Ma Région N°76 (pdf - 2,06 Mo)

Ma Région N°76 (pdf - 2,06 Mo)
www.region-haute-normandie.fr
Journal d’information de la Région Haute-Normandie
N°76 JUIN 2009
Evénement
Territoires
Actions Région
Destination plages
En juin,
tous à la mer !
Un nouveau TGV
pour relier
la Normandie
à Strasbourg
et Dijon
Des jeunes
en formation
construisent une
maison en paille
CONCEPTION & RÉALISATION : C COMME C [ROUEN] / COLLECTIF INTRO [LE HAVRE]
U N E O P É R AT I O N P R O P O S É E PA R L A R É G I O N H A U T E - N O R M A N D I E
d'Alain Le Vern
Président de la Région Haute-Normandie
N
otre pays est désormais officiellement entré en récession. Devant
une crise méconnue, l’agitation
et les incantations présidentielles
n’y font rien. A trop vouloir défendre des
privilèges, des inégalités et des injustices
flagrantes et grandissantes, nos dirigeants
se trompent !
Il faut inventer un monde nouveau, plus
juste, plus solidaire, plus créatif et non
chercher à préserver un système financier
qui commet des ravages et aggrave les
difficultés.
Cela passe par une mobilisation de chaque
citoyen dans ses choix de vie, ses engagements personnels. Cela passe aussi par
une meilleure écoute dans les entreprises
qui ne peuvent réussir ni dans le rapport
de force permanent ni dans les injustices.
Le gouvernement doit cesser de fragiliser
les collectivités qui dans leurs missions
”amortissent“ les effets sociaux de la crise
et qui, en apportant 73% des investissements du pays, alimentent la relance.
De même, les atteintes à la recherche, à
l’université, à l’école doivent cesser : c’est
l’avenir qui est en jeu et rien d’autre, celui
de la France, de sa compétitivité, de ses
jeunes.
Notre Région se veut exemplaire. J’ai
engagé toutes nos forces dans la lutte
contre la crise. Le gouvernement devrait
enfin prendre la main tendue par nos
collectivités au lieu de leur tourner le dos
voire de les combattre, dans le mépris de
l’intérêt supérieur de la France.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
L'éditorial
3
Evénement
4
ça se passe à la Région
n La planète Mars et les hormones
aux forums régionaux du savoir
nL'Hôtel de Région fête la musique
n Exposition de Daniel Mayar
5
Territoires
nUn nouveau contrat pour
le pays d'Avre, d'Eure et d'Iton
6-8
Actions Région
n
n
n
n
n
Le lycée Dumézil rajeunit
Région Langues, 3e édition
Un nouveau TGV normand vers l'Est
Appel à projets autour de l'impressionnisme
Un chantier pédagogique pour construire une maison en paille
9-11
Les voyages forment la jeunesse
Dossier
12-13
Express régional
Insolite, ludique, pratique...
15
Parcours
La compagnie Etant Donné
16
Agenda
Culture, sport, loisirs, nature...
Journal d’information
de la Région Haute-Normandie
5, rue Robert Schuman
BP 1129 - 76174 ROUEN cedex 1
Tél. 02.35.52.56.00 - Fax 02.35.52.56.56
www.region-haute-normandie.fr
2
N°76 JUIN 2009
Directeur de la publication : Alain Le Vern Rédacteur en chef : Nathalie Lecerf
Responsable de la publication : Pascale Feugère Rédaction : Pascale Feugère, Laure Voslion,
Sophie de Santis et Sandrine Levallois Photo couverture : Jean-Pierre Sageot
Design graphique et réalisation :
02.35.812.612
Impression : CirclePrinters Services tél. 01.60.23.30.30 Tirage : 817 000 exemplaires
Diffusion : La Poste/Mediapost Dépôt légal : à parution ISSN 1294-8578.
Le journal Ma Région est diffusé dans tous les foyers haut-normands. Si vous ne l’avez pas reçu, signalez cette anomalie au service communication, 02.35.52.57.35.
<<< événement
Opération Destination plages
A la mer en juin
pour trois fois rien !
En juin, prenez le large en train ! Grâce à l’opération "Destination plages" créée
par la Région Haute-Normandie, profitez des beaux jours pour découvrir ou
redécouvrir les charmes du littoral.
Avec le pass Région, c’est 15 € pour se rendre en train, en famille ou
entre amis (jusqu’à 5 personnes sur un même pass), à Dieppe, Fécamp,
Saint-Valery-en-Caux, Le Tréport ou Le Havre.
Comment ça marche ?
Le pass Région coûte 15 €, on peut l’utiliser pour voyager
jusqu’à 5 personnes vers 5 villes du littoral haut-normand
(Dieppe, Fécamp, Saint-Valery-en-Caux, Le Tréport, Le Havre).
Le pass est utilisable un des week-ends de juin : les 6-7, 13-14, 20-21,
27-28 juin en 2e classe au départ d’une gare de Haute-Normandie
et à destination d’une des 5 villes citées précédemment.
Il permet d’effectuer entre le samedi matin et le dimanche soir,
Deux atouts
un nombre de trajets illimités (aller-retour) vers la mer.
majeurs :
Il sera mis en vente à partir du mercredi 3 juin dans les gares
des allers-retours
et boutiques SNCF de Haute-Normandie*.
illimités le temps
Pas besoin de réserver à l’avance, pas de coupon à remplir, pas
d’un week-end.
de pièces à fournir, il suffit de se présenter entre le 3 et le 28 juin
Un prix mini :
au guichet d’une gare haut-normande ou d’une boutique SNCF*.
plus on est nombreux
Pas besoin non plus de choisir son week-end à l’avance :
(jusqu’à 5), plus c’est
c’est le compostage du billet qui marque le début de sa validité.
avantageux !
Cette opération est proposée par la Région Haute-Normandie
en partenariat avec la SNCF, cars Hangard et VTNI.
Pour les horaires complets et les correspondances,
consultez le site www.ter-sncf.com/haute_normandie
ou appelez Aléorégion, 0.825.000.276 (0,15 €/mn).
* boutiques SNCF Le Havre Coty, Pont-Audemer, Rouen Saint-Sever,
Sotteville-lès-Rouen, Saint-Valery-en-Caux
Balades, visites...
Des idées à la pelle...
© Clément Deneux
Estivoiles à Fécamp, les Zestivales au Havre, le tour de France
à la voile à Dieppe, la Petite Armada au Tréport... Les stations
du littoral affichent le plein d’activités et d’animations en ce
mois de juin. Pour en savoir plus sur le programme des festivités dans chaque ville, contactez :
• office de tourisme de Dieppe, 02.32.14.40.60,
officetour.dieppe@wanadoo.fr, www.dieppetourisme.com
• office intercommunal de tourisme de Fécamp,
02.35.28.51.01, info@fecamptourisme.com,
www.fecamptourisme.com
• office du tourisme du Havre,
02.32.74.04.04, www.lehavretourisme.com
• office de tourisme du Tréport, 02.35.86.05.69,
officedetourismeletreport@wanadoo.fr, www.ville-le-treport.fr
• office de tourisme de Saint-Valery-en-Caux, 02.35.97.00.63,
info@cauxmaritime.com, www.ville-saint-valery-en-caux.fr.
Journal d’information de la Région Haute-Normandie
3
ça seà lapasse
>>>
Région
Fête de la musique
à cor et à cuivres !
Pour la 28e édition de la Fête de la musique, la Région
organise un concert exceptionnel dans l’hémicycle
de l’Hôtel de Région avec le concours de musiciens
de l’Orchestre de l’Opéra de Rouen/Haute-Normandie
intitulé Autour des cuivres. Dimanche 21 juin à partir
de 18h, les instruments à vent sont à l’honneur pour
un programme riche et varié.
a
© Fabrice Rousson
Que celui ou
celle qui n’a
jamais eu envie de
danser sur West Side
Story Suite de Leonard
Bernstein jette la première note ! Pour un
Franck Pâque et Pierre-Olivier Goll
début de concert en
fanfare, les musiciens de l’Opéra de Rouen/HauteNormandie vont se jeter à cor et à cuivres dans l’hémicycle de l’Hôtel de Région pour proposer une interprétation de cette mythique bande originale. La beauté du
Vitrail de Georges Delarue est également au programme
ainsi que la délicate Sonate pour quintette de cuivre de
Derek Bourgeois. Le 21 juin, la Région fête la musique
en compagnie de cinq musiciens de l’Orchestre de
l’Opéra de Rouen/Haute-Normandie. Avec le concert
Autour des cuivres où se produiront les trompettistes
Franck Pâque et Thierry Gervais, le corniste PierreOlivier Goll ainsi que Nicolas Lapierre au trombone et
Bastien Still au tuba, la représentation d’une durée d’une
heure et quart devrait filer comme le vent ! 
100 places à gagner
Grand
jeu
Concert de l’Opéra à la région
Le journal Ma Région met en jeu 100 places pour assister
au concert Autour des cuivres donné par l’Orchestre de
l’Opéra de Rouen/Haute-Normandie à l’Hôtel de Région
dimanche 21 juin à 18h à l’occasion de la Fête de la
musique 2009.
Comment jouer ?
Il suffit de téléphoner au 0811.655.655 (prix d’un
appel local) samedi 13 juin entre 9h et 16h et de se
laisser guider par la messagerie qui vous demandera de
saisir votre numéro de téléphone, d'énoncer et d'épeler
clairement vos nom et prénom. Deux places seront
systématiquement attribuées par gagnant. Les gagnants
seront désignés par tirage au sort et informés le 16
juin 2009 par téléphone au numéro qu’ils auront laissé
sur la messagerie. Ils pourront également savoir s’ils ont
gagné en appelant le 0811.655.655 (prix d’un appel local).
Les places seront remises directement à l’Hôtel de
Région, dimanche 21 juin à partir de 17h.
4
N°76 JUIN 2009
MARS,
l’espace vert ?
 Intitulé La planète Mars :
histoires d’un autre monde,
ce nouveau forum régional
du savoir part à la conquête
d’une planète que l’on a crue
un temps peuplée de petits
hommes verts. Jeudi 11 juin à 20h30, en compagnie du planétologue François
Forger, spécialiste de la planète Mars, le public aura la tête dans les étoiles et les
pieds sur terre.
 Un Mars et ça repart ! Cerise sur le gâteau, un second forum, jeudi 25 juin
à 20h30, est exceptionnellement proposé. Intitulé Devons-nous avoir peur des
hormones ?, il sera animé par Etienne Baulieu, professeur au collège de France et
connu pour sa découverte de la production de DHEA, qui informera le public sur
l’avancée des travaux en ce domaine.
Les 11 et 25 juin à 20h30 à l’Hôtel de Région, 5 rue Robert Schuman à Rouen.
Entrée gratuite. Réservation recommandée auprès de Science Action HauteNormandie, 02.35.89.42.21.
Exposition
LE MURMURE des muses
Du 15 juin au 4 septembre, la Région accueille plus de 150 œuvres du
plasticien et metteur en scène haut-normand Daniel Mayar. Intitulée Muses,
planètes, corps à corps et chocolat, cette exposition retrace deux ans de
travail d’un artiste prolifique.
L
’origine, la place des Hommes dans le monde et entre eux sont les fils rouges
de l’œuvre de Daniel Mayar. Qu’il peigne (au doigt et non au pinceau) Clio et
ses sœurs, des corps entremêlés à l’infini, des planètes tourbillonnant dans
notre système solaire, ou qu’il recouvre de chocolat meubles, bibelots ou vieilles
gravures, Daniel Mayar semble
partir à la recherche d’un paradis
perdu.
L’abondance de son travail alliée
à la curiosité d’un plasticien
formé à l’école d’architecture font
de son travail un mouvement perpétuel et permanent où le résultat
n’est jamais ni tout à fait le même
ni tout à fait un autre. Ainsi,
pour ses muses, part-il toujours
du même tableau Le Défi des
Piérides de Rosso Forientino pour
donner à voir autant de points
de vue. Cela aboutit à l’arrivée à
9 tableaux différents où les muses
murmurent à nos oreilles le chant
des astres. 
Contact : 02.35.52.57.57 ou
Le plasticien Danier Mayar
02.35.52.21.59
© Heka agence photo
La Région
<<< Territoires
© photos : Syndicat mixte du pays d'Avre, d'Eure et d'Iton
Le pays d'Avre, d'Eure et d'Iton soutient diverses
manifestations culturelles dont le festival d'art naïf de
Verneuil-sur-Avre (ici œuvre de l’artiste Dragan Mihailovic)
Tournée des territoires
Le pays d’Avre,
d’Eure et d’Iton
Situé au carrefour des départements de l’Eure, de l’Orne et de l’Eure-et-Loir, le pays
d’Avre, d’Eure et d’Iton a signé le 27 mai avec la Région et le Département de l’Eure
son nouveau contrat de pays 2008-2010.
D
’un montant global de 37,5 millions
d’€ (deux fois plus que le précédent
contrat) dont 6,5 millions d’€ financés par la Région, le nouveau contrat de
pays s’articule autour de quatre priorités : le
développement de l’activité économique et
des emplois, la modernisation et la mutation
des services publics et des services à la personne, les pratiques environnementales et le
développement durable, la coordination des
actions de développement territorial.
Côté économique, l’enjeu est en premier
lieu d’accueillir de nouvelles entreprises
et emplois : aménagement ou extension
de zones d’activité (Marcilly-la-Campagne,
Saint-André-de-l’Eure, Verneuil-sur-Avre),
construction de bâtiments locatifs, village
d’entreprises (Breteuil-sur-Iton)... L’heure est
aussi à la réflexion autour du développement
de pôles d’activités innovants comme la production de biomasse.
Autres secteurs à fort potentiel : le tourisme
et l’éducation à l’environnement. Le contrat
de pays prévoit notamment la valorisation du
57 950 habitants
83 communes dont 2 d’Eure-et-Loir
5 communautés de communes
Canton de Breteuil-sur-Iton, Pays
de Damville, Communes rurales
du sud de l'Eure, Pays de Verneuil,
Porte normande
site historique du Becquet à Bourth, l’aménagement de voies vertes (Vallée d’Eure,
Bois francs), la création de parcours pédagogiques et de parcours d’interprétation, le
réaménagement du moulin de Chambray.
Services, jeunesse, transports
Le développement des services publics
et des services à la personne occupent
une place prépondérante dans ce nouveau
contrat. Sont entre autres programmées : la
construction d’une maison de services au
public à Breteuil-sur-Iton, la modernisation
de l’établissement pour personnes âgées de
Verneuil-sur-Avre, la création d’une maison
de santé à Saint-André-de-l’Eure.
La réalisation d’équipements dédiés à la
jeunesse est aussi à l’ordre du jour : un
pôle d’animation jeunesse à Verneuil-surAvre, une maison des associations, maison
des jeunes et de la culture et bibliothèque
à Breteuil-sur-Iton, un espace multimédia
à Damville, un studio de création artistique
à vocation pédagogique à La Guéroulde, la
restructuration de l’antenne de la MJC
à Francheville... Le nouveau contrat
met également en œuvre des actions
en faveur du développement durable :
réhabilitation de bâtiments publics afin
de les rendre économes en énergie, création d'aires de stationnement
végétalisées pour lutter contre le ruissellement urbain... 
ZoOMS
 Un schéma de cohérence territoriale
Dans le cadre du nouveau contrat, le pays d'Avre, d'Eure
et d'Iton va élaborer un Schéma de cohérence territoriale.
Objectifs : fixer à l'échelle du pays des orientations
générales en matière d'aménagement de l'espace (zones
à urbaniser, zones naturelles), d'équilibre de l'habitat,
d'équipements commerciaux, de déplacements et de
transports en commun, actuellement déficitaires.
 Un pôle d’animation jeunesse à Verneuil-sur-Avre
Le pôle d’animation jeunesse de Verneuil-surAvre est un projet ambitieux qui consiste à
restructurer un silo à grains et des hangars pour
créer un complexe accueillant à la fois des salles
dédiées aux musiques actuelles (répétition et
enregistrement), un skate-parc intérieur,
un espace multimédia et un lieu de pratique
de la spéléologie.
Le futur pôle d'animation jeunesse de Verneuil-sur-Avre
Journal d’information de la Région Haute-Normandie
5
actions Région >>>
Lycées
Petit à petit, Dumézil rajeunit
Construit en 1967, le lycée Georges Dumézil de Vernon a la particularité de s’étendre
sur un parc de 14 hectares. Comme dans l’ensemble des établissements haut-normands, la Région y réalise des travaux dans le cadre du programme d’équipement
et de rénovation mis en place depuis 1998.
L
A la rentrée prochaine, les étudiants de BTS découvriront
19 nouvelles salles de cours
a Région a engagé une opération de réhabilitation de quatre bâtiments dont le coût
s’élève à 7,7 millions d’euros. L’internat a été livré à la rentrée 2008. Les locaux du
Greta et le centre de documentation sont opérationnels depuis novembre 2008.
Ce mois-ci, les travaux du bâtiment H4 se terminent. Celui-ci comporte désormais 19 salles
d’enseignement technologique tertiaire pour les BTS Management des unités commerciales et Assistant de direction et accueillera également le foyer des élèves.
En juillet, les échafaudages s’installeront dans la future salle polyvalente qui devrait être
réutilisable en novembre. 
Région langues
Le principe est
simple, mais
inédit à l’échelle
d’une région :
immerger
totalement
des lycéens
dans un bain
linguistique
et culturel
anglais.
so british
U
a
Mardi 12 mai 2009, Alain Le Vern et Jean
Louis Destans, président du Département de
l'Eure, ont inauguré sur le futur parc d'activités de
Miserey-Boncourt, la "Biopépinière", pépinière scientifique destinée à accueillir des jeunes entreprises
innovantes dans le secteur des biotechnologies.
vingt lycées haut-normands), sachez que le niveau d’anglais
n’est pas un critère de sélection. Seule la motivation est le passeport de cette semaine so British*. 
Contact : 02.35.52.57.41 * si britannique
Automne en normandie, c’est reparti !
a
C’est le 6 juin que démarre la vente des billets pour
l’édition 2009 du festival Automne en Normandie, qui
aura lieu cette année du 20 octobre au 26 novembre.
Jusqu’au 17 juillet, la billetterie concernera uniquement les
abonnements (pass Partout, pass 5 spectacles, pass 3 spectacles). Les billets à l’unité seront quant à eux disponibles à
partir du 2 septembre. On peut aussi acheter ses places sur
www.automne-en-normandie.com.
Côté programmation (également disponible sur le site), on
sait déjà que c’est Bartabas et son théâtre équestre qui assureront l’ouverture du festival avec une création exceptionnelle
spécialement imaginée pour l’abbatiale Saint-Ouen à Rouen. On croisera aussi
les œuvres de William Shakespeare, Pina Bausch, Joël Jouanneau, l’Orchestre
national de Russie, Philippe Glass... L’équipe du festival réitère par ailleurs l’expérience de la Grande Veillée, beau succès 2008, qui se déroulera cette année à
Evreux, toujours à la Toussaint.
Billeterie : 3, rue Adolphe Chéruel 76000 Rouen, métrobus station Beauvoisine,
02.32.10.87.07, billetterie@arts276.com
© Automne en Normandie
RaPIDO
n bon niveau de pratique d’une langue étrangère constitue assurément un atout pour la
réussite d’un parcours professionnel ou universitaire. Aussi, pour donner aux lycéens de HauteNormandie une chance équitable de devenir bilingue
en anglais, la Région a créé depuis 3 ans le dispositif
Région langues. Du 15 au 19 juin, plus de 800 jeunes
scolarisés en Seconde générale, technologique ou
professionnelle vont ainsi pratiquer de manière ludique
la langue des Beatles. Pour ce faire, les professeurs
d’anglais et les intervenants qui les encadrent vont
multiplier les animations qui déclinent la culture anglaise sur
tous les modes : sport, théâtre, films, gastronomie... Et, s’il
faut remplir un dossier de candidature pour participer à cette
semaine entièrement gratuite(les lycéens sont hébergés dans
6
N°76 JUIN 2009
Transports
Les Nymphéas, un des plus célèbres tableaux de Claude Monet
© Musée des Impressionnismes Giverny
APRÈS MARSEILLE, UN TGV DIRECT
VERS STRASBOURG ET DIJON
Appel à projets
Impressionnisme
L’actualité des transports régionaux est marquée par la création le 5 juillet
de deux lignes de train à très grande vitesse reliant Le Havre, Rouen et
Evreux à Roissy et l’Est de la France.
D
evant le succès de la ligne Le
Havre-Marseille, deux nouvelles lignes TGV verront le jour
dans quelques semaines : Le HavreRouen-Aéroport de Roissy-Strasbourg
et Cherbourg-Caen-Evreux-Aéroport de
Roissy-Dijon. Elles seront mises en service
le 5 juillet et la liaison vers Strasbourg sera
inaugurée ce même jour par Alain Le Vern,
président de la Région Haute-Normandie,
et Guillaume Pépy, président de la SNCF.
A raison d’un aller-retour quotidien toute
l’année, samedis et dimanches compris,
ces deux liaisons vont permettre aux
Haut-Normands de rejoindre l’Est de la
France en train sans passer par Paris.
Reliant directement la Normandie à l’aéroport Charles de Gaulle, elles offrent
aussi aux habitants des deux régions
une connexion directe avec l’ensemble
des vols internationaux et des lignes TGV
(vers Londres, Amsterdam, le sud de la
France...) en partance de Roissy.
A titre expérimental
Mises en place à titre expérimental
pour 3 ans, ces nouvelles dessertes
TGV bénéficient du soutien financier
des collectivités, notamment les Régions
(Haute-Normandie, Basse-Normandie,
Bourgogne) et agglomérations concernées (Rouen, Le Havre, Evreux).
”Sans l'initiative de la Région et les financements de nos collectivités, ces nouvelles lignes n’auraient pas pu voir le jour,
explique Alain Le Vern. Notre objectif est
maintenant qu’elles deviennent rentables
et puissent être pérennisées, comme
c’est le cas de la ligne TGV Le HavreMarseille.“ 
Infos pratiques
aLe Havre-Rouen-Mantes la JolieAéroport Charles de Gaulle-TGV
Champagne Ardenne-TGV MeuseTGV Lorraine-TGV Strasbourg.
Départ du Havre du lundi au dimanche
à 7h20, arrivée à Strasbourg à 13h33.
Pour le retour, départ de Strasbourg à
16h48, arrivée au Havre à 22h40.
aCherbourg-Caen-Lisieux-EvreuxMantes la Jolie-Aéroport Charles
de Gaulle-TGV Marne la ValléeMontbard-Dijon.
Départ de Cherbourg du lundi au
dimanche à 6h55, arrivée à Dijon à
13h18. Pour le retour, départ de Dijon
à 17h09, arrivée à Cherbourg à 23h28.
Pour en savoir plus (horaires,
réservations...), rendez-vous dans
les gares et boutiques SNCF ou
www.voyagessncf.com
© Centre audiovisuel SNCF
tous à vos projets
Le festival Normandie Impressionniste se déroulera en
Haute et Basse Normandie de juin à septembre 2010.
Sorte d’Armada de l’Impressionnisme, cet événement
se veut participatif et révélateur de talents. C’est l’objet de l’appel à projets lancé il y a quelques semaines
par l’association Normandie Impressionniste. Dépôt
des projets pour le 30 juin.
C
réé à l’initiative de la Communauté d’agglomération
rouennaise, le festival Normandie Impressionniste
célèbrera l’impressionnisme, mouvement
artistique connu dans le monde entier et profondément
ancré en Normandie, son territoire d’inspiration.
Si l’impressionnisme est avant tout un courant pictural,
le festival fera également la part belle à toutes les autres
formes d’expression artistique : musique, photographie,
danse, vidéo, littérature...
Appel à projets
Pour étoffer la programmation du festival et permettre
au plus grand nombre (associations, particuliers...)
de faire valoir ses talents et bonnes idées, Normandie
Impressionniste lance un appel à projets : culturels,
éducatifs, économiques, touristiques... Toutes les propositions présentées seront analysées par un conseil
scientifique présidé par Jérôme Clément, personnalité
du monde de la culture et des médias, vice-président
de la chaîne franco-allemande Arte. Les projets sélectionnés pourront bénéficier d’un soutien financier et/ou
matériel. Ils seront labellisés Normandie Impressionniste
et intégrés au festival.
Pour proposer un projet, il suffit de télécharger une
fiche de candidature, disponible (entre autres) sur www.
agglo-de-rouen.fr et sur www.region-haute-normandie.
com. Date limite de dépôt des projets : le 30 juin 2009.
Collectivités partenaires : Agglomération rouennaise,
Département de Seine-Maritime, Département de l’Eure,
Région Haute-Normandie, Région Basse-Normandie,
Ville de Rouen, Ville de Caen. 
Alain Le Vern avec Guillaume Pépy,
le président de la SNCF, lors d'une rencontre
avec les usagers le 21 avril dernier
Contact : association Normandie Impressionniste,
02.35.03.53.14
courriel : normandieimpressionniste2010@gmail.com
Journal d’information de la Région Haute-Normandie
7
actions Région >>>
RaPIDO
Formation professionnelle
Une maison en paille, c’est pas ballot !
Dans le cadre d'un chantier pédagogique, un bâtiment original est en train de voir le jour sur
le terrain du camping municipal de Blangy-sur-Bresle. Des stagiaires de la formation
professionnelle y construisent un bungalow en paille.
© Photos : Jean-Pierre Sageot
I
l était une fois une quarantaine
de stagiaires de la formation
professionnelle qui, ballot après
ballot, construisaient un bungalow en paille de 37 m2, destiné à
accueillir des familles en vacances.
Ce chantier pédagogique, financé
par la Région, est le fruit d’un
partenariat entre le centre de formation continue Forjecnor 2000,
responsable du projet, la Ville de
Blangy-sur-Bresle, maître d’ouvrage
et financeur des matériaux, et le
Lion’s club d’Aumale qui a réalisé
les études de faisabilité.
"Le gros atout de ce chantier,
explique Jean-Marie Conseil,
directeur du centre de formation
Forjecnor 2000, c’est qu’il est
réel. C’est un plus pour ces stagiaires qui préparent un CAP. Ils
sont impliqués de A à Z". Pour
apprendre les ficelles d’une telle
construction, les formateurs du
centre Forjecnor sont partis deux
jours sur le chantier d’une maison
particulière dans le Calvados, encadrés par l’association Approche
paille. “Quand j’ai expliqué que
nous allions construire un bungalow
de 37 m2, explique le formateur
Christian Tonnellier, menuisier de
formation, les membres de l’association m’ont assuré qu’un grillepain suffirait à le chauffer !”.
8
N°76 JUIN 2009
La paille est en effet très robuste et plus
isolante que le bois. "Un mur traditionnel
mesure 33 cm d’épaisseur au maximum,
poursuit Christian Tonnellier, un mur en
paille en fait 50. Il est ensuite recouvert
de torchis constitué de sciure de bois, de
sable, chaux et ciment. Les cloisons entre
les pièces seront composées de laine de
chanvre (un très bon isolant thermique et
phonique) et le plafond sera isolé avec de
la ouate de cellulose, moins toxique que la
laine de verre. Les fenêtres seront en triple
vitrage". Moralité: si la maison en paille dans
le conte des trois petits cochons avait été
construite de nos jours, le loup aurait eu
beau souffler très, très fort, jamais elle ne se
serait envolée !  www.approchepaille.fr
Sébastien Fournier Berneval
"Ancien docker à Dieppe, j’ai voulu
reprendre une formation dans le
bâtiment (un CAP maçonnerie). Je suis
entièrement séduit par les avantages de
ces "habitats légers". J’envisage d’ailleurs
de réaliser une extension en paille de
60 m2 attenante à ma maison. A terme, je voudrais créer
une société spécialisée dans la construction de maisons
en paille."
Raynald Louchel Le Tréport
"Ancien employé dans la restauration,
je prépare actuellement un CAP
maçonnerie. Au début du chantier,
j’étais un peu dubitatif, comme tout le
monde. Puis j’ai vu qu’au Canada, où
les températures peuvent descendre
à -30° C en hiver, il y avait un énorme engouement
pour ces maisons en paille, parfois bâties sur plusieurs
étages ! Elles sont très solides et très bien isolées. Si je
devais construire ma propre maison, c’est sans doute la
technique que j’utiliserais."
Fabienne Poullain Dieppe
"J’ai été secrétaire pendant vingt ans
puis aide opératoire dans une clinique
pendant dix ans. J’ai voulu changer
totalement de branche mais rester encore
un peu dans la tuyauterie : je prépare
donc un CAP de plomberie ! J’apprends
plein de choses sur ce type de chantier car tous les
corps de métier sont sollicités (charpente, maçonnerie,
couverture…). Le projet est véritablement innovant et
l’ambiance très conviviale. On prend du plaisir !".
© Pierre Jeanson
Isolation maximale
Tourisme
une nouvelle vitrine
a
Le 24 avril dernier, Alain Le
Vern a inauguré l’espace
Normandie situé sur l’aire de repos
de Vironvay de l’autoroute A 13.
Remplaçant l’ancien point d’information touristique, le nouvel espace est
le fruit d’un partenariat entre le Comité
régional de tourisme et la Société des
autoroutes Paris-Normandie. Il offre
une véritable porte ouverte sur la
Haute et la Basse Normandie avec
bornes internet, mur d’images, panneaux d’information, dépliants, infos
météo... A noter également, la présence de trois chargés d’accueil pour
renseigner le public.
contact@arl-haute-normandie.fr,
www.arl-haute-normandie.fr
SPORT
LYCÉENS DANS LE VENT
a
Du 6 au 10 mai, la base régionale de loisirs de Léry-Poses a
accueilli le championnat interrégional
de voile des lycées. Quinze équipages
de lycéens de Haute-Normandie et
d’autres régions ont pris part à cet
événement organisé par la ligue régionale de voile. Les Haut-Normands ont
bien défendu leurs couleurs : l’équipage du lycée Descartes-Maupassant
de Fécamp est
arrivé premier,
talonné
par
le lycée Anita
Conti, également
de Fécamp.
Contact : base
de loisirs de
Léry-Poses,
02.32.59.13.13
© Jean-Pierre Sageot
dossier >>>
RÉGION SANS FRONTIÈRES
le
m
nde
S'OUVRE AUX JEUNES HAUT-NORMANDS
"Mais que c’est beau les voyages !", chantait Barbara…
a
Apprendre une langue, partir à la découverte de soi et des autres, développer son ouverture d’esprit et
ses capacités d’adaptation, revenir avec un regard neuf : les voyages forment véritablement la jeunesse.
Ces expériences enrichissent le curriculum vitæ et sont un atout pour les futures recherches d’emploi.
"La Région a bien compris l’impact positif de ces projets hors frontières sur l’avenir des Haut-Normands,
explique Alain le Vern. Depuis vingt ans, elle mène une politique en faveur de la mobilité des jeunes à
l’international. Aujourd’hui, grâce à Région sans frontières et Apprentis sans frontières, tout le monde peut
saisir sa chance d’aller découvrir le monde, qu’il soit étudiant, lycéen, doctorant ou apprenti."
"Ah ! Jeunes gens, sachez profiter de vos vingt ans", poursuivait Barbara...
Journal d’information de la Région Haute-Normandie
9
dossier >>>
A quelle porte frapper quand on veut "mettre les
voiles" ? Avec vingt ans d’actions en faveur de
la mobilité des jeunes à son actif, la Région a su
trouver les formules adaptées à chaque situation. La preuve : depuis la création du dispositif
Région sans frontières en 2005, 6 800 séjours
ont été en partie pris en charge, pour un montant
de 5,9 millions d’euros. Suivez le guide...
Région sans frontières
Ce dispositif s’adresse aux étudiants, lycéens
des filières professionnelles et doctorants qui
souhaitent effectuer des séjours universitaires,
des stages professionnels, des projets de
recherche ou des missions humanitaires à
l’étranger. Condition : être inscrit dans un
établissement haut-normand et préparer un
diplôme ou un concours reconnu par l’Etat
(bac pro, BTS, DUT, diplôme professionnel,
licence, master, doctorat). Région sans frontières est aussi ouvert aux jeunes inscrits dans
un établissement d’une autre région lorsque
le diplôme préparé n’existe pas en HauteNormandie.
Les étudiants (minimum bac +3) et les doctorants disposent d’un crédit temps de 18 mois
à l’étranger, utilisable en plusieurs fois, avec
un maximum de 6 mois par cycle (6 mois en
licence, 6 mois en master, 6 mois en doctorat).
Pour les formations courtes (bac pro, bac
+2), l’aide peut couvrir un séjour à l’étranger
de 12 semaines maximum. Le dispositif RSF
comprend un forfait “départ” et une indemnité
mensuelle calculée en fonction de la situation
sociale du candidat et de la durée de son
séjour à l’étranger (jusqu’à 26 semaines). Ainsi,
un étudiant boursier d'études supérieures partant 26 semaines touchera 2 100 € d’aide de
la Région, un non boursier 930 €.
Renseignements : Région Haute-Normandie,
Pôle enseignement, formation, culture et
jeunesse, sport, 02.35.52.56.80, RSFAIDEINTERNATIONALE@cr-haute-normandie.fr
10
N°76 JUIN 2009
des formules à la carte
Les autres bénéficiaires sont partis dans le
cadre d'un projet individuel en cursus postbac. A noter qu'un nouveau dispositif en faveur
de la mobilité des apprentis sera adopté par la
Région à la rentrée 2009. Tous les détails dans
un prochain numéro de Ma Région.
Et aussi…
Le Service volontaire européen (SVE)
Il est ouvert à tous les jeunes de 18 à 30 ans
(aucun autre critère n’est requis). Le SVE offre
l’opportunité de partir en tant que volontaires
dans des organismes à but non lucratif en
Europe (associations, collectivités locales, organismes publics…). La durée du séjour varie de
2 à 12 mois (le plus souvent entre 6 et 12 mois).
Le voyage, le logement et l’hébergement sont pris
en charge. Les jeunes volontaires exercent des
activités utiles à la communauté d’accueil et liées
au développement local ou à la solidarité : aide à
la personne, lutte contre les discriminations, art
et culture, patrimoine, environnement, social...
Le Centre régional information jeunesse (CRIJ)
est un des organismes d’envoi en SVE. Il propose chaque mois des réunions d’information
collectives et accompagne individuellement les
candidats dans la construction de leur projet.
© Phovoir
Les apprentis aussi
Reconnue comme un facteur favorisant l’évolution, la qualification et l’insertion professionnelles, la mobilité des apprentis est encouragée
par la Région Haute-Normandie qui octroie
depuis 1993 des aides financières aux apprentis qui partent effectuer un stage à l’étranger,
dans le cadre d’un projet individuel ou collectif.
En 2008, 354 apprentis ont bénéficié d'une
aide de la Région. Près d'un tiers d'entre eux
a vécu cette expérience au niveau bac dans
le cadre d’un projet collectif conduit par les
équipes pédagogiques des CFA (exemple :
Apprentis sans frontières, programme qui favorise les échanges entre la Haute-Normandie et
le land allemand de Basse Saxe).
Séjours à l’étranger
Contact : CRIJ, 02.32.10.49.49, www.crij-hautenormandie.org, rubrique ”les infos sur...“ puis
”Europe“.
Les programmes d’échanges
On peut aussi partir dans le cadre d’un programme d’échanges : ERASMUS pour les étudiants, LEONARDO pour les stagiaires de la formation professionnelle. Le jeune reste alors attaché à son établissement français (frais de scolarité…) qui l’accompagne dans ses démarches
(reconnaissance des diplômes, inscription…).
Renseignements auprès des établissements. 
Le CRIJ vous guide
Le Centre régional information jeunesse,
en partenariat avec la Région HauteNormandie, développe des actions et
des outils d’information sur la mobilité
des jeunes, étudiants ou non, en Europe
et ailleurs (infos sur les pays, les
programmes, les dispositifs, les aides).
84 rue Beauvoisine
76000 Rouen, 02.32.10.49.49,
contact@crij-haute-normandie.org
www.crij-haute-normandie.org
Ils sont partis grâce à Région sans frontières…
approche éducative que nous. Le
seul petit bémol du séjour ? La dernière semaine, les températures
avoisinaient les -20°C… Je n’étais
pas équipée !"
Marine, 20 ans
BTS Commerce international
au lycée Les Bruyères de
Sotteville-lès-Rouen
Elle vient de passer ses derniers
examens de BTS. Elle a effectué deux stages professionnels
à l’étranger, en Allemagne et en
Croatie. "Je suis partie une première
fois à Cologne dans une entreprise
de parfums de luxe, pendant 10
semaines. L’expérience a été enrichissante car c’était la première
fois que je vivais seule et que j’étais
autonome pour les petites choses
du quotidien : ménage, repas…
Je me suis liée avec une autre
Française dans l’entreprise mais
nous mettions un point d’honneur
à ne parler qu’allemand en présence d’autres personnes !
En deuxième année, je suis partie 10 jours en Croatie, avec ma
classe cette fois. Nous représentions une entreprise viticole cham-
penoise désirant exporter ses bouteilles. Le but était de trouver un
importateur sur place. Les Croates
n’étaient pas habitués à voir des
touristes en costume-cravate à
cette période de l’année ! Après
mon BTS, je compte poursuivre en
licence professionnelle Commerce
international au Havre. Mon but
est d’effectuer mon master 1 en
Allemagne. Je ferai donc à nouveau une demande pour bénéficier de Région sans frontières."
Audrey, 24 ans
Institut du développement
social (IDS) de Canteleu
Elle vient de finir ses examens de
dernière année après trois ans
d’études pour être éducatrice spécialisée. Elle est partie deux fois,
au Sénégal et au Québec. "RSF
m’a permis de payer mon billet
d’avion pour aller faire un stage
d’observation dans un dispensaire
de santé au Sénégal. Pendant
un mois, j’ai pu vivre confortablement grâce à l’indemnité versée
par RSF. Ensuite, je suis partie
au Québec pendant trois mois.
J’ai effectué un stage professionnel dans un centre pour enfants
souffrant de handicaps mentaux
à Montréal. J’ai préparé ce séjour
pendant un an, aidée par l’Office
franco-québécois pour la jeunesse
(OFQJ) pour toutes les démarches
administratives (permis de travail…). J’ai trouvé un appartement
en co-colocation sur Internet avec
huit autres personnes, dont cinq
Françaises et trois Mexicaines. Le
stage a été très intéressant car au
Canada, les droits des personnes
handicapées sont réellement
reconnus. D’ailleurs, le personnel
du centre les nommaient "clients"
plutôt que "usagers" comme en
France. Ils n’ont pas les mêmes
outils pédagogiques et la même
Simon, 27 ans
Ecole des Beaux-Arts de Rouen
Il est parti en 5e et dernière année
des Beaux-Arts durant neuf mois
à Bruxelles, dont six passés à
l’Académie royale des Beaux-Arts.
Il a ensuite effectué un stage
professionnel. Simon est sculpteur. "Je ne regrette pas d’avoir
choisi Bruxelles : c’est une ville à
taille humaine où la vie culturelle
est très riche et plus accessible
qu’en France. Il y a notamment
de nombreuses galeries associatives dont le principe m’a beaucoup plu et dans lesquelles j’ai pu
exposer. Ca m’a d’ailleurs donné
l’idée, avec deux autres artistes
rouennais, de créer une galerie
associative à Rouen "la Störk galerie", rue d’Amiens. A mon arrivée
à Bruxelles, j’ai d’abord logé dans
une auberge de jeunesse. Ensuite,
grâce au bouche à oreille à l’école,
j’ai pu trouver un logement assez
vite. J’ai noué de nombreux
contacts professionnels là-bas et
je pense que Bruxelles est une ville
dans laquelle je pourrais habiter
d’ici deux ou trois ans".
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Une règle d’or bien préparer son séjour
Nos étudiants migrateurs partent chercher de quoi nourrir leur esprit et alimenter leur CV.
Mais attention ! Comme les hirondelles qui accumulent de l’énergie avant de prendre leur
envol pour un long périple, une bonne préparation de son séjour est essentielle…
T
ous vous le diront : l’idéal est de commencer à organiser son projet une année avant son départ. “Hébergement,
inscription dans un établissement, demande
de bourse, assurance maladie, permis de travail… Les démarches sont parfois longues”,
prévient Sylvie Prieur, responsable de la mobilité européenne au Centre régional information
jeunesse (CRIJ).
Autre recommandation : partir avec un projet
(d’études ou d’emploi) bien défini. “Les jeunes
sont parfois indécis. Ils veulent juste faire un
break, couper le cordon avec la famille et vivre
un voyage initiatique. Mais la bonne question à
se poser est : qu’est-ce que je veux faire après
mon séjour ? Le projet doit s’inscrire dans la
durée afin d’éviter un retour difficile”.
Les subtilités de la langue
Etudier ou travailler dans des pays culturellement
très différents du nôtre est un bouleversement
pour certains jeunes. “Leur capacité d’adaptation est fortement sollicitée et la motivation doit
être solide, poursuit Sylvie Prieur, c’est très difficile de se retrouver aussi longtemps loin de sa
famille, de ses amis et de tous ses repères”. Etudier dans une langue étrangère ne s’improvise
pas. “Il faut en maîtriser les subtilités. Certains
pays, comme la Grande-Bretagne par exemple,
font d’ailleurs passer des tests de langue difficiles conditionnant l’inscription dans le cursus.”
A quel moment ?
Autre interrogation : quand vaut-il mieux s’expatrier ? Il peut être intéressant de le faire après
le bac pour effectuer un cycle d’études complet, le diplôme sera alors plus facilement reconnu grâce aux équivalences.
Côté CRIJ, on conseille quand c’est possible
de partir dans le cadre d’un programme (le
plus souvent à partir de bac +2), ce qui facilite les démarches de toutes sortes et la reconnaissance des diplômes. On peut aussi partir
juste après l’obtention du bac +3 pour suivre
un cycle d’études spécialisées (master). Cela
permet d’affûter son vocabulaire dans des domaines pointus (finances, chimie, gestion...),
ce qui est un bon atout sur un CV... 
Journal d’information de la Région Haute-Normandie
11
EXPReSS RÉGIONAL
Festival du rock d’Evreux :
Spectacles
Rigoletto
à la belle étoile
Alliant grandes pièces du
répertoire lyrique et sites
prestigieux, l’opération
Opéra en plein air qui est
soutenue par la Région a
pour vocation de tisser de
nouveaux liens entre l’art lyrique et un public non averti
par le biais de concerts hors
les murs (château de Chambray ou Vaux le Vicomte, jardin du Sénat).
Après Les Contes d’Hoffmann
en juin 2008, adaptés par Julie
Depardieu, la 9e édition des Opéras en plein
air offre à Rigoletto, l’opéra de Giuseppe Verdi,
Francis Perrin pour metteur en scène, le cadre
somptueux du château du Champ de Bataille
pour décor et le ciel pour toile de fond.
C’est sous le titre Le Roi s’amuse que la pièce de
Victor Hugo fut présentée au public en 1832.
Verdi et son librettiste ont déplacé l’action de
la cour du roi de France (François 1er) à celle du
duc de Mantoue pour calmer les susceptibilités
de l’époque et l’ont centrée sur le personnage
dramatique et original d’un bouffon de la cour
qui a pour nom Rigoletto. Et c’est sous la baguette de la chef d’orchestre Mélanie Thiébaut
que l’orchestre Manifesto entraînera le public
au cœur d’un drame de la passion et de la trahison les 19 et 20 juin au Neubourg. 
Réservations : 0.892.707.920
www.operaenpleinair.com
1 € l’aller-retour en bus Région !
Une trentaine de groupes parmi lesquels Tryo, Java, Olivia Ruiz, Fishbone,
Alela Diane, The Thermals, Orelsan, The Aggrolites, Nomo, South Central,
Nil Hartman... sont à l’affiche de la 26e édition du Rock dans tous ses états
à l’hippodrome d’Evreux. Partenaire du festival, la Région Haute-Normandie
s’efforce de faire rimer rendez-vous culturel et transports collectifs...
Les 26 et 27 juin prochain, pas besoin d’une auto pour profiter à fond du Rock dans
tous ses états, événement festif et musical. Cette année encore, la Région s’associe
à VTNI pour proposer un service de navettes vers le festival (ligne de bus Région
Rouen-Louviers-Evreux) au prix imbattable d’1 € l’aller-retour.
Bus Région, mode d’emploi
Départs de Rouen, quai du Havre le vendredi 26 juin
toutes les 30 minutes entre 14h30 et 19h, le samedi
27 juin toutes les heures entre 13h30 et 18h30.
Retours d’Evreux (rue des Quinconces) le samedi
27 et le dimanche 28 à 1h et 3h30 du matin + le
dimanche à 13h pour les campeurs (camping sur
le site : 3 € par nuit et par personne).
L’idéal est d’acheter son billet à 1 € à la Halte
routière de Rouen (11 rue des Charrettes, tout
près du bas de la rue Jeanne d’Arc, en vente dès
maintenant). Les billets à 1 € seront aussi disponibles le jour J dans les bus Région.
Durée du trajet : environ 1 heure 15. Arrivées et
départs sur le site du festival.
Carte Région acceptée
Autre bonne nouvelle : le festival propose un tarif réduit pour les lycéens et
étudiants (41,50 € les deux jours au lieu
de 49,50 €) et accepte la carte Région.
Contacts : pour le festival, 02.32.31.86.80, www.lerock.org
pour le bus Région à 1 €, mobirégion 0.825.076.027 (0,15 €/mn),
www.mobiregion.net
Les chèvres du Val de Bures
a
Au cœur de la forêt d’Eawy, à Bellencombre, la ferme du Val de Bures est le
refuge d’une cinquantaine de chèvres laitières
élevées par Sarah Bazin. De leur lait, elle fait de
délicieux fromages de chèvre vendus directement à la ferme mais aussi le samedi sur le
marché de Dieppe et le dimanche au Clos SaintMarc, le célèbre marché rouennais.
Des jeunes chevrettes aux vieilles chèvres qui
passent leur retraite paisiblement dans cette
ferme, toutes ont droit de cité au Val de Bures.
En effet, Sarah Bazin, et ses parents avant elle,
accueille chaque jour scolaires, curieux, promeneurs et familles dans sa ferme pédagogique.
"Nous accueillons de la crèche au lycée, notam-
12
N°76 JUIN 2009
ment agricole, mais aussi les structures pour personnes handicapées, les associations, les centres
de loisirs pour leur proposer deux types d’activité :
l'une sur l’élevage des chèvres et la transformation
du fromage, l’autre autour de la fabrication du
pain car nous avons la chance de posséder un four
à pain datant du 17e siècle", explique Sarah Bazin.
Parallèlement à ces activités, la ferme est ouverte chaque jour dès 16h30 à ceux et celles
qui souhaitent se poser dans un cadre agréable
après une promenade en forêt pour assister à la
traite des bêtes et goûter leur lait. Sarah Bazin
est soutenue par la Région et a bénéficié du
dispositif Coup de pouce pour les jeunes agriculteurs.  Contact : 02.35.93.90.13
HISTOIRE(S) DE VOIR
L
auréate du dispositif Eco Région
Solidaire 2008 mis en place par la
Région, l’association Histoire(s)
de voir Haute-Normandie propose un
concept original autour de la diffusion
de films documentaires peu ou pas diffusés en salles. L’association organise
des projections à la demande dans différents types de lieux en proposant
également une aide technique, des animations ou des rencontres avec les réalisateurs.
“Notre objectif est de favoriser la diversité
culturelle et l’accès à la culture pour tous
en amenant le cinéma au plus près des habitants partout sur le territoire haut-normand, y compris dans le salon des habitations“, explique Elisa Ternat d’Histoire(s)
de voir Haute-Normandie qui compte
cinq personnes en tout.
Actuellement, une trentaine de documentaires sont répertoriés dans la base
de données du site de l’association, une
dizaine sont à venir et une centaine en
cours de visionnage. De quoi voir venir…
En attendant, Histoire(s) de voir organise
le 20 juin prochain à partir de 18h30 avec
l’association Les Can’arts du Cardonnet,
autre lauréat 2008 d’Eco Région Solidaire, une projection de cinéma et musique en plein air à la ferme du Cardonnet à Pont-Saint-Pierre.
Contact : 06.58.02.22.04
www.histoiresdevoir.org
C'est malin
Un guide des lieux publics d’accès à Internet
en Haute-Normandie
COIN DE PAYS
L
es espaces publics numériques
(EPN) contribuent à réduire la fracture numérique en offrant d’une
part un accès à Internet à ceux qui n'en
disposent pas, d’autre part des séances
d’initiation ou de perfectionnement aux
technologies de l’information et de la communication (TIC) à l’ensemble des citoyens.
Pour permettre à chacun de repérer l’EPN
le plus proche de son domicile, le Centre
de ressources des EPN piloté par la Région
Haute-Normandie vient de publier le Guide
des lieux publics d’accès à Internet. Il recense une centaine de lieux
sur le territoire haut-normand, le plus souvent situés dans des bibliothèques, centres de loisirs, MJC, associations, écoles... Chaque EPN fait
l’objet d’une fiche avec coordonnées, horaires d’ouverture, caractéristiques, activités (création numérique, recherche d’emploi, e-administration, formation à distance…). Une cartographie et un glossaire
complètent cet outil dont la version papier sera en consultation dans
les lieux d’information régionaux (ANPE, missions locales, centres et
points information jeunesse...).
La version électronique est accessible sur http://epnhn.crihan.fr,
onglet annuaire. Contact : Centre de ressources des EPN de
Haute-Normandie, 02.35.52.23.96 
Isabelle Raimbourg, animatrice au Centre de ressources
et d’éducation à l’environnement de Gouville
Le marais de Tillières-sur-Avre
C’est à deux pas de la rivière de l’Avre et sur
la piste des libellules qu’Isabelle Raimbourg,
animatrice au Centre de ressources et d’éducation
à l’environnement (CREE) emmène les amoureux
de la nature dans le marais de Tillières-sur-Avre
(Eure), espace naturel sensible.
"Ici, la nature a repris ses droits. Mais au XIXe siècle, le
marais était aménagé en jardins ouvriers", raconte l’animatrice nature en montrant les vestiges, des canaux
en brique.
"Il y a tant à voir." Isabelle Raimbourg se baisse et raconte la petite histoire de la consoude, "cette plante
utilisée pour souder les plaies". Montre la reine des prés
"à l’origine de l’aspirine". Fait sentir une feuille d’alliaire.
Puis de menthe aquatique. "Il y a aussi des espèces
remarquables comme la sagittaire, plante aquatique
à la fleur rare ou encore l’œnanthe des rivières. Mais le
marais abrite aussi une plante invasive, la renouée du
Japon." Elle s’interrompt, écoute le chant d’un oiseau
et fait remarquer la présence d’un héron cendré qui
s’envole. "Peut-être aurons-nous la chance de croiser un
martin-pêcheur en patrouille ? Un couple s’est installé
dans les environs."
Ici, les libellules sont reines. Lors de la visite du 4 juillet
(lire ci-dessous), l’animatrice distribuera des filets à
papillons pour mieux les observer.
Pour ceux qui veulent prolonger la flânerie, il suffit de
traverser la passerelle au niveau du moulin pour gagner les rives des étangs. Les plus courageux peuvent
emprunter le GR22 qui longe l’Avre (célèbre chemin
de randonnée reliant Paris au Mont-Saint-Michel). 
Le CREE du lycée agricole Edouard de Chambray à
Gouville propose une kyrielle d’animations pédagogiques
et gratuites sur l’environnement et le développement
durable. Une visite du marais de Tillières-sur-Avre est
organisée samedi 4 juillet. Départ à 15 h. Durée :
2 heures. Tout public à partir de 3 ans. Prévoir des bottes.
Renseignements et inscriptions au 02.32.35.61.70.
Journal d’information de la Région Haute-Normandie
13
Tribune libre >>>
DES GROUPES POLITIQUES DU CONSEIL RÉGIONAL En application de la loi Démocratie de proximité du 27 février 2002,
cet espace est réservé à l’expression des groupes politiques représentés au sein du Conseil régional.
GROUPE SOCIALISTE ET RADICAL
Dans le cadre du projet de «grand Paris»,
le Président de la République vient d’annoncer tout l’intérêt qu’il portait à notre
région en se prononçant en faveur du
développement de l’axe Seine et notamment de la mise en service d’une liaison
ferroviaire reliant le Havre à Paris en
une heure. Nous ne pouvons que nous
réjouir de voir qu’enfin ce gouvernement
se préoccupe des intérêts haut-normands
et reprend à son compte les orientations
politiques que nous défendons depuis
plusieurs années (développement de
l’axe Seine, unité des ports rouennais
et havrais, amélioration des infrastructures ferroviaires...). Passée l’euphorie
consécutive aux annonces, nous sommes
néanmoins en droit de rester sceptiques
sur la mise en œuvre concrète des promesses du chef de l’Etat qui nous a
pour le moins habitué à la prudence
quant au respect de ses engagements.
Les promesses n’engagent que ceux qui
y croient comme dit le vieil adage... Notre
vigilance est encore renforcée lorsque l’on
considère la proximité de ces déclarations
avec les prochains scrutins régionaux,
l’oubli total de Rouen (pourtant capitale
régionale) et la mise en avant exclusive
du Havre dans ces propos... Que dire
encore de l'incohérence entre ce discours
et les actions, plutôt l’inaction, du gouvernement sur le dossier des liaisons vers
Paris depuis des années. Le ministère des
transports lui-même a semble-t-il été
surpris par ces déclarations prenant à
contre-pieds les projets et engagements
pris par l’Etat en matière d’infrastructures ferroviaires... Loin de l’utopie, la
majorité régionale entend quant à elle
poursuivre le travail engagé de manière
constructive. En effet, lorsque l’on sait
que l’Etat est aujourd’hui incapable de
financer les projets déjà existants sur
le territoire national, lorsqu’on considère
qu’aucune étude sérieuse, aucune acquisition foncière ne sont réalisées à ce
stade, lorsqu’on constate enfin par expérience qu’entre l’annonce d’une ligne à
grande vitesse et le passage du premier
train plusieurs décennies s’écoulent, il est
nécessaire de garder les pieds sur terre
et de poursuivre les projets réalistes qui
eux sont d’ores et déjà avancés. Ainsi, la
nouvelle gare de Rouen, les travaux sur les
voies existantes dans le Mantois et l’allongement des quais à St Lazare doivent
demeurer nos priorités pour améliorer la
situation des voyageurs dans des délais
14
N°76 JUIN 2009
visibles et dont les usagers actuels pourront bénéficier. Au-delà des paroles, nous
appelons donc le gouvernement à passer
aux actes en réalisant ces chantiers sans
plus attendre.
GROUPE DES VERTS
"Le nucléaire n’est pas une énergie renouvelable", a rappelé Angela Merkel, chancelière allemande, à Nicolas Sarkozy. Elle
n’est pas non plus une énergie propre du
fait de la prolifération des déchets ni un
gage d’indépendance énergétique puisque
nous importons 100% de notre uranium.
Alors que la France se pose toujours en
VRP du nucléaire, les Etats-Unis ont eux
pris le virage. Barack Obama vient en
effet de réaffirmer son intention de gagner
la course pour le développement massif du réseau des énergies renouvelables
et de geler les investissements dans le
nucléaire. A l’heure de l’argent public rare,
les erreurs d’aujourd’hui pèseront lourd.
Les investissements dans le nucléaire sont
un gouffre financier peu créateurs d’emploi. Encourager la maîtrise énergétique
(isolation des bâtiments, etc.) et développer les énergies renouvelables créera
15 fois plus d’emplois et fera baisser nos
factures. Conscients que nous ne pourrons
pas ET construire des centrales (EPR) ET
développer les énergies renouvelables ET
investir dans la maîtrise énergétique…
nous invitons chacun à se mobiliser pour
que la fuite en avant ne soit pas une
fatalité. Le meilleur moyen de lutter contre
les émissions de gaz à effet de serre reste
de réduire nos consommations d’énergie,
et non pas d’encourager la surcapacité
de production. A l’heure des choix, nous
faisons celui de la sortie du nucléaire.
Pour marquer ce choix, venez nombreux au
rassemblement du 28 juin à 11h sur les
pelouses du front de mer à Dieppe.
GROUPE COMMUNISTE
Le projet de loi dit Bachelot a fait descendre dans la rue, des milliers de professionnels de la santé attachés aux hôpitaux
publics et à leurs missions. Nous soutenons le formidable mouvement d’unité
qui, des médecins, chefs de service aux
infirmiers, a rassemblé tous ceux qui, refusent la contamination de leurs institutions
par les exigences de rentabilité immédiate
issues du monde mercantile. Nous soutenons dans le même temps la lutte opiniâtre
des enseignants, chercheurs, étudiants,
contre la tentative d’introduire, par la loi,
de semblables principes dans la gestion
des universités, placées en position de
concurrence. Le soutien dont bénéficient
dans l’opinion ces deux mouvements prolongés donnent la mesure de l’attachement des Français aux Services Publics
et aux principes de solidarité qui les inspirent. Ces valeurs sont aussi au cœur des
enjeux politiques des prochaines élections
européennes. La crise que nous vivons et
son cortège de malheurs pour les millions
d’hommes et de femmes qui en sont victimes, consacre la faillite d’un système
capitaliste au service d’une minorité de
possédants. Le modèle libéral, cher aux actuels dirigeants de l’Europe, nourrit cette
crise et ses applications. On en retrouvera
les principes dans les programmes des
formations de Droite – dont l’UMP française – attachées au règne du profit et de
la concurrence. Ce sont ces principes qu’il
faut mettre en échec, dans quelques jours,
en votant massivement pour les listes de
la gauche unie européenne représentée en
France par le Front de gauche.
GROUPE UNIS POUR LA NORMANDIE
L’aménagement du territoire régional relève
principalement de la Région qui en fixe les
enjeux, les orientations et les priorités. Les
liaisons ferroviaires représentent un élément primordial du développement du territoire régional. La liaison ferroviaire Normandie-Paris est donc essentielle. C’est
pourquoi, Jean-paul GAUZES et les élus
Unis pour la Normandie se réjouissent que
le projet d’une ligne nouvelle entre Mantes
et Nanterre ait été relancé par le Secrétaire d’Etat aux Transports. Envisagée par
Antoine RUFENACHT, afin de répondre à
l’augmentation du trafic en provenance de
la Normandie et à la saturation de la gare
Saint Lazare, cette idée avait été abandonnée par le président socialiste du Conseil
régional au motif que c’était trop coûteux et
pas réalisable. Aujourd’hui, il conditionne
son soutien notamment financier à la réalisation simultanée d’une nouvelle gare à
Rouen, rive gauche. Les élus "Unis pour
la Normandie" (UMP, DVD et apparentés)
considèrent qu’après avoir perdu plus de
10 ans, la réalisation d’une nouvelle ligne
entre Mantes et Paris permettant de rendre
la liaison ferroviaire Normandie-Paris plus
fiable et donc de répondre aux attentes des
usagers et aux objectifs de développement
économique est prioritaire. Elle ne doit pas
être conditionnée à la construction d’une
nouvelle gare sur la rive gauche de Rouen
qui viendra en son temps. C’est l’intérêt de
la Normandie et des Normands.
GROUPE NOUVEAU CENTRE
ET INDEPENDANTS
La crise qui frappe douloureusement
nombre de nos concitoyens nous oblige à
regarder l’avenir afin de proposer aux futures générations un meilleur mode de vie.
Depuis maintenant cinq ans nous n’avons
de cesse d’inciter l’exécutif régional à faire
des propositions ambitieuses. Le transport
des voyageurs entre Le Havre et Paris n’a
pas été réglé, la Région est bien incapable
d’avoir une position claire sur le canal Seine
Nord, elle ne s’est pas déterminée sur la
construction de l’EPR... la liste est longue de
ces positions en demi-teinte. Aujourd’hui les
événements rattrapent l’exécutif régional
et ses querelles internes. Nous apprenons
par la presse que le Havre peut être à une
heure de Paris, que la Normandie utile n’est
en fait qu’une vague zone d’expansion pour
l’Ile de France, les ports normands qui depuis bien longtemps auraient du s’unir ne
formeront plus qu’un. Nous n’avons pas à
contester cette complémentarité de fait
entre la Normandie et l’Ile de France, mais
les Normands auraient tout intérêt à se réunir pour discuter de leur avenir. Le rôle des
exécutifs est bien de les y inciter alors qu’il
est encore temps.
GROUPE DES NATIONAUX POUR
L’IDENTITE NORMANDE
L'INSEE et la Banque de France viennent
de donner un sacré coup de canif dans
l'image providentielle du "Président du
pouvoir d'achat", de celui qui prônait de
"travailler plus pour gagner plus". On
sait désormais qu'avant même la crise,
de plus en plus de Français sombraient
dans la précarité. Entre 2004 et 2006, le
taux de pauvreté a explosé pour toucher
désormais 8 millions de Français, dont
beaucoup de travailleurs, qui vivent avec
moins de 880 euros par mois. On n'ose pas
imaginer les chiffres pour 2009. Surtout
que les commissions de surendettements
doivent désormais faire face à plus de
20.000 dossiers supplémentaires par
mois. En cause ? Des salaires qui ne permettent plus depuis longtemps d'assurer
les dépenses courantes. Le chômage partiel, le chômage tout court, les fins d'intérim qui font baisser les revenus, mais
pas les échéances à payer. Pourtant, les
banques ont reçu des dizaines de milliards
d'euros d'aide. Même la banque centrale
européenne a baissé ses taux d'intérêt
pour les aider. Mais les banques, elles,
n'ont pas baissé les leurs. Décidément, la
France de Sarko, c'est pas ça...
<<< talents
et se nomme Papotages. Jeux de
pieds, jeux de mains, entre grâce
et burlesque, Papotages délivre,
entre autres messages, l’idée qu’un
homme égale une femme. Cinq ans
et cinq créations plus tard, voici En
aparté où gouttes d’eau et grésillements de poêle à frire rythment un
voyage chorégraphique au pays de
tous les jours et laisse fleurir une
poésie proche d’un Buster Keaton
ou d’un Charlie Chaplin. ”Nous
puisons notre inspiration dans le
cinéma ou les arts plastiques plutôt
qu’auprès d’autres chorégraphes,
explique Jérôme Ferron. En voyant
par exemple Dead Man, le film de
Jim Jarmush, on se dit qu’il y a
matière à explorer.“
Les raisons d’un succès
Etant Donné
Les pieds dans le pas !
Depuis 10 ans, la compagnie Etant Donné prend la danse contemporaine à bras
le corps. Programmée à la 20e édition du festival Viva Cité de Sotteville-lèsRouen qui se tient les 26, 27 et 28 juin pour présenter sa dernière création
La Vitrine, elle est l’une des rares troupes haut-normandes à figurer à l’affiche
de cette grande manifestation dédiée aux arts de la rue.
a
”Pour nous, c’est presque
aussi difficile de danser à
Londres qu’à Rouen car ici nous
sommes encore considérés comme
la petite compagnie que l’on a vu
naître.“ Pas si petite que cela Etant
Donné puisque le festival Viva Cité
l’a inscrite en haut de son affiche
pour l’édition 2009. Pas si confidentielle non plus puisque de tournées
en spectacles, de Los Angeles au
Canada, la compagnie affiche près
de 250 représentations pour cette
saison qui s’achève donc en beauté.
Un travail au corps
La danse, qu’elle soit classique ou
contemporaine, est un univers artistique très exigeant où il est particulièrement ardu de percer. Combien
de jeunes danseuses et danseurs
ont rêvé des étoiles avant de retomber sur terre ? Les deux membres
fondateurs d’Etant Donné, Frédérike
Unger et Jérôme Ferron, en savent
quelque chose, eux qui ont mis
les pieds dans le pas (de danse)
dès leurs cinq ans et ont évolué
durant plusieurs années au sein du
Le spectacle La Vitrine sera présenté au festival Viva Cité
défunt corps de ballet de l’Opéra
de Rouen, au début des années
90. Un ballet où ils se sont sentis à
l’étroit et qui ne correspondait pas
forcément à leur façon de marcher.
Alors très vite, naît Etant Donné,
un intitulé en forme d’hommage
à Marcel Duchamp qui dans son
œuvre alliait le conceptuel et le
ludique, façon de voir la création
artistique que partagent Frédérike
et Jérôme.
Leur toute première chorégraphie,
qui compte aujourd’hui environ
400 représentations, date de 2000
Est-ce parce qu’Etant Donné privilégie un travail sur les idées
plutôt que sur la danse pure et
simple ? Est-ce par sa façon de
donner du sens pour faire œuvre
plutôt que de verser dans l’esthétique ? Toujours est-il que la petite
compagnie est en train de devenir grande avec aujourd’hui une
dizaine de personnes y travaillant
de manière conséquente ; plus de
250 représentations sont d’ores et
déjà programmées pour la saison
prochaine. A Viva Cité, Etant Donné
présente sa dernière création La
Vitrine, un duo féminin avec blue
jeans (utilisé comme objet du désir)
explorant notre société qui s’expose
ainsi dans l’espace public.
Frédérike et Jérôme en sont une fois
encore les inventeurs, leur collaboration s’apparentant à une partie de
ping-pong sans compter les points.
”Nous sommes un peu comme un
appareil photo dont Frédérike serait
le zoom et moi le grand angle“,
glisse Jérôme. Après Viva Cité, la
troupe s’envole grâce au soutien de
l'ODIA pour le Brésil, direction Rio
et Sao Paolo, où seront données
des représentations de Papotages
et de Zig-Zag. ”Cette saison est
pour nous un vrai démarrage à
l’international“, souligne le danseur.
La Région Haute-Normandie ne
s’y est pas trompée en soutenant
dès le début Etant Donné. ”La
Région est en effet notre partenaire
le plus fidèle et le plus structurant et
reconnaît notre travail depuis début
2000“, confirme Jérôme Ferron. 
En quelques
dates
Frédérike Unger
28 août 1971
naissance à
Chatenay-Malabry
Sept. 1977
premier cours
de danse
Juillet 1988
premier
engagement
professionnel
au Jeune ballet
de France
Sept. 1991
Rencontre Jérôme
Ferron à l’Opéra
de Rouen
Avril 1998
Crée la compagnie
Etant donné avec
Jérôme Ferron
Juin 2009
La Vitrine est
présentée à
Viva Cité
Jérôme Ferron
Juin 1972
naissance à
Clermont-Ferrand
Sept. 1977
premier cours de
danse
Sept. 1987
entre au
Conservatoire
national supérieur
de Lyon
Février 2000
création de
Papotages et
de Billet doux
au Centre d’art et
d’essai de MontSt-Aignan avec
Etant donné
Journal d’information de la Région Haute-Normandie
15
AGeNDA
n.
”Agenda“
sont soutenues par la Régio
Toutes ces manifestations mplet sur www.region-haute-normandie.fr rubrique
co
s
plu
er
Retrouvez un calendri
///////////////////////
////////////
////////////////////////////////////
>>> 19 au 21 juin
Fécamp, musée Canel
Estivoiles
Fête de la mer et de la musique, activités nautiques, ambiance festive,
spectacles et animations gratuits, cérémonies traditionnelles, chanteurs de rue,
déambulations... Accès gratuit. Contact 02.35.10.60.61.
>>> 27 juin au 9 août, Le Havre
Les Z'estivales
>>> 20 et 21 juin, Le Tréport
Festival d’été sur la plage, spectacles gratuits
pour petits et grands. Programme disponible
à l'office de tourisme. Contact : office du
tourisme du Havre, 02.32.74.04.04,
www.lehavretourisme.com
Petite Armada du Tréport
Le rendez-vous des passionnés et amateurs de modélisme naval.
Contact : office de tourisme, 02.35.86.05.69
www.petite-armada.com
>>> 25 au 28 juin, Canteleu
Concours de saut d’obstacles
Cette année encore, le Haras du Loup de
Canteleu accueillera plus de 150 cavaliers
internationaux pour un concours international
de saut d’obstacles labellisé 3 étoiles.
Organisé par Equiseine, l’événement se veut
un spectacle hippique accessible au plus
grand nombre. Entrée gratuite.
Contact : 06.45.90.40.05.
>>> 12 au 14 juin, Le Havre
Festival du Polar à la plage
Organisé par l’association Les Ancres
Noires, le festival montera ses chapiteaux
à deux pas de la mer pour accueillir des
auteurs et des dessinateurs, des lectures,
des débats, du théâtre, des conteurs,
le samedi et le dimanche de 14 à 19h.
Contact : 02.35.46.89.75
www.lesancresnoires.com
>>>Jusqu’au 25 juillet
Rouen, galerie photo du Pôle Image
La boutonnière du pays de Bray
Pour sa résidence
d’artiste en HauteNormandie sur le thème
du paysage rural,
le photographe Thibaut
Cuisset a choisi de
se concentrer sur
le pays de Bray.
Contact : 02.35.89.36.96
www.poleimagehn.com
>>> 24 au 27 juin, Blainville Crevon
Archéo Jazz
Pour cette 32e édition, le Trio Esperança,
Richard Bona, Joe-Louis Walker, Youssou
N’Dour, Joe Sample Trio et Randy Crawford. Quand le jazz est là, c’est à Blainville Crevon que ça se passe ! Contact :
02.35.34.24.82www.archeojazz.com
Activité nature et
environnement
De nombreuses activités nature et environnement, le plus souvent gratuites, sont organisées
chaque mois par des associations régionales.
Pour en savoir plus, contactez Haute-Normandie
nature environnement qui fédère, avec le soutien de la Région, une quinzaine d’associations
haut-normandes (Ligue de protection des
oiseaux, Eure solaire, Lamisol, ADHER, CHENE,
Bon’Eure de vivre...) et réalise un calendrier
annuel des sorties et animations intitulé
Les Rencontres du hérisson, disponible sur
www.rouen-off.com/herisson/
Contact : HNNE, 02.32.08.41.32
SPORTA
>>> 19 au 21 juin
Blangy-sur-Bresle, zone de loisirs
Festival international de pétanque de
la vallée de la Bresle. Contact : 06.33.26.86.55
>>> 5 juillet , Sotteville-lès-Rouen,
stade Jean Adret, Meeting international
d'athlétisme. Contact : 02.35.62.06.79
A LA CITÉ DES MÉTIERS de haute-normandieA
 Ateliers
10 juin, 14h30 à 16h : Découvrir des outils pour s’informer sur les métiers
24 juin, 10h à 12h : Les techniques de recherche d’emploi ou de stage
27 juin, 9h30 à 12h : L’accès à la formation des salariés
 Rencontres métiers
16 juin, 14h à 17h : les métiers du transport et de la logistique, Évreux
25 juin, 14h, 15h et 16h : les métiers des médias, à la cité des Métiers
26 juin, 14h, 15h et 16h : les métiers du bâtiment, à la cité des Métiers
Contact : cité des Métiers, 02.32.18.82.80, contact@citedesmetiers
hautenormandie.fr, www.citedesmetiershautenormandie.fr
Inscription obligatoire (nombre de places limité)
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising