programme «Démocratie et courage

programme «Démocratie et courage
Programme
d’éducation citoyenne
contre les discriminations
de la Fédération
Léo Lagrange
Ensemble,
brisons
la chaine !
édito
Au sein de la Fédération Léo Lagrange,
nous avons pris l’engagement de lutter
contre toutes les formes de discrimination.
Les établissements scolaires, comme les
structures d’accompagnement et de loisirs
socioéducatifs, restent un lieu idéal pour
sensibiliser les adolescents à une citoyenneté active et promouvoir les valeurs du
vivre ensemble. Grâce à l’intervention
pédagogique de 1000 jeunes volontaires
spécifiquement formés par la Fédération
Léo Lagrange, près de 150 000 adolescents,
dont 130 000 élèves de collèges et lycées
ont déjà été sensibilisés aux stéréotypes et
préjugés véhiculés dans la société par
chacun d’entre nous, et ont pu s’exprimer
sur les questions de discriminations.
Samir Bensaadi,
Délégué national à la jeunesse Léo Lagrange
La Fédération Léo Lagrange
est une association de jeunesse
et d’éducation populaire, reconnue
d’utilité publique, bénéficiant de l’agrément
association éducative complémentaire de l’enseignement
publique.
Depuis sa création en 1950, le projet de société qu’elle
adopte vise à bâtir une société de progrès, fondée sur l’idéal
républicain et organisée autour de la démocratie participative, l’égalité, la liberté, la justice sociale et la laïcité.
Forte de ce positionnement, elle s’engage de toutes ses
forces dans la lutte contre les discriminations et l’exclusion.
Depuis 2002, la Fédération Léo Lagrange est fière de faire
vivre en France le programme d’éducation à la citoyenneté
contre les discriminations « Démocratie & Courage ! » (D&C !).
2
sommaire
Démocratie & Courage !
en quelques mots
p. 4
Les origines du programme
p. 5
Des partenaires impliqués
p. 6
Une pédagogie active et participative p. 7
L’éducation par les pairs :
l’engagement de jeunes volontaires
Les thématiques d’intervention
• le racisme
• le sexisme et l’homophobie
• la violence
• l’éducation aux médias
Programmer une intervention
p. 8
p. 9
p. 18
Pour aller plus loin : le label
« Ecole Sans Racisme »
p. 19
• devenir une « Ecole Sans Racisme »
• un réseau européen
Devenir volontaire
« Démocratie & Courage ! »
p. 21
Des idées pour agir avec la FLL
p.22
Contacts
p. 24
3
Démocratie & Courage !
en quelques mots
« Démocratie & Courage ! » (D&C !) est un programme
d’éducation à la citoyenneté et contre les discriminations
initié en France par la Fédération Léo Lagrange.
Dans le cadre de ce programme, la Fédération Léo
Lagrange forme de jeunes volontaires pour intervenir en
binôme, à partir de différentes journées thématiques
construites sur des principes de pédagogie participative.
Ces volontaires interviennent, notamment dans les établissements scolaires (collèges, lycées), et invitent les
participants à percevoir les mécanismes des stéréotypes,
des normes et des discriminations. La sensibilisation des
jeunes par les jeunes se fait sur un thème particulier,
choisi avec l’équipe pédagogique en fonction de l’âge des
élèves et parfois du contexte.
A ce jour, quatre thématiques d’intervention sont proposées au plan national :
• « Préjugé, quand tu nous tiens ! », sur le racisme et les
mécanismes de la discrimination
• « Le Respect, c’est mutuel(le) ! », sur les discriminations
sexistes et homophobes
• « Pour vivre ensemble, faisons un pas ! », sur les différentes formes de violences
• « Décodons les médias ! », sur l’éducation aux médias
Le programme est actuellement mis en œuvre dans
11 régions : Bretagne, Franche-Comté, Ile-de-France,
Languedoc-Roussillon, Lorraine, Midi-Pyrénées, Nord-Pasde-Calais, Pays de Loire, Picardie, Provence-Alpes-Côte
d’Azur et Rhône-Alpes.
Le programme ne cesse de s’enrichir et de s’adapter à de
nouveaux besoins, se tenant par exemple particulièrement à
l’écoute des collectivités territoriales (formation d’agents),
d’organismes publics (formation d’agents de la police
nationale, modules de sensibilisation de détenus,
etc.), d’institut de formation et d’entreprises…
De nouveaux thèmes d’intervention complémentaires se préparent (handicap,
développement durable, etc.), les
publics s’élargissent (adultes, salariés,
etc.) et des actions de plus long
terme apparaissent (Ecole Sans
Racisme), avec l’appui de
partenaires associatifs adaptés.
4
Les origines du programme
D&C ! est un programme directement inspiré des actions
mises en place en Allemagne depuis 1999 par « Netzwerk für
Demokratie und Courage » (« réseau pour la démocratie et le
courage »). Il est développé en France depuis le printemps
2002 par la Fédération Léo Lagrange.
Chronologie
Q
ue
l
1997 : En réaction à un score important de l’extrême droite aux élections
régionales de Saxe (qui font elles-mêmes suite à des exactions contre
des foyers de travailleurs migrants en Allemagne), le DGB-Jugend
(section jeunesse des syndicats allemands) décide de constituer un
collectif des organisations de jeunesse pour agir contre le racisme.
1999 : Le collectif Netzwerk für Demokratie und Courage (NDC) lance
le concept d’interventions éducatives menées en milieu scolaire par des
jeunes volontaires.
Mars 2002 : Léo Lagrange organise en Picardie une rencontre européenne sur les pratiques éducatives contre le racisme.
Avril 2002 : Une coopération s’engage entre le collectif NDC et Léo
Lagrange.
21 avril 2002 : En réaction à l’élection présidentielle, la jeunesse se
mobilise contre les idées racistes et xénophobes. La FLL décide
d’accélérer la coopération avec le collectif NDC pour mettre en place une
version française du programme.
Mai - septembre 2002 : Visites d’étude en Allemagne, observation
des interventions dans les classes allemandes, création et expérimentation d’une intervention adaptée aux problématiques françaises.
Novembre 2002 : Séminaire de formation des 15 premiers jeunes
volontaires, premières interventions en classe dans les collèges et les
lycées d’Amiens.
Mai 2003 : Allocution de Wolfgang Thierse, président du parlement
allemand, qui apporte son soutien au transfert de ce projet en France.
2006 : création de la journée d’intervention sur le sexisme
et l’homophobie « Le Respect, c’est mutuel(le) ! »
2008 : création de la journée d’intervention sur
s
la violence « Pour vivre ensemble, faisons
re
f
un pas ! »
f
i
Depuis sa
2010 : création de la journée
c h création, D&C !
d’intervention sur le
e s a permis de former
thème de l’éducation
u
1000 volontaires et de
q sensibiliser
aux médias
plus de 150 000
jeunes. Chaque année, plus de
600 interventions sont animées
et concernent plus de 15 000 élèves.
5
Des partenaires impliqués
La Fédération Léo Lagrange s’investit dans une démarche
de complémentarité des savoir-faire entre partenaires.
Élus, enseignants et associations jouent un rôle essentiel
dans la lutte contre les discriminations. D&C ! leur donne
l’opportunité de s’inscrire dans une véritable démarche de
prévention et d’éducation vis-à-vis des jeunes.
Les équipes enseignantes trouvent dans ce programme
un moyen innovant d’aborder des thématiques de société et
de libérer la parole de leurs élèves.
Le travail pédagogique commun « éducation populaire éducation nationale » est, pour les élus, un gage de cohérence de leur politique à l’égard de la jeunesse. Nombre de
conseils régionaux, conseils généraux et communes plébiscitent déjà le programme en lui accordant confiance et soutien.
En fonction des sujets abordés, la Fédération Léo Lagrange
s’appuie sur l’expertise de ses partenaires associatifs pour
améliorer ses outils pédagogiques.
Les partenaires associatifs D&C !
• Association pour des études sur la résistance
intérieure (AERI) - www.aeri-resistance.com
• Centre des jeunes dirigeants et des acteurs de
l’économie sociale (CJDES) - www.cjdes.org
• Etudiants contre le sida (ECLS)
www.ecls.asso.fr
• La Mutuelle des étudiants (LMDE)
www.lmde.com
• Union nationale lycéenne - www.unl-fr.org
• Union nationale des étudiants de France
(UNEF) - www.unef.fr
• Union nationale des syndicats autonomes
(UNSA) - www.unsa.org
• Sida Info service (SIS)
www.sida-info-service.org
6
Une pédagogie active
et participative
L’éducation contre les discriminations ne peut se
satisfaire de discours moralisateurs ou de tentatives de
culpabilisation. Construites sur les principes de pédagogie
participative et active, les journées d’intervention proposées
n’édictent pas de solutions péremptoires ni ne donnent la
« bonne façon de penser ». C’est par une approche participative et ludique, que les volontaires D&C ! amènent les
participants à interroger leurs préjugés et attitudes, leur
rapport à l’autre et à la différence. Au moyen du jeu et du
débat, les élèves décryptent les mécanismes de la discrimination et recherchent des moyens de lutter contre.
Les journées d’intervention sont généralement organisées
en 6 séquences d’une heure. Les volontaires D&C ! utilisent,
tout au long de la journée, des outils d’animation ludiques
(cultionary (inspiré du pictionary), films, débats, expositions,
théâtre, jeux de rôles, etc.) pour favoriser la participation et
le questionnement de chacun(e).
Les élèves découvrent alors l’impact des actes et le sens
des mots. Ils sont amenés à se positionner face aux discriminations quotidiennes aussi bien dans les médias qu’à
l’école ou en famille.
Les animations ont pour objectifs de :
• favoriser les échanges autour des idées reçues
• permettre la prise de parole, le débat et le positionnement
de chacun
• construire des arguments face aux discours racistes,
xénophobes, sexistes, homophobes… ou à la violence
• fournir des clés de compréhension concernant l’intériorisation et la diffusion de stéréotypes et de préjugés
• encourager les adolescents à prendre des initiatives dans
leur environnement direct et par leur comportement
quotidien
Par les jeunes et pour les jeunes. Les jeunes volontaires
se placent sur un pied d’égalité avec leurs jeunes interlocuteurs (éducation par les pairs). Ce principe favorise l’écoute,
la prise de conscience et la construction de citoyens actifs.
Le temps d’une animation, la parole est libérée.
7
L’éducation par les pairs :
l’engagement de jeunes volontaires
Les intervenants D&C ! sont des volontaires généralement
âgés de 18 à 30 ans. Etudiants, jeunes salariés ou en
insertion professionnelle, ils ont été formés par la Fédération
Léo Lagrange.
Pourquoi des jeunes de 18 à 30 ans ?
Le partage d’un vécu, d’un langage et des mêmes
questionnements amène les volontaires à transmettre des
savoirs sur un mode différent. Cette relation de proximité
permet aux jeunes de confronter leurs pratiques avec leurs
aspirations à plus d’égalité et de solidarité.
Leur formation
Avant d’intervenir devant un public, chaque volontaire suit
d’abord une formation initiale gratuite de 5 jours pour mieux
appréhender les enjeux, les thématiques et l’environnement
du programme « Démocratie & Courage ! ». Organisée
durant une période de vacances universitaires et/ou de
congés professionnels, cette formation est animée par des
volontaires expérimentés. Elle permet de se familiariser avec
les outils d’intervention et les différentes techniques d’animation. Accompagné par un coordonnateur régional, le
nouveau volontaire est ensuite associé à un volontaire plus
aguerri afin d’acquérir l’assurance et la sérénité nécessaires.
Le programme fonde en effet son action sur le principe de
l’essaimage, pour et par les jeunes.
Les coordonnateurs régionaux
Salariés permanents de la Fédération Léo Lagrange, ils
assurent, dans les régions où le programme est développé,
l’animation du réseau et le suivi des interventions : développement des partenariats avec les associations locales et les
établissements scolaires, préparation et bilan des interventions, gestion administrative… Ils encadrent également la
formation des volontaires et animent la vie du réseau régional.
Les réseaux locaux de D&C !
Avec l’appui du coordonnateur régional, les volontaires
font vivre localement le programme. Ces derniers peuvent
participer à des séminaires nationaux, des rencontres
franco-allemandes, etc.
8
Les thématiques d’intervention
Quatre journées thématiques d’intervention, d’une durée
de 6 heures chacune, sont, selon les régions, actuellement
proposées aux établissements scolaires (collèges et/ou
lycées) :
• Thème A - « Préjugé, quand tu nous tiens ! » sur les
préjugés et discriminations racistes
• Thème B - « Le respect, c’est mutuel(le) » sur les
discriminations sexistes et homophobes
• Thème C - « Pour vivre ensemble, faisons un pas »
sur les violences
• Thème D – « Décodons les médias » sur l’éducation
aux médias
Chaque intervention est planifiée pour une classe et avec
l’équipe pédagogique de l’établissement selon le calendrier
scolaire. Elle fait l’objet d’une évaluation croisée des élèves
et des intervenants en fin de séance, à partir de laquelle est
rédigé un bilan d’intervention remis à l’établissement.
Elaboration
Le modèle de chaque journée d’intervention a été élaboré à
l’initiative d’un groupe de coordonnateurs et de jeunes
volontaires D&C ! La thématique a été identifiée à partir des
besoins repérés sur le terrain et des souhaits exprimés par
les équipes pédagogiques. Même si le mode opératoire
reste identique, chaque module fait l’objet d’une réflexion
spécifique et adaptée. Avant de généraliser le
format d’une nouvelle journée, une phase
expérimentale permet d’ajuster au mieux
les méthodes et les contenus. Les
volontaires font parfois appel
à des spécialistes et/ou
partenaires pour affiner
les interventions.
9
Thème A
Racisme
« Préjugé, quand tu nous tiens ! »
Cette intervention est consacrée à la lutte contre les
discriminations à travers l’exemple concret des
discriminations racistes.
Dans un premier temps, elle vise à faire prendre
conscience aux adolescents de l’existence des stéréotypes, des préjugés et du racisme présents dans
la société, puis les encourage à réagir, notamment à
travers des jeux de rôle et des débats.
Programme
1 • Prise de contact et présentation de la journée
Plan de l’intervention et jeu « brise-glace »
Objectifs :
- faire connaissance et favoriser le contact
- présenter le programme, sa méthode et ses objectifs
- assurer des échanges productifs et sympathiques en
détendant l’atmosphère
2 • Les stéréotypes au quotidien
Jeu « cultionary » et réflexion avec les élèves
Objectifs :
- amener les élèves à exprimer des stéréotypes
- définir le concept de stéréotype
- amener les élèves à prendre conscience de l’usage de ces
stéréotypes
3 • Les préjugés racistes et les discriminations
Vidéo et discussion avec les élèves
Objectifs :
- savoir identifier les stéréotypes dans une
situation de la vie quotidienne
- faire comprendre aux élèves la nuance
• Programme
entre stéréotype et préjugé
Généralement,
- montrer comment cela mène à
une intervention de
la discrimination
6 heures comprenant
6 parties
10
— Pause déjeuner
4 • Migration : cassons les préjugés !
« Histoire de l’immigration au XXe siècle »
Réflexion sur les mouvements de population
Objectifs :
- sensibiliser les élèves à l'histoire de l'immigration en France
- connaître les différents flux d'immigration vers la France et
comprendre leur contexte
- répondre aux interrogations
Jeu « La chaise des populations »
Echange avec les élèves
Objectifs :
- amener les élèves à réfléchir à la répartition de la population, des richesses et des réfugiés sur la planète
5 • Le courage d’agir !
Jeu de rôle et discussion
Objectifs :
- s’interroger quant aux réactions possibles face à
un acte raciste
- se mettre en scène dans le cadre de
mises en situation
6 • Conclusion
Bilan et évaluation par les
élèves & intervenants
11
Thème B
Sexisme et homophobie
« Le respect, c’est mutuel(le) ! »
Cette intervention a pour but de sensibiliser et de lutter
contre les attitudes sexistes et/ou homophobes. Les
volontaires amènent les jeunes à s’interroger sur le
sens et les racines des phénomènes discriminatoires,
à interroger leurs représentations. Elle a été élaborée
en partenariat avec la LMDE et Sida Info Service.
Programme
1 • Prise de contact et présentation de la journée
Plan de l’intervention et jeu « brise-glace »
Objectifs :
- faire connaissance et favoriser le contact
- présenter le programme, sa méthode et ses objectifs
- assurer des échanges productifs et sympathiques en
détendant l’atmosphère
2 • Les normes de genre
Jeux « Dessine-moi » et « La malle aux jouets » : la notion
de norme
Objectifs :
- comprendre les notions de stéréotype et de norme sociale
- interroger le lien entre l’éducation et les rôles sociaux
attribués aux hommes et aux femmes
- réfléchir aux conséquences morales sur les victimes de
discrimination
• Programme
Généralement,
une intervention de
6 heures comprenant
6 parties
12
Est distribué aux élèves, au cours de la
journée, le guide « Le respect, c’est mutuel(le) ! » réalisé en partenariat avec la
LMDE. Ce guide aborde la question des
relations entre garçons et filles, et le thème
de la sexualité.
3 • Rôles imposés, choix de vie ?
Jeu du tribunal : la classe juge un cas de discrimination
sexiste à l’embauche
Objectifs :
- réfléchir à une situation concrète de discrimination sexiste
à l’embauche
- apprendre à prendre parti et construire une argumentation
- identifier les situations sexistes vécues par les femmes et
les hommes dans la vie quotidienne
— Pause déjeuner
4 • L’amour, le sexe, parlons-en !
Animation « Mur des insultes », projection vidéo et jeu
« L’amour, le sexe, parlons-en ! »
Objectifs :
- prendre conscience de la norme dans le choix des mots
utilisés comme insultes
- réfléchir aux conséquences d’une insulte
- identifier le rôle des stéréotypes, de la norme et des
insultes dans le rejet des personnes homosexuelles
- comprendre les difficultés des jeunes à vivre leur homosexualité dans une société normée
- oser poser des questions (anonymement) sur la sexualité
et en parler sans tabou
5 • Ensemble, que faire ?
Jeu de rôle et discussion
Objectifs :
- rechercher des solutions pour lutter contre les discriminations
- imaginer des moyens d’action collective (création d’un
discours, faux-clip, chanson, affiche…)
6 • Conclusion
Bilan et évaluation par les élèves & intervenants (questionnaire individuel et debriefing collectif)
Les éléments recueillis participent à la réalisation, par les
intervenants, d’un bilan écrit adressé à l’établissement.
13
Thème C
Violence
« Pour vivre ensemble,
faisons un pas ! »
Cette intervention a pour objectif d’amener les élèves
à comprendre les causes et les effets de la violence et
à réfléchir à la notion du « vivre ensemble ». Elle offre
la possibilité de poser des mots sur des douleurs
ressenties parfois au quotidien et d’aborder le plus
sereinement possible les violences, leurs origines,
leurs conséquences, en travaillant sur les alternatives
possibles.
Programme
1 • Prise de contact et présentation de la journée
(thématique, objectifs, méthode, règles de vie)
Plan de l’intervention et jeu « brise-glace »
Objectifs :
- faire connaissance et favoriser le contact
- présenter le programme, sa méthode et ses objectifs
- assurer des échanges productifs et sympathiques en
détendant l’atmosphère
- faire émerger les représentations de chacun sur la violence
2 • La violence et nous
Comprendre d’où peut provenir la violence et ce qui
l’influence
Objectifs :
- identifier les différents facteurs de la violence
- inciter chacun à interroger son propre potentiel à la violence
- mettre à jour les mécanismes de subjectivité et de ressenti
dans la mesure de la violence
- mieux connaître les émotions et aborder la gestion
des émotions
• Programme
Généralement,
une intervention de
6 heures comprenant
6 parties
14
3 • Un regard citoyen
Elargir le regard que l’on peut
avoir sur les violences en
abordant
les
violences
sociales
Objectifs :
- définir ensemble la violence et ses différentes formes
- échanger sur les violences présentes dans les sociétés à
travers le monde
- favoriser l’empathie
- réfléchir à des possibilités d’agir face aux violences
— Pause déjeuner
4 • Le violençomètre
Après avoir mieux compris ce que pouvait être la
violence, permettre le positionnement individuel et
collectif sur les violences du quotidien
Objectifs :
- parler des violences que l’on rencontre tous les jours
(insultes, bouc émissaire, attouchement, violence envers
soi-même…)
- échanger sur les représentations et la sensibilité de chacun
face à la violence
- mieux définir la violence et en distinguer les formes
physiques et morales
- revenir sur les notions vues dans la matinée pour synthétiser et faire le lien avec les violences vécues par chacun
- permettre le débat
5 • Le courage d’agir !
Jeu de rôle et discussion
Identifier les alternatives à la violence
Objectifs :
- prendre conscience de sa capacité à agir face à la violence
- imaginer les différents moyens d’agir avant, pendant et
après l’acte violent
6 • Conclusion
Bilan et évaluation par les élèves et
intervenants (questionnaire individuel
et debriefing collectif)
Les éléments recueillis participent à la réalisation, par
les intervenants, d’un
bilan écrit adressé à
l’établissement.
15
Thème D
Education aux médias
« Décodons les médias ! »
Cette intervention a pour objectif d’interroger la
culture médiatique des adolescents et des jeunes et
d’éveiller leur regard critique sur les modes de
communication et la consommation de l’information
à travers la diversité des médias. Basée sur des
illustrations et une pédagogie participative, cette
intervention favorise une meilleure appréhension des
mécanismes de construction et/ou de diffusion
médiatiques des stéréotypes et préjugés.
Programme
1 • Présentation de la journée
(thématique, objectifs, méthode, règles de vie)
Plan de l’intervention et jeu « brise-glace »
Objectifs :
- faire connaissance et favoriser le contact
- présenter le programme, sa méthode et ses objectifs
- assurer des échanges productifs et sympathiques en
détendant l’atmosphère
2 • Les médias et nous
Jeu « C’est votre dernier mot », débat sur la question
des choix, de la subjectivité et l’accessibilité des
médias et jeu « du message »
Objectifs :
- découvrir l’histoire des médias et leur évolution
- prendre conscience du processus de fabrication (et de
déformation) de l’information
- connaître le schéma de transmission et de réception des
messages
- distinguer information et communication
3 • Touche pas à mon scoop
Découverte du métier de journa• Programme
liste : réalisation d’un article,
Généralement,
d’une interview et d’une
une intervention de
dépêche dans le respect
6 heures comprenant
des contraintes (temps,
6 parties
16
nombre de signes, sources). Comparaison du traitement d’une information
selon les supports et les médias.
Objectifs :
- appréhender les mécanismes de l’écriture journalistique
- comprendre les contraintes médiatiques
- aiguiser l’esprit critique
— Pause déjeuner
4 • Démontons le montage
Visionnage d’un court-métrage sur l’effet Koulechov
puis analyse critique d’un extrait de série télévisée en
petits groupes.
Objectifs :
- prendre conscience de l’importance du montage, de l’univers
sonore, de la narration dans la construction d’un message
- prendre du recul face à l’image et percevoir l’objectif poursuivi par un réalisateur et ou un reporter d’images
5 • Points de vue
Observation de photographies sans légendes, libre
interprétation puis confrontation avec la réalité du
contexte dans lesquelles les photos ont été prises.
Comparaison de deux films vidéos identiques dont la
bande sonore diffère.
Jeu « d’accord/pas d’accord » sur les médias
Objectifs :
- mesurer sa subjectivité dans la perception d’une image et
le poids de ses références personnelles (vécu, connaissances, environnement social, culturel, etc.)
- comprendre qu’une image parle rarement seule : selon les
légendes, les commentaires, l’univers sonore qui l’accompagnent, elle peut prendre des sens bien différents
- amener chacun à réfléchir à son rapport aux médias
- apprendre à argumenter ses positionnements
6 • Conclusion
Bilan et évaluation par les élèves & intervenants (questionnaire individuel et debriefing collectif)
Les éléments recueillis participent à la réalisation, par les
intervenants, d’un bilan écrit adressé à l’établissement.
17
Programmer
une intervention
En milieu scolaire :
Vous êtes responsable d’un établissement scolaire,
conseiller principal d’éducation, professeur en
lycée / collège / centre d’apprentissage… Vous
souhaitez aborder la question des discriminations
avec vos élèves ?
Programmez une journée d’intervention !
Prenez contact avec le coordonnateur D&C ! de votre
région (cf. p. 24). Il vous apportera tous les renseignements nécessaires sur le programme, vous aidera à
définir votre projet et mobilisera le réseau de
volontaires.
Vous pouvez également vous rendre sur le site internet
« Démocratie & Courage ! » www.democratie-courage.fr
et remplir en ligne le formulaire de demande de prise
de contact.
Si le projet se réalise, une convention sera signée entre
l’établissement scolaire et la Fédération Léo Lagrange,
garantissant notamment la responsabilité civile des
intervenants.
Tarif : Le montant de la journée d’intervention est
modulé pour les établissements scolaires en fonction
des subventions que la Fédération Léo Lagrange aura
obtenues dans votre région ou département.
Se renseigner auprès du coordonnateur régional.
Auprès d’adultes :
Le programme « Démocratie & Courage ! » a été sollicité par des acteurs publics et d’autres organisations
pour intervenir auprès d’adultes (acteurs sociaux,
agents de la fonction publique en relation avec le
public, détenus, etc.).
Des modules adaptés existent donc.
Contactez le coordonnateur D&C ! de votre région
afin d’échanger avec lui sur la possibilité de réaliser
un module sur mesure.
18
Pour aller plus loin…
Ecole Sans Racisme
Les interventions « Démocratie & Courage ! » constituent des outils de prévention efficaces pour lutter
contre le racisme, le sexisme, l’homophobie ou les
comportements violents.
Les sujets abordés peuvent éveiller, aussi bien chez les
élèves que du côté de l’équipe pédagogique d’un établissement scolaire, l’envie de prolonger leur engagement et de faire de la lutte contre les discriminations un
projet fédérateur.
Pour répondre à cette envie,
la Fédération Léo Lagrange
s’est inspirée d’une initiative
européenne pour concevoir
un dispositif de labellisation
d’établissements scolaires :
« Ecole Sans Racisme ».
Pour ce faire, elle s’appuie bien sûr sur son réseau national
« Démocratie & Courage ! ».
La labellisation « Ecole Sans Racisme » est une démarche
collective dont le double objectif est :
- assurer la dispense d’une information correcte sur le
phénomène discriminatoire
- affirmer le rejet des préjugés et de la stigmatisation des
personnes considérées comme « différentes » du fait de la
couleur de peau, de la religion, de l’origine ou de la nationalité, du handicap, du sexe, de l’orientation sexuelle, de
la condition sociale…
Devenir une « Ecole Sans Racisme »
Le projet est largement porté par les élèves qui deviennent
acteurs de la vie de leur établissement, tout en apprenant
l’importance de coopérer et d’être responsable dans la mise
en œuvre d’un projet collectif.
Pour faire de leur établissement scolaire une « Ecole Sans
Racisme », il s’agit pour eux, avec l’appui du réseau D&C !,
de suivre les étapes suivantes :
1. sensibiliser les élèves et l’ensemble de l’équipe pédagogique autour du projet
2. recueillir les signatures d’au moins 70 % de la communauté scolaire (élèves, enseignants, personnel éducatif,
19
technique et administratif) à un appel à l’ouverture et au
respect des différences.
3. s’engager à réaliser chaque année au sein de l’établissement scolaire une ou plusieurs actions de sensibilisation
autour des discriminations (ex. : projections de films,
journal scolaire, campagne d’affichage, invitation d’une
association, organisation d’un café-débat, visite d’un
musée…)
4. trouver un parrain ou une marraine (qui ait une notoriété
publique de préférence)
5. obtenir l’autorisation de labellisation auprès de la Fédération Léo Lagrange
Une cérémonie de labellisation est alors organisée par
l’établissement scolaire en présence du parrain ou de la
marraine et une plaque « Ecole Sans Racisme » est fixée à
l’entrée de l’établissement scolaire en présence de
représentants de la Fédération Léo Lagrange.
En devenant une « Ecole Sans Racisme », c’est tout l’établissement qui affiche sa volonté de prendre à bras le corps
les problèmes posés par l’intolérance et les discriminations.
Une fois l’inauguration passée, les volontaires, les animateurs
Léo Lagrange et le coordonnateur régional accompagnent
l’équipe éducative et les projets des lycéens.
Un réseau européen
Le mouvement École Sans Racisme est né en 1988 à
Anvers, en Belgique, face à la montée des partis d’extrêmedroite flamands. Localement tout d’abord, des professeurs
et des élèves commencent à se concerter pour lutter contre
le racisme croissant dans la société belge. Ils mettent
l’école, lieu idéal pour atteindre les jeunes, au cœur de leur
projet, l’éducation antiraciste devant faire partie intégrante
des cours et des activités de l’établissement. Le principe :
en signant un appel contre la discrimination et le racisme,
chaque école s’insèrera dans un réseau d’établissements
labellisés. Depuis 1988, 250 écoles belges ont ainsi intégré
le réseau Écoles Sans Racisme. Le projet est également
mené au Pays-Bas, en Allemagne, en Autriche, en Espagne
et désormais en France depuis 2008. 600 établissements
scolaires sont d’ores et déjà labellisés en Europe.
Pour en savoir plus :
Contactez le coordonnateur « Démocratie & Courage ! » régional
ou consultez le site www.democratie-courage.fr
20
Devenir volontaire
« Démocratie & Courage ! »
Tu as entre 18 et 30 ans ?
Tu souhaites t’investir pour lutter concrètement
contre les discriminations ? Rien de plus simple !
Deviens volontaire au sein du réseau D&C !
Un engagement accessible à tous
Le réseau D&C ! est ouvert à tout nouveau volontaire âgé de
18 à 30 ans, sans aucune exigence ou restriction concernant
le niveau scolaire. La motivation et l’enthousiasme pour se
mobiliser et agir collectivement suffisent !
Un investissement adapté à chacun
Chacun s’investit selon son temps libre, son envie et sa
sensibilité.
Mode d’emploi
Il suffit de t’adresser par téléphone ou mail au référent de ta région (cf. contacts p. 24). Tu pourras alors
participer à la formation initiale proposée à tous les
nouveaux volontaires.
Le réseau D&C ! est constitué de jeunes bénévoles.
Les journées d’intervention en collèges et lycées
ouvrent droit contractuellement à la perception
d’indemnités.
«
« Démocratie & Courage ! » était pour moi
une bonne alternative pour m’engager,
me sentir utile tout en continuant mes
études. Comme les dates d’interventions sont flexibles, on peut
«
s’investir dans les deux
sans problème.
Caroline, 23 ans
Les Ulis (91)
21
Des idées pour agir
avec la Fédération Léo Lagrange
Outre le programme « Démocratie & Courage ! » qui
permet de lutter contre les discriminations, la Fédération Léo
Lagrange propose aux 16-30 ans de :
Construire une Europe citoyenne
• Partir en volontariat européen
Le service volontaire européen, inscrit dans le
programme européen « Jeunesse en action » encourage la mobilité des 18-30 ans en leur proposant de se
mettre au service, pendant 2 à 12 mois, d’un projet
d’intérêt général à l’étranger et vivre une expérience
formatrice.
• Participer à un échange pour élargir ses horizons
L’échange européen permet à des groupes (d’un minimum de 6 personnes) de jeunes âgés de 13-25 ans de
partir en Europe (Union européenne mais aussi Islande,
Turquie ou autres pays voisins) et de rencontrer d’autres
jeunes pour mener des échanges d’expérience et de
savoir-faire.
Pour en savoir plus :
www.leolagrange.org - www.interechanges.net
S’engager ici et ailleurs
• Préparer un chantier international
• Conjuguer ses vacances
avec solidarité
Pour en savoir plus :
www.leolagrange.org
22
Réaliser son projet,
de l’idée à l’action
• Bénéficier de l’accompagnement Soléo
• Partir en vacances autonomes, solidaires et
citoyennes
• Créer son association
• S’investir dans l’accompagnement à la scolarité
• Réaliser un service civique
Un peu partout en France, des structures d’animation
Léo Lagrange (centre social, centre culturel, maison de
jeunes, maison de quartiers, mission jeunesse, secteur
jeunes, pépinières jeunesse) accueillent et accompagnent les projets des jeunes (culture, actions socioéducatives et loisirs, insertion et action sociale,
solidarité internationale, sport, prévention santé,
formation, éducation à la consommation et à l’environnement). Dans cette optique, Léo Lagrange a initié le
programme Soléo (prix de l’innovation au salon des
maires en 2003) dont le but est d’associer l’énergie de
la jeunesse à toutes les forces vives (élus, bénévoles,
entreprises, particuliers) et ainsi faciliter les démarches
et voir les bonnes idées se concrétiser.
Pour en savoir plus : www.leolagrange.org
S’investir dans l’animation volontaire !
• Passer son BAFA-BAFD
• Former les autres !
Le brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (BAFA) ou
encore le Brevet d’aptitude aux fonctions de directeur
(BAFD) sont des diplômes qui permettent d’encadrer,
à titre non professionnel, de façon occasionnelle, des
enfants et adolescents en accueils collectifs de mineurs
(ACM). Ils témoignent d’un engagement éducatif et
d’un volontariat associatif tout en donnant accès à des
responsabilités importantes. Les formations théoriques
BAFA et BAFD sont dispensées par des organismes de
formation qui disposent d’une habilitation ministérielle.
Parmi elles figure bien sûr la Fédération Léo Lagrange.
Pour en savoir plus : www.bafa-bafd.org
23
Contacts :
D&C ! Nord-Pas-de-Calais
03 28 55 95 36
democratie-npdc@leolagrange.org
D&C ! Picardie
03 22 82 00 54
democratie-pic@leolagrange.org
D&C ! Lorraine
03 29 56 18 78
democratie-lor@leolagrange.org
D&C ! Ile-de-France
01 48 10 65 84
democratie-idf@leolagrange.org
D&C ! Bretagne
02 99 26 32 50
democratie-bzh@leolagrange.org
D&C ! Pays de la Loire
02 40 20 86 51
democratie-pdl@leolagrange.org
D&C ! Midi-Pyrénées
05 34 60 87 00
democratie-mp@leolagrange.org
D&C ! BourgogneFranche Comté
04 72 89 20 72
democratie-fc@leolagrange.org
D&C ! Languedoc-Roussillon
04 67 34 00 02
democratie-lr@leolagrange.org
D&C ! Rhône-Alpes
04 72 89 20 72
democratie-ra@leolagrange.org
D&C ! Provences-AlpesCôte d’Azur
04 91 14 37 43
democratie-paca@leolagrange.org
Pour en savoir plus :
www.democratie-courage.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising