Télécharger - Radio Télévision Suisse Romande

Télécharger - Radio Télévision Suisse Romande
aZ_djgcVaYZhhdX^‚i‚hYZ
gVY^dY^[[jh^dcZiYZi‚a‚k^h^dc
YZaVhj^hhZgdbVcYZ
OCTOBRE /
NOVEMBRE 2013
N° 178
RENCONTRE
Joël Robert,
rédacteur en chef
adjoint RTS Sport
radio-multimédia
À L’ANTENNE
La fiction à la RTS
TECHNOBUZZ
La RTS à portée
de main
L’INVITÉE DES SRT
Verena Villiger,
directrice du Musée
d’art et d’histoire de
Fribourg (MAHF)
COLLOQUE NATIONAL SSR
UNE JOURNÉE POUR SE PENCHER SUR LE
FINANCEMENT DU SERVICE PUBLIC
AUDIOVISUEL SUISSE AUJOURD’HUI ET DEMAIN
MEDIATIC 178_last.indd 1
Une publication de la
www.rtsr.ch
02/10/13 19:07
RAPIDO
ÉDITO
Par Marc-Alain Langel
Président du jury du Prix des SRT
2013 et président SRT Neuchâtel
La première édition
du Prix des SRT
COUP DE CŒUR
Les Suisses
P
Nous les Suisses, d’où venons-nous? Qui sommes-nous? Où allons-nous?
En novembre 2013, les différentes chaînes
de radio et de télévision de la SSR s‘interrogeront sur la création, le présent et le futur
de la Suisse et des habitants de notre pays.
Dans les quatre régions et dans les quatre
langues nationales, des journalistes de la
SSR réaliseront de nombreuses émissions
en abordant ce thème sous des angles différents, en profondeur, mais sans négliger
l‘humour et le divertissement, dans le but
d‘expliquer, de commenter et de débattre de
l‘identité suisse. Le public sera bien entendu
invité à contribuer en ligne au mois thématique de la SSR.
La pièce maîtresse du mois des Suisses sera
la diffusion de quatre films décrivant des
personnalités qui ont marqué l‘histoire nationale à des moments décisifs de l’existence
du pays: Werner Stauffacher, Hans Waldmann/Nicolas de Flüe, le Général Dufour et
Alfred Escher/Stefano Franscini. En complément des quatre épisodes de la série histo-
rique «Les Suisses», en novembre 2013, la
SSR consacrera une partie des programmes
de ses chaînes nationales à l‘histoire suisse,
à une analyse de l‘état actuel du pays et à
ses perspectives. Les différentes émissions
d‘information, culturelles et de divertissement de la radio, de la télévision et du web
s‘empareront de ce thème et transformeront ce mois en événement médiatique.
Ce mois des Suisses tournera son regard
vers le passé, mais aussi vers l‘avenir. Il
sera informatif et divertissant. Il favorisera
les échanges et les débats sur toutes nos
chaînes de radio, de télévision et sur nos
sites internet.
Du 3 au 30 novembre, la RTS proposera sur
toutes ses chaînes, radio comme TV, différentes émissions spéciales autour de ce
sujet ainsi qu’un site internet dédié.
@ Plus d’information: www.rts.ch/lessuisses
RÉTRO
Le musée des Bulles
RTS
our la première fois cette année,
les sept sociétés cantonales
romandes de radio et de télévision décerneront le «Prix des
SRT» le 8 novembre prochain à
Neuchâtel. Ce prix, d’un montant de CHF
3’500.- financé par les SRT romandes à
raison CHF 500.- chacune, récompensera une émission, un concept d’émission
ou un projet de la RTS particulièrement
marquant par sa qualité, son rayonnement ou son originalité.
Cinq finalistes ont été sélectionnés par
un comité formé de représentants des
SRT et du Comité régional : Forum,
Histoire Vivante, les clés du 19:30 à SRF,
RTS découverte et Zone d’ombre. Ce
vote est réservé aux membres des SRT;
ils ont été invités à s’exprimer jusqu’au
18 octobre 2013, soit par internet, soit par
un bulletin de vote qui leur a été envoyé.
Le vainqueur du Prix des SRT 2013
recevra un magnifique trophée en
bronze afin symboliser cette reconnaissance. Ce chef-d’œuvre a été imaginé
pour l’occasion et sculpté par l’artiste
Charlotte Lauer, directrice de l’Académie
de Meuron à Neuchâtel. La cérémonie
de la remise du Prix des SRT se tiendra
dans les anciens locaux de l’Académie
de Meuron au Palais DuPeyrou de Neuchâtel. Cette première édition, organisée
par la SRT Neuchâtel avec le soutien actif
du secrétariat général de la RTSR, ambitionne de valoriser le travail de la RTS
par les membres des SRT romandes.
Elle est aussi une opportunité de rassembler un peu plus ces deux entités qui
parfois donnent l’impression de ne pas se
connaître suffisamment dans leurs fonctionnements respectifs.
Enfin, ce prix est l’occasion rêvée d’encourager les membres des SRT régionales à débattre au sein de leurs structures sur la qualité des contenus radio,
télévision et multimédia qu’offre la RTS
et d’instituer ainsi le débat sur l’audiovisuel public. Que le meilleur gagne et
longue vie au Prix des SRT !
Greg, le papa d’Achille Talon
le 9 février 1977 sur le
plateau du Musée des Bulles.
Entre septembre 1976 et juillet 1977,
Bernard Pichon a convié petits et grands à
une douzaine de rencontres avec des dessinateurs de BD. Sur le plateau du Musée
des Bulles se relaient Fred, Tilllieux, Greg,
Franquin ou Hergé. Jeux, dialogues avec
les enfants, dessins en direct, auto-interview et photos-reportage offrent une vision
originale de créateurs majeurs du 9e art.
Citons par exemple l’émission du 12 janvier 1977 où Franquin est reçu en grande
vedette au Musée des Bulles. Les enfants
sont enthousiastes et fascinés par le
créateur de leurs héros favoris: Spirou,
Gaston Lagaffe ou le Marsupilami. Pédagogue, il écoute les jeunes et leur dispense
quelques précieux conseils au détour des
jeux de l’émission.
Il se raconte volontiers et évoque son univers,
y compris une partie plus sombre de sa créativité, ses monstres dessinés, alors inédits.
À ne pas manquer, une savoureuse mise
en scène du bureau de Gaston Lagaffe…
@ Dossier préparé par les documentalistes
du service Documentation et Archives de la
RTS à voir ou à revoir sur www.rts.ch/archives/
dossiers/5158472-le-musee-des-bulles.html
2 • Médiatic N° 178 • Octobre-Novembre 2013
MEDIATIC 178_last.indd 2
02/10/13 19:07
RTS / ALEXANDRE CHATTON
Après le succès de la première édition,
la RTS lance un appel à
candidatures pour
la deuxième saison d’Un Air
de
Famille:
inscription des
familles jusqu’au
25 octobre sur
le site www.rts.
ch/1adf
Retour de Violon Dingue le
jeudi 17 octobre à 22h50 sur RTS Un qui
nous fera découvrir Micheline CalmyRey, la choriste.
COMPTÉ
Pascal Bernheim, Brigitte Hool, Daniel Fazan,
Jean-Charles Simon, Véronique Zbinden, Patrick Lapp
et Alfredo Gnasso en studio juste après l’émission.
PHOTO-TÉMOIN
Prise de Der pour Jean-Charles Simon
Jean-Charles Simon ne savait qu’une seule chose: ce samedi 17 août 2013 serait
sa dernière apparition dans Miam Miam. Il ignorait qu’une émission d’une heure,
intitulée Prise de Der, allait lui rendre, en partie, ce qu’il avait donné généreusement: l’amitié, le rire et l’émotion. Ses amis ainsi que la chaîne La Première étaient
présents pour lui dire qu’ils regrettent son départ et pour lui souhaiter une retraite
heureuse. Jean-Charles Simon a été de mille projets et de mille réalisations. Capturé à sa sortie des studios, il nous offre la vision d’un homme qui a tout assumé
avec le sérieux de la légèreté, le plaisir de partager. À réécouter sur www.rts.ch
À RÉÉCOUTER
Nuit blanche sur La Première
Dans la nuit du vendredi 27 au samedi 28
septembre 2013, La Première conviait ses
auditeurs à une plongée au cœur des nuits
romandes. Une émission spéciale, en direct de minuit à six heures, pour aller à la
rencontre des acteurs de la nuit. Reporters
sur le terrain, invités en studio, musiciens
en live, sans oublier les internautes, invités à réagir avec le hashtag #NuitBlanche,
tous ont fait résonner sur les ondes l’effervescence de la vie nocturne en Suisse
romande. Durant six heures, Magali Philip et Pierre Philippe Cadert ont donné la
parole aux acteurs de la nuit et à ceux qui
l’observent. Cette curiosité des ondes est à
réécouter sur www.rts.ch
VU
OUTRE-zapping
OUTRE-Zapping propose chaque semaine
depuis le 31 août à 13h15 le samedi sur
RTS / JAY LOUVION
Sandra Jamet,
journaliste RTS
La SSR compte cinq unités d’entreprise
et six filiales. Avec un effectif de près de
6000 employés (soit environ 5000 postes
à plein temps), un chiffre d’affaires de
1,6 milliard de francs, 17 stations radio
et 7 chaînes tv, ainsi que des sites internet et des services de télétexte, la SSR
est la plus grande entreprise de médias
électroniques de Suisse. Ses radios et,
en prime time, ses chaînes tv dominent le
marché dans les quatre régions linguistiques face à la concurrence étrangère
qui dispose de moyens financiers considérablement plus importants.
RTS Un, un large panorama de l’actualité
d’Outre-Sarine, du sud des Alpes et des
Grisons, avec une compilation des sujets
les plus marquants diffusés par nos collègues de SRF, de RSI et de RTR. Sandra
Jamet présente chaque émission en extérieur depuis un lieu différent, en fonction
de l’actualité et en compagnie d’un invité.
Rappelez-vous, avant de devenir une émission, OUTRE-Zapping existait sous forme
de rubrique hebdomadaire du journal depuis 2012. Elle était initialement diffusée
chaque lundi dans le Journal de 12h45,
puis le samedi dans le Journal de 19h30.
LU
Programmation de séries
américaines…
Le Temps du 30 août dernier se faisait
l’écho d’une thématique qui peut être anodine pour certains, mais qui a piqué au vif
le directeur de la RTS, Gilles Marchand:
la question de la place prise par les feuilletons américains dans l’offre de la RTS,
par rapport à des productions d’autres
régions du monde. Cela a donné lieu à
une opinion libre de ce dernier en guise de
réponse qui peut se résumer par son titre
«Programmer des séries américaines,
c’est aussi défendre le service public». La
suite de son exposé est à lire sur son blog:
www.gillesmarchand.ch
EN BREF
Depuis le 2 septembre, Couleur 3 a
changé de formule. Une nouvelle grille qui
promet 80% de musique et 20% de blabla
www.rtsr.ch
MEDIATIC 178_last.indd 3
LA SSR UNE ENTREPRISE
QUI COMPTE
CITATION
« Oser la lenteur!
Je ne me fais pas de
souci pour l’avenir de
l’émission. Alors que
prédomine autour de nous
la course au temps et à
la performance, on aura
toujours plus besoin de
faire des pauses, et de
prendre le temps avec ce
type d’émission »
Benoît Aymon à propos de PAJU
Médiatic N° 178 • Octobre-Novembre 2013 • 3
02/10/13 19:07
DOSSIER
RTS / ANNE BICHSEL
Le service public de notre pays ne saurait se passer de publicité. Non seulement elle
fournit des recettes commerciales importantes, mais elle encourage la création. Tel est
le plaidoyer défendu par Gilles Marchand lors du colloque national de la SSR.
Olivier Dominik, journaliste RTS
et modérateur de la journée.
La publicité, nerf vital de la SSR
Par Marie-Françoise Macchi
La publicité accompagne les époques, traverse les continents, nous fait rire, sourire,
nous émeut, nous agace, nous détend…
Toutes ces réflexions nous ont habités en
découvrant les spots tirés de la Nuit des
Publivores qui sont venus ponctuer les propos des intervenants tout au long de ce 2e
Colloque national de la SSR. La journée,
orchestrée cette année par la RTSR, s’est
déroulée à Montreux, le 27 septembre dernier. Elle était articulée autour d’un sujet
inépuisable: «Pub et redevance: la formule
magique du service public ?». Dans son discours de bienvenue aux presque deux cents
participants, le président de la RTSR, JeanFrançois Roth a eu cette jolie formule: «ce
ménage à deux est-il le bon choix ?»
Oui, l’union fonctionne bien, même si les
deux ne pèsent pas du même poids dans le
1,63 milliard de francs de chiffre d’affaires
réalisé en 2012 par la SSR. La redevance a
rapporté 1,2 milliard et les recettes publicitaires 315 millions. Ce tandem constitue
le pilier du financement de la SSR, puisqu’il
représente 92% des revenus de la SSR.
Comme l’a expliqué Daniel Jorio, directeur
des Finances et Controlling de la holding
audiovisuelle, sans les recettes publicitaires, le montant de la redevance radio/TV
devrait prendre l’ascenseur, grimpant de
462.- francs à 574.- francs. Ces 112 francs
supplémentaires en feraient la redevance
la plus coûteuse de toute l’Europe.
À l’opposé, la redevance diminuerait de
40% si l’audiovisuel public suisse produisait
des programmes dans une seule langue.
Les fenêtres publicitaires étrangères: une
perte sèche pour la SSR !
«Ces fenêtres causent des dégâts considérables sur notre paysage économique. Non
seulement les chaînes commercialisent des
programmes en Suisse pour lesquels elles
n’ont pas acquis de droits, mais en plus,
elles génèrent de grandes différences entre
les recettes brutes et les recettes nettes et
détruisent ainsi la tarification du marché»,
a dénoncé Gilles Marchand. À terme, cela
pourrait affaiblir la production audiovisuelle
suisse, en mal de deniers pour assurer son
refinancement.
Les enjeux autour des recettes du marché
publicitaire ont donné lieu à des propos
nourris lors du colloque. Il faut dire que
les recettes publicitaires représentent
20% des revenus de la SSR. «C’est une
part importante de notre budget», a souligné Gilles Marchand. Ce dernier s’expri- Le patron de la RTS a par ailleurs fait remarmait avec la double casquette de patron de quer que, grâce au câble, les fenêtres publila RTS et de président
citaires sont diffusées
du conseil d’adminispartout en Suisse. Cette
tration de publisuisse,
publicité qui échappe au
«Ces fenêtres causent
la régie publicitaire de
marché suisse reprédes dégâts considérables
la SSR.
sente
annuellement
sur notre paysage
un manque à gagner
économique …»
Ce qu’a vivement déde plusieurs dizaines
noncé Gilles Marchand,
de millions de francs.
ce sont les fenêtres
L’autre point qui interpublicitaires des chaînes étrangères sur pelle publisuisse, et plus particulièrement
territoire helvétique. M6 s’est installée son patron Martin Schneider, c’est l’interdès 2002 en Suisse romande, et TF1 à diction de faire de la publicité online. À
l’automne 2011.
l’heure où les téléspectateurs délaissent
leur poste au profit des supports numéOutre-Sarine, les fenêtres publicitaires riques, pourquoi l’audiovisuel public ne
engrangent plus de gains que les chaînes peut-il pas accompagner ce changement et
de la SSR. En Suisse, le tarif de pub se né- générer des recettes là où se trouve le pugocie entre 80’000 et 100’000 fr. la minute. blic ? La SSR ne comprend pas cet état de
C’est très cher en comparaison des tarifs fait, d’autant qu’elle a été précurseur dans
que négocient nos voisins.
la technologie des nouveaux médias.
4 • Médiatic N° 178 • Octobre-Novembre 2013
MEDIATIC 178_last.indd 4
02/10/13 19:07
Comparaison européenne
Regula Fecker, membre de la direction
Rod Kommunikation et membre du CA SSR
Au moment des questionsréponses avec le public, le
directeur général de la SSR,
Roger de Weck, a mis en garde
contre ce qu’il a appelé, «la
télévision de boulevard»,
qui sévit sur les chaînes
commerciales en Europe. À
l’heure où il faut faire toujours
mieux, avec moins de moyens,
le directeur nous a confié sa
recette: «il faut rester fidèle aux
principes journalistiques! Ce qui
implique d’aller chercher l’info,
de la vérifier, de la pondérer, de
la contextualiser et de l’expliquer
au public.»
Les défis qui attendent le
directeur dans les 5 ans à venir
tiennent en deux mots: «Réussir
la bascule du numérique.
Aujourd’hui, une partie de notre
public nous suit sur Internet. Il
faut l’accompagner, développer
de nouveaux formats pour cette
plate-forme. L’évolution nous
invite à aller encore plus vite.
Dans 20 ans, nos successeurs se
moqueront probablement de la
manière dont nous travaillons
aujourd’hui.»
Roger De Weck, directeur général SRG
SSR et Olivier Dominik, journaliste RTS et
modérateur de la journée.
www.rtsr.ch
MEDIATIC 178_last.indd 5
RESTONS
JOURNALISTIQUES!
RTS / ANNE BICHSEL
gratter, s’est demandé la jeune publicitaire Regula Fecker, également membre
«Pub et service public, que font nos voi- du Conseil d’administration de la SSR.
sins européens ?» s’est demandé François Aujourd’hui, chacun a son propre mode de
Besençon. Première constatation: en Eu- vie, et rassembler le plus grand nombre
rope, on estime qu’en moyenne 10,5% des autour d’une même marque devient une
revenus des différents médias du service mission périlleuse. Pour les créateurs
public proviennent de la publicité, alors que aussi le pari est difficile: les dépenses pula Suisse se situe aux alentours de 17%.
blicitaires sont revues à la baisse, chaque
sou est compté, la pression est forte. À
Le mode de financement, d’un pays à cela s’ajoute une mutation technologique
l’autre, varie beaucoup. Les Nordiques énorme et il s’agit de trouver le meilleur
penchent pour un fort financement public, support pour être le plus efficace possible.
voire exclusif, à l’image de la Finlande. Pour Et surtout de miser sur la qualité. «La puFrançois Besençon, il n’y a qu’une règle sur blicité doit enrichir la vie, pas la gêner»,
laquelle on peut se baser: les états à forte avance avec conviction la publicitaire.
population, qui peuvent
Pour cela, elle nous fait
compter sur un socle
découvrir la campagne
de redevance imposant,
de pub, Dove, intitulée
«La publicité doit enrichir
sont souvent soumis à
Camera Shy, qui met en
la vie, pas la gêner»
une situation de forte
scène des femmes qui
concurrence
interne
n’ont pas envie de faire
entre chaînes et vont
photographier.
Allez
limiter le recours à la publicité pour le ser- comprendre pourquoi, cette vidéo a été
vice public. D’une part parce que la rede- vue 17 millions de fois… Autre exemple
vance leur procure suffisamment de reve- qui a fait mouche, Coca Cola a mené une
nus, d’autre part parce qu’ils souhaitent campagne mondiale avec des bouteilles
différencier le marché, privé d’un côté, personnalisées, portant des prénoms.
public de l’autre. Quant aux petits pays, à Ces succès planétaires contrastent avec
l’image de la Suisse, la Belgique, l’Irlande la situation actuelle de la création publiet l’Autriche, tous ont recours à un finan- citaire, plutôt morose.
cement mixte, avec une forte part pour la
publicité.
En guise de conclusion et en réponse à
la question de savoir si un service public
En matière de création publicitaire, un sans publicité serait envisageable, Roger
seul critère: la qualité
de Weck a expliqué: «J’aime cette complexité du système suisse, elle n’est pas
Y a-t-il encore une place pour la publi- un véritable handicap. La publicité est un
cité dans nos espaces de vie, alors que atout majeur pour la SSR: la proximité
justement, nous faisons tout pour nous avec le public serait moindre si elle n’exisen protéger, pour l’éviter, la zapper, la tait pas ».
Médiatic N° 178 • Octobre-Novembre 2013 • 5
02/10/13 19:07
RTS / ALEXANDRE CHATTON
RENCONTRE
Après des études universitaires en lettres, Joël Robert, 42 ans, fit un stage à Radio
Fribourg avant d’entrer à la RSR en 1995. Il devint adjoint à la rubrique sportive, puis
en prit la direction. Depuis 2011, il est rédacteur en chef adjoint de RTS Sport.
Rencontre avec Joël Robert
Par Daniel Zurcher
Pourquoi la radio?
Joël Robert apprécie ce média qui privilégie
l’aspect rédactionnel et émotionnel. C’est
pourquoi il a choisi de travailler à la radio. Il
insiste sur la simplicité, la souplesse et la rapidité de ce vecteur auprès de la population.
Préférence
Ayant œuvré comme joueur, entraîneur et
commentateur, il adore le football. De même,
c’est un grand amateur de ski.
Convergence?
Quand on lui demande l’apport de la convergence en matière de sports, il répond rapidement: l’unité et la diversité. La rédaction
unique, bien que sur deux sites, permet des
échanges professionnels plus intenses et
des discussions plus fréquentes. Il précise
néanmoins que convergence ne signifie pas
que tout le monde fait de tout, mais bel et
bien une mise en commun des compétences
de chacun. La convergence a aussi permis à
certains collaborateurs d’approfondir leurs
connaissances des autres médias et de ce
fait devenir polyvalent dans les métiers de
l’audiovisuel.
Différenciation nécessaire
Lors des grosses opérations comme les Jeux
olympiques ou la Coupe du Monde de football, il est très difficile de travailler sur plusieurs médias. Il y a de grandes différences
entre le langage radio et celui de la télévision,
la typologie et la grammaire ne sont pas les
mêmes. Cependant les échanges sont légion
et donnent une nouvelle dynamique au métier de journaliste sportif.
le journaliste qui ne peut pas forcément en
maîtriser toutes les subtilités. Le journaliste
se doit de vulgariser, tout en restant crédible.
Le consultant amène son vécu et son expertise : une véritable valeur ajoutée.
Souvenirs
Quand on demande à Joël Robert d’aborder
son meilleur souvenir, il s’éclaire et cite sans
détour Didier Cuche à Kitzbuehl lors de la
descente raccourcie à cause du manque de
neige le 23 janvier 1998. Mais alors, il fait la
moue lorsqu’il évoque sa pire réminiscence:
un certain Suisse-Honduras (0-0) à la Coupe
du Monde de football en 2010.
Final
Interviewer Joël Robert, c’est un plaisir extrême. On sent le bonhomme épris de sport,
fin connaisseur de son métier de journaliste
et passionné par ce qu’il entreprend dans un
monde où tout n’est pas toujours facile. Qui
plus est, il donne l’impression d’être heureux
dans son domaine et ça devient tellement
rare que ça méritait d’être souligné. Une
toute belle personne que ce Joël Robert.
L’avenir de la radio
C’est d’amener ce que les gens ne peuvent
pas voir en télévision. Montrer l’envers du
décor. Être très pointu sur des angles précis
dans tous les aspects du sport. La force de
la télévision étant l’image, la radio doit être
complémentaire et même aller au-delà de
l’image.
Les consultants
Joël Robert prend catégoriquement la défense des consultants, car il apprécie leurs
analyses pertinentes comme celles de Pascal
Thurnherr en athlétisme, d’Alex Comisetti en
football, ou de Richard Chassot en cyclisme.
Un consultant doit connaître le sport qu’il
suit et surtout l’avoir pratiqué pour assister
RTS SPORT
Les Sports à la RTS sont sous la conduite
de Massimo Lorenzi, rédacteur en chef de
RTS Sport. Il est épaulé par Marc Buehler
et Jean-François Develey, qui gèrent
l’organisation générale du média TV et
par Joël Robert, notre hôte, qui dirige le
versant Radio. Le tout est chapeauté par
Gilles Pache, directeur des programmes.
Sans oublier tous les collaborateurs
et journalistes (plus de septante) qui
œuvrent chaque jour pour retransmettre
le meilleur du sport sur la RTS.
6 • Médiatic N° 178 • Octobre-Novembre 2013
MEDIATIC 178_last.indd 6
02/10/13 19:07
À L’ANTENNE
Sans citations entre guillemets, ce texte reflète une petite partie des récents contacts
avec Alberto Chollet, centrés sur la fiction audiovisuelle de création qui apparaît
prioritairement ou non sur le petit écran.
La fiction audiovisuelle
avec Alberto Chollet
tableau noir». Il n’aura fallu en 2012 que
peu de temps pour que Francis Reusser apporte sa contribution originale
à l’année Rousseau avec «Ma nouvelle
Héloïse». Parmi ceux de la proche quarantaine, Ursula Meier, soutenue pour
«L’enfant d’en haut» vient d’être, entre
autres, rejointe par Lionel Baier auquel
la RTS a fait un bel apport dans le financement et la promotion de sa comédie, «Les grandes ondes (à l’ouest)».
Mais il aura aussi su soutenir les premiers longs-métrages de débutants,
«L’armée du salut» d’Abdellah Taïa, fort
bien accueilli au récent festival de Venise, «Puppy Love» de la belgo-suisse
Delphine Lehericey, fort bien accueilli à
San-Sebastian, «Left foot right foot» de
BIO EXPRESS
Instituteur à vingt ans, puis étudiant
à l’Université de Bologne, Alberto
Chollet devient ensuite journaliste à la
TSI, professeur à l’ECAL de Lausanne,
responsable de la fiction à la TSI, chargé
ensuite des affaires générales TV de la
SSR à Berne avant d’occuper à Genève
le poste de responsable du département
fiction, jeunesse et divertissements à
la RTS. Sa plus récente activité cesse à
fin 2013.
tions majoritaires de la RTS devraient
permettre de rivaliser d’ici quelques
années avec les réussites danoises.
On peut dès lors surtout se féliciter
qu’Alberto Chollet, grâce à ses nombreux
contacts internationaux, sache ce qu’il
est nécessaire de faire pour qu’existe une
fois en Suisse un «Equivalent-Borgen».
@ Développement et illustrations supplémentaires sur: www.rtsr.ch/blog
RTS / FRANÇOIS GROBET
O
n peut certes recevoir sans
préparation n’importe quel
témoignage de fiction audiovisuelle. Une télévision de service public qui se respecte doit
pourtant favoriser l’éducation du jeune
public. Ce secteur est couvert par le service Jeunesse qui est seul à proposer à
la RTS une information culturelle sur la
fiction cinématographique. La collaboration avec la Lanterne Magique dans
Pop-corn et son développement dans
Mission-cinéma aura retenu l’attention
d’Alberto Chollet qui aura fait un lien avec
une autre de ses attributions. En coproduction avec une société proche des animateurs de la «Lanterne» seront bientôt
réalisés une dizaine de films courts, les
deux premiers évoquant la direction d’acteurs (Ursula Meier) ou la démarche du
documentariste (Jean-Stéphane Bron).
Dans le mandat d’Alberto Chollet, la
coproduction pour la réalisation de
films où la RTS est minoritaire occupe
une place importante. Il aura souvent
pu dire oui aux projets qui lui tenaient
à cœur faisant confiance à des réalisateurs de trois générations différentes. Il
était encore à Berne quand le premier
accord se fit avec Yves Yersin sur «Le
Par Freddy Landry
«EQUIVALENT-BORGEN»
ET «PACTE II»
La création audiovisuelle destinée à
la télévision demande de plus en plus
de moyens pour s’affirmer au plan
international et répondre aux besoins
de la SSR et des chaînes régionales.
Un «Pacte audiovisuel 2» devrait remplacer celui actuellement en vigueur
en apportant des moyens financiers
supplémentaires à la production audiovisuelle suisse indépendante. Cela
favoriserait l’amélioration des séries
télévisées. La Suisse devra bien un
jour faire aussi bien que les pays scandinaves, le Danemark en particulier.
L’objectif d’un «Equivalent-Borgen»
n’est plus une utopie. Alberto Chollet
connaît l’ensemble de ces problèmes.
La SSR ou la RTS serait bien inspirée
de lui confier un mandat à temps
partiel dans le secteur des séries et/
ou du «Pacte II».
« Left Foot, Right Foot », de Germinal Roaux,
une coproduction RTS qui sera au cinéma dès
le 23 octobre 2013.
Germinal Roaux qui sort prochainement
en Suisse romande ou encore «Bouboule»
de Bruno Deville en cours de montage.
Dans le domaine de séries, la RTS a
tout lieu d’être satisfaite de «Dix» qui
existait avant l’arrivée d’Alberto Chollet
en Suisse romande comme de «Crom»
et plus encore «L’heure du secret» 1 et
2. On peut attendre beaucoup des réalisations en cours, terminées ou en
écriture. Mais les futures coproduc-
www.rtsr.ch
MEDIATIC 178_last.indd 7
Alberto Chollet, Responsable du
département fiction, jeunesse et
divertissements à la RTS
Médiatic N° 178 • Octobre-Novembre 2013 • 7
02/10/13 19:07
TECHNOBUZZ
L’époque de la consommation captive d’une émission à une heure fixe est révolue. Nous
connaissons à présent une liberté totale d’accès aux contenus audiovisuels grâce à
internet et en mode nomade grâce aux téléphones portables et autres tablettes. Petit
tour d’horizon des applications RTS à glisser dans sa poche.
S’
La RTS à portée de main
il est aussi possible de
visualiser le site RTS.ch
directement sur son téléphone portable, la consultation de contenus multimédias RTS par le biais d’une application
dédiée telle que RTSinfo est bien plus
conviviale et donc à plébisciter. Petit tour
d’horizon des «indispensables» RTS:
RTSinfo
porte aussi un système de personnalisation de la barre de navigation horizontale,
ainsi que des alertes pour vous annoncer
les prochains directs à suivre et/ou les
derniers événements importants.
RTS Radio
Au menu de l’application, toujours, l’écoute
d’émissions, chroniques et séquences
de La 1ère, Espace 2, Couleur 3, Option
Musique et RTS Info, avec les
archives des 30 derniers jours.
Le dernier journal, le dernier
bulletin météo
et l’actua-
La première application
RTS indispensable est
sans nul doute RTSinfo.
Celle-ci permet de retrouver toutes les dernières
actualités et est disponible dans différentes versions sur iPhone, iPad et
Android. L’application Info
de la RTS offre, 24 heures
sur 24, un suivi audiovisuel
complet de l’actualité en
L’application RTSinfo propose le meilleur du multimédia RTS.
Suisse et dans le monde.
Tous les journaux radio-TV
de la RTS, de Forum au 19:30 en pas- lité en audio sont aussi disponibles, tout
sant par le Journal du matin ou Couleurs comme une section «lire» avec les inforlocales sont aussi disponibles via l’appli- mations par rubriques, les infos trafic et
cation. Elle permet aussi de découvrir des la revue de presse. La version pour iPhone
compléments multimédias, dont la météo. possède d’autres avantages par rapport
Les notifications automatiques vous aler- à la version Android: une fonctionnalité
teront en cas de nouvelle importante. Et «réveil» qui vous permet de régler des
si vous êtes témoin d’un événement, vous alarmes pour vous réveiller avec votre
pouvez facilement envoyer à la rédaction radio préférée ou encore la fonctionnalité
vos textes, photos, sons ou vidéos.
AirPlay qui vous permet de jouer les audios sur d’autres appareils compatibles.
RTSsport
RTS trafic
Grâce à l’application RTSsport, vous pouvez désormais suivre toutes les retrans- RTS trafic sur iPhone vous tient informé
missions sportives proposées sur le site de la situation actuelle du trafic sur le
www.RTSsport.ch en simultané sur votre réseau routier suisse, en temps réel.
iPhone ou mobile Android. Retransmis- Sur la base des images de webcam, vous
sions sportives en direct, moments forts pouvez également observer le trafic vous
en vidéos, émissions radio-TV (Sport ma- même. En outre, vous avez la possibilité
tin, Sport dimanche...), résultats sportifs, de vous informer sur le nombre de places
galeries photo, service de notifications: de parc disponibles dans les parkings des
suivez sur RTSsport toute l’actualité spor- grandes villes. Cette application n’existe
tive en temps réel! Cette version com- que sur iPhone ou iPad.
Notre histoire.ch
L’application notrehistoire-mobile permet de découvrir des archives photographiques, des films et des enregistrements
sonores sur les lieux mêmes où ces documents ont été pris à l’époque. notrehistoire-mobile permet également d’appré-
cier des lieux de Suisse romande grâce à
des visites virtuelles en archives. L’utilisateur peut donc constater combien une rue
a changé, découvrir des instants de la vie
quotidienne capturés en noir et blanc, apprécier ces témoignages de notre histoire
commune dans l’environnement de leur
création, il y a vingt, trente, cinquante,
cent ans...
Sortir.ch
Sortir.ch sur iPhone: toute la culture à
portée de main: cinéma, musique, expos,
spectacles, théâtre..., découvrez ce qui se
passe près de chez vous avec sortir.ch,
l’agenda culturel du Temps et de la
Radio Télévision Suisse. L’application permet de retrouver l’ensemble des sorties possibles, les
événements les plus proches de
votre emplacement et de les positionner sur un plan. En complément des horaires, les critiques
détaillées du Temps vous aident à
faire votre choix, tout comme les vidéos de
la RTS et les bandes-annonces des films,
disponibles dans l’application. Vous pouvez aussi rechercher l’un des 1’600 lieux
recensés en Suisse romande ou suivre la
programmation de vos salles favorites.
À noter qu’il existe depuis quelque temps
déjà une application spéciale pour les
auditeurs de Couleur 3, qui permet à
l’utilisateur de personnaliser sa radio, de
retrouver toutes les émissions ainsi que
toutes les chroniques et de les classer
selon ses envies.
ASTUCES
Attention aux frais de données! Ces
applications sont gratuites. Toutefois,
il est recommandé de les consulter
de préférence sur un réseau WiFi
gratuit. En connexion par réseau téléphonique, le visionnement de vidéos
peut entraîner des coûts importants
liés à votre opérateur téléphonique.
À noter que le mode d’emploi pour
installer ces applications se trouve à
la page : www.rts.ch/services/
mobile/. Les applications sont
généralement compatibles iPhone
et Android: pour les utilisateurs
d’autres modèles, vous avez toujours
la possibilité de visualiser directement le contenu sur www.rts.ch.
8 • Médiatic N° 178 • Octobre-Novembre 2013
MEDIATIC 178_last.indd 8
02/10/13 19:07
CONSEIL DU PUBLIC
Siégeant à Lausanne le 23 septembre dernier, le Conseil du public de la RTSR a procédé à
l’analyse du site RTS Découverte et de l’émission Monumental (RTS la 1ère)
RTS découverte et Monumental
Communiqué du Conseil du public
RTS / Jay Louvion
rendre l’élève acteur de ses apprentissages
et les thèmes sont choisis en fonction de
l’actualité afin de mieux la comprendre.
Ainsi grâce au multimédia, à la richesse
de ses archives et au dynamisme de
l’équipe de Tania Chytil, la RTS offre
une prestation de grande qualité à la
population romande, les dossiers sont
richement dotés d’éléments sonores, de
vidéos et d’illustrations.
Le Conseil du public encourage la RTS
à continuer à suivre cette voie qui renforce sa vocation de service public vers
un meilleur partage des connaissances.
MAIS ENCORE…
Monumental
Cette émission dominicale de RTS la
1ère de 17h à 18h, destinée à faire (re)
découvrir des monuments ou des sites
créés par l’homme ou, plus rarement,
naturels, a rallié tous les suffrages du
Conseil du public. Johanne Dussez, sa
productrice et animatrice, apporte un
ton, une écoute et une bienveillance remarquables pour permettre à son interlocuteur d’exprimer non seulement ses
savoirs, mais aussi ses coups de cœur
relatifs à l’objet décrit.
Ces «voyages en restant chez soi»
donnent envie d’en savoir davantage et,
RTS / Philippe Christin
Johanne Dussez, journaliste
et animatrice de
Monumental
Tania Chytil,
responsable du site
RTS découverte
RTS découverte
RTSdécouverte est le site éducatif de
la RTS qui aborde des thèmes scientifiques, économiques, géopolitiques ou
culturels pour mettre en perspective
l’actualité. Ces pages sont particulièrement appréciées dans les milieux de
l’enseignement et sont destinées aux
«assoiffés de connaissances de tout
âge».
Le Conseil du public tient à souligner la très
grande richesse et la magnifique diversité
des contenus mis à disposition sur la plateforme www.rts.ch/decouverte. L’idée est de
L’émission d’été de Sonia Zoran
Sur la route de Gümüslük diffusée
du 1er juillet au 23 août fut très
appréciée. L’émission Couleur
d’été a été unanimement saluée. On
note toutefois une réelle différence
dans l’animation d’une semaine
à l’autre, d’une présentatrice à
l’autre. L’ambiance «bistrot» du
débat du 9 septembre pour l’élection complémentaire au Conseil
d’État du canton de Fribourg a été
décriée. Le lieu n’était pas adapté à
un débat politique. On s’étonne du
coût des SMS à 80 centimes au lieu
de 20 pour voter pour le film de Box
Office à la carte. Réponse de la RTS:
la taxe de base va à l’opérateur, une
infime partie part à l’entreprise qui
gère la gestion des votes et le solde
permet à la RTS d’améliorer les
programmes. On peut aussi voter
gratuitement par internet. La
couverture des élections en Allemagne a été jugée excellente, tant
en TV qu’en radio. Ce 22 septembre,
l’intervention de Xavier Colin sur
place en partenariat avec TV5Monde
ainsi que celle de Roger de Weck
pour son expertise de ce pays
étaient fort intéressantes. Bravo
à une chronique de l’émission CQFD
proposée par Stéphane Délétroz
le 18 septembre dernier sur la
thématique des établissements
hospitaliers qui ont développé des
structures adaptées aux besoins de
la population migrante.
par conséquent, de se rendre physiquement sur place afin de vivre les mêmes
ressentis que l’invité du jour.
On ajoutera à cette appréciation l’illustration musicale bien en phase avec le
sujet de l’émission et aussi la richesse
de la page Internet qui permet à l’auditeur d’approfondir et de voir les lieux
dont il fut question.
@ Retrouvez sur la page internet
du Conseil du public les différents
rapports réalisés par ce dernier ainsi
que les prochains thèmes abordés :
www.rtsr.ch/conseil-du-public
Médiatic N° 178 • Octobre-Novembre 2013 • 9
MEDIATIC 178_last.indd 9
02/10/13 19:07
INFOS RÉGIONS
Du 5 au 13 juillet 2013 la ville de Neuchâtel
vibrait au rythme du NIFFF, le Neuchâtel
International Fantastic Film Festival. L’occasion pour la SRT Neuchâtel d’être présente
avec un stand pour promouvoir l’association.
Et ça a marché! Pendant 8 jours, ce sont 43
nouveaux membres qui ont adhéré aux SRT
et une forte sensibilisation auprès du public
venu en nombre au stand lumineux et moderne de la SRT Neuchâtel. Une opération à
reconduire l’an prochain!
SRT GENÈVE
SRT Neuchâtel
Accueil des nouveaux membres
SRT Genève
Peter Greenwood, réalisateur de Mise
au Point, Tania Chytil, autre figure marquante de notre RTS, responsable de RTS
découverte et l’incontournable Darius
Rochebin, la star du 19:30 entouraient le
président Pierre-André Berger et le secrétaire-trésorier Jean-Philippe Terrier
pour saluer les 75 nouveaux membres
de la SRT Genève qui s’étaient déplacés
pour cette sympathique, traditionnelle et
chaleureuse manifestation de bienvenue.
La soirée consista en une brève présentation des organigrammes et acronymes de
la SRT, RTS, SSR, RTSR, etc., pas toujours
faciles à comprendre et à emmagasiner,
du moins au début, comme l’avoua lui
même le président actuel, une description
des buts recherchés et un grand volet de
questions des nombreux auditeurs et téléspectateurs en puissance qui souhaitent
comprendre le pourquoi et le comment de
notre radio et télévision helvétique. A voir
l’intérêt de tous ces nouveaux membres
de notre société pour la Radio Télévision
Suisse, on ne peut que se réjouir des
prochaines manifestations dont celles
consacrées à Temps Présent ou encore
à la Chaîne du Bonheur. Les dates seront
connues très prochainement.
Comme dans tout accueil, une partie récréative prit place en fin de manifestation
afin de faire mieux connaissance entre
le Comité de la SRT Genève, les porteurs
d’images de la RTS et presque tous nos
nouveaux membres.
L’accueil des nouveaux membres à la SRT
Genève est devenu la manifestation de
l’année à ne pas manquer.
Daniel Zurcher, SRT Genève
Au cœur des presses du Médiatic
Une plaque offset d’une
des pages du Médiatic
L’impressionnante
réserve de papier
La plieuse en action
Éric Brechbuhl, directeur de l’imprimerie
et Claude Landry, le responsable du
publipostage pour le Médiatic tenant
le dernier numéro.
RTSR
Les rotatives du Médiatic
Récemment, nous avons pu plonger au cœur
des rotatives du Médiatic avec une visite des
imprimeries associées Gessler.Zwahlen à
St-Blaise et Le Courrier SA à La Neuveville.
Impression, pliage, agrafage et découpage: de
nombreuses opérations sont nécessaires avant
que le journal n’arrive à Claude Landry qui réalise pour la RTSR le publipostage nécessaire
à son envoi. Un grand merci à toutes les personnes qui œuvrent dans l’ombre afin de tenir
des délais toujours plus serrés et de garantir
des nouvelles fraîches.
Plus que les agrafes à poser
@ Découvrez de nombreuses photos et
vidéos à ce sujet sur le site www.rtsr.ch
10 • Médiatic N° 178 • Octobre-Novembre 2013
MEDIATIC 178_last.indd 10
02/10/13 19:07
La SRT Valais à la Schubertiade
C’est Monthey qui a accueilli la 18e édition de la Schubertiade d’Espace 2, les
7 et 8 septembre dernier. Pour l’occasion, la ville chablaisienne s’était mise à
l’heure de la musique classique jusque
dans ses moindres recoins. La SRT
Valais aussi, puisque durant ces deux
jours, elle a pu profiter d’une occasion
unique pour aller à la rencontre des auditeurs et téléspectateurs, au cœur de
l’un des événements phares de la RTS.
Au cœur, la SRT Valais l’a été puisqu’elle
a pu bénéficier d’un stand idéalement
situé sur la place centrale de Monthey,
lieu de passage incontournable pour
les quelque 13’000 visiteurs recensés durant ces deux jours. Afin de les
accueillir dignement, nourriture et
boissons étaient offertes, ainsi que du
matériel promotionnel de la RTSR, des
exemplaires du Médiatic, le tout dans
la bonne humeur. Une offre alléchante
qui a attiré les curieux malgré un soleil
parfois capricieux. Entre deux concerts,
nombreux sont ceux qui, en effet, ont pu
découvrir les activités de la SRT Valais
et de la RTSR, et s’intéresser de plus
près aux coulisses de la radio et de la
télévision, entamer une discussion ou,
plus simplement, profiter d’un petit rafraîchissement.
Sur place les membres de la SRT Valais,
épaulés par ceux du secrétariat général
de la RTSR, se sont relayés afin d’ani-
mer le stand, répondre aux nombreuses
questions et sollicitations, et aussi bien
sûr, profiter des nombreuses activités
de cette Schubertiade 2013. Certains
n’ont pas ménagé leurs efforts ni leurs
heures, en particulier les «régionaux de
l’étape» Nathalie Vernaz, récemment
entrée au comité, et Christian Mayor,
membre du comité régional de la RTSR
(voir ci-dessous), qui ont largement
contribué à l’organisation du stand de la
SRT. Cet article est donc aussi l’occasion
de remercier l’ensemble des personnes
qui se sont engagées durant ces deux
jours afin de marquer la présence de la
SRT Valais et de la RTSR et d’accueillir,
toujours dans la bonne humeur, les visiteurs.
Au final, le bilan est très positif pour
la SRT Valais, puisque ces deux jours
de Schubertiade en terres valaisannes
ont été l’occasion de récolter 63 adhésions de nouveaux membres provenant
de toute la Romandie ou presque. Plus
largement, ils ont été l’occasion de rencontrer les auditeurs et téléspectateurs
de la RTS, voire les simples amateurs de
musique classique ou des promeneurs
de passage et de leur faire découvrir les
activités de l’organisation institutionnelle de la SSR. Des rencontres enrichissantes que la SRT Valais se réjouit
de renouveler à l’occasion de ses prochaines activités.
Florian Vionnet, SRT Valais
PAPIERS D’ÉMERI
Comment faire mieux?
L’émission Infrarouge du 21 juin 2013
«Dons d’organes, comment faire mieux?»
nous a livré des moments d’intenses
émotions. Pour une fois, Esther Mamarbachi a laissé s’exprimer ses invités sans
les interrompre. Quel bonheur! Il faut dire
que la contradiction était absente des débats, et c’est bien normal.
Or donc, comment faire mieux? Au terme
de l’émission, on aurait pu par exemple
afficher en bas d’écran une brève information pour susciter la vocation de donneur. Pour combler cette petite lacune,
voici où vous pourrez commander votre
carte de donneur: tél. 0800 570 234
(numéro gratuit).
Claude Landry, SRT Berne
Voilà!
Dans les interviews de sportifs à la RTS,
l’interrogé dit toujours et de nombreuses
fois; voilà! Alors, participez à ce petit jeu
et comptez vous-même! Époustouflant!
Le record actuel est de 11 voilà en 60
secondes! Qui fera mieux?
Daniel Zurcher, SRT Genève
Cette rubrique est réservée aux
membres des SRT qui souhaitent donner leur avis sur une émission de la
RTS. Billets d’humeur ou billets doux,
ils n’engagent que leurs rédacteurs.
Vous pouvez aussi vous exprimer sur
www.rtsr.ch/forum
SRT VALAIS / FLORIAN VIONNET
Des visiteurs et les membres du comité
de la SRT Valais sur le stand de la société
aZ_djgcVaYZhhdX^‚i‚hYZ
gVY^dY^[[jh^dcZiYZi‚a‚k^h^dc
YZaVhj^hhZgdbVcYZ
Av. du Temple 40, CP 78, 1010 Lausanne • Tél. : 058 236 69 75
Fax : 058 236 19 76 • Courriel : mediatic@rtsr.ch • www.rtsr.ch
Responsable d’édition : Eliane Chappuis • Conception/Webmaster/Maquette : Guillaume Bonvin
Offres et invitations : Francesca Genini-Ongaro, Jean-Jacques Sahli • Conception graphique : Pascal Quehen & Carola
Moujan Textes : Guillaume Bonvin, Claude Landry, Freddy Landry, Marc-Alain Langel, Marie-Françoise Macchi,
Claude Vaucher, Florian Vionnet, Daniel Zürcher • Impression: Imprimerie du Courrier - La Neuveville• Artic Volume
White 90gm2, sans bois • Éditeur : Radio Télévision Suisse Romande (RTSR)
Reproduction autorisée avec mention de la source
www.rtsr.ch
MEDIATIC 178_last.indd 11
Médiatic N° 178 • Octobre-Novembre 2013 • 11
02/10/13 19:08
L’INVITÉE DES SRT
À l’occasion de la nouvelle exposition du Musée d’art et d’histoire de Fribourg (MAHF)
intitulée «Dress Code» qui portera sur les vêtements des Fribourgeois dans l’histoire, la
SRT Fribourg a tendu son micro à sa directrice, Verena Villiger Steinauer. Rencontre avec
une personnalité qui manque un peu de temps pour les médias.
Verena Villiger, une vie sans (trop) de médias
Propos recueillis par Claude Vaucher, SRT Fribourg
J.A.B.
2515 Prêles
Annoncer les rectifications d’adresses à:
Claude Landry, route du Vignoble 12,
2520 La Neuveville - mediatic@rtsr.ch
«Je viens d’une famille où il n’y avait pas
de télé et ma mère à 89 ans refuse toujours d’en avoir une», commence Verena
Villiger-Steinauer. «Mais le monde des
médias ne nous était pas étranger. Un de
mes oncles a produit la première émission officielle de la TV alémanique, le 20
juillet 1953. Je me souviens des discussions passionnées sur ce nouveau média.
Je n’ai donc pas été socialisée avec la TV
et je n’ai par conséquent pas un besoin
vital de la télévision. Mais je compte pas
mal de journalistes dans mon entourage.
Mon mari, Jean Steinauer, a aussi travaillé pour la TV et sa sœur est la responsable du domaine ‘’théâtre’’ à la NZZ.»
La directrice du MAHF n’a actuellement
pas vraiment le temps d’écouter la ra-
MEDIATIC 178_last.indd 12
dio ni de regarder la TV. «J’ai beaucoup
écouté la radio quand j’étais restauratrice d’art, mais depuis que je suis responsable du MAHF, je n’ai vraiment plus
beaucoup de temps. Comme j’essaie
d’améliorer mon anglais, j’écoute parfois
des chaînes en anglais. Quant à la TV, je
la regarde de manière déconcentrée. Je
zappe d’un programme à l’autre, ou je
la regarde 10 minutes pour faire autre
chose ensuite. Je suis déjà assise toute la
journée devant un écran, je n’ai pas trop
envie de regarder un autre écran le soir».
L’image est le métier de Mme VilligerSteinauer qui est historienne de l’art; elle
se détend surtout par la lecture. Mais
même cette activité doit être restreinte.
Pour des questions de disponibilité, elle
prend connaissance des journaux, parfois
par l’intermédiaire de son mari. «Il m’en
fait même des résumés ou me découpe
des articles. Exception de la NZZ que je
lis tous les jours», poursuit la directrice.
«J’écoute la radio environ 15 minutes par
jour. Pour la TV, cela va d’une demi-heure
à 2 heures, mais cela reste très rare».
Quant aux nouveaux supports (internet),
elle ne les consulte que très peu, sauf
quand cela concerne son institution. Pour
les mobiles, elle possède un vieux modèle,
qui permet de téléphoner, guère plus.
«Je ne trouve pas que la redevance est
très chère, car mon mari est un utilisateur assidu. Mais avec la nouvelle loi, je
trouverais curieux que les gens qui n’ont
ni radio, ni TV, ni Internet doivent la payer.
Cela me choque comme procédé», poursuit Mme Villiger Steinauer.
Quant à la SRT, elle ne la connaît pas bien.
«A mon avis, les médias publics s’intéressent trop peu à Fribourg et à sa région,
il y a un certain lémano-centrisme. La
SRT devrait renforcer le rôle de Fribourg.
Il est assez difficile de “vendre” des sujets fribourgeois. Mais je ne connais pas
très bien le fonctionnement interne des
rédactions compétentes et ne voudrais
pas paraître injuste», constate la directrice du MAHF. «Nous faisons beaucoup
de communication envers les médias et
nous nous donnons beaucoup de peine
pour les séduire. Nous avons de très bons
rapports avec les journalistes. La radio
est plus présente que la TV, mais malgré
son importance, cette dernière est malheureusement trop souvent absente. »
PORTRAIT SUISSE
Verena Villiger-Steinauer, directrice du
Musée d’art et d’histoire de Fribourg
(MAHF) est zurichoise, elle y a fait ses
études jusqu’au baccalauréat. Elle a
ensuite fait une formation de restauratrice d’art en peinture et sculpture
ainsi qu’une licence et un doctorat à
Fribourg. Elle a travaillé ensuite à Berne
comme adjointe à la direction du PNR 16
(Programme national de recherche 16
- Méthodes de conservation des biens
culturels) du Fonds national suisse
(FNS). À Lausanne, elle était conservatrice adjointe au Musée cantonal des
Beaux-Arts. De fil en aiguille, elle est
devenue vice-directrice au Musée d’art
et d’histoire de Fribourg et, depuis 2009,
sa directrice. Sa formation: l’histoire
de l’art, avec un intérêt portant sur la
peinture du 16e et du 17e siècle.
PORTRAIT CHINOIS
Si vous étiez…
Une chaine de TV: Arte. Le fait que cette
chaîne soit en français et en allemand
est un atout. Une chaine radio: DRS 2,
pour le côté musical, mais aussi pour la
manière plus dense de faire de la radio
chez les Alémaniques. Une émission
culte: Temps présent, mais pour avoir
une émission culte, il faut la regarder
plus que moi. Aussi 10 vor 10 et Echo der
Zeit. Une série: Borgen. Je l’ai trouvée
vraiment excellente. Votre présentateur préféré: franchement, je n’en ai pas,
même si Esther Mamarbachi ou Darius
Rochebin me semblent très bien.
02/10/13 19:08
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising