Les monuments commémoratifs de la Grande - BEL

UNIVERSITÉ DE LIÈGE
Faculté de Philosophie et Lettres
LES MONUMENTS COMMÉMORATIFS DE LA
GRANDE GUERRE EN PROVINCE DE LIÈGE
Mémoire présenté par
Yves Dubois
en vue de l’obtention du grade
de Master en Histoire de l’Art
et Archéologie
Année académique 2010-2011
1
Avertissement
Ce travail comprend trois parties. Les deux premières sont imprimées et la troisième,
constituée du corpus d’illustrations et du catalogue, est présentée sous la forme d’un
fichier Powerpoint enregistré sur le CD-Rom qui accompagne la deuxième partie.
Il est fortement conseillé, avant d’utiliser le CD-Rom, de consulter le mode d’emploi
donné en annexe. On y verra comment le fichier Powerpoint est organisé de manière à
pouvoir faire défiler les illustrations au fur et à mesure que leur présentation est
suggérée dans le texte des différents chapitres.
Il est certes possible de lire le mémoire sans avoir recours aux illustrations, mais sans
doute au prix d’un appauvrissement de la démonstration. C’est pourquoi une icône
représentant une souris d’ordinateur () est placée dans le texte à chaque fois que le
lecteur est invité à passer à l’illustration suivante en cliquant sur le bouton ad hoc.
Bonne lecture !
Yves Dubois
2
Liste des abréviations
A.B.A. :
Administration des Beaux-Arts.
A.G.R. :
Archives générales du Royaume.
A.I.Lg. :
Association des Ingénieurs sortis de l’Université de Liège.
A.K.L. :
Allgemeines Künstlerlexikon.
A.P.L. :
Archives de la Province de Liège.
A.S.A.P.C.F. : Archives du Service des Arts plastiques de la Communauté française.
A.V.L. :
Archives de la Ville de Liège.
B.A.V.L. :
Bulletin administratif de la Ville de Liège.
B.C.R.M.S. :
Bulletin de la Commission royale des Monuments et des Sites.
C.A.U.L. :
Collections artistiques de l’Université de Liège.
C.D.A.P. :
Centre de Documentation des Arts plastiques.
C.E.G.E.S. :
Centre d’Études et de Documentation Guerre et Société (Bruxelles).
C.L.H.A.M. :
Centre liégeois d’Histoire et d’Archéologie militaires.
C.R.M.S. :
Commission royale des Monuments et des Sites.
C.R.M.S.F. :
Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles.
F.I.A.C. (ou F.I.D.A.C.) : Fédération internationale des anciens Combattants.
F.N.C. :
Fédération nationale des Combattants.
F.N.I. :
Fédération nationale des Invalides.
F.N.V.G. :
Fédération nationale des Volontaires de Guerre.
I.R.P.A. :
Institut royal du Patrimoine artistique.
M.A.M.A.C. : Musée d’Art moderne et d’Art contemporain (Liège).
M.A.P.L. :
Mémorial administratif de la Province de Liège.
P.F.L. :
Position fortifiée de Liège.
3
Remerciements
Il est d’usage de placer, en guise de « générique », les remerciements en tête du
mémoire. C’est à raison. Car une personne seule ne peut arriver au terme d’une tâche
aussi vaste et diversifiée que celle-ci, et certainement pas dans le temps imparti. C’est
donc avec un grand plaisir que je remplis ici les lignes de ce générique, tout en sachant
que je ne pourrai être complet.
Mes premiers remerciements s’adressent au professeur Jean-Patrick Duchesne, qui
d’emblée s’est montré fort intéressé – oserai-je dire enthousiaste ? – par le sujet de ce
mémoire et qui m’a laissé toute liberté pour le traiter selon mon inspiration. Les autres
lecteurs du mémoire ensuite, le professeur Francis Balace, qui est et sera toujours une
mine de renseignements et avec qui j’ai eu grand plaisir à discuter de tel ou tel point, et
le professeur André Gob, qui s’est également montré intéressé par le sujet proposé.
Mes remerciements doivent aller ensuite à celles et ceux qui m’ont apporté une aide
déterminante dans la démarche heuristique. Cécile Oger d’abord, responsable de la
bibliothèque de la faculté de Philosophie et Lettres, qui m’a grandement facilité l’accès
aux ressources de la bibliothèque, particulièrement pour le dépouillement du journal La
Meuse, source essentielle d’informations pour ce travail.
À celles et ceux qui m’ont facilité la consultation de diverses sources : Cécile Arnould
(Cabinet des médailles de la Bibliothèque royale à Bruxelles), Robert Flagothier
(Archives de la Province de Liège), Marie-Elisabeth Henneau (Archives de
l’Université), Els Herrebout (Staatsarchiv Eupen), Monique Merland (C.R.M.S.F.),
Michèle Stanescu (Centre de documentation des arts plastiques), ainsi que les
bibliothécaires des Archives générales du Royaume, des Archives de la Ville de Liège,
du Musée de la Vie Wallonne, de l’École Saint-Luc, de l’Université…
À celles et ceux aussi qui m’ont fait profiter de leur expertise dans divers domaines :
l’adjudant-chef Arrotin (État-major de la Province de Liège), Claude Bonhomme
(Association des Maîtres tailleurs de pierre), Alain Colignon (C.E.G.E.S.), Armand
Collin (C.L.H.A.M.), Catherine Galimont (Cellule Patrimoine de la Ville de Liège),
Isabelle Lecocq (I.R.P.A.), Marylène Laffineur-Crépin (Évêché de Liège), Philippe
Stubbé (Régie des Bâtiments)…
À Mme Brouns, veuve du sculpteur Jules Brouns, et à Mme Ansen, sa petite-fille, qui
m’ont communiqué des documents de leurs archives familiales.
À tous les passionnés d’histoire locale, qui ont souvent pu me donner des informations
inédites : Michel Bedeur à Andrimont, Édouard David à Neupré, Robert De Ridder à
Hamoir, Ida Detilleux à Jupille, Albert Étienne à Sprimont, Marjan Figas à Retinne,
Pierre Lantin à Loncin, Pol Schurgers à Cointe, M. Vanderbemden à Remicourt, Guy
Vitrier à Jalhay, et à toutes les autres personnes qui ont bien voulu répondre à mes
questions, qui m’ont ouvert la porte d’une église, qui m’ont aidé de l’une ou l’autre
façon, que je n’ai pas citées ici mais qui se reconnaîtront.
4
Et enfin, last but not least, à mes proches : mon beau-frère Luc, qui a bien voulu se
charger de certaines démarches, à mon amie Monique, qui fut d’une assistance
précieuse dans la correction du texte, à ma compagne Maryvonne et à mes filles, qui
m’ont apporté leur soutien tout au long des trois années qu’a duré la recherche.
Fin du générique.
La lecture peut commencer.
5
Introduction
On commémorera bientôt le centenaire du début de la Grande Guerre, guerre totale qui,
d’une manière ou d’une autre, a impliqué l’ensemble de la population des pays
européens. Guerre industrielle, qui a vu l’invention d’armes terrifiantes : gaz
asphyxiants, lance-flammes, obusiers, chars d’assaut ; guerre brutale, qui a fait plus de
dix millions de morts et au moins trois fois autant d’invalides physiques et
psychologiques ; guerre qui devait être la dernière, la « der des ders », et qui ne fait
qu’ouvrir le XXe siècle, le « siècle d’acier ».
Les générations qui ont connu cette guerre se sont éteintes, celle qui était à peine née est
sur le point de disparaître. Inéluctablement, tous ceux qui ont été témoins de la guerre
ou qui ont connu ces témoins s’effaceront. Les blessures faites aux paysages ruraux et
urbains sont cicatrisées depuis longtemps. Même l’antagonisme longtemps ressenti par
la population vis-à-vis de ses anciens agresseurs a progressivement fait place au
sentiment d’appartenir à une même communauté qui se structure dans la construction
européenne.
Le temps fait son œuvre d’estompement des souvenirs particuliers pour les remplacer
par la mémoire collective. Il nous reste des années de guerre et d’après-guerre des
sources écrites, des photos et quelques films, qu’exploitent les historiens, ainsi que
divers types d’objets, parmi lesquels des monuments commémoratifs, également étudiés
par les historiens.
L’intérêt pour la Première Guerre, après avoir été largement éclipsé par la guerre de 4045, n’a jamais été aussi développé que depuis ces vingt dernières années. Publications
historiques scientifiques ou de vulgarisation, romans, cinéma, documentaires, émissions
télévisées, expositions, bandes dessinées, sites internet, l’offre est de plus en plus
abondante, répondant à une demande sans cesse croissante.
Quel peut être alors l’intérêt d’une ixième recherche sur les monuments de la Première
Guerre ? Celui de ce travail est double. D’une part, il n’existe encore aucune synthèse
pour la province de Liège. La taille du corpus, avec près d’un millier de monuments
soumis à la même grille de lecture, est peu commune. D’autre part, ce n’est pas un
mémoire d’historien, mais d’historien de l’art. Les deux approches ne peuvent qu’être
complémentaires, et la plus grande attention prêtée par l’historien de l’art aux objets
eux-mêmes, à leurs auteurs et à leurs contextes de production apporte une valeur
supplémentaire.
Le travail est structuré en trois parties.
La première, objet du premier volume, est une étude générale des monuments
commémoratifs, illustrée par des exemples pris dans le corpus liégeois. Après une
introduction méthodologique, divers aspects sont abordés tour à tour : historique,
typologique, épigraphique, iconographique, idéologique, stylistique, esthétique, sans
oublier les auteurs et les circonstances de la réalisation de ces monuments. Cette
première partie se termine par quelques considérations sur les transformations et
6
changements, positifs et négatifs, qu’ils ont pu subir depuis l’époque de leur première
inauguration.
La deuxième partie consiste en des compléments et quelques annexes. Elle fait l’objet
du deuxième volume. Les compléments sont une série de monographies sur quelques
monuments ou ensembles de monuments particuliers : monuments commémorant la
bataille de Liège d’août 1914, monuments de la Ville de Liège, Mémorial interallié de
Cointe, plaques communales, monuments des cantons de l’Est, médailles
commémoratives. Comme l’unité de classement des monuments est la commune, avant
la fusion de 1977, et que les limites territoriales provinciales ont changé à plusieurs
reprises depuis 1918, il a semblé utile d’ajouter, en plus des annexes habituelles, une
description de l’évolution des limites administratives des communes de la province de
Liège. On y trouvera aussi le nombre d’habitants de chaque commune au sortir de la
guerre.
La troisième partie, le corpus, a pour support le CD-Rom joint au deuxième volume.
Chaque monument, chaque localité, chaque auteur (sculpteur, architecte, tailleur de
pierre…) fait l’objet d’une fiche spécifique dans un fichier Powerpoint. Le fichier
contient aussi un catalogue des monuments de la province et plusieurs index permettant
de retrouver aisément la page recherchée. On se reportera à la première annexe, dans le
second volume, pour la description plus détaillée et le guide d’utilisation du fichier.1
1
Voir vol. 2, p. 203.
7
1. Introduction méthodologique
1.1. Définition du champ de l’étude
Les monuments commémoratifs de la Grande Guerre en province de Liège. Si ce titre
paraît en lui-même définir l’objet de ce travail, il reste néanmoins nécessaire d’en
préciser les contours.
Lorsque l’on parle de monuments commémoratifs de la guerre, c’est bien sûr d’abord
l’image du « monument aux morts » qui s’impose à l’esprit. Ce monument, simple
obélisque ou statue de pierre ou de bronze, que l’on croit pouvoir retrouver dans chacun
de nos villages, sur la place communale ou au cimetière, et qui porte, gravés dans la
pierre, les noms des glorieux enfants du pays morts pour « le salut de la patrie » et « la
sauvegarde du droit et de la liberté ». Ce monument autour duquel se rassemblent
chaque 11 novembre les anciens combattants – de moins en moins nombreux au fur et à
mesure que les années passent – arborant drapeaux et médailles, les hommes politiques
locaux et une partie de la population, où l’on prononce des discours et joue du clairon.
Certes ce cliché correspond en partie à une certaine réalité, mais en partie seulement, et
pas de façon aussi généralisée dans notre pays que dans la France voisine.
Détaillons donc les éléments du titre.
A. « Monuments commémoratifs »
À la définition donnée par le Petit Robert, « ouvrage d’architecture ou de sculpture
destiné à perpétuer le souvenir de quelqu’un, de quelque chose », on pourra préférer
celle proposée par Aloïs Riegl dans son ouvrage Der moderne Denkmalkultus, sein
Wesen, seine Entstehung, publié en 1903 et traduit en français sous le titre Le culte
moderne des monuments. Au début du premier chapitre, Riegl donne la définition
suivante :
Par monument, au sens le plus ancien et véritablement originel du terme, on entend une
œuvre créée de la main de l’homme et édifiée dans le but précis de conserver toujours
présent et vivant dans la conscience des générations futures le souvenir de telle action ou
de telle destinée.2
On voit donc que par définition tout monument est commémoratif et que le pléonasme
ne prendra son sens que par le déterminant qui le suit. Riegl distingue ensuite les
monuments de l’art et ceux de l’écriture, catégorie dans laquelle il place aussi la
musique. Seuls les « monuments de l’art » nous intéressent ici. De même, pour
Françoise Choay, un monument est :
au sens premier tout artefact édifié par une communauté d’individus pour se remémorer
ou faire remémorer à d’autres générations des personnes, des événements, des sacrifices,
des rites ou des croyances.3
Nous suivrons Riegl et Choay en ne limitant pas la notion de monument aux seules
statues ou réalisations architecturales, qui bien sûr occupent une place très importante,
2
RIEGL, A., Le culte moderne des monuments, traduction de Daniel WIECZOREK, Paris, Seuil, 1984, p.
35. Une autre traduction du même ouvrage, par Jacques BOULET, publiée en 2003 chez L’Harmattan,
omet ce passage.
3
CHOAY, F., L’allégorie du patrimoine, 1996, p. 14.
8
mais en étendant la notion à des productions telles que de simples plaques gravées, des
sculptures mobilières, des vitraux, des médailles, des lithographies…4
Nous poserons toutefois deux limites.
D’une part, le monument doit avoir un certain caractère collectif dans son origine (dédié
par un groupe de personnes, soit à une ou plusieurs personnes, soit en souvenir d’un
événement particulier, soit encore en ex-voto), ou dans sa destination (il peut être dédié
par une personne à un autre groupe de personnes). On exclut ainsi les tombes et
monuments funéraires familiaux, qui restent du domaine privé. On exclut aussi les
œuvres plastiques, de quelque nature qu’elles soient, qui ne répondent pas à
l’expression d’un hommage collectif. Les plaques mobiles, qu’elles soient de pierre ou
de métal, placées sur les tombes et caveaux, ne sont pas non plus considérées dans ce
travail.
D’autre part, certaines formes de création plastique ne seront pas non plus considérées
ici. C’est par exemple le cas des nombreux drapeaux brodés offerts aux régiments et aux
diverses associations d’anciens combattants, d’invalides, d’enfants de combattants, etc.
et de certains livres mémoriaux dotés d’une reliure originale et offerts à certaines
personnalités.
Alors, pourquoi ne pas utiliser le terme habituel de « monument aux morts », comme on
le voit encore dans tant de publications ? L’expression, sans doute inspirée par la réalité
française, est trop réductrice. En effet, un nombre significatif de monuments n’ont tout
simplement pas été érigés en hommage à des morts de la guerre. Les pertes humaines
durant le conflit, en proportion de la population, sont significativement moins
nombreuses en Belgique qu’en France ou en Allemagne. Voici les estimations, en
milliers d’hommes, affichées par l’Historial de la Grande Guerre de Péronne :
Belgique
France
Allemagne
Mobilisés
365
7 891
13 200
Tués
38
1 327
2 037
%
10,4 %
16,8 %
15,4 %
Les chiffres affichés au Musée royal de l’Armée à Bruxelles ne sont pas très différents.
On peut donc calculer la mortalité en proportion de la population :
Belgique
France
Allemagne
Population
(millions)
7,5
39
67
Tués
(milliers)
38
1 327
2 037
%
0,5 %
3,4 %
3,0 %
4
Régis Debray a établi une typologie générale des monuments, en distinguant les « monuments
messages », qui se réfèrent à un événement du passé, les « monuments formes », qui sont des faits
architecturaux, et les « monuments traces », à finalité utilitaire et sans prétention esthétique. Les
monuments commémoratifs sont forcément tous des « monuments messages ». DEBRAY, R., Le
monument ou la transmission comme tragédie, 1999, p. 13-18.
9
On le voit, la mortalité sous l’uniforme est beaucoup plus faible en Belgique qu’en
France. D’une part, la mobilisation a été moins importante, car la plus grande partie du
pays a été relativement rapidement conquise et l’occupation a duré quatre ans. D’autre
part, le roi et l’état-major belge ont été plus économes de leurs troupes, qui n’ont pas
participé aux grandes tueries comme les batailles de Verdun, du Chemin des Dames ou
de la Somme, vastes tueries qui ont fait des centaines de milliers de morts en quelques
jours. Les Anglais ont d’ailleurs reproché à la Belgique, durant les négociations du
Traité de Versailles, le faible taux de mortalité de son armée. Ainsi, un gros bourg rural
de mille habitants aura, en moyenne, cinq noms de héros à inscrire sur son monument,
alors qu’une commune française de population équivalente en aura trente-quatre. De
nombreux petits villages ne comptent que quelques centaines d’habitants et plusieurs
n’ont eu aucun soldat tué. Même la commune de Fouron-le-Comte, alors liégeoise, qui
comptait quelque 1 200 âmes en 1914, a vu revenir tous ses combattants vivants. Et
pourtant un grand monument figurant un soldat occupe la place du centre du village. On
trouvera aussi des monuments érigés en remerciement au ciel ou aux hommes pour
l’absence de victimes. Plusieurs monuments commémorent des victimes civiles, tandis
que d’autres honorent la mémoire de grandes figures décédées bien après la guerre,
particulièrement le roi Albert Ier et quelques généraux, mais aussi tous les anciens
combattants inhumés dans des pelouses d’honneur. D’autres enfin sont des hommages
ou des soutiens à des œuvres caritatives ou encore des rappels de certains faits d’armes.5
Il n’est donc pas exact que toutes les communes belges ont leur « monument aux
morts », ni que tous les monuments commémoratifs de la Grande Guerre honorent des
morts. La situation de nos communes n’est pas équivalente à celle des quelque 36 000
communes françaises qui, sauf rares exceptions, ont toutes eu des familles endeuillées
durant la guerre et dont les monuments ne portent que des noms de morts.
L’usage de l’expression « monument aux morts » semble même ne s’être généralisé, du
moins en Belgique, qu’à partir des années 1930, dans un processus d’évolution
linguistique très fréquent d’abréviation des mots longs. Nous avons relevé, dans les
articles du journal La Meuse consacrés entre décembre 1919 et mai 1940 aux
monuments de l’arrondissement de Liège, 481 occurrences d’expressions utilisées pour
les désigner.6 Pour les années 1919 à 1927, sur 371 occurrences, l’expression
« monument aux morts », sans autre qualification, n’a été notée qu’à trois reprises
(0,8 %), alors qu’elle apparaît seize fois sur les 110 locutions relevées entre 1928 et
1940 (14,5 %). Un peu plus fréquentes sont les expressions plus complexes, comme
« monument aux morts pour la patrie », « aux morts de la guerre », « aux morts de la
commune », etc. respectivement à dix et six reprises pour ces deux périodes. En fait, les
locutions les plus utilisées entre 1919 et 1927 sont « mémorial » (23 %), « monument
commémoratif » (18 %), « le Monument », simplement et souvent avec une majuscule
(16 %), « monument en mémoire de… » (14 %), et « monument aux soldats, aux
enfants, aux héros… » (11 %), ce qui fait plus de 80 % de l’échantillon. Et ce sont
5
On analysera ces différents genres de monuments dans le chapitre consacré à la typologie, p. 32.
Lorsqu’une expression se répète à l’identique dans le corps d’un même article, elle n’est comptée que
comme une seule occurrence.
6
10
systématiquement les mots « plaques commémoratives » qui reviennent lorsqu’il s’agit
de plaques apposées à un mur.
Préférons donc parler de « monuments commémoratifs ».
B. « Commémoratifs de la Grande Guerre »
Monuments commémoratifs de la guerre 14-18, donc. Ceci définit d’emblée un
terminus a quo, août 1914. Les opérations militaires ont commencé le 4 août 1914 avec
l’entrée des troupes allemandes sur le territoire belge. On verra plus loin que les
premiers monuments commémoratifs, au sens large du terme, sont des médailles
frappées dès le 7 août en hommage à la résistance de Liège.7 Il n’y a par contre pas de
terminus ante quem. Si beaucoup d’études sur les « monuments aux morts » se
concentrent essentiellement sur ceux construits dans les années 20, on a continué à en
inaugurer jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Et le mouvement ne s’est
pas arrêté après celle-ci, d’autres monuments ont été érigés en hommage conjoint aux
victimes des deux guerres et même parfois encore exclusivement en souvenir des
événements de 14-18.8 On peut parier que de nouvelles réalisations seront encore
inaugurées à l’occasion du centenaire du déclenchement de la guerre en 2014 et de
l’Armistice en 2018. Par contre, tous les monuments qui ne concernent que les
événements et les victimes de la Seconde Guerre ne sont pas inclus dans le périmètre de
ce travail.
C. « En province de Liège »
Du point de vue géographique, le champ de l’étude est la province de Liège, c’est-à-dire
les arrondissements de Liège, de Huy, de Verviers et de Waremme. On y ajoutera
quelques monuments commémoratifs réalisés par des artistes liégeois, monuments dont
le thème ou la localisation n’ont pas forcément de relation directe avec la province.
C’est surtout le cas de quelques statuettes et quelques médailles.
Il y a plusieurs avantages à travailler à cette échelle :
- Malgré son étendue, avec 344 communes au moment de l’Armistice et trente de
plus avec l’intégration des cantons de l’Est en 1925, il était possible de les
visiter toutes, sans que la masse d’informations ne dépasse les limites du
gérable.
- Le grand nombre de monuments identifiés permet d’avoir une vue assez
complète sur la variété des monuments et d’éviter certaines conclusions hâtives
parfois tirées d’un échantillonnage trop restreint.
- La province de Liège a été le théâtre des premières batailles de la guerre et Liège
a acquis à cette occasion une renommée de vaillance dans la résistance. Un
certain nombre de monuments y font référence.
7
Voir le chapitre consacré aux médailles, vol. 2, p. 182.
Les dernières réalisations en date pour la province de Liège sont des sculptures au fort de Loncin, en
2004 et 2007, une plaque au fort de Hollogne en 1999 et des monuments au Mémorial interallié
(britannique en 1994, polonais en 1996, russe en 2000).
8
11
-
-
-
-
Les monuments des cantons de l’Est (Eupen, Malmedy et Saint-Vith) présentent
un intérêt particulier. Comment les commanditaires et les artistes ont-ils
développé le thème de l’hommage à des morts qui ont combattu sous l’uniforme
allemand, celui de leur patrie avant l’Armistice, alors qu’ils étaient devenus
belges depuis ? Un chapitre particulier est consacré à cette question.9
À l’autre extrémité de la province, l’arrondissement de Waremme incluait une
quinzaine de communes flamandes autour de Landen. Elles ont été transférées à
la province de Brabant au moment de la fixation de la frontière linguistique en
1962, tout comme les communes des Fourons. Inversement, quelques communes
francophones du Limbourg (vallée du Geer, Lanaye, Otrange, Corswarem) ont
été alors rattachées à la province de Liège. On verra que certains de leurs
monuments, d’un côté comme de l’autre, portent la marque d’une appartenance
communautaire.10
Les frontières provinciales et communales ont connu d’autres aménagements,
avant 1962 avec quelques fusions de très petites communes et en 1977 avec la
grande opération des fusions de communes. Il était donc nécessaire de faire le
point sur tous ces changements, qui font l’objet d’un chapitre en annexe.11
Il existe bien des écrits sur ces monuments commémoratifs, généralement
travaux d’historiens plutôt que d’historiens de l’art, portant sur un nombre limité
de communes. Ce sont parfois aussi des travaux de passionnés d’histoire locale
ou d’histoire militaire. Mais il n’y a pas encore d’étude globale sur toute une
province en Wallonie, et relativement peu de choses sur la province de Liège.12
Le champ de la recherche est ainsi défini typologiquement (monuments commémoratifs
au sens large, mais à caractère collectif), chronologiquement (de la guerre à nos jours) et
spatialement (les communes qui font ou ont fait partie de la province de Liège, ou
d’autres œuvres d’artistes liégeois). On ne se privera cependant pas de franchir
occasionnellement ces limites lorsque cela enrichira le propos.
1.2. Heuristique
Collecter des informations sur l’ensemble des monuments commémoratifs, pour
construire un corpus et établir un catalogue comme base du travail d’herméneutique, est
comme assembler un vaste puzzle dont on ignorera toujours le nombre de pièces. Il est
nécessaire de travailler simultanément dans deux directions : un travail de recherche
9
Voir vol. 2, p. 177.
Voir p. 82 et vol. 2, p. 172.
11
Voir vol. 2, p. 206.
12
Citons deux études sur les monuments de provinces flamandes : DE MAESSCHALCK, KR.,
ENGELEN C., MARX M., PERSOONS E., Oorlogsmonumenten 1914-1918 in Vlaams-Brabant, A.G.R.,
Bruxelles, 2002 ; JACOBS, M., Zij die vielen als helden... Cultuurhistorische analyse van de
oorlogsgedenktekens van de twee wereldoorlogen in West-Vlaanderen, Bruges, 1996.
En France, plusieurs monographies couvrent tout un département l’équivalent d’une de nos provinces.
Voir la bibliographie, partim Sites en ligne.
10
12
bibliographique, qui peut orienter vers des monuments particuliers, et la recherche des
monuments sur le terrain.
Quelques types de sources et documents se sont révélés particulièrement riches :
- Quatre mémoires de fin d’études en sciences historiques, portant chacun sur un
nombre limité de communes de la province, mais pour lesquels les auteurs ont
dépouillé les archives communales et une partie de la presse locale.13
- La lecture systématique de La Meuse, de décembre 1918 à juin 1949, dont un
des apports les plus intéressants est de dater les inaugurations de monuments et
d’avoir ainsi une perspective sur leur évolution thématique et stylistique. Il est
vrai que la couverture géographique par les journalistes et correspondants de La
Meuse est à géométrie variable avec le temps. Si, dans les premières années qui
ont suivi l’Armistice, le journal donne des nouvelles locales de tous les
arrondissements de la province,14 on constate qu’à certaines époques il ne traite
que des localités de l’arrondissement de Liège, ou même du seul Grand Liège.
Et il n’y a, sur toute la période, pratiquement aucune information sur les
monuments des cantons de l’Est. Il aurait sans doute été utile de dépouiller
systématiquement d’autres journaux, non seulement de tendances politicophilosophiques différentes (comme La Gazette de Liège, catholique, et La
Wallonie, socialiste), mais aussi centrés sur des parties différentes de la province
(Verviers, Huy-Waremme, Eupen…). L’ampleur du travail15 a obligé à opérer
un choix entre une recherche horizontale, synchronique, sur un nombre limité
d’années mais avec une plus grande diversification des sources, et une recherche
verticale, sur une plus longue période, mais focalisée sur une seule source. C’est
la seconde option qui a été retenue.
- Les archives communales peuvent également être une source utile de
renseignements. Encore faut-il qu’elles n’aient pas été détruites et qu’elles ne
soient pas trop laconiques.16 Il n’était pas non plus envisageable de consulter les
archives dans toutes les communes où elles sont encore disponibles. En dehors
de la lecture du Bulletin administratif de la Ville de Liège, on n’y a donc eu
recours que dans quelques cas où le monument posait question, et pas toujours
avec succès. Le travail réalisé par les auteurs de mémoires déjà cités rendait
13
À l’Université de Liège, CONSTANT, J., La mémoire des « atrocités allemandes » de la Première
Guerre mondiale dans l’entre-deux-guerres au Pays de Herve, 2006. À l’Université catholique de
Louvain, BIÉVEZ, É., La mémoire de la Grande Guerre au travers des monuments aux morts dans les
communes de Huy, Tihange et Ben-Ahin, 2003 ; ERGEN, N., La mémoire de la Grande Guerre à travers
les monuments d’Ans, Awans et Saint-Nicolas, 2001 ; VAN EETVELDE, S., Mémoire d’une ville
martyre. L’évolution mémorielle de l’expérience de la Première Guerre mondiale à Visé (1914-1939),
2003.
14
Avec aussi (sait-on pourquoi ?) un intérêt particulier pour la ville brabançonne de Tirlemont.
15
L’expérience a montré qu’il faut en moyenne environ 45 minutes pour dépouiller un mois de
publication, donc neuf heures pour une année, plus de 230 heures pour les vingt-six années explorées,
sans compter le travail d’analyse et de classement des informations recueillies.
16
Ainsi les archives d’Heure-le-Romain ont disparu et nous n’avons plus aucune indication ni sur l’auteur
ni sur la date d’inauguration du monument de la commune. Le registre des séances du Conseil communal
de Glain indique seulement qu’un subside de 5 000 francs a été accordé pour le monument au cimetière,
sur un coût total de 25 000 francs, mais à nouveau rien sur son auteur ni sur la date d’inauguration (sinon
qu’elle est postérieure à avril 1929). Et pourtant ce sont deux réalisations sculpturales intéressantes.
13
d’ailleurs inutile la répétition de leur recherche d’archives pour les communes
qu’ils ont étudiées.
- D’autres fonds d’archives ont livré des informations intéressantes,
particulièrement :
o Le fonds des Monuments et Sites aux Archives provinciales, qui contient
quelques dossiers de correspondances entre la Province, la C.R.M.S., et
les communes souhaitant édifier un monument commémoratif.17
o Le fonds de l’Administration des Beaux-Arts, aux A.G.R. à Bruxelles,
qui conserve les dossiers de demandes de subsides pour la construction
de monuments.
o Les dossiers provenant également de l’Administration des Beaux-Arts,
portant sur la correspondance avec les artistes, souvent à propos d’une
demande d’aide financière. Ils sont déposés au Centre de documentation
des Arts plastiques à Bruxelles.
o Le fichier des anciens élèves de l’Académie royale des Beaux-Arts à
Liège.
- Internet peut fournir de nombreux renseignements utiles. Un site se détache par
le nombre de références à des monuments, www.bel-memorial.org. Rien que
pour la province de Liège, on y en trouve plus de cinq cents, dont environ un
tiers ne concernent que la Seconde Guerre.18 Cependant, la préoccupation des
auteurs du site est la mémoire des personnes dont le nom est inscrit sur les
monuments plutôt que les monuments eux-mêmes19 et il n’y a donc guère
d’informations sur leurs concepteurs, l’époque de leur réalisation, etc. Pour les
cantons de l’Est, le site allemand www.denkmalprojekt.org a une approche
similaire. L’intérêt pour nous réside dans la mention de l’existence des
monuments et de leur emplacement, accompagnée de quelques photos.
- Autre source féconde sur Internet, le site de vente en ligne www.delcampe.net.
Une recherche d’anciennes cartes postales proposées par des vendeurs belges,
avec pour critère l’un des mots-clés « monument », « mémorial » et
« gesneuvelden », donne près de 20 000 résultats dont la plupart concernent des
monuments belges commémoratifs de la Première Guerre ! L’intérêt de ces
documents est d’obtenir une image de l’état de certains monuments avant qu’ils
n’aient été détruits ou modifiés, durant ou après la Seconde Guerre.
Cette liste n’épuise pas les ressources disponibles : contacts locaux, publications
scientifiques ou d’histoire locale, I.R.P.A., Musée royal de l’Armée, Musée de la Vie
Wallonne, Musée de l’Art wallon, Archives d’Architecture moderne, etc. fournissent
chacun quelques pièces du puzzle.
17
Malheureusement les archives de la Commission elle-même ne possèdent plus de dossiers sur son
activité durant l’entre-deux-guerres dans le domaine des monuments commémoratifs.
18
Au 31 juillet 2011.
19
La page d’accueil du site proclame, en français et néerlandais, « Bienvenue sur BEL-MEMORIAL. Site
à la mémoire de ceux qui ont donné leur vie pour leur pays ».
14
La démarche fondamentale pour la constitution du corpus reste la recherche et l’examen
des monuments in situ, pour les photographier et pour relever les inscriptions et les
signatures éventuelles.20 Il a fallu visiter chacune des 383 anciennes communes incluses
dans le champ de l’étude et se mettre à la recherche des monuments qui peuvent s’y
trouver. Tout va bien si l’on a pu obtenir des indications préalables sur l’existence d’un
monument, mais c’est loin d’être toujours le cas. Questionner les habitants ne donne de
réponse crédible que si elle est positive. C’est un fait bien connu que l’on ne prête guère
attention à ce que l’on a régulièrement sous les yeux et l’affirmation qu’il n’y a pas de
monument dans le village ne peut être prise au pied de la lettre.21 La place du village, la
maison communale (souvent réaffectée en école, bibliothèque publique, centre culturel,
hôtel de police, voire habitation privée ou chapelle… lorsqu’elle n’a pas tout
simplement été démolie), le cimetière et l’église sont les endroits a priori les plus
susceptibles de présenter un monument. Au total, ce sont plus de neuf cents monuments
qui ont été inventoriés, auxquels il faut ajouter une centaine de médailles et de
sculptures mobilières. Tous ces monuments, à l’exception d’un certain nombre de
plaques commémoratives calquées sur le même modèle, constituent le corpus présenté
sur le CD-Rom.
La recherche des vitraux commémoratifs a posé un problème particulier. Pour qu’une
église soit dotée d’un vitrail commémoratif, il faut que de nouvelles verrières aient été
nécessaires après la guerre et que les moyens financiers et le goût des fabriciens fassent
préférer cette forme d’hommage à une statue ou à une plaque. Le nombre d’églises
dotées d’un vitrail commémoratif est donc restreint. Il l’est encore plus pour les édifices
civils.
La recherche bibliographique montre vite ses limites. Le Corpus vitrearum Belgique
n’inclut aucun vitrail contemporain. Le répertoire des vitraux en Belgique, publié par
Jean Helbig en 1943 et 1951, se limite aux vitraux anciens et ne dépasse pas le XVIIIe
siècle.22 Ivo Bakelants avait entrepris d’établir un nouveau répertoire de vitraux belges
contemporains, mais sa publication est restée limitée aux entités (communes fusionnées)
dont les noms commencent par les lettres A, B et C.23 La photothèque en ligne de
l’I.R.P.A. est malheureusement fort lacunaire dans le domaine des vitraux. Pour la
province de Liège, sept verrières seulement sont mentionnées comme ayant une valeur
commémorative de l’une ou l’autre des deux guerres. Un mémoire de fin d’études à
l’UCL a été récemment consacré à ce sujet. Son corpus est essentiellement constitué des
20
Faute d’un examen attentif, on s’expose à des méprises regrettables, comme on peut en relever dans
certaines publications. Par exemple, attribuer à Oscar Berchmans le monument de l’Université de Liège
qui porte la signature lisible de Jules Berchmans, dater des années 20 un vitrail qui porte les dates 19141918 et 1940-1945, mal interpréter le sens d’une iconographie, signaler comme disparus des monuments
qui sont toujours bien en place, etc.
21
Il est même arrivé qu’un président de fabrique d’église ignore l’existence d’un vitrail commémoratif
dans son église !
22
HELBIG, J., De glasschilderkunst in België. Repertorium en documenten, (2 vol.), Anvers, 1943 et
1951.
23
BAKELANTS, I., De glasschilderkunst in België in de negentiende en twintigste eeuw, tomes A, B, C,
1986-1992. Il est peu probable que la série soit jamais continuée.
15
références fournies par le site de l’I.R.P.A. et par nous-mêmes.24 Quelques indications
ponctuelles sont fournies dans les mémoires de fin d’études déjà cités, ainsi que dans
celui de Martin Pirotte.25
La recherche de terrain systématique s’est avérée impraticable, du fait que la plupart des
chapelles et églises sont fermées en dehors des heures des (rares) offices et qu’il
faudrait à chaque fois trouver la personne en mesure d’en ouvrir la porte. Il a donc fallu
se limiter aux édifices pour lesquels on disposait d’une indication de la possible
présence d’un vitrail. L’existence des archives de l’atelier Osterrath, conservées au
Grand Curtius, s’est alors montrée fort utile.26 Ce sont finalement plus de vingt vitraux
commémoratifs qui ont ainsi pu être identifiés dans la province.
L’idéal de l’exhaustivité, un moment caressé au début de la recherche, a dû être
rapidement abandonné. S’il est possible de se rendre dans toutes les communes de la
province (avant fusion), parcourir tous les hameaux et villages est irréalisable. On a
mentionné la difficulté de la recherche dans les églises. Une prospection systématique
de toutes les écoles, administrations et entreprises était tout aussi impraticable. Il est
donc sûr qu’un certain nombre de monuments ont échappé à l’enquête. Osons une
estimation : vraisemblablement moins de 15 % des monuments commémoratifs dans la
province ont échappé à la recherche. L’exhaustivité n’a pas été atteinte, mais la bonne
représentativité du corpus est assurée.
1.3. Historiographie et bibliographie
Déjà pendant la guerre et dans les premières années qui suivent l’Armistice paraissent
des ouvrages et des articles traitant des formes de commémoration à adopter pour les
morts, les combattants, les victimes du grand conflit. Ainsi, en 1916, l’écrivain Jean
Ajalbert publie à Paris un livre qui porte le titre Comment glorifier les morts pour la
patrie ?27 Sa conclusion est qu’il faut couvrir le pays de monuments dont « les
inscriptions répétées du nord au midi, de l’est à l’ouest, créeraient sur tout le territoire
une ambiance morale nouvelle ».28 L’idée paraît d’autant plus évidente qu’elle s’inscrit
en parfaite continuité avec la vague de construction de monuments publics au XIXe
siècle, cette fameuse « statuomanie », et plus particulièrement des monuments
commémoratifs de la guerre franco-prussienne de 1870-71, que l’on retrouve déjà un
peu partout en France.29
Les publications relatives aux monuments commémoratifs de 14-18 durant l’entre-deuxguerres restent ponctuelles. Ce sont des comptes-rendus de Salons à Paris où sont
24
BUVÉ, A., Les vitraux commémorant les guerres mondiales du XXe siècle en Belgique, mémoire UCL,
2009.
25
PIROTTE, M., Inventaire de vitraux créés entre 1898 et 1966 par les Ateliers Osterrath pour les
églises de Liège…, mémoire ULg, 1999.
26
Je remercie Isabelle Lecocq, qui m’a fait bénéficier de ses recherches sur ce fonds d’archives.
27
Cité dans BECKER, A., Les monuments aux morts. Mémoire de la Grande Guerre, 1988, p. 12.
28
Ibid.
29
Voir p. 21-22.
16
exposés quelques projets de mémoriaux,30 des plaquettes promotionnelles31, des
comptes-rendus d’inauguration plus ou moins détaillés, quelques articles aussi dans des
revues d’architecture pour des réalisations majeures.32 On trouve également des textes
préconisant l’intervention des architectes pour éviter ce qui est perçu comme la
médiocrité de tant de monuments,33 et d’autres encore rendant compte de travaux
réalisés.34 Mais il n’y a guère d’analyse d’ensemble du phénomène commémoratif et de
ses traductions plastiques. Même dans les répertoires et monographies d’artistes, les
catalogues d’exposition, ou encore des ouvrages plus généraux sur la sculpture, les
œuvres destinées aux monuments de guerre ne sont citées qu’en passant. Sander
Pierron, dans son ouvrage sur la sculpture belge publié en 1932, consacre bien plusieurs
pages aux monuments de guerre, mais il se place uniquement du point de vue esthétique
et il critique le manque d’inspiration qu’il perçoit chez les sculpteurs qui les ont
réalisés.35 Il faut aussi mentionner qu’en 1930, pour commémorer le centenaire de
l’indépendance du pays, les Éditions illustrées du Soir publient un ouvrage de
vulgarisation historique, La Patrie belge. Les illustrations des pages consacrées à la
Grande Guerre ne sont pas les images habituelles de soldats au front et de villages en
ruines, mais près de quarante photos de monuments commémoratifs de toute la
Belgique.36
Jusque dans les années 50, les préoccupations des historiens, étaient centrées sur
l’histoire diplomatique et militaire de la guerre, ainsi que sur la détermination des
responsabilités de la guerre. Elles ne faisaient place ni au vécu des soldats ni aux
phénomènes commémoratifs. Les témoignages, romancés ou non, publiés par d’anciens
combattants comme André Ducasse, Jean Norton Cru, Henri Barbusse ou Roland
Dorgelès sont tout simplement écartés. Pour l’historien Pierre Renouvin, lui-même
pourtant ancien combattant, « l’horizon de ces témoins était trop limité ».37
Ce n’est que dans les années 80 qu’apparaît en France une nouvelle approche
historiographique de la Première Guerre, par laquelle les historiens mettent l’accent sur
les représentations collectives de la guerre, non seulement chez ceux qui l’on faite sous
30
Notamment, pour ce qui nous intéresse ici, sur la sculpture Terre de France par Maxime Réal del Sarte,
dont une version a été installée à Stavelot. BRICON, E., Les Salons de 1920, dans Gazette des BeauxArts, juin-décembre 1920, p. 21.
31
En particulier, à Liège, la brochure destinée à promouvoir le grand projet de la Ville : Un monument
commémoratif de la Défense nationale à ériger à Liège par l’architecte Paul Jaspar, Liège, 1923. Voir
vol. 2, p. 140-145.
32 Comme Le Mémorial interallié de Cointe à Liège, dans La Technique des travaux, novembre 1935, ou
le numéro de la revue Bâtir d’octobre 1939 consacré au mémorial Albert Ier construit sur l’île Monsin à
Liège.
33
Par exemple LOUVET, A., Les monuments français élevés à la mémoire des morts de la guerre, 1924.
34
C’est particulièrement le cas des architectes travaillant pour la Imperial War Graves Commission
britannique et la American Battle Monuments Commission, chargées de la réalisation des cimetières
militaires. Voir GROSSMAN, E., Architecture for a Public Client, 1984.
35
PIERRON, S., La sculpture en Belgique 1830-1930, Bruxelles, 1932, p. 135-162.
36
La Patrie belge (coll.), Bruxelles, Éditions illustrées du Soir, 1930, p. 141-194.
37
Cité dans PROST, A., WINTER, J., Penser la Grande Guerre : un essai d’historiographie, 2004, p. 27.
Prost et Winter distinguent dans cet ouvrage trois grandes périodes dans l’historiographie de la Grande
Guerre. La période où l’on cherche à identifier les causes de la guerre, puis, dans les années 60 et 70,
celle où l’accent est mis sur les relations entre guerre et mouvements sociaux (notamment sous l’influence
du paradigme marxiste) et enfin, à partir des années 80, l’émergence de l’histoire culturelle.
17
les armes, mais dans toute la société. De l’analyse sociale, expliquent A. Prost et
J. Winter, on glisse naturellement vers l’étude du culturel et du psychologique.38 La
question fondamentale n’est plus de savoir quels étaient les causes ou les buts de la
guerre, mais bien comment les soldats et les civils de 14-18 ont pu l’accepter, avec
toutes ses horreurs et ses souffrances. L’analyse se place sur le terrain de la « culture de
guerre », que Prost et Winter définissent comme « l’ensemble des formes discursives au
travers desquelles les contemporains ont compris le monde en guerre dans lequel ils
vivaient ».39
Dans cette nouvelle configuration historiographique, alors que disparaissent un à un les
témoins de la Grande Guerre, une place nouvelle est faite à la mémoire, vecteur
d’identité, et aux objets qui en sont porteurs. Dans ce que Prost et Winter appellent « la
patrimonialisation de l’histoire de la guerre »,40 l’étude des monuments commémoratifs
acquiert enfin son importance. L’un des écrits fondateurs de cette histoire culturelle de
la guerre est sans doute la contribution d’Antoine Prost dans l’ouvrage collectif dirigé
par Pierre Nora, Les lieux de mémoire, paru en 1984.41 A. Prost y fait un premier essai
de classification typologique des monuments aux morts.42 D’autres historiens
développent le thème dans les années 90, dont les plus connus et les plus prolifiques
sont Jean-Pierre et Annette Becker, concepteurs avec Stéphane Audoin-Rouzeau du
programme de l’« Historial de la Grande Guerre » à Péronne (Somme). Les études sur
les monuments commémoratifs de la Première Guerre se multiplient pareillement dans
tous les anciens pays belligérants, à l’exception de la Russie.43
En Belgique francophone, une démarche similaire est entreprise quelques années plus
tard à l’Université catholique de Louvain, sous l’impulsion de l’historienne Laurence
Van Ypersele. Dans un article de 2000, écrit en collaboration avec Axel Tixhon, elle
prend pour départ la considération que « les monuments aux morts se révèlent des
documents particulièrement riches pour comprendre, non pas la réalité de la guerre,
mais les représentations que s’en sont faites ou ont voulu s’en faire les
contemporains ».44 Plus loin, « Plus riches en signification, ils [les monuments
figuratifs] nous permettent d’accéder de plus près aux mentalités de cette génération de
l’entre-deux-guerres et à la ‘culture de guerre’ ».45 Plusieurs mémoires de licence en
Histoire à l’UCL portent sur des monuments de la Première Guerre dans quelques
communes wallonnes. Le projet général est de synthétiser ces études ponctuelles en une
réflexion globale sur la mémoire de guerre en Wallonie, synthèse qui pourrait ensuite
être mise en parallèle avec les travaux portant sur les pays voisins. Sur la base de ces
38
Id., p. 42-45.
Id., p. 217. Voir aussi, par exemple, AUDOIN-ROUZEAU, S., BECKER, A., Violence et
consentement : la « culture de guerre » du premier conflit mondial, dans RIOUX, J.P., SIRINELLI, J.-F.
(dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, 1997, p. 251-271.
40
PROST, A., WINTER, J., op. cit., 2004, p. 45.
41
PROST, A., Les monuments aux morts. Culte républicain ? Culte civique ? Culte patriotique ?, dans
NORA, P. (dir.), Les lieux de mémoire. T. I La république, Paris, 1984, p. 195-225.
42
Voir p. 32.
43
PROST, A., WINTER, J., op. cit., 2004, p. 251-253.
44
TIXHON, A., VAN YPERSELE, L., Du sang et des pierres. Les monuments de la guerre 1914-1918
en Wallonie, dans Cahiers d’histoire du temps présent, Bruxelles, n°7, 2000, p. 83.
45
Id., p. 109.
39
18
recherches, L. Van Ypersele, A. Tixhon, S. Claisse, A. Guilitte ont publié plusieurs
articles et participé à des colloques et ouvrages collectifs sur la mémoire de guerre.
Toujours à l’UCL, Stéphanie Claisse a écrit une thèse sur les monuments
commémoratifs de la Première Guerre, thèse qui n’est malheureusement ni publiée ni
accessible à ce jour.46
Ces travaux, qui prennent souvent un ton lyrique, tentent de « faire parler les
monuments », témoins figés du vécu dramatique d’une époque, porteurs de mémoire
chargés de transmettre un message aux jeunes générations. Ils fournissent également
nombre d’informations sur les circonstances de leur réalisation, récoltées dans des
documents d’archives. L’aspect esthétique et stylistique des monuments, leur place dans
l’histoire des arts plastiques, la vie de leurs auteurs, bref ce qui relève à proprement
parler de l’historien de l’art, n’y sont cependant guère abordés. Citons aussi le mémoire
de licence en Histoire à l’Université de Liège, déjà mentionné, traitant des monuments
liés aux « atrocités allemandes » d’août 1914 sur le plateau de Herve.47 Ce travail est
toutefois autonome et ne prend pas place dans un grand schéma d’ensemble.
Du côté des historiens de l’art, il n’y a toujours que peu de travaux d’envergure à
signaler. Si les publications se multiplient en France avec des inventaires par
département, on ne compte chez nous qu’un mémoire de licence en Histoire de l’Art à
l’ULB et un autre, plus récent, à l’UCL portant sur un sujet plus limité, à savoir la
commémoration des deux guerres mondiales dans l’art du vitrail.48 On a déjà
mentionné, pour la Flandre, deux publications portant sur les monuments du Brabant
flamand et de Flandre orientale.
46
CLAISSE, S., Ils ont bien mérité de la patrie. Monuments aux soldats et civils belges de la Grande
Guerre, mémoire et reconnaissance, thèse de doctorat, UCL, 2006 (non consultable avant 2016).
47
CONSTANT, J., op. cit., 2006.
48
PIROTTE, R., Les monuments aux combattants de la guerre 1914-1918. Valeurs d’une époque, 1995 –
BUVÉ, A., op. cit., 2009.
19
2. Commémoration et monuments
2.1. Racines historiques des monuments commémoratifs de faits de guerre
La tradition des monuments commémoratifs de faits de guerre en Europe remonte à
l’Antiquité. Les Grecs dédiaient des temples à la Victoire, dont l’iconographie restait
essentiellement confinée aux récits mythologiques et homériques. On sait aussi que lors
des guerres médiques, les Athéniens avaient édifié à Marathon un tumulus avec les
ossements de leurs 192 morts de la fameuse bataille.49 De l’époque hellénistique on
connaît aussi la statue de la Victoire de Samothrace, fixée à la proue d’un navire. Et on
a conservé des copies d’un groupe sculpté, également d’époque hellénistique, ex-voto
commémorant la victoire sur les Galates et placé dans le temple d’Athéna à Pergame.50
C’est chez les Romains que la construction de monuments commémoratifs connaît sa
plus grande extension, particulièrement depuis Jules César et Auguste : temples
d’empereurs divinisés, arcs de triomphe, trophées et colonnes qui marquent à Rome le
souvenir des campagnes victorieuses et, dans l’empire, la puissance des légions
romaines. Les monuments remplissent ainsi une fonction politique étroitement liée au
pouvoir impérial. Le souvenir des individus n’est porté que par les stèles tombales, et il
relève du domaine privé.
Aux Temps Modernes, les souverains reprennent la tradition des monuments publics
glorifiant leurs victoires et leur grandeur. Des artistes réalisent des médailles célébrant
les exploits du prince et de ses armées. Les mémoriaux restent réservés aux grands
personnages, tandis que la masse des soldats est reléguée dans l’anonymat. Il en sera
ainsi jusqu’au XVIIIe siècle.
Les choses changent à partir de la fin du siècle des Lumières. George Mosse en attribue
les raisons d’un côté à la Révolution française et de l’autre à la guerre de libération des
Allemands contre les troupes napoléoniennes.51 Dans les deux cas, ce ne sont plus des
mercenaires qui se retrouvent sur les champs de bataille, mais des citoyens, conscrits et
volontaires, qui se battent pour une cause, pour leur patrie.
La mort au combat fut annexée par la Révolution et la nation. Cette nationalisation de la
mort marqua une étape importante dans la création du culte du soldat tombé au champ
d’honneur.52
En 1793, le roi de Prusse Guillaume-Frédéric II inaugure à Francfort le Hessendenkmal
(), monument qui célèbre le retrait des troupes françaises et la libération de la ville.
C’est sans doute le premier qui porte, à côté des noms des officiers, ceux des soldats
morts dans la bataille.53
Pour sa part, Philippe Ariès voit la première réalisation d’un monument
« démocratique », c’est-à-dire commémorant toutes les victimes quels que soient leur
grade ou leur position hiérarchique, dans le monument de Lucerne dédié non pas à des
49
Je dois cette référence au professeur Thomas Morard, que je remercie ici.
Gaulois se donnant la mort (groupe Ludovisi) du Musée national romain, Gaulois mourant du Musée
du Capitole. Un autre groupe votif, d’inspiration similaire, avait été placé sur l’Acropole d’Athènes.
51
MOSSE, G., De la Grande Guerre au totalitarisme, 1999, p. 43-62.
52
Id., p. 46.
53
Id., p. 47.
50
20
conscrits de la Révolution, mais aux gardes suisses de Louis XVI tués à Paris lors de la
prise d’assaut des Tuileries le 10 août 1792.54 Les noms des officiers de la garde, morts
comme survivants, y sont gravés dans la pierre, suivis du nombre de soldats morts (760)
et de rescapés (350). Les événements sont antérieurs à ceux de Francfort, mais ce n’est
qu’en 1821 que le monument a été sculpté, à l’initiative d’un ancien officier de ces
gardes. Le Lion de Lucerne mesure 6 m sur 10 m et est l’œuvre du sculpteur allemand
Lukas Ahorn d’après un modèle de Bertel Thorvaldsen.
À Paris, si l’Arc de Triomphe ne porte que les noms des généraux de Napoléon, celui-ci
avait néanmoins décidé en 1806 de faire de la future église de la Madeleine un temple à
la gloire de la Grande Armée, sur les murs duquel seraient inscrits les noms de tous les
morts d’Ulm, d’Iéna et d’Austerlitz. Mais les travaux ont été arrêtés en 1811 et ne
reprendront que sous la Restauration. Le projet n’a jamais été réalisé tel quel.
La reconnaissance individuelle ne progresse que lentement. Les divers monuments
érigés sur le site de la bataille de Waterloo rendent hommage soit à des personnalités
particulières (tel le lion placé à l’endroit où le prince d’Orange avait été blessé et le
monument Gordon), soit à des armées nationales sans autre différenciation (monuments
aux Hanovriens, aux Prussiens, aux Belges – qui ont combattu des deux côtés – et
l’Aigle blessé dédié aux Français…).
À Bruxelles, le monument de la place des Martyrs, réalisé par Guillaume Geefs et
inauguré en 1838, domine une crypte dont les murs portent des plaques avec les noms
des 467 volontaires victimes des journées de septembre 1830. Leurs dépouilles y
reposent ().
Les premiers cimetières militaires avec tombes individuelles nominatives apparaissent
aux États-Unis durant la Guerre de Sécession. En Europe, ils restent encore une
exception.55 Les soldats morts au combat sont généralement enterrés dans des fosses
communes. Ph. Ariès raconte comment, après la bataille de Sedan en 1870, les milliers
de corps amoncelés dans des tranchées ont été brûlés à l’huile de pétrole.56 C’est
pourtant la guerre franco-prussienne qui entraîne la première véritable campagne de
construction de monuments commémoratifs, préfigurant celle qui suivra après 1918. En
1887, Xavier Niessen, un Alsacien, fonde l’association privée Le Souvenir français,
dont les objectifs étaient de conserver la mémoire des morts pour la France, de veiller à
l’entretien de leurs tombes et des monuments érigés à leur gloire, et de transmettre le
flambeau aux générations à venir. Annette Becker relève toutefois que ces monuments
ne mentionnent, dans leur immense majorité, que les noms des régiments (et ceux des
officiers sur les monuments allemands) et que ce n’est qu’en 1918 que l’inscription des
noms deviendra systématique.57
La Belgique n’était pas partie prenante dans la guerre franco-prussienne, pourtant nous
en trouvons quelques empreintes monumentales dans la province de Liège.
54
ARIÈS, Ph., L’homme devant la mort, vol. 2, 1985, p. 258.
Voir MOSSE, G., op. cit., 1999, p. 55-57.
56
ARIÈS, Ph., op. cit., 1985, p. 257-258.
57
BECKER, A., Monuments aux morts après la Guerre de Sécession et la guerre de 1870-1871 : un legs
de la guerre nationale ?, 1992, p. 26-27.
55
21
D’abord à Liège, au cimetière de Robermont.58 En septembre 1872 est inauguré un
monument dédié aux quatorze soldats français blessés à Sedan et qui moururent à Liège
fin 1870-début 1871. Ce monument fut remplacé en 1890 par un obélisque
suffisamment haut pour y inscrire les noms de ces quatorze soldats (). Un autre
monument est inauguré un mois après le premier, en octobre 1872, cette fois en
souvenir de trois soldats allemands, également blessés à Sedan et décédés à Liège, dont
le socle porte les noms. On sait que la population de souche allemande à Liège était
alors fort importante.
Quelques communes des cantons de l’Est, qui faisaient alors intégralement partie de
l’Allemagne, ont aussi conservé des monuments de cette époque. C’est entre autres le
cas à Eupen, où un monument a été érigé en 1912 à la mémoire des habitants du cercle
d’Eupen tués à la bataille de la Sadowa lors de la guerre austro-prussienne de 1866 et
durant la guerre de 1870-71. Leurs noms sont tous gravés sur le socle qui porte une
représentation de saint Georges combattant le dragon, iconographie que l’on retrouvera
après 1918 dans plusieurs monuments de la région (). Autre témoin, le monument
d’Hergenrath, inauguré en 1910 pour le 40e anniversaire de l’association locale des
combattants de 1870-71 (). Le monument placé au cimetière de Malmedy, figurant
une victoire, fait également référence aux guerres de 1866 et 1870-71 (). Mais il reste
à confirmer qu’il a été installé avant la Grande Guerre. La commémoration rétroactive
des morts de conflits plus anciens n’est pas une exception. À Elsenborn, le monument
actuel comprend une stèle de 1913 qui honore non pas les morts de 1866 et 1870-71,
mais ceux qui ont combattu dans les armées napoléoniennes ().
Une étude des monuments français de 1870-71, que l’on ne fera pas ici, montrerait que
l’iconographie qui fera florès dans les années 20 est déjà fort développée : soldats,
allégories, obélisques, écriture de la gloire, stèles… Gloire aux vaincus, disait-on alors.
On voit ainsi que dès avant 1914, le vocabulaire et la grammaire des monuments
commémoratifs de guerre sont bien en place. Comme l’exprime Pierrick Hervé :
Pendant la dernière décennie du siècle précédent, quelques chefs-lieux de canton de la
Vienne, comme dans bien d’autres départements, ont érigé des monuments à la mémoire
des morts de la guerre de 1870, monuments d’origines privées ou associatives,
notamment par le Souvenir français. Mais, comme le souligne M. Agulhon, le modèle
existant est multiplié après la Première Guerre mondiale […]. Seule l’ampleur du
phénomène est donc nouvelle après le premier conflit mondial.59
2.2. Premières initiatives de commémoration de la Grande Guerre
La Première Guerre mondiale fut un énorme traumatisme collectif, sans précédent dans
les mémoires.
58
Voir à ce sujet MEZEN, Ch., Le cimetière de Robermont, le Père-Lachaise liégeois, 2000, p. 109-110.
HERVÉ, P., La mémoire communale de la Grande Guerre : l’exemple du département de la Vienne,
1998, p. 48.
59
22
Sans précédent par le nombre de morts : 2 millions d’Allemands, 1,1 million d’Austrohongrois, 1,3 million de Français, 0,7 million de Britanniques, 1,8 million de Russes…
et 38 000 Belges.60
Sans précédent par le nombre de pays belligérants. Aucun continent n’était absent du
conflit.
Sans précédent aussi par la mobilisation des populations européennes. Populations
occupées en Belgique et dans le nord de la France, soumises aux restrictions, aux
confiscations, aux destructions, au chômage, aux déportations, à l’arbitraire de
l’occupant allemand. Populations triplement mobilisées dans les zones non occupées,
d’une part pour l’effort de guerre et la production d’armes et de canons, également par
les mesures de rationnement, et enfin par l’absence des hommes enrôlés dans l’armée et
dont on ne sait s’ils en reviendront.
Sans précédent, enfin, par la puissance de feu et de destruction des nouvelles armes :
mitrailleuses, mortiers, lance-flammes, canons surdimensionnés (« grosse Bertha »),
attaques aux gaz chimiques, tanks…
Cette guerre fut la première à être complètement globale. La fin justifiait les moyens,
quels qu’ils soient, et tous les moyens disponibles étaient mis en œuvre.
Pour la Belgique, le choc fut d’autant plus fort que sa neutralité avait été garantie en
1839 par les trois grandes puissances (Angleterre, France et Prusse) et qu’une invasion
paraissait inconcevable. Les événements politiques et diplomatiques se sont accélérés
entre le 28 juin 1914, date de l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche à
Sarajevo, et le 2 août de la même année, date de l’ultimatum allemand pour un libre
passage de leurs troupes au travers du pays. Ce n’est que le 1er août que l’ordre de
mobilisation de l’armée belge a été donné, quatre jours avant l’attaque. Et sa capacité de
résistance paraissait bien dérisoire.
Le comportement des soldats allemands, qui durant leur progression dans le pays ont
tué des milliers de civils et brûlé des centaines de maisons, a encore intensifié le choc
dans les esprits.61 Le caractère manichéen du conflit a pris une dimension
transcendantale. Ce n’est plus seulement le combat entre eux et nous, mais la lutte du
Bien contre le Mal, la guerre de la civilisation contre la barbarie, l’affrontement entre
catholicisme et luthéranisme, la défense du droit et de la liberté.
Le traumatisme des années de guerre avait été trop violent. Il fallait que la société
l’exorcise après l’Armistice par des exercices cathartiques de commémoration et
d’hommage qu’il fallait imaginer et mettre en œuvre. Il n’est donc pas étonnant que le
phénomène commémoratif prenne une dimension nouvelle. Très tôt, durant la guerre
déjà, les initiatives se multiplient. On a déjà mentionné que les premières médailles
rendant hommage à la résistance de Liège ont été frappées dès le 7 août 1914. La
« Ligue patriotique Le Souvenir de Kinkempois-Angleur » se constitue quelques
semaines après la bataille du Sart-Tilman (4 et 5 août 1914) et se donne pour missions
60
Morts sous l’uniforme. Chiffres de L’Historial de Péronne.
Voir p. 50-51. Ces massacres, que l’on a appelés « atrocités allemandes » ont été étudiés par J. Horne et
A. Kramer. HORNE, J., KRAMER, A., 1914. Les atrocités allemandes, 2005.
61
23
d’organiser des pèlerinages et d’entretenir les tombes des soldats belges qui y ont perdu
la vie.62 Ses entreprises culmineront avec l’inauguration du monument du Sart-Tilman
en octobre 1924. Pareillement, des pèlerinages sont organisés par la société « Les
Ansois reconnaissants » au fort de Loncin dès 1915. Pour commémorer la bataille de
Rhées (Herstal), le sculpteur Joseph Rulot réalise en novembre 1914 le modèle d’un
monument qui ne sera exécuté qu’en 1921 par son élève Jules Brouns (). À SaintNicolas, un comité se constitue en 1915 « pour faire célébrer annuellement un service
de reconnaissance aux braves de la paroisse tombés au champ d’honneur ».63 En août
1916 est fondé le « Cercle les XXI – Le Souvenir liégeois », qui veut commémorer le
souvenir des héros belges morts pour la patrie en organisant des manifestations sur les
tombes des soldats à Liège et dans la province, le 21 juillet et le jour de la Toussaint. Au
sortir de la guerre, le Cercle comptait deux mille membres.64 Durant tout l’entre-deuxguerres il participe aux cérémonies du souvenir dans la province, et contribue à
l’installation de divers monuments sur lesquels figure sa plaque distinctive (). On le
voit, malgré la présence et les interdictions des Allemands, l’hommage aux morts
s’organise longtemps avant la fin de la guerre.65
Les initiatives se multiplient après le départ des Allemands et l’on imagine de
nombreuses formes de commémoration, souvent initiées ou soutenues par les pouvoirs
publics :
- Instauration d’une nouvelle fête nationale le 4 août, date anniversaire de l’entrée
des Allemands en Belgique.66 Cela ne durera que quelques années et, à partir de
1922, c’est le 11 novembre qui sera férié.67 Il y a plus de sens à fêter le jour de la
victoire que celui de la défaite.
- Remise de décorations militaires aux anciens combattants. Cette forme
d’hommage peut aussi concerner des entités comme la Ville de Liège, qui
recevra la croix de la Légion d’honneur française, la Croix de guerre italienne et
la Médaille d’or pour la Bravoure serbe.
- Remise de drapeaux aux régiments qui se sont distingués, aux associations
d’anciens combattants, d’invalides de guerre, de veuves et orphelins de guerre,
etc.
- On rebaptise des artères et des places publiques. Combien d’avenues des
Combattants, de rues des Fusillés, de places de l’Yser et même de rues du
Monument dans nos villes et villages ! Dans ceux-ci on donne aux rues les noms
des héros locaux, noms que l’on retrouve sur le monument : rue François Gilon à
Crisnée, rue Oscar Renson à Donceel, place Thomas Palm à Membach, etc.
Dans le Grand Liège, qui inclut les anciennes communes fusionnées avec la
62
La Meuse, 29 janvier 1920.
La Meuse, 3 août 1919.
64
La Meuse, 16 décembre 1918.
65
C’est aussi le cas dans les autres provinces du pays. A. Tixhon et L. Van Ypersele rapportent ainsi
qu’un monument portant la devise du pays et l’inscription « Vaincre ou mourir » a été érigé au cimetière
de Feluy (Hainaut) en 1916. TIXHON, A., VAN YPERSELE, L., op. cit., 2000, p. 94.
66
Initialement c’était la date du 2 août, anniversaire de l’ultimatum allemand, que le gouvernement avait
retenue pour que chaque commune fasse sonner ses cloches. M.A.P.L., n° 5518, août 1919, p. 49-50.
67
M.A.P.L., n° 5717, novembre 1922, p. 501-502.
63
24
-
Ville de Liège en 1977, ce sont près de septante places et rues qui sont
rebaptisées en souvenir de la Grande Guerre.68 Les nouveaux noms nous sont
devenus si familiers que l’on ne sait généralement plus qu’ils se réfèrent à la
Première Guerre : place de l’Yser, place du 20-Août, quai de Rome, place du
Général Leman, rue de Londres (qui était avant la guerre la rue de Berlin !), rue
de Serbie, etc.
La plantation dans chaque commune d’un arbre dit « de la victoire », « de la
liberté » ou encore « de la délivrance » s’inscrit dans une tradition séculaire69
qui avait connu son apogée avec les arbres de la liberté de la Révolution
française. En juillet 1919, La Meuse écrit :
On propose de planter, le 14 juillet, dans toutes les municipalités de France, un
arbre de la Victoire. Pourquoi n’en planterions-nous pas un aussi dans toutes nos
communes le jour de notre fête nationale ? [… Cette cérémonie] continuerait,
dans tous les cas, une vieille tradition charmante.70
En fait, le baron A. Ruzette, ministre de l’Agriculture, avait déjà envoyé aux
gouverneurs de province une circulaire, datée du 7 mai 1919, par laquelle il
engageait les administrations communales à planter un arbre commémoratif le
prochain 22 novembre, premier anniversaire de la rentrée du roi à Bruxelles. De
plus, le ministre suggérait que l’on place sous l’arbre une stèle portant les noms
des soldats de la commune morts pour la patrie. Cette circulaire avait été
distribuée aux communes liégeoises le 30 août,71 mais ce n’est que le 6 octobre
que La Meuse annonce que le gouvernement a adopté l’idée : « Qu’un arbre soit
planté dans chaque commune belge, pour rappeler aux générations futures le
sacrifice accompli par un peuple héroïque ! ». Il semble bien que le vœu du
gouvernement a été largement suivi.72 Nous avons relevé des mentions de
plantation d’un arbre commémoratif dans 25 communes de l’arrondissement de
Liège entre le 5 octobre 1919 (Warsage) et janvier 1921 (Wonck, faisant alors, il
est vrai, encore partie de la province de Limbourg) et le nombre réel de
communes qui y ont procédé a dû être sensiblement plus élevé. À Seraing, ce ne
sont pas moins de cinq « arbres de la Liberté » qui ont été plantés le 22
novembre 1919 dans différents quartiers de la commune.73 C’était en effet une
manière peu coûteuse d’organiser une cérémonie qui réponde à la fois aux
attentes des citoyens et aux vœux du gouvernement. La plupart de ces arbres
étaient accompagnés d’une petite stèle, mais il semble bien que ces stèles ne
portaient pas les noms des morts comme le souhaitait le ministre de
l’Agriculture. Les arbres ont entre-temps disparu, victimes de l’âge, des
68
Voir DELAIRESSE, Y., ELSDORF, M., Le livre des rues de Liège, Liège, 2001.
À Bruxelles, on plante encore chaque année le Meyboom, tradition folklorique qui remonte au Moyen
Âge et qui est censé rappeler une victoire des Bruxellois sur les Louvanistes.
70
La Meuse, 13 juillet 1919.
71
M.A.P.L., n° 5523, août 1919, p. 187-189.
72
Pour A. Tixhon et L. Van Ypersele, cependant, « il est difficile de savoir si ce vœu a été honoré. En
effet, rares sont les archives communales qui en parlent. » TIXHON, A., VAN YPERSELE, L., op. cit.,
p. 95.
73
La Meuse, 23 novembre 1919.
69
25
-
maladies et des réaménagements urbains. Quelques stèles subsistent encore.
C’est notamment le cas à Hermalle-sous-Argenteau () et à Herstal ().
D’autres formes de commémoration ont été suggérées dans les années qui ont
suivi la guerre. On a ainsi proposé d’allumer un grand feu dans chaque village à
la date du 4 août, qui venait de perdre son statut de fête nationale, ou de sonner
ce jour-là cloches et tocsins dans les églises et beffrois.74 Le Touring Club de
Belgique avait projeté de marquer la ligne extrême du front par des bornes de
pierre, projet auquel la Ville de Liège comptait apporter un subside de 500
francs.75 Ce ne sont que quelques exemples.
C’est bien sûr l’installation de monuments de diverses natures (statues, obélisques,
plaques, vitraux…) qui constitue la partie la plus visible et la plus durable de ce vaste
mouvement commémoratif.
Les pouvoirs publics, conscients des graves difficultés financières dans lesquelles se
débattent la plupart des communes au sortir de la guerre, tentent de favoriser les
hommages peu coûteux. Rebaptiser une rue ou planter un arbre ne coûte quasiment rien.
En avril 1919, la Députation permanente de la Province de Liège propose à chaque
commune relevant de sa compétence de lui offrir un ou plusieurs frontons de bronze
() destinés à être placés au-dessus d’une plaque commémorative qui serait apposée à
la façade de la maison communale. Seule la confection de la plaque de pierre se ferait
aux frais de la commune.76 Il y a un souci explicite de ne pas laisser les communes se
lancer dans des dépenses qu’elles n’auraient pas les moyens d’assumer, un souci aussi
de ne pas consacrer à la réalisation de monuments trop de ressources matérielles dont la
disponibilité pour la reconstruction du pays reste insuffisante, un souci enfin de ne pas
enlaidir les communes par des monuments de caractère trop banal. Une circulaire du
ministre des Sciences et des Arts, Jules Destrée, adressée aux gouverneurs de province
le 27 mai 1920, en témoigne :
Monsieur le Gouverneur,
Les événements de la guerre donnent lieu, un peu partout, à des commémorations
patriotiques, inspirées par un sentiment de piété généreuse que je ne puis qu’approuver.
Toutefois, quelque louable que soit un tel sentiment, il peut facilement dépasser la
mesure. Est-il bien nécessaire que chaque commune, chaque établissement, chaque
profession élève à ses héros des monuments ? Ne pouvons-nous pas honorer nos morts
sans accaparer pour ces édifications les briques, les pierres de taille, les matériaux de
toute sorte dont les vivants ont, à l’heure présente, tant besoin, et que les acheteurs se
disputent à des prix sans cesse croissants ? N’est-il pas à craindre que le grand nombre de
pareils monuments n’engendre une banalité et une laideur dont nous aurons honte plus
tard ? Ne serait-il pas plus sage de ne rien précipiter, de remettre ces cérémonies à des
temps où nous pourrons nous y consacrer sans accroître la détresse générale ? Le souvenir
se garde dans les cœurs mieux que dans le marbre ou l’airain, et je reste persuadé que
tous ceux qui en sont dignes vivront dans la reconnaissance du pays.
74
La Meuse, 5 août 1923.
La Meuse, 19 février 1922.
76
La Meuse, 13 mai 1919. Voir le chapitre consacré aux plaques communales à fronton provincial, vol. 2,
p. 167.
75
26
[…]
Le Ministre,
J. Destrée.77
Mais ces conseils de modération ne sont pas suivis d’effets. La fig. 1 permet d’apprécier
à la fois l’ampleur et la rapidité de l’installation des monuments commémoratifs, ainsi
que sa persistance durant près d’un siècle. On lit sur le graphique le nombre
d’inaugurations de monuments rappelant la Grande Guerre en province de Liège, par
année durant l’entre-deux-guerres et par tranches de cinq ans après 1945. La statistique
couvre les 379 monuments de toutes natures (publics, religieux, corporatifs,
militaires…) dont nous avons retrouvé la date d’inauguration, mais ne comprend ni les
stèles accompagnant la plantation des « arbres de la liberté » en 1919-1921, ni les
plaques placées sur les maisons communales ces mêmes années.
Fig. 1. Nombre d’inaugurations de monuments commémoratifs en province de Liège.
L’échantillon n’est peut-être pas strictement représentatif de l’ensemble des communes,
mais il donne une idée assez correcte de ce que fut le rythme des inaugurations. On
constate que le pic se produit en 1920 et que le rythme reste soutenu jusqu’au milieu des
années 20. La constitution de nombreuses fraternelles de régiments à partir de la fin des
années 20, la ferveur patriotique lors du centenaire de l’indépendance belge en 1930 et
la disparition du roi Albert en 1934 sont autant de nouvelles occasions ou raisons pour
77
M.A.P.L., n° 5563, juin 1920, p. 640-641. La suite du texte de la circulaire de J. Destrée détaille la
politique de subvention de son ministère aux monuments commémoratifs. Elle sera abordée dans le
chapitre consacré au financement des monuments, p. 88.
27
créer de nouveaux monuments dans les années 30. On assiste à un regain du nombre
d’inaugurations au lendemain de la Libération de 1944 (on ne parle ici que des
monuments qui concernent la Première Guerre ou associent les morts de 14-18 à ceux
de 40-45) et, jusqu’à aujourd’hui, il ne se passe pas un lustre sans que soit inauguré un
nouveau monument.78 Il peut paraître surprenant que, tant d’années après l’Armistice,
on édifie encore des monuments rappelant 14-18. Les derniers en date sont les
monuments britannique (1994), polonais (1996) et russe (2000) au Mémorial interallié
de Cointe, le monument de l’ancienne gendarmerie de Vottem (1997), celui du fort
d’Hollogne (1999) et ceux mis en place au fort de Loncin en 2004 et 2007.
Gageons que de nouvelles statues, stèles ou plaques seront encore réalisées dans les
prochaines années, lors des commémorations du centenaire de la guerre.
2.3. Monuments aux morts ou monuments aux vivants ? Les fonctions des
monuments commémoratifs
La vague commémorative, qui a connu ses débuts dès les premiers mois de la guerre et
son paroxysme dans les premières années qui l’ont suivie, n’était pas le fruit d’une
volonté calculée, d’un plan d’une quelconque autorité centrale, mais bien un phénomène
spontané, fragmenté, une réponse au besoin d’exorciser les souffrances, les deuils, les
terreurs, les privations subis dans une guerre estimée injuste et à laquelle la population
n’était pas préparée. C’est une constatation d’ordre général, qui demande à être
approfondie. La population qui s’assemble autour d’un monument n’est pas homogène.
Anciens combattants, invalides de guerre, veuves et orphelins, anciens prisonniers,
simples civils, adultes et enfants, mais aussi représentants de l’autorité politique,
religieuse et militaire, chacun a son propre vécu, ses propres préoccupations, sa part
d’incommunicable. Le même monument ne peut avoir de signification unique pour tout
le monde, il est nécessairement investi de fonctions diverses, variables selon le
spectateur.
A. Fonctions funéraires
Ce sont les fonctions les plus manifestes. Le monument est le support de l’hommage
rendu par les survivants, combattants et civils, à ceux que la guerre a emportés. Sans
doute que dans l’esprit de beaucoup se posait la question taraudante « Pourquoi eux,
pourquoi pas nous ? ». Antoine Prost relève que :
[Les cérémonies aux morts] ne sont pas, à l’origine, des manifestations officielles. Elles
ne sont pas organisées par les pouvoirs publics, mais par les associations d’anciens
combattants. […] Ces manifestations ne sont pas des manifestations militaires. […] Ni
officielles, ni militaires, ces cérémonies sont des manifestations funéraires. Les
monuments sont des tombes, et les manifestations des services funèbres. 79
L’hommage aux disparus apporte aussi une certaine consolation aux proches endeuillés.
Pour Catherine Moriarty, qui traite des monuments britanniques :
78
Le nombre d’inaugurations pour la période 1950-1980 est sans doute sous-estimé, car le dépouillement
systématique de La Meuse a été arrêté à la mi-1949.
79
PROST, A., op.cit., 1984, p. 210. Ce qui est vrai pour la France l’est, à ce propos, également pour la
Belgique.
28
La fonction primordiale de ces monuments commémoratifs […] était de consoler les
familles des victimes. […] Ils forment […] une documentation visuelle sur la manière
dont les affligés arrivaient à accepter la guerre et lui trouver un sens.80
C’est pour donner un sens à la mort des disparus et à la douleur des survivants que
s’instaure un nouveau culte, le culte civique du souvenir des héros et du sacrifice pour
la Patrie. Culte laïque, qui emprunte bien des formes du culte chrétien et auquel il ne
s’oppose pas, avec ses lieux sacrés (le monument et l’enclos qui l’entoure), ses rituels
(les cérémonies du 11 novembre), ses martyrs, son eschatologie (la rédemption par le
sacrifice consenti pour la Patrie, entité supérieure dont la défense est assimilée au Bien),
ses hymnes (la Brabançonne), ses litanies des saints (l’appel aux morts), ses
pèlerinages...81 Michel Ragon constate :
Le monument aux morts est, bien sûr, une laïcisation du calvaire et l’on y retrouve ces
palmes du martyre récupérées par l’iconographie chrétienne. Mais il n’en est pas moins
vrai que le monument aux morts, dans chaque village, est le seul monument aussi vivant,
aussi pratiqué que l’église.82
L’hommage funèbre a donc une fonction plurielle. Commémoration des victimes,
consolation et soutien pour leurs familles et octroi d’un sens au sacrifice, en association
ou non avec la dimension religieuse chrétienne. Les pouvoirs publics ne s’y sont
d’ailleurs pas trompés. Si les cérémonies étaient initialement des initiatives locales, elles
ont rapidement reçu l’appui et la participation des autorités politiques et militaires.
B. Fonctions mémorielles
La commémoration est, par définition, aussi une volonté de conservation du souvenir.
On constate, à la lecture de la presse d’époque, que cette conservation du souvenir était
une préoccupation lancinante. Le fronton de bronze installé en 1919-1920 sur tant de
façades de maisons communales de la province de Liège déclare « N’oublions jamais ».
« N’oublions jamais » est aussi le titre donné par La Meuse à une colonne de sa une de
décembre 1918 jusqu’en 1920. Le monument de Mortroux proclame « Belge, pardonne
mais souviens-toi » (). Mais le pardon est difficile à une époque où le ressentiment
envers l’Allemand est très fort, où se constituent des ligues « anti-boches » et des
« Comités Justice » dirigés contre les traîtres et les « accapareurs ».
Si les adultes de 1920 gardent un souvenir vivace de leur expérience de guerre, il faut
aussi qu’il soit transmis aux jeunes générations. Le monument devient donc un
instrument d’éducation civique. On installe des mémoriaux dans les écoles ; les enfants
assistent aux inaugurations de monuments et aux cérémonies du 11 novembre, ils sont
emmenés en pèlerinage au Sart-Tilman, au fort de Loncin. Le souvenir des anciens doit
se perpétuer. Ainsi, par exemple, on peut lire dans La Meuse du 12 novembre 1926 :
Jeudi matin, les enfants des écoles de Grivegnée […] sont allés déposer deux gerbes de
fleurs au Mémorial de l’Hôtel de Ville. Ensuite, le groupe s’est rendu au monument des
80
MORIARTY, C., L’iconographie chrétienne des monuments aux morts de la Première Guerre
mondiale dans le Royaume-Uni, 1992, p. 71.
81
On verra, dans le chapitre consacré à l’iconographie religieuse, combien le sacrifice des héros morts
pour la Patrie a pu, dans la vision chrétienne, s’assimiler à celui du Christ mort pour l’humanité. Voir
p. 75.
82
RAGON, M., L’espace de la mort, 1981, p. 124.
29
Combattants […] et y a déposé un superbe livre en marbre ouvert avec l’inscription
« Souvenez-vous toujours ».
L’histoire de la jeune Yvonne Vieslet, tuée en 1918 par un soldat allemand pour avoir
voulu donner sa « couque » à un prisonnier français, est citée en exemple d’héroïsme
aux enfants. Une plaque évoquant le geste de la jeune fille est produite en série et placée
dans les écoles primaires. La plupart de ces plaques ont disparu au début de la Seconde
Guerre, mais il en reste un exemplaire à l’école Vieille-Montagne à Liège ().
Avec les années qui passent, les souvenirs d’événements vécus s’effacent
progressivement et font place à une mémoire socialement construite.
Grandioses ou modestes, tous [les monuments] ont pour raison de perpétuer le Souvenir.
Fatalement, cette célébration va contribuer à figer les combattants vers la glorification
d’un passé devenu fort conventionnel.83
Le sociologue français Maurice Halbwachs a théorisé cette évolution de la mémoire
personnelle à la mémoire sociale et donc aussi l’évolution des représentations
collectives de la guerre.84 Cette mémoire construite doit nécessairement évoluer aussi
avec la disparition progressive des protagonistes de la guerre, par un processus
inconscient de sélection entre conservation, altération et oubli.
La mémoire de guerre est une expression collective. […], elle se construit dans un aprèsguerre, c’est-à-dire, selon les travaux de Maurice Halbwachs, qu’elle s’écrit toujours dans
un présent, qu’elle est une reconstitution du passé, qu’elle possède une dimension sociale
incontournable.85
Images photographiques et de cinéma, romans et récits historiques participent à la
formation de la mémoire. Les monuments commémoratifs et les cérémonies dont ils
sont le cadre y ont aussi leur rôle.
C. Fonctions sociales
L’hommage aux morts et la préservation du souvenir sont les deux fonctions explicites
des monuments commémoratifs, celles le plus souvent mises en avant par les historiens.
Il en est cependant une autre, implicite, en filigrane, qui a trait à la défense des intérêts
plus matériels des anciens combattants. Les historiens de leurs mouvements, Antoine
Prost en France et Alain Colignon en Belgique francophone, relèvent que ceux-ci sont
nés pour des raisons matérielles plus que morales.86 Au cours des années de guerre,
beaucoup de combattants avaient perdu leur intégrité physique, un grand nombre
gardaient des séquelles psychologiques et tous avaient le sentiment d’avoir sacrifié
quatre années de leur jeunesse. Comme le dit A. Colignon, « ils constatent sans plaisir
que leur avenir est derrière eux. »87 Après leur retour à la vie civile, ils demandaient
reconnaissance et compensations de la part de la patrie à l’appel de laquelle ils avaient
répondu. Honneurs, médailles et drapeaux, tous ces hommages symboliques étaient
bienvenus, mais devaient se doubler d’une reconnaissance économique sous la forme de
83
COLIGNON, A., Les anciens combattants en Belgique francophone, 1984, p. 26.
HALBWACHS, M., La mémoire collective, 1997. Voir AUDOIN-ROUZEAU, S., BECKER, A., 1418, retrouver la Guerre, 2000, p. 246.
85
HERVÉ, P., op. cit., 1998, p. 45.
86
PROST, A., Les Anciens Combattants. (19414-1939), 1977. – COLIGNON, A., op. cit., 1984.
87
Id., p. 34.
84
30
pensions adéquates et de priorités dans l’accès aux emplois, qui leur permettraient de se
réinsérer dans le tissu social.
L’inscription des noms des survivants sur les monuments commémoratifs, très fréquente
dans nos régions, l’érection de monuments même dans des communes où il n’y a pas eu
de victimes, sont des moyens symboliques d’appuyer leurs revendications de
reconnaissance matérielle. Cet aspect n’a guère été étudié par les historiens qui se sont
intéressés aux monuments de 14-18, ce que reconnaît L. Van Ypersele en concluant son
introduction du numéro des Cahiers d’Histoire du temps présent consacré en 2000 à la
Grande Guerre :
Le concept de reconnaissance sociale, jusqu’ici négligé par les historiens de la Grande
Guerre, permettrait une compréhension plus profonde des paradoxes belges et offrirait à
l'ensemble de la recherche historique sur la Première Guerre mondiale de nouvelles pistes
de réflexion.88
On ne peut que souscrire à cette intuition.
88
VAN YPERSELE, L., Introduction, dans Cahiers d’Histoire du Temps Présent, n°7, mai 2000, p. 15.
31
3. Typologie des monuments commémoratifs
La variété formelle des monuments commémoratifs est énorme, et leur signification,
que ce soit par le choix iconographique, la forme globale du monument, ou encore par
l’épigraphie, est le plus souvent multiple et complexe. Un exemple pour illustrer ce
point : les représentations féminines peuvent tantôt être des allégories de la Patrie ou de
la Victoire, tantôt des mères et veuves. Mais elles peuvent également être polysémiques
et recouvrir toutes ces notions à la fois. Ainsi, la statue placée sur le caveau des
combattants au cimetière de Pepinster () figure une femme tenant un bouquet de
fleurs, qui peut être interprétée comme l’expression du chagrin de la patrie et de celui de
la veuve, de la sœur, de la mère. La construction d’une grille typologique apparaît
d’emblée comme un exercice ardu.
3.1. Typologie selon A. Prost
Pionnier de l’étude des monuments aux morts en France, Antoine Prost a proposé une
typologie qui s’appuie sur trois critères : l’emplacement du monument, sa nature –
incluant la présence ou l’absence de statue – et les inscriptions qu’il porte. Il définit
ainsi quatre types principaux89 :
- Le « monument civique », qu’il voit comme la forme canonique du monument
aux morts. C’est une « stèle [nous dirions un obélisque] nue, érigée dans un
espace symboliquement dominé par la mairie, avec pour toute inscription, outre
les noms des morts, la formule consacrée : ʺ La commune de… (ou seulement le
nom de la commune) à ses enfants morts pour la France.ʺ » Le monument porte
parfois une croix de guerre. C’est un monument laïque et républicain, qui ne
préjuge pas des opinions des citoyens.
- Le « monument patriotique » se distingue du premier par son iconographie et/ou
ses inscriptions. Il met en avant les valeurs de gloire, d’héroïsme, d’honneur. On
y lit « Gloire aux héros », « Aux enfants de… morts glorieusement », etc. Des
figurations allégoriques comme le coq gaulois et les Victoires, ou explicites
comme les poilus triomphants, le font glisser vers un nationalisme avéré, sans
que pour autant il n’honore l’armée en tant que telle. La fonction essentielle du
monument reste de conserver les noms des morts de la commune.
- Le « monument funéraire-patriotique » montre, au lieu du poilu triomphant, le
poilu « navré », frappé à mort. Ce type de monument met l’accent sur le
sacrifice des morts plutôt que sur la Patrie victorieuse ou sur le triomphe du
soldat. Il est, selon A. Prost, le plus souvent placé à proximité de l’église ou au
cimetière et il porte fréquemment une croix. D’autres formes de monuments
funéraires-patriotiques peuvent être plus simples : un drapeau déployé sur une
tombe, un buste de soldat embrassant le drapeau… Si la référence à la Patrie est
absente, on peut glisser vers le pacifisme. Le soldat mort peut être interprété
89
PROST, A., op. cit., 1984, p. 201-210.
32
comme une évocation de la vanité de la guerre. S’il est pleuré par les siens, il
évoque les souffrances apportées par la guerre.
- Le « monument funéraire » enfin, avec ou sans statue, se trouve généralement au
cimetière. La dédicace « la commune de… à ses enfants morts » ou « à nos
morts », ne fait pas référence à la Patrie ou à la France. C’est un monument
consacré au deuil.
Il est quelques autres monuments, peu nombreux, au point qu’A. Prost n’en fait pas un
cinquième type, à savoir les « monuments pacifistes », qui tirent leur caractère moins de
l’iconographie que de leurs inscriptions : « Maudite soit la guerre », « Guerre à la
guerre », etc.
Cette classification a, comme on dit familièrement, le mérite d’exister et elle est citée
dans la plupart des études en langue française sur les monuments aux morts. Mais il
semble qu’elle n’a guère été opérationnelle, dans le sens où l’on ne voit pas qu’elle ait
permis d’aboutir à d’autres conclusions que son propre énoncé.90 Il faut cependant faire
une exception pour les monuments pacifistes qui ont, en France, suscité beaucoup
d’intérêt ces vingt dernières années, en grande partie pour des raisons idéologiques et
aussi en liaison avec l’attention portée à la réhabilitation des soldats fusillés « pour
l’exemple » en 1917.91 Quelques monuments en Belgique francophone peuvent
également être qualifiés de pacifistes. C’est le cas pour celui de Quaregnon par Georges
Wasterlain, celui de Pâturages par Angelo Hecq (), et, en province de Liège, celui de
Butgenbach, non signé, qui évoque la souffrance des populations et appelle Friede mit
uns ().
Quelques années avant Prost, Jean-Marie De Busscher proposait une autre approche
pour la classification des monuments aux morts, sur un mode dont l’ironie n’est pas
absente.92 Il prend pour critère, dit-il, la géomorphologie des régions et la géographie
humaine et économique, et distingue cinq genres ou catégories de monuments :
- Le monument campagnard et villageois, « simple stèle, aux allures d’obélisque,
garnie de palmes et de couronnes, parfois surmontée d’un coq toutes ailes
déployées ou du buste casqué d’un héros, souvent gravée de quelque symbole,
dont le principal sera toujours la croix de guerre, et les noms des enfants morts
pour la Patrie. Le tout cerné, à courte distance, de quatre obus au minimum et
enchaînés. »
- Le monument de chef-lieu de canton ou de gros bourg, « plus modeste que son
frère des villes, mais aussi plus émouvant. […] Images vraies de douleurs trop
vraies. […] Celles-ci sont à l’instar de leurs sœurs villageoises aussi cernées
90
Il faut cependant tempérer cette affirmation en précisant qu’elle n’est basée que sur les études de
monuments en Belgique francophone.
91
En témoigne, parmi d’autres publications, la parution en 1999 d’un livre consacré à ces monuments :
ROY, D. et P., Autour de monuments aux morts pacifistes en France, Paris, 1999. Cet ouvrage a été édité
par la Fédération nationale laïque des associations des amis des monuments pacifistes, républicains et
anticléricaux. D’autres publications traitant du même sujet lui ont fait suite. On trouvera dans la
bibliographie la référence d’un site internet français consacré à ces monuments.
92
DE BUSSCHER, J.-M., Les folies de l’industrie, 1981, p. 67-68.
33
d’obus enchaînés, mais nous remarquerons qu’ils le sont à plus longue distance
et donc de plus fort calibre. »
- Le monument urbain, qui « tend vers l’ensemble imposant », avec bas-reliefs
héroïques, allégorie de la Patrie, et/ou figures de poilus en action.
- Le monument « de grande, grande ville », dilué « dans les arrondissements et les
bâtiments publics, les lycées, les gares, les hôpitaux et même les abattoirs… ».
- Les monuments commémoratifs des champs de bataille et les grands mémoriaux,
les grandes nécropoles et les grands ossuaires, qui émargent plus à l’architecture
qu’à la sculpture.
Dans la suite de son texte, J.-M. De Busscher adopte une seconde grille de lecture,
basée sur ce qu’il appelle leur sémiotique et leur mission patriotico-politique93 :
- Les « monuments impérialistes, envoûtés et envoûtants de certitudes, dominants
dictateurs et magistraux », comme ceux de Verdun.
- Les « monuments martyres exprimant au plus haut degré la souffrance, la mort,
l’angoisse du feu, la torture de l’attente… ». L’exemple par excellence est celui
de la butte de Chalmont (Oulchy-le-Château, Aisne), Les Fantômes, sculpté par
Paul Landowski, qui commémore la seconde bataille de la Marne au printemps
1918 ().
- Les « monuments de genre », définis comme des scènes de la vie quotidienne :
« une mère qui pleure son fils, une femme, son époux ou son fiancé, des enfants,
leurs pères, et ainsi de suite, neveu, oncle, etc. […] Tel est le thème le plus
émouvant, qu’anime presque toujours un profond sentiment populaire. »
- Les monuments en série, de production industrielle qui « donne parfois au
touriste le sentiment traumatisant d’être dans le Nord-Pas-de-Calais alors qu’il a
fait quelques centaines de kilomètres pour profiter du climat des Bouches-duRhône ».
Tout sarcasme mis à part, cette analyse diffère de celle de Prost dans la mesure où elle
introduit dans le champ de réflexion des monuments qui ne sont pas seulement ceux
dédiés par les communes à leurs enfants morts. De Busscher fait appel aussi aux
sentiments que suscite la vue des monuments chez les spectateurs d’hier et
d’aujourd’hui. Il n’a cependant guère retenu l’attention des milieux scientifiques. Il est
vrai que, Belge d’origine et architecte de formation, il s’était converti au journalisme et
tenait dans le mensuel Charlie une chronique intitulée L’art patriotico-tumulaire, d’où
sont tirés la plupart des arguments de l’ouvrage cité.
Annette Becker, qui a en quelque sorte pris la relève dans l’étude des monuments aux
morts en France, prend ses distances par rapport à la typologie d’Antoine Prost :
Monument funéraire ? Monument patriotique ? Les œuvres d’art, comme la guerre ellemême, défient la typologie raisonnable de l’historien. De nombreuses représentations
hésitent entre la description de l’héroïsme et celle de l’honneur, parce que les deux
notions ont toujours été mêlées dans la réalité des champs de bataille.94
93
94
Id., p. 68-71.
BECKER, A., op. cit., 1988, p. 22.
34
L’extrême diversité dans les formes, les lieux, l’iconographie, l’épigraphie, les styles
explique sans doute pourquoi les essais pour établir une typologie des monuments
commémoratifs n’ont pas été poursuivis, du moins dans les pays francophones. A.
Tixhon et L. Van Ypersele en concluent que :
Lorsqu’il faut analyser un monument, il n’est pas toujours possible ni pertinent de s’en
tenir à un modèle rigide qui ne tient pas compte de l’ambivalence des sentiments
humains. La typologie aide pour une première approche, mais reste un instrument dont il
faut pouvoir se détacher.95
Ils se contentent de distinguer quelques types généraux : monuments à statuaire,
monuments simples sans statuaire, stèles, obélisque, plaques, calvaires, etc. pour en tirer
quelques statistiques.96 Ainsi, sur les 295 monuments de leur échantillon, répartis dans
151 communes, essentiellement du Hainaut et du Namurois, ils relèvent que 40 % sont
des plaques, 26 % des monuments à statuaire, 13 % des stèles, 12 % des obélisques, etc.
Le choix dépend essentiellement des ressources financières disponibles et de
l’emplacement prévu pour le monument. Ce type d’analyse quantitative se heurte
cependant à deux difficultés opérationnelles. D’abord la définition des limites entre
catégories. Faut-il considérer un obélisque surmonté d’un coq, ou accompagné à son
pied d’un soldat ou d’un lion sculpté, comme monument à statuaire ou comme
obélisque ? Une plaque peut être munie d’une représentation en relief, qui peut n’être
qu’accessoire (palme, feuilles de chêne ou de laurier, casque…) ou participer à
l’essence du monument, comme, à titre d’exemple, celle sculptée par J. Brouns pour
l’École moyenne de Visé (). Quel est le critère permettant un classement univoque ?
L’autre écueil tient à la disparition de certains monuments avant, pendant et après la
Seconde Guerre. Si les plaques sont proportionnellement plus affectées par ce
phénomène que, par exemple, les monuments à statuaire, il s’ensuit que l’échantillon
que l’on prendrait aujourd’hui peut ne pas être représentatif de la réalité d’origine.97
Faut-il pour autant abandonner toute idée de classification ? Difficile, si l’on veut établir
un catalogue raisonné des monuments commémoratifs qui ne soit pas simplement une
liste de lieux. Il faut donc garder à l’esprit que la typologie ne peut qu’être
multidimensionnelle, et qu’elle sera sans doute inévitablement hybride.
Dimension gloire – deuil
C’est l’option prise par Prost pour établir sa typologie. Certains monuments exaltent
l’héroïsme et la gloire du soldat vainqueur, d’autres mettent l’accent sur la perte des
êtres chers. Ceux-là se trouveront plutôt installés sur une place publique, ceux-ci au
cimetière. On trouve d’ailleurs dans plusieurs villes deux monuments, un « monument
de la victoire » au centre de l’agglomération et un « monument aux morts » au
cimetière. C’est par exemple le cas à Huy, où le même jour, le 30 septembre 1923, sont
successivement inaugurés deux mémoriaux en présence du prince Léopold. Le premier,
au cimetière de la Buissière dans l’enclos réservé aux victimes de guerre, a un caractère
95
TIXHON, A., VAN YPERSELE, L., op. cit., 2000, p. 86.
Id., p. 96
97
Voir le chapitre consacré aux effets du temps sur les monuments, p. 120. En particulier, de nombreuses
maisons communales, dont la façade portait des plaques commémoratives, ont disparu.
96
35
funéraire marqué par la représentation d’un homme gisant sur un catafalque placé
devant une allégorie féminine endeuillée (). Le second, au centre ville, a pour thème
une Victoire ailée accueillant, tel un ange céleste, le soldat tué au combat ().
L’inscription proclame « Gloire à nos héros ». On retrouve cette dualité de monuments
– monument funéraire au cimetière, monument héroïque en ville - dans d’autres
localités, à Verviers, à Waremme, à Visé… On a déjà vu le monument du cimetière de
Pepinster, où une allégorie féminine pleure les combattants morts. Un autre monument,
devant la maison communale de cette commune, fait l’éloge du courage et de la
détermination du soldat à défendre son pays et sa famille ().
Cette typologie ne peut cependant pas rendre compte de l’ensemble des monuments
commémoratifs. Certains monuments marquent tout à la fois la gloire et le deuil. Ainsi,
au cimetière de Robermont à Liège, on trouve réunies la représentation du deuil avec le
cortège de personnages affligés (), celle de la victoire avec des figures allégoriques et
celle de l’écriture de la gloire acquise par les morts (). En outre, le monument
funéraire n’est pas limité au cimetière, comme en témoignent les nombreux obélisques
placés au centre d’une localité. Le monument sculpté par Simone Plomdeur pour la
place du village de Haneffe porte la dédicace « À nos braves » et représente une Patrie
se recueillant en hommage aux victimes (). À l’inverse, la commune d’Ans inaugure
en 1929 un monument dont l’iconographie est une Victoire et dont les inscriptions font
référence à ses héros (). Ce monument se situe donc au premier pôle de l’axe gloire –
deuil. Sauf qu’il a également un caractère funéraire par le fait qu’il est placé au
cimetière.
De nombreux monuments commémoratifs ne se réfèrent ni à la glorification du soldat,
ni au deuil de sa mort. Il en est qui n’expriment que des sentiments de reconnaissance
envers des civils ou pour une grâce reçue du ciel. On placera, par exemple, dans la
première catégorie le monument espagnol au Mémorial interallié de Cointe (), qui
rend hommage à l’Espagne pour son rôle important dans le ravitaillement de la
Belgique occupée durant la première guerre. À Ayeneux, à Ville-en-Hesbaye (), des
Français des départements occupés qui avaient été évacués vers la Belgique en 1917 ont
dédicacé une plaque commémorative en reconnaissance pour l’accueil reçu. Les
remerciements adressés au ciel se matérialisent dans des ex-voto, comme à Wihogne,
« en reconnaissance au Sacré-Cœur pour l’heureux retour de nos combattants de la
Grande Guerre » (), ou encore à Vieux-Waleffe, où le monument placé dans l’espace
public rend grâce à Notre-Dame de Bonsecours pour avoir épargné la vie des héros de la
commune ().
Il est encore d’autres types de monuments. Des monuments qui honorent certains
individus, morts ou non durant la guerre. Des médailles à but de bienfaisance, groupe
auquel on peut rattacher le relief réalisé par Jules Brouns pour l’Œuvre de la SaintNicolas des enfants d’aveugles de guerre (). L’ensemble des monuments
commémoratifs ne peut donc se réduire à la simple dimension gloire – deuil proposée
par A. Prost.
36
3.2. Typologie selon la forme des monuments
Un grand nombre de monuments de guerre s’inscrivent dans la continuité de plusieurs
traditions.
D’une part l’art funéraire, l’art des cimetières, avec les formes classiques des grands
tombeaux : cénotaphes en forme de sarcophages comme à Malmedy (), obélisques
comme on en voit dans de si nombreux villages, cippes, colonnes brisées comme à
Oupeye (), stèles…98 Cette tradition, dans ses versions figuratives, nous donne des
figures de tendance symboliste, montrant une douleur et un deuil intériorisés, comme
sur le monument de Haneffe ou celui du cimetière de Glain (). Le phénomène
nouveau est que l’art des cimetières s’expose maintenant largement dans l’espace
public. Cela est si vrai que le monument d’Avennes, petit village en Hesbaye, est un
obélisque placé devant l’église et portant sur sa face antérieure la mention habituelle
« À nos héros » et les millésimes 1914-1918 et 1940-1945. Mais si l’on fait le tour de
l’obélisque et que l’on regarde la face postérieure, on voit une épitaphe dédiée à un
maître de musique décédé à Avennes en 1895, surmontée d’une lyre emblématique ().
C’est manifestement un cas de remploi d’un ancien monument qui se trouvait
auparavant dans le cimetière.
Une autre grande tradition que perpétuent les monuments de guerre est celle de l’art
public, cette « statuomanie » héritée du XIXe siècle, dont le but était à la fois de délivrer
un message édifiant et d’embellir l’espace public. Ces monuments, du moins dans les
premières années de l’après-guerre, reprennent pour partie le vocabulaire académique
des figures allégoriques (Victoires, Patries, Renommées…) et des soldats dont on avait
trouvé la préfiguration dans les monuments de 1870-71. On peut prendre pour exemple
le monument de Chokier par Georges Petit (). On y reviendra dans le chapitre
consacré à l’iconographie.99
Continuité aussi dans la thématique religieuse, que l’on trouve bien sûr dans les églises,
mais aussi dans l’espace public : christs, calvaires, pietà, saints, anges ou simples croix.
On y reviendra également.
Il y a évidemment, ce qui complique les choses, des monuments qui mêlent art
funéraire, art académique et art religieux. Victoire dressée sur un obélisque, pietà où le
Christ est remplacé par un soldat, etc.
D’autres monuments relèvent de l’architecture, civile ou religieuse, fonctionnelle ou
symbolique. On construit des arches et des arcs de triomphe, comme au cimetière de
Chênée () ou à la Chartreuse de Liège pour les troupes du Génie (). On modernise
la tholos antique, comme au cimetière de Montegnée () ou sur la place publique
d’Embourg (). On revisite l’architecture des temples égyptiens à Membach (). On
construit des tours au Mémorial interallié à Cointe ou pour le projet de monument de la
Défense nationale à Liège. On installe également des fontaines, à Jupille pour le
monument à Mathieu Bodson (), à Liège pour celui à Dieudonné Lambrecht (), tous
deux agents de renseignements fusillés par les Allemands. L’évolution vers un plus
grand dépouillement stylistique aboutira à la construction de simples murs, tels les
98
Voir, par exemple, MEMMESHEIMER, P. A., Das klassizistische Grabmal. Eine Typologie, 1969. –
GARDES, G., Le monument public français, 1994, p. 55-61.
99
Voir p. 67.
37
monuments du quartier Saint-Gilles à Liège () et de Voroux-lez-Liers (). Les
constructions religieuses vont de la grande église, comme la « basilique » de Cointe,100
à de modestes chapelles, telle celle qui honore la mémoire de Gervais Toussaint à
Dalhem () ou encore à de petits édicules figurant un temple ou une chapelle, comme à
Moresnet et au cimetière de Villers-Saint-Siméon ().
Une autre forme relativement commune est le bloc de pierre grossièrement taillé à la
manière d’un menhir, par exemple celui du village de Lincé (Sprimont) ().
Stèles et plaques sont les formes les plus courantes, souvent les moins chères et les plus
rapides à réaliser.
D’autres formes méritent aussi une attention particulière. C’est notamment le cas du
vitrail, art de la lumière, de la transparence, de la couleur, « chant lyrique de l’art
sacré »101. La plupart des vitraux sont figuratifs et mettent en évidence la figure du
soldat dans un contexte religieux. L’allusion à la guerre peut toutefois y être très
discrète, comme dans l’église Saint-Hadelin à Olne (), ou se limiter à une liste de
victimes, comme on peut le voir à Battice ().
Des chapitres particuliers sont consacrés, dans la seconde partie, aux statues et statuettes
mobilières ainsi qu’aux médailles.
On peut encore ajouter quelques lithographies commémoratives. On a imprimé par
milliers des diplômes ornés de dessins d’artistes, qui ont été remis aux titulaires de
distinctions honorifiques. Des communes ont également distribué à leurs anciens
combattants des lithographies réalisées sur commande. Émile Berchmans a réalisé une
lithographie « représentant des Gloires allant au devant des vainqueurs », qui fut
distribuée aux combattants de Comblain-la-Tour en août 1919, lors de l’inauguration du
monument qui porte un relief dû à son frère Oscar ().102 Mais ce genre de document
n’a vraisemblablement été édité qu’en un petit nombre d’exemplaires, qu’il est difficile
de retrouver. Le musée du fort de Loncin conserve une lithographie qui fut remise en
guise de diplôme aux défenseurs du fort, accompagnée de la médaille de Liège,103 d’une
photo du soldat ainsi diplômé et d’une autre du commandant Naessens, entre-temps
promu colonel, qui commandait le fort en 1914 (). La seule autre lithographie
commémorative que nous ayons pu retrouver est un mémorial encadré et accroché dans
l’église de José (Battice) (). Elle figure l’archange saint Michel et les armoiries des
neuf provinces, avec au centre les noms des morts de la paroisse.
3.3. Typologie selon la motivation des monuments
Tout monument commémoratif est dédié par quelqu’un ou, plus souvent, par un groupe
de personnes, à quelqu’un d’autre ou à un autre groupe de personnes, les dédicataires.
La forme qui lui sera donnée et le choix de l’iconographie seront alors plus ou moins
100
L’appellation « basilique » est un usage local, qui ne correspond à aucune reconnaissance officielle.
Voir vol. 2, p. 157.
101
OCHSÉ, Madeleine, Le vitrail, chant lyrique de l’art sacré, dans Art d’église, n° 132, 1965.
102
La Meuse, 12 et 14 août 1919.
103
Voir vol. 2, p. 187.
38
appropriés à l’intention qui a présidé à sa réalisation. On peut ainsi distinguer quelques
catégories principales, qui se composent chacune de plusieurs sous-catégories :
- monuments publics
- monuments militaires
- monuments religieux
- monuments corporatifs
A. Monuments publics
On peut regrouper dans cette catégorie les monuments placés dans l’espace public
(place, rue, parc public, maison communale, cimetière…) et dédiés par la commune ou
une partie de sa population à des concitoyens, militaires ou civils, victimes ou
survivants de la guerre. Ce sont soit des plaques apposées à l’intérieur ou à l’extérieur
de la maison communale, soit des monuments installés sur la voie publique ou au
cimetière, que l’on pourrait aussi appeler « monuments communaux ». Ce sont en fait
ces « monuments aux morts », dans le sens populaire du terme, autour desquels
s’assemblent encore le 11 novembre anciens combattants, autorités communales et, de
plus en plus rarement, enfants des écoles.
Le monument est généralement installé sur la place principale de la localité, à un endroit
bien visible et qui laisse assez d’espace pour que de nombreuses personnes puissent
assister aux cérémonies commémoratives.
Au cimetière, le monument est le plus souvent placé sur un caveau ou au centre d’un
carré d’honneur où reposent des victimes de la guerre. On a déjà parlé de ceux de Huy,
de Verviers, de Robermont (Liège). Il y en a aussi dans de plus petites communes
comme Pepinster, Bressoux (), Darion (), etc.104
L’expression « monument public » peut cependant avoir une certaine ambiguïté, car on
peut aussi qualifier de la sorte tout monument érigé dans un espace public, sans que
pour autant y figure une dédicace de la commune. Ces monuments peuvent avoir été
voulus par des comités de quartier105, des associations d’anciens combattants – à
Poulseur, le monument communal se trouve au mur du hall d’entrée de la maison
communale, tandis que celui dressé sur la place publique ne porte de dédicace que de la
seule F.N.C. () –, des ligues patriotiques comme le Cercle les XXI-Le Souvenir
liégeois déjà mentionné, voire des particuliers.
B. Monuments militaires
On regroupera comme monuments militaires ceux qui commémorent des faits de
guerre, ceux placés dans les cimetières, et enfin ceux dédiés à des régiments
particuliers.
104
On est ici à la limite entre monument public et monument militaire. Le monument du cimetière de
Darion est un exemple de monument hybride. Il est placé sur la tombe du mort, mais cite aussi les noms
des survivants.
105
Voir le chapitre consacré aux monuments publics à Liège, vol. 2, p. 140 et particulièrement p. 147149.
39
Faits de guerre : on verra dans le chapitre consacré à la bataille de Liège106 que de
nombreux monuments, dans et en dehors des forts ceinturant la ville, commémorent
des épisodes des combats qui opposèrent armée allemande et armée belge du 4 au 16
août 1914. On en trouve quelques autres dans la province. À Moxhe (Hannut), par
exemple, une stèle surmontée d’une croix rend hommage à neuf soldats du 8e de
Ligne tués à cet endroit (). Le fait de guerre peut aussi ne pas avoir été dramatique.
L’odyssée du remorqueur Atlas V, qui a franchi la frontière hollandaise en janvier
1917 avec une centaine de personnes à bord, dont la plupart des volontaires de
guerre, est célébrée non seulement par le nom donné à l’ancien pont de Coronmeuse,
mais aussi par un monument inauguré sur ce pont en 1930 (). Fait de guerre
particulier, si l’on peut dire, l’Armistice du 11 novembre 1918 est commémoré par
un monument à Spa ().
Cimetières : des milliers de soldats, alliés et allemands, morts durant la guerre au
front ou à l’arrière, ont été enterrés dans des cimetières, parfois improvisés près du
lieu de leur décès. Au lendemain de l’Armistice, chaque pays entreprend d’organiser
des sépultures définitives pour ses ressortissants.
Les autorités belges décideront de laisser aux familles des soldats dont les corps ont
été identifiés le choix entre plusieurs possibilités. La première est de laisser reposer
leur mort dans les cimetières militaires créés sur ou près de lieux de batailles qui ont
fait un nombre important de victimes. Ces cimetières, aujourd’hui du ressort du
ministère de la Défense nationale, sont généralement dotés d’un grand monument. Il
y a notamment plusieurs cimetières militaires autour de Liège, à Boncelles (), à
Chaudfontaine, à Ougrée et à Wandre. La dépouille peut aussi rester dans le
cimetière de la commune où elle avait été inhumée après le décès. Mais les familles
ont également l’option de rapatrier le corps de leur disparu vers le cimetière de leur
commune. Certaines communes décident de construire un caveau où seront
rassemblés les corps de leurs « enfants morts pour la Patrie » et sur lequel sera
installé un monument commémoratif. Alternativement, le mort peut être enterré dans
le caveau familial et la stèle relève alors de la sphère privée.107 Quelques unes de ces
tombes privées ont un caractère artistique certain, comme celle de la famille
Preudhomme, au cimetière de Huy, par le sculpteur Paul Herman. Un bronze,
figurant un drapeau et un casque belges, a été ajouté avec cette dédicace « À notre
Charles », vraisemblablement l’enfant de la famille mort durant la guerre (). Ce
vaste mouvement de transferts de cercueils dans tout le pays a pris plusieurs années.
Le gouvernement a dû édicter pendant deux ans une interdiction générale
d’exhumations, sauf instruction de l’autorité militaire, afin d’éviter les exhumations
106
Voir vol. 2, p. 128.
Un article paru dans La Meuse du 8 octobre 1921 témoigne indirectement de la liberté de choix de la
famille. Le journal relate un procès intenté par une veuve de guerre à son beau-père. Le corps du mari,
mort en 1917, avait été rapatrié vers Herstal à la demande de la veuve, afin qu’il soit enterré au cimetière
de Rhées au côté d’autres combattants. Le père du défunt prétendait, quant à lui, qu’il devait reposer dans
le caveau familial situé dans un autre cimetière. Le tribunal a tranché en faveur de la veuve.
107
40
sauvages organisées par des familles de défunts.108 L’État prenait en charge les frais
d’inhumation et d’entretien des tombes dans les cimetières militaires et dans les
caveaux et carrés d’honneur des cimetières communaux. À charge pour les
communes de lui céder une concession à perpétuité. Cet engagement de l’État restait
limité « aux militaires qui viendront à succomber des suites de blessures reçues ou de
maladies contractées au cours de la guerre, la fin de celle-ci étant fixée au 30
septembre 1919 ». On constate toutefois, quelques années plus tard, que nombre de
communes ont réservé des parcelles au cimetière pour l’inhumation non plus des
victimes directes de la guerre, mais d’anciens combattants décédés parfois à un âge
très respectable. Les familles, aujourd’hui encore, ont gardé l’option d’enterrer les
anciens combattants des deux guerres dans des pelouses d’honneur plutôt que dans le
caveau familial. Ces pelouses d’honneur, apparues le plus souvent dans les années
30, sont fréquemment dotées d’un monument commémoratif. Monument souvent
simple, de type menhir ou mur, mais parfois plus original, comme au cimetière de
Grivegnée () ou de Wegnez où une sentinelle de pierre semble veiller sur le repos
de ses anciens frères d’armes (). Il va de soi que les rapatriements de dépouilles
n’étaient possibles que pour les corps formellement identifiés et non pour les
anonymes, auxquels un hommage collectif a été rendu dans plusieurs pays par
l’inauguration du « Monument au Soldat inconnu ».
La politique de la France était semblable à celle de la Belgique, avec la décision
laissée aux familles d’opter ou non pour le transfert du corps de leurs proches. Il y a
plusieurs cimetières français dans le sud de la Wallonie, dans le Luxembourg, le
Namurois et en Hainaut, où des troupes françaises ont été engagées en 1914 contre
l’avancée des Allemands. En province de Liège, il n’y a guère qu’à Robermont que
l’on trouve une vingtaine de tombes françaises, entourant un monument dû au
sculpteur français Fix-Masseau ().109
Le gouvernement britannique a par contre pris la décision de n’effectuer aucun
rapatriement de corps de soldats. L’Imperial War Grave Commission, devenue plus
tard la Commonwealth War Grave Commission, a fait installer sur chaque tombe de
soldat britannique (y compris les Canadiens, les Australiens et les Néo-Zélandais)
une stèle de marbre de format standard, dans les cimetières militaires comme dans
les cimetières communaux. Ce format sera d’ailleurs identique pour les morts de la
Seconde Guerre. On compte une vingtaine de cimetières communaux dans la
province de Liège où sont enterrés quelques soldats britanniques. Une plaque
standardisée est apposée au mur extérieur du cimetière avec la mention, sur fond
vert, « Tombe[s] de Guerre du Commonwealth / Commonwealth War Grave[s] ».
Des monuments, parfois très imposants, sont dressés sur les lieux où les Britanniques
ont eu de nombreuses pertes. En Belgique, ces monuments se trouvent
essentiellement en Flandre.110 Pour les cimetières abritant quelques dizaines de
108
M.A.P.L., n° 5495, 19 mars 1919, p. 272-273. – M.A.P.L., n° 5618, 17 mars 1921, p. 362-364.
Ce n’est pas la seule intervention de Fix-Masseau à Liège. On lui doit aussi un monument à César
Franck au Conservatoire de musique et un buste d’Armand Rassenfosse installé au parc de la Boverie.
110
On peut y ajouter le monument installé par les Anglais à Bruxelles, place Poelaert. Voir SMETS,
Sandrine, Le Monument de la Reconnaissance britannique à la nation belge de Charles Sargeant Jagger :
109
41
tombes britanniques, en quelque sorte à un niveau intermédiaire entre les cimetières
communaux où ne reposent que quelques soldats et les grandes nécropoles, l’IWGC a
prévu d’installer la « grande croix du sacrifice », croix de marbre dans laquelle
s’inscrit une épée de bronze, due à l’architecte Reginald Blomfield. En province de
Liège, on la trouve à Robermont et à Huy au cimetière de la Sarte ().
Les cimetières militaires américains sont créés et gérés par l’American Battle
Monuments Commission. Il y en a deux en province de Liège, à Neupré et à HenriChapelle, mais on n’y trouve que des tombes de victimes de la Seconde Guerre. En
Belgique, seul le cimetière de Waregem renferme des tombes américaines de 14-18.
Quelques monuments sont aussi consacrés aux soldats alliés faits prisonniers par les
Allemands et décédés dans notre province. À Hamoir, un obélisque placé à l’entrée
du cimetière est dédié à six militaires français décédés dans la commune, ainsi qu’à
sept civils français déportés (). Des monuments rendent hommage aux quelques
militaires italiens () et serbes () enterrés au cimetière de Robermont. On trouve
dans les cimetières des cantons de l’Est quelques stèles honorant des soldats russes
morts en captivité, à Malmedy, à Crombach (), à Saint-Vith…
L’armée allemande a perdu plus de 5 000 hommes autour de Liège durant les deux
premières semaines d’août 1914. Ils ont été enterrés dans divers cimetières de la
région, à Retinne (), à Wandre, à Sainte-Walburge, à Verviers (), et ailleurs
encore. La présence de ces tombes et des monuments qui les accompagnent a
entraîné dans la population des mouvements de rejet, dont témoigne par exemple cet
entrefilet dans Le Soir du 4 juillet 1919 sous le titre « On va démolir un monument
boche » :
Avec un toupet digne d’eux, les Boches avaient érigé à Herve, dans ce beau pays de
Hesbaye [sic] ravagé par eux aux premiers jours de la guerre, un monument à leurs
morts !
Fort bien inspiré, le Conseil communal vient de décider la démolition de cette
bocherie en béton – armé naturellement – et d’y substituer un monument à la mémoire
de nos chers et vaillants petits soldats morts pour la Patrie.
Alerté par ce genre d’initiative au niveau local, le gouvernement doit envoyer à
plusieurs reprises une circulaire aux gouverneurs de province afin de rappeler aux
communes l’obligation, que fait le Traité de Versailles à chaque pays signataire, de
respecter et entretenir les sépultures allemandes.111 Le Volksbund deutscher
Kriegsgräberfürsorge, association créée dans l’entre-deux-guerres pour l’entretien
des tombes de militaires allemands, a d’ailleurs progressivement regroupé toutes ces
sépultures au cimetière de Lommel (Limbourg).112 Seuls subsistent encore dans la
région liégeoise le monument au cimetière de Rhées (Herstal) () et celui de
Robermont (). Ce dernier à une histoire particulière. En mai 1916, l’autorité civile
un langage artistique puissant au service de la mémoire, dans Bulletin du Musée royal de l’Armée et
d’Histoire militaire. Contributions à l’étude du patrimoine militaire, Bruxelles, n° 1, 2007, p. 113-129.
111
M.A.P.L. ,n° 5555, 30 avril 1920, p. 386-387 ; n° 5655, 19 octobre 1921, p. 495-496 ; n° 5811, 10
juillet 1924, p. 91-92.
112
Le site internet de cette association, http://www.volksbund.de [dernière consultation le 14 juillet
2011], donne la liste de tous les cimetières militaires allemands et permet d’effectuer des recherches à
partir des noms des morts.
42
allemande à Liège exige de la Ville la concession du terrain au cimetière de
Robermont où avaient été enterrés 360 soldats allemands et une centaine de Belges,
Français et Anglais. L’intention était d’y édifier un monument en l’honneur des
« défenseurs de leur patrie ». Le Conseil communal accepte la demande à condition
que les soldats belges et alliés soient exhumés et enterrés dans une autre partie du
cimetière.113 Un monument d’une douzaine de mètres de haut y est installé, surmonté
d’une statue de 3,4 m de haut représentant un chevalier médiéval, souvent décrit
comme « chevalier teutonique ». Au sortir de la guerre, le bourgmestre de Liège
décide de faire déposer cette « statue symbolique » qui « froisse le sentiment
public », au motif que l’autorité allemande n’en avait pas soumis les plans à
l’administration communale.114 Le chevalier teutonique est maintenant conservé au
Musée de la Pierre, à Sprimont ().
Il n’y a pas de grand cimetière militaire dans les communes des cantons de l’Est. On
trouve évidemment des tombes de soldats allemands dans les cimetières communaux.
Mentionnons ici le cimetière d’Eupen, qui contient des tombes françaises et
allemandes. Le monument () réalisé par le sculpteur anversois Raoul Lambeau
préfigure déjà, par sa stylisation dépouillée des détails, ce que l’on retrouvera vingt
ans plus tard au Monument national à la Résistance à Liège.
Monuments régimentaires : Si les anciens combattants s’organisent en diverses
associations pour la défense de leurs intérêts au lendemain de la guerre, un autre type
d’organisation apparaît au milieu des années 20. Ce sont les fraternelles de
régiments. Alain Colignon, qui a étudié les mouvements d’anciens combattants en
Belgique francophone, cite ce passage de L’Union fait la force du 1er avril 1933 :
Les fraternelles régimentaires furent créées dans le but de grouper dans un sentiment
de fraternité et d’union tous les anciens combattants d’un même régiment. C’est un
sentiment profondément humain et naturel qui pousse les anciens combattants à se
réunir dans le culte d’un passé commun. Peu d’anciens résistent au plaisir de revoir les
vieux camarades dont l’image déjà commençait à s’estomper dans le brouillard du
passé…115
Il ne s’agit pas de revendiquer ou d’intervenir dans le débat politique comme pour les
autres associations, mais simplement de se retrouver entre anciens qui ont partagé
des moments forts de leur jeunesse. Les fraternelles en arrivent assez naturellement à
vouloir marquer le souvenir de leurs camarades disparus et la gloire de leur régiment
en installant un monument dans l’espace public ou dans un quartier militaire, avec
d’ailleurs l’appui de l’Armée. C’est ainsi que l’on voit apparaître dans les années 30
toute une série de monuments installés par des amicales d’anciens.116 Ils sont parfois
placés bien en évidence dans la ville, comme le monument du 12e de Ligne (1931),
celui du 14e de Ligne (1932) qui domine spectaculairement la ville de Liège (), ou
celui du 4e Lanciers (1932) à Spa (). D’autres sont établis à proximité d’un quartier
113
DE THIER, J., GILBART, O., Liège pendant la Grande Guerre, vol. 3, 1919, p. 175-176.
La Meuse, 18 décembre 1918.
115
COLIGNON, A., op. cit., 1984, p. 117.
116
Les monuments régimentaires liégeois ont été un peu plus tardifs que dans d’autres régions du pays :
10e de Ligne à Arlon (1924), 13e de Ligne à Namur (1924), 9e de Ligne à Bruxelles (1927), etc.
114
43
militaire, par exemple à la Chartreuse à Liège, où l’on trouve côte à côte les
monuments au Génie (1932) et aux 1er et 21e de Ligne (1932). On en trouve enfin à
l’intérieur des quartiers militaires, comme pour le 2e Cyclistes à Eupen (1936), le 3e
d’Artillerie à Liège (1934) (), etc. Remarquons que tous les monuments placés par
des fraternelles d’anciens dans les forts autour de Liège, sauf celui de Fléron, l’ont
été après la Seconde Guerre. Le monument peut parfois prendre une forme originale,
tels les vitraux de l’église Saint-Clément à Barchon () et de l’église Notre-Dame de
la Présentation à Boncelles (), tous deux offerts par l’amicale des anciens du fort.
C. Monuments religieux
Les monuments religieux que l’on rencontre le plus fréquemment sont ceux dédiés par
la paroisse à ses membres victimes de la guerre. Ils sont à distinguer de certains
monuments publics à iconographie d’inspiration religieuse, où l’hommage aux morts est
rendu par la commune et non par la paroisse, comme par exemple à Wanne (). Les
monuments paroissiaux se trouvent soit à l’intérieur, soit à l’extérieur de l’église (ou du
temple ou de la synagogue). Ils prennent le plus souvent la forme d’une plaque de pierre
ou de métal, avec les noms des victimes. Parfois, et c’est particulièrement le cas des
églises des cantons de l’Est, le monument porte une sculpture, avec les thèmes
iconographiques chrétiens habituels : Christ, madone, pietà, figures de saints, d’anges…
Lorsque la figure du poilu est représentée, ce n’est jamais sans lien avec la religion. Le
soldat du relief en bronze réalisé par Oscar Berchmans et installé à la façade de l’église
Saint-Nicolas de Liège () tend le bras vers le haut, en invocation au ciel. Ceux
représentés sur les vitraux de quelques églises sont toujours en présence d’une
crucifixion (), d’un saint, d’un ange, voire d’un évêque.
On a déjà mentionné d’autres types de monuments religieux : des chapelles et églises
votives, comme à Cointe et au Sart-Tilman, des ex-voto. Le plus spectaculaire des exvoto de la province est certainement celui de Dison, une statue du Christ de treize
mètres de haut qui, aujourd’hui, domine l’autoroute E42 (), en exécution du vœu fait
par le curé de la paroisse si Dison était épargnée des « atrocités » commises par les
Allemands en août 1914 sur le plateau de Herve. Plus modeste, celui de Ferrières ()
relève du même sentiment d’avoir bénéficié d’une protection particulière. De la
protection reçue on passe, par extension, à la protection demandée. Les plaques de
marbre placées dans l’église Notre-Dame-des-Récollets à Verviers combinent le
mémorial aux vingt et un morts de la paroisse avec une expression de reconnaissance à
« Marie, mère de miséricorde, protectrice de Verviers » (). Le climat international
menaçant des années 30 suscite des craintes dans la population, qui n’avait pas oublié
les malheurs de 14-18. Des statues du Sacré-Cœur et de la Vierge, des calvaires ont
alors été érigés pour invoquer une protection divine. « Jésus protégez-nous » proclame
une plaque apposée à un monument de 1936 portant une statue du Sacré-Cœur à
Clermont-sur-Berwinne (). Il faudrait relever les dates d’installation de toutes ces
statues votives qui bordent les chemins de nos campagnes pour apprécier l’ampleur de
ce phénomène. La demande de protection est parfois encore un peu plus explicite.
Témoin ce vitrail placé dans l’église Saint-Remi d’Angleur en 1937 (). L’invocation
44
« Notre-Dame de Bon Secours, protégez la paroisse » s’accompagne d’une scène de
dévotion à laquelle participe un soldat de la Grande Guerre. Un vitrail de l’église NotreDame de Bon-Secours à Pontisse (Herstal) présente exactement le même schéma. Le
traumatisme laissé par les exactions allemandes d’août 1914 était encore vif en 1940, ce
dont témoigne cette statue de 1942 par Joseph Gérard, placée contre le mur extérieur de
l’église de Charneux (). Des petits personnages, des habitants de ce village du Pays de
Herve, viennent chercher refuge sous le manteau de la Vierge. « Bonne Vierge Marie,
notre espérance, qui nous protégeas le 14 mai 1940, protège-nous » dit l’inscription sur
le socle de la statue.
D. Monuments corporatifs
Dernière catégorie, les monuments corporatifs regroupent les mémoriaux dédiés par
diverses organisations ou groupes sociaux particuliers à leurs membres victimes de la
guerre. Ce peuvent être des administrations, des établissements d’enseignement, des
entreprises, des associations professionnelles, culturelles, sportives, caritatives… On
trouve aussi dans chaque cathédrale une plaque commémorant les curés et vicaires du
diocèse victimes de la guerre (). Monument à la fois religieux et corporatif.
Administrations
Ces monuments sont relativement peu nombreux si l’on fait de ceux placés dans les
écoles une catégorie à part. On connaît la plaque due à Oscar Berchmans, accrochée
dans la salle des pas perdus de l’hôtel de ville de Liège (). En juin 1924 est
inauguré le mémorial de l’Administration des contributions, douanes, accises et
cadastre de la province de Liège, dans ses bureaux de la rue Louvrex.117 Un autre
monument, au cimetière de Robermont, est dédié à quatre employés du service des
sépultures, dont deux jardiniers tués par les Allemands en 1914 (). L’affaire est
relatée par Th. Gobert.118
Établissements d’enseignement
La Ville a fait placer des plaques de bronze dans les écoles communales, avec les
noms des cinq enseignants tués en 14-18 (). On retrouve ces noms sur le mémorial
de l’hôtel de ville. D’autres établissements, athénées, collèges, instituts placent un
mémorial, souvent à l’initiative de l’association des anciens élèves. Quelques-uns de
ces mémoriaux sont de simples plaques, par exemple au collège Saint-Servais à
Liège, tandis que d’autres font appel à des sculpteurs renommés, comme Georges
Petit pour l’Athénée de Liège, aujourd’hui Liège I (), ou Jules Brouns pour
l’Orphelinat de garçons de la Ville de Liège au Vertbois () et pour l’École
moyenne de Visé. Particulièrement remarquable est le mémorial de l’Université de
Liège () par Jules Berchmans. Autre cas singulier, le mémorial du Collège SaintQuirin à Huy, qui combine monument de pierre et vitrail ().
117
118
La Meuse, 1er juillet 1924.
GOBERT, Th., Liège à travers les âges. Les rues de Liège, vol. 10, 1977 (nouvelle éd.), p. 209.
45
Entreprises
Les entreprises veulent aussi rendre hommage à leur personnel. Des entreprises et
régies du secteur public – la RTT, la Poste, les chemins de fer, les tramways devenus
TEC… – et des sociétés privées placent des mémoriaux dans leurs sièges
administratifs. Un monument est inauguré en 1924 à la grand-poste de Liège, en
mémoire de tous les postiers de la province morts pour la Patrie (). Il a été
transféré à Angleur lors de la désaffectation du bâtiment. Durant l’entre-deuxguerres, les lignes de chemin de fer () étaient encore la propriété de deux sociétés
distinctes, le Chemin de fer du Nord Belge, filiale du groupe Rothschild, et les
Chemins de fer de l’État. La première fait placer une plaque commémorative dans la
gare du Longdoz à Liège (), tandis que la seconde en installe dans ses gares
principales. On les retrouve encore aux Guillemins (), à Verviers, à Herve, à
Visé…
Du côté du secteur privé, on installe des mémoriaux dans les grandes industries,
charbonnages, sidérurgie, lainières de la région de Verviers, industrie du verre.
Beaucoup ont disparu depuis, suite aux cessations d’activités et démolitions de
bâtiments, suite aussi aux fusions de sociétés. On a cependant conservé ceux
d’Espérance-Longdoz, du Val-Saint-Lambert… Le mémorial de Cockerill, par Jules
Brouns (), a été remplacé par une nouvelle plaque au lendemain de la Seconde
Guerre mondiale. Celui du charbonnage de Wérister, qui avait fermé en 1967, a été
réinstallé au centre de Romsée en 1994 (). À Andrimont, le mémorial de la société
lainière La Vesdre a été replacé au mur extérieur de l’église (). En 1920, le Grand
Bazar, à Liège, fait réaliser par Georges Petit une plaque commémorative en bronze
représentant « un génie ailé tenant les lauriers de la victoire ».119 Cette plaque n’a pas
été retrouvée.
Associations
Des associations de divers types veulent également honorer leurs membres. Certaines
le font en distribuant des médailles,120 d’autres en inaugurant un mémorial.
Parmi les associations professionnelles, on compte celle des avocats, avec un
monument placé au Palais de Justice de Liège (), celle des ingénieurs issus de
l’Université de Liège (A.I.Lg.),121 l’Union des Ingénieurs techniciens de Liège,122 la
Société générale des Voyageurs de commerce,123 etc.
Dans le domaine culturel, l’Association des Écrivains wallons anciens combattants
dédie une plaque commémorative aux auteurs wallons morts pour la Patrie ().
Des clubs sportifs aussi ont leur mémorial. À Liège, la Royale libre, club de
gymnastique, et l’Union nautique (). Plusieurs clubs de football, au Standard de
119
Voir La Meuse du 22 juin 1920, et DE NEUVILLE, A., Georges Petit. Sculpteur. Médailleur et
peintre, 1923, p. 48.
120
Voir vol. 2, p. 190-191. C’est notamment le cas du Moto Club liégeois, de la Caissette du Prisonnier à
Avennes, de l’Union des Anciens militaires à Herstal, de la Croix-Rouge de Verviers, etc.
121
La Meuse, 20 juin 1922.
122
La Meuse, 21 octobre 1921.
123
La Meuse, 1er novembre 1920.
46
Sclessin (), à Huy, à Tilleur, à Seraing inaugurent aussi leur monument. Durant la
guerre, des clubs de football organisaient des tournois à but caritatif pour lesquels
des médailles étaient frappées ().124
Au total, on l’a bien vu, la diversité des monuments commémoratifs est extrême. Le
sens du monument, sa forme, sa motivation peuvent être très variés. L’établissement
d’une typologie simple et univoque n’en est que plus difficile. On abordera dans les
prochains chapitres le sujet des dédicataires des monuments, et celui de leur
iconographie. Ce sont deux dimensions supplémentaires qui compliquent encore la
classification des monuments commémoratifs.
124
Voir vol. 2, p. 189.
47
4. Les dédicataires des monuments commémoratifs
On sait déjà que l’expression « monument aux morts » est trop réductrice et que les
dédicataires, les personnes honorées par le monument, ne sont pas uniquement des
soldats morts devant l’ennemi. L’État prévoit d’ailleurs plusieurs catégories de
victimes. La loi du 14 juillet 1919 stipule que des registres, déposés au Palais de la
Nation, contiendront, dans l’ordre, les noms des « combattants ayant servi sous les plis
du drapeau belge et morts pour la Belgique au cours de la guerre 14-18 », puis les noms
des « non-combattants qui auront succombé à la suite d’actes de violence commis par
l’ennemi, soit dans l’exercice de fonctions publiques, soit dans l’accomplissement de
leur devoir de citoyens », et enfin les noms de « ceux qui ont été condamnés à mort pour
les mêmes motifs ». Des extraits du registre seront envoyés aux familles et les
communes devront ouvrir un registre pour la conservation de ces extraits. Elles
dresseront en outre un second registre « commémorant les noms des prisonniers civils et
militaires, des déportés et de tous autres citoyens belges, domiciliés dans la commune,
qui auront succombé soit par le fait des violences de l’ennemi, soit comme victimes des
violations du droit des gens et des lois de la guerre ». De plus, la loi prescrit que les
monuments et plaques décidés par les communes devront respecter cette
classification.125 Enfin, la loi prévoit que l’État élèvera un monument commémoratif
aux héros de la Grande Guerre. Ce sera le Monument au Soldat inconnu, à Bruxelles,
inauguré en 1922.126
En avril 1919 déjà, la Députation permanente de la Province de Liège, qui proposait aux
communes de son ressort la fourniture d’un fronton pour des plaques commémoratives,
les invitait à citer les noms de victimes dans l’ordre suivant : victimes d’août 1914,
fusillés, morts au champ d’honneur, morts en captivité, morts des suites de leurs
blessures, morts sous les drapeaux. 127
Dès la fin de la guerre, on a ainsi créé diverses catégories de victimes. Et les communes
et commanditaires de monuments feront encore preuve d’une plus grande imagination
dans la qualification des dédicataires.
4.1. Militaires décédés
Comme le suggérait la Députation permanente de la Province de Liège, nombre de
plaques et de monuments font une distinction entre ceux qui ont été tués sous le feu
(« tombés au champ d’honneur »), ceux qui sont « morts sous les drapeaux » (ou « sous
l’uniforme »), donc pas au front proprement dit, ceux qui sont « morts des suites de
leurs blessures », donc après leur démobilisation, ceux qui sont « morts en captivité »,
ceux qui ont été portés disparus, et occasionnellement des gendarmes. La plaque de la
maison communale de Wanze mentionne même un « tué dans une fausse alerte ».
125
On verra qu’à cet égard, la loi est la plupart du temps restée lettre morte.
Au sujet de ce monument national, voir CLAISSE S., Pouvoir(s) et mémoire(s). L’État belge et les
monuments aux morts de la Grande Guerre, 2005, p. 545-559.
127
Voir le chapitre consacré aux plaques communales, vol. 2, p. 167.
126
48
L’ordre des mentions n’est pas le même partout. Parfois, les noms des morts sont
accompagnés d’indications sur le lieu du décès, sur sa date, sur le régiment et le grade,
voire la date de naissance. Dans quelques cas, le monument porte aussi des noms de
soldats décédés après l’Armistice. Il en est par exemple ainsi pour les plaques
commémoratives à Bombaye, à Clermont-sous-Huy, à Héron, et pour le monument de
Raeren. À l’opposé, d’autres monuments ne portent qu’une dédicace générale,
laconique, suivie seulement d’une liste de noms sans autre qualification.
4.2. Survivants
Ils sont revenus soit avec l’armée, soit de captivité en Allemagne ou en Hollande. Si les
noms des morts sont à la place d’honneur, sur la face avant du monument, ceux des
survivants sont souvent mentionnés sur les côtés.128 Ils sont en moyenne dix fois plus
nombreux que ceux des héros morts. Le monument de Clavier () porte même les
noms de trois « réformés de 1914 » ! Une distinction est parfois faite entre anciens
combattants « miliciens », c’est-à-dire mobilisés, et volontaires de guerre. C’est
notamment le cas à Bilstain (), à Dolhain, à Ramelot... Des monuments aux
volontaires des deux guerres ont été érigés après 1945 à Seraing et à La Calamine. Ils ne
portent pas de noms.
4.3. Invalides de guerre
Nombreux sont les soldats rentrés au foyer avec un handicap psychique ou physique. Ils
se groupent en une Fédération nationale des Invalides, qui rassemble 40 000 invalides
militaires ainsi que 5 000 invalides civils.129 C’est plus que le nombre de morts sous les
drapeaux. Ils ont reçu médailles et drapeaux, mais il n’y a guère de monuments qui leur
soient spécifiquement dédiés. On n’en trouve qu’un seul dans la province de Liège, au
cimetière de Huy, placé sur un caveau destiné aux invalides ().
4.4. Civils volontaires de guerre
Les jeunes gens qui ont tenté de rejoindre l’armée belge, mais se sont fait arrêter avant
d’y arriver, ont en quelque sorte un statut qui se situe entre celui des militaires et celui
des civils. Quelques rares monuments leur rendent un hommage spécifique. Ainsi celui
d’Ampsin, dont l’inscription cite les noms de « 21 jeunes gens capturés à la frontière en
voulant rejoindre l’armée belge » (). À Fairon, une plaque placée à côté du monument
porte les noms de treize survivants, dont celui d’un jeune homme qui avait été fait
prisonnier en tentant de franchir la frontière. Ceci ne plut guère aux anciens
combattants, qui ne voulaient pas voir le nom d’un civil au côté des leurs et qui, n’ayant
pu se mettre d’accord avec le comité du monument, ont décidé de supprimer tous les
128
Ce n’est pas le cas dans les communes des cantons de l’Est, où le nombre de mobilisés et morts était
proportionnellement bien plus élevé que dans le reste de la province. Voir vol. 2, p. 177-178.
129
COLIGNON, A., op. cit., 1984, p. 55.
49
noms de survivants.130 Cette décision n’a manifestement pas été appliquée, puisque ces
noms y figurent toujours ().
Un monument particulier, à Sippenaeken, salue la mémoire de tous ceux qui ont perdu
la vie en tentant de franchir le fil électrique installé par les Allemands tout le long de la
frontière avec les Pays-Bas (). Leur nombre est estimé à quelque cinq cents
personnes. C’étaient non seulement des jeunes volontaires de guerre, mais aussi des
agents de renseignements, des réfugiés, des passeurs de courrier et de marchandises, des
contrebandiers.
4.5. Civils tués en 1914
Les estimations du nombre de victimes civiles de la guerre dans le pays ou la province
sont encore plus difficiles à établir. Il y eut les victimes des « atrocités », les condamnés
à mort, les prisonniers morts en captivité, les déportés, mais combien également de
personnes décédées simplement des suites des privations ?
Il y eut d’abord ce que l’on a appelé les atrocités allemandes. D’août à octobre 1914, les
troupes d’invasion allemandes exécutèrent, généralement par fusillade, des milliers de
civils et incendièrent un nombre encore plus grand de maisons. Ce fut le cas sur le
plateau de Herve, dans la Basse-Meuse, à Liège, à Sprimont, mais aussi à Andenne, à
Dinant, à Tamines, à Louvain, à Aerschot, en province de Luxembourg… Face à
l’indignation et aux accusations portées par la Belgique, les autorités allemandes se
justifièrent en arguant de la présence de francs-tireurs parmi la population civile, ainsi
que des actes de barbarie commis par des civils sur des soldats allemands, qui tous
autorisaient des actions de représailles. Ces arguments furent l’objet de fortes
dénégations de la part des Belges et le débat continua durant tout l’entre-deux-guerres.
Il est maintenant établi que les francs-tireurs n’étaient bien qu’une légende née de la
guerre franco-prussienne de 1870-71, une autosuggestion collective, et que les incidents
qui ont donné lieu à des représailles étaient en fait des méprises dues à de mauvaises
communications entre détachements armés ou à l’état de panique ou d’ébriété de
certains soldats.131 Horne et Kramer ont dressé une liste des incidents qui ont fait dix
morts civils ou plus.132 Le nombre total de victimes est de 866 pour la province de
Liège133 et de plus de 4 400 pour l’ensemble du pays. Le décompte des maisons
incendiées recensées par Horne et Kramer se monte à plus de 2 100 pour la province et
à plus de 10 000 pour le pays, avec quelques villes dévastées comme Visé et Louvain.
Ces événements ont endeuillé les familles et durablement marqué les esprits, on l’a vu
avec ces monuments implorant la protection du Christ ou de la Vierge, installés dans les
130
La Meuse, 13 décembre 1919.
L’étude de John Horne et Alan Kramer, dont l’édition originale en anglais date de 2001, fait le point
sur la question. HORNE, J., KRAMER, A., Les atrocités allemandes, 2005.
132
Id., p. 477-484.
133
Les morts de Seilles, alors commune de la province de Liège, sont comptés avec ceux d’Andenne
(province de Namur). L’estimation de Horne et Kramer est fondée sur l’étude des cas qui ont fait dix
victimes ou plus. Il y a cependant, dans une cinquantaine de localités de la province, des plaques et des
monuments communaux avec moins de dix noms de fusillés, pour un total de cent cinquante personnes.
Même en tenant compte de quelques doubles emplois possibles, on arrive ainsi à plus de mille victimes
pour la province.
131
50
années 30, lors de la montée du fascisme en Allemagne.134 Rien d’étonnant, donc, qu’en
plus des monuments publics érigés à la mémoire des militaires et des civils, des
mémoriaux spécifiques soient consacrés aux victimes des atrocités. Il s’en trouve une
trentaine dans la province de Liège.135 On n’en fera pas toute la liste ici, mais en voici
quelques-uns plus particulièrement remarquables. À Melen, au bord de la N3 qui relie
Liège à Aix-la-Chapelle, un monument commémore 128 morts de communes autour de
Soumagne (). Il est placé au centre d’un petit cimetière d’une trentaine de tombes. La
commune d’Olne, qui a eu plus de soixante victimes civiles, a plusieurs monuments à
leur mémoire. Celui installé dans le bois de Riessonsart figure un Christ en croix
semblant émerger d’un végétal en pleine croissance (). Le village de Lincé (Sprimont)
a aussi connu des événements dramatiques, avec plus de trente civils fusillés. Trois
monuments leur rendent hommage, dont un vitrail dans l’église (). À Mouland, la
« grande croix des pendus » est placée à l’endroit où dix personnes furent exécutées
entre le 6 et le 8 août 1914 (). À Liège, une plaque de bronze par Oscar Berchmans,
scellée au mur de façade de l’Université, rappelle les événements tragiques du 20 août
1914, qui ont coûté la vie à 17 civils ().
4.6. Condamnés à mort
Dès les premiers mois de la guerre, les services de renseignements belges, français et
britanniques voulurent organiser des réseaux d’espionnage en territoire occupé. La
surveillance du trafic ferroviaire, pour identifier les mouvements de troupes et de
matériel militaire, était l’activité principale de divers réseaux.136 Les réseaux de Justin
Lenders et de Dieudonné Lambrecht travaillaient pour les Anglais, de même que le
réseau « La Dame blanche » de Walthère Dewé qui leur a succédé, celui d’Amédée
Hesse pour les Français, d’autres encore pour les Belges. Les agents de renseignement
arrêtés par les Allemands sont traduits en Conseil de guerre et le plus souvent
condamnés à mort. Ils seront fusillés à Liège, à Bruxelles, à Hasselt, ailleurs encore. À
Liège, les exécutions se font au bastion de la Chartreuse. Les condamnés passent
systématiquement leur dernière nuit à la prison Saint-Léonard. Ils seront près de
cinquante en tout. Un mémorial a été placé en 1922 contre la tour d’angle du mur
d’enceinte (). Il a été complété en 1933 par une plaque de bronze figurant un civil
attendant courageusement la salve du peloton d’exécution (). Ce bronze, transféré au
bastion de la Chartreuse,137 est dû à Oscar Berchmans, tout comme le monument aux
fusillés placé au bastion en 1931 (). Les corps des victimes, initialement inhumés
dans le bastion, ont tous, sauf deux d’entre eux, été transférés solennellement à
Robermont en 1919, de même que ceux de quelques Liégeois fusillés à Hasselt. À
Verviers, une plaque rend hommage à quatre agents de renseignement.
134
Voir p. 44.
Un mémoire de licence en Histoire à l’Université de Liège a été consacré à ceux du plateau de Herve :
CONSTANT, J., op. cit., 2006.
136
Voir DEBRUYNE, E., Les services de renseignements alliés en Belgique occupée, 2005. –
COLLIN, A., La Chartreuse pendant la guerre de 1914 – 1918, 2009.
137
Il a malheureusement disparu, volé au début du mois de juin 2011.
135
51
4.7. Civils déportés
Les Allemands ont déporté, entre 1916 et 1918, des dizaines de milliers d’ouvriers pour
compenser la pénurie de main-d’œuvre dans leurs usines.138 Certains sont partis
volontairement, acceptant les offres de salaire et de logement, la plupart sont partis de
force, prisonniers dans des camps, soumis aux privations et aux mauvais traitements.
Une préoccupation des autorités belges fut, après la guerre, de distinguer entre « bons »
et « mauvais » déportés. Seuls les premiers pouvaient prétendre à une forme de
reconnaissance. La loi du 10 juin 1919, qui règle la réparation des dommages causés
aux Belges non combattants, spécifie dans son article 1er que « sont exclus de la
réparation les dommages subis par les personnes ayant accepté, sans y être contraintes,
de travailler pour l’ennemi ». Il n’y a pas, en province de Liège, de monument
particulier pour les déportés,139 mais leurs noms sont fréquemment associés à ceux des
autres dédicataires des monuments publics.
4.8. Prisonniers politiques
De nombreux civils furent envoyés vers des camps de prisonniers en Allemagne, à
Senne (Sennelager), à Holzminden. C’étaient des suspects d’espionnage, mais aussi des
personnes ayant fait acte de résistance envers l’Autorité allemande, des otages, des
victimes de l’arbitraire de l’occupant. Comme pour les déportés, ils n’ont pas de
monument particulier dans la province de Liège. Une souscription publique avait été
ouverte en 1937 pour un monument « à la mémoire des anciens prisonniers civils de
guerre morts en Allemagne » à ériger à Bruxelles.140
4.9. Évacués français
Dans leur journal de guerre, J. De Thier et O. Gilbart rapportent, à la date du 17 mai
1917 :
On signale l’arrivée en Belgique des habitants de la région française évacuée par les
Allemands lors de la retraite de la Somme. Le Comité National se chargea de leur
ravitaillement et, dans les localités où ils furent amenés, les autorités locales rivalisèrent
de zèle pour leur assurer une installation confortable.141
Le 24 mai de la même année, ils apportent des précisions :
C’étaient en général des hommes âgés de plus de cinquante ans, des femmes et des
enfants qui n’avaient pu emporter que des vêtements et quelques menus objets.142
Ils signalent encore, en septembre 1918, une nouvelle vague d’évacués venant de
Roubaix.143 Dans son ouvrage consacré au sort des populations civiles des départements
français occupés, Annette Becker évoque les évacuations forcées à partir de 1915 :
138
Voir PIRENNE, H., Histoire de Belgique, Livre V, t. V, 1974 (nouvelle éd.), p. 294-301.
A. Tixhon et L. Van Ypersele signalent l’existence, dans le cimetière de Franière (Floreffe), d’un
monument exclusivement dédié aux déportés. TIXHON, A., VAN YPERSELE, L., op. cit., p. 120-121.
140
La Meuse, 23 septembre 1937. L’article commence ainsi : « Nulle part en Belgique, un monument ne
rappelle le sacrifice des prisonniers civils de guerre ».
141
DE THIER, J., GILBART, O., Liège pendant la Grande Guerre, vol. 4, p. 41.
142
Id., p. 70.
139
52
Devant leur impossibilité de nourrir toute la population civile occupée et les limites de
l’aide des neutres, les Allemands prennent la décision d’évacuer moyennant finances
ceux qui le désirent et peuvent payer, les indigents de façon forcée. En se débarrassant de
bouches inutiles, vieillards grabataires des hospices, jeunes enfants et familles
particulièrement démunies, ils économisent ainsi sur leurs propres ressources. L’occupant
conserve évidemment ceux qui sont capables de travailler.144
Mais pour ces évacués, la Belgique n’est qu’un lieu de passage et A. Becker ne
mentionne nulle part leur établissement dans des localités belges. Les affirmations de
De Thier et Gilbart sont pourtant corroborées par divers monuments commémoratifs. Ce
sont des monuments dédiés par les anciens évacués aux populations qui les ont
accueillis : une petite plaque encastrée dans le mur de l’école d’Ayeneux proclame un
« hommage reconnaissant des réfugiés français de Roubaix aux habitants d’Ayeneux »,
avec la date septembre 1918 ; les plaques d’Andrimont et de Ville-en-Hesbaye rendent
un hommage similaire. Dans le vestibule de l’église de Terwagne () est accrochée une
plaque dédiée à Marie Immaculée, « en mémoire de nos frères français exilés de
Fonsomme, Fontaine-Uterte, Fresnoy-le-Grand, Boukimcamp, réfugiés à Terwagne
durant la guerre 1914-1918 ». Mais tous les évacués français ne sont pas rentrés chez
eux et un certain nombre d’entre eux sont décédés dans leur commune d’accueil. Des
monuments, érigés près de leurs tombes ou caveaux dans quelques cimetières, nous en
disent un peu plus. Celui du cimetière d’Amay, le seul qui présente une sculpture en
haut-relief, mentionne vingt-deux victimes décédées entre mai 1917 et novembre 1918
(). À Hamoir, ce sont sept civils originaires des départements de l’Aisne, du Nord, du
Pas-de-Calais et des Vosges. Au cimetière de Tilff, les noms de quatorze victimes sont
non seulement accompagnés de leur lieux d’origine et dates de décès, mais aussi des
dates de naissance. On constate ainsi qu’à part un bébé d’un an et deux adolescents de
quatorze et seize ans, toutes les victimes étaient âgées de 64 à 87 ans. Mortes de
privations ? De la grippe espagnole ? Aucune précision à ce sujet. On peut faire le
même constat au cimetière de Ferrières (), où sont enterrés dix-huit civils français
décédés entre le 1er juin 1917 et le 26 décembre 1918. Quatorze d’entre eux avaient
entre 67 et 89 ans.
4.10. Personnalités diverses
De nombreux monuments sont élevés à titres divers en hommage à des individus
particuliers.145
Pour les militaires, ce sont des chefs qui ont acquis une grande popularité au lendemain
de la guerre, comme le général Bertrand à Liège () et le général Jacques à Stavelot.
Le maréchal Foch s’est vu dédier plusieurs statues, dont une à Spa (). Ce sont aussi
des militaires moins prestigieux. Trois mémoriaux sont consacrés au cavalier Fonck,
officiellement désigné comme le premier soldat belge tué à l’ennemi.146 Le
commandant Camille de Menten de Horne, premier officier tombé en août 1914, a un
143
Id., p. 235-236.
BECKER, A., Oubliés de la la Grande Guerre, 1998, p. 65.
145
Un index particulier du corpus leur est consaré.
146
Un à l’ancienne caserne Fonck, à Liège, et deux à Thimister.
144
53
monument à Plainevaux. Quelques stèles sont placées à l’endroit où est tombé un soldat,
comme la stèle Lamens à Fooz (). Et ce sont parfois des familles qui dressent un
monument à leur disparu, comme la chapelle Gervais Toussaint à Dalhem.
Quelques condamnés à mort ont aussi leur monument individuel. On a déjà vu ceux de
Mathieu Bodson, fusillé à Bruxelles, et de Dieudonné Lambrecht. Oscar Lelarge, agent
des chemins de fer, fusillé à la Chartreuse, est honoré par un monument à Huy () et
une plaque sur sa maison à Wanze. À Spa, un monument est dédié près du lac de
Warfaz à Amédée Hesse (). Tous les fusillés ne sont pas nécessairement des espions à
proprement parler. Une plaque, insérée dans la grille placée devant le monument de
Richelle, est dédicacée à Modeste Hellin, fusillé pour son activité de passeur à la
frontière néerlandaise ().
Quelques monuments sont également érigés en hommage à des victimes des atrocités
d’août 1914. C’est le cas, par exemple, pour l’avocat Émile Laude, tué à Francorchamps
(), pour l’abbé Dossogne, tué à Tiège (), etc.
Des artistes morts sous les drapeaux se voient dédier un monument par des associations
culturelles. Ainsi, à Liège, le compositeur Georges Antoine et le poète Louis Boumal.
La personnalité à laquelle le plus grand nombre de monuments sont consacrés est
évidemment le roi Albert Ier. Personnage devenu mythique, dans lequel les anciens
combattants reconnaissaient leur véritable chef et auquel ils s’identifiaient et vouaient
une forme de culte,147 Albert Ier allait être honoré par des monuments plus qu’aucun
autre roi des Belges avant et après lui. Les monuments commémoratifs de la guerre, qui
portent l’image du roi avant sa mort en février 1934, sont très peu nombreux. Le
monument à Albert et Élisabeth, dû à Jules Brouns et installé dans le parc du Dr Thiry à
Aywaille, date de 1909, année de l’avènement du jeune roi. Les seules localités à avoir
d’emblée intégré l’effigie du roi dans leur « monument aux morts » sont, dans la
province de Liège, la commune de Meeffe et le village de Froidthier (Clermont-surBerwinne) ().
L’annonce de l’accident fatal de Marche-les-Dames cause une émotion profonde dans la
population, particulièrement chez les anciens combattants. Parmi les formes de
commémoration, l’érection de monuments est la plus durable. La formule la plus simple
est, pour les anciens combattants, d’ajouter à leur monument commémoratif un
médaillon de bronze représentant le roi. On fait appel à des statuaires réputés. Edmond
Falise à Huy, Oscar Berchmans à Chênée (), Eugène de Bremaecker à Couthuin (),
etc. On décide aussi de nouveaux monuments, où l’on retrouvera, pour la province de
Liège, les noms de Georges Petit, de Jules Brouns, de Marcel Rau, de Charles Leplae,
de Pierre de Soete…
Le gouvernement décide de créer un Comité national des monuments au roi Albert,
auquel sont associés des gouverneurs de province et un représentant des combattants.148
La mission de ce comité est d’ériger un monument équestre dans chaque chef-lieu de
province (sauf Anvers qui avait inauguré le sien en 1933), ainsi qu’à Marche-les-Dames
147
Voir VAN YERSELE, L., Le roi Albert : histoire d’un mythe, 2006. – THIELEMANS, M.-R.,
Albert Ier et sa légende, 1995.
148
La Meuse, 18 avril 1934.
54
et sur l’Yser. Gand, Nieuport, Arlon ont leur statue dans les années 30. Mais Bruxelles,
Bruges, Namur et Liège doivent attendre les années 50 et 60. La dernière des grandes
statues équestres d’Albert Ier est celle de Liège, inaugurée en 1964 ().149
On installe des monuments au roi dans de nombreuses autres localités du pays et même
à l’étranger, en France surtout, mais aussi en Angleterre. À Liège, un buste du roi est
inauguré au cimetière de Robermont en 1934 () en attendant le grand monument
promis. Une sculpture encore plus grandiose, inaugurée en 1939, domine le point où les
eaux de la Meuse se séparent de celles du canal Albert. Verviers (), Visé, Amay et
d’autres localités de la province inaugurent leur monument à Albert Ier dans les années
30. Le dernier en date dans la province est celui d’Esneux, inauguré en 1968 ().
Même le camp militaire d’Elsenborn aura son propre mémorial, détruit par les
Allemands durant la Seconde Guerre (). Enfin, la figure du roi chevalier est placée sur
des caveaux et pelouses d’honneur où reposent des anciens combattants de la Grande
Guerre. C’est notamment le cas à Bois-de-Breux, à Grivegnée () et à Rocourt.
149
Pour l’histoire de ce monument, voir vol. 2, p. 150-153.
55
5. Épigraphie
Outre les éventuelles signatures de l’architecte, du sculpteur ou du tailleur de pierre, les
monuments commémoratifs portent des inscriptions qui ont pour but de rendre clair le
message qu’ils sont censés délivrer. La plus grande diversité règne dans le choix du
vocabulaire et de la syntaxe, reflet du fait que les comités qui présidaient à l’érection
des monuments étaient indépendants les uns des autres et que chacun était – dans
certaines limites toutefois – maître de ses choix sur la forme, l’image et le texte. On
peut schématiquement distinguer quatre groupes sémantiques que l’on peut trouver, en
tout ou en partie, sur la plupart des monuments150 : une référence à la guerre, une
dédicace du dédicaçant aux dédicataires, une liste de noms et un commentaire qui peut
prendre la forme d’une citation, d’un texte de circonstance, d’une invocation…
5.1. Référence à la guerre
La forme la plus simple est le double millésime 1914 et 1918, tantôt inclus dans la
dédicace, tantôt isolé de celle-ci. Dans la dédicace, il peut être remplacé par les mots
« Grande Guerre », « Guerre mondiale », etc. Il est souvent complété de ceux de 1940 et
1945, soit par ajout après la Seconde Guerre, soit du fait que le monument n’a été érigé
qu’après 1945.
5.2. Dédicace
La dédicace, dans sa formulation la plus complète, comprend la mention du dédicaçant
(« la commune de… », « la paroisse de… », etc.), des dédicataires (« à ses héros… »,
« à ses enfants… », « en mémoire de… », etc.), avec fréquemment une qualification
comme « morts pour la Patrie », « morts pour la défense du droit et de la liberté »…
Il n’y a pas beaucoup de variation dans la désignation du dédicaçant, mais elle peut
aussi être absente. Le monument de l’Université de Liège, celui de l’Académie royale
des Beaux-Arts de Liège, d’autres encore, en font abstraction, sans que cela n’empêche
l’identification évidente de leur commanditaire. De même, l’inscription sur un
monument placé sur une place publique ou au cimetière peut se limiter à un laconique
« À nos héros ». C’est par exemple le cas des monuments de Geer (), d’Heure-leRomain, de Dalhem…
Le vocabulaire utilisé pour désigner les dédicataires est des plus variés. Chez les
militaires, les « survivants », les « combattants », les « défenseurs » sont bien revenus
de la guerre et les « morts pour la Patrie » y sont restés. Mais il est des expressions plus
ambiguës. Les « martyrs » peuvent être militaires ou civils, de même que les « victimes
des deux guerres ». Les « héros », les « braves » et les « glorieux vainqueurs » peuvent
être morts (si on parle de survivants par ailleurs) ou vivants (si l’on mentionne des
150
On fera exception des monuments érigés à l’endroit d’événements particuliers (mort d’un soldat,
exécution de civils…) dont l’inscription est d’ordre narratif, décrivant l’événement commémoré.
56
morts ailleurs). Une autre désignation des dédicataires, fréquemment rencontrée, porte
sur leur lien avec le dédicaçant. Les communes rendent hommage « à leurs enfants », la
paroisse aux paroissiens, les écoles aux professeurs et élèves, les entreprises aux
membres de leur personnel, etc. On a parfois une dédicace plus subtile, comme sur le
monument de la pelouse d’honneur au cimetière de Grivegnée, dédié « À l’absent ». On
a déjà passé en revue, au chapitre précédent, les diverses catégories de victimes civiles
qui peuvent figurer sur les mémoriaux.
Le nom du comité qui a pris l’initiative de faire ériger le monument est également
fréquemment indiqué après la dédicace.
A. Tixhon et L. Van Ypersele relèvent qu'il y a en Belgique une tendance à plutôt
utiliser sur les monuments commémoratifs l'expression "morts pour la Patrie", alors
qu'en France la majorité des monuments parlent de "morts pour la France". Et en effet,
la proportion de monuments de la province de Liège mentionnant les mots « Belgique »
ou « Belge » est d’environ un à huit par rapport au nombre de monuments utilisant le
mot « Patrie ». Ces auteurs émettent l'hypothèse que les Belges ont une hésitation à
assimiler Belgique et Patrie.151 "Mort pour la France" est l'expression officielle, non
seulement pour les actes de décès des soldats tués sous les drapeaux, mais aussi pour les
cérémonies d'appel aux morts. En Belgique, une loi de juillet 1918 impose aussi
l'expression "mort pour la Belgique" dans l'acte de décès "d'un militaire ou d'une
personne attachée à l'armée, tué à l'ennemi ou mort par suite des blessures ou d'une
maladie contractée au service par un fait de guerre". Mais cette expression ne s'est pas
imposée d'évidence dans les cérémonies d'hommage aux victimes de la guerre, où
l’appel de chaque victime est généralement suivi du répons « mort pour la Patrie ».
5.3. Listes de noms
Sur les 353 anciennes communes de la province, y compris celles qui l’ont quittée en
1961 ou en 1977, mais à l’exclusion des cantons de l’Est, trente semblent ne pas avoir
eu de victimes sous les drapeaux durant la guerre.152 Parmi celles-ci, Racour et Soiron
ont cependant eu des victimes civiles dont les noms figurent sur le monument public,
presque toujours classés par ordre alphabétique. On trouve les noms d’habitants décédés
sur les monuments de cent soixante anciennes communes, sur les monuments
paroissiaux, les monuments corporatifs, etc. Mais on trouve aussi des listes de noms de
survivants sur plus de cent cinquante monuments dans la province. Pour ces communes,
la proportion de morts et de survivants est de 11 % en moyenne, chiffre proche de la
moyenne nationale de 10,4 %.153 On est loin de l’idée parfois exprimée que l’inscription
des noms des soldats qui ont survécu à la guerre est une exception. On ne peut donc
totalement souscrire à l’opinion exprimée par l’historien australien Ken Inglis :
L’Australie est le seul pays dans lequel la plupart des mémoriaux rappellent les noms des
survivants autant que ceux des morts. En France et aux États-Unis, à ma connaissance, la
151
TIXHON, A., VAN YPERSELE, L., op. cit., 2000, p. 101.
Ce qui n’exclut pas que certains soldats rentrés au foyer aient pu décéder des suites de blessures ou de
maladie quelques mois ou années après leur retour.
153
Voir p. 9.
152
57
pratique est presque inconnue. Au Royaume-Uni, elle concerne environ 5 % des
mémoriaux qui portent des noms, en Nouvelle-Zélande environ 15 %, en Australie 53 %.
La clé de cette différence frappante est l’échec des plébiscites [australiens] sur la
conscription. […] On ne rend pas hommage à l’homme qui a été conscrit dans l’armée de
son pays, qui n’a fait qu’obéir à la loi, mais bien à ceux, tous ceux qui ont répondu à
l’appel et offert leur vie.154
Il y a en Belgique d’autres raisons à la présence ou à l’absence des noms des survivants
sur les monuments commémoratifs. Le nombre de noms à écrire sur les monuments est
au moins l’une d’elles. Du fait que la proportion de morts dans la population est plus
faible en Belgique qu’en France ou en Allemagne, il peut y avoir suffisamment de place
sur le monument pour les anciens combattants. C’est important pour eux, car la
présence de leurs noms est destinée à rappeler la créance qu’ils ont sur la société. La
plus longue liste de survivants se trouve sur le monument de Herve, avec 176 noms
pour une population d’environ 4 700 habitants. On constate aussi que, sauf exception
dans deux ou trois paroisses, les monuments religieux et corporatifs ne portent jamais
de noms de survivants.
La constitution des listes de noms n’allait pas toujours sans problème. Des comités pour
l’érection de monuments commémoratifs lancent des appels par voie de presse pour que
leur soient communiqués tous les noms à inscrire sur le mémorial.155 Malgré
l’obligation faite aux communes de tenir un registre des combattants et non-combattants
morts de faits de guerre, on connaît plusieurs cas d’oublis. Ceux-ci sont parfois corrigés
en ajoutant, tant bien que mal, quelques noms sur les éventuels espaces laissés libres.
Ces ajouts sont le plus souvent fort visibles, comme à Houtain-Saint-Siméon (),
Roclenge-sur-Geer, Rosoux-Crenwick… N. Ergen raconte les difficultés rencontrées
pour dresser la liste des noms figurant sur le mémorial du fort de Loncin, ce qui n’alla
pas non plus sans omission.156 Elle détaille aussi la polémique qui a opposé, durant tout
l’entre-deux-guerres, l’Administration communale d’Othée et la F.N.C. du fait que le
nom de l’un des deux morts de la commune ne figurait pas sur le monument. Ce n’est
qu’après la Seconde Guerre, avec l’ajout des noms de nouvelles victimes et de
nouveaux combattants, que l’affaire fut finalement résolue.157
5.4. Commentaires divers
Les commentaires les plus simples consistent en quelques mots qui qualifient la
dédicace, l’amplifient parfois jusqu’au dithyrambe. Les héros sont « glorieux », les
défenseurs sont « vaillants ». Les morts de Polleur sont « ceux qui ont fait leur devoir ».
Ils ont « versé leur sang et donné leur vie pour la Patrie » dans l’église de Wanne. Ils
sont morts « pour la défense de l’honneur et des foyers du peuple belge » à Hermée,
154
INGLIS, K., World War One Memorials in Australia, 1992, p. 57.
Par exemple, on lit dans La Meuse du 11 octobre 1925, à propos du mémorial du Quartier de l’Ouest
(Sainte-Marguerite) à Liège : « La liste des noms des morts glorieux qui figureront sur le ‘Mémorial’ est
affichée au secrétariat d’Ouest-Attractions […], où les parents et amis des militaires et civils morts pour
la Patrie sont instamment priés de faire inscrire ceux dont les noms ne s’y trouveraient pas. Dernier délai :
15 octobre ».
156
ERGEN, N., op. cit., 2001, p. 227-228.
157
Id., p. 54 et 104-105.
155
58
« du droit et de nos libertés » à Huccorgne, « de la Patrie et de la civilisation » à
Comblain-au-Pont, « de la liberté et [pour] le salut du monde » sur la stèle Malleterre à
Loncin et plus sobrement « pour une juste cause » à Moresnet. Les survivants sont des
« intrépides combattants » à Abée-Scry, des « défenseurs de la liberté » à Seny… On
pourrait encore allonger la liste.
Le commentaire peut aussi qualifier l’intention des commanditaires du monument. Pour
certains, il s’agit d’exprimer un sentiment de reconnaissance de la part de la commune,
de la population, de la paroisse. « Ils sont morts pour que nous vivions » lit-on sur
quelques monuments, dont celui de l’Université de Liège. Pour d’autres, il s’agit de
faire acte de mémoire, avec la formule habituelle « en mémoire de… ». Cette intention
de mémoire, tant mémoire envers les disparus qu’envers les souffrances imposées à tous
par l’ennemi, se marque souvent par une adresse « au passant », du traditionnel
« N’oublions jamais », que l’on trouve sur tous les frontons de plaques communales, à
des phrases qui exhortent plus directement au maintien du souvenir, comme « Passant,
n’oublie pas nos défunts » sur une plaque à Fallais, ou « Belge, pardonne mais
souviens-toi » à Mortroux. Invitations au recueillement, expressions de regrets se
rencontrent également. Les monuments placés dans les églises comportent aussi des
invitations à la prière. « Priez pour nos morts, nos disparus et nos victimes de guerre »
dit une plaque dans l’église d’Elsenborn. Les paroissiens de José sont exhortés à se
souvenir « de ces martyrs dans [leurs] prières ». Le mémorial de l’église Saint-Remacle
à Spa appelle à trouver une consolation auprès de la Vierge et du Christ : « Ô vous qui
pleurez, venez à la Mère des douleurs, elle vous consolera. Miséricordieux Jésus,
donnez-leur le repos éternel » (). De la prière pour les défunts, on passe vite à
l’imploration pour une protection divine. « N.D. du Bon Secours, protégez la paroisse »
dit un vitrail de l’église Saint-Remi à Angleur.
La devise belge « L’union fait la force » se retrouve sur nombre de monuments. La
devise de Huy (« Plutôt mourir de franche volonté que du pays perdre la liberté ») est
naturellement inscrite sur le monument de la ville, mais aussi sur celui de WarnantDreye. Des monuments individuels portent parfois une devise familiale, comme la
plaque Pirmez à Lincé (). Dans une autre veine, l’inscription du monument allemand
au cimetière de Rhées (Herstal), dédié aux soldats mecklembourgeois tués durant la
bataille de Liège, commence par « Per aspera ad astra », devise de l’ancien GrandDuché de Mecklembourg-Schwerin.
La dédicace peut aussi s’accompagner de citations profanes ou bibliques, voire de textes
composés pour la circonstance.
On cite Albert Ier, notamment des extraits de son discours du 4 août 1914 devant les
Chambres réunies : « Le peuple qui se défend s’impose au respect de tous. J’ai foi dans
nos destinées, notre pays ne peut mourir. » (Berneau). La même citation, dans une
version légèrement différente, s’accompagne de « Et vous, Wallons, souvenez-vous des
six cents Franchimontois » sur le monument de Theux () et sur la plaque au château
de Franchimont.
On fait appel à des poètes. À Victor Hugo, dont les deux premiers vers de l’Hymne
« Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie / méritent qu’à leur cercueil la foule
59
vienne et prie »158 se retrouvent sur plusieurs monuments (à Lincent, à Chokier, à
Barchon, dans des églises aussi, à Ans et à Tihange…). À Charles Péguy, dont les vers
sont cités à Stavelot (« Demain sur nos tombeaux / les blés seront plus beaux ») et à
Montzen (« Heureux ceux qui sont morts dans une juste guerre »). Leconte de Lisle
fournit la citation pour l’École d’Armurerie à Liège et pour le monument de Wanze
(« Ils sont morts, Liberté, ces braves, en ton nom / Béni soit le sang pur qui fume vers ta
gloire »).159 Parmi les auteurs antiques, Thucydide est cité sur le premier monument
grec du Mémorial interallié à Liège, Horace au cimetière d’Hollogne-aux-Pierres,
Virgile sur le monument de Malmedy. Celui de Saint-Vith reprend une citation, en
allemand, écrite lors des guerres napoléoniennes pour Frédéric-Guillaume III, roi de
Prusse de 1797 à 1840, et qui se retrouve sur de nombreux monuments allemands :
« Den Gefallenen zur Erinnerung, den Lebenden zur Mahnung, den Gläubigen zum
Trost, weil Heimholung zu Gott » (En souvenir des morts, en avertissement pour les
vivants, en réconfort pour les croyants, durant le chemin de retour vers Dieu).160
La plus longue des citations, de l’écrivain tchèque Julius Fučik, se trouve sur le
« Monument des conflits modernes » à Saive (), monument consacré aux morts
depuis 1830 jusqu’à ceux du Rwanda en 1994.
Encore plus nombreuses sont, en contexte religieux, les citations bibliques.161 Citations
de l’Ancien Testament : Psaumes à Ovifat, Livre de la Sagesse à Amblève, Livres des
Maccabées au collège Saint-Louis et à l’église Sainte-Marie-des-Anges à Liège, etc. Du
Nouveau Testament, des citations des évangiles, de l’épître de saint Jean, de
l’Apocalypse… La Bible est riche de formules évoquant consolation et récompense
pour ceux qui obéissent à leur destin et sont morts en justes.
Il est enfin des textes plus ou moins réussis, composés pour la circonstance, tel celui qui
rend hommage aux morts de la bataille du Sart-Tilman :
Ces héros ont cueilli dès la sanglante aurore
La palme du martyre et le laurier du vainqueur.
Ô Patrie, ils t’ont fait un rempart de leur cœur,
Et sur ce mont sacré leur âme veille encore.
Le monument dédié aux évacués français dans le cimetière de Ferrières récite :
À nos amis de France, exilés par la guerre,
Hélas nous n’avons pu donner qu’un coin de terre
Et le bois d’un cercueil !
Belge, devant ces morts, courbe la tête et prie,
Et que Jésus leur fasse dans l’unique patrie
Un éternel accueil !
158
Hugo avait composé ce poème en 1831, en hommage aux morts de la révolution de 1830. Il fait partie
du recueil Les chants du crépuscule.
159
Derniers vers d’un poème de 1871, Le soir d’une bataille, inclus dans la réédition du recueil Poèmes
barbares.
160
Voir DE BUSSCHER, J.-M., op. cit., 1981, p. 16. – KOSELLECK, R., L’expérience de l’Histoire,
1997, p. 143.
161
On peut aussi en trouver sur des monuments publics, par exemple une citation de l’Apocalypse sur le
monument de Baelen.
60
Plusieurs monuments dans les cantons de l’Est portent également des textes rimés, dont
voici deux exemples.
À Meyerode :
La célébrité et la gloire étaient suffisantes pour le combattant.
Les larmes versées par les mères ont créé cette image de pierre.
Vous êtes dans l’affliction, mais nous vous reverrons.
(traduction de l’allemand)
À Heppenbach () :
Construis-moi dans ton cher cœur
Une tombe simple et modeste,
Et ne pleure pas, cela fait si mal,
Mère, quand je te vois pleurer.
Ne nous éclairera-t-elle pas, après cette épreuve,
L’aurore du jour où nous nous reverrons !
(traduction de l’allemand)
Seulement deux inscriptions comportant un chronogramme ont été relevées. À la
cathédrale Saint-Paul à Liège (IN BELLO GERMANICO CRUENTER TRUCIDATI = 1914) et
sur le monument de Wanne (ECCE JESU CHRISTO REGI VVANNE PIISSIME DICATUR =
1927).162
Maximes et sentences diverses abondent : « Leur sang a teint le drapeau de la
Belgique » (église Saint-Sébastien à Stavelot), « Nous sommes des inconnus pour qui
n’a pas de patrie » (cimetière de Dison), « La mémoire des braves est sacrée »
(Hodeige), « C’est du dernier soupir de ses héros qu’est fait le souffle immortel de la
patrie » (Battice), « Reposez, même dans une terre lointaine, le lien de l’amour nous
réunit » (Hergenrath), « Gloire au roi et à l’armée » (Oleye), etc. Les maximes se
résument parfois à un seul mot : « PAX », « PATRIA », « PRO DEO ET PATRIA »…
L’ennemi, connu de tous, n’est jamais nommément désigné sur les monuments. Tout au
plus fait-on rarement mention de « barbarie », de « force brutale » (Montegnée). Il y a
toutefois une exception à cette règle. Les monuments érigés en mémoire des victimes
des atrocités ne se privent pas d’être plus explicites. La violence du vocabulaire utilisé
ici est à la mesure de l’indignation que ces exactions ont suscitée dans la population.
Les victimes de Lincé ont été « lâchement assassinées par les hordes allemandes » ;
« Les barbares teutons fusillèrent sans jugement deux civils […] et un vieillard
inconnu » à Cheratte ; l’obélisque dressé à Olne invite le passant à se souvenir « des
crimes commis par les Allemands ». Et le monument aux fusillés de Romsée ()
conclut « Nos cœurs à nos chers fusillés, notre mépris à leurs meurtriers ».
Antoine Prost avait relevé qu’il n’avait, en France, « guère rencontré d’inscriptions en
langues locales que dans le pays basque et en Bretagne ».163 On peut faire la même
162
On trouvera un autre chronogramme sur le monument érigé en 1949 à Forêt en hommage aux
résistants tués par les SS en 1944.
163
PROST, A., Mémoires locales et mémoires nationales : les monuments de 1914-1918 en France,
1992, p. 41.
61
constatation pour les monuments de la province de Liège. Nous n’avons repéré que trois
monuments avec une inscription en wallon, bien peu de chose. Celui du cimetière de
Bertrée nous dit « Nos estans chal pace qui nos estis la », et celui du cimetière d’Engis
en présente une variante « Tere di Walon’reye, nos estans chal pace qui nos estis la ».
La plaque de bronze du quartier Pierreuse à Liège porte la dédicace « Noss Pierreuse a
ses Èfants ».
Référence à la guerre, dédicace, listes de noms, commentaires, voilà le « menu
épigraphique » complet. Les monuments peuvent être lyriques dans leur hommage aux
morts et aux survivants, d’autres sont nettement plus sobres dans leur expression.164
Certains procèdent par élision et n’affichent pas l’ensemble de ces rubriques. Plutôt que
d’écrire « La commune de X reconnaissante… », on prend un raccourci « À nos
héros », « À nos morts », etc. sans autre texte qu’une liste de morts et/ou de survivants.
Un travail d’analyse sémiologique des inscriptions d’une centaine de monuments du
département d’Ille-et-Vilaine a été mené par Yves Hélias en 1979.165 À la recherche
d’un possible sens caché dans les dédicaces, en appliquant la méthode structuraliste qui
veut faire abstraction de toute donnée et de tout savoir qui n’est pas le monument luimême, Hélias conclut que celui-ci « exprime une intentionnalité de récompense » dont
l’enjeu, tel que vu en anthropologue, est un échange symbolique de don (la vie des
victimes) et de contre-don (le monument, les couronnes mortuaires, les cérémonies
commémoratives).166 Exercice de style plutôt qu’apport fondamental à la connaissance
des monuments, cet essai ne semble pas avoir eu de suite.
164
Ce qui n’empêche pas nécessairement le lyrisme de se manifester dans l’iconographie.
HÉLIAS, Y., Pour une sémiologie politique des monuments aux morts, 1979.
166
Id., p. 742-744.
165
62
6. Iconographie
La première image que l’on a généralement à l’évocation des mots « monument aux
morts » est celle d’un soldat, au moins de grandeur nature, sculpté dans la pierre ou
coulé dans le bronze, juché sur un haut socle de pierre placé le plus souvent sur une
place publique pour lui conférer plus de visibilité. Bien avant l’épigraphie, c’est la
statuaire, en ronde-bosse ou haut-relief, qui attire le regard du spectateur ou du simple
passant. Ces statues de fiers soldats, mais aussi de civils accablés, d’allégories
patriotiques, de figures religieuses conventionnelles, sont les manifestations les plus
évidentes de l’effort commémoratif des années qui ont suivi la Première Guerre et qui
se sont imposées sur tant de places de villages.167
Le soldat peut être remplacé par des civils ou des allégories conventionnelles, qui
auront la même fonction d’appel. Mais ces monuments à statuaire ne représentent qu’un
peu plus de 20 % de l’ensemble des monuments commémoratifs de la Grande Guerre. À
l’opposé, les monuments qui ne portent aucune représentation en deux ou trois
dimensions, ne fût-ce qu’un drapeau, une croix ou une simple palme, sont encore
beaucoup moins nombreux, et ne totalisent que près de 5 % de l’ensemble.
Qu’ils s’inscrivent dans la tradition funéraire, religieuse ou « statuomaniaque », les
monuments s’enrichissent le plus souvent d’une ornementation secondaire qui répond
plus ou moins à des codes symboliques et qui complète en quelque sorte leur thème
principal. On l’examinera ici, avant de passer plus loin à la statuaire proprement dite.
6.1. La symbolique de l’ornementation
A. Symbolique héraldique168
Situées à mi-chemin entre l’épigraphie, par leur code strictement conventionnel, et
l’image, les armoiries contribuent au caractère identitaire des monuments.
Les armoiries les plus fréquentes évoquent la Belgique (). C’est le plus souvent une
version simplifiée du « petit sceau de l’État ».169 Les sceptres et le collier de l’ordre de
Léopold ne sont presque jamais représentés (la plaque de l’église Saint-Remacle à
Trois-Ponts, qui s’approche plutôt des grandes armoiries du royaume, est une
exception). Par contre, on ajoute parfois des feuilles de chêne ou de laurier. La
couronne, la devise et même l’écu peuvent disparaître jusqu’à ce que ne subsiste plus
que le seul lion héraldique, parfois contourné (tourné à senestre), dans un dessin qui
167
Les architectures monumentales, comme le Mémorial interallié de Cointe ou comme le projet avorté
de « Monument de la Défense nationale » à Liège, sont exceptionnelles dans la province.
168
Les ouvrages suivants ont été consultés pour ce sous-chapitre : SERVAIS, M., Armorial des provinces
et communes belges, 1956 – DUERLOO, L., JANSSENS, P., Armorial de la noblesse belge, 1972 –
POSWICK, G., Armorial d’Abry, 1956.
169
Codifié par un arrêté royal du 17 mai 1837 : « De sable au lion d’or armé et lampassé de gueules,
sommé de la couronne royale d’or fourrée de gueules aux bandelettes d’argent bordées et houppées d’or.
L’écu entouré de l’ordre de Léopold, accompagné de deux sceptres d’or posés en sautoir, à dextre à la
main de justice, et à senestre au lion de l’écu. Devise ‘L’Union fait la force’ en lettres d’or sur un ruban
de gueules liseré de sable ».
63
peut devenir très schématique. On remarquera aussi que le lion est parfois dessiné avec
la queue fourchue, alors que le blason officiel requiert une queue droite. La présence de
ces armoiries donne à la fois l’idée de la reconnaissance du pays et de la cause pour
laquelle sont tombées les victimes. Même si le mot « Belgique » n’est que rarement
inscrit sur le monument, l’idée en est présente par son symbole héraldique.
On trouve aussi, mais moins fréquemment, les armoiries de la province. Les monuments
de Lixhe (), de Villers-l’Évêque et de Bois-et-Borsu sont surmontés d’un lion tenant
un écu avec les armes de la province de Liège. L’obélisque de l’ancien cimetière de
Milmort est surmonté de ces armes inscrites dans une couronne mortuaire. Le
monument du barreau de Liège, au Palais de Justice, présente à la fois les armoiries
belges, provinciales et communales.
Les armoiries communales marquent l’appartenance de certains monuments à une
communauté. Même si on les rencontre le plus souvent sur des monuments publics au
sens de monuments dédiés par la commune, on en trouve aussi sur des mémoriaux
religieux ou corporatifs. Ainsi, les armoiries de la Ville de Verviers ne se trouvent pas
sur les monuments publics, mais bien sur ceux de l’église Saint-Remacle () et de
l’athénée. Les armoiries et sceaux officiels sont attribués aux communes par arrêté royal
(ou par un diplôme néerlandais avant 1830). L’Armorial des provinces et communes
belges de Max Servais n’en recense, jusqu’en 1940, qu’une quarantaine pour toute la
province de Liège, dont moins de la moitié se retrouvent sur un monument
commémoratif.170 Huy et Sprimont () ont des armoiries reconnues, mais ce sont
d’autres armes, de tradition plus ancienne, qui figurent sur leurs monuments. Quelques
communes, qui n’ont pas reçu de diplôme officiel pour leurs armoiries, ne se privent
cependant pas d’utiliser des armes traditionnelles, souvent celles d’un ancien seigneur
local. Des recherches plus approfondies seraient nécessaires pour les identifier, du fait
que ces armoiries ne figurent pas dans l’Armorial des provinces et communes de
Belgique. Certains de ces blasons officieux, comme à Ans, peuvent consister en un lion
semblable à celui des armoiries du pays et prêter ainsi à confusion si l’écu n’est pas
surmonté d’une couronne.
Les armoiries familiales sont assez rares. Deux cas ont été répertoriés dans la province,
sur la plaque au commandant de Menten de Horne à Plainevaux et au-dessus de la
plaque à Robert et Gaston Pirmez, fusillés à Lincé (Sprimont) (). Le monument aux
soldats italiens, au cimetière de Robermont, est orné des armes des rois d’Italie.
Des entreprises, aussi, peuvent insérer leurs armoiries (qui évolueront plus tard en logo)
sur leur mémorial. C’est par exemple le cas pour Espérance-Longdoz () et pour
Cockerill à Seraing, pour la Société de la Vieille-Montagne à Angleur, etc. Le symbole
de la roue ailée se retrouve sur toutes les plaques commémoratives des chemins de fer
de l’État.
170
Dans les communes d’Aubel, Esneux, Hannut, Herve, Liège, Malmedy, Rahier, Sart, Seraing, Spa,
Stavelot (armoiries disparues du monument après son déplacement), Theux, Verviers, Visé, Wanze et
Waremme.
64
B. Symbolique patriotique et militaire
Déjà présent dans sa variante héraldique, le lion se retrouve assez communément
représenté en ronde-bosse (voir plus loin) ainsi que sous la forme du « mufle de lion », à
l’image de l’insigne qui décorait les casques des soldats belges à partir de 1915. Ce
mufle de lion figure sur de nombreux monuments, particulièrement sur les frontons de
bronze offerts par la Députation permanente aux communes de la province de Liège
().171
Autre symbole patriotique, le drapeau national, représenté seul et parfois en couleurs
(), ou associé à une panoplie ou défendu par le lion.
Si tous les monuments ne portent pas une statue de soldat, très nombreux sont ceux dont
une iconographie secondaire évoque l’état militaire des morts et des survivants.
Panoplies avec fusil, épée, baïonnette, drapeau et casque (), ou fusil et sabre croisés,
ou encore canons pour les régiments de forteresses, sont une forme de proclamation de
la gloire des armes et de l’armée. La croix de guerre est à l’époque une iconographie
nouvelle. Elle est parfois figurée sur le torse des soldats, elle peut aussi être représentée
à même la stèle, comme à Awan (Aywaille) (), ou sur le socle de la statue, comme à
Hermalle-sous-Argenteau, à Bombaye, à Horion-Hozémont… D’autres images d’une
gloire immortelle, ubiquistes celles-là, remontent à une longue tradition historique.
Palmes, branches et feuilles de chêne et de laurier se rencontrent, ensemble ou
isolément, sur tous les types de monuments commémoratifs.
C. Symbolique funéraire
La symbolique funéraire traditionnelle est largement mise à contribution, tant dans
l’espace public que dans les cimetières. Urnes recouvertes d’un voile marquant la
séparation d’avec le monde, à Liers, à Beyne-Heusay (), à Bilstain, à CerexheHeuseux... Flammes évoquant la purification et l’éternité de la vie, à Hallembaye
(Haccourt), à Hannut, à Grand-Rechain… Flambeau qui symbolise la vie lorsqu’il est
représenté droit (au cimetière de Robermont, à Verviers (), à Darion, à l’athénée
Saucy à Liège…) et la mort lorsqu’il est renversé (à Huccorgne, aux cimetières de
Flémalle-Haute et de Rocourt…). La plaque de la maison communale de Fexhe-Slins
est ornée de deux flambeaux allumés à chaque extrémité (). Les roses, marques de la
virginité et de l’amour, mais aussi de la brièveté de la vie et d’une renaissance, sont
parfois représentées en rosace stylisée ou en bouquets au naturel. Les monuments de
Charneux et de Froidthier (Clermont-sur-Berwinne) () sont surmontés d’une
guirlande de roses, la figure féminine du monument à Oscar Lelarge à Huy tient une
palme et un bouquet de roses, de même que celle du monument d’Heppenbach. À
Welkenraedt, c’est un putto qui tend son bouquet de roses vers la liste des morts.
Les symboles funéraires traditionnels peuvent inclure une allusion à l’activité du défunt,
avec la représentation d’une lyre pour un musicien, d’une palette pour un peintre, etc.
Les panoplies et armes diverses, comme vu plus haut, sont déjà une mention directe de
la qualité de militaire des dédicataires. Les armes prennent un caractère plus
171
Voir vol. 2, p. 167.
65
spécifiquement funéraire lorsqu’elles sont déposées au pied du monument ou sur celuici. Le monument de Polleur (), avec une capote militaire et un casque sculptés à la
base, ou celui de Bombaye (), qui montre au sommet d’une colonne brisée un casque
et un ceinturon avec une baïonnette dans son fourreau, marquent le deuil et l’absence
plutôt que la gloire. L’image de l’épée ou de la baïonnette, pointe tournée vers le sol et
dont le pommeau est parfois ceint d’une couronne funéraire, est aussi une représentation
conventionnelle de la mort au combat. On la trouve entre autres dans la « grande croix
du sacrifice » des monuments militaires britanniques (), à l’Académie royale des
Beaux-Arts à Liège, au cimetière de Gives (Ben-Ahin) (), à Couthuin, à Plombières et
sur plusieurs pelouses d’honneur, comme aux Awirs ou à Blegny-Trembleur.
Enfin, le progrès technique de la fin du XIXe siècle a permis de placer à bon compte sur
les monuments funéraires l’image des défunts sous forme de photos émaillées, qui
continuent ainsi à dialoguer avec les vivants. Ces photos se retrouvent sur les
monuments de cimetières, comme à Baelen, à Évegnée-Tignée (), à Ferrières, à
Melen… mais aussi sur quelques monuments publics, à Ouffet, à Remicourt, à Thys, à
Verlaine…
D. Symbolique religieuse
Le symbole chrétien par excellence est la croix latine, que l’on retrouve sur un très
grand nombre de monuments, qu’ils soient religieux ou civils. La présence (ou
l’absence) de cette croix sur des monuments publics a quelquefois suscité des débats
idéologiques entre catholiques et laïcs. On en parlera dans le chapitre portant sur le
contenu idéologique des monuments commémoratifs.172 Peut-être est-ce en réaction à
ces oppositions que la croix n’est parfois présente que de manière implicite. On a
suggéré qu’en France, où jusqu’en 1924 la présence de la croix chrétienne n’était
admise que sur les monuments funéraires des cimetières, le prescrit a pu être contourné
en plaçant une grande croix de guerre, symbole civique, au sommet d’un obélisque.173 Il
n’y a aucun monument de ce genre en province de Liège. Les croix peuvent aussi
exister sous une autre forme. Une épée placée pointe en bas forme le dessin d’une croix
par l’alignement vertical du pommeau et de la lame, et la ligne horizontale de la garde.
La croix du sacrifice britannique en est la meilleure illustration. Le monument placé
devant l’église d’Ovifat () en est un autre exemple. Au cimetière de Mons-lez-Liège,
le même résultat est obtenu en croisant, sur un obélisque nu par ailleurs, « Mons » et
« héros » dans le sens vertical, avec « à ses » placé horizontalement entre les deux ().
La croix n’a cependant pas toujours une connotation strictement religieuse. Avant d’être
un vague substitut de la croix chrétienne, la croix de guerre est surtout un symbole
patriotique. Les croix des cimetières ne sont pas non plus exclusivement l’expression
d’un sentiment religieux. Si Roland Dorgelès a intitulé un de ses romans Les Croix de
bois, c’est en référence aux croix placées sur les tombes des champs de bataille, quelles
qu’aient été les opinions philosophiques du mort ou de sa famille. C’est dans ce sens
172
Voir p. 77.
Voir par exemple SHERMAN, D., The Construction of Memory in Interwar France, 1999, p. 238. –
BOUILLON, J., PETZOLD, M., Mémoire figée, mémoire vivante. Les monuments aux morts, 1999, p. 45.
173
66
qu’il faut comprendre les croix figurées sur plusieurs vitraux du monument d’Embourg
() ou sur le mémorial du quartier de Pierreuse à Liège. Le mémorial au cimetière de
Spa est orné d’une croix bien chrétienne, sur laquelle est figurée une panoplie avec
sabre, casque, chêne, laurier, roses et couronne mortuaire, mais il présente aussi à la
base des croix en relief qui évoquent simplement un cimetière de guerre ().
6.2. La statuaire
Qu’elle soit en ronde-bosse, en haut-relief ou en simple relief, la statuaire a un
vocabulaire beaucoup plus riche et complexe, avec des images de soldats, de civils, des
figures allégoriques et symboliques.
A. Les soldats
Le soldat debout sur son socle est sans doute la représentation canonique du monument
aux morts pour notre imaginaire collectif. Effectivement, près d’une cinquantaine de
communes de la province ont choisi ce motif, décliné dans une grande gamme
d’attitudes, que l’on retrouve aussi sur la plupart des monuments régimentaires :
- Le soldat défenseur : l’arme au pied ou à la main, il regarde fièrement dans la
direction de l’ennemi.174 On trouve cette iconographie à Ayeneux, à Burdinne, à
Roloux ()… Souvent il tient un drapeau, hampe posée sur le sol, comme à
Neuville, à Ocquier, à Roclenge (), etc. À Ensival, le soldat guette l’ennemi. À
Pepinster, il protège une allégorie de la Patrie qui soutient une victime civile. Au
cimetière de Wegnez, il monte la garde devant la pelouse d’honneur.
- Le soldat au combat : marchant sur l’ennemi, il peut être seul, comme à Glons
() ou en groupe, comme à Kemexhe. À Aubel (), il sonne du clairon, à
Charneux (), il lance une grenade. Certains monuments prennent une
dimension épique, comme le monument de la Victoire à Verviers, qui met
plusieurs groupes en scène ().175
- Le soldat victorieux : il brandit le drapeau qu’il a vaillamment défendu (à
Ampsin, à Braives (), à Othée…), une palme (à Alleur), des roses (à
Lierneux), une couronne de laurier… L’ennemi vaincu peut être représenté de
façon allégorique. L’aigle prussien est abattu à Fouron-le-Comte (), à Braives,
à Verlaine… ou simplement maîtrisé à Grand-Hallet (). Un dragon mort gît au
pied du soldat soutenu par une allégorie patriotique sur le monument des 1er et
21e de Ligne à Liège (). À Ouffet, c’est un casque à pointe qui est placé à ses
pieds ().
- Le soldat blessé ou mourant, « navré » selon le terme d’Antoine Prost : celui de
Vivegnis () est touché, mais encore debout, semblant sourire à la victoire
prochaine. À Sart et à Bellaire (), il est encore soutenu par un camarade. Au
dos du monument du 14e de Ligne à Liège, il chancelle mais tient encore le
174
Il est de préférence tourné vers l’Allemagne, mais il arrive que l’emplacement choisi pour le
monument oblige à choisir une autre orientation. Ainsi, s’il est placé devant le porche d’une église,
comme à Horion-Hozémont, l’orientation vers l’est obligerait le soldat à tourner le dos aux spectateurs.
175
« Monument épopée », selon l’expression utilisée par J. Bouillon et M. Petzold.
67
-
-
-
drapeau. Celui de Marchin () a encore la force de se traîner vers l’image
onirique de la gloire patriotique.
Le soldat mort : seul, étalé sur une tombe au cimetière de Jupille (), il peut
aussi être placé au pied d’une Victoire, comme au fort de Chaudfontaine176 ou à
Slins (). À Chokier, une allégorie de la Patrie tenant une petite Victoire se
penche vers le mort. À Amay, une allégorie de la Patrie ou de la commune
couche le mort dans sa tombe (). Aux cimetières de Dison, de Theux (), de
Juslenville, il est allongé sur un catafalque et pleuré par les siens.177
Le soldat récompensé pour son sacrifice : à Huy et à Grivegnée (), la Patrie ou
la Victoire accueille le soldat pour l’emmener vers une sorte de paradis
patriotique réservé à ceux qui ont mérité la gloire par leur sacrifice, semblant
illustrer la maxime latine Dulce et decorum est pro patria mori. La Patrie de
Sougné-Remouchamps () se penche, la poitrine dénudée, sur un soldat mort
qui n’est plus vêtu que de son casque. Réalisation post mortem du « rêve du
poilu » ? Cette statue, à forte charge érotique, sculptée par Robert Massart, a
subi des déprédations peu après son inauguration.178
Le soldat endeuillé : au cimetière de Nessonvaux, un soldat se penche sur la
tombe de ses compagnons d’armes. À Raeren, dans les cantons de l’Est, un
soldat démobilisé et invalide, vêtu d’une capote militaire sur des habits civils et
s’aidant d’une béquille, est venu apporter une couronne de fleurs en hommage à
ses camarades disparus ().
On notera que le soldat est généralement casqué.179 L’uniforme encore en usage en
1914, dont la particularité la plus immédiatement visible est le shako couvert de toile
cirée, est rarement représenté sur les monuments. Le meilleur exemple est celui du
cimetière militaire de Rabosée (Wandre) ().180
Ces images de soldats sont à la fois d’ordre allégorique et empreintes d’un grand
réalisme. Allégoriques, car elles ne sont que très exceptionnellement (en-dehors des
monuments individuels pour lesquels la ressemblance avec le sujet est recherchée) le
portrait d’un individu particulier. On connaît le cas du grand monument champenois de
la Ferme Navarin, pour lequel Maxime Réal del Sarte a sculpté les visages du général
176
La stèle qui portait la Victoire, connue par d’anciennes cartes postales, a été détruite durant la Seconde
Guerre.
177
Ce sont trois œuvres du même sculpteur, Marcel Ladril.
178
Voir BOSMANT, J., La peinture et la sculpture au Pays de Liège…, 1930, p. 281.
179
Le casque belge de la Première Guerre, en usage depuis 1915, est identique au casque français
(« Adrian 15 »), dont il ne diffère que par la couleur kaki et l’insigne, un mufle de lion plutôt qu’une
grenade. Il resta en usage jusqu’au début des années 30, lorsqu’il fut remplacé par le modèle
« Adrian 31 ». Outre l’utilisation d’un acier plus résistant et quelques modifications structurelles de
détail, le nouveau casque ne présente plus le cordon de soudure entre la coque et la visière. La présence
de ce cordon permet de reconnaître facilement les casques de la Première Guerre. Du côté allemand, le
casque à pointe, en cuir bouilli, fut remplacé par le Stahlhelm, dont une nouvelle version sera utilisée par
la Wehrmacht durant la Seconde Guerre.
180
On trouve un autre exemple de figuration de soldat en uniforme de 1914 dans le monument du quartier
Sainte-Walburge à Liège. Les potelets placés devant le monument de Villers-le-Temple portent, sculptés
dans la pierre, un shako de 1914 et un casque Adrian.
68
Gouraud, du neveu du président américain Théodore Roosevel, et de son propre frère.
Les deux derniers avaient été tués pendant la guerre. En province de Liège, il semble
que le seul monument collectif qui reproduit les traits d’un soldat individualisé est le
vitrail commémoratif du Collège Saint-Quirin à Huy ().181 Ces exceptions mises à
part,182 les soldats figurés sur les monuments représentent l’archétype du « jass »,183
avec sa moustache et son uniforme impeccable. Le sculpteur qui aurait oublié un seul
détail de la tenue réglementaire du soldat se serait vraisemblablement vu refuser son
œuvre.184 On a relevé à de multiples reprises, au point que cela en devient un topos de la
littérature sur les monuments aux morts, que le souci de réalisme dans la représentation
des uniformes militaires ne débouche pas sur une évocation des conditions de la vie au
front : boue, crasse, sang, vermine, puanteur…
Jean-Pierre Blin constate :
La représentation du soldat est à la fois réaliste et idéalisée. Réaliste en ce qui concerne la
tenue, l’armement, les accessoires de l’équipement […]. Mais idéalisée pour tout ce qui
touche à la mort.185
Pour Jean-Marie De Busscher :
Le curieux, dans l’ensemble des Monuments aux Morts de style martyr, est que pas un
seul n’ose s’investir dans la figuration de la mutilation… Dès lors, point de poilus cul-dejatte, manchots ou « gueules cassées » […].186
Pierrick Hervé, qui a étudié les monuments du département de la Vienne, va dans le
même sens :
La statuaire anthropomorphique […] nous présente une guerre vertueuse, chevaleresque,
menée par un poilu attentif, défenseur, parfaitement réaliste dans ses vêtements,
profondément éloigné de tourte réalité guerrière dans son attitude sur le monument. […]
Si les formes de mémoire évoquent le pourquoi de la mort, elles éludent le comment.
Jamais la souffrance du soldat tué n’apparaît sur le monument.187
En Belgique, A. Tixhon et L. Van Ypersele nuancent :
Les monuments aux morts se révèlent des documents particulièrement riches pour
comprendre, non pas la réalité de la guerre, mais les représentations que s’en sont faites
ou ont voulu s’en faire les contemporains.188
[…] La vision de la souffrance du combattant est largement stéréotypée. Le visage de la
victime reste toujours impassible et ne porte aucune trace de la douleur. Les yeux sont le
plus souvent fermés et la bouche n’émet aucun cri…189
181
Le dessin préparatoire de vitrail, par l’atelier Osterrath, indique que le visage du saint devait être
réalisé d’après une photo. Le visage du soldat lui est assez ressemblant. Curieusement, le visage du soldat
d’un vitrail de l’église de Fécher (Micheroux) est exactement le même.
182
Les photos de soldats tués reproduites sur un vitrail de l’église Saint-Lambert à Soumagne
s’apparentent plus aux photos émaillées de certains monuments funéraires qu’elles ne relèvent d’un
souhait de donner des traits individualisés à une figure de soldat qui représente tous les morts auxquels
l’hommage est rendu.
183
« Jass » est l’équivalent belge du « poilu » français.
184
Le soldat du monument d’Horion-Hozémont est cependant un vrai poilu français, reconnaissable entre
autres à ses bandes molletières, inconnues dans l’armée belge. Sans doute est-ce pour des raisons
d’économie que la commune a choisi de commander un des ces nombreux monuments produits en série
par des firmes françaises.
185
BLIN, J.-P., Le vitrail commémoratif de la Grande Guerre, 1993, p. 171.
186
DE BUSSCHER, J.-M., op. cit., 1981, p. 73, note 8.
187
HERVÉ, P., op. cit., 1998, p. 56.
188
TIXHON, A., VAN YPERSELE, L., op. cit., p. 56.
69
[…] Les monuments de la guerre 1914-1918 s’efforcent de faire de celle-ci une « Grande
Guerre ». On pourrait même penser qu’elle fut belle, propre et silencieuse. Pas de boue,
pas de sang, pas de vacarme, pas de puanteur, pas de mutilation, pas de cri. […]. Elle [la
guerre] fut si omniprésente dans la mémoire des survivants qu’ils ne purent l’oublier.
Pour pouvoir vivre avec ce souvenir, les générations de l’entre-deux-guerres ont inventé
une nouvelle guerre : belle, propre, grande et surtout utile.190
[…] Sorties de quatre années de privations et d’épreuves, les populations wallonnes ont
construit une représentation cohérente, mais tout à fait fictive de la guerre 1914-1918.191
Il est vrai que beaucoup des représentations de soldats offrent une vision pour le moins
aseptisée des conditions qui prévalaient au front. Mais ces propos appellent pourtant
plusieurs remarques :
1. Quelques monuments sont empreints d’un pathos qui évoque bien les
souffrances des blessés et des morts. Le soldat du monument de Bellaire semble
lancer un appel à l’aide désespéré. Le mort du monument de Jupille a les
cheveux plaqués par la sueur et porte sur le visage les marques de la douleur.192
Le soldat de Berneau, dont la fatigue se lit dans l’attitude et dans la manière de
tenir son fusil, nous lance un regard halluciné ().
2. Les commanditaires des monuments, parmi lesquels on compte le plus souvent
des anciens combattants, n’avaient pas pour objectif de représenter la réalité
quotidienne des combats sur la place publique. Le monument n’était pas conçu
comme un reportage de guerre, mais devait être un hommage rendu aux soldats,
aux morts et aux survivants. Pour les morts, il devait être comme une forme
d’éloge funèbre, d’ailleurs souligné par les discours de circonstance. Et lorsque
l’on expose un mort, on le lave, on lui met un bel habit, on essaie de lui donner
l’aspect le plus propre, le plus serein et le plus lisse possible. C’est ce qu’a aussi
perçu Catherine Moriarty lorsqu’elle écrit :
Destinés à faire supporter le deuil, [les monuments commémoratifs] n’étaient pas
faits pour enregistrer les réalités de la guerre ni son vécu.193
3. On sait que les artistes plasticiens, qu’ils soient peintres ou sculpteurs, ont
toujours eu de la peine à représenter la violence de la guerre. En 1915, donc
quelques années avant la réalisation de ces monuments, Célestin Demblon
écrivait :
La bataille n’a jamais été peinte ni même directement transfigurée. Chose étrange
à première vue, mais à première vue seulement, elle échappe à l’art pictural, qui
ne l’aborde qu’en biaisant. Seul peut la peindre un grand poète.194
Plus près de nous, Philippe Dagen retrace cette difficulté qu’ont eue les peintres
de l’époque à traduire dans leurs toiles la réalité de la guerre.195 Seul peut-être y
est parvenu Otto Dix, dont on a dit qu’il avait réalisé son cycle de gravures La
Guerre non pas d’après des esquisses prises sur le vif, mais à partir de
189
Id., p. 112-113.
Id., p. 115.
191
Id., p. 124.
192
Ces deux monuments sont dus au sculpteur jupillois Alexis Fivet.
193
MORIARTY, C., op. cit., 1992, p. 71.
194
DEMBLON, C., La guerre à Liège, 1915, p. 91.
195
DAGEN, Ph., Le silence des peintres, 1996.
190
70
photographies.196 Selon Dagen, la photographie était en effet le seul support à
même d’offrir des images de l’horreur du champ de bataille et de la vie en
première ligne.197 Et ce n’est pas par hasard qu’après Dix, c’est le dessinateur
Jacques Tardi, qui travaille aussi d’après d’anciennes photos, qui nous a donné
les images les plus crédibles de la réalité de la Grande Guerre dans ses albums
de bande dessinée C’était la guerre des tranchées (1982) et Putain de guerre !
(2008), pour lesquels il travaillait avec l’historien Jean-Pierre Verney.
Photographies et romans (Dorgelès, Barbusse…) offraient en fait les meilleures
impressions de ce qu’était la guerre, et certainement pas les monuments, dont ce
n’était d’ailleurs pas l’objectif.
4. Il y a un certain anachronisme à penser pouvoir trouver dans les statues des
années 20 les représentations crues auxquelles nous ont maintenant habitués le
cinéma d’épouvante, les westerns spaghetti où l’hémoglobine coule à flots, les
films gore. Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker parlent des non-dits de
la guerre : la mort que l’on a soi-même infligée à un ennemi sans identité, les
cadavres pourrissant dans le no man’s land, le « difficile contrôle des fonctions
élémentaires du corps au moment du paroxysme de la terreur », la sexualité
d’hommes coupés du monde de l’arrière pour de longues périodes…198
Tout un pan de l’humiliation infligée aux hommes par la violence de guerre s’en
trouve ainsi occulté, interdisant, par là même, toute investigation en direction des
atteintes portées par le combat à l’estime de soi et à la définition des identités
personnelles. […] Ce versant très obscur de la Grande Guerre doit être, autant que
faire se peut, autant que faire se doit, ramené en pleine lumière.199
Mais c’est justement cette perte d’estime de soi qui a poussé les anciens
combattants à taire leurs expériences vécues comme dégradantes et qu’ils
voulaient repousser au plus profond de leur mémoire pour rétablir leur dignité
humaine. Combien de familles n’ont-elles pas connu ce mur de silence de la part
de ces combattants qui n’étaient prêts à évoquer leurs souvenirs qu’entre eux ?
Volonté de retrouver l’estime de soi, volonté de présenter les disparus et les
survivants sous leur meilleur aspect, et aussi poids de la bienséance telle que
conçue dans le premier quart du XXe siècle,200 tout concourt en effet à ce que
seule soit possible, sauf exception, cette vision édulcorée du combattant, vision
qui n’a en outre jamais prétendu être réaliste. Comment peut-on s’en étonner ?
196
PROST, A., WINTER, J., op. cit., 2004, p. 243.
L’invention du Kodak peu avant la guerre a permis à de nombreux soldats de prendre des photos, tant
du champ de bataille que des lignes de l’arrière. Des magazines parisiens, dont Le Miroir fut le plus actif
dans ce domaine, offraient des primes pour les photos les plus croustillantes, qu’ils publiaient malgré la
censure militaire.
198
AUDOIN-ROUZEAU, S., BECKER, A., op. cit., 2000, p. 61-71.
199
Id., p. 70-71.
200
On ne parle pas, sauf à mots couverts, de sexualité ou de scatologie, on contrôle l’expression de ses
sentiments, on évite de choquer… L’expressionnisme, né peu avant 1914, était encore le fait d’une avantgarde décriée durant et après la guerre. Voir SILVER, K., Vers le retour à l’ordre, 1991 (1ère éd. en
anglais en 1989).
197
71
Allégorique, la représentation peut aussi l’être par la référence à l’histoire. Le « nu
historique », hérité de l’Antiquité, a paradoxalement la vertu de conférer une certaine
intemporalité au défenseur de son pays. Le jeune homme nu, tenant un glaive entier ou
brisé, appartient à cette iconographie. Il est entraîné vers le combat par la Patrie sur le
relief de l’Athénée de Liège I (), il médite sur la mort de ses compagnons à Tavier
(), il est sans vie à Loncin et au Sart-Tilman (). La référence à l’Antiquité est
replacée dans son épaisseur historique avec les soldats grecs et romains, citoyens qui
prenaient les armes pour défendre leur patrie, que l’on trouve sur le monument du fort
de Loncin (), sur celui de Comblain-la-Tour (Comblain-Fairon). Le passé antique est
aussi celui de nos ancêtres gaulois. À Petit-Rechain, un civil préside à la poignée de
mains entre un guerrier celte et un poilu de 14-18 (). Georges Petit réalise en 1919
une plaquette de bronze représentant un Gaulois embrassant la dépouille d’un soldat tué
dans un réseau de barbelés (). « De tous les peuples de la Gaule les Belges sont les
plus braves » rappelle le texte gravé dans le métal. Les soldats de 14-18 n’ont donc rien
perdu de la vaillance de leurs aïeux. Le Moyen Âge est aussi évoqué. Le monument de
Theux représente, à la base, un soldat et un des six cents Franchimontois tenant
ensemble l’écu aux armes de la ville (). Oscar Berchmans a sculpté pour la commune
de Bressoux un groupe figurant une Victoire tenant sous son épaule un couple en
costume médiéval, l’homme armé d’une épée et d’un bouclier, la femme en pleurs.
Quant au guerrier de Jalhay, il est une sorte de figure archétypique sans lien apparent
avec l’histoire locale (). À l’inverse, le « Monument aux Liégeois morts pour la
liberté », situé près des Terrasses à Liège, est non figuratif mais porte sur le côté neuf
dates de batailles liégeoises, de 1106 à 1940-1945 (). L’héroïsme des combattants des
deux Guerres mondiales prend ses racines dans toute l’histoire liégeoise. La référence à
l’Histoire n’est d’ailleurs pas propre aux Liégeois. On a vu que les Allemands avaient
placé, en 1916, un « chevalier teutonique » sur le monument de leur cimetière militaire
à Robermont. R. Koselleck avait déjà relevé que l’imagerie allégorique et symbolique
procède d’un même fonds commun dans tous les pays.201
La figure du soldat est aussi évoquée de manière symbolique, in absentia, par un simple
casque posé à la base ou au sommet du monument, évocation de l’image du casque posé
sur une croix tombale. Le procédé est utilisé pour des monuments installés dans des
cimetières, comme à Vivegnis () ou sur la place publique, comme à Bergilers () ou
à Momalle. Le procédé se combine avec la référence à l’antique pour le monument de
Malmedy, avec sa panoplie romaine posée sur un sarcophage, et pour le second
monument grec au Mémorial interallié de Cointe (). Une réalisation récente au fort de
Loncin prend le parti inverse, de représenter l’absent non par son casque, mais par ses
chaussures (), rappelant le fameux tableau de Van Gogh.
B. Les figures allégoriques
Tout aussi fréquentes sont les figures allégoriques, tirées d’un répertoire iconographique
hérité de l’académisme du siècle précédent et remontant parfois jusqu’à l’Antiquité. Les
201
KOSELLECK, R., op. cit., 1997, p. 146.
72
figures féminines sont légion. J.-M. De Busscher prend plaisir à citer ce commentaire
ironique de Viollet-le-Duc sur la statuomanie au siècle de Napoléon III :
Si dans quelque deux ou trois mille ans, lorsque l’herbe poussera là où s’élèvent nos
édifices, de savants antiquaires font faire des fouilles, ils croiront certainement, en
retrouvant tant de statues féminines, qu’une loi ou un dogme religieux nous interdisaient
202
de représenter l’homme par la sculpture…
Les statuaires des années 20 puisent dans la même veine. Leurs figures féminines sont
généralement des Victoires lorsqu’elles sont ailées (), des Patries lorsqu’elles sont
munies d’un casque, d’un bouclier, d’une épée ou d’un lion héraldique (), plus
rarement des villes lorsqu’elles portent une couronne tourelée (). Lorsqu’elles ne
portent pas ce genre d’attribut, elles se confondent avec la figure de la mère, de la
veuve, de la sœur, comme c’est le cas pour nombre de monuments exprimant le deuil
(). On peut assimiler à la Patrie, mais aussi au Souvenir (cimetière de Rhées à
Herstal) ou à l’Humanité (cimetière de Robermont) ces allégories qui semblent inscrire
les noms des morts glorieux dans la pierre () ou sur des tablettes (). La polysémie
des allégories féminines, qui peut plaire à l’historien de l’art habitué à ce genre
d’ambiguïté obligeant à des interprétations multiples, semble plus dérangeante pour
d’autres :
L’ambiguïté provoque le scepticisme du chercheur. Patrie ? Veuve ? Mère ? Toutes et
aucune d’entre elles sans doute.203
Le lion belge, déjà rencontré en héraldique, est représenté en ronde-bosse ou en relief, à
titre principal ou en ornementation secondaire, sur plus d’une cinquantaine de
monuments de la province. C’est le plus souvent un lion rugissant, juché sur son socle.
À Henri-Chapelle (), à Andrimont, à La Gleize, il est à l’imitation du lion de Belfort
par Bartholdi, mais sans en avoir les dimensions. Ailleurs il prend des attitudes diverses,
de préférence tourné dans la direction de l’Allemagne. Parfois il tient un écu. Tantôt il
joue avec un casque à pointe, comme à Boirs ou à Hamoir (), tantôt c’est un aigle
prussien qu’il tient entre les pattes, comme à Retinne (), à Rocourt et sur plusieurs
médailles (). Ce dernier type de représentation a d’ailleurs provoqué la destruction
partielle de quelques monuments par les Allemands en 1940. C’est le cas à Battice ()
et à Grand-Rechain. Le monument de Xhoris () a la particularité de présenter trois
épisodes de la lutte entre l’aigle et le lion : 1914, l’aigle domine le lion – 1916, le lion se
redresse – 1918, l’aigle est soumis par le lion. Le lion peut aussi être associé au drapeau
belge, qu’il protège de son corps et de ses crocs, comme à Fléron (). Il peut également
avoir une attitude plus calme, couché ou assis devant le monument, comme à Membach,
à Mouland, à Milmort (), à Goé, à Ernonheid… À en juger par l’allure peu crédible de
nombreuses têtes données à ces lions, dont celui de Saint-André est sans doute
l’exemple le plus caricatural (), il semble que pour de nombreux sculpteurs ou
tailleurs de pierre de moindre talent cet animal soit plus difficile à représenter que la
figure humaine…
202
203
DE BUSSCHER, J.-M., op. cit., 1981, p. 24, note 17.
TIXHON, A., VAN YPERSELE, L., op. cit., 2000, p. 116.
73
Le coq, qui associe le gallus et la Gallia, est utilisé sur les monuments comme symbole
de la latinité face au monde germain plutôt que comme emblème wallon, même si c’est
en 1913 que le coq hardi de Pierre Paulus avait été choisi comme drapeau par le
mouvement wallon.204 Le coq est représenté perché sur un obélisque à Dolhain
(Limbourg), où il se tient non pas sur un casque à pointe mais sur un Stahlhelm (), à
Eben-Emael, à Tilff. À Ferrières, il se tient dressé à côté du lion. Il est placé au sommet
de la plaque aux auteurs wallons à Liège (). Il figure au centre de la plaque du Cercle
les XXI – Le Souvenir liégeois (). Il peut aussi être un motif secondaire, comme à
Retinne, comme au « Monument aux Liégeois morts pour la liberté » déjà cité, où il est
représenté se battant contre l’aigle prussien, ou encore, dans une version très stylisée
évoquant un cœur, sur le monument de Bois-de-Breux (Grivegnée) (). À Sourbrodt
(Robertville), c’est une louve romaine modelée par Georges Petit qui porte l’image de la
latinité.205
C. Les civils
La représentation des civils a plusieurs variantes : ils peuvent être protégés par le soldat
(Pepinster), accablés par la violence de guerre (Butgenbach). Ils sont fréquemment
endeuillés, comme sur le monument de Dison () et dans quelques cimetières
(Robermont, Verviers, Theux…). Au cimetière d’Amay, l’hommage aux évacués
français décédés dans la commune prend la forme d’un gisant ().
À Lincé, où les Allemands ont fusillé trente-cinq habitants en août 1914, le monument
par Georges Petit montre une veuve tendant un poing vengeur vers le ciel, maudissant
les soldats assassins (). Cette iconographie ne semble pas avoir d’équivalent ailleurs
en Belgique, mais on la retrouve en France dans le monument de Péronne (Somme)
(). Alors que ce dernier a été préservé durant la Seconde Guerre, les Allemands ont
fait disparaître celui de Lincé en 1943, le jugeant peut-être trop agressif à leur égard.
Une nouvelle version de la statue, réalisée par Marceau Gillard, l’a remplacé en 1962
().
Une image plus apaisée est offerte par des monuments dont le thème est la transmission
du souvenir aux jeunes générations. À Bas-Oha, le grand frère montre à son cadet les
noms des glorieux morts pour la Patrie et à Awans il l’invite à déposer une gerbe devant
la stèle (). À Herve, sur le monument communal et à l’hôtel de ville, ce sont deux
sœurs qui sont mises en scène (). À Beaufays, c’est le grand-père qui s’acquitte de
cette mission auprès de son petit-fils. Sur la plaque dédiée au lieutenant Graff, à Liège,
une figure féminine se charge de transmettre le devoir de mémoire à deux adolescents
().206
204
Au sujet du coq wallon, voir MOREAU, Yves, La genèse du drapeau wallon, 2006. – COLIGNON,
Alain, Drapeau wallon, article dans DELFORGE, L., DESTATTE, Ph., LIBON, M., Encyclopédie du
Mouvement
wallon,
2000-2001,
consultable
en
ligne
sur
http://www.wallonie-enligne.net/Encyclopedie/Thematiques/Notices/DrapeauW.htm [dernière consultation le 18 juin 2011].
205
Voir p. 83.
206
Cette plaque n’est pas, à proprement parler, un monument commémoratif de la Grande Guerre,
puisque le lieutenant Graff a été assassiné en 1922, en Rhénanie occupée. Cette affaire, qui a causé un
grand émoi en Belgique, se situe cependant dans le prolongement direct de la guerre.
74
6.3. L’iconographie religieuse
La statuaire des monuments paroissiaux présente naturellement une iconographie
inspirée de la religion. C’est aussi le cas pour quelques monuments publics. La guerre a
ravivé le sentiment religieux chez certains, qui ont voulu y trouver un réconfort et une
justification transcendantale de leurs souffrances, mais elle a aussi pu l’éteindre chez
d’autres. Annette Becker a étudié ce phénomène pour la France.207
Les sujets iconographiques sont classiques, comme des calvaires () et des christs en
croix, des christs du Sacré-Cœur (), des madones et des pietà (), des figures d’anges
et de saints. Ils sont souvent exécutés dans un style sulpicien très banal, mais certaines
de ces représentations se distinguent par une facture plus originale, comme ce christ en
croix à Olne (). D’autre part, les vitraux permettent des compositions plus élaborées
que la simple sculpture.
Un rapport typologique s’établit entre le sacrifice du soldat mort pour sauver sa patrie,
et celui du Christ qui a donné sa vie pour sauver l’humanité.
La spiritualité doloriste transforme la guerre tout entière en une immense imitation du
Christ. […] C’est de la mort que surgit la vie.208
Un vitrail de l’église Saint-Lambert à Soumagne montre un fantassin mourant, faisant
un geste de la main vers la vision du Christ sur la croix (). La correspondance entre
ces deux sacrifices est établie de manière plus implicite dans l’église Sainte-Marie-desAnges à Liège, où l’hommage aux paroissiens morts prend la forme originale d’un
chemin de croix en terre cuite modelé par Adelin Salle (). Le même Adelin Salle a
réalisé un Christ au tombeau, œuvre pathétique et méconnue, qui prend son sens par
cette assimilation des morts de la guerre au Christ ().209 On trouve aussi cette
correspondance sous la forme de pietà, où le Christ est remplacé par un corps de soldat,
comme sur le vitrail de l’église Saint-Pierre à Awan (Aywaille) (). Le rapport entre
les deux figures, Christ et soldat, est explicitement établi sur la plaque de laiton dans
l’église Sainte-Marie-Madeleine à Wanne () : la représentation gravée d’une pietà
canonique est entourée des mots Sicut Maria Christum ita Patria filios suos luget (La
Patrie pleure ses fils tout comme Marie pleurait le Christ). Sur le vitrail de l’église du
Saint-Nom-de-Jésus à Chanxhe (Sprimont), le soldat mort héroïquement est enlevé vers
le ciel par un ange, à l’instar de l’Ascension du Christ ().
Le rapport typologique entre la guerre et la Passion du Christ peut aussi ressortir de
représentations de la Sainte Agonie, épisode où le Christ, au jardin des Oliviers,
demande au Père d’éloigner ce calice. « Que ta volonté soit faite », nous rapporte
l’évangile, et on trouve cette phrase sur plusieurs monuments. Cette scène est
représentée dans l’église Saint-Martin à Ans et dans l’église Saint-Éloi de Bullange
().
207
BECKER, A., La guerre et la foi : de la mort à la mémoire. 1914-1930, 1994.
Id., p. 50.
209
Cette sculpture est examinée plus en détail dans le chapitre consacré aux monuments mobiliers. Voir
vol. 2, p. 195.
208
75
Le vitrail de l’église Saint-Laurent à Cras-Avernas offre un autre type de
correspondance symbolique entre une Sainte Famille et la Patrie victorieuse () : la
Vierge, couronnée et vêtue d’un manteau royal, et saint Joseph, saint patron de la
Belgique, se penchent vers un lion jouant avec un casque à pointe et une chaîne brisée,
qui tient la place du berceau de l’enfant Jésus, le tout en présence d’un soldat tenant le
drapeau belge déployé.
Les figures de saints sont le plus souvent celles de saints guerriers, établissant une autre
forme de rapport avec les morts : saint Georges à Walhorn, saint Maurice à Crisnée
(), saint Michel à Héron et à José (Battice), Jeanne d’Arc210 au collège des jésuites
français de Marneffe (). Sainte Barbe est présente comme sainte patronne des mineurs
au charbonnage de Wérister (Romsée) et des artilleurs dans l’église de Barchon.
Les nombreuses représentations du Christ du Sacré-Cœur relèvent d’une autre
thématique, celle de la reconnaissance (que l’on a déjà vue avec les ex-voto) et de la
recherche de la protection divine. Protection demandée également auprès de la Vierge,
on y a déjà fait allusion. Le vitrail de l’église de Pontisse (Herstal) en est un autre
exemple ().
210
Jeanne d’Arc avait été béatifiée en 1909, mais canonisée en 1920 seulement, donc après l’installation
de ce monument.
76
7. Le monument commémoratif, expression d’une idéologie
En Belgique, comme en France d’ailleurs, le déclenchement de la guerre avait réuni la
population dans une « Union sacrée ». L’ennemi était commun, la réponse devait l’être
aussi. De gauche ou de droite, catholiques ou laïques, les Belges, dans leur grande
majorité, faisaient front commun. Les actes de collaboration politique avec l’occupant,
en Flandre avec le Vlaamsche Raad et l’activisme flamingant, mais aussi dans une
moindre mesure en Wallonie, n’étaient le fait que d’une très petite minorité de la
population.211
L’idéologie patriotique est prégnante dans l’ensemble des monuments commémoratifs.
Non confessionnelle, elle ressort du domaine de la « religion civique » qui emprunte
une partie de son vocabulaire et de ses rites à la religion chrétienne. Derrière cet
unanimisme de façade se cachent cependant plusieurs lignes de fracture idéologique,
témoignant de ce que la fin de la guerre fut aussi celle de cette « Union sacrée ».
Fractures d’ordre philosophique, fractures d’ordre politique, fractures d’ordre
identitaire.
7.1. Fractures d’ordre philosophique
L’Église, qui s’assigne pour tâche de gouverner les âmes, ne peut rester absente de la
commémoration, pas plus qu’elle ne l’était durant les années de guerre avec ses
aumôniers au front. Le clergé et les fabriques d’église prennent à cœur d’installer des
mémoriaux dans ou à proximité des églises. Dans son mémoire de licence en Histoire de
l’art, Raymond Pirotte constate :
Des archives et des journaux dépouillés, nous pouvons induire que l’édification de
monuments religieux a généralement précédé celle des monuments civils. Les comptesrendus nous confirment les liens puissants qui unissent l’Église et l’Armée belge dans la
défense des mêmes valeurs traditionnelles. Les deux institutions ne visent-elles pas à
encadrer les corps et les âmes, à faire respecter la hiérarchie et l’ordre ?212
Le propos doit cependant être nuancé, dans la mesure où les premiers monuments sont
le plus souvent des plaques placées à la maison communale, mouvement encouragé par
la Province dès le printemps 1919. L’État a d’ailleurs voulu encadrer les initiatives des
paroisses. Le Gouverneur de la Province de Liège, Gaston Grégoire, écrit le 13
novembre 1919 à l’intention des administrations communales et fabriciennes de la
province :
Messieurs,
On signale à M. le Ministre de la Justice qu’on se dispose à placer, dans certaines églises,
des plaques commémoratives de la guerre ou des monuments analogues.
À la demande de M. le Ministre, je vous prie, Messieurs, de bien vouloir remarquer qu’en
vertu de l’article 73 du décret du 30 septembre 1809, aucun travail de l’espèce ne peut
être exécuté sans l’autorisation du chef du Département de la Justice.213
211
Voir PIRENNE, H., op. cit., p. 307-340.
PIROTTE, R., op. cit., 1995, p. 101.
213
M.A.P.L., n° 5537, novembre 1919, p. 548.
212
77
Il semble que les fabriques d’église n’ont guère eu cure de ces instructions, car une
deuxième circulaire est envoyée par le Gouverneur le 28 janvier 1922 :
Messieurs,
Monsieur le Ministre de la Justice me signale qu’il a constaté à diverses reprises, à
l’occasion du placement dans les églises de monuments commémoratifs des soldats morts
pour la Patrie, que des fabriques d’église ne se conforment pas aux prescriptions de
l’article 73 du décret du 30 septembre 1809…214
Le Gouverneur poursuit en rappelant sa missive précédente et en avertissant les
fabriques d’église qu’elles s’exposent à devoir retirer les mémoriaux non autorisés à
leurs propres frais. Quatre mois plus tard, il revient à la charge en signalant qu’il ne
suffit pas qu’une fabrique d’église ait reçu un avis favorable de la C.R.M.S. pour
s’abstenir de demander l’autorisation légale, et que seuls le gouvernement et les
gouverneurs de province peuvent consulter la Commission.215 Les mêmes problèmes de
respect des procédures d’autorisation, pour les monuments classés, se poseront
d’ailleurs aussi au lendemain de la Seconde Guerre.216
L’association du religieux à la commémoration patriotique est sans problème dans la
plupart des communes, où le catholicisme est bien établi. À Crisnée, le curé et le
Collège communal s’associent pour commander le monument placé contre l’église et
demander des subsides à l’Administration des Beaux-Arts.217 Les monuments, au
cimetière ou dans l’espace public, associent la croix chrétienne à leur iconographie
laïque, quand celle-ci n’est pas carrément religieuse avec christs et pietà. Ailleurs ils
portent des mentions comme « Morts pour Dieu et la Patrie » sur le monument de
Burdinne, qui n’arbore pourtant pas de croix (). Souvent aussi, les inaugurations de
monuments sont précédées d’une messe solennelle.
Mais l’idéologie chrétienne peut aussi se trouver en concurrence avec le patriotisme
laïc. Même si aucune loi, aucun règlement n’interdit, comme en France de 1919 à 1924,
la présence de symboles religieux sur les mémoriaux publics, la question a fait débat
dans certaines communes. À Haneffe, le monument d’inspiration chrétienne, dans le
cimetière autour de l’église, est concurrencé plus tard par le monument communal, sans
référence religieuse, placé en contrebas. À Soiron (), un habitant se plaint, dans un
courrier au journal local, de l’absence d’emblème religieux sur le monument et de ce
qu’aucune messe n’ait été dite lors de son inauguration. La commune répondra qu’un
monument public ne doit pas engager le respect d’une croyance, ce à quoi le curé
rétorquera, dans le même journal, qu’il avait bien proposé de mettre une croix, car tous
les morts de Soiron étaient catholiques, et que s’il n’a pas dit la messe, c’était parce
qu’aucun représentant communal n’avait assisté à celle qu’il avait célébrée en janvier
1919 pour les victimes de la guerre.218 Clochemerle n’est pas loin. À Wandre, un
conseiller communal veut interpeler le Collège « au sujet de la suppression d’une croix
que l’entrepreneur avait taillée dans la pierre principale de la tombe contenant les restes
214
Id., janvier 1922, n° 5672, p. 187-188.
Id., mai 1922, n° 5692, p. 663-664.
216
Id., janvier 1946, n° 6673, p. 15-16.
217
A.G.R., A.B.A., Ancien Fonds, n° 99C, dossier 899.
218
Voir CONSTANT, J., La mémoire des « atrocités allemandes » de la Première Guerre mondiale dans
l’entre-deux-guerres au Pays de Herve, mémoire ULg, 2006, p. 94.
215
78
de sept enfants de la commune morts pour la Belgique ».219 À l’inverse, on a aussi vu
des curés refuser la présence de drapeaux d’anciens combattants dans leur église lors de
cérémonies commémoratives sous prétexte que ces drapeaux n’avaient pas été
préalablement bénis. Ce fut notamment le cas à Vielsalm (province de Luxembourg).220
7.2. Fractures d’ordre politique
Si l’hommage aux victimes de la guerre est assez unanimement conçu comme un devoir
dans l’ensemble du spectre politique, sa forme pose problème pour certains. Déjà
présente avant la guerre, mais mise entre parenthèses au profit de l’union nationale
durant les années de guerre, l’idéologie pacifiste et antimilitariste réapparaît en force au
lendemain de l’Armistice. Après la révolution russe de 1917 et au moment où les
spartakistes tentent de se maintenir au pouvoir en Allemagne, l’idée se développe dans
certains milieux socialistes, chez les communistes et, plus généralement, dans
l’extrême-gauche, que la guerre est la conséquence du régime capitaliste et que le vrai
combat du prolétaire n’est pas celui qui l’oppose à d’autres prolétaires, mais bien aux
classes possédantes à l’intérieur du même pays. Les anciens combattants partageant ces
vues se regroupent au sein de l’Association des Anciens combattants socialistes
(A.C.S.) et se donnent pour emblème le « fusil brisé », l’image d’un soldat brisant son
fusil d’un coup de genou. Ils tendent à voir les cérémonies autour des monuments aux
morts, et les monuments eux-mêmes, comme l’expression d’une idéologie nationaliste,
militariste, dangereuse pour la paix. Antoine Prost, en France, et Alain Colignon, en
Belgique, ont montré combien cette vision était fausse. Les anciens combattants
manifestent plutôt l’espoir que cette guerre ait été la « der des ders » et que la mémoire
de leur sacrifice permettra d’en éviter la répétition. A. Prost écrit :
L’une des méprises les plus graves consiste à prendre les associations de combattants
pour des organisations militaristes et bellicistes. Cette méprise est fréquente, notamment à
gauche.
[…] L’antimilitarisme des combattants est attesté à la fois par leur style d’organisation,
par leur action et par les opinions qu’ils expriment, notamment sur la guerre et la paix.221
Et pour A. Colignon :
Légende aussi que leurs instincts guerriers. Toutes les organisations [d’anciens
combattants], sans exception, inscrivent la nécessité de fonder une paix définitive dans
leur programme ; aucune ne s’avoue belliciste : elle signerait sa perte.222
Lors de l’inauguration du monument du fort de Loncin, le 15 août 1923 en présence du
roi Albert, le secrétaire du comité du monument reprend les paroles que le roi avait
prononcées à Rossignol :
Les monuments que nous élevons ne sont pas destinés à entretenir des haines, mais ils
consacrent le souvenir ineffaçable que la Belgique gardera aux malheureuses et nobles
victimes d’un ennemi sans excuse.223
219
A.V.L., Registre des délibérations du Conseil communal de Wandre, séance du 21 décembre 1928.
Le Grognard, 2 octobre 1921.
221
PROST, A., op. cit., 1977, p. 85.
222
COLIGNON, A., op. cit., 1984, p. 99.
223
La Meuse, 17 août 1923.
220
79
Quoi qu’il en soit, ces oppositions idéologiques ne sont pas sans influence sur l’érection
des monuments, ni sur les manifestations et les cérémonies dont ils sont le lieu.
Les idées antimilitaristes affectent d’abord les débats dans certains conseils
communaux, particulièrement dans les communes à forte présence communiste et
socialiste. Faut-il que les pouvoirs publics financent l’érection de monuments vus
comme guerriers ? À Saint-Nicolas, le Conseil communal refuse un subside demandé
pour le monument au fort de Loncin :
Le Conseil proclame son admiration pour les vaillants défenseurs qui ont donné leur vie
pour la Patrie et affirme son respect pour leur mémoire, mais il estime que les
organisateurs de manifestations de l’espèce sont animés d’un esprit de militarisme qu’il
désapprouve.224
Tout près de la province de Liège, à Andenne, un conseiller communal socialiste vote
contre un subside de la commune pour les cérémonies d’août 1919, préférant voir ces
fonds utilisés à « secourir les malheureuses veuves qui sollicitent les secours ». Le
même conseiller, en 1928, désapprouvera le subside au Mémorial interallié de Cointe,
prônant plutôt de « consacrer l’argent de tous les monuments commémoratifs à la
construction de maisons à bon marché pour y abriter les nombreux malheureux qui sont
encore obligés de loger dans des taudis malsains ».225 Au Conseil communal de la Ville
de Liège, un conseiller communiste affirmera en 1933 :
Ce n’est pas en érigeant des monuments à profusion que l’on honore la mémoire de ceux
qui sont tombés pendant la guerre. Cet argent serait beaucoup mieux employé s’il servait
à venir en aide aux veuves et aux orphelins de ces victimes. […] On se sert trop souvent
du sacrifice fait par les soldats morts durant la guerre pour exciter le chauvinisme des
populations.226
Quand, en 1920, le Conseil communal de Melen discute d’un monument à ériger au
lieu-dit Labouxhe en mémoire de 128 civils fusillés, un conseiller socialiste s’élève
contre les monuments, source de haine et de guerres futures :
Il ne faut pas, dit-il, rappeler les atrocités allemandes parce que si les Belges, les Français,
les Anglais avaient pénétré en Allemagne, ils auraient commis les mêmes atrocités ; ils
l’ont prouvé par leur attitude au Congo, au Maroc, au Transvaal.227
Cette intervention provoque évidemment incompréhension et réprobation unanimes.
Ce sont là les manifestations les plus radicales des convictions antimilitaristes
professées par certains socialistes et par les communistes.228
Une forme plus subtile, plus pragmatique aussi, d’exprimer au moins une certaine
hésitation envers les manifestations commémoratives est de placer le monument au
cimetière et non sur la place publique. Les cérémonies et défilés d’anciens combattants
224
La Meuse, 9 juillet 1920.
STANDAERT, O., La mémoire d’une « ville martyre ». Manifestations et évolution de la mémoire de
la Grande Guerre à Andenne, 2005, p. 68.
226
B.A.V.L., 22 mai 1933, p. 742.
227
La Meuse, 28 juillet 1920.
228
Il ne faut pas généraliser ce militantisme à tous les socialistes. Le refus, par exemple, de quelques
instituteurs communaux de Charleroi de participer à l’inauguration de plaques commémorant des anciens
élèves de leur école a entraîné une réaction de Jules Destrée, alors membre du gouvernement : « Je ne
puis comprendre ni admettre un ʺ principe ʺ autorisant une protestation contre un hommage aussi naturel
et aussi sacré pour les bons citoyens que celui d’honorer la mémoire de ceux qui se sont sacrifiés pour
notre indépendance et nos libertés ». La Meuse, 19 mars 1921.
225
80
auront ainsi un caractère funéraire plus marqué qu’une manifestation dans l’espace
public. Plusieurs communes à majorité socialiste autour de Liège n’ont voulu, en dehors
de plaques à la maison communale ou à l’hôtel de ville, de monument qu’au cimetière,
sur le caveau des combattants : Seraing, Ougrée, Jemeppe, Ans, Beyne-Heusay, Fléron,
Vottem, etc. En mai 1920, le Conseil communal de Jemeppe, qui a voté un subside pour
le projet de « Monument de la Défense nationale » à Liège, en tire prétexte pour refuser
d’ériger un monument dans la commune :
Dans ces conditions, nous dit M. le bourgmestre, un monument dans notre commune n’a
plus de raison d’être. Mais l’Administration communale se fait un devoir, ajoute-t-il,
d’ériger au cimetière un monument funéraire où seront déposés les corps de nos 45
héros.229
La commune d’Ans, qui n’a inauguré son monument au cimetière qu’en 1929, est saisie
l’année suivante d’une demande de la F.N.C. pour un autre monument :
[La demande, qui] concerne la constitution d’un Comité spécial de ressources pour ériger,
sur la voie publique, un monument digne et grandiose, ne rencontre pas une adhésion
unanime. La majorité du Conseil ne désire pas envoyer des délégués à ce Comité,
estimant que l’Administration a fait son devoir en érigeant un monument au cimetière.230
La demande est rejetée par 7 voix contre 6. Le Conseil communal accepte cependant, à
l’unanimité, seconde demande de la F.N.C., d’arborer en berne le drapeau national à
l’hôtel de ville lors du décès d’un ancien combattant.
D’autres communes de la ceinture industrielle liégeoise ont par contre installé des
monuments dans leur espace public, faisant parfois appel aux meilleurs sculpteurs :
Montegnée, Retinne et Tilleur en 1921, Saint-Nicolas en 1926, Bressoux en 1930,
Herstal en 1932 ()…231 On le voit, il y a de nombreuses nuances, de nombreux degrés
dans les réticences de certains milieux vis-à-vis des cérémonies commémoratives.232
Ces réticences peuvent aussi se marquer lors des cérémonies d’inauguration. À Tilleur,
le Collège échevinal socialiste décide de ne pas assister à l’inauguration du monument à
l’église en 1921 « parce que la cérémonie revêt un caractère politique ».233
L’inauguration du monument de Saint-Nicolas () a donné lieu à un autre type
d’incident. Parce que leur drapeau au fusil brisé n’avait pas été admis à cette cérémonie,
les anciens combattants socialistes et les élus socialistes avec eux, sauf le bourgmestre,
ont refusé d’y prendre part. Ils organiseront leur propre célébration devant le monument
une semaine plus tard, avec à nouveau la participation du bourgmestre.234 Un cas
similaire s’était produit à Herstal lors de l’inauguration du monument au cimetière de
Rhées en juin 1921. Le bourgmestre et la majorité socialiste avaient, la veille, décidé de
229
La Meuse, 26 mai 1920.
La Meuse, 18 avril 1930.
231
Les monuments de Montegnée, Tilleur et Bressoux sont des œuvres d’Oscar Berchmans, celui
d’Herstal de Jules Brouns.
232
Les généralisations et extrapolations de phénomènes constatés à l’échelon local ou régional restent
délicates. En témoigne le fait qu’Antoine Prost arrive à une conclusion opposée. Se fondant sur les
recherches d’Yves Pilven le Sevellec sur les monuments de Loire-Atlantique, il conclut que « les
monuments aux morts sont plus souvent érigés sur des places publiques dans les communes de gauche
que dans celles de droite ». Par contre, ces monuments tendent à être moins coûteux que ceux des
communes de droite. PROST, A., op. cit., 1992, p. 43-44.
233
Voir ERGEN, N., op. cit., 2001, p. 57.
234
Id., p. 57-58.
230
81
ne pas y assister, sous prétexte que le Comité Le Souvenir avait demandé de prendre
préalablement connaissance des discours et imposé la présence du drapeau national à
côté des drapeaux rouges. Le bourgmestre s’est toutefois ravisé le lendemain et a
déposé une gerbe de fleurs sur le monument.235
L’antimilitarisme peut aussi se marquer dans l’iconographie. Les monuments pacifistes
et antimilitaristes ne sont pas nombreux. L’exemple le plus fréquemment cité est celui
de Quaregnon, en Hainaut (). Les appels à la paix faits par quelques autres
monuments n’ont pas nécessairement de connotation aussi fortement antimilitariste. Ils
vont de la simple inscription du mot « Pax », comme sur les monuments de SaintNicolas, de La Calamine (), ou encore au cimetière de Cheratte-Bas, à des invocations
plus explicites. Le mémorial placé dans l’église Saint-Remacle à Ovifat (Robertville)
souhaite la paix pour tous les hommes de bonne volonté. La madone sculptée dans le
bois, dans un style évoquant les sedes sapientiae romanes, écrase une baïonnette sous
son pied gauche (). Un autre monument, placé devant le portail de la même église
après la Seconde Guerre, espère « que les guerres qui les ont enlevés soient à jamais
proscrites ». « Puisse leur souvenir sacré faire fructifier le germe de paix entre les
peuples », proclame le monument du quartier du Laveu à Liège, inauguré deux ans
avant la nouvelle invasion du pays par les Allemands. Et on a déjà cité le Friede mit uns
du monument de Butgenbach.236
7.3. Fractures d’ordre identitaire
Tous les monuments ont un aspect identitaire car ils portent, d’une façon ou d’une autre,
la marque de qui le dédie, que ce soit une commune, une paroisse, une entreprise…
Cette marque paraît le plus souvent par l’épigraphie (le contenu du texte, mais aussi la
langue dans laquelle il est écrit), mais peut aussi avoir la forme d’armoiries ou d’une
iconographie particulière. La paysanne aux vêtements traditionnels, venue apporter un
bouquet de roses au cimetière de Francorchamps, en est un bel exemple (). Il n’y a là
rien qui semble faire problème, sauf lorsque le caractère identitaire devient revendicatif,
qu’il exprime une forme d’opposition entre les commanditaires du monument et un
autre groupe social.
L’exemple le plus connu en Belgique est le monument de Dixmude, la « tour de
l’Yser », symbole du mouvement flamand, épicentre des revendications flamingantes
depuis l’entre-deux-guerres jusqu’à aujourd’hui encore. La tour avait été dynamitée en
1946, puis reconstruite en plus grand, toujours avec l’« AVV-VVK » au sommet. On
retrouve d’ailleurs ce sigle sur plusieurs monuments de villages flamands. Un autre
emblème flamingant, la mouette bleue (de blauwvoet),237 se rencontre également sur
quelques monuments.
On pourrait penser que de tels monuments commémoratifs sont absents du domaine
francophone. Il n’en est rien, bien que la revendication culturelle y soit plus discrète. Le
235
La Meuse, 23 juin 1921.
Voir p. 33.
237
Aussi appelée goéland bleu, ce serait en fait, zoologiquement parlant, un fou à pattes bleues,
endémique des îles Galapagos.
236
82
coq, emblème de la latinité plus que de la région wallonne, figure ainsi sur les deux
monuments d’Eben-Emael, à Eben et à Emael. Sa présence au sommet de l’obélisque
prend son sens lorsque l’on sait que la commune, francophone, faisait alors partie de la
province de Limbourg. Un semblable coq gaulois avait déjà été placé sur un monument
érigé à Jemappes en 1911, en commémoration de la victoire des Français sur les
Autrichiens en 1792. Le monument sera abattu par les Allemands en 1914 et reconstruit
en 1922. La symbolique identitaire du coq gardera son efficacité, puisque celui du
monument de Dolhain (Limbourg), perché sur un Stahlhelm, sera aussi enlevé par les
Allemands durant la Seconde Guerre et remplacé en 1947 ().
Autre affirmation identitaire, le monument à l’abbé Pietkin à Sourbrodt (Robertville)
inauguré en 1926. Il ne s’agit pas à proprement parler d’un monument commémoratif de
la guerre, et pourtant il s’inscrit dans son prolongement culturel (). L’abbé Pietkin
(1849-1921), en quelque sorte un Guido Gezelle malmédien, était la figure de proue de
la résistance à l’assimilation à la culture germanique dans les communes wallonnes
rattachées à la Prusse. Le monument, conçu par Georges Petit, représente une louve
romaine, autre symbole de la latinité. Il a été saccagé par des militants germanophiles en
1940 et redressé en 1947.
Aujourd’hui, force est de constater que si les fractures philosophiques et politiques se
sont plus ou moins bien cicatrisées avec le temps, certains monuments commémoratifs
conservent toujours une puissance symbolique telle qu’ils sont encore instrumentalisés
dans des débats, sinon des disputes, à caractère culturel et donc identitaire.
83
8. Du projet à l’inauguration : la réalisation des monuments
8.1. Initiative et comités de monuments
Il n’est pas difficile de comprendre qui est à l’origine de l’installation des monuments
paroissiaux et corporatifs. La chose est moins évidente pour les monuments
communaux et pour ceux qui commémorent des faits de guerre. Il serait erroné de
penser que tous sont le fruit de décisions prises par des autorités politiques.
Au niveau national, le gouvernement décide en 1919 le principe de l’édification par
l’État d’un monument commémoratif aux héros de la Guerre. Le projet aboutira en 1922
avec l’inauguration du Monument au Soldat inconnu à Bruxelles.238 Pour le reste,
soucieux de ne pas voir les communes s’engager dans des dépenses qu’elles n’ont que
difficilement les moyens d’assumer, le gouvernement encourage plutôt des
manifestations peu coûteuses, comme la plantation de l’arbre de la victoire ou
l’apposition de simples plaques commémoratives sur la façade de la maison
communale. La circulaire adressée aux gouverneurs de province en avril 1920 par le
ministre Jules Destrée est explicite à cet égard.239 En 1934, après la mort d’Albert Ier, le
gouvernement prendra aussi l’initiative de créer un Comité national des monuments au
roi Albert, sous la présidence du Premier ministre de Broqueville, dans le but de faire
ériger dans chaque chef-lieu de province un monument au roi défunt.
La Députation permanente de la Province de Liège calque sa politique sur celle du
gouvernement. Elle offre à chaque commune un fronton destiné aux plaques
commémoratives. Pour le reste, elle se fixe pour politique de participer au financement
de cinq monuments seulement : le projet de monument « de la Défense nationale » à
Liège, pour lequel elle vote un subside de 250 000 francs, et quatre monuments liés à la
bataille de Liège d’août 1914, à Loncin, au Sart-Tilman, à Boncelles et à Rabosée.
Tous les autres projets de monuments se situent au niveau local, fruits d’initiatives
particulières. Il n’y a pas de plan d’ensemble pour les faire surgir un peu partout dans la
province et dans le pays. L’initiative peut venir du Collège ou du Conseil communal, ce
qui est généralement le cas dans les grandes villes, mais aussi de groupes de citoyens
qui s’associent pour former un comité auquel des représentants de la commune seront
invités à participer. Ces groupes de citoyens sont d’origines diverses. Ce sont des
associations formées durant la guerre, qui se donnent une mission de commémoration
au lendemain de batailles sanglantes ou d’exécutions sommaires par les Allemands.
Elles s’intitulent « Comité Le Souvenir » au Sart-Tilman, à Rhées et à Wandre, « Les
Ansois reconnaissants » à Loncin, « Cercle Rappelle-toi » à Melen et Soumagne… Le
Cercle « Les XXI – Le Souvenir liégeois », qui a la volonté de ne pas limiter son
activité à une localité particulière,240 participe également au placement de quelques
238
Au sujet du Soldat inconnu et de la politique gouvernementale en matière de monuments
commémoratifs, voir l’étude de S. Claisse, op. cit., 2005.
239
Voir p. 26-27.
240
Sa présence déborde même des frontières de la province, puisqu’on retrouve, par exemple, sa plaque
sur le monument de La Roche-en-Ardenne.
84
monuments, comme les plaques aux fusillés de la place du 20-Août à Liège et de Boisde-Breux (). Souvent, c’est la section locale de la F.N.C. qui prend l’initiative de
former un comité, de préférence en accord avec la commune. On trouve les noms
d’autres groupements patriotiques sur plusieurs monuments. Ici une « Union
patriotique », là un « Comité de secours aux prisonniers ». Le monument de PetitRechain porte l’inscription « Mon érection fut décidée par l’Administration communale
et le Comité du ravitaillement local en 1920 ». Il n’y a pas que les associations
patriotiques qui s’impliquent dans la commémoration. À Liège, ce sont des associations
de quartier : « Ouest-Attractions » pour le monument de Sainte-Marguerite, « Amon
nos’autes » en Outremeuse, « Nos Pierreuse » dans le quartier du même nom… Des
associations culturelles ou folkloriques aussi. Le monument d’Othée porte, sur la
semelle, la mention « Monument dû à l’initiative de la fanfare d’Othée » (). À
Bolland, c’est la « Jeunesse Les amis du plaisir » ; à Jalhay, la troupe théâtrale « Cercle
les XII » ; à l’église de Bas-Oha, « La Dramatique ‘Art et Agrément’ »… Une
« République » folklorique locale consacre une plaque à ses héros à Herve et à Pont-deSçay (Comblain-au-Pont). On le voit, c’est un foisonnement d’initiatives venant de
toutes parts. La commémoration n’est pas une pratique voulue par les Autorités, mais
bien un phénomène spontané, largement partagé.
Les comités de monuments tentent d’obtenir des patronages de personnalités
susceptibles de favoriser la récolte de fonds. Les monuments les plus importants
obtiennent des patronages prestigieux : le prince Léopold et le président français
Poincaré pour le Comité de Loncin, le général Jacques au Sart-Tilman, la comtesse Jean
de Mérode pour le Mémorial interallié, Gaston Grégoire, gouverneur de la Province de
Liège pour le projet de monument de la « Défense nationale »…
8.2. Financement
La première tâche du comité est d’assurer la viabilité du projet. L’érection d’un
monument représente un effort financier important. Et les ressources, au sortir de la
guerre, sont maigres. Les communes sont endettées, il faut reconstruire et il importe de
porter assistance à une grande partie de la population plongée dans la misère.
A. Tixhon et L. Van Ypersele soulignent, à juste titre, que le choix du type de
monument dépend des moyens dont dispose le comité :
Si les revenus sont suffisants, c’est-à-dire au moins 15.000 francs, les décideurs peuvent
envisager une représentation figurée. En dessous de ce montant, il faut se résigner à ériger
une simple stèle, un obélisque pas trop grand, voire une solide plaque.241
Les coûts des monuments sont en fait très variables. Les plus importants sont
évidemment les plus chers. 145 000 francs pour celui du Sart-Tilman (prix de 1920),
200 000 pour celui de Loncin (prix de 1923), trois millions pour le grandiose projet de
la Ville de Liège, finalement trop onéreux pour être réalisé, mais « seulement » 140 000
francs pour celui d’Andenne en 1930. La composante temps est un facteur à prendre en
compte dans l’analyse des coûts. Après des décennies de stabilité monétaire avec le
241
TIXHON, A., VAN YPERSELE, L., op. cit., 2000, p. 96.
85
système du franc-or, le coût de la vie connaît une explosion pendant et après les années
de guerre. Le ministère des Affaires économiques a calculé, à partir de 1920, un indice
mensuel, plus ou moins représentatif, des prix à la consommation, qu’on appelait alors
« index number ». La fig. 2 en montre l’évolution durant l’entre-deux-guerres, avec
l’année 1914 prise pour base.242
Fig. 2. Indices des prix à la consommation (1914 = 100) (source : http://economie.fgov.be)
Après le choc de la guerre, la hausse des prix s’accélère fortement à partir de 1922 et
connaît son paroxysme en 1926-1927.243 Elle ne peut que se répercuter sur le coût des
monuments. À Bressoux par exemple, la commune avait alloué en juillet 1927 un
budget de 75 000 francs pour le monument à placer dans l’espace public. En juin 1928,
l’adjudicataire, l’architecte Georges Dedoyard, associé au sculpteur Oscar Berchmans,
écrit à la commune pour solliciter une augmentation de 20 % du prix, soit un total de
90 000 francs. La commune accepte,
considérant que depuis le 21 novembre 1927, date à laquelle les auteurs des projets
primés ont été invités à fournir la maquette requise pour participer à la seconde épreuve,
les prix des matières premières ainsi que la main d’œuvre ont considérablement
augmenté.244
242
Les indices sont annualisés à partir des données trouvées sur la page
http://economie.fgov.be/fr/statistiques/chiffres/economie/prix_consommation/indices_prix_consommatio
n/ [dernière consultation le 25 juin 2011].
243
En 1924 d’ailleurs, des anciens combattants manifestent contre la vie chère sur divers marchés dans le
pays, de manière parfois musclée. COLIGNON, A., op. cit., p. 90-91. La publication de l’index sera
interrompue de mai 1940 à janvier 1947.
244
A.P.L., Fonds des Monuments et Sites, dossier 20786/168 (Bressoux), Extrait du procès-verbal de la
séance du Conseil communal de Bressoux, en date du 11 juillet 1928.
86
On relève çà et là, dans la presse ou dans les archives, des indications de coût de
monuments de divers types. Le tableau suivant donne quelques chiffres :
Monuments sans statuaire
1919
Ferrières
Monument aux évacués français
1 525 francs
1920
Soiron
Fumal
Monument communal
Monument communal
4 575
5 500
1922
Soumagne
Cimetière
15 000
1923
Heusy
Cimetière
4 300
1926
Burnenville
Monument communal
6 000
Monuments avec statuaire
1919
Retinne
Monument communal
22 000 francs
1920
Bovigny
Crisnée
Ferrières
Dolhain (Limbourg)
Monument communal
Église Saint-Maurice
Monument communal
Monument communal
15 000
2 750
3 515
33 000
1921
Huy
Battice
Sprimont
Monument Lelarge
Monument communal
Monument communal
30 000
23 000245
47 000
1922
Roclenge
Saint-André
Monument communal
Monument communal
18 000
10 000
1923
Xhoris
Huy
Melen
Monument communal
Monument de la Victoire
Monument aux fusillés
23 000
85 000
25 000
1928
Alleur
Monument communal
20 500
On le voit, les chiffres sont fort variables. L’ampleur du monument, la matière utilisée,
l’appel ou non à un architecte et à un sculpteur renommé plutôt qu’au tailleur de pierre
local et l’époque de construction peuvent faire varier substantiellement le coût du
monument.
Dans quelques cas, un ou plusieurs particuliers ont pris l’entièreté des frais à leur
compte. La plaque de marbre de l’église Saint-Sébastien à Stavelot () porte la
245
Hors honoraires de l’architecte et du sculpteur.
87
mention « Don de Mr Arnold Godin ». Le monument aux victimes du fil électrique a été
érigé à Sippenaeken par le comte Joseph d’Oultremont. Une plaque apposée en 1980 sur
le monument de La Minerie (Thimister) informe qu’il a été érigé en 1930 avec des
deniers privés (). Le donateur du monument de Vierset-Barse () est un ancien
combattant, sous-officier de gendarmerie, qui en est également l’auteur.246 Le
monument de l’Armistice à Spa est un don d’un officier anglais (). À Hannut, à
Hamoir, ailleurs encore, des particuliers font don d’un terrain pour que le monument
puisse y être érigé.
Mais ces dons restent des exceptions et, dans la majorité des cas, les comités doivent
faire preuve d’initiatives diverses pour récolter les fonds nécessaires. L’imagination des
organisateurs est leur seule limite, comme en témoignent les nouvelles locales
rapportées par La Meuse : concerts et représentations de gala, tombolas, festival de
chorales et de mirlitophiles (Mortier), courses cyclistes (Harzé, SougnéRemouchamps…) et hippiques (Barchon, Dolembreux…), concours de pigeons (Alleur,
Herve…), jeux de quilles et billard (Bressoux), fêtes foraines (Roclenge), tout ce qui
peut attirer la population et l’inciter à contribuer au coût du monument fait farine au
moulin. On a même vu à Jupille, à deux reprises au moins, une jeune mariée vendre sa
jarretière à l’encan et verser le produit de la vente au comité du monument dédié à
Mathieu Bodson !247
La ressource principale reste toutefois la demande de subvention. D’abord, subvention
de la commune, généralement accordée lorsque des édiles participent au comité.
Subventions sollicitées auprès d’entreprises locales. Collectes aussi, faites auprès des
particuliers. Reste enfin la ressource de s’adresser à Bruxelles.
La politique du gouvernement est cependant assez restrictive en matière de subsides aux
monuments commémoratifs. On a vu que le ministre des Sciences, Jules Destrée, qui
avait aussi la responsabilité de l’Administration des Beaux-Arts, avait tenté, par sa
circulaire de mai 1920 aux gouverneurs de province, de réfréner l’ardeur des
collectivités locales à investir dans des monuments commémoratifs.248 Cette circulaire
se poursuit ainsi :
… Je voudrais que vous appeliez l’attention des administrations communales et des
comités organisateurs sur la nécessité de ne pas escompter toujours le concours de l’État.
Il arrive souvent que ce concours, étant considéré comme dû, mon département n’est
consulté que pour régler la note de frais et subir les imprévus. Or, la tradition de
l’administration des Beaux Arts a toujours été de n’accorder l’intervention financière de
l’État que lorsque, préalablement à toute exécution, les plans, devis et projets lui ont été
soumis et qu’elle en a reconnu le caractère artistique249.
Je suis obligé de maintenir rigoureusement cette méthode sans laquelle on ouvre la porte
à d’inextricables abus. Et je devrai la maintenir plus strictement encore que par le passé et
246
La Meuse, 20 et 24 novembre 1936.
La Meuse du 9 février 1928 rapporte ceci : « Samedi 4 février a été célébré le mariage de Mlle
Delhoulle, de Wandre (Houlfaix), avec M. J. Deflandre. La vente de la jarretière a rapporté la jolie
somme de 90 frs, versée aux R’jetons des Pépins, pour le monument Bodson. » Une autre vente de
jarretière, au profit du même comité, est rapportée dans l’édition du 12 avril 1928.
248
Voir p. 26.
249
En italique dans le texte.
247
88
réduire peut-être la part habituelle d’intervention, en raison de la multiplicité des
demandes de ce genre. Les crédits mis à ma disposition sont, il ne faut pas l’oublier,
limités, et j’aurais scrupule à demander de mon collègue des Finances de les augmenter, à
un moment où tout le monde doit donner l’exemple de l’économie et ajourner toute
dépense qui peut être ajournée.250
Le budget dont dispose annuellement l’Administration des Beaux-Arts pour des
subsides à l’érection de monuments est en effet limité à 70 000 francs, pour l’ensemble
des demandes affluant des quatre coins du pays. Les archives de l’Administration des
Beaux-Arts contiennent des centaines de dossiers relatifs à des requêtes de subvention,
de la part de communes ou de comités de monuments. Les réponses ne peuvent donc
qu’être majoritairement négatives, mais elles sont toujours accompagnées d’une
justification en relation avec la circulaire du ministre. Les demandes qui sont introduites
– c’est la plupart des cas – après que le comité ait décidé du choix du monument et de
ses auteurs, voire même après qu’il ait été réalisé, sont systématiquement rejetées. Il en
est notamment ainsi pour les monuments de Battice, de Crisnée, du Sart-Tilman…251 Si
la demande est introduite à temps et dans les formes requises, on invoque la maigreur
des fonds disponibles (pour le monument de Fumal et pour le grand projet liégeois, par
exemple) ou le manque de « caractère artistique » du monument projeté. Lorsque
Gaston Grégoire, gouverneur de la Province de Liège, écrit au ministre pour appuyer la
demande de subside pour le monument du cimetière militaire de Boncelles, celui-ci
renvoie le problème au ministre de la Défense nationale :
Mon cher collègue,
Je vous communique une lettre de novembre 1920. Il n’a pas paru possible à mon
administration d’y répondre favorablement, parce que les bien faibles crédits que j’ai à
ma disposition, 70 000 francs pour toute l’année et tout le pays, doivent être réservés pour
les monuments d’un caractère artistique. Celui-là présente si peu ce caractère qu’on n’a
même pas songé à m’indiquer le nom de l’artiste.252 Je ne puis pas intervenir, mais
l’entreprise me paraît néanmoins si digne d’intérêt que je vous prie d’examiner si votre
département, soit seul soit avec celui de l’Intérieur, ne pourrait y contribuer.253
Quelques subsides sont cependant accordés à des monuments liégeois. Le comité du
monument de l’Université de Liège reçoit 12 000 francs, versés en trois tranches de
1922 à 1924. La demande du comité du monument de Loncin est favorablement reçue,
car le ministre envoie le 7 avril 1922 une note à son directeur général des Beaux-Arts le
priant de rédiger une proposition de subside.254
250
M.A.P.L., n° 5563, juin 1920, p. 640-641.
La demande de la commune de Limbourg pour le monument de Dolhain est traitée moins
rigoureusement car, même si le concours attribuant le marché à l’architecte Vivroux est clôturé avant que
le ministère n’en soit averti, on accorde un subside fondé sur le seul coût du coq qui surmonte la colonne.
A.G.R., A.B.A., Ancien Fonds, n° 99A, dossier 1219.
252
Il s’agit en fait d’Oscar Berchmans.
253
A.G.R., A.B.A., Ancien Fonds, n° 99A, dossier 1421. La répartition des rôles entre ministères n’est pas
très claire pour ce qui concerne les monuments commémoratifs. Le gouvernement avait décidé, en février
1919, que les demandes d’intervention financière pour les monuments commémoratifs seraient
centralisées au ministère de l’Intérieur, qui disposerait d’un budget annuel de 100 000 francs à cet effet.
Les archives de l’Administration des Beaux-Arts ne font guère état de l’utilisation de ce budget. Voir
A.G.R., A.B.A., Ancien Fonds, n° 100B, dossier 2186 (église Notre-Dame-du-Lac à Tirlemont).
254
A.G.R., A.B.A., Ancien Fonds, n° 99A, dossier 1721. La note du ministre est la dernière pièce du
dossier, qui ne renseigne pas sur le montant alloué.
251
89
Les ambitions monumentales de certains comités et communes dépassent parfois le
raisonnable. On sait que Liège n’aura jamais sa « grosse tour » en raison de son coût
exorbitant. On le comprend aussi en lisant cette lettre adressée par la commune de
Sprimont au ministre de l’Intérieur le 14 février 1922, le pressant d’accorder une
subvention pour son monument () :
Monsieur le Ministre de l’Intérieur à Bruxelles,
Nous prenons la respectueuse liberté de vous exposer qu’en octobre 1921 notre
administration communale a inauguré un monument commémoratif en l’honneur de nos
fusillés et soldats tombés au cours de la Grande Guerre.
Ce monument répond comme caractère et exécution à la grande et noble idée patriotique
et revêt un caractère artistique.
Il a coûté plus de 47 000 fr. pose comprise.
L’autorité supérieure nous prie de nous adresser à vous en vue d’obtenir subside pour
nous aider à couvrir cette dépense.
Par suite des événements de la guerre, notre commune compte parmi celles qui ont eu le
plus à souffrir. Nombreux sont les bâtiments détruits ici. Notre population a diminué
beaucoup et compte à peine 4 200 habitants contre plus de 4 500 en 1914. Elle est très
pauvre et vit très misérablement, surtout la population industrielle par suite du manque de
travail. Les secours doivent se faire larges.
Tout milite en notre faveur. La commune est très endettée, ses recettes sont presque
nulles.
[…]
La lettre est signée par le bourgmestre et le secrétaire communal.255 La Ligue du
Souvenir, appelée à émettre un avis d’ordre esthétique, écrit au ministre de l’Intérieur le
13 décembre 1922 que « le monument de la commune de Sprimont n’offre aucun
caractère artistique et ne commémore donc pas dignement les événements tragiques
dont la commune a été le théâtre ». Est-ce parce que le sculpteur, Joseph Sauvage, ne
faisait pas partie du sérail des anciens élèves d’académie ? La suite du dossier ne nous
renseigne pas sur la décision finale du ministre, mais il est probable que la demande de
subvention a été rejetée.
Des communes doivent donc s’endetter pour réaliser leur projet. En 1920, la commune
de Retinne doit emprunter plus de 21 000 francs pour son monument,256 et celle de
Montegnée 37 500 francs. En 1926, c’est la commune d’Ans qui emprunte 12 000
francs pour son monument au cimetière.257
Les difficultés rencontrées dans la collecte de fonds expliquent en partie pourquoi
certains monuments ont été érigés tardivement. En août 1932, le Comité du Monument
aux Morts de la Grande Guerre d’Ernonheid () envoie une dernière lettre circulaire de
sollicitation :
Cher Monsieur,
255
A.G.R., A.B.A., Ancien Fonds, n° 100B, dossier 1782.
A.P.L., Fonds des Monuments et Sites, dossier 20786/148.
257
Voir ERGEN, N., op. cit., 2001, p. 44 et 66 pour Montegnée, p. 46 et 67 pour Ans.
256
90
Malgré tous nos efforts en vue d’ériger dans notre commune un Monument aux Morts de
la Grande Guerre, nous ne sommes pas parvenus à recueillir la somme nécessaire.
La petite commune d’Ernonheid, sans ressources, fut une des premières communes belges
martyrs [sic].
Afin de pouvoir terminer à bien notre œuvre, qui est l’œuvre de tous les donateurs,
pouvons-nous nous permettre de solliciter, de votre bienveillante générosité, un virement
de cinq francs à notre Compte Chèque n° 312362 du Comité du Monument aux Morts de
la Grande Guerre d’Ernonheid…258
Le monument avait en réalité déjà été inauguré le 10 juillet de la même année.
D’autres raisons peuvent parfois expliquer l’inauguration tardive des monuments
communaux : mauvaise volonté de la majorité communale, discussions sur
l’emplacement ou sur le caractère à donner au monument, d’autres encore. Mais il
semble bien que le problème financier en soit la cause principale et qu’il a découragé
plus d’un comité animé au départ d’un grand enthousiasme. Ceci se trouve à mots
couverts dans la lettre adressée le 26 janvier 1931 par le comité « Monument de la
Grande Guerre – Aywaille » aux habitants de la commune :
Monsieur et cher concitoyen,
Devancée par presque toutes les villes, communes et même certains hameaux de la
Belgique, l’importante localité d’Aywaille n’a pas encore de Monument à ses morts de la
guerre.
Diverses causes ont retardé l’exécution de ce projet ; mais à présent […] les principales
difficultés sont écartées, notamment celle de l’emplacement […]. Le comité, qui vient
d’être formé, s’emploiera de son mieux à faire diligence.
L’Administration communale nous accordera, avec son précieux appui, un subside
important, mais néanmoins le concours financier de chacun de nous sera nécessaire
[…].259
Plusieurs communes de la province de Liège ne pourront ainsi inaugurer leur monument
que dans les années 30 : Seilles en 1930, Aywaille, Berneau, Glain, Hannut, Polleur en
1931, Ernonheid et Herstal en 1932, Vierset-Barse en 1937, Ayeneux et Embourg en
1938. La liste n’est pas exhaustive.260
8.3. Choix de l’emplacement
Les comités de monuments publics souhaitent naturellement que leur monument soit
placé dans un endroit bien en vue, dans un espace suffisant pour accueillir les
cérémonies commémoratives et la foule qui y assiste. Il appartient toutefois au Conseil
communal de décider in fine de l’emplacement concédé et de donner les autorisations
nécessaires. Cela peut, on l’a vu, parfois susciter des controverses pour des raisons
politiques ou philosophiques et retarder l’ensemble du projet. D’autres problèmes liés à
l’emplacement peuvent aussi apparaître. Un exemple : le comité du monument de Les
Waleffes () adresse un courrier au ministre de la Science et des Arts en avril 1919,
sollicitant son autorisation – et non l’octroi d’un subside – pour l’emplacement choisi :
258
HENRY, R., Aywaille, chronique illustrée du XXe siècle, 2006, p. 92-93.
Id., p. 86.
260
Il ne s’agit pas ici des monuments militaires, religieux ou dédiés au roi Albert, mais uniquement de
ceux qui portent une dédicace de la commune pour ses morts.
259
91
Le comité se prononce pour son érection au lieu-dit « La Motte », tombe mesurant un
demi-hectare environ, sis au centre du village, appartenant au gouvernement et classé
dans les monuments historiques.
Cette motte serait composée d’un tumulus romain, du cimetière des Liégeois et
Brabançons tombés au combat des Waleffes, des hommes tombés aux différents sièges du
vieux château de Hemricourt.
Elle conserverait ainsi son caractère de monument aux morts. Elle serait la suite
aujourd’hui de ce qu’elle était hier.261
Malgré plusieurs rappels envoyés de mai 1919 à mai 1920, le ministre ne statue pas
avant juillet 1921, date à laquelle il rédige une note, sans doute adressée à la C.R.M.S.,
soulignant que le monument ne présente aucun caractère artistique, qu’il n’entre pas
dans ses intentions d’approuver une subvention quelconque et que « l’idée de placer un
monument moderne insignifiant sur un tumulus ancien » lui paraît malheureuse. Le
dossier conservé aux A.G.R. s’arrête là. Lenteurs de l’administration : le monument
était déjà inauguré en août 1920.
8.4. Les matériaux
Les matériaux utilisés pour les monuments commémoratifs sont dans le prolongement
des pratiques du siècle précédent, principalement la pierre bleue et le bronze pour les
monuments publics, et la pierre bleue pour les monuments funéraires des cimetières. Le
choix est en grande partie dicté par des considérations d’ordre économique (budget
disponible), d’ordre environnemental (monument exposé aux intempéries ou protégé à
l’intérieur d’un bâtiment) et d’ordre esthétique.
Pierre bleue, petit granit ou autres variétés de calcaire dur mosan ou hennuyer, ce
matériau se prête relativement aisément à la taille et est durable. Il n’a pas été fait ici de
tentative de déterminer l’origine précise de la pierre utilisée pour chaque monument.
Les quelques indications occasionnelles données à cet égard sont tirées de sources
bibliographiques. Du calcaire clair, moins compact, et donc plus facile à travailler mais
moins résistant, peut être employé en association avec le petit granit, donnant un certain
effet de bichromie, comme pour le monument au cimetière de Haccourt (). On trouve
quelquefois de la pierre d’Euville, calcaire blanc très grenu, par exemple à Theux et à
Grand-Hallet. Le marbre blanc, importé, est le plus souvent utilisé pour des plaques
commémoratives.262 On le taille parfois dans le bloc, comme pour le monument italien à
Robermont (), pour le sarcophage roumain du Mémorial interallié…. On peut
rechercher des effets de polychromie par l’utilisation de diverses pierres polies : vert,
blanc et bronze à l’Université de Liège (), rouge et blanc dans la maison communale
de Poulseur et à l’église Notre-Dame-des-Récollets à Verviers…
261
A.G.R., A.B.A., Ancien Fonds, n° 99A, dossier 483. On sait maintenant que le tumulus est en fait une
ancienne motte castrale.
262
Du point de vue de la pétrographie, le marbre est une roche métamorphique, résultat d’une
recristallisation d’une roche calcaire à hautes pression et température. Ce n’est que par extension que l’on
appelle aussi marbre toute pierre polie, qu’elle soit calcaire (comme notre « marbre noir » et notre
« marbre rouge »), granitique, porphyrique, etc.
92
Le ciment, matériau plus économique mais qui ne permet pas de rendu aussi fin des
détails que la taille de la pierre, est parfois utilisé pour des monuments en série. On
pense en particulier à diverses statues du Sacré-Cœur et au monument d’HorionHozémont, dont il sera question plus loin. La terre cuite est employée à Crisnée pour la
statue de saint Maurice, à Olne pour le calvaire, à l’église Sainte-Marie-des-Anges à
Liège pour le chemin de croix. Le plâtre, le plus souvent peint, est réservé aux statues et
plaques placées à l’intérieur d’un édifice : Saint-Martin à Ans, Saint-Gilles à
Heppenbach, monument « espagnol » au Mémorial interallié, monument de l’Académie
des Beaux-Arts (), etc.
Le bronze est le matériau de premier choix pour la statuaire. On lui substitue parfois la
fonte peinte (à Beaufays, à Stockay), moins coûteuse mais toujours trahie par des traces
de rouille. Le grand christ de Gemmenich est en cuivre repoussé, dont l’éclat rouge est
protégé par un vernis ().
Le bois est utilisé pour quelques retables commémoratifs dans les cantons de l’Est,
comme à Raeren (), pour des grands crucifix, pour des encadrements de plaques.
Les monuments de type architectural (chapelle, tholos, arc de triomphe…) utilisent les
matériaux de construction habituels : brique, pierre, béton, ciment, etc.
Un nouveau matériau, la marmorite, apparaît dans les années 40. C’est un verre
artificiel, de couleur noire, employé pour la réalisation de plaques portant des
inscriptions et que l’on appose généralement sur un monument ou une stèle de pierre.
Son utilisation est particulièrement fréquente dans les cantons de l’Est.
8.5. Sélection des projets
La réalisation des monuments les plus modestes, stèles, plaques, obélisques simples, est
généralement confiée à un tailleur de pierre local, après remise de devis.
Les monuments à statuaire, et forcément les plus grands d’entre eux, font l’objet d’un
appel à concours. L’importance des budgets prévus et des primes pour les mieux classés
détermine le degré de rayonnement du concours au-delà des cercles locaux. C’est la
raison pour laquelle on voit un certain nombre de monuments dans la province de Liège
réalisés par des artistes bruxellois ou flamands. Les concours sont généralement
organisés en deux épreuves successives. Un jury, constitué de représentants de la
commune et du comité, ainsi que d’au moins un sculpteur et un architecte, sélectionne
les meilleurs projets, encore anonymes, sur base d’esquisses. Les lauréats reçoivent une
prime et sont invités à remettre, toujours anonymement, un dessin à plus grande échelle
(5 %) et une maquette à l’échelle 10 %.263
Il arrive que le résultat du concours prête à contestation. La Ville de Verviers attribue la
commande du monument de la Victoire () au sculpteur Frans Jochems et à l’architecte
Constant Wilbers, tous deux Anversois, alors que le jury avait attribué le premier prix
263
On retrouve le texte du règlement du concours organisé par la Ville de Liège aux A.G.R., A.B.A.,
Ancien Fonds, n° 99A, dossier 163, et du concours pour le second monument de Bressoux aux A.P.L.,
Fonds des Monuments et Sites, dossier 20786/168.
93
du concours au projet de Pierre Braecke et Victor Creten. Le Conseil communal justifie
sa décision :
Sans contester les mérites relatifs qui ont été attribués par le dit jury aux divers projets
soumis à son appréciation ;
Mais, considérant que l’œuvre classée première ne répond qu’imparfaitement à la pensée
qui l’a inspiré en organisant le concours ;
Considérant, d’autre part, que le projet classé second rend complètement cette pensée ;
[…]
Choisit, pour le faire exécuter, le projet classé second avec la devise : Vert et Vieux (sans
palme), œuvre de MM. Jochems sculpteur et Wilbers architecte…264
Les lauréats évincés protestent. Par voie de presse, on accuse Frans Jochems d’avoir
participé durant la guerre à une exposition organisée par un cercle activiste sous la
protection des Allemands, ce dont l’intéressé se défend en arguant du fait qu’il n’avait
exposé qu’en tant que simple invité de ce cercle dont il ignorait les affinités proallemandes, et que les commandes qu’il avait reçues des communes d’Anvers,
Biévenne, Lommel et Waremme pour des monuments commémoratifs plaidaient en sa
faveur. Le ministre des Sciences et des Arts est interpelé sur cette affaire et le directeur
général de l’Administration des Beaux-Arts, Émile Verlant, rédige une note
circonstanciée, incluant quelques commentaires sur la procédure d’appel à projets par
concours :
[…] M. Rau, sculpteur, l’un des concurrents qui réclame, non pour lui, mais pour son
confrère Braecke, m’a déclaré que les sculpteurs, les jeunes comme les vieux, en avaient
assez des concours et allaient adresser au gouvernement une protestation en masse, que
jusqu’à présent je n’ai pas vu venir, mais que je verrai avec plaisir, tant les concours
artistiques sont pleins d’inconvénients, comme je l’ai souvent expliqué.
[…]
Je dis seulement que ce concours a été encore plus mal organisé qu’ils ne le sont
d’ordinaire. Ce n’est pas la peine de déranger un jury d’experts ou de gens choisis comme
tels pour considérer sa décision comme une simple indication dont on fait ce qu’on veut.
Pareil règlement de concours doit nécessairement soulever des reproches d’incompétence,
d’intrigue, de collusion.265
Mais c’est bien la Ville qui décide et finalement c’est le monument de Jochems et
Wilbers qui est réalisé.
8.6. Monuments produits en série
On sait qu’en France, plusieurs firmes proposaient aux communes des monuments
réalisés en série, disponibles, au choix, en bronze, en fonte peinte, en fonte bronzée, en
pierre… avec ou sans accessoires divers. Façon sans doute plus économique pour les
municipalités d’acquérir un monument à statuaire. Le Poilu victorieux d’Eugène Benet,
produit par les Éts Durenne (), Résistance de Charles-Henri Pourquet par les
Fonderies du Val d’Osne, Le Poilu au repos d’Étienne Camus par les Éts H. Jacomet, et
bien d’autres encore, ont été réalisés par centaines d’exemplaires pour les communes
264
265
A.G.R., A.B.A., Ancien Fonds, n° 100B, dossier 1392.
Id., note pour le ministre, 16 octobre 1920.
94
françaises, au point que ces statues ont pu devenir l’archétype du monument aux
morts.266
Qu’en est-il chez nous ?
Remarquons d’abord que nous n’avons que très peu de statues importées de France.
Une Jeanne d’Arc équestre, des Fonderies du Val d’Osne (), installée dans le parc de
l’ancien collège des jésuites français à Marneffe, et un poilu français en ciment, à
Horion-Hozémont (). On retrouve la même statue dans plusieurs villages de France et
il y en avait également un exemplaire dans un jardin de la rue Saint-Laurent à Liège.
Les Victoires en fonte peinte des monuments de Stockay (Saint-Georges-sur-Meuse)
() et de Celles relèvent aussi d’une production industrielle, probablement d’origine
française.
On ne connaît pas, en Belgique, de production de monuments en grandes séries comme
chez nos voisins du sud. Le marché belge était, il est vrai, bien plus restreint.
L’entreprise qui se rapproche le plus du modèle français est celle des frères Norga (),
qui réalise et vend sur catalogue des appliques en bronze, des statues, des stèles
destinées aux tombes des cimetières. Il ne s’agit pas d’œuvres particulièrement conçues
pour la commémoration des combattants, mais on retrouve ces productions sur certains
monuments, dont celui de Glain.
Nos monuments sont donc, dans leur grande majorité, des œuvres originales, variations
sur quelques thèmes iconographiques devenus communs. Il arrive cependant qu’un
même modèle ait été exécuté en un nombre restreint d’exemplaires. Nous avons dans la
province de Liège plusieurs cas de monuments jumeaux () :
- Recht et Sourbrodt, par Sylvain Norga ;
- Ocquier et Roclenge, par Van Uytvanck ;
- Bassenge et Mortier (et Salm-Château, dans l‘arrondissement de Bastogne) ;
- La Reid et Waret-l’Évêque, par J. Waltregny ;
- Slins et Ruiselede, par A. De Beule ().
Il s’agit ici plutôt du réemploi occasionnel d’un modèle existant et non d’une entreprise
à large échelle. Même de simples stèles non figuratives, comme dans les cimetières de
Mouland et de Warsage, peuvent être copiées l’une sur l’autre.
Une autre œuvre exécutée en multiples exemplaires est la plaque figurant un jeune
homme nu et deux panoplies antiques, que le sculpteur et médailleur Armand Bonnetain
a réalisée pour le compte des troupes du Génie. Deux de ces plaques sont apposées au
monument de Liège (). On la retrouve (ou la retrouvait) sur d’autres monuments du
Génie, à Jambes, à Burcht, à Hoogboom, à Tervueren…
8.7. Ajouts divers
Les monuments sont souvent complétés de divers éléments.
266
Il est vrai que le marché commémoratif français était énorme. On évalue à plus de 37 000 le nombre de
monuments aux morts commandés par les communes dans le pays. Mentionnons ici un site internet
particulièrement intéressant à ce sujet, www.fontesdart.org, site du Réseau international de la fonte d’art,
qui donne, entre autres, des reproductions de planches de catalogues (dernière consultation le 14 juillet
2011).
95
Le premier d’entre eux est la délimitation d’un espace réservé autour du monument,
espace plus ou moins vaste destiné à tenir la foule à distance et à accentuer un certain
caractère sacré au mémorial, qui devient le point focal des cérémonies
commémoratives. C’est là que, comme sur un autel, seront déposées les gerbes et
couronnes de fleurs. S’il est assez vaste, ce sera le lieu privilégié où se tiendront les
anciens combattants arborant leurs drapeaux. Il est le plus souvent délimité par une
clôture en fer forgé, avec ou sans potelets de pierre ou de béton, parfois par un simple
muret de quelques dizaines de centimètres de hauteur, voire par une petite haie.
Fréquemment aussi, il n’y a pas de clôture, mais une surface dallée ou recouverte de
gravier. L’idée que les monuments aux morts sont systématiquement entourés de
chaînes reposant à chaque angle sur un obus placé verticalement est caricaturale. Parmi
les centaines de monuments de la province, quatre seulement se présentent ainsi, et il
faut encore nuancer le propos. Ceux de Beaufays et d’Horion-Hozémont n’ont reçu que
tardivement ce type de clôture, comme en témoignent des cartes postales anciennes. Les
obus entourant le monument de Battice ont disparu, vraisemblablement lors de sa
réfection après la Seconde Guerre et ceux du cimetière d’Ocquier sont taillés dans la
pierre à l’imitation des obus métalliques ().
On a disposé aussi, sur les côtés de nombreux monuments, des « trophées de guerre »,
canons ou obusiers récupérés de l’ennemi. Dans les premières années qui ont suivi
l’Armistice, les communes qui le souhaitaient pouvaient s’adresser à la Commission
centrale de récupération du matériel de guerre et obtenir ces bouches à feu afin d’orner
leur monument commémoratif ou leur place publique. Deux canons allemands ont ainsi
été placés pendant des années place Saint-Lambert à Liège.267 Plusieurs communes ont
voulu compléter leur monument avec ces trophées (Basse-Bodeux, Braives, Comblainla-Tour, Flémalle-Haute, Hamoir…), ainsi que l’attestent des anciennes cartes postales.
[Ces glorieux trophées] furent exposés avec fierté sur des places publiques et à l’entrée de
maints édifices, où leur présence fit longtemps sensation. Mais actuellement – tout passe,
hélas ! – certaines communes voudraient se débarrasser, paraît-il, de ces souvenirs de la
guerre. Il en est même qui ont remisé ceux-ci dans des dépendances des bâtiments
communaux et d’autres qui les ont tout simplement abandonnés le long des voies
publiques.268
Ces communes, à qui l’on rappelle que ces trophées de guerre restent propriété de la
Défense nationale, sont donc invitées à se mettre en rapport avec l’autorité militaire afin
de lui remettre ces pièces devenues indésirables. L’entretien et la préservation de ce
matériel exposé au vandalisme posaient sans doute de réels problèmes.
Aujourd’hui, rares sont les monuments encore dotés de ce genre d’ornement. Celui du
cimetière de Rhées est toujours encadré de deux obusiers. Ceux de Burdinne () et de
Wanne par des canons déjà bien désossés.
Dans les années 30, alors que la vague de construction de monuments publics est déjà
bien passée, la F.N.C. et d’autres associations patriotiques, comme le Cercle les XXI –
267
268
La Meuse, 19 octobre 1927.
La Meuse, 14 novembre 1927.
96
Le Souvenir Liégeois, offrent un peu partout des jardinières et des luminaires dont les
monuments commémoratifs étaient dépourvus. Autant de nouvelles occasions de
cérémonies du souvenir.
8.8. La tutelle provinciale et la Commission royale des Monuments et des Sites
Les archives de la Province de Liège conservent encore une petite dizaine de dossiers
concernant l’intervention de l’autorité provinciale dans les projets de monuments
commémoratifs. Il ne s’agissait pas d’accepter des demandes de subsides. La politique
de la Députation permanente avait été établie en 1919 et la Province n’interviendrait
financièrement que pour le projet de monument de la Défense nationale à Liège et pour
quatre autres commémorant la bataille de Liège. Mais la Province, qui exerce à cette
époque la tutelle sur les communes, peut intervenir à deux titres au moins : le contrôle
sur les dépenses décidées par les communes et l’article 77 de la loi communale, qui
stipule que les projets de construction des édifices communaux sont soumis à
l’approbation de la Députation permanente. Le projet du monument de Couthuin est
transmis à l’administration provinciale par le commissaire d’arrondissement de Huy
« étant donné la participation importante de la commune à la dépense afférente à
l’érection de ce monument ».269 Le projet est approuvé après l’avis positif de
l’Architecte provincial. Autre cas : en mars 1925 la Députation permanente annule la
décision du Conseil communal de Verlaine d’ériger le monument dans le cimetière de
l’église et, deux mois plus tard, approuve celle de placer ce monument sur la place
devant l’église.270
Il semble cependant que l’article 77 de la loi communale ait été sujet à des
interprétations différentes selon les provinces. Le dossier relatif au monument de
Malmedy contient la copie conforme d’une lettre adressée par le Gouverneur de la
Province de Brabant au Collège communal d’Anderlecht. Non seulement la
Commission provinciale des Beaux-Arts du Brabant accueille favorablement la
demande de subside pour un monument commémoratif, mais le Gouverneur Beco
ajoute :
Je crois devoir vous faire remarquer qu’aucune autorisation ou approbation n’est exigée
pour l’érection des monuments commémoratifs. Il n’est pas nécessaire que la Députation
permanente et M. le ministre de l’Intérieur se soient prononcés sur l’allocation éventuelle
des subsides demandés pour donner suite à votre projet, si vous ne subordonnez pas
l’exécution de celui-ci à la participation financière des pouvoirs publics.271
La copie de cette lettre est suivie, dans le dossier, par la minute d’une courte note, datée
du 9 octobre 1926 :
À l’occasion de l’érection du monument commémoratif à Malmedy, Monsieur le
Gouverneur [de Liège] a émis l’avis qu’il appartient à la Députation permanente de
statuer, et ce nonobstant la décision contraire prise par le Gouverneur du Brabant.
269
A.P.L., Fonds des Monuments et Sites, dossier sans numéro (Couthuin), lettre du 18 décembre 1924.
A.P.L., Fonds des Monuments et Sites, dossier 20789 (Verlaine).
271
A.P.L., Fonds des Monuments et Sites, dossier 20786/148 (erronément référencé Burg-Reuland), copie
de la lettre du 14 mars 1922.
270
97
Le même dossier s’accompagne d’une note non datée, analyse juridique sur la question
de savoir si un cimetière est bien un édifice au sens de la loi communale. La conclusion
est qu’il n’y a pas de réponse absolue et qu’il s’agit d’une question d’appréciation. Le
dossier relatif au monument de Retinne, pour lequel la commune voulait emprunter
21 200 francs, contient une autre discussion juridique :
La question se résume à savoir si un monument commémoratif est un édifice dans le sens
que le législateur de 1836 a voulu attribuer à cette expression.
L’auteur de la note conclut qu’aucune conclusion formelle ne peut être tirée à cet égard,
bien que, à son avis, il y ait lieu d’admettre que ces monuments soient considérés
comme des édifices.272 Il apparaît donc que la Province de Liège a démontré, plus que
dans d’autres parties du pays, un net souci d’implication dans les décisions relatives aux
monuments commémoratifs.
La mission de la Commission royale des Monuments et des Sites (qui deviendra en
1989 la Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles) était une mission d’avis
pour le gouvernement et les provinces, de proposition de classement, de surveillance
des travaux portant sur des monuments ou des sites classés. Sous la présidence du
chevalier Charles Lagasse de Locht, qui occupa cette fonction de 1897 à 1937, la
Commission s’est montrée fort active en matière de monuments commémoratifs et a
même cherché à s’imposer dans certains dossiers. Le dossier concernant le monument
de Malmedy, conservé aux Archives de la province de Liège, contient une lettre
adressée le 17 novembre 1926 par le président de la C.R.M.S. au Gouverneur de la
Province de Liège, illustrant bien cette volonté :
Nous avons l’honneur de vous faire connaître que l’on érige en ce moment, à Malmedy,
un monument commémoratif de la guerre sans autorisation officielle et sur un terrain
appartenant à l’État.
M. le Bourgmestre de Malmedy, au courant des travaux qui s’exécutent, va, paraît-il, de
l’avant sans se soucier des diverses charges et obligations contractées par
l’Administration communale vis-à-vis de l’État au sujet de la jouissance du terrain précité
et notamment celle « de ne pas effectuer des modifications à l’état actuel des immeubles
(construction, démolition, modification à l’aspect architectural ou changement
quelconque) sans y avoir préalablement été autorisé par le gouvernement ».
Il s’agit donc, M. le Gouverneur, si nous ne nous trompons pas, d’une grave atteinte aux
droits de l’État.
Nous vous prions de vouloir bien user de toute votre influence auprès de l’Administration
communale pour faire surseoir aux travaux en cours et exiger que les projets nous soient
communiqués au préalable, conformément aux conventions précitées et aux prescriptions
de l’arrêté royal du 29 mai 1912.
La suite de l’affaire n’est pas précisée dans le dossier.273
272
A.P.L., Fonds des Monuments et Sites, dossier 20786/148 (Retinne).
Cette volonté de s’impliquer dans tous les projets de monuments trouve son exemple le plus
emblématique dans la lettre adressée le 13 mai 1921 par Ch. Lagasse de Locht au ministre Jules Destrée :
« Notre Collège n’ayant pas été consulté au sujet de l’emplacement à choisir pour l’érection à Bruxelles
du monument national destiné à célébrer la mémoire du ʺ Soldat inconnu ʺ et de tous les héros de la
guerre, nous vous prions, Monsieur le Ministre, de vouloir bien intervenir auprès de votre honorable
Collègue Monsieur le Premier Ministre, pour qu’il veuille bien faire réparer cet oubli en temps
273
98
La Commission est régulièrement consultée par l’Administration des Beaux-Arts
lorsque celle-ci est saisie d’une demande de subside, elle l’est aussi par les autorités
provinciales lorsque celles-ci sont amenées à prendre position sur des projets de
monuments. Malheureusement, les archives de la C.R.M.S.F. ne conservent plus
aujourd’hui les dossiers de cette époque, sans doute perdus lors de divers
déménagements.
L’activité de classement des monuments commémoratifs de la Grande Guerre est par
contre beaucoup plus réduite. Seuls le monument aux 1er et 21e de Ligne à la Chartreuse
de Liège (), le monument au cavalier Fonck à Thimister et très récemment le
Mémorial interallié à Cointe ont fait l’objet d’une procédure de classement dans la
province de Liège. On en trouve sans doute la raison dans une note adressée le 22 mai
1985 par l’Administrateur général du Patrimoine culturel de la Communauté française à
son ministre-président au sujet du classement du monument Fonck :
La Commission royale propose le classement sous rubrique.
L’Administration s’interroge sur le bien-fondé de la proposition, non pas que le
monument manque d’intérêt, en effet la sculpture est révélatrice de son époque, et en ce
temps de commémoration de la fin de la Seconde Guerre mondiale, il est bon d’y associer
ceux qui sont morts en 1914-1918.
Cependant, ce monument est propriété du Ministère de la Défense nationale et n’est pas à
charge d’une commune.
De plus, il est certain que le classement d’un monument aux morts suscitera de la part de
toutes les communes de Wallonie une demande similaire.
L’Administration est d’avis qu’à part quelques hauts lieux de la Résistance, comme celui
de Trooz ou la clairière de Bagatelle à Villetaroul [sic], le classement ne doit pas être
proposé pour ces monuments aux morts.
En effet, l’entretien en incombe tout naturellement à la commune qui devrait y mettre un
point d’honneur, quitte à rechercher les fonds par le biais d’un concert de la fanfare locale
ou d’une fancy-fair. Dans le cas présent, le site pourrait être classé.274
Le ministre-président de l’époque, Philippe Moureaux, répond qu’il partage l’avis de
son administration et le monument Fonck est classé comme site. Les considérations
budgétaires sont manifestement un déterminant de la politique de classement. Et de fait,
un autre dossier conservé à la C.R.M.S.F., datant de 1976, donne un exemple de
demande d’intervention financière pour la réparation du monument de Lens-Saint-Remy
(), demande que la Commission rejette aisément, puisque ce monument n’est pas
classé.
Remarquons que la politique de classement de monuments commémoratifs est
beaucoup moins frileuse en Flandre. En Flandre occidentale, par exemple, ce ne sont
pas moins de 45 monuments commémoratifs qui ont été classés par le ministre Geert
Bourgeois en 2010 !275
opportun. » Le ministre transmet cette requête au Premier ministre, non sans faire remarquer que l’arrêté
royal du 29 mai 1912 donne au gouvernement la faculté, mais non l’obligation, de consulter la C.R.M.S.
A.G.R., A.B.A., Ancien Fonds, n° 99A, dossier 1666.
274
Archives de la C.R.M.S.F., dossier Thimister 2.6.
275
Voir http://www.archeonet.be/?p=11020 et http://www.archeonet.be/?p=11402 [dernière consultation
le 30 juin 2011].
99
8.9. L’inauguration
Vient enfin le jour de l’inauguration, point d’aboutissement des efforts du comité,
moment important dans la vie de la commune ou du quartier. Même dans les plus petits
villages, des centaines de personnes se rassemblent à cette occasion. Autour des
autorités civiles et des représentants de l’armée se groupent des délégations d’anciens
combattants, des associations culturelles et sportives, une ou plusieurs fanfares, souvent
une musique militaire, des chorales, etc. Les inaugurations les plus importantes sont
honorées par la présence du roi, de la reine ou du prince royal. La presse rend parfois
compte en détail de ces cérémonies, énonçant alors une litanie de noms de personnalités
et d’associations diverses. Par exemple, pour le monument du quartier SainteMarguerite à Liège () :
Il y a là, suivant une délégation de la police liégeoise, la musique du 12e de Ligne, la
F.N.I. et la F.N.C. de Liège, les Défenseurs du fort de Loncin, les F.N.C. d’Ans, de
Bressoux, de Grivegnée et d’Awans-Bierset, l’Amicale des sous-officiers de la garnison
de Liège, la Société royale des ex-sous-officiers, les ex-militaires de tous grades,
l’Association des condamnés politiques, l’Union des infirmières de la province de Liège,
la Fraternelle des vieux volontaires de 50 ans, la Musique des policiers, les R’djetons des
combattants di 1830, la Légion nationale, le Comité de ressources Naessens, les Ansois
reconnaissants, les Comités des monuments d’Awans-Bierset, de Pierreuse et de SainteWalburge, l’Harmonie des orphelins, les Associations des commerçants de l’Ouest et de
l’Est, li Djônesse di l’Ouest, la Royale Union liégeoise, les Djoyeux d’Roteûre, li Bonne
Belle-Mére, les Djoyeux d’Cornillon, Noss’ Pierreuse, Nord-Attractions, SaintBarthélemy-Attractions, Grande-Bêche-Attractions, Xhovémont-Attractions, la Fougère,
la Petite Honteuse, Robermont en Avant, les trois Sociétés des libéraux unis de l’Ouest, le
Mâva Club, les Anciens élèves de l’Athénée, l’Amicale du Collège Saint-Servais, la
Mutuelle des ouvriers de la Ville, l’Indépendante Coopérative, la Société du personnel de
l’Espérance-Longdoz, la Mutuelle Sainte-Marguerite, les Cercle et Jeunesse SainteMarguerite, les Amitiés verviétoises, la Fanfare royale de la Vaillante d’Ans,
Coronmeuse-Attractions, la fanfare de la Gymnastique les Mousses de Saint-Gilles, la
Royale libre de Gymnastique, la Mutuelle congolaise, la Garde liégeoise, etc.276
Le monument porte 162 noms de victimes civiles et militaires, un nombre élevé qui
explique peut-être en partie cette foule. Mais pour l’inauguration du monument de
Marneffe (), commune qui comptait alors quelque huit cents habitants et a eu trois
tués pendant la guerre, La Meuse fait état, avec quelque exagération sans doute, d’une
foule de plus de 10 000 personnes !277 C’est l’ensemble du corps social qui se réunit
ainsi pour la célébration. Intensité de la fièvre commémorative, densité aussi du tissu
social que la télévision et internet n’avaient pas encore dissous dans notre
individualisme du XXIe siècle.
Dans les communes catholiques, une messe solennelle est dite dans la matinée et
l’inauguration a lieu l’après-midi. Typiquement, un cortège se forme et traverse la
commune, du point de rassemblement jusqu’au monument. Des discours sont prononcés
par le président du comité du monument, par l’officier représentant le roi, par le
bourgmestre, par François Piette, président de la F.N.C., ou par un autre délégué
276
277
La Meuse, 17 novembre 1925.
La Meuse, 29 octobre 1921.
100
d’anciens combattants, par d’autres encore. Tous célèbrent le courage et le sens du
sacrifice des héros de la guerre, morts et survivants, jettent l’opprobre sur l’agresseur et
émettent le vœu que la mémoire du passé serve à promouvoir la paix pour les
générations futures. Certains orateurs plus clairvoyants soulignent cependant le danger
d’une trop grande confiance dans notre voisin de l’est.278 On dévoile alors le monument,
on s’exclame sur sa fière allure, on félicite le comité et son président. Celui-ci remet
solennellement le monument au bourgmestre, qui promet que la commune en assumera
la garde.279 La cérémonie se clôture avec une Brabançonne vibrante et d’autres hymnes
patriotiques joués par les fanfares et chantés par les chorales.
Tout comme une église qui doit être consacrée avant de servir comme lieu du culte, le
monument est ainsi civilement consacré pour être le lieu des futures cérémonies
d’hommage patriotique.
L’expression du deuil n’empêche pas le désir de participer à une grande fête après
plusieurs années de restrictions et de privations. Ici des chars allégoriques participent au
cortège, là c’est une fête foraine ou une fancy-fair qui est offerte au public, ailleurs la
journée se clôture par un grand bal. La journée devait être mémorable.
278
Discours du Gouverneur de la Province de Liège, Gaston Grégoire, lors de l’inauguration du
monument au cimetière d’Amay. La Meuse, 22 septembre 1925.
279
Autrement dit, qu’elle en assurera l’entretien.
101
9. Architectes, sculpteurs et maîtres verriers
9.1. Généralités
La réalisation matérielle des monuments peut requérir plusieurs fonctions, qui se
confondent parfois et qu’il convient de préciser ici : architecte, statuaire, sculpteur,
entrepreneur, tailleur de pierre et, pour les vitraux, maîtres verriers. Le corpus sur CDRom comprend un index pour chaque catégorie, avec des liens vers leurs œuvres. Une
courte notice biographique est incluse pour les sculpteurs, médailleurs et maîtres
verriers, avec un accent particulier sur leurs réalisations en matière de monuments
commémoratifs.
L’architecte conçoit l’allure générale du monument, établit le devis, calcule le volume
de matériau nécessaire, prend en charge les questions de stabilité et de résistance, et
surveille l’exécution du projet. Bien que l’on ait aujourd’hui tendance à identifier les
monuments par leur statuaire et non par leur architecte, il n’en était pas toujours ainsi et
c’était, en général, ce dernier qui portait le projet. Dans le dossier du monument de
Bressoux, c’est à l’architecte Georges Dedoyard, considéré comme l’auteur du projet, et
non au sculpteur Oscar Berchmans, que s’adresse l’Administration communale.280 Autre
exemple, La Meuse publie le 31 octobre un article élogieux sur le projet de monument
au cimetière de Robermont. Le projet y est présenté comme « dû à la collaboration du
sculpteur O. Berchmans et de l’architecte Rogister », dont les mérites sont évalués à
égalité.281 Leurs deux portraits photographiques sont d’ailleurs reproduits en médaillon
au milieu de l’article. Sentant son ego ainsi titillé, V. Rogister réagit par une lettre au
journal, qui la publie non sans manifester quelque étonnement :
Monsieur le Directeur,
J’ai pris connaissance, avec plaisir, de l’article paru le 31 octobre écoulé dans votre
estimable journal, et relatif au monument qu’on élève, au cimetière de Robermont, à la
mémoire des martyrs de la Grande Guerre.
Il s’est glissé malheureusement, dans l’ensemble de cet article, une erreur qu’il me serait
agréable de voir rectifier.
La conception de ce monument y est présentée comme étant le résultat de la collaboration
de deux artistes. Or ceci n’est pas exact, car elle est, tant pour la partie architecturale que
pour la partie sculpturale, comprenant la composition des groupes, des figures et du
décor, l’œuvre de l’architecte seul, le sculpteur intervenant pour l’interprétation
matérielle de l’œuvre.
Croyez bien qu’il n’entre pas dans mon idée d’amoindrir la valeur du statuaire, M. Oscar
Berchmans, qui est incontestablement un artiste talentueux et que j’ai choisi, du reste,
pour cette raison.
Avec mes remerciements, veuillez agréer […]
V. Rogister, architecte.282
Dont acte. Oscar Berchmans semble n’avoir pas réagi, du moins pas au travers de La
Meuse.
280
A.P.L., Fonds des Monuments et Sites, dossier 20786/168 (Bressoux).
Le sculpteur et l’architecte avaient déjà collaboré pour le monument d’Esneux.
282
La Meuse, 8 novembre 1922.
281
102
La distribution des rôles n’est pas toujours claire. Beaucoup de monuments ne portent
pas de signature ou seulement un nom sans précision. Ceux de Bassenge et de Mortier
sont jumeaux. La Meuse présente le premier comme le projet « de M. E. Deshayes de
Liège, lequel est chargé de son exécution », et le second comme « une œuvre de toute
beauté due à M. Libois, de Wandre ».283 Émile Deshayes était architecte et Avit Libois
entrepreneur et tailleur de pierre. Le premier avait dessiné les monuments, le second les
avait concrétisés dans la pierre.
Les termes de « statuaire »284 et de « sculpteur » se confondent dans le langage courant.
Les signatures de monuments distinguent parfois les deux. Le statuaire est alors l’artiste
qui réalise le modèle, à échelle réduite le plus souvent, et le sculpteur, qualifié de
« praticien », celui qui le reproduit dans la pierre.285 Il semble qu’Adrien Salle ait été le
seul sculpteur de grands monuments qui ait eu pour pratique habituelle de tailler la
pierre lui-même directement, sans l’assistance de praticiens.
Le tailleur de pierre286 qui signe un monument est en fait le chef d’une petite entreprise.
Il est souvent qualifié d’entrepreneur et est parfois aussi le propriétaire d’une carrière.
La différence entre tailleur de pierre, que l’on voit souvent confiné à la réalisation de
monuments funéraires, et sculpteur est parfois difficile à établir. Des tailleurs de pierre
réalisent des sculptures et certains ont même suivi des cours à l’Académie des BeauxArts. C’est notamment le cas de Constant Thys, entrepreneur à Robermont, et de
Maurice Bar, entrepreneur à Sprimont, qui signent leurs monuments en tant que
sculpteur.
Une confusion peut aussi s’établir entre architectes et entrepreneurs. Longtemps, le titre
d’architecte n’était pas protégé par l’octroi d’un diplôme sanctionnant des études
reconnues officiellement. L’Académie des Beaux-Arts dispensait des cours
d’architecture ouverts aux élèves peintres et sculpteurs. Ce n’est qu’en 1936 qu’un
arrêté royal fixe les conditions d’organisation de l’enseignement de l’architecture pour
la délivrance du diplôme d’architecte.287 La loi du 2 février 1939, qui protège le titre
d’architecte, stipule que « l’exercice de la profession d’architecte est incompatible avec
celle d’entrepreneur de travaux publics ou privés ».288 Il n’est dorénavant plus possible
à un sculpteur d’être l’architecte de ses propres monuments, comme c’était le cas de
Georges Petit pour celui du fort de Loncin. Mais cette règlementation, qui satisfait les
architectes, inquiète surtout les entrepreneurs « tombiers », qui pouvaient jusqu’alors
établir eux-mêmes les plans des monuments funéraires. Deux monuments
commémoratifs, celui de Berneau et le mémorial du Collège Saint-Louis à Liège (),
sont encore signés par l’entrepreneur Constant Thys comme « sculpteur architecte ».
283
La Meuse, 27 juillet 1920 et 9 août 1921.
Le Petit Larousse définit le statuaire comme un « sculpteur qui réalise des statues ».
285
Par exemple, une plaque placée à côté du monument de Robermont donne les noms de Victor Rogister
comme architecte, d’Oscar Berchmans comme statuaire et de Léopold Pironnet comme sculpteur
praticien.
286
Il convient de distinguer le tailleur de pierre du marbrier, lequel travaille la pierre polie.
287
La Meuse, 7 octobre 1936.
288
Marbres et Pierres, n° 87, avril 1939, p. 1916-1919.
284
103
Cette inquiétude est exprimée dans la revue Marbres et Pierres, revue professionnelle
éditée jusqu’au début 1940 par le même Constant Thys.289
Architectes et sculpteurs forment parfois des associations stables, que l’on retrouve dans
l’exécution de plusieurs monuments :
- L’architecte Joseph Moutschen, le statuaire Alexis Fivet, tous deux de Jupille, et
le sculpteur praticien Firmin Close signent ensemble les monuments de Bellaire,
de Grâce-Berleur, de Rabosée, de Marche-en-Famenne.
- Le statuaire Edmond Falise travaille avec Constant Thys à Hollogne-aux-Pierres,
à Huy, à Sainte-Walburge (Liège), à Visé, au fort de Marchovelette (province de
Namur)…
- Le sculpteur anversois Frans Jochems réalise quelques monuments en province
de Liège, en association avec l’architecte Constant Wilbers. Ses statues de
bronze sont coulées par la Fonderie Albers, dont la fille du patron avait épousé
Jochems.
- Le monument de Glons est l’œuvre du sculpteur Floris De Cuyper et de son
beau-père l’architecte Émile Van Averbeke. Ils réalisent ensemble plusieurs
monuments commémoratifs dans le pays.
- Les bronzes du statuaire Oscar Berchmans sont systématiquement coulés par la
fonderie Lempereur et Bernard, devenue plus tard Lempereur Frères.
- Etc.
9.2. Architectes
On trouvera dans l’index général du corpus sur CD-Rom un lien vers l’index des
architectes impliqués dans la réalisation de monuments commémoratifs dans la province
de Liège. On peut y constater que la plupart n’ont qu’un nombre très restreint de ces
monuments à leur actif. Même si la plupart des architectes ont réalisé des monuments
funéraires, il s’agit pour eux d’une activité considérée comme mineure, sans doute
financièrement intéressante, mais qui ne fera pas leur réputation.
Quelques noms se détachent pourtant, dont au premier chef celui de Joseph Moutschen
(1895-1977)290, auteur d’une petite dizaine de monuments commémoratifs de la guerre.
Le plus imposant est le mémorial à Albert Ier, construit sur l’île Monsin à l’entrée du
canal Albert en 1939 (), mais d’autres, plus modestes, témoignent aussi de
l’inventivité de cet architecte. On pense ici aux monuments de Rabosée, de GrâceBerleur ()291, du cimetière d’Amay…
Un autre architecte liégeois, Émile Deshayes (1875-1946), est, selon un document
provenant de la famille et conservé aux C.A.U.L., l’auteur d’une quinzaine de
289
Id., n° 91, août 1939, et n° 94, novembre 1939.
Sa signature J. Moutschen pourrait se confondre avec celle de son frère Jean, architecte de la Ville de
Liège et membre du groupe l’Équerre.
291
J. Moutschen y a aussi construit un monument en souvenir des quatre victimes d’une fusillade qui eut
lieu en 1950 lors d’une manifestation contre le retour du roi Léopold III en Belgique.
290
104
monuments commémoratifs.292 La liste de monuments attribués à Deshayes dans le
corpus sur CD-Rom est basée sur ce document. À la différence de J. Moutschen, la
signature d’E. Deshayes est absente des monuments, et la recherche bibliographique n’a
permis de confirmation que pour le mémorial de Bassenge. Les monuments de
Deshayes se limitent à un socle portant une statue de bronze ou de pierre (), à une
stèle, à un obélisque, voire à une simple plaque. Non seulement ils restent confinés dans
une certaine banalité architecturale, mais ils n’ont pas non plus l’ambition d’associer un
sculpteur de renom à leur conception.293 Il serait intéressant de savoir si E. Deshayes a
participé à des concours pour des monuments plus importants, dotés de budgets plus
conséquents.
Mentionnons encore, parmi les Liégeois, Victor Rogister (1874-1955), déjà cité, qui
travaille avec Oscar Berchmans à Robermont et Esneux, avec Georges Petit à Tavier
() et avec Jules Brouns à Herstal. Citons aussi Georges Dedoyard (1897-1988), dont
la contribution majeure au paysage commémoratif liégeois est l’aménagement de
l’ensemble monumental situé entre les Terrasses et le pont Albert Ier. Paul Jaspar (18591925) n’a réalisé que deux monuments commémoratifs de la guerre, au cimetière de
Rhées (Herstal) avec Jules Brouns et à Lincé (Sprimont) avec Georges Petit, mais il a
aussi consacré un temps et une énergie considérables pendant plusieurs années, en vain
finalement, à défendre son projet de « grosse tour » pour Liège ().
Dans la région verviétoise, retenons Charles Vivroux (1890-1985), qui réalise à Dolhain
(Limbourg) et à Welkenraedt () deux monuments marqués par leur élan vertical.
Pour le reste, les architectes liégeois, même réputés, ne semblent pas très intéressés par
l’édification de monuments commémoratifs. Godefroid Hallen réalise quelques
monuments, qui ne se distinguent guère du tout venant. Certains ne prêtent leur
concours à de modestes mémoriaux que pour des raisons d’ordre affectif : Edmond
Jamar dessine les mémoriaux de l’église Saint-Jean et du Collège Saint-Servais à Liège,
Fernand Lohest celui de la cathédrale Saint-Paul, Charles Soubre et Georges Petit celui
du temple protestant ()…
9.3. Statuaires et sculpteurs
S’il est un cliché répandu à propos des monuments commémoratifs, c’est bien celui qui
voit dans l’explosion de la demande de monuments la fortune des sculpteurs au début
des années 20. Quelques-uns, au talent reconnu, ont pu vivre et même bien vivre de leur
art, surtout s’ils étaient titulaires de charges d’enseignement, et ont reçu un grand
nombre de commandes. Loin d’avoir fait fortune avec les monuments commémoratifs,
nombre d’artistes sont en fait restés dans une situation économique précaire. Le Centre
de documentation des arts plastiques, à Bruxelles, garde en dépôt les archives du
Service des Arts plastiques de la Communauté française de Belgique, qui contiennent
entre autres de nombreux dossiers de demandes d’assistance, parfois émouvantes,
292
293
Ce document est une liste de dossiers. Les dossiers eux-mêmes ont malheureusement disparu.
Ce qui ne veut en rien préjuger de la qualité du reste de l’œuvre d’Émile Deshayes.
105
adressées à l’Administration des Beaux-Arts. Celle-ci disposait durant l’entre-deuxguerres d’un budget lui permettant d’apporter une aide sociale aux artistes en difficulté.
Le dossier du Bruxellois Fernand Gysen, prix de Rome en 1903, auteur de cinq
monuments commémoratifs en province de Liège, en est un bon exemple.294 En février
1919, il envoie une première lettre, demandant au ministre des Sciences et des Arts
d’acquérir une statue figurant un homme nu assommant un aigle, présentée comme un
hommage à la résistance de l’armée belge devant l’invasion ennemie. Il évoque dans sa
lettre « un ménage de six personnes et aussi d’assez grandes dettes contractées pour
pouvoir traverser les temps impossibles de la guerre ». La démarche n’est pas jugée
opportune. Le dossier connaît une première suite en 1921. L’Administration des BeauxArts envisage alors de lui commander le buste d’une personnalité, « façon d’aider
efficacement des artistes de mérite ». Ce sera un buste d’Henri Pirenne, payé 10 000
francs en 1924. Une nouvelle demande d’aide en 1933 lui vaut un subside de 2 000
francs, subside qui lui sera renouvelé en 1936 et en 1941. Et pourtant Fernand Gysen
avait réalisé plus d’une quinzaine de monuments commémoratifs dans tout le pays.
Non, tout le monde ne s’est pas enrichi pas avec cette activité.
Et combien de noms d’artistes n’apparaissent que sur un ou deux monuments ! Combien
de ces noms sont même totalement inconnus des habituels répertoires d’artistes belges !
Qui connaît encore Jean Bloom (Ensival), Léa Biquet (Battice), E. Boutet (Goé), Victor
Maréchal (Burdinne, Crisnée) (), Jean Waltregny (La Reid), H. Wéris (Liège, plaque
aux régiments de forteresse) ? La liste des artistes retombés dans l’anonymat est longue
et de certains il ne reste même que l’initiale du prénom. Certes, ils n’ont pas réalisé que
des chefs-d’œuvre et des maladresses sont parfois évidentes. Mais quelques belles
réussites détachent parfois de la banalité et de la répétition, telles les sculptures de
H. Hoffer pour Olne () et de l’Anversois Raoul Lambeau pour le monument au
cimetière d’Eupen (). Leurs noms sont totalement oubliés. Il faudra sans doute aller
consulter des sources allemandes pour avoir des détails sur L. Mennicken, sculpteur
originaire de Raeren, qui a réalisé plusieurs monuments commémoratifs dans les
cantons de l’Est.
Quelques artistes se détachent par la qualité, sinon la quantité, de leur production. En
tête vient incontestablement le triumvirat de professeurs de sculpture à l’Académie des
Beaux-Arts de Liège durant l’entre-deux-guerres : par ordre alphabétique Oscar
Berchmans, Edmond Falise et Georges Petit. Avec plus de vingt monuments
commémoratifs de la guerre pour le premier, une quinzaine pour chacun des deux
autres, auxquels il faut ajouter pour Georges Petit une vingtaine de médailles et de
statuettes.
Oscar Berchmans est sans doute le plus éclectique, celui qui le mieux fait évoluer son
style avec le temps. On lui devait déjà, avec le monument Goffin en 1912, une œuvre
d’inspiration réaliste, dans la ligne de Constantin Meunier. Ses premières œuvres
d’après-guerre ressortissent à l’inspiration et à la facture académiques traditionnelles,
avec plusieurs Victoires, Patries et lions perchés sur leur socle. Le monument d’Esneux
294
C.D.A.P., A.S.A.P.C.F., Service des Acquisitions, dossier n° 296.
106
en est la réalisation la plus marquante (). Les années passant, Oscar Berchmans
s’oriente vers l’esthétique Art déco que préfigure sans doute, déjà en 1921, son
monument pour la commune de Tilleur (), marqué par la frontalité et l’orthogonalité
de la composition. Cette évolution trouve son aboutissement avec le second monument
de Bressoux, réalisé d’après les plans de Georges Dedoyard et dont les lignes sont
fortement géométrisées (). Les deux sculptures qu’il réalise dans les années 30 pour le
bastion des fusillés () et le mémorial de la prison Saint-Léonard témoignent, au
travers d’un modelé à l’expressivité retenue, d’une recherche de sobriété dans la
représentation d’événements douloureux.
Edmond Falise décline d’abord des thèmes usuels : poilu (Ampsin), écriture et
enseignement de la gloire et du souvenir (Antheit (), plaque du lieutenant Graff à
Liège), glorification du héros (Huy)… Les monuments du milieu des années 20
témoignent d’une émotion plus intériorisée, comme au cimetière d’Amay () ou à
Sainte-Walburge. Ses œuvres gagnent aussi en monumentalité, en particulier avec le
mémorial du fort de Marchovelette, inauguré en 1923 (). L’imposant monument du
14e de Ligne à Liège, sur les plans de l’architecte J. Wathelet, tire cependant son
efficacité surtout de l’épurement et de l’allongement des lignes architectoniques, dans la
veine Art déco, et de son intégration efficace dans un site qui domine la ville ().
La production de Georges Petit dans le domaine commémoratif est encore plus
abondante. Son inventivité plastique s’exprime dans un modelé puissant qui n’exclut
pas un art du drapé, tant dans la ronde-bosse que dans les reliefs et les médailles. Citons,
à titre d’exemples, la Victoire du monument d’Oleye (), le monument de l’Athénée
Liège I () et la médaille à Charles Magnette (). Georges Petit cherche souvent son
inspiration dans l’histoire et la mythologie antiques. On l’a vu avec le monument du fort
de Loncin, on l’a vu avec ses Victoires, on le voit aussi sur le monument du 12e de
Ligne à Liège (), avec la médaille réalisée pour l’Œuvre du Secours discret de Liège,
où il représente une figure de la déesse guerrière Bellone (), etc. Ce n’est pas
l’habituel coq qu’il choisit pour symboliser la latinité sur le monument Pietkin à
Sourbrodt, mais la louve romaine allaitant Romulus et Remus ().295
Les monuments de Jules Brouns, disciple et héritier de Joseph Rulot, ne sont pas moins
nombreux, mais témoignent le plus souvent d’une conception différente. Sa première
participation à un monument commémoratif se situe au cimetière de Rhées, pour lequel
il réalise la statue dont Joseph Rulot avait conçu la maquette avant de s’éteindre en
février 1919.296 S’il a bien sculpté lui aussi l’une ou l’autre Victoire ou Patrie
victorieuse pour les monuments de Herstal ou du château Cockerill à Seraing, et même
un poilu victorieux pour le monument d’Alleur, c’est plutôt dans le registre du deuil et
du recueillement que Jules Brouns trouve sa meilleure inspiration, une inspiration plus
intimiste, voire symboliste, comme au cimetière d’Ivoz-Ramet (), héritée de Rulot.
295
Jules Bosmant écrit à propos de ce monument : « La louve est belle ; traitée avec un réalisme de bon
aloi – on sent le poil de la bête – le cou tendu vers l’est, attentive et farouche, elle flaire les menaces
obscures, guette l’ennemi proche, cependant que, suspendus à ses dures mamelles, les jumeaux innocents
sucent le lait latin. Cette œuvre au clair langage, d’une belle unité de conception et de franche exécution
fait honneur à l’artiste ». BOSMANT, J., op. cit., 1930, p. 231.
296
Voir ALEXANDRE, Serge, Joseph Rulot et Jules Brouns. Deux sculpteurs à Herstal, dans Art&fact,
1993, p. 124-148.
107
Ses meilleures réussites sont sans doute le monument placé sur le caveau des
combattants au cimetière des Biens-Communaux à Seraing (), réalisé en 1924, et le
mémorial à Walthère Dewé, chef du réseau de renseignements « La Dame blanche »
durant la Première Guerre et abattu par les Allemands durant la Seconde. Haute de cinq
mètres, dominant le Fond des Tawes à Liège, la statue d’une femme voilée, posant
l’index devant la bouche, invite au silence, à la discrétion, au recueillement ().
D’Adelin Salle, on retiendra surtout le monument de la bataille du Sart-Tilman (),
l’un des seuls du pays qui aient trouvé grâce aux yeux de Sander Pierron :
Parmi tant de monuments de sculpture, les seuls qui nous aient plu par l’association du
style et de l’émotion, les seuls qui s’expriment en plein air par la simplicité éloquente de
leur silhouette, par l’harmonieux groupement, – dans la ronde-bosse ou le bas-relief – de
leurs figures d’une expression simplement et pathétiquement humaine, étroitement liées
aux masses architecturales qu’elles habillent, sont notamment ceux de […], d’Adelin
Salle à Sart-Tilmant [sic], dont l’énorme figure en granit, de pleureur écroulé est d’une si
impressionnante attitude…297
De Salle aussi ce Christ au tombeau (), auquel plusieurs pages de ce travail sont
consacrées en seconde partie298 et un chemin de croix votif en terre cuite (), à l’église
Sainte-Marie-des-Anges à Liège, dont l’expressivité des figures est renforcée par leur
isolement sur un fond nu.
Terminons cette petite liste de sculpteurs liégeois avec un artiste beaucoup moins
connu, le Jupillois Alexis Fivet, auquel l’A.K.L. et le Piron ne consacrent qu’une très
courte notice. Sculpteur et peintre, lauréat de la Fondation Darchis, il est mobilisé
durant son séjour à Rome en 1917 et est affecté au service du camouflage du Génie. Il
rentre à Jupille après la guerre. Il travaille à plusieurs monuments en collaboration avec
l’architecte Joseph Moutschen et avec le sculpteur praticien Firmin Close. Dans la
seconde moitié des années 20, il s’établit et se marie près de Rouen, où il réalise un
médaillon pour un monument au roi Albert. Il rentre en Belgique en 1937, se consacre
surtout à la peinture, mais sans connaître de succès véritable. Pourtant, quelques-unes de
ses sculptures pour les monuments commémoratifs révèlent un talent certain : le
monument du cimetière de Rabosée, animé par un groupe de soldats marchant vers
l’ennemi (), celui de la commune de Bellaire (), pour lequel Fivet livre une
composition qui suscite l’émotion par l’évocation de la mort et du désespoir, celui du
cimetière de Jupille enfin, avec son soldat mort, gisant les jambes écartées (). Pas de
lyrisme, pas d’effets grandiloquents, pas de surcharge dans le misérabilisme non plus
(les soldats sont toujours bien sanglés dans leur uniforme), mais une vision de la mort
dans sa terrible réalité, qui tranche avec la plupart des monuments réalisés à la même
époque. Le nom de Fivet mérite cette mention particulière par ces trois réalisations,
même s’il semble que son départ pour la France ait ensuite éteint son talent.
297
Sander Pierron énumère ici dix monuments, dont deux en province de Liège. Le second monument est
celui de Dolf Ledel, à Seilles (« deux bas-reliefs d’une écriture si volontaire »). Les bas-reliefs ont depuis
été enlevés, sans doute durant la Seconde Guerre. En 1977, Seilles est devenue une section de la ville
d’Andenne, en province de Namur.
PIERRON, S., op. cit., 1932, p. 140-143.
298
Voir vol. 2, p. 195.
108
Du côté de Verviers, deux noms retiennent l’attention. Il s’agit d’abord de Joseph
Gérard, tailleur de pierre, sculpteur et peintre dans la lignée de l’École verviétoise.299 Il
réalise plusieurs monuments à Verviers et dans les environs, mêlant souvent allégories,
soldats et civils représentés dans des attitudes pleines de retenue, comme à Dison ().
Son œuvre la plus originale est La Vierge de Charneux (), où il présente des
villageois à la taille de lilliputiens se réfugiant sous le manteau de la Vierge. Il semble
que ses compositions n’aient cependant pas toujours plu, comme en témoigne le sort
réservé à sa sculpture pour le monument d’Andrimont ().
Un autre sculpteur verviétois, Fernand Heuze, est resté presque totalement inconnu.300 Il
est le père du sculpteur et critique d’art Fernand Heuze, né en 1914, auquel font
référence les répertoires d’artistes belges. Il y est seulement précisé que Fernand Heuze
fils a appris la sculpture dans l’atelier de son père. De celui-ci nous savons qu’il était
membre de l’Association des maîtres tailleurs de pierre de la province de Liège et qu’il
était établi à Verviers. Il réalise une dizaine de monuments commémoratifs dans la
région. Certains sont des plaques de marbres ornées de reliefs, d’autres, comme à
Baelen (), sont des monuments de type purement funéraire. Dans ses réalisations les
plus originales, Fernand Heuze invente, peut-être un peu naïvement, une petite mise en
scène de la guerre. Pour la fontaine d’Andrimont (), un champ de bataille avec obus,
roues d’affût de canon, drapeaux… À Charneux, un soldat s’apprête à lancer une
grenade. À Sart, un poilu blessé s’appuie sur un camarade valide. Á Aubel, le soldat
joue du clairon, un obus entre les pieds (). Pour ce dernier monument, en bronze,
Fernand Heuze a bien fait œuvre de statuaire et non de tailleur de pierre.
Ce ne sont bien sûr pas les seuls artistes à avoir produit des monuments intéressants.
D’autres artistes liégeois ont livré des œuvres dignes d’attention. On pense ici à Jules
Berchmans avec le remarquable mémorial de l’Université de Liège, ainsi qu’un relief
pour le monument au général Dossin à Ixelles (). On pense à Robert Massart et son
monument de Sougné-Remouchamps. On pense pareillement à Odon Lallemand et sa
sculpture méconnue au cimetière de Tilleur (). Maurice Ladril, Jean Van Neste, Louis
Jacquemotte avec son monument à Oscar Lelarge () retiennent également l’attention.
Après la Seconde Guerre, on voit aussi des artistes comme Serge Gangolf (à Visé) et
Marceau Gillard (à Lincé) travailler à la restauration de monuments partiellement ou
totalement détruits par les troupes nazies.
Des non Liégeois sont invités dans les concours ouverts à tous les artistes belges, et
certaines de leurs œuvres méritent une mention particulière. Marcel Rau, avec le
monument Fonck à Thimister et la statue du roi Albert à l’île Monsin, Jean Canneel
avec le monument du 4e Lanciers à Spa (), Charles Leplae avec la statue équestre du
roi Albert à Liège, mais aussi des auteurs d’œuvres plus discrètes, comme la madone
d’Ernest Desoil dans l’église d’Ovifat. L’index des sculpteurs sur le CD-Rom permettra
de compléter la liste.
299
300
Voir SCHMITS, G., J.J.A. Gérard, intimiste verviétois, Verviers, 1997.
On trouve parfois son nom orthographié Fernand Heuse.
109
9.4. Maîtres verriers
La production de vitraux dans notre région au XXe siècle est largement dominée par les
Ateliers Osterrath de Liège. Ils ont réalisé un grand nombre de verrières, non seulement
dans la province de Liège, mais aussi dans tout le pays et même à l’étranger.301 Le fonds
Osterrath, conservé au Grand Curtius, contient des dessins et esquisses de près d’un
millier de projets de verrières pour des édifices religieux et civils.
Les Ateliers Osterrath sont fondés en 1872 à Tilff par Joseph Osterrath (1845-1898).
D’origine allemande, il avait appris l’art du vitrail auprès de Jean-Baptiste Béthune à
Gand. Toute sa vie durant, Joseph Osterrath applique les principes prônés par son maître
et se fait le promoteur du style néogothique. C’est son fils, également prénommé Joseph
(1878-1958), qui lui succède en 1898. En 1922, il s’associe avec André Biolley, maître
verrier venant de Verviers. La firme prend le nom « Osterrath & Biolley » et déménage
vers Liège. André Biolley décède en 1957, Joseph Osterrath un an plus tard. L’atelier
poursuit ses activités jusqu’en 1966, date à laquelle elles sont reprises par les Ateliers
d’Art J.-M. Pirotte.
Joseph Osterrath et André Biolley créent eux-mêmes de nombreux vitraux. À partir des
années 30, ils s’assurent la collaboration d’autres artistes qui leur fournissent des
cartons : Joseph de Falloise, Jacques de Géradon, Armand Romainville, Guy Chabrol…
Parmi les vingt-cinq verrières commémoratives de la Grande Guerre (dont trois connues
seulement à l’état de projet) que nous avons pu retrouver en province de Liège, quinze
sont signées Osterrath ou lui sont attribuables sans ambiguïté. Un autre maître verrier
liégeois, Louis Jacquemart réalise, après la Seconde Guerre, le vitrail de l’église NotreDame à Emael et, en association avec Raymond Julin, celui de l’église Saint-Pierre à
Chênée. Armand Romainville poursuit une activité de maître verrier après la disparition
de l’atelier Osterrath & Biolley en 1966 et conçoit notamment le vitrail des deux
guerres de l’église de Borsu ().
Un seul vitrail commémoratif est reconnu comme la production d’un atelier non
liégeois, il s’agit de celui de l’église Saint-Martin à Héron, dû au maître verrier brugeois
Peene-De Lodder.
Les auteurs de quelques vitraux, comme ceux d’Awan, de Barchon, de Sourbrodt ou de
Cras-Avernas () sont inconnus. Le style de ce dernier se rapproche de celui des
ateliers Osterrath, mais aucun document d’archives n’étaie cette hypothèse.
301
Pour l’histoire de la famille et des Ateliers Osterrath, on pourra se reporter à PIROTTE, M., op. cit.,
1999, p. 7-12. – BAKELANTS, I., Le vitrail d’inspiration religieuse 1890-1940, 1986, p. 165 et p. 179.
110
10. Évolution stylistique
10.1. L’entre-deux-guerres
C’est au tout début des années 20 que l’on a construit le plus grand nombre de
monuments et que se sont établies les images archétypiques des « monuments aux
morts » : obélisques plus ou moins décorés tirés de l’art funéraire, image de soldats d’un
photoréalisme idéalisé, allégories d’inspiration académique, pleureuses aux accents
symbolistes du siècle précédent…
Une première évolution se note à partir de la fin de la décennie. Les formes deviennent
plus géométriques, la ligne droite et les angles orthogonaux se substituent à la courbe,
au galbe et aux moulures. L’abondance des détails dans l’ornementation fait
progressivement place à une plus grande sobriété. Le changement avait déjà touché
l’architecture, lorsque l’Art nouveau était devenu démodé et avait fait place au
dépouillement de l’Art déco et du fonctionnalisme. Le grand projet historiciste de Paul
Jaspar, avec son grand beffroi pour Liège, fait place à celui de l’Anversois Smolderen
pour le Mémorial interallié de Cointe. La sculpture est tout autant touchée par cette
évolution. Le parcours d’Oscar Berchmans, comme on l’a vu au chapitre précédent,
entre son monument de Tilleur de 1921, dont les formes restent galbées malgré une
nouvelle frontalité, et celui de Bressoux inauguré en 1930, en constitue une excellente
illustration. Le monument de Villers-le-Temple en 1929 () et celui de Hannut en 1931
() sont des exemples parmi d’autres de la façon dont les lignes orthogonales et les
plans superposés ont remplacé les courbes et les galbes. La même évolution se constate
dans les socles des statues. Ayeneux inaugure son monument en 1938 (). C’est un cas
tardif de poilu posé sur son socle, vraisemblablement l’image qui était voulue par les
membres du comité. Mais le socle lui-même porte la marque de l’évolution, une simple
pyramide aux lignes droites, en fort contraste avec, par exemple, le socle galbé du soldat
de Neuville-en-Condroz érigé seize ans plus tôt (). On peut penser que cette évolution
est, au moins en partie, liée au progrès technique dans la taille de la pierre. C’est dans
les années 30 en effet que les entreprises de taille de la pierre commencent à investir
dans des machines dont les outils diamantés permettent de scier la pierre à moindre
effort. Les courbes données par le ciseau taillant la pierre font place aux surfaces planes
et aux angles droits produits par les machines-outils.
Les mouvements artistiques d’avant-garde n’ont pas d’influence marquante sur les
choix esthétiques pour les monuments commémoratifs. D’une part, les années 20 et 30
sont celles d’un « retour à l’ordre » dans les arts plastiques. Kenneth Silver a montré
combien les « audaces » cubistes, expressionnistes et abstraites d’avant-guerre avaient
pu être assimilées à la culture germanique et étaient donc condamnables aux yeux des
patriotes.302 Mais surtout, la majorité des anciens combattants était relativement
insensible à l’art qui leur était contemporain et était plus susceptible d’avoir une
reproduction de La Joconde de Leonardo ou de L’Angélus de Millet sur le manteau de
leur cheminée qu’une estampe de Picasso ou de Kandinsky. On professait donc plutôt
302
Voir SILVER, K., Vers le retour à l’ordre. L’avant-garde parisienne et la Première Guerre mondiale,
1991.
111
un conservatisme de bon aloi. Et surtout on restait dans la sculpture figurative ou dans
le purement architectural.
On est en peine d’en citer d’autres sculptures expressionnistes en province de Liège que
celle plusieurs fois mentionnée de Butgenbach et peut-être l’ancien monument de SaintVith, pour autant qu’on puisse en juger d’après une ancienne carte postale (). Pas
d’Ernst Barlach, pas de Käthe Kollwitz dans nos régions.
Il faut parcourir quelques kilomètres au-delà des frontières de la province et aller à
Andenne pour trouver un monument, fort réussi d’ailleurs, qui porte la trace évidente
d’une influence cubiste (). Par la fragmentation des surfaces continues en facettes
planes, Angelo Hecq est arrivé à une grande expressivité dans la représentation du
calvaire des 260 fusillés d’août 1914. L’œuvre date de 1930.
La puissante stylisation du cavalier du monument au 4e Lanciers à Spa (), par Jean
Canneel en 1932, marque aussi cette recherche d’énergie dans l’expression.
10.2. Après la Seconde Guerre mondiale
On continue à ériger des monuments commémoratifs après la Seconde Guerre, mais en
nombre beaucoup moindre qu’après l’Armistice de 1918. Non parce que la volonté de
commémorer s’était affadie, mais essentiellement parce qu’il était plus simple et plus
économique de compléter ou de modifier le monument existant et d’y inscrire les noms
des nouveaux héros.303
Parmi les nouveaux monuments, certains se rapportent exclusivement à la Seconde
Guerre et tombent donc en dehors du champ d’investigation de ce travail. On pense au
Mardasson de Bastogne, au Monument national à la Résistance à Liège, au Monument
national du Stalag 1A à Chaudfontaine, à celui dédié aux résistants victimes des nazis à
Forêt, aux innombrables plaques et stèles consacrées à la bataille des Ardennes, aux
monuments individuels, etc. L’un de ces monuments, à Lamine (), présente la
particularité que le sens de l’intégration des morts de 40-45 à l’hommage de 14-18 est
inversé. Alors que ce sont d’ordinaire les monuments d’après la Première Guerre qui
accueillent les noms des morts de la Seconde, le nouveau mémorial de Lamine intègre
le fronton Berchmans de 1919 et les noms de la Grande Guerre. On érige aussi des
nouveaux monuments associant dans un même hommage ceux de 14 et ceux de 40,
principalement dans les communes qui n’avaient pas encore de mémorial ou qui n’en
avaient pas d’autre qu’une plaque à la maison communale.
On voit encore quelques réalisations remarquables de style figuratif, comme le
mémorial Dewé par Jules Brouns et le Monument national à la Résistance par Louis
Dupont, auxquels on peut joindre quelques œuvres plus modestes, telles que le
monument de Flémalle-Haute par Marie-Louise Romiée (), celui du nouveau
cimetière de Tilleur par Odon Lallemand, ou celui de Jalhay dont l’auteur n’est pas
identifié (). Pour le reste, les reliefs ou rondes-bosses figuratives ne sont plus que le
résultat du travail de quelques tailleurs de pierre : au cimetière de Chanxhe (), à Les
303
Ce point sera détaillé dans le dernier chapitre, p. 123.
112
Avins, à Rotheux-Rimière304 (), à Ciplet, etc. Exceptionnellement, des noms connus
de la sculpture et de l’art de la médaille signent un médaillon inséré dans une nouvelle
stèle : Victor Demanet pour le monument de Crehen (), Louis Dupont pour celui de
Bleret.
C’est pourtant bien la poursuite de la tendance vers une géométrisation plus poussée,
vers une simplification, voire un abandon, de l’ornementation, vers une abstraction à la
signification symbolique, qui caractérise la plupart des nouveaux monuments. Les
obélisques à caractère funéraire font place à de simples parallélépipèdes placés debout,
comme au cimetière de Saint-Gilles à Liège (), à Hallembaye (Haccourt), à Montzen
()… Le Monument aux Liégeois morts pour la liberté, avec ses cinq blocs parés de
marbre noir, relève de cette tendance. Les stèles se font murs de briques ou de béton,
avec une ornementation minimaliste. C’est le cas à Voroux-lez-Liers, aux cimetières
d’Engis (), de Blegny-Trembleur, de Tihange… Les plaques commémoratives
perdent aussi toute ornementation, ne gardant plus que celle conférée par le matériau
lui-même, comme au Collège Saint-Hadelin à Visé (). Du monument de Waimes, qui
portait une Victoire supprimée durant la Seconde Guerre, on ne garde que les quatre
plaques de pierre maintenant posées contre un mur à côté d’une grande croix aux
formes simples et d’une cinquième plaque relative à 40-45 (). Le menhir, gros bloc de
pierre dressé et grossièrement taillé, est une forme qui persiste au travers des décennies
et conserve sa puissance d’évocation symbolique d’enracinement dans la terre et
d’indestructibilité. Déjà adopté en 1919 pour le monument de Tilff, on le retrouve après
1945 à Ovifat, et une version plus travaillée a été réalisée en 1996 par Halinka
Jakubowka pour le monument polonais au Mémorial interallié de Cointe ().
Les quelques réalisations à caractère figuratif de ces dernières années (monument grec
en 1988 et monument russe en 2000, tous deux au Mémorial interallié, quelques
réalisations au fort de Loncin en 2004 et 2007) ne constituent cependant pas le signe
d’un renversement de tendance.
10.3. Évolution dans l’art du vitrail
Le petit nombre de vitraux répertoriés pour ce travail ne permet pas une analyse fine de
l’évolution stylistique de cette forme d’art. La production de vitraux en Belgique au
XIXe et au XXe siècle a, au demeurant, été assez peu étudiée. On pourra cependant se
reporter à l’article écrit par Ivo Bakelants pour le catalogue de l’exposition Magie du
verre qui s’est tenue à Bruxelles en 1986.305
La production des années 20 et 30 est encore marquée par les styles historiques. Même
si l’on ne trouve pas de vitrail commémoratif d’inspiration néogothique, les productions
d’Osterrath gardent généralement le schéma de personnages placés dans un décor
architectonique d’inspiration néo-renaissante. On le constate à Landenne (), au
Collège Saint-Quirin à Huy, à Lincé (Sprimont)… Un cadre baroque entoure la scène
du vitrail de l’église de Héron, réalisé vers 1930 par Peene-De Lodder (). Lorsque le
304
Relief qui représente un soldat de la Première Guerre, bien qu’il ait été sculpté dans les années 50.
Témoin de la volonté d’unir dans le même hommage les deux générations de combattants.
305
BAKELANTS, I., op. cit., 1986, p. 161-171.
113
cadre architectonique est absent, une bordure de motifs végétaux () ou abstraits ()
parcourt le bord de la verrière. Le dessin est clair, des baguettes de plomb en soulignent
les contours principaux et la grisaille est utilisée en abondance. C’est autant de la
peinture sur verre que du vitrail proprement dit.
Une évolution vers l’abandon du cadre se marque depuis les dernières années de l’entredeux-guerres, comme dans le vitrail commémoratif de l’église de Pontisse, qui date du
milieu des années 30 ().
Progressivement, les maîtres verriers sont influencés par l’évolution des styles
picturaux. L’esthétique expressionniste, avec ses déformations anguleuses, ajoute au
pathétique la représentation des victimes. On peut l’observer dans les vitraux de l’église
de Boncelles () et de l’hôtel de ville de Huy (), tous deux réalisés au début des
années 50. Une autre tendance forte est l’éclatement des surfaces, autrefois peintes en
grisaille, en une multitude de petits calibres monochromes, peut-être sous l’influence
tardive du cubisme. La forme, l’orientation, la juxtaposition des calibres permettent un
plus grand dynamisme dans la composition. C’était sensible dans le vitrail de l’hôtel de
ville de Huy, ce l’est encore plus dans celui de l’église Notre-Dame d’Emael () Un
vitrail de l’église Saint-Pierre de Chênée, qui commémore les victimes de 40-45,
associe curieusement l’imagerie du réalisme socialiste à l’iconographie chrétienne ().
Le stade de l’art abstrait est atteint avec le monument à l’Armée de la Libération à
Wandre, où pierre et dalles de verre (« betonglas ») sont associées ().
114
11. Le débat esthétique
Que l'on songe aux milliards qu'ont coûté les trente-six mille monuments aux morts, dont
trente mille au moins sont une insulte à la mémoire de ceux à qui ils sont consacrés.
Quelle prescience il avait, ce diplomate prévoyant, qui proposait comme texte du premier
article du traité de Versailles : que tous les monuments aux morts dussent être élevés en
pays vaincus.
Ces deux phrases de Jean Giraudoux, citées par Michel Ragon en exergue de son
chapitre sur les monuments aux morts, illustrent bien le ton général des appréciations
portées depuis bientôt cent ans sur les monuments commémoratifs de la Grande Guerre,
en France comme chez nous.306
Une certaine critique peut être intéressée. En 1919, la jeune revue française L’art
funéraire et commémoratif émet cette appréciation : « Après les horreurs de la guerre,
voici notre pays menacé des horreurs de l’après-guerre. » La phrase prend une
signification particulière lorsque l’on sait que son auteur n’est autre que Charles-Henri
Pourquet, le sculpteur de Poilu et de Résistance, deux modèles commercialisés par
centaines d’exemplaires par les Fonderies du Val d’Osne, dont la revue assure la
promotion.307 Autre exemple :
Bien qu’il existe des commissions chargées d’examiner les projets, il y a encore trop de
monuments médiocres ; ce n’est qu’un demi-mal lorsqu’ils restent simples, c’est
dangereux s’ils sont prétentieux.
Ce commentaire est dû à l’architecte français A. Louvet, lors d’une conférence donnée à
Londres en 1923, dont le thème principal était de montrer l’importance de l’intervention
de l’architecte pour la réussite des monuments.308
En dehors de ces plaidoyers pro domo, les appréciations, négatives le plus souvent,
appartiennent à la critique d’art, fort changeante au demeurant. En 1921, Eugène
Dhuicque écrit dans L’Émulation, organe de la Société centrale d’Architecture en
Belgique dont il est membre :
Notre époque se caractérise par une pléthore de monuments honorifiques ou
commémoratifs. Sans parler de ceux dont l’indigence désarme la critique, nous avons
assisté, depuis un demi-siècle, à toute une floraison d’œuvres d’un romantisme dégénéré,
que quelques années suffisent à démoder sinon à vulgariser.309
Les monuments « indigents » ne datent donc pas de 1919. Le contempteur du
romantisme dégénéré voulait pourtant, par l’article dont est extraite cette citation,
prendre position en faveur du projet, romantique à souhait, de son confrère Paul Jaspar
pour le grand monument liégeois.
Alors que le gouvernement avait tenté de décourager les communes d’ériger des
monuments commémoratifs pour des raisons économiques, les critiques d’art font porter
306
RAGON, M., op. cit., 1981, p. 121.
Voir BECKER, A., op. cit., 1988, p. 29. – SHERMAN, D., op. cit., p. 172-173.
308
LOUVET, A., op. cit., 1924, p. 1.
309
Un monument commémoratif de la Défense nationale à ériger à Liège, 1923, p. 5. Italiques ajoutés par
nous.
307
115
leurs jugements négatifs non pas sur le principe de la commémoration, mais sur la
forme plastique qu’elle a prise. Les critiques des Salons parisiens reconnaissent la
difficulté d’atteindre une émotion juste et simple dans les sculptures commémoratives :
[Les monuments aux morts] sont conçus sans souffle, sans poésie, sans recueillement. On
ne touche pas à un sujet comme la guerre avec mollesse ou légèreté ; le châtiment est
immédiat. Mais il faut bien reconnaître que la difficulté est grande puisque tous les
maîtres ont échoué. Jusqu’à présent le résultat des recherches est négatif. On aboutit à
l’emphase, à la raideur, au poncif ou à l’invraisemblance.310
Sander Pierron, qui consacre plusieurs pages aux monuments commémoratifs, regrette
que la sculpture commémorative ait été la cause d’un temps d’arrêt dans l’évolution de
cet art :
Partant du stade le plus proche d’eux, le stade impressionniste de la statuaire, ils [les
sculpteurs] évoluèrent très rapidement vers un art d’expression, de construction,
débarrassé de toute survivance de style, et d’académisme, par les étapes du futurisme, du
cubisme, du surréalisme. Leur action révolutionnaire fut contrariée par une sorte
d’épidémie […]. Cette épidémie fut, dans le domaine des arts plastiques, la conséquence
la plus funeste de la longue tourmente. Nous l’appellerions volontiers la mémorialite,
attendu qu’elle est née du désir, émouvant et sympathique en lui-même, de glorifier les
soldats et les civils morts pour la patrie, et, partant, de leur consacrer des monuments
commémoratifs. […]
Certes sont nées des choses curieuses, marquées parfois au sceau de la personnalité et de
l’émotion. Mais cet ensemble de centaines d’ouvrages compose-t-il un art funéraire
nouveau ? Nous donnent-ils une iconographie nouvelle ? Au point de vue monumental
rien ne paraît transcendant dans ce total de productions. Pourtant il nous a doté [sic] de
quelque chose : il a créé l’esthétique du « poilu » ou, si vous préférez, du « jass »… Créer
est peut-être un terme excessif, car l’esthétique est plutôt vieille. Elle caractérise le
guerrier grec qui, debout, la lance en main, le front incliné, se dresse debout sur les stèles
archaïques ; elle caractérise le chevalier médiéval, couché dans son armure, les mains
jointes, sur une dalle de granit ou de marbre.
Au fond, nos statuaires n’ont rien inventé.311
La référence à l’Antiquité ou au Moyen Âge fait l’objet de commentaires en sens divers.
Appelé à rendre un avis à la C.R.M.S. sur le projet de Georges Petit pour le monument
du fort de Loncin, Paul Jaspar écrit en janvier 1922 :
Le talent incontestable de l’artiste312 nous fait bien augurer de la conception générale du
monument. […] Notre avis est donc favorable, tant au point de vue du site que du
monument en lui-même.313
Le monument est inauguré en août 1923. En 1928, Joseph Brassinne, dans un autre
rapport à la C.R.M.S., donne un avis plus nuancé :
310
DOIN, Jean, Les Salons de 1922. La Société nationale des Beaux-Arts, dans Gazette des Beaux-Arts,
1er semestre 1922, p. 284.
311
PIERRON, S., op. cit., 1932, p. 138-139.
312
C’est à Georges Petit que Jaspar voulait confier la partie sculptée de son projet de Monument de la
Défense nationale.
313
A.P.L., Fonds des Monuments et Sites, dossier 20789/3, note dactylographiée du 26 janvier 1922.
116
Quelles que soient les réserves que peut susciter le malheureux couronnement de ce
monument [les statues de bronze figurant un hoplite grec et un centurion romain], le sol
sacré sur lequel il se dresse commande le respect.314
Quelques mois plus tard, Joseph Brassinne remet à la Commission son opinion sur le
projet de Georges Dedoyard et d’Oscar Berchmans pour un second monument à
Bressoux. Son jugement anticipe partiellement la critique de Sander Pierron :
Le projet primé a pour auteur l’architecte liégeois Georges Dedoyard.315 En vous
proposant d’émettre à son sujet un avis favorable, je ne puis m’empêcher de m’étonner de
ce que nos artistes, pour célébrer des événements contemporains ne trouvent d’autres
thèmes à exploiter que ceux que nous a fournis l’art antique.
Ce ne sont, en dehors de nullités indignes d’un regard, que personnifications
d’abstractions, guerriers grecs ou romains, glaives et boucliers, souvenirs d’académies
sans originalité.
Ce n’est point ainsi qu’ont procédé les sculpteurs du Moyen Âge et de la première
Renaissance et bien d’autres encore ; c’est dans le spectacle de la vie contemporaine
qu’ils puisaient leur inspiration et quand ils voulaient glorifier l’un des leurs, ils le
revêtaient du costume qu’il portait d’habitude, n’ajoutant à leur effigie que ce que leur
dictait leur génie.316
On a peine à comprendre ce jugement. À l’instar des sculpteurs médiévaux, Berchmans
aurait-il donc dû représenter ses contemporains, donc des poilus, au risque de verser
dans l’indigence de cet art pompier tant décrié ? Ce sont pourtant bien une Victoire, un
soldat médiéval et une figure féminine (Patrie, Mère, Épouse ?) que représente ce
monument. Est-ce alors le style de la sculpture, qui témoigne d’une nette évolution vers
l’Art déco, qui amène Joseph Brassinne à exprimer un avis favorable ?
Les journalistes aussi donnent parfois leur appréciation sur les monuments. Dans un
premier temps, elles sont généralement tout à la fois sommaires et laudatives,
participant de l’atmosphère d’exaltation qui prévaut lors des cérémonies d’inauguration.
Le monument de Bassenge est jugé remarquable, « autant pour son exacte adaptation à
son objet et au milieu où il s’élève, que par son exécution, très soignée du reste ».317
Celui placé au cimetière de Petit-Rechain est « à la fois simple et imposant ».318 Le
mémorial de Grand-Hallet, « en pierre d’Euville, est une véritable sculpture d’art
méritant tous les éloges ».319 Celui de Slins « est très admiré parce que son style sort de
la banalité coutumière ».320
Commentant l’inauguration du monument de Robermont, l’éditorialiste de La Meuse,
Mestré, émet un jugement qui s’apparente plutôt à une critique d’ordre esthétique, en
l’opposant aux « monuments exécutés en série qui déshonorent tant de places publiques
314
Id., note du 27 juin 1928.
On notera que dans ce rapport, Joseph Brassinne ne fait aucune mention de l’identité du sculpteur.
316
A.P.L., Fonds des Monuments et Sites, dossier 20786/168 (Bressoux), note du 3 octobre 1928.
317
La Meuse, 22 juin 1921.
318
La Meuse, 4 novembre 1930.
319
La Meuse, 15 novembre 1921.
320
La Meuse, 19 septembre 1923.
315
117
et [aux] groupes falots ou grotesques qui veulent être des symboles et qui ne sont que de
détestables allégories ».321
La critique reprend au lendemain de la Seconde Guerre. Dans un article commentant
l’exposition des maquettes proposées pour un nouveau monument à Flémalle-Haute en
septembre 1948, le journaliste J. Schetter s’écrie :
De grâce, pas d’horreurs sur les places publiques ! Pas de palmes, de casques, de soldats
étreignant le drapeau, pas de Patrie symbolisée par des nudités équivoques, pas
d’attitudes héroïques et pas de « bric-à-brac » sentimental d’une lourde vulgarité. Il faut
que le culte de nos héros s’extériorise simplement, noblement…322
Plus récemment, ces critiques ont encore trouvé un écho auprès des historiens et autres
chercheurs. « Parangons de l’art médiocre », écrit le politologue Yves Hélias.323 Pour
Annette Becker :
L’esthétique douteuse de la statuaire académique, limitée jusqu’à la Première Guerre
mondiale aux places publiques des grandes villes et des cimetières, envahit la France
entière à partir de 1919.324
Dès le début, dans le sillage de la critique de la statuomanie d’avant-guerre, il était de
bon ton de décrier les mémoriaux érigés dans l’espace public.
Il est vrai que nombre de monuments sont d’une grande banalité. Mais finalement, peu
importe pour leurs promoteurs. Ce que veulent les anciens combattants et les membres
du comité, c’est un lieu où la collectivité pourra se rassembler pour rendre l’hommage
considéré comme dû aux morts et aux survivants, un lieu qu’un monument
commémoratif marquera pour le présent et pour le futur. Fonction funéraire, fonction
mémorielle, fonction sociale, certes, mais pas fonction d’embellissement du paysage. La
notion d’art public n’avait de pertinence que dans les villes. Les seuls monuments
connus dans les villages étaient la fontaine, le calvaire ou une madone.325 On voulait
certes un monument d’une bonne tenue, mais son importance était plus symbolique
qu’esthétique. Les monuments du début des années 20, qui poussent comme des
champignons malgré les critiques et malgré les difficultés financières de l’époque,
répondent donc d’abord à un besoin social spécifique. Comme l’on dit dans les milieux
d’affaires, « le marché a toujours raison ».
Le regret qu’exprime Sander Pierron ne tient pas compte de cette réalité sociologique et
se place à un niveau qui n’est entendu que des esthètes, critiques d’art et artistes :
Il eut mieux valu attendre des temps plus propices, grâce au recul, à l’éclosion des
œuvres, que de dresser partout des stèles ou des statues qui enlaidiront à jamais les sites
les plus pittoresques.326
Un cas particulier illustre bien cette dichotomie entre les acteurs de terrain (on dirait
aujourd’hui la « base ») et la théorie esthétique. La commune d’Alleur érige en 1928 un
321
La Meuse, 26 octobre 1926.
La Meuse, 9 septembre 1948.
323
HÉLIAS, Y., op. cit., 1979, p. 739.
324
BECKER, A., op. cit., 1988, p. 10.
325
Voir RAGON, M., op. cit., 1981, p. 123.
326
PIERRON, S., op. cit., 1932, p. 144.
322
118
monument composé d’un soldat vainqueur en bronze posé sur un socle. Une obscure
question de relation entre la commune et la fabrique d’église – la commune lui avait
demandé l’autorisation d’installer le monument sur le cimetière désaffecté autour de
l’église – avait entraîné une intervention de la Province, qui demande un avis à la
C.R.M.S. Paul Jaspar, chargé de faire rapport, écrit ceci : « Je ne vois pas qu’on puisse
s’y opposer ; ce monument n’a pour lui ou contre lui que sa banalité ».327 Il ignorait
vraisemblablement que l’auteur du soldat était Jules Brouns, artiste au talent reconnu et
avec qui il avait collaboré pour le monument du cimetière de Rhées quelques années
plus tôt. Un poilu vainqueur n’appartenait pas à l’inspiration habituelle du sculpteur,
mais il avait bien dû, au risque de perdre le marché, se plier aux exigences de ses
commanditaires. Le dossier ne dit pas si Jules Brouns a eu connaissance de l’opinion de
Jaspar.
Il est un autre aspect, qui relève aussi de l’histoire de l’art et du jugement esthétique,
qu’apparemment seul le sculpteur Olivier Descamps aurait relevé. Michel Ragon, qui le
cite, en parle ainsi :
Olivier Descamps souligne que les monuments aux morts de la guerre de 14 sont « les
premiers monuments publics qui osèrent utiliser des produits de l’industrie
contemporaine » : les clôtures d’obus.328 « Alors, écrit-il, que l’histoire de l’art ne cesse
d’insister sur le génie qu’il a fallu à Marcel Duchamp pour exposer un sèche-bouteille et
un urinoir dans un salon d’art, comment se fait-il que l’introduction d’objets industriels
dans l’art public passe inaperçu ?...Les règles du Beau ont évolué depuis 1920 et les
statues ont vieilli mais les obus, eux, n’ont changé ni de forme ni de matière et la
dynamique enchaînée a gardé intacte sa charge de poésie naïve et désespérée ».329
Avant-garde d’un côté, kitsch de l’autre, l’art « d’en bas » et l’art « d’en haut » ont bien
des difficultés à se rencontrer.
327
A.P.L., Fonds des Monuments et Sites, dossier 2789/3 (Alleur), lettre du 6 septembre 1929.
Auxquelles nous pouvons ajouter les canons et obusiers placés à côté de nombreux monuments, mais
qui ont, en grande partie, disparu depuis.
329
RAGON, M., op. cit., 1981, p. 123-124. Michel Ragon ajoute que le porte-bouteille date de 1914 et
l’urinoir de 1917. Duchamp n’a donc pas été influencé par les monuments aux morts, ni ceux-ci par
Duchamp. Le point commun est que les ready made et les clôtures d’obus sont tous les deux nés de la
Première Guerre mondiale.
328
119
12. Les effets du temps sur les monuments
Les monuments les plus anciens seront bientôt centenaires. Un grand nombre d’entre
eux ont subi des modifications de natures diverses depuis leur inauguration. Certaines
sont positives, d’autres sont destructrices. Certaines sont involontaires, d’autres
volontaires.
12.1. L’usure naturelle et l’entretien
En règle générale, les monuments de la Grande Guerre sont bien entretenus. Certains
ont même été entièrement restaurés, comme celui du 14e de Ligne à Liège ou celui de
Celles (). Des statues de bronze reçoivent une couche de couleur, à Alleur (), à
Ensival, sur le monument du 1er de Ligne à Liège… Mais il n’en a pas toujours été ainsi.
En 1938, une circulaire ministérielle attire l’attention des communes sur leur obligation
d’entretenir les mémoriaux dont elles ont accepté la garde. Les commémorations qui ont
suivi la Seconde Guerre ont certainement amené naturellement de nombreuses
communes à satisfaire à cette instruction ministérielle.
Le bronze et la pierre bleue sont des matériaux qui offrent une assez bonne résistance
aux intempéries, bien que certaines inscriptions trop peu profondément gravées puissent
devenir difficilement lisibles. Les calcaires clairs, comme le tuffeau, sont plus friables et
les reliefs qui y sont sculptés ont plus facilement tendance à s’effacer, comme c’est le
cas pour le monument au cimetière d’Haccourt. La stabilité de l’assemblage des blocs
de pierre ou des parements peut poser problème. C’est la raison pour laquelle la partie
supérieure du monument de Robermont a dû être déposée (). Elle attend encore d’être
remontée. Pareillement, des problèmes d’effondrement de pierres et de crépis ont obligé
à interdire l’accès à la « basilique » du Mémorial interallié. Aucune solution ne semble
être actuellement en vue.
Le mémorial de l’ancien Institut de Pharmacie330 au jardin botanique de Liège () a
perdu de nombreuses lettres et pourrait être restauré à peu de frais.
Autre effet du temps, la croissance parfois mal maîtrisée de la végétation plantée autour
du monument, qui peut masquer partiellement le monument, comme à Les Waleffes, à
Charneux (), à Warsage… Citons aussi le cas de l’esplanade du Mémorial interallié,
envahie par endroits par l’herbe poussant entre les pierres.
La préservation des vitraux commémoratifs pose un autre problème. De nombreuses
églises sont exposées à la désacralisation, voire à la démolition. L’église de Landennesur-Meuse () est déjà devenue un énorme pigeonnier. Y aura-t-il une volonté de
préserver ces vitraux ?
12.2. Les monuments déplacés
Des réaménagements urbanistiques peuvent obliger la commune à déplacer un
monument et à le réinstaller à proximité de son site originel. Ce fut le cas, entre autres, à
330
Le bâtiment est maintenant un site de la Faculté d’architecture de l’Université de Liège.
120
Andrimont, à Comblain-au-Pont, à Ocquier, à Stoumont… La démolition d’anciennes
maisons communales entraînent soit, dans le meilleur des cas, le déplacement des
plaques commémoratives, généralement au cimetière (Jalhay, Fexhe-le-Haut-Clocher,
Grandville…), soit carrément leur disparition (Hodimont, Huy, Embourg…).
En 1979, la construction d’une nouvelle école à Tilleur oblige à enlever le monument de
1920 et à le remplacer par une stèle beaucoup plus modeste. L’ancien monument se
trouve aujourd’hui au Musée de la Pierre à Sprimont, tout comme le « chevalier
teutonique » du monument allemand au cimetière de Robermont, qui fut jugé offensant
pour les Liégeois et déposé en décembre 1918.
Dernier exemple, le monument au roi Albert à Verviers () se trouvait à l’origine au
stand de tir de Stembert, un endroit peu favorable pour l’organisation de cérémonies
commémoratives. On lui a donné, en 1951, un nouvel emplacement au centre de
Verviers.
12.3. Le vandalisme
Les premiers cas de vandalisme se sont manifestés dès 1919. Il s’agissait d’agriculteurs
qui, voulant récupérer l’usage de leurs champs, n’hésitaient pas à faire disparaître croix
de bois et aires gazonnées marquant l’emplacement de tombes de soldats tués au feu et à
effacer toute trace de sépulture par leurs labours.331
Les atteintes aux monuments ont des motivations diverses. Souvent ce sont des
motivations politiques. Alors qu’en Flandre, la profanation des monuments semble
plutôt avoir des causes liées au nationalisme flamingant, les incidents enregistrés dans la
province de Liège sont plutôt associés au pacifisme affiché par une partie de la gauche
durant l’entre-deux-guerres. En 1933, on badigeonne les monuments du 12e et du 14e de
Ligne à Liège.332 Deux ans plus tard, on brûle les drapeaux du « monument des héros »
à Ciplet.333 Dans les deux cas, les anciens combattants organiseront une « manifestation
d’expiation ».
On vole aussi des monuments pour la valeur de leur métal. La Victoire du monument au
cimetière de Fraipont () a disparu, et tout récemment, en juin 2011, ce fut le tour de
l’ancien mémorial de bronze de la prison Saint-Léonard, qui avait été déposé au bastion
des fusillés de la Chartreuse.
Les mutilations aux monuments peuvent encore procéder d’autres raisons : le caractère
jugé choquant de la sculpture de Robert Massart pour le monument de SougnéRemouchamps () ou simplement le fait, à Andrimont (), que le relief ne plaisait
plus à la population.
331
La Meuse, 25 juin 1919.
La Meuse, 10 avril et 29 mai 1933.
333
La Meuse, 12 novembre, 26 novembre et 10 décembre 1935.
332
121
12.4. Le centenaire de la Belgique et le roi Albert
Le patriotisme affiché lors des fêtes du centenaire de la Belgique a provoqué un regain
d’inaugurations de monuments commémoratifs.334 Il peut parfois s’exprimer aussi par
l’ajout de certains éléments aux monuments déjà en place. À Tilff (), la place du
Souvenir est réaménagée, le monument trouve son nouveau site en son centre et se voit
muni d’un coq en bronze par Adelin Salle (coq volé en 1999). À Herve, le nouveau
mémorial dans l’hôtel de ville est accompagné d’une plaque avec les noms des
volontaires de 1830.
Le même phénomène se produit en 1934-1935 après la mort d’Albert Ier, le roi-soldat.
Des nouveaux monuments lui sont consacrés et l’on ajoute ailleurs son effigie en
médaillon, comme à Huy () et à Chênée ().
12.5. Les déprédations allemandes de 1940-1945
Durant la Seconde Guerre, l’armée allemande a respecté la plupart des mémoriaux
consacrés aux victimes de 14-18. Dans certains cas cependant, des monuments ont été
mutilés ou détruits lorsque le message qu’ils donnaient était jugé agressif ou offensant
pour l’Allemagne.
Le lion belge terrassait l’aigle prussien sur les monuments de Battice et de GrandRechain (). La partie iconographique a été détruite, mais les noms sur ces monuments
n’ont pas été touchés. Les Allemands ont aussi enlevé le coq juché sur un casque
allemand du monument de Dolhain (Limbourg). On constate pourtant que d’autres
monuments, assez nombreux, présentent le même type d’allégorie d’une Belgique
vainqueur de l’Allemagne et qu’ils ont été laissés intacts.335
Les monuments commémorant les fusillés, victimes des atrocités de 1914 et agents de
renseignements, sont aussi visés. D’ailleurs, certains monuments ont été enlevés avant
l’arrivée des troupes allemandes en 1940 par crainte de représailles. C’est le cas de la
plupart des plaques rappelant Yvonne Vieslet dans les écoles communales336, de la
plaque au lieutenant Graff à Liège, de la plaque aux fusillés de la rue Grande-Bêche
(). La question des responsabilités des atrocités n’est pas encore unanimement résolue
en 1940. L’Allemagne s’en tient à sa théorie de provocations de francs-tireurs belges et
la Belgique à celle d’exactions injustifiées. Les monuments qui mettent en cause la
dignité de l’armée allemande sont donc particulièrement visés. Les reliefs du monument
de Visé (), représentant des civils fusillés, sont détruits. Le bronze du monument de
Lincé (), figurant une veuve et son enfant lançant une malédiction contre les assassins
de son mari fusillé, est enlevé.337 La plaque du monument à Amédée Hesse, agent de
renseignements travaillant avec les Français, est arrachée, car elle montre un peloton
d’exécution tirant sur un condamné. Les « croix des pendus » de Berneau () et
Mouland sont détruites. Mais on constate aussi que d’autres monuments sont épargnés :
334
Voir p. 27-28.
Voir le chapitre consacré à l’iconographie des monuments commémoratifs, p. 72-73.
336
Voir p. 30.
337
Le monument de Péronne (Somme), qui présente une iconographie semblable, a été épargné. Cela tient
sans doute au fait que la veuve tendant le poing à Péronne veut venger un mari mort sous l’uniforme, et
celle de Lincé un civil fusillé.
335
122
ceux consacrés aux fusillés du bastion de la Chartreuse, de la prison Saint-Léonard, de
Melen, de Romsée, etc.
Une des deux plaques en bronze apposées au mur de la bibliothèque de l’Université de
Liège a vu son inscription effacée durant la Seconde Guerre (). Elle rappelait, de
façon trop explicite sans doute, que l’armée allemande avait, vingt-cinq ans plus tôt,
dévasté les locaux et les collections de l’Université en violation des conventions de La
Haye. La plaque est restée dans cet état.
À Sippenaeken, le monument aux victimes du fil électrique a aussi été détruit ().
Peut-être était-il considéré comme une forme d’incitation à la résistance.
Deux constantes ressortent de tous ces cas :
- Les noms des morts de 14-18 n’étaient pas en cause, et leur inscription sur les
monuments a été largement respectée.
- Le but de ces destructions n’était pas la récupération de métaux. La statue de
bronze de Lincé a disparu, mais les plaques de bronze avec les noms des fusillés
de 1914 sont restées en place.
12.6. L’hommage aux morts de la Seconde Guerre
Le besoin de commémorer les victimes de la guerre n’était pas moins pressant en 1945
qu’en 1919. Si le nombre d’inaugurations de monuments durant la seconde moitié des
années 40 est beaucoup moindre qu’au début des années 20, c’est tout simplement parce
que les mémoriaux de la Grande Guerre existaient déjà et offraient un double avantage :
celui d’une modification rapide et bon marché et celui d’associer les combattants de 4045 à leurs aînés.
Le changement peut être très simple et se limiter à ajouter des nouveaux noms dans les
espaces disponibles, comme à Beaufays (). On peut aussi placer une nouvelle plaque
sur les anciennes inscriptions. C’est le cas à Boirs, à Othée, à Hamoir, à Plainevaux
()… S’il n’y a pas suffisamment de place sur le monument existant, on peut ajouter
une plaque ou des stèles. Les mémoriaux de Beyne-Heusay () et de Vaux-et-Borset
() en sont des exemples. Parfois, on réaménage complètement le monument, en y
intégrant de nouvelles ailes comme à Montegnée () ou en le rehaussant comme à
Werbomont (). On pourra trouver de très nombreux cas de modifications de ce genre
en parcourant le catalogue du CD-Rom. Une forme originale de remaniement consiste,
pour une stèle portant un relief, à en sculpter la face arrière avec le même relief. Le
résultat est un monument biface, avec un côté dédié aux morts de 14-18 et l’autre à ceux
de 40-45. Cette formule a été utilisée pour les monuments des cimetières d’Ans, de
Heusy et de Stembert ().
Certaines communes (Rotheux-Rimière, Ciplet…) optent pour le remplacement complet
de l’ancien monument. Ce peut être aussi le cas pour d’autres catégories de monuments,
comme celui de la société Cockerill à Seraing (). On peut penser que, dans des
communes qui n’ont d’autre mémorial qu’un monument des deux guerres, celui-ci a été
substitué à un mémorial plus ancien, disparu aujourd’hui. Des recherches menées au
niveau local permettraient sans doute de confirmer (ou d’infirmer) ce point pour des
communes comme Micheroux, Saive, Limont…
123
13. Conclusions
Le traumatisme causé dans la société par les morts et les souffrances des quatre années
de guerre a nécessité un long processus cathartique de deuil, de recherche de sens, de
mémoire. Les monuments commémoratifs ont été une sorte de point de cristallisation du
processus, les lieux où s’assemblaient les diverses composantes de la société, où chacun
venait avec son propre vécu, sa propre expérience, ses propres souvenirs et ses propres
sentiments par rapport à ce passé. Ils ont été voulus par la population, parfois même
contre l’avis des autorités. Aucun ensemble de bâtiments et monuments, depuis les
vagues de construction d’églises et de cathédrales, n’a été porteur d’une charge
émotionnelle aussi forte, porteuse d’autant de sentiments exprimés ou intériorisés, de
valeurs largement partagées, mais parfois aussi contestées. L’analogie entre le culte
religieux et celui des morts et du souvenir dépasse les simples questions de vocabulaire
et de sémantique.
Aujourd’hui, toute cette émotion s’est fort affadie. Sans doute revitalisée un moment
par la Seconde Guerre, elle ne touche plus nos contemporains avec l’intensité connue
par leurs aïeux. La grande majorité de la population actuelle n’a jamais connu de guerre
autrement que par les récits, les films, les images d’actualités, et c’est fort heureux. Le
11 novembre est resté jour férié légal en Belgique et en France, mais l’assistance aux
cérémonies commémoratives s’est fort réduite, et il est probable que beaucoup, dans les
jeunes générations, ignorent même leur existence. Pourtant, paradoxalement, l’intérêt
pour la Première Guerre, longtemps éclipsé par celle de 40-45, s’est considérablement
renforcé depuis une vingtaine d’années.
Il nous reste un patrimoine considérable de monuments commémoratifs, parfois
esthétiquement réussis, souvent banals, mais tous témoins des conceptions d’une
époque, tous porteurs d’émotions aujourd’hui envolées. Ils sont si bien intégrés à notre
paysage urbain ou rural qu’on ne les remarque même plus. L’écrivain autrichien Robert
Musil notait durant les années trente, non sans humour :
Entre autres particularités dont peuvent se targuer les monuments, la plus frappante est,
paradoxalement, qu’on ne les remarque pas. Rien au monde de plus invisible. Nul doute
pourtant qu’on ne les élève pour qu’ils soient vus, mieux, pour qu’ils forcent l’attention ;
mais ils sont en même temps, pour ainsi dire, « imperméabilisés », et l’attention coule sur
eux comme l’eau sur un vêtement imprégné, sans s’y attarder un instant.
[…]
Tels les arbres, [les statues] sont devenues un élément du décor de la rue, et on serait
sûrement fort troublé si, un beau matin, elles n’étaient plus là.338
Nous sommes à quelques années à peine du centenaire de la Grande Guerre. Ces
monuments n’ont plus la même signification pour nous que pour nos ancêtres. Pour
l’historien allemand Reinhart Koselleck :
Le sens du « mourir pour… », tel qu’il est inscrit sur les monuments, est fondé par les
survivants et non par les morts. […] Les morts sont censés avoir défendu la cause
qu’entendent défendre les survivants. […] Mais avec le temps – l’Histoire nous
l’enseigne – cette identité présumée cesse également d’appartenir aux fondateurs d’un
338
MUSIL, R., Œuvres pré-posthumes, 1965 (1ère éd. en allemand 1936), p. 78.
124
monument. Faits pour durer, les monuments témoignent plus que toute autre chose des
effets du temps.339
De quel sens les monuments commémoratifs seront-ils encore investis à l’avenir ? Ils ne
subsisteront que si les efforts nécessaires à leur entretien sont consentis par les
communes et par la Région wallonne. Le rôde de la C.R.M.S.F. peut être important.
339
KOSELLECK, R., op. cit., 1997, p. 137-138.
125
UNIVERSITÉ DE LIÈGE
Faculté de Philosophie et Lettres
LES MONUMENTS COMMÉMORATIFS DE LA
GRANDE GUERRE EN PROVINCE DE LIÈGE
Compléments et annexes
Mémoire présenté par
Yves Dubois
en vue de l’obtention du grade
de Master en Histoire de l’Art
et Archéologie
Année académique 2010-2011
126
COMPLÉMENTS
127
1. Monuments commémoratifs de la bataille de Liège (4-16 août 1914)
Les monuments commémorant la bataille de Liège, premiers affrontements
armés de la Grande Guerre, sont particulièrement nombreux, concentrés dans
et autour de la ville de Liège.
1.1. Les événements340
L’ossature de la défense du pays avant la Première Guerre consistait en trois places
fortifiées, Anvers, Liège et Namur, censées contrôler les grandes voies de
communication routières, ferroviaires et fluviales. La « Position fortifiée de Liège » (ou
P.F.L.) avait été construite en 1888-1894 selon les plans du général Brialmont, qui avait
aussi conçu celle de Namur et renforcé celle d’Anvers. Elle consiste en une ceinture de
douze forts situés à environ 7-10 km du centre de la ville et distants l’un de l’autre de
4 km en moyenne, soit mutuellement à portée de canon (). Au nord-est se trouve le
fort de Pontisse (Herstal). Ceux qui font face, à l’est, sont Barchon, Évegnée, Fléron et
Chaudfontaine. Embourg et Boncelles contrôlent le sud de Liège. Enfin les forts de
Flémalle, Hollogne, Loncin, Lantin et Liers bouclent la ceinture à l’ouest. Le statut de
neutralité du pays obligeait à ne pas désigner d’ennemi a priori, et donc de défendre
autant l’ouest que l’est de la ville. La disposition des forts occidentaux, tournant le dos à
l’est, posera d’ailleurs des problèmes pour leur défense contre un ennemi venant de
cette direction.341
Le 3 août 1914, le gouvernement belge avait notifié à l’ambassadeur d’Allemagne son
refus de laisser passer les troupes allemandes sur le territoire, comme exigé dans
l’ultimatum reçu la veille. Le 4 août, à 7 heures du matin, les troupes allemandes, près
de 40 000 hommes partant d’Aix-la-Chapelle, Eupen et Malmedy, traversent la frontière
et se dirigent sur cinq colonnes vers Visé et vers les intervalles entre les forts. Le
général von Emmich, qui commandait ces troupes, pensait pouvoir rapidement prendre
la place de Liège par surprise. Il fallait faire sauter ce verrou pour opérer un mouvement
rapide vers la Flandre et le long de la Meuse, afin d’attaquer sur ses arrières l’armée
française, concentrée devant l’Alsace-Lorraine. Une victoire éclair sur la France aurait
alors permis à l’armée allemande de se tourner vers l’est et d’affronter la Russie. Tel
était le plan Schlieffen.
340
Le propos n’est pas de fournir ici un compte-rendu détaillé de la préparation et des opérations
militaires, mais de présenter de façon concise les événements qui donneront ultérieurement lieu à des
manifestations et œuvres commémoratives.
Les principales sources utilisées pour ce chapitre sont : DE THIER, J., GILBART, O., Liège pendant la
Grande Guerre, 1919 ; MENZEL, E., La défense de Liège, dans LYR, R. (dir.), Nos héros morts pour la
Patrie, 1920, p. 38-49 ; HORNE, J., KRAMER, A., 1914. Les atrocités allemandes, 2005, p. 29-40. On
pourra aussi consulter PIRENNE, H., Histoire de Belgique, t. V, 1974, p. 159-176 et p. 205-220 ; DE
SCHAEPDRIJVER, S., La Belgique et la Première Guerre mondiale, 2004, p. 43-101 ; le site Histoire
des fortifications de Liège, [réf. 14 juillet 2010], http://users.skynet.be/jchoet/fortifi.htm.
341
La leçon a été tirée pour la construction des forts d’Eben-Emael, Aubin-Neuchâteau, Battice et
Tancrémont dans les années 30. Ils font tous face à l’Allemagne. Les progrès dans la portée de l’artillerie
expliquent les distances plus grandes entre ces nouveaux forts. En outre, plusieurs forts Brialmont ont été
réarmés dans l’entre-deux-guerres, dont Barchon, Fléron, Chaudfontaine, Embourg, Flémalle…
128
Les Allemands estimaient que la défense de Liège était assurée par 6 000 soldats,
assistés par 3 000 membres de la Garde civique. En réalité, c’étaient environ 32 000
soldats belges qui les attendaient dans les forts et déployés dans les intervalles, sous le
commandement du général Leman, gouverneur de la Position fortifiée de Liège.342 Les
Allemands sont surpris de voir les ponts de la Meuse détruits par le Génie et leurs
troupes bombardées par l’artillerie de forteresse. Des batailles meurtrières ont lieu dans
la nuit des 5 au 6 août au Sart-Tilman, à Herstal et à Rabosée (Wandre). Le 6 août, le
général Leman donne l’ordre aux troupes mobiles de se replier vers l’intérieur du pays,
avec mission pour les forts de poursuivre la défense des voies de communication et
d’entraver l’avance de l’armée allemande. Le lendemain, un détachement allemand
entre par surprise dans la ville de Liège et le général Leman doit évacuer son QG situé
près de l’église Sainte-Foy pour s’installer au fort de Loncin. Les Allemands décident
alors de faire venir 60 000 hommes en renfort, ainsi que deux « Grosses Berthas »,
obusiers de 420 mm. Ces pièces tirent des obus de près d’un demi-mètre de diamètre,
pesant près de 900 kg. Les forts de Brialmont, en béton non armé, n’étaient pas conçus
pour résister à cette puissance de feu inconnue auparavant. La phase des engagements
d’infanterie cède la place au bombardement continu des forts. Ceux-ci perdent
progressivement leurs postes d’observation et deviennent quasiment aveugles, les obus
entament leur structure et les gaz dégagés par les explosions menacent les garnisons
d’asphyxie. Barchon est le premier fort à se rendre, le 8 août. Le 13 août, un obus
allemand provoque l’explosion du magasin à munitions du fort de Chaudfontaine.
Soixante morts. Les forts doivent de se rendre les uns après les autres. Deux jours plus
tard, c’est au tour du fort de Loncin d’exploser. Un obus de 420 mm, un après tant
d’autres, perce le toit d’une des deux poudrières. L’explosion secoue tout le fort et
ensevelit quelque 350 défenseurs sous le béton qui restera, pour la plupart d’entre eux,
leur tombeau jusqu’à ce jour encore.343 Le général Leman est blessé et fait prisonnier,
ainsi que le commandant Naessens, commandant du fort.
Les deux derniers forts, Flémalle et Hollogne, se rendent le lendemain. La bataille de
Liège est terminée. 28 officiers et 1508 soldats belges ont péri,344 mais elle a aussi coûté
la vie à plus de 5 300 soldats ennemis. L’armée belge, dont on ne tenait en général les
qualités qu’en piètre estime,345 a donc tenu en échec pendant plusieurs jours la
formidable armée allemande et contrarié ses plans de manière inattendue.346 Les
342
HORNE, J., KRAMER, A., op. cit., p. 30-31. Outre les troupes de forteresse, il s’agissait
principalement des régiments des 9e, 11e, 12e et 14e de Ligne.
343
Le nombre de 350 victimes a été remis en cause. En fait on ignore qui exactement était dans l’enceinte
du fort au moment de l’explosion et qui pouvait se trouver à l’extérieur. Quoi qu’il en soit, on estime à
environ 250 le nombre de morts toujours ensevelis sous les décombres de l’explosion. Les autres tués
étaient d’abord inhumés aux abords du fort. À la fin de la guerre leurs dépouilles ont été soit transférées
vers les cimetières de leur lieu d’origine, soit conservées dans une crypte aménagée dans le fort. En 1926
le fort est désigné comme « cimetière militaire ».
344
COLIGNON, A., Le « beffroy de la victoire », 1999, p. 220 note 15.
345
DE SCHAEPDRIJVER, S., op. cit., p. 48.
346
L’idée, largement répandue au lendemain de la guerre, que la résistance des Belges à Liège a donné à
l’armée française le temps de se regrouper pour vaincre sur la Marne, est maintenant largement remise en
cause.
129
opérations militaires vont maintenant se poursuivre autour de Tirlemont, Namur, puis
Anvers.
1.2. Les monuments commémoratifs de la bataille de Liège
Ces événements tragiques ont naturellement causé une vive émotion au sein de la
population, déjà traumatisée par les récits des « atrocités allemandes ».347 Dès le mois
d’août 1914 se sont constituées des associations qui se sont fixé pour but de rendre
hommage à la mémoire des combattants morts pour la défense du pays. Particulièrement
actifs furent les Ansois reconnaissants, qui instaurèrent la tradition d’un pèlerinage au
fort de Loncin chaque 15 août, et l’Œuvre du souvenir de Kinkempois-Angleur, qui
s’attacha à la mémoire des victimes belges de la bataille du Sart-Tilman. Nombreuses
furent en fait les initiatives qui, durant tout l’entre-deux-guerres, eurent pour but de
commémorer tel événement, tel individu ou tel ensemble d’individus liés à la bataille de
Liège. Devant ce foisonnement d’hommages matérialisés par des monuments, il est utile
d’opérer une certaine catégorisation. On distinguera donc ici :
a)
les monuments évoquant des épisodes intervenus les 4 et 5 août 1914,
avant les combats autour des forts ;
b)
les monuments commémorant les combats de la nuit du 5 au 6 août ;
c)
les monuments commémorant la résistance des forts de la P.F.L. ;
d)
les monuments régimentaires.
On trouve parmi eux quelques-uns des monuments les plus remarquables de la région
liégeoise. Trois de ces monuments font partie des quatre réalisations qui ont obtenu un
soutien financier de la Province.348 Les budgets disponibles étaient supérieurs à la
moyenne, d’une part grâce au dynamisme des comités organisateurs qui multipliaient
les manifestations destinées à financer les projets, d’autre part par le grand nombre de
militaires, surtout d’origine liégeoise et limbourgeoise, qui ont pris part à ces combats et
qui formaient une large base pour les opérations de collecte de fonds.
A. Monuments évoquant les épisodes de combat des 4 et 5 août 1914
Le premier monument de cette catégorie est sans aucun doute celui du cavalier Fonck,
installé à Thimister le long de la route N3 qui mène de Liège à Aix-la-Chapelle ().
Une commission ad hoc de l’armée avait déterminé que ce soldat avait eu le funeste
honneur d’avoir été la toute première victime de la guerre, tué le 4 août 1914 à 14 h 30.
Réalisé par le sculpteur bruxellois Marcel Rau et inauguré en 1923, le monument
représente un cavalier scrutant l’horizon vers l’est. Seuls son buste et la partie
supérieure de son cheval émergent de la pierre, qui semble n’avoir pas encore libéré les
membres inférieurs. En 1987, sur proposition de la C.R.M.S., le monument et la barrière
qui l’entoure sont classés en tant que site, « en raison de leur valeur esthétique et
historique ».349 Un autre cavalier du même 2e Lanciers, Jean Antoine Coenen, est tué
347
Au sujet de ces atrocités, voir vol. 1, p. 50.
Ce sont les monuments du Sart-Tilman et des cimetières militaires de Rabosée et Boncelles. Le
quatrième monument subsidié par la Province est celui érigé au fort de Loncin.
349
Arrêté de l’Exécutif de la Communauté française du 25 août 1987.
348
130
près de Wonck le 5 août. Ses anciens camarades lui dédient une petite stèle placée le
long de la grand-route ().
Dans le même esprit, on trouve à Plainevaux (Neupré) une plaque de bronze encastrée
dans un bloc de pierre en forme de menhir qui célèbre la mémoire du commandant
baron Camille de Menten de Horne, premier officier belge tombé à l’ennemi (). Le
monument a été inauguré en 1936.
On inaugure la même année à Visé un autre monument à la mémoire des deux premiers
soldats du 12e de Ligne tués le 4 août 1914 (). Toujours à Visé, un autre monument,
simple stèle, avait été inauguré en 1920 en hommage à deux gendarmes tués à l’ennemi
ce même 4 août (). Détruit par les Allemands en 1942, ce monument a été remplacé
par une nouvelle plaque inaugurée le 4 août 1946.
B. Monuments commémorant les combats des 5-6 août 1914 autour de Liège
Dès la fin de la guerre, L’Œuvre du souvenir de Kinkempois-Angleur s’attelle à la
réalisation d’un monument commémorant la bataille du Sart-Tilman, où près de 450
soldats belges ont perdu la vie. L’œuvre du sculpteur Adelin Salle est inaugurée en 1924
(). Par les volumes puissants des personnages, qui ne sont pas sans évoquer MichelAnge, par les références à l’antique et aux pietà, ce monument est sans doute l’une des
réalisations les plus impressionnantes du début des années 20. Quatre ans plus tard, les
fraternelles des anciens des 9e, 12e et 14e de Ligne, qui ont participé à la bataille,
transforment la grange de la ferme des Peupliers, où certains éléments avaient
bivouaqué avant les combats, en une chapelle votive devenue plus tard l’église
paroissiale du Sart-Tilman (). Une plaque commémorative a encore été apposée au
mur extérieur de la ferme de la Cense Rouge, enjeu de combats, 70 ans après les faits
().
Au nord de la ville, la bataille se concentre à Herstal et à Wandre.
À Herstal, dominée par le fort de Pontisse, des combats violents ont lieu autour du
cimetière de Rhées. 171 soldats belges, dont leur commandant, le colonel Dussart, y
perdent la vie. Ils y seront enterrés. Un monument conçu par les architectes Paul Jaspar
et Walther Moray leur y est dédié (). La statue, une allégorie de la Belgique ou du
Souvenir, comme on voudra, est réalisée sur base d’une maquette de Joseph Rulot.
Rulot l’avait imaginée peu après la bataille, mais son décès en 1919 l’empêcha de
mener son projet à terme et c’est son élève Jules Brouns qui se chargea de l’exécution
finale. À quelques pas de ce mémorial se trouve le monument érigé par les Allemands à
la mémoire d’une centaine des leurs également enterrés dans le cimetière ().350 Au
centre de Herstal, place du 12e de Ligne, se trouve un monument inauguré en 1954 pour
le 40e anniversaire de la bataille. Il porte une plaque en fonte () dont l’inscription
célèbre la résistance du régiment qui permit de bloquer aux Allemands la route vers le
centre de la ville. Un drapeau prussien fut enlevé à l’ennemi, fait auquel le journal
anversois La Métropole rendit hommage en offrant au soldat Lange, auteur de l’exploit,
une médaille gravée par A. Mauquoy ().
350
Pour les monuments des cimetières militaires allemands, voir vol. 1, p. 42.
131
Sur l’autre rive de la Meuse, à Rabosée sur les hauteurs de Wandre, les dépouilles de
plus de 250 soldats belges tombés lors des combats de la zone Visé-Wandre-Barchon
(bataille de Rabosée) ont été rassemblées dans un cimetière militaire. Un monument,
réalisé par l’architecte Joseph Moutschen, le statuaire Alexis Fivet et le sculpteur
Fernand Close y a été installé en 1925 (). Il porte au sommet une victoire en bronze
qui domine les tombes de ses 18 m de hauteur. On peut lire sur le mur que 500 soldats
belges ont résisté durant toute une nuit aux assauts de 6 000 Allemands. C’est l’un des
rares monuments où les soldats sont représentés avec leur uniforme de 1914.
Autre cimetière militaire, à Boncelles. On y a regroupé les corps de victimes de la
bataille du Sart-Tilman ainsi que des morts du fort de Boncelles. Une allégorie de la
Patrie en bronze, réalisée par Oscar Berchmans, est placée sur un socle face aux tombes
(). L’ensemble fut inauguré en octobre 1923 en présence du prince Léopold.
Un troisième cimetière militaire se trouve sur les hauteurs d’Ougrée, près du SartTilman (). Le grand monument, qui porte les noms de plus de deux cents morts, est
purement architectural, sans élément figuratif. Peut-être était-il prévu d’installer une
statue sur le socle placé devant le fût central, mais ce projet, pour autant qu’il ait existé,
n’a jamais été réalisé. C’est sans doute le plus tardif des grands monuments des années
20. Contrairement aux monuments des cimetières de Rabosée et de Boncelles, aucun
subside n’a été accordé par la Province pour sa réalisation.
Les Allemands ne célèbrent pas seulement leurs morts par des monuments placés dans
les cimetières, mais aussi leurs victoires. S’il n’y a pas de traces de monument érigé
dans l’espace public, on a conservé une médaille frappée en 1914, réalisée par Hugo
Grünthal (). L’avers présente le portrait de général von Emmich, qui commandait
l’attaque sur Liège. Au revers, une allégorie de la victoire allemande, sous la forme d’un
soldat nu, casqué, courant sur fond de ville en flammes survolée par un zeppelin,
brandissant une torche et soufflant dans la trompette de la Renommée. Légende :
« LÜTTICH 7.8.1914 ». Cette médaille fait partie d’une série de trois. Les deux autres
commémorent la prise des places de Namur et d’Anvers.351
Enfin, toujours dans le domaine de la médaille, on trouve une évocation d’un fait de
guerre particulier, la destruction du pont des Arches à Liège par le Génie belge, marque
de la volonté de résistance à l’invasion ().
C. Monuments commémorant la résistance des forts de la P.F.L.
Même si, sur leurs médailles, les Allemands datent la prise de Liège du 7 août, il leur
faudra encore une bonne semaine pour venir à bout de la résistance des forts liégeois.
Parmi les douze forts de la P.F.L., deux ont été singulièrement distingués pour les
351
La date de la conception de ces médailles n’est pas nécessairement postérieure aux faits évoqués. On
sait que les Allemands avaient frappé une médaille destinée à être distribuée après la prise de Paris, avec à
l’avers une représentation de l’Arc de triomphe et de la Tour Eiffel, accompagnée de la légende
« EINZUG D. DEUTSCHEN TRUPPEN IN PARIS ». Leur échec sur la Marne les a amenés à refondre
cette production. Voir La Meuse du 11 janvier 1925, qui cite un ouvrage de l’historien suédois
A. Nyström sur les causes de la guerre.
132
événements particulièrement tragiques qui s’y sont déroulés, ceux de Chaudfontaine et
de Loncin.
À Chaudfontaine, une septantaine de soldats avaient été tués le 13 août par l’explosion
du magasin à munitions et avaient été enterrés devant l’entrée du fort. En 1919
l’Administration communale décide le principe de l’érection d’un monument, mais la
réalisation prendra du retard.352 C’est en 1921 qu’est instauré par la commune le
« Comité exécutif du Monument » et au début 1923 qu’est ouvert l’appel à projets, avec
l’espoir de pouvoir procéder à l’inauguration à la date symbolique du 13 août de la
même année. Des quinze projets présentés, celui du sculpteur anversois Frans Jochems
associé à l’architecte Constant Wilbers353 est retenu, tandis que Simone Plomdeur voit
sa proposition classée en seconde place. Le monument est finalement inauguré le 5
octobre 1924 (). C’est sans doute la difficulté de boucler le budget par souscription
publique qui a été la cause de ces délais. Dans son compte-rendu de la cérémonie
d’inauguration, le journaliste de La Meuse donne cette description :
Le monument est composé d’un bloc de granti [sic] d’où se détache en plein relief une
femme symbolisant la Victoire et approchant une couronne de lauriers de la tête d’un
soldat mort et couché sur la base de pierre.
Le monument est aujourd’hui amputé, car un obus allemand a emporté en 1940 la stèle
qui portait cette Victoire. Les tombes des soldats tués en août 1914 sont toujours en
place.
C’est cependant le fort de Loncin, avec ses quelque 350 morts dans l’explosion de la
poudrière le 15 août 1914, qui symbolisera le plus intensément et durablement
l’héroïsme des défenseurs de Liège. Le curé de Loncin et l’association Les Ansois
reconnaissants instaurèrent déjà cette année-là la tradition d’un pèlerinage
commémoratif chaque 1er novembre et chaque 15 août auprès des tombes de soldats
enterrés à proximité du fort. Bien qu’interdits par les Allemands à partir de 1916, ces
pèlerinages eurent régulièrement lieu jusqu’à la fin de la guerre.354 Nombreux furent par
après les hommages rendus à Loncin par des personnalités officielles en visite à Liège.
L’association Les Ansois reconnaissants existe d’ailleurs encore aujourd’hui, et chaque
15 août est encore une date commémorée à Loncin. Il n’est dès lors pas étonnant que
des initiatives ont rapidement été prises pour doter le fort de monuments dignes des
événements de 1914.
- Un monument provisoire est érigé « sur la grande tombe » (les éboulis non
dégagés de l’explosion du fort) au nom de la section de Loncin de la F.N.C.355
- Les traces d’un autre monument disparu () nous sont fournies par une lettre
datée du 15 juin 1921 et adressée au ministre des Sciences et des Arts par la
Commission royale des Monuments et des Sites. En voici le texte :
352
La Meuse des 1 et 6 juin 1919, du 18 août 1922, des 19 janvier 20 mars et 5 avril 1923, du 6 octobre
1924.
353
Ils réalisent aussi le monument de la Victoire à Verviers et le monument de Waremme.
354
La Meuse, 13 février 1919.
355
La Meuse, 6 novembre 1919.
133
Monsieur le Ministre,
Nous avons l’honneur d’attirer votre attention sur le mémorial de la guerre placé
contre un parement de mur du fort de Loncin.
Ce monument en majoliques de la maison Helman de Bruxelles, mesure en largeur,
hors cadre, 2 m 28 sur une hauteur de 3 m 72, et porte dans sa partie supérieure,
l’inscription « La Patrie couvre la Gloire356 des héros du fort de Loncin ».
Dans le bas, entre les armoiries polychromées de la Belgique et de la Province se lit
la date « 14 août 1914 ».357
La composition du tableau comprend trois personnages : un soldat blessé couché
sur des pièces d’artillerie et deux femmes debout présentant l’une des fleurs, l’autre
une couronne de laurier, le tout dans une tonalité bleuâtre peu heureuse.
Ce souvenir, peu digne des héros qu’il doit glorifier, ne sera jamais de longue durée
à cause de son application contre la maçonnerie bétonnée, recouverte de terre sur
une forte épaisseur. Par l’infiltration des eaux, la gelée aura vite fait sauter les
émaux des carrelets.
Nous vous prions, Monsieur le Ministre, de bien vouloir signaler ce qui précède à
votre honorable collègue, Monsieur le Ministre de la Défense Nationale.
Veuillez agréer [etc.].
[Signé Houbart, secrétaire, et Lagasse de Locht, président].358
Le ministre transmet les informations à son collègue, qui lui répond le 19 juillet que
« ce monument a été placé en août 1920 par le Comité exécutif pour l’érection d’un
monument aux glorieux défenseurs du Fort de Loncin », sans l’intervention de son
département, et que ce monument ne serait que provisoire. Les archives ne nous en
apprennent pas plus. Le musée du fort de Loncin en conserve une photographie en
noir et blanc et quelques carreaux isolés. On trouve aussi, dans la même veine, un
mémorial en carreaux émaillés placé dans le vestibule de l’église Saint-Jean-Baptiste
à Loncin (), célébrant la mémoire de quelques soldats tués au fort de Loncin.
Réalisé par la même firme Helman de Bruxelles (Berchem-Sainte-Agathe),359 il avait
été offert par un certain H. Mommens, père d’un soldat mort au front.360 Cette
personne faisait également partie du « Comité exécutif » pour le monument de
Loncin.
- Le 15 août 1921, à l’occasion de la pose de la première pierre du monument à
venir, les assistants peuvent découvrir un bloc de calcaire () sur lequel sont inscrits
les mots qui paraphrasent ceux de Leonidas après la bataille des Thermopyles :
« Passant ! Va dire à la Belgique et à la France, qu’ici, 550 Belges se sont sacrifiés
pour la défense de la liberté et le salut du monde. 15 août 1914. Général Malleterre.
Gouverneur des Invalides et mutilé de guerre ».361 Cette inscription est annonciatrice
de l’iconographie du grand monument alors encore en projet.
356
L’inscription dit en fait « La Patrie couvre de sa gloire… ».
C’est en réalité bien la date correcte du 15 août 1914 qui figure sur le mémorial.
358
A.G.R., A.B.A., Ancien Fonds, n° 99A, dossier 1721.
359
On peut admirer une autre réalisation, très bien conservée, de la firme Helman, dans une salle du
restaurant Chez Vincent, rue des Dominicains à Bruxelles. Certains carreaux portent la signature
« MAISON HELMAN / Céramiques d’Art / BERCHEM ST AGATHE ».
360
ERGEN, N., op. cit., p. 55 et 80.
361
En 480 avant notre ère, quelques centaines de soldats grecs emmenés par Leonidas, roi de Sparte, se
sacrifient au défilé des Thermopyles face à l’armée bien plus nombreuse du roi perse Xerxès. Hérodote
357
134
- Ce grand monument, dont Georges Petit est à la fois l’architecte et le statuaire,
est inauguré le 15 août 1923 (). Il est construit en partie avec des blocs de pierre
récupérés du pont des Arches détruit en 1914. Au pied de la colonne, une puissante
allégorie de la Belgique (ou de la Ville de Liège), la poitrine à moitié nue, défend de
son corps le perron liégeois. À ses pieds gît un soldat mort, nu, tenant un glaive brisé.
Au sommet, un hoplite grec et un centurion romain en bronze, citoyens soldats,
défenseurs de leur patrie, sont comme venus rendre hommage à ceux de Loncin.
L’iconographie est complétée par deux pleureuses en relief, une sur chaque côté de la
colonne, et par un médaillon de bronze placé à l’arrière et représentant le
commandant du fort, le commandant Naessens. Ce monument partage avec celui du
Sart-Tilman par Adelin Salle le même procédé du recours à l’antique.362 Si les
figures sont tout aussi athlétiques, il ne s’en dégage cependant pas la même intensité
pathétique que celle imprimée par Salle à ses personnages. Par contre, la hauteur du
monument de Loncin le rend plus imposant, bien que les platanes et marronniers
plantés en 1928 écrasent quelque peu sa perspective ascensionnelle. Georges Petit a
également réalisé une médaille commémorant l’inauguration du monument ().
- Un tableau d’honneur avec les noms des hommes de la garnison du fort avait été
accroché en 1919 sous la poterne d’entrée.363 Réalisé en carton, matériau
éminemment périssable lorsqu’il est exposé aux fluctuations météorologiques, il
avait quasiment disparu lorsque les Ansois reconnaissants décidèrent de le remplacer
par une plaque en bronze apposée au mur de la courtine (). Elle est inaugurée le 15
août 1930. Les noms de 536 officiers, sous-officiers et soldats y sont repris, le plus
souvent avec la mention de la ville ou du village d’origine. Si la majorité d’entre eux
sont originaires des provinces de Liège et du Limbourg, on en trouve aussi venant de
toutes les autres provinces du pays.364 Le mémorial est surmonté de la citation à
l’ordre du jour de l’armée belge du 4 août 1919, qui glorifie la résistance de la
garnison de Loncin, non pas en référence à la bataille des Thermopyles ou aux vertus
citoyennes des Romains, mais en proposant l’exemple des défenseurs de Port-Arthur
et de Belfort.365
- Dans un couloir du fort (au « coffre de tête ») se trouve une modeste plaque de
marbre (), qui n’est documentée nulle part. Offerte par leurs collègues et portant le
millésime de 1914, elle rend hommage à trois « ouvriers permanents du fort », dont
les noms sont repris sur le mémorial de 1930.
- En 1934, d’autres associations patriotiques souhaitent à leur tour édifier un
hommage permanent aux morts de Loncin. Il s’agit de la Fraternelle des garnisons
rapporte qu’un mausolée construit sur place portait en commémoration l’inscription « Passant, va dire à
Sparte que nous sommes morts ici pour obéir à ses lois ».
362
Voir vol. 1, p. 72.
363
Voir ERGEN, N., op. cit., p. 227.
364
Sur les quelque 348 artilleurs repris sur le mémorial, 39% provenaient des communes francophones de
la province de Liège et du Limbourg, 8% des autres provinces wallonnes, 42% des provinces flamandes
et des communes flamandes de la province de Liège, 8% des communes bruxelloises et 3% sont
indéterminés. La statistique pour les régiments d’infanterie (12e et 14e de Ligne) n’est pas significative,
car plus de la moitié des noms sur le mémorial n’ont pas d’indication de lieu d’origine. Les héros de la
bataille de Liège sont donc loin d’être tous des Liégeois !
365
Références à la guerre russo-japonaise de 1904-1905 et à la guerre franco-prussienne de 1870-1871.
135
des forts de Liège en 1914 et du Cercle Les XXI – Souvenir liégeois qui s’unissent
pour proposer la construction, au-dessus de la poterne, d’un phare-souvenir haut
d’une dizaine de mètres ()366. Il ne reste de ce projet, jamais mené à bien, qu’une
vue d’artiste exposée au musée du fort de Loncin.
- La fonderie Lohest, de Herstal, offre à l’occasion du 90e anniversaire de
l’explosion du fort une statue représentant la partie supérieure du corps d’un homme
portant une torche (). Elle est placée au sommet des éboulis, toujours en place,
provoqués par l’explosion de la poudrière, et semble ainsi figurer un soldat mort
ressuscitant et remontant des profondeurs pour porter au jour la lumière que l’on peut
imaginer être celle de la victoire, du droit, de la liberté…. Nous sommes déjà en
2004.
- En 2007, le Front de sauvegarde du fort de Loncin, appuyé par des fonds
européens, fait appel à Sine qua non, société spécialisée dans la scénographie, pour
renouveler le programme de visite du fort. À cette occasion sont installées deux
nouvelles sculptures. L’une montre, découpées dans une plaque d’acier Corten, les
silhouettes de fantassins belges livrant combat contre les troupes allemandes
investissant le fort (). L’autre, installée dans la courtine, représente les godillots
des soldats de la garnison, 224 paires de chaussures placées dans un alignement
rappelant les rangs des troupes au garde-à-vous (). Ces deux réalisations sont non
pas les dernières, mais les plus récentes à ce jour, à commémorer des événements de
14-18.
Par son long combat, par le caractère dramatique de sa chute, par le fait aussi que c’était
de là que le général Leman commandait la résistance de la P.F.L., le fort de Loncin est
devenu le symbole de l’héroïsme de l’armée belge face à l’envahisseur allemand. Plus
que partout ailleurs il concentre sur une surface restreinte à la fois le plus grand nombre
de restes de soldats non exhumés et le plus grand nombre d’œuvres commémoratives.
Des autres forts de la P.F.L., seul celui de Fléron a été doté d’un monument
commémoratif durant l’entre-deux-guerres, en 1937 (). Les autres n’en ont été munis
qu’après la Seconde Guerre. Ce sont les fraternelles d’anciens qui, dans chaque fort, ont
voulu installer un hommage tangible tant à leurs camarades tombés durant les deux
guerres qu’aux survivants. Le monument de Pontisse () en est un exemple. Le fort de
Hollogne est un cas spécial, dans le sens où sa reddition le 16 août 1914 a longtemps été
considérée par les autorités militaires comme humiliante, faute pour la garnison d’avoir
livré un combat suffisant. Ce fut le dernier fort à tomber et le sacrifice de sa garnison
n’aurait en rien changé le cours de la guerre. Son commandant avait été traduit devant la
justice militaire en 1919, sans avoir toutefois été condamné. Mais aucune citation à
l’ordre du jour, aucune distinction honorifique, aucun geste commémoratif pour les
hommes de sa garnison, qui avaient pourtant perdu douze des leurs dans les combats.
Aussi un groupe de bénévoles, qui s’est fixé pour tâche de remettre, autant que faire se
peut, le fort en état d’être visité, a placé dans le mur d’escarpe une plaque
commémorative en 1999 ().
366
L’Invalide liégeois, 1er février 1935.
136
Enfin, un hommage collectif est rendu aux régiments de forteresse qui ont défendu la
Position fortifiée de Liège durant les premières phases des deux guerres (). Elle est
due au sculpteur H. Wéris et fait maintenant partie de l’ensemble commémoratif de
l’Esplanade Albert Ier à Liège.
D. Monuments régimentaires
Deux monuments régimentaires sont plus particulièrement liés à la bataille de Liège,
pour le rôle qu’ont joué ces unités dans la défense de la P.F.L. Il s’agit du monument du
14e de Ligne (), qui, placé devant la Citadelle, domine la ville de Liège et en constitue
un des points phares, et du monument du 12e de Ligne, érigé non loin de là ().
1.3. L’hommage national et international à la résistance de Liège
La « fière réponse » du David belge à l’ultimatum du Goliath allemand du 2 août 1914
et la résistance inattendue de l’armée belge face à l’envahisseur ont suscité l’admiration
tant en Belgique que dans les pays alliés. Cette admiration était d’autant plus grande que
l’on avait été incertain de l’attitude que prendrait la Belgique en cas de conflit367 et que,
comme déjà indiqué, les capacités militaires de son armée étaient tenues pour
négligeables368. Les hommages dithyrambiques se multiplièrent rapidement, la
comparaison de la bataille de Liège avec les Thermopyles en devint presque un
cliché.369 À Paris, à Londres, à Moscou, ce n’étaient que louanges sous forme de
discours, d’articles de journaux, de dessins satiriques contre « l’ogre allemand ». Les
Parisiens, toujours friands du café viennois, le rebaptisèrent « café liégeois » et la rue de
Berlin devint la rue de Liège.370 Les premières œuvres plastiques commémorant ces
événements, et qui leur sont contemporaines, sont des médailles.371
Le 7 août 1914, le président français Raymond Poincaré envoie au roi Albert le
télégramme suivant :
Paris, vendredi 7 août, 16h40
Je suis heureux d’annoncer à Votre Majesté que le gouvernement de la République
vient de décorer de la Légion d’honneur la vaillante ville de Liège.
367
Voir PIRENNE, H., op. cit., : « […] l’attaché militaire français pensait que si la Belgique était forcée
de choisir une alliance, il était ‘peu probable’ qu’elle se prononçât pour la France » (p. 163) et « ‘Les
Belges, disait l’ambassadeur allemand à Paris à la veille de l’ultimatum du 2 août 1914, ils feront la haie
pour nous regarder passer.’ Il se trompait grossièrement, mais son erreur, qui fut celle de bien d’autres,
n’était que trop compréhensible. » (p. 164).
368
« Quant à l’attaché militaire français, il était persuadé que cet esprit de sacrifice patriotique – qui
constitue le fondement d’une armée – faisait absolument défaut aux Belges ; il en tirait la conclusion que
l’armée belge n’était pas capable de grand-chose. […] En Angleterre, Winston Churchill traduisait le
sentiment général en affirmant que la Belgique, ‘cet État malchanceux’, ne pourrait offrir, en cas
d’invasion allemande, qu’une résistance symbolique pour ensuite s’incliner devant cette situation ». DE
SCHAEPDRIJVER, S., op. cit., p. 48.
369
Le New York Times, dans son édition du 7 août 1914, « affirmait en première page que, depuis les
Thermopyles de l’Antiquité, on n’avait plus assisté à une prouesse telle que la défense de Liège ». (DE
SCHAEPDRIJVER, S., op. cit., p. 73.). La comparaison fut reprise par plusieurs auteurs, dont Romain
Rolland (Ibidem, note 7) et, on l’a vu, par le général Malleterre.
370
À Liège, la rue de Berlin fut rebaptisée rue de Londres après l’Armistice.
371
Les médailles commémoratives de la bataille de Liège sont étudiées plus en détail dans un autre
chapitre. Voir p. 185.
137
Il tient à honorer ainsi les courageux défenseurs de la place et l’armée belge tout
entière, avec laquelle l’armée française verse depuis ce matin son sang sur le champ de
bataille.
Raymond POINCARE
L’arrêté d’exécution est publié le lendemain au Journal Officiel. Liège est ainsi la
première ville étrangère à être faite chevalier de la Légion d’honneur. Il ne fallut pas
longtemps pour que les médailleurs illustrent cet hommage. Des médailles furent
réalisées la même année par Joseph Fisch () et Herman Heusers (), et d’autres en
1915 par Pousset et Fabry () et par F. Michel (). Bien d’autres médailles évoquant
la défense de Liège furent encore frappées durant et après la guerre.
Le 24 juillet 1919, Raymond Poincaré, toujours président de la République, vient à
Liège, accompagné du maréchal Foch et en présence du roi et de la reine, pour remettre
officiellement à la Ville les insignes de la Légion d’honneur.372 De nombreux décors
provisoires sont installés sur les places et dans les rues pour cette visite, avec
guirlandes, drapeaux et inscriptions. On retiendra ici un « monument de la Victoire »,
dû à Oscar Berchmans () et placé au-dessus de la façade du Théâtre royal. Ce
monument consistait en un fronton triangulaire portant un relief allégorique, une
Victoire haute de quelques mètres, placée sur la pointe du fronton, et deux groupes
figurant une panoplie sur les côtés. Réalisé en stuc et autres matériaux résistant mal aux
intempéries, l’ensemble n’a pas survécu aux conditions hivernales et a disparu en
janvier 1920.373 Il n’est plus connu que par d’anciennes photos et cartes postales. Ce
n’est qu’en 1930, année du centenaire de l’indépendance belge, que le Théâtre royal fut
doté de son fronton définitif, œuvre du même Oscar Berchmans. Lors de la réception
officielle à l’hôtel de ville, les hôtes français reçurent des paysages au pastel par
Auguste Donnay ainsi qu’une médaille commémorative de l’événement, réalisée par
Georges Petit (). Le président Poincaré et le roi Albert reçurent chacun un coffret
contenant un exemplaire en or, un exemplaire en argent et un exemplaire en bronze de
cette médaille.374
La France ne fut pas le seul pays à rendre un hommage officiel à la Ville de Liège. En
août 1923 le duc d’Aoste vient à son tour à Liège pour remettre à la Ville la Croix de
Guerre italienne, en présence du prince Léopold. Plus tôt dans l’année, Liège avait
rebaptisé le quai de Fragnée en quai de Rome et Rome avait donné à une de ses avenues
le nom de Viale Liegi. C’est sur la façade du n° 1 de cette avenue qu’est installée une
grande plaque en bronze par Oscar Berchmans, figurant les villes de Rome et de Liège,
« sœurs latines » (). Le bourgmestre de Liège et quelques membres du Collège
échevinal s’étaient rendus à Rome pour l’inauguration en juin 1923. Quelques années
372
Toujours exposés dans une vitrine au premier étage de l’hôtel de ville. Un articulet dans La Meuse du
20 décembre 1938 nous informe qu’un « Comité franco-wallon » liégeois souhaitait ériger dans la ville un
monument à la gloire de l’amitié française. « Liège, filleule de Paris, décorée de la Légion d’honneur, se
devait de posséder [ce] monument ». Le projet, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, n’a pas été
concrétisé.
373
La Meuse, 5 et 7 janvier 1920.
374
Voir REM, Georges, Un cinquantenaire émouvant…, dans Si Liège m’était conté…, n° 31, 1969, p. 313.
138
plus tard, la Serbie décore également la Ville de Liège, de la Médaille d’or pour la
Bravoure. Oscar Berchmans, encore lui, réalise à la fin des années 30, dans une salle de
l’hôtel de ville de Liège (« Salle des Commissions », encore appelée « Salle
Nondonfaz »), un relief en stuc doré, La Glorification de la Ville de Liège (). Deux
figures allégoriques portent le blason liégeois muni d’une barrette portant les trois
décorations étrangères, l’italienne, la française et la serbe.
L’hommage à Liège prend aussi la forme de statues mobilières, comme la statue
intitulée La Délivrance () du sculpteur parisien Émile Guillaume, offerte à la Ville de
Liège en 1919 par le journal Le Matin.375
La Ville de Liège voulut aussi un monument prestigieux qui marquerait le souvenir de
sa glorieuse résistance. Avec le soutien de la Province, elle décida en décembre 1918 la
construction d’un Monument de la Défense nationale.376 Ce monument ne fut jamais
construit et le projet céda la place à celui du Mémorial interallié.377
375
Voir p. 196.
Registre des délibérations du Conseil communal, séance du 23 décembre 1918.
377
Les deux chapitres qui suivent examinent ces deux projets en détail.
376
139
2. Les monuments publics à Liège378
2.1. Le « Monument de la Défense nationale » ou le projet de « Grosse Tour »379
Au lendemain de la guerre, la Ville et la Province de Liège ne pouvaient faire autre
chose que d’ériger un mémorial qui soit à la hauteur des hommages, tant nationaux
qu’internationaux, qui ont été rendus à la résistance plus longue qu’attendu lors de
l’attaque de l’armée allemande en août 1914.
Le 18 décembre 1918, « le Conseil provincial décide le principe de l’érection à Liège,
d’un monument commémorant l’héroïque résistance de l’armée belge et honorant la
mémoire des habitants de la Province, tant soldats que civils, morts pour la Patrie, aussi
bien par suite de faits de guerre que des atrocités commises par les barbares ».380 La
Province décide d’accorder un crédit de 250 000 francs pour la construction de ce
monument, ainsi que d’inviter toutes les communes de son ressort à participer aux frais
à raison d’au moins 50 centimes par habitant.
Cinq jours plus tard, le Conseil communal de la Ville de Liège décide, vu la délibération
du Conseil provincial en date du 18 décembre :
Un monument commémoratif de la Défense nationale symbolisant l’admirable endurance
du peuple belge dans sa lutte pour la grande cause du Droit, de la Justice et de la Liberté,
glorifiant la résistance héroïque de l’armée belge et de tous ceux qui, dans la province,
soldats et civils, ont souffert et sont morts pour la Patrie, sera érigé à Liège par les soins
de la Ville et de la Province.381
La Ville vote également un crédit de 250 000 francs.
Pendant que les membres de la Commission des Beaux-Arts de la Ville et du Conseil
communal discutent, sans pouvoir se mettre d’accord, de l’emplacement du futur
monument, le projet se développe dans deux directions.
La première est officielle. Une « Commission spéciale », chargée de l’exécution du
projet, est constituée sous la présidence de Gaston Grégoire, gouverneur de la Province
de Liège. Un concours est organisé en 1920, doté de 100 000 francs de primes. Les
architectes et sculpteurs, belges ou citoyens de pays alliés, sont invités à présenter des
projets de monument, soit pour la place Saint-Lambert, soit pour les Terrasses d’Avroy,
à la préférence de l’auteur. Le budget pour l’érection du monument est fixé à un million
de francs. Le concours doit se dérouler en deux étapes. Les projets retenus lors de la
première épreuve sur base d’esquisses en passeront une seconde où devront être
378
Ne sont concernés ici que les monuments commémorant l’ensemble des habitants de la ville ou d’un
quartier de la ville, en dehors des monuments corporatifs, militaires et religieux.
379
Ce sous-chapitre est basé d’une part sur les articles du journal La Meuse de 1918 à 1935 et les archives
de l’Administration des Beaux-Arts conservées aux A.G.R. (Ancien Fonds, n° 99A, dossier 163), et
d’autre part sur quelques articles : Un monument commémoratif de la Défense nationale à ériger à Liège
par l’architecte Paul Jaspar, Liège, 1923 ; COLIGNON, A., Le « Beffroy de la Victoire » : un lieu de
mémoire belgo-wallon avorté, 1999 ; CREUSEN, A., Art public à Liège au début du XXe siècle. Regard
sur trois projets monumentaux non réalisés, 2003.
380
Procès-verbaux officiels des séances du Conseil provincial de Liège, 1919-1920, p. 27-28.
381
B.A.V.L., séance du 23 décembre 1918, p. 278-279.
140
présentés des projets complets avec métrés, devis, etc.382 Trois projets sont retenus pour
la seconde épreuve, dont les auteurs sont383 :
L’architecte Van der Pal et le sculpteur anversois Guillaume Dumont384 ;
Emmanuel Ladmiral, architecte statuaire à Paris ;
L’architecte Paul Tournon et le statuaire Antoine Sartorio385, tous deux
de Paris.
Quatre autres projets, dont un par le Liégeois Edmond Falise, sont primés sans toutefois
être retenus pour la suite. Le 27 octobre 1921 on peut prendre connaissance des résultats
finaux dans La Meuse :
[…] La décision du jury est qu’aucun [des trois projets retenus] n’offre des qualités
suffisantes pour mériter l’exécution, étant donnée la grandeur de l’idée à commémorer
par l’érection du monument.
Cette décision va évidemment mettre la Commission exécutive dans l’obligation d’aviser
aux moyens à employer pour réaliser l’œuvre dont elle a été chargée par la Province et la
Ville de Liège. En présence des résultats négatifs du concours, il ne lui reste que la
ressource de la commande directe du monument à un statuaire de renom. Espérons que
cette tâche ingrate lui sera facilitée.
Exit la procédure d’appel à projet et de concours. Place au(x) projet(s) de l’architecte
Paul Jaspar.
En effet, pendant que se mettait en place la Commission spéciale et que se déroulait le
concours, un autre projet, encore non officiel, prenait forme. À l’automne 1918 déjà,
l’avocat liégeois Joseph-Maurice Remouchamps, membre de l’Assemblée wallonne,386
et l’architecte Paul Jaspar, auxquels s’était associé le sculpteur Georges Petit, rêvaient
d’un monument grandiose qui serait l’ultime hommage aux Liégeois combattant depuis
dix siècles pour la liberté. Leur programme est magnifiquement résumé dans une lettre
adressée le 24 mai 1919 par J.-M. Remouchamps à Gaston Grégoire, président de la
Commission spéciale pour le monument, dont voici le texte intégral387 :
Liège, le 24 mai 1919
Mon cher Monsieur Grégoire,
M’étant souvent demandé, pendant l’occupation, par quel monument commémoratif
Liège célébrerait les faits inoubliables dont elle fut le témoin, j’en vins à cette
conclusion : qu’il serait banal et insuffisant de commémorer une des heures les plus
graves de l’histoire du monde par un groupe de bronze, même de grandes dimensions,
dont on décorerait l’une de nos places.
382
Monument à ériger à Liège commémoratif de la Défense nationale. Programme et règlement du
concours, A.G.R., Administration des Beaux-Arts, Ancien Fonds, n° 99A, dossier 163.
383
La Meuse, 13 février 1921.
384
Né à Borgerhout en 1889. Selon le répertoire Piron, ce sculpteur s’est présenté plusieurs fois au
concours de Rome.
385
Antoine Sartorio (1885-1988 [!]), ancien poilu, a réalisé plusieurs monuments commémoratifs en
France.
386
Fils du poète dialectal Édouard Remouchamps, Joseph-Maurice succéda en 1919 à Jules Destrée
comme secrétaire général de l’Assemblée wallonne. Il fut également sénateur libéral de 1920 à 1925.
COLIGNON, A., op. cit., p. 223 et note 25 p. 224.
387
Texte de la copie conservée aux A.G.R., Administration des Beaux-Arts, n° 99A, dossier 163.
141
Le fait à rappeler est tellement grandiose qu’il demande un monument plus important, où
l’architecture et la sculpture interviennent ensemble, intimement confondues, comme on
le voit dans l’arc de Triomphe de l’Etoile.
Il ne peut être question d’ériger à Liège un Arc de Triomphe, mais pourquoi ne
célébrerions-nous la résistance qui nous dressa devant l’agression germanique par un
BEFFROI ?...
Liège n’a pas une grande tour, celle de St-Lambert n’existe plus. N’est-ce pas l’occasion
d’en rebâtir une ?...
En se dressant dans le ciel, fièrement, elle symboliserait déjà le sentiment qui s’empara de
nous en août 1914. Mais la partie sculpturale interviendrait pour rappeler la façon dont
nous comprîmes le rôle qui nous était réservé.
Des groupes, des bas-reliefs, des détails purement décoratifs, pourront rappeler mille
choses de notre passé. La page d’histoire que nous avons vécue en 1914 est-elle autre
chose que le couronnement d’une histoire de dix siècles de luttes pour la liberté ?... La
pierre et le bronze devront rappeler l’histoire de Liège, la lutte de ses métiers contre les
princes, la paix de Fexhe, la résistance aux ducs de Bourgogne, 1789, 1830.388 Nous y
chanterons le triomphe du Droit, notre amour de la Liberté. Nous y dirons notre esprit
démocratique, car c’est sur notre terre que la démocratie est née. Et nous y magnifierons
la Victoire de la Latinité dont nous sommes la forteresse avancée.
Au-dessus, il faudrait installer une grosse cloche, la cloche de la Cité, qui sonnerait aux
heures de joie et de danger. Il y faudrait aussi un carillon, qui répéterait nos airs
populaires et nos vieux cramignons.
Où placer un tel monument ?... La question était délicate. Après avoir examiné différents
emplacements, j’ai pensé que notre vieille place du Marché était tout indiquée pour
recevoir le Beffroi. N’est-ce pas le décor où s’est déroulée toute notre vie politique ?...
N’est-ce pas là qu’ont été conquises et proclamées nos franchises communales ? Le
marché se prête d’ailleurs très bien à l’érection d’un monument élevé, car il permet le
recul nécessaire. D’autre part, notre tour se verra à souhait de la place St-Lambert et des
places voisines.
Il semble donc que le mieux serait de faire disparaître les deux groupes de maisons se
trouvant entre la place du Marché et la place St-Lambert. À cet endroit, on pourrait
construire le nouvel hôtel de ville, à quelques pas de l’ancien. Il aurait une façade à la
place du Marché et à la place St-Lambert et contribuerait à donner à cette dernière place
un caractère dont elle est totalement dépourvue. Je joins à ma lettre un croquis indiquant
comment pourrait être utilisé le terrain.
Le beffroi serait la tour du nouvel hôtel de ville ou, plus exactement, s’élèverait à côté.
Rien n’empêcherait de l’élever tout d’abord, en expropriant quelques petites maisons se
trouvant entre la rue Ste-Ursule et la rue Royale. Il serait ainsi construit sur
l’emplacement de notre ancienne cathédrale.
Cette idée, je l’ai soumise à deux amis, MM. Georges Petit, statuaire et Paul Jaspar,
architecte, en leur demandant s’ils la croyaient réalisable. Ils ont trouvé, l’un et l’autre,
qu’elle pourrait se prêter à la plus heureuse réalisation.
M. Jaspar s’est livré à une série d’études préparatoires en vue de donner une idée générale
de ce que pourrait être l’architecture du Beffroi. Ces projets ont fait l’objet de nombreux
388
Il est piquant de voir que l’idée a été reprise par l’échevin Jean Lejeune pour le Monument aux
Liégeois morts pour la Liberté inauguré en 1964 ! Voir p. 153-154.
142
entretiens, au cours desquels l’idée s’est de plus en plus précisée. Elle a finalement abouti
aux dessins que je vous remets avec la présente.
L’architecte devait éviter l’adoption d’un style déterminé rappelant trop uniquement une
époque. La conception doit être plus générale. D’autre part, l’œuvre devait être
foncièrement liégeoise et wallonne. M. Jaspar a vaincu la difficulté avec élégance et
virtuosité. Voici comment il indique lui-même la solution adoptée :
LE BEFFROI
Construit en sombres moellons de grès houiller, dès la base, le beffroi semble surgi
du sol natal. Sur un soubassement primitif, il s’élance : une baie romane en plein
cintre encadre l’allégorie de la résistance de Liège. Quatre piliers massifs
supportent les groupes de Herve, Visé, Dinant, Andenne. Les divers étages, de
style ogival, se superposent dans l’ordre chronologique de leur trouvaille : c’est
tout le Moyen Âge ; la baie, si caractéristique, du Bouxhtai ; les fenêtres à linteaux
décorés d’archivoltes ; les délicieux entrelacs du flamboyant. Une galerie, fleurie
en Renaissance, relie les poivrières Louis XIV entre lesquelles se dresse la clocher
joyeusement Régence et Louis XV, qui passe par le Louis XVI pour se terminer
par un campanile du 1er Empire. Enfin, sur ce campanile et le couronnement, trois
gens du peuple, boutiquier, armurier, verrier (tels les trois ribauds que Delcour
transforma en les trois grâces de son perron) supportent la pomme de pin, antique
symbole de nos franchises.
Toute la vie de la cité, pendant dix siècles, se trouve ainsi retracée dans la pierre
qui paraîtra s’être empilée au cours des temps. Dans la galerie Renaissance, entre
les poivrières, circule, suivant les heures, un cramignon liégeois cependant que le
carillon redira leurs chants populaires.
Quatre victoires ailées claironnent que la Belgique, que Liège, a combattu pour la
défense du droit, qu’elle fut martyre avec les autres villes détruites de la Patrie
wallonne, dont les écussons sont enchâssés dans les murailles : l’écu de Liège,
lauré et garni de feuillages de chêne, ceint de la couronne murale, décoré de la
Légion d’honneur, est placé sous l’allégorie de la Défense.
Une grosse cloche, placée au-dessus du carillon, clamera de sa voix d’airain, pardessus les toits, et conviera les « tiesses di hoye » à se réjouir aux fêtes citadines ou
nationales.
Quatre victoires ailées surmontent les clochetons.
Tel se présente l’ensemble de la partie architecturale.
De son côté, M. Petit, tout en suivant de près le développement du projet de M. Jaspar,
prévoyait les morceaux de sculpture qui doivent lui donner sa signification.
Au pied de la tour, un grand haut-relief rappellerait la défense de Liège. La porte d’entrée
serait aussi l’occasion de rappeler de grandes idées liégeoises. Quatre groupes
surmonteraient les piliers massifs de la base. Enfin, la tour elle-même recevrait des basreliefs.
Il va de soi que les idées du statuaire ne peuvent être indiquées actuellement avec plus de
précision.
Voilà, mon cher Monsieur Grégoire, dans ses grandes lignes, le projet dont je vous ai
récemment entretenu. Peut-être intéressera-t-il le Comité chargé de l’érection d’un
monument, comité dont vous êtes le Président.
143
Les personnes à qui j’en ai parlé jusqu’à présent m’ont paru très sympathiques à l’idée.
Une seule objection, à ma connaissance, a été présentée. On a dit, paraît-il, qu’il n’est pas
possible de construire un beffroi à Liège parce que ce genre de monument ne se rencontre
qu’en Flandre.
La réponse est aisée ; on rencontre des beffrois partout : en France, en Angleterre, en
Italie et aussi en Wallonie : Tournai et Mons sont là pour le prouver. Liège avait autrefois
sa Grande Tour, dont une rue porte encore le nom. Et quand même il n’en serait pas ainsi,
l’objection ne devrait pas être prise en considération, car elle reviendrait à prétendre qu’il
est défendu de construire une tour à Liège… parce qu’on n’en a jamais construit. Ce n’est
évidemment pas sérieux.
Veuillez agréer, mon cher Monsieur Grégoire, l’expression de mes sentiments les
meilleurs.
(s) Remouchamps
Avocat, Bd d’Avroy, 280
La tour devait avoir une hauteur de 90 m. « Un bel enfant […] qui, à première vue,
semblait le produit de l’accouplement des beffrois de Tournai et de Mons ».389 On a en
conservé des croquis, dont des vues d’artiste () et une vue en élévation ().
On remarquera le glissement qui s’opère dans la motivation des promoteurs. Il ne s’agit
pas ici « d’un monument commémorant l’héroïque résistance de l’armée belge et
honorant la mémoire des habitants de la Province » comme le Conseil provincial en
avait émis le vœu en décembre 1918, ni « d’un monument commémoratif de la Défense
nationale symbolisant l’admirable endurance du peuple belge dans sa lutte pour la
grande cause du Droit, de la Justice et de la Liberté, glorifiant la résistance héroïque de
l’armée belge et de tous ceux qui, dans la province, soldats et civils, ont souffert et sont
morts pour la Patrie » comme l’avait exprimé le Conseil communal à la même époque.
Non, il s’agit maintenant de la vision romantique d’un monument chantant Liège et ses
habitants dans la continuité de leurs combats séculaires pour leurs libertés. Dans ses
délibérations ultérieures, le Conseil communal allait d’ailleurs parler de « Monument à
la Défense de Liège ». Dans cette perspective identitaire, les Liégeois, qui « voulaient
magnifier la victoire de la Latinité dont ils sont une « forteresse avancée », oubliaient un
peu trop rapidement que l’armée qui s’était opposée à la progression allemande autour
de Liège et dont l’héroïsme était célébré par tous les pays alliés, cette armée n’était pas
seulement composée de soldats wallons et qu’on y trouvait un grand nombre de
Flamands, même et surtout dans les régiments dits liégeois des 12e et 14e de Ligne.
Mais l’idée flattait l’amour-propre principautaire et c’est tout naturellement qu’après
l’échec du concours, le Comité spécial se tourne vers Paul Jaspar, dont le projet était
déjà bien connu.
Il y avait cependant un obstacle majeur. Son coût dépassait de loin le budget d’un
million de francs alloué à la construction de ce monument. Ses promoteurs parlaient de
trois millions de francs, et si l’on ajoute les coûts des expropriations et du nouvel hôtel
389
COLIGNON, A., op. cit., p. 226.
144
de ville, on devait approcher des dix millions ! Aussi demande-t-on à l’architecte de
proposer des alternatives susceptibles de s’inscrire dans l’enveloppe budgétaire prévue
(). Il conçoit une colonne de 42 m de haut, « rappelant, par sa silhouette générale,
l’ancien Perron liégeois, tel qu’il existait lors du sac de la ville par Charles le Téméraire,
et symbolisant, dans sa partie décorative, l’héroïsme de l’armée et de la population
civile ». Le tout devait être surmonté d’une allégorie en bronze et un ascenseur serait
installé dans la colonne pour permettre l’accès au sommet.390 Une autre idée est de
réduire les proportions de la Grosse Tour, qui n’aurait plus que 70 m de haut, et d’en
supprimer une partie du programme ornemental. La Province et la Commission du
monument se prononcent pour le projet de colonne, mais la Ville reste convaincue par la
Grosse Tour. Paul Jaspar avait à plusieurs reprises exposé ses plans de grand beffroi au
public à Liège, à Bruxelles, à Gand,391 des articles élogieux avaient été publiés dans
divers journaux. En juillet 1922, le Comité directeur de la Société centrale
d’architecture de Belgique écrit aux ministres concernés, au gouverneur de la Province,
au Collège communal, et à d’autres instances encore, pour témoigner de son entière
approbation du projet de grand beffroi et émettre le vœu que les pouvoirs publics
réalisent cette « œuvre digne à la fois des souvenirs qu’elle perpétuera et de la haute
tradition artistique de notre pays ».392 Une plaquette, déjà citée, défendant la Grosse
Tour et faisant l’historique du projet, est publiée en 1923. La majorité au Conseil
communal, dont le bourgmestre E. Digneffe, l’échevin des Beaux-Arts Olympe Gilbart
(libéral), le président de la Commission des Beaux-Arts Joseph Bologne (socialiste),
veut donc le beffroi. On suggère de lancer une souscription nationale, jamais réalisée.393
L’État avait déjà exprimé ses limites de financement.394 Bref le problème restait entier.
Sauf que… entre-temps un autre projet se formait, le Mémorial interallié, destiné à
Liège, mais promu et financé par les pays alliés.395 Les Liégeois placent donc leurs
espoirs dans la possibilité d’intéresser le Comité du mémorial aux projets de la Ville et
de bénéficier ainsi des fonds nécessaires. Mais les projets sont trop différents, tant dans
leurs intentions que dans leur programme, et Paul Jaspar lui-même ne veut pas entendre
parler d’autre chose que de son beffroi.396 La Ville s’accroche donc à son rêve tandis
que le Mémorial interallié se construit. En 1931, alors que le Conseil communal
délibère sur une demande de subvention par le comité du Mémorial, Joseph Bologne
insiste :
Où placer le monument commémoratif ? Je ne comprends pas que l’on songeât à Cointe.
Pendant ces journées tragiques d’août 1914, qui donc pensait à Cointe ? […] Ceux qui,
sans être soldats, ont collaboré à la défense de la ville, se réunissaient, vous vous en
souvenez, à l’Hôtel de ville. Nous y venions le plus souvent possible : on se
communiquait les bonnes et les mauvaises nouvelles, qui réconfortaient tout de même.
390
La Meuse, 18 octobre 1922.
Un monument commémoratif…, 1923, p. 13.
392
A.G.R., A.B.A., Ancien fonds, n° 99A, dossier 163. Voir aussi Un monument commémoratif…, 1923, p.
20-21.
393
B.A.V.L., séance du 30 juillet 1923, p. 1271.
394
Lettre datée du 7 juillet 1921, du ministre des Beaux-Arts aux bourgmestre et échevins de la Ville de
Liège. A.G.R., A.B.A.. Ancien fonds, n° 99A, dossier 163.
395
Projet du Mémorial interallié. Voir le chapitre suivant.
396
COLIGNON, A., op. cit., p. 235-239.
391
145
Nous sentions que nous vivions des journées uniques dans l’histoire. C’est donc, selon
moi, ici, au cœur même de la cité, en face de l’Hôtel de ville, que devrait s’élever ce
monument commémoratif.397
Le Conseil ne votera pas la subvention demandée, « vu l’emplacement et le caractère de
ce Mémorial ». Mais le projet de Grosse Tour est maintenant définitivement mort.
Supposé glorifier d’abord la résistance de l’armée belge, puis de Liège et des Liégeois,
il ne semblait plus alors que devoir rappeler les émotions passées des édiles communaux
durant les années de guerre. En juillet 1936, le Conseil communal vote le transfert des
fonds budgétés pour le Monument de la Défense nationale vers celui du monument au
roi Albert, alors en projet.398
Paul Jaspar, adepte d’un retour à l’architecture éclectique après un passage par l’Art
nouveau, avait présenté, avec son beffroi, un summum de l’architecture historiciste et
régionaliste, dont c’était aussi en quelque sorte le chant du cygne, tandis que le
Mémorial interallié conçu par Joseph Smolderen témoigne d’une vision plus dépouillée
de l’architecture s’inscrivant dans le mouvement de l’Art déco. En 1933, Jaspar constate
amèrement « les faillites de l’art régional, que je ne crois plus applicable qu’à la
conservation de tous nos vieux souvenirs ».399
2.2. Le « Monument aux soldats et civils morts pour la Patrie » au cimetière de
Robermont
Un an après avoir décidé du principe d’un Monument de la Défense nationale, le
Conseil communal décide qu’un autre monument doit être élevé au cimetière de
Robermont, pour symboliser la grandeur du sacrifice des morts pour le pays, des soldats
et des civils qui y sont inhumés.400 En mars 1920, le Conseil vote un crédit de 300 000
francs pour ce monument, à inscrire au budget de 1921.401 Une commission est installée
sous la présidence de l’échevin Maurice Falloise. Ses travaux suivent le même
calendrier que ceux du comité pour le Monument de la Défense nationale. Les concours
sont organisés en parallèle. Sur les trente-huit envois de projets, six sont retenus pour la
seconde épreuve. Et contrairement à ce qui se passe pour l’autre concours, un projet est
finalement sélectionné, dont les auteurs sont l’architecte Victor Rogister et le statuaire
Oscar Berchmans (). Le vainqueur est annoncé en juillet 1921, les budgets sont
disponibles, le travail peut commencer.
Un journaliste signant R. H. donne, dans La Meuse du 31 octobre 1922, cette excellente
description du projet :
Le monument se compose d’une stèle de 16 mètres de hauteur et de cinq mètres de
largeur, encadrée par deux ailes de cinq mètres de hauteur, légèrement incurvées. Il a une
397
B.A.V.L., séance du 11 juillet 1931, p. 950.
B.A.V.L., séance du 10 juillet 1936, p. 834.
399
JASPAR, P., À propos de l’architecture liégeoise, dans Bâtir, n° 6, 1933, p. 331 (cité par A.
COLIGNON, op. cit., p. 242).
400
B.A.V.L., séance du 21 novembre 1919, p. 331.
401
Idem, séance du 22 mars 1920, p. 165. Le montant comprend le coût du monument, 250 000 francs, et
les primes à attribuer pour le concours.
398
146
envergure totale de 50 mètres. Sa construction nécessitera l’emploi de 195 m³ de pierre
bleue du pays. […]
L’architecte comme le sculpteur ont matérialisé une idée : « L’Humanité reconnaissante
s’incline devant les héros tombés pour la liberté des peuples ».
Le fronton de la stèle centrale, supporté par deux colonnes cannelées, porte un flambeau
symbolisant le Droit et encadré par les millésimes 1914-1918. Entre les deux colonnes, le
fond du monument porte l’inscription : « Aux Héros de la Grande Guerre, tombés au
Champ d’honneur, Gloire éternelle » sous laquelle une femme en tunique drapée à
l’antique et personnifiant l’Humanité, accroche une couronne. Ce personnage, comme
ceux des ailes, a 3 m. 50 de hauteur.
Sur les ailes [()], deux groupes à peu près semblables forment deux lignes descendantes
vers le centre. Ces groupes, également traités à l’antique, représentent une veuve, un
orphelin, des soldats appuyés sur leurs épées, des familles puis des gloires ailées. Le
soubassement des ailes porte l’inscription, à gauche : « Pour la Patrie » et à droite : « Pour
l’Humanité ».
Il se dégage de cet ensemble une impression de puissance et de tristesse, obtenue tant par
la simplicité du décor que par la vigueur du relief. […] Les mouvements des personnages
sont sobres et sans grandiloquence. […]
Le monument est une œuvre digne du sacrifice des héros et des martyrs, en même temps
qu’elle honore l’Art de chez nous en la personne de MM. Berchmans et Rogister.402
Au dos de chaque aile est gravée une citation. Derrière l’aile droite, la proclamation du
général Leman à la population liégeoise au début de la guerre :
La grande Allemagne envahit notre territoire après un ultimatum qui constitue un outrage.
La petite Belgique a relevé fièrement le gant. L’armée va faire son devoir. La population
de Liège accomplira le sien ; son ardent patriotisme en répond. Vive le roi, commandant
en chef de l’armée ! Vive la Belgique indépendante ! Lieutenant général, gouverneur
militaire de Liège, Leman. 4 août 1914.
Derrière l’autre aile, le discours de victoire du maréchal Foch :
Après avoir résolument arrêté l’ennemi, vous l’avez pendant des mois, avec une foi et une
énergie inlassables, attaqué sans répit. Vous avez gagné la plus grande bataille de
l’histoire et sauvé la cause la plus sacrée : la liberté du monde. Soyez fiers ; d’une gloire
immortelle vous avez paré vos drapeaux ; la postérité vous garde sa reconnaissance. Le
maréchal de France commandant en chef des armées alliées, Foch. 19 novembre 1918.
L’ensemble est inauguré le 24 octobre 1926 en présence du roi Albert et de délégations
des pays alliés. Un buste du roi Albert sera installé devant le monument en 1937.403
En 2005 ou 2006, des menaces sur la stabilité de la haute stèle ont entraîné la décision
de déposer les pierres de la partie supérieure (). Aucun budget n’a, à ce jour, été
débloqué par la Ville pour sa restauration.
2.3. Les monuments dans les quartiers de Liège.
Alors que de nombreuses communes avaient inauguré leur monument commémoratif en
1920 et 1921 et que les autres grandes villes du pays, dont les procédures d’appel à
402
Auxquels il faut associer le « sculpteur praticien » Léopold Pironnet, qui a taillé dans la pierre les
décors et figures imaginés par l’architecte et le statuaire.
403
Voir p. 151-152.
147
projet prenaient nécessairement plus de temps, avaient également le leur dans la
première moitié des années 20,404 Liège n’avait toujours rien. La réalisation du
monument de Robermont, géographiquement excentré, prenait du retard et celle du
Monument de la Défense nationale restait fort indécise.
C’est donc de l’initiative de groupes de citoyens que doivent naître ces monuments par
lesquels la population veut qu’un hommage soit rendu à ses morts dont on doit pouvoir
lire les noms,405 à leurs familles orphelines et à leurs compagnons de combat. Les
comités de ces monuments doivent lancer des appels dans la presse locale aux parents et
amis des victimes du quartier pour établir la liste des noms à inscrire sur les mémoriaux.
On voit ainsi se succéder les inaugurations de monuments de quartiers et monuments
paroissiaux. Alors que la plupart des monuments paroissiaux sont placés à l’intérieur de
l’église, et sont donc à considérer comme relevant de la catégorie des monuments
religieux, certains sont installés sur les murs extérieurs et revêtent un caractère public.
Les autorités communales, bourgmestre et/ou échevins, militaires et religieuses assistent
dans ces cas à la cérémonie d’inauguration, au terme de laquelle le monument est placé,
suivant une formule consacrée, sous la garde ou la sauvegarde de la Ville. Nombreux
sont les monuments ainsi érigés qui passent, pour la plupart, aujourd’hui totalement
inaperçus :
Paroisse Ste-Foy () : inauguré le 26 juin 1922. Le comité du monument
était présidé par l’administrateur-délégué de la FN et constitué essentiellement de
notables du quartier.406
Monument du quartier d’Outremeuse () : inauguré le 10 mai 1923, à
l’initiative du Cercle « Amon Nos Autes » et du « Cercle les XXI – Le Souvenir
liégeois », dont la plaque est insérée dans le mémorial.407
Église St-Nicolas () : en Outremeuse comme le précédent, il relève de
la paroisse de Saint-Pholien. Ce monument par Oscar Berchmans a été commandé
par la « Fédération des Sociétés d’Outremeuse ». Il a été inauguré en été 1923.408
Quartier d’Amercoeur () : adossé à l’église Saint-Remacle et inauguré
le 29 juillet 1923, il fut réalisé par le cercle patriotique « Ne les oublions jamais »,
dont le nom figure au bas du monument.409
Quartier Pierreuse () : œuvre de Joseph Zomers, commandée par la
Société des fêtes « Noss’ Pierreuse » en souvenir des habitants des rues Pierreuse,
Volière et Péry morts durant la guerre. La plaque a été inaugurée le 21 avril
1924.410
Paroisse Saint-Barthélemy () : le mémorial est inauguré et remis à la
garde de la Ville de Liège le 11 novembre 1924.411
404
Waremme en septembre 1920, Spa en décembre 1921, Verviers et Huy en mai 1923, Seraing en
septembre 1924…
405
Le nombre de morts des quartiers urbains est trop important pour que l’on puisse aussi inscrire, sur ces
mémoriaux, ceux des survivants comme c’est le cas dans nombre de communes rurales.
406
La Meuse, 24 juin 1922.
407
La Meuse, 1er mars, 8 et 12 mai 1923.
408
La Meuse, 22 février et 28 juin 1923.
409
La Meuse, 17 juin et 31 juillet 1923.
410
La Meuse, 28 décembre 1923 et 17 avril 1924.
411
La Meuse, 13 novembre 1924.
148
Quartier de l’Ouest (Sainte-Marguerite) () : Œuvre de Jules Brouns, à
l’initiative du Comité « Ouest-Attractions », inaugurée le 15 novembre 1925.412
Quartier Sainte-Walburge () : installé devant l’église, à côté du
monument de 1830, ce monument est dû à Edmond Falise. Il représente un soldat
mourant ou mort sur le giron d’une femme agenouillée tenant une épée dans la
main droite. Mère, épouse ou Patrie, elle exprime un sentiment contenu de
vengeance. Il a été inauguré le 29 août 1926.413
Quartier du Thier-à-Liège () : un comité appelé « Pour nos soldats »
avait sollicité, en 1920, des subsides de la Ville pour l’édification d’un monument
dans le nouveau quartier du Thier-à-Liège. La Commission des Beaux-Arts émit
un avis négatif en raison des projets de Monument de la Défense nationale et au
cimetière de Robermont.414 Un monument, adossé à l’église Saints-Victor-etLéonard, a été inauguré six ans plus tard, le 26 septembre 1926.
Avant même que ne soit inauguré le premier monument édifié par la Ville de Liège,
celui de Robermont, ce sont donc au moins neuf mémoriaux qui ont été installés dans
divers quartiers de la ville, dus à des initiatives privées mais avec la caution des
autorités communales qui acceptent d’en prendre la garde, c'est-à-dire l’entretien et les
travaux de restauration éventuels.
Si d’autres monuments, à caractère militaire, corporatif ou religieux, continuent à
apparaître dans la ville, il faut attendre encore une dizaine d’années avant de voir de
nouveaux monuments de quartier :
Quartier du Longdoz () : inauguré le 21 novembre 1937 au
commissariat de police de la rue Grétry, il a disparu depuis. La société « Le
Bouquet – Espérance Attraction » en était le promoteur.415
Quartier du Laveu () : premier monument à intégrer l’effigie du roi
er
Albert I , il a été inauguré le 26 juin 1938.416
Quartier de Cointe () : la construction du Mémorial interallié et de la
« basilique » de Cointe avait suscité chez les habitants du quartier le désir d’avoir
également un mémorial local.417 Celui-ci consiste en une plaque de bronze
apposée à l’extérieur de l’église, inaugurée le 10 juillet 1938.418 L’accès à ce
mémorial est maintenant empêché par des barrières destinées à protéger
d’éventuelles chutes de pierres provenant des parties hautes de la basilique.
Le déclenchement de la Seconde Guerre met une fin provisoire à la création de
monuments de quartier. La paix revenue, l’activité commémorative se focalise surtout
sur l’adaptation des monuments de la Première Guerre pour y inclure les noms des
morts de 40-45. Tous les monuments de quartier des années 20 et 30 sont ainsi
complétés, remaniés, modifiés et officiellement ré-inaugurés en 1946 et 1947. Seuls font
412
La Meuse, 17 novembre 1925.
La Meuse, 30 août 1926.
414
La Meuse, 17 mai 1920.
415
La Meuse, 22 novembre 1937.
416
La Meuse, 21 juin 1938.
417
La Meuse, 25 mai 1938.
418
La Meuse, 11 juillet 1938.
413
149
exception les monuments d’Outremeuse et de la paroisse de Saint-Nicolas, qui ne
gardent que la mention des morts de 14-18. Une nouvelle plaque sera apposée en 1953
sur la façade de l’église Saint-Pholien, qui marque la reconnaissance des habitants du
quartier aux victimes des deux guerres ().419
Quelques autres nouveaux monuments de quartier, qui se doivent d’honorer autant
les morts de la Première que de la Seconde Guerre sont encore inaugurés ces années-là,
notamment au Fond-des-Tawes () et dans le quartier Saint-Gilles ().
Les tergiversations, les rêves de grandeur aussi des responsables de la Ville, qui
n’ont pu ériger de monument que pour les morts inhumés au cimetière de Robermont,
ont ainsi trouvé un contrepoids dans l’initiative de divers groupes de citoyens qui, l’un
après l’autre, ont voulu avoir des supports monumentaux pour les cérémonies
commémoratives locales. Liège est la seule ville de la province qui présente une telle
variété de monuments de quartier, mais c’était aussi, et de loin, la ville la plus peuplée.
2.4. Les monuments au roi Albert Ier
Avant même que ne se mette en place le Comité national des monuments au roi
Albert420, les anciens combattants liégeois et les associations patriotiques constituent un
comité pour un monument au roi-soldat.421 La Ville prend ensuite ce comité sous son
patronage : « La Ville prend avec fierté cette organisation sous son patronage, mais elle
veut surtout que s’exercent toutes les initiatives, car ce monument doit être l’œuvre de
tous les Liégeois ».422 Autrement dit, il ne faut pas compter sur les subventions
communales ou provinciales, encore mobilisées pour le projet du beffroi, pour assurer le
financement de ce nouveau monument. Mais toutes les « forces vives » de la région se
mobilisent. On trouve dans le comité d’honneur et dans le comité exécutif des politiques
(ministres d’État, sénateurs, le gouverneur de la Province, le bourgmestre, plusieurs
échevins, des députés provinciaux…), des représentants du pouvoir judiciaire, de
l’armée, des autorités religieuses (catholiques, protestantes, israélites), des autorités
académiques (dont le recteur de l’Université J. Duesberg), du monde financier (dont le
banquier Nagelmackers), de la presse (les directeurs de tous les journaux liégeois), de
diverses associations patriotiques, etc.423 Bref, tout le petit monde liégeois est sur le
pont pour assurer le succès de l’entreprise… et pourtant il faudra attendre encore trente
ans et passer par de multiples péripéties pour que la Ville inaugure enfin son monument
au roi Albert.
Premier problème, les finances. Pour que le monument soit « l’œuvre de tous les
Liégeois » on ouvre une souscription publique qui connaît un succès mitigé. On estime
initialement le coût d’une statue équestre à un million de francs. En juin 1934, on a déjà
419
B.A.V.L., séance du 28 janvier 1952, p. 170-171 ; B.A.V.L., 1953, p. 2177.
Présidé par le Premier ministre de Broqueville, il avait pour but l’érection d’un monument par
province ainsi que d’un monument national à Marche-les-Dames. Voir vol. 1, p. 54-55.
421
La Meuse, 8 mars 1934.
422
La Meuse, 27 mars 1934.
423
Ibidem
420
150
récolté environ 700 000 francs.424 Mais c’est encore insuffisant. En 1936, actant l’échec
du projet du Monument de la Défense nationale, la Ville et la Province décident le
transfert des budgets y alloués au comité du monument au roi Albert.425 En 1939, on
constatera que le million et demi de francs disponibles est encore insuffisant. Puis la
Seconde Guerre interrompra tout.
Second problème, l’emplacement du monument. Un accord se fait pour le parc d’Avroy,
face aux Terrasses.426 Mais en 1937, Victor Horta suggère que le boulevard Piercot
serait plus indiqué, moyennant certains aménagements. Ceci nécessite de nouvelles
études d’implantation et augmente le coût du projet, bien au-delà des fonds
disponibles.427 Au lendemain de la Seconde Guerre on ne parlera plus du boulevard
Piercot.428
Une troisième question était la forme à donner à ce monument. Un consensus s’est
rapidement établi autour de l’idée d’un monument équestre, comme il en existait déjà
plusieurs dans le pays pour le roi Léopold II. C’était d’ailleurs aussi le vœu du Comité
national que chaque province ait son monument équestre. Des voix discordantes se sont
cependant élevées, qui renvoient au débat esthétique. Ainsi une lettre ouverte de
l’architecte V.-L. Rogister fils est publiée par La Meuse429 :
Il est question d’élever à Liège, ainsi que dans la plupart des grandes villes belges, un
monument à la mémoire du roi Albert.
Déjà se dessine un mouvement en faveur de la « statue équestre », qui, empressons-nous
de l’ajouter, est restée de tout temps la forme la plus vulgaire dont on ait fait usage pour
perpétuer le souvenir d’un grand roi, spécialement lorsque celui-ci s’était signalé par son
courage et ses qualités militaires.
Ainsi donc les villes principales de notre pays vont-elles, dans un accord unanime, édifier
une série de statues équestres stéréotypées, qui, en raison de leur manque de caractère, de
leur banalité, n’inspireront guère que de l’indifférence aux générations à venir. […]
Au nom de l’art, de l’esthétique et du bon goût le plus élémentaire, faisons appel aux
autorités pour éviter le renouvellement d’un précédent aussi lamentable. […]
L’appel du jeune architecte ne sera pas entendu et c’est bien l’idée de la statue équestre
qui reste dans les projets. De toute façon, prise entre les questions financières et de
choix d’emplacement, la Ville n’a pas pu organiser d’appel à projets avant que ne
commence la Seconde Guerre.
Dans l’entre-temps cependant, les associations liégeoises d’anciens combattants et
d’anciens prisonniers politiques, réunies dans un Comité d’entente, décident de rendre
elles-mêmes l’hommage au roi Albert. En mars 1934 elles obtiennent l’accord de la
Ville pour l’érection au cimetière de Robermont, sur la pelouse d’honneur devant le
424
La Meuse, 18 juin 1934.
B.A.V.L., séance du 10 juillet 1936, p. 834.
426
C’était le vœu émis par le comité du monument. D’autres sites avaient été envisagés par la Ville,
comme la place de la Cathédrale (alors appelée place du Roi Albert) et l’entrée du boulevard de la
Sauvenière. B.A.V.L., séance du 10 juillet 1936, p. 815-817.
427
B.A.V.L., séance du 4 octobre 1937, p. 880-882 ; séance du 28 juin 1939, p. 560-565 et p. 632-641.
428
Le carrefour du boulevard Piercot et du boulevard Frère-Orban fut un moment choisi comme
emplacement pour le futur Monument national à la Résistance. B.A.V.L., séance du 15 avril 1946, p. 390391.
429
La Meuse, 6 avril 1934.
425
151
Monument aux soldats et civils morts pour la Patrie, d’un petit monument portant un
buste du roi défunt (). Il est décidé que seule sera admise la participation financière
des invalides, anciens combattants, condamnés politiques et victimes civiles de la
Grande Guerre.430 Le sculpteur Georges Petit est choisi pour la réalisation du projet. Les
choses ne traînent pas, et le monument est inauguré le 21 juillet 1934. Depuis lors,
toutes les cérémonies des anciens combattants à Robermont incluent un hommage
devant ce monument.
Un autre mémorial dédié au roi Albert, situé à la pointe de l’île Monsin, à l’endroit où
se divisent les eaux de la Meuse et du canal Albert, est construit à l’initiative de
l’Administration des Ponts et Chaussées pour célébrer l’ouverture du canal qui relie
Liège à Anvers et fait, en quelque sorte, de Liège un port de mer. Il avait initialement
suscité de l’émoi au sein du Conseil communal liégeois, qui y voyait un concurrent
potentiel à son propre projet de statue équestre.431 Ce mémorial, conçu par l’architecte
J. Moutschen, a la forme d’un vaste triangle curviligne couvert pour partie d’espaces
gazonnés et pour partie d’une esplanade dallée ().432 La statue du roi, de 13 m de haut,
réalisée par le sculpteur Marcel Rau, est adossée à un phare placé à la pointe du triangle.
Le mur fermant le petit côté du triangle porte des reliefs dus à Robert Massart (Le
débardeur, symbolisant la ville d’Anvers), à Louis Dupont (Le métallurgiste,
symbolisant la ville de Liège) et à Oscar Berchmans (tracé schématique du canal
Albert). Ce Mémorial Albert Ier est au moins autant dédié au roi bâtisseur qu’au roi
soldat. Il est inauguré le 30 juillet 1939 en présence de la famille royale, en même temps
que le canal et l’Exposition de l’Eau. Mais nous sommes à l’été 1939 et la « drôle de
guerre » commence en septembre. L’Exposition de l’Eau prend fin prématurément et
c’est à nouveau la figure du roi chevalier qui est perçue dans le monument.
Au lendemain de la Seconde Guerre apparaît un nouveau projet de grand monument à
Liège, celui que le Comité du Monument national à la Résistance veut y ériger. À
nouveau, la ville de Liège est distinguée. Les édiles communaux ne veulent pas bouder
ce projet comme ils l’avaient fait du Mémorial interallié433 et risquer que ce monument
soit finalement installé à Anvers ou à Bruxelles. Et à nouveau les discussions sur
l’emplacement du monument traînent en longueur. Le site du boulevard d’Avroy face
aux Terrasses est revendiqué tant par le Comité du Monument au roi Albert, auquel il
avait été promis par la délibération du Conseil Communal du 10 juillet 1936, que par le
Comité du Monument national à la Résistance. Sous la pression de celui-ci et après de
longues discussions, la Ville finit par le lui accorder, tandis que le Comité du Monument
au roi Albert se satisfait d’intégrer l’érection de la statue équestre du roi dans le projet
de reconstruction du pont de Commerce (qui sera rebaptisé pont Albert Ier).434
430
La Meuse, 20 mars 1934.
B.A.V.L., séance du 4 octobre 1937, p. 880-882.
432
Voir le numéro spécial de la revue Bâtir, n° 83, octobre 1939, consacré au mémorial de l’île Monsin,
ainsi que RANDAXHE, Y., Marcel Rau. Monument au roi Albert Ier, dans Parcours d’art public. Ville de
Liège, fiche L1, s.d.
433
Voir le chapitre suivant, p. 155.
434
B.A.V.L., séance du 2 mai 1949, p. 472-480.
431
152
La reconstruction du pont, sur les plans de l’architecte Georges Dedoyard, prend un
grand retard sur le calendrier originellement prévu et le pont n’est ouvert à la circulation
qu’en décembre 1957. Il est vrai qu’une passerelle temporaire permettait encore le
franchissement de la Meuse à cet endroit. L’attention peut maintenant se porter sur
l’aménagement de l’esplanade Albert Ier, toujours sous la direction de Georges
Dedoyard. L’ensemble, situé entre le boulevard Frère-Orban et la rive gauche de la
Meuse, intègre (enfin !) la statue équestre du roi Albert d’un côté et le Monument aux
Liégeois morts pour la liberté de l’autre, ainsi que plusieurs autres œuvres de moindre
importance.
Charles Leplae est vainqueur du concours pour le monument Albert, lancé en 1957. Il
travaille à la statue jusqu’à son décès en 1961 (). Son œuvre est parachevée par le
sculpteur Taye et réalisée par la Fonderie nationale des bronzes. Elle est officiellement
inaugurée par le roi Baudouin le 27 septembre 1964, en même temps que le pont
Albert Ier et le Monument aux Liégeois.
La statue de Leplae est la dernière d’une série de monuments équestres au roi Albert
érigés dans les grandes villes du pays.435 Elle marque l’aboutissement d’une évolution
stylistique par laquelle le réalisme idéalisé des débuts cède la place à un dépouillement
dans les détails, qui ne fait que mieux ressortir les qualités proprement humaines de chef
et de meneur d’hommes que l’on attribue unanimement à la personnalité du roi.
2.5. L’Esplanade Albert Ier et le Monument aux Liégeois morts pour la liberté
L’autre grand projet de monument liégeois, celui d’un monument aux combattants de la
Grande Guerre, qui devait prendre la forme d’une grande tour remémorant les hauts
faits des Liégeois combattant pour la liberté, trouve également son aboutissement avec
l’inauguration de l’esplanade Albert Ier le 27 septembre 1964.
L’idée initiale de célébrer les morts de la Guerre 14-18 s’est élargie avec le temps. Après
la nouvelle agression qui vint frapper la Belgique un quart de siècle plus tard, et à laquelle
les forts de Liège opposèrent une fois encore une résistance pleine d’honneur, il apparut
qu’il convenait de réunir dans un même hommage la mémoire de tous ceux qui payèrent
de leur vie la liberté de la Cité ardente.
MM. les professeurs Lejeune et Halkin se sont chargés de choisir, dans une histoire
millénaire et qui n’abonde que trop en sanglants sacrifices patriotiques, les dates qui la
jalonnent par les épisodes les plus significatifs et qui sont ici inscrites dans le marbre.436
Marqué par le voisinage de la statue du roi Albert, qui focalise l’hommage sur les
victimes de la Première Guerre, et par celui, tout aussi proche du Monument à la
Résistance inauguré en 1955, ce monument () traverse l’histoire liégeoise. Il porte en
effet sur le côté l’inscription « LIÈGE / À SES ENFANTS / MORTS POUR ELLE »,
suivie de neuf dates d’événements marquants :
435
Des monuments équestres au roi Albert ont été successivement inaugurés à Anvers (W. Dekkers,
1933), Gand (D. Ingels & J.A. De Bondt, 1937), Nieuport (K. Aubroeck, 1938), Bruxelles (A. Courtens,
1951), Namur (V. Demanet, 1954) et Bruges (O. Rotsaert, 1954). Le monument d’Arlon, par Victor
Demanet, représente le roi en pied.
436
Discours de Léon Léonard, président du Comité des monuments des Défenseurs de Liège et de la
statue équestre du roi Albert, prononcé lors de leur inauguration le 27 septembre 1964. B.A.V.L., 1964,
p. 2628.
153
-
1106 : l’empereur germanique Henri IV, excommunié et déposé par son fils
Henri V, cherche refuge à Liège auprès du prince-évêque Otbert. Il y meurt le 7
août 1106.
- 1213 : le 12 octobre, les milices liégeoises, aidées par d’autres milices de la
Principauté, défont les troupes du duc de Brabant qui avait mis la ville à sac un
an plus tôt.
- 1346 : les milices des métiers liégeois battent les troupes du prince-évêque
Englebert de la Marck près de Vottem.
- 1408 : bataille d’Othée. Les milices liégeoises sont écrasées par l’armée du
prince-évêque Jean de Bavière.
- 1468 : épisode des 600 Franchimontois et sac de Liège par les Bourguignons.
- 1790 : Révolution liégeoise.
- 1830, 1914-1918, 1940-1945 terminent la liste.
Conçu par Georges Dedoyard, le monument consiste en cinq blocs parallélépipédiques
dressés côte à côte et parés de marbre noir. Devant ces stèles, un réseau de croix en
bronze doré évoquant le deuil, œuvre de Pierre Caille, forme une sorte de grille.
L’ensemble, par sa simplicité et sa sobriété, par sa géométrie épurée et ses dimensions à
l’échelle du site, s’intègre parfaitement dans la perspective des immeubles bordant le
fleuve.
Un autre élément du monument, souvent inaperçu et largement ignoré, est un haut mât
blanc dont la base est entourée d’un manchon en bronze doré, sur lequel deux coqs
luttant contre un aigle sont figurés en relief. Réalisé par le sculpteur Henri Van Albada,
il suggère de manière allégorique la résistance de la latinité contre l’envahisseur
allemand.
D’autres œuvres, commémoratives (plaque au lieutenant Graff (), plaque aux
régiments de forteresses) ou non (sculptures abstraites par Marceau Gillard et Paul
Renotte, bronzes par Georges Grard à l’autre extrémité du pont, et aussi une œuvre
conceptuelle de Daniel Dutrieux, L’Arbre et son ombre, datant de 1991) complètent le
site.
Cinquante ans après la bataille de Liège et trente ans après la mort du roi Albert, Liège a
enfin les monuments commémoratifs qu’elle méritait. La qualité esthétique de cet
ensemble, où les œuvres sculpturales s’intègrent harmonieusement dans un site dominé
par la ligne du pont, compense sans doute cette longue attente.
154
3. Le Mémorial interallié de Cointe437
3.1. Genèse
En 1923, la Fédération interalliée des anciens combattants (F.I.A.C. ou F.I.D.A.C.), qui
tient congrès à Paris, émet le vœu de voir les pays alliés construire collectivement un
monument à la gloire de leurs soldats. Deux ans plus tard, le congrès de la F.I.A.C. à
Rome soutient l’idée de placer ce monument à Liège, d’abord parce que la ville était
incontestablement perçue comme le symbole de la résistance à l’envahisseur, mais
également, du moins peut-on facilement l’imaginer, parce que sa situation dans un petit
pays permettait un arbitrage commode entre les ambitions des grandes nations. Des
comités, se donnant pour mission de promouvoir et financer l’idée, s’étaient déjà mis en
place dans plusieurs pays. En Belgique, le comité est placé sous la présidence de la
comtesse Jean de Mérode, présidente de l’œuvre nationale des invalides de guerre.438 Il
prend la forme d’une a.s.b.l., Le Mémorial, placée sous le patronage du roi.
D’emblée, le mémorial est conçu comme comprenant un monument civil, avec une tour
votive, un musée consacré aux œuvres patriotiques et de bienfaisance de la guerre
(« Musée de la Charité »)439 et un sanctuaire religieux (). Le premier site envisagé se
trouvait au confluent de l’Ourthe et de la Meuse, mais le choix se porte rapidement sur
la colline de Cointe, qui donnera une meilleure visibilité au mémorial et offre de
l’espace en suffisance.440
On se rend alors compte que le projet ferait double emploi avec un autre projet porté par
l’évêché. Mgr Rutten, évêque de Liège, avait également choisi le site de Cointe pour
ériger une nouvelle église dédiée au Sacré-Cœur, « en souvenir de la gloire acquise par
Liège en 1914-1918 et en reconnaissance de la protection dont Il favorisa le pays ». En
1923, un comité avait été constitué en a.s.b.l. portant le nom de Monument régional du
Sacré-Cœur et des avant-projets furent proposés, notamment par les architectes
Verlinden en 1922 () et Hallen en 1924 (). Les deux comités décident donc de
fusionner les projets et d’ouvrir un nouvel appel à projets global. La réalisation des
monuments civils et religieux est confiée à l’architecte anversois Joseph Smolderen, qui
avait déjà remporté les concours organisés par le comité Le Mémorial et qui avait
437
Les principales sources utilisées pour ce chapitre sont Le Mémorial interallié de Cointe à Liège. Son
origine, son histoire, son devenir…, Liège, 1998 ; SCHURGERS, Pol, Cointe au fil du temps…, Liège,
2006 ; WILMOTTE, M., Liège. Le mémorial interallié et l’église régionale du Sacré-Cœur-et-NotreDame-de-Lourdes, dans WARZÉE, Gaëtane (dir.), Le patrimoine moderne et contemporain de Wallonie,
Namur, 1999, p. 251-257.
438
Elle portera le titre de princesse en 1934.
439
Voir La Meuse, 6 février 1929.
440
Déjà en 1919, l’Association des architectes de Liège avait adressé à la Ville de Liège un mémoire
rédigé par Paul Comblen, qui argumentait que le centre de la ville était trop encombré pour y installer le
Monument de la défense nationale. « Il faut voir grand et même choisir un emplacement tel que de partout
on puisse contempler l’édifice qui dira aux passants : ‘Voici Liège, la ville où le Droit a arrêté la Force’. »
Le plateau de Cointe lui paraissait tout désigné pour un projet grandiose, pour lequel « les diverses
nations alliées devraient collaborer à l’édification de cette réplique, pacifique et belle, à l’insolente
Germania » (La Meuse, 15 juin 1919). Clairvoyance et prémonition.
155
également soumis un avant-projet pour le Monument au Sacré-Cœur ().441 Chacun
des deux comités reste cependant en charge de sa partie, Le Mémorial pour le
monument civil et Le Monument régional du Sacré-Cœur pour l’édifice religieux.
Les comités belges et étrangers s’activent pour recueillir les fonds nécessaires, qui
viennent de toutes parts : de Belgique442, de France443, des autres pays alliés, y compris
de Chine et de Cuba, ainsi que d’Espagne, pays neutre. Au début de 1928, le comité Le
Mémorial a déjà réuni plus de trois millions de francs et l’on estime qu’il en faudra
encore autant.444 Mais les travaux peuvent commencer et le premier coup de pelle
officiel est donné en septembre de la même année.445
On se heurte rapidement à une difficulté technique imprévue. Les minces couches de
charbon présentes de la colline de Cointe avaient été exploitées artisanalement durant
les siècles précédents, transformant le sous-sol à faible profondeur en un véritable
fromage de gruyère. Aucune information précise n’avait pu être donnée par
l’Administration des Mines. Il faut procéder à des travaux de consolidation en injectant
plus de 500 tonnes de béton sur toute la surface du site, ce qui non seulement augmente
les coûts mais fait aussi prendre du retard au projet. Les travaux de terrassements et les
assises des bâtiments sont terminés durant le premier semestre de 1929.446 On
commence la construction de la tour, tandis que les travaux pour l’église ne sont
soumissionnés qu’en 1931 et débutent en 1932. Les chantiers s’arrêtent en 1935, faute
de moyens financiers supplémentaires.
L’état final du mémorial () diffère des plans originaux et de la maquette à plusieurs
égards : le couloir et la grande salle fermée destinée au Musée de la Charité sont
441
Les projets pour le monument du Sacré-Cœur prévoyaient une statue monumentale de 8 m de haut,
soit posée sur un haut socle, soit placée au sommet de la coupole. Dans son édition du 20 juin 1925, La
Meuse publie un court article intitulé Quel est ce monument ? « Depuis quelques jours les Liégeois sont
intrigués en voyant surgir du plateau de Cointe une énorme statue qui n’est encore qu’ébauchée, mais
dont la teinte claire attire les regards. Elle s’élève au bout de la colline, à gauche de la rue St-Maur, et l’on
se demande s’il s’agit du monument que les Alliés comptent bâtir en l’honneur de Liège. Renseignements
pris, il s’agit d’une statue religieuse édifiée – provisoirement – à l’endroit où l’on construira la nouvelle
église de Cointe, dont la première pierre sera tout prochainement posée. » Il s’agissait bien d’une statue
provisoire, culminant à 21 m, installée à l’occasion de la pose de la première pierre du monument
définitif, le 21 juin 1925. Cette pierre, qui porte une dédicace, est conservée dans la basilique, ainsi qu’un
modèle de la tête du Christ en grandeur réelle réalisé en marbre et une version de la statue à échelle
réduite. Mais le projet a été abandonné. (SCHURGERS, P., op. cit., p. 224 ; WILMOTTE, M., op. cit.,
p. 252).
442
Toutefois, saisie d’une demande de subventions, la Ville de Liège décide de porter sa contribution de
75 000 à 525 000 francs pour la construction de la nouvelle église et refuse en même temps
« d’accueillir » la demande faite pour le monument civil, « vu l’emplacement et le caractère de ce
mémorial ». Les édiles de la Ville n’ont toujours pas digéré le fait de voir le Mémorial interallié déjà en
chantier, alors que leur propre projet de beffroi est resté dans les cartons. B.A.V.L., séance du 11 juillet
1931. Voir p. 145-146.
443
Le comité français, présidé par le maréchal Foch, espérait atteindre la somme de 1,2 million de francs.
La Meuse, 28 octobre 1928.
444
La Meuse, 28 février 1928.
445
On a retenu le nom du colonel Brown, vice-président de la British Legion. (Le Monument interallié…,
1998, p. 13.) Selon La Meuse du 24 octobre 1928, « ce sont les invalides britanniques et alliés, français,
italiens… qui ont enlevé les premières pelletées de terre. Personne n’a oublié ce geste émouvant ».
446
La Meuse, 6 février 1929.
156
remplacés par la salle des pylônes, la tour est plus élancée et l’église n’a pas de
campanile.
3.2. Monument civil
La partie civile du mémorial comprend donc plusieurs éléments :
La « tour votive », haute de 75 m, domine l’ensemble du mémorial et
culmine à 135 m au-dessus du niveau de la Meuse (). Elle est construite en
béton armé, paré de pierres de France (pierres de la carrière Mézangère à
Commercy, Meuse). Elle comporte une salle basse (« la crypte ») et une salle
haute. Un ascenseur permet d’accéder au sommet. La tour était à l’origine dotée
d’un phare, mis hors service en 1940 au début de la Seconde Guerre.
La « salle des pylônes » (), reliée à la tour par un escalier monumental
en hémicycle, consiste en un espace à ciel ouvert délimité par huit piliers de
béton (les pylônes). Elle remplace le bâtiment fermé initialement prévu pour
abriter le « Musée de la Charité » et sert de cadre à cinq monuments offerts par
les pays alliés (Italie, Grèce, Grande-Bretagne, Pologne, Russie).
L’esplanade (), à l’ouest de la tour et au nord de la salle des pylônes, a
une superficie de 7 500 m². Elle est destinée à accueillir les manifestations
importantes de plein air. Une stèle commémorative dédiée aux défenseurs de
Liège est maintenant dressée à son extrémité nord.
3.3. Monument religieux
La nouvelle église de Cointe () est généralement désignée par le terme impropre de
« basilique », terme réservé par l’Église catholique aux sanctuaires qui en ont reçu la
permission apostolique ou qui sont ainsi désignés par une coutume immémoriale, ce qui
n’est pas le cas de l’église de Cointe.447 Nouvelle église de la paroisse Notre-Dame de
Lourdes et placée sous la titulature du Sacré-Cœur, elle porte donc officiellement le
nom « d’église paroissiale de Notre-Dame de Lourdes et du Sacré-Cœur de Jésus ».
Contemporaine de la nouvelle église Saint-Vincent du quartier de Fétinne et de la
basilique de Koekelberg, elle s’y apparente par son style néo-byzantin à coupole
centrale. La coupole, recouverte de feuilles de cuivre, a une hauteur de 54 m et un
diamètre de 28 m.
La construction, commencée en 1932, s’est arrêtée en 1935 faute de moyens financiers,
laissant l’édifice inachevé, sans qu’aient pu être réalisées les deux entrées
monumentales ni l’une des deux grandes chapelles prévues, sans parler du campanile.
Trois pans de l’enceinte sont donc fermés par des parois en maçonnerie de briques
recouvertes d’enduit.448 La bénédiction solennelle eut lieu le 22 mars 1936, et la
consécration par l’évêque de Liège, Mgr Kerkhofs, le 19 juin de la même année.
447
448
Le Mémorial interallié…, 1998, p. 30.
Idem, p. 32.
157
Inachevé pour raisons financières, victime d’une certaine indifférence de la part des
responsables de la Ville, le Mémorial devait encore subir de graves dégâts durant la
Seconde Guerre. La tour, située près de la gare de Kinkempois et du pont du Val Benoît,
objectifs stratégiques pour l’aviation alliée, fut éventrée par une bombe « perdue » en
mai 1944. Dans son édition du 2 juin 1949, La Meuse titre encore sur « la grande pitié
du Monument interallié de Cointe ». Bien que l’État soit devenu propriétaire du site
cette année-là, il fallut attendre jusqu’en 1962 pour que les travaux de restauration
soient entrepris sous la direction de l’architecte Georges Dedoyard. En 1968, à
l’occasion du 50e anniversaire de l’Armistice, le Mémorial peut être inauguré une
seconde fois en présence du roi Baudouin.
3.4. Les monuments des pays alliés
Le Mémorial interallié n’est pas seulement une grande œuvre architecturale, c’est aussi
le lieu de conservation de divers monuments offerts par les pays alliés, que l’on passera
ici en revue dans l’ordre chronologique de leur inauguration.
A. Monument belge
Commençons par le projet de monument à l’armée belge, qui n’a jamais été réalisé. Un
dessin de l’architecte J. Smolderen montre qu’il avait prévu de l’installer au centre de la
salle des pylônes ().449 Parmi les monuments non réalisés, il faut aussi mentionner
l’idée de placer au centre du mémorial une statue du roi Albert,450 ainsi que le projet
d’une flamme du souvenir qui aurait été ravivée chaque semaine par une délégation des
anciens combattants ou des invalides de guerre.451
Une grande stèle était placée sur le côté occidental de l’esplanade (), sur laquelle on
lisait « AUX SOLDATS DES ARMEES ALLIEES / MCMXIV – MCMXVIII ». Elle a
vraisemblablement disparu lorsqu’une bombe a touché le mémorial en 1944. Une
nouvelle stèle () a été installée durant la restauration du mémorial dans les années 60,
placée maintenant du côté nord de l’esplanade. Un curieux glissement se marque dans la
dédicace : « AUX DEFENSEURS DE LIEGE / LES ARMEES ALLIEES / MCMXIV –
MCMXVIII ».
L’hommage à la mémoire des défenseurs de Liège réside en effet dans le choix de
l’emplacement du Mémorial et non dans le monument lui-même. Les mots de la
comtesse Jean de Mérode, présidente du comité Le Mémorial, étaient explicites :
Bien des monuments se sont élevés, qui doivent redire aux générations futures les
souffrances, les dévouements de la guerre. Ils portent, gravés dans la pierre ou le bronze,
les noms de nos héros. Ils expriment, quelquefois avec émotion, les douleurs, la
souffrance du peuple. Mais ils ne représentent tous qu’un intérêt local ou régional. Aucun
n’a pris la tâche de rappeler l’aide que les nations alliées se sont accordée sur les champs
449
SCHURGERS, P., op.cit., p. 222-223.
La Meuse, 30 janvier 1935.
451
La Meuse, 9 novembre 1938. Ce sont sans doute les prémices de la Seconde Guerre qui ont empêché la
réalisation de ce projet.
450
158
de bataille dans la défense de leur sol, sur le terrain de la charité, dans la sauvegarde de
leurs droits, le pansement de leurs blessures, le soulagement de leur misère.
Cette collaboration des peuples cependant est un fait unique dans l’histoire. Il importe de
la commémorer, de la magnifier. C’est le but du Mémorial interallié. […]
Pour l’édification du Mémorial, le choix s‘est porté sur Liège. […] Le choix de Liège
s’imposait. Liège reçut, la première, le choc des armées ennemies et réussit, par sa
vaillance, à les arrêter de longs jours.452
Et les divers monuments nationaux, comme on le verra plus loin, s’inscrivent bien dans
cette logique, qui voit chaque pays honorer ses propres morts et faire référence à sa
propre histoire. Seuls le monument italien et la première stèle grecque citent les
défenseurs de Liège. Le changement du texte de la stèle de l’esplanade du Mémorial
n’en est que plus difficile à expliquer.
B. Le monument français
Trois monuments et une plaque commémorative étaient déjà installés lors de
l’inauguration du mémorial en juillet 1937 : les monuments français et roumain, placés
dans la crypte de la tour, la plaque britannique, également dans la crypte, et le
monument italien dans la salle des pylônes.
Le monument français (), parfois considéré comme monument franco-belge,453
présente des allégories, armoiries et citations qui se répondent dans une symétrie
parfaite :
une Marianne coiffée du bonnet phrygien et une personnification
couronnée de la Belgique ;
un faisceau de licteur français et un lion héraldique belge ;
une tombe sous une treille, surmontée d’un casque français, et une tombe
avec un casque belge ;
les armoiries de la Ville de Paris et celles de la Ville de Liège ;
une citation du président Poincaré à gauche, « Devant l’Histoire, le roi
Albert a le droit d’être fier de son armée et de son peuple. La probité de la
Belgique a été plus forte que la force. La Belgique peut compter sur la
reconnaissance éternelle de la France au côté de qui elle a défendu la liberté.
Poincaré. 5 décembre 1918 » ;
une citation du roi Albert à droite, « Soldats de l’Armée belge, vous êtes
à l’avant-garde des armées immenses d’une lutte gigantesque. Le monde entier a
les yeux fixés sur vous. Montrez-lui par la vigueur de vos coups que vous
entendez vivre libres et indépendants. Albert. 7 août 1914 ».
Il est l’œuvre du sculpteur français Marcel-Armand Gaumont.
C. Le monument roumain
Le monument roumain () est dû à l’architecte G. Cristinel et au sculpteur Emil
Becker, tous deux Roumains. Il a la forme d’un grand sarcophage taillé dans un bloc de
452
Voir Le Mémorial interallié…, op. cit., p. 12 et La Meuse du 21 avril 1925.
Ce monument, malgré l’inscription « A LA BELGIQUE / LA FRANCE / RECONNAISSANTE »,
serait le fruit d’une collaboration, notamment financière, entre les deux pays. Le Mémorial interallié…,
1998, p. 21.
453
159
marbre blanc de Transylvanie. Une particularité est qu’il mentionne la guerre 1916 –
1919. En effet, la Roumanie était toujours en conflit avec la Hongrie en 1919 et la
frontière entre les deux pays ne fut fixée qu’en 1920. Par ailleurs, la Roumanie était
restée neutre jusqu’en août 1916, deux ans après le déclenchement du conflit. Emil
Becker nous a également laissé deux médailles à cette occasion, qui commémorent
l’une l’inauguration du mémorial en juillet 1937 (), l’autre celle du monument
roumain ().
D. Le premier monument britannique
Les Britanniques avaient placé une plaque commémorative en bronze dans la crypte
(), plaque provisoire en attendant un monument plus imposant. Cette plaque portait
l’inscription « In memory of our gallant Belgian comrades, from the British Legion ».
Elle a disparu depuis.
E. Le monument italien
Le monument italien () présente la double caractéristique d’être le seul de tout le site
à représenter un soldat et le premier à avoir été installé dans la salle des pylônes.
L’inscription sur le socle fait référence à la bataille de Vittorio Veneto en octobre –
novembre 1918, victoire italienne décisive sur l’armée austro-hongroise.
F. Le « monument espagnol »
Un troisième grand monument se trouve dans la crypte. Il s’agit du « monument
espagnol » (), signé par Marcel Wolfers et daté de 1937. L’Espagne, pays resté
neutre, avait eu un rôle important dans le ravitaillement du pays, auquel fait allusion la
plaquette dédicatoire : « LA BELGIQUE SE SOUVIENT DE L’AIDE
HUMANITAIRE DU NOBLE PEUPLE ESPAGNOL 1914 – 1918 ».454 Le monument
n’a donc rien de militaire. Réalisé en plâtre peint en imitation de bronze, il représente un
homme et une femme en costume espagnol. Elle offre ses bijoux en contribution à l’aide
à la Belgique, lui apporte un panier de vivres. Il reste des incertitudes sur le
commanditaire et sur la date d’inauguration, que les documents consultés n’ont pas
encore permis de lever. On pense généralement que le monument était en place au
moment de l’inauguration du mémorial, en juillet 1937, malgré l’absence de délégation
espagnole. Il semble qu’il faille en fait retarder de deux ans la date de sa réalisation.
L’Espagne, en 1937, était en proie aux convulsions de la Guerre civile. Dans un article
de La Meuse du 11 juin 1936455 on lit :
[La France], l’Angleterre, l’Italie, la Pologne, l’Espagne même – car il y eut bien des
Espagnols qui prirent les armes pour nous – ont tenu, elles aussi, à figurer dans ce Temple
du Souvenir.
454
L’Espagne avait œuvré à la création, avec les États-Unis et la Hollande, de la Commission for Relief in
Belgium qui se chargeait de faire parvenir des vivres en Belgique et dans la partie occupée de la France.
Cette commission devint le « Comité hispano-hollandais » après l’entrée en guerre des États-Unis en
1917. Voir p. 188.
455
C’est en juillet 1936 que commence la Guerre civile, avec le pronunciamiento de Franco au Maroc
espagnol.
160
Le journaliste, bien ou mal informé, n’envisage pas encore la possibilité d’un
monument civil. Deux ans plus tard, un autre article du même journal mentionne le
monument espagnol en ces termes :
On attend pour bientôt la mise en place d’un monument offert jadis par le roi d’Espagne
Alphonse XIII. Ce monument consacrerait les sentiments d’amitié généreuse que le
peuple de Barcelone et de Burgos nous a manifestés pendant la dure période de
l’occupation.
Il est du sculpteur Wolfers, de Bruxelles, et présente deux magnifiques statues en bois
doré figurant une femme qui se dépouille de ses bijoux, un paysan versant une offrande
de fruits et de pain pour aller au secours d’une Belgique affligée.456
Il ressort de cet article que le monument espagnol n’a pu être installé qu’en 1939, entre
la date de l’article et le début de la Seconde Guerre. C’est vraisemblablement un comité
belge qui a décidé sa réalisation à partir d’une œuvre réalisée antérieurement par Marcel
Wolfers. Ce monument est ainsi une sorte d’ex-voto profane.
G. La Vierge de Czestochowa
La Pologne n’offre ensuite ni un monument à la gloire des militaires, ni un monument
civil, mais un autel placé dans la basilique et dédié à Notre-Dame de Czestochowa, la
Vierge noire qui fait l’objet d’une dévotion particulière dans toute la Pologne (). Sur
cet autel est placée une copie moderne de l’icône de la Vierge hodegetria conservée au
monastère de Jasna Góra. Offert en 1938, l’autel fut consacré le 18 juin 1939. Suite à la
récente interdiction d’accès dans l’église, l’icône est maintenant installée dans la
chapelle en sous-sol.
H. Le mémorial du quartier de Cointe
D’autres monuments alliés étaient sans doute encore en projet (dont le britannique), que
le début de la Seconde Guerre mondiale empêcha de mettre à exécution. Il faut toutefois
mentionner un dernier monument, une plaque apposée au mur extérieur de la basilique,
du côté sud-est, qui rend hommage aux combattants du quartier morts durant la guerre
(). Son inauguration eut lieu le 10 juillet 1938. Deux nouvelles plaques, conçues par
Jules Brouns, furent placées à ses côtés après 1945.
Il faudra attendre encore vingt ans après la rénovation du Mémorial pour voir de
nouveaux monuments offerts par des pays alliés.
I. Les monuments grecs
456
La Meuse, 9 novembre 1938.
161
En 1988 la Grèce offre successivement deux monuments.457 Le premier, placé dans la
salle haute de la tour, est le résultat de l’initiative du consul de Grèce à Liège,
M. Avramopoulos, qui devint par la suite maire d’Athènes. Il consiste en une simple
stèle en marbre du Pentélique, œuvre de l’École des Beaux-Arts d’Athènes (). Cette
stèle, très sobre, porte une dédicace classique (« Les Hellènes aux défenseurs de Liège
et aux combattants de la Grande Guerre tombés au champ d’honneur »), un texte en
grec et une citation de Thucydide : « Des hommes illustres ont pour tombeau la terre
entière ».
Quelques mois plus tard, le jour de la fête de l’Armistice, est inauguré un second
monument offert par la Grèce. Œuvre du sculpteur George Nikolaidis, il consiste en une
pyramide de 104 casques grecs antiques posés les uns sur les autres, installée dans un
coin de la salle des pylônes (). On pense à nouveau aux Thermopyles, mais la
symbolique touche aussi la démocratie grecque, dont la loi fondamentale comprend 104
articles. Alors que la stèle de la salle haute honore les défenseurs de Liège, le texte
gravé sur les plaques de marbre derrière la pyramide de casques est un hommage aux
soldats grecs :
Monument de pieuse mémoire des héros hellènes morts de la guerre 1914-1918 //
Valeureux soldats de la Grèce, défenseurs de la liberté des nations au front légendaire de
Macédoine, région glorieuse de la Grèce, après avoir subi et surmonté des épreuves
surhumaines, ils ont sacrifié leur vie pleine de vigueur pour sauvegarder leur patrie et
établir la paix du monde ; par l’efficacité de leur action militaire, ils ont contribué à
l’accélération salutaire de l’heureuse issue de la Grande Guerre. Ils méritent la gratitude
de la Grèce et de ses alliés / 1917 – 1922 ».458
Une autre plaque, plus petite et placée sur le côté, précise que « le monument a été
inauguré le 11 novembre 1988 / par Monsieur Dimitri Avramopoulos, consul de Grèce /
à Liège et érigé à son initiative. »
Un mois après son inauguration, le monument est déjà l’objet d’actes de vandalisme et
huit casques disparaissent. Après restauration, il est maintenant entouré d’une grille.
J. Le second monument britannique
Plus austère, et somme toute plus banal, le monument britannique se présente sous la
forme d’un mur de moellons de pierre calcaire dans lequel sont encastrées deux plaques
de bronze (). La plaque supérieure représente la « grande croix du sacrifice » de
Blomfield, monument que l’on retrouve dans tous les cimetières militaires britanniques.
Sur l’autre plaque on lit, en anglais puis en français, « A LA MÉMOIRE DES
457
Selon l’éditorial signé Mestré dans La Meuse du 22 mai 1930, la Grèce aurait déjà eu l’intention dans
l’entre-deux-guerres d’offrir une statue à Liège. « Le fait est là, révélé par l’Association nationale des
combattants du front. Il est là, brutal, massif. On a frustré Liège d’une statue à laquelle elle avait droit, au
profit de Louvain. Les Grecs voulaient rendre hommage à notre cité en souvenir de leur admiration pour
l’héroïque résistance de la première ville belge assiégée par les Allemands. […] Liège allait recevoir de la
vaillante Grèce un honneur nouveau sous la forme d’une statue antique. Des manœuvres politiques sont
intervenues et la statue a été subtilisée […] Il faudra dans tous les cas mettre cette affaire au clair. Ce ne
serait pas la première fois que l’on se moquerait des Wallons ». Qu’était cette statue ? Le journal ne le dit
pas. Même lorsqu’il s’agit d’un hommage d’un pays étranger, les querelles belgo-belges compliquent déjà
bien les choses.
458
D’abord neutre, la Grèce est entrée en guerre en 1917 et a poursuivi les hostilités contre la Turquie
pendant quelques années après l’Armistice de 1918.
162
VALEUREUSES / FORCES ARMEES BRITANNIQUES / 1914-1918 1939-1945 / IL
N’Y A PAS DE PLUS GRAND AMOUR / QUE DE DONNER SA VIE POUR SES
AMIS459 / NOUS N’OUBLIERONS JAMAIS ».
K. Le monument polonais
C’est sous l’impulsion du consul général de Pologne à Liège, M. Junosza Kisielewski,
qu’est instauré un comité pour l’érection d’un monument polonais dans la salle des
pylônes (). Monument civil qui suit le monument religieux d’une cinquantaine
d’années, il est inauguré le 25 mai 1996. Œuvre à caractère abstrait, de l’artiste liégeoise
d’origine polonaise Halinka Jakubowska, il est constitué de deux pierres dressées, l’une
présentant une face lisse et l’autre une surface irrégulière. Sur la seconde pierre est
insérée une bande verticale en bronze portant l’aigle du blason polonais et diverses
inscriptions en polonais et en français. De haut en bas :
« 1914-1918 / 1920460 / 1939-1945. À la mémoire des soldats polonais
qui combattirent pour notre liberté et la vôtre sur les champs de bataille dans de
nombreux pays, dont Pologne, Belgique, Allemagne, Égypte, France, GrandeBretagne, Italie, Libye, Norvège, Pays-Bas, URSS ».
Un texte du poète polonais Jaroslaw Iwaszkiewicz :
Je n’ai jamais autant aimé la vie,
je n’ai jamais autant rêvé la mort...
... et qu’en fumée au ciel monte mon âme
comme au mont noir fume un poisson vermeil.
(traduction Robert Vivier).
L. Le monument russe
Dernier en date des monuments alliés, le monument russe () a été inauguré le 11
novembre 2000. Il est dû à l’initiative du Centre Obelisk, organisme d’état russe chargé
de perpétuer la mémoire des citoyens et soldats russes à l’étranger. L’œuvre a été
réalisée par l’académicien russe Alexandre Bourganov et son fils Igor. Un homme en
bronze gît au sol, écrasé par un tube d’acier que l’on dirait faire partie d’un ensemble de
tuyaux d’orgue.461 Au sommet vole un oiseau bleu, l’Oiseau bleu du bonheur d’Igor
Bourganov. Une plaquette fixée au socle porte la mention « AUX SOLDATS RUSSES
ET SOVIETIQUES TOMBES PENDANT LA PREMIERE ET LA SECONDE
GUERRES MONDIALES ».
459
Citation de l’évangile de saint Jean, verset 15.13.
En 1920 l’armée polonaise mit en déroute des troupes bolchéviques qui s’étaient avancées jusque près
de Varsovie (bataille de Varsovie, aussi appelée « miracle de la Vistule »).
461
Allusion aux « orgues de Staline » ?
460
163
3.3. Les Liégeois et le Mémorial interallié
Avec le Mémorial interallié, Liège a sur son territoire un monument majeur de la
commémoration des victimes de la Première puis de la Seconde Guerre mondiale, un
monument dont la vocation était de devenir un point focal du souvenir de la guerre en
Europe.
Placé sur un site remarquable, d’où il imprime sa présence dans le paysage liégeois,
doté d’une partie civile et d’un sanctuaire religieux, destiné à conserver les monuments
que les pays alliés avaient promis d’y installer, sorte d’exposition sinon universelle du
moins européenne du souvenir commémoratif, équipé de salles pouvant abriter des
événements de nature diverse et d’une vaste esplanade pour les cérémonies en plein air,
et devant même, dans les plans originaux, être complété par un musée des œuvres de
charité et de bienfaisance, le Mémorial est resté un mal-aimé du patrimoine architectural
liégeois. Alors qu’il aurait pu devenir un pôle d’attraction pour les anciens combattants
de tous pays, à l’instar des grands monuments de l’Yser, de Verdun, de Champagne ou
de la Somme, alors qu’il offre un panorama exceptionnel sur la ville et ses alentours,
alors qu’il avait le potentiel de dynamiser l’activité touristique à Liège, le Mémorial est
resté sous-entretenu, sous-exploité, sous-estimé par les diverses autorités concernées.
Liège n’a en fait pas su reconnaître à sa juste valeur l’honneur qui lui avait été fait par
les Alliés.
Déjà aux heures de sa plus grande gloire, lors de son inauguration, il était resté
inachevé, tant pour ce qui concerne l’église que les abords de la tour.
Tant la Ville que la Province de Liège sont restées pour le moins fort tièdes par rapport
à la construction du Mémorial interallié et regardaient ce projet avec défiance. Les deux
institutions avaient pour priorité le projet de monument de la Défense nationale, le
beffroi de l’architecte Jaspar, dont le coût devait au moins égaler celui du Mémorial.
Même si les édiles liégeois espéraient un moment qu’une collaboration avec le comité
du Mémorial permettrait de combiner les projets, et surtout leurs financements, afin de
construire le beffroi au centre de la ville, les Liégeois semblent ne jamais avoir fait leur
le projet du Mémorial. Déjà en 1925, lorsque La Meuse rapporte les mots de la comtesse
Jean de Mérode présentant le projet, le journaliste les commente ainsi :
C’est fort bien, et les Liégeois se réjouiront de cette initiative, en rendant hommage à
Mme la comtesse de Mérode et à tous ceux qui, dans les pays alliés, s’en sont occupés.
Mais il nous paraît que, avant de décider quoi que ce soit, il serait bon de consulter la
Ville de Liège. On sait que, depuis plusieurs années, il est question d’ériger en notre ville
un monument de la Défense nationale et qu’une somme d’un million a été prévue à cet
effet. […]
On en était là lorsqu’on eut connaissance du projet de Mémorial interallié. Il convenait
d’attendre, et les Liégeois se demandent si l’on ne pourrait pas concilier les deux projets :
le Mémorial interallié et la Grande Tour, puisque l’on prétend qu’avec un effort on
pourrait recueillir auprès des nations alliées les millions nécessaires.
Ce serait le plus bel hommage que les Alliés pourraient faire à la Cité Ardente.462
Tout en se méfiant d’un projet auquel aucun d’entre eux n’était associé463 et qui
paraissait comme imposé de l’extérieur sans qu’ils y aient leur mot à dire, les Liégeois
462
La Meuse, 21 avril 1925.
164
entretenaient donc l’espoir de convaincre la comtesse de Mérode et les divers comités
formés dans les pays alliés d’apporter leur concours financier au projet porté par la
Province et la Ville plutôt qu’à un projet dont celles-ci étaient exclues. Ils ont dû
déchanter lorsqu’ils virent les travaux débuter sur la colline de Cointe.
En 1929, le Conseil provincial de Liège vote contre l’octroi d’un subside au Mémorial
interallié, et deux ans plus tard, c’est au tour du Conseil communal de Liège d’opposer
pareil refus. Lors de sa séance du 11 juillet 1931, le Conseil décide en effet « de ne pas
accueillir » la demande de subvention pour le Mémorial, « vu l’emplacement et le
caractère de ce Mémorial ». C’est toujours l’idée d’un monument glorifiant la défense
de Liège et la résistance de la ville durant les années d’occupation qui obsède les esprits,
monument pour lequel le projet de beffroi de Jaspar avait déjà été adopté et qui ne peut
être construit qu’au centre-ville.464 En fait ils n’avaient pas compris que l’idée d’un
Mémorial interallié n’était pas un hommage à la résistance de la P.F.L. en août 1914 –
ce que devait être la Grande Tour – et que seule la décision d’implanter le mémorial à
Liège était un témoignage de reconnaissance des Alliés.
On trouve un autre signe d’un certain désintérêt de la Ville pour le Mémorial dans les
voies d’accès au site de Cointe : « Cet accès par les voies existantes est compliqué,
tortueux et peu en rapport avec l’importance du site, tant au point du vue du symbole
mémoriel qu’il représente que pour sa valeur historique, architecturale et
touristique. »465 Et le fléchage indiquant le chemin à suivre pour arriver au Mémorial est
totalement déficient. Bien que plusieurs architectes aient proposé de percer des voies
d’accès directes au Mémorial, la Ville s’y est toujours refusé.466
Il a aussi fallu plus de quinze ans après la Seconde Guerre pour décider la restauration
du Mémorial après les dégâts subis en 1944. De plus, les travaux d’entretien n’ont pas
suivi le rythme des dégradations dues au temps. La basilique est maintenant fermée pour
cause d’insécurité, les salles intérieures de la tour sont encore affectées par des dégâts
dus à l’humidité et le manque d’entretien des espaces extérieurs est patent. Ce qui
amène l’historien allemand Reinhart Koselleck à écrire :
Dédié aux morts de la Première Guerre mondiale, le mémorial wallon [sic] de Liège
(composé d’une église, d’une tour et d’une esplanade) est couvert d’herbe et de mousse,
et ne fait visiblement plus l’objet d’un culte public.467
Une autre cause probable d’abandon du Mémorial est à trouver dans la dualité civilreligieux, qui se retrouvait dans les comités d’avant-guerre et s’est perpétuée jusqu’à
aujourd’hui : le mémorial civil appartient à l’État fédéral, la basilique à la fabrique
d’église.
463
La comtesse de Mérode avait bien tenté d’impliquer Paul Jaspar dans son projet de mémorial dès
1923, mais celui-ci finit par lui opposer une fin de non-recevoir. Voir COLIGNON, A., Le « beffroy de la
Victoire », 1999, p. 236-238.
464
Par contre, la Ville décide un subside de 525 000 francs pour la nouvelle église de Cointe. Même si
celle-ci est intégrée au Mémorial, la Ville met en avant sa responsabilité financière vis-à-vis des
constructions d’églises. B.A.V.L., séance du 11 juillet 1931, p. 948-954.
465
SCHURGERS, P., op. cit., p. 228.
466
Voir notamment B.A.V.L., séances du 17 avril et du 20 décembre 1935, p. 590-591 et p. 1523-1524.
467
KOSELLECK, R., Les monuments aux morts, lieux de fondation de l’identité des survivants, 1997,
p. 147.
165
Les choses semblent toutefois bouger depuis peu.
D’une part, l’A.S.B.L. Le Site du Mémorial interallié de Cointe s’est constituée en
1996, avec pour objet la promotion, la valorisation et la conservation du site du
Mémorial interallié.
D’autre part, la Régie des bâtiments a entrepris une remise en état du monument civil.
La première phase, consistant en la remise en état de l’extérieur de la tour votive est
achevée et la deuxième phase, la restauration de l’intérieur, est en cours. Les travaux de
restauration des espaces extérieurs devraient être soumissionnés au début 2012.468
Chaque phase coûterait de 1 à 1,2 million d’euros. L’objectif est de permettre une
occupation semi-permanente du Mémorial, c'est-à-dire ouverte du printemps à
l’automne. La question de savoir qui en assurera l’exploitation et la promotion reste
toutefois encore sans réponse définitive.
Pour ce qui concerne la basilique, qui appartient toujours à la fabrique d’église, le seul
progrès est la récente désacralisation de l’édifice (sauf la chapelle en sous-sol). Mais
rien n’est encore en vue pour le financement et l’exécution de sa restauration. Les
prochaines semaines ou les prochains mois apporteront peut-être du nouveau à ce sujet.
Pourra-t-on enfin donner à ce Mémorial la majesté et la renommée qu’il mérite ? Son
classement récent comme monument historique sera-t-il de bon augure ?
468
Entretiens des 16 août 2010 et 20 juin 2011 avec M. Philippe Stubbé, architecte à la Régie des
bâtiments.
166
4. Les plaques communales à fronton provincial
En avril 1919, la Députation permanente de la Province de Liège adresse aux 344
communes de son ressort469 une circulaire définissant sa politique en matière de
participation aux initiatives et coûts de réalisation de monuments commémoratifs :
Messieurs,
Commémorer la mémoire de nos valeureux citoyens morts pour la Patrie est un pieux
devoir.
Beaucoup d’administrations communales se sont demandées [sic] comment elles
pourraient s’acquitter de cette dette de reconnaissance.
Il est de haute convenance de ne pas laisser s’écouler de nombreux mois, des années peutêtre, dans l’expectative.
Dans le but de voir les noms des glorieuses victimes de la guerre honorés jusque dans le
plus petit village, la Députation permanente vous invite, au nom du Conseil provincial, à
placer de suite, si possible à la façade de votre maison communale, centre de la vie
civique, une plaque commémorative (plusieurs, là où il y a eu, malheureusement,
beaucoup de victimes).
Comme ces plaques doivent, dans toutes les communes de la province, commémorer les
mêmes événements, on a pensé qu’il serait désirable qu’elles soient toutes les mêmes
dans les villes aussi bien que dans les plus petites communes.
Pour arriver à ce résultat, la Province offre à votre commune le ou les frontons en bronze
des plaques en question.
Ce fronton est dû au ciseau du sculpteur liégeois bien connu, M. O. Berchmans.
Si votre commune croit devoir donner suite à la proposition ci-dessus, elle est priée d’en
informer la Députation permanente en déclarant prendre à ses charges les frais à résulter
de la confection de la plaque, des inscriptions à y tailler et du placement, en se
conformant pour le tout aux instructions qui lui seront données par l’Architecte
provincial.
Le Conseil provincial a aussi mis des fonds à la disposition de la Députation permanente
pour subsidier l’érection de monuments sur les tombes des victimes de la guerre existant
en dehors des cimetières (par exemple Sart-Tilman, Rabosée, etc.)
Enfin le Conseil provincial a estimé qu’un grand monument, digne des événements
admirables et douloureux à magnifier, devait être érigé au chef-lieu de la province, pour
commémorer l’héroïque résistance de l’armée belge et honorer la mémoire des habitants
de la province, tant soldats que civils, morts pour la Patrie.
La Province et la Ville de Liège ont déjà voté chacune 250 000 francs pour leur part
d’intervention dans les frais d’érection du monument.
Lorsque l’étude du projet sera plus avancée, on sollicitera l’intervention pécuniaire de
toutes les communes de la province.470
Outre sa proposition de frontons en bronze, la Députation permanente précise ainsi
qu’elle subsidiera quelques monuments particuliers (leur nombre sera en fait limité à
quatre : Loncin, Sart-Tilman, cimetières de Boncelles et de Rabosée, tous hauts lieux de
469
Les communes des cantons de l’Est, ont intégré la Province de Liège en 1925, et celles qui y ont été
jointes en 1961 ne sont évidemment pas concernées. D’autres communes, qui ont depuis quitté la
province (Landen, Seilles, Landenne, les Fourons, Landen…), ont par contre reçu la même proposition.
470
La Meuse, 13 mai 1919.
167
la bataille de Liège), ainsi que le grand monument à ériger à Liège pour lequel elle
sollicitera une intervention financière des communes (le « Monument de la Défense
nationale », jamais construit).
Très tôt après la fin de la guerre, la Province encourage donc les communes à prendre
une initiative rapide pour disposer d’un monument commémoratif. Pour les communes,
qui avaient vécu à crédit pendant les années de guerre et dont les finances étaient dans
un état déplorable, cette proposition originale était bienvenue.
Le fronton de bronze réalisé par Oscar Berchmans mesure 37 x 70 cm. Il représente la
tête de lion de l’armée belge (telle qu’elle figurait sur le casque de chaque militaire
belge) tenant dans la gueule une branche de chêne, symbole de force et de solidité, et
une branche de laurier, symbole de victoire et de gloire (). Le mufle est surmonté de
l’inscription « N’OUBLIONS JAMAIS », avec dans les coins inférieurs « 1914 » et
« 1918 ». La fine signature (« Os. Berchmans » souligné) sur le rebord au-dessous de la
date « 1918 » n’est pas toujours identifiable, soit qu’elle s’estompe après tirage d’un
certain nombre d’exemplaires dans le même moule, soit qu’elle ait été recouverte par
des couches de peinture.
La lettre de la province était accompagnée de plusieurs précisions
- sur la forme de la plaque : rectangulaire, large de 65 cm et de longueur variable,
avec la base arrondie ;
- sur la matière : petit granit poncé ;
- sur les prix de confection en fonction de la longueur du texte : environ 150 francs
pour une plaque de 1,50 m pouvant porter jusqu’à dix noms et 0,50 franc par lettre
(incrustée et dorée) en plus, avec des frais de placement évalués à quelque 25
francs ;
- sur les indications à fournir par les communes pour les diverses inscriptions.
La circulaire prévoyait deux types de formulation :
A) « Le … août 1914, les Allemands ont assassiné … personnes ; brûlé … maisons.
Ont été fusillés … / Sont tombés au champ d’honneur … / Sont morts en captivité
… / Sont morts des suites de leurs blessures … / Sont morts sous les drapeaux
…»
B) « Le … août 1914, les Allemands ont tué … hommes, … femmes, … enfants,
incendié … maisons.
Sont morts pour la Patrie : Fusillés … / Au champ d’honneur … / En captivité … /
Sous les drapeaux … ». 471
Le but de la Province était donc d’offrir aux communes une possibilité relativement peu
coûteuse de rapidement installer et inaugurer leur mémorial, tout en maintenant une
certaine homogénéité formelle. Pour les communes, cela représentait la possibilité de se
faire livrer à moindres frais et « clé sur porte », si l’on peut dire, un monument
commémoratif dont l’emplacement et l’inscription ne devraient même pas faire débat. Il
n’est donc pas étonnant qu’un grand nombre d’entre elles aient effectivement installé
ces plaques avec le fronton que nous appellerons « fronton Berchmans » ou « fronton
provincial ».
471
Voir ERGEN, N., op. cit., p. 95.
168
Mais contrairement à ce que l’on a parfois suggéré, les communes n’étaient aucunement
obligées de suivre la proposition de la Province. L’acceptation est une décision du
Conseil communal. Ainsi celui de Bressoux
accepte avec reconnaissance à l’unanimité l’offre de la Députation permanente du Conseil
provincial et la prie de vouloir bien lui réserver trois frontons de bronze pour plaques
commémoratives dont les frais à résulter de leur confection et de leur placement seraient
supportés par la commune.472
Mais un certain nombre de communes, pour des raisons diverses analysées plus loin, ont
refusé le fronton provincial. Par ailleurs, si la majorité des plaques installées
correspondent bien aux instructions provinciales, on constate aussi que plusieurs
communes ont pris des libertés à plusieurs égards.
- Forme de la plaque : la forme « canonique », telle que présentée par la Province,
se retrouve presque partout. Les plaques de Paifve et de Comblain-au-Pont sont
des exceptions ().
- Inscriptions : la majorité des plaques portent une inscription conforme à l’un des
deux schémas indiqués plus haut. Certaines communes ont cependant souhaité
une formulation plus originale.
o
Lorsque le nombre de victimes est très limité, on inclut souvent des
précisions comme le grade, le régiment, la date et / ou le lieu de décès, l’âge, le
lieu de naissance, etc. C’est le cas, entre autres, des plaques de Blehen, Feneur,
Hognoul, Pailhe, Ramelot, Wanze… À Borlez, on ajoute que le mort du village
est « inhumé dans cette localité ».
o
On inclut parfois des détails sur les circonstances du décès. La plaque de
Polleur inclut un mort « tombé sous les balles allemandes en s’évadant du
camp de Soltau », celle de Xhendelesse précise « décédé au lazaret de la
Réserve II / Celle le [?] août 1915 ». La plaque de Fexhe-le-Haut-Clocher,
dédiée à un cheminot fusillé, donne même le nom de sa veuve !
o
On élargit le nombre de catégories de victimes : les disparus (Berneau,
Herstal, Ville-en-Hesbaye…), les volontaires de guerre (Ramelot, SoheitTinlot…) et les miliciens (Soheit-Tinlot), les civils déportés (Lambermont,
Montegnée, Soheit-Tinlot…) et ceux morts des suites de leur déportation
(Theux). Une des plaques munies du fronton Berchmans, au mur de l’ancienne
maison communale de Baelen, est dédiée « à ses enfants morts au Congo au
service de la civilisation».
o
On ajoute aux noms des morts ceux des soldats revenus vivants : la
plaque de Grandville honore un « mort pour la patrie » et treize « combattants
de la guerre ». Quelques communes qui n’ont pas eu de morts parmi leurs
habitants dédient une plaque munie du fronton Berchmans à leurs anciens
combattants (Aineffe « à ses valeureux combattants de la Grande Guerre »,
Paifve « à nos soldats »…).
o
Ou à l’inverse on exclut certaines catégories : la plaque de Blegny
rappelle que quatre personnes ont été fusillées contre le mur de l’église en août
472
Registre des séances du Conseil, commune de Bressoux, séance du 2 mai 1919.
169
1914 (), celle de Mouland est consacrée aux victimes des « atrocités ». On
n’y trouve aucune référence aux morts dont les noms figurent sur le monument
public.473
o
Enfin les communes aiment parfois donner un peu plus d’emphase à
l’expression de l’hommage à leurs morts. La plaque de Wanze porte la mention
« Guerre de 1914-1918 - Nécrologe des morts pour la Patrie ». Seraing-leChâteau honore « son valeureux concitoyen », tandis que « la commune de
Cras-Avernas reconnaissante » proclame « honneur et gloire à nos vaillants
défenseurs morts pour la Patrie », etc. Ce sont autant d’expressions qui tentent
de donner un peu de couleur aux formules, à vrai dire un peu sèches, proposées
par la circulaire provinciale.
o
Dans le même registre lyrique, la formule « assassinés par les
Allemands » devient « lâchement assassinés par les Allemands » à Esneux et à
Fouron-Saint-Pierre474 (), exprimant l’indignation collective devant des actes
ressentis comme une pure barbarie totalement injustifiée.
- Emplacements : Ces plaques sont en principe toutes apposées à la façade de la
maison communale de l’époque. Il arrive qu’elles aient dû être déplacées en
raison de la démolition de l’ancienne maison communale. Mais certaines semblent
avoir été dès l’origine placées en d’autres endroits. Au mur extérieur de l’église,
comme à Blegny, à Glons ou à Wasseiges, au mur du cimetière, comme à
Grandville, à Kemexhe, à Seraing-le-Château, à Viemme… À Xhendremael, on
place deux exemplaires de la même plaque, l’un à la maison communale et l’autre
près de l’église. À Paifve, la plaque est placée dans le vestibule de l’église.
Momalle () et Remicourt les ont installées sur une stèle faisant office de
monument public, tandis qu’à Latinne les frontons Berchmans surmontent des
plaques muettes et servent de décoration aux piliers bordant le petit parc où est
érigé le monument public ().
On le voit, les « instructions » de la Province, plutôt que d’être contraignantes, étaient
en fait une opportunité assez commode pour les édiles communaux, qui à l’occasion ne
se sont pas privés de les interpréter à leur façon.
La question est maintenant de déterminer combien des 344 communes liégeoises de
1919 ont placé ces plaques et combien les ont refusées. Les archives provinciales sont
muettes à ce sujet, et il faut donc partir de l’enquête de terrain. Repérer dans les villages
les plaques encore présentes est chose relativement aisée. On en a retrouvé dans 133
communes. Mais lorsqu’aucune n’est trouvée, est-ce parce qu’il n’y en a jamais eu ou
parce qu’elles ont disparu pour l’une ou l’autre raison ?
On retrouve parfois des mentions écrites ou d’anciennes cartes postales prouvant qu’une
ancienne maison communale portait une ou plusieurs plaques à fronton Berchmans qui
473
Il est possible que ces noms aient été inscrits sur une autre plaque qui aurait disparu depuis. On sait par
exemple que l’ancienne maison communale de Blegny a été démolie après que l’on ait érigé le monument
commémoratif sur la place du village.
474
Sur la plaque de Fouron-Saint-Pierre, les mots « lâchement » et « Allemands » ont été burinés. Par
qui ? Pourquoi ? Quand ?
170
ont disparu. Dans certains cas, la cause en est que le bâtiment a lui-même disparu
comme à Chaudfontaine, Darion, Embourg, Haccourt, Hodimont (), Saint-Nicolas,
etc. Une autre raison est que la commune a décidé après la Seconde Guerre de
remplacer les anciennes plaques par un nouveau mémorial. C’est le cas à Hollogne-auxPierres (), à Rotheux-Rimière...
D’un autre côté, il est avéré que certaines communes n’ont pas commandé les plaques
de la province. Les motivations sont diverses :
- Ces plaques ne conviennent pas pour les communes les plus peuplées où le
nombre de noms à inscrire est trop élevé. Quelques communes, dont la
population au lendemain de la guerre était de l’ordre de quinze à vingt mille
habitants, ont installé quatre plaques au mur de la maison communale. C’est le
cas à Herstal, à Huy, à Ougrée. Il en est de même à Grivegnée, qui ne comptait
que onze mille habitants mais où la proportion de victimes est plus élevée que la
moyenne. C’est un maximum. Il n’est donc pas étonnant que l’on ne trouve les
plaques provinciales ni à Liège (cent soixante-sept mille habitants), ni à Seraing
(quarante et un mille habitants)475, ni à Verviers (quarante-sept mille habitants).
- À l’inverse, des communes qui n’ont eu aucune victime, ni militaire ni civile,
ont pu ne pas ressentir, du moins dans l’immédiat, la nécessité d’installer un
mémorial. C’est vraisemblablement le cas pour Gleixhe, Oleye, Outrelouxhe,
Pousset, Rahier, Sippenaeken, et d’autres encore.
- À Herve comme à Visé, l’hôtel de ville avait été complètement détruit en août
1914. Prévoir des plaques commémoratives pour l’hôtel de ville n’avait donc
pas de raison d’être en 1919. La priorité était à la reconstruction.
- D’autres communes, parmi lesquelles Villers-l’Évêque,476 pouvaient avoir déjà
un projet de monument en cours. On constate aussi que plusieurs communes ont
voulu inscrire les noms de leurs anciens combattants sur des plaques plus
grandes que ce que ne permettait la proposition de la Province. Ainsi à
Anthisnes (), à Fexhe-Slins, à Hodeige (), etc. L’ancienne maison
communale d’Abée-Scry () a deux plaques placées de part et d’autre de la
porte : celle de droite a le fronton Berchmans habituel et porte les noms des
morts de la commune, alors que celle de gauche, plus grande, a été placée pour
honorer les survivants.
- Les dernières raisons sont à chercher dans des considérations idéologiques. Des
communes catholiques ont voulu donner un caractère plus religieux à leur
mémorial et ont refusé fronton et plaques provinciales qui étaient strictement
laïques. Ainsi à Juprelle, un monument inspiré par le fronton Berchmans est
installé dans le vestibule de l’église (). Il en est de même à Julémont contre le
mur du cimetière de l’église (). Le problème a été résolu à Paifve, comme on
l’a vu, en plaçant une plaque avec fronton Berchmans dans l’église. Les
habitants de Wihogne, qui ont vu tous leurs soldats revenir vivants, ont préféré
un ex-voto au mur de l’église.
475
La Ville de Seraing a adopté un autre format pour les quatre plaques de l’hôtel de ville, sur lesquelles
ne figurent pas moins de 184 noms.
476
Voir ERGEN, N., op. cit., p. 36.
171
-
Si Landen et la plupart des communes des Fourons ont accepté la plaque
provinciale (avec le texte en français), d’autres communes rurales flamandes,
alors liégeoises, ont préféré placer des plaques avec un texte en flamand, chose
normale et compréhensible, et pour certaines avec une représentation du lion
flamand plutôt que du lion belge (). La symbolique du mémorial le plus
simple n’échappe pas à la logique identitaire.
Au total des plaques provinciales ont pu être retracées dans cent cinquante-deux
communes et l’on a des indications de refus pour trente-neuf autres. Cela laisse encore
cent cinquante-trois communes où aucune trace de plaque communale, avec ou sans
fronton Berchmans n’a été retrouvée. Perdues ou jamais installées ? Il y a sans doute
des deux. Seule une recherche locale fouillée pourrait apporter des réponses définitives
pour certaines communes.
Au fil des ans, les plaques communales ont pu subir divers types de modifications et
d’altérations. La dorure des inscriptions a souvent disparu et les plaques les plus
exposées aux intempéries sont parfois devenues quasiment illisibles (Cornesse,
Milmort, Tilleur). D’autres communes, plus nombreuses, ont par contre pris soin de
maintenir, sinon améliorer, la lisibilité de leurs plaques en appliquant de la peinture
dorée ou noire dans les textes gravés. Il ne faut d’ailleurs pas exclure que certaines
plaques ont pu être remplacées à l’identique. Aux Awirs, on a intégré la plaque
originelle dans un monument commémoratif plus vaste (). On a même souvent
déployé une certaine inventivité dans la recherche de mise en valeur du fronton de
bronze, qui est devenu comme un petit livre à colorier ().
Les plaques sont encore à leur emplacement d’origine dans une centaine de communes.
Toutefois, après la fusion des communes, la majorité des anciennes maisons
communales ont perdu leur statut. La plupart sont restées propriété de la nouvelle entité,
et devenues centre culturel, école, bibliothèque, antenne de police… Quelques-unes ont
eu un sort plus particulier : chapelle à Abolens (suite à l’incendie de l’église du village),
brasserie à Blehen, maisons d’habitation à Poucet et à Warzée. À Poucet, la plaque est
toujours encastrée dans le mur, mais le fronton a été déposé au pied du monument de
l’autre côté de la rue ().
Lorsque l’ancienne maison communale est démolie, la commune peut soit se
débarrasser des anciennes plaques, dont on juge qu’elles font double emploi avec un
autre monument plus imposant, soit les conserver en un autre endroit.477 Une parfaite
illustration du premier cas se trouve à Berneau, où la maison communale avait été
reconstruite en 1927. La plaque provinciale, débarrassée de son fronton, a été mise au
rebut le long du mur du cimetière (). Par contre, certaines autres communes ont pris
soin de préserver leurs plaques. Elles sont parfois encastrées à l’entrée du cimetière
(Flémalle-Grande, Jalhay, Tilleur, Vinalmont…) ou même posées sur une tombe,
comme à Fexhe-le-Haut-Clocher et Voroux-Goreux (). Parfois aussi un pan de mur
isolé est construit pour les recevoir, comme on peut le voir à Jupille () et à Queue-du477
La question ne se posait pas pour la maison communale de Saint-Nicolas, détruite durant la Seconde
Guerre.
172
Bois. Une autre solution, adoptée à Dalhem et à Heure-le-Romain (), est de déposer la
plaque avec son fronton à côté du monument public. À Ouffet, la plaque n’a pas été
conservée, mais le fronton Berchmans a été fixé au dos du monument aux morts. Il peut
arriver que la plaque soit endommagée lorsqu’elle est descellée et qu’elle soit alors
remplacée par une nouvelle plaque, comme cela semble avoir été le cas à FlémalleGrande.
Une autre question est l’insertion des noms des morts de 40-45 sur les plaques
communales. Diverses modalités ont été adoptées à cet effet :
- La plus élémentaire, lorsqu’il n’y a pas trop de noms à inscrire, est de les ajouter
directement sur la plaque existante, par exemple à Chaineux (), à Jalhay, à
Sart, à Xhendremael…
- On peut aussi garder la plaque avec son fronton de 14-18, et la prolonger soit
vers le bas ou sur les côtés. C’est le cas à Oreye (), à Beyne-Heusay…
- Autre solution, conserver le fronton Berchmans originel et remplacer la plaque
par une nouvelle sur laquelle figurent les noms des deux guerres, comme à
Vierset-Barse (), aux Awirs, à Magnée, etc.
- Lorsque le nombre de nouveaux noms à inscrire est trop élevé, il faut bien
ajouter des plaques supplémentaires. Une douzaine de communes au moins, dont
Borlez, Esneux, Fléron, Fraipont (), Jupille, Stembert, etc. ont fait faire des
plaques sur le modèle de celle de la Première Guerre surmontées d’un fronton
identique au fronton Berchmans, à la différence près que les dates mentionnées
sont 1940 et 1945 et que la signature de Berchmans est absente. Le faible
nombre de réalisations de ce type fait penser que ces nouveaux frontons ne sont
pas le résultat d’une initiative de la Province.478 On trouve dans deux petites
communes de Hesbaye, Hollogne-sur-Geer et Trognée (), des frontons 40-45
originaux, en bronze, côtoyant les anciens frontons Berchmans. Enfin, quelques
autres communes, dont Wegnez (), Hollogne-aux-Pierres et Trooz, ont choisi
de faire exécuter un nouvel ensemble homogène de plaques pour les deux
guerres.
Il est encore une autre circonstance qui amène une modification importante de la plaque
à fronton Berchmans. Il s’agit ici d’une conséquence des lois Gilson de 1961-62 et du
transfert de quelques communes liégeoises aux arrondissements de Tongres et de
Louvain. On a vu que les plaques liégeoises sont restées en place dans les Fourons, et
que la plupart des communes autour de Landen ont préféré un autre type de plaque. À
Landen toutefois, les deux plaques originelles avec le fronton Berchmans étaient
gravées en français. Les frontons ont été maintenus en place, mais la plaque ancienne
est maintenant recouverte d’une nouvelle plaque de marbre noir portant toujours le
même texte… en néerlandais ().
Bien que la plaque offerte par la Province ait été refusée par certaines communes, on y
voit souvent des imitations ou des réalisations manifestement inspirées par la sculpture
478
Pourquoi l’aurait-elle fait ? Les monuments de 14-18 offraient une possibilité rapide et bon marché
d’associer les noms de 40-45 à ceux de 14-18, ce qui n’était pas le cas à la fin de la Première Guerre.
173
de Berchmans ().479 Tantôt ce sont des frontons qui reprennent un plusieurs éléments
de leur modèle : forme générale, image du lion avec branches de chêne et de laurier,
inscription « N’OUBLIONS JAMAIS »… Tantôt la tête de lion avec ses deux branches
dans la gueule est sculptée sur le monument public, comme à Cheratte, à Fize-Fontaine,
à Herve, à Lamontzée… Un cas curieux est celui de la commune de Pousset, qui a fait
sculpter un fronton Berchmans à l’identique dans la pierre (). La plaque qu’il
surmonte ne porte que des noms d’anciens combattants tous revenus dans leurs foyers
après l’armistice, et il s’agit vraisemblablement d’une réalisation plus tardive que le
fronton en bronze. Il faut souligner que d’autres communes qui ont refusé les frontons
de la Province ont placé à la façade de leur maison communale des plaques d’un tout
autre type, comme à Saint-Séverin (), à Clermont-sous-Huy, à Ellemelle, etc.
Les plaques apposées sur la façade de la maison communale ont donc rapidement été
vues par les communes comme un moyen commode, rapide et peu coûteux, tout en
étant officiel, de rendre hommage aux victimes de la guerre parmi leur population. On
peut reconnaître à la Province de Liège la clairvoyance d’avoir favorisé, sinon provoqué
ce mouvement, ce qui n’était pas le cas des autres provinces. Le souci principal de la
tutelle était d’éviter que les communes ne s’embarquent trop vite dans d’autres projets
de monuments beaucoup plus onéreux dans une période de surendettement.
Mais on voit aussi qu’en vertu de leur autonomie, les communes ne pouvaient être
obligées de suivre les propositions de la Province,480 et qu’elles ont parfois pris de
grandes libertés avec les conventions de texte, d’emplacement, de forme qu’elles étaient
invitées à adopter.
Même dans le cas des « plaques provinciales », l’initiative restait toujours auprès de la
base locale et il en a résulté une grande diversité dans les réalisations.
Les pages qui suivent donnent la liste des communes pour lesquelles des informations
ont été obtenues sur la présence ou le refus des frontons de la Province. L’astérisque qui
suit le nom de certaines d’entre elles signifie qu’une fiche particulière leur est consacrée
dans
le
corpus.
479
Il serait intéressant d’explorer l’influence que le fronton Berchmans aurait pu avoir sur les plaques de
communes non liégeoises.
480
La Province, qui avait la tutelle sur les communes, pouvait cependant annuler des décisions de
subsides à des projets de monuments hors de proportion avec les moyens financiers des communes.
174
Communes dont les plaques à fronton provincial sont toujours en place
Abée-Scry
Abolens
Aineffe
Alleur
Amay
Ambresin
Angleur*
Ans
Antheit
Awans
Ayeneux
Aywaille
Baelen*
Bellaire
Ben-Ahin
Beyne-Heusay*
Blegny-Trembleur*
Blehen
Bolland
Bombaye
Boncelles
Borlez
Braives
Bressoux
Chaineux*
Comblain-au-Pont
Cornesse
Dolembreux
Donceel
Ernonheid
Esneux
Feneur
Fize-le-Marsal*
Fouron-St-Martin
Fouron-St-Pierre*
Glons
Gomzé-Andoumont
Grand-Axhe
Grivegnée
Grivegnée (Bois-deBreux)
Hamoir
Haneffe
Harzé
Héron
Herstal
Hognoul
Hollogne-sur-Geer*
Hombourg
Housse
Ivoz-Ramet
Kemexhe
La Gleize
Lambermont
Landen*
Landenne-sur-Meuse
Lens-St-Servais
Les Awirs*
Liers
Loncin
Lorcé
Magnée
Marneffe
Membach
Merdorp
Milmort
Momalle*
Montegnée
Mortier
Mouland
Nessonvaux
Olne
Oreye*
Ougrée (Sclessin)
Oupeye
Paifve*
Pailhe
Pepinster
Petit-Hallet
Petit-Rechain
Polleur
Ramelot
Remersdael
Remicourt*
Romsée
Saint-Georges-surMeuse
Sart-lez-Spa
Soheit-Tinlot
Soiron
Soumagne*
Stembert
Theux
Thimister
Tihange
Trognée*
Vaux-sous-Chèvremont
Verlaine
Viemme
Vierset-Barse*
Ville-en-Hesbaye
Villers-le-Bouillet
Villers-Saint-Siméon
Wanze
Warzée
Wasseiges
Xhendelesse*
Xhendremael*
Communes dont les plaques à fronton provincial ont été déplacées
Berloz
Bertrée
Bilstain
Cras-Avernas
Dalhem*
Embourg
Fexhe-le-Haut-Clocher*
Flémalle-Grande*
Fléron
Fraipont
Glain
Grandville
Heure-le-Romain
Jalhay*
Jupille*
Lamine*
Latinne*
Lens-Saint-Remy
Ouffet*
Ougrée
Plainevaux
Poucet*
Queue-du-Bois*
Seraing-le-Château*
175
Tilleur
Voroux-Goreux
Vinalmont*
Communes dont les plaques à fronton provincial ont disparu
Bas-Oha
Berneau*
Chaudfontaine
Darion
Forêt*
Goé*
Haccourt*
Hodimont*
Hollogne-aux-Pierres
Huy
Mons-lez-Liège
Rotheux-Rimière*
Saint-Nicolas
Votteme
Wegnez*
Communes qui n’ont pas accepté le fronton provincial
Anthisnes*
Bovenistier
Chevron
Clermont-sous-Huy*
Clermont-sur-Berwinne
Elixem*
Ellemelle*
Fexhe-Slins*
Filot*
Fooz
Hermalle-sous-Huy*
Herve
Julémont*
Juprelle*
Laer*
Lantremange*
Les Avins*
Liège
Linchet
Montzen*
Mortroux
Neerhespen*
Neerlanden*
Neuville-sous-Huy
Odeur
Outrelouxhe
Poulseur*
Pousset*
Rosoux-Crenwick
Rumsdorp*
Saint-Séverin*
Seny*
Seraing*
Sippenaeken*
Verviers
Villers-l’Évêque
Villers-le-Temple
Visé
Wihogne
176
5. Les monuments commémoratifs dans les cantons de l’Est
Les cantons de l’Est, que l’on appelait aussi « cantons rédimés », sont les trois cantons
d’Eupen, Malmedy et Saint-Vith. Les habitants y parlent l’allemand, sauf à Malmedy et
dans cinq autres anciennes communes francophones481. Ces territoires faisaient
essentiellement partie, sous l’Ancien Régime, du Duché de Limbourg, de la Principauté
de Stavelot-Malmedy, du Duché de Luxembourg et de l’Électorat de Trèves. La
conquête française à la fin du XIXe siècle les rattache au département de l’Ourthe. À
l’issue de la période napoléonienne, le Congrès de Vienne redessine la carte de
l’Europe. La future Belgique indépendante est attribuée au royaume de Hollande et la
frontière entre celui-ci et la Prusse est redessinée. Les territoires d’Eupen, Saint-Vith et
Malmedy deviennent des Kreise prussiens.482 À l’issue de la Première Guerre, le
gouvernement belge demande le rattachement à la Belgique de territoires situés sur sa
frontière orientale et obtient partiellement satisfaction par le Traité de Versailles, qui est
signé en juin 1919 et prend ses effets à partir de janvier 1920. Notons que même si les
habitants de ces cantons n’ont, jusqu’alors, jamais été belges à proprement parler, il y
avait en Belgique une conviction largement ancrée que l’on assistait à leur retour à la
vraie patrie, celle partagée avant la Révolution et durant la période française.483 Durant
cinq ans et demi, de janvier 1920 à juin 1925, les cantons sont placés sous l’autorité
d’un Haut commissaire royal, le général Baltia, avant d’être définitivement intégrés à la
Province de Liège, arrondissement de Verviers. L’Allemagne nazie les annexera à
nouveau en mai 1940 pour la durée de la Seconde Guerre. Aujourd’hui, les communes
germanophones font partie de la Communauté germanophone, tandis que les habitants
des entités francophones relèvent de la Communauté française.
Les nouveaux Belges partagent avec les habitants des autres pays le besoin de
commémorer leurs morts. Mais la question des monuments commémoratifs se pose
pour eux d’une façon toute particulière, différant à plusieurs égards de ce que l’on peut
voir dans le reste de la province. La principale caractéristique réside évidemment dans
les choix iconographiques – on y viendra plus loin – mais il en est d’autres qu’il faut
relever ici.
Une première différence importante se trouve dans le nombre de noms figurant sur les
monuments. Si la mortalité due aux faits de guerre est, au sein de la population belge, de
481
Bellevaux-Ligneuville, Bévercé, Faymonville, Robertville et Waimes.
Une particularité de ce redécoupage territorial est la constitution d’un petit territoire neutre à Moresnet,
sur lequel se trouvaient les gisements de zinc d’Altenberg (Vieille-Montagne). L’ancienne commune de
Moresnet s’est ainsi retrouvée divisée en un Moresnet hollandais (belge en 1830), un Neu-Moresnet
prussien et un « Moresnet neutre ». En 1920, Moresnet neutre fut rattaché à la Belgique et prit le nom de
La Calamine (Kelmis). Aujourd’hui l’entité de La Calamine comprend les anciennes communes
d’Hergenrath et de Neu-Moresnet, tandis que la commune de Moresnet est maintenant fusionnée avec
Plombières.
483
Séance de la Chambre du 4 mars 1925. La Meuse, 6 mars 1925. Une partie de la population des
cantons « rédimés », c'est-à-dire sauvés, rachetés au sens chrétien de la Rédemption, restera cependant
germanophile durant l’entre-deux-guerres, surtout dans la partie germanophone, et militera au sein du
Heimatbund, puis du Heimattreue Front, prônant un retour à l’Allemagne. La question de l’identité des
habitants des cantons de l’Est, particulièrement des germanophones, a été étudiée par A. Fickers et
Ch. Brüll (voir la bibliographie).
482
177
l’ordre de 0,4-0,5%, elle est beaucoup plus élevée en Allemagne, et donc dans les
cantons de l’Est où elle se monte à environ 3% de la population.484 La conséquence est,
comme en France d’ailleurs, qu’à population égale, les monuments des villages de ces
cantons comportent beaucoup plus de noms de morts que dans les autres communes du
pays. Comme en outre le nombre de mobilisés est environ quatre fois plus grand en
France et en Allemagne qu’en Belgique, il ne peut y avoir de place pour les noms des
survivants. Le mémorial de Malmedy () porte 191 noms de victimes pour une
population de 4 979 habitants,485 le monument de Raeren 143 noms pour 3 782
habitants, celui d’Eynatten 43 noms pour 1 342 habitants, celui de Nidrum 27 noms
pour 627 habitants, etc. Les « monuments aux morts » y méritent ainsi leur appellation
sans aucune ambiguïté.
Une autre différence est la fréquence beaucoup plus grande de mémoriaux placés dans
les églises ou sur les parvis d’église, surtout dans les communes et villages
germanophones.486 Sur les cinquante-quatre monuments relevés dans les cantons de
l’Est pour cette étude, plus de la moitié se trouvent dans ou autour d’une église. On
constate qu’il n’y a pas, comme souvent en Wallonie, d’opposition entre civil et
paroissial dans cette région très catholique. Le monument d’Herbesthal, installé devant
l’église mais sur la voie publique, est dédicacé par la communauté paroissiale
(Pfarrgemeinde) plutôt que par la commune,487 tandis que des mémoriaux placés à
l’intérieur d’églises, comme à Hergenrath () et à Kettenis, sont dédiés par les citoyens
– et non les paroissiens – de la commune (die Bürger, die Gemeinde). Faut-il en voir la
raison dans l’interdiction de toute manifestation commémorative autre que religieuse
durant les années du gouvernement Baltia, mentionnée par A. Fickers ?488 On constate
en tout cas que la plaque de l’église Saint-Martin à Hergenrath porte la date du 29 août
1920, alors qu’aucun monument ne semble avoir été inauguré sur la voie publique avant
juillet 1925.
Caractéristique de la région est aussi l’usage assez fréquent de la marmorite, que l’on ne
rencontre guère sur les monuments des autres communes de la province. Ce matériau,
sorte de verre noir artificiel que l’on peut dépolir en un genre de taille d’épargne pour
faire ressortir les lettres qui conservent seules leur éclat, est utilisé après la Seconde
Guerre pour apposer sur les anciens monuments de nouvelles plaques reprenant les
noms des victimes des deux guerres. Les monuments de Burg-Reuland () et de
Crombach () n’en sont que deux exemples.
Venons-en à la question du choix iconographique. Certes, plusieurs mémoriaux
consistent en une simple plaque apposée au mur du vestibule portant l’un ou l’autre
484
Voir vol.1, p. 9.
Les chiffres de population sont tirés du Journal Officiel / Amtsblatt Malmedy – Eupen du 24 décembre
1921.
486
Les seuls cas relevés dans des communes francophones sont ceux des églises d’Ovifat et de Sourbrodt
(Robertville). La plus grande accessibilité des églises de ces cantons, qui sont généralement ouvertes
durant la journée, ne suffit pas à expliquer la différence avec le reste de la province.
487
Herbesthal faisait partie de la commune de Lontzen.
488
FICKERS, A., De la « Sibérie de Prusse » aux « Cantoins rédimés »…, 2003, p. 623. Mais je n’en ai
trouvé aucune confirmation dans le Journal Officiel / Amtsblatt Malmedy – Eupen, qui reprend tous les
arrêtés et décrets du gouvernement de Baltia.
485
178
motif décoratif, comme une croix, une palme ou un chrisme. Quelques-uns, même ornés
d’une croix chrétienne, ont la forme traditionnelle et politiquement neutre de
l’obélisque, comme par exemple à Meyerode () ou à Faymonville,489 ou d’un menhir,
comme à Hauset ().
Mais une véritable question se pose lorsque l’on veut un monument avec statuaire.
Comment représenter le soldat, mort ou survivant, qui a dû combattre sous l’uniforme
allemand, au moment où la région devient belge ? Le représenter en uniforme, comme
on peut le voir sur plusieurs monuments en Allemagne, est impossible. Le thème de la
victoire y serait incongru.490 Celui de la défense ne se décline que discrètement et est
confiné dans l’épigraphie, comme sur le monument au cimetière de Crombach, qui
évoque les protecteurs du foyer (Schützer der Heimat), ou celui d’Herbesthal (« Ils sont
morts pour nous »). Restent l’hommage aux héros dont la cause est passée sous silence,
l’image du combattant intemporel, par référence à l’Antiquité ou au Moyen Âge,
l’assimilation aux saints guerriers (saint Georges) ou martyrs (saint Sébastien)… De
l’antique on retiendra le monument de Malmedy (), un grand sarcophage sur lequel
repose une panoplie en bronze de soldat romain et portant une citation de Virgile, ou
encore le petit mémorial dans l’église de Lontzen (), où un casque romain est sculpté
sous la plaque portant les noms des morts. Le guerrier médiéval est évoqué dans le
monument du cimetière d’Eupen () et dans un vitrail de l’église Saint-Wendelin () à
Sourbrodt (Robertville), dans l’entité de Waimes. La figure de saint Georges491 se
retrouve dans l’église de Walhorn (), avec l’invocation « Saint Georges, protecteur
des combattants, intercède pour les morts de Walhorn ». Un autre saint Georges est
sculpté sur le monument public du hameau de Hunnange (Bullange). Enfin, le
monument de Saint-Vith consistait en un grand saint Sébastien () percé de flèches. Il
a disparu lors des bombardements de l’offensive des Ardennes en décembre 1944, qui
ont anéanti une grande partie de la ville. On le voit, il n’y a aucun des symboles
évoquant les nations en guerre, ni casque à pointe ni Stahlhelm, ni aigle, coq ou lion, ni
expression de victoire ou de défaite. Il faut toutefois nuancer cette dernière affirmation.
On trouve cependant dans deux communes francophones des monuments portant une
Victoire. Le premier était érigé sur la place du village de Waimes, le second est au
cimetière de Malmedy. Celui-ci () est resté intact, et le fait qu’il commémorait à
l’origine les morts de la guerre franco-prussienne de 1870-71 ne doit pas y être étranger.
Celui de Waimes (), par contre, a été détruit par les nazis, qui devaient y voir une
sorte de défi lancé au caractère allemand que la commune était censée avoir à leurs
yeux. Un monument portant une allégorie de la Liberté a également été érigé à La
Calamine () après la Seconde Guerre. On peut se demander si le fait que les
inscriptions qu’il porte sont en français pourrait avoir une quelconque valeur
symbolique.
C’est sans doute dans le monument de Raeren () que l’on trouve la plus grande
sensibilité dans la représentation du soldat qui a souffert dans sa chair et par la perte de
ses compagnons pour une guerre qui, tout compte fait, le dépassait : un invalide de
489
Deux monuments à obélisque construits exactement sur le même modèle.
Bien qu’il y ait des exceptions, dont on parlera plus loin.
491
Le monument aux morts de 1866 et 1870-71 représentait déjà un saint Georges terrassant le dragon.
490
179
guerre, s’aidant d’une béquille sous l’épaule gauche et accompagné de son chien, vient
apporter une couronne mortuaire à « ses chers camarades ». Il porte col et cravate, un
pantalon et des chaussures de civil, et il tient un chapeau feutre dans la main gauche.
Seul son manteau pourrait vaguement ressembler à une ancienne capote militaire, sans
doute plutôt allemande que belge. L’historien Andreas Fickers, qui analyse l’évolution
du sentiment national dans les cantons de l’Est, a cru y voir un soldat revêtu de
l’uniforme belge qui symboliserait une réconciliation entre habitants germanophiles et
belgophiles.492 Il s’est sans doute basé sur une tradition locale qui désigne l’invalide
comme soldat belge, ce qu’il n’est pas. Ce serait alors non pas le monument qui serait la
traduction des représentations collectives de la population, thèse que l’on rencontre
souvent dans les écrits des praticiens de l’histoire culturelle, mais la représentation
collective qui lui donne une interprétation nouvelle calquée sur l’évolution des
mentalités. Ce fait ne semble pas avoir été relevé par ailleurs.
Le thème de l’héroïsme se retrouve essentiellement dans l’épigraphie, avec des
inscriptions comme « Sie starben den Heldentod » (Ils sont morts en héros). Le
monument de Recht proclame : « Durch Heldentod zum ewigen Frieden (Par la mort en
héros vers la paix éternelle) ().
À l’opposé, Butgenbach possède un monument atypique (), dans lequel on retrouve la
veine pacifiste qui met l’accent sur la souffrance de la population plutôt que sur le
courage et le sacrifice des héros. Le groupe sculpté, placé sous un arc de pierre comme
s’il s’y était abrité, représente une femme et son enfant apeuré, tandis qu’un homme en
civil, dans lequel on voit le mari et le père, tient une arme dérisoire en scrutant le ciel.
« Friede mit uns » (Que la paix soit avec nous) dit l’inscription. Par son sujet et par son
style expressionniste, cette sculpture rappelle les œuvres de Käthe Kollwitz.
On comprend que l’iconographie chrétienne soit très présente dans une région où tant de
monuments sont placés dans l’église du village. On y décline les thèmes habituels du
crucifix à Lommersweiler, de la pietà à Eynatten (), du Sacré-Cœur à Schoppen et à
Oudler, de la Vierge à Nidrum (), de l’ange à La Calamine () et à Ouren, etc. Les
exemples pourraient être multipliés. Un thème plus rare est celui de la Sainte Agonie,
présent sur le mémorial installé dans le vestibule de l’église de Bullange ().
Mentionnons enfin trois mémoriaux tout à fait originaux, dans la mesure où on n’en a
pas relevé d’autre dans le reste de la province. Il s’agit d’ensembles sculptés dans le
bois, placés au mur d’un bas-côté. Dans l’église Saint-Nicolas d’Eupen, c’est un grand
Christ ressuscité () qui est placé au centre de la composition. Dans celle de Raeren
(), un retable sculpté, dû à L. Mennicken, montre des habitants du village, civils et
militaires, recueillis devant un Christ au Sacré-Cœur. À Ovifat, dans l’église Saint492
« L’exemple le plus significatif de ce dédoublement de la conscience nationale se traduit dans le
monument aux morts du village de Raeren. Le monument porte les noms d’une vingtaine de morts du
village [j’en ai pour ma part dénombré 143 !] – tombés pour la patrie (allemande) – mais le soldat à
genoux porte un uniforme de l’armée belge ! Le monument de Raeren peut donc être interprété comme
une tentative de réconciliation ou d’un effort d’intégration de la population de Raeren à l’État belge.
Réconciliation non seulement entre les deux nations mais aussi entre les habitants du village eux-mêmes,
séparés en deux groupes : l’un pro-belge, l’autre pro-allemand. ». FICKERS, A., op. cit., p. 625-626.
L’auteur du monument, lui-même originaire de Raeren, est le même L. Mennicken qui a signé les Saint
Georges de Walhorn et de Hunnange, et d’autres monuments encore.
180
Remacle, c’est une madone assise (), sorte de sedes sapientiae néo-romane, qui est au
centre de la composition. L’iconographie (la baïonnette foulée au pied de la Vierge, la
corne d’abondance) et les inscriptions veulent transmettre un message de paix.
Comme partout ailleurs, la commémoration des morts doit s’exprimer par des
cérémonies et par des monuments qui en sont le support matériel. L’écueil était dans
l’hommage aux héros sans toutefois tomber dans une exaltation patriotique qui aurait
été ici totalement ambiguë. Qu’ils relèvent de la pure tradition des monuments
funéraires ou religieux, ou qu’ils mettent en scène le personnage du combattant, souvent
de façon originale, les monuments commémoratifs des anciens cantons de l’Est
réussissent à éviter le piège et à transmettre le message du deuil et de la peine
simplement humaine.
181
6. Les médailles commémoratives
Les manifestations plastiques de reconnaissance et de commémoration ne se limitent
pas aux formes fixes de monuments placés dans l’espace public (statuaire, stèles,
plaques…). Elles peuvent aussi être mobilières : quelques statuettes et surtout des
médailles, que nous considérons ici.
6.1. Généralités
La notion de médaille recouvre différents types d’objets. D’abord par la forme : disques
ou plaquettes de contour plus ou moins régulier, en métal, portant un relief ou une
inscription. Elles sont appelées « breloques » lorsqu’elles comportent un anneau ou
autre dispositif (la « bélière ») permettant de les suspendre à un cordon, ruban ou
chaînette, et « médailles de table » ou « de présentation » lorsqu’elles ne comportent
aucun dispositif de ce genre (médailles « presse-papier »). Par leur nature ensuite :
médailles honorifiques officielles (ordres nationaux, civils ou militaires)
ou non officielles, décernées à titre collectif ou personnel ;
médailles commémoratives d’un événement ou d’un personnage ;
médailles de bienfaisance vendues au profit d’œuvres caritatives ;
médailles sportives ;
médailles religieuses…
Une brève explication technique s’impose pour comprendre pourquoi les limites entre
ces diverses catégories peuvent être floues. Depuis l’invention du « tour à réduire » vers
le milieu du XIXe siècle, le médailleur peut réaliser à grande dimension (usuellement 20
à 80 cm de diamètre) un modèle de la médaille (un modèle par face), modèle qui sera
coulé en fonte ou en bronze. Le tour à réduire, qui fonctionne à la manière d’un
pantographe, permet d’en obtenir une copie fidèle à la dimension requise pour le
« coin », matrice en creux servant à la frappe de la médaille. Le modèle en métal,
conservé dans l’atelier de frappe, pourra être réutilisé pour produire la même médaille à
un format différent ou en associant un même avers à différents revers.493 Une même
médaille peut donc exister en même temps en format « de table » (50 à 60 mm de
diamètre) et sous forme de breloque (20 à 30 mm).
Les artistes sont soit des sculpteurs qui associent l’art de la médaille à la pratique de la
statuaire et du relief de grand format (par exemple Georges Petit, Marcel Rau, Joseph
Witterwulghe…), soit des médailleurs spécialisés – ce qui n’exclut pas qu’ils réalisent
aussi à l’occasion des sculptures de grand format – qui parfois disposent de leur propre
atelier de frappe (comme Auguste Bija, Joseph Fisch, Alphonse Mauquoy, Paul
Wissaert…).
493
Le Cabinet des médailles de la Bibliothèque royale de Belgique conserve la collection de modèles de
médailles réalisés entre 1850 et 1970 pour l’ancienne firme Fibru-Fisch de Bruxelles (fonds Dupont). La
collection, qui comporte près de 1400 pièces, a été numérisée et peut être vue en ligne sur le site internet
de la Bibliothèque royale (http://www.kbr.be/catalogues/catalogues_fr.html).
182
L’étude de la médaille commémorative de la Grande Guerre est facilitée par l’existence
de la collection du numismate Charles Lefébure494 (1862 – 1943), qui en a fait don au
Cabinet des médailles de la Bibliothèque royale. Elle comprend plusieurs milliers
d’objets frappés pendant ou juste après la guerre. Le catalogue dressé par Lefébure luimême495 comporte plus de 3 500 références de médailles et monnaies frappées entre
août 1914 et septembre 1923. Outre le grand nombre des objets rassemblés, la collection
présente l’intérêt supplémentaire qu’ils ont pour la plupart été collectés auprès des
ateliers de frappe et que les dates d’émission jusque fin 1921 sont dans la plupart des
cas connues au jour près. Il est assez étonnant de constater que les premières médailles
commémoratives de la guerre ont été frappées quelques jours seulement après le début
de l’attaque allemande du 4 août 1914. Dans le catalogue de Lefébure, dont les pièces
sont classées par ordre chronologique, la médaille portant le n° 1 a été frappée le 7 août
dans l’atelier de Paul Wissaert. Elle figure le roi Albert à l’avers et le millésime 1914 au
revers.496 Le 12 août sort la même médaille, vendue au profit de la Croix-Rouge, avec
l’inscription « CAMPAGNE DE 1914 – SOUVENIR » (n° 6 du catalogue). Et le 14
août, l’atelier Fonson Frères à Bruxelles édite la première médaille célébrant la
résistance de Liège (), alors que les combats se poursuivent encore.497 Les premiers
monuments commémoratifs de la Grande Guerre ne sont donc pas les « monuments aux
morts », mais bien ces médailles contemporaines des événements qu’elles célèbrent.
La production de médailles relatives à la guerre se poursuit à un rythme élevé au début
de la guerre. Le catalogue Lefébure comporte 133 numéros pour la période du 7 août au
31 décembre 1914 et 701 pour l’année 1915. Le nombre diminue ensuite
progressivement : 537 en 1916, puis 358 en 1917 et « seulement » 62 entre le 1er janvier
et le 11 novembre 1918. L’activité reprend en 1919 avec 660 items, pour diminuer à
nouveau en 1920 (312 numéros) et 1921 (78 numéros). Seulement 46 items sont
répertoriés entre le 1er janvier 1922 et le 1er septembre 1923, mais les dates de frappe ne
sont plus mentionnées. Il est possible que l’ardeur du collectionneur se soit calmée vers
la fin 1921. L’évolution est schématisée graphiquement par la fig. 3 ci-dessous :
494
Charles Lefébure (1862-1943) avait découvert la numismatique lors d’un passage d’une année au
Cabinet des médailles de la Bibliothèque royale de Belgique, qu’il quitta ensuite pour poursuivre des
études d’ingénieur. Il passa sa carrière au service d’Ernest Solvay, tout en gardant un goût marqué pour la
collection de médailles.
495
LEFÉBURE, Charles, Exposé succinct et chronologique de la frappe patriotique, de nécessité, de
bienfaisance et commémorative en Belgique occupée, 2 vol., Bruxelles, 1923.
496
Au sujet de la figure du roi Albert sur les médailles, voir VAN YPERSELE, L., Le roi Albert, histoire
d’un mythe, chapitre III, Les médailles, Tournai, 2006, p. 175-187.
497
La ville a été prise le 7 août, mais le fort de Loncin, a tenu jusqu’à sa destruction le 15 août et les forts
de Flémalle et d’Hollogne ne se sont rendus que le 16.
183
Fig. 3. Nombre d’items répertoriés par année dans le catalogue Lefébure.
Dans l’aperçu historique donné en introduction à son catalogue,498 Ch. Lefébure
commente cette évolution. Les médailles produites en grand nombre au début de la
guerre sont essentiellement destinées à être vendues au profit d’œuvres caritatives. Le 5
août 1914, la commune d’Ixelles annonce par voie d’affiches qu’elle « organise des
collectes publiques et la vente d’insignes nationaux au bénéfice des familles des
victimes de la guerre ». Le 14 août, la médaille célébrant la défense de Liège est mise en
vente au profit de l’Alimentation populaire de la commune d’Ixelles. Les sujets de ces
médailles rendent hommage aux glorieux défenseurs du pays, au roi, à la famille royale,
à la patrie ou aux œuvres de bienfaisance elles-mêmes. On est encore à l’époque où l’on
pense que la guerre sera relativement brève.
Le 26 juin 1915, l’occupant allemand interdit, sous peine d’amende ou
d’emprisonnement, le port ou l’exposition « en public d’une façon provocatrice des
insignes belges ou, même d’une manière non provocatrice, des insignes d’autres pays en
guerre avec l’Allemagne ou ses alliés ». Mais la production de médailles, patriotiques et
de bienfaisance, continue sans être significativement entravée par les Allemands.499
Lefébure cite quelques cas de médailles interdites, mais ce sont des exceptions. En fait,
l’occupant était plus préoccupé par les circuits d’approvisionnement en cuivre. La
pénurie croissante de métal a progressivement un effet sensible sur la production, tant
498
LEFÉBURE, Ch., op. cit., vol. 1, p. VII-XXVIII.
Sauf dans les territoires dits « d’Étapes » (Etappengebiet), qui correspondaient approximativement aux
provinces de Flandre Occidentale et Orientale et au Hainaut occidental, où toute frappe de médaille était
interdite. Plus proches du front, ces régions étaient placées sous l’autorité militaire allemande, qui
exerçait un contrôle plus strict.
499
184
en quantité qu’en qualité. Faute de disponibilité suffisante de bronze, les ateliers doivent
avoir recours à des procédés alternatifs :
- frappe en métal moins rare, comme le zinc ou le plomb, parfois argenté de façon
médiocre ;
- les médailles de plus grand format sont réalisées par assemblage de deux
coquilles en cuivre mince estampé, formant ainsi des médailles creuses ;
- utilisation de bimétal, acier recouvert d’une mince feuille de cuivre rouge ou de
laiton…
À partir de 1916, un grand nombre de pièces frappées ont un caractère utilitaire,
notamment des jetons destinés à compenser la pénurie de pièces de monnaie légales.
Il faut attendre l’armistice et la fin de la guerre pour assister à un renouveau dans la
production de médailles. Dès le départ de l’occupant, les communes, mais aussi des
associations et organismes divers, commencent à faire frapper des médailles de
reconnaissance à leurs combattants. Lefébure mentionne le chiffre de six à sept cents
communes belges, dont la première est Fairon, en province de Liège. Ces médailles sont
commandées sur catalogues d’ateliers, lesquels réemploient les mêmes avers avec une
inscription ad hoc gravée au revers. Hommages et anniversaires patriotiques sont
devenus les thèmes principaux des médailles commémoratives d’après guerre.
Venons-en à la médaille commémorative en province de Liège. Quelle est sa place dans
cette abondante production ? On peut distinguer plusieurs catégories :
les médailles commémorant des faits de guerre dans la province, en particulier
la résistance inattendue de la place de Liège contre l’invasion allemande ;
les médailles de bienfaisance au profit d’œuvres liégeoises ou commémorant
des bienfaiteurs de la province ;
les médailles frappées pour compte des communes liégeoises ou de diverses
associations locales en hommage à leurs combattants ;
les médailles frappées à l’occasion d’événements commémoratifs, par exemple
l’inauguration d’un monument ou la célébration d’un anniversaire ;
les médailles relatives à la guerre en général, réalisées par des artistes liégeois ;
quelques médailles diverses, n’entrant dans aucune de ces catégories.
Au total, près de 180 pièces de la collection Lefébure concernent la province de Liège.
Il faut y ajouter quelques autres médailles qui pour une raison ou une autre – le plus
souvent parce qu’elles sont postérieures à septembre 1923, terme de la collection – en
sont absentes.500
6.2. Médailles commémorant la défense de Liège
La résistance inattendue de la place de Liège face à l’invasion allemande, même si elle
n’a duré que quelques jours, a été saluée tant en Belgique que dans les pays alliés.501
500
501
Il n’a malheureusement pas été possible de consulter la collection de médailles du Grand Curtius.
Voir p. 128-129 pour un bref historique de la bataille de Liège.
185
L’hommage peut être individuel. Le journal anversois La Métropole offrait une
médaille à tout soldat qui prendrait un drapeau à l’ennemi. La collection Lefébure
comprend un exemplaire de cette médaille (), décernée au soldat Ferdinand Louis
Lange qui prit un drapeau allemand à la bataille de Rhées (Herstal) aux premiers jours
de la guerre. Le catalogue précise que ce drapeau avait été remis au général Leman et a
disparu dans l’explosion du fort de Loncin. La médaille porte à l’avers l’effigie du roi
Albert par Alphonse Mauquoy.
L’hommage individuel au travers des médailles s’adresse surtout au commandant de la
3e Armée belge et de la Position fortifiée de Liège, le général Leman. Une première
médaille à son effigie (), anonyme et d’exécution relativement maladroite, est frappée
le 12 août 1914. D’autres médailles honorant le général Leman sont ensuite réalisées
par Auguste Bija en octobre 1914 (), Godefroid Devreese en mars 1915 (), puis
après l’armistice par le dinandier Auguste Guaisnet (). Une autre personnalité
rapidement honorée est le général Brialmont, constructeur des ceintures fortifiées de
Liège, Namur et Anvers. Joseph Fisch frappe une médaille à son effigie () dès le 18
août 1914, soit trois jours après l’explosion du fort de Loncin.
Quelques médailles évoquent de façon moins personnalisée les combats à et autour de
Liège. En septembre 1914 l’atelier Deffet à Herstal édite deux versions légèrement
différentes d’une médaille d’Alphonse Corbusier () représentant le pont des Arches à
Liège détruit par les troupes du Génie avant l’arrivée de l’armée allemande. Le même
sujet sera repris ensuite en janvier 1915 et janvier 1916 avec de petites variations ().
Les combats ont aussi une représentation plus noire, avec la plaquette du médailleur
Mentens () figurant une allégorie patriotique sur un fond de ruines, tenant la croix de
la Légion d’honneur à côté du blason liégeois. La plaquette était vendue avec un panier
accompagné de l’inscription « Le Belge reste inébranlable sur les ruines de son pays ».
Inébranlable peut-être, mais certainement accablé. La médaille peut aussi devenir une
invocation au ciel, comme celle représentant une Vierge en prière sur fond de cathédrale
et perron liégeois, avec au revers une crucifixion (). C’est d’ailleurs la seule des
médailles considérées ici qui ait un caractère religieux aussi marqué. À l’opposé, on
trouve aussi des médailles satiriques qui cherchent à tourner l’ennemi en ridicule, telle
cette médaille signée AB () (pour Auguste Bija ?) montrant un soldat belge piétinant
un aigle coiffé de la couronne impériale et donnant la fessée à un cochon portant un
casque à pointe avec la légende « LIÈGE 1914 ». La médaille ne fait pas partie de la
collection Lefébure et n’est pas datée. Sa facture relativement grossière suggère
toutefois qu’elle a été frappée durant la guerre, peut-être même dans les premiers mois.
Une autre médaille anonyme (), de facture tout aussi peu aboutie, rend hommage aux
« défenseurs héroïques » de Liège. Le millésime 1914 qui figure au revers n’indique
cependant pas nécessairement l’année de la frappe.
Les Belges ne sont pas seuls à produire des médailles commémorant la bataille de Liège
et l’on en connaît au moins une frappée en Allemagne à partir d’un modèle du
médailleur Hugo Grünthal (). L’image belliqueuse d’une sorte de génie de la guerre,
nu et coiffé d’un casque d’uhlan, portant le feu à la ville investie, contraste avec le
caractère plus victimaire des médailles belges. C’est sans doute là une expression
indirecte des sentiments de l’époque : d’un côté l’attaque planifiée, justifiée par les
186
intérêts supérieurs d’une nation qui ne peuvent laisser place aux sentiments, de l’autre la
conviction d’être l’innocente victime de la barbarie à laquelle on oppose la plus forte
résistance possible. Cette médaille allemande fait partie d’une série de trois pièces
célébrant la chute des places de Liège, Namur et Anvers.
La résistance de Liège est également évoquée par des médailles qui l’associent à
d’autres batailles de la campagne de 1914. Ainsi cette médaille avec un revers dû à
Pierre Theunis () honorant la pugnacité de l’armée belge à Liège, Waelhem (fort de la
position d’Anvers) et Nieuport. L’avers de cette médaille, par Paul Du Bois, vante la
vaillance du peuple belge au travers de la fameuse citation de Jules César : « De tous les
peuples de la Gaule… ».
L’hommage collectif à la résistance de Liège trouve une de ses plus fortes expressions
avec le décret du 7 août 1914 du président de la République française, Raymond
Poincaré, publié dans le Journal officiel du 8 août, qui décerne à la Ville de Liège la
croix de la Légion d’honneur. Les médailleurs ne tardent pas à représenter cet
événement de façon allégorique : plusieurs compositions montrent la France conférant
la décoration à la Ville de Liège : médailles par Joseph Fisch (), par Herman Heusers
(), par Pousset et Fabry () et par F. Michel () qui introduit l’une des rares
figurations de Jeanne d’Arc dans les monuments commémoratifs en Belgique.502 Un
grand nombre de médailles présentant à l’avers le roi ou le couple royal montrent au
revers les armes de Liège ou le perron liégeois portant l’insigne de la Légion d’honneur.
C’est le cas par exemple de médailles par Louis Desmeth () et par Jean Lecroart ()
frappées dans le même atelier et pour lesquelles on notera que le revers est identique.
C’est aussi le cas pour d’autres médailles frappées dans d’autres ateliers, comme l’avers
de la médaille par Auguste Bija, déjà vue, honorant le général Leman. Cette série
culmine avec la médaille par Georges Petit () frappée pour le président français
Raymond Poincaré venu à Liège le 24 juillet 1919 pour remettre à la Ville les insignes
de la Légion d’honneur.
Au début des années 20, la société des Amis de la médaille d’art édite une série de huit
médailles commémorant les hauts faits de la guerre. Le numéro deux de la série, réalisé
par Josué Dupon, commémore la bataille de Liège (). On y voit à l’avers un lion à la
musculature puissante dressé sur un canon de forteresse, avec à l’arrière-plan un
paysage urbain où se distinguent quelques clochers, dont celui de l’église Saint-Jean.
Au revers une jeune femme, personnification de la civilisation si l’on en croit
l’inscription, est nue, liée, prisonnière et menacée par un aigle ou un vautour surmonté
de la couronne de l’Empire germanique.
La Ville de Liège fit frapper en 1920 la « médaille de Liège » (), destinée à être
remise aux défenseurs de la Ville. Elle reprenait à l’avers l’iconographie de la
destruction du fort de Loncin, et au revers le blason liégeois avec sa croix de la Légion
d’honneur, et était munie d’un ruban aux couleurs liégeoises, jaune et rouge. L’initiative
fit des mécontents, car après avoir remis la médaille aux anciens combattants, la Ville
voulut aussi la remettre aux civils qui avaient œuvré durant la guerre pour soulager les
502
Une autre occurrence est le monument placé dans le parc de l’ancien collège des jésuites français à
Marneffe.
187
souffrances de la population. Les militaires protestèrent au motif que la médaille devait
être réservée aux vrais défenseurs, c'est-à-dire les combattants, et certains civils ignorés
par la Ville se sentirent alors injustement exclus.503
6.3. Médailles de bienfaisance
Une fois les combats terminés, c’est-à-dire à la fin août 1914 pour ce qui concerne la
province de Liège, l’occupant s’installe et le pays passe sous administration allemande.
Une crise économique survient rapidement. L’absence des hommes sous les drapeaux
ou tués lors de l’invasion, les destructions et les confiscations opérées par l’occupant, le
blocus maritime organisé par les pays alliés ont rapidement pour effet de plonger une
partie de la population dans la misère et de provoquer une pénurie alimentaire dans un
pays qui, déjà avant la guerre, était gros importateur de céréales. À cette détresse
répondent une foule d’œuvres caritatives privées, des comités de ravitaillement
instaurés par les communes et le Comité central de secours et d’alimentation, qui allait
vite devenir le Comité national de secours et d’alimentation.504 Il appartenait certes à la
puissance occupante de veiller à la sécurité alimentaire du pays sous son contrôle, mais
cela ne fut pas possible en raison entre autres des problèmes de ravitaillement de sa
propre population, aggravés par le blocus allié. Le nœud du problème était donc de
pouvoir ouvrir une brèche dans le blocus et acheminer des secours alimentaires vers la
Belgique505 sans risque de voir cette aide détournée au profit de l’Allemagne. C’est
l’action de représentants de pays neutres, États-Unis506, Espagne et Hollande qui permit
de trouver un accord avec les Allemands pour la fourniture de vivres en Belgique et
pour leur distribution sous le patronage des ambassadeurs américain et espagnol. La
Commission for Relief in Belgium se chargea de l’expédition des secours par bateau507
et le Comité national de secours et d’alimentation organisa la distribution dans les
communes sous le contrôle de la CRB. Lorsque les États-Unis entrèrent en guerre, la
Commission poursuivit son œuvre sous le nom de « Comité hispano-néerlandais », dans
lequel le ministre de Hollande Van Vollenhove avait remplacé son homologue
américain Brand Whitlock.
On retrouve évidemment la trace de ces activités dans les médailles frappées pendant et
après la guerre. Une médaille de Louis Desmeth () rend hommage en 1915 au secours
apporté par les Américains. Témoin de l’imprévisibilité de la durée de la guerre,
l’inscription au revers parle de la « guerre 1914-1915 ». Si cette médaille n’a rien de
spécifiquement liégeois, on verra plus loin que son avers sera réutilisé après la guerre en
province de Liège, à Herstal en l’occurrence. Un autre témoignage de reconnaissance à
l’œuvre de la CRB est apporté par une médaille due à Georges Petit (), qui connaîtra
plusieurs éditions en divers métaux en 1916 et 1917.
503
La Meuse, 23 et 25 juillet 1920.
Voir PIRENNE, H., La « Commission for Relief in Belgium » et le « Comité national de secours et
d’alimentation », dans Histoire de Belgique, vol. 5, 1975, p. 263-282.
505
À laquelle il convient d’associer les dix départements français également occupés par les Allemands.
506
Jusqu’à leur entrée en guerre en 1917.
507
La flotte de la CRB a atteint 2 153 bateaux, qui ont transporté plus de cinq millions de tonnes de vivres
durant la guerre. Voir PIRENNE, H., op. cit., p. 266.
504
188
On a vu que l’une des premières médailles frappées en août 1914 avait été éditée au
bénéfice de la Croix Rouge. Les innombrables œuvres caritatives apparues dès le début
de la guerre ont aussi, entre autres initiatives, recouru à la vente de médailles pour se
financer. Pour ce qui concerne la province de Liège, on trouve dans la collection
Lefébure une médaille de 1915 pour l’Oeuvre du vêtement pour les prisonniers avec, à
l’avers, un portrait de la princesse Marie-José par G. Devreese (), une autre de 1916
par G. Petit pour l’œuvre du « secours discret » (), de G. Petit aussi une médaille de
1917 pour l’Œuvre de la soupe (), une médaille encore, frappée en 1917 dans l’atelier
Paul Fisch à Bruxelles et dont l’inscription au revers mentionne le Magasin alimentaire
de Stavelot et le Comité régional de ravitaillement ().
La signature de l’armistice en novembre 1918 ne résout pas instantanément tous les
problèmes et les organisations caritatives poursuivent leur œuvre. Une médaille signée
« OB », pour Oscar Berchmans, est éditée en 1919 au profit de « l’Œuvre du déjeuner
aux enfants nécessiteux des écoles communales de Liège » (). La même année,
G. Devreese signe une médaille vendue pour l’Œuvre de la soupe de Liège (), etc.
D’autres organisations font aussi frapper des médailles de bienfaisance. Ainsi des clubs
sportifs qui organisent des compétitions dont la recette ira aux œuvres caritatives. On a
ainsi des médailles éditées pour compte du club de football de Bressoux en 1915 au
profit de l’œuvre du soldat (), pour le Standard de Liège en 1916 (), pour d’autres
encore.
Hommage sera aussi rendu par des médailles aux personnalités qui ont œuvré à la mise
en place de l’aide à la population. Ainsi, à Liège, une médaille par G. Petit commémore
l’action de Paul Van Hoegaerden, homme politique qui fut aussi le président du Comité
provincial de secours et d’alimentation ().
Les enfants furent l’objet de préoccupations particulières.508 Outre la fourniture de repas
scolaires, de vêtements, etc., on organisa des colonies scolaires destinées à soigner ou
prévenir le rachitisme et la tuberculose. Une association privée, La Santé à l’enfance,
put à partir de 1916 envoyer des milliers d’enfants en Hollande, pour des séjours limités
ou pour toute la durée de la guerre. Une médaille, signée « Liège 1916 G.P. » (G.P. pour
Georges Petit), rend hommage à cette aide humanitaire tout en permettant de la
financer, au moins en partie (). On voit à l’avers une Hollandaise en costume local
accueillant des enfants dans son foyer, avec la mention « À LA HOLLANDE », et au
revers des enfants dans la campagne et la mention « POUR L’HOSPITALITÉ
OFFERTE AUX ENFANTS BELGES PENDANT LA GUERRE ». On plaça
également des milliers d’enfants en Suisse, particulièrement en Suisse romande.509 Une
autre médaille de G. Petit (), frappée en 1919, porte l’inscription « LA VILLE DE
LIÈGE AU COMITÉ DES COLONIES SCOLAIRES BELGES EN SUISSE ». Ces
508
En mars 1916, plus de 10% des 160 associations caritatives bruxelloises se consacraient exclusivement
aux enfants. Voir JACQUES, C., PIETTE, V., Une grande bataille : sauver l’enfance, dans JAUMAIN,
S. & al. (dir.), Une guerre totale ? La Belgique dans la Première Guerre mondiale, Bruxelles, 2005,
p. 171-182 (particulièrement p. 175).
509
La Suisse, craignant pour son propre ravitaillement, ne souhaita plus recevoir d’enfants
supplémentaires à partir d’août 1917 et une partie de ceux qui y étaient déjà réfugiés furent transférés en
France (voir JACQUES, C., PIETTE, V.,op. cit., 2005, p. 179-180).
189
colonies scolaires de 1919 étaient les héritiers directs de l’hébergement des enfants
belges en Suisse pendant la guerre.
6.4. Médailles distribuées aux anciens combattants
Il ne s’agit pas ici des distinctions honorifiques officielles comme l’Ordre de Léopold II
ou la Croix de guerre, mais de médailles et breloques commandées par les communes et
par diverses associations pour être distribuées à leurs anciens combattants. Il y a une
différence fondamentale avec les médailles caritatives. Celles-ci étaient destinées à être
vendues au profit des associations qui les avaient fait frapper, celles-là sont financées
par le commanditaire et distribuées gratuitement à leurs destinataires.
Les ateliers de médailleurs avaient dans leur catalogue un certain nombre de modèles à
proposer à leur client. Celui-ci choisissait l’avers, et le revers pouvait porter les
mentions ad hoc sur un fond lisse ou dans une petite pastille rapportée. Ces mentions
étaient soit générales, du genre « LA COMMUNE DE… À SES BRAVES », ou plus
personnalisées comme « … EN HOMMAGE DE RECONNAISSANCE À… », suivies
du nom du destinataire de la médaille. Sauf exception, seule l’inscription au revers
identifie le commanditaire et l’on retrouve les mêmes avers dans toutes les provinces du
pays.
Charles Lefébure mentionne le chiffre de six à sept cents communes belges qui ont
offert ce type de médaille en 1919 et 1920. On peut penser que leur nombre réel était
bien plus élevé. Sa collection comprend plus de soixante médailles frappées pour
compte de communes liégeoises. Munies d’un ruban, ces breloques ne mesuraient guère
plus de 3 ou 4 cm de haut. On dénombre une bonne vingtaine de modèles pour l’avers :
- des effigies du roi Albert, avec ou sans la reine, qui avaient déjà été largement
utilisées avant même le début de la guerre () ;
- des motifs militaires, mettant en scène un soldat au combat ou victorieux () ;
- des motifs allégoriques, patries, renommées, charités… ().
Le médailleur bruxellois Paul Fisch proposait, en des formats divers, des breloques aux
armes de la Ville de Liège (). Quelques communes ont cependant voulu des
références plus claires que ces modèles génériques. À Villers-le-Peuplier, petit village
de Hesbaye, on a repris pour le revers le thème du lion terrassant l’aigle en le modifiant
pour y introduire les inscriptions voulues (). À Sart-lez-Spa, l’avers est orné de la
figure de saint Lambert et du perron sartois, éléments du blason de la commune (). La
Ville de Spa a distribué une médaille figurant à l’avers le Pouhon, repris de son blason
().
La remise de ces médailles était l’occasion d’une grande fête patriotique organisée par
la commune, où se succédaient discours, musique, déclamations, pour se terminer
généralement par un vin d’honneur. La médaille n’avait cependant pas de caractère
officiel et ne pouvait être portée sur un uniforme militaire.
Parce que la demande était forte et parce que les ateliers disposaient d’un nombre
suffisant de modèles prêts à l’emploi, la frappe de médailles a pu redevenir rapidement
très active. Beaucoup de ces médailles ou breloques ne sont pas signées, mais d’autres
portent les noms d’artistes comme Eugène de Bremaecker, Louis Desmeth, Paul Du
190
Bois, Josué Dupon, Joseph Fisch, Herman Heusers, Jean Lecroart, Paul Stoffyn, Paul
Wissaert, Joseph Witterwulghe… Mais aucun Liégeois. D’autres médailleurs ont
également fourni des modèles pour le catalogue de ces ateliers, mais ceux-ci n’ont pas
été retenus par les commanditaires liégeois.
Certaines communes ont aussi distribué des médailles aux enfants des écoles, telle cette
breloque due à un anonyme, qui montre deux enfants près d’une personnification de la
Ville de Liège tenant une épée et un bouclier orné du perron liégeois ().
En fait, toute organisation, privée ou publique, était susceptible de commander ces
breloques. Des comités de quartier, des organisations comme le Moto Club liégeois ou
la chorale de La Legia ont remis exactement le même type de médaille à leurs membres
ou leurs habitants.
Les modèles de médailles adoptés au lendemain de la Grande Guerre lui sont parfois
largement antérieurs, comme les effigies du roi Albert, accompagné ou non de la reine.
À l’opposé, certains modèles créés pour la Grande Guerre peuvent être utilisés
longtemps après, comme en témoigne ce modèle dû à Herman Heusers. La médaille est
originellement frappée à l’intention des combattants de 14-18 et on utilise encore le
modèle trente ans plus tard pour les combattants de la Seconde Guerre ().
6.5. Médailles frappées à l’occasion de commémorations
Des médailles sont offertes en souscription à l’occasion de certains événements
commémoratifs de la guerre, essentiellement l’inauguration d’un monument important
ou un anniversaire significatif. Souvent la médaille est offerte en plusieurs versions :
bronze, argent et parfois or.
On relèvera pour la province de Liège :
La médaille frappée pour l’inauguration du monument du fort de Loncin en
août 1923 (). Tant le monument que la médaille sont œuvres de Georges
Petit.
Les deux médailles par le sculpteur roumain Emil Becker, auteur du monument
roumain au Mémorial Interallié de Cointe. La première commémore
l’inauguration du Mémorial le 20 juillet 1937 (). Elle présente à l’avers
l’effigie de Léopold III et au revers la tour du Mémorial. La seconde médaille
concerne plus particulièrement le monument roumain, inauguré le même jour
(). L’avers présente les effigies de Léopold III et de Carol II, roi de
Roumanie. Le monument roumain, en forme de sarcophage, est représenté au
revers. Ces deux médailles sont « bavardes », avec un long texte gravé au
revers reprenant la rhétorique officielle des cérémonies d’inauguration.
Une médaille commémorant le 25e anniversaire de la défense des forts de
Liège ().
191
6.6. Médailles diverses
Plus émouvante est l’épreuve en étain, uniface, d’une breloque montrant un prisonnier
nu, agenouillé et ligoté, avec la légende « KRIEGSGEFANGENEN » (). Le catalogue
de Lefébure nous dit aux numéros 2194 et 2271 qu’il s’agit d’une épreuve coulée dans
une matrice de buis et gravée par des prisonniers liégeois du camp d’Holzminden
pendant leur captivité. Lefébure précise que ce modèle aurait été remis à MM. Mativa
de Liège et Wissaert de Bruxelles afin de réaliser une breloque, sans doute destinée aux
anciens prisonniers du camp. Celle-ci présente à l’avers la mention « PRISONNIER DE
GUERRE 1914-1918 » et au revers une palme bordant un espace libre destiné à
recevoir le nom du dédicataire.
Une autre réalisation particulière, par le même Paul Wissaert, est la plaquette célébrant
la réunion de Malmedy à la Belgique. Le modèle d’étude de la plaquette montre une
personnification de la Belgique nue, qui applique le quartier de Malmedy à l’ancien
blason de Stavelot, Lagnes, Malmedy (). Sur la plaquette finale, cette personnification
est habillée d’une capote et d’un casque militaires, et l’avers montre une borne
prussienne brisée (). Nous ignorons l’identité du commanditaire, mais on peut voir
cette représentation comme une sorte de réponse différée à la médaille allemande de la
prise de Liège en août 1914.
Citons aussi quelques médailles consacrées à des personnalités victimes de la guerre,
comme celle qui commémore l’avocat Emile Laude, fusillé à Francorchamps en août
1914 (). La médaille, œuvre d’Armand Bonnetain, porte une dédicace du Palais. Une
autre médaille, due à Georges Petit, honore Charles Magnette, homme politique et
franc-maçon (). Le revers, qui présente une allégorie de l’Allemagne étranglant la
Belgique, indique bien que la médaille lui rend hommage pour ses actions de résistance
à l’occupant durant la guerre.
6.7. Autres médailles réalisées par des artistes liégeois
Un nom se détache en grand dans cette catégorie, celui de Georges Petit, qui a réalisé
une quinzaine de médailles et plaquettes. Ces médailles, toutes frappées dans l’atelier
bruxellois Michaux, portent le plus souvent le poinçon de l’éditeur J. Lissoir (un J et un
L de part et d’autre d’un perron, le tout inscrit dans un cercle). Les deux autres ténors de
la sculpture à Liège dans les années vingt et trente semblent n’avoir guère réalisé de
médailles. Aucune n’est attribuable à Edmond Falise et seulement une ou deux
médailles peuvent être attribuées à Oscar Berchmans. En fait, les médailles concernant
Liège, lorsqu’elles ne sont pas dues à Georges Petit, sont les œuvres de médailleurs non
liégeois et ont été frappées à Bruxelles ou à Anvers.
De Georges Petit retenons encore :
Une plaquette avec l’effigie du roi Albert coiffé d’un képi, datant de 1915 ().
Elle a eu plusieurs éditions, de formats et matières variables.
Une autre effigie du roi, casqué, réalisée en 1918 (). La particularité de cette
plaquette, outre qu’elle a aussi été réalisée en différents formats, est son contour
découpé de manière irrégulière.
192
-
-
Une grande plaquette figurant un guerrier gaulois relevant le corps d’un soldat
mort au front, avec en arrière-plan une figure de Minerve gauloise (). Éditée
en 1919, cette plaquette relève du genre de la référence historique, que l’on
retrouve dans de nombreux monuments commémoratifs.
Une médaille La Belgique répare les désastres de la guerre (), datant de 1927.
Une plaquette commémorant le 10e anniversaire de l’Armistice en 1928 ().
Au terme de cette revue de la production de médailles commémoratives liées à la
province de Liège, une première constatation s’impose. Sauf quelques exceptions (fort
et monument de Loncin, médaille Emile Laude…), elles commémorent non pas des
morts, mais des vivants : survivants des combats pour les nombreuses médailles
distribuées par les communes à la fin de la guerre, survivants des camps de prisonniers,
acteurs et bénéficiaires des œuvres caritatives, vivantes aussi ces entités plus abstraites
que sont la Patrie, la Ville de Liège et ces notions que sont l’Armistice et la Paix.
Le vocabulaire iconographique relève le plus souvent de l’académisme le plus pur, avec
ses allégories de la Victoire, de la Patrie, de la Renommée, ses lions belges, aigles
prussiens, Marianne françaises, ses figures héraldiques et ses effigies royales qui
semblent calquées les unes sur les autres.
Deux figures d’artistes se détachent toutefois de cet ensemble par la clarté de leurs
compositions et par la vigueur du modelé des personnages. Il s’agit d’une part de
Godefroid Devreese, avec sa médaille dédiée au général Leman et aux défenseurs du
fort de Loncin. Mais la production de Devreese ne concerne qu’exceptionnellement la
province de Liège (il signe aussi le monument de l’Armistice à Spa, où la technique du
relief rappelle son activité de médailleur). L’autre figure est celle de Georges Petit, tant
pour la qualité que pour la quantité de sa production. Certes, il reprend des thèmes
académiques qu’il semble ne pouvoir éviter, mais il les traite avec plus de vigueur, plus
d’expression, plus d’inventivité. On peut le constater dans sa médaille pour le Secours
discret, où la tête de Bellone s’accompagne de mains tortueuses, dans le revers de la
médaille pour Charles Magnette, dans sa médaille Liège honorée par la France et sa
plaquette De tous les peuples de la Gaule, où les figures allégoriques assez banales
témoignent d’un modelé robuste et d’une certaine fougue dans les étreintes. D’autres
médailles, comme celle dédiée à la Commission for Relief in Belgium, font preuve de
plus d’audace dans la recherche d’effets de perspective.
Tous les médailleurs cités ici sont nés dans les années 1860 à 1880. Ils ont eu une
formation académique à Bruxelles chez Charles Van der Stappen le plus souvent, ou à
Liège chez Prosper Drion, ou encore à Anvers chez Théodore Vinçotte, et ils perpétuent
une veine oscillant entre le « néo-classicisme réaliste »510 et un idéalisme académique,
qui semble d’autant plus durable que les anciens modèles de médailles sont réutilisés à
profusion jusqu’après la Seconde Guerre. Si certains artistes appartenant à cette
génération, tels Marcel Rau ou Oscar Berchmans dans sa production monumentale,
notamment à Bressoux, ont réussi à faire évoluer leur style avec leur temps, il faut
510
Voir DUCHESNE, Jean-Patrick, La Sculpture. Du savoir-faire au concept, dans L’architecture, la
sculpture & l’art des jardins à Bruxelles et en Wallonie, Bruxelles, 1995, p. 238.
193
cependant attendre une nouvelle génération, née au tournant du siècle, avec des
sculpteurs-médailleurs comme Victor Demanet ou Louis Dupont, pour voir une nette
évolution vers une plus grande stylisation, un apurement des lignes et une
géométrisation du dessin. Mais nous ne sommes déjà plus dans le domaine de la
médaille commémorative de 14-18 à Liège. Une exception toutefois, à Andenne pour
l’inauguration du monument en 1930, où le jeune Edmond Dubie, né en 1907 et élève
d’Anto Carte, réalise une médaille () où la substitution du modelé par une succession
de plans parallèles répond au traitement à la manière cubiste du monument lui-même
par le sculpteur Angelo Hecq.
194
7. Les monuments mobiliers
Les monuments mobiliers associés à la commémoration de la Grande Guerre consistent
essentiellement en des médailles, qui font l’objet du chapitre précédent, et en quelques
statues, statuettes et plaques décrites ici.
7.1. Adelin Salle, Christ au tombeau ()
Un article paru dans La Meuse du 28 février 1919, signé P. Demasy, sans doute le
dramaturge Paul Demasy, signale la présence à Liège d’un plâtre dû à Adelin Salle. Il
figure un Christ mort, « relégué au fond d’une obscure chapelle de l’église SaintJacques ».511 Ce Christ mort, dont les articulations tordues, les os apparents sous la peau
et les orbites creuses traduisent la souffrance endurée, se rattache à une longue tradition
doloriste des gisants et des christs de pitié, dont un des exemples les plus remarquables
et les plus connus dans la province est le Christ gisant de la cathédrale Saint-Paul par
Jean Del Cour.
Le rapport entre cette sculpture et la Première Guerre est donné par P. Demasy :
Et j’y vois encore autre chose, que m’aide à voir cette date sur le socle : 1914-1918 ; je
vois la Passion de l’humanité crucifiée par la guerre ; je vois le poème tragique de toute la
souffrance de l’homme.
La Passion du Christ est le modèle de la souffrance des hommes durant les années de
guerre. C’est le thème de l’imitatio Christi, que l’on a déjà vu sous une forme plus
édulcorée dans plusieurs monuments et vitraux.512
L’humanité sanglante et sanglotante, l’humanité souffrante et triomphante peut venir et se
reconnaître en ce repos, en cette victoire sur la souffrance et la mort.
Mais la particularité ici est que le lien avec la guerre ne consiste pas en la représentation
d’un soldat ou d’une victime civile ayant la vision d’une crucifixion, mais qu’il n’est
établi que par ces dates : « 1914-1918 ».
Emma Lambotte en 1928513, Jules Bosmant en 1930514 et même Cor Engelen et Mieke
Marx en 2006,515 mentionnent l’existence de cette sculpture à Saint-Jacques. Le
problème est que personne, ni de la fabrique d’église, ni parmi les spécialistes du
patrimoine liégeois, n’a jamais vu ou entendu parler de ce Christ au tombeau. La visite
des tribunes de l’église, où sont entreposées les sculptures déposées, n’a rien permis de
découvrir. C’est en fait dans les réserves du Musée d’Art moderne et d’Art
contemporain, dans un recoin d’une cave retirée et poussiéreuse, que le plâtre a été
retrouvé. Il porte bien la signature d’Adelin Salle, ainsi qu’une plaquette qui en donne le
titre et l’auteur. Mais pas d’indication « 1914-1918 ».516 Par contre, on lit bien sur le
511
Le texte complet de cet article, dont les accents lyriques traduisent l’admiration de son auteur pour
cette œuvre méconnue, est donné en annexe de ce chapitre, p. 200.
512
Voir vol. 1, p. 75.
513
LAMBOTTE, Emma, Le sculpteur Adelin Salle, dans La Revue d’art, octobre 1928, p. 180-183.
514
BOSMANT, Jules, La peinture et la sculpture au Pays de Liège de 1793 à nos jours, 1930, p. 279.
515
ENGELEN, Cor, MARX, Mieke, La sculpture en Belgique à partir de 1830, 2006, vol. 6, p. 3132.
516
Il est vrai qu’un examen minutieux de la sculpture était impossible, du fait qu’elle est placée dans un
coin mal éclairé, contre un mur, et qu’elle est recouverte d’une belle couche de poussière. Il n’y a pas de
195
coffre qui lui sert de base « Denumeraverunt omnia ossa mea Ps. XXI », ce qui renvoie
à nouveau à P. Demasy :
Voici l’Homme de douleur d’Isaïe ; voici le squelette de celui qu’a décrit le roi
visionnaire : « Ils ont compté tous mes os. »
Il n’y a pas d’erreur possible sur l’identification de la sculpture.
Une autre question est de savoir où placer ce plâtre dans la production d’Adelin Salle.
A-t-il été réalisé au lendemain de la guerre, dans l’intention de produire une allégorie
des malheurs de la guerre ? Ou est-il plus ancien et chargé d’une signification ajoutée
après l’Armistice ? Il n’y a pour l’instant aucune indication qui permette de répondre
dans l’un ou l’autre sens.
P. Demasy s’était à juste titre insurgé contre l’oubli dans lequel est tombée presque
immédiatement cette sculpture. Son article est éloquemment intitulé Une œuvre
inconnue. Un deuxième oubli s’est produit plus tard, lorsque l’on en perd la trace à
Saint-Jacques et qu’elle s’efface de la mémoire des Liégeois et particulièrement des
spécialistes du patrimoine local. Troisième oubli, la sculpture ne figure pas à
l’inventaire des musées liégeois et n’a donc aucune existence officielle. L’œuvre était
perdue. Ultime outrage, la cheville droite du Christ a été brisée lors d’une manipulation
malheureuse.
Y a-t-il donc, en notre cité, tant de chefs-d’œuvre ? Et l’art est-il réellement si peu
considéré, si peu aimé chez nous ? Sommes-nous donc des Pharisiens, et le demeureronsnous, gens de religion et gens de pensée ?
L’appel de P. Demasy n’a rien perdu de son actualité. Trouvera-t-on un jour les
ressources nécessaires pour ramener au jour ce chef-d’œuvre méconnu ?
7.2. Adelin Salle, Le Coq ()
Le monument de la place du Souvenir à Tilff a la forme d’un grand menhir surmonté
d’un coq en pierre. Ce coq remplace un coq plus ancien, en bronze, dont Adelin Salle
était l’auteur. Il avait été placé sur le monument en 1930, à l’occasion du centenaire de
l’indépendance du pays. Il a été volé en 1999.
Un second exemplaire de ce coq, acquis auprès de la veuve de l’artiste, se trouve dans
les collections du Musée de l’Art wallon.
7.3. Émile Guillaume, La Délivrance ()
En mai 1919, le bourgmestre de Liège reçoit du journal parisien Le Matin une lettre au
style quelque peu ampoulé517 :
Paris, le 21 mai 1919
Monsieur le Bourgmestre de Liège
Monsieur le Bourgmestre,
Pendant plus de quatre ans votre ville a subi le dur martyre de l’occupation allemande. Ce
que furent vos souffrances et vos angoisses muettes, l’âpre rancœur de vos protestations
et de vos sentiments comprimés, qui pourrait en France l’ignorer et qui peut se le
raison de douter que cette inscription figurait bien sur le socle lorsque P. Demasy a pu la voir à SaintJacques.
517
La Meuse, 5 juin 1919.
196
représenter mieux que notre journal, qui fut tant de fois le confident de vos vexations et
de vos douleurs. […]
Il nous a paru qu’un hommage durable devait consacrer aux yeux de tous et plus
particulièrement de vos concitoyens rentrés dans la paix et l’indépendance de leurs
foyers, l’émouvante fierté de ces heures d’angoisse […] et l’admirable énergie de vos
espoirs, ancrés dans la certitude, jamais défaillante, de la libération finale.
C’est pourquoi Le Matin se fait honneur de vous témoigner son désir d’offrir à votre ville
la très belle œuvre du statuaire Émile Guillaume La Délivrance, saisissante incarnation de
ce passé anxieux et de ce radieux présent, dont s’ennobliront désormais l’orgueil de vos
traditions et les fastes de votre cité.
[…]
Le Président du Conseil d’Administration,
J. MADELINE
Le Collège communal accepte « avec reconnaissance ce précieux témoignage d’estime
pour nos populations ».518 La statue de bronze arrive à Liège en novembre (). « Elle
représente une femme nue, haussée sur les pointes des pieds, les bras levés vers le ciel,
une épée haut tenue de la main droite, la tête hautaine »519, et porte sur la garde de
l’épée le mot « Délivrance ». On se pose la question de savoir sur quelle place publique
l’installer, et on la place « provisoirement » dans la salle des mariages de l’hôtel de
ville. Elle se trouve aujourd’hui dans les collections du M.A.M.A.C., en dépôt au siège
social de Meusinvest.
Le Matin avait offert la même statue à onze villes qui avaient particulièrement souffert
de la guerre, dont deux en Belgique : Amiens, Bruxelles, Colmar, Liège, Lille520, Metz,
Mézières, Reims, Saint-Quentin, Strasbourg, Verdun. Il en existe encore d’autres
exemplaires, dont un à Finchley (près de Londres) et un autre à Chéroy (Yonne).
7.4. Georges Petit, Victoire ()
En 1919 l’association des Amitiés françaises à Liège commande à Georges Petit une
statuette représentant une Victoire, dont elle veut faire présent à Georges Clémenceau,
président du Conseil. Albert de Neuville l’évoque ainsi dans sa monographie sur
Georges Petit521 :
La Victoire de Georges Petit n’est pas la classique et majestueuse figure drapée que l’art a
vulgarisée ; c’est une jeune fille nue, souple, athlétique, qui de toute la vitesse de ses
ailes, s’élance vers le héros pour lui présenter la couronne du triomphe. On sent dans ses
gestes simples et décidés la rapidité de son vol et dans son visage allègre, l’enthousiasme
et l’endurance. […] À défaut de la force physique de la lourde Germania, elle possède
cette force morale qui enfante des miracles…
518
Lettre du 27 mai 1919 adressée par la Ville de Liège au journal Le Matin. (Ibidem).
La Meuse, 27 novembre 1919.
520
À Lille, la statue fut installée dans un parc public. La nudité du modèle heurta une partie de la
population et en 1927 la municipalité fit don de la statue à la Ville de Nantes, qui connut aussi une
polémique locale à ce sujet.
521
DE NEUVILLE, A., Georges Petit. Sculpteur, médailleur et peintre, Liège, 1923, p. 37-38. Voir aussi
La Meuse, 19 juillet 1919.
519
197
La sculpture, réalisée en vermeil, est remise à Clemenceau le 23 août 1919 à Paris, lors
d’une cérémonie que rapporte de Neuville :
Nous nous souvenons encore de l’émotion, trahie par la naissance d’une larme, qui
étreignit l’illustre vieillard lorsqu’il reçut ce souvenir, et tandis qu’il caressait avec
admiration, de sa main gantée, la statuette, nous l’entendons encore dire à deux reprises
ces simples mots : « C’est beau ».
L’approbation de Clemenceau était pour Georges Petit la véritable victoire.
Il n’existe pas de copie de cette Victoire dans les collections des musées liégeois.
7.5. Georges Petit, La Marne et Verdun ()
À l’opposé de la gracilité et de la souplesse de sa Victoire, Georges Petit réalise la
même année deux statuettes jumelles en bronze, personnifications de la victoire de la
Marne et de la résistance française à Verdun.
Nous saluons, dans les figures grandioses de la Marne et de Verdun, deux guerrières
fortes et décidées, qui, elles du moins, ont repoussé les assauts de l’ennemi et qui
triomphent. La guerrière en laquelle se personnifie la victoire de la Marne, dans un geste
superbe, brandit les tronçons du glaive allemand qu’elle vient d’arracher, et sa bouche
grande ouverte crie : Victoire ! Sa sœur, incarnation de la résistance de Verdun, dressée
au devant de l’ennemi, les bras tendus comme des digues infranchissables, montre par son
attitude qu’on ne passe pas et son regard viril sous le casque nous en donne la certitude.522
Nous n’avons pas trouvé d’illustration de Verdun, mais sa description par De Neuville
suggère qu’elle pouvait ressembler à la puissante figure féminine sculptée par Petit pour
le monument du fort de Loncin.
Un exemplaire de la première statue a été officiellement remis par la Ville de Liège au
maréchal Joffre, vainqueur de la Marne, lors de sa visite le 19 novembre 1925. Le
bourgmestre Buisseret déclarait à Joffre :
La statue que nous vous offrons aujourd’hui attendait depuis 1919, comme Liège, que
vous avez voulu saluer la première et qui en est émue jusqu’aux entrailles, vous attendait.
Elle représente l’élan qui nous emporte vers vous, l’élan passionné de Liège vers la
France.523
Pas plus que la Victoire, les musées liégeois ne possèdent d’exemplaire de ces deux
statues. A. de Neuville en mentionne la présence dans la collection d’un Liégois désigné
comme M.L.524 C’était il y a près de nonante ans.
7.6. Robert Massart, La Victoire - Minerve ()
Les réserves du Musée d’Art wallon contiennent trois exemplaires d’une statue en plâtre
figurant un personnage féminin tenant une petite Victoire dans la main. Elles sont
reprises à l’inventaire (n° LG 0148) comme étant dues à Robert Massart et datées entre
1915 et 1920. Ce thème d’une petite Victoire dans la main d’une figure féminine,
souvent assimilée à Minerve, est connu depuis l’Antiquité. On peut en donner pour
exemple la peinture murale de la Dea Roma, du IIe siècle A.D., conservée au Palazzo
Massimo à Rome.
522
Idem, p. 41-42.
La Meuse, 24 novembre 1925.
524
DE NEUVILLE, A., op. cit., p. 48.
523
198
La date probable de ces plâtres, ainsi que la récurrence du thème dans les monuments
commémoratifs de Chokier et Comblain-au-Pont par Georges Petit, autorisent à les
compter parmi les monuments mobiliers commémoratifs de la Grande Guerre.
7.7. Plaque du Cercle Les XXI – Le Souvenir liégeois ()
L’association Le Cercle Les XXI – Le Souvenir liégeois, fondée en 1916, s’était donné
pour mission de perpétuer l’hommage aux victimes de la guerre et d’en conserver la
mémoire.
Elle a fait apposer cette plaque, dont l’auteur n’est pas connu, dans certains cimetières
(St-Gilles et Ste-Walburge à Liège, Bois-de-Breux...). On la trouve aussi posée devant
une tombe ou encastrée dans un monument (Stockay...), dans certains cas en-dehors de
la province (à La Roche, par exemple). Elle peut même être intégrée dans la
composition d’une plus grande plaque en bronze, comme les monuments de la place du
20-Août et du quartier d’Outremeuse à Liège.
La plaque représente un coq juché sur deux cornes d’abondance d’où sortent des
branches de laurier. Au bas, un ruban porte les mots « À NOS MARTYRS – 19141918 » et en arrière-plan, une baïonnette est pointée vers le bas en signe de deuil. Dans
le coin supérieur droit, le perron liégeois et dans le coin gauche, l’insigne du Cercle, un
lion tenant un drapeau belge. À la base, la mention « CERCLE LES XXI. SOUVENIR
LIÉGEOIS / FONDÉ LE 5 AOÛT 1916 ».
On pourrait sans doute assimiler dans cette catégorie le fronton en bronze réalisé par
Oscar Berchmans, que la Province a offert à chaque commune en 1919. Un chapitre
particulier y est consacré.525
525
Voir p. 167.
199
Annexe au chapitre 7
UNE ŒUVRE INCONNUE (La Meuse, 28 février 1919)
Est-il beaucoup de gens, à Liège, est-il beaucoup d’amateurs d’art et de dilettanti qui aient vu le
Christ au Tombeau dont le plâtre est relégué au fond d’une obscure chapelle de l’église SaintJacques ? En est-il beaucoup qui connaissent le nom de son ouvrier : le statuaire Adelin Salle ?
Tout profane que je suis, je pense que Verrocchio et Michel-Ange eussent étudié cette œuvre
avec complaisance. Ce Christ émacié, en qui triomphent tous les épouvantements de la mort, et
aussi toutes ses béatitudes, est d’un imagier gothique qui aurait le métier souverain d’un artiste
de la Renaissance. Du style jusque dans la mort, et tout près de la décomposition ; une ligne
pure, un parfait équilibre dans les volumes, un pathétique et une dignité funèbres, le maximum
d’expression, obtenu sans que soit déshonorée la noblesse du corps humain, voilà ce que
l’ouvrier sut imposer de pensée à la matière. Pour tout dire en un mot, sans artifice de métier,
sans rouerie de praticien, sans mensonge, par la seule noblesse d’une inspiration venue du cœur,
il a su, cet Adrien Salle, faire aimer l’homme dans le cadavre et donner à la mort de la beauté.
Voici l’Homme de douleur d’Isaïe ; voici le squelette de celui qu’a décrit le roi visionnaire :
« Ils ont compté tous mes os. »
Et j’y vois encore autre chose, que m’aide à voir cette date sur le socle : 1914-1918 ; je vois la
Passion de l’humanité crucifiée par la guerre ; je vois le poème tragique de toute la souffrance
de l’homme.
Or, il s’est trouvé un artiste, un voyant, un homme solitaire qui l’a éprouvée toute dans son âme
et dans sa chair. L’humanité sanglante et sanglotante, l’humanité souffrante et triomphante peut
venir et se reconnaître en ce repos, en cette victoire sur la souffrance et la mort.
Car la mort des héros n’est que symbolique. La mort n’absorbe d’eux que le périssable.
L’homme de douleur n’a passé par la mort que pour la vaincre. L’humanité, tant de fois
crucifiée, et confiée au tombeau par des philosophes et des moralistes de peu de foi, qui ne tient
pour très assuré qu’elle se guérira de ses blessures, qu’elle se relèvera de sa prostration ? Il y a
sommeil, sommeil sanglant, mais non pas mort. Les pieds tordus du grand cadavre d’Adelin
Salle, ce ventre abîmé, cette bouche dont le rictus laisse voir les dents, ces orbites creuses,
pleines de ténèbres, ce nez pincé, ces mains décharnées, tous ces os que l’on peut dénombrer,
comment le terrible ouvrier sut-il, à toute cette misère, à toute cette horreur plus morte que la
mort, conférer cette beauté suprême, faire de cela un chant d’espoir, donner à cela un reflet
d’immortalité, envelopper cela d’un rayonnement d’apothéose et de victoire ? L’âme vivante de
l’artiste a opéré le miracle : ses mains croyantes et fortes ont fait de la vie en modelant la mort.
L’humanité est ce cadavre et cet artiste ; parce qu’une âme est en elle et une force qui saura
toujours faire de la pire défaillance une beauté.
Il serait bon que plus d’hommes vissent l’œuvre d’Adelin Salle. Elle est bonne à regarder à ceux
qui ont souffert. A la vue de ce noble cadavre, ils cesseraient de désespérer. Nous sommes des
artistes de notre âme, par permission des dieux. Prenons, pour la modeler « d’un pouce de
statuaire », prenons conseil du sculpteur de pierre.
Oui, il serait bon que plusieurs la vissent et, pour cela, il faudrait que ce Christ, au lieu d’être
relégué à l’écart, fût placé au milieu de l’église, parmi l’assemblée des croyants. Pour
l’édification et la fructification de beaucoup d’âmes, ce cadavre de Dieu vaut plusieurs
sermons ; et son silence, plus éloquent qu’une oraison funèbre et que mainte parole habile ou
malhabile aurait, certes, le pouvoir de réveiller plus d’une âme de son sommeil, de sa torpeur ou
de sa lâcheté. Hélas ! Je sais que ce grand ouvrage, on ne songe nullement à le faire exécuter
dans le marbre ou dans une autre matière durable. Y a-t-il donc, en notre cité, tant de chefs-
200
d’œuvre ? Et l’art est-il réellement si peu considéré, si peu aimé chez nous ? Sommes-nous donc
des Pharisiens, et le demeurerons-nous, gens de religion et gens de pensée ? Et je sais aussi que
ce grand ouvrage, que l’artiste ne pouvait garder dans son atelier trop exigu, encombré d’œuvres
plus inconnues encore que le Christ au Tombeau, n’a pu que difficilement trouver admission
dans un coin perdu, mal éclairé de notre église Saint-Jacques.
Pharisiens que nous sommes, et piété pharisienne que la nôtre ! Ce mort, nul ne le connaît, nul
ne le visite, puisque, sans doute, la dévotion pharisienne a peur d’avoir à compter ses os. Vivant,
le Christ horrifiait les Pharisiens. Mort, il les scandalise. Cette guerre aurait-elle été vaine à tous
égards ?
Adelin Salle, sincère ouvrier, grand sculpteur, allez en France. Vous y trouverez des athées plus
intelligents et qui aimeront votre Christ mieux que tous nos gens bien-pensants de Belgique.
[signé] P. DEMASY.
201
ANNEXES
202
1. Le corpus et le catalogue sur CD-Rom
Toutes les illustrations, toutes les fiches techniques et le catalogue sont regroupées dans
un fichier Powerpoint. Ce support a été choisi parce qu’il présente la plus grande
souplesse possible pour le passage d’une page à une autre, grâce aux liens hypertextes.
1.1. Ouverture du fichier
La procédure d’ouverture dépend du type d’ordinateur.
Pour les utilisateurs de PC, une fenêtre doit s’ouvrir à l’écran automatiquement après
l’introduction du CD-Rom dans le lecteur, invitant à exécuter le programme
PPTVIEW.EXE. Après un clic sur cette option pour l’accepter, l’ordinateur ouvre le
fichier. Cela peut prendre une à deux minutes, en fonction des performances de la
machine. Si la fenêtre ne s’ouvre pas automatiquement, il faut aller dans le répertoire du
lecteur de disque et cliquer deux fois sur l’icône <Pptview>.
Pour les utilisateurs de Mac, il est nécessaire d’aller dans le répertoire du CD-Rom et
ouvrir le fichier « Mémoire.pptx ». Il faut pour cela que soit chargée la suite Microsoft
Office pour Mac 2008 ou 2011, ou un logiciel aux mêmes performances. Les versions
plus anciennes ne permettront pas l’ouverture du fichier.
1.2. Structure du fichier
Chaque monument fait l’objet d’une fiche technique, avec description, commentaire et
photo(s). Pour quelques-uns, la fiche comprend deux ou trois pages (des « diapositives »
en jargon Powerpoint). Le nombre de pages des fiches à pages multiples est indiqué
dans leur titre. Les fiches techniques sont classées par ordre alphabétique des anciennes
communes (avant la fusion de 1977) où se trouvent les monuments.526 Suivent ensuite
les fiches consacrées aux monuments mobiliers et aux médailles, classées par ordre
alphabétique de leur sculpteur ou médailleur. Quelques pages avec diverses illustrations
sont placées avant les fiches techniques. L’ensemble comprend plus de mille pages. Il
n’a pas été jugé utile de consacrer une fiche spécifique à chacune des plaques
communales surmontées du fronton provincial (« fronton Berchmans »), en raison de
leur caractère très répétitif. Sur les quelque cent trente plaques répertoriées, seulement
une trentaine ont leur propre fiche.
L’ensemble fait l’objet d’un catalogue, détaillé au sous-chapitre 1.4.
Divers index permettent d’accéder directement à la fiche recherchée.
Les monuments immobiliers sont indexés via la localité où ils se trouvent. Dans l’index
des localités, les entités fusionnées figurent en lettres capitales, les anciennes communes
en minuscules, les hameaux et quartiers en italiques. Chaque entité fusionnée a sa page
avec la liste des monuments qui y sont présents. Pour la ville de Liège, il a été
nécessaire de prévoir une page pour les anciennes communes fusionnées, et cinq autres
pour les monuments de la ville avant fusion.
526
Les dimensions indiquées sur ces fiches sont le plus souvent des ordres de grandeur. Il n’a pas été
possible de prendre les mesures exactes de tous les monuments.
203
Les divers monuments mobiliers font l’objet d’autres index.
Une fiche particulière est consacrée à chaque artiste, avec une courte biographie axée
sur la production de monuments commémoratifs (l’intention n’était pas de paraphraser
Piron ou Arto) et avec la liste de ses œuvres reprises dans le fichier.
Un index des architectes, un index des tailleurs de pierre et un index des fonderies
complètent la liste. Il n’y a pas de fiche bibliographique pour les architectes et tailleurs
de pierre.
Certaines références dans les index ne sont pas des liens hypertextes et apparaissent en
blanc. Ce sont des monuments qui ne font pas l’objet d’une fiche particulière,
généralement des plaques à fronton provincial, mais aussi quelques monuments dont
l’existence (même s’ils ont disparu dans l’entre-temps) est avérée.
Catalogue et index font plus de trois cents pages dans le fichier.
1.3. Navigation dans le fichier
Avec une telle masse d’informations, des outils de navigation permettant d’ouvrir
n’importe quelle page en quelques clics sont absolument indispensables.
La navigation dans le fichier peut se faire de plusieurs façons :
- Un clic n’importe où sur la page ouvre, comme dans tout fichier Powerpoint, la
page suivante dans l’ordre sériel décrit ci-dessus.
- Tous les mots en bleu et soulignés sont des liens hypertextes qui ouvrent la page
correspondante. Il faut veiller à bien cliquer sur le mot (lorsque la flèche du
curseur se transforme en main) et non légèrement à côté, faute de quoi on ouvre
la page suivante dans l’ordre sériel.
- Un ensemble de boutons rectangulaires, de couleur claire, sont placés au bas de
chaque page. Ils ouvrent également des liens hypertextes.
- Chaque vignette des pages de catalogue est aussi un lien hypertexte, permettant
d’accéder directement à la fiche correspondante.
Le bouton <Index>, placé en bas à gauche de chaque page, ouvre l’index général avec la
liste des index particuliers. C’est par ce bouton que commence toute recherche dans le
fichier. Un autre bouton, avec une flèche orientée vers la gauche, se trouve en bas à
droite de chaque page. Il permet de revenir à la page affichée précédemment.527
On peut aussi, via l’index général, commencer le défilement des illustrations
accompagnant chaque chapitre du texte. Les index des chapitres affichent le titre et le
bouton correspondant à chacun d’eux. Tant le titre que le bouton ouvrent la page de la
première illustration du chapitre, repérée dans le texte par l’icône <()>. Le lecteur est
invité, à chaque fois qu’apparaît cette icône dans le texte, à cliquer sur le même bouton,
placé au bas de la page.
527
Utile au cas où l’on a cliqué un peu à côté du lien hypertexte. Ce bouton ne permet cependant pas de
revenir deux pages en arrière. Supposons que l’on a successivement consulté les pages n, n+1, n+2. Un
clic sur le bouton fera revenir de n+2 à n+1. Un second clic ramènera à n+2, la dernière page affichée
avant le second affichage de n+1. Pour retourner à la page n, il est donc nécessaire de repasser par un
index.
204
1.4. Le catalogue
Une partie seulement du millier de monuments considérés dans ce travail sont cités dans
le texte. Les illustrations proposées dans le texte en sont une sélection encore plus
réduite. Toutes les pages sont cependant non seulement accessibles par les index, mais
aussi par le catalogue, qui en propose une image à taille réduite.528
Comme expliqué dans le chapitre consacré à la typologie des monuments, il n’est pas
aisé de définir une clé univoque pour le classement des monuments. La raison utilisée
pour le catalogue est double. Elle est d’abord basée sur la forme : monuments à
statuaire, monuments sans statuaire, vitraux. Les monuments mobiliers font l’objet
d’index distincts. Ensuite, pour les monuments à statuaire, le classement est basé sur
l’iconographie telle que décrite au chapitre 6 de la première partie. Les thèmes
iconographiques sont classés par ordre de priorité. Par exemple, un monument qui
représenterait un soldat et un coq sera repris dans la catégorie « soldats », placée plus
haut dans la liste. Des choix ont parfois dû être opérés entre plusieurs options possibles,
afin d’éviter les doubles emplois.
528
Le catalogue ne reprend pas les monuments qui ne concernent pas directement la Grande Guerre, ni
ceux qui n’ont jamais fait partie de la province de Liège.
205
2. Évolution des limites administratives des communes de la province
de Liège
Depuis la fin de la Grande Guerre, les limites des communes de la province de Liège
ont connu plusieurs changements. Les principaux résultent de l’inclusion des cantons de
l’Est dans l’arrondissement de Verviers en 1925, de la fixation de la frontière
linguistique en 1962, et de la grande opération de fusion des communes de 1977.
2.1. Communes de la province en 1920
La province de Liège comptait au lendemain de la Grande Guerre 344 communes
réparties en quatre arrondissements administratifs. On trouvera ci-dessous la liste des
communes par arrondissement, avec les chiffres officiels de leur population en 1920.529
La province comptait alors 869.433 habitants au total. Les noms des communes qui ont
depuis lors changé d’arrondissement ou de province sont indiqués en italiques. Les
noms des communes néerlandophones sont donnés dans leur version française.
Des regroupements, des transferts, des changements de nom de communes ont déjà eu
lieu occasionnellement avant 1962530 :
Arrondissement de Huy :
- Clermont-sur-Meuse est rebaptisée Clermont-sous-Huy ;
- Linchet est rattachée à Modave en 1952 ;
- Neuville-sous-Huy est rattachée à Tihange en 1952 ;
- Vissoul est rattachée à Oteppe en 1952.
Arrondissement de Liège :
- Évegnée est fusionnée avec Tignée en 1949 ;
- Ivoz-Ramet s’appelait Ramet-Yvoz. La maison communale se trouvait à Ramet.
Arrondissement de Verviers :
- Neufchâteau est devenue Aubin-Neufchâteau ;
- Hodimont est fusionnée avec Verviers en 1930 ;
- Fosse-sur-Salm est devenue Trois-Ponts.
529
Exposé de la situation administrative de la Province de Liège. Session de 1923, p. 6-28.
Voir sur le CD-Rom la carte des limites actuelles des communes, à laquelle on accède via l’index des
chapitres de la seconde partie.
530
206
A. Arrondissement de Huy (81 communes, 98 586 habitants)
Abée-Scry
573 habitants
Aineffe
259
Amay
5905
Ampsin
2543
Antheit
3570
Bas-Oha
1267
Ben-Ahin
2798
Bois-et-Borsu
946
Borlez
543
Burdinne
869
Chapon-Seraing
549
Clavier
1340
Clermont-sur-Meuse
818
Comblain-Fairon
1120
Couthuin
3047
Ehein
155
Ellemelle
268
Ernonheid
171
Ferrières
1275
Filot
365
Fize-Fontaine
694
Flône
269
Fraiture
430
Hamoir
1144
Hannêche
343
Harzé
1104
Hermalle-sous-Huy
1283
Héron
1077
Hody
266
Huccorgne
870
Huy
14069
Jehay-Bodegnée
1318
Lamontzée
275
Landenne-sur-Meuse 2124
Lavoir
397
Les Avins
627
Les Waleffes
867
Linchet
93
Lorcé
452
Marchin
5141
Marneffe
827
Modave
Moha
Nandrin
Neuville-en-Condroz
Neuville-sous-Huy
Ocquier
Ombret-Rausa
Oteppe
Ouffet
Outrelouxhe
Pailhe
Poulseur
Ramelot
Saint-Séverin
Seilles
Seny
Seraing-le-Château
Soheit-Tinlot
Strée
Tavier
Terwagne
Tihange
Vaux-et-Borset
Verlaine
Vierset-Barse
Vieux-Ville
Vieux-Waleffes
Villers-aux-Tours
Villers-le-Bouillet
Villers-le-Temple
Vinalmont
Vissoul
Vyle-et-Tharoul
Wanze
Warêt-l’Évêque
Warnant-Dreye
Warzée
Werbomont
Xhoris
Yernée-Fraineux
613 habitants
1903
1055
590
104
756
964
614
1740
152
454
1211
319
669
3251
329
273
439
931
1089
424
1672
974
1752
1874
197
357
498
2376
1000
1351
246
605
1448
950
1377
506
372
868
316
207
B. Arrondissement de Liège (115 communes, 524 921 habitants)
Alleur
Angleur
Ans
Anthisnes
Argenteau
Awans
Ayeneux
Aywaille
Barchon
Beaufays
Bellaire
Berneau
Beyne-Heusay
Bierset
Blegny-Trembleur
Boirs
Bombaye
Boncelles
Bressoux
Cerexhe-Heuseux
Chaudfontaine
Chênée
Cheratte
Chokier
Comblain-au-Pont
Dalhem
Dolembreux
Embourg
Engis
Esneux
Evegnée
Feneur
Fexhe-Slins
Flémalle-Grande
Flémalle-Haute
Fléron
Fooz
Forêt
Fouron-le-Comte
Fraipont
Glain
Gleixhe
Glons
Gomzé-Andoumont
Grâce-Berleur
Grivegnée
Haccourt
2146 habitants
10792
11318
1641
902
1833
1321
3262
446
914
1597
385
4509
1084
2055
930
486
1359
13628
752
1787
9651
2658
964
3616
916
527
1244
3125
3616
234
216
1032
5018
5030
2910
533
3861
1237
1488
2831
291
1996
380
5922
12957
2631
Hermalle-s/Argenteau 1857
Hermée
1191 habitants
Herstal
23092
Heure-le-Romain
1444
Hognoul
506
Hollogne-aux-Pierres 4771
Horion-Hozémont
3720
Housse
789
Houtain-St-Siméon
1216
Ivoz-Ramet
3787
Jemeppe-sur-Meuse 12319
Jupille
6686
Juprelle
805
Lantin
386
Les Awirs
2395
Liège
165136
Liers
922
Lixhe
1070
Loncin
1293
Louveigné
1817
Magnée
442
Melen
1423
Micheroux
631
Milmort
1644
Mons-lez-Liège
4339
Montegnée
9853
Mortier
795
Mortroux
422
Mouland
563
Nessonvaux
1096
Othée
1410
Ougrée
17513
Oupeye
1575
Paifve
377
Plainevaux
858
Queue-du-Bois
1747
Retinne
1795
Richelle
628
Rocourt
1871
Roloux
405
Romsée
2526
Rotheux-Rimière
868
Rouvreux
1331
Saint-André
457
Saint-Nicolas
8533
Saint-Remy
841
Saive
1432
208
Seraing
38720
Slins
968
Sougné-Remouchamps 1981 hab
Soumagne
4854
Sprimont
4655
Tignée
175
Tilff
3512
Tilleur
6397
Vaux-s/Chèvremont
430
Velroux
697
Villers-l’Évêque
1087
Villers-Saint-Siméon
Visé
Vivegnis
Voroux-Goreux
Voroux-lez-Liers
Vottem
Wandre
Warsage
Wihogne
Xhendremael
415
3177
2331
786
487
4085
6124
822
350
1055
C. Arrondissement de Verviers (60 communes, 173 867 habitants)
Andrimont
Aubel
Baelen-sur-VesdrE
Basse-Bodeux
Battice
Bilstain
Bolland
Bra-sur-Lienne
Chaineux
Charneux
Chevron
Clermont-s/-Berwinne
Cornesse
Dison
Ensival
Fosse-sur-Salm
Fouron-Saint-Martin
Fouron-Saint-Pierre
Francorchamps
Gemmenich
Goé
Grand-Rechain
Henri-Chapelle
Herve
Heusy
Hodimont
Hombourg
Jalhay
Julémont
La Calamine
5609 habitants
2954
1843
463
2995
824
568
879
1092
1481
891
1655
2023
10512
6568
1030
917
353
1000
2604
871
722
1415
3784
2659
3722
1410
1666
258
4081
La Gleize
Lambermont
La Reid
Lierneux
Limbourg
Membach
Montzen
Moresnet
Neufchâteau
Olne
Pepinster
Petit-Rechain
Polleur
Rahier
Remersdael
Sart-lez-Spa
Sippenaeken
Soiron
Spa
Stavelot
Stembert
Stoumont
Teuven
Theux
Thimister
Verviers
Wanne
Wegnez
Welkenraedt
Xhendelesse
2312 habitants
1196
1448
3339
4203
917
2457
1233
655
2480
2815
2015
1331
543
445
2044
337
584
8092
5116
3417
570
617
4788
2100
42289
1024
6864
4933
850
209
D. Arrondissement de Waremme (88 communes, 72 059 habitants)
Abolens
Acosse
Ambresin
Attenhoven
Avennes
Avernas-le-Bauduin
Avin
Bergilers
Berloz
Bertrée
Bettincourt
Blehen
Bleret
Boëlhe
Bovenistier
Braives
Celles
Ciplet
Cras-Avernas
Crehen
Crisnée
Darion
Donceel
Elixem
Fallais
Fexhe-le-Haut-Clocher
Fize-le-Marsal
Freloux
Fumal
Geer
Grand-Axhe
Grand-Hallet
Grandville
Haneffe
Hannut
Hodeige
Hollogne-sur-Geer
Houtain-l’Évêque
Jeneffe
Kemexhe
Laer
Lamine
Landen
Lantremange
361 habitants
307
719
1908
707
659
738
746
961
425
454
343
403
264
422
1266
1130
963
889
688
558
164
315
318
860
807
510
79
930
594
522
1079
561
1041
2300
807
736
1361
796
545
604
516
3214
609
Latinne
Lens-Saint-Remy
Lens-Saint-Servais
Lens-sur-Geer
Ligney
Limont
Lincent
Meeffe
Merdorp
Momalle
Moxhe
Neerhespen
Neerlanden
Neerwinden
Noville
Odeur
Oleye
Omal
Oreye
Overhespen
Overwinden
Pellaines
Petit-Hallet
Poucet
Pousset
Racour
Remicourt
Rosoux-Crenwick
Rumsdorp
St-Georges-s/Meuse
Thisnes
Thys
Tourinne-la-Chaussée
Trognée
Viemme
Ville-en-Hesbaye
Villers-le-Peuplier
Walsbetz
Wamont
Wanghe
Wanzin
Waremme
Wasseiges
Wezeren
1020 habitants
1160
318
359
424
642
1505
759
689
1342
624
459
475
715
352
302
948
377
897
457
569
408
446
374
780
1137
964
777
190
6212
1418
396
368
480
739
754
692
274
1014
286
323
4298
904
254
210
2.2. Les cantons de l’Est
La Belgique obtient par le Traité de Versailles de 1919 le transfert des communes des
cantons d’Eupen, Malmedy et Saint-Vith, qui avaient été rattachées à la Prusse par le
Traité de Vienne de 1815. En 1925, après quelques années de régime spécial, ces trente
communes sont intégrées à l’arrondissement de Verviers. La province compte donc
alors 374 communes. Les chiffres de population datent de 1925.531 Les cantons de l’Est
ont alors 60 274 habitants.
Canton d’Eupen
Eupen
Eynatten
Hauset
Hergenrath
Kettenis
Lontzen
Neu-Moresnet
Raeren
Walhorn
Canton de Saint-Vith
Amblève
Burg-Reuland
Crombach
Heppenbach
Lommersweiler
Manderfeld
Meyerode
Recht
Saint-Vith
Schönberg
Thommen
531
12272 habitants
1180
838
1147
1342
1957
585
3502
1061
Canton de Malmedy
Bellevaux
Bévercé
Bullange
Butgenbach
Elsenborn
Faymonville
Malmedy
Robertville
Rocherath
Waimes
1047 habitants
1700
1927
1999
1619
647
5123
1591
1439
2272
1597 habitants
2275
1713
1083
1240
1275
1094
1330
2360
764
2295
Exposé de la situation administrative de la Province de Liège. Session de 1926, p. 3-28.
211
2.3. Transferts de communes entre région wallonne et région flamande en 1962.
La fixation de la frontière linguistique par les lois Gilson de 1962 inclut des transferts
de communes entre provinces. La province de Liège cède six communes au Limbourg
et quinze communes au Brabant (qui n’était pas encore la province du Brabant
flamand). Elle reçoit par contre sept communes limbourgeoises francophones.
Transférées au Limbourg
Transférées au Brabant533
Transférées à Liège534
Fouron-le-Comte
Fouron-Saint-Martin
Fouron-Saint-Pierre
Mouland
Remersdael
Teuven532
Attenhoven
Elixem (Eliksem)
Houtain-l’Évêque
(Walshoutem)
Laer (Laar)
Landen
Neerhespen
Neerlanden
Neerwinden
Overhespen
Overwinden
Rumsdorp
Walsbetz (Walsbets)
Wamont (Waasmont)
Wanghe (Wange)
Wezeren
Bassenge
Corswarem
Eben-Emael
Lanaye
Otrange
Roclenge-sur-Geer
Wonck
532
Toutes ces communes font maintenant partie de la commune fusionnée des Fourons (Voeren).
Ces communes forment maintenant l’entité fusionnée de Landen, sauf Neerhespen et Overhespen, qui
font partie de l’entité de Linter
534
Communes maintenant intégrées dans les entités de Bassenge, de Berloz, d’Oreye et de Visé.
533
212
2.4. La grande fusion des communes de 1977
La fusion des communes organisée par le ministre Joseph Michel prend ses effets en
1977. Les nouvelles entités portent le plus souvent le nom de la plus importante des
communes fusionnées. Certains noms résultent d’une combinaison d’anciens noms
(Flémalle, Grâce-Hollogne…) ou sont créés de toutes pièces (Faimes, Neupré …).
Outre des transferts de parties de communes entre entités (comme Sclessin qui passe
d’Ougrée à Liège), cette restructuration s’accompagne de quelques transferts entre
arrondissements et provinces :
- les communes d’Ehein et de Neuville-en-Condroz (arr. Huy) intègrent l’entité de
Neupré (arr. Liège) ;
- la commune de Poulseur (arr. Huy) forme une nouvelle entité avec Comblainau-Pont (arr. Liège) ;
- la commune d’Anthisnes (arr. Liège) forme, avec Hody, Tavier et Villers-auxTours, une nouvelle entité du même nom dans l’arrondissement de Huy ;
- la commune de Lorcé (arr. Huy) est rattachée à Stoumont (arr. Verviers) ;
- la commune de My (Luxembourg) est rattachée à Ferrières (arr. Huy) ;
- la commune d’Arbrefontaine (Luxembourg) est rattachée à Lierneux (arr.
Verviers) ;
- les communes de Landenne-sur-Meuse et de Seilles (arr. Huy) sont transférées à
la province de Namur et intégrées à Andenne.
Les tableaux des pages suivantes donnent la liste des 84 entités fusionnées de la
province. On pourra aussi se reporter aux index sur CD-Rom pour déterminer
directement à quelle entité fusionnée appartient telle ou telle ancienne commune.
213
A. Arrondissement de Huy
Amay
Amay
Ampsin
Flône
Jehay
Ombret
Anthisnes
Anthisnes
Hody
Tavier
Villers-l’Évêque
Burdinne
Burdinne
Hannêche
Lamontzée
Marneffe
Oteppe
Clavier
Bois-et-Borsu
Clavier
Les Avins
Ocquier
Pailhe
Terwagne
535
536
Engis
Clermont-sous-Huy
Engis
Hermalle-sous-Huy
Ferrières
Ferrières
My
Vieuxville
Werbomont
Xhoris
Hamoir
Comblain-Fairon
Filot
Hamoir
Héron
Couthuin
Héron
Lavoir
Waret-l’Évêque
Huy
Ben-Ahin
Huy
Tihange535
Marchin
Marchin
Vyle-et-Tharoul
Modave
Modave536
Outrelouxhe
Strée
Vierset-Barse
Nandrin
Nandrin
Saint-Séverin
Villers-le-Temple
Yernée-Fraineux
Ouffet
Ellemelle
Ouffet
Warzée
Verlaine
Chapon-Seraing
Seraing-le-Château
Verlaine
Villers-le-Bouillet
Fize-Fontaine
Vaux-et-Borset
Vieux-Waleffe
Villers-le-Bouillet
Warnant-Dreye
Wanze
Antheit
Bas-Oha
Huccorgne
Moha
Vinalmont
Wanze
Tinlot
Abée-Scry
Fraiture
Ramelot
Seny
Soheit-Tinlot
Inclut déjà Neuville-sous-Huy.
Inclut déjà Linchet.
214
B. Arrondissement de Liège
Ans
Alleur
Ans
Loncin
Xhendremael
Awans
Awans
Fooz
Hognoul
Othée
Villers-l’Évêque
Aywaille
Aywaille
Ernonheid
Harzé
SougnéRemouchamps
Bassenge
Bassenge
Boirs
Eben-Emael
Glons
Roclenge-sur-Geer
Wonck
Beyne-Heusay
Bellaire
Beyne-Heysay
Queue-du-Bois
Blegny
Barchon
Housse
Mortier
Saint-Remy
Saive
Trembleur
Chaudfontaine
Beaufays
Chaudfontaine
Embourg
Vauxs/Chèvremont
537
Comblain-au-Pont
Comblain-au-Pont
Poulseur
Dalhem
Berneau
Bombaye
Dalhem
Feneur
Mortroux
Neufchâteau
Saint-André
Warsage
Esneux
Esneux
Tilff
Herstal
Herstal
Liers
Milmort
Vottem
Juprelle
Fexhe-Slins
Juprelle
Lantin
Paifve
Slins
Villers-St-Siméon
Voroux-lez-Liers
Wihogne
Flémalle
Awirs
Chokier
Flémalle-Grande
Flémalle-Haute
Gleixhe537
Ivoz-Ramet
Mons-lez-Liège
Liège
Angleur
Bressoux
Chênée
Glain
Grivegnée
Jupille
Liège
Rocourt
Wandre
Fléron
Fléron
Magnée
Retinne
Romsée
Neupré
Ehein
Neuville-en-Cond.
Plainevaux
Rotheux-Rimière
Grâce-Hollogne
Bierset
Grâce-Berleur
Hollogne-aux-P.
Horion-Hozémont
Velroux
Oupeye
Haccourt
Hermalle-s/Arg.
Hermée
Heure-le-romain
Houtain-St-Siméon
Oupeye
Vivegnis
Saint-Nicolas
Montegnée
Saint-Nicolas
Tilleur
Seraing
Boncelles
Jemeppe-sur-Meuse
Ougrée
Seraing
Soumagne
Ayeneux
Cerexhe-Heuseux
Évegnée-Tignée
Melen
Micheroux
Soumagne
Sprimont
Dolembreux
Gomzé-Andoumont
Louveigné
Rouvreux
Sprimont
Trooz
Forêt
Fraipont
Nessonvaux
Visé
Argenteau
Cheratte
Lanaye
Lixhe
Richelle
Visé
Rattachée à Les Awirs en 1964.
215
C. Arrondissement de Verviers
Amblève (Amel)
Amblève (Amel)
Heppenbach
Meyerode
Jalhay
Jalhay
Sart
Plombières
Gemmenich
Hombourg
Montzen
Moresnet
Sippenaeken
La Calamine
(Kelmis)
Hergenrath
La Calamine (Kelmis) Raeren
Neu-Moresnet
Eynatten
Baelen
Hauset
Baelen
Raeren
Membach
Lierneux
Arbrefontaine
Saint-Vith (SanktBullange (Büllingen) Bra
Lierneux
Vith)
Bullange (Büllingen)
Crombach
Manderfeld
Lommersweiler
Rocherath
Limbourg
Recht
Bilstain
Saint-Vith (SanktGoé
Burg-Reuland
Vith)
Limbourg
Burg-Reuland
Schoenberg
Thommen
Lontzen
Spa
Herbesthal
Butgenbach
Spa
Lontzen
Butgenbach
Walhorn
Elsenborn
Stavelot
Francorchamps
Malmedy
Dison
Stavelot
BellevauxAndrimont
Ligneuville
Dison
Bévercé
Stoumont
Eupen
Malmedy
Chevron
Eupen
La Gleize
Kettenis
Lorcé
Olne
Rahier
Olne
Herve
Stoumont
Battice
Bolland
Pepinster
Stavelot
Chaineux
Cornesse538
Francorchamps
Charneux
Pepinster
Stavelot
Grand-Rechain
Soiron
Herve
Wegnez
Julémont
Xhendelesse
Aubel
Aubel
538
539
Stoumont
Chevron
La Gleize
Lorcé
Rahier
Stoumont
Theux
La Reid
Polleur
Theux
Thimister-Clermont
Clermont-s/Berwinne
Thimister
Trois-Ponts
Basse-Bodeux
Fosse
Wanne
Verviers
Ensival
Heusy
Lambermont
Petit-Rechain
Stembert
Verviers539
Waimes
Faymonville
Robertville
Waimes
Welkenraedt
Henri-Chapelle
Fusionnée avec Pepinster en 1964.
Inclut déjà Hodimont.
216
D. Arrondissement de Waremme
Berloz
Berloz
Corswarem
Rosoux-Crenwick
Braives
Avennes
Braives
Ciplet
Fallais
Fumal
Latinne
Tourinne
Ville-en-Hesbaye
Crisnée540
Crisnée
Fize-le-Marsal
Kemexhe
Odeur
Thys
Donceel
Donceel
Haneffe
Jeneffe
Limont
540
541
Faimes
Aineffe
Borlez
Celles
Les Waleffes
Viemme
Fexhe-le-HtClocher20
Fexhe-le-HautClocher
Freloux
Noville
Roloux
Voroux-Goreux
Geer
Boëlhe
Darion
Geer
Hollogne-sur-Geer
Lens-St-Servais
Ligney
Omal
Hannut
Abolens
Avernas-le-Bauduin
Avin
Bertrée
Blehen
Cras-Avernas
Crehen
Grand-Hallet541
Hannut
Lens-St-Remy
Merdorp
Moxhe
Petit-Hallet
Poucet
Thisnes
Trognée
Villers-le-Peuplier
Wansin
Lincent
Lincent
Pellaines
Racour
Remicourt
Hodeige
Lamine
Momalle
Pousset
Remicourt
St-Georges-s/Meuse
St-Georges-s/Meuse
Waremme
Bettincourt
Bleret
Bovenistier
Grand-Axhe
Lantremange
Oleye
Waremme
Wasseiges
Acosse
Ambresin
Meeffe
Wasseiges
Oreye20
Bergilers
Grandville
Lens-sur-Geer
Oreye
Otrange
Ces communes avaient déjà été fusionnées en 1964.
Grand-Hallet incorporait Petit-Hallet et Wasin depuis 1964.
217
2.5. Hameaux et quartiers
La commune avant fusion est l’unité administrative de base prise en compte pour le
répertoire des monuments commémoratifs. Certaines communes ont des hameaux ou
des quartiers qui possèdent un ou plusieurs monuments particuliers. Le tableau qui suit
indique à quelles anciennes communes appartiennent les hameaux cités dans ce travail.
Aldringen : Thommen
Atrin : Clavier
Awan : Aywaille
Becco : La Reid
Bois-de-Breux : Grivegnée
Bonvoisin : Dison
Bosson : Werbomont
Bracht : Burg-Reuland
Bruyères : Battice
Burnenville : Bévercé
Chanxhe : Sprimont
Comblain-la-Tour :
Comblain-Fairon
Devant-le-Pont : Visé
Dieupart : Aywaille
Elsaute : Clermont-surBerwinne
Fairon : Comblain-Fairon
Fraineux : Yernée-Fraineux
Franchimont : Theux
Froidthier : Clermont-surBerwinne
Gives : Ben-Ahin
Hallembaye : Haccourt
Hockay : Francorchamps
Holzheim : Manderfeld
Hony : Tilff
Hunnange : Bullange
José : Battice
Juslenville : Theux
Kin : Aywaille
Kinkempois : Angleur
La Minerie : Thimister
Les Villettes : Bra
Lincé : Sprimont
Maldingen : Thommen
Mangombroux : Heusy
Maspelt : Burg-Reuland
Méry : Tilff
Neundorf : Crombach
Ninane : Chaudfontaine
Oneux : Comblain-au-Pont
Oudler : Burg-Reuland
Ouren : Burg-Reuland
Pont-de-Sçay : Comblain-auPont
Pontisse : Herstal
Rabosée : Wandre
Rhées : Herstal
Saint-Hadelin : Olne
Sarolay : Argenteau
Sart-Tilman : Angleur
Schoppen : Heppenbach
Sclessin : Ougrée (auj. Liège)
Sourbrodt : Robertville
Souverain-Wandre : Wandre
Stockay : St-Georges-surMeuse
Strivay : Plainevaux
Tiège : Sart-lez-Spa
Vieux-Sart : Olne
Vien : Anthisnes
Völkerich : Plombières
Xhoffraix : Malmedy
218
Bibliographie
1. Ouvrages et articles
AJALBERT, Jean, Comment glorifier les morts pour la patrie ?, Paris, 1916.
ALEXANDRE, Serge, Joseph Rulot et Jules Brouns. Deux sculpteurs à Herstal, dans Art&fact,
n° 12, 1993, p. 124-148.
ALEXANDRE, Serge, Edmond Falise : Monument au 14e de Ligne. Boulevard du 14e de Ligne,
dans Parcours d’art public. Ville de Liège, fiche L7, s.d.
ARIÈS, Philippe, L’homme devant la mort, Paris, Seuil, 1977.
AUDOIN-ROUZEAU, Stéphane, BECKER, Annette, Violence et consentement : la « culture de
guerre » du premier conflit mondial, dans RIOUX, J.-P., SIRINELLI, J.-F., Pour une histoire
culturelle, Paris, Seuil, 1997, p. 251-271.
AUDOIN-ROUZEAU, Stéphane, BECKER, Annette, La Grande Guerre : 1914-1918, Paris,
Découvertes Gallimard, 1998.
AUDOIN-ROUZEAU, Stéphane, BECKER, Annette, 14-18, retrouver la Guerre, Paris,
Gallimard, 2000.
BAKELANTS, Ivo, De glasschilderkunst in België in de negentiende en twintigste eeuw.
Repertorium en dokumenten, tomes A, B et C, Wommelgem et Deurne, 1986-1992.
BAKELANTS, Ivo, Le vitrail d’inspiration religieuse 1890-1940, dans La magie du verre,
catalogue d’exposition, Bruxelles, 1986, p. 161-183.
BEAUJEAN, P., Georges Petit, auteur du Monument aux Défenseurs du Fort de Loncin, dans
Bulletin d’information du C.L.H.A.M., t. III, n° 12, décembre 1988, p. 12-16.
BECKER, Annette, Les monuments aux morts. Mémoire de la Grande Guerre, Paris, Errances,
1988.
BECKER, Annette, Monuments aux morts après la Guerre de Sécession et la guerre de 18701871 : un legs de la guerre nationale ?, dans Guerres mondiales et conflits contemporains,
n° 167, juillet 1992, p. 23-40.
BECKER, Annette, La guerre et la foi : de la mort à la mémoire. 1914-1930, Paris, Armand
Colin, 1994.
BECKER, Annette, Oubliés de la Grande Guerre : humanitaire et culture de guerre, Hachette,
2003 (1ère édition 1998).
BECKER, Jean-Jacques (dir.), Histoire culturelle de la grande guerre, Paris, Armand Collin,
2005.
BEDEUR, M., Monument de la Victoire, dans Temps jadis, Verviers, n° 56, 1997, p. 3-6.
219
BEDEUR, M., Historique de la Société de Tir à l’arme de guerre et du monument au roi
Albert Ier, dans Temps jadis, Verviers, n° 109, 2011, p. 7-13.
BIÉVEZ, Émilie, La mémoire de la Grande Guerre au travers des monuments aux morts dans
les communes de Huy, Tihange et Ben-Ahin, Louvain-la-Neuve, mémoire UCL, 2003.
BLIN, Jean-Pierre, Le vitrail commémoratif de la Grande Guerre. Les catholiques français et le
culte du souvenir, dans CHALINE, N.J. (dir.), Chrétiens dans la Première Guerre mondiale,
Paris, 1993, p. 167-196.
BOSMANT, Jules, La peinture et la sculpture à Liège de 1793 à nos jours, Liège, 1930.
BOUILLON, Jacques, PETZOLD, Michel, Mémoire figée, mémoire vivante. Les monuments
aux morts, Charenton-le-Pont, Éditions CITEDIS. 1999.
BRASSINNE, Joseph, Les déprédations allemandes à l’Université de Liège, Liège, Bénard,
1921.
BRASSINNE, Joseph, Rapports officiels allemands sur les déprédations allemandes à
l’Université de Liège, Liège, Bénard, 1924.
BRÜLL, Christoph, Verbotene Erinnerung? Die Neu-Belgier und der Erste Weltkrieg (19181925), dans Quand les canons se taisent, Actes du colloque de Bruxelles, 3-6 novembre 2008,
Bruxelles, A.G.R., 2010, p. 578-590.
BRÜLL, Christoph, MIESSEN, Werner, « Den Gefallenen der beiden Weltkriege ». Eupen und
seine Weltkriegstoten, dans WELLE, Karel (éd.), Liber Amicorum Alfred Minke, Bruxelles,
2011, p. 167-187.
BUVÉ, Aurélie, Les vitraux commémorant les guerres mondiales du XXe siècle en Belgique :
images de verre et de mémoire, mémoire UCL, 2009.
CHEFNEUX , Ernest, DECHAINEUX, Maurice, Battice. Des origines à 1977, Battice, 1990.
CHOAY, Françoise, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1996.
CLAISSE Stéphanie, Pouvoir(s) et mémoire(s). L’État belge et les monuments aux morts de la
Grande Guerre, dans JAUMAIN, S. & al. (dir.), Une guerre totale ? La Belgique dans la
Première Guerre mondiale. Nouvelles tendances de la recherche historique, Actes du colloque
international organisé à l’ULB du 15 au 17 janvier 2003, Bruxelles, 2005, p. 545-559.
CLAISSE, Stéphanie, Ils ont bien mérité de la patrie. Monuments aux soldats et civils belges de
la Grande Guerre, mémoire et reconnaissance, thèse UCL, 2006 (non consultable avant 2016).
CLAISSE, Stéphanie, L’art commémoratif de la Grande Guerre soutenu par la Province de
Liège, dans Bulletin d’information du C.L.H.A.M., t. X, n° 1, janvier-mars 2007.
COLIGNON, Alain, Les Anciens combattants en Belgique francophone. 1918 – 1940, s.l., 1984.
COLIGNON, Alain, Le « Beffroy de la Victoire », un lieu de mémoire belgo-wallon avorté,
dans COURTOIS, L., PIROTTE, J. (dir.), Entre toponymie et utopie. Les lieux de la mémoire
wallonne, Louvain-la-Neuve, 1999, p. 217-244.
COLIGNON, Alain, Commémoration : enjeux et débats, Bruxelles, C.E.G.E.S., 1996.
220
COLLIN, Armand, La Chartreuse pendant la guerre de 1914-1918, dans Bulletin d’information
du C.L.H.A.M., Liège, t. X, n° 12, 2009, p. 5-36.
Le complexe du pont Roi Albert, dans La Vie liégeoise, octobre 1964, p. 3-15.
CONSTANT, Justine, La mémoire des « atrocités allemandes » de la Première Guerre
mondiale dans l’entre-deux-guerres au Pays de Herve, Liège, mémoire ULg, 2006.
CORMEAU, A.M., Grand-Rechain de 1789 à 1976. Deux siècles de vie communale, Dison,
1978.
CREUSEN, Alexia, Art public à Liège au début du XXe siècle. Regard sur trois projets
monumentaux non réalisés, dans Bulletin de la classe des Beaux-Arts, t. XIV, Bruxelles, 2003.
CUPPENS, Alphonse, Promenades à Angleur au temps de mon grand-père. Cartes postales et
documents, Liège, 1993.
DAGEN, Philippe, Le silence des peintres. Les artistes face à la Grande Guerre, Paris, Fayard,
1996.
DALEM, Robert, Esneux au XXe siècle, Bomal-sur-Ourthe, 1976.
DALISSON, Rémi, La célébration du 11 novembre ou l’enjeu de la mémoire combattante dans
l’Entre-deux-guerres, dans Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 192, décembre
1998, p. 5-23.
DEBRAY, Régis, Le monument ou la transmission comme tragédie, dans DEBRAY, R.
(dir.), L’abus monumental ?, Actes des Entretiens du Patrimoine, Paris, 1999, p. 11-32.
DEBRUYNE, Emmanuel, Les services de renseignements alliés en Belgique occupée, dans
JAUMAIN, S. & al. (dir.), Une guerre totale ? La Belgique dans la Première Guerre mondiale.
Nouvelles tendances de la recherche historique, Actes du colloque international organisé à
l’ULB du 15 au 17 janvier 2003, Bruxelles, 2005, p. 131-144.
DE BUSSCHER, Jean-Marie, Les folies de l'industrie, Bruxelles, Archives d’architecture
moderne, 1981.
DE LA SIZERANNE, Robert, Les « Autonomistes » et les Salons de 1921, dans La Revue des
Deux Mondes, vol. 63, mai-juin 1921, p. 568-593.
DEMBLON, Célestin, La guerre à Liège. Pages d’un témoin, Paris, Librairie anglo-française,
1915.
DE NEUVILLE, Albert, Georges Petit, sculpteur, médailleur et peintre, Liège, Thone, 1923.
DE SCHAEPDRIJVER, Sophie, La Belgique et la Première Guerre mondiale, Bruxelles, 2004.
DE SOETE, Pierre, En plein bloc. Mémoires, Bruxelles, 1953.
DE THIER, Jules, GILBART, Olympe, Liège pendant la Grande Guerre, 4 vol., Liège, 1919.
DIERKENS, Alain, La statuaire publique, dans STIENNON, J., DUCHESNE, J.-P.,
RANDAXHE, Y. et ALEXANDRE, S. (dir.), L’architecture, la sculpture et l’art des jardins à
Bruxelles et en Wallonie, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1995, p. 246-250.
221
DUCHESNE, Jean-Patrick, La sculpture. Du savoir-faire au concept, dans STIENNON, J.,
DUCHESNE, J.-P., RANDAXHE, Y. et ALEXANDRE, S. (dir.), L’architecture, la sculpture et
l’art des jardins à Bruxelles et en Wallonie, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1995, p. 234253.
DUCHESNE, Jean-Patrick, Oscar Berchmans : Monument commémoratif des événements du 20
août 1914. Place du 20-Août, dans Parcours d’art public. Ville de Liège, fiche M4, s.d.
DUCHESNE, Jean-Patrick, Oscar Berchmans : Monument commémoratif de la guerre 19141918. Place de la Résistance, dans Parcours d’art public. Ville de Liège, fiche K1, s.d.
ENGELEN, Cor, MARX, Mieke, Compagnie des bronzes : archief in beeld, Bruxelles, 2002.
ENGELEN, Cor, MARX, Mieke, La sculpture en Belgique à partir de 1830, 7 vol., Bruxelles,
2006.
ERGEN, Nurcan, La mémoire de la Grande Guerre à travers les monuments d’Ans, Awans et
Saint-Nicolas, Louvain-la-Neuve, mémoire UCL, 2001.
FICKERS, Andreas, De la « Sibérie de la Prusse » aux « Cantons rédimés » : l’ombre diffuse
de la Grande Guerre dans la mémoire collective des Belges germanophones, dans JAUMAIN,
S. & al. (dir.), Une guerre totale ? La Belgique dans la Première Guerre mondiale. Nouvelles
tendances de la recherche historique, Actes du colloque international organisé à l’ULB du 15
au 17 janvier 2003, Bruxelles, 2005, p. 615-633.
FLORANI, Marie-Caroline, Charles Leplae. Statue équestre du roi Albert Ier, dans Parcours
d’art public. Ville de Liège, fiche G4, s.d.
FLOUQUET, Pierre-Louis, A la gloire du roi bâtisseur et du canal Albert. Le Mémorial Albert,
dans Bâtir, n° 83, octobre 1939, p. 419-424.
GANY, A., Le Mémorial interallié de Cointe à Liège, Liège, C.L.H.A.M., 1985.
GARDES, Gilbert, Le monument public français, Paris, PUF, Que Sais-je ?, 1994.
GÉLIS, Joseph, REMACLE, Jacques, Dison. Mémoire en images, Stroud, 2002.
GÉRON, Jean-Marie, MOXHET, Albert, Le vitrail contemporain « Comme un chant de
lumière ». Le rôle des peintres dans le renouveau du vitrail français contemporain et leur
influence au-delà des frontières, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 2001.
GILISSEN, Pierre, La Commission royale des Monuments et des Sites… de 1848 à nos jours,
dans Les cahiers de l’urbanisme, n° 25-26, septembre 1999.
GOBERT, Théodore, Liège à travers les âges. Les rues de Liège, 12 vol., Bruxelles, 1976-1977
(nouvelle édition).
GOFFART, Patrick, Victor Rogister, 26 rue Saint-Séverin, mémoire Lambert Lombard, Liège,
1986.
GRAFTIAU, Joseph, Histoire de Lincé. Histoire d’une région, fasc. 5, Sprimont, 1996.
222
GROSSMAN, Elizabeth G., Architecture for a Public Client: the Monuments and Chapels of
the American Battle Monument Commission, dans Journal of The Society of Architectural
Historians, mai 1984, p. 119-143.
GUILITTE, A., Sémiologie et typologie des monuments aux morts namurois de la guerre14-18,
dans Le guetteur wallon, n° 3, 1989, p. 91-95.
HALBWACHS, Maurice, La mémoire collective, 2e éd., Paris, 1967. Disponible sur Internet à
l’adresse
http://classiques.uqac.ca/classiques/Halbwachs_maurice/memoire_collective/memoire_collectiv
e.html [dernière consultation le 10 mai 2011)].
HARDY, J., LAMBRECHT, J.C., Haccourt et la vie des Haccourtois au XXe siècle, Blegny,
2000.
HARGROVE, June, Souviens-toi, dans Monuments historiques, décembre 1982 - janvier 1983.
HAYART, Didier, Répertoire du fonds d’archives des maîtres verriers Osterrath, Liège,
mémoire Lambert Lombard, 1998.
HEBBELINCK, Pierre, Victor Rogister, mémoire Lambert Lombard, Liège, 1981.
HÉLIAS, Yves, Pour une sémiologie politique des monuments aux morts, dans Revue française
de science politique, vol. 7, n° 4, 1979, p. 739-759.
HENRY, René, Aywaille, chronique illustrée du XXe siècle, Liège, Dricot, 2006.
HERVÉ, Pierrick, La mémoire communale de la Grande Guerre : l’exemple du département de
la Vienne, dans Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 192, décembre 1998, p. 45-59.
HORNE, John, KRAMER, Alan, 1914. Les atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005 (1ère
édition en anglais 2001).
Images de guerre. Images de verre, images de pierre, images pour la mémoire, DVD de
l’émission Du bout des doigts, Namur, FUNDP, avril 2006.
INGLIS, Ken, War Memorials: Ten Questions for Historians, dans Guerres mondiales et
conflits contemporains, n° 167, juillet 1992, p. 5-21.
INGLIS, Ken, World War One Memorials in Australia, dans Guerres mondiales et conflits
contemporains, n° 167, juillet 1992, p. 51-58.
JACQUES, Catherine, PIETTE, Valérie, Une grande bataille : sauver l’enfance, dans
JAUMAIN, S. & al. (dir.), Une guerre totale ?La Belgique dans la Première Guerre mondiale.
Nouvelles tendances de la recherche historique, Actes du colloque international organisé à
l’ULB du 15 au 17 janvier 2003, Bruxelles, 2005, p. 171-182.
JAGIELSKI, Jean-François, Le soldat inconnu. Invention et postérité d’un symbole, Paris,
Imago, 2005.
JEANGETTE, B. et al., Dison – Andrimont au passé et au présent, Dison, 1977.
KOSELLECK, Reinhart, Les monuments aux morts, lieux de fondation de l’identité des
survivants, dans L’expérience de l’histoire, Paris, 1997, p. 135-160 (édition originale en
allemand, Munich, 1979).
223
LAGNEAUX, Séverine, PIROTTE, Martin, Les ateliers Osterrath et leur production de vitraux
d’art religieux, dans Art, technique et science : la création du vitrail de 1830 à 1930, dossier de
la C.R.M.S.F., Liège, 2000, p. 117-127.
LAMBOTTE, Emma, Le sculpteur Adelin Salle, dans La Revue d’art, Anvers, octobre 1928.
LAURENT, Marcel, Le Monument aux élèves de l’Université de Liège morts pour la Patrie,
dans Le Flambeau, 30 juin 1922, p. 196-204.
LEFÉBURE, Charles, Exposé succinct et chronologique de la frappe patriotique, de nécessité,
de bienfaisance et commémorative en Belgique occupée, 2 vol., Bruxelles, 1923.
LE NAOUR, Jean-Yves, La Grande Guerre : une mémoire pacifiée ?, dans Cahier d’histoire
immédiate, n° 34, automne 2008, p. 109-118.
LE NAOUR, Jean-Yves, Le soldat inconnu. La guerre, la mort, la mémoire, Paris, Découvertes
Gallimard, 2008.
LENSEN, Jean-Pierre, La mémoire de la Grande Guerre, dans Les rendez-vous de l’histoire,
n° 26, Visé, 2004.
LÉON, Paul, Dictionnaire des rues de Dison-Andrimont, Dison, 1986.
LEROY, Gaëtane, Osacar Berchmans (1869-1950), Liège, mémoire ULg, 2000.
Lincé, au temps de Henri Simon, édité par le Comité scolaire de Lincé, s.d.
LOUVET, Albert, Les monuments français élevés à la mémoire des morts de la Guerre, dans
L’architecture, 10 janvier 1924, p. 1-11.
LYR, René (dir.), Nos héros morts pour la Patrie, Bruxelles, 1920.
MALEVEZ, Guy, ALBERT, Fabienne, Les lieux de mémoire, dans PAQUET, P.,
DHEM, C. (dir.), Le patrimoine civil public de Wallonie, Liège, 1995, p. 153-202.
MEMMESHEIMER, Paul Arthur, Das klassizistische Grabmal. Eine Typologie, Bonn, 1969.
Le Mémorial interallié de Cointe à Liège, dans La Technique des travaux, novembre 1935.
Le Mémorial interallié de Cointe à Liège. Son origine, son histoire, son devenir…, édité par
l’A.S.B.L. « Le Site du Mémorial Interallié de Cointe », Liège, 1998.
MEZEN, Chantal, Le cimetière de Robermont, le Père-Lachaise liégeois, Liège, Noir dessin
production, 2000.
MEZEN, Chantal, Le cimetière de Sainte-Walburge : 130 ans d’histoire, Liège, Noir dessin
production, 2004, avec supplément généalogique sur CD par Thierry De Bry.
MICHEL, F., Embourg à travers les âges : essai historique et sociologique, Embourg, 1964.
MOREAU, Yves, La genèse du drapeau wallon, dans Vers une symbolique wallonne, Liège,
Musée de la Vie wallonne, 2006, p. 11-35.
224
MORIARTY, Catherine, L’iconographie chrétienne des monuments aux morts de la Première
Guerre mondiale dans le Royaume-Uni, dans Guerres mondiales et conflits contemporains,
n° 167, juillet 1992, p. 71-86.
Un monument commémoratif de la Défense nationale à ériger à Liège par l’architecte Paul
Jaspar, Liège, 1923.
MOSSE, George L., De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés
européennes, Paris, Hachette, 1999 (éd. originale en anglais, Fallen Soldiers. Reshaping the
Memory of World Wars, Oxford, 1990).
MUSIL, Robert, Monuments, dans Œuvres pré-posthumes, Paris, Seuil, 1965, p. 78-83
(1ère édition en allemand en 1936).
PIERRON, Sander, La sculpture en Belgique 1830-1930, 1932.
PIRE, Charles, Tihange, 1990.
PIRENNE, Henri, De 1884 à 1914, (Livre IV, t. V), et La Belgique et la guerre mondiale,
(Livre V, t. V), dans Histoire de Belgique, Bruxelles, La Renaissance du Livre, nouvelle édition,
1974, p. 109-348.
PIROTTE, Martin, Inventaire de vitraux créés entre 1898 et 1966 par les Ateliers Osterrath
pour les églises de Liège, d’après les projets conservés dans le fonds Osterrath au Musée d’Art
religieux et d’Art mosan à Liège, Liège, mémoire ULg, 1999.
PIROTTE, Raymond, Les monuments aux combattants de la guerre 1914-1918. Valeurs d’une
époque. Bruxelles, mémoire ULB, 1995.
POIRRIER, Philippe, « Culture de guerre » : une histoire culturelle de la guerre, dans Les
enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Seuil, 2004, p. 193-198.
PROST, Antoine, Les Anciens combattants (1914-1939), Paris, Gallimard/Julliard, 1977.
PROST, Antoine, Les monuments aux morts. Culte républicain ? Culte civique ? Culte
patriotique ?, dans NORA, Pierre (dir.), Les lieux de mémoire. I La république, Paris, 1984,
p.195-225.
PROST, Antoine, Mémoires locales et mémoires nationales : les monuments de 1914-1918 en
France, dans Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 167, juillet 1992, p. 41-50.
PROST, Antoine, WINTER, Jay, Penser la Grande guerre : un essai d’historiographie, Paris,
Seuil, 2004.
RAGON, Michel, L’espace de la mort, Paris, Albin Michel, 1981.
RANDAXHE, Yves, Sculpter, construire : monument et sculpture publique au XXe siècle, dans
STIENNON, J., DUCHESNE, J.-P., RANDAXHE, Y. et ALEXANDRE, S. (dir.),
L’architecture, la sculpture et l’art des jardins à Bruxelles et en Wallonie, Bruxelles, La
Renaissance du Livre, 1995, p. 254-264.
RANDAXHE, Yves, Pierre Caille, Georges Dedoyard. Monument aux Liégeois morts pour la
liberté. Pont Albert Ier, dans Parcours d’art public. Ville de Liège, fiche G1, s.d.
225
RANDAXHE, Yves, Marcel Rau. Monument au roi Albert Ier, dans Parcours d’art public. Ville
de Liège, fiche L1, s.d.
REM, Georges, Un cinquantenaire émouvant, quand Liège recevait la Légion d’honneur, dans
Si Liège m’était conté…, n° 31, été 1969, p. 3-13.
RENARDY, Cécile, Émile Berchmans (1867 – 1947). Essai d’inventaire de l’œuvre, Liège,
1978.
Resurgam. La reconstruction en Belgique après 1914, Bruxelles, Crédit Communal, 1985.
RIEGL, Aloïs, Le culte moderne des monuments. Son essence, sa genèse, trad. de Daniel
WIECZOREK, Paris, Seuil, 1984.
RIEGL, Aloïs, Le culte moderne des monuments. Sa nature, son origine, trad. de Jacques
BOULET, Paris, L’Harmattan, 2003.
SCHMITS, Georges, J.J.A. Gérard, intimiste verviétois, Verviers, La Dérive, 1997.
SCHURGERS, Pol, Cointe au fil du temps…, Liège, 2006.
SILVER, Kenneth E., Vers le retour à l’ordre. L’avant-garde parisienne et la Première
Guerre mondiale, Paris, Flammarion, 1991.
STANDAERT, Olivier, La mémoire d’une « Ville martyre ». Manifestations et évolution de la
mémoire de la Grande Guerre à Andenne. 1918-1940, Bruxelles, A.G.R., 2005.
Terre et mémoires. Monuments commémoratifs, monuments aux morts, numéro spécial de la
revue
Fontes,
n°
30/31,
juillet
1998,
disponible
en
ligne
sur
http://www.fontesdart.org/index.php?option=com_content&task=category&sectionid=7&id=24
&Itemid=85 [dernière consultation le 14 juillet 2011].
Theux dans la tourmente. 1914-1918 1940-1945, Cercle des anciens combattants
franchimontois, Verviers, s.d.
THIELEMANS, Marie-Rose, Albert Ier et sa légende, dans MORELLI, Anne (dir.), Les grands
mythes de l’histoire de Belgique, de Flandre et de Wallonie, Bruxelles, Vie ouvrière, 1995,
p. 175-188.
TIXHON, Axel, Introduction à l’étude des monuments aux morts de la Grande Guerre, dans
JADOULLE, J. L. & al., L’histoire au prisme de l’image, Louvain-la-Neuve, UCL, 2002,
p. 179-193.
TIXHON, Axel ; VAN YPERSELE, Laurence, Du sang et des pierres. Les monuments de la
guerre 1914-1918 en Wallonie, dans Cahiers d'Histoire du Temps Présent, Bruxelles, n°7,
2000, p. 83-126.
VAN EETVELDE, Sybille, Mémoire d’une ville martyre. L’évolution mémorielle de
l’expérience de la Première Guerre mondiale à Visé (1914-1939), Louvain-la-Neuve, mémoire
UCL, 2003.
VAN YPERSELE, Laurence, Les monuments aux morts de 1914-1918 en Wallonie ou
l’impossible représentation de la violence, dans WATTHÉE-DELMOTTE, Myriam (dir.), La
violence : représentations et ritualisations, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 103-119.
226
VAN YPERSELE, Laurence, La patrie en guerre : de l’idolâtrie meurtrière au culte des morts
(la Belgique 1914-1924), dans DEKONINCK, R., WATTHÉE-DELMOTTE, M. et BAUDE, J.M., L’idole dans l’imaginaire occidental : études, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 243-269.
VAN YERSELE, Laurence, Le roi Albert : histoire d’un mythe, Tournai, Labor, 2006.
VAN YPERSELE, Laurence, TIXHON, Axel, Célébrations de novembre 1918 dans le royaume
de Belgique, dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, Vol. 67, N° 1, 2000, p. 61-78.
WILDEMEERSCH, Henri, Si Bilstain m’était conté, Baelen et Eupen, 1982.
WILMOTTE, Michèle, Liège. Le mémorial interallié et l’église régionale du Sacré-Cœur-etNotre-Dame-de-Lourdes, dans WARZÉE, Gaëtane (dir.), Le patrimoine moderne et
contemporain de Wallonie. De 1792 à 1958, Namur, 1999, p. 251-257.
2. Catalogues d’exposition
Catalogue d’exposition L’architecture, du meuble liégeois et de l’industrie du bâtiment, Liège,
1921.
Catalogue d’exposition Georges Petit, Liège, 1980.
Catalogue d’exposition Oscar Berchmans, Liège, 1981.
Catalogue d’exposition, La magie du verre, Bruxelles, 1986.
3. Journaux, revues et bulletins
Bulletin administratif de la Ville de Liège.
Bulletin des Commissions royales d’Art et d’Archéologie.
Bulletin de la Commission royale des Monuments et des Sites.
Bulletin d’information du C.L.H.A.M.
Gazette des Beaux-Arts.
Le Grognard.
Journal Officiel / Amtsblatt Malmedy – Eupen.
Marbres et Pierres.
Mémorial administratif de la province de Liège.
227
La Meuse.
Moniteur belge.
Revue belge des livres, documents et archives de la Guerre 1914-1918, Bruxelles-MalinesParis, paru de 1924 à 1953.
4. Dictionnaires et répertoires
Arto. Dictionnaire biographique. Arts plastiques en Belgique. 1800-2002, Anvers, De Gulden
Roos, 2002, consultable en ligne sur www.arto.be [site en modification le 20 juillet 2011].
C.E.G.E.S., Bibliographie La Belgique et la seconde guerre mondiale, [en ligne], sur
http://www.cegesoma.be/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=24&Itemid=
81 (dernière consultation le 14 juillet 2011).
CHEVALIER, Jean, GHEERBRANT, Alain, Dictionnaire des symboles, Paris, Laffont, 1982
(2e édition).
DELAIRESSE, Y., ELSDORF, M., Le livre des rues de Liège, Liège, Noir Dessin, 2001.
DUERLOO, Luc, JANSSENS, Paul, Armorial de la noblesse belge du XVe au XXe siècle, 3 vol.,
Bruxelles, 1972.
HANNES, J., DE BELDER, J., Bibliographie de l'histoire de Belgique (1865-1914), Louvain,
Paris, Nauwelaerts, 1965 (Centre interuniversitaire d'histoire contemporaine, Cahiers, 38).
HASQUIN, H. (dir.), Communes de Belgique. Dictionnaire d'histoire et de géographie
administrative, 4 t, Bruxelles, Crédit Communal - Renaissance du Livre, 1980-1981.
HEYSE, M., VAN EENO, R., Bibliografie van de geschiedenis van België. Bibliographie de
l'histoire de Belgique (1914-1940), Louvain - Paris, Nauwelaerts, 1986 (Centre
interuniversitaire d'histoire contemporaine, Cahiers, 90).
L'entre-deux-guerres en Belgique 1918-1940. Bibliographie, Bruxelles, Facultés universitaires
St- Louis, 1989-1995.
JAUMAIN, Serge (dir.), Histoire et patrimoine des communes de Belgique, Bruxelles, Racine,
2009.
LORETTE, J., LEFEVRE, P., (dir.), La Belgique et la Première Guerre mondiale.
Bibliographie, Bruxelles, Musée Royal de l’Armée, 1987.
PIRON, Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Lasne, Art in
Belgium, 2006, consultable en ligne sur www.nobel.be [dernière consultation le 20 juillet 2011].
POSWICK, Guy, Armorial d’Abry. Blasonné et publié par Guy Poswick, Liège, Société des
bibliophiles liégeois, 1956.
SAUR, K.G., Allgemeines Künstlerlexikon, Munich et Leipzig, depuis 1992.
228
SERVAIS, Max, Armorial des provinces et communes de Belgique, Bruxelles, Crédit communal
de Belgique, 1956.
TALLIER, P-A., SOUPART, S., La Belgique et la Première Guerre mondiale. Bibliographie,
2e tome, Bruxelles, Musée Royal de l’Armée, 2001.
THIEME, U, BECKER, F., Allgemeines Lexikon der bildenden Künstler von der Antike
bis zur Gegenwart, 37 vol., Leipzig, 1979-1983.
VANDENBOSCH, Hans, AMARA, Michaël, D’HOOGHE, Vanessa, Guide des sources de la
Première Guerre mondiale en Belgique, Bruxelles, A.G.R., 2010.
VOLLMER, H., Allgemeines Lexikon der bildenden Künstler des XX. Jahrhunderts, 6 vol.,
1953-1961.
5. Sites en ligne [dernière consultation le 14 juillet 2011]
En Belgique
Bel-Memorial, « site à la mémoire de ceux qui ont donné leur vie pour le pays »,
http://www.bel-memorial.org
Belgian War Graves, http://www.abl1914.be/bwg/bwgindex.htm (en néerlandais).
Les cimetières.com, http://www.lescimetieres.com
Histoire des fortifications de Liège, http://users.skynet.be/jchoet/fortifi.htm
Médecins de la Grande Guerre, http://www.1914-1918.be
Photothèque de l’I.R.P.A.,
http://www.kikirpa.be/FR/45/59/Phototh%E8que+en+ligne.htm
Sculpture publique de Belgique, http://www.sculpturepublique.be/artistes.htm
(concerne surtout Bruxelles).
En France
Annuaire de la Grande Guerre, http://www.annuaire1418.fr (référence les sites consacrés à la
guerre 14-18).
Chemins de mémoire, site officiel du gouvernement français,
http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/page/affichepage.php?idLang=fr&idPage=8406
Les monuments aux morts sculptés de la première guerre mondiale en France,
http://www.monumentsauxmorts.fr/cariboost1/crbst_0.html
(donne une bibliographie des études des monuments dans les départements français).
Monuments aux morts pacifistes,
http://moulindelangladure.typepad.fr/monumentsauxmortspacif/
229
En Allemagne
Volksbund deutscher Kriegsgräberfürsorge, association pour l’entretien des tombes de
militaires allemands à l’étranger, http://www.volksbund.de
Onlineprojekt Gefallenendenkmäler, site consacré aux noms des victimes de guerre inscrits sur
les monuments allemands, dans le même esprit que le site belge Bel-Memorial. Il donne des
détails sur quelques monuments des cantons de l’Est. http://www.denkmalprojekt.org
230
Index des noms propres
Abée-Scry ................................. 59, 171
Abolens...........................................172
Aerschot............................................50
Agulhon, M. ......................................22
Ahorn, L............................................21
Aineffe ............................................169
Aix-la-Chapelle ...............................128
Ajalbert, J..........................................16
Albers, fonderie...............................104
Albert Ier10, 27, 54, 55, 59, 79, 84, 108,
121, 122, 137, 138, 147, 149, 150,
152, 158, 186, 192
Alleur............. 67, 87, 88, 107, 118, 120
Alphonse XIII .................................161
Amay .......................53, 55, 68, 74, 107
Amblève............................................60
Ampsin........................................49, 67
Andenne...................... 50, 80, 112, 194
Anderlecht.........................................97
Andrimont................... 46, 73, 109, 121
Angleur ........................... 44, 46, 59, 64
Ans.....................36, 60, 75, 81, 90, 123
Antheit ............................................107
Anthisnes ........................................171
Antoine, G.........................................54
Anvers.......... 54, 94, 128, 130, 153, 187
Aoste, duc d'....................................138
Ariès, Ph. ....................................20, 21
Arlon.................................................55
Aubel .................................. 64, 67, 109
Aubroeck, K. ...................................153
Audoin-Rouzeau, S. ..........................71
Avennes ............................................37
Avramopoulos, M............................162
Awan................................... 65, 75, 110
Awans ...............................................74
Ayeneux...................36, 53, 67, 91, 111
Aywaille.......................... 54, 65, 75, 91
Baelen ......................... 60, 66, 109, 169
Bakelants, I. .............................. 15, 113
Baltia, général ......................... 177, 178
Bar, M.............................................103
Barbusse, H. ......................................17
Barchon.... 44, 60, 76, 88, 110, 128, 129
Barlach, E........................................112
Bartholdi, F. ......................................73
Bas-Oha ......................................74, 85
Basse-Bodeux....................................96
Bassenge ........................... 95, 103, 117
Bastogne..........................................112
Battice ... 38, 61, 73, 76, 87, 89, 96, 106,
122
Baudouin Ier....................................158
Beaufays.............................. 74, 96, 123
Becker, A. .... 18, 21, 34, 52, 71, 75, 118
Becker, E.........................................191
Becker, J.-P. ......................................18
Belfort ...............................................73
Bellaire........................ 67, 70, 104, 108
Bellevaux-Ligneuville .....................177
Bellone.................................... 107, 193
Ben-Ahin...........................................66
Benet, E.............................................94
Berchmans, E. ...................................38
Berchmans, J. ...................... 15, 45, 109
Berchmans, O......15, 38, 44, 45, 51, 54,
72, 81, 86, 89, 102, 104, 105, 106,
111, 117, 132, 138, 139, 146, 148,
152, 167, 168, 189, 192, 193, 199
Bergilers............................................72
Berneau .. 59, 70, 91, 103, 122, 169, 172
Bertrand, général ...............................53
Bertrée...............................................62
Béthune, J.-B...................................110
Bévercé ...........................................177
Beyne-Heusay ............. 65, 81, 123, 173
Biévenne ...........................................94
Bija, A............................. 182, 186, 187
Bilstain........................................49, 65
Biolley, A........................................110
Biquet, L. ........................................106
Blegny-Trembleur ............. 66, 113, 170
Blehen ..................................... 169, 172
Bleret ..............................................113
Blin, J.-P. ..........................................69
Blomfield, R......................................42
Bloom, J. .........................................106
Bodson, M...................................54, 88
Boirs .........................................73, 123
Bois-de-Breux ............... 55, 74, 85, 199
Bois-et-Borsu ....................................64
Bolland..............................................85
231
Bologne, J. ......................................145
Bombaye ............................... 49, 65, 66
Boncelles 40, 84, 89, 114, 128, 132, 167
Bonnetain, A. ..................................192
Borlez ..................................... 169, 173
Bosmant, J............................... 107, 195
Boumal, L. ........................................54
Bourganov, A. & I...........................163
Bourgeois, G. ....................................99
Boutet, E. ........................................106
Bovigny ............................................87
Brabant..............................................97
Braecke, P. ........................................94
Braives ........................................67, 96
Brassinne, J. ............................ 116, 117
Bressoux ... 39, 72, 81, 86, 88, 102, 111,
169, 189, 193
Brialmont, général................... 128, 186
Brouns, J. .... 24, 35, 36, 46, 54, 81, 105,
107, 112, 119, 131, 149, 161
Brown, colonel ................................156
Bruges....................................... 55, 153
Bruxelles ...... 21, 48, 51, 52, 55, 84, 153
Buisseret, A.....................................198
Bullange............................ 75, 179, 180
Burdinne ....................... 67, 78, 96, 106
Burg-Reuland ..................................178
Burnenville........................................87
Butgenbach ................. 33, 74, 112, 180
Caille, P...........................................154
Camus, E...........................................94
Canneel, J........................................112
Carol II............................................191
Carte, A...........................................194
Celles ........................................ 95, 120
Cerexhe-Heuseux ..............................65
Chabrol, G.......................................110
Chaineux .........................................173
Chanxhe .................................... 75, 112
Charleroi ...........................................80
Charneux................45, 65, 67, 109, 120
Chaudfontaine ..... 40, 68, 112, 128, 129,
133, 171
Chênée .................37, 54, 110, 114, 122
Cheratte..................................... 61, 174
Choay, F..............................................8
Chokier ................................. 37, 60, 68
Ciplet .............................. 113, 121, 123
Claisse, S...........................................19
Clavier ..............................................49
Clémenceau, G. ...............................197
Clermont-sous-Huy ...................49, 174
Clermont-sur-Berwinne ......... 44, 54, 65
Close, F. .......................... 104, 108, 132
Coenen, J.-A....................................130
Cointe 7, 28, 36, 37, 38, 44, 72, 99, 111,
113, 155, 161, 191
Colignon, A................... 30, 43, 79, 144
Comblain-au-Pont ....... 59, 85, 121, 169
Comblain-Fairon ...............................72
Comblain-la-Tour.................. 38, 72, 96
Corbusier, A. ...................................186
Cornesse..........................................172
Corswarem ........................................12
Courtens,A. .....................................153
Couthuin................................ 54, 66, 97
Cras-Avernas..................... 76, 110, 170
Crehen.............................................113
Creten, V. ..........................................94
Crisnée ...............24, 76, 78, 87, 89, 106
Cristinel, G. .....................................159
Crombach.......................... 42, 178, 179
Dagen, Ph..........................................70
Dalhem.......................... 38, 54, 56, 173
Darion ................................. 39, 65, 171
De Beule, A.......................................95
De Bondt, J.A..................................153
de Bremaecker, E. .....................54, 190
De Busscher, J.-M. .......... 33, 34, 69, 73
De Cuyper, F. ..................................104
de Falloise, J....................................110
de Géradon, J...................................110
de Menten de Horne, commandant....53,
64, 131
de Neuville, A. ........................ 197, 198
de Soete, P.........................................54
De Thier, J.........................................52
Dedoyard, G. .....86, 102, 105, 107, 117,
153, 154, 158
Deffet ..............................................186
Dekkers, W. ....................................153
Del Cour, J. .....................................195
Demanet, V. .................... 113, 153, 194
Demasy, P. ......................................195
Demblon, C. ......................................70
Deshayes, E............................. 103, 104
Desmeth, L. ..................... 187, 188, 190
Destrée, J.....................................26, 84
Devreese, G..................... 186, 189, 193
Dewé, W. .......................... 51, 108, 112
232
Dhuicque, E.....................................115
Digneffe, E......................................145
Dinant ...............................................50
Dison........................44, 61, 68, 74, 109
Dix, O. ..............................................70
Dixmude ...........................................82
Dolembreux ......................................88
Dolhain ...... 49, 74, 83, 87, 89, 105, 122
Donceel.............................................24
Donnay, A.......................................138
Dorgelès, R. ................................17, 66
Dossin, général................................109
Dossogne, abbé .................................54
Drion, P...........................................193
Du Bois, P. .............................. 187, 191
Dubie, E. .........................................194
Ducasse, A. .......................................17
Duchamp, M. ..................................119
Duesberg, J......................................150
Dumont, G. .....................................141
Dupon, J.................................. 187, 191
Dupont, L. ................112, 113, 152, 194
Dussart, colonel...............................131
Dutrieux, D. ....................................154
Eben-Emael................. 74, 83, 110, 114
Ellemelle .........................................174
Elsenborn .............................. 22, 55, 59
Embourg ........ 37, 67, 91, 121, 128, 171
Engelen, C. & Marx, M. ..................195
Engis ......................................... 62, 113
Ensival .............................. 67, 106, 120
Ergen, N............................................58
Ernonheid....................................90, 91
Esneux . 55, 64, 102, 105, 106, 170, 173
Eupen... 22, 43, 106, 128, 177, 179, 180
Évegnée ..........................................128
Évegnée-Tignée.................................66
Eynatten .................................. 178, 180
Fabry....................................... 138, 187
Fairon........................................ 49, 185
Falise, E. ..... 53, 54, 104, 107, 141, 149,
192
Fallais ...............................................59
Falloise, M. .....................................146
Faymonville ............................ 177, 179
Feneur .............................................169
Ferme Navarin...................................68
Ferrières .....................44, 60, 66, 74, 87
Fexhe-le-Haut-Clocher .... 121, 169, 173
Fexhe-Slins ............................... 65, 171
Fickers, A................................ 178, 180
Fisch, J. ............138, 182, 186, 187, 191
Fisch, P. .................................. 189, 190
Fivet, A. .................... 70, 104, 108, 132
Fix-Masseau, P. .................................41
Fize-Fontaine ..................................174
Flémalle .................................. 128, 129
Flémalle-Grande...................... 172, 173
Flémalle-Haute.................... 65, 96, 112
Fléron............. 43, 73, 81, 128, 136, 173
Foch, maréchal .................. 53, 138, 147
Fonck, cavalier ..........................53, 130
Fonson, Frères .................................183
Fooz ..................................................54
Forêt..................................................61
Fouron-le-Comte .........................10, 67
Fourons ............................. 12, 172, 173
Fouron-Saint-Pierre .........................170
Fraipont................................... 121, 173
Francfort............................................20
Franchimont ......................................59
François-Ferdinand d’Autriche ..........23
Francorchamps ..................................54
Frédéric-Guillaume III.......................60
Froidthier ....................................54, 65
Fučik, J..............................................60
Fumal ..........................................87, 89
Gand .........................................55, 153
Gangolf, S. ......................................109
Gaumont, A.....................................159
Geefs, G. ...........................................21
Geer ..................................................56
Gérard, J..........................................109
Gilbart, O. .................................52, 145
Gillard, M.......................... 74, 109, 154
Giraudoux, J. ...................................115
Gives.................................................66
Glain ............................... 13, 37, 91, 95
Gleixhe............................................171
Glons................................. 67, 104, 170
Gobert, Th. ........................................45
Godin, A............................................88
Goé ...........................................73, 106
Grâce-Berleur..................................104
Graff, lieutenant ........ 74, 107, 122, 154
Grand-Hallet..............................67, 117
Grand-Rechain .................... 65, 73, 122
Grandville ....................... 121, 169, 170
Grard, G. .........................................154
Grégoire, G. ... 77, 85, 89, 101, 140, 141
233
Grivegnée..... 29, 41, 55, 57, 68, 74, 171
Grünthal, H. ............................ 132, 186
Guaisnet, A. ....................................186
Guilitte, A. ........................................19
Guillaume, E. .......................... 139, 196
Guillaume-Frédéric II........................20
Haccourt.....................65, 113, 120, 171
Halbwachs, M. ..................................30
Halkin, L.-E. ...................................153
Hallembaye ............................... 65, 113
Hallen, G................................. 105, 155
Hamoir ...............42, 53, 73, 88, 96, 123
Haneffe ................................. 36, 37, 78
Hannut ...............40, 64, 65, 88, 91, 111
Harzé.................................................88
Hasselt ..............................................51
Hauset .............................................179
Hecq, A. ............................ 33, 112, 194
Helbig, J............................................15
Hélias, Y. .................................. 62, 118
Hellin, M...........................................54
Henri-Chapelle ............................42, 73
Heppenbach ......................................65
Herbesthal ............................... 178, 179
Hergenrath .................. 22, 61, 177, 178
Hermalle-sous-Argenteau ............26, 65
Herman, P. ........................................40
Hermée..............................................58
Héron .......................... 49, 76, 110, 113
Herstal..... 24, 26, 44, 59, 73, 76, 81, 91,
105, 107, 128, 129, 131, 136, 169,
171, 186, 188
Herve .... 42, 46, 58, 64, 74, 85, 88, 122,
171, 174
Hervé, P. .....................................22, 69
Hesse, A.............................. 51, 54, 122
Heure-le-Romain................. 13, 56, 173
Heusers, H....................... 138, 187, 191
Heusy........................................ 87, 123
Heuze, F..........................................109
Hodeige..................................... 61, 171
Hodimont ................................ 121, 171
Hoffer, H.........................................106
Hognoul ..........................................169
Hollogne-aux-Pierres...28, 60, 104, 128,
129, 136, 171, 173
Hollogne-sur-Geer...........................173
Holzminden............................... 52, 192
Horace...............................................60
Horion-Hozémont.................. 65, 95, 96
Horta, V. .........................................151
Houtain-Saint-Siméon .......................58
Huccorgne ...................................59, 65
Hugo, V.............................................59
Hunnange ........................................179
Huy ... 35, 39, 40, 42, 45, 46, 49, 54, 59,
64, 65, 68, 69, 87, 104, 107, 113,
114, 121, 122, 171
Ingels, D..........................................153
Inglis, K. ...........................................57
Ivoz-Ramet......................................107
Ixelles...................................... 109, 184
Jacquemart, L. .................................110
Jacquemotte, L. ...............................109
Jacques, général...........................53, 85
Jakubowka, H..................................113
Jalhay ........... 72, 85, 112, 121, 172, 173
Jamar, E. .........................................105
Jasna Góra.......................................161
Jaspar, P. . 105, 111, 115, 116, 119, 131,
141, 142, 144, 145, 146, 164
Jemappes...........................................83
Jemeppe ............................................81
Jochems, F................... 93, 94, 104, 133
Joffre, maréchal...............................198
José .............................................38, 76
Julémont..........................................171
Julin, R............................................110
Jupille...............37, 68, 70, 88, 108, 173
Juprelle............................................171
Juslenville .........................................68
Kemexhe ...................................67, 170
Kettenis ...........................................178
Kisielewski, J. .................................163
Koekelberg......................................157
Kollwitz, K.............................. 112, 180
Koselleck, R. ..................... 72, 124, 165
La Calamine .............. 49, 177, 179, 180
La Gleize...........................................73
La Minerie.........................................88
La Reid......................................95, 106
La Roche-en-Ardenne................84, 199
Labouxhe ..........................................80
Ladmiral, E. ....................................141
Ladril, M. ........................................109
Lagasse de Locht, Ch.........................98
Lallemand, O........................... 109, 112
Lambeau, R. ..............................43, 106
Lambermont ....................................169
Lambotte, E.....................................195
234
Lambrecht, D. .............................51, 54
Lamens, soldat ..................................54
Lamine ............................................112
Lamontzée.......................................174
Lanaye ..............................................12
Landen .................................... 172, 173
Landenne-sur-Meuse ............... 113, 120
Landowski, P.....................................34
Lange, soldat ........................... 131, 186
Lantin..............................................128
Latinne ............................................170
Laude, E.................................... 54, 192
Leconte de Lisle, Ch..........................60
Lecroart, J. .............................. 187, 191
Ledel, D. .........................................108
Lefébure, Ch. ... 183, 184, 185, 190, 192
Lejeune, J. ............................... 142, 153
Lelarge, O. .......................... 54, 65, 109
Leman, général 129, 136, 147, 186, 187,
193
Lempereur, fonderie ........................104
Lenders, J. .........................................51
Lens-Saint-Remy...............................99
Léopold II .......................................151
Léopold III ........................ 85, 138, 191
Leplae, Ch................................. 54, 153
Les Avins ........................................113
Les Awirs.......................... 66, 172, 173
Les Waleffes ............................. 91, 120
Libois, A. ........................................103
Liège ... 7, 13, 22, 24, 30, 36, 37, 39, 42,
43, 44, 45, 46, 51, 53, 54, 55, 56, 59,
60, 61, 62, 64, 65, 66, 67, 68, 74, 75,
80, 84, 85, 89, 95, 96, 97, 99, 100,
103, 104, 105, 106, 107, 108, 111,
112, 113, 120, 121, 122, 123, 128,
130, 132, 137, 138, 140, 155, 163,
168, 171, 184, 185, 186, 187, 190,
199
Lierneux............................................67
Liers.......................................... 65, 128
Limbourg ......... 74, 83, 87, 89, 105, 122
Limont ............................................123
Lincé ... 38, 51, 59, 61, 64, 74, 105, 109,
113, 122, 123
Lincent ..............................................60
Lissoir, J..........................................192
Lixhe.................................................64
Lohest, F. ........................................105
Lommel.......................................42, 94
Lommersweiler ...............................180
Loncin24, 28, 29, 38, 58, 59, 72, 79, 84,
85, 89, 103, 113, 116, 128, 129, 130,
133, 135, 167, 186, 191
Lontzen ................................... 178, 179
Louvain .............................................50
Louvet, A. .......................................115
Lucerne .............................................20
Magnée ...........................................173
Magnette, Ch. .......................... 192, 193
Malleterre, général...........................134
Malmedy22, 37, 42, 60, 64, 72, 97, 128,
177, 178, 179, 192
Marche-en-Famenne........................104
Marche-les-Dames.............................54
Marchin.............................................68
Marchovelette.......................... 104, 107
Maréchal, V.....................................106
Marie-José, princesse.......................189
Marneffe.............................. 76, 95, 100
Massart, R. .........68, 109, 121, 152, 198
Mativa .............................................192
Mauquoy, A. ................... 131, 182, 186
Meeffe...............................................54
Melen .................51, 66, 80, 84, 87, 123
Membach .............................. 24, 37, 73
Mennicken, L. ......................... 106, 180
Mentens...........................................186
Mérode, princesse Jean de 85, 155, 158,
164
Mestré .............................................117
Meyerode ..................................61, 179
Michaux ..........................................192
Michel, F. ................................ 138, 187
Micheroux .......................................123
Milmort ............................... 64, 73, 172
Momalle ....................................72, 170
Mommens, H...................................134
Mons-lez-Liège .................................66
Montegnée........37, 61, 81, 90, 123, 169
Montzen ....................................60, 113
Moray, W. .......................................131
Moresnet ............................. 38, 59, 177
Moresnet neutre...............................177
Moriarty, C..................................28, 70
Mortier ................................ 88, 95, 103
Mortroux .....................................29, 59
Mosse, G. ..........................................20
Mouland ...................... 51, 73, 122, 170
Moureaux, Ph. ...................................99
235
Moutschen, J. ... 104, 105, 108, 132, 152
Moxhe...............................................40
Musil, R. .........................................124
Naessens, commandant...... 38, 129, 135
Namur ........................55, 128, 130, 153
Napoléon I.........................................21
Nessonvaux.......................................68
Neu-Moresnet .................................177
Neupré ...................................... 42, 131
Neuville-en-Condroz .......................111
Nidrum.................................... 178, 180
Niessen, X.........................................21
Nieuport ............................ 55, 153, 187
Nikolaidis, G. ..................................162
Norga, S. ...........................................95
Norton Cru, J.....................................17
Ocquier ............................... 95, 96, 121
Oleye................................. 61, 107, 171
Olne .............................. 51, 61, 75, 106
Oreye ..............................................173
Osterrath, J. ....................... 16, 110, 113
Othée............................. 58, 67, 85, 123
Otrange .............................................12
Oudler .............................................180
Ouffet.................................. 66, 67, 173
Ougrée ........................ 40, 81, 132, 171
Oulchy-le-Château ............................34
Oultremont, comte d' .........................88
Oupeye..............................................37
Ouren ..............................................180
Outrelouxhe ....................................171
Ovifat...................60, 66, 113, 178, 180
Paifve.............................. 169, 170, 171
Pailhe ..............................................169
Paris ..................................................21
Pâturages...........................................33
Paulus, P. ..........................................74
Peene-De Lodder..................... 110, 113
Péguy, Ch..........................................60
Pepinster ......................... 32, 39, 67, 74
Péronne .........................................9, 74
Petit, G. 37, 46, 54, 72, 74, 83, 103, 105,
107, 116, 135, 138, 141, 142, 143,
152, 182, 187, 188, 189, 192, 193,
197, 198, 199
Petit-Rechain....................... 72, 85, 117
Pierron, S. ..........17, 108, 116, 117, 118
Pietkin, abbé.............................. 83, 107
Piette, F. ..........................................100
Pilven le Sevellec, Y. ........................81
Pironnet, L.......................................103
Pirotte, J.-M.....................................110
Pirotte, M. .........................................16
Pirotte, R. ....................................19, 77
Plainevaux................... 54, 64, 123, 131
Plombières.........................................66
Plomdeur, S...............................36, 133
Poincaré, R. ....................... 85, 137, 187
Polleur........................... 58, 66, 91, 169
Pont-de-Sçay .....................................85
Pontisse ........ 44, 76, 114, 128, 131, 136
Poucet .............................................172
Poulseur ............................................39
Pourquet, Ch.-H.........................94, 115
Pousset .....................138, 171, 174, 187
Prost, A. .. 18, 28, 30, 32, 34, 35, 36, 61,
67, 79, 81
Quaregnon.........................................33
Queue-du-Bois ................................173
Rabosée 68, 84, 104, 108, 129, 132, 167
Racour...............................................57
Raeren ..................49, 68, 178, 179, 180
Ragon, M. ......................... 29, 115, 119
Rahier........................................64, 171
Ramelot.....................................49, 169
Rau, M. ........ 54, 94, 130, 152, 182, 193
Réal del Sarte, M. ........................17, 68
Recht.........................................95, 180
Remicourt..................................66, 170
Remouchamps, J.-M. .......................141
Renotte, P........................................154
Renouvin, P.......................................17
Retinne........... 42, 73, 74, 81, 87, 90, 98
Rhées .. 24, 59, 73, 82, 84, 96, 105, 107,
119, 186
Richelle .............................................54
Riegl, A.............................................. 8
Robermont..... 22, 36, 39, 41, 42, 45, 51,
55, 64, 65, 72, 73, 74, 102, 103, 105,
120, 121, 146
Robertville............74, 83, 177, 178, 179
Roclenge-sur-Geer........... 58, 87, 88, 95
Rocourt ................................. 55, 65, 73
Rogister, V. ..................... 102, 105, 146
Rogister, V.-L..................................151
Roloux ..............................................67
Romainville, A. ...............................110
Rome...............................................138
Romiée, M.-L. .................................112
Romsée ......................... 46, 61, 76, 123
236
Rosoux-Crenwick..............................58
Rossignol ..........................................79
Rotheux-Rimière ............. 113, 123, 171
Rotsaert, O. .....................................153
Rouen..............................................108
Ruiselede...........................................95
Rulot, J.............................. 24, 107, 131
Rutten, Mgr.....................................155
Ruzette, A. ........................................25
Saint-André.................................73, 87
Saint-Georges-sur-Meuse ..................95
Saint-Nicolas................. 24, 80, 81, 171
Saint-Séverin...................................174
Saint-Vith.............42, 60, 112, 177, 179
Saive ......................................... 60, 123
Salle, A. .... 75, 103, 108, 122, 131, 135,
195, 196
Salm-Château....................................95
Sarajevo ............................................23
Sart.......................64, 67, 109, 173, 190
Sartorio, A.......................................141
Sart-Tilman ... 23, 29, 44, 60, 72, 84, 85,
89, 108, 129, 130, 131, 132, 135, 167
Sauvage, J. ........................................90
Schetter, J........................................118
Schmits, G.......................................109
Schoppen.........................................180
Sclessin .............................................46
Sedan ..........................................21, 22
Seilles ....................................... 50, 108
Seny ..................................................59
Seraing ...... 25, 46, 49, 64, 81, 107, 108,
123, 171
Seraing-le-Château ..........................170
Servais, M. ........................................64
Silver, K..........................................111
Sippenaeken ................ 50, 88, 123, 171
Slins ............................................68, 95
Smolderen, J.............111, 146, 155, 158
Soheit-Tinlot ...................................169
Soiron ................................... 57, 78, 87
Soltau..............................................169
Soubre, Ch. .....................................105
Sougné-Remouchamps 68, 88, 109, 121
Soumagne ....................... 51, 75, 84, 87
Sourbrodt 74, 83, 95, 107, 110, 178, 179
Spa ...40, 43, 53, 54, 59, 64, 67, 88, 112,
190, 193
Sprimont . 38, 43, 50, 51, 64, 75, 87, 90,
103, 105, 113, 121
Sprumont, A. ...................................112
Stavelot ..................... 53, 60, 61, 64, 87
Stembert .......................... 121, 123, 173
Stockay .....................................95, 199
Stoffyn, P. .......................................191
Stoumont.........................................121
Tamines.............................................50
Tardi, J. .............................................71
Tavier........................................72, 105
Taye ................................................153
Terwagne ..........................................53
Theunis, P. ......................................187
Theux .................59, 64, 68, 72, 74, 169
Thimister............................. 88, 99, 130
Thorvaldsen, B. .................................21
Thucydide .........................................60
Thys ..................................................66
Thys, C.................................... 103, 104
Tiège .................................................54
Tihange .....................................60, 113
Tilff......................53, 74, 113, 122, 196
Tilleur . 46, 81, 107, 109, 111, 112, 121,
172
Tirlemont ..................................89, 130
Tixhon, A. & Van Ypersele, L....18, 19,
35, 57, 69, 85
Tournon, P.......................................141
Trognée ...........................................173
Trois-Ponts ........................................63
Trooz.........................................99, 173
Van Albada, H.................................154
Van Averbeke, E. ............................104
Van der Pal......................................141
Van der Stappen, Ch........................193
Van Hoegaerden, P..........................189
Van Neste, J. ...................................109
Van Uytvanck, B. ..............................95
Van Vollenhove...............................188
Van Ypersele, L.................................31
Vaux-et-Borset ................................123
Verlaine.......................................66, 67
Verlant, E. .........................................94
Verlinden ........................................155
Verney, J.-P.......................................71
Verviers... 36, 39, 44, 46, 51, 55, 64, 65,
67, 74, 93, 109, 121, 171
Vielsalm ............................................79
Viemme...........................................170
Vierset-Barse....................... 88, 91, 173
Vieslet, Y. .................................30, 122
237
Vieux-Waleffe...................................36
Ville-en-Hesbaye................. 36, 53, 169
Villers-l’Évêque ........................ 64, 171
Villers-le-Peuplier ...........................190
Villers-le-Temple ...................... 68, 111
Villers-Saint-Siméon .........................38
Vinalmont .......................................172
Vinçotte, Th. ...................................193
Viollet-le-Duc ...................................73
Virgile....................................... 60, 179
Visé35, 36, 45, 46, 50, 55, 64, 104, 109,
113, 122, 131, 171
Vivegnis......................................67, 72
Vivier, R. ........................................163
Vivroux, Ch............................... 89, 105
von Emmich, général............... 128, 132
Voroux-Goreux ...............................173
Voroux-lez-Liers ....................... 38, 113
Vottem ........................................28, 81
Vyle-et-Tharoul.................................99
Waelhem .........................................187
Waimes ........................... 113, 177, 179
Walhorn .................................... 76, 179
Waltregny, J. ............................. 95, 106
Wandre40, 42, 68, 78, 84, 114, 129, 131
Wanne........................44, 58, 61, 75, 96
Wanze .............. 48, 54, 60, 64, 169, 170
Waregem...........................................42
Waremme.............................. 36, 64, 94
Waret-l’Évêque .................................95
Warnant-Dreye..................................59
Warsage ....................................25, 120
Warzée ............................................172
Wasseiges........................................170
Wasterlain, G.....................................33
Waterloo............................................21
Wathelet, J.......................................107
Wegnez ............................... 41, 67, 173
Welkenraedt ..............................65, 105
Werbomont .....................................123
Wéris, H. ................................. 106, 137
Whitlock, B. ....................................188
Wihogne....................................36, 172
Wilbers, C. .......................... 93, 94, 133
Winter, J............................................18
Wissaert, P. ..............182, 183, 191, 192
Witterwulghe, J. ...................... 182, 191
Wolfers, M. ............................. 160, 161
Wonck.......................................25, 131
Xhendelesse ....................................169
Xhendremael ........................... 170, 173
Xhoris .........................................73, 87
Zomers, J.........................................148
238
Table des matières
Première partie
Avertissement ...............................................................................................................2
Liste des abréviations ....................................................................................................3
Remerciements..............................................................................................................4
Introduction...................................................................................................................6
1. Introduction méthodologique .....................................................................................8
1.1. Définition du champ de l’étude ...........................................................................8
A. « Monuments commémoratifs » ........................................................................8
B. « Commémoratifs de la Grande Guerre ».........................................................11
C. « En province de Liège ».................................................................................11
1.2. Heuristique .......................................................................................................12
1.3. Historiographie et bibliographie........................................................................16
2. Commémoration et monuments ...............................................................................20
2.1. Racines historiques des monuments commémoratifs de faits de guerre .............20
2.2. Premières initiatives de commémoration de la Grande Guerre...........................22
2.3. Monuments aux morts ou monuments aux vivants ? Les fonctions des
monuments commémoratifs.....................................................................................28
A. Fonctions funéraires........................................................................................28
B. Fonctions mémorielles ....................................................................................29
C. Fonctions sociales ...........................................................................................30
3. Typologie des monuments commémoratifs ..............................................................32
3.1. Typologie selon A. Prost...................................................................................32
3.2. Typologie selon la forme des monuments .........................................................37
3.3. Typologie selon la motivation des monuments..................................................38
A. Monuments publics.........................................................................................39
B. Monuments militaires......................................................................................39
C. Monuments religieux.......................................................................................44
D. Monuments corporatifs ...................................................................................45
4. Les dédicataires des monuments commémoratifs.....................................................48
4.1. Militaires décédés .............................................................................................48
4.2. Survivants.........................................................................................................49
4.3. Invalides de guerre............................................................................................49
4.4. Civils volontaires de guerre...............................................................................49
4.5. Civils tués en 1914............................................................................................50
4.6. Condamnés à mort ............................................................................................51
4.7. Civils déportés ..................................................................................................52
4.8. Prisonniers politiques........................................................................................52
4.9. Évacués français ...............................................................................................52
4.10. Personnalités diverses .....................................................................................53
5. Épigraphie ...............................................................................................................56
5.1. Référence à la guerre ........................................................................................56
5.2. Dédicace...........................................................................................................56
5.3. Listes de noms ..................................................................................................57
5.4. Commentaires divers ........................................................................................58
6. Iconographie............................................................................................................63
6.1. La symbolique de l’ornementation ....................................................................63
239
A. Symbolique héraldique....................................................................................63
B. Symbolique patriotique et militaire..................................................................65
C. Symbolique funéraire ......................................................................................65
D. Symbolique religieuse.....................................................................................66
6.2. La statuaire .......................................................................................................67
A. Les soldats ......................................................................................................67
B. Les figures allégoriques...................................................................................72
C. Les civils.........................................................................................................74
6.3. L’iconographie religieuse..................................................................................75
7. Le monument commémoratif, expression d’une idéologie .......................................77
7.1. Fractures d’ordre philosophique........................................................................77
7.2. Fractures d’ordre politique................................................................................79
7.3. Fractures d’ordre identitaire ..............................................................................82
8. Du projet à l’inauguration : la réalisation des monuments ........................................84
8.1. Initiative et comités de monuments ...................................................................84
8.2. Financement .....................................................................................................85
8.3. Choix de l’emplacement ...................................................................................91
8.4. Les matériaux ...................................................................................................92
8.5. Sélection des projets .........................................................................................93
8.6. Monuments produits en série ............................................................................94
8.7. Ajouts divers.....................................................................................................95
8.8. La tutelle provinciale et la Commission royale des Monuments et des Sites ......97
8.9. L’inauguration ................................................................................................100
9. Architectes, sculpteurs et maîtres verriers ..............................................................102
9.1. Généralités......................................................................................................102
9.2. Architectes......................................................................................................104
9.3. Statuaires et sculpteurs....................................................................................105
9.4. Maîtres verriers...............................................................................................110
10. Évolution stylistique ............................................................................................111
10.1. L’entre-deux-guerres.....................................................................................111
10.2. Après la Seconde Guerre mondiale ...............................................................112
10.3. Évolution dans l’art du vitrail........................................................................113
11. Le débat esthétique ..............................................................................................115
12. Les effets du temps sur les monuments ................................................................120
12.1. L’usure naturelle et l’entretien ......................................................................120
12.2. Les monuments déplacés...............................................................................120
12.3. Le vandalisme...............................................................................................121
12.4. Le centenaire de la Belgique et le roi Albert..................................................122
12.5. Les déprédations allemandes de 1940-1945...................................................122
12.6. L’hommage aux morts de la Seconde Guerre ................................................123
13. Conclusions.........................................................................................................124
Deuxième partie
COMPLÉMENTS .....................................................................................................127
1. Monuments commémoratifs de la bataille de Liège (4-16 août 1914).....................128
1.1. Les événements ..............................................................................................128
1.2. Les monuments commémoratifs de la bataille de Liège...................................130
A. Monuments évoquant les épisodes de combat des 4 et 5 août 1914................130
B. Monuments commémorant les combats des 5-6 août 1914 autour de Liège ...131
240
C. Monuments commémorant la résistance des forts de la P.F.L. .......................132
D. Monuments régimentaires .............................................................................137
1.3. L’hommage national et international à la résistance de Liège ..........................137
2. Les monuments publics à Liège .............................................................................140
2.1. Le « Monument de la Défense nationale » ou le projet de « Grosse Tour »......140
2.2. Le « Monument aux soldats et civils morts pour la Patrie » au cimetière de
Robermont.............................................................................................................146
2.3. Les monuments dans les quartiers de Liège.....................................................147
2.4. Les monuments au roi Albert Ier ......................................................................150
2.5. L’Esplanade Albert Ier et le Monument aux Liégeois morts pour la liberté ......153
3. Le Mémorial interallié de Cointe ...........................................................................155
3.1. Genèse............................................................................................................155
3.2. Monument civil ..............................................................................................157
3.3. Monument religieux........................................................................................157
3.4. Les monuments des pays alliés........................................................................158
3.3. Les Liégeois et le Mémorial interallié .............................................................164
4. Les plaques communales à fronton provincial........................................................167
5. Les monuments commémoratifs dans les cantons de l’Est......................................177
6. Les médailles commémoratives .............................................................................182
6.1. Généralités......................................................................................................182
6.2. Médailles commémorant la défense de Liège ..................................................185
6.3. Médailles de bienfaisance ...............................................................................188
6.4. Médailles distribuées aux anciens combattants................................................190
6.5. Médailles frappées à l’occasion de commémorations ......................................191
6.6. Médailles diverses ..........................................................................................192
6.7. Autres médailles réalisées par des artistes liégeois ..........................................192
7. Les monuments mobiliers ......................................................................................195
7.1. Adelin Salle, Christ au tombeau .....................................................................195
7.2. Adelin Salle ....................................................................................................196
7.3. Émile Guillaume.............................................................................................196
7.4. Georges Petit, Victoire ....................................................................................197
7.5. Georges Petit, La Marne et Verdun .................................................................198
7.6. Robert Massart, La Victoire - Minerve ............................................................198
7.7. Plaque du Cercle Les XXI – Le Souvenir liégeois...........................................199
Annexe au chapitre 7 .........................................................................................200
ANNEXES................................................................................................................202
1. Le corpus et le catalogue sur CD-Rom...................................................................203
1.1. Ouverture du fichier........................................................................................203
1.2. Structure du fichier .........................................................................................203
1.3. Navigation dans le fichier ...............................................................................204
1.4. Le catalogue ...................................................................................................205
2. Évolution des limites administratives des communes de la province de Liège ........206
2.1. Communes de la province en 1920..................................................................206
2.2. Les cantons de l’Est ........................................................................................211
2.3. Transferts de communes entre région wallonne et région flamande en 1962....212
2.4. La grande fusion des communes de 1977 ........................................................213
2.5. Hameaux et quartiers ......................................................................................218
Bibliographie.............................................................................................................219
1. Ouvrages et articles ...........................................................................................219
241
2. Catalogues d’exposition.....................................................................................227
3. Journaux, revues et bulletins ..............................................................................227
4. Dictionnaires et répertoires ................................................................................228
5. Sites en ligne .....................................................................................................229
Index des noms propres .............................................................................................231
242
Download PDF

advertising