Vendée moins d`emballages : caddies malins contre caddies gaspis

Vendée moins d`emballages : caddies malins contre caddies gaspis
Le magazine du traitement des déchets en vendée
n°19 - décembre 2009
ETAPE INFOS
Enquête : le compostage
de plusieurs façons
ESCALE TECHNIQUE
Qualité des déchèteries :
mode d’emploi
d’une labellisation
DESTINATION
L’avenir du verre doit
être brillant !
Vendée moins d’emballages :
caddies malins
contre caddies gaspis
S Y NDICAT MI X TE DÉ P ARTEMENTA L D ’ ÉTUDES ET DE TRAITEMENT DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMI L ÉS DE L A VENDÉE
Edito
Sommaire
Cette nouvelle édition de notre magazine
Itinéraires fait le point sur différentes
actions menées récemment par notre
syndicat et par des collectivités adhé-
3
événement
Caddies malins
contre caddies gaspis
rentes.
Les actions de Trivalis illustrent notre
volonté d’agir pour réduire les déchets,
pour augmenter leur tri et leur recyclage.
Et elles témoignent aussi du travail que nous nous attachons
à mener à bien pour mettre en place les outils nécessaires au
traitement des déchets résiduels.
6
étapes info
Enquête :
le compostage
de plusieurs façons
Le travail réalisé sur le plan technique, administratif mais
également dans le domaine de la communication, est considérable. Nous avons cette année, par exemple, expérimenté
la mise en place de nouvelles filières de recyclage, réalisé les
études et les marchés publics pour la création des premières
usines de tri mécano-biologique vendéennes. Nous avons
également conduit, avec les enseignes de la grande distribution, des actions sur le terrain et sur l’ensemble du territoire
pour inciter nos concitoyens à acheter moins de déchets.
7
route syndicale
Communication 2010 :
le verre et les 18-34
ans
Notre tâche est loin d’être achevée. Et sans attendre, je souhaite remercier, à l’occasion de cette fin d’année, tous les élus
mais également tous les agents des collectivités qui ont œuvré, tout au long de 2009, dans le domaine de l’environnement
en général et sur le thème des déchets en particulier.
10
Yves Auvinet,
Président de Trivalis
Maire de La Ferrière
Magazine d’information édité par Trivalis
31 rue de l’Atlantique - BP 605 - 85015 La Roche-sur-Yon cedex
Tél. 02 51 451 451 - Fax 02 51 451 450 - Site internet : www.trivalis.fr
Tirage : 13 000 exemplaires sur papier recyclé
Directeur de la publication : Yves Auvinet, président
Rédaction : Marie-Thérèse Terrée, Coralie Boulard et Thomas Poirier
Crédit photos : Trivalis, Fabrice Chappaz page 2
Conception : service communication de Trivalis - Impression : Imprimerie Yonnaise
N° ISSN : 1773-259X
2
12
escale technique
Qualité des déchèteries :
mode d’emploi
d’une labellisation
destination
L’avenir du verre doit
être brillant !
S Y NDICAT MI X TE DÉ P ARTEMENTA L D ’ ÉTUDES ET DE TRAITEMENT DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMI L ÉS DE L A VENDÉE
EVENEMENT
Caddies malins
contre caddies gaspis
Les responsables de magasin, les élus locaux et les agents des
collectivités en charge de la gestion des déchets se sont mobilisés, en
novembre, pour inciter les habitants à acheter moins de déchets.
Pour Vendée
moins d’Emballages, 60 élus se
sont mobilisés
pour inciter les
habitants à réduire
leurs déchets en
achetant
autrement.
Notre photo :
action d’information au Super U de
Brétignolles-surmer
A
l’occasion de la Semaine de la réduction des déchets, deux caddies un peu particuliers ont été mis en avant dans les magasins U, Intermarché, E.Leclerc et Carrefour
de Vendée. Les mêmes quantités de produits identiques y sont présentées. Seule différence apparente, leur conditionnement. En se penchant sur les panneaux d’information
créés par Trivalis, les consommateurs apprennent deux choses : le caddie malin, garni de
produits peu emballés, est moins cher et génère moins de déchets que le caddie gaspi.
Ce duo de caddies est mis en scène dans 71 magasins de Vendée. Les élus et le
personnel des collectivités sont là, autour des charriots, pour informer les habitants sur
l’intérêt économique et écologique de consommer malin. A l’Ile d’Yeu, la problématique
de l’exportation coûteuse des déchets sur le continent renforce l’impact du message.
A La Roche-sur-Yon, la mise en place de la redevance incitative pousse de nombreux
habitants à réfléchir plus précisément aux quantités de déchets qu’ils génèrent. Ailleurs,
les consommateurs sont étonnés de la différence de prix : « Plus de 18 € d’économies
alors qu’il n’y a que 10 produits dans les caddies. Avec un caddie plein, la différence
doit être énorme ! ». Les élus, comme Hervé Robineau aux Herbiers, insistent sur cette
différence de prix : « Au-delà de l’aspect environnemental, cette action vise à redonner
du pouvoir d’achat aux habitants, pour acheter autre chose que des emballages ».
Cette action de sensibilisation, une première à l’échelle du département, a suscité de
nombreuses rencontres dans les magasins et beaucoup de reportages dans la presse.
L’an prochain, élus et responsables d’enseignes, rassemblés autour de la charte Vendée
moins d’emballages, vont poursuivre leur partenariat et partir à la rencontre des industriels locaux pour réfléchir avec eux à d’autres modes d’emballages.
L’objectif est simple : faire gagner les achats malins. u
L E MAGAZINE DU TRAITEMENT DES DÉCHETS EN VENDÉE
N ° 1 9 - DECEM B RE 2 0 0 9
3
VENDEE
moins
d’emballages
4
Images d’une action pas commerciale...
La contribution de tous les Vendéens, dans la réduction des emballages, affichée dans le magasin
E.Leclerc, route de La Tranche à La Roche-sur-Yon
A côté du pôle d’information Vendée moins d’emballages, la communauté de communes du Pays des
Herbiers propose aussi des messages sur le tri des
emballages dans la galerie de l’Hyper U
Des clients du magasin E.Leclerc des Olonnes se sont
arrêtés devant les caddies malin et gaspi pour s’étonner des gains générés par l’achat malin
Au magasin Intermarché du Poiré-sur-Vie, le rayon des
produits à la coupe affiche discrètement l’un de ses
atouts
Dans la galerie de l’Hyper U d’Aizenay, le temps de
l’action Vendée moins d’emballages, quand un élu
rencontre un consommateur, ils parlent réduction des
déchets
Dans le magasin Leclerc des Oudairies à La Roche-surYon, les élus de Trivalis s’attachent à convaincre des
consommateurs d’acheter autrement
S Y NDICAT MI X TE DÉ P ARTEMENTA L D ’ ÉTUDES ET DE TRAITEMENT DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMI L ÉS DE L A VENDÉE
PLAN DE ROUTE
Le point sur les projets
d’équipement dans le
cadre de la mise en œuvre
BASSIN 7
BASSIN 1
Challans
Les Herbiers
BASSIN 2
BASSIN 3
La Roche-sur-Yon
du Plan d’élimination des
BASSIN 6
BASSIN 4
déchets ménagers et assi-
Les Sables-d'Olonnes
BASSIN 5
milés de la Vendée.
Fontenay-le-Comte
BASSIN 1
BASSIN 1
BASSIN 1
BASSIN 1
BASSIN 1
BASSIN 1
BASSIN 1
BASSIN 2
BASSIN 2
BASSIN 2
BASSIN 2
BASSIN 2
BASSIN 2
BASSIN 2
BASSIN 3
BASSIN 3
BASSIN 3
BASSIN 3
BASSIN 3
BASSIN 3 BASSIN 3
BASSIN 4
BASSIN 4
BASSIN 4
BASSIN 4
BASSIN 4
BASSIN 4
BASSIN 4
BASSIN 5
BASSIN 5
BASSIN 5
BASSIN 5
BASSIN 5
BASSIN 5
BASSIN 5
BASSIN 6
BASSIN 6
BASSIN 6
BASSIN 6
BASSIN 6
BASSIN 6
BASSIN 6
BASSIN 7
BASSIN 7
BASSIN 7
BASSIN 7
BASSIN 7
BASSIN 7
BASSIN 7
ISD : implantation à l’étude.
Centre de transfert de La Guérinière : DDAE déposé en Préfecture le 15 novembre 2008 et déclaré
recevable. Enquête publique achevée (1er avril au 4 mai 2009). En attente de l’arrêté.
Centre de transfert de La Barre-de-Monts : exploitation du nouvel équipement depuis décembre
2008.
Usine de TMB et ISD à Saint-Christophe-du-Ligneron, site des Landes Franches : avis favorable
du Coderst le 24 septembre 2009. En attente de l’arrêté préfectoral. Constructeur : Vinci. Permis de
construire obtenu le 28 août 2009. Démarrage des travaux envisagé début 2010.
Usine de TMB : localisation projetée sur la ZA des Ajoncs (Pays Yonnais).
ISD à Beaulieu-sous-la-Roche : DDAE finalisé en décembre. Avant-projet validé. Conception de la
route d’accès en cours.
Plateforme de compostage collectif à Grosbreuil : en service depuis juin 2009.
Usine de TMB à Château-d’Olonne : enquête publique du 21 juillet au 4 septembre 2009.
Constructeur : Urbaser. Avis favorable du commissaire enquêteur. Passage en Coderst le 17
décembre 2009. Permis de construire obtenu le 25 novembre 2009.
ISD de Sainte-Flaive-des-Loups : arrêté d’autorisation d’exploiter obtenu le 24 février 2009.
Usine de TMB à Corpe : DDAE finalisé fin décembre 2009.
ISD aux Pineaux : arrêté d’autorisation de construire et d’exploiter obtenu en février 2008. Ouverture
prévue début 2011. Attribution du marché de travaux réalisée en octobre 2009.
ISD de la Chevrenière à Tallud-Sainte-Gemme : exploité depuis septembre 2006 ; exploitation en
cours de l’alvéole 2 (sur 19).
ISD à Mesnard-la-Barotière : marché de maîtrise d’œuvre attribué. Avant-projet sommaire en cours.
Dossier de Demande d’Autorisation d’Exploiter finalisé au printemps 2010.
DDAE : Dossier de Demande d’Autorisation d’Exploiter, TMB : Tri Mécano-Biologique, ISD : Installation De Stockage, Coderst : COnseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques
L E MAGAZINE DU TRAITEMENT DES DÉCHETS EN VENDÉE
N ° 1 9 - DECEM B RE 2 0 0 9
5
TRAFIC INFO
Enquête : le compostage
de plusieurs façons
L’enquête Trivalis, sur le compostage en Vendée, montre qu’un quart
des foyers interrogés ne souhaitent pas adopter cette pratique de
traitement à domicile.
A
u cours des mois de juillet et d’août, deux agents de Trivalis ont mené l’enquête
auprès de 624 foyers vendéens pour en savoir plus sur leurs pratiques de tri. Cet
échantillon a été constitué en prenant en compte les différents types de territoire (rural,
urbain, littoral), la répartition de la population et les différents modes de distribution des
composteurs (fourniture gratuite ou payante).
Notons que les résidences secondaires et les touristes n’ont pas été interrogés.
La moitié des foyers visités ont répondu qu’ils compostaient leurs biodéchets. Ils sont
plus nombreux à pratiquer ce traitement à domicile en zone rurale que sur le littoral.
Les habitants qui réalisent leur compostage en tas trouvent cette pratique facile. Ceux qui
ne compostent pas en tas valorisent leurs déchets putrescibles à l’aide d’un composteur
acquis, en majorité, auprès de leur collectivité. Et ceux qui en ont payé une partie
s’approprient l’objet et l’utilisent à bon escient.
La pratique du compostage en Vendée est relativement ancienne et traditionnelle pour
une part importante des foyers interrogés. Néanmoins, ce geste s’avère difficile et
contraignant pour un quart des foyers situés en zone urbaine.
Parmi les foyers qui ne pratiquent pas le compostage, plus des deux tiers ne sont pas
décidés à le faire. Parmi leurs raisons invoquées, le manque de place ou de temps,
l’absence d’envie, …
Le traitement des biodéchets à domicile n’étant pas à la portée de tous les Vendéens
et encore moins des touristes s’avère donc une solution complémentaire au traitement
industriel via les usines de tri mécano-biologique. u
Les déchets dangereux parfaitement isolés
Les enquêteurs Trivalis ont mis à profit leur visite dans
600 foyers pour les interroger sur les déchets dangereux ou toxiques. Près de 95 % trient ces déchets-là appelés déchets ménagers spéciaux (DMS) dans le jargon
technique. Près de 70 % des DMS apportés dans les
déchèteries sont des aérosols (vernis, insecticides,…)
ou des pots de peinture. Par contre, un message doit
circuler dans toutes les « chaumières » : les huiles
végétales, comme les huiles minérales d’ailleurs,
doivent être apportées dans les déchèteries et non être
déversées dans les éviers et autres lavabos.
Ce graphique illustre la répartition
des déchets dangereux apportés par les habitants dans les
déchèteries. Le faible pourcentage
(4 %) des piles usagées montre
que les personnes interrogées ont
le bon réflexe de les rapporter, en
priorité, au point de vente
6
Piles usagées
4%
Huiles végétales
11 %
Aérosols
dangereux
Ampoules basse
consommation,
néons, ...
17 %
32 %
36 %
Pots de peinture,
solvants, ...
S Y NDICAT MI X TE DÉ P ARTEMENTA L D ’ ÉTUDES ET DE TRAITEMENT DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMI L ÉS DE L A VENDÉE
ROUTE SYNDICALE
Communication 2010 :
le verre et les 18-34 ans
Chaque fin d’année, Trivalis réunit ses collectivités adhérentes avec
Eco-Emballages pour travailler sur la communication pour plus de
collecte sélective. Bien que les chiffres de la Vendée soient excellents.
Le 2 décembre, la CC Côte de Lumière reçoit le label Qualitri,
décerné par Eco-Emballages et l’Ademe, récompensant sa qualité
de service aux usagers en matière de collecte des déchets.
De gauche à droite : Régis Plisson, vice-président de Trivalis,
Jacques Fraisse, vice-président de Côte de Lumière, Yves Auvinet,
président de Trivalis, Catherine Le Pober d’Eco-Emballages,
Christian Praud, vice-président de Trivalis, président du bassin 2
et membre de Côte de Lumière, Bernard Codet, élu de la CC
Auzance et Vertonne et délégué à Trivalis.
Au premier rang, Marcel Berthommé, président la commission
Environnement de la collectivité côtière récompensée
L
e 2 décembre dernier, le syndicat réunit ses 26 collectivités adhérentes représentées
par des élus, et surtout des techniciens ou des chargés de communication. Régis
Plisson, en sa qualité de président de la commission Tri, introduit une matinée qui
s’annonce bien remplie : Grenelle de l’Environnement, barèmes D et futur barème E du
contrat Eco-Emballages, évolution des emballages triés en Vendée et leurs soutiens
financiers, des sujets abordés par Eco-Emballages et Trivalis.
Le vice-président donne la parole à Catherine Le Pober qui salue les performances de
la Vendée. La responsable régionale d’Eco-Emballages indique, pour 2008, que chaque
Vendéen a trié 20,3 kg d’emballages alors qu’un Français, en moyenne, n’en triait que
16,7 kg (collecte à domicile) ou 9,9 kg (apport volontaire). Notre département se distingue
également côté verre et papier. En conclusion de la matinée, Régis Plisson félicite élus,
techniciens, chargés de communication et ambassadeurs de tri de toute la Vendée
pour tous les efforts accomplis : « Vous êtes à l’origine, pour la Vendée, de ces taux de
recyclage performants comparés aux moyennes nationales. Il nous faut maintenir cette
avance, grâce à vous. »
L’après-midi débute avec des informations sur le verre, l’historique de son tri, son
recyclage,… Ces informations sont délivrées par Verre Avenir, département Communication des verriers de France (lire en pages 12-13). Les participants se constituent
ensuite en groupes de travail pour faire jaillir des idées d’actions de communication,
d’une part, sur le tri du verre, d’autre part, vers le public des 18-34 ans. Toutes les pistes
sont partagées entre tous et vont, pour la plupart, alimenter les plans de communication,
édition 2010, de la collecte sélective des collectivités. u
L E MAGAZINE DU TRAITEMENT DES DÉCHETS EN VENDÉE
N ° 1 9 - DECEM B RE 2 0 0 9
7
VOIE DES BASSINS
BASSIN 1
Jaunes, bleus ou noirs, des sacs distribués
Les habitants de la communauté de communes Marais Breton Nord
ont reçu dans leur boîte aux lettres un courrier les invitant à venir
chercher des sacs jaunes, des sacs noirs et des sacs bleus. Deux
points de distribution ont été mis en place sur le territoire du 2 au 13
octobre 2009. Le premier à la mairie de Beauvoir-sur-Mer et l’autre
à la mairie de Bouin. Pendant plus d’une semaine, les ambassadeurs de tri de Trivalis ont reçu les habitants. Chacun d’eux repart
avec 2 rouleaux de sacs jaunes, 3 de sacs noirs et 1 de sacs bleus. Des autocollants Stop Pub sont
également mis à disposition de ceux qui veulent réduire leurs déchets.
BASSIN 2
Distribution de sacs jaunes à Challans :
effet en trois étapes
La première étape de l’opération de distribution de sacs jaunes,
organisée par la communauté de communes Marais et Bocage,
débute à vélo. Les ambassadeurs de tri parcourent la ville à deux
roues pour déposer dans les 7 000 boîtes aux lettres challandaises
une invitation à venir chercher des sacs jaunes. La deuxième étape
consiste à accueillir chaque jour, pendant une semaine, entre 600 et
1 000 personnes, à la permanence assurée par des ambassadeurs
de tri de Trivalis. Les habitants récupèrent leurs sacs jaunes et
posent également leurs questions sur le tri des emballages. La
troisième étape revient aux citoyens. Ils doivent désormais trier et
réduire leurs déchets.
BASSIN 3
Les puces… arrivent sur les bacs du Pays Yonnais
BASSIN 4
Sur l’île d’Yeu, les souches d’arbres sont broyées
et vendues
Depuis octobre dernier et jusqu’à la fin de l’année, les usagers
de la communauté de communes du Pays Yonnais voient des
agents installer des puces électroniques sur leur bac à ordures
ménagères. Pas de surprise pour les habitants. Ils sont avertis de
cette démarche qui les prépare au passage à la redevance incitative
en lieu et place de la taxe d’enlèvement sur les ordures ménagères
(TEOM). Le passage, côté facturation, sera une réalité en 2011.
Mais la collectivité a souhaité mettre à profit 2010 pour tester le fonctionnement d’une redevance
proportionnelle au volume du bac et au nombre de présentation de ce bac à la collecte. Ainsi, les
usagers yonnais ont également un an pour prendre de nouvelles habitudes en sortant moins souvent
leur poubelle grâce à leur effort de réduction des déchets.
Les habitants de l’Ile d’Yeu peuvent déposer leurs souches d’arbres
à l’Eco-station, la déchèterie de l’Ile. Chaque année, à l’aide d’une
pince, les souches sont broyées et transformées en bûches. Ces
bûches sont ensuite vendues aux habitants au prix attractif de 10
€ le stère. Ce système de valorisation évite l’enfouissement de ces
déchets et offre la possibilité aux habitants de s’approvisionner en
bois bon marché.
8
S Y NDICAT MI X TE DÉ P ARTEMENTA L D ’ ÉTUDES ET DE TRAITEMENT DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMI L ÉS DE L A VENDÉE
BASSIN 5
La concertation de Corpe est lancée
Dans le cadre du projet de l’usine de tri
mécano-biologique de Corpe, la concertation
locale se met en place. Au préalable, le
3 décembre, le projet est présenté aux
conseillers municipaux des communes de
Corpe et de Sainte-Gemme-la-Plaine. Le 8
décembre, une vingtaine de personnes, dont
la majorité est future riveraine de l’usine,
étaient réunies par le Conseil Général. Le
service technique de Trivalis a détaillé le projet,
ses tenants et aboutissants, et répondu aux
questions des participants qui ont pu observer
l’échantillon de compost, celui de Pleumeur-Bodou (lire page 15), auquel ressemblera le produit à
sortir des usines vendéennes.
BASSIN 6
Action de sensibilisation en quatre actes
BASSIN 7
Le Chrono trie aussi mais…
La dernière campagne de sensibilisation des habitants du Stom
au geste du tri remonte à une dizaine d’années. Pour convaincre à
nouveau et persuader des nouveaux trieurs, les élus du Stom ont
décidé de lancer une grande opération d’information des habitants,
en optant pour une information directe.
La première vague de communication à domicile s’est déroulée de
juin à septembre sur le canton des Essarts. Les ambassadeurs du
tri ont frappé à toutes les portes et rencontré 75 % de la population
du canton. La seconde phase va débuter en janvier sur le canton
de Chantonnay et se poursuivre jusqu’au mois d’avril. La mission
confiée aux 4 ambassadeurs de tri de Trivalis est la même que
précédemment : informer les habitants sur le bon geste de tri, guide
du tri du Stom en poche. Cette campagne se poursuivra ensuite sur
les cantons de La Châtaigneraie et de Pouzauges.
Aux Herbiers, du 13 au 19 octobre, s’est déroulée la 28ème fête du
Chrono des Nations. Le comité d’organisation a voulu relever le
défi du tri, tant auprès des visiteurs que des exposants. Pour ce
faire, il s’est entouré du soutien de la communauté de communes
du Pays des Herbiers et du syndicat Trivalis. La première a déployé
4 points TRI composés chacun d’une colonne à verre, d’un bac
pour les emballages et d’un bac pour les déchets non recyclables.
Les exposants avaient accès, en plus, à une benne à cartons
et à une colonne à papier. Ils ont tous été visités par un agent
de la communauté de communes qui leur a remis un sac jaune
accompagné d’un tract « Ici aussi, les exposants trient » détaillant
tout le dispositif prévu à leur intention. Les visiteurs étaient invités
au tri par 4 grandes affiches « Ici aussi, je trie » et pouvaient repérer
l’emplacement des points TRI sur le plan du Chrono. Au bilan, seul le verre aura été parfaitement trié,
sans modération !
L E MAGAZINE DU TRAITEMENT DES DÉCHETS EN VENDÉE
N ° 1 9 - DECEM B RE 2 0 0 9
9
ESCALE TECHNIQUE
Qualité des déchèteries : mode d’emploi d’une labellisation
Depuis la signature de la charte en janvier 2008 pour l’amélioration de la qualité des
déchèteries, 10 ont reçu leur label Qualité. Les collectivités, propriétaires des déchèteries,
s’engagent les unes après les autres dans la démarche proposée. Itinéraires a suivi les
étapes menées par la communauté de communes Marais Breton Nord pour obtenir la
labellisation pour sa déchèterie de Beauvoir-sur-mer.
Améliorer la qualité du service aux usagers, augmenter
le tri et la valorisation des déchets et viser des
performances environnementales de haute qualité sont
les principaux enjeux pour les collectivités engagées
dans la démarche Qualité de leur déchèterie. La
communauté de communes Marais Breton Nord
illustre cette démarche. En décidant d’agrandir et de
réaménager la principale déchèterie de son territoire,
celle de Beauvoir-sur-mer, la collectivité répond aussi
à la fréquentation croissante de son centre de collecte
des encombrants et aux exigences matérielles que
demande une séparation précise des déchets pour
intégrer de nouvelles filières.
Comment la déchèterie a-t-elle obtenu son label ?
La première étape consiste à faire acte de candidature
auprès du Conseil Général. Ensuite, un groupe
technique, constitué d’un membre de chacun des
signataires de la charte départementale (Conseil
Général, Ademe et Trivalis), se rend sur la déchèterie
pour établir un pré-diagnostic et évaluer le niveau de
qualité actuel du site. Ce pré-diagnostic est fait sur
la base d’un dossier de candidature et d’une grille
multi-critères de notation. Le groupe technique délivre
une attestation pour le niveau de qualité observé
10
et indique le niveau de qualité recherché par la
collectivité. Les travaux peuvent ensuite commencer.
A Beauvoir-sur-mer, l’agrandissement de la déchèterie
a été possible grâce à l’acquisition d’une parcelle
attenante de 1 300 m2. L’extension permet d’accueillir
6 quais supplémentaires, chacun équipé de bavettes
métalliques de déversement, facilitant le dépôt des
déchets dans les bennes, de garde-corps fixes sur le
côté des quais et de panneaux de signalisation. La
zone d’apport volontaire des emballages, du verre et
des journaux-magazines est agrandie pour accueillir
aujourd’hui 8 colonnes de tri. Au centre de la déchèterie, la collectivité a construit un local de 30 m2 pour
réceptionner les DMS (déchets ménagers spéciaux)
et un autre de 43 m2 pour les D3E (déchets d’équi-
Un automne de labellisations
De nombreuses déchèteries du département ont reçu
une labellisation au cours de l’automne 2009.
Déchèterie de La Guérinière à Noirmoutier = niveau 3
Déchèterie de Bouin = niveau 1
Déchèterie de Beauvoir-sur-Mer = niveau 3
Déchèterie de La Génétouze Le Poiré-sur-Vie = niveau 2
Déchèterie de La Verrie = niveau 1
Déchèterie de Saint-Martin-des-Tilleuls = niveau 1
Déchèterie de Saint-Laurent-sur-Sèvre = niveau 1
S Y NDICAT MI X TE DÉ P ARTEMENTA L D ’ ÉTUDES ET DE TRAITEMENT DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMI L ÉS DE L A VENDÉE
pements électriques
et électroniques). Le
déchargement des
Entrée et sortie
Colonnes d’apport volontaires
(verre, emballage, papier, textile)
bennes a également
Gravats
été amélioré : un
Huiles usagées
accès est réservé aux
Local DMS
Déchets verts
Local technique
camions poids lourds
Local gardien
Déchets verts
permettant leur circuLocal D3E
lation à sens unique,
Déchets verts
Plastiques souples
indépendamment de
Ferraille
celle des usagers. Le
Tout-venants
volet environnemental
Plastiques rigides
s’est traduit sous
Carton
deux aspects. Les
Tout-venants
Bois
Tout-venants
eaux pluviales sont
traitées dans un
débourbeur-déshuileur.
Les espaces verts sont
engazonnés et plantés
en prairie fleurie ; ils ne
Plan de la déchèterie de Beauvoir-sur-mer
demandent qu’un faible
entretien.
ensuite être organisée, pour réunir les élus locaux, les
L’ensemble des travaux, réalisés d’octobre 2008 à
signataires de la charte, les agents de la collectivité,
mai 2009, pour un montant total de 477 671 €, sont
les prestataires et la presse autour de cette certification
financés à hauteur de 17 % par le Conseil Général,
de qualité. A Beauvoir-sur-mer, le 9 novembre dernier,
4,5 % par l’Ademe et 2,3 % par le Conseil Régional(1).
les élus (photo ci-contre) ont dévoilé la plaque de
Une fois les travaux terminés, un comité d’attribution
niveau 3, le niveau le plus élevé dans la démarche
des labels, composé d’un représentant du Conseil
Qualité des déchèteries en Vendée.
Général, de l’Ademe et de Trivalis, visite à nouveau la
déchèterie. A l’aide de la grille multicritères, il vérifie les (1) hors charte Qualité des déchèteries
travaux effectués vis-à-vis du niveau de label demandé
et atteste du niveau obtenu. Une cérémonie peut
Questions à Robert Guérineau, président de la CC de Marais Breton Nord
Les déchèteries de Bouin
et de Beauvoir sont
aujourd’hui
labellisées.
Pourquoi
vous engager
dans cette
démarche de Qualité ?
« Notre volonté est de valoriser
toujours plus de déchets. Pour
cela, il est nécessaire d’offrir aux
habitants un espace de collecte
agréable où ils peuvent trier
une grande variété de déchets.
A Beauvoir, nous disposons
désormais d’un local parfaitement adapté pour recevoir les
déchets toxiques et les déchets
électroniques. Nous avons
également installé une benne
pour expérimenter le tri des
plastiques rigides ; autant de
déchets qui ne terminent plus
avec le tout-venant. A Bouin, la
déchèterie est plus petite. Elle
permet néanmoins aux habitants
de venir y déposer de nombreux
déchets, en particulier les DMS
et les D3E. C’est cette volonté
d’améliorer le tri qui nous a
motivé dans la réalisation de ces
travaux qui ont abouti à ces deux
labellisations ».
Les travaux engagés représentent près d’un demi-million d’€.
Ces investissements auraientils été réalisés sans les aides ?
« Le soutien financier du Conseil
Général, de l’Ademe et du
L E MAGAZINE DU TRAITEMENT DES DÉCHETS EN VENDÉE
N ° 1 9 - DECEM B RE 2 0 0 9
Conseil Régional représente
23,8 % du montant total de l’investissement. Ces subventions
sont importantes. Ce qui reste
à la charge de notre structure
l’est également. Aujourd’hui, les
habitants sont de plus en plus
sensibles à la protection de l’environnement et ils comprennent
qu’il est nécessaire d’investir
dans ce domaine pour recycler
plus. Les aménagements
réalisés permettent également
d’accueillir les habitants dans
de meilleures conditions et cela
dans le respect des normes
actuelles de sécurité. Une part
importante des investissements
porte en effet sur la sécurisation
des bennes de collecte. »
11
DESTINATION
L’avenir du verre
doit être brillant !
Aujourd’hui, 35 ans après l’institution de la collecte du verre en France,
40 % du verre n’est toujours pas recyclé. Cette « vieille » collecte
a besoin d’être redynamisée en mettant en œuvre des solutions
techniques couplées à de nouvelles actions de communication.
Le verre est recyclable
à l’infini, une bonne
raison pour qu’il soit trié
par tous
E
n 1975, c’est l’intérêt économique du recyclage du verre, moins gourmand en
pétrole, qui a mis sur les rails la première collecte sélective d’un emballage ménager.
Aujourd’hui, l’intérêt financier de ce tri est loin d’avoir disparu. Au contraire. Dans une
période où la TGAP (1) augmente de manière substantielle, où le prix du pétrole, et
donc des transports, augmente et où la technicité et la sécurité du stockage se payent,
détourner le verre de l’enfouissement devient une priorité pour maîtriser les coûts. Le
comparatif entre le recyclage et l’enfouissement du verre est sans appel : une tonne de
verre triée fait économiser 172,10 € à la collectivité, donc au citoyen.
Sur le plan économique, développer le tri du verre est une nécessité, sur le plan environnemental aussi. Chaque tonne de verre recyclée permet d’économiser des ressources
naturelles (sable, soude, chaux, fioul,…) et
Le recyclage du verre
évite l’émission de 500 Kg de CO2.
est économique
Enfin, et s’il fallait un dernier argument
Verre NON recyclé (parce que non trié)
pour redynamiser cette collecte, la loi
- Collecte avec les ordures résiduelles* : 150 €/tonne issue du Grenelle de l’environnement fixe
- Traitement par enfouissement** : 80 €/tonne
un objectif de 75 % de recyclage pour les
Total collecte + traitement : 230 €/tonne
emballages en 2012. En moins de 3 ans, le
Verre recyclé
taux de recyclage doit donc passer de 61 à
- Collecte en point d’apport volontaire* : 30 €/tonne
75 %. Le verre a un rôle à jouer !
€
- Soutien Eco-Emballages 2008** : 5,90 € par tonne
- Reprise par la filière verre en 2008** : 22 €/tonne
Total collecte + recyclage : 57,90 €/tonne
Soit un écart de 172,10 €/tonne
* Données nationales Verre Avenir
** Données Trivalis 2008
12
Des choix techniques pour améliorer
les quantités collectées
Les caractérisations des ordures résiduelles
S Y NDICAT MI X TE DÉ P ARTEMENTA L D ’ ÉTUDES ET DE TRAITEMENT DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMI L ÉS DE L A VENDÉE
ont montré que 20 % du verre aujourd’hui non collecté à part est produit dans des lieux
de rassemblement, privés comme publics. Positionner, à ces endroits, des colonnes
à verre s’avère donc être une première solution simple et efficace pour améliorer
rapidement le tonnage du verre collecté sur le territoire d’une collectivité.
Ces colonnes peuvent être adaptées aux besoins des gros producteurs en installant sur
certaines faces des « trappes cafetiers », équipées d’une clef. Ces «trappes cafetiers»
permettent aux professionnels de verser des grosses quantités de verre en une seule
fois. La communauté de communes Marais et Bocage va ainsi équiper une colonne à
verre d’une trappe en inox (165 € HT), comme elle l’a déjà fait pour le papier.
La densification du nombre de colonnes sur une commune permet également d’améliorer
les chiffres de la collecte. Il faut cependant veiller à les implanter judicieusement, par
exemple, prés des espaces de consommation tels que les salles des fêtes ou le stade de
foot. De plus, les colonnes doivent être visibles avec des possibilités de stationnement.
En outre, et cela vaut pour l’ensemble des déchets à trier, il apparait essentiel de créer et
de faire vivre des espaces de tri propres afin que les citoyens-trieurs ne se « dégoutent »
pas du tri.
L’ensemble de ces mesures techniques vont avoir un impact sur les tonnages collectés.
Accompagner ces moyens techniques de communication sur le tri de ce matériau ne peut
que « booster » la collecte du verre.
La communication, un outil essentiel
Les études menées par Verre Avenir et
Eco-Emballages montrent que les personnes
âgées de 55 ans et plus sont les champions
du tri du verre. Elles ont été particulièrement
sensibilisées lors du lancement de cette
collecte et ont donc acquis des automatismes
que les moins de 34 ans ont de la peine
à enclencher. Ce sont donc tout d’abord
auprès des jeunes qu’il est essentiel de
communiquer. Il nous faut combler leur déficit
de connaissance en matière de tri et de
recyclage du verre pour qu’ils participent à
leur tour à l’augmentation du verre collecté.
Au-delà des jeunes, l’ensemble de la
population doit être remotivée pour détourner
ce matériau recyclable à l’infini, de l’enfouissement. En mai dernier, le syndicat Trivalis
a transmis à l’ensemble des collectivités
adhérentes un CD reprenant un ensemble
d’outils de communication (affiches,
dépliants, …) élaborés par Verre Avenir pour
informer et motiver les habitants.
En revisitant ou en développant les outils de
collecte, en imaginant de nouvelles actions
de communication, le recyclage du verre
s’améliorera.
Ensemble, trions le verre ! u
(1)
TGAP : Taxe Générale sur les Activités Polluantes
L E MAGAZINE DU TRAITEMENT DES DÉCHETS EN VENDÉE
Verre Avenir réunit les verriers
de France
Cette société gère la reprise du verre issu
des collectes sélectives. Elle développe
également des outils et des actions de
communication pour améliorer, en quantité
et en qualité, le tri du verre.
www.verreavenir.fr
Devenez un ami du verre :
www.friendsofglass.fr
N ° 1 9 - DECEM B RE 2 0 0 9
13
ETAPE INFOS
Visite du TMB de Launay Lantic : réponse à tout
Trivalis organisait, le 12 octobre, le sixième déplacement, depuis 2004, d’élus locaux vers l’usine de
tri mécano-biologique du Smictom de Launay Lantic,
dans les Côtes d’Armor.
Six membres du comité de riverains de la future usine
de Château d’Olonne ont été associés à la visite.
Directeur du syndicat de collecte et de traitement des
déchets de Launay Lantic, Mark Briand accueille les
visiteurs vendéens et répond, avec précision, à toutes
leurs questions.
Des interrogations portent sur les odeurs émises par
une telle usine. Le directeur explique que des études
ont été conduites pour identifier précisément d’où
elles provenaient. Deux sources principales ont été
identifiées : la zone d’extraction de l’air des tubes de
préfermentation et la zone de maturation du compost.
Le syndicat breton a ainsi décidé de mettre en place
des biofiltres pour traiter l’air des tubes. De plus, des
bâtiments fermés et ventilés sont en construction pour
traiter l’air dans les zones de compostage. En Vendée,
ces solutions, pour traiter les odeurs, seront mises en
place dès la création des équipements.
Le compost urbain provient des biodéchets
extraits des ordures ménagères. Certains
visiteurs se demandent comment ce
compost peut néanmoins respecter la
norme NFU 44 051. Le tri en amont des
déchets dangereux réalisé par les habitants,
le tri mécanique réalisé par un process
parfaitement huilé font que l’extraction et le
compostage des déchets fermentescibles
aboutissent à un produit de bonne qualité
sanitaire et agronomique. Des déchets
verts sont incorporés ensuite, à hauteur de
35 %, pour structurer le compost urbain. Cet
assemblage répond, de manière précise,
aux besoins des agriculteurs locaux.
En Vendée, la Chambre d’Agriculture a
demandé l’apport de 20 % de compost de
déchets verts au futur compost.
Un élu pose la question du risque de voir des piles
polluer le produit. Les moyens technique et mécanique
évitent ce risque. Le criblage permet d’extraire les
piles longues, carrées ou rectangles. Les petites piles,
souvent rondes, sont extraites par aimantation, puis si
besoin, au niveau des tables de tri densimétrique. Sur
ces tables que l’on pourrait comparer à un trampoline,
la matière organique légère est séparée des matériaux
lourds, comme les piles qui, pesant plus lourd, rebondissent et sont alors éjectées.
Toutes les autres questions, tout aussi pragmatiques,
auront trouvé leurs réponses au cours de cette visite.
Visiter un équipement de traitement, c’est voir et savoir
pour renseigner autrui de manière objective.
Photo : Jacques Auvinet
Trivalis et Trivaoù au Carrefour des maires
14
Le 2 octobre à Challans se tenait le premier
Carrefour des Maires. Organisé par l’association des maires de Vendée, laquelle est présidée
par Yves Auvinet, ce premier Carrefour a honoré
son nom. Nombre d’élus locaux, des quatre
coins du département, sont venus collecter des
informations, toutes relevant du service public.
En charge du traitement des déchets ménagers,
le syndicat Trivalis a saisi le moment pour faire
connaître Trivaoù, le moteur de recherche
disponible sur www.trivalis.fr pour bien trier ses
déchets.
S Y NDICAT MI X TE DÉ P ARTEMENTA L D ’ ÉTUDES ET DE TRAITEMENT DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMI L ÉS DE L A VENDÉE
ETAPE INFOS
Trivalis, partenaire de l’Adil avec Vendée Eau et le SyDEV
Aux côtés du SyDEV et de Vendée Eau, Trivalis a signé,
le 30 octobre, une convention de partenariat avec l’Adil.
Son président, Pierre Berthomé, rappelait, lors de cette
signature, la mission de conseil de l’Adil auprès des futurs
propriétaires immobiliers dans les domaines juridique, fiscal,
habitat, énergie. L’Adil souhaite coordonner des actions pour
sensibiliser et faire évoluer les pratiques des acquéreurs en
matière d’énergie (isolation, économie, …), de consommation
d’eau (économie) et de déchets (réduction, tri). En un mot,
l’Adil souhaite, avec ses nouveaux partenaires, entraîner
des éco-gestes chez les acquéreurs qu’elle rencontre pour
leur permettre de réduire, au final, le coût de fonctionnement
de leur maison. Pierre Berthomé évoquait également « un
changement d’ère indispensable qui passe par un rêve d’un
autre genre, celui du partage des ressources naturelles et de
la prise en charge des déchets que nous produisons. »
Pour sa part, Régis Plisson, représentant Yves Auvinet,
soulignait l’intérêt d’un tel partenariat pour que l’habitant soit
encouragé, d’une façon supplémentaire, à trier ses déchets
et à les réduire. Le vice-président rappelait deux actions
Le compostage,
une science
à la portée de tous
Du 19 au 21 novembre, la ville de
La Roche-sur-Yon accueille, place
Napoléon, un Village des Sciences
dont l’objectif est de rendre le monde
de la science plus accessible au grand
public. Sur son stand, le syndicat
explique aux visiteurs comment faire
un bon compost dans son jardin. Côté
science, les visiteurs repèrent les
étapes de dégradation des biodéchets
à travers 3 bocaux en verre. Dans le
premier bocal, les déchets viennent
d’être jetés, ils sont entiers. Le
deuxième bocal montre le résultat
d’une dégradation de 6 mois. Dans le
troisième, les déchets sont totalement
dégradés après un an passé dans le
composteur. Ils forment un compost
riche en humus, parfait pour le potager
ou pour les jardinières.
de communication, conduites en partenariat, en 2009 par
Trivalis. La première, en juin, avec Vendée Eau pour inviter
les Vendéens à privilégier l’eau du robinet pour réduire les
déchets en plastique. Une deuxième, menée avec le Conseil
Général et 4 enseignes (Carrefour, E.Leclerc, Intermarché
et Système U), pour inviter les consommateurs que nous
sommes tous à opter pour des produits moins emballés.
« Il est toujours plus fort et plus efficace de communiquer
ensemble » terminait Régis Plisson.
Des vice-présidents découvrent l’usine
de TMB de Pleumeur-Bodou
Le 27 novembre, 4 membres du
Bureau de Trivalis, accompagnés
du directeur et de 2 agents, sont
allés découvrir l’usine de traitement
mécano-biologique située à PleumeurBodou dans les Côtes d’Amor. Un
technicien et le représentant du canton
de Palluau à la Chambre d’Agriculture
ont pris part au déplacement. Cette
délégation vendéenne a été accueillie
par Jean-Michel Renou, président du
Smitred Ouest d’Amor à qui appartient
l’usine.
En service depuis avril 2009, l’unité de
TMB traite 20 000 tonnes d’ordures
ménagères provenant de 200 000
habitants. Les 13 000 tonnes de
compost, issu du traitement qui
intègre 30 % de compost de déchets
verts, répondent à la norme NFU 44
051. En plus, ce compost breton a
reçu l’agrément Cérafel
(www.cerafel.fr) et profite aux légumiers locaux. Notons que l’agrément Cérafel
est plus exigent que la norme NFU.
Les déchets non valorisables issus du tri mécanique sont valorisés énergétiquement à Pluzunet, autre équipement du Smitred.
Les visiteurs vendéens ont ainsi constaté, une nouvelle fois, que le traitement
par voie mécanique et par compostage des ordures ménagères aboutissait à
un compost de bonne qualité. Et dans les Côtes d’Armor, deux équipements le
prouvent.
L E MAGAZINE DU TRAITEMENT DES DÉCHETS EN VENDÉE
N ° 1 9 - DECEM B RE 2 0 0 9
15
Avec
Trivaoù
les élus et le personnel du syndicat
vous souhaitent de bonnes fêtes
de fin d’année et vous présentent
leurs meilleurs voeux pour 2010.
Pour bien trier vos déchets, retrouvez Trivaoù sur trivalis.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement