Lutte contre les Ectoparasites et Agents Nuisibles en

Lutte contre les Ectoparasites et Agents Nuisibles en
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Lutte contre les
Ectoparasites et Agents Nuisibles
en milieu hospitalier
Guide de bonnes pratiques
Mars 2001
Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales de l'Interrégion Paris - Nord
(Ile-de-France, Haute-Normandie, Nord-Pas-de-Calais, Picardie)
15 rue de l'Ecole de Médecine (esc. J - 2ème étage) - 75006 Paris (M° Odéon)
Tél. : 01 40 46 42 00 - Fax : 01 40 51 76 74 - http://www.ccr.jussieu.fr/cclin
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Lutte contre les
Ectoparasites et Agents Nuisibles
en milieu hospitalier
Guide de bonnes pratiques
2
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Auteurs du guide :
Aubry-Roces Mary Carmen
Cadre Supérieur Infirmier Hygiéniste (CSI), Hôpital Tenon,
Paris
Beauvallet Yannick
Pharmacien, Centre Thérapeutique Pédiatrique de la Croix
Rouge Française, Margency
Cocquelin Alain
CSI Hygiéniste, Hôpital Ste Périne, Paris
Farret Danielle
Coordonnateur, CSI Hygiéniste, C.CLIN Paris Nord
Fournaud Claude
CSI Hygiéniste, Hôpital Broca La Rochefoucauld, Paris
Huang Michèle
CI Hygiéniste, Hôpital Le Raincy/Montfermeil
Leclercq Laurence
Infirmière Hygiéniste, Hôpital Philippe Pinel, Amiens
Poulain Pauline
CI Hygiéniste, CHI Clermont de l'Oise
Racapé Jacqueline
Cadre Médico-Technique, Hygiéniste, Hôpital Beaumont/Oise
Sous la Direction Scientifique de :
- Monsieur le Professeur Brücker, Directeur du C.CLIN Paris Nord
- Monsieur le Docteur Astagneau, Coordonnateur du C.CLIN Paris Nord
- Monsieur Le Docteur Izri, Parasitologue, Hôpital Avicenne, Bobigny
Validation par :
- Madame le Docteur Annick Datry, service de parasitologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière
- Madame le Docteur Claudine Perez, Unité d’Ecologie des Systèmes Vectoriels, Institut
Pasteur
- Monsieur le Professeur Dominique Richard-Lenoble, service de parasitologie, Faculté de
Médecine de Tours
- Monsieur le Professeur Jean-Jacques Rousset, Parasitologue ancien chef de service de
parasitologie, Hôpital Avicenne Bobigny
Des remerciements sont adressés au laboratoire Bayer, département Hygiène, aux éditions
Delachaux et Niestlé (guide des insectes) et au Docteur Izri pour les photographies qui
illustrent ce guide, aux membres du Comité de lecture, à toutes personnes ayant aidé à la
réalisation de ce guide, à Madame Tania Tulle pour le secrétariat et à Madame Karin Lebascle
documentaliste.
3
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
ECTOPARASITES / AUTRES NUISIBLES
Sommaire
Préface
Avant propos
I Introduction
I.1 Définitions
I.1 1 Ectoparasite
I.1.2 Parasite
I.1.3 Nuisible
I.2 Objectifs
I.3 Limites
I.4 Réglementation
4
6
7
8
II Historique
13
III Les Ectoparasites :
III.1 Sarcopte (gale)
III.2 Pou
III.3 Puce
III.4 Moustique
III.5 Tique
III.6 Dermanyssus gallinae
III.7 Punaise
Fiche : conduite à tenir en cas d’épidémie
de parasitose associée
16
17
25
33
41
47
54
60
IV Les autres Nuisibles
IV.1 Blatte
IV.2 Mouche
IV.3 Fourmi
IV.4 Abeille/Guêpe
IV.5 Rat/Souris
70
71
78
85
91
99
V Animaux de Compagnie dans un établissement de Santé
V.1 Définition
V.2 Limites
V.2.1 espèces
V.2.2 lieux
V.3 Objectifs
V.4 Réglementation
V.5 Aide au choix
V.6 Modalités de mise en place
106
107
VI Conclusion
VII Insecticides
VII.1 Familles
VII.2 Action
VII.3 Propriétés
VII.4 Types d’insecticides
VII.5 Présentation / Méthodes d’application
VIII Glossaire
Bibliographie
110
111
9
10
4
68
108
109
112
114
117
121
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Plan type des ectoparasites et nuisibles
Nom de l’ectoparasite ou du nuisible
I Définition
II Classification
III Réglementation
IV Biologie
- IV.1 Morphologie
- IV.2 Comportement trophique
- IV.3 Reproduction
- IV.4 Capacité de survie
- IV.5 Mode de transmission du parasite ou du nuisible
V Pathologie(s) associée(s)
- V.1 Définition(s)
- V.2 Signes cliniques
- V.3 Mode de transmission de la maladie
VI Lutte contre le parasite
- VI.1 Objectif
- VI.2 Réglementation
- VI.3 Moyens de lutte
- VI.3.1 Mesures prophylactiques
VI.3.1.1 Cas isolé
VI.3.1.2 Epidémie
- VI.3.2 Traitement
VI.3.2.1 Produits
VI.3.2.2 Application
VII Fiche technique
5
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Préface
Que nos hôpitaux soient flambants neufs, ou déjà vétustes, voire faisant partie de notre
patrimoine historique, ils n’échappent pas à l’invasion épisodique par des insectes, des
parasites, ou des nuisances diverses, souvent inféodées à l’homme. Il peut s’agir de véritables
épidémies dont le contrôle s’avère parfois difficile : il en est ainsi de certaines épidémies de
gale. Cette ectoparasitose diffuse très facilement entre les patients, en particulier dans des
établissements pour personnes âgées, ou dans d’autres collectivités prenant en charge des
personnes pour lesquelles la maîtrise des règles usuelles d’hygiène peut s’avérer difficile. Les
poux ou les puces constituent d’autres ectoparasites qui peuvent nécessiter des interventions
précoces pour éviter une extension dans la collectivité hospitalière. Le temps n’est plus, sans
doute, à ces risques de maladies gravissimes véhiculés par ces parasites : peste et typhus par
exemple qui décimaient tant de collectivités, et qui furent maîtrisés par les traitements, mais
aussi par le développement de l’hygiène précisément ; pour ces maladies, dites quarantenaires,
furent créées les mesures d’isolement dont nous avons gardé certains principes.
Il est enfin d’autres insectes, dont le rôle comme vecteur d’infection est plus discuté, ou non
démontré, mais qui constituent des nuisances possibles. Il en est ainsi des blattes et des
mouches qui parfois prolifèrent et peuvent légitimement inquiéter les malades et leurs
familles…
La maîtrise de ces différentes nuisances constitue un impératif d’hygiène générale pour un
hôpital. Elle peut nécessiter l’intervention du CLIN lorsque certains risques menacent. Les
hygiénistes sont parfois en difficulté pour contrôler la situation car la maîtrise d’un
environnement hospitalier, le contrôle de la circulation des personnes, soignants, malades,
visiteurs peut poser des problèmes. Le respect des mesures doit faire appel à une grande
vigilance de chacun. Surtout la communication avec les patients, leurs familles, n’est pas
toujours simple et le risque supposé de ces nuisances est parfois bien loin de la réalité, tant il
est vrai que quelques insectes peuvent véhiculer des risques plus fantasmatiques qu’avisés…
C’est pour apporter une aide aux hygiénistes et aux CLIN dans l’évaluation de telles situations
que ce guide a été conçu. Des fiches pratiques permettent de faciliter l’information à diffuser.
Je remercie les auteurs de ce travail original et important, ainsi que les relecteurs de ce guide
qui j’espère contribuera à une meilleure maîtrise de ces nuisances hospitalières, pas toujours
sans risque pour nos patients.
Pr Gilles Brücker
6
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Avant Propos
Ce guide est le résultat d’une réflexion de professionnels confrontés aux problèmes infectieux
survenant dans les établissements de santé lors d’épidémies ou de cas d’infestations dues à des
ectoparasites ou à des nuisibles.
Ce document a pour but d’apporter des informations sur les ectoparasites et nuisibles qui,
autant ignorés que redoutés, cohabitent depuis la nuit des temps dans nos établissements de
soins.
Son objectif est d’apporter aux lecteurs des connaissances sur la biologie de ces animaux, les
pathologies parfois méconnues qui leurs sont associées et les nuisances occasionnées par leur
présence.
En déclinant les différents moyens de lutte et les mesures d’hygiène spécifique pour chaque
type d’agent, le lecteur, à l’aide de fiche technique (conduite à tenir) sera informé des
différentes stratégies d’hygiène pouvant être mises en œuvre.
Une autre question revient régulièrement.
Peut-on admettre dans des lieux de soins des animaux domestiques ?
Ce chapitre, peut ici dans un premier temps, sembler hors de propos mais les risques rencontrés
à l’admission de nos animaux familiers sont très liés aux chapitres précédents.
Ce guide se limite volontairement aux ectoparasites et autres nuisibles rencontrés actuellement
en France métropolitaine.
Hiérarchisation des recommandations
Pour différencier graduellement l'importance des recommandations évoquées tout au long de ce
guide, nous avons choisi de les classer en deux parties. La première (A) concerne l’aspect
réglementaire et normatif. La seconde (B) est hiérarchisée en 3 catégories I, II, III.
A : Existence d’une réglementation : loi, décret, circulaire, arrêté et / ou normalisation
B : Recommandations fondées :
I : Sur des études ou des évaluations publiées démontrant un bénéfice en terme de
risque infectieux.
II : Sur des études, des conférences de consensus ou d’experts, ou des communications
orales, mais dont le bénéfice direct en terme de risque infectieux n’est pas prouvé.
III : Emises par le groupe de travail du C.CLIN Paris-Nord.
7
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
I Introduction
Les insectes, les acariens, les rongeurs et certains mammifères, les ‘‘nuisibles’’ ont toujours
posé des problèmes à l’homme. Souvent synonymes de nuisances, ils sont aussi à l’origine de
piqûres douloureuses, de prurit, voire de redoutables épidémies. De la puce, vecteur de la peste,
à l’anophèle, vecteur du paludisme, en passant par le sarcopte, agent de la gale, ou des poux,
ectoparasites de la peau et des cheveux, les arthropodes ne sont pas appréciés. Leur simple vue
peut provoquer des sentiments d’horreur, parfois de panique. La lutte contre les arthropodes et
les rongeurs, malgré des progrès considérables, connaît encore beaucoup d’échecs. Ces derniers
sont généralement liés à une méconnaissance des animaux et des moyens de lutte ; ils peuvent
conduire à des actes irréfléchis ou à des méthodes de lutte inadéquates, voire dangereuses pour
l’homme ou son environnement.
L’objet de ce travail est de recenser les agents ‘‘nuisants’’ pour l’homme que l’on observe en
établissement de santé, de rappeler quelques connaissances sur leur biologie et d’élaborer les
recommandations de lutte les plus adaptées.
Contractées en établissement de santé, ces infestations sont considérés comme nosocomiales.
I.1 Définitions
I.1.1 Ectoparasite
Garnier et Delamare :
Parasite végétal ou animal vivant à la surface du corps.
Larousse :
Un ectoparasite est un parasite externe tel que puce, punaise des lits.
I.1.2 Parasite
Garnier et Delamare :
Animal ou végétal qui pendant une partie ou la totalité de son existence vit aux dépens d'un
individu, d'une autre espèce dont il altère parfois la santé.
Larousse :
Etre vivant qui puise les substances qui lui sont nécessaires dans l'organisme d'un autre, appelé
hôte.
On distingue les ectoparasites des endoparasites.
Les ectoparasites vivent à la surface des organismes, sur ou dans la peau et les phanères.
Les endoparasites vivent à l'intérieur de l'organisme : tissus, sang, intestins.
8
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
PARASITES HUMAINS
EN EUROPE
Ectoparasites
humains stricts et / ou
environnement
Puces
Punaises
Poux
Endoparasites
Dermanyssus
Sarcoptes
Tiques
Moustiques
I.1.3 Nuisible
Larousse :
Animal (rongeur, insecte) parasite ou destructeur.
Suivant B. Pesson et S. Simon (Strasbourg, Illkirch)
Un animal est nuisible car il peut véhiculer des micro-organismes pathogènes et provoquer des
réactions (allergie, douleur).
Pour une question de compréhension dans ce guide nous allons distinguer volontairement les
ectoparasites des agents nuisibles que sont les blattes (cafards), mouches, rats, abeilles.
NUISIBLES
blattes
mouches
guêpes
abeilles
fourmis
9
rats
souris
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
I.2 Objectifs
- Décliner les ectoparasites et les nuisibles le plus souvent rencontrés en milieu hospitalier.
- Rappeler les risques liés à ces animaux.
- Citer les textes réglementaires traitant du sujet.
- Formuler des recommandations de prévention, de prophylaxie.
- Proposer des schémas de lutte.
- Evoquer l'aspect socio-économique.
I.3 Limites du guide
Ne seront pas traités dans ce guide les points suivants :
- Les champignons parasites humains ;
- Les endoparasites ;
- Les ectoparasites tropicaux.
I.4 Réglementation concernant les ectoparasites et les nuisibles (A)
Le règlement concernant les animaux de compagnie est cité dans le chapitre correspondant.
Le règlement sanitaire du département d’exercice est consultable à la préfecture.
A titre d’exemple : Le règlement sanitaire du département de Paris dans l'arrêté n° 79-561
du 20 novembre 1979 modifié par les arrêtés n°82-10468 du 4 juin 1982, n°86-10377 du 23
avril 1986 et n°89-10266 du 3 avril 1989, précise au Titre VII : « Hygiène et alimentation […]
Les exploitants sont tenus de veiller à la protection contre les insectes et les rongeurs. Ils
doivent faire procéder aux opérations de désinsectisation et de dératisation nécessaires,
notamment à celles qui seront prescrites par le Préfet de Police, toutes précautions étant prises
pour que les denrées ne soient pas atteintes par des pulvérisations ou émanations des produits
employés […] ».
- Arrêté préfectoral n°79-561 du 20 novembre 1979 (extraits)
Article 23 : Propreté des locaux communs et particuliers
Les habitations et leurs dépendances doivent être tenues, tant à l'intérieur qu'à
l'extérieur, dans un état constant de propreté.
23.1 : Locaux d'habitation
Dans les logements et leurs dépendances, tout occupant ne doit entreposer ou accumuler
ni détritus, ni déjections, ni objets ou substances diverses pouvant attirer et faire proliférer
insectes, vermine et rongeurs ou créer une gêne, une insalubrité, un risque d'épidémie,
d'accident ou d'incendie.
10
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Dans le cas où l'importance de l'insalubrité et des dangers définis ci-dessus sont
susceptibles de porter une atteinte grave à la santé ou à la salubrité et à la sécurité du voisinage,
il est enjoint aux occupants et propriétaires de faire procéder d'urgence au déblaiement, au
nettoyage, à la désinfection, à la dératisation et à la désinsectisation des locaux et de procéder à
tous travaux afin d'éviter tout nouveau dépôt.
En cas d'inobservation de cette disposition et après mise en demeure adressée aux
occupants et aux propriétaires, il peut être procédé d'office à l'exécution des mesures
nécessaires dans les conditions fixées par le code de la santé publique.
Article 119 : Rongeurs
Les propriétaires d'immeubles ou établissements privés, les directeurs d'établissements
publics doivent prendre toutes mesures pour éviter l'introduction des rongeurs et tenir
constamment en bon état d'entretien les dispositifs de protection ainsi mis en place.
Ils doivent, conjointement avec des locataires ou occupants, vérifier périodiquement si
les caves, égouts particuliers, entrepôts, locaux commerciaux, locaux à poubelles, logements
des animaux domestiques, cuisines et réserves alimentaires collectives, […] ne sont pas envahis
par ces nuisibles et faire procéder à l'enlèvement de tous dépôts de détritus et déchets
susceptibles de les attirer. Ils doivent veiller particulièrement au bon état des joints hermétiques
fixés sur les canalisations des eaux résiduaires ou pluviales.
Lorsque la présence de rongeurs est constatée, les personnes visées aux alinéas cidessus sont tenues de prendre sans délai les mesures prescrites par le Préfet de Police en vue
d'en assurer la destruction et l'éloignement. La même obligation s'impose lors de la démolition
des immeubles ainsi que sur les chantiers de construction.
Article 120 : Jet de nourriture aux animaux. Protection contre les animaux errants
sauvages ou redevenus tels.
Il est interdit de jeter ou de déposer des graines ou nourriture, en tous lieux ou
établissements publics, susceptibles d'attirer les animaux errants, sauvages ou redevenus tels,
notamment les chats ou les pigeons ; la même interdiction est applicable aux voies privées,
cours ou autres parties d'un immeuble ou d'un établissement lorsque cette pratique risque de
constituer une gêne pour le voisinage ou d'attirer les rongeurs.
Toutes mesures doivent être prises pour empêcher que la pullulation de ces animaux
soit une cause de nuisance et un risque de contamination de l'homme par une maladie
transmissible ainsi que de propagation d'épidémie chez les animaux.
Article 121 : Insectes
Les occupants des logements et autres locaux doivent les maintenir propres et prendre
toutes précautions en vue d'éviter le développement et la prolifération des insectes ou vermine
(blattes, punaises, moustiques, puces, mouches, etc…).
Ils sont tenus de faire désinsectiser et éventuellement désinfecter leurs locaux dès
l'apparition de ces parasites.
Ils ne peuvent s'opposer aux mesures de désinsectisation et de désinfection générales
prévues à l'article 23.1.
Toutes précautions de surveillance et d'entretien doivent être prises pour prévenir
l'infestation par les termites.
11
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Article 130-5 Protection contre les animaux dans les magasins d’alimentation
La présence de tous animaux est interdite dans ces locaux.
Les propriétaires ou gérants doivent prendre toutes mesures pour éviter la pénétration des
mouches et autres insectes, oiseaux, rongeurs et autres animaux, et faire procéder si nécessaire
aux opérations de désinsectisation et de dératisation, en évitant toute contamination des denrées
alimentaires.
- Recommandation n°R (84) 20 adoptée par le Comité des Ministres du conseil de l’Europe le
25 octobre 1984.
Lutte contre les animaux nuisibles dans le cadre de l’hôpital (prévention et élimination)
Les animaux peuvent être vecteurs de maladies parasitaires et bactériennes et sont donc
indésirables dans l’enceinte d’un hôpital. Leur présence est liée à l’hygiène générale des
services et il faut prévenir leur pullulation en évitant de leur fournir la nourriture et le logis,
c’est-à-dire l’accès aux poubelles qui doivent être soigneusement fermées, et le dépôt de tout
déchet à l’air libre stagnant dans l’hôpital.
I.5 - Réglementation concernant les produits
I.5.1 Européenne
Secteur phytosanitaire
Directive 91/44 du 15 juillet 1991. Mise en application le 25 juillet 1993 par les états membres
relative aux règles connues d’application en ce qui concerne le marché des produits
phytosanitaires.
- Directive 98/8/CEE du Parlement Européen et du conseil du 16 février 1998 concernant
la mise sur le marché des produits biocides.
1.5.2 Nationale
- Loi du 2 novembre 1943 relative à l’homologation des produits de lutte contre les
organismes nuisibles aux végétaux, aux produits végétaux et produits assimilés.
Cette homologation est octroyée pour dix ans par le Ministère de l’Agriculture, sous les
conditions suivantes :
- reconnaissance de l’efficacité du produit et de sa sélectivité vis-à-vis des végétaux traités
- reconnaissance de son innocuité à l’égard de la santé humaine, de la santé animale et de
l’environnement.
- Loi 92-533 du 17 juin 1992 et décret n°94-863 du 5 octobre 1994 portant application,
relatifs à la distribution et à l’application par des prestataires de services des produits
antiparasitaires à usage agricole et des produits assimilés.
12
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
II Historique
Historique des ectoparasites et des nuisibles
Depuis l’aube de la vie, les animaux ont des parasites. Par un phénomène d’adaptation,
certains contaminèrent l’Homme et son environnement et en devinrent des hôtes assidus.
Certains fossiles identifiés présentent des caractères de similitude avec ces insectes primitifs.
- La Préhistoire
On trouve, au Moyen Orient (9300 à 6900 ans avant J-C, c’est-à-dire à la période
néolithique), des traces de la présence de lentes (œufs des poux) sur des cheveux humains ; ce
sont même des poux adultes qui sont identifiables sur des cheveux de momies chinoises datant
de 3800 ans avant J-C. ou sur des restes humains d'amérindiens préhistoriques.
ÿþL’Antiquité
Les Chinois parlent déjà de la gale plus de 200 ans avant notre ère. La gale figure sous
le nom d’Akut parmi les maladies citées dans le papyrus d’Ebers, au début de la XVIIIème
dynastie égyptienne (environ 1500 ans avant notre ère).
Hérodote rapporte dans son écrit d’Histoire que dans l’Egypte ancienne, les prêtres se
rasaient tout le corps tous les trois jours afin de n’avoir ni poux ni insectes d’aucune sorte pour
se présenter devant les Dieux.
Aristote cite les poux comme des « produits de l’organisme » en 350 avant J-C. Il
pensait que les poux naissaient spontanément dans la chair, aux endroits les plus humides du
corps.
Selon Justin, au 2ème siècle après J-C., Moïse aurait été atteint de la gale ce qui aurait en
partie expliqué qu’il fut chassé d’Egypte avec tous les siens.
De nombreux écrits grecs et latins témoignent d’un réel souci d’éducation sanitaire sur
la manière de traiter les infections ou de prévenir la contamination, le caractère contagieux des
ectoparasitoses étant largement souligné. On peut citer : Platon, Virgile, Horace ou Sénèque.
ÿþLe Moyen Age (476-1453)
Si Saint Colomban (moine irlandais 540-615) insiste sur le nettoyage régulier des
cheveux, nettoyage interdit pour les excommuniés, les Mérovingiens (Clovis Ier) et les
Carolingiens (Pépin le Bref, Charlemagne) avec leurs cheveux longs, les Capétiens (Hugues
Capet […] Charles VIII) avec leurs cheveux courts ne suivent pas ces recommandations et la
‘‘vermine’’ se transmet dans la population.
Si les religieux de ces époques, tout comme les prêtres égyptiens, se rasent le crâne,
facilitant ainsi l’entretien de cette partie de leur corps, le reste de la population ne semble pas se
préoccuper de ces « bestioles ». Pourtant dans l’« Ornatus Mulierum », on peut trouver des
formules de lotions capillaires pour empêcher les cheveux de tomber, pour leur redonner de la
vigueur et même une lotion contenant du pyrèthre (chrysanthème sauvage) mais sans faire
allusion à son pouvoir insecticide. Il faut dire que la mode des coiffes (aumusse*, chaperon*,
hennin*…) qui cachent les cheveux sales, car jamais lavés, ou qui cachent les calvities, permet
aux ‘‘petites bêtes’’ de vivre confortablement sur les têtes, bien à l’abri de toute hygiène.
13
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
En 1393, un riche bourgeois écrit à sa femme la manière de ranger les vêtements pour
leur éviter d’être parasités (bien les serrer dans des coffres car sans air et sans jour, les puces
mourront) et les gestes à faire pour préserver la maison de tout parasite (enduire de graisse de
hérisson les meubles et laver les murs avec des coloquintes bouillies dans de l’eau).
C’est à cette époque qu’on dit que la vermine est en relation avec la sueur et que,
comme celle-ci, les « petites bêtes » proviennent de l’intérieur de notre corps. Ce sont des
humeurs, qui caractérisent un mauvais fonctionnement de notre organisme.
C’est un dérèglement de l’homéostasie (température, teneur en minéraux et substances
organiques des liquides biologiques) qui provoque l’apparition des parasites et de la vermine. Il
faut, selon les médecins de cette période, surveiller sa nourriture car ainsi il serait possible de
diminuer la charge des vermines dans les sécrétions ; tout comme on croit que la gale chez les
enfants est due aux mois de purgation des femmes ou au lait de la nourrice qui serait de
mauvaise qualité et qui, de ce fait, ne se transformerait pas en bon chyle.
Si certains accordent des vertus curatives aux poux et s’en servent dans le traitement de
la rétention d’urine en l’introduisant dans le méat urinaire (Guy de Chauliac), la population fait
appel aux « épouilleuses » pour se débarrasser des indésirables car les manières de savoir-faire
déconseillent aux personnes bien-nées de se gratter la tête devant autrui.
- Les Temps Modernes (XVIème siècle- début du XXème siècle)
Bien que des recettes de lotion et potion insecticides paraissent dans diverses
publications, la vermine continue de contaminer toutes les classes de la société.
C’est à cette période que Rabelais (1494-1553) évoque, dans divers écrits consacrés à
Gargantua et Pantagruel, la gale et que Shakespeare la fait figurer en bonne place dans ses
pièces de théâtre.
Le corps n’est toujours pas lavé et c’est le « linge de corps », mode venue d’Italie qui
remplace l’eau et le savon. Grâce à cette chemise de corps, les sécrétions sont absorbées par ce
tissu fin et il suffit de s’essuyer avec elle pour se sentir propre.
A la Renaissance, si le raffinement est extrême pour l’architecture, la décoration,
l’habillement et le maquillage, la saleté est masquée par les poudres et eaux de senteur. C’est
toujours la technique de l’essuyage qui fait le lavage. Pour ne pas se décoiffer, on dort la tête
enfermée dans une coiffe de taffetas graissée et la perruque qui habille la tête dégarnie ou
couverte de vermine est un refuge pour toutes les ‘‘petites bêtes’’. Il est de bon ton de se servir
d’un grattoir pour soulager élégamment le prurit occasionné par ces animaux.
En 1661, Johannes Sperling décrit dans son ouvrage « Zoologica Physica »
l’accouplement des poux et la conséquence de cette union, les lentes. C’est lui, le premier, qui
dément la notion de génération spontanée pour les ectoparasites contrairement à ses
prédécesseurs : Pline, Avicenne ou Ambroise Paré.
A la même époque Jean de La Fontaine, sur un ton léger, se pliant à la mode de
l’époque, fit l’éloge de la gale dans un texte satirique : « sur la gale de Monsieur de
Clinchamp ». Van Leeuwenhoek (naturaliste hollandais 1635-1723) grâce au microscope qu’il
fabrique, visualise des animalcules et grâce à lui, on se rend compte que le corps est souillé et
qu’il faut se débarrasser de tous ces miasmes par le bain.
L’abbé Jacquin, toujours à la même époque, écrit que c’est une bonne habitude de se
laver la tête si on ne prend pas de bain quotidien et que l’on porte une perruque, mais ces
conseils ne sont toujours pas appliqués.
En 1748 Linné donne un nom aux poux : c’est « Pediculus humanus » et que De Geer,
en 1778, distingue deux catégories d’animal : « Pediculus humanus corporis » et « Pediculus
humanus capitis ».
14
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Trente ans plus tard, en 1778, Necker et Vicq d’Azyr créent la Société Royale de
Médecine qui doit surveiller et enquêter sur les épidémies.
Au XIXème siècle, seules les femmes enceintes se doivent de prendre un bain de temps
en temps « pour éviter que les cheveux ne tombent pendant les couches ». Les épouilleuses
exercent toujours leur métier mais la notion de malpropreté associée aux poux commence à
faire son chemin. Ainsi pour lutter contre ces parasites, il est recommandé de se raser la tête ou
de se couper très court les cheveux.
- La période contemporaine (début XXème siècle à nos jours)
Si au début du siècle, dans l’esprit populaire, le pou est concomitant à l’idée de crasse, à
la fin de ce siècle, la contamination primaire apparaît souvent dans les milieux défavorisés et se
transmet à toutes les classes de la société.
En 1939, Müller à Bâle découvre l’activité insecticide du D.D.T* et ouvre ainsi la voie
à la lutte contre les insectes par les moyens chimiques. Bien que de nombreuses solutions
existent pour tuer ces indésirables, la résistance aux insecticides apparaît dès 1952 et les
épidémies actuelles au sein des écoles sont un flagrant démenti à cet espoir d’élimination totale.
Ces ‘‘petites bêtes’’ comme au temps de la préhistoire s’adaptent à tout et à tous, et ont
donc encore quelques beaux jours devant elles.
*Cf : produits chapitre VII
15
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III LES ECTOPARASITES
16
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.1 Le Sarcopte
III.1.1 Définition
Garnier Delamare :
Sarcoptes scabiei : parasite de l'ordre des acariens qui provoque les lésions de la gale.
Larousse :
Nom masculin, vient du grec Sarx : chair et Koptein : couper
Acarien, parasite de l'homme et de certains vertébrés (la femelle provoque la gale en creusant
dans l'épiderme des galeries où elle dépose ses oeufs). [longueur : 0,3 mm]
III.1.2 Classification [2]]
Règne------------------ Animal
Embranchement-----------Arthropodes
Sous-embranchement-----------Chélicérates
Classe-----------------------------------Arachnides
Sous-classe---------------------------------Acariens
Ordre---------------------------------------Astigmates
Genre----------------------------------------------Sarcopte
Espèce---------------------------------------------------scabiei
III.1.3 Réglementation
cf chapitre I.4
III.1.4 Biologie
III.1.4.1 Morphologie
Sarcoptes scabiei adulte
17
Œuf de sarcoptes
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Le sarcopte est d'aspect globuleux, plus large que long, le mâle (0,22 / 0,18 mm de long, 0,16
mm de large) est plus petit que la femelle (0,4 / 0,3 mm de long, 0,2 mm / 0,4 mm de large).
L’acarien est donc difficilement vu par l'œil humain.
Il est muni de 4 paires de courtes pattes très atrophiées par le parasitisme permanent (la larve
n’a que 3 paires de pattes). La femelle fécondée creuse son sillon dans l’épiderme humain grâce
à des chélicères* c’est cette activité de creusement qui provoque les démangeaisons.
III.1.4.2 Comportement trophique
Tous les stades dont capables de creuser des sillons, mais ce comportement est surtout
caractéristique de la femelle qui se nourrit d’éléments de la couche cornée, dilacérés par les
chélicères. Son activité est surtout nocturne provoquant des démangeaisons à ce moment de la
journée. Les autres stades, en particulier les larves et les mâles, vivent dans les follicules pileux
où ils trouvent abris et nourriture.
III.1.4.3 Reproduction
La femelle fécondée s'enfouit dans la peau en 1 heure environ pour se nourrir et pondre des
œufs dans un sillon (1 à 3 œufs / jour soit 200 à 300/mois). Moins de 10 % des œufs
arriveraient à la forme adulte, mais la fécondité des femelles et leur durée de vie sont telles
qu’on considère que la population des femelles ovigères* est multipliée par 17 en 2 mois.
Chaque œuf va éclore donnant une larve qui va subir plusieurs mues et métamorphoses pour
donner une nymphe puis un adulte en 10 à 20 jours.
Les jeunes adultes remontent à la surface de la peau sur laquelle le mâle plus actif que la
femelle court à la recherche d'une compagne. Après l'accouplement, le mâle ne survit pas à
l’aventure.
III.1.4.4 Capacité de survie
Chez l’hôte, le sarcopte vit de 1 à 3 mois. Hors de l'hôte humain, la durée de vie du sarcopte est
de quelques heures et ne dépasse pas 2 jours car il a besoin d'humidité et de chaleur. Une
hygrométrie élevée et une température basse (de 4 à 20°) favorisent sa survie qui peut atteindre
4 jours.
III.1.4.5 Mode de transmission du parasite
Par contact direct ou indirect
• Par contact direct :
- D’un sujet à l’autre, le sarcopte s'introduit dans l’épiderme après le contact
- Maladie sexuellement transmissible.
• Par contact indirect
- Avec le linge, la literie, les surfaces inertes.
*Glossaire
18
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.1.5 Pathologie Associée
III.1.5.1 Définition
Le sarcopte provoque une maladie contagieuse, une dermatose très prurigineuse : la gale.
III.1.5.2 Signes cliniques
La gale se manifeste par des démangeaisons le plus souvent nocturnes et par des lésions
cutanées ou cutanéo-muqueuses, caractérisées par de fins sillons, des vésicules et/ou des
plaques ± desquamantes. Dans les primo-infections le prurit n’apparaît que plusieurs jours
après le contage.
Les lésions ont pour principaux sites les plis inter-digitaux, la face antérieure des poignets et
des coudes, la ceinture, les cuisses, le nombril, les organes génitaux, les plis des seins et des
fesses.
La gale norvégienne correspond à la forme floride de la maladie. Elle survient surtout chez les
sujets immunodéprimés et les personnes âgées. Elle se manifeste par des lésions croûteuses peu
ou pas prurigineuses, pouvant toucher toutes les parties du corps y compris le visage et le cuir
chevelu. Les lésions abondent de sarcoptes et la maladie est très contagieuse. En France, la gale
norvégienne est à l’origine de nombreuses épidémies de gale dans les centres pour personnes
âgées : maisons de retraite, services d’hospitalisation à long et moyen séjours.
III.1.5.3 Mode de transmission de la maladie
(Cf III.1.4.5)
III.1.6 Lutte contre le parasite
III.1.6.1 Objectifs
Prévenir l’apparition et/ou limiter l'extension de la gale.
III.1.6.2 Réglementation (A)
- Décret n° 99-95 du 15 février 1999 modifiant et complétant les tableaux de maladies
professionnelles annexés au livre IV du code de la sécurité sociale, énonce dans l’article 1er :
les tableaux de maladies professionnelles prévus à l’article L 461-2 du code de la sécurité
sociale et annexés au livre IV. Le tableau n°76 est modifié comme suit :
19
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Tableau n°76 :
‘‘Maladies liées à des agents infectieux ou parasitaires contractés en milieu d’hospitalisation
et d’hospitalisation à domicile’’.
DESIGNATION DES MALADIES
Gale
Parasitose à Sarcoptes scabiei avec un prurit
et éventuellement surinfection des atteintes
cutanées dues au parasite.
En dehors d’un contexte épidémique,
l’affection devra être confirmée par
l’identification des sarcoptes.
DELAI
de prise en
charge
LISTE LIMITATIVE DES TRAVAUX
susceptibles de provoquer ces maladies
7 jours
Tous travaux effectués par le personnel de
soins et assimilé, de laboratoire,
d’entretien, de service ou de services
sociaux mettant en contact direct avec des
porteurs de cette scabiose.
III.1.6.3 Moyens de lutte (BI)
III.1.6.3.1 Mesures prophylactiques
Réaliser un arbre décisionnel à appliquer en cas de gale isolée ou d’épidémie (au moins deux
cas).
Dès qu’un diagnostic de gale est posé, il faut mettre en place des mesures prophylactiques dans
l’unité pour éviter le risque d’épidémie notamment l’examen systématique de tous les patients
et du personnel de l’unité pour rechercher des lésions scabieuses pendant 4 semaines.
III.1.6.3.1.1 Cas isolé (BIII)*
- Notifier à l’infirmière hygiéniste pour enregistrement des cas (traçabilité)
- Renforcer le lavage simple des mains
- Prendre des mesures vis-à-vis du malade
• traitement du malade se plaignant de prurit
• isolement de contact pendant 48 h après le début du traitement
• désinfection de l’environnement (literie, mobilier, linge personnel)
- Prendre des mesures vis-à-vis du personnel
• blouses de protection manches longues à usage unique pour tout contact direct avec le
malade
• gants non stériles à usage unique.
III.1.6.3.1.2 En cas d’épidémie (BIII)*
Stratégie de prise en charge dès diagnostic médical :
Le chef de service et le cadre ont pour mission de prévenir l’unité d’hygiène.
L’infirmière hygiéniste informera :
- le directeur de l’Etablissement et la D.S.S.I
- le président du Comité de lutte contre les infections nosocomiales (CLIN)
- le médecin du travail
- le pharmacien
- les services économiques
- les services en charge du magasin hôtelier et de la lingerie.
20
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Le Comité d’hygiène et de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) sera informé par le
Directeur de l’établissement.
L’hygiéniste organise l’information auprès de tout le personnel (personnel soignant, médicotechnique, médical, bionettoyage, animation, stagiaire, etc…), des familles et des bénévoles.
Elle explique le mode de transmission de la maladie, les mesures de désinfection, les modalités
de traitement et les précautions à prendre.
Ces informations seront réalisées selon les besoins sous forme de réunions, de fiches, d’affiches
ou de courrier.
III.1.6.3.1.2.1 Evaluation des besoins (BIII)
- Evaluer parmi les patients et les personnels, le nombre de cas probables (prurit isolé), très
probables (prurit et lésions évocatrices), et certains (prélèvement positif : prélèvement cutané
de la zone infestée, adressé au laboratoire de parasitologie pour mise en évidence du sarcopte
ou des œufs). Pour cela il est nécessaire de réaliser un examen dermatologique complet des
patients et du personnel.
- Répertorier les cas par unité afin d’obtenir une ‘‘vision géographique’’ de l’épidémie.
- Evaluer et commander les produits scabicides en quantité suffisante (pour patients et
personnel).
- Préciser les modalités d’application (Prescription médicale en concertation avec le
pharmacien).
- Evaluer selon le produit utilisé le temps nécessaire en moyenne pour traiter un patient
(toilette, application du traitement, désinfection du linge, de la literie) afin de demander du
personnel en nombre suffisant pour un traitement de ‘‘masse’’ un jour donné.
- Préciser et lister le type de mobilier concerné par la désinfection (par exemple : fauteuils,
chaises, tables de nuit, vestiaires, placards, WC).
- Evaluer le linge nécessaire pour permettre un change complet des literies (oreillers, draps,
couvertures), des vêtements, du linge de toilette et le commander à la lingerie centrale.
- Utiliser, si possible, des dispositifs à patient unique ou si impossibilité prévoir nettoyage et
désinfection à la sortie du patient des : brassard à tension, stéthoscope, thermomètre.
- Evaluer et commander les sacs étanches qui serviront au traitement du linge.
- Envisager avec le personnel soignant, les problèmes posés par la réalisation du traitement et
de la désinfection dans certains cas (attitudes vicieuses gênant l’application du traitement ou
autres situations).
Attention : si utilisation de benzoate de benzyle à badigeonner, prévoir et évaluer :
- Le nombre de pinceaux en soie (dit ‘‘queue de morue’’) larges de 8 à 12 cm, pinceaux à
patient unique (1 pinceau par patient).
- La charge de travail inhérente au traitement (1 heure par patient environ).
III.1.6.3.1.2.2 Mise en place des mesures (BIII)
• Isolement géographique du secteur du service concerné
- Interdire les visites par voie d’affichage sur toutes les portes d’accès à ce lieu.
- Poursuivre l’isolement 48 h après le début du traitement.
- Restreindre la circulation en dehors du secteur d’isolement des cas et des patients-contacts,
ayant ou non des signes cliniques.
- Limiter le déplacement du personnel entre le secteur isolé et le reste du service.
21
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
• Isolement de contact
- Porter une tenue de protection : gants, blouse à usage unique à manches longues, tablier à
usage unique (+ sur-chaussures en cas de gale norvégienne) pour tout contact direct ou soin
direct avec un patient atteint de gale.
- Renforcer le lavage des mains.
- Traiter simultanément les malades, le personnel.
- Désinfecter le matériel et le linge.
III.1.6.3.2 Traitement (BI)
III.1.6.3.2.1 Produits
• Produits pour le malade
- benzoate de benzyle : solution à 10% à badigeonner sur tout le corps
- pyréthrinoïdes : solution en aérosol pour application
- ivermectine : comprimés per os en attente d’Autorisation de mise sur le marché (A.M.M).
- blofénotane en solution : s’applique dans les mêmes conditions que ci-dessus
- lindane ou hexachlorocyclohexane ou HCH solution pour applications, poudre ou crème.
• Particularités pour les visites
- Informer les visites des patients.
- 2 cas sont à envisager :
- Visites régulières et fréquentes, à assimiler à des sujets contacts, à traiter le même jour ce
qui pose un problème d’acceptabilité (cf. médecin traitant).
- Visites occasionnelles, à informer seulement.
- Recommander des mesures pour les familles des patients contaminés (cf. médecin traitant,
assistante sociale éventuellement).
• Produits pour l’environnement
- Pyréthrinoïde : solution en aérosol
- Lindane ou hexachlorocyclohexane ou H.C.H.: poudres utilisées pour la désinfection du linge,
de la literie, des fauteuils.
III.1.6.3.2.2 Application (BI)
- Selon les modalités recommandées par le fabricant
- Veiller à appliquer le produit sur toute la surface du corps sans oublier le cuir chevelu, les
sourcils, les plis cutanés, sous les seins, le nombril, sous les ongles de pieds coupés courts
- Déposer la tenue de protection dans le sac à déchets de la chambre et le fermer avant de le
sortir
- Bien hydrater la peau après la douche qui élimine le produit insecticide.
NB : les organo-chlorés (HCH) sont de moins en moins utilisés (cf. insecticides).
22
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Fiche Technique
CONDUITE A TENIR EN PRESENCE DE SARCOPTES
I Définition de la maladie
La gale est une maladie contagieuse très prurigineuse provoquée par un ectoparasite : le
sarcopte.
II Mode de transmission de la maladie
La gale se transmet par contact direct et/ou indirect.
III Objectif
Permettre aux personnels de mettre en place les mesures de prévention et de traitement.
IV Modalités pratiques
CRITERE
mesure
ou
action
produit
matériel
technique
PATIENT
• isolement
• traitement
• toilette corporelle
• changement
PERSONNEL
• isolement
‘‘contact’’
VISITEUR
• limiter les
visites
pendant 48 h
• isolement ‘‘contact’’
• consulter le médecin
traitant
de vêtements ;
• changement de literie
à la sortie du patient
• scabicide
• savon pour lavage simple des mains
• matériel d’application
préconisé par le
fabricant (ex. pinceau
de soie, largeur 8 à 12
cm)
• se conformer aux
recommandations du
fabricant, badigeonner
précautionneusement
toute la surface du
corps sans oublier les
plis, cheveux, sous les
ongles
• douche incluant les
cheveux après respect
du temps de contact
• surblouse à manches
ENVIRONNEMENT
• désinsectiser
• produit
acaricide
longues à usage
unique
• gants non stériles à usage unique
• appliquer suivant
• lavage simple des
• mettre en
mains
(cf. recommandations C.CLIN Paris-Nord)
23
recommandation du
fabricant
contact le
linge et l’acaricide
pendant 48h dans un
sac plastique étiqueté.
• laver dans un second
temps suivant la
procédure habituelle.
• appliquer et
saupoudrer literie et
oreiller (temps de
contact variable
suivant le produit).
• traiter mobilier et
surfaces puis les
nettoyer
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Planning de traitement
Jour
J1
J2
J8
J9
Patient
Vêtement
Literie
Chambre
• douche
• application du
produit
• douche
application du
produit
• douche
• application du
produit
• propre
• propre
• propre
• propre
• propre
• propre
• entretien +
désinsectisation
• douche
• propre
• propre
• entretien
V Recommandations
Informer :
- La direction de l’Etablissement
- Le CLIN
- L’unité d’hygiène
- Les différentes équipes de soin et le personnel
- Le médecin du travail
- Les familles
- Les bénévoles.
24
• entretien +
désinsectisation
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.2 Le Pou
III.2.1 Définition
Petit Larousse
Nom masculin vient du latin Pediculus.
Insecte sans ailes, parasite externe des mammifères et de l'homme dont il suce le sang
(longueur moyenne de 1 à 3 mm).
III.2.2 Classification
Règne-------------------Animal
Embranchement-----------Arthropodes
Sous-embranchement------------Mandibulates (Antennates)
Classe-------------------------------------Insectes
Sous-classe--------------------------------------Ptérygotes
Ordre----------------------------------------------------Anoploure
Genres--------------------------------------------------------Pediculus, Phtirius
Espèces------------------------------------------------------------------corporis, capitis, pubis
III.2.3. Réglementation
cf. chapitre I.4
III.2.4 Biologie
III.2.4.1 Morphologie
Pediculus capitis mâle
Phtirius pubis
Poux
25
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Trois espèces sont spécifiques de l'homme :
- Pediculus capitis : pou de tête
- Pediculus corporis : pou de corps
- Phtirius inguinalis ou pubis : pou de pubis (morpion).
DESCRIPTION MORPHOLOGIQUE DES 3 ESPECES DE POUX HUMAINS
Dénomination
commune
Dénomination
scientifique
Taille
Tête
Le reste de la
morphologie
Pou de tête
Pou de corps
Pou de pubis
ou morpion
• Pediculus capitis
• Pediculus corporis
• Phtirius pubis
• 1,6 mm de long mâle
• 2,7 mm de long femelle
• gris, à jeun
• rougeâtre, gorgé de sang
• 2,5 mm de long mâle
• 3,5 mm de long femelle
• gris, à jeun
• rougeâtre, gorgé de sang
• 1 à 1,5 mm
• gris, à jeun
• rougeâtre, gorgé de
sang
Aplatis dorsoventralement
• aspect trapu et
globuleux
• 1 paire d'antennes à 5
• 1 paire d'antennes à 5
• 1 paire d'antennes à 5
articles
articles
articles
• Plus arrondie, antennes
• Enfoncée dans une
plus longues
dépression du thorax
• 3 paires de pattes aux griffes • 3 paires de pattes griffues • 3 paires de pattes
puissantes qui lui permettent
courtes et puissantes
• thorax : 3 segments
de s'accrocher aux cheveux
munies de griffes
• abdomen : 8 segments
• thorax : 3 segments
• abdomen : 8 segments
III.2.4.2 Comportement trophique
Les poux, larves et adultes, se nourrissent de sang, qu'ils prélèvent en piquant leur hôte 2 à 4
fois par jour (pou de tête et de corps) ou de façon ininterrompue (pou de pubis).
III.2.4.3 Reproduction
Il semblerait que les poux s’accouplent plusieurs fois par jour ; la femelle pond de 3 à 10 œufs
par jour (jusqu’à 300/vie) qu’elle fixe sur les poils, cheveux ou fibres de vêtements grâce à une
substance appelée cément le tout formant alors la lente. Les œufs éclosent en 6 à 10 jours pour
donner chacun une larve qui subit 3 mues successives avant de devenir un adulte capable de se
reproduire à son tour. Ce cycle dure environ 3 semaines.
26
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.2.4.4 Capacité de survie
Chez l'hôte, le pou adulte vit de 6 à 8 semaines.
pou de tête
Habitat
pou de corps
pou de pubis
• cheveux,
• rarement barbe et
sourcils
Survie
•þvit sur les vêtements et • poils du pubis
dans la literie
•þrarement poils de la
• ne va sur la peau que
poitrine, aisselles, barbe,
pour piquer et se nourrir sourcils et poils du nez
• ne peut vivre que gorgé de sang
• privé de nourriture, il meurt en 1 à 3 jours
• très sensibles à la chaleur et à la déshydratation
III.2.4.5 Mode de transmission du parasite
Maladie sexuellement transmissible.
La transmission se fait essentiellement par contact direct (de personne à personne) ou indirect
(par les vêtements, la literie, les objets de toilette, l'eau de la piscine).
III.2.5 Pathologies associées
- Les poux sont responsables de prurit qui entraîne grattage et lésions de grattage.
- Les poux de corps pourront être à l’origine de maladies infectieuses épidémiques.
III.2.5.1 Définition
- Pédiculose ou phtiriase : Dermatose provoquée par la présence sur une partie du corps ou sur
toute sa surface, d'un grand nombre de parasites appartenant à l'une des trois espèces de poux
(Garnier Delamarre).
-D’autres maladies infectieuses transmissibles sont connues mais ne représentent pas dans
notre pays un risque nosocomial.
Il s’agit de typhus exanthématique ou typhus historique, de fièvre récurrente (Borréliose), de
fièvre des tranchées (ou fièvre de 5 jours).
III.2.5.2 Signes cliniques
- Pédiculose ou phtiriase : prurit intense, lésions de grattage pouvant se surinfecter.
27
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.2.5.3 Modes de transmission des maladies
- Pédiculose : liée à la présence de parasites.
ÿþýüûüúùø÷þùöõøôóùøò÷ø÷þ þpar les déjections des parasitesþþþþþ
Typhus par
l’hémolymphe après écrasement des poux sur la peau lésée ou les conjonctives pour la Fièvre
récurrente (borréliose) et par les déjections des parasites lors de la fièvre des tranchées.
III.2.6 Lutte contre le parasite
III.2.6.1 Objectifs
Prévenir l'apparition et/ou limiter l’extension de la pédiculose et des maladies infectieuses.
III.2.6.2 Réglementation
III.2.6.2.1 Pour les usagers
- Rôle des services communaux d'hygiène et de santé
La lutte contre la pédiculose relève de la protection générale de la santé titre I du livre 1 du
Code de la Santé Publique.
Il appartient aux autorités d'édicter les mesures nécessaires à la lutte contre la pédiculose dans
la commune et aux services d'hygiène et de santé de contrôler l'application de ces règles.
- Lutte contre la pédiculose en milieu scolaire
Des instructions sur les dispositions à mettre en œuvre en matière de lutte contre la pédiculose
ont été édictées par le Ministère de l'Education Nationale dans la circulaire n° 77.050 du 7
février 1977 (annexe 1) relative à la lutte contre les poux et aux mesures à mettre en œuvre.
- L'arrêté du 3 mai 1989 (annexe2) relatif aux durées, conditions d'éviction et mesures de
prophylaxie à prendre à l'égard des élèves et du personnel dans les établissements
d'enseignement et d'éducation publics et privés en cas de maladies contagieuses, précise qu'en
cas de pédiculose, les malades ne sont pas soumis à éviction si le traitement est mis en place. Il
en est de même pour les sujets en contact avec les sujets porteurs.
- La note de service n°87.288 du 25 septembre 1987 (ch 2.41) relative à la sécurité et à la
protection des élèves dans les écoles rappelle que "l'instituteur demeure attentif à l'état de santé
physique et morale de ses élèves, en liaison avec les services de santé scolaire". "En ce qui
concerne plus particulièrement la lutte contre les poux, la conduite à tenir est définie dans les
textes précédemment énoncés".
III.2.6.2.2 Pour les produits
L'article L.512 du Code de la Santé Publique réserve aux pharmaciens leur fabrication et leur
vente.
L'article L.658-11 subordonne leur commercialisation à une autorisation administrative
réglementée par les articles R.62.66.1 et R 5266.16.
28
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.2.6.3 Moyens de lutte
III.2.6.3.1 Mesures prophylactiques (BI)
Il existe des produits répulsifs dont l’efficacité n’est pas évaluée.
III.2.6.3.1.1 Cas isolé (BIII)
- Mettre en place un traitement adapté
- Examiner systématiquement les autres patients
- Eviter dans la mesure du possible tout contact avec les autres patients
- Isoler en chambre individuelle si poux de corps
- Limiter les contacts patient/personnel
- Limiter le nombre de visiteurs
- Changer tout le linge
- Traiter puis nettoyer le mobilier et la chambre.
III.2.6.3.1.2 En cas d’épidémie (BIII)
- Informer l’unité d’hygiène
- Evaluer les besoins en produits, matériel et linge
- Recenser les besoins supplémentaires en personnel
- Planifier le traitement simultané de l’ensemble des patients.
29
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.2.6.3.2 Traitement
III.2.6.3.2.1 Produits (BI)
PRESENTATION
Poudre
PRINCIPE ACTIF
• HCH,
DDT*
AVANTAGE
• Application
facile
INCONVENIENT
• Salissant
• Port du bonnet
indispensable
ou pas actifs sur les
lentes
• Peu
Lotion
• Acide acétique
• Aide à décoller les
lentes
• Benzoate de benzyle
• Efficacité discutée
• DDT
• HCH
• Malathion
• Peu
• Pyréthrines
Crème
• DDT
• Lindane
• Très
efficace
• Très efficaces et
faible toxicité
• Application facile
ou pas actifs sur les
lentes
• Assez forte odeur
(malathion)
• Peu
ou pas actifs sur les
lentes
• Salissant
• Pyréthrines
Shampooing
• Acide
acétique
• HCH
Aérosol
• Très efficaces
• Application facile
• Aide à décoller les
lentes
• Application facile
• Pyréthrines
• Application
• Pyréthrines
• Très efficaces
• Emploi facile
facile
• Faiblement actives
sur les lentes
• Irritant pour les yeux
• Allergisant
• Peu ou pas actifs sur les
lentes
• Irritant pour les yeux
• Allergisant
• Irritant pour les yeux
• Allergisant
• Chères
• Irritantes pour les yeux
• Allergisantes
• Emploi avec précaution
chez l’asthmatique
III.2.6.3.2.2. Modalités d’application (BI)
- Se conformer au mode d’emploi recommandé par le fabricant et à la prescription médicale.
- Respecter le temps de contact pour le linge.
- Effectuer un nettoyage des surfaces après l’application de l’insecticide.
30
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Fiche Technique
CONDUITE A TENIR EN CAS DE POUX
I Définition
Insecte sans ailes, parasite externe des mammifères et de l’homme dont il suce le sang qui
provoque des dermatoses.
II Mode de transmission
La transmission se fait par contact direct ou indirect.
III Objectif
Permettre au personnel de mettre en place les mesures de prévention et de traitement.
IV Modalités pratiques
PATIENT
Mesure
• éviter tout contact direct
avec d'autres patients
• chambre individuelle si
poux de corps
Produit
Matériel
• produit pédiculicide
• savon pour la toilette
• gant de toilette, serviette
PERSONNEL
• éviter tout contact
ENVIRONNEMENT
• éviter tout contact
direct avec les
direct avec le patient
patients contaminés contaminé
• traiter si
• limiter le nombre
contamination
de visiteurs
• savon pour le lavage simple des mains
• désinsectiser
• surblouse
• gants non stériles à
• sacs pour linge
à usage unique ou
usage unique
individuelle
• peigne à poux
• sacs pour linge contaminé
Technique
VISITEUR
• protéger les yeux du
patient
• utiliser le produit en se
conformant au mode
d'emploi
• retirer les lentes au
peigne à poux
• tondre le pubis si Phtirius
pubis
• mettre des vêtements
propres
31
l'environnement proche
du patient
• insecticide
contaminé
• matériel de ménage
habituel
• matériel recommandé
par le fabricant
d’insecticide
• nettoyer peignes et
brosses
• saupoudrer d'insecticide
et enfermer dans un sac,
les textiles non lavables
pendant 48 h minimum
• laver à 60° minimum
tout ce qui peut l'être
• traiter la chambre et le
mobilier puis nettoyer
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
V Recommandations
•
Informer des mesures à prendre : - le patient
- l'ensemble des personnes intervenant auprès du patient
(personnels, visiteurs, famille).
•
Se conformer strictement au mode d'emploi et temps d’application du produit.
•
Connaître et rechercher les effets indésirables.
•
En cas d'épidémie, se conformer à la conduite à tenir spécifique.
•
Au niveau d’une école, le traitement individuel est souvent décevant, une plus grande
efficacité est obtenue si les traitements sont communautaires et concomitants prenant en
charge tous les enfants parasites connus ou non parasites.
32
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.3 LA PUCE
III.3.1 Définition
Larousse:
Nom féminin, vient du latin pulex
Insecte dont l’adulte puise par son rostre le sang des mammifères. Sa couleur marron a donné
son nom à une teinte: la couleur puce.
Précis d’entomologie médicale et vétérinaire : Rhodain et Perez [3]
« [...] Les Siphonaptères ou puces (angl.: fleas) sont des insectes [...] qui vivent en contact
étroit avec leur hôte, même si cette fixation est intermittente (les puces qui vivent fixées
longtemps ou continuellement sont l’exception) [...] à l’état adulte, ils sont caractérisés par leur
aptitude au saut. »
III.3.2 Classification
Règne ------------------------- Animal
Embranchement -------------------- Arthropodes
Sous-embranchement -------------------- Mandibulates (Antennates)
Classe --------------------------------------------- Insectes
Sous-classe--------------------------------------------- Ptérygotes
Super-ordre -------------------------------------------------- Oligonéoptères
Ordre ----------------------------------------------------------------- Aphaniptéroïdes
Sous-ordre----------------------------------------------------------------- Siphonaptères
(anc.: Aphaniptères)
Le sous-ordre des Siphonaptères comprend environ 2500 espèces et sous-espèces et plus de 200
genres que la plupart des auteurs regroupent dans 17 familles et 2 super-familles: les Pulicoidea
(deux familles: Tungidae et Pulicidae) et les Ceratophylloidea (15 familles).
La puce de l’homme est Pulex irritans qui peut aussi parasiter certains carnivores sauvages.
La spécificité des 2500 différentes espèces n’est pas aussi stricte que celle des poux. Ainsi une
espèce de puces qui normalement parasite un hôte spécifique, peut occasionnellement se
nourrir sur d’autres hôtes.
III.3.3 Réglementation
cf. chapitre I.4
33
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.3.4.Biologie
III.3.4.1 Morphologie
Morphologie générale schématique d’une puce adulte femelle.
a abdomen; an antenne; bc bourse copulatrice; e œil; h tête; th thorax
Histoire Naturelle, planche 85
La puce est un insecte aplati latéralement, de petite taille : 0,8 à 6,5 mm. La puce mâle de
l’homme: mesure 1 mm environ, il est plus petit que la femelle qui en fait : 1 mm et demi. Cette
différence morphologique, déjà décrite au Moyen-âge, peut être constatée à l’oeil nu.
Mâles et femelles sont aptères*. L’œil, qui est un ocelle*, est situé en avant de l’antenne. La
3ème paire de pattes, fortement développée, est adaptée pour le saut grâce à l’existence d’une
substance protéique élastique particulière, la résiline, capable d’emmagasiner puis de relâcher
brutalement l’énergie physique, permettant ainsi à la puce de réaliser des bonds allant jusqu’à
40 cm de haut.
III.3.4.2 Comportement trophique
Les puces sont hématophages dans les deux sexes. Elles sont fondamentalement associées à des
hôtes y compris l’homme qui vivent dans des abris dans lesquels ils reviennent plus ou moins
périodiquement. En principe, les animaux qui ne possèdent pas de tels abris ne sont pas
parasités par les puces. Les exceptions seraient liées à un taux de reproduction des puces très
élevé, une liaison étroite ou une promiscuité marquée des hôtes.
Chez beaucoup d’espèces, les puces procèdent à de multiples essais de piqûres avant de se
gorger de sang, choisissant l’endroit le plus favorable à leur repas. La masse de sang absorbée
est importante (±1 mm3). Le repas dure de 2 à 5 minutes et peut être plus ou moins complet.
*glossaire
34
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Le rythme des repas varie selon les espèces : 1 par jour pour les puces vivant sur leur hôte et
tous les 2 à 4 jours pour celles vivant sur le sol des terriers.
Il existe trois grands types de contact hôte-puces :
-« Les puces de fourrure » : espèces vivant en permanence sur l’hôte. Elles ne le quittent que
pour passer immédiatement sur un autre. Elles ont en général une bonne aptitude au saut
(exemple : Pulex irritans).
- Les espèces dites nidicoles qui attendent leur hôte dans leurs terriers.
- Les espèces sédentaires qui vivent fixées, voire totalement enchâssées dans les tissus, sur
l’hôte durant toute ou partie de leur vie.(ex : Spilopsyllus cuniculi chez le lapin ou Tunga
penetrans).
III.3.4.3 Reproduction
La femelle possède une ou deux spermathèques* (selon les variétés) où sont conservés les
spermatozoïdes à la suite de l’accouplement.
Pulex irritans femelle, arrivée en phase de reproduction, pond de 10 à 20 œufs par jour. Les
œufs sont pondus isolément ou par petites séries de 2 à 6, le plus souvent dans le lit de l’hôte et
dans les poussières des habitations.
La ponte dure un mois environ, donnant un total de plus de 500 œufs. Pour d’autres espèces, la
ponte se fait également sur le pelage de l’hôte mais les œufs étant déposés et non collés, ils sont
souvent retrouvés au sol, la quantité totale d’œufs peut varier de 200 à plusieurs milliers (2000
pour Ctenocephalides felis: la puce du chat).
Stades préimaginaux des puces (d’après OMS, 1973)
Les œufs sont ovalaires ou ronds. Ils mesurent de 0,3 à 0,5 mm. Leur couleur varie du blanc au
jaune.
De l’œuf va sortir une minuscule larve allongée, vermiforme qui va aller se loger dans les
interstices du sol, les fentes de parquets. Les trois stades larvaires durent chacun 2 à 6 jours.
Les larves sont très hygrophiles et, bien que dépourvues de pattes, sont extrêmement agiles et
remuantes. Elles se nourrissent sur le sol de débris organiques, squames cutanées et poussières
de sang séché provenant des individus parasités par les puces adultes. La durée de l’évolution
de ces larves est fonction de la quantité de nourriture qu’elles trouvent et des conditions de
température ambiantes. Cette durée peut dépasser quinze jours.
Arrivées à maturité, les larves vont choisir un interstice, pour devenir nymphe et filer autour
d’elles un petit cocon translucide de soie très fine, fixé au support et souvent masqué, par
adhésion à sa surface, de particules de poussières.
La nymphe ou pupe qui est un stade immobile à l’intérieur du cocon, ne s’alimente pas. Ce
stade nymphal dure 1 à 2 semaines en moyenne mais en l’absence d’hôte potentiel peut se
prolonger jusqu’à un an (voir : capacité de survie).
35
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Très vite après l’émergence, les adultes mâles et femelles copulent (le hollandais
Leeuwenhoeck, dans plusieurs lettres écrites à la Société Royale de Londres de 1677 à 1695,
note au cours de ses observations que c’est la femelle qui est au-dessus du mâle) et recherchent
un hôte pour leur premier repas.
La recherche est plus passive qu’active. L’insecte se poste en attente du passage éventuel de
l’hôte. Dès qu’il est détecté le saut est déclenché pour précipiter la rencontre (7 à 10 cm en
hauteur et plus de 15 cm en longueur en moyenne). De tels sauts (environ 150 fois sa propre
hauteur) peuvent être réalisés même quand l’insecte porte une charge. Il n’est pas rare que la
femelle, réalise un tel exploit en portant le mâle, sous elle en cours d’accouplement.
La reproduction est permanente mais dépend toutefois de l’alimentation sans qu’il y ait
concordance exacte entre repas et ponte. Les études faites chez des espèces de puces très
étroitement inféodées à l’hôte ont montré des phénomènes de coïncidence des périodes de
reproduction de l’hôte et de son parasite.
III.3.4.4 Capacité de survie
Si le local où s’est faite la nymphose reste inoccupé, il s’établit une diapause (la sortie de la
puce adulte de son cocon est retardée).
L’insecte restera alors dans son enveloppe nymphale jusqu’à ce qu’un stimulus mécanique
(ébranlement du sol) ou un choc thermique (réchauffement brutal de l’atmosphère d’une
maison restée longtemps inoccupée) vienne le réveiller. La puce adulte sort alors
immédiatement de son cocon et cherche un hôte à piquer.
Ainsi on peut observer l’éclosion synchrone de puces, parfois par milliers, après des diapauses
de durée très variable pouvant dépasser 1 an.
Les puces ont un optimum de température et d’humidité très étroit. C’est pourquoi chaque
espèce choisit un type d’hôte adapté à ces exigences ou disposant d’abris atténuant les écarts de
température et d’humidité. Mais d’autre part, les puces sont capables, à tous les stades, de
ralentissement métabolique très important permettant une quiescence qui peut se prolonger
jusqu’au retour des conditions favorables. Ces états de quiescence répétés déterminent une très
grande variabilité du cycle biologique dont la durée chez Pulex irritans peut être de 20 jours à
15 mois et chez Ctenocephalides canis et Ctenocephalides felis (puces du chien et du chat) de
20 jours à 504 jours.
III.3.4.5 Mode de Transmission
Les puces peuvent passer directement d’un hôte à l’autre d’un simple bond. La transmission
peut se faire aussi dans les lieux même inoccupés depuis longtemps. Lors de l’éclosion
synchrone de milliers de nymphes après une diapause prolongée, des milliers de puces se
lancent à l’assaut de l’hôte le plus proche. Ces phénomènes sont souvent observés dans des
lieux restés inoccupés depuis longtemps et sont le fait plutôt de puces des animaux familiers
(chien et surtout chat). Ces puces, contrairement à celles de l’homme, limitent leurs piqûres à la
première zone de peau trouvée non couverte, généralement au niveau des jambes, et quittent le
plus souvent leur hôte occasionnel dès le repas de sang terminé.
36
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.3.5 - Maladies associées
Les puces peuvent être à l’origine de la transmission de nombreux agents parasitaires ou
microbiens à l’origine de maladies plus ou moins graves,. telles le typhus murin dû à Rickettsia
mooseri = Rickettsia typhi, l’helminthiase intestinale due à Hymenolepis fraterna,. la tularémie
due au bacille Francisella tularensisou l’angiomatose bacillaire due à la bactérie Bartonella
henselae et la plus connue d’entre elles est la peste.
III.3.5.2 Signes cliniques
Deux niveaux :
- Nuisances dues à leur seule présence
- Pathologies associées transmises par la piqûre.
III.3.5.2.1 Nuisances dues à leur seule présence :
III.3.5.2.1.1 La piqûre
Une même puce peut se nourrir plusieurs fois par jour sur le même hôte. De plus, à chaque fois,
elle peut procède à plusieurs piqûres avant de s’abreuver de quelques milligrammes de sang.
La piqûre, irritante et prurigineuse, provoque un rougissement de la peau là où elle a eu lieu.
Chez certains sujets, les piqûres entraînent une perte de sommeil et des troubles nerveux. On
peut observer aussi des lésions de grattage parfois secondairement surinfectées.
Pendant et après le repas, les puces rejettent du sang en partie digéré, ce qui est à l’origine des
petites taches que l’on peut observer sur le linge et les draps.
III.3.5.2.1.2 Les réactions allergiques
Certains sujets peuvent réagir violemment aux piqûres de puces, qu’il s’agisse de Pulex irritans
ou de celles des animaux de compagnie.
La salive de l’insecte serait à l’origine des phénomènes de sensibilisation. Pour certains, les
restes de larves et d’adultes dans les poussières de maison pourraient, au même titre que ceux
d’acariens, provoquer des réactions allergiques.
III.3.5.2.1.3 Les troubles psychiques
Quand elles abondent sur un sujet ou pullulent sur des personnes grabataires laissées sans soins,
les puces peuvent être à l’origine d’importantes insomnies, avec parfois retentissement
psychique par la seule idée de la présence des puces et de ne pouvoir s’en débarrasser. Ces
troubles, relevant de la psychiatrie, constituent l’ectoparasitophobie également retrouvée avec
d’autres arthropodes, notamment les poux ou les sarcoptes.
III.3.5.3 Mode de transmission de la maladie
Le mode de transmission habituel est la piqûre. Occasionnellement, le contact avec les
déjections infectieuses peut transmettre une parasitose.
37
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.3.6 Lutte contre le parasite
III.3.6.1 Objectif
Compte tenu des possibles transmissions de la puce, du rongeur à l’homme et d’homme à
homme, deux axes sont à envisager :
1. Limiter les réservoirs potentiels.
2. Éliminer les puces.
III.3.6.2 Réglementation (A)
cf. chapitre I.4
III.3.6.3 Moyens de lutte
III.3.6.3.1 Mesures prophylactiques (BI)
Limiter les réservoirs.
Les animaux ne sont pas admis en milieu hospitalier sauf exception conformément à celle citée
en Chapitre V.
Prévenir l’infestation :
Les animaux tolérés au sein de l’établissement doivent bénéficier d’un traitement anti-puce et
être surveillés (contrôle des allées et venues).
38
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
II.3.6.3.2 Traitement
III.3.6.3.2.1 Produits (BI)
Pour l’animal: antiparasitaires pour chat et/ou chien
Nature de l’insecticide
Organophosphorés
Inhibiteurs de la
croissance (I.G.R.)
Dénomination
Commune
Internationale
- diazinon/dympilate
- tétrachlorvinphos
- cythioate
- fenthion
- dichlorvos + fénitrothion
- lufenuron
Phénylpyrazolés
- fipronil
Pyréthrines
- bioalléthrine
(+ butoxyde de pipéronyl)
- cyperméthrine
- perméthrine
- phénothrine
- amitraz
Formamidine
Carbamates
- bendiocarb
- carbaryl
- propoxur
Mode d’action
Présentation
- action neurotoxique par action anticholinestérasique
- action systémique
- répartition du principe actif dans l’organisme après passage
transcutané ce qui assure une activité pendant 3 à 4 semaines
- solution en ampoule pour application
cutanée
- colliers
- sprays ou aérosols sous pression
- inhibition de la synthèse de chitine
- absorption du principe actif avec la ration alimentaire et
diffusion de celui-ci dans le sang de l’animal
- rupture du cycle de reproduction des puces par ingestion du
principe actif lors de la piqûre
- action non compétitive du GABA
- répartition du principe actif par passage transcutané
- rupture du cycle de reproduction de la puce par ingestion du
principe actif lors de la piqûre
- action neurotoxique
- pénétration au travers de la cuticule
- action à effet immédiat (knock-down)
- comprimés
- solution orale ou buvable
- action sur la mono-amine-oxydase
- perturbation de la transmission nerveuse entraînant la mort du
parasite
- action rapide
- action neurotoxique par action anticholinestérasique
- rémanence supérieure à 4 mois
- collier
- solution pour application cutanée
- mousse
- spray ou aérosol sous pression
- collier
- poudre externe
- spray ou aérosol sous pression
Dictionnaire des Médicaments Vétérinaires et des produits de Santé Animale, diagnostic, diététique, hygiène petit matériel – Ed du Point Vétérinaire - 1997
39
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Fiche Technique
CONDUITE A TENIR EN PRESENCE DE PUCES
I Définition du parasite
Insecte dont l’adulte puise, par son rostre, le sang des mammifères. Il se caractérise par son
aptitude au saut.
Outre les nuisances dues à sa piqûre, la puce peut inoculer un certain nombre d’agents pathogènes.
II Mode de transmission du parasite
La transmission de l’homme à l’homme est possible mais l’infestation des locaux est plus
généralement en rapport avec l’introduction de puces par l’intermédiaire d’un animal.
L’infestation peut se manifester même très longtemps après le passage de l’animal porteur.
III Objectif
Éliminer le parasite ainsi que les œufs. Prévenir l’infestation.
IV Modalités pratiques
PATIENT
PERSONNEL
• éviter le contact du
parasite (niveau patient
et niveau locaux)
• savon pour le lavage
Produit
simple des mains
Matériel • gant de toilette, serviette • surblouse
à usage unique ou
• gants à usage unique
individuelle
non stérile
• sacs pour linge infesté
• manchettes
•protection des
membres inférieurs
Technique • utiliser le produit en se
conformant au mode
d’emploi
• respecter le temps de
contact
Mesure
• éviter tout contact direct
avec d’autres patients
• éliminer le parasite
• insecticide
40
ENVIRONNEMENT
• désinsectiser le local
infesté
• insecticide
• balai
trapèze nettoyable et
désinfectable
• gazes humides U.U.
• sacs à déchets et à linge
hermétiques
• procéder au balayage humide
• évacuer les gazes
immédiatement dans les sacs
hermétiquement clos
• désinsectiser
(cf. recommandations du
fabricant)
• évacuer les locaux pendant au
moins une heure
(cf. recommandations du
fabricant)
e
• procéder à un 2 balayage
humide
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.4 LES MOUSTIQUES
III.4.1 Définition
Larousse :
n.m. (anglais mosquito) insecte diptère à l’abdomen allongé et à longues pattes fragiles, dont la
femelle pique la peau de l’homme et des animaux pour se nourrir de leur sang.
Dictionnaire de Médecine - Masson:
Tout insecte diptère pourvu d’une trompe lui permettant de piquer l’homme ou les animaux
afin de se nourrir de leur sang. Les moustiques qui ont une importance en médecine
appartiennent aux genres Anophèles et Culex.
III.4.2 Classification
Règne----------------------------Animal
Embranchement-------------------Arthropodes
Sous-Embranchement----------------Mandibulates (Antennates)
Classe----------------------------------------Insectes
Sous-Classe-------------------------------------Ptérygotes
Super Ordre------------------------------------------Mécoptéroïdes
Ordre-----------------------------------------------------Diptères
Sous-Ordre-------------------------------------------------Nématocères
Famille----------------------------------------------------------Culicidés
Genres-----------------------------------------------------------------Culex, Anopheles, Aedes et autres
Il existe environ 3200 espèces de moustiques regroupés dans trois principaux genres : Aedes,
Anopheles, Culex. Les moustiques sont adaptés à la plupart des climats de la planète, des
régions polaires à la forêt équatoriale.
41
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.4.3 Réglementation
cf. chapitre I.4
III.4.4 Biologie
III.4.4.1 Morphologie
Moustique de l’espèce Culex pipiens
Le moustique est un insecte long de 5 à 12 mm, au corps gris brun ou ocre dont l’abdomen est
segmenté.
Les pattes sont longues et fragiles. Une paire d’ailes membraneuses et étroites et deux
balanciers implantés sur le thorax lui permettent de voler en équilibre.
La trompe, organe piqueur-suceur, acérée en biseau est protégée au repos par une enveloppe
appelée labium. Le mâle se distingue de la femelle par ses antennes recouvertes de soies en
touffes.
III.4.4.2 Comportement trophique
Le mâle se nourrit de la sève des végétaux et du nectar des fleurs, tandis que la femelle
hématophage prélève sur les hommes et les animaux le sang dont elle a besoin pour produire
des œufs.
Certaines espèces, comme le moustique urbain (Culex pipiens ) peuvent produire une première
ponte sans prendre de repas de sang ( espèces dites autogènes ), mais doivent prendre un repas
sanguin pour les pontes suivantes.
Certaines espèces ne piquent qu’à l’intérieur des maisons (moustiques endophages), alors que
d’autres piquent à l’extérieur (exophages). Le rythme de piqûre varie non seulement en
fonction des espèces mais d’un lieu à l’autre pour une même espèce. La plupart des espèces
sont crépusculaires ou nocturnes, mais il en existe de diurnes.
III.4.4.3 Reproduction
La femelle pond plusieurs dizaines, voire centaines d’œufs en l’espace de 30 à 40 jours. Les
pontes sont rythmées par des repas de sang, chaque ponte survenant environ 48 heures après un
repas de sang (cycle gonotrophique).
42
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Les Culex pondent leurs œufs dans des eaux riches en matières organiques tels que les égouts.
Les œufs sont alors groupés, collés les uns aux autres formant une ‘‘nacelle’’ flottante.
Les anophèles pondent leurs œufs un à un à la surface d’eaux généralement claires, ombragées
ou ensoleillées, herbacées ou non.
Les œufs d’aedes sont pondus isolement dans l’eau ou sur des supports secs car ils sont
résistants à la sécheresse et peuvent attendre la mise en eau plusieurs mois. Ils éclosent très
rapidement dès qu’ils sont immergés.
Pour la plupart des espèces, l’éclosion intervient en deux à trois jours, chaque œuf donnant
naissance à une larve de stade 1 qui va rapidement muer en larve de stade 2 puis de stades 3 et
4 donnant ensuite une nymphe d’où émergera l’imago ou moustique adulte (photos larve,
nymphe et adulte). De l’éclosion de l’œuf au stade adulte, le cycle dure environ 15 à 20 jours
lorsque les conditions de température et de nourriture sont favorables.
Le stade nymphal est un stade de transition au cours duquel l’insecte subit de très profondes
transformations morphologiques et physiologiques.
III.4.4.4 Capacité de survie
La durée de la vie larvaire est subordonnée aux conditions climatiques ; certaines espèces ne
comportent qu’une génération par an (Aedes arctiques), d’autres au contraire se reproduisent
toute l’année et peuvent avoir 25 à 30 générations annuelles (Anopheles gambiae).
Sévissant du printemps à l’automne dans les régions tempérées, actif toute l’année dans les
régions chaudes et humides, le moustique peut vivre un an et demi et voler 35 heures sans
nourriture (Quid 1993).
III.4.4.5 Mode de transmission du parasite
La transmission des germes pathogènes par les moustiques à l’homme ou aux animaux se fait
au moment de la piqûre, par l’intermédiaire de la salive pour les virus et plasmodies*, et par
effraction des pièces buccales pour les filaires*. Dans le premier cas les agents sont introduits
directement dans les capillaires. Dans le deuxième il y a pénétration active de la peau.
III.4.5 Pathologies associées.
III. 4.5.1 Définition
En zone tempérée, les moustiques constituent essentiellement une nuisance. En Europe, seules
sont connues quelques arboviroses, comme le West Nile et peut-être la dengue, s’il se confirme
que certains Aedes albopictus, comme ceux d’Albanie, sont vecteur. En zone chaude au
contraire les moustiques véhiculent de nombreuses maladies.
43
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
A titre d’exemple et en dehors de tout risque nosocomial, les culex sont reconnus vecteurs
de l’encéphalite japonaise qui touche surtout les régions de rizières en Asie, du nord de la
Chine à l’Indonésie et de l’Inde aux Philippines. Ils transmettent aussi l’encéphalite de Saint
Louis sur une large partie du continent américain.
Les aédes transmettent le virus de la fièvre jaune en Afrique et en Amérique latine et celui de la
dengue notamment en Asie, de l’Inde jusqu’aux marquises, ainsi qu’en Amérique centrale et
dans une partie de l’Amérique du Sud.
Enfin les anophèles sont bien connus pour transmettre le paludisme, 100 à 120 millions de cas
chaque année, dont deux millions de morts.
III.4.6 Lutte contre le parasite.
III.4.6 1 Objectif
Eliminer l’insecte et essayer de diminuer les risques de piqûres.
III.4.6.2 Réglementation
- cf. chapitre I.4, O.M.S recommandations n°45 (voir annexe).
III.4.6 3 Moyens de lutte (BI)
Les recommandations pour la lutte contre les moustiques sont différentes, selon les espèces,
leur stade de développement et les gîtes.
III.4.6.3.1 Mesures prophylactiques (BI)
• Lutte contre les larves : Lutte chimique : la lutte contre les larves avec des formulations
d’insecticides liquides (mise en solutions en tenant compte des dosages), en poudre ou en
granulés peut être menée en utilisant un pulvérisateur, une poudreuse à main ou des moyens
plus sophistiqués allant jusqu’aux applications aériennes.
Leur utilisation comporte quelques risques : longtemps utilisés à des doses élevées, les
insecticides ne sont pas sélectifs et détruisent la faune utile. Il existe aussi un risque de toxicité
aiguë en cas d’absorption à doses importantes et de toxicité chronique en cas d’absorption
répétée à petites doses.
C’est pourquoi une Dose Journalière Acceptable (DJA) a été définie par les toxicologues, à la
suite de quoi a été admise une tolérance par les pouvoirs publics (Quantité de résidus inférieure
à la DJA).
Pour information et hors milieu hospitalier :
ÿ Lutte biologique : l’importation d’un poisson originaire d’Amérique ( la gambusie ), ennemi
naturel des larves, a prouvé son efficacité tant dans les régions chaudes que tempérées.
- Lutte mécanique : elle consiste à assécher les zones marécageuses ou humides.
Elle n’est pas sans inconvénient pour l’environnement.
44
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
• Lutte contre les adultes : La suppression des eaux stagnantes aussi petites soient-elles,
l’épuration des eaux d’égouts et l’assainissement des plans d’eau sont autant de moyens de lutte
efficace.
Dans les habitations, les aérosols anti-moustiques ont un effet instantané.
Pour une rémanence plus importante on peut se protéger et lutter contre les moustiques en
employant des moustiquaires imprégnées. En utilisant un pulvérisateur à dos, il est possible
également d’appliquer l’insecticide sélectionné sur les murs et les plafonds.
A l’extérieur l’utilisation des même formulations destinées à être appliquées avec un
nébulisateur à chaud ou à froid est possible.
- autres moyens humains de prévention ayant un effet répulsif : de nombreux répulsifs sont
commercialisés sous forme de crèmes, spray, lotion, tissus et moustiquaires imprégnés. Ce qui
peut être envisageable à l’hôpital, si les risques sont reconnus.
III.4.6.3.2 Traitement (BI)
III.4.6.3.2.1 Produits
- à base de pyréthrinoïdes
- si grattage : antiseptique pour éviter une infection, crème anti-prurigineuse, parfois
antihistaminiques et/ou anti-inflammatoire.
III.6.4.6.3.2.2 Applications
Application locale, en faisant pénétrer.
45
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Fiche Technique
CONDUITE A TENIR EN PRESENCE DE MOUSTIQUES
I Définition du parasite
Insecte diptère dont la piqûre cause de vives démangeaisons.
II Mode de transmission du parasite
Les femelles piquent pour se nourrir de sang dès la tombée de la nuit. Certaines espèces
transmettent des maladies infectieuses à l’occasion de la piqûre (hématophage).
III Objectif
Lutter contre la présence de moustiques dans les établissements de santé.
IV Modalités pratiques et recommandations.
PATIENT ET PERSONNEL
ENVIRONNEMENT
Mesure
• éliminer le parasite
• désinsectisation
Produit
• répulsif si
nécessaire
• crème anti-inflammatoire ou anti-histaminique
• insecticide
Matériel
• prévention : application de pommade, spray,
lotion à effet répulsif.
• curatif : crème, lotions antiprurigineuse
• diffuseurs (suivant les services)
• moustiquaire facilement
des locaux
infestés
Technique • utiliser le produit en se conformant au mode
d’emploi
• respecter le temps de contact
amovible et nettoyable
• pulvérisation
• diffusion
• protocole de pose et
d’entretien
de la moustiquaire
Mesures préventives • Eviter : - les points d’eau stagnante aussi minimes soient-ils
- les fenêtres ouvertes dans des secteurs éclairés, surtout les
soirs d’été.
46
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.5 LES TIQUES
Dans le cadre des institutions dotées de parcs ou de forêts, recevant des pensionnaires avec leur
animal de compagnie, le risque de contracter des tiques existe.
III.5.1 Définition
Larousse :
n. f. (anglais tick) acarien parasite vivant sur la peau des ruminants, du chien, parfois de
l’homme dont il puise le sang pour se nourrir – synonyme : ixode.
Dictionnaire de Méd. - Flammarion :
(anglais ticks) acariens hématophages qui possèdent deux stigmates respiratoires à la partie
moyenne du corps et des chélicères* en forme de harpon barbelé.
III.5.2 Classification
Règne-----------------------------------Animal
Embranchement ---------------------------Arthropodes
Sous-embranchement --------------------------Chélicérates
Classe----------------------------------------------------Arachnides
Sous-classe---------------------------------------------------Acariens
Ordre---------------------------------------------------------Métastigmates
Famille--------------------------------------------------------------------Ixodidés et Argasidés
III.5.3 Réglementation
cf. chapitre I.4
III.5.4 Biologie
III.5.4.1 Morphologie
Argas reflexus
Ixodes ricinus
Les tiques sont des Acariens. A l’état adulte, elles se caractérisent par leur corps globuleux
portant fixées à l’idiosome*, 4 paires de pattes. Leur tégument est plus ou moins dur.
*Glossaire
47
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Les Ixodidés ou tiques dures (670 espèces) ont un tégument lisse avec des zones sclérifiées
chitineuses externes dures et un capitulum très antérieur. Les Argasidés ou tiques molles (170
espèces) ont un tégument souple, jamais lisse, dépourvu de zones dures sclérifiées et un
capitulum* ventral.
III.5.4.2 Comportement trophique
Dénomination
scientifique
Dénomination
commune
Famille
Alimentation
Biotope
Cycle de
développement
Ixodes ricinus
Tique dure
Rhipicephalus
sanguineus
Tique dure
Tique molle
Ixodidés
Ixodidés
Argasidés
• 1 repas long de 2 à 6
jours à chaque stade du
développement
• 1 repas long de 2 à 6 • plusieurs petits repas
jours à chaque stade du rapides de moins de 20
développement
minutes à chaque stade du
développement
• endophile*
• endophile*
• milieux crée
• dans les nids, étables,
artificiellement en
fentes des murs, derrière les
Europe (niches et
plaques de crépi
chenils, maisons etc.
• dans les lieux vétustes
• sur le pourtour
• sur la totalité du territoire
méditerranéen, dans le français, là où se trouvent
Sud-Ouest, la vallée du les pigeons
Rhône, le Massif
Central, les Alpes du
Sud, le Jura
• exophile*
• milieu forestier
humide
• absent des milieux
périodiquement inondés
ou fortement
anthropisés*
• partout en France sauf
en zone de climat
méditerranéen
• Absent en altitude à
plus de 1200 à 1500 m
• triphasique : un hôte
différent à chaque stade
du développement avec
un passage au sol entre
chaque état
• télotrope :
- au stade adulte, les
hôtes sont des
mammifères de grandes
tailles
- au stade larvaire et
nymphal tous les
animaux peuvent être
contaminés
• triphasique : un hôte
différent à chaque
stade du
développement avec un
passage au sol entre
chaque état
• monotrope : une
seule espèce d’hôte
(chien) pour les 3
stades (larve, nymphe,
imago) parfois sur le
chat, le lapin, la fouine
ou le renard
48
Argas reflexus
• polyphasique : nombreux
hôtes entre et pendant
chaque phase du
développement
• monotrope : une seule
espèce d’hôte pendant les 3
stades de développement,
(le pigeon)
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.5.4.3 Reproduction
Le plus souvent la femelle ne commence son repas qu’après avoir été fécondée. Elle peut
cependant le commencer si l’accouplement tarde, mais ne le termine qu’après avoir été
fécondée, respectant alors une pause préprandiale. Dans un certain nombre d’espèces le mâle
ne se gorge pas ; dans d’autres il se fixe sur l’hôte et prend une très faible quantité de sang.
Après l’accouplement le mâle meurt rapidement.
L’accouplement a lieu soit sur l’hôte soit au sol.
Le cycle de la tique se décompose en trois stases :
Une stase larvaire, une stase nymphale et une stase adulte
Comportement
Etapes de
développement
Embryogenèse
Œufs
Larve
IXODIDE
ARGASIDE
• la femelle prend un unique
• la femelle prend plusieurs
repas et pond de 5000 à 20
petits repas et pond à chaque
000 œufs en 1 fois puis elle
fois quelques centaines d’œufs
meurt
• le mâle meurt après la copulation
• Les mues sont de vraies
• Certaine stases comportent
étapes du développement pour plusieurs stades de
ce genre : 1 stase = 1 stade
développement (3,4 ou 5 chez
les nymphes davantage chez
les adultes)
• 20 à 50 jours
• 20 jours
• 500 à 20 000 en une fois
• 20 à 150 plusieurs fois
• 1mm
• 1mm
• brune, molle,
• brune, molle
• 3 paires de pattes
• 3 paires de pattes
Métamorphose
Nymphe
En 2 à 8 semaines
• 4 paires de pattes
• 1 repas
Métamorphose
• 8 à 15 semaines
En 2 à 8 semaines
• 4 paires de pattes
• 3,4 ou 5 repas donc autant de
mues et ? ? ?de stades
III.5.4.4 Capacité de survie
Dénomination
scientifique
Survie
Activité
Ixodes ricinus
2 à 4 ans
Rhipicephalus
sanguineus
1 à 2 ans
Argas reflexus
2 à 10 ans
• Maximum avril-mai • Maximum avril-mai • Toute l’année
mais très ralentie
• Faible en septembre- • Nulle juin-juillet
octobre
• Reprise à la fin de l’hiver
l’été début de
l’automne
49
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.5.4.5 Mode de transmission du parasite
La tique s’agrippe à son hôte lorsqu’il marche ou s’allonge dans l’herbe (pour les tiques
exophiles).
Les Ixodidés ont une piqûre indolore au contraire des Argasidés. Dans les deux cas, la tique
enfonce son rostre dans l’épiderme de l’hôte par une action mécanique (les chélicères coupent
l’épiderme superficiellement) et une action chimique (la salive digère les tissus au point de
lésion). Puis il y a ancrage du parasite grâce à l’hypostome pourvu de dents rétrogrades. Les
ixodes sécrètent en plus un cément qui consolide l’adhésion. Quand le repas est fini, la tique
abandonne son hôte mais laisse en place le cément ou manchon, ce qui cause une réaction
inflammatoire locale durable. La tique prélève du sang dans la poche hémorragique résultant de
la rupture des capillaires au point de pénétration (acariens telmophages*) et pour éviter la
coagulation de ce sang et limiter les réactions immunitaires de l’hôte, elle inocule
régulièrement de la salive.
III.5.5 Pathologie(s) associée(s)
Les tiques sont des vecteurs très importants. Elles transmettent des maladies à l’homme
et à l’animal. Plus d’une centaine de virus dont 10 sont à l’origine d’infection grave et plus
d’une quarantaine de bactéries, rickettsies, spirochètes et autres.
Les affections décrites sont rencontrées en Europe. Les voyageurs pour les autres
continents doivent s’informer des différentes pathologies qui peuvent exister dans ceux-ci
auprès des services de médecine tropicale.
III.5.5.1 Définition
Suivant l’animal, la pathologie est différente mais il ne s’agit en aucun cas d’infections
nosocomiales. Pour mémoire et de façon non exhaustive, les pathologies selon les différents
types de tiques peuvent être les suivantes :
III.5.5.1.1 Ixodes ricinus
• Encéphalite à tique ou méningo-encéphalite à tique, borrélioses sous forme de fièvre
récurrente sporadique ou de maladie de Lyme (8 000 à 10 000 cas annuels en France).
III.5 5 1 2 Rhipicephalus sanguineus
• Rickettsioses éruptives : fièvre boutonneuse méditerranéenne : due à Rickettsia conorii
vecteur et réservoir : la tique brune du chien Rhipicephalus sanguineus.
III.5.5.1.3 Argas reflexus
• piqûres douloureuses à l’origine de lésions cutanées diverses et de choc anaphylactique.
• ecchymoses, démangeaisons, urticaire, allergies.
50
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.5.6 Lutte contre le parasite
III.5.6.1 Objectifs
Eliminer le parasite et essayer de diminuer les risques de transmission.
III.5.6.2 Réglementation (A)
cf p 11-13
III.5.6.3 Moyens de lutte( A, BI)
III.5.6.3.1 Mesures prophylactiques
• Clôture des jardins pour limiter l’introduction d’animaux sauvages porteurs de parasites ;
• Education sanitaire ;
• Port de vêtements couvrants lors de séjours dans les jardins infestés ou les forêts,
éventuellement des vêtements imprégnés d’insecticide spécifique pour tissu.
• Inspection corporelle minutieuse incluant le cuir chevelu après tout séjour dans ces jardins
• Par vaccination (Ticovacÿ, vaccin de la méningo-encéphalite) ;
• Par traitement préventif ou curatif (amoxicilline pour la maladie de Lyme).
• En projet : (état expérimental)
Une vaccination avec des antigènes salivaires, qui miment la résistance acquise de certains
vecteurs de tiques.
Une réaction immunitaire à l’aide des antigènes cachés de l’intestin moyen des tiques
(expérience des australiens sur un antigène intestinal qui provoque la mort de la tique).
III.5.6.3.2 Traitements
III.5.6.3.2.1 Produits (BI)
• Répulsifs de vêtements : perméthrine
• Huiles essentielles contenant des terpènes, des phénols et des aldéhydes
• Répulsifs de peau : diéthyltoluamide ou DEET, éthylhexanediol ou EHD 35/35
diméthylphtalate ou DMP, ou N butyl, N acétyl-3-éthylaminopropionate
• Insecticides (acaricides) : pyréthrines, organophosphorés, organochlorés.
III.5.6.3.2.2 Modalités d’application
• Epandage d’acaricides sur la végétation, sur de petites surfaces
• Nébulisation à froid d’une solution acaricide dans les habitations et sur les animaux
• Imprégnation d’insectifuge grâce à des aérosols, lotions ou solutions.
51
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Fiche Technique
CONDUITE A TENIR EN PRESENCE DE TIQUES
I Définition du parasite
La tique est un ectoparasite de nombreuses espèces animales qui peut contaminer l’homme. Sa
piqûre peut inoculer plus d’une centaine de virus dont 10 sont à l’origine d’infection grave et
plus d’une quarantaine de bactéries, rickettsies, spirochètes et autres.
II Mode de transmission du parasite
L’homme peut être parasité par des tiques en marchant ou s’allongeant dans l’herbe, en passant
dans les feuillus.
III Objectif
Permettre au personnel confronté à cette présence indésirable de connaître la conduite à tenir
pour éliminer le parasite.
IV Modalités pratiques
PATIENT
PERSONNEL
mesure
• Vérifier que la tique est
bien fixée dans la peau
• Eviter le contact direct
avec le parasite
produit
• Ether
• Désinfectant
• Médicament
prophylactique
• Pince arrache-tique ou
• Pince à épiler
• Compresse stérile
• Savon pour lavage
simple des mains
matériel
technique
• Gants à usage unique
non stériles
• Anesthésier la tique à
l’éther ou à l’alcool
pendant 10 minutes
• Pincer la tique, sans
l’écraser, le plus près
possible de la peau
• Enlever l’ectoparasite
en vérifiant que le rostre
est bien retiré
• Désinfecter à l’aide de
l’antiseptique et des
compresses
• Prendre si besoin le
traitement médical
prescrit
52
ENVIRONNEMENT
• Désinsectiser les zones
herbeuses ou boisées si la
tique a été contractée dans
l’enceinte de l’hôpital
• Insecticide ou insectifuge
• Nébuliseur à froid
• Aérosol pour les
vêtements des personnels
qui désinsectisent
• Appareil d’épandage
• Se conformer au mode
d’emploi du fabricant
d’insecticide
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
V Recommandations
- Informer le patient des éventuels risques liés à la piqûre de tique ;
- Rechercher chez les autres hospitalisés qui se promènent dans les zones pouvant être
infestées, des parasites potentiels ;
- Si l’enlèvement du parasite n’a pas été total, demander au praticien d’en réaliser l’exérèse ;
- Surveiller attentivement pendant quelque temps le point de piqûre.
53
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.6 Dermanyssus gallinae
Les pigeons posent un vrai problème d’hygiène dans les grandes villes et dans les
établissements hospitaliers. Ils font leurs nids sur les balcons, dans tous les sites protégés des
intempéries et provoquent des nuisances.
III.6.1 Définition
Ectoparasite du pigeon et autre oiseaux sauvages et domestiques présent en toutes saisons et
plus particulièrement, fin de printemps début de l’été.
III.6.2 Classification
Règne----------------------Animal
Embranchement----------------Arthropodes
Sous-embranchement------------------Chélicérate
Classe---------------------------------------------Arachnides
Sous-classe----------------------------------------------Acariens
Genre-----------------------------------------------------------Dermanyssus
Espèce----------------------------------------------------------------------gallinae
III.6.3 Réglementation
cf. chapitre I-4.
III .6.4 Biologie
III.6.4.1 Morphologie
Parasite de petite taille : la femelle mesure 0,7 x 0,4 mm et le mâle 0,6 x 0,3 mm. Il possède 4
paires de pattes. Il est de couleur jaune-brun à jeun et rouge lorsqu’il est gorgé de sang.
54
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.6.4.2 Comportement trophique
Dermanyssus gallinae est hématophage, il pique les oiseaux (pigeons, poulets, perruches,
étourneaux, canaris) mais en leur absence, il peut piquer l’homme ou tout autre animal (selon
El Kady 1995).
Williams a démontré les capacités de Dermanyssus gallinae à se nourrir de sang humain. Des
cas d’infestations nosocomiales sont régulièrement retrouvées, du fait de nids de pigeons sur le
bord des fenêtres ou dans les conduits de ventilation des hôpitaux.
III.6.4.3 Reproduction
Dans les conditions optimales de développement (20 à 25°C de température et 70% d’humidité)
la femelle pond 3 œufs par jour.
III.6.4.4 Capacité de survie
Dermanyssus gallinae peut survivre 4 à 6 mois sans nourriture si le climat lui est favorable.
III.6.5 Pathologie(s) associée(s) chez l’homme :
III.6.5.1 Définition
Evoqué pour la première fois en 1778 par de Geer, la première infestation humaine a été décrite
par William en 1809 et c’est en 1828 que Saint-Vincent observe le parasite sur la peau des
patients et décrit l’infestation.
En plus de la dermatose prurigineuse dont il est la cause directe, Dermanyssus gallinae
pourrait transmettre une maladie virale : l’encéphalite de Saint Louis.
III.6.5.2 Signes cliniques
• Dermatose prurigineuse
- La morsure du parasite est douloureuse, avec développement de prurit, macules, papules et
vésicules ou de rash urticant. Ces manifestations se localisent sur la face, les doigts, les parties
génitales et toutes parties découvertes.
- Le rash apparaît en 1 à 3 semaines. Le prurit et les lésions de grattage peuvent provoquer des
boursouflures.
- Le diagnostic de la maladie est difficile car Dermanyssus gallinae est de petite taille et les
manifestations cliniques peuvent faire penser à la gale ou à une pédiculose.
Il faut penser à rechercher le parasite sur le patient et dans son environnement. Un cas de
dermatose nosocomiale a été décrit par Regan A.M. en 1987 à l’hôpital de Boston.
• Encéphalite de Saint-Louis (qui ne peut être une atteinte nosocomiale)
Dictionnaire de médecine Flammarion
(Anglais Saint Louis encephalitis) encéphalite grave sévissant à l’état endémo-épidémique dans
tout le bassin du Mississipi et de l’Arizona au Pacifique, due à un arbovirus du groupe B, dont
les poules et les oiseaux constituent le principal réservoir (elle est habituellement transmise par
les moustiques du genre culex).
55
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.6.5.3 Mode de transmission
Par contact direct avec le parasite.
III.6.6 Lutte contre le parasite
III.6.6.1 Objectifs
• Eliminer le parasite
• Prévenir l’apparition et/ou limiter l’extension du parasite.
III.6.6.2 Réglementation (A)
Règlement sanitaire départemental
Art. 120 (voir chapitre I.4).
III.6.6.3 Moyens de lutte
III.6.6.3.1 Mesures prophylactiques (BI BIII)
- Mettre en place des dispositifs évitant aux pigeons de nicher, de s’approcher des lieux de
soins, des fenêtres, balcons et terrasses, gaines de ventilation.
- Eliminer le nid de pigeon source des Dermanyssus.
- Nettoyer minutieusement les locaux et pulvériser un produit insecticide.
- Réaliser un isolement de contact et porter :
- des gants à usage unique non stériles
- un tablier
- Réaliser un lavage simple des mains
- Traiter le linge en contact
- Traiter l’environnement par pulvérisation de produits insecticides.
III.6.6.3.1.1 Cas isolé
- Informer le patient et le personnel ;
- Contacter le service technique ou la salubrité pour élimination du nid de pigeon source ;
- Mettre des gants non stériles à usage unique ;
- Faire prendre une douche au patient ;
- Traiter le patient si besoin ;
- Faire changer de vêtements ;
- Mettre draps et couvertures propres ;
- Enfermer les vêtements du patient, et linge de lit dans des sacs contenant un insecticide ;
- Pulvériser un insecticide dans la chambre du patient en une étape et plus si besoin.
56
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.6.6.3.1.2 En cas d’invasion
- Doivent être informés : - le Directeur
- le Président de CLIN et l’équipe opérationnelle d’hygiène
- le Médecin du travail
- le Chef de Service
- le Cadre du service
- le Personnel des unités concernées
- Rechercher le ou les nids de pigeons et les éliminer ;
- Identifier une zone d’isolement géographique des patients en attendant les prises de douches
et traitement du linge ;
- Informer les visites ;
- Limiter les déplacements en attente de mesures de traitement.
III.6.6.3.2 Traitement (BI)
III.6.6.3.2.1 Les produits :
- Pour le patient : perméthrine en lotion ou lindane en poudre, crème anti-prurigineuse ;
- Pour le linge et la chambre : pyréthrine de synthèse ;
III.6.6.3.2.2 Application :
- pour le patient
- douche incluant un shampooing
- insecticide selon les recommandations du fabricant
- pour la literie et la chambre :
- selon présentation du produit : poudre ou spray.
57
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Fiche technique
CONDUITE A TENIR EN PRESENCE DE
DERMANYSSUS gallinae
I Définition :
Ectoparasite du pigeon pouvant provoquer une dermatose prurigineuse.
II Mode de contamination :
Invasion des locaux par l’acarien, parasite des pigeons : Dermanyssus gallinae.
III Objectifs :
- Lutter contre la présence des pigeons aux alentours des secteurs hospitaliers et des
hospitalisations.
- Mettre en œuvre les moyens de lutte contre Dermanyssus gallinae.
IV Modalités pratiques
PATIENT
Mesure
Produit
Matériel
Technique
• isolement
• traitement : éliminer le
parasite
• toilette corporelle
• changement de
- vêtements
- literie à la sortie du patient
• savon
• insecticide si besoin
• nécessaire de toilette à
usage unique
PERSONNEL
VISITEUR
• isolement
de contact
• limiter le
nombre de
visites
• prévenir le
visiteur
ENVIRONNEMENT
• désinsectiser la zone
considérée
• nettoyer les locaux
• éliminer les nids de
pigeons
• savon pour le lavage simple
des mains
• insecticide
• gants non
stériles à usage
unique
• tablier à usage
unique
• sac pour le linge contaminé
identifié à l’attention de la
buanderie
• textiles de ménage à usage
unique ou nettoyable en
machine
• mettre en contact le linge et
l’insecticide pendant 48h
dans un sac plastique
étiqueté
• laver dans un second
temps.
• saupoudrer literie et
oreiller (temps de contact
variable suivant le produit)
• traiter mobilier et surfaces
puis les nettoyer
• douche lavante incluant les •lavage simple des mains
cheveux
58
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
V Recommandations en cas d’invasion :
- Informer : toute personne concernée : professionnels, familles, patients ;
- Isoler et traiter rapidement les patients parasités ;
- Participer à un programme de lutte contre les pigeons (recommander de ne pas nourrir les
pigeons) ;
- Participer au repérage des lieux à risque : climatisation et rebord de fenêtre.
59
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.7 Les Punaises
III.7.1 Définition
Dictionnaire de médecine Flammarion :
(lat. putere = puer et nasus= nez) Cimex lectularius insecte hémiptère, hétéroptère,
hématophage de la famille des Cimicidés, au corps déprimé, à la tête pentagonale dont le
protothorax, échancré en avant, possède des bords minces, très développés, relevés latéralement
et qui jouerait un rôle vicariant* dans la transmission de la fièvre récurrente cosmopolite et
d’un certain nombre de rickettsioses.
Dictionnaire Hachette :
Petit insecte, hétéroptère, au corps roux aplati, parasite de l’homme qu’il pique pour se nourrir
de son sang ; la punaise transmet le typhus.
Larousse :
Nom féminin du latin putere (puer) et nasus (nez).
Insecte à corps aplati qui dégage une odeur âcre et repoussante :
- punaise des lits, à ailes réduites qui se nourrit de sang,
- punaise des bois, qui se nourrit de sève.
III.7.2 Classification :
Règne------------------Animal
Embranchement--------Arthropodes
Sous embranchement--------Mandibulates (Antennates)
Classe--------------------------------Insectes
Ordre-------------------------------------Hémiptères
Sous-Ordre-----------------------------------Heteroptères
Famille--------------------------------------------Cimicidae
Genre---------------------------------------------------Cimex
Espèce-------------------------------------------------------lectularius, colombarius, hirundinis
On répertorie 40 000 espèces dans le monde dont 2 000 en France. La plupart se nourrit de sucs
végétaux ou est carnivore.
III.7.3 Réglementation
cf. chapitre I.4
60
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.74 Biologie
III.7.4.1 Morphologie
Cimex lectularius
C’est un insecte de forme ovale, aplatie, avec des ailes atrophiées impropres au vol. Les pattes
ont des tarses à trois articles, les pièces buccales sont conçues pour piquer et sucer, forment un
rostre, habituellement replié sous le corps.
Ces insectes sont exclusivement hématophages.
Une espèce : - Cimex lectularius ou punaise des lits est inféodée à l’homme, en Europe de
même que Cimex hemipterus en climat chaud.
Cimex colombarius, punaise des oiseaux et Oeciacus hirundinis, punaise des hirondelles
susceptibles de piquer l’homme sont citées.
Cimex lectularius
La plus courante en France. Les adultes, de 5 mm de long, ont une couleur brun rouge,
devenant pourpre après le repas ; les antennes sont bien développées ; les yeux sont
proéminents ; les pattes sont munies de griffes permettant à l’insecte de grimper.
Cimex colombarius
Très semblable en apparence à la punaise commune des lits : on la distingue par le ratio largeur
de la tête/longueur du troisième article des antennes qui est inférieur à 1,6 chez la plupart des
individus.
Oeciacus hirundinis
Semblable en apparence à la punaise commune des lits, mais plus petite et pubescente. En
outre, elle se distingue par les caractéristiques suivantes ; vue de dessus, la lisière frontale et le
prothorax sont beaucoup moins concaves que chez les autres espèces ; la largeur de la tête est
également plus de deux fois la longueur du troisième article des antennes.
61
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.7.4.2 Comportement trophique
Cimex lectularius : l'hôte principal est l'homme, bien que d'autres animaux à sang chaud
puissent être parasités. On la trouve dans les maisons du monde entier, le plus souvent cachée
derrière les cadres, les baguettes d’électricité, les replis des matelas principalement dans les
habitations vétustes. Les punaises sortent la nuit, pour se nourrir du sang de leurs hôtes
endormis.
Cimex colombarius : les hôtes principaux sont les oiseaux ; on les rencontre surtout dans les
nids d'étourneaux, les dortoirs de pigeons et les poulaillers, mais elles peuvent s'attaquer à
l'homme.
Oeciacus hirundinis : les hôtes principaux sont les oiseaux ; on les rencontre souvent dans les
nids d'hirondelles, mais elles aussi, peuvent s'attaquer à l'homme.
III.7.4.3 Reproduction
Les œufs de punaises des lits sont légèrement courbes et mesurent de 0,8 à 1,3 mm de long sur
0,4 à 0,6 mm de large. Ils sont collés à la surface des lieux de refuge, souvent en très grand
nombre. Avant l'éclosion, ils ont une couleur opaque blanc perle ; éclos, ils sont opalescents et
translucides et restent en place assez longtemps. Quand la température et la disponibilité de la
nourriture sont en conditions optimales, la ponte est presque continue, à raison de 1 à 5 œufs
par jour (une femelle pendant la durée de sa vie adulte pond entre 150 et 350 œufs).
Les larves de premier stade, immédiatement après l'éclosion ne font guère plus de 1 mm de
long. Elles sont d’apparence très proche des imagos*, mais elles ont une couleur plus ambrée
que les adultes. Chaque larve a besoin d'un repas complet avant la mue vers le stade suivant.
Bien qu'il existe des différences de taille, dues surtout aux effets de la nourriture, qui peuvent
faire augmenter le poids des insectes jusqu'à 6 fois, les longueurs du corps de chacun des 5
stades larvaires sont d'environ : stade I : 1,3 mm, II : 2,0 mm, III : 3,00 mm, IV : 3,7 mm et V :
5,00 mm. Les ailes rudimentaires apparaissent à la dernière mue.
La durée d'incubation des œufs est de 1 à 3 semaines selon la température. Si les repas sont
fréquents (larves, un repas de sang tous les 10 jours, adultes chaque semaine) et si la
température ambiante est normale (18 à 20°C), le cycle complet de croissance est de 9 à 18
semaines et la durée de vie des adultes est de 9 à 18 mois. Si nécessaire, tous peuvent survivre
pendant de longues périodes sans nourriture.
III.7.4.4 Capacité de survie
- Punaises des lits
- les punaises des lits ne peuvent pas voler, mais peuvent marcher assez vite ou se laisser
passivement transporter dans les vêtements ou plus généralement dans les bagages, les
meubles, les livres et tous les objets pouvant tenir lieu de refuge.
- leur capacité à demeurer en vie pendant plusieurs mois sans se nourrir augmente leurs
chances de survie et de propagation. La distribution géographique de ces insectes à
travers le monde entier est la preuve de leur succès.
62
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
-
-
elles sont plus souvent retrouvées dans des zones pauvres, surpeuplées, où les
conditions d'hygiène laissent à désirer, mais peuvent se rencontrent partout.
le passage de l'hiver se fait sous la forme adulte, car les œufs et les larves sont plus
sensibles aux basses températures et meurent lorsque l'hiver arrive, sauf dans les locaux
même peu chauffés.
Punaises des oiseaux
elles se trouvent dans les nids de leurs hôtes et ont un type de vie analogue à la punaise
commune des lits.
les contaminations occasionnelles de l'homme ont pour origine la proximité des nids
contaminés, abandonnés, construits à proximité ou à l'intérieur des maisons (combles et
avant-toits).
D’une façon générale la croissance et la durée de vie des punaises varient suivant la
température et la disponibilité de la nourriture. A température basse (13°C), les adultes à jeun
peuvent survivre jusqu'à un an.
III.7.4.5 Mode de transmission du parasite
Il est intéressant de noter qu'il existe de nombreux facteurs favorisant le maintien de population
de punaises des lits : les techniques modernes de construction qui permettent un accès aisé
entre des propriétés adjacentes; l'utilisation croissante du chauffage central, qui permet une
alimentation et une prolifération continues pendant tout l'hiver; les ventes de meubles sur le
marché de l'occasion, qui favorisent la diffusion de l'insecte.
III.7.5 Pathologies associées
III.7.5.1 Définition
La punaise provoque une piqûre douloureuse et irritante.
Elle n’est pas considérée comme des vecteurs de maladies mais leurs piqûres peuvent
provoquer de sévères irritations chez certains individus.
III.7.5.2 Signes Cliniques
La piqûre douloureuse et irritante provoque une tuméfaction dure et blanchâtre, laquelle fait
apparaître un point rouge foncé entouré par une zone rougeâtre contrairement à la puce, la
punaise pique en zone découverte.
Les individus réagissent de façons différentes aux piqûres de punaises ; certains peuvent
acquérir une ‘‘immunité’’, d’autres peuvent avoir des réactions spécifiques on a pu observer
des œdèmes de quincke chez des nourrissons.
Les glandes "fétides" des insectes sont à l'origine d'une odeur désagréable dans les pièces
infestées.
63
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.7.6 Lutte contre les parasites
III.7.6.1 Objectifs
- Eliminer le parasite
- Prévenir l’apparition et/ou limiter l’extension du parasite
- Déterminer l'importance de l'infestation afin de mettre en place des moyens de lutte.
III.7.6.2 Réglementation (A)
Art. 121 Arrêté préfectoral n°79 561 du 20 novembre 1979 (cf article I.4).
III.7.6.3 Moyens de lutte (BI)
- La lutte est essentiellement chimique. Un premier traitement insecticide sera à renouveler 3
semaines plus tard pour éradiquer les œufs et les larves.
- Des mesures d’hygiène et d’entretien sont un complément indispensable.
III.7.6.3.1 Mesures prophylactiques (BIII)
- Assurer un entretien correct des locaux
- Lessiver : une fois par an au minimum
- Boucher les fissures
- Peindre suivant un rythme défini dans l’établissement
- Inspecter régulièrement les lieux
- Traiter avec un insecticide rémanent en pulvérisations légères les lieux à risques
- Eviter les tapisseries ; papiers peints et moquettes murales
- Privilégier les plinthes à gorge
- Nettoyer les housses de matelas à la sortie de chaque patient
- Désinfecter au spray les matelas.
III.7.6.3.2 Traitement (BI)
III.7.6.3.2.1 Produits
Pour l’homme :
- antiseptique sur la piqûre
- crème anti-histaminique ou anti-inflammatoire.
Pour l’environnement :
- insecticide pour les matelas et vêtements : H.C.H, pyrèthres.
64
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
III.7.6.3.2.2 Modalités d’application (BI)
Selon la présentation du produit (poudre ou spray), se référer au mode d’emploi du fabricant.
Ne pas oublier de détacher les cadres des murs et de poudrer avec un insecticide adapté, les
matelas et les draps de lits.
Désinsectiser les locaux et particulièrement les :
- fissures
- niches
- plinthes
- matelas
- tout gîte.
Faire appel à une société spécialisée dans la désinsectisation.
65
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Fiche technique
CONDUITE A TENIR EN PRESENCE DE PUNAISES
I Définition :
Insecte hématophage nocturne à corps aplati d’un demi-centimètre de long que l’on rencontre
dans les habitations.
II Mode de transmission des maladies :
Ne transmet pas de maladies mais est cause de nuisances par piqûres prurigineuses.
III Objectifs :
- Eviter l’apparition des punaises.
- Les éradiquer en cas d’infestation.
IV Modalités pratiques :
PATIENT
PERSONNEL
ENVIRONNEMENT
• éviter tout
du
• désinsectiser le local infesté
parasite (niveau patient • si le produit n’est pas
et niveau locaux)
immédiatement disponible,
condamner le local
Produit
contact
direct avec d’autres
patients
• éliminer le parasite
• insecticide
Matériel
• gant
• protection
Mesure
Technique
de toilette
• éviter le contact
des
membres inférieurs
en se • évacuer les locaux
conformant au mode
pendant une heure
d’emploi
• respecter le temps de
contact
• utiliser le produit
66
• enlever les
tableaux
• désinsectiser hors présence
humaine et après évacuation
• déchets, linge, bagages
• procéder au balayage humide
• évacuer les gazes immédiatement
dans les sacs hermétiquement clos
• désinsectiser hors présence
humaine
(cf. recommandations du fabricant)
• évacuer les locaux pendant au
moins une heure
(cf. recommandations du fabricant)
e
• procéder à un 2 balayage humide
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
V Recommandations
- Identifier le parasite (parasitologie ou laboratoire).
- Informer toute personne concernée: professionnels, famille, patient.
- Informer le service de salubrité.
- Adapter une désinsectisation appropriée.
67
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
CONDUITE A TENIR EN CAS D’EPIDEMIE DE PARASITOSE
ASSOCIEE
à l’attention de l’équipe d’hygiène: étapes 1 à 3
Lorsque plusieurs patients sont concernés, la conduite à tenir est semblable à celle
adoptée en cas d’épidémie infectieuse.
Étape 1 : Préparer l’investigation
→ Prévenir :
• le président du C.L.I.N.
• le directeur de l’établissement
• le directeur de la D.S.S.I.
Étape 2 : Définir
a) Définir le cas :
→ Définir ce qu’est un cas sur le plan clinique et/ou parasito-microbiologique
→ Distinguer éventuellement les cas certains des cas probables.
b) Déterminer l’ectoparasite en cause :
→ Prévenir le dermatologue, le laboratoire de parasito-microbiologie.
Étape 3 : Décrire l’épidémie
a) Compter le nombre de cas :
→ Examiner systématiquement tous les patients présents
→ Examiner tous les nouveaux arrivants
→ Déterminer les cas en contact potentiels (tenir compte du temps d’incubation
possible)
→ Réaliser un tableau synoptique des cas et/ou tracer une courbe épidémique.
b) Déterminer la répartition géographique :
→ Situer les cas sur un plan du service ou de l’établissement, selon l’étendue de
l’épidémie. cette répartition peut orienter la localisation de la source de
l’épidémie et déterminer l’étendue de l’action à mener.
→ Deux répartitions géographiques sont à envisager :
• répartition des cas patients
• répartition des insectes signalés.
68
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
CONDUITE A TENIR EN CAS D’EPIDEMIE DE PARASITOSE
ASSOCIEE
à l’attention de l’équipe d’hygiène: étapes 4 à 6
Étape 4 : Affirmer l’épidémie
L’épidémie est affirmée lorsqu’il y a au moins deux cas certains.
Étape 5: Définir la stratégie d’action
→ Isoler :
• en cas de contamination possible interhumaine: isoler géographiquement les
patients et/ou l’unité
• en fonction de la gravité de l’épidémie: envisager l’arrêt des admissions dans les
secteurs concernés
• limiter et contrôler les visites et les déplacements.
→ Organiser/évaluer
• Les besoins en personnels/matériel/produits et alerter les services concernés
(D.S.S.I./D.R.H., économat, logistique, lingerie, magasin médical, pharmacie).
→ Il peut être nécessaire de créer une cellule de crise pour le suivi de l’épidémie et la
coordination des actions.
Étape 6 : Prévenir
→ Lorsque la crise est terminée :
• établir un rapport de l’épidémie
• proposer un programme de prévention.
69
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV Les autres Nuisibles
70
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.1 Les Blattes
IV.1.1 Définition
Larousse :
Insecte aplati, de mœurs nocturnes, coureur rapide, appelé cafard ou cancrelat, que l’on trouve
surtout dans les dépôts et cuisines.
Hachette :
Nom de plusieurs espèces d’insectes nocturnes, au corps ovale légèrement aplati, vivant dans
les cuisines et les lieux où se trouvent des détritus.
IV.1.2 Classification
Règne----------------------Animal
Embranchement----------------Arthropodes,
sous-embranchement-----------------Mandibulates (Antennates)
classe--------------------------------------------Insectes
sous-classe------------------------------------------Ptérygotes polynéoptères
super-ordre------------------------------------------------Blattoptéroïdes
ordre-----------------------------------------------------------------Dictyoptères
famille------------------------------------------------------------------------Blattidae
IV.1.3 Réglementation
cf. chapitre I.4
IV.1.4 Biologie
IV.1.4.1 Morphologie
Blatta orientalis
Periplaneta americana
71
Blatella germanica
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Les blattes sont des insectes de 5 à 35 mm de long, à corps aplati dorso-ventralement. Elles ont
une couleur qui varie du brun clair au noir et se caractérisent par des antennes longues et
constituées de nombreux articles, des pièces buccales broyeuses et la présence de deux paires
d’ailes dont la première est rigide, la seconde membraneuse. Les blattes qui fréquentent
habituellement les cuisines et les dépôts alimentaires sont réputées être des insectes qui se
déplacent très rapidement en courant.
On en recense plus de 4000 espèces.
Diverses espèces sont commensales* en Europe :
Dénomination
commune
Dénomination
scientifique
Taille
Couleur
Blatte
germanique
Blattella
germanica
10-14 mm
brunâtre
2 bandes
Particularité
morphologique longitudinales
noires sur le
pronotum*
Ailes
- recouvrent
tout l’abdomen
- ne permettent
pas un vol
prolongé
Blatte des
cuisines ou
cafard
Blatta
orientalis
20-28mm
Uniformément
brun foncé
_
Mâle
- a des ailes
bien
développées
- ne couvrent
pas
l’extrémité de
l’abdomen
Femelle
- ailes
atrophiées
Blatte
américaine
ou cancrelat
Periplaneta
americana
28-38 mm
Roux
ferrugineux
1 bande
claire sur la
marge
extérieure du
pronotum*
Elytres* bien
développées
dépassant de
l’abdomen
Blatte rayée
Blatte
australienne
Supella
supellectilium
10-20 mm
Miel clair
Periplaneta
australisiae
23-35 mm
Roux
ferrugineux
2 bandes jaunes
entourant 2
taches foncées
2 bandes
transversales
claires
Mâle
- élytres*
dépassant
l’abdomen
Femelle
- élytres*
nettement plus
courtes
Une bande jaune
sur le champ
marginal
IV.1.4.2 Comportement trophique
Les blattes sont des animaux nocturnes. Pendant la journée elles se cachent dans des recoins
chauds et humides, ou dans diverses anfractuosités.
Elles sont qualifiés d’excellents «éboueurs». A tous les stades de leur développement, elles sont
omnivores et se nourrissent aussi bien d’aliments (blatte rayée) que de sang frais ou desséché,
d’excréments, de crachats, de papier, de tissu, de cuir, de cheveux (blatte germanique), de
cadavres d’insectes, de bois et parfois attaquent les êtres vivants endormis. Selon Pesson B.
Simon 1997.
72
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.1.4.3 Reproduction
Dénomination
Commune
Nombre
d’oothèque
Nombre
d’œufs par
ponte
Localisation
de l’oothèque
Nombre de
mues
Durée
d’incubation
blatte
germanique
5-8
blatte des
cuisines
8-12
blatte
américaine
30-50
blatte rayée
10-13
blatte
australienne
10-18
22-40 œufs
12-16 œufs
10-20 œufs
6-12 œufs
10-28 œufs
portée par la
femelle
portée par la
femelle
collée dans les
meubles ou sur
les murs
déposée en
terre
5-7
9-10
collée sur des
fissures ou
dans des
angles
9-13
7
_
20- 40 jours
60 jours
25-55 jours
30-45 jours
30-50 jours
IV.1.4.4 Capacité de survie
Dénomination
commune
Durée de vie
blatte
germanique
4-6 mois
blatte des
cuisines
3-5 mois
blatte
américaine
10-12 mois
blatte rayée
6-8 mois
blatte
australienne
8 mois
Températures
optimales
d’activité
Degré
d’humidité
optimale
25-33° C
20-29° C
21-33° C
20-30° C
20-30° C
60-80%
70-80%
70-80%
60%
70-80%
IV.1.4.5 Mode de dissémination du nuisible
Les blattes ont non seulement besoin de denrées alimentaires pour vivre, mais également
d’humidité et de chaleur. Si ces conditions favorables se trouvent réunies, associées ou non à
un manque d’hygiène, la colonisation de l’endroit se fait rapidement.
Les blattes se déplacent rapidement et se dispersent à la recherche de nourriture. Elles passent
facilement d’un appartement à un autre le long des gaines techniques, des vide-ordures ou
suivent les couloirs et les escaliers.
73
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.1.5 Pathologies associées
IV.1.5.1 Définition
Les blattes ne sont pas classées comme vecteur de maladies, mais elles peuvent véhiculer
passivement toutes sortes d’agents pathogènes :
• des bactéries :
Escherichia coli, Mycobacterium leprae, Klebsiella pneumoniae, Proteus vulgaris,
Pseudomonas aeruginosa, Salmonella spp - dont S. typhi et S. typhimurium-, Serratia
marcescens, Shigella spp, Staphylococcus aureus, Streptococcus faecalis, Yersinia pestis
Vibrio cholerae.
• des virus : polyomyélite, hépatite A
• des champignons (Aspergillus fumigatus)
• des protozoaires (Entamoeba histolytica)
• des helminthes (Enterobius vermicularis, Trichuris trichiura, Ascaris lumbricoides,
Ancylostoma duodenale, Necator americanus)
Elles peuvent également provoquer des réactions allergiques ; la prévalence de la
sensibilisation aux allergènes des blattes dans la population générale est d’environ 5%,
prévalence qui passe à 10 voir 15% chez des sujets atopiques asthmatiques et/ ou rhinitiques.
IV.1.5.2 Signes cliniques
cf. : suivant les pathologies indiquées ci-dessus.
IV.1.5.3 Mode de transmission de la maladie
• les blattes sont porteuses de nombreux micro-organismes pathogènes sur leurs téguments et
leurs pattes ainsi que dans leur tube digestif qu’elles prélèvent passivement dans un lieu et
qu’elles déposent de la même manière dans un autre endroit.
• les allergènes des blattes contenus dans des exosquelettes et/ ou des déjections de l’appareil
digestif, se trouvent dans les poussières, les cuisines mais aussi dans les canapés, les matelas et
les moquettes.
IV.1.6 Lutte contre le nuisible
IV.1.6.1 Objectif
Détruire les blattes, insectes nuisibles dans un lieu donné, selon des méthodes et des fréquences
permettant de maintenir ce résultat.
74
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.1.6.2 Réglementation (A)
Elle est régie par le règlement sanitaire départemental les Article 119, 121, 130-5 de l’Arrêté
préfectoral n°79 561 du 20 novembre 1979 (cf chapitre I.4) dont l’art 23.1.
Aucun insecticide n’est homologué pour la désinsectisation des hôpitaux. La seule garantie est
l’agrément des entreprises de désinsectisation auprès du ministère de l’agriculture selon les
termes de la loi 92-533 du 17 juin 1992.
IV.1.6.3 Mesures prophylactiques (BI BIII)
• identifier le nuisible
• ne pas entreposer dans les lieux humides, des denrées alimentaires ou des détritus sans les
protéger
• pratiquer régulièrement une désinsectisation préventive des lieux à risque et à titre de
dépistage, utiliser des détecteurs de blattes dans ces zones
• repérer leur lieu de vie (chaufferie, cave, sous-sol, cuisine, salle d’eau, recoins et autre), la
nature de l’infestation
• rechercher les voies cachées de communication (gaines techniques, descente de tuyau de
chauffage central)
• choisir la méthode de lutte la mieux adaptée par rapport au lieu d’infestation et obtenir la
coopération des services infestés.
Selon les cas il faudra traiter :
- les surfaces par pulvérisation ou par pose d’appâts, de gels attractifs ;
- les volumes par fumigation, par nébulisation ou par thermonébulisation ;
Il est normal de voir de jeunes insectes pendant le mois qui suit le traitement car ils proviennent
de l’éclosion des œufs et c’est l’effet rémanent des produits qui les fera disparaître.
IV.1.6.4 Traitement (BI)
IV.1.6.4.1 Produits insecticides
Produits chimiques
Organo-phosphorés
Organo-chlorés
Phenyl-pyrazoles
Carbanates
Pyréthrines naturelles
Pyrethrines de synthèses
Régulateurs de croissance
Attractifs
Amidino-hydrazones
Concentré
X
X
Prêt à l’emploi
X
Appât
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Remarque : il existe des produits présentés sous forme de gel ou de pastille.
75
Fumigène
X
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.1.6.4.2 Modalités d’application
L’insecticide doit être rémanent et sera pulvérisé à basse pression, avec une buse à larges
orifices, dans les foyers de reproduction, les gîtes et les passages (sous et derrière les armoires,
derrière les réfrigérateurs, les appareils ménagers, les éviers, dans les gaines techniques, les
cages d’ascenseur, les escaliers, les réserves, les locaux réservés aux poubelles), à l’aide d’un
pulvérisateur à dos ou à moteur quand la surface à désinsectiser est grande ; pour le traitement
des gîtes inaccessibles (faux plafonds, gaines de ventilation et autre) la nébulisation de produit
plus concentré est recommandée. Dans les locaux de stockage ou de préparation, la
désinsectisation se réduira au traitement des fentes, fissures et aux applications localisées pour
ne pas polluer les produits alimentaires et les surfaces où ils sont posés.
Les blattes deviennent de plus en plus résistantes aux insecticides et on a donc recours à
d’autres traitements plus anciens (des cristaux de silice déposé sur leur passage grattent leurs
téguments et bloquent leurs articulations entraînant une déshydratation et donc leur mort).
76
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Fiche Technique
CONDUITE A TENIR EN PRESENCE DE BLATTES
I Définition du parasite
La blatte est un insecte nocturne très commun en Europe qui peut véhiculer différents agents
pathogènes et peut provoquer des réactions allergiques.
II Mode de transmission des maladies
Les germes pathogènes vivent dans et sur la blatte. Ils peuvent être transmis à l’homme lors des
déplacements nocturnes du parasite en quête de nourriture ainsi que par ses déjections.
III Objectif
Informer le personnel confronté à ce nuisible de la conduite à envisager tout en connaissant les
risques liés à cette infestation.
IV Modalités pratiques et recommandations
• Préventives
- Participer à la rédaction du cahier des charges de désinsectisation
- calendrier d’intervention
- plan des locaux à visiter
- nature du produit à utiliser.
- Empêcher, dans la mesure du possible que les denrées alimentaires ne traînent à l’air
libre
- Respecter les normes de stockage
- Eliminer tous déchets le plus rapidement possible
- Informer le personnel qu’il doit signaler immédiatement toute présence de blatte au
service concerné (intendance, service technique, salubrité)
- Mettre en place une organisation adaptée dans le service pour l’intervention de la
société de désinsectisation.
• Curatives
- Identifier l’insecte
- Alerter le service de l’établissement chargé de prévenir la société de désinsectisation le
plus rapidement possible
- Recenser les lieux géographiques infestés afin que la société prestatrice détermine les
sources de nuisances conformément au cahier des charges
- Instituer une traçabilité des incidents et interventions
- Evaluer les résultats.
77
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.2 Les Mouches
IV.2.1 Définition
Larousse :
n. f. (lat : musca) Insecte Diptère* aux formes trapues, aux antennes courtes, au vol
bourdonnant et zigzaguant.
Hachette :
n. f. Insecte de l’ordre des Diptères*, familles des Muscidés dont les espèces sont très
nombreuses ; la plus commune est la mouche domestique (Musca domestica).
IV.2.2 Classification
Règne---------------Animal
Embranchement-----Arthropodes
Sous-embranchement----Mandibulates (Antennates)
Classe--------------------------Insectes
Sous-classe------------------------Ectogonates
Groupe---------------------------------Ptérygotes
Subdivision--------------------------------Holométaboles
Super-ordre------------------------------------Mécoptéroïdes
Ordres-----------------------------------------------Diptères
Sous-ordre----------------------------------------------Brachycères
Familles---------------------------------------------------Muscidae, Calliphoridae, Gasterophilidae
IV.2.3 Réglementation
cf. chapitre I.4.
IV.2.4 Biologie
IV.2.4.1 Morphologie
Musca domestica
78
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
L’imago ou adulte possède un corps segmenté en trois parties souvent très coloré, à reflets
métalliques.
- La tête a deux gros yeux à facettes, trois ocelles, deux antennes courtes servant à
l’olfaction; un appareil buccal, selon les espèces, de type suceur pour aspirer les sucs végétaux
ou piqueur-suceur pour prélever le sang ou les liquides internes des hôtes ou des proies.
- Le thorax constitué de trois segments (prothorax, mésothorax, métathorax) porte une seule
paire d’ailes antérieures, les postérieures étant transformées en balancier et des pattes courtes et
épineuses.
- L’abdomen se termine par des appendices sexuels.
Variétés européennes de mouches non piqueuses.
Dénomination
commune
Mouche
verte
Mouche
bleue de la
viande
Lucilia caesar Calliphora
vomitoria
Calliphoridae Calliphoridae
6-11 mm
12 mm
vert doré
bleu noir à
reflets bleu
Dénomination
scientifique
Famille
Taille
Couleur du
corps
Mouche
grise
Sarcophaga
carnaria
Sarcophagidae
8-16 mm
gris-noir
Mouche
domestique
Musca
domestica
Muscidae
6-9 mm
gris
Fannie
Mouche
du vinaigre
Fannia
canicularis
Fannidae
4-6mm
abdomen à
taches noires
trapézoïdales
Drosophila
melanogaster
Drosophilidae
2-2,5 mm
brune
lécheur-suceur
Appareil
buccal
Pattes
noires garnies de soies noires
brunes sans
soies
IV.2.4.2 Comportement trophique
Les mouches sont attirées par la lumière et les odeurs.
Dénomination
commune
Mouche verte
Habitat
Lieu de
rencontre
- maisons
- en été sur les
fleurs
- abris
d’animaux
Lieu de ponte
- excréments
- charogne
- substances
organiques en
décomposition
Mouche
bleue de la
viande
- maisons
- fermes
- dans les
plaies
d’animaux
- en été sur les
fleurs
- cadavres,
- excréments
- viande
- poisson
Mouche
grise
Mouche
domestique
- maisons - partout
- fermes
- en été sur
les fleurs
- viande
- reste de
nourriture
79
- détritus
d’origine
animale ou
végétale
Fannie
Mouche
du
vinaigre
- maisons
- maisons
- les mâles
- caves
sont attirés par - fruits très
la lumière
mûrs
- détritus
- fruits en
décomposition
- produits à
base de
fruits
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.2.4.3 Reproduction
Les œufs (300 à 500) donneront des larves ou asticots toujours apodes (sans pattes), à pièces
buccales remplacées par des crochets. Au bout de 10 jours et 3 stades larvaires, ces larves
quittent leur gîte pour se transformer en pupes (petites capsules en forme de tonneau rigide).
Elles cherchent un emplacement favorable pour édifier un abri (cocon) destiné à la nymphe* et
le préparent avec une sécrétion (soie) qu’elles fixent sur des matériaux pris dans le voisinage ou
dans un trou creusé dans le substrat. Pour certaines larves, le développement peut se faire dans
l’organisme humain (plaie) que l’insecte quitte toujours à la fin du 3ème stade larvaire pour aller
se transformer en nymphe ou pupe dans le milieu extérieur.
La nymphose* (stade du cocon) est une période d’inactivité apparente mais avec de grands
changements (métamorphose de l’asticot en mouche). La nymphe libre est enfermée dans la
cuticule de la dernière mue (exuvie) qui forme un puparium.
Après quelques semaines, les pupes éclosent et donnent naissance à de nouveaux adultes.
80
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.2.4.4 Capacité de survie
La longévité des mouches est de 76 jours en moyenne.
Les œufs pondus en grand nombre sur la nourriture, parfois plusieurs milliers, ne donneront pas
tous des adultes. De plus les larves (asticots) et les adultes seront également la proie de
prédateurs.
Dénomination
commune
Lieu de
rencontre des
larves
Nymphose
Saisons de vie
Mouche verte Mouche bleue
de la viande
- dans les
- dans les
cadavres
déchets
organiques
- larves =
asticots blancs
- dans les
- dans la terre
cadavres
- en été
- en été
Mouche grise
- dans les
excréments,
cadavres et
verre de terre
_
- en été
- hiverne
- visible
parfois à la
mauvaise
saison
Mouche
domestique
- dans les
détritus
d’origine
animale ou
végétale
dans le sol
- nombreuses
générations
annuelles
- hiverne
Fannie
- dans les
détritus
Mouche du
vinaigre
- dans les
fruits en
décomposition
_
- presque
toute
l’année
_
- visible
toute l’année
IV.2.4.5 Mode de dissémination du nuisible
Les mouches, de part leur mode de vie, ont besoin de détritus de toutes espèces et de substances
organiques en voie de décomposition pour se reproduire ; si l’on fait la chasse à ces lieux de
ponte, le nuisible aura bien du mal à se reproduire et la contamination diminuera localement.
IV.2.5 Pathologies associées
IV.2.5.1 Définition
Les mouches précédemment citées ne sont pas des vecteurs de maladies mais peuvent propager
des maladies transportant passivement des agents pathogènes rarement rencontrés en France
mais en milieu tropical.
Elles peuvent ainsi participer au développement d’épidémies telles que : Fièvre Typhoïde,
Dysenterie, Choléra.
De plus, les larves apportent, elles aussi, des nuisances appelées myiases* : myiases des plaies,
myiases furonculoïdes.
La présence de mouches est en elle-même une nuisance.
IV.2.5.2 Signes cliniques
cf. : selon les pathologies citées précédemment.
81
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.2.5.3 Mode de transmission de la maladie
En transportant sur leur trompe et leurs pattes les micro-organismes (virus, bactéries et
parasites) ramassés sur les excréments et les matières organiques putrides, elles contaminent
ensuite les surfaces sur lesquelles elles se posent.
IV.2.6 Lutte contre le nuisible
IV.2.6.1 Objectifs
Par différents moyens, l’objectif est de supprimer cette nuisance : les mouches et d’éviter leur
implantation.
IV.2.6.2 Réglementation (A)
cf. réglementation Chapitre I.4.
IV.2.6.3 Moyens de lutte (BI)
IV.2.6.3.1. Mesures prophylactiques (BI-BIII)
Les mesures prophylactiques sont liées à l’absence de détritus ou de substances organiques ou
végétales en voie de décomposition. Plus les lieux sont propres, moins les nuisibles vont s’y
développer.
- éviter tout soin en présence de mouche, ne pas laisser de plaie ouverte sans protection
- ne pas laisser les mouches envahir un lieu de vie
- éviter de stocker des denrées alimentaires non protégées
- éliminer le plus rapidement possible les déchets alimentaires ou de soins
- participer à la mise en place d’une politique de lutte contre les mouches en tenant compte des
spécificités des services et lieux de vie
- participer à l’élaboration du cahier des charges (calendrier d’intervention, plan des locaux à
visiter, nature de l’insecticide utilisé, choix des méthodes de désinsectisation) demandé à la
société de désinsectisation
- sensibiliser le personnel à la nuisance engendrée par les mouches
- ne pas laisser une plaie à l’air libre et la protéger d’une compresse
- fermer les fenêtres lors des soins ou avoir des ouvertures protégées.
IV.2.6.3.2 Traitement (BI)
IV.2.6.3.2.1 Produits Insecticides
- Organo-phosphorés (diazinon) pénètrent au travers du squelette externe ou par ingestion
quand les insectes se nettoient et son effet neurotoxique provoque la mort de l’insecte.
- Pyréthroinïdes (cyfluthrine, tétraméthrine) pertubent le système nerveux des insectes avec un
effet foudroyant. A travers le squelette, le choc par immobilisation entraîne un effet
neurotoxique foudroyant qui tue l’animal.
82
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.2.6.3.2.2 Modalités d’application (BI)
IV.2.6.3.2.2.1 Lutte contre les imagos
- Par pulvérisation d’un insecticide rémanent* sur des surfaces claires et ensoleillées à
l’extérieur
- Par nébulisation dans des locaux de grands volumes
Dans les maisons, les usines et les ateliers, on peut désinsectiser par nébulisation à chaud ou à
froid ou par pulvérisation pneumatique d’insecticide rémanent ou non rémanent.
Les désinsectiseurs UV, les désinsectiseurs électriques (grille d’électrocution) et les
désinsectiseurs à plaque de glu (la grille d’électrocution est remplacée par une plaque de glu
qui doit être régulièrement changée) s’avèrent être également une méthode pratique de lutte
contre ces nuisibles.
Proscrire le ruban insecticide de tous les lieux de vie.
Dans les locaux servant à la préparation ou au stockage des aliments, la meilleure lutte est la
prévention à cause du risque de pollution dû à l’emploi d’insecticide ; si l’emploi d’insecticide
s’avère nécessaire, il faudra utiliser un produit à pulvériser dans l’atmosphère.
Sur l’aire réservée aux ordures il faut utiliser un insecticide de surface à répandre sur les
poubelles.
IV.2.6.3.2.2.2 Lutte contre les larves
Les lieux humides servent souvent de gîte aux larves. Il est souhaitable de faire disparaître ces
endroits en les drainant ou en les comblant et/ou en appliquant une solution insecticide.
83
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Fiche Technique
CONDUITE A TENIR EN PRESENCE DE MOUCHES
I Définition du parasite
Insectes diptères susceptibles de véhiculer de nombreux agents pathogènes.
II Mode de transmission des maladies
Les surfaces sur lesquelles les mouches se posent peuvent être contaminées car ces insectes
transportent sur leurs pattes et sur leur trompe les micro-organismes pathogènes.
III Objectif
Eliminer le plus grand nombre possible de mouches aux différents stades de leur
développement sans nuire à l’environnement.
IV Modalités pratiques et recommandations
• Préventives
- éviter de stocker des denrées alimentaires à l’air libre
- éliminer le plus rapidement possibles tous les déchets
- sensibiliser le personnel à cette nuisance
- fermer les fenêtres lors des soins ou avoir des ouvertures protégées
- éviter les soins en présence de mouche
• Lutte
Cas unique ou en nombre limité
- identifier l’insecte
- détruire ou évacuer
- surveiller
Cas multiple
- identifier l’insecte
- alerter le service concerné de l’établissement chargé de prévenir la société en charge de la
désinsectisation le plus rapidement possible
- sélectionner les lieux d’intervention (ne pas oublier les poubelles)
- instituer la traçabilité des incidents et des interventions
- évaluer les résultats
- utiliser les produits sélectionnés
- rechercher les réservoirs
Cas particulier
Les locaux de stockage et d’élimination des déchets doivent bénéficier d’un traitement
rémanent et d’une observation régulière.
84
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.3 Les Fourmis
IV.3.1 Définition
Hachette :
n. f. petit insecte vivant en société ou fourmilière et dont il existe de très nombreuses espèces
(environ 12000). Les fourmis sont des insectes Hyménoptères* Aculéates*.
Larousse :
n. f. (lat : formica) insecte de quelques millimètres de long, vivant en sociétés (fourmilières) où
se trouvent des reines fécondes et de nombreuses ouvrières sans ailes, jusqu’à 50 000 dans
certaines colonies ; il en existe 2 000 espèces.
IV.3.2 Classification
Règne----------------------Animal
Embranchement----------------Arthropodes
Sous-embranchement-----------------Mandibulates (Antennates)
Classe-------------------------------------------Insectes
Sous-classe-----------------------------------------Ptérygotes
Subdivision-----------------------------------------------Holométaboles
Super-ordre------------------------------------------------------Hyménoptéroïdes
Ordre----------------------------------------------------------------------Hyménoptères
Famille----------------------------------------------------------------------------Formicidés
IV.3.3 Réglementation
cf. chapitre I.4
IV.3.4 Biologie
IV.3.4.1 Morphologie
Monomorium pharaonis
85
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
L’adulte ou imago a un corps formé d’un squelette externe et segmenté en 3 parties.
gros yeux à facettes et 3 ocelles. Les 2 antennes servent à l’olfaction et
l’appareil buccal est de type broyeur-lécheur ;
• Le thorax est formé de 3 segments qui portent chacun une paire de pattes :
- Le prothorax
- Le mésothorax où est insérée une paire de grandes ailes
- Le métathorax où est insérée une paire de petites ailes
L’abdomen comporte 9 segments dont le premier est fusionné avec le thorax pour former le
protodeum et séparé du 2ème segment par un étranglement.
• La tête porte 2
Dénomination
Commune
Dénomination scientifique
Famille
Taille
Couleur
Caractéristique
Fourmi rousse
Formica rufa
Formicidae
Ouvrière 4-8 mm
Mâle 9-11 mm
Femelle 9-12 mm
Tête, thorax et abdomen brunroux
Pas d’aiguillon
IV.3.4.2 Comportement trophique
Plan de la fourmilière
86
Fourmi noire
Lasius niger
Formicidae
2-5 mm
Tête et thorax brun foncé
Abdomen noir
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Les fourmis sont très organisées socialement et vivent en communauté. On trouve :
- Les ouvrières stériles, aptères*, à abdomen pédonculé qui produisent des sécrétions
riches en acide formique et sont les plus nombreuses dans la colonie ;
- Les mâles à durée de vie très courte qui possèdent des ailes et un aiguillon ;
- La reine est la seule à pondre, elle conserve ses ailes tout au long de sa vie.
Toutes les fourmis sont ailées à la naissance. Après le vol nuptial, qui a lieu une fois par an,
seules les femelles fécondées gardent leurs ailes ; quant aux mâles ils meurent.
Leur régime alimentaire est omnivore et elles se nourrissent volontiers du miellat* sucré des
pucerons qu’elles élèvent et/ou des champignons dont elles favorisent la pousse à l’intérieur de
la fourmilière.
La défense de la fourmilière est assurée par 3 systèmes distincts :
- aiguillon + venin avec des effets divers allant de la douleur à la nécrose
- aiguillon + morsure ( fourmis tropicales diverses)
- morsure + projection de formol ( fourmi rousse des bois ou Formica rufa )
Les fourmis communiquent entre elles par signaux chimiques.
IV.3.4.3 Reproduction
La reine est chargée de perpétuer le groupe et assure la totalité des pontes.
Chez la fourmi rousse la fondation de la nouvelle colonie se fait de deux manières :
- soit la reine pénètre dans un nid de son espèce
- soit la reine pénètre dans le nid d’une autre espèce. Elle tue la reine et les ouvrièreshôtes deviennent des esclaves et servent à édifier la nouvelle société.
Chez la fourmi noire, la reine peut vivre 28 ans en captivité.
Les œufs sont l’objet de soins attentifs de la part des ouvrières. Les larves sont apodes et
ressemblent à des asticots. Les nymphes* dites nymphes libres (pupae liberae) ont des
ébauches de pattes et d’ailes. Elles sont très remuantes à l’intérieur de cocons blancs appelés
vulgairement œufs de fourmi. La durée de la nymphose est variable selon les conditions
climatiques.
Les différentes castes sont déterminées par la nourriture que les larves ont reçue au moment de
la croissance.
IV.3.4.4 Capacité de survie
La fourmi rousse vit dans les lieux ensoleillés, les forêts. La fourmi noire vit dans les prairies,
les jardins et les bois.
En hiver, les insectes se retirent à l’intérieur de la fourmilière, à l’abri du gel de la surface dans
une sorte d’hibernation qui arrête le développement des œufs et des larves. La longévité varie
de plusieurs heures à plusieurs années selon la caste.
87
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.3.4.5 Mode de dissémination du nuisible
Les ouvrières partent à la recherche de nourriture dans différentes directions et de retour à la
fourmilière, elles signalent à leurs congénères le résultat de leurs investigations. Si celles-ci ont
été fructueuses, plusieurs d’entre elles retournent sur le lieu « garde-manger » et ainsi de suite
les jours suivants jusqu’à épuisement des stocks ou jusqu’à nouvelle découverte plus prolifique
dans un autre endroit.
IV.3.5 Pathologies associées
De part leur présence, les fourmis sont une nuisance. Il n’existe pas de pathologies associées.
Elles sont toutes venimeuses mais certaines ont un aiguillon atrophié et ne peuvent piquer,
d’autres mordent et projettent leur venin.
Celui-ci cytolytique et hémolytique peut éventuellement entraîner des nécroses.
En France, des réactions locales avec rougeur sont parfois observées, cependant il n’y pas
d’accidents graves ni d’allergies.
IV.3.6 Lutte contre le nuisible
IV.3.6.1 Objectif
Empêcher la pénétration et la prolifération des fourmis dans les établissements hospitaliers.
La lutte contre les fourmis est difficile en raison de leur organisation sociale très développée et
du fait qu’elles bâtissent leur nid dans des endroits peu accessibles. Le succès de la lutte dépend
de l’efficacité du traitement des nids car les œufs, les larves, les pupes et les reines doivent être
tous tués à la même période.
IV.3.6.2 Réglementation (A)
Certaines espèces de fourmis sont protégées et ne peuvent être tuées car elles contribuent à la
salubrité des forêts (F.rufa).
IV.3.6.3 Moyens de lutte
IV.3.6.3.1 Mesures prophylactiques (BI)
Méthodes simples et suffisantes
- ne pas stocker de la nourriture à l’air libre
- entreposer les aliments dans des récipients hermétiquement clos.
88
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.3.6.3.2 Traitement ( BI)
IV.3.6.3.2.1 Produits insecticides
- Méthylarsinate de sodium mélangé à un appât sucré en flacon ou en boîte métal à perforer ;
- Pyréthrines de synthèse telles que bioalléthrine, tétramétrine, perméthrîne associées au
butoxyde de pipéronyle qui en potentialise les effets ;
- Propethampos.
IV.3.6.3.2.2 Modalités d’application
Pour tenter de détruire les fourmis, il est nécessaire de bien mouiller le nid avec l’insecticide et
de pulvériser également du produit sur leur passage.
L’utilisation des insecticides doit se faire selon le protocole du fabricant et en respectant
l’environnement.
Certains gels attirent les fourmis qui en prennent et les transportent jusqu’à la fourmilière où ils
empoisonnent la colonie.
89
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Fiche Technique
CONDUITE A TENIR EN PRESENCE DE FOURMIS
I Définition
Insectes hyménoptères de petites tailles, vivant en société dans une fourmilière.
II Mode de transmission de la maladie
La piqûre de fourmi est le seul désagrément connu.
III Objectif
Eviter une infestation du milieu hospitalier.
IV Modalités pratiques et recommandations
Préventives
- ne pas laisser les fourmis envahir les lieux de vie ;
- éviter de stocker des aliments non protégés ;
- définir une politique de lutte contre les fourmis avec le service économique en tenant compte
des spécificités des services et des lieux de vie ;
- sensibiliser le personnel à la nuisance que peuvent engendrer les fourmis.
Curatives
- utiliser le produit adapté et sélectionné ;
- sélectionner les lieux d’application ;
- en cas de persistance, faire appel à la société de désinsectisation.
90
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.4 Les Abeilles et les Guêpes
IV.4.1 Définition
Larousse :
Abeille : n. f. (lat : apicula) Insecte social vivant dans une ruche et produisant le miel et la cire
(ordre des hyménoptères).
Guêpe : n. f. (lat : vespa) Insecte social à l’abdomen annelé de jaune et de noir, dont la femelle
est pourvue d’un aiguillon venimeux et dont il existe un grand nombre de variété, construisant
des nids souterrains ou aériens (ordre des hyménoptères).
Le Petit Robert :
Abeille : Insecte social hyménoptère dit mouche à miel vivant en colonie et produisant la cire et
le miel.
Guêpe : Insecte hyménoptère dont la femelle porte un aiguillon contenant un venin allergisant.
IV.4.2 Classification
Règne-------------------Animal
Embranchement-----------Arthropodes
Sous-embranchement----------Mandibulates (Antennates)
Classe------------------------------------Insectes
Sous-classe-----------------------------------Ptérygotes
Subdivision----------------------------------------Holométaboles
Super-ordre---------------------------------------------Hyménoptéroïdes
Ordre------------------------------------------------------------Hyménoptères
Famille-----------------------------------------------------------------Apidae (abeille),
Vespidae (guêpe)
IV.4.3 Biologie
IV.4.3.1 Morphologie
Abeille
Guêpe germanique
91
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Comme tous les insectes, le corps est segmenté en trois parties :
• La tête qui porte deux yeux larges composés, trois ocelles et deux antennes ;
• Le thorax formé de trois parties (le pro, le méso et le méta-thorax) sur lequel viennent se fixer
deux paires d’ailes membraneuses nervurées et trois paires de pattes ;
• L’abdomen formé de 7 articles dont le dernier porte un aiguillon ou dard.
Dénomination
commune
Dénomination
scientifique
Taille
Tête
Abeille
Abdomen
Type des pièces
buccales
Aiguillon
Pattes
Guêpe germanique
Apis mellifica
Paravespula vulgaris
Paravespula germanica
Ouvrière : 11 à 14 mm
Reine : 14 à 17 mm
Mâle : 13 à 16 mm
Brun- noir
11 à 20 mm
10 à 19 mm
Brun-noir
soies
Brun-noir
soies
Thorax
Guêpe commune
couvert
couvert
1 tache noire en forme 3 taches noires
d’ancre
de 4 taches jaunes
4 taches jaunes
de Marques noires
variables
Broyeur - lécheur
Broyeur - suceur
Taches noires en forme
de coin ou de flèche,
entourées de plus petites
Broyeur - suceur
Barbelé, en dent de scie
Velues, brunes
Lisse
Lisse
Les abeilles sont une espèce protégée.
IV.4.3.2 Comportement trophique
IV.4.3.2.1. Les abeilles
Dans une ruche on trouve trois sortes d’individus :
• La reine, grosse, allongée, seule femelle complètement développée, est issue d’un œuf
ordinaire pondu dans une grande cellule de reine et dont la larve est nourrie à la gelée royale.
• Les mâles ou faux bourdons, quelques centaines, issus d’œufs non fécondés sont gros et sans
aiguillon ; un certain nombre d’entre eux s’accoupleront (dans les airs) avec de jeunes reines
pour les féconder, la plupart étant chassés en fin de saison ou en période de disette.
• Les ouvrières, plusieurs dizaines de milliers par nid, plus petites, sont des femelles stériles
- Elles sécrètent la cire par leurs plaques ventrales (glandes cirières) et produisent la
gelée royale grâce aux glandes hypopharyngiennes situées sur leur 3ème paire de
pattes où est fixée la corbeille à pollen. Elles sont les principaux vecteurs de
pollinisation.
- Elles vivent de 40 jours en saison chaude à quelques mois pendant la saison
hivernale.
- Elles fabriquent les rayons de cire, la nourriture (miel + pollen + eau) pour les
larves et la reine, assurent la ventilation et le maintien de la température à 35/37°
par leur battement d’ailes, nettoient la ruche lorsqu’elles sont jeunes.
92
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
-
Elles sont gardiennes de la ruche, récoltent le nectar et élaborent la propolis
(gomme rougeâtre recueillie sur les écailles des bougeons de marronniers, de saules
ou de peupliers) qui possède des propriétés antiseptiques qu’elles utilisent pour
colmater les fissures de la ruche et fixer les gâteaux de cire lorsqu’elles sont
vieilles.
IV.4.3.2.2. Guêpes
Nid de guêpe
La guêpe commune est très répandue mais moins que la guêpe germanica.
Le nid ou guêpier peut être installé soit au-dessus, soit en-dessous du sol mais toujours dans des
lieux sombres (trou dans les murs, pierres creuses, terrier). Un pédicelle l’attache à son support
et la première cellule fabriquée se trouve dans son prolongement. Il communique avec
l’extérieur par un orifice de 2 à 3 cm de diamètre et est fabriqué à l’aide de carton obtenu à
partir de bois tendre et d’écorces, mâchés avec de la salive. Il se compose de plusieurs rayons
superposés entourés d’une enveloppe et peut atteindre un diamètre supérieur à 30 cm. Plus de
10 000 individus peuvent y vivre.
Ce sont les nouvelles femelles fécondées ou reines qui passent l’hiver à l’abri, dans le nid. Elles
commencent à sortir à la mi-mars quand la belle saison revient. En automne, elles deviennent
agressives car, à la recherche de substances sucrées, elles rentrent souvent dans les maisons.
Les femelles et les mâles de la nouvelle génération sont formés en été. Après accouplement, les
femelles fécondées hivernent tandis que les mâles meurent dès que l’hiver arrive.
La guêpe germanica vit en zone tempérée et la reine peut vivre plusieurs années.
IV.4.3.3 Reproduction
IV.4.3.3.1. Abeilles
La reine pond un œuf (1,5x0,5 mm) dans chaque alvéole. La ponte est d’environ 2000 œufs par
jour et elle est maximale quand la reine est âgée de 2 ans.
L’œuf éclôt en 3 jours. Pendant la période larvaire (en moyenne 5 jours), les larves sont
alimentées exclusivement à la gelée royale pour les futures reines tandis que les larves
d’ouvrières n’en reçoivent que pendant les trois premiers jours pour n’être nourries ensuite
qu’avec de la pâtée miellée.
Quand la croissance est terminée, les ouvrières ferment les alvéoles d’un opercule bombé fait
d’un mélange de cire et de pollen perméable à l’air. La larve sécrète alors un cocon, et entre en
métamorphose pour éclore 8 jours après.
93
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.4.3.3.2 Guêpes
Les sociétés de guêpes sont annuelles et créées par une seule femelle (fondatrice) qui a hiverné
après avoir été fécondée en automne. La reine bâtit les premières cellules du nid puis pond un
œuf dans chaque alvéole. Elle nourrit elle-même les premières larves qui donneront naissance
aux ouvrières. Celles-ci apparaissent plus tard pendant l’été, et si le climat n’est pas trop
rigoureux, volent jusqu’à la mi-novembre. Par la suite ce sont elles qui poursuivront la
construction du guêpier, qui nourriront le couvain (larves et nymphes) qui donneront les
nouvelles générations d’ouvrières que la fondatrice continue de produire. A l’automne
apparaissent les formes sexuées.
IV.4.3.4 Capacité de survie
IV.4.3.4.1 Abeilles
Les abeilles communiquent entre elles par des danses diverses qui constituent un mode
d’information comparable à un langage. Ce sont les échanges trophallaxiques et le léchage de
la reine qui assurent le lien essentiel de la ruche.
La ruche hiverne. Toutes les abeilles entrent en léthargie groupées autour de la reine et ne se
réveillent que pour réguler la température du nid qui doit être maintenue entre 12 et 24 degrés.
Elles se réchauffent par des mouvements fébriles du corps, consomment du miel et se
« rendorment ». Ces ajustements thermiques nécessitent 3 à 4 kg de miel par hiver.
Entre 1 et 3 ans, la reine essaime avec quelques milliers de jeunes ouvrières et fonde un
nouveau nid. Environ 6 mois plus tard la vieille reine meurt, tuée le plus souvent par une jeune
reine qui vient d’éclore et qui prend sa place.
Dans la ruche mère, après quelques heures d’intense agitation, les ouvrières restantes bâtissent
une grande cellule, dite alors de « sauveté » autour d’une très jeune larve qui sera
exclusivement nourrie de gelée royale et qui deviendra la nouvelle reine. Parfois il n’y a plus de
jeunes larves disponibles, les ouvrières peuvent alors se mettre à pondre, mais leurs oeufs non
fécondés, ne donnent que des mâles. La ruche devient alors « bourdonneuse » et périclite. Cette
évolution fatale s’observe aussi lorsque la reine a épuisé son stock de spermatozoïdes.
IV.4.3.4.2 Guêpes
En fin de saison toutes les guêpes meurent sauf celles fécondées qui hivernent. Chaque année le
guêpier se trouve habiter par une nouvelle colonie.
IV.4.3.5 Mode de dissémination du nuisible
Les abeilles sont attirées par le sucre sous toutes ses formes et par les fleurs.
Les guêpes sont attirées par le sucré et les matières organiques (viande, poisson).
94
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.4.4 Pathologies associées
IV.4.4.1 Définition
La piqûre venimeuse de ces insectes est provoquée par la pénétration dans la peau de
l’aiguillon ou dard, barbelé pour l’abeille, lisse pour la guêpe. Cet aiguillon est relié à une
glande à venin situé dans la partie terminale de l’abdomen.
De part sa forme, le dard de l’abeille reste accroché dans la peau piquée et lorsque l’animal
s’enfuit, la partie terminale de son abdomen est laissée sur place, ce qui provoque rapidement la
mort de l’abeille. Le venin resté dans la glande à venin conserve une activité nocive pendant
quelques heures (faire attention de ne pas se piquer) (volume injecté 70µg/ piqûre).
Le dard de la guêpe étant lisse, celle-ci peut piquer plusieurs fois de suite (volume injecté 3µg/
piqûre).
Le venin est un mélange de :
- Molécules à effets pharmacologiques tels que aminoacides vaso-actives, histamine,
sérotonine, leucotriène et prostaglandines
- Enzymes non sensibilisantes tels que oligopeptides neurotoxiques, apamine,
protéase, lipase
- Enzymes sensibilisantes tels que phospholipase, phosphatase et hyaluronidase
- Anesthésiant (adolapine).
Il peut être :
- aspiré à l’aide d’un appareil (aspi-venin®) si l’on intervient dans les minutes qui
suivent la piqûre
- détruit par la chaleur lorsqu’on approche au plus près de la zone de piqûre une
extrémité incandescente (attention aux risques de brûlure).
IV.4.4.2 Signes Cliniques
• La piqûre unique ou répétée chez un individu sain peut provoquer :
- une réaction locale dépendant de la puissance du venin, de la saison (moins actif à
l’automne) et de la susceptibilité individuelle, caractérisée par un œdème, une
rougeur, une douleur, un prurit
- un œdème potentiellement mortel lorsque la piqûre a une localisation pharyngée ou
laryngée (possibilité d’asphyxie nécessitant un traitement d’urgence par
corticothérapie voir en cas extrême une trachéotomie)
- un œdème important sur les paupières ou les organes génitaux
- un œdème invalidant sur les doigts.
• Les piqûres multiples ou répétées chez un individu sensibilisé peuvent provoquer :
- un état d’envenimation car le pouvoir toxique devient comparable à celui des
venins de serpents qui nécessitera souvent l’hospitalisation
- une hémolyse et rhabdomyolyse*
- un syndrome cobraïque caractérisé par une cardiotoxicité avec des signes nerveux
centraux ou périphériques tels que engourdissement, somnolence, dyspnée, troubles
de la déglutition, relâchement des sphincters
- une allergie qui s’installera progressivement après plusieurs contact avec les
allergènes chez des sujets prédisposés, sujets ayant des réactions de plus en plus
sévères après chaque piqûre
- un choc anaphylactique.
95
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Le seuil létal pour un adulte sain se situe autour de 30 piqûres. Ce seuil est abaissé chez la
personne âgée et chez l’enfant.
Si la douleur de la piqûre disparaît en quelques heures, l’œdème peut persister 2 à 3 jours.
IV.4.4.3 Mode de transmission de la maladie
La piqûre est le fait de l’ouvrière. Celle-ci plante son dard dans un individu et injecte son venin.
Immédiatement une sensation douloureuse intense apparaît et il est impératif de retirer
l’aiguillon sans écraser la glande à venin pour ne pas augmenter l’envenimation.
IV.4.5 Lutte contre le nuisible
IV.4.5.1 Objectif
Eviter les piqûres d’abeille et de guêpe en milieu hospitalier en chassant ces insectes des
hôpitaux et en y évitant leur installation.
IV.4.5.2 Réglementation (A)
cf. chapitre I.4
IV.4.5.3 Moyens de lutte (BI BIII)
IV.4.5.3.1 Mesures prophylactiques
• cas isolé
- identifier l’insecte
- essayer de le chasser
- si cette tentative se solde pas un échec, employer une bombe insecticide à effet de
choc immédiat si aucune contre-indication n’existe
- ne pas stocker à l’air libre des aliments sucrés ou de nature protéïque (viande,
poisson)
- interdire les fleurs, les parfums dans les chambres des patients.
• cas multiples
- identifier les insectes
- chercher le nid
- éliminer les aliments et fleurs pouvant être la cause de leur venue
- faire appel aux sapeurs pompiers ou à une société spécialisée pour déplacer le nid
des abeilles (espèce protégée) ou pour éliminer celui des guêpes
- fermer les fenêtres ou installer des moustiquaires lavables.
96
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.4.5.3.2 Traitement (BI)
Si la réaction au point de piqûre est intense ou si un état anormal apparaît, si la localisation de
la piqûre est grave, diriger le patient vers le service d’urgence ou à défaut, appeler un médecin.
IV.4.5.3.2.1 Produits
• pour chasser l’insecte
bombe à base de pyrèthre ou pyréthrinoïdes
• pour soigner la piqûre
- désinfectant
- crème ou lotion anti-prurigineuse
- crème corticoïde d’activité faible (sans ordonnance).
IV.4.5.3.2.2 Applications
• pour l’insecte
bombe insecticide à effet de choc immédiat
• pour la victime
- retirer le dard s’il est encore présent
- désinfecter
- appliquer une crème ou une lotion anti-prurigineuse (à répéter plusieurs fois par jour
si nécessaire)
- ou appliquer une crème à base de corticoïde (2 à 3 fois par jour) selon la prescription
médicale.
97
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Fiche Technique
CONDUITE A TENIR EN PRESENCE D’ABEILLE OU DE GUEPE
I Définition
Insectes hyménoptères venimeux vivant en société dans un nid.
II Mode de transmission
Ces insectes sont attirés par les aliments sucrés, les fleurs ou les parfums (abeille) mais aussi
par les matières organiques (guêpe).
III Objectif
Eviter leur présence dans les locaux des établissements de santé.
IV Modalités pratiques et recommandations
• Préventives
- Ne pas laisser d’aliments sucrés ou matières organiques sans protection ;
- Sensibiliser le personnel aux risques liés à la présence de ces insectes ;
- Eviter le port de parfum sucré ;
- Demander au service technique l’obturation de tous les trous et fissures.
• Curatives
- Faire appel aux sapeurs pompiers ou à une société spécialisée pour éradiquer ou
déplacer ces insectes.
98
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.6 Rats et Souris
IV.6.1 Définition
Larousse :
Rat : mammifère rongeur très nuisible originaire d’Asie (famille des muridés).
Souris : petit mammifère rongeur dont l’espèce la plus commune, au pelage gris, cause des
dégâts dans les maisons.
Hachette :
Rat : n.m. Rongeur (famille des muridés) au pelage sombre, à la queue écailleuse, très
prolifique, qui vit le plus souvent en commensal* de l’homme.
Souris : n.f. Petit mammifère rongeur formant avec le rat la famille des muridés et dont l’espèce
la plus courante est Mus musculus, la souris domestique au pelage gris plus ou moins sombre.
IV.6.2 Classification
Règne-------------------------------Animal
Embranchement------------------------Chordés ou Cordés
Sous-embranchement------------------------Vertébrés (Tétrapodes, Amniotes, Allantoïdiens)
Classe--------------------------------------------------Mammifères
Sous-classe--------------------------------------------------Euthériens ou mammifères placentaires
Ordre-----------------------------------------------------------------Rongeurs
Famille------------------------------------------------------------------------Muridés
En France on distingue trois espèces :
- Rattus norvegicus : le rat surmulot
- Rattus rattus : le rat noir
- Mus musculus : la souris.
IV.6.3 Réglementation
Voir chapitre I – réglementation.
99
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.6.4 Biologie
IV.6.4.1 Morphologie
Souris
Mus musculus domesticus
Dénomination commune
Dénomination scientifique
Couleur
Longueur
Longueur de la queue
Poids adulte
Rat
Rattus norvegicus
Surmulot
Rattus norvegius
Gris marron
Rat noir
Souris
Rattus rattus
Gris-foncé, noir
28 cm
22 cm
Mus musculus
Gris souris
(la race blanche est au départ
une albinos)
9 cm
7 à 23 cm
18 à 25 cm
6 à 10 cm
300 à 500 g
150 à 200 g
20 g environ
100
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.6.4.2 Comportement trophique
Dénomination commune
Quantité de nourriture
ingérée par jour
Régime alimentaire
Mode de vie
Surmulot
Rat noir
Souris
1/10° du poids de
l’animal
omnivore
15 à 20 g/j
omnivore
1/10° du poids de
l’animal
végétarien granivore
- vit dans les milieux
humides
- creuse terriers et
galeries dans les soussols de bâtiments, les
égouts ou près des
habitations
- vit dans les parties
hautes et sèches des
bâtiments, les
charpentes, sur le faîte
des murs, entre
planche et plafond
voire sur les arbres
- se niche partout dans
les locaux habités ou
non, des caves aux
greniers
- s’insinue dans les
faux plafonds, doubles
cloisons, tiroirs
très moyen
bon
bon
développé
développé
développé
développé
très médiocre
bon
bon
bon
développé
développé
développé
développé
très médiocre
bon
bon
bon
développé
développé
développé
excellent
médiocre
Capacité physiologique
Grimpeur
Sauteur
Nageur
Toucher
Goût
Ouïe
Odorat
Vue
Rats et souris rongent et consomment de tout. Ils souillent ce qu’ils ne mangent pas, le rendant
impropre à la consommation.
Ils s’attaquent aussi bien aux denrées alimentaires qu’aux emballages quel qu’en soit la nature,
aux matériaux isolants, câbles, gaines et fils électriques ; ils sont parfois responsables de court
circuit et incendie.
Ils ont la nécessité vitale d’assurer une usure permanente de leurs dents à croissance continue
d’où le besoin de ronger en permanence.
IV.6.4.3 Reproduction
Dénomination commune
Surmulot
Rat noir
Souris
Maturité sexuelle
à 3 mois
à 3 mois
de 2 à 5 mois
Durée de gestation
24 jours environ
24 jours environ
18 à 20 jours
30 environ
3 à 5 portées
35 environ
Nombre de jeunes
vivants par an et par
femelle
Durée de vie possible
descendance annuelle à partir d’un couple environ 400
15 à 18 mois
1 à 2 ans
101
1 an
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.6.4.4 Capacité de survie
Les rongeurs ont une capacité reproductrice étonnante, rapidement une importante colonie peut
se développer si les conditions du milieu, nourriture, boisson et abris sont favorables.
IV.6.4.5 Rôle potentiel du nuisible
Par contact direct avec le nuisible (contact professionnel pour les plombiers, les égoutiers par
exemple) ou par contact indirect ( ingestion de denrées alimentaires souillées), l’homme peut
être contaminé car ces animaux sont vecteurs ou réservoirs de nombreuses zoonoses* (maladies
communes à l’homme et à l’animal ; ex : la peste transmise par la puce Xenopsylla cheopis puis
par la puce de l’homme Pulex irritans).
IV.6.5 Pathologies associées
IV.6.5.1 Définition
En plus de leur important rôle de nuisance, les rongeurs peuvent être à l’origine de maladies
redoutables :
- du tétanos, de la streptobacillose, de la pasteurellose et des infections secondaires des plaies
par morsure.
- de la leptospirose ou maladie des égoutiers, la turalémie par l’urine.
- de la peste de rat à rat ou du rat à l’homme, le typhus murin, la salmonellose, les fièvres
hémorragiques par les puces (Xenopsylla cheopis).
IV.6.6 Lutte contre le nuisible
IV.6.6.1 Objectif (A)
Eradiquer les rongeurs dans les établissements de santé (du sous-sol au grenier).
IV.6.6.2 Réglementation
cf. chapitre I.4 (art 119) (art 130-5)
IV.6.6.3 Moyens de lutte et recommandations (BI BIII)
102
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.6.6.3.1 Mesures préventives
- obturer les voies d’accès possible,
- contrôler les cartons d’emballage de livraison,
- participer à la rédaction du cahier des charges de dératisation,
- calendrier d’intervention,
- plan des locaux à visiter,
- nature du produit à utiliser,
- limiter le stockage des denrées alimentaires dans les zones définies,
- éliminer tous déchets le plus rapidement possible dans des sacs hermétiquement fermés,
- sensibiliser tout le personnel y compris le personnel de salubrité à signaler aux services
concernés (défini dans le cahier des charges) la présence de nuisibles.
IV.6.6.3.2.Mesures curatives
La société spécialisée retenue doit examiner les traces de passage des rongeurs : la quantité, la
forme et la taille des crottes ainsi que la nature et l’étendue des dégâts éventuels afin d’en
déduire la nature du rongeur, le nombre et la source d’infestation pour adapter les moyens
d’élimination.
IV.6.6.3.3 Traitement
IV.6.6.3.3.1 Produits
Les produits utilisés sont des rodonticides homologués (substance active répertoire de l’index
phytosanitaire 35ème édition, 1999 de l’association de coordination des techniques agricoles
ACTA).
Ils ont une autorisation de vente sous certaines conditions et un numéro d’homologation.
Pour certains de ces produits il existe de nombreuses spécialités commerciales (140).
Ils sont dangereux pour les animaux domestiques et pour l’homme.
Par arrêté, certains de ces rodonticides sont interdits de vente au public et leur emploi est
réservé aux professionnels de la dératisation.
Liste des Rodonticides homologués
- Alphachloralose
- Brodifacum (réservé aux professionnels)
- Bromadiolone
- Calciférol
- Chlorophacinose
- Coumafène (interdit au public)
- Coumafène ± acide acétyl salicylique
- Coumafène + calciférol
- Coumatétralyl
- Crimidine
- Difénacoum
- Diphacinone
- Scilliroside.
103
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
IV.6.6.3.3.2 Modalités d’application
La lutte contre les rongeurs est réalisée à l’aide d’appâts rodonticides (granulés, blocs, grains)
de concentré huileux ou de toxique de piste qui les empoisonnent.
Pour des raisons de sécurité et d’efficacité, les rodonticides anticoagulants sont les plus souvent
utilisés.
Les produits sont ingérés par le rongeur qui meurt dans les heures qui suivent l’ingestion
(action aiguë par hémorragie interne) sans éveiller la méfiance de leurs congénères envers le
produit.
Certains rodonticides ont un usage réservé aux professionnels de la dératisation car leur emploi
est très dangereux.
104
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Fiche Technique
CONDUITE A TENIR EN PRESENCE DE RAT / SOURIS
I Définition
Mammifères rongeurs nuisibles ayant une capacité reproductrice importante lorsque les
conditions du milieu sont favorables.
II Mode de transmission de la maladie
Ils sont vecteurs ou réservoirs de zoonoses par contact direct (morsure) ou indirect par l’urine,
ou par les puces.
III Objectifs
- Eviter l’introduction dans les hôpitaux des rats et des souris.
- Eradiquer en cas de présence.
IV Modalités pratiques
Préventives
- obturer les voies d’accès possibles,
- inspecter régulièrement les sous-sols, greniers et locaux de stockage des déchets,
- stocker les aliments dans des endroits fermés,
- éliminer les déchets dans des sacs fermés,
- effectuer des campagnes de dératisation annuelle.
Curatives
- appeler une société spécialisée dans la dératisation
- mettre en place des appâts rodonticides (anticoagulants).
V Recommandation
L’apparition de rongeur ou de traces de rongeur doit être immédiatement signalée aux services
concernés de l’établissement de soin.
105
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
V Animaux de Compagnie
en Etablissement de Soins
106
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
V.1 Définition
Les animaux de compagnie sont des animaux domestiques vivant au contact des hommes.
V.2 Animaux de compagnie rencontrés en établissement de soins
V.2.1 Animaux
- Chats, chiens, oiseaux, poissons, lapins ou tout autre animal domestiqué.
V.2.2 Lieux
- Hôpital court séjour, pédiatrie
- Long séjour, centre de réadaptation, centre de psychiatrie.
V.3 Objectif :
- Déterminer les limites d’acceptabilité de présence animale dans un établissement de soins.
V.4 Réglementation : (A)
- Décret n°74-27 du 14 janvier 1974 relatif aux règles de fonctionnement des centres
hospitaliers et des hôpitaux locaux.
Art 47 : Les animaux domestiques ne peuvent être introduits dans l’enceinte de l’hôpital.
Exception : Circulaire n°40 du 16 juillet 1984 relative à l’accès des chiens d’aveugles dans les
établissements d’hospitalisation publics.
- Réglementation sanitaire du département de Paris hors établissement hospitalier.
Arrêté n°79 561 du 20 novembre 1979 modifié,
Article 99-7 : Les établissement renfermant des animaux […] doivent être tenus en parfait état
d’entretien et de propreté.
Les locaux doivent être séparés et suffisamment isolés de locaux d’habitation, convenablement
éclairés et ventilés efficacement de façon permanente.
L’écoulement des eaux de lavage doit être assuré et les cages, niches et volières doivent être
fréquemment désinfectées. […]
Toutes dispositions doivent être prises pour éviter une propagation des oiseaux, la pénétration
des mouches ou d’autres insectes et des rongeurs.
Article 122 : Animaux domestiques ou sauvages apprivoisés ou tenus en captivité :
Les propriétaires de ces animaux sont tenus d’empêcher qu’ils ne soient à l’origine de
transmission de germes pathogènes ou de nuisances pour l’homme et de propagation
d’épidémies chez les animaux.
107
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
La lettre circulaire du 11 mars 1986 relative à la mise en place des Conseils d’Etablissements
dans les établissements recevant des personnes âgées, le Ministre des Affaires Sociales dispose
que ‘‘les personnes âgées qui ont un animal familier doivent être autorisées à le garder avec
elles, dans la mesure où il ne créera pas une contrainte anormale pour le personnel et où il ne
gênera pas la tranquillité des autres résidents.’’
- Le règlement intérieur est défini dans les établissements par le Directeur avec avis consultatif
du Conseil d’Etablissement. La décision d’y accepter des animaux est de la responsabilité de
celui-ci.
- Circulaire DGS/VS/VS2 – DH/EO1 n°17 du 19 avril 1995 relative à la lutte contre les
infections nosocomiales dans les établissements de santé publics ou privés participant à
l’exécution du service public : le CLIN a pour mission de mettre en œuvre une politique de
prévention des risques infectieux.
V.5 Aide au choix pour introduire des animaux de compagnie en établissements
hospitaliers. (BI BIII)
V.5.1 Avantages :
Dans certains cas particuliers, les animaux peuvent apporter une aide médicalement reconnue
aux patients (autistes, atteints de la maladie d’Alzheimer, aveugles ou handicapés moteurs).
Un animal familier peut être un compagnon mobilisant, réconfortant en maison de retraite ou
en hospitalisation de long séjour.
V.5.2 Inconvénients et limites
Les inconvénients :
C’est avant tout la propreté physique de l’animal qui nécessite soins et sorties.
C’est également les risques liés aux parasites internes et externes.
Les limites :
- Lorsqu’il s’agit de prendre une décision relative à l’implantation d’un aquarium, ce sont les
risques liés à l’eau qui doivent être considérés, surtout dans les secteurs protégés.
- Les oiseaux, comme il est rappelé dans le guide, peuvent être source de parasites, d’acariens,
de plumes allergisantes et de déjections contaminantes.
Ne pas oublier que tout animal quel qu’il soit arrive dans une structure non prévue à cet effet et
qu’il faut limiter au strict nécessaire leur présence.
Les animaux non traités sont des réservoirs d’agents pathogènes. La contamination fécale peut
entraîner une contamination humaine. Le risque parasitaire existe, le plus connu est la
toxocarose ‘‘Toxocara canis’’ du chien. (Le parasite se transmet aux chiots). L’autre mode de
contamination est l’ingestion d’œufs embryonnés.
Les ascaridioses des animaux domestiques (Toxocara canis), mais aussi des chats (Toxocara
cati) sont à l’origine de nombreux cas de syndromes de Larva Migrans Viscéral (L.M.V). La
maladie peut prendre la forme d’une localisation cérébrale pouvant déclencher des crises
d’épilepsie. (Dr J.C. Petithory, département qualité en parasitologie de Gonesse).
108
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Les œufs rejetés en grande quantité dans les déjections canines ou félines s’embryonnent dans
le sol où ils peuvent survivre plusieurs mois.
V.6 Modalités de mise en place.
Si l’utilité de l’animal est irréfutable, suivant les limites précédemment citées, il est
indispensable avant de prendre une décision, de définir qui en aura la charge complète incluant
son entretien, et ses sorties de jour comme de nuit. Il est nécessaire qu’un suivi vétérinaire et
qu’un contrôle démographique animalier soient mis en place.
Un projet de budget pour l’achat de l’animal, sa nourriture, son entretien, ses vaccins et ses
soins d’hygiène, doit être évalué, prévu et réalisé.
Les zones où évoluera l’animal doivent être définies avec précision.
Les risques liés à sa présence doivent être envisagés.
Enfin l’arrivée d’un animal doit faire l’objet d’un consensus.
Conclusion
Avant d’introduire l’animal domestique, il est indispensable de s’assurer qu’il évoluera dans
les meilleures conditions.
109
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
VI CONCLUSION DU GUIDE
L’hôpital est par définition le milieu ‘‘aseptisé’’ dans lequel les petites bêtes synonyme de
piqûres, de morsures ou de maladies n’ont pas leur place.
Pourtant, la nature ayant horreur du vide, ces animaux tentent régulièrement de coloniser ce
milieu et, même si les risques de transmission de maladie sont souvent minimes, il n’est pas
acceptable qu’un patient hospitalisé contracte une infestation nosocomiale. Il convient donc d’y
empêcher l’implantation des arthropodes et rongeurs susceptibles de provoquer ce mal.
Dans la plupart des cas, de simples mesures d’hygiène suffisent à limiter la pénétration des
mouches, moustiques, cafards ou rongeurs. Parfois, des mesures spécifiques s’avèrent
nécessaires et, en fonction du nuisible en cause, il sera fait appel aux services spécialisés pour
une lutte appropriée. L’identification de l’animal constitue alors la première étape. En effet, la
connaissance de celui-ci permet d’identifier rapidement ses lieux de vie, ses habitudes et ses
besoins nutritionnels, autant d’éléments qui permettent la mise en route des moyens de lutte les
plus adéquats. Ces moyens seront physiques, exemple boucher des orifices, ou chimiques,
exemple utiliser des insecticides ou des rodonticides.
La vigilance reste de mise, elle est avant tout le devoir des services d’hygiène, mais elle est
aussi l’affaire de tous.
110
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
VII LES INSECTICIDES
Ce sont des produits utilisés pour traiter le sol, les semences, les parties aériennes des plantes,
les denrées alimentaires stockées, les locaux, le bétail ; ils sont actifs contre les insectes
nuisibles et / ou vecteurs de maladies humaines.
On commence à utiliser les insecticides chimiques d’origine minérale (acétoarsénite de cuivre
contre le doryphore, acide cyanhydrique contre la cochenille, bouillie bordelaise contre le
mildiou ) dès la deuxième moitié du XIXème siècle.
1 Familles
1.1. Minérale
-
camphre
acide acétique
arsenic
acide cyanhydrique
1.2. Végétale
-
roténone
nicotine
alcaloïdes
pyrèthre
1.3. Organique de synthèse
- organochlorés ou organohalogénés
- organophosphorés
- pyréthrines naturelles et pyréthrinoïdes de synthèse
- carbamates
- phénylpyrazolés
- triazine
- chloronicotinylnitroguanidines
1.4. Microbiologique
- champignons (avermectines et milbémycines)
- bactéries
- virus
- rickettsies
- protozoaires
1.5. Hormonominétiques : Inhibiteur de croissance des insectes ou I.G.R. (insect growth
regulators)
- Inhibiteur de la synthèse de la chitine (écolysoïdes)
- Analogue de l’hormone juvénile (juvénoïdes)
1.6. Divers
-
Composés artificiels (amitraz, closantel)
Composés naturels (roténone)
111
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
2 Action
2.1 Mode d’action
• Par effet neurotoxique dû à l’action anticholinestérasique de l’insecticide, la
cholinestérase* étant une enzyme qui active l’hydrolyse de l’acétylcholine en acétate et
en choline, et qui, de ce fait inhibe l’action de médiateur nerveux de la molécule
d’acétylcholine (organochlorés, organophosphorés, carbamates)
• Par inhibition de la synthèse de chitine qui entraîne une réduction considérable de la
ponte et de l’éclosion des oeufs (effet stérilisant), sans tuer les adultes, et qui bloque
ainsi le cycle de reproduction
• Par action analogue à l’hormone juvénile, ce qui perturbe le cycle de développement
des insectes et acariens, en gênant la maturation des oeufs (action ovicide) et en
bloquant les mues (larvaires et nymphales)
• Par inhibition non compétitive du GABA, uniquement chez les invertébrés (le GABA
étant l’acide gamma-aminobutyrique, médiateur chimique de la transmission neurosynaptique au niveau des synapses inhibitrices) ce qui provoque une paralysie et une
lyse du parasite.
2.2 Voie d’action
• Par voie externe : l’insecticide pénètre dans l’organisme du parasite au travers de sa
cuticule
• Par voie interne : le parasite ingère l’insecticide.
3 Propriétés
•
Relargage par diffusion continue à travers la paroi d’une microcapsule d’insecticide
(chlorpyriphos )
• Rémanence
• Débusquage par la présence d’attractant ou de débusquant
• Choc par immobilisation (effet knock-down) des insectes rampants immédiatement après
contact avec l’insecticide
• Synergie avec le butoxyde de pipéronyle.
Les insecticides utilisés peuvent présenter plusieurs de ces propriétés. Certains sont actifs
simultanément sur les endo et les ectoparasites ( avermectine, mibémycine ).
4 Types d’insecticides utilisables
4.1 Organochlorés
- Lindane ou hexachlorocylohexane ou H.C.H.
- Dichloro-diphényl-trichloréthane ou D.D.T.
4.2 Organophosphorés
- azaméthiphos
- chlorpyriphos
- coumaphos
- crotamiton
- cythioate
- diazinon ou dimpylate
- dichlorvos
112
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
-
fenthion
fénitrothion
malathion
métrifonate (trichlorfon)
phoxim
phosmet
propétamphos
tétrachlorvinphos
4.3 Carbamates
- bendiocarb
- carbaryl
- méthomyl
- propoxur
4.4 Pyréthrinoïdes
4.4.1 Pyrèthrines naturelles
- poudre de pyrèthre préparée avec les capitules floraux
- pyréthrine I
- pyréthrine II
4.4.2 Pyréthrines de synthèse
- bioalléthrine
- cyfluthrine
- cyhalothrine
- cyperméthrine
- deltaméthrine
- depalléthrine
- esdépalléthrine
- fenvalérate
- perméthrine
- phénothrine
- tétramétrine
4.5 Phénylpyrazolés
- Fipronil
4.6 Avermectines et milbémycines
4.6.1 Avermectines
- abamectine
- doramectine
- ivermectine
- éprinomectine (en développement)
4.6.2 Milbémycines
- moxidectine
- mibémycine oxime (en développement chez les carnivores domestiques)
113
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
4.7 Triazines
- cyromazine
4.8 Chloronicotinylnitroguanidines
- imidaclopride (en développement)
4.9 Inhibiteurs de croissance des insectes
4.9.1 Inhibiteurs de la synthèse de chitine
- lufénuron
- flufénoxuron
- triflumuron
4.9.2 Analogues de l’hormone juvénile
- métoprène
- pyriproxiphène
- fénoxycarb
4.10 Autres produits utilisés
- amitraz
- closantel
- roténone
- camphre
- citronnelle
- acide acétique
A l’exception du Lindane, les insecticides organochlorés ont disparu du marché du fait de leur
trop grande rémanence.
5 Présentation et utilisation - Méthodes d’application
5.1 Aérosols
Ce sont des insecticides à effet de choc par immobilisation particulièrement sur les insectes
volants. Ce sont des suspensions de particules solides ou liquides.
5.1.1 Les bombes
Ce sont des sprays qui agissent :
- soit dans l’atmosphère en se fixant sur les insectes pendant le vol (taille des
particules de 10 à 30µm)
- soit sur les surfaces en se fixant sur la cuticule des insectes rampants (tailles
des particules de 30 à 100µm - pulvérisation à 30cm de la surface)
- soit sur les surfaces et dans l’atmosphère en combinant les deux modes
d’action précédents ( particules de 50 à 100µm).
114
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
5.1.2 Les nébulisateurs à froid
L’insecticide est atomisé sous forme de gouttelettes d’aérosol de 5 à 30 µm. Ces applications
peuvent se faire :
• soit à l’intérieur en fermant hermétiquement les pièces pendant un laps de temps
allant d’une demi-heure à plusieurs heures selon les parasites et les matières
actives employées (taille des particules de 2 à 15µm)
• soit à l’extérieur
- applications terrestres, en plein air, à l’aide d’appareil terrestre qui
pulvérisent des aérosols contre les insectes volants (mouches) et contre
les larves de moustique (taille des particules 5 à 20µm)
- application par avion, le traitement devant se faire par vent faible (<15
km/h), pendant les activités principales de vol des parasites (le soir
contre les moustiques adultes, le matin contre d’autres parasites), à une
altitude inférieure à 300m (taille des particules 10 à 25µm pour l’imago,
50 à 60µm pour la larve et les adultes).
5.1.3 Les nébulisateurs à chaud
Les formulations (solution ou concentré émulsionnable ou suspension concentrée microencapsulée ou poudre mouillable, dilués dans un solvant approprié à base d’huile ou d’eau,
souvent mélangés à du gazole ou du kérosène - qui peut être désodorisé-), sont vaporisées dans
un nébulisateur à chaud pour produire un brouillard qui flotte dans l’air (taille des particules 10
à 30µm). Cette pulvérisation peut se faire soit à l’intérieur (fermeture de toutes les ouvertures
pendant au moins 4 heures puis aérer soigneusement ensuite) soit à l’extérieur. Dans les zones
habitées, cette méthode a fait ses preuves pour combattre mouches et moustiques.
Dans le cas de solutions d’insecticides micro-encapsulés, l’évaporation de l’eau permet une
diffusion lente du produit et donc une grande rémanence.
5.2 Pulvérisation
5.2.1 Pulvérisation pneumatique
Elle assure la pénétration de l’insecticide dans toutes les fentes et fissures par dispersion sous
forme de gouttelettes de 50 à 100µm de celui-ci. Cette méthode convient pour lutter contre les
insectes volants et rampants mais elle n’a aucune action rémanente et ne permet pas de traiter
l'environnement extérieur et intérieur. L’idéal est de combiner l’application d’un spray (action
rémanente sans pénétration dans les fissures) et la pulvérisation (pas de rémanence mais
pénétration dans les fissures) en ayant soin de clore les pièces pendant plusieurs heures.
5.2.2 Pulvérisation d’insecticide rémanent
Les insecticides rémanents agissent pendant une période de plusieurs jours à plusieurs mois. Ils
sont formulés :
- en concentré émulsionnable (EC)
- en émulsion dans l’huile ou dans l’eau (EW)
- en suspension concentrée (SC)
- en poudre mouillable (WP)
et appliqués
- soit à l’aide d’une pompe manuelle basse pression
- soit un pulvérisateur à dos muni d’une lance anti-goutte
- soit à l’aide d’une pompe refoulante
L’application doit se faire dans les zones où les insectes se rassemblent, rampent et se cachent,
mais jamais sur les plans de travail et le matériel.
115
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Les insecticides rémanents ne doivent jamais être pulvérisés dans l’atmosphère mais toujours
appliqués sur des surfaces.
5.2.3 Pulvérisation d’insecticide non rémanent
Ce type de pulvérisation s’attaque à la vermine déjà présente. Les insecticides à effet
knockdown appartiennent à cette catégorie.
5.3 Poudrage
Les poudres sont appliquées par épandage et conviennent pour traiter les endroits secs, les
installations électriques, les fissures, les joints, les vides et les gaines de tuyaux et câbles.
L’application peut se faire à l’aide d’une poudreuse haute pression.
5.4 Appâts
Ils sont très efficaces grâce à leur effet attractif et peuvent être épandus tels quels ou
humidifiés.
5.5 Fumigation
C’est une méthode rapide pour anéantir les parasites dans des endroits où ils ne seraient pas
atteints par les aérosols ni par les pulvérisations. Du fait de leur petite taille (0.001 à 0.1µm),
les particules pénètrent très bien partout et sont donc toxiques pour l’homme et les animaux.
Des permis spéciaux, des équipements spéciaux sont exigés pour les personnes qui travaillent
dans ce domaine.
116
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
VIII Glossaire
Source :
(1) = Dictionnaire de médecine - Flammarion
(2) = Dictionnaire encyclopédique Hachette
(3) = Dictionnaire Le Petit Larousse
(4) = Biologie animale - M.ARON et P.GRASSET – Ed. Masson et Cie
(5) = Guide des Insectes - Dr. W. DIERL et W. RING – Ed. Delachaux & Niestlé
(6) = Garnier Delamare dictionnaire des thermes techniques de médecine 19e Ed.
Malvine SA
Acarien : n. m. (grec : akari) ordre de l’embranchement des Arthropodes appartenant à la
classe des Arachnides, possédant 4 paires de pattes à l’état adulte et un corps globuleux formé
par la soudure du céphalothorax à l’abdomen. (1)
Aculéate : n. m. sous-ordre d’insectes hyménoptères portant un aiguillon à l’extrémité
postérieure de l’abdomen, tels que l’abeille, la fourmi, la guêpe. (3)
Anaphylaxie : n. f. (gr ana contraire et phulaxis protection) Méd. Sensibilité accrue de
l’organisme à l’égard d’une substance donnée, déterminée par la pénétration dans le corps (par
ingestion ou injection) d’une dose minime de cette substance. (3)
Anthropique : adj. Fait par l’homme, dû à l’homme. (3)
Aptère : adj (grec a = privatif, ptères : ailes) dépourvu d’ailes (2)
Aptérygote : n. m. insecte dépourvu d’ailes et n’en ayant jamais eu. (4)
Arachnide : n. m. (grec arachnê = araignée) arthropode terrestre à respiration trachéenne ou
cutanée, caractérisé par la présence de crochets buccaux ou chélicères et dont le corps est
généralement formé de deux parties, l’une antérieure ou céphalothorax portant l’appareil buccal
et 4 paires de pattes, l’autre postérieure ou abdomen, articulés ou non avec la précédente. Cette
classe renferme de nombreux ordres dont ceux des araignées, des scorpions, des lingatules et
des acariens. (1)
Arthropode : n. m. (grec arthron = articulation, podos = pied) animaux à symétrie bilatérale
dont le corps, composé d’articles plus ou moins différenciés, est souvent couvert d’un squelette
chitineux et possède des membres articulés . Cet embranchement se subdivise en 6 classes dont
deux seulement ont un intérêt sur le plan pathologique et épidémiologique (les arachnides et les
insectes).(1)
Article : n.m. partie d’un membre, d’un appendice qui s’articule à une autre, chez les
arthropodes.
Aumusse : n. m. fourrure portée par les chanoines et les chantres à l’office. (3)
Biologie : science consacrée à l’étude de tous les phénomènes présidants aux différentes étapes
de la vie des organismes végétaux, animaux ou humains. (1)
Brachycère : s. m (grec brachys : court, keras : corne) insecte à antenne courte ne comptant
que 3 articles dont le dernier, souvent volumineux, est habituellement pourvu d’une soie
nommée arista. ( Dictionnaire Méd. Flammarion) (1)
Capitulum : ou capitule n.m, petite tête. (3)
Chaperon : n. m. capuchon couvrant la tête et les épaules. (3)
Chélicérate : n. m. sous-embranchement d’arthropodes ayant des chélicères (arachnides et
mérostomes). (3)
Chélicère : n. m. chacun des crochets pairs venimeux situés sur la tête des chélicérates
(Dictionnaire Larousse) (3)
117
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Choc anaphylactique : état d’hypotension se traduisant par une réaction violente avec troubles
digestifs, gêne pharyngolaryngée ou bronchopulmonaire, des signes cardiovasculaires centraux
(hypotension, perte de connaissance, cyanose, incontinence). (1)
Cholinestérase : n .f. enzyme qui active l’hydrolyse de l’acétylcholine en acétate et choline en
inhibant ainsi son action de médiateur nerveux. (1)
Commensale : nom et adjectif ; toute personne qui mange à la même table que d’autres ;
biologie : désigne les êtres vivants qui vivent et se nourrissent auprès d’autres, sans leur nuire
(à la différence des parasites). (1)
Contagion : n. f. transmission d’une maladie d’un sujet atteint à un sujet sain par contact direct
(contagion directe) ou par l’intermédiaire d’un contage c’est-à-dire d’un substrat véhiculant
l’agent contaminant (ex : crachats, selles) (contagion indirecte). (1)
Coxal : relatif à la hanche, glande coxale : glande située à la base des pattes.(6)
Dimorphisme : n. m. fait, pour un animal ou un parasite, de posséder des caractéristiques
morphologiques différentes suivant le sexe auquel il appartient. (1)
Diptère : n. m. (grec, dis : deux, pteron : ailes) insecte à métamorphose complète, pourvu de
deux paires d’ailes, la paire postérieure atrophiée étant transformée en balancier. (1)
Elytre : n. m. entomologie : ailes antérieures coriaces, très rigides, inaptes au vol, des
coléoptères et des orthoptères ; la paire d’élytres protège les ailes postérieures membraneuses,
seules aptes au vol. (2)
Endophile : adj (grec endon : au dedans, philien aimer) aime vivre à l’intérieur. (2)
Envenimation : n. f. pénétration de venin dans l’organisme (à la suite d’une morsure de
serpent, d’une piqûre d’insecte). (3)
Exanthème : n. m. rougeur cutanée plus ou moins vive ne s’accompagnant ni de papule ni de
vésicule, que l’on rencontre dans un grand nombre de maladies. (2)
Exophile : adj (grec exo hors de, philien aimer) aime vivre à l’extérieur. (2)
Exuvie : n. f. (lat exuviae dépouilles) peau rejetée par un arthropode ou un serpent lors de
chaque mue ;
Filaire : n.f. nom donné à des parasites de l’ordre des nématodes que leur longueur à fait
comparer à un fil.(6)
Hennin : n. m. haut bonnet de femme, de forme conique, porté au XVème siècle. (2)
Hyménoptère : n. m. (grec humên : membrane, pteron : ailes) ordre des insectes à
métamorphoses complètes, à deux paires d’ailes de grandeur inégale, solidaires pendant le vol
et dont la larve ne peut subvenir seule à ses besoins, comptant plus de 100000 espèces ( abeille,
guêpe, fourmi , mouche…).(3)
Idiosome : arachnides de très petite taille. La nomenclature spécifique aux acariens divise le
corps en 2 parties principales : le prosome qui comprend les deux premières paires de pattes et
l’opisthosome qui porte les deux dernières. Prosome et opisthosome constituent l’idiosome
(INRA)
Imaginal : adj. qui se rapporte à l’imago chez les insectes. (3)
Imago : n. m . (lat, imago : forme) forme définitive, adulte et sexuée, des insectes à
métamorphose complète. (1)
Insecticide : n. m. substance qui tue les insectes soit avant leur maturité (larvicide) soit au stade
adulte. (1)
Mandibule : n.f. (lat, mandere : mâcher) pièce buccale paire des crustacés, des myriapodes et
des insectes, situées antérieurement aux mâchoires. (3)
Miellat : n. m. liquide sucré, plus ou moins visqueux excrété par divers insectes suceurs de
sève (puceron) et récolté par les abeilles. (2)
Muscidés : n. m. (lat musca : mouche) famille d’insectes diptères tels que la mouche et la
lucilie. (3)
118
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Myiase : n. f. (grec myia : mouche) parasitisme obligatoire ou facultatif, spécifique ou
accidentel d’un organisme animal ou humain par des larves d’insectes diptères brachycères,
généralement non piqueurs. (3)
Myiase cutanée : dermatose parasitaire déterminée par le cheminement dans ou sous la peau
des larves de divers diptères
Nématocère : n. m . (grec nêma : filament, keras : corne) insecte diptère dont les antennes,
longues, ont de 6 à 15 articles. (1)
Nosologique : adj qui concerne la nosologie. Groupe N. Ensemble des maladies ou des formes
d’une même maladie provoquée par un même agent pathogène ou par des agents pathogènes
très voisins les uns des autres. (6)
Nymphe : n. f. (grec numphê jeune fille) forme que prennent certains insectes, à l’issue de leur
développement larvaire. (3)
Nymphose : n. f. période de vie ralentie, propre aux insectes supérieurs et pendant laquelle la
larve se transforme en un adulte très différent. (3)
Ocelle : n. m. (lat. ocellus : petit œil) œil simple de nombreux arthropodes. (3)
Oothèque : oo- : élément de nom, du grec ôon « œufs »
-thèque : élément de nom, du grec thêkê, « loge, boîte, armoire »
Ovigère : portant l’œuf (s) Capsule ovigère : sorte de poche contenant des œufs
Site internet : http : // le-village.ifrance.com/hibourg/dictionnaire/naturaliste/glossaire.htlm
Pédipalpe : n. m. Zool. appendice pair propre aux arachnides, situé en arrière des chélicères et
développé en pince chez les scorpions. (3)
Phlébotome : n.m insecte diptère des régions méditerranéennes et tropicales qui peut
transmettre la leishmaniose
Plasmodies : (plasmodium) Hématozoaires du paludisme. (6)
Pronotum : n. m. partie supérieure du prothorax des insectes (première partie du thorax). (5)
Ptérygote : n. m. insectes pourvus d’ailes ou provenant d’un ancêtre ailé. On les divise en deux
séries selon qu’ils subissent ou non des métamorphoses. (4)
Puparium : n. m. chez les diptères la dernière enveloppe larvaire, dure, à l’intérieur de laquelle
se trouve la nymphe. (5)
Pupe : n. f. (lat pupa poupée) nymphe des insectes diptères enfermée dans la dernière peau
larvaire. (3)
Putride :adj (lat putridus) en état de putréfaction, qui présente les phénomènes de la
putréfaction. (3)
Récurrent : adj (lat recurrere = revenir) fièvres récurrentes : dont les accès reviennent par
intermittence, alternant avec des périodes sans fièvre. (2)
Rémanence : n.f (lat remanere = rester, séjourner) propriété d’un insecticide dont l’action se
fait encore sentir dans le temps longtemps après son application.
Répellent : s. m. (lat : repellere, repousser) préparation spéciale dont les sujets exposés à la
piqûre des moustiques s’enduisent le corps et dont l’odeur repousse les insectes. (1)
Rhabdomyolyse : n ; f. (grec rhabdos baguette , mus muscle et lusis dissolution) rupture par
écrasement ou intoxication des cellules musculaires striées avec libération dans le sang
d’enzymes, d’électrolytes et de myoglobine. (1)
Rickettsie : n. f. petit élément granuleux ou bacilliforme mesurant un micron environ et
présentant presque tous les caractères des bactéries ; ce sont les agents pathogènes d’un certain
nombre de maladies. (2)
Rostre : n. m. (lat rostrum bec éperon) ensemble des pièces buccales saillantes et piqueuses de
certains insectes (punaise, puceron) ; prolongement antérieur de la carapace de certains
crustacés (crevette). (3)
119
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Simulie : n. f. moustique piqueur dont les larves vivent dans les eaux courantes fixées à des
supports variés et dont les adultes peuvent, dans les pays tropicaux, transmettre certaines
maladies graves, notamment parasitaires.
Spermathèque : n. f. (grec, sperma = semence, graine, thêké = loge, boîte, armoire)
Spirochètes : n. m. (lat, spira,spirale et grec, khaitê, longue chevelure) bactérie en forme de
long filament spiralé (trois genres de spirochètes sont pathogènes : Borrelia, leptospira et
Treponema).
Synapse : n. m. région de contact entre deux neurones, entre un neurone et une cellule
effectrice (musculaire par exemple), ou entre un neurone et une cellule sensorielle. (1)
Tégument : n. m. (lat tegumentum, de tegere, couvrir) ensemble des tissus qui couvre le corps
des animaux. (3)
Telmophage : se dit d’un arthropode qui crée un hématome pour sucer le sang. Le mot exact
devrait être telmatophage de telma, telmatos le marécage en grec
Vicariant : adj. (lat. vicarius : remplaçant , suppléant) se dit en parasitologie d’un vecteur qui
peut transmettre telle ou telle maladie mais qui normalement ne la transmet pas. Plus
généralement, se dit d’une fonction, d’un organe remplaçant une autre fonction ou un autre
organe déficiant. (Dictionnaire des médicaments vétérinaires. Meissonnière Devisme P. JoinLambert 1997)
Zoonose : n. f. (grec zôon animal, nosos maladie) maladie infectieuse ou parasitaire qui se
transmet naturellement des animaux vertébrés à l'homme et réciproquement. (3)
120
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
Bibliographie
1/ Les Sarcoptes : chapitre III.1
• ANCELLE T, MORICE J, TOURTE SCHAEFER C. Investigation d’une épidémie de gale
dans un centre de long et moyen séjour pour personne âgée de la région parisienne, 1995-1996.
BEH 1997;6:23-5.
• AP-HP. Hygiène hospitalière, fiches techniques. Prévention de la transmission de la gale en
milieu hospitalier 1997; III:11.
• COMBEAU A, BONNETBLANC JM. Qu’est-ce que la gale norvégienne. RevPrat;9(315):
25-7.
• DOBY JM. Des compagnons de toujours...(Puce, pou, morpion, punaise... et autres parasites
de notre peau, dans l'Histoire, l'Art, la chanson, le langage, les traditions populaires...). Ed
L’Hermitage, Paris, 1999.
• GALLAIS V, BOURGAULT-VILLADA I, CHOSIDOW O. Poux et gale : nouveautés
cliniques et thérapeutiques. La Presse Médicale 1997;26(35):1682-6.
• HEID E, MALLEVILLE J. Ectoparasitoses cutanées : gale sarcoptique. Epidémiologie,
diagnostic, traitement. Rev Prat 1994;44:2245-48.
• IANNARILLI G, TISSOT-GUERRAZ F. Enquête épidémiologique à propos de trente cas de
gale dans un centre spécialisé. Techniques Hospitalières 1997;621:39-45.
• LINN HOLNESS D, DeKIVEN JG, NETHERCOTT JR. Scabies in chronic health care
institutions. Arch Dermatol 1992;128:1266-70.
• MARVY M. Blattes, poux, puces et gales : description, moyens de protection de destruction
mise en œuvre à l’hôpital (à l’exception des traitements humains). Le Pharmacien Hospitalier
1989;97:21-9.
• PEREZ-EID C, GILOT B. Les tiques : cycles, habitats, hôtes, rôle pathogène, lutte. Med Mal
Infect 1998;28(special):335-43.
• QUESNEL C, BOURDEL-MARCHAND I, FOSSOUX H, PARNEIX P. Du mythe à la
réalité the mite : sarcoptes scabiei. Techniques Hospitalières 1994;585:73-5.
• QUESNEL C, PARNEIX P. Conduite à tenir en cas de gale. Hygiènes 1997;V(5):297-300.
• REVUZ J. La gale dans les maisons de retraite. Le Concours médical 1994;116:2325-9.
• SARGENT SJ. Ectoparasites. In : Mayhall CG, editor. Hospital Epidemiology and Infection
Control. Baltimore : Williams & Wilkins ; 1996. p 465-71.
• SIBOULET A, COULAUD JP et al. Maladies sexuellement transmissibles. 2ème édition. Ed
Masson, Paris, 1991.
• STAGIAIRES ET ENSEIGNANTS DU 13E COURS IDEA. La gale dans les établissements
pour personnes âgée en France en 1996. BEH 1997;7:27-9.
• VERON M, LE MINOR L. Bactériologie médicale. 2ème édition. Ed Flammarion MédecineSciences, Paris, 1990.
• YASSIEN NA, GHORABA HM, DOGHAIM NN, AFIFY EM. Immunohistopathological
status of the skin in cases infested with three species of mites. J Egypt Soc Parasitol
1996;26:567-73.
2/ Les Poux : chapitre III.2
• BAUDET C. Les poux (trop) fidèles. L’Impatient 1989;144:9-10.
• CHOSIDOW O, CHASTANG C, BRUE C et al. Clinical and parasitological assessment of
malathion and d-phenothrin lotions for treatment of pediculosis capitis in schoolchildren.
Lancet 1994;344:1724-8.
121
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
• COMBESCOT C, COMBESCOT-LANG C, de NADON J, REMY-KRISTENSEN A,
RICHARD-LENOBLE D. Tests d’évaluation de l’efficacité des pédiculicides : intérêt et
limites. Bull Acad Natle Méd 1996;180(6):1315-24.
• DOBY JM. Des compagnons de toujours...(Puce, pou, morpion, punaise... et autres parasites
de notre peau, dans l'Histoire, l'Art, la chanson, le langage, les traditions populaires...). Ed
L’Hermitage, Paris, 1999.
• IZRI A. Gale et pédiculose en milieu hospitalier. Réunion du 29 septembre 1998, CCLIN
Paris-Nord.
• MARVY M. Blattes, poux, puces et gales : description, moyens de protection de destruction
mise en œuvre à l’hôpital (à l’exception des traitements humains). Le Pharmacien Hospitalier
1989;97:21-9.
• MEINKING TL, TAPLIN D, KALTER DC, EBERLE MW. Comparative efficacy of
treatments for pediculosis capitis infestations. Arch Derm 1988;122:267-71.
• RICHARD-LENOBLE D. Pédiculose à Pediculus capitis. Le pou nouveau est-il arrivé ? Rev
Prat(Paris) 1993;43:2.
• ROBERT P, NGUYEN VX. Résistance des poux aux insecticides : un sérieux problème de
santé publique. Can J Public Health 1995;86:30-1.
• SARGENT SJ. Ectoparasites. In : Mayhall CG, editor. Hospital Epidemiology and Infection
Control. Baltimore : Williams & Wilkins ; 1996. p 465-71.
• Traitement de la pédiculose du cuir chevelu. Soins 1991;547:III-IV.
3/ Les Puces : chapitre III.3
• MARVY M. Blattes, poux, puces et gales : description, moyens de protection t de destruction
mise en œuvre à l’hôpital (à l’exception des traitements humains). Le Pharmacien Hospitalier
1989;97:21-9.
• RODHAIN F, PEREZ C. Précis d’entomologie médicale et vétérinaire : notions
d’épidémiologie des maladies à vecteurs. Ed Maloine, Paris, 1985, p 279-304.
4/ Les Moustiques : chapitre III.4
• BERGE JB, PASTEUR N. Les insectes face aux insecticides. Biofutur 1996:13-8.
• DIERL W,.RING W. Guide des Insectes. Description, habitat, mœurs Ed. Delachaux et
Niestlé, Paris, 1992.
• DOBY JM. Des compagnons de toujours...(Puce, pou, morpion, punaise... et autres parasites
de notre peau, dans l'Histoire, l'Art, la chanson, le langage, les traditions populaires...). Ed
L’Hermitage, Paris, 1999.
• KARCH S., MOUCHET J. Le recyclage des eaux usées et les moustiques. Cahiers Santé
1995;5:89-94.
• RAGEAU J, MOUCHET J, ABONNENC E. Répartition géographique des moustiques
(Diptera : Culicidae) en France. Cah O.R.S.T.O.M., Sér Ent. Méd Parasitol 1970;8(3):289-303.
• VAZEILLE-FALCOZ M, ADHAMI J, MOUSSON L, RODHAIN F, 1999. Aedes albopictus
from Albania : a potential vector of dengue viruses. J. Am. Mosq. Control Assoc., 15 : 475-78.
122
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
5/ Les Tiques : chapitre III.5
• BAYER - Manuel antiparasitaire
• GILOT B, PEREZ-EID C. Bio-écologie des tiques induisant les pathologies les plus
importantes en France. Med Mal Infect 1998;28(n° spécial):325-34.
• DOBY JM, CHASTEL C. Pathologies humaines liées aux tiques (I). Viroses et rickettsioses.
Rev Prat-Médecine générale 1995;9(303):23-8.
• DOBY JM, CHASTEL C. Pathologies humaines liées aux tiques (II). Maladie de Lyme,
tularémie et piroplasmoses. Rev Prat-Médecine générale 1995;9(304):25-31.
• DUCHEMIN JP. Maladie de Lyme : à Rambouillet, l’épidémiologie citoyenne. Le quotidien
du médecin 1999;6458:58.
• PEREZ-EID C, GILOT B. Les tiques : cycles, habitats, hôtes, rôle pathogène, lutte. Med Mal
Infec 1998;28(n°spécial):335-43.
• PETER O, BROSSARD M. Lutte contre les tiques. Med Mal Infect 1998;28(n°spécial):3836.
• REY JL. Moyens actuels de protection contre les maladies transmises par les tiques.
Protection contre les morsures de tiques. Med Mal Infect 1998;28(n°spécial):393-5.
• TISSOT DUPONT H. Epidémiologie des maladies transmises par les tiques. Med Mal Infect
1998;28(n°spécial):344-8.
6/ Dermanyssus gallinae : chapitre III.6
• ASH LS, OLIVIER JH Jr. Susceptibility of Ornithodoros parkeri (Cooley) (Acari :
Argasidae) and Dermanyssus gallinae (DeGeer) (Acari : Dermanyssidae) to ivermectin. J Med
Entomol 1989;26:133-9.
• AUGER P, NATEL J, MEUNIER N, HARRISSON RJ, LOISELLE R, GYORKOS TW.
Skin acariasis caused by Dermanyssus gallinae (de Geer) : an in hospital outbreak. Can Med
Assac J 1979;120:700-3.
• BEUGNET F, CHAUVE C, GAUTHEY M, BEERT L. Resistance of the red poultry mite to
pyrethroids in France. Vet rec 1997;140:577-9.
• CHAMBERS CM, DOTSON EM, OLIVIER JH Jr. Ecdysteroid titers during postembryonic
development of Dermanyssus gallinae (Acari : Dermanyssidae). J Med Entomol 1996;33:11-4.
• DURDEN LA, TURELL MJ. Inefficient mechanical transmission of Langat (tick-borne
encephalitis virus complex) virus by blood-feeding mites (Acari) to laboratory mice. J Med
Entomol 1993;30:639-41.
• ENTREKIN DL, OLIVIER JH Jr, POUND JM. Effects of gamma radiation on development,
sterility, fecundity, and sex ratio of Dermanyssus gallinae (DeGeer) (Acari : Dermanyssidae). J
Parasitol 1987;73:549-54.
• FLETCHER MG, AXTELL RC. Susceptibilities of northern fowl mite, Ornithonyssus
sylviarum (Acarina : Macronyssidae), and chicken mite, Dermanyssus gallinae (Acarina :
Dermanyssidae), to selected acaricides. Exp Appl Acarol 1991;13:137-42.
• MAURER V, BAUMGARTNER J. A population model for Dermanyssus gallinae (Acari :
Dermanyssidae). Exp Appl Acarol 1994;18:409-22.
• MAURER V, BAUMGARTNER J. Temperature influence on life table statistics of the
chicken mite Dermanyssus gallinae(Acari : Dermanyssidae). Exp Appl Acarol 1992;15:27-40.
• MCGARRY JW, TREES AJ. Trap perches to assess the activity of pyrethrins against the
poultry red mite Dermanyssus gallinae in cage birds. Exp Appl Acarol 1991;12:1-7.
• NALTSAS S, HODGE SJ, GATAKY GJ Jr, OWEN LG. Eczematous dermatitis caused by
Dermanyssus americanus. Cutis 1980;25:429-31.
• REGAN AM, METERSKY ML, CRAVEN DE. Nosocomial dermatitis and pruritus caused
by pigeon mite infestation. Arch Intern Med 1987;147:2185-7.
123
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
• ROSSITER
A. Occupational otitis externa in chicken catchers. J Laryngol Otol
1997;111:366-7.
• SARGENT SJ. Ectoparasites. In : Mayhall CG, editor. Hospital Epidemiology and Infection
Control. Baltimore : Williams & Wilkins ; 1996. p 465-71.
• ZEMAN P. Systemic efficacy of ivermectin against Dermanyssus gallinae (DeGeer, 1778) in
fowls. Vet Parasitol 1987;23:141-6.
7/ Les Punaises : chapitre III.7
• BROOKING DG. Letter: Therapeutic agents for human skin infestations. JAMA
1975;231(12):1228.
• BUSVINE JR. John Hall Grundy lecture. Reflections on some human ectoparasites. J R Army
Med Corps 1984;130(2):126-33.
• DIERL W,.RING W. Guide des Insectes. Description, habitat, mœurs Ed Delachaux et
Niestlé, Paris, 1992.
• DOBY JM. Des compagnons de toujours...(Puce, pou, morpion, punaise... et autres parasites
de notre peau, dans l'Histoire, l'Art, la chanson, le langage, les traditions populaires...). Ed
L’Hermitage, Paris, 1999.
• FLETCHER MG, AXTELL RC. Susceptibility of the bedbug, Cimex lectularius, to selected
insecticides and various treated surfaces. Med Vet Entomol 1993;7(1):69-72.
• FRAZIER CA. Allergic responses to biting and stinging insects. J Asthma Res 1972;10(1):335.
• GINGRICH JB, STEK M Jr, ARMSTRONG JC. Current concepts in the diagnosis,
treatment, and prevention of human ectoparasites. Mil Med 1984;149(2): 63-5.
• HONIG PJ. Arthropod bites, stings, and infestations: their prevention and treatment. Pediatr
Dermatol 1986;3(3):189-97.
• HUNTLEY AC. Cimex lectularius. What is this insect and how does it affect man? Dermatol
Online J 1999;5(1):6.
• USINGER RL, BEAUCOURNU JC. On 2 species of Cimex (Insecta, Heteroptera), new in
French fauna, parasitic on bats. Ann Parasitol Hum Comp 1967;42(2):269-71.
8/ Les Blattes : chapitre IV.1
• AUROUZE CHIMIE. La lutte contre les nuisibles en milieu hospitalier. Guide pratique. 33p
• BAYER – Manuel antiparasitaire
• CHAMBRE SYNDICALE DES INDUSTRIES DE DESINFECTION,
DESINSECTISATION ET DERATISATION. Les fiches techniques désinsectisation :
traitement contre les blattes.
• Contrôle des blattes sur un site à problèmes. Nuisibles et Parasites Information 1998;4:18-19.
• COUTURIER L. Comment agir devant une allergie aux blattes.(d’après les communications
faites au Symposium international sur l’allergie aux blattes lors des journées parisiennes
d’allergie). Le Quotidien du Médecin 2000;6466:16.
• De BLAY F. Les allergies aux acariens, aux blattes et Argas reflexus. XXèmes Journées
Régionales d’Hygiène Hospitalière et de Prévention des Infections Nosocomiales, Strasbourg,
décembre 1997.
• DENIS P., MEUNIER O., BIENTZ M. Les blattes et l’hygiène hospitalière. HygièneS
1999;7(2):117-21.
124
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
• MARVY M. Blattes, poux, puces et gales : description, moyens de protection de destruction
mise en œuvre à l’hôpital (à l’exception des traitements humains). Le Pharmacien Hospitalier
1989;97:21-9.
• PESSON B, SIMON S. Des blattes et de quelques autres insectes synanthropes. XXèmes
Journées Régionales d’Hygiène Hospitalière et de Prévention des Infections Nosocomiales,
Strasbourg, décembre 1997.
• Pour lutter efficacement contre les nuisibles. Bâtiment Entretien 200:54-60
9/ Les Mouches : chapitre IV.2
• AUROUZE CHIMIE. La lutte contre les nuisibles en milieu hospitalier. Guide pratique. 33p
• DANIEL M, SRAMOVA H, ABSOLONOVA V. Arthropods in a hospital and their potential
significance in the epidemiology of hospital infections. Folia Parasitol (Praha)
1992;39(2):159-70.
• DANIEL M, SRAMOVA H, ZALANSKA E. Lucilia sericata (Diptera: Calliphoridae)
causing hospital-acquired myiasis of a traumatic wound. J Hosp Infect 1994;28(2):149-52.
• DIERL W,.RING W. Guide des Insectes. Description, habitat, mœurs Ed. Delachaux et
Niestlé, Paris, 1992.
• FOTEDAR R, BANERJEE U, SINGH S, SHRINIWAS, VERMA AK. The housefly (Musca
domestica) as a carrier of pathogenic microorganisms in a hospital environment. J Hosp Infect
1992;20:209-15.
• KREMER M. Les myiases, leur incidence à l’hôpital sous nos climats 273-6. XXèmes
Journées Régionales d’Hygiène Hospitalière et de Prévention des Infections Nosocomiales,
Strasbourg, décembre 1997.
• Le contrôle des insectes volants. Nuisibles et Parasites Informations 1998;4:29-30.
• MIELKE U. Nosocomial myiasis. J Hosp Infect 1997;37(1):1-5.
• SARGENT SJ. Ectoparasites. In : Mayhall CG, editor. Hospital Epidemiology and Infection
Control. Baltimore : Williams & Wilkins ; 1996. p 465-71.
10/ Les Fourmis : chapitre IV.3
• AUROUZE CHIMIE. La lutte contre les nuisibles en milieu hospitalier. Guide pratique.
• BAZIN JC. Des fourmis, des guêpes, des abeilles et des hommes. L’Officiel des
33p
Dermatologistes 1992;23:33-7.
• Guide de la Faune et de la Flore. Ed ARTAUD
• DIERL W, RING W. Guide des Insectes. Description, habitat, mœurs. Ed. Delachaux et
Niestlé, Paris, 1992.
•Manuel BAYER antiparasitaire
11/ Les Abeilles : chapitre IV.4
• BAZIN JC. Des fourmis, des guêpes, des abeilles et des hommes. L’Officiel des
Dermatologistes 1992;23:33-7.
• DIERL W, RING W. Guide des Insectes. Description, habitat, mœurs. Ed Delachaux et
Niestlé, Paris, 1992.
• LEPEKHIN VN, LEONOVA TA. [Antimicrobial properties of propolis]. Stomatologiia
(Mosk) 1970;49:16-9.
125
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
12/ Les rats et les souris : chapitre IV.5
• Association de coordination des techniques agricoles (ACTA), index phyto sanitaire 1999.
• AUROUZE CHIMIE. La lutte contre les nuisibles en milieu hospitalier. Guide pratique. 33p
• Bâtiment entretien, hygiène collective, pour lutter efficacement contre les nuisibles, n°200
54-59.
• BAYER. Manuel antiparasitaire
• EL KADY GA, SHOUKRY A, RAGHEB DA, EL SAID AM, HABIB KS, MORSY TA.
Mites (acari) infesting commensal rats in Suez Canal zone, Egypt. J Egypt Soc Parasitol
1995;25:417-25.
13/ Les insecticides : chapitre VII
• Association de coordination des techniques agricoles (ACTA). Index phytosanitaire 1999.
• AUBRY M. Amboiles services, les méthodes de lutte antiparasitaire en milieu hospitalier,
256-65.
• BAYER - Manuel antiparasitaire
• Nuisibles et Parasite Information 1998;4:26-32.
• Nuisibles et Parasite Information 1998;5:27-31.
• Dictionnaire des Médicaments vétérinaires et des produits voir p :40, référence bas de
tableau.
126
C.CLIN Paris-Nord - Mars 2001
LES CHERCHEUSES DE POUX
Quand le front de l’enfant, plein de rouges tourmentes,
Implore l’essaim blanc des rêves indistincts,
Il vient près de son lit deux grandes sœurs charmantes
Avec de frêles doigts aux ongles argentins.
Elles assoient l’enfant devant une croisée
Grande ouverte où l’air bleu baigne un fouillis de fleurs,
Et dans ses lourds cheveux où tombe la rosée
Promènent leurs doigts fins, terribles et charmeurs.
Il écoute chanter leurs haleines craintives
Qui fleurent de longs miels végétaux et rosés,
Et qu’interrompt parfois un sifflement, salive
Reprises sur la lèvre ou désirs de baisers.
Il entend leurs cils noirs battant sous les silences
Parfumés ; et leurs doigts électriques et doux
Font crépiter parmi ses grises indolences
Sous leurs ongles royaux la mort des petits poux.
Voilà que monte en lui le vin de la Paresse,
Soupir d’harmonica qui pourrait délirer ;
L’enfant se sent, selon la lenteur des caresses,
Sourdre et mourir sans cesse un désir de pleurer.
Arthur Rimbaud
127
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising