FORMATION CONTINUE 2012 Catalogue

FORMATION CONTINUE 2012 Catalogue
Photos © Frantisek Zvardon / ENA
école Nationale d’Administration
2 avenue de l’Observatoire
F-75272 Paris Cedex 06
1 rue Sainte Marguerite
F-67080 Strasbourg Cedex
www.ena.fr
Catalogue
FORMATION CONTINUE 2012
école nationale d ’ administration
L’
École nationale d’administration forme les hauts fonctionnaires français et
étrangers afin de les préparer aux responsabilités qui les attendent aux niveaux
national, européen et international.
L’École propose des formations diversifiées, conçues pour offrir des réponses adaptées
à chaque étape de la carrière, en formation initiale, continue ou sur mesure.
Ces formations animées par des intervenants de haut niveau proposent enseignements
théoriques et pratiques, stages, études de cas, simulations et travaux de groupes et
font de l’ENA une école d’application dynamique, en phase avec les enjeux actuels du
management public.
12 thèmes
Tarifs :
TarifS dégressifS :
Demi-journée :
› Prix public : 450 €
› Prix administrations : 315 €
1 jour :
› Prix public : 760 €
› Prix administrations : 550 €
2 jours :
› Prix public : 1250 €
› Prix administrations : 950 €
TT Petits-déjeuners et Tea-Time :
› 50 € l’unité
Avantage « parcours »1 :
offre groupée pour une inscription simultanée2
à plusieurs formations, d’une même personne ou
d’un même organisme pour plusieurs personnes,
selon les modalités suivantes :
› 2 formations :
10 % de réduction
› 3 formations :
20 % de réduction
› 4 formations et + : 30 % de réduction
1
2
Hors petits-déjeuners et Tea-Time
A préciser dans le même bulletin d’inscription - valable pour une inscription unique.
Un forfait « Petits-déjeuners et Tea-Time »
vous est également proposé, avec un tarif dégressif
selon le nombre de sessions choisies, 1, 5 ou 10 :
› 50 € l’unité
› 200 € les 5
› 350 € les 10
Des partenaires de haut niveau
> La DGAFP : Direction Générale de l’Administration et de la Fonction Publique
> Le RESP : Réseau des Écoles de Service Public
> L’ENA fait partie du réseau PRES HESAM
> INET : Institut National des études Territoriales
> L’IHEDN : Institut des Hautes études de Défense Nationale
> Académie du Renseignement
> L’ESCP Europe : école Supérieure de Commerce de Paris
> Le CFPJ : Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes
> AGROPARITECH : L’Institut des sciences et industries du vivant et de l’environnement
En 2011 à l’ena
2 500
fonctionnaires français
et étrangers en
formation continue
28 000 1 000
journées / formation
intervenants
12 thématiques
pour répondre à vos besoins
Un objectif : vous donner un temps d’avance
L’ENA vous propose 12 thématiques, organisées autour de 2 axes, pour cibler
­efficacement les formations répondant à vos objectifs. Les thèmes sont choisis au
plus près de l’actualité et adaptés aux évolutions, en cours et à venir, de l’administration publique et de son environnement.
Sommaire général
4
5
6
7
8
édito
Équipe pédagogique et intervenants
Formats
Formules pédagogiques
Calendrier général
12
15
19
23
Développer son potentiel
26
31
36
40
45
50
54
63
Connaître son environnement
68
69
70
72
73
74
Leadership
Management
Négociation et communication
Stratégie et performance
Actualité juridique et Institutions françaises
Débats de société et politiques publiques
Économie mondiale, régulation financière et finances publiques
Enjeux internationaux
Gouvernance européenne
Évolution des fonctions publiques
Politiques européennes
Territoires
Offres sur mesure et coopération internationale
Développement personnel (coaching)
Carrières européennes
Formations diplômantes et publications
Bulletin d’inscription et modalités pratiques
Tarifs et partenaires
3
A
ujourd’hui plus que jamais, l’impact de l’Union européenne sur la conduite
des politiques publiques est déterminante. Les administrations ­nationales sont de plus en
plus directement concernées. C’est pourquoi
cette deuxième édition du catalogue de formation
continue est placée sous le signe de l’Europe.
À l’heure où s’engagent les négociations sur
les prochaines perspectives financières pour la
période 2014-2020, des choix importants doivent
être faits pour fixer les priorités ­politiques et les
grands équilibres financiers du budget européen.
De nombreuses interrogations sont soulevées
actuellement sur la gouvernance ­européenne.
L’articulation entre les niveaux européen et nationaux est questionnée, qu’il s’agisse de régulation financière, de gouvernance économique ou d’action extérieure.
La qualité des politiques publiques et leur correcte
application reposent de plus en plus fortement sur les administrations nationales et locales.
Ces évolutions impliquent que nos cadres
dirigeants soient pleinement conscients des enjeux à venir. Il est également important
qu’ils sachent évoluer, dans une administration
en mouvement, au sein d’un espace européen en profonde mutation.
Bernard BOUCAULT,
Directeur de l’ENA
4
FORMATION CONTINUE catalogue 2012
L’équipe pédagogique
Encadrement : Mme Nelly FESSEAU, Mme Audrey DELATER-GUELLEC, M. Didier MEYNIER
Contacts : Tél : 01 44 41 85 50 - Mél : sfa@ena.fr
Ingénierie pédagogique : Mme Elisabeth ANDREOLETTI-CHENG Institutions françaises et fonctions publiques,
Mme Cécile PARISY Management et communication, Mme Caroline de PREMONVILLE Territoires et actualité
juridique, M. Mehdi ALLAL Débats de société et politiques publiques, M. Jean-Marie LAURENT Économie et
finances publiques, M… Enjeux internationaux, Mme Anne-Laure BLANC, M. Paolo BAILO, M. Philippe ROMAN
Affaires Européennes
Assistantes : Mme Sylvie AJINÇA, Mme Marjorie BAUDE, Mme Eva GOUWY, Mme Zühal GURSEL,
Mme Aline PAUTRAT, Mme Sigrid ROMAN, Mme Dominique SCHAUB, Mme Aurélie TUNIZ
Pôle gestion : Mme Aïcha DJELLOULI, M. Moussa CHEKAL, M. Jean-Jacques Stoltz
Parmi les intervenants
Jean-Raphaël ALVENTOSA
André BARILARI
Christian BATAL
Gérard BEAUFILS
Maurice BESTOSO
Jean-René BRUNETIERE
Jean-Marc CANON
François DELION
Alain FAUVEAU
Edouard GEFFRAY
Francis IDRAC
Brigitte Jumel
Michèle KIRRY
Frédéric LACAVE
Béatrice LAURENT
Laurence LEMOUZY
Gérard MARCOU
Jacques MARSAUD
Bathylle MISSIKA
Frank MORDACQ
Marie-Christine OGHLY Bruno PALIER
Fleur PELLERIN
Sophie REYNAL
Armand RIBEROLLES
Jacky RICHARD
Alexandre SINE
Cécile SPORTIS
Renaud VAN RUYMBEKE
Christian VIGOUROUX
Conseiller maître, Directeur des relations internationales, Cour des comptes
Inspecteur général des finances honoraire
Président, Interface Études, Conseil et Formation
Journaliste, consultant formateur CFPJ
Chef de département du contrôle budgétaire, Ministère de la Culture et
de la communication
Ingénieur général des Ponts, des Eaux et des Forêts, Commissariat général
au Développement Durable
Secrétaire général, UGFF-CGT
Conseiller d’État
Directeur général des services de la Ville et de la Communauté
d’agglomération de Versailles
Maître des requêtes, Conseil d’État
Inspecteur général des finances, Ancien préfet de région,
Président du conseil de la CNSA
Secrétaire générale UFFA-CFDT
Directrice, Direction des Ressources humaines,
Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé
Coordonnateur ministériel à l’Intelligence économique
Directrice relations extérieures et communication MEDEF Ouest parisien,
Secrétaire général, Cercle d’Intelligence économique d’Entreprise
Rédactrice en chef de la Revue Pouvoirs locaux, Directrice de la Chaire de
la Gouvernance publique, Institut de la décentralisation
Professeur agrégé des facultés de droit, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Directeur général des services, Communauté d’agglomération de Plaine-Commune
Conseillère technique, OCDE
Contrôleur budgétaire et comptable ministériel, Ministère de la Défense,
Présidente du Medef Ile-de-France
Directeur de recherche au CNRS
Conseiller référendaire, Cour des comptes, Présidente du Club du 21e siècle
Dirigeante d’AlliaFrance, présidente d’HEC au féminin
Magistrat, Inspection générale des services judiciaires
Conseiller d’État Rapporteur général et président adjoint de la section
du rapport et des Études
Inspecteur général des finances
Conseillère des Affaires Étrangères honoraire
Directrice de la structure de conseil « CS Conseil »
Magistrat, Pôle financier du Tribunal de Paris
Conseiller d’État, Président adjoint de la section du contentieux,
Professeur associé à l’université de Versailles St Quentin en Yvelines
5
Des formats ajustés
à vos disponibilités
Les Petits-déjeuners
& les Tea-Time
Les Petits-déjeuners, échanges d’une heure
trente à la bibliothèque de l’ENA autour d’une
ou deux personnalités, spécialistes reconnus
des thèmes évoqués :
9 Petits-déjeuners (8h30 - 10h00)
› L’ Arc de crise
26 janvier
› Ralentissement économique
ou reprise ?
16 février
› Dépendance et cinquième risque
12 avril
› Retraites : une réforme inéluctable ? 24 mai
› Éthique et leadership
21 juin
› La négociation :
regards croisés public / privé
5 juillet
› Performance et innovation 27 septembre
› Réseaux sociaux et stratégies de
communication 4 octobre
› Manager autrement : les managers
philosophes ? 22 novembre
Les demi-journées
(14h00 – 18h00)
Moments de réflexion et d’apprentissage, boîte à idées, boîte à outils, une à deux conférences
suivies d’échanges pour traiter un sujet spécifique
en bénéficiant de l’expérience de praticiens reconnus
et expérimentés.
Les thèmes abordés couvrent tout le spectre de la gestion publique, de l’intelligence économique
au management, au leadership et à la communication dans la fonction publique. Ces formations vous fourniront un éclairage pratique
et des éléments pour la mise en place d’outils de gestion performants.
Nous proposons également des rendez-vous
en soirée, les Tea-Time :
TT 2 Tea-Time (18h30 - 20h00)
› Rénover les relations avec l’Afrique 9 février
› L’avenir de la jeunesse
18 octobre
Les formations de un, deux,
ou trois jours
Prendre le temps d’entrer au cœur d’une problématique clé du secteur public, c’est ce que proposent les formations de l’ENA sur un ou plusieurs jours. Des finances publiques
à la nouvelle gouvernance européenne en passant
par les débats de société, exposés, échanges
d’expérience et mises en situation vous permettront
de maîtriser tousles aspects stratégiques de la thématique abordée.
6
FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Des formules pédagogiques
spécifiques répondant
à vos attentes
Au regard des spécificités et des contraintes qui vous sont
propres, l’ENA vous propose des formules pédagogiques
personnalisées et adaptées selon vos attentes.
› Construisez votre propre parcours et
bénéficiez ainsi de l’avantage « parcours »1 :
offre groupée pour une inscription simultanée2 à
plusieurs formations, d’une même personne
ou d’un même organisme pour plusieurs
personnes, selon les modalités suivantes :
10% de réduction
- 2 formations :
- 3 formations :
20% de réduction
- 4 formations et + : 30% de réduction
› Un forfait « Petits-déjeuners et Tea-Time »
vous est également proposé, avec un tarif
dégressif selon le nombre de sessions choisies,
5 ou 10 :
- 50 € l’unité
- 200 € les 5
- 350 € les 10
1
> Vous êtes directeur d’administration
centrale ou directeur d’établissement
public, des formations spécifiques
vous sont dédiées.
Pour tout renseignement : cecile.parisy@ena.fr
> Vous êtes chef de service, sous directeur ou directeur de projet,
des sessions vous sont proposées par la DGAFP
sur l’ensemble des formations Leadership,
Management, Négociation et communication,
Stratégie et performance.
> Vous êtes jeune ancien élève de l’ENA,
5 sessions vous sont offertes dans notre programme de formation dans un délai de 5 années
à compter de votre première prise de fonction.
Hors Petits-déjeuners et Tea-Time.
À préciser dans le même bulletin d’inscription - valable pour
une inscription unique.
2
Pour toute information complémentaire :
01 44 41 85 50 ou sfa@ena.fr
7
Calendrier général
THèMES
Développer son potentiel
Leadership
Management
Négociation et
communication
Actualité
juridique et
institutions
françaises
Connaître son environnement
PAGES
Débats de
société et
politiques
publiques
Économie
mondiale,
régulation
financière
et finances
publiques
FORMATION CONTINUE catalogue 2012
TT Tea-Time
Demi-journée
FORMATIONS
13
Le leadership au féminin : état des lieux et stratégies
13
Optimiser la gestion de son temps : entre urgence et anticipation, comment décider ?
13
Ethique et leadership
14
L'efficacité personnelle du dirigeant – 2 sessions proposées
14
Rôle et responsabilité d’un dirigeant 16
Optimiser le travail avec ses consultants
16
17
Les enjeux du management transgénérationnel
Manager sous contrainte : regards croisés public / privé ; approche comparée France /
international
Motiver les équipes dans la fonction publique – 2 sessions proposées
17
Management et performance
17
Management transversal, gestion de projet
18
Déontologie et responsabilités managériales
18
La conduite du changement dans le cadre de la RGPP
18
Manager autrement : les managers philosophes ?
20
Optimiser la parole publique entre élus et citoyens
20
La gestion du dialogue social – 2 sessions proposées
16
Stratégie et
performance
8
Petit-déjeuner
20
Savoir négocier – 2 sessions proposées
21
Media-training
21
Stratégie de communication de crise – 2 sessions proposées
21
Stratégie et plan de communication externe – 2 sessions proposées
22
Lobbying et communication d’influence
22
La négociation : regards croisés public / privé
22
Réseaux sociaux et stratégies de communication
24
Bâtir son projet de service – 2 sessions proposées
24
Le pilotage stratégique : enjeux et outils
24
Performance et innovation
25
Évaluation des politiques publiques : outils et mesure
27
Le droit applicable au fait religieux
27
Travail gouvernemental et coordination interministérielle
27
La confection de la loi aujourd'hui en France
28
RGPP : premiers bilans
28
La question prioritaire de constitutionnalité
29
Justice et « procès équitable »
29
Administrations françaises et Union européenne
29
Les corps de contrôle de l'action administrative
30
Enjeux et perspectives des montages contractuels complexes
30
Les mutations contemporaines de l'organisation administrative française
32
Les politiques antidiscriminatoires
32
Les nouvelles pratiques de concertation : pour mieux décider ?
32
Nouveaux usages du numérique : quelle gouvernance et quels enjeux ?
33
Les enjeux de la politique culturelle
33
Dépendance et cinquième risque
34
La responsabilité sociale et environnementale (RSE) des entreprises
34
Retraites : une réforme inéluctable ?
34
L'avenir de la jeunesse
35
La personnalisation des services publics : comment faire du sur-mesure de masse ?
35
Les grandes évolutions de la santé
37
Ralentissement économique ou reprise ?
37
L'impact de la crise sur les finances publiques
37
L'évolution des contrôles : du contrôle budgétaire et comptable au contrôle interne
38
Le pilotage global et stratégique des finances publiques
38
La nouvelle gouvernance économique mondiale
38
Quelle réforme fiscale pour demain ?
39
L'intelligence économique
39
La crise économique mondiale : causes, mécanismes et enjeux
1 ou plusieurs jours
format TT
Jan.
Fév.
mars
Avr.
mai
juin
juil.
août
sep.
oct.
nov.
déc.
3
12
21
26
18
3
16
20
14 – 15
11
12
18
2–3
16
23 – 24
22
8
15
20
4–5
20 – 21
24
5–6
13 – 14
19 – 20
29 – 30
28 - 29
5
4
9
27
20
27
11 – 12
12
19
24 – 25
26
7
6
5
25
20 – 21
13
17
14 – 15
23
5
12
10
24
18
15
6
16
20
24
29
15
11
6
18 – 19
9
THèMES
Enjeux
internationaux
Gouvernance
européenne
PAGES
41
L’ Arc de crise
41
Rénover les relations avec l'Afrique
41
Les nouveaux visages de la communauté du renseignement
42
Les mutations dans le monde arabe
42
Le soft power : réseaux et influences
42
Pays émergents : puissances d'aujourd'hui et de demain
43
Les nouveaux acteurs des relations internationales
43
La politique internationale de l’environnement : sécurité énergétique et énergies renouvelables
43
La diplomatie économique
44
Pratique du protocole
44
Le post conflit : entre retour à la paix et reconstruction
46
Les acteurs de la nouvelle gouvernance européenne : entre illusion et réalité
46
L'élu, acteur d'Europe ?
46
Concertation et négociation au Parlement européen et au Conseil de l'Union européenne
47
Comment participer à la décision publique européenne : les fondamentaux
47
Comment participer à la décision publique européenne : études de cas
47
Les institutions et le budget de l’Union européenne
48
Exécution et transposition des directives européennes
48
The European Union in situ : immersion in the EU institutions in Brussels (Study tour in Brussels)
49
51
Application des politiques de l'Union européenne et contentieux
Le fonctionnement institutionnel de l’Union européenne in situ : visite des institutions
européennes à Bruxelles
Égalité Homme / Femme dans la haute fonction publique ?
51
La gestion des ressources humaines dans l'espace administratif européen
51
L'avenir des trois fonctions publiques
52
La gestion des carrières et des compétences dans la fonction publique
52
Mobilité et parcours professionnels : une prise en compte innovante
52
Quelle formation pour les agents publics ?
Connaître son environnement
49
Évolution
des fonctions
publiques
53
La responsabilité pénale et la protection des agents publics
56
Le montage et la gestion de projets européens pour le développement rural et régional
56
Ce qu’il faut savoir de la PAC
56
57
Le devenir de la politique européenne de cohésion de l’union européenne
Du G20 de Washington au G20 de Cannes « Quelles avancées en matière de régulation
financière depuis la crise ? »
Les prochaines perspectives financières de l'Union européenne
58
Quelles constructions de l'espace européen de liberté, de sécurité et de justice
58
Le financement et la gestion des services publics locaux en Europe
57
Politiques
européennes
58
Les enjeux de la politique d'immigration de l'Union européenne
59
59
Le contentieux du droit européen de l'environnement : études de cas
L'impact de la crise financière et des dettes souveraines sur le financement à long terme du
développement local en Europe
L'agriculture européenne et l'OMC
60
L'Union européenne au service des entreprises
60
Les financements européens en faveur de la biodiversité et des espaces naturels
59
60
Europe 2020 : quelle stratégie d'innovation en Europe ?
61
Quelle politique étrangère pour l'Europe ? Focus sur le Service européen pour l'action extérieure
Les nouveaux acteurs de l'UE en matière de régulation des services financiers : les
fondamentaux
Le financement et la conduite de projets européens
61
61
62
62
L'action extérieure de l'Union européenne
Les acteurs du processus décisionnel de l’UE en matière de régulation des services financiers et la participation à la décision publique européenne
Les nouvelles formes de coopération internationale : coopération décentralisée et transfrontalière
64
Territoires : le point sur les réformes
64
Le Grand Paris
64
La ville à l'horizon 2050 : vers une ville durable ?
65
L'action internationale des collectivités territoriales
65
Politique de la ville et égalité des chances
62
Territoires
10
FORMATION CONTINUE catalogue 2012
FORMATIONS
65
État/collectivités territoriales : enjeux de la dette
66
Les conventions de mutualisation de services : mode d’emploi
66
L'aménagement durable des territoires
format TT
2,5 j
Jan.
Fév.
mars
Avr.
mai
juin
juil.
août
sep.
oct.
nov.
déc.
26
9
7
27
10
24
18
11
23
15 – 16
12 – 13
6
31
8–9
17
9
13 – 14
14 – 15
21 – 23
4–5
20 – 23
8
28 – 29
2
16
13
27
4
13 – 16
28 – 29
30
3
4
5
12 – 13
27
3–4
3
5 – 16
30 – 31
5–8
15
22
9
18 – 19
13 – 14
23
6–7
14
16
22
10
11
18 – 19
27
4
11
ENA Paris
Développer son potentiel
Leadership
L1
Le leadership au féminin : état des lieux et stratégies
3 avril
Page 13
Optimiser la gestion de son temps : entre urgence
et anticipation, comment décider ? 12 juin Page 13
L3
Ethique et leadership
21 juin Page 13
26 juin ou 18 octobre
Page 14
3 juillet Page 14
L2
L4
12
L’efficacité personnelle du dirigeant
(2 sessions proposées)
L5
Rôle et responsabilité d’un dirigeant FORMATION CONTINUE catalogue 2012
La faible représentativité des femmes
dans les organes de décision témoigne encore des efforts à fournir
pour atteindre l’égalité hommes /
femmes. Pourtant, si les instances
s’inscrivent peu à peu dans une politique de réduction des inégalités, il
est indéniable que seules quelques
femmes arrivent aujourd’hui à imposer
leur leadership. Il appartient alors aux
femmes de développer leurs talents de
leader afin de participer effectivement
et efficacement aux décisions pour
que leur légitimité en tant que femme
leader s’impose dans le domaine professionnel et dans la fonction publique
en particulier.
OBJECTIFS
› Savoir identifier et développer les
­caractéristiques d’une femme leader.
› Mobiliser des outils et des stratégies
pour accroître son influence et son
pouvoir.
› Identifier les actions à entreprendre
pour renforcer et encourager le leadership féminin (secteurs privé et
public).
L1
LEADERSHIP
1 jour
Date : 3 avril 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12 Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Développer son potentiel
1 j Le leadership au féminin : état des lieux et stratégies
1 j Optimiser la gestion de son temps : entre urgence
et anticipation, comment décider ?
1 jour
Date : 12 juin 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Les managers d’aujourd’hui sont de
plus en plus soumis à une contrainte
temporelle forte. Leur tâche est de
plus en plus complexe, à l’heure où
l’information est pléthorique, et où
la prise en compte des risques et du
temps ne peuvent plus être linéaires.
Temps court et temps long se chevauchent en fonction des attentes des
citoyens, de la conjoncture et des impératifs des crises.
Comment dès lors mieux gérer la
question du temps, entre urgence et
anticipation, et prendre la décision la
plus sage au bon moment ?
La formation se propose d’apporter
des éléments sur les différentes visions du temps et en deuxième lieu
de donner des méthodes et outils
concrets pour mieux gérer son temps
en tant que cadres dirigeants.
Entre la gestion des imprévus, la distinction entre important et urgent, les
interruptions, la gestion de l’information, le manager pourra trouver des
solutions à adapter à son contexte
professionnel pour lui et ses équipes.
OBJECTIFS
› Analyser les temps politique, médiatique, diplomatique, du management
et en dégager les implications sur le
fonctionnement des organisations.
› Comprendre l’influence des facteurs
temporels dans la prise de décision.
› Appréhender les méthodes de planification, d’anticipation pour mieux
gérer ses priorités et gagner en efficacité et diminuer son stress.
L2
Ethique et leadership
Petit-déjeuner Date : 21 juin 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12
Tarif : 50 €
Éthique et gouvernance sont au cœur
des sujets d’actualité tant dans le domaine politique, que dans la gestion
des organisations publiques ou privées.
Dans un contexte d’affaires publiques,
de crise financière, le rétablissement
de la confiance entre citoyens et politiques, entre usagers de la fonction
publique et responsables publics nécessite aujourd’hui un regard plus affiné sur une pratique de la déontologie
professionnelle à tous les niveaux.
Ainsi, instaurer une pratique éthique
dans le milieu professionnel est aujourd’hui plus que nécessaire pour éviter les dérives et rester légitime dans
son rôle de leader.
Si la performance est requise et la
notion de « compétitivité » de plus en
plus prégnante même dans le secteur
public, cela ne doit pas se faire sans
déontologie, comme une balise pour
cadrer les décisions. Une réflexion
doit également être engagée sur les
conflits d’intérêts et le texte législatif
qui les définit.
Au delà des rappels des fondements
de la définition de l’éthique au sein des
organisations publiques, les échanges
traiteront du rôle du dirigeant comme
porteur de valeurs clefs pour guider
ses équipes.
L3
13
LEADERSHIP
Développer son potentiel
L’efficacité personnelle du dirigeant
Demi-journée
Dates (2 sessions proposées) :
26 juin 2012 ou 18 octobre 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Les managers d’aujourd’hui ont multiplié leur champ d’action. Ils doivent
maîtriser plusieurs domaines : gestion
des ressources humaines, communication, finance et gestion de projet
complexe.
L’efficacité personnelle du dirigeant
réside dans sa capacité à rassembler
une équipe et la conduire vers la réalisation d’un projet, à gérer une organisation mais aussi son organisation
propre. Savoir s’organiser malgré la
complexité des tâches est un réel
signe d’efficacité pour se laisser le
temps de la réflexion sur les processus, leur mise en œuvre et l’analyse de
leurs résultats.
La formation visera à sensibiliser les
cadres dirigeants sur la notion de la
définition des priorités à fixer dans les
objectifs à atteindre, la prise de décision rapide et efficace, l’importance de
la proactivité et l’anticipation dans des
contextes incertains et difficiles.
OBJECTIFS
› Connaître et corriger son propre style
de management et son organisation.
› Déployer ses relations interpersonnelles et professionnelles pour agir.
› Découvrir des méthodes, outils et
stratégies d’influence au service de sa
propre efficacité.
L4
1 j Rôle et responsabilité d’un dirigeant
1 jour Date : 3 juillet 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Diriger une entité, c’est apporter du
sens et de la cohérence à l’action collective. Le dirigeant doit être capable
de gérer les activités, l’information,
les priorités et de savoir déléguer. Ses
responsabilités le conduisent à être
un gestionnaire des compétences, des
risques et des résistances.
14 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Le dirigeant se doit à la fois d’élaborer une stratégie pour son entité
mais aussi de créer les conditions de
sa mise en œuvre, en particulier d’un
point de vue managérial.
Les fonctions de direction, en particulier dans des environnements incertains ou en évolution, deviennent
de plus en plus exigeantes dans trois
domaines :
- la coordination d’activités complexes,
- la création des conditions d’une
coopération maximale des acteurs
entre eux,
- le maintien d’un climat d’adhésion et
de confiance vis-à-vis des choix de
l’organisation, condition essentielle
à la mobilisation durable des énergies et des compétences.
OBJECTIFS
› Prendre conscience de son rôle
de leader et de responsable de la
stratégie.
› Donner du sens à l’action.
› Assumer ses choix dans le respect de
la déontologie.
L5
ENA Paris
Développer son potentiel
Management
M1
Optimiser le travail avec ses consultants
16 mars
page 16
M2 Les enjeux du management transgénérationnel
20 mars page 16
14 et 15 juin page 16
11 septembre ou 12 décembre
page 17
M5 Management et performance
18 septembre page 17
M6 Management transversal, gestion de projet 2 et 3 octobre page 17
16 octobre page 18
23 et 24 octobre page 18
22 novembre page 18
M3 Manager sous contrainte : regards croisés public / privé ;
approche comparée France / international
M4 Motiver les équipes dans la fonction publique
(2 sessions proposées) M7 Déontologie et responsabilités managériales M8 La conduite du changement dans le cadre de la RGPP
M9 Manager autrement : les managers philosophes ? 15
Management
Développer son potentiel
1 j Optimiser le travail avec ses consultants
1 jour
Date : 16 mars 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Le recours aux cabinets de conseil
au sein de l’administration s’est fortement développé au cours de ces dix
dernières années et s’est systématisé
avec la RGPP.
Toutefois, le bénéfice qu’en retire
l’administration et les managers
n’est pas toujours au rendez-vous et
le souffle des actions préconisées a
parfois tendance à retomber une fois
les équipes de consultants parties.
Cette situation pourrait être améliorée au regard des moyens dédiés à
ces missions de conseil, à l’implication des équipes et aux réelles plusvalues qu’apporte une mission de
conseil bien programmée et correctement suivie.
Au travers d’un regard croisé publicprivé, l’objectif de cette formation
est d’identifier les facteurs-clés de
succès (avant, pendant et après l’intervention), ainsi que les méthodes
permettant à l’administration de tirer
le maximum de bénéfices du recours
aux cabinets de conseil.
OBJECTIFS
› Comprendre la dynamique d’une mission de conseil du point de vue du
client.
› Clarifier sa demande de conseil et
évaluer les enjeux.
› Travailler avec les consultants pendant la mission.
› Optimiser les résultats de la mission
des consultants.
M1
1 j Les enjeux du management transgenerationnel
1 jour
Date : 20 mars 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Trois générations se croisent au sein
des organisations publiques : celle
dite du « baby boom » qui a commencé à partir à la retraite, celle qui lui
succède, dite génération X, et enfin la
génération Y née à l’aire du numérique,
de l’instantanéité de l’information et
des réseaux sociaux. Ces trois généra-
tions n’ont pas toujours le même rapport au travail, qu’il s’agisse du sens,
des conditions de travail, du rythme,
de l’organisation, du management et
des nouveaux outils, ou de l’articulation
entre vie professionnelle et vie personnelle. A ce défi d’intégration, s’ajoute
la question de la transmission entre
les agents partants, dépositaires d’une
mémoire et d’un savoir-faire, et ceux
issus des nouvelles générations. C’est
à ce double défi que tente de répondre
un management transgénérationnel.
La formation dresse un panorama sociologique et démographique des dif-
férentes générations. Elle permet de
décoder le rapport au travail et les besoins de ces générations pour réussir à
trouver des moyens pour intégrer dans
un même collectif de travail les personnes qui ont à collaborer ensemble.
OBJECTIFS
› Savoir développer un mode de management transgénérationnel.
› Apprendre à valoriser les compétences propres à chacune des générations.
› Favoriser le travail en commun.
M2
2 j Manager sous contrainte : regards croisés public /
privé ; approche comparée France / international
2 jours
Dates : 14 et 15 juin 2012 Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
L’exigence d’un management performant conduit les responsables des
organisations publiques et privées à
tenter d’optimiser en permanence le
rapport ressources/contraintes qui
s’impose à eux. La notion même de
« contrainte managériale » a connu
ces dernières années des évolutions
notables, liées à la mondialisation des
processus autant qu’à leur virtualisa-
tion croissante, sources de dysfonctionnements d’un type nouveau.
Dans le contexte actuel, le manager se
doit d’affronter les contraintes liées à
sa mission (qu’elles soient environnementales, temporelles, informationnelles ou relationnelles) de façon stratégique et structurée.
Le management « sous contrainte »
implique de définir précisément la
nature de ces dernières, la façon dont
elles sont perçues par les différents
acteurs en fonction de leur propre
contexte (en particulier culturel), ainsi
que les principales stratégies d’ajustement à mettre en œuvre dans le management quotidien des unités de travail.
OBJECTIFS
› Comprendre les nouveaux champs de
contraintes des managers publics et
privés.
› Appréhender les stratégies d’ajustement de la contrainte : résistance,
adaptation, innovation.
› Permettre aux équipes de mettre en
œuvre des attitudes et comportements à la fois lucides, volontaires et
créatifs face aux contraintes.
› Intégrer la dimension culturelle en
analysant le contexte de contrainte
managériale dans d’autres environnements nationaux.
M3
16 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Face au défi de la performance au regard du développement des risques
psychosociaux, le manager du secteur public doit réussir à impliquer
ses équipes en leur donnant du sens
et de la responsabilité.
Comment les cadres-dirigeants peu-
vent-ils développer le dynamisme et
la compétence collective d’une équipe
ou d’un service ? Comment faire
preuve de reconnaissance afin de générer l’envie des agents de poursuivre
le travail dans des conditions parfois
difficiles, d’accepter un changement
ou de relever de nouveaux défis ?
L’approche proposée vise à comprendre les motivations de ses collaborateurs pour trouver les leviers
correspondants mais également de
lutter contre les démotivations. Au
travers de concepts simples autour
de la notion de confiance, de feedback, de coopération, de méthodes de
communication et d’outils propres au
management telle la délégation ou le
développement des compétences, la
formation permettra aux managers
de mieux cerner leur influence sur la
motivation de leurs équipes.
OBJECTIFS
› Décoder les profils de motivation des
collaborateurs.
› Développer une posture de management qui favorise la motivation.
› Savoir accompagner et animer ses
équipes.
Management
Demi-journée
Dates (2 sessions proposées) :
11 septembre 2012 ou
12 décembre 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Développer son potentiel
Motiver les équipes dans la fonction publique
M4
Management et performace
Demi-journée
Date : 18 septembre 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12 Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
L’évolution de l’administration publique
vers la culture de résultat est devenue
un enjeu majeur pour le management
public.
Une politique de management opérationnel par la performance peut être
un puissant levier de motivation et de
responsabilisation, si elle est accompa-
gnée individuellement et véritablement
animée.
Le pilotage de la performance globale a conduit le manager à revisiter
nombre de concepts clefs (pertinence
de la détermination des objectifs, budget, coûts, etc.) ainsi qu’à concevoir et
faire vivre de nouveaux outils tels les
tableaux de bord prospectifs.
Manager c’est transformer le travail en
performance. L’approche proposée vise
à permettre de mieux cerner le rôle du
manager auprès de ses équipes afin de
les amener vers les objectifs fixés et à
les rendre performantes. Les respon-
sabilités en termes d’organisation des
activités, de la circulation de l’information, de la fixation des priorités, sont du
ressort du manager qui conduit vers
l’efficacité.
OBJECTIFS
› Appréhender et définir les différentes
dimensions de la performance et ses
critères.
› Cerner la dimension du manager fédérateur.
› Mieux comprendre les enjeux humains sous-jacents à la notion de
performance.
M5
2 j Management transversal, gestion de projet
2 jours Dates : 2 et 3 octobre 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
La gestion de projet ou la conduite de
projet est une démarche visant à structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d’un projet.
Gérer et animer un projet, être chef
de projet c’est d’abord savoir en fixer
l’objectif mais aussi mettre en œuvre
les compétences et outils d’analyse, de
planification, gérer un budget, maîtriser des risques, animer et motiver une
équipe-projet, tout en conciliant les
­intérêts des parties prenantes.
Au final, la gestion de projet permet,
à partir d’objectifs clairement définis,
d’aboutir à un résultat conforme à des
normes de qualité, au moindre coût et
dans le meilleur délai possible.
Cette session, à vocation pratique,
vous formera à la méthodologie de
conduite de projet en vous proposant
les ­techniques et outils qui s’intègrent
au processus.
OBJECTIFS
› Cerner les différentes étapes de la
mise en œuvre du projet.
› S’approprier les outils d’animation et
de pilotage du projet.
› Connaître les spécificités du management transversal, non hiérarchique.
› Prendre en compte la gestion des
risques, évaluation et analyse stratégique.
M6
17
Management
Développer son potentiel
1 j Déontologie et responsabilités managériales
1 jour
Date : 16 octobre 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
La déontologie est un concept fédérateur de la fonction publique, autour
duquel se construit une communauté
d’appartenance, d’intérêts et d’objectifs. Cette dimension est de plus
en plus présente dans les décisions
prises par les managers.
Si la déontologie correspond aux devoirs minimum exigibles par les professionnels dans l’accomplissement
de leur activité, cette notion demeure
encore abstraite dans l’esprit de la
plupart des agents.
Les règles déontologiques ont pourtant le plus souvent un fondement
juridique. Elles reposent sur le statut
général des fonctionnaires et sont,
par-là même, opposables à tout agent
public. Leur violation est susceptible
d’être sanctionnée, dans le cadre
d’une procédure disciplinaire, à l’appui
d’un contentieux administratif, voire
d’une sanction pénale. Au quotidien,
cette dimension est - et doit être - présente dans les décisions prises par les
managers et dans la manière dont ils
encadrent leurs collaborateurs.
OBJECTIFS
› Comprendre les concepts : déontologie, éthique, morale, responsabilité.
› Identifier les méthodes et les approches d’une démarche éthique.
› Prendre en compte la déontologie
dans le mode de management.
M7
2 j La conduite du changement dans le cadre de la rgpp
2 jours
Dates : 23 et 24 octobre 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12 Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
La RGPP (révision générale des politiques publiques) a entraîné une réforme de grande ampleur des administrations centrales et déconcentrées et
les a orientées vers une réponse plus
efficace de la satisfaction des besoins
des usagers et une gestion optimisée
des services. Cette réforme a impliqué
et continue d’impliquer de nombreux
bouleversements sur les plans matériels, humains, stratégiques et opérationnels. Ainsi, la capacité et l’adaptation au changement s’imposent comme
des facteurs décisifs.
Cette formation propose de présenter
la démarche générale de conduite et
de gestion du changement à travers
le rôle du manager et la mobilisation
des équipes. La communication faite
sur le changement et l’anticipation des
risques seront également présentés
comme outils majeurs pour le succès
de la démarche.
OBJECTIFS
› Comprendre les enjeux du changement et les conséquences sur le management dans le cadre de la RGPP.
› Appréhender les outils et méthodes
d’accompagnement du changement.
› Construire sa feuille de route de manager.
› Adapter ses stratégies de communication dans le cadre de la conduite du
changement.
M8
Manager autrement : les managers philosophes ?
Petit-déjeuner Date : 2 février 2012 Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12
Tarif : 50 €
Le monde dans lequel nous évoluons
est déterminé par la valeur travail,
les concepts de performance et de
concurrence. Loin d’être stable, l’environnement et notamment notre environnement professionnel est de plus
en plus soumis aux aléas.
La philosophie pose des questions ; le
management implique de prendre des
décisions.
Le rôle du manager aujourd’hui, dans
un monde de plus en plus complexe
est de comprendre l’environnement
où évolue son organisation. La philosophie est par excellence la voie du
questionnement. La rencontre entre le
philosophe et le manager peut s’opérer et aboutir à des nouveaux modes
de management pour une organisation
plus épanouissante.
L’approche proposée permet de
prendre du recul, de démultiplier les
points de vue pour ouvrir le champ des
possibles et prendre de la hauteur.
En outre, l’objectif de l’approche philosophique au sein d’une organisation
n’est pas d’apporter plus de rentabilité mais de l’humain, à qui redonner
du sens, des valeurs et de la responsabilité, comme un levier de motivation.
OBJECTIF
› Comprendre comment la philosophie
peut aujourd’hui aider le cadre dirigeant à manager autrement.
M9
18 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
ENA Paris
Développer son potentiel
Négociation et
communication
N1
Optimiser la parole publique entre élus et citoyens N2
La gestion du dialogue social (2 sessions proposées)
N3
Savoir négocier (2 sessions proposées)
8 mars
Page 20
15 mars ou 20 sept
Page 20
4 et 5 avril ou 20 et 21 novembre
Page 20
24 mai Page 21
5 et 6 juin ou 13 et 14 novembre Page 21
19 et 20 juin ou 29 et 30 novembre Page 21
28 et 29 juin Page 22
5 juillet Page 22
4 octobre Page 22
N4 Media-training
N5 Stratégie de communication de crise
(2 sessions proposées)
N6 Stratégie et plan de communication externe
(2 sessions proposées)
N7
Lobbying et communication d’influence N8 La négociation : regards croisés public / privé
N9 Réseaux sociaux et stratégies de communication 19
Négociation et communication
Développer son potentiel
1 j Optimiser la parole publique entre élus et citoyens
1 jour
Date : 8 mars 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
La formation vise à permettre aux
cadres dirigeants de développer une
communication élus/citoyens multicanale plus efficace et créer un lien de
proximité durable avec les habitants.
L’intérêt de la formation est d’apprendre à rendre davantage crédible la
parole publique avec le citoyen comme
baromètre, de faire adhérer au projet
et développer le sentiment, d’appartenance territoriale.
La journée s’attachera à mieux faire
comprendre les enjeux de la communication publique comme levier d’action et à apprendre à rendre la parole
publique davantage visible, cohérente
et proche pour enfin mesurer son im-
pact pour l’adapter en permanence.
OBJECTIFS
› Concevoir une stratégie de communication au sein d’une collectivité territoriale.
› Intégrer l’ensemble des parties prenantes au déploiement de cette communication.
› Créer des lien entre élus et citoyens.
N1
La gestion du dialogue social
1 demi-journée
Dates (2 sessions proposées) :
15 mars ou 20 septembre 2012
Contact :
audrey.delater-guellec@ena.fr
01 44 41 85 68
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Le dialogue social, selon l’Organisation
Internationale du Travail, inclut toutes
formes de négociation, de consultation
ou simplement d’échange d’informations entre représentants des gouvernements, des employeurs et des
travailleurs sur des questions d’intérêt commun liées à la politique économique et sociale. La concertation peut
prendre différentes formes (tripartite,
bipartite), avoir lieu au plan national ou
régional, ou au niveau de l’entreprise,
et être interprofessionnelle, sectorielle
ou combiner les deux.
L’objectif principal du dialogue social est de favoriser le consensus et
la participation démocratique au sein
des principales parties prenantes impliquées dans le monde du travail.
Force est de constater que cet objectif est bien souvent, à l’occasion de la
conduite de grandes réformes notamment, un échec en France.... Comment
l’expliquer? Quels sont les freins au
dialogue social en France? Peut-on le
réinventer autrement?
OBJECTIFS
› État des lieux du dialogue social en
France : principaux acteurs et rapports de force.
› Clés d’un dialogue social réussi,
bonnes pratiques dans le public et le
privé.
› Pistes de renouvellement du dialogue
social.
N2
2 j Savoir négocier
2 jours
Dates (2 sessions proposées) :
4 et 5 avril ou
20 et 21 novembre 2012
Contact :
audrey.delater-guellec@ena.fr
01 44 41 85 68
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
La négociation constitue un axe stratégique de la compétence managériale.
La réussite d’une action, d’un accord
ou d’un projet dépend souvent d’interactions qui intègrent des processus
de négociation décisifs. Négocier avec
efficacité constitue ainsi un atout ma-
jeur pour réussir face à un client, un
fournisseur, un partenaire ou un collaborateur et s’impose de fait comme
un axe stratégique de la compétence
managériale. En cela la négociation
est toujours un moment délicat pour
les parties prenantes. Cette situation
de communication complexe mêle et
requiert savoir, savoir-faire et savoirêtre incluant notamment : contrôle de
soi, disponibilité, écoute, capacités argumentaires, stratégies, sens tactique
et créativité. Quelles sont aujourd’hui
les clés d’une négociation réussie ?
Cette formation vous propose, à travers
des apports théoriques, des exercices
de simulation et des témoignages de
négociateurs confirmés, de gagner en
expérience sur les techniques de négociation qui vous conduiront à obtenir
les meilleurs accords possibles et à
construire des relations durables avec
vos partenaires.
OBJECTIFS
› S’approprier les techniques et comprendre le processus de négociation
(de la préparation à la conclusion de
l’accord).
› Etre en mesure d’adopter un style de
négociation performant.
› Maîtriser les processus de confrontation et la gestion des conflits.
N3
20 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Participer à une émission télévisée
ou être interviewé face à des caméras nécessite une solide préparation.
Contenu et forme vont de pair. Face au
public, l’intervenant, peut mettre en
jeu la crédibilité et la qualité de l’institution qu’il représente. Le fait d’être
en situation inhabituelle peut remettre
en question la sécurité du comportement. Cette formation permet d’acquérir la maîtrise des situations « surexposées ».
L’approche de la journée vise à mieux
connaître les règles et anticiper les
pièges des interviews et à donner du
poids à son discours.
OBJECTIFS
› Prendre conscience de son image
­télévisuelle.
› Connaître l’effet de sa parole sur un
auditoire.
› Gérer et mobiliser le stress lié à la
­situation.
› Argumenter en fonction de la cible recherchée.
› Acquérir des techniques d’expression.
N4
2 j Stratégie de communication de crise
2 jours Dates (2 sessions proposées) :
5 et 6 juin 2012 ou
13 et 14 novembre 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
Risques et aléas font désormais partie
des données fondamentales de la gestion institutionnelle. De plus en plus
médiatisées, les crises, qu’elles soient
sociales ou environnementales, expo-
sent d’autant plus les institutions et les
entreprises et mettent en danger leurs
capacités d’action et leur fonctionnement interne.
A travers une présentation de scénarios de crise, de mise en situation personnalisées, la formation permettra de
renforcer les dispositifs de chacun et
de s’armer de techniques de communication pour affronter des situations
difficiles.
Les deux journées proposent un moment de réflexion et d’apprentissage
sur la communication en temps de
crises, ses enjeux, et les méthodes
pour minimiser leurs conséquences en
terme d’image.
Négociation et communication
1 jour
Date : 24 mai 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Développer son potentiel
1 j Media-training
OBJECTIFS
› Connaître les méthodes et concepts
de la communication de crise.
› Acquérir une capacité à développer
une stratégie de communication en
temps de crise.
› Apprendre à faire face à l’opinion et
aux médias.
N5
2 j Stratégie et plan de communication externe
2 jours
Dates (2 sessions proposées) :
19 et 20 juin 2012 ou
29 et 30 novembre 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
Outils de construction de la notoriété
de l’entreprise ou de l’administration,
la stratégie et le plan de communication donnent sens et cohérence à la
multiplicité des actions de communication : relations publiques, relations
médias, publications externes et internes, site Internet… mais également
aux relations mises en place entre la
multitude d’acteurs concernés et notamment les parties prenantes.
Réussir sa communication dépend de
la manière dont sont définis sa stratégie et son plan de communication,
l’approche de ses cibles et la sélection
des informations transmises.
La formation propose d’analyser les
stratégies et les plans de communication réussis au sein d’organisation publique et privé pour mieux cerner les
bonnes pratiques de mise en œuvre.
OBJECTIFS
› Élaborer une stratégie de communication globale.
› Encadrer le pilotage de la communication de son organisation.
› Intégrer ses parties prenantes dans
sa stratégie de communication.
N6
21
Négociation et communication
Développer son potentiel
2 j Lobbying et communication d’influence
2 jours
Dates : 28 et 29 juin 2012
Contact :
cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
Dans un monde où l’information, le
réseau de relations personnelles et
professionnels, les médias sont source
de pouvoir, les managers d’aujourd’hui
ont de plus en plus à prendre en compte
la dimension de la communication au
cœur de leur leadership.
Nouer des alliances, déterminer des
cibles et des argumentaires sont des
stratégies.
La formation vise de ce fait à permettre
aux cadres dirigeants de maîtriser la
dimension politique de leur communication pour mieux convaincre.
A partir d’exemples vidéos et de mises
en situation, la formation visera à mieux
mesurer les enjeux d’une communication d’influence, à la mettre en place et
à la développer.
OBJECTIFS
› Cadrer et recadrer les échanges.
› déjouer les manipulations et revenir
sur son terrain.
› Développer un sens de la répartie
adapté et efficace.
› Placer ses arguments.
N7
La négociation : regards croisés public / privé
Petit-déjeuner
Date : 5 juillet 2012
Contact :
audrey.delater-guellec@ena.fr
01 44 41 85 68
Tarif : 50 €
La réussite d’une action, d’un accord
ou d’un projet dépend souvent d’interactions qui intègrent des processus
de négociation décisifs. Négocier avec
efficacité constitue ainsi un atout ma-
jeur pour réussir face à un client, un
fournisseur, un partenaire ou un colla­
borateur et s’impose de fait comme
un axe stratégique de la compétence
managériale. En cela la négociation est
essentielle pour les parties prenantes.
Quelles sont aujourd’hui les clés d’une
négociation réussie ? Négocie-t-on de
la même façon si l’on est un acteur
public ou privé ? Et comment négociet-on entre acteurs privés et publics ?
Cet échange vous permettra de mieux
appréhender les différentes techni­
ques de négociation au travers de
témoignages d’acteurs-clés du secteur
public et privé.
OBJECTIFS
› Enjeux, contraintes et atouts de la négociation dans les deux secteurs.
› Illustration des techniques de négociation.
N8
Réseaux sociaux et stratégie de communication
Petit-déjeuner Date : 4 octobre 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12
Tarif : 50 €
L’époque du web où il suffisait d’avoir
son site institutionnel est révolue.
Désormais pour se faire connaître il
faut occuper la toile, aller au-devant
des internautes, là où ils se trouvent
et là où ils vont. Médias sociaux, sites
de partage de contenus, social shopping, géo-localisation, émergence des
services mobiles… Autant de phénomènes, d’usages et d’outils innovants
qui imposent une nouvelle stratégie
de communication pour manager sa
visibilité sur le web (« corporate branding » ou « personal branding »).
OBJECTIFS
› Intégrer les réseaux sociaux dans sa
stratégie de présence sur la toile et
prendre conscience des enjeux.
› Acquérir des méthodes et techniques
pour développer l’image de marque
de son organisation et sa marque personnelle en ligne.
› Identifier les réseaux sociaux influents et les actions spécifiques à
mener (Facebook, Twitter, Dailymotion, Flickr...).
› Se bâtir un plan d’action personnel au
regard de son contexte professionnel.
N9
22 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
ENA Paris
Développer son potentiel
stratégie
et performance
S1
Bâtir son projet de service
(2 sessions proposées)
S2
9 juillet ou 27 septembre Page 24
Le pilotage stratégique : enjeux et outils 20 septembre Page 24
S3
Performance et innovation 27 septembre
Page 24
S4
Évaluation des politiques publiques : outils et mesure
11 et 12 décembre
Page 25
23
Stratégie et performance
Développer son potentiel
1 j Bâtir son projet de service
1 jour
Dates (2 sessions proposées) :
9 juillet ou 27 septembre 2012
Contact : cecile.parisy@ena.fr
01 44 41 85 12 Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Dans le contexte actuel évolutif, au
cœur des réformes de la fonction publique, les agents ont besoin de stabilité pour se mobiliser, donner du sens
à leurs actions, rester motivés et bien
cerner les finalités de leur mission.
Tous les managers, quel que soit
leur positionnement, participent à
la réalisation de la stratégie et de la
performance d’une entité. Dès lors,
il est indispensable qu’une déclinaison opérationnelle de la stratégie soit
assurée à tous les échelons de l’administration, de la direction générale
au bureau. L’outil le plus efficace pour
assurer cette déclinaison est le projet
de service, qui permet – qui plus est –
de créer une dynamique au sein d’une
équipe.
Outil de pilotage stratégique, le projet
de service fixe une ligne, un plan d’action, un cadre fédérateur. Il permet de
poser les bases de façon collective de
la finalité du service, de ses enjeux et
ambitions pour l’avenir et de la marge
de progrès à atteindre.
La formation s’attachera à définir ce
qu’est un projet de service, à montrer
les étapes pour le construire et le faire
vivre au quotidien comme un levier de
management opérationnel au service
d’une stratégie globale.
OBJECTIFS
› Savoir analyser le mode d’organisation et de management d’un service
pour en comprendre les enjeux stratégiques.
› Acquérir les méthodes et outils pour
fixer, mettre en œuvre et évaluer des
orientations stratégiques cohérentes.
› Mobiliser les agents autour d’un plan
d’actions opérationnel.
S1
1 j Le pilotage stratégique : enjeux et outils
1 jour
Date : 20 septembre 2012
Contact : mehdi.allal@ena.fr
01 44 41 85 16
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Tout cadre dirigeant, dont la responsabilité s’engage sur la définition d’objectifs stratégiques, doit avoir comme
base de travail des outils et des méthodes d’anticipation et de valorisation
des projets.
Il lui incombe pour ce faire de constituer un ou des outils de pilotage stratégiques permettant l’identification
d’objectifs de performance clairs,
utiles et acceptés par tous. Ceux-ci entraîneront la définition de ses indicateurs stratégiques, pilier de l’évaluation de la performance de ses équipes.
En définitive, il s’agit de donner un
sens à l’action et d’assurer la meilleure
adéquation possible entre : objectifs
stratégiques, objectifs d’équipe et
­objectifs individuels.
OBJECTIFS
› Traduire une stratégie en objectifs de
performance.
› Décliner les objectifs de performance
en objectifs de service.
› Identifier et valoriser les acteurs.
› Mettre en place des indicateurs
­pertinents.
› Prévoir, anticiper, analyser et évaluer
les résultats.
S2
Performance et innovation
Petit-déjeuner Date : 27 septembre 2012
Contact : mehdi.allal@ena.fr
01 44 41 85 16
Tarif : 50 €
Au-delà des ressorts traditionnels de
réussite durable que demeurent l’excellence opérationnelle et la qualité
de relation avec l’usager ou le client,
l’innovation constitue désormais le levier essentiel de performance de toute
organisation pérenne. C’est en effet
l’innovation permanente, tant dans les
processus internes que vis-à-vis de
l’extérieur, qui permet aux entreprises
de conserver leur avantage compétitif
sur leur marché et aux administrations
d’accroître l’efficience du service rendu
tout en poursuivant la modernisation
de son image auprès du public.
Innover, c’est, dans tous les cas de figure, créer de la valeur (économique
ou sociale) via l’élaboration et la mise
en œuvre de produits, services ou processus de travail différents. En amont,
l’esprit d’innovation se nourrit de veille
et de créativité ; en aval, il exige – afin
de se transformer en performance du-
rable – une démarche rigoureuse de
pilotage à la fois organisationnel et humain.
OBJECTIFS
› Comprendre la démarche d’innovation
interne / externe : exemples publics et
privés.
› Décrire les facteurs-clés de succès
d’une innovation porteuse de performance.
› Définir les contours d’une culture
managériale orientée-innovation.
S3
24 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
L’évaluation d’une politique publique
a pour objet de déterminer « si les
moyens juridiques, administratifs ou
financiers mis en œuvre permettent
de produire les effets attendus et d’atteindre les objectifs fixés » (décret du
22 janvier 1990). Née au début des années 1960 dans les pays anglo-saxons,
cette pratique a pris toute son importance en France avec la mise en place
de la LOLF et l’implantation d’une
culture du résultat. L’évaluation des
politiques publiques est ainsi devenue un élément incontournable de la
­réforme de l’État et un levier de la modernisation de l’action publique dont
l’efficacité et la pertinence sont désormais mesurées, notamment au moyen
d’indicateurs de performance. Quelles
sont les méthodes et les outils utilisés
pour évaluer une politique publique ?
Quel est le coût d’une évaluation ? Que
doit-on attendre d’une évaluation et
comment le décideur public doit-il en
analyser les résultats de façon à en
­tirer les « bonnes » conclusions ?
OBJECTIFS
› Appréhender les outils et méthodes
de l’évaluation.
› Savoir analyser les résultats d’une
évaluation pour améliorer une politique publique.
S4
Stratégie et performance
2 jours
Dates : 11 et 12 décembre 2012
Contact :
caroline.depremonville@ena.fr
01 44 41 85 52
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
Développer son potentiel
2 j Évaluation des politiques publiques : outils et mesure
25
ENA Paris
Connaître son environnement
Actualité
juridique
et institutions
françaises
A1
Le droit applicable au fait religieux
12 janvier Page 27
A2
Travail gouvernemental et coordination interministérielle
19 janvier Page 27
A3
La confection de la loi aujourd’hui en France
24 et 25 janvier
Page 27
A4
RGPP : premiers bilans
26 janvier Page 28
A5
La question prioritaire de constitutionnalité
7 février Page 28
A6
Justice et « procès équitable »
6 mars Page 29
A7
Administrations françaises et Union européenne
5 juin Page 29
A8
Les corps de contrôle de l’action administrative
25 septembre Page 29
A9
Enjeux et perspectives des montages
contractuels complexes
20 et 21 octobre
Page 30
13 décembre
Page 30
A10Les mutations contemporaines de l’organisation
administrative française
26 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
A l’exception du régime concordataire
applicable en Alsace-Moselle, les
cultes sont régis, en France, par trois
textes principaux : la loi de 1901 sur les
associations, la loi de séparation des
Églises et de l’État de 1905 et la loi du
2 janvier 1907 concernant l’exercice
public des cultes. Principe constitutionnel, la laïcité implique à la fois le
principe de liberté de croyance et celui
de neutralité de l’État, principes dont
la conciliation peut se révéler délicate
comme en témoignent l’interdiction
faite aux agents publics de manifester leurs convictions religieuses dans
l’exercice de leurs fonctions ou encore la législation relative à la laïcité
à l’école. Neutralité de l’État ne signifie pas ignorance du fait religieux.
Les principaux cultes ont des interlocuteurs officiels dans leurs relations
avec l’État, ainsi de la Conférence des
évêques de France pour l’Église catholique ou, plus récemment, du Conseil
français du culte musulman. Le dialogue entre les pouvoirs publics et les
principales religions s’avère nécessaire et a pour ambition, notamment,
de permettre une clarification du droit
applicable dans des domaines particulièrement complexes : financement
des lieux de culte, statut des biens,
statut des associations cultuelles,
protection sociale des ministres du
culte etc.
OBJECTIFS
› Définir le principe de laïcité et en
identifier le régime, notamment dans
la fonction publique.
› Comprendre la nature et les enjeux du dialogue entre l’État et les
grandes religions.
A1
Travail gouvernemental et coordination interministérielle
Demi-journée
Date : 19 janvier 2012
Contact :
elizabeth.andreoletti-cheng@ena.fr
01 44 41 85 63
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
L’organisation du travail gouvernemental résulte d’une étroite collaboration entre le Président de la République qui préside le Conseil des
ministres (art. 9 de la Constitution) le
Premier ministre qui dirige l’action du
gouvernement (art. 21 de la Constitution) et les ministres. Le Premier
ministre dispose, en particulier, des
services du Secrétariat général du
gouvernement (SGG) et du Secrétariat général des affaires européennes
(SGAE) qui sont des organes administratifs permanents. Ces derniers
jouent un rôle déterminant dans
toutes les étapes du travail gouvernemental : préparation du programme
de travail, mise en œuvre des procédures d’arbitrage interministériel,
conseil juridique etc. L’objectif de cette
formation est de comprendre de façon
très concrète comment s’organise le
travail gouvernemental, quelles sont
ses contraintes, quels sont les moyens
financiers et humains autour desquels
il s’articule.
OBJECTIFS
› Connaître les acteurs engagés dans
la coordination interministérielle.
› Comprendre l’organisation du travail
gouvernemental.
Actualité juridique et institutions françaises
Demi-journée
Date : 12 janvier 2012
Contact :
caroline.depremonville@ena.fr
01 44 41 85 52
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Connaître son environnement
Le droit applicable au fait religieux
A2
2 j La confection de la loi aujourd’hui en france
2 jours
Dates : 24 et 25 janvier 2012
Contact :
caroline.depremonville@ena.fr
01 44 41 85 52
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
La question de la confection de la loi
renvoie tout d’abord au processus législatif en tant que tel qui associe, de
son origine à son aboutissement, une
pluralité d’acteurs dont il convient
d’identifier les rôles respectifs (Gouvernement, Conseil d’État, Parle-
ment, Conseil constitutionnel, mais
aussi rôle des groupes de pression, de
l’opinion publique, des lobbies). Elle
renvoie également aux règles procédurales qui président à l’adoption de
la loi et qui vont refléter la place du
texte dans la hiérarchie des normes
(loi de révision constitutionnelle, loi
organique, loi de finances…). Mais la
question de la confection de la loi peut
également être abordée sous un angle
qualitatif. Face à l’inflation législative,
à des textes de lois de plus en plus
longs, obscurs ou insuffisamment
rigoureux, l’enjeu décisif de la confec-
tion de la loi tient avant tout à la question de la qualité des textes adoptés,
condition nécessaire du respect du
principe de sécurité juridique.
OBJECTIFS
› Identifier les différentes étapes de la
confection de la loi de son élaboration à sa promulgation.
› Comprendre et évaluer le rôle des
différents acteurs de la confection de
la loi.
› Estimer les actions entreprises en
vue de l’amélioration de la qualité de
la loi.
A3
27
Actualité juridique et institutions françaises
Connaître son environnement
Rgpp : premiers bilans
Demi-journée
Date : 26 janvier 2012
Contact :
elizabeth.andreoletti-cheng@ena.fr
01 44 41 85 63
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Profitant de la dynamique créée par
la LOLF, la Révision générale des politiques publiques (RGPP) lancée en
juillet 2007 a pour objectifs principaux
le recentrage de l’État sur ses missions prioritaires et la simplification
de ses structures, la maîtrise de la
dépense publique et l’amélioration du
service rendu au public. A l’issue du
cycle d’audit qui a caractérisé la première phase du processus de RGPP,
374 mesures ont été adoptées qui font
l’objet d’une mise en œuvre progressive par les ministères. De la réforme
de la carte judiciaire à la réforme des
services déconcentrés ou encore à
celle des universités, les mesures arrêtées ont, d’ores et déjà, débouché
sur d’importantes restructurations. Au
delà, ces réformes traduisent la volonté d’implanter une culture du résultat
qui implique une modernisation de la
gestion des institutions tant en termes
financiers qu’humains. Quel premier
bilan peut-on tirer des réformes mises
en œuvre ? Quelles conséquences
pour la fonction publique ? Quel est
l’impact des mesures adoptées pour
les collectivités territoriales ? Cette
séquence de formation a pour objectif
de revenir sur les enjeux de la RGPP
ainsi que la méthode retenue pour
lancer le processus de réforme de
façon à établir les premiers bilans des
mesures adoptées.
OBJECTIFS
› Comprendre l’origine, les objectifs,
la méthode et les étapes de la RGPP.
› Identifier les principales mesures
adoptées.
› Établir les premiers bilans du processus de réforme.
A4
1 j La question prioritaire de constitutionnalité
1 jour
Date : 7 février 2012
Contact :
caroline.depremonville@ena.fr
01 44 41 85 52
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Instauré par la loi constitutionnelle
du 23 juillet 2008 et précisé par la
loi organique du 10 décembre 2009,
le mécanisme de la question prioritaire de constitutionnalité autorise,
pour la première fois, un contrôle par
voie d’exception de la constitutionnalité des lois. Ainsi, selon les dispositions de l’article 61–1 de la Constitution : « Lorsque, à l’occasion d’une
instance en cours devant une juridic-
tion, il est soutenu qu’une disposition
législative porte atteinte aux droits et
libertés que la Constitution garantit, le
Conseil constitutionnel peut être saisi
de cette question sur renvoi du Conseil
d’État ou de la Cour de cassation qui se
prononce dans un délai déterminé ».
Enserré dans des règles procédurales strictes, ce mécanisme complète
l’État de droit, à la fois parce qu’il protège mieux le justiciable et parce qu’il
permet de purger l’ordre juridique de
ses dispositions inconstitutionnelles.
Depuis l’entrée en vigueur de la réforme au mois de mai 2010, le Conseil
constitutionnel a statué à plus de 130
reprises sur des questions prioritaires
de constitutionnalité. Quelles conclusions tirer de l’apparent engouement
du justiciable pour ce nouveau mécanisme ? A-t-il permis de renforcer le
dialogue des juges ? Quel premier bilan peut-on tirer de la réforme ?
OBJECTIFS
› Identifier les spécificités de la question prioritaire de constitutionnalité par rapport aux autres modalités
possibles du contrôle de constitutionnalité des lois.
› Connaître la procédure applicable à
la question prioritaire de constitutionnalité.
› Établir un bilan de la jurisprudence
du Conseil constitutionnel depuis
l’entrée en vigueur de la réforme.
A5
28 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Selon les stipulations de l’article 6
de la Convention européenne des
droits de l’homme, le justiciable a
le droit à un tribunal indépendant et
impartial, à une audience publique
et équitable (respect du principe du
contradictoire, droits de la défense)
ainsi qu’à un jugement rendu dans
un délai raisonnable. De façon à accroître la confiance des citoyens dans
le système judiciaire, mais aussi à
la suite de certaines condamnations
par la Cour européenne des droits de
l’homme ou de façon à anticiper ces
dernières, les pouvoirs publics ont été
amenés à modifier plusieurs aspects
de l’organisation et du fonctionnement
de la justice. Que ce soit dans l’ordre
judiciaire ou dans l’ordre administratif
d’importantes réformes ont été entreprises ou sont actuellement débattues
de façon à accroître les garanties du
justiciable au regard des exigences
du procès équitable. Certaines sont
propres à l’ordre considéré (ainsi
du dualisme fonctionnel du Conseil
d’État ou encore de la transformation
du commissaire du gouvernement en
rapporteur public pour l’ordre juridictionnel administratif, ou de l’épineuse
question du statut du parquet pour
l’ordre judiciaire). Toutefois, au delà
des différences propres à chacun des
ordres juridictionnels, on constate des
préoccupations similaires : débat sur
la collégialité ou le juge unique, amélioration de la célérité des procédures,
institution de procédures d’urgence,
souci d’une bonne exécution des décisions de justice.
OBJECTIFS
› Connaître l’organisation de la justice
en France et ses spécificités.
› Définir le procès équitable au regard du
droit interne et du droit international.
› Évaluer les réformes de la justice à
la lumière des exigences du procès
équitable.
A6
Administrations françaises et Union européenne
Demi-journée
Date : 5 juin 2012
Contact : anne-laure.blanc@ena.fr
03 88 81 45 50
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Les administrations françaises participent très directement à l’élaboration
des politiques européennes au travers, notamment, des groupes de travail au Conseil de l’Union européenne.
Les directions centrales des minis-
tères ainsi que les services de l’État
en région sont directement en charge
de l’application de ces politiques. Il
est important pour les fonctionnaires
nationaux de comprendre comment la
préparation des positions françaises
est coordonnée par le SGAE (Secrétariat général des Affaires européennes)
et comment sont définis les mandats
de négociation des conseillers de la
Représentation permanente de la
France auprès de l’Union européenne.
Il est également important de savoir
comment l’action administrative est
structurée pour appliquer les dispositifs réglementaires et financiers de
l’Union européenne.
OBJECTIFS
› Percevoir les enjeux de la présence
française auprès des Institutions
européennes.
› Identifier les acteurs et les procédures qui participent à la préparation
et à la mise en œuvre des positions
françaises.
Actualité juridique et institutions françaises
1 jour
Date : 6 mars 2012
Contact :
caroline.depremonville@ena.fr
01 44 41 85 52
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Connaître son environnement
1 j Justice et procès équitable
A7
Les corps de contrôle de l’action administrative
Demi-journée
Date : 25 septembre 2012
Contact :
elizabeth.andreoletti-cheng@ena.fr
01 44 41 85 63
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
L’existence d’un contrôle de l’action
administrative est consubstantielle
à l’État de droit. Parmi les différents
types de contrôle de l’action administrative (contrôle de légalité, hiérarchique, budgétaire...) cette formation
d’une demi-journée se propose de
mettre principalement l’accent sur
le contrôle juridictionnel et sur le
contrôle financier. Il s’agira de présenter l’organisation et les missions des
juridictions administratives et finan-
cières et la façon dont s’exerce leurs
contrôles et selon quelles modalités.
OBJECTIF
› Comprendre le rôle des organes de
contrôle de l’action administrative et
la nature des contrôles qu’elles exercent.
A8
29
Actualité juridique et institutions françaises
Connaître son environnement
2 j Enjeux et perspectives des montages
contractuels complexes
2 jours
Dates : 20 et 21 octobre 2012
Contact :
caroline.depremonville@ena.fr
01 44 41 85 52
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
La multiplication des formes d’association public/privé (contrat de partenariat, BEA, BOT, DSP…) offre aux personnes publiques une large gamme
d’instruments en vue de la réalisation
de leurs missions. Les difficultés que
présentent certains projets ainsi que
la pluralité des intervenants (dont en
particulier les établissements de crédit) impliquent, en outre, la mise en
place de schémas contractuels complexes, nécessitant le recours à une
ingénierie juridique et financière élaborée. Il appartient aux décideurs publics de connaître et maîtriser ces instruments pour déterminer la formule
la mieux adaptée à leurs besoins et en
optimiser les avantages.
OBJECTIFS
› Identifier les intérêts et les
contraintes respectifs des différents
montages contractuels.
› Évaluer le montage contractuel le
mieux adapté à son projet.
› Élaborer un montage contractuel
complexe.
› Adapter le montage financier à son
projet.
A9
1 j Les mutations contemporaines de l’organisation
administrative en france
1 jour
Date : 13 décembre 2012
Contact :
elizabeth.andreoletti-cheng@ena.fr
01 44 41 85 63
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
L’organisation administrative de l’État,
tant au niveau national que territorial, a connu ces dernières années de
profondes mutations dans le cadre
d’un processus de réforme de grande
30 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
ampleur qui n’est pas encore arrivé à
son terme (Révision générale des politiques publiques). Ce souci de rationalisation et de modernisation vise, tout
d’abord, les structures administratives : administrations centrales, administrations déconcentrées (REATE),
réformes de la décentralisation. En
parallèle, les efforts se portent aussi
sur les modes d’administration eux
mêmes qui sont repensés de façon à
accroître à la fois l’efficacité, la transparence et la simplicité des procé-
dures : amélioration du service rendu à
l’usager, « guichet unique », utilisation
des technologies de communication et
d’information, dématérialisation etc.
OBJECTIFS
› Établir un panorama des mutations
de l’organisation administrative.
› Comprendre et évaluer le sens et la
portée des réformes engagées et en
cours.
A10
ENA Paris
Connaître son environnement
Débats
de société
et politiques
publiques
D1
Les politiques antidiscriminatoires
D2
Les nouvelles pratiques de concertation :
pour mieux décider ?
D3
Nouveaux usages du numérique :
quelle gouvernance et quels enjeux ?
D4
Les enjeux de la politique culturelle
D5
Dépendance et cinquième risque
17 janvier Page 32
14 et 15 février Page 32
23 mars Page 32
5 avril Page 33
12 avril Page 33
D6
La responsabilité sociale et environnementale (RSE) des entreprises 10 mai Page 34
D7
Retraites : une réforme inéluctable ?
24 mai Page 34
D8
L’avenir de la jeunesse TT
18 octobre Page 37
D9
La personnalisation des services publics :
comment faire du sur-mesure de masse ? 15 novembre Page 35
6 décembre Page 35
D10Les grandes évolutions de la santé 31
Débats de société et politiques publiques
Connaître son environnement
1 j Politiques anti-discriminatoires
1 jour
Date : 17 janvier 2012
Contact : mehdi.allal@ena.fr
01 44 41 85 16
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Les politiques anti-discriminatoires
ont pour objet de lutter contre les discriminations quel que soit le critère
stigmatisant (handicap, sexe, origine
sociale, « ethnique » ou territoriale...).
Mises en œuvre aussi bien par les
administrations de l’État, que par les
collectivités territoriales, le secteur
privé, notamment par l’intermédiaire
des organisations syndicales, s’est
progressivement approprié le concept
pour le traduire dans les méthodes de
recrutement et de management dans
l’entreprise.
La mise en place du Défenseur des
droits aura-t-elle pour effet de ralentir ces changements en cours ou entraînera-t-elle au contraire une accélération des procédures, notamment
judiciaires ? Quel est le rôle des associations, nombreuses à agir dans ce
domaine ? Quelles méthodes pour agir
concrètement dans la lutte contre les
discriminations au quotidien (testing,
parrainage...) ?
En partenariat avec l’Observatoire des
discriminations de l’université Paris
1, cette formation aura pour objet de
dresser un inventaire exhaustif des
dispositifs existants dans le domaine
de la lutte contres les discriminations,
ainsi que de jeter des passerelles
entre le secteur public et le marché du
travail.
OBJECTIFS
› Dresser le panorama des dispositifs
publics et privés de lutte contre les
discriminations.
› Proposer de nouvelles solutions pour
lutter contre les discriminations.
› Échanger les bonnes pratiques entre
les différents acteurs.
D1
2 j Les nouvelles pratiques de concertation :
pour mieux decider ?
2 jours
Dates : 14 et 15 février 2012
Contact : mehdi.allal@ena.fr
01 44 41 85 16
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
Vingt ans après la circulaire Bianco,
quinze ans après la création de la première Commission nationale du débat
public, dix ans après la promulgation
de la loi Vaillant de « démocratie de
proximité », la pratique de la concertation n’a jamais été aussi développée
dans les collectivités territoriales et
les administrations françaises.
Pourtant, les résultats ne sont pas
toujours à la hauteur des espérances.
Le plus souvent parce que la mise en
œuvre du processus de concertation ou
de démocratie participative n’est pas
étayée ni sécurisée par le ­déploiement
de méthodologies sûres et ­efficaces.
Comment concevoir et organiser un
processus de concertation utile ?
Comment un processus de concertation permet-il de prendre de meilleurs
décisions ? Quelles méthodes et techniques mobiliser pour animer un dialogue public efficace et qui permette
d’éclairer vraiment les décisions ?
L’ENA propose une formation animée
par Res Publica, cabinet de conseil
spécialisé en stratégie et ingénierie
de la concertation. Organisée sur deux
journées, cette formation vise à atteindre deux objectifs pédagogiques :
OBJECTIFS
› Acquérir une connaissance générale
de la concertation et de ses fondamentaux : histoire, fonction, objectifs,
acteurs et dimension réglementaire.
› Acquérir une connaissance pratique
des processus de concertation : analyse préalable et modalités de mise en
œuvre, construction d’un processus,
connaissance et capacité à choisir les
outils en fonction des situations et des
objectifs, suivi et évaluation des processus.
D2
1 j Les nouveaux usages du numérique :
quelle gouvernance et quels enjeux ?
1 jour
Date : 23 mars 2012
Contact : medhi.allal@ena.fr
01 44 41 85 16
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Aujourd’hui, la quasi totalité des entreprises et des administrations sont
dépendantes de leur système d’information. La sécurisation des réseaux
de communication interne est devenue un enjeux majeur de la gestion
des organisations, aux côtés de l’actualisation des matériels et des logiciels. Comment dès lors anticiper les
progrès à venir dans l’utilisation des
systèmes d’information, plutôt que de
les subir ? Et comment accompagner
par des outils performants les évolutions sociétales liées à l’utilisation des
nouvelles technologies ?
La formation propose d’acquérir les
outils techniques et la connaissance
des enjeux nécessaires pour assurer
une maîtrise efficace des systèmes
d’information.
OBJECTIFS
› Connaître les enjeux sociétaux liés
aux progrès du numérique.
› Savoir mettre en place et gérer des
outils numériques performants.
D3
32 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Quels que soient le ou les scénarios
d’avenir, les politiques culturelles
auront à faire face aux défis de la
mondialisation, de la révolution numérique, des mutations des rapports
entre individus et sociétés. Ces défis
concernent le Ministère de la Culture
et de la Communication, mais également ses services déconcentrés et les
établissements publics qu’il a sous sa
tutelle, les collectivités territoriales,
les entreprises culturelles, les professions, etc.
Transversaux aux politiques de la
culture et de la communication, ces
défis appellent des déclinaisons sectorielles dans le domaine de la création, des patrimoines, des industriels
culturelles et des médias, du cinéma.
Ces défis requièrent en particulier une
mise en débat, une capacité de choix
et de mobilisation de moyens pour les
relever, autrement dit des stratégies.
Cette journée de formation propose à
la fois d’analyser les enjeux des po-
litiques culturelles et les stratégies
qu’il convient de mettre en œuvre à
l’avenir.
OBJECTIFS
› Identifier les enjeux des politiques
culturelles en vue de l’élaboration et
de la mise en œuvre de stratégies de
la part notamment du Ministère de la
culture et de la communication.
› Analyser secteur par secteur les différentes parties prenantes et leurs
stratégies respectives.
› Comparer les différentes politiques
culturelle au sein des États de l’Union
européenne.
D4
Dépendance et cinquième risque
Petit-déjeuner
Date : 12 avril 2012
Contact : mehdi.allal@ena.fr
01 44 41 85 16 Tarif : 50 €
Le 12 juillet 2010, le président de la
République a annoncé que la dépendance des personnes âgées serait un
des derniers grands chantiers de son
quinquennat. Actuellement, le financement de la dépendance des personnes
âgées représente environ 22 milliards
d’euros, tandis que le nombre des bénéficiaires de l’APA s’élève à 1,1 million
et devrait augmenter avec la progres-
sion de 25 % du nombre de personnes
âgées dépendantes de plus de 75 ans
d’ici 2025.
La question du financement de ce
« cinquième » risque de la protection sociale se pose donc avec acuité,
compte tenu de l’engorgement des
places en établissement et la nécessité de développer les dispositifs de
prise en charge à domicile des personnes dépendantes... Quelle répartition Etat-assurance maladie / Département ? Quelle répartition public-privé ?
Comment mobiliser l’épargne des
personnes âgées ? Quelle place pour
l’assurance dans l’amélioration de la
régulation du secteur ?
L’ENA vous propose, lors d’un petitdéjeuner de réflexion, de revenir sur
les grandes thématiques liées à la
dépendance, mais également sur les
réformes concrètes actuellement
mises en œuvre par les gouvernements, en France et à l’étranger.
Débats de société et politiques publiques
1 jour
Date : 5 avril 2012
Contact : mehdi.allal@ena.fr
01 44 41 85 16 Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Connaître son environnement
1 j Les enjeux de la politique culturelle
OBJECTIFS
› Connaître les principales évolutions
démographiques françaises et étrangères.
› Identifier les grands enjeux des
­réformes en cours.
D5
33
Débats de société et politiques publiques
La responsabilite sociale et environnementale (rse)
des entreprises
Demi-journée
Date : 10 mai 2012
Contact : mehdi.allal@ena.fr
01 44 41 85 16
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
La responsabilité sociale (ou sociétale)
des entreprises implique pour cellesci de prendre en compte les préoccupations sociales, environnementales
et économiques dans leurs activités.
Selon le Ministère en charge du développement durable, elle est « la contribution des entreprises aux enjeux du
développement durable ».
Basé sur une démarche volontaire, ce
concept connaît un essor important
depuis les années 2000 et apparaît
également comme un moyen d’améliorer potentiellement la performance
des entreprises. Dès lors, la RSE est
une occasion pour l’entité de définir
une nouvelle stratégie et d’interagir
efficacement avec les parties prenantes. La RSE a donc des effets au
regard de l’organisation interne de
l’entreprise, des relations sociales
et des relations avec les partenaires.
Les résultats positifs pour l’entreprise
peuvent être une meilleure efficacité,
une meilleure réponse aux attentes du
public ciblé ou encore le développement de nouvelles activités.
Mais au lendemain de la crise économique dont les entreprises ressor-
tent affaiblies, la RSE peut-elle être
un véritable moyen pour relancer une
économie tout en répondant aux demandes de la société civile ? En quoi
la RSE peut-elle réellement constituer un levier de progrès social, économique et environnemental ? Quels
outils et méthodes sont à privilégier ?
Enfin, comment les administrations
pourraient-elle s’inspirer de la RSE à
terme ?
OBJECTIFS
› Connaître les grands enjeux sociétaux liés à la RSE.
› Appréhender les différents moyens
de mise en œuvre de la RSE ; leurs
effets.
Connaître son environnement
D6
Retraites : une réforme inéluctable ?
Petit-déjeuner
Date : 24 mai 2012
Contact : mehdi.allal@ena.fr
01 44 41 85 16
Tarif : 50 €
Depuis vingt ans, partout en Europe,
se succèdent des réformes des retraites. En France, depuis 1993, ces
réformes suscitent inquiétude et résignation, notamment de la part des
organisations syndicales. Avec l’augmentation du nombre d’années de
cotisation nécessaires pour acquérir
le droit à une pension complète, notre
pays suit pourtant des évolutions communes aux différents pays de l’espace
communautaire.
Le choix d’un nouveau modèle de retraite relève en fait du champ de la
décision politique et implique des
arbitrages importants en matière de
redistribution entre les générations,
entre les hommes et les femmes,
entre les groupes sociaux. Face au
vieillissement croissant de la population et au nécessaire relèvement du
taux d’activité des seniors, le détour
par un système de capitalisation est-il
inéluctable ?
OBJECTIFS
› Analyser les réformes menées au
sein de l’Union européenne en vue de
fournir des pistes et des leçons pour
les réformes françaises.
› Dresser un état des lieux du système
actuel de répartition et ses implications en matière d’équité intergénérationnelle.
› Appréhender les implications du
développement
des
assurances
vieillesse.
D7
TT
L’avenir de la jeunesse
Tea-Time
Date : 18 octobre 2012
Contact : mehdi.allal@ena.fr
01 44 41 85 16
Tarif : 50 €
Le risque de déclassement touche
plus particulièrement les jeunes. Ces
derniers rencontrent des difficultés
de tous ordres, notamment en matière d’emploi : montée des cultures
adolescentes, exposition à de nouveaux risques, individualisation des
rapports, discriminations et nouvelles
formes d’exclusion... A travers une
approche comparative, la question de
la prise en charge des jeunes se pose
avec acuité, alors que la crise de l’autorité parentale impose à l’État de s’investir davantage.
La France a privilégié jusqu’à présent
la solidarité familiale avant 25 ans,
même si des mesures récentes (RSA)
annoncent une légère inflexion. Quel
bilan peut-on tirer des politiques publiques d’insertion et de formation ?
Quel système éducatif et quel marché de l’emploi existent-t-ils pour les
jeunes non qualifiés ? Que signifie
désormais être un « jeune » dans une
société vieillissante ? Quelles sont les
implications du principe d’équité in-
tergénérationnelle ?
L’ENA vous propose de réfléchir de
manière conviviale et de manière interactive aux questions qui se poseront
à l’avenir pour notre jeunesse et qui
ne manqueront pas de faire l’objet des
prochains enjeux électoraux en 2012.
OBJECTIFS
› Dresser le bilan des politiques publiques en faveur de la jeunesse.
› Découvrir de nouvelles solutions
pour la participation des jeunes au
débat public.
› Apprendre à intégrer les jeunes dans
les réformes administratives.
D8
34 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Depuis plus d’un demi-siècle la demande de services publics a été sans
cesse croissante. Pour répondre à
ce besoin social, les acteurs publics
n’ont eu d’autres solutions que de
massifier la production et la délivrance des services publics.
Toutefois, aujourd’hui la demande et
les besoins ne sont plus exprimés
par un corps social uniforme que
l’on pourrait satisfaire dans son ensemble, mais par des individus qui
veulent être reconnus avec leurs spécificités et leurs besoins personnels.
Comment dès lors personnaliser les
services publics délivrés, tout en respectant le principe d’égal aux ser-
vices publics ?
Autrement dit, comment faire du surmesure de masse ?
OBJECTIFS
› Repérer les situations où le mode de
management par projets s’impose.
› Construire et mettre en œuvre un
plan d’action en mode projet.
› S’initier aux méthodes et aux principaux outils de la démarche projet.
D9
1 j Les grandes évolutions de la santé
1 jour
Date : 6 décembre 2012
Contact : mehdi.allal@ena.fr
01 44 41 85 16
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Depuis 15 ans, le secteur de la santé
a profondément évolué : tarification
à l’activité, regroupement d’établissements, réformes de l’assurance
maladie... Les transformations qui se
profilent dans le domaine de la santé
accentueront ces évolutions.
L’augmentation de la demande de
soins liée au vieillissement de la population, combinée aux contraintes
liées à la démographie médicale, rendent nécessaire un décloisonnement
de l’offre de soins entre la médecine
de ville, l’hôpital et les soins de suite.
Les progrès dans le domaine des
sciences du vivant combinés à ceux
des technologies numériques conduisent à passer d’une médecine curative
de masse à une médecine préventive
personnalisée.
La mondialisation des échanges, mais
également l’accroissement des inégalités sociales font (ré)apparaître des
pathologies oubliées ou jusqu’ici méconnues.
Dans ces conditions, les politiques de
santé devront nécessairement s’adap-
ter pour continuer à garantir un égal
accès à des soins de qualité pour tous
dans un environnement budgétaire
contraint.
OBJECTIFS
› Présenter les évolutions culturelles,
sociales et technologiques ayant des
répercussions sur le champ de la
santé.
› Identifier les transformations en
cours et à venir dans le domaine de
la santé.
› Anticiper les évolutions des politiques de santé pour faire face à ces
nouveaux défis.
Débats de société et politiques publiques
Demi-journée Date : 15 novembre 2012
Contact : mehdi.allal@ena.fr
01 44 41 85 16
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Connaître son environnement
La personnalisation des services publics :
comment faire du sur mesure de masse ?
D10
35
ENA Paris
Connaître son environnement
Economie mondiale,
régulation financière
et finances publiques
R1
Ralentissement économique ou reprise ?
R2
L’impact de la crise sur les finances publiques
R3
L’évolution des contrôles :
16 février Page 37
20 mars Page 37
du contrôle budgétaire et comptable au contrôle interne
24 avril Page 37
R4
Le pilotage global et stratégique des finances publiques
29 mai Page 38
R5
La nouvelle gouvernance économique mondiale
15 juin Page 38
R6
Quelle réforme fiscale pour demain ?
11 septembre
Page 38
R7
L’intelligence économique 6 novembre Page 39
R8
La crise économique mondiale :
causes, mécanismes et enjeux
18 et 19 décembre
Page 39
36 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Les fluctuations des indicateurs économiques permettent souvent différentes interprétations. Ainsi elles peuvent résulter d’événements relevant
du contexte économique international,
national ou politique.
Les choix politiques sont susceptibles
de venir interférer sur la réalité d’une
évolution économique naturelle en
fonction des priorités choisies. On
peut ainsi légitimement s’interroger
sur l’évaluation positive ou non de certains facteurs économiques traditionnels : un ralentissement d’activités qui
aurait pour corollaire une réduction
drastique de la dette susceptible de
peser sur les générations à venir peut
ainsi dégager une capacité de finan-
cement future plus apte à répondre à
l’émergence des besoins nouveaux. Le
facteur déterminant pour répondre à la
question posée est le temps sur lequel
s’étend le phénomène à apprécier.
OBJECTIF
› Apprendre à intégrer le temps dans
l’appréciation de la situation économique.
R1
L’impact de la crise sur les finances publiques
Demi-journée
Date : 20 mars 2012
Contact : jean-marie.laurent@ena.fr
01 44 41 85 75
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
La crise économique mondiale est
d’une ampleur et d’une profondeur
sans précédent tant par ses origines
que par son impact. En effet, la crise,
à l’origine financière, s’est propagée
à l’économie réelle et s’est notamment caractérisée par une perte de
confiance de la part des acteurs éco-
nomiques. L’intervention des pouvoirs
publics est dès lors devenue indispensable. Des mesures exceptionnelles
ont été mises en place : sauvetage des
banques, plans de relance, coordination européenne et internationale des
politiques économiques...
Les dépenses publiques ont alors progressé et l’endettement a explosé. La
crise a ainsi bouleversé l’approche
des finances publiques tant dans leur
mode de gestion que dans leur pilotage.
L’objectif de cette formation est de
comprendre comment après une pé-
riode de politique budgétaire expansionniste qui a créé des situations
d’insoutenabilité budgétaire et d’explosion de l’endettement, les États
réussiront à endiguer les effets de la
crise sur les finances publiques.
OBJECTIFS
› Établir un état des lieux des finances
publiques aujourd’hui.
› Comprendre l’opportunité de la réforme des finances publiques en
temps de crise.
› Identifier les instruments de régulation à la disposition des États.
R2
1 j L’évolution des contrôles : du contrôle budgétaire et
comptable au contrôle interne
1 jour
Date : 24 avril 2012
Contact : jean-marie.laurent@ena.fr
01 44 41 85 75
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
L’évolution de la gestion publique et des
techniques de contrôle ont amené l’État
à repenser, à la fois, les finalités et les
méthodes de contrôle des finances
publiques. Le contrôle mettait jusqu’à
présent l’accent sur la régularité et la
bonne affectation prévue dans le cadre
d’une obligation de moyens. Désormais, l’objectif de résultat associé à
chaque dépense contraint le manager
public à maîtriser à la fois la chaîne des
dépenses et la chaîne de création de valeur. Dans ce cadre, les administrations
sont conduites à s’approprier une large
part des processus de contrôle budgé-
Economie mondiale, régulation financière et finances publiques
Petit-déjeuner
Date : 16 février 2012
Contact : jean-marie.laurent@ena.fr
01 44 41 85 75
Tarif : 50 €
Connaître son environnement
Ralentissement économique ou reprise ?
taire et comptable, dans une ­logique de
contrôle interne, afin de s’assurer, par
elles-mêmes, de leur optimisation et
de leur performance.
OBJECTIFS
› Appréhender le processus budgétaire
et comptable.
› Maîtriser le pilotage de la performance.
R3
37
Economie mondiale, régulation financière et finances publiques
Connaître son environnement
1 j Le pilotage global et stratégique des finances publiques
1 jour
Date : 29 mai 2012
Contact : jean-marie.laurent@ena.fr
01 44 41 85 75
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
La réduction du coût de fonctionnement de l’État est une condition sine
qua non de l’avenir économique du pays
dans son positionnement international.
Cette exigence place l’État dans l’obligation de mettre en place de véritables
stratégies pour rendre le meilleur
service public au meilleur coût. Cette
session s’adresse aux hauts responsables publics ayant une prise directe
sur l’adéquation des moyens aux objectifs stratégiques et politiques de
l’État. Elle est destinée, au travers de
références communes et d’échanges
d’expériences, à permettre aux diri-
geants de mieux replacer l’action de
leurs services au service de l’État dans
une meilleure utilisation des finances
publiques.
OBJECTIFS
› Savoir évaluer les coûts d’un service
public dans un contexte de restriction
budgétaire.
› Identifier les outils de pilotage des
finances publiques.
R4
1 j La nouvelle gouvernance économique mondiale
1 jour
Date : 15 juin 2012
Contact : jean-marie.laurent@ena.fr
01 44 41 85 75
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Avec la crise financière d’octobre
2008, le paysage économique mondial
a changé. Les pays émergents pèsent
de plus en plus dans cette économie
mondialisée. Il était donc essentiel de
passer du G8 au G20 comme cela a été
fait lors du sommet de Pittsburgh le
25 septembre 2009. Le G20 vise à favoriser la concertation internationale,
en intégrant le principe d’un dialogue
élargi tenant compte du poids économique croissant pris par un certain
nombre de pays. Le G20 se décline
aujourd’hui sous trois formes : les
G20 regroupant des chefs d’État et
de gouvernement, les G20 finance regroupant les ministres des finances
et les gouverneurs des banques centrales et, depuis les 20-21 avril 2010,
des G20 sociaux, réunissant les ministres de l’emploi. Cependant, le
G20 n’est pas le seul acteur de cette
nouvelle gouvernance économique
mondiale dans laquelle les entreprises n’hésitent plus à jouer un rôle
en se réunissant parallèlement au
G20 (B20). Le FMI est également un
acteur de cette nouvelle gouvernance
économique mondiale. Dès lors plusieurs questions se posent. Le G20 a
t-il vocation à être un gouvernement
mondial et à s’imposer aux pays non
membres ? Quel sera le rôle exact du
FMI dans cette nouvelle gouvernance
économique mondiale ?
OBJECTIFS
› Identifier le rôle du G20 et l’application de ses décisions à l’égard de
tous les pays.
› Appréhender le rôle du FMI dans une
nouvelle gouvernance économique
mondiale.
R5
Quelle réforme fiscale pour demain ?
Demi-journée
Date : 11 septembre 2012
Contact : jean-marie.laurent@ena.fr
01 44 41 85 75
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Dans un contexte budgétaire, économique, social et financier complexe,
une nouvelle stratégie fiscale s’impose. Il convient de distinguer la fiscalité des particuliers à celle des entreprises. Les différents dispositifs
mis en place dans les années précédentes font qu’aujourd’hui moins d’un
foyer fiscal sur deux supporte l’impôt
sur le revenu. En contre partie, la fis-
calité des entreprises est l’une des
plus fortes connues comparativement
aux pays concurrents. Dans un second temps, l’analyse purement fiscale
serait incomplète si l’on n’y inclut pas
les prélèvements sociaux et la fiscalité
indirecte qui touchent parfois lourdement les particuliers. C’est donc en
terme de niveau des prélèvements
obligatoires que le problème se pose.
Puis il doit être envisagée la répartition
au bénéfice des différents acteurs :
particuliers, entreprises et autres.
Les choix économiques à opérer dépendent donc des choix de politiques
économiques et sociales des gouvernements.
Cette session de formation inclut également une comparaison avec d’autres
pays de l’OCDE et analyse les enjeux
d’une redistribution de la charge des
prélèvements obligatoires, basée sur
la compétitivité, l’équité, l’efficacité et
la légitimité.
OBJECTIFS
› Dresser un état des lieux de la fiscalité aujourd’hui dans une approche
comparée.
› Analyser la pertinence des nouvelles
stratégies fiscales proposées et leurs
conséquences.
R6
38 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
L’intelligence économique constitue
une pratique fort ancienne. Elle prend
désormais la dimension d’une véritable politique publique qui consiste
en la maîtrise et la protection de l’information stratégique pour tous les
acteurs économiques. La protection
des intérêts économiques couvre des
champs variés allant de la recherche
scientifique au patrimoine culturel.
Les échanges des biens et des personnes qui accompagnent la mondialisation posent à tous la question de la
sauvegarde de ses intérêts nationaux,
industriels et patrimoniaux. Il est
du rôle de l’État de coordonner et de
rassembler de façon cohérente l’ensemble de ses moyens et actions susceptible de protéger et/ou d’aider son
économie et ses opérateurs. C’est toute
la question de la mise en œuvre d’une
véritable politique stratégique d’intelligence économique qui est posée.
OBJECTIFS
› Sensibiliser aux enjeux des économies mondialisées.
› Identifier les risques pour les économies nationales.
› Accompagner la mise en œuvre d’une
politique d’intelligence économique.
R7
2 j La crise économique mondiale :
causes, mécanismes et enjeux
2 jours
Dates : 18 et 19 décembre 2012
Contact : mehdi.allal@ena.fr
01 44 41 85 16
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
La crise économique mondiale est
d’une ampleur et d’une profondeur
sans précédent depuis les années 1930.
Cette crise touche toutes les catégories
d’activités, qu’elles soient publiques ou
privées. C’est une réaction en chaîne
qui nécessite que tous les secteurs se
coordonnent pour unir leurs forces et
agir dans le même sens. L’intervention
des pouvoirs publics est devenue indispensable pour rétablir la confiance
des marchés : sauvetage des banques,
mesures de rigueur, coordination des
politiques économiques au niveau européen et international...
Comment rétablir les conditions de
la croissance, dont les leviers sont
l’innovation, les échanges et l’investissement ? Comment préserver les
systèmes de protection et de redistribution sociale, en particulier sur le
« vieux » continent ? Quelles sont les
défaillances de nos systèmes politiques et réglementaires pour réguler
l’économie ?
Pendant deux jours, l’ENA vous propose d’explorer à la fois les origines
de la crise actuelle, d’en comprendre
les mécanismes de transmission, mais
également les enjeux qui se profilent
à l’horizon des prochaines années en
vue de remettre les économies européennes sur de bons rails.
OBJECTIFS
L’objectif de cette action est de dépasser les clivages traditionnels pour
échanger des points de vue et dégager
des intérêts, voire des lignes d’actions
communs.
› Identifier les causes et conséquences
de la crise.
› Analyser les mécanismes de transmission de la crise à l’économie réelle.
› Débattre des enjeux des réformes
envisagées.
R8
Economie mondiale, régulation financière et finances publiques
Demi-journée
Date : 6 novembre 2012
Contact : jean-marie.laurent@ena.fr
01 44 41 85 75
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Connaître son environnement
L’intelligence économique
39
ENA Paris
Connaître son environnement
Enjeux
internationaux
E1
L’ Arc de crise
E2
Rénover les relations avec l’Afrique TT
E3
Les nouveaux visages de la communauté du renseignement
E4
Les mutations dans le monde arabe
E5
26 janvier Page 41
9 février Page 41
7 mars Page 41
27 mars Page 42
Le soft power : réseaux et influences
10 mai Page 42
E6
Pays émergents : puissances d’aujourd’hui et de demain
24 mai Page 42
E7
Les nouveaux acteurs des relations internationales
18 septembre
Page43
E8
La politique internationale de l’environnement :
sécurité énergétique et énergies renouvelables 11 octobre Page 43
E9
La diplomatie économique
23 octobre Page 43
E10Pratique du protocole
15 et 16 novembre
Page 44
E11 Le post conflit : entre retour à la paix et reconstruction
12 et 13 décembre
Page 44
40 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Élaborée par Brzezinski dans les années 1980, la notion d’arc de crise revient dans les discours géopolitiques à
mesure que les puissances occidentales
s’engagent au Proche- et au MoyenOrient dans des opérations militaires
de plus en plus lourdes. Désignant
l’espace compris entre la Somalie et
l’Inde, en passant par le Moyen-Orient,
l’Iran, l’Afghanistan et le Pakistan, l’expression évoque le regain de tension
qui fait suite à la « guerre contre le terrorisme » menée par les Etats-Unis et
leur coalition en Irak. Quelles sont les
conséquences globales, géopolitiques
et économiques, des tensions et des
guerres actuellement menées dans cet
espace ? En quoi celles-ci affectentelles les États européens dans leur vision du monde et dans leurs politiques
nationales ?
L’ENA propose un moment de réflexion
sur ces thèmes, afin d’articuler les préoccupations politiques et gestionnaires
des dirigeants français avec les grands
enjeux géopolitiques contemporains.
OBJECTIFS
› Connaître les enjeux des opérations
menées dans l’arc de crise.
› Savoir interpréter les grandes évolutions contemporaines en fonction des
enjeux géopolitiques actuels.
› Connaître les implications européennes et nationales de ces enjeux.
E1
TT
Rénover les relations avec l’Afrique
Tea-Time
Date : 9 février 2012
Contact :
audrey.delater-guellec@ena.fr
01 44 41 85 68
Tarif : 50 €
Les relations de la France, et plus globalement de l’Europe, avec l’Afrique
tendent à céder la place à une intensification des échanges Sud-Sud. En
2008, le commerce total de l’Afrique
avec les pays en développement, y
compris ceux du continent, a été supérieur à son commerce total avec
l’U.E qui est depuis toujours son principal partenaire commercial. Cette récente coopération de l’Afrique avec de
grands pays émergents, dont la Chine,
l’Inde et le Brésil, débouche sur une
diversification de son économie et non
plus sur la simple vente de produits de
base et de matières premières selon le
schéma traditionnel des relations du
continent avec le Nord industrialisé.
Sur un plan plus politique, le soutien
de l’U.E à certains régimes en place, la
conditionalité de son aide aux grands
principes démocratiques ainsi que la
gestion de ses flux migratoires ont
démontré leurs limites et contribué à
détériorer son image, notamment auprès de la jeunesse africaine. Les nouveaux partenaires de l’Afrique semblent quant à eux proposer un modèle
de développement alternatif, moins
contraignant et aux retombées plus
directes et immédiates.
Dans un tel contexte, quelles stratégies l’Europe doit-elle mettre en
œuvre pour retrouver toute sa place
sur l’échiquier africain? Quelle ambition et quels moyens se donne-t-elle
pour renouveler son partenariat avec
l’Afrique?
Enjeux internationaux
Petit-déjeuner
Date : 26 janvier 2012
Contact :
audrey.delater-guellec@ena.fr
01 44 41 85 68
Tarif : 50 €
Connaître son environnement
L’ Arc de crise
OBJECTIFS
› Bilan des relations U.E/Afrique.
› Etat des lieux de la coopération SudSud et des potentiels africains.
› Nouvelles perspectives, nouvelles
formes de partenariats à développer.
E2
1 j Les nouveaux visages de la communaute francaise
du renseignement
1 jour
Date : 7 mars 2012
Contact : nelly.fesseau@ena.fr
01 44 41 85 50
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
« Dans un environnement international marqué par de grandes incertitudes et des préavis qui peuvent être
très courts, les moyens de la connaissance et de l’anticipation constituent
la première ligne de défense d’un
pays. ». Tel est le constat inscrit dans
le Livre Blanc sur la sécurité et la
défense nationale qui érige le renseignement en fonction stratégique
à part entière. Pour répondre à ces
défis, une grande réforme a été en-
treprise par les pouvoirs publics ces
dernières années. La communauté
française du renseignement est désormais structurée, les complémentarités entre les différents Services
sont mieux définies, l’encadrement
juridique a été renforcé et, au niveau
stratégique, un échelon de coordination a été mis en place pour fixer les
orientations, répartir les objectifs et
rendre les arbitrages.
Comment le renseignement est-il organisé et contrôlé en France ? Quel
rôle joue le coordonnateur national ?
Face aux menaces actuelles, quelles
sont les missions et les priorités des
Services ? Qui sont les hommes et les
femmes qui composent la communauté française du renseignement ?
OBJECTIFS
› Comprendre ce qu’est la communauté française du renseignement,
sa place dans l’État ainsi que ses relations avec différents partenaires au
sein de l’administration. › Connaître les entités qui la composent (Coordonnateur, DGSE, DCRI,
DRM, DPSD, DNRED et TRACFIN) et
en identifier les missions et les spécificités.
› Savoir quels sont les enjeux majeurs
et les principaux défis du renseignement aujourd’hui.
› Prendre conscience des contraintes
dans lesquelles travaillent les
hommes et les femmes qui font le
renseignement en France.
E3
41
Enjeux internationaux
Connaître son environnement
Les mutations dans le monde arabe
Demi-journée
Date : 27 mars 2012
Contact :
audrey.delater-guellec@ena.fr
01 44 41 85 68
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
2011 a incontestablement marqué un
tournant dans l’histoire du monde
arabe. Débuté par le peuple tunisien, le « printemps arabe » s’est, en
quelques mois, étendu au Maghreb
et au Moyen-Orient. Sous le joug de
dictatures en place depuis des décennies, les populations arabes ont ainsi
porté massivement et publiquement
leurs aspirations de changement et
leurs revendications politiques (liberté, démocratie, pluralisme) et sociales (justice, emploi, répartition des
richesses). S’exprimant essentiellement par des manifestations et occupations pacifiques de l’espace public,
ces mouvements populaires, conduits
par la jeunesse, ont également su
trouver dans les NTIC et les réseaux
sociaux, des relais stratégiques.
Selon les contextes, ces soulèvements
ont conduit au départ des dirigeants
pour s’engager sur la voie d’une transition démocratique (Tunisie, Egypte)
ou ont provoqué des réformes institutionnelles profondes rééquilibrant
les pouvoirs en place (Maroc). Dans
d’autres cas, ils se sont enlisés en
guerre civile (Syrie, Yémen) provoquant l’intervention de la communauté
internationale (Libye).
Quel bilan peut-on faire, un an après,
de ce printemps arabe ?
OBJECTIFS
› Analyse rétrospective des évènements 2011.
› Etat d’avancement des transitions,
forces en présence et perspectives.
› Rôle et place de la France dans les
nouveaux modèles en émergence.
E4
1 j Le soft power : réseaux et influences
1 jour
Date : 10 mai 2012
Contact :
audrey.delater-guellec@ena.fr
01 44 41 85 68
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Dans un contexte de globalisation qui
complexifie les structures et les modalités de fonctionnement des relations internationales, la notion même
de puissance a fortement évolué.
La mondialisation des échanges, la
contraction de l’espace-temps et ses
impacts, la multiplication des acteurs
et les nouvelles menaces sont autant
d’éléments qui poussent les Etats à
réinventer leurs capacités d’intervention et d’influence. Ainsi, les moyens
traditionnels d’action, s’appuyant en
général sur la contrainte (économie,
armée,...), s’adossent à des actions
visant l’attractivité, qu’elle soit fondée sur la culture ou l’idéologie : le
« soft power ». L’exercice de ce « soft
power » s’incarne désormais dans la
constitution et l’animation de réseaux,
véritables relais humains et matériels,
inscrits dans les secteurs-clés de
l’économie et de la société dans son
ensemble.
Aujourd’hui, quelles stratégies sont
mises en œuvre par les grandes puis-
sances pour préserver et développer
leur influence ? Sur quels vecteurs
s’appuient-elles ?
OBJECTIFS
› Définition des notions : pouvoir, puissance, influence, lobby et réseau.
› Portée et limites du « soft power ».
› Evolution vers la politique du « smart
power ».
› Réseaux : constitution et animation,
organisation, acteurs et potentiels.
E5
Pays emergents : puissances d’aujourd’hui et de demain
Demi-journée
Date : 24 mai 2012
Contact :
audrey.delater-guellec@ena.fr
01 44 41 85 68
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Brésil, Russie, Inde, Chine (« BRIC ») ou
encore Afrique du Sud et Nigéria, pour
ne citer qu’eux, constituent le groupe
des pays dits « émergents ». Décollage
économique, croissance soutenue et
continue, niveau d’endettement limité,
recul de la pauvreté, forte démographie, stabilité politique, potentiels
agricoles et énergétiques sont autant
d’atouts qui caractérisent ces nouveaux « géants » ou « jaguars », selon
leur poids. Par ailleurs pleinement
inscrits dans le jeu de l’économie mondiale, ils sont ouverts aux échanges
commerciaux et aux investissements
extérieurs, et s’imposent comme des
acteurs incontournables des grandes
instances économiques mondiales
(G20, OMC...). Forts de cette assise
économique, ils s’imposent également
comme des interlocuteurs politiques
de poids tant sur le plan régional que
multilatéral (ONU) : leur position pèse
désormais dans le règlement des
grandes problématiques internationales (révolution syrienne).
Aujourd’hui, qui sont ces pays émergents? Quels sont leurs atouts et intérêts? Sont-ils nos partenaires ou nos
concurrents? Quelles relations doit-on
nouer avec eux?
OBJECTIFS
› Typologie des pays émergents : atouts,
handicaps, spécificités.
› Poids sur la scène internationale,
­intérêts en jeu.
› Relations U.E / pays émergents, points
de convergence et de divergence.
E6
42 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
La multiplication des centres de décision et d’impulsion de la vie diplomatique est une des réalités marquantes
de ces dernières décennies. Les nouvelles forces qui y interviennent ne relèvent plus des Etats, mais s’incarnent
de plus en plus dans la société civile
où ONG, multinationales, lobbies et
médias se sont transformés en interlocuteurs de fait. Le développement
des technologies de la communication
ainsi que la mondialisation de certains
enjeux tels que l’environnement ou les
droits de l’homme participent également de la dépossession des acteurs
traditionnels des relations internationales et complexifient les règles du jeu
de l’arène diplomatique.
Aujourd’hui, qui sont ces nouveaux acteurs ? Quels sont leurs moyens d’ac-
tion ? Où puisent-ils leur légitimité ?
Quelle est la portée réelle de leur action ? Comment les Etats s’adaptent-ils
à ces réalités ?
OBJECTIFS
› Typologie des nouveaux acteurs : ONG,
associatifs, peuples, lobbies, grandes
entreprises, médias, think tanks, experts, autorités religieuses, etc.
› Modalités d’action, ressources, légitimité et influences.
› Nouvel équilibre, nouveaux rapports
de force.
E7
1 j La politique internationale de l’environnement :
sécurite énergétique et énergies renouvelables
1 jour
Date : 11 octobre 2012
Contact :
audrey.delater-guellec@ena.fr
01 44 41 85 68
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Alors que la question du climat est
reconnue comme un enjeu majeur,
que le pétrole n’est plus une énergie d’avenir et que la consommation
énergétique mondiale n’a jamais été
aussi élevée, la promotion du développement durable est désormais
­incontournable.
Aujourd’hui, certains pays se tour-
nent avec plus ou moins de moyens
vers les énergies dites renouvelables,
alors que d’autres réclament à leur
tour un « droit à polluer » et à faire
croître leur économie librement.
Quels sont alors les outils dont disposent les dirigeants pour faciliter
la transition vers un développement
moins coûteux du point de vue environnemental ? et comment concilier
un horizon d’attente créé par la société de consommation avec une économie plus sobre en énergie ?
L’objectif de cette formation est d’apporter aux auditeurs une vision à la
fois globale et pratique sur les questions énergétiques, des points de vue
Enjeux internationaux
Demi-journée
Date : 18 septembre 2012
Contact :
audrey.delater-guellec@ena.fr
01 44 41 85 68
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Connaître son environnement
Les nouveaux acteurs des relations internationales
technique, social et économique, tout
en leur fournissant des outils pour favoriser un développement compatible
avec les enjeux environnementaux
auxquels le monde est aujourd’hui
confronté.
OBJECTIFS
› Les enjeux géopolitiques de l’énergie
et les questions de gouvernance.
› Le cadre législatif et réglementaire
du développement durable en France
et en Europe.
› Le financement d’une politique de
développement durable.
› L’économie des ressources énergétiques.
E8
1 j La diplomatie économique
1 jour
Date : 23 octobre 2012
Contact :
audrey.delater-guellec@ena.fr
01 44 41 85 68
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Signe que l’économie s’est imposée
comme un champ majeur de l’activité
diplomatique, rares sont aujourd’hui
les visites officielles de chefs d’État qui
n’intègrent pas dans leurs délégations
dirigeants de grandes entreprises, représentants du secteur, entrepreneurs
et divers chargés d’affaires.
En effet, la puissance d’un pays et son
rayonnement à l’étranger passent aussi par l’exportation de ses produits, par
la diffusion internationale de ses marchandises et de ses services, comme
par sa capacité d’influence lors des
grandes négociations commerciales
internationales (OMC, G20,...).
Au-delà, le phénomène de globalisation des échanges oblige aujourd’hui
les États à se saisir des problématiques
de régulation de la finance internationale, d’éthique et de criminalisation de
l’économie mondiale.
OBJECTIFS
› La conduite de la diplomatie économique : acteurs, organisation, fonctionnement et enceintes.
› Le poids des acteurs économiques
privés.
› Les leviers d’action et d’influence des
États.
E9
43
Enjeux internationaux
Connaître son environnement
2 j Pratique du protocole
2 jours
Dates : 15 et 16 novembre 2012
Contact :
audrey.delater-guellec@ena.fr
01 44 41 85 68
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
L’application des règles protocolaires
participe au bon fonctionnement des
institutions et à la continuité des services de l’État.
S’il existe quelques règles écrites à
respecter impérativement, le protocole français est essentiellement
composé d’usages non écrits. Leur
connaissance passe par la maîtrise
d’un certain nombre d’outils et l’acquisition des bons réflexes.
Véritable ordre symbolique, garant
de l’ordre politique, le protocole est
appréhendé sous un angle concret et
opérationnel.
OBJECTIFS
› Saisir la réalité politique et sociale du
protocole.
› Mieux connaître les règles protocolaires : préséances, cérémonial, accueil, réception, appellations, plan de
table, etc.
E10
2 j Le post-conflit : entre retour à la paix et reconstruction
2 jours
Dates : 12 et 13 décembre 2012
Contact :
audrey.delater-guellec@ena.fr
01 44 41 85 68
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
Le post-conflit constitue, tant pour les
acteurs nationaux et régionaux que
pour la communauté internationale,
une phase à la fois décisive et délicate.
L’urgence, les impératifs de sécurité
et de stabilité ainsi que la consolidation des dynamiques de sortie de crise
prennent en effet souvent le pas sur
les exigences de développement et de
démocratie sans lesquelles la paix ne
peut se construire durablement.
L’ampleur des défis que doit relever
un pays en situation de post-conflit
l’engage dans un processus long dont
l’approche doit être intégrée en terme
de prévention, de reconstruction étatique, de gouvernance, mais aussi de
mise en cohérence des politiques et de
dialogue entre tous les acteurs.
OBJECTIFS
› Typologie des situations de post-conflit.
› Rôle et interactions entre les différents acteurs (nationaux, régionaux et
internationaux).
› Processus DDR et justice transitionnelle.
› Reconstruction de l’Etat et maîtrise du
développement.
› Enjeux de gouvernance.
E11
44 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
ENA Paris
Connaître son environnement
Gouvernance
européenne
GE1
Les acteurs de la nouvelle gouvernance européenne :
entre illusion et réalité
6 janvier Page 46
GE2
L’élu, acteur d’Europe ?
31 janvier
Page 46
GE3
Concertation et négociation au Parlement européen
et au Conseil de l’Union européenne
8 et 9 février
Page 46
GE4
Comment participer à la décision publique européenne :
les fondamentaux
17 février
Page 47
GE5
Comment participer à la décision publique européenne :
études de cas
9 mars Page 47
GE6
Les institutions et le budget de l’Union européenne
13 et 14 mars
Page 47
GE7
Exécution et transposition des directives européennes
14 et 15 mars
Page 48
GE8
The European Union in situ : immersion in the EU institutions
in Brussels (Study tour in Brussels)
GE9
Application des politiques de l’Union européenne
et contentieux
21 - 23 mars
Page 48
4 et 5 avril
Page 49
GE10 Le fonctionnement institutionnel de l’Union européenne in situ :
visite des institutions européennes à Bruxelles
20 - 23 novembre
Page 49
45
Gouvernance européenne
Connaître son environnement
Les acteurs de la nouvelle gouvernance européenne :
entre illusion et réalité
Demi-journée
Date : 6 janvier 2012
Contact : anne-laure.blanc@ena.fr
03 88 21 45 50
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Le Traité de Lisbonne a profondément
révisé les règles de la gouvernance européenne. Les acteurs, leur nombre,
leur champ d’intervention et la répartition des compétences ont été modifiés. Certaines institutions, comme la
Haute Représentante pour les affaires
étrangères et la politique de sécurité
et le Service Européen pour l’Action
Extérieure, émergent. Les objectifs
sont multiples et complémentaires :
pallier le déficit démocratique et rapprocher l’Europe de ses citoyens ; simplifier et améliorer l’organisation des
services et le processus de décision
; recentrer, rationaliser et équilibrer
les missions ; accroître sur le plan politique, la lisibilité de l’Europe, etc ...
L’enjeu est double : en interne, il s’agit
de pouvoir fonctionner efficacement à
27 ; sur la scène internationale, il s’agit
de pouvoir peser en renforçant son assise et son influence. Aujourd’hui, qui
dirige l’Europe ? Quels défis doit-elle
relever ? Est-elle à la hauteur de ses
ambitions ?
OBJECTIFS
› Appréhender l’historique et les règles
de la gouvernance européenne : de
Maastricht à Lisbonne.
› Percevoir les enjeux et conditions
d’une Europe politique forte.
GE1
L’élu, acteur d’Europe ?
Demi-journée
Date : 31 janvier 2012
Contact : anne-laure.blanc@ena.fr
03 88 21 45 50
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Les
communautés
européennes
puis l’Union européenne se sont
construites par le droit. Ses détracteurs reprochent à cette construction
d’être trop technique voire trop technocratique. La place du politique est
pourtant essentielle dans le projet
européen et dans sa mise en œuvre.
L’occasion sera donnée ici de s’interroger sur la place de l’élu dans les
différentes phases d’élaboration et
d’application des politiques de l’Union
européenne.
OBJECTIFS
› Comprendre le fonctionnement des
institutions européennes.
› Percevoir le rôle de l’élu dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques européennes.
GE2
2 j Concertation et négociation au Parlement européen
et au Conseil de l’Union européenne
2 jours
Dates : 8 et 9 février 2012
Contact : didier.meynier@ena.fr
03 69 20 48 53
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
Les acteurs nationaux, en premier lieu
les fonctionnaires des États membres,
participent de manière très importante
à l’élaboration et à la mise en œuvre
des politiques de l’Union européenne.
Il est primordial qu’ils maîtrisent les
procédures modifiées par le traité de
Lisbonne et qu’ils connaissent les pratiques des acteurs institutionnels.
Les Ateliers de la gouvernance européenne constituent un cycle court,
à finalité très opérationnelle, sur les
différentes procédures et pratiques
décisionnelles de l’UE. Ces Ateliers
de la gouvernance européenne sont
déclinés en trois modules de deux
journées chacun. Ils s’adressent à un
46 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
public de professionnels de l’Europe
soucieux d’acquérir (formation prise
de poste), d’actualiser ou d’échanger
leurs connaissances des techniques et
pratiques de la négociation, de l’exécution, de la transposition et de la mise
en œuvre des politiques publiques européennes.
Ce premier module est consacré aux
phases de concertation et de négociation développées lors de l’élaboration
de la proposition législative. Après un
rappel sur les processus décisionnels
et le nouvel équilibre institutionnel
après Lisbonne, il s’agira de s’intéresser au fonctionnement interne de
la Commission européenne et à la
procédure d’élaboration des propositions législatives (concertation, analyse d’impact, négociation, décision).
L’élaboration des positions nationales
et les modalités de la négociation et
de la prise de décision au Conseil de
l’UE seront ensuite étudiées ainsi que
l’organisation des débats au Parlement
européen. Un exercice pratique de simulation de négociation au Conseil de
l’Union européenne sera enfin proposé.
OBJECTIFS
› Acquérir ou actualiser ses connaissances théoriques sur les processus
décisionnels au regard du traité de
Lisbonne.
› Cerner les enjeux et la pratique de la
concertation et de la représentation
d’intérêts dans la phase d’élaboration
d’une proposition législative.
› Comprendre les modalités d’élaboration des positions nationales.
› S’entraîner à la négociation au travers
d’une mise en situation et améliorer
ses pratiques.
› Échanger sur ses problématiques et
ses expériences.
› S’inscrire dans un réseau de professionnels de l’Europe.
GE3
Les institutions européennes ont affiché une ambition de transparence et
de concertation. Cet enjeu intéresse
les différents acteurs de la société
civile (organisations professionnelles,
ONG, associations, consultants, ex-
perts...) et les administrations des
États membres. Cette concertation
est réelle et prend différentes formes
(consultations en ligne, auditions publiques, groupes d’experts, panels
d’entreprises...).
Ce travail est déterminant pour l’élaboration des propositions législatives
et la prise de décision. Il est important pour chaque opérateur de savoir
y prendre part et de connaître le cadre
politique, éthique et réglementaire
dans lequel il s’inscrit.
OBJECTIFS
› Comprendre les procédures et pratiques de travail au sein des institutions de l’UE.
› Pouvoir appréhender le jeu et le positionnement des différents acteurs.
› Visualiser et pouvoir choisir les différents modes d’intervention possibles.
› Connaître les règles encadrant la représentation d’intérêt.
GE4
1 j Comment participer à la décision publique européenne :
étude de cas
1 jour
Date : 9 mars 2012
Contacts : anne-laure.blanc@ena.fr
03 88 21 45 50
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Les institutions européennes ont affiché une ambition de transparence et
de concertation. Cet enjeu intéresse
les différents acteurs de la société
civile (organisations professionnelles,
ONG, associations, consultants, experts...) et les administrations des
États membres. Cette concertation
est réelle et prend différentes formes
(consultations en ligne, auditions publiques, groupes d’experts, panels
d’entreprises...).
Après une première journée consacrée à la présentation du cadre politique, éthique et réglementaire dans
lequel s’inscrit la participation à la
décision publique européenne et à
Gouvernance européenne
1 jour
Date : 17 février 2012
Contacts : anne-laure.blanc@ena.fr
03 88 21 45 50
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Connaître son environnement
1 j Comment participer à la décision publique européenne :
les fondamentaux
l’examen des différentes modalités
de concertation, cette seconde journée propose une approche pratique
au travers d’études de cas et d’exercices de mise en situation.
OBJECTIFS
› Savoir élaborer et développer une
stratégie de participation à la décision publique européenne.
GE5
2 j Les institutions et le budget de l’UE
2 jours
Dates : 13 et 14 mars 2012
Contact :
philippe.roman@ena.fr
03 88 21 45 13
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
Malgré les débats publics, le rôle et le
fonctionnement des institutions européennes restent souvent mal connus,
à l’instar du processus décisionnel eu-
ropéen. Il en est de même de la structure, de l’élaboration et de la mise
en œuvre du budget de l’UE. Avec les
évolutions apportées par Traité de Lisbonne, entré en vigueur en décembre
2009, et au regard du rôle joué par les
autorités nationales dans l’élaboration
et la mise en œuvre des réglementations européennes, la formation des
cadres des secteurs publics et privés
français à ces questions devient un enjeu primordial.
OBJECTIFS
› Savoir identifier les différentes institutions européennes.
› Comprendre le fonctionnement des institutions et le processus décisionnel.
› Percevoir le rôle des autorités françaises dans les différentes phases
d’élaboration et de mise en œuvre des
politiques européennes.
› Connaître le fonctionnement budgétaire de l’UE, appréhender le poids budgétaire des politiques européennes.
GE6
47
Gouvernance européenne
Connaître son environnement
2 j Exécution et transposition des directives européennes
2 jours
Dates : 14 et 15 mars 2012
Contact : didier.meynier@ena.fr
03 69 20 48 53
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
Les acteurs nationaux, en premier lieu
les fonctionnaires des États membres,
participent de manière très importante
à l’élaboration et à la mise en œuvre
des politiques de l’Union européenne.
Il est primordial qu’ils maîtrisent les
procédures modifiées par le traité de
Lisbonne et qu’ils connaissent les pratiques des acteurs institutionnels.
Les Ateliers de la gouvernance européenne constituent un cycle court,
à finalité très opérationnelle, sur les
différentes procédures et pratiques
décisionnelles de l’UE. Ces Ateliers
de la gouvernance européenne sont
déclinés en trois modules de deux
journées chacun. Ils s’adressent à un
public de professionnels de l’Europe
soucieux d’acquérir (formation prise
de poste), d’actualiser ou d’échanger
leurs connaissances des techniques
et pratiques de la négociation, de
l’exécution, de la transposition et de
la mise en œuvre des politiques publiques européennes.
Ce deuxième module est consacré
aux phases d’exécution des décisions
de l’UE par les comités ad hoc et de
transposition des directives par les administrations nationales. Il s’agit dans
un premier temps de s’intéresser aux
nouvelles règles encadrant la « comitologie » et aux principes juridiques
relatifs à la transposition du droit de
l’Union européenne. D’une manière
plus pratique un exercice de simulation d’une réunion de comité sera
ensuite proposé ainsi qu’une étude de
cas illustrant les difficultés de transposition et les risques de contentieux.
OBJECTIFS
› Comprendre le nouveau dispositif d’exécution de la législation de
l’Union européenne mis en place par
le Traité de Lisbonne et le nouveau
rôle des comités.
› Actualiser ses connaissances sur
l’ordre juridique communautaire et
son articulation avec le droit national.
› Cerner les règles et les difficultés de
la transposition.
› Améliorer ses pratiques et échanger
sur ses problématiques et ses expériences.
› S’inscrire dans un réseau de professionnels de l’Europe.
GE7
3 j The European Union in situ : immersion in
the EU institutions in Brussels (Study tour in Brussels)
3 days
Dates: 21, 22 and 23 March 2012
Contact:
anne-laure.blanc@ena.fr
03 88 21 45 50
Price: 1700 €
Administrations: 1250 €
The EU decision-making process involves a large number of players. The
role and functioning of the institutions
are not well known, neither is the decision making process itself. However,
this is an important issue for managers
in the public and private sector, considering the role of national authorities
and civil society in the early stages of
development and implementation of
European policies and regulations.
Looking beyond the theoretical knowledge of these issues and in order to understand them better, it is rewarding
and valuable to meet and discuss with
EU officials on their methods and work
environment. During this study tour in
Brussels, managers from Germany,
France and UK can meet and exchange
views on european issues.
OBJECTIVES
› Increase knowledge of European
Union institutional functioning and the
implementation of European policies.
› An understanding of the role of European institutions and their work
places.
› An insight into important EU policies.
› Meetings with different institutional
actors.
GE8
48 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Les acteurs nationaux, en premier lieu
les fonctionnaires des États membres,
participent de manière très importante
à l’élaboration et à la mise en œuvre
des politiques de l’Union européenne.
Il est primordial qu’ils maîtrisent les
procédures modifiées par le traité de
Lisbonne et qu’ils connaissent les pratiques des acteurs institutionnels.
Les Ateliers de la gouvernance européenne constituent un cycle court, à
finalité très opérationnelle, sur les diffé-
rentes procédures et pratiques décisionnelles de l’UE. Ces Ateliers de la gouvernance européenne sont déclinés en trois
modules de deux journées chacun. Ils
s’adressent à un public de professionnels de l’Europe soucieux d’acquérir
(formation prise de poste), d’actualiser
ou d’échanger leurs connaissances des
techniques et pratiques de la négociation, de l’exécution, de la transposition
et de la mise en œuvre des politiques
publiques européennes.
Ce troisième et dernier module est
consacré aux problématiques très opérationnelles liées à l’application des politiques de l’Union européenne par les
acteurs nationaux et locaux. Il s’agira de
s’intéresser tout d’abord aux différentes
phases du recours en manquement et
d’envisager de manière très pratique les
difficultés de mise en œuvre des dispositifs réglementaires de l’Union européenne. Cette approche pratique sera
facilitée par l’étude d’un cas concret et
par la rencontre de plusieurs acteurs
publics et opérateurs impliqués dans sa
mise en œuvre.
OBJECTIFS
› Percevoir les enjeux politiques, juridiques et financiers liés à une application correcte du droit de l’Union
européenne.
› Acquérir ou actualiser ses connaissances sur les procédures d’infraction.
› Échanger ses expériences et ses pratiques liées à l’application des politiques de l’Union européenne.
GE9
Gouvernance européenne
2 jours
Dates : 4 et 5 avril 2012
Contact : didier.meynier@ena.fr
03 69 20 48 53
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
Connaître son environnement
2 j Application des politiques de l’Union européenne
et contentieux
3 j Le fonctionnement institutionnel de l’Union européenne
in situ : visite des institutions européennes à Bruxelles
3 jours
Dates : du 20 au 23 novembre 2012
à Bruxelles
Contact : philippe.roman@ena.fr
03 88 21 45 13
Tarifs : prix public 1700 €
Prix administrations 1250 €
Les processus décisionnels de l’Union
européenne impliquent un grand
nombre d’acteurs. Le rôle et le fonctionnement des institutions restent
peu ou mal connus, à l’instar du processus décisionnel lui même. Il s’agit
cependant d’un enjeu important pour
les cadres des secteurs public et
privé français, considérant la place
qu’occupent les autorités nationales
et la société civile dans les phases
d’élaboration et de mise en œuvre des
politiques et réglementations européennes. Au delà de la connaissance
théorique de ces questions et pour
mieux les appréhender, il est enrichissant et utile de rencontrer et de pouvoir débattre avec des fonctionnaires
européens, de découvrir leurs méthodes et leur cadre de travail.
OBJECTIFS
› Approfondir les connaissances du
fonctionnement de l’Union européenne et des procédures relatives à
l’élaboration et l’exécution des politiques européennes.
› Découvrir les méthodes et les lieux de
travail des institutions européennes.
› Mieux connaître certaines politiques
de l’UE.
› Rencontrer différents acteurs institutionnels.
GE10
49
ENA Paris
Connaître son environnement
Evolution
des fonctions
publiques
F1
Égalité hommes/femmes dans la haute fonction publique ?
F2
La gestion des ressources humaines dans
l’espace administratif européen
F3
L’avenir des trois fonctions publiques
F4
La gestion des carrières et des compétences dans
la fonction publique F5
8 mars Page 51
28 et 29 juin
Page 51
2 octobre Page 51
16 octobre Page 52
Mobilité et parcours professionnel 13 novembre
Page 52
F6
Quelle formation pour les agents publics
27 novembre
Page 52
F7
La responsabilité pénale et la protection des agents publics
4 décembre
Page 53
50 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Dans la haute fonction publique d’État,
la part des femmes ne représente que
16,1 % au sein des emplois de direction,
selon le récent rapport annuel 20092010 sur l’état de la fonction publique.
Du côté de la haute fonction publique
territoriale, les emplois de direction
sont occupés à 18 % par des femmes.
Dans la fonction publique hospitalière,
elles ne sont que 16,3 % à être directrices d’hôpitaux.
Un rapport sur l’égalité entre les
hommes et les femmes dans la fonction publique a été remis au début de
l’année 2011 au président de la République par Françoise Guégot, députée
de Seine-Maritime. Ce rapport préconisait de fixer des « objectifs clairs et
contraignants », avec des « pénalités »
en cas de non-respect par les administrations.
Sans exclure la solution « radicale » de
mettre en œuvre des quotas , cette demi-journée de formation proposée par
l’ENA, lors de la journée de la femme
le 8 mars, vous propose de réfléchir
collectivement aux pistes de solutions
pour encourager l’accès des femmes
aux hautes responsabilités dans la
haute fonction publique.
OBJECTIFS
› Analyser les statistiques sur l’accès
des femmes aux responsabilités et
sur les rémunérations dans la haute
fonction publique.
› Comparer les réformes envisagées
en France avec celles menées au sein
des États de l’Union européenne.
› Envisager des pistes de solution pour
l’accès des femmes aux hautes responsabilités : articulation vie privée /
vie familiale, quotas...
F1
2 j La gestion des ressources humaines dans l’espace
administratif européen
2 jours
Dates : 28 et 29 juin 2012
Contact : anne-laure.blanc@ena .fr
03 88 21 45 50
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
L’existence d’une fonction publique
européenne de plus en plus importante, la très forte implication des
administrations nationales et locales
dans l’élaboration et plus encore dans
la mise en œuvre des politiques européennes, l’application du principe
de libre circulation des travailleurs
et l’ouverture des fonctions publiques
nationales aux ressortissants communautaires constituent autant de
tendances lourdes qui témoignent
de l’émergence d’un véritable espace
administratif européen. Cette réalité
devient une composante importante
du management des fonctionnaires
nationaux.
EVOLUTION DES FONCTIONS PUBLIQUES
Demi-journée
Date : 8 mars 2012
Contact :
mehdi.allal@ena.fr
01 44 41 85 16
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Connaître son environnement
Égalité hommes / femmes dans la haute
fonction publique ?
OBJECTIFS
› Percevoir les enjeux du management
multiculturel.
› Identifier les possibilités de mobilité
dans l’espace administratif européen.
› Mesurer les conséquences juridiques
de l’ouverture des fonctions publiques
nationales et connaître la portée des
exceptions au principe.
› Connaître les grands principes et caractéristiques de la fonction publique
européenne.
F2
L’avenir des trois fonctions publiques
Demi-journée
Date : 2 octobre 2012
Contact :
elizabeth.andreoletti-cheng@ena.fr
01 44 41 85 63
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Le livre blanc de 2008 sur l’avenir de
la fonction publique part du double
constat de l’attachement des agents
publics et des citoyens au modèle
français de service public et de la
nécessité, admise par tous, d’en-
treprendre la modernisation de la
fonction publique. Entreprise dans le
contexte de la RGPP, la réforme repose sur la volonté de promouvoir une
plus grande efficacité, de définir une
allocation optimale des ressources,
notamment en termes humains et
d’implanter une culture du résultat
en vue de l’amélioration de la qualité
du service public. Parmi les actions
d’ores et déjà entreprises, peuvent
être citées : la professionnalisation
des concours, la valorisation des rémunérations, ou encore l’améliora-
tion de la mobilité. Quel bilan peuton, tirer des réformes entreprises et
quelles sont celles à venir ? Quelles
sont les spécificités des trois fonctions publiques et comment ces dernières s’adaptent-elles aux vagues
successives de réforme?
OBJECTIFS
› Identifier les enjeux de la modernisation des trois fonctions publiques.
› Comprendre les actions engagées et
à venir au regard des spécificités des
trois fonctions publiques.
F3
51
EVOLUTION DES FONCTIONS PUBLIQUES
Connaître son environnement
La gestion des carrières et des compétences
dans la fonction publique
Demi-journée
Date : 16 octobre 2012
Contact :
elizabeth.andreoletti-cheng@ena.fr
01 44 41 85 63
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
La gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences
(GPEEC) a d’abord été utilisée dans le
secteur privé avant d’être implantée
dans le secteur public. Elle est aujourd’hui l’outil principal de la mise
en œuvre de la politique de gestion
des ressources humaines. La GPEEC
vise à promouvoir l’analyse qualitative et prospective des emplois. Elle
a pour objectif la réduction anticipée
des écarts entre les besoins d’une
organisation et ses ressources humaines dans le cadre d’une stratégie
et d’un environnement donné, propres
à l’organisation considérée. Bien que
s’inspirant des méthodes du privé,
l’application de la GPEEC dans la fonction publique comporte des spécificités marquées (stabilité de l’emploi
dans la fonction publique, exigences
du service public...). Quels sont les
axes de mise en œuvre de la GPEEC
dans la fonction publique? Quels sont
les outils sur lesquels elle s’appuie ?
Quel est le succès de cette méthode ?
Cette séance mettra en évidence le caractère stratégique de la gestion des
carrières et des compétences dans la
fonction publique.
OBJECTIFS
› Comprendre les composantes de la
GPEEC et ses enjeux dans la fonction
publique.
› Connaître les outils de mise en
œuvre.
F4
Mobilité et parcours professionnels :
une prise en compte innovante dans la fonction publique
Demi-journée
Date : 13 novembre 2012
Contact :
elizabeth.andreoletti-cheng@ena.fr
01 44 41 85 63
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Dans le cadre de la réforme de l’État et
dans un contexte de professionnalisation des métiers de la fonction publique,
la loi du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels vise
à améliorer la gestion des ressources
humaines en dynamisant la carrière
des agents publics. La réforme permet,
en effet, la suppression des obstacles
juridiques et statutaires entravant la
mobilité des fonctionnaires et encourage même cette dernière par le biais
de différents outils financiers (prime
de restructuration, allocation d’aide à
la mobilité du conjoint, indemnité de
départ volontaire etc...). L’objectif est
de créer un véritable « droit à la mobilité » de façon à permettre un accès
facilité aux emplois des trois fonctions
publiques.
Quel bilan peut-on tirer des actions entreprises? Quelle sera la portée des outils mis en œuvre et leur applicabilité?
OBJECTIFS
› Connaître les dispositifs d’accompagnement des parcours professionnels.
› Comprendre la démarche de mobilité
entre les fonctions publiques.
F5
Quelle formation pour les agents publics ?
Demi-journée
Date : 27 novembre 2012
Contact :
elizabeth.andreoletti-cheng@ena.fr
01 44 41 85 63
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
La loi du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique qui modifie
le statut général des fonctionnaires,
a instauré le droit individuel à la formation (DIF), les périodes de profes-
sionnalisation qui autorisent une alternance entre périodes d’activité et
de formation de façon à prévenir les
risques d’inadaptation des agents à
leurs fonctions ou encore les congés
pour bilan de compétences et pour
validation des acquis de l’expérience.
Dans un contexte de modernisation de
la fonction publique, il s’agit de permettre aux services des ressources
humaines des administrations de
mettre en place une politique de formation dynamique à l’intention des
agents de façon à encourager la professionnalisation des emplois et une
gestion des carrières par métiers.
Quels sont les outils de mise en œuvre
de cette politique et quel regard porter
sur les actions déjà engagées?
OBJECTIFS
› Comprendre le contexte dans lequel
s’inscrit la nouvelle politique de formation des agents publics.
› Connaître les dispositifs de formation
proposés aux agents.
F6
52 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Depuis 1935, date à laquelle le droit pénal commun s’est pleinement appliqué
aux fonctionnaires, les agents publics
peuvent voir leur responsabilité pénale
engagée en cas d’infraction intentionnelle ou non intentionnelle commise
dans l’exercice de leurs fonctions.
Toutefois, en raison de la spécificité de
leurs missions, l’article 11 de la loi du
13 juillet 1983 instaure une protection
fonctionnelle des agents publics dans
deux hypothèses : en cas d’attaques
dont ils pourraient être victimes dans
l’exercice de leurs fonctions (menaces,
violences, injures , etc...) ou en cas de
poursuite pénale pour des faits commis dans l’exercice de leurs fonctions
et qui n’ont pas le caractère de faute
personnelle. Cette protection que l’administration a, en principe, l’obliga-
tion d’accorder, peut se traduire par
différentes mesures : garantie de la
sécurité de l’agent, engagement des
moyens matériels et d’assistance juridique nécessaires.
OBJECTIFS
› Identifier les grands principes de la
responsabilité pénale des fonctionnaires.
› Connaître le contenu de la protection
fonctionnelle.
› Faire le point sur la jurisprudence la
plus récente en la matière.
F7
EVOLUTION DES FONCTIONS PUBLIQUES
Demi-journée
Date : 4 décembre 2012
Contact :
elizabeth.andreoletti-cheng@ena.fr
01 44 41 85 63
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Connaître son environnement
La responsabilité pénale et la protection
des agents publics
53
ENA Paris
Connaître son environnement
Politiques
européennes
PE 1
Le montage et la gestion de projets européens
pour le développement rural et régional
PE 2
Ce qu’il faut savoir de la PAC
PE 3
Le devenir de la politique de cohésion de l’UE
PE 4
13-16 mars Page 56
28 et 29 mars
Page 56
30 mars Page 56
Du G20 de Washington au G20 de Cannes : Quelles avancées
en matière de régulation financière depuis la crise ?
3 avril Page 57
PE 5
Les prochaines perspectives financières de l’UE
4 avril
Page 57
Quelles constructions de l’espace européen de liberté,
de sécurité et de justice
5 avril
Page 58
PE 7
Le financement et la gestion des services publics locaux 12 et 13 avril
Page 58
Les enjeux de la politique d’immigration de
l’Union européenne
27 avril
Page 58
3 et 4 mai
Page 59
3 mai
Page 59
PE 6
PE 8
PE 9
PE 10
Le contentieux du droit européen de l’environnement :
études de cas
L’impact de la crise financière et des dettes souveraines
sur le financement à long terme du développement local en Europe ? 54 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
© Aldo Murillo
PE 11
L’agriculture européenne et l’OMC
15 et 16 mai
Page 59
PE 12
L’Union européenne au service des entreprises
30 et 31 mai
Page 60
5-8 juin
Page 60
15 juin
Page 60
22 juin
Page 61
9 octobre
Page 61
18 et 19 octobre
Page 61
13 et 14 novembre
Page 62
PE 13
Les financements européens en faveur de la biodiversité
et des espaces naturels
PE 14 Europe 2020 : quelle stratégie d’innovation en Europe ?
PE 15
PE 16
Quelle politique étrangère pour l’Europe : focus sur
le Service européen pour l’action extérieure (SEAE) Les acteurs de l’UE en matière de régulation
des services financiers : les fondamentaux
PE 17
Le financement et la conduite de projets européens
PE 18 L’action extérieure de l’Union européenne
PE 19
Les acteurs du processus décisionnel de l’UE
en matière de régulation des services financiers et la participation à la décision publique européenne
PE 20 Les nouvelles formes de coopération internationale :
coopération décentralisée et transfrontalière
23 novembre
Page 62
6 et 7 décembre
Page 62
55
Politiques européennes
Connaître son environnement
2,5 j
Le montage et la gestion de projets européens
pour le développement rural et régional
2 jours et demi
Dates : du 13 au 16 mars 2012
Contact :
philippe.roman@ena.fr
03 88 21 45 13
Tarifs : prix public 1600 €
Prix administrations 1100 €
Avec 308 milliards d’euros prévus sur
la période 2007-2013, la politique de
cohésion économique, sociale et territoriale, ou politique régionale, est
le premier domaine d’intervention de
l’Union européenne, devant la poli-
tique agricole commune. La France
bénéficie pour cette période d’une
aide importante des fonds structurels
et notamment du FEDER. Le développement rural est par ailleurs financé
par le FEADER dans le cadre du 2ème
pilier de la PAC.
Il est primordial, tant pour les porteurs de projets que pour les agents en
charge de la gestion et du contrôle de
ces fonds, de bien connaître les règles
et les procédures liées au montage et
à la gestion de projets européens financés par le FEDER et le FEADER.
OBJECTIFS
› Connaître les enjeux, les objectifs et
les instruments financiers en faveur
du développement régional et du développement rural.
› Comprendre le fonctionnement et
les règles de gestion du FEDER et du
FEADER.
› Identifier les interlocuteurs et les différentes phases relatives à l’élaboration et au suivi des projets.
PE1
2 j Ce qu’il faut savoir de la PAC
2 jours
Dates : 28 et 29 mars 2012
Contact : philippe.roman@ena.fr
03 88 21 45 13
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
La politique agricole commune (PAC)
est la plus ancienne des politiques de
l’UE, et la deuxième plus importante en
terme de budget. Elle a fait l’objet de
nombreuses critiques et connaît un processus de réforme continu depuis 1990,
la dernière ayant eu lieu en novembre
2008 avec le bilan de santé dont l’objec-
tif est d’en rationaliser, simplifier et moderniser le fonctionnement. Aujourd’hui
l’avenir de la politique agricole fait encore débat au sein des institutions européennes et entre les États membres.
Si l’idée d’en accroître l’efficacité et de
lui permettre de faire face aux grands
enjeux tels que l’alimentation, le climat,
l’eau et la biodiversité, est évidente pour
tous, les avis sur les moyens à mettre
en œuvre pour y parvenir ne convergent
pas nécessairement.
Ceux qui s’intéressent à la PAC ou qui
participent à sa mise en œuvre, ont
tout intérêt à faire le point sur ces su-
jets et à envisager les évolutions de
cette politique.
OBJECTIFS
› Mieux connaître le contenu de la PAC,
premier et deuxième pilier, et ses évolutions jusqu’au bilan de santé.
› Comprendre les mécanismes du
contrôle des aides de la PAC.
› Appréhender d’autres modes de
gestion de la PAC dans l’Union européenne.
› Comprendre les grands enjeux de la
PAC au delà de 2013 et les perspectives
d’évolution.
PE2
Le devenir de la politique de cohésion
de l’Union européenne
Demi-journée
Date : 30 mars 2012
Contact : anne-laure.blanc@ena.fr
03 88 21 45 50
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
La politique de cohésion économique,
sociale et territoriale de l’Union européenne est primordiale pour le développement des régions et des territoires en Europe. Elle joue un rôle
décisif pour garantir une croissance
intelligente, durable et solidaire de
l’Europe, notamment en cette période
de maîtrise des dépenses publiques
nationales. Dans la perspective de la
discussion des orientations de la prochaine programmation 2014 – 2020, le
débat sur l’avenir de la politique de cohésion est ouvert. Plusieurs évolutions
parmi celles qui sont envisagées vont
générer un réel changement dans la
culture et les pratiques de négociation
et de mise en œuvre de cette politique.
Quels sont les impacts de la politique
de cohésion sur le territoire national ?
Quelles sont les grandes orientations de la politique de cohésion pour
l’après 2013 ?
OBJECTIFS
› Mesurer l’impact de la programmation actuelle sur les territoires de
l’Union européenne.
› Comprendre l’esprit et la portée
des modifications proposées pour le
cadre stratégique et réglementaire
de la prochaine programmation.
› Percevoir les perspectives de répartition des volumes financiers.
› Identifier les différents acteurs et les
positions exprimées.
PE3
56 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Les différents G20 qui se sont tenus
depuis le début de la crise financière
ont souligné la nécessité d’un renforcement et d’une meilleure coordination
internationale de la régulation financière. Ils ont invité les gouvernements
à prendre des mesures coordonnées
dans de nombreux domaines, avec pour
objectif de mieux encadrer le fonction-
nement des marchés de gré à gré, le
shadow banking, la rémunération des
opérateurs de marché, les paradis fiscaux, les hedge funds, les agences de
notation, le processus de normalisation
comptable, et de manière plus générale
les comportements d’aléa moral. L’application de ces mesures imposait un
renforcement de la coordination sectorielle et géographique des instances de
régulation et supervision, processus largement entamé depuis 2007, avec à titre
d’illustration la création d’organismes
de régulation et supervision européens,
parmi lesquels l’ESMA ou encore le
Conseil européen du risque systémique.
OBJECTIFS
› Rappeler les origines et les mécanismes de la crise financière.
› Identifier les défaillances de la régulation financière et leur contribution au
déclenchement de la crise financière.
› Identifier les mesures de renforcement de la régulation financière décidées en France, en Europe et dans le
monde et appréhender les principaux
domaines qui ont fait l’objet d’une
action au niveau du G20 (les hedge
funds, les CDS, la réglementation prudentielle, les normes comptables...).
PE4
Politiques européennes
1 jour
Date : 3 avril 2012
Contact : paolo.bailo@ena.fr
03 88 21 45 09
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Connaître son environnement
1 j Du G20 de Washington au G20 de Cannes :
Quelles avancées en matière de régulation financière
depuis la crise ?
Les prochaines perspectives financières
de l’Union européenne
Demi-journée
Date : 4 avril 2012
Contact : philippe.roman@ena.fr
03 88 21 45 13
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
La Commission européenne a proposé en juin 2011 un nouveau cadre
financier pluriannuel de l’UE pour la
période 2014-2020. Dans un contexte
de crise économique mondiale, et au
regard des budgets nationaux très
contraints, les discussions sur les
dépenses de l’UE pour les prochaines
années s’annoncent difficiles entre les
États membres. Les politiques de l’UE
seront en effet fortement impactées
par ce cadre financier, ce qui conduira
les États membres bénéficiaires des
fonds européens à défendre le poids
budgétaire de l’une ou l’autre de ces
politiques. L’Ena vous propose de faire
le point sur les discussions en cours
et sur les perspectives d’évolution du
budget de l’UE à compter de 2014.
OBJECTIFS
› Comprendre le fonctionnement budgétaire de l’UE.
› Connaître le poids budgétaire actuel
des politiques européennes.
› Connaître les propositions de la Commission en terme de dépenses et de
recettes pour la prochaine période de
programmation.
› Percevoir les enjeux des discussions
sur les perspectives financières.
PE5
57
Politiques européennes
Connaître son environnement
Quelles constructions de l’espace européen
de liberté, de sécurité et de justice
Demi-journée
Date : 5 avril 2012
Contact : philippe.roman@ena.fr
03 88 21 45 13
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
L’espace européen de liberté, de sécurité et de justice est au cœur de
la préoccupation des citoyens européens. Il constitue l’une des priorités
de l’Union européenne. Le traité de
Lisbonne lui confère de nombreux objectifs auxquels il convient d’ajouter
ceux du programme de Stockholm et
de la stratégie européenne de sécurité
intérieure. Ces objectifs cumulés impliquent fortement les administrations
de chaque État membre et certaine-
ment plus d’un million d’acteurs au
sein de l’Union européenne.
Dans le même temps apparaissent des
difficultés dans la mise en œuvre de
cet espace, au niveau européen et au
niveau national. Il existe en effet des
différences de cultures et de pratiques
dans les 27 États membres qui ne facilitent pas les négociations sur ces
sujets sensibles et les textes adoptés
au niveau européen manquent parfois de substance. Leur transposition
en droit national se révèle également
difficile, tout comme la coopération
entre les structures compétentes de
chaque État membre. Ces obstacles
ne peuvent être surmontés que par le
développement d’une vision commune
des enjeux de l’espace de liberté, de
sécurité et de justice. Celle-ci doit
permettre d’accroître la compréhension mutuelle des différents systèmes
nationaux et d’en réduire les préjugés.
OBJECTIFS
› Comprendre les étapes et les enjeux
de la mise en place progressive de
l’espace européen de justice, de liberté et de sécurité.
› Connaître les domaines d’action de
l’UE dans le cadre de l’espace JLS,
les moyens mis en œuvre au niveau
européen et dans les différents États
membres.
› Maîtriser le programme d’action et
les perspectives d’évolution de l’espace JLS.
PE6
2 j Le financement et la gestion des services publics locaux
2 jours
Dates : 12 et 13 avril 2012
Contact : anne-laure.blanc@ena.fr
03 88 21 45 50
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
Les collectivités locales sont directement intéressées par la mise en œuvre
des politiques de l’Union européenne,
qu’il s’agisse de mobiliser les instruments financiers mis à leur disposition
ou de respecter les dispositifs réglementaires qui s’appliquent à elles.
Parmi ceux-ci, le droit de la concurrence de l’Union européenne constitue un ensemble de règles qui visent
très directement l’activité des collectivités, parmi lesquelles la gestion des
services publics. La méconnaissance
des règles encadrant la passation des
marchés publics et l’octroi des aides
publiques, pour ce qui concerne notamment les délégations et les compensations de service public, peut
avoir des conséquences juridiques et
financières importantes. Il est dès lors
primordial, pour les collectivités, les
services de l’État et les opérateurs de
pouvoir saisir le contenu et la portée
de ces règles.
OBJECTIFS
› Comprendre l’approche de l’Union
européenne en matière de services
publics et la place de cette notion
dans les traités.
› Saisir l’impact de la réglementation
européenne sur la gestion et le financement des services public locaux.
PE7
Les enjeux de la politique d’immigration
de l’Union européenne
Demi-journée
Date : 27 avril 2012
Contact : philippe.roman@ena.fr
03 88 21 45 13
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Les traités reconnaissent aux citoyens
européens le droit de circuler librement sur le territoire de l’Union européenne. Cette liberté de circulation se
concrétise par un espace européen de
justice, de liberté et de sécurité au sein
duquel les frontières intérieures sont
supprimées. Cette absence de barrières intérieures a des implications
nombreuses notamment en terme de
gestion des frontières extérieures de
l’UE et de réglementation d’entrée et
de séjour des ressortissants des pays
tiers. L’Union européenne se doit en
effet de mettre en place des outils de
coopération adaptés pour répondre
aux défis des flux migratoires internationaux : organisation de la migration légale, lutte contre l’immigration
illégale, partenariat avec les pays
d’origine, de transit et de destination.
Les États membres de l’UE travaillent
depuis plusieurs années à l’harmonisation de leurs politiques dans ce domaine. Ils ont adopté en octobre 2008
le pacte européen sur l’immigration et
l’asile qui donne une impulsion nouvelle à l’action de l’UE dans ces domaines.
OBJECTIFS
› Comprendre la politique européenne
en matière d’immigration et d’asile et
les relations de l’UE avec ses voisins.
› Identifier les acteurs et les outils de
la coopération entre les pays de l’UE
(Frontex, Shengen, etc).
› Connaître les perspectives d’évolution et les défis de l’UE en matière
d’asile et d’immigration.
PE8
58 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Aujourd’hui, la grande majorité du droit
de l’environnement est d’origine européenne. La mise en œuvre des directives environnementales dans l’Union
européenne implique directement les
cadres en charge de la transposition, de
l’application ou du contrôle de ces réglementations au sein des parlements
nationaux, des administrations centrales, des services de l’État en région,
des juridictions administratives, des
collectivités locales, des associations et
des opérateurs privés. Il est important
qu’ils puissent percevoir les enjeux et
les risques liés à la mise en œuvre de
la politique environnementale et, sur la
base d’étude de projets concrets, qu’ils
puissent échanger sur leurs pratiques
et les problématiques rencontrées.
OBJECTIFS
› Percevoir les enjeux politiques, juridiques et financiers liés à une application correcte du droit de l’environnement de l’Union européenne.
› Acquérir ou actualiser ses connaissances sur les procédures de transposition et d’infraction.
› Échanger ses expériences et ses pratiques liées à l’application des dispositifs réglementaires environnementaux.
PE9
1 j L’impact de la crise financière et des dettes
souveraines sur le financement à long terme
du développement local en Europe ? 1 jour
Date : 3 mai 2012
Contact : paolo.bailo@ena.fr
03 88 21 45 09
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Quel est l’impact de la réforme de la
régulation financière sur le développement local et quelles sont les implications que cela comporte pour les décideurs ? La crise financière est avant
tout le produit de la défaillance de la
régulation et de la multiplication des
comportements d’aléa moral sur les
marchés financiers. La réforme de la
régulation financière est clairement en
marche, mais il devient central pour les
décideurs à l’échelon national et territorial de s’interroger sur l’adossement
des différentes mesures au diagnostic
établi après la crise et sur les conséquences entraînées par leurs applications. Au surplus, il est important pour
les décideurs d’acquérir une connaissance opérationnelle des différents financements à vocation territoriale que
l’Union européenne et les autres instances financières proposent au niveau
européen. Ce séminaire est principalement destiné aux responsables publics,
fonctionnaires et élus des collectivités
territoriales, mais peut aussi intéresser
les responsables d’institutions privées
Politiques européennes
2 jours
Dates : 3 et 4 mai 2012
Contact : anne-laure.blanc@ena.fr
03 88 21 45 50
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
Connaître son environnement
2 j Le contentieux du droit européen de
l’environnement : études de cas
souhaitant approfondir leur analyse
des questions de régulation financière.
OBJECTIFS
› Saisir l’impact de la crise financière
sur le développement territorial et
l’action des collectivités locales en
Europe.
› Identifier les principales réponses de
l’Union européenne face à la crise financière et notamment les instruments
financiers qui ont été développés.
› Connaître le contexte général du budget de l’Union européenne.
› Identifier les sources de financement
à vocation territoriale qui existent au
niveau européen.
PE10
2 j L’agriculture européenne et l’OMC
2 jours
Dates : 15 et 16 mai 2012
Contact : philippe.roman@ena.fr
03 88 21 45 13
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
L’Organisation Mondiale du Commerce
(OMC) est le cadre où les 153 pays
membres négocient des accords commerciaux et tentent de régler leurs différends. Ces négociations successives
aboutissent à des accords qui constituent la réglementation juridique du
commerce international, dont celui des
produits agricoles. Le cycle de Doha
pour le développement, lancé en 2001,
englobe notamment des négociations
dans le domaine de l’agriculture et de
l’environnement. Les positions sont
évidemment très diverses et les points
de désaccords fréquents sur des sujets
sensibles dont les enjeux financiers sont
considérables. Sur fond de crise alimentaire et économique mondiale, les
avancées dans le domaine agricole sont
difficiles. Dans ce contexte il est important de connaître le fonctionnement de
cette institution pour en comprendre les
interactions avec la politique agricole
commune et donc les répercussions sur
l’agriculture européenne.
OBJECTIFS
› Mieux appréhender le mécanisme des
négociations commerciales multilatérales.
› Connaître les enjeux et les mécanismes
régissant les échanges internationaux
dans le domaine agricole.
› Connaître les acteurs des négociations.
› Comprendre les débats sur la libération des échanges et les liens entre
OMC et PAC.
PE11
59
Politiques européennes
Connaître son environnement
2 j L’Union européenne au service des entreprises
2 jours
Dates : 30 et 31 mai 2012
Contact : anne-laure.blanc@ena.fr
03 88 21 45 50
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
en grande partie liés à une bonne
connaissance du cadre européen. Il
est donc essentiel pour les cadres dirigeants de maîtriser les enjeux, les
politiques et les pratiques de l’Union
européenne.
Le développement et la compétitivité des entreprises sont aujourd’hui
OBJECTIFS
› Améliorer l’environnement de son en-
treprise et ses relations avec les administrations européennes.
› Connaître les opportunités de financement pour les entreprises.
› Percevoir les opportunités que représente le marché intérieur.
› Identifier les réglementations européennes qui impactent l’activité des
entreprises.
PE12
3 j Les financements européens
en faveur de la biodiversité et des espaces naturels
3 jours
Dates : du 5 au 8 juin 2012
Contact :
philippe.roman@ena.fr
03 88 21 45 13
Tarifs : prix public 1700 €
Prix administrations 1250 €
L’Union européenne propose de nombreux soutiens financiers à ses populations et à ses territoires, notamment
en faveur de la biodiversité et des espaces naturels. Dans le cadre de la po-
litique régionale, les fonds structurels,
et le FEDER en particulier, constituent
la source de financement la plus importante, au regard des crédits inscrits au budget de l’Union européenne.
Il existe cependant d’autres possibilités de financement dans les domaines
du développement rural (FEADER),
de l’environnement (LIFE+), de la recherche et du développement technologique (7e PCRDT). Autant de programmes qu’il convient de connaître
pour les acteurs en charge de la ges-
tion des fonds européens ou pour les
porteurs de projets.
OBJECTIFS
› Connaître les enjeux et les objectifs
des politiques européennes en faveur
des territoires.
› Appréhender les principaux instruments financiers de l’UE au service
de la biodiversité et des espaces naturels.
› Identifier les acteurs et connaître les
procédures.
PE13
Europe 2020 : quelle stratégie d’innovation en Europe ?
Demi-journée
Date : 15 juin 2012
Contact : anne-laure.blanc@ena.fr
03 88 21 45 50
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
L’Union européenne s’est dotée d’une
stratégie pour sortir plus fort de la
crise : la stratégie Europe 2020. La
volonté est de faire de l’UE une économie intelligente, durable et inclusive
avec des niveaux d’emploi, de productivité et de cohésion sociale élevés.
La stratégie Europe 2020 repose sur
trois priorités :
- développer une économie fondée sur
la connaissance et l’innovation.
- promouvoir une économie plus efficace dans l’utilisation des ressources,
plus verte et plus compétitive.
- encourager une économie à fort taux
d’emploi favorisant la cohésion sociale et territoriale.
OBJECTIF
› Connaître les objectifs et initiatives
proposés dans la Stratégie Europe
2020.
PE14
60 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Le Traité de Lisbonne a profondément
révisé les règles de la gouvernance
européenne. Certaines institutions,
comme la Haute Représentante pour
les affaires étrangères et la politique
de sécurité et le Service européen pour
l’action extérieure (SEAE), émergent.
Ces nouveaux acteurs apparaissent à un
moment où les enjeux relatifs à la place
de l’Europe sur la scène internationale
sont de plus en plus importants.
OBJECTIFS
› Percevoir les enjeux de l’action extérieure de l’Union européenne.
› Connaître la nouvelle structure institutionnelle introduite par le Traité de
Lisbonne.
› Comprendre l’organisation du SEAE et
des délégations de l’UE dans le monde.
PE15
1 j Les acteurs de l’UE en matière de régulation
des services financiers : les fondamentaux
1 jour
Date : 9 octobre 2012
Contact : paolo.bailo@ena.fr
03 88 21 45 09
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Ce séminaire s’adresse à un public
désirant comprendre le processus de
prise de décision et de mise en œuvre
des différentes mesures de régulation
en matière de services financiers adoptées ou discutées au niveau européen.
OBJECTIFS
› Acquérir une connaissance globale
et claire de la supervision et des instances de régulation, du rôle et de la
place de chaque institution dans le
processus décisionnel.
› Percevoir les modalités et les marges
de manœuvre de la négociation européenne dans le domaine de la régulation des services financiers et mieux
comprendre la stratégie et le positionnement des acteurs.
Politiques européennes
Demi-journée
Date : 22 juin 2012
Contact : paolo.bailo@ena.fr
03 88 21 45 09
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Connaître son environnement
Quelle politique étrangère pour l’Europe : focus sur
le Service européen pour l’action extérieure (SEAE)
PE16
2 j Le financement et la conduite de projets européens
2 jours
Dates : 18 et 19 octobre 2012
Contact : philippe.roman@ena.fr
03 88 21 45 13
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
L’Union européenne offre de nombreux soutiens financiers aux travers
de ses différentes politiques. Dans
le cadre de la politique régionale, les
fonds structurels constituent la source
de financement la plus importante. Il
existe cependant d’autres politiques
permettant de financer des projets
dans les domaines du développement
rural, de l’environnement, de la recherche et du développement technologique, ou encore de la formation.
La connaissance de ces politiques et
la maîtrise des procédures liées au
montage et à la conduite de projets
européens sont essentielles pour les
porteurs de projets ou pour les auto-
rités en charge de la gestion des fonds
européens.
OBJECTIFS
› Appréhender les principaux instruments financiers de l’UE.
› Comprendre le fonctionnement et
les règles de gestion des fonds européens.
› Identifier les interlocuteurs et les différentes phases relatives à l’élaboration et au suivi des projets.
PE17
61
Politiques européennes
Connaître son environnement
2 j L’action extérieure de l’Union européenne
2 jours
Dates : 13 et 14 novembre 2012
Contact : paolo.bailo@ena.fr
03 88 21 45 09
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
Dans un monde en profonde mutation,
l’Union européenne doit pouvoir jouer
un rôle important et faire valoir ses
positions sur la scène internationale.
Le traité de Lisbonne a apporté de
nombreuse modifications aux compétences de l’Union européenne et aux
moyens de l’action extérieure.
Cette formation apporte un éclaircissement sur les enjeux et les acteurs
des différents domaines de l’action extérieure de l’Union européenne (PESC/
PSDC, coopération et développement,
élargissement et voisinage, politique
commerciale...).
OBJECTIFS
› Connaître les différents acteurs et
moyens de l’action extérieure.
› Comprendre les enjeux internationaux
et le positionnement de l’UE.
PE18
1 j Les acteurs du processus décisionnel de l’UE
en matière de régulation des services financiers et
la participation à la décision publique européenne
1 jour
Date : 23 novembre 2012
Contact : paolo.bailo@ena.fr
03 88 21 45 09
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Ce séminaire a pour but de saisir les
enjeux de la participation à la décision
publique européenne, les modalités
de régulation, les stratégies mises en
place et les conditions d’efficacité. Un
exercice pratique portant sur un texte
juridique en matière de régulation des
services financiers permettra aux participants de mieux percevoir les modalités de la négociation européenne et
de concevoir des stratégies de représentation opérationnelles.
OBJECTIFS
› Connaître le cadre réglementaire de
la représentation d’intérêts au niveau
européen.
› Percevoir les enjeux liés à l’élaboration des politiques de l’Union européenne en particulier au niveau de la
comitologie et des actes d’exécution.
› Comprendre la stratégie et les modalités d’action pour une démarche
de participation efficace au niveau
européen.
PE19
2 j Les nouvelles formes de coopération internationale :
coopération décentralisée et transfrontalière
2 jours
Dates : 6 et 7 décembre 2012
Contact : philippe.roman@ena.fr
03 88 21 45 13
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
L’État et sa diplomatie ne sont plus
les seuls acteurs des relations de la
France avec l’étranger : les collectivités
territoriales développent une politique
active dans le domaine des relations
internationales. Dépassant désormais
largement le cadre du jumelage, régions, départements et communes
sont aujourd’hui au cœur d’un vaste
réseau allant de la coopération transfrontalière à des alliances à l’échelle
globale telles que celle qui unit la région de Rhône-Alpes à Shanghai.
L’ENA vous propose d’en apprendre
davantage sur ces politiques à la fois
locales et internationales, créatrices
d’activité dans de nombreux secteurs
économiques et qui rapprochent les
régions au delà des cadres de la diplomatie classique.
OBJECTIFS
› Appréhender les différents acteurs de
la coopération.
› Cibler les réseaux internationaux
créateurs de contenu ou d’activité
dans chaque secteur.
PE20
62 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
ENA Paris
Connaître son environnement
Territoires
T1
Territoires : le point sur les réformes
14 février Page 64
T2
Le Grand Paris
16 février
Page 64
T3
La ville à l’horizon 2050
22 mai Page 64
T4
L’action internationale des collectivités territoriales
10 juillet Page 65
T5
Politique de la ville et égalité des chances
11 septembre Page 65
T6
État/collectivités territoriales : enjeux de la dette
18 et 19 septembre
Page 65
T7
Les conventions de mutualisation de services :
mode d’emploi
27 septembre
Page 66
T8
L’aménagement durable des territoires
4 octobre
Page 66
63
TERRITOIRES
Connaître son environnement
1 j Territoires : le point sur les réformes
1 jour
Date : 14 février 2012
Contact :
caroline.depremonville@ena.fr
01 44 41 85 52
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Le droit de la décentralisation a connu
ces dernières années d’importantes
réformes : loi de révision constitutionnelle de 2003 relative à l’organisation
décentralisée de la république, loi de
2004 relative aux libertés et responsabilités locales, loi de 2010 de réforme
des collectivités territoriales, révision
des textes applicables aux collectivités
situées outre-mer... Entre nouveaux
transferts de compétence, et modifications profondes de l’architecture
institutionnelle locale, où en est-on aujourd’hui dans le processus de décentralisation ? L’ENA propose, le temps
d’une demi-journée, de faire le point
sur les réformes récentes de la décentralisation de façon à en identifier les
enjeux, mais aussi les succès comme
les difficultés de mise en œuvre.
OBJECTIFS
› Identifier les grandes réformes relatives à la décentralisation.
› Établir un premier bilan des réformes
réalisées ou en cours.
› Savoir anticiper les évolutions à venir
dans les relations de l’État avec les
collectivités.
T1
Le Grand Paris
Demi-journée
Date : 16 février 2012
Contact :
caroline.depremonville@ena.fr
01 44 41 85 52
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
La loi du 3 juin 2010 relative au Grand
Paris est l’aboutissement d’une vaste
réflexion initiée en 2007 par le Président de la République et visant à
relancer la dynamique urbaine de la
région parisienne et à inscrire dura-
blement la France dans la compétition
économique internationale en faisant
de Paris une « ville monde » à l’instar de Londres, New York ou encore
Hong Kong. La loi prévoit principalement la création de nouveaux réseaux
de transport en commun permettant
de relier facilement différents pôles
stratégiques. La réalisation des travaux sera confiée à un nouvel établissement public : la Société du Grand
Paris. Quels sont aujourd’hui les acteurs (État, collectivités territoriales,
Société du Grand Paris....) et les en-
jeux (économiques, juridiques, urbanistiques) de l’aménagement à venir
de l’Île de France ?
OBJECTIFS
› Connaître les acteurs en jeu et la
logique urbaine du projet de Grand
Paris.
› Être capable d’anticiper les modifications à venir dans l’organisation
de la métropole et d’appréhender
l’ensemble des enjeux attachés à ce
projet.
T2
La ville à l’horizon 2050
Demi-journée
Date : 22 mai 2012
Contact : mehdi.allal@ena.fr
01 44 41 85 16
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
A quoi ressemblera la ville du futur ?
Dans un contexte de plus en plus complexe qui mêle défis démographiques
et énergétiques, contraintes de mobilité et de densifications urbaines,
enjeux liés à l’habitat et à la cohésion
sociale, penser et anticiper la ville
de demain est devenu une nécessité.
Sans tomber dans la « science fiction », l’ENA propose, le temps d’une
demi-journée, de dessiner les futurs
possibles de la ville de demain.
OBJECTIFS
› Définir les contraintes et les défis à
relever concernant l’aménagement
de la ville du futur.
› Identifier des réponses possibles.
T3
64 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Encadrée notamment par les lois du 6
février 1992 et du 2 février 2007, la coopération décentralisée permet aux collectivités territoriales d’entreprendre
des actions internationales qui vont du
jumelage traditionnel à la coopération
transfrontalière ou à la signature de
conventions de coopération ou d’aide au
développement. La coopération décentralisée concerne un nombre toujours
croissant de collectivités territoriales
et se traduit par la multiplication et la
variété accrue des actions entreprises.
Quels sont les acteurs de la coopération
décentralisée (Union européenne, Etat,
collectivités, Commission nationale
pour la coopération décentralisée...) ?
Quel est le cadre dans lequel se déploie
l’action internationale des collectivités
territoriales et avec quels résultats?
OBJECTIFS
› Définir les acteurs et le cadre législatif
et réglementaire de l’action internationale des collectivités territoriales.
› Établir un bilan de l’action internationale des collectivités territoriales.
T4
TERRITOIRES
Demi-journée Date : 10 juillet 2012
Contact : mehdi.allal@ena.fr
01 44 41 85 16
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
Connaître son environnement
L’action internationale des collectivités territoriales
1 j Politique de la ville et égalité des chances
1 jour
Date : 11 septembre 2012
Contact :
caroline.depremonville@ena.fr
01 44 41 85 52
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
Née au début des années 1980, la politique de la ville, conduite conjointement
et souvent sur une base contractuelle
entre l’État et les collectivités territoriales, vise à revaloriser certains quartiers urbains et à réduire les inégalités
sociales entre les territoires.
Logement, diversité de l’habitat, emploi,
développement
économique,
insertion professionnelle, sociale et
culturelle, sécurité et prévention de la
délinquance, enseignement scolaire et
promotion de l’«égalité des chances»,
mixité sociale, lutte contre les phénomènes d’exclusion, ... autant de domaines investis par la politique de la
ville. Mesures, lois, programmes, plans
et grands chantiers se succèdent, mais
avec quels résultats ? Le dernier rapport de l’Observatoire national des
zones urbaines dresse pour sa part un
bilan très négatif de l’évolution de la
situation dans les zus, principales
cibles de la politique de la ville.
Qu’en est-il réellement de la vie aujourd’hui dans ces quartiers ? Quels
ont été les impacts des différentes
politiques conduites ? Quelles sont les
priorités et les perspectives d’avenir ?
OBJECTIFS
› Point sur le cadre juridique et les différents programmes.
› Panorama des acteurs et des moyens.
› Les stratégies de mise en œuvre.
T5
2 j État/collectivités territoriales : enjeux de la dette
2 jours
Dates : 18 et 19 septembre 2012
Contact :
caroline.depremonville@ena.fr
01 44 41 85 52
Tarifs : prix public 1250 €
Prix administrations 950 €
Les différents actes de la décentralisation ont abouti à d’importants transferts de compétences de l’État vers les
collectivités territoriales. Celles-ci disposent aujourd’hui d’une véritable autonomie de gestion dans de nombreux
domaines d’intervention assurés précédemment par l’État : routes, minima
sociaux, enfance, vieillesse, formation,
handicap, etc. Or, dans un contexte
budgétaire contraint, le transfert de
ces blocs de compétences n’a pas toujours été accompagné des transferts de
moyens financiers correspondants. La
récente réforme de la taxe professionnelle et la crise économique ont par
ailleurs lourdement pesé sur l’équilibre
budgétaire des collectivités, conduites
aujourd’hui à s’endetter lourdement
et à emprunter à risques sur les marchés. Elles dénoncent aujourd’hui le
désengagement de l’État dans les services publics de proximité et les insuffisances du système de péréquation qui
ne tient pas compte des évolutions de
la société.
Où en sont les relations État/collectivités territoriales sur la question de la
dette ? Peut-on réellement parler de désengagement de l’État ? Quel est l’état
réel des finances des collectivités ?
OBJECTIFS
› Finances de l’État / finances des
collectivités territoriales, quel équilibre ?
› Stratégies de financement et de désendettement des collectivités territoriales.
T6
65
TERRITOIRES
Connaître son environnement
Les conventions de mutualisation de services :
mode d’emploi
Demi-journée
Date : 27 septembre
Contact :
caroline.depremonville@ena.fr
01 44 41 85 52
Tarifs : prix public 450 €
Prix administrations 315 €
La mutualisation des services ou, en
d’autres termes, la mise en commun
de moyens humains ou des équipements matériels est entreprise dans
un souci évident de rationalisation dans
l’exercice des compétences dévolues
aux collectivités territoriales et à leurs
groupements et en vue de la réalisation d’économies d’échelle. La mutualisation des services se traduit, sur le
plan juridique, par la signature d’une
convention de mutualisation. Si ce n’est
pas une démarche récente, elle avait
jusqu’à présent été utilisée dans le
cadre de l’intercommunalité. La loi du
16 décembre 2010 portant réforme des
collectivités territoriales innove et tend
à encourager cette pratique non plus
seulement au niveau de l’intercommunalité, mais entre départements et ré-
gions (art. 75 de la loi du 16 décembre
2010). L’ENA propose, le temps d’une
demi-journée de faire le point sur les
contrats de mutualisation à la lumière
des nouvelles possibilités offertes par
la loi de 2010.
OBJECTIFS
› Identifier les avantages des conventions de mutualisation.
› Connaître le régime juridique qui leur
est applicable.
T7
1 j L’aménagement durable des territoires
1 jour
Date : 4 octobre 2012
Contact :
caroline.depremonville@ena.fr
01 44 41 85 52
Tarifs : prix public 760 €
Prix administrations 550 €
La répartition dans l’espace des
hommes, des activités, des équipements et des moyens de communication prend aujourd’hui une orientation « durable », dans la lignée des
grandes préoccupations citoyennes du
moment. L’idée d’un aménagement
durable des territoires s’inscrit dans
une démarche qui vise, compte tenu
d’un cadre économique contraint, à la
progression de la qualité de vie dans le
respect des intérêts des générations
à venir. Fruit des efforts conjoints de
l’État et des acteurs locaux, mais
aussi des institutions européennes,
l’aménagement durable des territoires se décline à toutes les échelles
du territoire et prend des formes très
variées. L’ENA propose, d’approfondir
ce sujet afin d’en définir précisément
les contours et d’en tirer les conséquences pratiques dans la perspective
d’une gestion « raisonnée » des territoires.
OBJECTIFS
› Définir le concept d’aménagement durable des territoires.
› En identifier les acteurs et les principales mesures dans le cadre de la
promotion d’une cohérence territoriale
« globale ».
T8
66 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Toutes nos formations
se déroulent à l’ENA,
2 avenue de l’Observatoire,
Paris 6e.
67
Des offres sur mesure
au plus près de vos attentes
A votre écoute, nos conseillers pédagogiques élaborent sur mesure, à partir de vos
problématiques professionnelles, des formations adaptées à vos besoins et à vos attentes.
Toutes les formations de notre
programme vous sont proposées
sur mesure, et réservées à vos
cadres.
Pour tout renseignement complémentaire :
01 44 41 85 50 ou sfa@ena.f
Le Service de préparation aux concours des
Institutions Européennes de l’ENA intervient, sur la commande de ses partenaires
institutionnels, dans les États membres et les pays candidats.
Dans ce cadre, l’ENA propose donc des
formations diversifiées et sur mesure, qui ont
pour mission de préparer les ressortissants
de ces États aux concours de recrutement des
institutions dont les épreuves sont spécifiques et demandent une méthodologie efficace.
Pour tout renseignement complémentaire :
03 88 21 45 54 ou manuela.alfe@ena.fr
Chiffres clés 2011 :
L’ENA a accueilli : près de 80 personnalités
ou délégations en visite officielle, a conduit 80 missions
d’expertise représentant près de 700 journées d’experts et a placé, hors scolarité, environ 40 stagiaires
fonctionnaires étrangers dans l’administration française.
L’ENA a organisé :
› 5 300 journées / participants de visites d’étude
› 1 150 journées / participants de formations sur mesure
en France
› 21 500 journées / participants de formations à
l’étranger
Pour tout renseignement :
Direction des Relations Internationales : 01 44 41 85 10
68 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
L’offre de coopération internationale de l’ENA :
L’ENA propose à ses partenaires
étrangers une large gamme de
coopération sur mesure :
› accueil de délégations étrangères et visites
d’études : programmes organisés à la
demande, sur une durée de quelques jours à
un mois, alternant conférences, entretiens et
visites autour d’un thème précis
› assistance technique et missions
d’expertise à l’étranger à travers des
programmes bilatéraux et multilatéraux :
évaluation des besoins en formation,
assistance à la modernisation administrative
› ingénierie pédagogique : aide à la
création et à la modernisation d’écoles
de fonctionnaires, conseil en matière
de recrutement, de formation, de
documentation, formation de formateurs
› formations à la carte en France ou à
l’étranger sur des thèmes choisis par
l’institution ou le pays demandeur
› stages dans une administration française :
ministères, préfectures, services
déconcentrés, collectivités territoriales
› contribution à des masters
d’établissements étrangers
(ex : Kazakhstan, République dominicaine,
Cambodge) ou masters conjoints (ex :
Master européen de Gouvernance et
d’administration)
› colloques, publications, recherche.
Formation développement personnel
(coaching)
L’ENA propose pour tous les cadres dirigeants (publics ou privés) :
des séances de formation
individuelle :
développement personnel (coaching)
des séances de formation collective :
coaching de groupe dans le cadre d’une
constitution d’une nouvelle équipe, de conduite
du changement, d’un nouveau projet à mettre en œuvre, d’une organisation à mettre en place,
de gestion de conflit.
L’objectif de ces démarches est de :
› développer le potentiel, les talents, les
évolutions, la performance des personnes de façon individuelle ou collective
› optimiser des pratiques managériales
› accompagner des changements, une
reconversion, une mobilité, une prise de poste ou une gestion de crise.
› améliorer une organisation collective
Par ailleurs, l’ENA propose un
accompagnement personnalisé et
individualisé de haut niveau au plus près des acteurs et des processus décisionnels de l’Union européenne.
Le programme fait l’objet d’un suivi individuel
et spécifique dans chacune de ses phases
d’élaboration et de mise en œuvre.
Le coaching peut également être proposé
en équipe. La démarche pédagogique du
coaching se construit sur plusieurs séquences
de différent format. Les séances de cadrage
avec des professionnels sont encadrées
par des exercices pratiques visant à rendre
immédiatement opérationnels les savoirfaire acquis. De même, les exercices de mise
en situation, adaptés aux priorités du client
complètent le parcours de formation.
Le coaching fait l’objet d’une démarche sur
mesure exclusivement.
Contact : 03 88 21 45 09 - paolo.bailo@ena.fr
Ces séances ont une véritable vocation
opérationnelle.
De ce fait, des objectifs concrets seront établis en premier temps afin de cadrer les étapes à atteindre et au bout des six séances d’avoir une marge de progrès visible et un plan d’action
à mettre en œuvre.
Les contenus des séances seront totalement
individualisés et adaptés aux situations
personnelles et managériales des inscrits,
afin de respecter la démarche de résolution
de problème.
Nombre de séances : 6
700 € la séance de 2h
Contact : 01 44 41 85 12 - cecile.parisy@ena.fr
69
Carrières européennes
Le Cycle des hautes études
européennes
La préparation aux concours des
Institutions Européennes
Au cours de ce cycle, parrainé par M. Jean-Claude Trichet en 2012, les 40
auditeurs de la promotion reviennent sur
les fondamentaux et approfondissent leur
connaissance des thématiques européennes
les plus actuelles par des échanges avec des
experts de très haut niveau. Il poursuit trois
objectifs :
› diversifier le réseau des personnalités
d’influence qui sont familières des questions
européennes ;
› donner des clés de compréhension des
positions nationales sur ces questions ;
› constituer une filière d’excellence sur
les questions européennes pour des
personnalités à fort potentiel de carrière.
L’ENA propose depuis janvier 2003 une
préparation aux concours des Institutions
Européennes, recensée comme centre
préparatoire pour la France par l’Office européen
de sélection du personnel (EPSO), en charge
du recrutement pour le compte des institutions
européennes.
Cycle de 35 jours (10 modules de 2 à 5 jours consécutifs
par mois).
Lieux : Les sessions de formation ont lieu à Strasbourg,
Paris, Bruxelles, Francfort et dans différentes capitales
européennes.
Promotion : 40 auditeurs des États membres de l’UE
et d’États tiers issus des secteurs public, privé et de la société civile
Candidatures : juin-septembre 2012 pour la
session 2013.
Tarifs disponibles au printemps 2012.
Contact : Natacha Paris-Ficarelli
Des chances de réussite multipliées par 6
Près de 20 000 candidats ont déjà été formés par l’ENA aux épreuves de ces concours.
Elle multiplie en moyenne par 6 les chances de réussite des candidats qu’elle prépare.
Contact :
Manuela Alfé, Chef du service de Préparation aux concours
des institutions européennes
Tél : +33 (0)3 88 21 45 54 - Fax : +33 (0)3 88 21 45 41
Mél : manuela.alfe@ena.fr
© Parlement européen – unité Audiovisuel
natacha.paris@ena.fr
Des formations sur inscriptions individuelles
L’ENA propose des sessions courtes et
intensives, sur une durée variable selon les
nécessités (de 1 à 5 jours). Organisées lors de
la publication d’avis de concours par EPSO,
ces sessions ont pour objectif d’apporter aux
candidats des conseils ciblés en termes de
préparation et de méthodologie. Ouvertes aux
candidatures individuelles, mises en place à
Paris et Bruxelles pour l’essentiel, elles traitent
de chacune des étapes des concours.
70 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
Cycle Horizon Europe
Les Petits-déjeuners européens
L’objectif du Cycle Horizon Europe est de
permettre aux participants d’acquérir les
connaissances essentielles nécessaires à la
compréhension du fonctionnement de l’Union
européenne et à la perception des enjeux
européens.
Ce cycle de formation est composé de 6 modules
de 1,5 jours (vendredi après-midi et samedi),
déclinés de février à juillet 2012. L’inscription
peut s’effectuer pour l’ensemble du cycle ou par module.
Depuis 7 ans, l’Ecole nationale
d’administration anime à Strasbourg et,
désormais à Paris, des débats ouverts avec des députés européens sur les grands
thèmes de l’actualité européenne.
› Module 1 : 10 et 11 février 2012
La construction européenne de Rome à Lisbonne, les
Institutions et organes de l’Union européenne.
› Module 2 : 30 et 31 mars 2012
Les processus décisionnels de l’UE, introduction au droit de
l’UE, le budget de l’UE.
› Module 3 : 13 et 14 avril 2012
L’Union Économique et Monétaire, le Marché intérieur, la
politique commerciale commune.
› Module 4 : 11 et 12 mai 2012
La stratégie Europe 2020 et la politique de recherche et
d’innovation, Environnement, Énergie et Climat.
› Module 5 : 22 et 23 juin 2012
La Politique Agricole Commune (PAC), la politique régionale,
l’espace de liberté, de sécurité et de justice (ELSJ).
› Module 6 : 6 et 7 juillet 2012
Les relations extérieures, la Politique Etrangère et de
Sécurité Commune (PESC), la Politique commune de
Sécurité et de Défense (PESD). Les enjeux pour l’UE.
Organisés pour un nombre restreint de participants dans un cadre privilégié,
les Petits déjeuners européens visent
prioritairement à favoriser les échanges
entre les élus européens et les acteurs locaux
engagés dans les questions européennes.
Avec le soutien de la Caisse des dépôts et en partenariat avec Toute l’Europe (compterendu des débats et entretiens filmés
disponibles sur le site de Toute l’Europe (www.touteleurope.eu).
Archives accessibles sur le site de la revue
en ligne Etudes européennes. La revue
permanente des professionnels de l’Europe
(www.etudes-europeennes.eu).
Contact : Natacha Paris-Ficarelli - natacha.paris@ena.fr
Contact : 03 88 21 45 04 - christine.habran@ena.fr
NOUVEAU lancement en 2012
Le Cycle des hautes études pour le
management stratégique du vivant,
de l’agriculture, de l’alimentation
et de l’environnement
AgroParisTech, l’ENA et HEC s’associent
pour proposer un Cycle des hautes études
pour le management stratégique du vivant,
de l’agriculture, de l’alimentation et de
l’environnement. Pensé et formaté pour un public
de cadres dirigeants et de décideurs européens et
internationaux, il sera organisé en 4 séminaires
de haut niveau de 3 jours chacun :
› Les fondamentaux du développement durable :
constats, enjeux, perspectives et défis aux
différentes échelles
› Re-inventing business, sortir des cadres établis
pour retrouver de la valeur ajoutée
› Evolutions des politiques de l’UE concernant
le vivant, l’agriculture, l’alimentation et
l’environnement
› Politiques publiques à l’échelle locale,
mutations territoriales et prospective
Contact : 03 88 21 45 13 - philippe.roman@ena.fr
71
Les formations diplômantes
L’ENA met en outre son savoir-faire au service
de formations diplômantes en partenariat
avec d’autres grandes écoles, organismes de
formation ou universités en France et en Europe.
Pour tout renseignement :
M. Fabrice LARAT ou Mme Kim Griffin 03 88 21 48 03 - kim.griffin@ena.fr
› Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
et Université de Potsdam (Allemagne)
« Master européen de gouvernance et
d’administration » (MEGA)
› Université Paris Dauphine « Mastère de gestion
publique »
› Ecole internationale des sciences du traitement
de l’information (EISTI) « Mastère en gestion
des risques sur les territoires »
Les publications
L’ENA publie des ouvrages de référence issus de travaux d’études et de recherche dans le
domaine de l’administration publique, mais aussi une revue en ligne ainsi que des publications
destinées aux candidats préparant les concours d’entrée à l’ENA et les concours des
institutions européennes.
La Revue française d’administration publique
(RFAP). La Revue française d’administration
publique est une revue scientifique de référence
dans les domaines de l’administration et
des politiques publiques, en particulier dans
leurs dimensions comparées et
européennes. Elle publie des articles
originaux dans ces domaines rédigés
par des auteurs praticiens ou
universitaires.
www.cairn.info rubrique « Revue française
d’administration publique »
La revue en ligne « Études européennes »
- revue des professionnels de l’Europe est une revue de réflexion sur les questions
européennes, développée conjointement par l’ENA et l’Institut d’Études Politiques de Strasbourg. www.etudes-europeennes.eu
Des documents destinés aux candidats
préparant les concours de l’ENA
Des brochures et ouvrages reprenant les
meilleurs copies remises lors du concours de
l’ENA de 2006 à 2009.
Pour toute commande : www.ena.fr rubrique « la boutique »
La collection « cahiers pour une histoire
de l’ENA ».
Des témoins clés de l’histoire de l’ENA évoquent grâce à leur riche expérience les
différents aspects de l’école et ses évolutions
de ses toutes premières années à ses
développements les plus récents.
Pour toute commande : 03.88.21.48.62
72 FORMATION CONTINUE catalogue 2012
La collection « Professionnels de l’Europe »
Du « Guide des concours » à « la communication
sur l’Europe » en passant par « La fonction
publique européenne », des ouvrages en
français ou en anglais pour préparer de façon
efficace les concours de la fonction publique
européenne
Pour toute commande :
martine.tissier@ena.fr ou 03 88 21 45 27
Bulletin d’inscription
Afin de valider votre inscription, ce bulletin individuel est à retourner dûment complété et signé à :
ENA – Direction de la formation – 2 avenue de l’Observatoire – 75006 Paris - Fax : 01 44 41 85 59 - Scan/Mél : sfa@ena.fr
› FORMATION
Titre de la formation choisie :.........................................................................................................................................................................................................
Date(s) :.....................................................Thème :...................................................................................................................................................................................
Code :. ............................................................... Prix :.............................................................
Comment avez-vous connu cette formation ?
Mél
Web
Brochure
DRH
Publicité Presse
Autre
› ENTREPRISE OU ORGANISME DU PARTICIPANT
N° de Siret (à remplir impérativement) :I_II_II_II_II_II_II_II_II_II_II_II_II_II_I
Privé
Public
Associatif
Raison sociale :..........................................................................................................................................................................................................................................
Direction ou service concerné :. ....................................................................................................................................................................................................
Adresse :.........................................................................................................................................................................................................................................................
Code Postal :............................................... Ville :.............................................................................................................. Pays :.......................................................
Téléphone :................................................................................................................. Fax :......................................................................................................................
Site Internet :. .............................................................................................................................................................................................................................................
› PARTICIPANT
Mme
Mlle
M. Nom :........................................................................Prénom :......................................................................................................................
Adresse de convocation (si différente de l’établissement) :. ....................................................................................................................................
Code Postal :................................................ Ville :............................................................................................................. Pays :.......................................................
Téléphone :................................................................................................................. Fax :......................................................................................................................
Mél (obligatoire) :.....................................................................................................................................................................................................................................
Fonction :............................................................................................................. Service :......................................................................................................................
« JEUNE ANCIEN ELEVE » DE L’ECOLE (dans les 5 ans suivants la 1re prise de fonction)
› RESPONSABLE FORMATION
Mme
Mlle
M. Nom :.........................................................................Prénom :......................................................................................................................
Fonction :............................................................................................................. Service :......................................................................................................................
Adresse :.........................................................................................................................................................................................................................................................
Code Postal :................................................ Ville :............................................................................................................. Pays :.......................................................
Téléphone :................................................................................................................. Fax :......................................................................................................................
Mél (obligatoire) :.....................................................................................................................................................................................................................................
› SIGNATURE
› CACHET DE L’ENTREPRISE
Nom :...............................................................................................................................
Prénom :.......................................................................................................................
Fonction :......................................................................................................................
Date :...............................................................................................................................
Signature :
Pour toute question, contacter le 01 44 41 85 50 ou sfa@ena.fr
73
› Avantage « parcours »
Format
Intitulé de la formation
Nom des personnes
concernées
Prix public
Prix adminis- Nombre
trations
½ journée
450 €
315 €
1 jour
760 €
550 €
2 jours
1250 €
950 €
2 jours 1/2
1600 €
1100 €
3 jours
1700 €
1250 €
Réduction*
Total
........................ %
TOTAL
* 2 formations : -10% / 3 formations : -20% / 4 formations et + : -30%
› FORFAIT « Petits-déjeuners - Tea-Time »
Format
Intitulé de la formation
Nom des personnes
concernées
Prix
Nombre
unitaire
Total
Petits-
déjeuners
50 €
Tea-Time
TOTAL
* 200 € les 5 / 350 € les 10
› Modalités pratiques :
ENA - 2 avenue de l’Observatoire -75006 Paris : 01 44 41 85 50 – RER Luxembourg, Métro « NotreDame des champs » ou Bus 38.
› Conditions financières :
Les tarifs indiqués sont TTC. Ils n’intègrent pas les
frais d’hébergement ni les repas, sauf indications
contraires. A l’issue de la formation, une facture
valant convention simplifiée est transmise à
l’organisme payeur et une attestation de formation
est adressée à l’auditeur.
Tous les règlements doivent être effectués soit en
espèces directement sur place auprès de la régie
(uniquement pour les petits déjeuners ou les tea
time), soit après réception de la facture par chèque
libellé à l’ordre de l’Agent comptable ; ou suite à
facturation par l’ENA après l’envoi d’une lettre de
commande.
74 FORMATION CONTINUE programme 2012
› Annulation :
Toute demande d’annulation doit se faire par écrit (mél,
fax ou courrier). L’annulation d’une inscription peut se
faire sans frais au plus tard 3 semaines avant le début
de la formation.
Toute demande de report ou d’annulation par un
auditeur doit être limitée aux seuls cas de force
majeure. La possibilité est donnée de remplacer un
candidat empêché par une autre personne satisfaisant
aux conditions d’accès au stage.
Les annulations tardives donneront lieu à une
facturation selon les modalités suivantes :
› 50% si la demande d’annulation intervient entre
3 semaines et la veille de la session
› 100% si la demande intervient le jour de l’ouverture de
la session.
L’ENA se réserve le droit d’annuler la formation si elle
juge que le minimum de participants requis pour la
bonne réalisation de la formation n’est pas atteint.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising