Bulletin n° 60 ( PDF - 364.3 ko)

Bulletin n° 60 ( PDF - 364.3 ko)
P
A S S O C I AT I O N G E O R G E S
Bulletin n° 60
Juin 2012
Bibliothèque de l’Arsenal
1, rue de Sully – 75004 Paris
Tél. : 01 53 79 39 46
http://associationgeorgesperec.fr
http://groups.google.com/group/listegeorgesperec
Dessin de couverture : droits réservés
R
E
C
Association Georges Perec
S OMMAIRE
Editorial ................................................................................... 04
Parutions ................................................................................. 05
Publications, articles, études ................................................. 07
Colloques, débats, interventions ............................................ 09
Manifestations ......................................................................... 09
Journées Julio Cortázar / Georges Perec à Buenos Aires.... 13
Théâtre .....................................................................................14
A l’université ............................................................................ 17
Audiovisuel ...............................................................................17
Internet .................................................................................... 19
Références et hommages ....................................................... 22
Varia ......................................................................................... 25
Documents .............................................................................. 28
Bibliophilie ............................................................................... 28
Carnet...................................................................................... 29
Appel à contributions ............................................................. 29
Merci ........................................................................................ 29
Assemblée générale ............................................................... 30
Publications en vente .............................................................. 42
Renouvellement des cotisations ............................................ 43
Bonus ....................................................................................... 44
Les informations contenues dans ce Bulletin ont été rassemblées
par Philippe Didion qui a également assuré le secrétariat de
rédaction. Rachel Easterman-Ulmann a effectué la mise en page.
La plupart des documents cités dans les différentes rubriques de
ce Bulletin peuvent être consultés, sous une forme ou une autre,
au siège de l’Association.
Association Georges Perec
Bibliothèque de l’Arsenal
1, rue de Sully 75004 Paris
Tél. : 01 53 79 39 46
Email : associationgeorgesperec@gmail.com
EDITORIAL
Chers amis,
On le dit à chaque sortie du Bulletin : l’actualité Perec a été abondante
au cours du semestre écoulé. On le dit à chaque fois mais on est
bien obligé de le redire aujourd’hui tant les manifestations et les
commentaires auront été nombreux ces derniers temps, suscités
par la conjonction de deux événements majeurs : la sortie du
Condottière, roman inédit, et le trentième anniversaire de la mort de
Georges Perec, survenue le 3 mars 1982. Ajoutez à cela un numéro
des Cahiers, un numéro de la revue Europe, un recueil de lettres elles
aussi inédites, des colloques et des tables rondes à foison, des pièces
qui se jouent aux quatre coins de la France et au-delà des frontières,
des archives audiovisuelles de plus en plus accessibles et vous
obtiendrez un Bulletin assez bien nourri.
Quelques mots justement sur la façon dont ce Bulletin est alimenté.
Son contenu a longtemps été tributaire des membres de l’Association
qui, d’abord par courrier puis par courriel, envoyaient les informations
qu’ils avaient grappillées à l’Arsenal où le responsable du Bulletin
venait chercher sa pitance. Puis vint Internet. La première rubrique
Internet (5 lignes !) apparut dans le Bulletin n° 38 de décembre 2000.
C’est à peu près à cette époque qu’une liste de diffusion Internet fut
mise en place. Ce fut un tournant : les informations étaient accessibles
à tous, le Bulletin en faisait le recensement, son rédacteur ajoutait ce
qu’il avait pu glaner par ses propres moyens. Depuis quelques mois,
une nouvelle étape est franchie : la mise en place d’une « alerte » sur
un moteur de recherche permet désormais d’être informé « en
temps réel » de tout ce qui apparaît sur la Toile sur un sujet donné.
Plusieurs d’entre nous ont installé une « alerte Perec » sur leurs
ordinateurs et Danielle Constantin fait régulièrement circuler sur la
liste les informations recueillies par ce biais. Cela va du commentaire
composé sur une page de W ou le souvenir d’enfance à la énième
resucée de « Je me souviens » sur un blog personnel en passant par
le vin d’honneur organisé par la bibliothèque Georges-Perec de
Martigny-les-Gerbonvaux. Mais cela permet aussi de découvrir un
article dans un journal étranger, un travail universitaire, une tournée
théâtrale, une émission de radio et autres choses qui auraient pu
échapper au public intéressé. A partir de là, le travail du rédacteur du
Bulletin est devenu différent : il a chaque jour à faire le tri dans une
masse d’informations importante, chaque jour à choisir ce qui doit
être gardé pour le Bulletin et ce qui est à éliminer. Il se peut que sa
vigilance ne soit pas parfaite et qu’il ait eu quelques absences, laissant
passer de temps à autre dans les pages qui suivent des données de
peu d’intérêt tout en omettant d’y inscrire des faits que certains
auraient considéré comme importants. Il compte sur votre indulgence.
Philippe Didion
Bulletin n°60 Juin 2012 p.04
Association Georges Perec
PARUTIONS
EN FRANCE
Georges Perec, L’art et la manière d’aborder son chef de service pour lui
demander une augmentation, livre audio, lecture de Guillaume Gallienne
(Thélème, 2011). Un court article a salué cette sortie dans Le Magazine littéraire
n° 517 (mars 2012).
Le volume 11 des Cahiers Georges Perec (« Filiations perecquiennes »,
textes réunis et présentés par Maryline Heck, Le Castor Astral, 272 pages, 20 €)
est disponible en librairie. On peut en consulter le sommaire sur le site de
l’Association dans la rubrique « Les Cahiers Georges Perec » et La Quinzaine
littéraire n° 1054 (1er-15 février 2012) a consacré une brève à sa sortie.
Georges Perec, 56 lettres à un ami, préface de Claude Burgelin avec 32
pages de fac-similés, éditions Le bleu du ciel, 2011; 160 p., 20 €. Critiques
parues : Frédéric Lacoste sur le site ECLA de la région Aquitaine
http://ecla.aquitaine.fr/Ressources/Notes-de-lecture/Lettres-a-un-ami-56lettres-a-un-ami-Georges-Perec-correspondance-1959-1969-Le-bleu-du-ciel et
Catherine Pomparat sur le site remue.net http://remue.net/spip.php?article5031
Georges Perec, Le Condottière, roman inédit (Le Seuil, coll. La Librairie du
XXIe siècle, 2012 ; 224 p., 17 €). Ont précédé ou suivi cette sortie : des articles
de C.A. (Livres Hebdo, 17 février 2012), Alexandre Fillon (même publication,
24 février), Denis Cosnard (Les Echos, 24-25 février), Myriam Chaplain-Riou
(AFP, 24 février), Christine Montalbetti (Le Monde des livres, même date,
avec une page d’extraits et photo en une), L.M. (site My Boox), X (site
Wikipédia), Philippe Lançon (Libération, 1er mars), Antoine Perraud (La
Croix, même date), Marc Lambron (Le Point, même date), Alain Nicolas
(L’Humanité, même date), Raffaele Aragona (Il Mattino, 2 mars), Frédéric
Schmitter (site Rictus.info, 3 mars), Nathalie Crom (Télérama, 7 mars),
Martin Winckler (Le Nouvel Observateur, 15 mars), Daoud Boughezala
(causeur.fr, 17 mars), Maxime Decout (site Fabula, 19 mars), Arnaud Viviant
(site Les influences, 29 mars, repris sur le site Le Huffington Post, 9 avril),
Rémi Schulz (site personnel, 30 mars), Baptiste Liger (Lire, avril), Tiphaine
Samoyault (La Quinzaine littéraire, 1er-15 avril), Martine L. Petauton (site La
cause littéraire, 1er avril), Guylaine Massoutre (Le Devoir, 7 avril). On en a
également parlé à la radio dans les émissions La grande table (France
Culture, 1er mars), Mauvais genres (France Culture, 3 mars, invités :
Marilyne Heck et Hervé Le Tellier), Culture vive (RFI, 7 mars, invité : Claude
Burgelin), Le masque et la plume (France Inter, 29 avril).
Georges Perec, Théâtre I, Fayard 2012, 14,20 € (réunit L’Augmentation et La
poche Parmentier).
A L’ÉTRANGER
Un Cabinet d’amateur, Munhakdogne, Corée (janvier 2012).
« Considérations sur les lunettes » in Penser/Classer, Henry Beyle, Italie
(février 2012).
« Notes concernant les objets qui sont sur ma table de travail » traduit par
Vincenzo Campo dans une anthologie de textes de Kafka, Valéry, Praz… intitulée
Scrivanie, Henry Beyle, Italie.
Les Choses, Metis Yayincilik, Turquie.
A PARAÎTRE
France : Je me souviens, éditions Des Femmes en format sonore support CD ;
pour le quarantième anniversaire de Folio, Gallimard annonce la réédition des
Mots croisés de Perec dans cette collection à la rentrée de septembre 2012.
Pologne : Je me souviens, éditeur : Loukator
Etats-Unis : La Boutique obscure, éditeur : Melville House
Turquie : Un homme qui dort, éditeur : Metis Publications Ltd.
Allemagne : Un homme qui dort, éditeur : Diaphanes
Chine : Le Condottière, éditeur : Shangai 99 (caractères simplifiés)
Russie : Le Condottière, éditeur : Ivan Limbakh (trad. V. Kislov)
Grèce : Le Condottière, éditeur : Ypsilon (trad. A. Kyriakidis)
Le Condottière en langue anglaise, dans une traduction de David Bellos,
sortira simultanément aux Etats-Unis chez The University of Chicago Press
et au Royaume-Uni chez MacLehose Press. Le livre fait aussi l’objet de
contrats à venir en Allemagne (éd. Carl Hanser Verlag), en Turquie (SEL) et
au Portugal (éd. Sextane).
Bulletin n°60 Juin 2012 p.06
Association Georges Perec
PUBLICATIONS, ARTICLES, ÉTUDES
Raffaele Aragona, « L’arte di elencare : il mondo in una lista », Il Mattino, 3
août 2011.
Perec apparaît dans l’ouvrage de Jean-François Plamondon, Figurations
autobiographiques (Turin : Libreria Stampatori, 2011, 196 p.) présenté sur le site
Fabula : http://www.fabula.org/actualites/j-fr-plamondon-lt-i-gt-figurationsautobiographiques-lt-i-gt_47591.php
Perec fait partie des auteurs étudiés par le psychanalyste Nestor A.
Braunstein dans Les présages ou Le souvenir d’enfance, traduit de l’espagnol
par Jacques Nassif (Paris : Stock, coll. L’autre pensée, 2011, 400 p.).
De même, Perec fait l’objet d’une étude dans l’ouvrage collectif dirigé par
Nathalie Dupont et Éric Trudel, « Tout peut servir ». Pratiques et enjeux du
détournement dans le discours littéraire des XXe et XXe siècles (Québec :
Les Presses de l’Université du Québec, 2011, 178 p.)
Karl Whitney, « This is not the place : Perec, the Situationists and Belleville »,
in The White Review n° 3 (Londres, 2011). Un extrait est disponible en ligne :
http://www.thewhitereview.org/features/this-is-not-the-place-perec-thesituationists-and-belleville/
La revue Europe n° 993-994 (janvier-février 2012) consacre son dossier à
Georges Perec. Présentation et sommaire sur son site :
http://www.europe-revue.net/
Réactions et commentaires :
http://lescarnetsdeucharis.hautetfort.com/georges-perec/
Perec est l’un des auteurs présentés par Franck Médioni dans Le goût de
l’humour juif (Mercure de France, 2012). Il figurait également dans
l’Abécédaire incomplet de l’humour juif (Éditions Folies d’encre, 2011).
De même, Perec apparaît sous forme d’extraits dans Le goût de la campagne,
une anthologie présentée par Jacques Barozzi (Mercure de France, 2012).
Maryline Heck, Georges Perec, Le corps à la lettre, José Corti, collection
Les essais, 2012, 265 pages, 23 €, avec une postface de Claude Burgelin. Le
Monde des livres en a parlé le 13 avril 2012 et on en trouve une recension
sur le site Lettre de la Magdelaine :
http://www.lettre-de-la-magdelaine.net/spip.php?article275
Laëtitia Desanti, « L’architecture dans les romans de Sarraute et de Perec :
manipulations et détournements », article paru dans Etudes littéraires,
volume 42, issue 1, 2011, p. 51-65 (Dép. des littératures de l’université de Laval).
Laird Hunt, « Quatro persuasões sutis : uma lista comentada de quatro citações
da obra de Georges Perec » dans la revue portugaise Casmurros (2011).
Dominique Manns, « Leni Riefenstahl/Georges Perec : un olympisme martial »,
revue Inflexions n° 19, dossier « Le sport et la guerre » (La documentation
française, 2012).
Ana Fornaro, « Perec, el vehemente demente », La Diaria (Montevideo,
Uruguay), 9 mars 2012.
La Revue d’Histoire Littéraire de la France, dans son numéro de mars 2012
intitulé « Le pastiche dans tous ses états (XIXe-XXe siècles) » comprend un
article de Steen Bille Jørgensen consacré en partie à Perec : « Pastiche et
poétique de l’œuvre. Stratégies de réécriture contemporaines ». Le chapitre
sur Perec s’intitule « Georges Perec ou le pastiche sans objet pastiché » (sur
Les Choses et La Vie mode d’emploi).
Pour information (à fuir, d’après Eric Beaumatin) : Jacques Poirier, Perec,
Vie et Œuvre de Georges Perec, Editions de la République des Lettres, 2012,
livre numérique au format ePub, 5 €.
Maryline Heck, « Un homme qui dort : genèse d’un film », in Mireille Hilsum,
Hélène Védrine (dir.), La relecture de l’œuvre par ses écrivains mêmes,
tome III : Se relire par l’image (Kimé, 2012).
Marc Lapprand, « Perec, cet éternel repère », @nalyses [En ligne], Comptes
rendus, XXe siècle, mis à jour le 15 avril 2012, URL :
http://www.revue-analyses.org/index.php?id=1942
Kim Gustafsson (université de Göteborg, Suède), « Une seule lettre comme
porteuse du sens : Une étude lexico-sémantique sur La Disparition de
Georges Perec et sa traduction suédoise par Sture Pyk », mémoire disponible
en ligne : http://gupea.ub.gu.se/handle/2077/29179
Bertrand Bourgeois, Raphaël Trantoul, « Perec et l’art du simulacre : jouer
avec les codes réalistes, mode d’emploi » et Marc Lapprand, « De Rabelais
à l’Oulipo : la langue pour jouer » in Australian Journal of French Studies,
Volume 49, Number 2/2012 (Liverpool University Press), deux articles accessibles
ici : http://liverpool.metapress.com/content/j34j6827q540/
Bulletin n°60 Juin 2012 p.08
Association Georges Perec
Colloques, débats, interventions
Une rencontre avec Guido van de Wiel, traducteur de La Disparition, s’est
tenue au centre culturel étudiant de l’Université de Groningue (Pays-Bas) le
24 janvier 2012.
Le 21 février dernier (2012), Manet van Montfrans a fait une conférence
devant les étudiants de Mastère/MA d’une formation universitaire pour
architectes, à Bruxelles (Sint-Lucas Architectuur). Elle a parlé d’Espèces
d’espaces, livre toujours accueilli avec beaucoup d’enthousiasme dans les
milieux des architectes et des plasticiens.
Programme de la Journée Perec du 2 juin 2012 à l’Université Charles de
Gaulle-Lille III, Maison de la Recherche :
Intertextes
10h30 Marie Bonnot (université de Paris III-Sorbonne nouvelle) : « Reprendre,
citer et ne pas dire : Enquête sur l’intertextualité proustienne dans l’œuvre de
Perec » ;
11h Raoul Delemazure (université de Paris VII) : « L’anthologisme est une
bien belle chose : Un homme qui dort, un centon ? » ;
11h30 Virginie Tahar (université de Marne-la-Vallée) : « Du Cabinet d’amateur
au Voleur de nostalgie d’Hervé Le Tellier : Transposition d’une supercherie ».
Les stratégies de la fiction
14h Tonia Raus (Luxembourg) : « La mise en abyme chez Georges Perec » ;
14h30 Philippe Piedevache (université de Lyon II) : « Les Choses ou l’impossible
lecture du monde » ;
15h Ela Valimareanu (universités de Lille III et de Cluj-Napoca) : « Fauxsemblants, fausses pistes, faux-fuyants ».-
Manifestations
Anna Mermet, plasticienne, a réalisé une exposition au mois d’octobre 2011
à la libraire du Chercheur d’art (Rennes) à partir de Tentative d’épuisement
d’un lieu parisien. Elle en parle sur le site L’imprimerie nocturne :
http://karedwen.com/?p=684
Une soirée Perec organisée par The White Review s’est tenue au Peckham
Hotel (Londres) le 14 décembre 2011 en présence de l’illustrateur Badaude
et de l’écrivain Karl Whitney. Lectures, musique et projection d’images
étaient au programme.
L’Espace Jeunes de Marly-le-Roi (Yvelines) proposait à partir du 5 janvier
2012 un atelier d’écriture animé par Monique Coudert sur le thème « Ecrire
avec Perec ».
Jour 54, l’opéra radiophonique de Pierre Jodlowski d’après 53 jours de
Georges Perec (version scénique créée suite au concert « espèces d’espaces
» de l’ensemble Cairn) a été proposé les 20 et 21 janvier 2012 au Petit
Théâtre Saint-Exupère de Blagnac (Haute-Garonne). A cette occasion,
la librairie Ombres Blanches de Toulouse a accueilli, le 20 janvier, Claude
Burgelin pour une conférence-rencontre autour de Georges Perec.
Le spectacle a ensuite été monté à Albi (Tarn) le 13 mars.
L’exposition « Pere(t)c, Tentativa de Inventorio » tenue avec succès à La
Corogne en 2010 s’est déplacée au Circulo de Belas Artes de Madrid du 2 février
au 29 avril 2012. Elle est présentée sur une chaîne de télévision espagnole dans
un reportage visible sous ce lien :
http://www.aviondepapel.tv/2012/04/un-paseo-por-el-universo-degeorges-perec/
Clément Labail a lu la Tentative d’inventaire des aliments liquides et
solides que j’ai ingurgités au cours de l’année mille neuf cent soixantequatorze dans le cadre d’un café littéraire au Fabriktheater de Berlin le 10
février 2012.
Le salon bouquinerie Chapeau melon et piles de livres d’Amiens (Somme)
a mis les bouchées doubles pour saluer la sortie du Condottière :
- durant tout le mois de mars 2012 exposition d’œuvres de Pierre Getzler
(notamment des portraits de Georges Perec) - le 2 mars, soirée rencontre
avec Paulette Perec et Marcel Bénabou : Le Condottière, sa genèse et ses
prolongations dans les autres textes de Perec - le 9 mars, soirée rencontre
avec Pierre Getzler : évocation de l’amitié et des relations artistiques entre
Perec et Getzler.
A l’occasion de la sortie de ce roman inédit, une rencontre exceptionnelle
avec les Editions du Seuil a réuni Marcel Bénabou, Claude Burgelin, Maxime
Decout et Maurice Olender le 6 mars 2012 à la Maison de l’Amérique Latine
(Paris).
Bulletin n°60 Juin 2012 p.10
Association Georges Perec
Le 8 mars 2012 à la librairie Millepages de Vincennes (Val-de-Marne) s’est
déroulée une lecture musicale de L’art et la manière d’aborder son chef de
service… par Armand Suhm (lecteur) et Malek Sadki (contrebasse).
Espèces d’espaces, œuvre musicale de Philippe Hurel d’après Georges
Perec, a été créée au Théâtre de la Renaissance à Oullins (Rhône) dans le
cadre de la Biennale Musiques en scène de Lyon le 14 mars 2012.
La médiathèque Marguerite-Yourcenar (Paris) a mis en place une table
d’exposition sur Georges Perec pendant la première quinzaine de mars
2012. Installée au rez-de-jardin, cette table comprenait, outre les œuvres
principales de Perec, des documents choisis à partir des influences littéraires
mais aussi des goûts et intérêts, notamment musicaux et cinématographiques,
de l’écrivain.
Dans le cadre des Journées académiques de la francophonie, l’Alliance
française de Buenos Aires a accueilli deux jours de rencontres et débats, les
21 et 22 mars 2012, pour explorer les points de rencontre littéraire entre
deux auteurs : l’Argentin Julio Cortázar, exilé à Paris, et le Français Georges
Perec. La conférence inaugurale, le 20 mars, a été donnée à l’auditorium de
la Academia del Sur) par Marcel Bénabou et Manuel Antín : « Julio Cortázar
et Georges Perec vus par leurs amis ». On pourra lire ci-dessous le compte
rendu de Danielle Constantin.
Le 23 mars 2012 William et Daniel Mesguich ont lu W ou le souvenir d’enfance
à la Bibliothèque départementale Gaston-Defferre de Marseille. Anne Roche
assurait la présentation et les commentaires.
La galerie librairie Michel Descours de Lyon a organisé une soirée Georges
Perec à l’occasion de la sortie du Condottière en présence Claude Burgelin
le 29 mars 2012.
Ce même jour, à Labruguière (Tarn), s’est déroulé un spectacle avec la compagnie
« Les gens s’entêtent » sur des textes de Georges Perec.
Le Marathon des mots a organisé la 6e édition du Marathon d’avril du 2 au
6 avril 2012 à Toulouse pour les élèves des collèges et des lycées de
l’Académie de Toulouse. Deux des thématiques de l’édition 2012 du
Marathon des mots ont été retenues : « Italie(s) » et « Marathon Georges
Perec ». Le 5 avril ont eu lieu des lectures de La Disparition et de W ou le
souvenir d’enfance par Sylvie Maury et Pierre Marty, suivies chacune d’une
rencontre avec Marcel Bénabou.
Le Marathon des mots proprement dit aura lieu à Toulouse du 28 juin au
1er juillet 2012 avec, entre autres :
- une lecture de Je me souviens par Sami Frey
- un parcours en une dizaine de lectures et de rencontres dans l’œuvre de
Perec, en présence de Maurice Olender, Marcel Bénabou, Claude
Burgelin...
- une lecture du Condottière par Daniel Mesguich
- « Mots croisés », spectacle itinérant de Marc Fauroux (Compagnie
Paradis-Eprouvette/Colomiers) autour de l’œuvre de Georges Perec.
Il se tient, du 5 mai au 27 juin 2012, une exposition Jacques Poli à la Villa
Tamaris de La Seyne-sur-Mer (Var) et il est prévu, dans le catalogue, « un
cahier consacré à la rencontre de l’artiste avec Georges Perec » selon un
communiqué de presse.
La Disparition est le titre d’une œuvre de Dominique Biais exposée du 6 avril
au 28 mai 2012 à La BF15 (Lyon) dans une série intitulée « D’une seconde
majeure ou mineure ». D’après le communiqué de presse, « Dominique
Blais intervient sur le roman éponyme de Georges Pérec [sic]. À la suite de cette
opération, la lecture du livre n’en est pour autant pas altérée. La manipulation
n’engendre ni dysfonctionnement, ni modification de sens. On pourrait
même envisager que le public, plongé dans sa lecture, ne perçoive pas (ou
tardivement) la modification effectuée. »
Au programme des Lectures sur le sable qui se sont tenues les 28 et 29 avril
2012 à La Teste-de-Buch (Gironde) figurait une lecture de textes de Perec
par la comédienne Myriam Boyer.
Marcel Miracle a exposé ses dessins d’après Un homme qui dort à la galerie LigneTREIZE (Genève) du 28 avril au 25 mai 2012. On en parle dans un
article du Huffington Post :
http://www.huffingtonpost.fr/jeanpaul-gavardperret/les-miracles-demarcel_b_1460985.html
La librairie Lucioles de Vienne (Isère) organisait le 11 mai 2012 un hommage
à Georges Perec animé par Claude Burgelin.
L’association PERECOFIL organise une exposition à la librairie Aux livres,
etc. (rue René-Boulanger, Paris Xe) pendant tout le mois de juin 2012. Vous
êtes invités à venir voir les broderies du « Compendium », d’Alphabets et de
Métaux montrées pour la première fois.
Bulletin n°60 Juin 2012 p.12
Association Georges Perec
Le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (Paris) organise le 27 juin 2012 une
soirée Georges Perec à l’occasion de la sortie du Condottière. Cette rencontre, coordonnée et animée par Jean-Pierre Salgas, réunira Claude Burgelin,
Maryline Heck et Maxime Decout. Tarifs et réservations indispensables par
mail ou par téléphone au 01 53 01 86 48 du lundi au vendredi de 14 h à 18 h.
JOURNÉES JULIO CORTÁZAR / GEORGES PEREC À BUENOS AIRES
Dans le cadre de la semaine de la francophonie et à l’occasion du 30e
anniversaire de la mort de Georges Perec, l’Ambassade de France en
Argentine a organisé avec la Ville de Buenos Aires, l’Academia del Sur et
l’Alliance Française de Buenos Aires les Journées Julio Cortázar / Georges
Perec qui ont eu lieu du 20 au 22 mars 2012 à Buenos Aires. C’était la première
fois que Georges Perec et l’écrivain franco-argentin Julio Cortázar étaient
réunis dans un événement international d’une telle envergure.
La conférence inaugurale, qui s’est tenue le 20 mars à l’Academia del Sur,
en présence du ministre de la culture argentin et de l’ambassadeur de
France en Argentine, a été donnée par Marcel Bénabou et le cinéaste argentin
Manuel Antín, respectivement amis de Georges Perec et de Julio Cortázar.
Chacun a évoqué, souvent avec humour, des moments de leur amitié avec
les écrivains.
Le mercredi 21 mars et le jeudi 22 mars se sont déroulées à l’Alliance française
les Journées académiques qui ont donné lieu à trois tables rondes : les jeux
avec le langage dans les œuvres de Georges Perec et de Julio Cortázar
(modératrice : Elisa Rey - participants : Danielle Constantin, Graciela
Maturo, Walter Romero et Roberto Yahni) ; l’espace dans les arts et les arts
de l’espace (modérateur : Roberto Yahni - participants : Steven Boldy, Ana
Fornaro, Carlos Giménez, Marta Miras, Julio Valentino et Halima Tahan) ;
et identités/exil(s) (modérateur : Hervé Delmare - participants : Damián
Tabarovsky, Luis Gusmán, Pablo Ruiz et Jaime Correas). Les conférences de
clôture ont été faites par Marcel Bénabou et Steven Boldy qui ont exploré le
sujet des avant-gardes contemporaines en dialogue avec les œuvres de
Cortázar et de Perec.
Parallèlement au colloque académique, se sont tenues différentes activités au
théâtre San Martin, un lieu très fréquenté du centre de Buenos Aires. Il y a eu des
projections de films : Blow Up d’Antonioni (inspiré d’une nouvelle de Cortázar),
Ellis Island de Perec et Robert Bober et La Cifra impar de Manuel Antín.
L’exposition photographique, Cortázar-Perec : Imágenes, a été inauguré le 22
mars et s’est poursuivie jusqu’au 23 avril. Elle réunissait des photos de Cortázar
prises par la photographe argentine Sara Facio et un choix de photographies
fournies par l’Association Georges Perec. L’inauguration de l’exposition a fait
l’objet d’un spectacle de jazz enlevant du Mariano Loiácono Sextet.
On peut consulter le programme complet des événements de ces journées
très réussies à : http://www.capitaldellibro2011.gob.ar/site/index.html
Compte rendu rédigé par Danielle Constantin
THÉÂTRE
Italie : La Poche Parmentier du 20 janvier au 31 août 2011 par la compagnie
Compagnia Macroritmi (mise en scène : Rosi Giordano).
L’Art et la manière d’aborder… par la Compagnie CSS di Udine (Italie et
Suisse italienne), prolongation du 16 mars au 31 août 2012.
Espagne : L’ Augmentation du 2 février 2011 au 31 mars 2013 en langue
catalane et castillane, sans autres précisions.
Brésil : L’Art et la manière d’aborder son chef de service… du 1er août 2011
au 1er août 2014 avec une mise en scène de Clarice Nischier dans une
adaptation de Bernardo Carvalho.
Suisse : Interroger l’habituel, un spectacle créé à partir de textes de Perec
les 29 et 30 mars 2012 par la compagnie Anadyomène (Sion) suivant une
démarche originale : la ville où se joue la pièce est au centre de l’intrigue. Et
avec elle, ses habitants. Les quatre comédiens de la compagnie ont donc
arpenté les rues à la recherche de témoignages et d’anecdotes sur la ville.
Ils ont aussi posé une série de questions aux Nyonnais, issues de textes de
Georges Perec. L’initiative a fait l’objet d’un article dans Scènes Magazine de
mars 2012.
Canada : Oulipo Show, Du 27 février au 2 mars 2013. Textes : Raymond
Queneau, Italo Calvino, François Caradec, François Le Lionnais, Jean
Lescure, Denis Marleau, Harry Mathews, Georges Perec et Michel Tremblay.
Collage, mise en scène et scénographie : Denis Marleau. Production : UBU
compagnie de création. Théâtre français du Centre national des Arts à
Ottawa.
Bulletin n°60 Juin 2012 p.14
Association Georges Perec
L’Augmentation par la Compagnie Pas de panique à Montréal, 15 représentations du 4 au 23 mars 2013.
France :
On vit quelque part d’après Espèces d’espaces de Georges Perec par la
Compagnie Les Gens s’entêtent le 2 février 2012 à Saint-Girons (Ariège).
Horizons – déferlante poétique (extraits de Je me souviens avec des œuvres
de Pessoa, Queneau, Saint-Exupéry, Michaux, Aragon) du 2 mars 2011 au 2
juin 2016 par la Compagnie Caus’ toujours.
L’Augmentation du 30 mars 2011 au 30 mars 2012 par la Compagnie :
Ikebana Théâtre (Paris 17e).
Création Matapeste (extrait de L’Art et la manière d’aborder son chef de
service… avec des œuvres de Pasternak, Hugo, Lafargue…) du 1er avril 2012
au 31 décembre 2015 par la Compagnie Les Matapeste.
L’Augmentation les 25 et 26 novembre 2011 par la Compagnie le Théâtre du
Miroir (Nîmes).
L’Augmentation du 1er septembre 2011 au 1er septembre 2012 par la
Compagnie Blutack Théâtre (Toulouse).
L’art et la manière d’aborder son chef de service pour lui demander une
augmentation les 13 et 14 janvier 2012 à Bourgoin-Jallieu (Isère) par le
Théâtre de la Nacelle/Gilbert Pot.
Le Voyage d’hiver le 26 janvier 2012 à la Halle aux grains de Blois (Loir-etCher), lecture-performance de Fanny de Chaillé.
L’Augmentation le 29 janvier 2012 au Foyer rural des Matelles (Hérault) par
le Théâtre du Miroir de Nîmes.
Sur les conseils de Georges Perec le 4 février 2012, lecture spectacle et
musique autour de L’art et la manière… à Grigny (Rhône).
La Boutique obscure le 4 février 2012 à Hem (Nord), par l’association Pour
un théâtre d’Oklahoma. Cette représentation a clos cinq jours d’ateliers lors
desquels une douzaine de personnes, encadrées par Olivier Chantraine, ont
travaillé sur le texte de Georges Perec.
Pièces détachées, spectacle de Michel Abécassis comprenant des textes de
Perec, le 10 février 2012 à Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines) et le 29 mars
à Mazamet (Tarn).
Espèces d’espaces les 14 et 15 mars 2012 au Théâtre de la Renaissance
(Paris), création de l’Ensemble 2e2M.
L’Augmentation le 24 mars 2012 à Villers-Cotterêts (Aisne), compagnie non
identifiée.
Vie de ville, d’après Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, le 30 mars
2012 à Mérignac (Gironde) par l’atelier jeunes de la MJC de la ville dans le
cadre de la Biennale de théâtre.
L’Augmentation le 2 avril 2012 à Saint-Vérand le 5 avril à Villard-de-Lans
dans la mise en scène d’Anne-Laure Liégeois, et dans d’autres villes du
département de l’Isère du 29 mars au 8 avril 2012.
L’Augmentation le 10 avril 2012 à Fleury-la-Montagne (Saône-et-Loire),
le 26 avril à Quimper (Finistère), le 10 mai à Uzès (Gard) dans la mise en
scène d’Anne-Laure Liégeois.
L’Augmentation le 13 avril 2012 à Poisson (Saône-et-Loire) par la compagnie
Le Festin de Montluçon.
Un homme qui dort du 3 au 12 mai 2012 par la compagnie Le Théâtre de la
Demeure à Cherbourg (Manche). Le spectacle fait l’objet d’un dossier sur le
site du CRDP de l’académie de Paris :
http://crdp.ac-paris.fr/piece-demontee/pdf/un-homme_avant.pdf
Mots croisés du 28 juin au 1er juillet 2012, un spectacle de théâtre musical
autour de l’œuvre de Georges Perec, par la Compagnie Paradis Eprouvette
à Toulouse dans le cadre du Marathon des mots. Présentation :
http://www.paradis-eprouvette.com/html/perec.html
W ou le souvenir d’enfance par la Compagnie La Boderie (Orne), du 1er
octobre 2013 au 31 décembre 2015.
Un Homme qui dort par la Compagnie La Grande mêlée (Paris), sous forme de
lecture au sein d’un spectacle vivant, du 1er janvier 2012 au 1er janvier 2017.
L’Augmentation par la Compagnie La Vaste entreprise (Montpellier), prolongation
jusqu’en juin 2014.
Bulletin n°60 Juin 2012 p.16
Association Georges Perec
A l’université
Récits d’Ellis Island et Tentative d’épuisement d’un lieu parisien font partie
du corpus étudié par Marie-Jeanne Zenetti dans sa thèse « Factographies :
pratiques et réception des formes littéraires de l’enregistrement à l’époque
contemporaine dans les littératures française, allemande et nord-américaine »
soutenue le 28 novembre 2011 à l’Université Paris 8 (direction : Tiphaine
Samoyault).
Un extrait du chapitre XI de La Vie mode d’emploi a été proposé à l’oral du
concours d’entrée à l’ENS de la rue d’Ulm en juillet dernier (voir le rapport
de l’épreuve orale de français tronc commun du concours 2011 sur le site de
l’ENS).
Laurie Lefer a donné une conférence intitulée « Georges Perec et l’oubliographe »
dans le cadre du séminaire du CERILAC « Politiques des archives » le 20
mars 2012, à l’Université Paris-Diderot.
Federica Di Blasio est l’auteur du mémoire de maîtrise « Georges Perec, La
Disparition : problemi e strategie di traduzione », mémoire en Langue et
Traduction française dirigé par Fabio Regattin, Université de Bologne (Italie),
avril 2012.
Audiovisuel
Boris Cyrulnik, invité de l’émission Les liaisons heureuses (France Inter, 17
novembre 2011), a parlé de La Disparition après la diffusion d’un extrait de
la Radioscopie consacrée à Perec en 1978.
Denis Podalydès a lu des extraits de Penser/Classer au cours de l’émission
Lecture du soir du 10 au 18 novembre 2011 sur France Culture.
Michel Foucault et Georges Perec étaient les deux auteurs au centre des
Nouveaux chemins de la connaissance (France Culture) dont l’émission du
23 novembre 2011 était intitulée « Ecrire l’ordinaire » et illustrée par un
extrait des « 81 fiches cuisine à l’usage des débutants », lu par Denis
Podalydès.
Le 29 novembre 2011 dans le cadre de l’émission Pas la peine de crier
(France Culture), Dominique Pinon a lu l’avant-propos de La Disparition.
La même émission a proposé, dans le cadre du « poème du jour », une lecture
en cinq parties de « Tout autour de Beaubourg » (tiré de L’infra-ordinaire)
du 12 au 16 décembre 2011.
A partir du 13 décembre 2011, Denis Podalydès a lu « Les lieux d’une ruse
» en cinq épisodes sur France Culture dans l’émission Lecture du soir.
Valérie Bonneton a lu des extraits de L’art et la manière d’aborder son chef
de service pour lui demander une augmentation dans l’émission La grande
librairie, sur France 5, le 22 décembre 2011. La performance de la comédienne
a été saluée dans la chronique télévision du Monde le 24 décembre.
Georges Perec et Alain Corneau parlent du film Série Noire sur un document
filmé de l’INA disponible ici :
http://copainsdavant.com/content/georges-perec-et-alain-corneau-parlentdu-film-serie-noire-171734
Le film Un homme qui dort a été présenté à la Cinémathèque de Grenoble
le 16 janvier 2012 au cours d’une séance en présence de Bernard
Queysanne, réalisateur, accompagné par Bruno Queysanne, philosophe.
CFM Radio (« la radio Nord Midi-Pyrénées ») a diffusé une émission sur
Georges Perec le 10 janvier 2012, animée par les libraires de l’association
L’ALMA. On peut la télécharger à partir de ce lien :
http://cfmradio.fr/podcast/georges-perec-est-lauteur-du-mois/
Dans La fabrique de l’histoire (France Culture) le 23 janvier 2012, un reportage
sur les Archives nationales portait sur le dossier de la famille Bienenfeld.
Du 23 janvier au 3 février 2012 France Culture a une nouvelle fois diffusé
L’art et la manière d’aborder son chef de service pour lui demander une
augmentation sous la forme d’un feuilleton en dix épisodes.
David Bellos était l’invité de L’humeur vagabonde sur France Inter le 25 janvier
2012 pour son histoire de la traduction Le poisson et le bananier
(Flammarion, 2012). Il a parlé de la traduction de La Disparition et son propos
a été illustré par un enregistrement de Perec parlant des dictionnaires.
Dans la même émission, le 7 février 2012, le comédien Michel Robin a lu un
extrait de Penser/Classer.
Il a été question de Perec dans Les lundis de l’Histoire (France Culture, 20
février 2012). L’invité de l’émission était Ivan Jablonka et le thème « Enfants
et grands-parents dans les guerres ».
Bulletin n°60 Juin 2012 p.18
Association Georges Perec
Ivan Jablonka a également été l’invité, avec Annette Wievorka, de l’émission
Les liaisons heureuses (France Inter, 12 mai 2012) au cours de laquelle on a
pu entendre, dans une interview, Perec parler de l’emploi du « je » dans W
ou le souvenir d’enfance. Ivan Jablonka a présenté son livre, Histoire des
grands-parents que je n’ai pas eus (Le Seuil, 2012) qui porte en épigraphe
la phrase bien connue extraite de W ou le souvenir d’enfance : « L’écriture
est le souvenir de leur mort et l’affirmation de ma vie ».
J.-B. Pontalis a évoqué brièvement son expérience d’analyste de Perec
(« extrêmement marquante ») le 24 février 2012 dans Les Matins de France
Culture. Il parle de Perec dans son dernier livre, Avant (Gallimard, 2012) qu’il
a également présenté dans l’émission Du jour au lendemain (France
Culture) le 14 mars suivant.
France Culture a rediffusé du 27 au 29 février 2012 les 81 fiches cuisine à
l’usage des débutants lues par Denis Podalydès dans l’émission Lecture du soir.
Dans le premier volet de ses entretiens diffusés sur France Culture dans A
voix nue ((16 avril 2012), Marceline Loridan-Ivens a évoqué la figure du jeune
Georges Perec et a égrené son propre « Je me souviens ».
La comédienne Catherine Jacob a lu un extrait de La Vie mode d’emploi le
24 avril 2012 dans Pas la peine de crier (France Culture).
A l’occasion des 30 ans de sa disparition et de la parution de son premier
roman, le site de l’INA a mis Georges Perec à l’honneur autour d’un dossier
portrait : http://www.ina.fr/art-et-culture/litterature/dossier/2395/georgesperec.20090331.fr.html. Internet
Ce n’est pas neuf (la mise en ligne date du 10 novembre 2010) mais le blog
Paris, rue du Pressoir propose une page intéressante intitulée « Que restet-il de la rue Vilin ? »
http://ruedupressoir.hautetfort.com/archive/2010/11/10/que-reste-t-il-dela-rue-vilin.html
Le site de Marylin Rolland, plasticienne, présente une riche section consacrée
à Georges Perec.
http://marylinrolland.free.fr/Georges_Perec.html
L’écrivain belge Paul Emond livre sa lecture de La Vie mode d’emploi sur
son blog à la date du 9 novembre 2011 :
http://www.paulemond.com/article-le-personnage-dans-un-coin-dutableau-88355297.html
On trouve sur YouTube un extrait du journal télévisé d’Antenne 2 en date du
27 novembre 1978 qui comprend une interview de Georges Perec, frais lauréat
du Prix Médicis pour La Vie mode d’emploi.
http://www.youtube.com/watch?v=GcjzsBL7OIg
Sur YouTube également, on trouve un film musical de Yannis Kyriakides intitulé
The Arrest et construit à partir d’un rêve de Perec.
http://www.youtube.com/watch?v=8Q65w6K8l5o&feature=related
Sur YouTube encore, un enregistrement audio de Georges Perec lisant un
texte de Boby Lapointe.
http://www.youtube.com/watch?v=UpKAKuN5G8k
Sur YouTube toujours, Georges Perec lit des extraits de Je me souviens.
http://www.youtube.com/watch?v=TNhN77tyep8
Sur YouTube, encore et toujours, Hello, un clip de Felix Kubin sur des
images du film Un homme qui dort.
http://www.youtube.com/watch?v=kvhbKW2dOZE
Richard Barbeau présente un « jeu Perec » à cette adresse :
http://archee.qc.ca/ar.php?page=article&no=66
On trouve l’enregistrement d’une performance-adaptation de Die Maschine
en anglais à télécharger, sur http://www.mediafire.com/?xptndyhthzlh4vh
Roman Opalka est présenté comme un personnage perecquien sur le blog
de Jacques Poullaouec à la date du 12 décembre 2011.
http://poullaouec-jac.blogspot.com/2011/12/roman-opalka-1931-2011-premier
-artiste.html
Rémi Schulz a publié sur son blog Quaternité (17 décembre 2011) un billet
consacré à l’étude des lettres équidistantes dans le Psaume 119 et
Alphabets de Perec.
http://quaternite.blogspot.com/2011/12/l-heart-si-noue.html
On peut lire en ligne une entrevue de 2008 avec Guido van de Wiel au sujet
de la traduction de La Disparition en néerlandais.
http://www.linkedin.com/share?viewLink=&sid=s795085026&url=http%3A
%2F%2Flnkd%2Ein%2F2D9KR4&urlhash=eqBy&uid=555990596746373939
2&trk=NUS_UNIU_SHARE-lnk
Bulletin n°60 Juin 2012 p.20
Association Georges Perec
On peut aussi télécharger deux publications électroniques du même Guido
van de Wiel, également au sujet de La Disparition.
http://www.arbeiderspers.nl/web/Mediabank-artikel-pagina/Dossier-artikelpagina/Vertaling-t-Manco.htm
Une visite illustrée de quelques lieux perecquiens situés à Paris se trouve
sur le blog de Saskia de Brauw, mise en ligne du 28 janvier 2012.
http://sdebrauw.blogspot.com/2012/01/paris-perec-1-last-weekend-visual.html
On trouve sur le site Kef Israel le texte d’une intervention d’Esther Orner sur
Georges Perec prononcée le 14 avril 2005 à l’Université de Tel Aviv.
http://kefisrael.com/2012/02/28/georges-perec-lu-par-esther-orner/
« L’album des écrivains », livraison hebdomadaire du site de Libération en
collaboration avec l’INA, proposait le 9 mars 2012 un entretien (25 minutes,
22 mars 1976) de Georges Perec avec Viviane Forrester sur le projet « Lieux ».
http://www.liberation.fr/programmes-podcasts/040138-album-des-ecrivains
Nathalie Crom revient sur l’œuvre de Georges Perec sur Télérama radio :
http://www.telerama.fr/livre/j-aime-mieux-lire-82-special-georges-perectrente-ans-apres-sa-mort,78744.php
Le site curiosphère.tv (« Dossiers et vidéos au service des acteurs éducatifs »)
propose un dossier Georges Perec à l’occasion du 30e anniversaire de sa mort.
http://www.curiosphere.tv/ressource/27636-vie-et-uvre-de-georges-perec
Le site du Cercle Gallimard de l’enseignement proposait aux internautes de
compléter, jusqu’au 15 avril 2012, l’appareil de notes de Quel petit vélo….
paru en 2011 dans la collection Folioplus classiques. Selon Jacques Gaudier,
qui en a relevé plusieurs, certaines corrections concernant les notes existantes
ne seraient pas non plus malvenues.
http://www.cercle-enseignement.com/Lycee/Toute-l-actualite/Quel-petitvelo-a-guidon-chrome-au-fond-de-la-cour-de-G.-Perec-envoyez-nousvos-contributions-!
Nouveauté sur le site de l’Association, à la rubrique « Le cabinet d’amateur »,
http://www.associationgeorgesperec.fr/spip.php?rubrique12 :
- un article d’Eric Lavallade sur La Boutique obscure. Il s’agit d’une version
remaniée de la conférence « Lieux Obscurs, parcours biographiques et
autobiographiques dans La Boutique Obscure entre 1967 et 1973 », donnée
au Séminaire Georges Perec le samedi 12 mars 2005.
Le site akadem propose une conférence filmée de Nelly Wolf-Kohn sur « La
cicatrice de Perec ou le visage de l’exil » datant de mai 2006.
http://www.akadem.org/sommaire/colloques/panim-pnim-l-exil-prend-ilau-visage-/la-cicatrice-de-perec-ou-le-visage-de-l-exil-18-07-20066701_4187.php
Une interview sur La Disparition avec Marcel Bénabou, Marisol Arbués et
Hermes Salceda datant du 30 avril 2012 et diffusée sur une radio espagnole
est disponible sous ce lien : http://www.rtve.es/alacarta/audios/emisionen-frances/emission-francais-ci/1393330/
Une note d’écriture sur le « tu » chez Geroges Perec et Pavese sur le site
Feuilles de route de Thierry Beinstingel, mise en ligne le 9 mai 2012 :
http://www.feuillesderoute.net/notesecriture.htm
Michèle Audin a composé « to sleepe perchance to dreame (un homme qui
rêve) », la version de Hamlet écrite pour les journées de la société
Shakespeare, à la fois joséphine et sextine, très inspirée, comme son titre
l’indique, d’Un homme qui dort et que l’on trouve ici :
http://www-irma.u-strasbg.fr/~maudin/Hamlet.pdf
Sergio Aquindo, qui eut à dessiner un portrait de Perec pour Le Monde,
évoque brièvement cette expérience sur son blog le 11 mai 2012 :
http://sergioaquindo.blogspot.fr/
Signalons enfin l’ouverture, en décembre 2011, du site de Roland Brasseur
qui contient une section Perec consacrée à Je me souviens.
https://sites.google.com/site/rolandbrasseur/
Références et hommages
Le cabinet des jeux de Marguerite Chaudoreille et Lucien Bittancourt
(Fleurus, 2011) contient p. 100 un quiz dans lequel il faut retrouver l’auteur
d’Un cabinet d’amateur.
Perec/rinations apparaît dans la petite liste d’ouvrages accompagnant l’article
« Jouer aux solitaires » de Denis Huë paru dans le dossier du Magazine littéraire
(n° 510, juillet 2011) consacré à la solitude.
Le site du magazine Le Point a publié le 12 novembre 2011 un article intitulé
« Le sport européen à l’heure nazie » qui mentionne W ou le souvenir d’enfance.
Il s’agit de la présentation de l’exposition « Le sport européen à l’épreuve du
nazisme, des JO de Berlin aux JO de Londres (1936-1948) » qui s’est tenue
au Mémorial de la Shoah (Paris) jusqu’au 18 mars 2012.
Bulletin n°60 Juin 2012 p.22
Association Georges Perec
Grock raconté par Grock : une vie de clown (Héros-Limite, 2011) reprend en
quatrième de couverture le « Je me souviens » n° 232 : « Je me souviens du
clown russe Popov et du clown suisse Grock ».
Dans le DVD L’Oulipo court les rues (de Paris) (P.O.L., 2012), 31 films d’Odile
Fillion présentent dix des membres de l’Oulipo qui « se sont amusés à se
promener dans les rues de Paris, en élisant une ou plusieurs rues pour
laquelle ou lesquelles ils éprouvaient un intérêt ou une attirance particuliers. »
C’est la rue Georges-Perec qui est le sujet du texte de Marcel Bénabou. On
peut voir quelques images des lieux visités sur YouTube :
http://www.youtube.com/watch?v=HUuDeoSLq2E
Le site de l’Edmonton Journal en date du 10 décembre 2011 fait état d’un
livre de Roberto Bolano, « A Stroll Through Literature », une série de rêves
dans lesquels apparaît Georges Perec enfant. Ce poème figure dans le
volume Tres, traduit en anglais (New Directions Publishing Corporation, 2011).
Télérama du 21 décembre 2011 publie une critique rapide du florilège des
entretiens de Georges Perec, En dialogue avec l’époque.
Perec est cité dans le livre de Gérard Durand, Le palidromnibus (Les dossiers
d’Aquitaine, 2012).
Dans Dro Fanzine n° 1 (hiver 2012, recueil d’œuvres graphiques par Pascal
Tessier) la page 28 (deux grandes cases BD) est un hommage à Georges
Perec avec un portrait et une citation tirée de 53 jours : « La vérité que je
cherche n’est pas dans les livres, mais entre les livres. Il faut lire entre les
livres comme on lit «entre les lignes». »
La Quinzaine littéraire n° 1054 (1er-15 février 2012) publie une critique des
Cahiers de l’Herne consacrés à Patrick Modiano. La fin de l’article évoque la
parenté Modiano – Perec : « On n’en finirait pas d’établir des liens entre eux. »
Selon le site du Figaro littéraire (15 février 2012), « dans l’introduction [à son
livre Petit dictionnaire des mots qui ont une histoire, Texto, 2012], Gilles
Henry s’amuse à écrire un récit d’une cinquantaine de lignes sous forme de
clin d’œil à Boris Vian, Raymond Queneau et Georges Perec. »
Olivier Cadiot signe un texte sur La Vie mode d’emploi dans la rubrique «
Mon poche de chevet » du Monde des livres en date du 24 février 2012.
Trois (Christian Bourgois, 2012), de Roberto Bolano, comprend « Un tour
dans la littérature, 57 fragments » dont la plupart commencent (à la manière
de Je me souviens) par « J’ai rêvé ». Le premier et le dernier mettent en scène
Georges Perec à l’âge de trois ans.
Libération (3-4 mars 2012) a repris dans sa rubrique « Les archives de Libé »
un texte de Gérard Dupuy datant du 5 mars 1982 en hommage à Georges Perec.
Selon un communiqué de presse, Absurdus, spectacle de danse de Jérôme
Ferron et Frédérike Unger donné au Théâtre de Vanves (Hauts-de-Seine) le
6 mars 2012 s’inspire « des œuvres de Marcel Duchamp, des écrits de
Georges Perec et du fameux « Less is more » de Mies Van der Rohe. »
On trouve une référence à Georges Perec en pages 20 et 21 de la plaquette
du spectacle présenté du 21 mars au 19 avril 2012 au Théâtre National de la
Colline (Paris) : « Les Autonautes de la cosmoroute », création collective
d’après l’œuvre de Julio Cortázar et Carol Dunlop.
Le premier chapitre de Paris est un leurre, de Xavier Boissel (éditions
Inculte, 2012) est intitulé « Tentative d’épuisement d’un leurre parisien » et
s’ouvre par une citation extraite d’Espèces d’espaces.
Le livre d’Hervé Le Tellier Joconde jusqu’à cent et plus si affinités (Le Castor
Astral, 2012) contient page 111, Le point de vue de Georges Perec (lipogramme
en e).
PLUS ANCIEN
Dans le catalogue de l’exposition consacrée à Arman à la Galerie Nationale du
Jeu de Paume (éditions Réunion des musées nationaux, 1998), dans l’article de
Raymonde Moulin « De l’Objet à l’œuvre », les Portraits Robots d’Arman sont
présentés comme une illustration anticipée des Choses.
L’historien et le film, un livre de Christian Delage et Vincent Guigneno (Folio
histoire, 2004) contient un entretien avec Robert Bober (p. 249 et suivantes)
qui parle de sa collaboration avec Perec sur Récits d’Ellis Island et sur son
film En remontant la rue Vilin.
Des extraits d’Ellis Island, W ou le souvenir d’enfance et La Boutique obscure
figurent sur le dossier de presse de L’enfant rêve, une pièce de Hanokh Levin
donnée au Théâtre National de Strasbourg en 2006.
Georges Perec et Les Choses sont mentionnés au détour d’une phrase (p. 104)
dans l’édition au Livre de poche de Bel de nuit, Gerald Nanty d’Elisabeth Quin
(Grasset, 2007).
Bulletin n°60 Juin 2012 p.24
Association Georges Perec
Georges Perec fait une apparition dans Le Journal d’Aurélie Laflamme,
tome 4 : Le monde à l’envers (Les intouchables, 2007).
Je me souviens : Beyrouth, un livre de Zeina Abirached (éditions
Cambourakis, 2008) contient, à la dernière page, un dessin de la tête de
Perec en illustration d’un de ses Je me souviens.
Le dictionnaire C’est comme les cheveux d’Eléonore : Expressions du français
quotidien de Charles Bernet et Pierre Rézeau (Balland, 2010) cite Perec
parmi les auteurs recensés. Les références sont tirées de Série noire et de
Cher, très cher, admirable et charmant ami. Ainsi sont mentionnées les
expressions suivantes, tirées de ce volume de correspondance :
- « Au cul la vieille c’est le printemps », p.221, corresp. p.304
- « Parcourir un journal d’une fesse distraite », p.311, corresp. p.394
- « Silence, la queue du chat balance », p.737, corresp. p. 395
Varia
Une question sur La Disparition a été posée lors de l’émission du Jeu des
mille euros sur France Inter, le 15 novembre 2011.
Jonathan Parienté présente sur son blog à la date du 18 novembre 2011 une
« Tentative d’épuisement d’un lieu montpelliérain » placée sous l’égide de
Georges Perec.
http://montpellier.blog.lemonde.fr/2011/11/18/tentative-depuisement-dunlieu-montpellierain/
Une phrase de La Disparition (« Il y avait toujours un «Ca» pour garantir un
«Quoi»… » figure dans l’Agenda 2012 de la Pléiade, édité par Gallimard,
pour illustrer la semaine du 2 au 8 janvier.
La perte du triple A par la France au mois de janvier 2012 a inspiré nombre
de caricaturistes, blogueurs, chroniqueurs et billettistes qui n’ont pas manqué
de noter la valeur lipogrammatique de l’événement en référence à l’œuvre
de Georges Perec. Citons par exemple la chronique de Patrick Besson sur
le site du magazine Le Point intitulée « La disparition du A, par Georges
Perec » en date du 16 janvier 2012 (et reprise en volume dans La présidentielle :
Pastiches, Grasset, 2012), celle de Grégoire Leménager qui imagine les
réactions de Rimbaud, Perec, Flaubert et Dada sur le site du Nouvel
Observateur (14 janvier).
L’actrice Sophie Desmarets est morte le 13 février 2012, à 89 ans. Elle figurait
dans Je me souviens au n° 207 : « Je me souviens que quand Sophie, Pierre et
Charles faisaient la course, c’est Sophie qui gagnait, car Charles traînait, Pierre
freinait, alors que Sophie démarrait. » Roland Brasseur nous a communiqué la
liste des disparus de Je me souviens au cours de l’année 2011 :
380 – Madame Nhu, ex-première dame de l’ex-Vietnam Sud, le 24 avril 2011
455 – Franck Fernandel, fils de, musicien, comédien et homme de lettres,
nuit du 7 au 8 juin 2011
272 – Roland Petit, danseur et chorégraphe, le 10 juillet 2011
82 – Robert Lamoureux, comédien, le 29 octobre 2011
21 – Roland Dubillard, alias Grégoire, comédien et homme de lettres, le
14 décembre 2011.
Le coiffeur Vidal Sassoon (nommé Vidal Sasoon dans le n° 398) les a
rejoints, le 9 mai 2012.
La liste des personnes vivantes de Je me souviens figure sur le site de
Roland Brasseur :
https://sites.google.com/site/rolandbrasseur/3—-autour-du-je-me-souviensde-georges-perec
Le documentaire « Sainte-Marthe ou l’esprit du lieu » de Christian Rosset et
Nathalie Battus, diffusé le 10 avril 2012 dans l’émission Sur les docks
(France Culture), était dédié à Georges Perec.
Le Condottière figurait à la 7e place du classement Datalib des ventes de
livres publié par Libération le 8 mars 2012, à la 40e place des meilleures
ventes de romans dans Livres Hebdo pour la semaine du 27 février au 4
mars (37e la semaine suivante, 47e en 3e semaine), à la 6e place du
Palmarès L’Express/Tite-Live pour la semaine du 28 février au 4 mars, à la
9e place sur le blog de la SFL pour la semaine du 2 au 9 mars.
Christophe Verdon a créé en série limitée, pour l’anniversaire de la mort de
Perec, une plaque émaillée, signée et numérotée, type Ville de Paris, disponible en souscription et visible ici :
http://www.damnedesign.com/Perec/Plac_G_ORG_S_P_R_C.png
Le court métrage qui prend comme point de départ Species of Spaces (version
anglaise d’Espèces d’espaces) a obtenu le premier prix du concours 2011
organisé par SMIBE (The Society for Moving Images about the Built
Environment).
L’université Paris Est Marne-la-Vallée a demandé l’autorisation de nommer
sa nouvelle bibliothèque : Bibliothèque Georges-Perec.
Bulletin n°60 Juin 2012 p.26
Association Georges Perec
On a renoncé depuis longtemps ici à recenser les articles et autres billets
dans lesquels le nom de Perec est affublé d’un accent aigu qui n’existe pas.
Signalons tout de même, car c’est un record dans le genre, que le site Tous
poètes ! propose une courte biographie de… Georges Pérèc.
Perec s’est invité dans la récente campagne électorale pour les élections
présidentielles. D’abord sous la plume d’Erik Izraelevicz qui, dans son éditorial
du Monde (20 avril 2012), estime que « comme dans le roman de Georges
Perec La Disparition, les prétendants à l’Elysée ont finalement raconté une
histoire sans «e» [aux Français]. » Les « e » manquants sont ceux des mots
emploi, Europe et environnement. Puis dans un article de Denis Jeambar sur
François Hollande dans Marianne n° 783 (23-27 avril 2012) : « Il faut rechercher
le mystère de la probable victoire élyséenne de François Hollande dans La vie
mode d’emploi de Georges Perec », incipit suivi d’un portrait de M. Hollande en
concepteur de puzzle. Immédiatement après l’élection, le site Rue89 a proposé
a ses visiteurs de composer leur « Je me souviens du quinquennat de Sarkozy
» et ce « en gardant le même ton que Perec » :
http://www.rue89.com/rue89-presidentielle/2012/05/06/aidez-nous-completernotre-je-me-souviens-du-quinquennat-de-sarkozy
L’artiste Aranthell présente du 16 mai au 31 août 2012 à Uffholtz (Haut-Rhin)
une exposition intitulée « Histoire avec une grande Hache ». Elle reprend
dans ses œuvres « la notion d’infra-ordinaire imaginée par Georges Perec » et
fait sienne cette réflexion de l’auteur : « Comment rendre compte, interroger et
décrire » les éléments communs ?
PLUS ANCIEN
Dans une scène d’Imposture, film de Patrick Bouchitey (France, 2005), on voit
un professeur d’université interrogé par un policier au sujet de la disparition
d’une étudiante avec laquelle il avait rendez-vous. Le policier demande la
raison de ce rendez-vous. Réponse du professeur : « Nous devions parler
d’un travail d’écriture à partir des Infrasons de Georges Perec. » Une œuvre
énigmatique s’il en est.
Dans Le plus mauvais groupe du monde, bande dessinée de José Carlos
Fernandes (éditions Cambourakis, 2009), il est question du prix Perek de
pataphysique (censé récompenser des inventions révolutionnaires tels le
mesureur de consistance de la moutarde ou bien le mesureur de résistance
à la rupture des biscuits). On y trouve aussi une usine de puzzles dont le
directeur, Théophile Zwyck, déclare que pour chaque puzzle une pièce est
délibérément oubliée. Un autre personnage se nomme Cécilia Pretzel. Perec
est d’ailleurs nommément cité parmi les auteurs ayant inspiré cette BD (p. 8).
Documents
Dominique Bertelli nous signale :
Dans un article intitulé « L’horizon autobiographique de Georges Perec :
l’épisode yougoslave » (publié dans Filoloski pregled – Revue de philologie,
2008, vol. 35, n° 1-2, p. 67-76, Belgrade), Jelena Novakovic (traductrice des
Choses en serbe, 2011) signale en note un article de Georges Perec dont
voici les références :
Zorz Perek, « Francusko javno misljenje i rat u Alziru », Pregled, 1957, n°
9,p.163-167.
Présentation par l’auteure : « Pendant son premier séjour en Yougoslavie,
Perec a rédigé un article sur «L’opinion publique en France et la guerre
d’Algérie», que son ami Zarko Vidovic a traduit en serbe et qui est publié
dans la revue Pregled et, comme on lit dans sa lettre à Jacques Lederer du
2 [sic, lire 26] août 1957, pendant son premier séjour en Yougoslavie, il s’est
engagé à écrire encore deux articles sur les événements politiques en
France et six articles sur le théâtre pour la revue Izraz, mais ces articles,
apparemment, n’ont pas été écrits. » (p. 68)
A propos de cet article retrouvé, voir aussi Correspondance Perec/Lederer, p.40.
Dominique Bertelli a contacté Jelena Novakovic afin d’avoir quelques précisions
sur cette belle découverte, et si possible une photocopie de l’article. A sa
connaissance, aucune bibliothèque française ne possède une collection
complète de la revue Pregled, créée en 1957.
Bibliophilie
Un article de Colette Sabarly sur le site du journal Les Echos (16 décembre
2011) fait état d’une « édition en grand papier (édition limitée) de La Vie mode
d’emploi, de Georges Perec, [qui] s’est récemment vendue 20 000 euros ».
Une édition originale des Choses avec envoi de l’auteur était proposée à 700
euros par la librairie Le feu follet (Paris).
On vendait en janvier 2012 à BRAFA, la foire des antiquaires de Bruxelles La
Vie mode d’emploi, un des 21 premiers exemplaires sur vergé d’Arches, avec
étui de Devauchelle, chez Lardanchet (Paris) pour 35 000 €.
Bulletin n°60 Juin 2012 p.28
Association Georges Perec
Carnet
Gilbert Adair, qui traduisit en anglais La Disparition sous le titre A Void en
1994 est mort le 8 décembre 2011.
Le metteur en scène, acteur, formateur et directeur de théâtre Jean Guerrin
est mort le 11 avril 2012, à l’hôpital de Bondy (Seine-Saint-Denis). Il avait 77
ans. En 1982, Jean Guerrin avait mis en scène La Vie mode d’emploi
(Georges Perec s’était impliqué dans le projet) dans un immeuble promis à
la démolition, sur la place de Croix-de-Chavaux à Montreuil (Seine-SaintDenis). Dans chaque pièce, chaque appartement, des comédiens jouaient le
texte de Perec et les spectateurs voyageaient de l’un à l’autre.
Appel à contributions
A la suite des numéros 9 (« Le Cinématographe »), 10 (« Perec et l’art
contemporain ») et 11 (« Filiations perecquiennes »), qui avaient permis de
mesurer le rapport de Perec à diverses pratiques extra-scripturales
(cinéma, arts plastiques, musique) ou sa résonance dans l’art et la littérature
d’aujourd’hui, le numéro 12 des Cahiers Georges Perec (« Topographies,
architextures. Espèces d’espaces perecquiens ») souhaiterait interroger la
fécondité du travail perecquien sur l’espace et la manière dont il innerve
actuellement certaines parts de ce que l’on pourrait appeler les sciences et
arts de l’espace (géométrie, topologie, géographie, topographie, cartographie,
architecture, urbanisme, arts de la ville, typographie…) ou y trouve résonance.
Les propositions d’articles (d’une quinzaine de lignes maximum) accompagnées
d’une bio-bibliographie devront être envoyées à Danielle Constantin
(constantin.danielle@hotmail.com), Jean-Luc Joly (jljoly@neuf.fr) ou
Christelle Reggiani (christelle.reggiani@gmail.com). Celles qui seront retenues
fin juin 2012 par le comité éditorial feront l’objet d’articles à remettre avant
la fin de l’année 2012 (clôture du sommaire au 31 décembre 2012). Le
volume paraitra courant 2013.
Merci
Les personnes suivantes nous ont adressé des renseignements pour la
constitution de ce Bulletin ou des documents qui ont rejoint notre fonds :
Michèle Audin, Eric Beaumatin, Nicolas Beaumatin, Thierry Beinstingel,
Marcel Bénabou, Dominique Bertelli, Ela Bienenfeld, Nicolas Boissier,
Roland Brasseur, Bernard Bretonnière, Claude Burgelin, Alain Chevrier,
Pierre Cohen-Hadria, Jean Colombani, Danielle Constantin, Denis Cosnard,
Raoul Delemazure, Federica Di Blasio, Christophe Didion, Gérard Durozoi,
Rachel Easterman-Ulmann, Jacques Gaudier, Garance Gérard, Isabelle
Gourdin, Françoise Granger, David Gugenheim, Grégory Haleux, Maryline
Heck, Francis Henné, Jean-Luc Joly, Eric Lavallade, Marc-Gabriel Malfant,
Manet van Montfrans, Jean-Michel Pochet, Catherine Pomparat, Christelle
Reggiani, Anne Roche, Hermes Salceda, Jean-Pierre Salgas, Frédéric
Schmitter, Rémi Schulz, Raphaël Trantoul, Alain Valette, Christophe Verdon,
Alain Zalmanski.
Assemblée générale
Association Georges Perec
Procès-verbal de l’Assemblée générale ordinaire
du 14 janvier 2012
Sous la présidence de Marcel Bénabou et en présence de M. Bruno
Blasselle, directeur de la Bibliothèque de l’Arsenal, l’Assemblée générale
est ouverte à 15h dans le salon de la Bibliothèque.
Le président remercie Bruno Blasselle et la Bibliothèque de l’Arsenal pour
l’accueil réservé à l’Association. Il évoque le décès récent de Bianca Lamblin,
membre de l’Association et de son Conseil d’administration depuis
sa fondation. Il exprime les pensées affectueuses de tous en cette occasion à
destination de la défunte et de sa famille et invite à un moment de recueillement.
Il présente ensuite les excuses d’Ela Bienenfeld qui transmet aux membres
de l’Association ses regrets de ne pouvoir être présente et ses amitiés. Les
absences de Hans Hartje et de Bernard Magné sont également excusées.
En réponse aux remerciements du Président, Bruno Blasselle prononce
quelques paroles de bienvenue, présente ses vœux pour la nouvelle année
et dit son plaisir de voir réunie une nouvelle fois notre assemblée dans les
salons de sa Bibliothèque. Il fait le point sur les travaux en cours dans le
bâtiment (qui avancent bien) et présente ceux à venir. Il invite le bureau de
l’Association à lui faire part de tout problème rencontré et termine en se
réjouissant de nous voir réunis si nombreux pour cette Assemblée générale.
L’ordre du jour proposé sur la convocation est ensuite adopté sans modification.
1. Jean-Luc Joly, secrétaire, présente le rapport administratif et moral
Bulletin n°60 Juin 2012 p.30
Association Georges Perec
Secrétariat
Il a été assuré par le secrétaire avec l’aide de Marie Bonnot (jusqu’aux
vacances d’été) puis de Raoul Delemazure (depuis) qui doivent en être
chaleureusement remerciés. Les aides régulières ou ponctuelles de
Paulette Perec, Christelle Reggiani et Danielle Constantin ont été appréciées.
Entre le 27 janvier et le 15 décembre 2011 ont été tenues 41 permanences,
au cours desquelles ont été accueillis 57 visiteurs (sans compter les visites
amicales, de courtoisie et les répétitions) se répartissant en 24 chercheurs
et 33 « autres » (soit une moyenne qui ne veut rien dire de 1,39 visiteur par
permanence – mais dans la réalité, la fréquentation va de 0 à 7).
Parmi les chercheurs, nous avons reçu (par ordre décroissant de représentation
nationale combiné à l’ordre alphabétique pour les fréquences égales) : six
Italiennes (mais pas un seul Italien) ; cinq Français ; trois Américains ; un
Anglais ; une Chinoise (de Taïwan) ; une Espagnole ; un Franco-Australien ;
un Israélien ; un Japonais ; une Néerlandaise ; une Polonaise ; une Roumaine ;
une Suisse.
Les « autres » étaient venus pour recevoir une aide, entre autres :
– dans la création d’un salon de thé littéraire devant prochainement
ouvrir à Paris avec un cycle de conférences-rencontres sur Perec
– dans divers projets théâtraux (du Théâtre Juif de Stockholm autour
d’Ellis Island et de W ou le souvenir d’enfance ; d’un Centre Culturel polonais
de Lublin autour de Perec ; d’une troupe de Genève autour de l’Infra-ordinaire)
– nous attendons des nouvelles de ces projets !
– dans la traduction d’Un petit peu plus de quatre mille poèmes en
prose pour Fabrizio Clerici en allemand
– dans la réalisation d’une table ronde sur les traductions de La
Disparition
– dans la réalisation d’une manifestation de lectures de textes de
Perec à l’occasion du trentième anniversaire de sa disparition
– dans l’hypothèse de la réalisation d’un film sur Perec ou sur les
Perecquiens
– dans la recherche de grilles de mots croisés inédites ou non de
Perec à éditer ou rééditer
– dans la reconstitution de la correspondance croisée entre Perec et
Eugen Helmlé
– dans la recherche de photos pour des couvertures de livres ou des
illustrations de manuels
– dans la recherche de textes scientifiques de Perec pour le blog
d’un spécialiste des coraux
etc.
Sinon, le secrétariat a continué :
– de gérer le Fonds Georges Perec avec l’aide des ayants-droit pour
la consultation microfilmée ou le prêt de documents
– de gérer la bibliothèque de l’Association qui reçoit très régulièrement
publications, livres, articles, mémoires, thèses et matériaux divers à
« penser/classer »
– de mettre en ordre et en fiche la « réserve » de l’Association sous
la direction de Paulette Perec et dans la continuité du travail entrepris avec
Bernard Magné
– d’envoyer des photocopies d’articles ou de passages d’ouvrages à
des personnes ne pouvant se déplacer à Paris
– de « trier/classer/jeter » divers encombrants qui saturent les
rayonnages des aîtres de l’Association (prochainement une « opération
Augias » devrait être organisée et un appel à quelques bonnes volontés
complémentaires sera lancé)
– de penser à transférer de son vieil ordinateur Macintosh vers un
PC plus récent les divers fichiers vitaux qui s’y trouvent avant que ceux-ci ne
soient plus accessibles
– de répondre aux nombreux appels téléphoniques et courriels qui
parviennent chaque semaine à l’Association !
Publications
Elles ont été nombreuses cette année :
– les rééditions et traductions d’œuvres de Georges Perec sont
régulières (avec une mention spéciale cette année pour L’Augmentation
dont le succès est peut-être à mettre en relation avec la crise économique
actuelle). La publication du Condottière par les Editions du Seuil (dans la
collection « La Librairie du XXIe siècle » avec une préface de Claude
Burgelin) est imminente. Aux Editions Le Bleu du Ciel est paru en décembre
56 lettres à un ami (édition assurée et préfacée par Claude Burgelin)
– Pour la critique littéraire, il faut signaler la parution :
> du numéro 51 (juin 2011) de la revue Roman 20-50 intitulé Georges Perec.
Les Choses et Un homme qui dort, coordonné par Florence de Chalonge et
Christelle Reggiani
> des Cahiers Georges Perec n° 11 (sous la direction de Maryline Heck) en
novembre au Castor Astral, intitulés Filiations perecquiennes et consacrés
aux héritiers littéraires de Perec
> du numéro 993-994 (janvier-février 2012) de la revue Europe consacré à
Georges Perec
> Une mention spéciale pour la parution, début 2011, du splendide catalogue de
l’exposition Pere(t)c à l’Institution Luis Seoane de La Corogne, en Espagne.
Bulletin n°60 Juin 2012 p.32
Association Georges Perec
En projet : deux numéros au moins des Cahiers Georges Perec : l’un consacré
à la question de l’espace chez et en lien avec Georges Perec, dirigé par
Danielle Constantin, Jean-Luc Joly et Christelle Reggiani ; l’autre consacré
à la traduction, dirigé par Maria-Eduarda Keating et Eric Beaumatin.
Nous ne savons pas si le projet de numéro consacré aux Hörspiele et à la
radio, dirigé par Hans Hartje, est toujours d’actualité.
De façon plus lointaine, pourrait être envisagée une suite aux Filiations
perecquiennes consacrée aux écrivains étrangers. L’idée d’un Cahier
d’entretiens avec divers témoins de la vie de Georges Perec pourrait être
également discutée. La correspondance entre Perec et Eugen Helmlé
actuellement réunie par l’AGP (et qui pourrait être publiée prochainement
en allemand sous l’égide de la radio sarroise), pourrait faire l’objet, pour sa
« version » française, d’un numéro des Cahiers.
A priori, les prochains numéros des Cahiers Georges Perec devraient continuer
d’être publiés par le Castor Astral, pourvu qu’une grande partie du travail
technique d’édition du texte soit assurée en amont par les éditeurs des
volumes. Le secrétariat de l’AGP va constituer un index des bibliothèques
susceptibles d’être intéressées par les Cahiers de façon que le Castor Astral
puisse leur faire une proposition d’achat des volumes encore disponibles. D’une
manière générale, notre publication est trop peu présente en bibliothèque. Cet
index pourrait être ensuite étoffé avec les coordonnées d’autres établissements
ou institutions susceptibles du même intérêt (établissements portant le nom de
Perec par exemple ; institutions en lien avec le judaïsme ; groupes de recherche
sur la littérature moderne…).
Séminaire, colloques, expositions
Le séminaire s’installe sous sa forme actuelle d’une journée d’études à
l’Université de Lille sous la direction de Christelle Reggiani. Celle de 2011
s’est déroulée le samedi 7 mai avec des présentations de travaux en cours
sur l’œuvre de Perec assurées par de jeunes chercheurs. Certaines des
communications prononcées lors de cette journée ont été mises en ligne sur
le site de l’AGP à la rubrique Le Cabinet d’amateur. La prochaine séance aura
lieu le samedi 2 juin 2012, toujours à l’université de Lille (son programme est
d’ores et déjà connu et le séminaire se tiendra parallèlement à diverses
manifestations dédiées à Harry Mathews ainsi qu’à des lectures oulipiennes
organisées par l’association Zazie mode d’emploi).
Un colloque intitulé Georges Perec artisan de la langue s’est tenu à l’université
de Nancy les 19 et 20 mai 2011 sous la direction de Christelle Reggiani et
Véronique Montémont.
Lors du colloque consacré aux cinquante ans de l’Oulipo organisé par JeanJacques Thomas à l’Université de Buffalo (Etats-Unis), il a naturellement été
beaucoup question de Perec.
Publications d’actes attendues pour ces deux colloques dans l’année.
l’AGP a participé à trois expositions concernant en partie Perec en prêtant,
avec l’accord des ayants-droit, divers documents : quelques feuillets manuscrits
du scénario de Série Noire pour l’exposition Richard Prince : American
Prayer à la BNF (de mars à juin) ; le manuscrit de « Roussel et Venise » pour
l’exposition Locus Solus. Impressions of Raymond Roussel au Musée Reina
Sofia de Madrid (en cours jusqu’en février ; l’exposition sera ensuite montrée à
Porto, au Musée Serralves d’avril à septembre) – à noter qu’un très beau
catalogue est paru pour l’occasion ; divers documents (dont de nombreuses
traductions de La Disparition) pour l’exposition L’Oulipo à 50 ans au
Karpeles Manuscript Library Museum de Buffalo (en parallèle au colloque).
Site de l’AGP
Il continue de très bien se porter et selon son animatrice, Danielle
Constantin, sa fréquentation est soutenue (elle a doublé cette année ; sont
surtout consultés les bulletins mis en ligne, la rubrique du Cabinet d’amateur
et celle des actualités). On y trouve désormais, entre autres, la collection
numérisée des bulletins de l’AGP (hors le dernier numéro qui n’est mis
en ligne que six mois après sa parution), diverses rubriques (concernant
l’actualité, le séminaire ou les Cahiers Georges Perec par exemple), le catalogue
de la bibliothèque de Perec établi par Paulette Perec et Eric Beaumatin, et,
dans la rubrique Le Cabinet d’amateur, des articles ainsi que la bibliographie
des études perecquiennes établie par Christelle Reggiani et qui prend la
suite de celle publiée par livraisons dans les Cahiers Georges Perec
jusqu’au numéro 10. Un lien avec les archives du premier Cabinet d’amateur
électronique permet également d’avoir accès à une quinzaine d’articles.
Il faut, une nouvelle fois, féliciter Danielle Constantin pour la qualité de ce
site qui dote l’Association d’un outil performant et lui assure une carte de
visite particulièrement attractive.
Bulletin n°60 Juin 2012 p.34
Association Georges Perec
Bulletin
Le numéro n° 59 vient d’être envoyé. Il est le résultat du travail minutieux et
efficace de Philippe Didion, son rédacteur en chef, et de Rachel EastermanUlmann qui le met en page. Qu’ils soient ici, une nouvelle fois, chaleureusement
remerciés au nom de l’Association. Paulette Perec a pris contact avec le
Directeur de la Bibliothèque de l’Arsenal, Bruno Blasselle et avec l’atelier
pour que soit menée à bien la reliure de la collection papier des bulletins de
l’AGP suggérée depuis plusieurs années par Danielle Constantin et Eric
Beaumatin.
Projets
2012 sera l’année du trentième anniversaire de la disparition de Georges
Perec. Un certain nombre de projets sont déjà en cours. Le Jeudi de l’Oulipo
du mois de mars (le 22), à la BNF, sera consacré en partie à Georges Perec ;
la manifestation toulousaine Le Marathon des mots (qui consiste en lectures
d’œuvres littéraires confiées à des acteurs et des actrices de renom,
sur plusieurs jours, en avril et en juin) fera une très large place à Perec.
La Radio sarroise consacrera une émission d’hommage à Georges Perec
(particulièrement – mais pas seulement – à travers sa relation avec Eugen
Helmlé) à la fin du mois de février (des entretiens ont été réalisés
avec Paulette Perec et Jean-Luc Joly – sur Perec, l’AGP et la recherche
perecquienne actuelle – pour cette émission). D’autres manifestations prendront
probablement forme dans les semaines ou les mois à venir.
L’AGP a contacté le Centre d’Art et de Culture Georges Pompidou pour lui
suggérer la tenue d’une manifestation consacrée à Georges Perec, en lien ou
non avec cette année de commémoration. Il s’agirait de prendre appui sur les
trois derniers numéros des Cahiers Georges Perec pour évoquer la résonance
de l’œuvre perecquienne dans la création contemporaine (cinématographique,
plastique, musicale, littéraire). En raison de la polyvalence du Centre et des
liens que Perec a entretenus avec lui au moment de sa création, semblable
projet pourrait légitimement intéresser cette institution. Un courrier accompagné
d’un exemplaire des trois derniers Cahiers a été remis au Président du
Centre Pompidou, Alain Seban, dont nous attendons réponse.
2012 sera aussi l’année du trentième anniversaire de la création de
l’Association Georges Perec (fondée en décembre 1982). Pour le célébrer
dignement, nous lançons un appel à idées pour une manifestation amicale
qui pourrait se tenir le 12/12/12.
Enfin, à la fin du mois de mars, une manifestation consacrée conjointement
à Cortázar et à Perec aura lieu à Buenos Aires ; y participeront Danielle
Constantin et Marcel Bénabou. Elle sera accompagnée d’une exposition sur
Perec au Centre Culturel Français.
Au total, une année fort riche, tant sur le plan éditorial que sur celui des
manifestations ; mais aussi une année de continuation d’un travail de fond
pour mettre l’œuvre de Georges Perec et ce qu’elle inspire à la disposition
de tous les intéressés.
Ce rapport est adopté à l’unanimité.
2. Danielle Constantin, trésorière, présente le rapport financier.
Encore une fois, nos finances sont demeurées saines : le montant de nos
revenus a dépassé celui de nos dépenses. Voir ci-dessous le tableau du
Rapport financier pour l’année 2011.
Si on examine les chiffres du bilan, on remarque tout d’abord une augmentation
notable (35 %) du montant des cotisations en comparaison avec l’année
précédente. Cette augmentation est probablement due à un rappel inclus
dans les deux bulletins envoyés au cours de l’année et à une activité accrue
de l’Association. Or le montant de 2 230 euros, bien que respectable, ne
représente que l’apport de 68 membres, ce qui est peu eu égard à l’esprit
associatif. Je propose donc d’envisager différentes activités pour recruter de
nouveaux membres et de réviser le montant des cotisations. À ce point, une
discussion est engagée avec l’Assemblée et il semble y avoir un consensus
pour maintenir la cotisation normale à 30 euros, mais en diminuer le montant
pour les étudiants, chômeurs ou autres personnes qui en feraient la
demande (soit 10 ou 15 euros). Ceci sera discuté lors de la prochaine
assemblée du CA et pourrait devenir officiel pour l’année 2013. D’autres
activités en vue du recrutement de nouveaux membres sont aussi proposées.
On remarque également une activité accrue de la cession de publications
aux membres. En effet, le secrétariat actuel est très actif dans ce domaine
et ce service semble être très apprécié par bon nombre de nos membres et
visiteurs.
Nous n’avons pas rencontré cette année de dépenses extraordinaires. Nous
avons envoyé deux bulletins (les numéros 58 et 59), offert des cadeaux à nos
précieux bénévoles (Jean-Luc Joly, Marie Bonnot, Raoul Delemazure et
Philippe Didion) et défrayé les coûts annuels pour la maintenance de notre
site Internet et la location du serveur informatique qui l’héberge.
Bulletin n°60 Juin 2012 p.36
Association Georges Perec
À propos du site de l’AGP, Florent di Bartolo est responsable de sa maintenance
technique alors que je remplis bénévolement les fonctions de webmestre,
qui consistent principalement à mettre à jour le contenu des différentes
rubriques. Comme Jean-Luc l’a remarqué, le site rencontre un bon succès.
Au cours de l’année, les visites quotidiennes ont doublé pour atteindre
le nombre de 22. Depuis son ouverture, le site a accueilli plus de 9 000
visiteurs. Les actualités, les bulletins (les numéros 1 à 58 sont maintenant
en ligne) et les articles du Cabinet d’amateur sont particulièrement prisés.
De plus, plusieurs personnes utilisent le bulletin d’adhésion pour joindre
l’Association. Somme toute, les coûts associés au site sont peu élevés si on
considère l’effet positif de ce média sur notre visibilité et notoriété.
Pour 2012, nous espérons encore augmenter le nombre de nos membres
cotisants. Nous envisageons aussi quelques dépenses extraordinaires pour,
entre autres, le transfert de données informatiques d’un antique iMac vers
un PC et pour célébrer les trente ans de l’Association.
Ce rapport est adopté à l’unanimité.
3. Discussion
Quelques autres publications et manifestations sont rappelées ou annoncées,
respectivement par : Mireille Ribière, Maryline Heck, Jean-Pierre Salgas,
Jacques Gaudier, Elisabeth Girard-Léthier, Eric Beaumatin et Claude Burgelin :
– un florilège des entretiens et conférences de Perec, à paraître tout
prochainement chez Joseph K., procuré par Dominique Bertelli et Mireille
Ribière à partir de l’édition en deux volumes de 2003.
– Georges Perec, le corps à la lettre, de Maryline Heck, chez José
Corti dans la collection « Essais » (en février).
– Trois articles sur Perec dans le prochain numéro de la revue Poétique.
– une édition de Quel petit vélo… ? est parue dans la collection
« Foliothèque » avec un dossier destiné aux scolaires. Jacques Gaudier
signale quelques erreurs dont il a informé l’éditeur sans en avoir encore
reçu une réponse.
– Une exposition des broderies du groupe Perecofil (Elisabeth GirardLéthier et Dominique De Liège, entre autres) se tiendra en septembre dans une
librairie de la rue René-Boulanger (Xe arrondissement) ; elle sera accompagnée
de diverses animations perecquiennes (Elisabeth Girard-Léthier invite
quiconque souhaiterait communiquer sur Perec et la lettre à se manifester) ;
la librairie publiera à cette occasion un petit coffret avec un kit broderie.
– l’exposition Pere(t)c de La Corogne va être présentée dans une version
« reformatée » au Circulo de Bellas de Artes de Madrid à partir de février.
– Le Condottière paraîtra début mars au Seuil ; à cette occasion, le
6 mars, une manifestation de lancement se tiendra à la Maison de
l’Amérique Latine avec Claude Burgelin, Marcel Bénabou et Maxime Decout.
Ces précisions apportées, le débat s’engage autour de la proposition de
Danielle Constantin de baisser les cotisations « membre » et « étudiant » de
l’AGP de façon à augmenter le nombre des adhérents. Interventions de
Paulette Perec, Véronique Montémont, Mireille Ribière, Claude Burgelin.
Assez vite, un consensus se dessine autour de la proposition suivante (qui
ne fait d’ailleurs qu’entériner un dispositif officieux des débuts de l’AGP
selon Eric Beaumatin) : laisser la cotisation « membre » à 30 € et proposer
une cotisation réduite à 15 € pour quiconque la demande (étudiant, chômeur,
ressortissant étranger, etc.). Après une remarque de Jacques Neefs, la
discussion évoque divers moyens de recruter de nouveaux membres pour
l’AGP ou d’appeler d’anciens membres à redevenir actifs : meilleure utilisation
des supports du bulletin et du site et de leurs formulaires d’adhésion ;
établissement d’une liste de personnes à contacter ; relances diverses
(comme celle réalisée par Marcel Bénabou auprès de l’Oulipo) et action
personnelle…
S’agissant de l’édition des Cahiers Georges Perec au Castor Astral, Marcel
Bénabou refait un point sur les problèmes rencontrés depuis quelques
numéros, au premier rang desquels le temps nécessaire à la fabrication
éditoriale d’un volume collectif où le travail d’harmonisation des articles est
nécessairement complexe et plus long que pour un texte continu (motif
régulièrement invoqué par Bénédicte Pérot, directrice du bureau parisien du
Castor Astral, pour justifier un souhait de mettre fin à la publication des
Cahiers par cet éditeur – Marcel Bénabou rappelle que le bureau parisien du
Castor Astral est modeste et que sa directrice doit à peu près tout y faire
seule, que l’édition des Cahiers s’y maintient essentiellement en raison des
liens d’amitié qui unissent B. Pérot et l’Oulipo et qu’il serait maladroit de lui
donner une bonne occasion de mettre fin à notre collaboration). La prise en
charge, par le responsable d’édition d’un volume, de l’essentiel du travail de
préparation typographique pourrait éventuellement apporter une solution.
Maryline Heck déclare que l’éditeur a mis un an avant de traiter le dossier
du volume 11 des Cahiers dont elle s’est occupée. Eric Beaumatin est d’accord
avec la solution rappelée par Marcel Bénabou mais signale le coût élevé
d’achat d’un logiciel de mise en page et sans doute la nécessité de
faire appel à un professionnel. Véronique Montémont confirme que les
logiciels professionnels de mise en page sont particulièrement onéreux.
Bulletin n°60 Juin 2012 p.38
Association Georges Perec
Jean-Luc Joly précise qu’il ne s’agirait naturellement pas, pour l’AGP, de se
doter de pareil logiciel, pour elle trop onéreux, mais de demander au Castor
Astral de mettre à sa disposition un poste de travail le temps de la mise en
forme du volume (et non forcément de la mise en page, le travail d’un infotypographe demeurant ultérieurement nécessaire – par exemple, les notes
sont souvent perdues entre l’article rédigé l’essentiel du temps en « Word »
par son auteur et la maquette réalisée en « Quark Xpress » par l’éditeur ; si
le responsable d’un volume pouvait travailler lui-même à la transposition
des articles d’un logiciel à l’autre et rétablir les notes, cela ferait gagner du
temps à tout le monde : on éviterait ainsi les longs allers et retours avec
l’éditeur au fur et à mesure des étapes de la mise en forme qui sont sources
d’erreurs et occasionnent trop de lectures successives). Cécile de Bary
signale que dans ce cas il faudrait demander au Castor Astral une « feuille
de style » précise (« récupérer le cahier des charges » de l’éditeur selon Eric
Beaumatin) ; Mireille Ribière renchérit et regrette que les chercheurs français
soient peu habitués à travailler avec cette contrainte (dès rédaction des articles)
d’une « feuille de style », ce qu’approuve Sylvia Richardson. Jacques Neefs
s’interroge pour savoir si la publication des Cahiers bénéficie toujours d’une
subvention du C.N.L. Marcel Bénabou le confirme et donne les chiffres pour
les trois derniers numéros (voir annexe) – lesquels montrent entre autres
que le coût de fabrication des Cahiers est couvert par cette subvention et
que l’éditeur ne perd pas d’argent dans cette opération. Paulette Perec souligne
qu’il n’y a pas que l’aspect financier à prendre en compte et que l’éditeur tire
également un bénéfice d’image de la publication des Cahiers. Jean-Pierre
Salgas fait cependant remarquer que le Castor Astral ne travaille pas vraiment
à la promotion des Cahiers (par exemple, lors du dernier Salon du livre, les
Cahiers Georges Perec n’étaient pas présents sur l’étal de l’éditeur).
Véronique Montémont se demande s’il ne serait pas temps pour l’AGP de
songer à collaborer avec un autre éditeur. Elle signale que les Presses
Universitaires de Rennes seraient probablement intéressées par la publication
des Cahiers et que cet éditeur fait un véritable travail typographique et éditorial
et un effort de diffusion de ce type de publication. Jean-Luc Joly rappelle un
débat tenu lors de la réunion du Comité d’administration de l’AGP en
décembre sur les avantages et les inconvénients de publier les Cahiers chez
un éditeur généraliste ou un éditeur universitaire (risque par exemple, selon
Claude Burgelin, de placer les Cahiers dans un certain « ghetto universitaire » ;
mais avantage d’une meilleure distribution dans les bibliothèques universitaires,
etc. ; Christelle Reggiani y avait déjà fait part de la solution rennaise). Marcel
Bénabou rappelle que les propositions de publication ailleurs qu’au Castor
Astral, qui ne sont pas nouvelles, ne se sont pas vraiment concrétisées.
S’agissant toujours des Cahiers, Eric Beaumatin rappelle que c’est la seule
publication qui fasse autorité dans la recherche perecquienne ; il propose
de doter les Cahiers d’un Comité scientifique étoffé qui puisse devenir un
véritable comité de fonctionnement et d’un Comité éditorial international
qui puisse renforcer l’autorité intellectuelle de la revue et contribuer ainsi à
un référencement plus efficace dans les sources d’information mondiales.
4. Annexe
Extrait d’un courrier adressé par Le Castor Astral donnant les dépenses et
les recettes des Cahiers Perec n° 9, 10 et 11 (prévisions de vente pour ce
dernier).
« Du côté des dépenses :
temps de travail éditorial et commercial et fabrication
« Du côté des recettes :
subvention CNL et ventes (Volumen + directes)
« Cahiers n° 9
« Dépenses : 5200 €
« Recettes : CNL 3400 + ventes 2500 (275 ex.) = 5900 €
« Cahiers n° 10
« Dépenses : 7500 €
« Recettes : CNL 4600 + ventes 3280 (328 ex.) = 7800 €
« Cahiers n° 11
« Dépenses : 4500 €
« Recettes : CNL 2400 + ventes estimées 2000 (275 ex.) = 4400 € »
5. Renouvellement statutaire de la moitié sortante du Conseil d’administration
Les membres sortants cette année sont : Eric Beaumatin, Marcel Bénabou,
Danielle Constantin, Cécile de Bary, Hans Hartje, Bianca Lamblin (décédée).
Les cinq premiers sont candidats au renouvellement. Silvia Richardson est
candidate au poste de Bianca Lamblin. Tous les candidats sont élus.
Composition du nouveau CA : Claude Burgelin, Bernard Magné, Paulette
Perec, Christian Ramette, Christelle Reggiani, Mireille Ribière, Marie
Bonnot, Jean-Luc Joly, Eric Beaumatin, Marcel Bénabou, Danielle
Constantin, Cécile de Bary, Hans Hartje, Silvia Richardson.
Bulletin n°60 Juin 2012 p.40
Association Georges Perec
6. Constitution du bureau par le Conseil d’administration
Le Conseil d’Administration se retire pour procéder à l’élection du bureau.
Après délibération, le bureau est ainsi constitué :
Président : Marcel Bénabou
Secrétaire : Jean-Luc Joly
Trésorière : Danielle Constantin
Marcel Bénabou remet, pour les remercier de leur travail, des bons-cadeaux de
la Fnac à Marie Bonnot, Raoul Delemazure, Philippe Didion et Jean-Luc Joly.
L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 16h30.
7. Bilan financier
Bilan financier au 31-12-2011
10 084,62
Reliquat de l’exercice 2010
RECETTES 2011
Cotisations et dons
Cession de publication aux membres AGP
Produits du Livret A
Subvention
2 230,00
536,50
218,10
0,00
Total
2 984,60
2 984,60
13 069,22
Reliquat 2010 + Recettes 2011
DEPENSES 2011
Achats de publications
Cadeaux pour les bénévoles
Reprographie, bulletins, papeterie, aménagements
Timbrages
Microfilmage
Equipement informatique
Développement site web
Maintenance annuelle site web
Location du serveur
Frais de banque
342,90
217,00
939,75
609,55
0,00
0,00
0,00
218,00
28,56
100,00
Total
2 455,76
Reliquat 2010 + Recettes 2011 - Dépenses 2011
2 455,76
10 613,46
Solde au 31 décembre 2011
Compte courant
Livret A
Caisse et timbres
239,92
10 363,67
9,87
Total
10 613,46
10 613,46
Publications en vente
L’Association Georges Perec cède à ses membres au prix des libraires certaines
publications :
Cahiers Georges Perec
n° 3 :
n° 9 :
n° 10 :
n° 11 :
05 €
20 €
22 €
20 €
n° 1 :
n° 2 :
n° 3 :
10 €
10 €
10 €
Le Cabinet d’amateur
Georges Perec : Un petit peu plus de quatre mille poèmes en prose
pour Fabrizio Clerici : 20 €
Bianca Lamblin : Lecture critique de la biographie de David Bellos : 9 €
De Perec etc., derechef. Mélanges offerts à Bernard Magné : 20 €
Bernard Magné : Perecollages : 5 €
Manet Van Montfrans : Georges Perec. La contrainte du réel : 23 €
Ecrire l’énigme. Actes du colloque de la Sorbonne : 25 €
L’Œuvre de Georges Perec : réception et mythisation. Actes du colloque
de Rabat : 5 €
Europe, numéro 993-994, Georges Perec : 18 €
Bulletin n°60 Juin 2012 p.42
Association Georges Perec
Renouvellement des cotisations
Les cotisations pour l’année 2012 :
20 € pour les étudiants et 30 € pour les autres.
Nous vous serons très reconnaissants de nous payer par chèque le plus
souvent possible, et d’éviter absolument les mandats et les eurochèques.
Vous pouvez cependant utiliser le virement, en nous envoyant en même
temps un courrier (postal ou électronique). Pour les virements, nous vous
rappelons les coordonnées de notre compte.
_______________
Caisse d’Epargne
Guichet du 30, rue Saint-Antoine, 75004 Paris
C/étab
C/guichet
N/compte
17515
90000
04514866010
C/rice
75
Domiciliation
CE ILE DE FRANCE PARIS
___________________________________
COTISATION 2012
NOM :............................................................................................
Prénom :.........................................................................................
Profession :.....................................................................................
Adresse (en cas de changement) :
.......................................................................................................
.......................................................................................................
.......................................................................................................
Numéro de téléphone :..............................................................
Courriel : ....................................................….…………
Un portrait de Georges Perec
La Disparition.
Antoine Grimaud 2009
Association Georges Perec
L'Association Georges Perec tient une permanence à son siège
le jeudi après-midi de 13h à 16h.
sauf les jours fériés et durant le mois d’août.
Publication interne de l'Association Georges Perec
ISSN 0758 3753
Tirage à 220 exemplaires
Juin 2012
L'Association Georges Perec tient une permanence à son siège
le jeudi après-midi de 13h à 16h.
sauf les jours fériés et durant le mois d’août.
Publication interne de l'Association Georges Perec
ISSN 0758 3753
Tirage à 220 exemplaires
Juin 2012
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising