Accès au guide : Accessibilité - La Direction de l`action touristique

Accès au guide : Accessibilité - La Direction de l`action touristique
Guide technique de mise en accessibilité
des établissements touristiques :
Mise à jour : Juillet 2015
Réglementation - Qualité d’usage
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
2/117
Introduction
Anjou Tourisme, Loire Atlantique Développement et Vendée Expansion accompagnent les professionnels du tourisme au quotidien.
La marque nationale "Tourisme & Handicap" dans un premier temps, puis la Loi pour l'Égalité des Droits et des Chances, la Participation et la Citoyenneté des
Personnes Handicapées depuis 2005, ont conduit ces organismes institutionnels à prendre la mesure des difficultés complexes auxquelles doivent faire face les
professionnels du tourisme pour pouvoir accueillir le plus grand nombre dans des conditions adaptées aux besoins de chacun.
C’est pour y faire face qu’a été réalisé, en partenariat et avec la collaboration de la Direction Départementale des Territoires du Maine et Loire « le Guide
technique d’accessibilité dans les établissements touristiques – Réglementation et qualité d’usage ».
Les professionnels du tourisme pourront ainsi, grâce à cet outil de travail :
1/ Apprécier point par point, étape par étape, la qualité d’accessibilité de leur établissement pour les différents types de handicaps,
2/ Vérifier leurs appréciations au regard des textes de loi et des explications qui les accompagnent,
3/ Comprendre le bien-fondé des exigences réglementaires grâce aux explications fournies concernant les pratiques et limites des personnes en fonction de
leurs handicaps,
4/ Envisager les aménagements et appréhender les solutions techniques conformes à réaliser grâce notamment aux croquis,
5/ Eviter les erreurs de base souvent rencontrées grâce aux indications spécifiques et aux photos commentées.
Anjou Tourisme, Loire Atlantique Développement et Vendée Expansion se tiennent à leur disposition pour étudier avec eux leurs projets avant toute réalisation.
Les coordonnées des référents départementaux sont mentionnées à la fin de ce guide.
Ce guide a fait l'objet d'une collaboration avec la Fédération Régionale des Vignerons Indépendants des Pays de la Loire à la demande de laquelle nous avons
conçu des fiches spécifiques, réparties par rubrique.
Nous remercions les vignerons indépendants qui ont accepté que les photos soient prises dans leurs établissements pour illustrer ce guide pratique.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
3/117
Sommaire (Cliquez sur les numéros de pages pour y accéder directement. Cliquez sur « retour au sommaire » à la fin de chaque chapitre pour revenir sur cette page)
I.
Mode d’emploi ...................................................................................................................................................................................................................................... 4
II. Qui est concerné ? ................................................................................................................................................................................................................................. 5
III. Mise en conformité d’un établissement existant : ce que vous devez faire ......................................................................................................................................... 6
IV. Règles à suivre pour la création d’un ERP ou d’une IOP ....................................................................................................................................................................... 8
V. Ce qu’il faut savoir avant tout : les différents espaces nécessaires à une personne en fauteuil roulant ............................................................................................. 9
A. Les parkings et places de stationnement appartenant à l’établissement (hors parking sur les emplacements des campings) ..................................................................... 12
B. Les barrières d’accès, le digicode et le dispositif d’appel, les commandes d’ouverture automatique ........................................................................................................... 16
C. Les ruptures de niveaux, ressauts et pentes .................................................................................................................................................................................................... 19
D. Les portes ......................................................................................................................................................................................................................................................... 22
E. Signalétique ...................................................................................................................................................................................................................................................... 30
F. Les cheminements intérieurs et extérieurs ..................................................................................................................................................................................................... 37
G. Les escaliers, marches et ascenseurs ............................................................................................................................................................................................................... 48
H. Les différents locaux accueillant les prestations .............................................................................................................................................................................................. 55
H.1. L’accueil..................................................................................................................................................................................................................................................... 56
H.2. Le point de vente / la boutique ................................................................................................................................................................................................................. 62
H.3. La salle de restauration / le bar / la salle de réception/ la salle de petit-déjeuner .................................................................................................................................. 65
H.4. L’espace bien être ..................................................................................................................................................................................................................................... 71
H.5. Tables et comptoirs pour la dégustation et la vente – Spécificités des domaines viticoles ...................................................................................................................... 74
I. Les WC .............................................................................................................................................................................................................................................................. 76
J. Les salles d’eau et blocs sanitaires ................................................................................................................................................................................................................... 82
J.1. Les salles d’eau ........................................................................................................................................................................................................................................... 82
J.2. Les blocs sanitaires (concernent les campings, les hébergements collectifs, les piscines)......................................................................................................................... 89
K. L’éclairage......................................................................................................................................................................................................................................................... 94
L. Les piscines et les vestiaires ............................................................................................................................................................................................................................. 96
M. Les services annexes (local poubelles, barbecue, pique-nique…) et activités proposées (tennis, ping-pong, billard, baby-foot, pétanque…)............................................ 101
N. Les alarmes incendie ...................................................................................................................................................................................................................................... 103
O. Les chambres dans un établissement recevant du public (ERP) .................................................................................................................................................................... 104
P. Les emplacements nus dans les campings ..................................................................................................................................................................................................... 111
Q. Les locatifs dans les campings ........................................................................................................................................................................................................................ 113
VI. Vos contacts départementaux .......................................................................................................................................................................................................... 117
Ce guide a été réalisé en partenariat avec Loire Atlantique Développement, Anjou Tourisme et la Direction Départementale des Territoires de Maine et Loire.
Il sera régulièrement mis à jour, en fonction de l’évolution de la réglementation en vigueur – dernière mise à jour : juillet 2015.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
4/117
I. Mode d’emploi
Le guide technique d’accessibilité comprend :
Les textes de la loi en vigueur :
 Pour les ERP/IOP neufs : circulaire interministérielle DGUHC 2007-53 du 30 novembre 2007
 Pour les ERP/IOP existants : arrêté du 8 décembre 2014
Ceux-ci sont repris tels quels ; si besoin, ils sont expliqués et complétés de croquis.
Les critères relatifs à la marque nationale "Tourisme & Handicap" complètent les points réglementaires et sont clairement spécifiés dans la dernière colonne de la notice explicative.
Des photos illustrant tant des défauts récurrents que les qualités attendues précisent les propos en fin de chaque rubrique.
Les informations sont classées comme suit :
1ère colonne : références des différentes rubriques
2ème colonne : les exigences réglementaires des ERP/IOP neufs (en noir) et des ERP/IOP existants (en orange)
3ème colonne : illustrations et précisions règlementaires sur la mise en œuvre
4ème colonne : recommandations pour apporter une meilleure qualité d’usage aux personnes en situation de handicaps et exigences de la marque "Tourisme & Handicap".
Pour obtenir celle-ci, il convient de prendre en compte toutes les exigences règlementaires ainsi que ses critères complémentaires.
Attention : D’autres critères qui ne sont pas relatifs au cadre bâti sont aussi exigés (modalités de réservation, sensibilisation du personnel, documents d’accueil, notices adaptées…).
Il conviendra donc de se rapprocher de vos instances départementales du tourisme pour connaître ces éventuelles mises à jour et les modalités d’obtention de la marque nationale
"Tourisme & Handicap".
Attention : Un bâtiment construit pour créer un ERP respectera les règles du neuf, avec, comme référence, la circulaire interministérielle DGUHC 2007-53 du 30 novembre 2007.
Dans le présent guide, le texte concernant les critères pour le neuf sont inscrits en noir dans le texte.
La mise en accessibilité d’un ERP existant ou nouvellement créé dans un bâti existant respectera l’arrêté du 8 décembre 2014, moins contraignant que les règles du neuf.
Le texte concernant les critères pour l’existant est mentionné en orange.
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
5/117
II. Qui est concerné ?
Tous les Établissements Recevant du Public (ERP) et les Installations Ouvertes au Public (IOP) sont concernés par la mise en accessibilité pour tous types de handicaps : moteur, mental, auditif
et visuel.
Qu’est-ce qu’un ERP ?
(Art. R 123.2 du CCH) «Constituent des établissements recevant du public, tous bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels des personnes sont admises, soit librement, soit moyennant une
rétribution ou une participation quelconque, ou dans lesquels sont tenues des réunions ouvertes à tout venant ou sur invitation, payantes ou non. Sont considérées comme faisant partie du
public toutes les personnes admises dans l'établissement à quelque titre que ce soit en plus du personnel». Les locaux qui peuvent être assimilés au domicile privé ou ceux réservés aux
travailleurs ne sont pas des ERP. Sont considérés comme étant des ERP : (exemple : salles des fêtes, écoles, magasins, hôtels, équipements sportifs, hôpitaux, chapiteaux, établissements de
cultes, maisons de retraites…) :
- les locaux à usage collectif d’une surface unitaire supérieure à 50 mètres carrés des logements-foyers et de l’habitat de loisirs à gestion collective,
- les bâtiments ou locaux à usage d’hébergement qui ne relèvent d’aucun type défini et qui permettent d’accueillir plus de 15 personnes n’y élisant pas domicile (gîtes de groupes,
gîtes équestres…),
- l’hébergement de 7 mineurs en dehors de leurs familles.
En général, les hébergements chez l’habitant sont exclus de ce classement sauf :
S’ils peuvent héberger plus de 15 personnes,
S’ils sont installés dans le même bâtiment qu’une autre activité entrainant le classement en ERP (exemple : une chambre d’hôtes dans un bâtiment commun à une salle de
réception de plus de 50 m²).
Les hébergements chez l’habitant créés dans une construction neuve sont soumis à la loi sur l’accessibilité au titre du code de la construction relatif aux maisons individuelles (et non ERP).
La règlementation accessibilité relative aux maisons individuelles n’est pas abordée dans ce guide.
Qu’est-ce qu’une IOP ?
Les Installations Ouvertes au Public (IOP) sont des espaces publics ou privés qui desservent des ERP, les équipements qui y sont installés dès lors qu’ils ne requièrent pas, par conception, des
aptitudes physiques particulières : les jeux en superstructure pour enfants n’ont pas à respecter de règles d’accessibilité.
Ne sauraient en revanche être considérées comme des IOP « tout ce qui relève d’aménagements en milieu naturel comme les sentiers de promenade ou de randonnée, les plages ».
A noter : un établissement touristique peut être composé d’ERP et d’IOP. Dans un camping par exemple : le restaurant, la salle d’animation du camping …sont ses ERP tandis que ses
cheminements extérieurs, ses aires de jeux, la piscine extérieure… sont ses IOP. Dans le doute, le service compétent est le Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS), seul habilité
à établir le classement ERP/IOP. Quoi qu’il en soit, ERP et IOP sont soumis à l’obligation de conformité.
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
6/117
III. Mise en conformité d’un établissement existant : ce que vous devez faire
1) Procédures :
Voici listé, ici, ce que vous devez impérativement faire (sous peine de sanctions pénales) si :

Votre établissement respecte les normes de l’accessibilité pour tous types de handicaps, (ce qui est normalement le cas si vous avez obtenu l’autorisation de réaliser des travaux
après le 1er janvier 2007 : vous auriez dû adresser à votre préfecture (et commission communale/intercommunale d’accessibilité si votre commune comprend plus de 5000
habitants), et ce avant le 1er mars 2015, une Attestation d’accessibilité et des justificatifs.

Votre établissement n’est pas encore aux normes, 3 cas :
• Si les travaux sont mineurs, vous n’aurez pas nécessairement besoin de délai, mais il faut les déclarer et les réaliser avant le 27 septembre 2015. Il faudra envoyer un formulaire
CERFA 15247*01 en préfecture (et commission communale/intercommunale d’accessibilité si > 5000 hab) avant le 27 septembre 2015,
• En revanche, si besoin, vous disposez de 3 ans maximum (pour les ERP de 5ème catégorie) pour réaliser les travaux sous réserve de demande d’autorisation assortie d’un Agenda
d’Accessibilité Programmé (Ad’AP). L’ensemble devra être transmis avant le 27 septembre 2015, en mairie et/ou à la préfecture pour approbation,
• Votre établissement n’est pas aux normes et il est impossible de faire mieux : vous devez quoi qu’il en soit utiliser le CERFA 13824*03 pour y intégrer une demande de
dérogation argumentée (voir ci-dessous).
Ad’Ap et terrain de camping, courrier ministère/FNHPA du 5 juin 2015 : Le périmètre de l’Ad’Ap est défini librement par le propriétaire et les éventuels gestionnaires. Il pourra concerner
chaque ERP situé sur le terrain de camping et/ou l’ensemble du camping, auquel cas, il pourra être consigné par les différents responsables de la mise en accessibilité (propriétaire et/ou
gestionnaire du camping, propriétaire et/ou gestionnaire des ERP situés dans le camping, etc.).
2) Les demandes de dérogation
Elles doivent être intégrées à l’Ad’Ap ou aux demandes d’autorisation de travaux.
Les demandes de dérogation prennent en compte :
 l’impossibilité technique démontrée résultant de l’environnement du bâtiment. Une éventuelle dérogation pour impossibilité technique ne concerne jamais la totalité des déficiences,
ni probablement de la structure. Par exemple : s’il s’avère impossible d’installer un ascenseur pour les personnes mal marchantes ou en fauteuil roulant (manque de place ou budget
disproportionné par rapport à l’entreprise...), il est sans doute possible de mettre l’escalier aux normes pour les personnes déficientes visuelles,
 une disproportion financière telle qu’il y a risque d’entraîner la cessation d’activité,
 un impact entraînant une disproportion entre avantages et inconvénients,
 les caractéristiques du terrain (présence de constructions existantes, classement de la zone de construction et mesure de préservation du patrimoine, dont notamment :
a) à l'extérieur / à l'intérieur d'un ERP classé ou inscrit au titre des monuments historiques (articles L. 621-25 et suivants du code du patrimoine),
b) sur un ERP situé aux abords et dans le champ de visibilité d'un monument historique classé ou inscrit, en zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager
ou en secteur sauvegardé et que ces travaux sont de nature à porter atteinte à la qualité de ces espaces protégés.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015




7/117
S’il s’avère impossible d’entrer dans votre bâtiment en l’état ni de pouvoir mettre en œuvre les modifications nécessaires (par exemple : insuffisance de place pour créer une rampe
d’accès en vue de compenser un escalier de 6 marches), vous pouvez déposer une demande de dérogation concernant les aménagements intérieurs (par exemple, concernant des
toilettes adaptés au handicap moteur) au motif qu’un fauteuil roulant ne peut entrer (sans oublier la demande de dérogation pour la rampe d’accès). Ce cas sera étudié en CCDSA,
sachant qu’il n’est pas prévu en l’état par la loi,
Lors du dépôt, auprès de votre mairie, d’une demande d’autorisation de construire, aménager, modifier un ERP ou d’une Demande de permis de construire, avec ou sans Ad’Ap,
joindre la demande de dérogation :
o préciser les règles auxquelles vous souhaitez déroger,
o argumenter et joindre les justificatifs pour chaque demande, tels que plans, photos, note explicative, bilan…voire expertise d’un professionnel,
Toute demande d'autorisation de travaux est soumise à examen technique du dossier et à l’avis de la Commission Consultative Départementale de Sécurité et d'Accessibilité
(C.C.D.S.A.),
Toute demande de dérogation est soumise à :
o examen technique du dossier,
o avis de la CCDSA,
o décision du Préfet tenant compte de cet avis.
« A défaut de réponse du préfet dans le délai de trois mois et deux semaines à compter de la date à laquelle la demande d'autorisation a été reçue* ou complétée, la dérogation sollicitée est
réputée accordée lorsqu'elle concerne des établissements de troisième, quatrième et cinquième catégorie, et elle est réputée refusée lorsqu'elle concerne des établissements de première et
deuxième catégorie ».
* le maire transmet la demande au Préfet.
RAPPEL : toute modification intervenant dans un ERP, même apparemment « légère », (création d’une place de parking, adaptation d’un escalier, modification des toilettes....) doit faire l’objet
d’une autorisation.
Vous pourrez accéder à de nombreuses informations sur l’ensemble de ce système, trouver réponses à vos questions et télécharger les différents
formulaires à partir de ce lien ministériel : http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Accessibilite-.html
Propriétaire, bailleur ou gestionnaire : qui établit l’Ad’Ap, qui finance les travaux ?
Le bail peut préciser cette question : il convient de le regarder. En l’absence de précisions, ces charges incombent au propriétaire. L’Ad’Ap peut être co-signé ou rédigé par l’un ou par l’autre :
il n’y a pas de règle en la matière.
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
8/117
IV. Règles à suivre pour la création d’un ERP ou d’une IOP
Concernant les créations d’ERP :
o s’il s’agit d’un bâtiment construit pour créer un ERP, celui-ci devra respecter les règles du neuf (en noir dans ce guide) et ne pourra bénéficier d’aucune
dérogation,
o S’il s’agit de créer une activité dans un bâtiment existant, les règles à suivre seront celles de l’existant, depuis l’arrêté de décembre 2014 (en orange dans le
guide).
Rappel : dans le présent guide, les règles du neuf sont en noir, les assouplissements acceptés pour l’existant, (sans demande de dérogation) sont en orange.
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
9/117
V. Ce qu’il faut savoir avant tout : les différents espaces nécessaires à une personne en
fauteuil roulant
Le gabarit d’encombrement du fauteuil roulant
Les exigences réglementaires sont établies sur la base d’un fauteuil roulant occupé dont les dimensions d’encombrement sont de 0.75 m x 1.25 m.
Les espaces utiles pour une personne en fauteuil roulant
Les personnes concernées par le handicap moteur (personnes en fauteuil roulant ou personnes avec des cannes), ont besoin d’espaces libres de tout obstacle pour trois raisons principales : se reposer, effectuer
une manœuvre, utiliser un équipement ou un dispositif quelconque.
Ces espaces doivent être plans avec un dévers maximum autorisé de 2% (3%).
Les dispositions concernant les espaces de manœuvre avec possibilité de demi-tour, les espaces de manœuvre de porte et l'espace d'usage devant les équipements ne s'appliquent pas :
- pour les étages ou niveaux non accessibles aux personnes circulant en fauteuil roulant ;
- dès lors que l'accès au bâtiment ne permet pas à une personne en fauteuil roulant de le franchir. Cette impossibilité d'accès au bâtiment est avérée si l'espace entre le bord de la chaussée et l'entrée de
l'établissement présente à la fois une largeur de trottoir inférieure ou égale à 2.8 m, une pente longitudinale de trottoir supérieure ou égale à 5 % et une différence de niveau d'une hauteur supérieure à 17
cm entre l'extérieur et l'intérieur du bâtiment.
L’espace d’usage
Il est nécessaire devant chaque équipement ou aménagement afin d’en permettre l’atteinte et l’usage
(fenêtre, automate…).
Il permet le positionnement du fauteuil roulant ou d’une personne avec une ou deux cannes pour utiliser
un équipement ou un dispositif de commande ou de service.
L’espace d’usage est situé à l’aplomb de l’équipement, du dispositif de commande ou de service (sauf pour
les équipements situés dans des étages non accessibles aux personnes circulant en fauteuil roulant).
Illustration : Jacques RUIZ, guide ERP Observatoire de l’accessibilité
Il correspond à un espace rectangulaire de 0.80 m x 1.30 m.
L’espace d’usage devant les équipements ne s'applique pas pour les étages ou niveaux non
accessibles aux personnes circulant en fauteuil roulant.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
10/117
L’espace de manœuvre avec possibilité de demi-tour (communément appelé aire de rotation)
Il permet de manœuvrer en fauteuil roulant mais il est également utile pour une personne se déplaçant
avec une ou deux cannes.
Il permet de s’orienter différemment ou de faire demi-tour.
Sa largeur correspond à un diamètre de 1.50 m.
Il est nécessaire en chaque point du cheminement où un choix d’itinéraire est donné à l’usager, ainsi que
devant les portes d’entrée desservies par un cheminement accessible qui comportent un système de
contrôle d’accès.
Un chevauchement partiel d’au maximum 25 cm est possible entre l’espace permettant à un utilisateur
de fauteuil roulant de faire demi-tour et l’espace de débattement de la porte, à l’exception de la porte
du cabinet d’aisances.
Un chevauchement de l’espace de manœuvre avec possibilité de demi-tour d’une largeur de 15 cm est
autorisé sous la vasque du lave-mains ou du lavabo accessibles.
L’espace de manœuvre de porte
Qu’une porte soit située latéralement ou perpendiculairement à l’axe d’une circulation, l’espace de
manœuvre nécessaire correspond à un rectangle de même largeur que la circulation mais dont la longueur
varie selon qu’il faut pousser ou tirer la porte.
Les espaces de manœuvre avec possibilité de demi-tour ne s'appliquent pas pour les étages ou
niveaux non accessibles aux personnes circulant en fauteuil roulant.
Les espaces de manœuvre de porte devant les équipements ne s'appliquent pas pour les étages ou
niveaux non accessibles aux personnes circulant en fauteuil roulant.
Deux cas de figure :
- ouverture en poussant : la longueur minimum de l’espace de manœuvre de porte est de 1.70 m,
- ouverture en tirant ; la longueur minimum de l’espace de manœuvre de porte est de 2.20 m.
Un espace de manœuvre de porte est nécessaire de part et d'autre de chaque porte ou portillon situé le
long du cheminement, à l'exception des portes et des portillons automatiques coulissants dès lors qu'est
prévue la détection de toute personne avant le passage de la porte et son passage de la porte en toute
sécurité, des portes et des portillons ouvrant uniquement sur un escalier et des portes des sanitaires, des
douches et des locaux non adaptés.
Un espace d'usage est nécessaire devant chaque équipement ou aménagement situé le long d'un
cheminement afin d'en permettre l'atteinte et l'usage.
Cas particulier des sas d’isolement : ils ont pour fonction d’éviter la propagation des effets d’un incendie
provenant de locaux dangereux (parc de stationnement, celliers et caves regroupés, etc.) au reste du
bâtiment. Les deux portes s’ouvrent à l’intérieur du sas.
Lorsque qu’un usager handicapé franchit une porte un autre usager doit pouvoir ouvrir l’autre porte.
Illustration : Jacques RUIZ, guide ERP Observatoire de l’accessibilité
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
11/117
Sas d’isolement :
- à l’intérieur du sas, devant chaque porte, l’espace de manœuvre correspond à un espace rectangulaire
d’au moins 1.20 m x 2.20 m,
- à l’extérieur du sas, devant chaque porte, l’espace de manœuvre correspond à un espace rectangulaire
d’au moins 1.20 m x 1.70 m.
Attention : l’espace de manœuvre de porte peut se situer aussi bien sur le côté que face à la porte.
Dans le cas d’une porte s’ouvrant latéralement par rapport au cheminement, il faudra respecter la
règle du L 1+L2 ≥ 2 m (exemple : largeur de porte 0.90 m + largeur du cheminement 1.40 m = 2.30
m)
L1 = largeur de porte
L2 = largeur du cheminement
A cela s’ajoute cette obligation (sans dérogation)
Le palier de repos
Il permet à une personne debout mais à mobilité réduite ou à une personne en fauteuil roulant de se
reprendre, de souffler.
Le palier de repos s’insère en intégralité dans le cheminement. Il correspond à un espace rectangulaire de
dimensions minimales 1.20 m (longueur) x 1.40 m (largeur).
Illustration : Jacques RUIZ, guide ERP Observatoire de l’accessibilité
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
12/117
A. Les parkings et places de stationnement appartenant à l’établissement (hors parking sur les emplacements
des campings)
Un transfert voiture -> fauteuil roulant -> voiture est un effort long et difficile. Il nécessite un espace permettant l’ouverture des portes de la voiture en grand pour descendre et déployer le fauteuil. Un
emplacement en pente et/ou dévers, un sol non stabilisé compliqueront de façon significative cette manœuvre et déstabiliseront le fauteuil. Un démarrage en côte est impossible à faire en fauteuil roulant.
La localisation de ces emplacements au plus près des endroits à atteindre, leur repérage aisé et leur raccordement soigné au cheminement adapté constituent un équipement rassurant dès l’arrivée du client
handicapé.
Il convient de se référer aux rubriques suivantes pour la mise en conformité de tous les éléments liés à ces aménagements :

C (ruptures de niveau, pentes et ressauts)

E (signalétique)

F (cheminements extérieurs)
Les exigences réglementaires
A.1
Nombre
La réglementation demande au moins 2% de places de
stationnement adaptées (chiffre arrondi à l’unité supérieure).
A.2
Illustrations / précisions
Aménagement de la place
La place de stationnement doit correspondre à un espace plan
de 3.30 m de large avec un devers toléré de 2% (3%) x 5 m.
Devers = profil en travers ou dans le sens de la largeur.
Le passage libre sous les obstacles en hauteur est réduit à 2 m
dans les parcs de stationnement.
Pour les places situées en épi ou en bataille, lorsque des travaux
sont réalisés ou lorsque de nouvelles places sont créées, une sur
longueur de 1,20 m est matérialisée sur la voie de circulation des
parcs de stationnement par une peinture ou une signalisation
adaptée au sol afin de signaler la possibilité pour une personne
en fauteuil roulant de sortir par l'arrière de son véhicule.
Ces dispositions ne s’appliquent pas sur les places de stationnement situées sur les
emplacements des campings.
Qualité d’usage et marque
"Tourisme & Handicap"
Les parkings des hôtels
comportent un nombre de
places adaptées égal au
nombre de chambres adaptées.
De même, pour les campings, il est utile
d’avoir un nombre de places de
stationnement réservées sur le parking
visiteur, qui corresponde au moins au
nombre de locatifs aménagés en place ou
à venir.
Un devers de 2% permet l’écoulement de
l’eau.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
A.3
Localisation
A.4
Dans le neuf, la place adaptée est au plus près de l’entrée.
Dans l’existant, elle peut être maintenue à son emplacement si
ses caractéristiques sont conformes ainsi que celles du
cheminement jusqu’à l’accueil.
Délimitation et signalétique
Un marquage au sol délimite un espace de 3.30 m de large.
Recommandation : le maître d’ouvrage est libre de choisir la façon de marquer la place
de stationnement adaptée en fonction de la nature du sol (inserts de briquettes,
poutres… plans et sans ressaut), à condition que ce marquage soit visible de loin et
compréhensible.

 Marquage au sol qui délimite un espace de 3.30 m de large
A.5
Repérage
La place de stationnement doit être repérable depuis l’entrée
du parking (si besoin, ajouter une signalétique directionnelle).
A noter : l’emplacement attribué de façon « privative » au locatif adapté doit être de
dimension réglementaire mais n’a pas à être systématiquement indiqué par un
pictogramme dans la mesure où il est réservé à l’occupant du locatif, qu’il soit valide ou
handicapé.
L’emplacement doit être identifié par un pictogramme
normalisé.

Signalétique
directionnelle
précisant
la
localisation du stationnement réservé aux personnes
handicapées
A.6
Place -> cheminement
La liaison entre la place et le cheminement est plane, sans
obstacle ni ressaut, non meuble, non glissante et large d’1.40m.
(cf. F.2 : repérage du cheminement)

Exemple de signalétique pour le
stationnement, qui utilise un pictogramme
normalisé sur un support libre
13/117
Dans le privé et contrairement au
domaine public, il n’y a pas nécessité de
fixer un pictogramme d’accessibilité au
sol, seul le marquage périphérique de la
place est obligatoire.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
14/117
L’emplacement

Il peut s’avérer nécessaire de positionner la place de parking adaptée en dehors du parking général pour la
mettre au plus près de l’entrée accessible et bien reliée par un cheminement conforme. En ce cas, on veille à la
signaler depuis l’entrée du domaine
 Bien choisir l’emplacement, signaler une place, la réserver, mais ne pas l’aménager, la rend inutilisable : sol
chaotique (non roulant), espace utile non délimité (donc non préservé des autres voitures)
La signalisation

Le panneau de type réglementaire pour la voirie
présente l’avantage d’être repérable et compréhensible
par tous. Il n’est néanmoins pas obligatoire sous cette
forme sur le domaine privé

Le panneau sur domaine privé, peut, à condition
d’être facilement identifiable, être différent du panneau
normalisé utilisé pour la voirie
 Incrustation de pavés dans le revêtement qui ne
se prête pas au marquage traditionnel.
Sur le domaine privé, le logo au sol n’est pas obligatoire
L’aménagement
 Un sol stabilisé et plan permet le transfert entre le  La délimitation par des bordures en saillie (poutre)  La délimitation par des insertions de matériaux  Le sol sur cailloux rend très difficile le maniement
véhicule et le fauteuil roulant. A noter, il manque ici le
du fauteuil à la sortie de la voiture
durs dans des sols plus ou moins meubles peut être une
panneau de signalisation verticale et le marquage au sol
est inconfortable car elle ne permet pas au fauteuil de
dépasser la limite impartie
solution pour délimiter l’emplacement réservé mais il
faudra être vigilant pour éviter la création d’un ressaut
dû au tassement du sol. Programmer à minima des
contrôles et des recharges régulières
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
15/117
A/ Le stationnement – Spécificités des domaines viticoles
Aperçu de quelques configurations propres aux domaines viticoles : grandes cours ouvertes sans places de stationnements délimitées, topographie en
coteau, sol meuble, passage d’engins agricoles et de transporteurs, …
 Absence de matérialisation des places de stationnement : les places adaptées seront sur la partie haute évitant de gravir la pente  Le stationnement est aisé sur ce sol plan et stabilisé, mais pour être conforme, il faudra ajouter un panneau qui permettra
en fauteuil. Un cheminement vers le local d’accueil doit être matérialisé au sol : peinture contrastée, alignement de végétaux... Le
repérage de la porte d’accueil devra être marqué : autant d’éléments qui évitent des déplacements inutiles
de garantir la place au plus près de l’entrée ainsi qu’une délimitation au sol qui garantira l’espace nécessaire pour permettre
le transfert vers le fauteuil

 Le dispositif d’éveil à la vigilance placé pour alerter du passage des tracteurs (plusieurs fois par jour) n’est pas nécessaire
Positionnement du dispositif de guidage (bande blanche) non performant : petite cour, frôle les obstacles, confusion avec des
délimitations de stationnement, aurait pu être plus direct
à la sortie du caveau dans une petite cour privée
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
16/117
B. Les barrières d’accès, le digicode et le dispositif d’appel, les commandes d’ouverture automatique
Tout dispositif visant à permettre ou restreindre l’accès au bâtiment ou à se signaler au personnel doit pouvoir être repéré, atteint et utilisé par une personne handicapée. L’utilisation du dispositif doit être la
plus simple possible (Art. 4 – Circulaire interministérielle DGUHC 2007 - 53 du 30 novembre 2007)
Il convient de se référer aux rubriques suivantes pour la mise en conformité de tous les éléments liés à ces aménagements :

E (signalétique)

F (cheminements extérieurs)
Les exigences réglementaires
B.1
Barrières d’accès
Illustrations / précisions
Pour les barrières, l’utilisation se fera communément depuis le fauteuil du conducteur : à implanter du bon côté à une
hauteur située entre 0.90 m et 1.30 m. Le dispositif sera bien éclairé, avec les éléments essentiels contrastés.
Pour un piéton, la barrière peut constituer un obstacle et/ou un danger à contourner par un chemin conforme de 1.40 m.
Mais lorsqu’un rétrécissement ponctuel ne peut être évité, la largeur minimale du cheminement peut, sur une faible
longueur, être comprise entre 1.20 m et 1.40 m ou entre 0.90 m et 1.20 m.
On veillera à ce que la végétation ne rétrécisse pas progressivement cet aménagement.
Il est souhaitable que les barrières comportent un élément bas continu, situé à une hauteur de 0,40 m maximum, pour être
détectable par une canne d’aveugle.
La barrière sera de couleur contrastée par rapport à son environnement.
B.2
Sonnettes, interphones et commandes d’ouverture automatique
S’il existe un contrôle d’accès ou de sortie de l’établissement, le système
doit permettre à des personnes sourdes ou malentendantes ou des
personnes muettes de signaler leur présence au personnel et d’être
informées de la prise en compte de leur appel.
En particulier et en l’absence d’une vision directe par le personnel de ces
accès ou sorties :

tout signal lié au fonctionnement du dispositif d’accès doit être sonore
et visuel,

les appareils d’interphonie sont munis d’un système permettant au
personnel de l’établissement de visualiser l’interlocuteur.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
Lors de leur installation et de leur renouvellement, les appareils
d'interphonie comportent :
- une boucle d'induction magnétique respectant les dispositions décrites en
annexe 9. Les spécifications de la norme NF EN 60118-4:2007 sont réputées
satisfaire à ces exigences,
- un retour visuel des informations principales fournies oralement.
17/117
Une simple sonnette, de type bouton d’appel, n’est plus admise. Elle sera obligatoirement remplacée pour un dispositif
répondant aux normes

 Exemple de système d’appel conforme
B.3
Caractéristiques
L’utilisation du dispositif doit être la plus simple possible. Il ne doit pas être
situé dans une zone d’ombre.
Les dispositifs de commande manuelle mis à la disposition du public doivent
répondre aux exigences suivantes :

être situés à plus de 0.40 m d’un angle rentrant de paroi ou de tout
autre obstacle à l’approche d’un fauteuil roulant,

être situés à une hauteur comprise entre 0.90 m et 1.30 m,

proposer un espace d’usage au droit de cet équipement (voir définition
de l’espace d’usage page 4).
Les dispositifs de commande sont repérables par un contraste visuel ou
tactile.
Les digicodes doivent respecter ces exigences.
B.4
Système de déverrouillage électrique
Lorsqu'il existe un dispositif de déverrouillage électrique, il permet à toute
personne à mobilité réduite d'atteindre la porte et d'entamer la manœuvre
d'ouverture avant que la porte ne soit à nouveau verrouillée.
Le déverrouillage est signalé par un signal sonore et lumineux.
Le bouton de déverrouillage de la porte présente un contraste visuel et
tactile par rapport à son environnement.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015

La barre présente un repère visuel contrasté évitant aux
personnes malvoyantes de s’y heurter ; le dispositif d’ouverture
dans le poteau blanc est à bonne hauteur depuis le fauteuil
conducteur ; le passage piéton en cours de marquage, sera bien
délimité, et devra respecter les dimensions : 1.40 dans du neuf et
1.20 dans de l’existant

Passage piéton sur le côté de bonne qualité, mais
barrière de couleur peu contrastée et donc peu repérable

Passage piéton bien séparé dans le prolongement du
trottoir
 Un aménagement bien prévu au départ mais sur lequel

S’il s’agit du cheminement piéton, le passage en côté de la
barrière est insuffisant (minimum 0.90 m dans l’existant)

la nature reprend ses droits
18/117
Exemple de digicode adapté : bouton en relief, chiffres de
couleur contrastée, ergot sur le 5 (point en relief). Le braille est un
plus
 Le passage piétonnier trop étroit et sur sol chaotique présente
un dévers ; de plus, la végétation gagne progressivement
 La signification des piétons figurés au sol n’est pas claire :
leur positionnement entre 2 voies de circulation n’est –elle
pas dangereuse ?
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
19/117
C. Les ruptures de niveaux, ressauts et pentes
L’entrée de chaque bâtiment qui n’est pas de plain-pied doit être traitée pour être accessible. Il ne faut pas sous-estimer l’impact des ressauts : quelle que soit leur hauteur (même de 2 cm), ils constituent une
butée qui demande un véritable effort pour être franchie par une personne en autonomie comme par un accompagnateur qui la pousse, voire un obstacle à une personne malvoyante. Enfin, comment pousser
ou tirer une porte alors que le fauteuil roulant est entrainé à reculons au même moment ?
Les exigences réglementaires
C.1
Illustrations / précisions
Les ressauts (= petites ruptures de niveau)
12-
Les ressauts se créent souvent à la jonction
de 2 natures de sol différentes : terre/bois
par exemple. Il convient donc de surveiller
et de regarnir en cas de besoin.
Jusqu’à 2 cm, un ressaut peut être traité à bord arrondi ou chanfreiné.
Jusqu’à 4 cm, un ressaut doit être traité en pente à 33% maximum.
Exemples :
un ressaut de 2.5 cm sera compensé par une pente de longueur ≥
à 7.5 cm
un ressaut de 3 cm sera compensé par une pente de longueur ≥ à
9 cm
Un ressaut de 4 cm sera compensé par une pente de longueur ≥ à
12 cm.
3-
C.2
Au-delà de 4 cm, l’entrée doit être aménagée comme un plan incliné.
(voir C4)
Qualité d’usage et marque
"Tourisme & Handicap"
Schémas : Jacques RUIZ, guide ERP Observatoire de l’accessibilité
Ressauts successifs
La distance minimale entre deux ressauts successifs doit être au moins de
2.50 m.
Photo : Jacques RUIZ
Attention : les pas d’âne (schéma de droite) sont interdits
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
C.3
Pente, plan incliné ou rampe d’accès
La marque ne retient pas les
tolérances réglementaires de
valeurs de pente. Seuls les %
du neuf sont acceptés.
Lorsqu’une dénivellation ne peut être évitée, un plan incliné (ou rampe
d’accès) de pente inférieure ou égale à 5% (6%) doit être aménagé afin de
la franchir.
Le chasse-roue est obligatoire sur toute
pente quelle que soit la hauteur de la
rupture de niveau, dès lors qu’il existe un
espace de plus de 2 cm entre le bord de la
pente et le garde-corps (voir F5).
Les valeurs de pentes suivantes sont tolérées exceptionnellement :
- jusqu’à 8% (10%) sur une longueur inférieure ou égale à 2 m,
- jusqu’à 10% (12%) sur une longueur inférieure ou égale à 0.50 m.
Cette rampe est, par ordre de préférence :
- une rampe permanente, intégrée à l'intérieur de l'établissement ou
construite sur le cheminement extérieur,
- une rampe inclinée permanente ou posée avec emprise sur le domaine
public permettant les manœuvres en fauteuil,
- une rampe amovible automatique ou manuelle.
 Cette rampe convient aux personnes en fauteuil ; des bordures chasse-roue améliorent la
sécurité. Pour les personnes malvoyantes, le vide latéral (sous la rampe) est dangereux quand il
croise un cheminement (ce n’est pas le cas ici) , car la canne peut s’engager dessous et donc ne
pas détecter l’obstacle
En phase de projet, il est recommandé de
prévoir une marge d’erreur afin
d’absorber un éventuel défaut de
réalisation. Par exemple, prévoir 4.5% de
pente pour être certain de ne pas dépasser
les 5%.
Ses caractéristiques sont les suivantes :
- supporter une masse minimale de 300 kg,
- suffisamment large pour accueillir une personne en fauteuil roulant,
- non glissante,
- contrastée par rapport à son environnement,
- constituée de matériaux opaques.
Une rampe permanente ou posée ne présente pas de vides latéraux.
Une rampe amovible est stable et assortie d'un dispositif permettant de
signaler sa présence telle qu'une sonnette qui sera :
- à proximité de la porte d'entrée,
- facilement repérable,
- visuellement contrasté vis-à-vis de son support,
- situé au droit d'une signalisation visuelle, tel qu'un panneau, pour
expliciter sa signification,
- doté d’un système indiquant son bon état de fonctionnement, dans le cas
d'une rampe amovible automatique,
- à une hauteur comprise entre 0.90 m et 1.30 m, mesures depuis l'espace
d'emprise de la rampe et à plus de 0.40 m d'un angle rentrant de parois ou
de tout autre obstacle à l'approche d'un fauteuil roulant.
Un palier de repos (de 1.40 m de large sur 1.20 m de long) est nécessaire en
haut et en bas de chaque plan incliné, quelle qu’en soit la longueur.
Un plan incliné ne présente pas de ressaut, ni en haut ni en bas.
En cas de plan incliné de pente supérieure ou égale à 4% (5%), un palier de
repos est nécessaire tous les 10 m.
20/117

Cette rampe amovible est acceptable pour les fauteuils si elle supporte 300kg, avec une
largeur de 1.20m minimum (90 cm dans le bâti existant), si la pente soit < à 6%* , et à condition
d’ajouter des chasse-roues de chaque côté et de la contraster par rapport à l’environnement

Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
21/117
Attention : pour les paliers de repos devant une porte, l’espace plan doit
permettre la manœuvre de la porte. Il s’agit donc d’aménager un espace
plus grand appelé espace de manœuvre de porte (Voir D1).
Lorsque le pourcentage de pente réglementaire ne peut être atteint en
raison de la topographie du terrain, une demande de dérogation peut être
déposée.
C.4
Largeur de la rampe ou plan incliné
Si on prévoit des bordures chasse-roue,
elles doivent être à l’extérieur des 1.40 m.
La largeur de la rampe ou plan incliné doit être d’au moins 1.40 m (1.20 m),
comme tout cheminement.

L’accès à ce bâtiment, proposant plusieurs marches, a été facilité par la réalisation d’une
terrasse supprimant tous les ressauts au niveau des portes
 L’accès à la terrasse de ce chalet est rendue possible grâce au plan incliné
 L’accès à cette chambre d’hôtel a été aménagé avec un plan incliné et un palier
de repos réglementaires, permettant une bonne circulation

La largeur de ce cheminement trop étroite, combinée à une absence d’espace de
débattement de porte et à un ressaut difficile à franchir rend l’accès de cette salle impossible en
fauteuil
 Ici, le sas est trop exigu, le trottoir infranchissable et la largeur de le seconde
porte trop étroite également. C’est la totalité de l’établissement qui est à revoir
ou doit faire l’objet d’une demande de dérogation selon les circonstances
 Une rampe d’accès ne doit pas excéder 5% et être accompagnée de palier de
repos régulier (espace plan entre 2 pentes). Elle est sinon pénible à la montée et
dangereuse à la descente
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
22/117
D.Les portes
Comment pousser ou tirer une porte alors que le fauteuil roulant est entrainé à reculons au même moment ?
Les conditions de base du franchissement d’une porte, sous réserve qu’elle soit aussi repérable (tant pour la trouver que pour ne pas se heurter à une porte vitrée), seront a minima de 3 ordres : l’espace de
manœuvre de porte, la qualité des poignées, la largeur de passage, dite largeur utile. Cette dernière se mesure, porte ouverte à 90°, au point le plus étroit entre le dormant de la porte et l’angle intérieur de la
porte (ainsi, une porte de 0.90 m proposera une largeur utile de 0.83 m). Il convient d’examiner toutes les portes des locaux ouverts au public (chambre, salle des petits déjeuners, salle de restauration, caveau
de dégustation, …).
Il convient de se référer aux rubriques suivantes pour la mise en conformité de tous les éléments liés à ces aménagements :

VI - Ce qu’il faut savoir avant tout : les différents espaces nécessaires à une personne en fauteuil roulant

C (Ruptures de niveau, ressauts, pente)
Les exigences réglementaires
D.1
Illustrations / précisions
Espace de manœuvre de porte
Qu’une porte soit située latéralement ou perpendiculairement à
l’axe d’une circulation, l’espace de manœuvre nécessaire
correspond à un rectangle de même largeur que la circulation mais
dont la longueur varie selon qu’il faut pousser ou tirer la porte.
Deux cas de figure :
- ouverture en poussant : la longueur minimum de l’espace de
manœuvre de porte est de 1.70 m,
- ouverture en tirant ; la longueur minimum de l’espace de
manœuvre de porte est de 2.20 m.
 Schémas : Jacques RUIZ, guide ERP Observatoire de l’accessibilité
Un espace de manœuvre de porte est nécessaire de part et d’autre
de chaque porte ou portillon situé le long du cheminement, à
l’exception des portes et des portillons automatiques coulissants
dès lors qu’est prévue la détection de toute personne avant le
passage de la porte et son passage de la porte en toute sécurité,
des portes et des portillons ouvrant uniquement sur un escalier et
des portes des sanitaires, des douches et des locaux non adaptés.
Un espace d’usage est nécessaire devant chaque équipement ou
aménagement situé le long d’un cheminement afin d’en permettre
l’atteinte et l’usage.

Qualité d’usage et marque "Tourisme &
Handicap"
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
23/117
Cas particulier des sas d’isolement : ils ont pour fonction d’éviter
la propagation des effets d’un incendie provenant de locaux
dangereux (parc de stationnement, celliers et caves regroupés,
etc.) au reste du bâtiment. Les deux portes s’ouvrent à l’intérieur
du sas.
Lorsque qu’un usager handicapé franchit une porte un autre
usager doit pouvoir ouvrir l’autre porte.
Sas d’isolement :
- à l’intérieur du sas, devant chaque porte, l’espace de
manœuvre correspond à un espace rectangulaire d’au moins
1.20 m x 2.20 m,
- à l’extérieur du sas, devant chaque porte, l’espace de
manœuvre correspond à un espace rectangulaire d’au moins
1.20 m x 1.70 m.
 Comment ouvrir une porte quand on se trouve en pente ! Obligation d’un espace de
manœuvre de porte plan devant la porte
L’espace doit être plan devant toute porte.
Attention : l’espace de manœuvre de porte peut se situer aussi bien sur le
côté que face à la porte. Dans le cas d’une porte s’ouvrant latéralement par
rapport au cheminement, il faudra respecter la règle du L 1+L2 ≥ 2 m (ex :
largeur de porte 0.90 m + largeur du cheminement 1.40 m = 2.30 m)
L1= largeur de porte
L2=largeur du cheminement
D.2
Largeur réglementaire d’une porte et repérage
Les portes doivent toutes s’ouvrir, au
moins, à 90°.
Les portes principales desservant des locaux ou zones pouvant
recevoir 100 personnes ou plus doivent avoir une largeur
minimale de 1.40 m (1.20 m). Si les portes sont composées de
plusieurs vantaux, la largeur minimale du vantail couramment
utilisé doit être de 0.90 m (0.80 m).
Les portes principales desservant des locaux pouvant recevoir
moins de 100 personnes doivent avoir une largeur minimale de
0.90 m (0.80 m), soit une largeur de passage utile de 0.77 m.
Les portes des sanitaires, des douches et des cabines d’essayage
ou de déshabillage non adaptées doivent avoir une largeur
minimale de 0.80 m.
Dès lors qu'une entrée principale ne peut pas être rendue
accessible, l'accessibilité d'une entrée dissociée peut être
envisagée. Cette entrée est signalée et ouverte à tous en
permanence pendant les heures d'ouverture.
 Exemple : porte bien repérable
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
24/117
Les entrées principales du bâtiment doivent être facilement
repérables par des éléments architecturaux ou par un traitement
utilisant des matériaux différents ou visuellement contrastés.
Etablissements hôteliers et établissements comportant des
locaux d’hébergement existants.
Seules les portes permettant de desservir et d’accéder aux
chambres adaptées et aux services collectifs ont une largeur
minimale de passage utile de 0.83 m. Dans le cas où une porte
située en amont du cheminement présente une largeur
inférieure, la largeur minimale de passage utile de la porte de la
chambre adaptée ou des locaux de services collectifs est égale à
celle de la porte située en amont, avec un minimum de 0.77 m.
D.3
Le numéro ou la dénomination de chaque chambre figure en
relief sur la porte, présente une taille suffisante et un contraste
visuel par rapport à son environnement et est positionné dans le
champ de vision du client.
Porte à ouverture automatique
 Rupture de niveau pour entrer dans le bâtiment : soit il y a création d’un plan incliné, soir une
entrée secondaire doit être clairement signalée et ouverte à tous en permanence pendant les
heures d'ouverture.
Veiller à ce que le détecteur permette une
ouverture avant qu’on se heurte à la porte.
Lorsqu’une porte est à ouverture automatique, la durée
d’ouverture doit permettre le passage d’une personne à mobilité
réduite. Le système doit être conçu pour pouvoir détecter les
personnes de toutes tailles.
D.4
Pour les portes à déverrouillage électrique, se reporter en B.4
Poignées de portes
Les poignées de portes doivent être facilement préhensibles et
manœuvrables en position debout comme assis ainsi que par une
personne ayant des difficultés à saisir et à faire un geste de
rotation du poignet.
Par conséquent, les poignées rondes sont à proscrire et à
remplacer par des poignées « becs de cane ».
L’extrémité des poignées de porte, à l’exception des portes des
locaux non adaptés (ex. sanitaires standards) doivent être situées
à plus de 40 cm d’un angle rentrant. Cette exigence ne s’applique
pas pour les bâtiments existants.


Poignée bec de cane
Ajout d’une poignée facilement préhensible pour faciliter
l’ouverture de la porte coulissante en veillant toutefois à ne pas
diminuer la largeur utile de la porte qui doit être maintenue à 0.83
m (0.77 m)
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
25/117
L’exigence concernant les angles rentrant s’explique par la nécessité de pouvoir atteindre la
poignée. Si la poignée est à moins de 40 cm de l’angle rentrant, les cale-pieds du fauteuil roulant
vont butter dans le mur, et la personne sera trop loin pour atteindre la poignée.
D.5
Mesure de l’effort pour ouvrir une porte
L’effort de porte se mesure à l’aide d’un dynamomètre.
L’effort nécessaire pour ouvrir la porte doit être inférieur ou égal
à 50 newton, soit 5 kg en tirant, que la porte soit ou non équipée
d’un dispositif de fermeture automatique (type groom).
D.6
Repérage des portes pleines et portes vitrées
En cas de travaux ou de leur renouvellement, les portes ou leur
encadrement ainsi que leur dispositif d'ouverture présentent un
contraste visuel par rapport à leur environnement.
Les portes comportant une partie vitrée importante doivent être
repérables ouvertes comme fermées à l’aide d’éléments visuels
contrastés par rapport à l’environnement immédiat.

Il est recommandé de disposer les motifs à l’intérieur de deux bandes
horizontales d’une largeur de 5 cm, situées respectivement à 1.10 m et 1.60
m de hauteur
L’usage des « grooms » ou bloque-porte n’est rendu
obligatoire par les services de sécurité que pour les
locaux à risque et les chambres d’hôtels. Les
sanitaires collectifs, tels que ceux des campings par
exemple, ne sont pas concernés. Ils sont souvent
utilisés pour pallier le manque de civisme des
utilisateurs. On peut donc les désactiver sans crainte
pour améliorer le séjour des personnes handicapées
comme des enfants.
Ces éléments doivent être situés
respectivement à 1.10 m et 1.60 m de
hauteur dès que la surface vitrée de
la porte est supérieure à 75%.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
D.7
Tapis d’entrée
Les tapis de sol épais dans lesquels la roue d’un fauteuil roulant ou le pied
Qu’ils soient posés ou encastrés, les tapis fixes doivent présenter
la dureté nécessaire pour ne pas gêner la progression d’un
fauteuil roulant. Ils ne doivent pas créer de ressaut de plus de 2
cm.
d’une personne présentant des difficultés de déambulation peuvent
s’enfoncer engendrent des situations de handicap, voire de danger. Ils sont
donc à proscrire sur les cheminements et doivent être remplacés par des
équipements assurant la même fonction (essuyage des chaussures et des
roues en cas d’intempéries, par exemple), mais qui ne présentent pas ces
inconvénients.
Il est préconisé l’installation d’un tapis aiguilleté caoutchouté posé au sol ou
un tapis alu-brosse encastré.
 Ce tapis aiguilleté correspond totalement à ce qui est préconisé
26/117
Le tapis brosse de type coco n’est pas conforme.
Les roues des fauteuils roulants s’y accrochent.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015

Grille non conforme. Elle doit être supprimée ou remplacée
par une grille encastrée à maillage serré (trous inférieurs à 2 cm)
 La poignée de la porte se trouve dans l’angle rentrant. Elle est
donc difficile à atteindre pour une personne en fauteuil roulant de
face, et l’étroitesse ne lui permet pas de se mettre de côté. En
effet, les cale-pieds du fauteuil roulant vont butter dans le mur, et
la personne sera trop loin pour atteindre la poignée.
Règlementairement, les poignées de porte doivent se situer à 40
cm minimum d’un « angle rentrant ». Cette exigence ne s’applique
pas pour les bâtiments existants
 Les tapis alvéolés en caoutchouc avec des trous de plus de 2  Porte bien repérable. Eléments visuels contrastés posés sur
cm sont à proscrire ainsi que les tapis en coco car ils ne sont pas
roulants et les cannes se coincent dans les alvéoles
les portes vitrées à 2 hauteurs
 En l’absence de toute enseigne, on ne sait pas vers quelle
porte se diriger. Les déplacements en situation de handicap sont
souvent fastidieux

La barre anti-panique à levier rend le passage utile non
conforme. Une barre à pression (moins épaisse donc) est
préconisée
 Dans les bâtiments existants, une poignée rallongée permet
de respecter le critère règlementaire (poignée située à 40 cm d’un
angle rentrant)
27/117

Les portes à galandage sont livrées avec absence de
poignée : juste ce rond en enfoncement. Il est absolument
inutilisable dès qu’une personne à des difficultés de préhension.
Il a ici été doublé d’une poignée plus préhensible (qui aurait pu
être un peu plus grosse). Sa position doit permettre d’ouvrir la
porte coulissante en conservant la largeur de passage utile
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
 La traverse réduit le passage et le ressaut forme une butée de 5 cm
 La traverse a été supprimée et une plaque d’ardoise franchit le ressaut sans dénaturer l’aspect
patrimonial de la maison.

28/117
La largeur de ce passage est de 77 cm. Les portes principales desservant
des locaux pouvant recevoir moins de 100 personnes peuvent avoir une largeur
de passage utile de 0.77m pour les bâtiments existants uniquement
 Absence de contraste visuel sur la porte vitrée. Obligation de poser des bandes
visuelles contrastées
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
29/117
D / Les portes – spécificités des domaines viticoles
Les portes d’entrée et les portes situées sur les cheminements : leur largeur, leur seuil, leur repérage… devront respecter les exigences en vigueur.
 Entrée bien repérable par un contraste de couleur. La porte vitrée comporte également une bande contrastée en couleur permettant  Largeur de la porte non conforme (70 cm au lieu des 80 cm minimum tolérés dans l’existant, et 90 cm exigés dans le neuf).
un meilleur repérage
Soit la prestation d’accueil/ vente peut être réalisée ailleurs, soit le viticulteur adapte la porte à la bonne dimension
 Il n’est pas concevable de proposer un « démarrage en côte » pour accéder à un bâtiment. Il manque l’espace de manœuvre de
porte sur un espace plan. S’il y a impossibilité technique de réaliser un plan incliné avec un espace de manœuvre de porte plan, une
dérogation est envisageable
 Solution astucieuse de créer un vantail, sans ressaut, dans une lourde porte coulissante
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
30/117
E. Signalétique
La qualité de la signalétique constitue un enjeu important dans les critères d’accessibilité et les besoins en signalétique sont souvent sous-estimés. La signalétique répond à 3 fonctions :
La signalétique d’orientation (ou directionnelle) : l’objectif est d’éviter toute perte de repère, toute incertitude, toute situation anxiogène pour des publics fragilisés. Lorsqu’un cheminement accessible n’est
pas le cheminement principal, la signalétique directionnelle -associée au pictogramme d’accessibilité- doit indiquer et relayer le cheminement accessible,
La signalétique de localisation : elle concerne la mention de chaque local ou prestation,
La signalétique d’information : ce sont les affichettes, les panneaux d’information relatifs à des données pratiques : horaires, tarifs, cartes, conditions d’accès, utilisation d’un équipement, menu…
L’application des règles d’accessibilité est l’occasion de revisiter un « plan de signalétique » aussi bien sur le plan qualitatif que quantitatif.
Les exigences réglementaires
E.1
Généralisation de la signalétique adaptée
Lorsque des informations permanentes sont fournies aux visiteurs par le
moyen d’une signalisation visuelle ou sonore, celles-ci doivent pouvoir être
reçues et interprétées par un visiteur handicapé.
Les éléments d’information et de signalisation doivent être visibles et lisibles
par tous les usagers. En outre, les éléments de signalisation doivent être
compréhensibles notamment par les personnes atteintes de déficience
mentale. Seules les informations fournies de façon permanente aux usagers
sont concernées.
Une signalétique adaptée doit être mise en place à l’entrée de l’établissement,
à proximité des places de stationnement pour le public, ainsi qu’en chaque
point du cheminement accessible où un choix d’itinéraire est donné à l’usager.
Chaque sortie est repérable de tout point où le public est admis, soit
directement, soit par l'intermédiaire d'une signalisation adaptée.
La signalisation indiquant la sortie ne présente aucun risque de confusion avec
le repérage des issues de secours.
Les éléments de signalisation doivent répondre aux exigences définies ciaprès.
Le numéro ou la dénomination de chaque chambre figure en relief sur la porte,
présente une taille suffisante et un contraste visuel par rapport à son
environnement et est positionné dans le champ de vision du client.
Seuls les éléments permanents de signalisation sont concernés.
Illustrations / précisions
La signalétique a pour but de repérer les bâtiments ou les entrées de
bâtiment lorsqu’une entrée de terrain ou un espace de stationnement
dessert plusieurs bâtiments ou entrées de bâtiment.
Qualité d’usage et marque
"Tourisme & Handicap"
Une bonne signalétique permet
d’indiquer le cheminement le plus
adapté et/ou le plus direct sans
ambiguïté.
Il est recommandé d’appliquer ces
exigences pour les cheminements
intérieurs également.
Si l’entrée principale d’un bâtiment n’est
pas accessible, prévoir une signalétique
visible extérieurement, fléchée, avec son
interprétation en pictogramme associé,
indiquant clairement le cheminement
secondaire à emprunter.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
E.2
La signalétique doit être visible
Les informations doivent être regroupées.
Les supports d’information doivent répondre aux exigences suivantes :
être contrastés par rapport à leur environnement immédiat,
permettre une vision et une lecture en position debout comme assis,
être choisis, positionnés et orientés de façon à éviter tout effet
d’éblouissement, de reflet ou de contre-jour dû à l’éclairage naturel ou
artificiel,
s’ils sont situés à une hauteur inférieure à 2.20 m, permettre à une
personne mal voyante de s’approcher à moins d’1 m.
 Bon exemple associant visibilité, lisibilité et pictogrammes
E.3
La signalétique doit être lisible :
31/117
Présence
d’un
code
couleur par type de
prestation pour aider au
repérage et à la compréhension. Du fait
de la multiplicité des formes de
malvoyances, la marque demande en
outre à ce que la signalétique
d’information
(exemple
panneaux
d’informations
générales,
tarifs,
règlement …) soit située à hauteur des
yeux, entre 0.90 m et 1.30 m, avec une
possibilité d’approche à une distance de
lecture comprise entre 5 et 25 cm.
Pour la hauteur des caractères, la
définition réglementaire peut à juste titre
sembler imprécise. Il existe une règle
d’usage simple à appliquer : distance
divisée par 30 = hauteur des caractères.
Les informations données sur ces supports doivent répondre aux exigences
suivantes :
être fortement contrastées par rapport au fond du support ;
la hauteur des caractères d’écriture doit être proportionnée aux
circonstances : elle dépend notamment de l’importance de l’information
délivrée, des dimensions du local et de la distance de lecture de
référence fixée par le maître d’ouvrage en fonction de ces éléments ;
Lorsque les informations ne peuvent être fournies aux usagers sur un
autre support, la hauteur des caractères d’écriture ne peut en aucun cas
être inférieure à :

15 mm pour les éléments de signalisation et d’information relatifs
à l’orientation,

4.5 mm sinon.
Les polices de caractère
seront simples, droite, de
type Arial ou Helvetica, avec
majuscules et minuscules et en
respectant un interligne suffisant.
 Belle signalétique associant texte et pictogramme, bien contrastée par rapport au support
ET à la porte
E.4
La signalétique doit être compréhensible :
La marque oblige de
nommer chaque espace à
l’aide d’un mot associé à un
pictogramme qui le reflète.
Et de manière générale, il convient
d’associer
systématiquement
les
pictogrammes (normalisés quand ils
existent) ou des images au texte.
La signalisation recourt autant que possible à des icônes ou à des
pictogrammes doublés par une information écrite. Lorsqu’ils existent, le
recours aux pictogrammes normalisés s’impose.
Les informations écrites recourent autant que possible aux lettres bâton.
Ces informations sont concises, faciles à lire et à comprendre.
Lorsque la signalétique repose sur un code, utilisant notamment différentes
couleurs, celui-ci est homogène et continu.
 Il est primordial de doubler le texte par un pictogramme facilement compréhensible
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
Recommandations complémentaires pour une meilleure compréhension :











ARIAL HELVETICA
CALIBRI
Une police simple, de type
,
ou encore
(taille 16 ou 18) sont à utiliser
N’oubliez pas que les polices fantaisies brouillent la vue !
Les mots uniques doivent être écrits en majuscules : ACCUEIL
En revanche, les phrases ou successions de mots doivent être écrits en minuscules, avec seulement la première lettre en majuscule : Salle polyvalente
Le caractère gras n'améliore pas la lisibilité
Le caractère italique ralentit nettement la vitesse de lecture des personnes malvoyantes
Les caractères doivent être de couleur contrastée par rapport à leur support : noir sur blanc est très bien ; clair/foncé quoi qu’il en soit)
Le support lui-même doit être contrasté par rapport à son environnement
Ne brouillez pas la lecture par un fond illustré : conserver un fond uni
Utilisez un vocabulaire simple, concret, non imagé
En cas de phrases : qu’elles soient courtes avec juste sujet, verbe complément
32/117
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
Le contraste préconisé entre la couleur du texte et celle du fond doit être
d’au moins 70 %
33/117
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
 Des pictogrammes facilement compréhensibles 
sont souvent préférables à la littérature
L’association texte et image est indispensable aux
personnes déficientes mentales (aux étrangers et aux enfants)
Une bonne hiérarchie de l’information, assortie de couleurs est à
 Les numéros sur les portes des chambres peuvent également être 
privilégier
esthétiquement indiqués
 L’utilisation des pictogrammes normalisés sont à
privilégier pour tendre vers une harmonisation de
l’information

Bonne utilisation de texte associé aux pictogrammes.
Police de caractère simple et sans empattement ne brouillant
pas la lisibilité
34/117

Il est important d’informer très précisément les personnes en
fauteuil des accès qui leur sont facilités
 Bonne utilisation de pictogrammes normalisés sur un présentoir
 Un dessin vaut parfois mieux qu’une traduction
en plusieurs langues, souvent illisible

Trop d’information nuit à l’information… si besoin, il est
primordial de hiérarchiser et d’adopter des codes couleurs
 Insuffisance totale de contrastes visuels

L’éloignement du panneau par rapport au cheminement ne
permet pas de s’en approcher et n’est donc pas conforme pour les
personnes malvoyantes
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
La réalisation d’un plan simplifié et illustré, indiquant les difficultés du cheminement est parfois indispensable pour informer de manière fiable et utile les publics en situation de handicap
35/117
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
36/117
E/ La signalétique– Spécificités des domaines viticoles
Repérer l’enseigne du domaine, la porte menant à l’accueil parmi toutes les entrées de la cour, pouvoir lire les tarifs des bouteilles exposées à la vente, lire
les commentaires présentés sur les fiches, lire les panneaux explicatifs du domaine et les supports pédagogiques sur la vigne : autant d’éléments de
signalisation et d’information qui devront être facilement utilisables par les publics en situation de handicap...comme les autres. Il est couramment remarqué
que les textes écrits dans des polices simples, assez gros, sont lus par tous. Les écritures « anglaises » ou « gothique » parfois encore employées dans l’esprit
de la tradition sont très peu lisibles dès que la vue baisse.

 L’écriture contrastée noir sur blanc est un bon point. En revanche, il faut veiller à la
Signalétique directionnelle fonctionnelle. Il manque uniquement le pictogramme
taille de l’écriture, au contraste des images, au repérage/sens de lecture
associé au texte WC pour faciliter la compréhension par tous

Tarifs, horaires d’ouverture bien positionnés pour être lus par une
personne en position assise ou debout
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
37/117
F. Les cheminements intérieurs et extérieurs
Il est indispensable de bien prendre en compte le revêtement des cheminements qui seront empruntés par les usagers. Ils devront être traités de manière homogène pour permettre une bonne circulation et un
bon repérage. Si ce n’est pas le cheminement principal qui est privilégié pour permettre aux fauteuils de rejoindre un point précis de l’établissement, alors ce cheminement secondaire devra être clairement
signalé. Un cheminement adapté à tous l’est aussi visuellement : contraste, éclairage.
Il convient de se référer aux rubriques suivantes pour la mise en conformité de tous les éléments liés à ces aménagements :

C (ruptures de niveau, ressauts, pentes)

D (portes)

E (signalétique)
Les exigences réglementaires
F.0
Illustrations / précisions
Cheminement accessible
CAMPING (courrier ministère/FNHPA du 5/06/2015) :
Une partie du terrain de camping assure l’accessibilité des personnes
handicapées, quel que soit leur handicap, à l’ensemble des prestations qu’il
offre.
La partie accessible doit être la plus proche possible de l’entrée principale
ou d’une des entrées principales du camping et doit être desservie par un
cheminement usuel.
Toutefois, pour l’application [des termes de l’arrêté du 8 décembre 2014]
relativement au terrain de camping, la réglementation pourra être
appliquée avec pragmatisme. En effet, les terrains de camping sont souvent
situés dans des espaces naturels voire protégés. Le respect des règles qui
sont manifestement difficiles à satisfaire dans ce type de contexte ou qui
sont incompatibles avec la fonction de l’établissement ou avec les autres
réglementations environnementales (conservation du littoral) ne peut être
exigé.
A titre d’exemple, le contraste du cheminement accessible permettant la
desserte des parties du camping accessibles doit être réalisé dans toute la
mesure du possible, en fonction des techniques disponibles qui ne
dénaturent pas le caractère naturel du site ; les dispositions relatives à
l’éclairage doivent prendre en compte la nécessaire obscurité nocturne des
campings.
Un cheminement accessible doit permettre d’accéder à l’entrée principale
des bâtiments. Le choix et l’aménagement de ce cheminement sont tels
qu’ils facilitent la continuité de la chaîne du déplacement, permettant de
relier tous les services de l’établissement entre eux.
Le cheminement accessible doit être le cheminement usuel, ou l’un des
cheminements usuels.
Les circulations intérieures ne constituent généralement pas des espaces
suffisamment grands pour nécessiter un guidage des personnes aveugles ou
malvoyantes. Lorsque des cas de grands volumes se présentent (halls
d’établissements de grande taille, par exemple) ainsi que dans des bâtiments
comportant des circulations longues et/ou multiples (halls d’exposition,
gares de transports collectifs), il est très fortement recommandé d’appliquer
les dispositions sur le repérage et le guidage prévues pour les cheminements
extérieurs.
Qualité d’usage et marque
"Tourisme & Handicap"
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
38/117
Le cheminement accessible permet notamment à une personne ayant une
déficience visuelle ou auditive de se localiser, s’orienter et atteindre le
bâtiment en sécurité et permet à une personne ayant une déficience
motrice d’accéder à tout équipement ou aménagement donné à l’usage.
Lorsqu’il existe plusieurs cheminements, les cheminements accessibles
sont signalés de manière adaptée (Voir rubrique E). Les principaux
éléments structurants du cheminement doivent être repérables par les
personnes ayant une déficience visuelle.
F.1
Les circulations intérieures horizontales répondent aux exigences
applicables au cheminement extérieur accessible mentionné ci-dessous, à
l’exception des dispositions concernant,
– l’aménagement d’espaces de manœuvre avec possibilité de demi-tour
ainsi que les espaces de manœuvre de porte pour une personne circulant
en fauteuil roulant dans les étages non accessibles aux personnes circulant
en fauteuil roulant,
– le repérage et le guidage,
– le passage libre sous les obstacles en hauteur, qui est réduit à 2 m dans
les parcs de stationnement.
Largeur du cheminement
Il est fréquent, dans un établissement
touristique que les cheminements soient
partagés par les piétons et les voitures et
équipés de ralentisseurs. Il est alors
impératif de contourner cet obstacle par
un cheminement qui devra idéalement
proposer 1.40 m mais pourra être rétréci
jusqu’à 0.90 m minimum pour garantir la
continuité du cheminement piéton.
La largeur minimale du cheminement accessible doit être de 1.40 m (1.20
m) libre de tout obstacle afin de faciliter les croisements.
Lorsqu’un rétrécissement ponctuel ne peut être évité, la largeur minimale
du cheminement peut, sur une faible longueur, être comprise entre 1.20m
et 1.40m ou entre 0.90 et 1.20 m de manière à conserver une possibilité de
croisement entre un piéton et une personne en fauteuil roulant.
Le cheminement accessible doit être plan, sans ressaut et avec un devers
toléré de 2% (3%). Lorsqu’une dénivellation ne peut être évitée, un plan
incliné doit être aménagé (voir C.4).
Dans les restaurants existants, les allées structurantes ont une largeur
d’1.20m au minimum et donnent l'accès depuis l'entrée aux places
accessibles aux personnes en fauteuil roulant et aux sanitaires adaptés,
- les autres allées ont une largeur de 1.05 m au sol au minimum et de 0.90
m au minimum à partir d'une hauteur de 0.20 m par rapport au sol,
- des espaces de manœuvre avec possibilité de demi-tour sont positionnés
tous les 6 m au maximum ainsi qu'au croisement.
Dans les restaurants, les autres allées ont une largeur au moins égale à 0.60
m.


Passage insuffisant à gauche du ralentisseur
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
F.2
Repérage du cheminement (applicable en extérieur seulement)
Le revêtement du cheminement accessible doit présenter un contraste
visuel et tactile par rapport à son environnement.
À défaut, le cheminement doit comporter sur toute sa longueur un repère
continu, tactile pour le guidage à l’aide d’une canne d’aveugle, et
visuellement contrasté par rapport à son environnement pour faciliter le
guidage des personnes malvoyantes.
Les cheminements doivent être suffisamment éclairés (voir K.1 & K.3).
La mise en œuvre de matériaux permettant le
repérage et le guidage jusqu’à l’entrée des bâtiments
est nécessaire dans le cas d’un espace non délimité,
de type « esplanade » ou « place ».
39/117
La canne blanche : elle est munie d’une
bille à son extrémité. Le balayage au sol
effectué par le piéton, transmet les
informations d’ordre tactile : dangers
évoqués par les bandes podotactiles,
obstacles, changement de direction en
suivant les trottoirs, changement de
nature de sol…
 Dans ce cas précis, la bande de guidage est nécessaire entre le
stationnement et la porte d’entrée de l’établissement (idéalement
jusqu’au comptoir d’accueil)

À titre d’exemple, un matériau spécifique, une
plate-bande, une bordure ou un muret disposés le long
du cheminement, ou encore la transition entre un
matériau dur employé pour le cheminement et une
pelouse, peuvent constituer des repères adaptés
F.3
Choix du revêtement
Les sols meubles (sable, graviers, cheminements enherbés, etc.) sont
impraticables pour les personnes en fauteuil roulant et présentent des
risques de chute pour les personnes à l’équilibre fragile.
Un revêtement conforme n’implique pas
obligatoirement un enrobé. Un matériau
compacté peut parfaitement convenir.
On évitera en extérieur les matériaux trop lisses susceptibles d’être très
glissants lorsqu’ils sont mouillés (pluie ou intervention de nettoyage). Une
attention particulière sera apportée aux revêtements en bois, qui peuvent
être adaptés à un usage en extérieur en raison de leur imputrescibilité, mais
s’avérer extrêmement glissants lorsqu’ils sont mouillés.
Les différences de relief du revêtement de sol sont très bien perçues par les
personnes aveugles. Le relief ne doit cependant pas être trop accentué, au
risque de devenir une gêne au balayage de la canne d’aveugle ou au
déplacement d’une personne en fauteuil roulant ou marchant avec difficulté,
voire un danger pour ces dernières.

Il est essentiel de veiller à l’entretien des
cheminements pour proposer un cheminement
praticable
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
F.4
Trous et fentes sur le cheminement
40/117
Cette exigence a pour but que les cannes
d’aveugle et les petites roues des fauteuils
ne se coincent pas dedans. Ceci est aussi
valable pour les tricycles, les talons, les
roues de valises...
Les trous et fentes situés dans le sol du cheminement doivent avoir une
largeur ou un diamètre inférieur ou égal à 2 cm.

Les grilles doivent proposer des
trous/fentes inférieurs à 2 cm
 Exemple d’une grille d’avaloir conforme
aux exigences réglementaires.
Les nouvelles grilles comportent un symbole
d’accessibilité
 Un tapis avec alvéoles est difficilement franchissable en fauteuil. Il devra être remplacé par
un tapis plus carrossable, de type alu brossé
F.5
Rupture de niveau dangereuse
Lorsque le cheminement est bordé à une distance inférieure à 0.90 m par
une rupture de niveau d’une hauteur de plus de 0.40 m, un dispositif de
protection doit être implanté afin d’éviter les chutes.
En cas de travaux réalisés sur un cheminement accessible, lorsqu'il est
bordé à une distance inférieure à 0.90 m par une rupture de niveau d'une
hauteur de plus de 0.25 m, un dispositif de protection est implanté afin
d'alerter les personnes du risque de chute.
Dès qu’il existe une hauteur de chute d’au moins 1m, la norme NFP 01.012
préconise l’installation d’un garde-corps dont elle définit les
C'est-à-dire qu’en cas de rupture de niveau le long du cheminement
(cheminement en remblai ou bordé par un fossé, par exemple), il est
nécessaire de mettre en place un élément éveillant l’attention pour éviter la
chute. Il peut s’agir par exemple d’une plantation robuste (haie, buisson,…),
d’une clôture légère, d’une barrière …
Une bordure chasse-roue est
obligatoire sur toute pente et
quelle que soit la hauteur de
la rupture de niveau, dès lors qu’il existe
un espace de plus de 2 cm entre le port de
la pente et le garde-corps.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
caractéristiques dimensionnelles. (document à télécharger sur le site du
CNISAM : http://www.cnisam.fr/).
41/117
Lors de l’installation d’un chasse- roue,
attention à ne pas diminuer la largeur du
cheminement règlementaire.
Il convient de vérifier qu’il
existe des dispositifs de
protection (barrières, haies
denses, végétalisation…) autour des lieux
dangereux (points d’eau).
Les lieux de séjour situés à proximité
d’une route dangereuse doivent proposer
une clôture.
La nature et la dimension de cette
protection reste à l’approbation du maître
d’œuvre qui devra faire preuve de bon
sens.
 Absence de dispositif de protection de long de ce plan incliné avec une rupture de niveau de
plus de 0.40 cm
F.6
Obstacle sur le cheminement
Le cheminement accessible doit être libre de tout obstacle.
Afin d’être repérables, les éléments éventuels qui ne peuvent pas être mis
en dehors du cheminement doivent répondre aux exigences suivantes :
- Les obstacles situés en hauteur sur le cheminement (bacs à fleurs,
signalétique) doivent laisser un passage libre d’au moins 2.20 m de
hauteur ; Lorsqu'un escalier est situé dans un espace de circulation, la
partie située en dessous de 2.20 m, si elle n'est pas fermée, est
visuellement contrastée, comporte un rappel tactile situé dans la zone de
balayage d'une canne de détection et est réalisée de manière à prévenir
les dangers de chocs pour des personnes aveugles ou malvoyantes,
- Les obstacles situés sur le cheminement, quelle que soit leur hauteur, ou
en saillie latérale de plus de 15 cm sur le cheminement doivent
comporter un élément de contraste visuel par rapport à leur
environnement immédiat et un rappel tactile ou un prolongement au sol.
- les obstacles isolés tels que bornes, poteaux, etc., doivent être autant
que possible évités sur les cheminements et aux abords de ceux-ci,

Les pièces de charpente représentent des
obstacles. Il faut envisager un prolongement au sol, par
des claustras par exemple pour éviter tout heurt
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
42/117
- Les parois vitrées situées sur les cheminements ou en bordure
immédiate de ceux-ci sont repérables par des personnes de toutes tailles
à l'aide d'éléments visuels contrastés par rapport à l'environnement
immédiat et visibles de part et d'autre de la paroi (voir D.6).
Le passage libre sous les obstacles en hauteur est réduit à 2 m dans les parcs
de stationnement.
Les dimensions des mobiliers, bornes et poteaux sont déterminées
conformément au schéma ci-contre et compte tenu des précisions
suivantes:
- hauteur minimale de 50 cm,
- dimensions minimales de volumétrie :
- la largeur ou le diamètre minimal de la base diminue à mesure que sa
hauteur augmente si la borne ou le poteau a une hauteur de 0.50 m, sa
largeur ou son diamètre ne peut être inférieur à 0.28 m,
- la hauteur du poteau est de 1.10 m au minimum pour un diamètre ou une
largeur de 0.06 m.
(voir schéma ci-contre)
Il est recommandé de disposer les motifs à l’intérieur de deux bandes
horizontales d’une largeur de 5 cm, situées respectivement à 1.10 m et 1.60
m de hauteur.
En cas d’impossibilité à éliminer un élément inférieur à 2.20 m (passage sous
escalier, pièce de charpente), il faudra positionner un élément au sol qui
contraindra le piéton à contourner cet obstacle (barrière, bacs à fleur …).
Ce schéma indique le diamètre minimal que doit avoir
un obstacle sur le cheminement en fonction de sa
hauteur. On notera qu’un obstacle de moins de 50cm et
d’un diamètre de moins de 28 cm n’est pas toléré.
 Le rapport entre le diamètre et la hauteur des poteaux est conforme. Il respecte l’abaque de
détection
F.7
Croisement des piétons et des automobiles
Lorsqu'un cheminement accessible croise un itinéraire emprunté par des
véhicules, la Co visibilité entre les conducteurs des véhicules et les piétons
est garantie afin de permettre à chacun de pouvoir évaluer la possibilité de
franchir
le
croisement
sans
risque
de
collision.
Pour cela, le cheminement comporte au droit de ce croisement :
- un élément permettant l'éveil de la vigilance des piétons ;
- un marquage au sol et une signalisation qui indiquent également aux
conducteurs des véhicules qu'ils croisent un cheminement pour piétons.
 Absence de matérialisation de la traversée piétonne entre le parking et l’accueil
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
Ici, tout y est : contraste de couleur, de matière et
 Dans ce vaste espace, une bande de guidage a été incrusté au sol, 
séparation cheminement piétonnier et stationnement.
entre l’accueil et chacun des 8 hébergements, et ce à l’écart du
cheminement emprunté par les voitures
Un bel exemple à suivre
Des contrastes de couleur et de revêtement suffisent à assurer
 En l’absence de contrastes de couleur significatifs, l’option 
un déplacement confortable
a été prise ici d’installer un fil d’Ariane sur le côté menant d’un
bâtiment à l’autre
 Bande au sol entre la porte d’entrée, le comptoir,
 Exemple parfait d’aménagement d’un long couloir. Des bandes de
et le couloir desservant les équipements
guidage mènent à chacune des portes ouvertes au public

Dans ce gîte le couloir en pente est jalonné de palier de
repos avec un changement de carrelage devant chaque porte

Ce type de jalonnement est utile aux personnes déficientes
mentales comme aux enfants, notamment dans les espaces un peu
labyrinthiques


Les graviers tenus par des alvéoles, ne sont roulants que si le
surplus de gravier est bien balayé. C’est un système inconfortable pour
les personnes avec canne. L’implantation de pelouse sur ce système,
dans des sites très fréquentés, conduit à la disparition de la pelouse et
à un support extrêmement glissant
43/117

Cheminement conforme : revêtement de type
sable-ciment non meuble et contraste de couleur et de
texture pour guider les personnes déficientes visuelles
(pelouse/ sable-ciment)
 La largeur carrossable d’un cheminement doit être d’1.40m
(seul un rétrécissement d’1.20 m sur une courte distance est
toléré, mais ce n’est pas obligatoire !)
Ce genre de revêtement ne permet pas à une personne en
fauteuil ou à mobilité réduite, mal voyante ou aveugle de se déplacer
en toute sécurité. A éviter, sauf si un cheminement secondaire
clairement indiqué est présent
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015

Le sèche-cheveux représente un obstacle en
saillie dans le cheminement qu’il faudra signaler ou
supprimer
 La largeur du cheminement est conforme (1.40 m) mais
du mobilier dans l’allée rend impossible le passage d’une
personne en fauteuil roulant
 Le bureau, empêchant de s’engager sous l’escalier, permet de
 Un ajout en mobilier ou claustra à l’aplomb des 2.20 m sécurisera
neutraliser l’obstacle à hauteur de tête provoqué par l’escalier
le cheminement
 Exemple pour neutraliser un escalier
 Déplacer la poubelle sous la boîte aux lettres neutralisera
l’obstacle en saillie

Un tel escalier doit impérativement être matérialisé en dessous
(jusqu’à 2.20m) afin qu’une personne mal voyante ou aveugle ne s’y
cogne pas
44/117
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
45/117
F1 / Les cheminements extérieurs – Les spécificités des domaines viticoles
Ceux-ci doivent permettre de garantir la « chaîne de déplacement » : relier sans rupture le stationnement, les entrées des différents bâtiments (lieu
de dégustation, toilettes, caveau…). Ils devront être facilement repérables, roulants, d’une largeur réglementaire, sans rupture de niveaux. Ce sol
roulant présente aussi un avantage pour tous les engins roulants de l’exploitation.
 L’enrobé n’est pas une obligation. Un sable- ciment convient parfaitement. Des  La grille d’avaloir, sur le cheminement, est à changer avec ses trous de plus de 
éléments naturels peuvent permettre simplement de réaliser un contraste de
couleur et de texture conforme
2 cm où cannes d’aveugle, roues des fauteuils, talons.... peuvent se coincer. Les
graviers –impraticables- sont interdits sur ce cheminement qui relie le caveau aux
toilettes
Les sentiers dans les vignes
Les sentiers d’interprétation dans les vignes, de
promenade et de randonnées sont des espaces
naturels. Ils ne sont pas concernés par cette
règlementation accessibilité.
 Cet effet esthétique est une opportunité manquée d’un dispositif de guidage
depuis l’accueil vers le caveau
Les pièces de charpente constituent un obstacle à hauteur du visage sur le
cheminement, inférieur à 2.20m. Il convient d’obliger à les contourner par la pose de
mobilier au sol (bacs à fleur par exemple), sous ces éléments
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
46/117
F2 / Les cheminements intérieurs – Les spécificités des domaines viticoles
Lieu de travail, la cave est parfois semée d’embuches. Certains inconvénients qui pénalisent aussi le déplacement des transpalettes, des pompes ... ont fait
l’objet d’aménagements précaires qui pourraient être améliorés pour le confort de tous.
 Les opérations « portes ouvertes » : les espaces ouverts uniquement à ces occasions ne sont pas concernés par cette règlementation.
 Cette rampe amovible avant tout dédiée aux matériels de cave pour franchir une 
petite marche, est acceptable pour les fauteuils si elle supporte 300 kg, avec une largeur
de 1.20 m minimum (90 cm dans le bâti existant), que la pente soit < à 6%* et à condition
d’ajouter des chasse-roues de chaque côté et de la contraster par rapport à
l’environnement. (* voir les valeurs de pente en C4.)
Une simple plaque en métal permet le passage sécurisé des rails encastrés dans
le sol et qui présentent des fentes de plus de 2 cm. Pour une totale conformité, la
largeur de la plaque devrait être au minimum de 90 cm, et dans l’idéal 1.40 m
 Un sol en terre battue peut convenir à condition qu’il soit bien lisse (sans obstacle à 
la roue)
Un sol en gravier n’est pas autorisé car non roulant. Dans ce cas et dans les
structures existantes, on pourrait a minima, aménager une bande roulante pour
accéder aux barriques et à la table de dégustation
 Les cuves enterrées situées sur le cheminement sont sécurisées par des
caillebotis de bois ou de métal permettant la mise à niveau de l’ouverture
 Exemple de revêtement de sol conforme (non meuble et sans obstacle à
la roue), tout en laissant du gravier sous les tonneaux pour maintenir
l’hygrométrie suffisante
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
47/117
F3/ Les obstacles – Les spécificités des domaines viticoles
En termes d’accessibilité, les obstacles évoqués sont principalement ceux situés à hauteur de tête pour les personnes malvoyantes : rien ne doit dépasser
en saillie latérale de plus de 15 cm à une hauteur inférieure à 2.20m ; pour les accessoires (potences de fleurs, étagères...), il s’agit d’une situation à
laquelle on peut remédier ; en revanche, le patrimoine bâti ou creusé ancien ne permet que rarement des améliorations. Les autres obstacles peuvent
être ceux dans lesquels on risque de trébucher.


L’étagère en débord de plus de 15 cm, crée un obstacle à hauteur du visage. Il
convient de la retirer ou d’ajouter un mobilier au sol qui permettra d’éviter à la
personne déficiente visuelle de se cogner
Les caves voutées ou celles en troglodyte présentent par nature de multiples
espaces à moins de 2.20 m de hauteur (exigence réglementaire minimale). Il semble
difficile de sécuriser tous ces espaces. C’est ici l’information préalable auprès des clients
qui va compter (site internet, supports de communication et à l’arrivée sur site) ainsi que
la vigilance du viticulteur lorsqu’il guidera les visiteurs. Ce type de situation fera l’objet
d’une demande de dérogation
 Porte inférieure à la réglementation (2 m) : prévenir par l’ajout d’une bande
de couleur contrastée sur le linteau. Une demande de dérogation pourra être
jointe à l’Ad’Ap, la porte n’étant pas modifiable avec son linteau en pierre et une
hauteur sous plafond limitée
 Lors des visites ponctuelles, le rangement s’impose pour permettre la circulation
des personnes malvoyantes ou en fauteuil roulant et de supprimer tout obstacle
dangereux par forcément repérable par une personne déficiente visuelle
 Les grilles sur les cuves enterrées non situées sur le cheminement de visite n’ont
pas à être mises en conformité accessibilité
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
G.
48/117
Les escaliers, marches et ascenseurs
Contrairement aux idées reçues, l’escalier, intérieur ou extérieur, même doublé d’un ascenseur, d’une rampe d’accès ou d’un élévateur vertical devra être mis en conformité pour garantir un déplacement sécurisé
aux personnes malvoyantes, aveugles, en perte d’équilibre…
Mais en l’absence de travaux ayant pour objet de changer les caractéristiques dimensionnelles des escaliers, celles-ci peuvent être conservées.
Attention : les escaliers qui doublent les ascenseurs et sont manifestement utilisables à tout moment par les clients, doivent être mis en conformité. En revanche, Les escaliers à seule vocation de secours n’ont
pas à être mis en conformité.
Les exigences réglementaires
G.1
Illustrations / précisions
Dimension d’une marche à partir de trois marches
La hauteur d’une marche doit être inférieure ou égale à 16 cm (17 cm)
La profondeur de la marche (giron) doit être supérieure ou égale à 28
cm.
G.2
Mais en l’absence de travaux ayant pour objet de changer les
caractéristiques dimensionnelles des escaliers, celles-ci peuvent être
conservées.
Repérage à la montée à partir d’une marche
Chaque volée d’escalier doit comporter une première et dernière
contremarche d’une hauteur minimale de 10 cm visuellement
contrastée par rapport à la marche.
1
ère
et dernière contremarches contrastée par rapport à la marche
Qualité d’usage et marque
"Tourisme & Handicap"
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
G.3
Repérage à la descente à partir d’une marche
Un escalier de couleur uniforme peut
engendrer une sensation de vertige. Les
nez de marches de couleur contrastée
rompent l’apparente uniformité du sol et
permettent de percevoir la descente et le
rythme des marches. S’ils sont
indispensables
aux
personnes
malvoyantes, ils sont aussi sécurisants
pour tous.
Tous les nez de marches doivent être de couleur contrastée sur au moins
3 cm en horizontal par rapport au reste de l’escalier, être non glissants,
ne pas présenter de débord par rapport à la contremarche.
 Escaliers répondant aux exigences
G.4
Dispositif d’éveil à la vigilance à partir d’une marche
En haut de l'escalier et sur chaque palier intermédiaire, un revêtement
de sol permet l'éveil à la vigilance à une distance de 0.50 m de la première
marche grâce à un contraste visuel et tactile. Pour une implantation plus
efficace, permettant à une personne aveugle ou malvoyante de détecter
cet éveil à la vigilance, cette distance peut être réduite à un giron de la
première marche de l'escalier.
Lors de l’installation et du remplacement du dispositif d’éveil à la
vigilance, celui-ci respecte les spécifications de la norme NF P 98351:2010.
49/117
Un éclairage renforcé doit
permettre de localiser la
première marche à la
descente lorsque l’éclairage général en
amont de l’escalier est jugé insuffisant.
Un éclairage homogène doit être proposé
sur toute la longueur de l’escalier, évitant
sur les marches des zones masquées ou
éblouissantes.
On ne met jamais ces bandes en bas d’un
escalier : cela s’avérerait dangereux au
regard des pratiques des personnes
aveugles.
Exemple d’éveil à la vigilance sous forme de « clous podotactiles » utilisables sur tous
supports et de couleurs diversifiées afin de prendre en compte la nature du sol
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
G.5
Mains courantes à partir de trois marches
G.6
L'escalier, quelle que soit sa conception, comporte une main courante de
chaque côté. Dans le cas où leur installation dans un escalier existant
aurait pour conséquence de réduire le passage à une largeur inférieure à
1 m, ou dans les escaliers à fût central de diamètre inférieur ou égal à
0,40 m, une seule main courante est exigée.
Dans le neuf, la largeur entre 2 mains courantes est de 1.20 m.
Toute main courante répond aux exigences suivantes :
- être située à une hauteur comprise entre 0.80 m et 1.00 m mesurée
depuis le nez de marche. Toutefois, lorsqu'un garde-corps tient lieu de
main courante, celle-ci devra être située pour des motifs de sécurité à la
hauteur minimale requise pour le garde-corps,
- se prolonger horizontalement de la longueur d'une marche au-delà de
la première et de la dernière marche de chaque volée sans pour autant
créer d'obstacle au niveau des circulations horizontales,
- être continue, rigide et facilement préhensible. Dans les escaliers à fut
central, une discontinuité de la main courante est autorisée dès lors que
celle-ci permet son utilisation sans danger et que sa longueur est
inférieure à 0.10 m,
- être différenciée de la paroi support grâce à un éclairage particulier ou
un contraste visuel.
Escalier (≥ 3 marches)
50/117
La main courante, en suivant le profil de
l’escalier, indique quand l’escalier
commence et quand il finit. Elle permet
aussi de prendre appui avant la descente
et la montée.
Toute marche isolée sur le
cheminement doit être
signalée par une bande
d’éveil de vigilance, contrastée en couleur
et en relief, placée à 0.50 m du nez de la
marche dans le sens de la descente (voir
G4).
Tout escalier de trois marches et plus doit être :
traité comme indiqué ci-dessus ET doublé par un plan incliné ou
un élévateur (voir G.9),
remplacé par un plan incliné (voir rubrique C).
 Ces trois marches sont compensées par un plan incliné latéral conforme. En revanche, l’escalier
n’est pas totalement conforme : il manque ici la main courante pour franchir les marches, la bande
d’éveil à la vigilance avant la descente et les contrastes de couleur sur la première et la dernière
contremarche
G.7
Eclairage des escaliers
Un éclairage à 150 lux en tout point de l’escalier, évitant les zones
d’ombre.
Un éclairage permet de localiser la
première marche à la descente lorsque
l’éclairage général en amont de l’escalier
est jugé insuffisant.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
G.8
Ascenseur
Un ascenseur est obligatoire :
- Si l'effectif admis aux étages supérieurs ou inférieurs atteint ou dépasse
cinquante personnes,
- Lorsque l'effectif admis aux étages supérieurs ou inférieurs n'atteint pas
cinquante personnes et que certaines prestations ne peuvent être
offertes au rez-de-chaussée,
- Le seuil de cinquante personnes est porté à cent personnes pour les
établissements de 5e catégorie lorsqu'il existe des contraintes liées à la
présence d'éléments participant à la solidité du bâtiment,
- Dans les restaurants comportant un étage, l'installation d'un ascenseur
ou tout système présentant des caractéristiques équivalentes et
remplissant les mêmes objectifs pour le desservir n'est pas exigé dès lors
que l'effectif admis sur cet étage est inférieur à 25 % de la capacité totale
du restaurant et que l'ensemble des prestations est offert à l'identique
dans l'espace principal accessible.
Lorsqu'il existe des contraintes liées à la présence d'éléments participant
à la solidité du bâtiment, les établissements hôteliers existants mais ne
comportant pas plus de trois étages en sus du rez-de-chaussée, ou encore
non classés mais offrant une gamme de prix et de prestations
équivalentes, sont exonérés de l'obligation d'installer un ascenseur dès
lors que les prestations et les chambres adaptées sont accessibles au rezde-chaussée et que les chambres adaptées présentent une qualité
d'usage de fonctionnement équivalente de celles situées en étage.
G.9
Les spécifications de la norme NF EN 81-70:2003 sont réputées satisfaire
à ces exigences.
L’appareil élévateur vertical
Un appareil élévateur vertical peut être installé à la place d'un ascenseur,
dans les cas suivants :
- l'établissement est situé dans une zone où un plan de prévention du
risque inondation, tel que prévu par le code de l'environnement ou la
topographie du terrain ne permet pas l'aménagement d'un cheminement
accessible ou ne garantit pas l'accessibilité de l'entrée de l'établissement,
- à l'intérieur d'un établissement situé dans un cadre bâti existant.
Le choix du type de matériel se fait en fonction de la hauteur de course.
Pour les établissements neufs, le remplacement d’un ascenseur par un
élévateur vertical est soumis à demande de dérogation.
Exemple : si un établissement assure une prestation « salle de réunion ou de
séminaire » uniquement en étage, il y a obligation d’ascenseur.
La présence d’un ascenseur ne dispense pas la mise en conformité de l’escalier
(voir G. 1 à G.5).
 Un ascenseur aux normes qui propose l’affichage visuel + des annonces sonores
Nous vous recommandons de lire directement l’arrêté du 8 décembre 2014,
article 7 pour détailler les nombreux points de conformité.
Se référer à un professionnel et l’arrêté du 8 décembre 2014, article 7 pour
détailler les nombreux points de conformité.
51/117
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
G.10
Sauf dans les cas cités au 4 du présent article, un appareil élévateur ne
peut se substituer à un ascenseur que si une dérogation est obtenue dans
les conditions fixées à l’article R.111-19-10 du code de la construction et
de l’habitation. L’appareil élévateur doit être d’usage permanent et
respecter les réglementations en vigueur.
Utilisation par les personnes handicapées
Les ascenseurs sont libres d’accès.
Les appareils élévateurs verticaux sont autant que possible libres
d’accès.
A défaut, un appareil élévateur vertical est assorti d’un dispositif
permettant à la personne handicapée de signaler sa présence au
personnel de l’établissement.
Ce dispositif de signalement répond aux critères suivants :
– être situé à proximité du portillon ou de la porte d’entrée de l’appareil,
– être facilement repérable,
– être visuellement contrasté vis-à-vis de son support,
– être situé au droit d’une signalisation visuelle, tel qu’un panneau, pour
expliciter sa signification,
– être situé à une hauteur comprise entre 0.90 m et 1.30 m et à plus de
0.40 m d’un angle rentrant de parois ou de tout autre obstacle à
l’approche d’un fauteuil roulant. L’usager est informé de la prise en
compte de son appel.
(voir fiche B.2 & B.3)
G.11
Tapis roulants, escaliers et plans inclinés mécaniques
Ils sont aussi régis par la loi. Peu fréquents dans les établissements touristiques,
ils ne sont pas abordés dans ce guide. Se référer directement à l’arrêté du 8
décembre 2014, article 7 pour détailler les nombreux points de conformité.
52/117
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
Pour ce type d’équipement –dérogatoire- il convient de se rapproche de sa DDT avant toute commande
 La présence d’un miroir dans l’ascenseur est réglementaire et permet
53/117
 En extérieur également, il convient d’aménager les escaliers dès
lors qu’ils proposent une marche
à une personne en fauteuil de sortir en reculant tout en visualisant ce qui
se passe derrière elle
Attention, le prolongement de la main courante
 Escalier conforme qui permet entre autre de percevoir sa longueur 
représente ici un obstacle sur le cheminement. Il faudrait
avant de s’y engager. Le rouge n’est pas une couleur obligatoire, il faut
choisir une couleur contrastée par rapport aux autres contremarches)
prolonger la rambarde sous la main courante pour que la
personne déficiente visuelle puisse la repérer au sol

Ici, il manque les contrastes de couleur sur la 1ère et la dernière
contremarche, les contrastes sur tous les nez de marche et le
prolongement des mains courantes horizontalement de la longueur d’une
marche au-delà de la dernière marche
 Exemple d’escalier extérieur conforme : bon profil de
la main courante, bande d’éveil à la vigilance bien
positionnée et contrastée en couleur, nez de marche
contrastés en couleur
de couleur différente


La rampe est trop courte et risque d’induire une
personne déficiente visuelle en erreur, les marches sont à
mettre en conformité (nez, contre marches...)
 Les contrastes de couleur sont assurés grâce à deux carrelages
La main courante à gauche n’est pas contrastée en
couleur. Les nez de marche ne sont pas contrastés en
couleur. Cet escalier, pourtant neuf, est à remettre en
conformité

L’absence de nez de marche contrastés en couleur créé une
impression de vertige et une confusion : le sol est-il plat ou y-a-t-il
des marches ?
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
54/117
G / Les marches et les escaliers – Spécificités des domaines viticoles
Les domaines viticoles sont souvent installés sur des coteaux, des pentes, d’où des bâtiments sur plusieurs demi-niveaux avec des marches intérieures.
 La présence d’une marche doit être signalée par une bande d’éveil à la vigilance placée en haut de la marche et un contraste du nez  Dans cette cave, la longueur n’est pas suffisante pour remplacer l’escalier (4 marches) qui descend à la cave depuis
de marche. Dans ce cas précis, la marche devra être compensée par un plan incliné (qui peut être amovible) pour permettre l’accès au
comptoir de vente/ dégustation
A noter également, la présence des cuves enterrées sur le cheminement qui devront être sécurisées (F2).
le caveau, par une rampe d’accès. On pourra a minima contraster les nez de marche, si possible mettre des mains
courantes. Pour les fauteuils : on peut traverser le chai, et faire le tour du bâtiment pour entrer par l’autre bout de la
cave : c’est une mesure acceptée si le cheminement extérieur est de qualité. C’est une solution d’effet équivalent
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
55/117
H.Les différents locaux accueillant les prestations
La loi implique que toute prestation proposée dans l’équipement le soit à tous les clients, handicapés comme valides. Ce principe guidera le gestionnaire de la structure
touristique dans sa réflexion sur ses aménagements.
Quels que soient la destination et l’usage du local, il est primordial de systématiquement s’assurer de la conformité des points suivants :
- le stationnement qui, s’il est privatif, doit être à proximité et respecter les dimensions réglementaires (voir rubrique A),
- les cheminements pour s’y rendre. Ceux-ci devront être facilement repérables ; devront de plus être pris en considération les ruptures de niveaux, les pentes, la
qualité du revêtement, la largeur du cheminement, les escaliers et marches (marches isolées ou escaliers intérieurs et/ou extérieurs, ascenseur…), … (voir rubriques
C, F & G),
- l’accès au bâtiment : l’ouverture et le passage de la porte d’entrée et des portes situées sur les cheminements devront être garanties (voir rubrique D),
- les éléments de signalétique (voir rubrique E),
- les toilettes si le local en propose (voir rubrique I),
- la conformité de l’éclairage (voir rubrique K),
- les alarmes le cas échéant (voir rubrique N).
Quel que soit ce local, il doit être possible à une personne se déplaçant en fauteuil, une fois entrée, de faire demi-tour. Pour ce faire, une aire de rotation d’1.50m de diamètre
doit être proposée.
Dans le guide sont détaillés les points spécifiques concernant les locaux suivants :
- accueil,
- point de vente / boutique,
- restaurant / bar / salle de réception/ Salle de petit-déjeuner.
Pour les autres locaux, type salle d’animation, salle de jeux, club enfant… et en fonction des prestations proposées, il convient de se référer aux fiches indiquées dans le 1er
paragraphe ci-dessus.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
56/117
H.1. L’ACCUEIL
H1.1
Les exigences réglementaires
Illustrations / précisions
Comptoir d’accueil
Attention : si l’accueil est installé dans un chalet ou un mobile-home,
celui-ci doit répondre aux exigences d’accessibilité.
Les banques d’accueil doivent être utilisables par une personne en
position «debout » comme en position « assis » et permettre la
communication visuelle entre les usagers et le personnel.
Qualité d’usage et marque
"Tourisme & Handicap"
Le terminal de paiement par carte bancaire
doit être atteignable depuis la partie
surbaissée.
Les guichets d’accueil situés
latéralement, à plus de 5 m de
l’entrée, doivent être accessibles à
l’aide d’une bande de guidage au
sol depuis la porte d’entrée.
Lorsque des usages tels que lire, écrire, utiliser un clavier sont requis,
une partie au moins de l’équipement doit présenter les caractéristiques
suivantes :
- une hauteur de 0.80 m,
- un vide en partie inférieure d’au moins 0.30m de profondeur, 0.60
m de largeur et 0.70 m de hauteur permettant le passage des pieds
et des genoux d’une personne en fauteuil roulant.
 Exemple de comptoir d’accueil avec une partie surbaissée

La mise à disposition d’une tablette fixe positionnée devant le comptoir ne
pourra être que transitoire (en attendant le changement du comptoir d’accueil) car
elle constitue une saillie dangereuse pour les personnes de petite taille et/ou
malvoyante. Elle doit aussi laisser un espace libre (non encombré de dépliants)
La tablette rabattable est déconseillée car elle n’est pas utilisable
immédiatement.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
H1.2
57/117
Boucle magnétique
Les accueils des établissements recevant du public remplissant une
mission de service public ainsi que des établissements recevant du public
de 1re et 2e catégories sont équipés obligatoirement d’une telle boucle
d’induction magnétique.

Ce système est signalé par un pictogramme.
 La boucle magnétique est signalée par le pictogramme de l’oreille barrée
il est recommandé d’équiper au
moins une banque d’accueil d’un
dispositif d’aide à l’audition
(transmission
des
sons
+
amplification). Ce dispositif doit être signalé
(pictogramme oreille barrée + lettre T) et en
état de fonctionnement.
Ce dispositif devient obligatoire dans les
établissements offrant des prestations
culturelles (office de tourisme, site
touristique) ou de nature informative et dont
la fréquentation est importante – ERP du
groupe 1.
La présence d’une boucle magnétique de
guichet permet à la personne malentendante
porteuse d’audioprothèses
de mieux
entendre la conversation en l’isolant des
perturbations sonores environnantes. Ceci
n’est pas un équipement obligatoire mais
apporte un confort à la personne
malentendante.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
H1.3
Qualité de l’éclairage
Un éclairage renforcé au niveau des postes
d’accueil permet de faciliter la lecture sur les
lèvres pour une personne sourde.
Les espaces ou équipements destinés à la communication font l'objet
d'une qualité d'éclairage renforcée. Les banques d'accueil sont utilisables
par une personne en position « debout » comme en position « assis » et
permettent la communication visuelle de face, en évitant l'effet
d'éblouissement ou de contre-jour dû à l'éclairage naturel ou artificiel,
entre les usagers et le personnel.
Les postes d'accueil comportent un dispositif d'éclairage correspondant à
200 lux au droit des postes d’accueil.
 Eclairage renforcé au niveau de l’accueil, non éblouissant
H1.4
Revêtement des sols, murs et plafonds
les valeurs réglementaires de temps de réverbération et de surface
équivalente de matériaux absorbants définies par les exigences
acoustiques en vigueur sont respectées. Lorsqu'il n'existe pas de texte
pour définir ces exigences, quel que soit le type d'établissement
concerné, l'aire d'absorption équivalente des revêtements et éléments
absorbants représente au moins 25 % de la surface au sol des espaces
réservés à l'accueil et à l'attente du public ainsi que des salles de
restauration.
L'aire d'absorption équivalente A d'un revêtement absorbant est donnée
par la formule :
A = S × αw où S désigne la surface du revêtement absorbant et αw son
indice d'évaluation unique de l'absorption acoustique.
H1.5
Pour plus d’informations et pour une mise en conformité optimale, se
référer à un professionnel
 Exemple de matériau acoustique
Utilisation des équipements mobiliers (points internet notamment)
Un équipement ou un élément de mobilier au moins par groupe
d’équipements et d’éléments de mobilier doit être utilisable par une
personne en position «debout » comme en position « assis ».
Pour être utilisable en position « assis », un équipement ou élément de
mobilier doit respecter les caractéristiques suivantes :
hauteur maximale de 0.80 m,
vide en partie inférieure d’au moins 0.30 m de profondeur,
0.60 m de largeur,
et 0.70 m de hauteur permettant le passage des pieds et des
genoux d’une personne en fauteuil roulant, lorsqu’un élément
de mobilier permet de lire un document, écrire, utiliser un
clavier.
58/117

Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015

Les enfants et les personnes en
fauteuil ne peuvent utiliser ce type
d’équipement (trop haut et absence
d’espace libre dessous)
 Point informatique : table trop haute.
Ce genre d’aménagement peut être
proposé si une autre table, plus basse et
utilisable depuis un fauteuil roulant, est
également mise à disposition
59/117
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015

Bel exemple de comptoir d’accueil adapté. La règlementation
accessibilité oblige au minimum un poste d’accueil adapté. Sur cette
photo, le prestataire est allé plus loin dans sa démarche d’accueil en
proposant des parties surbaissées pour chaque poste d’accueil
 Exemple simple et conforme à la règlementation

 exemple de comptoir d’accueil avec une partie surbaissée.
Exemple de bureau d’accueil adapté
avec un passge pour les jambes, conforme à la
règlementation
 Bel exemple d’intégration : la partie surbaissé avec un passage en 
dessous pour les jambes est la partie centrale de la banque d’accueil.
On voit trop souvent la partie surbaissée sur le côté de la banque
d’accueil, mettant « à part » la personne handicapée
60/117
Petite tablette sur le côté trop petite aux dimensions non
Attention : l’hôtesse n’est pas positionnée de façon à être vue par une
personne en position assise

conformes. Elle n’est pas utilisable par une personne en fauteuil
roulant.
 Le bureau d’accueil n’est pas accessible
(porte inférieur à 77 cm de passge utile)
Sans aire de rotation, impossible de faire 1/2 une fois entré dans
l’espace d’accueil. (A noter : le comptoir d’accueil ne propose pas de
partie surbaissée)
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015

La tablette, même si elle est conforme aux dimensions
règlementaires, est mal positionnée. Elle constitue un obstacle sur le
cheminement.
 Comptoir haut sans partie surbaissée. L’ajout d’une tablette fixe
devant ce comptoir fixe ne pourra être que transitoire (en attendant
le changement du comptoir d’accueil) car elle constitue une saillie
dangereuse pour les personnes de petite taille et/ou malvoyante.
61/117
 Comptoir conforme à la règlementation accessibilité. Il faut veiller à ce
que le terminal de paiement soit bien accessible depuis la partie surbaissée.

Comptoir conforme à la règlementation
accessibilité

 Il s’agit ici d’une tablette rabattable. Ceci est déconseillé, mais 
toléré dans l’attente que le comptoir d’accueil soit transformé :
l’équipement doit être fixe afin d’être disponible à tout moment.
La partie surbaissée du comptoir d’accueil ne permet pas le
passage des jambes
Le comptoir d’accueil est conforme en
termes de dimensions mais il faut aussi prévoir
dans l’usage de laisser cet espace libre pour
l’accueil (documents et rangements à retirer)
 Exemple de comptoir d’accueil avec une partie surbaissée conforme
et intégrée au comptoir
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
62/117
H.2. LE POINT DE VENTE / LA BOUTIQUE
H2.1
Les exigences réglementaires
Illustrations / précisions
Qualité d’usage et marque
"Tourisme & Handicap"
Comptoir de vente
La mise à disposition d’une tablette fixe positionnée devant le comptoir ne
pourra être que transitoire (en attendant le changement du comptoir de
vente) car elle constitue une saillie dangereuse pour les personnes de petite
taille et/ou malvoyante.
Le terminal de paiement par carte
bancaire doit être atteignable depuis la
partie surbaissée
Les comptoirs de vente doivent être utilisables par une personne en position
«debout » comme en position « assis » et permettre la communication
visuelle entre les usagers et le personnel.
La tablette rabattable est interdite.
Lorsque des usages tels que lire, écrire, utiliser un clavier sont requis, une
partie au moins de l’équipement doit présenter les caractéristiques
suivantes :
- une hauteur de 0.80 m,
- un vide en partie inférieure d’au moins 0.30 m de profondeur, 0.60 m
de largeur et 0.70 m de hauteur permettant le passage des pieds et des
genoux d’une personne en fauteuil roulant.
 Exemple d’aménagement conforme

Comptoir surbaissé mais sans espace
disponible dessous pour le passage des
jambes
Attention : si le point de vente est installé dans un chalet ou un mobile-home,
celui-ci doit répondre aux exigences d’accessibilité.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
H2.2
Nombre
Le nombre minimal de caisses de paiement est d’une caisse par tranche de
vingt, arrondi à l’unité supérieure.
Lorsqu’il n’existe qu’une seule caisse de paiement, celle-ci est accessible aux
personnes handicapées.
 Caise d’épicerie adaptée. Attention, les allées dans la boutiques doivent proposer une largeur
d’1.20 m minimum
H2.3
Circulation entre les rayonnages
Les allées structurantes ont une largeur de 1.20 m et permettent à une
personne en fauteuil roulant d’accéder depuis l’entrée aux prestations
essentielles de l’établissement tels que les caisses […] meubles d’accueil, […]
bacs de recyclage, bornes de lecture de prix, balances des fruits et légumes.
Lorsqu’un rétrécissement ponctuel ne peut être évité, la largeur minimale
du cheminement peut, sur une faible longueur, être comprise entre 0.90 m
et 1.20 m de manière à permettre le passage d’une personne en fauteuil
roulant.
Les autres allées ont une largeur de 1.05 m au sol au minimum et de 0.90 m
au minimum à partir d’une hauteur de 0.20 m par rapport au sol.

La largeur du cheminement est conforme mais du mobilier dans l’allée rend impossible le
passage d’une personne en fauteuil roulant
Des espaces de manœuvre avec possibilité de demi-tour sont positionnés
tous les 6 m au maximum ainsi qu’au croisement entre deux allées.
La largeur minimale du cheminement d’accès aux caisses de paiement est
de 0.90 m.
 Largeur minimale de passage aux caisses conforme : 90 cm
63/117
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
H2.4
64/117
Affichage des prix
Les caisses de paiement sont munies d’un affichage directement lisible par
l’usager afin de permettre aux personnes sourdes ou malentendantes de
recevoir l’information sur le prix à payer.
La signalétique d’information (affichettes, panneaux d’information relatifs
à des données pratiques, horaires, tarifs, conditions d’accès, utilisation d’un
équipement …) doit être visible, lisible et compréhensible par tous.

Voir rubrique E signalétique

Un bon étiquetage entre dans les
caractéristiques d’accessibilité liées à la
signalétique
Affichage
des
prix,
horaires
d’ouverture …visible, lisible

Comptoir du snack : absence de partie surbaissée qui
s’applique pourtant à tout point de vente
 Aucune partie surbaissée
 L’ajout de mobilier dans les allées rend difficile la circulation
 L’atteinte en hauteur de tout article destiné à la vente ne peut être
en fauteuil roulant
garantie entre 0.90 m et 1.30 m si des contraintes d’espace existent.
Auquel cas, l’aide du personnel doit être prévue et organisée
Lors de l’achalandage des rayons, on s’efforcera cependant de garantir
une représentativité optimale des produits dans cette hauteur comprise
entre 0.90m et 1.30 m
Il est important de veiller à ce que l’abord des rayonnages ne soit pas
encombré d’articles entreposés (packs d’eau par exemple) qui nuiraient
à l’espace d’usage et/ou la largeur des allées
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
65/117
H.3. LA SALLE DE RESTAURATION / LE BAR / LA SALLE DE RECEPTION/ LA SALLE DE PETIT-DEJEUNER
Tout établissement ou installation accueillant du public assis reçoit les personnes handicapées dans les mêmes conditions d’accès et d’utilisation que celles offertes aux personnes valides. A cet effet, des
emplacements accessibles par un cheminement praticable sont aménagés.
Les exigences réglementaires
H3.1
Le bar et/ou la caisse
Les comptoirs de vente doivent être utilisables par une personne en
position «debout » comme en position « assis » et permettre la
communication visuelle entre les usagers et le personnel.
Illustrations / précisions
Qualité d’usage et marque
"Tourisme & Handicap"
La mise à disposition d’une tablette fixe ne pourra être que transitoire (en
attendant le changement du comptoir d’accueil) car elle constitue une saillie
dangereuse pour les personnes de petite taille et/ou malvoyante.
Le terminal de paiement par carte bancaire
doit être atteignable depuis la partie
surbaissée.
Lorsque des usages tels que lire, écrire, utiliser un clavier sont requis,
une partie au moins de l’équipement doit présenter les
caractéristiques suivantes :
- une hauteur de 0.80 m,
- un vide en partie inférieure d’au moins 0.30 m de profondeur,
0.60 m de largeur et 0.70 m de hauteur permettant le passage des
pieds et des genoux d’une personne en fauteuil roulant.
 Exemple de tablette de bonne dimension rajoutée devant le comptoir
La tablette rabattable est déconseillée car non disponible immédiatement,
elle ne peut être dépliée par l’usager.
Dans les établissements existants, le paiement à la place peut être considéré
comme une solution compensatoire, à condition que le terminal de paiement
le permette.
Pour les établissements existants, des solutions d’effet équivalent
peuvent être mises en œuvre dès lors que celles-ci satisfont aux
mêmes objectifs

Comptoir de bar avec une partie
surbaissée conforme
comptoir
et intégrée au
 Exemple de partie surbaissée intégrée au bar
 Comptoir surbaissé mais :
1) sans espace disponible dessous pour le passage des
jambes
2) fortement encombré : son utilisation par une personne
en fauteuil n’est plus possible
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
H3.2
Les cheminements dans le restaurant/ la salle de réception et petitdéjeuner
Dans les établissements neufs, la largeur minimale du cheminement
accessible doit être de 1.40 m libre de tout obstacle afin de faciliter les
croisements.
Lorsqu’un rétrécissement ponctuel ne peut être évité, la largeur
minimale du cheminement peut, sur une faible longueur, être
comprise entre 1.20 m et 1.40 m de manière à conserver une
possibilité de croisement entre un piéton et une personne en fauteuil
roulant.
Dans les restaurants existants, les allées structurantes ont une largeur
d’1.20 m (rétrécissement ponctuel sur une faible longueur entre 0.90
m et 1.20 m) et donnent au minimum l'accès depuis l'entrée aux places
accessibles aux personnes en fauteuil roulant et aux sanitaires adaptés.
Dans les restaurants, les autres allées ont une largeur au moins égale à
0,60 m.
H3.3
Des espaces de manœuvre avec possibilité de demi-tour sont
positionnés tous les 6 m au maximum ainsi qu’au croisement entre
deux allées.
Ascenseur
Un ascenseur est obligatoire :
- Si l'effectif admis aux étages supérieurs ou inférieurs atteint ou
dépasse cinquante personnes.
- Lorsque l'effectif admis aux étages supérieurs ou inférieurs n'atteint
pas cinquante personnes et que certaines prestations ne peuvent être
offertes au rez-de-chaussée.
- Le seuil de cinquante personnes est porté à cent personnes pour les
établissements de 5e catégorie lorsqu'il existe des contraintes liées à la
présence d'éléments participant à la solidité du bâtiment.
- Dans les restaurants comportant un étage, l'installation d'un
ascenseur ou tout système présentant des caractéristiques
équivalentes et remplissant les mêmes objectifs pour le desservir n'est
pas exigé dès lors que l'effectif admis sur cet étage est inférieur à 25 %
de la capacité totale du restaurant et que l'ensemble des prestations
est offert à l'identique dans l'espace principal accessible.
 Cheminement possible pour une personne en fauteuil roulant entre les tables, et
au niveau des allées principales
66/117
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
H3.4
Quota de places accessibles
67/117
Le gabarit d’encombrement d’un fauteuil
roulant (75 x 125 cm) occupe l’espace de
deux chaises traditionnelles.
Le nombre, les caractéristiques et la disposition de ces emplacements
sont définis en fonction du nombre total de places offertes.
Le nombre d’emplacements accessibles est d’au moins 2 jusqu’à 50
places et d’un emplacement supplémentaire par tranche ou fraction
de 50 places en sus. Au-delà de 1000 places, le nombre
d’emplacements accessibles, qui ne saurait être inférieur à 20, est fixé
par arrêté municipal.
Dès lors qu’une mezzanine n’est pas desservie par un ascenseur le
nombre de places accessibles est tout de même calculé sur la capacité
totale du restaurant. Les places accessibles sont alors localisées dans
l’espace principal accessible.
Lorsque plusieurs places s’imposent, les places adaptées sont
réparties en fonction des différentes catégories de places offertes au
public.
H3.5
Dans les restaurants ainsi que dans les salles à usage polyvalent ne
comportant pas d’aménagements spécifiques, ces emplacements
peuvent être dégagés lors de l’arrivée des personnes handicapées.
Table de restaurant
La marque recommande de
proposer des profondeurs de
confort supérieures : au
minimum 0.50 m au lieu de 0.30 m.
Un équipement ou un élément de mobilier au moins par groupe
d’équipements et d’éléments de mobilier doit être utilisable par une
personne en position «debout » comme en position « assis ».
Pour être utilisable en position « assis », un équipement ou élément
de mobilier doit respecter les caractéristiques suivantes : hauteur
maximale de 0.80 m et vide en partie inférieure d’au moins 0.30 m de
profondeur, 0.60 m de largeur et 0.70 m de hauteur permettant le
passage des pieds et des genoux d’une personne en fauteuil roulant,
lorsqu’un élément de mobilier permet de lire un document, écrire,
utiliser un clavier.
Une table avec un pied central ne garantit
pas une approche aisée car le socle fait
obstacle, sauf si la distance entre le
périmètre du pied et le bord de la table est
supérieur ou égal à 30 cm.
 La profondeur de la table est insuffisante. Les cales pieds buttent dans le pied de table et la
personne n’est pas installée confortablement pour déjeuner (trop loin du bord de la table)
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
H3.6
Hauteur des buffets et rails
En l’absence de réglementation précise sur le sujet, c’est l’obligation de
résultat qui s’impose : toutes les prestations doivent être accessibles à tous.
La réglementation n’aborde pas spécifiquement ce point.
68/117
Les self-services dont les rails
présentent des ruptures de
niveau doivent proposer des
équipements, du type chariot individuel,
pour compenser ces difficultés d’accès.
Un nombre suffisant d’équipements en
libre-service (type machines à café, jus de
fruits …) doit être accessible pour bénéficier
correctement de la prestation proposée.

 Dans cette configuration, les éléments
Pour que la personne en fauteuil puisse
atteindre les mets, il faut que son fauteuil
s’engage sous la tablette. 0.30 m est un réel
minimum. 0.50 m apporte un confort. Une aide
humaine est tout à fait acceptable si elle est
mobilisable immédiatement, à savoir, si une
personne est en permanence dans la salle du
repas
H3.7
en hauteur ne sont pas atteignables ; de
même un aide est envisageable
Les menus
Voir rubrique E concernant l’accessibilité des menus (visibilité, lisibilité
et compréhension) et l’accessibilité des porte-menus extérieurs.

Les menus, fixés à l’extérieur des
établissements, doivent être lisibles par tous les
publics

Attention à laisser l’espace libre
devant les panneaux d’information pour
permettre aux personnes handicapées de
s’approcher au plus près et ainsi faciliter la
lecture
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
Recommandations complémentaires pour une meilleure compréhension :
 Ecriture simple (arial ou Helvética, Calibri) taille 16 minimum










N’oubliez pas que les polices fantaisies brouillent la vue !
Les mots uniques doivent être écrits en majuscules : ACCUEIL
En revanche, les phrases ou successions de mots doivent être écrits en minuscules, avec seulement la première lettre en majuscule : Salle polyvalente
Le caractère gras n'améliore pas la lisibilité
Le caractère italique ralentit nettement la vitesse de lecture des personnes malvoyantes
Les caractères doivent être de couleur contrastée par rapport à leur support : noir sur blanc est très bien ; clair/foncé quoi qu’il en soit)
Le support lui-même doit être contrasté par rapport à son environnement
Ne brouillez pas la lecture par un fond illustré : conserver un fond uni
Utilisez un vocabulaire simple, concret, non imagé
En cas de phrase : qu’elles soient courtes avec juste sujet, verbe complément.
69/117
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
Le contraste préconisé entre la couleur du texte et celle du fond doit être
70/117
d’au moins 70 %
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
71/117
H.4. L’ESPACE BIEN ETRE
Un espace bien-être constitue une prestation ouverte au public et doit à ce titre respecter l’intégralité des dispositions réglementaires de l’accessibilité. La marque nationale Tourisme & Handicap apporte des
compléments importants avec le souci d’une réelle qualité d’usage des équipements de bien-être.
Les exigences réglementaires
H4.1
Sauna, hammam, jacuzzi
Illustrations / précisions
Qualité d’usage et marque
"Tourisme & Handicap"
La prestation doit être proposée à tous les publics. Une aide humaine est
envisageable (information à faire valider par les DDT(M).
Critères principaux :
- une banquette à une
hauteur comprise entre 0.45
m et 0.50 m permet le transfert depuis le
fauteuil roulant,
- une douche adaptée se situe à proximité
du sauna, hammam, jacuzzi,
- absence d’obstacle à hauteur de visage
dans la cabine.
Un équipement au moins, par groupe d’équipements, doit pouvoir
être repéré, atteint et utilisé par les personnes handicapées.
 Accès conforme au hammam
H4.2
Salle de massage, de soins, de relaxation
Critères principaux :
- En cas de table de massage,
celle-ci sera munie d’une
commande électrique de réglage en
hauteur
- En cas de transats, au moins 1 mobilier
est à une hauteur comprise entre 0.45m et
0.50m
Un équipement au moins, par groupe d’équipements, doit pouvoir
être repéré, atteint et utilisé par les personnes handicapées.
H4.3
Sanitaire (WC, douche)
H4.4
Voir rubrique J2
Les vestiaires
Lorsqu’il y a lieu à déshabillage ou essayage en cabine, au moins une
cabine doit être aménagée et accessible par un cheminement
praticable.
Les cabines de déshabillage doivent être installées au même
emplacement que les autres cabines lorsque celles-ci sont
regroupées.
Lorsqu’il existe des cabines séparées pour chaque sexe, au moins une
cabine aménagée et séparée pour chaque sexe doit être installée.
Les cabines de déshabillage aménagées doivent comporter en-dehors du
débattement de porte éventuel :
- une aire de rotation d’1.50 m de diamètre,
- un équipement permettant de s’asseoir et de disposer d’un appui en position
« debout ».
Les équipements permettant de s’asseoir peuvent être fixes ou mobiles. La
hauteur d’assise doit être comprise entre 0,45 m et 0,50 m. Les barres d’appui
doivent comporter une partie horizontale positionnée entre 0,70 m et 0,80 m
de hauteur. Des barres d’appui sont souhaitables également dans les cabines de
déshabillage.
Les
vestiaires
devront
comporter
un
système
facilement
repérable
permettant aux personnes déficientes
visuelles d’identifier le casier initialement
choisi.
La zone d’assise, les patères, la barre
d’appui et le verrou de fermeture
doivent être contrastés en couleur.
S’il existe des patères, l’une d’elles est à
une hauteur inférieure à 1.30 m.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
Dans l’existant, le nombre minimal de cabines ou d’espaces adaptés
est défini de la façon suivante :
1 cabine ou espace adapté si l’établissement n’en comporte pas plus
de 20. A l’occasion de travaux, le nombre minimal de cabine ou
d’espace adapté est réévalué de la façon suivante: 2 cabines ou
espaces adaptés si l’établissement n’en comporte plus de 50 ; 1
cabine ou espace supplémentaire par tranche ou portion de 50.

Schéma : Jacques RUIZ, guide ERP
En complément, demandez le cahier des charges « bien être » auprès de votre référent départemental Tourisme et Handicap.
72/117
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
Espace bien être
 Un bain bouillonant encastré peut permettre aux
personnes à mobilité réduite de s’y baigner
 Ce bain bouillonnant hors sol n’est pas accessible
en fauteuil, malgré les marches
Vestiaire

Cette cabine de plage a été équipée d’un banc
permettant aux personnes en fauteuil de se changer
en position allongée
73/117
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
74/117
H.5. TABLES ET COMPTOIRS POUR LA DEGUSTATION ET LA VENTE – SPECIFICITES DES DOMAINES VITICOLES
Le mobilier choisi pour les caveaux d’accueil et de dégustation s’inspire souvent des objets emblématiques : barriques, pressoirs, bouteilles...
L’évocation traditionnelle a jusqu’ici été privilégiée. Ces quelques exemples tenteront d’apporter des éléments de réflexion pour y adjoindre une notion
d’accessibilité.
 Comptoirs de dégustation et/ou vente non conformes : ils ne comportent pas de partie surbaissée avec un vide en dessous pour le passage des
 Dans l’existant et pour un ERP de 5
jambes en fauteuil roulant : on pourra fixer un retour avec une tablette qui laissera passer le fauteuil en-dessous (0.70cm de hauteur en dessous, 30
cm de profondeur, 60 cm de largeur).
Le crachoir fixe sur pied n’est pas utilisable depuis un fauteuil. Il faudra en mettre un mobile, posé sur la tablette.(voir H1, H2)
d’accueil/vente/dégustation ne comporte pas de partie surbaissée, une table à proximité,
respectant les dimensions ci-contre est acceptable. Il peut s’agir d’une mesure de
compensation acceptable si le terminal bancaire peut être utilisé à cette table et si le
mobilier mis à disposition s’intégre parfaitement à l’ensemble avec une qualité de service
équivalente et non stigmatisante.
En revanche, lors du changement du comptoir et pour toute structure neuve, un comptoir
adapté avec une partie surbaissée s’impose.
ème
catégorie (voir définition en II), si le comptoir
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
 Exemple d’un mange debout et d’un mange assis : le support le plus
75/117
 Aménagement simple et conforme à la règlementation
bas servira tant aux personnes en fauteuil qu’à celles de petite taille, ou
aux enfants

Barrique aménagée en table de dégustation aux
dimensions conformes à la règlementation accessiblité.
Grace à la profondeur du plateau (au minimum 0.30 m
entre le bod du plateau et la paroi extérieure du pied de
table), les cale-pieds ne butteront pas dans la barrique.
Cet aménagement est d’autant plus nécessaire lorsqu’une

Tonneau ou pressoir pour la dégustation : Il
convient à minima d’ajouter une table aux bonnes
dimensions, à proximité immédiate.
assiette est proposée en plus du verre.
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
76/117
I. Les WC
Il convient de se référer aux rubriques suivantes pour la mise en conformité de tous les éléments liés à ces aménagements :

C (ruptures de niveau, ressauts, pentes)

D (portes)

E (signalétique)

F (cheminements intérieurs et extérieurs)

J1 (douches)

N (Alarmes)
Les exigences réglementaires
Illustrations / précisions
I.0 Généralités
Chaque niveau accessible, lorsque des sanitaires y sont prévus pour le public,
doit comporter au moins un cabinet d’aisances aménagé pour les personnes
handicapées circulant en fauteuil roulant et comportant un lavabo accessible.
Les cabinets d’aisances aménagés doivent être installés au même
emplacement que les autres cabinets d’aisances lorsque ceux-ci sont
regroupés.
Lorsque des chambres (hôtels ou autre hébergement considéré comme ERP)
comportent un cabinet d’aisances, celui-ci doit être aménagé et accessible. Si
les chambres ne comportent pas de cabinet d’aisances, un cabinet d’aisances
indépendant et accessible de ces chambres par un cheminement praticable
doit être aménagé à cet étage.
Cette disposition ne s’applique pas aux hôtels ne proposant que le service de
restauration du petit déjeuner.
Les cabinets d’aisances adaptés sont installés, de préférence, au même
emplacement que les autres cabinets d’aisances lorsque ceux-ci sont
regroupés. Si cette disposition ne peut être respectée, les cabinets d’aisance
adaptés séparés des cabinets d’aisance non accessibles sont signalés.

WC aux dimensions conformes, barre
d’appui
et
dérouleur
correctement positionnés
de
papier
 La cuvette des WC est située trop loin du
mur. Une personne handicapée en fauteuil
roulant atteindra difficilement la barre
d’appui pour se transférer. De plus il manque
la partie horizontale à la barre d’appui pour le
transfert
Qualité d’usage et marque
"Tourisme & Handicap"
A noter : la barre d’appui horizontale
permet le transfert depuis le fauteuil
roulant. Sa position est donc capitale pour
être fonctionnelle : la personne
positionnée à côté de la cuvette doit
pouvoir l’atteindre et prendre appui de
tout son poids, tout en tirant pour se
transférer.
La barre inclinée permet à une personne
mal marchante de se relever.
La fixation solide des deux barres, souvent
réunies en une seule barre coudée,
garantie la sécurité de l’usager. La barre
coudée avec 3 points de fixation (exemple
de gauche) est recommandée.
La cuvette surélevée est à peu près au
même niveau que l’assise du fauteuil
roulant (entre 0.45 et 0.50 m), facilitant le
glissement de l’une à l’autre assise face à
l’impossibilité de prendre appui sur ses
jambes.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
I.1 Quota de WC accessibles
Un libre accès aux sanitaires
adaptés est obligatoire sans
qu’il soit besoin de réclamer
de clé ni de code. Si l’ensemble de la
clientèle est soumise à cette condition
d’accès, une aide humaine pour les
personnes handicapées est obligatoire.
Lorsqu’il existe des cabinets d’aisances séparés pour chaque sexe, un cabinet
d’aisances accessible séparé doit être aménagé pour chaque sexe.
Si les WC sont mixtes, alors au moins un WC accessible est requis.
Lorsqu’il existe des cabinets d’aisances séparés pour chaque sexe,
l’aménagement d’un cabinet d’aisances accessible n’est pas exigé pour
chaque sexe. Dans ce cas, tout cabinet adapté pour les personnes handicapées
pouvant être utilisé par des personnes de chaque sexe est accessible
directement depuis les circulations communes et signalé par des
pictogrammes rappelant la possibilité de leur utilisation par des personnes des
deux sexes, handicapées ou non.

Barre coudée bien postionnée, cuvette à bonne hauteur et à bonne distance du mur, papier
atteignable, aire de transfert : tout est bien fait.
I.2 Caractéristiques dimensionnelles d’un WC
Un WC aménagé doit présenter les caractéristiques dimensionnelles
suivantes :
une porte de 0.90 m de large (0.80 m),
comporter, en dehors du débattement de porte, un espace d’usage (0.80
m x 1.30 m) accessible à une personne en fauteuil roulant situé
latéralement par rapport à la cuvette,
comporter un espace de manœuvre avec possibilité de ½ tour situé à
l’intérieur du WC ou à défaut, en extérieur, devant la porte. Un
chevauchement de l’espace de manœuvre avec possibilité de demi-tour
d’une largeur de 15 cm est autorisé sous la vasque du lave-mains ou du
lavabo accessibles,
- une barre permettant de refermer la porte derrière soi une fois entré
(valable pour les portes ouvrant vers l’extérieur seulement),
- un lave-mains dont le plan supérieur est situé à une hauteur maximale de
0.85 m. Un espace d’usage de 0.80 m x 1.30 m doit être garanti au droit
du lave-mains pour un usage frontal ou latéral,
- la surface d’assise de la cuvette doit être située à une hauteur comprise
entre 0.45 m et 0.50 m du sol, abattant inclus,
- une barre d’appui latérale (voir schéma ci-contre) doit être prévue à côté
de la cuvette, permettant le transfert d’une personne en fauteuil roulant
et apportant une aide au relevage. La barre doit être située à une hauteur
comprise entre 0.70 m et 0.80 m du sol. Sa fixation ainsi que le support
doivent permettre à un adulte de prendre appui de tout son poids.
Lorsque des urinoirs sont disposés en batterie, ils doivent être positionnés à
des hauteurs différentes. La mise en place d’urinoirs « toute hauteur » permet
de respecter cette exigence.
77/117
Les verrous des portes des
cabinets d’aisance adaptés
doivent être facilement
manœuvrables de l’intérieur (dispositif à
tirette ou à bascule plutôt que loquet
tournant, difficilement préhensible).
Le système d’ouverture et de fermeture
doit être simple d’utilisation.
Les portes des cabinets d’aisance qui
s’ouvrent vers l’extérieur disposent d’un
dispositif (barre latérale ou poignée)
permettant de les fermer aisément
derrière soi.

Quelle que soit la configuration de
l’équipement
sanitaire
(cuvette
suspendue, avec ou sans coffrage),
l’installation doit permettre de réaliser le
transfert.
Une barre d’appui latérale posée
horizontalement à une hauteur comprise
entre 0.70 m et 0.80 m, à une distance du
centre de la cuvette ne pouvant excéder
0,40 m. Elle permet à un adulte de prendre
appui de tout son poids.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
Les dispositifs de commande manuelle mis à la disposition du public (robinet
du lave-main) doivent être situés à plus de 0.40 m d’un angle rentrant de
parois ou de tout autre obstacle à l’approche d’un fauteuil roulant.
78/117
La barre d’appui horizontale doit être
prolongée par une partie oblique ou par
une autre barre verticale facilitant le
redressement des personnes à mobilité
réduite.
Précision : l’écart exigé entre le centre de
la cuvette et la barre d’appui correspond à
la longueur moyenne d’un bras,
permettant à la personne en fauteuil
roulant d’atteindre la barre depuis son
fauteuil, au-dessus de la cuvette pour
effectuer son transfert. En effet, souvent
sans abdominaux, sans possibilité de
prendre appui sur ses jambes, seule la
traction latérale permet de passer d’une
assise à l’autre.
Si l’aire de rotation est à l’extérieur du WC, cela oblige la personne en fauteuil roulant
à entrer en marche arrière et complique donc la manœuvre. Cette solution ne doit
donc pas être systématisée
Le dévidoir de papier doit être atteignable
depuis la cuvette et non placé à l’arrière du
fauteuil.
Toute poubelle doit présenter un dispositif
d’ouverture accessible et d’une hauteur
minimale de 0.40 m.
Les abattants et lunettes des cuvettes de
WC doivent être de couleur contrastée par
rapport à leur environnement.
Ils comportent des patères pour les
vêtements et des porte-serviettes placés
entre 0.90 m et 1.30 m du sol.
Schéma de pose et de configuration d’une barre latérale coudée
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015

 Ici la largeur du cloisonnement du bâti
support ne dépasse pas 70 cm, permettant à
la personne handicapée de reculer jusqu’au
mur et de faire son transfert en étant bien
située
I.3
Sas avant le WC
Lorsqu’un sas précède l’accès à un sanitaire adapté, ce sas devra présenter
une largeur minimale de 1.50 m (largeur d’une circulation en Établissement
Recevant du Public (ERP) et respecter les aires de manœuvre de portes (voir
D.1)
79/117
 Toléré

Règlementairement conforme mais
attention : une cuvette suspendue rallongée
ne permet aucun appui dorsal, nécessaire à
l’équilibre
de
certaines
personnes
handicapées sans abdominaux. Prévoir une
butée derrière l’abattant qui servira alors de
dossier
L’aire de retournement nécessaire à une
bonne utilisation du WC sera alors soit à
l’intérieur du WC (à privilégier), soit en
extérieur (dans le sas).
(voir I.2)
Un espace de manœuvre d’au
moins 1.50 m de diamètre
sera proposé à l’intérieur ou,
à défaut, en extérieur devant la porte.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
I.4 Lavabo
La vasque du lavabo ne doit
pas dépasser une hauteur de
0.85 m.
La partie basse des miroirs des lavabos est
située entre 0.90 m et 1.05 m. A défaut le
miroir doit être incliné de telle sorte qu’il
permette une vision en position assis.
Un lavabo au moins par groupe de lavabos doit être accessible aux personnes
handicapées ainsi que les divers aménagements tels que notamment miroir,
distributeur de savon, sèche-mains, distributeur de papier toilette.
Un lavabo accessible doit présenter un vide en partie inférieure d’au moins
0.30m de profondeur, 0.60 m de largeur et 0.70 m de hauteur permettant le
passage des pieds et des genoux d’une personne en fauteuil roulant.
Le dévidoir de papier doit être atteignable
depuis la cuvette et non placé à l’arrière du
fauteuil.
Un espace d’usage de 0.80 m x 1.30 m doit être garanti au droit du lavabo
pour un usage frontal.
Toute poubelle doit présenter un dispositif
d’ouverture accessible et d’une hauteur
minimale de 0.40 m.
La robinetterie doit être facilement préhensible en position « assis ». Il est
recommandé d’installer des robinetteries à leviers ou automatiques.
Les distributeurs de savon et sèche-main et les distributeurs de papier toilette
doivent être installés entre 0.90 m et 1.30 m.
Les abattants et lunettes des cuvettes de
WC doivent être de couleur contrastée par
rapport à leur environnement.
Les patères pour les vêtements et des
porte-serviettes doivent être placées
entre 0.90 m et 1.30 m du sol.
Les pièces destinées à la
toilette (douche et baignoire)
doivent être pourvues de
mitigeurs
thermostatiques
limitant
automatiquement les risques de brûlure.
I.5 Interrupteurs, robinetterie, dérouleur de papier …
Les équipements, le mobilier, les dispositifs de commande doivent pouvoir
être repérés, atteints et utilisés par les personnes handicapées. La disposition
des équipements ne doit pas créer d’obstacle ou de danger pour les personnes
ayant une déficience visuelle.
Les dispositifs de commande (interrupteurs, dérouleur de papier, sèchemains, porte-savons…) doivent être repérables par un contraste visuel ou
tactile.
Ceux-ci doivent être positionnés entre 0.90 m et 1.30 m de hauteur lorsqu’ils
sont commandés manuellement et situés à plus de 0,40 m d’un angle rentrant
de parois ou de tout autre obstacle à l’approche d’un fauteuil roulant.
Au moins 1 équipement (si plusieurs), doit pouvoir être repéré, atteint et
utilisé pour les personnes handicapées.
80/117
 Bel aménagement pour le handicap moteur, mais mobilier pas assez repérable (manque de
contraste mur/sol/ équipements sanitaires/ distributeur de papier et savon) pour le handicap
visuel
Les mitigeurs ordinaires présents sur les
éviers des cuisines et des lavabos, doivent
être simples d’utilisation et indiquer
clairement le côté eau chaude et coté eau
froide.
Les
éléments
de
commande
(interrupteurs, prises de courant…)
doivent être contrastés en couleur.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
 La barre pour refermer la porte peut être posée
à même hauteur que la barre d’appui, soit entre 0.70
et 0.80 m
 Les colonnes empêchent l’approche du fauteuil
 Les barres d’appui peuvent être composées de 2 barres, l’une

horizontale, l’autre oblique ou verticale
lavabo
 Ce jeu de portes qui s’entrecroisent rend l’accès  La barre rabattable empèche le bon positionnement du fauteuil 
aux toilettes impossible

roulant. A retirer et mettre une barre conforme sur le mur
81/117
Lave-main
conforme
avec
son
siphon
déporté, son
positionnement parallèle au mur et non en angle
Le siphon déporté permet de faire avancer le fauteuil sous le
 Le lave-mains en angle est non recommandé car les cale-pieds
buttent et limitent l’approche du fauteuil roulant. le robinet doit être
installé à 40cm de l’angle du mur. De plus, ici, ni le miroir, ni le sèchemains ne sont utilisables en position assise
Cuvette suspendue trop courte (<50cm entre
l’axe de la cuvette et le mur arrière). Au terme du
transfert latéral, risque de se trouver assis tout à
l’avant de la cuvette sans avoir la musculation
nécessaire pour se repositionner vers l’arrière.
 Cuvette et barre d’appui conformes. En revanche, le distributeur
de papier est mal positionné, un mobilier vient empiéter sur l’espace
nécessaire pour positionner le fauteuil à côté de la cuvette. La
poubelle à pédale est à proscrire dans les WC adaptés
WC non adapté : largeur de porte insuffisante, absence d’espace
 Exemple d’improvisation de bon sens pour que l’abattant fasse 
à côté de la cuvette pour permettre le positionnement du fauteuil
office de dossier en présence d’une cuvette suspendue allongée
roulant, absence des barres de transfert
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
82/117
J. Les salles d’eau et blocs sanitaires
J.1. LES SALLES D’EAU
La salle d’eau d’un Établissement Recevant du Public (ERP) de type hôtel, gîte de groupe et tout autre hébergement collectif, doit répondre aux normes d’accessibilité suivantes.
Il convient de se référer aux rubriques suivantes pour la mise en conformité de tous les éléments liés à ces aménagements :

C (ruptures de niveau, ressauts, pentes)

D (portes)

E (signalétique)

F (cheminements intérieurs)
Les exigences réglementaires
Illustrations / précisions
Qualité d’usage et marque
« Tourisme & Handicap »
J.1.0 Généralités
Lorsque les chambres adaptées comportent une salle d’eau, celle-ci doit
être aménagée et accessible. Si les chambres adaptées ne comportent pas
de salle d’eau et s’il existe au moins une salle d’eau d’étage, elle doit être
aménagée et être accessible par un cheminement praticable.
 Exemple de salle d’eau conforme : la douche à l’italienne, espace de transfert, barre d’appui,
siège de douche confortable, espace disponible sous le lavabo, miroirs à bonne hauteur, patères à
différentes hauteurs sont une à moins de 1.30 m, pomme de douche fixe doublée d’une pomme de
douche amovible… Aménagement réussi, les critères d’accessibilité sont parfaitement intégrés
dans la décoration
J.1.1 Caractéristiques dimensionnelles des cabines de douche
Le cabinet de toilette intégré à la chambre ou l’une au moins des salles
d’eau à usage collectif situées à l’étage doit comporter :
- une douche accessible sans ressaut de plus de 2 cm équipée de barres
d’appui permettant le transfert d’une personne en fauteuil roulant,
L’espace de manœuvre (aire
de rotation) ne doit pas
déborder sur l’espace dédié
à la douche
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
- d’un équipement permettant de s’asseoir et de disposer d’un appui en
position «debout»,
- d’un espace d’usage placé latéralement à l’équipement permettant de
s’asseoir,
- en-dehors du débattement de porte et des équipements fixes, un espace
de manœuvre avec possibilité de demi-tour. Un chevauchement de
l’espace de manœuvre avec possibilité de demi-tour d’une largeur de 15
cm est autorisé sous la vasque du lave-mains ou du lavabo accessibles.
83/117
Le siège de douche fixe est situé
latéralement par rapport à l’arrivée d’eau.
Sa hauteur d’assise doit être comprise entre
0.45 m et 0.50 m.
Pour que la personne en fauteuil roulant
n’ait pas la robinetterie dans le dos, le
siège de douche fixe sera suspendu sur le
mur perpendiculaire à celle-ci.
L’axe central du siège de douche fixe devra
être positionné à une distance de 0.35 à
0.40 m du mur soutenant la barre d’appui.
Le siège de douche mobile adapté à la
toilette des personnes handicapées moteur
peut se substituer au siège fixe sous réserve
de respecter un confort d’usage et assurer
une stabilité, mais ils ne dispensent pas de
la pose d’une barre de transfert.
Pour aider à l’équilibre de la personne, un
siège de douche amovible proposera un
dossier. S’il propose des accoudoirs, ceuxci devront être relevables.
Quel que soit le siège choisi, l’assise doit
offrir un confort d’usage et assurer une
stabilité suffisante. (dimensions d’assise
d’au minimum 40 x 40 cm. Plus petit, il est
inutilisable car trop étroit pour une bonne
stabilité).
La hauteur des porte-serviettes, patères,
interrupteurs, prises de courant et autres
éléments de confort doit être située entre
0.90 m et 1.30 m.
 Pose conforme des 2 barres d’appui, la robinetterie et la pomme de douche sont atteignables
Les portes, lorsqu’elles s’ouvrent vers
l’extérieur, disposent d’un dispositif (barre
latérale ou poignée) permettant de les
fermer aisément derrière soi.
(inférieurs à 1.30 cm)
Une barre d’appui horizontale est fixée à
une hauteur comprise entre 0.70 m et 0.80
m et facilitant le transfert sur un siège fixe.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
84/117
Une barre d’appui verticale est requise en
plus de la barre horizontale. Aucune
dimension n’est précisée.
Les barres d’appui seront positionnées sur
le mur portant la robinetterie. La
robinetterie devra être fixée sur le mur
perpendiculaire au siège de douche mural.
La distance entre la barre et le centre du
siège fixe n’excède pas 0.40 m.
 Modèles conformes. Idéalement, le siège de douche proposera un dossier, plus confortable
et plus sécurisant
J.1.2 Interrupteurs, robinetterie…
Les pièces destinées à la
toilette (douche et baignoire)
doivent être pourvues de
mitigeurs
thermostatiques
limitant
automatiquement les risques de brûlure.
Les équipements, le mobilier, les dispositifs de commande doivent pouvoir
être repérés, atteints et utilisés par les personnes handicapées. La
disposition des équipements ne doit pas créer d’obstacle ou de danger pour
les personnes ayant une déficience visuelle.
Les dispositifs de commande (interrupteurs, robinetterie de douche,
dérouleur de papier, sèche-mains, porte-savons…) doivent être repérables
par un contraste visuel ou tactile.
Ceux-ci doivent être positionnés entre 0.90 m et 1.30 m de hauteur lorsqu’ils
sont commandés manuellement et situés à plus de 0.40 m d’un angle
rentrant de parois ou de tout autre obstacle à l’approche d’un fauteuil
roulant.
Au moins 1 équipement (si plusieurs), doit pouvoir être repéré, atteint et
utilisé pour les personnes handicapées.

Patères installées à 2 hauteurs, dont
l’une est à 1.30 m maximum pour être
atteinte par une personne en fauteuil roulant

Contraste
visuel
l’interrupteur
et
tactile
de
Les mitigeurs ordinaires présents sur les
éviers des cuisines et des lavabos, doivent
être simples d’utilisation et indiquer
clairement le coté eau chaude et coté eau
froide.
Les
éléments
de
commande
(interrupteurs, prises de courant…)
doivent être contrastés en couleur.
Les pommeaux de douche doivent pouvoir
être posés sur la robinetterie ou sur un
dispositif d’ancrage indépendant de la
robinetterie positionné à moins de 1.30 m
du sol.
 Robinetteries à levier, facilement manœuvrables
Les pommes de douche fixes devront être
doublées d’une douchette amovible
(flexible) avec un système d’accroche fixé
entre 0.90 m et 1.30 m. Cela évite à la
personne assise d’être arrosée à une
température imprévisible et de procéder à
une toilette intime de manière
confortable.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
J.1.3 La baignoire
Le cabinet de toilette intégré à la chambre ou l’une au moins des salles d’eau
à usage collectif situées à l’étage doit comporter une douche accessible […].
La réglementation (arrêté du 8 décembre 2014) ne mentionne que la
présence d’une douche accessible et plus du tout la possible présence d’une
baignoire seule.
Aussi, il faut en conclure que la présence d’une baignoire n’est recevable
que si elle est doublée d’une douche accessible, dont les caractéristiques
dimensionnelles ont été mentionnées en J.1.1 et J.1.2.
Dans les cas de salles d’eau collective disposant également d’une baignoire,
celle-ci peut utilement comporter :

une plage de 30 cm de largeur au moins à hauteur du rebord arrière
permettant à une personne en fauteuil roulant de s’y asseoir avant
de glisser dans la baignoire,

un siège amovible,

des robinets et une commande de vidange adaptés aux difficultés
de préhension (manette à levier par exemple).
En outre, le fauteuil doit pouvoir se placer latéralement à la baignoire.
85/117
Les baignoires accessibles ne peuvent pas se
substituer à la présence de douches
accessibles.
Une baignoire accessible présente les
caractéristiques suivantes :
- une hauteur maximale de 0.50 m,
- un espace libre de tout obstacle (de
0.80 x 1.30 m) sur au moins un côté,
- une tablette, à l’extrémité la plus large,
d’au moins 0.50 m de large permettant
le stationnement provisoire en position
assise des personnes à mobilité réduite,
- une
barre
d’appui
latérale
suffisamment longue, située à moins de
15 cm du bord supérieur de la
baignoire, pour permettre aux
personnes à mobilité réduite d’opérer
un transfert sur la tablette en toute
sécurité.
Il est recommandé que la
robinetterie soit fixée au mur
au milieu du long côté de la
baignoire.
 Bel exemple de baignoire adaptée
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
J.1.4 Le lavabo
86/117
La vasque du lavabo ne doit
pas dépasser une hauteur de
0.85 m.
Un lavabo accessible présente un vide en partie inférieure d’au moins 0,30
m de profondeur, 0.60 m de largeur et 0.70 m de hauteur permettant le
passage des pieds et des genoux d’une personne en fauteuil roulant. Le
choix de l’équipement ainsi que le choix et le positionnement de la
robinetterie permettent un usage complet du lavabo en position assis.
La partie basse des miroirs des lavabos est
située entre 0.90 m et 1.05 m. A défaut le
miroir doit être incliné de telle sorte qu’il
permette une vision en position assis.
Il recommandé d’équiper les lavabos d’une
robinetterie à levier qui évite les gestes de
rotation du poignet et facilite la préhension
pour les personnes âgées et les enfants.

Lavabos respectant les bonnes dimensions, bonne hauteur du miroir, robinetterie à
levier, sèche-cheveux atteignable
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
87/117


Cette paroi de douche empêche une personne
en fauteuil de réaliser un transfert (étroitesse de la
douche). Il est important de noter la dimension du
fauteuil pour réaliser une douche utilisable

 Le siège de douche est très étroit pour être sécurisant. La barre de
Pourtant à l’italienne, cette douche n’est pas utilisable en
fauteuil car il manque l’espace d’usage de 0.80 x 1.30 m nécessaire
au transfert
La robinetterie avec poignée alongée est facilement
utilisable. Le sèche-cheveux est également préhensible.
A noter : le miroir est un peu trop haut (0.90 m)
transfert n’est pas utilisable

Exemple de siège de douche avec accoudoirs
rabattables
 Exemple de douche accessible, avec siège amovible permettant
de choisir le sens de transfert.
(il manque ici la barre verticale permettant de se tenir en position
debout)
 Présence d’une barre de transfert horizontale et une verticale,
conformément à la réglementation
 Modèle de barre de transfert à privilégier pour une douche
(horizontale et verticale)
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015


Le siège de douche ici fixé ne permet pas de
transférer dans de bonnes conditions. Il est trop
éloigné de la barre de transfert et trop étroit. De plus
la barre de transfert n’est pas horizontale et ne
permet pas d’être utilisée pour effectuer le transfert
latéral
88/117
Les équipements choisis pour cette douche sont de qualité
mais ont été mal installés : le siège est sur le mur équipé du bouton
presto (comment actionne-t-on la douche ?), le miroir, fixé trop
haut, n’est pas utilisable en position assise
 Barres d’appui mal posées, siège de douche trop petit et situé sur
le mur où est fixée la robinetterie (la personne assise a donc la
robinetterie dans le dos …). Absence d’espace permettant le transfert
depuis un fauteuil roulant (le lavabo est installé sur cet espace)

L’ancrage de la douchette et de la robinetterie sont trop
hautes. Le siège de douche est trop petit. Il manque une barre de
transfert verticale.
Attention : il conviendra de veiller à ce que le sol ne soit pas glissant
(revêtement)

La vasque ne comporte pas de partie libre sous un lavabo au
minimum pour le passage des jambes de la personne en fauteuil
roulant
 Exemple de siège de douche amovible qui se
fixe sur la barre d’appui

Exemple de barre de douche en T servant de support à la
douchette, de barre d’appui horizontale et verticale
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
89/117
J.2. LES BLOCS SANITAIRES (CONCERNENT LES CAMPINGS, LES HEBERGEMENTS COLLECTIFS, LES PISCINES)
A l’instar des WC, la loi impose que tout bâtiment comportant des douches ouvertes au public doit prévoir au moins une douche accessible aux personnes en situation de handicap. Lorsqu’il existe des douches
séparées par sexe, une douche au moins doit être aménagée par sexe. Si les douches sont mixtes, alors au moins une douche accessible est requise. Les cabines de douches accessibles doivent être installées au
même emplacement que les autres cabines de douches quand elles sont regroupées.
Il convient de se référer aux rubriques suivantes pour la mise en conformité de tous les éléments liés à ces aménagements :

C (ruptures de niveau, ressauts, pentes)

D (portes)

E (signalétique)

F (cheminements intérieurs et extérieurs)
Les exigences réglementaires
J.2.0 Généralités
Les usagers handicapés doivent pouvoir accéder à l’ensemble des locaux ouverts
au public et en ressortir de manière autonome.
CAMPING (courrier ministère/FNHPA du 5/06/2015) :
Une partie du terrain de camping assure l’accessibilité des personnes
handicapées, quel que soit leur handicap, à l’ensemble des prestations qu’il offre.
La partie accessible doit être la plus proche possible de l’entrée principale ou
d’une des entrées principales du camping et doit être desservie par un
cheminement usuel.
Seront considérés comme prestation : les emplacements nus, les blocs
sanitaires, les espaces dédiés à la vaisselle, la piscine du camping etc. Pour
chaque prestation, un élément doit être mis en accessibilité.
J.2.1
Des solutions d’effet équivalent peuvent être mises en œuvre dès lors que cellesci satisfont aux mêmes objectifs.
Caractéristiques dimensionnelles
Les cabines de douche aménagées doivent comporter en-dehors du
débattement de porte éventuel :
- une aire de rotation d’1.50 m de diamètre,
- un siphon de sol (appelé « douche à l’italienne »),
- un équipement permettant de s’asseoir et de disposer d’un appui en
position « debout ». Les équipements permettant de s’asseoir peuvent être
fixes ou mobiles. La hauteur d’assise doit être comprise entre 0.45 m et 0.50
m,
- un espace d’usage situé latéralement par rapport à cet équipement (0.80
m x 1.30 m),
- des équipements accessibles en position « assis », notamment des patères,
robinetterie, sèche-cheveux, miroirs, dispositif de fermeture des portes,
- Les barres d’appui doivent comporter une partie horizontale positionnée
entre 0.70 m et 0.80 m de hauteur.
Illustrations / précisions
Qualité d’usage et marque
« Tourisme & Handicap »
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
90/117
J.2.2 Quota de douches
Lorsqu’il existe des douches, au moins une douche doit être aménagée et
accessible par un cheminement praticable. Les cabines et les douches
aménagées doivent être installées au même emplacement que les autres
cabines ou douches lorsque celles-ci sont regroupées.
Lorsqu’il existe des cabines ou des douches séparées pour chaque sexe, au
moins une cabine ou une douche aménagée et séparée pour chaque sexe doit
être installée.
Dans l’existant, le nombre minimal de cabines ou d’espaces adaptés est défini
de la façon suivante:
1 cabine ou espace adapté si l’établissement n’en comporte pas plus de 20. A
l’occasion de travaux, le nombre minimal de cabine ou d’espace adapté est
réévalué de la façon suivante : 2 cabines ou espaces adaptés si l’établissement
n’en comporte plus de 50 ; 1 cabine ou espace supplémentaire par tranche ou
portion de 50.
 Une cabine douche aux dimensions conformes et bien localisée
Si un bloc accessible comporte toutes les caractéristiques réglementaires, est proche et relié
par un cheminement conforme aux emplacements adaptés, cela peut être considéré comme
une solution d’effet équivalent sans avoir à mettre tous les blocs en conformité en cas de
difficultés
J.2.3 Quota de WC accessibles
Un libre accès aux sanitaires
adaptés est obligatoire sans
qu’il soit besoin de réclamer
de clé ni de code. Si l’ensemble de la
clientèle est soumise à cette condition
d’accès, une aide humaine pour les
personnes handicapées est obligatoire.
Lorsqu’il existe des cabinets d’aisances séparés pour chaque sexe, un cabinet
d’aisances accessible séparé doit être aménagé pour chaque sexe.
Si les WC sont mixtes, alors au moins un WC accessible est requis.
Lorsqu’il existe des cabinets d’aisances séparés pour chaque sexe,
l’aménagement d’un cabinet d’aisances accessible n’est pas exigé pour chaque
sexe. Dans ce cas, tout cabinet adapté pour les personnes handicapées pouvant
être utilisé par des personnes de chaque sexe est accessible directement depuis
les circulations communes et signalé par des pictogrammes rappelant la
possibilité de leur utilisation par des personnes des deux sexes, handicapées ou
non.
 Cet équipement répond aux critères d’accessibilité
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
J.2.4 Caractéristiques dimensionnelles des cabines de douche
Voir rubrique J.1
Dans l’existant, dans le cas où l’espace de manœuvre avec possibilité de demitour est situé à l’extérieur de la douche adaptée pour les personnes
handicapées, il est situé devant la porte ou devant l’entrée de la douche ou à
défaut à proximité de celle-ci.
 Bloc sanitaire douche- Impossible d’utiliser cette douche seul : le siège est trop petit, la
robinetterie est située dans le dos de la personne handicapée. Il manque également une barre
d’appui verticale. Une pomme de douche non fixe sera appréciée pour le réglage de la
température et le rinçage
J.2.5 Caractéristiques dimensionnelles des WC
Voir I.2
J.2.6 Caractéristiques dimensionnelles des lavabos
Voir I.4
J.2.7 Bacs à laver
Au moins un équipement dans chaque bloc (s’il existe) tels que bacs à laver la
vaisselle, bacs à laver le linge, doit proposer un espace libre de 0.70 m dessous
sur 0.60 m de large et 0.30 m de profondeur.
 Exemple d’évier conforme
91/117
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
J.2.8 Espaces bébé
Si une baignoire est installée pour les bébés,
l’espace libre (Voir H.2) est à prévoir à
proximité.
Au moins un équipement dans chaque bloc (s’il existe) tels que la table à langer/
baignoire bébé, doit proposer un espace libre de 0.70 m dessous sur 0.60 m de
large et 0.30 m de profondeur.
Rappel : l’espace nurserie doit également proposer une aire de rotation d’1.5 m
hors débattement de porte et hors mobilier, une largeur de porte conforme.

Espace bébé non utilisable par une
personne en fauteuil roulant : prévoir un
passage pour les jambes à côté de la baignoire

Espace pour le passage des
jambes conforme sous la table à langer
Les équipements, le mobilier, les dispositifs de commande doivent pouvoir être
repérés, atteints et utilisés par les personnes handicapées. La disposition des
équipements ne doit pas créer d’obstacle ou de danger pour les personnes
ayant une déficience visuelle.
Ceux-ci doivent être positionnés entre 0.90 m et 1.30 m de hauteur lorsqu’ils
sont commandés manuellement et situés à plus de 0.40 m d’un angle rentrant
de parois ou de tout autre obstacle à l’approche d’un fauteuil roulant.
 Robinetterie difficilement préhensible par
une personne en fauteuil roulant
Il semble impossible de garantir un
dégagement libre sous une baignoire pour
les bébés. Il sera donc important de pouvoir
se positionner en fauteuil roulant dans les
deux
modalités
complémentaires
suivantes :


sous le plan en parallèle à la baignoire
latéralement le long du plan
Donc, l’implantation de la robinetterie
et/ou douchette amovible aura une
incidence importante liée à la hauteur du
plan par rapport à l’espace d’usage.
Les pièces destinées à la
toilette (douche et baignoire)
doivent être pourvues de
mitigeurs
thermostatiques
limitant
automatiquement les risques de brûlure.
Les mitigeurs ordinaires présents sur les
éviers des cuisines et des lavabos, doivent
être simples d’utilisation et indiquer
clairement le coté eau chaude et coté eau
froide.
J.2.9 Interrupteurs, robinetterie…
Les dispositifs de commande (interrupteurs, robinetterie de douche et bac à
laver, dérouleur de papier, sèche-mains, porte-savons…) doivent être
repérables par un contraste visuel ou tactile.
92/117

Robinetterie
facilement
atteignable. Ici, le déclenchement est
automatique, c’est plus pratique
Au moins 1 équipement (si plusieurs), doit pouvoir être repéré, atteint et utilisé
pour les personnes handicapées.
J.2.10 Lave-linge, sèche-linge et lave-vaisselle
Les éléments de commande
(interrupteurs, prises de
courant…) doivent être
contrastés en couleur.
On privilégiera les machines avec
ouverture frontale (hublot).
Une attention toute particulière devra être
apportée
au
positionnement
des
monnayeurs qui devront être accessible en
position « assis ».
Un équipement ou un élément de mobilier au moins par groupe d’équipements
ou d’éléments de mobilier doit être utilisable par une personne en position
« debout » comme en position « assis ».
Pour être utilisable en position « assis », un équipement ou élément de mobilier
doit présenter les caractéristiques suivantes :
hauteur comprise entre 0.90 m et 1.30 m,
hauteur maximale de 0.80 m.
 Monnayeurs bien positionnés et chargement des appareils en façade
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
 Ces machines répondent aux critères d’accessibilité :
chargement frontal et accessibilité des monnayeurs

Hauteur conforme, y compris sous le bac de l’évier.
Mais c’est la robinetterie qui devra être adaptée sur l’un
des éviers

Les deux barres de transfert du WC peuvent être en deux
morceaux s’il s’agit de compléter l’équipement par l’une ou l’autre
des barres

La robinetterie doit être facilement préhensible et
manœuvrable

Ici ouverture supérieure à 1.30 m et monnayeurs
inatteignables

Le lave-linge (en bas) ainsi que son monnayeur sont
accessibles. En revanche, le sèche-linge ne l’est pas
93/117
 Un dossier a été fixé sur le mur pour permettre à la personne  Au moins une vasque aux dimensions conformes, miroir à
handicapée moteur de s’appuyer et rester ainsi assise
confortablement
bonne hauteur
 Une prise de courant non atteignable dans cette cabine


 Exemple d’un bac à vaiselle conforme
La découpe du panneau frontal peut résoudre la nonconformité mais il faudra aussi mesurer la hauteur et la profondeur
réelles
L’aménagement intérieur est conforme. Mais ! le sens
d’ouverture de la porte empêche toute rotation pour la refermer
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
94/117
K. L’éclairage
Si tout un chacun s’accorde à reconnaître le caractère indispensable d’un bon éclairage, celui-ci est particulièrement précieux pour les personnes déficientes sensoriel. Il constitue, pour les personnes malvoyantes,
un fil conducteur par le rythme de son implantation, sous réserve de ne pas être éblouissant (qualité, orientation) ; il facilite la communication verbale pour les personnes malentendantes qui ont besoin de bien
voir leur interlocuteur pour pratiquer la lecture labiale (sur les lèvres) ; il rassure la personne déficiente mentale. La qualité de l’éclairage relève aussi de la bonne gestion des entrées des lumières naturelles par
des rideaux, stores etc. : en effet, les personnes malvoyantes sont extrêmement sensibles aux éblouissements. Il sera donc traité sans créer de gêne visuelle.
Les exigences réglementaires
K.1 Intensité d’éclairage requise
Les valeurs d’éclairement suivantes mesurées au sol sont exigées :
- 20 lux en tout point du cheminement extérieur accessible,
- 20 lux en tout autre point des stationnements,
- 200 lux au droit des postes d’accueil,
- 50 lux en tout point des circulations piétonnes des parcs de
stationnement.
K.2
La mise en œuvre des points lumineux évite tout effet d'éblouissement
direct des usagers en position « debout » comme « assis » ou de reflet sur
la signalétique.
Eclairage des escaliers
K.3
Un éclairage à 150 lux en tout point de l’escalier, évitant les zones
d’ombre.
Intensité d’éclairage requise à l’intérieur
Un éclairage de 100 lux est exigé en tout point du cheminement intérieur
accessible.
CAMPING (courrier ministère/FNHPA du 5/06/2015) :
Une partie du terrain de camping assure l’accessibilité des personnes
handicapées, quel que soit leur handicap, à l’ensemble des prestations qu’il
offre.
La partie accessible doit être la plus proche possible de l’entrée principale
ou d’une des entrées principales du camping et doit être desservie par un
cheminement usuel.
Toutefois, pour l’application [des termes de l’arrêté du 8 décembre 2014]
relativement au terrain de camping, la réglementation pourra être
appliquée avec pragmatisme. En effet, les terrains de camping sont
souvent situés dans des espaces naturels voire protégés. Le respect des
règles qui sont manifestement difficiles à satisfaire dans ce type de
contexte ou qui sont incompatibles avec la fonction de l’établissement ou
avec les autres réglementations environnementales (conservation du
littoral) ne peut être exigé.
Illustrations / précisions
Qualité d’usage et label "Tourisme
& Handicap"
Même si cette obligation est difficilement
compatible avec la réalité d’un camping, il
est important de proposer 20 lux en tout
point du cheminement extérieur.
Un éclairage permet de localiser la première
marche à la descente lorsque l’éclairage
général en amont de l’escalier est jugé
insuffisant.
A l’intérieur des bâtiments, la
lumière du jour doit être gérée
par des stores, rideaux, volets,
voilages, vitres teintées…
Un éclairage indirect ou semi-direct (diffus)
doit être privilégié afin d’éviter tout
éblouissement.
L’éclairage d’appoint est :
> sans dégagement de chaleur (danger dû au
rapprochement),
> orienté sur l’objet à regarder (éviter tout
éblouissement),
> modulable en intensité. (potentiomètre).
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
95/117
A titre d’exemple, le contraste du cheminement accessible permettant la
desserte des parties du camping accessibles doit être réalisé dans toute la
mesure du possible, en fonction des techniques disponibles qui ne
dénaturent pas le caractère naturel du site ; les dispositions relatives à
l’éclairage doivent prendre en compte la nécessaire obscurité nocturne
des campings ; etc…
K.4 Minuterie et détection de présence
Lorsque la durée de fonctionnement d’un système d’éclairage est
temporisée, l’extinction doit être progressive. Dans le cas d’un
fonctionnement par détection de présence, la détection doit couvrir
l’ensemble de l’espace concerné et deux zones de détection successives
doivent obligatoirement se chevaucher.
On veillera à réaliser des tests permettant de
s’assurer que la lumière ne s’éteint pas tant
qu’il y a quelqu’un. Les détecteurs mal
positionnés entraînant ce type de
désagrément sont fréquents et anxiogènes.
Dans les sanitaires et couloirs, la détection
de présence est fortement recommandée
pour la qualité d’usage, les économies
d’énergie et l’hygiène.
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
96/117
L. Les piscines et les vestiaires
Les piscines sont des équipements réglementairement très complexes puisque sécurité, hygiène et accessibilité s’y confrontent. Il conviendra de toujours faire valider tout projet par l’Agence régionale de Santé
(hygiène), la Direction départementale de la cohésion sociale (sécurité) et la Direction départementale des Territoires (accessibilité).
La réglementation accessibilité n’aborde pas spécifiquement les piscines, contrairement aux cabines de déshabillage ou de douches qui les précèdent. Néanmoins, en respectant les multiples critères liés aux
circulations horizontales et verticales, et en suivant les exigences du label tourisme et handicap, on peut aboutir à un équipement tout à fait adapté.
Il convient de se référer aux rubriques suivantes pour la mise en conformité de tous les éléments liés à ces aménagements :

D (portes)

E (signalétique)

F (cheminements)

J2 (sanitaires WC et douche)
Les exigences réglementaires
L.1 Obligation d’accessibilité de la piscine
Illustrations / précisions
Qualité d’usage et marque"Tourisme
& Handicap"
En tant qu’IOP ou ERP (si elle est couverte), la piscine doit être accessible.
Les établissements recevant du public et les installations ouvertes au
public doivent être accessibles aux personnes handicapées, quel que
soit leur handicap. L’obligation d’accessibilité porte sur les parties
extérieures et intérieures des établissements et installations et
concerne les circulations, une partie des places de stationnement
automobile, les ascenseurs, les locaux et leurs équipements.
 Absence d’accès conforme au niveau du pédliuve
L.2
Cabines de douche et WC
L.3
Voir J2.1 et J2.3
Les vestiaires
Lorsqu’il y a lieu à déshabillage, au moins une cabine doit être
aménagée et accessible par un cheminement praticable.
Les cabines de déshabillage doivent être installées au même
emplacement que les autres cabines lorsque celles-ci sont regroupées.
Lorsqu’il existe des cabines séparées pour chaque sexe, au moins une
cabine aménagée et séparée pour chaque sexe doit être installée.
Les cabines de déshabillage aménagées doivent comporter en-dehors du
débattement de porte éventuel :
- une aire de rotation d’1.50 m de diamètre,
- un équipement permettant de s’asseoir et de disposer d’un appui en
position « debout ».
Les équipements permettant de s’asseoir peuvent être fixes ou mobiles. La
hauteur d’assise doit être comprise entre 0.45 m et 0.50 m. Les barres
d’appui doivent comporter une partie horizontale positionnée entre 0.70 m
et 0.80 m de hauteur.
Les vestiaires devront comporter
un système facilement repérable
permettant aux personnes déficientes visuelles
d’identifier le casier initialement choisi.
La zone d’assise, les patères, la barre d’appui et
le verrou de fermeture doivent être contrastés
en couleur.
S’il existe des patères, l’une d’elles est à une
hauteur inférieure à 1.30 m.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
97/117
Dans l’existant, le nombre minimal de cabines ou d’espaces adaptés est
défini de la façon suivante:
1 cabine ou espace adapté si l’établissement n’en comporte pas plus de
20. A l’occasion de travaux, le nombre minimal de cabine ou d’espace
adapté est réévalué de la façon suivante: 2 cabines ou espaces adaptés
si l’établissement n’en comporte plus de 50 ; 1 cabine ou espace
supplémentaire par tranche ou portion de 50.
Schéma : Jacques RUIZ, guide ERP
L.4 Le pédiluve
Les références réglementaires seront de deux ordres concernant le
passage par le pédiluve d’une personne en fauteuil roulant : sanitaire et
accessibilité.
La personne handicapée doit pouvoir accéder au bord du bassin.
Référence au règlement sanitaire :
Les pédiluves ont pour objectif de préserver la zone « pieds-nus » de toute
souillure, et non pas l’eau de la piscine (rôle des douches) par une
désinfection. Aussi, même si les fauteuils, voire les poussettes, ne vont pas
dans l’eau, cela ne les dispense en aucun cas d’être désinfectés. Un simple
passage au jet d’eau pour débarrasser les roues de la terre ou du sable
n’aurait aucun effet désinfectant. (Contact : l’Agence Régionale de Santé).
Référence au règlement accessibilité :
S’il n’y a pas d’autres possibilités (portillon latéral voir L.5 ) pour accéder
au bord de la piscine que de passer par le pédiluve, il conviendra de mettre
celui-ci en conformité accessibilité.
Les dimensions du pédiluve ne font pas l’objet d’une norme précise mais
doivent permettre de respecter sa fonction de base : rincer en totalité les
pieds. Aussi, on prévoira a minima, un emplacement et une configuration le
rendant incontournable, un minimum d’eau de 10 à 15 cm et une longueur
obligeant à bien mettre les 2 pieds, soit faire 3 pas. A cela s’ajoutera
éventuellement les critères d’accessibilité si les fauteuils roulants doivent
passer par le pédiluve.
Il conviendra de traiter les 2 pentes, le palier de repos du fond, la largeur
(rubrique C), l’espace de manœuvre de porte (rubrique D) les contrastes des
couleurs (voir F.2).
A titre d’exemple : (et hors paliers de repos hauts), l’ouvrage par lui-même
aura une longueur minimale de 5.20 m (4.40 m) pour une profondeur de 16
cm. Soit :
 Une pente descendante de longueur 2.00 m (1.60 m) à 8% (10%),
 Un palier de repos plan de longueur 1.20 m,
 Une pente montante de longueur 2.00 m (1.60 m) à 8% (10%),
 Bel exemple de pédiluve adapté
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
L.5 Le portillon latéral : une solution d’accès en cas de pédiluve non
conforme
Le portillon d’accès à la piscine respectera avant tout la réglementation
« sécurité et prévention des noyades » qui prime sur toute autre en
l’occurrence.
L.6 Le système de mise à l’eau
Un système de mise à l’eau n’est pas rendu obligatoire mais est
fortement recommandé.
L.7 Les escaliers d’accès au bassin
La mise en conformité des marches et mains courantes de la piscine n’est
pas rendue obligatoire comme elle l’est pour les escaliers des bâtiments
par exemple. En effet, l'escalier permettant de descendre dans la piscine
ne peut être considéré de la même façon qu’un escalier qui dessert les
différents niveaux d'un bâtiment.
 Le tout, sur une largeur minimale de 1.40 m (1.20m).
A la longueur de l’ouvrage, il faudra ajouter de part et d’autre des paliers de
repos de longueur 1.20 m (intégrés au niveau de la terrasse ou dalle de la
piscine) et, si proximité immédiate du portillon, l’espace de manœuvre de
porte.
Il est préférable de mettre à disposition un fauteuil de piscine, réservé à cet
usage et ne circulant que dans des zones « pieds nus ». Un portillon latéral exclusivement réservé à ce fauteuil propre sera installé de façon conforme à
la réglementation accessibilité (voir rubrique D). Dans ce cas, il n’y a pas
d’obligation de mettre le pédiluve en conformité.
En l’état de la réglementation, une obligation d’installer un dispositif de mise
à l’eau n’est pas explicitement formulée. Néanmoins, l’esprit même de la loi
prône une égalité de prestation en toute autonomie.
La prestation doit en effet être proposée. Une aide humaine est envisageable.
Des équipements hydrauliques alimentés par l'eau de la piscine existent et
apportent un réel confort d'usage.
Cependant, il est recommandé de prendre en compte les règles relatives
aux escaliers pour les appliquer à l’ensemble des marches (piscine, accès
toboggan, etc.).
98/117
Tout procédé doit être mis en œuvre pour
apporter l’assistance permanente nécessaire à
l’ouverture du portillon sécurisé sans diminuer
son efficacité sécuritaire.
A savoir : certaines personnes ne souhaitent pas
passer leur fauteuil dans le pédiluve craignant la
détérioration des roulements des roues. Par
ailleurs, leur fauteuil personnel circulant partout
avant d'accéder à la piscine, les roues peuvent
être souillées et donc mettre en péril "la
propreté" du pédiluve.
Un bassin, au moins, doit être
accessible par un chemin
praticable.
Les personnes en situation de handicap
doivent pouvoir être mises à l’eau et retirées
du ou des bassins accessibles par les moyens
propres de l’établissement.
La mise à l’eau des personnes peut s’effectuer
par :
- un portique fixe ou mobile ou une installation
analogue,
- un plan incliné/escalier pénétrant dans l’eau
et muni de barres d’appui ou tout autre
méthode comportant ou non l’intervention du
personnel,
- contraster les reliefs (pédiluve, marche,
douche…).
La marque demande à ce que l’un,
au moins, des moyens suivants soit
mis en œuvre :
- un portique fixe ou mobile ou une
installation analogue,
- une rampe d’accès (plan incliné),
- un escalier muni de barres d’appui,
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
99/117
- ou toute autre méthode avec ou sans
intervention du personnel.
Si l’on raisonne avec une logique et une sécurité
d’usage, on retiendra :
 Des mains courantes adaptées et à double hauteur pour les enfants

Une main courante centrale serait appréciée. A noter également : absence de
contraste visuel sur les nez-de-marches et les contremarches
- une nécessité d’avoir une main courante
conforme de part et d’autre de l’escalier. Pour
autant, s’il s’agit d’un escalier large et en
arrondi, une main courante centrale sera
préférable,
- la présence d’un dispositif d’éveil à la
vigilance, à 0.50 m du premier nez-de-marche
sera conditionnée par la présence, ou non,
d’une margelle ou d’une grille d’avaloir. Elle
s’impose par contre lorsque le sol est
parfaitement lisse,
- des nez-de-marche non glissants (ce qui va
de soi l’usager étant pieds nus),
- un contraste visuel à tout nez-de-marche,
dans le sens de la descente.
Un contraste visuel au niveau des
contremarches dans le sens de la remontée.
Une bonne solution d’usage peut consister à
appliquer un recouvrement de 5 cm, de couleur
contrastée, entre le nez-de-marche et la
contremarche.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
100/117
La préparation

Les différentes couleurs et leurs contrastes
constituent des bons repères pour les personnes
déficientes mentales et/ou visuelles. Une hauteur
accessible et un système de verrouillage facile sont
indispensables pour les personnes en fauteuil.
 Cabine conforme avec aire de rotation, zone d’assise, Les sèche-cheveux à différentes hauteur utiles
barre d’appui et porte de couleurs contrastée. A noter : la
patère inférieure à 1.30 m
aux enfants, aux personnes de petite taille, aux
personnes en fauteuil
L’accès

Le prêt d’un siège de piscine adapté évite
d’abimer les roulements du fauteuil ordinaire lors du
passage dans le pédiluve (très chloré) et permet de
préserver la propreté de la zone « pieds nus »

En cas de passage hors pédiluve, celui-ci est
strictement
hygiène)
réservé
aux
fauteuils
(réglementation

Les règles de sécurité priment sur la
réglementation accessibilité pour ce qui concerne le
déverrouillage de la porte; une aide est possible avec
information préalable, évitant tout déplacement
inutile. La remise d’une clé est une solution si on peut
atteindre la serrure depuis un fauteuil

Siège hydraulique actionné par pression d’eau,
pivotant jusqu’à descendre dans l’eau, actionné par
télécommande. Un système de mise à l’eau n’est pas
obligatoire, mais il en existe tel que celui-ci
(Photo : Société Handicap Accès)
La baignade
 L’escalier de la piscine n’est pas soumis à la mise
aux normes. Les nez de marche contrastés et la
présence de la main courante sont néanmoins
facilement réalisables et sécurisant pour tous

Les contours contrastés, intérieurs ou extérieurs,
permettent de se repérer

Contrastes de couleur conforme. On repère
facilement la zone de baignade
 On perçoit à peine le niveau haut et l’escalier
moulé
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
101/117
M.
Les services annexes (local poubelles, barbecue, pique-nique…) et activités proposées (tennis,
ping-pong, billard, baby-foot, pétanque…)
L’ensemble des services d’un établissement touristique doit être accessible à tous les publics, avec quelques nuances :
Le local poubelles, les lieux de convivialité (barbecue, ping-pong, billard…) doivent pouvoir être utilisés par les personnes en situation de handicaps. Le cheminement y menant, le revêtement et les abords
devront donc être conformes,
Les aires de jeux (classées en Installation Ouverte au Public (IOP), ne sont pas soumises à une mise en accessibilité en ce qui concerne les jeux. Mais, le cheminement qui mène à cette aire de jeux devra
être accessible, permettant par exemple, à une maman avec sa poussette ou à une personne en fauteuil, de pouvoir accompagner son enfant aux jeux,
Les activités sportives proposées sur des terrains spécifiques doivent pouvoir être pratiquées par tous. Aussi, le cheminement qui y mène devra répondre aux normes d’accessibilité, ainsi que l’accès même
de ces terrains multisports (portes, portillons …),
Les aires de pique-nique devront elles aussi être rendues accessibles (une table au moins devra répondre à l’accessibilité – voir H.3.6).
Il convient de se référer aux rubriques suivantes pour la mise en conformité de tous les éléments liés à ces aménagements :

C (ruptures de niveau, ressauts, pentes)

D (portes)

E (signalétique)

F (cheminements)
Les exigences réglementaires
M.1
Illustrations / précisions
Conditions d’accessibilité des services et équipements annexes
Les usagers handicapés doivent pouvoir accéder à l’ensemble des locaux
ouverts au public.
La disposition des équipements ne doit pas créer d’obstacle ou de
danger pour les personnes ayant une déficience visuelle.
Lorsque plusieurs équipements ayant la même fonction sont mis à la
disposition du public, un au moins par groupe d’équipements doit
pouvoir être repéré, atteint et utilisé par les personnes handicapées.
Dans le cas d’équipements soumis à des horaires de fonctionnement,
l’équipement adapté doit fonctionner en priorité. S’il n’existe qu’un seul
équipement par type d’équipements, alors celui-ci devra être adapté.
M.2
Accessibilité des équipements sportifs et de loisirs
Les équipements de sports et loisirs nécessitant par destination des
aptitudes physiques minimales tels que murs d’escalade, équipements
divers de jeux pour enfants ou adultes (toboggans, ponts de singe, toiles
d’araignée..., pistes de « bmx » ou de vélocross, « skate-parcs »...) ne
sont pas soumis à une mise en accessibilité quant à leur utilisation, mais
uniquement sur leur approche.

Au moins une table de ping-pong
accessible

Espace barbecue accessible

Tables de pique-nique adaptées : l’extrémité de
la table a été rallongée de 50 cm pour permettre le
positionnement confortable d’une personne en
fauteuil roulant. Sol conforme. Pour les dimensions
conformes de la table, voir H3.6
Aussi, c’est bien l’approche de ces activités qui est exigée, afin de permettre d’accompagner et/ou de surveiller un enfant
qui utilise ces équipements.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
 Le revêtement type pelouse ne permet pas l’accès aux 
équipements de loisirs pour une personne en fauteuil roulant

L’accès à cette aire de jeux est facilité par un
cheminement accessible, repérable en contraste de couleur
et en matière
Table de pique-nique reliée par un cheminement
adapté.
102/117
 Il manque un cheminement conforme pour rejoindre
 Court de tennis accessible par une porte de largeur
ce terrain « multi-activités »
0.90m. A noter cependant le ressaut non conforme qui fera
l’objet d’un traitement
 Terrain de pétanque non relié par un cheminement
accessible
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
N.
103/117
Les alarmes incendie
La personne sourde ou malentendante n’entendra pas la sonnerie de l’alarme incendie. Il est donc nécessaire de la prévenir par un autre moyen (flash visuel).
Les exigences réglementaires
N.1 Il s’agit ici de règlementation incendie et non de règlementation
accessibilité.
Illustrations / précisions
Qualité d’usage et marque
"Tourisme & Handicap"
Il convient de faire valider tout projet par le SDIS du département/ la
commission de sécurité.
Le pictogramme de l’oreille
barrée doit être apposé sur
les portes des cabinets
d’aisance et des douches où le signal
visuel est installé ou perceptible.
Dans les lieux où il y a une alarme incendie sonore et où la personne
sourde ou malentendante peut se retrouver seule, il faut relayer cette
alarme par un flash visuel. Il s’agit principalement :
des sanitaires attenant à un bâtiment classé ERP (piscine
couverte, restaurant, salle d’animation …). Le flash lumineux est
alors installé dans le sas lavabo commun et non dans les cabines
WC,
Des chambres d’hôtels, d’hébergements collectifs, de gîtes de
groupes. Le flash lumineux est installé dans la salle d’eau de la
chambre et le WC (si séparé).
Une mise en conformité n’est pas exigée si le gestionnaire n’engage pas
de travaux visant à la remise en état générale du local.
 Exemple de flash visuel qui va relayer l’alarme incendie sonore
Lors d’une création, l’obligation d’un flash lumineux s’applique.
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
O.
104/117
Les chambres dans un établissement recevant du public (ERP)
Les chambres dans les Établissements Recevant du Public (ERP) doivent permettre à une personne en situation de handicap de se mouvoir autour du lit, accéder à une fenêtre, à une armoire (penderie et étagère)
et enfin pouvoir faire demi-tour.
Les meublés de tourisme d’une capacité d’accueil supérieure à 15 personnes, gîtes de groupes ou gîtes d’étapes et autres hébergements offrant des chambres de plusieurs lits (couchage collectif) se voient
appliquer un quota par lits, identique à celui des chambres d’hôtels
Il convient de se référer au document des caractéristiques générales, et notamment aux rubriques suivantes pour la mise en conformité de tous les éléments liés à ces aménagements :

C (ruptures de niveau, pentes et ressauts)

E (signalétique)

F (cheminements extérieurs)
Les exigences réglementaires
O.1
Illustrations / précisions
Qualité d’usage et marque
"Tourisme & Handicap"
Principe de base
Tout établissement disposant de locaux d’hébergement pour le
public doit comporter des chambres aménagées et accessibles de
manière à pouvoir être occupées par des personnes handicapées,
à l’exception des établissements ne comportant pas plus de dix
chambres, dont aucune n’est située au rez-de-chaussée ou en
étage accessible par ascenseur.
O.2
Une chambre non adaptée peut être utilisée par une personne
présentant une déficience visuelle, auditive ou mentale.
Nombre
Le nombre minimal de chambres adaptées est défini de la façon
suivante :
- 1 chambre si l’établissement ne comporte pas plus de 20
chambres,
- 2 chambres si l’établissement ne compte pas plus de 50
chambres,
- 1 chambre supplémentaire par tranche ou fraction de 50
chambres supplémentaire au-delà de 50.
Les chambres adaptées sont réparties entre les différents niveaux
desservis par ascenseur.
Tout établissement disposant de locaux d’hébergement pour le
public comporte des chambres aménagées et accessibles de
manière à pouvoir être occupées par des personnes handicapées,
à l’exception des établissements ne comportant pas plus de dix
chambres, dont aucune n’est située au rez-de-chaussée ou en
étage accessible par ascenseur.
 Chambres qui respectent les dimensions autour du lit et l’aire de rotation de 1.50 m (voir O.5)
Le quota de chambres
adaptées aux autres familles
de handicap peut être
distribué dans les différentes chambres.
Il est ainsi possible de proposer, en
fonction de la capacité d’accueil, une ou
des chambres adaptées aux seuls
handicaps visuel (contrastes renforcés,
notamment sur le mobilier), auditif
(alarme visuelle) et mental (signalétique
renforcée).
Cette solution permet de mieux
accueillir les personnes malvoyantes qui
n’apprécient pas nécessairement les
grands sanitaires adaptés au handicap
moteur et les personnes sourdes, qui ne
souhaitent pas afficher leur état et
taisent parfois leur handicap, ce qui peut
également poser un problème de
sécurité.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
O.3
Repérage
Dans
tous
les
établissements hôteliers et
les
chambres
d’hôtes,
toutes les chambres doivent comporter
sur leur porte d’entrée un N° de
chambre ou nom de couleur contrastée
et en relief.
Le numéro de chaque chambre figure en relief sur la porte.
Le numéro ou la dénomination de chaque chambre figure en relief
sur la porte, présente une taille suffisante et un contraste visuel par
rapport à son environnement et est positionné dans le champ de
vision du client.
 Numéros sur la porte de la chambre en relief et contrastés en couleur
O.4
105/117
Les chambres adaptées
dont l’ouverture s’effectue à l’aide d’une
carte magnétique doivent proposer sur
les dites cartes, une flèche et une
perforation ou un angle cassé
permettant de repérer le sens
d’utilisation. L’information est donnée
au client à la réception, au moment de la
remise de la clé-carte.
Aucune porte ne doit s’ouvrir par un
code. Les seuls systèmes d’ouverture
admis sont : les clés (avec repères de
type couleur ou pictogramme ou
images) et cartes avec une flèche et
rappel du numéro de chambre.
Portes des chambres
En règle générale, toute porte doit pouvoir s’ouvrir au moins à 90°.
La largeur de passage utile se mesure entre le vantail ouvert à 90 °
et le bord intérieur de l’huisserie, poignée non comprise (MI-07).
Elle est égale à :
0.83 m pour une porte de 0.90 m
0.77 m pour une porte de 0.80 m
O.5
Seules les portes permettant de desservir et d’accéder aux
chambres adaptées et aux services collectifs ont une largeur
minimale de passage utile de 0.83 m. Dans le cas où une porte
située en amont du cheminement présente une largeur inférieure,
la largeur minimale de passage utile de la chambre adaptée ou des
locaux de services collectifs est égale à celle de la porte située en
amont, avec un minimum de 0.77 m.
Caractéristiques dimensionnelles
Une chambre adaptée doit comporter en-dehors du débattement
de porte éventuel et de l’emprise d’un lit de 1.40 m x 1.90 m :
- un espace libre d’au moins 1.50 m de diamètre ;
L’objectif recherché est de permettre l’usage de la chambre à une personne en
fauteuil roulant, et notamment de lui permettre d’accéder aux 3 côtés libres d’un lit
de 1.40 m x 1.90 m.
Les chambres adaptées présentent un
niveau de confort identique à celui des
chambres standard et doivent en outre
comporter :
- un lit d’au moins 1.40 m de large,
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
106/117
- un passage d’au moins 0.90 m sur les deux grands côtés du lit
et un passage d’au moins 1.20 m sur le petit côté libre du lit, ou
un passage d’au moins 1.20 m sur les deux grands côtés du lit
et un passage d’au moins 0.90 m sur le petit côté libre du lit.
-
un espace libre d’au moins 1.50 m
de diamètre, hors débattement de
porte et de l’emprise des lits et de
tout mobilier,
- Dans l’existant, un passage d’au moins 0.90 m sur au moins un
grand côté du lit.
-
un passage d’au moins 0.90 m sur les
deux grands côtés du lit et un
passage de 1.20 m sur le petit côté
ou un passage d’au moins 1.20 m sur
les deux grands côtés et 0.90 m sur
le petit côté,
-
une hauteur de lit (sommier +
matelas) comprise entre 0.45 m et
0.50 m du sol.
Dans les établissements où les règles d’occupation ne prévoient
qu’une personne par chambre ou couchage, le lit à prendre en
compte est de dimensions 0.90 m x 1.90 m.
Lorsque le lit est fixé au sol, le plan de couchage doit être situé à
une hauteur comprise entre 0.40 m et 0.50 m du sol.
Dans les établissements hôteliers
anciens s’il existe une contrainte liée à la
présence d’éléments participant à la
solidité du bâtiment, le passage libre
n’est pas exigé sur chaque grand côté du
lit mais sur un seul.
Dans les hébergements
collectifs (gîtes de groupes,
auberges de jeunesse), les
lits simples sont autorisés sous réserve
de disposer d’un passage libre d’au
moins de 0.90 m de large sur un coté du
lit.
O.6
Interrupteurs
Les systèmes de communication entre le public et le personnel ainsi
que les dispositifs de commande manuelle mis à la disposition du
public doivent répondre aux exigences suivantes :
être situés à plus de 0.40 m d’un angle rentrant de parois
ou de tout autre obstacle à l’approche d’un fauteuil
roulant,
être situés à une hauteur comprise entre 0.90 m et 1.30
m.
Une prise de courant au moins doit être située à proximité d’un lit
(à proximité immédiate de la tête de lit) et, pour les établissements
disposant d’un réseau de téléphonie interne, une prise téléphone
doit être reliée à ce réseau.
L’exigence concernant les angles rentrant s’explique par la nécessité de pouvoir atteindre la commande. Si la
commande (ici la poignée) est à moins de 40 cm de l’angle rentrant, les cale-pieds du fauteuil roulant vont
butter dans le mur, et la personne sera trop loin pour atteindre la commande manuelle (interrupteur,
commande des volets roulants …)
Les interrupteurs sont
placés à une hauteur
maximale inférieure à 1.30
m ; les dispositifs de commande de la
climatisation et de chauffage sont placés
à une hauteur maximale inférieure à
1.30 m.
Au moins une prise d’alimentation
électrique placée à une hauteur
comprise entre 0.40 m et 1.30 m du sol
et située à proximité du lit.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
107/117
Les interrupteurs, les prises de courant
et les dispositifs de commande de la
climatisation des chambres adaptées
doivent être repérables par un contraste
visuel. Ils doivent être simples
d’utilisation.
Les dispositifs de commande (interrupteurs, robinetterie de
douche, dérouleur de papier, sèche-mains, porte-savons…)
doivent être repérables par un contraste visuel ou tactile.
 Contraste visuel et tactile de l’interrupteur/ prise de courant
O.7
Les bureaux dans les chambres
Les équipements de bureau
et plans de travail des
établissements
neufs
doivent respecter, dans les chambres
adaptées, les dimensions suivantes :
hauteur maximale 0.80 m, un vide d’au
moins 0.70 m de hauteur, 0.30 m de
profondeur et 0.60 m de largeur.
La réglementation ne précise rien à la date de rédaction de ce
document.
En attente de précisions règlementaires.
 Même si la règlementation de précise rien, il est indispensable que le bureau mis à disposition des clients
soit utilisable par une personne en fauteuil également. Ici on ne peut pas passer les jambes sous le plateau,
trop bas. (prévoir au minimum 0.70m en dessous du bureau pour le passage des jambes)
O.8
Les penderies et armoires
La réglementation ne précise rien à la date de rédaction de ce
document.
En attente de précisions règlementaires.

Bel exemple de penderie accessible : les
étagères sont accessibles ; la penderie est à
1.30m du sol et utilisable en position debout
comme assise

Il est judicieux de varier la hauteur des
penderies lorsqu’on a la place de le faire
Les penderies à ouverture
facile (et préhensible)
comportent des étagères
situées à plus de 0.40 m du sol et à moins
de 1.30 m du sol.
Les tringles (qui peuvent être amovibles)
et les étagères doivent être situées à une
hauteur préhensible, inférieure à 1.30
m.
Les patères pour les vêtements et les
porte-serviettes doivent être situés
entre 0.90 m et 1.30 m.
Les étagères des penderies doivent être
suffisamment éclairées pour permettre
un accès facile aux vêtements.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
O.9
Occultation de la chambre
108/117
Des volets ou rideaux
occultants
accessibles
permettent
de
gérer
l’éclairage
naturel
et
d’assurer
l’occultation de la lumière de manière
autonome.
La réglementation ne précise rien à la date de rédaction de ce
document.
En attente de précisions règlementaires.
Les volets ou rideaux occultants doivent
être simple d’utilisation.
 La manipulation de volets bois extérieurs complique la mise en occultation d’une chambre car il faut
que la personne en fauteuil sorte du bâtiment. Privilégiez les rideaux occultants, faciles à manipuler
O.10
Les téléphones mis à disposition
La réglementation ne précise rien à la date de rédaction de ce
document.
En attente de précisions règlementaires.
 Même si la règlementation ne précise rien, les personnes déficientes visuelles apprécieront un téléphone
Les volets ou rideaux doivent être
accessibles (espace d’usage et hauteur
comprise entre 0.90 et 1.30 m).
Les téléphones mis à la
disposition des clients
déficients visuels sont
munis d’un clavier aux normes françaises
(ergot sur la touche 5 et le 0 en bas au
centre) et comportent des touches avec
gros caractères et des chiffres
contrastés.
Les téléphones mis à la disposition des
clients comportent un voyant lumineux.
Les modèles choisis sont simples
d’utilisation.
à grosses touches
O.11
La télévision dans la chambre
Les téléviseurs disposent d’écran
numérique placés à hauteur des yeux
d’une personne assise. Le téléviseur et
ses équipements ne doivent pas
constituer un obstacle susceptible de
blesser les personnes malvoyantes dans
leur cheminement.
Les équipements installés en hauteur tels que les écrans de
télévision sont installés en dehors du cheminement ou à une
hauteur supérieure à 2.20 m, au fur et à mesure de leur
renouvellement.
Dans les lieux publics privatifs tels que les chambres d’hôtel, des
notices simplifiées indiquent comment activer le sous-titrage et
l’audiodescription.
La télécommande doit disposer de
grosses touches de couleurs contrastées
(avec ergot ou repère tactile sur touche
5), afin d’en faciliter l’utilisation par les
personnes malvoyantes. Elle doit être
simple
d’utilisation
et
de
compréhension.
 Un mobilier sous la télévision permet de sécuriser le cheminement près de la télévision qui déborde de
plus de 15 cm du mur et qui présente un obstacle à hauteur du visage. Photo 3 : télévision intégrée dans un
mobilier qui ne présente pas d’obstacle sur le cheminement
Un mode d’emploi simplifié de la
télécommande et du téléviseur doit être
fourni. L’accès au sous-titrage doit
figurer sur le mode d’emploi.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
O.12
109/117
Pour les personnes sourdes
ou malentendantes, le
poste doit disposer d’un accès au soustitrage par TNT ou tout autre éditeur
(box ADSL, fibre optique...).
Il est recommandé de laisser le poste TV
« en veille » pour les personnes ayant
des difficultés à atteindre le bouton
d’allumage
Prévoir un emplacement
(0.80 m x 1.30 m) libre de
tout obstacle devant au
moins une fenêtre.
La hauteur des commandes d’ouverture
des fenêtres accessibles ne doit pas
excéder 1.30 m, pour au moins une
fenêtre.
L’accès à la fenêtre
Au droit de tout équipement, mobilier, dispositif de commande et
de service, doit exister un espace d’usage correspondant à un
rectangle de 0.80 m x 1.30 m.
 La présence de cette chauffeuse empêche une personne en fauteuil d’accéder à la fenêtre
O.13
Terrasse et balcon
Dans les établissements d’hébergement hôtelier, il est important
que les terrasses et balcons des chambres adaptées soient
accessibles aux personnes en fauteuils roulants.
Dans le cas contraire, on pourrait estimer qu’une partie de la
“prestation hôtelière” ne satisfait pas aux exigences
d’accessibilité.
Voir rubriques C & D traitant respectivement des ruptures de
niveaux et des portes.
Dans les hébergements
neufs, l’accès au balcon des
chambres et des logements
doit être de plain-pied et se faire sans
obstacle. Dans les hébergements
existants, proposer un plan incliné
amovible si le seuil ne peut être franchi.
Dans les chambres des hôtels situées en
rez-de-chaussée, l’accès à la terrasse
doit être de plain-pied et se faire sans
obstacle. Dans les hôtels existants, il
convient de proposer un plan incliné si le
seuil ne peut être franchi.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015

La télé, le bureau et la penderie sont utilisables en position assise. Les rideaux occultants permettent
d’occulter la pièce. Ceux-ci sont systématiquement fermés à moitié pour éviter d’être ébloui lors de l’entrée
dans la chambre
110/117
 Présence de l’aire de rotation, accès à la porte fenêtre possible, accès
 Le bureau est ici accessible en fauteuil. La télé est à hauteur des yeux
à la porte fenêtre possible
d’une personne assise et le téléphone propose des grosses touches.
 La mise à disposition d’un bureau rabattable peut être une bonne solution quand l’espace s’avère réduit.
 La mise à disposition d’un réveil vibreur est un plus qu’apprécieront les
personnes sourdes ou malentendantes

Une chambre adaptée doit être libérée d’un maximum de mobilier
pour permettre une circulation aisée en fauteuil roulant.
Ici, la chauffuse, le bureau , le porte-manteau et le chiffonnier empêche
une bonne circulation. A minima, il faut que la chauffeuse soit retirée pour
assurer l’aire de retournement d’1.50 m.
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
111/117
P. Les emplacements nus dans les campings
Contrairement aux idées reçues, des personnes handicapées moteur peuvent pratiquer le camping sous tente. On peut notamment penser aux personnes pratiquant le handisport. La loi n’ayant pas traité
spécifiquement les emplacements nus, un courrier ministériel du 05/06/2015 en réponse aux interrogations de la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air apporte quelques précisions. L’aménagement
d’emplacements nus adaptés justifiera aussi l’adaptation des blocs sanitaires et vaisselle, puisque dans la plupart des locatifs, ces prestations sont déjà intégrées.
Les exigences réglementaires
P.1
Quota d’emplacements nus accessibles
La réglementation ne précise rien à la date de rédaction de ce document.
Une réponse ministérielle à la FNHPA vient apporter quelques éléments :
CAMPING (courrier ministère/FNHPA du 5/06/2015) :
Une partie du terrain de camping assure l’accessibilité des personnes
handicapées, quel que soit leur handicap, à l’ensemble des prestations
qu’il offre.
La partie accessible doit être la plus proche possible de l’entrée principale
ou d’une des entrées principales du camping et doit être desservie par un
cheminement usuel.
Toutefois, pour l’application [des termes de l’arrêté du 8 décembre 2014]
relativement au terrain de camping, la réglementation pourra être
appliquée avec pragmatisme. En effet, les terrains de camping sont
souvent situés dans des espaces naturels voire protégés. Le respect des
règles qui sont manifestement difficiles à satisfaire dans ce type de
contexte ou qui sont incompatibles avec la fonction de l’établissement ou
avec les autres réglementations environnementales (conservation du
littoral) ne peut être exigé.
A titre d’exemple, le contraste du cheminement accessible permettant la
desserte des parties du camping accessibles doit être réalisé dans toute la
mesure du possible, en fonction des techniques disponibles qui ne
dénaturent pas le caractère naturel du site ; les dispositions relatives à
l’éclairage doivent prendre en compte la nécessaire obscurité nocturne
des campings.
Qualité d’usage et marque "Tourisme & Handicap"
S’il fallait élaborer un parallèle avec l’hôtellerie traditionnelle, cette dernière est soumise règlementairement au quota de
chambres aménagées suivant :




1 chambre adaptée jusqu’à 20 chambres,
2 chambres adaptées jusqu’à 50 chambres,
et 1 chambre adaptée par tranche ou fraction de 50 chambres supplémentaires,
soit 3% jusque 100 chambres.
Il est recommandé d’appliquer ce seuil en tant que minima, dans l’existant.
La marque demande un quota d’emplacements nus accessibles dans les campings qui est le suivant :
1 emplacement accessible jusqu’à 20 emplacements,
2 emplacements accessibles jusqu’à 50 emplacements,
1 emplacement accessible par tranche ou fraction de 50 emplacements supplémentaires.
Les emplacements nus devront être clairement spécifiés sur le plan à l’accueil de manière à être prioritairement attribués et
réservés le plus longtemps possible aux personnes en situation de handicap moteur.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
P.2
112/117
Caractéristiques de l’emplacement nu accessible
La réglementation ne précise rien à la date de rédaction de ce document.
En attente de précisions règlementaires.

Emplacement conforme en l’état de la réglementation
Voici quelques suggestions pour caractériser des emplacements nus accessibles :

une localisation qui s’établira sur la base du meilleur compromis entre les parties collectives, le bloc sanitaire accessible,
qui regroupe l’ensemble des prestations sanitaires offertes par le camping et les cheminements extérieurs,

une interface plane, visuellement repérable, non meuble… entre l’emplacement lui-même et le cheminement extérieur
(voir rubrique F),

une superficie qui comptera parmi les plus grandes de l’offre du camping permettant le stationnement d’un véhicule (voir
A.2) et la circulation d’un fauteuil roulant,

un emplacement qui fera l’objet d’un soin accru dans les opérations de damage, de tonte et d’entretien,

un emplacement sans danger sur le plan des mitoyennetés lorsque les emplacements sont étagés avec des ruptures de
niveau,

le raccordement au réseau : si le raccordement au réseau est fait par chaque locataire de l’emplacement, alors un accès
au raccordement devra être facilité pour les personnes en fauteuil (largeur du cheminement, revêtement…).
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
Q.
113/117
Les locatifs dans les campings
Les locatifs implantés dans un camping ne sont pas considérés comme étant des constructions au sens du code de la construction et de l’habitation ; par voie de conséquence, les textes ne s'appliquent pas a
priori sur ceux-ci. Un courrier ministériel apporte quelques précisions :
Les exigences réglementaires
Q.1 Quota d’hébergement locatif
L’arrêté du 8 décembre 2014 ne donne pas de précision. Celles-ci émanent
d’un courrier ministériel :
Qualité d’usage et label "Tourisme & Handicap"
Si le camping ne propose aucun locatif mais souhaite faire l’acquisition d’un modèle, alors il se doit moralement d’investir
dans un locatif adapté.
CAMPING (courrier ministère/FNHPA du 5/06/2015) :
Concernant les hébergements tels que les mobil-homes ou les habitations
légères de loisirs, dans la mesure où il s’agit d’une prestation offerte par le
camping, l’utilisation par tous les publics de l’un de ces hébergements doit
être permise.
Toutefois, ceux-ci ne sont pas considérés comme des bâtiments au regard
du code de la construction et de l’habitation puisqu’un bâtiment comporte
notamment des fondations et n’est pas « mobile ». Aussi, les normes
techniques de la réglementation relatives à l’accessibilité du cadre bâti ne
leur sont pas appliquées : l’accès des personnes handicapées à ces
hébergements sera facilité par l’installation d’une unité d’hébergement
conçue pour en faciliter l’usage par des personnes handicapées.
La mise en place d’une telle unité d’hébergement pourra être réalisée par
le gestionnaire du camping au moment du renouvellement du parc de ces
structures d’hébergement ou selon le calendrier défini par l’agenda
d’accessibilité programmé.
 Bel exemple de locatif adapté
Pour les locatifs (mobil-homes, HLL, yourtes … tous confondus) : Application du quota relatif aux Établissement
Recevant du Public (ERP) d’hébergements (hôtels notamment), à savoir :
 1 locatif adapté jusqu’à 20 locatifs,
 2 locatifs adaptés jusqu’à 50 locatifs,
 1 locatif adapté par tranche ou fraction de 50 locatifs supplémentaires.
Ce quota ne s’applique que sur les locatifs non résidentiels.
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
Q.2 Localisation du locatif adapté aux personnes en situation de handicaps
La réglementation ne précise rien à la date de rédaction de ce
document.
En attente de précisions règlementaires.
Q.3 Caractéristiques du locatif adapté au handicap moteur
La réglementation ne précise rien à la date de rédaction de ce
document.
En attente de précisions règlementaires.
114/117
Il est important de bien choisir la localisation du/des locatifs adaptés aux personnes se déplaçant en fauteuil, selon
l’importance de l’établissement.
Voici quelques conseils de bon sens :
 éviter un emplacement qui aurait une légère déclivité car on serait alors obligé d’accentuer la longueur de la pente
d’accès au mobil-home (voir rubrique C),
 privilégier un emplacement parmi les plus spacieux car il faut tenir compte de l’emprise de la rampe d’accès + de
l’emplacement du stationnement du véhicule (voir rubrique A),
 veiller à la qualité du revêtement et de l’entretien de l’emplacement pour faciliter le déplacement en fauteuil roulant,
 associer à ces critères l’emplacement qui sera le plus proche possible des parties collectives,
 prendre en compte l’accessibilité des cheminements qui doit garantir une chaîne de déplacement continue adaptée (voir
rubrique F).
Bien évidemment, le locatif adapté aux exigences des personnes en situation de handicap moteur ne saurait être bien utilisé
et apprécié sans une accessibilité globale proposée dans l’ensemble de l’établissement.
Pour ce faire il convient de répondre aux critères généraux d’accessibilité (voir l’ensemble des points des rubriques
précédentes).
Les locatifs adaptés aux personnes en fauteuil devront répondre aux mêmes critères d’accessibilité que ceux des bâtiments
du camping en matière de :
- Un stationnement adapté (voir les points A.2 et A.6),
- Pentes pour accéder au logement (voir les points C.4, C.5, C.6),
- Des portes suffisamment larges (voir les points D.1, D.3),
- Un cheminement plan et praticable entre le locatif et le cheminement principal (voir les points F.1 à F.7),
- Une douche et un WC adaptés (voir rubrique I et J2),
- Une chambre adaptée au moins (parents ou enfants),
- Une cuisine avec un espace libre sous le plan de travail, sous l’évier : voir point J2.7),
- Accès aux différents équipements du locatifs (poignées, fenêtres… voir J2.9).
Des modèles clés en mains existent sur le marché, et proposent soit une chambre adaptée pour les parents (un lit en 140cm)
soit une chambre pour les enfants (2 lits superposés mis en quinconce). Ces modèles tendent à réaliser deux chambres
accessibles, pouvant répondre plus facilement aux clientèles demandeuses.
La marque précise qu’en cas de mise en accessibilité d’un locatif existant, celui-ci devra répondre aux critères
du label (à demander auprès de votre référent départemental).
Q.4 Caractéristiques du locatif adapté au handicap visuel
La réglementation ne précise rien à la date de rédaction de ce
document.
En attente de précisions règlementaires.
Si l’établissement souhaite faire l’acquisition d’un modèle existant, il est judicieux de vérifier que les critères du label sont
respectés (contacter votre référent départemental Tourisme et Handicap).
Un locatif adapté pour les personnes en situation de handicap moteur n’est pas pour autant un locatif adapté à d’autres
formes de handicaps, et, en particulier, au handicap visuel.
Si les concepteurs de locatifs ont tendance à réaliser des modèles « tous handicaps », il est possible, à moindre coût de rendre
accessible aux personnes malvoyantes ou au non-voyantes un modèle « ordinaire » existant.
Voici les conseils d’aménagements :
 étagères et penderies suffisamment éclairées pour permettre un accès facile aux vêtements,
 interrupteurs, prises de courant et commandes de couleur contrastée. Celles-ci ne sont pas nécessairement abaissées,
 écran de télévision à hauteur des yeux d’une personne assise sans créer de gêne ou de danger. Télécommandes grosses
touches de couleur contrastée et simple d’utilisation. Mode d’emploi simplifié y compris fonction de sous-titrage,
 abattants et lunettes de WC de couleur contrastée,
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015






Q.5 Caractéristiques du locatif adapté au handicap auditif
Pas d’exigence réglementaire. En attente de précisions règlementaires.
Q.6 Caractéristiques du locatif adapté au handicap mental
Pas d’exigence réglementaire. En attente de précisions règlementaires.
115/117
robinetterie avec visualisation « froid » et « chaud »,
fours et plaques de cuisson comportant des commandes par boutons avec repérage de la commande « zéro » et au
moins 2 points contrastés et en relief pour le réglage de la température. Pour les cuisinières au gaz, les brûleurs sont
enclenchés par allumage automatique,
éclairage renforcé au droit des plaques de cuisson,
mise à disposition d’une documentation sur le fonctionnement des équipements électroménagers. Modes d’emploi
simples, illustrés et faciles à comprendre,
contrastes de couleurs entre les différents équipements (placards) présents dans les différentes pièces,
…
Bien évidemment, le locatif adapté aux exigences des personnes en situation de handicap visuel ne saurait être bien utilisé
et apprécié sans une accessibilité globale proposée dans l’ensemble de l’établissement.
Pour ce faire il convient de répondre aux critères généraux d’accessibilité (voir l’ensemble des points des rubriques
précédentes).
Le locatif adapté aux sourds et malentendants n’est pas nécessairement un modèle proposant les caractéristiques
nécessaires au handicap moteur.
Dans un locatif adapté aux sourds et malentendants, on privilégiera :
 la mise à disposition d’un écran télé avec sous-titrage, positionné à hauteur des yeux (lecture du sous-titrage). Mode
d’emploi simplifié y compris fonction de sous-titrage,
 éventuellement, la mise à disposition d’un système d’alarme nomade, permettant à une personne sourde de bénéficier,
le cas échéant, d’un même niveau d’information en cas d’alerte incendie.
Bien évidemment, le locatif adapté aux exigences des personnes en situation de handicap auditif ne saurait être bien utilisé
et apprécié sans une accessibilité globale proposée dans l’ensemble de l’établissement.
Pour ce faire il convient de répondre aux critères généraux d’accessibilité (voir l’ensemble des points des rubriques
précédentes).
Le locatif adapté aux personnes handicapées mentales n’est pas nécessairement un modèle proposant les caractéristiques
nécessaires au handicap moteur.
Un locatif adapté aux personnes handicapées mentales devra répondre aux critères suivants (conseils) :
 l’emplacement choisi pour ce locatif devra être éloigné de tout espace dangereux (étang, route passagère),
 l’emplacement devra être proche de tous les services, de manière à réduire les risques de désorientation,
 on proposera, pour ce faire, un plan simplifié de l’établissement reprenant les cheminements les plus aisés,
l’emplacement des différents services,
 on veillera à adapter la signalétique au sein du camping, en doublant les informations écrites par des pictogrammes
facilement compréhensibles (voir rubrique E).
Bien évidemment, le locatif adapté aux exigences des personnes en situation de handicap mental ne saurait être bien utilisé
et apprécié sans une accessibilité globale proposée dans l’ensemble de l’établissement.
Pour ce faire il convient de répondre aux critères généraux d’accessibilité (voir l’ensemble des points des rubriques
précédentes).
Pour connaître les critères précis d’accessibilité relatifs au locatif, consulter la grille « hébergement » de la marque (à demander à votre référent départemental Tourisme et Handicap)
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
116/117


Un bloc de rangement sur rail qui permet de moduler l’espace
d’usage entre l’évier et les plaques de cuisson
 Des espaces conformes dans cette chambre
 Il est intéressant de compléter la pente par un escalier.
 Absence de protection le long du plan incliné
 Un siège de douche mobile confortable et stable
Attention : il est nécessiar alors de mettre cet escalier en conformité, ce
qui n’est pas le cas sur cette photo
 Une pente d’accès qui communique avec un terrain non conforme 
(herbe)
Il est important de généraliser le principe d’un accès aux
deux chambres du locatif (porte et aire de rotation) et des lits
superposés en quinconce afin de permettre un transfert vers le
lit situé en bas (exemple photo ci-contre). Cette disposition
permet aussi à un parent handicapé de pouvoir entrer dans la
chambre de son enfant
Une terrasse mal ajustée en hauteur. Elle a entraîné la
création d’une plan incliné ; ce qui est interdit au droit de la porte
d’entrée
 Passage sous l’évier (70 cm minimum)
 Tous les détails sont essentiels. Y compris ce
réfrigérateur d’un chalet accessible et dont la porte ouvre
dans le mauvais sens

Un lavabo très peu fonctionnel dans cette salle d’eau de
mobil-home
Retour au sommaire
Guide technique d’accessibilité dans les établissements touristiques - Réglementation et qualité d’usage - Mise à jour : juillet 2015
117/117
VI. Vos contacts départementaux
Anjou tourisme
Place Kennedy
BP 32147
49021 ANGERS cedex 02
Marguerite ROLLAND, chargée de mission accessibilité
Tel : 02.41.23.51.54
marguerite-rolland@anjou-tourisme.com
anjou-tourisme.com/pro. Onglet Vos projets / accessibilité/centre de
ressources
Direction Départementale des Territoires de Maine et Loire (DDT 49)
15 bis, rue Dupetit Thouars - Bâtiment M
49047 Angers Cedex 01
Tel. accueil : 02.41.86.65.00 - Fax : 02.41.86.82.76
christine.leray@maine-et-loire.gouv.fr
http://www.maine-et-loire.gouv.fr/l-accessibilite-des-personnes-handicapees-r68.html
Loire-Atlantique développement
2 bd de l’Estuaire
CS 96201
44262 NANTES cedex 2
Céline SABATHIER, chargée de mission accessibilité
Tél : 02.40.99.00.83
c.sabathier@loireatlantique-developpement.fr
www.ohlalapro.com
Direction Départementale des Territoires et de la Mer de Loire Atlantique (DDTM 44)
10 boulevard Gaston Serpette
BP 53606
44036 NANTES Cedex 1
Tél : 02.40.67.26.26
ddtm-sbl-ptb@loire-atlantique.gouv.fr
www.developpement-durable.gouv.fr
Vendée Expansion
33 rue de l’Atlantique
CS 80 206
85005 LA ROCHE SUR YON Cedex
Patricia POTIER, Responsable du service « Appui aux porteurs de projet »
Tél : 02.51.47.61.81
p.potier@vendee-expansion.fr
tourisme.vendee-expansion.fr
Direction Départementale des Territoires et de la Mer de Vendée (DDTM 85)
19, rue Montesquieu
BP 60827
85021 La Roche-sur-Yon Cedex
Téléphone : 02 51 44 32 32
Télécopie : 02 51 05 57 63
patrice.andriet@vendee.gouv.fr
www.developpement-durable.gouv.fr
Les « Matinées accessibles » : tous les lundis matins de 9h à 12h, le pôle accessibilité de la Direction
Départementale des Territoires ouvre un espace d’information sur les réglementations en vigueur
et les procédures à respecter pour les ERP situés en Maine-et-Loire. Pour évoquer un projet
spécifique, vous devez prendre rendez-vous avec le pôle accessibilité.
Ce guide pratique a été conçu conjointement par Anjou-Tourisme, Loire-Atlantique –Développement, Vendée Expansion et la Direction Départementale des Territoires de Maine-et-Loire.
Illustrations tirées de l’annexe 8 à la circulaire interministérielle n° DGUHC 2007-53 du 30 novembre 2007 – Pierre-Antoine THIERRY (sauf mentions spécifiques)
Illustrations complémentaires : Jacques RUIZ, Observatoire de l’accessibilité de la Direction départementale des Territoires 63
Photographies : Frédéric Dumez, Anjou-tourisme, Loire-Atlantique Développement et Vendée Expansion. Remerciements aux professionnels dont les installations, conformes ou non, illustrent ce guide.
Retour au sommaire
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising