HYGIENE EN PSYCHIATRIE - 4

HYGIENE EN PSYCHIATRIE - 4
L’hygiène au quotidien
Toilette du patient
Les soins
L’alimentation
Décembre 2008
1
Toilette du patient
Un acte infirmier (Décret n° 2004-802 du 29 juillet 2004 )
en collaboration avec les aides soignants…
Objectifs
Garantir une hygiène corporelle et un bien-être physique et moral
Prévenir les IN : hygiène de base et PS adaptées/ patient
Moment privilégié de relation et d’observation…
Un temps favorable
l’éducation du patient ! 2
Décembreà
2008
Quelques principes généraux
Individualiser le matériel / patient
• Linge de toilette
• Produits de toilette trousse de toilette fournie par ES
S’adapter au degré d’autonomie du patient
• Etre attentif à ses demandes
• Penser à l’esthétique
Réaliser les soins spécifiques si nécessaire
• Prévention d’escarres
• Soins de bouche…
Décembre 2008
3
Un problème … en psychiatrie !
- Lié aux structures et aux patients …
- Préjudiciable à :
* la santé (dermatoses, pédiculoses, mycoses…)
* l’environnement (contamination)…
A négocier dès le début de l’hospitalisation
- Pour leur vie en collectivité
- En vue de leur sortie et leur réinsertion sociale
doit s’inscrire
dans
le projet de soins…
Décembre
2008
4
Evaluation de la prise en charge de l’hygiène
corporelle des patients au CHS de Caen
C. Guibaud, C. Gabriel-Bordenave et coll.
HygieneS 2008, XVI, 3, 249-55
• Enquête sur toutes les unités de l’hôpital
- 18 US – 440 lits
- 36 soignants : 18 IDE + 18 AS
- interviews de 90 mn / US
Décembre 2008
5
Questionnaire standardisé
Installations sanitaires
Produits et matériels pour la toilette fournis par
l’hôpital
Pratiques professionnelles :
- Incitation à une bonne hygiène,
- Aide à la toilette,
- Education à l’hygiène
Décembre 2008
6
Installations sanitaires
– Nombre moyen de douches = 1 pour 4 lits
– 64% des soignants = non satisfaits
• Manque de personnel
• Locaux inadaptés
• Manque de douches
• Tenue vestimentaire non adéquate
Difficulté pour leDécembre
respect
2008 de l’intimité du patient
7
Produits et matériels utilisés
– Vérification matériel de toilette à l’admission =72%
– Kit de toilette fourni par le C.H.
– Utilisation du savon liquide des mains pour la douche
souhait d’un gel de douche : 67% des soignants
- Peignes, brosses, blaireaux et savon à barbe fournis
par économat, ciseaux et pinces à ongles par PUI
Pas de nettoyage systématique entre 2 patients !
Décembre 2008
8
Pratiques professionnelles = hétérogènes
Evaluation à l’admission
• Présentation physique = 100%
• Autonomie / toilette = 16,7%
Planification et traçabilité des toilettes
•
Pas de planning = 57% (sauf long séjour)
• Traçabilité = 66% (12 US/18)
Décembre 2008
9
Organisation pratique
• Lavage des mains avant la toilette = 55% !
• Pas de tenue spécifique : surchausse 53% - gants 67%
Connaissances
• Procédures gale et poux = 81%
• Code couleur des sac = 16,7%
• Lieu de rangement des procédures = 81%
Décembre 2008
10
Incitation du patient /prise en charge de son hygiène
• Ciblée = 57% (psychotiques, patients autonomes)
• Argumentation (47%) stimulation/accompagnement (11%)
Aide à la toilette
• Pour tous les patients : accompagnement surtout (42%)
• Lavage du dos et pieds, shampoing, habillage…
• Intervention des ASH : 8 US / 18
Décembre 2008
11
Perception / réalisation des toilettes
• Personnalisée = 83% (mais à la chaine 11%)
• Abordée comme un soin et une relation = 80%
• Moment privilégié (28%), propice à la communication (53%)
Education à l’hygiène
• Actions ponctuelles : 3 US
• 2 US : hygiène buccodentaire, hygiène intime et problèmes cutanés
• 1 US : gestion linge + nécessaire toilette + atelier esthétique
Décembre 2008
12
Pratiques adaptées/la pathologie
• Psychotiques : approche progressive
• Démences : rituel avec le même soignant…
Hygiène bucco-dentaire
• Visites régulières / dentiste souhaitées par 47%
• Surtout dans les US de long et moyen séjour
Décembre 2008
13
Pour conclure …
• L’aide à la toilette = action thérapeutique
À adapter à chaque patient
• Réflexion importante à mener en psychiatrie
par rapport aux :
Structures
Produits
Pratiques…
Décembre 2008
14
Les soins en psychiatrie
IM, IV, SC
Pose de perfusion
Sondage urinaire
Aspiration bronchique
Ventilation assistée
différents niveaux d’asepsie
Décembre 2008
15
Antisepsie
En prévention surtout
Désinfection de la peau saine
avant un geste technique, un soin
A adapter au niveau de risque infectieux
2 procédures en psychiatrie :
- Allégée = 1 temps
- De base = 4 temps
Décembre 2008
16
Procédure de base
• Désinfection en 4 temps
- Détersion avec un scrub
- Rinçage au sérum physiologique
Peau saine
Peau lésée
Muqueuses
- Séchage avec une compresse stérile
- Passage d’un antiseptique majeur
Décembre 2008
17
Procédure de base : 4 temps
Peau saine
• Pose de
– Cathéters
périphériques
– Epicrâniennes
Savon ATS + ATS alcoolique
Bétadine scrub +
Bétadine alcoolique
ou
• Perfusion SC
Hibiscrub +
Hibitane champ
• Hémocultures*
• Ponction lombaire
ou
Chlorhexidine alcoolique 0.5%
Décembre 2008
* Campagne juin 2008 CCLIN sud-Est
18
Procédure de base : 4 temps
Peau lésée - Muqueuses
Savon ATS + ATS aqueux
• Pose d’une sonde
urinaire
Bétadine scrub +
Bétadine dermique
• Plaie traumatique
ou
Dosette de savon stérile
+ Dakin
Décembre 2008
19
Procédure allégée
• Désinfection en 1 temps
Peau saine
= Passage d’un antiseptique majeur
Alcool modifié 70°
ou
• IVD, IM, SC
Bétadine alcoolique
ou
• Prélèvements
sanguins
Hibitane champ
ou
Chlorhexidine alcoolique 0.5%
Décembre 2008
20
Les règles d’utilisation des antiseptiques
1. Ils s’utilisent sur les tissus vivants : peau,
muqueuses ou cavités (sauf exceptions…)
2. Ils s’appliquent sur une peau propre (car sont
inactivés par les matières organiques et les savons)
détersion et rinçage préalable…
3. Respecter le mode d’emploi
indication, contre-indications, précautions d’emploi…
prescription médicale ou protocoles
Décembre
Antiseptoguide
2004,2008
C.H. Clermont Ferrand
21
4.
Attention aux flacons
Ne pas les contaminer à l’ouverture
Les fermer après usage
Nettoyer chaque jour l’extérieur avec DD
5.
Conserver à l’abri de la lumière et de la chaleur
Attention : ils sont souvent inflammables…
6.
Respecter les dates de péremption et délais
d’utilisation
- si
flacon fermé = date de péremption
- si flacon ouvert = délai d’utilisation
noter date d’ouverture +++
- si dilution utilisation extemporanée…
Décembre 2008
22
7. Eviter de reconditionner les antiseptiques
Utiliser les plus petits conditionnements
Jeter les flacons utilisés lors des isolements septiques
8. Ne pas mélanger des antiseptiques entre eux
Utiliser des produits de la même famille pour la détersion
et l’antisepsie proprement dite
9.
Respecter les incompatibilités
Ne jamais mélanger à d’autres produits (savons)
10. Surveiller la tolérance locale …
Décembre 2008
23
Il n’y a pas d’allergie à l’iode documentée…
• Confusion / réactions allergiques avec les produits de
contraste iodés choc anaphylactique lié à
l’hyperosmolarité du produit injecté
• Il existe des réactions locales d’intolérance = rares
eczémas de contact, peau cartonnée
En cas de doute utiliser une autre gamme
Décembre 2008
24
Antisepsie cutanée
Les protocoles d’utilisation
• A définir dans chaque ES, en fonction des ATS choisis
- Lister les soins
- Préciser les modes d’emploi pour chaque ATS
(dilution, conservation, péremption…)
- Rappeler les règles d’utilisation
Décembre 2008
25
Perfusion veineuse
avec cathéter veineux périphérique
Protocole écrit
Respect des PS : gants, collecteurs, SHA
Respect antisepsie en 4 temps avec ATS alcoolique
Respect BP manipulation CVP, tubulures, robinet avec
compresses stériles et ATS alcoolique
Changement CVP < 4 jours
Traçabilité : date de pose + ablation et surveillance
Pose et entretien des cathéters
veineux périphériques, SFHH, 2007
Décembre 2008
26
Campagne CCLIN Sud-Est 2007
Maîtrise du risque infectieux lié aux CVP
• Kit pédagogique +++
• Formations régionales
• Evaluation congrès SFHH, Paris, 2008
Pause
cinéma
Décembre
2008
27
Perfusion sous-cutanée
Technique de pose
- Désinfection des mains par friction
- Gants non stériles uu + collecteur à moins de 50 cm
- Laver la peau (thorax et membres >)
- Faire une antisepsie en 4 temps
- Fixer le DM avec un pansement stérile transparent
- Surveillance
toutes les 8h et changement < 24h
- Traçabilité
Décembre
Guide
CCLIN2008
EST 2007
28
Le sondage urinaire en système clos
Infection urinaire = au 1er rang des IN
30% (ENP 2006) et 21% en psychiatrie
Mais très variable selon :
- la discipline
-
le type de séjour
Facteur de risque majeur = sondage urinaire
Guide CCLIN sud-ouest, 2003
Décembre 2008
Guide d’hygiène en urologie CCLIN ouest 2004
29
• Principe du système clos
- Sonde et collecteur stériles pré-connectés avant la
pose (et retirés ensemble)
- Ne doivent jamais être déconnectés pendant la
durée du sondage
- Prélèvements d’urine sur le site prévu à cet effet
- Vidange du collecteur aseptiquement par le robinet
inférieur
Pose aseptique
et2008
soins rigoureux
Décembre
30
• Le sondage urinaire doit être limité au minimum
• Indication et prescription médicales
• En psychiatrie : suites de chirurgie ou rétentions
aiguës
• L’incontinence n’est pas une indication !
Favoriser les alternatives
- sondages intermittents
- étuis péniens ou protections absorbantes
Décembre 2008
31
• La pose de sonde urinaire en système clos
Dépistage préalable IU/ bandelettes urinaires
Faire une toilette génitale
Respecter l’asepsie
Lors de la pose de la sonde
Set stérile de sondage urinaire +++
Lors des manipulations
Lors du changement de matériel (si infection)
Lors des prélèvements
Décembre 2008
32
La surveillance d’un patient sondé
- Température
- Apport hydrique
- Hygiène du patient
- Fixation de la sonde vésicale
- Maintien su sac collecteur en dessous /cuisse
- Niveau de remplissage du sac…
Protocole indispensable
Evaluation régulière
Décembre 2008
33
Sondage urinaire intermittent
-
Utilisé pour les rétentions urinaires
Avantages = réduction des risques IU
5 à 7 sondages par jour
Matériel =
sondes stériles uu sans ballonnet
sans latex, lubrifiées ou non (gel KY)
poches à urine non stériles
Décembre 2008
34
Sondage urinaire intermittent
Auto sondage > hétéro sondage
Auto-sondage
Geste « propre »
SHA avant
Toilette locale
Lubrification si nécessaire
Introduction sonde + poche
Vidange complète
Retrait de la sonde
SHA après
Hétéro-sondage
Geste aseptique
Tenue adaptée
Surblouse plastique
Gants non stériles
Antisepsie méat urinaire
4 temps
Bétadine scrub + dermique ou
Savon stérile + Dakin
Décembre 2008
35
Aspiration trachéo-bronchique
Technique aseptique
DMS usage unique appropriés
Système clos d’aspiration stérile uu
Tubes et raccords uu,
Sondes d’aspiration stériles uu
Flacon d’eau stérile
Monodose sérum physiologique 2ml
Décembre 2008
Guide Technique d’Hygiène Hospitalière . CCLIN sud-est 2004
36
Tenue adaptée
Surblouse, gants non stériles
Masque FFP2 + lunettes ou
masque médical imperméable type IIR à visière ?
Gestes aseptiques
FHA avant et après le geste
Manipulation avec compresses stériles + ATS
Pas de contact direct de la sonde avec la main
Changer de sonde après chaque aspiration
Décembre
2008
Guideline for Isolation
Precautions,
CDC, 2007
37
L’oxygénothérapie
Technique aseptique : FHA avant et après
Humidification avec de l’eau stérile
Humidificateur en système clos
Changer systématiquement le matériel :
. Sonde nasale une fois/jour (si O2 en continu) ou à chaque
utilisation (si en discontinu)
. Lunettes et masque : une fois par semaine
Décembre 2008
38
Prise en charge des escarres
Quelques règles de Bonnes Pratiques…
-
Respecter la flore commensale en phase de nécrose
elle contribue à une bonne détersion et au bourgeonnement
la formation d’une collection putride pendant la
cicatrisation ne constitue pas un signe d’infection
-
L’infection doit être suspectée devant
Des signes locaux très inflammatoires
Des signes généraux (fièvre) et un syndrome
inflammatoire biologique
Décembre 2008
39
• Règles d’hygiène
• Lavage des mains dans la chambre (SHA)
• Port de gant et surblouse pour les soins
• Nettoyage et désinfection des surfaces = renforcées
• Proscrire
• Les antiseptiques
• L’antibiothérapie locale
nettoyage à l’eau du robinet
antibiothérapie par voie générale si risques
d’ostéite ou de septicémie
Décembre 2008
40
Prévention des AES
AES : exposition à du sang ou à un liquide biologique…
- Percutanée : piqûre, coupure
- Muqueuse : œil, bouche
- Peau lésée
Risque majoré en psychiatrie
- Agitation des patients
- Fréquence des infections virales
- Insuffisance de couverture vaccinale…
Décembre 2008
41
• Risques liés aux AES
VIH : risque de SIDA estimé à
» 0,30% si accident coupant, piquant, tranchant
» 0,03% si projection sur muqueuse ou peau lésée
VHC : risque d’hépatite C estimé à 3%
VHB : risque d’hépatite B estimé à 30%
(forte contagiosité liée à une quantité importante de virus
dans le sang et les liquides biologiques )
Le risque est majoré en cas de piqûre profonde
avec une aiguilleDécembre
creuse
2008contenant du sang…
42
• Prévention des AES
Vaccination / hépatite B +++
obligatoire pour le personnel soignant depuis 1991
protection efficace
risques neurologiques (SEP) non prouvés *
Respect des précautions standards
port de gants
ne pas recapuchonner les aiguilles ou désadapter à la main
déposer immédiatement dans un collecteur adapté
transport prélèvements biologiques sous double emballage
HCSP, Avis relatif à la vaccination
l’hépatite B, octobre 2008
Décembrecontre
2008
43
Prévention des AES
Organisation du travail
AES = AT
– Cibler les gestes à risque
– Protocoles de soins
– Formation et information du personnel
– Sécurisation du recueil des objets piquants
– Sécurisation du circuit des déchets
– Privilégier DMS de sécurité
Décembre 2008
44
Prévention des AES
Choix de matériel de sécurité
- Micro-perfuseurs
- Unités de prélèvement
- Cathéters veineux périphériques
- Systèmes de prélèvement sous vide
- Corps de prélèvement pour hémoculture
- Microlances de sécurité (glycémie)
- Seringues
Formation du personnel indispensable
2008de sécurité, 2004
GERES, guide Décembre
des matériels
45
Conduite à tenir en cas d’AES
Procédures écrites et validées
Désinfection immédiate
* Si piqûre, blessure :
- lavage eau + savon – rincer abondamment et sécher
- désinfection par trempage 5 mn dans ATS (PVPI , Dakin)
* Si projection / muqueuse ou œil
- rinçage à l’eau courante 5 mn puis consultation spécialiste
Décembre 2008
46
Contacter un médecin référent
* Si AES d’origine inconnue
Consultation immédiate du référent ou urgences
- traitement antirétroviral au plus tôt (< 4h <48h) ou
- suivi clinique et sérologique par service de santé au travail
* Si AES d’origine connue
vérification du statut sérologique du patient source
Ag HBs, AC anti VHC, AC antiVIH
traitement prophylactique (VIH) si besoin
Circulaire Décembre
n° 91 du 13
mars 2008
2008
47
Prévention des AES
• Les spécificités psychiatriques
– Pas de CISIH convention avec un CHU
– Pas de kit AES (traitement)
– Morsures et griffures = AES ?
– AES sur le secteur temps de prise en charge …
Kit de prélèvement AES (CHSE)
2 tubes (secs) et un sachet pour les contenir
matériel de prélèvement ( × 2 )
compresses antiseptiques et pansements
gants jetables et garrot
2008 AES
feuille d’examenDécembre
et protocole
48
Alimentation
• Démarche HACCP en cuisine centrale
• Démarche HACCP en office alimentaire de
service
• Alimentation entérale par sonde
Décembre 2008
49
Démarche HACCP en cuisine centrale (1997)
Hazard Analysis Critical Control Point
Méthode préventive pour assurer la sécurité
par rapport aux risques :
- Biologiques = infectieux TIAC
- Chimiques = résidus, allergènes et amines
- Physiques = corps étrangers
Décembre
2008
Arrêté
du 29/09/97
50
7 principes
1. Recenser tous les dangers à chaque étape de
fabrication diagramme de fabrication
2. Rechercher les facteurs sources de
contamination microbienne, de prolifération ou de
survie
3. Établir des mesures préventives pour chacun des
dangers identifiés
Décembre 2008
51
7 principes
…
4. Mettre en place un programme de surveillance
pour chaque étape déterminante (points critiques)
et définir des actions correctives
5. Décrire l’ensemble des mesures dans des
procédures et modes opératoires
6. Auditer et réviser régulièrement le système
7. Rédaction d’un guide de BP d’hygiène en restauration
Décembre 2008
52
Facteurs importants à maîtriser
Couple température – temps
< 3°C sur plusieurs jours pour denrées périssables
< 10°C pour les préparations froides
> 63°C pour les préparations chaudes
Nettoyage et désinfection
– Des locaux , des surfaces et matériel
– Produits agrées pour le contact alimentaire
Décembre 2008
(DDA)
53
Facteurs importants à maîtriser
Qualité microbiologique
– Définir fréquence, nature et quantités
d’échantillons à prélever
– Contrôles matières premières, eau, produits
finis et surfaces
Durée de vie des préparations
– En liaison froide < 3 jours
– En liaison chaude ?
Décembre 2008
54
Facteurs importants à maîtriser
Hygiène du personnel
– Tenue professionnelle : pantalon + tunique + calot
– Etat de santé : absence de problèmes cutanés
– Vaccination hépatite A, prélèvements annuels (selles + gorge)
Gestion des non-conformités
– Recherche des causes
– Mise en place d’actions préventives
Agrément sanitaire délivré par la Direction
Décembre 2008
départementale
des services vétérinaires
55
Démarche HACCP
en office alimentaire de service
Règles d’hygiène
Organisation de l’office
Séparation des zones, surfaces faciles à nettoyer, plans de
travail conformes, placards, poubelle à commande non manuelle…
Planning de nettoyage et de désinfection
Hygiène du personnel
Tenue propre ou tablier protecteur
Lavage hygiénique des mains (ATS agrée alimentaire) ou friction
Décembre 2008
56
Préparation et dressage des repas
Respecter les températures de liaison : < 3°C et > 63°C
Réchauffage des plats cuisinés livrés froids < 1h t° > 63°C
Ne pas recycler des plats remis en température
Distribution des repas en salle à manger
Maintien des plats en température : < 3°C et > 63°C
Traitement de la vaisselle
Lave-vaisselle professionnel : cycle lavage 55 à 60°C et cycle de
rinçage > 85°C
Pour les patients infectieux : vaisselle traitée à part – désinfection
préalable ou lave-vaisselle ayant un cycle de désinfection thermique
Décembre 2008
57
Surveillance
Température du réfrigérateur < 3°C
Enregistrement quotidien des relevés de T°
Remise en température des aliments
Contrôle avec thermomètre digital à sonde en fin de cycle > 63°C
Plan de nettoyage et de désinfection de l’office
Placard, réfrigérateur (hebdomadaire)
Fontaine réfrigérée, lave-vaisselle (détartrage)
Vérification de l’efficacité (prélèvements)
Traçabilité +++
Décembre 2008
58
Alimentation entérale par sonde
Règles
d’hygiène
Si alimentation
- en discontinu : changer tubulure systématiquement avec chaque flacon
- en continu : changer la tubulure toutes les 24H
- Conserver les mélanges nutritifs à des T° < 30°C
- Jeter tout flacon entamé et non utilisé dans la journée
- Administration
de médicaments de préférence liquide sinon
pilés et dilués dans l’eau à l’aide d’une seringue à embout conique
- Bien rincer la tubulure après de l’eau
Décembre 2008
59
Evaluation des pratiques
• Objectifs :
– Mesurer les écarts / référentiel
– Définir les axes d’amélioration
– Assurer un suivi dans le temps
Programme d’actions du CLIN
2008CCLIN OUEST, 2005
Guide pour l’évaluation desDécembre
pratiques,
60
Organisation
• Coordonnateur = membre de l’EOHH
• Groupe de travail : correspondants en hygiène
–
–
–
–
Choix du thème
Choix des critères
Choix de la méthode de mesure
Choix du type d’audit…
Décembre 2008
Circulaire DHOS/E2 n° 2007- 109 du 23 mars 2007
61
Cibler les thématiques
• En rapport avec l’activité
• Pertinentes :
– Axes amélioration ?
– Dysfonctionnements ?
• Faire le bilan de l’existant
• Définir les objectifs
Décembre 2008
62
Choix des critères
• Faire une revue bibliographique
• Définir les critères de qualité
• Ecrire le référentiel
• Sélectionner les critères à mesurer
Décembre 2008
63
Préalables …
• Faisabilité ?
• Intérêt ?
• Action d’amélioration possible ?
• Référentiels ?
• Indicateurs fiables ?
• Reproductibilité ?
Décembre 2008
64
Choix de la méthode de mesure
• Faire la grille ou le questionnaire
– Questions courtes de type binaire
– A tester avant +++ réajuster si besoin
• Définir les modalités pratiques
– Type d’audit : exhaustif ou quick audit, croisé…
– Taille de l’échantillon : représentativité ?
– Technique de recueil…
Décembre 2008
65
Les techniques
• Observation directe
– Grille
– Photos ou films
Réponses
immédiates
fiable mais chronophage ...
vécu difficile par audités
• Entretien
– Avec les professionnels ou les patients
– À partir d’une grille
déclaratif … chronophage
échanges aves le professionnel
Décembre 2008
66
Les techniques
Réponses
différées
• Questionnaire
– Formulation simple
– Questions fermées en nombre limité
Fiabilité ?
Taux de réponse ?
Décembre 2008
67
Autre technique d’évaluation
• Mise en situation
– Réflexion en équipe / problématique
– Animation par le correspondant en hygiène
– Objectif =
Définir la conduite à tenir en un temps limité…
Participation active très formateur !
Travail en amont avec les correspondants en hygiène
Décembre 2008
68
En pratique…
Information des unités
Formation des auditeurs
Programmation
Réalisation
Recueil et validation des données
Analyse des résultats et validation par groupe
Rétro-information : plan d’amélioration
Modalités de suivi et de réévaluation
Décembre 2008
Circulaire DHOS/E2 n° 2007- 109 du 23 mars 2007
69
Quelques exemples… en psychiatrie
• Hygiène des mains
• Antisepsie
• Tenue professionnelle
• Port de gants
• Pose de perfusion veineuse
• Désinfection du matériel
• Hygiène des locaux
Décembre 2008
70
Perspectives en 2009 ?
Certification V 2010
Programme national de LIN 2009-2012
Décembre 2008
71
Certification V 2010
• Objectifs de l’évaluation
– Mise en place d’un système de pilotage de l’ES avec
processus d’amélioration de la qualité
– Atteinte d’un niveau de qualité sur des critères
thématiques jugés essentiels
Décembre 2008
72
Certification V 2010
• Indicateurs de qualité et sécurité des soins (IND)
• Pratiques exigibles prioritaires (PEP)
– Critère 8g : maîtrise du risque infectieux
– Critère 8h : bon usage des antibiotiques
– Eléments d’appréciation: 3 niveaux
• E1 = prévoir
• E2 = mettre en oeuvre
• E3 = évaluer/ améliorer
Décembre 2008
73
Maîtrise du risque infectieux
(PEP)
Organisation et moyens adaptés aux activités de l’ES
•
•
Actions de surveillance et prévention (signalement)
Evaluation du dispositif / indicateurs
Procédures et protocoles de surveillance et prévention
du risque infectieux
•
•
Echanges et comparaisons inter-établissements (via CCLIN)
Actions d’amélioration mises en places
Formation des professionnels
Décembre 2008
74
Maîtrise du risque infectieux
(IND)
Tableaux de bord des IN
ICALIN
ICSHA
SURVISO
ICATB
Critère 8g
Critère 8h
Décembre 2008
75
Programme national de LIN
2009-2012
• Structuration de la LIN dans les ES
– Consolider la structuration interne des ES
– Adapter l’organisation aux spécificités de l’ES
– Approfondir les activités de LIN
• Compléter l’organisation de l’environnement des ES
– Liaison avec les autres unités de soins
– Accompagnement des ES
– Outils de la LIN
Décembre 2008
76
Programme national de LIN
2009-2012
• Mesures envisagées
– Réglementaires (nouvelle circulaire) et financières
– Techniques et scientifiques (GoupiLIN et CTINILS)
Décembre 2008
77
Consolider la structuration interne des ES
- Clarifier les missions du CLIN et de l’EOHH
- Améliorer la visibilité de l’EOHH
- Professionnaliser les métiers de l’hygiène hospitalière
- Préciser l’articulation entre EOHH et acteurs du CLIN
- Articuler les acteurs de la LIN et les autres de l’ES
- Intégrer la LIN dans les outils de gestion de l’ES
Décembre 2008
78
Adapter l’organisation aux spécificités de l’ES
• Adapter les contraintes à l’ES
– Établissements psychiatriques…
– HAD, MECSS
– Postcure alcoolique
– Ambulatoires (centres endoscopies)
– Centres de rééducation fonctionnelle
– Établissements de faible taille …
• En cours de réflexion !…
Décembre 2008
79
Approfondir les activités de LIN
Gestion du risque infectieux
Réduction des risques quotidiens de survenue d’une IN
* Thème national annuel
* Protocoles prioritaires dans l’ICALIN
adaptation en fonction de l’activité de l’ES
Prévention et gestion de crise
* Système de surveillance : continue + détection précoce
* Scénario de gestion de crise
Décembre 2008
80
CONCLUSIONS
Décembre 2008
81
Priorités de l’hygiène en psychiatrie ?
• Le personnel
–
–
–
–
Hygiène des mains +++
Tenue professionnelle
Vaccination
Formation et information
Livret du personnel
Formation à l’arrivée dans l’ES
Décembre 2008
Référentiel en hygiène
Accessible à tous
82
Priorités de l’hygiène en psychiatrie ?
• Le patient
– Evaluation des FR
– Hygiène du patient : toilette / éducation
– Prévention
• Vaccination
• Soins bucco-dentaires
• IST : préservatifs
– Information : livret d’accueil
Décembre 2008
Pré-requis
Sanitaires corrects
Hygiène des locaux
83
Le mot de la fin…
• Gestion des risques infectieux
Bon usage des ATB
Signalement +++
Gestion des risques
Amélioration de la qualité et
Décembredes
2008 soins
de la sécurité
84
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement