Bulletin 62 - Association Georges Perec ( PDF

Bulletin 62 - Association Georges Perec ( PDF
P
A S S O C I AT I O N G E O R G E S
Bulletin n° 62
Juin 2013
Bibliothèque de l’Arsenal
1, rue de Sully – 75004 Paris
Tél. : 01 53 79 39 46
http://associationgeorgesperec.fr
http://groups.google.com/group/listegeorgesperec
Dessin de couverture : droits réservés
R
E
C
Association Georges Perec
S OMMAIRE
Editorial ................................................................................... 04
Parutions ................................................................................. 05
Publications, articles, études ................................................. 06
Colloques, débats, interventions ............................................ 08
Manifestations ......................................................................... 09
Théâtre .....................................................................................10
A l’université ............................................................................ 12
Audiovisuel ...............................................................................12
Internet .................................................................................... 13
Références et hommages ....................................................... 15
Varia ......................................................................................... 17
Communiqué ........................................................................... 18
Documents .............................................................................. 19
Carnet ...................................................................................... 21
Merci ........................................................................................ 21
Assemblée générale ............................................................... 22
Publications en vente .............................................................. 30
Renouvellement des cotisations ............................................ 30
Les informations contenues dans ce Bulletin ont été rassemblées
par Philippe Didion qui a également assuré le secrétariat de
rédaction. Rachel Easterman-Ulmann a effectué la mise en page.
La plupart des documents cités dans les différentes rubriques de
ce Bulletin peuvent être consultés, sous une forme ou une autre,
au siège de l’Association.
Association Georges Perec
Bibliothèque de l’Arsenal
1, rue de Sully 75004 Paris
Tél. : 01 53 79 39 46
Email : associationgeorgesperec@gmail.com
L’AGP À TRENTE ANS !
Chers amis,
La sortie du dernier numéro du Bulletin, en décembre dernier, a coïncidé avec deux événements majeurs dans la vie de l’AGP. Un événement heureux, avec la célébration des trente ans de l’Association, un
événement attristant avec la disparition de l’un de ceux qui furent à son
origine, Bernard Magné. Les trente années d’existence de la première
auraient été différentes, à coup sûr moins riches et moins pleines, sans
la présence et l’implication du second. Comme le soulignait Jean-Luc
Joly à cette même place en décembre dernier, « nous lirions encore bien
mal l’œuvre perecquienne si Bernard Magné ne nous en avait fourni la
grammaire ». Cette grammaire doit être enrichie avec un deuxième
tome des Perecollages qui rassemblera les articles de Bernard Magné
parus dans diverses revues.
Après cette période riche en émotions, il a fallu aller de l’avant. La dernière assemblée générale a placé à la tête de l’Association Jean-Luc
Joly. En cédant son poste, Marcel Bénabou a voulu signifier que le
temps était venu pour les « amis de Georges » de céder la place à d’autres venus d’horizons différents. De toute façon la tâche reste la même,
aussi stimulante et importante pour notre association. Avec Jean-Luc
Joly, qui connaît parfaitement ses rouages pour avoir été son secrétaire
et qui assure sa permanence hebdomadaire, nul doute qu’elle soit en de
bonnes mains pour les années à venir.
Philippe Didion
Bulletin n°62 Juin 2013 p.04
Association Georges Perec
PARUTIONS
EN FRANCE
En novembre 2012, Gallimard a sorti un coffret Folio regroupant Ecrits farfelus, Les
Mots croisés et Exercices de style de, respectivement, André Malraux, Georges Perec
et Raymond Queneau.
Plus ancien.
W ou le souvenir d’enfance, extrait pour « Mamans chéries », Gallimard, coll. Folio, 2011.
A L’ÉTRANGER
La Disparition en croate, traduit par Vanda Miksic : Ispario, Meandar Media, Zagreb,
2012, 349 p.
Tentative d’épuisement d’un lieu parisien est devenu Tentativa de agotamiento de un
lugar parisino dans la traduction espagnole de Maurici Pla (éditions Gustavo Gili, 2012).
Le quotidien El Pais a signalé cette parution dans son édition du 28 décembre 2012 :
http://2doc.net/3cbaw
La Boutique Obscure : 124 Dreams, traduction anglaise de Daniel Levin Becker,
Melville House, février 2013.
Une critique figure sur le site Berfrois :
http://www.berfrois.com/2013/02/joanna-walsh-a-man-asleep/
Une autre sur le site de la Los Angeles Review of Books :
http://lareviewofbooks.org/article.php?id=1466
Une autre sur le site The Literateur :
http://literateur.com/la-boutique-obscure-124-dreams-by-georges-perec/
Une autre sur le site Asymptote :
http://2doc.net/hvt7f
Quelques rêves traduits sont sur le site de The New York Review of Books :
http://2doc.net/483ye
El Condottiero, traduction du Condottière en espagnol de David Stacey Ancira,
Anagrama, février 2013. Le livre a fait l’objet de deux articles dans deux journaux
de Madrid : La Razon du 14 février 2013 et ABC du 5 mars 2013.
Turquie : Un Homme qui dort (réimpression), Les Choses, éditeur : Metis
Portugal : Les Choses, éditeur : Companha das Letras
Pologne : Un Homme qui dort, Un Cabinet d’amateur, éditeur : Lokator
Georges Perec and the Oulipo, Winter Journeys, Atlas Press, juin 2013.
A PARAÎTRE
Pays-Bas : Le Condottière, éditeur : De Arbeiderspers
Argentine : L’ Infra-ordinaire, Je suis né, éditeur : Eterna Cadencia, pour toute
l’Amérique latine en langue castillane
Pologne : Le Condottière, éditeur : Jagiellonian
Brésil : La Disparition, éditeur : Autentica
Allemagne : Quel petit vélo…, éditeur : Diaphanes
Etats-Unis : Je me souviens, éditeur : Godin
Japon : Le Condottière, éditeur : Suisei-Sha
Turquie : W ou le souvenir d’enfance, éditeur : Metis
Pologne : Penser/Classer, Je suis né, Cantatrix Sopranica L., L’infra-ordinaire,
éditeur : Lokator (en un seul ouvrage sous le titre Je suis né)
Bosnie : La Vie mode d’emploi, éditeur : BTC Sahinpasic
Croatie : La Vie mode d’emploi, éditeur : Meandar Media
Bulgarie : La Vie mode d’emploi, éditeur : Ciela
Chine : Le Condottière et Un cabinet d’amateur en un seul volume en caractères
simplifiés, éditeur : Shangai 99 ; Le Condottière, éditeur : Flâneur, en caractères
complexes pour Taïwan.
PUBLICATIONS, ARTICLES, ÉTUDES
David Coward signe une critique du Condottière dans le Times Literary Supplement
n° 5716 (19 octobre 2012).
Maxime Decout, « 53 jours de Georges Perec. Les lieux d’une ruse », Genesis n°
35 (Presses Universitaires de Paris Sorbonne, 2012).
David Gascoigne, « Georges Perec’s La Vie mode d’emploi ; or, How to Take on
Painting and Win », Nottingham French Studies. Volume 51, Pages 286-297. En ligne :
http://www.euppublishing.com/doi/abs/10.3366/nfs.2012.0028
Michèle Audin, « Trois ou quatre citations de La Vie mode d’emploi de Georges
Perec », Images des Mathématiques, CNRS, 2012. En ligne :
http://images.math.cnrs.fr/Trois-ou-quatre-citations-de-La.html
Bulletin n°62 Juin 2013 p.06
Association Georges Perec
José Roberto Andrade Féres, « Traduire La Disparition de Georges Perec vers le
portugais : introduction aux choix théoriques et méthodologiques qui fondent O
Sumiço », Traduzires (revue de l’université de Brasilia), vol. 1, n° 2, 2012. En ligne :
http://2doc.net/xjtq0
Daniela Tononi, « Op art et roman virtuel : correspondances entre Escher et Perec »,
Revue italienne d’études françaises n° 2 (RIEF), 2012, p. 183-200. L’article est
disponible dans son intégralité (format PDF) sur le site de la revue.
http://www.rief.it/#!sommaire-n.-2
Maryline Heck, « Les affects entre parenthèses : W ou le souvenir d’enfance, de
Georges Perec », E. Bouju et A. Gefen (dir.), L’Emotion, puissance de la littérature ?,
Presses Universitaires de Bordeaux, collection « Modernités », n° 34, 2012.
Maxime Decout, « 53 jours de Georges Perec : la génétique, mode d’emploi »,
Littérature n° 168, Armand Colin, 2012/4.
Maxime Decout, « Georges Perec : grandeur et misère d’une signification abymée »,
Études littéraires, Volume 43, numéro 1, hiver 2012, Département des littératures de
l’Université Laval, p. 157-171.
http://id.erudit.org/iderudit/1014066ar
Marc Crépon, « “Y nadie de aquí sabe quién soy”. La voz de los emigrantes :
Hannah Arendt,Winfried Georg Sebald, Georges Perec / “Et personne ici ne sait
qui je suis”. La voix des émigrants : Hannah Arendt, Winfried Georg Sebald,
Georges Perec (Bilingue) », Pleyade, revue du Centro de Analisis et Investigacion
Politica, Santiago du Chili, n° 9, juin 2012.
Christelle Reggiani, Rhétoriques de la contrainte : Georges Perec, l’Oulipo, Eurédit,
2013; 535 p., 86 €.
Le numéro 21 de la revue Minerva (Madrid, 2013) contient un dossier consacré à Perec.
http://www.revistaminerva.com/articulo.php?id=559
Norman Ravvin, « Author records what he sees from a café table » (sur la traduction
américaine de Tentative d’épuisement d’un lieu parisien), The Canadian Jewish
News, 23 avril 2013.
http://www.cjnews.com/index.php?q=node/105763
Le mensuel Books (mai 2003, n° 43, p. 19) publie un bref article : « L’hommage
d’Italo Calvino à Georges Perec », à propos de la parution du Condottière. Est
reproduit également un poème de l’écrivain italien intitulé « Georges Perec oulipien ».
Perec apparaît également dans les ouvrages suivants :
- Christian Moncelet, La grammaire parallèle, Chiflet & Cie, 2012.
- François Bon, « Georges Perec / Kafka remix », site le tiers livre, 16 février 2013.
http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article3415
- Locus solus : impressions de Raymond Roussel : exposition, Madrid, Centre de
arte Reina Sofia, du 25 octobre 2011 au 27 février 2012; Porto, Museu de arte
contemporanea de Serralves, 23 mars au 1er juillet 2012 / sous la direction de
François Piron, Art & art : Presses du réel / Turner, 2013; 322 p., 35 €. A noter qu’une
exposition « Nouvelles impressions de Raymond Roussel » s’est tenue au Palais de
Tokyo (Paris) du 27 février au 20 mai 2013.
- La Licorne, n° 100 : « 50 ans d’Oulipo. De la contrainte à l’œuvre », sous la direction
de Carole Bisenius-Penin & André Petitjean, Presses universitaires de Rennes, 2012.
- Georges Didi-Huberman, Blancs soucis, Paris : Les Éditions de Minuit, coll.
« Fables du temps », 2013; 128 p., 20 illustrations in-texte, 12,50 €.
- Vera Gandelman Terekhov, Jeu d’échecs : littérature et mondes possibles : Perec,
Nabokov, Zweig, Lewis Carroll..., L’Harmattan, 2013; 244 p., 25 €
- Philippe Lejeune, Les brouillons de soi. 2, Autogenèses, Seuil, 2013; 384 p., 25 €
(critique parue dans Le Monde des livres du 3 mai 2013).
- Harry Mathews, Le cas du Maltais persévérant, P.O.L., 2013, 432 p., 29,50 €.
- Michael Sheringham, Traversées du quotidien : Des surréalistes aux postmodernes
traduit par Maryline Heck et Jeanne-Marie Hostiou, PUF, coll. Lignes d’art, 2013. Il
s’agit de la version française d’Everyday Life (Oxford University Press, 2006), livre
qui porte sur l’émergence de la notion de quotidien dans la littérature et les sciences
humaines françaises au XXe siècle, et où il est très souvent question de Perec (auquel
un chapitre entier est consacré).
PLUS ANCIEN.
Il est question de Perec dans les ouvrages suivants :
- Jacques Poirier, Les écrivains français et la psychanalyse (1950-2000) : Maux
croisés (L’Harmattan, 2003)
- Fantômes d’écrivains, sous la direction de Nathalie Solomon et Anne Chamayou
(Presses universitaires de Perpignan, 2011).
Colloques, débats, interventions
Les Archives départementales de l’Essonne ont organisé une conférence autour de
Perec et la photographie le 24 novembre 2012 à Chamarande. Intervenant : Roger-Yves
Roche, maître de conférences en littérature et photographie à l’université de Lyon 2.
Bulletin n°62 Juin 2013 p.08
Association Georges Perec
« La traduction des jeux de mots dans La Disparition de Georges Perec », intervention
de Federica Di Blasio (Università di Bologna) au colloque « Les jeux de mots et la
réflexion métalinguistique – nouvelles perspectives interdisciplinaires » organisé
du 7 au 9 mars 2013 à l’Université de Tübingen (Allemagne).
Maryline Heck, (« Le Condottière de Perec, fragment d’une autobiographie intermittente ») et Catherine Ponchon (« L’écriture d’un je(u) discontinu dans les œuvres de
Jorge Semprun, Georges Perec et Serge Doubrovsky ») ont participé au colloque
« Les intermittences du sujet. Écritures de soi et discontinu (1913-2013) » qui
s’est tenu du 21 mars au 6 avril 2013 à Créteil, Paris et Mulhouse.
La 15e Journée Queneau de Paris 3 s’est déroulée le 20 avril 2013 sur le thème
« Queneau/Perec/Roubaud » au Centre universitaire Censier (Paris). Voici l’intitulé
des communications concernant notre auteur :
- Bertrand Tassou, « Le Paris que vous écrivâtes / Est-il celui qu’ils écrivons ? » :
Le Paris de Queneau chez Roubaud, Perec et quelques autres oulipiens.
- Tonia Raus, « L’origine du roman chez Queneau et Perec »
- Cécile de Bary, Perec : « à cause de Queneau »
Programme de la Journée Perec du 1er juin 2013 à l’Université Charles de
Gaulle-Lille III, Maison de la Recherche :
(Re)lectures
10h30 Coraline Soulier (université de Lille III) : « Sur les épaules de Perec »;
11h Christl Lidl (université Saint-Louis et École de Recherche Graphique, Bruxelles) :
« La Vie mode d’emploi, lecture(s) »;
11h30 Adrien Chassain (université de Paris VIII) : « “Dis-moi comment tu classes, je
te dirai qui tu es” : rhétorique et écriture de soi dans l’œuvre essayistique de Georges
Perec; souvenirs barthésiens ».
Parcours
14h Maxime Decout (université de Lille III) : « Brocante et rébus de l’inconscient juif »;
14h30 Sarah Ehlinger (La Rochelle) : « L’humour dans l’œuvre de Georges Perec »;
15h Juliette Hébert (université de Rouen) : « La ville mode d’emploi : pour une lecture
politique des espaces perecquiens ».
Manifestations
Du 23 au 25 novembre 2012 s’est déroulé le Salon du livre de Pau, où Georges Perec
effectua une partie de son service militaire. Un hommage était au programme avec une
table ronde autour de Hans Hartje, la présentation de 56 lettres à un ami par les éditions
Le Bleu du ciel et une lecture théâtralisée de cette correspondance par Jean-Luc Viesse.
Le 1er décembre 2012, la bibliothèque de Gagny a rendu hommage à Georges Perec
pour saluer les trente ans de la mort de l’écrivain dont elle porte le nom. Etaient au
programme une table ronde avec Robert Bober, Claude Burgelin et Gérald Aubert,
ainsi que la diffusion du film de Robert Bober En remontant la rue Vilin. Un compte
rendu de cette manifestation se trouve sur le site de la ville.
http://actualitesdegagny-blog.20minutes-blogs.fr/tag/georges+perec
Le 12 décembre 2012 s’est déroulée à l’Arsenal une soirée pour marquer les 30 ans
de l’Association Georges Perec. On trouve en ligne l’intervention de Michèle Audin,
« Portrait de Perec en géomètre », prononcée à cette occasion.
http://www-irma.u-strasbg.fr/~maudin/PerecGeometre.pdf
Annoncé dans le dernier Bulletin, le mardi littéraire du Café de la Mairie (Paris) a
été consacré à Perec le 15 janvier 2013. Animé par Jean-Lou Guérin, il a réuni
Paulette Perec, Mireille Ribière, Cécile de Bary, Claude Burgelin et Jean-Luc Joly
pour des présentations d’ouvrages et des lectures de textes de Georges Perec par
Marie Abada-Simon.
Jusqu’au 31 janvier 2013, Chapeau melon et piles de livres (11 rue des Lombards
à Amiens) a exposé des portraits d’écrivains réalisés par Jean-François Danquin.
Georges Perec figurait parmi les auteurs représentés.
http://folkoutsiderartgallery.hautetfort.com/blog/
Claude Burgelin a présenté son ouvrage Les mal nommés. Duras, Leiris, Bove, Perec,
Gary et quelques autres (Seuil, Librairie du XXIe siècle, 2012) en compagnie de
Dominique Lapierre et de Jean-Pierre Salgas le 31 janvier 2013 au cours d’une
rencontre intitulée « Au nom du père » qui s’est tenue au Musée d’art et d’histoire
du Judaïsme (Paris).
Une série de douze ateliers d’écriture animée par Pierre Ménard durant le deuxième
semestre des étudiants en première année de Sciences Po Paris prend appui, entre
autres, sur Un homme qui dort.
Présentation : http://2doc.net/2vrad
L’Oulipo a participé à la manifestation « Bruxelles, re-belle » du 15 au 18 mars
2013. Le programme de présentation donne un extrait de L’infra-ordinaire.
Le 12 avril 2013 à Villard-de-Lans, l’association Livres en scène et la librairie Au
temps retrouvé ont organisé une rencontre sur « Les héritiers de Georges Perec dans
la littérature » animée par Claude Burgelin.
THÉÂTRE
La Compagnie Blutack Théâtre présente sa version de L’Augmentation dans une
mise en scène de Grégory Bourut :
http://www.lastradaetcompagnies.com/IMG/pdf/DP_Augmentation_mail.pdf
Le Hörspiel Die Maschine, devenu The Machine, a été interprété par la compagnie
de Sheffield (Royaume-Uni) Third Angel en décembre 2012. Un article en ligne du
Sheffield Telegraph présente cet événement.
http://2doc.net/e9ue0
Bulletin n°62 Juin 2013 p.10
Association Georges Perec
Jean-Jacques Mateu a mis en scène Quel petit vélo… ? le 16 janvier 2013 à
Cugnaux et les 25, 26 et 27 janvier à Toulouse, au Théâtre Le Hangar.
Quel petit vélo… ? a également fait l’objet d’une mise en scène par la Compagnie
Victor Louis, spectacle donné à Talence (Gironde) les 22, 23 et 26 février 2013. Le
nom de Perec est crédité d’un accent sur l’affiche.
« Perec sans accent s’il vous plaît », justement, création de Gaspard LaNuit et
Baptiste Bouquin, a été donné le 31 mai et le 1er juin 2013 à l’atelier du Plateau
(Paris). En avant-première, une évocation de Perec par Gaspard LaNuit s’est déroulée
à la librairie L’Atelier (Paris XXe) le 17 mai.
Les Productions Pas de Panique ont proposé L’Augmentation, dans une mise en
scène d’Ariel Ifergan, au Centre Segal des Arts de la Scène à Montréal du 7 au 23
mars 2013.
Les 23 et 24 février 2013, le Teatro Central de Séville a accueilli une représentation
de Incrementum (L’Augmentation) par la compagnie Barco Pirata sous la direction
de Sergio Peris-Mencheta, qui est aussi l’auteur de l’adaptation (source : La
Vanguardia, 22 février). La même adaptation avait été jouée au Teatro Espanol de
Madrid en juillet 2011 (source : ABC, 15 juillet 2011).
Le 20 mars 2013, Jean-Luc Viesse a lu « Les lettres de Georges Perec » à l’Espace
Treulon de Bruges (Gironde).
A Vouhé (Deux-Sèvres), le 29 mars 2013, le comédien Francis Lebarbier a interprété L’art et la manière d’aborder son chef de service pour lui demander une augmentation, « un solo de clown sous forme de lecture publique » mis en scène par
Hélène Arnaud du Théâtre de l’Esquif.
L’Augmentation a été donnée par le Théâtre du Miroir de Nîmes à Castelnau-le-Lez
(Hérault) le 30 mars 2013.
Le 4 avril 2013, L’Augmentation dans une mise en scène de Grégory Bourut à
Mazamet (Tarn).
Le 7 avril, L’Augmentation par la compagnie du Talveig dans le cadre du festival de
théâtre amateur de Bayeux.
Le spectacle « Mots croisés » créé à l’occasion du Marathon des mots de Toulouse
en 2012 autour de textes de Georges Perec a été proposé à Blagnac le 10 avril et à
Colomiers les 19 et 20 avril 2013.
A Carpentras, Camille Vivante a consacré son cours de théâtre à L’Augmentation,
ce qui a débouché sur deux représentations de la pièce les 6 et 7 mai 2013.
Les 13 et 14 mai, l’atelier théâtre du lycée Jean-Jaurès de Reims a représenté à
la Comédie de Reims L’Augmentation (atelier dirigé par Lysiane Cantin; spectacle
mis en scène par Chloé Brugnon). Le 13 mai, ils ont été précédés par les élèves de
l’atelier théâtre du collège Robert Schuman de Reims également (dirigé par
Mélanie Faye) dans un spectacle intitulé Improvisations autour de Georges Perec.
Le 21 mai, la Compagnie Anadyomède a proposé son spectacle Interroger l’habituel constitué de textes de Georges Perec à la bibliothèque de Sierre (Suisse).
Les 23 et 24 mai 2013, La Poche Parmentier à Caen.
Sont également en tournée ou en préparation :
- L’ Augmentation par la Compagnie Opale de Muraz-Sierre (Suisse), du
1/06/2013 au 31/12/2104
- L’Art et la manière d’aborder… par la Compagnie Css di Udine (Italie et Suisse
italienne), du 12/01/2013 au 31/08/2013
- Quel petit vélo… par la Compagnie Petit bois (France), du 16/01/2013 au
16/10/2015
- La Poche Parmentier par la Compagnie Macroritmi di Roma (Italie)
- L’Augmentation par la Compagnie Sergio Peris Mencheta (Espagne)
- Un homme qui dort par la Compagnie Hanna R (Nice), adaptation prévue pour 2014
- Un homme qui dort par la Compagnie Théâtre Ensemble Chantier Interdit
(Vevey, Suisse), du 1/09/2013 au 1/09/2014 en Suisse et en France
- « Quelques poèmes au bord du levier » par la Compagnie Instinct Tubulaire
(Amiens), extrait d’ « Un espace inutile » dans Espèces d’espaces, du 01/01/2013 au
31/12/2017
- L’ Art et la manière d’aborder… par la Compagnie Metropoltheater de Munich
(Allemagne), 10 représentations en octobre 2013
- L’Art et la manière d’ aborder… par la Compagnie Les Malapeste (Niort),
prolongation du 01/01/2013 au 31/12/2014 (au sein d’un spectacle de clown présenté
en 2010)
A l’université
La future bibliothèque de l’université Paris-Est Marne-la-Vallée portera le nom de
Georges Perec. Un article sur le site de cet établissement explique les raisons de ce choix.
http://2doc.net/ws70c
Audiovisuel
Le 8 novembre 2012, dans l’émission La grande librairie (France 5), l’écrivain
Cédric Villani a déclaré : « Ligeti est le Georges Perec de la musique », pour avoir
composé une œuvre ne comportant que la note « la ».
Bulletin n°62 Juin 2013 p.12
Association Georges Perec
Le 4 décembre 2012, dans le cadre de l’émission Hors-champs sur France Culture,
Laure Adler recevait Boris Cyrulnik. L’entretien débuta sur une question au sujet de
« la crypte de l’âme ». Cyrulnik affirma avoir découvert le concept d’« encryptage »
chez Perec et parla des croisements entre leur existence respective. Suivit l’extrait
d’un entretien radiophonique de Jacques Chancel avec Perec tiré d’une Radioscopie.
Le 28 décembre 2012, David Christoffel a consacré sa chronique matinale sur
France Musique à Je me souviens de je me souviens et au travail de Roland Brasseur.
Georges Perec a été évoqué le 18 janvier 2013 dans l’émission La grande table
(France Culture) à propos du livre de Michèle Audin Une vie brève (Gallimard,
2013).
« Pourquoi le W de Perec est-il si mystérieux ? L’explication la plus belle est celle
que donne Bernard Magné, récemment disparu : W est la somme de la rue Vilin et
de Villard-de-Lans où il a vécu son enfance », propos tenus par Hervé Le Tellier dans
La grande table, France Culture, 7 février 2013. Hervé Le Tellier a également évoqué
la biographie de Georges Perec par David Bellos dans cette émission dont le thème
était « Les écrivains sont-ils des héros modernes ? ».
La Disparition a servi de thème à un épisode de Scènes de ménage, série humoristique
diffusée sur M6, le 8 février 2013.
Le 9 février 2013, dans l’émission Concordance des temps (France Culture) consacrée
à l’histoire de la cryptologie, il fut dit que « Georges Perec se serait senti très bien »
à Bletchley Park, qui fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, le quartier général des
services secrets et du chiffre britanniques où Winston Churchill avait installé un
groupe de cryptanalystes provenant de divers milieux scientifique, artistique ou littéraire,
qui réussit à casser le code « Enigma » des Nazis.
Le 11 avril 2013, sur France Culture, Laure Adler a illustré son entretien avec Rachel
Ertel dans l’émission Hors-champs par un extrait de la Radioscopie de Georges Perec.
Internet
Il convient d’être vigilant sur ce qui est proposé sous le nom de Perec sur Internet. Deux
exemples : le livre de Richard Khaitzine, La langue des oiseaux, t. 2 : Georges Perec
de l’alchimie du verbe à la permutation des mots annoncé dans le précédent Bulletin
était présenté en novembre dernier sur le site amazon.fr comme le tome 2 des Cahiers
Georges Perec. Au même moment, on trouvait en vente sur le site lulu.com un texte
intitulé « L’Emergence » et signé Georges Perec. Il s’agissait en réalité d’une œuvre
conceptuelle (une suite de chiffres) envoyée par un participant à un concours d’écriture.
Le site de l’INA propose un extrait de l’émission d’Apostrophes au cours de laquelle
Georges Perec présente La Vie mode d’emploi (8 décembre 1978).
http://2doc.net/8w03s
D’autres documents concernant Perec sont disponibles sur le site de l’INA
(Radioscopie, Belleville, présentation de Lieux et de différents ouvrages…) et accessibles
à partir de cette page :
http://2doc.net/tgs38
Frédéric Chambe a consacré plusieurs billets successifs de son blog à Georges Perec
à partir du 11 décembre 2012.
http://2doc.net/71b1z
La bibliographie des études perecquiennes a été mise à jour par Christelle Reggiani à
la fin de l’année 2012 et peut être consultée sur le site de l’Association, rubrique Le
Cabinet d’amateur.
http://www.associationgeorgesperec.fr/spip.php?rubrique12
On trouve sur le site A Reading Life une critique (en anglais) de An Attempt at
Exhausting a Place in Paris, traduction anglaise par Marc Lowenthal de Tentative
d’épuisement d’un lieu parisien parue en 2010 (en poche) aux éditions Wakefield Press.
http://2doc.net/tc366
Louise Cannat propose sur YouTube une adaptation du chapitre d’Espèces d’espaces
concernant les portes en montage vidéo :
http://www.youtube.com/watch?v=hCSEgphLZrE
Les dernières études de Rémi Schulz sur La Vie mode d’emploi figurent sur son blog
Quaternité :
http://quaternite.blogspot.fr/2013/03/meandres.html
http://quaternite.blogspot.fr/2013/04/isis-theo.html
Par ailleurs, Rémi Schulz projette la mise en ligne des outils sur La Vie mode d’emploi
de Willy Wauquaire, avec l’accord de celui-ci : « C’est une compilation du Cahier des
charges et de multiples études, additionnée du travail personnel de ce chercheur
passionné. Alain Zalmanski en a proposé une version antérieure sur Fatrazie,
aujourd’hui corrompue et difficilement accessible. Dans un premier temps, j’envisage
la mise en ligne de ce qui m’est le plus utile, comment Perec a résolu ses contraintes,
chapitre par chapitre. J’aimerais bien trouver quelqu’un à qui je transmettrais les
codes d’accès du futur site, au cas où... Et si ce quelqu’un était prêt à collaborer à ce
site, ce serait encore mieux (par exemple pour faire un site wiki, où chacun pourrait
apporter ses découvertes). »
Le site de l’Oulipo présente un « Portrait en creux de Georges Perec » réalisés avec
des mots dactylographiés.
http://www.oulipo.net/document21014.html
L’opération « Un jour de tweets à Paris » s’est déroulée le 19 avril 2013 selon le
principe suivant : « à l’image de Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, où
Georges Perec décrivait la ville en prenant des notes de tout ce qu’il avait vu durant
trois jours, les internautes sont invités à raconter sur Twitter leur quotidien. »
Bulletin n°62 Juin 2013 p.14
Association Georges Perec
Un résumé iconoclaste des Choses figure sur le site Les Boloss des Belles Lettres en
date du 9 avril 2013.
http://2doc.net/6or9c
Roland Brasseur a mis sur son site en format pdf son roman perecquien Le cinquantequatrième jour, paru à l’origine en 2001 aux éditions Baleine.
https://sites.google.com/site/rolandbrasseur/7—-le-cinquante-quatrieme-jour
Claude Chambard propose sur son blog une recension de 56 lettres à un ami de
Georges Perec.
http://2doc.net/xkqr8
« 35 variations sur un thème de Marcel Proust » fait désormais l’objet d’une notice
Wikipédia.
http://2doc.net/gaaaz
Références et hommages
Les numéros 211 et 212 de La Bibliothèque oulipienne contiennent deux références
implicites à Perec, respectivement dans « Le Voyage d’Hébert » (Paul Fournel) et
« Le Voyage disert » (Marcel Bénabou). On notera que ce dernier essai mentionne
Georges Perec à de nombreuses reprises, alors que le professeur Hébert n’en parle
pas, et pour cause, puisque l’action se passe en 1819.
Aventures littéraires (entretiens réalisés par Jean-Jacques Lefrère et Michel
Pierssens, Buchet Chastel, 2012) rassemble près de quarante éditeurs et écrivains, de
Pierre Assouline à Anne Ubersfeld. Perec est nommé deux fois par Maurice Nadeau
et une fois par Jude Stéfan, citant La Vie mode d’emploi.
Dans la brochure diffusée à l’occasion des 60 ans du Livre de Poche en janvier
2013, La Vie mode d’emploi figure parmi les 50 titres préférés par certains libraires
de l’hexagone (pour Perec par un libraire d’Aix-les-Bains).
Dans la nécrologie de Jean-Bertrand Pontalis parue dans Le Monde du 17 janvier
2013, Elisabeth Roudinesco rappelle qu’il fut « le deuxième analyste de Georges
Perec entre 1971 et 1975 ». Dans celle du Nouvel Observateur (même date), Eric
Aeschimann évoque celui qui a été « le psychanalyste de Georges Perec quand celuici écrivait W ou le souvenir d’enfance. »
« Vocalisations » est repris parmi les pastiches de Rimbaud donnés en annexe à l’ouvrage Arthur Rimbaud, La Chasse spirituelle, postface de Jean-Jacques Lefrère, Éditions Léo Scheer, 2012, p. 358.
Deux photos montrant Georges Perec et datant de 1965 figurent dans Les écrivains :
portraits intimes, publié sous la direction de Guillaume Clavières et Marc Brincourt
avec des textes de Gilles Martin-Chauffier aux éditions Glénat/Paris Match (2012).
Paris Match propose une de ces photos à la vente sur son site :
http://2doc.net/o3z31
Un extrait de La Vie mode d’emploi est repris dans le catalogue accompagnant l’exposition
François Morellet, « Trop c’est trop » à Compiègne. Il s’agit d’un article signé Didier
Semin : « Rêveries désordonnées sur le Plateau La Reynie », in François Morellet - Les
Intégrations architecturales 1971-2012, éditions du CACCV, Compiègne 2012, p.25.
Dans le n° 3 de la revue lyonnaise Hippocampe (décembre 2012), David Collin consacre
quelques lignes au cas Perec dans sa recension des Mal nommés de Claude Burgelin.
Perec est présent dans l’exposition « Symétries » donnée au Palais de la Découverte
à Paris (à partir du 12 février 2013) avec le palindrome, exemple de symétrie littéraire.
Les dossiers de presse (2011-2012 et 2012-2013) concernant la pièce de Ferdinand
Bruckner Les Criminels, créée à la Comédie de Valence, contiennent de nombreuses
références et à La Vie mode d’emploi.
Le site de Melville House a publié le 8 mars 2013 un article de Jay McNair « Happy
Birthday Georges Perec » qui inclut un lien vers des entrevues radiophoniques que
Perec avait accordées en anglais lors de son séjour australien :
http://www.mhpbooks.com/happy-birthday-georges-perec/
Encore et jamais : Variations de Camille Laurens (Gallimard, 2013) s’achève, selon
La Quinzaine littéraire n° 1081 (1er-15 avril 2013) « sur une très longue liste de crédits
et références de Racine à Marguerite Duras, de Benjamin Constant à Georges Perec... »
Avons-nous lu ? de Patrick Besson (Fayard, 2013) reprend une chronique parue dans
Marianne et consacrée à Sa dernière journée, de Jacques Lederer. On y trouve une
évocation des derniers instants de Georges Perec.
Vient de paraître chez Fayard, de Marina Vlady, C’était Catherine B., récit qui relate
l’amitié entre l’auteur et Catherine Binet, compagne de Georges Perec. Les évocations
de Perec y sont nombreuses. Marina Vlady a présenté son livre dans Le Tête à tête sur
France Inter le 5 mai 2013.
Plusieurs références à Perec figurent dans le livre de Martin Winckler Les Cahiers
Marcoeur, inédit mais disponible sur Internet :
http://www.martinwinckler.com/spip.php?rubrique25
Denis Cosnard, « Ça ne te dérange pas si on fait un détour ? », une analyse de L’Herbe des
nuits et de la dérive urbaine chez Patrick Modiano, publiée dans le catalogue de l’exposition
« Geografia Modiano » (Madrid, mai-juillet, 2013). Un passage y est consacré à la façon
dont Modiano rejoint dans ce livre l'écriture de Perec. On notera aussi la mention dans ce
texte des villages de Maillebois et Dampierre-sur-Blévy, bien connus des perecquiens.
http://lereseaumodiano.blogspot.fr/2013/05/la-derive-urbaine-de-patrick-modiano.html
Plus ancien
Le Tigre n° 12 (décembre 2011) présentait une « Enquête au tampon » de Gianpaolo
Pagni rassemblant les « traces d’objets collectés aux alentours du Café de la Mairie
[…] fréquenté par Georges Perec le 18 octobre 1974 à 12 h 40 pour écrire Tentative
d’épuisement d’un lieu parisien ».
Bulletin n°62 Juin 2013 p.16
Association Georges Perec
Varia
Une chanson de NAM intitulée « Rue Georges Perec » figure sur l’album Parmi les autres.
A écouter à partir de ce lien : http://www.tupak.tv/?p=6800
Le Tigre a publié dans son n° 21 (septembre 2012) la photo de l’inscription « G ORG
S P R C » figurant, en grosses lettres, sur une façade borgne de la rue Léon-Blum à
Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime).
A propos de Je me souviens : Georges Bellec, membre des Frères Jacques, et
Maurice Herzog, auteur d’Annapurna premier huit mille, sont morts le jeudi 13
décembre 2012, à 94 et 93 ans. Georges Bellec, né le 18 mars 1918, était, depuis le
décès du skieur centenaire Emile Allais (JMS 457) le 17 octobre dernier, le plus âgé
des personnages encore vivants de Je me souviens. C’est maintenant l’acteur Ephraïm
Zimbalist Jr (JMS 439), né le 30 novembre 1918. Rappelons aussi le JMS n° 387 :
« Je me souviens de l’expédition Orénoque-Amazone. Et d’Annapurna premier huit
mille. Et du Sherpa Tensing. » Le sherpa Norgay Tensing est mort le 9 mai 1986, à
quelques jours de son 72e anniversaire. L’auteur d’Expédition Orénoque-Amazone,
l’explorateur Alain Gheerbrant, est mort le 21 février 2013, à l’âge de 92 ans.
Le site La Mouche qui pique publie un montage photo intitulé Marie-Georges Perec
qui réunit l’écrivain et l’athlète Marie-José Pérec :
http://lamouche.org/2013/01/15/marie-georges-perec/
Le 16 février 2013, dans sa revue de presse sur France Inter, Ivan Levaï a cité le Je
me souviens n° 338 « Je me souviens de «Suivez le bœuf» ». L’actualité était alors
aux lasagnes à la viande de cheval.
L’AGP a reçu un livre de Simon Morris, plasticien anglais, intitulé Pigeon Reader.
Il s’agit d’une réédition en fac-simile d’un livre de Georges Perec paru en 1997 chez
Penguin Books (Species of Spaces and Other Pieces) édité par iam avec quelques
différences ; par exemple, l’article « Lire : esquisse socio-physiologique » de
Penser/Classer a été remplacé par des photos de pigeons becquetant les pages de
l’article, actualisation plastique de la phrase de Perec dans ledit article : « (...)
comme si, pour découvrir ce qu’il cherche, l’œil devait balayer la page (...) comme
un pigeon picorant le sol à la recherche de miettes de pain »; le fameux pingouin dans
son ovale (logo de la collection) a été remplacé par un pigeon, etc.
Dans Cher Monsieur Queneau : dans l’antichambre des recalés de la littérature
(Denoël, 2011), Dominique Charnay a rassemblé un certain nombre de lettres adressées
au responsable du comité de lecture Gallimard, par d’apprentis auteurs . Le début de
l’une d’elles, datée du 8 février 1967, éveille certains échos :
Académie de Reims
Lycée nationalisé mixte Diderot
Le 8 février 1967
Monsieur,
je me permets de vous écrire cette lettre qui certainement vous surprendra. Voici de
quoi il s’agit. J’ai profité des loisirs que me laisse mon métier - je suis documentaliste
comme vous pouvez le constater, je vous écris à dessein sur ce papier à en-tête afin
de vous montrer que je ne suis pas un plaisantin - j’ai mis à profit mes loisirs donc
pour écrire un roman. Ceci n’a rien d’extraordinaire et mon collègue du CNRS s’est
taillé un beau succès avec le sien en 1965 puisqu’il a obtenu le Renaudot. […]
Communiqué
L’Association a reçu ce message de Jean Mathieu :
Depuis quinze ans a lieu fin juin, dans le cadre intime d’un beau village de caractère
un marathon de lecture, 24 heures en continu, jour et nuit - de 18h à 18h. 96 lecteurs
se succèdent toutes les quinze minutes pour donner leur voix à une œuvre classique
lue dans son intégralité.
Il y a eu en 2000 Pourrat, puis L’Astrée - Flaubert – Proust – Rabelais – Sand –
Stendhal – Céline – Voltaire – Balzac – Rousseau – Camus – Hugo.
Chaque fois c’est une grande appréhension puis un immense bonheur d’avoir vu le
texte se dérouler et être reçu.
Cette année, samedi 22 et dimanche 23 juin, sera lu de Perec La Vie mode d’emploi.
Peut-être certains d’entre vous décideront, après d’autres informations, de faire le
déplacement et prendre une séquence de lecture.
Le texte est découpé en 96 morceaux auxquels correspond un horaire précis, de telle
sorte qu’à l’inscription on puisse connaître son horaire et préparer son texte.
Claude Burgelin, qu’un lien attache au village de Saint-Haon-le-Châtel, a donné une
réponse favorable.
Je suis à votre disposition (téléphone et mail) pour vous expliquer davantage l’intention
et le déroulement de cette « cérémonie » dont j’ai la maîtrise de l’organisation avec
quelques amis amoureux de littérature, calés dans une association : Demain dès
l’aube.
Avec mes cordiales salutations.
Jean Mathieu
Rue Chateaumorand
42370 SAINT-HAON-LE-CHÂTEL
Association Demain dès l’aube
04 77 64 21 90 / 06 31 11 30 94
mathieu.genealogie@wanadoo.fr
Bulletin n°62 Juin 2013 p.18
Association Georges Perec
Documents
Voici le texte écrit et lu par Claude Burgelin lors de la soirée anniversaire de
l’Association.
Le onzième roman
12/12/12
Nous voici aujourd’hui réunis pour célébrer la trentième parution du plus
étonnant des textes de Georges Perec, son onzième roman, L’Association, où il a
relevé ses défis narratifs les plus éblouissants.
Prenant au mot le cliché rebattu de « la mort de l’auteur », voici un roman qui
s’est construit avec un auteur aussi rigoureusement absent que la lettre « e » dans La
Disparition. Le roman s’est en outre bâti autour du principe du feuilleton dont l’auteur
entendait explorer toutes les potentialités. Et la parution des épisodes s’est poursuivie
avec une parfaite constance depuis trente ans.
On a pu comparer L’Association à La Vie mode d’emploi, tant il foisonne de
personnages. Son index nominum où se mêlent des noms illustres de la littérature
actuelle, par exemple ceux des meilleurs oulipiens, et des patronymes de toute nationalité
et de toute provenance, rivalise avec celui du roman du 11 rue Simon-Crubellier.
Le traitement des personnages y est époustouflant de hardiesse, même si on
relève des emprunts à Faulkner ou à Joyce. Ainsi un même personnage nommé Le
Président se révèle au cours des épisodes avoir des identités différentes au risque de
déconcerter le lecteur. C’est par de menus changements dans l’intonation ou le lexique
que les esprits les plus déliés repèrent cette transformation subtile.
S’il se sert parfois du procédé balzacien du retour des personnages (ainsi suspectet-on que le Bénabou aperçu au premiers chapitre a depuis quelques épisodes pris
l’identité de l’actant nomme Le Président), le roman L’Association casse ce que ce
procédé pourrait avoir de lassant : d’une part en éliminant parfois brutalement au
grand dam du lecteur et souvent à son vif chagrin certains personnages, d’autre part
en instillant des personnages nouveaux dont un trait caractéristique semble être la jeunesse,
donnant ainsi des couleurs inattendues, des enjeux imprévus à la narration.
Quel est le pitch de L’Association ? Tenter de reconstituer cette figure disparue
de l’auteur dont chaque personnage semble être secrètement amoureux. Dans cette
quête, chaque enquêteur paraît avoir un angle d’attaque particulier, un point de vue
spécifique, une façon singulière d’être épris de ce bel absent. Emprunt évident à La
Vie mode d’emploi, le puzzle joue là un rôle essentiel. Des pièces s’assemblent, tel
personnage croit dessiner ainsi le vrai profil de l’auteur… Mais il y a toujours du
manque, du faux, un x pas à sa place. L’influence d’Henry James ici saute aux yeux :
l’image dans le tapis reste toujours inachevée. Par là même la narration de
L’Association est sans cesse relancée sur de nouvelles pistes.
Il faut pardonner à l’auteur quelques procédés narratifs peut-être un peu
faciles, comme l’an dernier la réintroduction d’un manuscrit censément égaré au titre
médiévalisant, Le Condottière. On n’en voudra pas non plus à l’auteur du retour répétitif
(lassant ?) d’un épisode autour d’un trésor qui se serait accumulé, gardé jalousement,
dans la crainte de sa dilapidation. La détentrice du trésor est depuis quelques épisodes une
dynamique Canadienne venue de Chine. Les lecteurs les plus perspicaces subodorent
qu’elle a succédé à Harry Mathews comme agent de la C.I.A., venue espionner ce qui
se trame dans les labyrinthes de l’Arsenal, donnant ainsi une tonalité à la John Le
Carré à ce nouveau rebondissement de L’Association.
L’auteur fait curieusement un emprunt, tout à fait inattendu de sa part, à un
romancier qu’il semblait n’apprécier que médiocrement : André Gide. En effet, de même
que Gide a ajouté aux Faux-Monnayeurs le Journal des Faux-Monnayeurs, de même
a été adjoint à L’Association le Bulletin de l’Association, à la facture volontairement
grise et neutre (réminiscence du premier chapitre de La Vie mode d’emploi ?) où se
rassemblerait une somme d’éléments minuscules et de traces de mémoire dans la
continuité même de l’inspiration générale de l’œuvre.
Des esprits fâcheux ont cru bon de contester l’authenticité du roman, murmurant
qu’on n’y retrouvait pas toujours la patte de son auteur. On y décèle pourtant son goût,
son amour, sa passion pour l’accumulation (d’informations), pour la saturation (tant et
tant de détails), pour l’imitation, pour la citation (c’en est bourré), pour l’automatisation.
Un des arguments des détracteurs de l’authenticité de L’Association était que le nom
de l’auteur figurait en dessous du titre et non au-dessus comme c’est l’usage – non pas
Georges Perec, L’Association, mais pris dans un même syntagme collant littéralement
œuvre et auteur, L’Association Georges Perec. On savait pourtant Perec expert en
virevoltes et celle-ci n’aurait pas dû égarer.
Nous n’essaierons pas de contredire ces vétilleux à l’imagination bien sèche.
Qu’ils se souviennent que l’auteur a oscillé toujours entre deux postures : rester
caché, être découvert. Et qu’ils gardent en mémoire cette affirmation de Joseph
Brodsky : « Vous ne savez donc jamais, lorsque vous avancez de par ces labyrinthes,
si vous poursuivez un but ou si vous cherchez à vous fuir, si vous êtes le chasseur ou
la proie. » Tant que les chasseurs de Perec resteront sa proie, les livraisons de
L’Association, la trente et unième bientôt, seront toujours aussi impatiemment attendues.
Jacques Roubaud, pour la même soirée, a proposé ce « Néo-hétérogramme en
hommage à Georges Perec » :
Georges Perec, un romancier
Il sut son âpre
Rôle épuisant :
Poser, à la nuit,
Le point, là, sur
La prose butin,
Eruption sale,
Au loin et près,
Lac proustien.
D’une part, lois,
Poids naturel,
Et, pur son pâli
L’autre, son pli.
Bulletin n°62 Juin 2013 p.20
Association Georges Perec
Alain Zalmanski a retrouvé dans ses archives :
- le n° 1 de La Chronique des écrits en cours (Les éditions de l’équinoxe, 1981) qui
contient des textes de Ricardou, Lahougue et surtout le rare « Prise d’écriture » de
Georges Perec
- le n° 11 d’International de l’Imaginaire (hiver 1988-1989) : l’article de 34 pages
intitulé « Arguments » est la transcription d’un enregistrement d’un comité de rédaction
de la revue. Cela se passe chez Edgar Morin et interviennent Axelos, Duvignaud,
Morin, Fougeyrollas et Georges Perec, très politique.
- un dossier du Monde littéraire (n° 6, janvier 1995) : cahier de 4 pages d’hommages
à Perec reprenant des articles du Monde, signés Poirot-Delpech (2), Jacqueline Piatier
(3), Jacques Roubaud, John Sturrock, Michel Braudeau, Claude Burgelin, Éric
Beaumatin…
Carnet
Bernard Magné est mort le 5 décembre 2012.
Sa famille a fait paraître l’avis de décès dans La Dépêche du Midi le 9 décembre et dans
Le Monde du 12 décembre.
Un avis signé Corinne Dupuy, Paulette Perec, Ela Bienenfeld et l’AGP a paru dans Le
Monde du 22 décembre. Mireille Ribière lui a rendu hommage dans un article publié
sur le site du même quotidien le 21 décembre, article repris et enrichi sur le site de
l’Association.
http://www.associationgeorgesperec.fr/spip.php?article107
On nous prie d’annoncer le décès de Jean-Jacques Blumbergs, le 16 avril 2012. Il
avait été l’un des premiers membres de l’Association Georges Perec. Son épouse
Dany a fait don à celle-ci d’une partie de sa bibliothèque perecquienne. Qu’elle en
soit vivement remerciée, en mémoire de Jean-Jacques.
Merci
Les personnes suivantes nous ont adressé des renseignements pour la constitution de
ce Bulletin ou des documents qui ont rejoint notre fonds : Michèle Audin, Ela
Bienenfeld, Camille Bloomfield, Roland Brasseur, Claude Burgelin, Daniel Bilous,
Alain Chevrier, Pierre Cohen-Hadria, Danielle Constantin, Denis Cosnard, Rachel
Easterman-Ulmann, Jacques Gaudier, Christine Gérard, Pierre Getzler, Françoise
Granger, Véronique Guasco, David Gugenheim, Maryline Heck, Francis Henné,
Jean-Luc Joly, Marc-Gabriel Malfant, Jean-Jacques Mateu, Laurent Ollivon-Casier,
Jean-Michel Pochet, Christelle Reggiani, Mireille Ribière, Jacques Roubaud, JeanPierre Salgas, Rémi Schulz, Philippe Simon, Serge Sion, Alexis Zadounaïsky, Alain
Zalmanski.
Assemblée générale
Association Georges Perec
Procès-verbal de l’Assemblée générale ordinaire
du 12 janvier 2013
Sous la présidence de Marcel Bénabou et en présence de Bruno Blasselle, directeur de
la Bibliothèque de l’Arsenal, l’Assemblée générale est ouverte à 15h dans le salon de
musique nouvellement restauré.
Le président présente ses vœux et remercie Bruno Blasselle et la Bibliothèque de
l’Arsenal pour l’accueil réservé à l’Association.
En réponse aux remerciements du Président, Bruno Blasselle prononce quelques
paroles de bienvenue, se félicite de la tenue, le 12.12.12, de la fête des 30 ans de l’AGP
à la Bibliothèque de l’Arsenal et souhaite que d’autres manifestations festives de ce
genre puissent avoir lieu dans l’avenir. Il annonce que les travaux dans le bâtiment sont
presque finis et donne quelques informations sur la rénovation du salon de musique où
nous nous trouvons.
L’ordre du jour proposé sur la convocation est ensuite adopté sans modification.
1. Jean-Luc Joly, secrétaire, présente le rapport administratif et moral
Secrétariat
Je voudrais de nouveau, en 2013, ne pas ouvrir ce compte-rendu d’activités du secrétariat
de l’AGP sans adresser d’abord mes plus vifs et sincères remerciements à tous ceux qui
m’ont m’aidé cette année dans ma tâche, tout particulièrement Raoul Delemazure,
Virginie Tahar et Paulette Perec. Je voudrais également remercier pour sa contribution
régulière Danielle Constantin.
Entre le 5 janvier et le 20 décembre 2012 ont été assurés 49 permanences du jeudi et
rendez-vous exceptionnels accordés à des visiteurs de passage, soit 8 de plus qu’en 2011.
Nous avons accueilli 76 visites (pour rappel : 57 en 2011), ce qui donne cette année une
moyenne (qui ne veut toujours rien dire) de 1,55 visiteur par permanence (1,39 en 2011).
Rares sont les permanences où nous n’avons aucun visiteur; assez fréquentes celles où
nous ne savons plus où les faire asseoir, la palme étant remportée par la permanence du
11 juillet, dernière régulière avant les vacances d’été, où 9 personnes se sont retrouvées
simultanément dans notre local exigu !
Je voudrais aussi de nouveau, cette année, rendre compte en priorité de ce qu’est
le quotidien de notre association. En effet, que faisons-nous lors de ces permanences ?
Sans hiérarchiser : nous répondons au courrier postal et surtout électronique; nous répondons
au téléphone; nous recevons dons et cotisations et faisons de menues dépenses, tout cela
consigné dans les livres de comptes; nous nous maintenons en relation avec les ayants
droits; nous enregistrons et archivons livres, thèses, mémoires, articles, coupures de
presse, catalogues, dépliants, documents audio-visuels, affiches, objets perecquiens
et j’en oublie probablement; nous approvisionnons notre rayon publications et assurons
la vente, parfois même l’expédition de celles-ci; nous aidons à la consultation de nos
différents fonds (le Fonds Georges Perec, la Réserve de l’Association, le fichier photos,
les livres de Perec, les livres sur Perec, les travaux universitaires, les classeurs d’articles,
les dossiers de documents divers, les documents audio-visuels); nous dialoguons avec les
Bulletin n°62 Juin 2013 p.22
Association Georges Perec
chercheurs, artistes, traducteurs, responsables de projets et lecteurs passionnés qui nous
rendent visite et les aidons du mieux que nous pouvons; nous envoyons des photocopies
de documents à des personnes de l’étranger ou de province qui ne peuvent pas se
déplacer; nous conseillons dans leurs projets perecquiens toutes sortes de gens; nous
renseignons des amateurs curieux; recevons remarques et plaintes de la Perecquie;
tâchons d’avoir l’œil sur l’activité perecquienne globale; aidons à des manifestations;
en organisons nous-mêmes; tâchons de progresser dans l’archivage des documents non
encore répertoriés ou d’optimiser l’archivage de ce qui l’est déjà; trions, rangeons,
remplaçons, réparons, jetons (rarement) !
En ce qui concerne la recherche perecquienne, vue depuis le secrétariat, elle
continue d’afficher une belle santé internationale puisque nous avons reçu en 2012 des
visiteurs venus de France mais aussi des Pays-Bas, d’Angleterre, du Japon, du Brésil,
des Etats-Unis, d’Italie, de Suède, d’Allemagne, d’Australie, de Taïwan, du Danemark.
La première place revient comme l’an passé aux chercheuses italiennes; le Brésil est en
passe de devenir un concurrent sérieux de l’Italie; les pays anglo-saxons et asiatiques
sont toujours bien représentés. L’œuvre de Perec la plus sollicitée par la recherche
demeure La Disparition (principalement pour des études de traductologie) mais on
trouve aussi des travaux en cours sur Lieux, La Clôture, W ou le souvenir d’enfance,
Ellis Island, Espèces d’espaces, La Boutique obscure, Penser/Classer, Un cabinet
d’amateur et Le Condottière (déjà !). Je vous laisse libre de l’interprétation de cette liste
en précisant néanmoins qu’il s’agit plus souvent de mémoires que de thèses !
En ce qui concerne les projets perecquiens, nous avons entre autres peu ou
prou aidé cette année :
– à l’établissement d’une carte des lieux perecquiens de Paris par une plasticienne
néerlandaise
– à divers travaux de plasticiens s’inspirant de ou impliquant d’une manière ou d’une
autre Perec (dont ceux d’un groupe anglais s’intéressant tout particulièrement à des
photographies de pigeons prises par Perec lors des repérages pour le tournage des Lieux
d’une fugue)
– à la réalisation de la page Perec du site éducatif de la chaine télévisée France 5
– au projet de création d’un Prix Perec par l’OFPRA (office s’occupant de réfugiés)
– à la rectification d’une erreur concernant Georges Perec sur le dépliant du Père-Lachaise
– à l’avancement du travail de recherche du Théâtre Juif de Stockholm pour la réalisation
à venir d’un spectacle sur Perec (à partir d’Ellis Island et de W ou le souvenir d’enfance)
– à un projet de mise en scène de La Poche Parmentier
– à la cérémonie de pose d’une plaque de rue lipogrammatique « Gorgs Prc » au Café
de la Mairie, place Saint-Sulpice
– à l’ouverture d’un roman qui se passera dans une exposition de manuscrits d’écrivains
où figurera une page d’Un homme qui dort
– à la reconstitution de la correspondance entre Perec et Eugène Helmlé que la radio
sarroise devrait prochainement faire publier
etc.
J’ai le plaisir, pour finir ce chapitre, de vous informer : que le classement de la réserve
de l’Association entrepris par Paulette Perec, d’abord avec l’aide de Bernard Magné
puis de la mienne, a été achevé; nous allons prochainement nous attaquer aux documents audio-visuels; que le groupe Perecofil (principalement constitué de Dominique
de Liège et d’Elisabeth Girard-Léthier) déposera prochainement à l’AGP ses broderies
de textes de Perec, ce qui constitue un legs considérable.
Publications
Elles ont été naturellement nombreuses en cette année du trentième anniversaire de
la disparition de Georges Perec :
– en ce qui concerne l’œuvre de Perec, les rééditions et les traductions se succèdent à un
rythme soutenu; à noter surtout l’édition de l’inédit Condottière au Seuil en mars 2012
avec une préface de Claude Burgelin, publication qui a donné lieu à une activité de
communication intense (presse et présentations, rencontres, notamment lors d’une soirée
organisée par l’éditeur à la Maison de l’Amérique latine le 6 mars avec des interventions
de Marcel Bénabou, Claude Burgelin, Maxime Decout et Maurice Olender).
– en ce qui concerne la recherche, l’année 2012 a vu la parution, entre autres : en tout
début d’année, du numéro 993-994 (janvier-février 2012) de la revue Europe consacré
à Georges Perec; en juin des actes du colloque de Buffalo L’Oulipo à 50 ans organisé
par Camille Bloomfield, Marc Lapprand et Jean-Jacques Thomas, dans le numéro 16
de la revue Formules; et en décembre de ceux du colloque de Nancy Georges Perec
artisan de la langue organisé par Véronique Montémont et Christelle Reggiani, aux
Presses Universitaires de Lyon.
On trouvera un répertoire plus détaillé dans les numéros 60 et 61 du Bulletin de
l’Association.
Cahiers Georges Perec : pas de volume publié cette année mais le numéro 12 consacré
aux Espèces d’espaces perecquiens, sous la direction de Danielle Constantin, JeanLuc Joly et Christelle Reggiani, est en cours d’élaboration (le sommaire est bouclé et
les articles commencent à arriver); il devrait être publié, si tout va bien, au dernier
trimestre de cette année 2013.
En projets (avérés ou souhaitables) : un volume sur la traduction dirigé par Eric
Beaumatin et Maria-Eduarda Keating; un volume de Perecollages 2 en hommage à
Bernard Magné et rassemblant ses principaux articles parus ultérieurement au
Perecollages 1, sous la direction de Véronique Montémont; peut-être toujours le
volume sur la radio projeté par Hans Hartje; et enfin un volume consacré aux filiations
perecquiennes étrangères qui complèterait utilement le numéro 11 consacré aux filiations
françaises sous la direction de Maryline Heck. Ces prochains volumes ne sont pas ici
signalés par ordre de préséance et ne doivent naturellement pas stériliser d’autres
excellentes idées : ce ne sont que des indications et la règle non écrite des Cahiers
Georges Perec est que le premier volume autorisé complété est le prochain publié !
S’agissant toujours des Cahiers, Eric Beaumatin et Cécile de Bary ont entrepris une
réflexion pour les doter de divers comités devant accorder à l’unique publication
perecquienne faisant autorité une visibilité et une légitimité accrues (comité scientifique international; comité exécutif; comité de lecture). L’éditeur des Cahiers
Georges Perec devrait continuer à être Le Castor Astral, essentiellement pour des raisons
de cohérence de collection et de diffusions élargie (c’est-à-dire non restreinte à la
sphère universitaire); les responsables de publication s’engagent ou devront s’engager
à fournir à l’éditeur un volume pré-mis en page.
Le projet (décidé l’an passé suite au constat que les Cahiers Georges Perec étaient
absents, particulièrement pour les derniers numéros, des rayons de nombreuses
bibliothèques) d’envoyer aux principales institutions susceptibles d’être intéressées
un courrier signalant l’existence de notre publication et recommandant d’effectuer
auprès du Castor Astral une « commande permanente » n’a reçu qu’un maigre commencement d’exécution, faute de temps. Nous cherchons un ou une bénévole susceptible de s’investir dans cette tâche nécessaire et utile (collecte des adresses, envoi
d’un courrier; le traitement des réponses sera fait avec son accord par l’éditeur).
Bulletin n°62 Juin 2013 p.24
Association Georges Perec
Manifestations, séminaire, Bulletin
L’AGP a contribué à l’organisation de diverses manifestations cette année :
– Le Marathon des mots de Toulouse, en avril et juin, en partie consacré à Perec
(conseil; participation de Marcel Bénabou)
– colloque et exposition consacrés à Perec et Cortázar à Buenos Aires en mars
(participation de Marcel Bénabou et Danielle Constantin; aide à la réalisation d’une
exposition)
– exposition de broderies du groupe Perecofil à la librairie Aux livres etc. (Paris Xe)
en juin (interventions de Paulette Perec et Jean-Luc Joly)
– lecture-concert d’Un homme qui dort à l’Hôtel de Massa (participation de Raoul
Delemazure) en juin également
–exposition et manifestations autour de Je me souviens à Margny-lès-Compiègne
(conseil; prêt de l’exposition [rénovée pour l’occasion par nos soins] Visages de
Georges Perec).
A venir : le 15 janvier 2013 à 20h30, le mardi littéraire de Jean-Lou Guérin au premier
étage du Café de la Mairie, place Saint-Sulpice (Paris VIe) sera consacré à Perec. Y
participeront pour des présentations d’ouvrages qui seront accompagnées de lectures
de textes de Perec : Claude Burgelin, Cécile de Bary, Jean-Luc Joly, Paulette Perec
et Mireille Ribière. Ce soir 12 janvier : une soirée d’hommage à Bernard Magné
organisée par Corinne Dupuy avec l’aide d’Elisabeth Girard-Léthier se tiendra à la
galerie du CROUS, 11 rue des Beaux-Arts (Paris VIe).
Le séminaire de 2012, organisé par Christelle Reggiani (et par exception animé cette
année par Jean-Luc Joly), s’est déroulé le 2 juin à l’Université Lille III (conjointement
à des manifestations oulipiennes en hommage à Harry Mathews organisées par Zazie
mode d’emploi). Y sont intervenus : Marie Bonnot, Raoul Delemazure, Virginie
Tahar, Tonia Raus et Philippe Piedevache. Certaines des communications prononcées
à cette occasion sont en ligne sur le site de l’AGP; un compte-rendu détaillé rédigé
par Eloïse Damerose est disponible dans le bulletin n° 61 (décembre 2012).
Le Bulletin de l’AGP a connu deux livraisons cette année, toujours assurées par
Philippe Didion pour le secrétariat de rédaction et Rachel Easterman-Ulmann pour la
mise en page. Qu’ils soient ici, une nouvelle fois, chaleureusement remerciés et félicités.
Tous les bulletins depuis la création de l’AGP (hormis le dernier) sont désormais
consultables en ligne sur le site de l’Association, grâce à son animatrice Danielle
Constantin.
Les 30 ans de l’AGP
Le 12.12.12 s’est déroulée dans la salle de lecture de la Bibliothèque de l’Arsenal la
fête des 30 ans et un jour de l’AGP (créée le 11 décembre 1982), organisée par Raoul
Delemazure, Jean-Luc Joly et Virginie Tahar avec l’aide d’Eric Beaumatin, Paulette
Perec et, à l’Arsenal, de son directeur Bruno Blasselle et de Claire Lesage, en présence
d’environ 80 invités. Cette soirée a été dédiée à Bernard Magné, décédé le 5 décembre.
Sont d’abord intervenus notre président, Marcel Bénabou, et deux anciens présidents,
Jacques Roubaud et Claude Burgelin; Corinne Dupuy et Véronique Montémont ont
évoqué la mémoire de Bernard Magné (à cette occasion, Corinne Dupuy a confié à
l’AGP l’émouvant exemplaire de travail de La Vie mode d’emploi de Bernard, très
richement annoté, de façon que nous en réalisions une photocopie et la mettions à disposition des chercheurs; qu’elle en soit ici vivement remerciée) ; Pierre Getzler,
Etienne Lécroart, Michèle Audin et Benjamin Lazar ont lu des textes sur et de Perec;
Jehanne Carillon, Jean-Marc Lallement et Olivier Salon ont lu un extrait de
L’Augmentation (mise en scène de Marie Guyonnet et Jean Pennec); Vincent
Bouchot, accompagné au piano par Denis Chouillet, a interprété des extraits de La
Cantatrice sauve de Perec mis en musique par Bruno Gillet (en présence du compositeur)
et de « De la difficulté qu’il y a à imaginer une cité idéale » de Perec mis en musique
par Denis Chouillet. A l’occasion de cette manifestation a été édité un badge
commémoratif (12.12.12). Certains textes inédits créés pour l’occasion (un poème
hétérogrammatique de Jacques Roubaud, une étude de L’Association, roman apocryphe
de Perec, par Claude Burgelin, un poème-portrait de Perec par Etienne Lécroart)
seront sans doute publiés dans le Bulletin n° 62 (juin 2013). Un compte-rendu plus
détaillé assorti de documents (textes, photos, films) sera prochainement disponible
sur le site de l’AGP.
La revue de la BNF serait preneuse d’un court article sur l’AGP à l’occasion de ses
30 ans. Appel à rédacteur donc !
Site de l’AGP
Je laisse à Danielle Constantin le soin d’en parler, non sans la remercier une nouvelle
fois pour le beau travail réalisé et les idées d’enrichissements qu’elle va vous exposer.
Au total, une année de nouveau fort (et j’espère bien) remplie. Comme je l’écrivais dans
l’éditorial du dernier Bulletin, l’AGP à trente ans est comme la femme balzacienne du
même âge qui sait demeurer jeune fille dans la maturité.
Ce rapport est adopté à l’unanimité.
2. Danielle Constantin, trésorière, présente le rapport financier.
Voir le tableau du Rapport financier pour l’année 2012.
Pour ceux qui suivent les péripéties du feuilleton L’Association de Georges Perec,
voici un nouvel épisode ayant trait à ce fameux trésor dont je suis la gardienne (et non
la détentrice). D’abord, une bonne nouvelle : le trésor est encore plus précieux qu’il
ne l’était l’année dernière à la même date. Mais la vraie bonne nouvelle n’est pas tant
que nous ayons plus de pièces d’or dans nos coffres, mais bien que nous ayons recruté
(ou retrouvé) un nombre notable de membres cotisants. Car notre vraie richesse, je le
rappelle, ce sont nos membres. Ainsi, en 2011, soixante-huit personnes avaient payé
leur cotisation. En 2012, ils ont été quatre-vingt quatorze, une augmentation de près
de 40 %. J’ai encore le rêve d’atteindre le chiffre magique de cent membres (moins
un si on veut introduire un clinamen). J’espère qu’il sera atteint en 2013. J’en profite
pour remercier tous ceux qui ont, dans ces temps difficiles, mis la main à la poche
Bulletin n°62 Juin 2013 p.26
Association Georges Perec
pour soutenir financièrement l’AGP : les membres cotisants bien sûr, surtout ceux
qui, année après année, ne manquent jamais, ou très rarement, de nous soutenir, mais
aussi nos généreux donateurs : Mme Margaret Helmlé nous a fait parvenir 300 €,
Serge Sion a payé sa cotisation avec un chèque de 50 € (et ce n’est pas la première
fois), Haruo Sakazume nous a envoyé 120 € et Dominique Lerond, 150 €. Lors des
célébrations du trentenaire de l’AGP, Jean-Luc et Marie-Christine Joly ont eu la brillante idée de fabriquer des badges (macarons en français du Canada) à l’effigie de
notre écrivain (frais de fabrication : 25 €). Ces macarons ont été offerts en invitant
les gens à faire un don à l’AGP. Cette heureuse initiative a permis de récolter 254 €.
Que tous ceux qui nous ont soutenus en 2012 soient encore une fois remerciés.
En 2012, nos finances sont demeurées saines : le montant de nos revenus a dépassé
celui de nos dépenses. Nous avons envoyé deux bulletins (les numéros 60 et 61),
offert des cadeaux à nos précieux bénévoles (Jean-Luc Joly, Raoul Delemazure et
Philippe Didion) et acheté des publications (pour enrichir notre fonds documentaire
ou pour les céder à nos membres à prix coûtant). En rapport avec l’informatique :
nous avons défrayé les coûts annuels pour la maintenance de notre site Internet ainsi
que pour la location du serveur qui l’héberge; nous avons aussi acheté du matériel
(une imprimante, un écran et un logiciel Filemaker). Pour la première fois, nous
avons souscrit une assurance qui couvre notre responsabilité civile et une partie de
notre matériel (prime annuelle : 152,60 €). Les coûts pour la fête du trentenaire de
l’Association se sont élevés à 414,23 € (nourriture, breuvages, matériel de table et
fabrication des macarons) dont seulement 294,23 € portent sur le budget 2012. Ceci
est très raisonnable, surtout si l’on considère la qualité exceptionnelle de l’événement.
J’en profite pour remercier les organisateurs qui ont fait preuve de responsabilité
financière.
Pour l’année 2013, nous espérons encore augmenter le nombre de nos membres cotisants.
Nous envisageons aussi des dépenses extraordinaires pour un projet de mise en ligne
de nos fichiers documentaires. Afin d’étudier ce projet et de rédiger un cahier des
charges, nous avons réuni une équipe : Raoul Delemazure, Jean-Luc Joly, Paulette
Perec et moi-même.
À propos du site de l’AGP : Florent di Bartolo est toujours responsable de la maintenance
technique alors que je remplis bénévolement les fonctions de webmestre, qui consistent
principalement à mettre à jour le contenu des différentes rubriques. Au cours de l’année
2012, le nombre de visites quotidiennes du site a augmenté de 50 % pour atteindre
une moyenne de 33 visites par jour. Depuis son ouverture au printemps 2010, le site
a accueilli un peu plus de 18 500 visites. Les actualités, les bulletins et les articles
du Cabinet d’amateur sont particulièrement prisés. Plusieurs personnes utilisent le
bulletin d’adhésion pour joindre l’Association. Les soixante premiers numéros du
bulletin sont maintenant en ligne. Trois articles sont venus s’ajouter à la rubrique Le
Cabinet d’amateur (auteurs : Virginie Tahar, Eric Lavallade et Ela Valimareanu) et
Christelle Reggiani a mis à jour, comme chaque année, sa précieuse bibliographie des
études perecquiennes. Comme je l’ai déjà dit, les coûts associés au site sont peu élevés
si l’on considère l’effet positif de ce média sur notre visibilité et notre notoriété.
Ce rapport est adopté à l’unanimité.
Association Georges Perec
Bibliothèque de l’Arsenal
1, rue de Sully
Paris 75004
Janv. 2013
Bilan 31-12-2012
Reliquat de l’excercie 2011
10 613,46
RECETTES 2012
Cotisation et dons
Cession de publication aux membres AGP
Produits du Livert A
Subvention
3 544,00
400,69
252,12
0,00
Total
4 196,81
Reliquat 2011 + Recettes 2012
4 196,81
14 810,27
DEPENSES 2012
Achats de publications
Cadeaux pour les bénévoles
Reprographie, papeterie, bulletin
Timbrage
Equipement informatique
Maintenance annuelle site web
Location du serveur
Assurance
Frais de banque
Célébrations du trentenaire de l’AGP
411,70
200,00
1 039,07
317,11
482,78
218,00
28,56
20,19
100,00
294,23
Total
3 111,64
Reliquat 2011 + Recettes 2012 - Depenses 2012
3 111,64
11 698,63
Solde au 31 décembre 2012
Compte courant
Livret A
Caisse et timbre
482,94
11 215,79
Total
11 698,73
11 698,73
Bulletin n°62 Juin 2013 p.28
Association Georges Perec
3. Discussion
Marcel Bénabou nous apprend qu’une nouvelle manifestation Perec a eu lieu à
Buenos Aires en septembre et que cette manifestation, le colloque de printemps ainsi
que diverses activités connexes ont créé une sorte de mode Perec en Amérique du Sud.
Marie Bonnot se propose pour prendre en charge l’opération de relance des Cahiers
dans les bibliothèques. Cécile de Bary suggère que les universitaires membres de
l’AGP servent de relais dans leurs institutions pour cette opération.
A propos du projet de mise en ligne des fichiers de l’AGP proposé par Danielle
Constantin, Paulette Perec rappelle que mis à part le fichier OGP (œuvres de Georges
Perec), qui a été élaboré avec des critères constants, les autres, constitués au fil du
temps par des secrétaires différents, doivent être d’abord « toilettés » et homogénéisés
avant d’être transformés en bases de données et mis en ligne. Cécile de Bary rappelle
aussi que J.B. Guinot a mis en ligne sur son site une partie de notre fichier d’ouvrages
critiques et qu’il est peut-être possible de partir de là. Danielle Constantin précise
qu’on commencera avec un fichier qui servira ensuite de prototype. Paulette Perec
ajoute que nos collections sont souvent incomplètes et que ce sera là une bonne occasion
de les parfaire. Sylvia Richardson s’interroge sur la possibilité de mettre en ligne des
fichiers pdf des articles conservés à l’AGP; ce travail s’avèrerait trop lourd; comme le
précise Paulette Perec, la mise en ligne de nos fichiers ne peut servir qu’à une information
documentaire préalable au travail sur les textes en bibliothèque. Cela peut surtout
considérablement faciliter la tâche des chercheurs étant donné le caractère limité dans
le temps de nos permanences.
Eric Beaumatin présente l’état actuel de sa réflexion et de celle de Cécile de Bary sur
le renouvellement ou la création de comités pour les Cahiers Georges Perec. Il s’agit,
avec cet « ours » nouveau, d’ajuster notre publication aux standards modernes de
référenciation scientifique. Il précise qu’il faudra citer Bernard Magné comme fondateur
et définit le rôle du comité de rédaction, de lecture et du comité scientifique. Le premier
sera constitué de 5 à 7 membres dont le rôle est de piloter la publication et de suivre
de près l’élaboration des numéros; le second sera constitué de membres disponibles,
dévoués et compétents, chargés de pré-lire les articles et de décider de leur acceptation
ou non; le troisième, international et de préférence « pléthorique », est une sorte
d’affichage de garantie scientifique en même temps qu’une cartographie mondiale,
immédiatement lisible, des spécialistes de Georges Perec. La constitution de ces
comités est en cours et la question devrait être réglée pour la réunion du prochain CA
de l’AGP en décembre 2013.
Marcel Bénabou rappelle les termes de la discussion de l’an passé sur notre choix de
continuer à éditer les Cahiers au Castor Astral. Isabelle Vernay informe que les
éditions du Sandre pourraient être intéressées par notre publication.
4. Renouvellement statutaire de la moitié sortante du Conseil d’administration
Les membres sortants cette année sont : Marie Bonnot, Claude Burgelin, Jean-Luc
Joly, Bernard Magné (décédé), Paulette Perec, Christian Ramette, Christelle
Reggiani, Mireille Ribière. Marie Bonnot, Claude Burgelin, Jean-Luc Joly, Paulette
Perec, Christian Ramette, Christelle Reggiani sont candidats au renouvellement.
Raoul Delemazure est candidat au poste de Mireille Ribière; Philippe Didion à celui
de Bernard Magné. Tous les candidats sont élus.
Composition du nouveau CA : Eric Beaumatin, Marcel Bénabou, Marie Bonnot, Claude
Burgelin, Danielle Constantin, Cécile de Bary, Raoul Delemazure, Philippe Didion, Hans
Hartje, Jean-Luc Joly, Paulette Perec, Christian Ramette, Christelle Reggiani, Silvia Richardson.
6. Constitution du bureau par le Conseil d’administration
Le Conseil d’Administration se retire pour procéder à l’élection du bureau. Après délibération, le bureau est ainsi constitué :
Président : Jean-Luc Joly - Secrétaire : Raoul Delemazure - Trésorière : Danielle Constantin
Marcel Bénabou remet, pour les remercier de leur travail, des bons-cadeaux de la Fnac à
Raoul Delemazure, Philippe Didion et Jean-Luc Joly. Des bons seront aussi envoyés à Rachel
Easterman-Ulmann et au responsable de la loge de l’Arsenal, M. Moro.
L’assemblée se clôt sur des remerciements du nouveau bureau à Marcel Bénabou
chaleureusement applaudi par l’assemblée debout pour ses neuf années de présidence à la
tête de l’AGP.
L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 17h00.
Publications en vente
L’Association Georges Perec tient à la disposition de ses membres les ouvrages suivants :
Cahiers Georges Perec
Le Cabinet d’amateur
n° 2 :
n° 3 :
n° 9 :
n° 10 :
n° 11 :
20 €
05 €
20 €
22 €
20 €
n° 1 :
n° 2 :
n° 3 :
10 €
10 €
10 €
Georges Perec : Un petit peu plus de quatre mille poèmes en prose pour Fabrizio Clerici : 20 €
Bianca Lamblin : Lecture critique de la biographie de David Bellos : 9 €
De Perec etc., derechef. Mélanges offerts à Bernard Magné : 20 €
Bernard Magné : Perecollages : 5 €
Manet Van Montfrans : Georges Perec. La contrainte du réel : 23 €
Ecrire l’énigme. Actes du colloque de la Sorbonne : 25 €
L’Œuvre de Georges Perec : réception et mythisation. Actes du colloque de Rabat : 5 €
Europe, numéro 993-994, Georges Perec : 18 €
Renouvellement des cotisations pour 2013
20 € pour les étudiants et 30 € pour les autres.
Nous vous serons très reconnaissants de nous payer par chèque le plus souvent possible, et d’éviter absolument
les mandats et les eurochèques. Vous pouvez cependant utiliser le virement, en nous envoyant en même temps
un courrier (postal ou électronique). Pour les virements, nous vous rappelons les coordonnées de notre compte.
_______________
Caisse d’Epargne
Guichet du 30, rue Saint-Antoine, 75004 Paris
C/étab
C/guichet
17515
90000
Domiciliation CE ILE DE FRANCE PARIS
N/compte
04514866010
C/rice
75
___________________________________
COTISATION 2013
NOM :...............................................................................................................
Prénom :..........................................................................................................
Profession :......................................................................................................
Adresse (en cas de changement) :
...........................................................................................................
...........................................................................................................
...........................................................................................................
Numéro de téléphone :....................................................................
Courriel : ....................................................….………….......................
L'Association Georges Perec tient une permanence à son siège
le jeudi après-midi de 13h à 16h.
sauf les jours fériés et durant le mois d’août.
Publication interne de l'Association Georges Perec
ISSN 0758 3753
Tirage à 180 exemplaires
Juin 2013
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising