CE SONT DES ANGLAIS - Savoirs Textes Langage

CE SONT DES ANGLAIS - Savoirs Textes Langage
CE SONT DES ANGLAIS : UN ACCORD AVEC L’ATTRIBUT ?*
Première partie
Anne CARLIER
1. LE PROBLÈME
Que le verbe s’accorde en nombre avec le sujet en français,
rien ne paraît plus évident. Et pourtant, il existe des structures qui semblent mettre en cause cette règle de grammaire bien établie. La présente étude portera sur une de
ces structures, à savoir celle exemplifiée par Ce sont des
Anglais, et tentera de répondre à la question : comment
expliquer la possibilité d’utiliser dans cette structure une
forme verbale au pluriel ?
La possibilité d’utiliser la forme verbale au pluriel est mentionnée dans la plupart des grammaires du français, en particulier dans celles qui donnent des consignes d’usage. Elle
a été identifiée comme problème au regard de l’accord en
nombre du verbe avec le sujet au XVIIe siècle déjà. Donnons
la parole à Vaugelas (1641 : 305) :
(1) Ce, avec le pluriel du verbe substantif
Ce a encore un usage en nostre langue qui est fort beau, &
tout à fait François. C’est de le mettre avec le pluriel du verbe
substantif, par exemple les plus grands Capitaines de l’antiquité, ce furent Alexandre, Cesar et Hannibal, etc., & non pas
les plus grands Capitaines de l’antiquité furent, ni ce fut. Je
crois neantmoins que furent, sans ce, ne serait pas mauvais,
mais avec ce, il est incomparablement meilleur. Pour ce fut,
je doute fort qu’il soit bon, ou s’il l’est, c’est sans doute le
moins bon de tous.
Cette petite particule a une merveilleuse grace en cet endroit,
quoy qu’elle semble choquer la Grammaire en l’un de ses
premiers preceptes, qui est que le nominatif singulier regit le
singulier du verbe, & non pas le pluriel, & neantmoins icy on
lui fait regir le pluriel en disant ce furent Alexandre, Cesar,
etc. Sur quoy il est à remarquer, que toutes les façons de
parler, que l’Usage a establies contre les reigles de la
Grammaire, tant s’en faut qu’elles soient vicieuses, ni qu’il
les faille eviter, qu’au contraire on en doit estre curieux comme
d’un ornement de langage, qui se trouve en toutes les plus
belles langues, mortes & vivantes.
Quoique le problème soit posé depuis longtemps, il n’y a
pas eu d’étude approfondie sur la question. De plus, il n’y a
même pas de consensus de la communauté scientifique sur
l’analyse syntaxique à associer à cette tournure. La question est difficile, ainsi que le traduisent les hésitations, les
interrogations de certains grammairiens. Citons à titre
d’exemple Le Bidois et Le Bidois (1968 : § 207).
(2) Quel rôle joue le démonstratif en ces phrases ? Pour ce qui
est de la fonction grammaticale, il peut parfois y avoir doute.
[…] le représentant ce peut, selon le point de vue, paraître
soit sujet soit attribut.
Pourtant, si on veut aborder le problème de l’accord du verbe
avec le sujet dans les tournures du type Ce sont des Anglais,
il faut au préalable procéder à une analyse syntaxique et
préciser quel est le constituant qui a la fonction syntaxique
de sujet.
Trois analyses syntaxiques différentes ont été proposées :
– d’après la première analyse, la fonction de sujet serait
assumée par le SN des Anglais. Ce doit alors être analysé
comme attribut ;
– selon la deuxième analyse, le SN des Anglais serait attribut et le pronom ce sujet ;
– la troisième analyse, basée sur l’observation que la forme
verbale ce sont tend à être supplantée par c’est, consiste
à considérer c’est comme une locution dont on ne sent
plus le caractère verbal et qui peut, à ce titre, être rapprochée de voici et voilà (Denis & Sancier-Château, 1994 :
449-450). Dans la mesure où il n’y a plus de verbe, il est
impossible de déterminer la fonction syntaxique du SN
des Anglais par rapport au verbe. On dira simplement
que cette locution peut être suivie d’un SN de construction directe.
Nous nous proposons dans cet article d’évaluer successivement ces trois analyses syntaxiques et d’examiner en
particulier dans quelle mesure elles sont capables d’offrir
une solution au problème que pose la forme verbale au pluriel
dans la tournure Ce sont des Anglais. Nous aborderons
d’abord l’analyse considérant des Anglais comme un SN
construit par la locution invariable c’est, qui a perdu son
caractère verbal (§ 2), ensuite celle qui analyse des Anglais
comme sujet (§ 3), et en dernier lieu celle qui attribue à des
Anglais la fonction d’attribut (§ 4).
* La recherche qui est à la base du présent article a fait l’objet d’une
communication à la journée d’étude « Aspects linguistiques et psycholinguistiques du pluriel », qui s’est tenue à Paris le 11 juin 2001 et aux « Journées
de syntaxe », organisées à Toulouse les 11 et 12 octobre 2002. Je suis reconnaissante aux organisateurs respectifs de ces réunions scientifiques,
C. Schnedecker et I. Choi-Jonin, de m’avoir donné l’occasion d’exposer cette
recherche. Je remercie aussi A. Borillo, D. Van de Velde et Ph. Miller pour
leurs remarques pertinentes. Un très cordial merci enfin à Walter De Mulder
et à Pierre Swiggers, qui ont bien voulu relire le présent article et me faire
profiter de leurs vastes connaissances sur le démonstratif pour l’un et sur
l’histoire de la linguistique pour l’autre.
L’Information grammaticale n° 103, octobre 2004
13
Tableau 1
C’est
+ SN lexical introduit par les
Ce sont
+ SN lexical introduit par les
XVIe
siècle
0
45
0%
XVIIe
siècle
6
410
1,4 %
XVIIIe
siècle
8
1 003
0,8 %
XIXe
siècle
111
1 870
5,6 %
XXe
siècle
409
3 096
11,7 %
164
854
16,1 %
1960-…
Tableau 2
C’est eux
Ce sont eux
Pourcentage de formes verbales
au singulier par rapport
à l’ensemble des occurrences
XVIe
siècle
0
3
0%
XVIIe
siècle
16
41
28 %
XVIIIe
siècle
10
119
7,7 %
XIXe
siècle
35
197
15 %
XXe
siècle
162
222
42,2 %
55
54
50,4 %
1960-…
Cette étude ne portera pas globalement sur toutes les
séquences qui font intervenir « ce + être + SN » : elle écartera de son champ d’étude les structures que l’on appelle
clivées (3b) et pseudo-clivées (3c), dotées de propriétés
syntaxiques très différentes 1 :
(3) a. Pierre avait battu Paul.
b. C’est Pierre qui avait battu Paul.
c. Celui qui avait battu Paul, c’est Pierre.
et sera limitée aux structures qui ne font pas intervenir de
relative, telles (4a) et (4b) :
(4) a. Ce sont des Anglais.
b. Ces gens-là, ce sont des Anglais.
2. CE SONT DES ANGLAIS :
C’EST EN TANT QUE LOCUTION INVARIABLE
L’hypothèse qui analyse c’est comme locution invariable,
ayant perdu son caractère verbal, est fondée sur l’observation que la forme verbale au singulier tend à étendre sa
fréquence d’emploi en réduisant d’autant celle de la forme
verbale au pluriel. Par rapport au problème qui nous occupe
dans le cadre de la présente étude, cette hypothèse se heurte
pourtant à une double difficulté : non seulement elle n’éclaire
aucunement la possibilité d’utiliser la forme verbale au pluriel
dans la tournure Ce sont des Anglais 2, mais – chose plus
1. Voir notamment Moreau (1976) pour le français, Higgins (1976) et
Declerck (1988) pour l’anglais et Moreno Cabrera (2000) pour l’espagnol.
2. Aussi la plupart des études qui soutiennent cette analyse précisentelles que c’est dans des tournures comme c’est des Anglais est en voie de
figement.
14
Pourcentage de formes verbales
au singulier par rapport
à l’ensemble des occurrences
étonnante – elle ne permet pas d’expliquer de manière satisfaisante pourquoi la tournure C’est des Anglais, avec la forme
verbale au singulier, augmente sa fréquence au détriment
de Ce sont des Anglais.
L’observation que la forme verbale au singulier est en
progression et que la forme verbale au pluriel est en recul
est pourtant bien correcte. Les statistiques sont claires sur
ce point 3. Le tableau du point (5) montre que la tournure
C’est des Anglais, au singulier, acquiert une fréquence relative notable dans la langue écrite à partir du XIXe siècle 4.
(5) (voir le tabeau 1)
3. Les chiffres dans les tableaux 1 et 2 sont basés sur Frantext (06/2001)
et ne concernent donc que la langue écrite. Tant les grammaires anciennes
que modernes soulignent que la tendance à utiliser la forme verbale au singulier est plus nette à l’oral qu’à l’écrit.
Du point de vue du temps verbal, notre choix s’est porté sur le présent,
car la différence entre les formes verbales de la troisième personne du singulier et du pluriel y est très nette, de sorte que le locuteur est amené à choisir. Le pourcentage de formes verbales au singulier devant un SN au pluriel
est plus élevé quand les deux formes verbales du verbe être, troisième
personne du singulier et troisième personne du pluriel, sont proches ou se
confondent phonétiquement, comme c’est le cas à l’imparfait.
4. L’évolution est pourtant entamée plus tôt : des occurrences de la tournure « C’est + SN pluriel » peuvent être repérées de manière sporadique bien
avant. En voici des exemples :
… mais mon cuer vit
Par li en tresdouce plaisance,
C’est ma joie et ma soustenance,
C’est mes deduis, c’est mes delis,
C’est droitement la fleur de lys
Dont roy, duc et conte se perent
(G. de Machaut, Le Livre du voir dit (1377))
Les dames de nostre maison, c’est Unyon et Charitté (M. de Navarra,
L’inquisiteur (1536))
L’Information grammaticale n° 103, octobre 2004
Comme le montrent les chiffres du point (6), cette extension
de la forme verbale au singulier, au détriment de la forme
verbale au pluriel, est entamée plus tôt et est plus importante quand le SN est un pronom.
(6) (voir le tableau 2)
Reste pourtant la question de savoir si on peut imputer cette
évolution à la tendance à l’invariabilité de la forme c’est. Il
nous semble que ce n’est pas le cas. S’il était vrai que c’est
est en passe de devenir une particule invariable, il faudrait
qu’il y ait invariabilité non seulement par rapport à la flexion
en nombre, mais aussi par rapport à la flexion temporelle.
Or, les deux phénomènes sont au moins partiellement indépendants.
Le phénomène de neutralisation temporelle peut être observé
dans les clivées et pseudo-clivées 5. Comme le montrent les
exemples (7b) et (7c), il est en effet possible de substituer
à la forme était la forme est.
(7) a. Pierre avait battu Paul.
b. C’est/était Pierre qui avait battu Paul.
c. Celui qui avait battu Paul, c’est/était Pierre.
Dans les structures qui font l’objet de la présente étude,
toutefois, la neutralisation temporelle est exclue. Ainsi l’illustrent les exemples (8) et (9), qui ne permettent pas le remplacement par la forme du présent.
(8) Alors les fleuves versaient leurs eaux dans les campagnes ;
leur lit, ce fut/*c’est les plaines ; la mer tira d’elle-même
des océans entiers, elle monta d’abord plus haut que de
coutume, elle gagna les cités et entra dans les palais, elle
battit le pied des trônes et en enleva le velours. (G. Flaubert,
Smarh (1839), in : Œuvres de jeunesse inédites, Paris :
Conard, 1910, tome 2, page 53)
(9) Mais elle n’eut aucun mal à les identifier : c’était/*c’est les
deux frères Ashby, Jeremiah et Ruben, accompagnés
comme à l’accoutumée par Nick Pertusano, un nain vicieux
et cruel dont le front s’ornait d’une tache indélébile en forme
de croix, de couleur cendre, et qui était leur âme damnée
et leur souffre-douleur. (G. Pérec, La vie mode d’emploi :
romans (1978), Paris : Poche, page 503)
Quoique la neutralisation temporelle soit impossible dans
les exemples (8) et (9), la forme verbale au singulier est bel
et bien utilisée. Le recul de la forme verbale au pluriel ne
peut donc être imputé au fait que c’est tend à perdre son
caractère verbal et à se figer, à la manière de voici et voilà,
en particule grammaticale.
3. CE SONT DES ANGLAIS :
DES ANGLAIS ANALYSÉ COMME SUJET
De prime abord, l’hypothèse consistant à analyser le SN des
Anglais comme sujet présente, par rapport à la question du
nombre de la forme verbale, un avantage de taille : la forme
verbale au pluriel dans la tournure Ce sont des Anglais cesse
d’être un problème, mais résulte simplement de la règle de
l’accord du verbe avec le sujet. On trouve une expression
claire de ce point de vue chez Béchade (1993 : 98).
(10) Dans les ensembles phraséologiques pronom démonstratif neutre ce + verbe être + substantif, le verbe, comme l’attestent les accords au pluriel, prend théoriquement et souvent le nombre du substantif qui le suit, en fait authentique
sujet donnant l’accord au verbe, le pronom antéposé n’étant
qu’attribut et non pas l’inverse, comme ont analysé certains
grammairiens – ce qui les amène à parler curieusement
d’un accord du verbe avec l’attribut quand ce verbe suivi
d’un terme au pluriel prend la marque du pluriel : « Ce sont
trois magasins où je me suis pourvu de masques ridicules »
(Diderot).
Avant d’évaluer de manière plus précise cette hypothèse par
rapport au problème qui nous occupe, à savoir la flexion en
nombre du verbe être, il est nécessaire de répondre à une
question préjudicielle : peut-on admettre l’existence de
phrases copulatives inversées en français ?
3.1. Existe-t-il des phrases copulatives inversées
en français ?
Soient les exemples (11a) et (12a) et leurs contreparties
clivées :
(11) a. Paris est la capitale de la France.
b. C’est Paris qui est la capitale de la France.
(12) a. La capitale de la France est Paris.
b. C’est la capitale de la France *qui/qu’est Paris.
En invoquant notamment le fait que le constituant qui peut
s’insérer entre c’est et qui a nécessairement la fonction de
sujet, ainsi qu’il apparaît dans (13b) et (13c),
(13) a. Pierre a battu Paul.
b. C’est Pierre qui a battu Paul.
c. C’est Paul *qui/que Pierre a battu.
Moreau (1976) a montré que dans la phrase (11a) Paris
est la capitale de la France, le SN en position préverbale
est sujet, alors que dans (12a) La capitale de la France est
Paris, le SN en position préverbale n’est pas sujet et doit
donc être attribut. Par ailleurs, comme l’a fait remarquer
Kleiber (1981 : 114-123), le test de la clivée a aussi un corollaire sémantique : appliqué aux phrases copulatives, il identifie comme sujet le SN qui a le plus haut degré de référentialité et qui peut donc le plus adéquatement servir de
support à la prédication.
L’existence de phrases copulatives inversées étant donc
admise, il ne semble pas impossible d’analyser, en suivant
Béchade (1993), la tournure Ce sont des Anglais comme
présentant une structure inversée, avec le sujet en position
postverbale. Évaluons à présent cette hypothèse par rapport
à la problématique qui nous occupe.
Le texte cité au point (10) fait apparaître que cette hypothèse est motivée avant tout par la présence de la forme
verbale au pluriel dans des tournures comme Ce sont des
Anglais. Mais l’hypothèse est-elle capable aussi d’expliquer
la tournure C’est des Anglais, avec la forme verbale au singulier ? S’il est vrai que le SN des Anglais, au pluriel, constitue le sujet, pourquoi le verbe peut-il se trouver à la troisième
personne du singulier ?
5. Cf. Grevisse (1980 12 : § 2738) et Moreau (1976 : 22).
L’Information grammaticale n° 103, octobre 2004
15
3.2. Des Anglais en tant que sujet dans la tournure
C’est des Anglais
Une première explication proposée fait intervenir la position
du sujet par rapport au verbe : le verbe être pourrait rester
invariable dans cette tournure et donc échapper à la règle
de l’accord du verbe avec le sujet parce que le sujet se trouve
en position inversée. Cette explication est notamment proposée par Frei (1929 :164), qui rapproche sur cette base la
tournure C’est des Anglais d’exemples comme (14).
(14) Nous vous remercions d’avance de la peine que va vous
donner ces recherches.
Reste pourtant irrésolue la question de savoir pourquoi C’est
des Anglais passe le cap de la norme, alors que l’emploi de
la forme verbale au singulier dans un exemple comme (14)
sera taxé d’erreur.
Une autre issue envisagée, notamment par Béchade (1993),
consiste à supposer qu’il y a une évolution en cours : la
séquence c’est est en passe de devenir une locution figée,
ce qui a pour conséquence que le SN des Anglais cesse
d’être sujet. Cette seconde explication revient en fait à abandonner l’analyse syntaxique de la tournure « ce + être + SN »
que nous envisageons ici au profit d’une analyse en termes
de locution figée. Or il a été montré dans la section précédente (§ 2) qu’une analyse en termes de locution figée se
heurte à une contre-évidence : par rapport à la variation
temporelle, il n’y a nullement figement.
Cette hypothèse – on le voit – n’est pas en mesure d’expliquer la forme verbale au singulier dans la tournure C’est des
Anglais. De surcroît, comme il apparaîtra au § 3.3, même la
solution qu’elle apporte au problème de la forme verbale au
pluriel dans la tournure Ce sont des Anglais est fondée sur
des bases incorrectes.
3.3. Des Anglais en tant que sujet dans la tournure
Ce sont des Anglais
L’analyse du SN des Anglais dans la tournure Ce sont des
Anglais comme étant le sujet, qui est invoquée comme explication pour la forme verbale au pluriel, se heurte en effet à
un double problème.
– En premier lieu, l’hypothèse analysant le SN des Anglais
dans la tournure Ce sont des Anglais comme étant le sujet
suppose que cette tournure présente une structure inversée. Or, la possibilité de présenter une structure inversée
ne concerne pas toutes les phrases copulatives. Depuis
Frege (1892), il est habituel de distinguer entre deux types
de copulatives : les copulatives identificationnelles, qui posent
une identité entre deux termes référentiels, et les copulatives prédicationnelles, ainsi appelées parce qu’elles prédiquent une propriété et ont donc un attribut non référentiel 6. Ces deux types de copulatives sont respectivement
illustrés par (11a) et (15a).
6. On trouvera un aperçu critique des différentes typologies des phrases
copulatives basées sur la dichotomie entre identité et prédication chez Van
Peteghem (1991 : 15-45) et Rouveret (1998).
16
(11) a. Paris est la capitale de la France.
(15) a. Paris est une très belle ville.
En français, la structure inversée est possible pour les copulatives qui identifient deux termes référentiels,
(11) a. Paris est la capitale de la France.
(12) a. La capitale de la France est Paris.
mais non pour les copulatives dont l’attribut a une fonction
de caractérisation et est donc non référentiel.
a. Paris est une très belle ville.
b. *Une très belle ville est Paris.
Or, comme l’illustre (16),
Tu les crois honnêtes, et ce sont des fripouilles. (J. d’Ormesson,
La douane de mer (1993))
dans les structures « ce + être + SN au pluriel », la forme
plurielle du verbe n’est pas limitée aux phrases copulatives
identificationnelles, mais est aussi attestée dans des phrases
copulatives qui relèvent incontestablement de la prédication
et qui se présentent donc toujours comme non inversées 7.
La forme plurielle du verbe ne peut donc y être expliquée
par un accord avec le sujet inversé.
- En second lieu, il existe des arguments syntaxiques qui
montrent que le SN en position postverbale ne peut jamais
être analysé comme sujet dans une copulative du type « ce
+ être + SN », que celle-ci soit identificationnelle ou prédicationnelle.
a) Un premier argument est fourni par la forme du pronom
interrogatif complexe. La série de formes qui est-ce qui, qui
est-ce que, qu’est-ce qui, qu’est-ce que comporte deux
formes qu- d’une nature différente. En position initiale de la
séquence se trouve le pronom interrogatif, dont les deux
formes qui et que s’opposent sémantiquement, qui marquant
l’humain (17b/c) et que l’inanimé (18b). En position finale,
par contre, la forme qu- est caractérisée par une opposition
syntaxique : qui marque la fonction sujet (17b) et que la fonction non sujet (17c) 8.
a. Pierre bat Paul.
b. Qui est-ce qui bat Paul ?
c. Qui est-ce que Pierre bat ?
7. Il n’entre pas dans le cadre du présent article de proposer des critères
précis permettant d’identifier une copulative comme identificationnelle ou
comme prédicationnelle. Voir sur ce point Van Peteghem (1991, 1993).
8. Sur la base de cette opposition fonctionnelle, Tesnière (1959 : 200)
analyse la forme qu- en position finale comme un pronom relatif. Cette analyse
ne nous semble pas correcte, car le second élément qu- de la construction
interrogative complexe ne présente pas toutes les oppositions fonctionnelles
du pronom relatif. En effet, si on utilise en position finale le pronom relatif
avec toutes ses oppositions fonctionnelles (cf. (i), à la différence de (ii)), la
séquence obtenue ne peut plus être analysée comme un interrogatif complexe, mais doit être analysée comme une construction clivée inversée.
Qu’est-ce dont tu parles ?
De quoi est-ce que tu parles ?
Pour la différence entre interrogatif complexe et construction clivée comportant un mot qu-, voir Obenauer (1981).
L’Information grammaticale n° 103, octobre 2004
a. Cette mauvaise nouvelle a abattu Paul.
b. Qu’est-ce qui a abattu Paul
Pour questionner le SN se trouvant après c’est, on peut utiliser tantôt qui est-ce que c’est ?, comme le montre (19b),
tantôt qu’est-ce que c’est ?, ainsi que l’illustre l’exemple (20b),
mais qui est-ce qui et qu’est-ce qui, formes interrogatives
comportant en position finale la forme qui marquant la fonction sujet, sont toujours exclues.
(19) a. C’est le facteur.
b. Qui est-ce que c’est ?
c. *Qui est-ce qui c’est ?
(23) Nostre maistre nous appelle
– Est il ce ? – Ma creance est telle
que c’est il, dont j’ay bien grant joye.
(Gréban, vv. 31898-31900)
(24) Es ce gorpil [z] qui ici gist ?
– Oïl, sire, foi que vos doi.
Mes il est mors en moie foie
(Renart, XI, vv. 632-633)
(20) a. Ce sont des êtres humains.
b. Qu’est-ce que c’est ?
c. *Qu’est-ce qui c’est ?
Le SN en position postverbale n’est donc jamais sujet.
b) Un deuxième argument syntaxique est apporté par les
phrases de structure « ce + être + SN postverbal » où le SN
postverbal prend la forme d’un pronom personnel. On trouve
dans ce cas non pas ce suis-je, mais c’est moi. Le pronom
personnel ne revêt donc pas la forme d’un clitique sujet et
la forme verbale être ne présente pas de conjugaison en
personne.
Il faut donc admettre que la structure « ce + être + SN » n’est
jamais une structure inversée, mais que le SN postverbal
est bien à analyser comme un attribut. Le français moderne
s’oppose sur ce point à l’ancien français, où la structure
« ce + être + SN » était bien une structure inversée avec en
tête l’attribut ce et avec le sujet en position postverbale 9.
Que le SN postverbal soit bien sujet en ancien français apparaît dans le fait que cette tournure se conjuguait en personne.
(21) XIIe-XIIIe siècles
ce suis je
ce es tu
ce est il
ce sommes nous
ce estes vous
ce sont ils
Foulet montre que cette influence se fait sentir dès l’ancien
français dans les structures interrogatives et négatives quand
le SN en position postverbale n’est pas un pronom, mais un
SN lexical plein. Les exemples (23) et (24) montrent en effet
que ce occupe la position caractéristique du sujet inversé
dans (24), c’est-à-dire contiguë au verbe, mais non en (23),
où le pronom personnel il occupe cette position.
XIVe
siècle
ce est moi
ce es(t) tu
ce est il
ce est nous
ce est vous
ce sont ils
À partir de la période du moyen français, ce système de
conjugaison s’effrite. Foulet (1920) évoque deux raisons.
En premier lieu, il y aurait selon Foulet la concurrence avec
la locution c’est qui permettait de mettre en valeur n’importe
quel constituant, y compris des constituants introduits par
une préposition, où ce est le seul candidat pour remplir la
fonction de sujet.
(22) Sire Grinbert, molt me merveil
Se ce est par vostre conseil
Que Renart me tient si, por vil.
(Renart, vv. 927-929)
9. Foulet (1920), qui consacre une étude détaillée à l’évolution de cette
structure, fait remarquer que l’on peut expliquer l’antéposition du pronom ce
attribut par le rapport anaphorique avec la phrase antérieure. D’ailleurs,
comme le montrent des tournures telles que À cette exigence satisfont également…, le français moderne use encore toujours de l’inversion avec cette
même fonction de mise en rapport anaphorique avec le contexte antérieur,
du moins à l’écrit.
À cela s’ajoute, à la fin du XIIIe siècle, la disparition de la
flexion casuelle, c’est-à-dire de l’opposition entre cas sujet
et cas régime. Cette évolution va de pair avec un figement
de l’ordre des constituants, celui-ci devant alors assumer le
rôle de marquer la fonction syntaxique. L’ordre des constituants étant fonctionnel, la langue évitera les constructions
à sujet inversé, de sorte que le SN de construction directe
qui précède le verbe sera le sujet. Pour la construction
soumise ici à l’étude, cela implique qu’il y a réanalyse : le
pronom démonstratif ce, qui était attribut en ancien français,
devient sujet 10.
Les deux arguments syntaxiques invoqués ci-dessus, la
forme du pronom interrogatif complexe et le fait que la tournure, quand le SN postverbal est un pronom, prend la forme
c’est moi et non ce suis-je, montrent de manière convaincante que le SN en position postverbale ne peut jamais être
analysé comme sujet, mais qu’il est toujours l’attribut. Parmi
les trois analyses syntaxiques possibles exposées dans
l’introduction de cet article, les faits observés jusqu’ici nous
conduisent à opter pour la dernière analyse syntaxique proposée : la tournure Ce sont des Anglais ne fait pas intervenir de locution figée c’est (§ 2), ne correspond pas à une
structure inversée avec le SN des Anglais comme sujet (§ 3),
mais présente simplement l’ordre canonique des constituants avec le pronom ce comme sujet et le SN des Anglais
comme attribut (§ 4).
S’il est vrai que dans la tournure moderne ce est devenu
sujet et des Anglais attribut, comment expliquer que la langue
ait maintenu la forme de la troisième personne du pluriel ?
Telle est la question à laquelle nous tenterons d’apporter
une réponse dans la deuxième partie de cet article, à paraître
dans le prochain numéro.
Anne Carlier
Université de Valenciennes
10. Foulet (1920) explique ensuite comment on passe des pronoms
clitiques sujet aux pronoms non clitiques, c’est-à-dire pourquoi on obtient non
pas c’est je, mais c’est moi. Nous ne développerons pas ce point, qui est
sans pertinence pour le problème étudié ici.
L’Information grammaticale n° 103, octobre 2004
17
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
BONNARD H., 1997, Code du français courant, Paris : Magnard.
BÉCHADE H.-D., 1993, Syntaxe du français moderne et contemporain, Paris : PUF.
BLINKENBERG A., 1968 2 [1950 1], Le problème de l’accord en français moderne : essai d’une typologie, København : Munksgaard.
BOSQUE I., DEMONTE V. (dir.), 2000-2, Gramática descriptiva de la
Lengua española, 3 tomes, Madrid : Espasa Calpe.
BRUNOT F., 1936 3, La pensée et la langue, Paris : Masson et Cie.
BRUNOT F., 1966-67, Histoire de la langue française, tomes II et III,
Paris : A. Colin.
CLÉDAT L., 1896, Grammaire classique de la langue française, Paris :
Le Soudier.
Commentaires sur les remarques de Vaugelas par La Mothe le
Vayer, Scipion Dupleix, Ménage, Bouhours, Conrart, Chapelain,
Patru, Thomas, Corneille, Cassagne, Andry de Boisregard et
l’Académie française, Paris, 1936 (rééd. par J. Streicher, Genève :
Slatkine, 1970).
DECLERCK R., 1988, Studies on Copular Sentences, Clefts and
Pseudo-Clefts, Leuven : University Press.
DENIS D., SANCIER-CHÂTEAU A., 1994, Grammaire du français, Paris :
Poche.
FOULET L., 1920, « Comment on est passé de ce suis je à c’est
moi », Romania XLVI, p. 46-83.
FREGE G., 1892, « Ueber Begriff und Gegenstand », Vierteljahrschrift
fur Wissenschaftliche Philosophie 16, p. 192205.
FREI H., 1929, La grammaire des fautes, Paris : Geuthner.
GREVISSE M., 1980 12, Le bon usage, Gembloux : Duculot.
HIGGINS F.R., 1976, The Pseudo-Cleft Construction in English,
Bloomington : Indiana University Linguistics Club.
HØYBYE P., 1944, L’accord en français contemporain : essai de grammaire descriptive, København : Andr. Fred. Høst & Søns.
KLEIBER G., 1981, Problèmes de référence : descriptions définies
et noms propres, Paris : Klincksieck.
LE BIDOIS G., LE BIDOIS R., 1968, Syntaxe du français moderne,
Paris : A. Picard.
LE GOFFIC P., 1994, Grammaire de la phrase française, Paris :
Hachette.
MARTINON Ph., 1927, Comment on parle en français. La langue
parlée correcte comparée avec la langue littéraire et la langue
familière, Paris : Larousse.
18
MORENO CABRERA J.C., 2002, « Las funciones informativas : las
perífrases de relativo y otras construcciones perifrásticas », in
I. Bosque & V. Demonte (dir.), tome III, chapitre 65.
MAUPAS Ch., 1618 2, Grammaire et syntaxe françoise, Orléans :
O. Boynard et J. Nyon, réimpression, Genève : Slatkine, 1973.
MEIGRET L., 1550, Le traité de la grammaire française, éd. par
F. J. Haussman, Tubingen : G. Narr, 1980.
MOREAU M.-L., 1976, C’EST : Étude de syntaxe transformationnelle,
Université de Mons.
OUDIN A., 1632, Grammaire françoise rapportée au langage du
temps, Paris : P. Billaine ; 1940 2, Grammaire françoise rapportée au langage du temps, Paris : A. De Sommaville, réimpression, Genève : Slatkine, 1972.
OBENAUER H.-G., 1981, « Le principe des catégories vides et la
syntaxe des interrogatives complexes », Langue française 52,
p. 100-118.
R AMÉE P. de la, 1572, Grammaire, éd. commentée par
C. Demaizière, Paris : Champion, 2001.
ROUVERET A., 1998, « Points de vue sur le verbe “être” », in : Id.,
éd., « Être » et « avoir » : syntaxe, sémantique, typologie, SaintDenis : Presses universitaires de Vincennes.
RENZI L., SALVI G. dir., 1991, Grande grammatica italiana di consultazione, tomes I-II, Bologna : il Mulino.
T ESNIÈRE L, 1959, Éléments de syntaxe structurale, Paris :
Klincksieck
VAN PETEGHEM M., 1991, Les phrases copulatives dans les langues
romanes, Wilhelmsfeld : Egert.
VAN PETEGHEM M., 1993, La détermination de l’attribut nominal :
étude de quatre langues romanes (français, espagnol, italien,
roumain), Bruxelles : Palais des Académies.
VAUGELAS C. F. de, 1647, Remarques sur la langue françoise utiles
à ceux qui veulent bien parler et bien escrire, Paris : Chez la Vve
Jean Camusat et Pierre le Petit, réimpression, Genève : Slatkine,
2000.
WAGNER R.-L., 1966, « À propos de c’est », in : Mélanges Grevisse,
Gembloux : Duculot.
WAGNER R.-L., PINCHON J., 1962 2, Grammaire du français classique
et moderne, Paris : Hachette.
Voir également la bibliographie de la seconde partie (IG 104)
L’Information grammaticale n° 103, octobre 2004
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising