Spécial Vin

Spécial Vin
wd-fab 1454 VIN_ouverture_2.qxd
29/08/08
8:38
Page 108
ES
R
I
FA VINS
F
S A UX
E
NN ES A110
O
S B FOIRPAGE
E
L ES
D
Ces six jeunes femmes apportent
de l’air frais dans le Bordelais
De gauche à droite : Caroline Frey, château
La Lagune ; Marie Courcelle, château Thieuley ;
Basaline Granger-Despagne, château Mont Pérat ;
Séverine Bonnie, château Malartic-Lagravière ;
Stéphanie Rolland-Lesage, château Le Bon Pasteur ;
Eloïse Heeter-Tari, château Nairac.
Toutes ces vigneronnes nouvelle génération
se sont regroupées dans l’association Bordeaux
Oxygène, où elles conçoivent des opérations
originales pour faire connaître leurs crus.
Vin
Spécial
108 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
LES FEMMES PRENNENT LE POUVOIR
RÉGION PAR RÉGION, portraits, enquêtes et la sélection de nos spécialistes dans le
Bordelais, la Bourgogne, le Beaujolais, la Loire, la Champagne, l’Alsace, le Grand Sud.
S
eptembre. Retenez votre souffle. Les foires aux vins
démarrent. C’est le moment de faire de bonnes
affaires. Notre collaborateur et grand spécialiste
français du vin, Bernard Burtschy, a goûté pour
vous toutes les bouteilles vendues en grande surface.
Attention : il existe de bonnes opportunités, mais aussi des bouteilles sans grand intérêt. Bernard Burtschy éclaire votre choix. Il vous
dit ce qu’il faut acheter et, surtout, vous indique les meilleurs rapports
qualité-prix. Egalement, dans ce dossier spécial, notre guide d’achat
à travers les régions, avec les prix et nos coups de cœur.
Et puis, vive les femmes ! Productrices, œnologues, commerciales,
elles occupent partout en France des postes à responsabilité. Il n’est
plus incongru de trouver des femmes en charge de la vinification des
plus grands crus, à l’image de Sandrine Garbay, au château d’Yquem,
ou de Caroline Frey, au château La Lagune. Ce sont d’excellentes techniciennes, parfois meilleures que leurs homologues masculins. Et
elles le prouvent au quotidien. A force de patience et d’opiniâtreté,
elles ont su imposer leur talent dans les cuveries comme chez les
consommateurs, qui plébiscitent désormais leur travail. Les foires
aux vins seront l’occasion de leur rendre hommage. ■
■ DOSSIER RÉALISÉ PAR MAURICE BEAUDOIN. PHOTOS : OLIVIER ROUX POUR LE FIGARO MAGAZINE
fab 1454 VIN_intro.qxp
28/08/08
S P É C I A L
21:17
Page 110
V I N S
FOIRES AUX VINS MODE D’EMPLOI
Les vérités de l’un des
meilleurs dégustateurs français
Faites confiance à notre sélection : meilleures bouteilles, meilleur rapports qualités-prix.
T
FONBLANC/LE FIGARO MAGAZINE
ous les ans, les fâcheux pré- cipal acheteur des millésimes moins courus par-là. Le même achat chez le producteur se
disent la fin des foires aux comme 2006 ou 2004. L’acheteur de 100 000 verrait grever de décourageants frais de port
vins : « elles ne sont plus ce bouteilles obtient des conditions qui n’ont ou d’une commission de 30 à 50 % chez un caqu’elles étaient... » pleurni- rien à voir avec l’acheteur d’une caisse de 12. viste qui ne peut rivaliser avec ce type de dischent-ils. Il est vrai qu’à leurs débuts, dans D’ailleurs, les prix proposés dans les foires tribution. Reste la qualité du choix. La grande
distribution s’est beaucoup profesles années 80, à l’instigation des
sionnalisée. Toutes les enseignes se
centres Leclerc, les foires aux vins
surveillent et proposent des prix la
pouvaient être comparées aux solplupart du temps similaires. Chades. Les foires aux vins ont été un
cune cherche à se diversifier en metformidable outil de démocratisatant en avant ses spécificités, mais il
tion. Elles ont durablement insexiste de bonnes bouteilles à peu
tallé la grande distribution dans le
près partout, de moins bonnes aussi.
commerce du vin puisqu’elle reIl ne faut surtout pas croire les
présente aujourd’hui près de 80 %
différents « coups de cœur » des
de toutes les ventes. Leclerc, son
acheteurs qui fleurissent dans les
instigateur, est maintenant nucatalogues. Leurs critères n’ont
méro un de la vente des vins en
qu’un lointain rapport avec ceux du
France avec 18 % du marché, que
consommateur. Dès qu’un acheteur
ce soit en volume comme en vadonne un conseil, il a en tête les voleur, et près de 230 millions de
lumes et la marge. Jamais, il ne
bouteilles vendues.
conseillera un vin de grande qualité
Le vin s’achète maintenant toute
s’il dispose de peu de stock : ce ne
l’année dans la grande distribuserait pour lui que source d’ennuis.
tion. Les foires aux vins repréEgalement, il faut bien mettre en
sentent toujours 25 % du chiffre
avant les vins de ceux qui jouent le
d’affaires annuel et il n’existe aujeu toute l’année et vendre certaicun signe de régression. Certes,
nes cuvées imposées pour obtenir
certaines enseignes stagnent alors
des flacons prestigieux ou encore
que d’autres progressent, comme
les vins de la famille. La vigilance est
Système U, mais c’est la vie des
donc de mise.
affaires. Les grands magasins ne
Toutes les enseignes fonctionnent
s’y sont pas trompés : Monoprix et
avec une sélection nationale : décliles Galeries Lafayette sont arrinée dans 100, 200 ou 300 magasins,
vés tard, mais occupent auelle est forcément de grand volume,
jourd’hui fermement le terrain.
ce qui ne préjuge en rien la qualité.
La distribution du vin n’est pas
Les vins de volume moindre se refigée même si les cavistes ont eu
Bernard Burtschy.
trouvent dans une sélection régiodu mal à s’adapter à cette nounale, voire dans un seul magasin
velle donne qui, bien sûr, ne les
■- Achetez les premiers jours
comme Carrefour à la Porte d’Auarrange pas. La percée du commerce électronique via internet a
■- Prix canon sur les bordeaux 2006, teuil, à Paris, Leclerc à Quimper ou
Auchan à Roncq (Nord).
dopé des commerçants traditiongrandes et moyennes bouteilles
Avant de se ruer dans ces temples
nels comme Millésima et a engen■- Méfiez-vous des prétendus coups de de la consommation, il faut élaborer
dré l’apparition de sites spécifiun plan de bataille. Fixez-vous deux
quement dédiés au vin comme
cœur et des conseils intéressés
ou trois vins à acheter dans une en1855, ChateauOnLine et autres
■- Prix : toutes les enseignes se surveillent seigne et n’écoutez personne, absoWineandco qui ont bien compris,
lument personne – pas même les
eux aussi, l’importance des foisoi-disant spécialistes que la grande
res aux vins. Sans vraiment entadistribution met aimablement à vomer la position de leader de la
tre service. Si possible, achetez par
grande distribution.
Faut-il acheter son vin lors des foires aux pour le millésime 2006 ont de quoi écœu- six (par un ou deux pour les plus chers),
vins devenues les vitrines de la grande dis- rer l’acheteur en primeur qui acquiert uni- dans les tous premiers jours des foires aux
tribution ? Les prix restent le principal point quement la sécurité d’approvisionnement. vins, voire la veille si c’est possible.
Avec sa sélection, volontairament raccourLe deuxième grand avantage est la diversité
fort, surtout pour les grands et moins grands
bordeaux qui représentent une petite moitié du choix. C’est le moment ou jamais de grap- cie, ces pages spéciales foire aux vins a été
des ventes. La grande distribution est le prin- piller une bouteille par-ci ou trois bouteilles conçu dans cet esprit. ■
Par Bernard Burtschy
110 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
AP215x280_figaro
25/08/08
12:35
Page 1
Une nouvelle gamme permanente
à découvrir en exclusivité
chez Géant Casino
et dans les Supermarchés Casino,
dès le 9 septembre pendant
Distribution Casino France - SAS au capital de 45 742 906 euros - RCS St Etienne 428 268 023 - trade up.HighCo.
le Salon des Vins.
Le Côtes de Provence "Club des Sommeliers Grandes RéservesVannières"
est disponible uniquement en Supermarchés Casino.
Le Côtes de Provence "Club des Sommeliers Grandes Réserves Galoupet"
et le Margaux "Club des Sommeliers Grandes Réserves Château Durfort-Vivens"
sont disponibles uniquement chez Géant Casino.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.
Fig FAV 2008:auchan
6/08/08
17:49
Page 2
FOIRE AUX VINS AUCHAN 2008
PUBLICITÉ
Trouvailles, émotions et bonnes
affaires
Dénicher les plus belles affaires de nos vignobles ? Trouver ces vins au
sommet de la qualité et de l’émotion qui savent rester modestes quand on
parle d’argent ? Difficile, lorsque l’on n’est pas expert, et que l’on n’a pas
une grande enseigne derrière soi ! Pour vous, les 5 acheteurs Auchan
se transforment en « têtes chercheuses ». Parmi les centaines de vins
proposés par la Foire aux Vins Auchan, à côté des très grandes –voire très
rares– bouteilles ou des vins de copains qu’ils ont sélectionnés, voici
9 de leurs Coups de Cœur. Des vins triés sur le volet, choisis pour leurs
qualités gustatives, leur potentiel et leur rapport qualité/prix imbattable.
Saumur AOC Château d’Eternes
Le Grand Clos 2005 5,99 €
Dans l’enceinte de ce château remontant au IXème siècle, les
vignes descendent doucement un coteau exposé au sud. Ce vin,
mûr, charnu et soyeux, exprime la beauté et la richesse de cet
endroit secret, presque plus proche de Chinon que de Saumur.
Mâcon AOC Aze 2006
Domaine du Clos de Fourchis 5,75 €
Une robe brillante, avec des reflets verts ; au
nez, des notes florales ; en bouche
rondeur, fraîcheur du millésime, intensité
aromatique de fruits, pomme, poire ; un vin
qui se décode vite, à boire entre amis !
Cabernet d’Anjou AOC
Domaine des Grandes Vignes Péché de Vignes 2007 3,40 €
Ce vin est le fruit du travail acharné de Laurence, Dominique et
Jean-François Vaillant qui apportent le même soin à leur Cabernet
qu’à leurs meilleurs Layons et Bonnezeaux. Fraise et framboise
écrasées, bouche riche, sucrée et acidulée : un petit péché …
PHOTOS : FRANCO TINÉ, LH @ FOTOLIA.COM ; DR.
Muscadet Sèvre et Maine sur Lie AOC
Clos du Poyet 2007 3,60 €
Ce clos de vieilles vignes de plus de 50 ans livre un
vin gras aux arômes de fruits blancs et de fruits
secs, finement citronné et à la structure ciselée.
Mais c’est sa belle finale, très saline, qui donne une
furieuse envie de fruits de mer !
PARTAGEZ LEURS COUPS DE CŒUR
Echangez avec les acheteurs Auchan ! Ils vous laissent
leur adresse e-mail sur chaque bouteille Coups de Cœur
reconnaissable à sa collerette rouge. Et découvrez
l’ensemble de la sélection à la rubrique Coups de Cœur
sur auchan.fr. Les 5 acheteurs vous y attendent…
Côtes du Rhône Villages AOC
Rasteau 2005
Cuvée Prestige 8,50 €
Ce Rasteau 2005 d’une incroyable concentration et doté
de tanins parfaitement calibrés
pourrait, sans complexe, se
mesurer aux grands crus.
Laissez-le se bonifier pendant
2 ans en cave pour mieux le
savourer sur un civet de lapin !
L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ.
Corbières AOC Rouge 2006
L’extrême de Castelmaure 9,95 €
Les enfants du roc cassent la
baraque ! La cave d’Embrès-etCastelmaure a encore frappé
avec cette cuvée qui distille
petits fruits rouges, complexité
aromatique, épices, puissance, équilibre et fraîcheur.
Sanguin et de haute volée !
OSEZ LES MAGNUMS !
Equivalent à deux bouteilles classiques de 75cl,
le magnum fait coup double : il permet une meilleure
conservation du vin en cave et c’est le format idéal
pour un dîner convivial. Extrait du catalogue :
Bordeaux Supérieur AOC Château Chapelle Maracan 2006 4,50 €
Cette propriété est suivie par Stéphane Derenoncourt depuis 2006 et ça se voit !
Une belle robe brillante, un nez de petits fruits rouges, une bouche soyeuse,
structurée par des tanins fondus et harmonieux. Un vin de plaisir à prix très doux.
Saint Emilion Grand Cru AOC Château Armens 2006 14,95 €
A. de Malet Roquefort et S. Derenoncourt, font franchir un nouveau palier à ce
château. Plus de puissance et de précision, un bouquet aromatique et ample qui
impressionne par son fruit ; des tanins élégants. A découvrir ou à redécouvrir !
Saint-Estèphe AOC Château Sérilhan 2006 10,95 €
Une propriété au sommet de son appellation ! Son 2006 présente
un bouquet exubérant de fruits rouges et noirs bien mûrs, une
bouche charmeuse où se dessine un fruit éclatant et prometteur. La
révélation de ces dernières années !
Pour connaître les dates
de la Foire aux Vins de votre magasin Auchan,
rendez-vous sur www.auchan.fr
À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.
• Château Sérilhan
Saint-Estèphe 2006
21,90 €
• La Fleur de Bouard
Lalande de Pomerol 2006
49,00 €
• Château Coufran
Haut-Médoc 2005
27,00 €
• Château Sociando Mallet
Haut- Médoc 2006
57,00 €
• Château Joanin Bécot
Côtes de Castillon 2006
31,00 €
• Château Talbot
Saint-Julien 2006
59,90 €
• Château Labégorce
Margaux 2006
37,00 €
• Château Beau-Séjour
Bécot St-Émilion 2006
89,00 €
WD fab 1454 VIN_foires.QXD
29/08/08
S P É C I A L
18:12
Page 114
V I N S
FOIRE AUX VINS LES CHOIX DE BERNARD BURTSCHY
LES VINS
À MOINS DE 10¤
BERGERAC 2006
Château Monestier La Tour
Amoureux du vin, son
propriétaire hollandais a fait
appel au meilleur conseiller de
Bordeaux pour élaborer un vin
rouge tout en nuances et en
délicatesse dont l’élégance ne
passe pas inaperçue à table.
Prix : 4,95 ¤.
PINOT BLANC 2007
PASCAL SITTLER/REA
Domaine Paul Blanck
25 % du chiffre des ventes de vins provient des foires annuelles.
Leclerc
Toujours n° 1
en France
Foire aux vins : à partir du 24 septembre
dans l’ensemble des magasins.
C
’est Leclerc qui a inventé le concept des foires aux
vins. Ses premières enseignes de l’Ouest se sont
lancées dès 1973. Les foires se sont généralisées à
l’ensemble des magasins en 1980. Leclerc continue
à être le numéro un en France. Les foires aux vins représentent
25 % du chiffre annuel de son rayon vins qui vend 225 millions de
bouteilles par an. Certains magasins comme le Leclerc de Quimper, qui est un des meilleurs cavistes de France, ont une stratégie
très audacieuse. L’offre de l’ensemble des magasins est organisée
autour d’une sélection de « 103 crus à prix Leclerc et 39 incroyables ». Le cœur est centré autour des bordeaux 2006, qui sont
proposés à des prix très compétitifs. Après des 2005 de grande
qualité et très médiatisés mais hors de prix, les 2006 représentent
le vrai millésime de l’amateur. Certes, la garde est moins grande,
mais qui s’en soucie aujourd’hui ? Ils tiendront une bonne dizaine d’années. Les prix tendres proposés montrent qu’il n’y avait
aucun raison de les acheter en primeurs.
Depuis plusieurs années, l’enseigne a fait de gros efforts sur les
vins d’autres régions. Si la Bourgogne, par sa petitesse, a du mal
à fournir les 500 centres Leclerc, le Rhône et le Languedoc se signalent par la qualité d’une sélection de vins à prix raisonnables.
Comme l’année dernière, le site internet est très fourni et donne,
en avant-première, le descriptif de ses « incroyables » et, en version interactive, les offres de chaque magasin (www.foireauxvinsleclerc.com). ■
114 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
Issu d’un cépage très charmeur
et élaboré par un des meilleurs
domaines, ce vin blanc d’Alsace
séduit, par sa rondeur, de
l’apéritif jusqu’aux viandes
blanches, mais sa tenue
éblouira l’amateur le plus blasé.
Prix : 5,50 ¤.
MINERVOIS CUVÉE AGELLUM
2007
Château d’Agel
Ce beau vin rouge du
Languedoc est superbement
ouvert, avec une bouche souple
et ronde et pleine de fruit, qui se
croque avec charme. A boire
sur ce fruit immédiat dans les
dix-huit mois.
Prix : 5,90 ¤.
BORDEAUX SUPÉRIEUR 2006
Château de Reignac
Sur le papier, il n’est « que »
bordeaux supérieur, mais,
élaboré de main de maître, ce
vin rouge n’hésite pas à faire
la pige à des vins plus huppés
trois ou quatre fois plus chers.
L’habit ne fait pas le moine.
Prix : 7,95 ¤.
POUR LES GRANDES
OCCASIONS
FRONSAC 2006
Château de La Dauphine
Même si son patron est
l’actionnaire d’une grande
enseigne concurrente, Leclerc
n’a pas hésité à sélectionner
ce beau bordeaux rouge
impeccablement vinifié et qui
se gardera une bonne dizaine
d’années.
Prix : 12,50 ¤.
MÉDOC CRU BOURGEOIS 2006
Château Rollan de By
Voilà un autre Petit Poucet qui
terrasse les grands bordeaux
rouges à l’aveugle.
Admirablement élaboré et
sans aucune raideur, il peut se
boire dès à présent, mais il
continuera à progresser dans
les cinq prochaines années.
Prix : 12,85 ¤.
GEVREY-CHAMBERTIN 2006
Domaine Harmand Geoffroy
Moins médiatique que d’autres,
Gérard Harmand élabore des
grands vins rouges de la Côte
de Nuits. Changeant son fusil
d’épaule, ce beau gevrey a
gagné en élégance, et il se
gardera au moins huit ans.
Prix : 18,90 ¤.
LES GRANDES
B OU T E I L L E S
À GA R D E R
CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE 2006
Maison Chapoutier
Souple et suave, tout en
rondeur et en fruit, ce grand
rouge du Rhône ne ressemble
pas à l’image des puissants
châteauneuf-du-pape.
Mais il ne faut pas se
méprendre, il évoluera bien
en bouteille.
Prix : 22,50 ¤.
HAUT-MÉDOC CRU
CLASSÉ 2006
Château La Tour Carnet
Racheté par Bernard Magrez,
ce grand médoc produit des
rouges de grand calibre qui
défraient la chronique. Son
format en magnum le destine
aux belles occasions et à la
grande garde.
Prix : 52,90 ¤ en magnum.
SAINT-ÉMILION 1ER CRU
CLASSÉ 2001
Château Figeac
Le prix n’est pas donné, mais le
vin est remarquable en tout
point, même par son prix. Issu
d’un très beau millésime, ce vin
de très grande garde
commence à s’ouvrir lentement.
Une bouteille magnifique.
Prix : 65 ¤.
VALEUR SÛRE
www.dourthe.com
DOURTHE DISTINGUÉ AVEC
CHÂTEAU BELGRAVE
Coup de Cœur
« … une matière ronde et veloutée portée
par de superbes flaveurs de fruits… »
Supplément Vins GaultMillau
Juin/Juillet 2007
Millésime 2006
« Très élégant et racé, il est gourmand
et très équilibré, avec une grande finesse
de tannins et un touché soyeux. »
La Revue du Vin de France - Septembre 2007
Millésime 2005
« … révélation du millésime… »
Robert Parker
eRobert Parker.com - Avril 2006
Millésime 2005
DOURTHE producteur français
de l’année 2007 - IWSC
Bordeaux
depuis
1840
L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.
FigMag.indd 1
21/08/08 17:42:53
WD fab 1454 VIN_foires.QXD
29/08/08
S P É C I A L
18:12
Page 116
V I N S
FOIRE AUX VINS LES CHOIX DE BERNARD BURTSCHY
LES VINS
À MOINS DE 10¤
CÔTES-DU-RHÔNE ROUGE 2007
Garance
Jean-Louis Trintignant n’a pas
raté son coup avec ce vin
charmeur et suave qui
accompagnera avec bonheur
les viandes mijotées.
Prix : 4,95 ¤.
TOURAINE GAMAY
CLAUDE PRIGENT/LE TELEGRAMME/MAXPPP
Terroir des Silices d’Henry
Marionnet
N’hésitez par à demander le conseil avisé de l’un des animateurs du rayon vin.
Carrefour
Un trésor
de catalogue
Foire aux vins du 10 au 20 septembre 2008
P
our établir sa sélection, Carrefour a réuni 300 professionnels qui ont dégusté à deux reprises tous
les vins à l’aveugle. Les vins notés moins de 12/20 ont
été éliminés. Parmi les 450 vins retenus, figurent
150 grands bordeaux du superbe millésime 2005, très recherché
sur le marché mondial, où son prix s’envole. Proposé à un prix raisonnable, il faudra se précipiter dès l’ouverture. Il n’y en aura
pas pour tout le monde.
Les autres vins sont très diversifiés. L’enseigne a astucieusement privilégié quelques producteurs vedettes, partenaires depuis
longtemps, tels que Jean-Marc Brocard (Chablis), Jean-Luc Colombo (Rhône et Sud), Denis Dubourdieu (Bordeaux) ou Henry
Marionnet (Loire), dont les vins sont toujours de haute tenue.
Pour la Bourgogne, point faible traditionnel de toutes les foires aux
vins, l’enseigne a fait appel à Frédéric Magnien pour la Côte de
Nuits et à Christophe Cordier pour le Mâconnais. Ces deux jeunes producteurs et négociants figurent parmi les grands espoirs
de la région, et leurs productions sont remarquables.
Pendant toute la foire aux vins, les conseillers Carrefour, qui
sont des amateurs de vins, orienteront l’acheteur selon ses goûts.
Le traditionnel catalogue des vins dépasse son but pour devenir
une mine de bons conseils. On le retrouvera sur internet
(www.carrefour.fr). ■
116 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
Un superbe vin rouge de fruit
très goûteux d’un velouté
ravageur immédiatement
accessible qui accompagnera
toutes les viandes et qui se
boit tout seul, pour le plaisir.
Prix : 5,20 ¤.
VIOGNIER LA VIOLETTE 2007
Jean-Luc Colombo
Très aromatique, frais et
printanier, ce vin blanc qui
séduit par son charme direct,
occupera toute la place de
l’apéritif aux entrées froides.
Prix : 5,50 ¤.
MÂCON CHARNAY 2007
Vieilles Vignes
Christophe Cordier
Ce jeune producteur
talentueux propose un élégant
bourgogne blanc assez
charpenté pour tenir sur une
viande blanche.
Prix : 9,95 ¤.
POUR LES GRANDES
OCCASIONS
CHABLIS 1ER CRU VAUCOUPIN
2007
Jean-Marc Brocard
Ce blanc de Chablis est
élaboré dans les règles de l’art
et il sera encore meilleur dans
un an ou deux. Présent selon
les magasins, le Côte de
Jouan du même domaine lui
est équivalent.
Prix : 12,50 ¤.
PESSAC-LÉOGNAN 2005
Château Picque Caillou
Ce grand bordeaux rouge des
graves qui vient de la
prestigieuse appellation
Pessac Léognan commence
à s’ouvrir, mais il évoluera
favorablement pendant
au moins cinq ans pour
accompagner une côte de bœuf.
Prix : 14,95 ¤.
CHIANTI CLASSICO 2006
Fonterutoli Mazzei
Si beaucoup de chiantis sont
décevants, Fonterutoli figure
parmi les meilleurs vins
rouges d’Italie avec un vin
d’une belle tenue qui se
bonifiera une bonne dizaine
d’années.
Prix : 15,50 ¤.
CÔTES-DE-NUITS 2005
Cœur de Roches
Frédéric Magnien
Frédéric Magnien est un des
meilleurs producteurs de la
Bourgogne et son côtes-denuits est une belle introduction
à la magie des grands
bourgognes. Il se gardera une
petite dizaine d’années.
Prix : 16,90 ¤.
LES GRANDES
B OU T E I L L E S
À GA R D E R
HAUT-MÉDOC 2006
Château Sociando-Mallet
Ce cru n’est pas classé,
pourtant il brûle la politesse,
avec une grande régularité,
aux crus les plus huppés
10 fois plus chers. Cinq ans
de patience.
Prix : 29,95 ¤.
SAINT-ESTÈPHE 2006
Château Haut Marbuzet
Classé cru bourgeois
exceptionnel en 2003, HautMarbuzet s’assouplira dans
deux ou trois ans et il restera
à haut niveau pendant une
bonne quinzaine d’années.
Prix : 33 ¤.
PESSAC-LÉOGNAN 2005
Château Marlartic Lagravière
Ce grand bordeaux rouge
est une remarquable réussite
qui défiera les décennies
avec un vin complet d’un rare
équilibre.
Prix : 35 ¤.
LEFIGARO-VINS-Sept08:Mise en page 1
27/08/08
16:07
Page 1
Brouilly
Chénas
Chiroubles
Côte-de-Brouilly
Fleurie
Juliénas
Morgon
Moulin à Vent
Régnié
Saint-Amour
www.amqconseil.com - photo : fotolia - gillet - cottin
Aussi grands
que leurs terroirs…
mais trop bien élevés pour le dire.
www.beaujolais.com
L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. CONSOMMEZ AVEC MODÉRATION.
WD fab 1454 VIN_foires.QXD
29/08/08
S P É C I A L
18:13
Page 118
V I N S
FOIRE AUX VINS LES CHOIX DE BERNARD BURTSCHY
LES VINS
À MOINS DE 10¤
CÔTES-DU-RHÔNE-VILLAGESLAUDUN 2007
Château Saint-Maurice
Une petite merveille de
souplesse et de rondeur, d’une
étonnante longueur, avec un
joli rebond en finale et une
vraie personnalité, certes
flatteuse, mais d’une belle
densité. A boire sur son fruit
enjôleur.
Prix : 4,50 ¤.
PHOTOPQR/LE DAUPHINE LIBERE
BEAUMES-DE-VENISE 2006
Hésitation devant un grand choix de bouteilles à prix particulièrement doux.
Casino
Grands noms
à la rescousse
Foire aux vins, du 9 au 20 septembre 2008
pour les hypermarchés et les supermarchés.
C
asino a décidé de frapper un grand coup. Sous la
marque Club des Sommeliers Grandes Réserves,
le groupe lance une gamme permanente de 13 vins
à sa marque signés par des grands noms du vignoble. Le pauillac est signé par Pichon Longueville, le sauternes par
Suduiraut, le margaux par Durfort Vivens et le gevrey-chambertin par Philippe Charlopin, entre autres. Ces références se positionneront entre 9 et 21 euros et ont vocation à rester dans les rayons.
La gamme spécifiquement foire aux vins n’est pas oubliée pour
autant. L’équipe Casino a sillonné le vignoble et a retenu 800
vins parmi 4 000. L’offre est adaptée à chaque région et s’articule autour de quatre propositions régionales (Nord-Ouest, NordEst, Sud-Est et Sud-Ouest). L’offre bordeaux qui est commune à
l’ensemble des magasins, tout comme les 84 vins « coups de
cœur », offre une belle sélection de tous les grands vins. Pour
compléter cette offre, d’autres grands vins (ils sont 49) sont disponibles à la commande. Par ailleurs, pour ne pas tomber dans
l’élitisme, 70 % des vins sont vendus à moins de 8 euros.
Des conseillers et des viticulteurs seront présents durant toute
la foire pour éclairer les amateurs de vins, tout comme les débutants. De nombreux points de vente organiseront des soirées
d’inauguration avec dégustations et offres exclusives. Le catalogue des vins sera consultable en ligne (www.geantcasino.fr). ■
118 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
deux ans de garde pour
s’exprimer. Il n’est pas saintestèphe pour rien !
Prix : 14,80 ¤.
COTEAUX-DU-LANGUEDOC 2006
Domaine de l’Hortus
Pic Saint-Loup
Véritable référence de son
appellation, Jean Orliac a
élaboré un vin rouge souple au
joli fruit persistant et très
suave, mais doté de solides
tanins qui lui garantiront une
évolution très favorable avec
l’âge.
Prix : 15 ¤.
Les Garrigues d’Eric
Beaumard
BANDOL 2005
Elaboré par un célèbre
sommelier vice-champion du
monde, cette cuvée de rouge
est pleine et dense, avec une
belle longueur et une
séduisante finale de cuir.
A boire sans se presser dans
les deux ans.
Prix : 7,20 ¤.
Médocain, il aurait été classé à
coup sûr. Ce grand cru de la
Provence élabore en toute
discrétion un superbe vin
rouge dans la grande tradition
classique, déjà très plaisant et
d’un grand vieillissement
prévisible.
Prix : 22,25 ¤, disponible à la
commande.
Château de Pibarnon
CROZES-HERMITAGE 2006
Maison Chapoutier
Encore très jeune, ce beau vin
rouge issu du cépage syrah
mérite une petite année de
garde pour s’épanouir
totalement.
Prix : 9,95 ¤.
LES GRANDES
B OU T E I L L E S
À GA R D E R
SANCERRE CUVÉE EDMOND
2005
Alphonse Mellot
POUR LES GRANDES
OCCASIONS
MONTAGNY PREMIER CRU
LESJARDINS 2006
Château de Cary Potet
Ce vin blanc méconnu de la
bourgogne est une belle
alternative, à bien moindre
coût, aux stars de Meursault
qui font payer bien cher leur
nom sans que le contenu soit
à la hauteur. Ce n’est pas le
cas ici, avec un vin de fort
belle qualité.
Prix : 12 ¤.
CRU BOURGEOIS 2006
Château Clauzet
Saint-estèphe
Ce cru encore méconnu
affiche de grandes ambitions,
avec un vin rouge dense et
structuré qui mérite un ou
Ce beau vin blanc représente
une des meilleurs cuvées de
sauvignon élaborées dans le
monde. Encore marqué par
une touche boisée, il se fondra
dans deux ans pour donner
place à un vin élégant qui
cache sa force sous une
impressionnante longueur.
Prix : 29,90 ¤, disponible à la
commande.
CLOS-DE-LA-ROCHE GRAND CRU
2006
Dominique Laurent
Le célèbre négociant de la
Bourgogne est un esthète qui
sait élaborer, comme personne,
des grands crus de la Côte de
Nuits très typés et qui évoluent
magnifiquement en bouteille. Il
faut le garder au moins trois
ans avant de l’ouvrir.
Prix : 65 ¤ disponible à la
commande.
215X280_02_08A_FM.qxp:Mise en page 1
7/08/08
12:33
Page 1
Implanté depuis 5 générations sur la place de Bordeaux, Yvon Mau spécialiste des marques
et partenaire attentif de la grande distribution, a choisi récemment de se positionner fortement sur le territoire
des crus classés et des vins haut de gamme. Démarche guidée par la conjoncture ou stratégie d'avenir ?
Les réponses de Philippe Laquèche, Directeur Général
et de Jean Christophe Mau, Directeur des Achats Grands Vins chez Yvon Mau.
- Philippe Laquèche, quelle stratégie comptez-vous développer
pour assurer cette montée en gamme ?
Mon objectif s'inscrit dans l'objectif global du groupe Freixenet
(qui a racheté Yvon Mau en 2001) de valorisation de portefeuille.
Pour Yvon Mau, il est de faire perdurer la démarche qualité de
l'entreprise et de poursuivre l'orientation vers l'élaboration et la
commercialisation de beaux vins dans la partie valorisée de
Bordeaux.
Nous continuons ainsi à investir en amont en tant que producteur
avec les Châteaux Ducla, Preuillac et Brown notamment et en
tant que partenaire au coeur du vignoble bordelais.
Dans le même temps, notre stratégie s'appuie sur notre gamme
Crus Classiques, une gamme de Châteaux situés sur les appellations
les plus prestigieuses du Bordelais, distribués en exclusivité, et
sur les Grands Crus Classés. En 2004, la reprise de Grands Crus
Diffusion, société positionnée à la fois sur les primeurs des crus
prestigieux de Bordeaux et les vins rares a contribué à la mise en
oeuvre de cette stratégie. En 2008, nous avons travaillé sur les
synergies et Jean-Christophe Mau a pris la responsabilité de
l'ensemble des achats Grands Vins au sein de notre structure.
Nous y gagnerons en efficacité et réactivité.
- Jean Christophe Mau, le haut de gamme, c'est un marché
vraiment porteur aujourd'hui ?
Oui et pour deux grandes raisons. Les grands crus de Bordeaux
sont devenus de véritables icônes. Et nous observons par ailleurs
un engouement mondial pour la gastronomie, ce qui est très
favorable à la consommation de grands vins. L'essor de ce marché
passe donc par la restauration "étoilée", le duty free, les grandes
compagnies aériennes et les chaînes hôtelières, mais aussi par
l'émergence de nouveaux continents ou pays comme
l'Amérique du Sud, l'Asie, la Russie, l'Espagne...
Nous sommes très présents dans le monde entier grâce aux nombreux
bureaux Freixenet qui servent de relais actifs aux quatre coins du
monde où nos distributeurs ont été implantés depuis fort longtemps.
Enfin, Yvon MAU est connu en France comme acteur de la grande
distribution mais nous sommes aussi un acteur de choix en secteur
traditionnel ; nous sommes présents dans plus de 10% de la restauration
française étoilée. Dans le même temps, nous développons une activité
de ventes de grands vins aux particuliers, par correspondance et
via Internet avec notre site Mondovino, une façon de répondre très
rapidement à la demande d’amateurs de grands crus.
- Jean Christophe Mau, qu'apporte Yvon Mau de plus ou de
nouveau sur ce marché de prestige ?
Avant tout une double sécurité. Vis-à-vis des châteaux, nous
respectons une éthique rigoureuse de prix, de distribution sélective
et d'accords conformes à leurs exigences commerciales. Et pour
nos clients nous développons une politique de services qui leur
apporte une garantie totale de traçabilité et de qualité, même
pour les millésimes les plus anciens. De plus, nous sommes partout
proches d'eux à travers un réseau mondial très qualitatif : celui
du groupe Freixenet.
- Philippe Laquèche, doit-on conclure qu'il s'agit là d'une
véritable stratégie d'avenir et non une démarche d'opportunité ?
Oui tout à fait. Cette stratégie est un travail de longue haleine,
un vrai travail de bâtisseur.
La force financière du groupe Freixenet apporte de la crédibilité
et du poids à toutes nos actions ; nous répondons aux demandes
commerciales des propriétés qui nous font confiance avec un
sens de l’éthique et une relation de confiance propre à Yvon Mau.
- Philippe Laquèche, quels moyens comptez-vous mettre en oeuvre ?
Nous avons sélectionné des segments porteurs et nous poursuivons
notre travail pour préserver l'équilibre entre la qualité de nos vins,
nos marges et le professionnalisme de notre distribution.
Il faut savoir que le groupe Freixenet, leader mondial dans les vins
effervescents, développe également une vraie politique de vins tranquilles
(45% du C.A..) et démontre sa forte implication dans la production
et la distribution de vins.
www.ymau.com
WD fab 1454 VIN_foires.QXD
29/08/08
S P É C I A L
18:13
Page 120
V I N S
FOIRE AUX VINS LES CHOIX DE BERNARD BURTSCHY
LES VINS
À MOINS DE 10¤
BORDEAUX 2007
Malartic Lagravière
Rosé de Malartic
L’immense château Malartic
Lagravière élabore avec ses
saignées un vin rosé de haute
tenue qui allie à la fois la
friandise immédiate et une
structure lui permettant
d’affronter, sans déchoir, des
repas élaborés.
Prix : 6,50 ¤.
WALDEN 2006
D. R.
Côtes-du-roussillon
Originalité : un grand nombre de vins sont aussi proposés en magnums.
Auchan
Test sur 12 000
bouteilles
Foire aux vins du 17 au 30 septembre 2008.
D
epuis plusieurs années, Auchan a mis en place
une équipe de professionnels aguerris pour sélectionner les vins présents toute l’année dans les
rayons, et ils sont bien entendu sur la brèche pour
les foires aux vins. En 2007, Auchan a vendu à cette occasion
11 millions de bouteilles pour 60 millions d’euros dans ses 121 hypermarchés. Pour la foire aux vins 2008, les acheteurs interviennent très en amont. Ils ont testé 12 000 bouteilles pour en retenir
6 000. Les chefs de rayon experts de chaque région viennent ensuite faire leurs choix pour en retenir entre 500 et 600.
Piliers de la foire, les bordeaux représentent un peu moins de la
moitié du chiffre d’affaires. Tout y est, du plus modeste au plus
prestigieux, surtout en 2006 avec les derniers grands crus 2005
dans des prix à faire rager les acheteurs de vins en primeur. Un
nombre non négligeable de ces vins sont proposés en magnums,
ce qui est une originalité. L’acheteur de la Bourgogne a su jouer
de tous ses talents pour dénicher quelques belles bouteilles, ce qui
n’est pas chose aisée dans cette région, certes immense par sa
taille, mais toute petite par ses quantités disponibles.
L’offre est aussi largement étoffée dans la Vallée du Rhône avec
des vins à tous les prix et dans la Vallée de la Loire, qui brille
par la pertinence de sa sélection à petits prix. La collaboration sur
le long terme avec 450 viticulteurs, coopératives et négociants
porte ses fruits. ■
www.auchan.fr
120 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
Le remuant Hervé Bizeul
réussit son projet collectif
avec un vin rouge souple et
rond, charmeur et lisse, loin
des médiocrités ambiantes, à
boire tel quel sur le fruit à un
prix très raisonnable.
Prix : 6,95 ¤.
CÔTES-DU-RHÔNE-VILLAGES 2005
Cave de Rasteau
Cuvée Prestige
La remarquable cave
coopérative de Rasteau
a produit un beau vin rouge
dense et compact élaboré
à partir d’une belle matière
droite avec un joli fond
et des tanins patte de velours.
A boire dans les trois ans.
Prix : 8,50 ¤.
POUR LES GRANDES
OCCASIONS
CHÂTEAU VRAI CANON BOUCHÉ
2006
Canon-fronsac
Repris récemment, ce château
magnifiquement situé élabore
un vin rouge tout en élégance
et en retenue qui continuera à
progresser en bouteille
pendant au moins cinq ans et
tiendra dignement son rang à
table face à toutes les viandes.
Prix : 12,95 ¤.
SAINT-JOSEPH 2006
Tardieu-Laurent
Les Lauzières
Le scrupuleux Michel Tardieu
a élaboré ce vin rouge avec le
souci d’éviter toute lourdeur
tout en préservant sa
structure et sa longueur, ce
qui donne un vin plaisant et
séducteur qui se consomme
déjà avec passion.
Prix : 14,95 ¤.
CHÂTEAU CARBONNIEUX 2006
Cru classé de Graves blanc
Valeur sûre, ce célèbre
château bordelais élabore
des grands vins blancs très
purs, délicieux jeunes, mais
qui ont la propriété de se
complexifier avec l’âge
pendant une bonne dizaine
d’années.
Prix : 22,95 ¤.
LES GRANDES
B OU T E I L L E S
À GA R D E R
CHÂTEAU PRIEURÉ LICHINE 2006
Cru classé de Margaux
Depuis sa reprise à la fin des
années 90, ce cru classé vole
de succès en succès avec des
vins rouges veloutés,
archétypes de l’appellation
Margaux, avec une densité et
une structure qui défient les
décennies.
Prix : 29,85 ¤.
CHÂTEAU SIGALAS RABAUD
2006
1er cru classé de Sauternes
Ce vin blanc moelleux
conjugue avec bonheur des
qualités a priori
incompatibles telles que
l’élégance et la classe avec
une grande richesse. Déjà
délicieux, il se transcendera
dans une dizaine d’années.
Prix : 29,95 ¤.
CHÂTEAU LÉOVILLE POYFERRÉ
2005
2e cru classé de Saint-Julien
Dans le mythique 2005, cet
immense bordeaux rouge
atteint une qualité
exceptionnelle qui lui permet
de rivaliser avec les meilleurs
premiers crus. Patientez
encore quelques années, car
sa garde frise le demi-siècle !
Prix : 69,95 ¤.
Figaro Magazine Aussieres:Mise en page 1
1/08/08
11:19
Page 1
AUSSIÈRES EN LANGUEDOC
DÉCOUVREZ UN NOUVEAU MONDE
DOMAINES BARONS DE ROTHSCHILD (LAFITE)
Y V O N M A U S A - G R O U P E F R E I X E N E T R U E S A I N T E P E T R O N I L L E 3 3 1 9 0 G I R O N D E S U R D R O P T - W W W. Y M A U . C O M
www.aussieres.com
L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE. A CONSOMMER AVEC MODERATION.
WD fab 1454 VIN_foires.QXD
29/08/08
S P É C I A L
18:14
Page 122
V I N S
FOIRE AUX VINS LES CHOIX DE BERNARD BURTSCHY
LES VINS
À MOINS DE 10¤
CLOÎTRE VALERAIS 2007
Côtes-du-rhône
Signargues
FRANÇOIS BOUCHON/LE FIGARO
Un beau vin rouge à la robe
sombre, lisse et plein, de belle
facture avec une finale de
très belle tenue à tout petit
prix. C’est une affaire.
Intermarché.
Prix : 3,50 ¤.
Une vitrine pour attirer les clients dans les autres rayons du magasin.
Monoprix, Système U
et les autres
La belle percée
des plus petits
Foires aux vins : Monoprix du 10 au 20 septembre, Galeries Lafayette du 10 septembre
au 4 octobre, Intermarché du 10 au 20 septembre, Shopi du 20 au 28 septembre, Système U du 23 septembre au 4 octobre, Champion à partir du 1er octobre.
A
près le succès des foires aux vins de Leclerc dans
les années 80, toutes les grosses cylindrées s’y sont
mises en misant sur leurs vastes stationnements et
leurs chariots qui permettent un transport aisé des
flacons pesant plus qu’on ne le subodore au premier abord.
Puis, peu à peu, le succès s’est diffusé vers des enseignes plus petites. Généralement situées en centre-ville – ce qui ne facilite pas les
petits problèmes de logistique – elles ont eu longtemps peur de ce frein
avant de lancer timidement de petites foires. Les quantités sont forcément moindres, mais ces foires servent de vitrine pour attirer le
client le reste de l’année et lui inculquer quelques réflexes d’achat. Ces
petites foires ont fini par se pérenniser et elles ont trouvé leur public
à l’image de Monoprix qui se taille un joli succès. Une enseigne
comme Système U qui, pendant longtemps, n’y a pas cru, a fini par
mettre les gros moyens et devenir une des foires aux vins les plus excitantes de ces dernières années.
Pour les mêmes raisons de logistique, les grands magasins ont
été pendant longtemps rétifs à l’idée même de foire aux vins. L’inattendu succès de Lafayette Gourmet a remis la gastronomie en selle
et le vin a suivi, par un beau rayon d’abord, puis par l’inévitable
foire aux vins. Décidément, ces foires aux vins sont partout ! ■
122 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
BORDEAUX 2005
Château Haut Mouleyre
Un joli bordeaux rouge
charmeur, joliment épicé,
droit et franc, à boire sur son
beau fruit dans les deux ans.
Shopi.
Prix : 5,50 ¤.
MORGON 2004
Dubœuf
Ce beau vin rouge de Morgon
a été fort justement
récompensé au célèbre
concours dit « deux
bouteilles » grâce à sa
suavité, mais en gardant
la structure un peu sévère
du morgon qui fait merveille
sur un plat de viande
blanche.
Monoprix.
Prix : 5,95 ¤.
POUR LES GRANDES
OCCASIONS
HAUT-MÉDOC
CRU BOURGEOIS 2006
Château Cambon La Pelouse
Issu des graves légères
du sud du Médoc, ce bordeaux
rouge se démarque
par son soyeux et sa grâce,
et il est destiné aux amateurs
de vins « légers » qui ne
sacrifient pas leur structure
pour autant.
Système U.
Prix : 12,50 ¤.
HAUT-MÉDOC 2004
Château Cantemerle
Un beau vin rouge du Médoc
construit en élégance
et en légèreté sans sacrifier
ni le goût ni la densité
dans un rapport prix-plaisir
remarquable.
Monoprix.
Prix : 13,95 ¤.
CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE 2006
Tardieu-Laurent
Un beau vin rouge élaboré de
main de maître avec une belle
matière dense, d’une grande
longueur et bien structuré,
qui se gardera au moins cinq
ans.
Système U.
Prix : 17,95 ¤.
POMEROL 2003
Château Taillefer
Un prix remarquable pour ce
beau vin rouge de Pomerol
tout en suavité et en rondeur,
complètement ouvert.
Monoprix.
Prix : 18,95 ¤.
LES GRANDES
B OU T E I L L E S
À GA R D E R
SAINT-ÉMILION GRAND CRU 2004
Château Fombrauge
Elaboré avec beaucoup
d’ambition, ce rouge a
transcendé son millésime
pour donner une bouteille très
plaisante aujourd’hui, qui peut
se garder plusieurs années.
Shopi.
Prix : 21,90 ¤.
HERMITAGE BLANC 2003
Guigal
Un vin blanc riche et puissant
qui s’affinera avec l’âge et qui
est prêt, dès maintenant, à
accompagner une viande
blanche ou un poisson en
sauce.
Monoprix.
Prix : 29,95 ¤.
CRU CLASSÉ DE SAINT-JULIEN
2006
Château Talbot
Un beau cru classé tout en
dentelle et en équilibre qui
sera à son meilleur dans trois
ans et qui se gardera une
décennie, au moins.
Système U.
Prix : 33,80 ¤.
- RCS PARIS B 330 871 831 - Photo : Dex Ima ge / Corbis
E P E R N AY - N E W Y O R K - A I L L E U R S
w w w. f e u i l l a t t e . c o m
L’ A B U S D ’ A L C O O L E S T D A N G E R E U X P O U R L A S A N T É . À C O N S O M M E R A V E C M O D É R A T I O N .
18:15
Page 124
S P É C I A L
V I N S
FOIRE AUX VINS LES CHOIX DE BERNARD BURTSCHY
Sites internet
LES VINS
À MOINS DE 10¤
C’est enfin parti !
BORDEAUX ROUGE 2006
Château de l’Hoste
Foires aux vins en ligne :
« chateauonline. com », du 2 au 9 septembre.
« wineandco.com », du 3 au 23 septembre.
« 1855.com », à partir du 9 septembre.
Un très joli bordeaux bien fait
et à petit prix, souple, élégant,
suave, de bonne longueur et
de demi-corps avec une jolie
finale de cassis.
ChateauOnline
Prix : 4,20 ¤.
ANJOU BLANC 2001
Domaine des Baumard
La Calèche
Issu de raisins récoltés
manuellement, cet anjou blanc
sec arrive à maturité avec un vin
tout en rondeur et sans aucune
agressivité qui séduit par son
côté immédiat et très typé.
WineandCo
Prix : 7,20 ¤.
RIESLING BIO 2003
Wolfberger
A domicile, le consommateur a l’embarras du choix pour commander les meilleures bouteilles sur le net.
L
es premiers sites de commerce électronique de vin
ont fleuri dès l’arrivée de
ce nouveau média. Beaucoup d’entre eux, à l’exemple de ChateauOnline, ont été créés voilà une dizaine d’années, juste avant l’explosion de
la bulle internet. Le consommateur, lui,
a mis du temps pour s’y habituer et passer sa commande, ce qui n’est d’ailleurs
pas pour rien dans l’explosion de la bulle
qui avait anticipé un apprentissage plus
rapide. S’il lui à fallu du temps pour s’y
adapter, il met maintenant les bouchées
doubles. Certes, avec ses 20 millions
d’euros, le chiffre d’affaires de ChateauOnline est encore relativement modeste, mais il devrait doubler dans les
dix-huit prochains mois.
Le commerce électronique a longtemps buté sur la sécurité des moyens
de paiement, maintenant largement résolue, et celui du vin sur la logistique
et les livraisons, encore perfectibles. La
confiance de l’acheteur étant à peu près
acquise, tous ces sites, ou presque, se
lancent dans des foires aux vins, avec
une technique ultra-simple et qui a fait
ses preuves : le rabais. A l’occasion du
lancement de la 4e édition de Crazy Bordeaux, le site 1855 affiche entre 11 et
38 % de remise sur une sélection de
grands bordeaux. ChateauOnline procède de même sur une sélection plus
large. La stratégie de Wineandco s’apparente plus à celle de la grande distribution avec une sélection spécifique de
1 500 vins à des prix spéciaux.
Mais tous les sites ne pratiquent pas
les foires aux vins. Se considérant comme
caviste, Millésima, qui est un des plus
grands acteurs dans le monde du vin,
n’a pas de programme particulier. En
compensation, il propose des actions durant toute l’année, comme récemment
trois caisses pour le prix de deux sur une
sélection de vins. Ce qui démontre que les
stratégies sont loin d’être figées. ■ B. B.
La grande coopérative
d’Eguisheim s’est lancée dans
le bio et bien lui en a pris, car
ce vin blanc issu de l’immense
cépage riesling garde une
belle fraîcheur malgré la
chaleur torride de 2003.
WineandCo
Prix : 7,77 ¤.
POUR LES GRANDES
OCCASIONS
CROZES-HERMITAGE 2006
Paul Jaboulet Aîné
Les Jalets
Le cépage syrah donne
beaucoup de charme à ce vin
rouge joliment dessiné, qui se
croque déjà avec plaisir et se
gardera cinq ans.
ChateauOnline
Prix : 14,93 ¤.
CHABLIS PREMIER CRU 2001
Domaine Laroche
Les Beauroys
Un beau chablis arrivé à son
apogée qui reste campé sur
sa belle fraîcheur, mais les
années ont arrondi les angles
et rendu le vin plus complexe.
ChateauOnline
Prix : 14,95 ¤.
GIVRY 2006
Clos du Cellier aux Moines
Elaboré par la famille
Devillard, ce premier
millésime, après la reprise par
Catherine Pascal, tient toutes
ses promesses avec un rouge
qui se confond par son
élégance à un beau Volnay.
ChâteauOnline
Prix : 26 ¤.
LES GRANDES
B OU T E I L L E S
À GA R D E R
HAUT-MÉDOC 2005
Château Sénéjac
Cru bourgeois
Issu du grand millésime
2005, ce grand rouge du
Médoc mérite plusieurs
années de cave pour exprimer
toutes ses potentialités dans
un style qui deviendra suave
et doux dès que les tanins
seront fondus.
ChateauOnline
Prix : 19,50 ¤.
RIESLING 2001
Marcel Deiss
Grand cru Altenberg de
Bergheim
Cet immense riesling a
parcouru la moitié de son
chemin pour le vieillissement,
mais il continue de progresser
avec une droiture exemplaire,
ce qui donne d’ores et déjà un
des plus grands vins blancs
de la planète.
Wineandco
Prix : 42 ¤.
“Le cru vole
de succès en succès”
Olivier Poussier - Meilleur sommelier du monde 2000
Septembre 2007 ( Guide des meilleurs vins de France 2008 - RVF )
VOLNAY PREMIER CRU 2005
Jacques Prieur
Santenots
L’archétype du grand volnay,
d’autant que Les Santenots
mériteraient de passer en
grand cru et que 2005 est un
grandissime millésime. Un vin
rouge de très longue garde
qu’il faut oublier au moins
cinq ans.
Millésima
Prix : 60 ¤.
www.malartic-lagraviere.com
29/08/08
FONBLANC/LE FIGARO MAGAZINE
WD fab 1454 VIN_foires.QXD
L’ a b u s d ’ a l c o o l e s t d a n g e r e u x p o u r l a s a n t é . A c o n s o m m e r a v e c m o d é r a t i o n .
WD 1454 VIN_femmes.QXD
29/08/08
S P É C I A L
17:14
Page 126
V I N
PASSION
Carole Bouquet
«Mon vin
sicilien me
ressemble »
La présidente du 34e Festival du cinéma américain de
Deauville, qui se tient actuellement, a reçu, en Italie,
le prix de la meilleure vigneronne étrangère pour le
vin doré produit dans son
domaine, Sangue d’Oro, en
Sicile. Elle nous raconte son
aventure.
On porte la vendange
sur les épaules jusqu’en bas
Je suis dans un endroit très reculé, sans
eau, sans électricité. Ce vin héroïque est
entièrement fait main. Il y a d’énormes
pierres entre chaque cep de vigne, euxmêmes enfouis dans le sol à cause du vent.
On porte la vendange sur les épaules
jusqu’en bas. Impossible d’amener un
camion au milieu des parcelles. C’est un
travail très ardu. C’est ça, le contraste de ce
vin. Un travail et une terre qui semblent
violents produisent quelque chose d’une
126 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
Carole Bouquet
a construit le chai
il y a trois ans.
Son domaine
produit aujourd’hui
14 000 bouteilles.
sensualité démesurée. Il y a trois ans, j’ai
construit le chai, et je suis allée chercher
l’œnologue avec qui je rêvais de travailler.
On produit, aujourd’hui, 14 000 bouteilles
de Sangue d’Oro, ce « sang d’or ». J’aime
boire mon vin. Je l’adore plus que tout avec
des fromages : parmesan, gorgonzola,
roquefort, comté, cantal.
Après 12 millésimes, je ne me sens pas
encore vigneronne, même si j’ai reçu ce
prestigieux prix gastronomique Veronelli
de la meilleure viticultrice étrangère en
Italie. L’autre jour, j’étais chez Yquem et
l’on a fait des dégustations comparatives
entre mon vin et ce grand sauternes. Il n’y
a rien à dire, l’Yquem est l’Yquem, et mon
vin est mon vin... Le Château d’Yquem est
très civilisé, c’est la sophistication par
excellence. Mon vin vient d’un domaine
plus rude.
Au début, je ne pensais pas produire du
vin. J’ai acheté un hectare, puis deux, puis des
arbres. J’ai rassemblé 10 hectares en rachetant des morceaux de terre à 70 personnes.
J’ai commencé par vendre le raisin de mes
vignes, puis je suis allée faire du vin chez
quelqu’un d’autre. Et l’histoire s’est construite
avec le temps. Les muscats d’Alexandrie
étaient là, mais envahis par les ronces. Ce
vin, c’est ma manière d’être italienne. A
travers ce terroir, j’ai l’impression de transmettre la luxuriance et la beauté du Sud.
Cette lumière que l’on retrouve dans la robe
ensoleillée de ce vin, l’expression liquide
d’une culture, d’un pays, d’un terroir. Un
jour, on m’a fait boire du Haut-Brion. J’ai
eu un choc de volupté, j’avais 21 ans. Aujourd’hui, mes proches me disent que mon
vin ressemble à la femme que je suis... »
■ PROPOS RECUEILLIS PAR
CLAUDINE ABITBOL
* Le passito de Pantelleria est un vin de Sicile
passerillé comme le vin de paille du Jura.
Sangue d’Oro 2005. Prix : 53 ¤ les 50 cl chez Lavinia,
3, bd de la Madeleine, 75001 Paris (01 42 97 20 20).
H&K
A
peine le Festival du cinéma
américain de Deauville
achevé, je retourne à Pantelleria, en Italie, dans mon
domaine Sangue d’Oro, pour les vendanges. Dès le mois d’août, on a étendu les
grappes de raisin au soleil, à même la terre,
au pied des vignes, pour concentrer les
arômes du muscat. Le vin doré obtenu,
un passito de Pantelleria *, ressemble à
cette terre du sud de l’Europe, une île entre la Sicile et la Tunisie, au sol aride, qui
produit un liquoreux d’une douceur immense ! Dans un verre de passito, il y a
les figuiers de Pantelleria, les oliviers, les
raisins, les câpres, toutes ces odeurs du
sud de l’Italie propres à cette terre volcanique. Un mélange de volupté et de force.
On boit ce que l’on sent ici. Un nez d’abricot, de figue et de fenouil sauvage. Une
sensation très fruitée en bouche.
WD 1454 VIN_femmes.QXD
29/08/08
S P É C I A L
17:15
Page 128
V I N
PASSION
Mylène Demongeot
« Avec de Funès, on buvait
merveilleusement »
A
vec le vin, il faut apprendre le contrôle. Je soutiens Roselyne Bachelot
pour interdire la vente
d’alcool aux mineurs. Dans mon livre,
Le Piège, je dis que c’est un produit merveilleux, mais dangereux. Je veux aider les
personnes qui vivent à côté d’un alcoolique, comme cela a été mon cas.
Quand j’étais petite, j’avais droit à un
verre d’eau avec trois gouttes de vin rouge
pour que ce soit plus joli. Quand j’ai commencé à être connue, on m’a emmenée au
Grand Véfour, où j’ai appris ce qu’est un
bon vin et le choix d’une bouteille par
rapport aux mets. C’est un art ! Mon vin
préféré reste le meursault. J’aime aussi le
Château Puech Haut, un coteau-dulanguedoc capiteux. Il m’arrive d’aller
chez Lavinia, ce grand caviste parisien, où
je déguste un vin espagnol fantastique, le
Marqués de Riscal. Sans oublier l’une de
mes meilleures amies, une vigneronne,
Régine Sumeire, et sa cuvée Pétale de
Rose, du château La Tour de l’Evêque.
Je suis fascinée par l’intelligence qu’il
faut avoir au moment des assemblages.
C’est là que le vin prend sa forme et son
caractère définitifs. Pendant toute la
période où l’on a tourné les Fantômas,
avec Louis de Funès, on buvait merveilleusement. Pour moi, la joie du vin reste
liée au plaisir de la table. »
YOURI LENQUETTE/ALAMO
L’actrice, commandeur des
Arts et des Lettres, a appris,
au Grand Véfour, ce qu’était
un bon vin. Elle raconte.
Marie-France Pisier
« Le vin, c’est
un personnage »
L’actrice, scénariste, réalisatrice et romancière, raconte
son goût pour le vin, breuvage culturel à haute teneur
cinématographique.
■ PROPOS RECUEILLIS PAR C. A.
Le Piège, conversation entre Mylène Demongeot
et le Dr Isabelle Sokolow, du service d’alcoologie
de l’hôpital de Saint-Cloud (Flammarion).
Et bientôt dans un film de Jean-François Davy,
où elle joue la mère d’une célibataire paumée,
interprétée par Hélène de Fougerolles.
I
FELIX GOLESI/PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP
Le vin préféré
de Mylène Demongeot ?
le meursault.
128 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
l m’arrive de réciter du Mallarmé quand
j’ai bu un verre de trop. Entre amis, c’est
très convivial. Je suis tombée amoureuse
des côtes-de-provence du domaine Ott.
Pour les bordeaux, je me laisse conseiller par
mes amis. Les souvenirs les plus formidables sont après le spectacle. Le vin, c’est la
fête, la récompense. Passer à table sans un
verre de vin, ce serait triste. Les gens qui
boivent du lait ou du Coca-Cola, je les regarde
d’un drôle d’œil. Pour moi, qui suis née au
Vietnam sur les hauts plateaux, puis ai vécu
en Nouvelle-Calédonie, le vin c’est la France.
C’est quelque chose qui vous traverse le corps
et qui va vers l’esprit, qui vous rend plus vif.
Une sorte de sensualité et de rapport au
monde. A côté de ça, il y a un vrai problème
d’alcool chez les adolescents. En boîte de nuit,
c’est moins du vin qu’ils « picolent » que des
alcools forts. Quand je prends un verre de
vin, je n’ai pas l’impression de me droguer.
Je me souviens d’un film d’Alain Resnais
où il y avait la circulation d’une bouteille de
vin, magnifiquement mise en scène. Le vin
était comme un personnage. Il me semble que
c’était un pouilly-fumé, ce blanc très célèbre.
Je n’ai pas de culture du vin, mais une approche sensuelle. Tout le langage autour du vin,
j’adore ! Il y a des gens qui en parlent merveilleusement. » ■ PROPOS RECUEILLIS PAR C. A.
Marie-France Pisier joue Léa dans Revivre, de Haim
Bouzaglo, diffusé en deux épisodes sur Arte à l’automne.
Au théâtre, dans Le Nouveau Testament, de Sacha Guitry,
mis en scène par Daniel Benoin.
COMMUNIQUÉ
FOIRE AUX VINS CARREFOUR À PARTIR DU 10 SEPTEMBRE
GRANDS MILLÉSIMES ET BELLES TROUVAILLES
laissez-vous séduire !
Des grands crus au meilleur de leur forme et des appellations plus accessibles, avec une
sélec
sélection
experte de plus de 400 vins, la Foire aux Vins Carrefour est LE rendez-vous
incon
incontournable
de l’amateur. En voici un aperçu, avec en vedette le prestigieux millésime 2005...
JEAN-LUC COLOMBO
LE PAVILLON
DES COURTISANES 2006
06
CHÂTEAU BESSAN SÉGUR 2005
Médoc cru bourgeois
Nouvel incontournable
de l’appellation,
ce cru bourgeois
du nord du Médoc
n’aura pas besoin
d’attendre pour être
dégusté… Du fruit
et de l’équilibre,
il offre déjà toutes
és
les qualités
rroir.
de son terroir.
6,50 €
CHRISTOPHE CORDIER
ER
VIEILLES VIGNES 2007
007
Mâcon-Charnay
Ce mâcon est un vin
n
ambitieux, très haut
d
de gamme en regard
de son appellation.
Nez intense de fruits
s
jaun
jaunes avec des
tou
touches légèrement
grill
grillées : ce cru
exp
expressif et
équ
équilibré est une
bell
belle découverte.
9,95 €
Note RVF*
16/20
Côtes du Rhône
Villages Cairanne
Encore une réussite
des Côtes du
Rhône Villages.
Caractéristique
des jolis vins de
Jean-Luc Colombo,
ce Cairanne a la
bouche soyeuse, des
arômes chaleureux
et des tanins qui
s’arrondiront avec
le temps. Un vin
à suivre de près.
9,90 €
Note RVF*
14/20
CHÂTEAU MALARTIC
LAGRAVIÈRE 2005
Pessac-Léognan
D’une extrême finesse,
aromatique et chaleureux,
le millésime 2005 tutoie
les sommets avec une
concentration d’anthologie
et une architecture parfaite
entre la densité, la fermeté
et la longueur.
www.qualipige.fr - Photos : DR
35 €
Note RVF*
18,5/20
CONSULTEZ LE CATALOGUE
Vous y trouverez tout le travail de sélection des experts
Carrefour. Grands crus et futures stars, des vins pour tous
les goûts et toutes les occasions, sans oublier bon nombre
de bonnes affaires. Assorti de conseils, de notes et autres
avis de spécialistes, c’est un vrai guide d’achat qui vous
permettra d’effectuer votre sélection à l’avance.
Rendez-vous également
sur www.carrefour.fr
Le choix des experts : des distinctions à suivre de près
Tous les vins de la Foire aux Vins Carrefour ont fait
l’objet d’une sélection rigoureuse après dégustation par des
professionnels de la filière vin. Carrefour a également soumis
certains vins au comité de dégustation de la Revue du Vin
de France (RVF). Et tous ont été scrupuleusement notés…
*
Les «Découvertes Carrefour». Elles distinguent
de beaux vins de caractère à prix attractif. Soumis à l’exigence
de professionnels, ces vins sont l’occasion de sortir
des sentiers battus et de dénicher les valeurs montantes.
Une façon d’étoffer votre cave en dépensant moins.
L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.
FigaroMagV1-©FAV.indd
1
21/08/08
14:22:29
wd-1454 VIN_bordeaux part 1.QXD
S P É C I A L
29/08/08
17:38
Page 130
V I N
Véronique, Claire,
Aymone
Une fusée
à trois étages
Château Soutard. Un but :
hisser leur vin au niveau des
premiers crus.
L
BORDEAUX
130 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
OLIVIER ROUX
La fière équipe
féminine de château
Soutard : Véronique
Corporandy, Claire
Thomas-Chenard
et Aymone Fabre.
e casting de charme de Soutard ? La blonde tenace, c’est
Claire Thomas-Chenard, directrice d’exploitation ; la
brune pragmatique à l’accent chantant,
c’est Véronique Corporandy, maître de
chai ; la chevelure ondoyante, pudique et
toujours de bonne humeur, c’est Aymone
Fabre, responsable du marketing et de la
communication. Assurément, cet assemblage-là est unique dans un grand cru
classé de Saint-Emilion. Il est vrai que le
château Soutard a toujours été à l’avantgarde dans bien des domaines. Et quand,
en 2006, La Mondiale en devient propriétaire, elle n’a pas dérogé à cette tradition.
Elle a déjà recruté, en 1999, Claire, 27 ans,
comme responsable d’exploitation du château Larmande, leur autre grand cru classé
de Saint-Emilion. Le CV de cette fille d’ingénieurs chimistes et œnologues depuis
quatre générations mentionne un BTS vitiœno du lycée viticole de Blanquefort et un
diplôme d’œnologie de l’université de Bordeaux. Par sa rigueur et ses méthodes de
dentellière la jeune femme en impose.
Lorsqu’en 2006 La Mondiale acquiert Soutard, la voilà nommée directrice d’exploitations, au pluriel. Le trio féminin est déjà
formé. En 2002, Claire avait fait appel à
Véronique, rencontrée lors d’un stage dans
une coopérative ; même diplôme, même
passion partagée pour le vin, inoculée par
un père chargé des agréments à l’Inao. Croisée lors d’une dégustation à Londres,
Aymone, sept générations de viticulteurs
languedociens derrière elle, belles études
Sup de Co, Enita et expérience de terrain
(château d’Issan, château Corbin), complétera le tableau en 2006. Leur force ? « Nous
sommes toutes les trois à l’écoute de ce que donne
la nature pour faire ressortir le caractère du
vin. Et puis, il y a une grande franchise entre
nous. On connaît chacune notre place. Et nos
discussions sont constructives », analyse Claire.
Leur challenge ? « Hisser Soutard au rang
des 1ers crus classés B de Saint-Emilion. »
■ BRIGITTE DUCASSE
6 SEPTEMBRE 2008 - LE FIGARO MAGAZINE • 131
wd-1454 VIN_bordeaux part 1.QXD
S P É C I A L
29/08/08
17:42
Page 132
V I N
BORDEAUX LES FEMMES AU POUVOIR
Sylvie Cazes
Un parcours
impressionnant
Les deux sœurs
Cordier ont
fait prospérer
le domaine familial.
Nancy et Lorraine Cordier
Le destin inattendu
de deux sœurs
Château Talbot. Au décès de leur père, elles sont brusquement devenues propriétaires. Défi relevé brillamment !
I
l faut donc, pour être propriétaire d’un
grand cru, en être en quelque sorte amoureux », écrivait Désiré Cordier en évoquant le château Talbot acquis en 1917.
Des propos que reprennent bien volontiers
à leur compte ses arrière-petites-filles Lorraine et Nancy, qui ajoutent, à l’aune de leur
propre expérience : « Il faut beaucoup d’humilité, un travail énorme et un mode de fonctionnement collégial. » En 1993, au décès brutal de Jean Cordier, leur père, ce fut comme
une évidence. Pas question de lâcher ce
grand cru classé de Saint-Julien qui berça
132 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
leur enfance. Mieux, il fallait maintenir au
plus haut degré l’âme de ce cru, tout en
épousant son époque. Mission accomplie.
Pourtant, même associées au développement du château, elles n’étaient pas préparées à la relève. Et de confier : « Comme
tous les hommes de sa génération, notre père
n’imaginait pas que nous puissions, nous, ses
filles, lui succéder. Mais, le moment venu, nous
n’avons eu aucun doute. L’infrastructure était
parfaite, l’équipe en place, très solide. Et puis,
nous étions viscéralement attachées au domaine. »
Nancy, la cadette, est une pousse terrienne,
plus souvent dans les vignes qu’au chai.
Enfant, elle dévore la grappe au cep. Adulte,
elle croque les cours de l’Enita sur les métiers de la vigne et du vin, puis les cours
d’œnologie de l’université de Bordeaux. Des
cours de dégustation complètent sa formation. Puis elle devient parisienne, maman
comblée de trois enfants. Aujourd’hui, elle
n’a aucun mal à se partager entre la capitale,
où elle réside, le Médoc et la Provence où,
depuis 2003, elle possède avec son époux le
domaine de Saint-Andrieu.
Lorraine, l’aînée, est une âme sensible,
passionnée de lecture, d’antiquités et de
pêche au bar dans le bassin d’Arcachon !
Mais l’essentiel reste cette passion de la
vigne en héritage. Elle aussi a enrichi son
patrimoine d’une seconde propriété, le
château Sénéjac, un cru médocain acquis
avec son mari en 1999. Tout comme sa sœur,
qui ne veut pourtant rien imposer à ses
enfants, l’espoir secret de Lorraine est de
transmettre à son tour le navire amiral de
la famille Cordier à sa fille et à ses deux
petites-filles.
■ B.D.
OLIVIER ROUX
D
éfinir quelqu’un par
son contraire, c’est
évidemment paradoxal. Mais, dans le cas de
Sylvie Cazes, c’est quasi inévitable, tant la stature de JeanMichel, son aîné de vingt ans,
dépasse très largement les
frontières de son Médoc natal :
non seulement ce dernier a
hissé le vignoble familial de
Lynch-Bages, 5e grand cru classé
de Pauillac en 1855, au niveau
d’un 2e, mais il a su créer simultanément un groupe de dimension internationale. Et aussi
pressentir l’immense talent d’un
Thierry Marx et lui donner les
moyens de décrocher 2 étoiles
Michelin au Relais & Châteaux
de Cordeillan-Bages.
Or, le frère et la sœur sont aussi
différents l’un de l’autre que l’eau
l’est du feu. Lui, tout en rondeur
bonhomme et gasconne ; elle,
tout en boule... de nerfs ; lui,
madré comme un chanoine
gourmand et gourmet, remontant le temps pour redonner vie
au hameau de Bages ; elle, précédant son époque pour s’engager dans l’œno-tourisme et
offrir, ainsi, une vitrine aux vins
du Bordelais.
Si leur père, André Cazes, fut
maire de Pauillac pendant près
de quarante-cinq ans, JeanMichel, bien trop occupé à courir le monde, ne s’intéressa guère
à la politique. Sylvie, en revanche,
élue aux dernières élections
municipales, est aujourd’hui
maire adjoint de Bordeaux, aux
côtés d’Alain Juppé. Beaucoup
plus passionné par le vignoble
et le vin, Jean-Michel présida
longtemps la Commanderie du
Bontemps, pour laquelle il inventa le très couru concours des
grandes écoles ; très couru parce
que de très haut niveau, mais
aussi parce que le banquet qui
suit la finale se déroule traditionnellement dans le chai d’élevage
de Lafite Rothschild...
Rivalité ou mimétisme ? Sylvie
a pris, fin juin, la présidence de
l’Union des grands crus de
Bordeaux, devenant ainsi la
première femme élue à ce poste,
désormais beaucoup plus
opérationnel qu’honorifique.
Et si, finalement, à force d’être
contraires, le frère et la sœur
étaient tout simplement complémentaires ?
■ V. M.
Sylvie Cazes :
elle a précédé
son époque pour
s’engager dans
l’œno-tourisme.
OLIVIER ROUX
Elle est la première
femme élue à la tête
de l’Union des grands
crus de Bordeaux.
wd-1454 VIN_bordeaux part 1.QXD
S P É C I A L
29/08/08
17:44
Page 134
V I N
Pour mieux vendre
le sauternes,
Bérénice Lurton a des
idées plein la tête.
Bérénice Lurton
Le sauternes, à
n’importe quelle heure
Château Climens. La nouvelle présidente de l’Union des crus
classés de Sauternes veut moderniser l’approche de ce vin.
L
e temps n’est plus où l’usage le
plus répandu du sauternes se
situait à l’heure du five o’clock,
quand les vieilles dames de la
bonne société papotaient autour d’un verre
de vin liquoreux. Bérénice Lurton, la toute
récente et toute jeune présidente de l’Union
des crus classés de Sauternes et Barsac,
souhaite en finir avec la vision passéiste de
ce vin « capricieux et fragile », qui peut être
sublime quand les conditions climatiques
sont au rendez-vous. « Notre vin, reconnaîtelle, est mal connu, et son image mérite d’être
dépoussiérée. Le produit est inégalable, mais
pourtant, on peine à le vendre parce que, le
134 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
plus souvent, on ne sait pas le boire. » Avec la
nouvelle et dynamique équipe de l’union,
qui regroupe 27 prestigieux domaines dont
les rendements sont de trois à cinq fois plus
faibles que ceux des grands rouges bordelais, Bérénice Lurton veut faire bouger les
lignes. Le sauternes, vin de dessert, ou la
bouteille unique que l’on ouvre lors des fêtes de fin d’année pour accompagner le foie
gras, c’est un destin vraiment trop restreint
pour un nectar que François Mauriac voyait
brûler dans les bouteilles « comme les étés
d’autrefois ».
Aussi, la mission prioritaire des nouveaux
propagandistes du sauternes sera-t-elle
d’offrir une image plus moderne de ce vin
fascinant, si difficile à élaborer, mais dont
la qualité ne cesse de progresser. La bouteille conservée au frais pour une dégustation salvatrice à n’importe quelle heure de
la journée, des alliances gastronomiques
parfois osées (crustacés, viandes blanches,
mets exotiques ou asiatiques), le petit verre
du soir au coin du feu… les idées ne manquent pas pour moderniser l’usage des
antiques vins « sapriens ».
Leur nouvelle ambassadrice, en tout cas, a
de qui tenir. Elle est la fille de Lucien Lurton, propriétaire d’une dizaine de domaines
en Bordelais, qui l’a installée en 1992 aux
commandes de Climens, l’un des plus huppés parmi les premiers crus rachetés par la
famille en 1971. Une plongée dans le grand
bain sauternais qui l’a tout de suite initiée
aux difficultés qui l’attendaient, puisque, les
deux premières années, la nature ne lui a
pas permis de faire du sauternes et ne lui a
accordé qu’une chiche récolte en 1994. « Une
grande leçon de vie », avoue-t-elle, mais aujourd’hui elle s’extasie devant son « merveilleux 2007 » et elle se demande si « le nectar
servi sur l’Olympe était vraiment une exclusivité des dieux ».
■ ROGER POURTEAU
OLIVIER ROUX
BORDEAUX LES FEMMES AU POUVOIR
L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.
LL-A1-215x280-B.qxd
12.8.2008
10:53
Page 1
wd-1454 VIN_bordeaux part 1.QXD
S P É C I A L
29/08/08
18:07
Page 136
V I N
Derrière Sandrine
Garbay se profile
la célèbre tour
du château d’Yquem.
Sandrine Garbay
La rapide ascension
d’une élève douée
Château d’Yquem. Passionnée de chimie et de biologie, elle se
retrouve maître de chai du vin le plus prestigieux du monde.
C
e qui est formidable, chez
Sandrine Garbay, c’est son
naturel joyeux et sa modestie. Elle a tout juste 38 ans
lorsque, en 1998, la voilà nommée maître de
chai du mythique Yquem. Aujourd’hui encore, elle reste la première femme à exercer
cette fonction dans un 1er cru supérieur
classé. « Le fait d’avoir été médiatisée a aidé
à lever pas mal de tabous », reconnaît cette
Bordelaise, maman de deux enfants, que
rien ne prédestinait à rejoindre le plus
136 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
célèbre liquoreux du monde, dans le giron
de LVMH depuis 1999. « J’ai choisi d’étudier
le vin, surtout pour son volet scientifique. La biologie, la chimie, l’analyse, c’est tout cela qui
m’intéressait énormément. Depuis, face à ce vin
d’une puissance et d’une palette aromatique
énormes, j’ai pas mal évolué ! »
Bonne élève, elle enfile les diplômes d’œnologie comme d’autres les perles : DNO, thèse
et doctorat. Quand, le moment venu, elle
doit trouver un poste, c’est du côté de Bazas,
au sud du Sauternais, que ses recherches
la portent, son époux venant d’y accrocher
sa plaque de pédicure-podologue. Et le
miracle se produit. Sur recommandation,
la voilà, un jour de juin 1994, face au comte
Alexandre de Lur Saluces pour un entretien.
Le laboratoire flambant neuf d’Yquem
recherche un œnologue. Bingo ! Elle y restera quatre ans. « Ce fut une formidable école.
Le maître de chai de l’époque m’a tout appris.
Lorsqu’il a pris sa retraite, en 1997, après
quarante-cinq années au service d’Yquem, j’ai
encore bénéficié durant un an d’autres compétences. Son successeur, un jeune œnologue, avait
une approche très technique, plus scientifique. »
Au départ de ce dernier, Sandrine se sent
prête. On lui confie le poste sans l’ombre
d’une hésitation. « Et là, je suis passée d’un seul
coup du statut de bonne copine à celui de maître de chai. Ce ne fut pas facile. Il m’a fallu être
directive, ce qui n’est pas dans ma nature. Mais
ensuite, tout a roulé ! » Et plutôt dans la voie
de l’excellence : avec un bâton de maréchal
acquis à 38 ans, c’est une voie royale qui
s’ouvre pour Sandrine Garbay.
■ BRIGITTE DUCASSE
OLIVIER ROUX
BORDEAUX LES FEMMES AU POUVOIR
Figaro Mag GDV 2003 215x280:Layout 3
14/08/08
14:00
Page 1
L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.
wd-1454 VIN_bordeaux part 1.QXD
S P É C I A L
29/08/08
18:08
Page 138
V I N
BORDEAUX LES FEMMES AU POUVOIR
Françoise de Wilde
Des vies de
château
à la douzaine
Les 12Aliénor ouvrent grand
les portes de leurs propriétés. Une belle idée.
Q
OLIVIER ROUX
La jolie Diane
a tout fait
dans les métiers
du vin.
Diane Flamand
Mariée à un métier
très accaparant
Directrice de la collection Barons de Rothschild-Lafite, elle
continue de défendre passionnément les vins de marque,
trop souvent et trop longtemps vilipendés.
C
ôté maternel, ses racines sont
à Lesparre, tout au nord du
Médoc, entre l’estuaire et
l’Océan. Mais quand on a un
père militaire de carrière, on se retrouve
naître à Marseille et on passe son enfance
de garnison en garnison, au fil des promotions paternelles et des déménagements
qui s’ensuivent. C’est cependant à Bordeaux
que Diane Flamand – aujourd’hui directrice de la collection Barons de RothschildLafite – revint finalement pour suivre des
études de biologie.
« Je voulais entrer rapidement dans la vie
active, raconte-t-elle. Alors, j’ai obliqué vers
l’Institut d’œnologie. Et, en 1984, j’ai eu la
chance de faire un stage à Lafite Rothschild,
qui m’a laissé un souvenir émerveillé. » Pourtant, l’heure n’est pas encore venue de retourner dans le Médoc. En 1988, elle travaille aux côtés de Robert Skalli, l’homme
qui a inventé les vins de cépage avec sa
marque Fortant de France, en même temps
qu’il réhabilitait les vins du Languedoc138 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
Roussillon. Mais, rapidement, elle se rend
compte que l’œnologie ne fait pas tout. Et,
en 1991, pendant toute une année universitaire, elle va suivre à Dijon les cours du
master spécialisé « commerce international des vins et des spiritueux ».
Quelques années plus tard, ce sera Barton & Guestier, à Bordeaux, l’un des grands
négociants de la place, lui aussi spécialiste
des vins de marque ; elle voyage un peu
partout en France, explorant les vignobles
les uns après les autres. Elle y restera cinq
ans, avant de rejoindre, en 2004, les domaines Barons de Rothschild-Lafite. « Je crois
que ce qui leur a plu, chez moi, c’est ma double
casquette, dit-elle encore. Je suis œnologue, je
sais faire du vin, mais je collabore aussi quotidiennement avec les gens du marketing, et je
suis à même de comprendre leurs contraintes. »
Difficile, à ce rythme-là, de protéger une
vie de famille. « Difficile ? Certes pas : je
suis célibataire. Mon métier est si passionnant qu’il occupe tout mon temps. Plus tard
peut-être... »
■ V. M.
ui a eu cette idée folle d’inventer Les Aliénor du vin
de Bordeaux ? Françoise de
Wilde, en 1994. Rien de tel n’existait
alors. Déjà, à la tête du château Ripeau,
grand cru classé de Saint-Emilion, cette
pionnière eut l’idée d’une association
de femmes propriétaires de domaines
viticoles : il s’agissait, alors, de faire entendre leur voix face à une interprofession dominée par les hommes. Et d’unir
leurs moyens et leurs efforts pour promouvoir leurs vins à travers des opérations originales. Le nom de l’association s’imposa de lui-même, référence
naturelle à cette reine qui, la première,
exporta médocs et saint-émilion sur les
rives de la Tamise.
Quatorze ans plus tard, l’association
compte toujours 12 femmes, représentant 12 appellations du Bordelais, équitablement réparties entre rive droite et
rive gauche. Le chiffre idéal pour composer et commercialiser le « carton Aliénor » : 12 bouteilles qui reflètent la diversité du vignoble bordelais, avec ses
rouges racés, ses blancs secs ou liquoreux, et même un vin bio, le château
Gombaude-Guillot (Pomerol), propriété
de Claire Laval.
Présidées aujourd’hui par Catherine
Craveia-Goyaud, à la tête du château
Roumieu (Barsac-Sauternes), les Aliénor n’ont pas pris une ride. Toujours
aussi passionnées, aussi dynamiques,
elles sont sur tous les fronts : ici, pour
des séances de dégustation ; là, sur des
salons professionnels ou grand public,
en France et à l’étranger. Mais, surtout,
elles ouvrent grand les portes de leurs
propriétés, comme l’explique Catherine
Craveia-Goyaud : « Notre réseau permet de
proposer des parcours œnologiques que nous
animons personnellement. Nous disposons,
dans nos structures, de chambres d’hôtes,
de gîtes, de salles de réception. En fait, nous
sommes ouvertes à tout ! »
■ B. D.
www.bordeaux-lesalienor.fr
les 5-215X280 FRANCAIS
29/07/08
8:48
Page 1
wd-1454 VIN_bordeaux part 2.QXD
29/08/08
18:11
Page 140
AP Fig Mag 1-3 PC.pdf
S P É C I A L
4/06/08
10:55:06
V I N
BORDEAUX CÔTES-DE-BORDEAUX
ROY/ANDIA
Un des sites
enchanteurs
des Côtes de Blaye,
dans le département
de la Gironde.
Champions du rapport qualité-prix
La naissance des
côtes-de-bordeaux
La nouvelle appellation a été lancée à Vinexpo Asie, avec un
beau succès : le mot « Bordeaux » est une caution !
I
njustement oubliés du classement
de 1855 établi à l’occasion de l’Exposition universelle, les vins des Côtes
de Bordeaux, qui regroupent les
côtes-de-blaye, les côtes-de-francs, les côtesde-castillon et les premières-côtes-debordeaux, retrouvent aujourd’hui tout leur
lustre. Leur grande qualité et la sagesse de
leurs prix séduisent les amateurs.
Cela ne s’est pas fait en un jour. Bien que la
vigne soit plantée dans cette région depuis la
plus haute Antiquité – dès le IIe siècle, les
Romains y enracinent les premiers plants
de Vitis biturica, l’ancêtre du cabernet –, les
vins des Côtes de Bordeaux ne connaissent
un véritable essor que depuis la seconde
moitié du XVIIe siècle. Grâce à leur excellente aptitude au transport et à la conservation, et surtout à leur accessibilité par l’es140 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
tuaire de la Gironde, ils deviennent les vins
favoris des Anglais, qui les emportent vers
les Antilles.
Ensuite, traditionnellement constituées de
petites propriétés familiales, les Côtes se
sont petit à petit développées, passant d’héritage en héritage. Jusqu’à l’arrivée d’une
nouvelle génération de vignerons, qui décident de se regrouper sous la bannière « Vins
des Côtes ».
Au départ, ils représentent cinq appellations de cette aire bordelaise. Mais, en cours
de route, les Côtes de Bourg ont choisi de
faire bande à part. Et l’association n’en
compte plus que quatre : les Côtes de Blaye,
dans le nord du département ; les Côtes de
Francs, sur la rive droite de la Gironde, face
au Médoc ; les Côtes de Castillon, plus à l’est,
sur la rive droite de la Dordogne, en conti-
« C’est une très bonne chose, estime Christophe
Reboul-Salze, négociant, propriétaire des
châteaux Gigault et Les Grands Maréchaux,
en premières-côtes-de-blaye. Le fait de pouvoir apposer la mention “Côtes de Bordeaux” sur
les étiquettes va permettre au négoce de
développer des marques sur les Côtes et de se
démarquer des autres grosses marques de
Bordeaux. »
Cette nouvelle alliance, baptisée maintenant Union des Côtes de Bordeaux (UCB),
est présidée, depuis mai dernier, par Florent Dubard, ancien rugbyman de première
division. Elle n’attendait plus que l’avis du
Comité national de l’Inao (Institut national
des appellations d’origine). C’est fait depuis
juin. L’Institut vient de donner son feu vert
à la création de l’AOC Côtes de Bordeaux
pour les quatre appellations.
Cette nouvelle AOC, qui prend effet pour
le millésime 2008, se décline en deux niveaux : Côtes de Bordeaux, pour l’appellation générique, et Côtes de Bordeaux, précédé du nom des communes Blaye, Castillon,
Cadillac et Francs, pour les appellations
communales. Le principe est celui d’un classement : à la base, l’appellation régionale
Bordeaux, puis Côtes de Bordeaux tout
court, ensuite Côtes de Bordeaux avec l’ajout
sur l’étiquette du nom de la commune. Une
bonne surprise, au passage : les anciennes
premières-côtes-de-bordeaux récupèrent
le nom de la commune Cadillac.
Le directeur de l’UCB, Christophe Château,
à l’origine du projet, précise les grands principes : « Notre meilleur outil reste le rapport
qualité-prix de nos vins sur les marchés, avec
une mise en commun de nos moyens financiers
pour que notre communication soit encore plus
efficace. Notre objectif est d’augmenter nos exportations de 50 % dans les cinq prochaines
années en passant de 10 à 15 % de volumes
commercialisés à l’export. »
■ BERNARD JOO’
Mais il en aurait fallu davantage pour
décourager cet épicurien perfectionniste ou pour l’inciter à réviser ses
ambitions à la baisse. Car, ce qui l’intéresse et le motive, c’est uniquement
l’excellence, quitte à dépenser plus et à
récolter moins.
Rien n’est donc négligé pour que ses
7 hectares de merlot et de cabernet sauvignon ne produisent que des raisins
irréprochables, élevés puis vinifiés dans
les meilleures conditions. Son maître
de chai, Serge Charritte, pratique l’effeuillage, la vendange verte, la récolte
en cagette et le double tri manuel ; le
tout, sur un vignoble partiellement enherbé – pour que les pieds s’enracinent
plus profondément – et labouré par des
juments comtoises de trait – pour éviter
que les engins motorisés ne tassent la
terre. Quant aux équipements, ils compensent en modernité ce que ces techniques ont d’ancestral : les cuves sont en
Inox thermorégulé, les chais, climatisés, et les barriques en chêne (600 euros
pièce), changées chaque année.
Un mécène
en ses vignes
Aux portes de Bordeaux,
il a ressuscité le château
Méjean. Et il s’apprête à en
faire autant pour le château
de La Brède.
C
’est son grand-père, « épicier
de campagne » comme son
père, qui lui a donné l’amour
des grands vins ainsi que celui des produits du terroir et du travail bien fait.
Une triple passion à laquelle il consacre
aujourd’hui l’argent qu’il a gagné dans
la grande distribution, en rachetant des
hectares de graves et en les travaillant à
l’ancienne, afin d’y ressusciter des crus
oubliés. Le Château Méjean, disparu
en 1965, lui doit d’avoir retrouvé sa place
sur toutes les bonnes tables du Bordelais ; dès 2005, le guide Parker lui accordait la note plus qu’honorable de 91
sur 100. Et ce, alors que Bruno Géraud
n’avait pourtant racheté les 25 hectares
de la propriété qu’en 1999, replanté
7 d’entre eux en vigne en 2000 et commercialisé son premier millésime de
graves rouge en 2004. La toute première
récolte – celle de 2003 « à la troisième
feuille » – ayant en effet été perdue deux
mois avant les vendanges, hachée à 80 %
par un soudain orage de grêle.
Bruno Géraud : à La Brède, il a planté sept hectares
qui n’avaient jamais été cultivés en vigne.
PROPRI ETAI RE
Patron d’une boucherie
à l’ancienne
Cet harmonieux mélange de savoir-faire
et de technologie lui servira d’ailleurs
aussi pour valoriser sa dernière acquisition : encore un coup de cœur, doublé
d’un coup de chance. Alerté par un ami,
Bruno Géraud vient en effet de parvenir
à décrocher un bail de trente-six ans
pour l’exploitation de la ferme et d’une
partie des terres qui entourent le
fabuleux château natal de Montesquieu,
situé à La Brède, à 20 kilomètres au sudest de Bordeaux. Une commune qu’il
connaît déjà très bien pour y avoir ouvert
une boucherie à l’ancienne en novembre 2006, ainsi qu’un restaurant gastronomique* en mars 2008.
Deux réussites étonnantes, mais qui
paraissent aujourd’hui faciles au regard
de l’ampleur du défi qu’il s’est lancé avec
le domaine de La Brède : car les lieux,
magiques, sont plus qu’à l’abandon. Et
Bruno Géraud ne s’est donné que deux
ans pour restaurer la ferme (à l’ancienne,
bien entendu, en préservant et en modernisant les nombreux équipements de
vinification qu’elle contient encore) et
guère plus du double pour réhabiliter
l’appellation Château de La Brède, qui
existait déjà du temps du baron de Montesquieu (1689-1755).
■ VÉRONIQUE GROUSSET
* La Table de Montesquieu, tenu par le chef
Christophe Girardot, ancien de chez Michel Guérard
(05.56.78.52.91).
Robert Parker :
98 /100
www.bernard-magrez.com
Miser à fond
sur les exportations
Bruno Géraud
OLIVIER ROUX
nuité de l’aire Saint-Emilion ; les Premières
Côtes de Bordeaux, sur les bords de la rive
droite de la Garonne, de Langon à Bordeaux
(et un peu au-delà).
Ces vignerons se sont fédérés pour créer
une nouvelle AOC sous la dénomination
« Appellation Côtes de Bordeaux contrôlée » et offrir l’alternative, concurrente et
plus accessible, aux grandes appellations
bordelaises. Il s’agit aussi de placer sur le
marché des assemblages de vins de plusieurs Côtes, regroupés sous le nom « Côtes
de Bordeaux ». Un regroupement qui va
permettre de développer une reconnaissance commune. Beaucoup plus simple pour
tout le monde.
L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX
POUR LA SANTÉ.
CONSOMMEZ AVEC MODÉRATION
wd-1454 VIN_bordeaux part 2.QXD
29/08/08
18:13
Page 142
AP Fig Mag 1-3 Fomb.pdf
S P É C I A L
4/06/08
10:57:24
V I N
BORDEAUX GUIDE D’ACHAT
L E S R OUG E S 2 0 0 6
…D’un château l’autre,
la vie du vignoble
Haut-médoc
Repris en 2004 par Vincent
Mulliez, ce joli vignoble
de 12 hectares bénéficie
depuis lors des soins les plus
attentifs. Le 2006, presque
noir, développe des arômes
de griotte et d’épices,
tandis qu’en bouche
c’est l’équilibre entre
la fraîcheur et les tanins
fondus qui domine d’abord.
Une très jolie réussite.
Prix : 12,60 ¤.
CHÂTEAU TOUR SÉRAN
CHÂTEAU LA TOUR CARNET
Haut-médoc
Sa tour féodale et ses douves
signent l’un des plus anciens
châteaux du Médoc,
remarquablement restauré
par Bernard Magrez,
qui l’a racheté en 2000. Le
vignoble et les équipements
en ont aussi profité : ce 2006,
quoiqu’un peu opulent,
est superbement réussi.
Prix : 19 ¤.
CHÂTEAU PHÉLAN SÉGUR
Saint-estèphe
C’est le premier millésime
signé du fameux Michel
Rolland, et cela se voit
immédiatement : le vin semble
plus solide, plus puissant,
vinifié bien plus pour
s’épanouir longtemps que
pour charmer temporairement.
Certes, le style change,
mais dans le bon sens.
Prix : 25 ¤.
CHÂTEAU BRANAIRE
Saint-julien
Le vin de Branaire ressemble
à son château, élégant
Le château Ducru Beaucaillou, fleuron de Saint-Julien, où est élaboré un vin connu du monde entier.
et raffiné. Réputé pour une
onctuosité fruitée qui touche
parfois à la suavité,
il développe encore
ce caractère cette année,
ce qui accentue son
tempérament séducteur.
Une très jolie réussite,
qui mérite d’attendre,
si on en a la patience.
Prix : 40 ¤.
CHÂTEAU PONTET CANET
Pauillac
Alfred Tesseron continue
de peaufiner son Pontet Canet
avec un soin minutieux.
Et son 2006 est sans doute
l’un des vins les plus réussis
du millésime : au nez,
une élégance infinie ;
en bouche, un équilibre
de cathédrale romane.
Le paradis n’est pas loin.
Prix : 62 ¤.
CHÂTEAU CANON
LA GAFFELIÈRE
Saint-émilion
On touche ici à la quadrature
du cercle : un saint-émilion
exactement typé et pourtant
très simple d’approche,
dont le côté parfois un peu
142 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
hautain est immédiatement
tempéré par un clin d’œil
quasi coquin.
Prix : 65 ¤.
CHÂTEAU DUCRU BEAUCAILLOU
Saint-julien
Assurément l’un des plus
réussis de son appellation
dans ce millésime :
une structure délicate,
remarquablement équilibrée,
aussi exactement réglée
qu’une pièce de Feydeau.
Un vin qui s’accommodera
bien d’une longue garde,
mais qui donne d’ores et déjà
beaucoup de plaisir.
Prix : 105 ¤.
CHÂTEAU PICHON
LONGUEVILLE
COMTESSE DE LALANDE
Pauillac
Acquis par la famille Rouzaud
(champagnes Roederer),
ce très joli domaine, qui jouxte
le château Latour, sera
désormais conseillé par
Hubert de Boüard (Angélus).
En attendant, le millésime
2006, avec un peu plus
de cabernet que d’habitude,
se révèle en bouche
parfaitement équilibré.
Prix : 130 ¤.
CHÂTEAU ANGÉLUS
Saint-émilion
L’aristocratie de
Saint-Emilion ne compte
que deux grands crus
classés A (Ausone et Cheval
Blanc), mais Angélus
confirme cette année encore
qu’ils devraient être trois :
le vin est impressionnant
d’équilibre entre l’élégance et
la densité. Grand millésime.
Prix non communiqué.
Un nouveau patron
pour Vinexpo
Au nord de Margaux, le village viticole de
Lamarque sert aussi d’embarcadère au
bac qui traverse paisiblement l’estuaire
de la Gironde pour aller s’ancrer au pied de
la citadelle de Blaye, construite par Vauban et désormais classée au patrimoine
mondial de l’Unesco. Mais, en matière
d’Histoire, Lamarque n’a rien à envier à sa
voisine d’en face, puisqu’il possède le
dernier château fort encore debout dans
la région. Un vrai château féodal (même s’il
a été un peu transformé), avec ses murailles, sa poterne, son donjon, ses meurtrières et autres mâchicoulis. Une bâtisse qui
a vu défiler des célébrités, du duc de Gloucester au maréchal de Matignon, en passant par le Prince Noir et le duc d’Epernon.
Mais le Château de Lamarque, c’est aussi
un vin depuis le XVe siècle. Un cru bourgeois supérieur du Haut-Médoc, issu d’un
vignoble de 35 hectares, planté majoritairement en cabernet sauvignon et en
cabernet franc (70 %). Ce domaine est
dans la même famille depuis plus d’un
siècle et demi, puisque Pierre-Gilles Gromand d’Evry, qui en tient actuellement les
rênes, est l’arrière-arrière-petit-fils du
comte de Fumel, acquéreur du château
en 1841. Les connaisseurs aiment ce rouge
pourpre solidement charpenté, charnu à
souhait et doté d’un riche bouquet aromatique. Lutte raisonnée, amendements et
fertilisation issus d’une méthode naturelle… à Lamarque, on respecte la nature
R. P.
et le vignoble.
Pour la 15e édition de Vinexpo, qui se
tiendra à Bordeaux du 21 au 25 juin
2009, le Salon international des vins et
spiritueux aura un nouveau patron. Il
s’agit de Xavier de Eizaguirre, directeur
général et membre du directoire de la
société Baron Philippe de Rothschild. Le
nouveau président de Vinexpo Bordeaux
succède à Jean-Marie Chadronnier, dirigeant de CVBG Dourthe Kressmann,
qui était en poste depuis 2003 et qui a
présidé ainsi les trois dernières éditions
du Salon. Cinq nouveaux actionnaires
ont rejoint, au capital de Vinexpo SAS, les
41 entreprises qui composent la société,
aux côtés de la chambre de commerce et
d’industrie de Bordeaux. Il s’agit de
Concha y Toro, Les Grands Chais de
France, Barton & Guestier, Diageo, Michel
R. P.
Laroche et Sogrape.
Château de Lamarque 2004 : 20 ¤ (05.56.58.90.03).
C OU P D E C ΠU R
CHÂTEAU LA LAGUNE
Haut-médoc
Caroline Frey, conseillée par
Denis Dubourdieu, qui fut
son professeur à l’Institut
d’œnologie de Bordeaux,
continue de pousser
La Lagune dans ses
retranchements. Le millésime
2006, très mûr, à la fois
puissant et élégant
en bouche, se montre
particulièrement charmeur.
Prix : 42 ¤.
VINCENT MARTINEAU
Pierre-Gilles Gromand d’Evry et son épouse,
dans le parc de leur château de Lamarque.
PROPRIETAIRE DU CHÂTEAU PAPE CLEMENT
Dans 121 hypermarchés,
les grandes foires Auchan
D. R.
Jean Guyon (Châteaux
Rollan de By, Haut-Condissas,
Tour Séran) s’est toujours
montré d’une exigence
implacable quant à la qualité
de ses vins, et d’une sagesse
remarquable quant à leurs
prix. Résultat : le chef Joël
Robuchon a inscrit celui-ci
sur les cartes de tous ses
restaurants dans le monde.
Prix : 17,88 ¤.
SCHNEIDER D./URBA IMAGES SERVER
Médoc
Lamarque:
un vin de château fort
Auchan innove. Cette année, les magnums
sont au rendez-vous des foires aux vins.
Surtout en bordeaux. Jusque-là réservé à
une clientèle de passionnés, le magnum sera
à la portée de tous, d’autant que son prix ne
sera pas supérieur à celui de deux bouteilles
de 75 cl. Le magnum permet une oxydation
plus lente, le vin arrivera à maturité plus
tard. Belle occasion !
Autre particularité, les bouteilles de Château Grillet, issu d’un domaine d’une superficie minuscule (3,5 ha) détenu par un propriétaire-récoltant (75 ¤ le 2005, dans la
région est). Egalement une sélection biologique, à prix abordable. Le bordeaux Château Grand Renard, 3,95 ¤ (disponible en
Ile-de-France, nord, est, ouest). Dans le superbe millésime 2005, Auchan propose
aussi le grand cru classé Château Faurie
de Souchard à 17,95 ¤.
Vingt-six vins ont conquis les acheteurs
Auchan au cours de leurs visites : les « coups
de cœur ». Ainsi, le Domaine des Roches
Anciennes, côte-de-brouilly 2007 (5,95 ¤)
ou le bordeaux Château Armens 2006
(14,95 ¤), mais seulement 7 800 bouteilles pour toute la France. Chiffre d’affaires
des foires en 2007 : 60 millions d’euros pour
M. B. •••
11 millions de bouteilles vendues.
Robert Parker :
90 /100
www.bernard-magrez.com
CHÂTEAU BELLE-VUE
L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX
POUR LA SANTÉ.
CONSOMMEZ AVEC MODÉRATION
wd-1454 VIN_bordeaux part 2.QXD
29/08/08
18:15
Page 144
AP Fig Mag 1-3 LTC.pdf
S P É C I A L
4/06/08
10:58:22
V I N
BORDEAUX GUIDE D’ACHAT
…D’un château l’autre,
la vie du vignoble
CLOS FLORIDÈNE
Graves
Ce joli domaine de 18 hectares,
qui produit rouges et blancs,
appartient à l’œnologue Denis
Dubourdieu, adepte des vins
plutôt classiques et surtout
élégants. Ce 2006, qui allie
superbement intensité
et finesse des arômes,
en est un nouvel exemple.
Prix : 10,70 ¤.
CHÂTEAU HOSTENS PICANT
Caillou Blanc
Du blanc dans le Médoc !
C’est évidemment un clin
d’œil, produit en quantité
anecdotique et hors des
règles de l’AOC. Ce n’est pas
le seul : Mouton Rothschild,
Margaux, Lynch Bages
en élaborent aussi. Mais
celui-ci (85 % sauvignon,
15 % sémillon) est sans
doute le plus réussi.
Prix : 16 ¤.
CHÂTEAU BROWN
Graves
Située sur la zone la plus
ancienne du vignoble
bordelais, les Graves du Nord,
cette belle propriété a fait
de formidables progrès en
l’espace de quelques années.
Les blancs, élaborés
par l’œnologue Philippe
Dulong, sont remarquables
de finesse et d’élégance.
Prix : 20 ¤.
CHÂTEAU CARBONNIEUX
Pessac-léognan
Propriétaires du vignoble
jusqu’à la Révolution,
les bénédictins de l’abbaye
de Sainte-Croix en vendaient
les blancs, déjà réputés,
Les Médocaines :
quatre filles dans le vin !
A l’occasion de la 7e édition du concours
20 sur vin, organisé par la Commanderie du
Bontemps Médoc et Graves, Sauternes et
Barsac, les étudiants de la prestigieuse
université britannique de Cambridge se
sont montrés meilleurs connaisseurs de
nos vins que ceux de notre Ecole normale
supérieure. Cette compétition, qui s’est
déroulée dans le grand chai circulaire de
Lafite Rothschild, à Pauillac, comportait
trois épreuves : les réponses à 10 questions
sur le vin, un exposé sur un sujet tiré au
sort et une épreuve de dégustation en trois
étapes. Le jury, présidé par le baron Eric de
Rothschild, a classé l’Essec en 3e position
et l’université d’Oxford à la 4e place. R. P.
Atelier d’assemblage pour réaliser son vin
à partir de différents cépages ; atelier vendanges afin de vivre ces instants magiques avant de plonger dans les secrets de
la vinification ; atelier cuisine pour un dialogue mets et vins, animé par l’étonnante
chef de cuisine Gaëlle Benoiste Pilloire...
C’est tout cela et bien d’autres propositions tout aussi savoureuses que proposent
Les Médocaines. Sous cette signature se
glissent quatre propriétaires unies par le
même désir de partager leur passion du
vin. L’aînée du quatuor, c’est Martine Cazeneuve, l’auteur de la renaissance du château Paloumey en Haut-Médoc. MarieLaure Lurton, fille de Lucien Lurton, a pris
les rênes de trois propriétés à la fois, dont
le château La Tour de Bessan, en appellation Margaux. Armelle Falcy-Cruze a également succédé à son père à la tête du
château du Taillan, l’un des rares domaines
médocains à produire aussi un vin blanc
100 % sauvignon. Quant à Florence Lafragette, sixième d’une génération de viticulteurs, elle préside aux destinées du château
Loudenne, une chartreuse rose qui a donné
le très contemporain Pink de Loudenne,
troisième couleur pour ce médocain qui, à
côté du rouge traditionnel, produit aussi un
blanc. Ces quatre propriétés jouent les
verres communicants pour une offre œnotouristique unique dans le Bordelais. B. D.
Le grand retour
du petit verdot
Les époux Cathiard, propriétaires de Smith Haut-Lafitte, sont également collectionneurs d’art.
au sultan de Constantinople.
Aujourd’hui vinifiés de façon
moderne, ils se révèlent
pleins de fraîcheur et de fruit
dès leur jeunesse.
Prix : 23 ¤.
CHÂTEAU MALARTIC
LAGRAVIÈRE
Pessac-léognan
L’industriel belge
Alfred-Alexandre Bonnie,
qui a racheté ce domaine
voilà une dizaine d’années, est
conseillé par Michel Rolland
pour les rouges et Denis
Dubourdieu pour les blancs.
Malartic Lagravière est déjà
reparti pour retrouver
tout son lustre d’antan.
Prix : 48 ¤.
CHÂTEAU MONBOUSQUET
Bordeaux blanc
Non content d’avoir hissé
son Château Monbousquet
au niveau des plus grands,
Gérard Perse lui a offert
un hectare de cépages
blancs qui produit environ
5 000 bouteilles par an
de ce bordeaux générique,
travaillé avec le même soin
et le même savoir-faire
que son grand frère rouge.
Prix : 58,50 ¤.
144 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
CHÂTEAU SMITH HAUT-LAFITTE
Pessac-léognan
Grand cru classé pour ses
rouges, Smith Haut-Lafitte
produit aussi en plus petite
quantité des blancs
qui se distinguent par leur
très forte proportion de
sauvignon (90 %).
Ce 2006, particulièrement
équilibré, se révèle à la fois
très classique et très complet.
Prix : 62 ¤.
CHÂTEAU DE FIEUZAL
Pessac-léognan
Repris en 2001 par l’homme
d’affaires dublinois Lochlann
Quinn, ce grand cru classé
pour ses rouges était déjà
beaucoup plus recherché
pour ses blancs. Et le
millésime 2006 confirme
cette tendance : les blancs
jouent la simplicité et trouvent
naturellement l’équilibre.
Prix non communiqué.
CHÂTEAU LAVILLE HAUT-BRION
Pessac-léognan
La réputation de ses blancs,
souvent dépeints comme
des « sauternes secs »,
doit tout à une exceptionnelle
conjonction entre le sol,
particulièrement propice au
sauvignon, et un microclimat.
Restent une finesse et une
élégance qui surclassent
réellement tous les autres.
Prix non communiqué.
DOMAINE DE CHEVALIER
Pessac-léognan
Si le vignoble est classé Grand
cru dans les deux couleurs,
c’est surtout sur les blancs
que le Pr Emile Peynaud
en a assis la réputation aprèsguerre. Même s’il leur faut
généralement un peu de temps
pour exprimer pleinement
toutes leurs qualités.
Prix non communiqué.
C OU P D E C ΠU R
CHÂTEAU PAPE CLÉMENT
Graves
Le domaine du pape
Clément V, propriété
de Bernard Magrez, est
aujourd’hui devenu… urbain,
puisqu’il est quasi enclavé
dans la banlieue bordelaise.
Il n’empêche : ses vins,
pour n’être plus pontificaux
depuis longtemps,
sont chaque année
plus proches du divin.
Prix : 150,48 ¤. VINCENT MARTINEAU
D. R.
CHÂTEAU TALBOT
ALAIN AUBERT/LE FIGARO
Cuvée des Demoiselles
Yves et Nadine Picant, qui ont
relevé l’appellation avec des
rouges de haute tenue (cuvée
Lucullus), élaborent aussi l’un
des meilleurs blancs secs du
Bordelais : élégant, généreux,
avec un nez de fruits blancs
(pêche de vigne) et une
bouche remarquablement
construite.
Prix : 16 ¤.
Cambridge plus forte
que Normale sup
•••
Mine de rien, les Médocains avaient réinventé le système des marques : tel grand
cru réputé propose un deuxième vin au
nom transparent, et parfois même un troisième. Vincent Mulliez a fait l’inverse : il
a rassemblé trois domaines voisins et
complémentaires au sein d’une même entité économique, créant ainsi sa propre
gamme. Tout en haut de celle-ci, Château
Belle-Vue (AOC Haut-Médoc), longtemps
réputé avant de disparaître en 1929, puis
de renaître en 1995 ; juste au-dessous,
Château Gironville (également AOC HautMédoc), autrefois cru bourgeois
supérieur ; et enfin Château Bolaire, simple « bordeaux sup » qui
bénéficie cependant du même savoir-faire et des mêmes équipements que ses deux aînés.
Trait commun aux trois vignobles :
le grand retour du petit verdot.
Ce cépage, fréquent dans la région, où il complète le merlot et le
cabernet sauvignon, apporte au
vin richesse tannique et vivacité.
Mais il dépasse rarement 5 %
dans les encépagements : à Gironville, c’est 10 % ; à Belle-Vue,
20 % ; et à Bolaire, 39 % ! On est
loin de la tradition. Mais les vins
d’aujourd’hui, par ce qu’on y cherche et pour ce qu’on y trouve, ne
V. M.
le sont-ils pas aussi ?
SC la Gironville (05.57.88.19.79 ;
sc.gironville@wanadoo.fr).
PROPRIETAIRE DU CHÂTEAU PAPE CLEMENT
www.lesmedocaines.com
L’Asie a un faible
pour le bordeaux
Derrière les quatre principaux importateurs de vins de Bordeaux que sont, dans
l’ordre, l’Allemagne, la Belgique, le
Royaume-Uni et les Etats-Unis, on trouve
désormais un imposant peloton de pays
asiatiques. En tête desquels pointe le
Japon, avec 137 000 hectolitres (+ 2 %
en un an), gros consommateur de vins du
Médoc et du Haut-Médoc. La Chine se
classe 10e en volume avec 43 000 hectolitres, soit 20 fois plus qu’il y a huit ans,
mais elle importe surtout du bordeaux
rouge ordinaire (56 % des achats). Même
avec un volume moindre (28 000 hectolitres), Hongkong fait beaucoup mieux au
classement en valeur des vins achetés :
R. P.
8e avec 50 millions d’euros.
Robert Parker :
91 /100
www.bernard-magrez.com
LES BLANCS 2006
L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX
POUR LA SANTÉ.
CONSOMMEZ AVEC MODÉRATION
WD fab 1454 VIN_bourgogne.QXD
S P É C I A L
29/08/08
17:40
Page 146
V I N
Ludivine Griveau
Elle a relancé
la belle
endormie
Reine Pédauque. Sortant de
sa cave, elle va à la rencontre
des producteurs de raisins.
T
out le monde connaît la
Reine Pédauque ! Ce gros
négociant bourguignon possède une incroyable notoriété. Il le doit à un vaste travail de fond
mené, après-guerre, avec des vins célèbres
pour leur qualité et aussi à une équipe commerciale de premier ordre. Les tuiles vernissées de son domaine phare, le château
Corton-André, sont parmi les plus photographiées de la Bourgogne. Puis la routine s’est installée, les vins sont devenus
dans les années 90 d’une grande banalité.
La marque a peu à peu sombré comme
beaucoup d’autres.
Une relation de confiance
qui porte ses fruits
BOURGOGNE
146 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
OLIVIER ROUX
Pour la Reine Pédauque,
l’œnologue Ludivine Griveau
suit également, avec les
producteurs, l’état sanitaire
et la maturité du vignoble.
La belle endormie a été réveillée avec son
rachat, en 2003, par des investisseurs bordelais – le groupe Balandre, associé à Justin Onclin, de la Sovex –, qui gèrent déjà le
château Prieuré Lichine, à Margaux. Ils
engagent un enfant du pays, le dynamique Benoît Goujon, pour diriger l’ensemble,
ainsi qu’en 2004 une jeune œnologue,
Ludivine Griveau. Sortant de sa cave, elle
commence à voir les producteurs qui fournissent le raisin : « Je vais les voir plusieurs
fois par an dans leurs vignes. » Etablissant
une relation de confiance, elle suit avec
eux l’état sanitaire et la maturité du vignoble, ce qui n’est pas une mince affaire, car
ils sont une centaine.
Avec tant de sollicitude, la qualité des
raisins progresse à vue d’œil. Dans la cave,
elle instaure une propreté maniaque, ce qui
n’était pas la qualité première de l’entreprise, et invite régulièrement les fournisseurs à goûter les vins. En quelques années,
les rouges reprennent de la couleur et les
blancs gagnent en précision. Ludivine
Griveau a compris que l’œnologue d’aujourd’hui doit non seulement faire un travail
irréprochable en cave, mais, s’il veut vinifier
de beaux raisins, il doit aussi sortir de sa
tanière et motiver ses producteurs.
■ BERNARD BURTSCHY
6 SEPTEMBRE 2008 - LE FIGARO MAGAZINE • 147
WD fab 1454 VIN_bourgogne.QXD
S P É C I A L
29/08/08
17:42
Page 148
V I N
BOURGOGNE LES FEMMES AU POUVOIR
Elle a réhabilité
une
cave du XIIIe siècle
Clos du Cellier aux Moines. Une histoire qui commence
dans les pas des moines cisterciens de l’abbaye de La Ferté.
B
eaunoise de souche, Catherine Pascal a évidemment
grandi dans la ferveur des
grands crus, mais sa vie a
pris un tour tout différent après son mariage : ses devoirs d’épouse, puis de mère
(trois enfants) occupèrent dès lors tout
son temps. Elle ne savait pas encore qu’elle
allait vivre un deuxième coup de foudre,
mais cette fois pour l’un des plus anciens
domaines de sa Bourgogne natale : le Clos
du Cellier aux Moines, à Givry. Deuxième
coup de foudre lui aussi partagé avec son
mari, Philippe, ancien patron de Veuve
Clicquot, puis de Moët-Hennessy, aujourd’hui à la tête de la branche horlogerie et
joaillerie de LVMH.
En 2004, donc, le couple découvre presque par hasard ces quelques arpents de
terre : 4,5 hectares de pinot noir à flanc de
coteau, classés en premier cru, dominés
par un moulin du XVIe siècle, d’où l’on
découvre les monts du Mâconnais, la
chaîne du Jura, et parfois même jusqu’au
DE
M EURSAULT
Propriétaire-Récoltant en Bourgogne
Samedi 8 novembre 2008,
venez participer à
notre Dîner Dégustation
préparé par
Jacques Lameloise,
chef trois étoiles à Chagny
■ VINCENT MARTINEAU
contact@domaines-devillard.com
L'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.
Catherine Pascal
C HATEAU
Véronique Drouhin
exerce sa vocation de
la Côte d’Or à l’Oregon,
aux Etats-Unis.
Mont-Blanc. Cette terre a une histoire :
elle a fait partie d’un domaine viticole
dont la lente constitution fut définitivement achevée en 1258 par les moines cisterciens de l’abbaye de La Ferté, qui le
cultivèrent ensuite jusqu’à la Révolution.
Evidemment, les bâtiments sont classés...
Ce qui n’a pas simplifié leur nécessaire
restauration. Mais, aujourd’hui, la cave
voûtée du XIIIe siècle, entièrement réhabilitée, abrite de modernes cuves de bois
et d’Inox, qui voisinent avec le vieux pressoir bâti par les moines eux-mêmes
en 1739. Et, dans la pénombre du chai à
barriques, restauré lui aussi, dorment les
vins du Cellier, ses joyaux rouge rubis
ainsi que blancs, en provenance de deux
autres parcelles, un aligoté bouzeron et
un mercurey.
Leur première vendange, Catherine et
Philippe Pascal l’ont faite en 2006, avec
l’émotion que l’on devine. Depuis, la passion
ne s’est pas émoussée, bien au contraire.
Véronique Drouhin
Ce supplément d’âme
qu’elle insuffle aux vins
Domaine Drouhin. Elle a
en charge toute la vinification. Une franche passion.
Catherine Pascal
a retrouvé
la Bourgogne
de son enfance. Un
vrai coup de foudre.
148 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
PHOTOS : OLIVIER ROUX
V
éronique Drouhin est l’une
des trop rares femmes à façonner jour après jour l’histoire contemporaine de la Bourgogne.
Le vin est pour elle plus qu’une passion :
c’est une vocation. Elle aura la révélation à 10 ans, lorsqu’elle joue dans les
cuveries et les chais du domaine familial.
A cette époque, son père, Robert, avait
embauché comme œnologue Laurence
Jobard, première femme à obtenir un tel
poste en Bourgogne. C’est elle qui va initier Véronique, encore enfant, aux secrets de la création des grands crus de la
Côte de Nuits et de la Côte de Beaune.
Quelques années plus tard, c’est tout
naturellement que Véronique se tourne
vers des études d’œnologie à la faculté de
Dijon. Mais, avant d’intégrer la maison
Drouhin, son père la somme de faire ses
preuves. La voici partie dans un premier temps pour le Bordelais, puis rapi-
dement dans l’Oregon, qui est la nouvelle terre promise du pinot noir. Immédiatement séduite par la qualité des
terroirs et des vins qui y sont produits,
la famille décide d’investir la région, à
charge pour Véronique de créer et de
développer le domaine. Le premier millésime, en 1988, sera un véritable succès, qui ne se démentira jamais. Véronique vient de réussir son initiation, elle
peut donc intégrer le temple beaunois
de la rue d’Enfer et siéger aux côtés de
ses trois frères : Frédéric, qui en assure
désormais la direction, Philippe, qui
veille à la bonne santé des vignes, et Laurent, qui développe le réseau commercial
d’Amérique du Nord.
Véronique prend en charge, pour sa
part, la vinification de tous les vins du
domaine, qu’il s’agisse de ceux de la Côte
d’Or, de Chablis ou de l’Oregon. Elle
réussit surtout à leur insuffler ce supplément d’âme qui fait d’une grande
bouteille un moment d’exception. Sans
fard ni apparat, elle sait délivrer des vins
à son image : nature, fidèles, droits et
élégants.
■ FRÉDÉRIC DURAND-BAZIN
MaisonDrouhin@drouhin.com
www.chateau-meursault.com
chateau.meursault@kriter.com
Renseignements au
03 80 26 22 75
WD fab 1454 VIN_bourgogne.QXD
29/08/08
S P É C I A L
17:43
Page 150
V I N
Tradition retrouvée :
sur cette colline escarpée
du vignoble, la vendange
se fait à la main.
Tendance
Le chablis s’oriente
vers la biodynamie
Bonne nouvelle : les producteurs de chablis sérieux ont
condamné la production à tout-va et préfèrent la qualité.
C
hablis revient de loin. Alors
qu’au XIXe siècle la fameuse
commune de l’Yonne comptait 30 000 hectares de vigne, seuls 300 étaient encore en production
à l’aube des années 60. Autant dire rien !
Après avoir été dévasté par le phylloxéra,
le vignoble sera ainsi délaissé pendant
quatre générations. « Tout était alors à
construire, explique Jean-Marc Brocard. Et
les choses sont allées très vite. Lorsque j’ai
monté mon domaine, en 1973, Chablis com150 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
mençait à remonter la pente : 1 000 hectares
avaient déjà été plantés. » En quarante ans,
la surface de production est multipliée
par 16, pour atteindre 4 800 hectares. « C’est
la région de Bourgogne qui s’est reconstruite le
plus tardivement, mais qui a connu une remontée qualitative fulgurante », poursuit
Jean-Marc Brocard. Une renaissance qui
s’est parfois opérée au prix d’un productivisme outrancier, assez peu respectueux
des sols et des plantes. Quelques viticulteurs ont récemment décidé de renverser la
vapeur. Tel est le cas, notamment, de Joseph Drouhin, qui a converti en 1997 son
domaine chablisien à la biodynamie. « Une
démarche impulsée par mon frère Philippe,
qui était déjà passé en biodynamie depuis 1988
sur nos vignes de Côte d’Or », explique Frédéric Drouhin. La même démarche est menée parallèlement par Jean-Marc Brocard.
Le domaine de la Boissonneuse, dirigé par
son fils Julien, est mené en biodynamie et
bénéficie de la certification Ecocert. Il suffit alors de se promener dans les rangs de
vigne pour juger des effets du travail mené
par ces deux grands de Chablis : des sols
aérés, des plants vigoureux qui respirent la
santé et un rendement maîtrisé.
« Notre démarche dérange l’ancienne génération, explique Denis Mery, chef de culture
du domaine chablisien de Joseph Drouhin.
Mais les jeunes se montrent plus ouverts, certains sont même prêts à nous suivre. » Pour le
plus grand bonheur de l’appellation. La
réputation parfois médiocre du chablis va
devenir un mauvais souvenir.
■ F. D.-B.
RIEGER BERTRAND/HEMIS.FR
BOURGOGNE CHABLIS
LETTRES DE CHÂTEAUX PHOTO FURAX
215 x 280 - Evin
23/04/08
12:29
Page 1
CHÂTEAU DE BEAUNE
. CÔTE D’OR . FRANCE
www.bouchard-pereetfils.com
L’ A B U S D ’ A L C O O L E S T D A N G E R E U X P O U R L A S A N T É . A C O N S O M M E R AV E C M O D É R AT I O N .
WD fab 1454 VIN_bourgogne.QXD
29/08/08
S P É C I A L
17:43
Page 152
V I N
BOURGOGNE GUIDE D’ACHAT
et de noisettes qui se
conjuguent avec bonheur.
Celui-ci appelle les grands
plats du répertoire
de la cuisine française.
Prix : 41 ¤.
LES BLANCS 2006
ALBERT BICHOT
Saint-véran
Château de la Balmondière
Le nez est floral, brioché,
et exhale des arômes
de fruits jaunes et d’agrumes.
La bouche est ample et vive.
Prix : 11,10 ¤.
JEAN-MARC BROCARD
Chablis Grand cru
Les Preuses
HENRI & GILLES BUISSON
Saint-romain Sous la Velle
JOERG LEHMANN/STOCKFOOD/STUDIOX
De beaux fruits jaunes,
des agrumes et des notes
beurrées, pour ce joli vin
à la bouche ronde et grasse.
Prix : 13,20 ¤.
OLIVIER LEFLAIVE
Rully Premier cru
Rabourcé
Le nez, floral, exprime de jolis
fruits jaunes. La bouche,
élégante et beurrée,
offre une grande longueur.
Prix : 15,50 ¤.
BOUCHARD PÈRE & FILS
Beaune du Château
Propriété du Champenois
Joseph Henriot, ce vin franc
offre un nez de fruits à chair
jaune, de poire et de tilleul.
La bouche, minérale,
est longue et vive.
Prix : 21,70 ¤.
CHÂTEAU FUISSÉ
Pouilly-fuissé Le Clos
Un cru explosif, au nez
de fruits jaunes, d’agrumes
et de brioche. La bouche
est concentrée,
ronde et minérale.
Prix : 25 ¤.
CHÂTEAU DE MEURSAULT
Meursault Premier cru
Issu d’un assemblage
de parcelles des Charmes et
des Perrières, ce vin combine
le gras de l’un et la minéralité
de l’autre. Le nez exhale les
fruits jaunes et la madeleine,
la bouche est grasse et juteuse.
Prix : 39 ¤.
LOUIS LATOUR
Chassagne-montrachet
Premier cru Morgeot
Un vin opulent et gras, aux
arômes de vanille, d’amandes
Les bouteilles patientent dans les caves de Bouchard Père & Fils.
Côte de Beaune
Le pays des vins
blancs somptueux
Les vignes blanchissent pour une raison
simple : le vin blanc coûte plus cher.
S
i la Côte de Nuits est réputée pour ses grands vins
rouges, la Côte de Beaune, qui s’étend de LadoixSerrigny à Santenay, est mondialement connue pour
ses somptueux vins blancs. Découper ainsi la Côte
d’Or en deux, avec une couleur unique de chaque côté de Beaune,
est bien entendu réducteur, voire simpliste. Comme toujours, en
Bourgogne, la réalité est plus compliquée. Le clos Blanc, monopole
du domaine de la Vougeraie, situé au cœur du Clos-Vougeot,
produit, par exemple, de superbes vins blancs d’une très grande
richesse. Il en est de même de Nuits-Saint-Georges, même si les
volumes de production restent anecdotiques (à peine 0,5 % de la
production).
Pour sa part, la Côte de Beaune sait produire des vins rouges
somptueux, que ce soit à Volnay, Pommard, ou même à Chassagne-Montrachet. Pourtant, la tendance est bien au « blanchiment » des vignes, peu importe si le terroir est parfois plus propice au rouge. La raison en est purement économique. Un
chassagne-montrachet blanc, par exemple, se vend deux à trois
fois plus cher que son homologue rouge. Reste que la hiérarchie
des crus a depuis longtemps intégré cette dichotomie. Si la Côte
de Nuits ne compte que des grands crus rouges, la Côte de Beaune
n’accueille que des grands crus blancs... A l’exception notable de
la commune d’Aloxe-Corton, qui se partage entre les deux couleurs.
Mais là, vous êtes exactement à la frontière entre les deux grandes régions de production de la Côte d’Or.
152 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
■ FRÉDÉRIC DURAND-BAZIN
Ce vigneron attachant
nous propose un superbe vin
cultivé et civilisé, d’une belle
chair dense et beurrée.
Tout en gourmandise.
A associer avec des viandes
blanches ou des poissons.
Prix : 42,80 ¤.
MICHEL PICARD
Chassagne-montrachet
Premier cru
Clos Saint-Jean
Un nez de fruits blancs,
de poire et de petites fleurs
blanches. La bouche,
très fraîche, offre
un joli jus croquant.
Prix : 45 ¤.
JOSEPH DROUHIN
Meursault Premier cru
Les Perrières
Quelle élégance dans ce vin !
Un nez profond de fruits
à chair jaune, de beurre
chaud et de tilleul.
La bouche est dense,
tout en restant fraîche.
Prix : 48 ¤.
DOMAINE JACQUES PRIEUR
Puligny-montrachet
Premier cru
Les Combettes
Un nez de fruits jaunes
(mirabelle, prune)
et d’agrumes confits,
subtilement beurré. La
bouche, minérale, est tendre
et grasse. Un très grand vin.
Prix : 58 ¤.
C OU P D E C ΠU R
SYLVAIN LOICHET
Ladoix Premier cru
Ce jeune viticulteur de talent
réalise un vin au fruité
exubérant et à la bouche vive
et droite. Une grande
réussite.
F. D.-B.
Prix : 21 ¤.
0609_MAG_VIN VOL2_215x280_JEU
27/08/08
12:17
Page 1
Le Figaro, ses magazines et le volume Vins de France et du monde en vente chez votre marchand de journaux, au prix de 10 € (le vol 1 à 6 €). Offre limitée à la France
métropolitaine, dans la limite des stocks disponibles. Le volume disponible également seul, sans le journal au prix de 10 € (le vol 1 à 6 €), frais de port et de traitement inclus,
en appelant le 0 810 344 276 (0 810 FIGARO, prix d'un appel local) ou en se connectant sur www.lefigaro.fr/vin.
NOUVEAU
AVEC
Avec la collection
Vins de France
et du monde
choisir et
déguster le vin devient
un art à la
portée de tous
• 96 pages pour tout comprendre sur le vin
• La sélection de notre comité de dégustation
• Les conseils des meilleurs sommeliers
• Les bonnes adresses, la cote des vins,
le guide des millésimes, les accords
mets-vins et bien plus encore…
EN PARTENARIAT AVEC LA
REVUE DU VIN DE FRANCE
Chaque samedi
avec le Figaro et ses magazines
et
www.lefigaro.fr/vin
L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION
JEU-CONCOURS VINS DE FRANCE ET DU MONDE
X
Renvoyez vos réponses sur le bulletin de participation ci-dessous ou sur papier libre dans une enveloppe affranchie entre le 30/08/2008 et le 30/09/2008, au Figaro, collection Vins de France et du Monde/Service Produits dérivés, 14 bd Haussmann, 75009 Paris.
• 1er PRIX : Une cave à vin VIP 180 de la Sommelière, d’une valeur de 1990 €
• Du 2èmeAU 4ème PRIX : Un week-end de 2 nuits pour 2 personnes en Relais & Châteaux, d’une valeur de 1000 €
• Du 5èmeAU 25ème PRIX : Un abonnement de 1 an à La Revue du vin de France de 10 n°+ 2 hors séries, d’une valeur de 75,10 €
• DU 26èmeAU 50me PRIX : Un Screwpull, d’une valeur de 40,66 €
Chardonnay
Andréas Larsson
Olivier Poussier
Enrico Bernardo
Château Angélus
Château Pétrus
Château Mouton-Rothschild
Question 2 : Qui a été élu Meilleur Sommelier du monde en 2000 ?
Question 3 : Parmi ces vins mythiques, lequel ne se trouve pas dans la sélection du volume 1 de la collection Vins de France et du monde ?
ET JOUEZ AUSSI À NOTRE JEU “VINS À LA CARTE” SUR LE SITE
WWW.LEFIGARO.FR/VIN
Mlle
Votre date de naissance : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Code postal : . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse e-mail : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . @ . . . . . . . . . . . . . . . .
Question 1 : Les Bordeaux sont des vins d'assemblage. Quel cépage n'est pas utilisé pour un Bordeaux rouge ?
Cabernet Sauvignon
Mme
Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Numéro de téléphone : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
POUR PARTICIPER, IL SUFFIT DE RÉPONDRE AUX 3 QUESTIONS SUIVANTES :
Merlot
M.
Êtes-vous lecteur ?
oui
non
Êtes-vous abonné ?
oui
non
Conformément à la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et
de rectification des données personnelles vous concernant. Vous pouvez l'exercer en nous écrivant en
nous indiquant votre nom, prénom et adresse email. © Le Figaro, Paris, Société du Figaro - SA au
capital de 23 927 125 € 524 077 755 RCS Paris - Siège social : 14 bd Haussmann, 75009 Paris.
Offre limitée à la France métropolitaine et dans la limite des stocks disponibles.
Ce jeu gratuit et sans obligation d'achat est ouvert à toute personne majeure habitant la France Métropolitaine. Les participants ayant donné les bonnes réponses seront
départagés par un tirage au sort. Le règlement complet du jeu est déposé chez Me Augeard et est disponible gratuitement sur simple demande à « Jeu-concours Vins
de France et du monde », Le Figaro, Service Produits dérivés, 14 bd Haussmann, 75009 Paris. Vos coordonnées sont susceptibles d'être transmises à des partenaires
commerciaux. Si vous ne le souhaitez pas, veuillez cocher la case ci-contre.
WD fab 1454 VIN_bourgogne.QXD
29/08/08
S P É C I A L
17:44
Page 154
V I N
BOURGOGNE GUIDE D’ACHAT
Marsannay
Les Echezeaux 2005
DOMAINE DE LA POUSSE D’OR
Volnay Premier cru
Les Caillerets, rouge
A ne pas confondre avec son
glorieux homonyme de VosneRomanée. Un nez profond
de fruits rouges et noirs
(cassis, fraise...). Les tannins
sont élégants ; la bouche,
puissante, sait rester souple.
Prix : 14 ¤.
Archétype des volnays
équilibrés, ce vin conjugue
avec beaucoup de bonheur
suavité, moelleux et une finale
distinguée, ce qui va
rarement de pair, sauf dans
Les Caillerets de ce domaine.
Prix : 37 ¤.
DOMAINE CHEVALIER
Ladoix 2005
DOMAINE DES PERDRIX
Un vin élégant, dévoilant
des fruits rouges très mûrs.
La bouche est suave et
veloutée. Une bonne affaire
dans un grand millésime.
Prix : 15 ¤.
JEAN-CHRISTOPHE MARMARA/LE FIGARO
Nuits-saint-georges
Aux Perdrix 2006
PIERRE ANDRÉ
Volnay Premier cru
En Chevret 2006
Magnifiquement repris
en main depuis trois ans, ce
domaine nous offre un volnay
d’une grande élégance,
qui s’exprime sur des notes
de fruits rouges et d’épices
douces. Les tannins sont fins.
Prix : 26,50 ¤.
DOMAINE TRAPET
PÈRE & FILS
Gevrey-chambertin 2006
Jean-Louis a converti
la totalité du domaine en
biodynamie depuis dix ans.
Il en résulte des vins francs,
comme ce gevrey-villages
au nez de fruits rouges,
de fraise écrasée, subtilement
épicé. La bouche est suave,
longue et ronde.
Prix : 30 ¤.
DOMAINE CHANTAL LESCURE
Pommard Premier cru
Les Bertins
Encore un peu marqué
par le bois, ce joli vin dense
et minéral exhale des arômes
de petits fruits à baies rouges.
La bouche est pleine.
Prix : 31 ¤.
JEAN-CLAUDE BOISSET
Chambolle-musigny 2006
Vinifié par le talentueux
Grégory Patriat, ce vin offre
un nez de griotte, de fruits
à baies noires. La bouche
François Faiveley, célèbre producteur, couve des yeux une de ses bouteilles.
Qualité des raisins
Les Cisterciens avaient
découvert le terroir
Les découpages effectués par les moines
gardent de nos jours toute leur pertinence.
S
ouvent galvaudée, parfois dévoyée, c’est pourtant la
notion même de terroir qui permet d’appréhender la
Bourgogne en ce qu’elle a de plus grand. Prenons
l’exemple de Vosne-Romanée, qui couvre 144 hectares,
c’est-à-dire moins que la surface de Mouton Rothschild et de Lafite
Rothschild réunis. Ce qui frappe le visiteur qui embrasse pour la
première fois la réalité de ce vignoble, c’est à la fois l’enchevêtrement
des parcelles et l’étonnante diversité des crus. Comment se fait-il, par
exemple, que les vins de la Romanée-Saint-Vivant soient si fins et
délicats, alors que seul un chemin de la largeur d’une voiture sépare
ses vignes de celles de son voisin Richebourg, au tempérament
beaucoup plus masculin ?
Pour comprendre ce particularisme et cette notion exacerbée de
terroir, il faut remonter plusieurs siècles en arrière, au temps de la
splendeur de l’abbaye de Cîteaux. A cette époque, les moines cisterciens avaient reçu des terres très pauvres, souvent impropres à la
culture. La seule chose qui poussait convenablement était la vigne.
Au fil du temps, les moines constatèrent des différences de qualité
entre les raisins, selon la nature des sols. De ces observations naquirent les premiers découpages de terroirs et les premières classifications. Et cette hiérarchie, parfois difficile à appréhender pour un
néophyte, conserve de nos jours toute sa pertinence. C’est à l’immense
travail des Cisterciens que l’on doit, aujourd’hui, la Bourgogne telle
qu’on l’aime.
■ FRÉDÉRIC DURAND-BAZIN
154 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
Ce fleuron du domaine
présente un nez très profond
de cassis, d’épices douces
et de cannelle. La bouche
est tendue et dense,
un rien sauvage.
Prix : 44,50 ¤.
CHÂTEAU DE POMMARD
Pommard 2005
Vinifié par Philippe Charlopin,
ce pommard élégant et racé
révèle des arômes de fraise
et de réglisse. La bouche
est souple et veloutée.
Prix : 53,50 ¤.
DOMAINE FAIVELEY CORTON
Clos des Corton
Grand cru 2006
Le domaine a réussi un coup
d’éclat sur le millésime 2006.
Ce corton exhale des arômes
profonds de fruits rouges, où
se mêlent des notes florales.
En bouche, une tension
minérale contrebalance
des tannins très soyeux.
Prix : 74 ¤.
…D’un château l’autre,
la vie du vignoble
Musique et vin
au Clos-Vougeot
Vin et culture font bon ménage. Qui en
doutait ? Et à grands vins, grands artistes.
Dernièrement s’est tenu, au Clos-Vougeot,
le premier festival de musique organisé par
la toute nouvelle association Musique et
vin au Clos-Vougeot, créée sous l’impulsion de la famille Faiveley et présidée par
Aubert de Vilaine (domaine de la Romanée-Conti). Furent conviés à ces trois soirées d’exception les solistes du Metropolitan Opera de New York, tous amoureux
des grands vins de Bourgogne. Cette association a également pour but de promouvoir
une Fondation jeune talent, en attribuant
une bourse à un artiste en devenir. Le lauréat fut, cette année, Laura Jaillet, violoniste
au conservatoire de Dijon. Cette bourse
est financée par une vente aux enchères,
animée cette année par Anthony Hanson,
expert en vins chez Christie’s. Elle a rapporté
plus de 37 000 euros. Ce fut l’occasion
pour un collectionneur américain d’acquérir un magnum de La Tâche 1996 pour la
coquette somme de 17 000 euros. F. D.-B.
Œno-tourisme
dynamique au château
de Meursault
Il semble désormais révolu, le temps où le
touriste trouvait sur les portes closes des
domaines bourguignons des écriteaux
DE
M ARSANNAY
Propriétaire-Récoltant en Bourgogne
indiquant : « Pas de visite, pas de vins à
vendre ». Au contraire, sous l’impulsion
du Bureau interprofessionnel des vins de
Bourgogne (BIVB), les propriétaires n’hésitent plus à ouvrir grand leurs caves pour
accueillir les nombreux visiteurs.
A ce titre, le château de Meursault fait
figure de précurseur. Lorsque Jacques
Boisseaux rachète le domaine en 1973, il a
d’abord pour ambition de faire les meilleurs
vins possibles. Mais le savoir-faire n’est
rien sans le faire-savoir. C’est pourquoi a
rapidement germé l’idée de faire venir au
château les amateurs de grands vins.
En 1977 est mis en place le premier circuit
de visite des caves. C’est aujourd’hui devenu
l’un des lieux les plus prisés de la Bourgogne avec près de 20 000 visiteurs par an.
Ceux-ci peuvent non seulement se délecter du jardin et de la galerie de peinture,
mais ils parcourent aussi des salles pédagogiques et se promènent librement dans
les caves. Et surtout, en fin de visite, ils
peuvent déguster les vins du domaine,
vinifiés par le talentueux Jean-Claude
Mitanchey, œnologue de la maison ainsi
que du château de Marsannay.
Ce concept a même fait des émules.
Depuis sa reprise par Maurice Giraud, le
château de Pommard est devenu un lieu
d’accueil des touristes : 20 000 personnes
ont ainsi foulé, en 2007, le sol des caves du
domaine. A tel point qu’à elles seules,
elles ont acheté, en cours d’année, plus de
60 000 bouteilles, soit près des deux tiers
de la production du château. Maurice
Giraud ne compte pas s’arrêter en si bon
chemin et va bientôt ouvrir, dans ses murs,
F. D.-B.
des chambres d’hôtes de luxe.
Contactez-nous
pour profiter de notre
“Offre Exceptionnelle
Vendanges 2008”
Marsannay Fixin
Gevrey-Chambertin
Vosne-Romanée
Clos Vougeot
Chambertin
Tél. 03 80 51 71 11
chateau.marsannay@kriter.com
www.chateau-marsannay.com
C OU P D E C ΠU R
LE CLOS DU CELLIER
AUX MOINES
Givry Premier cru
Clos du Cellier
aux Moines 2006
La famille Pascal réussit
un vin éclatant, un concentré
de fruits rouges, d’épices
et de poivre doux. Une
première vendange très
réussie, faite avec passion.
Une bouche gourmande, une
petite merveille d’équilibre…
F. D.-B.
Prix : 26 ¤.
Dégustation au château
de Meursault, animée par
Véronique Lagrange (au centre).
Au domaine,
visite des caves et dégustation,
vente de vins à la boutique,
déjeuners, dîners en cave.
D. R.
CHÂTEAU DE MARSANNAY
C HATEAU
L'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.
est soyeuse, les tannins
sont d’une extrême finesse.
Prix : 35 ¤.
L E S R OUG E S 2 0 0 6
WD fab 1454 VIN_beaujolais.QXD
S P É C I A L
29/08/08
17:26
Page 156
V I N
Marie-Elodie
Zighera Confuron
Elle veut
retrouver le vin
de ses aïeux
Clos de Mez. L’ancienne enseignante a une ambition : dynamiser l’appellation Fleurie.
M
BEAUJOLAIS
156 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
OLIVIER ROUX
Marie-Elodie :
une véritable
histoire d’amour
avec ses vins.
archande de biens, l’arrière-grand-mère avait,
un jour, acheté un
domaine vinicole à
Fleurie. Transmis ensuite de génération en
génération et exploité par les femmes, il
était en cave coopérative. Se destinant très tôt
à sa gestion, Marie-Elodie Zighera suit
consciencieusement les études idoines :
d’abord un BTS viticulture-œnologie à
Davayé, qu’elle obtient en 2000, puis une
maîtrise des sciences de la vigne, qui lui est
décernée en 2002, et, enfin, le diplôme d’œnologue, qu’elle décroche en 2004, à Montpellier. En 2006, elle reprend le vignoble :
3,5 hectares sur Fleurie et Morgon. Consultante en œnologie et enseignante au Centre
de formation professionnelle et de promotion
agricoles (CFPPA) de Beaune, elle peut y
appliquer ses théories. Pour elle, « l’essentiel
de la qualité d’un vin dépend du raisin ».
Passant de la théorie à la pratique, MarieElodie s’est remise à travailler les sols et à
maîtriser les rendements, les deux points
faibles traditionnels de la région. La réaction des sols n’étant pas immédiate, pour
le 2006, elle a surtout exercé ses talents de
vinificatrice, ce qui donne un vin suave et
policé, qui se positionne déjà dans les très
bons fleuries. Malgré un millésime délicat,
le 2007 gagne en densité et en longueur et
progresse d’un cran. Mais elle ne se considère
pas du tout comme arrivée. Se remémorant
un fantastique morgon 1911 qui l’a convaincue de reprendre le domaine, elle met les
bouchées doubles pour élaborer un vin qui
ait la même classe. « Je veux retrouver le vin
de mes aïeux », plaide-t-elle. Bien doté en
vieilles vignes, le Clos de Mez – nom donné
à son domaine – est bien parti pour défrayer
les chroniques et dynamiser l’appellation
Fleurie.
■ BERNARD BURTSCHY
Marie-Elodie Zighera Confuron,
Les Raclets, 69820 Fleurie
(06.03.35.71.89 ; contact@closdemez.com).
6 SEPTEMBRE 2008 - LE FIGARO MAGAZINE • 157
WD fab 1454 VIN_beaujolais.QXD
S P É C I A L
29/08/08
17:25
Page 158
V I N
BEAUJOLAIS PORTRAITS & GUIDE D’ACHAT
Le château de Jarnioux,
niché au cœur du pays
des Pierres Dorées,
la partie sud du Beaujolais.
JEAN-LUC BARDE
Le beaujolais, vin idéal
pour la jeune génération
Retour aux fondamentaux
Les jeunes producteurs
relancent le beaujolais
Un véritable mouvement s’amorce pour aller vers des vins
plus naturels et moins alcoolisés. D’une ineffable légèreté.
L
a sortie rituelle du beaujolais
nouveau, le troisième jeudi
de novembre, a fait croire au
consommateur que le beaujolais est un vin d’hiver. Rien n’est plus
faux ! Disposant avec le gamay du cépage
le plus fruité du monde, le beaujolais se
boit en toute saison.
Avant la terrible crise due au phylloxéra,
à la fin du XIXe siècle, le gamay était un
des cépages les plus importants de France.
En dehors du Midi, il était présent à peu
près partout. Donnant des vins peu alcoolisés et peu acides, il a engendré le vin de
soif, par excellence. Certes, le gamay n’a
pas la complexité du pinot noir bourguignon ni la puissance des cabernets et des
merlots, qui font la trame des bordeaux,
mais sa légèreté et son élégance lui ont, de
tout temps, assuré la reconnaissance du
158 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
« petit peuple », qui le buvait par pots
entiers, un pot faisant 50 centilitres (46 centilitres pour les puristes). D’où l’expression « payer un pot ».
Pour la petite histoire, les pots s’alignaient
sur le comptoir en zinc, et il en fallait 12 pour
faire un mètre. La tradition voulait que le
treizième soit offert par le patron. Evidemment, à notre époque, cette tradition a de
quoi faire frémir certaines ligues. La caractéristique première de ce vin léger et parfumé était le faible degré alcoolique, ce qui
est une des forces du gamay. Très rafraîchissant, le vin dépassait rarement les 8°,
et en boire un demi-pot n’avait guère de
conséquences notables sur l’organisme, la
douce convivialité du moment soignant,
de surcroît, l’âme du buveur.
La reconstruction du vignoble après le
phylloxéra a privilégié des cépages plus
Heureusement, un véritable mouvement
s’amorce pour aller vers des vins plus naturels. Avec le réchauffement de la planète
et l’évolution des goûts, la chaptalisation
n’a plus aucun sens et la Région pourrait
donner un signal fort en l’interdisant purement et simplement. Le mode de vie, la
cuisine, une consommation modérée de
l’alcool… tout tend vers des vins plus légers. Le public idéal de ce type de vins est
la jeune génération, qui, pour ces raisons,
se rabat massivement sur le vin rosé, alors
que le beaujolais a largement sa place.
Franck Dubœuf, le directeur général de la
maison Georges Dubœuf, y croit beaucoup :
« Le beaujolais est le vin idéal pour la jeune
génération »,proclame-t-il.
Le succès du beaujolais nouveau, lancé
avec fracas chaque automne, a occulté les
qualités de fond du beaujolais, tout comme
les errements des levures sélectionnées et
des macérations préfermentaires à chaud,
qui ont beaucoup uniformisé le vin. En revenant sur les fondamentaux du vignoble
– des raisins sains issus de rendements
modérés –, les Chermette au domaine du
Vissoux, Brun au domaine des Terres Dorées et autres Marcel Lapierre réhabilitent
ces beaujolais et beaujolais-villages sains et
joyeux. Toute une nouvelle génération de
producteurs suit ces pionniers avec des
vins rafraîchissants, très personnels, qui ne
sont plus ces stéréotypes sans âme que l’on
a trop souvent rencontrés.
Il est inutile d’attendre que « le beaujolais
nouveau (soit) arrivé ». Les beaujolais 2007
sont maintenant en bouteille, et le millésime 2007 se prête bien à la production
des vins de soif. Certes, ce n’est pas le millésime du siècle. Mais tant mieux, pourrait-on dire, car ces vins tendres sont parfaitement adaptés à l’été, qui conjuguent
fruité, élégance et légèreté. L’ineffable légèreté des beaujolais.
■ BERNARD BURTSCHY
MAISON TRÉNEL
Morgon Côte de Py 2006
Louis-Fabrice Latour,
directeur général de
la maison Louis Latour.
ERIC MARTIN/LE FIGARO MAGAZINE
sérieux, avec des vins plus denses. Le gamay
s’est, pour l’essentiel, replié sur ses terres en
Beaujolais et, pour faire un peu comme les
autres, le décret qui traite de l’appellation
Beaujolais impose désormais un minimum
de 9,5° et même 10° pour le beaujolais supérieur. Mais, pour des raisons plus ou moins
avouables, bien des producteurs poussent
le bouchon encore un peu plus loin et se
sentent obligés de produire des vins à 12° ou
même à 13°. Il est vrai qu’un degré alcoolique plus élevé rend le vin plus séduisant. La
chaptalisation est donc éminemment rentable, un kilo de vin s’avérant notablement
plus cher qu’un kilo de sucre.
Leurs prix flambent…
Les Bourguignons
débarquent
Sur la célèbre Côte de Py,
le morgon acquiert
une « mâche »
très caractéristique qui,
ajoutée à ses arômes typés
de kirsch, lui donne
une forte personnalité.
Prix : 12 ¤.
CHRISTOPHE PACALET
Juliénas 2006
Christophe Pacalet est
un vigneron qui monte. Il
produit des vins denses et
solides, comme ce chenas
joliment aromatique.
Prix : 14,65 ¤.
Le Beaujolais n’est pas loin. Les maisons
CHÂTEAU DE BEAUREGARD
de négoce bourguignonnes non plus.
Moulin-à-vent 2006
H
istoriquement, le Beaujolais fait partie intégrante de la grande Bourgogne, même si le
gamay y demeure aujourd’hui le cépage dominant. Les grandes maisons bourguignonnes ont depuis
longtemps investi cette région, déchirée entre crise viticole et succès commercial du beaujolais nouveau.
Après Louis Jadot, qui détient le château des Jacques et le
domaine du château des Lumières, c’est au tour de la maison Louis Latour d’acquérir, en début d’année, la maison
Fessy à Saint-Jean-d’Ardières. Puis, à la maison Bouchard
Père & Fils d’acheter, en avril, le château de Poncié, à Fleurie. A l’heure où le prix des vignes flambe en Bourgogne, les
maisons de négoce sont ainsi attirées par des terroirs de
qualité, qui s’échangent pour dix fois moins cher. ■ F. D.-B.
CHÂTEAU THIVIN
Beaujolais-villages
Rosé 2007
Le beaujolais rosé
est d’une folle originalité,
car il vient d’être autorisé,
et le château Thivin
l’a parfaitement réussi
en préservant sa légèreté.
Prix : 7 ¤.
DOMAINE DU VISSOUX
Beaujolais
Les Griottes 2007
Tout en fruit. Pierre-Marie
Chermette possède
la patte pour rendre
son beaujolais soyeux
et goûteux, avec
un incroyable naturel.
Prix : 7,50 ¤.
DOMAINE LAPIERRE
Chenas 2006
Cru un peu méconnu
car très petit, le chenas
est au même niveau que
son voisin moulin-à-vent,
et donne un vin
dense et assez plein.
Prix : 7,95 ¤.
CHÂTEAU DE NEVERS
Brouilly 2007
Un vin tendre et léger,
facile à boire en toute
occasion, à servir
sans façon lors d’un repas
convivial entre amis.
Prix : 8,60 ¤.
DOMAINE
DES TERRES DORÉES
Beaujolais
Blanc 2007
Le beaujolais blanc
est rare, le bon beaujolais
blanc encore plus.
Jean-Paul Brun l’aime
plein et riche, mais sans
aucune lourdeur.
Prix : 9,90 ¤.
Issu de vieilles vignes, ce vin
assez plein reste beaujolais,
en gardant son élégance,
malgré un élevage en bois.
Prix : 15,40 ¤.
DOMAINE FOILLARD
Morgon Corcelette
Lavinia possède
l’exclusivité sur cette cuvée
fruitée et élégante,
où les tannins font patte
de velours pour laisser
s’exprimer tout son soyeux.
Prix : 21,50 ¤.
CHÂTEAU DES JACQUES
Moulin-à-vent
Clos du Grand
Carquelin 1999
La maison Jadot élabore
un moulin-à-vent qui
n’a rien à envier aux grands
bourgognes, avec ce vin
puissant, qui s’est assagi
avec l’âge. Une rareté.
Prix : 23,20 ¤.
C OU P D E C ΠU R
GEORGES DUBŒUF
Fleurie Prestige 2005
Cette cuvée est élaborée
par assemblage des
meilleurs lots et passée
en fût, ce qui donne un vin
riche et soyeux, d’une belle
ampleur et d’une grande
gourmandise, qui gardera
toutes ses qualités
pendant plusieurs années.
B. B.
Prix : 9,50 ¤.
fab 1454 VIN_loire.qxp
28/08/08
S P É C I A L
21:07
Page 160
V I N
Catherine
Dhoye-Deruet
Elle donne
plus d’ampleur
au Vouvray
Domaine de la Fontainerie.
L’ex-ingénieur a gagné ses
galons de vigneronne.
E
n 1990, à 32 ans, Catherine
Dhoye-Deruet n’a pas hésité
une seconde. Lorsque ses
parents lui ont annoncé qu’ils
allaient prendre leur retraite et louer leurs
vignes, elle leur a déclaré, à leur grande
surprise, qu’elle allait les reprendre et
qu’elle serait vigneronne. Sa vie allait
changer du tout au tout.
Ingénieur agroalimentaire spécialisée
dans la recherche, Catherine Dhoye-Deruet
était, a priori, loin du vin et de ses contraintes. D’autant que la vie d’une productrice
à Vouvray n’est pas des plus faciles. Selon
les hasards de la climatologie, on y produit des vins blancs effervescents, secs,
demi-secs ou même liquoreux. Par goût,
elle les préfère secs, mais elle produit avec
le même talent les autres déclinaisons. Ce
goût du vin sec, elle l’applique sans faiblir
dans les effervescents, qui sont généralement des extra-bruts, alors qu’il serait tellement plus facile de flatter le consommateur en laissant traîner quelques grammes
de sucre résiduel.
Une vinification sous bois
pour faire des vins de garde
Catherine
Dhoye-Deruet
a gardé un
penchant pour
l’expérimentation.
160 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
■ BERNARD BURTSCHY
OLIVIER ROUX
VAL DE LOIRE
De son passé dans la recherche, elle a gardé
un penchant pour l’expérimentation. Si les
vins blancs de Vouvray sont généralement
élaborés en cuve, crânement, elle se lance
dans la vinification sous bois pour leur
donner plus d’ampleur et surtout en faire
des vins de garde. Au début, cette attitude,
qui passait pour provocatrice, a choqué.
Puis les vins ont trouvé leur place dans la
gastronomie, d’autant que l’intégration du
boisé est très habile. Les vins ont effectivement gagné en ampleur et en structure, et
l’ingénieur en agroalimentaire y a gagné
ses galons de vigneronne hors pair.
Catherine Dhoye-Deruet, domaine de la Fontainerie,
64, vallée Coquette, 37210 Vouvray (02.47.52.67.92 ;
lafontainerie@club-internet.fr).
6 SEPTEMBRE 2008 - LE FIGARO MAGAZINE • 161
fab 1454 VIN_loire.qxp
28/08/08
S P É C I A L
21:09
Page 162
V I N
LOIRE GUIDE D’ACHAT
HENRY MARIONNET
VIN ROSÉ
Gamay Vinifera 2006
CHÂTEAU DU PETIT THOUARS
Elaboré à partir d’une vigne
française non greffée,
ce joli vin rouge possède
un fruit superbe et une
matière tout en suavité.
Prix : 10,80 ¤.
Touraine rosé 2007
Un joli vin à la robe pâle, tout
en finesse et en délicatesse.
Prix : 5 ¤.
BERNARD BAUDRY
VINS BLANCS
E F F E RV E S C E N T S
Chinon Les Grézeaux 2006
Ce grand vin rouge vieillira
plusieurs années, et il damera
le pion à bien des appellations
plus huppées par sa classe.
Prix : 13,20 ¤.
DOMAINE DE LA TAILLE
AUX LOUPS
Montlouis Brut Tradition
Cet effervescent naturel
donne une bulle aérienne
très rafraîchissante.
Prix intéressant.
Prix : 11 ¤.
DOMAINE LES ROCHES NEUVES
Saumur-champigny
La Marginale 2000
Vendu avec un peu
de vieillissement, ce vin
rouge chatoyant dévoile déjà
toute sa complexité.
Prix : 23,12 ¤.
LANGLOIS CHÂTEAU
Crémant
Quadrille 2000
Cette filiale du champagne
Bollinger excelle
dans l’élaboration
des effervescents qui ont
du volume et une
longueur étonnants.
Prix : 19,60 ¤.
VINS BLANCS
DOMAINE DES HUARDS
Cour-cheverny
Cuvée Alexandre 2004
D. R.
VIN BLANC
L I QUO R E UX
DOMAINE OGEREAU
Coteaux-du-layon
Saint-Lambert 2003
Le château du Petit Thouars, près de Chinon, produit des vins abordables.
Issu du clos des Bonnes
Blanches, ce vin riche
est d’une grande générosité
et défiera les décennies
avec toujours le même
entrain.
Prix : 34,70 ¤.
Val de Loire
V I N S R OUG E S
DOMAINE LES PINS
Bourgueil
Les Rochettes 2006
Ce vin rouge déborde de
fruits et de plaisir immédiat.
A boire un peu frais.
Prix : 7,90 ¤.
DOMAINE DE LA VERNIÈRE
Pinot noir 2003
Côteaux Charitois
Vin concentré avec des
nuances noires. Rétroolfaction riche et fruitée.
Prix : 8 ¤.
Elaboré avec le rare cépage
romorantin, ce délicieux vin
blanc joue dès à présent
le charme et la subtilité.
Prix : 8,30 ¤.
DOMAINE DES HERBAUGES
Muscadet-côtes-de-granlieu
Le Légendaire 1999
Côté climat, c’est
le fleuve qui fait la loi
Ce muscadet vendu avec un
peu de vieillissement, ce qui est
rarissime, donne un vin blanc
d’une étonnante complexité.
Prix : 10,95 ¤.
Rouges, blancs, rosés… avec plus de 60 AOC,
la Loire offre des vins pour tous les goûts.
DOMAINE DE LA MOUSSIÈRE
S
’égrenant le long des 1 000 kilomètres de la Loire, le
vignoble revêt de nombreuses facettes, selon les
terroirs, les expositions et les cépages. La climatologie change complètement suivant que l’on est audessus ou en dessous du fleuve. Avec sa soixantaine d’appellations
contrôlées, la Loire est une mosaïque de vins.
Dans le Val de Loire, les vignerons, généreux et francs comme leurs
vins, élèvent quelques-uns des grands blancs secs, liquoreux et
effervescents. Les blancs bénéficient, ici, d’une incroyable diversité
de production. Les rouges excellent avec le cabernet franc (cépage
idéal). Quant aux rosés, d’une couleur pimpante, ils marient l’élégance des blancs et la structure des rouges. Ces vins, gourmands
par essence, reviennent sur le devant de la scène. Ils jouent de
leurs notes de fruits pour s’imposer.
■ B. B.
162 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
Sancerre 2007
Avec une régularité
époustouflante, Alphonse
Mellot élabore le sancerre
le plus typé de l’appellation.
Prix : 13,95 ¤.
C OU P D E C ΠU R
DOMAINE LUCIEN CROCHET
Sancerre
Cuvée Prestige 2005
Toujours aussi régulier,
ce grand vin de Sancerre
est présent chez les grands
étoilés de France.
BERNARD BURTSCHY
Prix : 24 ¤.
WD fab 1454 VIN_rhone.QXD
29/08/08
S P É C I A L
17:57
Page 164
V I N
VALLÉE
DU RHÔNE
164 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
Le destin
imprévu d’une
ancienne prof
à l’ENA
Condrieu. Son père n’avait
jamais pensé à elle pour lui
succéder. Mais il est très fier.
G
OLIVIER ROUX
Dominer la situation,
c’est une habitude
pour Christine Vernay.
Christine Vernay
eorges Vernay a, pendant
longtemps, porté à bout de
bras Condrieu, une petite
appellation spécialisée dans
les blancs, où s’épanouit l’insolite cépage
viognier. Voyageur infatigable, il l’a fait
connaître à travers le monde. A l’intérieur
même de l’appellation, il aidait à vinifier, et
il n’a pas hésité un seul instant à amputer
cette dernière des terres les moins bien
situées pour la porter haut. Condrieu lui
doit beaucoup. Il pensait bien que l’un de
ses deux fils reprendrait le flambeau. Ils ont
préféré choisir d’autres directions.
« Il n’a jamais pensé à moi ! » précise sa
fille, Christine Vernay. Professeur d’italien à l’ENA, elle venait pourtant donner un
coup de main à la comptabilité. Même
lorsqu’elle s’est déclarée intéressée, Georges Vernay voyait plutôt son gendre, Paul
Amsellem, à la cave. « J’ai été obligé de lui
préciser que c’est Christine qui s’occuperait de
la vinification et que je m’occuperais de l’accueil », précise son mari avec humour.
Très rapidement, Christine Vernay démontre à la fois sa détermination et son talent à
maîtriser toutes les subtilités de l’art de faire
du vin. Tout comme les vins de son père,
ses trois cuvées de condrieu brillent dans
toutes les dégustations. Les rouges, qui
étaient le cadet des soucis de Georges Vernay,
sont aussi au top niveau, et les deux cuvées
de côte-rôtie volent de succès en succès.
« Mon père est très fier, et il le dit à tout le
monde. Mais, jamais, il ne m’a dit que ce que
je faisais était bien », concède Christine
Vernay. Si les relations entre père et fille ne
sont jamais simples, celles-ci occupent
désormais, avec compétence et habileté, des
terrains où elles n’étaient pas forcément
attendues.
■ BERNARD BURTSCHY
Domaine Georges Vernay,
1, route Nationale, 69420 Condrieu
(04.74.56.81.81 ; www.georges-vernay.fr).
6 SEPTEMBRE 2008 - LE FIGARO MAGAZINE • 165
WD fab 1454 VIN_rhone.QXD
29/08/08
S P É C I A L
17:57
Page 166
V I N
RHÔNE HISTOIRE
Châteauneuf-du-Pape
Catherine et Sophie Armenier
Une belle aventure
biodynamique
Domaine de Marcoux. L’une est à la vigne,
l’autre à la cave. Et elles viennent d’acquérir
8 nouveaux hectares. La relève est assurée.
L
Châteauneuf fut la résidence
d’été des papes. Sept souverains pontifes successifs y
développèrent le vignoble.
es Armenier sont présents à Châteauneufdu-Pape depuis au
moins le XIVe siècle. Pour assurer la succession du domaine de
Marcoux, le fils de la maison, Philippe, en prend les rênes en 1990
et choisit la biodynamie, un peu
avant tout le monde. La qualité
de ses vins est vite reconnue, et
la notoriété arrive. En 1996, il
s’envole pour la Californie, où il
devient un consultant recherché
en biodynamie. Ses deux sœurs,
Catherine et Sophie, décident
alors de prendre sa suite.
Le domaine est très morcelé :
19 parcelles pour 21 hectares.
« Cela n’a pas toujours été facile,
mais nous avons serré les dents »,
concède Sophie Armenier. Les
deux sœurs se sont rationnellement partagé la tâche, Catherine
à la vigne et Sophie à la cave, « ce
qui permet d’éviter les frictions ».
De grandes maisons
s’intéressent à l’appellation
L’appellation fait maintenant figure d’eldorado, elle est en train de perdre cette image
désuète qui collait à ses étiquettes. Les grandes maisons s’y intéressent. A l’instar du
groupe Skalli, qui a quitté sa base historique
de Sète pour venir y installer son siège,
après avoir acheté au passage la maison
Bouachon et créé les Caves Saint-Pierre.
Ou comme les domaines Cazes, qui ont acquis le domaine des Sénéchaux, 27 hectares
situés au cœur de l’appellation. « Cette acquisition s’insère parfaitement dans notre projet
de rassembler des terroirs de la plus haute
qualité », indique Jean-Charles Cazes, directeur général du groupe. Sans oublier la
famille Jeanjean, qui a acheté le célèbre Clos
de l’Oratoire des Papes.
Il reste que le premier vignoble, dont la
naissance remonte aux origines de Châteauneuf-du-Pape, est Mont Redon. Ses dirigeants actuels, Jean Abeille et Didier Fabre,
veillent avec soin sur leurs 100 hectares de
fameux galets roulés, dans lesquels la vigne
a du mal à se développer. Les bons châteauneufs existent à la fois dans les grands
domaines historiques (La Nerthe, Beaucastel, Bosquet des Papes), dont certains n’ont
jamais failli, et dans d’autres moins célèbres.
Quelques-uns d’entre eux sont animés par
des visionnaires (château La Gardine),
d’autres par des jeunes loups de grand talent
(La Janasse). Le domaine de Marcoux, aujourd’hui conduit par les sœurs Armenier
selon les principes de la biodynamie, est
devenu un classique de l’appellation.
A côté d’un excellent négoce traditionnel
(Jaboulet, Chapoutier, Guigal), de nouveaux
négociants se lèvent (Michel Tardieu). Les
étrangers l’ont compris et ont réagi très vite.
Ne soyez pas les derniers à les découvrir.
Les meilleurs millésimes à boire sont les 1998
et 2000, exceptionnels. Viennent ensuite
les 1989 et 1990.
■ BERNARD JOO’
Si la France regorge de très grands
vins, rares sont ceux qui ont atteint
le statut de mythe, comme Pétrus,
la Romanée-Conti ou l’hermitage
La Chapelle. Ce dernier, trésor de la
maison Paul Jaboulet Aîné, rachetée par Jean-Jacques Frey, est issu
Les bouteilles de La Chapelle
de vieilles vignes de syrah provePaul Jaboulet Aîné 1961 au repos,
dans le cellier, en attendant la vente. nant des lieux-dits Le Méal et Les
Bessards, situés sur les côtes granitiques de la colline d’Hermitage. Ce vin fabuleux tire son nom de
la petite chapelle qui domine les vignes, et dans laquelle le chevalier Henri-Gaspard de Stérimberg se serait retiré au XIIIe siècle.
La Chapelle a obtenu plusieurs fois la consécration ultime du critique Robert Parker. Il a attribué la note suprême de 100/100 aux millésimes 1990, 1978 et 1961. Et comme toute légende, le rêve a un prix.
Les rares bouteilles mises aux enchères s’arrachent à des niveaux
records. A Paris, le 6 mars dernier, chez Me Tajan, une bouteille de
La Chapelle 1961 a même atteint le prix historique de 14 512 ¤.
Prochaines ventes : les amateurs auront l’occasion d’acquérir
des lots exceptionnels en provenance directe du domaine, lors des
ventes qui se tiendront le 25 octobre à Hongkong, chez Zacchy’s,
le 28 octobre à Paris, chez Christie’s, et le 1er novembre, à Los Angeles, toujours chez Christie’s. Seront notamment proposés des
bouteilles et magnums dans les millésimes 1937, 1961, 1966, 1978
et 1990, ainsi qu’un jéroboam de 2003.
FRÉDERIC DURAND-BAZIN
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé - A consommer avec modération
plus de 60 km/h. Terrible pour les humains,
le mistral joue un rôle important pour la
vigne, qu’il sèche en cas d’orage, permettant ainsi un excellent état sanitaire des
baies. Et tout cela produit d’excellents
châteauneufs !
D. R.
Les fameux galets
roulés recouvrent
un banc d’argile, dans
lequel la vigne s’abreuve.
JEAN-LUC BARDE
M
ême si l’appellation
d’origine contrôlée Châteauneuf du Pape est
célèbre dans le monde
entier, elle est longtemps restée méconnue.
D’abord production confidentielle, la fameuse
bouteille armoriée prit, au fil du temps, de
l’importance. Sa véritable renommée commence au XVIIIe siècle pour ne s’affirmer
qu’en 1936 avec l’AOC Châteauneuf du Pape,
qui fixe une réglementation sévère : les limites de la région plantée, les 13 cépages
autorisés (dont les principaux sont le
grenache, un généreux noir qui représente
plus ou moins 70 % des surfaces plantées, la
syrah, le mourvèdre, le cinsault, la clairette,
le bourboulenc), la taille, le tri de la vendange, la vinification, le degré minimum.
Ce vignoble sert même de base à certains
points de la législation des AOC.
Question délimitation, il s’étend sur les
communes de Bédarrides, Châteauneuf-duPape, Courthézon, Orange, Sorgues, dans
la partie méridionale des Côtes du Rhône
et sur la rive gauche du fleuve. Avec ses
4 630 hectares, c’est un des plus importants
vignobles de la Vallée du Rhône. La production annuelle moyenne est de 102 000 hectolitres, dont 6 300 en blanc.
Le terroir se caractérise par de gros galets
roulés, qui emmagasinent la chaleur du
soleil généreux de Provence pendant le jour
et la restituent la nuit. La couche de cailloux fait 2 mètres d’épaisseur ; en dessous,
on trouve un banc d’argile, où les racines
de la vigne vont puiser leurs besoins
hydriques. En plus de ce sol propice,
l’appellation jouit d’un ensoleillement très
important (plus de 3 000 heures par an) et
d’un fort mistral. Le vent souffle en moyenne
160 jours par an, dont plus de 100 jours à
Très méticuleusement, elles ont
continué de perfectionner la
biodynamie initiée par leur frère.
La cave étant située à 6 kilomètres du domaine, il a aussi
fallu s’organiser, en particulier
pour les vendanges, durant
lesquelles on doit transporter les
caisses de raisins tout en préservant leur fraîcheur.
La qualité des vins du domaine
est maintenant largement reconnue. Aussi, après dix ans d’un
intense travail, tout le monde
pensait que les deux sœurs
allaient souffler un peu. C’était
bien mal les connaître. En 2006,
elles ont acheté 8 hectares à
Lirac, avec un autre propriétaire.
Et en route pour de nouvelles
aventures !
■ B. B.
Catherine et Sophie Armenier, domaine
de Marcoux, chemin de la Gironde, 84100
Châteauneuf-du-Pape (04.90.34.67.43 ;
info@domaine-marcoux.com).
MATHIEI GARÇON
Là où
la vigne
pousse sur
des galets
Le vin des records
Les sœurs Armenier
poursuivent le travail
de biodynamie
initié par leur frère.
EN BOURGOGNE DEPUIS 1797
18, RUE DES TONNELIERS - 21204 BEAUNE, FRANCE
www.louislatour.com
166 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
WD fab 1454 VIN_rhone.QXD
29/08/08
S P É C I A L
17:58
Page 168
V I N
RHÔNE GUIDE D’ACHAT
tout en nuances et en densité,
pratiquement à point,
mais qui se gardera bien.
Prix : 32,10 ¤.
BALMA VÉNITIA
Beaumes-de-venise rouge
Terres des Farisiens 2006
Tout près des Dentelles
de Montmirail, les marnes
noires du jurassique
engendrent un vin dense
et coloré aux tannins veloutés,
à tout petit prix, élaboré
par une coopérative d’élite.
Prix : 6,50 ¤.
DOMAINE MARCOUX
Châteauneuf-du-pape 1999
Il ne faut pas traîner pour
acquérir ce lot introuvable,
dans un millésime
à son apogée, avec un vin
suave et expressif.
Prix : 34,20 ¤.
DOMAINE GUIGAL
Côtes-du-rhône 2004
DOMAINE GEORGES VERNAY
Toujours très réussi, ce côtesdu-rhône est une valeur sûre
par son vin souple et suave,
d’une grande gourmandise.
Prix : 7,90 ¤ .
Condrieu Les Terrasses
de l’Empire 2007
Il faut se dépêcher pour
acheter ce vin très recherché,
idéalement vinifié, qui
se farde bien, contrairement
aux condrieus.
Prix : 42 ¤.
DOMAINE DE LA MONARDIÈRE
Vacqueyras
Les Calades 2006
DOMAINE JEAN-LUC COLOMBO
Joliment épicé et élaboré
par un des meilleurs
domaines, ce vacqueyras,
consciencieusement vinifié, est
équilibré et de bonne longueur.
Prix : 11,40 ¤.
MATHIEU GARÇON
Cornas Terres Brûlées 2005
CHÂTEAU DE BEAUCASTEL
Coudoulet de Beaucastel 2001
A priori, ce n’est qu’un simple
côtes-du-rhône, mais il rivalise
avec bien des châteauneufdu-pape, d’autant que
le 2001 est plutôt réussi.
Prix : 16,89 ¤.
MAISON CHAPOUTIER
Saint-joseph rouge
Deschants 2006
Un joli rouge du cépage syrah,
déjà très accessible avec ses
arômes poivrés et sa bouche
enjôleuse qui tiendra
une bonne dizaine d’années.
Prix : 17,90 ¤.
DOMAINE COURSODON
Saint-joseph rouge
L’Olivae 2006
Ce domaine, très en pointe,
a produit un charmant saintjoseph, tout en souplesse
et en fruit, qui se boit déjà
avec beaucoup de plaisir.
Prix : 24,05 ¤.
DELAS FRÈRES
Hermitage
Marquise de la Tourette 2001
A un prix doux pour
l’appellation, un bel hermitage
La grotte de Paul Jaboulet Aîné, à Tain-l’Hermitage. Une cathédrale !
Un cornas dense et puissant,
élaboré par une star
du vignoble, et qui mérite
plusieurs années de garde pour
exprimer tout son potentiel.
Prix : 46,70 ¤.
PAUL JABOULET AÎNÉ
Vallée du Rhône
Hermitage La Chapelle
Blanc 2005
Le Nord et le Sud
réunis par la qualité
Une belle initiation au cru le
plus mythique de l’appellation,
élaboré par son producteur
le plus célèbre, dans un grand
millésime. Une bouche fine
et d’une persistance
aromatique surprenante.
La vivacité du vin entre
en équilibre avec un gras
exceptionnel, qui confère à
ce grand cru toute sa richesse
et son potentiel de garde.
Prix : 161 ¤.
La diversité des appellations s’est transformée
en force, et la personnalité des vins séduit.
L
a Vallée du Rhône occupe deux sites bien distincts. Au
nord, souvent appelé Rhône septentrional, les cépages uniques règnent en maîtres. En rouge, l’enjôleuse
syrah trône en Côte Rôtie et dans les vignobles de
l’Hermitage, Crozes-Hermitage, Cornas et Saint-Joseph. En blanc,
l’aromatique viognier construit le condrieu, et la riche marsanne,
avec parfois un peu de roussane, les autres vins blancs. Tout autre
est le Sud, souvent nommé Rhône méridional. L’appellation contrôlée Châteauneuf du Pape ne compte pas moins de 13 cépages dans
son décret, et les autres ne sont pas en reste.
L’existence de deux sites distincts et passablement différents aurait pu être un handicap insurmontable. Heureusement, ce n’est pas
le cas, et le Nord comme le Sud ont toujours joué l’unité en mettant
en place une audacieuse politique de qualité, associée à une communication constante et de haut niveau. En une génération, l’image
de marque, assez déplorable, s’est peu à peu redressée, et le Rhône
est devenu le deuxième vignoble de France, derrière Bordeaux. La
diversité des appellations s’est transformée en force, et la personnalité des vins séduit.
■ B. B.
168 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
C OU P D E C ΠU R
DOMAINE OGIER
Châteauneuf-du-pape
Les Chorégies 2005
Propriété de la famille
Jeanjean, cette cuvée spéciale
de l’Oratoire des Papes
a été élaborée avec deux tiers
de grenache et un tiers
de syrah, ce qui lui donne
un charme immédiat,
sans obérer ses grandes
qualités de fond.
Prix : 43,45 ¤. BERNARD BURTSCHY
2737-APJail215x280FIGMAG:Jaillance215x280FigMag
1/08/08
13:16
Page 1
WD fab 1454 VIN_champagne.QXD
S P É C I A L
29/08/08
17:06
Page 170
V I N
Anne-Charlotte
Amory
Ses bouteilles
sont entrées
à l’Opéra
de Paris
Relevant le challenge, elle a
placé le champagne Heidsieck
aux premières loges.
L
a forte en thème, c’est AnneCharlotte Amory, nommée
en 2005 à la tête de Charles
Heidsieck et de Piper-Heidsieck pour redynamiser les deux marques
du groupe Rémy Cointreau. Lauréate de
Sup de Co, forte d’une expérience de plus
de vingt ans dans l’agroalimentaire (elle a
aussi vendu des eaux minérales !), elle a
remporté son challenge au-delà de toute
espérance. En 2007, le chiffre d’affaires du
groupe a fait un bond de plus de 10 %. La
même année, Charles Heidsieck, marque
reconnue jusque-là par les seuls initiés,
est devenue le champagne officiel des
Opéras de Paris.
Le regroupement bénéfique
des différents sites
170 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
■ CHRISTIAN FLACELIÈRE
Piper-Heidsieck et Charles Heidsieck,
12, allée du Vignoble, 51100 Reims.
OLIVIER ROUX
CHAMPAGNE
Mais la grande affaire aura été le déménagement du siège social à la périphérie de
Reims, dans de tout nouveaux bâtiments
conçus par l’architecte Jacques Ferrier. Une
décision d’autant plus difficile à prendre
qu’il a fallu abandonner ce lieu « historique »
où Heidsieck s’était installé en 1870. La
dispersion des différents sites, bien peu pratique, finissait aussi par être fort coûteuse :
le regroupement va permettre de n’avoir
qu’un atelier de remuage au lieu de deux,
qu’un chai de stockage au lieu de trois, etc.
Seul rescapé : le pavillon des Crayères... et
surtout ses caves gallo-romaines.
Anne-Charlotte Amory, présidente
des champagnes Charles Heidsieck,
devant les nouveaux bâtiments
de la société, à la périphérie de Reims.
6 SEPTEMBRE 2008 - LE FIGARO MAGAZINE • 171
WD fab 1454 VIN_champagne.QXD
S P É C I A L
29/08/08
17:07
Page 172
V I N
CHAMPAGNE LES FEMMES AU POUVOIR
Anne Malassagne
Magistère
de gestion
à Dauphine
Elle a choisi de reprendre le
vignoble familial : la « dame
de Lenoble » était née.
F
D. R.
Cécile Bonnefond,
présidente des champagnes
Veuve Clicquot,
mène tout de front.
Cécile Bonnefond
Une vie qui pétille
Ambassadrice du champagne à travers le monde, elle croit au
développement durable et dirige ses dossiers tambour battant.
172 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
durable les dossiers qu’ils auront la charge de
présenter à l’Unesco. Ecolo, la présidente ?
La question amène un de ses grands sourires dont elle n’est pas avare. « Le développement durable, ce n’est pas que l’écologie. Il touche aux finances, au social, à l’économie, à la
maîtrise des énergies non renouvelables. Il contribue à la stabilité du monde. » Dans cet esprit,
elle a signé, avec le personnel, un accord
d’intéressement pour le tri des déchets et
l’économie d’énergie.
Et le champagne, dans tout ça ? « Nous sommes dans une situation de pénurie de raisin.
Notre engagement dans le développement durable n’est pas fait pour ça, mais, avec notre
politique d’excellence, nous créons une image
responsable, qui fait que les livreurs de raisin ont
envie de travailler avec nous. »
■ C. F.
Anne Malassagne
a relevé le domaine
avec l’aide de
son frère Antoine.
OLIVIER ROUX
A
groalimentaire et développement durable marquent sa
carrière. Au sortir de l’European Business School, Cécile
Bonnefond entre chez Danone, puis chez
Kellogg’s. Ce n’est pas une femme pressée,
c’est une femme rapide. En 1994, elle est PDG
du groupe Brossard, qui devient Sara Lee. En
janvier 2001, elle est appelée à la présidence
de Veuve Clicquot. Elle dirige aujourd’hui,
parallèlement, le dossier de l’inscription de
la Champagne au patrimoine mondial de
l’humanité selon l’Unesco. A son habitude,
elle mène les choses tambour battant. En
mars dernier, elle crée la Fondation Paysages
du champagne. A la fin de l’année, elle déposera au ministère de la Culture et à celui de
l’Ecologie, de l’Energie et du Développement
Delphine Vesselle
entend porter haut
les champagnes
Jean Vesselle.
OLIVIER ROUX
uyant l’Alsace devenue hostile,
son arrière-grand-père fonde la
maison Lenoble en 1915, à Damery, au cœur de la vallée de la Marne.
Mais l’ancêtre, qui a le nez creux, achète
l’essentiel de ses vignes sur la rive opposée,
à Chouilly. Bingo ! C’est l’un des grands
crus de blanc les plus chers aujourd’hui.
Son petit-fils, le père d’Anne, Jean-Marie
Malassagne, doit cependant renflouer périodiquement le domaine viticole à l’aide
de ses bénéfices professionnels.
Au début des années 90, il met le marché
en main à sa fille : « Tu veux t’en occuper ou
je vends ? » Diplômée d’un magistère de
gestion à Dauphine, elle est contrôleur de
gestion d’une filiale de L’Oréal. Gros job,
promise à un bel avenir. Une nuit de réflexion, puis deux… c’est oui. Nous sommes début 1993. La vendange qui arrive
n’est pas très belle. Celle qui précède non
plus. Début 1996, elle demande à son frère
Antoine, ingénieur chimiste, de la
rejoindre. Et ça marche. Entre eux, la
complicité saute aux yeux. Leurs 18 hectares représentent environ 50 % des approvisionnements. Au total, « un peu moins
de 400 000 bouteilles, un chiffre à ne pas
dépasser si nous voulons rester bons ». « La
dame de Lenoble », comme on dit là-bas,
fait des vins qui lui ressemblent : droits,
tendus, vrais. Tout ce qu’on aime. ■ C. F.
Delphine Vesselle-Lemaire
La globe-trotteuse
Elle voulait tutoyer les nuages, ce sont ses vins
qui visent aujourd’hui des sommets.
E
lle rêvait d’être pilote
de chasse, elle se retrouve aux commandes d’une maison qui ne cesse
de prendre de l’altitude, l’une des
plus jolies de Bouzy, capitale du
pinot noir. En 1987, en effet, l’armée de l’air c’est encore Tanguy
et Laverdure : les femmes y sont
rares, surtout dans le cockpit.
Alors, se pliant à la tradition familiale, elle entreprend des études d’œnologie et décroche son
BTS. A quelque temps de là, son
père, Jean Vesselle, se sachant
condamné par la maladie, décide de lui confier la vendange
et les vinifications, tâches dont
elle s’acquitte avec enthousiasme
et virtuosité. Mais, dès le lendemain de la mise en bouteille, elle
est dans un avion : direction
l’Afrique du Sud, l’Australie, le
Japon, pour tutoyer de nouveaux
horizons, découvrir, apprendre
encore et encore.
Jean Vesselle succombe en décembre 1996, sans avoir eu le
temps de lui transmettre tout
son savoir, qui était grand.
A cette époque, les affaires vont
mal : les effets de la crise de 1992
ne sont pas encore résorbés.
Delphine se jette à corps perdu
dans la bataille. Rationalise, modernise, se dépense sans compter pour accroître la qualité de
ses vins et développer une notoriété qu’elle n’a pas les moyens
de s’offrir par la publicité. Aujourd’hui, tous les connaisseurs
savent que Jean Vesselle, dont
on a fidèlement conservé le nom,
est une adresse de confiance,
mais fait surtout partie de ces
« petites » maisons (production
annuelle : 120 000 bouteilles) qui,
peu à peu, grimpent vers les
sommets.
Delphine a épousé un vigneron qui lui a donné quatre enfants. L’entreprise, elle, lui a
donné beaucoup de travail : nouveaux locaux, nouveau matériel,
nouvelle cuverie. Mais sa passion des voyages est intacte :
« Que voulez-vous, dit-elle, quand
on exporte comme nous plus de 60 %
de la production, il faut bien aller
voir les clients sur place... » ■ C. F.
WD fab 1454 VIN_champagne.QXD
S P É C I A L
29/08/08
17:08
Page 174
V I N
CHAMPAGNE LES FEMMES AU POUVOIR
Sandrine Logette-Jardin
Chef de cave chez
Duval-Leroy :
une douce évidence
Quelque 7 millions de bouteilles à gérer ? La
diplômée d’œnologie n’a pas hésité.
174 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
Evelyne Boizel
Une championne
de la vente par
correspondance
Le plus important, pour elle ? Un vrai contact
avec les clients. Une idée qui fait sa force.
L
■ C. F.
Sandrine Logette-Jardin
dans les vignes de Vertus,
berceau de Duval-Leroy.
Evelyne Boizel
a abandonné
l’archéologie pour
le champagne.
OLIVIER ROUX
notre promo pour le DESS », se
souvient-elle. En 1991, elle entre
chez Duval-Leroy. Très vite,
Carol Duval lui confie la démarche qualité qu’elle a imaginée. Une tâche énorme, qui
demande à la fois rigueur et
diplomatie : 200 hectares de
vignes, plus 400 hectares sous
contrat, cela représente environ 7 millions de bouteilles.
Pas si simple ! A l’écouter, tout
se passe tranquillement. Tout
au plus, reconnaît-elle en riant
qu’« une femme doit faire un peu
plus qu’un homme ».
Plus attachée à convaincre
qu’à imposer, à faire plaisir qu’à
contraindre, elle met en place
une organisation dont les fruits
sont reconnus de tous. Aussi,
quand le chef de cave de DuvalLeroy prend sa retraite, en
janvier 2007, Carol lui propose
le job comme une évidence.
OLIVIER ROUX
S
andrine LogetteJardin est chef de
cave. « Elle n’a pas
besoin de potion magique, elle est
tombée dans le champagne quand
elle était petite », explique en
souriant l’un de ses amis. En
fait, ce n’est pas tout à fait vrai.
Sandrine est bien originaire
d’un pays de vigne, la Vallée
de l’Ardre, mais son grandpère a vendu les vignes familiales pour acheter des vaches.
Elle n’en est pas moins très
attachée à cette terre de Champagne, que son père cultivait
pour la maison Mumm.
C’est donc tout naturellement
qu’elle passe son diplôme
d’œnologue, puis son DESS,
en 1990. Ce diplôme, qu’on
appelle aujourd’hui un master,
a été créé en 1989, à une époque où l’œnologie était encore
un métier d’homme. « Nous
étions seulement deux filles dans
’histoire aurait pu
être simple et tranquille. Une maison de
bonne réputation, fondée au
début du XIXe siècle, une façade style Louis XIII avenue de
Champagne, l’avenue Montaigne d’Epernay : Eric Boizel doit
succéder à son père, René. En
1972 et 1973, le fils puis le père
meurent. Evelyne, sœur d’Eric,
une licence d’histoire en poche,
termine ses études de muséologie et d’archéologie mérovingienne. Elle vient d’épouser un
jeune scientifique plein d’avenir. Que faire ? Ils hésitent une
semaine. Le huitième jour, ils
renoncent l’un et l’autre à leur
avenir tout tracé, reprennent la
maison et apprennent ce nouveau métier.
Vingt ans plus tard, alors que
la maison est remise sur ses
rails, arrive la crise. Aujourd’hui, les affaires sont si florissantes en Champagne que l’on
a vite oublié cette période grave
du début des années 90.
A ce moment, les raisins sont
devenus chers, les vins aussi,
l’argent, plus encore. Les ven-
tes baissent. Beaucoup d’affaires sont à vendre. Bruno
Paillard et Philippe Baijot, qui
ont créé vingt ans plus tôt une
société d’investissement, deviennent majoritaires par augmentation du capital en 1994
(les actions des Boizel seront
plus tard échangées contre une
participation dans la holding
BCC, montée par les deux
investisseurs). Mais Evelyne
Roques-Boizel et son mari,
Christophe Roques, restent à
la tête de l’entreprise.
Quelques années auparavant,
ils avaient pris une option stratégique, rare en Champagne :
vendre quasi exclusivement
par correspondance pour ce qui
concerne le marché français.
Evelyne Roques-Boizel conclut :
« Cette orientation nous a permis
d’établir un vrai contact avec nos
clients, ce qui est très important
pour une maison familiale. Nous
vendons nos vins à des gens qui
nous lisent, qui nous écrivent, avec
qui nous avons une vraie relation.
Ainsi, nous pouvons maintenir
une idée, un goût du champagne. »
■ C. F.
C E L E B R I S
- Crédits photos : HB, Corbis.
L’EXTRA ROSÉ
La plus ancienne Maison de Vins de la Champagne : Aÿ 1584
L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.
46505_FIGARO.indd 1
8/08/08 12:44:34
WD fab 1454 VIN_champagne.QXD
29/08/08
S P É C I A L
17:09
Page 176
V I N
CHAMPAGNE GUIDE D’ACHAT
BOLLINGER
LES ROSÉS
Rosé
PIPER-HEIDSIECK
La dernière-née dans sa
catégorie. Il a fallu plusieurs
années d’expérience avant
d’obtenir la teinte de la chair
d’un saumon et des arômes
de mûres. 5 % seulement
de rouge haut de gamme pour
en arriver là, dans le strict
respect du style Bollinger.
Prix : 70 ¤.
Rosé Sauvage
Cet assemblage d’une
cinquantaine de crus, dont
une partie a été vinifiée
en rouge, est le descendant
de l’un des plus anciens
rosés champenois (1785).
De couleur rose franc, avec
un nez d’agrumes et beaucoup
de vivacité, c’est un rosé plein
de fougue et de fraîcheur.
Prix : 32 ¤.
PHILIPPONNAT
Cuvée 1522 Rosé 2000
MOËT & CHANDON
La « Grande Maison » a
décidé, ce qui est peu courant,
de sortir son millésime 2003
avant le 2002. Le premier,
issu de l’été de la canicule,
était en effet arrivé
à maturité. Ce qui vaut aussi
pour le rosé (un assemblage
des trois cépages),
rond, frais et fruité, dont
on a tempéré le dosage.
Prix : 46 ¤.
VEUVE CLICQUOT
Vintage Rosé 2002
En tous points fidèle
à la longue réputation du rosé
de la Veuve. C’est un apport
de 15 % du célèbre vin rouge
de Bouzy qui lui donne
sa couleur, teintée de nuances
orangées. Une élégance
naturelle, avec un nez
qui opte pour la griotte.
Prix : 49 ¤.
JACQUESSON
Terres Rouges 2003
Un rosé qui va à l’encontre
des idées reçues. Cet
assemblage de pinots noir
et meunier, issus d’un
sol brun-rouge calcaire, est
d’une couleur plus proche
du rouge que du rosé.
Il a subi, avant la saignée,
une courte macération.
Prix : 55 ¤.
LAURENT-PERRIER
Rosé Brut
Pas moins de 10 crus parmi
les plus huppés entrent dans
la composition de ce rosé
de saignée, considéré comme
un modèle du genre.
Prix : 70 ¤.
THIRIET/ANDIA.FR
Vintage Rosé 2003
Les raisins de la vendange : des caisses déjà chargées du célèbre chardonnay.
Plus qu’une mode
Le rosé fait un carton
à l’exportation
De nouvelles cuvées surgissent. L’objectif :
accroître la force de frappe de la vague rose.
P
endant longtemps, on lui a collé l’étiquette un peu
condescendante de « champagne féminin ». Celui
que les grandes marques mettaient en avant au moment de la Fête des mères. Et puis voilà que, depuis
quelques années, on a recommencé à le prendre au sérieux. Alors,
du statut d’épiphénomène, le champagne rosé est passé à celui de
produit en vogue. En 2007, les ventes se sont envolées à l’export
(+ 12 %) et, sur certains marchés étrangers, la progression a été
spectaculaire : + 43 % en Espagne, + 40 % en Italie, + 30 % en Allemagne. Même le Royaume-Uni s’est laissé séduire, qui totalise, à lui
seul, 28 % des exportations de rosés.
Pour faire face, la Champagne a augmenté sa production, mais
prudemment, car il ne s’agit pas de déshabiller Pierre (le brut) pour
habiller Paul (le rosé). Comme l’avait fait Veuve Clicquot qui,
en 2006, lançait une troisième cuvée de ce type de champagne
qu’elle fut la première à commercialiser à l’étranger en 1774,
plusieurs maisons s’apprêtent, à leur tour, à accroître leur force
de frappe rosée.
A Dizy, Jacquesson a fait son retour sur la planète rose, un moment
délaissée, Charles Heidsieck lance un rosé non millésimé, et, à la
rentrée, la très orthodoxe maison Bollinger crée l’événement avec
un rosé sans année qui se veut l’« expression du vin rouge » de la
marque, en même temps qu’un hommage rendu à « Tante Lily », la
grande dame de la maison. C’est un rosé d’assemblage, comme le sont
la majorité des rosés champenois, seule AOC au monde à pouvoir
« mélanger » vin blanc et vin rouge dans une même cuvée. En réalité, c’est pour obtenir la couleur souhaitée que l’on ajoute de 5 à 15 %
de vin rouge de Champagne à l’assemblage retenu. L’autre méthode, dite de la « saignée », est plus rare et elle découle de la technique de la macération pelliculaire. Quelques grandes marques,
comme Laurent-Perrier, en sont les porte-drapeaux.
■ R. P.
176 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
Premier cru et dosé en extrabrut, ce rosé-là semble avoir
été conçu pour escorter le
caviar. Doté d’une remarquable
intensité, il incarne
à la perfection la science de
l’assemblage. Il doit sa couleur
au vin rouge de Mareuilsur-Ay, le fief de la marque.
Prix : 75 ¤.
GOSSET
Celebris Rosé 2003
Dosée à 5 g/litre seulement,
la version rosée de la cuvée
de prestige entre désormais
dans la catégorie Extra-Brut.
Un « plus » pour ce vin
couleur œil-de-perdrix, grâce
à l’apport de 7 % de rouge
d’Ambonnay et de Bouzy. De
l’élégance et du tempérament.
Prix : 115 ¤.
NICOLAS FEUILLATTE
Palmes d’Or Rosé 2002
C’est le 5e millésime de cette
cuvée élitiste, issue de
la macération de jus de pinots
noirs de Bouzy et des Riceys.
Un rosé de saignée, par
conséquent, dont la technique
a été parfaitement maîtrisée.
Prix : 126 ¤.
C OU P D E C ΠU R
BILLECART-SALMON
Brut Rosé
Méthodes de fabrication
et de vinification « top
secret » pour ce rosé apprécié
dans le monde entier. Un
assemblage des trois cépages,
qui doit sa teinte rose pâle
à l’intervention du pinot
noir, vinifié en rouge.
Un rosé enjôleur, marqué
par un nez de fruits rouges.
Prix : 124 ¤. CHRISTIAN FLACELIÈRE
CHRISTIE’S
Paris, le 28 octobre 2008
Mise en vente d’une
verticale exceptionnelle :
HERMITAGE «LA CHAPELLE»
de 1937 à 1961
RARE
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé.
1 MAGNUM
HERMITAGE «LA CHAPELLE» 1961
Estimation 15000  à 20000 
Christie’s Paris
9 avenue Matignon
75008 Paris
www.christies.com
WD fab 1454 VIN_champagne.QXD
29/08/08
S P É C I A L
17:10
Page 178
V I N
CHAMPAGNE GUIDE D’ACHAT
MUMM
Joséphine 2002
Cuvée René Lalou 1998
La cuvée de prestige
de l’unique maison ayant
toujours son siège à Châlonsen-Champagne n’a pas encore
20 ans. Célèbre pour sa
bouteille sérigraphiée et dorée
à l’or fin, elle l’est aussi pour
la réussite de cet assemblage
haut de gamme à dominante
chardonnay.
Prix : 105 ¤.
C’est la résurrection
d’une cuvée dont le dernier
millésime remontait à 1985.
Portant toujours le nom
de l’homme qui dirigea Mumm
pendant près d’un demisiècle, elle revient avec un
1998 issu du meilleur de sept
lieux-dits de grands crus de
pinot noir et de chardonnay.
Prix : 150 ¤.
LANSON
CHARLES HEIDSIECK
Ce 100 % chardonnay d’Avize,
Cramant et Chouilly est né
peu de temps après la création
de la Noble cuvée d’origine
(un assemblage de blancs
de noirs). Le goût Lanson se
retrouve dans les deux cuvées.
Prix : 105 ¤.
Jusqu’à ce jour, cette cuvée,
créée en 1983, n’a connu que
quatre millésimes. Un blanc
de blancs qui doit son nom
aux caves, plus de deux fois
millénaires, de la maison où il
séjourne une dizaine d’années
avant de faire surface.
Prix : 160 ¤.
Blanc des Millénaires 1995
DOM PÉRIGNON
2000
C’est le vintage charnière
entre deux siècles, frais,
cristallin et généreux comme
le veut la tradition. Fils de huit
grands crus et d’une pincée
de Hautvillers, il est riche
de promesses, dont certaines
se révéleront plus tard.
Prix : 130 ¤.
POMMERY
Cuvée Louise 1998
Prenez les meilleures
parcelles de trois grands crus
seulement – Avize et Cramant
pour les blancs, Ay pour
les noirs –, et vous aurez
la recette (très simplifiée) de
la Louise. En réalité, un choix
complété par une vinification
sophistiquée et un
vieillissement de huit ans.
Prix : 135 ¤.
RUINART
Dom Ruinart 1998
Vingt et un millésimes en un
peu moins d’un demi-siècle :
ce blanc de blancs Grand cru
est le reflet des meilleures
années. Encore une fois,
le 1998 est un hymne au
chardonnay et une traduction
sans faille du style Ruinart,
fait de noblesse, d’équilibre
et de fraîcheur.
Prix : 141 ¤.
JEAN-LUC BARDE
Noble cuvée
Blanc de blancs 1998
Le très réputé vignoble d’Avize, grand cru de la Côte des Blancs.
Aristocratie du champagne
Les cuvées de prestige
cultivent l’exception
Pour ces vins divins dont on raffole jusqu’au
Japon, une seule règle : choisir le meilleur !
A
l’instar des grands crus classés de Bordeaux et de
Bourgogne, les cuvées de prestige constituent l’aristocratie champenoise. Une seule ligne de conduite :
la recherche optimale de la qualité. Et pour y parvenir, rien n’est trop beau, puisque, dans la majorité des cas, ce sont
les meilleurs raisins des plus nobles origines qui entrent dans la
composition de ces cuvées d’exception.
Si l’on range à part les deux doyennes, Cristal de Roederer, apparue à la fin du XIXe siècle, et Dom Pérignon de Moët, lancée au
début du XXe, la plupart de ces champagnes sont nés entre 1950
et la fin des années 70. Surtout commercialisés sur les marchés
étrangers, qui absorbent les deux tiers de la production, ils sont
particulièrement appréciés aux Etats-Unis, au Japon et en Angleterre. Quel volume représentent ces cuvées, dont les marques
bichonnent particulièrement la présentation (forme exclusive des
flacons, habillage soigné) ? Moins de 10 millions de bouteilles,
sans doute, avec un leader – Dom Pérignon – présent dans le
monde entier, mais dont le tirage est un secret d’Etat.
Derrière lui, une demi-douzaine de cuvées font un score honorable, mais elles sont nombreuses, celles qui commercialisent
quelques dizaines de milliers d’exemplaires seulement. Le coût
élevé de la matière première (des raisins grands ou premiers
crus), une plus longue immobilisation en cave ainsi que les frais
engendrés par un habillage luxueux enchérissent les prix qui,
ces derniers temps, ont tendance à grimper. S’agissant de la nature de ces cuvées, il n’y a pas de règle imposée. La majorité sont
des bruts millésimés privilégiant les assemblages de pinot noir et
de chardonnay, mais il y a aussi des blancs de blancs (Dom Ruinart, Comtes de Champagne de Taittinger, Salon, etc.). Et même
un sans année (Grand Siècle de Laurent-Perrier).
■ R. P.
178 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
ROEDERER
Cristal Brut 2002
Un nouveau millésime
de la cuvée chère au tsar
Alexandre II sort en ce début
d’automne. Issu d’une
vendange prodigue en
qualité, ce 2002 a toutes
les caractéristiques
d’un très grand vin.
Prix : 180 ¤.
TAITTINGER
Comtes de Champagne 1998
Une des plus anciennes
cuvées de prestige qui, depuis
son lancement (avec le 1952),
a connu 26 millésimes. Quatre
super-crus de chardonnay
fournissent à ce blanc de
blancs – dont une petite partie
effectue un court séjour sous
bois – sa matière première.
Prix : 180 ¤.
C OU P D E C ΠU R
POL ROGER
Sir Winston Churchill 1998
Dédié, après sa mort,
à l’« ami de la famille », ce
champagne issu des vignobles
historiques de la maison, a été
conçu sur le modèle du vin
qu’affectionnait sir Winston.
La recette est un secret
et le vin, une pure merveille,
un vrai coup de cœur.
ROGER POURTEAU
Prix : 154 ¤.
…D’une maison l’autre,
la vie du vignoble
Les sens de
Dom Pérignon
Fidèle à sa réputation de découvreur d’alliances insolites,
le chef de cave de la cuvée
Dom Pérignon a imaginé
« 7 expériences » pour mettre à l’épreuve des sens son
vintage 2000. Le choix de
Richard Geoffroy obéit aux
sept mots clés qui caractérisent le mieux les qualités du
millésime annonciateur d’un
nouveau siècle. En face de
chacun de ces mots identifiant
le champagne, un plat, le plus
souvent exotique : par exemple, le pigeon de l’accouchée
pour définir gastronomiquement le mot « charnu », ou le
caviar, l’orge à l’huile d’argan et
la glace au safran, pour interpréter le mot « fusionnel ».
Trois théâtres d’opérations
sont proposés : un lieu exclusif, au cœur de Paris, pour un
dîner à 12 autour des « 7 expériences » ; un spécial « fusionnel » au Caviar House Prunier,
place de la Madeleine, ou n’importe laquelle des « 7 expériences » au Mori Venice Bar,
à Paris. Tout cela au mois de
C. F.
septembre.
bouteilles (+ 6,5 %). Leader
sur le marché de la grande
distribution dans l’Hexagone,
la marque est également bien
placée dans certains pays : le
Royaume-Uni (4e), les EtatsUnis, la Scandinavie… Soit
46 % du chiffre d’affaires (plus
de 135 millions d’euros) réaC. F.
lisé à l’exportation.
Bollinger:
le changement
Ghislain de Montgolfier a
laissé, le 1er juillet dernier, la
direction de la maison Bollinger à Jérôme Philipon,
45 ans, ingénieur Ensia et
MBA/Essec. Celui-ci a été
responsable commercial chez
Nestlé France, en GrandeBretagne, puis en Asie, avant
de prendre, ces dernières années, la direction générale de
Coca-Cola sur les continents
asiatique et européen. C’est la
première fois depuis sa création, en 1829, que la maison
n’est pas dirigée par un memC. F.
bre de la famille.
La rentrée de
Nicolas Feuillatte
Pas moins de quatre cuvées
vont changer de millésime, en
cette rentrée, chez Nicolas
Feuillatte. A tout seigneur, tout
honneur : Palmes d’Or, la cuvée
de prestige logée dans sa
célèbre bouteille alvéolée,
passera au 1998, qui sera le
8e millésime de la série inaugurée avec le 1985. Dans le
même temps, le Blanc de
blancs s’affichera en 2000, le
Brut Vintage en 2003, et la
Cuvée 225 en 1999. Cette dernière, inaugurée avec le 1997,
identifie un champagne vinifié sous bois. L’an dernier,
Nicolas Feuillatte a commercialisé plus de 9 millions de
D. R.
JOSEPH PERRIER
Jerôme Philipon est le nouveau
président de Bollinger.
WD fab 1454 VIN_alsace.QXD
29/08/08
S P É C I A L
16:55
Page 180
V I N
Mélanie Pfister
L’art de faire
rebondir
ses vins
Domaine Pfister. Foin des habitudes, elle a brisé le ronron
et dynamisé la production.
L
e domaine Pfister est un
vieux domaine du nord de
l’Alsace, où se sont succédé
sept générations de producteurs, tous des hommes. Représentant la
huitième génération, Mélanie Pfister a
commencé par se forger un solide bagage
technique avec des études à Bordeaux,
puis à Dijon, d’où elle est revenue avec les
titres d’ingénieur et d’œnologue. Elle s’est
aussi aguerrie avec des expériences en
Alsace, au domaine Zind-Humbrecht, en
Bourgogne, chez Méo-Camuzet, et dans le
premier cru classé de Saint-Emilion,
Cheval Blanc.
Ainsi armée, Mélanie revient au domaine,
où elle trouve naturellement sa place, ce
qui n’est pas une mince performance car le
domaine jouit déjà d’une excellente réputation, même s’il y a fort à faire sur les
10 hectares répartis en une quarantaine
de parcelles. Pour des raisons variées, son
village, Dahlenheim, ne figure pas parmi les
villages vedettes de l’Alsace. Le nord de la
région traîne aussi une détestable image,
héritée du temps où le sylvaner pas mûr
et à haut rendement donnait des maux de
tête aux consommateurs. Il y a donc du
pain sur la planche. Sans complexes, Mélanie Pfister se fait élire conseillère municipale et prend part à toutes les initiatives
du syndicat des producteurs locaux.
Cette partie de l’Alsace ronronnait à
l’ombre de ses maisons à colombages et de
ses géraniums. Mais le marché mondial du
vin se tend, la surproduction est patente, et
l’Alsace n’est plus un îlot de bonheur, préservé des perturbations extérieures. Il était
grand temps qu’une jeune femme vienne
secouer les habitudes.
ALSACE
■ BERNARD BURTSCHY
OLIVIER ROUX
Domaine Pfister, 3, rue Principale, 67310 Dahlenheim
(03.88.50.66.32 ; www.domaine-pfister.com).
180 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
Mélanie Pfister, la première
femme à la tête du domaine
depuis sept générations.
6 SEPTEMBRE 2008 - LE FIGARO MAGAZINE • 181
WD fab 1454 VIN_alsace.QXD
29/08/08
S P É C I A L
16:56
Page 182
V I N
ALSACE GUIDE D’ACHAT
LÉON BEYER
Un joli vin rouge, à la fois
léger et de bonne tenue,
issu du grand cépage
pinot noir, élaboré par
un des meilleurs producteurs
d’Alsace, à tout petit prix.
Prix : 7,90 ¤.
Ce domaine mythique
aime le gewurztraminer
droit et sec, ce qui en fait
le partenaire privilégié
de la grande gastronomie.
Prix : 19,50 ¤.
DOMAINE PFISTER
Gewurztraminer
Vorbourg Grand cru
Vendanges tardives 2004
Pinot noir
Sabot de Vénus 2005
Gewurztraminer
Réserve 2005
MITTNACHT FRÈRES
BECKER
Riesling. Hagenschlauf 2006
Le riesling est un immense
cépage qui s’adapte à de
très nombreuses situations,
d’autant que celui de Becker
est d’une belle franchise.
Prix : 11,40 ¤.
MARCEL DEISS
Alsace blanc 2004
Composé majoritairement
de pinot blanc, ce vin
plein ressemble à un joli
meursault par son
charme et son velouté.
Prix : 11,40 ¤.
BAUMANN
Gewurztraminer 2005
Ce domaine renaît,
avec un vin très aromatique
qui représente l’apéritif
idéal en laissant la bouche
fraîche et nette.
Prix : 12 ¤.
TRIMBACH
Riesling Réserve 2006
La maison est célèbre
pour ses rieslings très droits
et tout en élégance,
comme ce Réserve, qui est
un archétype du style par
sa longueur et sa fraîcheur.
Prix : 17,30 ¤.
Les vignobles alsacien et badois se font face,
seulement séparés par le Rhin et la frontière
franco-allemande, mais surtout par le poids
de l’Histoire. Deux producteurs, François
Meyer, à Blienschwiller, et le Weingut Zähringer de Heitersheim, ont assemblé leurs raisins
pour financer un puits en Afrique. Les raisins
allemands ont franchi le Rhin, munis des
documents douaniers en cinq exemplaires,
pour donner la première cuvée francoB. B.
allemande de l’Histoire.
Sur les hauteurs de Guebwiller, la propriété de la famille Schlumberger.
Sur la pente ascendante
L’Alsace se portera
mieux en s’ouvrant
Le méticuleux René Muré
tricote des vendanges
tardives tout en fruit
et en charme, qui sont
d’une grande séduction.
Prix : 20,10 ¤.
SCHLUMBERGER
Pinot gris
Spiegel Grand cru 2005
Ce grand domaine du Sud
possède de magnifiques
grands crus, qu’il cisèle
pour donner des pinots gris
d’une grande plénitude.
Prix : 21 ¤.
Versant qualité, la région ne manque ni de
savoir-faire ni de dynamisme. A elle de jouer.
WEINBACH
A
Ramassé à très haute
maturité, ce magnifique
riesling tutoie les plus grands
vins blancs du monde par
sa plénitude et sa classe.
Prix : 36,65 ¤.
ccroché aux flancs des Vosges, le vignoble alsacien est un mince ruban de 80 kilomètres de long
sur 1 kilomètre de large. La ligne bleue des Vosges
lui sert d’efficace barrière climatique, en particulier pour les pluies venant de l’ouest, ce qui lui permet d’envisager des vendanges particulièrement tardives. De son passé géographique tourmenté, la région a hérité une géologie
particulièrement complexe, avec des terroirs fort variés. Il lui
faut, du coup, une bonne dizaine de cépages différents pour
s’adapter à cette diversité, et leur nombre ne leur permet guère de
figurer sur l’étiquette. L’Alsace est aussi la seule région de France
dont les vins sont connus par leurs noms de cépage.
Après avoir un peu sombré qualitativement avec des vins qui
avaient la réputation de donner mal à la tête à la France entière,
l’Alsace remonte la pente en instaurant, en 1972, une mesure courageuse : la mise en bouteille obligatoire dans la région (l’Alsace est
aujourd’hui la seule, avec la Champagne, à maintenir encore cette
mesure). L’année 1983 voit la création des mentions « vendanges
tardives » et « sélection de grains nobles », qui se taillent de beaux
succès, et sur lesquelles d’autres régions lorgnent avec avidité (sans
forcément en accepter les contraintes). Surfant sur ce dynamisme,
une première fournée de 25 grands crus apparaît en 1983, puis une
seconde en 1990. Mais, en dehors d’un dernier grand cru rajouté en
2007 (le Kaefferkopf), la région se recroqueville un peu sur ellemême depuis une quinzaine d’années. En raison, notamment, d’une
politique très restrictive d’acquisition des terres, elle ne bénéficie pas
d’un apport de sang neuf de l’extérieur, ce qui est un important moteur qualitatif un peu partout sur la planète. Pour conquérir le
monde, il faut aussi savoir se découvrir.
■ B. B.
182 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
Riesling
Sainte Catherine 2007
Montée en puissance
du crémant d’Alsace
Pique-nique
au domaine Hering,
à Barr : l’une des
initiatives du Synvira.
Sur la route
des vins d’Alsace
PASCAL STRITT
JEAN-LUC BARDE
Un bel assemblage, entre
chardonnay et pinot blanc,
lui donne fraîcheur et velouté
grâce à un mûrissement de
vingt-quatre mois sur lattes.
Prix : 9,60 ¤.
Issu de vieilles vignes,
ce cépage, injustement décrié,
donne un vin pimpant et frais,
idéal avec une quiche.
Prix : 9,80 ¤.
Première cuvée
franco-allemande
RENÉ MURÉ
Crémant d’Alsace Brut
Sylvaner
Cuvée Terre d’Etoiles 2007
…D’un domaine l’autre,
la vie du vignoble
Région touristique par excellence, l’Alsace a
été l’une des toutes premières à créer une
route des vins, qui est toujours au cœur de
toutes les préoccupations. Très bien signalisée, cette route draine de nombreux amoureux du vin d’Alsace. Un site internet trilingue
(français, allemand et anglais) recense toutes les bonnes adresses en les segmentant
selon la portion et en donnant toutes les indications sur les grands crus qu’elle traverse
(www.alsace-route-des-vins.com).
B. B.
Les vignerons
alsaciens bougent
Mené par une équipe de jeunes vignerons, le
Syndicat des vignerons indépendants d’Alsace
(Synvira) prend de multiples initiatives tout
au long de l’année : un village alsacien a été
implanté dans le VIe arrondissement de Paris, un
pique-nique est organisé chez un vigneron
indépendant à la Pentecôte, l’été a vu un festival Vin et Poésie, les vignerons étaient dans
les restaurants lors de la Saint-Valentin, etc.
Un seul moyen de suivre cette activité débordante : internet (www.alsace-du-vin.com). B. B.
HUGEL
Gewurztraminer
Sélection de grains nobles
1998
Le domaine, qui est à la base
des vins de vendanges
tardives, propose
ce magnifique liquoreux,
qui n’a rien à envier
à un grand sauternes.
Prix : 45 ¤.
C OU P D E C ΠU R
DOMAINE ROLLY-GASSMANN
Riesling Kappelweg 1996
Un riesling tout en fraîcheur,
qui atteint lentement
son apogée sans se presser,
et d’une longueur admirable…
Un partenaire privilégié
de la grande gastronomie.
BERNARD BURTSCHY
Prix : 15 ¤.
Pas de tête-à-tête
sans Grand Blanc !
Les Vins d’Alsace accompagnent
toujours les grands moments.
L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, CONSOMMEZ AVEC MODÉRATION
Chaque année confirme la percée du crémant d’Alsace. Avec bientôt 30 millions de
bouteilles produites, il représente aujourd’hui
20 % des appellations alsaciennes et 30 %
des effervescents d’appellation de France. Il
est essentiellement consommé près de la
zone de production,
soit un tiers dans le
Grand Est, un quart
dans le Nord et
18 % dans la région
parisienne. L’Union
belgo-luxembourgeoise en est le premier importateur,
devant l’Allemagne.
80 % des ventes En cours de remuage,
s’effectuent en hy- on vérifie le dépôt
permarchés et su- à la lueur d’une bougie.
B. B.
permarchés.
PASCAL STRITT
SEPPI LANDMANN
WD-fab 1454 VIN_grand sud.QXD
S P É C I A L
28/08/08
21:12
Page 184
V I N
Nathalie Vranken
Des brumes
champenoises
au soleil
et aux oliviers
Château La Gordonne. Elle
veut rendre au domaine son
lustre passé. Un beau défi.
O
n ne résiste pas aux charmes du Sud. Ainsi, Nathalie
Vranken croyait bien être
arrivée au sommet de ses
passions : directrice générale de la compagnie Vranken-Pommery, grande maison de
Champagne, mécène de l’art contemporain,
pour lequel elle a créé les Expériences Pommery, elle n’imaginait pas qu’une vieille
bastide perdue au milieu du massif des
Maures ferait ainsi battre son cœur.
Certes, le lieu est chargé d’histoire (Sully
y séjourna, dit-on). Certes, il est entouré
de 350 hectares, dont 287 de vignes et
63 d’oliviers, ce qui, quand on a pour époux
le propriétaire des champagnes VrankenPommery et des domaines Listel, ne peut
laisser indifférent. Mais, dans ce coup de
foudre, il y eut surtout une sorte de challenge, comme un défi à relever pour rendre
peu à peu aux vins du château La Gordonne toute leur splendeur passée.
Sans doute y eut-il aussi la révélation
d’une autre dimension du temps, étrangement commune aux saisons de la vigne et
à la création artistique. Car, dans l’un et
l’autre cas, la fulgurance elle-même nécessite, après coup, un recul lucide et une
réflexion patiente, avant de reprendre la
marche en avant. En Orient, on appelle cela
le commencement de la sagesse.
■ VINCENT MARTINEAU
184 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
OLIVIER ROUX
GRAND SUD
Château La Gordonne, 83390 Pierrefeu-du-Var
(04.94.28.20.35).
Nathalie Vranken
devant sa demeure
provençale. Elle
est aujourd’hui
membre du Comité
interprofessionnel
des vins de Provence.
6 SEPTEMBRE 2008 - LE FIGARO MAGAZINE • 185
WD-fab 1454 VIN_grand sud.QXD
S P É C I A L
28/08/08
21:13
Page 186
V I N
GRAND SUD LES FEMMES AU POUVOIR
Brigitte Noël
La réussite d’un tandem
Domaine Noël. Cultivant la
complémentarité, elle et lui
lancent une cuvée très haut
de gamme… Pour le plaisir.
PHOTOS : OLIVIER ROUX/LE FIGARO MAGAZINE
O
Brigitte Jeanjean
garde le cœur chaud,
la tête froide… et les pieds
dans sa terre natale.
riginellement simple ferme fortifiée du XIIIe siècle, servant de
refuge aux pèlerins en route vers
Saint-Jacques-de-Compostelle, cette propriété papale a par la suite été confiée aux
moines chartreux, qui lui ont insufflé sa
vocation viticole. Entré dans la famille Noël
peu après la dernière guerre, le domaine
– une quarantaine d’hectares de coteaux
argilo-calcaires – a alors été relancé, avec
la volonté bien arrêtée de produire des vins
de qualité.
Mais un pas décisif a été franchi lorsque
Didier Noël a épousé Brigitte, toute jeune
diplômée de l’université du vin de Suze-laRousse : à lui la vigne, à elle les chais, et dégustation commune à l’arrivée. Le tandem
fonctionne ainsi depuis l’an 2000, et les
vins ne cessent de s’améliorer millésime
après millésime. Lui mène son vignoble à
l’ancienne, mais avec les méthodes modernes de la culture raisonnée : parcelles enherbées, rendements limités, ébourgeonnage, vendange nocturne pour les blancs...
Elle, passionnée par la vinification, assemble ses rouges (grenache, syrah, mourvèdre, cinsault, carignan) et ses blancs (roussanne, marsanne, bourboulenc, viognier)
avec une minutie de chanoine, et rachète
ses barriques d’élevage à Fombrauge, à
Prieuré Lichine ou à Yquem.
Encore à la recherche de notoriété, les
bouteilles du domaine s’affichent à des prix
dérisoires. Alors, en 2004, Brigitte et Didier Noël ont décidé d’élaborer en toute
petite quantité, quasi pour le plaisir, une
cuvée très haut de gamme, à laquelle rien
ne serait refusé. Ainsi naquit Emprise
(AOC Côtes du Rhône) : 1 000 bouteilles
numérotées d’un assemblage syrahgrenache-mourvèdre de toute beauté. Un
exercice de style. Un fruit de la passion en
quelque sorte...
■ V. M.
Brigitte Noël
assemble ses rouges
et ses blancs avec une
minutie de chanoine.
Brigitte Jeanjean
Fonceuse et visionnaire
Domaine Jeanjean. La société
est en perpétuelle expansion,
mais le siège est toujours dans
un petit village.
S
i son accent chantant signe immédiatement la fille du Sud,
sa franchise manifeste et son
aversion déclarée pour la langue de bois annoncent la femme de terrain :
Brigitte Jeanjean ne tourne jamais autour
du pot pour dire ce qu’elle a à dire. Et si elle
n’a rien à dire... elle le dit aussi, cela fait
gagner du temps. Une qualité rare qui la
destinait tout naturellement à diriger, entre
autres choses, la communication au sein du
groupe familial.
D’une femme, on attend qu’elle soit douce,
tendre, mère, toutes qualités qui sont assurément les siennes dans l’intimité familiale. Mais ce qui frappe d’abord en elle,
quand on l’aborde dans le cadre professionnel, c’est son énergie : rien ne semble
pouvoir l’arrêter, rien ne semble pouvoir
entraver la stratégie qu’elle s’est fixée, quitte
186 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
à infléchir sa tactique si nécessaire. Sa
grande passion, c’est le développement du
groupe. Créé en 1870 par l’aïeul Maurice, il a
depuis lors grandi et prospéré. Mais les
choses se sont accélérées depuis une trentaine d’années selon deux axes : la croissance
interne, par la création de sociétés de service
intégrées (transport routier, unités mobiles de
conditionnement, imprimerie, fabrication
de Bag-in-Box, ces outres à vin remplies sous
vide, munies d’un robinet et insérées dans
une boîte en carton), et la croissance externe,
par le rachat de propriétés ou de sociétés de
négoce (le mas de Pive en Petite Camargue, le
domaine de Fenouillet en AOC Faugères,
Ogier et Léonce Amouroux à Châteauneufdu-Pape, Rigal à Cahors, Gassier près d’Aixen-Provence, les domaines Cazes en Roussillon, Antoine Moueix à Saint-Emilion...).
Un groupe très actif
au niveau international
Simultanément, Jeanjean SA a accru ses
efforts à l’exportation en créant, en 1999, une
filiale (Polska) en Pologne pour prospecter les
pays de l’Est et un bureau à Montréal (conforté
depuis 2005 par le rachat du distributeur
Cannon Wines) pour affermir sa position
aux Etats-Unis. Surtout, dès 1994, le groupe
a été introduit au second marché de la Bourse
de Paris, ce qui a permis de financer sa croissance dans les meilleures conditions. Il vient
d’ailleurs de transformer ses structures, adoptant le statut de société à directoire, laquelle
est désormais présidée par Antoine Leccia,
jusque-là directeur général.
Lorsqu’on lui demande quand cela va s’arrêter, Brigitte Jeanjean, qui dirige également
le marketing du groupe, a une réponse aussi
nette que laconique : « Tout dépendra des opportunités. » En France surtout, mais aussi
à l’étranger. En clair, cela signifie que, si le
groupe a vocation à grandir encore, cela ne se
fera pas à n’importe quel prix. On tient là
toute la philosophie Jeanjean : on devance
en créant, on utilise les moyens modernes
(la Bourse), on sait même être précurseur (le
Bag-in-Box), on crée même s’il le faut un
bureau à Toronto... mais le siège du groupe
est toujours à Saint-Félix-de-Lodez, le petit
village où il est né. Ainsi, on garde les pieds
dans sa terre natale. Une philosophie tout
entière incarnée par Brigitte : le cœur chaud
et la tête froide.
■ V. M.
Valérie Riboud
a inventé une nouvelle
cuvée de prestige.
Valérie Riboud
La femme qui vendange la nuit
Château Roubine. Ses projets : bâtir un centre uval,
avec une résidence hôtelière
et un centre de soins.
V
alérie Riboud, c’est la femme
paradoxe. Blonde comme les
blés, les yeux bleu délavé, la silhouette fine et élancée, elle semble a priori
tout le contraire d’une Méditerranéenne.
Pourtant, il n’y a pas plus provençale que
cette Tropézienne de souche, au visage
perpétuellement ensoleillé. Et son accent de
cigale n’arrive pas à démentir son énergie
de fourmi.
Lauréate de l’Ecole hôtelière de Lausanne,
elle épouse Philippe Riboud, champion
olympique à l’épée, escrimeur le plus titré de
France. Ensemble, ils reprennent en 1994, à
Lorgues, le château Roubine, l’un des 23 crus
classés de Provence. Le précédent propriétaire, un milliardaire danois, avait racheté
en 1979 une vingtaine d’hectares de vignes
abandonnées ; en une quinzaine d’années,
défrichant et replantant, il avait porté le
vignoble à 70 hectares. Mais il restait encore beaucoup à faire sur cette terre où le
climat est rude et les gelées précoces.
Valérie et Philippe s’y attellent avec une
passion décuplée, veillant sur leurs vignes et
leurs vins avec une attention de tous les
instants. Ils seront même les premiers à vendanger la nuit afin que le raisin, cueilli « à la
fraîche », arrive au cuvier à la température
idéale ! Château Roubine (500 000 bouteilles par an, dont 80 % de rosé) redevient vite
l’une des références de l’appellation et collectionne des médailles qui en valent bien
d’autres. Alors Valérie entame une autre
croisade : elle prend la tête du GIE des crus
classés de Provence, avec la ferme intention
de le tirer de sa sieste... oubliant seulement
qu’il ne faut jamais réveiller un chat qui dort.
Un seul mandat lui suffira.
Retour à Roubine : elle crée une demeure
d’hôtes, la Bastide des Candeliers, invente
une nouvelle cuvée de prestige, Inspire, et
pense déjà à bâtir un centre uval comprenant un centre de soins et une résidence
hôtelière.
■ V. M.
6 SEPTEMBRE 2008 - LE FIGARO MAGAZINE • 187
S P É C I A L
28/08/08
21:14
Page 188
V I N
GRAND SUD PORTRAIT
GRAND SUD GUIDE D’ACHAT
Robert Skalli
LE S ROUGE S
La belle
aventure d’un
pied-noir
CHÂTEAU GASSIER
Côtes-de-provence 2005
Au pied de la montagne
Sainte-Victoire, chère
à Cézanne, ce domaine de
40 hectares, planté de syrah
et de grenache, produit
des rouges de belle facture,
avec des arômes de fruits
noirs un peu confits,
et, en bouche, une puissance
et une ampleur qui les
destinent aux charcuteries
épicées, et même au gibier.
Prix : 7 ¤.
Il est bien loin, le temps où,
dans l’Algérie des années 20,
le père de Robert Skalli vendangeait ses vignobles.
A
188 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
CHÂTEAU LA GORDONNE
Fortant. Nous travaillons, depuis, avec
de nombreux vignerons. Cette expérience
nous a permis de sélectionner les meilleures parcelles, année après année. Faire
de grands vins nécessite beaucoup d’observation de la vigne et des vins. Nous
proposons à la gastronomie et aux cavistes, en France, mais aussi dans 70 pays,
cette expertise des terroirs bordant la
France méditerranéenne. Cette expertise, qui existait déjà chez Skalli, en Corse,
depuis 1962, s’est étendue progressivement aux grands vins du Rhône, en particulier à Châteauneuf-du-Pape, et maintenant à la Provence.
Justement, pourquoi avez-vous quitté Sète
pour Châteauneuf-du-Pape ?
Notre siège social à Châteauneuf-du-Pape a
été réalisé en droite ligne de notre stratégie
vins du Sud. Châteauneuf-du-Pape est porteur d’une image très prestigieuse qui correspond à l’évolution de nos vins. De plus, en installant nos équipes sur ce site, nous avons
adopté une position plus centrale par rapport
■ PROPOS RECUEILLIS PAR BERNARD JOO’
Ce très joli domaine,
tout proche d’Avignon, est
conduit avec un soin extrême :
on va jusqu’à vendanger
la nuit ou tôt le matin !
Mais cela vaut la peine :
témoin, cette cuvée Matador
(syrah, grenache, mourvèdre),
vinifiée et élevée en barrique,
à la fois concentrée et tout
en finesse. Goûtez-la donc
avec du chocolat noir !
Prix : 19 ¤.
CAVE DE L’ABBÉ ROUS
Côtes-de-provence 2004
Nouvellement repris par
Nathalie Vranken, ce très joli
domaine de Pierrefeu
joue résolument la carte
de la qualité, avec
des rendements maîtrisés
et des élevages soignés.
Ce 2004, dominé par la syrah,
se distingue par ses arômes
de fruits noirs, son équilibre
en bouche, ses tannins bien
fondus. A boire ou à garder.
Prix : 7,80 ¤.
C’est le vignoble le plus
méridional de l’Hexagone,
avec ses terrasses
schisteuses taillées à flanc
de coteau. Les vins y sont
puissants, généreux, presque
noirs. Celui-là, dominé par
le mourvèdre et vinifié avec un
soin extrême, est un exemple
de finesse, de complexité,
de vivacité élégante.
Prix : 24 ¤.
Côtes-du-roussillon-villages
Cuvée Les Sorcières
à l’ensemble des vignobles de la famille.
Vous souhaitez être présent en Provence.
Quels sont vos projets ?
Nous avons présenté à la restauration,
pour la première fois au printemps, un
côtes-de-provence Robert Skalli. Nous
avons, pour cette région, des projets
ambitieux. J’imagine qu’un domaine
prestigieux fera partie de notre offre dans
les prochaines années.
Vous êtes considéré comme l’un des inventeurs des vins de marque. Quelle est votre
méthode pour comprendre les besoins du
consommateur ?
Nous sommes toujours à l’écoute des acheteurs et des prescripteurs, et surtout des
consommateurs : très régulièrement, nous
organisons des études et des rencontres,
coanimées par nos œnologues et des
sociétés spécialisées. Ce qui nous permet
de prendre des décisions en tenant compte
à la fois du respect du terroir et des attentes des consommateurs.
Côtes-du-rhône
Cuvée Matador 2004
Collioure
Cuvée Cyrcée 2006
DOMAINE DU CLOS DES FÉES
Robert Skalli,
un entrepreneur
de talent, attaché
aux grands vignobles
du sud de la France.
D. R.
près l’indépendance de
l’Algérie, Francis, le père de
Robert Skalli, s’installait en
Corse, sur le terroir vierge
de Terra Vecchia. Aujourd’hui, la famille
Skalli est devenue la référence des vins du
sud de la France. Après l’île de Beauté, le
Languedoc-Roussillon, voici venu le temps
de Châteauneuf-du-Pape et de la Provence.
Une nouvelle aventure pour Robert Skalli,
l’un des inventeurs des vins de marque,
qui a décidé de déplacer le siège social des
établissements Skalli de Sète à Châteauneuf, et de monter en gamme, puisqu’il
affiche sa volonté d’être présent sur le
marché de la gastronomie.
Le Figaro Magazine – Après les vins d’Oc,
qui peuvent vous être reconnaissants, Skalli
donne maintenant l’impression de vouloir
être présent sur tous les terroirs, en France
et dans le monde. Est-ce votre nouvelle
stratégie ?
Robert Skalli – Peut-être donnons-nous
l’impression d’être en phase de croissance, ce qui est une réalité ! En revanche,
notre stratégie est inchangée : rester la
grande famille de référence des vins du
sud de la France, plus que jamais attachée
aux grands vignobles du Sud. Notre volonté est d’offrir les meilleurs vins de nos
régions à leur juste prix. Nous avons encore de merveilleux terroirs à révéler aux
amateurs.
Aujourd’hui, votre maison a fait le choix de
monter en gamme. Comment vous y prenezvous ?
Si nous avons fait le choix de proposer des
vins haut de gamme, c’est pour mieux
répondre aux consommateurs, qui deviennent de plus en plus exigeants.
En 1987, le choix de Skalli a été de créer
les vins de cépage de France. Le Languedoc s’est révélé une région de prédilection
pour cette révolution viticole, grâce à
d’excellents terroirs et climats. C’est à ce
moment-là qu’est née notre marque
CHÂTEAU NOËL SAINT-LAURENT
Tour à tour sommelier,
restaurateur, journalistedégustateur, Hervé Bizeul a
plongé, voilà dix ans, pour ces
9 hectares perdus au fin fond
du Roussillon. Ainsi naquit
le clos des Fées, fleuron
de la région. Qui produit
la mythique Petite Sibérie,
mais aussi cette cuvée,
beaucoup plus accessible.
Prix : 12,90 ¤.
DOMAINE SINGLA
Côtes-du-roussillon-villages
Cuvée Arrels 2006
Arrels, en catalan, signifie
« racines ». L’assemblage
retenu (80 % grenache noir,
20 % syrah) entend refléter
DOMAINE DES SARRINS
la tradition du nord
de la Catalogne, juste derrière
la montagne. Et y parvient
superbement. Attention,
production minuscule :
1 000 bouteilles par an.
Prix : 50 ¤.
Vin de pays du Var
Blanc 2006
Installé dans le nord du Var,
ce très joli domaine produit
dans les trois couleurs. Son
blanc, exceptionnel, paie cher
sa singularité : issu à 100 %
du cépage rolle, ce que
n’admet pas ici le décret
d’AOC, il est commercialisé
en vin de pays. Heureusement,
cela ne change rien à sa
finesse ni à son élégance.
Prix : 14 ¤.
CHÂTEAU VANNIÈRES
Bandol 2000
Typique de l’appellation
avec son encépagement
en mourvèdre et grenache,
le domaine est travaillé
de manière traditionnelle,
mais avec un soin extrême :
vendanges manuelles, élevage
en foudres de chêne... Les
rouges, notamment, sont des
vins de longue garde, qui se
bonifieront des années durant.
Prix non communiqué.
CHÂTEAU PEYRASSOL
Côtes-de-provence
Même si l’essentiel du
domaine produit des rosés
particulièrement réussis,
on ne passera pas à côté
de ce blanc de blancs, vinifié
comme un grand cru… et qui
se goûte comme un grand
cru : des arômes d’une
magnifique complexité et,
en bouche, une construction
remarquable d’équilibre.
Prix : 15 ¤.
LES BLANCS
DOMAINE LA FERME BLANCHE
Cassis 2006
Si Bandol se distingue
par ses rouges, sa voisine,
Cassis, se distingue par ses
blancs frais et aromatiques,
souvent dotés d’une belle
minéralité. Ce vin est
particulièrement remarquable,
avec un nez étonnamment
complexe (tilleul, verveine)
et une bouche ample
et très précisément
construite. Superbe.
Prix : 13,90 ¤.
DOMAINES OTT
Côtes-de-provence
Blanc de blancs 2005
Au même titre que le Cœur
de Grain du château de Selle
pour les rosés, le blanc
de blancs du clos Mireille
a fait la réputation des
domaines Ott. Issu de vignes
qui descendent jusqu’à la mer
et d’un assemblage ugni blanc
et rolle, il se distingue par
la complexité de ses arômes et
l’élégance de sa construction.
Prix : 18,60 ¤.
C OU P D E C ΠU R
DOMAINE DE LA CITADELLE
Côtes-du-luberon
Le Châtaignier 2005
ESPRIT DU LAC
Au pied de Ménerbes, sur
la face nord du Petit Luberon,
Yves Rousset-Rouard
a patiemment constitué ce
domaine d’une quarantaine
d’hectares, avec l’idée
bien arrêtée d’en faire une
locomotive de l’appellation.
Pari gagné : sa cuvée
Le Châtaignier, qui cumule
fruité, puissance et fraîcheur,
est une réussite.
Prix : 17,70 ¤.
François-Xavier Mora
(ex-Champagne Lanson)
a repris ce domaine, autrefois
exploité par les moines
de l’abbaye du Thoronet,
avec l’intention bien arrêtée
d’en faire l’un des fleurons
de l’appellation. A en juger
par ce rouge, c’est bien parti :
riche, sans être opulent,
c’est un exemple d’équilibre
entre puissance et élégance.
Prix : 17,10 ¤.
VINCENT MARTINEAU
Côtes-de-provence 2003
D. R.
WD-fab 1454 VIN_grand sud.QXD
Au pied de la montagne Sainte-Victoire, dans les vignes, le château Gassier.
6 SEPTEMBRE 2008 - LE FIGARO MAGAZINE • 189
WD-fab 1454 VIN_restau
2/09/08
S P É C I A L
0:12
Page 190
V I N S
RESTAURANT
ERIC MARTIN/LE FIGARO MAGAZINE
LA PETITE SIRÈNE
DE COPENHAGUE
La maison
chaleureuse de
Peter le Danois
Le secret de « Laurent » : un lieu enchanteur et une équipe de choc. Au cœur des Champs-Elysées.
A Paris, la terrasse
enchantée de Laurent
O
FONBLANC/LE FIGARO MAGAZINE
n adore la verdure du Bristol, on
rêve dans la cour-jardin du Plaza
Athénée, on pique-nique en plein
air au Crillon, on fait campagne chic
à La Grande Cascade du bois de Boulogne, on s’encanaille sur le bitume de La Closerie des Lilas, on
se régale sous les arbres centenaires du Pré Catelan ; mais rien ne vaut, au cœur des Champs-Elysées, le restaurant Laurent. Un été sans Laurent
sera un été où il manquera toujours quelque chose
d’irrattrapable. Un manque ! Un nid de remords.
Un ratage.
En plein air, on peut être heureux dans tous les
lieux verdoyants énoncés plus haut, mais difficile
de capter la bouffée de charme, de poésie que dégage l’établissement dirigé par Philippe Bourguignon. Dans les jardins des Champs-Elysées,
devant la majestueuse fontaine mitoyenne de
pierre où l’eau ne cesse de chanter, sous les grands
arbres, entre les couleurs des fleurs des jardinières, sous les parasols, le bonheur se
niche dans chaque recoin de la terrasse et de
ses mezzanines.
Le vin règne en maître dans cette maison.
L’excellent directeur,
Philippe Bourguignon
Philippe Bourguignon
fut d’abord sommelier.
Et écrivain, auteur de plusieurs ouvrages qui font
autorité. S’il vous conseille, ce sera le bon choix.
Près de lui, Patrick Lair, numéro deux de la salle,
est – lui aussi – un grand sommelier. Ses choix
sont péremptoires et il n’a pas son pareil pour
dénicher la bouteille méconnue.
Un duo de choc ? Non, un trio. Le troisième
homme, c’est Alain Pégouret, le chef. Il a rem190 • LE FIGARO MAGAZINE - 6 SEPTEMBRE 2008
placé voilà déjà longtemps l’excellent Philippe
Braun, parti à L’Atelier retrouver son maître Joël
Robuchon. Alain Pégouret réalise une cuisine
délicieuse, de base classique, où les goûts sont
respectés, et qui ne part pas dans tous les sens.
C’est bon, très bon, original et jamais m’as-tu-vu.
La carte de Laurent est remplie d’inventions
goûteuses qu’il faut découvrir. Toujours le horsd’œuvre vedette : l’araignée de mer dans ses sucs
en gelée, crème de fenouil, suivie des langoustines
croustillantes au basilic. Et les entrées d’été : homard entier en salade, préparé à table ; fine tarte
feuilletée à la tomate, haricots verts assaisonnés
d’un gaspacho clair, filet de maquereau cuit au
vin blanc et aux aromates, etc.
Univers de luxe,
mais menu abordable
Pour les poissons : mignonnettes de ventrèche
de thon mi-cuit, saint-pierre étuvé dans une marinière de coques, homard aux épices tandoori
saisi à la plancha, filet épais de gros turbot, etc. Les
viandes : épaule d’agneau de Lozère dans un miel
épicé, nougatine et meringue glacée, friands de
pieds de porc croustillants, pièce de bœuf rôtie servie en aiguillette, etc. Au dessert, canon de chocolat noir, finement cacahuété, crème glacée au
rhum ; soufflé chaud à la cardamome, etc.
Laurent est un restaurant de luxe où les prix
sont en conséquence mais, midi et soir, on peut
choisir le menu du Pavillon à 80 euros, où l’on retrouve plusieurs plats de la grande carte.
En tout cas, sur la terrasse bien aérée, sous les
arbres et dans les fleurs, Laurent demeure imbattable. Poésie, charme... Pas facile de rivaliser.
■ MAURICE BEAUDOIN
Laurent, 41, avenue Gabriel, 75008 Paris (01.42.25.00.39).
Menu : 80 ¤ (déjeuner et dîner). Carte : environ 150 ¤ (sans le
vin). Fermé le samedi midi et le dimanche.
CATHERINE REBOIS/LE FIGARO MAGAZINE
Un repas dans les jardins de « Laurent » : un grand bonheur.
Il est danois et terriblement
sympathique. Peter Thulstrup,
dans la montée de la rue NotreDame-de-Lorette, fait flotter le
drapeau danois sur la
devanture de son restaurant. Et
au fond de la salle de La Petite
Sirène de Copenhague trône la
photo des souverains danois
venus dîner chez lui à plusieurs
reprises. La salle est clean,
toute blanche. En longueur, une
rangée de tables de chaque
côté. Chic, en restant simple.
Au fond, une cour-jardin qu’il
faut traverser pour se rendre
aux toilettes. Et le grand Peter
qui se démène, allant d’une
table à l’autre, embrassant les
habitués, proposant une
aquavit, l’eau-de-vie des
Danois, servie en 2 cl. Au
citronpiment,
myrtille,
prunelle,
cumin... ou
nature.
Parfait tout
au long du
repas pour accompagner les
produits nordiques. Car on
vient ici pour le saumon fumé
impérial Daniel Letz,
Copenhague : succulent. Les
harengs danois, salade
de homard au raifort, assiette
de jambon de Skagen...
Sur la carte, sole entière,
pommes à l’aneth ; dos de
saumon à l’unilatéral,
tournedos de lotte et chou
rouge, tronçon de turbot poché,
épinards, etc. Desserts
nombreux. Carte des vins
somptueuse où le cahors La
Cigarelle 2002 (41 ¤) du prince
du Danemark figure en bonne
place. Le plaisir de La Petite
Sirène, c’est la qualité
de ses produits, et surtout
l’accueil de Peter Thulstrup.
M. B.
Un grand pro !
La Petite Sirène de Copenhague,
47, rue Notre-Dame-de-Lorette, 75009
Paris (01.45.26.66.66). Menus : 29 ¤
(déjeuner), 34 ¤ (dîner). Carte : suivant choix. Saumon fumé à emporter,
11 ¤ les 100 g. Une dizaine de vins au
verre. Fermé samedi, dimanche et lundi.
Ebb&Flow – Photographe : Francis Azemard – Sculpteur : Marina Pescatori
L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising