n° 82 - Juillet

n° 82 - Juillet
ANGLETmagazine
JUILLET - AOÛT 2006
LA BARRE - AIRE DE ROULE
Roulez
jeunesse !
TOURISME
Une réponse
professionnelle
PRÉVENTION
Un été en toute
sécurité
RÉSEAU CYCLABLE
Une nouvelle
piste
DOSSIER BIBLIOTHÈQUE
ÉTÉ 2006
Photo : Plantey
L’été à livres
ouverts
www.anglet.fr
AMÉNAGEMENT DU FRONT DE MER > p. 4
LE PLEIN
D’ÉVÉNEMENTS
SPECTACLE PYRO-SYMPHONIQUE> p. 24
EXPOSITION TONY SOULIÉ > p. 22
TOUTE LA GLISSE > p. 36
N° 82
I
SOMMAIRE
Édito
Dans la ville
Dossier
15
Rencontre
20
Expressions
21
Sports, loisirs
32
Glisse
36
Portrait
38
Zoom
40
Bon à savoir
43
Carnet
44
Adala : une association durable.
Bal de Chiberta : la nuit de lumière II.
1953 : l’événement du siècle.
Les plages musicales.
Orgues académiques.
Mozart en son temps.
Chœurs basques.
Danses basques.
Stage de danse contemporaine.
Tragédie et démesure animale.
Fête nationale.
Les Cabanas.
XVIe nuit des étoiles.
Le Festival des chineurs.
Peinture en liberté.
Le marché nocturne.
Noitarugif.
La séparation.
Le jumping du cinquantenaire.
Rendez-vous sur les courts.
Xtra Wakeboard Tour.
Golf : l’élite amateur.
Force basque : le retour des costauds.
Tournoi d’été de pelote.
Football : la tournée des Girondins.
Beach-volley : sous le filet, la plage.
L’Anglet Beach Rugby Festival.
Kid’s Trophee Quiksilver.
Rip Curl Venus Tour.
Sur écran géant.
Le Bodysurf Challenge..
Championnats d’Aquitaine.
Quiksilver air show.
L’OP Royal Single Trophee.
Coupe de France de bodyboard.
Euskar@biada-Glisseguna.
Gwladys Nocera.
Directeur de la publication :
Robert Villenave.
Direction de la communication :
L. Béobide.
Rédaction : L. Béobide.
Ont participé à ce numéro :
V. Biard, B. Alter, E. Yohana.
Directeur artistique :
Ph. Villard / VÉGA.
Photos : Hélin, Biard, Prigent,
Masurel, Balloïde-photos, Plantey,
Soulié, Michau.
Publicité : Supports Promotion.
Impression : Frontère.
Dépôt légal : à parution.
Questions en direct.
Une surprise littéraire.
Une conseillère municipale au Palais...
Grand Prix National d’architecture 2006.
Écoute déficience visuelle.
Enquête eaux de baignade.
Plan canicule 2006.
Fêtes de Pampelune.
Logements étudiants.
Atelier pour tous.
Vidéastes amateurs.
Les risques du soleil.
État civil. En bref.
I
2
4
Littoral : chambre avec vue.
La Barre : roulez jeunesse.
Réseau cyclable : une nouvelle piste.
En bref.
Tourisme : une réponse professionnelle.
Prévention : l’été en toute sécurité.
Bibliothèque : l’été à livres ouverts.
SOMMAIRE
Encart municipal
Expression des groupes politiques d’opposition.
1
ANGLET MAGAZINE
N° 82
I
ACTION PUBLIQUE
I
Éditorial
Prendre simplement le temps
d’être ensemble
Photo : Patrick Tohier
avec ce voisin, cette voisine que l’on
croise tous les matins en partant au
travail, en échangeant poliment un rapide
salut sans avoir un jour vraiment pu
se parler.
Une idée simple relayée par la municipalité, partagée par une soixantaine de personnes, et voilà plus
2 300 Angloys, jeunes et moins jeunes,
adultes et enfants, de toutes conditions
qui dans tous les quartiers, le 30 mai
dernier, auront partagé le verre de l’amitié, le temps d’une soirée. Cette première
édition de la “Fête des Voisins” aura rencontré à Anglet un vif succès. Preuve en
est que nous sommes tous demandeurs
de ce type de manifestations qui nous
conduit à nous rencontrer, à faire plus
ample connaissance, et ainsi développer
de nouvelles amitiés et solidarités.
A
Le 30 mai dernier, en visitant avec mes
adjoints chacun des rassemblements, j’ai
trouvé des gens heureux de s’associer à
cette opération et désireux de partager de
nouveaux rendez-vous. Il suffit parfois de
peu de choses, pour faire connaissance
2
ANGLET MAGAZINE
N° 82
Rendez-vous compte : certaines des
personnes rencontrées étaient voisines
depuis plus de vingt ans sans avoir un
jour engagé la moindre discussion ! Il fut
un temps où les nouveaux arrivants
venaient se présenter à leurs voisins.
Ce temps, aujourd’hui quelque peu
révolu, ne doit pas nous faire oublier que
la solidarité, l’entraide sont les ciments de
toute communauté.
Aspirés par nos activités professionnelles,
familiales, personnelles, nous en oublions,
dans une société où tout va de plus en
plus vite, de prendre simplement le temps
d’être ensemble. Malgré des moyens de
communication suffisamment sophistiqués
pour nous livrer instantanément des
nouvelles du bout du monde, et nous
mettre en relation avec les antipodes,
nous avons perdu l’habitude d’aller
spontanément vers nos voisins
Si beaucoup dénoncent l’égoïsme dont
souffrent notre monde et l’isolement dans
lequel sont plongés certains de nos concitoyens, je vois néanmoins dans le succès
de cette fête, des signes qui invitent à
l’optimisme, notamment cette volonté,
ce désir profond de mes concitoyens de
s’ouvrir aux autres. Seules manquent les
occasions de le faire.
Garante de ce que j’appelle le “vivre
ensemble” à Anglet, la municipalité
en organisant de telles opérations joue
pleinement son rôle. En s’appuyant sur la
bonne volonté de chacun, en invitant les
Angloys à se mobiliser, en les accompagnant dans leurs démarches, elle contribue à la vitalité de notre communauté.
L’action municipale est souvent perçue et
jugée au travers de la mise en œuvre
d’équipements publics. La dimension
humaine, solidaire, le bonheur partagé de
vivre ensemble dans notre ville sont à
mes yeux tout aussi importants. Je suis
heureux de la réussite de cette première
Fête des voisins.
Robert Villenave
Maire d’Anglet
maire@ville-anglet.fr
3
ANGLET MAGAZINE
N° 82
I
DANS LA VILLE
I
AMÉNAGEMENT
I
Tout proche de la future salle des congrès réhabilitée,
l’aménagement piétonnier du front de mer se prépare.
La Chambre d’Amour affiche de nouvelles perspectives.
Littoral
Chambre avec vue
La Chambre d’Amour est un espace bien aménagé, mais qui a vieilli et a besoin d’être
requalifié”. Ainsi s’exprimait le maire dans les
colonnes d’un hebdomadaire au début de l’année
2003 (1). À l’époque, l’ambition affichée était en priorité de réhabiliter la salle des fêtes (2). Le projet est
aujourd’hui en bonne voie, puisque le chantier se
prépare et que les travaux démarrent fin août. Autre
axe cher au maire, la circulation. Selon ses termes,
elle devait être “repensée”, notamment devant les
commerces du front de mer : “L’utilisation de l’espace public doit être valorisée, pourquoi pas avec
une extension des terrasses” avait-il confié alors.
L’idée était lancée. Après deux années d’étude, le
projet va démarrer après la saison.
“
Quinze ans après la première réhabilitation du site,
le quartier de la Chambre d’Amour se prépare à
recevoir la dernière touche. En 1992, le parti pris
d’aménagement avait su concilier un esprit “vert”
(pelouses, arbustes, mails de tamaris), avec une
ambiance plus urbaine (pavage de pierres naturelles,
promenoir, petits kiosques)… pour faire de cet
endroit, au nom si évocateur, un lieu pittoresque où
il fait bon flâner à toute heure et où la plage n’est
plus la seule attraction. Le quartier est ainsi devenu
un symbole entre la ville et la mer, un lieu majeur
d’activités et d’animations pour Anglet… Aller plus
loin, dans cette idée est la mission qui a été une
nouvelle fois (3) confiée à l’architecte paysagiste Paul
Brichet, du cabinet Arpage. L’avant-projet a été présenté aux riverains et aux commerçants du quartier
le mois dernier. Il en ressort un grand intérêt des
uns et des autres, et même un accueil plutôt favorable des commerçants du front de mer.
Un vaste espace piétonnier va se déployer le long
des restaurants des Sables-d’Or. Les gaz d’échappement n’incommoderont plus les clients attablés en
terrasse, et le stationnement des véhicules y sera
interdit. L’accès étant bloqué par une borne rétractable, l’automobiliste devra faire demi-tour à l’esplanade des Gascons au moyen d’une “raquette de
retournement”. En lieu et place de l’ancienne voirie,
4
ANGLET MAGAZINE
N° 82
un vaste platelage en bois exotique, bordé de tamaris, s’avance entre les deux kiosques. Les terrasses
des bars de restaurant gagnent trois mètres en largeur (4) et sont rehaussées d’une pergola en bois
qui donne de l’unité aux façades. Un cheminement
carrossable est toutefois maintenu entre les terrasses et le platelage en bois, pour pouvoir livrer les
commerces. Côté mer, le sol du quai est réhabilité,
avec un calepinage de bois exotique. Les deux petits
kiosques gagnent une mini-scène et sont équipés de
spots encastrés et d’alimentations électriques pour y
produire de petits spectacles.
Devant la future salle des congrès, un nouveau parvis est réaménagé. Dans la lignée du projet initié
par l’architecte de la salle des congrès (5), ce vaste
parvis est en dalles et pavés de pierre naturelle. Il
est ceinturé de tamaris et d’une banquette en bois
pour le confort des passants. Sur le côté, le petit
square des Docteurs-Gentilhe est en partie réaménagé pour compenser les places de stationnement
perdues. À cet endroit, un local abritera des sanitaires, un transformateur électrique et un distributeur automatique de billets.
La nuit, le site sera mis en valeur par des effets de
lumière. Les nouveaux candélabres à éclairage indirect seront inclinés de 0 à 60°, pour diffuser une
lumière ondulante et figurer le mouvement des
vagues. Des spots encastrés dans le platelage
accompagneront les pas du promeneur d’un jeu de
lumière entre les deux kiosques. Sous ces derniers,
des faisceaux lumineux créeront des reliefs à partir
des détails d’architecture. Enfin, des projecteurs braqués sur l’Océan, depuis les deux kiosques et les
pergolas de la salle des congrès, éclaireront les
vagues. L’ensemble donnera au site une identité
nocturne. Il devrait offrir aux promeneurs une diversité visuelle au moins égale à celle qui s’opère en
plein zénith… L. B.
(1) La Semaine du Pays Basque 17-23 janvier 2003.
(2) Projet de réhabilitation : Anglet Magazine n° 78.
(3) Le premier projet de réhabilitation de la Chambre d’Amour a
été élaboré en 1992.
(4) La largeur des terrasses passe de 11,5 m actuels à 14,5 m.
(5) Cabinet d’architecture King Kong – Bordeaux.
UN FINANCEMENT
COMMUNAUTAIRE
Ce projet de restructuration
du front de mer de la Chambre
d’Amour en espace piétonnier
constitue une des opérations
inscrites au Plan pluri-annuel
d’investissement de la
Communauté d’agglomération
de Bayonne-Anglet-Biarritz,
au titre de sa participation
à la création ou à l’amélioration
des espaces publics.
Le coût de l’opération est estimé
à 2 100 000 euros HT.
UN VASTE ESPACE PIETONNIER
La voie laissera la place à un passage pietonnier en bois, les terrasses des
commerces et restaurants gagnent aussi en largeur.
5
ANGLET MAGAZINE
N° 82
I
DANS LA VILLE I
AMÉNAGEMENT
I
Une aire de roule et de glisse va voir le jour dans le nouveau site
de La Barre. Mise en service début 2007 dans le prolongement sud
de la patinoire, elle sera un lieu ludique et convivial.
Aire de glisse de La Barre
Roulez jeunesse
e sera sans doute le point de ralliement des
jeunes à La Barre. La future aire de roule,
qui naîtra en 2007 sur le site totalement
rénové de La Barre, ne sera pas le “plus grand
skate-park de France” comme la presse l’annonçait au début de l’année. Ce sera un
espace moins technique que le projet initial,
pas uniquement dévolu à “l’élite” des
“riders”, mais accessible à tous, y compris aux
plus jeunes. Deux arguments ont pesé dans la
décision finale. Tout d’abord, les usagers et les
associations consultés ont fait apparaître un
besoin plus ludique et moins spécialisé. De
même, la Ville a voulu privilégier la bonne intégration de cet équipement dans un espace plus
tourné vers la nature que la “skate culture”.
Malgré un concept repensé, la vocation reste
tout de même la glisse et ses déclinaisons : roller, skate, BMX…
C
Le nouveau programme répond à un
impératif : être le plus “vert” et le
plus convivial possible. C’est
ainsi qu’il fera la part belle à la
végétation et aux équipements
(des bancs, notamment, pour
que les parents puissent
suivre en toute quiétude les
exploits de leurs bambins).
L’aspect “évolution”, depuis
le niveau initiation déjà
prévu dans le projet initial,
a été maintenu, et les
équipements destinés aux
enfants (dès 3 ans)
seront donc pris en
compte afin que ceux-ci
s’approprient
une
grande partie de
l’espace. Enfin,
un local technique (accueil,
stockage,
réunions,
6
ANGLET MAGAZINE
N° 82
bureau…) y sera aménagé. Au vu de tous ces éléments, le cabinet Arpage a conçu le nouveau projet avec deux aires de niveau différent et un
kiosque de la glisse.
L’espace “roule et glisse” comprendra une aire
ludique pour les bambins de 3 à 6 ans. “Le square
des petits” est une aire arborée plantée de bosquets de tamaris. Sur 2 500 m2, elle accueille des
jeux récréatifs pour les bambins, un espace d’évolution pour les patinettes, les petits vélos ou les
rollers. La liaison avec le parc écologique de La
Barre est assurée par un petit espace vert.
Pour les “purs et durs”, un espace de glisse avec
“bowls” et aire de street (1) fait partie du projet.
Cet espace de 1 750 m2, aménagé côté mer, sera
dévolu aux skate, BMX et rollers. Deux bowls (2) et
des modules évolutifs gardent l’esprit du projet
initial (pans inclinés, modules “street”), pour des
“runs” ou des “tricks” (3) chers aux riders plus
aguerris. Cet espace est situé en léger contrebas
du square des petits, ce qui permet sa bonne intégration dans le paysage (4) . Pour accueillir le
public (deux cents personnes environ), des gra-
dins, ancrés dans le talus, seront installés. Des animations, compétitions et représentations pourront
y avoir lieu, notamment l’été. Un petit bâtiment
joliment appelé “kiosque de la glisse” sera
construit à proximité. D’une surface de 100 m2, il
hébergera un local de service municipal (accueil
pour l’aire de roule, stockage de matériel…) et
réservera quelques mètres carrés à une association.
L. B.
(1) Modules qui permettent une pratique comme dans la rue.
(2) Cavités arrondies (comme des bols), demi-sphères enfoncées
dans le sol.
(3) Parcours ou figures.
(4) Le projet s’intègre dans le secteur constructible (Ux) du Plan
local d’urbanisme.
FICHE TECHNIQUE
Maîtrise d’ouvrage :
Ville d’Anglet (sur opération
d’intérêt communautaire).
Financement :
Communauté d’agglomération
du BAB/Ville d’Anglet.
Montant de l’opération :
805 000 euros HT.
Illustrations ARPAGE
LE FUTUR PARC DE LA ROULE
Il comprendra une aire ludique pour les plus
jeunes, sur 2 500 m2 et une aire plus
spécialisée de 1 750 m2, complétées par
un petit bâtiment, le “kiosque de la glisse”.
7
ANGLET MAGAZINE
N° 82
I
DANS LA VILLE I
AMÉNAGEMENT
I
Cet été voit la mise en service
d’un nouveau tronçon de piste cyclable,
avenue de l’Adour.
Réseau cyclable
Une nouvelle piste
e nouveau tronçon, qui se situe entre
l’Avenue de Montbrun et le carrefour
Reneric, est aménagé côté Adour. Le nouvel
aménagement s’inscrit dans le schéma régional et
départemental d’équipements touristiques de la
côte Aquitaine. Il se situe sur l’itinéraire nord-sud
Aquitaine qui, depuis le littoral girondin, doit assurer un parcours cyclable jusqu’à Hendaye, en traversant les Landes et la Côte Basque. L’autre partie
s’inscrit dans la charte cyclable de la Ville et son
schéma directeur, approuvés par le conseil municipal d’Anglet le 3 juin 1999. Il vient enfin compléter
le réseau angloy et la piste aménagée dans le
cadre de la restructuration de l’avenue de l’Adour,
du rond-point Reneric jusqu’à la Bécasse, puis de
La Bécasse, jusqu’à l’avenue de l’Empereur (voir
Anglet Magazine n° 80).
L
NOUVEAU CROISEMENT
La sécurité des accès sur l’avenue de l’Adour est une priorité. Un
nouveau carrefour à feux sera aménagé à l’intersection avenue de
l’Adour — allée de la Corderie. Afin d’y améliorer la sécurité, l’accès
à la base navale sera légèrement modifié, et une voie tourne-àgauche permettra de gérer les différents flux de circulation y compris
celui de la piste cyclable en cours de réalisation.
8
ANGLET MAGAZINE
N° 82
Photos : R. Hélin
LA PISTE DE L’ADOUR
Prolongeant la piste des AlléesMarines et du Pont-de-l’Aveugle,
elle se poursuit sur 700 m
et rejoint la partie cyclable de
l’avenue de l’Adour.
Le nouveau tronçon, qui mesure plus de sept
cents mètres, est une piste bidirectionnelle. Il a
une largeur de 2,5 m conformément à la réglementation. Il prolonge les équipements existants situés
le long de l’avenue des Allées-Marines à Bayonne,
au Pont-de-l’Aveugle à Anglet et tout le long de
l’avenue de l’Adour. La chaussée est réduite de
9 m à 6,4 m, un léger empiètement étant nécessaire sur les terrains portuaires et le domaine maritime de l’État (le long de la base navale). Afin
d’assurer la continuité paysagère depuis les AlléesMarines, une bande plantée, constituée d’arbres et
d’une haie arbustive, séparera la chaussée et le
nouvel équipement cyclable. L’ouverture est prévue
à la mi-juillet. Les travaux sont financés à part
égale (25 %) par la Région Aquitaine, le département des Pyrénées-Atlantiques, l’État et la Ville
d’Anglet. L. B.
I
En bref
DANS LA VILLE
I
EN BREF
I
Propreté des plages
Veiller à nos déchets
La campagne municipale “100 % Nature” se poursuit durant l’été 2006 pour inviter les usagers des plages à
veiller à leurs déchets et à adopter un comportement éco-citoyen. Un nouveau cendrier de poche est distribué gratuitement lors des manifestations estivales et populaires, afin que les mégots de cigarette (déchets
non biodégradables) ne polluent plus le littoral.
Information : Direction de la communication - www.anglet.fr
Blancpignon
Photos : R. Hélin
Future maison des
associations
La maison Maïterrena, à Blancpignon, sera un pôle d’animation du quartier et abritera des associations à la rentrée. La réhabilitation du bâtiment, menée par la Ville, a fait l’objet d’un chantier-école du lycée professionnel de Cantau. L’Université du temps libre d’Anglet, l’amicale des
Anciens marins et l’association d’arts plastiques Carré libre investiront
bientôt les locaux.
Voirie
Un mini-giratoire allée de l’Empereur
Sécuriser les accès et les sorties du complexe Orok Bat, faciliter les échanges à la “patte d’oie” formée par
l’intersection des allées Orok-Bat et de l’Empereur en “cassant la vitesse”, tels sont les objectifs assignés
au mini-giratoire qui sera construit cet été au quartier de Blancpignon. Ce ralentissement en amont assurera
aussi une plus grande sécurité au débouché de l’allée de l’Église. Au centre, il sera constitué d’un petit îlot
pavé franchissable, complété par trois terre-pleins sur les voies concernées (allées de l’Empereur, de l’Église
et d’Orok-Bat). Les trottoirs sont conservés à l’identique et les voies sont reprofilées. Un marquage au sol
viendra compléter le dispositif de sécurité. Cet aménagement, réalisé par les services municipaux, est
estimé à près de 13 000 €.
Avenue de l’Adour
La première tranche terminée
Les travaux d’aménagement de l’avenue se sont achevés sur la pose de l’enrobé de chaussée
dans la nuit du 14 juin. Cette dernière intervention importante marquait la fin des opérations,
qui entament une pose estivale. La reprise est prévue en octobre dans la partie comprise entre
la place de la Bécasse et l’allée de l’Empereur, jusqu’en mars 2007. Les plantations sur la première portion (arbres et arbustes d’ornement) seront effectuées en novembre pour parfaire l’esthétique de cet aménagement qui a d’ores et déjà gagné en fonctionnalité et en sécurité.
Commerce
Projet d’extension
Une demande d’autorisation d’agrandissement de l’hypermarché Carrefour sera soumise à l’examen de la
Commission départementale d’équipement commercial (1), le 20 août prochain en préfecture. La requête
présentée par la société SA Sogara porte sur une extension de 1 950 m2 de la surface de vente en empruntant sur les actuelles réserves. Le dossier vise à adapter l’outil pour répondre aux nouvelles concurrences
(notamment transfrontalières) et proposer un espace de vente plus confortable à la clientèle.
(1) L’autorisation est obligatoire pour toute surface de vente atteignant ou dépassant
300 m2. La Commission départementale d’équipement commercial, présidée par le
préfet, rassemble les voix des élus des communes, de la Communauté d’agglomération, des organismes consulaires (Chambre de commerce et d’industrie, Chambre
de métiers) et d’un représentant des associations de consommateurs.
9
ANGLET MAGAZINE
N° 82
I
DANS LA VILLE I
TOURISME
I
L’Office de tourisme d’Anglet a développé son système
de réservation en ligne. Résultat : la centrale de réservation
mise en place l’année dernière offre aussi la possibilité
de louer des chambres d’hôtel en plus des appartements
et villas privées.
Accueil touristique
Une réponse professionnelle
e tourisme est le premier secteur d’emploi de
l’économie du Pays Basque. À Anglet,
comme dans les autres stations balnéaires,
il représente un nombre considérable d’emplois et
de ressources pour la ville. L’une des missions de
l’Office de tourisme local est de dynamiser ce tissu
économique essentiel. L’amélioration des services,
et en tout premier lieu l’accueil des touristes, est
la stratégie actuelle de l’Office de tourisme
d’Anglet. L’année dernière, a été mise en place une
centrale de réservation des appartements et villas
en location saisonnière. Les propriétaires qui souhaitent bénéficier de ce système s’acquittent
d’abord d’une cotisation de cent cinq euros
annuels. Ensuite, leurs biens rejoignent le catalogue édité par l’Office. “Nous gérons aujourd’hui
environ quatre-vingts appartements ou villas, alors
que nous avions démarré avec une cinquantaine”
précise Emmanuel Alzuri, le directeur. “Nous
gérons le planning de réservation de A à Z.” Sur
les deux cent trente-quatre locations présentées
sur le catalogue, seules quatre-vingts sont totalement administrés par l’Office. Le propriétaire n’a
qu’à communiquer les semaines de disponibilité
de son bien et l’Office se charge ensuite de
le louer. Seule contrepartie : une commission de
12 % TTC sur les transactions locatives.
L
La gestion est assurée, mais également la promotion. Un catalogue, présentant les villas et appartements mis en location, est édité à trente mille
exemplaires. Il est envoyé à la demande et offert
dans de nombreux lieux publics. Sur le site Internet
de l’Office de tourisme, on les découvre dans le
détail. Visite virtuelle à 360°, photos, calendrier de
réservation, l’information est complète. On peut
même réserver et payer directement via son ordinateur. Le site Internet a reçu cent soixante mille
visites en 2005. Un quart des transactions effectuées par la centrale de réservation y est réalisé.
Le bilan est largement positif. Début mai 2006,
soixante séjours en locations meublées étaient déjà
vendus par Internet. Pour être crédible, l’Office de
tourisme exige des propriétaires qu’ils laissent leur
10
ANGLET MAGAZINE
N° 82
bien en location un certain nombre de semaines,
incluant évidemment la haute saison du 15 juillet
au 30 août. Le premier bilan est encourageant.
Pour le directeur du tourisme, les “réponses en
temps réel de la centrale de réservation donnent
une meilleure image de la ville.” L’accueil y est professionnel. Un système de réservation aussi élaboré
est un des premiers sur la Côte basque. Les appartements y sont déjà classés de une à quatre étoiles
et, à terme, la création d’un label de qualité basé
sur l’accueil est envisagée.
“UN SERVICE AVANTAGEUX”
Début 2005, Christine Fontanieu entend parler
de la centrale de réservation de l’Office de tourisme.
Cela tombe bien car elle et son mari cherchent alors
à mettre en location une maison mitoyenne à la leur.
Ils adhèrent au service en proposant cette maison
à la location de mai à octobre. “L’Office de tourisme
gère les dossiers des loueurs, encaissement compris,
et réceptionne tous les coups de téléphone et les courriers. Nous n’avons
qu’à accueillir les gens, faire l’état des lieux et encaisser la caution.”
Pour Christine Fontanieu, le bilan est très positif. En mai 2006, sa maison
était déjà louée pour douze semaines. “C’est un service économique quand
on compare avec le travail effectué. De plus, mes parents qui ont également
une location saisonnière à Saint-Étienne-de-Baïgorry sont très souvent
dérangés par le téléphone, même quand leur maison est déjà louée.
Nous n’avons pas ce problème.”
Photo : Balloïde-photos
Photo : V. Biard
Photo : V. Biard
L’innovation 2006 de la centrale de réservation est
la mise en ligne des hôtels, villages de vacances,
résidences de tourisme et campings d’Anglet.
Toutes les formes marchandes d’hébergement opérées par des professionnels vont être intégrées à
l’offre de l’Office de tourisme. Pour l’instant quatre
établissements sont présents sur le site Internet. On
peut donc les visiter, consulter leurs disponibilités et
tarifs, puis réserver et payer en ligne. À terme, il y
aura l’ensemble des établissements d’Anglet. Outre
des frais de mise en ligne payables en une seule
fois, une commission de 6 % TTC est perçue sur
chaque nuitée vendue. “Les hôteliers ont la main
mise sur leur planning. Ils décident du nombre de
chambres qu’ils mettent sur la centrale de réservation” détaille François Iriarte, le responsable du système informatique. Impossible donc qu’une chambre
soit réservée deux fois. Avantage énorme :
FRANÇOIS IRIARTE
Responsable du service en ligne.
les hôtesses d’accueil des deux bureaux de l’Office
de tourisme (Cinq-Cantons et Chambre d’Amour)
réservent instantanément les chambres des touristes et les envoient vers leur hôtel. Ce “système
lourd à mettre en œuvre”, selon les représentants
du tourisme angloy, confère à la ville d’Anglet une
qualité d’accueil dont le professionnalisme est
innovant. Ce système pilote, d’un coût de trois
mille euros seulement, car mutualisé dans le cadre
d’un projet départemental, est un atout de plus
pour le secteur touristique d’Anglet. V. B.
11
ANGLET MAGAZINE
N° 82
I
DANS LA VILLE I
PRÉVENTION
I
La Ville prend des mesures pour assurer la tranquillité
sur le littoral pendant la saison estivale.
Certaines sont menées dans le cadre du Conseil local
de sécurité et de prévention de la délinquance.
Littoral
L’été en toute sécurité
n été, on le sait, les flux importants de population sur les communes littorales ont une
influence directe sur la sécurité. À Anglet,
même si les méfaits n’augmentent pas sur l’année
(moins 10 % en 2005), force est de constater que
vols à la roulotte, vols de deux-roues, incivilités ou
nuisances sonores forment un pic durant la saison
(plus 10 % au mois d’août). Pour y faire face, police
et gendarmerie renforcent les effectifs. Mais la mobilisation des forces de l’ordre et des élus locaux sur
E
12
ANGLET MAGAZINE
N° 82
ces questions d’insécurité saisonnière permet d’apporter certaines réponses. La Ville a mis en place en
mai 2003, un Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance, formalisé par une convention
entre partenaires (1). Un lot de mesures accompagne
donc le déroulement de la saison estivale. Des
actions de prévention, de développement de la
citoyenneté et de coordination menées conjointement par les polices nationale, municipale, et la Ville
tout au long de l’été.
Photos : R. Hélin
1. PRÉVENTION DES VOLS ET DES INCIVILITÉS
Dans ce domaine, la situation n’est pas critique. Ce qui n’exclut pas les mesures de
prévention. Dix mille dépliants d’information, rédigés avec le concours des polices municipale
et nationale, incitent les automobilistes plagistes à la plus élémentaire prudence afin de
se prémunir des vols à la roulotte ou sur le sable. Une démarche de sensibilisation va être
entreprise auprès des commerçants. À côté des effectifs de la police nationale, l’escouade des
agents municipaux chargés de la sécurité à Anglet compte dix personnes, avec sept renforts
d’été. Parmi eux, une brigade vététiste patrouille sur le littoral.
2. SURVEILLANCE GRATUITE DES DEUX-ROUES
Cinq aires de gardiennage pour les deux-roues sont mises en place aux entrées des plages
des Sables-d’Or, de la Marinella, des Corsaires, de la Madrague et des Cavaliers, jusqu’au
31 août. Ouverts de 13 h 30 à 19 h, ce service municipal gratuit est assuré par de jeunes
étudiants sur chacun des sites. Il recueille un vif succès tant auprès des adolescents qui
rallient les plages d’Anglet en scooter, que chez des adultes de plus en plus enclins à éviter
les difficultés de stationnement en utilisant les pistes cyclables. Revers de la médaille :
une fréquentation qui frôle la saturation. Près de vingt-cinq mille deux-roues ont bénéficié de
ce service en 2005. En 2006, l’une des aires des plus fréquentées (Marinella) a été agrandie.
3. CAMPING-CARS ET CAMPING SAUVAGE
Un arrêté municipal interdit le camping sauvage l’été. Adeptes de l’installation à la carte,
les camping-caristes sont donc dirigés vers l’aire d’accueil de La Barre. Une alternative à
l’interdiction de stationner qui leur est faite de minuit à 8 h du matin sur le littoral. Pour un
forfait journalier de six euros, ils y trouvent une aire équipée avec eau et électricité. Sur la
plage de la Marinella, les nuits sont placées sous surveillance. Un arrêté municipal (2) stipule
que “les plages et leurs abords devront être libres de tout occupant dès 5 h 30 du matin”.
Point noir à venir : les fêtes de Bayonne, puisqu’une proportion de festayres investissent les
plages et autres espaces verts d’Anglet au petit matin. Autre question, l’accueil des gens du
voyage. Les déplacements connaissent une pointe entre mai et septembre avec la venue de
missions évangéliques ou les rassemblements divers. Une aire de grand passage des
caravanes manque cruellement sur le BAB. Sa création est en réflexion au sein de la
Communauté d’agglomération.
4. LUTTE CONTRE LES NUISANCES SONORES
“Le calme est l’élément qui satisfait le plus les vacanciers lors de leur séjour d’été” indiquent
les études nationales de satisfaction (3). Les manifestations aux décibels non maîtrisés sont
dans le collimateur des associations de quartier de Chiberta. Un arrêté municipal (4)
réglemente les établissements ouverts au public, et les bruits en terrasse doivent cesser
à partir de minuit. Tout l’été, la police municipale, qui intervient aussi en matière d’hygiène
et de sécurité, est mobilisée pour faire assurer le respect des règles.
5. DES CAVALIERS VERTS DANS LE PIGNADA
L’été, ils sont deux à sillonner le massif du Pignada sur leurs montures appartenant au Club
hippique. Leur mission ? Protéger le milieu et prévenir les comportements à risque des
utilisateurs. Les actes de malveillance, plus rapidement signalés, sont ainsi plus vite traités.
La forêt étant aussi propriété départementale, cette mesure est prise en partenariat avec
le conseil général des Pyrénées-Atlantiques.
6. PRÉVENTION ENCORE
L’action prioritaire de la Ville s’exerce sur la sécurité routière auprès de jeunes conducteurs.
La piste d’initiation à la conduite des deux-roues motorisés, animée par la police municipale,
est aussi en service pour l’été. Enfin, pour responsabiliser les jeunes, on leur confie, après
une petite formation, des tâches faciles de prévention et de sauvetage en mer. Six jeunes
de 16 et 17 ans se voient offert un stage de formation au métier de MNS. Chaque stagiaire
est accueilli dans un poste. Cette opération a eu un grand succès par le passé grâce à une
totale implication des chefs de poste, de leurs équipiers et des jeunes recrues. De plus,
en matière de toxicomanie et des conduites addictives, un groupe de travail composé d’élus,
de fonctionnaires municipaux, de la police nationale, des associations de prévention et des
collèges… proposera bientôt des pistes d’action. À suivre… L. B.
(1) Le Conseil local de sécurité, placé sur la présidence du maire, est composé de membres de droit (Procureur et représentant du préfet) et de plusieurs collèges (élus, police et protection judiciaire, représentants de la société civile).
(2) Arrêté du 1er août 2005.
(3) Source CREDOC.
(4) Arrêté du 24 mars 1997.
13
ANGLET MAGAZINE
N° 82
Photo : Ville d’Anglet / R. Hélin
DOSSIER
BIBLIOTHEQUE
L’ETE A LIVRES
OUVERTS
15
ANGLET MAGAZINE
N° 82
Ni supermarché culturel ni temple du savoir érudit,
la bibliothèque d’Anglet se veut lieu convivial qui favorise
l’accès de tous à l’information et à la lecture.
Ici, on prend le temps de vous faire partager le plaisir
de lire et de découvrir. Laissez-vous guider… et surprendre !
ntre les rayonnages de livres, les coins et les
recoins sont nombreux pour se plonger tranquillement dans le dernier polar, lire une
BD, feuilleter le journal, ou tout simplement…
bavarder. On peut aussi s’installer dans une des
confortables chauffeuses du hall en buvant un café,
après avoir découvert l’exposition du moment dans
la galerie attenante (peintures contemporaines de
Tony Soulié), ou encore, préférer s’isoler dans la
salle de lecture pour travailler en silence. “Tout est
fait pour que le lecteur se sente bien et chez lui”,
souligne François Rosfelter, le directeur de la bibliothèque municipale. Près de 19 % des Angloys ont
déjà fait au moins une fois l’emprunt d’un document à la bibliothèque en 2005. Un pourcentage
supérieur à la moyenne nationale, mais le directeur
souhaite cependant l’augmenter. Avec un leitmotiv :
concilier la qualité de l’information proposée et la
rendre accessible à tous. D’abord grâce à la
volonté municipale, qui fait appliquer le principe de
gratuité du prêt pour tous depuis la création de la
bibliothèque. Ensuite, avec une équipe qui ne
ménage pas ses efforts pour éveiller la curiosité
des lecteurs, au moyen d’animations et d’ateliers
gratuits tout au long de l’année.
Certains savent à peine marcher, mais sont déjà
des adeptes réguliers des “Histoires doudou”, atelier mensuel réservé aux enfants de 0 à 3 ans
accompagnés d’un parent. Car il n’est jamais trop
tôt pour découvrir les livres et partager le plaisir
d’une lecture. Assis sur de gros poufs rouges,
pouce dans la bouche et “billes” écarquillées, les
bambins écoutent les histoires délicieusement
racontées à deux voix par Annick Ferenc et Pascale
Pereira-Guerra. “Nous choisissons quatre ou cinq
DE DRÔLES DE LIVRES !
Livre en moquette bouclée ou en patchwork de tissus brodés main, livre qui
se déplie en accordéon, livre aux pages toutes blanches, livre rangé dans une
boîte à fromage,… La bibliothèque d’Anglet s’enorgueillit d’un fonds de
quatre-vingts livres “singuliers”, réalisés par de véritables artistes et édités
en série limitée. Des livres inattendus et insolites, qui touchent l’imaginaire
et les sens. Conservés précieusement à l’abri, enfants et adultes peuvent les
découvrir et les manipuler – en mettant des gants - lors d’ateliers mensuels.
16
ANGLET MAGAZINE
N° 82
Photos : Ville d’Anglet / R. Hélin
E
livres autour d’un thème (la pluie, les petites
bêtes, l’heure du coucher, les papas…), en terminant toujours par une chanson.” Un peu plus
grands, les enfants peuvent assister aux lectures du
mercredi (à partir de 4 ans) ou redécouvrir le répertoire classique des contes grâce à la présence
d’une comédienne professionnelle (à partir de 6
ans). La bibliothèque accueille aussi les classes
d’Anglet (cent quatre-vingts visites l’an passé) et le
centre de loisir. “Notre objectif, c’est que les
enfants, lorsqu’ils reviendront seuls, puissent s’approprier le lieu et deviennent autonomes quand ils
recherchent une information”, explique François
Rosfelter. La bibliothèque n’a pas oublié les adolescents en créant un “fonds découverte”, situé entre
les collections enfants et adultes. Une sélection
d’ouvrages de qualité faciles à lire, pour tous ceux
qui sont un peu perdus devant tous les rayonnages
ou réticents face aux gros “pavés”.
DOSSIER
BIBLIOTHEQUE
L’ETE A LIVRES
OUVERTS
“Je vais pouvoir lire sans mes lunettes !”, s’exclame, ravie, une mamie qui vient emprunter un
roman écrit en gros caractères. Parce que la vue
baisse souvent à mesure que l’âge augmente, la
bibliothèque d’Anglet prête non seulement une
loupe à qui le demande, mais, surtout, elle propose un important rayonnage d’ouvrages et de
magazines en gros caractères (corps 16 ou 18). Elle
a également investi dans un large choix de livres
lus par des comédiens (sur cassettes, CD ou MP3).
Les malvoyants, mais aussi ceux qui voudraient
“lire” en voiture, peuvent trouver leur bonheur
entre policiers, pièces de théâtre, poésie, voire
encore essais philosophiques ou documentaires
historiques. Les bibliothécaires prennent le temps
d’aider ces personnes à choisir, à sortir un livre ou
à le remettre en place sur l’étagère.
C’est que l’accueil et l’accompagnement des personnes handicapées sont une priorité dans cette
volonté de promouvoir l’accès de tous à la lecture
et à l’information. Déjà, avec ses 2 500 m2 de
plain-pied, sans une seule marche à gravir, la
bibliothèque est facilement accessible aux fauteuils
roulants. Le personnel y reçoit régulièrement des
enfants et adultes handicapés, des malvoyants ou
non-voyants, en partenariat avec les structures
locales (centre de rééducation motrice d’Hérauritz,
foyer de vie d’Urt, Nid Basque, association Valentin
Haüy,…). Et pour ceux qui ne peuvent pas venir
seuls, les bibliothécaires se déplacent hors les
murs avec leur lot de livres. En direction des
bébés lecteurs, elles proposent ainsi des animations dans les différentes crèches et haltes-garde-
ries d’Anglet. Elles interviendront aussi prochainement dans les maisons de retraite, pour lire des
nouvelles aux pensionnaires et leur laisser différents ouvrages en prêt. Pour cette action, le livre
sert de lien social entre personnes âgées peu
mobiles et le monde extérieur.
LES LECTEURS ONT LEUR MOT À DIRE
La bibliothèque vient de mettre en place un cercle de lecteurs appelé
“Impressions de lecteurs”, composé d’une dizaine de participants.
Ils échangeront leurs impressions, leurs avis et coups de cœur sur une
sélection de livres choisis par les bibliothécaires. Leurs critiques seront
mises en avant sur un présentoir de la bibliothèque et sur le site Web de
la Ville. Le cercle de lecteurs sera renouvelé deux fois par an.
Avis aux passionnés désireux de faire partager leurs goûts !
17
ANGLET MAGAZINE
N° 82
LA BIBLIOTHÈQUE BIENTÔT
EN LIGNE
Photos : Ville d’Anglet / R. Hélin
L’ouverture du site Web de la
bibliothèque est annoncée pour fin 2007,
le temps d’ici-là de terminer la réinformatisation en cours. Les Angloys pourront
alors consulter en ligne l’ensemble du
catalogue, et bientôt peut-être un accès
simultané aux trois catalogues des
bibliothèques municipales du BAB, grâce
à leur mise en réseau. Autres services en
ligne : la consultation de son dossier
d’emprunt (titres et dates de retour) et la
possibilité d’être informé du programme
des animations.
À l’heure de l’apéro, “le principe du tire-bouchon”
devrait attirer plus d’un curieux. Leïla Haddad
viendra parler de son dernier ouvrage (1) lors du
prochain “bistrot des sciences” proposé par la
bibliothèque, en septembre. En fait, il sera moins
question d’œnologie que d’une plongée fascinante
dans l’univers des théorèmes physiques, et de
pouvoir enfin comprendre E = mc2 ! Plusieurs fois
dans l’année, ces “bistrots”, organisés en début de
soirée autour d’un apéritif, permettent ainsi au
public d’écouter un spécialiste passionné sur un
sujet de sciences, d’informatique, de mythologie
ou de philosophie. Une initiative de vulgarisation
des connaissances, qui concilie savoir et plaisir,
information et convivialité. “La formule répond
à notre ambition de donner des clés pour
comprendre notre époque et ses enjeux, de faire
découvrir simplement et pas seulement à travers
l’écrit”, explique le directeur. Une ouverture au
monde qui se manifeste aussi à travers les expositions qui animent le hall d’entrée de la bibliothèque et la galerie attenante. Après le désert du
Sahara, les Basques et l’Argentine seront au
programme de la rentrée et, en novembre,
une exposition rendra hommage à Aristides de
Sousa Mendes, consul du Portugal à Bayonne,
qui sauva des milliers de réfugiés et de juifs en 1940.
BIBLIOTHÈQUE, MODE D’EMPLOI
Où ? 12, rue Albert-le-Barillier.
Quand ? La bibliothèque est ouverte tout l’été,
aux mêmes horaires que le reste de l’année.
Mardi : de 14 h à 20 h.
Mercredi et samedi : de 10 h à 12 h 30 et de 13 h 30
à 17 h 30.
Jeudi : de 10 h à 12 h 30.
Vendredi : de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 19 h.
Fermée le dimanche et le lundi.
Comment ? Accès libre pour lire sur place les magazines, les BD ou tout autre
ouvrage, comme pour visiter les expositions en cours.
Pour emprunter un document ou consulter Internet, l’inscription est gratuite.
Il suffit d’apporter une pièce d’identité et un justificatif de domicile récent
(il n’est pas obligatoire d’habiter Anglet). La participation aux animations
(contes, ateliers multimédias, conférences…) est gratuite mais sur
réservation obligatoire (05 59 52 17 55).
18
ANGLET MAGAZINE
N° 82
À l’espace multimédia, jeunes et moins jeunes
manient plus ou moins allègrement la souris
devant les neufs postes d’accès à Internet.
On peut surfer ici librement, pendant une heure,
à condition d’être inscrit à la bibliothèque et de
respecter la charte d’utilisation. “Pour autant,
nous ne sommes pas un cybercafé où l’on vient
pour consulter sa messagerie” précise Véronique
Lanquetin, responsable de l’Espace documentaire
multimédia (EDM). “Notre mission, c’est avant tout
d’initier chacun aux nouvelles technologies, de
montrer ce qu’Internet apporte en termes d’accès
au savoir, d’échange et de partage, mais aussi de
développer un esprit critique vis-à-vis de l’outil”.
À côtés des ateliers “1 ers clics”, très appréciés
notamment des plus âgés et où nous affectons six
postes supplémentaires, et de ceux sur l’utilisation
des moteurs de recherche, de nouveaux ateliers
vont se mettre en place à partir de la rentrée.
Ils permettront de se familiariser à la retouche de
photos numériques, ou encore de découvrir des
sites pour l’apprentissage des langues étrangères.
En partenariat avec Euskalug, une association
de promotion des logiciels libres, la bibliothèque
va aussi programmer des séances sur leur
utilisation pour le traitement d’images, la modélisation en 3D, ou la création de pages Web.
Enfin, en tant qu’outils de partage et de convivialité, la découverte de sites de jeux en réseau,
à vocation éducative, ou de jeux de stratégie,
devrait attirer de nouveaux publics. E. Y.
DOSSIER
BIBLIOTHEQUE
LA BIBLIOTHÈQUE EN CHIFFRES*
27 bibliothécaires, agents d’accueil et agents d’entretien.
90 000 documents et 260 abonnements (quotidiens et magazines).
L’ETE A LIVRES
OUVERTS
6 000 nouveaux livres et plus de 70 cd-rom achetés chaque année.
8 000 entrées en moyenne par mois.
7 000 inscrits qui ont emprunté 150 000 documents.
5 700 heures de consultation à l’espace multimédia.
40 ateliers de lecture jeunesse et 110 ateliers multimédias.
10 conférences, 5 expositions, 3 spectacles, des rencontres avec des auteurs…
*Année 2005.
ENTRETIEN
LA BIBLIOTHÈQUE, “UNE CLÉ DU SAVOIR À L’ÉCHELON LOCAL”
LE DIRECTEUR, FRANÇOIS ROSFELTER, EXPLIQUE LES PRINCIPES ET LES OBJECTIFS QUI GUIDENT
LES CHOIX ET L’ACTION RETENUS À LA BIBLIOTHÈQUE D’ANGLET.
Anglet Magazine : Pour vous, aujourd’hui, qu’est-ce qu’une bibliothèque
de lecture publique ?
François Rosfelter : Il y a parfois des
malentendus avec le public sur les
missions d’une bibliothèque municipale. Notre vocation n’est pas forcément de nous rapprocher de
l’offre d’une grande surface culturelle, où l’on emprunterait n’importe quel produit au lieu de l’acheter. C’est surtout un lieu de vie
avec des médiateurs qui rendent accessibles, gratuitement et simplement, la lecture et l’information.
À Anglet, nous nous appuyons beaucoup sur le Manifeste de
l’Unesco (2) qui définit les missions des bibliothèques publiques :
la bibliothèque doit être “clé du savoir à l’échelon local” et offrir
des “services accessibles à tous”.
concours, avec des guides et revues dédiés et une sélection de
sites Web. Signalons par ailleurs notre effort en direction des personnes âgées ou malvoyantes, avec deux mille cinq cents
ouvrages en gros caractères et livres sonores.
A.M. : Quelles sont les particularités du fonds de la bibliothèque
d’Anglet ?
F.R. : Justement, pour remplir notre mission de clé du savoir, nous
avons voulu accorder une place prépondérante aux documentaires
qui représentent 56 % des livres pour adultes. Avec une attention
particulière aux enjeux citoyens : l’environnement, la place du handicap dans notre société, les cultures du monde, la philosophie et
les religions, les sciences sociales. Une place de choix est aussi
réservée à la création contemporaine conformément à la place de
l’art contemporain dans notre cité. On peut également consulter
près de deux cent soixante quotidiens et magazines. L’accès au
savoir, c’est aussi se former dans le cadre d’un métier. Nous avons
donc mis en avant un espace emploi-formation-préparation aux
A.M. : En cette période estivale, les gens auraient plutôt envie
d’aller à la plage qu’à la bibliothèque…
F.R. : Durant les vacances, on est plus enclin à prendre son temps.
C’est donc un moment privilégié pour lire, découvrir de nouveaux
auteurs, se plonger dans de nouveaux savoirs. Et pour tous ceux
qui recherchent un peu d’ombre et de calme, loin de la foule des
estivants, les fauteuils de la bibliothèque les attendent !
A.M. : Plus que de bibliothèque, on parle aujourd’hui de médiathèque municipale. Pourtant vous ne proposez pas de prêt de CD
musicaux ni de films DVD ?
F.R. : Pour l’instant nous avons ciblé nos fonds sur la lecture et
l’accès à l’information. En offrant tous les supports : livres et
presse mais aussi des CD de livres lus, Cd-Rom, vidéos et surtout
quinze postes multimédias. C’est en ce sens que nous pouvons
être définis comme médiathèque. Il n’est pas exclu qu’un jour
nous proposions aussi un fonds musical et de DVD. Mais, là
encore, en respectant l’esprit de nos missions de service public.
“LE PRINCIPE DU TIRE-BOUCHON” PAR LEÏLA HADDAD. ÉDITIONS
DU SEUIL.
MANIFESTE DE L’UNESCO (1994) www.unesco.org/webworld/libraries/manifestos/libraman_fr.html
DES IDÉES DE LECTURE POUR LES VACANCES
Océan Pacifique, de Hubert Mingarelli. Trois nouvelles, pudiques et
émouvantes, inspirées par la vie de marin que l’auteur a connue, notamment dans le Pacifique sud.
J’étais derrière toi, de Nicolas Fargues. Une mise à nu des rapports de couple, avant la séparation,
vus du côté masculin, et dont l’originalité tient au style d’une franchise et d’une énergie rare.
LIVRE EN GROS CARACTÈRES :
Éloge de la morue, de Jean-Claude Boulard. Le métier fascinant des
pêcheurs de morue à l’époque où leur travail fondait la prospérité
de Saint-Pierre-et-Miquelon.
19
ANGLET MAGAZINE
N° 82
I
RENCONTRE
I
ASSOCIATIONS I
“L’Association des amis du littoral d’Anglet” (ADALA) veille au respect
de l’environnement et au développement durable du littoral angloy
depuis cinquante ans.
Adala
L’association au développement
durable
visiter absolument. Les deux sites sont
superbes et méritent le détour. Les sites en
question ? Celui qu’ils défendent, le littoral
d’Anglet, et celui, plus virtuel (1) qu’ils ont créé
pour défendre et protéger le premier. L’Association
des amis du littoral d’Anglet est née le 15 octobre
1956 “à l’initiative des personnes qui faisaient
partie du lotissement de Chiberta” explique Alain
Peltier, président depuis quatre ans. “Avec M.
Chimier, son président fondateur, elle s’appelait
Association des amis de Chiberta, Chambre
d’Amour, Cinq-Cantons, Fontaine-Laborde…”
Retour en arrière : dans les années cinquante il n’y
a pas l’éclairage urbain, pas le téléphone, et les
personnes se regroupent en association pour aménager ce quartier. Le concept a
évolué
progressivement.
Aujourd’hui, Adala, “qui fait partie
de l’EUCC (2) , qui n’a jamais
demandé de subventions et qui
est apolitique”, œuvre pour le
développement durable sur trois
axes : le domaine environnemental, le secteur économique et le
champ sociétal (ex. : ouvrir la
forêt au plus grand nombre).
L’équilibre est à trouver entre ces
trois piliers. “Concrètement,
quand il y a un projet d’aménagement, une évolution envisagée
sur le littoral, nous regardons les trois aspects…”
souligne le président. Adala travaille aussi à la
gestion intégrée des zones côtières. “Ce terme est
employé depuis dix ans, mais, au fond, dans la
volonté des membres de l’association, l’objectif
est resté le même : conserver le cadre exceptionnel du littoral qui s’étend jusqu’à l’estuaire…”
Photo : DR
À
LES MEMBRES DE L'ADALA
De gauche à droite :
Yves DAURIAC,
Jean-Marie HERTZOG,
Jean-Yves PARENT,
Alain PELTIER, président,
Denis HERBLOT, trésorier.
En veille permanente, Adala fait un travail de terrain voire de sous-terrain. Elle a deux niveaux d’intervention. Le premier concerne l’aménagement du
territoire dans un aspect global. Adala est consultée lors de l’élaboration du PLU (Plan local d’urbanisme), a une contribution sur le plan régional
20
ANGLET MAGAZINE
N° 82
pour “Aquitaine 2020” ; fait partie du conseil
consultatif de l’environnement et du développement durable de la Cabab ; est en contact avec
l’ONF. Le deuxième niveau, plus local, est en prise
directe avec le périmètre concerné : chaussées,
éclairage public, téléphone, ADSL, accueil des
camping-caristes… Adala, tout terrain… Adala,
tenace et vigilante, ne verse pas dans l’ornière et
ne lâche pas le cap qu’elle s’est fixé. Une proposition est faite en assemblée générale. Elle sera portée et supportée jusqu’à ce que les décisions
appropriées soient effectives. Citons pour exemple,
le travail de fourmi entrepris pour l’ADSL sur le
quartier Chiberta : “Nous avons sollicité le maire,
des interventions écrites ont été faites. En parallèle, nous avons contacté l’ANTIC de la Cabab. Il a
fallu trois ans avant que le répartiteur ADSL soit
installé près de Stella-Maris…”
Sur le site – outre les multiples liens possibles –
on peut lire plus d’une centaine d’articles, de
novembre 2004 à mai 2006, parus dans plusieurs
publications. Ils présentent les très nombreuses
actions de l’association. S’y ajoutent les réponses
faites aux différentes requêtes par la mairie
d’Anglet. Chaque habitant peut suivre l’évolution
du “dossier” qui le préoccupe. Transparence, interaction, Adala a ouvert le portail de la communication. Pour ses cent cinquante adhérents, l’association rassemble dans sa gazette semestrielle les
lettres, courriers, articles de presse… En première
page, Adala a mis en exergue cette phrase de
Saint-Exupéry : “Nous n’héritons pas de la terre
de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos
enfants”. Dont acte. B.A
(1) Site : www.adala-asso.com
(2) Union européenne du conservatoire côtier.
ASSOCIATION DES AMIS DU LITTORAL D’ANGLET.
188, BD DES PLAGES - 64600 ANGLET.
TÉL. 05 59 63 10 01.
COURRIEL : ADALA@ADALA-ASSO.COM
Bal de Chiberta : la nuit de lumière II.
1953 : l’événement du siècle.
Les plages musicales.
Orgues académiques.
ARTS
EXPOSITIONS
CONCERTS
FÊTES
Mozart en son temps.
ACTUALITÉS
Ch?urs basques.
Danses basques.
Stage de danse contemporaine.
Tragédie et démesure animale.
Fête nationale.
Les Cabanas.
XVIe nuit des étoiles.
Le Festival des chineurs.
Peinture en liberté.
Le marché nocturne.
Noitarugif.
La séparation.
21
ANGLET MAGAZINE
N° 82
I
EXPRESSION
I
ART CONTEMPORAIN
I
Représentant reconnu de la “nouvelle abstraction”,
au goût prononcé pour les voyages, Tony Soulié investit
les cimaises d’Anglet jusqu’au 2 septembre.
Ses dernières œuvres sont visibles à la galerie Pompidou.
Son parcours artistique et son travail sur la tauromachie
s’exposent à la villa Beatrix Enea.
Rencontre avec un artiste nomade.
Entretien
Tony Soulié
SUNSET Bld, LA
Technique mixte,
125 x 180 cm,
2006.
22
ANGLET MAGAZINE
N° 82
A.M. : Parlez-moi de ce travail avec les images ?
T.S. : La photo est en filigrane. Je la réalise toujours en
noir et blanc… Je ne fais pas un travail de photographe,
je saisis un instant, une lumière, et je compose en pensant à la peinture. Je ne fais pas une photo de photographe. Je sais que je vais la retravailler, mettre une
coloration, une matière. Je vais la transformer complètement. Par exemple je fais des photos volontairement
floues…, je les recadre… Mes images sont très graphiques voire abstraites. Je ne veux pas être dans
l’anecdote de l’image, ni dans son récit.
A.M. : Êtes-vous un peintre voyageur… ?
T.S. : Mon lieu de prédilection c’est le déplacement.
Je ne dirai pas voyage, car le mot est galvaudé. Je vais
chercher dans le déplacement comme une palette :
Photos : T. Soulié et B. Michau
Anglet Magazine : Vous peignez sur site… Mais comment choisissez-vous un site plutôt qu’un autre ?
Travaillez-vous en relation avec les éléments : le feu,
l’air, l’eau, la terre… ?
Tony Soulié : Quand je suis sur un site, je travaille in
situ avec des installations éphémères. Pour les garder
en mémoire, j’utilise la photographie. Voilà comment je
procède : je trouve un site, par exemple un volcan, un
désert… J’interviens avec des pigments, du soufre, des
terres qui permettent d’être “soluble”, de ne pas laisser
de trace. Après, je fais des photographies qui me servent de repères par rapport à mon travail. Comme je
suis en voyage six mois par an, cela me permet de
continuer mon travail. Je retravaille dans mon atelier
ces tirages de photos qui deviennent des grands
tableaux de 1,5 m à 2 m…
LOS ANGELES
Technique mixte,
125 x 180 cm,
2006.
la matière, une coloration, des sensations, une structure,
une architecture, puis je ramène tout cela, et, dans
mon atelier, les choses se décantent… Par exemple,
je vais à Santiago du Chili, à Valparaiso, je prends un
certain vert qui est un oxyde de cuivre, je le ramène…
et, dans ma peinture, il est là… De L’Équateur, je rapporte un certain jaune lumineux…
A.M. : Pouvez-vous me raconter une de vos journées,
lorsque vous êtes en déplacement ?
T.S. : Quand je me trouvais au Bénin, je travaillais sur
les cités lacustres avec ceux qui fabriquaient les
pirogues et creusaient des troncs d’arbre. Ces cités sont
à la frontière du Nigeria. Ce qui m’intéresse, c’est de
restituer cette atmosphère, de le traduire en images,
en tableaux… J’ai travaillé aussi au Burkina Faso avec
des fondeurs. J’ai fait des sculptures en bronze, on est
allé chercher la cire à la frontière du Mali… L’histoire,
la culture, le vécu des gens m’intéressent… Je vis avec
eux leur quotidien, je prends des photos… mais ce
n’est pas l’image qui m’intéresse, je veux dépasser cet
univers dans un domaine poétique.
A.M. : Ce ne sont pas uniquement les déplacements
qui président à votre peinture, il y a aussi des arts
comme la boxe, la tauromachie…
T.S. : Dans mes déplacements, il y a des sujets récurrents : c’est l’idée de l’arène, du lieu qui est fermé,
c’est l’île… En fait, c’est le problème des frontières, des
“no man’s land”, ce sont les frontières que l’on va toujours dépasser, repousser… Et quand j’étais à La
Havane, pendant des années avant le tourisme, je travaillais beaucoup sur les petits boxeurs de La Havane.
Pour moi l’île c’était comme un ring, il fallait se battre
avec quelqu’un pour sortir du pays. Je crois que derrière une image il y a toujours cette lutte avec soimême, avec l’espace…
A.M. : Ce voyage, pour vous, est-ce une mise en danger de vous-même, une prise de risques, une ouverture
tous azimuts ?
T.S. : Ce qui m’intéresse c’est plutôt ce déplacement
des territoires, d’aller vers l’autre, vers de la rencontre…
Avec des gens, des paysages, des compréhensions du
monde, des dialogues aussi. Qu’il y ait des correspondances, comment vivent les gens, comment ils me perçoivent…
A.M. : Et le moment du retour ?
T.S. : Dans mes peintures il y a toujours des palimpsestes, des choses qui existent d’un autre voyage…
Tout se superpose, se chevauche. Cela fait une sorte de
mosaïque de matières, d’impressions qui se télescopent et qui finissent par créer une unité. L’écrivain va
être plus linéaire, il va raconter une histoire, il va
prendre un personnage, etc. Dans ma peinture, même
s’il y a une part figurative en fond, il y a toujours une
abstraction… Je me raconte mille histoires. L’atelier est
une escale pour moi… Mon corps, mon regard, mes
sens qui sont le crayon dessinent une déambulation…
A.M. : Dans votre parcours personnel y a-t-il eu des
fractures, des changements de direction ?
T.S. : Je m’aperçois qu’après une trentaine d’années il y
a toujours un éternel retour… La facture de l’œuvre est
différente, mais on a toujours un axe qui nous ramène
vers un centre à un niveau différent. On épure, on
enlève l’anecdotique, on devient plus léger…
A.M. : Unité de temps, de lieu, d’action… c’est le
théâtre ?
T.S. : Tout à fait. Le déplacement est là aussi. C’est vrai
que j’ai commencé par faire des décors de théâtre et
de cirque.
A.M. : Avez-vous eu des remarques des gens du pays,
concernant ces installations ?
T.S. : Comme je suis souvent dans des lieux très désertiques, des volcans, il y a peu de personnes… Sauf
Hawaï où j’ai travaillé avec des natifs. C’est un territoire
qui leur a été volé. On ne leur a laissé que le territoire
des volcans. J’ai voulu m’exercer sur les volcans pour
bien montrer leur empreinte et leur histoire… J’ai agi
vraiment en harmonie avec eux pour respecter leur
croyance, leur culture, leur spiritualité… Le travail n’est
pas coupé du monde spirituel dans lequel vivent les
hommes. Comme pour les photos, j’ai besoin de vivre
quelque chose avant de réaliser des images.
Propos recuillis par B. A.
NEW YORK
Technique mixte,
125 x 180 cm,
2006.
23
ANGLET MAGAZINE
N° 82
I
EXPRESSION
I
SPECTACLE
I
Le prochain spectacle pyro-symphonique d’Anglet retrace
l’extraordinaire “bal de Chiberta” du marquis de Cuevas.
Il évoque en lumière et en musique le faste inoubliable
de cet ancien événement. Étonnant et visuel.
Spectacle “Bal de Chiberta”
La nuit de
Encore plus féerique ! Voilà le programme du
prochain festival pyro-symphonique
d’Anglet. Ce nouveau spectacle (on a
encore en mémoire l’inoubliable “Légende de la
Chambre d’Amour”), qui mêle son, lumière et pyrotechnie, est une nouvelle fois orchestré par Daniel
Szabo, musicien qui réalise entre autres, depuis
1989, le spectacle du 15 août à Royan. Installé
depuis plus de vingt ans dans le Sud-Ouest, où le
cadre et la douceur de vivre favorisent l’inspiration, l’homme se passionne pour la scénographie.
La volonté de toujours surprendre l’attention des
E
24
ANGLET MAGAZINE
N° 82
spectateurs le conduit à utiliser les nouvelles technologies. Elles lui permettent d’allier la créativité
et la synchronisation technique au vingt-cinquième
de seconde près. Avec ses collaborateurs, techniciens, il fera encore une fois rêver le public angloy
sur un nouveau thème, qu’il a élaboré en s’inspirant du site et de notre passé local.
Point d’orgue dans le ciel angloy déjà constellé
des animations estivales 2006, ce deuxième spectacle pyro-symphonique revisite donc l’histoire balnéaire et mondaine de l’Anglet d’après-guerre. À
savoir le fameux bal du marquis de Cuevas (voir
Photos : L. Masurel
lumière II
page suivante). Sur fond d’extraits musicaux de
Saint-Saëns, Tchaïkovski, Prokofiev, Purcell,…
il évoque le faste de cette fête d’antan, à travers
une quinzaine de tableaux visuels et sonores
composés de plus d’un millier de bombes tirées
depuis les épis rocheux et le bord de mer, jouant
ainsi sur la profondeur des jetées. Le public,
installé à même la plage et la promenade, aura
donc plusieurs angles de vision. La qualité sonore
sera aussi au rendez-vous. Le matériel déployé est
conséquent avec une puissance de plus de 40 kW.
Tout ce dispositif sera animé par plusieurs
artificiers, éclairagistes et techniciens du son pour
évoquer, grâce aux technologies d’aujourd’hui,
l’univers fantasmagorique du marquis de Cuevas,
mais avec l’Océan en décor de fond. L. B.
LE 23 JUILLET, À 22 H, PLAGE DE MARINELLA.
SPECTACLE GRATUIT. INFORMATION À L’OFFICE DE
TOURISME AU 05 59 03 77 01.
25
ANGLET MAGAZINE
N° 82
I
AUTREFOIS
I
FESTIVITÉS
I
Dans les années cinquante, sous la houlette du marquis de Cuevas
fut donné l’un des derniers bals de l’extravagance avec, en clou,
le Lac des cygnes joué sur une scène flottante au beau milieu
du lac de Chiberta.
L’événement du siècle…
Bal de Chiberta de 1953
Photos : Paris-Match
LE LAC DES CYGNES
Une scène flottante halée
par trente laquais le long
des rives du lac de
Chiberta.
26
ANGLET MAGAZINE
N° 82
e nom du marquis de Cuevas est indissociable
des ballets de Monte-Carlo, qu’il a remis au
goût du jour dans les années quarante, en
leur insufflant tout à la fois la force de sa passion et
l’immense fortune de son épouse (née Rockefeller).
Follement mondain et fantasque, George de las
Cuevas de Bustillo y Teran, huitième marquis de
Piedra Blanca de Guana de Cuevas, né en 1885 à
Santiago du Chili – Chilien de naissance, Espagnol
par son père, Danois par sa mère et Américain par sa
femme – colle parfaitement à cette période d’aprèsguerre aussi pressée de panser ses plaies que de rattraper le temps perdu. Le “Tout-monde” se nourrit
alors d’extravagances et de surenchères. Au grand
bal de son ami et néanmoins rival Bestegui, donné
en 1951 à Venise, le marquis répondit le 1er septembre 1953 par un grand bal champêtre à Chiberta.
Ce dernier, qui coûta plus de quarante millions de
l’époque, rassembla trois mille invités et donna naissance à la plus grande fête jamais donnée dans notre
région. “L’événement du siècle” comme on disait
alors, aussi bien pour son importance artistique que
par son caractère mondain, médiatique…et polémique
! On note à ce sujet pas moins de quinze mille
articles de journaux… La chrétienté s’en offusque et
se déclare “ insultée par cet étalage de luxe barbare”.
C’est par ces mots que le Vatican avait condamné ce
L
bal extravaguant dont l’organisateur s’absoudra en
faisant don des denrées restantes au couvent des
Bernardines. La grande Cécile Sorel s’est d’ailleurs
décommandée :“Mon degré de foi chrétienne m’interdit d’aller à cette soirée” avait-elle déclaré.
La soirée évoque une fête champêtre du XVIIIe siècle.
La machine est énorme, elle comprend des centaines
de tréteaux, des parquets pour la danse. Chaque
décor, chaque scène a reçu un soin particulier.
Le marquis a veillé à tous les détails… Son bal devra
être véritablement féerique, même si, pour ce faire, il
a fallu déployer des centaines de mètres de riches et
lourds velours à travers les pins, festonner le clubhouse de girandoles… La villa du golf, couverte de
croisillons de bois et de lierre, semble cousine des
bergeries du Trianon, et les torchères brûlent au
poing des valets espacés le long d’une large allée de
sable blond. Trois orchestres (dont deux prêtés par le
casino Bellevue) animent la soirée. Les invitations,
imprimées en sept couleurs afin d’être infalsifiables,
portent la mention essentielle : costume XVIIIe obligatoire !
Les invités sont venus, vêtus dans l’esprit de
l’époque. Le cadre grandiose convient parfaitement
aux vêtements somptueux, aux soieries brodées, aux
LE MARQUIS DE CUEVAS
Costumé en “Dieu des jardins”, habit façonné
par le couturier Balmain.
perruques poudrées ornées de diamants, à la lueur
des torches portées par des valets de pied. Certains
invités ont rivalisé d’imagination dans leur costume
et leurs atours, la palme revenant à Zizi Jeanmaire,
arrivée à dos de chameau, vêtue d’un bikini de diamants. Elle incarnait Antinea, le diamant du Désert.
Le torero, Luis Dominguin était en Casanova, le mannequin Bettina en prêtre inca… Les bijoux des invités,
estimés à plusieurs centaines de millions, étaient
surveillés discrètement par deux cent cinquante policiers en livrée de laquais. Quant au couvent des
Bernardines, il avait fourni les trente moutons et les
vingt vaches parqués pour la nuit dans un enclos.
Le buffet est digne des Mille et une nuits. Le marquis, habillé par Pierre Balmain (le front ceint d’une
couronne de raisins d’or, sceptre en main, son long
manteau de pourpre ayant appartenu à Alphonse
XIII) représente le roi de la Nature avance vers le
trône qui l’attend… gagne alors la scène et y annonce
les entrées, dites “entremets”, composées pour les
seize buffets.
Une succession de scènes historiques ou à thème
s’enchaîne qui rappellent des tableaux vivants du
XVIIe et du XVIIIe siècles, costumées et réglées
comme une chorégraphie par Maurice Escande, le
sociétaire de la Comédie Française descendu tout
exprès. On passe de Fragonard aux fastes des palais
de Castille, l’Orient se mêle à l’Espagne, la
Pompadour descend d’un carrosse, une bergère et
ses moutons, Gabrielle Dorziat mène le cortège d’une
fantastique et débridée commedia dell’arte, et le
jeune comte Guy d’Arcangues déguisé en gentilhomme des îles, porte l’apogée du défilé vers les
Antilles… En pleine fête galante, un incident mit aux
prises l’ex-roi de Yougoslavie et le marquis O’Raily,
puis ce fut l’intrusion d’un anarchiste espagnol
inconnu qui proféra des injures et contraria quelque
peu l’organisateur.
Avant d’ouvrir le bal, un projecteur s’alluma sur le
lac, éclairant un étonnant radeau traîné par des
cygnes et portant lentement les danseuses vers la
rive. Les spectateurs épars sur les bords ne pouvaient s’empêcher de suivre en marchant cet étonnant spectacle. L’étoile Rosella Hightower inspirée par
ces circonstances inouïes fut une princesse cygne
inoubliable, alors que George Skibine dansait l’imprudent chasseur avec une grande noblesse plastique.
Tel fut ce jour-là, le Lac des Cygnes, un spectacle
ahurissant…dans un cadre qui ne l’était pas moins. …
Le pas de deux et la musique de Tchaïkovski achevèrent de subjuguer le public. “Ainsi valsèrent les milliardaires, jusqu’à l’aube, dans le tourbillon des
satins, des dentelles et des velours !”. Lady Oliver
Harvey, ambassadrice de Grande Bretagne aura le
mot de la fin : “Ce bal efface tous les autres”. Trois
mille personnes avaient dépensé cent mille francs par
tête, en moyenne, pour dire : “J’y étais”. Quelques
rares Angloys, qui ont participé aux préparatifs, s’en
souviennent encore… L. B.
LES INVITÉS
Ci-dessus : le torero Luis Miguel Dominguin
en Casanova.
Ci-dessous : le mannequin Bettina en
prêtre Inca.
Sources : Paris Match (10 septembre 1953) — Point de vue Images
du monde (10 septembre 1953) – Radar (13 septembre 1953) – Noir
et blanc (7 septembre 1953).
Remerciements à M. L. Landart pour la médaille du bal, les sources
documentaires et son témoignage.
LES INVITÉS
À gauche : Gabrielle Dorziat.
Au centre : Merle Oberon en fée “Titania”
portait cinq rangs de perles inestimables,
(les laquais qui composaient sa suite
étaient ses agents d’assurance !).
Ci-contre : Zizi Jeanmaire en Antinéa.
27
ANGLET MAGAZINE
N° 82
L’agenda
CONCERTS / MUSIQUE
Orgues académiques
De cours collectifs en leçons du soir, d’improvisation en récitals, de jeunes
organistes talentueux investissent Anglet avec leur professeur Raphaël Tambyeff,
organiste du crématorium du Père-Lachaise et professeur au conservatoire
international de musique de Paris pour une immersion musicale totale. Du 16 au
26 août 2005, Anglet accueille les participants de la “XVIIe Académie d’Orgue”.
Les stagiaires utiliseront la plupart des orgues de la ville pour leur travail personnel
et pour leurs cours qui se dérouleront sur les instruments de Saint-Léon d’Anglet,
Saint-André de Bayonne, Saint-Martin de Biarritz et Notre-Dame de Boucau.
Plusieurs activités musicales sont au programme de l’académie, mais aussi
des représentations. Le 16 août, à 21 heures, en l’église Saint-Léon, un récital
d’ouverture sera donné par Raphaël Tambyeff, avec des œuvres de Glazounov
(1865-1936), Pachelbel (1653-1706), Dupré (1886-1971), Louis Couperin (1626-1661),
J.-S. Bach (1685-1750), Schumann (1810-1856), Pergolèse (1710-1736) et Nibelle
(1883-1966). Enfin, le vendredi 26 août en l’église Saint-Léon, un concert de clôture
fera découvrir les talents des participants interprétant des œuvres variées et
des improvisations. Le dimanche 20 août, l’académie se déplacera vers
Saint-Jean-Pied-de-Port pour la visite de l’orgue nouvellement restauré.
Un beau programme varié en perspective…
Les 16, et 25 août à 21 h, en l’église Saint-Léon (entrées gratuites). Renseignements
au 01 45 53 02 17. E-mail : Raphael.tambyeff@wanadoo.fr
Mozart en son temps
Cette année, le festival “Musique en Côte Basque”
rend hommage à Mozart, à l’occasion du deux cent
cinquantième anniversaire de sa naissance.
Dans le cadre de ce festival, le célèbre pianiste
Michel Dalberto interprétera des œuvres de Mozart,
notamment la sonate en
ut mineur (K457) et une
œuvre de Schumann avec
le Carnaval (op. 9).
D’autres concerts ont lieu à
Bayonne, Biarritz, Ciboure, Urrugne et Saint-Jean-de-Luz.
Le 5 septembre, à 21 h, en l’église Saint-Léon.
Renseignements et réservations à l’Office de tourisme.
Réservations pour l’ensemble des concerts : 05 59 26 79 63.
28
ANGLET MAGAZINE
N° 82
Le répertoire de chants et chansons basques est
impressionnant. Les chants traditionnels qui
évoquent des thèmes populaires comme le travail,
le jeu, l’amour ou encore les cantiques liturgiques,
font la réputation des chorales basques. Le chœur
de l’église Sainte-Marie accueillera cet été divers
chœurs réputés au Pays Basque. Argileak (les faiseurs
de lumière). Depuis sa création, le répertoire
d’Argileak compte la plupart des grands classiques
basques, mais aussi des morceaux empruntés
à d’autres folklores, en particulier espagnol et
sud-américain. Le public pourra donc découvrir ces
chants doux ou enlevés, nostalgiques ou joyeux,
qui sont un peu de l’âme du Pays Basque.
15 juillet et 18 août, à 21 h - Église Sainte-Marie
(entrée libre).
Info : Office de tourisme au 05 59 03 77 01.
DANSE
Danses basques
On dénombre plus de deux cents danses différentes,
dont la plus célèbre d’entre elles, le fameux
fandango qui se danse avec les bras en l’air,
mais aussi les sauts basques (mutxiko), où des
danseurs forment une ronde et exécutent différents
sauts et pas, plus ou moins complexes. L’Ezpata
Dantza où deux groupes s’affrontent avec des
épées, la danse des bâtons, la danse des arceaux,
celle des kaskarot où les danseurs sont costumés
et portent des grelots… Grâce à de nombreux
groupes folkloriques et associations, la danse
basque connaît aujourd’hui un fort renouveau.
Les amateurs pourront retrouver les groupes
Leinua puis Angeluarrak, à la Chambre d’Amour.
Les 27 juillet et 10 août, à 21 h 30, au jardin de
la Chambre d’Amour - Spectacle gratuit.
Photo : L. Masurel
Les concerts en plein air vont
rythmer tout l’été sur le littoral
d’Anglet. Sous le kiosque des
Sables-d’Or se produiront tour
à tour les groupes La fabrique
à swing (5 juillet), David Cairol
(12 juillet), Klaxon (19 juillet),
Santa Maria pour une fiesta
espagnole (26 juillet) Brushing
Brothers (2 août), Awek, groupe
de blues (9 août) et l’ensemble
féminin Les gazelles (16 août).
De 21 h à 23 h 30, au kiosque
des Sables-d’Or (gratuit).
Information : Office de tourisme
au 05 59 03 77 01.
Photo : L. Masurel
Chœurs basques
Photo : L. Masurel
Les plages musicales
CHANT CHORAL
STAGES
L’Association de danse “Ainsi Soient-elles” propose
deux stages Master Class contemporain et hip-hop
avec les chorégraphes Serge Ricci (contemporain)
et Dominique Lisette (hip hop).
Après une formation classique
au centre de Rossella
Hightower, Serge Ricci a suivi
une formation de danse
moderne avec Peter Goss,
Harris Mandafounis et Hans
Zülig. Tout en poursuivant
une carrière dans différentes
compagnies (compagnie Rheda, compagnie Peter
Goss), Serge Ricci mène une recherche sur différentes
techniques corporelles. Il est chorégraphe de
la compagnie Mi-Octobre et enseigne la danse en
France et à l’étranger. Danseur, chorégraphe et
professeur international,
Dominique Lisette a côtoyé
les plus grands. Il fait les
chorégraphies de nombreux
shows télévisés (Vincent Lagaf’,
Stars 90, Top of the Pop
avec Diana King, et travaille
également avec plusieurs
chanteurs, Philippe Lavil, Dany
Brillant, Joëlle Ursull, Zouk Machine, Elie Kakou…).
Il a enseigné la danse hip jazz à Paris centre, puis
au centre du Marais et enfin depuis 1996 au Studio
Harmonic.
Du 24 au 27 juillet, au Studio Syntonie (zone
artisanale du Redon, allée des Artisans).
Information au 05 59 52 18 62.
“Tragédie et démesure
animale”
La fête nationale offrira de nouveau cette année une ambiance festive avec des
défilés de bandas, une animation musicale avec le groupe Aistrika (sous le kiosque
des Sables-d’Or) et un feu d’artifice tiré depuis la digue de Marinella, à 23 h.
Fête nationale, le 13 juillet, à partir de 21 h 30, au jardin de la Chambre d’Amour.
Information : Office de tourisme. Tél. 05 59 03 77 01.
Les Cabanas
La grande fête des associations sportives angloyes, organisée par le service
municipal des sports, reprend ses quartiers. Trois à quatre mille personnes sont
attendues chaque soir dans le village de vingt-cinq tentes installées pour
l’occasion, sur une arène de 2 450 m2 face à la mer. Aux Cabanas, la foule
se presse pour dîner, chanter, danser, faire la fête, entre parents, enfants, amis,
copains, arborant pour certains, le nouveau tee-shirt officiel (millésime 2006)
de cette fiesta en bord de mer. Des stands associatifs émanent bonne humeur
et bonnes odeurs de taloas et grillades, ventrèche, frites ou paella. Les Cabanas
sont une bonne occasion de s’amuser entre amis et en musique : le 11 août, avec
le groupe Izar Adatz. Le 12 août, avec Sustraia. Chaque soir, la soirée se termine,
de minuit à 3 h, avec DJ Oncle Arthur.
Les Cabanas : 11 et 12 août, à partir de 19 h, entre les Cavaliers et La Barre.
Photo : L. Masurel
Photo : Ville d’Anglet / R. Hélin
La compagnie de théâtre
Digital Compagnie invite
le public à s’initier au
théâtre, et à faire
l’expérience de l’état
d’abandon au service
de l’acte artistique.
Au programme : travail
sur le mouvement,
la prise de parole,
construction d’un
personnage, travail de
mise en scène tout cela
sous l’œil vigilant des
caméras. Le dernier jour,
une petite représentation
publique est prévue.
Du 17 au 21 juillet et
du 24 au 28 juillet (repas de midi compris) au
théâtre des Écuries de Baroja.
Information et inscriptions : Digital Compagnie
au 06 14 308 458.
Fête nationale
Photo : L. Masurel
Danse contemporaine
FÊTES
29
ANGLET MAGAZINE
N° 82
Création VEGA
L’agenda
ASTRONOMIE
XVIe Nuit des étoiles
EXPOSITIONS / VENTES
Le Festival des chineurs
Avec une centaine d’exposants professionnels répartis sur cinq mille mètres carrés,
le Festival des chineurs, dont c’est la cinquième édition, est le rendez-vous
incontournable de la Côte Basque pour les passionnés de “la chine” ou
les collectionneurs avertis. On attend plus de quatre mille visiteurs sur les allées
ombragées de Quintaou, probablement conquis par la succession de stands
insolites. Le festival offre à ses visiteurs un foisonnement d’objets d’époque,
des pièces d’antiquité aux objets plus “kitch” ou tendance, en passant par toutes
sortes d’objets décoratifs et “coup de cœur”.
Les 8 et 9 août, de 9 h à 19 h. Entrée payante 3 €- Buvette et restauration sur place.
Information au 06 87 01 72 25.
Peintures en liberté
Et aussi : Découverte du ciel au télescope, avec
l’association Germea, chaque fois que le temps
le permet (les 1er et 3e vendredis de juillet et août,
à 20 h 30), au domaine du Pignada :
1, avenue de l’Empereur. Contact : 05 59 52 22 54.
EXPOSITION
“Noitarugif”
De la “Figuration” à Noitarugif, il n’y a
qu’une inversion de lettres et aussi la
naissance d’un événement artistique.
Car le Noitarugif ressemble comme deux
gouttes d’eau à la figuration. Ce n’est
qu’une question de sens ou de regard.
L’art est-il un monde imaginaire,
la réalité est-elle le vrai ? Dix artistes
et leurs œuvres : Muniz (série de
noitarugifs), Totem (tikis), Labat
(peintures), Ledoux (bois), Cardon
(bronzes), Pochelu (pierres), Pinsolle (peintures),
Plantade (sculptures), Dall’anese (peintures),
et Laharrague (photographies) nous entraînent
à travers ce Noitarugif, nous interrogent, et leur
démarche nous enrichit dans la conscience de
nous-mêmes et de ce que nous appelons le réel.
Du 15 juillet au 20 août, atelier Muniz, rue de
Chassin, ou galerie Artéïs au Forum.
Les peintres amateurs transforment la place des Cinq-Cantons en une galerie
à ciel ouvert. Figuratifs, abstraits, huiles, aquarelles, pastels… il y en a pour tous
les goûts. Des compositions fraîches, gaies, drôles, pour trouver assurément un
petit coup de cœur à accrocher.
23 juillet et 20 août, en journée aux Cinq-Cantons.
Inscription : Office de tourisme au 05 59 03 77 01.
Le marché nocturne
Tous les vendredis soir, au bord
de la plage, une trentaine de
commerçants et d’artisans
font voyager les chalands aux
quatre coins du monde.
Le rendez-vous est devenu
incontournable pour le public
car c’est un festival de
couleurs et d’odeurs sur fond
de coucher de soleil (bijoux,
paréos, paniers…). Voilà un
petit marché qui sent bon
les vacances…
Le vendredi, de 19 h à minuit,
kiosque des Sables-d’Or.
Photo : L. Masurel
L’association Astronomie de la Côte basque propose
un des rendez-vous d’observation du ciel. Pour cela,
l’association met ses instruments (cadrans solaires,
observatoire, télescope, et autres instruments
anciens) et le savoir de ses animateurs à la disposition
du public. Tout en vous initiant à la lecture du ciel,
les animateurs abordent d’autres thèmes sur ce
que vous voulez savoir sur l’origine de l’univers,
de la Terre et de la vie, sans avoir jamais osé
le demander…
Séances d’observation du ciel (la lune et le soleil)
avec l’association Astronomie de la Côte Basque
aux Sables-d’Or (le 1er juillet, de 21 h à minuit).
“XVIe Nuit des étoiles”, le 5 août, de 20 h à minuit.
Plage des Cavaliers. Contact : 06 19 79 45 73.
PROJECTION
La séparation
Le collectif Erasme présente au public le docu-fiction
La séparation. Il reconstitue, dans l’enceinte du
Palais-Bourbon, les débats qui y ont eu lieu en 1905
sur la loi de séparation des Églises et de l’État et
retrace les conséquences de l’adoption de la loi.
Le débat dans la société française a changé de
nature, mais les enjeux restent les mêmes. Ce film
de François Hanss (2005), écrit par Bruno Fuligni,
joué par Pierre Arditi, Claude Rich, Michael Lonsdale,
Jean-Claude Drouot, Pierre Santini, Jacques Gallo est coproduit par Grenade Productions,
LCP Assemblée nationale et la Ligue de l’enseignement.
Le 13 juillet à 18 h 30, à la Maison pour tous (salle Ansbach). Entrée libre.
Information : collectif Erasme - 11, roue de Paloumet. Tél. 05 59 74 17 98.
erasmeanglet@aol.com
31
ANGLET MAGAZINE
N° 82
I
SPORT / LOISIRS
I
RENCONTRES / MANIFESTATIONS
I
Concours hippique
À l’occasion de ses cinquante ans, le club hippique de la Côte Basque
organise une compétition de jumping, avec un programme diversifié mettant
en scène des cavaliers de tous niveaux. Le premier jour est réservé aux
meilleurs de niveau régional et Pro 2. Le second jour met en selle les
cavaliers du CHCB et ceux des clubs environnants, ainsi que les “pitchouns”
de 4 ans. C’est la magie d’un spectacle d’art équestre, avec en bonus de
nombreux jeux et animations.
Les 15 et 16 juillet (+ nocturne le 15 juillet) au Club hippique de la Côte Basque – route du Petit-Palais.
Open de tennis Ville d’Anglet
Rendez-vous sur les courts
Photo : Ville-Anglet / R. Hélin
L’Open de tennis Ville d’Anglet est devenu, depuis plus de quinze ans, l’un des premiers rendezvous tennistiques de la saison estivale sur la Côte Basque. Du poussin au senior, les joueurs vont
pouvoir mobiliser leur énergie dans ce grand tournoi de club de haut niveau. À El Hogar tout est
fin prêt pour cette grande fête annuelle du tennis, où les joueurs apprécient le cadre verdoyant
tout en bénéficiant d’un accueil des plus convivial, organisé par l’Anglet-Olympique. Premières
balles le 3 juillet. Et pour la deuxième année, le club organise l’Open de tennis féminin.
Du 3 au 20 juillet, au centre sportif El Hogar.
Open de tennis féminin, du 25 août au 17 septembre — Inscriptions au 05 59 63 90 30.
Wake board
XTRA Wakeboard Tour
On s’attend à faire des vagues sur le plus grand bassin mobile d’Europe dressé à la plage des Sablesd’Or. Seule étape française de l’Xtra wakeboard Eurotour, la plage angloye accueillera les professionnels
de cette discipline et permettra aux amateurs de s’essayer au wakeboard en toute sécurité. Le wakeboard, au fait, c’est quoi ? C’est une planche de forme hybride entre surf (pour la forme de la planche)
et funboard (en ajoutant des footstraps), mais tractée. Comme toutes les autres disciplines qui ont
hérité du ski nautique, le wakeboard est un sport physique. Certains sauts ressemblent à ceux des
sports de glisse dont il est issu (snowboard en premier), mais avec une diversité encore plus grande.
Du beau spectacle en perspective sur l’eau et un DJ sur le sable.
Les 8 et 9 juillet, aux Sables-d’Or, en journée et soirée.
Golf
C’est ainsi depuis dix-sept ans. Chaque été, au plus fort de la saison, l’association
sportive du golf de Chiberta organise un double tournoi amateur. Le Grand Prix
d’Anglet Chiberta (le XVIIe en 2006), individuel et par équipe, est élevé au rang des
Grands Prix “Élite” de France par la Fédération française de golf, et le Challenge international de la Ville d’Anglet, où chaque nation, ligue ou club peut engager une
équipe masculine ou féminine. Chaque année on retrouve ainsi les meilleures équipes
d’Angleterre, d’Écosse et d’Espagne. Le tournoi fédéral se joue en simple stroke-play (1)
sur 72 trous (18 trous par jour) avec classement sur addition des quatre jours.
Le challenge international se joue par équipe de trois joueurs sur 36 trous stroke-play,
(18 trous par jour) avec cumul des deux meilleurs scores de chaque jour. Cet été,
pourquoi regarder le golf à la télé ? Sur place, on peut voir la crème des joueurs
français et étrangers. Rendez-vous sur les greens de Chiberta.
Du 13 au 16 juillet, au golf de Chiberta.
(1) Le compétiteur qui joue le ou les tours conventionnels dans le plus petit nombre de coups est le gagnant.
32
ANGLET MAGAZINE
N° 82
Photo : Golf de Chiberta
L’élite amateur
Photo : Club hippique-GG
Le jumping du cinquantenaire
Force basque
Le retour des costauds
Photo : L. Masurel
Toute la culture d’un peuple se retrouvera à la Chambre d’Amour, pour une
soirée d’hommage à la force des costauds du Pays Basque. On y verra réunis
les champions de l’équipe Napurrak, qui donneront un récital tant physique
qu’artistique. Paraissant façonnés dans la roche des montagnes d’Euskadi,
ces “hercules”, réalisent des exploits surhumains. Lever de bottes de paille
(lasto altzatzaile), porteurs de bidons, de sacs, lever de charrette (orga joko),
bûcherons (askolari) : des épreuves sportives insolites, mais spectaculaires,
où la performance se joint à la tradition.
Les 20 juillet et 17 août, à 21 h 15, au jardin de la Chambre d’Amour.
Tournois d’été
Pelote
Photos : L. Masurel
Le tournoi estival de pelote reprend ses quartiers
sur le fronton mur à gauche de El Hogar durant
tout l’été. Ce sont des centaines de spectateurs
qui se serrent sur les gradins. Amateurs du cru et
aussi touristes curieux de découvrir l’un des fleurons de la culture basque et ce qu’elle a de plus
spectaculaire : pelote à main nue, grand chistera
joko garbi et paleta cuir. Avant les parties,
une initiation à l’histoire et aux règles de la
pelote est même prévue. Les touristes, friands de patrimoine et de racines, peuvent ainsi mieux appréhender le jeu.
Tournois, tous les lundis, à 21 h au fronton mur à gauche de El Hogar – Entrée 6 euros (enfants et groupes 3 euros).
Initiation pour le public à partir de 20 h 30.
Football
La tournée des Girondins
Après l’ovale, le ballon rond débarque sur les
plages angloyes, avec ses sept plateaux de jeux
dont son kid stadium, sa structure gonflable “élasto
foot”, ses aires de tir au but, son show acrobatique
de jongles… Une kyrielle d’animations autour du
football, organisées par les Girondins de Bordeaux
et toute l’équipe marketing du Haillan, accompagnés par de nombreux partenaires. Le bus officiel du club est transformé pour la circonstance en régie son. Autour du
podium, on peut assister à des séances de dédicaces. De nombreux cadeaux sont à gagner.
Le 2 août, plage des Sables d’Or en journée. Ouvert à tous. Inscriptions sur place à partir de 10 heures.
Beach-volley
Sous le filet, la plage
Photo : L. Masurel
La saison du beach-volley reprend. Car ce sport fait irrémédiablement penser
à la plage où il a pris forme puisque le beach-volley est né sur les rivages
californiens. Issu du volley-ball, il n’en a pas tout à fait les mêmes règles.
Le tournoi de beach-volley d’Anglet, organisé par l’Anglet-Olympique volley-ball,
se joue en deux équipes de trois ou quatre joueurs (mixte).
Tous les jeudis et dimanches, en journée (excepté les 8 et 9 juillet). Plage
des Sables-d’Or. Inscription sur place.
33
ANGLET MAGAZINE
N° 82
Point information et distribution de cendriers de poche
13/07 : Fête nationale aux Sables-D’or
22/07 : Spectacle pyrotechnique à Marinella
29/07 : Anglet Beach Rugby Festival
11/08 : Les Cabanas (La Barre/Cavaliers)
12/08 : Quiksilver Air show - surf de nuit
2/09 : Forum des associations d’Anglet - Centre El Hogar
Points permanents :
Information : www.anglet.fr
Création VEGA
Hôtel de Ville : Direction de la communication.
Sables-d’Or : Annexe Office de tourisme
Cinq-Cantons : Office de tourisme
I
SPORT / LOISIRS
I
RENCONTRES / MANIFESTATIONS
I
Anglet Beach Rugby Festival
Du rugby aux Sables
Photos : L. Masurel
Les Sables-d’Or accueillent la deuxième édition de l’Anglet Beach Rugby Festival. Au programme : la tournée
du Beach Rugby Tour de la Fédération française de rugby, le “Tournoi des Sables” parrainé par le troisième ligne
international Serge Betsen, et… de la convivialité.
vis aux amateurs du ballon ovale, le rugby
quitte la pelouse des stades pour la plage, à
l’image de ce sport pratiqué sur les rivages
des îles du Pacifique sud. La différence avec le
rugby classique ? La plage, certes, mais aussi le jeu
qui exclut toute forme de contact (pas de plaquage :
pour stopper l’action il suffit de toucher l’adversaire
à l’aide des deux mains à la fois). Moins tactiques,
les matchs de beach rugby mettent en avant l’aspect
ludique de ce sport. L’Anglet Beach Rugby Festival
se veut donc un événement festif, qui rassemble le
public autour d’animations gratuites. D’abord, avec
la tournée itinérante de la FFR (Fédération française
de rugby) : le Daunat Beach Rugby Tour. Le tournoi
est ouvert à tous, prévoyant trois niveaux afin que
chacun puisse participer : jeune (de 11 à 14 ans),
mixte (homme ou femme, confirmé ou non) et
“open”. L’inscription est gratuite et se fait sur place
avant 11 h.
A
Le festival accueille également le “Tournoi des
Sables” parrainé par le troisième ligne Serge
Betsen, trente et une fois sélectionné en équipe de
France. Pour l’édition 2006, trois tournois distincts
accueilleront différentes équipes : un tournoi
des entreprises avec seize équipes sélectionnées,
un tournoi international des “VI Nations” (avec
quarante équipes engagées, soit plus de trois cents
joueurs), et un tournoi VIP avec de nombreuses
personnalités.
Le Tournoi des Sables offre également trois journées
d’exposition avec le “Rugby expo”, un village
d’exposants et leurs stands sur le monde de l’Ovalie
(mode, forme et santé, matériel, équipement,
culture…). Des animations sont proposées en permanence au public, sans oublier les rencontres,
conférences et séances de dédicaces des champions,
ou les pom pom girls de l’Anglet Beach Rugby
Festival. Une opération séduction à un an de la
prochaine coupe du monde de rugby. Amateurs,
ne pas s’abstenir…
SERGE BETSEN
ANGLET BEACH RUGBY FESTIVAL,
28 JUILLET (15 H-23 H) ; 29 JUILLET (11 H-23 H)
ET 30 JUILLET (11 H-21 H),
À LA PLAGE DES SABLES-D’OR.
35
ANGLET MAGAZINE
N° 82
I
GLISSE
I
COMPÉTITIONS
I
Juniors
L’Anglet Kid’s Trophee, parrainé par Quiksilver, tiendra sa onzième
édition à la plage du Club. On y attend de jeunes participants
venus d’Aquitaine ou même des DOM, tous surfeurs en herbe (et
peut-être futurs champions) pour se frotter à leurs concurrents
angloys. La compétition est divisée en trois catégories : les 6-9
ans, les 10-12 ans et les 13-14 ans.
Le 14 juillet (plage du Club).
Photos : L. Masurel
Kid’s Trophee Quiksilver
Tournée
Rip Curl Venus Tour
Huit spots d’Aquitaine (dont Anglet) accueillent cet été le Rip Curl Venus Tour, tournée d’initiation réservée
aux filles. À chaque étape, des initiations au surf, des séances de stretching, des ateliers (massage,
musique…), des conseils de beauté, des jeux, quizz et autres cadeaux sont proposés aux ondines. On peut y
croiser les rideuses Rip Curl comme Elise Garrigue, Marie-Pierre Abgrall, ou Héloïse Bourroux. L’inscription
peut se faire le jour même sur le site. Condition : savoir nager bien sûr ! À vos planches.
Les 20 et 21 juillet à la plage du Club. Début des inscriptions à 9 h. Remise des prix+goûter à 17 h.
Information sur le www.venusurf.com
Projection en plein air
Sur écran géant
Pour ceux qui rêvent des spots mythiques, d’exploits de pros et de paradis lointains, la nuit Glissimages, le ciné 100 %
glisse, offre les meilleurs films de glisse. Le jardin de la Chambre d’Amour se transforme, à l’occasion, en salle de cinéma de
plein air.
Glissimages, les 18, 25 juillet, 1er, 8 et 14 août, au jardin des Sables-d’Or. Spectacle gratuit. Information Office de tourisme
au 05 59 03 77 01.
Bodysurf
Le Bodysurf Challenge
Anglet attend la coupe de France de bodysurf ce sport très visuel qui consiste à surfer les vagues sans
aucun autre équipement qu’une paire de palmes. À ce niveau, c’est comme un vol gracieux à la surface de
l’eau, qui procure un maximum de sensations et de plaisir pour le compétiteur et de spectacle pour le
public. C’est le principe même du surf, un surf à l’état primitif, avant l’apparition des planches. Pour la
Coupe de France 2006, les meilleurs bodysurfeurs français représentant l’ensemble des Ligues de la FFS seront au rendezvous. La jeune garde du bodysurf made in “Anglet Surf-Club” est quant elle mobilisée. Preuve que le feu couve encore et
que le bodysurf français qui a de bons résultats internationaux, montre une belle vitalité.
Le 20 août, à la plage du Club.
Tournée
Euskar@biada – Glisseguna
Lerra kirolen ekitaldien bitxiena. Seaska, antolatzaileak, lerra kirolak (surf, roller eta skate) eta euskara ekitalde berean elkartzea asmatu du. Eguerditik
goiti, lerra kirolen lehen ikaspenak eta erakustaldiak, bi hizkuntzetan eta
dena doan ! Irailaren 10a,
Le 10 septembre, aux Sables-d’Or. Information Seaska au 05 59 52 49 24.
36
ANGLET MAGAZINE
N° 82
Photo : SEASKA
C’est l’événement le plus singulier des journées glisse. L’organisateur, Seaska
(fédération des Ikastola), a choisi d’allier sports de glisse (surf, roller et skate)
et langue basque. À partir de 12 h, démonstrations et initiations gratuites aux
sports de glisse, le tout en bilingue : français et … euskara !
Championnat d’Aquitaine
Photo : L. Masurel
L’élite régionale
Anglet accueille les championnats d’Aquitaine dans les catégories
surf, bodyboard, body surf, tandem, regroupant l’élite régionale
avec plus de deux cent trente participants Cet événement de la
Fédération française de surf est organisé par l’Anglet Surf-Club,
premier club de France avec plus de 900 licenciés, et rompu à l’organisation des événements glisse.
Du 23 août au 3 septembre, plages des Cavaliers.
Information au 05 59 03 01 66.
Show
Quiksilver air show, surf de nuit
Photo : L. Masurel
Le Quicksilver Air Show est toujours spectaculaire.
Radical, aérien, avant-gardiste ce spectacle dont
c’est la douzième édition attire à chaque fois plus
de quinze mille spectateurs après le coucher du
soleil. Les meilleurs surfeurs venus de toute
l’Europe, mais aussi des US, d’Australie et le
“team” Quiksilver s’y retrouvent chaque année
pour une compétition pro/am “expression-session”
très originale. Avec des “airs 360°”, des ollies et
autres figures du surf new school souvent inspirées du skate, les pros laissent libre cours à leurs
sensations. Mais c’est à la nuit tombée, lorsque
les vagues sont éclairées par de puissants projecteurs et colorées par des jeux de lumière et de laser, que le show prend vraiment sa dimension. En prime, un concert
“live” sur la digue des Sables-d’Or et un écran géant pour des images époustouflantes de surf.
Airshow 2006, le 14 août, à 21 h, à la Chambre d’Amour. Spectacle gratuit.
Longboard
Pour ceux dont les “pattes d’éph” recouvrent le short et qui ont la nostalgie du “Flower
Power”, la cinquième édition du OP Royal Single Trophee est pour eux. Le Royal Single Trophee
est une manifestation de surf réservée aux planches des années soixante-dix, et plus particulièrement aux “Single Fin”, ces planches à une seule dérive qui autorisent une conduite et des
courbes plus amples que les planches modernes et qui demandent au surfeur une glisse plus
coulée et moins agressive. Mais l’OP Royal Single Trophee est aussi prétexte à un rassemblement de passionnés des années soixante-dix et des valeurs libertaires qui caractérisent cette
période. L’événement se veut résolument décalé et festif. Ainsi, des animations seront proposées pour les spectateurs, surfeurs ou non. Comme la fête ne serait pas complète sans une
ambiance sonore de qualité, un concert sera organisé avec des groupes qui se succéderont sur
la scène au cœur du village. De quoi faire bouger les corps et faire tourner les têtes…
Les 16 et 17 septembre aux Sables-d’Or.
Photo : L. Masurel
L’OP Royal Single Trophee
Bodyboard
La Coupe de France
La saison glisse d’Anglet s’achève à la rentrée avec la dernière étape de la Coupe de France Open body-board et
Ondine bodyboard, pour retrouver les meilleurs bodyboarders et bodyboardeuses français qui se lanceront dans des
“air spin” ou des “360” si les conditions de vague sont bonnes.
Les 23 et 24 septembre, plage des Cavaliers ou des Sables-d’Or.
37
ANGLET MAGAZINE
N° 82
I
PORTRAIT
I
GWLADYS NOCERA
I
Pour elle “le golf a toujours été là”.
Ses parcours dessinent aussi sa vie.
Ils l’emmènent plus loin.
Gwladys Nocera
Photo : Ville d’Anglet / R. Hélin
e regard est déterminé. Son premier parcours
de dix-huit trous ne fut pas forcément déterminant. En revanche – et de cela elle en est
sûre – son père lui a enseigné le goût de l’effort :
“il m’a fait comprendre que si je jouais mal il ne
fallait pas que je vienne me plaindre ; donc si je
voulais bien jouer, il fallait que je m’entraîne. C’est
une pédagogie où l’on n’est pas forcé mais
incité…” Alors, quand elle arrive à 7 ans à Vichy
avec sa famille, Gwladys Nocera suit ses parents
joueurs de golf sur les greens, tâte le terrain, tape
des balles. “Il y avait une rigueur, une concentra-
L
38
ANGLET MAGAZINE
N° 82
tion à tenir pendant quatre heures. c’était long...”
Elle préfère le tennis, la gymnastique, le handball.
Au collège, son attitude change. “L’aspect sportif
m’attirait et je me suis investie de plus en plus.”
Pourtant le climat est rude dans l’Allier. L’hiver, les
entraînements se font avec un bonnet et des pulls.
Le classement arrive. En août 1997, à 22 ans,
Gwladys, joueuse amateur en équipe de France,
décide de partir à New Mexico State University. “En
fait je voulais passer pro, mais en ayant le choix
avec une alternative professionnelle. Je ne voulais
pas être dans l’obligation de…”
La jeune femme part avec sa valise et son sac de
golf. C’est le choc. “Les débuts sont durs, mais,
avec le recul, c’était super ! Je logeais avec deux
Américaines et une Canadienne de mon âge que je
ne connaissais pas, et je ne comprenais pas leur
langue. On se débrouille, on apprend à vivre avec
des gens différents, des cultures nouvelles…” Elle
restera quatre ans et obtiendra son diplôme de
commerce international. Aux USA, c’est un peu “Do
it yourself ”. Les coachs ne sont pas des entraîneurs, ce sont des organisateurs de déplacements,
de réservations d’hôtel, de voiture, etc. : “Je n’avais
pas de soutien technique pour travailler mon swing.
Mon père était loin. J’ai appris à me débrouiller
avec ce que j’avais. Je travaillais mon jeu mais pas
la gestuelle. Cela m’a aidée quand je suis revenue
en France. Je m’entraînais avec Anne le Coniat,
entraîneur de l’équipe de France, quand je rentrais.” En 1999, ce sont les championnats d’Europe.
“Je me souviens du départ du 1, où je suis stressée,
les jambes tremblent. Quand je suis à l’adresse, je
me remémore le travail technique fait pendant l’hiver. Ce sont les premiers centimètres du geste que
j’essaie de réaliser le plus simplement et le plus
parfaitement possible. Ensuite, je déroule et je
lâche tout…”
Le championnat du monde en 2000 à Berlin fut une
expérience fantastique. Gwladys est capitaine et
son rôle est de rassembler les forces pour aller
plus loin. Elle est la seule personne habilitée à parler aux joueuses sur le parcours. La préparation a
duré un an et demi. “Les dernières minutes, les
derniers trous… je savais que l’on avait gagné
mais je ne devais pas le montrer aux joueuses car
il fallait qu’elles terminent la partie. J’avais les
larmes aux yeux et c’était dur de ne pas montrer
ma joie car je ne voulais pas qu’elles se déstabilisent. On s’était battu et, après quatre jours de
compétition, on avait gagné, et là, c’était merveilleux…” Gwladys ne s’arrête pas en si bon parcours. En novembre 2002 elle souhaite obtenir sa
carte pour le circuit féminin européen et débuter
ainsi sa carrière pro. “C’est une compétition sur six
jours. Nous sommes cent cinquante au départ, il y
a une élimination, et sont sélectionnées les trente
meilleures joueuses.” Elle termine neuvième et possède ainsi son passeport pour le circuit européen.
La saison s’ouvre en Australie. Elle y part, passe le
“cut” (cent vingt joueuses le premier jour et la moitié est retenue) haut le club et à partir de ce jourlà, peut vivre de sa passion. Elle enchaîne les tournois en Europe… “Cette passion est vitale pour
moi. Le golf me permet d’évoluer dans ma vie personnelle. Il y a comme une fluidité entre les deux.
Chaque territoire enrichit l’autre.” Entre deux compétitions, elle a élu domicile à Anglet. “J’y venais
tous les étés, et mon entraîneur Olivier Léglise
habite ici. C’est le pays du golf.”
sique, l’emploi du temps est carré. Debout à 7 h 30,
jogging, puis des balles pendant deux heures et
demie, “un 18 trous au Phare ou à Chiberta” et, le
soir vers 18 h 30, de la gym avec Laurent Terrien, six
fois par semaine. Gwladys participe à une compétition prestigieuse : la Solheim Cup. Les douze
meilleures joueuses européennes affrontent les
douze meilleures joueuses américaines. Pour entrer
dans ce club très fermé le classement s’effectue sur
deux saisons complètes. Elle obtient sa place et part
en septembre 2005 dans l’Indiana. “L’Europe a
perdu, mais j’ai gagné mon match contre la troisième joueuse mondiale. J’ai joué avec Annika
Sorenstam, première joueuse mondiale. C’était un
grand moment !” Gwladys, quatrième au niveau
européen, quatre-vingt-sixième sur le plan international, se concentre aujourd’hui sur un objectif :
“gagner un tournoi sur le circuit européen et surtout
me préparer pour les cartes américaines et jouer en
2007 aux US.” Partir aux USA l’année prochaine ?
Pourquoi ? “Le niveau est plus élevé. Les meilleures
joueuses mondiales jouent là-bas. Je veux me
confronter à ces joueuses. Et puis j’ai vraiment envie
de le faire…” Le regard est monté d’un cran dans la
détermination. Il a lâché son swing loin devant et a
franchi allègrement la rivière. Voire l’Océan… B. A.
UN PARCOURS PROMETTEUR
Quatrième joueuse européenne, quatre-vingt-sixième sur le plan
mondial, Glwadys veut se confronter au circuit américain.
Au golf, il faut de la force, de la vitesse, de la souplesse, de l’endurance quand on enchaîne sept tournois d’affilée et que la seule journée de repos, on la
trouve dans les avions… Alors pour la condition phy39
ANGLET MAGAZINE
N° 82
I
ZOOM
I
INTERACTIVITÉ
I
Démocratie en ligne
Questions en direct
Une fois par trimestre, les Internautes peuvent interroger le maire en direct lors d’un
forum vidéo sur le site de la Ville.
Photo : Ville d’Anglet / R. Hélin
“Consulterez-vous les citoyens plus souvent avant d’entreprendre des travaux ?” - “Étiez-vous pour ou
contre le CPE et que fait-on pour les jeunes qui cherchent un emploi ?” interrogeaient les internautes.
Visiblement, les cyber-citoyens ont apprécié cette occasion de rencontre avec leur élu, organisée sans
protocole, ni rendez-vous préalable. L’entretien
vidéo en direct s’est déroulé dans la salle des fêtes
de la mairie. Ce n’était pas tout à fait un “chat”
avec les internautes, puisque le dialogue s’est
instauré grâce à une webcam et non par clavier
interposé. Mais il a donné aux citoyens branchés
la possibilité de s’entretenir en temps réel avec
le maire, en posant des questions et en écoutant
ce dernier y répondre en personne. “On est sûr au
moins que c’est bien vous qui répondez”, faisait
valoir l’un d’entre eux dans cet échange interactif.
Le 25 avril, une soixantaine d’internautes ont pu
poser leurs questions, durant une session de
quarante-cinq minutes. Pendant la durée de
l’entretien, les questions sans filtre arrivaient sur
un écran de contrôle avant d’être posées oralement
en direct par le présentateur et animateur de cette
transmission Yves Ugaldes (TVPI et La Feuille).
Au fur et à mesure que les messages apparaissaient,
le maire y répondait. De plus, certaines questions
anticipées et rédigées à l’avance par les internautes
étaient aussi stockées. L’interviewé a ainsi pu assurer
un rythme constant, et éviter les temps morts
durant le déroulement de ce forum en direct. Enfin,
les quarante-cinq minutes de ce premier forum
direct sont archivées et visibles à tout moment sur
le site de la Ville. Prochain rendez-vous à la rentrée.
FORUM EN DIRECT. MODE D’EMPLOI…
Tous les trois mois environ, une date et un créneau horaire sont annoncés sur le site Internet. Un coup d’œil
suffit pour être informé du rendez-vous, pouvoir poser sa question et participer aux conversations libres et
anonymes en direct avec le maire. Pour visionner, un plug-in spécial (Real Player) est requis votre machine.
Il est téléchargeable gratuitement sur le site d’Anglet.
Pour participer au forum le jour J, il suffit de cliquer sur l’icône “forum en direct” situé en page d’accueil,
vous arrivez alors sur la page dédiée et vous pouvez taper votre pseudonyme ainsi que votre question.
Ensuite le dialogue s’installe et la démocratie “numérique” suit ! www.anglet.fr
Photo : Ville d’Anglet / R. Hélin
ANGLET PIONNIÈRE
40
ANGLET MAGAZINE
N° 82
Depuis mars 2000, Anglet est l’une des rares villes
françaises à diffuser les conseils municipaux par
la technique du “flux vidéo en continu” via un
serveur Web. L’internaute assiste à la séance du
conseil en direct. Le petit laboratoire expérimental
de TV en ligne d’Anglet a débouché peu à peu
sur la mise au point de programmes axés sur la
démocratie en ligne, avec aujourd’hui ce nouveau
forum en direct interactif.
I
ZOOM
I
ILS LE FONT
I
Roman
Une surprise littéraire
Été 2006. Un drame inhabituel dans le cadre volcanique de l’île grecque de Santorin
révèle, non pas un, mais une série de complots contre l’ordre du monde. Pénélope,
journaliste au magazine Elle, et Elena, conseillère du Premier ministre grec, ont huit
jours pour résoudre l’énigme. Complices et rivales, les deux amies inventent la
première enquête policière menée sur l’Internet. Huit jours de poursuite déjantée
et haletante, marqués par une révolution dans la télé-réalité, le premier “Davos”
des mafias mondiales, le premier attentat biologique à grande échelle, l’invention
du premier virus bio-informatique, une bacchanale antique digne de Eyes wide shut,
et l’hospitalisation collective des dirigeants français actuels au Val-de-Grâce.
Un parcours offrant des incursions indiscrètes et humoristiques dans les coulisses
de la mondialisation, politique, médiatique, financière et criminelle… avec de drôles
d’énigmes dont le dénouement se déroule entre les 6 et 14 juillet 2006. Alors vision
prémonitoire ? Le cadre est planté. Mais l’auteur ? Il n’est pas un inconnu ici. Élu d’Anglet et ancien
maire, député européen, ancien ministre du Budget et des Affaires européennes, le voilà dans un
exercice où personne ne l’attendait. On connaissait son très sérieux essai politique Histoire secrète
de la convention européenne. Cette fois, il signe son premier roman politico-financier trépidant
sur fond de mondialisation et se place en maître du suspens.
L’été sera blanc deuil (roman) de Alain Lamassoure, aux éditions Atlantica – 20 €. En librairie.
Mandat électif
Une conseillère municipale au palais
du Luxembourg
Photo : Ville d’Anglet / R. Hélin
Suite au décès du sénateur-maire de Pau André Labarrère, au mois de mai dernier, Annie Jarraud-Mordrelle,
conseillère municipale d’Anglet et suppléante d’André Labarrère, prend la suite de ce dernier pour exercer
le mandat de sénateur. Annie Jarraud-Mordrelle devient la première “sénatrice” des Pyrénées-Atlantiques
aux côtés de Didier Borotra et Auguste Cazalet. Elle siégera au Sénat jusqu’à la fin du mandat en 2009.
Diplômée de sociologie, issue de l’École nationale de santé publique, Annie Jarraud-Mordrelle dirige des
services de formation et d’insertion, dont l’association intermédiaire “Horizons” et l’entreprise d’insertion
Efardia installées au Nid Basque, à Anglet. Elle est élue depuis 2001 au conseil municipal au sein de la
liste d’opposition “Anglet notre ville”. La voilà prête à assumer son nouveau mandat d’envergure nationale
au palais du Luxembourg et souhaite en profiter pour “faire avancer les réalités locales”.
Distinction
L’architecte Rudy Riciotti, qui a en charge le projet d’équipement culturel et d’auditorium à Anglet
Bernain (voir Anglet Magazine n° 79), vient de se voir attribuer la plus haute distinction qui couronne,
en France, le parcours professionnel d’un architecte. Décerné par le ministère de la Culture, ce Grand Prix
souligne ce que la France doit à ses architectes de renom. Rudy Riciotti a été choisi par le jury sur
la base des propositions exprimées par plus d’un millier de personnalités qualifiées, parmi lesquelles
maîtres d’œuvre et maîtres d’ouvrage, responsables de lieux de diffusion, journalistes et critiques,
élus et responsables d’institutions. “Un mot qualifie cet architecte de 53 ans : la flamboyance” a indiqué
Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture, en révélant le parcours impeccable de cet architecte
aussi raffiné que passionné. On connaît notamment de ses réalisations : le stadium de Vitrolles (1994), la
villa Lyprendi, à Toulon (1998), la restructuration de l’abbaye de Montmajour, à Arles (2000),
ou encore le pont de la Paix à Séoul, en Corée du Sud (2002). Un architecte au fait de sa maturité,
finalement complet dans son art, lauréat du Musée des civilisations de la Méditerranée et récent
lauréat de l’aménagement de la cour Visconti du Louvres pour les Arts de l’Islam, auquel ce Grand Prix
national de l’architecture vient rendre le plus bel hommage, la reconnaissance la plus totale d’un
parcours exemplaire.
photo : © Didier Plowy/MCC
Grand Prix national d’architecture 2006
RUDY RICCIOTTI ET RENAUD
DONNEDIEU DE VABRES
41
ANGLET MAGAZINE
N° 82
I
ENQUÊTE INTERNET :
EAUX DE BAIGNADE
Une nouvelle directive
européenne sur la qualité des
eaux de baignade est en cours
d’élaboration. L’objectif de cette
enquête est d’estimer sous forme
monétaire les avantages “non
marchands” procurés par une
baignade en mer. Après avoir
collecté les informations
nécessaires à cette première
évaluation, l’enquête cherche
à mesurer la sensibilité aux
risques sanitaires que la directive
européenne se propose de
réduire. Enfin, en triant des
“profils” de plages aux
caractéristiques différentes, il est
possible d’évaluer les préférences
des baigneurs. Cette enquête
Internet est menée dans le cadre
d’un travail universitaire en
association avec l’Agence de l’Eau
Adour Garonne et la DRASS
Aquitaine. Elle vise à voir
comment les avantages non
marchands liés à l’environnement
peuvent être pris en compte.
Pour les mesurer avantages,
le mieux est encore de donner
la parole aux intéressés. Sur le
Web pour participer à cette
enquête : www.aquibaignade.net.
ou www.anglet.fr
PLAN CANICULE 2006
La loi a instauré un dispositif de
veille et d’alerte en matière de
prévention des risques liés à la
canicule. Les maires ont la charge
de recenser les personnes âgées,
handicapées, isolées, vivant à
domicile afin de disposer, en cas
de risques exceptionnels et
déclenchement du plan d’alerte
et d’urgence, de la liste des
personnes susceptibles de
nécessiter l’intervention des
services sociaux et sanitaires.
Le Centre communal d’action
sociale d’Anglet met en place,
comme en 2005, une procédure
d’inscription volontaire sur
le registre des personnes
fragiles domiciliées à Anglet.
Les personnes recensées l’an
passé sont maintenues
automatiquement et peuvent faire
la modification des éléments les
concernant, ou même demander
leur radiation du fichier. Il est
strictement confidentiel et ne sera
communiqué qu’au préfet sur sa
demande. Ce dispositif concerne
les personnes de 65 ans et plus,
résidant à leur domicile ; celles
de plus de 60 ans reconnues
inaptes au travail, résidant à
leur domicile ; les adultes
handicapés bénéficiant soit de
l’allocation “adulte handicapé”,
de l’allocation compensatrice
pour tierce personne, de la carte
d’invalidité, de la reconnaissance
de la qualité de travailleur
handicapé ou d’une pension
d’invalidité, et résidant à leur
domicile. Les personnes pourront
s’inscrire directement (ou par
l’intermédiaire de leur
représentant légal ou d’un tiers)
par courrier, en remplissant une
fiche d’inscription mise à la
disposition dans les services
municipaux, ou par téléphone.
CCAS — Mairie — BP 303 —
64603 Anglet CEDEX. Inscription
par téléphone au 05 59 58 72 72,
de 8 h 30 à 11 h 30.
Renseignements : du lundi au
vendredi, de 8 h à 12 h, de 13 h
à 17 h, (13 h à 16 h le vendredi)
au 05 59 58 35 52.
LES RISQUES DU SOLEIL
En partenariat avec la DDASS
des Pyrénées-Atlantiques,
la Ligue contre le cancer,
le CODES, l’Inspection
Académique, des professionnels
de santé libéraux, et le concours
de la Ville, le service prévention
de la CPAM organise une journée
d’information à la plage
des Sables-d’Or sur les risques
de l’exposition au soleil.
(Stands, animations, conseils
de dermatologues et
phtalmologistes, nombreux
cadeaux.
Le 20 juillet, de 11 h à 18 h,
aux Sables-d’Or.
ÉCOUTE DÉFICIENCE
VISUELLE
L’association Valentin-Haüy vient
de mettre en place un nouveau
service à l’écoute pour les
malvoyants. La solitude, le besoin
de parler à quelqu’un ? Aveugles
et malvoyants peuvent désormais
appeler gratuitement “Écoute
déficience visuelle”, un service
BON À SAVOIR
à leur disposition tous les lundis
et jeudis, de 14 heures à
18 heures Ils y trouveront l’oreille
attentive et amicale d’“écoutants”
pour un moment d’échange
chaleureux, en toute discrétion.
Il suffit de composer le :
0 800 21 21 62.
RÉVISIONS D’ÉTÉ
Votre enfant a éprouvé quelques
difficultés à suivre les cours et
à terminer l’année, ou vous
estimez souhaitable qu’il prenne
quelques cours de français,
de mathématiques ou autres
avant la prochaine rentrée
scolaire ? Le Bureau information
jeunesse d’Anglet vous met en
relation avec des étudiants de
niveau minimum BAC + 2, qui se
déplacent au domicile de l’élève.
Le niveau couvert concerne
des enfants depuis l’école
primaire jusqu’au lycée.
Les étudiants fixent leur tarif
horaire (en moyenne 10 €)
et peuvent être déclarés et
rémunérés par le biais des
Chèques Emploi Service. Pour de
plus amples informations sur ce
moyen de paiement et pour
retirer les coordonnées des
étudiants, adressez-vous au :
BIJ, 6, rue Albert-le-Barillier.
Tél. 05 59 58 26 50.
LOGEMENTS POUR
ÉTUDIANTS
Les propriétaires de logements
meublés qui souhaitent les louer
à des étudiants, pour l’année
scolaire 2006/2007, peuvent
s’inscrire dans le fichier de mise
en relation gratuite, tenu par le
Bureau information jeunesse.
La démarche est simple :
se rendre au BIJ d’Anglet pour y
compléter une fiche d’inscription.
Le BIJ se charge ensuite de créer
un listing qu’il transmet aux
étudiants. Ceux-ci contactent
directement les propriétaires.
Tous les logements peuvent
y figurer : chambre, studio, F1,
F2, F3, colocation.
BIJ, 6, rue Albert-le-Barillier.
Tél. 05 59 58 26 50.
FÊTES DE PAMPELUNE
L’association Energy’s Pays
Basque organise des bus pour se
rendre aux fêtes de la San Fermin
I
INFOS PRATIQUES
I
à Pampelune, du 6 au 14 juillet.
Les départs sont prévus d’Anglet
chaque jour, à 18 h 45. Le retour
se fait le lendemain (départ à 9 h
de Pampelune). Des départs
auront aussi lieu le matin de
l’ouverture des fêtes, jeudi
6 juillet à 7 h 30 et le matin de
la fermeture, vendredi 14 juillet à
9 h 30. Le prix du transport
aller-retour varie de 18 € à 20 €.
Les réservations se font au
Bureau information jeunesse,
6, rue Albert-le-Barillier.
Informations complémentaires
au 05 59 58 26 50 ou
au 06 82 02 51 98.
ATELIER POUR TOUS
L’association “L’atelier pour tous”
vient de voir le jour. Peinture à
l’huile sur soie, sur verre, dessin,
céramique, modelage, tricot,
couture, cuisine, chant, scrabble,
théâtre… c’est un aperçu des
activités manuelles et artistiques
proposées aux sourds,
malentendants, non-voyants et
malvoyants ainsi qu’à toute
personne intéressée, en vue de
favoriser leur insertion et leur
intégration. Activités en atelier au
pavillon Saint-Joseph, 102, avenue
de Montbrun, du lundi au samedi,
de 10 h à 12 h et de 14 h à 16 h.
Information au 06 86 94 85 13
ou par e-mail :
atelier.pourtous@yahoo.fr
VIDÉASTES AMATEURS
Le Micro-informatique club
d’Anglet (MICA) lance une fête
populaire de l’audiovisuel avec
des projections grand public à
Oscar Cinémas. Les films projetés
sont sélectionnés lors d’un festival
de films vidéo amateur ouvert à
tous (mineurs, majeurs, scolaires,
groupes, individuels) selon trois
catégories (fiction, humour,
documentaire). Les vidéos
amateur, d’une durée maximale
de 20 minutes, devront être
déposées au MICA avant le
20 octobre 2006. Information
et inscriptions :
MICA : Maison pour tous.
Tél. 05 59 52 34 03.
www.festival-video.mica.asso.fr
43
ANGLET MAGAZINE
N° 82
I
CARNET
I
NAISSANCES - MARIAGES - DÉCÈS
CARNET
I
NAISSANCES
MARS : ANDRÉA ARGIVIER • LEANDRO ESPOSITO • YANN ZWINGELSTEIN • ANDONI ST PIERRE •
BRANDON LABENNE • SHANNEN LAFON • MÉLISSA PINTO TEIXEIRA • OCÉANE PINTO TEIXEIRA •
BASTIEN FERREIRA PINTO • OIHANA DAMMERS UNANUA • MATHILDE LEMBEYE.
AVRIL : UGO BORDAGARAY • EMMA HARCOT • MATIAS JUILLET • EVA DOUSSINE-MORTALENA •
E MMA DEGERT • D IEGO LOPES • LYNA THEYS • E OLIA DUHAU • C HARLES VALET • E VA
EYHÉRACHAR • THOMAS BALERDI • LISA PAUMIER • JEANNE MARECAUX • NICOLAS ETCHEVERRY.
MAI : TITOUAN LIETARD-BOIZOT • BASTIEN DAEMS • PAUL RIEU-CASTAING • CLARA CUBAYNES •
MAXIME DAGOS • JÉRÉMI REY • NOAH MILHAC • KYLIANN CARAMEL • EMMA TRICHÉ-AGUIRRE •
EVA SANCHEZ • MAÉLINE SCHMIDLIN.
MARIAGES
AVRIL : ERIC NAUDÉ ET SANDRA GUITART • JACQUES SIREUDE ET FRÉDÉRIQUE ROUGIER • MICHAËL
ROMEYER ET MAGGY GUIONNET • ARNAUD DUBOS ET TIPHAINE SAUDUBRAY • THIERRY DARRIGADE
ET BLANDINE OGEZ • LIONEL POIGT ET CHRISTEL LORÉ • MICHEL DUTERNE ET CATHERINE SARRAILH.
MAI : IGOR MADRANGE-KUHN ET PERRINE MONCE • THIERRY LASSÉOUGUE ET KARINE CHEILAN •
PIERRE SARRAILH ET KATIA SAINT MARTIN • ALEXANDRE BALTHAZARD ET CÉLINE THEBAUD • XAVIER
COUMEL ET STÉPHANIE CREST • MICHEL LARRÉGUY ET SYLVIE HÉGOBURU • SALVATORE SPITERI ET
KARINE TODAVCIK • FABIEN RÉTY ET NÉRÉA VICENTE • MATTHIAS BARDINET ET VERITY NEELS •
MICHEL SCHALLER ET PASCALE MERGEN • ERIC DEFOURS ET YANNICK PUJOL • PATRICE VETTES ET
PASCALE LANNEBRAS • PIERRE-EMMANUEL BERNARD ET MAEVA SERY.
DÉCÈS
AVRIL : JEAN-FRANÇOIS MONGUILLOT, 41 ANS • JULIANA CIPRÉS Y LABAIRU, 102 ANS • GUY ROSTAING, 86 ANS • ALFREDO HIDALGO MORCILLO, 68 ANS • HENRI SCHMIDT, 70 ANS • MARIE CORRO
VVE POYAU, 92 ANS.
MAI : HENRIETTE OBRECHT, 90 ANS • RAYMONDE LARRAN VVE DELOM, 92 ANS • MIREILLE LECHEVALLIER, 65 ANS • RENÉ ROSIER, 89 ANS.
Mères méritantes et jeunes mamans
Photo : Ville d’Anglet / R. Hélin
Cinq mères méritantes ont été décorées de la médaille de la Famille
française : Gina Bergez-Cazalou et Antoinette Guérin qui ont élevé
chacune six enfants ; Marie Rivas, Monique Pinet et Marie-Jeanne
Pazos, qui ont élevé respectivement quatre enfants. Quant aux toutes
jeunes mères, accompagnées du papa et du dernier-né de 2005,
elles étaient là pour témoigner de la vitalité d’Anglet puisque,
chaque année, trois cents petits Angloys y voient le jour. Le tee-shirt
griffé “Anglet, c’est chouette !” a été offert aux bambins présents.
Photo : Ville d’Anglet / R. Hélin
La Caisse des écoles – qui compte en son sein les élus, l’inspecteur primaire de l’Éducation nationale et les chefs d’établissement – et qui a pour but de faciliter la vie scolaire par des subventions
aux écoles, des soutiens dans les activités pour les familles modestes, organise comme chaque
année sa tombola.
Elle permet de récompenser les meilleurs vendeurs de billets parmi les enfants qui participent à
leur distribution. Cette opération est également accompagnée par des partenaires privé qui font une
dotation de lots.
Une piste dénommée
Photo : C. Prigent
Jean-Pierre Belchit, président de la section BMX en 2001, puis président de l’Union cycliste angloye en
2004, avait considérablement ?uvré pour le club cycliste d’Anglet. Le club et la municipalité ont rendu
hommage à ce passionné de vélo, décédé dans un accident dramatique en décembre 2004, en inaugurant officiellement la piste de BMX d’Anglet. Un de ses fils a dévoilé la plaque inaugurale, en présence
du maire Robert Villenave, de Patrick Chasseriaud, adjoint aux sports, de Christian Noble, président de
l’Union cycliste angloye et de Dominique Pons, président de la section BMX.
44
ANGLET MAGAZINE
N° 82
Photo : Ville d’Anglet / R. Hélin
Une tombola réussie
Anglet Magazine n° 82 - Juillet-Août 2006
EXPRESSION DES GROUPES POLITIQUES D’OPPOSITION
UNE SÉNATRICE POUR ANGLET
Le groupe
“Anglet Notre Ville”
est composé
de neuf conseillers
municipaux
Jean Espilondo (PS)
Conseiller général d’Anglet nord
Lionel Blanc (Verts)
Anne-Marie Borda (PC)
Georges Daubagna (Verts)
Robert Lagareste (PS)
Maritxu Maury (PS)
Guy Mondorge (PS)
Annie Mordrelle (PS)
J.-Claude Paul-Dejean (MDC)
Notre collègue Annie Mordrelle succède à André Labarrère pour représenter les
Pyrénées Atlantiques au Sénat. C’est une joie pour tous ses colistiers d’Anglet Notre
Ville et c’est une chance pour Anglet et le BAB. Ce rééquilibrage politique de la
représentation nationale des 3 communes de notre agglomération était essentiel,
pour rompre avec cette image d’une droite toute puissante et omnipotente que
véhiculaient les Maires de Biarritz et de Bayonne depuis 5 ans. Nous ne vivons pas
dans une réserve où messieurs Sarkozy et Bayrou pourraient impunément
expérimenter leurs stratégies populistes, démagogiques et profondément
antisociales.
Il était urgent que soit portée et expliquée au plus haut niveau de l’État la difficulté de
vivre, de travailler, de se loger qui est le quotidien de beaucoup, et en particulier des
jeunes, sur la Côte comme dans le Pays Basque intérieur.
Bonne route Annie, et toutes nos félicitations.
PLUS LÉGITIME QUE MOI….
Les appétits s’aiguisent et les dents
poussent. Les costumes d’adjoints
deviennent trop étroits. Et tout devient
prétexte pour devenir Calife à la place du
Calife. Voici qu’un pseudo compte rendu
de mandat de Conseiller Général donne
l’occasion à Mr Gimenez, Adjoint aux
affaires éducatives, de se targuer d’être
l’élu le mieux élu d’Anglet. C’est inexact,
puisque Jean Espilondo avec 58 % des voix
aux Cantonales d’Anglet Nord le dépasse
largement de plus de 7%.
Mais c’est surtout bien peu élégant, en rappelant à son Maire son petit score de 41,9%
à ces mêmes élections, et en rappelant à
tous ses colistiers qu’ils gouvernent Anglet
depuis 5 ans avec à peine 46% des voix.
Et tout cela sur papier glacé, aussi glacé
que l’ambiance dans les couloirs de la
Mairie….
COMMUNICATION
DE VOISINAGE…
Beaucoup d’entre vous ont participé à la
Fête des Voisins. Le service communication
de la Mairie l’avait rappelée à tous, la ville
s’était jointe à cette initiative aujourd’hui
européenne. C’était bien.
Alors dans les quartiers, quelques uns ont
pris en charge l’organisation de ces
rencontres conviviales, de façon tout à fait
désintéressée.
Et la mayonnaise a pris, les nappes en
papier ont fleuri et les générations se sont
croisées, le temps d’une soirée, en se
promettant de recommencer, sans attendre
l’année prochaine. C’était très bien !
Mais voilà que, deux par deux, les
conseillers municipaux de la majorité se
sont invités dans ces lieux de rencontre. Le
fichier de Mr le Maire était à jour.
Les organisateurs bénévoles n’avaient sans
doute pas pensé qu’ils participeraient à une
opération de marketing politique…
Et pour couronner le tout, voilà que notre
premier magistrat invite ces organisateurs à
venir se retrouver à “sa” Fête à la Mairie.
Là , on frôle la fausse note, en cette période
de Fête de la Musique….
Anglet Magazine n° 82 - Juillet-Août 2006
EXPRESSION DES GROUPES POLITIQUES D’OPPOSITION
PISTES CYCLABLES…
QUELQUES GRAVILLONS
PISTES CYCLABLES…
QUELQUES SUGGESTIONS
La journée nationale du vélo a été l’occasion à Anglet d’un grand rassemblement
pédestre et cycliste organisé par le Service
des Sports.
L’organisation était bonne et le buffet
sympa. Merci à tout le personnel municipal
et aux bénévoles qui ont rendu cette fête
possible.
Nous avons traversé les pistes “vertes”,
fleuron de la médiatisation municipale,
traversé le Lazaret et longé le front de mer
en espace sécurisé. Le retour vers Orok Bat
a été plus délicat car plus “routier”. Mais ne
boudons pas notre plaisir d’un jour.
Cependant à l’heure de rentrer à la maison,
les rues d’Anglet étaient bien vides. Les
vélos remontaient dans les voitures, et rares
étaient ceux qui traversaient notre bonne
ville sur leur fringant coursier.
On peut le comprendre, car les pistes
d’Anglet restent un choix ludique et
touristique, et sont bien éloignées pour les
petites jambes des enfants de Sutar, de
Brindos ou de Chassin, qui ont toujours bien
des difficultés à aller à l’école en vélo.
Le carrefour de Fine va être réaménagé.
Mais le projet présenté a oublié les pistes
cyclables. Dommage, quand on en trouve
deux dans le voisinage qui s’enfoncent dans
la forêt et qu’une école, elle aussi toute
proche, ne restera accessible qu’à pied ou
en voiture...
Aller au cinéma en vélo, c’est sans doute
agréable. Mais la rue des Barthes et la rue
Louis-Colas qui le cernent restent elles
aussi le royaume des voitures. Dommage,
quand on sait l’énorme budget mis en jeu
pour les aménagements publics autour de
cet espace privé…
Et ne parlons pas de l’imprudent cycliste
qui s’aventurerait autour des centres
commerciaux ! Que n’a-t-on pas en son
temps exigé de ces champions de la
distribution, qui vendent même des vélos,
d’aménager autour de leurs établissements
des aires cyclables, eux qui savent si bien
multiplier les places de parking.
Monsieur le Maire, communiquer, c’est
bien. Mais faire communiquer, ce serait
beaucoup mieux.
Pour nous contacter par mail :
angletnotreville@wanadoo.fr
PARLONS EN…
Le prix de l'essence et du gas-oil augmente considérablement, nous sommes tous touchés. Nous avons
conscience qu’il nous faut faire quelque chose, oui, mais au fait, qui fait quoi ?
- L’Etat ? oui, mais est-il prêt à développer des énergies de substitution et voir fondre la manne des taxes
pétrolières qui participent à alimenter le “modèle du système social français” ?
- La communauté d’agglomération ? oui, mais est-elle prête à imaginer des solutions alternatives aux déplacements automobiles à
l’image de Bayonne et de ses navettes électriques gratuites ?
- Chacun d’entre-nous ? oui, mais sommes-nous prêt à revoir nos modes de déplacements et, à renoncer à utiliser notre voiture
pour des déplacements de proximité, à prendre les transports en commun, à utiliser la bicyclette qui dort dans notre garage ou à
marcher un peu plus à pied ?
Cet exemple, n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan des réformes qu’il nous faudra engager pour remettre notre pays à flots.
Ré-inventer la politique pour développer un modèle économique moderne et social, cela commence aussi par accepter de
changer de comportement et être capable de renoncer à nos petits privilèges, vous savez, ceux qu’il ne faut surtout pas remettre
en cause.
J.-C Lamoure Opposition de droite
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising