LA MIGRAINE

LA MIGRAINE
M a g a z i n e
P r o f e s s i o n n e l
d ’ I n f o r m a t i o n
M é d i c a l e
N° 15 - octobre 2009
Dr Farouk Iraqi,
Président de l’Association Nationale
des Cliniques Privées (ANCP)
Dispensé de timbrage, Autorisation n° 1397 - www.doctinews.com
Il faut optimiser les
dépenses de santé,
dans les secteurs
public et privé, en
cultivant la notion
d’appartenance à un
système et en étant
utile à l’État.
Alternative
Scanner
cardiaque
La coronarographie
bientot detronEe ?
Fondamentaux
DOULEUR
Progres et limites
de sa prise en charge
LA MIGRAINE
Une pathologie
complexe
Editorial
03
journée mondiale de la personne âgée
Nos seniors dorment-ils
sur leurs deux oreilles ?
L
e 1er octobre est la Journée mondiale de
la personne âgée. L’occasion pour nous
de revenir sur la situation de nos aînés
et leur place au niveau des préoccupations gouvernementales. Mais au fait, que représente cette tranche de la population du pays ?
Selon le Haut Commissariat au Plan, la population âgée de plus de 60 ans sera de l’ordre
de 11,1% en 2020 alors qu’elle ne dépassait pas
7,2% en 1962. Liés notamment à la baisse continue de la fécondité, ces changements démographiques paraissent encore plus inquiétants à la
lecture des projections de cette instance selon
laquelle la proportion des personnes âgées de
60 ans et plus atteindrait près de 15,4% en l’an
2030.
Triste ou heureux constat ? Les avis peuvent
différer selon l’angle de vision. Ce qui est
sûr, c’est que ce phénomène, vu son ampleur,
aurait normalement dû être pris en considération il y a des années. D’autant plus qu’avec
les évolutions de la vie moderne, le système
de soutien et de solidarité familiale a tendance à s’effriter. Le débat est certes déjà ouvert
au niveau des organismes concernés. Le département de tutelle a même mis au point une
stratégie nationale à cet égard. Mais les résultats tardent à se faire sentir, alors que l’objectif
recherché consiste à promouvoir et à préserver les droits de nos aînés.
D’ores et déjà, des mesures complémentaires paraissent fortement recommandées à ce niveau. Un premier pas aurait été l’entame d’enquêtes sur l’état de santé et de la qualité de vie
des personnes âgées de 40 à 60 ans. En intégrant, entre autres, des indications socio-économiques et sanitaires, ce baromètre pourrait servir de base à l’élaboration d’un plan national
visant notamment à prévenir l’apparition ou l’aggravation des incapacités fonctionnelles, la
perte d’autonomie, la désocialisation…
Cette démarche anticipative pourrait être une nouvelle façon de nous occuper de nos seniors. D’autant plus que le rythme de leur évolution connaît une croissance accélérée. Nous
ne pouvons nous permettre d’ignorer cette réalité et nous complaire dans des vœux pieux. À
l’instar des pays étrangers, il y a urgence à nous adapter à l’allongement de leur espérance de
vie en imaginant, pour cela, des solutions novatrices.
Ce qui est sûr,
c’est que ce
phénomène, vu
son ampleur,
aurait
normalement
dû être pris en
considération il
y a des années.
Par Ismaïl Berrada
4
Sommaire
36
INTERVIEW
INTERVIEW
36 Farouk Iraqi
“La reprise des négociations sur les
tarifs des soins”
Fondamentaux
14 douleur
Le droit de ne plus souffrir
ALTERNATIVE
46 Le coroscanner
Une référence dans l’exploration des
artères coronaires
Institutionnel
40 Pharmaceutical Institute
Lorsque la salubrité de
l’environnement devient une priorité
28
Dossier
LA Migraine
Ce pénible casse-tête
46
Le coroscanner
Flash santé
06 Lymphome
Journée mondiale le 15 septembre
Univers Pharma
22 Amri T. Oualid
Nouveau président du syndicat des
pharmaciens de Casablanca
GLOSSAIRE
24 Dysfonctionnement érectilE
Traitement par voie orale
14
Sélection
douleur
M a g a z i n e P r o f e s s i o nn e l d ’ In f o r mat i o n M é d i c a l e
48 Propofol
Mickael Jackson et nous
Directeur de publication et de rédaction, Ismaïl BERRADA - Rédactrice en chef, Maria MOUMINE - Secrétaire de rédaction, Rania KADIRI Journaliste, Khadija BERRAMOU - Design et infographie, Yassir EL HABBI - Direction commerciale, A. BERRADA - Chef de publicité, Leila BAHAR
Impression, Idéale - DOCTINEWS est édité par Prestige diffusion, 32, Rue El Banafsaj Résidence Zaitouna App 12, CP 20140 - Casablanca.
Tél.: +212 5 22 27 40 46/69 - Fax: +212 5 22 27 40 32 - E-mail: contact@doctinews.com - Site : www.doctinews.com
Dossier de presse: 08/22 - Dépôt légal: 2008 PE0049 - ISSN: 2028 00 92 - DOCTINEWS est tiré à 25.000 exemplaires
6
Flash Santé
Lymphome
Journée mondiale le 15 septembre
Chaque année, au Maroc, près de 2 000 personnes sont touchées
par la maladie du lymphome, un cancer du sang qui affecte le système lymphatique. Avec pas moins de 30 types de lymphomes
classés en deux grandes catégories: la maladie de Hodgkin et les
lymphomes non hodgkiniens (LNH), le lymphome représente
le 3e cancer le plus répandu chez les enfants et son incidence n’a
cessé d’augmenter ces dernières années. La Journée Mondiale de
sensibilisation aux lymphomes, célébrée le 15 septembre de chaque
année, vient donc pour informer, sensibiliser et alerter la population sur la gravité de ce mal silencieux, mais mortel, s’il n’est pas
correctement pris en charge.
Pour marquer cette Journée mondiale, la Société Marocaine d’Hématologie (SMH) a organisé le 10 septembre 2009, à l’hôtel Palace d’Anfa, à Casablanca, une conférence de presse sous le signe:
«Lymphome. Un cancer qui se soigne». Cette rencontre a été animée par plusieurs spécialistes dont le Pr Asmae Quessar, membre
de la SMH, le Pr Lahoucine Mahmal, hématologue au service
d’hématologie de Marrakech, le Pr Lamia Jabri, présidente de la
Société Marocaine d’Anatomopathologie, et le Dr Abdelouahed
Ambari, Président du Conseil de l’Ordre des médecins Casablanca-Centre.
Outre une mise au point sur l’état des lieux de ce fléau dans notre
pays, cette manifestation scientifique a également été l’occasion
de discuter des traitements en usage, ainsi que des dernières nouveautés thérapeutiques enregistrées dans ce domaine. « Grâce aux
médicaments disponibles, le lymphome est désormais une maladie
curable. Ils permettent non seulement une meilleure qualité de vie,
mais dans bon nombre de cas la guérison est totale», affirme le Pr
Asmae Quessar.
Toutefois, cet espoir de guérison reste tributaire de l’instauration
d’un système de couverture adéquat. Si l’apport de l’AMO reste
sans conteste de taille, la non application du système du tiers payant
n’en constitue pas moins son talent d’Achille. Un effort important
doit donc être déployés pour faciliter les démarches administrati-
ves pour les assurés atteints de lymphome bénéficiaires d’une prise
en charge totale et ce, tant par l’organisme de remboursement que
par les institutions sanitaires, qu’elles soient publiques ou privées.
Casablanca Ben M’Sik
un nouvel hôpital et un nouveau centre d’hémodialyse
Le mois dernier, sa Majesté le Roi Mohammed VI a inauguré l’hôpital préfectoral
Ben M’Sik à Casablanca, réalisé dans le
cadre de l’Initiative nationale pour le
développement humain (INDH) pour un
coût global de 26 millions de dirhams.
Le souverain a inauguré par la même
occasion un centre d’hémodialyse d’un
montant de 19,5 MDH.
Avec une capacité d’accueil de 80 lits, le
nouvel hôpital préfectoral de Ben M’Sik
occupe une superficie de 4.145 m2, et
comporte tous les services médicaux de
base, à savoir la médecine générale, la
chirurgie, la gynécologie, la pédiatrie et
la médecine interne ainsi qu’une unité de
réanimation polyvalente, un service des
urgences en plus d’un laboratoire, d’une
pharmacie et d’un service de radiologie.
Ce nouvel établissement hospitalier
permettra d’alléger la pression sur les
autres centres hospitaliers préfectoraux
du Grand Casablanca.
Le centre d’hémodialyse, quant à lui, est
construit sur 300 m2 et dispose d’une capacité d’accueil de 90 personnes. Avec du
matériel et des équipements modernes,
il comprend 15 générateurs de dialyse,
une salle pour le traitement de l’eau et
une autre pour la consultation, en plus de
structures d’accueil et de dépendances
sanitaires. Cette nouvelle infrastructure
sanitaire assurera une prise en charge
adaptée aux personnes souffrant d’insuffisance rénale chronique afin de leur
permettre de mener une vie normale.
Flash Santé
7
Octobre
Mois de vaccination contre la grippe A/H1N1 au Maroc
Selon le ministère de la Santé, la vaccination
contre la grippe A/H1N1 sera possible à partir
du 15 octobre en fonction de l’arrivage des
vaccins. Ceci s’inscrit dans le cadre des stratégies nationale et régionale mises en place par
le ministère de la Santé pour la lutte et la prévention contre cette pandémie. Mme Yasmina
Baddou compte ainsi fortifier et améliorer la
prise en charge des personnes déjà atteintes et
éviter une éventuelle contagion causée par le
virus surtout en cette période qui connaît l’apparition de la grippe « saisonnière » ! Pour ce
faire, les moyens humains ont été renforcés et
la plupart des équipements et moyens de trai-
PH . Linh / MAP
nouveau service d’addictologie au CHU Ibn Rochd de
Casablanca
Sa Majesté le Roi Mohammed VI a inauguré, le 02 septembre dernier, un service
d’addictologie au Centre hospitalier universitaire Ibn Rochd, à Casablanca financé
par la Fondation Mohammed V pour la
solidarité pour un coût total de 5,5 millions
de DH. Ce service a une capacité d’hospitalisation de 3.285 nuitées/an et de 8.000
consultations/an pour prendre en charge
individuellement des personnes ayant des
conduites addictives. Des médecins, psychologues et acteurs associatifs peuvent
également y être formés à la prise en charge
psychologique et pharmacologique des
troubles addictifs.
Véritable outil de sensibilisation et de prévention contre l’usage des drogues, ce service prendra part au développement de la
recherche scientifique dans le domaine de
l’addiction. La nouvelle unité est construite
sur une superficie de 1.000m2 avec trois
niveaux composés de trois salles de consultation, trois autres de psychothérapie, des
structures de soins infirmiers, d’assistance
sociale et une salle polyvalente ainsi que
de sept chambres d’hospitalisation, un réfectoire, une salle d’exercice physique, une
salle de jeux et d’ergothérapie et une autre
de réunion, une médiathèque et une bibliothèque. C’est le CHU qui s’occupera
de la gestion de ce nouveau service dont il a
fourni les ressources humaines nécessaires
à son bon fonctionnement, et c’est l’association Nassim qui assurera les opérations
d’accompagnement et de sensibilisation
des patients.
tement nécessaires mis en place au niveau de
tous les services sanitaires. D’après la ministre
de la Santé, le Maroc est le premier en termes
de mesures préventives par rapport au reste
des pays du Maghreb. À noter que lors d’une
rencontre avec plusieurs associations professionnelles de santé, Mme Baddou a présenté
un guide pratique de sensibilisation à la grippe A/H1N1 destiné au personnel médical. Ce
guide comporte les bonnes pratiques pour
parer à la propagation de la grippe A et pour
prendre en charge les personnes atteintes.
Il dresse également une liste exhaustive des
différentes adresses des délégations du ministère de la Santé. Et afin de déterminer les
personnes prioritaires pour recevoir le vaccin, une cellule d’experts a été mise en place
spécialement dans ce sens. Généralement,
la vaccination devrait concerner en priorité
le personnel médical, les femmes enceintes,
les bébés de moins de 6 mois, les personnes
âgées et les personnes atteintes d’affections
chroniques… L’avis définitif du comité est
donc nécessaire pour trancher là-dessus. En
ce qui concerne le nombre de vaccins commandés, il n’y a pas de chiffre exact, toutefois
le Dr Omar El Menzhi, directeur de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies au
ministère de la Santé, souligne que «plus de 6
millions de doses ont déjà été commandées»,
une commande qui dépasse celle prévue au
départ par le ministère de la Santé. La vaccination contre le virus de la grippe A/H1N1
se fera normalement par le biais de deux doses provenant du même laboratoire, à trois
semaines d’intervalle au minimum pour la
grande majorité de la population. Mais selon
le Dr Menzhi, certaines personnes n’auront
besoin que d’une seule injection. Il signale
également le fait que ce vaccin pourrait engendrer des effets secondaires, comme tout
médicament d’ailleurs.
L’urgence d’avoir sur le marché des vaccins
contre la grippe A/H1N1 a fait que les laboratoires ont un peu accéléré les procédures afin
de faire face à la pandémie. Ce qui fait que
ces vaccins ne sont pas complètement testés,
d’où la recommandation de l’OMS à tous les
pays qui administreront les vaccins contre la
grippe A/H1N1 de surveiller leur innocuité et
leur efficacité…
8
Flash Santé
Cancer
Le Dr Abdeladim Moumen, directeur de laboratoire de
recherche et professeur de signalisation cellulaire et
proteomics à l’Université Saint George, à Londres.
Un Marocain découvre une molécule
capable d’éliminer les cellules atteintes
Abdeladim Moumen, directeur de laboratoire de recherche et professeur de signalisation
cellulaire et proteomics à l’Université Saint
George, à Londres, a obtenu le deuxième
prix à la 2e édition du Grand Prix pour l’Invention et la Recherche en Science et Technologie, concours organisé par le ministère
de l’Education Nationale, de l’Enseignement
Supérieur, de la Formation des Cadres et de la
Recherche Scientifique.
C’est une molécule nommée RITA qui lui a
valu ce titre. En effet, le Pr Abdeladim Moumen, en collaboration avec une équipe de
recherche suédoise, a contribué à l’élucidation du mécanisme d’action de cette molécule chimique qui provoque l’apoptose des
cellules cancéreuses (étude publiée en 2008).
Cette découverte n’aurait pas été possible si
notre professeur n’avait pas identifié, en 2005,
la protéine ribonucléique HNRNPK comme étant une protéine
qui augmente de concentration
après l’endommagement de l’ADN.
Ce qui veut dire qu’elle intervient dans
la continuation de la vie cellulaire après
l’endommagement de l’ADN et qu’elle
est indispensable au fonctionnement de la
protéine P53 pour la réparation de l’ADN.
La molécule RITA joue le rôle d’inhibiteur de
la voie de réparation et provoque la mort des
cellules cancéreuses d’une manière très ciblée.
Ce qui pourrait améliorer l’efficacité des thérapies anti-cancéreuses (le traitement est actuellement au stade des essais cliniques dans
un laboratoire pharmaceutique suédois).
Le Dr Abdeladim Moumen a obtenu une
maîtrise de biologie animale en 1995 au Maroc, ensuite une autre maîtrise de biochimie et
un DEA, respectivement en 1997 et en 1998,
en France, avant de décrocher un doctorat de
biochimie et de biologie moléculaire en 2002
à l’Institut Pasteur de Paris. Après avoir obtenu son doctorat, il a rejoint l’Université de
Cambridge, au Royaume Uni, pour effectuer
un stage post-doctoral. C’est là qu’il a entamé
ses recherches sur les mécanismes de réparation de l’ADN endommagé.
Casablanca
Une journée en
l’honneur des
personnes âgées
Le 1er octobre est commémorée chaque
année la Journée mondiale du sujet âgé. À
cette occasion, l’Association de Gérontologie
Espoir « ÂGE » organisera le 3 octobre 2009,
à Casablanca, une grande manifestation
sportive et culturelle destinée aux personnes âgées. Cette journée, qui a pour slogan
« Personnes âgées et innovation », réunira
une centaine de personnes âgées de 60 ans
et plus, en majorité des retraités de différents
secteurs. Le but principal étant de transmettre des messages clairs sur les bonnes habitudes de vie et la promotion de la santé tout
le long de l’existence. Quelques chiffres pour
mieux comprendre le Phénomène du vieillissement. En 1990, près d’un demi-milliard de
personnes (9% de la population mondiale)
étaient âgées de plus de 60 ans. En 2030, ce
nombre aura triplé pour atteindre 1,4 milliard. Cependant, l’importance et surtout le
rythme d’évolution de ce vieillissement est
différent d’un pays à l’autre. Le doublement
de la proportion des personnes âgées de 9
Des Jeunes et des moins jeunes unies autour de la même cause
% à 18% s’est effectué sur 140 ans en France,
alors qu’en Chine, ce passage n’a nécessité
que 34 ans. Au Maroc, comme dans la plupart des pays en développement, le vieillissement se fera d’une manière plus rapide :
de 2004 à 2040, soit en moins de 40 ans, la
proportion des personnes âgées de 60 ans et
plus va passer de 8% à 20%. Cette transition
démographique ne manquera pas de poser
à notre pays d’énormes défis qu’il s’agit de
relever, en particulier dans le domaine social,
médical et des régimes de retraite. Présidée
par le Dr Mustapha OUDRHIRI, gériatre à l’hôpital Mohamed Sekkat à Casablanca, l’ «ÂGE»
a été créée il y a deux ans par un ensemble de
professionnels de la santé, dont des gériatres,
afin qu’ils apportent leur contribution dans le
domaine de la gérontologie. Outre l’organisation de manifestations à caractère culturel
et sportif visant les personnes âgées, l’ «ÂGE»
a pour objectif de participer, à travers la tenue de rencontres nationales annuelles, à la
formation continue des professionnels de la
santé en matière de gérontologie.
Flash Santé
9
greffe de la cornée
Les Lions Clubs du Maroc apportent leur contribution
à la lutte contre la cécité réversible
La dernière campagne de communication
du ministère de la Santé portant la signature
«Sihatouna ; Souloukouna » faisait bien le lien
entre la qualité de notre santé et nos comportements individuels et collectifs. C’est bien
vrai pour la lutte contre la cécité réversible,
œuvre majeure de l’action solidaire des lions
Clubs du Maroc, qui ont entrepris depuis
l’année dernière un vaste mouvement de sensibilisation de tous les acteurs concernés par la
greffe de cornée dans notre pays. L’objectif assigné à cette mobilisation était de contribuer à
dépasser la situation de blocage que connaissait le Maroc en matière de greffe de cornée
afin d’en porter le nombre, d’une centaine par
année, à une moyenne d’un millier, tout en
rendant cette intervention plus à la portée de
la population démunie.
Grâce à la forte implication de la ministre de
la Santé, une série de solutions immédiates
a été dégagée et des résultats ont très vite été
obtenus.
- La généralisation de la procédure d’importation de cornées à tous les CHU qui
deviennent ainsi des centres-pivots pour la
commande, la réception et le dispaching des
greffes sur les plateaux opératoires publics
ou privés autorisés à procéder à cette greffe ;
- La possibilité pour les cliniques privées
de postuler auprès du ministère pour être
agréées à importer des cornées via les CHU
de leur région;
Parallèlement, une réflexion est entreprise
pour favoriser légalement :
- La pratique du prélèvement, tout en entamant une vaste campagne de sensibilisation
du plus grand nombre de citoyens et en facilitant -dans la sécurité- cette opération;
- La création de banques des yeux régionales,
sous l’égide du ministère de la Santé, permettant ainsi la conservation et le service
des greffons dans des conditions de transparence totale.
Les Lions Clubs du Maroc, déterminés à
poursuivre cet engagement dans la durée, ont
décidé de créer une « Fondation des Lumières » destinée à réunir, outre des membres des
Lions Clubs du Maroc, des ophtalmologistes
nationaux et internationaux, des CHU et des
cliniques privées partenaires. Cette Fondation établira des partenariats particuliers avec
le ministère de la Santé, des organismes spécialisés tels que l’OMS, l’OPC, la LCIF ainsi
que d’autres acteurs nationaux et internationaux dans la lutte contre la cécité réversible.
Flash Santé
10
L’alcoolisme chronique
Et ses répercussion
sur les rythmes
circadiens
L’alcool dérèglerait l’horloge interne,
c’est ce qui a été affirmé par une équipe
américaine qui a procédé à la perturbation de la vie nocturne de trois groupes
de hamsters soumis respectivement à
de l’eau pure, à de l’eau additionnée de
10 % et 20% d’alcool. Résultat de cette
étude, les animaux alcoolisés ne sont pas
arrivés à adapter leurs rythmes veille/
sommeil et d’activité à ces changements,
ce qui perturbé leurs périodes d’activité
naturelle. Ces modifications du rythme
circadien ont persisté même après l’arrêt
de l’intoxication. De plus, l’équipe a noté
un effet-dose pour ces changements.
Les chercheurs estiment donc que
même chez l’être humain, l’horloge interne pourrait se dérégler pendant 24 h
(voire plus) à cause d’une forte dose d’alcool administrée le soir, que l’alcoolisme
chronique pourrait modifier les périodes
d’activité et que ces effets pourraient
persister même après le sevrage !
Insuline
Un gène de résistance identifié
Certificat d’université
«Douleur et Soins
de Support»
La Faculté de Médecine et de Pharmacie
de Rabat propose un Certificat Universitaire: CU Douleur et Soins de Support.
Destiné aux médecins généralistes et spécialistes ce CU est affilié au Département
des Sciences cliniques médicales et à l’UFR
d’Anesthésie Réanimation.
La formation se passe dans les locaux de
la FMPR sous forme de cours théoriques et
pratiques s’étalant sur une durée d’une année avec un volume horaire de 60 heures.
Le contenu concerne les bases neurophysiologiques de la douleur, la douleur aiguë
et la douleur chronique, les thérapeutiques antalgiques, les soins palliatifs etc..…
Le responsable Pr Nejmi Maati dont le
numéro de téléphone est le 0661171969,
e-mail : mati.nejmi@menara.ma, est là
pour vous donner de plus amples informations sur ce CU.
Il est à noter que le dernier délai pour les
inscriptions est la FIN octobre.
Lésions précancéreuses
Un travail de collaboration mené au Canada, au Royaume-Uni et en France a permis de réaliser un progrès dans
le décryptage du diabète de type 2 (DT2). Il s’agit de la
découverte de l’implication du gène IRS1 qui pourrait
conduire à un meilleur traitement et à une compréhension plus poussée des mécanismes par lesquels la maladie
se développe. Ce qui différencie ce gène à ceux antérieurement identifiés, c’est qu’il n’affecte pas la production de
l’insuline par la cellule bêta, mais il réduit son effet sur les
muscles, le foie et les tissus adipeux. C’est un gène d’insulino-résistance. Le travail a été réalisé en plusieurs étapes,
selon un protocole étudié pour maximiser le pouvoir
statistique, expliquent les chercheurs.
L’efficacité du peeling
mise en avant
Des chercheurs japonais ont traité au
peeling du phénol 46 patients présentant
une kératose actinique ou une maladie de
Bowen, pour évaluer l’effet de ces peelings
sur des biopsies cutanées. Après avoir été
suivis durant 1 an au moins, 84,8 % des
patients ont présenté une réponse complète au traitement après 1 à 8 séances,
l’amélioration clinique étant bien corrélée
à l’histologie des lésions, aux antécédents
personnels de lésions cancéreuses cutanées, à l’épaisseur tumorale et à l’expression de la cycline A. D’après les chercheurs,
ces deux derniers paramètres pourraient
être considérés comme des marqueurs
spécifiques permettant de prédire l’efficacité du phénol sur ces lésions.
Flash Santé
11
Actu produits
12
ZOXAN LP 4mg
DOXAZISINE
LP 4
MG
Les laboratoires Pfizer, à l’écoute de la santé de l’homme, mettent aujourd’hui à votre disposition :
une boîte de 28 comprimés à Libération Prolongée.
L P 4 mg est un alphabloquant sélectif qui
est indiqué pour le traitement des symptômes de
l’Hypertrophie Bénigne de la Prostate. Il améliore
rapidement les symptômes irritatifs et obstructifs de
l’H.B.P.
Doté d’une efficacité démontrée dans plusieurs études
et d’un bon profil de tolérance, ce médicament est
efficace à la dose usuelle de 1 comprimé de 4 mg 1 fois/
jour, au cours ou en dehors des repas et sans aucune
adaptation posologique chez le sujet âgé ou l’insuffisant
rénal. Le comprimé devra être avalé entier, avec un
verre d’eau, sans être croqué, écrasé ou coupé. Au
besoin, la dose pourra être augmentée à 8 mg/jour, en
une seule prise.
L P 4 mg ,
P.P.M.
dhs
280
Amlor Plus
amlodipine/atorvastatine
Les laboratoires Pfizer ont le plaisir de mettre à votre disposition leur nouvelle spécialité : Amlor Plus.
Amlor Plus est une association fixe d’Amlodipine bésylate et d’Atorvastatine Calcium sous 2 dosages :
n Amlor Plus : 5mg amlodipine/10mg atorvastatine, boîte de 30 comprimés, PPM : 246,50 DH.
n Amlor Plus : 10mg amlodipine/10mg atorvastatine, boîte de 30 comprimés, PPM : 246,50 DH.
Pourquoi le plus ?
En raison du bénéfice cardio-vasculaire additionnel apporté par l’ajout de l’atrovastatine 10 mg aux patients hypertendus traités par
l’amlodipine.
Amlor Plus est indiqué en prévention d’événements cardio-vasculaires chez des patients hypertendus ayant 3 facteurs de risque
cardio-vasculaire associés, avec un cholestérol normal à modérément élevé sans
maladie coronaire avérée et chez lesquels, selon les recommandations en vigueur,
l’utilisation concomitante d’amlodipine et d’une faible dose d’atorvastatine est
adaptée.
Amlor Plus présente un bon profil de tolérance. Les effets indésirables les plus
fréquemment rencontrés sont des céphalées, des œdèmes périphériques et des
vertiges. Ces effets sont légers à modérés et surtout transitoires.
Amlor Plus, du fait de cette association, fixe et assure à ces patients hypertendus
avec d’autres facteurs de risque, une plus grande adhésion au traitement.
Le Plus c’est donc plus de protection cardio-vasculaire, plus de maniabilité et
plus d’adhésion au traitement.
MONURIL Adulte 3 g
Actu produits
Fosfomycine Trométamol.
n Laboratoires : ZAMBON et SOTHEMA.
n Indications thérapeutiques :
Traitement des cystites aiguës non compliquées
de la femme.
n Présentations :
Sachet en dose unique de 3g, PPM 142 DH
CYSTINAT
Extrait De Canneberge
n Laboratoires : THERAPHARM et IPHADERM
n Indications thérapeutiques :
Prévention des cystites récidivantes.
Curatif : dès les premières gênes urinaires.
n Présentations : Boîte de 28 comprimés
PPM 99 DH
PERFECTIL
Complément alimentaire.
n Laboratoires : IPHABIOTICS et THERAPHARM
n Indications thérapeutiques :
Nutriment essentiel améliorant le bien-être
général, la santé et l’apparence de la peau, des
cheveux et des ongles.
n Présentations :
Boîte de 30 capsules, PPM 189 DH
OEDES I.V
Oméprazole.
n Laboratoires : COOPER MAROC
n Indications thérapeutiques :
Traitement antisécrétoire gastrique lorsque la
voie orale est impossible.
n Présentations :
Boîte unitaire 40 mg pour injection en I.V,
PPM 95 DH
Boîte de 5 à 40 mg (modèle hospitalier)
BIOFAR
Digestion
n Laboratoires : BIOFAR.
Changement de l’appellation de PHYTOVESCENT
Digestion par BIOFAR Digestion.
n Indications thérapeutiques :
Action stimulante sur la sécrétion des sels
biliaires et sur le transit intestinal.
Action protéolytique et métabolique.
n Présentations :
Boîte de 10 comprimés effervescents
PPM 69.00 DH
Boîte de 20 comprimés effervescents
PPM 129 DH
NO-SPA® forte
POUR SOIGNER LES SPASMES
DOULEUREUX
13
nouveau
Les laboratoires SanofiAventis Maroc viennent
de mettre sur le marché
marocain leur nouvelle
spécialité à base de
Drotavérine, le NO-SPA®
forte. Cet antispasmodique
vient compléter la gamme de
NO-SPA® déjà disponible: le
NO-SPA® comprimés 40 mg,
en boîte de 20 comprimés, et le NO-SPA®
injectable 40 mg, en boîte de 5 ampoules de 2 ml.
NO-SPA® forte, produit à base de Drotavérine 80 mg, est indiqué chez
l’adulte et l’enfant à partir de 1 an, pour le traitement des spasmes des muscles lisses
d’origine biliaire, urinaire, gastro-intestinale et gynécologique.
NO-SPA® forte peut être administré chez l’adulte en comprimés de 120 à 240 mg/
jour (en 2 à 3 prises), chez l’enfant en comprimés de 40 à 120 mg/jour (en 2 à 3 prises)
et chez l’enfant de plus de 6 ans de 80 à 200 mg par jour (en 2 à 5 prises).
NO-SPA® sera commercialisé au prix de 47 Dh Ttc.
Diaphanyl hydra
Pour soigner les pieds secs et
déshydratés et les pieds des
diabétiques
Le Centre Africain Pharmaceutique et les laboratoires Santofact Nederland
mettent sur le marché le Diaphanyl hydra, un
soin quotidien préventif au Panthenol, à l’Urée
et à l’Allantoine (tube de 100 ml P.V.C, 89 DH),
pour les pieds secs et déshydratés et les pieds des
personnes diabétiques.
Diaphanyl hydra est une crème riche et onctueuse,
enrichie en agents hydro-fixateurs, qui permet une
hydratation intense (contre la déshydratation),
une protection anti-bactérienne et anti-radicalaire
optimale et procure un confort maximal grâce à
son effet émollient, son action anti-inflammatoire
et son fort pouvoir cicatrisant et régénérateur
cutané. Diaphanyl hydra, crème à la texture
agréable et au parfum léger, qui est indiquée
comme soin hydratant quotidien et préventif, doit
être appliquée 2 fois par jour en massages légers.
14
Fondamentaux
la Douleur
n’est plus
une fatalité
Décrétée par l’OMS comme étant une priorité de santé publique mondiale,
la douleur quitte timidement le domaine du non-dit par les malades, du
non-entendu par les professionnels et du non reconnu par la société.
Pourtant, ses conséquences émotionnelles, physiques, sociologiques et
économiques sont énormes et sa prise en charge est possible.
Avec la collaboration du Pr NEJMI Mati, chef de service Anesthésie et réanimation à l’INO, Coordinateur
du Centre National des soins palliatifs et de traitement de la douleur et directeur du programme de
recherche douleur sans frontière.
T
out le monde en a souffert un
jour ou l’autre. Petite ou grande,
la douleur est différemment vécue. Tout aussi complexe que ses
multiples causes, elle reste autant perçue
que le nombre de personnes qui s’en plai-
gnent. Sacrifice, offrande à Dieu… Sur un plan plus technique, et jusqu’à la
elle n’a cessé d’inspirer les compor- fin des années soixante-dix, la douleur
tements et les opinions les plus va- n’était enseignée aux futurs praticiens
riés de l’Antiquité
que sous l’aspect
à nos jours. Ses
d’un mal nécessaire,
préceptes ont auscomme symptôme
si pendant longrévélateur de la maSur 35.000
ladie. La prise de
temps dominé la
nouveaux cas de
conscience de la nétradition
médicancers enregistrés
cessité de prendre en
cale. Ainsi, en 1847,
annuellement
au
François Magendie
charge la douleur est
Maroc, 83 % d’entre
s’opposait-il à l’anesdonc récente. En efeux consultent au
thésie, accusée, selon cet
fet, ce n’est que dans
éminent
physiologiste,
les années quatrestade de la métastase
de «réduire les patients à
vingt qu’on a comet nécessitent un
l’état de cadavres que l’on
mencé à se pencher
traitement antalgique.
coupe impunément et
sérieusement
sur
sans aucune souffrance.»
l’amélioration
des
Plus près de nous, enconnaissances sur la
tre les deux guerres, Georges Duhamel, physiopathologie de la douleur, de la déchirurgien et écrivain, faisait encore l’élo- couverte des récepteurs opioïdes (1975)
ge de la souffrance: «Elle donne la mesure et de l’assouplissement des contraintes de
de l’homme.»
la prescription de ces derniers. Cet intérêt
Fondamentaux
15
16
Fondamentaux
est né de la nécessité d’améliorer la qualité de vie et de prévenir le développement
d’une douleur chronique ou « douleurmaladie » avec tout ce que cela entraîne
comme répercussions sur le psychisme, la
mémoire, le comportement de l’individu
et son entourage.
Avancées diagnostiques
et thérapeutiques
Aujourd’hui, la lutte contre la douleur est
un véritable enjeu de santé publique, un
critère de qualité des soins et d’évolution
d’un système et d’un établissement de
santé. L’Association internationale sur
l’étude de la douleur (IASP), qui l’a définie
comme étant «une expérience sensorielle
et émotionnelle désagréable associée à un
dommage tissulaire présent ou potentiel,
ou décrite en termes d’un tel dommage»,
a même instauré une journée mondiale
entièrement dédiée à la question. Célébrée le 12 octobre de chaque année, elle
vise à mieux sensibiliser les pouvoirs et le
grand public sur la nécessité de se mobiliser pour une prise en charge adéquate
de ce phénomène sous-estimé, mais en
nette évolution. En effet, les statistiques
publiées par cet organisme international
révèlent qu’une personne sur cinq souffre de douleurs chroniques modérées ou
aiguës et une sur trois est incapable ou
difficilement capable de préserver son
mode de vie en raison de la douleur. Pour
l’OMS, le traitement de la douleur et les
soins palliatifs font partie intégrante du
droit à la santé, en particulier pour les
personnes atteintes de maladies chroniques telles que le cancer ou le VIH/sida.
Autre preuve de cet intérêt grandissant, la
multiplicité des études scientifiques, épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques pour une meilleure connaissance de
ce « signal d’alarme ». Ce dernier a pour
principal rôle de prévenir l’organisme de
la présence d’un désordre susceptible de
lui nuire. Il varie selon plusieurs facteurs
dont la cause, la durée d’évolution, la qua-
Fondamentaux
17
18
Fondamentaux
lification (pression, brûlure, décharges
électriques…), le mécanisme, la localisation, l’intensité et l’origine. C’est
ainsi qu’on distingue la douleur aiguë,
signal d’alarme d’un dommage tissulaire lié à un traumatisme chirurgical,
par exemple, à la douleur chronique,
maladie à part entière avec une importante altération de la qualité de vie et
un réel retentissement psychosocial.
La prévalence de la douleur chronique
dans la population générale varie entre 25 et 40%. Elle est définie comme
une douleur évoluant depuis plus de 3
à 6 mois et/ou susceptible d’affecter
de façon péjorative le comportement
ou le bien-être du patient; elle inclut
la douleur chronique rebelle, persistant après 6 mois de traitement bien
conduit. Son origine est cancéreuse
dans 20 à 30% des cas. Pour les 70 à
80 % restants, il s’agit essentiellement
de céphalées et de pathologies ostéoarticulaires.
Il existe deux types de douleur: la
douleur nociceptive, encore appelée
«douleur par excès de nociception»,
qui correspond à une lésion ou à une
maladie tissulaire résultant d’un excès
d’afférences nociceptives. La topographie douloureuse est généralement
située en regard de la lésion tissulaire.
Cette douleur est sensible aux antalgiques usuels : paracétamol, acide acétyl-salicylique, anti-inflammatoires
non stéroïdiens et opioïdes. Toutefois,
les progrès de la neurophysiologie et
des sciences neurobiologiques ont inTYPE DE DOULEUR
clus d’autres catégories de douleurs:
les douleurs neuropathiques et les
douleurs psychogènes. Les premières,
qui résultent d’une lésion nerveuse
responsable d’un dysfonctionnement
dans la transmission et le contrôle
des messages douloureux, sont dues à
l’amputation (membre fantôme), au
zona, aux lésions des nerfs, à la paraplégie… Les deuxièmes, en revanche,
sont sans cause organique identifiée.
La liste de ce type de douleur est longue : douleurs par contraction musculaire, fibromyalgie (douleurs diffuses
ressenties dans différentes parties du
corps), céphalée, migraine, etc. Souvent, ce n’est que lorsqu’elle devient
chronique que l’origine psychogène
d’une douleur est évoquée, devant les
résultats négatifs du bilan clinique et
des examens biologiques ou radiologiques.
Étant un phénomène subjectif, individuel, donc difficilement communicable, l’évaluation de la douleur
s’avère indispensable pour une prise
en charge thérapeutique adéquate.
Outre le témoignage oral du patient
et l’observation de son comportement
par le médecin, différentes échelles
sont de mise pour apprécier globalement l’intensité de la douleur ou son
soulagement. Parmi ces instruments,
on retient, à titre d’exemple, l’échelle
verbale simple (EVS) qui se présente
sous forme de 4 ou 5 catégories, avec
chacune un adjectif qui qualifie la
douleur (absente, faible, modérée, in-
DOULEUR PAR EXCÈS DE NOCICEPTION
Diagnostic de la
douleur neuropathique
Le diagnostic de la DN est exclusivement clinique. Il doit être le plus
précoce possible pour limiter le risque
de chronicisation et déboucher sur
une prise en charge spécifique.
Le questionnaire DN4 (Douleur
Neuropathique en 4 questions) est
un outil de diagnostic conçu et validé
par un groupe d’experts français pour
faciliter le dépistage des douleurs
neuropathiques en pratique clinique quotidienne. Ce questionnaire
(tableau II), qui comporte un total de
10 questions, s’appuie exclusivement
sur l’interrogatoire des patients et un
examen succinct de la sensibilité. Les 7
premières questions visent à préciser
les caractéristiques de la douleur. Les
3 autres questions reposent sur un
examen clinique visant à rechercher
une hypoesthésie au tact ou à la piqûre et/ou d’une douleur déclenchée
par le frottement (allodynie). Un score
de 1 est attribué à chaque item positif
et le score DN4 total correspond à la
somme des réponses aux 10 items.
Cet outil permet d’établir le diagnostic
de douleur neuropathique avec une
spécificité de 89,9% pour un score de
4/10, considéré comme la valeur seuil.
DOULEUR NEUROPATHIQUE
Prévalence en
population générale
25 % à 95%
7%
Physiopathologie
Stimulation des nocicepteurs
Lésion ou maladie nerveuse périphérique ou centrale
Sémiologie
Rythme mécanique (augmentation de la douleur par l’activité physique) ou Composante continue ou paroxystique, composante spontanée ou évoquée,
inflammatoire (réveil nocturne causé par la douleur)
dysesthésies, paresthésies
Topographie
Sans systématisation neurologique
Douleur dans un territoire neurologique systématisé
Examen clinique
Examen neurologique normal ; on peut souvent trouver une manœuvre
reproduisant la douleur
Signes déficitaires (hypoesthésie, anesthésie, hypoalgésie), douleurs provoquées
(allodynie, hyperalgésie)
Traitement
Médicaments antalgiques : paracétamol, acide acétylsalicylique et antiinflammatoires non stéroïdiens, opioïdes
Médicaments spécifiques appartenant à la classe des antidépresseurs et des
antiépileptiques
Interrogatoire du patient
Question 1
La douleur presente-t-elle une ou plusieurs
des caractéristiques suivantes ?
Brûlure
Sensation de froid douloureux
Décharges électriques
oui
oui
oui
non
non
non
oui
oui
oui
oui
non
non
non
non
oui
oui
non
non
oui
non
Question 2
La douleur est-elle associée dans la même région
à un ou plusieurs des symptômes suivants ?
Fourmillements
Picotements
Engourdissement
Démangeaisons
Examen du patient
Question 3
La douleur est-elle localisée dans un territoire
où l’examen met en évidence ?
Hypoesthésie au tact
Hypoesthésie à la piqûre
Question 4
La douleur est-elle provoquée ou augmentée par :
Le frottement
Oui : 1 point - Non : 0 point
è
Un score de 10/4 au moins permet d’identifier
correctement %86 des patients atteints de DN (sensibilité à
%82,9 et spécificité à %89,9 pour une valeur seuil ≥ 10/4)
Laboratoires Pfizer S.A.
280, Bd. Yacoub El Mansour, 200 20 Casablanca - Maroc
Tél. : 42 49 39 22 5 )0( 212 - Fax : 86 88 39 22 5 )0( 212
Bouhassira D et al. Comparison of pain syndromes associated with nervous or somatic lesions and development of a new neuropathic pain diagnostic questionnaire (DN4). Pain 36-29 : 114 ; 2005.
Questionnaire DN4 : un outil fiable de
diagnostic de la douleur Neuropathique
20
Fondamentaux
tense, extrêmement intense),
ainsi que l’échelle numérique
(EN). Cette denière permet au
patient de donner, pour les 3
types de douleurs précédentes,
une note de 0 à 10 (ou 0 à 100).
Enfin, on utilise aussi l’Échelle
Visuelle Analogique (EVA).
Échelle d’autoévaluation sensible, reproductible, fiable et
validée aussi bien dans les situations de douleur aiguë que de
douleur chronique, que celles-ci
soient en rapport ou non avec
un cancer. Autant que possible,
elle doit être utilisée en priorité. Elle se présente sous forme
d’une réglette en plastique de
10 cm, graduée en mm, qui peut
être présentée au patient horizontalement ou verticalement.
Sur la face présentée au patient
se trouve un curseur qu’il mobilise le long d’une ligne droite
dont l’une des extrémités correspond à «Absence de douleur»,
et l’autre à «Douleur maximale
imaginable». Le patient doit, le
long de cette ligne, positionner
le curseur à l’endroit qui situe
le mieux sa douleur. Sur l’autre
face se trouvent des graduations
millimétrées vues seulement
par le soignant. La position du
curseur mobilisé par le patient
permet de lire l’intensité de la
douleur, mesurée en mm.
Cette pratique est importante
car elle conditionne le type de
traitement à prescrire. L’utilisation d’analgésiques associés au
traitement de la cause de la douleur apporte un soulagement
dans de nombreux cas, notamment dans les douleurs aiguës.
Le traitement des douleurs
chroniques prend en compte les
différents aspects de ce type de
douleur : physique, psychologi-
que, social. Il fait donc appel à
des moyens très divers : médicamenteux, mais aussi physiques,
psychologiques et chirurgicaux.
Pour ce qui est des antalgiques
en usage, selon les recommandations de l’OMS, ils peuvent
être classés en trois paliers, en
fonction de leur niveau d’efficacité. L’absence d’efficacité
d’un analgésique de l’un des paliers conduit à l’utilisation d’un
analgésique du palier supérieur.
Ainsi, le niveau I correspond au
paracétamol, à l’aspirine et aux
anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), utiles en cas de
douleurs faibles à modérées. Le
niveau II correspond à l’association des médicaments du niveau
I à des morphiniques mineurs
(codéine, dextropropoxyphène),
et Tramadol, prescrits pour des
douleurs modérées à intenses.
Enfin, le niveau III correspond
essentiellement à la morphine
et à ses dérivés. C’est un analgésique puissant, indispensable
pour traiter les douleurs très intenses de type post-opératoire
et cancéreux.
Malgré ces mesures prises à
l’échelle mondiale, de nombreux
obstacles entravent encore le recours au schéma thérapeutique
arrêté par l’OMS en 1986. Ces
freins se rapportent notamment
aux réticences des patients à signaler leur douleur, particulièrement en cas de maladie grave
(crainte de la signification d’aggravation et de récidive qu’elle
peut revêtir), aux différences
d’estimation de la douleur entre
les patients et les soignants ou
aux réglementations contraignantes imposées par les États
(dont le Maroc) pour la prescription de la morphine.
Qu’en est-il au Maroc ?
À l’échelle nationale, la douleur incite une mobilisation plus intense de la part des professionnels de la
santé, des patients et des instances concernées. Les
données épidémiologiques révèlent que chez les patients, la douleur est très fréquente (64 % des motifs
de consultation), toutes spécialités confondues.
Alors qu’il y a 35.000 nouveaux cas de cancers par an
au Maroc, 83 % d’entre eux consultent au stade de la
métastase et nécessitent un traitement antalgique.
74 % des patients atteints par le HIV ont des douleurs
très rarement prises en charge et 75 % des patients
opérés souffrent atrocement pendant les quarantehuit premières heures post-opératoires. Il en ressort
également que 56 % des cancéreux souffrent de
douleurs sans aucun traitement antalgique et que
ceux qui sont traités le sont de façon inadéquate. Ces
insuffisances d’application des recommandations
de bonnes pratiques sont liées à un besoin pressant
en information et formation des professionnels de la
santé et à l’inaccessibilité à des médicaments plus efficaces (comme la morphine) contre les douleurs sévères. Mais là encore, les contraintes administratives
pour la prescription de morphine constituent une
barrière de taille à l’usage de ce produit. Une telle
restriction reste étroitement liée à une perception
négative et injustifiée vis-à-vis de ce médicament.
Une lueur d’espoir est toutefois permise avec la création d’un centre national de traitement de la douleur à l’Institut national d’oncologie à Rabat. D’une
superficie de 1000 m2, il nécessitera une enveloppe
budgétaire de plus de 9.467.000 DH. Il sera composé
d’une unité d’hospitalisation, d’une unité technique
composée d’une salle d’opération et de stérilisation,
d’une unité de consultation et de gestion administrative, ainsi que d’une salle pour les séminaires. À travers cette structure sanitaire, première en son genre
au Maroc, le pays vise à atténuer la souffrance des
patients, à former le personnel médical et paramédical dans le domaine du traitement de la douleur,
ainsi que de promouvoir la recherche clinique dans
ce domaine.
Fondamentaux
Notre qualité était reconnue,
aujourd’hui elle est certifiée
21
22
univers pharma
Amri T. Oualid
Nouveau président
du syndicat des
pharmaciens de
Casablanca
Le Docteur Amri T. Oualid,
Docteur en pharmacie,
pharmacien d’officine,
membre du conseil régional
des pharmaciens d’officine
du sud et vice-président de
la fédération des pharmaciens du Maroc depuis peu, a
été récemment nommé président du bureau du syndicat des
pharmaciens de Casablanca. Durant
son mandat, le Dr Amri et son bureau
prévoient d’organiser différentes manifestations et surtout de tout mettre en œuvre pour défendre les intérêts
des pharmaciens. En effet, selon le nouveau président, le bureau du
syndicat des pharmaciens vise à collaborer avec toutes les composantes de la profession, à savoir les différents organismes professionnels
(conseil de l’Ordre, fédération…), mais également avec les industriels
des produits pharmaceutiques, les grossistes répartiteurs et même
les médecins, si nécessaire, afin d’examiner tous les problèmes des
pharmaciens en amont et en aval : « Si on ne met pas le doigt sur les
réels soucis et sur la source des problèmes des pharmaciens, on ne
pourra pas faire évoluer nos officines et ceci se fera en collaboration
avec notre fédération », souligne le Dr Amri.
Constatant tous les bouleversements dans le quotidien des pharmaciens, le bureau du syndicat des pharmaciens de la wilaya du Grand
Casablanca va faire de la formation continue l’une de ses priorités.
Ainsi, en partenariat avec les laboratoires L’Oréal, le bureau organisera un cycle de formation continue s’étalant sur toute l’année à
raison d’une formation par mois sur différents thèmes comme la
dermocosmétologie, un rappel sur les différentes formes galéniques,
le merchandising, les techniques de vente, la gestion des ressources
humaines…
D’autres partenariats avec des laboratoires pharmaceutiques sont
prévus, comme celui avec Pfizer (en collaboration avec la faculté de
médecine et de pharmacie de Casablanca), le but étant d’arriver en
moyenne à deux ou à trois formations continues par mois.
Le bureau du syndicat des pharmaciens de Casablanca organise le 14
novembre ses journées sous le thème : « L’officine : les pharmaciens
sur les genoux », afin de discuter, traiter et surtout solutionner les
problèmes que rencontre quotidiennement le pharmacien marocain.
Des manifestations culturelles et des participations à des œuvres
caritatives sont également prévues « Nous voulons également développer et mettre en valeur le rôle citoyen du pharmacien », conclut le
Dr Amri.
Ménopause
Même précoce, le THM
augmenterait le risque
de cancer du sein
Selon les derniers résultats de l’étude E3N menée
en France, même commencé tôt le traitement
hormonal de la ménopause (THM) ne limite pas
le risque de cancer du sein, bien au contraire, il
l’accroîtrait! Il faut dire que l’Agence française
de Sécurité sanitaire des Produits de Santé
(AFSSaPS) recommande d’instaurer le THM dès
les premiers signes fonctionnels de la ménopause,
mais les travaux de l’Unité « Nutrition, hormones
et santé de la femme » de l’INSERM démontrent
que c’est uniquement avec un THM initié peu de
temps après la ménopause que le risque de cancer
du sein est augmenté ! Néanmoins, les chercheurs
disent que certains THM dont la composante
progestative contient de la progestérone (les plus
utilisés en France) pourraient ne pas comporter de
risque aggravé s’ils sont utilisés durant moins de
deux années. Cette étude montre également que le
niveau de risque revient à la normale dès l’arrêt du
THM.
EllaOne
la pilule du surlendemain
Le laboratoire HRA Pharma a mis au point une
nouvelle pilule contraceptive, l’EllaOne. Il s’agit
d’un contraceptif dont le fonctionnement est
semblable à la pilule du lendemain, mais qui agit
sur une période de cinq jours après les rapports
sexuels. Cette innovation, qui bloque l’ovulation,
modifie la muqueuse utérine et empêche le début
d’une grossesse non désirée grâce
à un modulateur spécifique
des récepteurs à la progestérone (SPRM),
reste à 95 %
efficace pendant
cinq jours. Cette
pilule a été autorisée à la vente
en Europe, sur
prescription médicale. À quand sa
mise sur le marché
marocain?
univers pharma
23
24
univers pharma
Les pharmaciens
présents au ftour organisé par le Centre Africain Pharmaceutique
et les laboratoires SVR
Comme à l’accoutumée, le Centre Africain Pharmaceutique
et les Laboratoires SVR ont organisé le 10 septembre dernier
une soirée ftour pour les pharmaciens à l’hôtel Le Royal Mansour Méridien, à Casablanca. Ce F’tour, qui a réuni plus de 200
pharmaciens d’officine de Casablanca, Rabat et Mohammedia,
s’est déroulé dans une ambiance très agréable.
Étaient présents Mr. Kamal BELHAJ, Président de la Fédération Nationale des Syndicats des Pharmaciens du Maroc,
Mr. Ilias KABBAJ, Président du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens du Sud, Mr. Oualid AMRI, Président
du syndicat des pharmaciens de Casablanca, Mr. Abderrahim
CHAOUKI, Président du Syndicat des pharmaciens de Mohammedia et Mr. Tariq RAQI, Président du Syndicat des pharmaciens de Khouribga.
Le Ftour a été animé par un groupe de musiciens andalous et de
jeunes et talentueux humoristes marocains.
Une formation et des produits de qualité
pour une réussite assurée
Savez-vous que pour traiter un torticolis
récidivant, il suffit de porter un collier pendant 3 à 5 jours ?
… Que pour traiter les arthrites, tendinites
et entorses, des orthèses du poignet rigides
ont fait leurs preuves ?
… Qu’une sciatique pour laquelle les
anti-inflammatoires ne font que soulager la
douleur peut être guérie par le port d’une
ceinture lombaire spécifique ?
… Que des orthèses de dernière génération permettent au patient atteint d’arthroses du genou de vivre normalement ?
Aujourd’hui, l’orthèse non invasive entre
dans le conseil pharmaceutique comme
produit qui protège, soulage, voire guérit.
L’orthèse est par excellence l’alternative
thérapeutique qui permet au patient de
guérir dans les meilleures conditions, tout
en lui permettant de maintenir normalement son activité quotidienne.
Cependant, l’efficacité des orthèses dépend de ses composants rigidifiants, de la
qualité thérapeutique des matériaux et du
confort qu’elle procure au patient.
Il est bien entendu que la prise en charge
du patient dépend d’une part de la qualité
de l’orthèse et d’autre part d’un conseiller
ayant une formation assurant une meilleure délivrance.
Dans cette optique médicale, VALPHARMA,
en partenariat avec GIBAUD-ossur, propose
un cycle de formation certifiante dont l’objectif est de permettre aux pharmaciens:
n De connaître les différentes pathologies
orthopédiques et les orthèses qui y sont
adaptées,
n De connaître les mécanismes d’action
des orthèses et leur intégration dans la
meilleur stratégie thérapeutique,
n D’acquérir la compétence de base
du « pharmacien-orthésiste » en leur
apportant les moyens nécessaires pour
honorer la prescription médicale des
orthèses.
n De pouvoir délivrer l’orthèse non-invasive comme une alternative thérapeutique.
univers pharma
25
GLOSSAIRE
26
Dysfonctionnement érectilE
Traitement par voie orale
Les trois principes actifs contenus dans les médicaments oraux destinés au traitement du dysfonctionnement érectile sont le sildénafil, le vardénafil, le tadalafil. Utilisés comme inhibiteurs
de la phosphodiestérase, ces médicaments agissent sur le relâchement des muscles lisses du
corps caverneux en augmentant le flux artériel à l’origine de l’érection. Bien évidemment, ils ne
sont efficaces que si leur prise est associée à une stimulation sexuelle. Les effets secondaires les
plus fréquents sont des maux de tête, des rougeurs au niveau du visage, une dyspepsie gastrique,
des palpitations et une congestion nasale. Des douleurs musculaires ou dorsales ainsi qu’une
baisse de la vision sont également susceptibles de faire leur apparition. Les personnes ayant des
problèmes cardiaques ne doivent pas prendre ces médicaments sans l’avis d’un cardiologue.
Tadalafil
Présentations / PPM
Spécialité Laboratoires
CIALIS
BTE DE 2 CPS
Eli Lilly
224,00 Dh
Vardenafil
Spécialité
LEVITRA
Présentations / PPM
Laboratoires
CPR. PELLIC.
10 MG BTE DE 1
CPR. PELLIC.
20 MG BTE DE 1
CPR. PELLIC.
10 MG BTE DE 2
CPR. PELLIC.
20 MG BTE DE 2
CPR. PELLIC.
10 MG BTE DE 4
CPR. PELLIC.
20 MG BTE DE 4
Bayer Shering Pharma
130,00 Dh
165,00 Dh
250,00 Dh
320,00 Dh
445,00 Dh
575,00 Dh
Sildenafil
Spécialité Laboratoires
Présentations / PPM
25 MG / 1CP 25 MG / 2CPS 25 MG / 4CPS 50 MG / 1 CP 50 MG / 2CPS 50 MG / 4CPS 100 MG / 1CP 100 MG / 2CPS 100 MG / 4CPS
ERECTOR
GENPHARMA
VIRECTIL
PHARMA 5
49,00 Dh
VIBREX
GALENICA
50,00 Dh
ZOLTAN
NOVOPHARMA
50,00 Dh
VIGOREX
PHI
63,00 Dh
ERA
COOPER
69,50 Dh
230,00 Dh
VIAGRA
PFIZER
132,60 Dh
448,80 Dh
25,00 Dh
45,00 Dh
80,00 Dh
35,00 Dh
65,00 Dh
97,00 Dh
120,00 Dh
70,00 Dh
133,00 Dh
260,00 Dh
179,00 Dh
68,00 Dh
155,00 Dh
75,00 Dh
270,00 Dh
170,00 Dh
581,40 Dh
195,00 Dh
210,00 Dh
Afin d’éviter de publier des informations erronées, les produits des laboratoires n’ayant pas répondu à notre demande ne figurent pas dans cette liste.
Regagner la confiance du citoyen envers le système de santé à travers
l’amélioration de l’accueil, la fourniture de l’information, la prise en charge
correcte des urgences et de la disponibilité des médicaments.
GLOSSAIRE
Pour un soulagement rapide,
les patients ont besoin de plus que les IPPs.
IPP + Gaviscon
PRESCRIVEZ VOTRE FORMULE GAGNANTE.
Les patients auxquels on a prescrit que des IPPs pour le traitement de RGO peuvent
toujours souffrir de symptômes de reflux d’acide gastrique – “breakthrough” - de pepsine ou
de bile. Augmenter simplement la dose d’IPP n’est pas la solution idéale pour un soulagement
rapide. Gaviscon Liquide assure un soulagement beaucoup plus rapide que les IPPs ou les
antihistaminiques H2* vu qu’il forme une puissante barrière physique qui soulage et
empêche les symptômes douloureux de reflux oesophagien. Alors, lorsque vous prescrivez
des IPPs, prescrivez Gaviscon: il assure un soulagement rapide que les patients peuvent
réellement ressentir.
* Soulagement ressenti par 74% des patients dans un intervalle de 5 minutes. Aubertin et Al Dietology 1985
Un soulagement rapide que vous pouvez réellement ressentir.
Composition: alginate de sodium 500 (mg/10 ml), bicarbonate de sodium 267(mg/10 ml), carbonate de calcium, carbomère, parahydroxybenzoate de méthyle,
parahydroxybenzoate de propyle, hydroxide de sodium, saccharinate de sodium, essence de fenouil, erythrosine et eau purifiée, ce produit est sans sucre et sans
gluten. Indications: peut être utilisé pour le traitement du reflux gastro-oesophagien, des brûlures d’estomac et de flatulence causés par le reflux gastrooesophagien. Posologie et mode d’emploi: Adultes et enfants de plus de 12 ans: 10 à 20 ml (deux à quatre cuillerées de 5ml) après les repas et au coucher, Enfants
de 6 à 12 ans: 5 à 10 ml (une à deux cuillerées de 5ml) après les repas et au coucher, Enfants de 2 à 6 ans: doit uniquement être donné sur avis médical. Mécanisme
d’action: forme une barrière physique qui flotte sur le contenu de l’estomac et aide à garder tous les composants agressifs (acide, pepsine et bile) du contenu de
l’estomac là où ils doivent demeurer. Utilisation en période de grossesse et de lactation: ne pose aucune inquiétude pour la mère ou le bébé. Précautions: la teneur
en sodium impose des précautions particulières chez les patients pour lesquels un régime désodé strict est recommandé, ne pas prendre en cas d’allergie à l’un
des composants. Effets indésirables: dans de très rares cas, les patients sensibles à certains constituants peuvent présenter des manifestations allergiques, une
utilisation prolongée pourrait augmenter la quantité de calcium dans le sang. Interactions: Aucune interaction médicamenteuse n’est à ce jour connue avec
Gaviscon, en cas de précaution ne prendre aucun autre médicament dans un délai de 2 heures. Conservation: ne pas conserver à une température supérieure à
30° C, ne par réfrigérer ou congeler, ne pas garder plus de 3 mois après ouverture du flacon.
27
Dossier
Dossier
28
La migraine
ce penible
casse-tete
Souvent sous-estimée, la migraine est
une céphalée chronique invalidante
qui perturbe le quotidien de celui ou
celle qui en souffre. Pas totalement
élucidée, on a souvent noté une
prédisposition génétique. Son
diagnostic est principalement clinique
et son traitement a bénéficié de
.grandes avancées
«
j
e souffre de migraine depuis
maintenant 18 ans. J’ai eu ma
première crise à l’âge de 14 ans.
Je tiens cela de ma mère qui le
tient elle-même de ma grand-mère. Depuis deux ans, mes crises sont devenues
plus fréquentes et plus douloureuses.
Je suis obligée de prendre des médicaments puissants. Pour mon travail et
ma vie personnelle, cela devient handicapant et déprimant. Avec le temps, j’ai
appris à ne pas parler de ma maladie, j’ai
l’impression que c’est considéré comme
une maladie imaginaire, ou bien que l’on
pense que je le fais exprès. » Ceux qui,
comme Ghita, brossent ce portrait de la
migraine, se comptent par milliers. Touchant 12% de la population, principalement les personnes de la tranche d’âge
se situant entre 10 et 40 ans, cette forme
particulière de céphalée ou de mal de
tête enregistre une incidence 3 à 4 fois
plus élevée chez la femme, ce qui en fait
une maladie à prédominance féminine.
Elle concerne toutes les couches sociales, sans exception et, dans 70% des cas,
on y retrouve des antécédents familiaux.
Encore mal identifiée, aussi bien auprès
du grand public que par certains praticiens, la migraine est souvent reléguée
au rang des affections psychologiques
contre lesquelles on ne peut rien. Résultat, 50 % des migraineux ne consultent pas et près de la moitié de ceux
qui consultent pensent que leur état ne
s’améliorera pas. Pourtant, ces dernières années, les chercheurs ont progressé
dans la connaissance des mécanismes
Dossier
30
Migraine
»Ce pénible «casse-tÊte
Avec la collaboration du Pr Ilham SLASSI CHRAIBI,
Chef du service de Neurologie CHU Ibn Rochd - Casablanca.
physiopathologiques qui font intervenir des anomalies vasculaires, notamment une vasodilatation des vaisseaux
intracrâniens à la phase douloureuse
et une vasoconstriction en cas d’aura,
ainsi qu’un réflexe axonal dans le système trigémino-vasculaire (innervation par le trijumeau). La découverte
des neuromédiateurs impliqués (la noradrénaline et la sérotonine) a conduit
à l’éclosion d’une nouvelle famille de
médicaments antimigraineux qui interagissent avec le système sérotoninergique du cerveau. Ce qui a permis à la
migraine d’obtenir un statut de «vraie»
maladie, alors qu’elle a été longtemps
considérée comme un simple symp.tôme
Une douleur qui « serre », « bat »
»
et « martèle
Premier motif de consultation en neurologie et très fréquent en médecine
générale, la migraine se définit par des
accès répétitifs de maux de tête souvent
très violents et pulsatiles, qui surviennent par crises et durent de quatre à
soixante-douze heures. La plupart du
temps, elle s’annonce par un certain
nombre de prodromes. Il peut s’agir de
lassitude, d’intolérance aux odeurs,
d’une tendance à la nausée ou à
la somnolence, d’irritabilité, de
boulimie... La crise est souvent
provoquée par un certain nombre de facteurs déclenchants
qui varient d’un migraineux
à l’autre, mais qui semblent
constants chez le même individu : soleil, bruit, odeurs,
lumière, chaleur, transport,
jeûne, certains aliments tel que
le chocolat ou l’aubergine. La
migraine peut aussi être causée
par l’effort sportif ou le manque
de sommeil et un facteur hormonal
est souvent à l’origine de crises liées à
la période de l’ovulation ou des menstruations chez la femme. Enfin, elle
peut avoir une origine psychologique
…tels que le stress, l’émotion, l’anxiété
Une fois installée, la douleur débute
généralement sur un côté de la tête,
mais elle peut gagner tout le crâne.
Durant la crise de migraine, la patiente (ou le patient) présente souvent
des nausées ou des vomissements et
se considère particulièrement gênée
par la lumière (photophobie) et/ou le
bruit (phonophobie) ; elle peut être
contrainte de s’isoler dans l’obscurité
et donc d’interrompre toute activité
professionnelle ou domestique. Chez
un quart des migraineux, on note des
symptômes précédant les maux de tête
sous forme d’aura. D’une durée de 15 à
30 minutes, cette dernière se manifeste
par des troubles visuels (perte d’une
partie du champ visuel, scintillements
lumineux prenant le plus souvent une
forme de zigzag ou de créneau), chez
d’autres patients, il peut s’agir d’une
perte de sensibilité d’un membre, d’un
trouble du langage, voire d’un déficit
de la motricité. La fréquence des crises de migraine varie beaucoup d’un
individu à l’autre. Certaines personnes
en ont quelques-unes par année, tan-
dis que d’autres en ont trois ou quatre
par mois. Dans certains cas, les crises
peuvent survenir plusieurs fois par semaine, mais rarement chaque jour. La
migraine est donc une maladie qui altère de façon notable la qualité de vie
et la productivité de la personne qui en
.souffre
Tous les maux de tête ne sont
pas des migraines
La migraine peut être confondue avec
une céphalée. Les spécialistes en distinguent 3 catégories : les céphalées de
tension, les céphalées symptomatiques
et la céphalée migraineuse (ou migraine) qui représente 15 % de l’ensemble
.des maux de tête
Le premier type, qui peut être épisodique, représente dans la majorité des
cas les céphalées banales dont souffrent
75% de la population. Le terme «ten-
Le saviez-vous?
D
écrite dès l’antiquité, la
migraine a touché même
celui qui est à l’origine du
serment que prêtent nos médecins. Hippocrate aurait en effet luimême souffert de migraine. «Dans
certains cas, la tête tout entière est
douloureuse. D’autres fois, la douleur siège à droite ou à gauche,
parfois elle naît dans le front. C’est
ce que l’on nomme «eterocrania»,
souligne le plus grand praticien
de l’Antiquité. L’Histoire a retenu
le nom de nombreux migraineux
célèbres : Blaise Pascal, Voltaire, Alfred de Vigny, Victor Hugo, George
Sand, Frédéric Chopin, Lewis Carroll, Guy de Maupassant, Sigmund
Freud et André Gide. C’est juste
pour dire à ceux qui souffrent de
cette maladie que la migraine n’est
pas un obstacle au talent.
Dossier
31
Dossier
32
Migraine
Ce pénible casse-tete
modérée, ne s’aggravant pas à l’effort
et non accompagnées de nausées ou
de vomissements. La coexistence de
céphalées de tension et de crises migraineuses chez le même malade se
.rencontre parfois
Dans le deuxième type, la céphalée est
un symptôme de maladie neurologique (tumeur, méningite, accident vasculaire cérébral…), ophtalmologique
(glaucome, trouble de la réfraction,
cataracte…), ORL (sinusite, otite…),
rachidienne, dentaire ou même générale (hypertension artérielle, anémie,
.)…infection
Comment identifier la
? migraine
sion» évoque la tension anxieuse ou la
tension musculaire chez des personnes
tendues et nerveuses qui contractent
inconsciemment leurs muscles cervi-
caux (par exemple, en fin de journée,
après le travail). Il s’agit de céphalées
volontiers continues à type de serrements non pulsatiles, d’intensité
Depuis 1998, l’International Headache
Society (IHS) a établi des critères très
précis pour diagnostiquer la migraine.
Ces critères, exclusivement cliniques,
se définissent à partir des caractéristiques de la douleur et des signes accompagnateurs. Chez l’adulte, le diagnostic sera posé sur la base de l’association
des critères présentés dans l’encadré
.ci-dessous
Chez les enfants, la migraine est plus
souvent frontale ou bilatérale. Elle devient unilatérale à bascule, comme chez
l’adulte, à mesure que l’enfant grandit.
La crise migraineuse peut s’accompagner de nausées, mais dans un cas sur
deux seulement. Les vomissements se
manifestent lors d’une crise sur trois
environ, et les vertiges une fois sur
deux. Enfin, une aura (troubles visuels,
sensitifs ou auditifs) est possible, comme chez l’adulte lors d’une migraine
dite avec aura. Le diagnostic, essentiellement clinique, ne nécessite donc
pas d’examens complémentaires. Il
repose sur une anamnèse méticuleuse
et un examen clinique avisé et complet
recherchant tout stigmate en faveur
d’une autre cause que la migraine à
céphalée. Pour conclure à une migraine, l’examen clinique doit être normal
et les critères de l’IHS réunis, faute de
quoi le médecin étayera son diagnostic
à l’aide d’explorations paracliniques
.orientées par son examen
Dossier
33
Dossier
34
Migraine
»Ce pénible «casse-tÊte
ces dans 70 % des cas, mais ils présentent parfois des effets secondaires. Ces
Critères de diagnostic de la migraine
traitements, qui n’ont aucun effet sur la
sans aura, selon l’IHS
douleur à proprement parler, agissent
exclusivement sur la céphalée migrain Au moins cinq crises répondant aux critères B, C et D,
.neuse
,Crises de céphalées durant 4 à 72 heures sans traitement
n
Les traitements de fond, c’est-à-dire les
:Céphalées ayant au moins deux des caractéristiques suivantes
n
traitements pris de façon continue, in,Unilatéralité dépendamment des crises, sont réser,Pulsatilité vés aux patients qui font une consom,Intensité modérée ou sévère mation médicamenteuse importante
Aggravation par les activités physiques de routine, telles que montée ou (en général 6 à 8 prises par mois depuis
.descente d’escaliers
3 mois) ou qui présentent une maladie
:Durant les céphalées, au moins l’un des caractères suivants
n
migraineuse handicapante avec réper,Nausées et/ou vomissements cussions sur la qualité de vie. Toutefois,
.Photophobie et phonophobie ces patients ne « guérissent » pas de la
migraine et ne sont pas toujours dis.pensés d’un traitement des crises
Comment rendre la migraine est d’espacer le rythme des crises et/ou Il existe de multiples traitements de
? supportable
fond appartenant à des classes théra.de diminuer l’intensité de celles-ci
L’approche préventive vise à améliorer Dans les traitements de crise, on distin- peutiques différentes comme les bêtala qualité de vie des personnes qui ont gue les antimigraineux non spécifiques bloquants ou les anticalciques connus
des migraines importantes, à réduire le et les antimigraineux spécifiques. Dans pour traiter l’hypertension artérielle,
nombre, la fréquence des crises et les le premier cas, il s’agit d’antalgiques mais aussi des antidépresseurs ou des
antiépileptiques. Ce
besoins en médication. Le traitement comme l’aspirine, le
traitement sera prescrit
passe d’abord par l’identification et par paracétamol (associés
pendant plusieurs mois
conséquent par le contrôle des facteurs parfois à la codéine,
et le médecin apprédéclenchants. Pour ce faire, la tenue caféine ou à un léger
La migraine
ciera l’efficacité grâce à
d’un « journal des crises » occupe une opiacé) ou le tramadol
touche
12% de
la tenue (par le patient)
place de choix. On peut y consigner no- (un dérivé morphini.d’un agenda des crises
tamment les éventuels facteurs déclen- que puissant réservé
la population,
Affection parfois très
chants, l’heure de survenue, la durée, aux migraineux séprincipalement
invalidante et gênant
l’intensité, la localisation, les symptô- vères). Il peut aussi
la tranche des
considérablement la vie
mes accompagnateurs. Ce journal per- s’agir d’anti-inflampersonnes âgées
socio-professionnelle
mettra au patient d’apprendre à éviter matoires ou d’antis.entre 10 et 40 ans
et familiale du malade,
les facteurs favorisants et au médecin .pasmodiques
la migraine est aussi le
à mieux cerner les caractéristiques et Ces traitements agispremier motif de dé.donc à mieux adapter son traitement
sent sur la douleur en
Parallèlement à cela, le recours aux trai- général. Alors que dans le deuxième penses en médicaments en France et le
tements s’avère souvent incontourna- cas, les trois molécules disponibles sont premier poste de dépenses en arrêts de
ble. Ceux-ci se divisent en deux types: le tartrate d’ergotamine (dérivé de l’er- .)travail (USA
les traitements qui sont surtout effica- got de seigle) associé à la caféine, la di- Une attitude compréhensive de la part
ces quand ils sont pris en tout début de hydroergotamine administrée par voie de la famille, des amis et des collègues
crise et servent à soulager la douleur ; nasale ou injectable, et enfin les célèbres de travail peut généralement aider à alles traitements de fond qui sont des triptans. Apparus sur le marché dans léger le fardeau des personnes migraitraitements préventifs dont l’objectif les années 90, ces derniers sont effica- .neuses
35
Dossier
Rhufene
®
... et le rhume s'en va
Propriétés
Antalgique.
Antipyrétique.
Décongestionnant nasal.
Indications
Rhinopharyngites
aiguës qui
accompagnent les
états de grippe et
de rhume, avec fièvre
et céphalées.
Rhume
&
Ecoulement
nasal
Maux
de tête
Fièvre
Présentations et Posologie
Boite de 20 Comprimés enrobés
La posologie usuelle est de 1 à 2 comprimés par prise à renouveler
si nécessaire au bout de 6 heures.
Rhufene RHUME est réservé à l'adulte et à l'enfant à partir de 15 ans.
1.Identification du médicament a)Composition qualitative et quantitative Chlorhydrate de pseudoéphédine …… 30 mg
Ibuprofène …… 200 mg Excipients… q.s. pour un comprimé enrobé b)Forme et présentation pharmaceutique Comprimés enrobés, boîtes de 20 c)Classe
pharmaco-thérapeutique Anti-inflammatoire non stéroïdien- vasoconstricteur 2.Indications thérapeutiques Ce médicament contient un anti-inflammatoire non-stéroïdien : ibuprofène est un vasoconstricteur, la pseudoéphédrine. Il est indiqué dans le traitement au cours des rhumes de l’adulte
à partir de 15 ans, des sensations de nez bouché, maux de tête et/ou de fièvre. 3.ATTENTION ! a)Contre- indications Ce médicament NE DOIT PAS ETRE UTILISE dans les cas suivants : -A partir du 6ème mois de grossesse. -Antécédent d’allergie ou d’asthme déclenché par la prise de
ce médicament ou d’un médicament apparenté, notamment autres anti-inflammatoires non stéroïdiens, aspirine, ou antécédent d’allergie aux autres constituants du comprimé, Ulcère de l’estomac ou du duodénum en évolution, Maladie grave du foie, Maladie grave des reins Lupus
érythémateux disséminé, Certaines maladies du cœur (hypertension artérielle sévère, angine de poitrine), Certaines formes de glaucomes (augmentation de la pression dans l’œil), Difficultés à uriner d’origine prostatique ou autre, Traitement par des médicaments antidépresseurs à base
d’IMAO ou moins de 15 jours après l’arrêt de la prise de ceux-ci (médicaments prescrits dans certains états dépressifs), Convul sions anciennes ou récentes. Ce médicament NE DOIT GENERALEMENT PAS ETRE UTILISE, sauf avis de votre médecin : - Jusqu'au 5ème mois inclus de
la grossesse - En cas d’allaitement - En association avec les anticoagulants oraux, les autres anti-inflammatoire non stéroïdiens (y compris les salicylés à fortes doses), l’héparine injectable, le lithium, le méthotrexate (utilisé à des doses supérieures à 15 mg par semaine) et la ticlopidine.
b) Mises en garde spéciales NE PAS LAISSER CE MEDICAMENT A LA PORTEE DES ENFANTS. En cas de surdosage ou de prise par erreur d’une dose trop élevée, prévenir immédiatement un médecin. AVANT D’UTILISER CE MEDICAMENT, CONSULTEZ VOTRE MEDECIN EN CAS
: - D’antécédent d’asthme associé à une rhinite chronique, une sinusite chronique ou des polypes dans le nez. L’administration de cette spécialité peut entrainer une crise d’asthme, notamment chez certains sujets allergiques à l’aspirine ou à un anti-inflammatoire non stéroïdien (cf.
contre-indications). - De prise d’un traitement anticoagulant. Ce médicament peut entrainer des manifestations gastro-intestinales graves. - D’antécédents digestifs (hernie hiatale, hémorragie digestive, ulcère de l’estomac ou du duodénum ancien). - De maladie du cœur, du foie ou du rein.D’hypertension artérielle, d’affections cardiaques, d’hyperthyroïdie (hyperfonctionnement de la grande thyroïde), de troubles de la personnalité ou de diabète. AU COURS DU TRAITEMENT, EN CAS : - De troubles de la vue, PREVNIR VOTRE MEDECIN. - De sensations d’accélération de
battements du cœur, de palpitations, d’apparition ou d’augmentation de maux de tête, d’apparition de nausées, de troubles de comportement : INTERROMPRE VOTRE TRAITEMENT. - D’hémorragie gastro-intestinale (rejet de sang par la bouche ou dans les selles, coloration des selles en
noir) ou de signes évocateurs d’allergie à ce médicament, notamment une crise d’asthme ou un œdème de Quincke, (cf. Effets non souhaités et gênants du médicament), ARRETEZ LE TRAITEMENT ET CONTACTEZ IMMEDIATEMENT UN MEDECIN OU UN SERVICE MEDICAL
D’URGENCE. En raison de la présence de saccharose, ce médicament ne doit pas être utilisé en cas d’intolérance au fructose, syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en sucrase-isomaltase, (maladies métaboliques rares). c) Précaution d’emploi En cas :
D’écoulement nasal purulent, de persistance de la fièvre, d’absence d’amélioration au bout de 5 jours de traitement, CONSULTEZ VOTRE MEDECIN. Si vous êtes enceinte ou si vous allaitez : ne prenez pas ce médicament sans avoir demandé l’avis de votre méd ecin ou pharmacien. d)
Grossesse – Allaitement L’utilisation de ce médicament est déconseillée jusqu’au 5ème mois inclus de grossesse et est contre-indiquée à partir du 6ème mois de la grossesse. En raison de possibles effets néfastes chez le nourrisson, la prise de ce médicament est déconseillée si vous
allaitez. e) Conduite de véhicules et utilisation de machines Dans de rares cas, la prise de ce médicament peut entrainer des vertiges et des troubles de la vue. f) Liste des excipients à effet notoire Saccharose, lécithine de soja. g) Sportifs La pseudoéphédrine peut induire une réaction
positive des tests pratiqués lors des contrôles antidopage. h) Interactions médicamenteuses ou autres interactions Veuillez indiquer à votre médecin ou à votre pharmacien si vous prenez ou avez pris récemment un autre médicament, même s’il s’agit d’un médicament obtenu sans ordonnance
notamment des anticoagulants oraux, d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (y compris l’aspirine et ses dérivés à fortes doses), de l’héparine injectable, du lithium ou du méthotrexate à fortes doses (supérieures à 15mg par semaine), de la ticlopidine.4. Posologie et mode d’administration
Voie orale Les comprimés sont à avaler tels quels avec un grand verre d’eau, de préférence au cours des repas. Posologie : Réservé à l’adulte (à partir de 15 ans). 1 comprimé par prise, à renouveler si besoin au bout de 6 heures, sans dépasser 4 comprimés par jour, En cas de symptômes
plus intenses, prendre 2 comprimés par prise, sans dépasser 4 comprimés par jour. 5.Effets indésirables éventuels. Comme tous les médicaments, rhufene rhume, comprimé enrobé est susceptible d’avoir des effets indésirables : - Peuvent survenir des réactions allergiques : cutanées,
respiratoires et générales (œdème de Quincke). - Dans certains cas rares, il est possible que survienne une hémorragie gastro-intestinale (cf. rubrique « Mise en garde »). Celle-ci est d’autant plus fréquente que la posologie utilisée est élevée. - Il pe ut exceptionnellement être observé des
vertiges, de rares troubles de la vue, des maux de tête accompagnés de nausées, de vomissements, et de raideur de la nuque. - Dans tous ces cas, il faut immédiatement arrêter le traitement et avertir votre médecin. Au cours du traitement il est possible que surviennent : - Des troubles
digestifs - Troubles urinaires en particulier en cas d’anomalie de l’urètre, de la prostate, d’insuffisance rénale. - Sécheresse de la bouche, palpitations, modification de la pression artérielle, sueurs, convulsions, hallucinations, troubles du comportement, agitation, anxiété, insomnie en particulier
chez l’enfant. - Possibilité de déclenchement d’une crise de glaucome à angle fermé chez les sujets prédisposés. Exceptionnellement, ont été observées des modifications du bilan hépatique ou de la formule sanguine pouvant être graves. Si vous remarquez des effets indésirables non
mentionnés dans cette notice, veuillez en informer votre médecin ou votre pharmacien. 6.Conditions de conservation. A conserver à une température ne dépassant pas 25°C. Ne laisser ni à la portée ni à la vue des enfants. Ne pas utiliser après la date de péremption figurant sur la boite.
SYNTHÉMÉDIC
20 - 22 Rue Zoubeir Bnou El Aouam - Roches Noires - Casablanca, Tél : 05 22 40 47 90/92 - Fax : 05 22 40 45 79
36
INTERVIEW
Entretien avec le Docteur Farouk Iraqi,
.)Président de l’Association Nationale des Cliniques Privées (ANCP
INTERVIEW
37
Docteur Farouk
Iraqi
”La reprise des négociations sur les tarifs des soins“
Pierre angulaire du système de santé au Maroc, les cliniques privées
présentent des spécificités législatives, organisationnelles et économiques
qui n’ont suscité de réflexion que récemment. L’objectif est bien évidemment
une meilleure gestion de ces structures auxquelles on reconnaît certaines
avancées par rapport aux hôpitaux publics, sans pour autant oublier
leurs dépassements en matière d’éthique. Tour de la question à travers
cet entretien que nous a accordé le Docteur Farouk Iraqi, Président de
.)l’Association Nationale des Cliniques Privées (ANCP
Doctinews. Tout d’abord, pouvez-vous nous faire une les compagnies d’assurance, l’ANAM, la CNOPS, la
CNSS, la CMIM, la MUPRAS, les militaires et tout
? brève présentation de votre association
Le Pr IRAQUI. Au fil de plus de trente ans d’existence, no- .récemment, les artistes
tre association a revêtu plusieurs dénominations dont La
« Chambre syndicale des cliniques privées» avant l’ap- Aujourd’hui, on compte de plus en plus de cliniques pripellation que vous connaissez. Depuis sa création, elle vées. Quelle est leur place dans le système de santé
s’est fixé comme objectif de défendre en premier lieu la ?marocain
pratique médicale au sein des étaLa place des cliniques dans le sysblissements sanitaires. Autrement
tème de santé est de plus en plus
dit, notre démarche se veut proimportante. Cela va du niveau de
Il faut optimiser
tectrice vis-à-vis du patient, notre
la qualité des prestations sanitaires
les dépenses de santé,
priorité numéro un, pour qu’il soit
à l’accueil des malades ainsi qu’aux
satisfait des prestations qu’il reçoit.
tarifs fixés, lesquels demeurent redans les secteurs public
Dans ce sens, nous avons procédé
latifs. En valeur absolue, certaines
et privé, en cultivant la
à de nombreuses réformes, jamais
prestations, grâce à une gestion
notion d’appartenance
d’ailleurs entreprises auparavant
plus rationnelle, coûtent plus cher
à un système et en étant
par le ministère de la Santé. Parmi
à l’hôpital que dans une clinique.
.utile à l’état
ces actions, la réglementation tariPour ce qui est de la multiplication
faire des cliniques privées qui a non
des cliniques, nous pensons qu’il
seulement permis d’instaurer une
n’y en a pas assez au Maroc. Nomtransparence totale pour une meilleure relation presta- bre d’entre elles appartiennent à un groupe de médecins
taires de soins médicaux/malades, mais aussi la qualité plutôt qu’à un seul médecin, ce qui permet une utilisation
des soins proposés. Concernant la défense des intérêts plus rationnelle et parce que ce genre de projet nécessite
des cliniques privées, l’ANCP a réussi à constituer un des investissements colossaux qui dépassent les capacités
réseau solide de partenaires nationaux dont le ministère financières d’une seule personne. C’est ce qui explique
de la Santé, le Conseil de l’Ordre des médecins privés, les que ces dernières années, en plus de la baisse de leur renorganismes de remboursement publics et privés comme .tabilité, qu’il y ait eu de moins en moins de cliniques
38
INTERVIEW
Mais une médecine à deux vitesses n’entraîne-t-elle pas de graves répercussions
? sur l’accessibilité aux soins
La médecine à deux vitesses est de plus en plus
en train de s’estomper. Il faut reconnaître aussi l’amélioration substantielle des prestations
fournies au patient dans le secteur public. Il y
a de cela quelques années, la différence entre
les uns et les autres était énorme, flagrante
et injuste. Aujourd’hui, grâce à l’AMO et à
un certain nombre de conventions mises en
place, cette injustice a tendance à se réduire.
La preuve est qu’aujourd’hui l’ouvrier affilié
à la CNSS ou à la CNOPS bénéficie d’une
assurance-maladie totale pour des pathologies lourdes et onéreuses. C’est donc un indéniable acquis pour le Maroc. Aujourd’hui,
le malade marocain bénéficie de meilleures
conditions d’accès aux soins ! Pour les pathologies banales, le patient ne paye que le ticket
modérateur. Près de 35% de la population
.bénéficient désormais de cette protection
Selon vous, comment peut-on créer une dynamique entre les secteurs privé et public
? de la santé dans notre pays
C’est une demande que nous ne cessons de
réitérer continuellement, convaincus qu’il n’y
a pas de raison que les potentialités qui exis-
tent au Maroc ne soient pas mises en œuvre,
quel que soit leur statut. Nous avons toujours
demandé au ministère de la Santé de mettre
en place un véritable partenariat entre le secteur public et celui privé de sorte que les médecins privés puissent travailler dans les hôpitaux et que les cliniques puissent à leur tour
fournir aux hôpitaux des prestations dont ces
derniers ne disposent pas. À titre d’exemple,
qu’est-ce qui justifie, dans une petite ville, de
disposer d’un scanner privé et d’un autre public ? À mon sens, c’est une dépense inutile
et injustifiée. Il faut optimiser les dépenses
en matière de santé en cultivant la notion
d’appartenance à un système, en étant utile à
l’État. Madame Yasmina Baddou, ministre
de la Santé, qui est très sensible à cet aspect,
insiste sur ce type de partenariat à chacune
de nos rencontres et elle a mis en place des
.actions dans ce sens
Jusqu’à nos jours, les deux textes de loi régissant le secteur, celui de 1984 et de 1994,
n’accordent pas aux cliniques le statut de
société, SA, SARL ou autre. Qu’a-t-on fait
? pour combler ce vide juridique
Rien n’a encore été fait pour combler ce vide
juridique. Beaucoup d’établissements persistent dans leur forme commerciale. Actuelle-
ment, les nouveaux établissements s’installent soit en nom propre, soit en société civile
professionnelle. Ce sont là les formes les plus
.pratiquées
Ainsi, nous avons les inconvénients des entreprises commerciales et pas leurs avantages.
En d’autres termes, nous sommes pénalisés
par les taux les plus forts comme n’importe
quelle entreprise d’ailleurs, alors que certains
secteurs, comme l’enseignement, le tourisme,
l’agriculture et bien d’autres en bénéficient.
Des textes de loi sont en cours de préparation pour réformer la pratique médicale et le
.conseil de l’Ordre
La détention de clinique par des non professionnels ne permettra-t-elle pas de réformer le secteur qui souffre déjà de nombreux
? problèmes financiers
La réforme, c’est bien, mais à condition qu’elle soit positive. Si on introduit de l’argent
comme référence dans le système médical,
c’est pour retirer plus de bénéfices. Contrairement à un investisseur non praticien qui
cherche avant tout à rentabiliser son investissement, le professionnel de la santé est
obligé d’avoir cette structure pour travailler.
Donc, nous disons que s’il y a lieu de faire des
réformes nécessaires, il faut les faire en par-
INTERVIEW
tenariat avec les médecins qui, eux, ont déjà
de l’expérience. Et nous sommes disposés à
y contribuer. La pratique médicale revêt un
caractère social qui ne doit en aucune ma.nière être livré à la spéculation financière
S’il est admis que les cliniques privées sont
mieux outillées que les hôpitaux publics
pour répondre aux besoins des patients, il
faut aussi reconnaître que là, dans bien des
…cas, l’éthique laisse beaucoup à désirer
Dans la majorité des cas et vu les relations
que nous avons avec nos confrères marocains qui respectent parfaitement l’éthique,
ce genre de reproche a notamment trait au
mauvais accueil, à des erreurs commises par
un personnel non qualifié et à… des dépassements d’honoraires qui paraissent parfois
aux malades injustifiés alors qu’ils ne le sont
pas pour le médecin lequel s’estime un artiste: on ne paye pas un acte, mais une œuvre !
Dans cette mésentente, rare il faut le reconnaître, la responsabilité est partagée entre les
praticiens et les patients et nous travaillons
en collaboration avec l’Ordre des médecins
pour plus de transparence, car il y va de notre
image de marque. Dans la majorité des cas,
nos relations avec nos patients sont excellen.tes et les plaintes rarissimes
Les conventions nationales, signées entre
l’ANAM, les organismes gestionnaires et les
professionnels, sont critiquées par la plupart
des praticiens. Quels sont les arguments de
ces derniers et les mesures à prendre pour
?améliorer ces conventions
Il existe d’autres conventions plus anciennes
que celles que vous venez de citer, notamment avec la fédération des compagnies d’assurance, la CMIM, la MUPRAS, la RAM,
les militaires et récemment les artistes, qui
ont permis de travailler dans des conditions
.tout à fait claires et transparentes
En ce qui concerne l’ANAM, les médecins
qui s’en plaignent sont de deux catégories:
ceux qui opèrent dans les cliniques et qui, à
juste titre, ne sont pas contents du niveau de
leurs honoraires, et ceux qui, ne pratiquant
que l’ambulatoire, ne sont pas concernés
par les conventions : n’ayant pas de relation
avec les gestionnaires, ils ne demandent pas
de prise en charge. Ces praticiens se sentent exclus dans la mesure où, par exemple,
les tarifs de consultation proposés par ces
partenariats sont très bas par rapport à la
réalité du marché. Il est inadmissible de leur
demander d’accepter 120 dirhams pour une
consultation alors que, pendant vingt ans,
ils percevaient 150 dirhams. Mais à mon
sens, les retombées de l’AMO sont dans
l’ensemble positives. Cela se mesure par
une augmentation de la consommation des
prestations médicales depuis l’instauration
de l’assurance-maladie. Cette augmentation
n’est certes pas perçue, mais elle existe. Cela
dit, nous nous mobilisons pour une valorisation des honoraires des consultations dans
le cadre des nouvelles négociations tarifaires
que nous allons entamer avec les instances
.concernées
En revanche, pour les établissements publics et privés, les nouveautés introduites
par l’AMO sont satisfaisantes. En ce qu’elles
ont permis d’avoir plus de travail, bien que
pour certaines rubriques, les tarifs soient bas.
Nous œuvrons pour qu’ils soient revus à la
.hausse
39
c’est le souci permanent du secteur privé de
faire bénéficier ses patients des dernières
nouveautés thérapeutiques et technologiques. Pour maintenir ce niveau de qualité, il
faut que les tarifs fixés par les gestionnaires
de l’AMO s’adaptent au coût réel de cette
.constante évolution
L’insuffisance du nombre de cliniques privées spécialisées, voire leur absence, comme pour le cas des maladies mentales, ainsi
que leur concentration sur l’axe Casa-Rabat
sont d’importantes entraves à l’accès aux
?soins. Est-il prévu de combler ce vide
Une clinique est une entreprise et toute entreprise doit être forcément rentable. Une clinique psychiatrique, par exemple, ne sera en
aucune manière rentable. Ce sont des soins
qui relèvent plutôt de l’activité hospitalière.
C’est à l’État de suivre certaines pathologies
Justement, qu’en est-il de la révision de ces comme les maladies mentales. Le privé, lui,
s’intéresse au curatif, pas au chronique. Nous
? conventions avec l’ANAM
Après trois ans de mise en œuvre, il est prévu ne sommes habilités à le faire que dans des
par la loi de procéder à la révision globale .situations d’urgence
de ce partenariat. Cette révision peut, entre Ceci dit, il faut reconnaître le manque de cliautres, aboutir à une revalorisation des tarifs niques spécialisées au Maroc. Mais encore
des prestations et, en cas de défaillances dans une fois, le problème de la non rentabilité se
pose avec acuité. La preuve
certains articles, à
est que certaines cliniques, au
des réformes, voire
départ spécialisées, se converdes amendements
Pour continuer
tissent en peu de temps en
à la loi 65-00. Noà faire bénéficier
cliniques pluridisciplinaires à
tre grand souhait
les patients des
la recherche d’une meilleure
est que l’ANAM
.rentabilité
soit le porte-pacliniques privées des
role de ces amendernières nouveautés
La grippe porcine s’annonce
dements qui nous
thérapeutiques et
comme une véritable menaparaissent tout à
technologiques, il faut
ce contre la santé publique.
fait évidents pour
que les tarifs fixés par
Nos cliniques privées sontla bonne continuiles gestionnaires de
elles préparées pour y faire
té de l’application
face de manière efficace? Y
.de la convention
l’AMO s’adaptent au coût
a-t-il une coordination avec
Ainsi, à côté des
réel de ces avancées en
?
le département de tutelle
modalités conven.constante évolution
La grippe A-H1N1 a impultionnelles, la reprisé une forme de collaboration
se des négociations
avec l’organisme concerné portera sur l’étude intéressante entre les secteurs public et privé
tarifaire des soins. Lors de la mise en place de de la santé. C’est ainsi que de nombreuses
l’AMO, notre décision de baisser les hono- réunions ont été tenues avec la ministre de la
raires pour certains actes médicaux se voulait Santé, les associations médicales et les sociéune contribution de notre part à la réus- tés savantes pour mettre en place une stratésite de ce projet. Aujourd’hui, il nous paraît gie commune. Il importe de signaler que les
tout à fait légitime de revoir cette décision. premiers cas de grippe A au Maroc ont été
D’autant plus que le budget de la CNSS et détectés par le secteur privé qui les a orientés
de la CNOP affichent des performances fi- vers l’hôpital. Donc, pour répondre à votre
nancières qui leur ont permis de procéder à question, aujourd’hui les cliniques sont inl’élargissement du panier des soins proposé à formées du danger que représente la grippe
.leurs affiliés, comme c’est le cas de la CNSS A et de la démarche médicale à suivre pour
L’autre argument à prendre en compte, .éviter la propagation
40
Institutionnel
Pharmaceutical Institute
La santé de
l’environnement est
aussi une priorité
A l’heure où son site industriel enregistre une augmentation de la quantité
des produits fabriqués et donc des déchets, rien d’étonnant à ce que les
laboratoires Pharmaceutical Institute, un des géants nationaux du
générique, se tournent vers le développement durable dans sa stratégie de
.développement et de management
D’après un entretien effectué avec le Dr. Ali Sedrati,
.président de GSK et administrateur de PHI
C
lassée par l’OMS dans la « Zone
Europe » et au deuxième rang
africain après l’Afrique du Sud,
l’industrie pharmaceutique au
Maroc est sans conteste un des asiatiques ou encore africains.
fleurons de l’économie nationale. Parallèlement à ces performances proCe secteur de plus d’un demi- metteuses, le développement du secteur
siècle d’existence au service pharmaceutique durant les dernières déde la santé, s’appuie sur ses cennies a engendré une augmentation de la
35 unités de fabrication, quantité des produits et donc des déchets,
rigoureusement établies surtout dans la région de Casablanca qui
aux normes internatio- concentre près de 90% des unités de fanales qui génèrent plus brication. Préserver l’environnement est
devenu donc
de 5 milliards
un
champ
DH de chiffre
de mures réd’affaires anPour permettre au flexions dont
nuel et plus de
l’aboutisse2 milliards DH
développement durable
ment a donné
de valeur ajoutée.
d’être une réalité, il faut
naissance au
Elles permettent
que la démarche soit
« Manifeste
également
d’offrir
comprise, réfléchie et
des bonnes
toutes les gammes thé.intégrée par tous
pratiques cirapeutiques, permettant
toyennes ».
de couvrir, dans la régularité
Ce document
et la continuité, près de 70 %
des besoins locaux en médicaments. Ac- de référence trace, depuis 2006 date de sa
tuellement, le secteur pharmaceutique publication, les lignes maîtresses d’une
exporte en moyenne 8 à 10 % de sa pro- politique environnementale globale de
duction vers des pays européens, arabes, .ce secteur sous l’égide de l’AMIP
Institutionnel
42
Laboratoires PHI :
amis des cigognes
,Mme Maria Sedrati
.Pharmacienne responsable des Laboratoires PHI
I
l est toujours connu que les cigognes choisissent des lieux dégagés,
propres et où l’environnement est
sain pour leur nidification. En effet, ces
grands oiseaux refusent de s’installer
dans un endroit pollué et ont donc décidé d’élire domicile sur des palmiers se
trouvant dans le site de production des
laboratoires PHI se trouvant à Ain Aouda
Région de Rabat, site où l’environnement est un souci principal.
Constatant que l’habitat de ces échassiers
se dégradait de jour en jour, Mme Maria
Sedrati, pharmacien responsable des
Laboratoires PHI, et ses collaborateurs ont
eu la bonne initiative de mettre en place
de nouveaux nids pour éviter que les cigognes ne quittent la région. Ces dernières
sont donc restées avec leurs rejetons dans
…leur site préféré où il fait bon vivre
Bravo à ce geste protecteur de l’environnement que l’on salue et qu’on espère
voir se reproduire dans différentes ré.gions du Maroc
Le management vert selon PHI
S’inscrivant dans cette dynamique
nationale, les laboratoires Pharmaceutical Institute (PHI) étaient l’une
des 35 unités pharmaceutiques à avoir
signé ce manifeste, lors de la première
édition des Assises Nationales de l’Industrie Pharmaceutique. Pour cette
firme spécialisée dans la fabrication et
le conditionnement des produits pharmaceutiques, l’environnement est une
thématique essentielle pour l’avenir
de ses activités industrielles, en terme
d’attractivité, de décision d’investissement et de relation durable avec les po.pulations riveraines
En effet, cette composante ne peut être
un simple moyen pour l’entreprise de se
démarquer de la concurrence ou un sujet
sur lequel elle communique pour améliorer son image ou remplir ses obligations
de rapport annuel. Bien au contraire,
pour ce représentant sous licence et partenaire de grands laboratoires internationaux tels que GSK, Shering Plough,
Menarini et Jonhson & Johnson, elle devient incontournable et stratégique, et ce
.pour de nombreuses raisons
Outre les exigences de ses partenaires
étrangers et de la réglementation en
vigueur, les dirigeants de cette entité
suffisamment informés et soucieux du
devenir des futures générations sont
parfaitement conscients que sans remise
en cause de leur système de production,
les capacités en terme de ressource en
matières premières, en énergies et en eau
atteindront leurs limites dans quelques
décennies et les équilibres écologiques
.et sociaux seront de ce fait anéantis
C’est ainsi qu’ils se sont engagés dans
une démarche de développement durable de leurs activités. Cet engagement
s’est traduit par un effort permanent
de modernisation des installations de
leur site industriel situé à Aïn Aouda,
et par une politique d’amélioration
continue dans les domaines de la santé,
de la sécurité, de l’environnement et de
l’hygiène. Il est à noter que les laboratoires GSK également soucieux de la
préservation de l’environnement, ont
acquis il y a une vingtaine d’années leur
site industriel de chez leur laboratoire
partenaire PHI, site qui était déjà autorisé sur la base des normes internationales françaises, canadiennes et belges
en matière d’impact environnemental
(traitement des déchets, des eaux et du
verre) ce qui en fait un véritable écrin
de verdure. Ses espaces verts jalousement entretenus traduisent fidèlement
ce souci permanent accordé à la protec.tion de l’environnement
La maîtrise du risque environnemental
Etudes détaillées, organisation adaptée,
formations et informations régulières…
c’est l’essentiel des activités du Comité
EHS (Environnement, Hygiène et Sécurité) en charge de ce dossier. Composé du pharmacien responsable ou son
représentant du responsable EHS, du
médecin du travail, du chef du personnel et de deux délégués du personnel, il
a pour principales missions d’analyser
les risques environnementaux, de veiller
à l’application des prescriptions législatives et réglementaires concernant l’environnement, de susciter toute initiative
en matière de prévention de l’environnement, ainsi que de développer le sens
de prévention. L’objectif recherché est
d’offrir un environnement de travail sur
et sain dans le respect des lois en vigueur
dans ce domaine, tout en minimisant les
déchets et émissions et cherchant continuellement à améliorer nos performan.ces environnementales
Pour atteindre cet objectif, PHI s’est
investi dans l’application de techniques
plus propres de production et l’acquisition d’équipements destinés à la lutte
contre les pollutions de l’eau et de l’air.
Grâce à ces mesures énergiques, les effluents industriels de production sont
traités avant leur évacuation dans les
égouts, et les rejets atmosphériques
sont soumis à un système de traitement
de l’air performant permettant entre
autres la surveillance, la qualification et
.le dépoussiérage
COMPOSITION : Chaque comprimé contient 250mg ; 500mg de Ciprofloxacine. Excipients : Croscarmellose sodique ; Cellulose microcristalline ; Povidone ; Stéarate de magnésium ; Silice colloïdale ; HPMC E-15 ; Dioxyde de titane ; Talc ; Propylène glycol ; Polyéthylène glycol ; Alcool isopropylique. FORMES ET PRESENTATIONS : NEOCIP
250mg : 10 comprimés pélliculés – NEOCIP 500mg : 10 comprimés pélliculés. PROPRIETES : La ciprofloxacine est un antibiotique de synthèse à large spectre d’activité antibactérienne, appartenant à la famille des fluoroquinolones. Son activité est fortement bactéricide par inhibition de l'ADN-gyrase bactérienne empêchant la synthèse de l'ADN
chromosomique bactérien. INDICATIONS : NEOCIP est indiqué dans le traitement d’une grande variété d’infections susceptibles d’être provoquées par des germes Gram- et Gram+ incluant les infections mixtes causées par plusieurs micro-organismes. Il peut aussi être utilisé dans les infections résistantes à d’autres traitements antibactériens. NEOCIP
est préconisé chez l’adulte dans le traitement : • de l'urétrite gonococcique chez l'homme ; • des infections urinaires basses et hautes, compliquées ou non (y compris prostatites) ; • des infections intestinales ; • de relais des infections ostéoarticulaires ; • des infections ORL suivantes : sinusites chroniques ; poussées de surinfection des otites chroniques
(quelle que soit leur nature), et des cavités d'évidement ; préparations pré-opératoires d'otites chroniques ostéitiques ou cholestéatomateuses ; traitement de relais des otites malignes externes ; • à l'exception des infections pneumococciques, aux suppurations bronchiques, notamment quand un bacille Gram – est suspecté : chez le sujet à risque
(éthylique chronique, tabagique, sujet de plus de 65 ans, immunodéprimé) ; chez le bronchitique chronique lors de poussées itératives ; chez les patients atteints de mucoviscidose ; • des infections sévères à bacilles Gram - et à staphylocoques sensibles, dans leurs localisations rénale et urogénitale, y compris prostatique, pelvienne, gynécologique,
intestinale, hépatobiliaire, ostéoarticulaire, cutanée, ORL et respiratoire ; En chirurgie, infections post-opératoires dues aux germes Gram-, tel que Pseudomonas aeruginoasa utilisés aussi dans les infections causées par des staphylocoques résistants ; Chez l'enfant à partir de 5 ans atteint de mucoviscidose, dans des cas exceptionnels, après en avoir
examiné le rapport bénéfice/risque, traitement des suppurations bronchiques microbiologiquement documentées à Pseudomonas aeruginoasa ; Les streptocoques et pneumocoques n'étant que modérément sensibles à la ciprofloxacine, NEOCIP ne doit pas être prescrit en première intention lorsque ce germe est suspecté. POSOLOGIE ET MODE
D’ADMINISTRATION : La posologie est fonction de l'indication, de la gravité et du siège de l'infection, de la sensibilité du germe en cause, et du poids du sujet. Adulte ayant une fonction rénale normale : • Urétrite gonococcique : 250 mg en prise unique. • Infections urinaires basses non compliquées : 250 mg 2 fois/j. • Infections urinaires basses et
hautes, compliquées ou non (y compris prostatites) ; infections ostéoarticulaires en traitement de relais de la voie injectable ; infections intestinales ; suppurations bronchiques définies selon les indications thérapeutiques ; sinusites et otites chroniques ; otites malignes externes (la durée minimale de traitement est de 1 à 2 mois) ; infections sévères
à bacilles Gram - et à staphylocoques sensibles dans leurs localisations rénale et urogénitale, y compris prostatique, pelvienne, gynécologique, intestinale, hépatobiliaire, ostéoarticulaire, cutanée, ORL et respiratoire : 500 mg à 750 mg 2 fois/j. Insuffisant rénal : Chez le sujet insuffisant rénal (clairance de la créatinine inférieure à 30 ml/min/1,73 m2) et
chez le malade sous hémodialyse ou sous dialyse péritonéale, la dose quotidienne sera réduite de moitié en observant un intervalle de 24 heures entre deux administrations. Insuffisant hépatique sévère avec ascite : La dose quotidienne sera réduite de moitié en observant un intervalle de 24 heures entre deux administrations. Enfant : Dans les cas
exceptionnels du traitement de la mucoviscidose chez l'enfant à partir de 5 ans, le schéma posologique est le suivant : 20 mg/kg 2 fois par jour (1 500 mg/jour au maximum). La durée de traitement ne doit pas excéder 14 jours. CONTRE-INDICATIONS : • Hypersensibilité au groupe des quinolones et fluoroquinolones. • Antécédents de tendinopathie
avec une fluoroquinolone. • Enfants jusqu'à la fin de la période de croissance. MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS D’EMPLOI : Interactions médicamenteuses : Afin d’éviter d’éventuelles interactions entre plusieurs médicaments il faut signaler systématiquement tout autre traitement en cours à votre médecin ou à votre pharmacien. Associations
nécessitant des précautions d'emploi : • Anticoagulants oraux (décrit pour la warfarine) • Didanosine, Fer (sels de) voie orale, Sucralfate, Topiques gastro-intestinaux : les prendre à distance des fluoroquinolones (plus de 2 heures si possible) • Ropinirole : surveillance clinique et réduction de la posologie du ropinirole pendant le traitement par la
ciprofloxacine et après son arrêt • Théophyllines (base et sels) et aminophylline : surveillance clinique et éventuellement de la théophyllinémie • Zinc (sels de) voie orale ; décrit pour des quantités de sels de zinc > 30 mg/j : prendre les sels de zinc à distance des fluoroquinolones (plus de 2 heures si possible). Associations à prendre en compte : Caféine.
Grossesse : Aucune étude contrôlée n’a été faite sur l’usage de la ciprofloxacine chez la femme enceinte. La ciprofloxacine peut être utilisée si le potentiel bénéfice/risque du foetus est justifié. Allaitement : La ciprofloxacine est sécrétée dans le lait maternel. Le taux ingéré par l’enfant est supposé être faible. La ciprofloxacine peut être utilisée si le
potentiel bénéfice/risque risque de l’enfant est justifié. Autres : • Système nerveux central : étant donné l’effet stimulant de la ciprofloxacine sur le SNC, celle-ci doit être utilisée avec précaution chez les patients épileptiques ou ayant des désordres à type d’artériosclérose sévère • Cristallurie : elle peut être provoquée par une eau inadéquate (urine à
pH neutre ou alcaline) • Musculo-squelettique : arrêter le traitement si une douleur articulaire ou tendineuse apparaît • Eviter l’exposition au soleil et au rayonnement U.V pendant le traitement en raison du risque de photosensibilisation. Le traitement doit être suspendu si cet effet apparaît. EFFETS INDESIRABLES : La ciprofloxacine est généralement
bien tolérée. Diarrhée, vomissements, douleurs abdominales, maux de tête, manifestations allergiques et cutanées ont été signalés. D’autres effets plus rares ont aussi été signalés tels que des myalgies, tendinite par rupture, exacerbation d’une myasthénie, aggravation ou augmentation du taux des transaminases. SURDOSAGE : En cas de surdosage
massif, provoquer des vomissements et par besoin lavage gastrique. Une hémodialyse ou dialyse péritonéale peut aider à évacuer du corps cette intoxication en cas de fonction rénale compromise. CONSERVATION : A conserver à une température ≤ 30°C. Ne pas laisser à la portée des enfants. CONDUCTEURS ET UTILISATEURS DE MACHINES :
L’administration de NEOCIP peut altérer la vigilance chez les conducteurs de véhicules et utilisateurs de machines. La consommation d’alcool accroît particulièrement ce risque. LISTE I (Tableau A).
Monsieur Najib Chabaa, directeur de site chez GSK
Quant aux déchets solides, leur gestion
diffère selon qu’il s’agisse de déchets
pharmaceutiques, non pharmaceutiques ou ménagers. Pour les premiers à
titre d’exemple, ils sont d’abord stockés
dans des locaux pour être par la suite
identifiés, triés et inventoriés. Leur
destruction se fait par incinération certifiée notamment par un procès verbal.
Par ailleurs et afin de maintenir les critères de qualité très élevés adoptés dans
ce domaine, PHI travaille en relation
étroite avec bon nombre d’autorités
de tutelle comme l’ONEP. Sachant
qu’une évaluation par des audits exter.nes est de mise systématiquement
Enfin, il faut noter aussi qu’un intérêt
particulier est accordé à la communication et la formation du personnel du
site industriel à travers notamment la
conception de supports de communication, et la tenue d’ateliers de sensibilisation. Partant du fait que pour permettre
au développement durable d’être une
réalité, il faut que la démarche soit com.prise, réfléchie et intégrée par tous
Point de vue
N
«
otre site industriel de Aïn
Aouda est une véritable
fierté pour nous. La qualité de nos installations et la maîtrise
de nos processus garantissent la
fabrication de produits pharmaceutiques répondant aux normes internationales. La préservation de l’environnement
est pour nous une priorité de premier ordre..
Notre ambition est de permettre à notre site de
développer son activité industrielle tout en minimisant l’impact sur l’environnement par une gestion rigoureuse de nos effluents, nos déchets solides et nos rejets dans l’air. Ceci est réalisé au travers
.d’installations dédiées qui permettent d’annuler toute incidence sur le milieu naturel
Au fil des années, nous avons instauré une culture basée sur le management de la sécurité
et de l’environnement dans notre système de production. Le personnel a été sensibilisé
au respect de l’environnement et à l’impact que peuvent avoir des comportements non
.réfléchis sur la santé, la sécurité et l’environnement
Chaque année le budget d’investissement du site contribue non seulement à moderniser
des installations du site afin de satisfaire les besoins du marché national en médicament de
qualité, mais aussi à favoriser la protection et la préservation de l’environnement. Ceci est
»pour nous la concrétisation de l’entreprise citoyenne
46
Alternative
Le coroscanner
Une référence dans
l’exploration des artères
coronaires
1
Si la coronarographie reste le gold standard
incontournable pour le diagnostic et la prise en
charge de la maladie coronaire, d’autres examens
plus récents, à leur tête le scanner cardiaque,
.font une irruption spectaculaire dans ce domaine
6
2
5
3
Image en 3D des artères coronaires qui présentent des plaques
.athéromateuses en blanc
.Image en 3D des artères coronaires saines 3-4-
O
n ne le répétera jamais assez, les
maladies cardio-vasculaires sont
définies à l’échelle mondiale comme un enjeu épidémiologique et
un problème de santé publique majeurs.
Cette menace sanitaire a en effet été responsables de 16,5 millions de décès dans
le monde dont les 3/4 se trouvent dans les
pays à faible et moyen revenus, selon le
rapport de décembre 2002 de l’OMS. Ces
chiffres, malheureusement, sont en nette
augmentation et l’OMS prévoit quelque 25
millions de décès pour des causes de pathologies cardio-vasculaires en 2020.
Au Maroc, comme ailleurs, ce fléau fait des
ravages. Les résultats de l’enquête nationale
sur la prévalence des facteurs de risque le
montrent clairement : plus de 33% de la
population active souffrent d’hypertension,
29% d’augmentation de cholestérol, 13%
d’obésité et 7% environ de diabète. Plus
1-2-
4
Infiltration athéromateuse diffuse des artères coronaires chez un patient
.gros tabagique
.Anomalies congénitales des artères coronaires 6-
qu’alarmante, cette situation a tendance à
s’aggraver davantage, notamment du fait
du vieillissement de la population et des
.modifications néfastes du style de vie
5-
gisme, l’obésité ou l’hypercholestérolémie.
Évoluant insidieusement, cette pathologie,
si elle n’est pas détectée à temps, peut mener
vers l’accident cardiaque ou l’attaque cérébrale avec un pronostic vital parfois comL’athérosclérose, bourreau de .promis
notre système cardio-vasculaire Pour éviter ces stades évolutifs de la maCette maladie inflammatoire chronique ladie, la prévention, qui s’impose de toute
des artères, qui se
évidence, passe
caractérise par le
par une bonne
dépôt de plaques
hygiène de vie :
Avec une valeur prédictive
de cholestérol sur
activité sportive,
très élevée (> 98%), le scanner
les artères qui iralimentat ion
riguent le cœur
saine et éviction
se présente comme une solution
et le cerveau, est
du tabac et de
possible pour limiter le nombre
liée à des facteurs
l’alcool.
Toute.de coronarographies inutiles
environnemenfois, le dépistage
taux (alimentaprécoce
reste
tion, mode de vie, stress…), génétiques ou l’arme idéale. Aussi, le scanner cardiaque
encore cardio-vasculaires, notamment le est-il en passe de devenir une méthode de
diabète, l’hypertension artérielle, le taba- référence dans ce domaine. Avec une valeur
Alternative
Quel est son intérêt par
rapport à la technique de
? référence
prédictive très élevée (> 98%), il
se présente comme une solution
possible pour limiter le nombre
.de coronarographies inutiles
Quelles performances en
? termes de diagnostic
Les scanners de dernière génération
ouvrent de larges perspectives dans le
diagnostic et le dépistage de la maladie
coronaire. Le scanner cardiaque, par ses
avancées technologiques, est la technique
qui, à l’heure actuelle, suscite le plus d’intérêt. Cette technique d’imagerie non invasive, qui ne nécessite pas d’hospitalisation,
permet une étude bidimensionnelle (2D)
et tridimensionnelle (3D) des cavités car.diaques et des artères coronaires
En effet, par son caractère non invasif et la
possibilité d’obtenir des images tridimensionnelles grâce à des logiciels de reconstruction puissants, cette méthode permet
de visualiser les coronaires dans n’importe
quel plan. Résultat, la sensibilité et la spécificité, (respectivement de l’ordre de 86 à
91 % et 90 à 96 %), sont élevées dans la plu.part des études entreprises dans ce sens
Comparé à la coronarographie, le scanner
présente l’avantage de visualiser à la fois la
paroi et la lumière de l’artère. Il détecte notamment les plaques athéromateuses, molles (vulnérables) ou calcifiées, même si elles
ne sont pas ou peu sténosantes. En raison
du phénomène de remodelage positif qui
augmente le diamètre externe de l’artère,
ces plaques peuvent être « ratées » en coronarographie classique qui n’étudie que la
lumière de l’artère (luminographie) sans en
.visualiser la paroi
En outre, comme l’IRM, le coroscanner,
qui visualise les cavités cardiaques (thrombus, anévrismes), étudie en même temps
le péricarde (calcification, épanchement),
l’aorte thoracique (anévrismes, plaques
athéromateuses) et les poumons. Les patients «vasculaires» qui fument peuvent
avoir un nodule pulmonaire suspect…
Certaines études font part d’un taux de
découverte fortuite de lésions thoraciques
.«majeures» de 10% lors des coroscanners
Le scanner cardiaque connaît aujourd’hui
un développement accéléré. Réalisé en ambulatoire, cet examen indolore permet de
détecter les personnes présentant de hauts
.risques d’accidents cardiaques
47
Trois questions au
Dr Marouane SRAIRI,
cardiologue spécialiste
.en scanner cardiaque
En quoi consiste la technique
du scanner cardiaque ?
n La coronarographie est la technique d’imagerie de référence pour
mettre en évidence la distribution
et les anomalies de la lumière des
vaisseaux du cœur. Cette technique invasive ne permet pas d’étudier la paroi
artérielle, d’où l’intérêt du scanner qui
permet de détecter la plaque d’athérome non visible en coronarographie,
en particulier les plaques vulnérables
dont la rupture ou l’érosion sont res.»ponsables des «crises cardiaques
Quelles sont les principales
indications du scanner
? cardiaque
n L’évolution rapide des techniques
n La valeur prédictive négative élevée
d’imagerie cardiaque par scanner de
dernière génération ouvre de larges
perspectives en cardiologie. Cette
technique d’imagerie non invasive
permet d’explorer en ambulatoire, de
façon reproductible, non seulement
les vaisseaux du cœur, mais également
toutes les structures cardiaques permettant une étude morphologique et
.fonctionnelle
Sur le plan technique, l’examen pour
le patient est rapide (environ 10
minutes) en ambulatoire. La préparation est identique à celle d’un scanner
.standard
L’acquisition synchronisée à l’électrocardiogramme permet de reconstruire
les images aux différentes phases du
cycle cardiaque. Plus la fréquence cardiaque est basse et stable, meilleure
est la qualité d’image. C’est pourquoi
on a recours le plus souvent à un mé.)dicament (bêta bloquant injectable
Dans un second temps, les images
obtenues sont reconstruites par des
logiciels fiables et précis en deux et
trois dimensions pour être interprétées. Cette étape est primordiale car la
pertinence du diagnostic dépend de la
qualité des images reconstruites. Ainsi
l’usage du scanner cardiaque par le
praticien suppose une formation très
pointue et une expérience avérée dans
.ce domaine
du scanner cardiaque permet de
l’envisager dans des circonstances
cliniques où la coronarographie est
souvent réalisée pour éliminer une
maladie coronarienne, notamment
devant des douleurs thoraciques atypiques chez un sujet jeune lorsque le
risque est faible ou moyen. Le scanner
cardiaque peut être indiqué dans un
cadre de dépistage chez les patients
hypertendus, diabétiques, tabagiques, obèses ou souffrant d’hypercholestérolémie. Un scanner cardiaque
normal permet d’éliminer une origine
ischémique. Parmi ses autres indications, le scanner cardiaque permet le
contrôle de la perméabilité des stents
(endoprothèse cardiaque) à la recherche des signes de resténose précoce
et peut être indiqué aussi devant la
réapparition de douleurs thoraciques
chez des personnes ayant bénéficié
d’une chirurgie cardiaque avec pon.tage aortocoronaires
En outre, un scanner cardiaque peut
être réalisé dans le bilan préopératoire de toute chirurgie, en particulier
vasculaire. Enfin, le scanner cardiaque
peut être indiqué pour la recherche
d’anomalies congénitales des artères
coronaires dont certaines sont responsables de mort subite, notamment
.chez les sportifs de haut niveau
Sélection
48
Propofol
MICKAEL JACKSON
ET NOUS
Le Dr Conrad Murray est présumé coupable d’homicide sur lA STAR de la
.pop music, Mickael Jackson
le Propofol ou 2,
6-diisopropylphenol
C12H18O
)nom commercial(
Diprivan
Classé comme sédatif/
hypnotique à action
rapide, moins de 40
secondes pour endormir
son patient (mais plus
lent que mes 9 secondes
3 centièmes pour venir
à bout de mon bol de
harira), l’anesthésie
par le Diprivan est
considérée comme douce
et agréable. Ce produit,
qui permet l’exposition
de la glotte, mais pas
l’intubation, diminue les
résistances vasculaires
périphériques, la fraction
d’éjection cardiaque.
Il inhibe le centre
respiratoire et réduit
ainsi l’amplitude et la
.fréquence
Métabolisé par le
foie, il est excrété par
les urines. On note,
exceptionnellement, des
chocs allergiques. Les
hyperthermies malignes
.sont rares
L’
autopsie a en effet révélé
qu’une dose létale de Propofol (plus connu sous
le nom commercial de
Diprivan), aurait été injectée
dans les veines de la star.
Les drogues anesthésiques,
qui peuvent effectivement
être létales, peuvent également provoquer des toxicodépendances (quelques rares cas
sont décrits à travers le monde,
notamment chez le personnel
ayant accès aux pharmacies des
.)centres hospitaliers
Ceci pour dire que le Propofol n’est
pas un médicament d’officine et
que c’est forcément une personne
.initiée qui a « fourni » la star
Aux États-Unis, le système informatique qui gère le médicament
est particulièrement performant,
avec des comités de contrôle de
haute valeur éthique et des standards de sécurité rigoureux. Sans
aucun doute, l’enquête devra établir d’ici peu le nom du ou des res.ponsables
Ce décès pose aussi la question
de l’euthanasie. Il se dit que Mickael Jackson se savait condamné.
Voulait-il en finir avec la vie ? En
avait-il le droit ? Des questions où
religion, morale, contexte social et
politique ont leur mot à dire, sans
oublier l’espace géographique ainsi
que l’époque (ezmaan ou lem.)kaan
Enfin, toute personne étant innocente jusqu’à preuve du contraire,
ce n’est pas parce que Conrad
Murray est médecin qu’il ne doit
pas bénéficier de cette fameuse
présomption d’innocence. Évidemment, s’il est établi qu’il est
Par le Dr Mohamed Bennani,
Chirurgien à Casablanca
www.suertebennani.com
coupable, la justice devrait être
plus sévère car il est vrai que nous
.exerçons un métier un peu à part
J’entends également une voix s’élever : après le délit de faciès, le délit
de nom, le délit de fonction ? Nous
avons nos brebis galeuses, mais,
semble-t-il, beaucoup moins que
.dans d’autres corporations
Mais qu’on me cite un métier où
la responsabilité est aussi forte,
où l’on répond de nos actes devant le patient et sa famille, devant nos pairs, devant la société et
avant tout, devant nous-mêmes…
Peut-être le pilote de ligne, mais
vu la conjoncture (grèves, salaires
pointés du doigt, appel à la marocanisation, etc., ce n’est pas un bon
.)exemple
Toujours aux États-Unis, une
grande réforme de la santé est en
cours. La plus grande démocratie
au monde, 17% du PNB en dépenses de santé -phénoménal ! Le
pays qui paie le plus per capita au
monde, mais qui compte plus de
40 millions de citoyens sans sécurité sociale, donc marginalisés, qui
vise à réduire les coûts sans tou…cher à la qualité des soins
On va toucher en tout cas aux
sacro-saints honoraires médicaux (rien à voir avec les nôtres, ou plutôt si : à multiplier
par dix, au moins. Alors que
chez nous la consultation est à
100 dirhams, elle est à 100 $ aux
).States, etc
Les patients américains se plaignent des médecins qui refusent
de les consulter avant d’être payés,
de ceux qui déposent facture et remerciements sans leur avoir serré
la main (pas forcément scandaleux,
les anatomo-pathologistes, les biologistes, souvent ne les voient pas,
ce qui ne les empêche pas de bien
.)faire leur travail
Les médecins eux-mêmes fustigent le ou les protagonistes de
cette affaire, avec des relents régionalistes, telle cette Doctoresse de
l’Ohio qui ne comprend pas cette
médecine hollywoodienne et qui,
avant même l’issue du procès, réclame le bannissement de ces mé.decins de la honte, etc
Mickael Jackson a eu une vie flamboyante, exubérante, du début à sa
.non fin
On assiste (de loin) à une aprèsmort spectacle qui continue d’alimenter les discussions et qui va
contribuer à déifier le mythe. J’ai
toujours aimé ses chansons et
ses danses. Comme vous, je les
ai fredonnées. Pour les danses, je
ne crois pas avoir votre talent, je
dois avouer que je les ai surtout
.pensées
COMPOSITION :Principe actif : Diclofenac Sodium Excipient : q.s.p comprimé enrobé, suppositoire et solution injectable PRESENTATION : Voltarène 25 mg & 50 mg comprimé enrobé. Boite de 30 Voltarène LP
75 mg comprimé enrobé . Boite de 20 Voltarène LP 100 mg comprimé enrobé. Boite de 10 Voltarène 12,5 mg & 25 mg & 100 mg suppositoire. Boite de 10 Voltarène 75 mg/3 ml solution injectable. Boite de 2 & 5
ampoules. INDICATIONS THERAPEUTIQUES : Forme Comprimé enrobé 25 & 50 mg et Forme suppositoire tous dosages : Chez l’adulte : Traitement symptomatique au long cours des rhumatismes
inflammatoires chroniques notamment polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante de certaines arthroses douloureuses et invalidantes Traitement symptomatique de courte durée des poussées aigues
des rhumatismes abarticulaires, arthrites microcristallines, arthroses, lombalgies, radiculalgies sévères. Traitement adjuvant des manifestations inflammatoires en rapport avec le domaine ORL. Chez l’enfant :
Rhumatismes inflammatoires infantiles Forme comprimé LP 50 & 100 mg : Traitement d’entretien des affections rhumatismales chroniques pour lesquelles, lors de l’utilisation des formes dosées à 25 mg & 50 mg
, la posologie de 75 mg ou 100 mg s’est révélée adéquate. Pour le LP 50 mg : Traitement symptomatique de courte durée des poussées aigues d’arthrose. Forme injectable : Sciatiques aigues, lombalgies aigues,
crises de coliques néphrétiques, rhumatismes inflammatoires en poussée aigue. PROPRIETE PHARMACODYNAMIQUE : Le Diclofénac est un anti-inflammatoire non stéroïdien dérivé de l'acide
phénylacétique, du groupe des acides aryl-carboxyliques. Il a une activité anti-inflammatoire, antalgique et antipyrétique. Le Diclofénac inhibe la synthèse des prostaglandines et l'agrégation plaquettaire. Le
Diclofénac soulage la douleur causée par les poussées inflammatoires, les enflures / oedèmes, la fièvre et il peut être utilisé dans le traitement de l'arthrite aiguë et chronique, les lombalgies, les syndrômes
arthrosiques, les rhumatismes localisés dans les tissus mous, les enflures douloureuses ainsi que dans l'inflammation faisant suite à des traumatismes ou à la chirurgie. PROPRIETE PHARMACOCINETIQUE :
Absorption L'absorption du diclofénac potassium, administré sous forme de dragées, est complète et rapide. L'absorption commence immédiatement après l'administration. La quantité de diclofénac absorbée est
la même que lors de l'administration d'une dose équivalente de diclofénac sodium en dragées gastrorésistantes. Des concentrations plasmatiques maximales moyennes de 5,5 µmol/l sont atteintes environ 5 à 20
min après la prise d'un sachet à 50 mg. La prise avec de la nourriture ne diminue pas la quantité du diclofénac absorbé, mais peut légèrement retarder l'absorption et ralentir la vitesse d'absorption. Distribution Le
diclofénac est lié à 99,7% aux protéines sériques, principalement à l'albumine (99,4%). Le calcul du volume de distribution apparent donne des valeurs se situant entre 0,12 et 0,17 l/kg. Le diclofénac pénètre dans
le liquide synovial, où les concentrations maximales sont atteintes 2 à 4 h après le pic plasmatique. La demi-vie apparente d'élimination du liquide synovial est de 3–6 h. Les concentrations de principe actif dans le
liquide synovial sont plus élevées que les concentrations plasmatiques déjà deux heures après le pic plasmatique et le restent pendant une période pouvant aller jusqu'à 12 h. Métabolisme La biotransformation
du diclofénac s'effectue en partie par glucuroconjugaison de la molécule inchangée mais surtout par hydroxylation et par méthoxylation simples et multiples entraînant la formation de différents métabolites
phénoliques (3'-hydroxy, 4'-hydroxy, 5-hydroxy, 4',5-dihydroxy et 3'-hydroxy-4'-méthoxy diclofénac) qui sont éliminés pour la plupart sous forme glycuroconjuguée. Deux de ces métabolites phénoliques sont
pharmacologiquement actifs mais à un degré nettement moindre que le diclofénac. Élimination La clairance plasmatique totale du Diclofénac est de 263 ± 56 ml/min (moyenne ± écart-type). La demi-vie
plasmatique terminale est de 1–2 h. Quatre des métabolites, dont les deux actifs, ont également une demi-vie plasmatique brève de 1–3 h. Un autre métabolite, le 3'-hydroxy-4'-méthoxy Diclofénac, a en revanche
une demi-vie nettement plus longue mais il est pratiquement inactif. Environ 60% de la dose sont éliminés dans les urines sous la forme de métabolites. Moins de 1% est excrété sous forme inchangée. Le reste est
éliminé sous forme de métabolites, par la bile avec les fèces. Cinétique pour certains groupes de patients Aucune relation significative entre l'âge des patients et l'absorption, le métabolisme ou l'excrétion du
médicament n’a été observée. Chez les insuffisants rénaux, la cinétique de dose unique administrée selon le schéma posologique habituel ne permet pas de conclure à une accumulation du principe actif
inchangé. Lorsque la clairance de la créatinine est inférieure à 10 ml/min, la concentration plasmatique des métabolites à l’état d’équilibre est environ quatre fois supérieure à celle enregistrée chez les sujets sains.
Les métabolites sont finalement éliminés par voie biliaire. En présence d'une insuffisance hépatique (hépatite chronique ou cirrhose non décompensée), la cinétique et le métabolisme du diclofénac sont les
mêmes que chez les patients dont le foie est intact. DONNEES PRECLINIQUES: Le Diclofénac n’a pas d’influence sur la fertilité des géniteurs (rats) ou sur le développement pré-, péri- et postnatal des jeunes
animaux. Aucun effet tératogène n’a été observé chez le rat, la souris et le lapin. Au cours de différents tests in vitro et in vivo, aucun effet mutagène n’a été observé et les études à long terme chez le rat et la souris
n’ont pas montré d’effet carcinogène. POSOLOGIE ET MODE D’ADMINISTRATION : Adultes Dragées gastrorésistantes, suppositoires 100 mg: La posologie initiale recommandée est de 100–150 mg par jour
pour les dragées gastrorésistantes et les suppositoires Voltarène. Dans les cas bénins et lors de traitement à long terme, 75–100 mg par jour sont habituellement suffisants. La posologie quotidienne est
généralement fractionnée en 2–3 doses. Pour supprimer les douleurs nocturnes et la raideur matinale, la prise de dragées gastrorésistantes dans la journée peut être complétée par l'application d'un suppositoire
avant le coucher (la dose quotidienne maximale étant de 150 mg). Les dragées gastrorésistantes doivent être avalées entières avec beaucoup de liquide, de préférence avant les repas. Dragées LP La posologie
quotidienne recommandée de Voltarène LP est de 100–150 mg, soit 1 dragée Voltarène LP 100 ou 2 Voltarène LP 75 par jour. Dans les cas bénins et lors de traitement à long terme, 1 dragée Voltarène LP 75 ou 1
dragée Voltarène LP LP 100 par jour est habituellement suffisant. Lorsque les symptômes sont plus marqués la nuit ou le matin, la prise de Voltarène LP s'effectuera plutôt le soir. Les dragées doivent être avalées
entières avec un peu de liquide, de préférence au cours des repas. Enfants: Enfants à partir de 1 an: 0,5–2 mg/kg de poids corporel/jour selon la gravité de l'affection, répartis en 2–3 doses. Dans l'arthrite
chronique juvénile, on peut augmenter la dose quotidienne jusqu'à un maximum de 3 mg/kg de poids corporel, répartis en plusieurs doses. Ne pas administrer Voltarène chez les enfants de moins de 1 an. Les
dragées gastrorésistantes Voltarène à 50 mg, les dragées LP LP 75 & 100 mg et les suppositoires à 50 mg et 100 mg ne conviennent pas en pédiatrie. Ampoules injectables : Injection intramusculaire Traitement
d'attaque des affections suivantes: Exacerbations de rhumatisme inflammatoire ou dégénératif: polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, arthroses et arthroses vertébrales, syndromes vertébraux
douloureux, rhumatisme extra-articulaire. Crises de goutte aiguës. Colique néphrétique et hépatique. États inflammatoires et oedémateux douloureux post-traumatiques et post-opératoires. Crises de migraine
sévères. Perfusion intraveineuse Traitement ou prévention des douleurs post-opératoires en milieu hospitalier. CONTRE –INDICATION : Hypersensibilité connue au principe actif ou à l’un des excipients du
médicament Antécédent de réactions allergiques (comme bronchospasme, rhinite aiguë, polype de la muqueuse nasale, urticaire) après la prise d’acide acétylsalicylique ou d’un autre anti-inflammatoire non
stéroïdien (AINS); Antécédents récents de rectites ou de réctorragies, proctites (formes susppositoires) Durant le 3ème trimestre de la grossesse (cf. «Grossesse/Allaitement»); Ulcères gastriques et/ou duodénal
actifs ou hémorragies gastro-intestinales; Maladies intestinales inflammatoires comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse; Insuffisance cardiaque grave; Insuffisance hépatique grave (Child-Pugh classe
C); Insuffisance rénale grave (clairance de la créatinine <30 ml/min); MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS P ARTICULIERES D’EMPLOI : L’indication sera établie avec rigueur et la surveillance médicale sera
effectuée soigneusement chez les patients présentant des troubles gastro-intestinaux, des antécédents évocateurs d'ulcère gastro-intestinal ou une atteinte de la fonction hépatique. Les hémorragies gastrointestinales ou les ulcères/perforations peuvent avoir des conséquences graves chez les patients âgés et peuvent se produire à n'importe quel moment pendant le traitement sans qu'il y ait nécessairement de
signes avant-coureurs ou d'antécédents. Dans les rares cas où une ulcération ou une hémorragie gastro-intestinale apparaissent sous Diclofenac, le traitement doit être interrompu. Compte tenu de l'importance
des prostaglandines dans le maintien de l'irrigation rénale, une prudence particulière s'impose chez les sujets présentant une atteinte fonctionnelle cardiaque ou rénale, les patients âgés, les malades sous
diurétiques et ceux présentant une importante diminution du volume de liquide extracellulaire, quelle qu'en soit la cause, p.ex. dans la phase pré- ou post-opératoire lors d'interventions chirurgicales lourdes. C'est
pourquoi il est recommandé de surveiller par précaution la fonction rénale lorsque Diclofenac est utilisé dans ces cas-là. L'arrêt du traitement entraîne généralement un retour à l'état précédent du traitement. En se
basant sur des considérations médicales générales, la prudence s'impose chez les sujets très âgés. Il est recommandé en particulier d'administrer la dose minimale efficace chez les patients âgés fragiles ou chez
ceux dont le poids corporel est faible. Comme avec d’autres AINS, une ou plusieurs enzymes hépatiques peuvent augmenter sous Diclofenac. Ceci a été observé avec le diclofénac au cours d'études cliniques et
peut apparaître chez environ 15% des patients mais s'accompagne cependant rarement de symptômes cliniques. L'importance clinique de ce phénomène n'est pas connue. Dans la plupart des cas, il s'agit
d'élévations limitrophes. Occasionnellement (dans 2,5% des cas), il s’agissait d’une augmentation modérée des enzymes hépatiques (=3–<8× la limite supérieure des valeurs normales) alors que l'incidence des
augmentations marquées (=8× la limite supérieure des valeurs normales) n’était que d’env. 1%. Au cours des études cliniques mentionnées ci-dessus, parallèlement à l'augmentation des enzymes hépatiques,
des lésions hépatiques cliniquement manifestes ont été observées dans 0,5% des cas. En général, l'augmentation des enzymes hépatiques était réversible après l'arrêt du traitement. Il faut toutefois rappeler que
Diclofenac n'est recommandé que pour les traitements de courte durée (maximum 3 jours). Le traitement par Diclofenac doit être interrompu lorsque les troubles de la fonction hépatique persistent ou s’aggravent
ainsi que lorsque des signes ou symptômes cliniques d'hépatopathie (p.ex. hépatite) ou d’autres manifestations apparaissent (p.ex. éosinophilie, éruption cutanée, etc.). Parallèlement à l'augmentation des
enzymes hépatiques de rares cas de réactions hépatiques graves, (y compris d'ictère) et de cas isolés d'hépatite fulminante mortelle, ont été rapportés. Une hépatite peut se produire sans symptômes avantcoureurs. La prudence s'impose chez les patients atteints de porphyrie hépatique car Diclofenac pourrait déclencher une crise. Un traitement de courte durée avec Diclofenac dans les indications citées ci-dessus
se révèle généralement suffisant. Dans le cas où, contrairement aux recommandations d'utilisation, Diclofenac est administré sur une période plus longue, il est conseillé, comme pour tous les antiinflammatoires
non stéroïdiens hautement actifs, de contrôler régulièrement la formule sanguine. Une inhibition temporaire de l'agrégation plaquettaire est aussi possible avec Diclofenac comme avec les autres AINS. Une
surveillance attentive s'impose chez les patients souffrant de troubles de la coagulation. De par ses propriétés pharmacodynamiques, Diclofenac peut comme d'autres AINS masquer une symptomatologie
infectieuse.Comme avec d'autres AINS, des réactions allergiques (y compris anaphylactiques/anaphylactoïdes) peuvent apparaître dans de rares cas, même en l'absence de tout traitement antérieur par le
médicament. INTERACTIONS : Lithium, digoxine Lors d’administration concomitante, Diclofenac peut augmenter la concentration plasmatique du lithium et de la digoxine. Diurétiques Comme d’autres AINS,
dont Diclofenac peuvent inhiber l'efficacité des diurétiques. En outre, le traitement concomitant par les diurétiques d'épargne potassique peut parfois s'accompagner d'une hyperkaliémie, d'où la nécessité de
mesurer fréquemment la kaliémie. AINS L'administration concomitante d'un autre AINS par voie systémique peut augmenter la fréquence des effets indésirables. Anticoagulants Bien que les études cliniques
n'indiquent pas que diclofénac influence l'effet des anticoagulants des cas isolés de risque accru d'hémorragie lors d'emploi concomitant de diclofénac et d'anticoagulants ont été rapportés; c’est pourquoi une
surveillance clinique étroite est recommandée dans de tels cas. Antidiabétique Des essais cliniques ont montré que diclofénac peut être administré conjointement avec des antidiabétiques oraux sans en modifier
leur effet clinique. Cependant, des cas isolés d'effets hypoglycémiants et hyperglycémiants en présence de diclofénac ont été rapportés, rendant nécessaire une modification de la posologie des médicaments
hypoglycémiants. Méthotrexate La prudence s'impose lorsque des AINS sont administrés moins de 24 h avant ou après un traitement au méthotrexate, car la concentration sanguine et la toxicité du méthotrexate
peuvent augmenter. Ciclosporine La néphrotoxicité de la ciclosporine peut être accrue par les effets des AINS sur les prostaglandines rénales. Antibiotiques du groupe des quinolones Des cas isolés de
convulsions qui pourraient être dues à l'association d'AINS et de quinolones ont été rapportés. EFFETS INDESIRABLES : Fréquences: très fréquent (>1/10), fréquent (>1/100 <1/10), occasionnel (>1/1000
<1/100), rare (>1/10’000 <1/1000), très rare (<1/10’000). Circulation sanguine Très rare: thrombopénie, leucopénie, agranulocytose, anémie hémolytique, anémie aplasique. Système immunitaire Rare:
réactions d’hypersensibilité, par ex. asthme, réactions générales anaphylactiques/anaphylactoïdes, y compris hypotension. Très rare: vasculite, pneumonite. Système nerveux Occasionnel: céphalées,
étourdissements, vertiges. Rare: asthénie. Très rare: troubles de la sensibilité y compris paresthésies, troubles de la mémoire, désorientation, insomnie, irritabilité, convulsions, dépression, anxiété, cauchemars,
tremblements, réactions psychotiques, méningite aseptique. Troubles oculaires Très rare: troubles de la vision (baisse de l’acuité visuelle, diplopie). Oreille Très rare: baisse de l’acuité auditive, bourdonnements
d’oreilles. Troubles cardiaques Très rare: palpitations, douleurs thoraciques, hypertension, insuffisance cardiaque. Troubles gastro-intestinaux Occasionnel: douleurs épigastriques, autres troubles gastrointestinaux tels que nausées, vomissements, diarrhées, crampes abdominales, dyspepsie, flatulence, anorexie. Rare: hémorragie gastro-intestinale (hématémèse, melaena, diarrhées avec présence de sang),
ulcère gastro-intestinal avec ou sans hémorragie/perforation. Très rare: stomatite aphteuse, glossite, troubles gustatifs, lésion oesophagiennes, sténoses intestinales de type diaphragmatique, affections
abdominales basses, par ex.: colite hémorragique non spécifique, exacerbation de colite ulcéreuse ou de maladie de Crohn, constipation, pancréatite. Troubles hépatobiliaires Fréquent: augmentation des
transaminases sériques (SGOT, SGPT), occasionnellement augmentation modérée (=3× la limite supérieure des valeurs normales) resp. marquée (=8× la limite supérieure des valeurs normales).Rare: hépatite
accompagnée ou non d’ictère, très rarement fulminante Troubles cutanés Occasionnel: éruptions cutanées. Rare: urticaire. Très rare: éruptions bulleuses, eczéma, érythème polymorphe, syndrome de StevensJohnson, syndrome de Lyell (nécrolyse épidermique toxique), érythrodermie (dermatite exfoliatrice), chute de cheveux, réactions de photosensibilisation, purpura, y compris purpura allergique. Troubles rénaux
Rare: oedème. Très rare: insuffisance rénale aiguë, hématurie, protéinurie, néphrite interstitielle, syndrome néphrotique, nécrose papillaire. SURDOSAGE: Le traitement de l'intoxication aiguë par les AINS
consiste essentiellement en une surveillance clinique et en la mise en place de mesures symptomatiques. Le surdosage de Diclofenac n'engendre pas de tableau clinique caractéristique. Les mesures
thérapeutiques en cas de surdosage sont les suivantes: Prévenir l'absorption le plus vite possible après l'ingestion de la surdose par lavage gastrique et administration de charbon actif. Les complications telles
qu'hypotension, insuffisance rénale, convulsions, irritation gastro-intestinale et dépression respiratoire requièrent une surveillance clinique et un traitement symptomatique. Des mesures thérapeutiques
spécifiques telles que diurèse forcée, dialyse ou hémoperfusion seront probablement inefficaces pour éliminer les AINS en raison de leur liaison protéique élevée et de leur métabolisme important. Titulaire de
l’Autorisation de Mise sur le Marché : Novartis Pharma Maroc , 82 Bd Chefchaouni, Quartier industriel Aïn Sebaâ 20250 CASABLANCA. Tel 00-212-22-35-93-14
(1) Hernandez-Diaz S, Garcia Rodriguez LA. Association Between Nonsteroidal Anti-inflammatory Drugs and Upper Gastrointestinal Tract Bleeding/Perforation. An Overview of Epidemiologic Studies Published in the 1990s.
ARCH INTERN MED/VOL 160, JULY 24, 2000.
(2) RCP
Détente
50
érée, appelle
Une femme, désesp
:
son mari au boulot
je n’y arrive pas, je
le,
zz
- Je veux faire un pu
n’en peux plus!
modèle ?
r, est ce que tu as un
ou
am
on
les pièces se
m
i
to
e- Calm
n’y arrive pas, toutes
je
ais
m
,
îte
bo
la
r
su
- Oui! Il y a un coq
t.
en
bl
ressem
va voir ça ensemble.
je vais rentrer et on
ie,
ér
ch
a
m
n
rie
st
e
- Ce n’
rs :
e sa blonde en pleu
et les corn-flakes
Le type rentre, trouv
la plus belle. On rem
es
tu
e,
nn
no
ig
m
es
tu
- écoute ma chérie,
dit rien à personne.
ne
on
et
îte
bo
dans la
Le corps humain
en chiffres…
360 litres est la quantité de sang pompée
par le cœur en 1 heure, 3 millions par
an et près de 250 millions de litres
au cours d’une vie à travers un réseau de
veines, d’artères et de capillaires d’environ
200 000 km.
mande à son père :
Un petit garçon de
s?
t-il de laits différent
-P ’pa, combien y apourquoi
:
sé, le lait frais... mais
en
nd
co
t
Son père lui répond
lai
le
,
isé
crémé, le lait stéril
-Il y a le lait demi-é
je voulais savoir
cette question ?
ner une vache, alors
ssi
de
de
dé
an
m
de
a
-Ma maîtresse nous
!
je devais lui mettre
ts
ne
bi
ro
de
combien
ire !
c’est son anniversa
stylo à ma femme,
un
tite
rir
pe
off
e
ai
un
er
ire
im
J’a
ez lui fa
vendeuse, vous voul
la
t
di
,
en
bi
st
e
c’
h,
O
surprise ?
se surprise,
même une très gros
Oh que oui, ce sera
une BMW…
elle s’attend à avoir
photo du mois
! Où est passé le Patient ? mystère
1 000 est le nombre d’encyclopédies que
peut théoriquement stocker le cerveau.
?
« ALLO ? »
ine.
allô » est très lointa
L’origine de notre «
tation
lu
sa
« Hallow », une
Le mot viendrait de
teau à
ba
n
is se lançaient d’u
francique les marins angla
la
t
es
»
er, disons que « allô
s Étatsde
l’autre. Pour simplifi
s
lai
ng
llo » qui vient de l’a
qu’après
»
sation (1890) de « he
o
ell
H
écrite de «
e
rm
fo
la
e
uv
tro
plus utiliUnis. On ne
venu la salutation la
de
t
es
ot
m
le
e
qu
1880 alors
x États-Unis.
du tésée au téléphone au
Edison, l’inventeur
as
om
Th
e
qu
ut
ve
La légende
ier à avoir
ographe, soit le prem
légraphe et du phon
phes afra
og
téléphone. Ses bi
utilisé « Hello » au
t que
en
om
partir de ce m
firment que c’est à
.
us
utilisée par to
cette salutation est
Le saviez vous… ?
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising