L`ÉCLIPSE DE L`OBJET DANS LES THÉORIES DU

L`ÉCLIPSE DE L`OBJET DANS LES THÉORIES DU
L’ÉCLIPSE DE L’OBJET DANS LES THÉORIES DU PROJET EN DESIGN
Communication proposée au 6ième colloque international et biennal de
l’Académie européenne de design (European Academy of Design, EAD)
tenu à Brême du 29 au 31 mars 2005
sous le thème « Design-Système-Évolution »
par
Alain Findeli et Rabah Bousbaci
Faculté de l’aménagement
Université de Montréal
Octobre 2004
L’ÉCLIPSE DE L’OBJET DANS LES THÉORIES DU PROJET EN DESIGN
Présentation
Nous nous proposons ici de rendre compte de l’évolution des théories du projet en
design (ou théories du design) et d’interpréter cette évolution à l’aide d’un modèle
typologique très général. Sous certains aspects, cette recherche s’apparente à celle
effectuée par John Broadbent1 qui, dans sa typologie des différentes « générations » de
modèles méthodologiques en design, distingue quatre périodes principales et en
propose une cinquième actuellement en émergence. Dans une certaine mesure, notre
contribution complète les quatre identifiés par Broadbent2 comme étant importants pour
examiner le design sous l’angle des thèmes de l’évolution, à savoir : l’évolutionnisme
comme métaphore pour le design; l’évolution des produits du design; l’évolution des
pratiques du design; le design comme agent d’évolution des systèmes sociaux.
Cependant, si notre modèle s’applique bien en effet à exposer l’évolution des théories
du design, on verra qu’il ne s’inscrit cependant pas dans le cadre interprétatif de
Broadbent car il s’en distingue sur deux aspects fondamentaux : le sens que nous
croyons pouvoir dégager de l’interprétation du modèle évolutif d’une part, et les
hypothèses quant aux prochaines « générations », c’est-à-dire l’identification d’une
possible tendance évolutive d’autre part.
Pour autant, ce qui nous sépare ne doit en aucun cas être perçu comme une
réfutation du modèle de Broadbent, dont nous apprécions et soulignons sans partage la
vertu épistémologique et pédagogique de l’effort de synthèse théorique réalisé. Nous
souhaitons ainsi nous distancier de la culture scientifique à laquelle nous empruntons le
terme « réfutation » et des critères de validation qui y ont cours pour tester les modèles
théoriques, et préférons nous soumettre pour cela à un critère que Goethe affectionnait
particulièrement, celui de la fécondité des théories. Dans une telle perspective, le
modèle évolutionniste de Broadbent et le nôtre sont à considérer comme deux
propositions dont il s’agit d’apprécier la « vertu » selon des finalités qui appartiennent à
l’évaluateur : économique, stratégique, pédagogique, scientifique, esthétique ou autre.
On retrouve sans peine dans cette attitude relativiste (s’il fallait lui trouver une étiquette
philosophique, « pragmatiste » conviendrait assez bien) la culture épistémologique
propre au design. Pour mieux nous faire comprendre, il convient d’expliciter davantage
cette attitude, autrement dit de situer le travail de recherche qui fait l’objet de cette
communication.
Situation de la recherche
Comme nous l’avons vu, nous nous intéressons dans ce texte aux divers modèles
qui ont été proposés pour rendre intelligible l’acte de design, plus communément
appelés « théories du design ». En ce sens, notre recherche devrait être considérée
comme « fondamentale » plutôt qu’ « appliquée », si l’on adopte la perspective
habituelle qui domine encore largement l’épistémologie contemporaine. Notre objectif se
limiterait, selon cette perspective, à une contribution au champ de la théorie du design,
celui-ci étant perçu comme un espace autonome régi uniquement par des
2
déterminismes évolutionnistes internes, à la manière du monde platonicien des idées.
Nous ferions donc de « la théorie pour la théorie » comme on fait de « l’art pour l’art » à
propos d’un phénomène singulier, le projet de design. Or si nous partageons bien
volontiers la conviction que le projet de design compte parmi les phénomènes du monde
dont il y a lieu de s’étonner, nous nous dissocions par contre radicalement de la
perspective contemporaine découpant le champ de la recherche en « fondamentale » et
«appliquée ». Notre perspective est pragmatique dans la mesure où notre intention est
pédagogique. En effet, si nous nous appliquons à rendre plus intelligible l’acte de
design, c’est-à-dire le phénomène du projet de design, c’est parce que cette intelligibilité
nous semble indispensable à une pratique adéquate et satisfaisante de l’enseignement
du projet en design. Pour le dire plus clairement encore, nous partons du principe qu’en
design l’activité réflexive est indispensable pour féconder l’activité pratique, que la
réflexion théorique en situation est le propre des praticiens éclairés. Or la fécondation
de la pratique par la théorie, qui est autre chose que l’application de la théorie à la
pratique, est une attitude intellectuelle qui doit s’apprendre. Qui, par conséquent, doit
pouvoir s’enseigner. C’est pour faciliter cet enseignement que nous avons entrepris
notre recherche.
On sait que ce qui singularise l’enseignement du design c’est la pratique
pédagogique de l’atelier (ou studio). En tant que le lieu où, en principe, s’enseigne et
s’apprend l’acte de design et la conduite du projet de design, l’atelier est considéré
comme un endroit stratégique et sensible dans toutes les écoles de design. Or on se
pose aujourd’hui de nombreuses questions sur la qualité, la pertinence et l’efficacité des
méthodes pédagogiques mises en œuvre dans l’atelier, au point qu’on parle souvent de
« crise » pédagogique.
On s’attend, de la part des professeurs d’ateliers, qu’ils et elles s’assurent que les
futurs designers maîtrisent cette pratique humaine particulière qu’est le projet de design
avec le maximum de compétence et de responsabilité. La moindre des choses que l’on
est en droit d’exiger de leur part serait donc qu’ils et elles aient une idée aussi claire que
possible de ce qu’est l’acte de design : de quoi est-il fait, comment est-il structuré,
comment se manifeste-t-il en tant que phénomène du « monde artificiel », sur quelles
valeurs repose-t-il, etc. ? Concrètement, cela revient à se poser la question suivante :
« Quel est le modèle ou le concept du projet de design qui détermine, qui encadre, qui
règle et/ou qui justifie ma pratique pédagogique en atelier ? ». En posant cette question,
nous ne nions pas le fait qu’un tel modèle ou concept soit toujours présent auprès des
enseignants, bien au contraire. Ce qui est problématique, c’est que ces modèles ne
soient pas explicités - comme s’il n’y en avait qu’un seul et qu’il allait de soi -, qu’ils ne
fassent pas assez systématiquement l’objet d’un questionnement ou d’une réflexion, et
ceci pour toutes sortes de raisons. Parmi celles-ci, il faut inclure la perspective
contemporaine, évoquée plus haut, qui pousse à distinguer le champ de la théorie de
celui de la pratique, conformément au cadre épistémologique, hérité du XIXe siècle,
instituant la pratique comme l’application dans le monde « réel » des modèles
théoriques développés dans celui des « idées », celui de la science théorétique3.
C’est pour remédier à cette situation que nous avons entrepris notre recherche. Elle
se conduit dans le cadre d’un séminaire dit de « recherche-projet » (project-grounded
research), c’est-à-dire d’un atelier de design destiné à des étudiants de maîtrise et de
doctorat où la contribution scientifique au champ des théories du design constitue un
objectif aussi important que la satisfaction du commanditaire du projet4. Le modèle de
l’ « éclipse de l’objet » présenté ici constitue une tentative pour rendre compte de façon
3
schématique de la diversité des théories du projet développées en design et pour
déceler un sens dans l’évolution de ces théories. C’est un outil cognitif qui facilite la mise
en évidence, dans le cours d’un projet de design, d’éléments habituellement non
explicités tels que les finalités qui motivent ses instigateurs, les conflits de rationalités et
de valeurs dont il est le siège, la hiérarchie des enjeux dont il est l’objet, la justification
des choix méthodologiques, technologiques, esthétiques et autres, les limites du cadre
épistémologique adopté, etc. À ce titre, il s’agit d’une recherche située, plutôt
qu’appliquée, au sens fort qu’a donné au terme la philosophie existentielle de la
première moitié du XXe siècle (et le mouvement situationniste qui s’en est inspiré), ou
encore au sens où l’entendent les méthodes de la recherche qualitative inspirées de la
recherche-action.
Pour résumer cette longue introduction, nous disons que si notre recherche prend
bien pour objet la diversité des théories du projet en design, elle a aussi pour souci le
développement d’une « meilleure » pédagogie de l’atelier de design, à savoir : plus
didactique, plus appropriée, plus efficace, plus pertinente, plus féconde, plus éclairée,
plus intelligible car plus réflexive.
Le corpus de la recherche et la méthode
Notre matériau de base, notre terrain, est le corpus de textes constitué de traités, de
manifestes, de livres et d’articles qui tous se proposent de décrire le processus de
design. Il se partage en deux catégories principales : celle des modèles normatifs ou
doctrinaux, à visée méthodologique ou politique, qui préconisent une façon de faire
considérée comme bonne ou meilleure (ou la meilleure !); celle des modèles
descriptifs, à visée plutôt scientifique, qui exposent la façon dont effectivement se
déroule le projet de design. Les modèles canoniques de la première catégorie sont le De
architectura de Vitruve, et le De re aedificatoria d’Alberti, « texte inaugural »5 de la
période moderne, alors que le nombre de ceux de la seconde catégorie, bien plus
récents, ne cesse d’augmenter depuis les années 1960 sous l’impulsion des méthodes
empiriques (p.ex. celle des analyses de protocoles) empruntées pour une grande part à
la psychologie cognitive « appliquée » ou intelligence artificielle.
L’ampleur du corpus se chiffre en plusieurs milliers de pages. Pour s’en faire une
idée, il nous suffit de signaler que l’anthologie raisonnée que nous avons préparée pour
les participants à notre séminaire de recherche-projet, composée d’une sélection de
textes considérés comme les plus importants historiquement et les plus représentatifs
comporte, pour la période du Moyen âge à aujourd’hui, pas loin de 1500 pages. Pour
des raisons que la présentation de notre modèle rendra claires, nous pourrions d’ailleurs
réduire ce corpus à la seule production des cent dernières années car entre les premiers
traités de la Renaissance et les premiers textes du dogmatisme moderniste (Muthesius,
van de Velde, Bauhaus) il existe, selon le point de vue de notre modèle, une continuité
frappante. Nous considérons enfin que ce corpus est suffisamment familier à la
communauté scientifique du design pour qu’on puise s’épargner, du moins dans le cadre
de cette communication, une indexation bibliographique détaillée qui, à elle seule,
mériterait qu’on lui consacre un ouvrage6.
4
.
Le modèle de l’éclipse de l’objet
L’examen de ces textes révèle une grande variété de modèles (plus d’une
trentaine), c’est-à-dire de façons de rendre raison rationnellement de l’acte de design.
Ces modèles sont le plus souvent des métaphores et peuvent par conséquent
s’exprimer sous la forme « le design comme… » (« design as… »)7. En voici une liste
non exhaustive, dans laquelle on pourra reconnaître l’esquisse d’une évolution
historique :
Le design comme…
art mécanique
art
art appliqué
art décoratif
art industriel
artisanat
esthétique appliquée
ergonomie appliquée
technologie
poiétique
type 1
heuristique
processus itératif d’analyse / synthèse
processus itératif de conjecture / réfutation
recherche opérationnelle
résolution de problème
science appliquée
processus de décision
traitement de l’information
type 2
sémiotique
modélisation systémique complexe
management de projet
art libéral
rhétorique
processus fractal
processus organique (respiration, déploiement,..)
réflexion-en-action
agent d’évolution systémique
conception de scénarios
conception d’expériences
praxis sociale
processus d’empowerment
processus participatif (codesign)
dynamique d’acteurs
herméneutique
éthique située
réflexivité ontologique
dévoilement
type 3
5
Parmi ces modèles, certains sont anecdotiques, d’autres plus robustes, certains
semblent décrire « objectivement » une réalité observée auprès des praticiens, d’autres
sont plus idéalistes. Nous n’avons pas, dans cette étude, tenu compte de ces
différences pour, par exemple, ne conserver que les modèles les plus « importants ». Au
contraire, nous avons davantage cherché à enrichir notre liste en élargissant le corpus à
des textes non directement associés au patrimoine intellectuel de la communauté de
recherche en design et provenant d’autres disciplines (management, économie,
psychologie, …), ce qui constitue une façon de valider notre modèle.
L’ensemble des modèles théoriques identifiés ci-dessus peut très aisément être
reconfiguré en trois types principaux qui se distinguent selon leur visée principale. Le
premier type regroupe les théories centrées sur l’objet ou le produit du projet de design :
bâtiment, mobilier, appareil domestique, etc. Le second type rassemble les théories
centrées sur le processus, le cheminement ou la structure logique (méthodologique
et/ou épistémologique) à adopter ou adoptés au cours du projet. Enfin, dans le troisième
type se retrouvent les théories centrées sur les acteurs, les agents ou les parties
prenantes (stakeholders) du projet de design (Fig. 1).
On remarque par ailleurs que ces trois types apparaissent chronologiquement dans
le paysage théorique : le premier est le plus ancien et s’étend sur plusieurs siècles
jusqu’aux débuts du modernisme, le second devient dominant à partir des années 1950
alors que le troisième n’émerge que récemment, surtout dans la dernière décade du XXe
siècle. L’apparition d’un nouveau type à un moment donné ne signifie pas que le
précédent disparaît complètement même s’il connaît une éclipse significative. Ainsi, on
peut considérer qu’aujourd’hui les deux premiers sont encore présents dans notre
paysage intellectuel (et surtout pédagogique), mais que le troisième a indéniablement la
préséance dans la littérature scientifique en design et dans la recherche. Dans notre
conclusion, nous esquisserons une interprétation plus compréhensive du modèle et des
« éclipses » qu’il met en évidence.
Illustration du modèle
Pour illustrer notre modèle typologique, nous avons choisi dans notre liste un
modèle théorique représentatif de chaque type et le développons pour mettre en
évidence sa typicité, c’est-à-dire sa façon particulière d’exemplifier le type. Précisons
qu’il ne s’agit ici que d’une illustration possible de chacun des trois types du modèle et
que celle-ci ne saurait en aucun cas tenir lieu de validation, pas plus qu’il ne faudrait
comprendre que les trois exemples choisis pourraient être paradigmatiques du type.
Le design comme esthétique appliquée (modèle du type 1)
Nombreuses sont les théories qui ont pris l’objet du projet ou son produit comme
centre d’intérêt. Tous les traités classiques d’architecture décrivent les propriétés
(techniques, structurales, formelles, etc.) que devraient posséder idéalement les
bâtiments et monuments conçus par les architectes. Les -rares- traités portant sur les
objets domestiques sont tous conçus sur le même modèle, qui perdure jusqu’au XXe
siècle. Qu’on nous comprenne bien : ce que nous disons, c’est que tous ces modèles
théoriques s’intéressent à l’objet ou au produit résultant du projet, mais non pas qu’ils en
traitent de la même manière. Il suffit de rappeler les nombreuses confrontations
6
théoriques et idéologiques qui ont émaillé l’histoire, non seulement au sein des
académies mais aussi sur la place publique et dans les manifestes, pour ne pas céder à
telle naïveté. La seule considération de l’histoire des styles, ceux-ci comportant toujours
une part de normativité implicite ou explicite, est éloquente à cet égard. Mais peu
importent ici ces différences; ce qui nous retient, c’est que ces modèles se préoccupent
tous en priorité des qualités et propriétés formelles de l’objet ou du produit.
Parmi tous les modèles qui se sont succédé et opposés (voir notre liste), celui du
« design comme esthétique appliquée » est particulièrement intéressant, non seulement
parce qu’il est l’un des rares du type 1 encore produits au XXe siècle, mais encore parce
qu’il a été systématisé et publié abondamment, et enfin parce qu’il a été beaucoup imité.
C’est au Bauhaus de Weimar (1919-24) que ce modèle est le plus présent, bien
qu’il apparaisse déjà chez quelques précurseurs comme van de Velde. Voulant se
démarquer des modèles qui considèrent le design comme un art ou comme un art
décoratif, et qui par conséquent privilégient l’intuition et le génie, les protagonistes de
l’« esthétique appliquée » cherchent une façon plus rationnelle d’encadrer le travail de
création en design. Or le modèle d’« art appliqué » propre au XIXe siècle, héritier lointain
de la distinction médiévale entre arts libéraux et arts mécaniques, n’est pas considéré
comme satisfaisant en raison du flou dans lequel baigne le concept d’art. Ce que l’on
recherche au Bauhaus (mais aussi ailleurs, au Vhutemas p.ex.), c’est une conception
scientifique de l’art suffisamment développée pour constituer le cadre théorique d’où
pourront ensuite être déduites rationnellement les propriétés formelles de l’objet.
Derrière cette structure se profile le modèle épistémologique dominant du XIXe siècle,
celui de la technologie ou de l’industrie comme science appliquée.
Le modèle du « design comme esthétique appliquée » reprend cette figure, si l’on
veut bien convenir avec nous d’appeler « esthétique » cette « science de l’art »8. C’est
ainsi qu’on confia à des artistes comme Itten, Kandinsky, Klee et Schlemmer les cours
de « Forme » (Formunterricht) dans lesquels devait être exposée cette science. Leurs
cheminements différeront : Itten, à la suite de quelques précurseurs, développe une
« science des couleurs » et une « science de la forme » d’inspiration psychologique :
Kandinsky adopte une approche très analytique (Point, ligne, plan) pour construire sa
« grammaire » de la forme (Fig.2) ; Klee cherche à percer le mystère de la dynamique
des formes naturelles et à établir une sorte de « grammaire générative » (Fig.3);
Schlemmer enfin inscrit l’inventaire des formes naturelles et humaines dans une
cosmologie générale (Fig.4). Les Formmeister ne seront pas les seuls à s’efforcer de
rationaliser la forme des objets : Muche, Moholy-Nagy, Albers, puis après eux les
« jeunes maîtres » (Breuer, Bayer, Schmidt, …) et les « nouveaux maîtres » (Meyer, van
der Rohe,…) s’engagent sur la même voie (Fig.5). Si l’on considère ce modèle, il est
donc faux d’attribuer au Bauhaus la paternité de l’approche fonctionnaliste à laquelle de
trop nombreux commentateurs ont cru devoir le formalisme des produits qu’on y a
élaborés, en dépit de la tentative radicale de Meyer qui n’aura duré que trois ans à
Dessau. Le rationalisme fonctionnaliste proprement dit ne deviendra possible qu’après
l’abandon progressif (à Chicago et à Ulm) de toute référence artistique dans les théories
du design.
7
Le design comme processus rationnel de traitement de l’information (modèle du
type 2)
Si l’on excepte quelques précurseurs rationalistes, en architecture en particulier
(Durand, Viollet-le-Duc), les premiers modèles théoriques s’intéressant au design
comme processus datent de la 2ième guerre mondiale et proviennent de la recherche
opérationnelle. Ils sont souvent regroupés sous le terme générique de « mouvement des
méthodes en design » (Design Methods Movement) et se situent en partie dans le
prolongement du Bauhaus, tant à Chicago où le philosophe Charles Morris développe
une sémiotique générale du design, qu’à Ulm où des personnalités comme Maldonalo,
Moles, Archer et Rittel élaborent les premiers modèles méthodologiques rationnels,
analogues dans leur principe à ceux qu’utilisent alors les théoriciens de l’économie et de
la gestion.
Désireux d’affranchir l’acte de design de tout « mysticisme artistique », les
protagoniste du type 2 cherchent tous à rendre le design « scientifique » et par
conséquent s’efforcent de dégager la structure logique du processus de projet, quelle
que soit d’ailleurs cette logique (formelle déductive, heuristique, cybernétique,
dialectique, rhétorique, complexe, etc.). C’est pourquoi, au sein du type 2, toute théorie
du design se réduit souvent à une méthodologie (Fig. 6).
Un jalon important dans les théories du type 2 est constitué par le modèle de
Herbert Simon dit de la « rationalité limitée ». La publication en 1969 de son ouvrage
The Sciences of the Artificial, comprenant le chapitre 5 « The Sciences of Design », a
semé beaucoup d’émoi dans la communauté de la recherche en design, alors encore
naissante. Le modèle de Simon représente un tournant important à deux titres.
D’une part, Simon déniait au cadre théorique de la logique formelle déductive
(syllogistique, cartésianisme) toute autorité pour rendre compte du processus de design,
au profit d’un cadre épistémologique s’appuyant davantage sur la dialectique et la
rhétorique, ainsi que sur la métaphore biologique (individu / environnement). À la
« rationalité substantive » issue du premier, il propose (dès 1957 dans Administrative
Behavior) de substituer la « rationalité procédurale », dans laquelle nombre de praticiens
et pédagogues du design se sont (trop ?) rapidement reconnus. Selon ce modèle, le
designer ignorant l’objet final de sa quête, construit le processus de design à mesure
que les données de l’environnement du projet, donc le problème de design (Simon parle
de problem space), sont reconnues, traitées et configurées. Sachant que l’information
sur cet environnement ne saurait jamais être exhaustive, le critère de fin de processus
ne peut être que « satisficing », c’est-à-dire relever d’un jugement d’adéquation ou de
convenance et non de complétude ou de vérité9.
D’autre part, le tournant épistémo-méthodologique de Simon ouvrait la porte à tout
un ensemble de méthodes empiriques et expérimentales qui allaient s’appliquer à
valider, enrichir ou réfuter son modèle. Enfin rassurées d’avoir trouvé les bases
théoriques scientifiques et rigoureuses qu’elles recherchaient depuis qu’elles avaient
intégré le cadre universitaire, la discipline du design et la communauté de recherche
associée allaient enfin pouvoir abandonner le modèle normatif et dogmatique des traités
et des manifestes pour adopter des théories descriptives et rigoureuses.
8
Le design comme raison pratique ou éthique (modèle du type 3)
Les modèles théoriques du type 3 considèrent en priorité les acteurs du projet de
design, leurs intentions, leurs visions du monde, leurs préjugés, leur rationalité
professionnelle ou « culturelle » propre, les valeurs qui les animent, les normes qui les
conditionnent. Plusieurs modèles sont apparus très récemment dans la littérature
scientifique, qui se distinguent selon les paradigmes interprétatifs qu’ils considèrent
appropriés pour rendre compte de ce phénomène particulier qu’est un projet de design,
et qui d’ordinaire proviennent de leur cadre disciplinaire : sociologie des organisations,
psychosociologie, psychologie (cognitive ou phénoménologique), philosophie
(herméneutique, ontologie, éthique), anthropologie culturelle, etc. L’objet résultant du
projet, qu’il soit matériel ou logiciel (virtuel), disparaît presque complètement du paysage
théorique, car là ne se situe pas, selon leurs auteurs, l’enjeu le plus critique du projet. Au
contraire, affirment-ils, c’est au moment où se prend l’initiative d’un projet et que se
mettent en place les conflits de rationalités et de valeurs propres à tout projet (en amont)
ou, en aval, à l’expérience usagère individuelle et collective qu’il convient de porter son
attention.
Nos propres recherches nous ont conduits à développer un modèle théorique de
l’acte de design s’inscrivant dans le cadre conceptuel de la raison pratique ou éthique10.
Notre principale motivation consistait à concevoir un paradigme qui s’écartait résolument
du cadre logique (épistémo- et méthodo-logique) dans lequel se situaient les modèles
dominants, y compris les modèles récents les plus critiques envers le rationalisme
classique (Simon, Schön, LeMoigne), de façon à élargir le champ d’exercice du projet au
domaine des valeurs, tout en évitant un écueil auquel nous avions nous-mêmes
succombé par le passé, celui de l’éthique appliquée considérée comme un champ,
certes important, mais auxiliaire et autonome11. En englobant donc la dimension logique
caractéristique de tout projet dans un cadre philosophique plus vaste et plus riche, nous
croyons maintenir une cohérence théorique d’ensemble plus forte et intellectuellement
plus satisfaisante. Contrairement aux deux exemples précédents, il nous a paru
nécessaire d’exposer ce modèle de façon un peu plus circonstanciée.
Il existe dans la tradition philosophique occidentale deux grandes conceptions
distinctes de l’éthique : la conception impérative et la conception attractive12.
La conception impérative de l’éthique est constituée autour de la notion du « devoir » qui
implique à son tour des obligations ; le devoir suscite des lois morales qui s’imposent
d’une façon catégorique à l’agent en lui prescrivant des obligations de conduite. Kant est
le philosophe qui a exposé de la façon la plus systématique les principes et les
modalités d’application de la vision impérative de l’éthique aux affaires humaines13. En
design, comme dans un grand nombre des enseignements professionnels modernes,
c’est cette conception de l’éthique qui est le plus souvent manifeste. Elle est d’abord
incarnée par les codes de déontologie qui prescrivent un certain nombre de devoirs que
les professionnels doivent observer dans leurs pratiques. Aux codes de déontologie
viennent s’ajouter d’autres obligations prescrites par diverses lois, normes et règlements
à saveur éthique. Ces derniers peuvent porter sur des aspects bien spécifiques comme,
par exemple, la sécurité et la protection de la santé des usagers, l’accessibilité
universelle, la protection de la nature, la protection du patrimoine, etc. La crise de
confiance à laquelle font face les savoirs professionnels, depuis notamment la 2ième
guerre mondiale, a cependant montré les insuffisances et les limites d’une telle
conception de l’éthique dans l’agir professionnel14 et, partant, de l’épistémologie elle-
9
même qui sous-tend ces savoirs15. Enfin il convient d’ajouter à cela l’attirail normatif que
constitue l’ensemble des prescriptions " simplement " méthodologiques présent dans
toute profession, au sein duquel on identifie, à un moment historique donné, une
méthode canonique dominante (ex : l’analyse de la valeur d’usage ou l’analyse
fonctionnelle en design).
Depuis quelques années, autant en philosophie que dans de nombreux segments
des pratiques sociales, les regards semblent s’intéresser de plus en plus à la conception
attractive de l’éthique avec l’espoir d’arriver à y déceler des éléments d’une philosophie
alternative de l’agir professionnel16. Contrairement à la vision impérative, centrée sur la
notion du devoir et qui, dans l’exemple des codes de déontologie, s’impose de l’extérieur
à l’agent, la conception attractive de l’éthique considère plutôt au cœur de ses
préoccupations l’idée de la vertu, celle-ci étant une disposition immanente à l’agent.
L’une de ses caractéristiques les plus notables est que la dimension moralisatrice propre
aux conceptions impératives de l’éthique y est absente. La conception attractive trouve
ses origines dans l’ancienne philosophie grecque, notamment chez Aristote. La
philosophie aristotélicienne conçoit l’existence humaine, dans toutes ses entreprises
accompagnées de pensée et de raison, comme attirée par et tendant à l’excellence.
Aristote distingue trois catégories de pensée ou de raison : « [...] toute pensée est ou
pratique, ou poétique, ou théorétique [...]. »17. La conception de l’homme comme
tendance à l’excellence dans tout ce qu’il entreprend est rappelée dès la première
phrase de l’Éthique à Nicomaque :
Tout art [poièsis] et toute investigation [theoria], et pareillement toute action [praxis] et tout choix
tendent vers quelque bien, à ce qu’il semble. Aussi a-t-on déclaré avec raison que le Bien est ce à
quoi toutes choses tendent. 18
Le bien vers lequel tend chacune des activités de l’homme n’est donc rien d’autre
que l’excellence et la réussite de l’acte lui-même. La vertu est alors la disposition
intérieure qui accompagne et oriente l’acte de l’agent vers la réussite. La theoria est une
pensée qui vise la connaissance intellectuelle des choses au moyen du discours et de la
raison. Elle se concrétise notamment dans un énoncé vrai au sujet de l’objet contemplé ;
la sophia (la sagesse théorétique ou contemplative) est la vertu qui lui correspond. La
poièsis (la pensée poétique) est une pensée qui vise la production d’une œuvre qui lui
est extérieure (un artefact, un effet, un poème, etc.). En ce sens, la poièsis est une
activité transitive (elle est comme un pont qui mène vers quelque chose d’autre qui lui
est extérieur) ; la technè est la vertu qui lui correspond.
Contrairement à la poièsis qui est essentiellement productrice d’œuvres ou
fabricatrice d’objets19, la praxis (la pensée pratique) est une activité réflexive qui est à
elle-même sa propre fin et ne vise, en premier lieu, la réalisation d’aucune œuvre qui lui
est extérieure. L’œuvre de la praxis lui est donc immanente, car le but de l’agir est de
bien agir, c’est-à-dire de contribuer toujours à faire de l’agent un « meilleur agent », une
personne de bien qui agit pour le bien. La phronèsis (sagesse pratique ou prudence) est
la vertu qui accompagne et oriente la praxis pour faire de l’agent un « agent vertueux ».
C’est cette vertu qui est au cœur de l’éthique aristotélicienne. La praxis vertueuse
constitue dans ce cas le mode de vie même de l’agent vertueux. Ce mode de vie est
synonyme de « vie heureuse »20, car le propre de l’agent vertueux est de considérer et
délibérer toujours sur les chemins qui conduisent à la vie heureuse pour soi et pour
autrui21. Non pas donc « Que dois-je faire? », mais plutôt « Que puis-je faire, quel
pourrait être mon projet? » :
10
Une façon dont nous pourrions appréhender la nature de la prudence [phronèsis], c’est de
considérer quelles sont les personnes que nous appelons prudentes. De l’avis général, le propre
d’un homme prudent [le phronimos] c’est d’être capable de délibérer correctement sur ce qui est
bon et avantageux pour lui-même, non pas sur un point partiel (comme par exemple quelles sortes
de choses sont favorables à la santé ou à la vigueur du corps), mais d’une façon générale,
22
quelles sortes de choses par exemple conduisent à la vie heureuse.
Si nous revenons maintenant un moment sur la conception impérative de l’éthique
dans le champ du design, il est aisé de conclure qu’elle repose finalement sur l’idée que
le design est considéré essentiellement comme une poièsis (un art), une poièsis
encadrée par un certain nombre d’obligations morales, déontologiques et
méthodologiques. L’intérêt que suscite la vision attractive de l’éthique dans l’agir
professionnel réside dans son projet d’affranchir le savoir professionnel de la domination
de la pensée poétique (qui est le plus souvent d’ailleurs considérée d’un point de vue
instrumental) afin de faire des professionnels des phronimoi (personnes douées de la
sagesse pratique) capables de bien délibérer dans des situations de pratique
professionnelle qui sont de plus en plus complexes et véhiculant des enjeux divers et
cruciaux pour la communauté, pour la société et pour la planète en général. C’est ce
savoir (le retour de la pensée sur elle-même) que Donald Schön désigne comme une
« conversation réflexive avec les matériaux d’une situation »23 à la fois problématique et
unique, tout en l’ayant confiné pour une bonne part dans sa dimension logique.
De quelle manière peut-on maintenant procéder pour opérer le changement de
point de vue par lequel nous serons amenés à décrire, à un niveau fondamental, le
design non pas comme raison poétique (poièsis) mais plutôt comme raison pratique
(praxis) ? Considérons pour ce faire un exemple fictif, emprunté au design architectural,
celui de la conception de l’entrée principale d’une bibliothèque. Dans une démarche de
design dominée par la pensée poétique (modèle du type 1), l’esprit est dès le départ
captivé par l’objet « entrée principale » à produire : le parvis de l’entrée, ses
proportions, sa structure, les portes, les couleurs, les matériaux, etc. Le travail de la
conception est donc susceptible de porter, comme le propose par exemple le modèle
vitruvien, sur des considérations qui sont d’ordre esthétique et symbolique, fonctionnel
et utilitaire, et enfin des considérations d’ordre matériel et technico-constructif. Par
contre, dans une démarche de projet régie par la raison pratique (praxis), l’esprit du
concepteur est mobilisé non pas d’abord par l’objet « entrée principale » à produire (le
Quoi), mais plutôt par ceux (les Qui) qui prennent part au projet (le maître d’ouvrage,
l’entrepreneur, les artisans, le personnel d’entretien, etc.) et par ceux et celles qui
entrent et sortent de la bibliothèque; plus précisément encore, par les projets qui
animent les Qui. Étant essentiellement réflexif, l’exercice de la praxis consiste en
questionnements ; la praxis est une activité interrogative. Nous sommes passés d’une
culture de la réponse (poièsis) à une culture de la question (praxis). À l’image d’une
boussole, comme celle que constitue notamment la trinité vitruvienne dans la démarche
poétique, trois principales questions pourraient ainsi guider chacune des initiatives du
concepteur lorsqu’il envisage les usagers :
1. Comment faire du moment que constitue l’entrée à la bibliothèque une
tranche de « vie heureuse » dans la journée des personnes qui la
fréquentent, un moment aussi heureux que peuvent l’être, par exemple, la
lecture d’un livre à l’intérieur de la bibliothèque ou l’assistance à une
conférence dans l’auditorium (qui sont toutes d’autres tranches de « vie
heureuse » à promouvoir) ?
11
2. Qui sont les personnes ou les catégories de personnes visées par toute
proposition du concepteur en ce sens et de quel « projet usager » sont-elles
porteuses ?
3. Qui sont les personnes ou les catégories de personnes qui peuvent en pâtir
(les patients d’une telle action) ?
Dans cette optique, le caractère transitif de la pensée poétique, laquelle s’attache
notamment aux considérations d’ordre esthétique, symbolique, fonctionnel, utilitaire,
matériel et technico-constructif des choses, est d’une certaine manière détourné pour
venir participer à la promotion de la vie heureuse visée en premier par l’action de
l’agent. La praxis récupère ainsi le savoir poétique et lui dicte les conditions de son
déploiement.
Le fait de considérer les usagers comme des personnes porteuses d’un projet, et
non plus comme des consommateurs régis par des besoins, métamorphose
radicalement la conduite des projets en design. Prenons un autre exemple. La
conception d’un comptoir de service d’une boulangerie ne se matérialisera pas de la
même façon si l’on considère que les clients qui viennent y acheter leur pain répondent
à l’un des besoins élémentaires de l’échelle de Maslow (se nourrir), ou si l’on considère
que l’achat du pain participe d’un projet consistant à préparer le déjeuner familial, qui luimême participe d’un projet plus général d’hygiène de vie ou de socialité et ainsi de suite.
L’imbrication sans fin de tels projets, qui rappelle la remontée sans fin vers les causes
premières en logique, paraîtra à première vue impraticable et non pertinente dans le
cadre « réaliste » d’exercice habituel des projets que l’on connaît trop bien (« On ne va
pas réinventer le monde à chaque projet! »). Mais on connaît désormais aussi trop bien
les conséquences d’une « clôture systémique » trop étroite des projets et du
réductionnisme (fonctionnaliste, formaliste, sémantique, etc.) qui en est le fruit pour ne
pas envisager des cadres théoriques plus riches et plus complexes.
La perspective éthique présente au demeurant une bonne robustesse au plan
conceptuel également. En effet, si l’on enrichit la « grammaire » conceptuelle des
modèles théoriques du type 2 (besoins, problème, fonctions, solution, vérification,
processus, modèle conceptuel, prototype fonctionnel, etc.) par l’appareil conceptuel de
l’éthique (polarité poiesis/praxis, phronesis, proairesis, akrasia, bouleusis, phantasia,
kairos, etc.) ou, plus généralement, par le cadre conceptuel des modèles du type 3, on
dispose d’éléments descriptifs et intellectuels nouveaux pour rendre raison d’aspects de
la complexité du projet que les deux autres types ne parvenaient que laborieusement à
rendre intelligibles. Un exemple illustrera ce fait dans notre conclusion.
L’éclipse de l’objet en aval
Nous nous sommes appliqués pour le moment à envisager ce qui se produit lorsque
l’on remonte par la pensée en amont du projet de design. Mais un second aspect
remarquable de notre modèle est que la succession des types est lisible à la fois en
amont et en aval de la « charnière » caractéristique de tout projet de design24 : la
livraison ou réception de l’objet ou produit du projet. Ainsi, en amont, c’est-à-dire dans
l’espace de conception, on vient de lire une évolution passant des théories centrés sur
l’objet vers celles décrivant ou prescrivant les processus, pour arriver à celles se
12
concentrant sur les acteurs du projet. En aval, le centre d’intérêt se déplace de l’objet
vers les fonctions de l’objet puis, récemment, vers l’expérience des usagers (Fig. 7).
On s’étonnera moins de cette coïncidence de phase dans les espaces amont et
aval du projet si l’on observe que les catégories de l’aval correspondent aux visions ou
postures anthropologiques25 propres au trois types identifiés en amont. L’attitude des
concepteurs correspond à ces postures dans la mesure où, pour le premier type, ils
conçoivent des objets d’art ou des produits de consommation, pour le second type des
environnements constitués de fonctions d’ordres divers (instrumentales, symboliques,
esthétiques, hédoniques, sécuritaires, etc.) et pour le troisième type des modes de vie,
ensembles d’ « expériences » aussi diverses et complexes que possible.
Ainsi décrit, notre modèle typologique embrasse complètement le champ du projet
de design, depuis les phases initiales de programmation et de problématisation jusqu’à
celles de l’assimilation sociale, culturelle et environnementale des produits qui en
résultent.
Interprétation du modèle
Pour conclure, nous nous livrerons à un exercice d’approfondissement du modèle
qui vient d’être construit et décrit. Par « approfondir » un modèle nous entendons
l’opération consistant à le « faire tourner » en situation. C’est principalement en situation
pédagogique que notre modèle tourne depuis bientôt trois ans, une situation
caractérisée par des séquences alternées de type « séminaire », où l’accent est mis sur
la cohérence théorique et rhétorique du modèle, et de type « atelier », où les trois types
sont utilisés comme des métaphores opératoires en situation professionnelle de design,
tant pour produire du design que pour observer et décrire l’acte de design «agi».
Notre réflexion porte actuellement sur divers niveaux d’interprétation possibles du
modèle, que nous allons esquisser ici, avec une nette préférence pour le niveau que
nous appelons « philosophique ».
Interprétation sémiologique
L’une des premières observations critiques de la dissolution de l’objet en design est
le fait de Baudrillard qui, reprenant la distinction de Marx entre valeur d’échange et
valeur d’usage, note que ce ne sont plus les objets proprement dits et leur valeur
d’usage qui régissent la réalité sociale, mais leur image, leur valeur de signe 27.
Tout en reconnaissant que, près de quarante ans plus tard, l’interprétation de
Baudrillard n’a pas perdu de sa pertinence ni de son actualité, il nous faut préciser que
l’objet principal de notre recherche n’est pas le « système des objets » du design, mais
bien le système des théories du design. Il a fallu attendre les années 1980 pour voir
apparaître les théories du design prenant acte des observations de Baudrillard («product
semantics»).
13
Interprétation philosophique
Cette interprétation s’est imposée à nous alors que nous nous efforcions d’identifier
les disciplines scientifiques que la théorie et la pratique du design sollicitaient en priorité
pour rendre raison des modèles propres à chacun des trois types. Ainsi, les modèles du
type 1 s’appuient principalement sur l’esthétique, la technologie, la science des
matériaux et, plus généralement, sur les sciences de l’ingénieur et celles de l’art
(appliqué) pour rendre compte des propriétés des objets et des produits qui constituent,
comme nous l’avons vu, leur centre d’intérêt principal. Les modèles du type 2 ont
massivement réquisitionné la logique formelle et les mathématiques, ainsi que les
sciences humaines et sociales dans leurs versions behavioristes, positivistes et
déterministes : psychologie de l’environnement, psychologie cognitive, sociologie de la
consommation, ergonomie et anthropométrie, recherche opérationnelle, cybernétique,
systémique, sémiotique, économique, etc. pour décrire et comprendre de manière aussi
« scientifique » que possible les processus mis en œuvre dans la conduite des projets
de design. Quant aux modèles du type 3, c’est également aux sciences
anthroposociales qu’ils font appel, mais dans leurs versions interprétatives,
phénoménologiques et qualitatives : sociologie des organisations, systémique sociale,
psychologie phénoménologique, sciences des religions (herméneutique, anthropologie),
anthropologie culturelle, etc.
La complication du modèle qui s’ensuivait finissait par nous faire perdre l’économie
intellectuelle à laquelle nous étions parvenus. C’est alors que fut envisagée, plutôt qu’un
ancrage dans la diversité des disciplines scientifiques, la lecture philosophique que voici.
Si l’on s’en tient aux grands domaines devenus classiques de la philosophie moderne,
par exemple ceux retenus par Kant (raison pure ou logique, raison pratique ou éthique,
jugement de goût ou esthétique), on parvient à les associer sans trop de distorsion aux
trois types de notre modèle (Fig. 8). Le premier type, centré sur l’objet, est le champ
privilégié de l’esthétique. Le second type, centré sur les processus et les fonctions, est
le domaine de la logique, qu’il s’agisse d’épistémo-logie ou de méthodo-logie. Enfin,
dans la mesure où son centre d’intérêt est, d’une part les acteurs et leurs interrelations,
d’autre part les modes de vie des usagers, c’est tout naturellement l’éthique qui est
désignée pour rendre compte du troisième type26. Cette découverte constitue d’une
certaine manière, du moins dans un premier temps, une sorte de validation du modèle.
Dans la mesure en effet où tous les grands domaines de la philosophie (moderne) sont
sollicités, tant dans sa partie amont (champ de la conception) que dans sa partie aval
(champ de la réception), notre modèle peut être considéré comme complet, cohérent et
au moins aussi robuste que peut l’être cette philosophie. Bien évidemment, l’élégance
de ce modèle ne va pas sans quelques concessions. Ainsi, nous sommes bien
conscients que les limites des trois types ne sont pas aussi nettes que le suggère notre
représentation graphique et conceptuelle; par ailleurs, il peut y avoir chevauchement
d’un modèle donné sur deux types (p. ex. le design comme rhétorique).
Interprétation systémique/évolutionniste
L’interprétation philosophique précédente considère les trois types de notre modèle
typologique séparément. Elle ne postule pas a priori d’articulation logique entre les trois
types, pas plus que ne le font les philosophes modernes qui découpent le champ
philosophique en autant de « spécialités » relativement indépendantes28. Mais nous
avons vu que les trois types se déployaient de façon chronologique, qu’il apparaissaient
14
dans le temps l’un après l’autre sans pour autant disparaître complètement, notamment
dans la pratique. L’imprégnation darwiniste qui caractérise notre époque nous invite
presque instinctivement à lire dans cette chronologie une évolution, c’est-à-dire un sens.
C’est à une telle interprétation que se livre Broadbent (cf. notes 1 et 2) lorsqu’il propose
d’adopter le modèle évolutionniste complexe de Làszló pour rendre compte de la
succession des quatre générations de méthodes en design qu’il a tirées de ses
observations. D’autres auteurs se sont engagés sur cette voie également 29. C’est, si on
résume, par complexification progressive qu’ « émergent » des régimes systémiques
nouveaux dans le cours de l’évolution et ceci, selon Làszló repris par Broadbent, quel
que soit l’organisme ou l’entité systémique considérés (système biologique, social,
spirituel, culturel, matériel, etc.). Une telle lecture de notre modèle serait bien entendu
possible, mais nous ne croyons pas qu’elle soit appropriée. C’est tout d’abord
l’interprétation philosophique qui nous dicte ceci car cela reviendrait à considérer que de
la philosophie esthétique à la logique puis à l’éthique il y aurait complexification et
émergence, ce qui nous apparaît plus qu’acrobatique à penser. Nous ne voyons pas en
effet en quoi la complexité formelle des objets du design (forme, couleur, composition,
texture, facture, structure, etc.) serait moins complexe que celle des processus de
conception ou de la dynamique des acteurs.
L’autre chose qui nous détourne du déterminisme systémique et du matérialisme
qui le caractérise, c’est l’approfondissement phénoménologique du modèle. Ce que
décrit le modèle c’est le déploiement du penser humain ou encore de l’activité de l’esprit
humain sur le mode scientifique, ceci dans un domaine spécifique (le design). Les trois
types que fait apparaître notre modèle, rappelons-le, résultent de l’observation de textes,
non pas des pratiques du design dans le monde professionnel. Ces textes, rappelons-le
encore, exposent des modèles théoriques, soit normatifs (traités, méthodes), soit
descriptifs. Parmi ces derniers, quelques-uns sont empiriques, c’est-à-dire tirés d’une
observation des pratiques du design dans le monde professionnel. La plupart d’entre
eux cependant sont spéculatifs dans la mesure où les observations sur lesquelles ils se
basent n’ont pas fait l’objet du protocole expérimental rigoureux auquel toute recherche
empirique doit impérativement se conformer si elle espère obtenir quelque validité et
quelque audience. Mais même pour les travaux empiriques rigoureux (ou reconnus
comme tels par la communauté scientifique), les publications exposent rarement la
critique épistémologique consistant à justifier ou du moins à repérer les limites des
cadres théoriques (behaviorisme, cognitivisme, systémisme, interactionnisme
symbolique, etc.) utilisés pour encadrer la recherche et interpréter les résultats. Dans
tous les cas par conséquent (modèles normatifs, modèles descriptifs, modèles
empiriques), c’est avant tout encore l’esprit humain qui est à l’œuvre et ce sont des
inflexions ou des qualités particulières de cette activité que décrit notre modèle
typologique. Or postuler a priori que l’activité de l’esprit et ses règles d’évolution sont
soumises aux mêmes lois que celles de la matière sous prétexte qu’il s’agit après tout
toujours seulement de systèmes, ne nous apparaît ni nécessaire, ni juste.
.
Interprétation socio-critique
La sociologie des sciences et de la connaissance désigne le contexte social,
culturel, économique et politique comme instance principale déterminant l’évolution des
sciences et la succession des paradigmes. Ainsi, selon Habermas par exemple, ce sont
les « intérêts » motivant la connaissance scientifique qui détermineraient le cadre
15
épistémologique et méthodologique de la recherche scientifique30. Trois principales
catégories de recherche se disputent, selon lui, le champ scientifique: la recherche
technico-instrumentale à visée explicative et prédictive; la recherche historicoherméneutique à visée compréhensive et interprétative; la recherche auto-réflexive
critique à visée émancipatrice. La succession des trois types vers l’amont et vers l’aval
mise en évidence par notre modèle typologique pourrait s’interpréter, dans un tel cadre,
de la façon suivante : les trois catégories identifiées par Habermas constituent un champ
de force et d’influence dans lequel, selon les circonstances historiques, l’une ou l’autre
de ces forces devient prédominante. Une telle interprétation, pour séduisante qu’elle
soit, renvoie cependant au contexte historique, en l’occurrence le milieu du XXe siècle
pour la première et les années 1990 pour la seconde éclipse de l’objet, pour saisir le
moteur de l’évolution observée. Nous ne sommes guère plus avancés avec cette autre
interprétation externaliste. En effet invoquer ici encore un déterminisme externe pour
rendre compte de l’évolution de l’activité théorétique dans un contexte où, comme nous
l’avons vu, celle-ci jouit d’une assez grande liberté d’action, ne nous paraît pas légitime.
Nous préférons considérer le domaine de l’activité spirituelle humaine comme
phénoménologiquement spécifique, dans un premier temps du moins, et nous en tenir à
un point de vue internaliste.
C’est la raison pour laquelle nous nous replions sur l’interprétation philosophique, tout
en nous souvenant de la posture pragmatiste indiquée et justifiée en introduction.
Retour à l’interprétation philosophique : peut-on prédire l’évolution future
des théories du design ?
En dépit de leur intérêt potentiel, les interprétations esquissées ci-dessus ne nous
satisfont pas entièrement. Pourquoi ? Eh bien, parce qu’elles ne nous paraissent pas
appropriées pour féconder la pratique du design, donc pour encadrer la pédagogie du
projet. C’est pourquoi nous revenons à l’interprétation philosophique qui, remarquons-le,
ne se préoccupe pas en premier lieu de fournir une explication au phénomène observé.
Elle s’en tient plutôt à une attitude phénoménologique, se contentant de constater, avec
un souci d’économie cognitive, l’existence des trois types en amont et en aval de l’objet
puis leur succession dans le temps, laissant ainsi le soin aux acteurs en situation d’en
tirer les conséquences (pédagogiques ou professionnelles).
Si l’on souhaite pousser l’investigation phénoménologique, on pourra faire les
observations et remarques suivantes. Le champ des théories du design est coloré par
une forte tradition critique et polémique, surtout depuis la fin du XIXe siècle. C’est
pourquoi la plupart des modèles théoriques sont normatifs et doctrinaux, voire
politiques : ils prétendent indiquer ce qui doit advenir, ce qui est souhaitable, ou
nécessaire, ou indispensable. Ils se basent pour cela sur un diagnostic qui monte en
épingle les méfaits, dans la partie du monde concerné par le design, des modèles qui
les précèdent : laideur de l’environnement construit, accentuation des clivages sociaux,
dégradation de l’environnement, banalisation des expériences humaines, déséquilibre
de la balance économique, etc. Parmi les « thérapies » envisagées pour pallier ces
dégâts, celle qui consiste à remonter en amont des phénomènes (et qui s’est imposée
dans d’autres champs comme la médecine sociale et préventive, le travail social, la
criminologie, etc.) a bien entendu été envisagée en design également, de sorte que
nous trouvons tout « naturel » cette remontée depuis l’objet vers le processus qui lui a
16
donné naissance, puis vers les acteurs qui l’ont initié. Sans l’initiative de démarrer un
projet, pas de processus, encore moins de produit. De même, avant d’envisager un
produit, des besoins fonctionnels ou des expériences, il faut une présence humaine
engagée dans le monde, c’est-à-dire un mode de vie.
Ces considérations nous invitent bien évidemment à nous poser la question
suivante : peut-on prédire l’évolution future de notre modèle ? C’est sur cette question
que nous conclurons cette communication, en présentant deux scénarios qui, chacun à
sa manière, sont susceptibles de conduire à une pratique du design s’inscrivant dans le
cadre du développement durable :
1) En regard de la tradition philosophique moderne, notre modèle typologique
indique que nous avons « fait le tour » des trois grands domaines, qu’une boucle
est bouclée. La prochaine étape consisterait donc à reprendre l’exercice, à un
niveau « supérieur », maintenant que nous avons pris conscience de l’évolution
passée et des divers stades qui la caractérisent. Une nouvelle boucle serait ainsi
enclenchée, à la recherche d’une sorte de méta-esthétique. Plusieurs indices
nous invitent à considérer un tel scénario, parmi lesquels l’apparition d’un très
fort regain d’intérêt pour la philosophie esthétique depuis une dizaine d’années. Il
semble en effet se produire pour l’esthétique ce qui s’est produit pour l’éthique
dans les dernières décennies. Dans le champ du design en particulier, on assiste
d’une part à la levée du « tabou » imposé par les modernistes sur toute approche
esthétique autonome (une démarche fonctionnaliste rigoureuse n’offre pas de
« résidu » à la recherche formelle libre), d’autre part à une tentative de mettre fin
au détournement (hi-jack) de la philosophie esthétique au profit du seul milieu de
l’art (l’esthétique est une dimension anthropologique fondamentale qui s’exerce
en toute situation humaine, pas seulement dans les musées et les galeries d’art).
La méta-esthétique qui serait à venir engloberait les trois modalités (esthétique /
logique / éthique) identifiées dans notre modèle typologique pour instaurer l’acte
de design et l’acte d’usage en expériences humaines complètes et
« belles »(Fig. 9); complètes car elles intégreraient les trois registres
fondamentaux sous lesquels la philosophie moderne envisage le monde et sous
lesquels se décline l’anthropologie (l’affectif, le cognitif et le volitif ou conatif);
belles car pour que ces actes soient « réussis », il convient d’équilibrer les trois
forces correspondant à ces trois registres d’une façon harmonieuse, et ceci non
pas une fois pour toutes, mais dans chaque nouvelle situation31.
2) Le second scénario part de l’observation que la philosophie moderne (en bref,
depuis Galilée, Descartes et Bacon) s’est échafaudée en réaction à celle qui la
précédait et qui tenait la théologie pour la « philosophie première ». Le domaine
de la théologie, plus exactement de l’onto-théologie ou encore de la
métaphysique, a par conséquent été, soit complètement écarté, soit dilué ou
intégré dans les autres domaines par la tradition moderne. Dans le premier cas,
on a considéré qu’il ne relevait pas (ou plus) de la philosophie et de la science,
dans le second on a estimé que la question ontologique pouvait être confiée à la
raison scientifique. Il n’est donc pas étonnant que l’antimodernisme qui
caractérise pour l’essentiel la(les) visions(s) du monde postmoderne(s) ait permis
à l’onto-théologie de refaire son apparition sous une forme nouvelle et non sans
provoquer de débats. Si alors on complète le paysage philosophique de cette
manière, il est permis d’envisager l’apparition d’un quatrième type de modèles
théoriques dans notre modèle, ceux qui se poseront des questions plus
17
fondamentales encore que les modèles de nature éthique (Fig. 10). Parmi ces
questions figureraient par exemple les suivantes : L’expérience du projet est-elle
une expérience humaine fondamentale ? Quels sont les ressorts d’une initiative ?
Notre rapport au monde est-il uniquement un rapport d’usage ? Où l’esprit
humain puise-t-il sa créativité ? etc. Ce sont toutes des questions qui se
rapportent à l’anthropologie, à la genèse du monde artificiel (cosmologie et
cosmogénèse de l’artificiel) et à nos relations avec celui-ci, questions
fondamentales s’il en est. Il est un fait que cette radicalisation du questionnement
philosophique s’est déjà amorcée en design, sous l’influence d’auteurs comme
Heidegger, Gadamer, Derrida ou Ricoeur32.
Conclusion
Rappelons-nous notre question de départ : « Est-il possible d’extraire une figure, un
pattern ou un modèle du corpus foisonnant des théories du design, en particulier celles
proposées au cours du dernier siècle ? » Rappelons-nous aussi le projet pédagogique
qui nous animait en posant cette question : il s’agit de proposer aux futurs designers un
« outil cognitif » suffisamment compact pour féconder leur pratique professionnelle par
l’adoption systématique d’une posture réflexive et critique.
Nous croyons avoir répondu positivement à la question posée en dégageant un
modèle typologique qui met en évidence, dans un mouvement de remontée vers l’amont
et de descente vers l’aval, « l’éclipse » de l’objet comme centre d’intérêt des théories du
projet en design au profit : 1) d’abord des structures épistémologiques et
méthodologiques qui régissent respectivement l’acte de conception et l’acte d’usage; 2)
puis d’une écologie générale de ces actes centrée sur les acteurs qui en sont les
porteurs; 3) enfin, dans une vision prospective, soit d’une esthétique générale du projet
de design, soit d’un approfondissement ontologique de l’expérience de projet, tant du
point de vue des concepteurs (qu’est-ce qu’intervenir dans l’ordre du monde ?) que de
celui des usagers (anthropologie de l’usage du monde artificiel).
À la question « Comment interpréter le modèle typologique obtenu? », en d’autres
termes « Quel sens tout cela peut-il avoir pour le design? », nous avons tenté de
répondre en montrant que plusieurs interprétations du modèle étaient envisageables.
Restait à déterminer celle(s) qui serai(en)t la(les) plus appropriée(s) pour le projet qui
nous anime.
Ce projet n’est pas d’ordre théorique. Autrement dit, nous n’avions pas l’intention de
contribuer au corpus des théories du design par un nouveau modèle, même s’il nous est
possible de conclure de notre recherche qu’un modèle théorique du design ne saurait
être complet s’il n’inclut pas des considérations sur les acteurs, les processus qu’ils
mettent en œuvre, et les caractéristiques de l’objet - matériel ou non – qui en résulte,
ainsi que sur les conditions de réception de cet objet par le monde humain (usagers) et
non humain (écologie)33. Notre projet, nous l’avons dit, est pédagogique. Le modèle
typologique et son interprétation sont donc à évaluer selon leur capacité de fécondation
de la pratique du design; « fécondation » pouvant signifier ici : stimuler la créativité,
augmenter l’efficacité et l’efficience de la gestion du projet, enrichir la culture du design,
18
accroître la satisfaction personnelle des designers, contribuer au développement
durable, consolider la santé économique de l’entreprise, etc. Nous ne sommes pas en
mesure de fournir actuellement une telle évaluation (on imagine aisément la complexité
du protocole à construire), mais nous pouvons donner quelques indications concrètes
quant au mode d’emploi de l’outil.
La première chose que l’on découvre dans une mise en situation du modèle, c’est
que les trois postures philosophiques principales (esthétique, logique, éthique) ne sont
pas -dans un premier temps du moins- complémentaires, contrairement à ce qu’une
lecture superficielle de notre représentation graphique du modèle pourrait laisser croire.
Au contraire, elles tendent plutôt à s’exclure mutuellement. Expliquons-nous. Lorsque
nous parvient une commande de design et que nous nous livrons à la traduction de
cette commande en termes de design (p.ex. en cahier des charges design), c’est-à-dire
à la « problématisation » du problème, la problématique à laquelle on parvient ne sera
pas la même si l’on adopte la posture et l’anthropologie propres, respectivement, au
point de vue esthétique, logique ou éthique. Les différences sont parfois telles que l’on
croit avoir à faire à trois projets de design différents ! Chaque point de vue infléchit la
conduite du projet selon un mode ou un régime spécifique. Il est ainsi possible – et
souhaitable – d’interrompre à tout moment le travail de projet pour se demander en quel
régime on se trouve ou souhaite se trouver, et quelles en sont les conséquences. Pour
prendre un exemple, le concept de « wicked problem » est issu d’un cadre théorique
appartenant à notre type 2 (processus/logique); le concept de « wicked » a été forgé
pour rendre compte d’une propriété (épistémo)logique des problèmes de design qui
n’était pas saisissable par le cadre théorique alors dominant du « design comme
résolution de problème ». Si par contre on adopte le regard propre au troisième type de
notre modèle (acteurs/éthique), c’est à une insuffisance éthique (et non plus logique)
qu’on attribuera le caractère « wicked » des problèmes, ce qui débouchera
vraisemblablement sur un diagnostic bien différent. Voilà en quoi peut consister la
réflexivité-en-action telle que la rend possible notre modèle typologique.
L’interprétation philosophique du modèle, nous l’avons déjà souligné, s’avère à cet
égard bien plus féconde que les autres interprétations possibles (sémiologique,
systémique/évolutionniste, socio-critique). Est-elle pour autant scientifiquement plus
rigoureuse ? La question mérite bien entendu d’être posée, mais encore une fois, c’est
la pertinence plutôt que la rigueur que nous visions avant tout. C’est ce qui explique sans pour autant l’excuser- le schématisme du modèle, qu’on tiendra peut-être pour trop
rudimentaire. Pour être pédant, on pourrait évoquer le lieu commun du « work in
progress » pour justifier ses insuffisances apparentes, si celles-ci n’étaient délibérées
(nous le voulions « compact »). Ce serait négliger sa vertu épistémologique et
praxéologique et surtout oublier qu’en situation de design, un concept seulement
esquissé ou ébauché suffit pour enclencher un projet, et que ce n’est précisément qu’en
s’avançant ainsi dans le projet qu’on précisera progressivement les contours encore
flous du concept. Voilà qui devrait suffire à assurer, dans le langage de la culture du
design, la cohérence épistémologique et méthodologique de notre recherche.
19
.
Notes
1
Broadbent J., « Generations in design methodologies », in Durling D. & Shackelton J. (dir.), Common Ground : Design
Research Society International Conference 2002, Staffordshire Univ. Press, 2002, 173-89, repris dans The Design
Journal, VI, 1, 2004, 2-13.
2
Broadbent J., « Design and evolution », manuscrit non publié, n.d., 11 p.
3
C’est ce cadre épistémologique qui explique également un phénomène dont se plaignent de nombreuses professions
comme la médecine, le droit ou l’éducation : les résultats de la recherche scientifique dans ces disciplines parviennent
difficilement à « percoler » vers les praticiens, donc à modifier les pratiques pour les améliorer.
4
Les fondements épistémologiques et méthodologiques de la recherche-projet sont exposés et justifiés dans Findeli, A.,
« La recherche en design. Questions épistémologiques et méthodologiques », Intern. J. of Design and Innovation
Research, I, 1, juin 98, 3-12, et « La recherche-projet : une méthode pour la recherche en design », communic. au
premier Symposium de recherche sur le design du Swiss Design Network, Bâle, 13-14 mai 2004, 21 p. (publication en
cours).
5
L’expression est de Françoise Choay à qui l’on doit de nombreux commentaires éclairés du texte d’Alberti, ainsi que,
en collaboration avec P. Caye, une toute nouvelle traduction : Leon-Battista Alberti, L’art d’édifier, Paris, Seuil, 2004.
6
Les textes constituent le patrimoine commun de notre communauté scientifique. Ils proviennent des publications des
précurseurs comme le Bauhaus, le New Bauhaus / Institute of Design, la Hochschule für Gestaltung; des premiers
traités (étatsuniens) de pratique professionnelle; des divers manifestes programmatiques et politiques; des traités plus
« scientifiques »des pionniers (Morris, Archer, Alexander, Rittel, Jones, Simon, etc.); des précieux ouvrages de
synthèse et d’anthologie de Cross; enfin des publications récentes dans les revues savantes (Design Studies, Design
Issues, The Design Journal, etc.).
7
Ainsi en est-il du dernier modèle en date (à notre connaissance) : « Design as disclosure » proposé par Sidney Newton
dans Design Studies, XXV, 1, Jan. 2004, 93-109.
8
Le terme allemand de Kunstwissenschaft est encore plus explicite à cet égard, car il traduit bien la tentative de rendre
l’esthétique scientifique (Wissenschaft).
9
Nous ne saurions en quelques lignes rendre compte de tous les aspects qui ont fait la nouveauté de la pensée de
Simon. Parmi ses exégètes, Jean-Louis LeMoigne est incontestablement le plus enthousiaste et le plus prolifique. Voir
par exemple « Sur la capacité de la raison à discerner : rationalité substantive et rationalité procédurale d’Aristote à
H.A. Simon, par Descartes et Vico » in Gérard-Varet L.-A. et Passeron J.-Cl., Le modèle et l’enquête, Paris, Éd. de
l’EHESS, 1995, 245-78. (Nous remercions Philippe Gauthier de nous avoir communiqué cette précieuse référence).
10
Bousbaci R., Les modèles théoriques de l’architecture : de l’exaltation du faire à la réhabilitation de l’agir dans le bâtir,
thèse de Ph.D., Faculté de l’aménagement, Université de Montréal, déc. 2002, 232 p.
11
Findeli A., « Architecture et techno-éthique. Contribution à une éthique de l’architecture » in Pelletier L. & Pérez-Gómez
A., Architecture, éthique et technologie / Ethics and Technology, Montréal, McGill Queen’s, 1994, 163-88. La même
approche a été utilisée pour le colloque international « Prométhée éclairé »organisé à l’Université de Montréal en 1991
et pour la série de quatre numéros de la revue Informel qui lui a été consacrée : «Prométhée éclairé. Ethique,
technique et responsabilité professionnelle en design», III, 2; IV, 1 et 2; V, 1, 1990-1992.
12
Canto-Sperber M. et Ogien R., La philosophie morale, Paris, PUF, 2004, p. 52.
13
Kant E., Métaphysique des mœurs I. Fondation. Introduction, (tr. de A. Renaut), Paris, Flammarion, 1994.
14
La prolifération, depuis trois décennies, de nombreux champs d’éthique appliquée (bioéthique, éthique de
l’environnement, éthique des affaires, éthique des médias, etc.) constitue le signe le plus évident de l’insuffisance des
codes de déontologie professionnelle.
15
Voir notamment Schön D., « Vers une épistémologie de la profession face à la crise du savoir professionnel », in
Thomas A. et Ploman E. W. (dir.) Savoir et développement : une perspective mondiale, Toronto, OISE Press, 1986.
16
Voir à ce sujet les deux sections intitulées respectivement « Le renouveau de la philosophie de l’action » et
« Réhabilitation de la philosophie pratique » dans Tosel A. (dir.), Les logiques de l’agir dans la modernité, Paris, Les
Belles Lettres, 1992.
17
Aristote, Métaphysique, E, 1, 1025b, 20-25.
18
Aristote, Éthique à Nicomaque, I, 1, 1094a, 1-5 (souligné par nous).
19
La poièsis constitue le caractère propre des modèles théoriques du design qui sont centrés sur l’objet (l’artefact).
20
Le thème de la vie heureuse ou du bonheur est central dans l’éthique d’Aristote ; il est synonyme du Bien. Voir
notamment à ce sujet le chapitre 10 du Livre I de l’Éthique à Nicomaque intitulé : « Mode d’acquisition du bonheur : il
n’est pas l’œuvre de la fortune, mais le résultat d’une perfection ».
21
C’est cette visée de la vie heureuse que Ricœur appelle « la visée éthique » et qu’il définit comme « la visée de la vie
bonne avec et pour autrui […]. » (Ricœur P., Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990, p. 202). Dans la visée
20
éthique, ce sont donc le registre des acteurs (soi-même et autrui) et celui des modes de vie qui arrivent en premier
dans la pensée réflexive que constitue la praxis.
22
Aristote, Éthique à Nicomaque, VI, 5, 1140a, 25-30 (souligné par nous).
23
Schön D., « Designing as reflective conversation with the materials of a design situation », Knowledge-Based Systems
Journal, Vol. 5, No 1, 1992, p. 3-14.
24
Ce qui est désigné ici par la “charnière” correspond, dans le langage de la topologie -qui, soit dit en passant, permet de
decrire de façon appropriée divers aspects d’un projet de design- à un point de rebroussement à partir duquel le
processus devient quasi-irréversible et change radicalement de régime: il passe du régime de conception au régime de
réception (ou d’appropriation et d’usage). Notons que cette distinction commode est davantage conceptuelle que
chronologique. Sa version chrono-logique (d’abord la conception puis l’usage) n’est plus appropriée pour des situations
récentes comme le design de services et le codesign, ainsi que pour ces objets jamais achevés que sont les logiciels
(et, hélas, les automobiles et appareils faisant l’objet d’un rappel pour défaut de conception majeur !).
25
Il va de soi que ce terme désigne ici l’anthropologie dite « philosophique », à savoir la partie de la philosophie qui
s’intéresse aux diverses conceptions de l’être humain, et non pas celle des départements d’anthropologie des
universités, plus occupés par des questions d’anthropologie physique ou, dans les meilleurs des cas, d’anthropologie
culturelle.
26
Dans le contexte du développement durable, la question des modes de vie devient particulièrement critique. À
l’acception d’éthique comme ethos (attitude, conduite de vie) ou comme mœurs (le premier sens de « morale »),
s’ajoute alors l’acception plus morale (au sens normatif) de l’éthique.
27
Baudrillard J., Le système des objets, Paris, Denoël-Gonthier, 1968; La société de consommation, Paris, Gallimard,
1970; Pour une critique de l’économie politique du signe, Paris, Gallimard, 1972.
28
Les philosophes de l’antiquité grecque et latine, pour qui la philosophie devait avant tout être une pratique, c’est-à-dire
être « située » et « engagée » dans l’existence et non demeurer l’exercice spéculatif qu’elle est devenue aujourd’hui, il
existait une hiérarchie entre les divers domaines. Leur étude, en particulier, devait être abordée dans une séquence
bien déterminée (anthropo)logiquement, la séquence préconisée pouvant varier selon les auteurs. Pour tous ces
aspects, on consultera avec grand profit (pour le design) les ouvrages que le philosophe Pierre Hadot leur a consacrés.
29
Par exemple Artigiani R., « Scientific Revolution and the Evolution of Consciousness », World Futures, XXV, 1988,
237-81. On trouvera dans Broadbent (note 1) d’autres exemples significatifs.
30
Habermas J., Connaissance et intérêt, Paris, Gallimard, 1976 [1968]. Une interprétation du modèle de Habermas dans
le champ théorique du design est pésentée par Jímenez Narvaez L.M., « Design’s Own Knowledge », Design Issues,
XVI, 1, Spring 2000, 36-51.
31
Cette méta-esthétique ou esthétique générale de l’acte de design et de l’acte d’usage ne serait donc pas une « théorie
de l’action », mais un horizon pour ces actes. Ricoeur tient pour « mortelle » et « dangereuse » l’idée qu’il puisse y
avoir une science de la praxis humaine : « Peu d’idées sont aujourd’hui plus salubres et plus libérantes que l’idée qu’il
y a une raison pratique, mais non une science de la pratique ». Du texte à l’action, Paris, Seuil, 1986, 250.
32
Outre le cas déjà cité en note 7, on peut mentionner ici, de Willis et Fry, les textes sur le «design ontologique» et leur
programme scientifique pour les Design and Philosophy Papers, ainsi que, pour la réflexion anthropologique, Bodack
K.D., « Wie beurteile ich Architektur- und Designqualität ?», Mensch +Architektur, 41, avril 03, 2-15.
33
La théorie du projet la plus riche à notre connaissance est celle que Jean-Pierre Boutinet s’applique à construire depuis
e
une quinzaine d’années : Anthropologie du projet, Paris, PVF, 8 édition, 2003 [1990]; Psychologie des conduites à
e
projet, Paris, PUF, 4 édition, 2003 [1993]; et le dernier ouvrage en date, Vers une société des agendas, Paris, PUF,
2004. Voir aussi, sous sa direction : Rops, Le projet, un défi nécessaire face à une société sans projet, Paris,
L’Harmattan, 1992.
21
Liste des illustrations
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
L’éclipse de l’objet en amont du projet. Modèle typologique
(Kandinsky)
(Klee)
(Schlemmer)
(Moholy-Nagy)
Organigramme de la méthode cybernétique d’après Abraham Moles
L’éclipse de l’objet en aval et en amont du projet. Modèle typologique
Interprétation philosophique du modèle typologique
Scénario d’une esthétique générale du projet de design
Scénario d’évolution du modèle typologique en amont et en aval
22
23
24
25
26
27
28
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising