DOSSIER Dijon plus verte que nature ? - dijon

DOSSIER Dijon plus verte que nature ? - dijon
Dijon-Beaune
Mag
www.dijonbeaunemag.fr
N°29
Mars 2013 – Gratuit
festival Du film policier
Beaune
connection
Dossier Dijon plus verte que nature ?
Edito
www.dijonbeaunemag.fr
La couverture
à laquelle
vous avez
échappé.
dijon-beaune mag
mars 2013
directeur de la publication :
Dominique Bruillot
Tél. : 06.07.55.60.35
dbruillot@orange.fr
Rédaction
editeur délégué : Geoffroy Morhain
chef d'édition : Bertrand Carlier
Tél. : 03.80.56.06.62
studio.mag@orange.fr
Dossiers (sports, business, politique) :
Dominique Bruillot, Bertrand Carlier,
Geoffroy Morhain
Cahier Féminin : Alexandra Bruillot
Cahier Moteurs : Michel Giraud
Bruits de tracteurs et Agenda :
Emmanuelle de Jesus
Tendances et entreprises : Claude Tart
Journalistes : Clément Bonvalot,
Eric Chariot, Michel Giraud,
Emmanuelle de Jesus, Emilie Petit.
crédits photographiques :
Oméga, Clément Bonvalot, Arnaud
Finistre, Fotolia, Béatrice Logeais,
Jean-Luc Petit, Jacques Revon, D. R.
contributions :
Agef, Bol d’Air, BP Est, La Part
des Anges, L’Echo des Communes,
Le Cep, Le Conty, La Maison du
Colombier, Maison Girardin, Maison
Jaffelin, Medef 21, Orvitis, Pluyaut,
Seb, Toison d’Or.
Photo de couverture :
Ambiance polar avec Marinette
Garnier dans la cave de la maison
Jaffelin à Beaune (© Jean-Luc Petit).
un grand merci aux personnes et aux
partenaires ayant participé à ce numéro.
dijon-beaune mag
est une publication de Studio.mag
7, rue de la Grande-Fin
21121 Fontaine-lès-Dijon
Studio graphique :
Aurélie Magnan
Tél. : 03.80.56.06.90
studio.mag.fab@orange.fr
Stefanie Vantard
Publicité et distribution :
Alexandra Bruillot
Tél. : 03.80.56.06.55 / 06.43.62.57.98
studio.mag.com@orange.fr
comptabilité et finances :
Evelyne Bruillot
accueil, administration, abonnements :
Anne-Lise Roigt
Tél. : 03.80.56.06.50
studio.mag.abo@orange.fr
n° iSSn : 2118 - 5085
imprimé par Contact Habillages,
rue Gaston-Chevrolet, 21200 Beaune
Faux semblants
D
ans le concert, ou plutôt la cacophonie ambiante qui a régné autour de la question
du mariage pour tous, certains ont griffé d’une patte rageuse les conventions,
mordu à pleines dents dans le protocole, miaulé sans minauder au passage des
opposants, aboyé face à la meute des partisans. A gauche, Anisette. Zézette pour
les intimes. Un carlin venu du sud pour poser ses rondeurs sur le confortable canapé
d’une famille dijonnaise. A droite, Nuggets. Un « greffier » rouquin totalement indiscipliné,
joueur et malicieux, plus frimeur que courageux. Rien ne les rapprochait. Rien ne les destinait
à s’engager l’un pour l’autre. Rien n’indiquait qu’ils allaient franchir le pas et afficher, non
sans une certaine dignité canine et féline, leur fierté de s’unir pour la vie. Zézette et Nuggets
ont pourtant dit « oui » au mariage pour tous, salués par 30 millions d’amis. Les bans ont été
publiés sur Facebook, provoquant un incontestable capital sympathie en dehors de quelques
grincheux dont la première des qualités n’est sûrement pas d’avoir de l’humour. « Ça vous
plait mesdames qu’on vous compare avec cette
chienne pleine de bourrelets ? », a-t-on lu notamment.
Des bourrelets Anisette ? Non mais, faut peut-être
pas pousser mémé dans les orties. Elle est la grâce
incarnée, notre mascotte déclarée. Et puis elle s’en
fout de toutes ces considérations cette boule d’amour.
Elle voulait juste faire la « une » d’un journal.
■
La rédaction
Dijon-Beaune Mag •
3
Sommaire
Dijon-Beaune Mag
n° 29
Jeu concours
avec
le chouette sondage ® Bpest / dijon-Beaune mag
26-45
dossier : dijon change le vert en or
47-52
cahier moteurs
© cLément BonvaLot
Date limite de dépôt : 30 mars 2013.
Le Dijonnais a-t-il la conscience verte ? Notre modeste sondage révèle une fois encore
que la surprise peut être au rendez-vous, notamment dans la perception de la qualité de
la vie ou de l’image écologique de certaines villes comme Besançon.
Gagnez l’un de ces 3 appareils
ainsi que de nombreux autres lots !
Depuis une douzaine d’années, la ville de Dijon essaie d’acquérir le statut tant convoité
de première ville écologique de France. Face à cet état de fait, un dossier spécial d’une
vingtaine de pages sur le green business découlant naturellement de cette motivation
politique. A qui profite donc la prime faite à l’écologie ?
L’électrique prend son envol dans notre région : l’Agef de Nuits-Saint-Georges donne
l’exemple tandis que la Nièvre devient le parangon de l’électrique sportive avec la
création de la furtive-eGT. N’oubliez pas de brancher les accus !
Cookeo
sport : les gazelles du rugBy
Les Gazelles, c’est LE club bourguignon de rugby féminin. Retour sur les traces de
cette équipe qui fêtera en grande pompe ses dix années d’existence en accueillant le
tournoi des VI Nations féminin au stade Bourillot le 15 mars prochain.
eà
n
i
ch
pain La F
ou
r
e Multidé
rtièr
lic
u
e
ao
s
© D. R.
6 gagnants chaque mois.
Les lauréats verront
leur recette publiée
chaque trimestre.
e
né
70-72
74-82
Dijon-Beaune Mag
Du 3 au 7 avril prochains, le festival beaunois prendra la direction de la route « RomeNaples : boulevard du crime », après avoir visité les sentiers cinématographies de
quelques lieux mythiques du 7e art : Paris (2009), New York (2010), Hong-Kong (2011)
et Londres (2012). Pour l’occasion, Dijon-Beaune Mag a mis en scène quelques images
façon polar dans de célèbres restaurants, hôtels ou maisons de vin de la cité beaunoise.
22-24
54-56
4•
Festival du Film policier de Beaune
s!
Imaginez une recette à base de chocolat.
Détaillez-la, faites une photo et envoyez le tout :
- par courrier : Studio Mag, Concours Seb
Dijon-Beaune Mag, 7 rue de la Grande Fin
21121 Fontaine-lès-Dijon.
- par mail : concours-seb@dijonbeaunemag.fr
Y
© cLément BonvaLot
6-20
le chocolat peut vous rappo
rter gr
o
Ma
Sommaire
© D.R.
Jean-Luc Petit
© Jean-Luc Petit
En mars,
Bol d’air vosgien à la Bresse
A deux heures de Dijon, la station de La Bresse dans les Vosges est l’occasion toute
trouvée de prendre un bol d’air décoiffant : tyrolienne, saut à l’élastique, parapente,
acrobranche… De l’adrénaline à l’état pur en pleine nature pour une escapade
montagnarde pleine d’oxygène.
agenda et sorties
L’agenda nous prouve une fois encore que l’animation sera au rendez-vous en ce mois
de mars : sport (coupe d’Europe de BMX, tournoi mondial de futsal U12) ou culture
(festivals Ici l’Onde ou Human Beat Box)… tous les ingrédients sont réunis pour
entrer de plain-pied dans ce printemps 2013.
250€*
200€*
160€*
* Prix de vente généralement constatés
Jeu gratuit sans obligation d’achat organisé par la société SEB RCS Dijon 302 412 226 et la société STUDIO MAG RCS Dijon 490 243 078, de février 2013 à décembre 2013, valable pour les personnes physiques
résidant en Côte d’Or (21). Une seule participation par foyer (même nom, même adresse postale, même email) chaque mois. Envoyez votre recette par courrier ou par mail. La première semaine de chaque mois
suivant la date limite de réception des recettes par les participants, un jury composé de salariés de SEB et STUDIO MAG choisira les six meilleures recettes. Six dotations sont mises en jeu tous les mois : les trois premiers
recevront un produit du Groupe SEB (prix de vente généralement constaté compris en 100 et 500 euros) ; les trois suivants gagneront chacun un lot remis par STUDIO MAG (d’une valeur unitaire généralement
constatée comprises entre 100 et 500 euros). Les six gagnants seront avertis par email ou par téléphone dans un délai de 2 jours suivant la date de délibération du jury. Les gagnants recevront leur lot : soit en venant
directement le retirer à l’adresse de STUDIO MAG, soit sous 4 semaines en cas d’impossibilité des gagnants à se déplacer et accord de STUDIO MAG, par envoi en Colissimo. Le règlement complet est déposé chez
Maître DEBOST, Huissier de Justice à Is-sur-Tille (21). Le règlement est disponible sur simple demande écrite avant le 31/12/2013 à l’adresse suivante : Me Debost, 2 rue Joseph Cavin, 21120 Is-su- Tille. Conformément
à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, d’opposition et de rectification aux informations vous concernant en écrivant à l’adresse indiquée dans l’art 1 du règlement.
Beaune Festival
international du Film policier
Tapis
rouge sang
Du 3
au
7
avril prochains se tienDra à
chaque année Depuis
Festival
5
Beaune,
comme
ans, la nouvelle éDition Du
international Du Film policier.
célèBre Festival De
cognac
Disparu en
rééDition Du
2007, ce 5e volet
promet D’être à la hauteur De ses préDécesseurs en matière
De pointures Du granD écran.
Dijon-Beaune Mag vous
propose un retour sur les « people » qui ont marqué De
leur sceau les années précéDentes.
par emilie petit - photos : D. r.
T
andis que 2013 propose de
reprendre la route direction
« Rome-Naples : boulevard
du crime », les éditions
précédentes ont pu saluer le septième art
parisien (2009), new-yorkais (2010),
hongkongais (2011) et londonien (2012).
Dès les premières heures du renouveau
du festival en 2009, alors intitulé « Paris
Polar », une pointure avait été dénichée
pour être l’invité d’honneur de cette
renaissance : Robert Duvall, l’un des
géants oscarisés du grand écran,
notamment réputé pour le rôle de Tom
Hagen dans la trilogie du Parrain et
celui du lieutenant-colonel Bill Kilgore
dans Apocalypse Now.
Cette même année, se retrouvait sur le
banc des invités Claude Chabrol, en
président du jury longs-métrages, l’un des
maîtres du genre et initiateur de la
N o u v e l l e Va g u e q u i a v a i t a l o r s
déclaré : « Je déteste être président, je
déteste les jurys, mais comme je suis le roi
de la contradiction, j’adore être le
président du jury longs-métrages du
Festival international du film policier de
Beaune. » François Berléand était
6•
Dijon-Beaune Mag
également de la partie ainsi que Noémie
Lvovsky, dont le film Camille redouble fait
grand bruit en ce moment puisqu’il a
bénéficié de 10 nominations aux Césars
2013. Une première édition qui avait par
ailleurs récompensé du grand prix du
festival, le film Dans la brume électrique
de Bertrand Tavernier, lui aussi présent
pour l’occasion.
Des polars, bien loin Des nanars
Mais 2009 n’est pas la seule année où le
gratin cinématographique français et
étranger a souhaité pousser les portes de la
capitale des Vins de Bourgogne, renforçant
par-là même sa notoriété déjà bien assise
grâce à sa traditionnelle Vente des vins.
En 2010, l’Américain James Gray,
réalisateur entre autres de La Nuit nous
appartient, sélectionné en compétition
officielle au Festival de Cannes en 2007,
honore de sa présence la seconde édition
du festival par une leçon de cinéma. Une
édition chapeautée par Olivier Marchal,
digne représentant de la mixité créative des
différentes composantes du festival,
puisque fameux réalisateur du terrible
...
Nadia Fares (Hommes, Femmes,
mode d’emploi), Naidra Ayadi (Polisse)
et Julie Ferrier (L’Arnacœur), lors
de la quatrième édition l’an dernier.
Un jury de choix, présidé cette fois-là
par Jean-Loup Dabadie.
Dijon Beaune-Mag •
7
Beaune Festival
international du Film policier
L’année « giallo »
Le Sang des innocents
(Non Ho Sonno), 2002,
de Dario Argento, maître
incontesté du genre.
L
Claude Chabrol,
porte-drapeau du festival,
est décédé quelques
mois avant la 3e édition.
Depuis, un prix portant
son nom récompense
chaque année
un film français.
...
36 Quai des Orfèvres, mais aussi ancien inspecteur de police. A
ses côtés : François-Xavier Demaison, Marie Gillain, et le jeune
acteur Clément Sibony pour la partie « sang neuf ». Pas de
Chabrol cette fois-là, mais un autre Claude non moins célèbre :
Lelouch qui, l’année précédente, avait inauguré les leçons de
cinéma, et avait déjà, en 2006, expérimenté les paysages beaunois
pour son film Roman de gare.
la Capitale bourguignonne Du septième art ?
L’année 2011 marque quant à elle un tournant puisque 6 mois plus
tôt, le porte-drapeau du festival, Claude Chabrol, décède
brutalement. Pour lui rendre hommage, les organisateurs créent le
prix Claude Chabrol, récompensant un film français sorti dans
l’année et dont les qualités cinématographiques font honneur au
genre policier. Le premier à inaugurer cette récompense, remise
dès l’édition 2012, est Vincent Garenq, pour son film Présumé
coupable, récompensé aux Césars la même année. La 3e édition
est également marquée par la présence de Régis Wargnier en
président du jury longs-métrages, et Mireille Darc et Clovis
Cornillac à ses côtés pour délibérer.
Enfin, en 2012, Jean Reno foule le tapis du festival comme invité
d’honneur, Richard Donner et son Arme fatale donnent une leçon
de cinéma et Jean-Loup Dabadie supervise le jury longs-métrages
composé, entre autres, de Julie Ferrier, Naidra Ayadi et Pascal
Bonitzer. Sans oublier les dignes représentants des forces de
l’ordre françaises, tous horizons confondus, présents, comme
chaque année, pour attribuer le prix spécial police.
En quelques années seulement, Beaune a largement fait ses preuves
comme capitale du film policier, et voit plusieurs projets mûrir en
ses murs, notamment, dès 2011, la volonté de Claude Lelouch d’en
faire l’ambassadrice de son école de cinéma, en étroite
collaboration avec le maire de Beaune, Alain Suguenot. A croire
que bons vins et bons polars font presque toujours bon ménage… ■
8•
Dijon-Beaune Mag
e festival a décidé de rendre hommage, en 2013, à,
non pas une, comme habituellement, mais deux
villes à l’influence non négligeable au sein du genre
policier : Rome et Naples. Violence, tonalité
mélodramatique, légèreté et humour sont les termes qu’utilise
Jean A. Gili, critique et historien du cinéma, pour définir le
cinéma policier du pays des Brigades rouges. Là encore, cinéma
et littérature sont irrémédiablement liés puisque le terme
« giallo » (jaune), qui remplace par une habile pirouette
linguistique le terme plus large de « film policier », est emprunté
à la collection de romans policiers des éditions Mondadori,
publiés de 1929 aux années 1960. Le chef de file de ce genre à
part entière reste sans conteste Dario Argento, représentatif des
procédés novateurs utilisés dans les années soixante : grandes
scènes de meurtres particulièrement sanglantes, jeu de caméra
stylisé et musique inhabituelle (portée par Ennio Morricone
entre autres). Mais pourquoi Rome et Naples ? Jean A. Gili
l’explique habilement : « Rome, cœur du pouvoir de l’Etat, ou
Naples, cœur du pouvoir mafieux. »
Deux Chabrol en un
Outre une rétrospective sur le mouvement du « giallo » donc,
ont d’ores et déjà été dévoilés les lauréats du prix Claude
Chabrol, attribué cette année ex æquo à deux films : 38 témoins
de Lucas Belvaux et Mains armées de Pierre Jolivet.
Côté littérature, six ouvrages susceptibles de se voir décerner le
grand prix du roman noir français et celui du roman noir
étranger, ont été présélectionnés : Cherche jeunes filles à croquer
de Françoise Guérin, Le dernier Lapon d’Olivier Truc et Sale
temps pour le pays de Mickaël Mention pour les français ; Le
monde à l’endroit de Ron Rash, Pike de Benjamin Whitmer et
Red Grass River de James Carlos Blake pour les étrangers. Le
dernier film du génie du thriller coréen Park Chan-wook, Stoker,
avec Mia Wasikowska et Nicole Kidman, sera également projeté
■
en avant-première française pendant le festival.
* A l’heure où nous imprimons ces pages, la liste définitive
des membres des jurys et des films en compétition n’a pas
encore été arrêtée. Voir infos sur www.beaunefestivalpolicier.
com ou auprès du Bureau du festival, chapelle Saint-Étienne,
place Ziem, au centre-ville de Beaune.
Beaune Festival
international du Film policier
Barrique instinct
à l’hôtel Le Cep
Synopsis
Bisexuelle et sociopathe, Sharon Beaune s’est emparée du pic à glace. Remake
sulfureux de la cultissime scène de Paul Verhoeven, cette seule évocation donne
des frissons dans le dos. La bête sommeille en la belle et les draps du palace
vont finir maculés de sang. Le grand hôtel Le Cep ne faillit pas à sa réputation.
C’est dans la discrétion de ses décors feutrés et d’un luxe savamment maîtrisé
que les scénarios les plus improbables s’écrivent. Luxe, sexe et volupté sont les
mamelles des instincts les plus basiques.
© Jean-Luc Petit
Décor intérieur
Le plus bel établissement hôtelier de Beaune. Le Cep est celui qui accueille les
stars au moment de la Vente des vins et du Festival du film policier (voir
notamment Dijon-Beaune Mag no 27). Merci à Jean-Claude Bernard d’avoir joué
le jeu sur un terrain aussi glissant… que piquant.
10 •• DDiijjoonn--BBeeaauunnee MMaagg
Casting
Pudeur oblige, les acteurs de cette mise en scène resteront anonymes et sous
protection policière. D’ailleurs, ne cherchez pas sous la perruque, la tueuse n’est
même pas blonde. Ou pas tout à fait.
Dijon-Beaune-Mag •
11
Beaune Festival
international du Film policier
Service canon
à la Part des Anges
Synopsis
Du porte-flingue au porte-jarretelles, personne laissera sa part du gâteau. La
tension règne. Le hold-up est réussi, mais les complices mettent au jour leurs
convoitises respectives. Le code de l’honneur est baffoué. Le Malin s’empare de
la part des anges. La fille canon a fini son service, elle est à deux doigts de
mettre son canon en service. Après tout, c’est bien grâce à elle si « Juju le
tatoué » a ramassé un joli magot. Pendant que le gardien de la banque lorgnait
sur ses cuisses, il ne voyait pas l’autre se faufiler vers le coffre…
© Jean-Luc Petit
Décor intérieur
La Part des Anges, rue d’Alsace, entretient cette atmosphère de bar à vins ouvert
sur le monde de la gastronomie. Une cave des plus fournie, un environnement à
la fois intime et festif, une cuisine inventive et colorée que l’on doit à Julien, le
maître des lieux… Chaque année, c’est aussi l’endroit où tout le petit monde du
festival aime à se retrouver après les projections.
Casting
Dans le rôle de « Juju le tatoué », jadis connu sous le nom de « Juju le Lyonnais »
pour avoir fait ses classes auprès de Mathieu Viannay (aujourd’hui La Mère
Brazier) : Julien Nicolas. La fille aux bas nylon s’est enfuie, sans laisser
d’identité. Un avis de recherche a été lancé…
12 •• DDiijjoonn--BBeeaauunnee MMaagg
Dijon-Beaune-Mag •
13
Beaune Festival
international du Film policier
Beaune Corleone
au restaurant Le Conty
Synopsis
Beaune Corleone a le feu sous son chapeau. De sombres affaires de succession
annoncent le règlement de comptes. Ce ne sont pas les deux sœurs twisteuses qui
protégeront le patriarche de l’appétit féroce des générations suivantes, dont les
dents rayent le parquet avec un grincement effrayant. Il a l’air calme et blasé, son
verre à la main. Vaine apparence. Les murs du Conty le mettront-ils à l’abri de
toutes les audaces ? Mais chut ! parle plus bas, car le Parra pourrait nous entendre…
© Jean-Luc Petit
Décor intérieur
La cave du restaurant Le Conty, sous la table en vue de la place Ziem. Où le
chef sert une cuisine à la fois raffinée et digne des Tontons flingueurs.
Chasseur invétéré, héritier d’une grande famille de la gastronomie, la grosse
andouillette à Bobosse et le carpaccio de tête de veau sont quelques-uns de
ses faits d’armes les plus savoureux.
Casting
Dans le rôle du parrain : Parra, Laurent de son prénom. En arrière-plan, Isabelle
et Séverine, les deux sœurs qui n’ont semble-t-il pas froid aux yeux. Un
minimum quand on veut faire partie de la garde rapprochée du patriarche.
14 •• DDiijjoonn--BBeeaauunnee MMaagg
Dijon-Beaune-Mag •
15
Beaune Festival
international du Film policier
Beaunois and Clyde
à la Maison du Colombier
Synopsis
En ces temps de Grande Dépression, l’attaque des banques est florissante. Se détachant de tous les
autres, le couple infernal semble jouir du spectacle de désolation qu’il laisse derrière lui. Ce
Colombier-là est un nid pour les pigeons dévalisés par Bonnie and Clyde. Mais le crime ne demeure
jamais impuni. Un jour, ils périront par où ils ont péché. Sous les coups de feu. Et le monde du vin,
si présent dans la cité de l’or rouge et de l’or blanc, découvrira avec effarement la vérité à propos
de Bonnie : son nom est Parker… comme le critique maudit en ces terres de terroir ?
Casting
Dans le rôle de Clyde Barrow, Grégoire Guidot. Le boss de la Maison du Colombier, s’est engagé à la
vie et à la mort auprès de Bonnie Parker, alias Caroline dans la vie de tous les jours. Une vie dans
laquelle, en réalité, l’un comme l’autre sont bien plus paisibles. Quoique…
16 •• DDiijjoonn--BBeeaauunnee MMaagg
© Jean-Luc Petit
Décor intérieur
La Maison du Colombier, rue Charles-Cloutier, caveau de dégustation installé dans un bâtiment
du XVIe siècle. Un lounge bar à l’ambiance chaleureuse et familiale, beaucoup de convivialité
et, surtout, une cave exceptionnelle avec les plus grandes signatures de Bourgogne et de
Champagne. Un must beaunois.
Dijon-Beaune-Mag •
17
Beaune Festival
international du Film policier
Brigade
des meursaults
à la maison Vincent Girardin
Synopsis
Dans les cuves secrètes de la maison Vincent Girardin, le poulet tourne au vinaigre.
De pinot noir la belle aguicheuse rêvait. Mais elle ne trouva que du chardonnay.
« Normal, lui dit l’œnologue, ici, à Meursault, c’est le blanc qui triomphe. »
Damné chardonnay, qui trompe la butineuse au point de la mettre dans un accès
de colère. Après avoir vendu son maquereau à la volaille pour quelques billets, elle
est allée se venger entre les jambes… de l’enjambeur, massacrant tout sur son
passage. La brigade des mœurs, ô, s’est emparée du sujet avec la vigueur d’un
cep. L’histoire ne dit pas encore qui sortira vainqueur de ce singulier combat…
Casting
Dans le rôle du commissaire exaspéré, l’œnologue Eric Germain, assisté de son
adjoint « Marco », alias Christophe Marin. La belle inconnue… restera inconnue.
18 •• DDiijjoonn--BBeeaauunnee MMaagg
© Jean-Luc Petit
Décor intérieur
Les Champs lins, dans la plaine entre le village de Meursault et la voie ferrée. Une
zone artisanale qui a vu sortir de terre des locaux flambant neufs, avec une cuverie
d’une grande modernité, aussi technique et brillante qu’un interrogatoire.
Dijon-Beaune-Mag •
19
Beaune Festival
international du Film policier
Touche pas
au rully !
à la maison Jaffelin
Synopsis
Un film à la façon de Touchez pas au Grisbi (« Salope ! », aurait ajouté Audiard dans Les
Tonton flingueurs), avec une jeune femme intrépide en héroïne principale. Ici, point de
vulgarité, mais de l’action dans le cadre feutré d’une vénérable institution viticole
beaunoise. Plus précisément au pied de la collégiale Notre-Dame, sur le site du
Chapitre, où l’ancienne demeure du moine carillonneur abrite la maison Jaffelin. Dans
la fraîche quiétude des caves, tout s’y déroule dans le calme de la tradition, jusqu’au
jour où Sécotine, jeune journaliste fouineuse, découvre que les tonneaux cachent bien
d’autres choses que du vin… Quelle mafia du crime se cache derrière tout ça ?
Décor intérieur
La cave voûtée de la maison Jaffelin, construite en partie de pierres gallo-romaines il
y a près de 800 ans, où les vins du négociant beaunois sont élevés.
Casting
Dans le rôle de Sécotine, l’enquêtrice malicieuse et pot de colle : Marinette Garnier,
responsable des caves Jaffelin, qui a laissé tomber son costume de vigneronne pour
endosser celui d’une autre femme d’action le temps d’une séance photo.
20 •• DDiijjoonn--BBeeaauunnee MMaagg
Le
chouette sondage ®
BP Est / Dijon-BEaunE mag
© Lassedesignen / FotoLia.com
Question 3
Parmi ces six villes françaises de taille comparable, laquelle vous
semble la plus exemplaire en matière de développement durable
et d’écologie urbaine ?
L’écolotest dijonnais
Le Dijonnais moyen n’est pas Du genre à partir en croisaDe avec greenpeace, mais iL n’en
Demeure pas moins conscient De La fragiLité De son environnement. ce moDeste sonDage
nous apprenD aussi que Besançon a une BeLLe cote verte et que L’aéroport DijonBourgogne mérite D’être DéfenDu. rien que pour ceLa…
Question 1
Sachant que chacun d’entre nous fait sans doute de son
mieux dans le domaine du respect de l’environnement,
pensez-vous que les habitants de Dijon sont :
Très écoresponsables : 1,44 %
Assez écoresponsables : 19,67 %
Ni mieux ni moins bien que les autres : 55,92 %
De plus en plus écoresponsables, mais pas encore assez : 19,10 %
Plus beaux parleurs que faiseurs : 3,87 %
Les Dijonnais ne se décernent pas de palmes. Pour autant, ils
évacuent « vertement », avec moins de 4 % des votes, l’idée
(forcément incongrue) qu’ils sont plus fort en g… que dans les
actes. Un constat un peu tiède, même si, au bout du compte, les
« assez » ajoutés aux « de plus en plus » écoresponsables,
représenteraient près de 40 % de la population.
Question 2
Pensez-vous que Dijon a atteint son abjectif de devenir
la « première ville écologique de France », comme François
Rebsamen l’annonçait dans la foulée de son élection en 2002 ?
Assurément : 1,51 %
En partie, mais elle est en voie d’y arriver : 32,59 %
Elle le pourrait, mais le chemin sera encore long : 58,43 %
Non, en la matière, la ville a plutôt régressé ces dernières
années : 4,02 %
Sans avis sur la question : 3,45 %
Dijon, première ville écolo de France ? Allez, on y croit ! C’est bien
parti pour un Dijonnais sur trois ; elle en a le potentiel selon une
grande majorité ; très peu osent dire que la ville a fait marche arrière
dans le domaine. L’effet « tram » semble avoir laissé le sentiment
général que, lui comme nous, sommes sur la bonne voie…
Le sondage
Sondage réalisé par BP Est / David Lanaud du Gray (photo ci-contre) en
exclusivité pour Dijon-Beaune Mag, du 28 février au 4 mars 2013, auprès d’un
échantillon de 1 149 individus habitant Dijon et son agglomération, représentatif
de la population de plus de 18 ans, interrogé en ligne selon la méthode des
quotas (âge, sexe, profession du chef de ménage).
22 •
Dijon-Beaune Mag
Reims : 15,23 %
Dijon : 25,27 %
Saint-Etienne : 4,95 %
Besançon : 27,78 %
Tours : 15,43 %
Aix-en-Provence : 11,34 %
Surprise ! Est-ce en pleine connaissance de cause ou
simplement l’effet troublant de cette herbe que l’on imagine
toujours plus verte chez le voisin ? La Franche-Comté, est
plus réputée pour ses paysages que pour ses monuments
historiques, a contrario de la Bourgogne. Pour autant,
qu’est-ce qui peut justifier, de la part des Dijonnais, d’accorder
la meilleure note à Besançon pour ce qui est du
développement durable ? Surtout en cette période de travaux
de construction du tramway, que la configuration tortueuse de
notre voisine comtoise rend plutôt ingrate.
Question 4
Le tramway a changé la donne dans la perception
de l’agglomération, avec un impact fort sur les conditions
de vie de ses habitants. En quoi pensez-vous qu’il a été
le plus profitable ?
L’air qu’on respire en ville est meilleur qu’avant : 5,10 %
La pollution sonore a été beaucoup atténuée : 11,84 %
Les voitures n’ont plus le monopole de la ville : 26,06 %
Les habitudes de déplacement en ville ont évolué : 40,42 %
Rien de tout cela, le tram n’a pas vraiment amélioré la vie
quotidienne des Dijonnais : 16,58 %
C’est un peu comme pour les costumes Bayard, un « tram » ça
vous change un homme. 4 Dijonnais sur 10 ne se déplacent plus
comme avant ; 1 sur 4 estime que le tout voiture ne fait plus la
loi dans les quartiers du centre-ville ; 1 sur 6 apprécie qu’il y ait
moins de bruit et un air meilleur. Au bout du compte, peu de
grincheux, même si 1 sondé sur 6 estime que le tramway n’a
pas vraiment eu d’impact sur la qualité de son quotidien.
D’ailleurs, il est peu probable, on l’imagine, que ces
irréductibles soient très attachés aux transports en commun.
...
Le
chouette sondage ®
BP Est / Dijon-BEaunE mag
...
Question 5
Quel est la réalisation ou l’initiative qui, selon vous, symbolise
le mieux l’élan écologique dont Dijon se réclame ?
La tour Elithis, un des premiers bâtiments à énergie positive
en France : 24,55 %
La multiplication des écoquartiers : 17,59 %
L’évolution du réseau de transports publics : tram, vélos
en libre service, bus hybrides : 42,43 %
Le réseau de chaleur : 30 km en sous-sol pour véhiculer
des énergies renouvelables : 10,48 %
Illico2, le plan énergie-climat du Grand Dijon : 1,58 %
Rien de tout cela : 3,37 %
Là encore, vive les transports en commun ! Trams, vélos et bus
hybrides sont les symboles d’un Dijon écologique en plein mouvement.
La tour Elithis déploie son énergie positive avec un certain succès. Le
phare du quartier nouveau de Clemenceau éclaire un Dijonnais sur
quatre de son influence bienfaitrice. Pas en reste, mais bien mis en
avant par la communication de la Ville, les écoquartiers prennent sens
dans l’esprit de près de 18 % des habitants. En revanche, plus discret
semble l’apport du réseau de chaleur (voir page 34). Pire, Illico2, le plan
énergie-climat du Grand Dijon, est un inconnu.
Question 6
Au Grand Dijon et à la mairie de Dijon, l’élu en charge
de l’Environnement et de l’Ecologie urbaine s’appelle :
Antoine Waechter : 6,82 %
Jean-Patrick Masson : 37,47 %
François Deseille : 14,21 %
Catherine Hervieu : 20,67 %
Philippe Hervieu : 20,83 %
Il est plus facile d’être reconnu en tant que maire, c’est une évidence.
L’élu en charge de l’Environnement et de l’Ecologie urbaine s’appelle
bien Jean-Patrick Masson. Catherine Hervieu est 16e vice-présidente
du Grand Dijon, référente pour les Modes doux et Déplacements.
Philippe Hervieu est le vice-président écologiste du Conseil régional
en charge de l’Economie sociale et solidaire et de la Transformation
écologique de l’économie. Quant à François Deseille, il représente le
Modem parmi les élus de Dijon et du Grand Dijon. Antoine Waechter,
écologiste historique, n’a bien sûr rien d’un régional de l’étape.
24 •
Dijon-Beaune Mag
Question 7
Dijon-Longvic et Dole-Tavaux se livrent une bataille ouverte pour
accueillir l’aéroport régional de référence. L’un des arguments des
opposants au projet dijonnais repose sur des critères écologiques
(nuisances sonores, pollutions diverses). Cela vous semble-t-il :
Complètement justifié, il faut laisser la place à Tavaux-Dole,
moins proche de notre ville : 12,92 %
Partiellement compréhensible, mais cela ne justifie pas
la remise en question de l’avenir d’un site historique
pour l’aviation : 32,59 %
Injustifié, car Dijon se doit de toute façon d’avoir un aéroport
à la hauteur de ses ambitions : 45,44 %
Absurde, car on n’a pas vraiment besoin d’un tel aéroport, ni
à Dijon, ni à Dole : 9,05 %
Les arguments écologiques, aussi nobles soient-ils, n’entament pas la
détermination des Dijonnais. Ils veulent leur aéroport à eux à une
écrasante majorité. Les partisans de la solution doloise (12,92 %) sont à
peine plus nombreux que les anti-aéroport (9,05 %), qu’il soit jurassien
ou côte-d’orien. Voilà qui peut encourager les partisans du projet
Renaissance, dont le dossier est assez discret en ce moment.
Question 8
Parmi les grandes causes défendues par des militants écologistes en
Bourgogne, quelle est celle que vous rejoindriez le plus volontiers ?
La lutte contre l’implantation de la scierie Erscia
dans le Morvan : 6,39 %
Le caractère protecteur des climats de Bourgogne : 24,19 %
La lutte contre la prolifération des éoliennes en zone rurale
et sur la côte viticole : 14,00 %
La lutte contre les pollutions visuelle et lumineuse : 44,58 %
Aucune d’entre elles : 10,84 %
La pollution visuelle et lumineuse est ce qui vous sensibilise le plus, qui
l’eût cru ? Pourtant, c’est beau une ville la nuit, avec cette chape orangée
qui la couvre comme une mère… parfois destructrice. En deuxième
position des préoccupations des sondés, il est heureux de constater que la
démarche des Climats de Bourgogne a, pour près de 25 % d’entre eux,
de réelles vertus écologiques. Sans doute est-ce là le résultat d’une
mobilisation sans précédent, qui a révélé à ce public urbain tout l’intérêt
■
que l’on a à vénérer notre côte viticole si généreuse en tout. Amen.
Dossier
EnvironnEmEnt
Dijon change
le vert en or
Depuis Douze ans, Dijon remue ciel et terre
pour Devenir la première ville écologique
France, générant De nouvelles
habituDes, De nouveaux marchés. alors y
a-t-il Des aFFaires à Faire Dans le vert ? et à
qui proFite la prime Faite à l’écologie ?
© ArnAud Finistre
De
Dossier réalisé par eric chariot (sauF mention contraire)
D’où vient l’énergie De Dijon ?
Dijon s’alimente-t-elle en vert ? Pas vraiment. Le mix énergétique qui alimente la
ville, c’est 80 % d’énergies fossiles et 20 % d’électricité dont Dijon ne peut garantir la
provenance, entre nucléaire, hydraulique, éolien ou encore solaire. Il reste ce que
Dijon produit elle-même en énergie renouvelable, avec les panneaux solaires, la
production de l’usine d’incinération et bientôt des chaufferies biomasse. Ce qui
s’élève à… 2 % de la consommation totale. Là où la Ville peut garder la main, c’est
sur son usage. Par exemple, la baisse d’intensité de 50 % sur 17 000 points d’éclairage
public en milieu de nuit génère une économie de 2 millions d’euros !
26 •
Dijon-Beaune Mag
Dijon-Beaune Mag •
27
environnement
© ArnAud Finistre
AvAnt-propos
D
ijon ville écologique, c’est
presque « tout naturel »
depuis Poujade, tout premier
ministre de la Protection de la
nature et de l’environnement en 1971.
Allez, soyons chauvins, on peut dire que
Dijon a inventé ce ministère. Mais dans les
faits… On avait du pétrole et des tas d’idées
pour le dépenser. L’écologie, c’était des
petites fleurs et des petits oiseaux à la
Colombière, et sur les pavés de la Liberté,
pas de révolution, mais bien des voitures…
Le vert est dans L’euphorie
C’est en 2001 que tout va changer, quand
Rebsamen s’installe à l’Hôtel de Ville avec
dans ses bagages des élus écologistes,
notamment Jean-Patrick Masson, adjoint
délégué à l’Environnement. Dès lors, le vert
est dans l’euphorie, et ça porte ses fruits.
Les grands projets fleurissent, tous portés
par la verte tige. Il y a eu le Zénith, avec ses
fameux puits canadiens qui, en puisant l’air
du sous-sol, permettent de rafraîchir le
bâtiment en été et de le réchauffer en hiver.
De la géothermie déjà. Le tri des déchets,
mis en place dès 2003, accompagné de la
remise aux normes de l’usine d’incinération
des ordures ménagères qui, en plus de ne
pas polluer, transforme la chaleur en
électricité et alimente l’équivalent de
28 •
Dijon-Beaune Mag
25 000 foyers, et va bientôt produire l’eau
pour le réseau de chaleur. La piscine
olympique avec ses récupérations d’eau de
pluie, la tour Elithis à énergie positive…
Et puis il y a le tram… Ah, le tram ! Le
tram qui récupère son énergie de freinage,
le tram et ses ateliers, coiffés de panneaux
solaires. Le tram avec son eau verte, issue
d’une nappe non utilisée qui se régénère à
chaque pluie, en transitant pas le réservoir
Darcy, remis en fonction pour l’occasion.
Le tram et ses bus hybrides. Le tram longé
de pistes cyclables.
Ces douze années ont manifestement changé
les habitudes. Les Dijonnais prennent plus les
transports en commun, se jettent dans le
tram, dans le bus, ou utilisent plus le vélo.
Et, l’économie verte ? D’après Jean-Patrick
Masson, l’action politique l’installe et
l’instille à trois niveaux. D’abord la
commande publique. Quand dans ses
travaux, la Ville met forcément un volet
vert, elle favorise les entreprises qui
développent des procédés écologiques. Elle
injecte directement de l’argent dans le
marché de l’environnement. Des grands
groupes nationaux, pour des compétences
pointues comme le réseau de chaleur, ou des
petites boîtes locales : quand le Grand Dijon
remplace le désherbage chimique par le
désherbage thermique avec son plan « zéro
pesticide », il encourage les entreprises à
développer un nouveau service, avec la
garantie d’un premier gros client et la
possibilité de se positionner sur un nouveau
marché où ils ont tout intérêt à être les
premiers. Il en va de même pour
l’enlèvement des tags par procédé
écologique ou la cuisine centrale qui fait son
« marché » des produits frais, locaux, et si
possible bio, auprès des agriculteurs locaux.
Ensuite, les entreprises innovantes de
l’environnement. Elles seront d’autant plus
enclines à s’installer si la ville baigne dans une
logique écologique. C’est un levier de plus de
l’attractivité du territoire chère à François
Rebsamen. Une petite faiblesse peut-être sur
ce terrain : pas de laboratoire dans le domaine
de l’environnement sur la région.
Enfin, la création de nouveaux usages. Créer
des rues piétonnes, des pistes cyclables, fait
émerger de nouveaux services, pour les
piétons, pour les vélos, pour les livraisons.
Et l’on voit fleurir des marchands ambulants
s’envolant dans le vent…
Les pistes cyclables justement. Même après
la mise en service du tram et ses
20 kilomètres de nouvelles voies, les
cyclistes manifestaient pour en avoir encore
plus. C’est un signe. Son usage n’est plus
réservé à quelques fondus de la petite reine,
c’est devenu l’usage courant de beaucoup
de Dijonnais. Le vert, quand on y a goûté,
■
on en veut toujours plus.
numéro de mars-avril en kiosque
environnement
société
l’affaire est dans le sac
il y a tout juste un an, les agents Des brigaDes vertes envahissaient le pavé Dijonnais. comme Des enquêteurs
De la police criminelle, ces asvp (agent De surveillance De la voie publique), ratissent la ville à la recherche
D’inDices Dans les Faits D’insalubrité. touteFois, pas D’analyses aDn pour les Déjections canines… peu importe.
leur principal objectiF : prenDre les coupables la main Dans le sac.
textes et photos : clément bonvalot
Il ne fait plus bon laisser ses sacs poubelles dans la rue.
Dorénavant chaque colis abandonné est inspecté par les
agents... qui en ont vu des vertes et des pas mûres !
Aujourd’hui au cœur de Dijon, demain sur les traces du tram en
direction de la Toison d’Or. Les brigades vertes arpentent toute
la ville de Dijon à pied. On ne pouvait pas faire plus écologique.
30 •• DDiijjoonn--BBeeaauunnee MMaagg
Les indices récoltés dans les sacs permettent parfois de retrouver
l’adresse des fautifs. Mais cette fois-ci, les portes restent closes.
Difficile tout de même d’échapper aux verbalisations.
environnement
initiAtivEs
énErgiEs
Solar EuromEd
le solaire
rayonne
© solAr euromed
l
a Bourgogne et le solaire, une
histoire de rendez-vous
manqués. Citons Eiffel, exilé
à Paris, sur la tour Eiffel, pour
créer sa Fête du Soleil avec Flammarion
en 1904. Buffon, lui-même inspirateur de
Fresnel, et ses « miroirs ardents », jamais
exploités en industrie.
Alors Dijon peut dire merci aux enfants
de Marc Benmarraze. Ce serial-directeur
les menait de ville en ville à chaque fois
qu’il était nommé à la tête d’une nouvelle
entreprise, quand un jour ils ont dit stop !
Ils étaient alors à Gevrey-Chambertin et
s’apprêtaient à s’envoler pour Montréal.
Lui fit le trajet un temps, passant ses
week-ends en avion, puis décida de se
lancer. C’était en 2005.
Son projet ? Le solaire thermodynamique à
concentration : un grand champ de miroirs
de Fresnel (des dizaines de mètres carrés)
concentre les rayons du Soleil vers un
cylindre contenant un fluide porté ainsi à
haute température et haute pression. De la
vapeur solaire donc, qui peut alimenter une
turbine pour produire de l’électricité, faire
tourner un moulin, dessaler de l’eau de
mer… Le double effet, c’est que si la
32 •
Dijon-Beaune Mag
centrale est implantée dans un désert, on peut
cultiver les terres ombragées sous les miroirs.
Le concept traînait depuis 50 ans dans les
cartons d’EDF, qui n’y a pas cru. « En
France, on a des idées, mais on ne sait pas
les développer », tranche Marc Benmarraze.
L’Allemagne et les Etats-Unis eux, ont pris
de l’avance. Et si la première idée est de les
copier, Solar Euromed développe rapidement
une technologie de rupture poussant le plus
loin possible la logique écologique. Le fluide
caloriporteur utilisé par les concurrents se
révèle toxique… L’entreprise dijonnaise
préférera la remplacer par… l’eau !
réconciLier dijon avec Le soLeiL
Comme dans toutes les belles histoires, au
début du projet, personne n’y croyait, ni à
Dijon, ni à la Région, ni même vraiment en
France. Mais cet aventurier-né sait que le
propre d’une quête est de persévérer. Un
prototype « Augustin Fresnel », du nom du
physicien français, est installé à Font-Romeu,
dans les Pyrénées avec l’aide des laboratoires
du CNRS et du CEA. Oséo, organisme
national d’aide à l’innovation, retient l’idée et
la soutient. En juin 2012, l’Agence de
l’environnement et de la maîtrise de l’énergie
(Ademe) finance le projet LFR500
(technologie à miroirs de Fresnel linéaires
chauffant l’eau à 500° C sous 100 bars). Une
centrale test est actuellement installée en
Corse. Reconnaissance suprême, les grands
groupes se lancent sur le marché : Dalkia,
Veolia ou encore Areva…
Aujourd’hui, Marc Benmarraze réconcilie
Dijon avec le Soleil : le Grand Dijon et la
Région le suivent dans ses projets
d’implanter une ligne de production dans
l’agglomération.
Et la logique environnementale poussée à
l’extrême séduit. En proposant jusqu’au
démantèlement et au recyclage de tous les
matériaux de ses centrales, Solar
Euromed gagne des marchés en Jordanie,
au Maroc, en Tunisie. De l’emploi en
France pour concevoir et fabriquer, de
l’emploi là-bas pour entretenir et
exploiter. Un vrai projet humaniste de
codéveloppement… « Le soleil donne…
■
de l’or intelligent », dit la chanson.
* Solar Euromed, 3, avenue de la
Découverte (Parc technologique), 21000 Dijon
Tél. : 03.80.38.01.00 – www.solareuromed.com
Des solutions pour toit aussi
les bourguignons ont Du bon sens. et le bon sens, c’est De Faire Des économies.
o’sitoit propose un Diagnostic et Des solutions logiques, Donc écologiques.
B
ruce Febvret est un gars du coin. Originaire de Côted’Or, et installé en Haute-Savoie. Il lance en 2009 un
concept original. « Beaucoup d’entreprises se sont ruées
dans l’installation massive de panneaux solaires en
comptant sur le crédit d’impôt, on ne les voit plus aujourd’hui. »
O’SiToit privilégie le bon sens, et le gain direct pour ses clients. « La
première chose que l’on propose, c’est un bilan thermique. C’est le
passage obligé avant toute proposition crédible. » On traque donc les
fuites thermiques, les déperditions, on parle performance énergétique,
isolation. On évalue les travaux et la baisse de consommation
attendue. On propose des modes de chauffage doux. Au cas par cas, et
si le gain est encore appréciable par rapport à l’investissement.
Panneaux photovoltaïques sur le toit, non pas pour revendre
massivement de l’électricité, mais pour équilibrer ses besoins ; pompe
à chaleur ; ventilation double flux, qui récupère la chaleur que vous
évacuez par l’aération ; production solaire d’eau chaude. Toujours en
recherche d’innovations utiles, la société envisage bientôt des bornes
d’énergie solaire pour véhicules électriques.
En 2012, retour aux sources, une antenne O’SiToit s’installe à Aiserey.
Comment les Bourguignons l’accueillent ? « L’idée leur correspond bien,
ce sont des gens pragmatiques. Ce qu’ils voient, c’est l’économie qu’ils
font et le gaspillage qu’ils évitent, parce que l’écologie sans économie, ce
■
n’est pas durable. »
* O’SiToit, , 11, rue Martin-Léjéas, 21110 Aiserey
www.o-sitoit.com - Contact : Bruce Febvret au 06.87.85.43.30
© FotoliA
la France n’exporte pas que Du nucléaire et Des armes. avec solar euromeD, elle
propose l’innovation solaire thermoDynamique aux pays ensoleillés. un lien
chaleureux entre Dijon et les pays émergents, Développant Des emplois ici et là-bas.
Avec O’Sitoit, l’énergie solaire descend maintenant dans le
garage : parmi les différents moyens de production d’énergie
verte que l’entreprise se propose d’installer, les CarPort
solaires, de fabrication maison, permettent de recharger des
véhicules électriques autrement qu’au nucléaire !
Dijon-Beaune Mag •
33
EnvironnEmEnt
InItIatIves
énergIes
Chauffage sous tram
Un troU poUr toUt ! pendant les travaUx dU tram, les entreprises en ont profité
poUr installer les premiers tUyaUx dU réseaU de chaleUr. ce grand chaUffage
central à l’échelle de l’agglo alimentera les grands bâtiments collectifs avec Une
chaleUr économiqUe, écologiqUe… Une chaleUr partagée !
Ci-dessus : ce schéma détaille
le fonctionnement du réseau de chaleur,
qui agit comme un grand chauffage central
à l’échelle de l’agglomération.
A droite : travaux rue Frémiet en février.
Quand y’en a plus, y’en a encore…
FoCus
L’idée de réseau de chaleur n’est pas
nouvelle. Si elle ne représente que 6 % de
la chaleur consommée en France, elle est
prépondérante en Russie ou en Suède
(75 %). Des villes comme Stockholm ou
Moscou l’utilisent massivement. Le Grand
Dijon va aussi reprendre la gestion de
trois petits réseaux de chaleur
historiques. La Fontaine d’Ouche sur
7 km, Chenôve sur 8,3 km, Quétigny sur
9 km, alimentant notamment la
gendarmerie et le collège. L’Opac dispose
aussi de son propre réseau aux Grésilles.
34 •
Dijon-Beaune Mag
M
i-février, rue Frémiet
fermée… « C’est quoi
encore ce chantier ? Il
n’est pas fini le tram ? »
Oui, après les travaux, les travaux
continuent. Mais c’est à ça aussi qu’on
reconnaît une ville qui évolue, qui se
modernise, qui continue d’alimenter la
commande publique pour faire vivre le
tissu économique. Cette fois c’est pour le
réseau de chaleur. Alors que calor ?
GaGner l’indépendance
énerGétique
Il faut imaginer ce réseau comme un
grand chauffage central à l’échelle de
l’agglo : dans une maison, une chaudière
élève la température de l’eau qui circule
de pièce en pièce. Le réseau de chaleur, ce
sera aussi une centrale, ou deux,
produisant de l’eau chaude qui, circulant
dans des tuyaux, ira délivrer sa chaleur
aux équipements collectifs raccordés.
La chaudière… En fait il y en aura deux.
D’abord on utilisera l’usine d’incinération
des ordures ménagères. Lorsqu’elle brûle
des déchets, on récupère déjà une partie de
sa chaleur pour produire de l’électricité, qui
alimente au passage l’équivalent de 25 000
foyers. Là elle servira aussi à chauffer l’eau
du réseau de chaleur à hauteur de 20 %.
60 % viendront d’une autre chaufferie au
sud, rue Django-Reinhardt. Alimentée au
bois, la première pierre en sera posée en
mai. Le Grand Dijon joue clairement le
local et le durable puisque les plaquettes
forestières viendront des forêts de
Bourgogne, créant de l’emploi dans la
région. Voilà donc un système qui marchera
à 80 % d’énergies renouvelables, le reste
étant assuré par une centrale gaz d’appoint,
qui marchera surtout lors d’opérations
d’entretien de la chaudière principale.
Les tuyaux. Ce sont des canalisations
enterrées, de 30 cm de diamètre, isolées
pour transporter de l’eau chaude sans
déperdition. Là aussi on a tenté de faire les
choses intelligemment. Là où le tramway
passe, on ne recreuse pas ! Ainsi, la décision
de confier la construction du réseau de
chaleur à Dalkia a été prise le 15 décembre
2011. Mais on avait déjà anticipé et installé
plus de la moitié du réseau dans les
tranchées creusées pour le tram. Notamment
une grande artère sur les avenues Langres et
Drapeau, ainsi que Clemenceau-Poincaré.
Les travaux jusqu’à l’été 2013 serviront à
les relier et les connecter aux chaufferies, en
passant par Valmy au Nord et les quartiers
Bocage et Université au Sud. En tout,
30 km de canalisations. L’entreprise Dalkia,
qui a donc gagné le marché de la
construction et de l’exploitation, devrait
dépenser 40 millions d’euros jusqu’en 2016
pour l’installation du réseau et la
construction des chaudières.
Pour alimenter qui ? Le souhait du Grand
Dijon est bien sûr qu’un maximum
d’équipements collectifs, d’immeubles
publics ou privés et de grands ensembles
se connectent. L’idée étant pour l’agglo de
gagner son indépendance énergétique en
augmentant la part du renouvelable et à des
coûts plus bas, surtout si le gaz ou le
pétrole flambent encore. Les structures
publiques sont vivement encouragées à le
faire et le Grand Dijon, l’école Drapeau, le
CHU, l’Université, le tout nouveau rectorat
et tous les écoquartiers sur le trajet
(Heudelet 26, Hyacinthe Vincent) sont déjà
sur les rangs. L’objectif affiché est
d’enrôler dans ce mouvement chaleureux
50 % des bâtiments publics de l’agglo,
notamment les écoles, collèges et lycées.
Pour les ensembles privés, c’est la logique
économique qui devrait les convaincre.
Le Grand Dijon est comme un grand
corps. Il lui faut un tram pour qu’on
circule dans ses artères, et des vaisseaux
pour l’irriguer d’une verte et douce
■
chaleur partagée.
en ChiFFres
• 30 km de canalisations
• 2 chaufferies à 80 % d’énergies
renouvelables
• Le rejet de 37 000 tonnes de CO2
évité chaque année
• 40 millions d’euros investis par Dalkai
• 20 emplois
en Dates
• Mai 2013 : première pierre
de la chaufferie bois
• Septembre 2013 : premiers raccordements
(Grand Dijon, école Drapeau et rectorat)
• 2016 : réseau totalement installé
Dijon-Beaune Mag •
35
initiAtivEs
rEcyclAgE
© JAcques revon
environnement
le cycle de l’envie
récupérer,
réparer, revenDre… c’est l’économie circulaire.
appuyée sur l’insertion, c’est le
cercle vertueux Du Développement Durable. Directrice De l’entreprise envie, nathalie chevigny
en est une Des Figures incontournables en côte-D’or Depuis les années quatre-vingt-Dix.
D
evenez consom’acteurs !
Nathalie Chevigny espère au
moins que la crise fera
prendre conscience à plus de
personnes que le système « acheter-jeter »
est une impasse. Le consom’acteur est le
citoyen qui cherche à ce que ses achats aient
du sens, pour l’environnement, pour la
cohésion sociale. L’idée d’Envie est née au
sein de la communauté Emmaüs de
Strasbourg dans les années quatre-vingt
autour de trois constats :
- Les compagnons d’Emmaüs, des
personnes qui pour tout un tas de raisons
se retrouvent en marge de la société et du
monde du travail, éprouvent beaucoup de
difficultés à se réinsérer ;
- Beaucoup de familles n’ont pas les
moyens de s’acheter des appareils électroménagers neufs ;
- Les « monstres » (machines à laver,
aspirateurs…) contiennent beaucoup de
produits polluants difficiles à traiter.
L’idée était donc de récupérer ces appareils,
les faire réparer par des personnes en
insertion, et les revendre beaucoup moins
cher que du neuf. Comme une quinzaine
36 •
Dijon-Beaune Mag
d’autres villes pionnières en France, Envie
Dijon s’est lancé dans l’aventure dans les
années quatre-vingt-dix. « On se sent
vraiment épaulés par Dijon, le Grand
Dijon, et également par le Conseil général
et le Conseil régional. »
6 000 tonnes de « monstres »
recycLées chaque année
Aujourd’hui l’initiative d’Envie prend
plus de sens que jamais. L’entreprise
gagne régulièrement l’appel d’offres
auprès d’Ecosystème et est habilitée à
récupérer les appareils électroménagers,
mais aussi les appareils électriques et
électroniques depuis 2006, dans les
déchetteries, auprès des grandes surfaces
et des petits revendeurs. Tout ce qui peut
être récupéré sert à remettre en état des
appareils complets. Le reste, surtout les
composants les plus polluants, est orienté
vers les entreprises spécialisées dans leur
retraitement. 6 000 tonnes de « monstres »
sont ainsi recyclées chaque année.
Pour cela, Envie emploie des personnes
en réinsertion, pour un maximum de
deux ans, en prenant soin de construire
avec eux leur avenir, par des formations
logistiques (permis poids lourd, aptitude à
conduire un chariot élévateur…) ou de
remise à niveau (lecture, écriture,
calcul…). 70 % des compagnons trouvent
un emploi à la sortie d’Envie, même si
l’on constate de plus en plus de CDD.
Les appareils sont ensuite revendus au
magasin Envie de Chenôve, sous garantie. Là
on rencontre des familles avec peu de
moyens, mais aussi de vrais consom’acteurs,
qui viennent soutenir la démarche
La démarche est en tout cas encouragée
par l’Europe, qui prône le réemploi des
objets pour une seconde voire une
troisième vie. Et parce que le système
fonctionne, faisons en sorte qu’il se
multiplie, et que de plus en plus de gens
viennent au magasin de Chenôve par
envie, plus que par obligation. Pour une
solution intelligente à la crise sociale et
■
économique et environnementale.
* Magasin Envie, 3 rue Paul-Langevin,
21300 Chenôve – Tél. : 03.80.59.96.80 –
envie.dijon@envie.org
au paradis des objets usagés
© JAcques revon
Faire réparer, venDre, Donner, échanger, louer, emprunter… n’en jetez plus, le site
internet De l’aDeme oFFre une seconDe vie à vos objets.
s
e débarrasser d’un vieux
canapé ? Louer une tondeuse ?
Vendre une télévision ? Faire
réparer une machine à
coudre ? Oui mais où ? Comment ? Chez
qui ? La plupart des consommateurs ont un
réflexe assez binaire : la case « centre
commercial » pour acheter, la case poubelle
pour jeter. Mais il y a d’autres circuits
possibles. L’Ademe a mis en place
« l’annuaire de la deuxième vie des objets ».
Le fonctionnement est tout à fait simple. La
page se présente comme un moteur de
recherche où vous renseignez trois champs :
– Le type d’objet : appareils électriques et
électroniques, habillement, loisirs, maison ;
– Ce que vous voulez faire : faire réparer,
vendre, donner, échanger, louer,
emprunter…
– La localisation géographique : votre lieu
d’habitation et dans un rayon de 5, 10, 20
et jusqu’à 100 km.
Par exemple, si vous cherchez à faire
réparer votre vieux frigo à 10 km autour
de Nuits-Saint-Georges, vous trouverez
trois réponses donnant des entreprises et
associations qui font ça. Alors bien sûr,
vous remarquerez vite qu’il y a plus de
choix quand vous voulez donner que
lorsque que vous voulez emprunter…
Mais le principe est là et l’annuaire ne
■
demande qu’à s’étoffer.
* www.bourgogne.ademe.fr/annuairede-la-2eme-vie-des-objets ; à noter
aussi, le guide Agir au quotidien pour une
seconde vie des objets édité par le Conseil
général de Côte-d’Or et téléchargeable
gratuitement sur www.ecotidiens21.fr
Dijon-Beaune Mag •
37
environnement
initiAtivEs
rEssourcEs
CollègE andré-malraux
entrepreneurs en herbe
l’économie De l’environnement, ça s’apprenD tout petit. Depuis Deux ans, les élèves
Du collège anDré-malraux créent leur « mini-entreprise » avec une Forte
connotation sociétale et environnementale.
C
matériau plastique de la société AFT
Plasturgie avec 30 % de chanvre.
Dimension sociétale cette année également
puisqu’une notice va être écrite en braille.
Aujourd’hui ces jeunes entrepreneurs font
tout comme les grands : présentation
devant un collège d’actionnaires, élection
d’un PDG, recrutement des postes clés
après CV et entretien d’embauche,
marketing, outils de communications et
techniques de vente… Gageons que
demain, ce sera leur modèle d’entreprise
citoyenne, où le respect de
l’environnement et de l’homme auront
toute leur place, qui sera le modèle… ■
© d. r.
’est une sorte jeu de rôles,
qui traduit bien ce qui se
passe dans le monde des
grands. Depuis deux ans
Jean Grondin et Catherine Dubos
Bacherot font participer leurs élèves au
programme « Entreprendre pour
Apprendre » piloté par les Chambres de
commerce et d’industrie. Et lorsqu’il faut
trouver une idée originale de produit à
développer, la logique écologique
s’impose : « Ce sont les élèves qui ont eu
ces idées, mais c’est effectivement un bon
moyen de donner une valeur ajoutée à
leur produit. » Ainsi, en 2012, la minientreprise a développé « Ecoblet », un
gobelet réutilisable, recyclable, pliable,
fabriqué pour eux par Tetrapak, et qui
évitait de gaspiller beaucoup de gobelets
plastiques aux distributeurs de boissons.
Un produit qui connut un grand succès
jusqu’à être vendu à la boutique Biocoop
de Quétigny. Les seize mini-entrepreneurs
ont même reçu plusieurs prix régionaux et
se sont qualifiés pour la finale nationale.
Cette année, nouveaux élèves, nouvelle
idée, rigolote et pratique : une pince à
chaussettes pour ne jamais laisser une
chaussette orpheline dans la machine à
laver. Avec un pack écologique en
* Entreprendre pour apprendre
2, avenue de Marbotte, 21000 Dijon
Tél. : 03.80.65.91.80
www.entreprendre-pour-apprendre-bourgogne.fr
autolavE
sans eau, c’est tout aussi beau !
une conséquence positive Du réchauFFement climatique ? De plus en plus De proFessionnels
se lancent Dans le lavage sans eau, avec Des proDuits bioDégraDables ou écologiques.
38 •
Dijon-Beaune Mag
200 litres d’eau à chaque lavage. Ensuite,
on prend soin de votre voiture. Tout est fait à
la main, avec des produits biodégradables,
et la carrosserie est protégée. » Il peut
même se déplacer pour refaire une beauté à
votre voiture, mais une beauté toute nature,
■
jusqu’au bout des phares.
* Autolave, 4, rue Charles-le-Téméraire
21800 Chevigny-Saint-Sauveur
06.69.49.07.39 - www.nettoyage-auto-dijon.fr
J29 LUN 18/03
DFCO - FC NANTES
J30 VEN 29/03
AJ AUXERRE - DFCO
31 VEN 05/04
J31
DFCO - CHATEAUROUX
J32 VEN 12/04
NÎMES OLYMPIQUE - DFCO
J33 VEN 19/04
DFCO - STADE LAVALLOIS
J34 VEN 26/04
SM CAEN - DFCO
J35 VEN 03/05
DFCO - CS SEDAN
J36 VEN 10/05
FC ISTRES - DFCO
J37 VEN 17/05
DFCO - AC ARLES-AVIGNON
J38 VEN 24/05
EA GUINGAMP - DFCO
Crédit photo © Vincent Poyer / DFCO
RENSEIGNEMENTS
RÉSERVATIONS
www.dfco.fr
Du lundi au vendredi de 15h à 18h, hors jour de match
Auchan, Cora, Cultura, Leclerc ...
www.ticketnet.fr
Partenaires Principaux
Le DFCO soutient ...
LES PLACES SONT GÉNÉRALEMENT EN
VENTE 10 JOURS AVANT LE MATCH.
Stade des Poussots
03 80 65 09 65
Fnac – Carrefour – Géant – Système U – Intermarché
0 892 692 694 (0.34 € TTC / min)
www.francebillet.com
© d. r.
l
’idée a germé en France en
2003, après la canicule, et se
renforce presque chaque
année, quand les sécheresses
de plus en plus fréquentes font pleuvoir les
arrêtés préfectoraux : interdit d’arroser le
jardin, les pelouses, de laver sa voiture.
Passionné de voitures rutilantes, celles qui
en jettent et attirent l’œil du passant, Florian
Lekieffre a lancé Autolave en 2012. « La
première chose, c’est que l’on économise
à venir
Partenaires Officiels
Partenaires Institutionnels
Liste complète des points de
vente et plate-forme e-ticket sur
Partenaires Privilège
suivez  dfco.fr
nous !  /DFCO.Officiel
 @DFCO_Officiel
EnvironnEmEnt
Agriculture
La promenade
des engrais
Après les Années du tout engrAis chimique et celles du tout bio dAns les vignes, vient le
temps des ApplicAtions rAisonnées. A lA sonofep, celA fAit 50 Ans qu’on donne l’exemple :
des fumiers en poudre Aux engrAis sur-mesure, lA beAuté des ceps pAsse d’Abord pAr des
vAleurs de bon sens. une philosophie que clAude seguin, le pd-g, et sébAstien mAnlAy, son
chef d’exploitAtion, cultivent à profusion… Au-delà de lA côte toute proche.
pAr clément bonvAlot
SenSibilité viticole
Entre la Sonofep et la vigne, c’est une
histoire d’amour qui dure depuis les
premiers jours. Même si pour Claude
Seguin il est relativement difficile d’arriver
à la même notoriété que celle de son père
(quelque peu oublié avant qu’il ne
reprenne les rênes de la Sonofep en 2002),
il a su développer un esprit encore plus
qualitatif et une expertise plus pointue et
plus poussée, en s’adressant à un panel
de clientèle plus large : « Comme eux, j’ai
une sensibilité forte envers la vigne…
Sébastien aussi par ailleurs. Ce n’est pas
un hasard si on collabore ensemble
depuis déjà plusieurs années. On est
heureux à l’heure actuelle de travailler
main dans la main avec quelque
1 200 professionnels issus de la vigne et
présents dans toute la Bourgogne. C’est
un héritage que mon père m’a transmis
et que, en tant qu’enfant de la terre,
j’aimerais préserver. »
40 •
Dijon-Beaune Mag
L
a Sonofep, ou Société nouvelle
des fumiers en poudre (ça ne
s’invente pas), n’a pas changé
de ligne de conduite depuis
près d’un demi-siècle. Créée à Saulon-laRue en 1967 par Jean-Albert Seguin, la
petite structure de jadis cherchait déjà à
favoriser l’usage de produits organiques
dans le traitement de son exploitation
agricole et viticole familiale. En s’associant
dès le départ avec un biologiste, celle-ci
deviendra même un des modèle du genre
avec ses fumiers conditionnés sous forme
de granulés, remplis dans des sacs de 25 kg,
au lieu des 50 habituels (quasiment une
première en France !).
EtudE dEs sols
Le fondateur de la Sonofep roulera ainsi la
bosse de l’entreprise en effectuant du porte-àporte auprès des professionnels du coin… et
se constituera dès lors un catalogue
pléthorique de clients, notamment au sein du
monde viticole, un des secteurs historique de
l’entreprise (voir encadré). « Avec le
maraîchage et l’horticulture, un des premiers
domaines à avoir répondu présent est la
viticulture, raconte Claude Seguin, directeur
aujourd’hui de l’entreprise fondée par son
père. J’avais des grands-parents viticulteurs…
on a donc toujours été au fait de ces
problématiques, et les pros l’ont remarqué. »
Alors que, durant les années soixante-dix,
l’engrais chimique est souvent utilisé chez
les vignerons, Jean-Albert Seguin continue
son petit bonhomme de chemin en
proposant à ses clients du sur-mesure : un
engrais à la carte, en grande partie d’origine
organique (guano d’oiseau, farine de
plume…) et établi à partir d’une analyse
approfondie des sols. Carences en azote, en
potasse, manque de nutriments, carence
induite… chaque engrais est composé
exclusivement par la Sonofep en fonction
des besoins précis du client. « Ce mode
opératoire est toujours d’actualité auprès de
nos consommateurs et est beaucoup moins
lourd qu’autrefois, explique Sébastien
Manlay. On définira ainsi ce dont a besoin
la parcelle de terre. Fort heureusement,
beaucoup de nos clients l’ont compris. Il y a
l’analyse que l’on en fait. L’enjeu se trouve
là: savoir quoi mettre s’il y a lieu et surtout
de quelle origine et quelle quantité. Savoir
aussi l’histoire de la vigne à traiter. »
Même chose pour ceux qui n’utilisent que le
compost comme nutriment pour les plantes.
A Sébastien Manlay d’ajouter : « Utiliser du
compost n’a rien d’anormal, mais s’il
devient l’unique moyen de nourrir les
végétaux, la terre n’aura jamais assez de
© Clément Bonvalot
temps pour tout assimiler. Ce serait comme si
on vous amenait un énorme plat de pâtes.
Vous n’arrivez même pas au bout, que vous
êtes déjà calé ! Un certain nombre de
domaines se sont tournés vers nous après
avoir fait du tout bio des années 2000, leur
seul mode de fonctionnement. Sur certaines
années, il est difficile de travailler
uniquement avec cette philosophie. » C’est
donc une des motivations de l’entreprise : ne
pas diriger le consommateur dans une seule
voie, mais plutôt de l’amener à « réfléchir à
des solutions alternatives. La main de
l’homme est obligatoire si nous voulons
produire bien, avec régularité pour la survie
de nos exploitations de Bourgogne, tout en
respectant notre environnement. »
Claude Seguin poursuit ainsi le chemin que
son père a su baliser autrefois. Quand il
reprend l’entreprise en 2002 avec sa mère et
ses trois sœurs, celui-ci voit même plus grand,
en élargissant son domaine de compétences en
direction d’une clientèle, demandeuse, de
collectivités, de paysagistes et de jardiniers.
La Sonofep s’inscrit dans le long terme et
dans son domaine de compétence. « C’est
simple, dit Claude Seguin, si nous voulons
garder notre croisance il nous faut garder
notre bon sens et surtout toujours travailler
dans l’anticipation, conserver une lisibilité de
notre marché. Je pense qu’on doit tout ça à
notre diversification, mais aussi au fait qu’on
ne s’amuse pas avec les clients. On sait leur
apporter une expertise des plus sérieuse, que
ce soit à l’usage des professionnels ou pour
ceux qui veulent faire du jardinage chez eux.
Notre passion passe d’abord par la terre.
Réaliser et soutenir ces projets, c’est une
réelle gratification. On marche comme ça à la
■
Sonofep… sans faux semblants. »
A Saulon-la-Rue, Claude Seguin (à gauche)
et Sébastien Manlay (à droite) présentent
le Fepcos, un de leurs engrais stars,
particulièrement apprécié des vignerons.
* Sonofep, 129 route de Dijon,
21910 Saulon-la-Rue
Tél. : 03.80.36.00.00 – www.sonofep.fr
Dijon-Beaune Mag •
41
environnement
initiAtivEs
médiAs Et sErvicEs
dijon-EColo.fr
vert et net
stéphane Dupas tient le site Dijon-ecolo.Fr Depuis
2007. une vraie mine D’inFormations sur les avancées,
les reculs aussi parFois, réalisés en matière
D’environnement sur le granD Dijon. une tribune
militante qui mesure les progrès qui restent à Faire…
i
l y a sans doute peu de sites du
genre en France… Quand il est
arrivé à Dijon en 2006, Stéphane
Dupas a cherché ce qui existait
comme association et comme action pour
s’engager dans une action militante dans
l’écologie. Résultat… des actions
disparates, éparpillées, mais pas visibilité
complète sur l’état de l’écologie à Dijon.
Alors il lance son propre site en 2007 et
recense toutes les informations qu’il peut
récolter. Même des mesures prises à
l’autre bout de la planète, si elles peuvent
avoir un impact sur Dijon.
Avec une telle connaissance, il a
forcément un avis éclairé sur la politique
environnementale de Dijon. « Elle est
dans le mouvement. Ni en avance ni en
retard. Il y a de bonnes choses mais
toujours incomplètes. »
Des écoquartiers, comme partout, mais
sans créer une véritable communauté des
habitants qui participeraient ensemble à la
vie de leur quartier. Des pistes cyclables
avec le tram, mais pas autour de la gare
par exemple. Des Associations pour le
maintien de la culture paysanne (Amap),
mais qui n’ont pas forcément obligation
d’être en bio.
« Certaines actions ressemblent à du
“greenwashing”, des annonces mais qui ne
sont pas suivies d’une véritable ambition
écologique. D’une manière générale, on
n’écoute pas assez les associations et on
© clément BonvAlot
tente de faire les choses sans concertation. »
Le chercheur a bien conscience que c’est
une question de personnes. « Jean-Patrick
Masson, par exemple, est toujours très à
l’écoute. D’autres élus moins, ils
bloquent, avancent toujours des questions
économiques. On a du mal à se faire
entendre du monde des entreprises aussi,
alors qu’il faudrait les sensibiliser. »
Ce qui manque le plus aujourd’hui c’est la
communication. « Quand on explique aux
gens les enjeux, ils acceptent mieux. » Et
c’est bien là l’ambition de son site.
Informer, expliquer, témoigner, laisser une
■
trace, une empreinte… verte.
* www.dijon-ecolo.fr
ECo-SErviCES
Pour un ménage propre
sur
le marché très concurrentiel Des services aux particuliers (ménage et jarDinage
essentiellement), sébastien brenot a choisi De se Démarquer par une approche écologique
Du nettoyage, sans aucune concession à la qualité De la prestation.
C
’est vert et ça se voit !
Sébastien Brenot veut
qu’on le remarque, jusque
dans la déco de ses
véhicules : gris et vert flashy ! Ecoservices propose du nettoyage de bureau,
des vitres, de l’entretien d’espaces verts
version écolo. « Les gens pensent que les
produits écologiques sont plus chers, ou
42 •
Dijon-Beaune Mag
moins efficaces, explique Sébastien
Brenot, mais c’est tout le contraire. Et
puis ce que je vends, ce sont des heures,
du travail bien fait, les coûts des
produits n’ont pas beaucoup d’impact. »
Et si le réflexe « environnement » n’est
pas encore prépondérant chez ses clients,
il pense que ça viendra. « A Dijon, il se
passe des choses, avec le tram, le réseau
de chaleur, qui sensibilisent. »
Aujourd’hui, l’entreprise va bien, et
embauche, alors Sébastien se sent
précurseur et se prend à rêver. Demain,
pourquoi pas, il créera une franchise… ■
* Eco-services, 1, avenue Jean-Bertin,
21000 Dijon – Tél. : 03.80.30.00.47
www.eco-services.fr
EnvironnEmEnt
InItIatIves
transports
Un amour
de pédales
Piétons
sur les Pavés de la liberté, voitures sur lino,
tram Pour tous… et les vélos dans tout ça ? Pistes
cyclables, emPrunt de vélodi et location de diviavélo
en ont multiPlié la Pratique. aPrès le tout-voiture,
dijon se recycle et de nouveaux services « bike friendly »
aPParaissent… la roue tourne !
L
es vélos d’Amsterdam, font des beaux c… aux dames. » Vincent Baguian est
incontestablement un chanteur romantique, mais à Dijon, ils font quoi les
vélos ? Avec le printemps verra-t-on sans doute fleurir les Dijonnaises avec bicyclettes et belles gambettes. Mais le vélo, c’est aussi du business. Maintenant
que la Ville se donne des atours de belle Hollandaise, un petit peloton d’entreprises a pris
l’aspiration. Ce n’est pas encore la roue de la fortune, mais des petits services, qui montent,
■
qui montent… à l’exemple des quelques initiatives présentées ici.
becycle, coUrses sUr piste
Cette fois c’est du lourd. La Petite Reine transporte exclusivement des colis, jusqu’à 180 kg et 1,5 m3, avec ses « Cargocycles », triporteurs avec aide électrique. Il est presque naturel que ce genre de service s’implante à Dijon : le cargo ressemble à l’escargot, avec sa grosse coquille sur le garde-boue, sauf qu’en temps de parcours il est plus rapide qu’un utilitaire ou une camionnette. C’est sans doute l’idéal pour les magasins de l’hypercentre devenu piéton. Des livraisons rapides, silencieuses, non polluantes… Avec un vrai goût de liberté et pas de goût de bouchon. Vous pouvez même réserver un cargo dédié à vos seules courses et décoré aux couleurs de votre entreprise.
* 03.80.43.33.82 et www.lapetitereine.com
44 •
Dijon-Beaune Mag
« Do it yourself !≈ » La Bécane à Jules est une association où on apprend à chouchouter son vélo. On ne vous le répare pas, on vous montre comment faire. L’idée est bien sûr d’encourager la pratique du vélo, moyen de transport pratique, très économique, très écologique et bon pour la santé… En apprenant à entretenir vous-même votre monture, y compris le vieux biclou qui traînait dans votre cave depuis des années, sûr que vous créerez un lien affectif avec cette machine qui prolonge vos membres et décuple votre vélocité. Installée dans les locaux du Grand Dijon, La Bécane à Jules roule pour l’agglo et l’aide notamment à développer le service Divia Vélo.
* Ateliers à Dijon : 17, rue de l’Île et 29, rue Castelnau
© Clément Bonvélo
le poUsse-café les deUx-roUes branchés
A la prochaine pause, venez prendre un café en bullant. Et hop ! un petit tour place Wilson, c’est toujours mieux que le distributeur du bureau. Olivier installe là son Cafécyclette du mardi au vendredi et même dimanche après-midi. Il a luimême bricolé son triporteur pour le transformer en petit stand roulant accueillant, à l’abri d’un parasol. Voilà qui promet des moments sympas pour le petit café du matin ou du midi, et avec un cookie maison s’il vous plaît. Olivier se déplace même pour vos événements, si vous lui demandez gentiment. Une bonne idée tout à fait dans la vélosophie dijonnaise.
Bon, oui, c’est bien cette tendance vélo écolo… Mais vous vous sentez un peu mou du mollet… Surtout si vous devez remonter tous les jours la côte de Talant. La boutique Les 2 roues électriques est le chaînon manquant. C’est incroyable tout ce qui existe : des tandems, des utilitaires, des remorques et, le must du must, le vélo électrique pliable ! Vous pouvez même prendre le tram avec. « Le plus grand choix dans l’Est de la France », annonce Patrick Mortier. Un gérant engagé, puisque la boutique est adhérente de l’Avem, association pour la promotion des véhicules électriques et hybrides. Et comme c’est sur la ligne T2, allez-y en tram, revenez-en à vélo. * Cafécyclette : place Wilson, du mardi au vendredi de 8 h à 16 h 30 et dimanche après-midi. Tél. : 06.76.06.86.82
* Les 2 roues électriques, 13, avenue Jean-Jaurès, 21000 Dijon. Tél. : 03.80.46.12.36 et www.les2roueselectriques.fr
© D. R.
la petite reine voit plUs grand
la bécane à jUles
roUle poUr voUs
© D. R.
© D. R.
Maintenant le coursier arrive à vélo ! Comme dans quatre autres villes en France, BeCycle s’est installé à Dijon avec l’idée de « transporter autrement ». Rapidement : au cœur de ville, et maintenant jusqu’aux quatre coins de l’agglo avec les pistes cyclables, c’est le moyen le plus sûr d’éviter les bouchons. Surtout que ces gars-là sont tous des sportifs confirmés. Economiquement, pas de risque de voir les prix de la course exploser quand le baril flambe à la bourse. Ecologiquement, un zéro pointé dans la case du bilan carbone. Il existe même un triporteur avec assistance électrique pour les colis jusqu’à 30 kg.
* BeCycle à Dijon : 03.80.41.76.95 www.becycle.com/fr/dijon et dijon@becycle.com
Dijon-Beaune Mag •
45
Sommaire
Auto-moto
Moteurs
Véhicules Verts
Nuits-Saint-Georges à l’heure électrique
50
salon de GenèVe
52
actus
La Furtive made in Bourgogne
A venir à Dijon-Prenois
© Olaru radian / FOtOlia.cOm
CB GRAPHʼ 03 80 55 21 42
48-49
Dijon-Beaune Mag •
47
Mobilité
moteurs
Pierre Mostacci arrivant
au bureau sur son VAE
(vélo à assistance électrique) :
plus qu’un exemple, un plaisir
renouvelé à chaque fois
que la météo et son emploi
du temps lui permettent.
Nuits électrique
Directeur
De l’Agef (1) De Nuits-sAiNt-georges, Pierre MostAcci est uN DéfeNseur
AchArNé De lA Mobilité électrique Au quotiDieN. eNtres ses DéPlAceMeNts PersoNNels
Au guiDoN D’uN vélo à AssistANce électrique (vAe), l’AcquisitioN De véhicules Pour
sA société et l’Arrivée ProchAiNe De vtt D’uN NouveAu geNre à l’office De tourisMe,
c’est tout le PAys NuitoN qui se Met à l’heure électrique.
PAr geoffroy MorhAiN - Photos : cléMeNt boNvAlot
A
l’Agef, quand la météo et son
emploi du temps le lui
permettent, le directeur
n’arrive pas en grosse berline
à vitres fumées, mais à bicyclette. Et pas
n’importe laquelle.
Du vélo à l’auto
De loin, rien ne distingue ce deux-roues à
l’allure hollandaise de n’importe quel vélo
de ville. Rien si ce n’est le cache discret fixé
sur le cadre, qui renferme une précieuse
batterie lithium et apporte à l’usager une
assistance au pédalage loin d’être
négligeable. « J’ai eu le coup de foudre pour
ce vélo il y a cinq ans environ, à Bâle en
Suisse, alors que les VAE [ndlr : vélos à
assistance électrique] étaient encore presque
inconnus en France. Je l’ai tout de suite
essayé… et suis reparti avec !, se souvient
Pierre Mostacci, sans pouvoir s’empêcher de
faire l’article pour les vertus écologiques de
la technologie électrique. Pour un
Bourgogne électrique à l’horizon
Depuis quatre ans, l’association Bourgogne Mobilité électrique (BME),
qui regroupe 43 professionnels, a pour but de développer l’usage des
véhicules électriques dans la région. « Il s’agit d’aider les entreprises
et les collectivités locales à accueillir des véhicules électriques, dans
leur parc pour les premières ou dans l’espace public pour les
secondes », explique Philippe Bonmarchand de la Délégation
régionale de La Poste (un groupe exemplaire en la matière, qui compte déjà quelque
70 véhicules électriques sur la Bourgogne), trésorier et vice-président de BME en charge de la
gestion des flottes. Avant même d’investir dans des véhicules, il faut savoir quelle politique
de transport choisir, avec quels types de besoins, pour quels usagers et avec quelles
infrastructures, pour la répartition des points de charge notamment… » Dijon ne faisant pas
partie des 13 villes françaises choisies pour expérimenter l’électromobilité (dont Paris, Nice ou
encore La Rochelle, la plus petite de ces villes tests), les progrès à faire sont encore importants.
Quand on sait que la Côte-d’Or ne compte encore pour l’instant que quatre points de charge
« publics » (dans le parking couvert de la gare de Dijon, chez Renault à Dijon et Beaune, au
centre commercial Grand Quétigny), la moindre initiative s’avère importante.
* Le 15 mars, BME organise une journée « Mobilité électrique : en route vers la transition
énergétique » à la Maison régionale de l’Innovation (64 A, rue Sully à Dijon, 03.80.40.33.00).
Exposition de véhicules électriques et tables rondes (à partir de 11 heures) sur les infrastructures
de charge, les offres / coûts / usages, le dernier kilomètre. Accès sur réservation.
48 •
Dijon-Beaune Mag
investissement limité et un coût d’utilisation
ridicule (environ 0,15 euro de charge pour
une autonomie de 50 km), j’ai pu
a v a n t a g e u s e m e n t re m p l a c e r m o n
automobile : le VAE, c’est le plaisir du vélo
la transpiration en moins, un acte à la fois
ludique et écolo. Au début, ça a bien fait
marrer les ouvriers ; aujourd’hui, certains
d’entre eux s’y sont mis aussi. » Bref, la roue
de la mobilité électrique tourne – c’est le cas
de le dire –, entraînant avec elle les
mentalités et les habitudes de vie.
Un an après l’acquisition de son vélo
« magique », Pierre Mostacci rencontrait
Thierry Brossier (délégation régionale EDF
Bourgogne), qui allait alors l’entraîner dans
l’aventure de Bourgogne Mobilité électrique
(BME), association régionale officiellement
créée en mars 2009 afin de faire de la
Bourgogne « un territoire de référence » en
termes de mobilité électrique (lire encadré).
« La mobilité est au cœur des
préoccupations actuelles et représente un
enjeu environnemental et économique
majeur. C’est pourquoi les citoyens appelés
à se déplacer au quotidien, mais aussi les
collectivités locales, organisatrices des
transports, ainsi que les entreprises,
publiques ou privées, qui gèrent des parcs
automobiles, sont amenées à envisager des
Philippe Berzi, employé
à l’imprimerie de l’Agef, tout fier
de la nouvelle Kangoo électrique
avec laquelle il dépose désormais
le courrier à La Poste.
solutions de mobilité alternatives. Nous
savons que les véhicules électriques peuvent
répondre à ces besoins et représentent une
voie possible dans la perspective de réduire
notre impact sur l’environnement. D’autant
plus que l’offre des véhicules électriques ne
cesse de s’étendre avec des performances
toujours plus élevées. Il est donc utile de
partager l’information, la connaissance et
les expériences vécues pour donner aux
décideurs des éléments de décision
pertinents », précisent aujourd’hui les
membres fondateurs de BME dont font
partie nos deux compères.
voiturettes et vtt en partage
Homme pragmatique, Pierre Mostacci
n’allait pourtant pas s’en tenir à des
discours, aussi beaux soient-ils. Et de joindre
l’action à la réflexion en investissant dans
une Kangoo ZE pour son entreprise : « C’est
l’unique véhicule électrique de notre flotte,
car c’est le seul dont l’usage est limité à un
périmètre restreint adapté à son autonomie
[ndlr : environ 100 km avec les batteries
pleines]. On s’en sert essentiellement pour
nos petites courses, quand il faut distribuer
des prospectus sur Nuits ou aller poser le
courrier à La Poste par exemple. A la fin de
la journée, le conducteur met la voiture en
charge pendant la nuit et la reprend le
lendemain matin, c’est aussi simple que ça.
Avec, en plus, le plaisir d’une conduite
souple et silencieuse. »
Mais l’Agef ne compte pas s’arrêter en si
bon chemin et Pierre Mostacci compte bien
mettre les avantages de la conduite
électrique à la portée de ses résidants malgré
leurs handicaps : « L’idée est d’acquérir le
tout nouveau modèle de voiturette sans
permis électrique développé par Aixam,
pour la mettre à la disposition de 6 à
8 résidants selon un calendrier de
réservation à l’avance. Dans cette optique,
un club d’auto-partage a déjà été constitué,
qui sera propriétaire du véhicule et passera
un contrat d’utilisation avec les résidants
[ndlr : un an d’engagement sur la base de
40 euros par mois environ]. Dans l’idée, ce
système basé sur le partage et le respect des
autres a un aspect vertueux qui colle bien à
l’esprit de la mobilité électrique… »
Enfin, en tant qu’ancien président de l’office
de tourisme du Pays nuiton, Pierre Mostacci
a su trouver un moyen original de financer le
service d’accueil de jour de l’Agef. Ainsi,
les deux structures ont décidé de monter
ensemble un projet de découverte de la Côte
de Nuits en VTT électrique : le rôle de
l’entreprise est de récupérer le capital de
départ via un site internet de financement
participatif de l’économie locale (à l’heure
actuelle, les 5 000 euros demandés au départ
ont déjà été atteints (2)) et d’assurer la
maintenance des deux VTT électriques ;
celui de l’office de tourisme est de faire la
promotion et la commercialisation de ce
moyen original de déplacement (location
aux touristes, à l’heure ou à la journée).
D’ici quelques semaines, on pourra donc
croiser au détour d’un chemin de vigne ces
VTT électriques parfaitement adaptés aux
■
sentiers escarpés des Hautes Côtes.
(1) Association de La Poste et de France
Télécom, l’Agef accueille des personnes
handicapées dans un Esat (Etablissement
et service d’aide par le travail) et une
entreprise adaptée (imprimerie,
blanchisserie, jardinage…), ainsi qu’un
foyer et des résidences. Tél. : 03.80.62.45.00
(2) http://invy.info/display_project.
php?id=40
Dijon-Beaune Mag •
49
moteurs
Salon
de
Genève
Les deux moteurs électriques Siemens
de la Furtive développent une puissance
équivalente à 402 chevaux.
La Furtive
made in
Bourgogne
Du 7 au 17 mars, Genève accueille le 83e salon international De l’auto. au renDezvous, De l’innovation, Du luxe… et Des BourGuiGnons qui vont assurer le spectacle :
les concepteurs De la Furtive-eGt. il y a cinq ans, ces Derniers Dévoilaient leur projet
De réaliser Dans la nièvre une voiture hors norme. aujourD’hui, ils touchent au But.
par michel GirauD – photos : D. r.
Entièrement assemblée à la main, la
Furtive-eGT est personnalisable à souhait.
Genève se met au vert
Ce Salon de Genève 2013 promet encore du
grand spectacle avec pas moins de 130
« premières mondiales », et notamment la
Mc Laren P1, la Peugeot 2008, la Renault
Captur, la Fiat 500 L Trekking, l’Opel Cascada,
la BMW Série 3 Gran Turismo ou encore la très
attendue berline chinoise Qoros 3… Une
édition 2013 plus « verte » aussi, puisque les
organisateurs suisses annoncent que 10 % des
véhicules exposés cette année sont
« écologiques », pour la plupart animés par
des moteurs électriques ou hybrides.
* www.salon-auto.ch
50 •
Dijon-Beaune Mag
P
alexpo, stand 2142. C’est là
q u e l e s B o u rg u i g n o n s
d’Exagon Motors élisent
domicile pendant dix jours. A
Genève, ils présentent leur bijou : la
Furtive-eGT. Vous avez forcément déjà
entendu parler de ce projet lancé à MagnyCours (58) en 2008 suite à un pari fou :
créer une GT sportive entièrement
électrique capable de rivaliser avec les
performances des Ferrari, Porsche et autres
Maserati ! La voiture annonce une
puissance équivalente à 402 chevaux, grâce
à deux moteurs électriques Siemens de
148 kW chacun, installés en position
centrale arrière. Résultat : de 0 à 100 km/h
en 3,5 secondes et une vitesse limitée
électroniquement à 250 km/h, le tout en
silence et sans aucun rejet de CO2 !
Un ovni à 404 000 euros tout de même,
entièrement assemblé à la main,
personnalisable à souhait, avec des
matériaux de la plus haute qualité.
« Genève, c’est l’un des rares salons
automobiles que nous ferons cette année,
précisent les responsables d’Exagon
Motors. Et ce rendez-vous est très important
pour nous. Nous avons identifié
125 000 clients potentiels pour la FurtiveeGT à travers le monde. Ce sont des
ultrariches, comprenez des gens qui ont les
moyens de se payer des voitures de luxe, un
jet privé, un yacht, etc. Et 6 000 de ces
clients potentiels habitent à Genève et dans
les environs ! C’est donc très important
pour nous d’être présents. »
Déjà 120 commanDes
Pour Exagon Motors, 2013 sera en tout cas
une année particulière. Cinq ans après le
lancement du projet, les 70 personnes qui
travaillent aujourd’hui sur le site nivernais
de Magny-Cours touchent au but : « Les
premières livraisons auront lieu en fin
d’année, poursuivent les responsables de la
société bourguignonne. Aujourd’hui, nous
sommes dans le planning que nous avions
imaginé. Nous avons 120 véhicules en
commande ou en précommande. Si on
considère que nous avons évalué nos
capacités de production à 150 véhicules par
an, nous avons donc une année de
production devant nous. Nos clients se
trouvent dans le monde entier, aux Emirats,
en Asie, en Russie, en Ukraine, en Amérique
du Sud aussi. » Des clients hors norme, à
■
l’image de la Furtive.
* Plus d’infos sur www.exagon-motors.com
MOTEURS
ACTUS
Prenois rugit
D
ijon, le Castellet, Nogaro et Ledenon… Quatre circuits, quatre ambiances, et
surtout quatre dates qui raviront les amoureux de sport automobile historique.
Avant de parcourir la France, c’est à Prenois que l’HistoRacing Festival 2013
lancera officiellement sa saison les 5, 6 et 7 avril. Le stade automobile côte-d’orien aime les
« anciennes », et il le montrera encore en cette année 2013. Sur la piste, près de 350 pilotes
venus de toute l’Europe s’affronteront dans 21 courses : des trophées Formule 23 Classic à
la Formule Fort Kent, de la catégorie Maxi 1000 au Saloon Car… le circuit dijonnais va
accueillir des bolides de toutes sortes. Et en revoir dans la courbe de Pouas ou dans le « S »
des Sablières risque bien de donner quelques frissons à certains. Mais attention, pas
question pour les concurrents de l’HistoRacing de venir là pour parader, bien au contraire.
La bagarre est annoncée, d’autant que certains voudront marquer leur territoire dès la
première manche de la saison. Le meeting sera rehaussé par la présence de l’Alfa Romeo
Challenge et, comme souvent quand il s’agit de sport automobile historique, le public sera
associé directement à la manifestation à travers une brocante gratuite, un espace
d’exposition pour les clubs et les collectionneurs, et même des séances de roulage !
RHOSSETOS ANGELINIADIS AU DÉPART DE LA LEGENDS CARS CUP
Cet HistoRacing de Dijon-Prenois sera complété par une épreuve de la Legends Cars
Cup, des bolides à la carrosserie plutôt fun, animés par des moteurs de moto. Au départ
de la course, un Dijonnais : Rhossetos Angeliniadis. L’ancien champion de moto, devenu
paraplégique après un accident, débute sa deuxième saison dans cette catégorie avec des
ambitions : « L’an dernier, j’ai fait trois courses : à Prenois justement, à Magny-Cours et
à Zandvoort. Cette année, je repars, et j’ai développé sur ma voiture un nouveau système
qui devrait me permettre d’être plus rapide. C’est en fait un volant modifié que j’ai
imaginé moi-même. Je pousse le volant pour freiner, j’accélère avec un cercle parallèle
au volant, et des palettes à droite et à gauche me permettent de changer les rapports. »
Chez lui à Prenois, Rhossetos portera le dossard 52, son année de naissance, son chiffre
Q
fétiche, qui pourrait bien lui porter chance devant son public.
52 •
DIJON-BEAUNE MAG
© WARM UP
A VENIR SUR LE CIRCUIT DIJON-PRENOIS
• 23 et 24 mars : Coupe de France (auto)
des circuits
• 6 et 7 avril : HistoRacing (voir ci-contre)
• 11 et 12 mai : compétition GT belge,
Trophée de Bourgogne
• 25 et 26 mai : Coupes Moto O3Z, courses
d’endurance de motos modernes
• 1er et et 2 juin : Coupes Moto Légende,
plus grand rassemblement européen de
motos d’exception et de collection
• 15 et 16 juin : Grand Prix de l’Age d’or,
compétition historique internationale
d’automobiles
Roulage sport
Dijon-Prenois, c’est aussi le circuit choisi
par la société Warm Up pour organiser, le
mercredi 17 avril, pour la quatrième année
consécutive, une « journée de roulage »
réservée aux voitures de sport (collection,
course et prestige) : « Cette journée sera
entièrement privatisée. Comme par le
passé, le nombre d’autos est fixé à 40 au
maximum en roulage libre », précisent les
organisateurs. Renseignements et inscriptions sur www.warmupphoto.com
DTM en vue ?
On reste à Prenois, avec cette petite phrase
lue dans le numéro de février 2013 d’Auto
Bourgogne News, la newsletter du Pôle
Auto Bourgogne. Elle nous apprend que
des discussions seraient en cours pour l’organisation d’une manche du puissant
DTM, le championnat de supertourisme
allemand, en 2014 à Dijon-Prenois. On se
souvient que le tracé côte-d’orien est
jusqu’ici le seul circuit en France à avoir
déjà accueilli le DTM. C’était en 2009, avec
un succès retentissant. Affaire à suivre…
www.autobourgogne.com
Sport
Rugby
Jacques Blanc,
le président des Gazelles,
ne peut s’empêcher de féliciter
ses joueuses après chaque
match. Dans la victoire ou
la défaite, les valeurs
de l’ovalie restent intactes.
Meufs de packs
Voir les Gazelles jouer, c’est apprendre à conjuGuer le ruGby au féminin. eléGance du Geste,
jeu aérien, Vitesse... on oublie soudainement les archaïsmes d’un ruGby moderne que les
hommes pratiquent tant. combattantes dans la Vie comme sur le terrain, ces joueuses
portent toujours plus haut les Valeurs uniVerselles du ruGby. plus haut que les hommes ?
textes et photos : clément bonValot
S
’il fallait retenir une équipe
féminine de rugby en
Bourgogne, ce serait celle
des Gazelles de Dijon.
Premier club régional à avoir atteint l’élite
du Top 10 (2008), il a tout connu depuis sa
création lors de la saison 2002-2003 :
champion de France de troisième division
pour sa première saison, champion de
France de deuxième division en 2005 et
champion de France de première division
Elite B en 2008. Aujourd’hui en Fédérale 1
(au même niveau que les garçons du Stade
dijonnais), les Gazelles vivent au rythme
des saisons selon les départs – plus
nombreux que dans le rugby masculin – et
les arrivées. Pour une équipe partie de rien,
l’apothéose fut grande, mais la réalité de
cette ovalie l’a vite rattrapée. La faute aux
manques de structure et de reconnaissance
pour ces clubs, très peu soutenus quand ils
ne sont pas issus de grands clubs du
Top 14, là où les effectifs peuvent compter
jusqu’à 200 joueuses par équipe. Il fallut à
chaque fois trouver les armes et compter
sur la passion débordante de ces femmes.
Pour Jacques Blanc, président du club
depuis 2008, le combat est permanent : « Il
faut savoir recomposer à chaque nouvel
exercice. Quand je suis arrivé au club, il
n’y avait que 10 filles pour former une
équipe de rugby à XV. Après, on s’est
retrouvés avec des joueuses qui n’avaient
jamais pratiqué ce sport. Je tire mon
chapeau à ce groupe et pour ce qu’il
réalise aujourd’hui. »
Un dUr passage parmi l’élite
Le tournoi deS Vi nationS à dijon
La France et l’Ecosse viendront en découdre sur le terrain du stade Bourillot le 15 mars
prochain, à l’occasion de la dernière journée du tournoi des VI Nations féminin 2013. Ce
match sacrera peut-être nos Bleues qui talonnent une équipe d’Irlande pour l’instant
invaincue. Pour Jacques Blanc, le moment est à la fête après de nombreux sacrifices de la
part d’une petite structure comme celle des Gazelles : « C’est une très bonne chose pour
Dijon et le club que d’accueillir ce qui se fait de mieux dans le monde du rugby féminin.
On voulait aller au bout de cette histoire car, comme chaque club qui souhaite organiser
ce genre d’événement, tout ce qui touche aux dépenses est de son propre ressort : les bus,
l’hôtel, le ravitaillement… il arrive même que certains de ces clubs jettent l’éponge faute
de moyens. Il est encore difficile d’avoir le même égard que chez les hommes. » Malgré
tout, le match aura bien lieu et les Gazelles auront réussi leur pari. Amener le tournoi des
VI Nations à Dijon… il fallait y penser. Et le faire !
* Tournoi des VI Nations féminin 2013, match France-Ecosse. Vendredi 15 mars à
19 heures au stade Bourillot de Longvic. L’équipe de France féminine des moins de 20 ans
jouera contre l’équipe d’Angleterre en lever de rideau de la rencontre à 16 h 30.
54 •
Dijon-Beaune Mag
Alignant les défaites depuis le début de la
saison, les Gazelles ont prouvé tout leur
caractère et leur abnégation en enregistrant
trois victoires sur les quatre derniers matchs
qu’elles ont disputés. Malgré des carences
sur phases arrêtées – qui doivent beaucoup à
l’expérience –, de mêlée ou de touche, ces
joueuses ont fait preuve d’un certain talent
comme le montre leur dernière victoire sur
le RC Sélestat le 3 mars dernier (20-16).
Mais ce panache ne mène parfois pas aux
sommets comme le montre l’exemple de
leur passage parmi l’élite. « Après le titre en
2008, on savait que rencontrer des équipes
Capitaine et demi
de mêlée de son équipe,
Fanny Calonge (de face)
insuffle toute son
expérience dans
le jeu des Gazelles.
Présente au tout début
de l’histoire du club,
elle connaît mieux
que personne l’univers
du rugby féminin.
...
Dijon-Beaune Mag •
55
Sport
Rugby
Technique et rapidité sont les maîtres mots
du rugby féminin. Le nom des Gazelles
tombe décidément sous le sens.
...
comme Montpellier ou Perpignan était un
vrai challenge, raconte Fanny Calonge,
capitaine de l’équipe et membre historique
du club. En refusant de monter en Top 10,
la fédération pouvait nous empêcher
d’atteindre ce niveau, les trois prochaines
fois où on pouvait y prétendre. Donc la
question ne se posait pas quelque part. On
a finalement perdu tous nos matchs… » A
Jacques Blanc d’ajouter : « Mais aucune
d’entre elles n’a abandonné ! C’est aussi ça
les valeurs du rugby. Elles se sont soudées
au bout du compte, parce qu’elles aiment ce
sport et veulent vivre les mêmes aventures
que les garçons. » Il reste donc une belle
série d’essais à transformer pour toutes ces
passionnées de l’ovalie avant d’acquérir une
fois pour toute la reconnaissance du public
et des instances dirigeantes.
Car le rugby féminin ne mérite pas cette
vilaine presse. Plus aérien et léché que celui
des hommes, le jeu fait la part belle aux
phases offensives, offrant des matchs d’une
rare attractivité. Là où les garçons préféreront
les phases de « pick and go » (technique de
phases courtes ponctuées par des collisions
56 •
Dijon-Beaune Mag
permanentes avec la défense adverse), les
femmes cherchent avant tout à jouer à la
main, même si elles ne se font pas de cadeau.
« Les règles sont les mêmes que chez nos
homologues masculins, explique Jacques
Blanc. Elles n’ont pas peur du contact et
finissent leur match en guerrières. Mais une
fois qu’elles sortent des vestiaires après les
rencontres, elles redeviennent des femmes. Il
y a quelque chose de touchant là-dedans. Je
les admire pour toutes ces raisons. »
assUmer le statUt de joUeUse
Amatrices (sans une once d’amateurisme)
pour ce qui est de leur statut, comme la
plupart des joueuses de rugby, elles gagnent
à être connues. Ne serait-ce que pour la
générosité qui les caractérise. Avec six
entraînements par semaine, rugby et
musculations compris, les Gazelles doivent
jouer avec leur emploi du temps. Les
déplacements en car du week-end jusqu’à
Nantes, Rouen ou Paris (équipes de leur
poule) requièrent aussi un certain sens du
sacrifice. « On le fait parce qu’on aime ce
sport et ses valeurs de camaraderie,
explique Fanny Calonge. Il faut pouvoir
assumer aussi ce statut de joueuse de rugby
que beaucoup ne considèrent pas à sa juste
valeur. Pourquoi les hommes seulement
auraient-il le droit de s’accomplir au
travers de ce sport ? Tout le monde y a
droit ! » Toujours au combat.
Les Gazelles poursuivent finalement leur
chemin en ne prenant que le meilleur de
leur expérience. Le 15 mars prochain, le
club organisera d’ailleurs une rencontre du
tournoi des VI Nations féminin entre la
France et l’Ecosse (voir encadré page
précédente). Une belle occasion pour elles
de s’inspirer des Bleues, triple vainqueurs
du grand chelem depuis la création de cette
compétition en 1999. « Elles gagneront
comme ça, dans la vie comme sur le terrain,
conclut Jacques Blanc. Vous verrez que les
Gazelles ne perdront pas un match jusqu’à
la fin de la saison ! » Et peut-être qu’un
jour elles fouleront à nouveau les terrains de
l’élite… bien éloignés des considérations de
ces clubs qui vivent le rugby avec une
■
dévotion à toute épreuve.
© BaBEl aérophotographiE
Un appareil photo numérique
monté sur une potence radio
commandée depuis le sol…
et une vue imprenable
sur Beire-le-Châtel.
Droit de vent développe aussi des projets pédagogiques : un des plus
marquants est l’atelier d’aérophotographie mené avec les ados de la
communauté de communes du Mirebellois. Cette action à long terme,
impulsée avec les membres de l’Association intercommunale jeunes
pour l’accompagnement de projets (AIJAP) a permis de photographier
les communes du Mirebellois en se prenant pour un oiseau, grâce à un
dispositif composé d’un appareil photo numérique dernier cri monté sur
une potence radio commandée depuis le sol. « Sur cet appareillage,
relayé par un retour vidéo au sol, un système de déclenchement à
distance nous permettra d’obtenir depuis le ciel, des vues inhabituelles et
spectaculaires des villages », explique Droit de vent sur son site.
Le vent les portera
par Maurice fergusson
C
hristophe Chéret prouve que l’on peut développer une
activité à la fois artistique et technologique dans un
village de 900 habitants : à Gemeaux (canton d’Issur-Tille), il représente à la fois l’association Droit de
vent qui multiplie les propositions artistiques ou pédagogiques
autour du cerf-volant et l’agence Babel qui s’appuie sur l’expertise
acquise au fil des années par Droit de vent sur les structures légères
pour proposer des services aux professionnels dans des secteurs
aussi divers que la décoration ou la photo aérienne pour l’urbanisme
par exemple. Et ce malgré un débit internet, personnellement
éprouvé par l’auteur de ces lignes, qui exaspère parfois…
Après une carrière bancaire en Île-de-France, Christophe Chéret
décide de mettre les voiles et de vivre pleinement sa passion pour
l’art du cerf-volant. De 1990 à 1992, il est avec son épouse sur tous
les spots où le cerf-volant fait partie de la culture : Guatemala,
Chine, Laos, Népal, Birmanie… « Un cerf-volant, c’est un
passeport. Comme c’est un jeu, tous les mômes rappliquent et
58 •
Dijon-Beaune Mag
ensuite les parents les suivent… » En 1996, Christophe crée avec
deux autres passionnés (« un designer, un couturier et un homme à
tout faire, moi ») l’association Droit de vent qui propose des
activités pédagogiques ou artistiques autour du cerf-volant. Le
premier projet est une ménagerie où les pilotes se voulaient aussi
dresseurs d’animaux, où chaque cerf-volant avait un nom, une
mythologie… et était prévu pour fonctionner dans toutes les
conditions météo, même en l’absence de vent ou dans la tempête.
« Scape », ensuite, est une installation artistique éphémère, sorte de
campement de toiles à haute valeur esthétique, installé dans les
festivals par exemple dont les usagers s’emparent pour en faire ce
qui leur plaît : pare-soleil, refuge pour allaiter les bébés…
« Lignes » propose un travail sur le déséquilibre, la rupture ou le
contrôle des forces grâce à un cerf-volant allant jusqu’à 60 m de
long… « Pandore » enfin est une sorte de boîte composée de
64 pièces de tissu cousues, aux multiples fonctions : jeu pour
enfants, labyrinthe, module pour installations artistiques…
© Valéry Choplain / l’ECho dEs CommunEs
Dijon et Beaune, D’accorD... Mais qu’on se le Dise : 90 % Des coMMunes De côte-D’or
sont rurales (et souvent pas qu’un peu, avec Moins De 500 haBitants). ce qui n’eMpêche
ni les initiatives, ni la vitalité politique ou éconoMique. en partenariat avec le site
echoDescoMMunes.fr, cette ruBrique vous eMMène à la caMpagne. en l’occurrence à
geMeaux, à la rencontre De christophe chéret, un citoyen poète et entrepreneur.
EffErvEscEncE dans l’anciEnnE houblonnièrE
Parallèlement à Droit de vent, Christophe Chéret a également développé
l’agence Babel, qui commercialise son expertise du cerf-volant et des
toiles sur structures légères à destination des particuliers (événements
familiaux), des organisateurs de festivals ou des urbanistes et autres
communes pour la partie aérophotographie et modélisation en 3D. Cela
permet par exemple de visualiser avant réalisation les vues du ciel des
bâtiments communaux. Ou proposer à un promoteur immobilier une
photo « depuis une fenêtre du quinzième étage, à tant de mètres
d’altitude » d’un bâtiment pas encore construit mais qu’il pourra
produire à ses clients. Ou encore produire des vélums et pergolas avec la
création de toiles d’ombrage (en collaborant avec d’autres corps de
métiers pour les structures métalliques ou bois si nécessaire).
A Gemeaux où il habite désormais, Christophe Chéret abrite dans une
ancienne houblonnière son atelier où il bricole, coud, invente… un
joyeux fouillis de tissus, cerfs-volants et autres mobiles suspendus un
peu partout, à l’image de l’effervescence qui semble animer le
propriétaire des lieux. Pas étonnant qu’un Zébulon pareil s’éclate dans
■
un domaine où le contact avec la dure réalité ne tient… qu’à un fil.
* Plus d’infos sur www.droitdevent.org et www.agencebabel.fr
Commune après commune, la Côte-d’Or se
dévoile. Une information authentique au plus
près de la réalité des territoires. Pour les élus,
pour les habitants...
* www. echodescommunes.com
Suivez L’Echo des Communes sur papier, Twitter
et sur Facebook !
Dijon-Beaune Mag •
59
EntrEprisE
En
partEnariat avEc lE
Bons cousins
germains
Dans un monDe économique complexe et protéiforme, on
peut être à la fois Dirigeant D’une filiale allemanDe basée
à longvic et engagé Dans le combat pour l’entreprise à
l’échelle D’un territoire comme la côte-D’or. c’est, en
tout cas le creDo De philippe pellerin, le patron De bericap
france, vice-présiDent Du meDef côte-D’or.
par Dominique bruillot – photo : clément bonvalot
L
’histoire, au départ, était déjà
franco-allemande. Une sorte
de joint-venture opportune
entre une entreprise côted’orienne pur jus et un groupe familial
d’Outre-Rhin. Mais cette histoire nous
apprend aussi que la vision sur le long
terme l’emporte toujours, ce qui n’est pas
forcément une mauvaise nouvelle. Car si
Bericap, à Longvic, a aujourd’hui du sang
germanique dans les veines, en tant que
filiale, elle n’est pas moins une force vive
de notre territoire économique avec près
de 300 emplois en moyenne, répartis
entre le site bourguignon et le site vosgien
de Vittel. « Nous sommes là malgré
quelques déboires parce que notre
actionnaire a une vraie vision du futur,
une vraie patience aussi », se plaît à
rappeler Philippe Pellerin, gérant de la
filiale française. Les actionnnaires
étrangers ne seraient donc pas toujours de
vilains rapaces accrochés à des bénéfices
immédiats… Le marché des boissons, ou
plus précisément celui des bouchons en
plastique que l’on utilise notamment pour
les eaux plates et gazeuses, suit en effet
volontiers la courbe estivale des
babecues. C’est aussi simple que cela. Et
la filiale côte-d’orienne, qui représente
60 •
Dijon-Beaune Mag
10 % de l’activité de son groupe, avec
près de 80 millions d’euros de chiffre
d’affaires, a des problématiques liées à sa
zone de chalandise.
Elle bénéficie surtout d’investissements
impensables à assumer dans un
fonctionnement isolé. « Il est nécessaire
d’avoir une vitrine et un outil à la hauteur
d’un marché en constante évolution »,
confirme Philippe Pellerin. Si le volume
des eaux stagne dans une Europe quelque
peu vieillissante, les préoccupations
d’ordre environnementaliste agissent sur
la façon d’aborder la demande.
Condamné à l’effiCaCité
Le bouchon doit être de plus en plus léger
(trop parfois ?) en optimisant au
maximum l’empreinte carbone. Un
bienfait face à la délocalisation selon le
dirigeant de Bericap : « Nos clients sont
des grands groupes qui ont le souci de la
proximité tout en étant sur un marché
mondial, il faut être à la fois joueur local
et joueur global. »
Du coup, le secteur R & D a plutôt
tendance à se diffuser, au gré des
territoires. « Dans l’unité France que
nous représentons, quand bien même nos
produits pourraient voyager, l’activité
repose sur une assise de nos compétences
et une zone de chalandise francophone. »
Dans le même temps, Longvic a su
accepter de réduire cette zone, pour
préserver, dans une logique maîtrisée de
groupe, d’autres filiales comme en
Espagne ou au Royaume-Uni.
L’avenir du site passe déjà par des
modèles d’organisation innovants. « On a
un problème qui est aussi un avantage en
France : le coût du travail est très élevé.
Celanous condamne à l’intelligence et à
l’efficacité car nous devons compenser en
permanence. Mais c’est un cercle vicieux
car ce que nous gagnons en productivité
est immédiatement absorbé par le coût du
travail et les taxes en constante
augmentation », analyse Philippe Pellerin.
C’est là qu’intervient le syndicaliste. Non
sans un certain scepticisme face à un
ministère du Redressement productif, qui
va « nous prouver en 2013 que les
politiques sont plus rapides que les autres
à oublier les slogans qui les ont fait élire,
à savoir distribuer l’argent qu’on n’a pas
et faire payer les riches qui s’en vont ».
Au Medef, Philippe Pellerin sent qu’il
peut défendre la PME et tous « ces
entrepreneurs qui veulent rester chez eux,
les petits patrons, la territorialité, ceux
qui n’ont pas les moyens de s’exprimer,
car le Medef ça n’est pas que des grosses
boîtes auxquelles on le résume trop
souvent. Et puis, le salaire moyen d’un
patron de PME, en France, ça n’est pas
50 000 euros par mois. Il est plus proche
de 2 500 euros. Dans les grandes
entreprises, vous avez des ouvriers qui
gagnent plus qu’un patron de PME. Il
faut arrêter de fustiger ceux qui créent de
la richesse et porter leur parole. »
Une entreprise allemande militante de
l’esprit d’entreprise en France, cela n’a
donc rien d’incongru. Un constat qui doit
sans doute beaucoup à la dimension
familiale decette ETI (Entreprise à Taille
Intermédiaire), éloigné des dérives d’une
multinationale avec holding, reporting et
millefeuille lourd de conséquences sur
l’économie de ses filiales. « Tomber dans la
“sur-structuration” c’est prendre le risque
de perdre le sens de l’entreprenariat »,
soutient le dirigeant qui, tout en assumant
son statut de « filialisé », se sent très à son
aise dans un militantisme territorial. Après
tout, nul ne peut nier que c’est l’emploi
local et, au-delà de celui-ci, tout un réseau
de sous-traitance qui bénéficie de la
■
situation. Danke Schön Bericap.
Gérant managing director
de Bericap France, militant
actif du Medef Côte-dOr,
Philippe Pellerin concilie
l’exigence d’un groupe de
dimension internationale
avec son apport sur un
territoire local.
Dijon-Beaune Mag •
61
EntrEprisEs
RSI
Au premier plan : Gérard Quévillon. Au fond : René Pernot et Pierre-Antoine Kern.
Indépendants
Un régime
à alléger
Le Régime sociaL des indépendants (Rsi) a encoRe du pain suR La pLanche pouR huiLeR
Les Rouages de son système de cotisations. comme en témoigne géRaRd QuéviLLon, son
pRésident nationaL, Que Dijon-Beaune Mag a Reçu dans ses Locaux.
paR dominiQue BRuiLLot - photo : cLément BonvaLot
Q
uatre millions et demi de
petits cotisants, émois,
émois, émois… Il a beau
peser lourd, le RSI, quasi
inconnu du monde salarial (une exception
culturelle française), est la bête noire de
nombreux commerçants et artisans. En
cause : des calculs de cotisations indigestes,
des relances pressantes, des montants
contestés, un sentiment général de
persécution… Né de la fusion de plusieurs
caisses, l’Etat lui avait pourtant imposé
l’Urssaf, dans un esprit de simplification et
dans le rôle de l’organisme collecteur, le
bien nommé ISU (Interlocuteur social
unique). Une idée semble-t-il meilleure en
théorie qu’en pratique.
Invité de Dijon-Beaune Mag au lendemain
d’élections actives, le président national du
RSI ne nie pas ces difficultés. « On en sort
enfin, assure Gérard Quévillon, les tuyaux
n’étaient pas face à face, nous n’avions pas
la même façon de travailler avec l’Urssaf. »
Des cellules communes ont été mises en
place dans les régions, permettant de croiser
les informations sur l’adhérent, jusqu’à
« interdire que les huissiers se déplacent
sans véritable raison ». On entend alors des
« ouf » de soulagement.
Qu’en est-il aussi du mode de calcul des
cotisations ? « Je vais demander à
supprimer le “N-2” [ndlr : ajustement sur
62 •
Dijon-Beaune Mag
deux ans] pour qu’on se rapproche de la
réalité des revenus, même si l’Etat est
réticent car il risque de perdre de la
trésorerie », répond le président du RSI.
Dans les faits, ce système débouche
effectivement sur des sur-cotisations que
l’organisme collecteur tarde un peu à
rembourser. Au risque d’étouffer l’entreprise.
Une capacité d’intervention
méconnUe
Le régime social des indépendants souffre
d’une image de « gros machin », propre à
nos administrations. Le nez dans le guidon,
préoccupé par son activité sur un plan
opérationnel, le dirigeant a de son côté tendance à faire suivre mécaniquement auprès
de ses services comptables ce qui vient des
caisses. Et quand les problèmes s’accumulent, acculé, il ne se sent pas écouté. Un
problème de communication à l’évidence.
Peu nombreux, par exemple, sont ceux qui
ont connaissance de la (récente) indemnité
journalière destinée à couvrir des périodes
difficiles. Idem à propos de ce Fonds social
pour l’actif (31 millions d’euros de dotation
de l’Etat), qui permet, en cas de maladie ou
de difficulté grave, d’abandonner un ou
deux trimestres de cotisations et d’ouvrir
une table de réflexion autour de l’avenir
d’une société temporairement orpheline,
pour raisons de santé, de son patron. « Notre
préoccupation première est de maintenir
l’activité sur le long terme et de conserver
l’adhérent au-delà de sa traversée du
désert », martèle Gérard Quévillon.
Régional de l’étape, René Pernot vient de
prendre les fonctions de trésorier national
du RSI après avoir transmis la présidence
régionale. Il témoigne de cette capacité
méconnue d’intervention : « Par le biais du
Medef, nous avons identifié les
commerçants victimes des travaux du
tramway. L’indemnité et le périmètre
proposés par la Ville ne correspondaient
pas aux besoins, et la procédure était assez
lourde. Une commission spéciale a été
créée, des réunions de quartiers ont été
organisées, des fonds ont été débloqués,
84 dossiers ont été aidés. » Au total, d’après
nos recoupements (le RSI reste discret sur
cette question), 300 000 à 400 000 euros ont
été libérés pour des établissements dont
certains n’auraient pas tenu sans cela.
En écho, Pierre-Antoine Kern, président du
Medef Côte-d’Or, explique pourquoi son
organisation syndicale s’est impliquée en
soutien de René Pernot et de ces TPE, dans
la bataille électorale du RSI : « Un gérant
majoritaire de SARL est de fait adhérent au
RSI et, contrairement aux idées reçues, nous
avons de plus en plus de petites entreprises
parmi nos membres. » Eh oui, tout se tient. ■
Habitat
Nouveaux
logemeNts
Orvitis ou le poids
des chiffres
Derrière la façaDe impressionnante Du premier bailleur social De la côte-D’or, il y a
la réalité D’un organisme qui, chaque année, investit. en 2013, par exemple, près De
60 millions D’euros vont être engagés Dans De nombreux programmes, au profit
notamment Des entreprises Du bâtiment. revue De Détail, pierre par pierre.
par Dominique bruillot - photos : Jean-luc petit et D. r.
A
lors que les trains en retard se
remarquent mieux que les
trains à l’heure, il fait bon
s’attarder sur quelques chiffres
porteurs d’espérance. D’année en année, le
premier bailleur social du département
progresse dans ses investissements. Orvitis,
qui avant toute chose emploie 230 personnes
à la gestion de près de 12 000 logements,
construit, aménage, entretient ou encore
restaure. Une activité de premier plan dans le
secteur du bâtiment. « Nous construisons
chaque année environ 200 logements, et
chaque logement sorti de terre génère, par
an, l’équivalent de deux emplois à plein
temps », explique Christophe Bérion,
directeur d’Orvitis.
De manière concrète, en 2013, le bailleur
social va injecter près de 60 millions
d’euros dans les travaux de construction et
de rénovation. De la livraison de
3 bâtiments de 40 logements à Chenôve à
celle de l’Îlot Lumière à Talant en fin
d’année, ce prévisionnel éclaircit quelque
peu la grisaille générale qui s’empare d’un
secteur touché par la crise. Avec de vraies
perspectives sur le moyen terme,
64 •
Dijon-Beaune Mag
puisqu’une trentaine d’opérations sont
actuellement à l’étude. « Le montant de
nos investissements pour 2013 devrait
constituer un record et une nouvelle fois
placer Orvitis aux premiers rangs de la
commande publique en Côte-d’Or, bien
évidemment dans le domaine du bâtiment,
et en particulier en direction des PME »,
avait déclaré son président Joël Abbey, à
l’heure des vœux.
Point par point et dans les grandes lignes, il
semble ainsi intéressant d’identifier les
tendances de ce millésime très actif.
Favoriser les bonnes pratiques
170 remises de clefs sont programmées en
2013. Ce registre des constructions en cours
va du pavillon à Baigneux-les-Juifs aux
42 appartements de l’Ilot Lumière à Talant
en passant par 28 logements en Vefa (Vente
en l’état futur d’achèvement) à Messignyet-Vantoux et à Thorey-en-Plaine.
Une vingtaine d’opérations représentant
près de 200 logements vont démarrer cette
année. Au cœur de ces actions : la Côte avec
70 logements à Marsannay-la-Côte et 35 à
dans la ZAC Bergis de Gevrey-Chambertin,
mais aussi Chenôve (25 appartements rues
Lamartine et Bazin) et Dijon (une trentaine
d’appartements quartier Heudelet et Avenue
Jean-Jaurès). Pour autant, le champ
d’intervention d’Orvitis ne se limite pas à
une vision entendue du logement social.
Plus de 8 millions d’euros seront par
exemple investis dans les gendarmeries de
Pouilly-en-Auxois (livraison automne 2013)
et Genlis (démarrage des travaux au dernier
trimestre de l’année). Pour l’accueil des
séniors, mais aussi pour le compte de la
Mutualité française, Orvitis vient de livrer
un Ehpad de 80 lits et un Village bleu de 16
pavillons à Nuits-Saint-Georges. D’autres
projets similaires suivent à Saint-Apollinaire
et à Marsannay-la-Côte.
Enfin, le constructeur est aussi un
aménageur. C’est le cas avec les 22
hectares de la Zac Les Rives du Sauvigny
à Varois-et-Chaignot ou encore les deux
lotissements à Izeure et Corgoloin.
La réhabilitation (8,3 millions d’euros) et
l’entretien courant (9,4 millions d’euros)
sont naturellement les autres façades de
cette palette de marchés. A ce titre, la
commande aux entreprises est l’objet
d’attentions particulières. En 2011, elle a
donné lieu, en partenariat avec la
Fédération Française du Bâtiment et
l’Ordre des architectes, à un guide
méthodologique pour apprécier au mieux
les capacités des candidats. « Cette
convention a en effet pour objet de veiller
aux bonnes pratiques, d’améliorer la
qualité des prestations tout en favorisant le
mieux disant plutôt que le moins disant »,
confie à ce sujet Valérie Bernard, secrétaire
générale de la FFB21. Depuis janvier
2013, Orvitis simplifie les démarches
administratives des entreprises, avec un
dépôt annuel de certaines pièces de
candidatures. De quoi faciliter l’accès à la
commande pour les petites entreprises et
de limiter aussi le coût de constitution des
dossiers. En période de crise, plus qu’à
toute autre époque, la concertation et
l’optimisation sont en effet les meilleures
des façons de pérenniser les relations entre
■
les acteurs du territoire.
Joël Abbey (à gauche)
et Christophe Berion,
président et directeur
d’Orvitis. En 2013, le plus
gros bailleur social
de Bourgogne prévoit
d’investir 60 millions
d’euros dans ses travaux
de rénovation et de
construction, dont ceux
de l’Îlot Lumière à Talant
(page de gauche).
Dijon-Beaune Mag •
65
Le « chantier des enfants », une animation
itinérante conçue par la Cité des Sciences, ici au
centre commercial Alma de Rennes l’été dernier.
© D. R.
Chantier
transgénérationnel
A
lA Toison d’or, Alors que le chAnTier d’exTension des « grAnds » enTre dAns
sA phAse finAle, les peTiTs pourronT jouer Au conTremAîTre eT Au mAçon sur un
« chAnTier des enfAnTs » plus réel que nATure qui leur serA enTièremenT consAcré
en Avril, le Temps d’une AnimATion Aussi cApTivAnTe que pédAgogique imAginée pAr
lA ciTé des sciences eT de l’indusTrie.
L
es clients vont presque finir par regretter les travaux d’extension du
centre quand ils seront terminés (automne 2013), tant ces derniers
ont été le prétexte à de nombreuses initiatives depuis plus d’un an.
Après la Toison d’Art, qui avait fait du chantier de démolition un
passionnant matériau de création, les enfants vont pouvoir mettre la main à la
gâche à l’occasion des prochaines vacances de Pâques, sur un chantier itinérant
« interdit aux adultes », tout spécialement conçu et réalisé pour eux par la Cité
des Sciences et de l’Industrie.
© D. R.
Un chantier comme « poUr de vrai »
66 •
Dijon-Beaune Mag
Plus qu’un simple jeu de cubes géant, l’animation a été étudiée afin de
reproduire la réalité au plus près, et de permettre à nos constructeurs en herbe de
rentrer « pour de vrai » dans la peau d’un ouvrier de chantier : « Les chantiers
incitent les participants à collaborer pour construire une maison. Les enfants
peuvent imiter les autres ou se confronter à eux, communiquer et s’organiser.
Dans chaque cas, il s’agit bien d’une expérience collective au cours de laquelle
il faut partager. De plus, chaque chantier ressemble à une situation réelle : les
enfants, revêtus de casques et de gilets, transportent, bâtissent, vident,
remplissent, circulent… », précisent les concepteurs de l’animation.
des vocations poUr demain ?
Et, à en croire les réactions enregistrées
à la sortie de ce « chantier des enfants »,
les parents semblent aussi ravis de
l’expérience que leurs chers bambins.
« On dirait des Kapla grandeur nature,
c’est vraiment génial ! », s’extasie une
maman toute fière du mur de parpaings
de sa progéniture… et toute contente
d’avoir pu faire ses courses
tranquillement pendant que son fiston
jouait au chef de chantier.
A Dijon, cela suscitera peut-être des
vocations, qui sait ? Pendant que les
futurs constructeurs de la Toison d’Or
2040 s’activeront sur leur mini-chantier,
une chose est sûre, les acteurs du vrai
chantier (lire encadré) ne chômeront pas.
A quelques semaines de la livraison, pas
■
question de s’amuser !
* Le chantier des enfants, du
30 mars au 27 avril 2013 à la Toison
d’Or (place de la Fontaine). Animation
gratuite réservée aux enfants de 3 à
7 ans, (ateliers d’environ 1/2 heure sous
la surveillance d’un animateur).
Plus d’infos au 03.80.74.18.88
© Jean-Luc Petit
PublirePortage Toison d’or
Du chantier des petits à celui des grands
Pour faire face à son développement, la Toison d’Or, créée en 1990, s’est lancée depuis
près d’un an dans un énorme chantier d’extension de quelque 100 millions d’euros. Pour
son gestionnaire, la société Unibail-Rodamco, il s’agit d’en faire le centre commercial de
référence de la région Bourgogne, avec la capacité d’accueillir plus de 8,5 millions de
visiteurs par an. Dans cette optique, de nombreux artisans et entreprises locales (plus de
200 personnes au total) travaillent au quotidien sur ce chantier d’exception géré par Léon
Grosse et Curot Construction (société basée à Longvic), les interventions à l’intérieur du
centre ayant lieu la nuit pour minimiser les nuisances sur l’activité commerciale. Quand
tout sera terminé en octobre 2013, la Toison d’Or comptera 12 000 m² supplémentaires,
170 magasins (dont 52 nouvelles enseignes), une vingtaine de restaurants et 4 000 places
de parking (400 de plus qu’aujourd’hui) dans un environnement modernisé.
Bien-être
La
maison vue de L’extérieur
ConseiLs de pro
Terrasse en bois, mode d’emploi
Terrasses
Le repos du jardinier
Notre expert paysagiste, JeaN-Claude pluyaut, livre de préCieux CoNseils qui iNsuffleroNt
vie et beauté à votre terrasse, Cet espaCe de déteNte, propiCe à la CoNtemplatioN.
par pauliNe petitpois - photos : pluyaut / d. r.
S
i le jardin est souvent désigné comme le prolongement
naturel d’une maison, la juste transition qui s’opère
entre l’intérieur et l’extérieur doit pour beaucoup à la
présence d’une terrasse. Considérée comme un sas de
détente, elle devient même, durant la saison des beaux jours, un lieu
de vie à part entière. Coin « cocooning », terrasse-barbecue ou îlot de
flânerie au cœur de la nature, la terrasse revêt un usage multiple
laissant libre cours à l’imagination de son futur acquéreur.
Il convient d’étudier plusieurs aspects techniques avant de se jeter à
corps perdu dans la réalisation du chantier. L’emplacement,
l’exposition au soleil, l’embellissement, les matériaux sont autant de
composantes qu’il faut évoquer. Mais pour Jean-Claude Pluyaut, c’est
avant tout une histoire de goût, avant d’être une histoire de confort ou
de normes : « Les choix dans la construction d’une terrasse reviennent
complètement au futur propriétaire. Ce que nous pouvons considérer
comme confortable à notre niveau ne lui plaira certainement pas.
Dans la composition de sa terrasse, il n’a que l’embarras du choix. »
Un choix qui se porte naturellement sur le type de sol utilisé pour le
futur espace. « Nous allons privilégier de notre côté les revêtements
boisés, minéraux ou recomposés, explique Jean-Claude Pluyaut. Vous
pouvez aussi choisir un sol de type plastique. Tout est une question de
sensibilité. Notamment sur le choix de la pierre où celle de Bourgogne
aura par exemple plus d’avantages en plein soleil qu’une pierre
sombre plus contemporaine qui emmagasine beaucoup de chaleur. »
Ensuite se pose la question de l’exposition au soleil, souvent
primordiale. Alors que la plupart des maisons existantes se trouvent sur
une exposition plein sud (apport de chaleur en hiver), les terrasses
bénéficient naturellement de cet axe dans leur configuration. Pour notre
expert paysagiste, il convient d’étudier une autre piste : « Très peu de
gens réfléchissent à ce problème au départ. L’orientation sud-est sera
la meilleure situation pour votre terrasse avec un soleil du matin
revitalisant. On pourra ainsi prendre son petit-déjeuner sur la terrasse
avec une lumière très légère et dîner sans ses lunettes de soleil ! »
Se rapprocher deS habitantS et de leur maiSon
Il est toutefois possible d’exploiter cette exposition plein sud avec des
extensions très pratiques à l’instar des pergolas, tonnelles ou autres
extensions de toit. « L’ombre peut se faire de différentes manières,
précise Jean-Claude Pluyaut. Tous ces systèmes peuvent contourner ce
problème d’exposition selon la taille ou la conception. Malgré tout, il
faut aussi se rendre compte qu’une pergola trop proche de la maison
risque de faire de l’ombre à l’intérieur de l’habitat. Mieux vaut donc
l’éloigner un peu ou utiliser une voile comme ombrage. » La terrasse
L’indispensabLe
Les glycines
Plante grimpante et odorante, la
glycine est un végétal dont la
réputation n’est plus à faire. Souvent
utilisée en décoration murale, elle
conviendra aussi parfaitement à
l’ornement des tonnelles à l’aide de
ses grappes de fleurs. Facile d’entretien, la glycine ne
demandera qu’une belle exposition solaire et une terre légère
(évitez une terre calcaire) pour s’exprimer pleinement.
Prévoyez une plantation au printemps ou à l’automne.
68 •
La vigne
Synonyme de raisin et de vin dans notre région,
la vigne est aussi un excellent élément décoratif
à l’endroit des terrasses et de ses extensions.
Dès le printemps, elle exposera le vert juvénile
de son feuillage en servant d’ombrage à une
pergola ou en recouvrant un mur. Avec un
arrosage copieux, une exposition plein soleil et
un sol profond, vous obtiendrez ainsi le résultat
adéquat. Toutefois, surveillez assidument la pousse et privilégiez un
pied âgé (plantation de mars à fin avril) pour une pousse accélérée.
En bois exotique, européen ou composite, en caillebotis ou en lames,
la terrasse de bois habille avec un raffinement singulier
l’environnement extérieur d’une propriété.
le choix de la forme
• En lames : de longues planches de bois découpées industriellement
peuvent être récupérées pour former une terrasse. Brute et authentique,
la composition en lames a un aspect esthétique recherché. C’est aussi une
solution pour adoucir le budget de votre chantier.
• En caillebotis : assemblage de dalles de bois (carrées et rectangulaires),
le caillebotis a l’avantage d’offrir un pose rapide dans la composition de
la terrasse. Néanmoins, on repassera pour la fantaisie : le format des
dalles est imposé !
Quel type de bois ?
• Bois exotiques : choisissez avant tout les labels FSC ou PEFC afin de
ne pas nourrir le trafic de ces bois. Réputés pour leur dureté, leur
résistance aux insectes et leur imputrescibilité, ce sont les stars
incontestées du marché.
• Bois européens : même s’ils ne jouissent pas d’un succès semblable
aux essences exotiques, ces bois ne demandent que très peu
d’entretien pour obtenir ces mêmes caractéristiques d’immuabilité.
• Bois composites : bien loin d’une simple composition agglomérée,
le bois composite a subi tout un traitement de pressage et de
moulage pour avoir les mêmes propriétés que le plastique. Ils est
d’une longévité sans égale.
Mise en garde : ne sautez pas sur toutes les promotions au moment
de l’achat de votre bois. Privilégiez davantage la qualité. Cela
influera considérablement sur la durée de vie de votre terrasse. De
plus, il ne faut pas s’inquiéter si le bois prend une couleur grisargentée… Toutes les terrasses en bois prennent ces teintes à cause
de l’exposition prolongée au soleil.
doit donc se rapprocher des habitants et de leur maison. Avec un beau
mobilier et un éclairage justement composé, elle fera même vivre le jardin
durant la mauvaise saison en offrant un regard, une perspective depuis
l’intérieur du logis. Pour Jean-Claude Pluyaut, il n’existe qu’un seul
leitmotiv dans la réalisation de cet espace extérieur : « Il faut que la
terrasse ressemble le plus possible à ses propriétaires, pour qu’ils
■
puissent en profiter pleinement. »
-TERRASSES-
-JARDINS-
-BASSINS-
-PISCINES-
Rubrique réalisée en partenariat avec
Pluyaut, la maison vue de l’extérieur
Dijon • 18, rue Léon-Jouhaux – 21 800 Neuilly-lès-Dijon
Tél. : 03.80.24.98.17
Beaune • zone artisanale Les Bruottées 21 200 Vignoles
Tél. : 03.80.24.98.17 – contact@pluyaut.com
☛ Après avoir évoqué les terrasses en ce mois de mars,
avril sonnera le temps des roses. Préparez vos gants !
03.80.24.98.17
BEAUNE & DIJON
www.pluyaut.com
Dijon-Beaune Mag
PublirePortage
Evasion
Bol d’Air
Aventure land
Près du Plus grand domaine skiable de l’est de la France, l’univers de régis laurent
décoiFFe. bol d’air est un souFFle de liberté. voler comme l’oiseau au-dessus des
arbres, grimPer de 30 mètres en 2 secondes, marcher Pieds nus au bord de la rivière,
avoir une cabane au sommet d’un arbre : tout cela est Possible, dans un
environnement douillet, à la bresse, à deux heures de dijon.
Par claude tart - Photos : d. r.
Ci-dessus : Fantasticable, ou comment
survoler les arbres suspendu à plus
de 100 km / h en toute saison.
Page de droite, de haut en bas
et de gauche à droite :
Le jacuzzi en plein air permet
de profiter d’un cadre idyllique.
Pour vivre la nature à fleur de peau,
un sentier « les pieds à l’air ».
Les infrastructures de Bol d’Air,
construites étape par étape au fil des ans,
offrent aujourd’hui plus de 100 lits.
De nombreuses activités sont proposées
aux aventuriers des temps modernes.
70 •
Dijon-Beaune Mag
I
l y a du Tarzan mâtiné d’homme des
neiges chez Régis Laurent. Intrépide
dès les premières pentes de sa vie, il
volait tout gosse, de branche en
branche, pour aller des hauteurs de
La Bresse au cœur du village. Bricoleur né,
enfant pour l’éternité, son univers était déjà
fait de cabanes dans les arbres, de
tyroliennes artisanales et de rêves d’Icare.
Le fils du Gaby et de la Thérèse suivait avec
entrain les allées et venues de ses parents :
l’hiver à l’Alpe d’Huez, le printemps et
l’automne dans les Vosges, l’été dans les
Pyrénées orientales où le Gaby faisait le
maître nageur. Le petit Régis, avec quatre
changements d’école par an, n’a donc jamais
eu le culte de l’enracinement. Jusqu’à ce qu’il
rachète le magasin de location de skis de son
oncle à La Bresse. « Je comprends celui qui
vient de nulle part, on était apatrides et on
en profitait pour piquer un peu de la culture
de la haute montagne », raconte-t-il
désormais, non sans un soupçon de malice.
Ancien champion de Lorraine de trial,
ingénieur bois formé à l’Enstib d’Epinal, il
fut, dans les années quatre-vingt, un cadre en
vue de la belle menuiserie locale Les Zelles,
dont le patron, André Florence, se retirera
finalement dans la région beaunoise. Mais
l’idée de prendre éventuellement la direction
de cette usine de plus de 200 personnes n’est
pas une perspective à faire vibrer un
baroudeur de cet acabit. Un Régis Laurent
c’est fait pour prendre de la hauteur et vivre
des sensations sur le terrain : du ski, du
parapente dont il fera école, des entreprises
plus ou moins bien vécues jusqu’en 1988…
Là, son tonton partant à la retraite, il lui cède
sa boutique à une époque où l’on ne parle
pas encore de Quatre Saisons à La Bresse.
...
Dijon-Beaune Mag •
71
PublirePortage
Evasion
Régis Laurent, sur le parcours
aménagé dans les arbres,
retourne en enfance.
...
C’est le début de Bol d’Air. Vingt-cinq ans
après, la station de La Bresse est une
destination de tous les possibles à deux
heures de Dijon. Un domaine skiable de
220 hectares, avec 39 pistes, 37 remontées
mécaniques et 228 canons à neige. Dans le
même temps, toujours avide de
performances, Régis a fait exploser tous les
compteurs de sa vie. Remettant sans cesse
l’ouvrage sur l’établi, rejoint depuis 1999 par
sa compagne Jocelyne, il a fait de l’univers
Bol d’Air un formidable champ de
propositions. Jugez-en plutôt.
De bas en haut
Vous voulez voler comme l’oiseau à plus de
100 km/h au-dessus des arbres, quelle que
soit la période ? Rien de plus simple,
Fantasticable est là pour ça. Le câble géant,
repris à Gérardmer en 2004, a déjà vécu
11 000 descentes sans encombre. Plus fort,
plus d’adrénaline encore, faites le saut à
l’élastique à l’envers le plus haut de France.
De bas en haut et en deux secondes,
Propuls’air envoie son passager 30 mètres
au-dessus. Faire un saut de 6 m sur un
matelas géant, ou du parapente pour survoler
72 •
Dijon-Beaune Mag
la montagne vosgienne, il suffit de demander.
Mais il y a plus doux. Pour vivre la nature à
fleur de peau, un sentier vous propose par
exemple un voyage au gré des essences, « les
pieds à l’air », sur un pont suspendu et le long
de la Moselotte, cette rivière qui chante si
joyeusement les Vosges. Bol d’Air, au cœur
de l’ivresse qu’il propose, est aussi un lieu
familial. Les aventuriers des temps modernes
peuvent y revivre leur petites madeleines de
Proust grâce à un parcours dans les arbres,
entre petites performances acrobatiques et
vues imprenables depuis les cimes. Une
aventure bien douillette au final, car tout a été
conçu pour le confort des visiteurs.
Après le chalet du Rêve d’Icare en 1996
(65 lits 2 étoiles) et la création d’une terrasse
panoramique de 200 m2 avec snack en 2003,
il y eut la construction en 2007 de la Ferme
de ma grand-mère (3 épis gîte de France,
51 lits). Des infrastructures bâties étape par
étape, qui font de Bol d’Air un lieu magique
à vivre en couple, en famille, entre amis ou
■
dans le cadre d’un séminaire.
* Bol d’Air, 78, rue du Hohneck,
88250 La Bresse - Tél. : 03.28.25.62.62
www.bol-d-air.fr – www.bol-d-air.fr/blog
Le plus haut saut à l’élastique
à l’envers en France : catapulté
30 mètres plus haut en deux secondes !
PublirePortage
SaveurS
ImagInarIum
La saison qui régale
Du
printemps à l’hiver, l’imaginarium organise tout au long De l’année quatre
soirées autour De la thématique Des saisons. avec improvisations apéritives, musique
et, bien entenDu, vins De bourgogne.
par clauDe tart - photos : D. r.
L
Les rendez-vous
Dégustation de printemps :
vendredi 29 mars
Dégustation d’été :
vendredi 28 juin
Dégustation d’automne :
vendredi 20 septembre
Dégustation d’hiver :
vendredi 6 décembre
Accueil : dès 18 h 30, début à 19 heures
Prix : 15 euros par personne
74 •
Dijon-Beaune Mag
e cycle des saisons agit sur
notre organisme comme il agit
sur la nature en général.
Au-delà de cette belle banalité
on ne peut ignorer la petite musique des
saveurs qui, selon la période, joue sur des
variations aussi différentes qu’intéressantes
à apprécier. Après avoir orchestré ses
animations tout au long de l’année 2012 sur
le thème inépuisable des accords mets et
vins, l’Imaginarium a choisi de jouer la
partition des saisons. Et, pour cela, a fait
appel à des artistes du « piano », des chefs
qui font leurs propositions appelant ellesmêmes en écho les vins les mieux adaptés.
Comme un air de printemps
Pour ouvrir le bal des festivités, en 2013, le
printemps sera célébré le vendredi 29 mars à
Nuits-Saint-Georges (sortie autoroute). Le
chef Jean-Alain Poitevin et sa brigade du
château de Gilly-lès-Cîteaux, en voisins
talentueux, ont donc été invités à proposer
leurs petites improvisations apéritives. Il y
aura de l’aneth dans le saumon, un mariage
(pour tous) entre la volaille et l’escargot aux
fines herbes, du pain d’épices, quelques
gambas dans un bain chaud de petit pois et
une brioche aussi fraîche et piquante que le
fromage et la moutarde qu’elle contient.
Bref, des saveurs qui éveillent les sens. Quoi
de plus normal en cette période propice aux
échanges les plus sensuels…
Sur ce registre, celui de l’harmonie et des
doux plaisirs du palais, il conviendra de faire
confiance aux sommeliers de la maison, qui
proposeront les justes notes de chardonnay
(Chablis, Vougeot et Corton-Charlemagne)
dans le cadre à la fois si rassurant et si
évocateur de l’exposition « Sacrée vigne ! »
(3 000 outils). Pour accompagner le tout,
comme on dit dans les grandes maisons, un
musicien de solide renommée posera la
touche finale à ces moments de grâce pour
■
les sens. On s’y voit déjà…
* Inscriptions au 03.80.62.61.40
ou info@imaginarium-bourgogne.com
Fin des inscriptions 10 jours avant la soirée.
Imaginarium, à la sortie de l’autoroute
à Nuits-Saint-Georges.
Sortir
AgendA
PAr Michel girAud
Müller Machines, le 6 avril à 20 heures au théâtre
du Parvis Saint-Jean, dans le cadre du quatrième
temps fort de la saison « Ici l’Onde » (du 5 au 7).
futsal
parcours
ici l’onde
Du 20 au 22 mars, du 5 au 7 avril
et du 7 au 9 juin dans différents lieux
Entamée le 18 janvier, la saison « Ici l’Onde »
2013 déroule cinq temps forts jusqu’au 9 juin,
dans de nombreux lieux dijonnais (Consortium,
Nef, Musée de la vie bourguignonne, théâtre
Mansart, etc.). Why Note et le centre d’art
contemporain Le Consortium sont à la
baguette d’un événement qu’ils ont imaginé
comme « un manifeste pour la liberté de jouer et
d’écouter des musiques différentes ». Et de la
diversité, il y en a. Un foisonnement de
créations, d’explorations, un mélange des
genres parfois détonant, de la réflexion aussi,
avec concerts et conférences.
www.whynote.com
ambiance mondial
Les 30 et 31 mars au Palais des sports
Le Hertha Berlin, l’Olympique lyonnais, le
Dynamo Moscou… la liste est longue, très
longue. Depuis 30 ans, au cœur du printemps,
Dijon accueille les plus grands clubs de foot
d’Europe, du Monde même. Le tournoi
mondial de futsal est devenu une référence.
Jadis réservé aux benjamins, aujourd’hui
dénommé U12 avec les nouvelles appellations
de catégories, il annonce sa levée 2013 pour
les 30 et 31 mars au Palais des sports JeanMichel-Geoffroy. A la baguette, l’ASPTT Dijon
est inamovible, et la jeunesse du football nous
promet encore du beau spectacle.
www.aspttdijonfoot.com
raid de l’ub
Jeudi 4 avril au lac Kir
Le « raid de l’uB », vous connaissez ? Près de
400 athlètes qui croisent le fer chaque année
depuis 13 éditions maintenant au lac Kir à
Dijon dans des épreuves de VTT, de course
d’orientation et canoë. Le jeudi 4 avril, deux
parcours sont proposés : le premier est
réservé aux « Accros », ceux qui en ont sous
les baskets, avec un parcours de 60 km pour
chaque équipier ; le second parcours,
« Découvertes », avec moins de difficultés
techniques, et moins de distance aussi, est lui
ouvert à tous les publics. Inscriptions et
renseignements sans attendre sur le site :
http://raiddelub.free.fr
dénommé gospodin
Du 19 au 23 et du 25 au 30 mars,
en semaine à 20 heures et le samedi
à 17 heures, salle Jacques-Fornier
Symboliquement, c’est un petit événement. Le
1er janvier dernier, Benoît Lambert a pris la
suite de François Chattot à la tête du Théâtre
Dijon Bourgogne. Et voilà que le nouveau
directeur nous livre sa première création
« dijonnaise ». Avec Dénommé Gospodin, il
revisite un texte du jeune auteur allemand
Philipp Löhle : « Une fable d’une drôlerie et d’une
invention réjouissantes, qui porte un regard acéré
sur nos modes de vie contemporains, sur nos
petits arrangements avec les objets et avec les
personnes, avec les sentiments et avec les
marchandises. » Tout un programme ! A voir
du 19 au 30 mars à la salle Jacques-Fornier,
route d’Ahuy à Dijon. La pièce sera ensuite en
tournée en France et en Suisse.
www.tdb-cdn.com
Dijon-Beaune Mag
Reeps One, le prodige
londonien de la nouvelle
école (le 6 avril à 20 h 30 à
la Vapeur), sera l’une des
nombreuses têtes d’affiche
de la 6e édition du Human
Beat Box festival.
© reeps one
Dijon
étape de la coupe d’europe
Les 5, 6 et 7 avril à Messigny-et-Vantoux
Et puis la Coupe d’Europe de BMX Elite
s’arrête les 5, 6 et 7 avril sur la piste de
Messigny-et-Vantoux. Des pilotes d’une
vingtaine de pays seront au départ. Certains
étaient présents aux derniers JO de Londres,
et à Messigny, ils pourront commencer à
engranger des points en vue d’une qualification
pour Rio 2016. C’est dire si ça va aller vite !
Entrée gratuite pour les spectateurs.
www.dijonbmx.fr
festival
théâtre
76 •
© Béatrice Logeais
bmx
art vocal human beat box festival
Du 4 au 7 avril dans différents lieux
Et voici le Human Beat Box. En français dans le texte : « boîte à rythmes humaine » ou l’art fascinant
de l’imitation vocale. Dijon possède son festival de Human Beat Box, et la 6e édition est programmée
du 4 au 7 avril. Des pointures du genre sont annoncées pour des concerts forcément uniques. Des
ateliers d’initiation seront également proposés au public, un masterclass, en même temps qu’un
concert et une rencontre à la maison d’arrêt de Dijon. www.humanbeatboxfestival.com
Sortir
AgendA
week-end festif
Beaune et la Côte
autour de la vente des vins
Les 16 et 17 mars à Nuits-Saint-Georges
Sonia Rolland revient en Bourgogne. Miss France 2000 préside le
17 mars la Vente des vins des Hospices de Nuits-Saint-Georges. Cette
52e édition aura lieu, selon la tradition, dans le cellier du château du
Clos de Vougeot. Ce sera l’occasion pour le pays nuiton de faire la fête
tout le week-end. Au menu : le Salon du chocolat de la Cabotte à la
salle des fêtes (les 16 et 17 mars, entrée libre), la grande dégustation
des vins de la Côte de Nuits – les Nuits au grand jour – sous les halles,
ou le semi-marathon et ses 2 500 coureurs attendus le samedi. Il y aura
forcément quelque chose pour vous ! www.hospicesdenuits.com
78 •
soirée de bienfaisance
littérature
au rythme du salegy malgache
Samedi 16 mars à 19 h 30 au Bastion de Beaune
L’association humanitaire Oméga, qui œuvre pour le développement
d’une commune de Madagascar, organise sa soirée annuelle au Bastion
de Beaune : repas malgache et démonstrations de danse, suivis d’une
DJ party et de son incontournable tombola. Une façon formelle mais
sympa d’aider des enfants de la commune d’Itaosy (banlieue
d’Antananarivo) en finançant la cantine scolaire ou divers autres projets
pour l’hôpital local tout en se déhanchant au rythme du salegy. Et si le
cœur vous en dit, l’association a toujours besoin de nouveaux
parrains… Réservation nécessaire au 06.63.05.30.02
naturellement jules renard
Vendredi 29 mars à 20 h 30 à la galerie Esperanto à Nolay
Jules Renard, ce n’est pas seulement Poil de Carotte. Le 29 mars, JeanPierre Lamy joue Naturellement Jules Renard à 20 h 30 à la galerie
Esperanto, à Nolay. Jeux, devinettes, théâtre et lectures font découvrir
« autrement » l’auteur. Une multitude de facettes se dévoilent dans un
spectacle accessible à partir de 8 ans. www.nolay.com
itinéraires singuliers
un tigre dans le crâne
Jeudi 14 mars à 20 h 30 au Théâtre de Beaune
Le Théâtre de Beaune s’ouvre au festival Itinéraires singuliers. La
compagnie Le Turlupin joue Un tigre dans le crâne de Karin Serres.
Seule sur scène, soutenue par la création sonore et la vidéo, Elvire
Ienciu incarne, un à un, tous les personnages de ce conte, accessible à
partir de 9 ans. www.beaune.fr ou 03.80.24.55.61
salon
tango pour cintre et tournevis
Les 15, 16 et 17 mars à la chapelle Saint-Etienne de Beaune
L’atelier de création le Vestibulier (Ladoix-Serrigny) a imaginé un weekend « Tango pour cintre et tournevis ». Une soirée et deux journées
pour découvrir de manière originale, et parfois décalée, le travail de
deux artistes. L’une imagine des vêtements, l’autre travaille les objets,
et le résultat sera à voir le vendredi, lors d’un défilé, puis tout le weekend dans une exposition-vente. www.ot-beaune.fr
fête champêtre
printemps de monthélie
Les 30 et 31 mars dans les rues du village
Et de 10 ! Les 30 et 31 mars, c’est le 10e Printemps de Monthélie. Les
vignerons ouvrent les portes de leurs caves et de leurs cuveries pour
des dégustations et des rencontres. A côté de cela, les rues du village
s’animent : des artisans, des peintres, des produits régionaux, des
calèches, une exposition sur les climats de Bourgogne, un trio de jazz,
la chorale Laostic ou la remise en route des fours à pain du village.
www.monthelie.org
Dijon-Beaune Mag
pâques
chasse à l’œuf
Lundi 1er avril à Santenay
En 2012, près de 250 participants s’en étaient donné à cœur joie ! Le
lundi 1er avril, c’est la 4e grande chasse à l’œuf de Pâques de Santenay.
Trois circuits sont cette année proposés pour les enfants (0-3 ans,
3-6 ans et 6-12 ans). Tout ce petit monde va partir, indices en tête, à
l’assaut de 6 000 œufs en chocolat ! Inscription jusqu’au 28 mars dans
les commerces et offices de tourismes du Pays beaunois.
expo
michel hans, chorégraphe de l’image
Jusqu’au 21 mai au musée du Vin de Bourgogne à Beaune
Jusqu’au 21 mai, les photographies de Michel Hans sont à voir au musée
du Vin de Bourgogne à Beaune. Alors que l’artiste a fait don de
certaines de ses photos au musée Marey, ce « chorégraphe de l’image »
dévoile son travail étonnant sur le mouvement. Il a lui-même développé
des techniques capables d’immortaliser des instants uniques. Une
conférence est programmée le 4 avril. Tél. : 03.80.22.08.19
Sortir
Au Zénith
Damien Saez
Madeleine de Châtillon
Poète
maudit, artiste révolté, oiseau rare, bête à Part… dePuis le succès de son
Premier single Jeune et con en 2001, damien saez Poursuit sa carrière d’auteurinterPrète en marge du show-business. sa nouvelle tournée le ramène à dijon, sur
les traces de son enfance, où sa chanson châtillon-sur-seine résonnera Probablement
avec une intensité toute Particulière.
Par geoffroy morhain - Photo : d. r.
D
ans la foulée de la sortie de
son dernier album Miami
(prévue le 18 mars), Damien
Saez entame une nouvelle
tournée aux quatre coins de la France, lui
qui entretien des sentiments partagés pour la
scène : « Je n’aime pas toujours ça, même
si je n’ai qu’une envie, y aller. C’est
difficile, jour après jour, de mettre toute
l’intention nécessaire aux moments les plus
intenses. La solution, c’est de s’y rendre
avec le sourire, même si je chante des
choses denses ou tristes. Juste avant de
plonger sur scène, je dois me mettre dans
un état positif. C’est la seule manière de
jouer. Comme Brel jouait la comédie, avec
une totale implication et sincérité »,
s’expliquait-il dans une interview à
Télérama il y a quelques mois (1).
Mais revenons au parcours de l’artiste qui a
croisé la Côte-d’Or à plusieurs reprises : à
l’âge de huit ans, il s’installe avec sa mère et
son beau-père dans le quartier de la
Fontaine-d’Ouche à Dijon, où il entrera
ensuite au Conservatoire national pour en
sortir diplômé neuf ans plus tard. Au lycée
Carnot, il commence à s’intéresser à la
80 •
Dijon-Beaune Mag
guitare et se lance dans la chanson après
qu’un de ses professeurs lui révèle son goût
pour l’écriture. C’est décidé, son bac à peine
en poche, il monte à Paris avec l’ambition
de se faire connaître. Et sort son premier
album en 1999. Sa carrière est lancée…
Hommage à Nelly et BruNo
De son adolescence dijonnaise, Damien Saez
aura finalement surtout retenu Châtillon-surSeine, une ville qui l’a marqué au point de
lui consacrer un titre aussi fort que sensible
(voir encadré). Sans concession pour la
petite ville « aux usines fermées, aux
avarices reines / aux bistrots désertés, aux
horizons de plaine », l’auteur y a pourtant
fait des rencontres décisives pour le reste de
sa vie : « Durant l’année de CE 1, mon beaupère et ma mère sont partis au Mexique
pendant un mois et demi, et ils m’ont expédié
chez ces grands-parents que je n’avais
encore jamais rencontrés. J’ai basculé dans
un autre monde, un univers très catholique.
Il y avait des Christ partout, dans les
chambres. Mais, là encore, on ne m’imposait
rien, on ne m’emmenait pas à la messe. Je
me retrouve donc avec cette femme, Nelly
[ndlr : la mère de son beau-père] qui me
donne deux heures de cours par jour, dans
toutes les matières. Elle a su me transmettre,
de façon simple, le plaisir d’apprendre, le
goût de la littérature. Lorsque je suis revenu
en classe, à Dijon, j’étais parmi les
meilleurs », témoigne-t-il dans le même
entretien (1). Sans oublier l’hommage rendu à
un autre Châtillonnais, Bruno, le professeur
de l’école de musique municipale qui
« apprenait le jazz aux fils de Châtillon /
mettait du Brooklyn au cœur du paysan »…
et lui a ouvert les yeux sur la vie.
Pour sûr, sur la scène du Zénith de Dijon,
l’interprétation de Châtillon-sur-Seine aura un
goût bien particulier. Celui d’une madeleine
pleine d’émotion et de mélancolie que Saez,
espérons-le, voudra bien nous faire partager. ■
(1) Entretien réalisé par Hugo Cassavetti,
dans Télérama numéro 3280, 24/11/2012.
* Concert de Damien Saez mercredi
3 avril 2013 au Zénith de Dijon (35 euros).
Plus d’infos au 03.80.72.21.21 ou sur
www.zenith-dijon.fr
Chaque mois, retrouvez votre magazine gratuit sur 250 points de distribution qualifiés sur l’axe DijonBeaune (liste ci-dessous) ; sans oublier les 4 000 exemplaires expédiés à des VIP et à des professions
libérales avec salle d’attente, ainsi que déjà plus de 40 000 téléchargements sur AppStore.
Liste non exhaustive des points de diffusion :
A Dijon
Au 3 Vauban, 3, rue Vauban
Aux Enfants Terribles, 6, rue Jean-Jacques-Rousseau
Baltazar, 20, avenue Garibaldi
Bayard, 54, rue des Forges
Beer Country, 2, place du 30-Octobre
Bella Lena, 3, rue Claus-Sluter
Bistrot des Halles, 10, rue Bannelier
Café de Bourgogne, 20, place de la République
Café gourmand, 9, place de la Libération
Chez Léon, 20, rue des Godrans
Chez Tran, 26, rue Odebert
Chez Tran, centre commercial la Toison d’or
Citya Immobilier, 17, rue de la Poste
Dandies, place Notre-Dame
Dr Wine, 5, rue Musette
DZ’Envies, 12, rue Odebert
France 3, 6, avenue de la Découverte
France Bleu Bourgogne, 29, rue Guillaume-Tell
Grill and Cow, 2 bis, rue Claude Ramey
Harley Davidson, 15, rue Nourissat
Le Bora, 8, petite rue de Pouilly
La Brasserie du Marché de Gros, 1, rue Léon-Delessard
La Cave à Jules, 16, rue Jules-Mercier
La Cuisine de Madeleine, 18, rue Chaudronnerie
La Dame d’Aquitaine, 23, place Bossuet
La Fringale, 53, rue Jeannin
La Maison Millière, 10, rue de la Chouette
La Place, 27, place de la République
La Ruelle, 8, rue Quentin
La Taverne des Halles, 18, rue Odebert
L’Autre Entrée des OEnophiles, 19, rue Berbisey
Le Bistrot des Halles, 10, rue Bannelier
Le Caveau de la Chouette, 39, rue des Godrans
Le Chabrot, 36, rue Monge
Le Coin Caché, rue de Jouvence
Le Concept, 117, rue du Général-Fauconnet
Le Duplex, place Emile-Zola
Le Grand Café, 5, rue du Château
Le Goût du Vin, 37, rue d’Auxonne
L’Emile Brochette, place Emil-Zola
L’Ostéria, 33, rue Amiral-Roussin
Le Petit Roi de la Lune, 28, Amiral-Roussin
L’Epicerie and Co, 5, place Emile-Zola
Le Pourquoi-Pas, 13, rue Monge
Le Pré aux Clercs, 13, place de la Libération
Le Saint-Fiacre, 15, rue Vauban
Le Salsa Pelpa, 1, rue Marceau
Le Sauvage, 64, rue Monge
Le Septime, 1, avenue Junot
Les Grands Ducs, 96, rue de la Liberté
Les Remparts, 54 rue de Tivoli
Le Smart, 8, rue Claus-Sluter
L’Hôtel du Nord, place Darcy
Little Italy, 25, rue Verrerie
Mercure, 22, boulevard de la Marne
Natural Fish Spa, 56, rue Berbisey
Docteur Wine, 5, rue Musette
L’Imprimerie, 2, place Darcy
Office de tourisme, 11, rue des Forges
Office de tourisme, 6, cour de la Gare
Pavillon Bachus, 54, route de Langres, Parc Valmy
Peugeot, rue de Cracovie
Stéphane Derbord, 10, place Wilson
Sofitel La Cloche, 14, place Darcy
Urbaneva, 4, rue Audra
Victor et Gustave, 26, rue Odebert
Vinela, 18, rue des Forges
Vinomania, 17, rue Jean jacques Rousseau
Mais aussi
Centre commercial de la Toison-d’or
Aéroport Dijon-Bourgogne
Autour de Dijon
But, Zone Actisud 4, Marsannay-la-Côte
Carrez Immobilier, 76, rue Maxime-Guillot - Chenôve
Château de Chailly, 10, rue Dessous - Pouilly-en-Auxois
Chez Clem, 2, rue des Grandes Varennes - Ahuy
Circuit Dijon-Prenois - Prenois
Citroën Dijon Sud, route de Beaune - Marsannay-la-Côte
Honda, 88, avenue Roland-Carraz - Chenôve
Hyperboissons, 110, avenue Roland-Carraz - Chenôve
Peugeot, 97, avenue Roland-Carraz - Chenôve
Toyota, 5, rue du Clos Mutaut - Chenôve
L’Atelier, 11, rue Grandes-Varennes - Ahuy
L’Auberge de la Charme, 12, rue de la Charme - Prenois
L’Auberge des Tilleuls, place de l’Eglise - Messigny-et-Vantoux
La Ruelle Autrement, 7, rue de l’Aqueduc-Darcy - Ahuy
La Table du Rocher, 85, route de Beaune - Marsannay
Le Colombo, 3, rue du Pré-Potet - Ahuy
Le Klube, rue Fromentaux - Ahuy
Le Vermont, 7, rue de la Grande-Fin - Fontaine-lès-Dijon
Savy 21, 18, rue Antoine Becquerel - Chenôve
Nuits-Saint-Georges et ses environs
Au Castel-très-Girard, 7, rue Très-Girard - Morey-St-Denis
Au Clos Napoléon, 4, rue Perrière - Gevrey-Chambertin
Boutique Vedrenne, rue Fagon
Café de Paris, 7, place de la Libération
Café du Centre, 22, place de la République
Château de Gilly, Gilly-lès-Cîteaux
Château de Saulon, 67, route de Dijon - Saulon-la-Rue
Chez Guy, 3, place de la Mairie - Gevrey-Chambertin
Chez Simon, 12 place de l’Eglise - Flagey-Echezeaux
Fromagerie Delin, Gilly-lès-Cîteaux
Fruirouges et Compagnie, 40, Grande Rue
Fruirouge and Co, Concœur
Hôtel de Vougeot, 18, rue du Vieux-Château - Vougeot
La Colombière, Vosne-Romanée
La Gentilhommière, 13, Vallée Serrée
L’Alambic, avenue du Général-de-Gaulle
Le Cassissium, 90, passage Montgolfier
Le Millésime, 1, rue Traversière - Chambolle-Musigny
Leopold, 25, avenue de la Gare - Gevrey-Chambertin
Le Richebourg, ruelle du Pont - Vosne-Romanée
L’Imaginarium, avenue du Jura
Nuits d’Or, 19, quai Fleury
Office de tourisme - Gevrey-Chambertin
Petit Casino, 8, Grande Rue
A Beaune
Aux Vignes Rouges, 4, boulevard Jules-Ferry
Beaune et Bon, rue Gaston-Chevrolet
Café du Square, 26, boulevard Maréchal-Foch
Cave des Hautes-Côtes, 95, route de Pommard
Le Cep, 27, rue Jean-François-Maufoux
Chez Laurette, 14 rue du Faubourg-Madeleine
F&B, 6/8, rue d’Alsace
Hostellerie le Cèdre, 10/12, boulevard Maréchal-Foch
Hôtel Henry II, 12-14, rue du Faubourg-Saint-Nicolas
L’Amarone, avenue Charles-de-Gaulle
L’Auberge Bourguignonne, 4, place Madeleine
La Comédie du vin, 12, boulevard Jules-Ferry
La Ferme aux Vins, rue Yves-Bertrand-Burgalat
La Maison du Colombier, 1, rue Charles-Cloutier
La Mamounia, 110, route de Dijon
La Part des Anges, 24, rue d’Alsace
La Régalade, 164 bis, route de Dijon
La Tavola Calda, 20, rue Poterne
Le 33, place Madeleine
Le Baltard Café, 14, place de la Halle
Le Belena, 1, place Madeleine
Le Benaton, 25, rue Faubourg-Bretonniere
Le Bistro bourguignon, 8, rue Monge
Le bistrot des Cocottes, 3, place Madeleine
Le Bout du Monde, 7, rue du Faubourg-Madeleine
Le Conty, 5, rue Ziem
Le Caveau Saint-Jacques, 5 bis, rue du Faubourg-St-Jacques
Le Caveau des Arches, 10, boulevard de Perpeuil
Le Clos Carnot, 34, place Carnot
Le Comptoir de Gaspard, 1, place Monge
Le Conty, 5, rue Ziem
Le Cul de Sac, 11, route de Seurre
L’Ecusson, 2, rue du Lieutenant-Dupuis
Le Fleury, 15, place Fleury
Le Gourmandin, 8, place Carnot
Le Grand Bleu, 10/12, place au Beurre
Le Grand Café de Lyon, 36, place Carnot
Le Jardin des Remparts, 10, rue de l’Hôtel-Dieu
Le Parisien, 7, rue d’Alsace
Le Pickwick’s, 2, rue Notre-Dame
Le Publicain, 44, rue Maufoux
Les Chevaliers, 3, petite place Carnot
Le Sushikaï, 50 rue Faubourg-Saint-Nicolas
L’Hôtel de la Poste, 1/5, boulevard Clemenceau
Loiseau des Vignes, 31, rue Maufoux
Office du Tourisme, 6, boulevard Perpreuil
Place des grands Crus, 20, place Carnot
Terre d’Or, rue Izembart, La Montagne
Via Mokis, 1, rue Eugène Spuller
Whiskies & Spirits, 3, rue de l’Enfant
Autour de Beaune
Château de Pommard, Pommard
Hameau de Barboron, Savigny-les-Beaune
Hôtel Golf de Levernois, rue du Golf - Levernois
Hostellerie de Levernois, rue du Golf - Levernois
L’Ermitage de Corton, D 974 - Chorey-les-Beaune
La Bouzerotte, Bouze-les-Beaune
La Buissonnière, 2, imp. Villot - Ladoix-Serrigny
La Cuverie, Savigny-les-Beaune
La Gauraudière, Levernois
La Gremelle, départementale 974 - Ladoix-Serrigny
Le Caveau de Puligny, 1, rue Poiseul - Puligny-Montrachet
Le Charlemagne, 1, rte de Vergelesses - Pernand-Vergelesses
Le Chassagne, 4, imp. des Chenevottes, Chassagne-Montrachet
Les Demoiselles, Ladoix-Serrigny
Les Jardins de la Lauve, 7, pl. du Souvenir - Ladoix-Serrigny
Les terrasses de Cîteaux, 7, pl. de la République - Meursault
Mac Donald’s, A6 - Levernois
Villa Louise, Aloxe-Corton
Veuve Ambal, le Pré Neuf - Montagny-lès-Beaune
☛ Si vous souhaitez devenir diffuseur,
contactez Alexandra Bruillot au 06.43.62.57.98
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising