Mode d'emploi

Mode d'emploi
Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Université Virtuelle de Tunis
Cours « Arts et Traditions
Populaires »
Dr. Hafsi BEDHIOUFI
Attention !
Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'UVT. Il est strictement interdit de
la reproduire à des fins commerciales. Seul le téléchargement ou impression pour un usage
personnel (1 copie par utilisateur) est permis.
Sommaire
Présentation du cours
Objectifs du cours
Chapitre 1. Arts et traditions populaires : regards croisés
a- La culture : débats scientifiques et méthodologiques
bcdefg-
Culture et sous-culture
Le Folklore
Prise en compte des diversités
La socialisation
L’Economie de la culture
Analyse de l’économie de la culture
Chapitre 2 : Culture et patrimoine
a- Le patrimoine : objet de controverse
b- Le patrimoine immatériel
Chapitre 3 : Enjeux du patrimoine immatériel
a- Contexte de mondialisation
b- Développement économique
c- Propriété intellectuelle
d- Patrimoine immatériel - Innovation et création
Chapitre 4. Interprétation et valorisation du patrimoine immatériel
a- La sauvegarde du patrimoine immatériel
b- Interprétation du patrimoine
Chapitre 5. Quelques éléments du patrimoine immatériel
a- Renouveler l’analyse
b- Cérémonies et fêtes
c- Le corps un marqueur socio-culturel
d- La nourriture
e- La danse
f- La littérature orale
Convention de la protection du patrimoine mondial culturel et naturel (1972)
Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel 2003
La déclaration du Québec :
Questionnement pour conclure
Bibliographie
Présentation du cours
L’objectif du cours est de poser les jalons d’une réflexion purielle sur le patrimoine
immatériel. Ce dernièr n’est pas mis à distance comme lieu utopique, mais reflète au contraire
la complexité de la diversité patromoniale dans les sociétés contemporaines méditerranéenes
et africaines. Il faut nuancer le propos avec deux remarques :
La première concerne les niveaux d’analyse anthropologiques et ethnologiques des fonctions
nouvelles du patrimoine immatériel et l’émergeance de ce concept de « patrimoine
immatériel » à la place du « tradition populaire ». La création de ce nouveau paradigme
facilite-t-il son intégration dans une approche de valorisation de l’éco-tourisme.
La seconde remarque questionne l’interprétation du patrimoine comme socle de valorisation
du patrimoine immatériel. Nous insistons sur le lien croissant entre éco-tourisme et patrimoine
immatériel. Ce dernier se rapporte encore au champ de la croyance, de la religion et des
représentations. L’usage social du patrimoine immatériel est aussi une occasion de
communiquer des valeurs, inscrit dans le temps, incarnant les valeurs plus fondamentales de
l’humain. Cette fonction perdure, tandis qu’évoluent les modalités de construction identitaire
individuelle et collective.
Objectifs du cours
A travers la lecture et la compréhension individuelle du cours, support non exclusif
d’information, et le travail collaboratif avec les pairs l’apprenant arrive à :
Intégrer les savoirs théoriques sur le patrimoine immatériel dans une nouvelle lecture de son
propre patrimoine immatériel autochtone.
Réaliser des grilles de lectures du patrimoine immatériel des différentes régions des
apprenants : différences et similitudes
Proposer une gamme d’éléments du patrimoine immatéirel servant de support à la valorisation
de l’éco-tourisme
Chapitre 1. Arts et traditions populaires : regards croisés
a- La culture : débats scientifiques et méthodologiques
La culture est l’ensemble de connaissances et de comportements (techniques, écnomiques,
rituels, religieux, sociaux, etc.) qui caractérise une société humaine. Il n’existe pas d’homme
sans culture : l’idée d’un homme à l’ « état de nature » correspond à une hypothèse
philosophique. Le mot culture est compris aussi comme synonyme d’ethnie, de société ou de
civilisation. On a toujours entendu par ce dernier terme, chargé d’éthnocentrise, l’état auquel
sont parvenues quelques cultures au cours de l’histoire humaine. Pour certains, ce qui
distingue une civilisation d’une culture est la « révolution urbaine », c’est-à-dire l’apparition
de la ville. Centre d’activités cérémonielles, économiques et politiques. Parfois on entend par
civilisation un état de la société caractérisé par des traits culturels spécifiques : on parle ainsi
de civilisation paléolithique, hellinistique ou indistruelle, chacune étant formée de cultures
particulières. Le mot civilisation est utilisé aussi dans le sens d’aire culturelle (Gresle, Perrin,
Panoff et Tripier, 1990).
L’étude des rapports entre « culture » et « personnalité » est l’objet privilégié de
l’anthropologie culturelle. L’hypothèse de cette démarche, influencée par la psychologie et la
psychanalyse, est que durant l’enfance s’élabore une personnalité de base considérée comme
l’expression caractéristique de la culture envisagée (constituant le « caractère ethnique » ou
« national » …) ; l’individu serait « façonné » (patterned) par la culture. Les chefs de file de
cette tendance étaient Mead, Benedict, Linton et Kardiner. Pour rendre compte du
déterminisme culturel que suppose cette doctrine, certains culturalistes ont établi des
typologies parfois radicales des cultures. Cette tendance a pris uneconnotation quelque peu
péjorative. A l’anthropologie culturelle s’oppose le structuralisme. L’objet de l’analyse
structurale est de rechercher par méthode déductive les structures, essentiellement
inconscientes, pouvant être dévoilées à partir des données empiriques de l’ethnographie, telles
que règles de parenté, mythes, rites, productions artistiques,idéologies politiques, pratiques
culunaires, classifications botaniques, etc. le structuralisme a motré que les structures ainsi
dévoilées ne sont pas caractéristiques d’un domaine ou d’un niveau particulier de la culture,
mais qu’on les retrouve partout, dans toutes les pratiques et les produits cognitifs de la société
ou de la civilisation étudiée, soit identiques, soit déductibles par des lois simples de
transformation. Un inconvénient de cette méthode est que la recherche d’analogies formelles
peut pousser l’analyse à une abstraction et une manipulation telles qu’il s’éloigne toujours
plus des données concrètes et a ainsi tendance à projeter dans son interprétation ses propres
conceptions. L’analyse culturelle comparative consiste à répertorier par cétégories (par
exemple : initiation, mariage, parures, mutilation …) les données afférentes aux ethnies les
plus diverses dans le but de découvrir certains caractères communs ou certaines régularités,
ou de souligner certaines différences. Elle s’appuie souvent sur l’analyse statistique. En
sciences humaines cette approche pose le problème de choix des unités et des critères de
comparaison et son principal danger est la tendance à trop généraliser ou trop abstraire,
jusqu’à les déformer ou les rendre méconnaissables, les phénomènes particuliers à chaque
culture, dans le but de les rendre comparables. D’ailleurs les critères de comparaison ont
beaucoup évolué depuis les études comparées sur les sytèmes de parenté et sur les mythes
engagées par Morgan, Tylor ou Muller jusqu’à la méthode comparative structuraliste qui
prétend éliminer les choix a priori des unités comparer. L’idée de base, de l’évolutionisme, est
que la société, conçue comme un organisme vivant, reproduit dans son évolution les étapes
franchies par l’individu au cours de son développement. Les principales formes de
raisonnement évolutionnistes sont les suivantes :
L’état de certaines sociétés dites civilisées, avancées ou modernes annonce le futur d’autres
sociétés : cette idée est critiquable mais on la rencontre couramment comme prénotion dans
les pays capitalistes
Ils existent des phases historiques par lesquelles les sociétés doivent nécessairement passer, le
passage d’une phase à une autre étant lié aux ressources (alimentaires, techniques,
intellectuelles) que la société peut mobiliser : cette idée est presque abandonnée (sauf dans les
pays communistes)
Une société ou une communauté survit sans boulversement majeur si d’un coté elle se dote au
préalable (consciemment ou non) d’instruments économiques, politiques, institutionnels ou
culturels ou elle s’adapte à une solution née de l’apparition, dans d’autres sociétés, de
ressources nouvelles.
Cette théorie était critiquée par la théorie diffusionniste. Selon cette dernière il faut retracer
l’histoire culturelle d’une société pour comprendre ses cractéristiques actuelles, étant posé que
celle-ci ont été empruntéses pour la plupart à d’autres cultures. Pour cette théorie les
inventions ont été relativement rares et que les emprunts provenaient donc de centres de
diffusion ou foyers culturels en nombre limité.
Les usages, les traditions, les croyances, la littérature orale et l’art populaire des sociétés à
écriture sont étudiés par le folkloriste. Il se distingue de « l’éthnologue rural » par les
méthodes employées, mais surtout par la perspective envisagée : il attache plus d’importance
à la collecte, au classement et à l’étude comparée des faits culturels qu’à leur interprétation. Il
est souvent tourné vers le passé et vers la recherche des survivances. En fonction de
contradictions internes, de contraintes extérieures ou d’une conjonction des ces deux facteurs,
une société peut évoluer et basculer, brutalement ou en passant par des fromules de transition,
d’un mode de production à un autre.
La culture est :
La culture comme processus de transmission : « c’est par l’existance de la culture et de
traditions culturelles que la vie sociale humaine diffère fondamentalement de la vie sociale
des autres espèces animales. La transmission de manières acquises de penser, de sentir et
d’agir qui constitue le processus culturel, trait spécifique de la vie sociale de l’homme, n’est
pas sans doute qu’une partie de ce processus total d’interaction entre les personnes, ou
processus social qui constitue la réalité sociale elle-même » (Radcliffe-Brown, Structure et
fonction… pp.70-71)
La culture comme complexe de différents traits : « il existe non pas simplement des faits
isolés, mais des systèmes complexes et solidaires qui, sans être limités à un organisme
plitique déterminé, sont pourtant localisables dans le temps et dans l’espace. A ces systèmes
de faits, qui ont leur unité, leur manière d’être propre, il convient de donner un nom spécial :
celui de civilisation » (Mauss M, Note sur la notion de civilisation, 1913 Œuvres, t.2, pp. 451455)
La culture est l’ensemble des comportements, techniques, croyances, rites, institutions qui
caractérisent l’hmme et les sociétés humaines. Donc le contenu de la culture est à la fois
matériel et spirituel.
On parle aussi de culture explicite représenter dans les phénomènes métériels et la culture
implicite où on parle plutôt de savoirs, attitudes, valeurs partagées par les membres de la
communauté.
Chaque trait culturel remplit une fonction qui concourt au fonctionnement du système global.
Pour les structuraliste : « Toute culture peut être considérée comme un ensemble de systèms
symboliques, au premier rang desquels se placent le langage, les règles matrimoniales, les
rapports économiques, l’art, la science, la religion. Tous ces systèmes visent à exprimer
certains aspects de la réalité physique et de la réalité sociale, et plus encore les relations que
ces deux types de réalité entretiennent entre eux et que les systèmes symboliques eux-mêmes
entretiennent les uns avec les autres » (Lévi-Strauss, introduction à l’œuvre de Mauss, in M.
Mauss : sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1966).
Soustelle trace un tableau de la culture où il distingue, selon le critère de la plus ou moins
grande aptitude à se diffuser, trois niveaux d’éléments : celui des traits culturels : élément très
mobiles (surtout technique) ; celui des thèmes culturels : éléments moins mobiles (surtout
idéologiques) ; celui des structures : matrice organisant les traits et les thèmes en une
hiérarchie ; c’est l’élément le plus permanent.
Kroeber : « les caractéristiques de la culture sont les suivants : 1- elle est transmise est
perpétuée non pas par le mécanisme génétique de l’hérédité mais par l’interconditionnement
des zygotes. 2- quelles que soient ses origines dans les individus ou par l’intermédiaire de
ceux-ci, la culture tend rapidement à devenir supra-personnelle et anonyme. 3- elle s’inscrit
dans des modèles, ou des régularités de forme, de style et de signification. 4- elle incarne des
valeurs qui ne peuvent être formulées (explicitement comme règles) ou ressenties
(implicitement, en tant que traditions populaires) par la société porteuse de cette culture ; c’est
une part du travail de l’anthropologue de les caractériser et de les définir. » (Kroeber, 1964,
p.104)
La diversité des cultures n’est pas dépendante de la diversité raciale et que d’ailleurs il y a
plus de cultures que de race
Chaque culture est dessinée par un contexte géographique, social, historique, particulier
Le problème de la diversité culturelle existe aussi au sein de chaque société, dans tous les
groupes qui la constituent : castes, classes, milieux professionnels ou confessionnels.
La cutlure est un modèle. Tout ce que l’individu fait, pense et ressent peut s’analyser non
seulement à partir des formes de comportement qui appartiennet à son organisme biologique,
mais à partir d’un mode de comportement général qui ressort à la société.
La culture peut être considérée comme l’ensemble des représentations et des valeurs qui se
donnent une société et qui confèrent un sens et une orientation aux actions. La culture a
plusieurs dimensions.
1/ La culture est une définition de la nature, elle est un système cognitif permettent
d’appréhender le monde de façon partagée.
2/ Elle est aussi une morale dans la mesure où elle définit et hiérarchise des valeurs : elle
dit ce qui est bien, beau, juste et produit ainsi un ensemble de motifs d’action.
3/ Elle est aussi un ensemble de codes et de « mœurs » qui régulent les échanges sociaux de
manière routinière. Autrement dit, aucune conduite ni aucune pensée partagée ne peut
échapper à une obligation de signification culturelle.
b- Culture et sous-culture
Il existe des cultures et des sous-cultures. Si nous définitions la culture comme un système
complexe qui embrasse un vaste territoire ou une grande population, nous proposons le
concept de sous-culutre qui va nous permettre d’éclaircir les variations ce cette complexité
selon des critères locaux, nationaux ou ceux des strates sociales. Cette sous-culture n’existe
pas toujours en harmonie avec la culture générale. Les attitudes d’une classe sociale opprimée
peuvent refléter un ressentiment contre celle qui la domine, et aussi le sublimer en toute sorte
de mythes, fables et croyances. Dans un même pays ou dans la même localité les groupes
sociaux différents (ethnie, croyance etc....) peuvent contempler le monde selon des
perspectives différentes. Les usages sociaux du corps sont influencés par les représentations et
les utilisations du corps. Ces derniers sont orientés selon certaines valeurs, divergeantes selon
les sociétés ou en foctions des groupes sociaux.
Même si on trouve beaucoup d’antagonismes au sein dune culture ou une sous-culture ses
différents parties doivent être intégrées avec un minimum d’interdépendance pour que cette
culture subsiste. Aucune sous-culture, non plus culture, est une constellation tatalement
chaotique de valeurs, de normes et d’états collectifs de conscience. Les ensembles que
forment cette sous-culture sont dynamiques et s’adaptent non seulement à l’environnement
physique et social mais à de nouveaux facteurs de nature culturelle, comme les innovations
techniques, l’introduction d’idées nouvelles, les tensiosn sous-culturelles, la diffusion
d’éléments normatifs etc.
Plus une culture est rigide, moins elle est capable d’assimiler ou d’affronter le changement, et
moins elle aura de possibilité de survie hors de l’isolement.
Les unités les plus réduites de toute culture sont les traits. Ces derniers sont les
unitésidentifiables les plus petites dans une culture ou une sous-culture donnée. Leur valeur,
du point de vue de l’investigation, est qu’ils peuvent s’isoler et se définir clairement, mais ils
en sont dépourvus si nous n’arrivons pas à les intégrer dans des configurations, des chémas ou
des complexes culturels. Un complexe culturel est un ensemble fonctionnellement intégré de
traits culturels qui persiste en tant qu’unité dans l’espace et dans le temps. Quand nous
parlons de culture, nous pensons à des zones géographiques assez déterminées. Malgré les
frontières diffuses et en dépit de la complexité interne de chaque cas, nous savons tous que les
frontières sont éphémères.
Il est évident qu’un outil, un ustensile, un concept, une croyance, un mot, un vêtement sont
tous des traits culturels, et cependant de carctères divers. Chaque trait incorpore en soi des
caractères de toutes origines culturelles. Il est plus précis dans notre cours de parler des
cultures, au pluriel, et non pas de la culture. L’emploi du concept au singulier peut s’enraciner
dans l’ethnocentrisme, danger qui guette le chercheur, le professionnel ou le sociologue quand
il analyse des sociétés, des classes ou des groupes qui ne sont pas les siens. Pour cela, il faut
se dépouiller de croyances et de préjugés hérités de son environnement personnel.
c- Le folklore
La notion de folklore, en français, est envisagée au passé. Elle est traitée en référence aux
problématiques historiques de la construction des identités régionales ou nationales.Par contre
aux États-Unis et au Canada la conception du folklore est plus ouverte et actuelle. Ce qui peut
intéresser l’anthropologie à plus d’un titre. « La redynamisation des études folkloriques, qui
s’affirme dans les années 1960 et 1970 parallèlement aux travaux sociologiques plus connus
de l’école de Chicago, utilise en effet les résultats de la linguistique structurale et des études
de communication pour décrire les performances culturelles dans leurs contextes de
production et de réception » ( Fournier, 2007). Par ailleurs, le Folklore est proche de
l’ethnologie et de la sociolinguistique. Selon Malinowski (1965), on ne peut comprendre le
langage de l’autre qu’en considérant le « contexte de la réalité culturelle », c’est-à-dire
« l’équipement matériel, les activités, les intérêts, les valeurs morales et esthétiques avec
lesquels les mots sont corrélés ». Dans cette perspective, le folklore étudie les informations
circonstancielles qui entourent la parole mais aussi « des expressions faciales, des gestes, des
activités motrices, l’ensemble du groupe présent durant un échange de paroles ainsi que
l’environnement dans lequel ces personnes sont engagées » (Malinowski,op. cit.).
Le folklore renvoie, ainsi, à une « ethnographie de la communication » (Hymes, 1964) et
s’intéresse avant tout aux dimensions sociales et pragmatiques du langage. Marqué par le
souci des enquêtes de terrain et la collecte de données enregistrées ou manuscrites, il concerne
les récits populaires, les dictons, les proverbes, les paraboles, les blagues et les chansons
compris comme des performances rattachées à des situations sociales. Procédant par
comparaisons entre les pratiques des différentes minorités nationales, le folklore ainsi entendu
fait siennes les théories et les méthodes utilisées en sémiotique, en analyse interactionnelle, en
sociolinguistique, dans les théories de la communication, en anthropologie et en littérature, en
s’attachant plus particulièrement aux notions de « performance » et de « communication »
(Ben Amos & Goldstein, 1975). Il se distingue de l’anthropologie en prêtant une attention
plus grande aux faits de langage et aux représentations, mais partage avec elle la pratique du
« terrain » et le projet d’étudier ensemble l’unité de l’homme et la diversité des cultures
(Fournier, 2007).
d- Prise en compte des diversités
Notre temps fait apparaître avec force la question des différences, comme un analyseur central
des conduites inividuelles et collectives qu’elle déploie dans les modalités du vivre ensemble
ou qu’elle s’exprime à travers la création sous toutes ses formes (Touati A, Introduction,
Différences dans la civilisation, p. 7). Nous portons toujours un regard rarement objectif des
cultures des peuples déffirents de nous. Ces jugements sont dus, à priori, au fait que celui qui
observe les mœurs d’une société différentes considère comme naturels les modèles culturels
qu’il a intériorisés par le biais de tout le système éducatif mis en œuvre dans sa prore société,
et comme « anormaux » les autres types de comprtements. Marcel Mauss (1968) disait
que : « chaque démarche de la vie est entourée d’un tel nombre de tabous et de rites
absorbants : ceux-ci pénètrent tellement toute la conduite que l’individu ne les sent plus et agit
comme s’ils faisaient partie du système de ses instincts » (Mauss, 1968, T. II, p. 695). Nous
nous rendons compte que notre société a modelé l’ensemble de nos perceptions. Si nous
sommes plongés dans une culture différente (civilisation) nous ne parvenons à retrouver nos
points de repères habituels.
Les actes, les comportements, les conceptions sont prises dans des formes que la collectivité
transmet par l’éducation d’une génération à une autre. Ces forment obéissent à des règles
(manifestes ou sous-jacentes) et constituent des modèles collectifs d’action et de pensée. La
conception de « vivre ensemble » est donc interroger à travers les prismes de cette éducation
formelle et informelle. Du côté des institutions de la civilisation - de l’école aux cadres du
travail, des modes de gouvernances aux créations culturelles partagées- la question de
l’assouplissement des normes et des reconnaissances mutuelles deviennent centrales.
L’art exprime à sa façon les questions insolubles auxquelles toutes les générations ont à faire
face. Parfois il propose des contes ou des mythes qui offrent des « solutions » transitoires aux
inquiétudes des êtres humains. Jamais il n’impose de réponses définitives, de classifications
rigides quant aux êtres et aux choses. Une sorte de compromis culturel, voire d’une création
culturelle partageable. L’art est prescrit pour garantir la survie et la pérénisation du groupe et
pour donner un sens partagé à l’existence. La création artistique est au plus proche de nos
émotions et de nos relations, c’est pour cette raison qu’elle peut constituer un espace-temps
privilégié pour « revisiter » un héritage. La création artistique reste le viatique irremplaçable
de la rencontre. Le voyage dans le temps et dans l’espace permet de puiser dans des racines et
de créer de nouveau. Le changement culturel impose d’apprendre collectivement. Le désir
renouer avec « l’être ensemble » qui s’exprime dans le regain des fêtes collectives peut
s’accentuer à travers des moments de partage inter-culturel pour regarder à travers « les yeux
des autres ». L’artiste travaille de façon priviligiée avec les images mentales, verbales du réel.
Aussi forte que soit son implication, aussi intense que soit sa passion son œuvre est l’apanage
de conflits et de complicité entre l’imaginaire et le réel, auquel il conviendrait d’ajouter le
symbolique ou même le délirant.
e- La socialisation
La socialisation est le processus par lequel l’individu est intégré par la culture de sa société.
La socialisation est un apprentissage; grâce à elle, l’individu apprend à s’adapter à ses
groupes, normes, images et valeurs. Comme processus, il est permanent, puisqu’il dure toute
la vie de l’individu, et qu’il est eternel dans la société. Durkheim se limite à signaler que les
décisiosn morales des individus étaient sous la contrainte des orientations communes d’une
société, mais il n’abordait pas l’étude des mécanismes psychologiques d’intériorisation des
valeurs morales (Martuccelli, 1999). Pour l’individu, la socialisation est particulièrement
intense durant ses premières années. Et c’est pendant l’enfance que l’on voit le plus
clairement la nature de la socialisation, qui est, dans son caractère d’apprentissage, un
processus dintériorisation normative, imaginative, et valorative, come l’a découvert Freud. A
l’aide de chatiment et de récompense on transmet à l’enfant les normes et les techniques de
conduites, on lui enseigne à accepter une structure sociale déterminée. Quand le sujet socialisé
aura intériorisé ces schémas et se sera coverti en sujet socialisateur, il est très probable
qu’inconsciemment il coopèrera au maintien de la culture et de la structure sociale qu’il a
reçue étant petit. C’est pourquoi le processus de socialisation est si important dans la
contuinité ou la discontinuité des systèmes sociaux. C’est dans la socialisation que Talcott
Parsons trouve la vraie réponse à la double contingence de la vie sociale, au fait que les
individus, tout en étant libres, acceptent néanmoins de respecter les normes, se liant alors
entre eux par cette forme particulière d’obligation morale. L’accord entre les critères
normatifs et la personnalité des individus n’est possible qu’à condition d’établir une symétrie
étroite entre la nature et l’autorité morale présente dans la société et le contrôle de soi à
l’œuvre chez les individus. L’une et l’autre sont en dernier lieu de nature culturelle.
f- L’Economie de la culture
Important cette partie du cours constitue la synthèse des travaux de l’atelier de « formation des formateurs dans
l’interprétation du patrimine immatériel » organisé du 21 au 27 novembre 2011 au Kef et Testour en Tunisie par :
Les formateurs étaient : Jesús Blázquez Sánchez et José María de Juan Alonso et Maria Angeles Muñoz Celdrán
Il n’existe pas de définition unique de l’économie créative, ni de consensus sur l’ensemble des
connaissances et activités économiques sur lesquelles reposent les industries créatives.
L’économie créative affiche un potentiel de création de richesse et d’emplois, tout en œuvrant
à l’inclusion sociale, à la diversité culturelle et au développement humain. La culture est un
puissant moteur de l’économie mondiale : elle a généré des emplois et des revenus à hauteur
de 1,3 trillions de dollars US en 2005. Les industries culturelles représentent plus de 7% du
PIB mondial. Pendant les années 1990, le taux de croissance annuelle des industries
culturelles était deux fois supérieur à celui d’autres industries de services, et quatre fois
supérieur à celle du secteur manufacturier dans les pays de l’OCDE. Les industries culturelles,
y compris les biens, les services, les activités, le tourisme culturel et les musées, contribuent
significativement aux économies, qui se sont modernisées et ont progressé.
Tourisme culturel : le tourisme culturel représente 40% des recettes du tourisme mondial en
(2007, OMT). Le patrimoine, et notamment le Patrimoine mondial de l’UNESCO, produit des
recettes grâce aux visites, à la vente de produits d’artisanat, de musique et de produits
culturels, tout en créant des emplois pour les communautés. Le tourisme international
représentait environ 10% du PIB de l’UE en 2004 (2009, LUR).
Au Mali, le secteur de la culture représentait 5,8% de l’emploi en 2004, et
2,38% du PIB en 2006. (Rapport de la CE, 2007)
La production d’artisanat au Maroc représente 19% de son PIB (y compris les
exportations, estimées à 63 millions de dollars).
LE DILEMME DE LA CULTURE
o En principe, l'économie et la culture semblent être des domaines qui
sont souvent considérés comme opposés, (Paul Du Gay 1977,
«Production de la culture / Cultures de la production»).
o De cette façon, l'économie est perçue comme un travail productif, et de
la culture comme une activité de ralenti et improductif
L'activité économique est matérielle, tangible et mesurable,
La culture une activité intangibles et impondérables,
La “Culture” est perçu différemment parce qu'elle procure des avantages
materielles et surtout immaterielles en particulier notre véritable identité, une
affinité partagée par le peuple et les valeurs que nous défendons.
On pourrait déclarer que les industries culturelles et créatives font partie d'un
secteur stratégique comme l'énergie ou des télécommunications
Au Guatemala, le taux de croissance annuel des industries culturelles était de 7,3% annuel
entre 2001 et 2005. Ce taux était supérieur à celui de la plupart des autres secteurs de
l’économie. Les industries culturelles emploient aussi 7,14% de la force de travail (Rapport
sur l’économie créative, 2008, UNCTAD)
En 2009, en Colombie, 650 000 touristes ont généré des revenus pour valeur de 800 millions
de dollars.
En Australie, les sites du Patrimoine mondial contribuent au PIB, à hauteur de 12 billions de
dollars ($A), et représentent quelque 40 000 emplois.
Au Royaume-Uni, la part de PIB annuel attribuable au tourisme de patrimoine dépasse 20
billions de livres, et celle de la musique les 5 billions de livres.
En Europe, en 2003, le chiffre d’affaire du secteur de la Culture était de 654 billions d’euros
― Sa contribution au PIB de l’UE de 2,6 %
― La croissance du secteur culturel et créatif de 1999 à 2003 était de 12,3%, une
augmentation supérieure à celle de l’économie dans l’UE-25
Modèle de gestion : gestion publique ; gestion privée et alliance entre gestion publique et
gestion privée
Gestion publique
Considérant sa capacité à générer de la richesse et l'emploi, la compétitivité, la
capacité d'innovation, de développement de potentiel socio-économique, avec
sa valeur incalculable, les gouvernements doivent commencer à penser le
domaine du patrimoine culturel et naturel comme un secteur stratégique pour
leurs pays
La mise en place de cadres politiques et réglementaires favorables constitue
aussi un ingrédient-clé pour atteindre les résultats escomptés
créer les medias adéquats pour augmenter la capacité d’expérimentation,
d’innovation et de réussite en tant qu’entrepreneurs, faciliter l’accès au
financement, et chercher une combinaison adéquate des compétences
Gestion privée
Aider les associations à se développer au sein de leur environnement local
et régional, prélude à une présence mondiale affirmée, notamment en
augmentant les échanges et la mobilité ;
S’orienter vers une économie créative en catalysant les effets indirects des
investigations au sein d’une vaste gamme de contextes économiques et
sociaux.
Comment stimuler les collaborations entre les différents agents fournisseurs de
produits culturels (écoles d’art et de design) et les entreprises afin de
promouvoir l’incubation et la création d’entreprises, ainsi que l’esprit
d’entreprise et le développement de cybercapacités?
En favorisant les alliances public-privé et la participation de la société civile,
voire en développant des protocoles de créativité reposant sur les « trois T »:
Technologie, Talent et Tolérance.
La créativité reste une ressource encore peu exploitée.
g- Analyse de l’économie de la culture
Le Réseau d’experts en patrimoine du Campus d’excellence internationale des universités
d’Andalousie. Université de Jaén, 2010, propose une analyse de la chaîne de valeur du
patrimoine. Il propose 7 maillons ou étapes.
1er MAILLON
Prise de conscience du sens et de l’importance du patrimoine. Connaissance, étude et
recherche de ses composantes afin d’en définir le contexte géographique, historique,
économique et culturel.
2ème MAILLON
Tutelle et protection des valeurs et des éléments paysagers, de production,
architecturaux, urbanistiques et ethnologiques du patrimoine grâce à des textes
législatifs.
3ème MAILLON
Activité éducative et formative dans les domaines liés au patrimoine
4ème MAILLON
Intervention sur les éléments patrimoniaux afin d’en garantir le bon état (conservation)
ou pour les remettre en état en cas de dégradation (restauration)
5ème MAILLON
Intervention visant à doter de contenu, de fonctionnalité et de productivité aussi bien
économique que culturelle les valeurs et autres éléments constitutifs du patrimoine, et
les faire connaître afin de sensibiliser le public concernant la nécessité de tutelle, de
protection, de conservation et de mise en valeur
6ème MAILLON
Implication publique et privée en matière de conservation et de mise en valeur du
patrimoine
7ème MAILLON
Implication des NTIC
Le processus de la chaine des valeurs
L’aboutissement de la chaine des valeurs est un exercice périeux. Il demande l’obtension d’un
label pour un produit. Ce label est perçu et célébré, dans plusieurs cas, comme une garantie de
qualité et d’authenticité. Le label est le premier pas dans le processus de changement du statut
patrimonial et de sa preservation. Mais cette étape ne garantit en rien la mise en œuvre d’un
système de gestion. Garantir la conservation matérielle et fonctionnelle du patrimoine est la
deuxième étape.
Chapitre 2 : Culture et patrimoine
a- Le patrimoine : objet de controverse
Le patrimoine est un marqueur de l’identité des sociétés contemporaines. Cette orientation est
appuié par le recours à la notion de patrimoine pour qualifier des objets matériels ou
immatériels aussi divers (les monuments historiques, les langues, les traditions folkloriques).
Cette perspective remet en cause la conception traditionnelle du patrimoine, d’essence
individualiste. (Olivier Petit, La “mise en patrimoine” de l’eau : quelques liens utiles). Le
patrimoine est aujourd’hui plus une question d’affect que d’intellect, de sociabilité que
d’expertise (Laurier Turgeon « Introduction. Du matériel à l'immatériel. Nouveaux défis,
nouveaux enjeux » 2010. D. Bartélemy précise, dans le cas de l’agriculture que le patrimoine
« est dévolu à la préservation et la perpétuation d’un groupe auquel il est attaché ». C. Barrère
met l’accent sur le fait que celui d’une nation comprend les « institutions transmises ». F. D.
Vivien et M. Nieddu considèrent à propos du seul patrimoine naturel qu’il convient de le «
gérer de manière à le transmettre aux générations futures avec une qualité préservée ».
Micoud ajoute enfin qu’il s’agit « d’une figure pour instituer la durée. Ce n’est pas seulement
une collection d’objets, c’est un outil de coordination ». Ainsi défini en se référant à
l’étymologie du terme, le patrimoine n’est pas le patrimoine des juristes. Ce dernier, qui est
l’attribut d’une personne physique ou morale et qui ne contient que des droits et charges
appréciables en argent, et le capital des économistes sont une seule et même chose, « qui se
rattache à un individu singulier dans un univers exclusivement marchand » (Barthélémy,
Nieddu, Vivien, 2004 : 341). « Un patrimoine social s’accorde avec les travaux des
chercheurs rémois (Barrère et al., 2001) pour qui un patrimoine est « l’ensemble des éléments
matériels et immatériels qui concourent à maintenir et à développer l’identité et l’autonomie
de son titulaire dans le temps et dans l’espace par l’adaptation au milieu évolutif » ; ainsi ce
terme incorpore l’idée de conservation et de transmission ; il est préférable à celui de capital
social trop connoté au registre de la production (celui de la mise en valeur, avec destruction
créatrice et appropriation. La principale précision qui a été apportée est de ne pas inclure les
règles (ou institutions) dans le patrimoine social. À ce titre, la distinction faite entre règles et
ressources est essentielle : les règles ne sont pas des ressources, même s’il n’y a pas de
ressources sans règles et si toutes les règles se rapportent à des ressources » (Bernard
Billaudot « Le territoire et son patrimoine », Géographie, économie, société 1/2005)
b- Le patrimoine immatériel
La mondialisation culturelle a préparée à l’emergence d’une nouvelle définition du
patrimoine. Ce dernier, longtemps associé aux beaux-arts et aux monuments historiques, s’est
progressivement étendu à des données immatérielles, ethnologiques, naturelles. Le terme
semble alors rejoindre celui de tradition, reconnu comme lieu d’invention culturelle depuis les
travaux coordonnés par Hobsbawm et Ranger [1983]. Le patrimoine immatériel désigne les
réalisations et les œuvres humaines qui ne se matérialisent pas physiquement. Il constitue des
manières de faire, de dire, d'être et de penser, de répéter symboliquement des faits historiques
ou de se fixer des règles morales ou éthiques. Les éléments qui relèvent des connaissances et
des compétences techniques sont suceptibles d’être protégés comme étant un patrimoine
immatériel. La compréhension du patrimoine immatériel relève du fait qu’il est un patrimoine
vivant. Il est en perpétuel mouvement et il véhicule des phénomènes collectifs qui émergent
et disparaissent. Pour cela, il semble important de fixer notre attention sur les manifestations
culturelles que les populations estiment essentielles pour la préservation de leur identité.
Le patrimoine immatériel est reconnu comme patrimoine au même titre que les bâtiments
historiques, les œuvres d’art et les collections archéologiques. Cette intégration change le
statut car le patrimoine immatériel a pris une dimenssion active de construction sociale et
culturelle. Pendant longtemps considéré comme « pratique autochtone sans valeur » du
peuple, il était associé aux traditions populaires et laissé à lui-même pour assurer sa
reproduction et sa survivance. Il est donc connu sous différents vocables et surtout à
consonance plutôt péjorative « patrimoine ethnologique », « arts et traditions populaires », ou
« folklore ».
Il ne pouvait être que pratique populaire, transmise par des porteurs de tradition, et objet
d’étude ethnologique. « Du statut d’archive, il passe à celui d’acteur. Depuis la Convention
pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003, qui a force de traité
international, le patrimoine immatériel est considéré comme un agent actif non seulement de
la conservation des cultures, mais aussi de leur renouvellement, et du maintien de la diversité
culturelle dans le monde. Il est dorénavant perçu comme un moyen efficace de lutte contre la
mondialisation par le développement d’un sentiment d’appartenance, le soutien à la créativité
humaine et la revitalisation des groupes socioculturels. » (Turgeon L, Du matériel à
l’immatériel. Nouveaux défis, nouveaux enjeux, Ethnologie française 3/2010 (Vol. 40),
p. 389-399). Cette constatation dénote l’importance du patrimoine imatériel dans une
conception éco-touristique aujourd’hui.
Les sociétés africaines et du sud de la méditérranées « les ex-colonisées » ont connu des
plans de développement, des expropriations, des réformes agraires, des investissements, de la
scolarité qui ne produisent jamais un calque de la société occidentale. Mais dans l’idéologie
du développement, les « freins », les « pesanteurs », les « obstacles » tout ce qui fait entrave
au progrès, défini au préalable comme limitation du modèle européen et contonné dans la
conception péjorative d’art populaire. Par ailleurs, la supériorité occidentale n’est pas
ancienne, elle n’est devenue décisive qu’à la faveur d’un troisieme événement majeur dans
l’histoire de l’homme : la révolution industrielle.
Le patrimoine immatériels, englobe en plus des pratiques les objets, les expressions orales, les
savoirs faire, les fêtes, les rituels et les spectacles, ainsi que les instruments, les artefacts, les
petits objets de la vie quotidienne et les espaces culturels, les pratiques sociales, rituels et
événements festifs, les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ou
les connaissances et le savoir-faire nécessaires à l’artisanat traditionnel dont la valeur est
souvent plus affective et mémorielle que matérielle. La vulgarisation d’un pareil concept
comporte des risques. Ceux-ci tiennent au malentendu qui se produit quand le lecteur
s’imagine qu’un petit mode d’emploi ou un lexique sommaire peuvent lui permettre d’accéder
facilement à un vaste champ de réflexion, un peu à la manière de fiches de cuisine ou de
bricolage. Actuellement les activités traditionnelles se mêlent à celles des activités modernes.
Car aucune société n’est entièrement libérée de son passé. Les valeurs et les normes anciennes
et nouvelles, traditionnelles et modernes, s’interpénètrent de façon diverses.
Bien que fragile, le patrimoine culturel immatériel est un facteur important du maintien de la
diversité culturelle face à la mondialisation croissante. Avoir une idée du patrimoine culturel
immatériel de différentes communautés est utile au dialogue interculturel et encourage le
respect d’autres modes de vie.
L’importance du patrimoine culturel immatériel ne réside pas tant dans la manifestation
culturelle elle-même que dans la richesse des connaissances et du savoir-faire qu’il transmet
d’une génération à une autre. Cette transmission du savoir a une valeur sociale et économique
pertinente pour les groupes minoritaires comme pour les groupes sociaux majoritaires à
l’intérieur d’un État, et est tout aussi importante pour les pays en développement que pour les
pays développés. Le patrimoine culturel immatériel est :
Traditionnel, contemporain et vivant à la fois : le patrimoine culturel immatériel ne
comprend pas seulement les traditions héritées du passé, mais aussi les pratiques rurales et
urbaines contemporaines, propres à divers groupes culturels.
Inclusif : des expressions de notre patrimoine culturel immatériel peuvent être similaires à
celles pratiquées par d’autres. Qu’elles viennent du village voisin, d’une ville à l’autre bout du
monde ou qu’elles aient été adaptées par des peuples qui ont émigré et se sont installés dans
une autre région, elles font toutes partie du patrimoine culturel immatériel en ce sens qu’elles
ont été transmises de génération en génération, qu’elles ont évolué en réaction à leur
environnement et qu’elles contribuent à nous procurer un sentiment d’identité et de continuité,
établissant un lien entre notre passé et, à travers le présent, notre futur. Le patrimoine culturel
immatériel ne soulève pas la question de la spécificité ou de la non-spécificité de certaines
pratiques par rapport à une culture. Il contribue à la cohésion sociale, stimulant un sentiment
d’identité et de responsabilité qui aide les individus à se sentir partie d’une ou plusieurs
communautés et de la société au sens large.
Représentatif : le patrimoine culturel immatériel n’est pas seulement apprécié en tant que
bien culturel, à titre comparatif, pour son caractère exclusif ou sa valeur exceptionnelle. Il se
développe à partir de son enracinement dans les communautés et dépend de ceux dont la
connaissance des traditions, des savoir-faire et des coutumes est transmise au reste de la
communauté, de génération en génération, ou à d’autres communautés.
Fondé sur les communautés : le patrimoine culturel immatériel ne peut être patrimoine que
lorsqu’il est reconnu comme tel par les communautés, groupes et individus qui le créent,
l’entretiennent et le transmettent ; sans leur avis, personne ne peut décider à leur place si une
expression ou pratique donnée fait partie de leur patrimoine.
Chapitre 3 : Enjeux du patrimoine immatériel
La déclaration d'Istanbul (septembre 2002) et la Convention pour la sauvegarde du patrimoine
culturel immatériel (octobre 2003) sont venues confirmer la position de plusieurs pays
membres de l'UNESCO quant à la reconnaissance formelle du patrimoine culturel immatériel
comme vecteur de l'identité culturelle des peuples et assise à la diversité.
a- Contexte de mondialisation
Facteur vital de l'identité et de la diversité des peuples, le patrimoine immatériel représente,
dans le contexte de la mondialisation, un atout de taille pour lutter contre la tendance à
l'uniformisation et à la banalisation des cultures. En soi, la mondialisation n'a pas que des
effets pervers, bien au contraire. Elle est aussi une formidable occasion pour les peuples de
s'ouvrir au monde et d'accéder à des marchés autrefois inaccessibles - « S'insérer dans la
mondialisation, ce n'est pas perdre sa différence mais la cultiver. » 1
Cette différence est fortement identitaire. Les cultures étant constituées de multiples identités
individuelles et collectives, l'identité dont il est question ici n'est pas singulière mais plurielle.
L'exemple du Québec est fort éloquent. La société québécoise, en effet, s'est formée au cours
des siècles au contact des nombreuses communautés , autochtone, francophone, anglophone,
italienne, grecque, asiatique et autres, qui ont habité, développé et modelé le pays.
Si pendant longtemps l'identité a été définie par rapport à soi, à partir de ses propres
traditions, elle est de plus en plus considérée comme découlant aussi de l'Autre, c'est-à-dire
d'emprunts faits à d'autres cultures.2 C'est ce que certains spécialistes appellent le « métissage
des cultures ». La diversité culturelle est désormais perçue comme une source d'innovation, de
créativité et de richesse économique.
Cette diversité se manifeste dans la vie sociale et économique des villes et des campagnes.
Elle se découvre à travers des pratiques « portées » par des hommes et des femmes, des
individus et des groupes, qui en sont les détenteurs et les agents de transmission. Dans ce
contexte, le citoyen (ou le groupe) est considéré comme un praticien de la culture dans son
milieu. C'est à travers lui, ou à travers le groupe, que ce développe le sentiment
d'appartenance au milieu. L'enjeu n'est donc pas que culturel, il est aussi social, la culture de
proximité étant un important facteur de cohésion sociale, d'ancrage au territoire.
b- Développement économique
Le patrimoine immatériel peut aussi servir de levier au développement économique. Il
favorise la diversification des économies, donc l'autonomie des territoires. Au même titre que
les richesses naturelles, les éléments constitutifs du patrimoine immatériel sont des ressources
à développer et à exploiter. La protection du patrimoine et la péservation des identités
culturelles, dans un contexte de développement touristique, constituent des défis qui peuvent
s’énoncer sous forme de questios :
Comment concilier l’exigence de permettre l’accès des sites au plus grand nombre et
la nécessité de sauvegerder ce patrimoine pour les générations futures ?
Comment faire en sorte que le tourisme contribue à enrichir le patrimoine culturel
intangible par, en particulier, la stimulation de la créativité dans les domaines des arts
et de l’artisanat ?
Comment emêcher, par l’activité touristique, l’érosion des identités culturelles et
favoriser leur sauvegarde et leur enrichissement ?
Comment les communautés locales peuvent-elles accueillir les touristes et gérer leur
flux pour maitrise le rythme de l’interaction culturelle ?
Comment mieux intéresser économiquement ces communautés au développement
touristique ?
Comment faire prévaloir une dimension ethique du tourisme, activité économique et
humaine, où les populations de site soient respectées et non exploitées comme des
« attractions » ? (Lassana Cissé, 2007, pp. 45-46).
Les ressources du patrimoine représentent un potentiel économique souvent ignoré. Comme
pour les richesses naturelles, il importe cependant d'utiliser ces ressources judicieusement,
dans une perspective de développement durable. Les savoirs et savoir-faire techniques,
scientifiques et artistiques sont autant de potentialités qui peuvent être à la source de projets
structurants tant sur le plan national que sur le plan local ou régional. Toutes fois les sociétés
traditionnelles contraintes par leurs conditions de pauvreté à souvrir au tourisme aux prix d’un
déracinement inévitable. La rencontre avec un lieu à caractère patrimonial dépasse la simple
curiosité et devient une forme de pèlerinage touristique. La médiatisation détermine une
renommée auprès du grand public d’une partie déterminée et ponctuelle du patrimoine,
conduisant à sa surconsommation et, en particulier, en ce qui concerne les grandes expositions
d’art, on les soustrayant de son contexte pour en faire un pur événement médiatique. Par
ailleurs, la divilgation à travers les moyens de communication de masse oriente les choix du
public et des visiteurs en matière de fréquentation patrimoniale. Il est imortant de souligner
que le touriste consomme le patrimoine mais en même temps et de façon contradictoire, lui
permet de vivre, à travers de multiples retombées. Une question s’impose qu’on parle de la
commercialisation du patrimoine : si le tourisme n’existait pas combien de style de vie, de
traditions et pratiques auraient été complètement oubliés et seraient donc perdus ?
L’ouverture à l’étranger engage une reflexion sur les manières de se présenter à l’Autre, et,
par la même sur sa propre identité. Pour attirer le marché il faut être captivant et essayer de
diversifier le plus possible l’offre en patrimoine (identité, originalité et authenticité). Car les
élémenrs partrimoiaux intégrés à l’espace touristique repondent à des logiques socioéconomiques et culturelles fort différentes de celles de leur milieu d’origine.
c- Propriété intellectuelle
Le patrimoine culturel immatériel s'inscrit également dans les travaux des gouvernements
portant sur la propriété intellectuelle (OMPI) et l'économie du savoir. Il suffit, par exemple,
d'évoquer l'énorme potentiel économique que représentent les connaissances ancestrales des
autochtones en matière de plantes et d'herbes et leur utilisation en pharmacopée moderne pour
comprendre les enjeux qui sont en cause.
d- Patrimoine immatériel - Innovation et création
Facteur d'identité et de diversité, le patrimoine immatériel est depuis toujours source de
créativité. En culture comme en nature, il n'y a pas de génération spontanée. Les pratiques
culturelles traditionnelles ont toujours servi de terreau à la création. Qu'il en soit conscient ou
pas, c'est le plus souvent son héritage historique et culturel que l'artiste, l'artisan des métiers
d'art et d'artisanat, l'entrepreneur artisan de produits du terroir tire son inspiration, trouve son
originalité et marque sa différence ou sa spécificité.
La possibilité de produire et de mettre en marché, ici et à l'étranger, des produits de qualité,
novateurs, diversifiés, reflétant la spécificité du pays d’accueil dépend pour une grande part
de la conservation et de la transmission de compétences acquises et développées au cours des
générations et transmises dans la communauté d'origine.
e- Patrimoine immatériel : changement ou progrès social
Les modifications culturelles de la société à travers le temps posent le problème de la
sauvegarde du patrimoine immatériel. Nous essayons de poser quelques éléments de
discussion.
Le chagement social peut se définir comme la différence observée entre l’état antérieur et
l’état postérieur d’une réalité sociale. Le chagement est réellement se qui advient entre ces
deux moments. En général, le changement social est la conséquence de trois grandes
cétégories phénoméniques :
Changement produit sur le plan écologique et biologique de la société. Ainis un
changement de climat peut amener une séchesse prolongée, et forcer un peuple agriculteur au
nomadisme, au banditisme ou à la conquête d’autres territoires. L’augmentation de la richesse
naturelle peut accélérer la croissance démographique d’une société, ce qui entraine des
conséquences politiques, économiques et militaires
Des changements explicitement voulus et imposés volontairement par un ou plusieurs
groupes sociaux. L’implantation d’une loi, l’exécution d’un coup d’Etat, la persécution d’une
minorité ethniqueou professionnelle.
Des changements qui sont l’effet inconscient du fonctionnement de la société et de la
culture.
Notons ici que nous parlons de changement et non pas de développement ou de progrès. Dans
chaque culture ou société le changement social est fréquent et constant. Les changements ne
sont pas isolés, ni temporelles ni spatiales : les changements surviennent dans des chaînes de
séquences, et non en des crises. La proportion de changement dans le monde contemporain
fruit des conséquences de l’innovation délibérée, est beaucoup plus forte que dans les époques
antérieures. La société moderne est en proie à de profondes transformations dans ses
structures. Ce qui permet la pérénité de la tradition c’est son enrichissement par la
diversification, l’ouverture sur l’altérité, le métissage, l’intégration de nouvelles dimensions
provenant d’autres traditions, d’autres cultures, d’autres patrimoines (Ben Ahmed Mohamed
(2005), La pensée entre l’un et le multiple). Le réservoir patrimonial, disait Ben Ahmed, est
donc fait à la fois de composantes permanentes, de valeurs récurrentes, et d’œuvres
innovantes. Le progrès est le fruit de l’innovation comme le résultat du ressourcement. « A
travers l’histoire de l’art, de la pensée comme celle de l’action humaine, nous apprenons que
très souvent les transformations les plus prodigieuses, les avancées les plus spectaculaires ont
été le résultat d’une confrontation du présent et de l’ancien, d’une tension entre le future et le
passé » (Ben Ahmed, (2005), p. 39). Par ailleur, le ressourcement prducteur et novateur c’est
celui qui refuse la diabolisation d’autrui, l’exclusion de l’altérité. Aucune tradition ne peut
échapper à la critique, car quels que soient ses apports elle demeure inachévée, inaccomplie
par rapports à ses desseins, ses ambitionset ses objectifs.
Chapitre 4. Interprétation et valorisation du patrimoine
immatériel
a- La sauvegarde du patrimoine immatériel
La valorisation du patrimoine immatériel implque une réfexion sur la notion du partage. Cette
dernière est perçe, dans ce contexte, comme l’opposé de la notion du jugement. Car partager
un patrimoine immatériel favorise le respect et la compréhension des autres et renforce la
cohésion sociale. Apprendre sur différentes formes de patrimoine culturel immatériel favorise
le respect des autres et promeut le dialogue interculturel. « Protéger » ou « sauvegarder » ?
La valorisation du patrimoine immatériel nécessite une stratégie globale qui implique tout les
acteurs. Elle touche les aspects techniques ou théoriques (méthodes d’inventaire, techniques
d’enregistrement et de restitution des données, théories ethnologiques associées au
patrimoine). Elle tient compte aussi des enjeux politiques du travail scientifique (politiques
publiques de sauvegarde du patrimoine, tourisme, gestion des espaces culturels, propriété
intellectuelle. En fin l’action de valorisation touche les formes d’expression populaires
associées au champ classique du folklore (conte, musique, art populaire, nouvelles formes
d’expression urbaine, légendes, littérature, média, danse, fêtes, rituels), et interroge la
mémoire, culture matérielle, santé, religion et cultures corporelles.
Pour rester vivant, le patrimoine culturel immatériel doit être pertinent pour la communauté,
constamment recréé et transmis d'une génération à l'autre. Par ailleurs, certains éléments du
patrimoine culturel immatériel risquent certes de mourir ou de disparaître si l'on ne leur vient
pas en aide, mais sauvegarder ne signifie pas protéger ou conserver au sens ordinaire. Elle est
plutôt l’adaptation de nos pratiques et de nos traditions à notre environnement. C’est le rôle
des populations dans la démarche créatrice. Donc la sauvegarde du patrimoine culturel
immatériel est l’action de transmettre du savoir, du savoir-faire et du sens. La part la plus
importante de la sauvegarde du patrimoine immatériel consiste à maintenir leur rôle quotidien
dans la société. Il est également essentiel que survivent, par exemple, des occasions de
transmission des savoirs d’une personne à l’autre, d’interaction entre les plus anciens et les
jeunes ou de transmission des histoires au sein des foyers et dans les écoles. Les différentes
formes que prennent cette transmission ne doit pas provoquer des distorsions dans la valeur
que revêt ce patrimoine pour la communauté. Les mesures de sauvegarde doivent respecter les
pratiques coutumières régissants l’accès au patrimoine. Les communautés, les chercheurs et
les institutions peuvent également recourir aux technologies de l’information pour contribuer
à sauvegarder toute la gamme et toute la richesse des traditions orales. Promouvoir
l’information sur le patrimoine culturel immatériel par l’intermédiaire des médias est
également une manière de soutenir sa sauvegarde. Il est important de souligner que le
patrimoine culturel immatériel ne doit cependant pas toujours être sauvegardé, ni revitalisé à
tout prix. Car on assiste, parfois, à la disparition de certains de ses éléments après avoir donné
naissance à de nouvelles formes d’expression.
La respensabilité de la sauvegarde du patrimoine immatériel n’incombe pas seulement à la
communauté dépositaire du patrimoine, mais aussi à des personnes extérieures. Si l’objectif
principal est la conservation, il faut envisager des méthodes d’évaluation des impacts et
apprendre à gérer parfois les effets pervers du « succès ».
c- Interprétation du patrimoine
Important cette partie du cours constitue la synthèse des travaux de l’atelier de « formation des formateurs dans
l’interprétation du patrimine immatériel » organisé du 21 au 27 novembre 2011 au Kef et Testour en Tunisie par :
Les formateurs étaient : Jesús Blázquez Sánchez et José María de Juan Alonso et Maria Angeles Muñoz Celdrán
L’interprétation est l’art d’expliquer la place de l’homme dans son milieu, afin d’augmenter la
conscience du visiteur concernant l’importance de cette interaction, et d’éveiller chez lui un
désir de contribuer à la conservation de l’environnement (Don Aldridge, 1973). C'est l’art de
révéler in situ le sens du patrimoine au public visitant ces sites pendant son temps libre
(public non captif). L’interprétation est un processus créatif de communication, c’est “l’art”
de révéler in situ le sens du legs naturel ou culturel au public visitant ces sites pendant son
temps libre.
Dans l’interprétation du patrimoine immatériel il s’agit tout simplement d’appliquer les
connaissances modernes en psychologie de l’apprentissage aux pratiques touristiques
orientées à la mise en valeur du patrimoine naturel ou culturel, tangible ou intangible. On
pourrait aussi bien l’appeler « Communication stratégique ». Certaines personnes font déjà de
l’interprétation, même sans avoir entendu parler de ce concept. C’est aujourd’hui un outil en
développement constant appliqué au tourisme, à l’éducation environnementale et à la gestion
culturelle.
Objectifs de l’interprétation
L’interprétation apporte un contact privilégié et intime avec le patrimoine. Elle le taille
comme un diamant pour qu’il puisse être compris. Elle favorise le déroulement d’expériences
mémorables avec le patrimoine. Le public ne connaissant pas le patrimoine ne peut pas
l’affronter tout seul : il vaut mieux pouvoir compter sur des personnes, ou sur des matériels,
voire sur les deux. Elle tisse des liens entre le public, le patrimoine et la communauté locale.
Elle provoque le désir du contact et l’apprentissage. Elle éveille la curiosité pour la
connaissance. Elle souligne la valeur de la diversité culturelle. Par exemple, pendant la visite
d’un atelier d’artisanat en fonctionnement, l’interprétation aide les visiteurs à s’intéresser à la
connaissance de l’artisanat, voire à sa réalisation, grâce à des stages, des ateliers, etc.
Principes
1. Il faut mettre en relation les objets interprétés avec ce qui appartient à l’expérience et à
la personnalité du public.
2. C’est une forme de communication qui repose sur l’information, mais il faut apporter
du raisonnement, mettre en relation, poser des questions, etc.
3.
Il faut mettre à contribution autant de sens que possible pour susciter des réactions de
la part des individus.
4. L’interprétation aspire à la provocation, elle doit éveiller la curiosité, en mettant en
exergue ce qui semble insignifiant.
5. . L’interprétation doit présenter le tout et non les parties isolées : les thèmes doivent
être liés entre eux.
6. Elle doit s’adresser au grand public, mais en tenant compte des caractéristiques de
chaque type de public : enfant / adulte, intérêts, niveau de détail.
Caractéristiques de l’interprétation
Elle s’adresse au grand public
Inspiratrice
Récréative
Elle stimule les sens
Provocatrice et motivante
Participative
Interprétation et communication
Requiert un savoir-faire communicationnel de la part de la personne présentant ou interprétant
le patrimoine.
Un guide de tourisme peut interpréter le patrimoine ou, plus simplement, transmettre une
information. Il utilise l’information touristique dont il a besoin, mais la transforme en
expérience. C’est une technique fondamentale pour ce que l’on appelle actuellement
« tourisme expérientiel ».
Le message interprétatif fournit des codes de lecture des patrimoines et des paysages qui
permettent au visiteur de voir, d’explorer, de situer, d’observer, d’analyser, de comprendre, de
sentir, de revivre... La simplicité du messge est fortement demandée : un nom ou un métier
suffisent pour interpréter une rue ou un quartier.
Interprétation et information
L’interprétation peut utiliser une information très élémentaire. Capter son attention et aller au
but directement épargne l’assistance la monotonie et le désinteressement. C’est une technique
de motivation pour le visiteur ou le touriste. Cette forme fait appel aussi à la technique
d’animation et de dynamisation du patrimoine (par exemple, les visites théâtralisées d’espaces
historiques).
Par ailleurs, l’interprétation doit être attrayante. Elle offre une information succincte et
simple. Elle révèle le sens essentiel du patrimoine. Donc le fait de présenter une information
abondante et de qualité ne signifie pas que l’on fasse de l’interprétation. Nous sommes
toujours face à des humains dont il faut instaurer l’interactivité et ne pas se privé d’oborder le
patrimoine tangible et intangible (contes, légendes, traditions orales).
Interprétation et produits touristiques
L’interprétation peut être utilisée tant pour la création de produits très spécialisés que pour
celle de produits complémentaires de courte durée, qui permettent de prolonger le séjour du
client sur une destination. Grâce à ces techniques, le patrimoine devient plus attractif et plus
désirable. Le touriste souhaite ainsi rester plus longtemps, et sa visite de la destination
s’enrichit et se diversifie. C’est une technique de création de comportements au sein d’espaces
patrimoniaux. Il ne faut pas la confondre avec l’éducation; toutefois, l’éducation s’en sert,
notamment l’éducation environnementale.
Il est important d’adopter un axe thématique qui éveille l’attrait et retient l’intérêt. Les routes
et les visites thématiques fonctionnent bien si elles sont dotées de contenus. Elles animent,
dynamisent et recréent le patrimoine.
Chapitre 5. Quelques éléments du patrimoine immatériel
a- Renouveler l’analyse
L’avènement de l’homme, il y a au moins trois millions d’années, a vraisemblablement eu
lieu en Afrique centre-orientale. (Colleyn J-P, Eléments d’anthropologie sociale et culturelle,
1990). L’avance des nations industrielles paraît bien être le résultat d’une succession en
chaîne de conjonctures diverses qui a rendu la civilisation européenne plus « cumulative » que
les autres. Les capacités technologiques, la richesse spirituelle et le raffinement artistique du
monde arabe, de l’Inde, de la Chine et de l’Amérique précolombienne sont à la rigueur
reconnus, bien que souvent assortis de clichés sur le fanatisme, la cruauté ou le fatalisme. A
propos des Africains, dans les productions des sociologues, des hitoriens et des anthroplogues
le fantasme primivitiste s’est déchaîné. La domination économique et politique de l’Europe,
qui date de cette époque, a longtemps faussé la vision du continent africain. L’idée des
sociétés inférieures masque seulement un rapport de domination. Immence tâche sur laquelle
on ne donne ici que des indications fragmentaires.
Les pratiques culturelles et sociales représentent la mémoire des peuples pas seulement dans
les monuments historiques. Les batiments racontent l’hitoire d’une société mais ces fêtes, ces
danses et les transcriptions corporelles est un patrimoine vivant, interactif et participatif. C’est
ce désir de mémoire qui remplace celui de monument. Un étranger qui vient découvrir l’Autre
veut s’immiscer dans cette culture locale. Il veut participer à une expérience sensible. Le
corps et ses modes d’expressions constituent un élément fondamental de la matrice culturelle.
Les configurations qui donnent sens au corps et qui le mettent en scène diffèrent d’une époque
à une autre et d’une culture à une autre. Les pratiques corporelles mettent en exergue une
variété d’usages du corps. La danse revêt différentes modalités d’expression selon les
conjonctures de la mise en scène de la vie colective (Lachab M, 2010, les jalons d’une
construction sociale du corps en Tunisie, in Les tratiques physiques et sportives des tunisiens :
regards croisés). Elle prend des formes sacrées exercées comme des usages coutumiers et des
formes profanes pratiquées dans le cadre des fêtes. La danse agit, parfois, comme facteur de
régulation des rapports homme/femme (Bedhioufi H, 2010, danse des hommes et
trasgressions sociales, cultures et sociétés). Les usages du corps traditionnels subsistent
toujours dans nos sociétés dans le cadre des fêtes, des cérémonies funèbres, des activités
culinaires etc. Des pratqiues anciennes sont toujours d’actualitées (fêtes mystiques, fêtes
religieuses, jeux traditionnels, transcriptions sur la peau, usages de produits cosmétiques etc.).
Ces pratiques utiles cotoient d’autres inutiles. Jean Duvignaud disait à ce propos : « Il fallait
que l’homme acquière la conscience de l’inutile et du rien, qu’il découvre, au cours de l’une
de ces ruptures que suggère, par ailleur, la fête, de la béance dans la durée qu’elle implique,
comment la conscience et l’être entier peuvent être traversés par une volonté dont on éprouve
la force sans en connaître l’idée… Nous ferons l’option qu’au cours des ces béances dans la
durée d’effectue une équation entre deux éléments, distincts mais momentanément réunis :
une volonté infinie et un appel à la communication des consciences. Collectivement, cette
relation atteint son intensité la plus grande dans la fête, individuellement dans le pari qui
choisit dans la diversité des hasards sans aucune hustification » (Duvignaud, 1980, p. 71).
Face aux mutations, et sans dogmatisme, nous essayons d’explorer les éléments constitutifs
du patrimoine immatériel local qui ne relève pas des évidences et des représentations
conventionnelles ou codées. Certes, la modernité avec sa nouvelle technologie, s’est attachée
à détruire tou ce que l’on ne comprenait pas. Mais derrière cette action dévastratrice la
mémoire collective poursuit son chemin de sauvegarde du patrimoine.
b- Cérémonies et fêtes
Les cérémonies et les fêtes propres aux différents groupes sociaux offrent un terrain révélateur
des mécanismes et des rouages du patrimoine immatériel. La tendance de sacralisation et de
ritualisation du patrimoine construit un espace de visibilité et de ritualisation de la culture
autochtone. Les cérémonies et les fêtes sont utilisées pour marquer l’identité. Elle développe
aussi à la création sociale de richesse et de valeur. La fête locale facilite l’exploitation des
ressources patrimoniales : produits de tirroir. Par ailleurs, elle assure la promotion du local. La
fête doit s’inscrire dans le développement local. Elle se se rapporte au champ de la croyance,
de la religion et des représentations. Elle est une occasion de communiquer des valeurs. Elle
assoye une place au mythe, au rite et à la construction du temps en séquences rituelles. Nous
proposons deux types de fêtes :
Les fêtes de confréries : elles ont des origines anciennes. Elles sont connues souvent par leur
relation avec un saint ou un lieu sacré. Cette forme repose la question de la réactualisation et
de l’organisation de ces fêtes aujurd’hui, car elles ont une prétention culturelle. Ces fêtes sont
ancrées dans des communautés corporatistes, congrégative ou communale. La fête
confrérique représente une pratique typique ou univoque de la culture traditionnelle régionale.
Elle est aussi fidèle à son origine religieuse. Les acteurs expriment un patrimoine culturel par
des ritules traditionnels. Les fêtes de confréries respectent, parfois, à la lettre un programme
qui rassemble les participants dans un seul espace unifié par le rituel.
Les fêtes thématiques : se sont des fêtes recomposées. Elles sont parfois inventées. Les
thèmes les plus répondus et les plus explicites sont liés aux produits du terroir, aux métiers,
aux savoir-faire techniques anciens, aux animaux ou à la culture locale, régionale ou
nationale. Modernité et tradition se trouvent associés. Les fêtes thématiques ou récetes se
construisent autour d’un espace éclaté par la diversité des activités proposées simultanément.
Elle répond à la juoissance individuelle. Et parfois la célébration collective apparaît peut
interessante.
Funéraile-fête : Les funéraille fête sont à coup sur les plus surprenantes, dans la culture negroafricaine, de toutes les fêtes. elles ne peuvent concerner le bon mort, vieillard riche de bien, de
vertus et de progéniture, qui a dûment préparé sa mort moralement, socialement,
matériellement, en accumulant le mil ou le riz, les jarres de vin de palme ou de bière de mil, le
cheptel du sacrifice. Une foule immense viendra lui rendre hommage et, entouré de tous les
attributs de sa réussite sociale, il trônera au milieu de sa concession ou de la place du village,
présidant solennellement ses propres funérailles. Sans doute, les proches resteront sur une
réserve pleine de dignité. Mais l’allégresse ne tardera pas à éclater chez les autres avec chants,
danses, rythmes endiablés des tambours, cris et vociférations, beuveries interminables et
plantureux repas. On se livrera à des congratulations ostentatoires autant que bruyantes ; on
tirera de tous les côtés des coups de fusil de traite qui dégagent une épaisse fumée ; on
commetra des actes les plus scabreux et on échangera les plaisanteries les plus lubriques pour
soulever les rires. Bref, dans la certitude que le défunt ira rejoindre les ancêtres, la collectivité
communique déjà dans la liesse de la renaissance à venir. (Louis-Vincent Thomas, Leçon
pour l’occident : ritualité du chagrin et du deuil en Afrique Noire, Nouvelle revue
d’Ethnopsychiatrie, n°10, pp.11-44).
La fête Kupala (de Kupati, « se baigner), avait lieu au solstice d’été, et comportait l’allumage
rituel des feux et une baignade collective. On confectionnait une idole en paille, kupala,
habillée comme une femme, et on la plaçait sous le tronc de l’arbre, coupé, dépouillé de
branches et enfoncée dans la terre. Chez les Slaves de la Baltique, les femmes coupaient et
préparaient seules l’arbre sacré (un bouleau) et on lui offrait des sacrifices. Le bouleau
représentait l’Arbre Cosmique qui reliait la terre au Ciel. (Mircea Eliade, Histoire des
croyances et des idées religieuses/III, 1983). Nous pointons quatre foctions de la fête
contemporaine : a- Production de l’identité individuelle ; b- Affirmation d’une corporalité des
individus : la consommation alimentaire ; c- Construction des idéologies territoriales :
brassage de population, ouverture globale, développement du tourisme ; d- Marketing
territorial. Penser la fête aujourd’hui dépasse les stratégies individuelles et collectives. La fête
pose les jalons d’une réflexion sur les loisirs et la marchandisation, elle revêt aujourd’hui d’un
poid économique.
c- Le corps un marqueur socio-culturel
La personne ne peut se définir que par des faisceuax de rapports et de relations, par
l’ensemble des modèles et des lois qui en fait une personne morale et une raison sociale parce
que la personne en nous est traversée par l’institution et ses imaginaires. C’est d’ailleurs, se
sont les usages sociaux du corps qui résistent le plus fortement à la « culture monde » car
consommer les mêmes musiques, les mêmes informations et les mêmes spectacles ne signifie
pas que ces mêmes objets de consommation s’incorporent selon des imaginaires semblables.
Dans ce registre d’analyse nous essayons de proposer quelques exemples.
Marc-Alain Descamps disait dans son livre « L’invention du corps (1986) » que l’on doit
reconnaitre que le corps est un fait social total. Rien ne lui est étranger, puisque rien ne peut
être fait sans lui. Donc le corps peut se reproduire à plusieurs niveaux. Le corps s’exprime, il
transpire, éternue, tousse, crache, baille ou crie. Ces différents actes d’expression ne peuvent
devenir un langage que s’il y a un système de communication, donc un code, le langage
verbal est le propre de l’homme. Mais les êtres humains communiquent aussi nonverbalement avec leurs corps. Le corps humain parle par lui-même. Il le fait par sa taille et
son poids (images et psychologies des grands et des petits, des gros et des laigres) par la
forme de son visage c’est-à-dire par tout son être dans ce qu’il a de stable et de naturel. Vient
s’ajouter tous les éléments tous les éléments de la socialisation, les artéfacts culturels liés au
corps ; peintures et maquillages, tatouages, scarifications, mutilations et les parures, bijoux,
coiffures et vêtements (Descamp, 1986). Le corps est le reflet de sa culture.notre corps est
façonné, développé, orienté par la société dans laquelle nous vivons. Entre le corps et la
société, le rapport est réciproque : si le corps est le premier de productions sociales, c’est en
lui que la société se réfléchit et se symbolise. Il n’est pas de société sans savoirs du corps, il
n’est pas de savoir de la société sans déchiffrement des corps.
Le corps est le premier et le plus naturel instrument de l'homme. Il est le premier et le plus
naturel objet technique, et en même temps moyen technique, de l'homme. Toutes les
techniques corporelles mobilisent le corps dans sa dimension organique et l’inscrivent dans un
contexte socioculturel. Marcel Mauss disait : « J'entends par ce mot, (technique du corps), les
façons dont les hommes, société par société, d'une façon traditionnelle, savent se servir de
leur corps ». Ces techniques du corps peuvent être cataloguées parmi les éléments du
patrimoine culturel immatériel. La technique est un acte traditionnel efficace. Il faut qu'il soit
traditionnel et efficace. Il n'y a pas de technique et pas de transmission, s'il n'y a pas de
tradition. C'est en quoi l'homme se distingue avant tout des animaux : par la transmission de
ses techniques et très probablement par leur transmission orale. a- Principe de classification
des techniques du corps ; b- Division des techniques du corps entre les sexes ; c- Variation des
techniques du corps avec les âges. d- Classement des techniques du corps par rapport au
rendement ; e- Transmission de la forme des techniques ; f- Enumération biographique des
techniques du corps ; g- Techniques de la naissance et de l'obstétrique ; h- Techniques de
l'enfance ; i- Techniques de l'adolescence ; j- Techniques de l'âge adulte. (Lire la ressource
complémentaire : article de Marcel Mauss sur les techniques du corps)
Toute pratique sociale est à la fois mise en jeu du corps, mais par la même production du
corps, dirigée par et pour une société donnée. La sociologie des usages sociaux du corps
empreinte deux axes : dont l’un est l’exploitation des ritualisations et perpétuations, des
représentations, des valeurs, des normes et de la conformation du corps réel à un corps idéal.
Elle permet d’appréhender les apparences, les marquages, les règles de conduites et d’attitude,
mais on pourrait également ajouter le rôle des sciences et des savoirs sur le corps. La
deuxième voie dinvestigation est alors l’étude de ce niveau le plus fondamental, celui où le
corps à travers sa mise en jeu répétée, comme outil, est simultanément produit comme forme
corporelle déterminée (Christine Detrez, la construction sociale du corps, 1998). Le corps a
triomphé de deux difficultés, disait François Dagognet, : a- comment, avec lui, la globalité
peut-elle subsister, alors qu’il se distribue en segments et en territoires spécialisés, pour éviter
l’homogéniété indifférenciée ? b- Comment peut-il concilier l’intériorité et l’extériorité qu’il
ne sépare pas, ou encore, comment disposer l’intériorité (le soi) en dehors, sans la perdre ?
(Dagognet, le corps multiple et un, 1992). Et il ajoute : en lui (corps) ou par lui (corps), la
nature et la culture se conjuguent au point qu’on ne pourra plus les disjoindre. Comment peuton être « une sorte de socle résistant » quand le social vous traverse et vous emporte ?
(Dagognet, 1992, p. 167). Plus généralement, s’interroger sur le corps mène vite à des
problématiques plus gébérale : le corps est la charnière de deux concepts clés la nature et la
culture (Detrez, 1998).
d- La nourriture
De prime à bord rien ne peut paraitre plus naturel que manger. Cette simple activité est
codifiée chez l’homme. Dans toute société humaine des questions se posent tel que : quels
aliments mange-t-on ? Lesquels sont interdits ? Lesquels sont considérés comme nobles ?
Quels aliments sont liés à des circonstances particulières ?
commun ?
Le plat est-il individuel ou
Donc le repas c’est plus que manger. Le repas symbolise et codifie les relations humaines.
Elle exprime la stratification sociale. Dans les grands métropolitains, on trouve une
hiérarchisation des restaurants.
En Afrique de l’Ouest, disait Colleyn, les hommes mangent ensemble, autour du même plat,
et les femmes de leur côté, autour d’un autre plat. Ritualiser le repas marque les moments les
plus importants dela vie sociale, tels que la naissance, l’imposition du nom (baptême), le
mariage, les funérailles etc. manger ensemble constitue aussi, pour beaucoup de peuples
apaiser les tensions et favoriser la bonne entente. L’aliment favorise, parfois aussi, le contact
avec le sacré. A propos de la symblique de la nourriture voila ce que disait Louis-vinent
Thomas : L’attitude des Nyangatom d’Abyssinie nous paraît intéressante. Tout d’abord, il
s’agit de consommer la « bouillie des faibles » ; elle se mange au sol car « le deuilleur est
réduit à la condition de chien ». Le fait que le plat ait été préparé par tous les deuilleurs
souligne l’urgence du lutter contre l’éclatement du lignage. Mais surtout, il s’agit de faire
passer le deuilleur sec et sans force à un stade de vivant normal. C’est pourquoi le plat,
analogue à celui que l’on donne aux êtres affaiblis, comprend du sorgho, du sang, de la
graisse, sans oublier une acine qui protège du « mauvais œil ».
e- La danse
L’être humain fait corps avec son imaginaire. La danse est un bon exemple pour déchifrer
cette relation entre les sexes et les groupes sociaux et la mise en scène du corps. En Tunisie
comme dans toute l’Afrique du nord la danse avec chant et musique fut avant la colonisation
une expression majeure de la culture orale des tribus. A l’opposé de la danse dite « classique »
occidentale la danse tunisienne concerne chacun et présente prioritairement un aspect festif.
La danse est d’abord un moyen d’expression, ce qui explique l’importance de l’improvisation.
La danse dit en règle générale la Loi et l’interdit. Mais elle peut aussi tenir un contre discours
et affirmer des transgressions. Si certaines danses campagnardes ont gardé leur mémoire
d’avant la colonisation, d’autres danses ont été improvisées au moment de certains
bouleversements sociaux. Dans ces moments la danse et les chants ont dit avec le corps et sur
le mode sensible, avec poésie et rythme, les réalités sociales mieux qu’aucun traité de
sociologie ne puisse jamais le faire. On peut ainsi repérer des grands traits structurels de la
danse en Tunisie. Celle-ci sépare la danse des hommes de la danse des femmes, sur le plan
spatial (il n’y a pas de contact corporel entre hommes et femmes), sur le plan gestuel (il y a
des mouvements propres aux hommes et d’autres propres aux femmes), sur le plan
symbolique (ce que racontent les femmes est très différent de ce racontent les hommes), une
fois ces codes posés, l’improvisation permet de s’exprimer et d’exprimer son environnement.
Les hommes et les femmes dansent généralement dans des espaces séparés et pour exprimer
des traits spécifiques de personnalité individuelle et sociale. (Bedhioufi Hafsi, (2010, Danse
des hommes et transgression sociale, Cultures et Sociétés, n°16, pp. 94-95)
Elias Canetti décrit la danse de la pluie des Indiens Pueblos comme suit « ce sont des danses
de multiplication, destinées à amener la pluie. Les Indiens font pour ainsi dire sortir la pluie
de sol en le piétinant. Le martèlement des pieds est comme la chute des gouttes. Si la pluie
vient à tomber pendant la cérémonie, ils continuent à danser sous la pluie. La danse qui mime
la pluie se change finalement en celle-ci. Un groupe de quelque quarante personnes aux
mouvements rythmiques se transforme en pluie. La pluie est le symbole de masse le plus
important des populations pueblos.(…) Les nombreux procédés magiques qui servent à
amener la pluie sont résumés et intensifiés dans les danse de la pluie »(Elias Canetti, Masse et
puissance, 1960, p. 145) Ces danses n’ont rien de sauvage, ce qui tient à la nature de la pluie.
La danse de la pluie met l’accent sur la dispersion. C’est une clémente que l’on désire, non
pas un animal dangereux à abbatre, non pas un ennemi odieux à combattre. Les danseurs
s’identifient aux ancêtres qui sont chez eux pacifiques et bienveillants. Musique et danse sont
intimement liées. La musique rituelle représente en Afrique un domaine élaboré et strictement
organisé. Ces musiques sont souvent accompagnées de chorégraphies. Dans certains pays, la
musique rituelle est associée à la musique de cour (royaumes Dahomey, Mossi, Mali, Congo).
Les rites d'initiations donnent également lieu à d'importantes manifestations musicales. Il en
est de même pour la plupart des évènements importants, qu'il s'agisse des funérailles, des
récoltes, des semailles, de la pêche ou de la chasse.
Les danses traditionnelles et les musiques témoignent de la créativité et du génie artistique
des populations. Elles constituent une des parties du patrimoine immatériel qui est le mieux
mis en valeur. Elles sont enregistrées sur des supports adéquats qui nécessitent des codes
d'interprétation, des modalités de transmission, des techniques de fabrication des instruments.
L'étroite relation entre la musique, la danse, la parole et la vie sociale rend souvent difficile
l'établissement d'une distinction très stricte entre musique profane et musique sacrée. Il existe
cependant des genres qui appartiennent plus précisément au domaine sacré (musiques
rituelles, musiques d'initiation) que d'autres (berceuses, complaintes).
En ce qui concerne le domaine profane, nous rencontrons différents types de musique : les
chants de travail, les chants épiques, les musiques de divertissement... Les gestes quotidiens
du cultivateur et du piroguier engendrent des rythmes qui, comme les percussions des pileuses
de mil, se métamorphosent en musiques et en danses.
f- La littérature orale
La tradition orale est le l’identité d’un groupe social. Elle est transmisse d’une génération à
une autre. La littérarure orale est extrêmement riche par son contenu et sa diversité. Cette
tradition orale est véhiculée par les mythes, contes, etc. Cette tradition s’attache aux systèmes
de valeurs des groupes sociaux.
La littérature orale exprime donc de façon artistique les pensées, les sentiments et les
préoccupations des populations. Ces expressions prennent la forme de mythes, de légendes,
d'allégories, de paraboles et de contes, de chants et de mélopées, de poèmes, de proverbes, de
devinettes et de théâtre.
Convention de la protection du patrimoine mondial culturel et
naturel (1972)
I DEFINITIONS DU PATRIMOINE CULTUREL ET NATUREL
Article 1
Aux fins de la présente Convention sont considérés comme "patrimoine culturel" :
− les monuments: œuvres architecturales, de sculpture ou de peinture monumentales,
éléments ou structures de caractère archéologique, inscriptions, grottes et groupes d'éléments,
qui ont une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de l'histoire, de l'art ou de la
science,
− les ensembles: groupes de constructions isolées ou réunies, qui, en raison de leur
architecture, de leur unité, ou de leur intégration dans le paysage, ont une valeur universelle
exceptionnelle du point de vue de l'histoire, de l'art ou de la science,
− les sites: œuvres de l'homme ou œuvres conjuguées de l'homme et de la nature, ainsi que les
zones y compris les sites archéologiques qui ont une valeur universelle exceptionnelle du
point de vue historique, esthétique, ethnologique ou anthropologique.
Article 2
Aux fins de la présente Convention sont considérés comme "patrimoine naturel" :
− les monuments naturels constitués par des formations physiques et biologiques ou par des
groupes de telles formations qui ont une valeur universelle exceptionnelle du point de vue
esthétique ou scientifique,
− les formations géologiques et physiographiques et les zones strictement délimitées
constituant l'habitat d'espèces animale et végétale menacées, qui ont une valeur universelle
exceptionnelle du point de vue de la science ou de la conservation,
− les sites naturels ou les zones naturelles strictement délimitées, qui ont une valeur
universelle exceptionnelle du point de vue de la science, de la conservation ou de la beauté
naturelle.
Article 3
Il appartient à chaque Etat partie à la présente Convention d'identifier et de délimiter les
différents biens situés sur son territoire et visés aux articles 1 et 2 cidessus.
II.
PROTECTION NATIONALE ET PROTECTION INTERNATIONALE DU
PATRIMOINE CULTUREL ET NATUREL
Article 4
Chacun des Etats parties à la présente Convention reconnaît que l'obligation d'assurer
l'identification, la protection, la conservation, la mise en valeur et la transmission aux
générations futures du patrimoine culturel et naturel visé aux articles 1 et 2 et situé sur son
territoire, lui incombe en premier chef. Il s'efforce d'agir à cet effet tant par son propre effort
au maximum de ses ressources disponibles que, le cas échéant, au moyen de l'assistance et de
la coopération internationales dont il pourra bénéficier, notamment aux plans financier,
artistique, scientifique et technique.
Article 5
Afin d'assurer une protection et une conservation aussi efficaces et une mise en valeur aussi
active que possible du patrimoine culturel et naturel situé sur leur territoire et dans les
conditions appropriées à chaque pays, les Etats parties à la présente Convention s'efforceront
dans la mesure du possible : (a) d'adopter une politique générale visant à assigner une
fonction au patrimoine culturel et naturel dans la vie collective, et à intégrer la protection de
ce patrimoine dans les programmes de planification générale; (b) d'instituer sur leur territoire,
dans la mesure ou ils n'existent pas, un ou plusieurs services de protection, de conservation et
de mise en valeur du patrimoine culturel et naturel, dotés d'un personnel approprié, et
disposant des moyens lui permettant d'accomplir les tâches qui lui incombent ; (c) de
développer les études et les recherches scientifiques et techniques et perfectionner les
méthodes d'intervention qui permettent à un Etat de faire face aux dangers qui menacent son
patrimoine culturel ou naturel ; (d) de prendre les mesures juridiques, scientifiques,
techniques, administratives et financières adéquates pour l'identification, la protection, la
conservation, la mise en valeur et la réanimation de ce patrimoine ;et (e) de favoriser la
création ou le développement de centres nationaux ou régionaux de formation dans le
domaine de la protection, de la conservation et de la mise en valeur du patrimoine culturel et
naturel etd'encourager la recherche scientifique dans ce domaine.
Article 6
1. En respectant pleinement la souveraineté des Etats sur le territoire desquels est situé le
patrimoine culturel et naturel visé aux articles l et 2, et sans préjudice des droits réels prévus
par la législation nationale sur ledit patrimoine, les Etats parties à la présente convention
reconnaissent qu'il constitue un patrimoine universel pour la protection duquel la communauté
internationale tout entière a le devoir de coopérer.
2. Les Etats parties s'engagent en conséquence, et conformément aux dispositions de la
présente convention, à apporter leur concours à l'identification, à la protection, à la
conservation et à la mise en valeur du patrimoine culturel et naturel visé aux paragraphes 2 et
4 de l'article 11 si l'Etat sur le territoire duquel il est situé le demande.
3. Chacun des Etats parties à la présente convention s'engage à ne prendre délibérément
aucune mesure susceptible d'endommager directement ou indirectement le patrimoine culturel
et naturel visé aux articles l et 2 qui est situé sur le territoire d'autres Etats parties à cette
convention.
Article 7
Aux fins de la présente convention, il faut entendre par protection internationale du
patrimoine mondial culturel et naturel la mise en place d'un système de coopération et
d'assistance internationales visant à seconder les Etats parties à la convention dans les efforts
qu'ils déploient pour préserver et identifier ce patrimoine.
III. COMITE INTERGOUVERNEMENTAL DE LA PROTECTION DU
PATRIMOINE MONDIAL CULTUREL ET NATUREL
Article 8
1. Il est institué auprès de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la
culture, un Comité intergouvernemental de la protection du patrimoine culturel et naturel de
valeur universelle exceptionnelle dénommé "le Comité du patrimoine mondial". Il est
composé de 15 Etats parties à la convention, élus par les Etats parties à la convention réunis
en assemblée générale au cours de sessions ordinaires de la Conférence générale de
l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture. Le nombre des
Etats membres du Comité sera porté à 21 à compter de la session ordinaire de la Conférence
générale qui suivra l'entrée en vigueur de la présente convention pour au moins 40 Etats.
2. L'élection des membres du Comité doit assurer une représentation équitable des différentes
régions et cultures du monde.
3. Assistent aux séances du Comité avec voix consultative un représentant du Centre
international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels
4(Centre de Rome), un représentant du Conseil international des monuments et des sites
(ICOMOS), et un représentant de l'Union internationale pour la conservation de la nature et
de ses ressources (UICN), auxquels peuvent s'ajouter, à la demande des Etats parties réunis en
assemblée générale au cours des sessions ordinaires de la Conférence générale de
l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture, des représentants
d'autres organisations intergouvernementales ou non gouvernementales ayant des objectifs
similaires.
Article 9
1. Les Etats membres du Comité du patrimoine mondial exercent leur mandat depuis la fin de
la session ordinaire de la Conférence générale au cours de laquelle ils ont été élus jusqu'à la
fin de sa troisième session ordinaire subséquente.
2. Toutefois, le mandat d'un tiers des membres désignés lors de la première élection se
terminera à la fin de la première session ordinaire de la Conférence générale suivant celle au
cours de laquelle ils ont été élus et le mandat d'un second tiers des membres désignés en
même temps, se terminera à la fin de la deuxième session ordinaire de la Conférence générale
suivant celle au cours de laquelle ils ont été élus. Les noms de ces membres seront tirés au
sort par le Président de la Conférence générale après la première élection.
3. Les Etats membres du Comité choisissent pour les représenter des personnes qualifiées
dans le domaine du patrimoine culturel ou du patrimoine naturel.
Article 10
1. Le Comité du patrimoine mondial adopte son règlement intérieur.
2. Le Comité peut à tout moment inviter à ses réunions des organismes publics ou privés,
ainsi que des personnes privées, pour les consulter sur des questions particulières.
3. Le Comité peut créer les organes consultatifs qu'il estime nécessaires à l'exécution de sa
tâche.
Article 11
1. Chacun des Etats parties à la présente convention soumet, dans toute la mesure du possible,
au Comité du patrimoine mondial un inventaire des biens du patrimoine culturel et naturel
situés sur son territoire et susceptibles d'être inscrits sur la liste prévue au paragraphe 2 du
présent article. Cet inventaire, qui n'est pas considéré comme exhaustif, doit comporter une
documentation sur le lieu des biens en question et sur l'intérêt qu'ils présentent.
2. Sur la base des inventaires soumis par les Etats en exécution du paragraphe 1 cidessus, le
Comité établit, met à jour et diffuse, sous le nom de "liste du patrimoine mondial", une liste
des biens du patrimoine culturel et du patrimoine naturel, tels qu'ils sont définis aux articles 1
et 2 de la présente convention, qu'il considère comme ayant une valeur universelle
exceptionnels en application des critères qu'il aura établis. Une mise à jour de la liste doit être
diffusée au moins tous les deux ans.
3. L'inscription d'un bien sur la liste du patrimoine mondial ne peut se faire qu'avec le
consentement de l'Etat intéressé. L'inscription d'un bien situé sur un territoire faisant l'objet de
revendication de souveraineté ou de juridiction de la part de plusieurs Etats ne préjuge en rien
les droits des parties au différend.
4. Le Comité établit, met à jour et diffuse, chaque fois que les circonstances l'exigent, sous le
nom de "liste du patrimoine mondial en péril", une liste des biens figurant sur la liste du
patrimoine mondial pour la sauvegarde desquels de grands travaux sont nécessaires et pour
lesquels une assistance à été demandée aux termes de la présente convention. Cette liste
contient une estimation du coût des opérations. Ne peuvent figurer sur cette liste que des biens
du patrimoine culturel et naturel qui sont menacés de dangers graves et précis, tels que
menace de disparition due à une dégradation accélérée, projets de grands travaux publics ou
privés, rapide développement urbain et touristique, destruction due à des changements
d'utilisation ou de propriété de la terre, altérations profondes dues à une cause inconnue,
abandon pour des raisons quelconques, conflit armé venant ou menaçant d'éclater, calamités
et cataclysmes, grands incendies, séismes, glissements de terrain, éruptions volcaniques,
modification du niveau des eaux, inondations, raz de marée. Le Comité peut, à tout moment,
en cas d'urgence, procéder à une nouvelle inscription sur la liste du patrimoine mondial en
péril et donner à cette inscription une diffusion immédiate.
5. Le Comité définit les critères sur la base desquels un bien du patrimoine culturel et naturel
peut être inscrit dans l'une ou l'autre des listes visées aux paragraphes 2 et 4 du présent article.
6. Avant de refuser une demande d'inscription sur l'une des deux listes visées aux paragraphes
2 et 4 du présent article, le Comité consulte l'Etat partie sur le territoire duquel est situé le
bien du patrimoine culturel ou naturel dont il s'agit.
7. Le Comité, avec l'accord des Etats intéressés, coordonne et encourage les études et les
recherches nécessaires à la constitution des listes visées aux paragraphes 2 et 4 du présent
article.
Article 12
Le fait qu'un bien du patrimoine culturel et naturel n'ait pas été inscrit sur l'une ou l'autre des
deux listes visées aux paragraphes 2 et 4 de l'article 11 ne saurait en aucune manière signifier
qu'il n'a pas une valeur universelle exceptionnelle à des fins autres que celles résultant de
l'inscription sur ces listes.
Article 13
1. Le Comité du patrimoine mondial reçoit et étudie les demandes d'assistance internationale
formulées par les Etats parties à la présente Convention en ce qui concerne les biens du
patrimoine culturel et naturel situés sur leur territoire, qui figurent ou sont susceptibles de
figurer sur les listes visées aux paragraphes 2 et 4
de l'article 11. Ces demandes peuvent avoir pour objet la protection, la conservation, la mise
en valeur ou la réanimation de ces biens.
2. Les demandes d'assistance internationale en application du paragraphe 1 du présent article
peuvent aussi avoir pour objet l'identification de biens du patrimoine culturel et naturel défini
aux articles 1 et 2, lorsque des recherches préliminaires ont permis d'établir que ces dernières
méritaient d'être poursuivies.
3. Le Comité décide de la suite à donner à ces demandes, détermine, le cas échéant, la nature
et l'importance de son aide et autorise la conclusion, en son nom, des arrangements
nécessaires avec le gouvernement intéressé.
4. Le Comité fixe un ordre de priorité pour ses interventions. Il le fait en tenant compte de
l'importance respective des biens à sauvegarder pour le patrimoine mondial culturel et naturel,
de la nécessité d'assurer l'assistance internationale aux biens les plus représentatifs de la
nature ou du génie et de l'histoire des peuples du monde et de l'urgence des travaux à
entreprendre, de l'importance des ressources des Etats sur le territoire desquels se trouvent les
biens menacés et en particulier de la mesure dans laquelle ils pourraient assurer la sauvegarde
de ces biens par leurs propres moyens.
5. Le Comité établit, met à jour et diffuse une liste des biens pour lesquels une assistance
internationale à été fournie.
6. Le Comité décide de l'utilisation des ressources du Fonds créé aux termes de l'article 15 de
la présente Convention. Il recherche les moyens d'en augmenter les ressources et prend toutes
mesures utiles à cet effet.
7. Le Comité coopère avec les organisations internationales et nationales, gouvernementales
et non gouvernementales, ayant des objectifs similaires à ceux de la présente Convention pour
la mise en œuvre de ses programmes et l'exécution de ses projets, le Comité peut faire appel à
ces organisations, en particulier au Centre international d'études pour la conservation et la
restauration des biens culturels (Centre de Rome), au Conseil international des monuments et
des sites (ICOMOS) et à l'Union internationale pour la conservation de la nature et de ses
ressources (UICN), ainsi qu'à d'autres organismes publics ou privés et à des personnes
privées.
8. Les décisions du Comité sont prises à la majorité des deux tiers des membres présents et
votants. Le quorum est constitué par la majorité des membres du Comité.
Article 14
1. Le Comité du patrimoine mondial est assisté par un secrétariat nommé par le Directeur
général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture.
2. Le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la
culture, utilisant le plus possible les services du Centre international d'études pour la
conservation et la restauration des biens culturels (Centre de Rome), du Conseil international
des monuments et des sites (ICOMOS), et de l'Union internationale pour la conservation de la
nature et de ses ressources (UICN), dans les domaines de leurs compétences et de leurs
possibilités respectives, prépare la documentation du Comité, l'ordre du jour de ses réunions
et assure l'exécution de ses décisions.
IV. FONDS POUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE MONDIAL
CULTUREL ET NATUREL
Article 15
l. Il est créé un fonds pour la protection du patrimoine mondial culturel et naturel de valeur
universelle exceptionnelle, dénommé "Le Fonds du patrimoine mondial".
2. Le Fonds est constitué en fonds de dépôt, conformément aux dispositions du règlement
financier de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture.
3. Les ressources du Fonds sont constituées par :
(a) les contributions obligatoires et les contributions volontaires des Etats parties à la présente
convention ; (b) les versements, dons ou legs que pourront faire : (i) d'autres Etats, (ii)
l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture, les autres
organisations du système des Nations Unies, notamment le Programme de développement des
Nations Unies et d'autres organisations intergouvernementales, (iii) des organismes publics
ou privés ou des personnes privées ; (c) tout intérêt dû sur les ressources du Fonds ; (d) le
produit des collectes et les recettes des manifestations organisées au profit du Fonds et (e)
toutes autres ressources autorisées par le règlement qu'élaborera le Comité du patrimoine
mondial.
4. Les contributions au Fonds et les autres formes d'assistance fournies au Comité ne peuvent
être affectées qu'aux fins définies par lui. Le Comité peut accepter des contributions ne devant
être affectées qu'à un certain programme ou à un projet particulier, à la condition que la mise
en œuvre de ce programme ou l'exécution de ce projet ait été décidée par le Comité. Les
contributions au Fonds ne peuvent être assorties d'aucune condition politique.
Article 16
1. Sans préjudice de toute contribution volontaire complémentaire, les Etats parties à la
présente convention s'engagent à verser régulièrement, tous les deux ans, au Fonds du
patrimoine mondial des contributions dont le montant, calculé selon un pourcentage uniforme
applicable à tous les Etats, sera décidé par l'assemblée générale des Etats parties à la
convention, réunis au cours de sessions de la Conférence générale de l'Organisation des
Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture. Cette décision de l'assemblée générale
requiert la majorité des Etats parties présents et votants qui n'ont pas fait la déclaration visée
au paragraphe 2 du présent article. En aucun cas, la contribution obligatoire des Etats parties à
la convention ne pourra dépasser 1% de sa contribution au budget ordinaire de l'Organisation
des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture.
2. Toutefois, tout Etat visé à l'article 31 ou à l'article 32 de la présente convention peut, au
moment du dépôt de ses instruments de ratification, d'acceptation ou d'adhésion, déclarer qu'il
ne sera pas lié par les dispositions du paragraphe (1) du présent article.
3. Un Etat partie à la convention ayant fait la déclaration visée au paragraphe (2) du présent
article, peut à tout moment retirer ladite déclaration moyennant notification du Directeur
général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture.
Toutefois, le retrait de la déclaration n'aura d'effet sur la contribution obligatoire due par cet
Etat qu'à partir de la date de l'assemblée générale des Etats parties qui suivra.
4. Afin que le Comité soit en mesure de prévoir ses opérations d'une manière efficace, les
contributions des Etats parties à la présente convention, ayant fait la déclaration visée au
paragraphe 2 du présent article, doivent être versées sur une base régulière, au moins tous les
deux ans, et ne devraient pas être inférieures aux contributions qu'ils auraient dû verser s'ils
avaient été liés par les dispositions du paragraphe l du présent article.
5. Tout Etat partie à la convention qui est en retard dans le paiement de sa contribution
obligatoire ou volontaire en ce qui concerne l'année en cours et l'année civile qui l'a
immédiatement précédée, n'est pas éligible au Comité du patrimoine mondial, cette
disposition ne s'appliquant pas lors de la première élection. Le mandat d'un tel Etat qui est
déjà membre du Comité prendra fin au moment de toute élection prévue à l'article 8,
paragraphe 1, de la présente convention.
Article 17
Les Etats parties à la présente convention envisagent ou favorisent la création de fondations
ou d'associations nationales publiques et privées ayant pour but d'encourager les libéralités en
faveur de la protection du patrimoine culturel et naturel défini aux articles l et 2 de la présente
Convention.
Article 18
Les Etats parties à la présente Convention prêtent leur concours aux campagnes
internationales de collecte qui sont organisées au profit du Fonds du patrimoine mondial sous
les auspices de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture. Ils
facilitent les collectes faites à ces fins par des organismes mentionnés au paragraphe 3, article
15.
V. CONDITIONS ET MODALITES DE L'ASSISTANCE INTERNATIONALE
Article 19
Tout Etat partie à la présente Convention peut demander une assistance internationale en
faveur de biens du patrimoine culturel ou naturel de valeur universelle exceptionnelle situés
sur son territoire. Il doit joindre à sa demande les éléments d'information et les documents
prévus à l'article 21 dont il dispose et dont le Comité à besoin pour prendre sa décision.
Article 20
Sous réserve des dispositions du paragraphe 2 de l'article 13, de l'alinéa (c) de l'article 22, et
de l'article 23, l'assistance internationale prévue par la présente Convention ne peut être
accordée qu'à des biens du patrimoine culturel et naturel que le Comité du patrimoine mondial
a décidé ou décide de faire figurer sur l'une des listes visées aux paragraphes 2 et 4 de l'article
11.
Article 21
1. Le Comité du patrimoine mondial définit la procédure d'examen des demandes d'assistance
internationale qu'il est appelé à fournir et précise notamment les éléments qui doivent figurer
dans la demande, laquelle doit décrire l'opération envisagée, les travaux nécessaires, une
estimation de leur coût, leur urgence et les raisons pour lesquelles les ressources de l'Etat
demandeur ne lui permettent pas de faire face à la totalité de la dépense. Les demandes
doivent, chaque fois que possible, s'appuyer sur l'avis d'experts.
2. En raison des travaux qu'il peut y avoir lieu d'entreprendre sans délai, les demandes fondées
sur des calamités naturelles ou des catastrophes doivent être examinées d'urgence et en
priorité par le Comité, qui doit disposer d'un fonds de réserve servant à de telles éventualités.
3. Avant de prendre une décision, le Comité procède aux études et aux consultations qu'il juge
nécessaires.
Article 22
L'assistance accordée par le Comité du patrimoine mondial peut prendre les formes suivantes
:
(a) études sur les problèmes artistiques, scientifiques et techniques que posent la protection, la
conservation, la mise en valeur et la réanimation du patrimoine culturel et naturel, tel qu'il est
défini aux paragraphes 2 et 4 de l'article 11 de la présente Convention ; (b) mise à la
disposition d'experts, de techniciens et de main-d'œuvre qualifiée pour veiller à la bonne
exécution du projet approuvé ; (c) formation de spécialistes de tous niveaux dans le domaine
de l'identification, de la protection, de la conservation, de la mise en valeur et de la
réanimation du patrimoine culturel et naturel ; (d) fourniture de l'équipement que l'Etat
intéressé ne possède pas ou n'est pas en mesure d'acquérir ; (e) prêts à faible intérêt, sans
intérêt, ou qui pourraient être remboursés à long terme ; (f) octroi, dans des cas exceptionnels
et spécialement motivés, de subventions non remboursables.
Article 23
Le Comité du patrimoine mondial peut également fournir une assistance internationale à des
centres nationaux ou régionaux de formation de spécialistes de tous niveaux dans le domaine
de l'identification, de la protection, de la conservation, de la mise en valeur et de la
réanimation du patrimoine culturel et naturel.
Article 24
Une assistance internationale très importante ne peut être accordée qu'après une étude
scientifique, économique et technique détaillée. Cette étude doit faire appel aux techniques les
plus avancées de protection, de conservation, de mise en valeur et de réanimation du
patrimoine culturel et naturel et correspondre aux objectifs de la présente Convention. L'étude
doit aussi rechercher les moyens d'employer rationnellement les ressources disponibles dans
l'Etat intéressé.
Article 25
Le financement des travaux nécessaires ne doit, en principe, incomber que partiellement à la
communauté internationale. La participation de l'Etat qui bénéficie de l'assistance
internationale doit constituer une part substantielle des ressources apportées à chaque
programme ou projet, sauf si ses ressources ne le lui permettent pas.
Article 26
Le Comité du patrimoine mondial et l'Etat bénéficiaire définissent dans l'accord qu'ils
concluent les conditions dans lesquelles sera exécuté un programme ou projet pour lequel est
fournie une assistance internationale au titre de la présente convention. Il incombe à l'Etat qui
reçoit cette assistance internationale de continuer à protéger, conserver et mettre en valeur les
biens ainsi sauvegardés, conformément aux conditions définies dans l'accord.
VI. PROGRAMMES EDUCATIFS
Article 27
1. Les Etats parties à la présente Convention s'efforcent par tous les moyens appropriés,
notamment par des programmes d'éducation et d'information, de renforcer le respect et
l'attachement de leurs peuples au patrimoine culturel et naturel défini aux articles 1 et 2 de la
Convention.
2. Ils s'engagent à informer largement le public des menaces qui pèsent sur ce patrimoine et
des activités entreprises en application de la présente Convention.
Article 28
Les Etats parties à la présente Convention qui reçoivent une assistance internationale en
application de la Convention prennent les mesures nécessaires pour faire connaître
l'importance des biens qui ont fait l'objet de cette assistance et le rôle que cette dernière a
joué.
VII. RAPPORTS
Article 29
1. Les Etats parties à la présente Convention indiquent dans les rapports qu'ils présenteront à
la Conférence générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la
culture aux dates et sous la forme qu'elle déterminera, les dispositions législatives et
réglementaires et les autres mesures qu'ils auront adoptées pour l'application de la
Convention, ainsi que l'expérience qu'ils auront acquise dans ce domaine.
2. Ces rapports seront portés à la connaissance du Comité du patrimoine mondial.
3. Le Comité présente un rapport sur ses activités à chacune des sessions ordinaires de la
Conférence générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la
culture.
VIII. CLAUSES FINALES
Article 30
La présente Convention est établie en anglais, en arabe, en espagnol, en français et en russe,
les cinq textes faisant également foi.
Article 31
1. La présente Convention sera soumise à la ratification ou à l'acceptation des Etats membres
de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture, conformément à
leurs procédures constitutionnelles respectives.
2. Les instruments de ratification ou d'acceptation seront déposés auprès du Directeur général
de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture.
Article 32
1. La présente Convention est ouverte à l'adhésion de tout Etat non-membre de l'Organisation
des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture, invité à y adhérer par la
Conférence générale de l'Organisation.
2. L'adhésion se fera par le dépôt d'un instrument d'adhésion auprès du Directeur général de
l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture.
Article 33
La présente Convention entrera en vigueur trois mois après la date du dépôt du vingtième
instrument de ratification, d'acceptation ou d'adhésion mais uniquement à l'égard des Etats qui
auront déposé leurs instruments respectifs de ratification, d'acceptation ou d'adhésion à cette
date ou antérieurement. Elle entrera en vigueur pour chaque autre Etat trois mois après le
dépôt de son instrument de ratification, d'acceptation ou d'adhésion.
Article 34
Les dispositions ci-après s'appliquent aux Etats parties à la présente Convention ayant un
système constitutionnel fédératif ou non unitaire : (a) en ce qui concerne les dispositions de
cette Convention dont la mise en œuvre relève de l'action législative du pouvoir législatif
fédéral ou central, les obligations du gouvernement fédéral ou central seront les mêmes que
celles des Etats parties qui ne sont pas des Etats fédératifs ; (b) en ce qui concerne les
dispositions de cette Convention dont l'application relève de l'action législatif de chacun des
Etats, pays, provinces ou cantons constituants, qui ne sont pas en vertu du système
constitutionnel de la fédération tenus à prendre des mesures législatives, le gouvernement
fédéral portera, avec son avis favorable, lesdites dispositions à la connaissance des autorités
compétentes des Etats, pays, provinces ou cantons.
Article 35
1. Chacun des Etats parties à la présente Convention aura la faculté de dénoncer la
Convention.
2. La dénonciation sera notifiée par un instrument écrit déposé auprès du Directeur général de
l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture.
3. La dénonciation prendra effet 12 mois après réception de l'instrument de dénonciation. Elle
ne modifiera en rien les obligations financières à assumer par l'Etat dénonciateur jusqu'à la
date à laquelle le retrait prendra effet.
Article 36
Le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la
culture informera les Etats membres de l'Organisation, les Etats nonmembres visés à l'article
32, ainsi que l'Organisation des Nations Unies, du dépôt de tous les instruments de
ratification, d'acceptation ou d'adhésion mentionnés aux articles 31 et 32, de même que des
dénonciations prévues à l'article 35.
Article 37
1. La présente convention pourra être révisée par la Conférence générale de l'Organisation des
Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture. La révision ne liera cependant que les
Etats qui deviendront parties à la Convention portant révision.
2. Au cas où la Conférence générale adopterait une nouvelle convention portant révision
totale ou partielle de la présente Convention et à moins que la nouvelle convention n'en
dispose autrement, la présente convention cesserait d'être ouverte à la ratification, à
l'acceptation ou à l'adhésion, à partir de la date d'entrée en vigueur de la nouvelle convention
portant révision.
Article 38
Conformément à l'article 102 de la Charte des Nations Unies, la présente convention sera
enregistrée au Secrétariat des Nations Unies à la requête du Directeur général de
l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture.
Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel
immatériel 2003
La Conférence générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la
culture ci-après dénommée "l'UNESCO", réunie à Paris du vingt-neuf septembre au dixsept
octobre 2003 en sa 32e session,
Se référant aux instruments internationaux existants relatifs aux droits de l'homme, en
particulier à la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948, au Pacte international
relatif aux droits économiques, sociaux et culturels de 1966 et au Pacte international relatif
aux droits civils et politiques de 1966, Considérant l'importance du patrimoine culturel
immatériel, creuset de la diversité culturelle et garant du développement durable, telle que
soulignée par la Recommandation de l'UNESCO sur la sauvegarde de la culture traditionnelle
et populaire de 1989, par la
Déclaration universelle de l'UNESCO sur la diversité culturelle de 2001 et par la Déclaration
d'Istanbul de 2002 adoptée par la troisième Table ronde des ministres de la culture,
Considérant la profonde interdépendance entre le patrimoine culturel immatériel et le
patrimoine matériel culturel et naturel,
Reconnaissant que les processus de mondialisation et de transformation sociale, à côté des
conditions qu'ils créent pour un dialogue renouvelé entre les communautés, font, tout comme
les phénomènes d'intolérance, également peser de graves menaces de dégradation, de
disparition et de destruction sur le patrimoine culturel immatériel, en particulier du fait du
manque de moyens de sauvegarde de celui-ci, Consciente de la volonté universelle et de la
préoccupation partagée de sauvegarder le patrimoine culturel immatériel de l'humanité,
Reconnaissant que les communautés, en particulier les communautés autochtones, les groupes
et, le cas échéant, les individus, jouent un rôle important dans la production, la sauvegarde,
l'entretien et la recréation du patrimoine culturel immatériel, contribuant ainsi à
l'enrichissement de la diversité culturelle et de la créativité humaine,
Notant la grande portée de l'activité menée par l'UNESCO afin d'établir des instruments
normatifs pour la protection du patrimoine culturel, en particulier la Convention pour la
protection du patrimoine mondial, culturel et naturel de 1972,
Notant en outre qu'il n'existe à ce jour aucun instrument multilatéral à caractère contraignant
visant à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, Considérant que les accords,
recommandations et résolutions internationaux existants concernant le patrimoine culturel et
naturel devraient être enrichis et complétés efficacement au moyen de nouvelles dispositions
relatives au patrimoine culturel immatériel, Considérant la nécessité de faire davantage
prendre conscience, en particulier parmi les jeunes générations, de l'importance du patrimoine
culturel immatériel et de sa sauvegarde, Considérant que la communauté internationale
devrait contribuer avec les Etats parties à la présente Convention à la sauvegarde de ce
patrimoine dans un esprit de coopération et d'entraide, Rappelant les programmes de
l'UNESCO relatifs au patrimoine culturel immatériel, notamment la Proclamation des chefsd’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité,
Considérant le rôle inestimable du patrimoine culturel immatériel comme facteur de
rapprochement, d'échange et de compréhension entre les êtres humains,
Adopte, le dix-sept octobre 2003, la présente Convention.
I. Dispositions générales
Article premier : Buts de la Convention
Les buts de la présente Convention sont : (a) la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel ;
(b) le respect du patrimoine culturel immatériel des communautés, des groupes et des
individus concernés ; (c) la sensibilisation aux niveaux local, national et international à
l'importance du patrimoine culturel immatériel et de son appréciation mutuelle ; (d) la
coopération et l'assistance internationales.
Article 2 : Définitions
Aux fins de la présente Convention,
1. On entend par "patrimoine culturel immatériel" les pratiques, représentations, expressions,
connaissances et savoir-faire - ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels
qui leur sont associés - que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus
reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel.
Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en
permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction
avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d'identité et de continuité,
contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.
Aux fins de la présente Convention, seul sera pris en considération le patrimoine culturel
immatériel conforme aux instruments internationaux existants relatifs aux droits de l'homme,
ainsi qu'à l'exigence du respect mutuel entre communautés, groupes et individus, et d'un
développement durable.
2. Le "patrimoine culturel immatériel", tel qu'il est défini au paragraphe 1 ci-dessus, se
manifeste notamment dans les domaines suivants : (a) les traditions et expressions orales, y
compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel ; (b) les arts du spectacle
; (c) les pratiques sociales, rituels et événements festifs ; (d) les connaissances et pratiques
concernant la nature et l'univers ; (e) les savoir-faire liés à l'artisanat traditionnel.
3. On entend par "sauvegarde" les mesures visant à assurer la viabilité du patrimoine culturel
immatériel, y compris l'identification, la documentation, la recherche, la préservation, la
protection, la promotion, la mise en valeur, la transmission, essentiellement par l'éducation
formelle et non formelle, ainsi que la revitalisation des différents aspects de ce patrimoine.
4. On entend par "Etats parties" les Etats qui sont liés par la présente Convention et entre
lesquels celle-ci est en vigueur.
5. La présente Convention s'applique mutatis mutandis aux territoires visés à l'article 33 qui
en deviennent parties, conformément aux conditions précisées dans cet article. Dans cette
mesure, l'expression "Etats parties" s'entend également de ces territoires.
Article 3 : Relation avec d'autres instruments internationaux
Rien dans la présente Convention ne peut être interprété comme :
(a) altérant le statut ou diminuant le niveau de protection des biens déclarés du patrimoine
mondial dans le cadre de la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et
naturel de 1972, auxquels un élément du patrimoine culturel immatériel est directement
associé ; ou (b) affectant les droits et obligations des Etats parties découlant de tout
instrument international relatif aux droits de la propriété intellectuelle ou à l'usage des
ressources biologiques et écologiques auquel ils sont parties.
II. Organes de la Convention
Article 4 : Assemblée générale des Etats parties
1. Il est établi une Assemblée générale des Etats parties, ci-après dénommée "l'Assemblée
générale". L'Assemblée générale est l'organe souverain de la présente Convention.
2. L'Assemblée générale se réunit en session ordinaire tous les deux ans. Elle peut se réunir en
session extraordinaire si elle en décide ainsi ou si demande lui en est adressée par le Comité
intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel ou par au moins un
tiers des Etats parties.
3. L'Assemblée générale adopte son règlement intérieur.
Article 5 : Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel
1. Il est institué auprès de l'UNESCO un Comité intergouvernemental de sauvegarde du
patrimoine culturel immatériel, ci-après dénommé "le Comité". Il est composé de
représentants de 18 Etats parties, élus par les Etats parties réunis en Assemblée générale dès
que la présente Convention entrera en vigueur conformément à l'article 34.
2. Le nombre des Etats membres du Comité sera porté à 24 dès lors que le nombre d'Etats
parties à la Convention atteindra 50.
Article 6 : Election et mandat des Etats membres du Comité
1. L'élection des Etats membres du Comité doit répondre aux principes de répartition
géographique et de rotation équitables.
2. Les Etats membres du Comité sont élus pour un mandat de quatre ans par les Etats parties
à la Convention réunis en Assemblée générale.
3. Toutefois, le mandat de la moitié des Etats membres du Comité élus lors de la première
élection est limité à deux ans. Ces Etats sont désignés par un tirage au sort lors de cette
première élection.
4. Tous les deux ans, l'Assemblée générale procède au renouvellement de la moitié des Etats
membres du Comité.
5. Elle élit également autant d'Etats membres du Comité que nécessaire pour pourvoir les
postes vacants.
6. Un Etat membre du Comité ne peut être élu pour deux mandats consécutifs.
7. Les Etats membres du Comité choisissent pour les représenter des personnes qualifiées
dans les divers domaines du patrimoine culturel immatériel.
Article 7 : Fonctions du Comité
Sans préjudice des autres attributions qui lui sont conférées par la présente Convention, les
fonctions du Comité sont les suivantes : (a) promouvoir les objectifs de la Convention,
encourager et assurer le suivi de sa mise en œuvre ; (b) donner des conseils sur les meilleures
pratiques et formuler des recommandations sur les mesures en faveur de la sauvegarde du
patrimoine culturel immatériel ; (c) préparer et soumettre à l'approbation de l'Assemblée
générale un projet d'utilisation des ressources du Fonds, conformément à l'article 25 ; (d)
s'efforcer de trouver les moyens d'augmenter ses ressources et prendre les mesures requises à
cette fin, conformément à l'article 25 ; (e) préparer et soumettre à l'approbation de
l'Assemblée générale des directives opérationnelles pour la mise en œuvre de la Convention ;
(f) examiner, conformément à l'article 29, les rapports des Etats parties, et en faire un résumé
à l'intention de l'Assemblée générale ; (g) examiner les demandes présentées par les Etats
parties et décider, en conformité avec les critères objectifs de sélection établis par lui et
approuvés par l'Assemblée générale : (i) des inscriptions sur les listes et des propositions
mentionnées aux articles 16, 17 et 18 ; (ii) de l'octroi de l'assistance internationale
conformément à l'article 22.
Article 8 : Méthodes de travail du Comité
1. Le Comité est responsable devant l'Assemblée générale. Il lui rend compte de toutes ses
activités et décisions.
2. Le Comité adopte son règlement intérieur à la majorité des deux tiers de ses membres.
3. Le Comité peut créer temporairement les organes consultatifs ad hoc qu'il estime
nécessaires à l'exécution de sa tâche.
4. Le Comité peut inviter à ses réunions tout organisme public ou privé, ainsi que toute
personne physique, possédant des compétences avérées dans les différents domaines du
patrimoine culturel immatériel, pour les consulter sur toute question particulière.
Article 9 : Accréditation des organisations consultatives
1. Le Comité propose à l'Assemblée générale l'accréditation d'organisations non
gouvernementales possédant des compétences avérées dans le domaine du patrimoine
culturel immatériel. Ces organisations auront des fonctions consultatives auprès du Comité.
2. Le Comité propose également à l'Assemblée générale les critères et modalités de cette
accréditation.
Article 10 : Le Secrétariat
1. Le Comité est assisté par le Secrétariat de l'UNESCO.
2. Le Secrétariat prépare la documentation de l'Assemblée générale et du Comité, ainsi que le
projet d'ordre du jour de leurs réunions et assure l'exécution de leurs décisions.
III. Sauvegarde du patrimoine culturel immatériel à l'échelle nationale
Article 11 : Rôle des Etats parties
Il appartient à chaque Etat partie : (a) de prendre les mesures nécessaires pour assurer la
sauvegarde du patrimoine culturel immatériel présent sur son territoire ; (b) parmi les mesures
de sauvegarde visées à l'article 2, paragraphe 3, d'identifier et de définir les différents
éléments du patrimoine culturel immatériel présents sur son territoire, avec la participation
des communautés, des groupes et des organisations non gouvernementales pertinentes.
Article 12 : Inventaires
1. Pour assurer l'identification en vue de la sauvegarde, chaque Etat partie dresse, de façon
adaptée à sa situation, un ou plusieurs inventaires du patrimoine culturel immatériel présent
sur son territoire. Ces inventaires font l'objet d'une mise à jour régulière.
2. Chaque Etat partie, lorsqu'il présente périodiquement son rapport au Comité, conformément
à l'article 29, fournit des informations pertinentes concernant ces inventaires.
Article 13 : Autres mesures de sauvegarde
En vue d'assurer la sauvegarde, le développement et la mise en valeur du patrimoine culturel
immatériel présent sur son territoire, chaque Etat partie s'efforce : (a) d'adopter une politique
générale visant à mettre en valeur la fonction du patrimoine culturel immatériel dans la
société et à intégrer la sauvegarde de ce patrimoine dans des programmes de planification ; (b)
de désigner ou d'établir un ou plusieurs organismes compétents pour la sauvegarde du
patrimoine culturel immatériel présent sur son territoire ; (c) d'encourager des études
scientifiques, techniques et artistiques ainsi que des méthodologies de recherche pour une
sauvegarde efficace du patrimoine culturel immatériel, en particulier du patrimoine culturel
immatériel en danger ; (d) d'adopter les mesures juridiques, techniques, administratives et
financières appropriées visant à : (i) favoriser la création ou le renforcement d'institutions de
formation à la gestion du patrimoine culturel immatériel ainsi que la transmission de ce
patrimoine à travers les forums et espaces destinés à sa représentation et à son expression ; (ii)
garantir l'accès au patrimoine culturel immatériel tout en respectant les pratiques coutumières
qui régissent l'accès à des aspects spécifiques de ce patrimoine ; (iii) établir des institutions
de documentation sur le patrimoine culturel immatériel et à en faciliter l'accès.
Article 14 : Education, sensibilisation et renforcement des capacités
Chaque Etat partie s'efforce, par tous moyens appropriés :
(a) d'assurer la reconnaissance, le respect et la mise en valeur du patrimoine culturel
immatériel dans la société, en particulier grâce à : (i) des programmes éducatifs, de
sensibilisation et de diffusion d'informations à l'intention du public, notamment des jeunes ;
(ii) des programmes éducatifs et de formation spécifiques au sein des communautés et des
groupes concernés ; (iii) des activités de renforcement des capacités en matière de sauvegarde
du patrimoine culturel immatériel et en particulier de gestion et de recherche scientifique ; et
(iv) des moyens non formels de transmission des savoirs ; (b) de maintenir le public informé
des menaces qui pèsent sur ce patrimoine ainsi que des activités menées en application de la
présente Convention ; (c) de promouvoir l'éducation à la protection des espaces naturels et des
lieux de mémoire dont l'existence est nécessaire à l'expression du patrimoine culturel
immatériel.
Article 15 : Participation des communautés, groupes et individus
Dans le cadre de ses activités de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, chaque Etat
partie s'efforce d'assurer la plus large participation possible des communautés, des groupes et,
le cas échéant, des individus qui créent, entretiennent et transmettent ce patrimoine, et de les
impliquer activement dans sa gestion.
IV. Sauvegarde du patrimoine culturel immatériel à l'échelle internationale
Article 16 : Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité
1. Pour assurer une meilleure visibilité du patrimoine culturel immatériel, faire prendre
davantage conscience de son importance et favoriser le dialogue dans le respect de la diversité
culturelle, le Comité, sur proposition des Etats parties concernés, établit, tient à jour et publie
une liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité.
2. Le Comité élabore et soumet à l'approbation de l'Assemblée générale les critères présidant
à l'établissement, à la mise à jour et à la publication de cette liste représentative.
Article 17 : Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente
1. En vue de prendre les mesures de sauvegarde appropriées, le Comité établit, tient à jour et
publie une liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente, et
inscrit ce patrimoine sur la Liste à la demande de l'Etat partie concerné.
2. Le Comité élabore et soumet à l'approbation de l'Assemblée générale les critères présidant
à l'établissement, à la mise à jour et à la publication de cette liste.
3. Dans des cas d'extrême urgence - dont les critères objectifs sont approuvés par l'Assemblée
générale sur proposition du Comité - celui-ci peut inscrire un élément du patrimoine concerné
sur la Liste mentionnée au paragraphe 1 en consultation avec l'Etat partie concerné.
Article 18 : Programmes, projets et activités de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel
1. Sur la base des propositions présentées par les Etats parties, et conformément aux critères
qu'il définit et qui sont approuvés par l'Assemblée générale, le Comité sélectionne
périodiquement et fait la promotion des programmes, projets et activités de caractère national,
sous-régional ou régional de sauvegarde du patrimoine qu'il estime refléter le mieux les
principes et objectifs de la présente Convention, en tenant compte des besoins particuliers des
pays en développement.
2. A cette fin, il reçoit, examine et approuve les demandes d'assistance internationale
formulées par les Etats parties pour l'élaboration de ces propositions.
3. Le Comité accompagne la mise en œuvre desdits programmes, projets et activités par la
diffusion des meilleures pratiques selon les modalités qu'il aura déterminées.
V. Coopération et assistance internationales
Article 19 : Coopération
1. Aux fins de la présente Convention, la coopération internationale comprend en particulier
l'échange d'informations et d'expériences, des initiatives communes ainsi que la mise en place
d'un mécanisme d'assistance aux Etats parties dans leurs efforts pour sauvegarder le
patrimoine culturel immatériel.
2. Sans préjudice des dispositions de leur législation nationale et de leurs droit et pratiques
coutumiers, les Etats parties reconnaissent que la sauvegarde du patrimoine culturel
immatériel est dans l'intérêt général de l'humanité et s'engagent, à cette fin, à coopérer aux
niveaux bilatéral, sous-régional, régional et international.
Article 20 : Objectifs de l'assistance internationale
L'assistance internationale peut être accordée pour les objectifs suivants : (a) la sauvegarde du
patrimoine inscrit sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde
urgente ; (b) la préparation d'inventaires au sens des articles 11 et 12 ; (c) l'appui à des
programmes, projets et activités conduits aux niveaux national, sous régional et régional,
visant à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel ; (d) tout autre objectif que le Comité
jugerait nécessaire.
Article 21 : Formes de l'assistance internationale
L'assistance accordée par le Comité à un Etat partie est réglementée par les directives
opérationnelles prévues à l'article 7 et par l'accord visé à l'article 24, et peut prendre les
formes suivantes :
(a) des études concernant les différents aspects de la sauvegarde ; (b) la mise à disposition
d'experts et de praticiens ; (c) la formation de tous personnels nécessaires ; (d) l'élaboration de
mesures normatives ou autres ; (e) la création et l'exploitation d'infrastructures ; (f) la
fourniture d'équipement et de savoir-faire ; (g) d'autres formes d'assistance financière et
technique y compris, le cas échéant, l'octroi de prêts à faible intérêt et de dons.
Article 22 : Conditions de l'assistance internationale
1. Le Comité établit la procédure d'examen des demandes d'assistance internationale et
précise les éléments de la demande tels que les mesures envisagées, les interventions
nécessaires et l'évaluation de leur coût.
2. En cas d'urgence, la demande d'assistance doit être examinée en priorité par le Comité.
3. Afin de prendre une décision, le Comité procède aux études et consultations qu'il juge
nécessaires.
Article 23 : Demandes d'assistance internationale
1. Chaque Etat partie peut présenter au Comité une demande d'assistance internationale pour
la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel présent sur son territoire.
2. Une telle demande peut aussi être présentée conjointement par deux ou plusieurs Etats
parties.
3. La demande doit comporter les éléments d'information prévus à l'article 22, paragraphe 1,
et les documents nécessaires.
Article 24 : Rôle des Etats parties bénéficiaires
1. En conformité avec les dispositions de la présente Convention, l'assistance internationale
attribuée est régie par un accord entre l'Etat partie bénéficiaire et le Comité.
2. En règle générale, l'Etat partie bénéficiaire doit participer, dans la mesure de ses moyens,
au coût des mesures de sauvegarde pour lesquelles une assistance internationale est fournie.
3. L'Etat partie bénéficiaire remet au Comité un rapport sur l'utilisation de l'assistance
accordée en faveur de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.
VI. Fonds du patrimoine culturel immatériel
Article 25 : Nature et ressources du Fonds
1. Il est créé un "Fonds pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel", ci-après
dénommé "le Fonds".
2. Le Fonds est constitué en fonds-en-dépôt conformément aux dispositions du Règlement
financier de l'UNESCO.
3. Les ressources du Fonds sont constituées par : (a) les contributions des Etats parties ; (b)
les fonds alloués à cette fin par la Conférence générale de l'UNESCO ; (c) les versements,
dons ou legs que pourront faire : (i) d'autres Etats ; (ii) les organisations et programmes du
système des Nations Unies, notamment le Programme des Nations Unies pour le
développement, ainsi que d'autres organisations internationales ; (iii) des organismes publics
ou privés ou des personnes privées ; (d) tout intérêt dû sur les ressources du Fonds ; (e) le
produit des collectes et les recettes des manifestations organisées au profit du Fonds ; (f)
toutes autres ressources autorisées par le règlement du Fonds que le Comité élabore.
4. L'utilisation des ressources par le Comité est décidée sur la base des orientations de
l'Assemblée générale.
5. Le Comité peut accepter des contributions et autres formes d'assistance fournies à des fins
générales ou spécifiques se rapportant à des projets déterminés, pourvu que ces projets soient
approuvés par le Comité.
6. Les contributions au Fonds ne peuvent être assorties d'aucune condition politique,
économique ou autre qui soit incompatible avec les objectifs recherchés par la présente
Convention.
Article 26 : Contributions des Etats parties au Fonds
1. Sans préjudice de toute contribution volontaire supplémentaire, les Etats parties à la
présente Convention s'engagent à verser au Fonds, au moins tous les deux ans, une
contribution dont le montant, calculé selon un pourcentage uniforme applicable à tous les
Etats, sera décidé par l'Assemblée générale. Cette décision de l'Assemblée générale sera prise
à la majorité des Etats parties présents et votants qui n'ont pas fait la déclaration visée au
paragraphe 2 du présent article. En aucun cas, cette contribution ne pourra dépasser 1 % de la
contribution de l'Etat partie au budget ordinaire de l'UNESCO.
2. Toutefois, tout Etat visé à l'article 32 ou à l'article 33 de la présente Convention peut, au
moment du dépôt de ses instruments de ratification, d'acceptation, d'approbation ou
d'adhésion, déclarer qu'il ne sera pas lié par les dispositions du paragraphe 1 du présent
article.
3. Un Etat partie à la présente Convention ayant fait la déclaration visée au paragraphe 2 du
présent article s'efforcera de retirer ladite déclaration moyennant notification au Directeur
général de l'UNESCO. Toutefois, le retrait de la déclaration n'aura d'effet sur la contribution
due par cet Etat qu'à partir de la date d'ouverture de la session suivante de l'Assemblée
générale.
4. Afin que le Comité soit en mesure de prévoir ses opérations d'une manière efficace, les
contributions des Etats parties à la présente Convention qui ont fait la déclaration visée au
paragraphe 2 du présent article, doivent être versées sur une base régulière, au moins tous les
deux ans, et devraient se rapprocher le plus possible des contributions qu'ils auraient dû verser
s'ils avaient été liés par les dispositions du paragraphe 1 du présent article.
5. Tout Etat partie à la présente Convention, en retard dans le paiement de sa contribution
obligatoire ou volontaire au titre de l'année en cours et de l'année civile qui l'a immédiatement
précédée, n'est pas éligible au Comité, cette disposition ne s'appliquant pas lors de la première
élection. Le mandat d'un tel Etat qui est déjà membre du Comité prendra fin au moment de
toute élection prévue à l'article 6 de la présente Convention.
Article 27 : Contributions volontaires supplémentaires au Fonds
Les Etats parties désireux de verser des contributions volontaires en sus de celles prévues à
l'article 26 en informent le Comité aussitôt que possible afin de lui permettre de planifier ses
activités en conséquence.
Article 28 : Campagnes internationales de collecte de fonds
Les Etats parties prêtent, dans la mesure du possible, leur concours aux campagnes
internationales de collecte organisées au profit du Fonds sous les auspices de l'UNESCO.
Article 29 : Rapports des Etats parties
Les Etats parties présentent au Comité, dans les formes et selon la périodicité prescrite par ce
dernier, des rapports sur les dispositions législatives, réglementaires ou autres prises pour la
mise en œuvre de la présente Convention.
Article 30 : Rapports du Comité
1. Sur la base de ses activités et des rapports des Etats parties mentionnés à l'article 29, le
Comité soumet un rapport à chaque session de l'Assemblée générale.
2. Ce rapport est porté à la connaissance de la Conférence générale de l'UNESCO.
VIII. Clause transitoire
Article 31 : Relation avec la Proclamation des chefs-d'oeuvre du patrimoine oral et
immatériel de l'humanité
1. Le Comité intègre dans la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de
l'humanité les éléments proclamés "Chefs-d'oeuvre du patrimoine oral et immatériel de
l'humanité" avant l'entrée en vigueur de la présente Convention.
2. L'intégration de ces éléments dans la Liste représentative du patrimoine culturel
immatériel de l'humanité ne préjuge en rien des critères arrêtés conformément à l'article 16,
paragraphe 2, pour les inscriptions à venir.
3. Aucune autre Proclamation ne sera faite après l'entrée en vigueur de la présente
Convention.
IX. Dispositions finales
Article 32 : Ratification, acceptation ou approbation
1. La présente Convention est soumise à la ratification, l'acceptation ou l'approbation des
Etats membres de l'UNESCO, conformément à leurs procédures constitutionnelles
respectives.
2. Les instruments de ratification, d'acceptation ou d'approbation sont déposés auprès du
Directeur général de l'UNESCO.
Article 33 : Adhésion
1. La présente Convention est ouverte à l'adhésion de tout Etat non membre de l'UNESCO
invité à y adhérer par la Conférence générale de l'Organisation.
2. La présente Convention est également ouverte à l'adhésion des territoires qui jouissent
d'une complète autonomie interne, reconnue comme telle par l'Organisation des Nations
Unies, mais qui n'ont pas accédé à la pleine indépendance conformément à la résolution 1514
(XV) de l'Assemblée générale et qui ont compétence pour les matières dont traite la présente
Convention, y compris la compétence reconnue pour conclure des traités sur ces matières.
3. L'instrument d'adhésion sera déposé auprès du Directeur général de l'UNESCO.
Article 34 : Entrée en vigueur
La présente Convention entrera en vigueur trois mois après la date du dépôt du trentième
instrument de ratification, d'acceptation, d'approbation ou d'adhésion, mais uniquement à
l'égard des Etats qui auront déposé leurs instruments respectifs de ratification, d'acceptation,
d'approbation ou d'adhésion à cette date ou antérieurement. Elle entrera en vigueur pour tout
autre Etat partie trois mois après le dépôt de son instrument de ratification, d'acceptation,
d'approbation ou d'adhésion.
Article 35 : Régimes constitutionnels fédératifs ou non unitaires
Les dispositions ci-après s'appliquent aux Etats parties ayant un régime constitutionnel
fédératif ou non unitaire :
(a) en ce qui concerne les dispositions de la présente Convention dont l'application relève de
la compétence du pouvoir législatif fédéral ou central, les obligations du gouvernement
fédéral ou central seront les mêmes que celles des Etats parties qui ne sont pas des Etats
fédératifs ;
(b) en ce qui concerne les dispositions de la présente Convention dont l'application relève de
la compétence de chacun des Etats, pays, provinces ou cantons constituants, qui ne sont pas
en vertu du régime constitutionnel de la fédération tenus de prendre des mesures législatives,
le gouvernement fédéral portera, avec son avis favorable, lesdites dispositions à la
connaissance des autorités compétentes des Etats, pays, provinces ou cantons pour adoption.
Article 36 : Dénonciation
1. Chacun des Etats parties a la faculté de dénoncer la présente Convention.
2. La dénonciation est notifiée par un instrument écrit déposé auprès du Directeur général de
l'UNESCO.
3. La dénonciation prend effet douze mois après réception de l'instrument de dénonciation.
Elle ne modifie en rien les obligations financières dont l'Etat partie dénonciateur est tenu de
s'acquitter jusqu'à la date à laquelle le retrait prend effet.
Article 37 : Fonctions du dépositaire
Le Directeur général de l'UNESCO, en sa qualité de dépositaire de la présente Convention,
informe les Etats membres de l'Organisation, les Etats non membres visés à l'article 33, ainsi
que l'Organisation des Nations Unies, du dépôt de tous les instruments de ratification,
d'acceptation, d'approbation ou d'adhésion mentionnés aux articles 32 et 33, de même que des
dénonciations prévues à l'article 36.
Article 38 : Amendements
1. Tout Etat partie peut, par voie de communication écrite adressée au Directeur général,
proposer des amendements à la présente Convention. Le Directeur général transmet cette
communication à tous les Etats parties. Si, dans les six mois qui suivent la date de
transmission de la communication, la moitié au moins des Etat parties donne une réponse
favorable à cette demande, le Directeur général présente cette proposition à la prochaine
session de l'Assemblée générale pour discussion et éventuelle adoption.
2. Les amendements sont adoptés à la majorité des deux tiers des Etats parties présents et
votants.
3. Les amendements à la présente Convention, une fois adoptés, sont soumis aux Etats parties
pour ratification, acceptation, approbation ou adhésion.
4. Pour les Etats parties qui les ont ratifiés, acceptés, approuvés ou y ont adhéré, les
amendements à la présente Convention entrent en vigueur trois mois après le dépôt des
instruments visés au paragraphe 3 du présent article par les deux tiers des Etat parties. Par la
suite, pour chaque Etat partie qui ratifie, accepte, approuve un amendement ou y adhère, cet
amendement entre en vigueur trois mois après la date de dépôt par l'Etat partie de son
instrument de ratification, d'acceptation, d'approbation ou d'adhésion.
5. La procédure établie aux paragraphes 3 et 4 ne s'applique pas aux amendements apportés à
l'article 5 relatif au nombre des Etats membres du Comité. Ces amendements entrent en
vigueur au moment de leur adoption.
6. Un Etat qui devient partie à la présente Convention après l'entrée en vigueur
d'amendements conformément au paragraphe 4 du présent article est, faute d'avoir exprimé
une intention différente, considéré comme étant : (a) partie à la présente Convention ainsi
amendée ; et (b) partie à la présente Convention non amendée à l'égard de tout Etat partie qui
n'est pas lié par ces amendements.
Article 39 : Textes faisant foi
La présente Convention est établie en anglais, en arabe, en chinois, en espagnol, en français et
en russe, les six textes faisant également foi.
Article 40 : Enregistrement
Conformément à l'article 102 de la Charte des Nations Unies, la présente Convention sera
enregistrée au Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies à la requête du Directeur
général de l'UNESCO.
La déclaration du Québec :
(sur la sauvegarde de l’esprit du lieu adoptée à Québec, Canada, le 4 octobre 2008) « Cité
par Laurier Turgeon « Introduction. Du matériel à l'immatériel. Nouveaux défis, nouveaux
enjeux », Ethnologie française 3/2010 (Vol. 40), p. 389-399 ».
Préambule
Réunis dans la ville de Québec (Canada) du 29 septembre au 4 octobre 2008, sur l’invitation
d’icomos Canada, à l’occasion de la 16e assemblée générale d’icomos et des célébrations
marquant le 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec, les participants adoptent
cette déclaration de principes et de recommandations destinée à la préservation de l’esprit du
lieu, par la sauvegarde du patrimoine matériel et immatériel, qui est envisagée comme un
moyen novateur et efficace de développement durable et social à travers le monde.
Cette déclaration s’inscrit dans une série de mesures et d’actions entreprises depuis quelques
années par icomos pour sauvegarder et promouvoir l’esprit des lieux, principalement leur
caractère vivant, social et spirituel. En 2003, icomos a consacré le symposium scientifique de
sa 14e assemblée générale, tenue à Victoria Falls, au Zimbabwe, au thème de la conservation
des valeurs sociales immatérielles de monuments et de sites. Par la déclaration de Kimberley
de 2003, icomos s’est engagé à tenir compte des composantes immatérielles (mémoires,
croyances, appartenances, savoir-faire, affects) et des communautés locales qui les portent et
les conservent dans la gestion et la conservation des monuments et des sites régis par la
Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel de 1972. La
déclaration icomos de Xi’an de 2005 attire l’attention sur la conservation du contexte, défini
comme les éléments physiques, visuels et naturels ainsi que les pratiques sociales ou
spirituelles, les coutumes, les métiers, les savoir-faire traditionnels et les autres formes et
expressions immatérielles, dans la protection et la mise en valeur des monuments et des sites
du patrimoine mondial. Elle souligne également la nécessité d’une approche multidisciplinaire
et l’utilisation de sources diversifiées pour mieux comprendre, gérer et conserver le contexte.
La déclaration de Foz Do Iguaçu de 2008, icomos région des Amériques, précise que la
sauvegarde des éléments matériels et immatériels est fondamentale pour la préservation de
l’identité des communautés qui ont créé et transmis des espaces patrimoniaux. Les nouvelles
chartes sur les itinéraires culturels et sur l’interprétation et la présentation d’icomos, élaborées
après de nombreuses consultations, et présentées pour ratification à la 16e assemblée
générale, accordent aussi une place importante au patrimoine intangible et spirituel des lieux.
En raison de l’interdépendance du patrimoine matériel et immatériel ainsi que du sens, des
valeurs et des éléments contextuels que le patrimoine immatériel donne aux objets et aux
lieux, icomos envisage l’adoption d’une charte consacrée spécialement au patrimoine culturel
immatériel des monuments et sites. À ce sujet, nous encourageons la mise en place de débats
pour définir un nouveau vocabulaire conceptuel qui ferait part des changements ontologiques
de l’esprit du lieu.
L’assemblée générale de Québec, plus particulièrement le forum des jeunes, le forum des
autochtones et le symposium scientifique, a permis de poursuivre cette réflexion avec encore
plus de détermination et d’éclairer les rapports entre le patrimoine matériel et immatériel et
les mécanismes qui régissent l’esprit du lieu. Nous définissons l’esprit du lieu comme
l’ensemble des éléments matériels (sites, paysages, bâtiments, objets) et immatériels
(mémoires, récits oraux, documents écrits, rituels, festivals, métiers, savoir-faire, valeurs,
odeurs), physiques et spirituels, qui donne du sens, de la valeur, de l’émotion et du mystère au
lieu. Plutôt que de séparer l’esprit du lieu, l’immatériel du matériel, et de les mettre en
opposition, nous avons exploré les différentes manières dont les deux sont unis dans une
étroite interaction, l’un se construisant par rapport à l’autre. L’esprit construit le lieu et, en
même temps, le lieu investit et structure l’esprit. Les lieux sont investis par différents acteurs
sociaux, tant les concepteurs que les utilisateurs qui participent très activement à la
construction de leur sens. Envisagé dans sa dynamique relationnelle, l’esprit du lieu prend
ainsi un caractère pluriel et polyvalent, et peut posséder plusieurs significations et
singularités, changer de sens avec le temps et être partagé par plusieurs groupes. Cette
approche plus dynamique est mieux adaptée à un monde globalisé, caractérisé de plus en plus
par les migrations transnationales, les populations re-localisées, les contacts interculturels, les
sociétés multiculturelles et les appartenances multiples.
La notion de l’esprit du lieu permet de mieux comprendre le caractère à la fois vivant et
permanent des monuments, des sites et des paysages culturels. Elle donne une vision plus
riche, dynamique, large et inclusive du patrimoine culturel. L’esprit du lieu existe, sous une
forme ou une autre, dans pratiquement toutes les cultures du monde et est une construction
humaine destinée à desservir des besoins sociaux. Les groupes qui habitent le lieu, surtout
lorsqu’il s’agit de sociétés traditionnelles, devraient être intimement associés à la sauvegarde
de sa mémoire, de sa vitalité et de sa pérennité, voire de sa sacralité.
Les participants de la 16e assemblée générale adressent la présente déclaration aux
organisations intergouvernementales, aux autorités nationales et locales ainsi qu’à toutes les
institutions et spécialistes aptes à contribuer par la législation, par les pratiques, par les
processus d’aménagement et de planification ainsi que par la gestion à une meilleure
sauvegarde et promotion de l’esprit du lieu.
Repenser l’esprit du lieu
1. Reconnaissant que l’esprit du lieu est constitué d’éléments matériels (sites, paysages,
bâtiments, objets) et immatériels (mémoires, récits oraux, documents écrits, rituels, festivals,
métiers, savoir-faire, valeurs, odeurs), qui servent tous de manière significative à marquer un
lieu et à lui donner un esprit, nous demandons à ce que tout projet de conservation et de
restauration de monuments, de sites, de paysages, de routes, de collections et d’objets et à ce
que toute législation sur le patrimoine culturel tiennent compte autant des composantes
matérielles que des composantes immatérielles de l’esprit du lieu.
2. Puisque l’esprit du lieu est complexe et multiforme, nous demandons aux gouvernements et
organismes patrimoniaux d’exiger la composition d’équipes multidisciplinaires de chercheurs
et de praticiens traditionnels afin de mieux comprendre, préserver et transmettre l’esprit du
lieu.
3. Sachant que l’esprit du lieu est un processus, construit et reconstruit pour répondre aux
besoins de continuité et de changement des communautés, nous soutenons qu’il peut varier
avec le temps et d’une culture à une autre en fonction de leurs pratiques mémorielles, et qu’un
même lieu peut posséder plusieurs esprits et être partagé par différents groupes.
Identifier les menaces de l’esprit du lieu
4. Étant donné que les changements climatiques, le tourisme de masse, les conflits armés et le
développement urbain conduisent à des transformations et des ruptures dans les sociétés, il
nous faut mieux comprendre les menaces afin de prendre des mesures préventives et planifier
des solutions durables. Nous recommandons que les organisations gouvernementales et non
gouvernementales, les associations patrimoniales locales et régionales, développent des plans
stratégiques à long terme pour mieux protéger l’esprit du lieu et son environnement. De
même, les habitants ainsi que les autorités locales doivent être sensibilisés à la sauvegarde de
l’esprit du lieu pour faire face aux menaces dues aux transformations du monde actuel.
5. Compte tenu que le partage de lieux investis d’esprits différents augmente le risque de
tensions et de conflits, nous considérons que ces sites nécessitent des plans de gestion
spécifiques, adaptés au contexte pluraliste des sociétés multiculturelles modernes. Comme les
menaces de l’esprit des lieux sont particulièrement élevées chez les groupes minoritaires,
autochtones et allochtones, nous recommandons que ces groupes bénéficient prioritairement
de politiques et de pratiques spécifiques.
Sauvegarder l’esprit du lieu
6. Étant donné que dans la plupart des pays du monde d’aujourd’hui l’esprit du lieu,
particulièrement ses composantes immatérielles, ne bénéficie ni de programmes d’éducation
formels ni de cadres de protection juridique, nous encourageons fortement la mise sur pied de
programmes de formation et l’adoption de nouvelles lois destinées à la conservation et à la
gestion de l’esprit du lieu.
7. Considérant que les technologies modernes (bases de données numériques, sites Internet)
permettent de constituer rapidement et efficacement des inventaires multimédias qui intègrent
les éléments matériels et immatériels du patrimoine, nous recommandons fortement leur
utilisation pour mieux conserver, diffuser et promouvoir les lieux patrimoniaux et leurs
esprits. Ces technologies facilitent la diversité et le renouvellement constant de la
documentation sur l’esprit du lieu.
Transmettre l’esprit du lieu
8. Reconnaissant que l’esprit du lieu est transmis essentiellement par des personnes et que la
transmission participe activement à sa conservation, nous déclarons que c’est par la
communication interactive et la participation des communautés concernées que l’esprit du lieu
est sauvegardé, employé et enrichi. La communication permet ainsi de garder l’esprit du lieu
vivant.
9. Considérant que les communautés locales sont généralement les mieux placées pour saisir
l’esprit du lieu, surtout dans le cas des groupes culturels traditionnels, nous soutenons qu’elles
devraient être intimement associées à tous les efforts de conservation et de transmission de
l’esprit du lieu. Les transmissions informelles (récits oraux, rites, performances,
apprentissages artistiques et artisanaux) et formelles (programmes éducatifs, banques de
données informatisées, sites Internet, trousses pédagogiques) devraient être encouragées car
elles assurent non seulement la sauvegarde de l’esprit du lieu mais aussi, plus important
encore, le développement durable et la vitalité de la communauté.
10. Reconnaissant que la transmission intergénérationnelle et que la transmission
transculturelle sont des composantes importantes pour la sauvegarde et la diffusion de l’esprit
du lieu, nous recommandons l’association et la participation des jeunes générations et des
différents groupes culturels en lien avec le site à l’élaboration de politiques de protection et à
la gestion de l’esprit du lieu.
Questionnement pour conclure
Nous abordons cette question de patrimoine immatériel sous l’angle d’un réinvestissement
local qui se prolonge dans le général. Il faut probablement une démarche différente pour
décrire et comprendre les éléments constitutifs de notre patrimoine immatériel.
De nos jours, la culture est devenue un instrument de gouvernement et de contrôle des âmes
(Jean Duvignaud, Le jeu du jeu, 1980, p. 17). L’institution veut contrôler les manifestations
culturelles telles que les fêtes, la création artistique, les cérémonies religieuses, et les formes
de jouissances individuelles ou collectives. Comment peut-on de se détacher de cette emprise
politique qui entrave, parfois, la réalisation d’un projet écotouristique qui prend en
consédération la valorisation d’éléments immatériels du patrimoine immatériel ?
La lecture savante nous autorise à poser la question suivante : existe-t-il des croyances, des
actes, des scénarios sociaux, dans la vie commune ou individuelle qui échapent au contrôle
institutionnel ?
On se demande, aussi, si dans leur investigation les sociologues, les historiens et les
anthropologues, n’ont pas laissé de côté des activtés, des faits, des figures de sacré, des
formes iconologiques dans l’étude des sociétés afro-méditeranéennes, dont on peut les mettre
en valeur.
Dans l’investigation du patrimoine immatériel local ne serait-t-il pas opportun de se soustraire
de modes permanents et universels de la vie collective ?
Il est important aussi d’éviter l’éléboration d’ensembles cohérents qui renvoient à la vie totale
d’un groupe ou de l’humanité. Il faut alors déchiffrer ou décrypter la mémoire collective, les
pratiques quotidiennes pour retrouver le gisement autoctone de ce patrimoine immatériel.
« Ne peut-on faire l’option qu’il existe dans toutes les civilisations un chmp d’expérience
détaché de toute fonction ou de toute finalité dans le système social envisagé ? Un domaine
dans lequel la gratuité, le hasard et le jeu ne se confondraient pas avec les règles qui
définissent une culture établie et régulièrement reproduite ? On pourrait ainsi mesurer la
quantité d’activité ludique que chaque type de société s’accorde à elle-même et à ses
membres. Si les croyances religieuses ou magiques s’accordent ou non avec ce champ libre de
la vie commune. Décrire comment les grandes instances de la vie – lamort, l’éros, la faim, la
polémique guérière- peuvent intervenir dans ce territoire. Et, probablement, limiter l’exercice
des fonctions ou des structures pour donner une place aux activités « inutiles » et délivrées de
toute finalité ». (Duvignaud, 1980, p. 24-25)
Bibliographie
Aikawa-Faure Noriko, 2009, « From the Proclamation of Masterpieces to the Convention
for the Safeguarding of Intangible Cultural Heritage », in Laurajane Smith et Natsuko
Akagawa (eds.), Intangible Heritage, Londres et New York : 13-44.
Alexander Christopher, 2004, The Nature of Order. Vol. 1 : The Phenomenon of Life,
Berkeley, Center for Environmental Structure.
Alivizatou Marilena, 2008, « Contextualizing ich in Heritage Studies and Museology »,
International Journal of Intangible Heritage, 3 : 44-54.
Amirou R. (2000), Imaginaire du tourisme culturel, Paris, PUF.
AMSELLE J. L., 1990. Logiques métisses. Anthropologie de l’identité en Afrique et ailleurs. Paris,
Payot.
AMSELLE J. L., 2001. Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures. Paris,
Flammarion.
APPADURAI A., 1996. Modernity at Large. Cultural Dimensions of Globalization. Minneapolis,
University of Minnesota Press. [Trad. Française : 2001. Après le colonialisme. Les conséquences
culturelles de la globalisation. Paris, Payot].
Appadurai Arjun, 2005, Après le colonialisme, les conséquences culturelles de la
globalisation, Paris, Payot.
Augé M. (1992), Non-lieux: introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris,
Seuil.
Augustin J.-P. (1995), Sport, géographie et aménagement, Paris, Nathan, coll. Fac.
Barthes Roland, 1970, L’empire des signes, Genève, Skira.
BASTIDE R., 1960. « Problèmes de l’entrecroisement des civilisations et de leurs œuvres », in
GURVITCH G. (dir.), Traité de sociologie. Paris, PUF : 315-330.
Bedhioufi H, (2000), Corps et traditions islamiques : divisions ontologiques et ritualités du
corps, Noir sur Blanc Edtions.
Bedhioufi H, (2010), Corps et traditions islamiques : les usages sociaux du corps, Les
Editions Universitaires Europeennes.
Bedhioufi H, (2010), Danse des hommes et trasgressions sociales, cultures et sociétés, n°16, :
93-101.
Blake Janet, 2009, « unesco’s 2003 Convention on Intangible Heritage : The Implications of
Community Involvement in “Safeguarding” », in Laurajane Smith et Natsuko Akagawa
(eds.), Intangible Heritage, Londres et New York : 45-73.
Bourdieu Pierre, 1980, Le sens pratique, Paris, Minuit.
Choay Françoise, 1999, L’allégorie du patrimoine, Paris, Le Seuil.
CHOMSKY N., 2003. Hegemony or Survival. America’s Quest for Global Dominance. New York,
Metropolitan Books.
Claval Paul, 2003, « Sens patrimoniaux dans le monde », in Maris Gravari-Barbas et Sylvie
Guichard-Anguis (eds.), Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du
xxie siècle, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne : 45-58.
CLIFFORD J., MARCUS G. E. (eds), 1986. Writing Culture: the Poetics and Politics of
Ethnography. Berkeley, University of California Press.
Collomb Gérard, 1998, « En Guyane : “ethnologie” ou “patrimoine” ? », Terrain, 33 : 145158.
Conseil de l’Europe, 2009, Le patrimoine et au-delà, Strasbourg, Éditions du Conseil de
l’Europe.
COPANS
J.,
2000.
« Mondialisation
des
terrains
ou
internationalisation
des
traditions
disciplinaires ? L’Utopie d’une anthropologie sans frontières »,Anthropologie et Sociétés, 24(1) :
21-42.
CRANE D., 2002. « Culture and Globalization: Theoretical Models and Emerging Trends », inCRANE
D., KAWASHIMA N. & KAWASAKI K. (eds), Global Culture: Media, Arts, Policy and Globalization.
London, Routledge : 1-28.
Crozat D et Sébastien Fournier S. (2005), « De la fête aux loisirs: événement,
marchandisation et invention des lieux », Annales de géographie 3/2005 (n° 643), p. 307-328.
Debary Octave, 2002, La fin du Creusot ou l’art d’accommoder les restes, Paris, cths.
DORIN S., 2005. « La globalisation culturelle vue de Calcutta : Circulations de la musique
populaire
occidentale », Sociétés
de
la
mondialisation. Nantes, LESTAMP.http://www.lestamp.com/publications_mondialisation/publication
.dorin.htm
DORIN
S.,
2006.
« Culture,
globalisation
et
communication :
perspectives
théoriques
contemporaines », Colloque international, Mutations des industries de la culture, de l’information et
de la communication, La Plaine St Denis, 25-27 Septembre 2006. http://www.observatoireomic.org/colloque-icic/pdf/Dorin2_2.pdf.
Duvignaud J. (1973), Fêtes et civilisations, Weber.
Elias N. (1973), La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy.
Fabre Daniel, 2000, Domestiquer l’histoire : ethnologie des monuments historiques, Paris,
Éditions de la Maison des sciences de l’homme.
GEERTZ C., 1988. Works and Lives: the Anthropologist as Author. Cambridge, Polity press. [Trad.
française : 1996. Ici et là-bas : l’anthropologue comme auteur. Paris, Métailié.]
Genest Bernard et Camille Lapointe, 2004, Le patrimoine culturel : un capital social et
économique, Québec, gouvernement du Québec.
GOURNAY B., 2002. Exception culturelle et mondialisation. Paris, Presses de Sciences Po.
Groupe conseil, 2000 (sous la présidence de Roland Arpin), La politique du patrimoine
culturel du Québec, Notre patrimoine, un présent du passé, Québec, Communications
Science-Impact : 10-12.
GRUZINSKI S., 1999. La pensée métisse. Paris, Fayard.
Heinich Nathalie, 2009, La fabrique du patrimoine, Paris, Éditions de la Maison des sciences
de l’homme.
HERSKOVITS M., LINTON R. & REDFIELD R., 1936. « Memorandum on the Study of
Acculturation », American Anthropologist, vol. 38(1): 149-152.
Icomos, 2003, Proceedings of the 14th General Assembly and Scientific Symposium, « Place,
Memory, Meaning : Preserving Intangible Values in Monuments and Sites », Victoria Falls,
Zimbabwe
Ingold Tim, 2000, The Perception of the Environment : Essays in Livelihood, Dwelling and
Skill, Londres et New York, Routledge.
Lachab M, (2010), Les jalons d’une construction sociale du corps en Tunisie, in Les tratiques
physiques et sportives des tunisiens : regards croisés, ONS Editions : 161-179.
LAPLANTINE F., NOUSS A., 2001. Métissages, de Arcimboldo à Zombi. Paris, Éd.
Pauvert.
Lassana Cissé, 2007, Tourisme et associations culturelles au pays de Donjon, L’Afrique des
associations : entre culture et développement, Momar-Coumba Diop et Jean Benoist (sous
dir), CEPROS Karthala, pp.39-41.
LATOUCHE S., 1989. L’Occidentalisation du monde. Essai sur la signification, la portée et les
limites de l’uniformisation planétaire. Paris, La Découverte.
Laurent-Sébastien Fournier, « Colloque « Le patrimoine immatériel : problématiques, enjeux et
perspectives ». Québec, 17-21 octobre 2007 », Journal des anthropologues [En ligne], 112113 | 2008, mis en ligne le 28 juin 2010, consulté le 28 octobre 2011
MARCUS G. E., 2002. « Au-delà de Malinowski et après Writing Culture : à propos du futur de
l’anthropologie
culturelle
et
du
malaise
de
l’ethnographie », Ethnographiques.org,
1
(avril)http://www.ethnographiques.org/2002/Marcus.html
Nora Pierre (dir.), 1984-1992, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 3 t. : t. I La
République (1 vol., 1984), t. II La Nation (3 vol., 1987), t. III Les France (3 vol., 1992).
SAÏD E., 1993. Culture and Imperialism. New York, Random House.
Segalen Martine, 2005, Vie d’un musée, 1937-2005, Paris, Stock.
Turgeon L et Saint-Pierre L, 2009, « Le patrimoine immatériel religieux au Québec :
sauvegarder l’immatériel par le virtuel », Ethnologies, 31, 1 : 201-233.
Turgeon Laurier, 2003, Patrimoines métissés : contextes coloniaux et postcoloniaux, Paris et
Québec, Maison des sciences de l’homme et Presses de l’université Laval.
Liens utiles :
(site Web : http://www.international.icomos.org/victoriafalls2003).
www.unesco.org
http://www.bunka.go.jp/kokusaibunka/bunkazaihogo/pdf/nara
https://www.morebooks.de/store/fr/book/corps-et-traditions-islamiques:-les-usages-sociauxdu-corps/isbn/978-613-1-54596-2
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising