Dossier de presse

Dossier de presse
Dossier de presse au 28 août 2013
Festival international des arts et des écritures contemporaines
Direction Hubert Colas et Caroline Marcilhac
Du 24 septembre au 13 octobre 2013
MARSEILLE
On s'en occupe
bureau de communication médias
C o r in e P ér o n · O n s ’en o c c up e · 26 6 r u e d e s P y r én é e s 75 02 0 P ar is
mob 06 77 98 83 77 · mail corine.peron@on-s-en-occupe.com · site www.on-s-en-occupe.com
SOMMAIRE
Editoriaux
p. 4-7
Anne-James CHATON
[parrain d’actOral.13]
p. 9
Matija FERLIN
Croatie
p. 10 et 14
Bernard HEIDSIECK
p. 10
Stefano MASSINI
Italie
p. 11
Marco MARTINELLI
Italie
p. 11
Gustavo GIACOSA
p. 12
Sarah BAHR
Allemagne
p. 12
Cécile MAINARDI
p. 12
Annie ZADEK & Hubert COLAS / Diphtong Cie
[avec France Culture]
p. 13
Gaëlle OBIEGLY
[rentrée littéraire]
p. 13
Anne-James CHATON & NOSFELL
p. 14
Christophe FIAT
[avec France Culture]
p. 15
François CHAIGNAUD
[création 2013]
p. 16
Yaïr BARELLI
Israël
p. 16
Salvatore CALCAGNO
Belgique
p. 17
Judith ABENSOUR & Thomas BAUER
[FILM - avec le FID Marseille]
p. 17
CARTE BLANCHE à Julien BLAINE
- Vincent THOLOME & Maja JANTAR
Belgique
p. 18
- Jean-Pierre VERHEGGEN
Belgique
p. 18
Marco LAGUNA
Belgique
p. 19
Véronique BERGEN
Belgique
[rentrée littéraire]
p. 19
Mathieu RIBOULET
p. 19
David GREIG & Clara CHABALIER
Ecosse
[lauréat du CNT]
p. 20
Lina SANEH & Rabih MROUE - PORTRAIT Liban
[proposition : Villa Méditerranée]
p. 20-21
Eric BAUDELAIRE
p. 21
Groupe ICI MÊME (Paris)
p. 22
Mustapha BENFODIL
Algérie
p. 22 et 25
Dennis COOPER & Jonathan CAPDEVIELLE Etats-Unis
[rentrée littéraire]
p. 23
Gisèle VIENNE
[création 2013]
p. 23
Edith AZAM
p. 24
Jérémie BENNEQUIN
[en partenariat avec agnès b.]
p. 24
OUTIL & INSTITUTET
France / Suède [création 2013]
p. 25
Nathalie QUINTANE
p. 26
Caroline BERGVALL
Royaume-Uni
p. 26
Odile DARBELLEY & Michel JACQUELIN
[au FRAC PACA]
p. 27
Jean-Christophe MEURISSE
[FILM 2013, avec le FID Marseille] p. 28
Sarah BERTHIAUME & Adrien BLETTON
Québec / France
p. 28
Jean-Michel ESPITALLIER
p. 28
L’OBJET DES MOTS
[une collaboration actOral / SACD]
- Jean-Michel ESPITALLIER & Yves-Noël GENOD
p. 29
- CASEY & Latifa LAÂBISSI
p. 29-30
- Nathalie QUINTANE & la Cie DU ZEREP
p. 30
- Grégoire BOUILLIER, Olivia GRANDVILLE & Manuel VALLADE
p. 30
- Nicolas DOUTEY & Marc LAINE
p. 31
Miet WARLOP
Belgique
p. 31
Aurélie LEROUX & Florence PAZZOTTU
p. 32
Daunik LAZRO,Thurston MOORE,Eileen MYLES France/Etats-Unis [avec Sonorités (Montpellier)]
p. 32
Vincent THOMASSET
[coproduction actOral]
p. 33
Amir Reza KOOHESTANI
Iran
[création 2013, commande d’actOral] p. 33
MOTUS
Italie
p. 34
Les CHIENS DE NAVARRE
[création 2013]
p. 35
Nicolas CANTIN
Québec
p. 36
Rodrigo GARCIA
Argentine / Espagne
p. 37
Sonia CHIAMBRETTO & ILDI ! ELDI
p. 37
Robert CANTARELLA
[coproduction actOral]
p. 38
Revue IF
[coproduction actoral]
p. 39
INFOS PRATIQUES
Productions, coproductions, soutiens
Tarifs & réservations
Lieux
Equipe
Partenaires
p. 40-41
p. 42-43
p. 44
p. 45
p. 46
2
3
EDITORIAUX
Anne-James Chaton
Artiste, parrain de la 13ème édition du Festival
actoral
Donner un nom, fut-il commun, n’est pas chose facile. La
difficulté agite le cerveau des philosophes depuis deux
millénaires. Et pour cause. Prenons un exemple : le nom de
performance. Une fois prononcé, ou écrit, le nom, dit
commun, désigne une chose et rassemble, par le même
coup, toutes celles apparentées. Coup de force qui tisse des
classes d’objets, qui collecte des singuliers, qui échafaude
des parentés. Sous le nom de performance nous trouvons
appartenir : Nathalie Quintane, Robert Cantarella, Nosfell,
… Outre le fait qu’ici les noms propres tombent sous la
coupe du commun, rien ne nous garantit qu’à la fin nous
ayons assisté à une performance. Passé le problème du
différé, le nom même de performance implose, tellement il
cherche à rassembler des singularités qui se désirent
précaires.
Nous aurions donc choisi un mauvais exemple. Essayons
d’identifier quelle sorte d’individu s’agglutine sous le nom de
spectacle : Les Chiens de Navarre, Lina Saneh, François
Chaignaud. Mais ce dernier n’appartient-il pas à la classe de
la danse ? Nouvel écueil. Nous pourrions nous rassurer en
nommant une lecture pour ce qu’elle est une lecture, mais
Jonathan Capdevielle lisant Dennis Cooper viendrait nous
porter la contradiction et le coup de grâce.
Ces cas d’école font apparaître l’importance d’une science
telle que la nomologie ; une science dont le nom se
préoccupe de l’instabilité de ses axiomes et de ses principes,
et privilégie d’emblée la prolifération des irrégularités. Une
forme de gai savoir des formes à la recherche de
nominations à usage unique, comme une ME+ (“mise en
scène plus” ou “mise en plus en forme” ou “mise plus sur
la forme”…) ou une PM (perfomuse ou perusique ou
mumance ou formansique…), ou encore une LP (lectance
ou perfure). La nomologie augure d’un savoir à la portée
de tous dès lors qu’il revient à chacun d’inventer ses
propres noms communs à propos de chaque chose, en
tout lieu et en toute occasion. On assiste alors à un récital
de noms qui rappelle les langues à leur principe de plaisir
et « d’attraction passionnée » plutôt qu’à leur souci
d’identification et de communication.
L’ Actoral y travaille.
Hubert Colas et Caroline Marcilhac,
Directeurs
Les artistes ne s’échappent pas, ne se sauvent pas, ils résistent
à l’adversité du temps présent. Par leurs questions, ils
interrogent la réalité de notre regard sur le monde.
En voici un florilège pour cette édition :
Qui saura dire ?
Que sommes-nous devenus ?
Pouvons-nous vivre ensemble ?
Sans argent ?
Y a-t-il une alternative ?
Qui nous guide ?
La conscience humaine peut-elle aller plus vite que l’argent ?
Qu’est-ce qu’il y a de plus urgent ?
Est-il possible de rire ? Qu’y a-t-il de…
Y a-t-il un antidote au(x) naufrage(s) annoncé(s)?
Combien de naufrages sommes-nous capables de vivre ?
Quel est le rôle de l’artiste dans un pays fragile, marqué par la
guerre civile ?
Sommes-nous capables de réagir ?
A quelle époque avons-nous mal amorcé le virage ?
Est-il possible de s’arrêter un instant ?
De regarder un instant ?
Y a-t-il un os ?
Sommes-nous victimes ?
N’y a-t-il pas un problème avec le temps ?
Sommes-nous saturés par le progrès ?
Et l’amour ? Y a-t-il un problème avec l’amour ?
Faudrait-il effacer quelque chose ? Couper une partie des
temps anciens ?
Ecrire ? Danser ? Parler ? Jouer ? Etre quoi ?
Qui a peur de la représentation ?
La nuit des temps ne raconte-t-elle pas toujours la même
chose ?
Les réponses sont-elles aussi importantes que les questions ?
La réconciliation est-elle possible ? Si oui, à qui profitera-telle ?
La politique est-elle morte ?
Pour le profit de qui ? Pour la perte de qui ?
Sommes-nous encore capables ? Mais de quoi ?
Sommes-nous en pleine (science-) fiction ?
Y a-t-il encore quelque chose à signaler ?
Le virtuel n’est-il pas en train de nous effacer ?
Serons-nous capables de survivre à cette déferlante
consumériste ?
Que nous réserve l’avenir ?
Faut-il faire appel à un astrologue ?
Qu’en pense X ? Qu’en pense Y ?
Voilà la belle question
Comment être devant tant d’incertitude ?
Comment recommencer ? Et par où ?
4
EDITORIAUX
Rudy Ricciotti,
Président du Festival actoral
Jean-François Chougnet,
Directeur général de Marseille-Provence 2013
Actoral est aujourd’hui un festival mieux assis. L’espace de
Dès la période de candidature de Marseille-Provence au titre
de Capitale européenne de la culture 2013, Hubert Colas a
activement participé à la définition des grandes orientations
du projet, en y apportant son travail de recherche et de
programmation. Metteur en scène et auteur, il est engagé
depuis ses débuts au service des écritures contemporaines, «
interrogeant la littérature et la littéralité » pour reprendre l’une
de ses fortes expressions.
Marseille-Provence Capitale de la culture lui a permis
d’affermir son rôle d’hôte bienveillant aux écritures
contemporaines. Terre d’accueil des pensées fugitives, fief des
mots librement beaux, territoire des vents d’esprit, le festival
dans sa munificence doit pouvoir s’enraciner.
Car dans les mots il y a les mondes, il y a le monde, et il y a le
mode d’emploi pour qui sait lire dans les failles. L’écriture est
l’espace de liberté ultime, il est fondamental de le défendre
avec la voracité du lion, au risque de le voir s’évanouir dans
les vapeurs aseptisées de la pensée unique, vaguement
cosmétique et globalement toxique.
Actoral.13 se déploie à nouveau dans toute la ville et favorise
les dimensions partenariales et territoriales de la capitale
européenne de la culture, en élaborant des connivences
sensibles avec chaque lieu autour du projet d’un ou de
plusieurs artistes.
Pour préparer cette édition exceptionnelle, les équipes du
Festival actoral et de Marseille-Provence 2013 ont en
particulier collaboré autour des Ateliers de
l’EuroMéditerranée, programme de résidences de création
d’artistes dans des lieux d’activité non dédiés à l’art. Le public
pourra découvrir pour la première fois les œuvres réalisées
dans ce cadre : Anne-James chaton au sein de la Maison de
l’Avocat - Barreau de Marseille, Sonia Chiambretto au sein des
Bureaux municipaux de proximité de la Ville de Marseille,
Christophe Fiat au Château de la Buzine, Mustapha Benfodil
au [mac], ainsi que la déambulation du groupe Ici-même au
sein du Centre commercial Bonneveine.
Rendez-vous donc pour cette édition codirigée par Hubert
Colas et Caroline Marcilhac, et prenons déjà date pour 2014.
EDITORIAUX
Denis Louche
Le Directeur Régional des Affaires Culturelles de
Provence Alpes Côte d’Azur,
En cette année où Marseille Provence est capitale européenne
de la culture, le ministère de la culture et de la
communication, direction régionale des affaires culturelles, est
heureux de soutenir l’édition 2013 du festival ActOral.
Ce festival international, initié par Hubert Colas désormais
accompagné de Caroline Marcilhac, est la manifestation de
référence en France pour les nouvelles écritures scéniques
d’aujourd’hui.
Cette année encore, de nombreux auteurs sont invités à
présenter leurs travaux, le plus souvent à travers des formes
inventives, hybrides, toujours en dialogue avec toutes les
disciplines artistiques.
Ce festival des émergences ou d’auteurs déjà consacrés,
parfois découverts lors des précédentes éditions, rend le
spectateur curieux, le surprend parfois, et c’est bien en cela
qu’il est nécessaire.
En effet, depuis plus de dix ans ActOral assure un rôle
unique à Marseille, en complétant une offre artistique
théâtrale contemporaine et de répertoire.
L’équipe du festival a engagé un travail volontariste de
partenariats avec de nombreux lieux culturels marseillais,
permettant ainsi le décloisonnement des publics, et
démontrant qu’une complicité durable est possible au
bénéfice de tous.
En effet, grâce à ces multiples collaborations, du Mucem au
Klap, de la Criée aux galeries d’art, le spectateur pourra non
seulement rencontrer les oeuvres proposées mais aussi
découvrir de nouveaux espaces en partage avec d’autres
publics.
Cette manifestation devrait au cours des prochaines années
rendre compte de manière plus régulière des écritures
contemporaines à Marseille et pour la région. En effet, si ce
temps fort de grande qualité reste indispensable, une activité
structurante à l’année s’avère désormais un facteur essentiel
pour la poursuite de cette entreprise.
D’ores et déjà, l’Etat s’est engagé, en concertation avec
l’ensemble des collectivités locales, à réunir les conditions
nécessaires pour une véritable implantation d’ActOral rendant
ainsi visible ce travail d’exception en faveur des écritures
scéniques de demain.
Je souhaite une grande réussite à cette 13ème édition ActOral
dans l’année 2013 !
Michel Vauzelle
Président de la Région Provence-Alpes-Côte
d'Azur
La Région est heureuse de s’associer à ce rendez-vous
consacré à la création littéraire et artistique. A partir du travail
d’artistes venus d’horizons très divers, ce festival international
s’attache, années après années, à mettre en avant les multiples
facettes des écritures contemporaines. Théâtre, poésie, roman,
spectacle… autant de formes artistiques dans lesquelles
s’expriment les écrivains, metteurs en scène, chorégraphes,
plasticiens, cinéastes et poètes français et internationaux.
Ce festival qui se déroule à Marseille fait partie des
événements contributeurs de la grande aventure que
représente Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la
culture. Incontestablement, cette rencontre artistique participe
à la vitalité de cette année particulièrement foisonnante pour
notre territoire.
Partenaire des acteurs de la culture en Provence-Alpes-Côte
d'Azur, la Région accompagne et soutient la création, la
production et la diffusion sur l’ensemble de son territoire.
Cette politique vise notamment à permettre l'accès du plus
grand nombre à des œuvres et des pratiques artistiques
variées.
Lieu de rencontre, de partage et d'échanges, Provence-AlpesCôte d’Azur est fidèle à elle-même lorsqu’elle s’ouvre à la
diversité des cultures et des formes artistiques. Je souhaite
donc, à toutes et tous, que cette nouvelle édition du festival
actoral.13 confirme une nouvelle fois cette réalité et lui donne
un élan encore plus fort.
6
EDITORIAUX
Jean-Noël Guérini,
Sénateur des Bouches-du-Rhône
Président du Conseil Général
Jean-Claude Gaudin,
Maire de Marseille
Sénateur des Bouches-du-Rhône
Résolument engagé pour favoriser l’accès de tous à une culture de
qualité, le brassage des idées et le partage des richesses culturelles
d’où qu’elles viennent, le Conseil général est heureux d’être le
partenaire du festival international des arts et des cultures
contemporaines actoral.13.
Comme chaque année, la rentrée culturelle est marquée par
Actoral, Festival international des arts et des écritures
contemporaines.
L’édition 2013 de cette manifestation a le mérite de mettre en
lumière le travail de nombreux écrivains et artistes majeurs, ou à
découvrir, de la scène européenne et méditerranéenne.
En différents lieux, leurs œuvres auront l’occasion d’être présentées
à l’éclectique et large public présent à Marseille lors de l’année
Capitale européenne de la culture, pour laquelle le Conseil général
s’est fortement impliqué.
Je tiens à féliciter les organisateurs d’actoral.13 dont le concept et la
programmation offrent, autour de créations contemporaines, un
espace de découvertes et d’échanges culturels de grande qualité.
Et je souhaite un vif succès à l’édition 2013.
2013, année ambitieuse et pleine de promesses verra, pour
cette 13ème édition, la création artistique contemporaine se
déployer dans les quinze lieux partenaires de ce temps fort
autour de propositions les plus variées et transversales allant
de la poésie au spectacle vivant, de la musique aux arts visuels,
de la danse à la lecture « performée ».
Cet événement phare de l'automne, placé sous le signe de
l'Europe et de la Méditerranée, mettra à l'honneur des artistes
majeurs de la scène française et internationale et portera les
auteurs au cœur du festival.
Diversité, audace, découverte, tels sont les marqueurs de ce
festival qui, en grandissant, a su explorer de nouveaux
territoires avec une exigence affirmée de parole poétique,
mélancolique, politique ou « rageuse », tout en restant à
l'écoute des palpitations du monde et attentif à ses identités
multiples.
Véritable référence pour la promotion de la jeune création,
Actoral nous fera partager, cette année encore, le plaisir de
retrouver ou découvrir des artistes émergents dans le champ
des nouvelles écritures scéniques.
La Ville de Marseille réaffirme, dans le projet d'Actoral, son
engagement pour la création artistique et pour les écritures
contemporaines, à la croisée de différents genres esthétiques.
Bon festival à tous et belles soirées qui contribueront, sans nul
doute, à nous rendre encore plus curieux.
7
ARTISTES
JUDITH ABENSOUR & THOMAS BAUER // EDITH AZAM // SARAH BAHR // YAÏR
BARELLI // ERIC BAUDELAIRE // MUSTAPHA BENFODIL // JEREMIE BENNEQUIN //
VERONIQUE BERGEN // CAROLINE BERGVALL // SARAH BERTHIAUME & ADRIEN
BLETTON // JULIEN BLAINE // GREGOIRE BOUILLIER, OLIVIA GRANDVILLE &
MANUEL VALLADE // SALVATORE CALCAGNO // ROBERT CANTARELLA // NICOLAS
CANTIN // FRANÇOIS CHAIGNAUD // ANNE-JAMES CHATON & NOSFELL // SONIA
CHIAMBRETTO & ILDI ! ELDI // DENNIS COOPER & JONATHAN CAPDEVIELLE //
ODILE DARBELLEY & MICHEL JACQUELIN // NICOLAS DOUTEY & MARC LAINE
// JEAN-MICHEL ESPITALLIER & YVES-NOËL GENOD // MATIJA FERLIN //
CHRISTOPHE FIAT // RODRIGO GARCIA // GUSTAVO GIACOSA // RAINALD GOETZ &
HUBERT COLAS - DIPHTONG CIE // DAVID GREIG & CLARA CHABALIER // BERNARD
HEIDSIECK // GROUPE ICI-MEME (PARIS) // AMIR REZA KOOHESTANI // LATIFA
LAABISSI & CASEY // MARCO LAGUNA & WILD DEE // DAUNIK LAZRO, THURSTON
MOORE & EILEEN MYLES // AURELIE LEROUX & FLORENCE PAZZOTTU // CECILE
MAINARDI // MARCO MARTINELLI // STEFANO MASSINI & YUVAL ROZMAN // JEANCHRISTOPHE MEURISSE & LES CHIENS DE NAVARRE // MOTUS // GAËLLE OBIEGLY
// OUTIL & INSTITUTET // NATHALIE QUINTANE & SOPHIE PEREZ, XAVIER
BOUSSIRON // STEPHANIE PFISTER // MATHIEU RIBOULET // NICOLAS RICHARD //
LINA SANEH & RABIH MROUE // VINCENT THOLOME & MAJA JANTAR // VINCENT
THOMASSET // JEAN-PIERRE VERHEGGEN // GISELE VIENNE // MIET WARLOP //
ANNIE ZADEK & HUBERT COLAS - DIPHTONG CIE
8
Semaine du 24 au 28 septembre
PROGRAMMATION
ANNE-JAMES CHATON [Parrain d’actoral.13]
• LECTURE SONORE [lecture performance]
24 septembre, 18h30
Maison de l’Avocat
Durée estimée : 30 min
Parrain de l’édition 2013 d’actoral, Anne-James Chaton ouvre le festival avec une lecture sonore et nous fait découvrir une partie
de ses « Portraits », œuvres réalisées en résidence au sein de la Maison de l’Avocat – Ordre des Avocats du Barreau de Marseille
dans le cadre des ateliers de l’EuroMéditerranée de Marseille-Provence 2013.
•
Le catalogue Portraits, coédité par Al Dante et le Festival actoral, sera présenté à cette occasion.
Entrée libre sur réservation : +33 (0)4 91 94 53 49
• PORTRAITS [exposition]
Du 24 septembre au 12 octobre
Galerie Porte Avion, du mardi au samedi de 14h à 19h
Montévidéo, du lundi au samedi de 10h à 17h
Et à la Maison de l’Avocat, du 24 au 30 septembre, du lundi au vendredi,
de 10h à 17h
Le monde contemporain est une gigantesque machine d’écriture qui produit du texte en toute occasion. Chacun porte sur soi les traces
de cette littérature pauvre. Portraits recueille ces écrits à même les personnes qui traversent la Maison de l’Avocat, le plaignant, le juge,
le policier, la comptable, le vice-procureur, l’expert judiciaire, le bâtonnier… et dessine les contours du monde de la justice, plaçant le
métier d’avocat au centre de cet univers. Au gré des obligations et des passions des individus portraiturés s’accumulent les signes
d’autres mondes possibles.
Œuvres réalisées par Anne-James Chaton en résidence au sein de la Maison de l’Avocat - Ordre des Avocats du Barreau de Marseille dans le cadre des Ateliers de
l’EuroMéditerranée de Marseille-Provence 2013, en partenariat avec la Galerie Porte Avion, les éditions Al Dante et le Festival actoral.13 // Production : Association du 48
Entrée libre
ANNE-JAMES CHATON publie plusieurs recueils aux éditions Al Dante et rejoint le label allemand Raster-Noton en
2011 avec Événements 09 puis Décade, publié en 2012. Son écriture poétique se développe en collaboration avec d’autres
artistes de la scène, du rock à la musique électronique, du théâtre à la danse. Il travaille avec le groupe hollandais The Ex
et publie deux albums, Le Journaliste (2008) et Transfer (2013), avec le guitariste anglais Andy Moor. Il collabore aux
albums Unitxt (2008) et Univrs (2011) de l’artiste allemand Carsten Nicolaï aka Alva Noto. En 2008, il crée la pièce Napoli,
Napoli avec le metteur en scène Benoît Bradel. Par la suite, il crée le trio Décade, avec Andy Moor et Alva Noto, les pièces
Black Monodie, avec Philippe Menard, pour Les Sujets à Vif de la 64e édition du Festival d’Avignon, et Le cas Gage, ou les
aventures de Phinéas en Amérique avec le chorégraphe Sylvain Prunenec, au Festival Uzès Danse 2013. Il entame aujourd’hui
une collaboration avec le chanteur Nosfell autour du projet ICÔNES. Ses travaux plastiques, puisés dans ses matériaux
d’écritures, ont fait l’objet de nombreuses expositions individuelles et collectives en France et à l’étranger.
Anne-James Chaton a créé et co-dirige le Festival « Sonorités - du texte au son » à Montpellier.
ET AUSSI : Anne-James Chaton & Nosfell, ICÔNES, P.11
Anne-James Chaton a présenté au Festival actoral : D’après le cas Gage, ou les aventures de Phinéas en Amérique, conçu avec Sylvain Prunenec, actoral.12
// Vies d’Hommes illustres d’après les écrits d’hommes illustres, actoral.11 // Décade, actoral.8, actoral.9 // Nouvelles, actoral.5 // Voyages extraordinaires, actoral.3
9
PROGRAMMATION
Semaine du 24 au 28 septembre
MATIJA FERLIN Croatie
SAD SAM LUCKY [spectacle]
24 – 25 septembre, 21h
Théâtre des Bernardines
Durée : 65 min
Spectacle en croate surtitré en français
Chorégraphie et interprétation : Matija Ferlin // Dramaturgie : Goran Fercec // Texte : Srecko Kosovel, Matija Ferlin // Traduction : Katja Kosi,
Daniela Bilic Rojnic // Musique : Luka Princic // Scénographie : Mauricio Ferlin // Lumière : Saša Fistric // Costume : Matija Ferlin
Dans Sad Sam Lucky, « sad sam » signifiant littéralement en croate je suis, Matija Ferlin prend comme inspiration, et comme inépuisable
terrain de jeu, l’auteur avant-gardiste Srecko Kosovel, le plus important poète slovène du début du XXe siècle, célèbre pour son œuvre
profonde et ironique autant que pour son destin tragique. Mêlant parole, musique et mouvement, ce solo mélancolique et turbulent
cultive l’ambiguïté des signes et joue sur les oppositions entre le corps et l’esprit, l’individu et l’histoire. Entre les fantômes du passé et
les promesses de l’avenir, un jeune artiste cherche à être, ici et maintenant.
Revenu travailler dans sa ville natale de Pula après une formation à Amsterdam, le jeune danseur, chorégraphe et vidéaste
croate MATIJA FERLIN combine une approche conceptuelle et une physicalité radicale, une rigueur formelle et un intérêt
assumé pour le romantisme. En 2004, il entame une série baptisée Sad Sam. Pour le dernier épisode, il a adjoint au titre le
complément Lucky. Il collabore avec des chorégraphes, réalisateurs, plasticiens et dramaturges internationaux et son travail
est présenté dans de nombreux théâtres et festivals. En 2010, son spectacle Nastup [Onformance] a reçu le Croatian Theater
Award et il a été cité en 2011 par le New York V Magazine parmi les jeunes chorégraphes les plus prometteurs.
En coréalisation avec le Théâtre des Bernardines // Avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique
12€ / 8€ / 6€
TOURNÉE :
12 décembre 2013, 20h, Stara mestna elektrarna Elektro Ljubljana, Slovénie
15 mars 2014, 20h, Onassis Cultural Center, Athène, Grèce
ET AUSSI : Matija Ferlin, The Other At The Same Time, P.11
BERNARD HEIDSIECK
POESIE ACTION [exposition]
Du 26 septembre au 12 octobre
du mercredi au samedi, de 15h à 19h (+ dimanche 29 septembre)
La compagnie
Vernissage - conférence, lectures
25 septembre, à partir de 18h
L’exposition Poésie Action proposée à La compagnie dans le cadre du Festival actoral présente des oeuvres sonores de Bernard
Heidsieck, artiste majeur de la poésie contemporaine. Il s’agit donc d’écouter la voix de l’artiste, rendant sa présence la plus incarnée
possible afin de restituer sa dimension corporelle et plastique, sa matérialité. Par ailleurs, l’exposition propose pour la première fois un
ensemble de ses tapuscrits dévoilés telles des affiches murales regroupant les Poèmes-Partitions, les Biopsies et les Passe-Partout, trois des
séries produites par Bernard Heidsieck. Tous ses tapuscrits sont publiés en ce mois de septembre 2013 par La Villa Arson et Les
Presses du Réel dans un ouvrage exceptionnel (1084 pages).
Pour le vernissage, Eric Mangion, commissaire de l’exposition, proposera à 19h quelques éclairages inédits sur l’œuvre de l’inventeur
de la poésie sonore au travers d’une conférence intitulée Bernard Heidsieck : Point de fixation visuelle.
Cette conférence sera suivie de lectures d’auteurs invités par Anne-James Chaton en lien avec Bernard Heidsieck : Stéphanie Pfister et
Nicolas Richard.
Production : Villa Arson Nice // En partenariat avec : La compagnie, Diphtong Cie
Entrée libre
10
Semaine du 24 au 28 septembre
PROGRAMMATION
FACE A FACE, PAROLES D’ITALIE POUR LES SCENES DE FRANCE
Partageant la même curiosité pour la découverte des nouvelles dramaturgies européennes, le Festival actoral s’associe pour
la 5ème année consécutive au programme «Face à Face, paroles d’Italie pour les scènes de France» afin de faire entendre
une nouvelle génération d’auteurs italiens. Deux lectures sont proposées cette année au Merlan, en résonance avec le projet
de l’artiste Gustavo Giacosa, dont la création explore quant à elle la frontière entre théâtre et danse.
STEFANO MASSINI Italie
JECROISENUNSEULDIEU [lecture]
25 septembre, 19h30
Le Merlan – scène nationale à Marseille
Durée estimée : 60 min
Mise en lecture : Yuval Rozman // Avec : Nathalie Kousnetzoff // Traduction : Olivier Favier et Federica Martucci
Né en 1975 à Florence, l’auteur de théâtre STEFANO MASSINI est joué sur les plus grandes scènes d’Europe. Avec
Jecroisenunseuldieu, pièce écrite en 2011 et traduite en 2013, il conçoit un monologue qui donne voix à trois femmes aux vies
fondamentalement différentes mais aux destins tragiquement liés. Eden Golan, israélienne, professeure d’histoire juive de 50
ans, Shirin Akhras, palestinienne, étudiante islamique de 20 ans et Mina Wilkinson, militaire américaine de 40 ans.
En coréalisation avec le Merlan - Scène nationale à Marseille // Dans le cadre de Face à Face, paroles d’Italie pour les scènes de France
// Avec le soutien de : la Maison Antoine Vitez, l’Institut Culturel Italien de Marseille
5€ / 3€
MARCO MARTINELLI Italie
BRUITS D’EAUX [lecture]
26 septembre, 19h30
Le Merlan – scène nationale à Marseille
Durée estimée : 60 min
Mise en lecture : Ferdinand Barbet // Avec : Bertrand Cauchois // Traduction : Jean-Paul Manganaro
Dramaturge et metteur en scène reconnu, directeur du théâtre de Ravenne en Italie, MARCO MARTINELLI signe avec
Bruits d’eaux (Rumore di acque) un texte poignant qui met en scène un général, sur une île du Canal de Sicile, chargé par le
« ministère de l’Enfer » de comptabiliser les clandestins qui échouent sur son île. Cette tragédie, qualifiée par l’auteur
d’oratorio, rend hommage à tous ces êtres que le désespoir pousse à quitter leur pays au péril de leur vie.
En coréalisation avec le Merlan - Scène nationale à Marseille // Dans le cadre de Face à Face, Paroles d’Italie pour les scènes de France // Traduction
commandée par la Compagnie Théâtre Alibi de Bastia // Avec le soutien de : FIJAD – Fonds d’Insertion pour les Jeunes Artistes Dramatiques, l’Institut
Culturel Italien de Marseille
5€ / 3€
11
PROGRAMMATION
Semaine du 24 au 28 septembre
GUSTAVO GIACOSA Italie
PONTS SUSPENDUS [mise en espace]
25 – 26 septembre, 21h15
Le Merlan - scène nationale à Marseille
Durée estimée: 45 min
Conception : Gustavo Giacosa // Avec : Lucia della Ferrera, Fausto Ferraiuolo, Gustavo Giacosa, Akira Inumaru, Panagiota Kallimani, Francesca
Zaccaria // Musique originale interprétée sur scène : Fausto Ferraiuolo // Accessoires : Akira Inumaru // Régie : François Ridard
Inspiré par les mots de l’écrivain turc Orhan Pamuk : « J’ai saisi que le mieux était d’être un pont entre deux rives. S’adresser aux deux rives sans
appartenir totalement à l’une ou à l’autre dévoilait le plus beau des paysages », Gustavo Giacosa propose dans Ponts suspendus une interrogation
dansée autour de la symbolique des ponts, de leur force poétique et de leur ampleur sémantique. Emerveillé par l’observation de ces
formes, il décèle dans l’image du pont un artifice du désir, un élément démoniaque, qui souligne la rupture des niveaux de conscience
(haut-bas, largeur-profondeur, vie-mort, humain-divin) et qui en même temps vise une réparation.
En 1991, GUSTAVO GIACOSA rencontre Pippo Delbono et participe activement à toutes ses productions théâtrales,
notamment Enrico V, La Rabbia, Barboni, Guerra, Il Silenzio, Gente di plastica, Urlo, Questo buio feroce, La menzogna, en tournées
internationales (Festival d’Avignon, Biennale de Venise, Royal Shakespeare Company… ). En 2005, avec un groupe
multidisciplinaire d’artistes, il fonde à Gênes l’association culturelle ContemporArt. Depuis, il développe une recherche sur le
rapport art-folie dans les arts visuels.
En 2013, lors de résidences de création au 3bisF d’Aix-en-Provence, à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon et au
Théâtre de Liège, Gustavo Giacosa travaille sur la puissance symbolique de l’image du pont dans une dimension
fortement physique, à la frontière du théâtre et de la danse.
En coréalisation avec le Merlan – Scène nationale à Marseille // Avec le soutien de l’Institut Culturel Italien de Marseille
8€ / 6€ / 4€
TOURNEE :
SARAH BAHR Allemagne
SPORT - LECTURE ASSISE [lecture]
26 septembre, 19h30
Montévidéo
Durée estimée : 35 min
« Bon, ainsi je vais vous dire quelque chose et vous me répondrez le contraire, c’est comme ça qu’on fera, parce que c’est ce qui
m’arrange le mieux. C’est la seule chose qui pourrait m’aider à ranger d’ailleurs, à mettre en ordre, et ça va être comme un jeu. Je
m’en fous. Comme un jeu et c’est tout. Comme une sculpture. Une sculpture sous l’aspect d’un empoignement d’espace. Et vous
allez me parler comme jamais quelqu’un n’a parlé dans ce siècle entier. La parole la plus étrange pour dire ce qui serait le plus
contraire de tout. Vous allez m’adresser une parole délicieusement mensongère, lucide et fausse. Il faudra tout inclure même si,
j’avoue, le tout ressemble au rien, mais essentiellement, c’est ça, oui, d’accord, la sculpture, le problème, d’accord, mais un jour, il
faudra y arriver quand même à tout inclure sans rien laisser de côté, de ce qui importe. »
Sarah Bahr
5€ / 3€
CECILE MAINARDI
LE BAISER DE LA PATATE [lecture]
26 septembre, 20h30
Montévidéo
Durée estimée : 30 min
Après La Blondeur, Je suis une grande actriste, Rose activité mortelle, autant d’ouvrages poétiques dont l’écriture s’achemine progressivement
vers le récit, Cécile Mainardi proposera la lecture de quelques extraits de son nouvel opus Le Baiser de la patate, entre auto-fiction et
essai. Une langue sur-écrite au service d’un motif loufoque, d’une farce intemporelle et moderne.
5€ / 3€
12
Semaine du 24 au 28 septembre
PROGRAMMATION
ANNIE ZADEK & HUBERT COLAS / DIPHTONG CIE
•
LA CONDITION DES SOIES [mise en espace]
26 septembre, 21h30
Montévidéo
Durée estimée : 50 min
Mise en espace : Hubert Colas // Avec : Mathieu Montanier, Isabelle Mouchard, Thierry Raynaud (distribution en cours…)
Paru en 1982 aux éditions de Minuit, maintenant réédité par les
« Jockey camouflés », La condition des soies est un livre superbement scandaleux et radicalement transgenre (récit, poésie et théâtre) ainsi que
transformiste (y circulent des personnages tout à la fois homme et femme, jeune et vieux, mort et vivant).
Production : Diphtong Cie // Avec le soutien de montevideo – créations contemporaines
8€ / 6€ / 4€
•
NÉCESSAIRE ET URGENT [lecture] [avec France Culture]
27 septembre, 22h
28 septembre, 19h30
KLAP Maison pour la danse
Durée estimée : 45 min
Mise en lecture : Hubert Colas // Distribution en cours
Annie Zadek appartient à cette génération qui, née après la dernière guerre, fut assimilée – autant dire : dissimulée – dans la culture
française au prix d’un silence opaque concernant l’histoire et le destin familial juif-polonais. Si ses derniers livres interrogeaient déjà
cette « impossible transmission du vide », Nécessaire et urgent cherche à évaluer la contamination du présent par un traumatisme majeur
survenu dans notre passé. Ainsi le texte dévide-t-il, ostinato, ces centaines de questions qu’enfants, par pudeur ou par insouciance,
nous n’avons pas posées aux aînés et qui, alors qu’ils ne sont plus là pour répondre et, peut-être nous consoler, continuent à nous
lanciner.
Production : Diphtong Cie // En partenariat avec France Culture
5€ / 3€
ANNIE ZADEK, auteure de six livres publiés entre 1998 et 2012, a développé une œuvre multiple, embrassant aussi bien la
forme théâtrale que radiophonique. Elle donne aussi de nombreuses lectures, seule ou accompagnée par des vidéastes,
photographes...
HUBERT COLAS est auteur, metteur en scène et scénographe. Avec la compagnie Diphtong il monte ses propres textes et
ceux d’auteurs tels que Rainald Goetz, Martin Crimp, Sarah Kane, Sonia Chiambretto... Il est le fondateur avec Jean-Marc
Montera de montévidéo à Marseille, et du Festival actoral.
GAËLLE OBIÉGLY [rentrée littéraire]
MON PROCHAIN [lecture]
27 septembre, 18h
Librairie Histoire de l’oeil
Durée estimée : 20 min
Dans Mon prochain, roman paru en août aux éditions Verticales, Gaëlle Obiégly joue sur plusieurs registres, entre roman picaresque,
vrai-faux reportage, récit de voyage, carnet intime et art du croquis minimaliste. À l’aune de son héroïne délicate, fantasque,
insaisissable, ce livre ne s’arpente pas sans étonnement, sourire complice et un certain état de lévitation.
Entrée libre
13
PROGRAMMATION
Semaine du 24 au 28 septembre
ANNE-JAMES CHATON & NOSFELL
ICONES [performance musique]
27 septembre, 19h30
KLAP Maison pour la danse
Durée estimée : 40 min
Une histoire du XXème siècle.
Nosfell et Anne-James Chaton présentent un premier extrait de leur récit épique où se croisent les figures féminines qui ont marqué le
siècle dernier : Mata Hari, Amelia Erhard, Claude Cahun, Marylin Monroe, Janis Joplin…
Inventeur d’un monde imaginaire unique, d’une langue et de personnages qu’il incarne d’une voix envoûtante, NOSFELL brouille
les pistes. En cinq albums cet auteur, compositeur et interprète a écrit des chansons aux approches folk, rock ou même lyrique pour
son opéra Le Lac aux Vélies présenté à la Cité de la Musique et à la Salle Pleyel. Nosfell s’est produit dans de nombreux festivals et
salles de concerts depuis dix ans (Rock en Seine, Printemps de Bourges, Vieilles Charrues…)
Il a aussi co-composé la musique du spectacle de danse contemporaine Octopus du chorégraphe Philippe Decouflé. Il prépare
actuellement son prochain album dont la sortie est prévue en 2014.
Production : lebeau & associés // En partenariat avec France Culture
8€ / 6€ / 4€
ET AUSSI : Anne-James Chaton, L e c t u r e S o n o r e et P o r t r a i t s , P. 6
MATIJA FERLIN Croatie
THE OTHER AT THE SAME TIME [spectacle]
27 – 28 septembre, 20h30
KLAP Maison pour la danse
Durée : 70 min
Spectacle en anglais surtitré en français
Conception, chorégraphie, costumes et mise en scène : Matija Ferlin // Avec : Claudia Fancello, Tomislav Feller, Matija Ferlin, Liz Kinoshita, Roberta
Milevoj // Voix Off : Ana Buljan, Marko Cindric // Texte : Jasna Žmak // Traduction : Danijela Bilic Rojnic, Katja Kosi // Traduction des surtitres
en français : Nataša Živkovic // Scénographie : Mauricio Ferlin // Musique : Colin Stetson (Constellation Records) // Collaboration artistique : Goran
Fercec
Un groupe de jeunes gens fuit un monde corrompu par l’argent et les effets du mercantilisme. Trouvant refuge dans une forêt hostile,
ils tentent de reconstruire une société originelle du « bien vivre ensemble ».
Poursuivant avec The Other At The Same Time sa recherche sur le mouvement et les liens qui l’unissent au langage, Matija Ferlin propose
avec cette seconde pièce de groupe pour cinq danseurs, une réflexion qui se situe au croisement du théâtre et de la danse.
« Des années s’écoulèrent et rien ne se passa. Le monde demeurait inchangé et seule la couleur des feuilles avait évolué. L’horreur quotidienne noircit
rapidement l’âme humaine. Les mots avaient perdu toute valeur à mesure que le pouvoir de l’argent grandissait.
C’est alors qu’ils décidèrent de s’enfuir. Ils marchèrent des heures, ils marchèrent des jours. Ils étaient cinq. Naufragés d’un monde qui avait, depuis longtemps,
perdu toute forme d’humanité. Avec dans leurs poches une ou deux casseroles, deux tentes, quelques livres et rien d’autre (…) Inquiets quant à ce qui pourrait
leur arriver, avec pour seule certitude, ce qu’ils laissaient derrière eux. Ils marchèrent encore et encore jusqu’à … »
Avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique
12€ / 8€ / 6€
TOURNÉE :
10 octobre 2013, à 20h, STUK, Leuven, Belgique
ET AUSSI : Matija Ferlin, S a d S a m L u c k y , P. 7
14
Semaine du 24 au 28 septembre
PROGRAMMATION
CHRISTOPHE FIAT
LES SUPERPOUVOIRS DE MARCEL PAGNOL [avec France Culture]
28 septembre, de 14h à 17h
Château de la Buzine
« J’ai choisi de travailler sur Marcel Pagnol, sur une invitation de Marseille-Provence 2013 dans le cadre des Ateliers de
l’EuroMéditerranée, parce qu’il m’apparaît comme un personnage haut en couleurs lié à l’imaginaire de la ville de Marseille et de la
Provence. (…) Ainsi, j’ai découvert à l’occasion de ce travail qu’il était certainement un phénomène culturel à part entière (dramaturge
intarissable inspiré par Shakespeare, découvreur du cinéma parlant dans les années 30 puis écrivain académique littéralement – il était
pensionnaire de l’Académie Française). C’est le fruit de ces recherches, mais aussi l’aboutissement de ce travail polymorphe à michemin entre la performance artistique et la littérature que je veux partager avec les spectateurs du Festival actoral à l’occasion d’une
journée exceptionnelle au Château de la Buzine intitulée Les Superpouvoirs de Marcel Pagnol. »
Christophe Fiat
•
VISITE TELEGUIDÉE [lecture performance]
Durée : 30 min
« Ce château a appartenu à Marcel Pagnol. A l’occasion d’une visite guidée sonorisée, je veux faire sentir aux visiteurs la présence de
Marcel Pagnol himself. Préambule à un théâtre de la parole. »
•
SPIRIT OF MARCEL PAGNOL [lecture]
Durée : 45min
Texte : Christophe Fiat // Distribution en cours
« J’ai écrit une série de courts textes qui oscillent entre l’épopée, le poème sonore et la fable ironique. Chacun d’eux évoque la figure de
Pagnol en opérant une déconstruction du mythe provençal. A la fin, il ne restera de Pagnol que ce qu’on veut bien entendre : une
expérience de la liberté. »
•
POETRY [concert]
Durée : 35 min
Textes : Christophe Fiat // Musique : Christophe Fiat & Nicolas Fenouillat
« POETRY existe depuis un an. Après le Flying Dinners au Rivolux à Paris, et le festival Mon Inouie Symphonie à Dunkerque, puis le
Cneai, le Macval, Montevideo, le Musée de la Chasse, la Maison de la poésie et un live place Bargemon à Marseille, les voici au Château
de la Buzine. Christophe Fiat est à la voix et à la guitare électrique, Nicolas Fenouillat, plasticien, est à la voix et à la batterie
électronique. Ils font un rock psychédélique - garage qui radiographie les mythes contemporains : la pollution, le féminisme, la guerre.
Ils joueront des chansons en hommage à Marcel Pagnol (Moteur ! Personne n’a vu Marcel Pagnol…). A la fin, peut-être que Marcel Pagnol,
c’est aussi rock’n’roll. »
Œuvre réalisée par Christophe Fiat au sein du château de la Buzine de la Ville de Marseille dans le cadre des Ateliers de l’EuroMéditerranée – Marseille-Provence
2013, en partenariat avec Cinema Connection.
12€ / 8€ / 6€
Parrain d’actoral.10, CHRISTOPHE FIAT est écrivain et artiste dramatique. Auteur de nombreux livres, performances
artistiques et pièces de théâtre : Retour d’Iwaki (Gallimard, 2011), Cosima, Femme électrique (Philippe Rey, 2013)… Il collabore
régulièrement à La Nouvelle Revue Française (Gallimard). Auteur associé au Théâtre de Gennevilliers de 2009 à 2011, il a
aussi présenté au Festival d'Avignon La Jeune fille à la bombe (2007), Laurent Sauvage n’est pas une Walkyrie (2010) et
L'Indestructible Madame Richard Wagner (2011). Auteur de pièces radiophoniques, il en a écrit une dizaine pour France Culture
dont Les Disques de la Mort (2010) et Sur Les Traces de Godzilla en 2013. Cette année, il est aussi intervenant pour le programme
« Textes-en-Scène » soutenu par la Société Suisse des Auteurs et il prépare pour 2015, une nouvelle création avec Yan
Duyvendack et Perrine Valli, Sound of music et il écrit le livret de la prochaine pièce de Thomas Ferrand, Opéra (2014). Il
prépare aussi une nouvelle création pour 2014 avec l’actrice Hanna Schygulla. Depuis un an, il chante et joue de la guitare
électrique dans le groupe rock POETRY avec Nicolas Fenouillat, plasticien et batteur.
Christophe Fiat a présenté au Festival actoral : Alerte rouge, actoral.10 // Lecture, actoral.8 // AGENCY, actoral.4 // Le spectateur monstre et Le ciel de
Nijinsky, actoral.1
15
PROGRAMMATION
Semaine du 24 au 28 septembre
FRANÇOIS CHAIGNAUD
ДУМИ МОЇ [DUMY MOYI] [spectacle] [création 2013]
28 septembre, 15h / 17h / 19h / 21h
montévidéo
Durée : 30 min
Conception et interprétation : François Chaignaud // Costumes : Romain Brau // Lumière : Philippe Gladieux // Régie : Anthony Merlaud // Conseil
musical : Jérôme Marin // Adaptations et chef de chant : Antoine Bernollin // Mixage son : Jean-Michel Olivares // Remerciements : Viktor Ruban,
Cecilia Bengolea, Christelle Hano, Philippe Laboual, Philippe Blanc, Pascal Quéneau
« Je rêve de cette pièce comme d’un antidote. Antidote aux rituels du théâtre occidental, de sa frontalité, de sa périodicité, de son
rapport de forces. Nous sommes donc dans un lieu clos, sans gradins ni scène. Proches les uns des autres. Peu nombreux. De plainpied. On peut choisir son heure, car le spectacle a lieu plusieurs fois par jour – comme les différentes séances de cinéma ou de théâtre
forain. Et nous profitons de cette intimité, de cette proximité, de cet écrin pour jouir de la délicatesse et de la démesure – un peu à la
manière des rituels de Theyyam (art sacré du Malabar), pendant lesquels les superbes costumes monumentaux des danseurs devenus
dieux les distinguent et en même temps les rapprochent de celles et ceux venus les voir et les solliciter.
Rythmé par des airs d’envoûtements ukrainiens, philippins ou séphardiques, j’imagine ce récital polyglotte pris au piège d’un costumesculpture de Romain Brau comme une distribution sinueuse de danses, de chants ... et de liqueurs. »
François Chaignaud
Depuis 2003, FRANÇOIS CHAIGNAUD danse auprès de nombreux chorégraphes dont Boris Charmartz, Emmanuelle
Huynh, Alain Buffard, Gilles Jobin... Il présente des performances et concerts dans des lieux les plus divers, à la croisée de
différentes inspirations, de la littérature érotique à l’opérette, jusqu’à l’art du hulla hoop. Il initie des collaborations
déterminantes, notamment avec la légendaire drag queen de San Francisco Rumi Missabu, le performeur Benjamin Dukhan,
ou le cabarettiste Jérôme Marin. En 2012, il participe à la création de Sacre # 197 de Dominique Brun. Depuis 2005, un
dialogue soutenu entre François Chaignaud et Cecilia Bengolea donne vie à des œuvres hétéroclites. Ensemble, ils créent
Pâquerette, Sylphides, Castor et Pollux, Danses Libres, (M)IMOSA et altered natives’ Say Yes to Another Excess - TWERK. En 2009,
François Chaignaud et Cecilia Bengolea remportent le prix de la révélation chorégraphique de la critique.
Avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique
8€ / 6€ / 4€
François Chaignaud a présenté au Festival actoral : Castor et Pollux, conçu avec Cécilia Bengolea, actoral.11
TOURNÉE :
4 et 8 décembre 2013, Maison de l’architecture / Festival d’Automne, Paris
YAÏR BARELLI Israël
C E C ON T EXTE [performance]
28 septembre, 22h
KLAP Maison pour la danse
Durée estimée : 45 min
Ce ConTexte est un événement introspectif à l’attention d’un public. La voix et le corps de l’interprète se nourrissent de cette attention.
Il s’agit de partager autant que possible l’état de conscience qui émerge de cette situation. Cette expérience devient la pièce elle-même,
reflet de l’influence du contexte sur l’interprète. Livrant un rapport direct de ce qui se passe sur scène, à l’instant où il y est, l’interprète
avance vers l’inconnu de sa propre intimité physique, tentant de suivre les réactions de son corps. Il parle alors beaucoup. Dans ce flux
continu de discours, il tente de repousser le pouvoir évocateur du langage construit pour retirer leur poids aux mots. Il lutte pour se
défaire de ses propres réflexes de représentation. Il sape les codes de secours du danseur et tente de descendre dans le corps pour le
laisser agir à l’aveugle.
« Je parle pour faire fondre quelque chose, j’enlève des couches pour devenir plus simple, j’essaie de suivre les envies de mon corps. »
Yaïr Barelli
Travaillant comme interprète pour différents artistes et chorégraphes : Emmanuelle Huynh, Christophe Le Goff, Marlène
Monteiro Freitas, Christian Rizzo et Tino Sehgal, YAÏR BARELLI développe ses propres travaux, présentés en France, en
Allemagne, en Angleterre et en Israël, aussi bien dans des théâtres, des galeries d’art que des centres d’art contemporain.
Avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique
8€ / 6€ / 4€
16
Semaine du 30 septembre au 6 octobre
PROGRAMMATION
SALVATORE CALCAGNO Belgique
LA VECCHIA VACCA [spectacle]
30 septembre, 21h
1er octobre, 19h30
Théâtre des Bernardines
Durée : 60 min
Texte et mise en scène : Salvatore Calcagno // Avec : Chloé de Grom, Emilie Flamant, Lucie Guien, Jean-Baptiste Polge, Coline Wauters //
Costumes : Adriana Maria Calzetti // Maquillage : Edwina Calcagno // Lumière : Amélie Gehin // Responsables technique et régie : Amélie Géhin,
Simon Stenmans // Aide à la scénographie : Christine Grégoire // Aide à la création technique, accessoires et regard extérieur : Sébastien Corbière //
Stagiaire dramaturge : Douglas Grauwels // Voix Off : Sophia Leboutte // Aide arrangement musical : Angelo Guttadauria // Chargée de production :
Gabriella Dailly pour [e]utopia
« Une femme, silencieuse, les seins vides posés sur les rebords d’une table à manger ». C’est sans doute ce qui servit de point de départ
à La Vecchia Vacca, création, obsession, et introspection personnelle autour de l’Italie natale, de la famille et du soleil, le tout garni de
Nutella. Trois femmes s’acharnent sur un jeune homme qui meugle, tentant vainement d’échapper à l’inévitable : reproduire, encore et
toujours, le schéma de son premier et unique amour, celui d’une mère. Leur trio renvoie alors à nos propres obsessions, du trop-plein
d’amour au manque affectif, sur fond de musiques d’émissions télévisées italiennes des années 60.
« Impossible de parler de La Vecchia Vacca sans un petit détour par ma famille, quelque part entre la Sicile et Charleroi. Ma mère et mes
tantes sont dans la cuisine, il fait chaud, ça sent la sauce tomate, les melenzane alla parmigiana, l’Italie. De la fenêtre entrouverte les
voisins doivent entendre émerger des cris. Rien d’affolant ; elles ne se disputent pas, c’est leur façon à elles de parler. Ma mère et mes
tantes ne se reposent jamais. Elles ont toujours quelque chose à faire, quelque chose à nettoyer, quelque chose à cuisiner… »
Salvatore Calcagno
SALVATORE CALCAGNO, jeune metteur en scène et comédien, commence par s’intéresser à la musique puis se destine
au théâtre. Il crée Gnocchi en 2011, une courte forme mettant en scène un inceste culinaire entre un jeune homme et sa mère.
Ce projet est présenté, dans la même année, au théâtre de la Balsamine à Bruxelles, dans le cadre du Festival Printemps Précoce
ainsi qu’au Festival Premiers Actes à Mulhouse. La Vecchia Vacca, créé en 2013 au Théâtre Les Tanneurs à Bruxelles, est son
premier spectacle.
En coréalisation avec le Théâtre des Bernardines // Artiste de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Avec le soutien de : Wallonie Bruxelles International et
WB-T/D, l’ Onda – Office national de diffusion artistique
12€ / 8€ / 6€
TOURNÉE :
19 novembre 2013, Bozar Théâtre / les Midis du Théâtre, Bruxelles
JUDITH ABENSOUR & THOMAS BAUER
PARADES [film] [sortie 2013]
30 septembre, 19h
Montévidéo
Durée : 75 min
France – 2013 // Version originale : anglais, hébreu, arabe, français - Sous-titres : français, anglais
Réalisation : Judith Abensour & Thomas Bauer // Musique : Ruggero Leoncavallo // Image : Mathias Sabourdin et Marc Anfossi, Itaï
Hasid et Nadav Anker // Son : Térence Meunier // Montage : Judith Abensour et Thomas Bauer // Avec : Laurent Poitrenaux,
Aseel Tayah, Nicky Johannot, Shaï Sagi, Nattaly Baron, Tzion Abraham Hazan, Alina Deckel, Adam Bujman, Mor Efrony, Noam
Bercovitch, Amir Fishman, Rami Shamlawi, Ronan Le Creurer, Chloé Larus, Charlène Dubreton, Aurélie Ferruel, Florentine Guédon,
Melodie Lutton, Alice Ruffini, Roberta Morrone
« Extérieur nuit — quelque part en Israël : « Rami, vous cherchez Rami ? Rami n’existe pas » déclare un homme en arabe. On lui
rétorque : « Mais imagine qu’il existe. Qui est-il ? » Voilà le projet donné : moins chercher un personnage vrai que passer par le détour
de l’invention. Mais de quoi ? Avec un Rami absent comme point de mire en Israël, une autre scène se met en place, à Paris, devant la
table de montage de ces images-là justement. Un personnage surgit, l’« Interprète », magistral Laurent Poitrenaux, venu réfléchir et
commenter le film, reléguant à l’arrière-plan Judith Abensour et Thomas Bauer, les véritables signataires de ces rushs réalisées à
l’occasion d’un échange qui s’avérera problématique, voire infrucueux, entre étudiants français et israéliens. Mise en abîme donc du
documentaire à l’intérieur des coulisses de la fiction. Et de glissements d’un espace à l’autre, de la Cisjordanie à Paris, de la salle de
montage à un espace scénique affiché, d’une langue à l’autre (hébreu, anglais, arabe, italien), des images vers leur questionnement, les
réfractions se multiplient. « La politique, on ne sait parler que de cela », avait lancé un étudiant israëlien. De fait, il s’agit moins de faire
un film sur la politique en Israël que d’interroger la possibilité de transmettre, et de transformer un échec en lambeaux d’opéra. »
Nicolas Féodoroff
En partenariat avec le FID Marseille
Entrée libre
17
PROGRAMMATION
Semaine du 30 septembre au 6 octobre
CARTE BLANCHE à J U L I E N B L A I N E
1 er octobre, 21h
Montévidéo
Durée estimée : 75 min
« Toute rencontre est intéressée.
Ainsi sont la plupart des humains : des gens intéressés...
Moi, ce qui m’intéresse c’est la rencontre et dans les rencontres celles que je préfère sont celles qui se produisent avec de jeunes artistes
ou poètes, voire des poètes genre sexa mais méconnus...
Alors je voyage beaucoup, sans cesse et encore pour r’encontrer
et actOral me donne cette chance de vous faire part de mes rencontres...
Après les rencontres, j’aime flamber, mais en vieillissant je crains les cartes, que j’aimais tant, et je redoute les honneurs
(je parle toujours de jeux de cartes)
Ainsi je préfère une carte blanche et mettre les figures et les symboles que je désire sur la lame...
Jadis : Édith Azam, Cécile Richard et Pierre Soletti
Avant-hier : Sarah Trouche, Clémentine Fort et Stéphane Nowak
Hier : Maxime Hortense Pascal, Rodica Draghincescu et Louis Lafabrié
Hubert Colas m’a confié, une fois encore, une carte blanche pour le Festival actoral, heureux, je fus une fois encore...
Hui : elle devait être belge : encore mieux !
Eugène Savitzkaya pas là, pas là, déjà pris là-bas et Laurence Vielle pas là, pas là, retenue déjà !
Mais je connais Jean-Pierre Verheggen depuis la mort de Rimbaud et la naissance d’Artaud, ils furent les garants de notre amitié et
Je sais Vincent Tholomé depuis la Revue Poézi Prolétèr que peuplait aussi 2 autres de mes amis adorés : Tarkos et Katy Molnar
Et, avec Vincent, s’en vint : Maja Jantar une artiste polysonique et multilingue qui nous vient de Gant.
Ça va être grand !
Que vous partagiez mon bonheur sera mon seul plaisir, ce soir là... »
Julien Blaine - juillet 2013
•
VINCENT THOLOME & MAJA JANTAR Belgique
CAVALCADE [lecture performance]
Performance d’après Cavalcade, le dernier livre de Vincent Tholomé paru au Clou dans le Fer en 2012. Cavalcade est un livrepartition. Un livre dont le texte mute, change, se colore d’autres nuances, en fonction des performances et des partenaires. Cette
nouvelle version est née de la collaboration entre l’auteur et Maja Jantar, une artiste vocale aux talents multiples.
Poète et performeur, VINCENT THOLOME a publié une douzaine d’ouvrages et de très nombreux textes dans des revues.
Ses derniers livres ont fait l’objet de multiples interprétations scéniques, radiophoniques et gastronomiques présentées lors
de festivals de poésie et de performances en France, Belgique, Suisse, au Québec, aux États-Unis, etc. En 2011, il a reçu pour
The John Cage Experiences le Prix triennal de poésie de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
MAJA JANTAR est une artiste vocale pratiquant la polypoésie. Polypoésie = poésie + souffles + arts visuels + bruits de
bouche + arts sonores + land art + rituels + arts de la scène + (…) + (…) + (…) = une pratique poétique sans limite.
Artiste de la Fédération Wallonie-Bruxelles // Avec le soutien de Wallonie Bruxelles International et de WB-T/D
•
JEAN-PIERRE VERHEGGEN Belgique
ENTRE SAINT-ANTOINE ET SAN-ANTONIO [lecture performance]
Invité par Julien Blaine, il présentera Entre Saint-Antoine et San-Antonio, une lecture-performance avec la voix de Jacques Bonnaffé
en audio-résonnance.
Entre Poésie et Humour. JEAN-PIERRE VERHEGGEN a participé dans les années 70 à la célèbre revue TXT, avantgarde radicale de l’entreprise « textuelle ». En 1990, il est conseiller du ministre de la culture de la Communauté française de
Belgique, et depuis 1992, chargé de mission spécial à la Promotion des Lettres françaises de Belgique. Sa poésie est une
poésie orale, un incessant remaniement de la langue qui avec calembours, dérision et trivialité ne manque pas de truculence
ni d’humour.
Artiste de la Fédération Wallonie-Bruxelles // Avec le soutien de Wallonie Bruxelles International et de WB-T/D
8€ / 6€ / 4€
18
Semaine du 30 septembre au 6 octobre
PROGRAMMATION
MARCO LAGUNA Belgique
DAGO CASSANDRA [lecture – film]
1 er octobre, 22h30
Montévidéo
Durée : 25 min
Conception et réalisation : Marco Laguna // Avec : Wild Dee.
Polar, littéraire et ultra violent - Tourné en Super 16 et Super 8 couleur, ambiance nocturne.
« Here I’m, I’m a romantic ... / and individualist and a true / westerner / 15 ans d’errance / Un come back / Un royaume / Caligula
des temps modernes / Trahison / Désillusion / Lâcheté / Amour / Une tête mise à prix… »
Dago Cassandra, primé au Festival du court-métrage de Toronto et par l’Académie du film de Los Angeles, est présenté avec une lecture
performée portée par Wild Dee, l’acteur emblématique du film.
En partenariat avec KissKissBankBank // Artiste de la Fédération Wallonie-Bruxelles // Avec le soutien de Wallonie Bruxelles International et de WBT/D
Entrée libre
VÉRONIQUE BERGEN Belgique
EDIE, LA DANSE D’ICARE [lecture] [ r e n t r é e l i t t é r a i r e ]
Librairie L’Odeur du temps
2 octobre, 18h
Durée estimée : 30 min
« Je balance au magnéto que je suis la septième sur huit enfants, la pénultième, que cela fait plus de deux décennies que je cherche la
position érotique dont je suis le fruit. Comment mon père prenait-il ma mère ce 20 juillet 1942 ? Suis-je le produit d’une banale
copulation, d’un quick sex sur la plage ? Ai-je été conçue dans la classique position du missionnaire ? Je sais que je suis l’enfant de l’été,
que le soir où le sperme psychotique de Fuzzy a fait bingo, les terres de Santa Barbara brûlaient... »
Véronique Bergen
Ce récit publié chez Al Dante en septembre 2013 raconte l’épopée, courte et dense, de la vie d’Edie Sedgwick, reine des nuits newyorkaises et princesse de la Factory, connue comme égérie d’Andy Warhol, compagne de Bob Dylan et mannequin des magazines
« Vogue » et « Life »… C’est également le roman en creux d’une Amérique malade et criminelle.
En partenariat avec les éditions Al Dante // Avec le soutien de Wallonie Bruxelles International et de WB-T/D
Entrée libre
MATHIEU RIBOULET
LES ŒUVRES DE MISERICORDE [lecture]
2 octobre, 20h
Montévidéo
Durée estimée : 40 min
Le corps a une histoire, le corps est l’Histoire.
Entre fiction et réalité, le livre de Mathieu Riboulet mime les œuvres de miséricorde, cet ensemble d’impératifs moraux édictés par
l’Église, censés obliger les chrétiens et peser de leur poids dans la balance du Jugement dernier, tout en se concentrant sur un épisode
particulier de la vie de son narrateur : sa rencontre avec l’Allemagne. Ou plutôt avec son corps. L’écrivain suggère avec beaucoup de
force le mouvement de l’Histoire dans la superposition des corps, certains diaphanes comme des idées, d’autres denses comme le désir,
lié à cet impératif de miséricorde qui fonde notre culpabilité pour être, de tout temps et en tous lieux, battus en brèche.
Il lira des extraits de ce livre publié aux éditions Verdier, lauréat du prix Décembre (2012).
5€ / 3€
19
PROGRAMMATION
Semaine du 30 septembre au 6 octobre
DAVID GREIG Ecosse
NUIT D’ETE [lecture] [texte traduit lauréat du Centre National du Théâtre]
2 octobre, 21h
Montévidéo
Durée estimée : 75 min
Texte : David Greig // Mise en lecture : Clara Chabalier // Traduction : Dominique Hollier // Distribution en cours
« Roman photo façon no future: résoudre la question de l'oeuf et de la poule au Conan Doyle le jour de tes 35 ans - vomir au mariage de
ta soeur - vendre une voiture rose, mettre 15 briques dans un sac en plastique, et se dire que c'est maintenant, ou jamais - l'emmener
elle parce que ton zob te dis qu'il en a marre - le suivre lui parce qu'on est pas dans une comédie romantique - chanter Jesus & Mary
Chain avec un groupe de gothiques, 2 étudiants islandais, 1 caviste, devant un club de bondage japonais - se faire poser un lapin par
texto sur le parking d'Ikea - lire sur un parcmètre qu'un autre choix est possible »
DAVID GREIG est né en 1969 près d’Edimbourg et a grandi au Nigéria. Auteur, traducteur, il écrit pour le Royal Court, le
National Theatre of Scotland, où il est aujourd’hui dramaturge, la Royal Shakespeare Company mais aussi pour la radio et la
télévision. Avec le metteur en scène Graham Eatough, il a fondé la compagnie Suspect Culture Theatre Group.
A peine sortie de l’Ecole Régionale des Acteurs de Cannes, CLARA CHABALIER joue notamment sous la direction de JeanFrançois Peyret (Re :Waldeni), Romeo Castellucci (Fours eason’s restaurant), Pauline Bourse (Voyage au Bout de la Nuit), César
Vayssié (Un film Evunement) … Sa première création, Calderyn de Pier Paolo Pasolini, est lauréate du Prix Paris Jeunes Talents.
Elle créée ensuite Autoportrait en se basant sur les démarches photographiques de Cindy Sherman, Robert Mapplethorpe,
Francesca Woodman et Edouard Levé.
En partenariat avec le Centre national du Thèâtre
5€ / 3€
LINA SANEH & RABIH MROUE Liban
Portrait
Une proposition de la Villa Méditerranée
C’est autour d’un théâtre documentaire en lien direct avec la situation de leur pays que Lina Saneh et Rabih Mroué
ont
entamé une collaboration à l’issue de leurs études d’art dramatique à Beyrouth. Interrogeant sans relâche la pratique théâtrale
telle qu’elle peut encore se développer dans le monde d’aujourd’hui, ils traversent des formes différentes pour imaginer une
nouvelle manière d’écrire un récit sur le plateau. Pièces, performances, installations vidéo, tout est possible pour questionner
les réalités sociales et politiques d’un Liban qui a du mal à regarder en face son histoire et ses contradictions. Mettant en
commun leurs recherches personnelles, qu’ils peuvent aussi développer séparément, ils construisent des fictions qui sont
autant de prises de parole volontairement politiques, souvent risquées et d’une totale liberté.
Réservations et tarifs, voir P. 39
RABIH MROUE
QUI A PEUR DE LA REPRESENTATION ? [spectacle]
2 octobre, 19h30
Villa Méditerranée
Durée : 60 min
Spectacle en français et en arabe surtitré en français
Conception : Rabih Mroué // Avec : Rabih Mroué et Lina Saneh // Scénographie : Samar Maakaroun // Traduction de l’arabe : Catherine Cattaruzza
En arabe, le mot “représentation” (tamthil) a trois sens : le jeu, l’interprétation et l’acte de violenter un corps. Ici, la progression de la
violence prend appui sur le contraste de plus en plus éclatant entre des histoires vécues, gravées dans la chair de l’Histoire et une
autofiction qui, petit à petit, se glisse dans le maillage de la réalité. Qui a peur de la représentation ? Quel est le rôle de l’artiste dans un
pays fragile, marqué par la guerre civile ? Contre le silence, Rabih Mroué et Lina Saneh disent, représentent et osent la représentation,
avec humour et témérité, confrontant les actions d’artistes des années 1960-1980 (Joseph Beuys, Orlan ou Marina Abramovic) aux
réalités présentes de la guerre civile.
20
Semaine du 30 septembre au 6 octobre
PROGRAMMATION
E R I C B A U D E L A I R E [sur une proposition de Lina Saneh et Rabih Mroué]
L’ANABASE DE MAY ET FUSAKO SHIGENOBU, MASAO ADACHI ET 27 ANNEES SANS IMAGES [film]
2 octobre, 21h
Villa Méditerranée
Durée : 66 min
Super 8, video HD - Couleur et noir & blanc
«(…) Anabase ? C’est le nom donné depuis Xénophon au retour, difficile voire erratique, vers chez soi. C’est cette histoire complexe,
sombre, toujours en suspens, qu’Éric Baudelaire, artiste réputé pour se servir de la photographie afin d’interroger la mise en scène de la
réalité, a choisi d’évoquer en usant du format documentaire. Tournées en Super 8 mm, des vues de Tokyo et de Beyrouth aujourd’hui
se mêlent à quelques images d’archives, de télévision, à des extraits de films, pour dérouler le décor sur lequel les voix de May et
d’Adachi vont faire remonter leur mémoire. Il y est question de vie quotidienne, d’être une petite fille dans la clandestinité, d’exil, de
politique, de cinéma, et de leurs rapports fascinés. Pas une enquête, une anamnèse morcelée.»
Jean-Pierre Rehm
ERIC BAUDELAIRE est un artiste et cinéaste français né à Salt Lake City en 1973. Son travail a fait l’objet d’expositions
monographiques et ses oeuvres figurent dans les collections du Centre Pompidou, du Fonds National d’Art Contemporain,
du FRAC Auvergne et du Whitney Museum of American Art. Ses films ont été sélectionnés dans de nombreux festivals,
dont le FID Marseille, le Festival International du film de Rotterdam, et le San Francisco Film Festival.
LINA SANEH
APPENDICE [spectacle]
3 octobre, 21h
Villa Méditerranée
Durée : 60 min
Conception : Lina Saneh // Avec : Rabih Mroué et Lina Saneh // Assistant scénographie : Hatem Imam
Ayant entendu dire que dans les hôpitaux on brûle les membres et organes excisés de certains malades, Lina Saneh s’empare de cette
information pour en faire le point de départ du spectacle Appendice. Elle envisage ainsi de se faire opérer en plusieurs étapes afin de
prélever, au fur et à mesure, divers membres et organes de son corps, qu’elle brûlera après l’opération.
« J’ai toujours rêvé d’être incinérée à ma mort, chose interdite au Liban, car toutes les religions monothéistes refusent l’incinération et
pratiquent la mise en terre. Ce problème n’est pas uniquement dû à une mentalité sociale religieuse conservatrice, mais aux lois
libanaises, à la Constitution de l’Etat qui ne nous reconnaît pas en tant qu’individus ayant des droits citoyens hors des communautés
religieuses. »
Lina Saneh
LINA SANEH & RABIH MROUE
33 TOURS ET QUELQUES SECONDES [spectacle]
5 octobre, 18h30 & 20h30
Villa Méditerranée
Durée : 60 min
Spectacle en arabe, en anglais et en français, surtitré en français
Conception et mise en scène : Lina Saneh et Rabih Mroué // Avec : Nagham Abboud, Samir Abou Jaoudé, Thomas Nowles, Edy Gemaa, Raseel
Hadjian, Colette Hajj, Wadad Hneine, Paul Khodr, Ibtisam Kishly, Eliane Mallat, Muriel Moukawem, Elie Njeim, Antoine Ozon, Najeeb Zeytouni //
Et les voix de : Gheith El Amine, Abdallah El Machnouk, Raphael Fleuriet, Charbel Haber, May Kassem, Nesrine Khodr, Victoria Lupton, Diran
Mardirian, Rabih Mroué, Ziad Nawfal, Lina Saneh // Scénographie, graphisme et animation : Samar Maakaroun // Assistanat à la création technique :
Sarmad Louis, Thomas Köppel // Traduction : Ziad Nawfal // Direction de la photographie : Sarmad Louis // Casting et production exécutive : Petra
Serhal // Editing : Sarmad Louis, Najib Zeitouni // Musiques : Ya Jaret El Wadi de Mohammed Abdel Wahab, interprétée par Fatima Bazzi, Le Dernier
repas, paroles et musique de Jacques Brel
Un jeune activiste libanais s’est suicidé. Face à nous, sa chambre, où tout continue à vibrer : télévision, page Facebook, répondeur, etc.
Autant d’objets qui nous racontent cet acte, déversant sans répit les commentaires de proches, anonymes, politiques, de ces milliers
d’individus qui communiquent, laissant libre cours à leurs fantasmes. Ce qui finalement s’avérait être un geste personnel devient un
incroyable débat de société, démultiplié par les réseaux sociaux agissant comme de véritables révélateurs… Avec 33 Tours et quelques
secondes, le couple Lina Saneh et Rabih Mroué prolonge son questionnement sur les réalités sociales et politiques d’un Liban qui a du
mal à se regarder en face. Pourquoi ce pays n’a-t-il pas été touché par le Printemps arabe ? Que signifie cette impossibilité à réagir ?
Percutant et réflexif.
21
PROGRAMMATION
Semaine du 30 septembre au 6 octobre
Groupe ICI-MÊME (Paris)
FIRST LIFE [parcours de réalité augmentée]
3 octobre, de 14h à 19h
(dernier parcours 18h40)
4 – 5 octobre, de 10h à 12h et de 14h à 17h
(derniers parcours 11h40 & 16h40)
Centre commercial Bonneveine
Parcours de 30 min environ, départ toutes les 20 minutes
Conception : Mark Etc, Christian Geschvindermann, Eric Ménard // Image-montage : Eric Ménard // Scénographie : Christian Geschvindermann //
Avec : Céline Naji, Jacques Norgeville.
Vivez une aventure dont vous êtes le héros !
Clin d’œil au célèbre « Second life », premier monde virtuel en 3D qui permet à ses utilisateurs d’incarner des personnages, FIRST
LIFE propose dans la vraie vie une aventure dont le public est le héros. Laissez-vous guider par la vidéo d’un smartphone. Suivez les
mouvements vidéo, comme si vous filmiez. En temps réel, vous explorerez des lieux, vous partagerez des situations, comme à
l’écran… avec quelques variations…
Agent de sécurité ou laborantin, élève hôtelier ou clandestin, découvrez-vous dans la peau d’un autre et interrogez votre rapport à la
technologie. Vous n’avez pas fini de vous surprendre ! FIRST LIFE, une expérience bluffante et low tech, entre vidéo-guide interactif
et « films à vivre », entre réel et virtuel.
Avec quatre réalisations déjà présentées à Marseille, Retour au paysage (1999), Toute la lumière sur la ville du futur (2001), Show-room
(2005), Allô, Ici-Même (2010), les interventions du GROUPE ICI-MÊME (Paris) questionnent notre organisation collective et
nos représentations aux frontières du réel : hors les murs, dans la ville, le groupe infiltre et percute le quotidien par des
mystifications sophistiquées, des spectacles embusqués, des protocoles d’exploration.
Oeuvre réalisée par le groupe ICI-MÊME (Paris) en résidence au sein du Centre commercial Bonneveine dans le cadre des Ateliers de l’EuroMéditerranée Marseille-Provence 2013
Entrée libre sur inscription : +33 (0)4 91 94 53 49
MUSTAPHA BENFODIL Algérie
L’ANTILIVRE (FRAGMENTS DE DECHETS LITTERAIRES) [PERFOROMAN] [lecture performance]
3 octobre, 19h
[mac] – Musée d’Art Contemporain de Marseille
Durée estimée : 40 min
« Il est question de « ratures » plus que de « Litté ». De boules de chapitres froissés. De personnages biffés. Et de livres jetés au pilon.
Au feu. D’écrivains assassinés. De bibliocaustes. D’avant-gardes littéraires revisitées. De carnets intimes exhumés du caveau du temps.
De vieux tickets de train devenus archives. De lourdes confessions pliées en huit. D’ordres de mission de reporters en vadrouille en
Irak, au Mali, en Egypte, en Syrie. Et de manuscrits refusés par le marché. Entre déchets papiers et recyclage poétique, un livre écrit
avec des détritus. Avec du Détruit. Un livre qui revient de loin : L’AntiLivre. »
Mustapha Benfodil
Ecrivain et journaliste algérien, Mustapha Benfodil a publié trois romans : Zarta (ed. Barzakh, Alger, 2000), Les Bavardages du
Seul (Barzakh, 2003) et Archéologie du chaos (amoureux) (Barzakh, 2007 ; Al Dante 2012). Auteur d’une quinzaine de textes
dramatiques, Mustapha Benfodil se consacre également à la poésie dont l’essentiel se retrouve dans le recueil Cocktail
Kafkaïne. Le point de départ de son dernier ouvrage, L’AntiLivre, est l’endroit où viennent finir les livres dont plus personne
ne veut, le pilon. Mustapha Benfodil y a puisé la matière textuelle qui compose ce roman plastique et fragmenté qui va
raconter sa propre histoire, et donner à voir l’envers, tout autant que le corps, de la littérature. L’AntiLivre peut se voir
comme une porte d’entrée dans l’univers de Mustapha Benfodil. Babel oued, rivière de langues, de mots, qui en un courant
dévastateur donne la voix à ceux que l’on veut faire taire, soulève le limon d’une mémoire fractionnée, creuse le lit d’un
propos politique et subversif, tout en interrogeant la pratique littéraire d’un auteur qui se nourrit du réel pour mieux le
sublimer.
Partie d’une oeuvre réalisée par Mustapha Benfodil en résidence au sein de l’espace Fernand Pouillon d’Aix-Marseille Université dans le cadre des Ateliers de
l’EuroMéditerranée de Marseille-Provence 2013, en partenariat avec art-cade*, galerie des Grands Bains Douches de la Plaine // Avec le soutien de
l’Ambassade de France en Algérie
5€ / 3€
ET AUSSI : Mustapha Benfodil L e P o i n t d e v u e d e l a M o r t , P .22
22
Semaine du 30 septembre au 6 octobre
PROGRAMMATION
DENNIS COOPER Etats-Unis & JONATHAN CAPDEVIELLE
THE MARBLED SWARM [lecture] [rentrée littéraire]
3 octobre, 19h30
Le Merlan – Scène nationale à Marseille
Durée estimée : 50 min
Texte : Dennis Cooper // Avec : Jonathan Capdevielle
Proche collaborateur de Gisèle Vienne (il a participé à la quasi-totalité de ses pièces), Jonathan Capdevielle côtoie l’univers de Dennis
Cooper depuis des années. Performeur et acteur aux multiples talents, il nous donne à entendre le nouveau roman de Dennis Cooper,
The Marbled Swarm (P.O.L, 2013).
Auteur américain, DENNIS COOPER a publié une dizaine de livres chez P.O.L parmi lesquels Closer, Frisk et Try (le cycle
de George Miles), mais aussi Salopes ou plus récemment Les mauviettes. Ses personnages, souvent des adolescents, sont en
prise avec un monde qui ne leur fait pas de cadeau, confrontés aux limites, aux questions extrêmes de la violence, du sexe, du
désir. Avec une écriture rythmée, musicale même, Dennis Cooper parvient à restituer cet indicible purgatoire sensoriel dans
lequel se consument ses personnages. Il en est notamment ainsi pour les deux protagonistes de la pièce The Pyre (Le Bûcher),
nouvelle collaboration pour la scène entre l’auteur et la metteuse en scène Gisèle Vienne.
En coréalisation avec Le Merlan – Scène nationale à Marseille // Avec le soutien de P.O.L éditeur
5€ / 3€
Jonathan Capdevielle a présenté au Festival actoral : Adishatz/Adieu, actoral.12
ET AUSSI : Jonathan Capdevielle dans B o d i e s i n t h e C e l l a r de Vincent Thomasset, P. 30
GISÈLE VIENNE [1ères dates de tournée en France après la création à Beaubourg en juin 2013]
THE PYRE (LE BÛCHER) [spectacle]
3 octobre, 21h15
4 octobre, 20h30
Le Merlan – Scène nationale à Marseille
Durée : 1h40
Conception, mise en scène, chorégraphie et scénographie : Gisèle Vienne // Création musicale, interprétation et diffusion live : KTL [Stephen O’Malley et Peter
Rehberg] exceptée la chanson Back Eyed Dog de Nick Drake de l’album Made to love magic. // Texte : Dennis Cooper // Lumière : Patrick Riou // Créé en
collaboration avec et interprété par : Anja Röttgerkamp et en alternance avec : Lounès Pezet, Léon Rubbens, Kamel Van Looy // Avec la voix de Dennis Cooper
// Stylisme et conception des costumes : José Enrique, Ona Selfa // Création vidéo : Robin Kobrynski en collaboration avec Patrick Riou et Gisèle Vienne //
Fabricant Décor : Leds, Designgroup professional GmbH/ LED Lightdesign // Autres éléments du décor : Espace et Cie // Maquillage : Mélanie Gerbeaux //
Spatialisation du son : Manuel Poletti // Collaboration technique : Opéra de Lille // Collaboration informatique musicale : Ircam, Thomas Goepfer // Régie
générale : Richard Pierre // Régie son, vidéo : Gérard d’Elia // Régie lumière : Arnaud Lavisse // Régie plateau : David Jourdain // Conception plans 3D :
Rémi Brabis // Aide à la recherche scénographique : Marc Le Hingrat
Entre anesthésie et affolement.
Dans un espace qui oscillerait entre la vision cinétique d’un Victor Vazarély et un couloir de Discovery One, le vaisseau de 2001 Odyssée de
l’espace de Stanley Kubrick, Gisèle Vienne explore avec l’auteur Dennis Cooper le rapport complexe de la mise en scène au texte et à la
parole. Avec la complicité d’Anja Röttgerkamp, elle porte un regard sur la surface du corps et l’enfouissement des mots et déploie une
dramaturgie très musicale à travers l’articulation de la chorégraphie, de l’espace (une sculpture de lumière) et de la musique conçue et
interprétée en live par KTL (Stephen O’Malley et Peter Rehberg).
« Le texte à mettre en scène semble devoir être caché. Il nous importe dès lors de développer la manière dont il peut transparaître dans ce
mouvement d’étouffement (...) Les deux personnages de cette pièce, une danseuse et un garçon, sont sous l’emprise d’un mutisme complet
et leur rapport impossible à la parole semble refléter le rapport impossible au texte. Le texte qui est alors le sous-texte sera donné pour la
première fois au spectateur sous la forme d’un court roman à lire à l’issue de la représentation.»
Gisèle Vienne
L’effroi et le trouble, l’animé et l’inerte, la perception piégée par l’hyper-réalisme, signent le monde de GISELE VIENNE,
chorégraphe et plasticienne. Depuis 2004, elle a chorégraphié et mis en scène I Apologize, Une belle enfant blonde / A young,
beautiful blonde girl, Kindertotenlieder, Jerk, This is how you will disappear et LAST SPRING : A Prequel. En 2009, elle crée aussi
Eternelle Idole, pièce pour une patineuse artistique et un comédien et réécrit Showroomdummies avec Etienne Bideau-Rey.
Depuis 2005, elle expose régulièrement ses photographies et installations, et ses créations tournent dans le monde entier.
En coréalisation avec Le Merlan – Scène nationale à Marseille // Avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique
20€ / 10€ / 8€
TOURNÉE :
21 et 22 octobre 2013, Festival Météor, BIT Teatergarasjen, Bergen, Norvège
14 et 15 novembre 2013, Dansen Hus, Stockholm, Suède
23
PROGRAMMATION
Semaine du 30 septembre au 6 octobre
20, 21 novembre 2013, Festival NEXT, La Rose des Vents, Villeneuve d'Asq
26 novembre 2013, Bonlieu - Annecy
3 décembre 2013, Automne en Normandie, Le Cadran, Evreux
13 et 14 décembre, 2013, Kaaitheater, Bruxelles, Belgique
9 et 10 janvier 2014, Le Théâtre de Freiburg, Allemagne
16 et 17 janvier 2014, Le Maillon, Strasbourg
24 et 25 janvier 2014, La Kazern, Bâle, Suisse
30 et 31 janvier 2014, TNT, Toulouse
4 février 2014, Le Parvis, scène nationale de Tarbes - Pyrénées
19 et 20 février 2014, Scène nationale d’Orléans
14 et 15 mai 2013 Mousonturm, Frankfurt, Allemagne
Gisèle Vienne a présenté au Festival actoral : Jerk de Dennis Cooper, actoral.7, actoral.6 // I Apologize et Une belle enfant blonde, actoral.4
EDITH AZAM
TROIS CHEVALOS : TROIS OS [lecture]
4 octobre, 19h30
Théâtre des Bernardines
Durée estimée : 40 min
« Édith Azam, rien à signaler. Se fout de sa biographie. Rêve actuellement de voir pousser une fleur. A mangé du poulet aujourd’hui à
13h47, et cru, histoire d’avoir quelque chose à raconter à la fin de la journée. Cette après-midi se rendra à la poste, fera
approximativement 3279 pas et traversera 12 feux rouge en marchant sur des clous. Et voilà. »
Édith Azam
Édith Azam a publié une quinzaine de livres (notamment chez P.O.L éditeur) dont Décembre m’a cigüe (P.O.L, 2013), qu’elle
a lu dans le cadre des « Mercredis de montévidéo » à Marseille. Elle propose la lecture d’extraits de TROIS CHEVALOS :
TROIS OS, texte inédit.
En coréalisation avec le Théâtre des Bernardines // Avec le soutien de P.O.L éditeur
5€ / 3€
Édith Azam a présenté au Festival actoral : Tumeur dans le langage, actoral.11, actoral.10
JEREMIE BENNEQUIN
ESTOMPAGE [performance arts visuels]
4 octobre, entre 18h30 et 19h30
Boutique agnès b.
Chaque jour, rituel d’effacement quotidien, Jérémie Bennequin efface à la gomme à encre une page de l’œuvre de Marcel Proust, À la
recherche du temps perdu. Il lui arrive parfois de faire disparaître sa page du jour ou quelques passages du livre en public. Performance discrète
où, le temps d’une heure, l’artiste gomme l’encre imprimée sur la feuille d’un volume. L’œuvre conceptuelle se montre sensible, concrète, et
tandis que les mots s’estompent dans une poussière bleue, la disparition du lisible révèle sa visibilité. Paradoxe : le texte littéraire retrouve
un corps que l’effacement matérialise.
Depuis 2008, la démarche artistique de JEREMIE BENNEQUIN, jeune artiste installé à Paris, s’articule autour de
l’effacement scriptoclaste d’œuvres littéraires, à commencer par le roman de Proust, À la recherche du temps perdu. Travail
ambigu, au croisement de l’hommage et du gommage, d’où le titre générique : ommage. Cette pratique singulière donne
régulièrement lieu à des conférences, des publications de livres d’artiste, des expositions et des performances tant en France
(Galerie du jour agnès b., Yvon Lambert, Palais de Tokyo…) qu’à l’étranger (Londres, Berlin, Tunis…).
Performance présentée dans le cadre de l’exposition Dépaysement escale 6 avec Jérémie Bennequin, Nicolas Dhervillers et Vanessa
Santullo chez agnès b. Marseille du 4/10 au 2/11/2013.
En partenariat avec agnès b.
Entrée libre
24
Semaine du 30 septembre au 6 octobre
OUTIL & INSTITUTET
BONES
4 octobre, 21h
5 octobre, 20h30
Théâtre des Bernardines
Durée estimée : 75 min
PROGRAMMATION
France / Suède
[spectacle] [ c r é a t i o n 2 0 1 3 ]
Mise en scène : Olivier Veillon et Christoph Wirth // Avec : Anders Carlsson, Victor Lenoble, Andrianna Seecker // Musique : Anders Carlsson //
Chorégraphie : Andrianna Seecker et Christoph Wirth // Lumières : Olivier Veillon
Au moment où le titre du spectacle devait fermement se décider, l’un des membres de l’équipe de Bones creuse un trou dans son jardin,
le jardin de l’ancienne Cure, attenant au cimetière d’un village bourguignon. Il en déterre des os qu’il prend pour les restes d’un
barbecue antique, jusqu’à ce qu’il tombe sur un morceau de mâchoire dont l’une des dents avait quatre racines. La mort d’un humain
est une chose parfaitement banale, qui ne pèse rien au regard de l’Espace et du Temps, et pourtant nous les vivants, c’est à dire les
mourants, devons bien nous faire à l’idée que nos ongles finiront par tomber, ainsi que pas mal d’autres choses. Les faits sont là et ne
parviennent toujours pas à entraver la peur…
L’OUTIL est une plateforme de production dijonnaise qui soutient les différents projets liés aux quatre artistes qui la
dirigent : Baptiste Amann, Solal Bouloudnine, Victor Lenoble (IRMAR) et Olivier Veillon. INSTITUTET est une
plateforme de production suédoise qui soutient les différents projets liés à son directeur artistique, Anders Carlsson (en
France, Conte d’amour, collaboration d’Institutet, Markus Öhrn et Nyarampen a été présenté l’année dernière au Festival
d’Avignon et au CDN de Gennevilliers). Depuis quelques années, Andrianna Seecker est attachée à Institutet comme
danseuse et chorégraphe et Christoph Wirth comme dramaturge. Les deux équipes se sont liées en 2008 à Malmö lors d’un
Festival dirigé par Anders Carlsson, où Mathieu Besset, collaborateur de l’IRMAR, a eu ce trait d’esprit : « in my head I am a
genius ». Ont suivi deux collaborations : Invisible Empire, projet collectif réalisé en Allemagne et en Suède et Le fond des choses :
outils, œuvres et procédures, spectacle de l’IRMAR présenté l’an passé à Actoral. Bones est une nouvelle forme de collaboration
qui se présente moins sous forme d’invitation d’une équipe par une autre que comme une véritable création collective.
En coréalisation avec le Théâtre des Bernardines // Avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique
12€ / 8€ / 6€
MUSTAPHA BENFODIL Algérie
LE POINT DE VUE DE LA MORT [lecture performance]
5 octobre, 20h30
Msontévidéo
Durée estimée : 45 min
Le Point de vue de la Mort est un monologue centré sur la parole de Moussa, agent de morgue déjanté officiant à l’hôpital de BalBala, une
petite bourgade saharienne rongée par les scorpions, la corruption et la misère. Un jour, Moussa reçoit le corps d’un homme
complètement carbonisé après s’être immolé en plein tribunal de BalBala. Ce n’est autre que son meilleur pote, Aziz, poète flamboyant
et blogueur caustique traquant les maux de BalBala et les frasques de ses notables. Moussa essaie de comprendre le geste extrême de
son ami incandescent. D’où l’autopsie. Une autopsie subjective du corps intérieur. De l’intime ignition. De la citoyenneté refoulée.
Dans la foulée se profile une autopsie du corps social. Du peuple morne de BalBala. Une autopsie politique donc. Avec pour seule
médecine légale la liberté du scalpel.
Avec le soutien de l’Ambassade de France en Algérie
5€ / 3€
ET AUSSI : Mustapha Benfodil, L’AntiLivre..., P. 19
25
PROGRAMMATION
Semaine du 30 septembre au 6 octobre
NATHALIE QUINTANE
DESCENTE DE MEDIUMS [lecture performance]
5 octobre, 21h30
Montévidéo
Durée estimée : 30 min
Présentation : Grâce à la planche (ou ouija), et encore plus au fameux guzmo (le tube à photographier les pensées), il serait possible de mettre en
branle la réforme du monde visible. Ne disposant pas de la totale maîtrise de ces outils, nous nous contenterons ce soir d’user une fois de plus
de la voix, partiellement attenante au corps, et d’images en mouvement mal définies mais convaincues.
« Comme je l’ai déjà dit il y a quelques années, je suis née en 1964, ce qui me donne 48 ans. J’ai écrit un certain nombre de livres, dont
je ne me souviens plus trop car j’ai une mauvaise mémoire. On peut encore les lire, pour l’essentiel édités par P.O.L (les derniers sont
Tomates et Crâne chaud). Je visite plus souvent les écoles des beaux-arts que les facultés de Lettres, peut-être parce que les facultés de
Lettres pensent que ce que je fais n’est pas vraiment de la littérature, et que les beaux-arts tendraient à penser que cela se rapproche de
l’art - mais lequel ? »
Nathalie Quintane
Avec le soutien de P.O.L éditeur
5€ / 3€
ET AUSSI : Nathalie Quintane, Broute solo, P. 27
Nathalie Quintane a présenté au Festival actoral : Tomates, actoral.10 // 2007, actoral.5 // Lecture, actoral.2
CAROLINE BERGVALL Royaume-Uni
1DJ2MANY (60 SONGS WE LOVE TO LOVE) & OTHER PIECES [lecture & musique]
5 octobre, 22h30
montévidéo
Durée estimée : 60 min
Conception : Caroline Bergvall // Avec : Caroline Bergvall et Adam Parkinson
Pour 1DJ2MANY Caroline Bergvall puise dans un grand fonds de variétés anglo-américaines pour en tirer quelques lignes
pop/rap/funk qu’elle tisse en une seule chanson. Cette pièce a d’abord été créée sous la forme d’une installation sonore et textuelle dans
le cadre de sa monographie Middling English, présentée à la galerie John Hansard (Royaume-Uni) en 2010. C’est en mai 2013 qu’elle a
été pour la première fois présentée sur un plateau avec le musicien Adam Parkinson au festival Speech Acts 3 à Cambridge.
Caroline Bergvall présente également à l’occasion de cette soirée une sélection de ses textes les plus récents, Other Pieces.
Poète et performeuse basée à Londres, CAROLINE BERGVALL est très établie dans les milieux anglophones de la poésie
contemporaine, de la performance et des arts plastiques. Elle cherche actuellement de nouvelles formes dans plusieurs
directions : idée du chant poétique parlé, mise en espace de la voix emphatique, confrontation d’éléments contemporains et
archaïques, expérience d’immersion du musicien, de la performeuse et des spectateurs dans une matière textuelle et sonore
mouvante, mêlant voix textuelles multiples, matière musicale, langues anciennes et actuelles.
Musicien et chercheur à l’Université Goldsmiths de Londres, ADAM PARKINSON s’intéresse aux philosophies
matérialistes, à la basse et à la composition électronique sur ordinateur. Il travaille avec de nombreux musiciens comme Arto
Lindsay, Atau Tanaka, Kaffe Matthews et Rhodri Davies. A ses heures perdues, il tente d’écrire la chanson pop parfaite.
Avec le soutien du British Council
5€ / 3€
26
Semaine du 30 septembre au 6 octobre
PROGRAMMATION
ODILE DARBELLEY & MICHEL JACQUELIN
NOUS NE POUVONS CONNAÎTRE LE GOÛT DE L’ANANAS
PAR LE RÉCIT DES VOYAGEURS [performance arts visuels]
5 octobre, 13h30 / 15h / 16h30
6 octobre, 15h / 16h30
FRAC PACA
Durée estimée : 60 min
Conception : Odile Darbelley et Michel Jacquelin // Avec : Georges Appaix, Hugues Reinert // Régisseur général : Léandre Garcia Lamolla
« Nous proposons à des artistes bien réels venant d’horizons divers d’être l’élément moteur dans l’élaboration d’une série de
propositions théâtrales, entre autobiographie et autofiction. Une bulle gonflable transparente est donnée comme espace de création, à
la fois cocon, loupe, lieu de projection physique et mentale.
A chacun de trouver une forme cohérente, un type de relation au public, pour faire partager les expériences qui l’ont constitué en tant
qu’artiste. Au fil des rencontres, nous fabriquons, de notre côté, un prototype d’artiste tangent. Ce personnage récurrent inscrit son
parcours fictif dans les différentes biographies dont il se nourrit. Ces biographies, réelles ou imaginées, sont un des éléments qui
constituent l’histoire de l’Art Tangent comme une œuvre d’art. »
Odile Darbelley et Michel Jacquelin
Depuis une quinzaine d’années ODILE DARBELLEY & MICHEL JACQUELIN font d’incessants allers-retours entre
théâtre, danse et arts plastiques, qu’ils interprètent et recyclent au filtre d’une affabulation facétieuse. Au fur et à mesure des
spectacles, expositions, installations ou performances diverses et variées, ils déploient un monde parallèle placé sous les
influences bénéfiques de Marcel Duchamp et de Pierre Dac, où l’on croise une constellation d’imposteurs loufoques,
d’artistes du détournement, d’esthètes délirants, aptes à nous éclairer sur les méandres de l’art en torpillant l’esprit de sérieux.
En coréalisation avec le Théâtre des Bernardines
5€ / 3€
Odile Darbelley et Michel Jacquelin ont présenté au Festival actoral : Tout seul je ne suis pas assez nombreux, actoral.6 // L’Art Tangent,
actoral.5
27
PROGRAMMATION
Semaine du 7 au 13 octobre
JEAN-CHRISTOPHE MEURISSE
IL EST DES NOTRES [film] [ s o r t i e 2 0 1 3 ]
7 octobre, 19h
Cinéma César
Durée : 47 min
Version originale : français - Sous-titres : anglais
Réalisation : Jean-Christophe Meurisse // Image : Javier Ruiz-Gomez // Son : François Meynot et Simon Apostolou // Montage : Carole Le Page
// Avec : Solal Bouloudnine, Laetitia Dosch, Céline Fuhrer, Nicolas Granger, Thibault Lacroix, Aristide Meurisse, Thomas de Pourquery, Thomas
Scimeca, Anne-Elodie Sorlin, Maxence Tual, Jean-Luc Vincent et la participation de Carmen Lagardère
« Une caravane arrimée dans un hangar clos en pleine ville héberge un colosse barbu. Dans cette roulotte vont défiler des invités et des
confessions, des amours et des amis, des tout petits et des plus âgés, des repas et des fêtes, des discussions vaseuses et des rites
horrifiques. Suite de tableaux, ce premier film du metteur en scène Jean-Christophe Meurisse, connu pour son travail théâtral avec sa
troupe Les Chiens de Navarre, n’est pas une captation. Proche de l’univers du Freaks de Tod Browning, auquel le décor à huis-clos et
le titre (le fameux et terrible « She is one of us » conclusif) sont sans doute une allusion, c’est de faire monter des épiphanies étirées
qu’il s’agit. De faire rire aussi (jaune éventuellement) dans une atmosphère toujours décalée, insituable, comme si cette utopie dérisoire
ne parvenait jamais à échapper à la menace alentour qu’elle se refuse à fréquenter. Portrait bunuelien (de L’Ange
Exterminateur au Charme discret de la bourgeoisie, bien des motifs se retrouvent ici) d’une petite bourgeoisie que nous sommes tous
devenus, nous voilà forcés d’embarquer à bord de cette caravane au périple immobile. »
Jean-Pierre Rehm,
Délégué général du FID Marseille
En partenariat avec le FID Marseille et les cinémas César / Variétés
Tarifs, voir P. 39
ET AUSSI : Les Chiens de Navarre, Quand je pense qu’on va vieillir ensemble, P. 32
SARAH BERTHIAUME & ADRIEN BLETTON Québec / France
LE PROGRES [lecture & musique]
7 octobre, 20h30
Montévidéo
Durée estimée : 30 min
Le 14 octobre 2012, Félix Baumgartner franchit le mur du son en chute libre. À quoi pense-t-il suspendu seul dans la stratosphère? De
l’ascension à la chute, monologue intérieur d’un humain dans une combinaison pressurisée, avec piano, chanson, vidéo, energy drink et
casques de moto.
Le (dés)enchantement selon Sarah et Adrien :
«Nous sommes perdus en forêt. Ou ailleurs. Peu importe. L’important, c’est que nous sommes perdus. Loin. Creux. Avec pour seule
lumière, une application flashlight téléchargée sur notre iPhone. Nous avons cherché des elfes ou des fées ou un dieu qui nous
montrerait le chemin. Mais nous avons vite réalisé que nous ne savions plus comment croire à ces choses. Alors nous nous assoyons
en rond. Et nous attendons. Un signe.»
Sarah Berthiaume écrit pour le théâtre et Adrien Bletton écrit et compose pour le groupe Gustafson. Ils sont aussi tous les deux
comédiens. Ils se sont rencontrés lors d’une production à Sherbrooke où ils ont suivi, en direct sur leur iPhone, la chute libre de Félix
Baumgartner dans l’espace. Ils ont ensuite passé beaucoup de temps à discuter de progrès en buvant des boissons énergétiques et ont
décidé d’en faire une courte pièce.
Avec le soutien de l’INSTITUT FRANÇAIS - Ville de Marseille
5€ / 3€
JEAN-MICHEL ESPITALLIER
LECTURE-PERFORMANCE [lecture performance]
7 octobre, 21h30
Montévidéo
Durée estimée : 40 min
Coller un faux nez au tragique. Rire de tout, se lamenter du reste. Explorer, dans le contemporain, ce qui nous fait marcher, ce qui nous
fait courir. Traquer des trucs, accommoder les restes, construire, accumuler, défaire… Des équilibres instables. Ce soir, Jean-Michel
Espitallier ouvre son cabinet de curiosités, cité-foutoir, atelier-bricolage, et nous fait visiter ses plus extravagantes collections.
5€ / 3€
ET AUSSI : Jean-Michel Espitallier & Yves-Noël Genod Pour une fois que nous ne sommes pas morts, P. 26
28
PROGRAMMATION
Semaine du 7 au 13 octobre
L’OBJET DES MOTS
UNE COLLABORATION ACTORAL / LA SACD
En partenariat avec le Théâtre Joliette-Minoterie
Renouvelée pour la cinquième année, l’Objet des mots, collaboration entre le Festival actoral et la SACD, se renforce
en 2013 en proposant cinq rencontres inédites entre des écrivains et des artistes de la scène.
JEAN-MICHEL ESPITALLIER & YVES-NOËL GENOD
POUR UNE FOIS QUE NOUS NE SOMMES PAS MORTS [performance]
8 octobre, 20h
9 octobre, 22h
Théâtre Joliette-Minoterie
Durée estimée : 30 min
Une pièce abstraite d’Yves-Noël Genod d’après L’Invention de la course à pied
(et autres trucs) de Jean-Michel Espitallier // Distribution en cours
« Imaginons un bijou, un bijou de corps, à partir de ce texte de Jean-Michel Espitallier, réjouissant et pourtant aussi troué par la mort,
qui commence ainsi : « L’homme est ainsi fait qu’il passe son temps à inventer des choses qui ne lui servent strictement à rien ». La
difficulté, pour moi, c’est que cette forme ne sera raccrochée à sa matrice (le lieu) qu’en dernière minute, puisque le lieu est un théâtre
actuellement en construction. C’est donc une forme abstraite, un happening : la société est déjà morte, de toute façon... »
Yves-Noël Genod
Poète inclassable, JEAN-MICHEL ESPITALLIER joue sur plusieurs claviers et selon des modes opératoires
constamment renouvelés. Listes, détournements, boucles rythmiques, répétitions, proses désaxées, faux théorèmes…
tordent le cou à la notion si galvaudée de poésie en inventant des formes neuves pour continuer de faire jouer tout le
bizarre de la langue et d’en éprouver les limites.
YVES-NOËL GENOD se définit comme un distributeur de spectacles, de poésie et de lumière, en un sens, il n’invente rien,
il fait passer le furet, « passé par ici, il repassera par là ». Collaborateur fidèle d’actoral, il a « fabriqué » en neuf ans (depuis
2003) quarante-cinq spectacles et un nombre non répertorié de « performances ».
8€ / 6€ / 4€
ET AUSSI : Jean-Michel Espitallier, Lecture performance, p. 25
Jean-Michel Espitallier a déjà participé au Festival actoral dans le cadre des Impromptus, actoral.6
// Il a également présenté : Vues d’ici, actoral.4
Yves-Noël Genod a présenté au Festival actoral : Hashiche à Marseille, actoral.11 // La mort d’Ivan Ilitch, actoral.10 // Blektre et Monsieur Villovitch,
actoral.6 // Domaine de Jalousie, actoral.5
CASEY & LATIFA LAÂBISSI
RE
DIS
APPEARING
8 – 9 octobre, 21h
Théâtre Joliette-Minoterie
Durée estimée : 30 min
Texte : Casey // Conception et interprétation : Latifa Laâbissi // Son : Cristian Sotomayor
« Invitée à l’Objet des mots, je me dis houa c’est bien j’adore l’idée... puis je flippe un bon coup,… je me dis bon c’est cassegueule ce truc, « un auteur un chorégraphe » ? Quoi faire moi qui joue à bégayer dans ma langue, moi qui dans mes pièces parle
à partir de ce qui ne se parle pas mais se refoule, s’absente du discours, se camoufle, moi qui joue à créoliser tout ce qui bouge
comme un instinct de survie oui survivre au sens figé ! Puis je repense à la rappeuse Casey et je me dis l’Objet des mots, Casey,
les mots de Casey, ok, une rencontre avec une écriture qui est loin et proche de moi, un événement qui réveille une danse de
transe, une danse macabre, une danse que je ne connais pas encore, qui me déplace, oui c’est ça, obligée de bouger. »
Latifa Laâbissi
29
PROGRAMMATION
Semaine du 7 au 13 octobre
On sait qu’à chaque nouvelle apparition de la rappeuse CASEY, des oreilles s’ouvrent et d’autres sifflent, des bouches se
ferment et d’autres se délient. Elle est de celles qui marquent au fer rouge plusieurs générations d’auditeurs quand
les pleurnichards de service, les gangsters gonflables ou les rebelles de salon encombrent brièvement les poubelles de nos
mémoires.
Pièces, installations, conférences performées, collaborations pluridisciplinaires : mêlant les genres, réfléchissant et
redéfinissant les formats, le travail de LATIFA LAÂBISSI cherche à faire entrer sur scène un hors-champ multiple ; un
paysage anthropologique où se découpent des histoires, des figures et des voix. Les codes de la danse y sont bousculés par
des corps récalcitrants, des récits alternatifs, des montages de matériaux par où s’infiltrent les signes de l’époque.
8€ / 6€ / 4€
NATHALIE QUINTANE & SOPHIE PEREZ et XAVIER BOUSSIRON - LA CIE DU ZEREP
BROUTE SOLO [performance mise en espace]
8 octobre, 22h
9 octobre, 20h
Théâtre Joliette-Minoterie
Durée estimée : 30 min
Texte : Nathalie Quintane // Conception : Sophie Perez & Xavier Boussiron // Avec : Stéphane Roger
Les États-Unis ont eu Orson Welles, l’Angleterre a eu Peter Sellers, l’Autriche Thomas Bernhard, la France a eu Jean Vilar, la Provence
a eu Marcel Pagnol, et Digne-les-Bains : Nathalie Quintane. On savait que Gros Pépé Papa aimait beaucoup Shakespeare et Marguerite
Duras. On saura, dorénavant, qu’il aime aussi beaucoup Nathalie Quintane.
SOPHIE PEREZ fonde la Compagnie du Zerep en 1997 et se lance dans la mise en scène de spectacles où se chevauchent les
styles, les genres, entre danse, performance, agacements existentiels, références musicales… Aujourd’hui, le Zerep s’articule
autour d’un cercle d’habitués, dont Xavier Boussiron, simplement engagé en tant que musicien au début, et qui cosigne avec
Sophie Perez les pièces depuis Le Coup du cric andalou (2004). Elle rencontre pour l’Objet des mots l’auteure Nathalie Quintane.
8€ / 6€ / 4€
ET AUSSI : Nathalie Quintane, Descente de Médiums, P. 23
GREGOIRE BOUILLIER, OLIVIA GRANDVILLE & MANUEL VALLADE
L’INVITE MYSTERE (PRECIPITE) [performance lecture]
11 octobre, 21h
12 octobre, 22h
Théâtre Joliette-Minoterie
Durée estimée : 30 min
Texte : Grégoire Bouillier // Une proposition de Manuel Vallade // Adaptation et mise en scène : Olivia Grandville // Lumière : Yves Godin //
Avec : Manuel Vallade
« En reposant le combiné mes mains tremblaient et la pièce était silencieuse et l’atmosphère livide et le téléphone me narguait sur le lit
et je l’envoyai balader de rage à l’autre bout de la pièce ; mais il ne se démantibula même pas et de longues secondes je restai à écouter
la tonalité qui alternait dans le noir et c’était encore pire ; alors je me levai pour remettre l’appareil d’aplomb et raccrocher le combiné
et je ne savais que faire et je me mis à tourner en rond dans tout l’appartement et c’était vite fait et c’était le bouquet, oui, je ne trouvais
rien d’autre à dire que : « C’est le bouquet. Ce coup-ci, c’est vraiment le bouquet »… »
Extrait de L’Invité mystère, de Grégoire Bouillier (Allia, 2004)
Né à Tizi-Ouzou en 1960, GREGOIRE BOUILLIER vit et travaille à Paris. Il est l’auteur de trois livres, publiés aux
éditions Allia : Rapport sur moi (Prix de Flore 2002), L’Invité mystère (2004), traduits dans de nombreuses langues, et Cap
Canaveral (2008).
Danseuse et chorégraphe, OLIVIA GRANDVILLE affirme très tôt son intérêt pour la dimension polysémique de la danse,
en particulier les correspondances entre le geste et le verbe. Elle crée notamment Le Cabaret discrépant, d’après Le Manifeste de
la danse ciselante d’Isidore Isou, avec des danseurs et des acteurs dont MANUEL VALLADE, qui a travaillé au théâtre sous la
direction de nombreux metteurs en scène (Mathieu Bertholet, Yan Joël Colin, Hubert Colas, Bernard Sobel…), mais aussi
avec des chorégraphes comme Vincent Dupont et Olivia Grandville. Désireux de poursuivre leur collaboration, Olivia
Grandville et Manuel Vallade choisissent pour l’occasion de se retrouver autour de l’écriture de Grégoire Bouillier.
Manuel Vallade a présenté au Festival actoral : Katarakt de Rainald Goetz, actoral.3
8€ / 6€ / 4€
30
Semaine du 7 au 13 octobre
PROGRAMMATION
NICOLAS DOUTEY & MARC LAINE
THEATRE ET AMITIE [mise en espace]
11 octobre, 22h
12 octobre, 21h
Théâtre Joliette-Minoterie
Durée estimée : 30mn
Texte : Nicolas Doutey // Mise en espace : Marc Lainé // Lumière : Kelig Lebars
Avec (sous réserve) : Geoffrey Carrey, Pierre Maillet
« Cher Nicolas,
J’ai bien reçu la version manuscrite de ta pièce «Theâtre et amitié». Merci de la confiance que tu m’accordes en me confiant ces
précieuses pages écrites de ta main. J’ai passé les sept dernières semaines à lire et à relire ces neuf pages. J’espérais qu’une analyse
graphologique me permettrait enfin d’apporter quelques réponses au nombre insensé de questions que soulève ton texte et me
permettrait de définir un cadre dramaturgique cohérent et définitif à notre projet. Mais cette nouvelle tentative a échoué à son tour.
J’envisage désormais de consulter un astrologue, même si j’ai conscience du caractère désespéré de cet ultime recours. C’est avec une
terreur sans nom que j’attends le travail au plateau.
Bien à toi,
Marc »
Les pièces du jeune auteur NICOLAS DOUTEY, Je pars deux fois et Jour sont publiées en 2013 aux Éditions Théâtre Ouvert
après avoir fait l’objet d’une mise en espace par Alain Françon et d’une réalisation pour France Culture. Théâtre et amitié est
publié en 2013 dans la revue IF (n° 37). C’est cette pièce qu’a choisi d’aborder le scénographe et metteur en scène MARC
LAINE, formé à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, qui présentera aussi en octobre 2013, dans le cadre de
MP2013, une installation inspirée des « living libraries » (bibliothèques vivantes) et faisant entendre des témoignages de vies,
dans le hall de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille.
8€ / 6€ / 4€
Marc Lainé a présenté au Festival actoral : OOPS !, actoral.10
MIET WARLOP Belgique
MYSTERY MAGNET [spectacle]
8 – 9 – 10 octobre, 19h
La Criée – Théâtre national de Marseille
Durée : 50 min
Conception, mise en scène et scénographie : Miet Warlop // Avec : Christian Bakalov, Kristof Coenen, Sofie Durnez, Harold Henning, Wietse Tanghe,
Laura Vanborm, Miet Warlop // Assistants à la scénographie : Sofie Durnez, Ian Gyselinck // Son : Stefaan Van Leuven, Stephen Dewaele //
Regard extérieur : Nicolas Provost // Assistant à la dramaturgie : Namik Mackic // Techniciens : Piet Depoortere, Bart Vanbelleghem, Bennert Van
Cottem, Ian Gyselinck
Mystery Magnet esquisse un monde hanté où l’humour naît de la tristesse, la magie du prosaïque et l’excitation de la peur. L’imagination
est aux commandes !
Grande amatrice de slapstick, Miet Warlop transpose ici les codes des films burlesques du siècle dernier dans un univers inversé. En
place des trépidations des acteurs, une lenteur cotonneuse ; en place du noir et blanc, des déflagrations colorées ; en place des scénarios
tarte à la crème, une dramaturgie onirique qui se développe jusqu’au paroxysme. Les pantalons se déplacent tout seuls, les murs volent
en éclats, les projectiles pleuvent…
Mais la metteuse en scène et plasticienne lorgne aussi, avec de solides références à l’appui, vers un cinéma gore pour le moins décalé :
« Mystery Magnet a quelque chose d’une douce horreur que je pourrais vous décrire comme une boucherie de
tendresse » précise-t-elle. Un surréalisme 100% belge où l’humour ne se départit jamais de l’étrange…
MIET WARLOP, artiste visuelle belge, a créé la scénographie de nombreux spectacles. En 2006 et 2007, sous le titre Grote
Hoop/Berg, elle continue d’explorer des formes au croisement des arts visuels et de la scène : Proposition 1 : Reanimation,
Proposition 2 : Reconstruction et Proposition 3 : Play the Life. Puis elle crée Springville en 2009, un mouvement de 50 minutes, tout
en chaos, en expectative et en surprise, nommé au Festival de Théâtre néerlando-flamand de 2010. En 2010 également, elle
présente Talk Show, un spectacle-conférence en collaboration avec Hilde D’haeyere, sur l’impact des cascades slapstick sur le
discours verbal.
En coréalisation avec La Criée – Théâtre national de Marseille
12€ / 9€ / 8€
31
PROGRAMMATION
Semaine du 7 au 13 octobre
AURÉLIE LEROUX & FLORENCE PAZZOTTU
NE DEMANDE PAS A TON OMBRE LA CHARITE [performance]
8 – 9 octobre, 21h
Théâtre des Bernardines
Durée estimée : 60 min
Scénographie : Aurélie Leroux, Florence Pazzottu // Texte, images : Florence Pazzottu // Avec : Aurélie Leroux, Florence Pazzottu // Vidéo :
Christophe Grégoire, Alain Badiou, Kolia Dorvault
Tout part d’un récit, Les Heures Blanches. Dans un train de nuit, trois hommes parlent du désir, de l’amour, de la jouissance, autour
d’une jeune femme qui dort. Sur le plateau, Aurélie Leroux (metteuse en scène) et Florence Pazzottu (auteure) donnent leurs voix aux
monologues de ces personnages masculins tandis que les images et les sons des acteurs qu’elles ont filmés, enregistrés, grain de peau et
grain de voix, sont à leur tour ce volume, cette caisse de résonance, à partir desquels s’exprime un désir autre, un désir de
représentation qui questionne et travaille la présence, son excès et son manque, son oscillation désirante.
En vue d’une création scénique de ce texte, elles multiplient leurs lancers : différentes formes, différentes propositions… La première
s’intitulait Où dois-je encore monter avec mon désir ?, la seconde Ne demande pas à ton ombre la charité. D’une étape à l’autre, la question se
creuse, l’énigme d’une nouvelle « dialectique de l’amour et du désir » se fait de plus en plus vive.
À découvrir aussi Dialectique de l’amour et du désir, installation vidéo (15 min) dans le hall du théâtre, accessible avant les représentations.
AURELIE LEROUX est metteuse en scène et actrice. Elle a collaboré notamment avec Alain Fourneau, Gildas Milin, Galin
Stoev, Laurent Gutmann… Ses deux dernières créations Tâtez là si j’ai le cœur qui bat et Pas encore prêt ont été produites au
Théâtre des Bernardines.
FLORENCE PAZZOTTU est poète et vidéaste. Auteure de onze livres (chez l’Amourier, le Seuil, Flammarion...), de deux
documentaires, dont la Place du sujet (édité par Incidences), et d’une série de poèmes vidéo.
En coréalisation avec le Théâtre des Bernardines
8€ / 6€ / 4€
DAUNIK LAZRO France, THURSTON MOORE, EILEEN MYLES Etats-Unis
SOIREE SONORITES - DU TEXTE AU SON [performance musique]
9 octobre, 20h30
Montévidéo
Durée estimée : 1h40
Avec : Daunik Lazro, Thurston Moore, Eileen Myles
Une soirée construite autour de deux poètes américains et d’un musicien, imaginée avec la complicité de l’équipe du Festival Sonorités
(Montpellier), codirigé par Anne-James Chaton.
Musicien d’une grande intégrité, DAUNIK LAZRO fait preuve d’une exemplaire fidélité à l’esthétique qu’il a choisie dès ses
débuts. Spontanéité et mise en jeu lyrique d’un expressionnisme qui ne peut advenir, du cri au chant, qu’à travers une libre
improvisation, à l’écoute de soi et des autres. Reflet et mémoire passionnelle des incantations d’Ayler comme de la
dynamique d’Ornette Coleman, son saxophone est porteur d’une infinie tendresse.
Connu notamment pour avoir fondé le groupe Sonic Youth en 1980, THURSTON MOORE joue, enregistre en solo et
multiplie les collaborations : Merce Cunningham, Cecil Taylor, Lydia Lunch, John Zorn et Glen Branca… Il a composé des
musiques de films pour Olivier Assayas, Gus Van Sant et Allison Anders, et dirige le label Ecstatic Peace Records. Il est
aussi auteur, éditeur (Ecstatic Peace Poetry Journal ) et rédacteur en chef des éditions Flowers & Cream.
EILEEN MYLES, née en 1949 à Boston, a déménagé à New York pour devenir poète. Elle a publié dix-huit ouvrages dont
Snowflake/ different streets, (poèmes, 2012), Inferno (a poet’s novel) (2010). Lauréate de la bourse Warhol/Creative Capital pour The
Importance of Being Iceland / Travel Essays in Art, elle s’est aussi vu décerner le Prix Shelley par la Société de Poésie d’Amérique.
Elle est professeure émérite d’écriture à l’Université de Californie à San Diego.
Production : lebeau & associés // En partenariat avec le Festival Sonorités (Montpellier) et la Maison de la Poésie - Paris
8€ / 6€ / 4€
32
Semaine du 7 au 13 octobre
PROGRAMMATION
VINCENT THOMASSET
BODIES IN THE CELLAR [spectacle] [création 2013 – coproduction Festival actoral]
9 octobre, 19h30
10 octobre, 22h30
La Friche la Belle de Mai
Durée : 70 min
Conception, réalisation, partition : Vincent Thomasset // Avec : Jonathan Capdevielle, Lorenzo De Angelis, Michèle Gurtner, Grégory
Guilbert, Vincent Thomasset // Collaboration artistique : Ilanit Illouz // Lumières : Erik Houllier // Son : Gérard D’Élia // Scénographie : Camille
Muret-Lilti
Une pièce pour cinq interprètes, quinze personnages et trois voix, qui s’articule autour de la performance physique hors-norme de
l’acteur Cary Grant dans Arsenic and Old Lace (Arsenic et Vieilles Dentelles) de Frank Capra. Une partition physique, vocale et sonore
complexe sous-tend ce travail. La dissociation des voix et des corps - doublage en direct des voix masculines - révèle un travail
minutieux et exigeant. En déconstruisant un monument de l’entertainment des années 40, Bodies in the Cellar se joue des codes de la
narration, de la représentation, et propose au spectateur la possibilité de construire son propre film, tout en se laissant emporter par un
flux ininterrompu de mouvements, de sons et gestes, de parcours et histoires entremêlés.
VINCENT THOMASSET, auteur, metteur en scène-chorégraphe et interprète débute en tant que comédien avec différents
metteurs en scène dont Pascal Rambert. En 2007, il intègre la formation Ex.e.r.ce (Centre Chorégraphique National de
Montpellier), qui sera le point de départ de trois années de recherches. Il écrit un texte qu’il réutilise, à différentes reprises,
dans son travail, dont le titre, à lui seul, résume la démarche de cette période : Topographie des Forces en Présence. Travaillant
essentiellement in situ (RER, cages d’escaliers, parkings, parcs, cours de musée, etc.), il accumule différents matériaux et
problématiques à la fois littéraires, chorégraphiques et plastiques, lors de performances en public. Aujourd’hui, il s’inscrit
dans la production de formes reproductibles en créant notamment une série de spectacles intitulée Serendipity.
12€ / 8€ / 6€
Vincent Thomasset a présenté au Festival actoral : Les Protragronistes, actoral.12
AMIR REZA KOOHESTANI Iran
TIMELOSS [spectacle] [création 2013 – commande d’Hubert Colas – coproduction Festival actoral]
9 – 10 octobre, 21h
La Friche la Belle de Mai
Durée estimée: 80 min
Spectacle en persan surtitré en français
Texte et mise en scène : Amir Reza Koohestani // Avec : Hassan Madjooni, Mahin Sadri // Assistant à la mise en scène : Mohammad Reza
Hosseinzadeh // Vidéo : Davoud Sadri // Costumes et régie plateau : Negar Nemati // Traduction surtitres: Massoumeh Lahidji
A 22 ans, alors inconnu, Amir Reza Koohestani vit une rupture amoureuse marquante. De cet événement personnel naîtra Dance On
Glasses. Il y raconte cette séparation, jouée par deux comédiens assis face à face, séparés par une table longue de 4 mètres. Propulsé sur
les scènes internationales par le succès de cette création, Amir Reza Koohestani écrit d’autres pièces, toutes narrant en creux
l’impossibilité des gens à se lever pour faire face, lutter. Dance On Glasses reste pour beaucoup son œuvre de référence, au point qu’on le
presse d’écrire un texte semblable, ce à quoi il se refuse radicalement. Mais en 2013, un appel téléphonique le replonge dans la mémoire
de cette création. Timeloss est le récit d’une immersion en soi et dans le temps, comme un jeu de miroir et un brûlant constat de la vie
en Iran.
Artiste iranien, AMIR REZA KOOHESTANI publie à 16 ans des histoires dans les journaux de Shiraz. Attiré par le cinéma, il
suit des cours de réalisation et de prise de vue. Pendant un an, il joue aux côtés des membres du Mehr Theater Group avant de
se consacrer à l’écriture : And the Day Never Came (1999, pièce jamais représentée) puis The Murmuring Tales (2000). En 2001, il
achève Dance on Glasses qui tourne pendant quatre ans dans le monde entier. Suivent alors les pièces Recent Experiences, Amid The
Clouds (2005), Dry Blood and Fresh Vegetables (2007), Quartet : A Journey North (2008)… Toutes accueillies avec succès en Europe, et
notament en France (Maison des Arts de Créteil, Théâtre national de la Colline, Théâtre de la Bastille…). Après quelques années
d’études à Manchester, il rentre à Téhéran en 2009 et, en 2011, bien qu’il soit en train de terminer son service militaire, il met en
scène Ivanov d’Anton Tchekhov. Pour 2013, le Festival actoral commande à Amir Reza Koohestani l’écriture d’une nouvelle
pièce, Timeloss.
Avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique pour le surtitrage
12€ / 8€ / 6€
33
PROGRAMMATION
Semaine du 7 au 13 octobre
MOTUS Italie
CALIBAN CANNIBAL [performance]
9 octobre, 22h30
10 octobre, 19h30
La Friche la Belle de Mai
Durée estimée : 60 min
Conception : Enrico Casagrande et Daniela Nicolò // Avec : Silvia Calderoni et Mohamed Ali Oueled Ltaief (Dali) // Son et vidéo :
Andrea Gallo et Alessio Spirli (Aqua Micans Group) // Assistanat à la mise en scène : Nerina Cocchi
Pour cette nouvelle création, la Compagnie Motus s’est inspirée du livre CALIBAN CANNIBAL de Roberto Fernandez Retamar, où
le Caliban de La Tempête de Shakespeare est proclamé symbole du peuple latino-américain pour son historique dépendance culturelle
vis-à-vis du colonisateur et pour son désir de libération.
Une construction parasite assemblée avec des matériaux de récupération se colle aux murs de lieux publics et privés : sur des places,
dans des parcs, des centres commerciaux... jusqu’aux foyers des théâtres.
Elle est vivante, habitée. Deux figures improbables (A+C) doivent y vivre ensemble durant une période de leur existence. Ils ne se sont
pas choisis. Ils sont ensemble par hasard et par nécessité, arrivés dans ce refuge après des évènements tourmentés, des naufrages réels
et existentiels, des grands gestes et des revendications frustrées. Ils essaient de communiquer sans parler la même langue. Ils essaient de
se raconter sans vouloir tout dire, mélangeant l’italien, le français, l’arabe... et un anglais massacré. Ils essaient de se soutenir sans avoir
vraiment la force de pouvoir le faire jusqu’au bout. Comment recommencer à nouveau ? Et par où ?
Conçu comme un véritable laboratoire de travail, ouvert aux collaborations artistiques les plus diverses, MOTUS recherche
l’interaction créative entre les différentes formes d’expression. Depuis vingt ans, la compagnie crée des spectacles théâtraux,
des performances et des installations, dirige des workshops, participe à des festivals interdisciplinaires, et organise des débats
autour de ses créations. Les thèmes du voyage (géographique, mental) et des révoltes contemporaines se retrouvent dans la
plupart de leurs spectacles, notamment dans Nella Tempesta, leur dernière création dont CALIBAN CANNIBAL est un
écho.
Œuvre réalisée par la compagnie Motus dans le cadre des Ateliers de l’EuroMéditerranée - Marseille- Provence 2013 // Avec le soutien de : Face à Face,
paroles d’Italie pour les scènes de France, Ateliersi (Bologne), l’Institut Culturel Italien de Marseille, l’Onda – Office national de diffusion artistique
8€ / 6€ / 4€
Motus a présenté au Festival actoral : Alexis, une tragédie grecque, actoral.11
34
PROGRAMMATION
Semaine du 7 au 13 octobre
LES CHIENS DE NAVARRE
QUAND JE PENSE QU’ON VA VIEILLIR ENSEMBLE [spectacle] [création 2013]
10 - 11 octobre, 21h
Théâtre du Gymnase
Durée : 90 min
Une création collective des Chiens de Navarre, dirigée par Jean-Christophe Meurisse // Avec : Caroline Binder, Céline Fuhrer, Robert Hatisi, Manu
Laskar, Thomas Scimeca, Anne-Elodie Sorlin, Maxence Tual, Jean-Luc Vincent // Création lumières : Vincent Millet // Régie générale et régie lumière:
Stéphane Lebaleur // Régie plateau : Julie Leprou // Création et régie son : Isabelle Fuchs // Production et diffusion : Antoine Blesson et Claire
Nollez
Une partie de pétanque qui aurait dérapé, révèle huit interprètes sanguinolents à même la tourbe. Après la crise, tout est affaire de
reconstruction... Ce théâtre de la dévastation claque comme un appel à mourir de rire.
« Notre besoin de consolation est impossible à rassasier écrivait si fort Stig Dagerman, seul au fin fond de sa forêt suédoise. Au milieu des
montagnes comme au milieu des feux rouges, nous avons tous le même cri désespéré, la même continuelle et difficile recherche de
consolation qui nous anime pour continuer à vivre et affronter le monde. C’est si bon alors de se réunir (en cercle et chaussettes de
préférence) pour s’écouter les uns les autres, pour tout remettre à zéro et panser nos plaies. Quitte à perdre la raison ou l’élocution. Les
Chiens de Navarre tentent ainsi l’expérience spectaculaire de la réconciliation avec soi-même. Pour mieux interroger l’enfant triste qui
claque des dents en nous. » Jean-Christophe Meurisse
« Deux choses me remplissent d’horreur : le bourreau en moi et la hache au-dessus de moi. » Stig Dagerman
« Pleure, tu pisseras moins. » Anna Dagerman (la mère)
JEAN-CHRISTOPHE MEURISSE, après une formation de comédien à l’ERAC, se détourne peu à peu du jeu et crée les
Chiens
de
Navarre
en
2005
pour
en
diriger
depuis
le
début
les
créations
collectives.
Une raclette est créée au Théâtre des Halles à Paris en 2008, puis recréée en juin 2009 dans le cadre du festival (tjcc) au
Théâtre de Gennevilliers. L’autruche peut mourir d’une crise cardiaque en entendant le bruit d’une tondeuse à gazon qui se met en marche est
créée en novembre 2009 dans le cadre du festival Beaubourg-La-Reine au Centre Pompidou. Il présente avec le collectif une
série de performances de plus de trente heures en quatre jours, intitulée Pousse ton coude dans l’axe. En 2012, il crée Nous avons
les machines à la Maison des Arts de Créteil, au Centre Pompidou - Paris, au Théâtre de Vanves et au Théâtre de Gennevilliers,
et la même année Quand je pense qu’on va vieillir ensemble.
En coréalisation avec le Théâtre du Gymnase // Avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique
Cat 1 : 20€ / 14€ / 10€ - Cat 2 : 18€ / 12€ / 8€
ET AUSSI Jean-Christophe Meurisse, Il est des nôtres, P. 25
TOURNÉE
Le 5 novembre 2013 - au Festival bis-ARTS à Charleroi (Belgique)
Les 20 et 21 novembre 2013 - au TAP Scène Nationale de Poitiers
Le 3,4 et 5 décembre 2013 - au Théâtre des Bains-Douche du Havre
Le 12 décembre 2013 - à la Faïencerie - Théâtre de Creil - Scène conventionnée
Les 7,8 et 9 janvier 2014 - au CDDB de Lorient
Les 16 et 17 janvier 2014 - à l'Apostrophe - Scène Nationale Cergy-Pontoise & Val d'Oise
Le 30 janvier 2014 - au Carré les colonnes - Scène conventionnée Saint-Médard-en-Jalles / Blanquefort
Les 27, 28 et 29 mars 2014 - au théâtre du Grand Orient à St Denis de la Réunion
Le 20 mai 2014 - au théâtre des 7 Collines à Tulle
Les 29, 30 et 31 mai au théâtre de Dijon
Le 3 juin 2014 - au Théâtre Paul Eluard de Choisy-le-Roi
35
PROGRAMMATION
Semaine du 7 au 13 octobre
NICOLAS CANTIN Québec
GRAND SINGE [spectacle]
11 octobre, 19h30
12 octobre, 19h
Théâtre des Bernardines
Durée : 45 min
Chorégraphie : Nicolas Cantin // Avec : Stéphane Gladyszewski, Anne Thériault // Lumières : Frédérick Gravel
Dans sa pièce « dansante » Grand singe, Nicolas Cantin impose sa différence et ses principales caractéristiques : minimalisme des
situations, humour tragicomique et travail méticuleux sur la présence des interprètes. Cette présence hybride, qui raconte la rencontre
entre un homme et une femme, témoigne déjà d’un talent pour flairer les fêlures et les absurdités humaines.
« L’intime m’intéresse. J’aime par-dessus tout, regarder quelqu’un qui ne sait pas qu’il est regardé. J’aime être témoin de cet instant où
ça cesse de jouer. Lorsque je te regarde, c’est comme si j’observais un cerf en pleine forêt. »
Nicolas Cantin
Jeune créateur à la frontière des genres, NICOLAS CANTIN s’aventure avec audace sur les pentes glissantes de l’intimité.
En étirant le temps et en misant sur l’extrême présence de ses interprètes, il dévoile le versant noir de la fragilité. Formé au
clown, au jeu masqué et à l’improvisation, Nicolas Cantin collabore notamment avec l’École nationale de cirque de Montréal
et l’École nationale de théâtre du Canada. Depuis quelques années, il amène son corps sur les sentiers de la danse en
s’investissant en tant qu’interprète et « chorégraphe » dans différents projets de création. Artiste hybride, il bricole deux
objets chorégraphiques en solo Glass house et Falaise. Il crée également Honolulu Punch, une pièce de cirque pour sept
interprètes. En 2008, il participe au projet Clash de Lynda Gaudreau. Créée en 2009, Grand singe est sa troisième pièce «
dansante ».
En coréalisation avec le Théâtre des Bernardines // Avec le soutien de : l’INSTITUT FRANÇAIS - Ville de Marseille, l’Onda - Office national de
diffusion artistique
12€ / 8€ / 6€
RODRIGO GARCÍA
MUERTE Y REENCARNACÍON EN UN COWBOY [spectacle]
11 – 12 octobre, 20h30
La Criée – Théâtre national de Marseille
Durée : 90 min
Spectacle en espagnol surtitré en français
Une proposition de Rodrigo García // Avec Juan Loriente, Juan Navarro et Marina Hoisnard // Lumières : Carlos Marquerie // Direction technique :
Roberto Cafaggini // Son : Vincent Le Meur // Régisseur général : Jean-Pierre Timouis // Production de tournée : Diego Lamas
« C’est une pièce sur les cowboys.
Mais non, avec des cowboys. Il n’y en a que deux à ce qu’on m’a dit, et encore, ils sont à pied. Il n’y a pas de chevaux sur scène? Pas de
chevaux. Juste un carton rempli de poussins. Ah ça, des poussins il y en a, mais de chevaux, aucun.
Des poussins?
Absolument. Non mais en fait il y a une sorte de cheval mais ce n’est pas un vrai. C’est une machine qui tourne sur elle-même et sur
laquelle on peut grimper comme si on faisait du rodéo.
Et donc, les cowboys?
Eh bien en fait au début ils n’ont pas encore leurs chapeaux ni leurs lunettes miroir, au contraire, ils sont nus ou presque et ils se
roulent dans un corps à corps sur le sol comme s’ils allaient mourir, ils se contorsionnent de douleur ou d’ivresse et ils ont sur la tête
des cagoules noires qui font de la musique parce qu’il y a des grelots cousus dessus. Ils ont l’air assez désespérés et déjantés. Prêts à
tout, à toutes les expériences.
Mais à la fin ils discutent sérieusement, comme s’ils s’étaient assagis, et en fait ils parlent du rire comme quelque chose qui n’est plus
spontané et qui est devenu le signe d’une crispation.
Hum. Et en fait ça parle de quoi au juste?
Ah écoute, de beaucoup de choses… ce n’est pas présenté comme ça de toute façon.
Mais quel est le message?
Mais enfin, tu ne comprends rien? Ce n’est pas comme une publicité où on t’assène un slogan à la fin! Et puis tu verras bien. »
Valérie Mréjen
36
Semaine du 7 au 13 octobre
PROGRAMMATION
« Muerte y reencarnación en un cowboy est une oeuvre troublante, interprétée avec une intensité extraordinaire et soutenue par une écriture
d’une extrême lucidité, qui, entre autres choses, impose la certitude que « quand le désastre gronde, le désastre arrive ».
Fernando Castro Flórez
Auteur, scénographe et metteur en scène majeur de la scène européenne, RODRIGO GARCIA crée, en 1989, la compagnie
La Carniceria Teatro qui réalise de nombreuses mises en scène expérimentales, en recherchant un langage personnel, éloigné
du théâtre traditionnel. Après une vingtaine de créations, ses références restent inclassables, elles traversent les siècles sans se
soucier de la chronologie : on pense pêle-mêle à Quevedo, poète du Siècle d’or espagnol, à Beckett, Céline, Thomas
Bernhard mais aussi à Buñuel ou encore à Goya de la période noire. Il refuse de s’enfermer dans un théâtre « écrit uniquement
pour des spécialistes, et qui fonctionne par codes et par dogmes ». Son écriture s’inspire du quotidien, de la rue où il a grandi, « dans
cette banlieue populaire de Buenos Aires au milieu de copains destinés à devenir ouvriers ou maçons ». Il rêve d’un théâtre
où « n’importe qui puisse pousser la porte » sans hésiter sur le seuil. Son écriture est un prolongement du réel dont il
s’inspire fortement ; sa force réside dans la dimension poétique qu’il lui confère. Ses personnages peuvent débiter des
horreurs, parler en argot - la langue de Cervantès est en ce sens peut-être plus inventive et plus crue que le français - García
évite la caricature facile et se garde de tout naturalisme. Ses personnages se complaisent dans une déliquescence de la pensée,
s’arrangent comme ils le peuvent pour exister et font semblant de croire que leur banale existence est des plus originales.
En coréalisation avec La Criée – Théâtre national de Marseille
24€ / 14€ / 12€
Rodrigo García a présenté au Festival actoral : Accidens, matar para comer, actoral.3
SONIA CHIAMBRETTO & ILDI ! ELDI
ÉTAT CIVIL [mise en espace]
11 – 12 octobre, 19h30
Théâtre Joliette-Minoterie
Durée estimée : 60 min
À partir d’extraits d’ÉTAT civil, texte en cours d’écriture
Texte : Sonia Chiambretto // Proposition : collectif ildi ! eldi // Musique originale : Napoléon Maddox // Avec : Odja Llorca, Sophie Cattani, Antoine
Oppenheim et un groupe de participants (distribution en cours)
« La musique savante manque à notre désir » A. Rimbaud
Après plus d’un an de résidence dans dix bureaux de proximité de la ville de Marseille, Sonia Chiambretto imagine ETAT civil, une
fresque de l’administration française vue de l’intérieur, un espace poélitique qui fait de Marseille le berceau du monde à venir. La ville
est ici révélatrice de tous les excès, les injustices et les incohérences d’un mode de fonctionnement global. Paradoxalement, les bureaux
de proximité deviennent parfois des lieux d’une grande humanité où les sensibilités et les désirs débordent malgré les cadres et les
postures imposés. Bienvenue dans un monde merveilleux.
SONIA CHIAMBRETTO est écrivaine et poète. Son écriture questionne et distord la notion de « document »,
elle dit écrire des langues françaises « étrangères ». Ses textes, pour la plupart publiés aux Editions Actes Sud - Papier et chez
grmx Editions, ont notamment été mis en scène par Hubert Colas qui a monté la totalité de sa trilogie CHTO et Rachid
Ouramdane qui crée son texte POLICES ! Sonia Chiambretto a également collaboré avec la chorégraphe Kitsou Dubois, et
les metteurs en scène Thierry Raynaud, Pierre Laneyrie, Benoit Bradel, Alexandra Badéa... Elle donne régulièrement des
lectures performances de ses oeuvres, anime divers workshops dans les écoles d’art, et participe au comité de rédaction de la
revue de poésie Grumeaux.
ILDI ! ELDI, collectif d’acteurs, est un espace de recherche et de création depuis 2004. Antoine Oppenheim et
Sophie Cattani créent des spectacles, L’Argent !? aux Subsistances, Shakespeare is dead, get over it! de Paul Pourveur au Théâtre
du Rond Point, s’intéressant très rapidement à l’adaptation scénique de romans. C’est ainsi qu’ils collaborent tout
naturellement avec Sonia Chiambretto sur son dernier texte.
En coréalisation avec le Théâtre Joliette-Minoterie // ETAT civil une oeuvre réalisée par Sonia Chiambretto en résidence au sein des Bureaux Municipaux
de Proximité de la Ville de Marseille dans le cadre des Ateliers de l’EuroMéditerranée de Marseille-Provence 2013
8€ / 6€ / 4€
Sonia Chiambretto a présenté au Festival actoral : Polices!, actoral.9 // 12 Sœurs slovaques, actoral.7 // Road to know where, dans le cadre des
Impromptus, actoral.5 // Mon Képi blanc, actoral.4
37
PROGRAMMATION
Semaine du 7 au 13 octobre
ROBERT CANTARELLA
LE MUSÉE VIVANT [performance] [coproduction actoral]
12 – 13 octobre, de 11h à 13h et de 14h à 19h
MuCEM
Conception : Robert Cantarella // Avec : Amine Adjina, Robert Cantarella, Hayet Chouachi, Jérôme Denis, Laurène Fardeau, Béatrice Houplain, JeanBaptiste Saunier, Sophie Verbeeck…// Collaboration artistique : Constance de Corbière et Julien Fisera
Si une œuvre te parle, viens l’écouter ! Le musée vivant propose des œuvres racontées. Le visiteur choisit une œuvre et l’écoute. Il choisit la pièce
artistique qu’il souhaite découvrir et assiste ensuite à l’œuvre dite par un comédien. L’œuvre racontée est une nouvelle œuvre : une
reconstitution par la parole. Le rapport est unique puisqu’un interprète est face à une, deux ou trois personnes maximum, l’œuvre est au
milieu. Elle est faite du récit et de l’écoute, en même temps.
Le musée vivant collectionne toutes les disciplines artistiques : À la recherche du temps perdu de Marcel Proust, El Color y su refleto de
Daniel Buren, enfant de Boris Charmatz … Une trentaine d’œuvres sont proposées à l’écoute du visiteur dans l’intimité d’une relation avec
un comédien. À l’invitation du Festival actoral, le corpus s’enrichit en 2013 de commandes passées à douze auteurs : Edith Azam,
Mustapha Benfodil, Omar Berrada, Julien Blaine, Anne-James Chaton, Hubert Colas, Andrea Inglese, Mette Ingvartsen, Alban Lefranc,
Sabine Macher, Cécile Mainardi et Valérie Mréjen.
En 1983, ROBERT CANTARELLA crée un premier lieu, le Théâtre du Quai de la Gare à Paris, puis fonde sa première
compagnie, la Compagnie des Ours. Alternant les créations de pièces contemporaines et les classiques du répertoire, il fera
entendre aussi bien Lars Norén, Philippe Minyana avec lequel il entretient un long compagnonnage, que Michel Vinaver,
Shakespeare, O’Neill, Tchekhov, Strindberg. Il réalise le film documentaire Carrosserie en 2004 ; publie Le Chalet aux éditions
Léo Scheer et Ce sont des humains qu’il nous faut aux éditions Théâtrales en 2006. Il a été directeur du Théâtre Dijon Bourgogne,
Centre dramatique national, puis codirecteur du Centquatre à Paris de 2005 à 2010. Il tourne actuellement avec plusieurs
performances et reprend la mise en scène de Inventaire de Philippe Minyana avec les mêmes artistes que pour la création il y a
27 ans.
En partenariat avec le MuCEM // Avec le soutien du FIJAD – Fonds d’Insertion pour les Jeunes Artistes Dramatiques
Entrée libre avec un billet du MuCEM
Robert Cantarella a présenté au Festival actoral : Faire le Gilles, actoral.12 // Le musée vivant, actoral.11 // Auras comprises, actoral.7
38
REVUE IF [coproduction actoral]
Deux parutions par an
Des inédits d’auteurs, des textes en cours : poésie, théâtre, récit…
Des propositions graphiques, des photographes, des plasticiens…
Le regard d’un critique…
Revue IF n°38, un écho à la programmation du Festival actoral.13
Avec : Pierric Bailly // Mustapha Benfodil // Sarah Berthiaume // Adrien Bletton // Anne-James Chaton // Antoine Dufeu //
Jean-Michel Espitallier // André Fortino // Joëlle Gayot // Paul-Emmanuel Odin // Samuel Pivo // Eric Pougeau // Nathalie
Quintane.
(une coédition IF / actoral)
12€ la revue // abonnement : 20€ pour 2 revues
Commander / s’abonner : www.revue-if.org // info@revue-if.org
39
PRODUCTIONS / COPRODUCTIONS / SOUTIENS
En 2013, le Festival actoral coproduit : Bodies in the Cellar de Vincent Thomasset, Timeloss d’Amir Reza Koohestani et Le
musée vivant de Robert Cantarella. Il soutient les créations The Pyre (Le Bûcher) de Gisèle Vienne et BONES d’Outil &
Institutet.
ANNE-JAMES CHATON
PORTRAITS
Œuvres réalisées par Anne-James Chaton en résidence au sein de la Maison de l’Avocat - Ordre des Avocats du Barreau de Marseille dans le cadre des Ateliers de l’EuroMéditerranée de Marseille-Provence 2013,
en partenariat avec la Galerie Porte Avion, les éditions Al Dante et le Festival actoral.13. // Production : Association du 48
MATIJA FERLIN
SAD SAM LUCKY
Production : Emanat // Coproduction : Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis, Centre National de la Danse, Zagreb Dance Center (Croatie) // Avec le soutien de : Bunker - The Old
Power Station, Elektro Ljubljana (Ljubljana, Slovénie), Dance and Non-verbal Theater Festival San Vincenti (Croatie), Ministère de l’Education, des Sciences, de la Culture et du Sport de la République de
Slovénie, Municipalité de Ljubljana (Slovénie), Municipalité de Pula (Croatie), Onda – Office national de diffusion artistique
STEFANO MASSINI
JECROISENUNSEULDIEU
Dans le cadre de Face à Face, Paroles d’Italie pour les scènes de France // Avec le soutien de la : Maison Antoine Vitez, l’Institut Culturel Italien de Marseille
MARCO MARTINELLI
BRUITS D’EAUX
Dans le cadre de Face à Face, Paroles d’Italie pour les scènes de France // Traduction commandée par la Compagnie Théâtre Alibi de Bastia // Avec le soutien du FIJAD – Fonds d’Insertion pour les Jeunes
Artistes Dramatiques, l’Institut Culturel Italien de Marseille
GUSTAVO GIACOSA
PONTS SUSPENDUS
Production : Le Merlan - scène nationale à Marseille et Cie SIC.12 // Avec le soutien de : 3bisF Lieux d’arts contemporains d’Aix-en-Provence, La Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon - Centre National des
Écritures du Spectacle (résidence réalisée à la Chartreuse dans le cadre du Programme Odyssée - ACCR, avec le soutien du Ministère de la culture et de la communication), Théâtre de la Place (Liège), l’Institut
Culturel Italien de Marseille
MATIJA FERLIN
THE OTHER AT THE SAME TIME
Production : Emanat // Coproduction : Théâtre National d’Istrie (Croatie), Théâtre de Pula (Croatie), Cankarjev dom – Centre culturel et Palais des Congrès de Ljubljana (Slovénie) // Avec le soutien de : Zagreb
Dance Center – L’Institut de Croatie pour le Mouvement et la Danse, Le Centre méditerranéen pour la Danse – San Vincenti (Croatie), Ville de Sanvincenti, Ministère de l’Education, des Sciences, de la Culture
et du Sport de la République de Slovénie, Ville de Ljubljana - Département de la Culture (Slovénie), Ministère de la Culture de la République de Croatie, Ville de Pula (Croatie), Le Conseil des Arts du Canada,
l’Onda – Office national de diffusion artistique
CHRISTOPHE FIAT
LES SUPERPOUVOIRS DE MARCEL PAGNOL
Œuvre réalisée par Christophe Fiat en résidence au sein du Château de la Buzine de la Ville de Marseille dans le cadre des Ateliers de l’Euroméditerranée – Marseille Provence 2013, en partenariat avec Cinema
Connection.
Résidences : Montévidéo, centre de créations contemporaines – Marseille, le CENTQUATRE – PARIS
POETRY a été accueilli au Studio HYPERION pour l’enregistrement de ses titres et au Pavillon M pour le mixage.
FRANÇOIS CHAIGNAUD
ДУМИ МОЇ [DUMY MOYI]
Production : Vlovajob pru // Coproduction : Festival Montpellier Danse 2013, Festival d’Automne à Paris, Centre de Développement Chorégraphique Toulouse/Midi-Pyrénées, Gessnerallee Zürich, deSingel
Internationale Kunstcampus (Anvers), Ménagerie de Verre (Paris) // Avec le soutien de : l’Onda – Office national de diffusion artistique // Vlovajob Pru est subventionnée par la DRAC Poitou-Charentes et
reçoit l’aide de l’Institut Français pour ses projets à l’étranger // François Chaignaud est artiste associé à la Ménagerie de Verre (Paris) // Spectacle créé pour le Festival Montpellier Danse 2013
YAÏR BARELLI
CE CONTEXTE
Coproduction : Musée de la Danse (Rennes), CNDC (Angers) // Avec le soutien de : Festival NEXT – Espace Pasolini (Valenciennes), Centre d’art de la Ferme du Buisson, Hütz (Berlin), l’Onda – Office
national de diffusion artistique
SALVATORE CALCAGNO
LA VECCHIA VACCA
Production : garçongarçon asbl / Salvatore Calcagno // Avec le soutien de : [e]utopia3, Fondation Marie-Paule Godenne et du Théâtre Les Tanneurs (Bruxelles), Wallonie Bruxelles International et WB-T/D,
Onda – Office national de diffusion artistique // Artiste de la Fédération Wallonie-Bruxelles
RABIH MROUE
QUI A PEUR DE LA REPRESENTATION ?
Production : Association Libanaise pour les Arts Plastiques Ashkal Alwan (Beyrouth), Théâtre Hebbel (Berlin), Siemens Arts Program, Centre national de la Danse (Pantin) // Avec le soutien de : TQW (Vienne),
Onda – Office national de diffusion artistique, Fondation d’Entreprise CMA CGM, Zaza, Philippe Jabre
LINA SANEH
APPENDICE
Coproduction : Festival d’Automne à Paris, Association Libanaise pour les Arts Plastiques Ashkal Alwan (Beyrouth)
LINA SANEH & RABIH MROUE
33 TOURS ET QUELQUES SECONDES
Coproduction : Festival d’Avignon, KunstenFestivaldesArts (Bruxelles), Festival delle Colline Torinesi (Turin), Scène nationale de Petit-Quevilly Mont-Saint-Aignan (Rouen), La Bâtie Festival de Genève,
Kampnagel (Hambourg), Steirischer Herbst (Graz), Stage-Helsinki Theatre Festival, Malta Festival (Poznan), Théâtre de l’Agora Scène nationale d’Évry et de l’Essonne, Association Libanaise pour les Arts
Plastiques Ashkal Alwan (Beyrouth)
GISELE VIENNE
THE PYRE (LE BUCHER)
Production déléguée : DACM // Coproduction : Opéra de Lille, Le Parvis Scène nationale de Tarbes Pyrénées, Ircam, Les Spectacles vivants - Centre Pompidou, Comédie de Caen - Centre dramatique national
de Normandie, Festival Automne en Normandie, Scène nationale d’Evreux, Bonlieu Scène nationale, La Bâtie (Genève), Centre de développement chorégraphique (Toulouse), Centre dramatique national
Orléans Loiret Centre, CCN d’Orléans, Malta Festival (Poznan, Pologne), Holland Festival (Amsterdam), International Summer Festival (Hambourg), Künstlerhaus Mousonturm (Francfort), Next Festival,
Eurometropolis Lille-Courtrai-Tournai et Valenciennes (Belgique, France)/BIT Teatergarasjen (Bergen), Festival de Otoño a Primavera (Madrid), IDEOLOGIC ORGAN (France)/Designgroup Professional
GmbH (Allemagne) // Avec le soutien à la création du Festival actoral // Avec le soutien de : l’Onda – Office national de diffusion artistique // Avec la participation de : DICRéAM, Swedish Arts Council //
En collaboration avec : kunstencentrum BUDA à Courtrai.
40
PRODUCTIONS / COPRODUCTIONS / SOUTIENS
MUSTAPHA BENFODIL
L’ANTILIVRE (FRAGMENTS DE DECHETS LITTERAIRES) [PERFOROMAN]
Partie d’une oeuvre réalisée par Mustapha Benfodil en résidence au sein de l’espace Fernand Pouillon d’Aix-Marseille Université dans le cadre des Ateliers de l’EuroMéditerranée de Marseille-Provence 2013, en
partenariat avec art-cade*, galerie des Grands Bains Douches de la Plaine // Avec le soutien de de l’Ambassade de France en Algérie
GROUPE ICI-MEME (PARIS)
FIRST LIFE
Oeuvre réalisée par le groupe Ici-Même (Paris) en résidence au sein du Centre commercial Bonneveine dans le cadre des Ateliers de l’EuroMéditerranée - Marseille Provence 2013 // Ici-Même est une compagnie
conventionnée par la ville de Paris et par le Ministère de la Culture et de la Communication - Drac Ile-de-France // Ici même est une compagnie associée au Théâtre Brétigny, scène conventionnée du val d’Orge.
OUTIL & INSTITUTET
BONES
Production : OUTIL/INSTITUTET // Avec le soutien
de : Ville de Dijon, Région Bourgogne, Swedish Arts Council, Ville de Malmö (Suède), Festival actoral, montévidéo – créations contemporaines, CENTQUATRE-PARIS, Inkonst (Malmö, Suède), Balhaus Ost
(Berlin), l’Onda – Office national de diffusion artistique
EDITH AZAM
TROIS CHEVALOS : TROIS OS
Avec le soutien de : P.O.L éditeur et de montévidéo – créations contemporaines
ODILE DARBELLEY & MICHEL JACQUELIN
NOUS NE POUVONS CONNAITRE LE GOUT DE L’ANANAS PAR LE RECIT DES VOYAGEURS
Production : Scène Nationale 61, CCAM de Vandoeuvre-les-Nancy, Théâtre des Bernardines, FRAC Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Bois de L’Aune, Pôle artistique et culturel de la Communauté du Pays d’Aix et
Marseille-Provence 2013, Capitale Européenne de la Culture, Association Arsène, Fondation Professeur Swedenborg pour l’Art Contemporain
GREGOIRE BOUILLIER, OLIVIA GRANDVILLE & MANUEL VALLADE
L’INVITE MYSTERE (PRECIPITE)
Avec le soutien de montévidéo – créations contemporaines
MIET WARLOP
MYSTERY MAGNET
Production : CAMPO // Coproduction : Kunstenfestivaldesarts (Bruxelles), Göteborgs Dans Teater Festival (Suède) dans le cadre du NXTSTP // Avec le soutien de : Programme culture de l’Union
Européenne
AURELIE LEROUX & FLORENCE PAZZOTTU
NE DEMANDE PAS A TON OMBRE LA CHARITE
Production : La Compagnie A Côté et Alt(r)a Voce (pour la partie vidéo) // Coproduction : Théâtre des Bernardines // Avec le soutien de : Cinéma Les Variétés, Espace-Galerie la Jetée, Galerie La Traverse,
Grains de Lumière // Projet subventionné par la Ville de Marseille.
VINCENT THOMASSET
BODIES IN THE CELLAR
Production : Laars & Co // Coproduction : Festival actoral, La Ménagerie de Verre - Paris, Théâtre de Vanves - Scène conventionnée pour la danse, Far° Festival des Arts Vivants (Nyon), Le Phénix scène
nationale Valenciennes // Avec l’aide à la production de : Arcadi // Avec le soutien de : La Ménagerie de Verre (Paris) dans le cadre des Studiolabs, Les Laboratoires d’Aubervilliers, Centre National de la Danse,
résidence Pavillon Cascades/Vivarium Studio, Atelier de Paris / Carolyn Carlson, avec l’aide de l’échangeur – CDC Picardie, Centre Culturel Suisse - Paris, CENTQUATRE-PARIS, montévidéo - créations
contemporaines // Avec l’aide à la diffusion de : Arcadi en Île-de-France sur les saisons 2013-2014, 2014-2015
AMIR REZA KOOHESTANI
TIMELOSS
Production : Mehr Theatre Group // Coproduction : Festival actoral, Festival La Bâtie à Genève // Avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique pour le surtitrage
MOTUS
CALIBAN CANNIBAL
Œuvre réalisée par la compagnie Motus dans le cadre des Ateliers de l’EuroMéditerranée - Marseille Provence 2013 // Avec le soutien de : Face à Face / Paroles d’Italie pour les scènes de France, Ateliersi
(Bologne), l’Institut Culturel Italien de Marseille, l’Onda – Office national de diffusion artistique
LES CHIENS DE NAVARRE
QUAND JE PENSE QU’ON VA VIEILLIR ENSEMBLE
Production : Le Grand Gardon Blanc, Chiens de Navarre // Résidence et coproduction : Les Subsistances (Lyon), Parc de la Villette (résidence d’artistes 2012), Le Parapluie, centre international de création
artistique (Aurillac), C.I.C.T. / Théâtre des Bouffes du Nord (Paris) // Coproduction : Maison des Arts de Créteil, TAP Théâtre Auditorium de Poitiers, ARCADI // Spectacle répété également au Théâtre de la
Bastille avec son soutien technique // Avec le soutien de : Fonds SACD Théâtre, SPEDIDAM, l’Onda – Office national de diffusion artistique
NICOLAS CANTIN
GRAND SINGE
Production : Marie-Andrée Gougeon pour Daniel Léveillé danse // Avec le soutien de : Compagnie Daniel Léveillé danse (Montréal) dans le cadre de son programme de parrainage de diffusion destiné à des
artistes de la relève, Conseil des arts et des lettres du Québec, l’Onda – Office national de diffusion artistique, INSTITUT FRANÇAIS - Ville de Marseille
RODRIGO GARCIA
MUERTE Y REENCARNACION EN UN COWBOY
Production : La Carnicería Teatro (Madrid), Théâtre National de Bretagne
SONIA CHIAMBRETTO & ILDI ! ELDI
ETAT civil
Production : collectif ildi ! eldi // Coproduction : Le Merlan – scène nationale à Marseille, Théâtre Joliette-Minoterie // ETAT civil une oeuvre réalisée par Sonia Chiambretto en résidence au sein des Bureaux
Municipaux de Proximité de la Ville de Marseille dans le cadre des Ateliers de l’EuroMéditerranée de Marseille-Provence 2013 // Sonia Chiambretto est représentée par L’Arche, agence théâtrale
ROBERT CANTARELLA
LE MUSEE VIVANT
Production : R & C Constance de Corbière // Coproduction : Festival actoral // Avec le soutien de : DRAC Haute-Normandie dans le cadre de sa résidence à la Scène Nationale d’Evreux-Louviers, Région
Haute-Normandie, Département de l’Eure, FIJAD – Fonds d’Insertion pour les Jeunes Artistes Dramatiques
41
TARIFS
Théâtre des Bernardines, montévidéo, KLAP, [mac], FRAC PACA, Théâtre Joliette-Minoterie, Friche La Belle de Mai, Château
de la Buzine :
Performance
Spectacle
Mise en espace
Lecture
Tarif plein
12€
8€
5€
Tarif réduit
8€
6€
Tarif PASS ACTORAL 6€
4€
3€
Le Merlan :
Tarif plein
Tarif réduit
Tarif PASS ACTORAL
Ponts suspendus
8€
6€
4€
The Pyre (Le Bûcher)
20€
10€
8€
Lectures
Mystery Magnet
12€
9€
8€
Muerte y reencarnacion en un cowboy
24€
14€
12€
5€
3€
La Criée :
Tarif plein
Tarif réduit
Tarif PASS ACTORAL
Le Gymnase :
Tarif plein
Tarif réduit
Tarif PASS ACTORAL
Quand je pense qu’on va vieillir ensemble
1ère catégorie
2ème catégorie
20€
18€
14€
12€
10€
8€
Les tarifs réduits s’appliquent sur présentation d’un justificatif en cours de validité :
aux personnes de moins de 26 ans, aux étudiants, aux demandeurs d’emploi, aux allocataires du RSA, aux personnes travaillant dans le
secteur du spectacle vivant s/ présentation de la carte congés spectacles, d’une attestation Pôle Emploi de moins de 3 mois ou d’une
attestation employeur
Certains lieux (Bernardines, Merlan, Joliette-Minoterie) proposent un tarif spécifique RSA :
nous vous invitons à les contacter directement pour en bénéficier
PASS ACTORAL :
L’achat d’un PASS ACTORAL à 10€ vous permet :
- de bénéficier de tarifs super-réduits (jusqu’à - 60%) pour tous les lieux du festival
- de faire profiter du tarif réduit à votre accompagnant
- d’accéder à des tarifs préférentiels durant la saison 2013-2014 au Théâtre des Bernardines, au Théâtre Joliette-Minoterie et à La Criée.
Ce pass est nominatif et ne garantit pas la disponibilité de places pour chaque spectacle. Nous vous recommandons de réserver vos places en amont
FORFAIT SOIRÉE :
Si vous réservez pour les 3 propositions le même soir dans un même lieu :
- Montévidéo, le 26 sept : 12€ au lieu de 18€ et le 5oct : 12€ au lieu de 15€
- KLAP, les 27 et 28 sept : 18€ au lieu de 25€
- Théâtre Joliette-Minoterie, les 8, 9, 11 et 12 oct : 18€ au lieu de 24€
- Friche La Belle de Mai, les 9 et 10 oct : 22€ au lieu de 32€
Dans la limite des places disponibles
TARIF GROUPE :
- En famille ou entre amis : bénéficiez du tarif réduit à partir de 6 places achetées pour la même représentation
- Comités d’entreprise, groupes constitués, merci de contacter Julie Nancy-Ayache, attachée aux relations publiques :
j.nancyayache@actoral.org // +33 (0)4 91 37 14 04
Dans la limite des places disponibles
42
RÉSERVATIONS & ACHAT PLACES
OUVERTURE DE LA BILLETTERIE LE 9 SEPTEMBRE à 10h
HORAIRES D’OUVERTURE
Avant le festival : lundi – vendredi / 10h – 17h
Pendant le festival : lundi – samedi / 10h – 17h
COMMENT RESERVER ?
- PAR TELEPHONE : 04 91 94 53 49
(paiement par CB possible)
A MONTEVIDEO
3, impasse montévidéo - 13006
- PAR E-MAIL : resa@actoral.org
POUR CERTAINS SPECTACLES, PLACES EN VENTE :
SUR INTERNET : www.espaceculture.net // www.digitick.com // www.mp2013.fr
A L’ESPACE CULTURE
42, La Canebière – 13001
Tél. +33 (0)4 96 11 04 61
Lundi – samedi / 10h – 18h45
AU PAVILLON M
Place Villeneuve Bargemon – 13002
Tél. +33 (0) 810 813 813
Tous les jours / 11h-20h
ACHAT UNIQUEMENT AUPRÈS DU LIEU PARTENAIRE :
VILLA MÉDITERANÉE
2, 3 et 5 oct - Portrait Lina Saneh & Rabih Mroué
Spectacles : 15€ / 10€ / 5€ - Films : 5€ / 3€
Réservations : www.villa-mediterranee.org // +33 (0)4 95 09 42 52 – mardi – dimanche / 10h – 19h
Possibilité de réserver auprès de la billetterie du festival actoral, avec règlement et retrait des billets s/ place à la Villa
Méditerranée avant la représentation
MuCEM :
12-13 oct - Le musée vivant de Robert Cantarella est en accès libre s/ achat d’un billet du MuCEM (8€ / 5€)
CINÉMA LE CÉSAR :
7 oct - Film Il est des nôtres de Jean-Christophe Meurisse (s/place - tarif unique 5€)
IMPORTANT :
- Les réservations non réglées la veille de la représentation sont remises à la vente.
- Clôture des ventes pour le jour même à 14h, l’achat de places se fait ensuite directement sur le lieu de la représentation.
- Les places achetées sont à retirer au bureau du festival (10h/17h), ou sur le lieu de représentation au plus tard 15 minutes avant le
début de la représentation.
- Par respect pour les artistes et le public, nous ne pouvons garantir l’accès aux salles une fois la représentation commencée.
ENTRÉE LIBRE :
Lectures et autres formes :
- Lecture sonore d’Anne-James Chaton - 24 sept à 18h30, Maison de l’Avocat - sur réservation au 04 91 94 53 49
- Conférence d’Eric Mangion suivie de lectures - 25 sept à 19h, La compagnie
- Mon prochain de Gaëlle Obiégly - 27 sept à 18h, librairie Histoire de l’œil
- Parades de Judith Abensour & Thomas Bauer - 30 sept à 19h, montévidéo
- Dago Cassandra de Marco Laguna - 1er oct à 22h30, montévidéo
- Edie, la danse d’Icare de Véronique Bergen – 2 oct à 18h, librairie L’Odeur du temps
- Les œuvres de miséricorde de Mathieu Riboulet – 2 oct à 20h, montévidéo
- First Life, du Groupe ICI-MEME (Paris) - 3 oct (14h-19h), 4 et 5 oct (10h-12h / 14h-17h), Centre Commercial Bonneveine - sur
réservation au 04 91 94 53 49
- Estompage, de Jérémie Bennequin - 4 oct entre 18h30 et 19h30 - boutique agnès b.
Expositions :
- Portraits, d’Anne-James Chaton (cf p. xx)
- POESIE ACTION, de Bernard Heidsieck (cf p. xx)
43
LIEUX DU FESTIVAL
montévidéo – centre de créations contemporaines
3, impasse montévidéo, 13006 Marseille
Tél. +33 (0)4 91 37 30 27
Au coeur d’actoral, montévidéo, lieu fondateur du festival, vous accueille pour vous informer sur les spectacles et prendre vos réservations, boire un
verre, consulter la presse du jour, découvrir les œuvres d’anne-James chaton... Le fonds documentaire du centre de ressources est accessible sur rendezvous et une sélection d’ouvrages en relation avec la programmation vous y est proposée.
agnès b.
33 cours Honoré d’estienne d’orves, 13001 Marseille // Tél. : + 33 (0)4 96 11 04 50
Centre commercial Bonneveine
Avenue de Hambourg, 13008 Marseille // Tél. : + 33 (0)4 91 16 35 20
Château de la Buzine
56 traverse de la buzine, 13011 Marseille Tél. : + 33 (0)4 91 45 27 60
Cinéma Le césar
4 place castellane, 13006 Marseille // Tél. : + 33 (0)4 91 53 27 82 et + 33 (0)8 92 68 05 97
FRAC PACA
Angle des rues Vincent Leblanc et Forbin 10 boulevard de dunkerque, 13002 Marseille // Tél. : +33 (0)4 91 91 27 55
Galerie Porte Avion
96 boulevard de la Libération, 13004 Marseille // Tél. : +33 (0)4 91 33 52 00
KLAP Maison pour la danse
5 avenue rostand, 13003 Marseille // Tél. : +33 (0)4 96 11 11 20
La compagnie
19 rue Francis de pressensé, 13001 Marseille // Tél. : +33 (0)4 91 90 04 26
La Criée – théâtre national de Marseille
30 Quai rive Neuve, 13007 Marseille // Tél. : +33 (0)4 96 17 80 00
La Friche La Belle de Mai
41 rue Jobin, 13003 Marseille // Tél. : +33 (0)4 95 04 95 04
Le Merlan – Scène nationale à Marseille
Avenue Raimu, 13014 Marseille // Tél. : +33 (0)4 91 11 19 30
Librairie Histoire de l’œil
25 rue Fontange, 13006 Marseille // Tél. : +33 (0)4 91 48 29 92
Librairie L’Odeur du temps
35 rue pavillon, 13001 Marseille // Tél. : +33 (0)4 91 54 81 56
[mac ] musée d’art contemporain de Marseille
69 avenue de Haïfa, 13008 Marseille // Tél. +33 (0)4 91 25 01 07
Maison de l’Avocat
49 rue grignan, 13006 Marseille // Tél. + 33 (0)4 91 15 31 00
MuCEM - Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée
1, Esplanade du J4, 13002 Marseille // Tél. +33 (0)4 84 35 13 13
Théâtre des Bernardines
17 boulevard Garibaldi, 13001 Marseille // Tél. +33 (0)4 91 24 30 40
Théâtre du Gymnase
4 rue du théâtre Français, 13001 Marseille // Tél. : +33 (0)4 91 24 35 24
Théâtre Joliette-Minoterie
Place de la méditerranée, 13002 Marseille // Tél. : +33 (0)4 91 90 07 94
Villa méditerranée - Centre international pour le dialogue et les échanges en Méditerranée
Quai de la tourette, 13002 Marseille // Tél. : +33 (0)4 95 09 44 23
Un espace de convivialité, bar, restauration vous accueille au Théâtre des bernardines, au KLAP, au Merlan, à La Criée, au MuCEM, au Théâtre JolietteMinoterie, au [mac], à la Friche La Belle de mai et à montévidéo avant et après les représentations.
44
CONSEIL D'ADMINISTRATION
Président Rudy Ricciotti
Vice-président Eric Chaveau
Trésorière Jacqueline Meido-Madiot
Membre Eric Mangion
ÉQUIPE
Directeurs Hubert Colas et Caroline Marcilhac
Administratrice Myriam Chautemps
Secrétaire général Charles Mesnier
Chargé de communication & relations publiques Cyril Le Boulaire
Renforts pour l'édition 2012
Chargée de production / logistique Cécile Descloux
Attachée aux relations publiques Julie Nancy-Ayache
Assistante de production / logistique Aurélie Baldo
Assistante stagiaire de communication Elodie Bernelin
Asssitante logistique / production Salomé Klein
Responsable billetterie Laure Chénieux
Assistantes billetterie Anne-Sylvie Gautier et Tiphaine Colombain
Régisseur général Frédéric Viénot
Régisseurs Eric Billabert, Frédéric Chartiot, Marina Cossantelli, Lucie Delorme, Samuel Dosière, Valentine Duhem,
Etienne Fortin, Marie Lefèbvre, Stéphane Luchetti, Chloé Monneris, Stéphane Salmon, Serge Sconamiglio, Lionel
Scrève…
Conception graphique Laurent Garbit
Rédacteur Boris Sagit
Photographe Clémentine Crochet
Web Christophe Passet - www.antipole.fr
CONTACT PRESSE NATIONALE
Bureau de communication média On s’en occupe
Corine Péron : +33 (0)6 77 98 83 77 // corine.peron@on-s-en-occupe.com // on-s-en-occupe.com
CONTACT PRESSE REGIONALE
Cyril Le Boulaire : +33 (0)4 91 37 30 27 // c.leboulaire@actoral.org
EQUIPE DE MONTEVIDEO
Administrateur montévidéo Vincent Lillo
Comptable Anne Fournier
Accueil technique Julien Dupuy
Agent d'entretien Moinloulou Abdillahi
L’équipe du festival remercie chaleureusement les bénévoles qui l’accompagnent sur cette édition.
45
PARTENAIRES
46
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising