Ligne directrice : protection des machines et de l`équipement

Ligne directrice : protection des machines et de l`équipement
C’EST L’AFFAIRE
DE TOUS
Ligne directrice :
protection des machines
et de l’équipement
Decembre 2010
Ligne directrice :
protection des machines
et de l’équipement
Division de la sécurité et de
l’hygiène du travail
401, avenue York, bureau 200
Winnipeg (Manitoba)
R3C 0P8
Decembre 2010
La Province du Manitoba tient à remercier WorkSafe BC de lui avoir permis de reprendre
des parties et des illustrations tirées de l’édition de 2006 de l’ouvrage intitulé Safeguarding
Machinery and Equipment: General Requirements.
Table des matières
Introduction ...........................................................................................................1
À qui s’adresse ce guide? .................................................................................................................................... 1
Consultation de ce guide ..................................................................................................................................... 2
Protection et verrouillage..................................................................................................................................... 3
Terminologie employée ........................................................................................................................................ 3
Application du Règlement du Manitoba 217/2006 et des normes pertinentes........................................... 4
Ressources offertes sur le Web ........................................................................................................................... 4
1 Reconnaissance du danger ............................................................................. 7
Dangers associés aux machines et à l’équipement ........................................................................................ 7
Dangers mécaniques........................................................................................................................................ 7
Comment reconnaître les dangers mécaniques ...................................................................................... 7
Principaux éléments mécaniques d’une machine................................................................................... 7
Dangers pour la santé ....................................................................................................................................10
Autres dangers ................................................................................................................................................11
2 Évaluation du risque ....................................................................................... 15
Qu’est-ce que le risque?...................................................................................................................................... 15
Évaluation du risque ........................................................................................................................................... 15
Hiérarchie des mesures de contrôle ........................................................................................................... 18
3 Conception des dispositifs de protection et critères de sélection ............ 21
Qu’est-ce qu’un dispositif de protection? ........................................................................................................ 21
Classification des dispositifs de protection .................................................................................................... 21
Protecteurs....................................................................................................................................................... 21
Dispositifs de sécurité ................................................................................................................................... 22
Solution de rechange ..................................................................................................................................... 23
Formation, supervision et procédés ............................................................................................................ 23
Équipement de protection individuelle...................................................................................................... 23
Protecteurs ........................................................................................................................................................... 24
Types de protecteurs ..................................................................................................................................... 24
Exigences liées à la conception et au rendement des protecteurs ........................................................ 25
Protecteurs et enceintes de courroie de transmission : ouvertures maximales permises ........... 26
Protecteurs de points de fonctionnement (d’alimentation) : ouvertures maximales permises .... 27
Protecteurs fixes de maintien à distance (enceinte périphérique) .................................................... 28
Dispositifs de sécurité ........................................................................................................................................ 30
Types de dispositif de sécurité .................................................................................................................... 30
Exigences liées à la conception et au rendement des commandes et des déclenchements à deux
mains ......................................................................................................................................................... 33
Exigences liées à la conception et au rendement des capteurs de présence ....................................... 35
Mode de fonctionnement .......................................................................................................................... 35
Capteurs photoélectriques – rideaux de lumière ................................................................................. 36
Table des matires
i
Tapis de sécurité à capteur de pression ................................................................................................. 37
Exigences liées à la conception et au rendement des protecteurs à interverrouillage ...................... 37
Mode de fonctionnement ........................................................................................................................ 37
Portillon ....................................................................................................................................................... 39
Dispositifs d’arrêt d’urgence sensibles à la pression ............................................................................... 40
Mode de fonctionnement .......................................................................................................................... 41
Dispositifs d’arrêt d’urgence à câble ....................................................................................................... 41
Écrans de protection et barrières d’avertissement ................................................................................... 41
Mode de fonctionnement .......................................................................................................................... 42
Arrêts d’urgence ............................................................................................................................................. 42
Mode de fonctionnement .......................................................................................................................... 42
Choix du dispositif de protection approprié .................................................................................................. 43
4 Utilisations courantes des dispositifs de protection .................................. 51
Protecteurs de courroie de transmission ........................................................................................................ 51
Protecteur d’entraînement à courroie en V ou commandé par chaîne ................................................ 51
Protection d’arbre de prise de force .......................................................................................................... 52
Protecteur d’arbre tournant et de raccord ................................................................................................. 52
Convoyeurs ......................................................................................................................................................... 53
Convoyeurs à courroie .................................................................................................................................. 53
Convoyeurs à vis ............................................................................................................................................ 54
Règles de sécurité pour les convoyeurs ..................................................................................................... 55
Rouleaux d’alimentation..................................................................................................................................... 56
Protection des rouleaux d’alimentation en général.................................................................................. 56
Critères relatifs à la conception des protecteurs de rouleaux alimentés à la main ........................... 56
Machines travaillant le métal............................................................................................................................ 58
Presses à découper......................................................................................................................................... 58
Types de presse à découper .................................................................................................................... 58
Formes de protection ................................................................................................................................. 59
Presses à plier ................................................................................................................................................. 60
Types de presse à plier ............................................................................................................................. 60
Formes de protection ..................................................................................................................................61
Cisailles (tôle) ................................................................................................................................................ 62
Formes de protection ................................................................................................................................. 63
Critères de conception des protecteurs de cisaille d’une capacité maximale de 12 mm (½ po) ... 64
Critères de conception des protecteurs de cisaille d’une capacité supérieure à 12 mm (½ po) .... 64
Cisailles-poinçonneuses ................................................................................................................................ 64
Rouleaux à profiler le métal alimentés à la main .................................................................................. 65
Autres machines à profiler le métal ........................................................................................................... 65
Meules ................................................................................................................................................................... 66
Rangement et maniement appropriés des meules ................................................................................... 66
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
ii
Critères de conception des gardes protecteurs de meule ....................................................................... 67
Règles de sécurité se rapportant aux mesures d’établi et aux meuleuses sur socle .......................... 67
Machines à travailler le bois ............................................................................................................................. 68
Risques d’accident et dangers pour la santé ............................................................................................. 69
Risques d’accident ...................................................................................................................................... 69
Dangers pour la santé ............................................................................................................................... 69
Dangers au point de fonctionnement ..................................................................................................... 69
Effet de rebond ........................................................................................................................................... 70
Couteaux projetés ....................................................................................................................................... 70
Mesures préventives ...................................................................................................................................... 71
Mesures d’ingénierie (protecteurs).......................................................................................................... 71
Mesures administratives (pratiques de travail sécuritaires) ............................................................. 71
Équipement de protection individuelle.................................................................................................. 71
Dispositifs de protection habituels des machines à travailler le bois .................................................. 72
Scie circulaire à table................................................................................................................................. 72
Scie radiale ...................................................................................................................................................74
Scie à ruban .................................................................................................................................................76
Dégauchisseuse .......................................................................................................................................... 78
Façonneuse .................................................................................................................................................. 80
Robots industriels et systèmes robotiques ...................................................................................................... 81
Annexes ................................................................................................................83
Annexe
Annexe
Annexe
Annexe
Annexe
Table des matires
1
2
3
4
5
–
–
–
–
–
Entretien et réparations ................................................................................................................ 85
Équipement de protection individuelle ..................................................................................... 89
Évaluation du risque que présente une machine .................................................................... 91
Liste de vérification des protecteurs .......................................................................................... 93
Renvois aux normes ...................................................................................................................... 95
iii
Introduction
Introduction
Pendant qu’il règle un convoyeur à bande, un mécanicien d’entretien
industriel est entraîné vers la tête non protégée d’un autre convoyeur et
meurt écrasé. En mettant des feuilles en caoutchouc dans une cisaille à
guillotine, un jeune travailleur perd ses deux mains lorsque la machine
change de cycle soudainement. Un empileur de bois d’œuvre en train de
nettoyer une trieuse de planche (table de triage) meurt étranglé lorsque
ses vêtements se prennent dans un engrenage apparent au bout d’un arbre
tournant à vitesse lente.
Les accidents liés
aux machines et
à l’équipement
non protégés sont
souvent la cause
de blessures,
d’amputations ou de
décès.
Ces trois exemples de blessure grave ou de décès causé par des machines
et de l’équipement peu ou pas protégés peuvent survenir dans tout lieu de
travail où de l’équipement à moteur est utilisé.
Chaque année, des contacts physiques avec des machines et de
l’équipement à moteur sont à l’origine d’un nombre important de blessures
qui affectent la vie, comme des amputations ou un défigurement, ou qui
causent la mort d’un travailleur. La plupart de ces accidents peuvent être
évités au moyen d’une protection efficace, de procédures de verrouillage,
d’une surveillance et d’une formation.
Pourquoi la protection est-elle importante? Parce qu’il est impossible de
prévoir ce que les gens feront à proximité de machines à moteur, et ce,
peu importe leur niveau d’expérience ou de formation. Une protection
efficace pare aux erreurs humaines et au manque de jugement ainsi qu’aux
contacts accidentels avec des parties en mouvement d’une machine.
À qui s’adresse ce guide?
Ce guide s’adresse à toute personne qui possède, utilise, répare ou vend
des machines et de l’équipement à moteur.
s Les employeurs y trouveront des renseignements qui les aideront à
se conformer à la Loi sur la sécurité et l’hygiène du travail (W210) et au
Règlement sur la sécurité et la santé au travail (RM217/2006). Le guide les
aidera aussi à exercer toute la diligence raisonnable en maintenant un
milieu de travail sécuritaire.
s Les superviseurs y trouveront des renseignements qui les aideront
à évaluer les risques que leurs travailleurs se blessent en entrant en
contact avec des machines et de l’équipement, de même qu’à évaluer
les solutions pour assurer leur protection qui répondent aux besoins
concurrentiels en matière de sécurité, de production et d’assurance de
la qualité.
s Les travailleurs seront plus sensibilisés aux dangers liés au
Introduction
1
fonctionnement et à l’entretien de l’équipement ainsi qu’à la protection
à laquelle ils sont en droit de s’attendre.
s Les fournisseurs constateront que leurs machines et leur équipement
doivent être conformes au Règlement du Manitoba 217/2006. Ils y
trouveront facilement un choix de mesures à prendre pour remplir
leurs obligations.
Ce guide sera aussi utile au personnel qui s’occupe de l’évaluation du
risque, de l’entretien et de la gestion du fonctionnement, aux comités de la
sécurité et de la santé et aux spécialistes de la sécurité.
Consultation de ce guide
Le présent guide fournit des renseignements généraux pouvant servir aux
employeurs en vue de trouver des solutions pour assurer la protection à
proximité de leurs machines et de leur équipement. Il ne s’agit toutefois
pas d’un « mode d’emploi » en matière de protection. Chaque situation
doit être évaluée selon ses propres mérites et les principes généraux décrits
ici devraient s’appliquer. Ce guide ne fournit pas non plus de solutions
toutes faites et les employeurs sont toujours tenus de consulter les normes
pertinentes et les recommandations du fabricant lorsqu’ils sont aux prises
avec des problèmes techniques complexes en matière de protection.
Points à retenir :
s Dans le présent guide, le mot « doit » indique qu’il est question d’une
exigence particulière se trouvant dans le Règlement sur la sécurité et
la santé au travail (RM217/2006) ou d’une norme en particulier. Les
exigences relatives à la protection des machines se trouvent dans la
Partie 16 du Règlement sur la sécurité et la santé au travail (RM217/2006),
intitulée Machines, outils et robots, qui fait référence à la norme de
l’Association canadienne de normalisation CSA Z432, Protection des
machines.
s Le mot « devrait » indique que l’adoption d’un plan d’action en
particulier, même s’il n’est pas précisé dans le Règlement sur la sécurité
et la santé au travail (RM217/2006), va améliorer la sécurité au travail.
s Dans le Règlement sur la sécurité et la santé au travail (RM217/2006), le
mot « travailleur » comprend les superviseurs, les gestionnaires et les
travailleurs.
s Les renseignements fournis dans ce manuel sont d’application générale
et ne visent pas à remplacer le contenu des normes.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
2
Protection et verrouillage
Il est important de faire la distinction entre protection et verrouillage.
La protection est le premier moyen de défense pour assurer la sécurité
des travailleurs qui veillent au fonctionnement des machines et de
l’équipement à moteur. Le verrouillage protège les travailleurs lorsque
les machines ou l’équipement sont arrêtés à des fins d’entretien (y
compris pour les réparer ou dégager des blocages). Dans tous les cas, une
formation et une supervision sont essentielles pour assurer la sécurité des
travailleurs à proximité des machines.
Le verrouillage permet de s’assurer qu’une machine, un outil, un tuyau ou
un autre équipement ne puisse être actionné ou commencer à transmettre
de l’énergie quand vient le temps d’assurer son entretien, de le réparer,
de le régler ou de le mettre au point. Pour en savoir plus long sur les
exigences concernant le verrouillage, se reporter à l’annexe 1 – Entretien et
réparations.
Terminologie employée
Les termes relatifs à la protection semblent, de prime abord,
interchangeables, sauf qu’ils ont tous une signification précise dans le
domaine de la sécurité des machines et de l’équipement.
Par dispositifs de protection on entend un certain nombre de mesures
efficaces visant à empêcher les travailleurs de se blesser en entrant en
contact avec des parties en mouvement d’une machine ou en étant exposés
à d’autres conditions difficiles. Les protecteurs, les dispositifs de sécurité,
les masques, les barrières de sécurité, les panneaux de mise en garde ou
d’autres moyens appropriés utilisés seuls ou avec d’autres en sont des
exemples.
Le terme protecteur désigne un type de dispositif de protection en
particulier. Les protecteurs sont des barrières matérielles ou des couvercles
conçus, construits et installés sur des parties en mouvement de machines
afin d’empêcher d’entrer en contact avec elles. C’est le moyen le plus
simple de protéger les travailleurs qui n’ont pas besoin d’accéder aux
parties en mouvement d’une machine, comme des courroies et des chaînes
de transmission, dans l’exécution de leurs tâches. Les protecteurs sont des
dispositifs fiables et peu coûteux, qui nécessitent peu d’entretien s’ils sont
bien conçus et installés.
Les dispositifs de sécurité comprennent un certain nombre de solutions
de rechange aux protecteurs, comme des protecteurs à interverrouillage,
Introduction
3
Les exigences
relatives à la
protection des
machines et de
l’équipement à
moteur sont décrites
à la Partie 16 du
Règlement sur la
sécurité et la santé au
travail (RM217/2006),
intitulée Machines,
outils et robots.
des commandes à deux mains et des capteurs de présence électroniques
comme des rideaux de lumière et des tapis sensibles à la pression. Ces
solutions sont plus complexes et techniques, mais elles sont conçues pour
assurer une protection pendant le fonctionnement normal des machines,
notamment quand des matériaux sont introduits dans une machine en vue
de leur transformation.
Les chapitres 3 et 4 du présent guide fournissent des détails à propos des
caractéristiques, des avantages, des limites et du choix des protecteurs et
des dispositifs de sécurité.
Application du Règlement sur la sécurité et la santé
au travail (RM 217/2006) et des normes pertinentes
Les exigences relatives à la protection des machines et de l’équipement
à moteur se trouvent dans le Règlement sur la sécurité et la santé au travail
(RM217/2006), Partie 16, Machines, outils et robots. Les exigences générales
de la Partie 16 s’appliquent en tout temps, même en présence d’un code ou
d’une norme se rapportant à un engin ou à un dispositif en particulier.
Diverses organisations de normalisation en Amérique du Nord, en
Europe et ailleurs dans le monde ont rédigé des normes se rapportant
à pratiquement tous les types de machines à moteur. Ces publications
constituent d’excellentes sources pour déterminer comment protéger des
types d’équipement en particulier qui ne sont pas mentionnés dans le
Règlement sur la sécurité et la santé au travail (RM217/2006). L’annexe 5
du présent guide dresse la liste des normes dont il est question dans le
Règlement sur la sécurité et la santé au travail (RM217/2006).
Ressources offertes sur le Web
Le site gov.mb.ca/labour/safety comprend des liens vers d’autres
ressources en ligne liées à la sécurité au travail. Des liens menant à
d’autres sites Web contenant des renseignements à propos de la protection
des machines sont également fournis.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
4
1
Reconnaissance
du danger
Reconnaissance du danger
Dangers associés aux machines et à l’équipement
Les dangers créés par les machines et par l’équipement peuvent être
mécaniques et non mécaniques.
Dangers mécaniques
Comment reconnaître les dangers mécaniques
Une bonne façon de reconnaître les dangers mécaniques est d’observer
comment les parties en mouvement d’une machine fonctionnent et
comment les parties du corps d’un travailleur risquent d’entrer en contact
avec ces parties en mouvement.
En général, les parties des machines peuvent bouger de trois façons : elles
peuvent pivoter, elles peuvent glisser ou elles peuvent rompre, fragmenter
et (ou) éjecter.
s Les pièces tournantes simples, comme les arbres ou les raccords,
présentent un risque d’accrochage ou d’enchevêtrement. Si deux pièces
ou plus pivotent ensemble, comme des rouleaux d’alimentation, des
courroies en V et des poulies d’entraînement, cela a pour effet de créer
des points de coincement (voir Figures 1.1 et 1.2).
s Les pièces qui glissent ou les pièces à mouvement alternatif, comme les
matrices des presses à découper, créent des dangers de cisaillement ou
d’écrasement.
s Les parties susceptibles de se rompre ou de se fragmenter, comme les
meules, peuvent causer des lésions par impact.
Les Figures 1.1 à 1.5 illustrent les dangers mécaniques courants
susceptibles d’endommager les vêtements ou de causer des blessures aux
mains, aux côtes, au cuir chevelu et, parfois, au corps au complet à la suite
d’un contact avec des parties en mouvement d’une machine non protégées.
Les illustrations montrent les cas types et non pas toutes les possibilités.
Certaines parties
en mouvement
de machines et
d’équipement peuvent
mettre la vie d’un
travailleur en danger
de plus d’une façon.
Par exemple, une
meule peut exploser
et causer des
lésions par impact.
Une écorchure
mineure peut
aussi se produire
lorsque la main d’un
travailleur accroche
accidentellement la
meule.
Principaux éléments mécaniques d’une machine
La
s
s
s
plupart des machines comptent trois principaux éléments :
une source d’énergie (souvent un moteur électrique);
une transmission qui transfère l’énergie en mouvement;
un outillage.
Les dangers associés à ces éléments concernent généralement ce qui suit :
s Parties de la transmission. Il s’agit des parties en mouvement de la
transmission, habituellement des courroies, des poulies, des chaînes,
des roues dentées, des engrenages, des arbres et des raccords. Bon
nombre des parties en mouvement illustrées dans les Figures 1.1 et 1.2
sont des parties de la transmission.
Reconnaissance du danger
7
Les types d’éléments
mécaniques et de
transmissions illustrés
dans les Figures 1.1
à 1.5 se retrouvent
couramment dans la
plupart des centres
industriels. Ils sont à
l’origine d’un nombre
important d’accidents
de travail graves.
s Point de fonctionnement. C’est là où l’outillage de la machine se trouve
et où le travail est effectué. Le terme « point d’alimentation » est
parfois utilisé pour décrire la zone de travail de la machine.
Point d’accrochage
Point d’accrochage
A
B
Figure 1.1. Pièces tournantes simples présentant un danger d’accrochage ou de coincement.
(A) Danger d’accrochage aux boulons à collerettes qui dépassent des raccords tournants.
(B) Danger d’accrochage à la rainure et à la vis de pression qui dépassent de l’arbre tournant.
Point de
coincement
Point de
coincement
Point de coincement
B
A
Point de
coincement
Point de
coincement
C
D
Figure 1.2. Pièces tournantes multiples présentant un point de coincement par attraction. (A) Courroie en
V et poulie d’entraînement : une source commune de points de coincement par attraction sur les machines
industrielles à moteur. (B) Entraînement commandé par chaîne type. (C) Engrenages exposés types. (D)
Rouleaux d’alimentation types.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
8
Point de
coincement
Point de
coincement
Dire
c tion
du p
Point de
coincement par
attraction
arco
ur s d
e cou
r roie
A
B
Figure 1.3. Combinaison de pièces tournantes, coulissantes et à mouvement alternatif, qui créent deux risques
de coincement par attraction. (A) Crémaillère et engrenage à pignon. (B) Rouleau de convoyeur à bande.
A
B
C
D
Cisaillement
Écrasement
Figure 1.4. Glissement et pivotement créant un danger d’être heurté ou écrasé.
(A) Table de fraiseuse coulissante heurtant un travailleur à l’abdomen.
(B) Table de fraiseuse coulissante écrasant un travailleur contre un mur.
(C) Travailleur heurté par un bras robotisé.
(D) Table élévatrice présentant un danger d’écrasement et de cisaillement..
Reconnaissance du danger
9
A
B
Figure 1.5. Dangers liés aux fragments et aux projectiles
(A) Fragments d’une meule qui explose. (B) Projectile d’une cloueuse pneumatique.
Dangers pour la santé
Les travailleurs qui assurent le fonctionnement et l’entretien des machines
peuvent subir d’autres effets indésirables que des blessures physiques
causées par des parties en mouvement. Ils peuvent être exposés à des
dangers par inhalation, ingestion, contact avec la peau ou absorption par
la peau. Par exemple, sans dispositif de protection, mesures de contrôle
et équipement de protection individuelle, un travailleur risque de souffrir
d’une maladie professionnelle due à l’exposition :
s à des produits chimiques toxiques ou corrosifs qui peuvent irriter,
brûler ou passer à travers la peau;
s à des substances dangereuses en suspension dans l’air qui peuvent
être inhalées, comme des vapeurs d’huile, des fumées métalliques, des
solvants et de la poussière;
s à la chaleur, au bruit et aux vibrations;
s à un rayonnement ionisant comme les rayons X et les rayons gamma;
s à un rayonnement non ionisant comme les rayons ultraviolets (UV),
l’énergie des fréquences radio et les lasers;
s à la contamination et aux déchets biologiques;
s à des blessures des tissus mous (par exemple, aux mains, aux bras, aux
épaules, au dos ou au cou) dues à des mouvements répétitifs, à des
mauvaises postures, à des levées de poids prolongées et à la pression
exercée.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
10
Autres dangers
Certains dangers sont associés à autre chose que les parties en
mouvement :
s glissades et chutes en étant sur une machine ou à proximité pendant
l’entretien;
s équipement instable non protégé qui pourrait tomber;
s incendie ou explosion;
s blessures par injection de fluide ou de gaz sous haute pression;
s électrocution due à des éléments électriques défectueux ou non mis à
la terre.
Les machines doivent être protégées pour mettre les travailleurs à l’abri de ces
dangers non mécaniques ainsi que des dangers mécaniques plus évidents.
Il arrive parfois qu’un dispositif de protection utilisé afin d’éliminer ou
de réduire au minimum un danger mécanique puisse être modifié afin
de réduire aussi au minimum un danger non mécanique. En voici des
exemples :
s un protecteur conçu pour empêcher l’accès à des parties en mouvement
peut aussi absorber le bruit;
s des écrans de soudeur conçus pour protéger contre les éblouissements
peuvent aussi assurer une protection contre les projections de soudure
et les brûlures;
s les protecteurs entourant les meules peuvent aussi être utilisés comme
couvercles de la ventilation aspirante locale.
Reconnaissance du danger
11
2
Évaluation du risque
Évaluation du risque
Qu’est-ce que le risque?
Le risque est une échelle de mesure du degré de gravité d’une source de
préoccupation en matière de sécurité, qui tient compte de divers facteurs.
Les deux facteurs les plus importants sont les suivants :
s Quelles sont les probabilités qu’un accident se produise?
s Si un accident se produit, quel serait le degré de gravité de la blessure?
Le premier facteur est une mesure de la probabilité. Le second est une
mesure de la gravité.
Le niveau de risque est établi en fonction de ces deux facteurs. Si
la probabilité qu’un travailleur entre en contact avec des parties en
mouvement d’une machine est mince, mais qu’il est certain qu’il perdra
un bras si cela arrive, le niveau de risque est considéré comme élevé. Mais
si la probabilité de se blesser en entrant en contact avec des parties en
mouvement d’une machine est faible, et que la blessure probable n’est
qu’une écorchure, le niveau de risque est considéré comme très faible. Si
on est pratiquement certain de se blesser en entrant en contact avec une
machine et que les blessures probables sont très graves, le niveau de risque
est considéré comme extrêmement élevé.
Évaluation du risque
Pour évaluer de façon réaliste les risques liés à une machine et à
l’équipement connexe, il est nécessaire de comprendre comment les parties
en mouvement d’une machine peuvent blesser un travailleur. Le chapitre
1 du présent guide, qui porte sur la reconnaissance du danger, fournit des
renseignements à ce sujet.
L’évaluation du risque doit être effectuée par l’opérateur, le personnel
d’entretien, le superviseur et le comité de la sécurité et de la santé
au travail ou le délégué à la sécurité et à la santé des travailleurs. Le
fabricant, les fournisseurs des dispositifs de protection et les spécialistes de
la sécurité devraient également être consultés. Chaque intervenant perçoit
une machine sous un angle différent, ce qui rend sa contribution valable.
Il ne faut jamais
poser la question
« Comment un
travailleur réagirait?
» Dans une situation
donnée, avec la
pression liée à la
production, nous ne
pouvons pas vraiment
prévoir comment une
personne réagirait.
La question qui se
pose est plutôt «
Que pouvons-nous
faire? ». En général,
si une personne
s’approche d’une
source de danger,
des dispositifs
de protection
supplémentaires
s’imposent.
Les opérateurs
courent le plus grand
risque de blessure
lorsqu’ils alimentent à
la main une machine
non protégée
actionnée par une
pédale.
La collecte des renseignements nécessaires à une bonne évaluation
du risque pourrait nécessiter des observations répétées, surtout pour
déterminer ce qu’un travailleur fait lorsque le rythme de production
habituel est interrompu. La durée pendant laquelle une pièce d’équipement
est en service sans causer de blessure ne constitue pas une façon d’établir
son niveau de sécurité.
valuation du risque
15
Certains facteurs importants augmentent la probabilité d’entrer en
contact avec des parties en mouvement non protégées d’une machine qui
présentent un danger :
s manque de familiarité avec une machine;
s alimentation manuelle d’une machine actionnée par une pédale;
s dégagement d’une machine à la suite d’un blocage ou d’un problème
d’alimentation;
s ennui et travail répétitif;
s accès fréquent aux zones de danger d’une machine pendant son
installation et sa mise au point;
s manque de formation et d’expérience de l’opérateur;
s vitesse des cycles de la machine.
Il existe un certain nombre de modèles d’évaluation du risque posé
par les machines. Certains sont de nature très technique (évaluations
quantitatives du risque), d’autres sont davantage fondées sur l’observation
(évaluations qualitatives du risque). Le modèle illustré à la Figure 2.1 est
une forme simplifiée des deux approches (un formulaire vierge se trouve à
l’annexe 1 du présent guide).
L’objet principal d’une évaluation du risque est d’établir quelle machine devrait
avoir la priorité et quelles parties de cette machine devraient être protégées en
premier.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
16
Évaluation du risque que présente une machine
Nom de l’entreprise
ABC Food Processors Ltd.
Date de l’évaluation
10 mars 2005
Nom de la machine
Ligne d’emballage intégrée
Fonction de la machine
Ensacher
Nom de l’évaluateur
1. Raj Nagal (superviseur)
2. Bill Knight (entretien)
3. Lindsay Hall (opératrice)
Établir et décrire tout mouvement ou
Décrire la blessure la plus grave qui pourrait
condition de la machine qui risque d’exposer raisonnablement se produire liée à chaque danger.
des parties du corps d’un travailleur à un
S’orienter à l’aide des descriptions suivantes :
danger (p. ex., arbres tournants, points de
Blessure fatale
coincement par attraction, pièces de cisaillement, Blessure majeure (normalement irréversible :
pièces à mouvement alternatif, mouvements
blessure permanente, lésions à la moelle épinière,
d’un poinçon, danger d’impact, projection
perte de la vue, amputation, écrasement, trouble
de fragments, surfaces abrasives, risques
respiratoire)
électriques, fluides chauds ou toxiques, vapeurs, Blessure grave (normalement réversible :
émissions, radiation). Fournir une description
évanouissement, brûlures, fractures)
détaillée.
Blessure mineure (contusions, coupures,
écorchures légères)
1. Point de pincement près du cylindre Contusions mineures aux doigts
avant du convoyeur d’entrée
2. Risque d’écrasement entre les bras de Amputation de doigts ou écrasement des mains
pliage de l’ensacheuse et le cadre de
la machine
3. Chaleur extrême de la table de sortie Brûlures aux mains
et de la courroie qui chauffe la
pellicule
Contusions aux doigts
4. Unité d’entraînement à courroie en
sangle du convoyeur de sortie sans
protection — Accès limité requis
Gravité de
la blessure
estimée :
Mineure = 1
Grave = 5
Majeure = 7
Fatale = 10
Probabilité
de blessure
estimée :
(voir Note 1) :
Peu probable
=1
Possible = 5
Probable = 7
Certaine = 10
Niveau de
risque estimé
Niveau de
risque estimé
(voir Note 2) :
Gravité estimée
× Probabilité
estimée
1
5
5
7
7
49
5
5
25
1
5
5
Nota – La collecte de ces renseignements peut nécessiter des observations répétées, surtout pour déterminer ce qu’un travailleur fait lorsque le rythme de
production habituel est interrompu.
Protection recommandée pour éliminer le risque ou le réduire à un niveau acceptable (voir Note 3)
1. Réaligner le convoyeur afin d’éliminer le point de pincement.
3. Abaisser la hotte de captage de la ventilation
aspirante de quelques po pour bloquer l’accès à cette
source de danger. Coller un décalque d’avertissement
près de la source de chaleur.
2. Concevoir et installer une barrière de sécurité avec interverrouillage
par-dessus les bras de pliage; l’opérateur peut ainsi faire des
rajustements mineurs sans avoir à verrouiller.
4. Prolonger les ailes de côté afin de bloquer l’accès à
l’entraînement de la roue de chaîne.
Note 1. Les facteurs ci-dessous sont à considérer pour estimer la probabilité d’une blessure :
vitesse des cycles de la machine;
alimentation manuelle d’une machine activée par
une pédale;
formation et expérience de l’opérateur;
facteur d’ennui (répétition);
série de blocages et de problèmes d’alimentation nécessitant l’accès fréquent aux zones de
danger de la machine;
blessures antérieures avec la machine ou des machines de ce genre.
Note 2. Se servir du niveau de risque estimé pour fixer les priorités dans la mise en œuvre des mesures de protection. Plus le niveau de risque estimé est
élevé, plus il est urgent d’adopter des solutions pour assurer la protection.
Note 3. Toujours respecter la hiérarchie des mesures de contrôle, et ce, peu importe le niveau de risque perçu.
Figure 2.1. Exemple d’évaluation du risque que représente une machine, avec une hiérarchie des mesures de contrôle à adopter.
valuation du risque
17
Hiérarchie des mesures de contrôle
Quand vient le temps de choisir un ou divers dispositifs de protection, il faut toujours respecter la
hiérarchie illustrée ci dessous. Le choix d’un dispositif de protection moins efficace ne se fait que lorsque
le choix de la solution la plus efficace s’avère irréalisable.
Par exemple, on peut éliminer le besoin d’alimenter manuellement une machine en installant un dispositif
d’alimentation automatisé. Sinon, l’installation d’un protecteur fixe autour du point d’alimentation peut
être une solution pratique si le matériau utilisé est une feuille de tôle. Si le matériau est plus volumineux,
l’accès au point de fonctionnement peut être contrôlé à l’aide de commandes à deux mains ou d’un rideau
de lumière (capteur de présence).
Hiérarchie des mesures de contrôle
1. Élimination ou substitution
Éliminer l’interaction humaine dans le processus
Éliminer les points de pincement
Automatiser la manutentio
2. Mesures d’ingénierie (technologie des
dispositifs de protection)
Arrêts immédiats par voie mécanique
Protecteurs
Protecteurs à interverrouillage
Capteurs de présence
Commandes à deux mains
3. Sensibilisation
Lumières, phares, stroboscopes
Avertissements par ordinateur (à
Avertisseurs
Klaxons et sirènes
Panneaux et étiquettes de
Plus efficace
¾
l’aide d’un contrôleur à logique
programmable)
Limites d’un espace restreint peintes
sur le plancher
¾
¾
4. Formation et procédés (contrôles
administratifs)
Procédés sécuritaires au travail
Inspections de l’équipement de
mise en garde
Formation
Verrouillage
sécurité
5. Équipement de protection individuelle
Moins efficace
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
Lunettes de protection
Visières de protection
Protecteurs d’oreilles
Gants
Appareils respiratoires
18
3
Conception des
dispositifs de
protection et critères de
sélection
Conception des dispositifs de protection et critères de sélection
Qu’est-ce qu’un dispositif de protection?
Un dispositif de protection est une solution ou un ensemble de solutions
qui élimine ou réduit le risque d’exposition à des parties en mouvement
dangereuses d’une machine ou à d’autres conditions difficiles. Les
dispositifs de protection comprennent les protecteurs fixes (les plus
efficaces) et les dispositifs de sécurité, ainsi que les procédés sécuritaires
au travail et l’équipement de protection individuelle (les moins efficaces).
(Voir la hiérarchie des mesures de contrôle à la page 18.) Une évaluation
du risque détaillée permet d’établir quels sont les dispositifs de protection
les plus efficaces
Classification des dispositifs de protection
Il existe six grands moyens d’assurer la protection des machines et de
l’équipement :
s les protecteurs;
s les dispositifs de sécurité;
s l’emplacement;
s les formes de sensibilisation;
s la formation et les procédés;
s l’équipement de protection individuelle.
Protecteurs
S’ils sont bien conçus et installés, les protecteurs constituent le dispositif
de protection le plus efficace. Les protecteurs fixes demeurent la
mesure d’ingénierie de choix pour empêcher les travailleurs d’entrer
en contact avec des parties en mouvement dangereuses d’une machine
ou pour contenir des fluides ou des projectiles qui risquent de blesser,
en particulier lorsque l’accès n’est pas habituellement requis lorsque la
machine fonctionne. Les protecteurs fixes doivent être fixés solidement à au
moins une attache et ne pouvoir être enlevés qu’à l’aide d’un outil.
Lorsqu’un protecteur doit être enlevé pour permettre à un travailleur
d’accéder à un point de fonctionnement ou à un point d’alimentation
pendant le travail de production habituel, le protecteur doit être muni
d’un dispositif d’interverrouillage de manière à ce que le système de
commande soit désactivé jusqu’à ce que le protecteur soit remis en place
et que le système de commande soit réinitialisé. Certains protecteurs
s’ajustent de façon à permettre à des matériaux d’épaisseur variable
d’alimenter une machine. Il existe aussi des protecteurs d’un type spécial
qui recouvrent l’outillage ou qui sont placés autour des matrices d’une
machine.
Conception des dispositifs de protection et critères de sélection
Une exigence
s’appliquant à tous
les protecteurs
est de bloquer
physiquement l’accès
autour, au dessus
et en dessous de
la zone de danger,
ou en passant à
travers le protecteur.
Les protecteurs
qui ne sont pas
interverrouillés
avec un système de
commande doivent
être fixés solidement
à au moins une
attache et ne pouvoir
être enlevés qu’à
l’aide d’un outil.
21
Un choix judicieux
de dispositifs
de sécurité peut
assurer un niveau de
protection élevé aux
travailleurs pendant la
production habituelle.
Cependant, ces
dispositifs ne
remplacent pas
le verrouillage
quand vient le
temps de dégager
les obstructions et
d’effectuer l’entretien.
Une exigence concernant tous les protecteurs est de bloquer
physiquement l’accès autour, au dessus et en dessous de la zone de
danger, ou en passant à travers le protecteur.
Dispositifs de sécurité
Un accès aux points d’alimentation et d’éjection des parties formées est
souvent requis pendant le fonctionnement normal d’une machine, ce qui
peut rendre pratiquement impossible l’utilisation d’un protecteur fixe
ou même d’un protecteur à interverrouillage. Heureusement, un certain
nombre de dispositifs de sécurité permettent d’assurer un niveau élevé de
protection aux travailleurs.
Ces dispositifs requièrent normalement l’adoption d’une ou de plusieurs
des mesures suivantes :
s Obliger l’opérateur à enlever ses mains ou son corps au complet
de la zone de danger avant que la machine n’amorce un cycle.
Les commandes à deux mains et les barrières de sécurité avec
interverrouillage fonctionnent de cette façon.
s Stopper la machine si l’opérateur ou un autre travailleur entre dans
la zone de danger pendant que la machine poursuit son cycle. Des
capteurs de présence, comme des rideaux de lumière, des dispositifs
photoélectriques et des tapis sensibles à la pression, fonctionnent de
cette façon. L’efficacité de ces dispositifs repose sur un système de
freinage très fiable et sur un système de surveillance connexe.
s Empêcher physiquement l’opérateur d’atteindre la zone de danger
de la machine en tout temps. On peut y parvenir à l’aide d’un
dispositif de retenue comme une ceinture de sécurité et un cordon
d’assujettissement.
s Actionner par inadvertance un dispositif d’arrêt d’urgence si le corps
ou une partie du corps d’un travailleur s’approche d’une zone de
danger ou y entre. L’arceau de sécurité ou le barrage placé devant
la chaîne à taquets d’une ébouteuse, la barrière de sécurité en cas
d’urgence à l’avant des rouleaux d’alimentation par attraction d’une
calandre et le fil interrupteur d’urgence d’un convoyeur en sont des
exemples.
s Limiter le mouvement de la machine ou le faire passer à un
niveau ou à une vitesse recommandé. Par exemple, on peut régler
le fonctionnement de la machine à un mode différent (« mode
fractionné », « mode par à coups », « mode mise au point »), activé
par des boutons de commande spéciaux (presses à imprimer), limiter
le mouvement des matrices à 6 mm (¼ po) ou moins avant que
le matériau ne puisse être inséré dans les matrices ou utiliser un
dispositif antirépétitif qui empêche une machine de changer de cycle.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
22
s Placer le travailleur à un endroit sûr avant de démarrer la machine.
Exemples : pédale rattachée au plancher à une distance sûre de la
machine, activateur d’un appareil de radiographie situé dans une pièce
isolée.
s Obliger l’opérateur à maintenir le tableau de commande activé pour
que la machine continue de fonctionner (« fonctionnement en mode
Homme présent »).
s Amorcer ou cesser une opération dangereuse en suivant une séquence
prescrite à l’aide d’une série de clés et de verrous (« système de clé
prisonnière).
Tous les dispositifs de sécurité devraient être inspectés ponctuellement
par une personne compétente dûment qualifiée et par l’opérateur de la
machine conformément à la liste de contrôle qu’il doit suivre avant de
démarrage de la machine.
Tous les dispositifs de sécurité doivent être conçus, construits, installés,
utilisés et maintenus conformément à la norme CSA Z432, intitulée
Protection des machines.
Solution de rechange
Il n’est pas toujours pratique de se protéger de certains des dangers
associés à une machine en recourant aux méthodes décrites ci dessus.
En pareil cas, un dispositif ou un mécanisme de rechange ou une
modification des procédés sécuritaires au travail peut être nécessaire pour
protéger la sécurité et la santé des travailleurs. Mais avant de recourir à
un autre mécanisme, dispositif ou procédé, il faut s’assurer qu’il protégera
autant, sinon davantage, le travailleur qu’un dispositif de sécurité
(conformément au paragraphe 16.5(1) du Règlement sur la sécurité et la santé
au travail).
Formation, supervision et procédés
Connus également sous le nom de contrôles administratifs, la formation,
la supervision et les procédés se retrouvent en bas de la hiérarchie des
mesures de contrôle, car leur efficacité dépend de facteurs humains comme
une formation et une supervision adéquates.
Équipement de protection individuelle
Personal protective equipment may have to be used even when other
machine hazards are effectively safeguarded. In some cases, such as
operating a powered forging hammer, the only protection available to the
operator, besides training and safe work procedures, may be eye and face
protection, hearing protection, and hand protection.
Conception des dispositifs de protection et critères de sélection
23
Protecteurs
Types de protecteur
Les Figures 3.1 à 3.3 fournissent des exemples de protecteurs types.
Le protecteur encoffre la
courroie et les poulies d’une
unité de transmission
Ne s’ouvre qu’à
l’aide d’un outil
Moteur
d’entraînement
Des boulons
fixent le
protecteur au
sol
Figure 3.1. Protecteur fixe d’une unité de transmission.
Protecteur
du volant
Protège-lame
Protecteur
du volant
A
B
Figure 3.2. Protecteurs réglables. (A) Protecteur réglable d’une scie à ruban. (B) Protecteur réglable du dispositif
d’alimentation d’une presse.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
24
Protecteur de
lame
autorétractable
Matériau
Figure 3.3. Protège-lame de scie circulaire à main, un exemple de protecteur autoréglable (autorétractable). Les
protecteurs conçus pour les droitiers peuvent parfois causer des problèmes aux gauchers. Un gaucher a souvent
de la difficulté à manœuvrer une scie circulaire à main.
Exigences liées à la conception et au rendement des protecteurs
Les protecteurs demeurent le moyen de protection privilégié lorsque l’accès
à une machine n’est pas requis pendant son fonctionnement normal.
Les protecteurs fixes doivent :
s empêcher l’accès à la zone de danger de toutes parts (PAPA : pardessus, autour, par en dessous, à travers);
s éviter de créer de nouveaux points de pincement ou dangers;
s contenir en toute sécurité les parties brisées (p. ex., courroies et
chaînes);
s être fixés solidement à au moins une attache et ne s’enlever qu’à
l’aide d’un outil, à moins qu’ils ne soient munis d’un dispositif
d’interverrouillage avec le système de commande de la machine;
s permettre le graissage et des réglages mineurs en toute sécurité.
Conception des dispositifs de protection et critères de sélection
PAPA –
Les protecteurs
fixes doivent être
conçus de manière à
empêcher l’accès aux
zones de danger :
Par dessus
Autour
Par en dessous
À travers
25
Les protecteurs fixes devraient :
s permettre de bien voir les points d’alimentation;
s résister à l’usure normale;
s permettre d’assurer la production normale et de répondre aux besoins
en matière de qualité;
s être difficiles à modifier ou à briser.
Protecteurs et enceintes de courroie de transmission : ouvertures
maximales permises
Les protecteurs de courroie de transmission sont habituellement en treillis
métallique, en métal déployé ou en métal perforé. Les mailles ou les grilles
doivent être installées en laissant suffisamment d’espace pour empêcher
toute personne de passer par les ouvertures et d’entrer en contact avec le
point dangereux. On y parvient en maintenant une distance de sécurité
entre le protecteur et les parties en mouvement dangereuses.
On peut juger de l’efficacité d’un protecteur à l’aide d’un test d’atteinte
du point dangereux à travers une des ouvertures du protecteur, effectué
lorsque la machine est verrouillée et hors tension. Le lien entre la dimension
d’une ouverture de grille et la distance jusqu’au point dangereux est illustré
à la Figure 3.4.
Bout du doigt
b
Doigt
Main jusqu’à la paume
a
b
b
b
Bras jusqu’à l’aisselle
a
a
a
Si a mesure entre 4 et 8 mm
b doit mesurer au
Si a mesure entre 8 et 12 mm
b doit mesurer au
Si a mesure entre 12 et 20 mm
b doit mesurer au
Si a mesure entre 20 et 30 mm
b doit mesurer au
Si a mesure entre 30 et 150 mm
b doit mesurer au
a = dimension verticale d’une ouverture du protecteur
b = distance à partir du point dangereux le plus proche à l’intérieur du protecteur
Figure 3.4. Lien entre la dimension d’une ouverture de grille de protection et la distance jusqu’au point dangereux.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
26
Protecteurs de point de fonctionnement (d’alimentation) :
ouvertures maximales permises
Les protecteurs de point de fonctionnement (ou protecteurs de point
d’alimentation) viennent souvent avec des pièces horizontales qui
permettent à l’opérateur d’insérer des matériaux plats dans la machine. La
Figure 3.5 indique comment les ouvertures entre les pièces horizontales du
protecteur diminuent à mesure que les doigts du travailleur se rapprochent
du point de pincement.
L’équipement d’alimentation manuelle présente habituellement le risque
de blessure le plus élevé. Les protecteurs de point d’alimentation doivent
donc être conçus avec le plus grand soin pour s’assurer que les mains du
travailleur n’atteignent pas le point dangereux. Le Tableau 3.1 et la Figure
3.5 indiquent les marges de manœuvre requises pour un protecteur de
point d’alimentation d’une machine munie d’un orifice d’alimentation à
fentes horizontales.
Tableau 3.1. Ouvertures permissibles maximales au point de fonctionnement basées sur la distance par rapport au danger.
Dimensions de l’ouverture de la barrière (plus petite
dimension)
Distance minimale par rapport au danger
mm
6,1 – 11,0
11,1 – 16,0
16,1 – 32,0
32,1 – 49,0
49,1 – 132,0
Slotted opening
2 po)
!2 po)
2
2 po)
!
in
4–a
a–s
s – 14
14 – 2
2–5
Square opening
s po)
2 po)
2 po)
!
132
(5.0)
Dimensions de l’ouverture de la
barrière — plus petite
dimension en mm (po)
16
(0.625)
Ouverture
49
(1.875)
32
(1.25)
11 (0.375)
6 (0.250)
64
(2.5)
13
(0.5)
89
(3.5)
166
(6.5)
Danger
44.5
(17.5)
91.5
(36.0)
Distance par rapport au danger en mm (po)
Fentes
Figure 3.5. Représentation visuelle du Tableau 3.1.
Conception des dispositifs de protection et critères de sélection
27
Protecteurs fixes de maintien à distance (enceinte périphérique)
Dans les situations présentant un risque peu élevé ou moyen, un protecteur
fixe de maintien à distance (enceinte périphérique) peut être utilisé comme
moyen efficace d’empêcher efficacement un travailleur d’entrer en contact avec
des parties en mouvement dangereuses d’une machine. Dans la mesure du
possible, le protecteur fixe de maintien à distance (enceinte périphérique)
devrait faire au moins 1,8 mètre (6 pieds) de haut. Si cette solution n’est pas
pratique, la distance entre le protecteur et le point dangereux doit respecter ce
qui est indiqué à la Figure 3.6 et au Tableau 3.2. Par exemple, si la hauteur de la
zone de danger (A) est de 1 400 mm (55 po) et que sa distance horizontale (C) à
partir de la barrière de protection proposée est de 1 000 mm (40 po), la hauteur
de la barrière de protection (B) doit être d’au moins 1 120 mm (44 po).
Point dangereux
Figure 3.6. Facteurs à considérer en concevant une barrière de protection: A = hauteur de la zone de danger,
B = hauteur de la barrière de protection, C = distance horizontale jusqu’à la zone de danger.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
28
Tableau 3.2. Hauteurs recommandées des barrières de protection basées sur la distance jusqu’à la zone de danger.
Hauteur de la barrière fixe ou de la structure de protection (B), * mm (po)
Hauteur de la zone
de danger (A), mm
(po)
1000
(40)
1120
(44)
1400
(55)
1600
(63)
1800
(71)
2000
(78)
2200
(86)
2400
(94)
2500
(98)
Distance horizontale jusqu’à la zone de danger (C), mm (po)
2 500
(98)
–
–
–
–
–
–
–
–
–
2 400
(94)
100
(4)
100
(4)
100
(4)
100
(4)
100
(4)
100
(4)
100
(4)
100
(4)
–
2 200
(86)
600
(24)
600
(24)
500
(20)
500
(20)
400
(16)
350
(14)
250
(10)
–
–
2 000
(78)
1 100
(43)
900
(36)
700
(28)
600
(24)
500
(20)
350
(14)
–
–
–
1 800
(71)
1 100
(43)
1 000
(40)
900
(36)
900
(36)
600
(24)
–
–
–
–
1 600
(63)
1 300
(51)
1 000
(40)
900
(36)
900
(36)
500
(20)
–
–
–
–
1 400
(55)
1 300
(51)
1 000
(40)
900
(36)
500
(20)
100
(4)
–
–
–
–
1 200
(48)
1 400
(55)
1 000
(40)
900
(36)
500
(20)
–
–
–
–
–
1 000
(40)
1 400
(55)
1 000
(40)
900
(36)
300
(20)
–
–
–
–
–
800
(32)
1 300
(51)
900
(36)
600
(24)
–
–
–
–
–
–
600
(24)
1 200
(48)
500
(20)
–
–
–
–
–
–
–
400
(16)
1 200
(48)
300
(12)
–
–
–
–
–
–
–
200
(8)
1 100
(43)
200
(8)
–
–
–
–
–
–
–
0
(0)
1 100
(43)
200
(8)
–
–
–
–
–
–
–
Remarque – Les barrières ne sont pas à toute épreuve et ne peuvent empêcher une personne qui a l’intention
d’accéder à une zone de danger de le faire. Par conséquent, plus l’intention d’atteindre une partie dangereuse
augmente (p. ex., en montant sur une chaise, sur une échelle ou sur la barrière même), plus la protection assurée
par la barrière diminue. L’installation d’un protecteur enveloppant pourrait devenir alors une bonne solution.
Conception des dispositifs de protection et critères de sélection
29
Dispositifs de sécurité
Types de dispositif de sécurité
Les Figures 3.7 à 3.12 fournissent des exemples de types de dispositif de
sécurité.
Two-hand
Leviers de control
commande
leversà
deux mains
Bouton de
commande
Bouton de
commande
A
B
Figure 3.7. Commandes à deux mains. (A) Commandes à deux mains – presse. La presse ne fonctionnera pas
tant que les deux boutons de commande ne seront pas activés l’un à la suite de l’autre à l’aide des deux mains
à l’intérieur d’une période donnée. (B) Leviers de commande à deux mains – guillotine à papier. La cisaille
n’amorcera pas son cycle tant que les deux leviers ne seront pas activés l’un à la suite de l’autre, ce qui requiert
l’utilisation des deux mains à l’intérieur d’une période donnée.
Light
curtain
Light
curtain
A
B
Figure 3.8. Rideau de lumière ou dispositif photoélectrique similaire. (A) Rideau de lumière – presse à plier.
Le fonctionnement habituel de la presse est assuré à l’aide d’une pédale. La presse s’arrête dès que les mains
atteignent la zone protégée par un faisceau lumineux. (B) Rideau de lumière – cellule de production robotisée.
Le robot est désactivé si une personne traverse l’entrée protégée par un rideau de lumière.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
30
Interrupteur
de verrouillage
Actionneur
Figure 3.9. Protecteur à interverrouillage. La porte sécurisée par un interverrouillage doit être fermée pour que
la machine puisse démarrer.
Lanières en
nylon de
longueur
déterminée
rattachées aux
poignets de
l’opérateur.
Figure 3.10. Dispositif de retenue (peu usité). Opérateur de presse à plier utilisant un dispositif de retenue fixe.
Les mains de l’opérateur ne peuvent atteindre la zone de danger, dont l’accès n’est possible qu’en utilisant des
outils manuels.
Conception des dispositifs de protection et critères de sélection
31
Barre de
protection
Barre de
protection
Figure 3.11. Barrière de sécurité en cas d’urgence d’une calandre à la hauteur du ventre. L’opératrice ne
peut atteindre les rouleaux d’alimentation par attraction sans activer automatiquement le dispositif d’arrêt
d’urgence de la machine.
Tapis de sécurité à
capteur de
pression
Figure 3.12. Tapis de sécurité à capteur de pression protégeant l’accès à une machine. Chaque fois que
l’opérateur ou toute autre personne met les pieds sur le tapis, cela déclenche un arrêt d’urgence.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
32
Exigences liées à la conception et au rendement des commandes et
des déclenchements à deux mains
Il existe deux types de commandes bimanuelles :
s Les commandes à deux mains exigent de l’opérateur qu’il active
simultanément les deux commandes (boutons, leviers, senseurs) et
qu’il les maintienne engagées pendant toute la durée de la partie
dangereuse du cycle de la machine. S’il cesse d’appuyer sur les
commandes, la machine s’arrête ou revient en haut de course (position
assurant l’ouverture des matrices). Ce type de fonctionnement est
appelé embrayage à révolution partielle ou embrayage à friction. On
le retrouve communément dans les embrayages freins à commande
électro-pneumatique et dans les machines à alimentation hydraulique
comme les presses à plier.
s Les déclenchements à deux mains exigent de l’opérateur qu’il active
simultanément les deux commandes pour lancer le cycle de la
machine, sauf que le cycle ne s’interrompt pas lorsqu’il cesse d’appuyer
sur les commandes. Ce type de fonctionnement est appelé embrayage à
révolution complète ou embrayage mécanique.
Les commandes et les déclenchements à deux mains doivent être conçus et
installés de la manière suivante :
s Chaque commande doit être protégée contre un déclenchement
accidentel. On y parvient habituellement en entourant les boutons de
commande d’un « anneau de protection ».
Conception des dispositifs de protection et critères de sélection
33
s Les commandes doivent être séparées l’une de l’autre ou nécessiter
l’emploi simultané des deux mains pour les activer (devrait empêcher
les déclenchements accidentels par la main et le coude).
s Les deux mains doivent être libérées avant qu’un nouveau cycle
ne puisse être déclenché (fonction antirépétition ou antiarrimage).
Si l’opérateur peut actionner la machine en maintenant une des
commandes enfoncée d’une quelconque manière (p. ex., ruban adhésif,
élastique, cale, etc.), c’est que la commande à deux mains n’est pas bien
conçue ou construite.
s Les commandes doivent se trouver à une distance de sécurité du
danger le plus proche, de façon à ce que l’opérateur ne puisse
l’atteindre avec sa main ou une autre partie du corps avant que tous
les mouvements dangereux du cycle de la machine n’aient cessé. Cette
distance de sécurité est calculée à l’aide d’une mesure mondialement
reconnue appelée constante de vitesse de la main. Cette constante
correspond à la vitesse qu’une personne moyenne prend pour atteindre
le point de fonctionnement d’une machine afin d’y prendre un objet ou
d’y apporter des correctifs et s’établit à 1 600 mm (63 po) par seconde.
Par exemple, la distance de sécurité d’une commande à deux mains d’une
machine qui s’arrête complètement une seconde après qu’on eut lâché les
boutons de commande serait de 1 600 mm (63 po) à partir du point de
fonctionnement le plus proche. Dans le cas d’une machine qui s’arrête en
une demi-seconde, la distance de sécurité serait de 826 mm ( 32 ½ po). Si
la machine s’arrête en un quart de seconde, elle serait de 413 mm (16 ¼
po), etc.
Pour établir le temps précis qu’il faut pour mettre fin au cycle d’une
machine, il faut un équipement de mesure spécialisé. Le temps de réponse
des composantes d’un système de commande (soupapes, freins à friction,
etc.), ainsi que l’effort de freinage réel, sont tous des éléments servant à
déterminer le temps d’arrêt réel. Pour en savoir plus, consulter la norme
CSA Z432, intitulée Protection des machines.
Lorsqu’un déclenchement à deux mains est utilisé pour protéger une
presse à embrayage mécanique, le nombre de points d’engagement sur
un volant aura un effet sur le calcul du temps d’arrêt. Pour en savoir
plus, consulter la norme CSA Z142, intitulée Règles de sécurité et d’hygiène
applicables aux presses à découper et à plier.
AVERTISSEMENT! À elles seules, les commandes à deux mains ne fournissent
pas nécessairement une protection suffisante. Des protecteurs supplémentaires
peuvent être requis pour protéger les travailleurs autres que l’opérateur.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
34
Exigences liées à la conception et au rendement des capteurs de présence
Capteur de proximité – cellule de
production robotisée
Rideau de lumière –
presse à plier
Tapis de sécurité –
machine à estamper
Mode de fonctionnement
Contrairement aux protecteurs et aux commandes à deux mains, les
capteurs de présence n’empêchent pas l’accès à un point de fonctionnement
dangereux. Cependant, ils empêchent les mouvements dangereux d’une
machine lorsqu’une partie du corps d’un travailleur se trouve dans la
zone de danger après l’amorce d’un cycle de la machine. Il s’agit d’une
bonne forme de protection si un accès fréquent est requis pour charger des
pièces et faire des mises au point pendant le fonctionnement normal d’une
machine lorsque les autres formes de protection sont trop restrictives.
Ces dispositifs de sécurité empêchent les mouvements dangereux, tout en
permettant un accès non restreint en captant la présence de l’opérateur et
en transmettant un signal d’arrêt. Les rideaux de lumière, les capteurs de
proximité et les tapis de sécurité en sont des exemples.
Conception des dispositifs de protection et critères de sélection
35
Bon nombre de facteurs techniques, comme la fiabilité des commandes de
la machine et la distance de sécurité, influencent le choix et l’emplacement
des rideaux de lumière, des capteurs de proximité et des tapis de sécurité.
Pour en savoir plus, consulter les normes indiquées ci dessous dont il est
question dans le Règlement sur la sécurité et la santé au travail.
(RM217/2006) :
s norme CSA Z432, intitulée Protection des machines;
s norme CSA Z142, intitulée Règles de sécurité et d’hygiène applicables aux
presses à découper et à plier;
s norme CSA Z434, intitulée Robots industriels et systèmes robotiques :
Exigences générales de sécurité;
s norme CSA Z460, intitulée Maîtrise des énergies dangereuses : Cadenassage
et autres méthodes;
s norme CSA Z114 – M1977, intitulée Safety Code for the Woodworking
Industry.
Il y a quatre limites importantes à considérer au moment de choisir ces
dispositifs de protection :
s les capteurs de présence n’assurent pas nécessairement à eux
seuls une protection suffisante, ce qui fait que des protecteurs
supplémentaires pourraient être requis pour protéger les travailleurs
autres que l’opérateur;
s les capteurs de présence ne doivent jamais être utilisés pour
protéger une machine munie d’un embrayage à révolution complète;
s on ne devrait jamais chercher à installer un capteur de présence
tant que les exigences des normes pertinentes n’auront pas été
examinées;
s les capteurs de présence ne seront utilisés que pendant le travail
de production habituel. Ils ne constituent pas une solution de
rechange au verrouillage!
Capteurs photoélectriques – rideaux de lumière
Ces dispositifs émettent un « rideau » de lumière infrarouge inoffensive
devant la zone de danger. S’il y a un blocage, le circuit de commande du
rideau de lumière transmet un signal d’arrêt au système de commande
de la machine. Ce type de dispositif de protection assure le maximum
de protection avec le minimum d’impact sur le fonctionnement normal
de la machine. Il convient particulièrement bien à la protection du
fonctionnement normal des presses à plier. Remarque – de la vapeur ou de la
poussière peut par inadvertance nuire à un rideau de lumière.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
36
Tapis de sécurité à capteur de pression
Ces dispositifs sont utilisés pour protéger le plancher autour d’une
machine. Des tapis interconnectés sont déployés autour de la zone
de danger et dès que la bonne pression est exercée (p. ex., les pas de
l’opérateur), l’unité de contrôle des tapis transmet un signal d’arrêt à la
machine protégée. Les tapis sensibles à la pression sont souvent utilisés à
l’intérieur d’une enceinte où se trouvent plusieurs machines, comme des
cellules flexibles et des cellules de production robotisées. Lorsque l’accès
à ces cellules est requis (p. ex., pour « enseigner » au robot), les tapis
empêchent les mouvements dangereux si l’opérateur s’éloigne de la zone
de sécurité.
Porte ferrée avec
panneau
d’observation Interverrouillage
inviolable caché
transparent
Machine à mouler à injection horizontale munie d’un protecteur à interverrouillage
Exigences liées à la conception et au rendement des protecteurs à
interverrouillage
Mode de fonctionnement
Si l’accès à un point de fonctionnement (point d’alimentation) est requis
pendant le travail de production habituel, un protecteur mobile pouvant
s’ouvrir muni d’un dispositif d’interverrouillage avec la source d’énergie de
la machine peut s’avérer une solution fiable et économique. L’alimentation
de commande de la machine passe par le contact de sécurité du dispositif
d’interverrouillage. Ce dernier empêche le fonctionnement de la machine
si le protecteur est en position ouverte. La source d’énergie de la machine
est habituellement électrique, mais elle peut être aussi pneumatique ou
hydraulique.
Conception des dispositifs de protection et critères de sélection
37
Si le protecteur à interverrouillage est ouvert pendant le travail de
production habituel, la machine s’arrêtera. C’est ce qu’on appelle un
interverrouillage simple. Certains interrupteurs d’interverrouillage ont
aussi un dispositif de blocage qui maintient la porte du protecteur fermée
et qui ne s’ouvrira pas tant que la machine n’aura pas cessé de fonctionner.
Ce dispositif se trouve dans certaines machines à laver le linge avec
cycle d’essorage. Il s’agit là d’un dispositif de verrouillage de la source
d’énergie, souvent utilisé avec des machines comme les culbuteurs et
les centrifuges, dont le temps de ralentissement peut varier de quelques
secondes à plusieurs minutes. Plusieurs facteurs techniques influencent le
choix et la position des protecteurs à interverrouillage. Ces facteurs sont
décrits en détail dans la norme CSA Z432, intitulée Protection des machines,
qui devrait être consultée au moment de la conception ou du choix d’un
dispositif de protection à interverrouillage.
Voici quelques points importants à considérer quand vient le temps de
choisir un dispositif de protection à interverrouillage :
s L’interrupteur d’interverrouillage recommandé par le fabricant
peut il être utilisé pour assurer la sécurité? La plupart des
interrupteurs d’interverrouillage sont conçus pour servir dans le
processus de fabrication. Ils n’ont pas nécessairement l’intégrité et
la fiabilité requises pour assurer la sécurité d’un travailleur.
s Lorsque l’évaluation du risque indique un degré de risque
élevé, il peut être nécessaire de surveiller l’intégrité des circuits
du protecteur à interverrouillage. Des interverrouillages
supplémentaires peuvent être également requis.
s Les interrupteurs d’interverrouillage utilisés pour assurer la
sécurité sont dotés de contacts à ouverture positive qui sont
habituellement fermés. Cela veut dire que les contacts électriques
demeurent ouverts sous l’action d’un mécanisme non résilient (c.
à d. que les contacts ne s’ouvrent pas sous l’effet d’un ressort). Le
symbole international utilisé pour illustrer un contact à ouverture
.
positive est
s Les interrupteurs d’interverrouillage devraient être inviolables
et difficiles à mettre en échec ou à contourner à l’aide de
moyens simples comme un bout de câble, du ruban adhésif, un
outil à main, etc. Pour ce faire, les fabricants de protecteurs à
interverrouillage ont créé des dispositifs d’interverrouillage par
serrures comptant deux pièces ou des dispositifs basés sur des
senseurs magnétiques codés.
s Les dispositifs d’interverrouillage devraient être installés en «
mode positif ». Lorsqu’ils le sont, le mécanisme non résilient
qui force les contacts normalement fermés à s’ouvrir relève
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
38
directement du protecteur.
s Les dispositifs de verrouillage de la source d’énergie peuvent
nécessiter que certaines parties de la machine maintiennent une
réserve d’énergie lorsque la machine est arrêtée. La mise en
œuvre de procédures de verrouillage devrait régler ce problème.
Un verrouillage est requis si ce type de dispositif de protection
s’avère inefficace.
Portillon
Le portillon est un protecteur à interverrouillage particulier. On l’utilise
couramment pour protéger un opérateur qui alimente manuellement une
presse à découper, mais il peut servir pour bien d’autres machines. Voir la
Figure 3.13.
Cylindre pneumatique (fait lever et baisser la
porte)
Portillon coulissant de haut en bas
Interrupteur d’interverrouillage électrique
Protecteurs fixes
Figure 3.13. Presse à découper avec portillon
Lorsqu’une machine termine son cycle ou revient en haut de course
(p. ex., presse), le portillon s’ouvre automatiquement, permettant
ainsi à l’opérateur de retirer la pièce formée. L’opérateur place ensuite
le matériau à utiliser dans la machine puis active les commandes
afin de démarrer un nouveau cycle. Cela peut se faire à l’aide
d’une pédale, d’une commande à une main ou de commandes à
deux mains (de préférence). Le portillon doit se fermer avant que
la machine n’entame son cycle. Cette fermeture se fait à l’aide d’un
cylindre pneumatique à basse pression rattaché au portillon. En
Conception des dispositifs de protection et critères de sélection
39
cas d’obstruction du portillon (p. ex., les mains de l’opérateur), le
portillon ne fermera pas totalement. L’interrupteur d’interverrouillage
empêchera le fonctionnement de la machine jusqu’à ce qu’il n’y ait
plus d’obstruction et que les commandes soient réinitialisées.
Il existe deux types de portillons. Le type A est utilisé pour protéger
les machines avec embrayage à révolution complète (voir page 33). Ce
qui suit décrit la séquence type des opérations d’un cycle complet d’une
machine utilisant un portillon de type A :
1. le matériau est placé dans la machine qui entame ensuite son cycle (s’il
n’y a pas d’obstruction, le portillon se refermera);
2. la machine fait un cycle complet;
3. le portillon s’ouvre après la fin du cycle.
Le portillon de type B ne protège l’opérateur que pendant la course
d’approche du cycle de la presse (ou la course de fermeture d’une
machine). Ce type de portillon peut être utilisé seulement pour protéger
les machines avec embrayage à révolution partielle (voir page 33). Ce
qui suit décrit la séquence type des opérations d’un cycle complet d’une
machine utilisant un portillon de type B :
1. le matériel est placé dans la machine qui entame ensuite son cycle (s’il
n’y a pas d’obstruction, le portillon se refermera);
2. une fois que la machine parvient à la partie du cycle où le danger au
point de fonctionnement a été éliminé et avant que le cycle n’ait pris
fin, le portillon de type B s’ouvre, permettant ainsi à l’opérateur de
retirer la pièce formée.
Dispositifs d’arrêt d’urgence sensibles à la pression
Fil interrupteur
Rebord
sensible à la
pression
Dispositif d’arrêt d’urgence à câble – système de commande
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
Pare-chocs de sécurité – porte se
relevant au plafond
40
Mode de fonctionnement
Ces dispositifs de sécurité fonctionnent plus ou moins comme un capteur
de présence, à cette différence près : ils peuvent donner accès à la zone
de danger avant d’être activés et de transmettre un signal d’arrêt à la
machine, ce qui peut causer un risque de blessure limité. Ces dispositifs
deviennent ainsi la forme de protection la plus raisonnable lorsqu’il n’est
pas pratique de recourir à d’autres moyens plus efficaces.
Dans la mesure du possible, les interrupteurs d’arrêt d’urgence à câble, les
barres sensibles à la pression (arceaux de sécurité, barres de sécurité à la
hauteur du ventre) et autres dispositifs similaires devraient être installés
de manière à être activés involontairement lorsque le travailleur s’approche
de la zone de danger. Par exemple, un travailleur qui tomberait sur un
convoyeur à bande déclencherait automatiquement le fil interrupteur
d’urgence.
Une inspection et une mise à l’essai de ces dispositifs devraient être
effectuées avant le début d’un quart de travail.
Dispositifs d’arrêt d’urgence à câble
Ces dispositifs donnent au travailleur une « première et dernière chance
» d’arrêter une machine en cas de contact accidentel. Ils doivent être
sélectionnés et installés de façon à ce que l’arrêt d’urgence soit activé dès
que l’on tire sur le câble dans n’importe quelle direction. L’interrupteur
doit aussi activer l’arrêt d’urgence lorsqu’il détecte un bris de câble ou
le mou de câble. Les Figures 3.14 et 3.15 fournissent deux exemples de
dispositifs d’arrêt d’urgence à câble.
Pince-fil
Câble d’acier
isolé au CPV Tendeur
Boulons à œil
Bouton de remise à zéro
Indicateur
d’état du
câble
Figure 3.14. Dispositif d’arrêt d’urgence à câble utilisant deux interrupteurs d’arrêt d’urgence. L’interrupteur est
activé dès que l’on tire sur le câble dans n’importe quelle direction.
Pince-fil
Câble d’acier
isolé au CPV
Tendeur
Indicateur
d’état du
câble
Boulons à œil
Ressort de
tension
Mur
Figure 3.15. Dispositif d’arrêt d’urgence à câble utilisant un interrupteur d’arrêt d’urgence et un ressort de
tension installé au mur. L’interrupteur est activé dès que l’on tire sur le câble dans n’importe quelle direction.
Conception des dispositifs de protection et critères de sélection
41
Écrans de protection et barrières d’avertissement
Écran de
protection
transparent
Câble avec
interrupteur
d’interverrouillage
Mandrin
de tour
Panneau de mise en garde
Barrière d’avertissement – mandrin de tour
Barrière d’avertissement –table coulissante
Mode de fonctionnement
Les écrans de protection, qui prennent souvent la forme de barrières
transparentes, sont habituellement installés sur les tours, les machines à
fraiser, les machines à aléser et les machines à percer. On peut aussi en
installer sur les machines à travailler le bois. Ils servent habituellement à
empêcher les éclats, les étincelles, les copeaux, le liquide de refroidissement
ou la graisse d’atteindre l’opérateur et les autres travailleurs se trouvant
à proximité de la machine. En plus d’assurer une certaine protection, la
plupart des écrans permettent de bien voir le point de fonctionnement.
Les barrières d’avertissement comprennent les assemblages de câble
électriquement verrouillés installés à l’arrière de machines comme les
presses à plier et les machines à cisailler, afin d’empêcher les travailleurs
d’y accéder. Ces aires sont souvent hors du champ de vision de l’opérateur.
La machine s’arrête si quelqu’un tire sur le câble ou l’amollit. Il est
recommandé de fixer un panneau de mise en garde sur le câble.
Bien que les écrans de protection et les barrières d’avertissement assurent
une certaine protection, ils ne peuvent être considérés comme des protecteurs,
car ils ne font que restreindre l’accès à la zone de danger.
Au moment d’installer ces dispositifs et avant de les déplacer de leur
position habituelle, il faut toujours couper le moteur de la machine. S’il
y a un risque de démarrage accidentel, il faut suivre les procédures de
verrouillage.
Arrêts d’urgence
Mode de fonctionnement
Un arrêt d’urgence est un bouton d’arrêt rouge ayant la forme d’un champignon
sur lequel on appuie en cas d’urgence, de défaillance ou d’accident.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
42
L’arrêt d’urgence n’est pas considéré comme un dispositif de sécurité majeur,
car il doit être activé intentionnellement et permet rarement d’éviter les
accidents. Le dispositif d’arrêt d’urgence est utilisé après coup. Il peut,
cependant, faire cesser un fonctionnement dangereux d’une machine et,
une fois activé, stopper une machine lorsqu’un accident s’est produit.
Les diverses normes publiées portant sur les dispositifs de protection
contiennent des exigences relatives aux arrêts d’urgence, notamment le
nombre requis et l’endroit où ils devraient être placés. Les exigences qui
suivent s’appliquent à toutes les installations d’arrêt d’urgence :
s l’arrêt d’urgence doit se trouver à un endroit bien dégagé à portée de
main de l’opérateur et de toute autre personne directement touchée par
le fonctionnement de la machine;
s il doit être rouge et en forme de champignon;
s il doit pouvoir être activé immédiatement par n’importe quelle partie
du corps (pas d’anneau de protection ou de position en retrait);
s il faut appuyer dessus pour l’activer et tirer dessus pour le réinitialiser,
et il doit maintenir sa position une fois activé (pas un interrupteur
fonctionnant en mode Homme présent);
s il faut vérifier si la machine est en état de fonctionner en toute sécurité
avant de réinitialiser l’arrêt d’urgence;
s il doit être câblé au circuit de commande afin de permettre à la
bobine électromagnétique d’être mise au repos (et non passer par un
contrôleur programmable, sauf à des fins de surveillance);
s la machine ne doit pas redémarrer simplement en tirant sur le
bouton et en réinitialisant l’arrêt d’urgence. Une deuxième commande
indépendante doit aussi être activée avant que la machine ne puisse
redémarrer.
Choix du dispositif de protection approprié
Si toutes les machines se ressemblaient, ce serait tellement plus simple
de concevoir un protecteur universel qu’on installerait pendant leur
fabrication. Sauf que les machines ne sont pas pareilles et pour compliquer
les choses, les acheteurs du même modèle de machine peuvent l’utiliser de
différentes façons à différentes fins, qui peuvent aussi changer pendant la
durée de vie de la machine. Dans certains cas, les machines ne sont pas
utilisées aux fins prévues par le fabricant. Il est important de s’assurer
de posséder la machine et l’outil qui conviennent au travail effectué.
Il faut éviter de modifier ou d’adapter une machine sans consulter le
fabricant ou une personne qualifiée (p. ex., un ingénieur). Voilà pourquoi
le fabricant ne peut toujours assurer une protection efficace du point de
fonctionnement d’une machine.
Conception des dispositifs de protection et critères de sélection
43
Dans bien des cas, le choix d’un dispositif de protection ne peut se faire
qu’après une évaluation du risque effectuée par l’utilisateur. Le graphique
de la Figure 3.17 et les indications fournies au Tableau 3.3 peuvent faciliter
ce choix.
Le dispositif de
protection le plus
efficace est celui
qui procure le
maximum de
protection avec le
minimum d’impact
sur le
fonctionnement
normal d’une
machine
A-t-on effectué une
évaluation du
risque associé à
chaque machine?
Non
Faire une évaluation du
risque de la manière
indiquée dans le chapitre
intitulé « Évaluation du
risque »
Oui
Oui
Le risque de blessure
est-il faible?
Oui
Installer un écran de
protection, une barrière
d’avertissement et (ou)
des panneaux de mise
en garde
Non
Doit-on accéder
souvent à la zone de
danger?
Pas d’accès
requis pendant le
fonctionnement
normal
Accès complet
requis pendant le
fonctionnement
normal
Installer un protecteur
fixe
Installer un dispositif de
sécurité
Figure 3.17. Choix du dispositif de protection approprié
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
44
Table 3.3. Indications utiles pour le choix d’un dispositif de protection approprié
Types de
dispositif de
protection
Types d’application
Action de
protection
Avantages
Limites
Barrières matérielles
Protecteur fixe de courroie
de transmission
Transmissions par
Protecteur fixe de point de
fonctionnement
Trancheuses
Hachoirs à viande
Cisailles à tôle
Points de coincement
courroie en V
Entraînements par
chaîne
Attelages moteurs et
prises de force
Volants
par attraction de
rouleaux de caoutchouc,
de papier et de textile
Presses
Empêche complètement Protège complètement
les mains ou d’autres
parties du corps d’entrer
dans la zone de danger
Enceinte close qui
permet l’entrée du
matériau ou le retrait du
produit fini, mais pas
l’entrée des mains dans
la zone de danger
s’il est laissé en place
Facile à installer
Protège complètement
s’il est laissé en place
Les deux mains peuvent
rester libres
Convient à tous les
types d’embrayage
(révolution partielle ou
complète)
Peut entrer en contact avec la
graisse à moins d’être modifié
Se limite généralement à des
matériaux plats
Peut nécessiter des outils
spéciaux pour enlever les
blocages
Peut nuire à la visibilité
Protecteur (articulé
ou coulissant) à
interverrouillage simple
La plupart des presses
L’ouverture du
Les deux mains sont
Les commandes doivent
mécaniques
Presses à balles et
compacteurs
Presses des fonderies
Systèmes robotiques
protecteur stoppe la
machine
La machine ne
démarre pas lorsque le
protecteur est ouvert
libres pour l’alimentation
L’ouverture et
la fermeture du
protecteur peuvent être
automatiques
être à une distance sûre
conformément aux exigences
Le fonctionnement sécuritaire
dépend de la fiabilité des
commandes
Protecteur (articulé ou
coulissant) avec dispositif
de verrouillage de la
source d’énergie
Tonneaux d’é bavurage
Extracteurs, séchoirs et
La machine ne
Enceinte totalement
Requiert une mise au point
culbuteurs de buanderie
Centrifuges
Agitateurs à peinture
Certains pétrins à
boulangerie et pâtisserie
démarre pas lorsque le
protecteur est ouvert
Le protecteur ne s’ouvre
pas tant que la machine
n’est pas arrêtée
complètement
close jusqu’à ce
que la machine soit
complètement arrêtée
Ne nuit pas à la
production
Alimentation automatique
ou semi-automatique avec
point de fonctionnement
recouvert
Opérations de
Le matériau est introduit Augmentation de la
découpage des presses
mécaniques
Machines à matricer et à
estamper
Déchiqueteuses de
goulotte d’évacuation
Machines de pâtisserie
au moyen de chutes, de
trémies, de convoyeurs,
de rouleaux, de
matrices mobiles, etc.
Aucune partie du corps
ne peut entrer dans
l’espace recouvert
production
Le travailleur ne peut
mettre sa main dans la
zone de danger
Peut nécessiter un entretien
Orifice d’alimentation
réduit ou glissière inclinée
Machines à cisailler
L’orifice d’alimentation
Assure une protection
La petite ouverture limite les
actionnées par une
pédale
Certaines presses à
découper et à plier
ou la glissière inclinée
est limité à au plus 6
mm (¼ po)
Les doigts ne peuvent
entrer dans la zone de
danger
active
Pas d’entretien ou
de mise au point
nécessaire
Une supervision et une
Conception des dispositifs de protection et critères de sélection
précise et un bon entretien
Risque de ne pas fonctionner
en cas de panne électrique ou
mécanique
Frais d’installation élevés pour
de courtes périodes
spécialisé
dimensions du matériau
formation efficaces sont
requises
45
Types de
dispositif de
protection
Action de
protection
Types d’application
Avantages
Limites
Other safeguards
Commandes à deux mains
Presses alimentées à
Cycle démarrant par
Les deux mains sont
Les commandes doivent
la main
Presses hydrauliques
Plieuses de barres
d’armature
Plieuses de tube
Guillotines à papier
l’activation simultanée
des deux commandes
La machine s’arrête dès
que l’on relâche une
des deux commandes
pendant le cycle
tenues à l’écart de la
zone de danger
Ne gênent pas
l’alimentation manuelle
Aucune mise au point
requise
Faciles à installer
Permettent d’introduire
et d’enlever des pièces
complexes, ce qui ne
se fait pas avec un
protecteur
être à une distance sûre
conformément aux exigences
Le fonctionnement sécuritaire
dépend de la fiabilité des
commandes
Les mains ne sont pas libres
pour soutenir le matériau utilisé
Les travailleurs autres que
l’opérateur doivent être
protégés du danger
Capteurs de présence :
Rideaux de lumière
Antenne
radiofréquence
Tapis sensibles à la
pression
Presses à plier
Presses à révolution
Dispositifs limitant
le mouvement de la
machine (« mode
fractionné », « mode
par à-coups », « mode
configuration »)
Presses à imprimer
Procurent à l’opérateur
ou au personnel
Presses (pendant la mise
Protecteurs autoréglables
Scies à ruban
Scies circulaires à table
Scies à onglets
Scies circulaires à main
Scies à crête
Façonneuses à bois
Cisailles à tôle d’acier à
partielle (embrayage
pneumatique) seulement
Systèmes robotiques
au point et l’entretien)
Lorsque le champ est
coupé, un signal d’arrêt
est transmis aussitôt à
la machine
d’entretien un moyen de
modifier le mouvement
de la machine par
fractionnement ou par à
coups pendant la mise
au point
L’opérateur peut entrer
ses mains à l’intérieur
de l’enceinte, mais il est
averti avant de parvenir
à la zone de danger
grande capacité
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
Ne gênent pas
l’alimentation ou la
production normale
Pas d’obstruction de la
machine et autour du
travailleur
Permettent à l’opérateur
et au personnel
d’entretien de contrôler
les mouvements
dangereux de la machine
en toute sécurité
L’installation coûte cher
Le dispositif doit être à une
distance sûre conformément
aux exigences
Le fonctionnement sécuritaire
dépend de la fiabilité du
système de commandes
Les travailleurs autres que
l’opérateur doivent être
protégés du danger
Des mises au point ou
calibrages fréquents pourraient
être requis
Peuvent être dangereux si on
les utilise en mode production
sur des presses (la norme
CSA indique qu’on ne peut
les utiliser à des fins de
production)
Rendent les machines
La protection n’est pas entière
difficiles à protéger plus
sécuritaires
Ne gênent
habituellement pas la
production
Faciles à installer
Permettent l’entrée de
matériau de différentes
dimensions
en tout temps – les mains
peuvent atteindre la zone de
danger
Ces protecteurs peuvent être
facilement déjoués
Choix de dernier ressort
46
Types de
dispositif de
protection
Types d’application
Action de
protection
Dispositifs d’arrêt
d’urgence sensibles à la
pression :
Arceau de sécurité
Barre antipanique
Fil interrupteur
d’urgence
Barre de protection
Ébouteuses
Calandres
Broyeurs de caoutchouc
Presses hydrauliques
Convoyeurs
Découpeuses à bois
Sans le faire
Dispositifs de retenue
(travailleur passif)
Coupeuses à
Le travailleur est retenu
Dispositifs de retenue
(travailleur actif)
Barrières d’avertissement :
Écran de protection
Pare-éclaboussures
alimentation horizontale
Points d’alimentation
d’une tarière
Opérations d’une presse
Presses à embrayage
mécanique
Presses à plier
Presses à gaufrer
Mandrins de tour
Fraiseuses
Perceuses
Machines-outils
intentionnellement,
le travailleur entre
en contact avec le
dispositif d’arrêt
d’urgence, qui transmet
un signal d’arrêt à la
machine
par une ceinture de
sécurité ou un cordon
d’assujettissement,
ou par des câbles
fixes rattachés à
des bracelets, ce qui
l’empêche d’accéder à
la zone de danger
Les mains de
l’opérateur sont
rattachées à un câble
qui les ramène si elles
restent dans la zone de
danger
Barrières partielles
qui retiennent les
liquides, les éclats et les
copeaux
Conception des dispositifs de protection et critères de sélection
Avantages
Limites
Rendent les machines
Requièrent une installation et
difficiles à protéger plus
sécuritaires
Ne gênent pas la
production
La sécurité du fonctionnement
Faciles à installer
Peu coûteux
Permettent une
alimentation manuelle
maximale
un entretien appropriés
dépend de la fiabilité du
système de commande
Peuvent nécessiter l’installation
d’un système de freinage pour
la machine
Peuvent être difficiles à
surveiller
Résistance du travailleur
(changement d’habitudes)
Doivent être adaptés à chaque
opérateur
Réagissent même en cas Requièrent une supervision
de répétition mécanique
accidentelle
Faciles à installer
S’adaptent aux
changements fréquents
au niveau des matrices
Faciles à installer
Ne gênent pas le
fonctionnement
efficace
Résistance du travailleur
(changement d’habitudes)
Doivent être adaptés à
chaque opérateur et à chaque
opération
Assurent une protection limitée
contre le risque de se blesser
en entrant en contact avec les
parties en mouvement
47
4
Utilisations courantes
des dispositifs de
protection
Utilisations courantes des dispositifs de protection
Protecteurs de courroie de transmission
Les courroies de transmission se composent habituellement de courroies,
de poulies, de chaînes, de roues dentées, d’arbres et de raccords. Les
contacts avec ces parties en mouvement occasionnent un grand nombre
de blessures pouvant être évitées. La fabrication et l’installation de
protecteurs pour contrer ces dangers est, somme toute, une affaire pas
très compliquée. Pour savoir ce qu’il faut et ne faut pas faire avec les
protecteurs, consulter la section intitulée Exigences liées à la conception et au
rendement des protecteurs (page 25).
Les protecteurs de machines les plus courants sont :
s les protecteurs d’entraînement à courroie en V ou commandé par
chaîne;
s les protecteurs de l’arbre de prise de force (usités dans le secteur
agricole).
Protecteur d’entraînement à courroie en V ou commandé par chaîne
Dispositif permettant le graissage sans avoir à
enlever le protecteur
Treillis métallique dont les ouvertures respectent les
exigences maximales
Protecteur fixé solidement à au moins
une attache et qui ne peut s’enlever
qu’à l’aide d’un outil
Protecteur se prolongeant par-dessus et par-dessous
pour éviter l’accès aux parties en mouvement
Figure 4.1. Modèle courant de protecteur d’entraînement à courroie en V ou commandé par chaîne.
Utilisations courantes des dispositifs de protection
51
Protecteur de l’arbre de prise de force
Les arbres de prise de force non protégés sont responsables d’un grand
nombre de blessures par accrochage, notamment dans le secteur agricole,
où on les utilise souvent avec des tracteurs pour faire fonctionner des
machines portatives comme des pompes d’arrosage. Comme ce genre
d’équipement est utilisé fréquemment pendant de courtes périodes,
on a tendance à négliger d’y installer des protecteurs. C’est une bonne
habitude que d’installer un câble ou une chaîne à chaque extrémité du
protecteur de l’arbre de prise de force, de façon à ce que le protecteur
puisse être fixé solidement au tracteur ou à l’équipement lorsqu’on ne
l’utilise pas.
Gaines caoutchoutées flexibles
pour le raccordement à la machine
Chaîne
A
Arbre de prise de force tournant
Protecteur de la cannelure fixé
à la structure de la machine
Protecteur de la cannelure
B fixé à la structure de la machine
Protecteur de l’arbre de prise de force
Figure 4.2. Protecteurs de l’arbre de prise de force. (A) Avec chaîne fixée à chaque extrémité du protecteur. (B)
Vue en coupe de l’arbre de prise de force et d’un protecteur type.
Protecteur d’arbre tournant et de raccord
Figure 4.3. Illustration d’un protecteur d’arbre tournant et de raccord.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
52
Convoyeurs
Cette section porte sur deux types de convoyeurs courants :
s les convoyeurs à courroie;
s les convoyeurs à vis.
Convoyeurs à courroie
Les blessures associées aux convoyeurs à courroie non protégés se
rapportent habituellement à l’une ou l’autre des parties en mouvement ci
dessous :
s la courroie de transmission (entraînement à courroie en V ou
commandé par chaîne);
s le convoyeur à courroie comme tel à proximité des tambours de tête et
de queue.
La protection de la courroie de transmission est assurée par les méthodes
de protection décrites précédemment pour les courroies de transmission
types. La protection du point de coincement par attraction entre la
courroie et les tambours de tête et de queue est assurée en recouvrant
complètement l’accès à la courroie et aux tambours d’une cage (ou « botte
» comme on l’appelle souvent dans l’industrie) à au moins 1 mètre (3,3
pieds) à partir du centre du tambour. La Figure 4.4B montre une « botte
» type du tambour de queue d’un convoyeur à courroie. La botte doit être
conçue et fabriquée de façon à permettre les mises au point, qui doivent
pouvoir se faire sans qu’il soit nécessaire d’enlever la botte lorsque la
courroie est en mouvement.
Si l’installation de garde-corps ou d’une enceinte n’empêche pas l’accès à un
convoyeur à courroie en marche, un fil interrupteur d’urgence se prolongeant
sur toute la longueur du convoyeur devient alors un bon dispositif de
sécurité à installer, conformément aux consignes de sécurité décrites dans la
section intitulée « Dispositifs d’arrêt d’urgence à câble » (page 41).
1 000 mm
Attaches
1 0 0 0 mm
A
B
Figure 4.4. « Bottes » protectrices types d’un convoyeur à courroie. (A) Protecteur de tambour de tête. (B)
Protecteur de tambour de queue.
Utilisations courantes des dispositifs de protection
53
Une négligence
flagrante en matière
de sécurité est
à l’origine d’une
amputation :
· Le tambour de
queue de ce
convoyeur à
courroie n’était pas
protégé pour en
bloquer l’accès.
· Le travailleur a
utilisé un bâton
pour enlever les
débris en dessous
de la courroie.
Lorsque le bâton a
été entraîné dans le
tambour, le travailleur
n’a pas eu le temps
de le lâcher.
Convoyeurs à vis
Les convoyeurs à vis (ou à spire) se trouvent dans toutes sortes
d’exploitations industrielles comme les dépôts de glace, les cimenteries, les
usines de pâte à papier, les silos à grains et les exploitations agricoles. Les
blessures associées aux convoyeurs à vis non protégés sont généralement
traumatisantes et très graves, et entraînent souvent la mort lorsque le corps
au complet s’y trouve pris.
Un convoyeur à vis est comme un grand hachoir à viande. Ce type de
machine est celui qui pardonne le moins. Tout comme le convoyeur à
courroie, il y a deux principales sources de danger :
s la courroie de transmission (entraînement à courroie en V ou
commandé par chaîne et unité de réduction de puissance connexe);
s la vis sans fin (ou spire de convoyage), qui transporte le matériel dans
une goulotte.
La protection de la courroie de transmission est assurée par les méthodes
décrites précédemment pour les courroies de transmission types (à partir
de la page 51). La spire en tant que telle est généralement protégée par un
couvercle de métal solide si aucun accès à la goulotte n’est requis pendant
le fonctionnement. Lorsque du matériel est introduit dans la spire, comme
le matériel se trouvant au rez de chaussée des dépôts de glace, des
protecteurs comme un grillage ou des barres horizontales sont souvent
utilisés. Les mesures de sécurité ci dessous doivent être prises en compte
dans la conception du protecteur :
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
54
s les ouvertures du protecteur devraient être assez petites pour
empêcher une main, un bras ou un pied d’atteindre la spire en marche
(voir « Protecteurs et enceintes de courroie de transmission : ouvertures
maximales permises », à la page 26);
s les protecteurs devraient être solidement boulonnés en place au moyen
d’attaches qui ne peuvent s’enlever qu’à l’aide d’un outil. Les dispositifs
d’attache rapide avec un loquet ne sont pas permis.
La Figure 4.5 montre le protecteur d’un point d’alimentation d’un
vilebrequin à glace situé au rez de chaussée. Comme un travailleur est
présent en tout temps pour surveiller le fonctionnement du convoyeur et
s’assurer d’un flot constant de glace, le protecteur doit être conçu pour
permettre le pelletage de glace dans le convoyeur, mais en empêchant
toute partie du corps d’atteindre le vilebrequin en mouvement.
La main ou le pied ne peut
atteindre la spire
Boulons
de fixation
Figure 4.5. Convoyeur à glace avec un bon design fonctionnel.
Règles de sécurité pour les convoyeurs
1. Ne pas réparer de convoyeur tant que le sectionnement moteur n’est
pas verrouillé.
2. Ne faire réparer un convoyeur que par du personnel d’entretien
autorisé seulement.
3. Maintenir les vêtements ainsi que les doigts, les cheveux et les autres
parties du corps éloignés du convoyeur.
4. Ne jamais grimper, marcher, s’asseoir ou monter sur un convoyeur.
5. Ne pas charger un convoyeur au-delà de ses capacités.
6. Ne pas enlever ou modifier des protecteurs de convoyeur ou des
dispositifs de sécurité.
Utilisations courantes des dispositifs de protection
55
7.
8.
9.
10.
11.
12.
Savoir où se trouvent toutes les commandes marche-arrêt et connaître
leurs fonctions.
Veiller à ce que toutes les commandes marche-arrêt ne soient pas
obstruées.
Tout le personnel doit s’éloigner du convoyeur avant qu’il ne démarre.
Le fonctionnement du convoyeur doit être assuré par du personnel
dûment formé seulement.
Veiller à ce que le secteur autour du convoyeur ne soit pas obstrué.
Rapporter toutes les pratiques non sécuritaires à son superviseur.
Les accidents à proximité des convoyeurs sont pour la plupart du temps
dus :
s à des parties non protégées de la courroie de transmission;
s à des points de coincement non protégés;
s à des points de cisaillement non protégés;
s à des points de pincement non protégés;
s à des points de fuite non protégés;
s à des accès non clôturés à des zones sous des contrepoids;
s aux points où la tension est fixée;
s aux mécanismes de transfert;
s à l’absence d’un passage sûr sous le convoyeur.
Rouleaux d’alimentation
Protection des rouleaux d’alimentation en général
Les rouleaux d’alimentation sont présents dans toutes sortes d’industrie,
comme l’industrie de la fabrication de produits du papier et l’industrie de
la production de métal en feuille. Les rouleaux d’alimentation présentent
un risque élevé de blessure grave en raison de leur grande vitesse de
fonctionnement. Lorsqu’un travailleur se prend dans des rouleaux, les
choses se gâtent rapidement et l’arrêt de la machine ne règle pas les
choses.
En règle générale, il existe deux types de rouleaux :
s Ceux qui transportent du matériel dans une machine, mais dont l’accès
par les travailleurs n’est pas requis. Ces rouleaux sont généralement
protégés par une enceinte à l’intérieur de la machine.
s Ceux qui sont alimentés manuellement dans le cadre du processus de
production. Ces rouleaux doivent être surveillés de plus près.
Critères relatifs à la conception des protecteurs de rouleaux
alimentés à la main
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
56
La Figure 4.6 montre comment concevoir des protecteurs fixes pour
empêcher les mains d’accéder aux points de coincement créés par les
rouleaux d’alimentation. Prière de consulter la section intitulée « Protecteurs
de point de fonctionnement (d’alimentation) : ouvertures maximales », à la page
27, pour connaître les distances sécuritaires se rapportant aux protecteurs
et aux ouvertures de protecteur.
Point
d’alimentation
Point de
coincement
A
Protecteur
Matériau
utilisé
B
Figure 4.6. Protecteurs fixes de rouleaux d’alimentation. (A) Position du protecteur par rapport au point de
coincement des rouleaux et à la table d’alimentation. L’ouverture C peut augmenter à C’ lorsque la position
du protecteur A par rapport au point de coincement passe à A’, ce qui fait en sorte que la position du bout des
doigts (B) se rapproche du point d’alimentation (B’). (B) Protecteur sans table d’alimentation.
Il existe aussi une règle pratique pour déterminer quelle est l’ouverture
maximale sûre d’un protecteur se trouvant à moins de 305 mm (12 po) de
la zone de danger :
Ouverture maximale sûre = 6 mm (¼ po) +1/8 de la distance entre le
protecteur et le point où les rouleaux se trouvent à 9 mm (3/8 po) l’un
de l’autre (la zone de danger).
Une esquisse peut être nécessaire pour établir cette distance.
Exemple
Un protecteur est requis pour un opérateur qui place des revêtements en
feuille dans des rouleaux d’alimentation ayant 152 mm (6 po) de diamètre
se trouvant à 9 mm (3/8 po) l’un de l’autre. Le protecteur doit être placé
à 102 mm (4 po) de la partie centrale entre les rouleaux pour pouvoir
s’adapter au type de matériel entrant dans la machine.
Quelle serait l’ouverture permise sous le protecteur?
Solution
Les rouleaux d’alimentation convergent à 9 mm (3/8 po) l’un de l’autre.
La distance entre la zone de danger (dans ce cas, la partie centrale entre
les rouleaux) et le protecteur est donc de 102 mm (4 po). L’ouverture
maximale permise se calcule ainsi comme suit :
Utilisations courantes des dispositifs de protection
57
Les propriétaires
d’une presse à
découper doivent
consulter la norme
CSA Z142, intitulée
Règles de sécurité et
d’hygiène applicables
aux presses à
découper et à plier,
afin de déterminer
comment la protéger
comme il se doit.
6 mm (¼ po) + 1/8 de 102 mm (4 po) = 6 mm (¼ po) + 12 mm
(½ po) = 18 mm (¾ po).
Machines travaillant le métal
Presses à découper
Types de presse à découper
La presse à découper est une machine utilisée pour percer des trous ou
d’autres ouvertures sur de la tôle. L’outillage comporte deux parties : un
poinçon et une matrice. Le poinçon est rattaché à un coulisseau, qui se
déplace de haut en bas. La presse peut être mécanique, hydraulique ou
pneumatique. Le poinçon perce le matériel pour atteindre la matrice. La
presse à découper peut être petite et manuelle, consistant seulement en un
poinçon et une matrice, ou encore de très grande dimension et à commande
numérique par calculateur, avec des poinçons et des matrices dont la taille
et la forme varient.
Les presses à découper qui sont fabriquées sont de formes et de tailles
variées, allant des modèles pour table de travail d’une capacité de 2 tonnes à
des modèles sur pied d’une capacité de 500 tonnes ou plus. Le tonnage des
presses à découper se rapporte à la force totale exercée entre les matrices.
Prenons un exemple très simplifié : une presse à découper d’une capacité de
100 tonnes, avec une surface de matrice de 25,4 cm (10 po) sur 25,4 cm (10
po) (645 cm2 [100 po carrés]), atteindra une force de 13 800 kilopascals (1
tonne par pouce carré).
Une presse qui doit faire une révolution complète avant que sa course
ne soit stoppée est une presse à embrayage à révolution complète. Une
presse munie d’un embrayage à friction et de commandes appropriées
peut être stoppée en toute sécurité à n’importe quel moment de sa course.
C’est ce qu’on appelle une presse à embrayage à révolution partielle. Cette
différence est importante, car elle dicte quels sont les types de dispositifs de
protection qui peuvent être utilisés.
Les presses peuvent aussi être classées en fonction de leur source d’énergie,
qui peut être mécanique (moteur électrique et volant pour le transfert
d’énergie au vilebrequin) ou hydraulique.
La Figure 4.7 montre quels sont les deux modèles de presses à découper
d’usage général les plus courants.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
58
A
B
Figure 4.7. Modèles de presse à découper d’usage général les plus courants. (A) Presse à alimentation
hydraulique à montants (sans volant) – la presse demeure en position verticale. (B) Presse à découper
mécanique (à arrière ouvert) – la presse peut être basculée vers l’arrière pour permettre aux parties formées de
sortir par l’arrière.
Formes de protection
Les problèmes de sécurité touchant les presses à découper concernent
principalement :
s la protection du point de fonctionnement (point d’alimentation);
s la fiabilité des commandes (La machine peut-elle s’arrêter
invariablement de façon sécuritaire et fiable lorsqu’un signal d’arrêt
d’urgence est transmis?).
Comme une presse à découper peut servir à différentes fins (alimentation
manuelle, découpage ou alimentation d’enroulement automatique, etc.), il
existe plusieurs moyens efficaces de protéger le point de fonctionnement.
La Figure 4.8 montre les différents choix offerts.
Utilisations courantes des dispositifs de protection
59
PROTECTION DU POINT DE FONCTIONNEMENT
D’UNE PRESSE EN MARCHE POUR ASSURER
LA SÉCURITÉ DE L’OPÉRATEUR
Protecteurs
fixes
PROTECTEURS
Protecteur autour
des matrices
Bloquent l’accès
au point de
fonctionnement
Protecteurs
réglables*
Protecteurs à
interverrouillage*
Dispositifs
commandés par
l’employé
DISPOSITIFS
Commandent
l’accès au point de
fonctionnement
* Presses à embrayage à
révolution partielle
seulement
Dispositifs
commandés par une
machine
Dispositifs de
retenue
Dispositifs de
sécurité
Capteurs de
présence*
Commandes à deux
mains
Dispositifs commandés
par l’employé et une
machine
Déclenchement à
deux mains
Portillons de type A et B*
Figure 4.8. Types de protection pour les presses à découper et à plier.
Presses à plier
Types de presse à plier
Les presses à découper servent généralement à percer le métal, tandis
que les presses à plier sont utilisées principalement pour plier la tôle. Les
presses à plier sont habituellement classées en fonction de la longueur
du bâti. Plus il est long, plus la pièce insérée dans les matrices peut être
longue. Chaque cycle d’une presse à plier s’appelle une course.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
60
Les presses à plier sont normalement alimentées à la main et
commandées à l’aide d’une pédale, causant ainsi un risque d’amputation
élevé. Les presses à plier ont un embrayage à révolution partielle. Par
conséquent, si la pédale ou la commande électrique est relâchée, le
coulisseau (la pièce qui retient la matrice supérieure et qui se déplace de
haut en bas) s’arrête ou revient en haut de course.
Les presses à plier peuvent aussi être classées en fonction de leur source
d’énergie :
s énergie mécanique (moteur électrique et volant pour le transfert
d’énergie au vilebrequin);
s énergie hydraulique;
s énergie hydromécanique (actionnement mécanique avec asservissement
hydraulique).
Les propriétaires
d’une presse à plier
doivent consulter la
norme CSA Z142,
intitulée Règles de
sécurité et d’hygiène
applicables aux
presses à découper
et à plier, afin de
déterminer comment
la protéger comme il
se doit.
Formes de protection
Les problèmes de sécurité touchant les presses à plier concernent
principalement :
s la protection du point de fonctionnement (point d’alimentation);
s la fiabilité des commandes (La machine peut-elle s’arrêter
invariablement de façon sécuritaire et fiable lorsqu’un signal d’arrêt
d’urgence est transmis?).
Les possibilités de protection du point de fonctionnement d’une presse
à plier sont plutôt limitées. Cela est dû au fait que le profil de la pièce
formée est complètement différent après le processus de pliage. Les
feuillards qui entrent dans un espace étroit entre les matrices peuvent
en ressortir sous une forme complexe. Par conséquent, le fonctionnement
des presses à plier exige une ouverture assez grande entre les matrices,
sauf dans le cas des pièces de petite dimension pouvant entrer dans une
ouverture de 6 mm (¼ po) ou moins (avec ouverture minimale protégée)
et être enlevées sans difficulté. D’autres dispositifs de protection sont
requis aux extrémités de la presse.
En plus de la protection du point de fonctionnement, une barrière
d’avertissement, habituellement une chaîne ou une corde avec la
signalisation appropriée, devrait être installée à l’arrière de la presse à
plier afin d’éviter que des personnes non qualifiées y accèdent.
La protection du point de fonctionnement se limite habituellement à trois
choix :
s Des rideaux de lumière installés à chaque extrémité de la table
de la presse et qui détectent l’entrée d’une main ou d’une partie
du corps dans l’espace entre les matrices. Ces dispositifs peuvent
Utilisations courantes des dispositifs de protection
61
être programmés pour reconnaître les profils variés des parties
de pièce et éteindre les faisceaux lumineux qui risquent de nuire
au bon fonctionnement des rideaux de lumière. Ces dispositifs
occasionnent le moins d’interférences au fonctionnement normal de
la presse. Ils conviennent particulièrement bien aux presses à plier
hydrauliques. S’ils sont rétroinstallés sur une presse à plier mécanique,
des modifications devront être apportées au système de pliage et
d’embrayage en place, et un tableau de commande fiable devra être
installé.
s Commandes à deux mains et pédale. Ce type de dispositif utilise
des formes de commande qui permettent à l’opérateur de rabaisser le
coulisseau à 6 mm (¼ po) ou moins au moyen de commandes à deux
mains, puis de passer aux commandes par la pédale. La pédale est
inopérante pendant la partie initiale de la couse descendante. Cette
méthode exige normalement que la partie de pièce soit soutenue pour
assurer un fonctionnement productif.
s Dispositifs de retenue. Bien qu’ils ne soient pas couramment utilisés,
on peut songer à les utiliser pour certaines opérations particulières
de la presse à plier nécessitant peu de changements de matrice ou de
partie de pièce.
Cisailles (tôle)
Le point de fonctionnement d’une cisaille à guillotine servant à former
de la tôle doit être protégé conformément aux exigences de la norme
ANSI B11.4, intitulée American National Standard for Machine Tools –
Shears – Safety Requirements for Construction, Care and Use. Cette section
résume les exigences de la norme relatives à la protection du point de
fonctionnement. En cas de demande inhabituelle concernant une cisaille,
vaut mieux consulter cette norme afin de savoir comment la protéger
comme il se doit.
Les deux points de fonctionnement les plus importants d’une cisaille à
guillotine sont :
s la lame à cisailler;
s les serre-tôle, qui maintiennent les pièces de fabrication en place
pendant le cycle de cisaillage.
Le protecteur cache les dangers que posent la lame et les serre-tôles
(Figure 4.9).
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
62
Protège-lame
Figure 4.9. Cisaille à guillotine dont le point de fonctionnement est protégé.
Formes de protection
Trois types de dispositifs de protection sont utilisés pour protéger le point
de fonctionnement des cisailles :
s un protecteur fixe avec des ouvertures assez larges pour permettre
l’entrée des feuillards dans la cisaille, mais assez petites pour
maintenir les doigts à l’extérieur;
s un protecteur fixe avec une barrière d’avertissement modifiée de façon
à permettre l’entrée de tôles plus épaisses (plus de 12 mm [½ po])
dans la cisaille, mais qui avertit l’opérateur si ses doigts s’approchent
de la zone de danger;
s des commandes à deux mains, un type de protection peu courant,
mais qui sont utilisées pour certaines coupes à longueur spécialisées.
Outre la protection du point de fonctionnement, une barrière
d’avertissement, habituellement une chaîne ou une corde avec la
signalisation appropriée, devrait être installée à l’arrière de la cisaille afin
d’éviter que des personnes non qualifiées y accèdent.
Utilisations courantes des dispositifs de protection
63
La norme ANSI
B11.4, intitulée
American National
Standard for machine
Tools – Shears –
Safety Requirements
for Construction,
Care and Use, fournit
les dimensions
des ouvertures
maximales permises
des protecteurs et
en dessous, ainsi
que les distances
minimales entre le
protecteur et le point
de fonctionnement
le plus proche
représentant un
danger.
La norme ANSI
B11.4, intitulée
American National
Standard for Machine
Tools – Shears –
Safety Requirements
for Construction,
Care and use,
comprend un
diagramme indiquant
les emplacements
des protecteurs
fixes et mobiles ainsi
que les dimensions
des barrières
d’avertissement
pour les points de
fonctionnement.
Critères de conception des protecteurs de cisaille d’une capacité
maximale de 12 mm (½ po)
On désigne sous le nom de tôle les feuillards en métal ayant 3 mm
d’épaisseur (½ po) ou moins. Les feuillards plus épais sont appelés des
tôles épaisses. Les cisailles utilisées pour découper la tôle et la tôle épaisse
allant jusqu’à 12 mm d’épaisseur (½ po) doivent être équipées d’un
protecteur fixe non réglable qui empêche l’opérateur d’entrer en contact
avec les serre-tôle et la lame.
Critères de conception des protecteurs de cisaille d’une capacité
supérieure à 12 mm (½ po)
Lorsque l’épaisseur de la tôle dépasse 12 mm (½ po), il devient impossible
de concevoir un protecteur qui permettra l’entrée du matériau dans la
zone de coupe, mais pas l’entrée des doigts. Une barrière d’avertissement
modifiée devient alors une solution de compromis qui avertit l’opérateur
lorsque ses mains s’approchent de la zone de danger près des serre tôle
et de la lame. Elle se compose de parties amovibles (habituellement des
tuyaux en plastique très voyants de 102 mm [4 po]) montées sur la partie
fixe la plus basse d’un protecteur et affichant un panneau de mise en
garde (p. ex., « Ne pas mettre ses doigts ou ses mains de l’autre côté du
protecteur ou de la barrière »).
Cisailles-poinçonneuses
Une cisaille-poinçonneuse est un outil utilisé pour poinçonner, cisailler,
encocher et grignoter des pièces métalliques, dont la source d’énergie peut
être mécanique (volant) ou hydraulique. Un poste de travail est associé à
chaque fonction de la machine.
Le côté d’entrée d’un poste de travail d’une cisaille-poinçonneuse,
notamment la structure de la cisaille, est généralement déjà protégé. L’accès
au point de fonctionnement est limité par le restricteur, qui maintient la
pièce de fabrication en place pendant les opérations de poinçonnage et de
cisaillage. Cependant, des dispositions doivent être prises pour assurer la
protection du côté caché de chaque poste de la machine afin d’empêcher
toute personne autre que l’opérateur de se rendre accidentellement au
point de fonctionnement. La protection est habituellement assurée par
des protecteurs à fermeture automatique qui ne s’ouvrent que lorsque
le matériau se trouve dans la zone de cisaillage. Comme tous les postes de
travail des cisailles poinçonneuses à embrayage mécanique fonctionnent en même
temps, tout poste de travail non utilisé doit aussi être protégé.
Le poste de poinçonnage d’une cisaille-poinçonneuse présente un risque
de blessure pour l’opérateur et les travailleurs à proximité, qui risquent de
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
64
recevoir des éclats si un poinçon se brise. Le restricteur devrait toujours
être bien réglé pendant les opérations de poinçonnage et des protecteurs
devraient être installés pour contenir les fragments projetés en cas de bris
de poinçon.
Rouleaux à profiler le métal alimentés à la main
Les aciéries utilisent de l’équipement pour profiler de la tôle ou de la
tôle épaisse en cylindres. Ces machines à travailler le métal sont souvent
appelées des « cintreuses pyramidales » ou des « dispositifs à rouleaux
pinceurs » (Figure 4.10). Sauf que la protection de ces machines soulève
un problème particulier, car le point de fonctionnement doit demeurer
accessible pendant toute la durée du profilage. L’opérateur et son assistant
s’exposent ainsi à un risque d’entrer en contact avec les rouleaux. La
protection de ces machines consiste habituellement en un dispositif d’arrêt
d’urgence sensible à la pression, comme un câble ou une barre d’éjection
(voir « Dispositifs d’arrêt d’urgence sensibles à la pression » à la page 40), qui
sera activé involontairement par l’opérateur ou son assistant s’il se prend
dans les rouleaux.
Comme les rouleaux sont soumis à une pression de service très élevée,
l’équipement s’arrête soudainement dès que le dispositif d’arrêt d’urgence
est activé. Il est important que ce dispositif soit installé de manière à ce
que l’opérateur et son assistant y aient accès.
Le point de
fonctionnement d’une
cisaille-poinçonneuse
doit être protégé
conformément aux
exigences de la
norme ANSI B11.5,
intitulée American
National Standard for
Machine Tools – Iron
Workers – Safety
Requirements for
Construction, Care
and Use. Cette
section résume les
exigences relatives à
la protection du point
de fonctionnement
contenues dans
la norme. Pour
en savoir plus sur
la façon de bien
protéger une cisaille
poinçonneuse, se
rapporter à la norme.
Profilage type
Machine à profiler type (on
ne voit pas le protecteur)
Figure 4.10. Rouleaux à profiler le métal types.
Autres machines à profiler le métal
Il existe un certain nombre de machines de production qui fabriquent des
produits de métal formés comme des gouttières, des plaques de toiture
ondulées, des armatures d’acier, etc. Il s’agit en général d’une série de
Utilisations courantes des dispositifs de protection
65
Les meules et les
meuleuses doivent
être conformes aux
exigences de la
norme ANSI B7.1,
intitulée the Use,
Care and Protection
of Abrasive Wheels.
Cette section
reprend les mesures
de sécurité les
plus importantes
de la norme, mais
mieux vaut avoir
une connaissance
approfondie de
la norme, surtout
dans le cas des
employeurs et des
travailleurs engagés
dans du meulage
présentant un risque
élevé.
rouleaux entre lesquels on insère des bobines ou des feuilles de tôle déjà
découpées. La protection de ces machines est habituellement assurée par des
protecteurs qui recouvrent les rouleaux exposés et qui empêchent l’accès
au point de fonctionnement. Dans certaines chaînes de production, des
capteurs de présence comme des rideaux de lumière ou des tapis sensibles à
la pression peuvent être utilisés, si les restrictions techniques associées à ces
dispositifs peuvent être surmontées.
Meules
Les tourets à meuler sont utilisés pour modifier par abrasion la surface
d’une pièce de fabrication pour en changer la forme. La meule comme telle
est constituée d’abrasif aggloméré aux propriétés s’appliquant au matériau
travaillé. Par exemple, une meule pour matériaux ferreux ne conviendra
pas nécessairement au meulage de matériaux non ferreux. Il existe trois
grands types de meuleuses : les meuleuses d’établi, les meuleuses sur
socle et les meuleuses portatives.
Le plus grand risque associé à ces machines est la fragmentation de la
meule. La quantité d’énergie déployée en cas de fragmentation varie selon
la grosseur et la vitesse périphérique de la meule. L’objectif principal du
dispositif de protection est donc de contenir les fragments de la meule en
cas de fragmentation.
Il existe deux aspects importants où une formation et une protection
adéquates permettront d’éviter des blessures et des pertes de vie :
s rangement et maniement appropriés des meules;
s protection adéquate des meuleuses stationnaires et mobiles.
Rangement et maniement appropriés des meules
Les meules (en particulier les meules à agglomérant vitrifié)
s’endommagent facilement si on les cogne ou les échappe. Il est donc très
important de les ranger et de les manier avec soin.
s Vérifier toutes les meules en les recevant et avant de les utiliser.
s Suivre les directives du fabricant se rapportant au rangement. Si
les meules sont bien rangées, elles sont plus faciles d’accès, elles
nécessitent moins de maniement et les risques d’erreur diminuent.
s Ranger les meules dans un endroit sec et à l’abri des dommages dus
aux chocs, aux solvants, à l’humidité élevée et à la chaleur ou au froid
extrême.
s Ranger les meuleuses portatives sur des crochets ou des étagères en
forme de V. Protéger les étagères contre les dommages.
s Disposer les meules de manière à ce que l’on prenne les vieilles avant
les neuves.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
66
s Ne jamais faire rouler une meule, car celle ci risque d’absorber la
graisse ou la poussière de la surface et de s’endommager.
Critères de conception des gardes protecteurs de meule
La Figure 4.11 indique quelles sont les expositions maximales des meules
recouvertes en partie d’un garde protecteur d’une meuleuse d’établi et
d’une meuleuse sur socle (90°), ainsi que d’une meuleuse portative (180°).
Lorsqu’une meuleuse portative est utilisée pour le meulage des passes de
fond d’un tuyau soudé, le garde protecteur doit recouvrir au moins 120°
de la périphérie de la meule et l’opérateur doit porter une visière et des
lunettes de sécurité.
Garde protecteur
Meule
Exposition :
90˚ max.
65˚ max.
Meule
Garde
protecteur
A
B
Figure 4.11. Expositions maximales à différents types de meules recouvertes en partie d’un garde protecteur.
Règles de sécurité se rapportant aux meuleuses d’établi et aux
meuleuses sur socle
s Les meuleuses sur socle doivent être fixées solidement au sol. Les
meuleuses d’établi doivent être fixées solidement à un établi.
s Toujours s’assurer que le nombre de tours / minute (T/M) de la meule
indiqué est conforme à la vitesse de rotation de la meuleuse.
s Toujours se protéger les yeux (lunettes de sécurité ou visière à
résistance déterminée).
s Ne jamais enlever les gardes protecteurs d’une meuleuse d’établi ou
d’une meuleuse sur socle, car ils assurent une protection en cas de
fragmentation de la meule, en plus d’éviter les blessures aux mains et
aux doigts.
s Chaque machine doit être munie d’un galet de support. Le galet de
support doit être solidement fixé près de la meule (distance maximale
de 3 mm [8 po]). Il devrait être rajusté à mesure que la meule rapetisse
à force d’usure et de dressage. Ne jamais rajuster un galet de support
lorsque la meule fonctionne.
Utilisations courantes des dispositifs de protection
67
La norme CSA
Z114-M1977, intitulée
Safety Code for the
Woodworking
Industry, énonce les
exigences relatives à
l’installation, au
fonctionnement et à
l’entretien en toute
sécurité des
machines à travailler
le bois.
.
La norme CSA Z432,
intitulée Protection
des machines,
énonce les exigences
relatives à la
conception, à la
fabrication, à
l’installation, à
l’entretien, au
fonctionnement et à
la protection de
l’équipement
industriel.
s Avant d’entreprendre le meulage, faire tourner la meule à sa vitesse de
fonctionnement pendant au moins une minute. Ne pas se tenir juste en
face d’une meule montée pour la première fois. Ne pas se servir d’une
meule qui vibre.
s Commencer le meulage en procédant lentement et doucement. Éviter
les chocs et les mouvements brusques.
s Déplacer la pièce de fabrication vers l’avant et l’arrière par rapport à la
face de la meule, afin d’éviter que des « ornières » ou des creux ne se
forment.
s Il peut arriver qu’une nouvelle meule soit craquée ou fêlée et qu’elle se
brise dès qu’on l’utilise. Les nouvelles meules devraient être vérifiées
visuellement et passer un « test de son » avant qu’elles ne soient
montées. Pour ce faire, taper sur le côté de la meule à l’aide d’un petit
outil. La meule devrait rendre un son clair. Un son sourd indique la
présence d’un défaut.
s S’assurer que le trou dans la meule convient à la tige de la meuleuse.
s Lorsqu’une meule vient d’être montée, la tourner à la main afin d’en
vérifier l’équilibrage avant de mettre la machine en marche.
s La meule risque de craquer ou de se fêler si les brides et les tampons
de chaque côté de la meule ne sont pas fixés de la même façon avant
que l’écrou de blocage ne soit serré. Éviter de trop serrer l’écrou de
blocage pour ne pas exercer une trop grande pression sur la meule.
s Si les pores d’une meule deviennent bouchées, ou si la meule perd de
son effet abrasif, forcer les choses entraînera une surchauffe et un bris
de la meule. Utiliser un outil de dressage approprié.
Machines à travailler le bois
L’équipement et les machines utilisés pour travailler le bois sont
dangereux si on les utilise mal ou sans les munir de dispositifs de
protection appropriés. Les blessures les plus courantes sont les lacérations,
les amputations des doigts et des mains et la perte de la vue. Outre les
blessures traumatiques, les travailleurs de cette industrie peuvent souffrir
de maladies de la peau et de troubles respiratoires dus à l’exposition à la
poussière de bois et aux produits chimiques utilisés dans les travaux de
finition.
Cette section décrit les principaux dangers associés aux machines à
travailler le bois ainsi que certaines méthodes pour contenir ces dangers
à l’aide de dispositifs de protection. Elle ne remplace d’aucune façon une
connaissance approfondie du Règlement sur la sécurité et la santé au travail
(RM217/2006). La section ne porte cependant pas sur les machines utilisées
pour la production de bois d’œuvre et d’autres produits de base dans les
scieries et les usines de production de deuxième transformation du bois.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
68
Risques d’accident et dangers pour la santé
Les principaux risques professionnels associés au travail du bois sont les
suivants :
Risques d’accident
s Dangers que présente une machine (point de fonctionnement, courroie
de transmission)
s Effets de rebond
s Copeaux et matériel projetés dans l’air
s Projectiles (dus à un porte-outils en déséquilibre)
s Incendie et explosion
s Problème électrique
Dangers pour la santé
s Produits chimiques (sensibilisation due à l’exposition aux finis,
revêtements, liants et solvants)
s Poussières de bois (certaines sont cancérogènes)
s Bruit
s Vibration
Dangers au point de fonctionnement
Le point de fonctionnement d’une machine à travailler le bois est
l’endroit où le matériau est coupé, façonné, percé ou formé. La plupart
des machines à travailler le bois sont munies d’un dispositif de coupe ou
de cisaillage. Voici quelques exemples de situations pouvant causer des
blessures au point de fonctionnement :
s Les mains sont trop proches de la lame, en particulier lorsque les
pièces du matériau travaillé sont petites. Des accidents se produisent
lorsque le matériau bouge subitement ou qu’une main du travailleur
glisse.
s La pièce de fabrication est mal supportée, une pratique de travail non
sécuritaire courante lorsqu’on utilise une scie circulaire à table. Le
travailleur adopte alors une mauvaise position, ses mains se retrouvant
souvent au dessus ou derrière la lame. Si une perte de contrôle ou
d’équilibre survient, les mains entrent en contact avec la lame.
s Le matériau se bloque dans la lame et entraîne les mains de l’opérateur
dans la machine.
s Les gants de l’opérateur se prennent dans la lame et ses mains sont
entraînées dans la machine.
s Le dispositif de protection de la machine n’est pas bien monté et
maintenu en place. Par exemple, une lame de scie radiale qui dépasse
de la table de coupe peut accrocher les vêtements du travailleur et
Utilisations courantes des dispositifs de protection
69
l’entraîner vers la lame en pleine action.
s Les commandes de la machine ne sont pas bien placées ou protégées
contre une mise sous tension par inadvertance.
s Un travailleur s’approche de la lame pour nettoyer la scie ou enlever
un morceau de bois après avoir fermé la machine, sauf que la lame
est encore en train de tourner ou de marcher au ralenti. (Les lames de
scie tournent tellement vite qu’il est parfois difficile de voir qu’elles
tournent, notamment sous un éclairage fluorescent.)
s Un accident peut se produire pendant les réparations et l’entretien
si la machine démarre soudainement parce que les procédures de
verrouillage n’ont pas été respectées.
Effet de rebond
On parle d’effet de rebond lorsque la scie saisit le matériau et qu’elle le
projette vers l’arrière en direction du travailleur. Cela peut se produire
lorsque le matériau se replie et s’accroche sur le côté de la lame ou
lorsqu’il se prend dans les dents de la lame, ce qui arrive souvent lorsque
la lame est émoussée ou placée à une hauteur incorrecte. Le risque d’effet
de rebond augmente si le bois est de mauvaise qualité (fendu, gelé, avec
des nœuds ou des corps étrangers).
L’effet de rebond est plus probable lorsqu’il n’y a pas de dispositifs de
protection comme des extenseurs, des dispositifs antirecul et une jauge ou
un guide longitudinal. Les effets de rebond se produisent plus souvent en
direction de coupe longitudinale (ou sciage en long dans le sens du fil
du bois) qu’en direction de coupe transversale (tronçonnage).
Couteaux projetés
Bon nombre de pièces d’équipement à travailler le bois, comme les
défonceuses, les façonneuses et les moulurières, sont munies de porteoutils rotatifs à couteaux multiples. Les porte-outils mal ajustés, mal
montés ou dont des couteaux sont brisés peuvent finir par être en
déséquilibre. Un bon équilibre est essentiel pour maintenir les couteaux
solidement fixés à un porte-outils qui bouge rapidement. La force
centrifuge exercée sur un porte-outils en déséquilibre risque de projeter
des couteaux hors du porte-outils et blesser gravement ou tuer l’opérateur
de la machine ou d’autres personnes à proximité.
L’installation d’un mauvais outil sur un porte-outils ou l’utilisation d’un
outil à une vitesse supérieure à ce pour quoi il a été conçu risque de
briser l’outil et d’en faire un projectile fatal.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
70
Mesures préventives
Ce qui suit est un résumé des mesures préventives à adopter pour contenir
les risques professionnels dans les ateliers de menuiserie. Lire aussi «
Hiérarchie des mesures de contrôle » à la page 18.
Mesures d’ingénierie (protecteurs)
Il s’agit de modifications matérielles apportées à la machine ou au milieu
de travail afin d’éviter que des employés ne soient exposés à des dangers
potentiels. On peut, par exemple, installer un protecteur sur la machine,
ou encore se servir du dispositif de ventilation aspirante locale pour
enlever la poussière et les autres contaminants à la source. Les mesures
d’ingénierie doivent toujours primer.
La protection du point de fonctionnement d’une machine à travailler le
bois alimentée à la main n’est pas évidente. La question qui se pose est la
suivante : Comment faire en sorte que le protecteur permette au matériau
d’atteindre la lame ou la cisaille, mais pas les doigts? La meilleure solution
de compromis est un protecteur à fermeture automatique efficace qui empêche
l’opérateur d’entrer en contact avec la partie inutilisée de la lame ou de l’outil
de coupe. Les enquêtes démontrent que dans la plupart des incidents, le
travailleur est entré en contact avec l’outil de coupe d’une manière non
conforme à la pratique habituelle en matière d’alimentation.
Mesures administratives (pratiques de travail sécuritaires)
Ces mesures comprennent le retrait des travailleurs de la source de
danger en changeant la façon dont ils font leur travail. Par exemple,
des barres directrices peuvent être utilisées pour diriger les pièces de
fabrication courtes et étroites à travers les scies et les outils de coupe.
Les procédures de verrouillage sont un autre exemple de mesure
administrative. Les mesures administratives comprennent toujours une
formation et une surveillance.
Équipement de protection individuelle
L’équipement de protection individuelle comprend un large éventail de
dispositifs et de vêtements conçus pour protéger un travailleur contre
les blessures et les maladies. En font partie notamment les respirateurs,
les lunettes de protection, les visières de protection, les chaussures de
sécurité et les protecteurs d’oreilles. Les travailleurs doivent éviter de
porter des vêtements amples, des gants ou les cheveux longs non
attachés, car ils risquent de se prendre dans les parties en mouvement
d’une machine.
Utilisations courantes des dispositifs de protection
71
Dispositifs de protection habituels des machines à travailler le bois
On trouvera ci dessous les mesures techniques de protection et les
pratiques de travail sécuritaires se rapportant à plusieurs machines
couramment utilisées dans l’industrie du bois. L’équipement de protection
individuelle n’est pas abordé comme tel, car son utilisation vaut pour
toutes les machines industrielles. Les pratiques de travail s’appliquant à
tout l’équipement à travailler le bois (comme l’utilisation d’une brosse pour
nettoyer les scies) ne sont pas mentionnées non plus.
Utilisation et fonctionnement
Les scies circulaires à table sont utilisées pour les coupes droites. Tout
dépendant de la lame, elles peuvent couper le fil du bois en travers
(tronçonnage) ou dans le sens du fil (sciage en long). L’opérateur d’une
scie circulaire à table règle la hauteur et l’angle de la lame, puis pousse
le matériau vers la lame en le tenant. Un guide lame ou guide de scie
est utilisé pour maintenir une coupe droite à la largeur désirée. Les scies
circulaires à table à alimentation automatique viennent avec des rouleaux
d’alimentation ou un convoyeur pour soutenir le bois et le diriger vers la
lame de la scie.
Scie circulaire à table
Protège-lame
autoréglable
Barre directrice
Matériau
Figure 4.12. Scie circulaire à table type.
Causes d’accident
Les mains de l’opérateur peuvent glisser lorsqu’il pousse le matériau en
direction de la scie ou elles peuvent se retrouver trop proches de la lame.
Les travailleurs peuvent aussi se blesser en enlevant les rebuts ou les
produits finis de la table.
L’effet de rebond est une autre cause majeure de blessure. Il est plus
susceptible de se produire pendant le sciage en long que pendant le
tronçonnage. Un effet de rebond est possible si :
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
72
s
s
s
s
aucun protecteur n’est utilisé;
le bois à couper est de piètre qualité;
la lame n’est pas à la bonne hauteur;
la lame n’est pas bien entretenue.
Les autres sources de blessures sont les courroies de transmission non
protégées (courroies et poulies) et les points de coincement des dispositifs
d’alimentation. Les vêtements, les cheveux ou les mains risquent de se
prendre et d’être entraînés vers les rouleaux d’alimentation en marche.
Mesures d’ingénierie recommandées
s Sciage en long et tronçonnage – Recouvrir la partie de la scie au
dessus de la table d’un protecteur autoréglable comme à la Figure 4.12.
Le protecteur doit être ajusté en fonction de l’épaisseur du matériau à
couper et être maintenu en contact avec lui. Le protecteur devrait être
articulé pour qu’il soit facile de l’éloigner au moment de changer la
scie.
s Scies à refendre – Utiliser un extenseur afin d’éviter que le matériau ne
serre trop la scie ou ne rebondisse pendant le sciage en long. Utiliser
des dispositifs antirecul pour que le matériau soit maintenu en place
en cas d’effet de rebond.
s Protéger toutes les courroies de transmission et tous les points de
coincement par attraction.
s Toujours s’assurer que la partie de la scie sous la table est protégée
contre un contact par inadvertance.
s L’opérateur doit avoir accès facilement aux commandes (marche-arrêt).
Règles de sécurité recommandées
s Garder les mains à l’extérieur de la ligne de coupe.
s Utiliser la lame qui convient au découpage (p. ex., ne pas utiliser une
lame à tronçonner pour le sciage en long).
s Seuls des opérateurs dûment formés et compétents sont autorisés à
utiliser l’équipement.
s S’assurer que des procédés sécuritaires au travail sont en place, bien
compris et suivis par les opérateurs.
s Maintenir la lame acérée et en bonne condition.
s Se tenir d’un côté de la lame de scie afin d’éviter les blessures dues à
un effet de rebond éventuel.
s Utiliser un poussoir pour pousser les petits morceaux de bois et
pousser le matériau de l’autre côté de la lame.
s Utiliser des gabarits pour soutenir les parties de pièces et éviter ainsi
d’exercer trop de pression manuelle sur la pièce de fabrication.
s Ne pas essayer de tronçonner des planches longues sur une scie
circulaire à table.
Utilisations courantes des dispositifs de protection
73
Scie radiale
Lame
Dispositif
antirecul
Protecteur
autoréglable
Poignée
Figure 4.13. Scie radiale type.
Utilisation et fonctionnement
Les scies radiales sont des scies circulaires dont la rotation se dirige vers le
bas et qui peuvent couper le fil du bois en travers (tronçonnage) ou dans
le sens du fil (sciage en long). Pour le tronçonnage, le bois est placé contre
un guide de scie éloigné de l’opérateur et la lame est amenée à l’intérieur
du matériau. Pour le sciage en long, la lame est parallèle au guide et le
matériau est poussé vers la lame.
Les scies radiales ont des caractéristiques qui les rendent plus versatiles
que les scies circulaires à table. La poignée de la scie peut s’élever,
s’abaisser et bouger vers les côtés pour régler la profondeur et l’angle
horizontal de la coupe. La lame peut être remplacée par des outils de
façonnage, des ponceuses à disque ou à tambour ou d’autres accessoires.
Les scies radiales sont le choix qui s’impose pour le tronçonnage lorsqu’il
n’y a pas d’autres scies de libres.
Causes d’accident
Les principaux types de blessures causées par les scies radiales sont les
coupures aux bras et aux mains ou l’amputation des doigts après être
entré en contact avec la lame ou des copeaux de bois projetés. Un effet de
rebond est toujours possible et les travailleurs à proximité peuvent être
blessés grièvement si le matériau alimenté dans la mauvaise direction
(surtout pendant le sciage en long) est projeté à l’extérieur de la scie.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
74
Des blessures peuvent aussi se produire lorsque le profil de la lame
dépasse le devant de la table de coupe, car les vêtements ou le corps de
l’opérateur peuvent s’accrocher à la lame de la scie.
Mesures d’ingénierie recommandées
s Recouvrir la partie supérieure de la scie (de la lame jusqu’à l’extrémité
de l’arbre de la scie) d’un protecteur fixe. Protéger la partie inférieure
d’un protecteur autoréglable mobile qui se soulève et s’abaisse avec le
matériau.
s S’assurer que la scie est munie d’un dispositif de retour. La partie
avant de l’unité devrait être légèrement plus élevée que l’arrière, pour
que la tête de coupe puisse reprendre sa position originale une fois
relâchée par l’opérateur. Cela empêchera aussi la tête de coupe de
rouler ou de se déplacer en raison de la gravité ou des vibrations.
s Régler le contact de fin de course afin d’éviter que la lame ne soit en
saillie par rapport à la table de coupe.
s L’opérateur doit pouvoir accéder facilement aux commandes de
fonctionnement.
s Échappement – c. à d. : dispositif d’extraction de la sciure.
s Guide de scie – bonne hauteur, tient bien le matériau.
Règles de sécurité recommandées
s Pendant le tronçonnage, manœuvrer la scie du côté de la table où se
trouve la poignée.
s Pendant le sciage en long, s’assurer que le matériau est alimenté dans
la bonne direction afin d’éviter les effets de rebond grave.
s Indiquer clairement la direction de la rotation de la scie sur le garde
protecteur.
s Mesurer les planches à l’aide d’un butoir d’extrémité. Si la mesure est
effectuée à l’aide d’une règle, mettre la scie hors tension.
s Attendre que la lame s’arrête avant de prendre des mesures.
s Avant d’effectuer un sciage angulaire, vérifier la direction de la lame
de la scie (p. ex., coupes à 45°).
s Laver le dessus de la table à niveau.
s Seuls des opérateurs et des travailleurs dûment formés et compétents
sont autorisés à utiliser l’équipement.
s S’assurer que des procédés sécuritaires au travail sont en place, bien
compris et suivis par les opérateurs.
Utilisations courantes des dispositifs de protection
75
Scie à ruban
Protège-lame
autoréglable
Boyau d’air (pour
enlever la sciure)
Lame
Matériau
Protecteur
transparent
Table de la scie
Figure 4.14. Scie à ruban type.
Utilisation et fonctionnement
Les scies à ruban sont utilisées à la fois pour les coupes droites et les
coupes de pièces recourbées. Ces scies sont formées d’une lame d’acier
mince, flexible et sans fin dentée sur un côté. La lame est actionnée à l’aide
de deux poulies, soit une poulie motrice et une poulie tendeur, et passe
dans une fente sur la table de travail où le matériau est placé. L’opérateur
assure l’alimentation à la main et déplace le matériau contre la lame pour
scier en suivant une ligne prédéterminée.
Causes d’accident
La cause de blessure la plus courante est l’entrée en contact avec la lame.
Au point de fonctionnement, l’entrée en contact peut se faire de deux
façons :
s Les mains de l’opérateur peuvent s’approcher trop près de la lame
pendant la coupe. Une scie à ruban ne peut être complètement
protégée, car la partie de la lame utilisée pour la coupe est toujours
exposée.
s L’opérateur peut entrer en contact avec la partie non utilisée de la lame
si elle n’est pas protégée (p. ex., en enlevant un morceau coupé).
Mesures d’ingénierie recommandées
s Protéger la lame au complet à l’exception du point de fonctionnement
(partie de la lame effectuant la coupe entre le bas des rouleaux de
guidage et la table).
s Utiliser un protecteur autoréglable pour la partie de la lame entre le
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
76
s
s
s
s
s
guide coulissant et la partie supérieure de la scie de façon à ce qu’il
puisse se lever et s’abaisser en même temps que le guide.
Régler correctement la colonne du protège-lame en fonction de l’épaisseur
du matériau pour assurer une protection supplémentaire.
Recouvrir entièrement les volants.
Protéger les rouleaux d’alimentation s’ils sont utilisés pour alimenter la
scie.
Songer à installer un système de freinage sur un des volants ou les deux
afin de réduire au minimum les possibilités de marche en roue libre une
fois que l’on a coupé l’alimentation de la scie. Sinon, ne pas enlever de
matériau tant que la lame ne s’est pas arrêtée.
S’assurer que la scie est munie d’un dispositif de tension de lame.
Règles de sécurité recommandées
s Utiliser la bonne grandeur et le bon type de lame. Par exemple, ne pas
utiliser de lame large pour couper dans un court rayon.
s Régler le protecteur pour qu’il ne laisse passer que le matériau à
couper.
s Ne jamais arrêter la scie trop vite ou pousser un morceau de bois
contre le tranchant de la lame après avoir coupé l’alimentation de la
machine.
s Inspecter les lames de temps à autre. Enlever les lames craquelées ou
défectueuses immédiatement.
s Ne procéder à des coupes que si la scie est sous tension et non pendant
la marche en roue libre.
s Utiliser un poussoir pour contrôler l’avance du matériau qui sort de la
lame.
s Couper les petites pièces à l’aide d’un gabarit ou d’un dispositif spécial.
s Seuls des opérateurs et des travailleurs dûment formés et compétents
sont autorisés à utiliser l’équipement.
s S’assurer que des procédés sécuritaires au travail sont en place, bien
compris et suivis par les opérateurs.
Utilisations courantes des dispositifs de protection
77
Dégauchisseuse
Protecteur à fermeture
automatique au repos
(fermé)
Matériau
Protecteur activé
(ouvert)
Figure 4.15. Dégauchisseuse type.
Utilisation et fonctionnement
Les dégauchisseuses aplanissent le bois ou le rendent droit et sont
surtout utilisées pour dégauchir des petites pièces. L’opérateur introduit
le matériau sur un porte-outils cylindrique à plusieurs couteaux tout en
maintenant le matériau contre un guide. La profondeur de la coupe est
déterminée par un réglage de la table d’entrée.
Il existe deux types de dégauchisseuse :
s les dégauchisseuses alimentées à la main à tête de coupe horizontale
(Figure 4.15);
s les dégauchisseuses verticales.
Causes d’accident
Les dégauchisseuses alimentées à la main sont des machines à travailler le
bois dangereuses. Des blessures peuvent survenir si les mains et les doigts
de l’opérateur entrent en contact avec les couteaux. Cela peut se produire
lorsque l’opérateur dégauchit des morceaux longs et étroits, surtout si un
gabarit ou un autre dispositif de retenue n’est pas utilisé. Des blessures
sont aussi possibles lorsque l’opérateur laisse ses doigts le long de la
surface de la dégauchisseuse derrière le matériau qu’il introduit. Il arrive
parfois que le matériau soit projeté vers l’extérieur accidentellement,
exposant du même coup les mains de l’opérateur au porte-outils.
Mesures d’ingénierie recommandées
Dégauchisseuses horizontales alimentées à la main :
s Recouvrir le porte-outils d’un protecteur à ressort ou à fermeture
automatique qui n’expose le porte-outils que lorsque le matériau est
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
78
s
s
s
s
s
introduit. Le protecteur doit s’ajuster automatiquement pour couvrir la
portion inutilisée du porte-outils et doit demeurer en contact avec le
matériel en tout temps.
Régler le porte-outils cylindrique de façon à ce que le couteau ne
s’avance pas à plus de 3 mm (8 po) du corps cylindré du porte-outils.
Ajuster le porte-outils de façon à ce que l’écart entre le tracé projeté du
couteau et la table de sortie ne dépasse pas 3 mm (8 po).
Réduire le plus possible l’écart entre la table et le porte-outils.
Seuls des opérateurs et des travailleurs dûment formés et compétents
sont autorisés à utiliser l’équipement.
S’assurer que des procédés sécuritaires au travail sont en place, bien
compris et suivis par les opérateurs.
Dégauchisseuses verticales :
s Recouvrir complètement le porte-outils, à l’exception de la fente où le
matériau à dégauchir sera introduit. Ce protecteur peut faire partie du
système d’échappement local.
Règles de sécurité recommandées
s Utiliser un bloc poussoir de retenue pour dégauchir le bois.
s Éviter de couper profondément, car cela augmente le risque d’effets de
rebond, tout en nécessitant une plus grande ouverture de table.
s En règle générale, éviter de dégauchir de petites pièces. Ne jamais
dégauchir des pièces dont la dimension est inférieure à quatre fois la
largeur de l’ouverture de la table.
s Vérifier les couteaux ponctuellement pour vérifier s’ils sont bien placés
et réglés, mais seulement si la machine n’est pas sous tension.
s Seuls des opérateurs et des travailleurs dûment formés et compétents
sont autorisés à utiliser l’équipement.
s S’assurer que des procédés sécuritaires au travail sont en place, bien
compris et suivis par les opérateurs.
Utilisations courantes des dispositifs de protection
79
Façonneuse
CSA Z114-M (3.3.6)
Protection des
façonneuses – Les
têtes de coupe des
façonneuses à bois,
des dresseuses et
d’autres machines
similaires qui ne
sont pas alimentées
automatiquement
doivent être
recouvertes ou
protégées afin d’éviter
que les mains de
l’opérateur n’entrent
en contact avec le
tranchant d’outil.
Réglage de la
hauteur
Protecteur
Base de la lame de la
façonneuse (aire de travail)
Figure 4.16. Façonneuse type.
Utilisation et fonctionnement
Les façonneuses sont la plupart du temps utilisées pour façonner les côtés
du matériau. L’opérateur peut introduire le matériau à partir de n’importe
quelle direction vers une tête coupante rotative verticale montée sur une
tige tournant à grande vitesse. Certaines machines possèdent des tiges
multiples. Les pièces courbes sont façonnées en étant maintenues par des
doigts de guidage, tandis que les pièces façonnées en ligne droite sont
retenues par des guides.
Causes d’accident
Des blessures se produisent lorsque les mains ou les doigts de l’opérateur
entrent en contact avec les couteaux rotatifs. Les travailleurs peuvent aussi
être blessés gravement ou même être tués par des couteaux projetés parce
que le porte-outils était en déséquilibre. Il est difficile de protéger une
façonneuse, mais il existe un certain nombre de protecteurs pour assurer
la protection des mains de l’opérateur.
Mesures d’ingénierie recommandées
Façonneuses horizontales alimentées à la main :
s La Figure 4.16 montre une tige entourée d’un protecteur ou cage
réglable. Pour le façonnage en ligne droite, le cadre du guide devrait
inclure le protecteur. Le guide devrait laisser la plus petite ouverture
possible pour les couteaux et devrait se prolonger à au moins 457 mm
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
80
(18 po) de chaque côté de la tige. Des guides clivés réglables s’avèrent
utiles en matière de protection lorsqu’un côté en entier du matériau
doit être façonné.
s Protéger les rouleaux d’alimentation automatisés s’il y en a.
s S’assurer que les toupies doubles sont munies d’un dispositif de
marche / arrêt pour chaque tige.
s Utiliser un collet de sécurité pour réduire au minimum les risques
associés aux couteaux projetés.
Règles de sécurité recommandées
s Veiller à l’entretien des couteaux. Il faut s’assurer qu’ils sont rectifiés
avec précision pour que la pression soit uniforme, qu’ils ne sont pas en
déséquilibre et qu’ils conviennent.
s Former les opérateurs pour qu’ils soient en mesure de déceler un «
claquement » qui pourrait être un signe de déséquilibre des couteaux.
Pour démarrer la machine, les opérateurs devraient effectuer une série
de marche-arrêt rapides de manière à ce que la tige atteigne lentement
sa vitesse de fonctionnement.
s Maintenir une distance entre les mains de l’opérateur et le point de
fonctionnement à l’aide de modèles, de gabarits et de montages. Des
peignes pourraient être attachés au guide de scie pour assurer un
façonnage en ligne droite.
s Dans la mesure du possible, couper dans la direction opposée à la
rotation de la tige.
s Seuls des opérateurs et des travailleurs dûment formés et compétents
sont autorisés à utiliser l’équipement.
s S’assurer que des procédés sécuritaires au travail sont en place, bien
compris et suivis par les opérateurs.
Robots industriels et systèmes robotiques
L’utilisation de robots et de systèmes robotiques dans l’industrie de la
fabrication est devenue pratique courante dans des secteurs comme
l’industrie automobile, et leur utilisation dans les petites fabriques et dans
des domaines spécialisés ne cesse de croître. Une entrée non autorisée
dans le champ d’intervention d’un robot expose le travailleur à un risque
de lésions par impact ou d’écrasement dû à un mouvement du robot non
prévu.
Le Règlement sur la
sécurité et la santé au
travail (RM217/2006)
stipule que tous
les robots et les
systèmes robotiques
doivent être protégés
conformément aux
exigences de la
norme CSA Z434,
intitulée Robots
industriels et
systèmes robotiques :
Exigences générales
de sécurité. Si
des robots ou
des systèmes
robotiques sont
requis pour assurer
le fonctionnement,
on doit consulter
cette norme afin de
déterminer comment
les protéger comme il
se doit.
Les renseignements
fournis dans cette
section sont de
nature générale. La
protection des robots
et des systèmes
robotiques devrait
être assurée par du
personnel qualifié
et expérimenté
possédant une
connaissance
approfondie de la
norme applicable.
La protection des robots nécessite l’emploi d’un ensemble de
dispositifs composés en général de protecteurs fixes, de protecteurs à
interverrouillage et de capteurs de présence comme des tapis sensibles à la
pression et des rideaux de lumière. La Figure 4.17 montre un ensemble de
Utilisations courantes des dispositifs de protection
81
dispositifs de protection d’une cellule de production robotisée.
Boutons d’arrêt
d’urgence
Signal d’avertissement
Indicateur de mise
en sourdine
Clôture
≥1,8 m Hauteur
(72 po) de la
barrière
≤0,15 m
(6 po)
Bouton d’arrêt Dispositif de
mise en
d’urgence
marche
Rideau de
lumière
Bouton d’arrêt
d’urgence
Tapis de
sécurité
Bouton d’arrêt
d’urgence
Poteau de
sécurité
Barrière
d’avertissement
Figure 4.17. Dispositifs de protection types d’une cellule de production robotisée.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
82
Annexes
Annexe 1 – Entretien et réparations
Annexe 2 – Équipement de protection individuelle
Annexe 3 – Évaluation du risque que présente une machine
Annexe 4 – Liste de vérification des protecteurs
Annexe 5 – Renvois aux normes
Annexe 1 – Entretien et réparations
Un bon programme d’entretien et de réparations peut grandement contribuer à la sécurité des opérateurs
de machine et des autres travailleurs à proximité. Des pratiques et des procédés sécuritaires au travail
assurent aussi la protection des préposés à l’entretien et aux réparations. Cependant, la gamme étendue
et la complexité des machines à réparer, les risques associés à leur source d’énergie et les dangers
particuliers pouvant être présents en cas de panne peuvent mettre en péril la sécurité des travaux
d’entretien et de réparations. L’employeur doit veiller à ce que les préposés à l’entretien et aux réparations
disposent de suffisamment de temps et de ressources pour effectuer leur travail en toute sécurité sans
créer de nouveaux dangers.
La formation et les aptitudes des personnes assignées à ces tâches devraient les amener à porter
une attention particulière aux pannes électriques intermittentes, à l’usure, aux bruits suspects, aux
craquements et à d’autres signaux d’avertissement qu’un bris est imminent ou que des protecteurs ont
été endommagés, modifiés ou enlevés. En observant les opérateurs de machine lorsqu’ils effectuent leurs
tâches et en les écoutant, le personnel d’entretien peut savoir quels sont les points à surveiller et y prêter
attention avant qu’ils ne deviennent des sources d’accident et de blessure. Parfois, il suffit d’un peu de
graisse ou de quelques réglages pour que les choses continuent d’aller rondement. Les travailleurs qui
constatent ou soupçonnent des dommages doivent en faire part à leur superviseur. Si ces dommages
empêchent le fonctionnement sécuritaire de la machine, celle ci doit être mise hors service pour être
réparée. Si des préposés à l’entretien et aux réparations constatent ou soupçonnent des dommages, mais
qu’ils n’ont pas l’autorité nécessaire pour corriger immédiatement la situation, ils doivent aussi en faire
part au superviseur. Si des dispositifs de protection ont été enlevés, modifiés ou endommagés, on devrait
aussi le rapporter de façon à ce que les mesures qui s’imposent soient prises pour assurer la protection
des travailleurs.
Dans la mesure du possible, la machine devrait être conçue pour que le graissage et les réglages courants
se fassent sans avoir à enlever les dispositifs de protection. S’il faut les enlever, les préposés à l’entretien
et aux réparations doivent toujours les remettre en place avant que le travail ne soit considéré comme
terminé.
Il peut arriver que l’entretien ou les réparations se fassent pendant que la machine fonctionne. En pareil
cas, il faut établir et faire adopter des pratiques et des procédés sécuritaires au travail pour assurer la
sécurité du personnel d’entretien effectuant le travail. D’autres dispositifs de sécurité doivent être pris en
considération pendant l’établissement des procédés sécuritaires au travail. Lorsqu’il n’est pas nécessaire
de réparer une machine pendant son fonctionnement, des procédures de verrouillage doivent être suivies
pour s’assurer que la machine demeure hors tension et qu’elle ne démarrera pas accidentellement. Les
panneaux et les étiquettes de mise en garde ne suffisent pas à eux seuls à protéger contre la mise sous
tension d’une machine, mais ils peuvent faire partie des procédures de verrouillage.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
85
1.
Procédures de verrouillage
Lorsqu’une machine, un outil, un tuyau ou une autre pièce d’équipement est verrouillé, il ne peut
plus être mis sous tension ou transmettre de l’énergie pendant son entretien, sa réparation ou sa
mise au point. Il devient alors impossible de le démarrer directement, à l’aide d’un interrupteur
marche arrêt, ou indirectement, au moyen de l’interrupteur d’alimentation principal. La machine
ou l’équipement doit être en état énergétique zéro.
Une machine, un outil ou une chaîne de montage en état énergétique zéro est vide de toute
forme d’énergie. Par exemple, la conduite d’un outil à air comprimé est vide de toute pression
et déconnectée, ou sa source d’air est bloquée. Un panneau électrique n’est plus alimenté
en électricité. Par conséquent, la machine ou l’équipement ne peut plus être mis en marche
intentionnellement, à l’aide de l’interrupteur marche arrêt, ou par inadvertance, parce qu’il reste un
peu d’énergie dans la machine ou l’équipement.
La machine ou la pièce d’équipement doit être verrouillée à l’aide d’un dispositif de verrouillage,
c’est à dire tout moyen qui empêche la source d’énergie d’atteindre la machine. Il peut s’agir tout
simplement d’un verrou qui empêche l’accès à l’interrupteur ou sa mise en marche. Si le dispositif
de verrouillage utilisé est un système de protection avec clé et verrou, chaque travailleur assigné
ou ayant accès à la machine devra posséder sa clé et son verrou. Le verrou remis à un travailleur
doit n’avoir que deux clés, soit une pour lui et une clé de rechange. La clé de rechange ne doit
être utilisée que par un travailleur désigné en cas d’urgence ou lorsque le travailleur assigné à
la machine est absent et que toutes les précautions ont été prises pour s’assurer que le verrou
peut être enlevé et que la machine peut être mise sous tension sans danger. Si une machine est
déverrouillée à l’aide d’une clé de rechange, il faut le consigner dans un registre afin de savoir
quand les clés de rechange sont utilisées. Dans toutes les situations habituelles, le dispositif
de verrouillage ne peut être enlevé que par la personne qui l’a installé, et ce, après avoir pris
toutes les précautions nécessaires pour s’assurer que la pièce d’équipement ou la machine peut
redémarrer sans danger.
Une étiquette de mise en garde n’est pas considérée comme un dispositif de verrouillage, car elle
ne permet pas à elle seule de verrouiller une pièce d’équipement. On peut toutefois l’ajouter au
dispositif de protection pour mieux informer les travailleurs. Par exemple, l’étiquette peut indiquer
le nom de la personne qui a verrouillé la machine, mentionner qu’on ne peut la mettre sous
tension ou s’en servir, et expliquer brièvement la raison du verrouillage. Avant de choisir le type
d’étiquette de mise en garde à apposer, il faut au préalable évaluer l’équipement et le secteur à
verrouiller. Par exemple, si l’étiquette vise à avertir d’un verrouillage électrique, elle ne devrait pas
être faite d’un matériau conducteur d’électricité.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
86
Que devraient comprendre les procédures de verrouillage?
a) Les procédures de verrouillage devraient indiquer :
s comment rendre une machine en état énergétique zéro et la laisser dans cet état en toute
sécurité;
s où et comment installer les dispositifs de verrouillage et les étiquettes de mise en garde
qui conviennent sur la machine;
s comment s’assurer de l’efficacité du verrouillage et vérifier si la machine est en état
énergétique zéro;
s comment faire savoir aux gens qu’une machine est verrouillée;
s comment s’assurer que toutes les personnes à proximité de la machine verrouillée restent
à l’écart de la zone jusqu’à ce que la machine soit réparée et remise sous tension (s’il y a
lieu);
s comment remettre sous tension la machine qui a été verrouillée.
b) Points à considérer en rédigeant les procédures de verrouillage :
s les objectifs de la tâche et l’équipement requis;
s tous les détails relatifs aux sources d’énergie de chaque machine et à leur verrouillage;
s les étapes à suivre pour mettre les machines hors tension et les sécuriser;
s les étapes à suivre pour vérifier l’efficacité du verrouillage et vérifier si la machine est en
état énergétique zéro;
s les méthodes d’installation des dispositifs de verrouillage et des étiquettes;
s les étapes à suivre pour remettre la machine sous tension;
s le nom des employés autorisés à faire le verrouillage;
s les situations où une autre personne est autorisée à enlever un dispositif de verrouillage.
c) Formation relative aux procédures de verrouillage :
s Tous les employés doivent comprendre ce que représente le verrouillage de l’équipement,
quelle est la signification des étiquettes de mise en garde et quelles sont les procédures à
suivre s’ils veulent utiliser l’équipement.
s La personne responsable du verrouillage doit suivre une formation sur les procédures
écrites et être bien au fait des dangers associés aux sources d’énergie de l’équipement.
s Tous les employés réaffectés à un autre équipement doivent avoir suivi une formation sur
les procédés sécuritaires au travail se rapportant à ce nouvel équipement.
s Si des employés embauchés à forfait ou des travailleurs autonomes sont appelés à
réparer l’équipement ou des machines, les employés qui les assistent doivent recevoir une
formation sur les procédures de verrouillage que les employés embauchés à forfait ou les
travailleurs autonomes suivent ainsi que sur les procédures suivies à l’interne.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
87
2.
Programmes d’entretien préventif
Les programmes d’entretien préventif protègent non seulement l’équipement utilisé en milieu de
travail, mais aussi les travailleurs en faisant ressortir les dangers et les conditions dangereuses
avant que des incidents ne surviennent. Les programmes d’entretien préventif permettent
d’économiser sur le coût des réparations, car un entretien régulier a pour effet de réduire le
nombre de pannes et, par la même occasion, les temps d’arrêt non prévus. Pour mettre sur pied
un programme d’entretien préventif en milieu de travail, il faut suivre les étapes suivantes :
a) Inventaire – Dresser un inventaire de toutes les machines et de tout l’équipement à inclure
dans le programme d’entretien préventif. Tout l’équipement se trouvant dans le lieu de travail
doit en faire partie. Tout dépendant de la complexité de l’équipement, l’inventaire peut prendre
beaucoup ou peu de place dans un programme.
b) Documentation – Examiner toute la documentation en main pouvant aider à déterminer
quels sont les travaux d’entretien à effectuer pour chaque pièce d’équipement. Les manuels
d’utilisation du fabricant, les procédés sécuritaires au travail établis dans le lieu de travail et
le programme de sécurité et de santé au travail, qui établit un horaire des inspections, sont de
bons exemples de documents à examiner.
c) Élaboration d’un plan – Après avoir établi quels sont les travaux d’entretien à effectuer pour
chaque pièce d’équipement, il faut rédiger un plan d’action. Dans certains lieux de travail, des
programmes informatisés ou des calendriers d’activités écrits sont utilisés comme moyens
d’aider à organiser les travaux d’entretien requis. Tout dépendant du type d’équipement utilisé
dans le lieu de travail, le plan des travaux d’entretien devrait fournir des renseignements du
genre :
s périodes de graissage;
s remplacement des engrenages;
s changement des pompes;
s calibrages;
s inspections externes;
s dispositifs de protection.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
88
Annexe 2 – Équipement de protection individuelle
L’équipement de protection individuelle (EPI) est un aspect important à prendre en compte dans chaque
lieu de travail. L’utilisation d’un EPI devrait toujours être considérée en dernier ressort, ou comme
dispositif de protection supplémentaire pour contrer un danger, car si ce dispositif n’arrive pas à protéger
un travailleur, rien d’autre ne pourra le protéger. Tout dépendant de la nature du lieu de travail, différents
types d’EPI pourraient être nécessaires. En outre, le type d’EPI requis varie selon le matériau utilisé. Si
l’EPI ne convient pas à la tâche effectuée ou au travailleur, il peut être la source de nouveau danger en
s’accrochant aux parties en mouvement de l’équipement ou en limitant le contrôle du produit exercé par le
travailleur.
La Partie 6 du Règlement sur la sécurité et la santé au travail dresse la liste des situations où un EPI est
exigé. Cette partie oblige l’employeur à établir et à appliquer des pratiques et des procédés sécuritaires
pour l’utilisation d’EPI dans le lieu de travail. L’employeur doit fournir gratuitement l’EPI, exception
faite des chaussures de sécurité (à moins que les pieds du travailleur ne soient exposés à des substances
chaudes, corrosives ou toxiques) et du casque de sécurité dans un chantier de construction. L’EPI doit être
entreposé dans un endroit propre accessible au travailleur en cas de besoin, réparé ou remplacé s’il est
défectueux, et remplacé s’il a été contaminé par une substance dangereuse. Les travailleurs doivent être
capables de porter l’EPI et avoir suivi une formation sur son utilisation pour en assurer l’efficacité. Si l’EPI
doit respecter une norme en particulier (p. ex., CSA ou ANSI), l’employeur doit s’assurer de sa conformité.
Types d’équipement de protection individuelle courant que les travailleurs portent lorsqu’ils sont affectés
à des machines :
1.
Vestes et tabliers
Des vestes ou des tabliers sont parfois utilisés pour empêcher un travailleur d’être exposé à des matières
ou liquides dangereux qui pourraient l’éclabousser. On peut aussi s’en servir pour éviter qu’un travailleur
ne soit blessé par des fragments de pièces ou de matériaux projetés. En pareil cas, la veste ou le tablier
doit servir de coussin amortisseur, de manière à ce qu’il absorbe l’énergie du matériel éjecté et qu’il évite
ainsi que l’opérateur ne soit blessé.
2.
Protection des yeux et du visage
Une protection des yeux et du visage est courante dans les aires de travail où des machines et de
l’équipement sont utilisés. Des dispositifs de protection des yeux et du visage doivent être portés partout
où il y a un risque de blessure due :
s
s
s
s
à
à
à
à
des objets ou à des fragments projetés en l’air;
des éclaboussures de liquide ou de métal en fusion;
des rayons ultraviolets, visible ou infrarouge;
tout autre matériel, substance ou matière.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
89
3.
Protection des oreilles
Dans la plupart des lieux de travail où des machines sont utilisées, un programme de préservation
de l’ouïe doit être mis sur pied. Lorsque le niveau de bruit dépasse 85 dBA, des mesures de
contrôle acoustique devraient être mises en place afin de le réduire à moins de 85 dBA. Si cela
n’est pas possible, l’employeur doit adopter une politique de protection de l’ouïe. Cette politique
pourrait, par exemple, rendre obligatoire le port d’un casque ou de bouchons d’oreille pour que le
travailleur soit exposé à un niveau de bruit inférieur à 85 dBA.
4.
Protection des pieds
Le travailleur est responsable de se procurer ses propres chaussures de sécurité pour se protéger
contre le risque de blessures aux pieds en milieu de travail. L’employeur est responsable de
déterminer quels sont les risques auxquels s’expose un travailleur et en informer le travailleur en
question (p. ex., chute d’objets, objets roulants, circulation de véhicules). Si les pieds du travailleur
sont exposés à des substances chaudes, corrosives ou toxiques, c’est à l’employeur d’assurer la
protection appropriée pour les pieds du travailleur.
5.
Protection des voies respiratoires
Dans certains milieux de travail, les voies respiratoires des travailleurs doivent être protégées
en raison de la présence d’aérocontaminants dans le lieu de travail ou associés à un travail ou à
une tâche en particulier. Lorsque les aérocontaminants ne peuvent être contrôlés par le système
de ventilation ou une autre mesure d’ingénierie, un appareil de protection respiratoire s’impose.
En pareil cas, l’employeur doit s’assurer que l’appareil de protection respiratoire protège contre
le contaminant auquel les travailleurs sont exposés. En outre, l’employeur doit veiller à ce qu’un
essai d’ajustement soit fait au préalable afin que l’appareil protège bien les travailleurs. Tous les
appareils de protection respiratoire doivent être entreposés dans un endroit propre auquel les
travailleurs ont accès.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
90
Annexe 3 – Évaluation du risque que présente une machine
L’objet principal d’une évaluation du risque est d’établir quelle machine devrait avoir la priorité et quelles parties de
cette machine devraient être protégées en premier.
Évaluation du risque que présente une machine
Nom de l’entreprise
Date de l’évaluation
Nom de la machine
Fonction de la machine
Établir et décrire tout mouvement ou
condition de la machine qui risque
d’exposer des parties du corps d’un
travailleur à un danger (p. ex., arbres
tournants, points de coincement par
attraction, pièces de cisaillement, pièces
à mouvement alternatif, mouvements
d’un poinçon, danger d’impact,
projection de fragments, surfaces
abrasives, risques électriques, fluides
chauds ou toxiques, vapeurs, émissions,
radiation). Fournir une description
détaillée.
Décrire la blessure la plus grave qui pourrait
raisonnablement se produire liée à chaque
danger.
S’orienter à l’aide des descriptions suivantes :
Blessure fatale
Blessure majeure (normalement irréversible
: blessure permanente, lésions à la moelle
épinière, perte de la vue, amputation,
écrasement, trouble respiratoire)
Blessure grave (normalement réversible :
évanouissement, brûlures, fractures)
Blessure mineure (contusions, coupures,
écorchures légères)
Nom de l’évaluateur :
1.
2.
3.
Gravité de
la blessure
estimée :
Mineure = 1
Grave = 5
Majeure = 7
Fatale = 10
Probabilité
de blessure
estimée :
((voir Note 1) :
Peu probable = 1
Possible = 5
Probable = 7
Certaine = 10
Niveau de
risque estimé
(voir Note 2) :
Gravité estimée
× Probabilité
estimée
1.
2.
3.
4.
Nota – La collecte de ces renseignements peut nécessiter des observations répétées, surtout pour déterminer ce qu’un travailleur fait lorsque le rythme
de production habituel est interrompu.
Protection recommandée pour éliminer le risque ou le réduire à un niveau acceptable (voir Note 3)
1.
3.
2.
4.
Note 1. Les facteurs ci-dessous sont à considérer pour estimer la probabilité d’une blessure :
vitesse des cycles de la machine;
série de blocages et de problèmes d’alimentation nécessitant l’accès fréquent aux zones de danger de
la machine;
alimentation manuelle d’une machine
activée par une pédale;
blessures antérieures avec la machine ou des machines de ce genre.
formation et expérience de l’opérateur;
facteur d’ennui (répétition);
Note 2. Se servir du niveau de risque estimé pour fixer les priorités dans la mise en œuvre des mesures de protection. Plus le niveau de risque estimé est
élevé, plus il est urgent d’adopter des solutions pour assurer la protection.
Note 3. Toujours respecter la hiérarchie des mesures de contrôle, et ce, peu importe le niveau de risque perçu.
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
91
Annexe 4 – Liste de vérification des protecteurs
Photocopier cette liste de vérification, puis l’utiliser pour analyser
toutes les parties en mouvement des machines dans le lieu de travail.
LISTE DE VÉRIFICATION DES PROTECTEURS D’UNE MACHINE
EXIGENCES RELATIVES
AUX PROTECTEURS
1.
Les protecteurs empêchent-ils les mains,
les bras ou les autres parties du corps des
travailleurs d’entrer en contact avec des
parties en mouvement dangereuses?
Qui
2.
†
Non
†
Non
†
Non
4.
5.
†
†
†
Non
†
†
Non
1.
2.
Qui
2.
†
Non
†
Le protecteur laisse-t-il les mains, les doigts
et les autres parties du corps de l’opérateur
hors de la zone de danger?
Qui
†
Non
Non
†
†
Non
†
Qui
3.
†
†
Non
†
†
Non
†
Est-ce que l’opérateur a facilement accès aux
commandes marche-arrêt?
Qui
5.
Non
Est-ce qu’il y a des vis d’arrêt, des rainures,
des collets ou d’autres éléments semblables
qui sont exposés?
Qui
4.
†
Est-ce qu’il y a des courroies ou des roues
de chaîne qui sont exposées?
†
Non
†
S’il y a plus d’un opérateur, est-ce que des
commandes séparées sont fournies?
Qui
Un protecteur est-il installé au point de
fonctionnement de la machine?
†
Est-ce qu’il y a des engrenages, des roues
dentées, des poulies ou des volants non
protégés sur l’appareil?
Qui
Point de fonctionnement :
1.
†
Appareils de transmission d’énergie :
†
DANGERS MÉCANIQUES
Non
Des changements pourraient-ils être
apportés à la machine pour éliminer
complètement le danger au point de
fonctionnement?
Qui
Peut-on améliorer les protecteurs en place?
Qui
†
Un protecteur plus pratique et efficace
pourrait-il être installé?
Qui
†
†
A-t-on constaté que des protecteurs ont été
modifiés ou enlevés?
Qui
La machine s’arrête-t-elle automatiquement
dès qu’on enlève le protecteur?
Qui
7.
Non
Peut-on graisser et huiler la machine sans
avoir à enlever le protecteur?
Qui
6.
†
Les protecteurs assurent-ils un
fonctionnement sécuritaire, en douceur et
relativement facile de la machine?
Qui
5.
†
Les protecteurs empêchent-ils la chute
ou l’explosion d’objets sur les parties en
mouvement?
Qui
4.
Non
Les protecteurs sont-ils solidement fixés et
difficiles à enlever?
Qui
3.
†
3.
†
Non
†
Autres parties mobiles :
1.
Est-ce que des protecteurs sont fournis
pour toutes les parties en mouvement
dangereuses d’une machine, y compris
l’équipement auxiliaire?
Qui
†
Non
†
†
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
93
ÉDUCATION ET
FORMATION
1.
Les opérateurs et les gens de métier
possèdent-ils l’éducation et la formation
nécessaires sur la façon d’utiliser les
protecteurs?
Qui
2.
Non
†
†
Non
†
Non
†
†
Non
†
Les gens de métier possèdent-ils l’éducation
et la formation qu’il faut sur la façon de
rendre les protecteurs sécuritaires?
Qui
†
Non
Un équipement de protection est-il requis?
Qui
2.
3.
†
Non
†
Si un équipement de protection est requis,
convient-il au travail, est-il en bonne
condition, est-il propre et est-il bien
entreposé lorsqu’on ne l’utilise pas?
Qui
†
Non
†
L’opérateur porte-t-il des vêtements
appropriés pour le travail qu’il fait (pas de
vêtements amples ou de bijoux)?
Qui
†
Non
†
ENTRETIEN ET
RÉPARATIONS DES
MACHINES
†
Les travailleurs ont-ils suivi une formation
sur les procédures à suivre s’ils se
rendent compte que des protecteurs sont
endommagés, qu’ils ont été enlevés ou qu’ils
ne conviennent pas?
Qui
6.
†
Les employés de la production et les gens
de métier ont-ils suivi une formation sur
la façon d’enlever les protecteurs et dans
quelles circonstances?
Qui
5.
†
1.
Les employés de la production et les gens
de métier ont-ils suivi une formation leur
indiquant où les protecteurs se trouvent,
comment ils assurent une protection et
contre quels dangers?
Qui
4.
Non
Le programme d’éducation fournit-il des
exemples de travailleurs de l’endroit ou
d’ailleurs qui ont perdu la vie ou des
membres parce qu’une machine n’était pas
bien protégée?
Qui
3.
†
ÉQUIPEMENT DE
PROTECTION ET
VÊTEMENTS APPROPRIÉS
1.
Les gens de métier ont-ils reçu des
instructions à jour au sujet des machines
qu’ils réparent?
Qui
2.
Non
†
Les gens de métier verrouillent-ils la
machine en la vidant de toutes ses
sources d’énergie avant de commencer les
réparations?
Qui
3.
†
†
Non
†
Le matériel d’entretien est-il bien protégé?
Qui
†
Non
†
†
Source : Service responsable de la santé et de la sécurité des TCA, “Blowin’ in the Wind – Machine
Guarding Prevents Death” (reproduit avec la permission des TCA).
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
94
Annexe 5 – Normes mentionnées dans la Ligne directrice :
protection des machines et de l’équipement
Le Règlement sur la sécurité et la santé au travail (RM217/2006) stipule qu’il faut respecter toutes les
exigences en matière de sécurité et de santé précisées dans des normes en particulier. De nombreuses
organisations et associations industrielles ont aussi adopté d’autres normes de sécurité. Bien que ces
normes ne soient pas mentionnées dans le Règlement sur la sécurité et la santé au travail (RM217/2006),
elles fournissent une orientation précise relativement à la protection de pratiquement tous les types
d’équipement de fabrication ou procédé industriel. On trouvera ci dessous une liste de certaines des
normes dont il est question dans le Règlement sur la sécurité et la santé au travail (RM217/2006) ainsi que
d’autres normes faisant état des exigences en matière de sécurité et de santé propres à de l’équipement ou
à des processus en particulier.
Type d’équipement
Normes pertinentes
Meules, meuleuses
Norme ANSI B7.1, The Use, Care and Protection of Abrasive Wheels
Ponts élévateurs
Norme ANSI/ALI B153.1, American National Standard for Automotive Lifts – Safety Requirements for the
Construction, Care, and Use
Norme ANSI ASME PALD, Portable Automotive Lifting Devices
Scies à chaîne
Norme CAN/CSA Z62.1, Scies à chaîne
Convoyeurs (tous les types)
Norme ANSI ANSI/ASME B20.1, Safety Standards for Conveyors and Related Equipment
Protection des machines
Norme CAN/CSA Z432, Protection des machines
Robots industriels
Norme CAN/CSA Z434, Robots industriels et systèmes robotiques : Exigences générales de sécurité;
norme ANSI ANSI/RIA R15.06, American National Standard Industrial Robots and Robot Systems –
Safety Requirements
Cisailles-poinçonneuses
Norme ANSI B11.5, American National Standard for Machine Tools – Iron Workers – Safety Requirements
for Construction, Care and Use
Marquage des dangers
physiques
Norme ONGC CAN/CGSB-24.3, Identification des réseaux de canalisation
Norme CAN/CSA-Z321, Signaux et symboles dans le milieu de travail
Norme ANSI Z535.1, Safety Color Code
Norme ANSI Z535.2, Environmental and Facility Safety Signs
Norme ISO 3864, Couleurs de sécurité et signaux de sécurité
Attaches posées
mécaniquement
ANSI Standard A10.3, American National Standard for Construction and Demolition Operations – Safety
Requirements for Power-Actuated Fastening Systems
Presses et presses à plier
Norme CAN/CSA Z142, Règles de sécurité et d’hygiène applicables aux presses à découper et à plier
Cisailles à tôle
Norme ANSI B11.4, American National Standard for machine tools – Shears – Safety Requirements for
Construction, Care and Use
Soudage
Norme CSA W117.2, Règles de sécurité en soudage, coupage et procédés connexes
Norme CSA W178.1, Qualification des organismes d’inspection en soudage
Ligne directrice : protection des machines et de l’équipement
95
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising