Recherche d`emploi, évolution de carrière : Les clés du succès. Qu`il

Recherche d`emploi, évolution de carrière : Les clés du succès. Qu`il
Recherche d’emploi, évolution de carrière : Les clés du succès.
Qu’il s’agisse de trouver un emploi ou d’optimiser votre évolution professionnelle, il apparaît
que le succès est lié à deux capacités clés et à la façon dont vous les utilisez.
Commençons par les capacités clés. D’après vous, quelles sont-elles ?
S’agit-il de votre formation et de vos diplômes ?
De votre expérience ?
De votre capacité à vous faire remarquer ?
De votre pouvoir de séduction ou de votre charisme ?
Je vais peut être vous surprendre, mais les différents éléments que je viens de citer, s’ils sont
certes parfois utiles pour trouver un emploi ou pour obtenir des promotions auxquelles vous
aspirez, ne vous garantissent aucunement le succès.
En réalité, une étude menée sur 15 ans et plus de 300 profils montre que les deux principaux
critères discriminants en matière de profil d’évolution de carrière sont : La proactivité et les
compétences transverses.
La proactivité est la capacité à être force de proposition, à ne pas seulement attendre que les
opportunités se présentent pour les saisir (réactivité) mais bel et bien à les créer. Le corollaire
de cette attitude mentale est que lorsqu’on a un problème Plutôt que de s’intéresser aux causes
du problème, ce qui nous amène très souvent à considérer qu’on n’y peut rien, on se pose
plutôt les questions suivantes : Qu’ai-je fait que je n’aurai pas dû faire ? Que n’ai-je pas fait
que j’aurais dû faire ? Que puis-je faire pour résoudre mon problème ?
Tout problème, toute difficulté a deux sortes de causes : Les causes « exogènes » auxquelles
on est la plupart du temps pas capable de remédier et les causes « endogènes » c'est-à-dire ce
qui dépend de nous et sur lesquelles on a la possibilité d’agir.
En matière de recherche d’emploi, par exemple, l’âge est souvent un facteur d’échec dans la
mesure où, à tort ou à raison, beaucoup d’employeurs ne veulent pas recruter des seniors.
Un demandeur d’emploi non proactif dira : « Je ne comprends pas pourquoi les employeurs
sont ainsi hostiles aux seniors, il faudrait pourtant qu’ils comprennent que les seniors sont une
richesse pour les entreprises ». C’est vrai mais vous n’avez que peu de moyens de faire
changer les représentations des employeurs.
Un senior proactif se dira lui : « Le fait d’être senior est vraiment un handicap supplémentaire,
la crise de l’emploi n’arrange rien mais, dans ce contexte, que je ne suis pas capable de
changer dans l’immédiat, quels sont les solutions qui pourraient néanmoins me permettre
d’obtenir un emploi ? »
Ainsi posée, la question a au moins le mérite de permettre d’imaginer qu’il existe des
solutions.
Einstein disait : « Lorsqu’un problème est insoluble, c’est qu’il est mal posé ». La proactivité
serait donc l’art de bien poser les problèmes. Il y aurait beaucoup à dire sur cette simple
question, notamment sur la façon dont on pose souvent les problèmes en termes de solutions.
N’avez-vous par exemple jamais entendu des seniors dire : « Il faudrait faire comprendre aux
employeurs que … les obliger à… ou encore supprimer les charges pour les seniors afin
d’inciter les entreprises. »
Autant de façons de poser le problème en termes de solutions et de le rendre insoluble dans la
mesure où nous ne pouvons réellement mettre aucune de ces solutions en œuvre par nousmêmes. On peut certes faire des pétitions, menacer les politiques de ne plus voter pour eux
s’ils ne s’intéressent pas aux problèmes des seniors, crier au scandale. Mais les chances de
résoudre le problème n’en seront guère améliorées.
Parfois même, si l’on en croit Georges Watzlawick, le porte parole du Mental Research
Institute de Palo Alto, c’est la solution qui est le problème. Ce qui lui fait dire : « Quand une
solution ne donne pas les résultats attendus, il ne sert à rien de faire plus de la même chose. Il
vaut mieux essayer autre chose ». Cela résume assez bien ce qu’est la proactivité qui consiste
à se dire : « Le contexte (ce que je ne peux pas changer) étant ce qu’il est, que puis-je faire
pour atteindre néanmoins le résultat que je vise ? » Puis à, construire des plans d’action et à
les mettre en œuvre sans trop s’inquiéter des chances que l’on a de réussir a priori, dans la
mesure où l’on n’a pas de meilleure solution pour l’instant. Car la proactivité c’est aussi
« agir ». Combien de personnes insuffisamment proactives n’essaient même pas de résoudre
leur problème ou appliquent mécaniquement une solution inefficace sous prétexte qu’il n’y a
rien d’autre à faire ou que procéder autrement aurait tellement peu de chances de réussir ?
La proactivité est un état d’esprit qui consiste à considérer qu’il y a toujours des solutions et
qu’aucune forteresse n’est imprenable.
Le second critère discriminant qui détermine votre capacité à atteindre vos objectifs
professionnels est le fait que vous déteniez, ou non, des compétences transverses suffisantes.
Qu’est-ce que les compétences transverses ? On les définira comme les compétences qui
n’entrent pas dans le cadre de votre métier, de votre spécialité, de vos fonctions. De ce point
de vue là, les collaborateurs des entreprises sont bien inégaux. La plupart des formations
visent à faire de vous des experts dans un domaine. Très bien mais cette expertise vous
relègue au rang d’exécutant si vous n’êtes pas capable d’imaginer comment tirer parti de ces
compétences. Vous en servir pour créer de la valeur. Or la création de valeur suppose la
plupart du temps un projet dont la construction et la réalisation demanderont probablement un
ensemble de compétences et de moyens dont votre expertise ne constitue qu’un élément.
Dès lors, vous êtes condamné à attendre qu’un « porteur de projet » exprime le besoin de
mobiliser votre compétences pour vos positionner en candidat.
En revanche, si au-delà de votre expertise, vous détenez suffisamment de compétences
transverses, vous allez devenir capable de construire un véritable projet, de le valider dans
toutes ses dimensions, d’en conduire la réalisation et donc de transformer directement votre
expertise en création de valeur.
La proactivité étant la capacité à imaginer des solutions, les compétences transverses
déterminent la capacité à construire, à valider et à mettre en œuvre ces solutions. On voit bien
que la conjonction de ces deux capacités devient un facteur différenciateur de premier ordre
entre les collaborateurs qui font ce qu’on leur demande et ceux qui créent de la valeur sans
même qu’on ait besoin de le leur demander.
On imagine assez facilement aussi que ni la volonté de trouver des solutions, ni la capacité à
les maîtriser dans l’ensemble de leurs dimensions ne sont encore suffisantes pour atteindre à
coup sûr ses objectifs Il faut aussi avoir l’idée de s’en servir (pour trouver un emploi par
exemple ou pour convaincre son employeur de nous donner plus de responsabilités) et
disposer d’un mode d’emploi efficace. Ce qui est encore une autre histoire. Certes on peut
apprendre tout seul ou encore procéder de façon empirique (méthode « essais- erreurs ») mais
cela prend beaucoup de temps et si votre problème n’est pas de ceux qui peuvent attendre, il
vaut mieux avoir une idée précise et une méthode qui vont vous permettre d’utiliser au mieux
les deux capacités clés.
Mais revenons brièvement sur les deux capacités clés pour examiner plus en détail comment
elles déterminent 4 profils d’évolution de carrière :
Ces quatre profils d’évolution de carrière sont les suivants :
Les éternels seconds : Ils détiennent des compétences transverses diversifiées,
susceptibles de leur permettre d’envisager des projets dans toutes leurs dimensions
mais manquent de la proactivité nécessaire pour penser qu’il leur appartient de
proposer des solutions aux problèmes ou de se positionner en force de proposition
(apporteurs de projets de création de valeur).
Dans de nombreux contexte, ce genre de collaborateur sera apprécié car il n’est pas
toujours bien vu de vouloir prendre des initiatives ou de remettre en cause l’existant
dans le but de l’améliorer. Cela peut faire de l’ombre à vos supérieurs qui s’arrogent le
monopole de ce genre de décisions ; ou déranger vos collègues qui s’accommodent
plutôt bien du statu quo et se méfient du changement. L’éternel second est certes
capable de conduire un projet complexe (s’il est positionné haut sur l’axe des
compétences transverses) mais il n’en prendra pas l’initiative et attendra qu’on le lui
demande. Souvent un peu frustré de ne pas obtenir les postes auxquels il pense
pouvoir prétendre, il incrimine sa hiérarchie et se pose parfois en victime.
Les morts en sursis : Ils ne sont pas proactifs et pour leur malheur ne détiennent pas
beaucoup de compétences transverses. Soit parce qu’ils sont très spécialisés (experts)
et peu intéressés par ce qui sort de leur champ d’expertise, soit parce qu’ils n’ont que
des compétences banalisées, y compris dans leur métier et qu’ils sont peu portés à
l’acquisition de nouvelles compétences. Ces collaborateurs sont souvent amers,
critiques envers la hiérarchie et l’entreprise, ils considèrent être mal considérés et mal
payés et ne voient pas pourquoi ils se donneraient la peine d’essayer d’en faire plus
qu’on ne leur en demande. Quand la situation s’y prête, ils brillent par leur passivité et
leur inefficacité. Evidemment, en cas de problèmes ou de changements importants, ils
ont du mal à s’adapter et, s’ils n’ont pas la chance de détenir une expertise rare et
indispensable, ils seront les premiers sur la liste des collaborateurs dont l’entreprise
cherchera à se séparer. D’où leur nom de « Morts en sursis ».
Les bons soldats : Au contraire des précédents, les bons soldats sont toujours
volontaires pour aller au charbon. Ils ne mesurent pas leur investissement personnel,
ils sont impliqués, plein de bonne volonté, ils cherchent à résoudre les problèmes et
savent se positionner en force de proposition. Malheureusement pour eux, ils
manquent des compétences transverses nécessaires pour construire des solutions
efficaces (globales), les valider dans toutes leurs dimensions et les mettre en œuvre par
leurs propres moyens.
Ces collaborateurs sont généralement très appréciés de leurs supérieurs qui savent
qu’ils peuvent leur demander de faire des heures supplémentaires ou de palier aux
insuffisances de leurs collègues, par exemple. C’est toujours à eux qu’on en demande
le plus. Mais pour autant, ils ne sont pas toujours les premiers à bénéficier des
promotions qu’ils mériteraient. Il est bien évident que lorsqu’on a un collaborateur sur
lequel on peut compter, on est peu enclin à le voir s’envoler vers d’autres services ou
vers d’autres responsabilités. Le bon soldat est un bon exécutant qu’on préfère
maintenir dans ce statut. Ceci est encore plus vrai dans les grandes organisations ou
l’évolution de carrière dépend avant tout du bon vouloir des responsables
hiérarchiques. Le bon soldat finit parfois par baisser les bras car il se rend compte que
son enthousiasme et son investissement ne sont pas payés de retour.
Les aigles : Ils allient proactivité et compétences transverses. Ils ont donc non
seulement capable d’identifier des opportunités de créer de la valeur mais aussi de
construire des projets pour exploiter ces potentiels, de les valider dans toutes leurs
dimensions (y compris des dimensions sans rapport immédiat avec leur expertise
métier) et de conduire la réalisation de ces projets. Evidemment, ce sont là des armes
dont il peut se servir pour se faire « remarquer » et obtenir des responsabilités accrues.
On peut néanmoins être un aigle et se retrouver en difficulté pour obtenir un emploi ou
l’évolution de carrière à laquelle on aspire. Pourquoi cela ? Parce que si on a toutes les
capacités pour conduire un projet, cela ne veut pas nécessairement dire qu’on va
savoir utiliser ces capacités à bon escient. Prenons un ténor qui recherche un emploi,
par exemple. Croyez-vous qu’il va réellement pouvoir démontrer qu’il est plus
proactif ou compétent que ses « concurrents » dans le cadre d’un entretien de
recrutement ? Pas nécessairement. Pas plus qu’il n’est certain de pouvoir vendre un
projet à sa hiérarchie même si ce projet est d’une grande pertinence. Pour y parvenir, il
faudra parfois une approche stratégique et une bonne capacité à communiquer qui ne
font peut être pas partie de ses compétences ou de ses talents (si diversifiés soient-ils).
Néanmoins, les deux capacités qu’ils détiennent (proactivité et compétences
transverses) n’en restent pas moins des atouts certains pour permettre à ces
collaborateurs d’optimiser leur évolution de carrière. Il ne leur suffit plus que d’en
prendre conscience et d’apprendre à s’en servir pour obtenir les promotions qu’ils
désirent.
Pour finir, j’ai trois bonnes nouvelles pour vous :
1) Aucune de ces deux capacités n’est innée, l’une comme l’autre peuvent être
développées par ceux qui le souhaitent. La proactivité est avant tout une affaire
d’attitude mentale, de représentations et chacun de nous peut agir sur ses
représentations. Quant aux compétences transverses, celles nécessaires aux
responsables qui veulent assumer des fonctions managériales (management de
projet, management d’équipe et/ou les deux), elles sont dans leur grande majorité à
la portée de tous et ne demandent pas de prérequis particuliers. Seulement un peu
de travail et des sources adaptées.
2) La deuxième bonne nouvelle est que ces sources existent sous une forme cohérente
et dédiée à la recherche d’emploi et à la gestion de carrière. Il s’agit de la méthode
SPGC qui vous apporte les moyens de développer votre proactivité, les
compétences transversales dont a besoin tout responsable et le mode d’emploi pour
mettre ces capacités au service de votre recherche d’emploi ou de l’optimisation de
votre évolution professionnelle.
3) La troisième bonne nouvelle est que si vous le souhaitez, vous pouvez connaître
dès maintenant votre profil personnel et recevoir un commentaire personnalisé sur
le chemin qui vous reste à parcourir pour devenir un « ténor » et exploiter au
mieux ce statut.
Pour réaliser ce test gratuitement et obtenir votre profil d’évolution de carrière
commenté, veuillez utiliser le lien suivant : http://www.methode-spgc.fr/test.php
Essayez d’être le plus objectif possible, ne trichez pas, vous fausseriez le résultat
du test et ne pourriez en tirer aucune information valable.
Alors, à vous de jouer.
Cordialement
Patrick Daymand.
PS : Pour ceux qui ne connaissent pas encore la méthode SPGC, vous pouvez en savoir plus
en vous rendant sur le site : http://methode-spgc.fr
http://methode-spgc.fr/wp-content/uploads/2013/01/Article-Profil-Evcar.pdf
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising