Les acteurs bas-normands se mobilisent pour l`emploi des

Les acteurs bas-normands se mobilisent pour l`emploi des
Revue d’actualité sur l’emploi, la formation et les métiers en Basse-Normandie
Dossier :
PRITH
Les acteurs bas-normands
se mobilisent pour l’emploi
des personnes en situation
de handicap
51
Juillet
2015
Sommaire
Point Virgule
N° 51
Juillet 2015
Directeur de la publication
Laurent Laouenan
Rédactrice en chef
Nathalie Riandière la Roche
Rédacteurs
Daniel Bardou,
Malyka Demeautis,
Sandra Dos santos,
Marie-José Lefèbvre,
Didier Legallois,
Céline Leroy,
Claire Pizy,
Hélène Rammant,
Nathalie Riandière la Roche.
Maquette/Illustrations/schémas
Nathalie Grember
Crédit photo
Sauf mentions spéciales,
Errefom, Fotolia
Impression
Filiale du groupe
LECAUX - IMPRIMERIE
ERREFOM
Unicité - Bâtiment A
10, rue Alfred Kastler
14000 Caen
Tél : 02 31 95 52 00
Fax : 02 31 95 54 30
E-Mail : doc@errefom.info
Site : www.errefom.info
ISSN :1253-5028
2
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
4
7
Formation
Qualité des actions de formations :
le projet de décret adopté par le
Cnefop
ORMe , une action qui optimise les
capacités d’apprentissage
8
13
Emploi
La Silver Normandie :
une filière et des secteurs innovants
Les groupements d’employeurs
Les chiffres de la création
d'entreprise en Basse-Normandie
en 2014
14
23
Dossier
Les acteurs bas-normands
se mobilisent pour l’emploi
des personnes en situation
de handicap
Edito
Illettrisme
24
25
Le projet régional de développement
des compétences de base
des apprentis
Quoi de neuf
à l’ERREFOM ?
26
29
Kiosque régional
30
31
Kiosque nouveautés
32
37
Doc mode d’emploi
38
39
L’insertion professionnelle des personnes
handicapées a toujours fait partie
intégrante du champ d’intervention de
la DIRECCTE de Basse-Normandie.
En effet et avec près de 10 000 demandeurs
d’emploi handicapés sur notre région soit
un poids de 8,9 %, cette population
rencontre plus de difficultés à trouver
du travail à cause d’autres facteurs
comme l’âge,la mobilité ou
le manque de formation.
Malgré tout, l’ensemble des acteurs
se mobilise et la mise en œuvre
du Plan Régional pour l’Insertion
des Travailleurs Handicapés (PRITH)
est le fruit de ce travail de partenariat mis
en œuvre sur tout le territoire.
Ce dossier spécial permettra de mieux
appréhender les différents enjeux
de l’emploi des personnes handicapées
et d’identifier le rôle prépondérant joué
par les structures opérationnelles
comme Cap Emploi ou le Sameth.
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
3
Formation...
Qualité des actions
de formations : le projet
de décret adopté par le Cnefop
Le projet
de décret qualité
de la formation
invite les organismes
de formation
à faire évoluer
leurs pratiques.
Le décret qualité relatif à la qualité des actions de formation professionnelle continue vise la mise en œuvre de l’article 8 de la loi du 5 mars 2014
consacré à la “qualité des actions de la formation professionnelle continue”.
Ce texte définit les critères permettant aux financeurs de s'assurer de la
qualité des actions de formation et prévoit l'établissement par le Cnefop
(Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles) d'une liste précisant les labels et certifications qui y sont
conformes. Il impose aux principaux financeurs d’actions de formation
(Opca, Régions, Pôle emploi, Agefiph, État) de s’assurer de la capacité des
prestataires à dispenser une formation de qualité sur la base de critères
définis par décret en Conseil d’État.
Les sept critères qualité à respecter
Une liste de 7 critères à respecter par les
prestataires est définie :
• la capacité du prestataire à identifier
des objectifs intelligibles et à adapter
son offre au public formé
• la capacité de mettre en place un suivi
pédagogique et d’évaluation différenciée
• la cohérence des moyens pédagogiques, techniques et d’encadrement
mobilisés par le prestataire avec l’objectif de qualification ou de certification
• l’accessibilité aux tiers des informations
transparentes sur les activités du prestataire
• la qualité des titres, diplômes et certificats de qualification professionnelle
des personnels en charge de la formation
• les modalités de formation continue
des personnels en charge de la réalisation des actions
• le recueil et la prise en compte des appréciations des bénéficiaires des formations
4
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
Une liste des certifications et labels
reconnus
Selon le projet de décret, le Cnefop
devra également établir une liste des certifications et des labels qui satisfont à ces
critères de qualité. Cette liste sera rendue
publique au plus tard le 1er juillet 2016.
Ainsi, les certifications ou labels dont les
exigences sont conformes aux critères
éligibles aux financements « sont inscrits
sur une liste constituée au plus tard le 31
décembre 2015 » par le bureau du Cnefop « selon des modalités qu’il détermine ». Cette liste, qui peut être
modifiée, est rendue publique par arrêté
du ministre chargé de la Formation professionnelle au plus tard le 1er juillet
2016.
Par ailleurs, les financeurs de la formation
devront "inscrire sur une liste de référence les prestataires de formation dont
ils se sont assurés de la capacité à mettre
en œuvre des actions de qualité, soit
dans le cadre de leurs procédures internes d’évaluation, soit par la reconnaissance d’une certification ou label".
À ce titre, ils apprécient les critères en
rapport avec le type d’action de formation et la fréquence d’intervention du
prestataire. Cette liste, éventuellement
modifiable, est rendue publique par
chacun des financeurs.
Il est exigé de l’ensemble de ces organismes de concourir au développement
de la professionnalisation de l’acte
d’achat conclu en matière de formation
professionnelle continue par les entreprises et les personnes, « en mettant à
disposition de celles-ci, ainsi que des
organismes de formation, des informations relatives aux outils, méthodologies
et indicateurs permettant de faciliter
l’appréciation de la qualité des formations dispensées ».
Des outils contractuels et réglementaires pour muscler le pouvoir de
contrôle des Opca
Le texte prévoit un renforcement de l’arsenal des Opca pour assurer leurs nouvelles missions.
Dans son écriture actuelle, le projet de
décret doterait les organismes paritaires
d’outils contractuels et réglementaires
pour muscler leurs actions face à des
prestataires de formation n’assurant pas
les conditions de qualité prévues. Un arsenal qui pourrait se traduire par un futur
article R6316-8 du Code du Travail décrivant les possibilités, pour les Opca, de
cesser la prise en charge d’une action de
formation, voire, dans le cas de subrogation, de stopper les paiements à un organisme dont la prestation révélerait des
anomalies par rapport au cahier des
charges initial. À quoi pourrait s’ajouter
la possibilité de visites sur sites plus fréquentes, de réouvertures de dossiers de
prises en charge ou de signalements des
indélicats aux sections régionales de
contrôle des Direccte.
Le projet de décret se trouve entre les
mains du Conseil d’État. Dernière étape
avant sa publication au Journal Officiel,
dont la date n’est, pour l’heure, pas encore avancée.
Témoignage de Mme Claire Grivot d’OPCALIA
La Loi « Formation et Démocratie sociale » du 5 mars 2014 responsabilise les Opca sur
la qualité des formations qu’ils financent : ils doivent « s’assurer de la capacité des prestataires de formation à dispenser une formation de qualité ». Les Opca interviennent
principalement sur 2 types de financements :
1. le financement d’actions de formation qualifiantes (certifications RNCP, CPNE,
CQP/CQPI, Inventaire de la CNCP…), via les contrats et périodes de professionnalisation,
et le CPF depuis le 1er janvier 2015
2. le financement d’actions d’adaptation au poste de travail ou de développement des
compétences, de courte durée et non certifiantes.
Si, dans le premier cas, l’obtention d’une certification peut représenter un gage de qualité, mesurable par exemple grâce au taux de réussite aux examens et/ou aux évaluations
finales, la mesure de la qualité d’une action de formation est beaucoup plus délicate
lorsque celle-ci n’est pas sanctionnée par un titre, un diplôme ou une certification professionnelle.
Aussi, les 7 critères du projet de « décret qualité » qui a été validé par le CREFOP constituent le cadre de référence des processus qui vont permettre de structurer plus encore
les partenariats OPCA / OF.
Opcalia a d’ores et déjà intégré la plupart des critères du « décret qualité » dans les
processus qu’il met en œuvre, notamment pour assurer la sélection des organismes de
formation pour l’élaboration des programmes d’actions collectives de formation.
Destinés à répondre aux besoins en formation du plus grand nombre d’entreprises au
sein des principaux bassins d’emploi, ces programmes comptent principalement des actions d’adaptation au poste de travail et de développement des compétences, non certifiantes pour la plupart. Ces programmes sont élaborés sur appels à propositions auprès
des organismes de formation régionaux, et mis à jour chaque année en fonction des
besoins détectés auprès des entreprises. Enfin, ils rencontrent un succès grandissant,
qui devrait s’amplifier dans les années à venir, compte tenu de l’accélération des mutations auxquelles les entreprises sont confrontées.
En effet, l’achat de formation n’est pas une tâche aisée pour une TPE/PME. Aussi, et avec
les programmes d’actions de formation collectives, l’objectif premier pour Opcalia était
de structurer l’offre de formation régionale pour développer l’accès à la formation des
salariés. Aujourd’hui, et dans l’esprit de la Loi du 5 Mars 2014, le « référencement » qui
est ainsi réalisé doit aller au-delà et contribuer à assurer une meilleure adéquation de la
formation aux besoins des salariés et des entreprises, en offrant des garanties de bonne
fin, au meilleur coût.
C’est également dans le cadre de l’application du « décret qualité » qu’Opcalia a entrepris de renforcer l’accompagnement qu’il assure aux organismes de formation
• information sur les enjeux de la réforme (réunions spécifiques pour les organismes de formation, news letters, mise à disposition d’outils et de supports, …)
• sensibilisation sur la qualité et les différentes normes accessibles aux organismes
de formation, en partenariat avec les organismes certificateurs (OPQF, AFNOR…)
• accompagnement des organismes de formation dans leurs propres démarches
de professionnalisation (financement de parcours de formation, …)
• incitation des organismes de formation à s’inscrire dans des démarches qualité
(financement de parcours de formations…)
• aide au choix d’une certification qualité (diagnostic visant à identifier et consolider le projet de développement de chaque organisme de formation…).
Du côté des entreprises, et au-delà du développement d’une ingénierie spécifique pour
assurer leur accompagnement sur la prise en compte des « critères qualité », Opcalia
va mettre l’accent sur le recueil et l’analyse des besoins, ainsi que sur l’évaluation.
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
5
Formation...
ORMe, une action qui optimise
les capacités d’apprentissage
Depuis 2013,
AFPA Transitions propose,
en Basse-Normandie,
une formation destinée
à développer, entre autres,
les capacités
d’apprentissage : ORMe
(« Optimiser ses Ressources
Mentales ») s’appuie
sur des méthodes
de mémorisation et
d’entrainement mental.
Elle s’adresse
à tous publics en
situation de changement.
Toute personne peut présenter, face à une situation de transition, de changement professionnel et/ou d’apprentissage, des craintes et des questionnements quant à sa capacité d’adaptation. Effectivement, changer de
poste, de mission, accéder à un emploi ou une formation (nouvelles
consignes, nouveaux savoirs, nouvel environnement), préparer un
concours, nécessite la mobilisation des mécanismes d’apprentissage et de
mémorisation.
L’action ORMe s’inscrit dans ce contexte. Elle met en œuvre une méthode
et des outils innovants et adaptables qui s’appuient sur les travaux menés
par les neurosciences concernant les effets de l’entraînement mental. Elle
vise à rendre les transitions plus faciles et efficaces. La méthode ORMe a
été mise en place depuis une dizaine d’années, par Pierre Bourges, Psychologue du travail à AFPA Transitions de Poitiers, et transmise à une cinquantaine de consultants AFPA Transitions sur la France entière dont 5
consultants en Normandie.
C’est une action accessible à tout public, quel que soit ses aptitudes et
son niveau d’étude.
Quelles finalités ?
De quoi s’agit-il ?
Cette formation d’une durée modulable
à partir d’un socle de 2 jours poursuit
plusieurs objectifs :
Au travers d’exercices ludiques et participatifs, les participants sont amenés à
mieux comprendre les mécanismes de
la mémoire, prendre conscience de leurs
ressources et de leurs capacités à se
concentrer et à gagner en performance.
• Interroger ses préjugés autour de ses
ressources personnelles
• Prendre conscience de ses capacités de progression et de changement
• Développer et objectiver ses capacités d’apprentissage
• Renforcer ses capacités de concentration
• Gérer ses émotions
• Reconsidérer l’image et la représentation de soi et reprendre confiance
• Optimiser ses ressources et mettre
en place une stratégie de réussite
Les exercices de mémorisation, d’entrainement mental : concentration et de gestion du stress permettent d’adopter une
posture favorisant la prise de recul afin
de gagner en efficacité. La capacité de
concentration conditionne en effet la
réussite de nombreux apprentissages et
intervient plus largement dans la capacité de la personne à gérer des situations
qui peuvent lui sembler difficiles (entretien, examen, conflit, métiers à risques).
Concernant la mémoire, il existe des procédés très puissants, mnémotechniques,
qui permettent notamment d’apprendre
des cours et d’en mémoriser le contenu
6
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
sur le long terme. « La journée à rebours » est par exemple un exercice de
« musculation » de la mémoire et de la
concentration. Il s’agit simplement, sur
un temps court de 2 ou 3 minutes, de se
repasser dans la tête sa journée à l’envers. Une pratique régulière montre des
résultats très efficaces sur la précision
des souvenirs, tels des images qui gagnent progressivement en qualité. Ce travail sur les connexions inter-neuronales
améliore la qualité des « autoroutes »
d’accès à l’information dans notre cerveau.
à certains stagiaires en pré-qualification
afin de leur permettre d’appréhender
l’entrée en formation qualifiante plus sereinement. AFPA Transitions, dans le
cadre d’appels à projets du PLIE de
Caen, intervient également auprès d’un
public qui présente des difficultés
d’adaptation liées à son histoire de vie
ainsi qu’à son vécu scolaire. La méthode
fait particulièrement ses preuves auprès
de personnes chez qui on repère une
mésestime de soi, de ses capacités à apprendre, pouvant aller jusqu’à un rejet
de toute situation d’apprentissage.
Les exercices proposés sont autant d’outils concrets que les participants s’approprient pour une utilisation possible
au quotidien.
Cette action a également été menée auprès des salariés du Fongecif Haute et
Basse-Normandie dans le cadre d’une
première étape s’inscrivant dans une dynamique de changement. Dans le cadre
du marché Direccte, cette action a aussi
été intégrée à une prestation à destination d’un public sénior cadre en recherche d’emploi sur les bassins de Vire,
Bayeux, Lisieux et Honfleur.
Dans le cadre de l’expérimentation « Dynamique Alternance » qui s’adresse aux
Applications bas-normandes…
Les champs d’application sont multiples
et cette formation ORMe peut être mobilisée auprès d’un public très diversifié.
En Basse-Normandie, elle est proposée
jeunes visant un projet en alternance et
portée par la Mission locale de Caen la
mer, 2 jours d’ORMe ont également été
proposés.
AFPA Transitions mène par ailleurs des
actions ORMe sur le plan national, notamment avec la Banque postale, la
SNCF, l’AFDAS, Michelin, Parc Astérix,
Mer de Sable…
Les retours sont très satisfaisants quel
que soit le public.
Dans des situations très diverses, auprès
de publics de tous types, ORMe amène
les participants à se rassurer sur leurs
possibilités d’apprendre et donc d’intégrer de nouvelles informations dans le
cadre d’actions de formation ou de situations nouvelles de travail. Elle agit
ainsi sur l’appétence et la motivation à
apprendre, à se former et plus largement
à affronter avec moins de stress ces situations nouvelles. Elle renforce ainsi l’estime de soi et la confiance en ses
ressources mobilisables. Elle peut contribuer également à sécuriser les parcours
professionnels des participants en situation de changement.
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
7
Emploi...
La Silver Normandie :
une filière et
des secteurs innovants
La Basse-Normandie,
première Silver région
inaugurée en France,
en janvier 2014,
figure parmi
les 7 régions françaises
les plus attractives
pour les seniors.
La région s’engage
dans le développement
de cette filière
porteuse d’emplois.
Officiellement lancée en avril 2013, la Silver économie touche tous les secteurs d’activité et souhaite apporter des solutions, des produits et des
services aux personnes âgées, aux aidants professionnels et familiaux. Les
acteurs socio-économiques de la Silver économie et les organismes de
formation se mobilisent pour le « bien vieillir made in Normandie ».
En France, on dénombre aujourd’hui 15 millions de personnes âgées de
60 ans et plus. Elles seront 20 millions en 2030. La Basse-Normandie se
place au 5ème rang des régions en nombre de personnes âgées de plus de
60 ans.
Quelle organisation pour la Silver économie en région ?
La Basse-Normandie a été labellisée première Silver région de France en janvier 2014.
La Région a mandaté la Miriade pour coordonner la mission et fédérer les acteurs.
Un comité régional de filière Silver Normandie s’est mis en place autour des différents
acteurs concernés.
La région
Basse-Normandie
Les 3
conseils
généraux
La Chambre
Régionale de
Commerce et
d'Industrie
3 pôles
ude compétitivité
Mov'eo, Valorial TES
La CCI
d'Alençon et le
réseau des 13
CCI locales de
Normandie
Le pôle
d'excellence rurale
NOVEA
La Miriade
L'Agence
régionale
de santé
NOVIMAGE
Les entreprises
8
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
La Chambre
régionale de
l'économie
sociale et
solidaire
ANEA
Orne
développement
Seine Maritime
Expansion
Techsap Ouest
Le comité régional a pour mission
d’adapter les actions du contrat de filière
national aux spécificités bas-normandes,
en fonction des besoins des populations, des orientations des collectivités
territoriales, des particularités du tissu
économique local. Son rôle est de donner les grands axes de développement
de la filière sur le territoire, de coordonner les actions des partenaires et de faire
émerger des projets. La Silver Normandie
est prioritairement axée sur le bien vieillir
chez soi des seniors actifs et fragiles.
Trois questions à :
Après l’installation du comité régional de
filière, six groupes de travail ont été
constitués autour des thématiques suivantes : la E-santé, l’habitat et la domotique, les services à la personne,
l’agroalimentaire et la nutrition, la mobilité et le tourisme.
La Silver économie est l’économie au
service des personnes âgées. L’enjeu est
crucial : il s’agit de permettre et d’encourager les innovations qui vont accompagner l’avancée en âge de notre société
et faire reculer la perte d’autonomie.
En complément de l’accompagnement
humain (aidants, proches, etc.), les équipements technologiques et la domotique peuvent renforcer l’autonomie des
personnes âgées à domicile, à travers la
centralisation de certains équipements
selon le profil des seniors (handicap,
perte d’autonomie…).
Les objectifs de ces groupes sont d’une
part de faire un état des lieux et de dégager les besoins et les difficultés et
d’autre part de favoriser l’émergence de
projets innovants.
Contact : Alexia LEMOINE - Directrice
adjointe et Elisa TOFONI - conseillère Innovation non technologique à la Miriade,
Mission régionale pour l’innovation et
l’action de développement économique, en charge de la coordination du
collectif Silver Normandie.
Focus sur la journée
Silver Normandie
Cette première journée aura lieu au
deuxième semestre 2015 à l’Auditorium
de la Miriade à Colombelles. La matinée
sera consacrée à des conférences et
des tables rondes en présence des autres Silver Régions. L’après-midi fera
place aux rendez-vous BtoB entre acteurs de la filière pour favoriser l’émergence de nouveaux projets et
partenariats. Cette journée sera l’occasion du lancement de l’appel à manifestation d’intérêt régional Silver économie.
Carole
EDON-LAMBALLE
responsable pédagogique CFA IRSAP
En quoi la Silver économie est-elle un
enjeu important pour la société ?
Quelle est la place de la formation
dans ce secteur en pleine émergence ?
Les professionnels du secteur des services à la personne, intervenants à domicile, responsables de structures, doivent
être sensibilisés et formés aux technologies favorables au maintien à domicile
pour apporter une aide nouvelle aux bénéficiaires de leurs services.
C’est dans cette optique que le CFA
IRSAP a mis en œuvre des modules de
formation centrés sur ces « gérontechnologies », au profit de jeunes en formation
par apprentissage (Mention complémentaire Aide à Domicile) ou autre alternance (Assistant de vie aux familles) ou
pour des salariés (intervenant à domicile
ou personnel encadrant) dans le cadre
des dispositifs de formation tout au long
de la vie.
Quels sont les objectifs des formations de l’IRSAP ?
Ces formations se déroulent au sein de
la Maison Domotique d’application Pédagogique située sur le site du CFA, à St
Paterne. Ces formations ont pour objectifs :
• d’identifier quelles sont les réponses apportées par les nouvelles
technologies aux besoins de la personne en perte d’autonomie
• d’appréhender les aménagements
possibles du domicile pour le maintien à domicile, en allant du plus simple au plus « high- tech ».
Il est important que les professionnels de
l’aide à domicile aient connaissance de
ce nouvel environnement « technologique » possible pour le Senior pour initier et accompagner, si besoin est, des
aménagements du logement lorsque
l’évolution de la situation de la personne
le requiert. Ces nouvelles technologies
permettent aussi de « repenser » le métier d’aide à domicile en y intégrant une
maitrise des outils domotiques ou de téléassistance pouvant être présents dans
le logement de la personne aidée. Ces
outils apportent sécurité, bien être,
confort, lien social à la personne âgée. Ils
sont aussi souvent la possibilité de meilleures conditions de travail pour l’intervenant : celui-ci peut se voir libéré de
certaines tâches par le recours à des
aides techniques et ainsi réorienter ce
temps vers d’autres activités, comme
celles dirigées vers la communication
avec la personne et/ou son bien-être.
Pour aller plus loin
http://silver-normandie.fr/
http://miriade-innovation.fr/
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
9
Emploi...
Les groupements d’employeurs
Qu’est qu’un groupement
d’employeurs ?
Un groupement
d’employeurs est
le plus souvent
une « association loi 1901 »
(il peut également
se constituer sous la forme
d’une société coopérative)
dont l’objet principal
consiste à recruter
des salariés pour
les mettre à disposition
de ses adhérents.
Depuis 2005, le GE peut
également aider ou
conseiller ses adhérents
en matière d’emploi et
de gestion des ressources
humaines.
Le Groupement d’Employeurs apporte une réponse aux employeurs qui
ne peuvent pas à eux seuls supporter la charge d’un emploi permanent :
soit parce qu’ils n’ont pas les moyens financiers ou la visibilité pour recruter un CDI temps complet, soit parce qu’ils n’ont pas la charge de travail
suffisante pour occuper un salarié à plein temps. Toute personne physique
ou morale qui entre dans le champ d’application d’une convention collective, quelle que soit son activité (libérale, commerciale, industrielle ou agricole) et son statut juridique, peut adhérer à un groupement d’employeurs.
Deux métiers ne peuvent cependant pas être mutualisés au sein d’un GE :
comptable et avocat.
Bref historique
Fonctionnement
1985 : Création des groupements d’employeurs dans le monde agricole
Souhait de légaliser des pratiques largement répandues dans le milieu agricole :
le partage de personnels et de matériels
entre exploitants voisins.
Volonté de permettre aux petites et
moyennes entreprises ne pouvant recruter du personnel à temps plein, de mutualiser leurs moyens afin de favoriser la
création d’emplois pérennes.
1993 : Ouverture et développement des
groupements d’employeurs dans tous
les autres secteurs d’activités : industrie,
services, commerce, artisanat, professions libérales, associations.
2005 : Ouverture du dispositif aux collectivités territoriales (sous conditions).
Le groupement d’employeurs emploie et
rémunère les salariés, assure la gestion
sociale des salariés (déclaration d’embauche, visite médicale, émission des
bulletins de salaire, document de prévention des risques…) et la gestion de
l’organisation du travail (plannings, fiche
de mission, …). Le GE peut également
accompagner ses adhérents en matière
de gestion des ressources humaines (formation professionnelle, recrutements ).
De son côté, « l’utilisateur » (qui peut
être une entreprise, une association, une
collectivité, une personne physique…)
adhère durablement au groupement,
règle sa cotisation annuelle, accepte la
clause de responsabilité solidaire et est
facturé par le groupement pour les mises
à disposition des salariés.
Le
groupement
d’employeurs
RECRUTE
la structure
utilisatrice
AD
HE
RE
10
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
le salarié
A DE
IS
M ION
T T
ES OSI
SP
I
D
Typologie
Aujourd’hui, il existe trois types de Groupements d’Employeurs :
• Les Groupements d’Employeurs
Agricoles et ruraux* englobent : les
GE agricoles traditionnels, les GE agricoles départementaux et le GE à vocation de service de remplacement
appelés aussi « les services de remplacement ».
• Les Groupements d’Employeurs
pour l’Insertion et la Qualification
(GEIQ) : Les GEIQ regroupent des entreprises qui pour résoudre leurs problèmes de recrutement, parient sur le
potentiel de personnes en difficultés
d’accès à l’emploi. Le GEIQ a pour
objet de former et de qualifier des
demandeurs d’emplois (jeunes sans
qualification, bénéficiaires de minima
sociaux, chômeurs de longue durée)
en les mettant à disposition des structures adhérentes, l’objectif étant que
ces demandeurs d’emplois soient
embauchés par une entreprise adhérente au terme de leur parcours.
• Les Groupements d’Employeurs «
classiques ».
Chacun de ces GE peut être composé
d’employeurs d’un même secteur d’activité (ce sont des GE monosectoriels),
ou d’employeurs de secteurs différents
(GE multisectoriels).
d’un million d’heures de travail et une
masse salariale de 5,3 millions d’euros.
• Deux GEIQ sont implantés sur le territoire bas-normand (140 en France en
2014) :
- Né en 2001 à Rouen, sous la dénomination du GEIQ Propreté Haut
Normand, le GEIQ Propreté Normandie porte ce nom depuis l’ouverture de son agence à Caen en
2010.
- Implanté depuis 2009 à Alençon,
le GEIQ BTP 61 regroupe 46 adhérents autour du bâtiment, des travaux publics et d’activités
connexes.
Sur l’ensemble de la Normandie (Haute
et Basse) ils existent ainsi 3 GEIQ avec six
antennes (soit 9 lieux d’implantation) : en
2013, ils représentaient 162 entreprises
adhérentes, plus de 200 salariés (ETP)
mis à disposition et 260.000 heures de
mises à disposition.**
• Deux groupements d’employeurs,
multisectoriels, sont identifiés dans le
champ économique (hors agriculture) :
- PROGRESSIS regroupe 70 entreprises sur trois départements (Calvados, Orne, Eure) et emploie 40
salariés dont 65% de CDI.
- Le GECO Manche (Groupement
d’employeurs coopératif) compte à
ce jour 33 salariés (20 ETP) et 62 entreprises adhérentes, issues de secteurs d’activité divers.
• D’autres secteurs sont également représentés notamment le champ du
sport, de l’animation et de l’éducation
populaire (avec moins de 10 groupements d’employeurs en région).
* Observatoire régional de l’ESS / CRESS
Basse-Normandie, d’après Insee SIRENE 2014
** « L’emploi salarié dans les groupements
d’employeurs agricoles en 2013 »,
Novembre 2014, MSA
Direction des Etudes, des Répertoires
et des Statistiques
*** Données année 2013
Fédération Française des GEIQ
Les groupements d’employeurs en
Basse-Normandie
Environ 150 groupements d’employeurs
sont recensés en région* dont 87% relèvent de l’agriculture.
• pour 2013, la MSA** recense 130
groupements d’employeurs agricoles
en Basse-Normandie (plus de 3.800
en France) représentant 22.100 salariés en équivalent temps plein, plus
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
11
Emploi...
Les chiffres de la création d'entreprise
en Basse-Normandie en 2014
Avec 550 794 nouvelles entreprises recensées de janvier à décembre
2014, la France connaît une hausse de 2 % du nombre de créations entre
2013 et 2014.
En Basse-Normandie, le nombre de créations d’entreprise est de 8 429
soit une progression de 2 % par rapport à 2013.
L'évolution du nombre de créations d’entreprise entre
2013 et 2014 en France et en Basse-Normandie
2013
Sur l’ensemble de l’année 2014, en France, 550 794 créations d’entreprise ont été recensées. Ce nombre est supérieur à celui observé en 2013 (+ 2,3 %). En
Basse-Normandie, le nombre de créations d’entreprise a
lui aussi augmenté à hauteur de 2 %. Les créations d’entreprise hors auto-entrepreneurs sont au nombre de 4 153 (+
1.90 %) et les auto-entreprises représentent 4 290 soit 2
unités de plus par rapport à 2013. Au niveau national, 283
444 auto-entreprises ont été recensées, soit 51 % des nouvelles entreprises de l’année (+ 3 % par rapport à 2013).
Les sociétés ont vu leur nombre augmenter de 4 %. En revanche, il baisse pour les autres formes d’entreprises individuelles (- 2,7 %)
Le nombre de créations d’entreprise en
Basse-Normandie,
mois par mois, pour
l’année 2014
En 2014, la Basse-Normandie a enregistré 8 429
créations d’entreprise soit
une moyenne de 702 entreprises créées par mois.
2014
n
lutio
o
v
E
,3 %
+2
538 185
n
lutio
o
v
E
8 262
8 429
%
+2
900
900
800
800
550 794
879
787
782
741
736
693
700
700
663
688
672
641
600
600
500
500
12
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
519
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
628
Septembre Octobre Novembre Décembre
600
Calvados
Manche
Orne
500
L’évolution du nombre
de créations d’entreprise par département
en 2014
400
Le nombre de nouvelles
entreprises créées, sur
l’année 2014, par département est le suivant :
300
200
- Calvados :
4 767 (+ 2,6 %)
100
- Manche :
2 235 (+ 1 %)
0
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre Novembre Décembre
- Orne :
1 427 (+ 1,6 %)
La création d’entreprise par secteur
d’activité en BasseNormandie en 2014
La création d’entreprise par statut en
Basse-Normandie en
2014
Auto-entreprises : 51%
Sociétés : 25%
Autres activités de services : 12%
Entreprises individuelles hors auto-entreprises : 24%
Commerce, hébergement
restauration : 29%
Activités spécialisées,
scientifiques et techniques et activités de service administratifs et de
soutien : 18%
Construction : 4%
Administartion publique,
enseignement, santé et
action sociale : 14%
Information, communication : 3%
En 2014, le taux d’immatriculations sous forme d’entreprise individuelle et sociétale est quasi identique à celui
de 2013. Le régime d’auto-entrepreneur reste choisi par
une majorité de créateurs et se stabilise après l’engouement des premières années (- 1 point en 2014).
Activités financières et
d’assurance : 3%
Quelques chiffres à retenir pour l’année 2014 au niveau national
Industrie : 6%
Activités immobilières : 2%
Transport et entreposage :
1%
- 29,2 % des auto-entrepreneurs ont un âge compris entre
30 et 39 ans ; cette proportion est de 30,3 % pour les autres
entrepreneurs individuels.
- La grande majorité des nouvelles entreprises n’emploient
pas de salarié à leur création : seules 5 % sont employeuses ; hors auto-entrepreneurs, elles sont 10 %
- 38 % des entreprises individuelles sont créées par des
femmes alors que, dix ans plus tôt, cette part atteignait seulement 33 %. En moyenne, celles-ci sont très légèrement
plus jeunes que les hommes. Pour la Basse-Normandie,
l’âge moyen est de 35,4 ans dans l’Orne, 38,4 ans dans le
Calvados et 40,8 ans dans la Manche.
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
13
Dossier
Les acteurs bas-normands se mobilisent
pour l’emploi des personnes en situation
de handicap
Le Plan régional d’insertion professionnelle des travailleurs handicapés
(PRITH) a pour objet d’améliorer l’accès à la formation et à l’emploi des
personnes handicapées. En Basse-Normandie, le plan d’action rassemble
de nombreux acteurs.
L’insertion professionnelle
des personnes handicapées
a toujours fait partie
intégrante du champ
d’intervention de
la Direccte de
Basse-Normandie.
En effet et avec près de
10 000 demandeurs
d’emploi handicapés
sur notre région soit
un poids de 8,9 %, cette
population rencontre plus
de difficultés à trouver
du travail à cause d’autres
facteurs comme l’âge,
la mobilité ou le manque
de formation.
Malgré tout, l’ensemble
des acteurs se mobilise et
la mise en œuvre du Plan
Régional pour l’Insertion
des Travailleurs Handicapés (PRITH) est le fruit de
ce travail de partenariat
mis en œuvre sur tout
le territoire.
Ce dossier spécial
permettra de mieux
appréhender les différents
enjeux de l’emploi
des personnes handicapées
et d’identifier le rôle
prépondérant joué par les
structures opérationnelles
comme Cap Emploi ou le
Sameth.
Situation de la demande d’emploi des personnes handicapées
en Basse-Normandie
Plus de 10 000 demandeurs d’emploi bénéficiaires de l’obligation d’emploi
(DEBOE) sont inscrits dans la région soit une progression de 8,9% en un an (évolution variant de +6,1% dans l’Orne à +10,8% dans la Manche). Les DEBOE présentent des difficultés d’insertion dans l’emploi avec une forte proportion de 50
ans et plus (44% contre 22% pour le tout public) et de chômeurs de longue
durée (56% contre 42% pour tout public).
Une population
majoritairement masculine
Femme
Bac et +
18%
42%
58%
82%
14
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
Inférieur au
Bac
Homme
Plutôt âgée
Et une ancienneté importante
dans la recherche d’emploi
50 ans et +
longue
durée (> ou
= à 1 an)
56%
44%
44%
56%
- de 50 ans
Jean François DuTERTRE
Dirrecte Basse-Normandie
Avec un faible niveau de formation
Inférieure
à 1 an
2/10
Aci, centres de formation, Alfah, syndicats de salariés, syndicats patronaux...
Zoom sur la "loi handicap" de 2005
La loi du 10 juillet 1987 est complétée par celle du 11 février 2005, portant sur "l’égalité des droits et des
chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées". Cette "loi handicap" instaure
notamment un principe de "compensation" qui permet aux travailleurs handicapés d’être sur un pied
d’égalité sur le marché du travail, de
même qu’une fois en poste. La compensation passe aussi bien par des
adaptations techniques du poste
(amélioration des accès, changements de machine ou d’outillage...),
que par la formation, l’accompagnement ou encore l’aménagement des
horaires. La loi renforce également
l’obligation d’emploi pour les entreprises de plus de 20 salariés et augmente le montant de la contribution
annuelle à l’Agefiph en cas de nonrespect du quota de 6% de travailleurs handicapés. Elle crée les MDPH,
Maison Départementales des Personnes Handicapées. Elle étend au
secteur public le principe de contribution et créé le Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées
dans la Fonction Publique (FIPHFP).
Le Plan Régional pour l'Insertion
des Travailleurs Handicapés en
Basse Normandie - PRITH
Conclu pour la période 2013 – 2018,
le PRITH de Basse-Normandie, piloté
par la Direccte et ses partenaires
(Conseil Régional, Agephip, Pôle Emploi, Fiphfp, Ars) rassemble également
les différents acteurs intervenant sur le
champ de l’emploi et de la formation :
Cap Emploi, Sameth, service de médecine du travail, service de santé au travail, Mdph, associations intermédiaires,
Le PRITH a pour objectif de compléter
l'existant pour les services apportés
aux personnes en situation de handicap (PH) au niveau régional essentiellement sur les axes suivants :
• Accès et maintien dans l’emploi
• Accès à la formation
• Publics les plus éloignés de l’emploi
• Communiquer et informer le réseau.
Afin d'atteindre cet objectif, des
groupes de travail ont été constitués
par axes et sont animés par des chefs
de file de la Direccte, du Conseil Régional et de l’Agefiph. Ils réunissent
des professionnels de l'insertion professionnelle, des services de santé au
travail et de la formation qui interviennent à des degrés différents dans le
champ du handicap pour confronter
leurs expériences dans les territoires,
échanger sur les actions qu'ils mènent
et proposer par exemple un élargissement des ces actions à l'ensemble des
territoires lorsqu'elles s'avèrent fructueuses.
70 professionnels de l'insertion professionnelle, des services de santé au travail, de la formation interviennent dans
les groupes de travail. Le principe de
ces groupes qui se réunissent 5 à 6 fois
dans l'année, est d'échanger sur les
pratiques des professionnels dans les
territoires, de transposer et d'adapter
des pratiques à d'autres territoires.
Nous pouvons ainsi évoquer à titre
d’exemple, la sensibilisation au Handicap des médecins généralistes par le
Sameth 50, la Carsat et les services de
santé au travail dans la Manche en
2013/2014, qui va maintenant être réalisé par le Sameth 61 et la Carsat dans
le département de l'Orne en lien avec
l'Urml de Basse-Normandie.
La dimension collective et multi-partenariale au sein de ces groupes de travail est importante, car elle permet à
chaque acteur d'évoquer les actions
concrètes mises en place mais également d'évoquer les difficultés parfois
rencontrées car l'approche du handicap est différente en fonction de son
champ d'intervention et de la culture
de son organisation. Le fait d'être dans
des groupes de travail multi-partenariaux permet de comprendre l’environnement des différents acteurs et de
trouver des réponses en échangeant
davantage entre organisations pour
trouver des modalités pratiques apportant un meilleur service aux PH.
Par exemple, la mise en place du PRITH
permet aussi de rapprocher des organisations qui œuvrent à la sensibilisation des employeurs pour faciliter
l'embauche des PH. Depuis début
2015, une action concertée entre les
Cap Emploi, Pole Emploi, Alther, le
Fiphfp au sein de chaque département
a pour but d’organiser au plus près des
employeurs, une sensibilisation et de
leur proposer des solutions adaptées
par rapport au recrutement d'une PH.
L’objectif du PRITH est bien de proposer des réponses concrètes et concertées au niveau régional en terme de
formation, d’insertion professionnelle
ou de maintien dans l’emploi destinées aux PH.
Le Crefop (Comité Régional de l’Emploi, de la Formation et de l’Orientation
Professionnelles) présidé par la Direccte assure la gouvernance du PRITH
bas-normand. Un bilan annuel rendant
compte des activités est produit
chaque année.
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
15
Dossier
Les 4 axes du PRITH et les actions :
Axe 1 - Accès et maintien dans
l’emploi
Une prospection partagée
Cap Emploi et Pôle Emploi travaillent en
étroit partenariat régi par une convention territoriale.
Cette co-traitance concerne l’accueil
des DEBOE (demandeurs d’emploi bénéficiaires de l’obligation d’embauche)
mais pas seulement.
Cap Emploi et Pôle Emploi Calvados
conviennent aussi de mener des opérations en faveur de l’embauche des
DEBOE.
Pour ce faire, deux opérations seront
menées courant 2015.
Un premier plan de prospection vise les
structures publiques (Fonction publique d’Etat, fonction publique territoriale et fonction publique hospitalière).
Le Fiphfp et les centres de gestion s’associent pleinement au plan d’action : il
s’agit pour les 4 structures de contacter
les employeurs publics de plus de 300
agents ainsi que les 40 employeurs les
plus éloignés du quota des 6% de TH
au sein de leur effectif.
Une deuxième opération a trait aux employeurs privés. Sous l’égide de la Direccte, dans le cadre du Programme
Développement du Réseau Entreprises,
Cap Emploi, Alther (Partenaire Services
de l’Agefiph pour les entreprises), l’Agefiph et Pôle Emploi 14 se sont concertés
et ont sélectionné les employeurs loin
de leur cible en termes d’embauche de
BOE .
Les entreprises ont été réparties en
fonction des contacts établis par les différents partenaires jusqu’à ce jour. C’est
ainsi que les entreprises les plus lourdement contributrices à l’Agefiph vont
être visitées par l’un des opérateurs associés à ce plan d’action dans les prochaines semaines.
16
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
Action 1 : Renforcer l’animation régionale du maintien dans l’emploi et
de la prévention de la désinsertion
professionnelle
• Améliorer la lisibilité et la qualité
du site Bien au travail, Bien dans ma
vie
• Poursuivre l’information des médecins généralistes à propos du
handicap
• Développer la phase prévention
pour éviter l’inaptitude au poste
• Améliorer, faciliter l’utilisation du
CRPE* au niveau régional
Action 2 : Développer les réseaux
d’employeurs (clubs, réseaux de référents)
• Recenser l’offre de services des
EA et ESAT
• Promouvoir l’Article 15 du code
des marchés publics
• Promouvoir l’atteinte des 6% des
PH auprès des employeurs bas
normands
• Identifier les employeurs ayant
signé un accord national
Action 3 : Pacte territorial pour l’emploi et le maintien des travailleurs
handicapés dans les fonctions publiques
• Diagnostiquer et observer
• Accompagner les employeurs publics
• Maintenir dans l'emploi les agents
handicapés
• Communiquer et sensibiliser
Axe 2 – Accès à la formation
Action 1 : Développer l’accès à l’alternance des personnes en situation de
handicap
• Poursuivre l’expérimentation des
formations préparatoire opérationnelle à l’emploi pré alternance
• Expérimenter des actions visant à
prévenir les ruptures de contrat d’apprentissage
Action 2 : Développer les partenariats
s’appuyant sur les dispositifs de droit
commun
• Parcours réussite vers la qualification : mise en place d’une expérimentation dans le cadre d’un
accompagnement transversal permettant d’identifier et de palier à des
aléas pouvant parasiter la formation
des stagiaires
• Améliorer l’accessibilité matérielle
et pédagogique des PH en formation
• Travailler à la complémentarité de
l’offre de formation des dispositifs
de droits communs et l’offre spécifique du Crp de l’Adapt
(4/10)
Axe 3 – Publics les plus éloignés de
l’emploi
Action : Développer l’accès des personnes handicapées les plus éloignées
de l’emploi aux structures et dispositifs
de la politique de l’emploi
• Atteindre l’objectif des 10% des
PH en Atelier Chantier d’Insertion
(Aci)
• Accompagner les Aci à mettre en
place une RQTH pour les PH lorsque
cela s’avère nécessaire
• Identifier les employeurs pouvant
embaucher des PH dans le cadre
des Contrats de Génération
• Faciliter le recrutement des PH dans
le cadre des recrutements en CAE*
au sein de l’Education Nationale
• Améliorer la prise en charge financière des PH en CAE
• Proposer à une action à destination
des jeunes PH
Axe 4 – Communiquer et informer le
réseau
Action : Communiquer, informer le réseau des acteurs de l’insertion
• Informer à propos du Handicap en
s’appuyant sur les sites internet existants
• Communiquer sur les actions du
PRITH en direction des PH
ZOOM sur...
« Ouvrir l’emploi aux personnes handicapées »
L’Agefiph (Association de Gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées) est née
avec la loi du 10 juillet 1987 instaurant une obligation d’emploi des travailleurs handicapés. Depuis plus de 25 ans
l’Agefiph construit son action et favorise l’insertion professionnelle et le maintien dans l’emploi des personnes handicapées dans le secteur privé, au moyen des contributions des entreprises de plus de 20 salariés qui comptent
moins de 6 % de travailleurs handicapés dans leurs effectifs. L’Agefiph est un organisme dont le budget est approuvé
par le ministre chargé de l’emploi. Elle conclut une convention avec l’Etat renouvelée tous les trois ans. Elle assure
une mission de service public.
Complémentaire aux politiques et dispositifs de droit commun, dans le cadre de la politique et de la stratégie définies
par son Conseil d’administration, l’action de l’Agefiph comporte deux dimensions principales :
• La mise à disposition d’une offre d’intervention composée de services, de prestations, et d’aides destinées
aux employeurs et aux personnes handicapées avec pour objectif de soutenir leurs projets sur différents domaines
(conseil, accompagnement, formation, insertion, compensation du handicap, maintien dans l’emploi,…)
• Des conventions et accords de partenariat nationaux et régionaux avec les institutions en charge de l’emploi et
de la formation des demandeurs d’emploi et des salariés pour mobiliser les dispositifs de droit commun en
faveur des personnes handicapées et rechercher des articulations efficaces.
Depuis 2011, l’Agefiph exerce, par délégation et pour le compte de l’Etat, des compétences d’administration publiques :
• La gestion du dispositif de reconnaissance de la lourdeur du handicap (RLH).
• Le financement et la mise en œuvre des parcours de formation professionnelle qualifiante et certifiante des demandeurs d’emploi handicapés.
En 2013, l’Etat a également transféré à l’Agefiph les compétences en matière de gestion et de contrôle de la déclaration annuelle obligatoire d’emploi des travailleurs handicapés.
Plus d’infos sur www.agefiph.fr
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
17
Dossier
Questions à
Guillaume L’Huillier,
Délégué
Interrégional Fiphfp
Quelles sont les missions du Fiphfp ?
Le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique a été créé en vertu de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005, pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes
handicapées, et instauré par le décret du 3 mai 2006. Le Fiphfp endosse la
mission d’accompagner les employeurs des trois fonctions publiques dans le
recrutement, le maintien dans l’emploi et la formation des agents en situation
de handicap, sur l’ensemble du territoire national.
Comment est organisé le Fiphfp ?
Le Fiphfp est administré par un Comité national et est composé de 20 membres
issus des 3 Fonctions publiques, de représentants du personnel et de membres d’associations.
Son action se décline sur l’ensemble du territoire, via un comité local dans les
26 régions, présidé par le préfet, qui permet de déployer ses interventions au
plus près du terrain.
Et votre action en Basse-Normandie ?
Le taux d’emploi légal de travailleurs handicapés dans les 3 fonctions publiques
en région Basse-Normandie était de 5.56 % en 2014 :
• Fonction publique territoriale : 5.96%
• Fonction publique hospitalière : 5.31%
• Fonction publique d’Etat : 3.36%
Dès lors la redistribution du Fiphfp s’effectue sous 2 formes :
• Au cours de l’année 2014, 257 aides individuels par le biais de la plateforme ont été attribuées aux employeurs, pour un montant de 410
688 €
• Et les financements relatifs aux conventions employeurs se sont élevés
à 832 378 € en 2014. Ces conventions permettent ainsi à des employeurs publics de mettre en œuvre une véritable politique handicap
et emploi (aides liées au recrutement d’apprentis, bilans de compétences, aménagement des postes de travail…) sur trois ans.
Comment s’établit le partenariat avec les autres acteurs et notamment l’Agefiph ?
Sur la région Normandie, les relations avec l’Agefiph sont étroites et plus opérationnellement, nos financements communs des Cap emploi et des Sameth
notamment nous obligent à une véritable politique concertée aux bénéfices
des employeurs qu’ils soient privés ou publics mais également pour l’ensemble
des demandeurs d’emploi de notre région.
18
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
(6/10)
La formation
des personnes handicapées
En juin 2013, le Conseil d’administration a voté le Plan Alternance pour la
période 2013/2015.
La formation par alternance
Il a pour objectifs de :
• Développer la qualification des PH
• Favoriser leur parcours vers l’emploi
• Créer un réflexe durable en faveur
de l’alternance
En cohérence avec les objectifs définis
par l’État en matière de formation professionnelle, le Conseil d’administration de l’Agefiph a fait de la formation
en général et de l’alternance en particulier la priorité de la mandature actuelle.
Accompagné d'un plan de communication il vise une progression du vo-
lume de contrats en alternance primés
par l'Agefiph de + de 70% par rapport
à 2012, soit 6 700 contrats au 31 décembre 2015.
Malgré une conjoncture de l'emploi
dégradée et un fléchissement des
contrats en alternance tout public, les
résultats sur les deux types de contrats
primés en Basse-Normandie sont en
nette progression. L'alternance demeure donc une voie d'accès à la formation et à la qualification dynamique
et attractive.
LES AIDES DE L’AGEFIPH POUR L’APPRENTISSAGE
Type d’aide
Destinataire de l’aide
Employeur
Contrat
d’apprentissage
Personne handicapée
Durée du contrat
Montants forfaitaires
de 6 à 11 mois
12 mois
1 500 €
3 000 €
de 13 à 36 mois
de 4 500 à 9 000 €
de 6 à 11 mois
12 mois et plus
1 500 €*
3 000 €*
* Le montant est doublé si le salarié est âgé de 45 ans et plus
LES AIDES DE L’AGEFIPH POUR LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION
Type d’aide
Destinataire de l’aide
Employeur
Contrat
de professionnalisation
Personne handicapée
Durée du contrat
Montants forfaitaires
de 6 à 11 mois
12 mois
1 500 €
3 000 €
de 13 à 24 mois
CDI
de 4 500 à 6 000 €
7 500 €
de 6 à 11 mois
12 mois et plus
1 500 €*
3 000 €*
* Le montant est doublé si le salarié est âgé de 45 ans et plus
Les aides à la pérennisation
L’Agefiph accorde à l’entreprise qui recrute la personne handicapée, à l’issue de la période d’altenance, une aide dont le montant varie selon le type
de contrat :
• En CDI à temps plein : 4 000 €
• En CDI à temps partiel (minimum 16h hebdomadaires) : 2 000 €
• En CDD d’au moins 12 mois à temps plein : 2 000 €
• En CDD d’au moins 12 mois à temps partiel (minimum 16h hebdomadaires) : 1 000 €
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
19
Dossier
Les aides du Fiphfp pour l’Apprentissage dans la fonction publique
• Versement d’une indemnité représentant 80% du coût salarial annuel chargé
par année d’apprentissage
• Versement d’une aide financière destinée à la prise en charge (par un opérateur
externe)
des
frais
d’accompagnement des apprentis en situation de handicap
• Versement d’une prime à l’insertion de
1 600 € si, à l’issue du contrat d’apprentissage, l’employeur conclut avec
l’apprenti un contrat à durée indéterminée
• Versement à l’apprenti, via l’employeur public, d’un montant forfaitaire
(non soumis à cotisation) d’une aide à
la formation de 1 525 €, versée la 1ère
année d’apprentissage, à la confirmation de son embauche
• Remboursement à l’employeur public
des coûts liés à la compensation du
handicap dans le cadre des aides du
FIPHFP (aides techniques et humaines,
aides à la mobilité,…).
A.L.F.A.H.
Association Alfah,
une structure dédiée à la formation de personnes handicapées
Créée en 2001 sous l'impulsion de l'Etat, de l'Agefiph et de la Région, l'association ALternance Formation Apprentissage Handicap (Alfah) a pour objet de contribuer à l'insertion socioprofessionnelle des personnes handicapées par la qualification sur les
dispositifs de formation de droit commun.
L'association s'appuie sur deux activités principales :
- une animation/coordination pour la formation professionnelle des personnes handicapées en Basse-Normandie permettant de favoriser la promotion et l’égalité des chances
pour les personnes handicapées dans l’accès à la formation professionnelle et à l’apprentissage. Cette action est financée par l’Etat, la Région et l’Agefiph.
- un dispositif d'appui et de soutien à la qualification par l'alternance qui a pour objectif
d'apporter un accompagnement aux jeunes et adultes reconnus travailleurs handicapés
signataires d'un contrat d'apprentissage ou de professionnalisation afin de permettre la
compensation du handicap en appui aux organismes de formation de droit commun,
aux entreprises, ainsi qu'aux partenaires intervenant sur le champ du handicap.
Cet accompagnement est effectué par un chargé de suivi alternance de l’association Alfah
qui est la personne ressource entre les acteurs du contrat d’apprentissage ou de professionnalisation : le bénéficaire, l’entreprise, le CFA ou l’organisme de formation, …6
Chargés de suivi couvrent l’ensemble de la région permettant l’accompagnement de 164
bénéficiaires en contrat en alternance dans les CFA et entreprises de Basse-Normandie.
Cette action est financée par l’Etat, la Région, l’Agefiph et le Fiphfp.
Pour toutes informations complémentaires :
Association Alfah – 320, quartier du Val 14200 Hérouville Saint Clair.
Tél : 02.31.93.64.86 ou www.alfah.fr
20
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
Un engagement de la Région pour
les demandeurs d’emploi bénéficiaires de l’obligation d’emploi.
La formation de droit commun
Dans le cadre de sa compétence sur le
champ de la formation professionnelle
en faveur des demandeurs d’emploi,
renforcée par la loi du 5 mars 2014 relative à la Formation professionnelle, à
l’emploi et à la démocratie sociale, la
Région Basse-Normandie définit et met
en œuvre la politique régionale de formation professionnelle pour l’ensemble des publics privés d’emploi, dont
les bénéficiaires de l’obligation d’emploi (Personnes Handicapées).
La Région finance des actions de formation pour les demandeurs d’emploi
bas-normands souhaitant :
• Bénéficier d’un accompagnement individualisé pour réfléchir à leur orientation, découvrir des métiers et
construire un parcours d’accès à la
qualification
• Acquérir ou renforcer le socle de
connaissances et de compétences
professionnelles, notamment pour intégrer dans de bonnes conditions un
parcours de formation qualifiante
• Se qualifier et obtenir un titre professionnel, un diplôme ou une certification.
A travers ces dispositifs de droit commun, la Région accueille un peu plus
de 1 000 stagiaires handicapés par an.
Ils représentent 7,33 % de l’ensemble
des stagiaires entrés en formation. Une
part importante des demandeurs
d’emploi en situation de handicap intègre les dispositifs en amont de la
qualification (8,87 % sur le champ de
l’orientation et 7,66 % sur les dispositifs de remise à niveau) alors que la
part est de 5,55 % sur le qualifiant.
Depuis 2006, la Région Basse-Normandie a signé une convention de coopération avec l’Association de Gestion du
(8/10)
Fonds pour l’Insertion des Personnes
Handicapées (Agefiph) afin de faciliter
l’accès des demandeurs d’emploi en
situation de handicap à la formation
professionnelle.
L’enjeu de la Région sur le volet handicap est de :
• Favoriser l’élévation du niveau général de la formation
• Favoriser l’accès à la qualification via
les formations de droit commun
• Rendre l’offre de formation accessible.
Afin d’atteindre ces objectifs, la Région
a inscrit des obligations de service public dans ses cahiers des charges pour
une meilleure prise en compte des
problématiques liées au handicap par
les prestataires de formation. Cela se
traduit par l’adaptation des parcours
de formation tant en termes de rythme
de formation, de durée que d’organisation des validations.
Le volet accessibilité est également travaillé au sein d’un groupe dédié du
PRITH avec les partenaires du champ
de la formation. Les objectifs sont de
développer et d’adapter des activités
pédagogiques en fonction de la typologie du handicap ; structurer l’accessibilité, l’approche structurelle et
organisationnelle auprès des directions
des organismes de formation ; améliorer les connaissances des différentes
actions à destinations des personnes
handicapées, des outils de compensation et des actions de professionnalisation à destination des formateurs.
Pour accompagner les organismes de
formation dans cette démarche, la Région, l’Agefiph et l’Etat, proposent depuis plusieurs années, un programme
de professionnalisation. Il vise à former
les acteurs de l’emploi et de la formation sur les problématiques du handicap et sur les méthodologies
d’apprentissage, pour une meilleure
prise en compte des besoins des publics handicapés.
Des témoignages
de professionnels
Frédérik MARTIN,
Directeur de Cap
Emploi Calvados
Quelles sont les missions d’un Cap emploi ?
En Basse-Normandie, un Cap emploi par
département travaille avec les demandeurs d’emploi qui nous sont orientés,
principalement, par Pôle emploi sur la
base de critères en lien avec la nécessité
de compenser le handicap et, notamment, d’envisager une réorientation professionnelle. Notre prise en charge n’a de
sens que si le handicap est un frein principal à l’insertion professionnelle. Ce sont
donc près de 40 conseillers sur l’ensemble de la région qui accompagnent les
personnes handicapées à la recherche
d’un emploi dans le milieu ordinaire. Remobilisation des personnes, deuil d’un
ancien métier que l’on ne peut plus exercer, construction d’un projet professionnel, mise en place de formations,
techniques de recherche d’emploi, mise
en place des compensations du handicap
(aménagement de poste, des conditions
de travail, aides financières…), suivi de
l’intégration professionnelle, nous mettons en œuvre l’ensemble du panel de la
recherche d’emploi et ce en partenariat
avec l’ensemble des opérateurs : Conseil
Régional, organismes de formation, Pôle
emploi, Missions Locales…
Quels publics accueillez-vous ?
En 2014, en Basse-Normandie, les 3 Cap
emploi ont participé à l’embauche de 2
377 travailleurs handicapés. Le frein que
nous rencontrons est le manque de formation des demandeurs d’emploi accompagnés ainsi que leur durée d’ancienneté
au chômage. Dès lors, nous travaillons de
plus en plus sur des contrats en alternance (apprentissage ou professionnalisation) afin d’augmenter le niveau de
formation des personnes que nous accompagnons. Mais nous le voyons au
quotidien ces freins sont largement compensés par une motivation très importante pour retrouver un emploi et une
volonté à démontrer que, malgré un handicap, toute personne peut participer à
l’activité économique de la région.
Quelles sont vos relations avec les entreprises ?
Bien que le terme Cap emploi soit encore
très récent, notre travail depuis plus de
20 ans sur la région a porté ses fruits et
notre notoriété auprès des employeurs
qu’ils soient du secteur privé ou du secteur public est maintenant affirmée. Mais
notre travail avec les employeurs ne s’apparente pas à la simple diffusion de candidatures, il relève véritablement d’une
relation partenariale dans la durée : information, conseil, recrutement, suivi des intégrations, aides financières, mise en
place des aménagements de postes...
Séverine
CHARTRAIN,
Responsable
Sameth Manche
Et votre financement ?
Notre financement est assuré par l’Agefiph, le Fiphfp et Pôle emploi dans le
cadre de notre délégation de mission de
service public.
Que signifie SAMETH ?
Le Sameth (Service d'Appui au Maintien
dans l'Emploi des Travailleurs Handicapés)
est un des services que propose l'Agefiph
et le Fiphfp. Le Sameth est présent dans
chaque département bas-normand.
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
21
Dossier
Quelles sont les missions des Sameth ?
Accompagner, les employeurs et les salariés en situation de handicap dans la
recherche et la mise en œuvre de solutions adaptées permettant le maintien
dans l'emploi au sein de l’entreprise ou
du groupe et ce en complémentarité et
partenariat avec :
• Les services de santé au travail tout au
long du parcours
• La Maison Départementale des Personnes Handicapées (Mdph)
• Les assistants des services sociaux
• Les médecins conseils
Le Sameth mène des actions auprès des
employeurs :
• Informer des obligations légales et les
possibilités offertes
• Etre éclairé sur le processus du maintien dans l'emploi
• Aider à analyser une situation problématique
• Accompagner dans la définition et la
mise en œuvre de solutions actives
• Mobiliser les aides techniques, humaines et financières disponibles et
être appuyé dans les démarches administratives
Handicap et emploi,
des employeurs s’engagent…
Le 18 novembre 2014 a eu lieu à la Cci
de Caen la remise des prix de l’Exemplarité 2014 dans les fonctions publiques et les établissements Privés de
Basse-Normandie.
Cette manifestation co-organisée par
l’Agefiph et le Fiphfp a permis de mettre en valeur des employeurs qui ont
franchi le cap !
A titre d'exemple, 2 situations professionnelles parmi les lauréats :
A qui s'adresse ce service ?
• Aux employeurs du secteur privé
• Aux employeurs des trois fonctions
publiques (hospitalière, territoriale et
d'État)
• Aux salariés du public et du privé en
CDI ou CDD de plus de 6 mois
• Aux travailleurs indépendants en situation de handicap
Quand contacter le Sameth ?
Lorsqu'un salarié travaille à son poste
mais qu'il rencontre des difficultés liées
à une problématique de santé : la clé
du maintien c'est l'anticipation, ne pas
attendre l'arrêt de travail pour éviter
une rupture professionnelle.
22
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
Les lauréats dans la fonction publique :
• Catégorie maintien dans l’emploi
dans les établissements publics de
moins de 20 salariés :
Mairie de Saint-Ovin (50) : maintien
dans l’emploi d’un adjoint technique
territorial.
L’emploi des personnes handicapées
concerne également des employeurs
de petite taille.
La Mairie de Saint Ovin dans le sud
Manche, avec 6 agents, a accompagné
le retour dans l’emploi d’un adjoint
technique territorial qui a repris son
poste après un arrêt de près de deux
ans. Différentes aides ont ainsi pu être
mobilisées : étude ergonomique, mitemps thérapeutique, aménagement
du poste de travail grâce à l’appui du
Sameth 50, du Cdg 50 et des aides du
Fiphfp.
(10/10)
Les lauréats chez les employeurs privés :
• Catégorie Maintien dans l’emploi
dans les établissements privés de plus
de 20 salariés
ENTREPRISE PIERCAN ( Port en Bessin
14)
Société familiale d’une centaine de
collaborateurs, Piercan est le leader
mondial de la fabrication de gants de
protection en élastomères et de pièces
techniques dans les domaines du nucléaire, de la pharmacie, des matériaux
composites ou encore de l’aéronautique...).
En 2011 M. C. ouvrier trempeur est déclaré inapte à son poste suite à un accident de la vie. Après un arrêt de
travail de plus d’un an, de la mise en
place d’un Presij et d’une mobilisation
multi-partenariale (entreprise, médecin
du travail, Sameth, Cpam..), l’entreprise
décide d’anticiper la création d’un
poste afin de reclasser M. C. en qualité
de Chef d’équipe.
Pour préparer cette évolution professionnelle, une formation est organisée
dans le cadre d’un Cre (Contrat de ré-
éducation en Entreprise) avec un cofinancement Cpam, Agefos-pme, Fongecif, Agefiph.
Conclusion*
Le PRITH de Basse-Normandie est effectif et opérationnel depuis l’été
2013. Le plan d’action portant sur 4
axes prioritaires doit maintenant pleinement se déployer tout en intégrant
et en anticipant les conséquences à
venir liées au redécoupage régional.
La forte mobilisation de l’ensemble
des acteurs, sur le champ de l’insertion
et de la formation des bénéficiaires de
l’obligation d’emploi, constitue d’ores
et déjà un atout de taille pour préparer
cette prochaine étape essentielle.
Les priorités 2015, devront donc viser
à maintenir le niveau actuel d’implication de tous les acteurs, faire toute sa
place à leur capacité d’action et d’innovation tout en initiant des rapprochements efficients avec les acteurs de
Haute-Normandie.
Enfin, il s’agira de renforcer les outils et
moyens de communication, afin de
toujours mieux identifier « qui fait
quoi » dans sa spécificité et son expertise, mais surtout de valoriser les résultats que les actions décidées
collectivement ne manqueront pas de
produire.
* Guy Bierne,
Délégation régionale de l'Agefiph
Les premières actions mises en œuvre
(ciblage d’entreprises et d’établissements publics contribuants, portail Internet « Bienautravailbiendansmavie »,
etc.) commencent à produire des résultats, dans un contexte néanmoins
toujours plus difficile sur le marché de
l’emploi des personnes handicapées.
Lexique des abréviations
ACI : Atelier Chantier d'Insertion
AGEFIPH : Association pour la Gestion du Fonds d'Insertion pour les Personnes Handicapées
www.agefiph.fr
ALFAH : Association Alternance Formation Apprentissage Handicap – www.alfah.fr
ALTHER : Organisation qui mobilise, informe, sensibilise les employeurs pour satisfaire leur
obligation d'Emploi CAE : Contrat d'Accompagnement dans l'Emploi
Cap Emploi : Service dédié à l'insertion professionnelle et au recrutement – www.capemploi.com
CARSAT : Caisse d'Assurance Retraite et de la Santé Au Travail - www.carsat-normandie.fr
CRP : Centre de Rééducation Professionnel (Adapt de Mondeville) - www.ladapt.net
CRPE : Contrat de Rééducation Professionnelle en Entreprise (Géré par CPAM)
DIRECCTE : Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du
Travail et de l'Emploi - www.direccte.gouv.fr
EA : Entreprise Adaptée
ESAT : Etablissement et Service d'Aide par le Travail (Ex CAT)
FIPHFP : Fonds d'Intervention pour les Personnes Handicapées dans la Fonction Publique www.fiphfp.fr
MDPH : Maison Départementale des Personnes Handicapées - www.mdph.fr
RQTH : Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé
SAMETH : Service d'Appui et de Maintien dans l'Emploi des Travailleurs Handicapés
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
23
Illettrisme...
Le projet régional de développement
des compétences de base des apprentis
La maîtrise des compétences de base est une nécessité pour les apprentis
les plus en difficulté. L’Etat et la Région Basse-Normandie en font une priorité.
Le contexte national et régional :
une approche ancrée dans les compétences clés en situation professionnelle
En Basse-Normandie,
l’Etat et la Région,
conscients des difficultés
rencontrées par
les apprentis
dans la maîtrise
des compétences de base,
ont décidé d’accompagner
les CFA bas-normands
préparant des diplômes
de niveau 5
dans le développement
d’une démarche spécifique.
• La démarche « Compétences de
Base des Apprentis »
Nationalement, depuis 2009,
l’ANLCI a développé une méthodologie d’intervention auprès des CFA
leur permettant d’améliorer la prise
en compte des difficultés d’accès
aux compétences de base des apprentis.
Ce sont aujourd’hui environ 50 CFA
qui sont inscrits dans cette démarche et le déploiement se poursuit dans différentes régions avec
des partenariats Etat, Région mais
également organisations professionnelles.
• Une ingénierie régionale de repérage
et de construction de parcours de développement de compétences clés en
situation professionnelle
En Basse-Normandie, l’Etat et la Région ont accompagné les organismes de formation dans le
développement d’une ingénierie régionale de repérage et de construction de parcours de développement de compétences clés en situation professionnelle. Ils ont souhaité
inscrire cette même logique dans
les objectifs du CPRDFP pour permettre à tous les apprentis bas-normands d’être accompagnés dans
l’acquisition des compétences de
base, facteurs de pérennité des
24
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
contrats et d’insertion professionnelle durable. Pour la Direccte et la
Région, cette action devrait permettre à terme de diminuer les ruptures
de contrat pour les apprentis les
plus jeunes et les plus en difficultés.
Le projet « CBA » est donc devenu
« CBA+ » en Basse-Normandie pour
permettre aux apprentis de développer simultanément leurs compétences
de base et leurs compétences clés en
situation professionnelle.
Ce projet fait l’objet d’un financement
par le programme opérationnel FEDER FSE 2014 – 2020 « Actions innovantes
pour l’orientation et la Formation tout
au long de la vie » porté par la Région.
Le projet « Compétences de Base
des Apprentis » Basse-Normandie/
CBA Plus Basse-Normandie
L’objectif du projet est donc d’enrichir
la réflexion pédagogique des CFA
pour le développement des compétences de base des apprentis en apportant des éléments nouveaux : la
Boîte à Outils de la démarche CBA Plus
de l’ANLCI, les apports de la démarche
régionale Compétences clés en situation professionnelle et la mise en place
de la multimodalité en formation.
Piloté institutionnellement par la Région
et l’Etat, le projet « CBA Plus Basse-Normandie » est porté par l’ERREFOM – Espace régional de ressources sur
l’emploi, la formation et les métiers. La
chargée de mission régionale ANLCI,
basée à l’ERREFOM, en tant que chef
de projet, veille à la cohérence des actions et à la mobilisation des participants. Communotic, plateforme
régionale d’accompagnement du développement de la multimodalité en
formation et ALFAH (Association « ALternance Formation Apprentissage
Handicap ») qui accompagne les
jeunes apprentis en situation de handicap ou repérés en grande difficulté,
sont associés au projet.
Isabelle Danet avec l’équipe projet
du CFA groupe Fim Agneaux
Il s’agit d’une action collective puisqu’il
concerne pour la première année 6
CFA : 3 CFA BTP Caen, Alençon, Coutances, 2 CFAA Vire et Coutances, 1
CFA CCI avec deux antennes Groupe
FIM Agneaux et Cherbourg.
Une deuxième vague de 6 CFA viendra
rejoindre le groupe pilote début 2016.
Ils seront choisis en réponse à un appel
à candidatures.
Il vise le développement d’une ingénierie, la co-construction de pratiques
entre CFA et la mutualisation de ressources. Il concernera à terme l’ensemble des CFA bas-normands. Une
plateforme collaborative ouverte à tous
les CFA facilitera la capitalisation et la
mutualisation des travaux et productions.
Durant le projet, les CFA bénéficient
d’apports d’éléments nouveaux pour
mener à bien leur projet :
• la Boîte à Outils de la démarche
nationale « Compétences de BaseCBA de l’Agence nationale de Lutte
contre l’illettrisme, ANLCI
• les apports de la démarche régionale Compétences Clés en Situation
Professionnelle développée par les
organismes de formation bas-normands
• la mise en place d’une approche
multimodale des parcours des apprentis au sein de « Communotic »,
plateforme régionale d’accompagnement.
Ces éléments doivent ouvrir et enrichir
la réflexion des CFA avec d’autres réseaux d’organismes de formation : Réseau Formation de base, Organismes
qualifiants,…
Les CFA sont accompagnés par un
consultant externe, Isabelle Danet du
Cafoc de Nantes, expert de l’approche
Compétences de base et de la démarche nationale ANLCI, autour de
quatre étapes spécifiques :
• diagnostic des pratiques
• construction d’un plan d’actions
• mise en œuvre et évaluation
• transfert
Ils bénéficieront d’actions de professionnalisation adaptées aux besoins
des équipes pédagogiques.
Les compétences de base constituent le noyau dur des compétences
clés en situation professionnelle.
Les compétences clés sont communes à tous les métiers, transversales et peuvent être développées à
l’infini.
Elles ont servi de base à l’élaboration
du Socle de connaissances et de
compétences professionnelles
paru par décret au JORF du 13 février 2015 et qui fera l’objet d’une
certification.
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
25
Quoi de neuf à l’ERREFOM ?
Du coté des études...
Les professions du sanitaire et social
en Basse-Normandie
En Basse-Normandie, plus d’un actif sur
dix, généralement une femme, est un professionnel de la santé ou de l’action sociale. La palette des métiers du sanitaire et
social est large : Quels sont ces métiers ?
Qui sont les professionnels qui les exercent ? Quelles sont leurs statuts et
conditions de travail ?
La publication de l’ERREFOM propose de dresser le portrait statistique de chacune de ces
professions.
En bref…
Près de 89.000 professionnels
de la santé et de l’action sociale travaillent sur le territoire
bas-normand. Les métiers
exercés présentent un profil majoritairement féminin,
plus qualifié que le reste de la
population active mais aussi un peu plus
âgé. La plupart des professionnels sont salariés sur leur emploi, la part des emplois
pérennes étant élevée (81% de CDI) et le
temps partiel répandu.
synthèse ainsi que la plupart des métiers
identifiés. Ces fiches décrivent la structure de l’emploi : caractéristiques individuelles des actifs occupant ces
emplois (âge, sexe), niveaux de formation, conditions d’emploi, secteurs
d’activité, répartition territoriale…
Au total près d’une quarantaine de « fiche
emploi » permet de visualiser statistiquement les professionnels du sanitaire et social en Basse-Normandie.
« Les professions du sanitaire et social en
Basse-Normandie », ERREFOM, Janvier
2015
Portraits de métiers
Cependant au-delà de ces constats d’ensemble, la réalité des métiers est plus complexe et diverse, et les caractéristiques
évoquées varient d’une profession à l’autre.
Structuration du document
Afin de caractériser le plus finement possible les métiers exercés sur ce champ, un
travail d’analyse statistique a été mené par
l’ERREFOM. A partir des données issues du
recensement de population 2010, le document découlant de ce travail est structuré en deux volets :
• le 1er volet présente une analyse synthétique et comparative des professions du sanitaire et social ;
• le second volet s’organise autour de
neuf familles de métiers : chaque famille
de métiers fait l’objet d’une fiche de
26
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
Quels sont les métiers représentés sur le
territoire bas-normand ? Qui sont les professionnels exerçant ces métiers ? Quelles
sont les caractéristiques de l’offre et de la
demande d’emploi dans ces professions ?
La publication « Portraits de métiers » répond à ces questions en dressant le portrait statistique de 31 domaines
professionnels.
Chacun des 31 domaines professionnels
fait l’objet d’une fiche synthétique permettant de visualiser, en quatre pages et sous
forme de commentaires et tableaux chiffrés, les principales caractéristiques des
professionnels selon le métier exercé : localisation des emplois, secteurs d’activité,
part des jeunes et des plus de 50 ans, part
des femmes, type d’emploi (part des salariés et du temps partiel), niveaux de formation, etc..
Ces fiches donnent également un aperçu
détaillé du marché de l’emploi à juin 2013
sur chacune des professions du domaine.
L’ensemble des données de ces « portraits
de métiers » sont consultables :
• via la publication intégrant les fiches
sur les 31 domaines professionnels
• via la consultation en ligne de chaque
fiche individuellement
• via la consultation de la base de données en ligne : http://pfm.errefom.fr
La base de données, pour l’ensemble des
domaines professionnels, donne également accès à une multitude d’indicateurs,
déclinés sous forme de tableaux chiffrés,
et permet ainsi de mieux appréhender le
poids et les spécificités de chaque domaine dans l’économie régionale.
« Portraits de métiers » (édition 2014), ERREFOM, Janvier 2015
Les entreprises sous-traitantes de la filière aéronautique en Basse-Normandie
La filière aéronautique représente plus de
300 000 emplois en France et elle a un fort
potentiel de développement. Afin de mesurer la place de cette filière en région, une
étude a été réalisée.
En résumé
Si aucune entreprise sur le territoire n’appartient directement au secteur de la
construction aéronautique, une cinquantaine d’entreprises sont sous-traitantes de
la filière. Elles sont essentiellement rattachées à l’industrie manufacturière et représentent plus de 2 100 salariés. La moitié de
ces établissements sont localisés dans le
Calvados.
Le profil type des salariés de ces entreprises est un homme, ouvrier qualifié, qui
a signé un CDI et gagne 2 290 € brut mensuel.
En termes de formation, aucune n’est
orientée aéronautique sur le territoire. Toutefois, la mise en place d’un Campus des
Métiers et Qualifications « Propulsion, Matériaux et Systèmes Embarqués » commun
aux deux régions normandes va permettre
une adaptation des formations existantes
aux besoins des secteurs ciblés par ce
campus parmi lesquels figure le secteur de
la construction aéronautique.
Les entreprises concernées font état de difficultés de recrutement sur des postes en
production (tourneur, fraiseur, ajusteur).
Ces difficultés ne sont pas spécifiques à
l’aéronautique mais plus globalement au
secteur industriel.
Travailler sur des pièces aéronautiques
entraîne des exigences plus élevées au
niveau du suivi et de la qualité. Pour
pouvoir accéder à certains marchés,
il devient parfois nécessaire pour
l’entreprise d’acquérir la norme
qualité EN9100.
La dissémination de petites entreprises couplée à l’absence
de donneurs d’ordre sur le territoire régional ne facilitent
pas l’accès au marché de
l’aéronautique. Pour y pallier, certaines entreprises
ont mis en place des
groupements d’entreprises.
Normandie AeroEspace (NAE),
structure représentante de la filière en Normandie, joue un rôle moteur dans le développement de la filière aéronautique
normande de par ses différentes actions
en direction des entreprises concernées.
Associer les deux régions pour promouvoir et développer la filière aéronautique
donne plus de force et de poids à la filière.
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
27
Quoi de neuf à l’ERREFOM ?
L’Errefom fait partie
du réseau des Carif-Oref
(Centres d’Animation, de
Ressources et d’Information
sur la Formation – Observatoires Régionaux de l’Emploi
et de la formation).
L’Errefom accueille cette
année, avec l’appui de son
homologue haut normand,
le Crefor, les rencontres
du réseau qui se tiennent à
Deauville les 1, 2, 3 juillet.
Elles sont l’occasion pour
les participants d’aborder
les enjeux et les impacts
des réformes en cours pour
ces structures et leur réseau.
28
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
Les Carif-Oref, partenaires
des politiques de l’orientation, de
la formation et de l’emploi en région
Qui sont les Carif-Oref ?
Créés à la fin des années 80, les Carif-Oref
sont implantés dans toutes les régions. lls
ont sans cesse évolué au fil des réajustements législatifs et réglementaires dans le
champ de l’emploi et de la formation, et
des changements de contextes régionaux.
Ils assurent des missions diversifiées afin
de répondre au mieux aux besoins liés aux
nouvelles politiques régionales et nationales et aux attentes et objectifs des financeurs, des professionnels, afin de mieux
répondre aux besoins du public final.
Structures à vocation de service public financées par l'Etat et les Régions dans le
cadre des contrats de projets, ils sont en
relation avec les partenaires sociaux, avec
tous les acteurs de la formation professionnelle et s'adressent prioritairement aux professionnels de l’emploi et de la formation.
Trois missions principales
Une mission
d'observation emploi-formation.
Elle contribue aux réflexions stratégiques
des politiques publiques en apportant des
éléments de connaissance :
• sur les évolutions quantitatives et qualitatives des besoins en emploi
• sur l’insertion et les parcours professionnels des jeunes et des actifs
• sur la relation emploi-formation au niveau régional et local.
Par leurs travaux d’analyse, leurs banques
de données, leurs études… les Carif-Oref
produisent des outils d’aide à la décision.
Le réseau des Carif-Oref,
un partenaire national
Une mission
d'information emploi-formation.
Elle répond aux enjeux d’orientation et de
sécurisation des parcours professionnels
tout au long de la vie, en lien avec :
• l’offre de formation et de certification
• les mesures et dispositifs emploi-formation
• l’environnement de la formation
• les données socio-économiques
• la connaissance des métiers et des territoires.
• en agissant auprès des réseaux impliqués dans le Service public régional de
l’orientation (SPRO) et des organismes
de formation.
Dans ce cadre, les Carif-Oref concourent à
la professionnalisation des acteurs à l’animation de réseaux régionaux (VAE, champ
du handicap, illettrisme…)
Le réseau des Carif-Oref s’est
constitué en association en
2011. Elle a pour vocation de
gérer, coordonner et valoriser
les outils, les actions et les projets communs. Elle joue un rôle
de représentation aux niveaux
national et interrégional.
Il mène des travaux en lien avec
le Cnefop, la DGEFP, l’ARF, le
Centre Inffo, la CNCP, Pôle Emploi, l’Onisep…
A travers leurs outils d’information (services
et bases de données en ligne, veille, espaces d’information, lettres spécialisées)
les Carif-Oref mettent en œuvre une approche qualité de l’information au service
des acteurs du Service public régional de
l'orientation (SPRO)
En savoir plus
avec le site du réseau
et retrouver sa plaquette
de présentation :
www.intercariforef.org
Télécharger
la plaquette sur le site
www.intercariforef.org
Une mission
d'accompagnement emploi-formation
Elle répond au besoin de mutualiser, d’animer et de renforcer une culture partagée
des réseaux emploi-formation :
• en apportant un appui technique et
des outils d’aide à la décision aux acteurs régionaux
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
29
Kiosque régional
L'enquête a été réalisée entre décembre 2013 et mars 2014.
Cote : BNO 030
Insertion professionnelle
des titulaires d'un DUT 2011
OBSERVATOIRE UNICAEN - ESPACE
ORIENTATION INSERTION
Caen - UNIVERSITE DE CAEN - 2015 Collection Repère ; n°19 - 6 p. ; graphiques, tableaux
Cette étude est une enquête nationale
pilotée par le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche et
réalisée en région par l'Observatoire
unicaen avec le soutien financier du
Conseil Régional de Basse-Normandie.
Elle a pour but de connaître la situation, notamment en termes d’insertion
professionnelle, des diplômés de DUT
30 mois après l’obtention de leur diplôme, soit 2 ans et demi après.
Cote : BNO 031
Insertion professionnelle
des titulaires d'un Master 2011
OBSERVATOIRE UNICAEN - ESPACE
ORIENTATION INSERTION
Caen - UNIVERSITE DE CAEN - 2014 Collection Repère ; n°18 - 6 p. ; graphiques, tableaux
Cette étude est une enquête nationale
pilotée par le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche et
réalisée en région par l'Observatoire
unicaen avec le soutien financier du
Conseil Régional de Basse-Normandie.
Elle a pour but de connaître la situation, notamment en termes d’insertion
professionnelle, des diplômés de Master 30 mois après l’obtention de leur
diplôme, soit 2 ans et demi après.
30
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
Insertion professionnelle
des titulaires d'une licence
professionnelle 2011
OBSERVATOIRE UNICAEN - ESPACE
ORIENTATION INSERTION
Caen - UNIVERSITE DE CAEN - 2014 Collection Repère ; n°17 - 6 p. ; graphiques, tableaux
Cette étude est une enquête nationale
pilotée par le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche et
réalisée en région par l'Observatoire
unicaen avec le soutien financier du
Conseil Régional de Basse-Normandie.
Elle a pour but de connaître la situation, notamment en termes d’insertion
professionnelle, des diplômés de Licence professionnelle 30 mois après
l’obtention de leur diplôme, soit 2 ans
et demi après.
Elle concerne les diplômés 2011 de Licence professionnelle de l'université
de Caen. La passation de questionnaire
s'est déroulée entre décembre 2013 et
février 2014.
Cote : BNO 033
Nouvelle région, nouveaux
horizons : pour une Normandie
ambitieuse, équilibré
et solidaire
SAINT-YVES Jacqueline
LEGER Jean-Luc
CESER (Conseil économique, social et
environnemental régional) de BasseNormandie
Caen - 2015 - 12 p. + 98 p. (avis + rapport d'information)
Notes : Avis adopté le 15 décembre
2014 par le CESER de Basse-Normandie. Document en ligne sur le site du
CESER.
La réflexion des CESER sur les objectifs
et priorités de développement de la
Normandie a procédé d’un rappel des
axes forts existants et des opportunités
à saisir ou à susciter, l’ensemble étant
de nature à favoriser l’appropriation de
cette fusion tant par la population que
par les acteurs politiques et socio-économiques.
Cote : BNO 035
Les filières de la déconstruction
et du démantèlement : l'amiante
en Basse-Normandie
PIQUET Alain
CESER (Conseil économique, social et
environnemental régional) de BasseNormandie
Caen - 2014 - 18 p. + 97 p. (avis + rapport d'information)
Notes : Avis adopté le 15 décembre
2014 par le CESER de Basse-Normandie. Document en ligne sur le site du
CESER.
Le CESER s’interroge dans ce rapport
sur les conditions de développement
d’une filière de désamiantage qui
s’avère inéluctable au regard de l’utilisation qui a été faite du matériau et qui
ne pourra s’envisager sans que des
choix environnementaux, économiques et sociaux soient faits. L’étude
relève les éléments susceptibles de
structurer une filière de désamiantage,
d’autant plus nécessaire à l’aube d’un
vaste plan de rénovation énergétique.
Cote : BNO 034
Le commerce numérique
en Basse-Normandie :
état des lieux, perspectives
et opportunités
HUREL Pascal
CESER (Conseil économique, social et
environnemental régional) de BasseNormandie
C
err
T RE
E
D
EN
efo
R
m
ES
SOURCES
Caen - 2014 - 12 p. + 98 p. (avis + rapport d'information)
Notes : Avis adopté le 15 décembre
2014 par le CESER de Basse-Normandie. Document en ligne sur le site du
CESER.
De nos jours, la numérisation de la
transaction commerciale, conjuguée à
une profonde évolution des habitudes
de consommation, entrainent de profondes mutations dans le paysage
commercial et dans le fonctionnement
des entreprises.
Dans son rapport, le CESER identifie les
principaux enjeux que revêt cette numérisation et propose un état des lieux
bas-normand.
L’avis propose des pistes de travail
pour que les acteurs de la région puissent appréhender de façon collective
les défis actuels et à venir dans ce domaine.
L’ESS représente au 1er janvier 2013
près de 59 698 emplois, soit 12,7 % de
l’emploi salarié total de la région. Si
l’on considère seulement l’emploi salarié privé, l’ESS regroupe 17 % des
emplois régionaux. Au total, ce sont 5
493 entreprises et organisations de
l’ESS (associations, mutuelles, coopératives, fondations, entreprises d’insertion) qui mettent en œuvre ce mode
d’entrepreneuriat collectif.
h t t p : / / w w w. c r e s s - b n . o r g / w p content/uploads/2015/03/Panorama_N
8.pdf
Cote : BNO 035
Conjoncture de l'emploi dans
l'économie sociale et solidaire
Observatoire régional de l'économie
sociale et solidaire
Caen - CRESS BASSE-NORMANDIE - février 2015 - Collection Panorama BasseNormandie ; n°8 - 16 p.
Au-delà d’une analyse de la conjoncture régionale de l’emploi dans l’économie sociale et solidaire (ESS),
l’Observatoire régional propose plusieurs éclairages :
- poids de l’ESS à l’échelle de la
Normandie unifiée
- conséquences de la loi sur le périmètre d’observation statistique de
l’ESS
- focus sur l’activité des coopératives en Basse-Normandie
- l’ESS dans les politiques publiques d’emploi.
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
31
Kiosque : dernières acquisitions
Formation professionnelle :
s'approprier la réforme
MARTIN Jean-Paul - VINCE Stéphane
Lyon - CHRONIQUE SOCIALE - septembre
2014 - Collection Pédagogie/Formation 175 p.
Dispositif de
la formation professionnelle
Le compte personnel formation :
50 fiches pratiques pour mettre
en œuvre le CPF
PARMENTIER Christophe
Paris : EYROLLES - 2015 - Livres outils.
Formation - 176 p.
Se substituant au DIF, le compte personnel
formation (CPF) modifie profondément les
mécanismes de la formation professionnelle. Il peut être ouvert dès l'âge de 16
ans et suit la personne tout au long de la
vie professionnelle, même si elle se retrouve au chômage ou change d'emploi.
L'application de la loi s'avère assez délicate car de nombreux cas de figures se
posent. Ce livre est un guide d'application
de la loi qui constitue un outil de travail indispensable pour les DRH, les responsables de formation et les managers en
charge de l'entretien professionnel.
Des clés de lecture de la réforme de la formation professionnelle. Les auteurs présentent les raisons qui l'ont rendue nécessaire
et les enjeux auxquels elle doit répondre.
Ils proposent des pistes d'action pour répondre aux besoins sociaux : l'offre, le financement, l'apprentissage, etc.
Cote : DIS 206
Le bilan de compétences : quelle
place en 2015 et au-delà ?
DEGUERRY Nicolas
Revue - L'INFFO FORMATION - No 871
1er février - 14 février 2015 ; pp. 11-14
Près de 30 ans après la circulaire Delebarre
du 14 mars 1986 qui instituait l’expérimentation des centres de bilan de compétences, le dispositif est appelé à évoluer
dans le cadre du nouveau contexte fixé
par l’arrivée du conseil en évolution professionnelle et du compte personnel de
formation. Entre optimisme et pessimisme,
les acteurs s’expriment.
Les témoignages de sept professionnels
de la formation continue (consultants, formateurs, responsables d'institution d'éducation populaire, etc.) sur l'exercice du
métier de formateur. Ils contribuent à l'élaboration de référentiels de formation et de
métier.
Cote : MET1 047
32
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
Dans cet ouvrage, l'auteur remet en cause
les progressions et les didactiques actuellement en œuvre en fin de maternelle et
début d'élémentaire, et propose de développer des pratiques alternatives dans 4
domaines :
- Le langage oral : l'auteur défend un authentique enseignement de la langue
orale en maternelle, premier palier vers
l'acquisition de la lecture ; l'objectif est
qu'en fin de maternelle, tous les enfants
s'expriment avec à propos et clarté.
- La compréhension graphophonétique : il est plus efficace de commencer par faire comprendre l'idée de
graphophonologie au niveau de la syllabe.
- La production écrite : l'auteur défend
la nécessité de consacrer à l'écriture une
pédagogie active, appuyée sur la production de textes courts à l'aide de référentiels, dans des situations qui
rendent les enfants autonomes et créatifs.
- L'orthographe : afin de permettre aux
enfants d'écrire beaucoup sans trop
d'erreurs, il est indispensable de les outiller et de développer chez eux, dès le
CP, la conscience orthographique.
L'objectif est de permettre à tous les élèves
d'apprendre à lire-écrire, et notamment à
ceux qui n'ont que l'école pour apprendre.
Illettrisme
Cote : DIS 207
Etre formateur : identifier des incontournables, se professionnaliser
LIETARD Bernard
Lyon - CHRONIQUE SOCIALE - novembre
2014 - Collection Pédagogie/Formation 192 p.
Lecture écriture : quatre chantiers
prioritaires pour la réussite
OUZOULIAS André
Paris : RETZ - 2014 - 54 p.
Adolescents en danger d'illettrisme
GALLET Corinne
Paris : TOM POUSSE - 2014
Concrètement, que faire ? - 185 p.
A l'entrée au collège, 15% des élèves ne
maîtrisent pas la lecture et l'orthographe. Il
est essentiel de lutter contre l'illettrisme à
l'adolescence en prenant en charge ces
jeunes de manière appropriée.
Cet ouvrage apporte des pistes concrètes
pour les professionnels impliqués dans
cette prise en charge, mais également pour
les enseignants et les familles.
Cote : ILL1 154
Cote : ILL2 102
Devenir lecteur
CRINON Jacques
Revue - CAHIERS PEDAGOGIQUES
N° 516 - novembre 2014 ; pp. 10-56
Allons au-delà des controverses stériles et
caricaturales : lire est une compétence
complexe, apprendre à lire peut passer
par bien des chemins, prend bien du
temps, jusqu’à faire des élèves des lecteurs capables de comprendre et d’interpréter des textes de tous les genres, pour
découvrir le monde comme les plaisirs esthétiques de la littérature.
C
err
T RE
E
D
EN
efo
R
m
ES
SOURCES
Méthodes
et outils pédagogiques
Le droit en jeu : mieux connaître le
monde de l'entreprise et le droit du
travail
Graf - AEFTI (Association pour l'enseignement et la formation des travailleurs immigrés et leurs familles)
Montreuil : 2012 - 1 guide du formateur (62
p.) + des fiches ressources droit du travail
+ un plateau + cartes "lieux" et "personnages" - 40 euros (2014)
Objectif :
Faire connaître le droit du travail aux apprenants, jeunes et adultes en formation, en
stage ou en alternance, en simulant des situations de la vie professionnelle.
Contenu :
Ce jeu se divise en 5 grandes thématiques:
“Le contrat de travail” ; “La représentation
des salariés” ; “La santé au travail” ; “Le droit
à la formation” et enfin “La protection du
salarié”.
Cote : INS3 041
Echec et maths :
l'éclairage des neurosciences
PACTEAU Christian
Lyon : CHRONIQUE SOCIALE - septembre
2014 - Pédagogie/Formation - 118 p.
La notion d’apprentissages informels est
floue et complexe. Elle se situe dans un
ensemble plus large intégrant l’autoformation professionnelle informelle, la formation en situation de travail et
l’apprentissage informel dans l’organisation
ou encore la formation expérientielle.
Ce numéro spécial de la revue Savoirs
tente de recenser le travail de théorisation
de cette thématique pour en saisir la portée. Les apprentissages qualifiés d’informels ont un impact dans le champ de la
vie professionnelle, de l’économie sociale
et de la vie quotidienne. Les étapes historiques au cours desquelles ces apprentissages informels se sont progressivement
imposés sont retracées. Les lieux où ils se
développent sont identifiés. Une définition
et une cartographie sont ensuite proposées.
Agir ensemble contre le décrochage
scolaire : deux expérimentations
pour éclairer les enjeux
VIVENT Céline
Revue - FORMATION EMPLOI - N° 126 avril-juin 2014 ; pp. 61-77
Cote : PED3 169
Devenir lecteur
CRINON Jacques
Revue - CAHIERS PEDAGOGIQUES - N°
516 - novembre 2014 ; pp. 10-56
L'erreur, un outil pour enseigner
ASTOLFI Jean-Pierre
Paris : ESF EDITEUR - 2014 - Pratiques et enjeux pédagogiques - 117 p.
Les erreurs des élèves ont souvent été
considérées de façon négative. A partir
d'exemples, l'ouvrage permet de les appréhender autrement en les utilisant de
façon positive. Autrefois véritable objet de
sanction, l'erreur devient, aujourd'hui, un
indice pour mieux comprendre le processus d'apprentissage.
Cote : PED3 074
A la lumière de l'éthologie, des neurosciences cognitives et de son expérience
de l'enseignement des mathématiques en
Segpa, le pédagogue analyse les principales sources d'erreur chez les élèves en
échec scolaire, les mécanismes de l'apprentissage, et fait des propositions pour
une stratégie d'apprentissage réélaborative.
Cote : PED3 079
Les apprentissages informels
dans la formation pour adultes
Collectif d'auteurs - BOUTINET Jean-Pierre
Paris : L'HARMATTAN - 2013 - 111 p. Revue Savoirs, n° 32, 2013
A l'école du théâtre
BINEAU Yannick - BINEAU Nathalie
Revue - CAHIERS PEDAGOGIQUES - N°
519 - février 2015 ; pp. 10 - 56
Qu’est-ce que les élèves apprennent avec
le théâtre, de l’école à l’université, dans
toutes les disciplines ? Sans se limiter au
théâtre pour lui-même, ni aux liens étroits
qu’il entretient avec la langue et la littérature, dans quel but et comment travailler
avec le théâtre pour optimiser les apprentissages de tous les élèves ?
L'article propose une analyse multidimensionnelle des expérimentations sociales de
lutte contre le décrochage scolaire. En les
considérant comme des espaces d'interaction pertinents, il met en tension les différentes modalités de coordination mises
en oeuvre localement mais aussi vis-à-vis
des offres existantes. Il en ressort notamment la nécessité de la légitimité institutionnelle de l'ouverture aux partenaires et
l'enjeu de la professionnalisation liée à ce
"faire ensemble".
Allons au-delà des controverses stériles et
caricaturales : lire est une compétence
complexe, apprendre à lire peut passer
par bien des chemins, prend bien du
temps, jusqu’à faire des élèves des lecteurs capables de comprendre et d’interpréter des textes de tous les genres, pour
découvrir le monde comme les plaisirs esthétiques de la littérature.
Enseigner, former : écrire
BRIDE Patrice - CHENOT Philippe
Revue - CAHIERS PEDAGOGIQUES - N°
518 - janvier 2015 ; pp. 10-56
On n’y consacre guère d’attention. On se
laisse bien souvent gagner par les facilités
des formules toutes faites, ou encore le jargon du langage administratif. Regardons
alors de plus près nos pratiques d’écriture
et tentons d’en faire des opportunités de
développement professionnel.
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
33
Kiosque : dernières acquisitions
Secteurs d’activité - Métiers
Métiers porteurs : horizon 2020
CareerBuilder
2014 - 39 p. ; graphiques
NTIC
Guide pratique des MOOC
NGUYEN Pascal - DAID Gilles
Paris : EYROLLES - 2015 - 184 p.
Cet ouvrage se propose de guider les utilisateurs parmi les quelque 2500 Mooc disponibles, des dizaines de nouveaux cours
sont proposés chaque semaine) toutes
plateformes confondues : comment choisir un cours, où s'inscrire, comment participer et mettre les meilleures chances de
réussite de son côté, quels pièges éviter,
comment valoriser sa réussite à un Mooc ?
Cote : NTE 118
La formation
à l'épreuve du numérique
Collectif d'auteurs
Revue - EDUCATION PERMANENTE
Hors série Afpa - juin 2013 ; pp. 5-212
La révolution numérique a bousculé le rapport aux savoirs, le cadre organisationnel
de la formation des adultes (le stage présentiel) et la relation apprenant/ formateur.
Ce numéro hors-série AFPA/Education permanente rassemble des contributions qui
explicitent les transformations en cours des
modalités collectives et individuelles d'apprentissage. Ces transformations obligent
les formateurs à des remises en cause techniques et pédagogiques qui ne vont pas
de soi, notamment dans les dispositifs qui
s'adressent précisément aux personnes
peu préparées aux usages des technologies numériques. Or certaines fractures sociales, amplifiées par les conceptions
académiques et élitistes du savoir. (d'après
le résumé de la revue)
34
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
Dans cet ouvrage, on ne trouve pas les métiers de professeur des écoles, d'aide-soignant ou encore de secrétaire. De même,
ne sont pas évoqués les métiers ultra-tendances qui créent le buzz et qui ne recruteront que quelques dizaines voire une
centaine de candidats chaque année. CareerBuilder a choisi de présenter les métiers dont on va parler dans les cinq
prochaines années et qui vont recruter.
Il est divisé en cinq chapitres représentant
les cinq domaines les plus porteurs : informatique et digital / gestion et finance / marketing et communication / ingénierie /
santé, social et éducation.
Ils sont introduits par l'interview d'un expert du secteur qui donne sa vision du
marché et des tendances. Puis, CareerBuilder dresse le portrait des métiers les plus
en vue.
http://www.careerbuildercorporate.fr/2014/10/13/les-metiers-porteurs-horizon-2020-le-nouveau-livre-blanc
-de-careerbuilder/
quent avec enthousiasme leur quotidien
auprès de personnes présentant des troubles des fonctions auditives, cognitives, intellectuelles, motrices, psychiques,
visuelles...
Egalement au sommaire : un point sur les
formations. Du CAP au bac +10, de nombreuses voies de formation existent. Elles
sont présentées sous la forme de questions pratiques : Quel bac pour suivre une
formation du secteur social ? Existe-t-il des
formations accessibles sans le bac ? Un
schéma des études complète l'information.
Cote : DS 9
Les métiers des mathématiques
et de l'informatique
mars 2015 - Zoom sur les métiers - 32 p. ;
photos
Les métiers de l'hôtellerie
et de la restauration
octobre 2014 - Parcours - 168 p. ; photos
Les métiers de l'agroalimentaire
décembre 2014 - Parcours - 152 p. ; photos
Les métiers du sport
décembre 2014 - Parcours - 176 p. ; photos
Paru à l’Onisep
Les métiers au service du handicap
Marne-la-Vallée - avril 2014 - Zoom sur les
métiers - 48 p. ; photos
Réalisé dans le cadre de la convention de
partenariat signée entre le Centre national
d'information sur la réadaptation (Cnir) et
l'Onisep
Environ 270 000 professionnels exercent
dans le secteur médico-social au service
des personnes en situation de handicap,
sans compter les autres acteurs du secteur
privé ou public. Les besoins en recrutements sont réels dans l'accompagnement
et le soin, l'enseignement, l'insertion sociale et professionnelle, l'accessibilité.
Près de 40 métiers, exigeants et tournés
vers l'humain, sont présentés dans ce numéro. Les professionnels interviewés évo-
Les métiers du web
février 2015 - Parcours - 144 p. ; photos
Je deviens assistante maternelle
GUCHET Lucie
Héricy : EDITIONS DU PUITS FLEURI
janvier 2015 - Essentiels - 126 p.
Le métier d'assistante maternelle est un métier à part entière et demande un réel investissement tant personnel que matériel.
Il faut aimer les enfants, cela va sans dire...
mais patience, rigueur, don de soi et, équipement matériel sont de mise !
Au sommaire :
- Le métier d'assistante maternelle
- L'agrément
- la formation
C
err
T RE
E
D
EN
efo
R
m
ES
SOURCES
- Les droits et les obligations
- La rémunération
- La recherche d'emploi.
Cote : SEC 322
Les métiers en émergence
au travers des offres d'emploi Apec
APEC (Association pour l'emploi des cadres)
Paris : janvier 2015 - Les Etudes de l'emploi
cadre (n°2015-02) - 32 p. ; tableaux
Cette étude apporte un éclairage sur les
métiers en émergence les plus porteurs en
termes de recrutements de cadres. Elle a
été réalisée à partir de l'analyse des offres
d'emploi diffusées par l'Apec entre 2010
et le premier semestre 2014.
Pour chaque grande fonction, sont indiqués :
- les métiers en développement
- les métiers en transformation
- les métiers de niche.
Ce document a une vocation d'éclairage
pour les consultants de l'Apec, mais également pour les cadres et les jeunes diplômés qui voudraient identifier les métiers les
plus porteurs parmi les métiers en émergence.
http://recruteurs.apec.fr/Recrutement/Observatoire-de-l-emploi/Les-etudes-Apecpar-thematique/Metiers-et-competences/
Quelle-dynamique-pour-les-metiers-emergents
Répertoire des métiers de la santé
et de l'autonomie
Ministère des Affaires sociales, de la Santé
et des Droits des femmes
mars 2015 (3ème version)
Ce répertoire présente tous les métiers de
la fonction publique hospitalière en 185
fiches.
Les métiers y sont classés en neuf grandes
familles : achats-logistique / gestion de l'information / ingénierie et maintenance technique / management, gestion et aide à la
décision / qualité, hygiène, sécurité, environnement / recherche clinique / social,
éducatif, psychologie et culturel / soins /
systèmes d'information. Chaque famille
étant subdivisée en sous-familles.
Outre l'intitulé du métier et ses autres appellations courantes, chaque fiche comporte de nombreuses rubriques :
information générale, activités, savoir-faire,
connaissances requises, informations complémentaires (relations professionnelles les
plus fréquentes, nature et niveau de formation pour exercer le métier, passerelles...).
Cette nouvelle édition propose également
un focus sur une vingtaine de métiers dits
"sensibles", c'est-à-dire les métiers en évolution.
Acteurs du lien social et familial
QUEUNIET Violette
DGEFP (Délégation générale à l'emploi et à
la formation professionnelle)
Paris : MINISTERE DU TRAVAIL, DE L'EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL - 2014 Synthèse prospective emploi-compétences (n°59) - 31 p. ; graphiques, tableaux, photos
Synthèse du contrat d'études prospectives
(CEP).
http://www.metiers-fonctionpubliquehospitaliere.sante.gouv.fr/
La Délégation générale à l'emploi et à la
formation professionnelle (DGEFP) a engagé en 2013 avec la branche des acteurs
du lien social et familial (Alisfa) la réalisation d'un contrat d'études prospectives
(CEP).
Femmes dans des "métiers
d'hommes" : entre contraintes
et déni de légitimité
D'AGOSTINO Alexandra - EPIPHANE Dominique - SECHAUD Fred - SULZER Emmanuel - JONAS Irène
CEREQ
Revue - BREF CEREQ
N° 324 - novembre 2014 ; 4 p.
Pour une femme, exercer un métier traditionnellement masculin, c'est prendre le
risque de se heurter à des résistances. Si
des accords d'entreprise sur l'égalité professionnelle sont parfois signés, ils ne suffisent pas à protéger les femmes du
sexisme.
Cette étude donne la parole aux femmes
confrontées à des attitudes sexistes dans
leur emploi.
Le renouveau des métiers
de la formation
CRISTOL Denis
CNFPT (Centre national de la fonction publique territoriale)
Revue - GUIDE PRATIQUE DE LA FORMATION
N° 60 - décembre 2014 ; pp. 39-51
Dans les classeurs : 12-J-1 / 12-J-14
Cet article s'intéresse au renouveau des
métiers de la formation. Dans un premier
temps, il en rappelle le périmètre, puis il
précise les tendances qui les affectent. Il
brosse à travers une galerie de portraits les
traits des nouveaux professionnels qui
émergent. Il évoque de façon plus transversale les nouvelles postures qui sont en
train de se composer et de se diffuser.
L'objectif étant de :
- dresser un état des lieux de la situation de la branche et de son environnement et des facteurs d'évolution
ayant des impacts forts sur les acteurs
de la branche
- analyser l'évolution des emplois et
des besoins en compétences de la
branche en identifiant les parcours professionnels possibles, avec une attention particulière aux métiers en tension
- proposer des stratégies de GRH plus
adaptées à l'évolution des besoins des
structures et des salariés
- établir des recommandations orientées vers l'action en vue de mettre en
place une politique emploi formation
de branche adaptée pour soutenir employeurs et salariés dans la mise en
œuvre des stratégies de GRH jugés les
plus pertinentes.
Cote : DS 9
Guide des métiers
pour les petites filles
qui ne veulent pas finir princesses
DUFOUR Catherine
Paris : FAYARD - février 2014 - 291 p.
Materner c'est très bien, faire le ménage
c'est nécessaire, et s'habiller comme une
princesse peut être agréable, mais ce ne
sont pas les seules façons, pour une fille,
de gagner sa vie. Il y a beaucoup d'autres
métiers, bien mieux payés.
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
35
Kiosque : dernières acquisitions
mettre la montée en compétences de la
main d'oeuvre dans la filière de l'installation électrique.
http://www.emploi.gouv.fr/dispositif/contr
ats-etudes-prospectives-cep
Cet ouvrage permet de découvrir plus de
cinquante professions, depuis Aventurière
jusqu'à Physicienne en passant par Agent
secret, Chef d'orchestre, Femme d'affaires,
Informaticienne ou Surfeuse.
Chaque fiche-métier offre deux portraits :
celui d'une pionnière et celui d'une femme
d'aujourd'hui. Des indications pratiques
comme "études conseillées", "salaire en
début de carrière" ou "espérance de vie"
accompagnent le texte.
Cote : SEC 325
Les besoins en formation, emplois
et compétences liés au déploiement
de la fibre optique
Cabinet Ambroise Bouteille et associés
Cabinet Digiworld by IDATE
Paris : MINISTERE DU TRAVAIL, DE L'EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL - avril
2014 - 21 p. ; cartes, graphiques, tableaux,
schémas
Synthèse de l'Appui technique prospectif,
initié par l'Etat avec le concours d'Objectif
fibre et de Constructys, l'Opca de la
construction.
Compte-tenu des enjeux, le ministère du
Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, en
conformité avec la volonté des professionnels, a décidé de mobiliser, à la fin de l'année 2012, le dispositif des Appuis
techniques prospectifs afin de conduire
une étude prospective contribuant à la
mise en place d'un diagnostic et d'un plan
d'actions commun aux acteurs impliqués
dans le déploiement de la fibre optique.
Cette étude a permis de développer plusieurs indicateurs estimant le nombre
d'emplois à mobiliser et les enjeux en
termes de volume de formation pour per36
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
Le marché du travail des sagesfemmes : transition ou déséquilibre ?
Conseil national de l'Ordre des sagesfemmes
Paris : octobre 2014 - 100 p. ; graphiques,
tableaux
Cette étude analyse les mutations de la
profession et du marché du travail des
sages-femmes.
Depuis trois ou quatre ans, l'accès à l'emploi des sages-femmes est devenu difficile. La profession sort d'une période
relativement longue où trouver un emploi
était immédiat que l'on sorte de l'école ou
que l'on souhaite changer de lieu d'exercice. La mobilité géographique en cours
de carrière est elle aussi devenue problématique. Dans le même temps, l'exercice
libéral est devenu plus attractif et s'est développé.
L'étude s'appuie sur des données statistiques mais aussi sur une série d'entretiens
avec des sages-femmes jeunes ou moins
jeunes confrontées à ce nouveau parcours
du combattant d'accès à l'emploi.
h t t p : / / o r d r e - s a g e s femmes.fr/NET/img/upload/2/1899_EtudeLemarch%C3%83%C2%A9dutravaildesSF
%283%29.pdf
Travail – Culture - Société
Télétravail : travailler en vivant mieux
PLANTEROSE Philippe
Paris : EYROLLES - 2014 - Emploi & carrière
247 p.
Nous vivons une nouvelle révolution du
travail où le fait de pouvoir travailler à distance devient une réalité, l’objectif étant
de pouvoir mieux travailler en vivant mieux.
Ce guide apporte les réponses aux questions les plus fréquentes que soulève le télétravail d’une manière concrète, avec de
nombreuses références, permettant au lecteur de le demander ou de le mettre en
place.
Cote : EMP4 026
Hommes/femmes : une impossible
égalité professionnelle ?
MEURS Dominique
Paris : EDITIONS RUE D'ULM - 2014 - CEPREMAP - 101 p.
Cet opuscule commence par retracer les
progrès accomplis en matière d’égalité
hommes/femmes dans les dernières décennies. Pourtant, alors que désormais les
femmes sont plus éduquées que les
hommes, les inégalités professionnelles
demeurent marquées. L’analyse de leurs
déterminants et des politiques publiques
– notamment des expériences étrangères
– montre que pour résorber des inégalités
de salaire persistantes, il faudra mettre en
place des politiques de longue haleine.
Elles seules pourront avoir des effets durables, en affectant les comportements individuels et les normes sociales.
Cote : ENT 241
Orientation – VAE
Favoriser l'action des jeunes
en recherche d'emploi :
mobilisation vers l'action
CULETTO-MONFREUX Christiane
Lyon : CHRONIQUE SOCIALE - septembre
2014 - Pédagogie/Formation - 81 p.
Les propositions à destination des demandeurs d'emploi réalisées par des conseillers d'insertion, avec l'aggravation de la
situation économique, l'allongement de la
durée de chômage, sont chargées de tensions...
C
err
T RE
E
D
EN
efo
R
m
ES
SOURCES
La méthode d'accompagnement Mobilisation vers l'action traite de la dynamisation
de la personne en recherche d'insertion
professionnelle afin de favoriser sa mise en
action.
Inspirée de la PNL (Programmation neuro
linguistique) elle questionne le comment
atteindre l'objectif visé Solution emploi. En
cela elle correspond à une démarche de
coaching adaptée à l'accompagnement
dans le domaine de l'insertion professionnelle.
Cote : INS2 127
Le potentiel groupal :
optimaliser la communication dans
les petits, moyens et grands groupes
en formation, en orientation et en
développement de carrière
LIMOGES Jacques
Québec : SEPTEMBRE EDITEUR - 2014 221 p.
Définir le potentiel groupal c'est répondre
à la question: que peut-on faire avec un
groupe, quels que soient sa taille et le
contexte ? Voilà la question à laquelle l'auteur a voulu répondre par ce traité.
Les balises qu'il a définies à cette fin lui ont
permis de transformer la vision des
groupes, petits, moyens et grands, depuis
plus de 40 ans.
En effet, l'auteur s'est donné pour mission
de faire passer les pratiques groupales de
vases clos à des vases communicants en
misant sur l'objet principal d'un groupe
(extrapersonnel, intrapersonel ou interpersonnel) ou la combinaison de deux objets.
Il en ressort, entre autres, une définition
vraiment opérationnelle du counseling de
groupe.
Toutes ces années de recherche ont ainsi
amené l'auteur à concevoir un spectre du
Potentiel groupal permettant de positionner un groupe par rapport à un autre, de
montrer les complémentarités possibles et
de répertorier une trentaine de groupes,
tous champs d'exercice confondus.
Il s'ensuit l'ébauche d'une taxinomie du
Potentiel groupal dans les groupes axés sur
la communication.
Cote : ORI3 058
Cartométiers
DARRE Sylvie - LECOURSONNAIS PatrickParis : EDITIONS QUI PLUS EST - Paris - 1 jeu
de 259 cartes-métiers ; 259 définitions des
métiers ; 1 livret comprenant une réflexion
sur l’impact du jeu en pédagogie et la notion de métier et 8 séquences pédagogiques à animer en groupe. - 57 euros
(2014)
Objectif :
Découvrir les métiers. Le but du jeu est de
faire deviner à ses co-équipiers les noms
de métiers inscrits sur des cartes sans utiliser les mots interdits notés sous chaque
métier.
Expérimenter pour généraliser le Portefeuille d'expériences et de compétences à l'université : le sens de
l'évaluation
BEAUPERE Nathalie - BOSSE Nathalie - LEMISTRE Philippe
Revue - FORMATION EMPLOI - N° 126 avril-juin 2014 ; pp. 99-117
Alors que l'expérimentation du Portefeuille
d'expériences et de compétences porte
sur treize universités au niveau licence, le
dispositif a été déployé dans vingt-cinq
universités à tous les niveaux, ceci avant la
remise d'un rapport final d'évaluation qui
devait précéder une éventuelle généralisation du dispositif. Dans ce contexte particulier, l'évaluation associant méthodes
quantitative et qualitative permet de proposer un regard critique sur ce type d'expérimentations sociales, et notamment sur
les logiques économiques et politiques
qu'elles sous-tendent.
Contenu :
L'exploitation du jeu et des définitions de
métiers permet de découvrir 259 métiers.
Tous les secteurs d’activité et tous les niveaux de qualification sont représentés.
Les 8 séquences pédagogiques indépendantes les unes des autres peuvent être
réalisées en complément du jeu ou seules.
Elles visent les objectifs suivants :
- Découvrir des métiers
- Identifier les caractéristiques, les catégories d’information des métiers
- Découvrir les représentations liées aux
métiers et au sien
- Découvrir et identifier des activités
professionnelles
- S’entraîner à parler de son métier
- Identifier des métiers qui attirent
- Découvrir l’utilité des métiers dans la
société
- Identifier les différents statuts professionnels
- Identifier les avantages et les inconvénients d’un métier
- Découvrir et approfondir la notion
d’environnement professionnel
Cote : ORI3 057
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
37
Doc mode d’emploi
Fonds documentaire
Le centre de ressources documentaires de l’Errefom met à
votre disposition de l’information documentaire, juridique,
statistique, pédagogique sur la
formation professionnelle continue, l’emploi, les métiers, aux
niveaux régional et national.
Tous ces thèmes sont abordés
à travers :
- Des revues et périodiques
spécialisés, nationaux et régionaux (120 titres environ)
- Plus de 3500 ouvrages, rapports et études
- 340 outils pédagogiques
- Des guides et ouvrages de référence (répertoires d'adresses,
statistiques, bibliographies,
dictionnaires ...)
- Des textes officiels et des
guides de réglementation dans
le domaine de l'emploi et de la
formation
- Des catalogues, annuaires et
guides sur l'offre de formation
régionale et nationale
38
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
Services proposés
Réponses aux questions par
courrier, téléphone, fax, e-mail
ou sur place
Un service de recherche documentaire et de réponses
personnalisées aux demandes
d'information portant sur tous
les thèmes relatifs à la formation
Spécificités
Un espace multimédia avec
connexion internet et consultation d’outils sur rendez-vous.
Le centre de ressources en
ligne :
- des bibliographies, des sitographies,
- la recherche documentaire en
ligne sur la base bibliographique (plus de 15000 références), interrogeable de façon
multicritère : thème précis, auteur, date de parution ... (accessible sur le site de l’ERREFOM,
rubrique “Information/centre de
ressources),
- des dossiers thématiques.
« Espace INFO » : une lettre
d’actualités hebdomadaire énvoyée gratuitement par mail.
L’appui des réseaux (Inter-cariforef, DGEFP,Centre Inffo)
Elaboration de bibliographies
et de dossiers documentaires
à la demande
Une revue d’actualité sur l’emploi, la formation et les métiers
en Basse-Normandie : « Point
Virgule »
C
err
T RE
E
D
EN
efo
R
m
ES
SOURCES
POINT VIRGULE vous permet de demander au
Centre de ressources l’envoi de certains documents signalés
dans ce bulletin, en téléphonant au numéro suivant :
Tél : 02 31 95 52 00 - Fax : 02 31 95 54 30
ou par mail : doc@errefom.info
Consultation
de la documentation :
Selon les horaires d'ouverture :
du lundi au vendredi
9 h 00 à 12 h 00
14 h 00 à 17 h 00
(16 h 00 le vendredi)
Sur RDV le mercredi matin
Fermé le mercredi après-midi
Et/ou sur rendez-vous
pour certaines recherches.
Prêt de documents : 3 semaines
(une caution de 70 euros
est demandée)
Publics concernés :
professionnels
(organismes de formation
et formateurs,
relais d'information,
organisations
professionnelles, entreprises,
chargés d'études ...)
Contact :
ERREFOM
Unicité - 10 rue Alfred Kastler
14000 Caen
Sylvie LAILLIER
Valérie LEROY
Claire PIZY
Nathalie RIANDIÈRE LA ROCHE
Tél : 02 31 95 52 00
Fax : 02 31 95 54 30
e-mail :
doc@errefom.info
site :
www.errefom.info
Point virgule numéro 51 - juillet 2015
39
www.intercariforef.org
née,
ueille cette an
c
c
a
m
o
ef
rr
L’E
gue haut
e son homolo
avec l’appui d
contres
refor, les ren
normand, le C
utiennent à Dea
se
i
u
q
u
a
se
ré
du
sont
3 juillet. Elles
ville les 1, 2,
ants
ur les particip
l’occasion po
impacts
enjeux et les
s
le
er
rd
o
b
’a
d
r ces
en cours pou
des réformes
leur réseau.
structures et
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising