph p3?
debut=2009-05-10#2035
Simon Brousseau parle du travail de
Philippe de Jonckheere à partir de Tentative d'épuisement d'un lieu parisien sur
le site NT2 (( Nouvelles technologies
nouvelles textualités) : http://www.labont2.uqam.calrecherches/cahier/article/qu
elques_dialogues_aux_confins_du_d%C3
%A9sordre_de_philippe_dejonckheere
Rémi Schulz poursuit son travail
d'investigation sur son blog Quaternité
dans les trois articles suivants :
http://quaternite.blogspot.com/2009/05/d
ecor-corde.html
http://quaternite.blogspot.com/2009/05/m
eguilat-peretz. html
11
http://quaternite.blogspot.com/2009/05/c
hasse-chas.html
Le site Espèce d'espace d'Agnès Leblanc comprend une partie intitulée
« Exercice de styles »
http://a.leblanc5.free .fr/Communs/exerci
cedestyles.pdf qui, comme son titre l'indique, s'inspire de Raymond Queneau,
qui contient
plusieurs
pastiet
ches d'écrivains, entre autres, NicoleLise Bernheim et Mireille Cardot, Arnaut
Daniel, Gustave Flaubert, Molière,
Georges Perec, Jacques Roubaud,
Claude Simon.
•
Dans une chronique publiée sur le site
Arrêt sur image (20 juin 2009), Alain
Korkos décortique la notion d'ekphrasis
en parlant du roman de Pierre Michon
Les Onze et mentionne le travail de
Georges Perec sur le sujet dans La Vie
mode d'emploi et Un cabinet d'amateur.
Sur le même site (7 août 2009), Alain
Rey, interrogé par Anne-Sophie Jacques
sur la nécessaire mais douloureuse suppression de certains mots d'un dictionnaire, rappelle le modèle du tueur de
mots de La Vie mode d'emploi.
http://www.arretsurimages.netl(site
payant)
Le 13 juin 2009, Thomas Baumgartner a
mis en ligne sur franceculture.com une
variation
Twitter
sur
Tentative
d'épuisement d'un lieu parisien : « Je me
suis installé aujourd'hui au Carrefour des
Gobelins, lieu animé, entre 14h20 et
16h20. Et j'ai twitté et décrit. M'imposant
la contrainte supplémentaire d'utiliser la
totalité des 140 caractères impartis par
le formatTwitter ... » :
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
12
ASSOCIATION GEORGES PEREC
http://blog.liminaire.fr/postl2009/06/13/T
wentative-d-epwisement-d-un-lieuparisien-par-Thomas-Baumgartner
Georges Perec est cité régulièrement
sur le site Images des Mathématiques
(du CNRS), http://images.math.cnrs.fr/
Par exemple dans l'article de Pierre de la
Harpe sur les cartes publié le 15 juillet
2009 :
http://images.math.cnrs.fr/Coloriages-decartes-mathematiques.html
« Variations ... » en date du 16 août :
http://images.math.cnrs.frNariationsGoldbach-obstinations.html
« Classer », en date du 20 août :
http://images.math.cnrs.fr/Classer.html
« Quelques vies plus ou moins brèves
de Jacques Roubaud » en date du 8
octobre:
http://images.math.cnrs.fr/Quelquesvies-plus-ou-moins-breves.html
Signalons également les articles plus
anciens
http://images.math.cnrs.fr/Letheoreme-du-perroquet-port-et. html
et le portrait de François Le Lionnais par
Olivier Salon
http://images.math.cnrs.fr/Francois-LeLionnais-un-erudit.html ainsi que les
commentaires
http://images.math.cnrs.fr/spip.php?page
=forum&id_article=313
Dans le même domaine, Michèle Audin
mentionne Perec dans un article paru
sur le site de l'Université de Strasbourg:
http://www-irma.ustrasbg .fr/-maudi n/poldevie.pdf
Le site remue.net (billet du 22 juillet
2009)
présente
l'exposition
des
« Listes » de Claire Terrai à Avignon.
Claire Terrai y est qualifiée de « grande
lectrice de Perec » et celui-ci apparaît à
deux reprises dans une « liste de listes »
qui suit la présentation.
http://remue .netlspip.php ?article3333
A voir : cinq « Variations topographiques
(autour de Georges Perec) » dues à Erika Thomas, cinéaste et plasticienne :
http://erikathomas.free.fr/aff/autres .php?i
13
ASSOCIATION GEORGES PEREC
Note concernant cette rubrique: tous les
liens recopiés ci-dessous étaient actifs
au moment de la rédaction du Bulletin.
La vie mouvante d'Internet ne garantit
cependant pas une efficacité éternelle.
Rappelons également l'existence d'une
liste d'échanges consacrée à Perec et
accessible ici :
http://groups.google.com/group/listegeor
gesperec
d=O
aux grands auteurs (Hugo, Molière, Perec ... ) ».
Selon Le Monde des livres (12 juin
2009), « les chroniques de Jacques Gaillard [Qu 'il était beau, mon Meccano!,
Mille et une nuits, 2009) sont un régal
d'intelligence et d'humour mis au service
d'un travail pertinent sur la mémoire du
quotidien, quelque part entre Perec, Barthes et Alexandre Vialatte. »
RÉFÉRENCES ET HOMMAGES
Un extrait de Récits d'Ellis Island se
trouve sur le blog d'Anne-Marie Emery
Pour le meilleur et pour le lire à la date
du 27 septembre 2009 :
http://pourlemeilleuretpourlelire.hautetfor
t.com/livre/
Il est question de Perec et d'Espéces
d'espaces sur le site de Jean-Claude
Bourdais, Journal de Thiron-Gardais, à
la date du 30 septembre 2009.
http://www.jcbourdais.netlindex.html
Dans ses Pages d'écriture d'octobre
2009, Michel Volkovitch évoque la poésie du cinéaste Michel Deville « dont les
goûts très larges vont de La Fontaine, on
s'en doutait, à Perec ».
http://www.volkovitch.com/
Francis Grossmann voit des similitudes
entre Georges Perec et l'écrivain américain Philip Roth. C'est sur son site Ciscob log à la date du 18 octobre 2009 :
http://lesitedefrancis.blogspot.com/
Georges Perec apparaît régulièrement
sur le blog d'Anne Savelli intitulé Fenêtres Open Space :
http://fenetresopenspace.blogspot.com/
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
« C'est son Je me souviens », avis du
Figaro Magazine (10 avril 2009) sur Le
pire, c'est la neige de Jacqueline Demornex (Sabine Wespieser, 2009).
Le Nouvel Observateur (16-22 avril
2009) présente le groupe « Inculte » et
rappelle que ce collectif est à l'origine
des rééditions des numéros de L'Arc
« sur Perec, Sartre ou Lévi-Strauss ».
Au tour de Pierre Lescure d'égrener ses
« Je me souviens» dans un article du
magazine Studio Ciné Live (n° 5, juin
2009) intitulé « Je me souviens de quelques Cannes» et surmonté du chapeau
suivant : « Personne n'a trouvé mieux
que Perec pour égrener des souvenirs
comme des bornes. Alors, puisqu'il a
inventé et codifié le genre, ne cherchons
pas à innover en banalisant. Simplement, je m'y colle. »
Le Figaro littéraire du 11 juin 2009
consacre un petit article à l'Anthologie
des jeux avec les mots d'Alfred Gilder
(Le Cherche Midi, 2009) dans laquelle
« on en apprend beaucoup sur ces facétieuses pirouettes langagières chères
« Parfois, on y voit la matrice de La Vie
mode d'emploi de Perec (description
d'un immeuble étage par étage, pièce
par pièce) ). Où ça? Réponse : dans
Berlin Alexanderplatz d'Alfred Doblin,
d'après Yann Moix qui en chronique la
nouvelle traduction (Gallimard, 2009)
dans Le Figaro littéraire du 25 juin 2009.
On trouve dans le Times Literary Supplement du 26 juin 2009 un compte rendu par Lucasta Miller du livre de Margaret Drabbe The Pattern in the Carpet. A
Personal History with Jigsaws (Atlantic
Books, 2009). Perec y est mentionné
deux fois dans l'article et le livre pour
le Bartlebooth de La Vie mode d'emploi
et pour La Disparition. Article en ligne
ici :
http://entertainment.timesonline.co.uk/tol
larts_and_entertainmentlthe_tls/article65
83487.ece
« Les romans français contemporains
ne font pas du storytelling, sauf ceux de
Guillaume Musso. Il existe un terme bien
plus joli pour définir sa mission : la "racontouze" chère à Perec », phrase tirée
de la chronique de Frédéric Beigbeder
intitulée « Les raconteurs d'histoires »
dans Lire de juillet-août 2009.
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
14
ASSOCIATION GEORGES PEREC
Quelques précisions sur Les jongleurs
de mots de Patrice Delbourg (Ecriture,
2009), simplement mentionné dans le
numéro précédent du Bulletin : de Villon
à Devos, Patrice Delbourg classe les
jongleurs de mots en sept familles.
Georges Perec fait partie de celle des
« bricoleurs du lexique », à côté de Michaux, Lapointe ou Gainsbourg . A ce
titre il est cité en quatrième de couverture, dans la table des matières, trois
fois dans la bibliographie et bien sûr
dans les pages 551 à 556 qui lui sont
consacrées
avec
le
sous-titre
« Polygraphe champion ».
Le Monde des livres (3 juillet 2009) évoque Georges Perec et sa Tentative
d'épuisement d'un lieu parisien à propos
de la réédition de Bécon-Ies-Bruyères
d'Emmanuel Bove (Cent pages, 2009),
exemple de littérature considérée
comme
« un
simple
instrument
d'enregistrement, comme un œil mécanique au milieu de la vie ».
Accroche de la critique du film Bancs
publics (Bruno Podalydès) dans Télérama du 8 juillet 2009 : « Comédie en kit
sur l'inconfort moderne. Entre Tati et
Perec, le Versailles doux dingue de Bruno Podalydès ». Dans l'article, il est
question du E d'une enseigne lumineuse
qui ne clignote plus, transformant le magasin Brico Dream en Brico Dram, un
« gag visuel qui unit Jacques Tati et le
Georges Perec de La Disparition ».
Tiré de Poèmes de Paris, anthologie
concoctée par Jacques Jouet (Parigramme, 2009), p. 91 : « En dépit de la
chronologie, l'éprouvé de Charles Cros a
15
ASSOCIATION GEORGES PEREC
probablement lu Un homme qui dort de
Georges Perec. »
idiot sélectionnés par Marc Lemonnier
(City éditions, 2009).
« On a le sentiment d'être dans les années 70, entre un film de Sautet et un
roman de Perec », jugement de Libération (20 août 2009) sur Assez parlé
d'amour d'Hervé Le Tellier (Lattès,
2009). Le Magazine littéraire (n° 490,
octobre 2009) trouve que les héros du
livre « souffrent, comme ceux des Choses de Perec, d'une insatisfaction chronique» . Perec est d'ailleurs mentionné
deux fois dans le roman.
Perec apparaît à deux reprises dans La
littérature française: les grands mouvements littéraires du XX· siècle, présentés
par Carole Narteau et Irène Nouailhac
(Librio Mémo, 2009).
personnage de Georges Perec dans La
Vie mode d'emploi qui toute sa vie espère la pièce manquante de son puzzle?
R. Au début, j'avais le goût de l'accumulation, aujourd'hui, non. Je cherche la
pièce manquante, je veux seulement
combler le vide ».
Michel Clavel cite Georges Perec au
moins deux fois, par un pinacogramme
de Gilles Esposito-Farèse et dans la bibliographie (Mots croisés), dans son Petit livre à offrir à un amoureux des mots
(Tana éditeur, 2009).
Dans la nouvelle édition des Œuvres
complètes de Lautréamont en Pléiade
(Gallimard, 2009), Jean-Luc Steinmetz
place en exergue de son introduction
une citation d'Un homme qui dort : « Le
temps qui connaît la réponse ».
A l'initiative du conseil de quartier Belleville et des habitants, une grande fresque en hommage à Georges Perec a été
réalisée sur les murs de la bibliothèque
Couronnes, situèe au 66, rue des Couronnes dans le y:xearrondissement de
Paris. La fresque, due à l'artiste Federica Natalutti est présentée sur le site Belleville-Village.com.http://www.bellevillevillage.com/spip.php?article1689
Patrick Modiano évoque Perec à plusieurs reprises dans une interview figurant dans le dossier que lui consacre Le
Magazine littéraire (n° 490, octobre
2009).
Le 27 août 2009, tiré de Libération, dans
la critique du livre de Jean-Yves Cendrey Honecker 21 (Actes Sud, 2009) :
« On passe alors d'une satire perecquienne des Choses aux vapeurs toxiques d'A rebours ».
Une citation d'Espèces d'espaces
(( vivre c'est passer d'un espace à un
autre en essayant le plus possible de ne
pas se cogner ») figure sur la couverture
du livre de Michel Lussault De la lutte
des classes à la lutte des places (Grasset, coll. Mondes vécus, 2009). L'auteur,
invité de l'émission Vivre sa ville (France
Culture, 17 octobre 2009), a explicité
son choix en parlant de Perec comme
d'un maître de la géographie des espaces.
On note plusieurs mentions de Perec
dans Histoire de chambres, un livre de
Michelle Perrot (Le Seuil, La librairie du
Y:Xle siècle, 2009).
La Disparition fait partie des 201 livres
qu'il faut avoir lus pour ne pas mourir
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
Le mathématicien Benoît Rittaud, intervenant au cours de la première journée
de cours donnée à l'Université populaire
de Bondy (Seine-Saint-Denis) le 1er octobre 2009, a mentionné Georges Perec
et La Disparition.
Pierre Assouline mentionne Perec dans
sa chronique du Monde des livres
(2 octobre 2009) au sujet de la maison
d'édition P.O.L
Interview d'Umberto Eco dans Télérama
(7 octobre 2009) : Q. « Est-ce que le
collectionneur que vous êtes cherche
l'accumulation ou bien est-il comme le
A la librairie des Mille-Feuilles (Paris), le
13 octobre 2009, Yannick Haenel a déclaré s'être rendu compte en relisant
Perec (particulièrement Wou le souvenir
d'enfance) qu'on peut dire des choses très vraies sur la shoah en inventant une histoire sur la disparition et que
c'est ce qui l'avait convaincu de s'autoriser à écrire son roman, Jan Karski (Gallimard, 2009). La même remarque a été
reprise par Haenel dans un entretien
accordé au supplément livres de Libération du 22 octobre. Maurice Nadeau,
premier éditeur de Perec, a également
parlé de celui-ci au cours d'une rencontre organisée dans la même librairie
le 17 novembre.
« Du Nouveau Roman et de Georges
Perec, François Bon a gardé le goût de
l'inventaire aride, de la présence brute
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
16
ASSOCIATION GEORGES PEREC
du monde matériel », chronique du Figaro littéraire (22 octobre 2009) sur
L'incendie du Hilton de François Bon
(Albin Michel, 2009).
Tiré du Monde (27 octobre 2009), article
de Philippe Ridet, « Lettre d'I talie : La
nostalgie en ligne fait recette » :
« [Quatre jeunes Turinois] se sont mis
en tête de recueillir les souvenirs des
Italiens nés avant 1940. Le projet, baptisé "Banque de la mémoire", leur vaut la
curiosité bienveillante des historiens, des
sociologues et des journalistes [.. .]. Aujourd'hui, un millier de témoignages filmés ont été mis en ligne. Un livre-DVD,
10 mi ricordo ("Je me souviens", éditions
Einaudi), a été publié il y a un mois. Le
site (15 000 visites par jour) connaît désormais une dizaine de déclinaisons à
l'étranger (France, Espagne, Canada ... ). » Rappelons que Je me souviens
de Georges Perec avait été traduit en
son temps par Roberta Delbono et publié à Turin chez Bollati Boringhieri sous
le titre Mi ricordo (sans pronom sujet).
Extrait d'un article d'Antoine Gallimard,
« E-book, la grande braderie » dans Le
Monde (31 octobre 2009) : « Dans l'un
de ses plus fameux récits oulipiens,
Georges Perec avait fait disparaître la
lettre E. Aujourd'hui, c'est la voyelle ellemême qui, prononcée à l'anglaise, semble tenir sa revanche, en prenant l'ascendant sur le livre ».
On trouve un « Je me souviens» d'Anne
Roumanoff, humoriste, dans sa chronique du Journal du Dimanche (1 er novembre 2009).
Frédéric Beigbeder, lauréat du Prix Renaudot 2009 « s'est dit aussi flatté de
recevoir un prix qui a récompensé
Voyage au bout de la nuit, de Céline, et
Les Choses, de Georges Pérec », Le
Monde (4 novembre 2009).
Georges Perec fait partie, avec Marcel
Proust, Alfred de Musset ou José Maria
de Heredia des grands auteurs pastichés et ayant commis des pastiches référencés dans le Répertoire des pastiches et parodies littéraires des XIX· et
XX· siècles de Paul Aron &Jacques Espagnon (Presses Universitaires Paris
Sorbonne, 2009). Il fait l'objet de sept
entrées comme pasticheur (La Vie mode
d'emploi et Cantatrix sopranica L.) et
comme pastiché (Camille Abaclar dans
« El desdichado », Grégoire Direz dans
« Pyramidales », Daniel Joly dans « Le
mammouth, à la manière de ... », les
élèves de Ressons-sur Metz dans « A la
manière de », Pierre Rival dans Tiens on
dirait du Pouchkine .0. Dans ce dernier
ouvrage (èditions Blanche, 1999), les
pastiches ne sont pas attribués et font
l'objet d'un jeu concours QCM en encart.
Georges Perec est proposé trois fois.
Sabine Audrerie (La Croix, 10 novembre
2009) écrit à propos du roman de Gwénaëlle Aubry Personne (Mercure de
France, 2009) : « Placé sous la double
figure d'Antonin Artaud et de Georges
Perec, Personne est un portrait de son
père psychotique. »
Jean Audouze, astrophysicien, parle du
spectacle Je me souviens de Sami Frey
comme de sa « dernière immense émotion» dans un entretien donné au
Monde (15-16 novembre 2009).
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
17
ASSOCIATION GEORGES PEREC
Plus ancien.
Deux mentions de Perec figurent dans
Julio Cortazar l'enchanteur de Karine
Berriot (Presses de la Renaissance,
1998).
Patrice Delbourg, dans la préface à son
livre Les Désemparés. 53 portraits
d'écrivains (Le Castor Astral, 1996), attribue à Georges Perec une des justifications de l'emploi du nombre 53 du soustitre.
Perec apparaît à deux reprises dans
L'équation de KOlmogoroff, biographie
du mathématicien Wolfgang Dëblin (fils
d'Alfred, l'auteur de Berlin Alexanderplatz) due à Marc Petit (Ramsay, 2003).
La première fois dans une évocation de
Cinoc, personnage de La Vie mode
d'emploi, à propos de la prononciation
du nom « Dëblin » que Wolfgang orthographiait « Doeblin », la seconde, plus
banale, en énonçant que « peut-être, un
inventaire à la Perec serait une manière
plus fidèle de décrire la vie de Wolfgang. »
La revue Histoires littéraires n° 29 (Du
Lérot, janvier-février-mars 2007) contient
plusieurs mentions de Georges Perec :
- dans « 2007, année impaire » de Michel de Notre-Dame qui note que c'est le
vingt-cinquième anniversaire de la mort
de Perec
- dans « Le fonds Jacques Bens à la
Bibliothèque de l'Arsenal » de Sabine
Coron et Bertrand Tassou qui indiquent
que les archives de Jacques Bens « ont
rejoint les fonds de ses amis Georges
Perec et Noël Arnaud » et accompa-
gnent leur article d'une photo non créditée représentant « Jacques Bens et
Georges Perec au théâtre de Nice »
- dans la rubrique « Livres reçus», plus
précisément dans les recensions de Paris dans la littérature française d'après
1945 de Marie-Claire Bancquart (La Différence, 2006) et de Les supercheries
littéraires et visuelles. La tromperie dans
la culture française sous la direction de
Catherine Emerson et Maria Scott (Peter
Lang, 2006) qui contient deux études sur
l'œuvre de Perec : « Du roman comme
machine à égarer les soupçons : 53
jours » par Isabelle Dangy et « Le bruissement rêvé d'une lettre rêvée : Wou le
souvenir d'enfance » par Alexandre
Prstojevic.
D'après les mêmes Histoires littéraires
n° 32 (octobre-novembre-décembre
2007), « Bernard Magné expose les rapports entre Perec et l'informatique »
dans Mesures et démesure dans les
Lettres françaises au XX· siècle. Théâtre. Surréalisme et avant-gardes. Informatique littéraire. Mélanges offerts à
Henri Béhar (Champion, 2007).
Dans le n° 33 de la même revue Uanvier-février-mars 2008), on note la « très
bonne tenue de Perec et de Proust »
pour ce qui est des études, articles et
travaux recensés dans la Revue
d'histoire littéraire de la France, hors
série, Bibliographie de la littérature française. Année 2006 (PUF, 2007). La présence de Perec dans Genèse et autofiction (Academia Bruylant, 2007, voir le
Bulletin n° 52 de juin 2008) est signalée,
ainsi que le fait que l'ouvrage de Michel
Sirvent Georges Perec ou le dialogue
des genres (Rodopi, 2007, voir le Bulle-
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
18
ASSOCIATION GEORGES PEREC
tin n° 51 de décembre 2007) a été sollicité mais non reçu par la revue.
On note quatre citations à propos de
lipogrammes, de titres en lettres de l'alphabet (VV) , de l'Oulipo avec un encadré
sur le palindrome dans Friandises littéraires de Joseph Vebret (Ecritures,
2008).
Georges Perec est présent dans Le goût
de la marche, une anthologie de Jacques Barozzi (Mercure de France,
2008).
Perec est cité trois fois dans Souvenirs
sur Sofia Kovalevskaya de Michéle Audin (Calvage & Mounet, 2008) à propos
de réminiscence d'Espèces d'espaces
(introduction), d'un style éveillant l'imagination (p. 62), de l'astéroïde 2887 -Perec
(p. 67). On y trouve aussi plusieurs citations bibliographiques : La Disparition,
Je me souviens, La Vie mode d'emploi,
Espèces d'espaces.
état de la volonté partagée par les deux
auteurs de « faire surgir un réalisme critique inspiré de Lukacs )} dans l'univers
du roman.
Peter Schulman « s'intéresse aux figures
romanesques de l'excentricité de jadis,
de naguère et d'aujourd'hui. [.. .] Il les
traque chez quelques personnages de
Queneau, de Perec [.. .] )} in The Sunday
of Fiction, The Modern French Eccentric
(Purdue University Press, West
Lafayette, Indiana, Purdue Studies in
Romance Literature, vol. XJ<V, 2002).
Source : Les Cahiers de l'Institut n° 1
(Institut International de Recherches et
d'Exploration sur les Fous Littéraires,
2008).
Le Correspondancier du COllège de 'Pataphysique. Viridis Candela, 8e série,
n° 5 (septembre 2008) souligne la présence de citations de Perec dans le Méli-Vélo de Paul Fournel (Le Seuil, 2008).
VARIA
Dans les Cahiers des Amis de Valery
Larbaud (n° 43, Presses Universitaires
Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, 2008),
Elizabeth Ch. Visuvalingam établit des
parallèles à propos des « récits de soi )}
entre Larbaud et « la trilogie KafkaPerec-Gandhi )}. Source : Histoires littéraires n° 34 (du Lérot, avril-mai-juin
2008) qui s'interroge sur cette « salade
de noms jetés au hasard )} .
Matthieu Remy signe un article sur
« Jean-Patrick Manchette et le polar de
la société consumériste )} dans le n° 11
de Temps noir, « La Revue des littératures Policières )} (Joseph K. , mai 2008). Il
Ymentionne Les Choses de Perec et fait
La carte de présentation des Editions
Berline-Huber-Vortex (Lille) est un portrait crayonné de Georges Perec.
La bibliothèque médiathèque de Gagny
(Seine-Saint-Denis) porte le nom de
Georges Perec, tout comme la salle 23
du lycée Georges-Brassens, 40, rue
Manin, dans le 1ge arrondissement de
Paris.
Question posée par Le Nouvel Observateur (16-22 avril 2009) : « Qu'y a-t-il de
commun entre le romancier Georges
Perec et Alain-Gérard Slama, chroniqueur au Figaro? )} La réponse est très
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
19
ASSOCIATION GEORGES PEREC
décevante : « Une chose au moins: la
disparition. Chez le premier, disparition
de la lettre e tout au long du roman qui
porte ce nom ; chez le second, disparition du nom de Nicolas Sarkozy dans un
essai dont il est le passager clandestin. )}
Titre d'un article du Nouvel Observateur
(19 juin 2009) consacré au film Sablésur-Sarthe, Sarthe réalisé par Paul Otchakovsky-Laurens (( l'éditeur de Perec,
Duras, Daney et Carrère )}) : « Ma vie,
mode d'emploi ».
Avis de Josyane Savigneau dans Jeux
d'épreuves (France Culture, 27 juin
2009) à propos des « Je me souviens )}
alignés par Gérard Genette dans Codicille (Le Seuil, 2009) : « Je me souviens,
je n'en peux plus, les parodies de Je me
souviens je n'en peux plus, il y a
soixante-douze mille personnes qui l'ont
fait, je n'en peux plus. )}
Rome, 6 août 2009 (dépêche AFP) « Catherine Deneuve a été copieusement sifflée mercredi soir dans un festival culturel de Toscane (nord) rapporte
jeudi la presse italienne, le public ayant
été irrité semble-t-il d'un texte largement
dit en français. Les spectateurs mécontents ont obtenu d'être dédommagés
par les organisateurs qui ont dû faire
appel à la police pour maintenir le calme.
A l'issue de la lecture du texte Je me
souviens de Georges Perec par l'actrice
française et par l'acteur italien Michele
Placido, spectacle présenté en avantpremière mondiale au 30 e festival La
Versiliana de Lucques, le public, sans
doute dérouté parce que la pièce ètait
largement en français, s'est déchaîné en
sifflets et cris de protestation. 'Voleurs ...
remboursez, remboursez', ont hurlé environ 200 des spectateurs qui se sont
massés devant les billetteries, nécessitant l'intervention des forces de l'ordre.
La foule n'a accepté de quitter les lieux
qu'après la proposition des organisateurs d'assister gratuitement à un autre
spectacle du festival. 'Peut-être que Catherine Deneuve devrait faire un effort et
jouer en italien' lors des prochaines représentations si un système de soustitres n'est pas mis en place, a admis
son compagnon sur scène Michele Placido, interviewé jeudi sur la chaîne Sky.
Recueil de souvenirs accompagnés de
chansons et d'images des années 50, 60
et 70, le spectacle de 40 minutes en
français et en italien de Renato Giordano
se voulait, ironie du sort, un hommage à
l'actrice française. )}
Les éléves du lycée Geoffroy-SaintHilaire d'Etampes (Essonne) se sont
mobilisés contre les directives de leur
nouveau proviseur qui leur interdit le port
du short et autres vêtements courts en
lançant des « journées du short)} . Dans
un article paru le 16 septembre 2009
sous le titre « Le short de la révolte flotte
sur un lycée d'Etampes )} , Le Monde
rappelle que « dans ce lycée sont passés l'écrivain Georges Pérec, mais aussi
le militant d'extrême gauche Pierre
Goldman. )}
Le cahier Livres de Libération du 17 septembre a publié une « analyse approfondie de la rentrée littéraire française après
numérisation et traitement des 659 nouveaux romans de l'automne )} qui
contient ce paragraphe : « Alphabet: la
lettre "e" apparaît 64,5 millions de fois,
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
20
ASSOCIATION GEORGES PEREC
en net repli sur la rentrée 2008
(72,8 millions). Le plus bas historique
date de 1970: les occurrences romanesques du ne" étaient tombées à moins
de 59 millions, sans doute sous
l'influence de Georges Perec qui avait
publié La Disparition quelques mois auparavant. Il est vrai aussi qu'on éditait
moins de livres à l'époque. Fait singulier: les rentrées à faible taux de "e" sont
en général suivies d'hivers doux. »
Un hommage à Perec intitulé « Je ne me
souviens pas » figure sur le site
Soanne.net :
http://www.soanne.net!Je-ne-mesouviens-pas
Le vendredi 15 octobre 2009, au Jeu des
mille euros sur France Inter, les candidats ont su nommer l'écrivain ayant
composé un roman n'utilisant pas la
voyelle e.
Un site typographique propose plusieurs
polices de caractères portant le nom de
Perec
.
http://www.pampatype.com/php/2008/Tip
ografias%200LD.php
Titre de la chronique de Yann Moix au
Figaro littéraire du 5 novembre 2009 :
« La vie moderne, mode d'emploi ».
On signale la publication par l'Atelier
Marie Laurencin de Montfavet (Vaucluse) d'un « Je me souviens ». Le livre
a été écrit dans l'Atelier « Papier de
Soi » dont on peut trouver le lien à
l'adresse:
http://ateliersart.free.fr/marieJaurencin.h
tml
Plus ancien.
« Il fallait savoir passer l'éponge. Quel
jeune homme n'a jamais fait de bêtise ? .. . Et puis il avait des circonstances
atténuantes, un orphelin, un enfant à qui
on avait donné la vie sans mode
d'emploi. » Pascal Garnier, Les hauts du
bas (Zulma, 2003).
DOCUMENTS
l'énigme bulgare de La Disparition
Description du document :
Le document se compose de deux pages mécanographiées portant les cotes
d'inventaire 86,3,2 et 86,3,3.
La première page se compose de deux
textes : le premier, écrit en caractères
cyrilliques bulgares et saisi entre guillemets, correspond au fragment apertural
du roman La Disparition (( Anton Voyl
n'arrivait pas à dormir. Il alluma. [... ]
avant qu'il ait pu l'assaillir. ») Le second
est une translittération approximative en
caractères latins du premier (n'utilisant
pas l'alphabet phonétique international ni
les translittérations en usage pour
l'alphabet cyrillique). Sur la seconde
page figure un texte français dont tout
laisse à penser qu'il est la traduction du
texte bulgare. Alors que le texte bulgare
est lipogrammatique (la voyelle « e » [qui
correspond au phonème [E] fermé du
mot français « bref »] est effacée), le
texte français ne l'est pas. Par ailleurs le
texte français , visiblement traduit par un
traducteur maîtrisant malle français,
comme en témoignent de nombreuses
fautes d'orthographe et maladresses
stylistiques, contient quatre corrections
manuscrites de la main de Perec. Ces
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
21
ASSOCIATION GEORGES PEREC
corrections ne visent pas à restituer le
lipogramme, elles sont plutôt une tentative d'amender quelques imperfections
sémantiques du texte. On notera une
étrangeté : le bulgare « kanala na Sankt
Martin » est traduit par : « canal Sankt
Martin » sans que Perec ait corrigé cette
anomalie. Il est pourtant plus que probable que le canal dont il s'agit soit bien le
canal parisien, et non un canal existant
dans une ville russe ou d'Europe centrale.
Hypothèses sur le texte bulgare : Ou
bien ce texte est un original qui aurait
servi de source à Perec pour l'écriture
de ce fragment. Ou bien il s'agit de la
traduction du texte de Perec lui-même,
auquel cas le texte français de la
deuxième page ne serait qu'une rétrotraduction de contrôle destinée à permettre à Perec de contrôler la qualité
sémantique de la traduction bulgare.
Plusieurs éléments plaident en faveur de
cette seconde hypothèse. L'analyse graphématique du texte bulgare montre la
présence de plusieurs caractères graphiques antérieurs à la réforme orthographique de 1945 : d'une part le signe
dur en finale de mot b et d'autre part, le
« jus bol'choi », ou « grand JUS » . Cela
signifie que le texte n'a pas pu être écrit
en Bulgarie en raison de l'application
stricte de la réforme orthographique par
le régime communiste, mais qu'il a nécessairement été écrit, ou bien en Bulgarie avant 1945, ou bien hors de Bulgarie
après cette date, mais par un Bulgare
émigré qui continuait à utiliser l'ancien
système graphique. Cette personne aurait eu entre 40 et 50 ans au moment de
la gestation du roman de Perec et possédait une machine à écrire contenant
les anciens caractères, ce qui n'a rien
pour surprendre. L'hypothèse de
l'émigré est la plus vraisemblable, ne
serait-ce que parce que jamais n'a été
évoquée la possibilité d'une source intertextuelle étrangère pour ce fragment du
roman.
Néanmoins, plusieurs éléments troublants nous plongent dans la perplexité:
- D'une part, le nom du personnage est
Voyl dans le texte bulgare, et le prénom
Anton n'apparaît pas, alors qu'il eût été
lipogrammatique en bulgare : pourquoi
cette absence si le texte bulgare est une
traduction de l'original perecquien ? Ou
faut-il croire que le texte bulgare est la
traduction d'une étape génétiquement
antérieure de ce fragment de La Disparition?
- D'autre part, le nom Voyl n'est pas inconnu dans les cultures de l'Europe centrale (nous avons pu constater son emploi comme prénom en Serbie) et le prénom Anton, d'origine allemande est extrêmement répandu en Bulgarie.
- La présence des guillemets est troublante : elle marque plutôt la citation d'un
texte existant que la prise en charge directe par un traducteur de sa propre traduction.
Conclusion : Quoique tout indique que
Perec aurait demandé à un Bulgare de
lui livrer une traduction lipogrammatique
du début du roman, la possibilité que
Perec se soit inspiré du bulgare pour
écrire son propre texte n'est pas nulle:
le signe dur correspond peu ou prou à la
voyelle finale atone du français, et par
ailleurs le graphème interdit dans le
texte bulgare a précisément la même
forme que la lettre « e » du français. Il
convient donc de poursuivre l'enquête
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
22
ASSOCIATION GEORGES PEREC
afin de s'assurer que le texte bulgare est
bien l'œuvre d'un traducteur bulgare et
non pas la production originale d'un « lipogrammeur )} bulgare qui aurait écrit un
texte inédit probablement à la fin du XIX·
ou au début XX· siècle.
Remerciements:
La plupart des informations concernant
le bulgare nous ont été gracieusement
fournies par le Professeur Jean Breuillard, université de Poitiers, et par
l'aimable entremise du Professeur Serge
Rolet, université de Lille 3.
Que tous ceux dont le nom a été oublié
veuillent bien nous pardonner.
Sània Pérez Bagués, étudiante de Master 2 Recherche, université de Lille 3
Merci
Les personnes suivantes nous ont
adressé des renseignements pour la
constitution de ce Bulletin ou des documents qui ont rejoint notre fonds: Eric
Angelini, Michèle Audin, Sània Pérez
Bagués, Eric Beaumatin, David Bellos,
Marcel Bénabou, François Bon, Roland
Brasseur, Elisabeth Chamontin, Alain
Chevrier, Pierre Cohen-Hadria, Danielle
Constantin, Denis Cosnard, Caroline
Didion, Ludmila Duchêne, Jacques EImalem, Michaël Ferrier, Jacques Gaudier, Christine Gérard, Pierre Getzler,
Françoise Granger, Marc Guastavino,
Jean-Benoît Guinot, Hans Hartje, Maryline Heck, Jean-Luc Joly, Joël Lambolez,
Agnès Leblanc, Bernard Magné, Joëlle
Molina, Véronique Montémont, Manet
van Montfrans, Laurent Ollivon-Casier,
Paulette Perec, Christian Ramette, Robert Rapilly, Christelle Reggiani, Hermes
Salceda, Jean-Pierre Salgas, Françoise
Simonet-Tenant, Rémi Schulz, Alain
Zalmanski.
Bulletin n° 55 - Décembre 2009
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising