le document publié

le document publié
Un enjeu environnemental
Un enjeu de société
© Mairie de Paris - J. Leroy
Le nombre des pigeons n’a cessé de fluctuer
au cours des précédentes décennies.
Ces oiseaux détériorent l’environnement
urbain, y compris les plantations florales.
© Mairie de Paris - J. Leroy
La gestion des pigeons en ville permet
de limiter les nuisances sur le bâti
et de réduire les coûts d’entretien.
© Mairie de Paris - J. Leroy
Un enjeu économique
PLAN CLIMAT
Si les pigeons représentent une source
intarissable de divertissement, les multiples
nuisances qu’ils provoquent peuvent être
diminuées en maîtrisant leur prolifération
grâce à des dispositifs performants.
© Mairie de Paris - J. Leroy
Cahier de Recommandations Environnementales
FICHE THÉMATIQUE
Pigeons
EDITION N°1 - OCTOBRE 2009
Définitions
Pigeon ramier
Le pigeon ramier (Columba palumbus) niche dans
les arbres. Appelé aussi palombe, il est avant tout
un grand migrateur. Il parcourt tous les ans des
milliers de kilomètres, de la Finlande à l’Espagne.
Il s’implante parfois dans les coeurs urbains.
En effet, à l’instar des bisets, les palombes ont
découvert dans les cités un biotope idéal à leur
développement. A tel point d’ailleurs que leurs
couples peuvent avoir quatre fois plus de jeunes
que ceux qui sont restés migrateurs ! Mais à l’encontre des pigeons bisets, c’est dans les arbres
que les palombes font leurs nids. Ainsi, le pigeon
ramier représente 9% de la population totale des
pigeons à Paris.
Pigeon colombin
Le pigeon colombin (Columba oenas) est une espèce bien plus rare en agglomération. A Paris,
1% des pigeons sont des colombins. Cet oiseau est
cavernicole : il recherche les cavités naturelles
comme les vieux arbres creux ou les anfractuosités
rocheuses pour nicher et des milieux ouverts pour
se nourrir.
Zoonose
Une zoonose est une maladie animale, donc transmissible à l’homme, et réciproquement. Elle peut
être causée par divers agents biologiques tels que
les virus, les bactéries, les champignons ou les
prions. Par exemple, la peste, le typhus, la listériose, le tétanos, la tuberculose, la rage, la fièvre
jaune, la toxoplasmose et le paludisme sont des
zoonoses.
Magnétite
La magnétite est un minéral composé de fer et
d’oxygène avec lequel on fabrique les aiguilles des
boussoles. Les chercheurs ont localisé à l'intérieur
du crâne des pigeons un tissu de 1 mm sur 2 qui
contient plus de dix millions de cristaux de magnétite.
Règlement sanitaire du département de Paris
Article 41ter : Les propriétaires doivent grillager les
ouvertures susceptibles de permettre l’entrée des rongeurs, pigeons et autres animaux.
Article 120 (extrait) : Il est interdit de jeter ou déposer
des graines ou nourriture en tous lieux publics susceptibles
d’attirer les animaux errants, sauvages, ou redevenus
tels, notamment les chats, les pigeons, les corneilles ou
les rats.
1
Une présence
historique
A l'origine, les pigeons bisets
vivaient dans les falaises rocheuses, les montagnes ou les zones
désertiques. La première domestication connue du pigeon date
de l’Egypte des pharaons, il y a
5 000 ans.
L’élevage du pigeon était initialement alimentaire. Cette activité a perduré en France jusqu’au XVIIIème siècle. Ensuite, les
compétences de grand voyageur
revenant fidèlement à son
pigeonnier ont été observées et
le pigeon voyageur est né. C'est,
entre autres, la magnétite présente dans certains tissus de son
cerveau qui, équivalente aux composants de nos boussoles, l'aide
à retrouver aisément son pigeonnier même quand il est relâché à
plusieurs centaines de kilomètres.
© Mairie de Paris - G. Picard
Pigeon biset
Le pigeon biset de ville (Columba livia) fait son nid
dans les anfractuosités des bâtiments. Espèce à
fort potentiel d’adaptation, il a conquis tous les
espaces disponibles des greniers des immeubles
aux constructions métalliques (métro aérien, halls
de gares …). 90% des pigeons parisiens sont des
pigeons bisets.
Pigeons,
mode d’emploi
Avec le temps, des individus sont retournés à l’état sauvage, abandonnant les pigeonniers pour s’installer le plus souvent en ville où
ils occupent des constructions dont la verticalité évoque leurs
falaises d'origines. Le pigeon de ville est le descendant du pigeon
domestique, lui-même issu du pigeon biset initialement sauvage.
2
Une forte prolifération
C’est durant la seconde guerre mondiale
que la population de pigeons était la plus
faible : ils ne trouvaient pas de nourriture,
et ils étaient eux-mêmes un mets apprécié
en cette période de pénurie.
Après la guerre, les pigeons ne cessèrent de
se multiplier jusqu'à atteindre aujourd'hui
un nombre de 80 000, ce qui représente
environ 1 oiseau pour 25 habitants. Il y eut
cependant une période de régression entre
1970 et 1984 durant laquelle on capturait
les pigeons au filet pour les lâcher ensuite à
la campagne. Des graines contraceptives étaient également distribuées aux pigeons. La première méthode fut stoppée en novembre 1984 par le service de la santé et de la protection animale du
Ministère de l'Agriculture car il existait un risque de transmission
de maladies aux pigeons des campagnes ou d'élevage. La seconde
méthode fut aussi abandonnée en août 1985 car le produit utilisé
n'avait pas reçu l'autorisation de mise sur le marché.
La variation du nombre de pigeons est liée à la quantité de nourriture disponible, aux conditions climatiques, aux épizooties et à
la pollution. Ce nombre peut croître de façon exponentielle, avec
6 couvées de 2 oeufs par an et une capacité de reproduction possible dès l’âge de 4 semaines. Cependant, le fort taux de mortalité de ces oiseaux limite cette croissance très en deçà de la limite
possible.
© Danos Frères
Biotope
Le mot biotope signifie “ lieu de vie ”. Un biotope
est l’ensemble des éléments (eau, sol, air) caractérisant un milieu biologique déterminé et uniforme
qui offre des conditions d’habitat stables à une
flore et une faune spécifiques.
A Paris, l'espérance de vie moyenne d'un pigeon est de 5 ans. En
captivité, il peut vivre jusqu’à 30 ans. A Paris, le nombre de
pigeons est supérieur au chiffre acceptable pour une bonne intégration dans la cité, la surpopulation entraînant inévitablement
des nuisances.
120 000
100 000
40 000
20 000
0
1940
1950
1960
1970
1980
1990
2000
2010
Population colombine à Paris depuis 1940
3
Une source potentielle
de nuisances
La mise en place d’un pigeonnier
simplifie également le nettoyage
des fientes. En effet, c'est à
l’endroit où se nourrissent et
nichent les pigeons que se
concentrent les fientes. Chaque
semaine, le pigeonnier et ses
abords sont nettoyés. L’entretien
du pigeonnier est confié à une
société agréée et n’occasionne
aucune gêne pour le voisinage.
Les pigeons, lorsque leur concentration est trop dense, peuvent
occasionner l’accumulation de fientes, et provoquer des dégâts
considérables sur les biens publics et privés. Certains riverains se
plaignent aussi de la nuisance sonore induite par les roucoulements.
Par ailleurs, les pigeons mangent parfois les parterres de
fleurs pour combler un déficit
en vitamines et minéraux, ce
qui détériore les plantations florales.
Les pigeonniers facilitent aussi
le contrôle de l’état sanitaire
des oiseaux : tout pigeon malade
ou blessé est retiré immédiatement et soigné. Pour cela, il est
confié à l'Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort.
Les rassemblements contribuent
également à la transmission de
maladies et de parasites entre
les pigeons.
Il est donc nécessaire de se protéger contre la prolifération des
pigeons.
4
Des pigeonniers à Paris
Pour se protéger contre la surpopulation de pigeons ainsi que des
nuisances qu’elle provoque, la Mairie de Paris a opté pour une
méthode douce : la mise en place de pigeonniers contraceptifs
dans les rues de la capitale.
Ce type d’équipement permet de maîtriser les concentrations de
pigeons. En effet, le pigeonnier fixe durablement une population
locale de pigeons bisets, grâce au nourrissage réalisé à l'intérieur,
et régule le nombre d'individus par une technique simple. La première couvée de chaque couple est préservée. Les oeufs suivants
sont secoués pour stopper leur développement, et laissés en place
quelque temps pour éviter que les oiseaux ne désertent
l’endroit. Ainsi, les couples installés n'ont qu'une couvée par an au
lieu de 6 à 8.
Enfin, ce type d’installation favorise la surveillance de la mortalité des pigeons. Tout oiseau trouvé mort est retiré du pigeonnier et
est éliminé selon la réglementation en vigueur. En cas de forte
mortalité, les services vétérinaires sont aussitôt alertés.
© Mairie de Paris - J. Leroy
Enfin, il est important de rappeler que le pigeon peut transmettre à l’homme des maladies telles que les zoonoses, ainsi que
des parasites comme la tique du
pigeon (Argas reflexus).
© Mairie de Paris - G. Picard
60 000
© Mairie de Paris - J. Leroy
© Mairie de Paris - SEU
80 000
Cette démarche se faisant dans le respect de la vie animale et en
concertation avec les associations de protection animale, porteparole des nourrisseurs et des amis des pigeons, elle vise aussi à
redéfinir l'image du pigeon dans le paysage parisien.
Les parisiens peuvent eux-mêmes contribuer à compléter cette
action de protection contre les nuisances liées à la surpopulation
des pigeons grâce à quelques gestes simples.
LES ADRESSES
UTILES
Mairie de Paris
Direction du Logement et de l’Habitat
Sous Direction de l’Habitat - Service Technique de l’Habitat
17 boulevard Morland - 75181 Paris Cédex 04 - Tél : 01 42 76 72 03
Préfecture de Police
Direction Départementale des Services Vétérinaires de Paris 20/32 rue de Bellevue - 75019 Paris - Tél : 01 53 38 77 68
La Direction des Services Vétérinaires de Paris, service déconcentré
du Ministère de l'Agriculture et de la Pêche, est chargée d'appliquer la
réglementation préfectorale, notamment la réglementation sanitaire
départementale. Elle est placée sous l'autorité du Préfet de Police.
Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort
7, avenue du Général de Gaulle - 94700 Maisons-Alfort
Tél : 01 43 96 71 00
Alors qu’ils croient bien faire, les nourrisseurs de pigeons ignorent les conséquences de leur geste. En nourrissant les oiseaux
aux mêmes endroits et aux mêmes heures, ils favorisent leur
concentration et la surpopulation.
Pour éviter d’être verbalisés, certains nourrisseurs distribuent
la nourriture de nuit, entraînant des troubles comportementaux chez cet oiseau diurne et attirant d’autres espèces animales non désirées comme les rats.
Si les nourrisseurs sévissent en partie privative, le gestionnaire d’immeuble a tout intérêt à tenter d’organiser un règlement à l’amiable de la question entre résidents. En effet, une
intervention extérieure est souvent contraignante pour tous
les propriétaires des immeubles, y compris celui qui aurait
déposé une plainte.
Si aucun changement de comportement n’est constaté malgré
les démarches, il convient de faire appel aux services réglementaires de la Mairie de Paris et de la Préfecture de Police.
Les inspecteurs de la salubrité engagent alors une requête uniquement lorsqu’une plainte pour insalubrité avérée a été
envoyée à la Direction du Logement et de l’Habitat. Ils ont
compétence sur l’espace public uniquement.
L’unité de Prévention des Nuisances Animales de la Direction
Départementale des Services Vétérinaires de la Préfecture de
Police intervient sur plainte et est habilitée à intervenir sur les
parties privatives.
Au-delà de la répression, si le contrevenant verbalisé ne modifie
pas son comportement et que sa pratique est à l’origine de préjudices importants, les gestionnaires et les résidents sont invités
à porter plainte afin d’obtenir réparation des dommages subis.
Que faire en cas de découverte d'oiseaux morts ?
• Ne jamais toucher un oiseau trouvé mort.
• Prévenir les services de voirie municipale ou le personnel d'entretien des parcs et jardins publics qui ramasseront les oiseaux morts.
• En cas de contact avec un oiseau mort, éviter de porter
les mains au visage et se les laver soigneusement à l'eau
savonneuse.
La réduction de la quantité de nourriture disponible ne suffit
cependant pas pour garantir une bonne protection contre les
nuisances dues à la prolifération des pigeons. Pour aller audelà, il est nécessaire d’intervenir aussi sur l’habitat de ces
oiseaux. Pour cela, il existe plusieurs solutions techniques performantes.
Il peut être judicieux de profiter d’un ravalement pour faire
réaliser la pose de dispositifs destinés à empêcher les pigeons
de nidifier.
En application de l’article 279-0 bis du Code général des
impôts, l’installation de certains dispositifs anti-pigeons
peut faire l’objet d’une réduction de TVA.
Les propriétaires et gestionnaires d’immeubles peuvent repérer les lieux propices à la nidification, puis y faire installer par
des entreprises spécialisées des dispositifs répulsifs adaptés.
Les pigeons sont capables de surmonter tous les obstacles,
d’où la nécessité de veiller à ce que les dispositifs soient correctement installés et entretenus.
Des études ont montré que les dispositifs infligeant volontairement douleurs et blessures aux pigeons ne sont pas plus efficaces en matière de protection du bâti que les systèmes inoffensifs.
Quelques exemples de procédés dissuasifs pour l’éloignement
des pigeons, sachant que ces dispositifs ne doivent pas blesser
les oiseaux, les tuer ou porter atteinte à des espèces protégées ou menacées ainsi qu'à leur habitat :
• Les picots : efficaces à
condition qu'ils soient
de bonne qualité et
correctement fixés.
• Les pyramides : juxtaposition de petites pyramides qui empêchent
les pigeons de se poser
et les effraient.
• Le fil tendu : c'est un fil métallique fixé à 2 poteaux, il déstabilise le pigeon qui repart. Les répulsifs électriques : valables et efficaces à condition qu'ils n'infligent pas de décharges mortelles ou assommantes.
• Les filets tendus : ce système bien installé est une barrière
infranchissable mais doit être bien entretenu. Les grilles de
protection : parfaites pour les lucarnes et recoins propices
aux nidifications.
• L'électrorépulsion : c’est un champ électromagnétique perturbateur qui maintient les pigeons éloignés du site à protéger.
D’autres dispositifs communs existent mais ils sont déconseillés, voire interdits :
• Les dispositifs à ultrasons, les procédés à répulsion olfactive
et les répulsifs visuels ont un effet qui ne dure guère longtemps.
• Les gels répulsifs ne sont pas recommandés car ils polluent
le plumage, de plus, cette substance très collante détériore
la pierre.
L'utilisation de la glu (ou gluaux), est interdite par la directive européenne 79/409 du 2 avril 1979 pour éviter que des
espèces protégées ne se retrouvent piégées.
Il est interdit de recourir à tous moyens, installations ou
méthodes de capture ou de mise à mort massive et non
sélective.
Retrouvez le Cahier de Recommandations Environnementales et toutes les fiches thématiques sur www.paris.fr
Toute l’info sur la ville !
*Coût d’un appel local à partir d’un poste fixe sauf tarif propre à votre opérateur
Dépôt légal en cours - Conception graphique : Mission Communication
Le nourrissage effectué par les nombreux “ amis des animaux ”
dans Paris est souvent à l’origine des concentrations qui suscitent les plaintes des riverains.
Des dispositifs
de protection efficaces
© Mairie de Paris - J. Leroy
Les écogestes
et la réglementation
© Mairie de Paris - J. Leroy
© Mairie de Paris - G. Picard
© Mairie de Paris - G. Picard
5
6
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement