Journal 8 - L`Association des Vendéens de Paris

Journal 8 - L`Association des Vendéens de Paris
16/02/10
23:27
Page 1
Le Vendéen
Mars - avril 2010 / 5 €
ISSN 1773-049X
Journal 8
de Paris et d’Île-de-France
SAMEDI
27
MARS 2010
semaine 12
Sainte Lydie-
Notre A.G. 2010 à
la Maison des asso du 14e >> p. 3
La brioche vendéenne
convivialité et saveur >> p. 7
Les Russes et la Conférence
de Versailles en 1919 >> p. 13
DU MOULIN DES ALOUETTES À LA VAGUE VENDÉE,
rdv du 16 au 19 mars à la gare Montparnasse >> p. 7
Journal 8
16/02/10
23:27
Page 2
Le mot du Président
>>
3
CRISE DU LOGEMENT
À PARIS
Sommaire
Assemblée Générale du 27 Mars 2010
Convocation et vote par Thierry Chaillou
5
Vie de l’association
Déjeuner-Galette des rois du 24 janvier par Pierre Dane
Un jeune éducateur spécialisé du bocage
obtient en janvier une formation d’animateur à
Joinville-le-Pont, près de Paris. À prendre sans
délais. Mais pas de logement, connaît personne,
et au hasard des recommandations fait appel à
notre réseau.
Chez nous, Pierre lui trouve dans l’urgence trois
adresses de foyers du secteur.
En attendant, Il dormira les premiers jours à
l'hôtel, puis deux jours dans sa voiture…
Il cherchera en vain d’autres solutions avec son
centre de formation. Las, deux foyers (Créteil et
Cachan) faute de place et de garantie financière
ne peuvent le prendre. Une misère s’installe.
Il logera dix jours dans une chambre de 12 m2,
accueilli en plein hiver par un stagiaire et sa
copine, rencontrés depuis deux semaines...
«C’est pas une vie » nous dira-il, le moral bas,
« j'espère trouver quelque chose avant début
février sinon je serai obligé d'abandonner ma
formation et rentrer en Vendée… »
C’était sans compter sur la troisième adresse, à
Chevilly-Larue : une place se libère pour lui le
1er février. Aujourd’hui notre compatriote est
sorti d’affaire. Merci à notre réseau.
6
Culture
Salon du livre de Paris, Les princes amoureux de Paris
7
La Vendée à Paris
Le Vendée Tour à Montparnasse, Chronique d échos vendéens par Thierry du Perray
8
Pays d’Olonne
La Sablaise, ambassadrice de la station par Hervé Retureau
10
Exposition à Paris
Les Dinosaures au Palais de la Découvert par Marie-Nathalie Rideau
11
Civilisation
Chypre la Poitevine par Pierre-Laurent Para
12
Carnet de l’association
Du côté des Vendéens à La Rochelle par René Simonneau
13
Histoire du XXe siècle
Les Russes et la Conférence de Versailles par Michel Dillange
14
Photos en noir et blanc
Expo des amies de Louis-Marie, Miss Vendée 2010, le Cap Horn
Thierry du Perray
Président de l’Union Fraternelle
des Vendéens de Paris
Déjeuner des Rois et des Reines:
une joyeuse ambiance >> page 5
15
À vos agendas !
Nos prochains rendez-vous : inscrivez vous !
Les Reines des Sables
prêtent serment >> pages 8 et 9
Architecture franque à Chypre
>> page 11
Union Fraternelle des Vendéens de Paris
Association philantropique fondée en 1893, regroupant à Paris et en Île-de-France, les familles d’origne vendéenne.
Siège social : 2, rue Achille Luchaire - 75014 Paris // E-mail : vendeens.de.paris@wanadoo.fr // Site : http://www.vendeensparis.asso.fr
Président : Thierry du Perray // Vice-Président et secrétaire : Thierry Chaillou // Vice-Président : Général Delbos // Trésorier : Daniel Esnault // Trésorière adjointe :
Sylvie Bergereau // Secrétaire adjointe : Martine Para // Commission culturelle : Madeleine Chalnot-Garreau // Commission juridique : Catherine Giet // Chargée de mission en Vendée : Jacques Bernard // Commission de contrôle présidée par Claude de la Roche-Saint-André. // Pour tout courrier, écrire au siège social ou 06 60 98 85 72
Le journal Le Vendéen de Paris et d’Île-de-France
Rédacteur en chef : Thierry du Perray // Comité de rédaction : Jacques Bernard, Aurélie Jamin, Pierre Naulin, Thierry du Perray // Site internet : Ludovic Augereau //
Communication : Pierre Naulin // Groupe Jeunes et Festival des Giboulées de Mars :Ludovic Augereau, Aurélie Jamin,
Arnold Boisramé, Magali Sagny, Julie Greffier // Archiviste : Jacqueline Bobot // Photos et remerciements : CDT Vendée,
Tarifs 2010
archives municipales Versailles pages 1 et 13, T Chaillou, Fond Léo David, ufvp, J Bernard, T du Perray, Communauté de
Ordinaire Soutien Jeunes
Communes de Noirmoutier, H. Retureau, Musée Découverte Paris, tourisme chypriote, LM du Perray, Comité Miss Vendée,
Abonnement
JM Guillot, jrap@dampher.net, ville de Montaigu, ville de Fontenay-le-comte, Arlys.
+ cotisation
35 €
50 €
15 €
Tirage : 700 exemplaires // Maquette : Aurélie Jamin // Impression : Froger Imprimerie, BP 9 - 85111
Abonnement
Chantonnay - Tél. 02 51 94 30 42, fax 02 51 46 80 14, froger.imp@wanadoo.fr
à la publication 30 €
45 €
14 €
Cotisation
Le Journal des Vendéens de Paris, édité depuis décembre 1897, est une publication de l’Union Fraternelle des Vendéens
à l’UFVP
5€
5€
1€
de Paris, association fondée en 1893, déclarée à la Préfecture de Police de Paris sous le n° 19211 P. Directeur de publication : Thierry du Perray. Commission paritaire : CPPAP 0713 G 88294 - ISSN 1773-049X. Dépôt légal : mars 2010.
Prix au numéro : 5 €
Siret N° 449 982 644 00022 - Code APE 9499Z
2
Le Vendéen de Paris et d’Île-de-France / mars-avril 2010
Journal 8
16/02/10
23:27
Page 3
>>
Assemblée Générale
SAMEDI
27
MARS 2010
BATO
SAMSTAG / SA
SATURDAY /
BADO
/ ZATERDAG / SA
Sainte Lydie
semaine 12
Convocation à l’A.G. du 27 mars 2010
Les membres adhérents à l’U F V P sont convoqués à leur Assemblée Générale du
samedi 27 mars à 10 heures précises à la MAISON DES ASSOCIATIONS du 14e,
22 rue Deparcieux, 75014 Paris. Métros Gaité, Raspail ou Denfert-Rochereau. Bus
28, 38, 58, 88.
ORDRE DU JOUR DE L’AG :
- Approbation du PV de l’AG Mixte du 8 Février 2009
- Rapport Moral de l’exercice 2009 présenté par Thierry Chaillou
- Rapport Financier de l’exercice 2009 présenté par Daniel Esnault
- Fixation pour 2011 des tarifs des adhésions et du Journal
- Budget prévisionnel 2010 par Thierry du Perray
- Questions diverses et actualisation du réglement intérieur
- Élection pour l’exercice du Conseil d’Administration et de la Commission de Contrôle
Le nouveau conseil se réunira pour renouveller le Bureau pour 2010, à l’issue de l’A.G.
Kir au vin blanc de Pissotte sponsorisé par X. Coirier offert aux participants.
Thierry Chaillou,
Vice Président et secrétaire
Date des conseils d’Administration prévus pour l’année 2010 (statutairement quatre séances par an) : 27 mars 2010 à l’issue de l’AG,
juin 2010, septembre 2010 et novembre 2010. Election par correspondance et mode d’emploi, voir page 4
DÉJEUNER DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE
RESTAURANT LE QUINZE - 15 RUE ROGER 75014 PARIS
Menu servi à 13 heures 15 :
Autour d’un plat, dessert, café, boisson
eaux minérales, vin en pichet
22 euros par personne, chéque à l'UFVP. S'inscrire avant le mercredi 24 mars auprès de
Madeleine Chalnot, 87 avenue Gambetta, 75020 Paris. Téléphone : 01 44 62 93 49 ou vendeens.de.paris@wanadoo.fr. On peut s'inscrire sans partciper à l'AG.
Quelques lots du Gala n'ayant pas été gagnés, ils seront remis en jeu, lors d’une petite tombola
Le Vendéen de Paris et d’Île-de-France / mars-avril 2010
3
Journal 8
16/02/10
23:27
Page 4
>>
Assemblée Générale
Mouvements d’administrateurs pour 2010
Statutairement, le renouvellement du Conseil d’Administration a lieu
intégralement chaque année. Il est ainsi régulièrement l’occasion de
quelques départs et de quelques arrivées au sein du nouveau conseil
Pour les rentrants : Marie Jo Charneau (les Sables d’Olonne). Vient de
quitter la vie professionnelle (cadre dans une filiale de La Poste) et
offrira ses bonnes idées en matière relationnelle ; avec Alain son
mari, sont des fidèles de nos galas. Arnold Boisramé
(La Châtaigneraie) travaille en région parisienne
dans le secteur de la grande distribution, impliqué
dans la préparation du concert des Giboulées 2010
avec les jeunes.
Marie Jo Charnot
Arnold Boisramé
Les départs : Florian Petit, en année sabbatique, a
quitté la France en septembre dernier d’abord pour
le Canada, et aujourd‘hui en mission au Bénin ; Eric
Craipeau : Suite à son départ de la gendarmerie et
après 18 mois en formation à Nantes, est nommé à
la Direction régionale du travail de Rouen, en qualité
de chargé de mission (tous les 2 restent adhérents)
À la bienvenue des uns et au départ des autres, je
remercie tous les administrateurs pour leur dévouement à notre cause, en cette époque de crise avérée du bénévolat.
Possibilité de vote
par correspondance et par procuration
Afin de permettre au plus grand nombre de participer pleinement à la vie de l’association, nous proposons à tous ceux qui le
souhaitent le vote par procuration, à condition bien sûr d’être à
jour de sa cotisation.
Par correspondance :
1 – Photocopier la liste des candidats au Conseil d’Administration
2009 (possibilité de rayer des noms ou faire modification)
2 – Glisser cette liste dans une enveloppe neutre et fermée
(aucune mention sur cette enveloppe)
3 – Insérer cette enveloppe dans une autre, adressée au secrétariat
de l’UFVP M. Thierry Chaillou 14, rue Jean Cocteau 78990 Elancourt,
avant le 23 mars 2010. Le nom de l’électeur doit être indiqué sur
cette enveloppe extérieure pour contrôle avec la liste des votants,
tenue à l’entrée de la salle.
Par procuration :
Être à jour de cotisation 2009,
Remplir le formulaire “pouvoir” ci-dessous
Nombre de pouvoir limité statutairement à 3 par votant
Thierry du Perray
BULLETIN DE VOTE - Candidats pour l’exercice 2010
Le Conseil d’Administration
M. Ludovic Augereau (jeunes)
Melle Fabienne Barreteau (jeunes)
Mme Sylvie Bergereau
M. Jacques Bernard
M. Arnold Boisramé (jeunes)
M. François-Xavier Bontemps
M. Thierry Chaillou
Mme Madeleine Chalnot-Garreau
Mme Marie-Jo Charneau
Général Claude Delbos
M. Daniel Esnault
Melle Catherine Giet
Melle Aurélie Jamin (jeunes)
M. Louis-Michel Lussault
M. Pierre Naulin
Mme Martine Para
M. Thierry du Perray
M. Philippe Pineau
M. René Simonneau
M. Christian Thomas
La Commission de Contrôle
M. Olivier Bretin
Melle Lise Derouet
M. Claude de la Roche Saint André
M. Jean-Marc Guillot
POUVOIR - Assemblée Générale UFVP du samedi 27 mars 2010
M. ou Mme Nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Prénom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Donne pouvoir à . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
pour me représenter à l’Assemblée Générale de l’UFVP convoquée à la maison des associations du 14e arrondissement, le samedi
27 mars à 10 heures. En conséquence assister à l’Assemblée, prendre part à toutes les délibérations, émettre tous votes , et
généralement faire le nécessaire, conformément à l’ordre du jour.
Fait à . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Dater et signer le Pouvoir,
faire précéder de la mention “Bon pour Pouvoir”
Le mandataire, indiquer votre nom, dater, signer et écrire
“Bon pour acceptation de Pouvoir”
4
Le Vendéen de Paris et d’Île-de-France / mars-avril 2010
Journal 8
16/02/10
23:27
Page 5
>>
Vie de l’association
Déjeuner-galette des rois du 24 janvier,
au Grenadier d’Austerlitz
Ô la délicieuse galette à la frangipane ! Du moins
à Paris, car chaque province a ses traditions !
L’essentiel est que cette galette contienne la fève
qui depuis longtemps n’est plus une fève mais des
petits personnages colorés, de porcelaine ou de
plastique, que certains collectionnent. Ce sont les
flavophiles, pratiquant la flavophilie, au gré du
nombre de galettes partagées.
Quant aux mages, ceux-ci apportèrent à Jésus bien
d’autres trésors que de telles figurines : Melchior le
Persan lui offrit l’or ; Gaspard, venant d’Arabie lui
apporta l’encens ; Balthazar, l’Indien, la myrrhe.
Une étoile les avait guidés jusqu’à Bethléem Mais
les mages étaient bien trop bavards : ils avaient eu
le tort de prédire que cet enfant Jésus serait le
nouveau roi des Juifs. Ceci ne plut pas - mais pas
du tout ! - à Hérode qui ordonna de massacrer tous
les petits enfants de moins de deux ans. Ce fut ce
qu’on appela le Massacre des Innocents.
1
Mais rassurez-vous ; l’évangéliste Matthieu qui
relate (et lui seul) cette histoire, nous dit que
Jésus et sa famille avaient eu le temps de fuir en
Egypte. Comme disent les Latins : « Se non e vero
e ben trovato » (Si ce n’est pas vrai, c’est bien
trouvé). Alors dégustez en paix votre galette !
Notre déjeuner du 24 janvier eut aussi le mérite
de réunir des adhérents fidèles, n'ayant pu venir
au dîner de Noël du samedi soir. Les bénéficiaires
des fèves, eurent droit, outre à leur légitime couronne, à un louis d’or en chocolat apporté par
Catherine Giet !
3
2
Christine David avec sa guitare, et Jacques
Bernard, avec sa bonne humeur, venus tous deux
des Sables d'Olonne, participèrent à l’animation
pour le plaisir du public. Une petite tombola, animée par le vice-président Thierry Chaillou, faite
de lots non distribués au Gala, et pleine de convivialité, poursuivit la réunion, permettant de nombreux échanges entre nos membres.
Pierre Dane
Ci-contre, 1 : inséparables Evelyne et Jean Pierre, Corine, Laurence.
2 : Thierry du Perray remet à Jean Brillaud deux entrées pour le grand
parc, offertes par le Puy du Fou. 3 : Thierry Chaillou et Cécile Monin
dirigeront la tombola. 4 : Madeleine Chalnot. 5 : Jacques Bernard et
Sylvie Bergereau. 6 : Christine David chantant "Filles de Vendée".
4
5
6
RESTAURANT LE P’TIT CHOUAN À PARIS, 15E
Yonnais d'origine, suite à un 1er prix de cuisine obtenu en fin d’apprentissage en Vendée, j’ai pu débuter dans un palace parisien (Hôtel Plazza
Athénée) où je suis resté dix ans… Puis j’ai poursuivi dans d’autres
grands établissements parisiens : Golf de St Cloud, Lenôtre, PréCatelan...
Ayant gardé mon cœur de Vendéen, j'ai décidé d'ouvrir mon propre restaurant : Le P'tit Chouan situé au 364 bis rue de Vaugirard 75015 Paris.
Pour une cuisine raffinée et pleine de saveurs.
Gilles Bourdilleau, 01 42 50 72 17, infos@leptitchouan.fr
http://www.leptitchouan.fr/
Le Vendéen de Paris et d’Île-de-France / mars-avril 2010
5
Journal 8
16/02/10
23:27
Page 6
>>
Culture et histoire
30e Salon du Livre du 26 au 31
mars, Paris - Porte de Versailles
Le Prix des Ecrivains de Vendée
décerné à Yves Bulteau pour
« Les Chants de la Lune Noire »
L
Cette année, il nous a donné le troisième tome d’une
trilogie qui se déroule durant la Préhistoire. Pour mettre le lecteur dans une ambiance supposée, il a
inventé un langage particulier, simple et imagé pour
traduire la pensée de ces premiers hominiens pour qui
l’obsession de la nourriture et la dureté du climat sont
des constantes. Quant aux rapports entre les membres
de la tribu, ils provoquent des réactions très humaines. Leurs noms poétiques évoquent la nature. Après
les romans de Rosny Ainé, au début du siècle, c’est
une nouvelle approche pleine d’imagination du monde
préhistorique (Ed. du Seuil).
Un autre prix, financé par le Crédit Mutuel, a été attribué à Anne Tallec pour «Le Maître et le Violoncelle»
(Ed. Lattès). Ces deux prix ont été remis aux lauréats le
17 décembre dans les locaux du Conseil Général, sous la
Présidence de Dominique Souchet, Député de la Vendée.
e Salon du livre de Paris reste le premier salon culturel grand public en
Europe et continue de porter au plus haut la qualité et l'exigence de la
production éditoriale française Grâce à ses exposants, ses partenaires
institutionnels et privés et les médias - sans cesse plus nombreux - le Salon du
livre de Paris met une fois de plus, mettre à l'honneur la littérature en invitant
trente auteurs étrangers et soixante auteurs
français que vous pourrez rencontrer sur le «
Pavillon des trente ans ».
Comme les années précédentes, on y retrouvera quelques éditeurs vendéens présents ou
représentés sur le stand de la région Pays de la
Loire : nos adhérents d’Orbestier et Siloë, ainsi
que le Centre Vendéen de Recherches
Historiques, Soc et Foc et Dharma. Daniel
Esnault dirigeant de l’UFVP, est annoncé sur le
stand du petit pavé pour la nocturne. Geste
sera sur le stand Ouest-France.
Philippe Delorme
et les princes amoureux de Paris
Membre de notre association, il dirige le
magazine Histoire (Groupe Point de vue)
et en est l'entier responsable de sa réalisation. Il consacre l'édition du 15 février
à "Aux princes amoureux de Paris".
Ce sont des sujets qui le passionne et où
il excelle. L'histoire de Paris a toujours
été liée à celle de ses souverains, et
surtout de la dynastie capétienne.
Histoire tumultueuse, faite d'instants
d'harmonie et d'explosions de colère, de
bonheur et de déception, comme toutes
les authentiques passions amoureuses.
Rois, reines, princes et empereur ont
marqué, chacun à leur manière, l'âme
de Paris. Mais c'est au dernier de ses
souverains, à Napoléon III, que la capitale doit le visage qui est encore le sien
aujourd'hui. Voilà 150 ans exactement,
en 1860, qu’il annexait au territoire de
Paris – en totalité ou en partie -, 24
communes de la périphérie, doublant la
superficie de la capitale avec les vingt
arrondissements actuels.
En vente dans les kiosques :
http://phidelorme.blog.lu/
Précision : suite à un précédent article, M Pierre Lataste signale que s’il est bien membre du
jury des Jeux Floraux de l’Essor Poétique, il n’en a jamais été président ni cherché à l’être,
cette présidence étant assurée par Mme Irène Devaux.
6
Michel DILLANGE
Concours de poésie
à Savigny-sur-Orge (91)
L’Office de Tourisme de cette ville, abonné à notre
magazine, signale la 5e édition de son concours annuel
de poésie sur le thème « le Sourire » ouvert au public
et lance un appel à écriture : catégorie jeunes de 6 à
12 ans, catégorie ados de 13 à 17 ans et adultes à partir de 18 ans. Adresser avant le 31 mars 2010, votre
poème dactylographié sur papier anonyme, comportant 30 lignes au maximum à l'Office de Tourisme
place Davout, 91600 Savigny-sur-Orge, accompagné du
bulletin d'inscription. Remise des prix le 29 mai 2010.
Le bulletin d’inscription et le règlement sont téléchargeables à partir du site : www.otsi.savigny.free.fr ou
sur demande au 01.69.24.17.52.
Château de la Flocellière
(Vendée) - UBU ROI
Avec Olivia Legallais et Aymard Mosneron Dupin. Mise
en scéne : Régis Bachalard. Samedi 24 Avril à 19 heures. S’adresser aux Amis du Château de la Flocellière,
85 700 La Flocellière - tél 02 51 57 22 03
Le Vendéen de Paris et d’Île-de-France / mars-avril 2010
Journal 8
16/02/10
23:27
Page 7
>>
La Vendée à Paris
La tournée “Vendée Tour” à Paris
passe par le parvis de la Gare
Montparnasse du 16 au 19 mars
Sur un espace de 150 m2, organisé par le CDT 85, vous
entrerez dans un espace à l’image de la Vendée,
accueillante, dynamique et moderne. Le “Vendée
Tour” est une fête où petits et grands se divertissent,
jouent et gagnent des séjours, suivent des ateliers de
chef, approfondissent leurs connaissances sur l’environnement vendéen, et puis bien entendu réservent
leurs vacances.
L’entrée dans le phare est une véritable immersion
dans l’espace marin. Tous vos sens sont en éveil : la
vue, grâce à un sol interactif qui laisse l’impression de
marcher dans l’eau et au dessus de votre tête, un
soleil resplendissant rappelle les chaudes journées
estivales vendéennes ; l’odorat, avec un diffuseur de senteurs de pins ou de mer ; l’ouïe,
grâce à une ambiance sonore estivale faite de bruit de vagues, de grillons.
Une fête des saveurs à
Versailles avec la brioche
vendéenne !
A l’initiative de Chantal Quittot Gendreau, avocate au Barreau, membre ufvp, et présidente
de l’association culturelle et festive du palais
de justice de la cité royale, un grand buffet de
convivialité « le Palais a du goût » était offert
le 25 janvier dernier dans le grand hall du palais
de justice, aux membres du corps judiciaire.
Parmi la vingtaine de stands de nos régions,
beaucoup ont repéré celui aux petits drapeaux
rouges et blancs, présentant la brioche festive
de notre sponsor adhérent Maline-Thomas aux
Essarts, et offerte à la dégustation par
Christine, Jacques et Thierry
Après le phare, un labyrinthe d’images vous amène dans un parcours initiatique au cœur des
différentes entités géographiques vendéennes, une visite accompagnée d’effets sonores. Le
parcours se termine par la découverte d’un livre d’or interactif (un jeu concours pour vous
divertir et gagner de nombreux lots). La partie centrale est un véritable espace d’animations
avec des ateliers gastronomiques proposés par des chefs vendéens, des dégustations de produits du terroir. Les enfants et les adultes s’y amusent et approfondissent leurs connaissances du milieu marin ou sur la protection de l’environnement ; deux thèmes chers à la Vendée.
Pour ceux pour qui la Vendée reste à découvrir, des cabanons de plage rappelant notre
littoral vous accueillent en sortie de l’espace, et vous informeront sur la préparation
de vos vacances.
Christine David et Chantal Quittot Gendreau
L’Opéra Comique accueille
W. Christie et H. Reyne
La longue histoire du marais de Noirmoutier racontée aux enfants
+
L’île de Noirmoutier s’affichera dans cette tournée " Vendée Tour", par ses
larges visuels et distribuera ses promotions aux parisiens. Au programme :
des rencontres avec les journalistes, et ateliers animés à destination des
enfants, avec le jeu de loto sur le marais salant, expliquant le travail du
saunier et valorisant la récolte du sel.
Découverte de la Fleur de sel, le gros sel et le sel
fin, la salicorne, et toute la flore et la faune qui s’y épanouit.
Pour finir par une dégustation de caramel au beurre salé….
Un atelier de confection de nœuds marins permettra d’illustrer
le matelotage, et d’approcher le patrimoine maritime insulaire
au travers des métiers noirmoutrins qui y sont attachés.
Le Vendéen de Paris et d’Île-de-France / mars-avril 2010
William Christie, le plus vendéen des maestros
américains, recevait à Paris, le mercredi 27 janvier, son épée de nouvel académicien des beaux
arts, sur la scène de la salle Favard. au cours
d’une soirée de fête, célébrant aussi le 30e anniversaire de son ensemble d’instruments anciens
« les arts florissants ». Plusieurs de nos adhérents participaient à cette cérémonie.
Hugo Reyne y dirigera le samedi 20 mars 2010 à
20 heures son orchestre la Simphonie du Marais,
dont le siége est à la Chabotterie, dans SANCHO
PANCHA (Gouverneur dans l’isle de Barataria),
un opéra bouffon, musique de F-A. Philidor, version concert. - réservation au 08 25 01 01 23
Salon de l'agriculture 2010
jusqu’au 7 mars
Rappelons la présence d’un stand des produits
vendéens durant tout le salon. Pierre et Martine
Para seront sur le stand des Écrivains-paysans et
y seront rejoints par Daniel Esnault qui dédicacera ses ouvrages la journée nocturne du vendredi 5 mars et le samedi 6 mars 2010 (stand
dans le village des cochons, Hall 1 des animaux).
7
Journal 8
16/02/10
23:28
Page 8
>>
Pays d’Olonne
La Sablaise, ambassadrice de la station
Texte : Hervé Retureau
L
a ville des Sables-d’Olonne dès lors
qu’elle s’engage dans la voie du tourisme
balnéaire dans la seconde moitié du 19ème
siècle se dote d’une image publicitaire
incomparable : la Sablaise.
On va aussitôt identifier la femme de marinpêcheur à la station et les gares françaises
vont se doter de ces superbes affiches produites par Mayeux vantant, outre les bienfaits
de la station, la coquette femme de marin au
court jupon et aux chemisiers colorés.
Quelle a été l’évolution du costume de la
femme de marin ? C’est ce que nous allons
tenter de retracer à travers cet article.
épingles. On appelle cette coiffe le béguin.
Quelques dentelles brodées par un prêtre
chaumois vont orner le front des demoiselles afin de montrer leur richesse et mettre en
valeur leur beauté naturelle. Ce front de dentelle s’appelle le dalet.
C’est après la Grande Guerre que les brodeuses vont s’atteler à la tâche et rivaliser d’ingéniosité pour faire évoluer la coiffe. On a coutume de mettre en parallèle la coiffe et le
papillon qui prend son envol depuis la chrysalide. Avant 1940, une coiffe mesure 38 centimètres et les jupons de satin noir ont remplacé les lourds cotillons de laine. Ils ont été
raccourcis au dessus du genou (scandale
pour l’époque !) et le sabot qui pouvait être
de couleur est uniquement noir et d’une
forme très particulière rappelant l’étrave d’un
dundee (navire de pêche). La camisole (chemisier) aux manges bouffantes souvent sombre avec des teintes violettes et resserrées aux
poignets s’ouvre sur un léger décolleté.
Du béguin à la coiffe moderne
A la fin du 19ème siècle, la femme de marin
porte des jupons longs en laine de couleur
rouge ou bleu souvent à rayures sur lesquels
se déploie un tablier. A celui-ci sont suspendus les couteaux des sardinières et les
ciseaux des « tapineuses » ou ramendeuses de
filets à sardine appelés – rets -. Le rouge rappelle la couleur du cardinal de Richelieu,
créateur de la paroisse Notre Dame de Bon
Port des Sables en 1622 à l’époque où il était
évêque de Luçon. Par fidélité, les Sablaises
adoptèrent le rouge dans leur tenue.
C’est un costume de travail qu’elles portent
avec élégance et fierté surtout lorsqu’elles se
rendent compte que les « étrangers » vont les
observer, les décrire dans le fameux « guide du
baigneur » ce dès le milieu du 19ème siècle et
les photographier. Ces jeunes filles qui
aiment la danse et en particulier la valse et le
quadrille en viennent même à être filmées
lors de la visite du président de la république
Félix Faure en avril 1897. Les plus belles
Sablaises du pays sont alors triées sur le volet
et accueillent le président en rade des Sables,
depuis une baleinière. Quel spectacle et quel
accueil pour le président ! Elles sont toutes
en costume blanc et portent de délicieux
prénoms propres aux Sables : Julia, Désirée,
Antonia, Alexina ou bien encore Frémence,
preuve s’il en était besoin de l’originalité
dont aiment se targuer les hommes et les
femmes des Sables-d’Olonne.
Sur la tête, un simple bonnet d’où pendent
de grands liens assez larges et que l’on rattache parfois par derrière en croix avec des
8
Second Empire à l’initiative de l’impératrice
Eugénie qui les affectionnait et aussi par référence à l’empire de Napoléon Bonaparte. Les
vieilles familles sablaises et chaumoises ont
conservé ces trésors qui firent d’ailleurs l’objet
d’une exposition « La Sablaise, ambassadrice du
camée » dans le hall de la mairie des Sables, il y
a deux ans. Un numéro spécial publié par
Olona leur rend d’ailleurs hommage.
Le quadrille sablais où virevoltent les Reines
Avant la guerre de 1914, deux petites ailes
brodées commencent à pointer vers le ciel.
En signe de deuil, les femmes portent bien
évidemment des corsages ou camisoles noires. Lorsqu’elles ne mettent pas leur coiffe,
un foulard blanc d’une propreté irréprochable leur ceint la tête. Chaque coiffe était unique et la brodeuse mettait un soin particulier
à ne pas reproduire les mêmes motifs.
Bien évidemment le bijou emblématique de la
Sablaise reste le camée qu’elles portent aux
oreilles dans de larges anneaux d’or ou sertis
en bague. Car la Sablaise est fière et aime
montrer de manière ostensible son rang dans
la société sablaise. A l’occasion d’un mariage,
un père achetait des boucles d’oreille à sa fille;
au retour d’une marée réussie, un époux en
offrait à sa femme. Le camée était gravé sur
deux types de support : la pierre ou la coquille.
Les camées auraient été introduits sous le
La Sablaise porte un costume que beaucoup
de provinces françaises envièrent. On ne
tarit pas d’éloge sur les femmes des Sables :
on les dit gracieuses, le port altier, la
silhouette fine et vive. Ne vante-t’on pas
leur fameux mollet : « un vrai mollet de
Sablaise ». Cette dernière bonne danseuse se
plaît à faire virevolter et tournoyer ses
blancs dessous aux bals estivaux qui ont
contribué à étiqueter la Sablaise et à promouvoir la ville des Sables.
Les danseurs et danseuses du Nouch sur la jetée
des Sables vers 1960.
Le Vendéen de Paris et d’Île-de-France / mars-avril 2010
Journal 8
16/02/10
23:28
Page 9
Un caractère bien trempé
Les femmes de marins portèrent donc ce
costume jusque dans les années 1960. Elles
réparaient en groupe les filets un peu
comme sur les plages portugaises mais ici on
les rencontrait le long du chenal ou sur les
quais. Des ruelles de la Chaume s’échappaient leurs rires et leurs éternuements surtout lorsque des animaux marins étaient pris
dans les filets déclenchant, pour ces malheureuses, de redoutables crises d’urticaire Les
marchandes de poisson, auréolées de leur
coiffe, parcouraient les ruelles en poussant
leur charrette de sardines et en criant à qui
mieux mieux : « à la grode ! à la grode ! » c’est-àdire « à la fraîche ! ».
Très brune au teint mat, la Sablaise ou sa
consoeur la Chaumoise est répète-t’on une
lointaine descendante de marins espagnols.
Pure tradition orale ou réalité ? Nous savons
de source sûre que de multiples liens commerciaux unissaient les ports de la côte ibérique au
port sablais. En effet, les Espagnols et
Portugais achetaient le sel olonnais. Par ailleurs ne dit-on pas que « 200 Maures chassés
d’Espagne par Philippe III en 1610 auraient trouvé
refuge aux Sables ». Vous l’aurez compris,
comme de nombreux ports de la côte
Atlantique, le port sablais a vu arriver des
nationalités diverses et bien sûr de ces relations commerciales ont pu naître des idylles…
Quant au caractère de la Sablaise on le dit
bien trempé et il n’est pas faux de l’affirmer.
Hier, seule « maîtresse à bord » de sa demeure,
la Sablaise devait gérer en l’absence de son
époux toute une maisonnée et faire face aux
dures conditions de vie de l’époque. S’il existe
un type sablais chez les femmes surtout, le
goût prononcé pour les prénoms peu ordinaires est aux Sables et à la Chaume un défi.
Combien s’appelèrent Bonté, Géométrie,
Gracieuse, Léonice, Rose-Aimée, Superbe,
Séphora ou Victoire quand leur époux se prénommait Vercingétorix, Fidèle, Darius,
Bénoni ou Babilas ? La Chaume, le quartier
de pêcheurs et aux Sables, celui du Passage
cultivèrent cet art et cette distinction. A quelques kilomètres dans les terres on appelait les
nouveaux nés Auguste, Baptiste ou Etienne.
Trop commun pour l’esprit marin de l’époque
volontairement railleur et peu conformiste.
Pour tous ces marins qui avaient fait campagne sur toutes les mers du globe et avaient fait
escale en Sicile, en Afrique du Nord ou en
Turquie, baptiser leurs enfants du nom de ces
escales rêvées était comme une réminiscence
de ces lointains souvenirs de leur temps de
service militaire sur la Royale. Palmyre,
Egyptienne ou Irlanda n’était ce pas en appelant ainsi leur progéniture une manière de
rêver à ces contrées lointaines désormais
inaccessibles…
La Reine des Sables, emblème d’une
cité festive
Les Reines des Sables en 1924
Si Napoléon 1er institua sous l’Empire les
rosières et que la Ville des Sables en élit neuf
entre 1807 et 1813, il fallut attendre 1911
pour renouer avec la tradition impériale. La
Guerre de 1914 interrompit ces festivités et
c’est en 1922 que l’on renoua avec cette tradition. La 1er reine fut Mademoiselle
Coutanceau et ses demoiselles d’honneur
Dauboeuf et Morisseau. En 1950 Léo
David, fils de Léon David, ténor de l’opéra
de Paris et Sablais bien entendu, relance les
festivités. Nos Sablaises se rendent ainsi à
Paris dès cette année et concoururent à la
promotion de la station.
Depuis 1950, deux ambassadrices et une
reine sont élues aux environs de Pâques.
Leur élection correspond au lancement du
début de la saison estivale. Les majestés
représentent la ville à diverses occasions et
exhibent avec éclat et fierté le costume
traditionnel. Les reines furent d’ailleurs
reçues par les Vendéens de Paris à plusieurs reprises.
Un groupe folklorique de renommée :
le Nouch
Un passionné sablais, Léo David déjà cité va
fonder avec ses camarades rugbymen un
groupe folklorique qui va porter le nom du
Nouch (prononcer nouck). C’est le nom d’un
écueil dangereux à l’entrée du port mais c’est
aussi le nom patois de « nœud ». En l’occurrence, il symbolise le nœud d’amitié tissé par
des générations de Nouchards et
Nouchardes qui surent mettre en valeur le
costume, les danses, les chants et les traditions sablaises. Le groupe s’est produit à travers toute l’Europe et dans le monde : en
Afrique (Egypte, Afrique du Sud), au
Canada, en Europe de l’Est, à l’époque où le
rideau de fer n’était pas encore tombé.
Léo David monta de toute pièce les chorégraphies qui rappellent la vie quotidienne des
Sablais et des Sablaises : départ pour la pêche,
pêche aux pignons, retour de pêche enivré
pour les « trois marins en bordée » et bien évidemment l’inégalable chanson « Partons la mer est
belle ». Le groupe aux couleurs vives se produit
en costume des années 1900-1914, jupons
bleu ou rouge, dentelles, bas noirs, sabots de
couleur et la petite coiffe aux ailes aiguisées.
Le claquement des sabots évoque le caractère
des hommes et des femmes de la côte mais
aussi le vent qui souffle sur ce littoral vendéen.
Un bouquet de fraîcheur et des danses rythmées comme le sont les départs et les retours
de pêche. Voilà ce qu’évoque avec talent ce
groupe tout en perpétuant les traditions locales qui, par ce biais, n’ont pas pris une ride.
Hervé Retureau
Président de la société historique Olona
En 1931, la bise au vainqueur de l’étape du Tour de France : Charles Pelletier
Le Vendéen de Paris et d’Île-de-France / mars-avril 2010
9
Journal 8
16/02/10
23:28
Page 10
>>
Exposition à Paris
La faim des Dinosaures au Palais de la Découverte
Ce musée parisien(1) héberge jusqu’au 2 mai une exposition sur l’aventure des Dinosaures et leurs habitudes alimentaires.
Notre adhérente Marie-Nathalie Rideau, fascinée par le sujet, nous fait un compte-rendu passionné et humoristique de cette
visite des dinosaures en liberté surveillée, surpris à l’heure du repas, dont certains se sont même arrêtés en Vendée-littorale,
sur le site du Veillon(2) !
Alors, prêts pour un voyage de 160 millions
d’années ? Restez bien groupés parce que le
danger rôde partout dans ces temps reculés…
Car une mise en scène éducative et ludique avec
des modèles animés et des décors spectaculaires. crée ici encore la surprise, quand on sait le
sérieux scientifique traditionnel, des paléontologues britanniques à l’origine de cette expo.
Voici donc mes nouveaux amis, dénominations
hermétiques et physiques inquiétants, évoqués
dans un joyeux désordre :
- Coelophysis : mangeur de crocodiles
- Vélociraptor : petit et teigneux
- Iguanodon : une solide mâchoire broyeuse
- Euoplocephalus : une charpente cuirassée
- Brachiosaurus : un estomac garni de cailloux
pour broyer 450 kgs de plantes/jour
- Edmontosaurus : un bec de canard muni de
dents qu’il frotte les unes contre les autres
pour broyer 100 kgs de plantes/jour
Et pour clore cette liste non exhaustive, l’incontournable star de cette expo : tyrannosaurus rex, rendu célèbre par Steven Spielberg
dans son Jurassic Park.
Il n’était pas aussi rapide que dans le film, il était
même plutôt lent à cause de son poids (plusieurs
tonnes). Quelle dentition impressionnante : des
crocs de 15 cm de long (!) qui lui permettaient de
déchiqueter 75kgs de viande par jour.
Une fois vues leurs cartes d’identité, regardons
de près leurs caractéristiques, leur environnement et leur histoire.
Quel était leur menu quotidien ?
Les dents des dinosaures et les os de leurs
mâchoires sont de précieux indices car leur
forme, leur taille et leur disposition permettent
de définir leur mode d'alimentation. A partir de
fossiles, les paléontologues ont patiemment
reconstitué la vie supposée des dinosaures,
petits et grands, herbivores et carnivores.
C'est le fruit de ce travail qui est ici mis en
scène. Trois reconstitutions robotisées à échelle
réelle de têtes de dinosaures permettent d'observer de près dents et mâchoires et d'en comprendre le fonctionnement grâce à des dispositifs mécaniques. Des mises en situation restituent cinq dinosaures dans leur environnement
avec leur menu au quotidien. A l'appui de ces
reconstitutions spectaculaires sont présentés
des fossiles originaux, des moulages de griffes,
de dents et d'excréments.
Le métier de paléontologue est décrypté dans
un espace interactif dédié au long travail
d'exhumation et de reconstitution sans lequel
nous n'aurions jamais rien su de ces animaux
apparus il y a 230 millions d'années et qui ont
disparu après avoir occupé les continents pendant 160 millions d'années.
Des morphologies très différentes.
Les dinosaures présentés permettent de mesurer la grande variété existant au sein de cette
immense famille dont les espèces ont évolué
au cours des millions d'années de leur présence sur terre. Ce n'étaient pas tous des
géants : il en existait de minuscules comme
des oiseaux. Tous n'ont pas des écailles : il en
est couverts de plumes. Certains sont des
bipèdes coureurs rapides et d'autres de lourds
patauds à 4 pattes.
C'est pourquoi les scientifiques les ont regroupés en familles qui s'enrichissent au gré de leurs
découvertes : Le géant Tyrannosaurus Rex, les
petits Vélociraptor et Coelophysis sont des carnivores mais c'est parmi les herbivores
(Brachiosaurus, Iguanaudon, Edmontosaurus)
que l'on trouve les animaux les plus grands
ayant existé sur terre, des géants aux mensurations démesurées : 20 mètres de long, 10
mètres de haut, pesant 50 tonnes, un long cou
pour atteindre les feuillages et une longue
queue servant de balancier.
Et les dinosaures de Vendée ?
On trouve des empreintes sur la plage du
Veillon (commune de Talmont-St Hilaire).
Visibles surtout en hiver quand les courants
marins entraînent le sable au large.
Site découvert en 1930 par un naturaliste et
géologue vendéen, Edmond BOCQUIER : il ne
saura pas exploiter sa découverte et attribuera
ces formes à une usure géologique naturelle. Il
faudra attendre 1963 pour que Gilbert BESSONNAT, ingénieur passionné de sciences, identifie
ces traces comme étant celles de dinosaures.
Hélas pillé après sa découverte, le site est
aujourd’hui protégé : on peut seulement l’observer et le photographier.
Laissons Olivier COULON, spécialiste en géosciences, conclure en nous éclairant sur les conditions
de la disparition des dinosaures. Sujet complexe
qui mêle divers éléments : évolution du climat,
volcanisme intense, chute d'une météorite. Des
poussières se sont accumulées dans l'atmosphère,
les océans se sont acidifiés, la terre s'est obscurcie... Les écosystèmes ont été perturbés, la
chaîne alimentaire s'est rompue, les gros carnivores ont manqué de grosses proies pour se nourrir.
En conséquence, seuls ont survécu les individus
de taille raisonnable qui mangeaient peu et se
contentaient de graines ou d'insectes (oiseaux,
petits reptiles et mammifères).
Conclusion : Amis lecteurs, notre voyage dans
la nuit des temps s'achève ici. J'espère que vous
avez pris plaisir, comme moi, à parcourir ces
rivages lointains et foisonnants de vie !
Marie-Nathalie Rideau
Sources : (1) communiqué de presse Le Parisien. Sur
l’exposition « la faim des dinosaures », Palais de la
Découverte (Paris), jusqu’au 2 mai 2010, TLJ 10h/19h,
7 €, www,palais-decouverte.fr.
(2) Musée Géosciences Le Bernard (85) dédié au site du
Veillon.www.futura-sciences.com, moteur de recherche : dinosaures du Veillon
De gauche à droite : le vélociraptor, le tyranosaure et le brachiosaure vous attendent au Palais de la Découverte. Photos inspirées de l’exposition.
10
Le Vendéen de Paris et d’Île-de-France / mars-avril 2010
Journal 8
16/02/10
23:28
Page 11
>>
Civilisation
Chypre la Poitevine
n est surpris de découvrir à Chypre,
de nombreux monuments anciens
médiévaux de style gothique : la
cathédrale Sainte Sophie à Nicosie ou Saint
Nicolas à Famagouste, transformées en mosquées, l’abbaye et son cloître à Bellapaïs, la
chapelle royale à Pyrga pour ne citer que les
principaux. Ils ont été édifiés par des chevaliers francs issus du Poitou : les Lusignan qui
régnèrent sur cette île directement ou indirectement de 1192 à 1489.
O
Nous sommes en pleine période de la reconquête de la Terre Sainte. En 1095 le Pape
Urbain II lance un appel à la croisade au
concile de Clermont. En mars 1096, départ
de la première croisade dite «populaire », elle
sera suivie de sept autres.
Puissants seigneurs du Poitou turbulents et
versatiles, les Lusignan participent aux croisades et le père d’Amaury, Hugues VIII, est
fait prisonnier à la bataille de Harenc en
1165. Libéré, il rentrera en Poitou. Amaury
part pour la Terre Sainte, et on le retrouve
dans les années 1170 comme connétable du
Roi de Jérusalem, Baudouin IV, le Roi
lépreux. Amaury fait venir son frère Guy et
lui fait épouser Sibylle la sœur du Roi en
1180, il hérite par ce mariage du Comté de
Jaffa. Le Roi meurt en 1185, et son beau-fils
Baudouin V en 1186. Sibylle monte sur le
trône de Jérusalem et Guy de Lusignan
devient Roi par la grâce de son épouse.
En 1187, son armée, bien que renforcée par
les Templiers et les Hospitaliers, est écrasée
à Hattin par Saladin. Il est fait prisonnier et
L’abbaye de Bellepaïs (de la paix), au nord de l’Ile
les reliques de la vraie croix sont emportées
par les infidèles. Quand il est libéré en 1188,
Conrad de Montfort s’est imposé comme
gouverneur de ce qui reste du royaume,
Antioche, Tripoli, et occupe la ville de Thyr
et sa place forte où il s’enferme.
En 1191, Guy rejoint avec ses troupes Richard
Cœur de Lion qui vient de débarquer à
Limassol dans l’île de Chypre. Avec son frère
Geoffroy il vient solliciter le Plantagenêt pour
l’aider à retrouver le trône de Jérusalem. Il aide
le roi Richard, qui avait mis en déroute l’armée
byzantine d’Isaac Comnème, à conquérir la
totalité de l’île. La conquête terminée, avant de
s’embarquer pour rejoindre Philippe-Auguste
à Acre, le roi Richard épouse Bérengère de
Navarre. Il la fera sacrer Reine d’Angleterre à
Limassol, puis il vendra l’île aux Templiers.
Après un début de reconquête de la Terre
Sainte, à laquelle participa Guy et aidé de son
frère Geoffroy, le roi de France, Philippe
Auguste, et celui d’Angleterre, Richard Cœur
de Lion, s’accordent pour donner à Guy la
couronne de Jérusalem et désignèrent pour lui
succéder à sa mort, l’épouse de Conrad de
Montfort, Isabelle, fille du roi de Jérusalem
Amaury Ier. Son frère Geoffroy quant à lui
reçut le comté de Jaffa et d’Ascalon.
Le Roi Richard s’aperçut bien vite, qu’il avait
un roi sans pouvoir et un successeur sans couronne. Après consultation des barons il consacra Conrad de Montfort roi de Jérusalem et
offrit Chypre à Guy. Il lui était difficile d’abandonner un allié qui l’avait soutenu pour la
conquête de cette île et contre le roi de France.
De plus il souhaitait fixer en Orient
ce vassal qui avait fomenté de multiples rebellions en Poitou contre sa
famille. Il demanda aux Templiers
de revendre l’île à Guy de
Lusignan. En contre-partie, Guy
renonçait à son titre de roi de
Jérusalem et se reconnaissait vassal
de Richard Cœur de Lion. Seigneur
de Chypre, il prit possession de l’île
en 1192, introduisit la féodalité et la
Chrétienté latine. Il mourut en
1194 et c’est son frère aîné Amaury
qui lui succéda.
Le Vendéen de Paris et d’Île-de-France / mars-avril 2010
Tour Kolossi, témoin de l’architecture militaire
franque du XIIIe siècle
En 1197 Amaury reçoit dans la cathédrale de
Nicosie, la couronne royale de Chypre des
mains du chancelier impérial Conrad au nom
de l’empereur Henri VI, et du légat du pape.
Il se marie en secondes noces avec Isabelle,
reine douairière de Jérusalem, et fonde ainsi le
royaume de Chypre et de Jérusalem.
En 1472 Jacques II, dernier roi de Chypre,
épouse une vénitienne Catarina Cornaro. Il
meurt en 1474 et son fils, d’un an, la même
année. Sa femme gardera le pouvoir jusqu’en
1489 où elle sera contrainte d’abdiquer en
faveur de la République de Venise. C’est la fin
de presque trois siècles d’occupation franque.
Pierre Laurent Para
Bibliographie : Histoire ancienne et contemporaine de
Lusignan, Association Les Lusignan et Mélusine Edition
Castelli 2006. Richard Cœur de Lion, le Roi Chevalier,
Jean Flori. Les Plantagenets, Origine et destin d’un
Empire XIe – XIVe siècles, Jean Favier
À lire aussi
LES DAMES DE LUSIGNAN
Par Marijo Chiché-Aubrun, membre des
vendéens de Paris. Roman historique de
752 pages - édition de poche-brochée,
édité chez Geste, 05 49 05 83 50
En suivant pas à pas l'histoire méconnue
du Poitou, du Xe au XIIe siècle, ce récit
nous fait découvrir la saga des dames de
Lusignan qui ont participé à la construction du mythe de
Mélusine. Cette
aventure a ses racines dans le Poitou
mais les ramifications
de l'action mènent
les héros dans toute
la France, en
Angleterre et jusque
dans les profondeurs de l'Orient
méditerranéen.
11
Journal 8
16/02/10
23:28
Page 12
>>
Carnet de l’association
Période : janvier-février 2010 - Insertion gratuite des communiqués familiaux pour nos adhérents
ADHÉSIONS/ABONNEMENTS
M Béatrix LEFEBVRE D’HERBOMEZ
4, rue Scribe 44000 Nantes
Téléphone 02 40 73 70 40
Résidence en Vendée au Logis Ste Anne
85520 Jard sur Mer
Téléphone 02 51 33 42 24
Présentée par M. et Mme Thierry du Perray
me
M. Philippe LEBOURG
18 avenue de Porchefontaine Bat 7
78000 VERSAILLES
Téléphone 09 54 44 40 84
Mail : lebourg.philippe@free.fr
Originaire du Fenouiller
Nous a connu par le Forum des associations de Versailles
Présenté par Thierry Chaillou et Thierry du
Perray
M. Michel CHATRY
14 rue de Siam
75115 PARIS Téléphone 01 45 03 16 82
Mail mmm.chatry@wanadoo.fr
Résidence en Vendée Militaire
à 79140 Cerizay
Présenté par Thiery du Perray, et Charles
Doré-Graslin
Brasserie La MELUSINE
ZA La Barboire
85500 CHAMBRETAUD
Téléphone 02 51 61 51 52
Mail lboiteau@brasserie-melusine.com
Entreprise dirigée par Laurent Boiteau , avec
ses associés fondateurs : Philippe Boiteau et
Bernard Béthys
Présenté par Th. Chaillou et J.-M. Guillot
M. Claude BEZIAU
5 avenue des Thermes
85180 LE CHATEAU D’OLONNE
Tél 02 51 32 34 79
Grand reporter – écrivain
Présenté par Christine David et Jacques
Bernard
Mme Ombeline LEGRIP de la ROZIERE
18, rue Clerc 75007 PARIS
Tél 01 45 51 15 48 ou 06 29 60 94 17
Huissier de justice
Originaire de Ste Florence
Présentée par Christine de la Rochebrochard
et Thierry du Perray
NAISSANCE
Nathalie et Julien FROMENT et leurs
enfants Aranxa, Bérénice et Maxime, ont la
joie de faire part de la naissance de Émilie
le 30 décembre 2009 (4, allée des Bièvres –
quartier Satory 78000 Versailles)
Petit rappel pour se loger dans Paris (ou ailleurs)
Consulter un site de colocations est une bonne
piste à connaître. En voici quelques uns :
http://www.appartager.com/
http://www.e-colocation.fr/
http://www.colocation.fr/homepage.php
Maison Départementale
des Associations de Vendée
Eviter le découragement des dirigeants et des
bénévoles face à des contraintes de plus en plus
lourdes : c’est la mission que vient de se lancer
le Conseil Général de la Vendée en créant cette
MDAV (budget annuel de 340 000 euros), dans le
quartier des Halles, avec comme Directeur
M. Jacques Porcheret, et comme Président
M. Emmanuel Humeau . MDA, 18 rue des trois
piliers, 85000 La Roche sur Yon, tel : 02 51 41 30 62.
Source : Ouest-France
CAMPAGNE D'ABONNEMENT
AUX LECTEURS OCCASIONNELS
DU MAGAZINE DES VENDÉENS DE
PARIS ET D'ILE DE FRANCE
SOUTENEZ LES VENDEENS DE PARIS
ET LEUR JOURNAL
35 EUROS SIX FOIS L'AN
livré à votre domicile
utiliser le bon jaune joint
Dimanche 7 Février, grand déjeuner de rentrée de l’association qui
a réuni 95 personnes, dans la
grande salle de La Pallice, 42 bd
Delmas. Très bonne ambiance.
M. Louis-Michel Lussault administrateur UFVP et son épouse,
M. et Mme Gilles Delannoy et
M. Artaillou, tous adhérents des
vendéens de Paris, et qui avaient
répondu à l’invitation du Président
12
C Henry nous représentaient.
Une AG se tient pendant le repas
et permit la cooptation de nouveaux administrateurs
Les participants furent informés
d’une sortie le vendredi 7 mai à
Rochefort, avec la visite programmée de l’intérieur du navire
“l’Hermione” (copie conforme du
navire qui avait conduit la Fayette
en Amérique) et de deux musées
dans la ville : celui de la marine,
et celui des métiers anciens.
Renseignemenbts & inscriptions
auprès de votre serviteur
au 05 46 41 71 15 ou
rene.simonneau@dbmail.com.
Lire aussi page 15, la sortie
d’été à Fontenay sur le thème
de la Renaissance avec les vendéens de Paris.
René Simmoneau
Maquette de “l’Hermione”
Des nouvelles des Vendéens à La Rochelle
Le Vendéen de Paris et d’Île-de-France / mars-avril 2010
Journal 8
16/02/10
23:28
Page 13
>>
e
Histoire du XX siècle
Les Russes et la Conférence de Versailles
Texte : Michel Dillange, ancien vice-Président de L’UFVP
28 juin 1919, les signataires sortent par la terrasse du château : Clemenceau, Wilson et Lloyd George
L’
année 2009 correspondait au 90e
anniversaire de la Conférence de
Versailles, il a paru intéressant
d’évoquer, à ce sujet, un détail historique
bien oublié: les démarches de la Russie bolchévique auprès des Alliés.
A l’origine, la Conférence de Versailles de
1919 avait pour but d’établir le texte d’un
traité de paix qui serait imposé à l’Allemagne.
Mais rapidement, les participants eurent
l’ambition de définir un nouvel équilibre en
Europe, à la manière du Congrès de Vienne
de 1915. Le Président Wilson était persuadé
qu’il avait reçu la mission de construire une
réforme universelle qui devait établir la paix
dans le monde, pour longtemps. Plus réaliste,
Clemenceau cherchait simplement à assurer
la sécurité de la France et à éviter une nouvelle guerre. Malheureusement, il ne pourra
imposer ses idées.
En Russie, Lénine, à son arrivée au pouvoir,
prônait une révolution mondiale. Toutefois, il
s’est trouvé confronté à une réalité économique catastrophique que la guerre civile n’a fait
qu’empirer. D’autre part, les Alliés soutenaient
les armes blanches, faute de pouvoir intervenir directement comme le souhaitait le
Maréchal Foch, en particulier, appuyé par bon
nombre de politiciens et une presse conservatrice. Lénine était certes un révolutionnaire,
mais il avait le sens des réalités, certainement
plus que Wilson. En 1918, il s’était empressé
de conclure avec l’Allemagne, le traité de
Brest-Litowsk. Si celui-ci était désastreux pour
la Russie, il avait l’avantage de lui laisser les
mains libres à l’intérieur et, par la suite, revenu
en position de force, il pourrait éventuellement le remettre en cause. Dans le même
esprit, il comptait s’entendre avec les Alliés
victorieux afin de faire reconnaître le nouveau
régime russe sur le plan international.
Renonçant à la propagande communiste
agressive à ses débuts, Lénine, à au moins sept
reprises, entre octobre 1918 et janvier 1919, va
faire des offres de paix aux gouvernements
occidentaux, soit par des notes diplomatiques
transmises par l’intermédiaire de pays neutres,
soit par des déclarations officielles émises à la
radio et publiées dans les journaux.
Ainsi, le 3 novembre 1918, une note diplomatique est présentée à la légation de Suède pour
que celle-ci la fasse parvenir aux Alliés. En fait,
c’est une demande d’armistice. Avant même
d’avoir reçu une réponse, une nouvelle note est
envoyée directement au Département d’Etat à
Washington. En même temps, à Moscou, le
Congrès des Soviets par un vote « à l’unanimité
» préconise l’ouverture de négociations avec
les gouvernements capitalistes. En décembre,
Lénine envoie Litvinov à Stockholm. Ce
seront les débuts de la carrière de ce diplomate
qui sera ensuite envoyé par Staline chaque fois
Le Vendéen de Paris et d’Île-de-France / mars-avril 2010
que ce dernier voudra s’entendre avec
l’Occident. A son arrivée dans la capitale suédoise, personne ne veut recevoir officiellement
l’envoyé des Soviets. Sans se décourager, celuici rencontre des diplomates et fait publier dans
les journaux suédois, des articles exposant les
propositions russes. Enfin, il écrit une lettre
personnelle à Wilson. Intéressé, ce dernier
envoie à Stockholm un diplomate en poste à
Londres, Buckler, qui rencontre plusieurs fois
Litvinov, entre le 13 et le 16 janvier 1919.
Les propositions soviétiques sont les suivantes :
1– Compromis sur le remboursement des
dettes du régime tsariste en échange de l’importation de machines et autres produits
industriels
2 – Arrêt de toute propagande en dehors de
la Russie. « Les Soviets comprennent qu’une
révolution à la russe n’est pas possible
actuellement en Occident »
3 – Amnistie pour tous les combattants
contre-révolutionnaires
4 – Principe de l’autodétermination pour la
Pologne, la Finlande et l’Ukraine
5 – Soutien de la Russie à la future S.D.N.
Wilson est très impressionné. Le 20 janvier
1919, il présente le rapport Buckler au
Conseil des Dix. Celui-ci est troublé et finalement autorise la préparation d’un plan en vue
d’une conférence avec les Russes. Elle devait
se tenir le 15 février ; le lieu choisi était
Prinkipo, une île de la Mer Noire, au large de
la Turquie. Des représentants américains et
anglais ont été désignés ; les associations de
russes blancs ont été sollicitées ; en revanche,
il semble que le gouvernement français ait été
oublié ! Par ailleurs aucune invitation écrite
n’a été faite au gouvernement soviétique qui,
cependant, se considère comme invité.
Le 4 février 1919, Lénine précise les concessions qu’il est prêt à faire :
1 – Reconnaissance des emprunts passés
2 – Garantie des intérêts des emprunts par la
livraison de matières premières
3 – Concessions d’exploitations minières et
forestières aux entreprises occidentales
4 – Discussion sur les territoires russes
annexés par les Alliés
5 – Engagement réciproque en vue de l’arrêt
de toute propagande.
La suite dans le prochain numéro...
13
Journal 8
16/02/10
23:28
Page 14
>>
Page photos
Louis-Marie du Perray
sublime ses amies étudiantes
Présentation actuellement d’une série de portraits féminins argentiques noir et blanc et couleur, encadrés, réalisés au moyen format
(6X6), avec un Hasselblad 500 CM au restaurant Chez Renaud, en centre ville de Versailles.
A l’issue du vernissage qui réunit fin janvier de nombreux amis de
Versailles et Paris, et amateurs photos en présence de l’artiste et de
ses jolies & jeunes amies exposées, il déclarait : « ...j’ai voulu montrer et sublimer des visages que je connaissais, sans maquillage,
lumière naturelle, expression neutre ou non… ». « J’ai voulu aussi
mettre en avant une beauté qui est plus flagrante chez les femmes,
que chez les hommes... », « ...avec cette première expo , c’est à la
fois un aboutissement et une étape de franchie… »
Restaurant Chez Renaud
4 rue Philippe de Dangeau 78000 Versailles
téléphone 01 39 51 96 75
Exposition jusqu’au 20 mars. Entrée libre.
Voici MISS
VENDEE 2010
Une nouvelle élue très jolie.
Couronnée à Aizenay en janvier.
Elle s'appelle Emily BELOUARD
Elle a 20 ans, est originaire de
GROSBREUIL
et est en 3e année de licence
d'Histoire
à l' ICES de la Roche sur yon
mesure 1.75m
Le passage du Cap Horn
Photo prise par Jean Marc Guillot, le lundi 25 janvier à 8 heures du
matin... qui signale ce jour là "un beau temps et mer calme avant d'affronter des creux de 7 m deux jours plus tard vers les Malouines ! ".
De retour de voyage
en Amérique du
Sud, l'arrivée effectuée par le passage
du Cap d'Ambre
(Fromentine) fut
beaucoup plus tranquille... nous écrit-il
avec humour...
Nous laissons nos lecteurs juges !
14
Le Vendéen de Paris et d’Île-de-France / mars-avril 2010
Journal 8
16/02/10
23:28
Page 15
>>
À vos agendas !
Samedi 27 mars à 10 heures :
117e Assemblée Générale de l’UFVP
À la MAISON DES ASSOCIATIONS du 14e arrondissement, 22, rue Deparcieux Paris 14 –
métro : Gaité, Denfert Rochereau, Raspail, suivie d’un déjeuner dans les environs
Inscriptions à l’A.G, et au repas indiqués page 3.
place de l’Hôtel de Ville 85000 Montaigu, entrée libre
La fréquentation de ce salon ne cesse de croître. Plus de 40 000 visiteurs en 2009. C’est important que l’UFVP y soit.
Le stand n°7 qui nous est réservé, se trouve dans l’espace “À livre ouvert”, à droite en arrivant. Cherchez-nous bien,
et venez à notre rencontre. Présence alternée durant les trois jours, de dirigeants et d’adhérents.
Signalons la présence sur le salon, cette année du prince Jean de France, invité pour son livre d'entretiens “Un Prince
français” (éd. Pygmalion). Il y évoque son destin personnel et sa place dans la Famille de France, et présente les
aspects essentiels de son engagement, en tant que prince de France, au service de la France et des Français.
Avril à juin : plusieurs projets sont programmés mais non finalisés.
Nous espérons bien qu'ils arriveront à leur terme !
Photo de Richard d’Amphernet
Vendredi 9, samedi 10 et dimanche 11 Avril :
Printemps du livre de Montaigu
Mars/Avril :
Un dîner parisien, où M Regnault, maire de la Roche sur Yon et conseiller général, doit évoquer pour nous "La Roche sur Yon Agglomération,
1ère intercommunalité vendéenne".
Mai :
Visite à Picpus, en association avec la section parisienne du Souvenir Vendéen
Début Juin :
Avec les Catalans de Paris, projet d’une escapade-découverte des Sables d’Olonne.
11,12 et 13 Juin :
Notre présence au Salon du livre de la mer à Noirmoutier
7 ou 8 juillet : " FONTENAY RENAISSANCE "
Journée culturelle et de détente, organisée par René Simonneau, administrateur ufvp, et animateur des Vendéens à
la Rochelle et sous la houlette de la responsable du Patrimoine pour les membres de nos 2 associations, et leurs amis.
Au programme en cours : le rendez vous d'accueil des participants à 10 heures en un point central de Fontenay le Comte
(sans doute devant le Musée Vendéen), réception à l'Hôtel de Ville et apéritif offert par la municipalité, déjeuner
à la ferme-auberge la Mélusine à St Michel le Cloucq. Après midi : visite du Château de Terre-Neuve.
Merci de retenir cette date sur votre agenda. On y reviendra dans nos prochains bulletins
Depuis 1895, les Coirier portent le blason viticole de Pissotte.
La demeure y est centenaire, la glycine y fleurit chaque printemps. La chaleur de l’accueil le dispute à la chaleur de la
cave. Ici on est viticulteur de père en fils. Les générations
passent, les valeurs restent : “tradition, équilibre, respect des
choses de la vie”.
Une appellation, trois couleurs, beaucoup de plaisir
5% aux membres des Vendéens de Paris
Le Vendéen de Paris et d’Île-de-France / mars-avril 2010
15
Journal 8
16/02/10
23:28
Page 16
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising