Ces femmes - La Tribune

Ces femmes - La Tribune
ÉVOLUER
INNOVER
INVENTER
Avec l’aide du MIT, l’une des plus
anciennes PME françaises du textile
a su s’imposer à l’international. P. 11
Le tour du monde des idées
insolites qui pourraient changer
la donne.
CARTE P. 14-15
Le dériveur gonflable du breton
Tiwal a reçu le prestigieux prix de
l’innovation de Sailing World. P. 16
.fr
DU VENDREDI 7 AU JEUDI 13 MARS 2014 - NO 81 - 3 €
ÉVÉNEMENT
LES PIONNIÈRES
DE LA TRANSITION
ÉNERGÉTIQUE
Portraits de start-up qui
ont investi ce secteur
porteur, à quelques
mois de la présentation
du projet de loi. P. 4 à 7
ENTREPRISES
TÉLÉCOMS :
LE BIG BANG
LA TRIBUNE DE…
CLAUDE
BARTOLONE
Les ambitions
du président de
l’Assemblée nationale
pour la métropole
du Grand Paris,
dont il brigue
la présidence. P. 18-19
s
e
m
m
Ces afue cœur
n
o
i
t
a
v
o
n
n
i
’
l
de
MÉTROPOLES
LE RÊVE EUROPÉEN
DE BORDEAUX
Alain Juppé et son rival
PS aux municipales ont
un objectif commun :
étendre le rayonnement
P. 20
de la ville.
PORTRAIT
CÉLINE
LAZORTHES
Elle a déjà séduit
1 million d’utilisateurs
dans 150 pays avec
sa cagnotte en ligne,
P. 26
Leetchi.
Lindsey NefeshClarke, DG de W4.
Corinne Colson Lafon,
présidente de Steam’O.
Les métiers de l’innovation comptent seulement 17 % de femmes alors que,
là comme ailleurs, leur apport est essentiel. Coup de chapeau à quatre d’entre
PAGES 12-13
elles, à l’occasion de la traditionnelle Journée de la femme.
© MARIE-AMÉLIE JOURNEL
L 15174 - 81 - F: 3,00 €
« LA TRIBUNE S’ENGAGE AVEC ECOFOLIO POUR LE RECYCLAGE DES PAPIERS. AVEC VOTRE GESTE DE TRI, VOTRE JOURNAL A PLUSIEURS VIES. »
Une consolidation du
marché autour de SFR
est en cours, alors
que les opérateurs
veulent restaurer
P. 8-9
leurs marges.
I 3
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
SIGNAUX FAIBLES
ÉDITORIAL
Hommes, femmes,
mode d’emploi
PAR PHILIPPE
CAHEN
PROSPECTIVISTE
DR
@SignauxFaibles
L’avenir est
à l’entreprise 4D
Toutes les entreprises que je rencontre
veulent être des entreprises 4D. Être
les premières, pas la copie. Cela ne
s’improvise pas. C’est un état d’esprit que
l’on installe et qui se construit dans le
temps. Deux conditions sont essentielles
pour réussir à être une entreprise 4D. La
première est de travailler son futur, sa
vision, sa prospective. Peu importe le mot,
c’est l’état d’esprit qui compte, un travail
permanent, renouvelé régulièrement. La
seconde est le droit à l’échec, c’est-à-dire
oser tester et savoir que l’on peut se
tromper, qu’un nouveau test
enthousiasmant s’annonce qui pourrait
être un échec. Ou pas.
Ces deux conditions, travailler sur
l’avenir et avoir le droit à l’échec, sont
certainement les plus rares dans
la culture française. La prospective y est
pauvre et l’échec est pointé du doigt.
Il faut les enseigner dans les écoles,
dès les écoles primaires et ne pas
attendre les écoles de commerce ou
d’ingénieur, l’université. Pour le moment,
le signal est faible, très faible…
Je repars en plongée. Rendez-vous la
semaine prochaine… pour démontrer
l’inverse. Q
L’ouvrage le plus récent de Philippe Cahen :
Les Secrets de la prospective par les signaux
faibles, Éditions Kawa, 2013.
PAR
PHILIPPE
MABILLE
DR
@phmabille
E
n cette veille de 8 mars, qui
célèbre chaque année dans
le monde la Journée de la
femme, La Tribune a choisi
d’y consacrer sa une, pour
mettre en avant des
femmes qui sont au cœur
de l’innovation, dont nous vous proposons
plusieurs portraits en pages 12, 13 et 26,
notamment. Ce sera peut-être une découverte pour certains : il n’y a jamais eu autant
de femmes entrepreneurs, de créatrices de
start-up, y compris dans les nouvelles technologies, un univers surtout d’informaticiens et d’ingénieurs, malgré les contreexemples de Marissa Mayer, patronne de
Yahoo ou de Sheryl Sandberg l’actuelle
directrice des opérations de Facebook.
Franchement, quel homme est capable de
citer spontanément, et hormis Marie Curie,
le nom de cinq femmes scientifiques
célèbres!!? Il y en a pourtant beaucoup, mais
souvent restées dans l’ombre. À la fin du
siècle des Lumières, Jean-Jacques Rousseau,
adepte de l’état de nature, conseille aux
femmes l’étude de la botanique, seule discipline qu’il juge accessible à l’esprit féminin!! Encore aujourd’hui, les stéréotypes et
les violences faites aux femmes demeurent
une plaie de la société. Et si Lehman Brothers s’était appelé Lehman Sisters, auraiton connu la crise des subprimes et les
excès spéculatifs de la finance!!? avait lancé
en 2010 Christine Lagarde.
Tout est bien sûr une question d’équilibre,
de parité et de complémentarité entre les
hommes ET les femmes. Alors oui, les
femmes sont des hommes comme les
autres et… inversement. Elles innovent,
inventent et dirigent des entreprises dans
tous les secteurs. Elles dirigent des États,
très souvent dans les pays nordiques, mais
aussi en Allemagne (Angela Merkel, de formation scientifique) ou au Brésil (Dilma
Rousseff), bientôt peut-être aux États-Unis
(Hillary Clinton). Et en France, en 2017!?
Première étape, une femme, Anne Hidalgo
ou Nathalie Kosciusko-Morizet, sera maire
de Paris dans un mois…
La place des femmes dans l’économie va et
ira croissant. Une des raisons est démographique : au Japon, le Premier ministre,
Shinzo Abe, a fait du travail féminin la quatrième flèche de son arc pour relancer l’économie de l’archipel dont la population
active masculine baisse. Dans les pays occidentaux, l’égalité des sexes est un principe
légal désormais bien admis, n’en déplaise à
tous ceux qui veulent faire du genre un objet
de polémique. La parité est pourtant encore
peu respectée, en France notamment. Malgré un taux record de (seulement) 26!% de
femmes élues députées en 2012, cela ne fait
que 155 sur 577!!
BALISES
30 %
C’EST LA BAISSE QUE L’ÉTAT
va demander pour
la rémunération des PDG des
sociétés dont il est actionnaire
minoritaire, comme GDF Suez,
Airbus Group (ex-EADS),
Air France ou encore Renault.
L’an dernier, l’État avait plafonné
à 450 000 euros annuels (brut)
la rémunération des patrons
des entreprises publiques
(détenues à plus de 50 %).
L’entreprise fait à peine mieux. 100!% des
présidents du CAC 40 sont des hommes, au
point qu’on ferait mieux de dire le COQ 40!!
Pour briser le « plafond de verre », des associations de femmes, internationales comme
le Women’s Forum, des réseaux professionnels ou des clubs féminins s’emploient à
promouvoir la diversité. Une génération
nouvelle de femmes commence à occuper
des postes de direction autrefois réservés
aux hommes. Et, même si beaucoup de
femmes n’étaient pas favorables à cette
forme de discrimination positive, le bilan de
la loi Copé-Zimmermann est plutôt bon :
déjà près de 25!% de femmes dans les
conseils d’administration des plus grandes
entreprises, à la fin de 2013. Mais, selon une
étude du cabinet Gouvernance & Structures, il faudrait pourvoir 648 postes d’administratrices dans les 440 principales sociétés
françaises cotées pour respecter le quota
prévu de 40!% avant la fin de 2017.
La route est encore longue. C’est aussi une
responsabilité des médias, petits et grands,
écrits et audiovisuels, que de permettre
aux femmes de prendre autant la parole
que les hommes (ce que défend l’association Vox Femina). C’est une des missions
que s’est fixée La Tribune, notamment en
organisant chaque automne les prix
Women’s Awards, dont ce sera cette année
la cinquième édition. Q
PLUS D’INFORMATIONS SUR LATRIBUNE.FR
120
625
400
C’EST LE NOMBRE DE
PROJETS, selon France Info,
qui comptaient en partie sur les
450 millions d’euros de recettes
que devait rapporter l’écotaxe
pour se financer. Au total,
plus de 6 milliards d’euros
d’investissement sont en fait
compromis par la suspension
sine die de l’écotaxe, dont
de nombreux projets
de transports en commun.
INNOVATEURS DE
16 NATIONALITÉS sont
candidats au Concours mondial
d’innovation, lancé par le
gouvernement avec
le Commissariat général
à l’investissement et la
Commission Innovation 2030.
Bpifrance auditionne les
135 porteurs de projets les plus
prometteurs afin de sélectionner
les premiers lauréats.
DOLLARS. C’est le nouveau
tarif pour 1 000 m3 que
Gazprom, le principal
exportateur de gaz russe,
appliquera à l’Ukraine début
avril. Il mettra ainsi fin au prix
préférentiel de 268,50 dollars,
accordé à la mi-décembre 2013
pour aider le gouvernement
de Viktor Ianoukovitch, qui
venait de renoncer à un accord
d’association avec l’UE.
L’HISTOIRE
© MEHDI TAAMALLAH:AFP
Les entreprises sont regroupées
globalement en trois types : 2D, 3D, 4D.
L’entreprise 2D a les deux pieds dans
le présent, c’est l’image 2D, le plan. Le
quotidien la dirige, pour assurer le chiffre
d’affaires et remplacer les gammes
existantes. Elle est dirigée par un
manager, un gestionnaire. Voir à deux ans
tient de l’exploit. La majorité des
entreprises ont ce profil. Elles ne prennent
plus le temps de respirer. L’entreprise 2D
se fait dépasser en permanence,
elle court après sont présent.
L’entreprise 3D a un pied dans le présent
et un pied en suspens qui va se poser dans
l’avenir. Sa tête regarde le futur. C’est
l’image 3D du volume. C’est une entreprise
prudente, assurant ses bases et en quête
déterminée de l’avenir. Elle est dirigée par
un mutateur (mutatis mutandis, « ce qui
devait être changé ayant été changé »).
Un tiers des entreprises sont dans ce profil.
L’entreprise 3D est dans le peloton de tête,
consciente qu’il faut lutter pour y rester.
L’entreprise 4D a un pied dans le présent,
le reste du corps, y compris la tête, dans
l’avenir. L’entreprise a une quatrième
dimension, le temps. Le présent est de
l’acquis, le futur est un élan, un travail
permanent. Elle est dirigée par un
transformateur. Il emmène ses équipes
dans la vision de son entreprise, dans
la prospective. Il sait que l’entreprise
de demain n’est plus celle d’aujourd’hui,
encore moins celle d’hier. Un peu plus
de 10 % des entreprises ont ce profil.
L’entreprise 4D est en tête, détachée,
les poursuivants sont plus ou moins loin
derrière. Elle a en réserve un coup
d’avance, sinon deux.
TENDANCES
LES RICHES SONT DE PLUS EN PLUS RICHES ET… PLUS NOMBREUX !
C’est ce que révèle le classement Forbes 2014 des plus grosses fortunes de
la planète : 1 645 milliardaires (+ 15,3 %) font partie de ce palmarès, un record
absolu depuis sa création, il y a vingt-sept ans. Leur richesse cumulée (+ 18 %
par rapport à 2013) est estimée à 6 400 Mds de dollars, soit près de 2,5 fois
le PIB de la France. En 2009, en pleine crise financière, Forbes ne recensait
que 793 milliardaires. Comme quoi, certains ont su tirer leur épingle du jeu.
À l’instar de Bill Gates (photo ci-contre), redevenu l’homme le plus riche
du monde, avec 76 Mds (+ 9 Mds) et reconverti dans le mécénat. Toujours
actif au sein de Microsoft, il détrône le roi mexicain des télécoms, Carlos Slim
(72 Mds), qui devance l’Espagnol Amancio Ortega, le créateur de Zara
(64 Mds, + 7 Mds). Si le classement Forbes n’a jamais autant compté
de femmes (172), elles ne représentent cependant qu’un peu plus d’un
milliardaire sur dix (10,4 %). À la 9e place l’an dernier, Liliane Bettencourt,
première Française, est classée 11e avec 34,5 Mds de dollars (+ 4,5 Mds).
4 I
L’ÉVÉNEMENT
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
Ces start-up pionnières
de la transition énergétique
LES FAITS. Annoncée par Delphine Batho, alors ministre de l’Écologie, pour le « premier semestre
2013 », la présentation du projet de loi sur la Transition énergétique aura finalement lieu avant cet été.
LES ENJEUX. Pendant que les politiques bataillent avec les ONG, les associations et autres lobbies,
de jeunes entreprises foncent, persuadées que ces marchés vont devenir très porteurs. Nous avons
choisi de présenter les parcours de douze d’entre elles et surtout… leurs ambitions.
PAR ODILE
ESPOSITO ET
MARIE-ANNICK
DEPAGNEUX
@depagneuxmadcom
À
quoi ressemblera
cette fameuse loi sur
la Transition énergétique, plusieurs
fois retardée, qui
doit en principe être
présentée en juin
prochain au conseil
des ministres!? Difficile de le dire. Les écologistes menacent, le gouvernement louvoie, les lobbies de tous poils s’activent.
Pour le moment, seuls quelques objectifs
à long terme ont été affirmés, comme la
division par quatre des émissions de gaz à
effets de serre, la baisse de 50!% de la
consommation énergétique à l’horizon
2050, la réduction de 30!% de la consommation de combustible fossile d’ici à 2030,
le développement des énergies renouvelables et le « plafonnement à son niveau
actuel de la capacité de production
nucléaire », promis en septembre dernier
par François Hollande.
Dans le détail, toutefois, rien ne semble
encore fixé sur la façon d’atteindre ces
objectifs, et notamment les incitations
financières et fiscales à mettre en œuvre
pour y parvenir. Quant à « l’Airbus de la
transition énergétique », appelé de ses vœux
par le chef de l’État, il se résume pour le
moment à deux choses : la mise en place
d’une plate-forme franco-allemande chargée d’identifier les pistes de coopération
possibles dans les énergies renouvelables
et le stockage!; le souhait de coordonner
les réformes des politiques énergétiques
sur lesquelles planchent les gouvernements de chaque côté du Rhin.
La transition énergétique ne se résume
pourtant pas à cette frilosité politique. Et
heureusement. Les laboratoires bouillonnent d’innovations destinées à réduire
la consommation énergétique de nos loge-
Le parc éolien
et photovoltaïque
d’AvignonetLauragais, au
sud de Toulouse,
assure
l’alimentation
électrique
de 5 000 foyers
(hors chauffage).
© REMY GABALDA / AFP
ments ou des sites industriels, à stocker
l’électricité produite en surplus aux heures
de faible consommation pour la restituer
plus tard en fonction de la demande, à utiliser plus efficacement l’énergie du soleil,
du vent ou des courants.
Des centaines de start-up se créent, bien
décidées à proposer des solutions innovantes et à se faire une place sur un marché qui s’annonce très porteur, notamment à l’exportation. Elles s’appuient
entre autres sur les progrès réalisés sur les
matériaux pour la substitution de combustibles fossiles ou pour le stockage d’éner-
NEST, L’EXEMPLE QUI LES FAIT RÊVER
C
e sont 3,2 milliards
de dollars qu’a
déboursés Google en
janvier dernier pour s’offrir
une jeune pousse de la
Silicon Valley, fondée en
2010, et spécialisée dans la
domotique, Nest. La start-up
propose notamment
un thermostat connecté,
capable de programmer
la température de chaque
pièce en fonction des
habitudes des habitants,
et un détecteur de fumée
intelligent qui vous prévient
avant de se mettre à sonner.
Google a justifié cette
acquisition par son ambition
de se positionner très vite
sur le marché de la maison
intelligente. De quoi faire
rêver les jeunes pousses
tricolores spécialisées dans
la gestion énergétique de
l’habitation. « Avec ce
rachat, Google a ouvert la
saison de la chasse, analyse
Serge Subiron, cofondateur
d’Ijenko. Les fournisseurs
d’énergie s’aperçoivent que
ce sujet est au cœur de leur
métier. Les spécialistes du
big data et les SSII le
regardent avec intérêt.
Et les grands industriels
n’ont pas dit leur dernier
mot. » De belles bagarres
en perspective… Q
O.E.
gie, et surtout sur le numérique. Avec les
objets connectés ou les technologies du
big data, par exemple, le pilotage énergétique d’une habitation ou d’une usine
gagne en performance.
Enthousiastes, dynamiques, convaincues
de la nécessité de gagner en efficacité dans
l’intérêt de la planète, ces jeunes entreprises redoutent toutefois une inaction
gouvernementale qui leur ferait perdre du
terrain face à des concurrents étrangers
en plein essor, eux aussi, et… mieux soutenus. « Dans notre domaine des systèmes de
stockage de l’électricité, on peut craindre que
l’Allemagne prenne de l’avance, s’inquiète
François Barsacq, le créateur d’EasyLi.
L’Allemagne et l’Italie ont mis en place des
aides fiscales pour les particuliers qui
s’équipent. Il est temps que la France agisse
également car, derrière ces décisions, ce sont
des filières qui se créent ou ne se créent pas. »
ÉVOLUTION DES MENTALITÉS
ET INCITATIONS FISCALES
Même si elles se félicitent du soutien de
Bpifrance et de la mise en place de fonds
régionaux, comme Oser en Rhône-Alpes,
plusieurs de ces jeunes pousses, en particulier dans le solaire, peinent aussi à trouver des financements.
« Dès qu’on prononce le mot “photovoltaïque”,
nos interlocuteurs ne nous écoutent même
plus, regrette ainsi Jérôme Mouterde,
cofondateur de DualSun. Pourtant, le solaire
se développe beaucoup à l’étranger et nous
avons des demandes émanant du Maghreb, de
Turquie, du Brésil. Nous sommes sur un marché mondial, avec des concurrents allemands
et turcs très actifs. »
« Il reste des opportunités de développement
importantes autour de la mutation du photovoltaïque, qui va devoir intégrer des principes
d’autoconsommation, de stockage et d’effacement, ajoute François Barsacq. Le modèle
actuel, basé sur des seuls critères financiers, va
se terminer car il ne pourra plus se justifier. »
Le manque d’empressement des politiques
n’est-il que le reflet de l’inertie des consommateurs sur ces sujets!?
« La question énergétique a été un peu éloignée
du citoyen depuis longtemps, estime Marie
Pons, directrice de la plate-forme de financement Lumo. L’énergie est restée relativement peu chère et les gens ne se posent donc
pas assez de questions sur ce qu’ils consomment. En Allemagne, 51"% du parc d’énergie
renouvelable appartient aux citoyens euxmêmes, ce qui entraîne une grande différence
de compréhension ».
Les start-up de la transition énergétique
parient sur une évolution des mentalités
dans ce domaine. Elles espèrent de vraies
incitations fiscales et réglementaires. Mais
elles savent que l’avènement d’une réelle
sobriété énergétique prendra encore du
temps. Q
I 5
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
D’OÙ VIENT L’ÉNERGIE CONSOMMÉE PAR LES FRANÇAIS ?
Répartition en % de la consommation d’énergie primaire en France métropolitaine* en 2012.
30,3%
DISASOLAR
Le photovoltaïque
organique et
multisupport
Déchets urbains
Pétrole
non renouvelables
Gaz
0,4 %
14,8 %
Charbon
4,2 %
Hydraulique
renouvelable
1,9 %
Énergie
renouvelable
8,8 %
Électricité primaire
non renouvelable**
Données corrigées
des variations climatiques.
*
41,5%
**
Production nucléaire (moins solde
exportateur d’électricité) et production hydraulique par pompage.
Biocarburants
1,0 %
Bois-énergie
3,9 %
Source : Commissariat général au développement durable - 2013.
Autres
1,5 %
Déchets urbains
renouvelables
0,4 %
DualSun
a breveté
et commercialisé
le premier
panneau
photovoltaïque
hybride au
monde,
produisant à
la fois de l’eau
chaude et de
l’électricité.
© DUALSUN
AMÉLIORER LA
PRODUCTION D’ÉNERGIE
HYDROQUEST
Une hydrolienne
qui crée la rupture
C ’ est sur le secteur des hydroliennes,
exploitant l’énergie cinétique de l’eau,
que s’est lancée, en 2010, Hydro Quest,
jeune pousse iséroise employant dix collaborateurs. Sa machine (photo ci-dessous), dont la technologie est qualifiée de
« rupture », s’appuie sur huit ans de
recherche au sein du laboratoire des
écoulements géophysiques et industriels
de l’INPG de Grenoble. Elle est protégée
par neuf brevets dont la société est copropriétaire avec EDF.
« La plupart des hydroliennes concurrentes
fonctionnent avec un système d’hélice au bout
d’un arbre, comme une éolienne. La nôtre se
différencie par ses deux axes verticaux autour
desquels gravitent trois couples de turbines.
Elle est plus performante et robuste et on peut
la remonter facilement pour la maintenance », insiste Jean-François Simon, le
président de la start-up.
HydroQuest s’est positionné sur le marché
fluvial, davantage à la portée d’une PME,
et estimé à une quinzaine de milliards
d’euros dans le monde sur la période 20132025. Un prototype a été testé pendant
deux ans sur un canal d’EDF à Pont-deClaix, puis un premier démonstrateur a été
mis en place en Guyane, en 2013. Deux
autres seront immergés, l’un à Orléans
dans la Loire, et l’autre dans l’estuaire de
la Garonne, à Bordeaux, courant 2014, avec
L’hydrolienne
d’HydroQuest
se caractérise
par ses deux axes
verticaux autour
desquels
gravitent trois
couples
de turbines.
© HYDROQUEST
des financements publics via le Fonds
unique interministériel (FUI) et le grand
emprunt.
La commercialisation auprès de producteurs d’électricité, auxquels HydroQuest
veut vendre des parcs, est envisagée sous
un an. « Nous devrons alors procéder à une
levée de fonds. Nous avons déjà été approchés
par des capital-investisseurs, sans donner suite
pour l’heure », avoue le dirigeant. La fabrication est aujourd’hui sous-traitée. « Dès
que nous aurons les volumes nécessaires, nous
réaliserons nous-mêmes l’assemblage pour une
bonne maîtrise des machines que nous concevons jusqu’aux boulons et aux écrous. »
De 400"000 euros prévus en 2014, le CA
pourrait atteindre les 50 M€ d’ici cinq ans.
À l’instar de l’ensemble de la profession, le
dirigeant déplore un tarif d’achat trop bas,
en France, pour l’électricité ainsi produite :
173 euros le MWh pour les énergies
marines renouvelables. Q
M.-A.D.
DUALSUN
L’électricité
et l’eau chaude en
un seul panneau
Et si votre panneau photovoltaïque chauffait l’eau de votre douche en plus de produire votre électricité"? C’est l’offre mise
au point par la start-up marseillaise DualSun, fondée en 2010 par deux jeunes centraliens fraîchement diplômés, Jérôme
Mouterde et Lætitia Brottier. « Nous voulions apporter quelque chose de neuf, explique
Jérôme Mouterde. Nous avons identifié assez
vite cette logique de coupler la fourniture d’eau
chaude avec celle d’électricité. Une idée évidente quand on sait qu’un panneau solaire
classique produit beaucoup plus de chaleur que
d’électricité lorsqu’il est exposé au soleil. Lætitia a regardé tout ce qui s’était fait en R&D sur
le sujet et nous avons vu que nous pouvions
breveter nos idées. » Le duo s’appuie sur le
savoir-faire d’un laboratoire marseillais du
CNRS. Il réalise plusieurs prototypes, puis
dépose deux brevets.
« En 2012, nous sommes passés en phase
industrielle, poursuit le jeune dirigeant.
Nous sommes allés voir des sous-traitants
capables de nous fournir le panneau photovoltaïque et l’échangeur thermique », dans
lequel circule l’eau à chauffer.
La difficulté consiste à intégrer ce circuit
d’eau dans la chaîne de fabrication du
panneau et à limiter au minimum le surcoût engendré par ce dispositif. « Par rapport à une installation photovoltaïque standard, notre solution coûte 30"% plus cher,
mais nous produisons 50"% d’énergie en
plus. »
La jeune PME a déjà réalisé plusieurs installations pilotes dans différentes régions,
avec des résultats très satisfaisants. Et elle
vient d’obtenir la certification européenne
indispensable à l’installation de ses panneaux hybrides. « Notre panneau est le premier au monde à être ainsi commercialisé
dans ce créneau du solaire hybride », précise
Jérôme Mouterde.
Les perspectives semblent donc prometteuses. Mais DualSun doit maintenant
financer sa croissance. « Durant les trois
premières années, nous avons obtenu environ
1 million d’euros d’aides publiques, poursuitil. Puis, en 2013, nous avons le vé
500"000 euros auprès de business angels.
Nous cherchons en ce moment à lever 1 milO.E.
lion supplémentaire. » Q
Le savoir-faire
de DisaSolar
permet de donner
aux panneaux
photovoltaïques
toutes les formes
et couleurs
possibles.
© DISASOLAR
«Au niveau mondial, le photovoltaïque connaît
encore une croissance de 20 à 30"% par an.
Mais la France n’a pas pris la mesure de ces
enjeux. » Stéphane Poughon, le président
de la jeune société DisaSolar, est un peu
perplexe. Lorsqu’en 2008 ce multi-entrepreneur, diplômé d’HEC, décide d’aider
Christophe Renard, un des dirigeants du
petit groupe Disatech, basé à Limoges, à se
diversifier, le solaire est en plein boom.
« Nous avons étudié ce qui existait dans le photovoltaïque pour voir où placer dans la chaîne
de valeur, explique Stéphane Poughon. Et
nous avons décidé d’investir dans le photovoltaïque organique, qui était un objet de laboratoire à l’époque. » La filiale DisaSolar est
créée en 2010 et elle fédère les connaissances des laboratoires travaillant sur le
sujet. Les avantages de cette technologie
organique"? La fabrication se fait à l’aide
d’une imprimante jet d’encre qui dépose,
sur un support flexible, des couches de
matière organique qui vont capter la
lumière pour la transformer en électricité.
« Cela permet de donner au panneau toutes
les formes et les couleurs possibles, poursuit
le dirigeant. Nous ne concurrençons pas les
panneaux classiques installés sur les toits.
Nous visons des marchés nouveaux, comme le
mobilier urbain, la défense, ou les toits de bus,
de bateaux ou de camping-car. »
La technologie est prête et l’entreprise, qui
a réalisé près de 2 millions d’euros de
chiffre d’affaires en 2013 avec 22 salariés,
espère mettre en place une ligne pilote de
fabrication pour la fin de 2016 ou le début
de 2017. Elle cherche pour cela à lever
5 millions, mais sans succès pour le
moment. « Depuis dix-huit ou vingt-quatre
mois, le solaire n’a plus très bonne presse, analyse Stéphane Poughon. Et comme le risque
n’est pas rémunéré, les fonds d’investissement
rechignent à financer les phases d’industrialisation. » Pendant ce temps, plusieurs
concurrents étrangers ont installé des
lignes pilotes. Pour ne pas perdre son
avance, la PME essaie de vendre ses technologies à l’étranger. « C’est dommage, pour
une recherche financée par des fonds publics
français », regrette le dirigeant. Q
O.E.
Suite p. 6 s
6 I
L’ÉVÉNEMENT
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
Suite de la p. 5 s
STIMERGY
Les centres de
données deviennent
« chaudière
numérique »
«
En juin 2012, alors que j’étais responsable des
systèmes d’information dans une start-up, j’ai
pris conscience d’une aberration quand le climatiseur de la salle informatique est tombé en
panne. À savoir que les serveurs dégageaient
de la chaleur, à perte », raconte Christophe
Perron. Un an plus tard, ce jeune ingénieur
(33 ans) diplômé de Supélec créait la
société iséroise Stimergy, lauréate en 2013
du grand prix EDF Énergie Intelligente.
En s’appuyant sur le travail d’un chercheur de l’Inria, devenu partenaire de la
jeune pousse, il a mis au point une « chaudière numérique » : en recyclant les calories dégagées par les data centers, l’installation produit de l’eau chaude sanitaire.
« Il fallait une utilisation répondant à un
besoin tout au long de l’année, ce qui n’est
pas le cas du chauffage », justifie le jeune
dirigeant, qui a été accompagné au départ
par l’incubateur grenoblois Grain. Le système ne pouvant fonctionner que dans la
proximité géographique du couplage
informatique-énergie, le modèle consiste
à installer des serveurs au sein d’une salle
sécurisée et télésurveillée, dans les bâtiments volontaires. Les revenus proviennent de la location de ressources
informatiques, sous forme de cloud, à des
entreprises : « Nos tarifs sont compétitifs »,
assure le jeune patron.
Par ailleurs, un droit au raccordement initial est payé par la résidence qui bénéficiera ensuite de la gratuité de l’eau chaude.
Un prototype de cette chaudière brevetée
est opérationnel depuis six mois, à Grenoble, dans un immeuble de 29 logements
sociaux de l’OPAC 38.
En 2014, Christophe Perron a pour objectif
de mettre en place trois « pilotes », version
améliorée des prototypes, dans la région
Rhône-Alpes. D’ici à cinq ans, il vise
80 chaudières fournissant de l’eau chaude
à 8"000 personnes, en habitats collectifs,
hôtels, universités… et un chiffre d’affaires
de 2,3 millions d’euros. La jeune pousse,
dont les deux associés ne se rémunèrent
pas encore – elle devrait employer sept
salariés sous trois ans –, prépare une levée
de fonds de 150"000 euros, en deux tours,
auprès de structures d’amorçage ou des
business angels. Q
M.-A.D
il doit exister une solution d’éclairage plus
économe ».
Ils songent alors à la fibre optique. « Dès
la naissance de cette technologie, un chercheur japonais avait imaginé, dans les années
1980, se servir de la fibre pour transporter la
lumière naturelle et il avait déposé des brevets, raconte Florent Longa. Mais cet usage
ne s’est pas développé et nous avons décidé de
démocratiser ce concept en améliorant les
rendements tout en réduisant les coûts. La
difficulté consiste à concentrer la lumière du
soleil sans augmenter la température de la
fibre optique au-delà des 60 degrés qu’elle
peut supporter. »
Les deux jeunes gens travaillent sur le
sujet, déposent à leur tour trois brevets,
puis créent, en 2012, la société Echy,
hébergée au sein de l’École nationale des
ponts et chaussées. En octobre 2013, une
première installation est effectuée, à
Vitrolles, dans les locaux de la société
d’ingénierie Setec international. Un panneau de capteurs de 3 m2, installé en extérieur sur un mât de 1,5 m de haut pour
pouvoir suivre le soleil toute la journée,
suffit à éclairer une pièce en sous-sol de
50 m2. « Ce panneau n’a rien à voir avec du
photovoltaïque, précise Florent Longa. Il
s’agit plutôt de loupes qui concentrent la
lumière dans la fibre optique. Cela donne une
lumière vivante, différente selon les heures de
la journée, ce qui apporte un vrai confort
visuel et ne dénature pas les couleurs. »
Pour cette année, l’objectif des deux
jeunes gens est de réaliser quelques
ventes pour accroître leur expérience et,
surtout, « d’arriver à un système deux fois
plus performant et deux fois moins cher »,
indique Florent Longa. L’installation
actuelle, pour une pièce de 50 m2, revient
en effet entre 10"000 et 12"000 euros.
« L’économie réalisée est de 15 kWh par m2
éclairé en région parisienne et du double à
Marseille. Nous voulons arriver, à la fin de
2014, à un produit qui ait un retour sur
investissement de trois ans. » Les deux créateurs savent qu’il leur faudra composer
avec une certaine inertie des professionnels du bâtiment. Mais ils restent
confiants.
Financiè re me nt, ils ont obte nu
110"000 euros d’aide de Bpifrance pour
mener leurs recherches ainsi que des
prêts d’honneur de Scientipôle Initiative
pour un montant équivalent.
« Nous cherchons actuellement à lever
500$000 euros pour accélérer notre R&D,
précise Florent Longa. Mais le fait qu’on
soit une start-up industrielle rebute certains
investisseurs. » Q
O.E.
ECHY
L’art d’éclairer sans
électricité grâce
à la fibre optique
L ’ idée leur est venue dans les amphithéâtres de l’École polytechnique. En songeant à la quantité d’électricité nécessaire
pour éclairer ces salles de cours aveugles,
Florent Longa et Quentin Martin-Laval se
disent qu’il y a là « un vrai gaspillage énergétique et que, avec la palette de technologies
qui se sont développées ces dernières années,
632 000 emplois…
C’est le nombre d’emplois directs et indirects supplémentaires en
2030, créés par la transition énergétique, selon une étude publiée
en juin dernier par le CIRED-CNRS. Une autre étude, réalisée
par l’OFCE et l’Ademe, chiffre entre 745 000 et 825 000 le nombre
d’emplois supplémentaires à l’horizon 2050.
Gaël Sylvestre
(à gauche) et
Jérôme Fourot,
les deux
fondateurs
de la société
basée
à Vienne,
en Isère.
© NOVADAY
Le panneau
de loupes d’Echy
concentre
la lumière
naturelle
qui est ensuite
transportée
par fibre optique.
© ECHY
NOVADAY
Des solutions
d’éclairage sur
mesure
Dans le marché des LED, très disputé,
Novaday, créé en décembre 2010, propose
des solutions globales d’éclairage personnalisées à l’intention des professionnels.
« Dans l’industrie, l’éclairage représente de 20
à 30$% de la consommation d’énergie$; à l’hôpital, ce taux atteint plutôt 50$% », rappelle
Jérôme Fourot, un des deux fondateurs de
la société (48 salariés) basée à Vienne
(Isère). « Nous pouvons diviser les factures
par deux, voire par trois. » Mais aussi apporter un meilleur confort visuel aux salariés.
Ainsi, dans un supermarché de la région de
Nancy, après l’intervention de Novaday,
« les caissières ont reconnu ne plus avoir mal
à la tête en fin de journée. Et les clients
déclarent se sentir mieux, mais sans savoir
dire pourquoi », affirme le dirigeant. La
jeune pousse, qui dispose d’un centre d’innovation de trois personnes, a déposé deux
brevets à ce jour, l’un en copropriété avec
le CEA de Grenoble sur un système de
refroidissement des LED, et l’autre (en
propre) sur un système d’éclairage en
grande hauteur. Elle planche sur une nouvelle génération de luminaire industriel,
suspendu, extra-plat, destiné notamment
à la logistique, une activité qui requiert
d’optimiser l’espace. La commercialisation
de ce « smart slim high bay » est espérée
pour la fin de 2014 ou le début de 2015.
La société, qui envisage une levée de fonds
de l’ordre d’1 million d’euros, pense quadrupler ses ventes en 2014, par rapport aux
2 millions de l’an dernier. Ce qui la place
en dessous des objectifs annoncés au printemps 2013, à l’occasion d’un projet d’entrée en Bourse qui lui a permis de se faire
M.-A.D.
connaître. Q
EASYL
Le stockage
électrique
personnalisé
F a c i l i te r e t p r o m o u v o i r l ’ a u to consommation électrique, c’est le pari
d’EasyLi, une jeune société créée à Châtellerault, en mai 2011, par trois ingénieurs aguerris du monde des batteries au
lithium. « Nous concevons et fabriquons des
Des rentes et des bulles
« Des situations de rente, voire de véritables bulles financières, ont
parfois été créées, toujours financées par le consommateur ou
le contribuable. L’exemple du mauvais ajustement initial des tarifs
de rachat de l’électricité photovoltaïque reste emblématique
d’un tel risque. » Cour des Comptes, 16 janvier 2014.
solutions sur mesure et des produits catalogue
à destination de deux grands marchés, le
stockage d’énergies renouvelables et l’électromobilité », explique François Barsacq, président et cofondateur (photo ci-dessous).
La start-up vient de lancer une gamme de
coffrets muraux, baptisée Storelio, intégrant une batterie lithium-ion, un calculateur électronique et des onduleurs, destinés à être raccordés entre les panneaux
photovoltaïques installés sur une maison
et le tableau électrique de l’habitation.
Aux heures de faible consommation, Storelio stocke le surplus d’électricité produite par les panneaux solaires, puis il
restitue cette énergie lorsque les besoins
augmentent, en fin de journée par
exemple. « Cette gamme est destinée aux
particuliers et nous allons la distribuer dans
plusieurs pays d’Europe comme l’Allemagne,
le Benelux, l’Italie et l’Espagne », précise
François Barsacq.
Et la France"? « Il y a une petite demande,
mais la tarification électrique actuelle n’est
pas favorable à ces solutions de stockage et à
cette démarche d’autoconsommation, poursuit le dirigeant. Le consommateur achète
son électricité 12 centimes le kWh, mais,
lorsqu’il devient producteur, il la revend plus
de 30 centimes à EDF. La majeure partie des
installations fonctionne donc sur des bases
financières, avec une revente totale de l’électricité solaire produite. En Allemagne, c’est
l’inverse, puisque le kWh venant du réseau
est facturé 25 centimes, alors que l’électricité
produite par l’installation solaire est rachetée
à moins de 15 centimes du kWh. Les installations de stockage y sont donc rentables. Et
l’État aide les particuliers à s’équiper de gros
systèmes. »
Dans l’Hexagone, pour le moment, Storelio reste cantonné à un marché de niche,
à destination de particuliers convaincus
qui n’adhèrent pas au principe de la
revente d’électricité.
© DR
ÉCONOMISER
DAVANTAGE L’ÉNERGIE
Avec le lancement de ce produit, distribué
par des installateurs et des partenaires, la
PME, qui a réalisé 1 million d’euros de
chiffre d’affaires en 2013 avec 15 salariés,
espère une croissance rapide. Elle vise un
triplement de son CA cette année. Pour
financer sa R&D et son développement
international, EasyLi cherche à lever environ 1 million d’euros.
François Barsacq se montre confiant :
« Nous sommes sortis de la phase d’amorçage. Avoir un CA rentable à présenter, ça
aide, forcément. » Q
O.E.
Le modèle allemand en ligne
Pour ceux qui ne jurent que par le modèle allemand, un site multilingue
intéressant sur l’« Energiewende » (« transition énergétique »,
en allemand), mis en place par la Fondation Heinrich-Böll, et détaillant
les diverses initiatives et législations sur le sujet.
Son adresse : http://energytransition.de/2013/03/fr/
I 7
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
SOLOREA
Démocratiser
l’énergie solaire
© DR
Démocratiser l’énergie solaire en évitant
toute prise de risque au particulier, telle est
l’ambition de Solorea, société lyonnaise de
11 salariés fondée il y a deux ans par Manuel
Emig (photo ci-dessous). Ce jeune Allemand
(29 ans) est parti du constat qu’en France
« cette énergie renouvelable ne connaît pas le
succès qu’elle rencontre Outre-Rhin, alors que
les conditions d’achat y sont les plus intéressantes
au monde ». Son innovation, qui a bénéficié
d’aides de Bpifrance notamment, porte sur
le mode de financement des panneaux sur
toitures. Des formules existent déjà, où l’investissement est réalisé par un tiers qui verse
un loyer (modeste) au particulier. L’offre de
Solorea se veut plus attractive. Non seulement le particulier est d’emblée propriétaire
des panneaux sans être tenu d’effectuer le
moindre apport mais, en plus, une partie de
la vente du courant lui revient. « Dès la première année, selon nos simulations, il peut toucher 1!500 euros pour 55 m2 dans les régions du
Sud », précise le jeune dirigeant.
plate-forme participative d’investissement
Lumo, dédiée au financement de projets
d’énergies renouvelables. « Après quinze ans
passés dans la finance de marché, au sein de la
Société générale puis du Crédit suisse, Alex s’est
intéressé à la microfinance et notamment à la
plate-forme Kiva, qui permet de prêter à taux
zéro à des micro-entrepreneurs des pays du Sud,
raconte Marie Pons, cofondatrice et directrice des opérations de Lumo. Puis, en discutant avec un ami qui travaillait en Espagne dans
les énergies renouvelables, il s’est aperçu que les
réticences locales envers ces projets étaient beaucoup plus fortes lorsque les financements
venaient d’ailleurs. Et il s’est dit qu’il y avait un
réel potentiel à permettre aux citoyens de s’approprier les projets destinés à être implantés à
côté de chez eux. Les Français sont plutôt favorables aux énergies renouvelables. Mais quand
un projet arrive à côté de chez eux, ils se sentent
désappropriés. En leur permettant d’investir, on
fait en sorte qu’ils se réapproprient, qu’ils participent. » L’équipe, aujourd’hui composée de
quatre personnes, met rapidement en place
le site Internet et teste le concept sur un projet de toiture photovoltaïque sur une école,
à Aytré. « En cinq semaines, nous avons réuni
les 10!000 euros nécessaires », se félicite Marie
Pons. Pour le moment, ce projet reste le seul
financé par Lumo.
Le 14 février dernier, Bercy a présenté le
cadre de la future réglementation qui va fortement libéraliser les activités de crowdfunding et qui entrera en vigueur le 1er juillet.
Lumo pourra donc reprendre ses activités.
« Nous espérons financer deux ou trois projets
dans l’éolien cette année. Et nous visons une centaine de projets par an à l’horizon 2015, indique
Marie Pons. Nous travaillons en partenariat
avec les collectivités locales sur des projets validés
par les banques. » Les citoyens peuvent investir entre 25 et 5#000 euros sur le projet de leur
choix, avec l’espoir d’une rémunération de 4
à 6#%. Cet apport se substitue à une partie
des prêts bancaires. Lumo se rémunère en
prélevant 5#% des montants versés par les
citoyens et en facturant des honoraires aux
porteurs de projets. La start-up envisage une
levée de fonds. Q
O.E.
Les installations sont financées par un grand
groupe bancaire français avec lequel la jeune
pousse a passé un accord. À chaque opération, « un compte spécifique est ouvert auprès
d’un gestionnaire de fortune spécialisé et basé à
Paris. Ce compte, qui reçoit les revenus solaires
versés par EDF avec un tarif garanti sur
vingt ans, sert à rembourser le prêt bancaire sur
cette durée, à verser les surplus au particulier et
à payer une assurance perte de production »,
détaille le jeune patron qui ne veut pas dévoiler les noms de ces organismes pour des raisons de concurrence. Se présentant comme
un apporteur d’affaires, Solorea se rémunère
avec les commissions versées par ses divers
partenaires. Pour la partie industrielle, il
s’appuie sur Centrosolar France, représentation du groupe munichois éponyme, fournisseur de solutions clés en main. « Nous sommes
sur le point de lancer notre projet à grande
échelle », assure Manuel Emig. Il fait état d’un
millier de prospects et d’une cinquantaine de
marchés en cours. La société, qui a levé
400#000 euros auprès d’un business angel
américain et de trois institutionnels dont
CPG (société de gestion de portefeuilles
entrepreneuriale), prévoit 3 millions d’euros
de CA en 2014. Q
M.-A.D.
LUMO
Le crowdfunding
au secours
des renouvelables
Passer de la finance traditionnelle à un
modèle plus vertueux et participer au développement des énergies renouvelables : tel
est le double objectif d’Alexandre Raguet
lorsqu’il crée, en mars 2012, à La Rochelle, la
MIEUX PILOTER
LES INSTALLATIONS
ENERGIENCY
Aider les usines
à réduire leur
facture d’énergie
« Dans l’industrie, l’énergie est un facteur de
compétitivité au moins aussi important que le
coût de la main-d’œuvre. » Pour Arnaud
Legrand, pas de doute, le potentiel d’économies d’énergie dans les usines s’annonce très
important. C’est pourquoi, après quelques
années passées chez Ernst&Young à analyser
les performances énergétiques des installations industrielles, il a décidé, voilà un an, de
passer du statut de consultant à celui de dirigeant, en créant Energiency. « Dans les usines,
les budgets consacrés à l’énergie explosent. Dans
l’agroalimentaire, par exemple, certains sites ont
vu leurs factures de gaz et d’électricité passer de
1 million d’euros à 5 millions par an, poursuit
cet ingénieur agronome. Les industriels commencent à numériser leurs sites et à s’équiper de
capteurs et de compteurs intelligents pour mieux
piloter leur consommation d’énergie. Et nous,
nous leur proposons de traiter les masses de données énormes ainsi enregistrées. Il faut savoir
qu’un compteur produit 300!000 données par
an. Et quand il y en a une centaine dans une
usine, cela représente des volumes très importants. Notre métier, c’est le big data. »
Arnaud Legrand s’est associé à un jeune
architecte logiciel, chargé de proposer aux
clients une interface de restitution de données très ergonomique, et à un responsable
commercial. L’équipe, installée à Rennes,
dans les locaux de l’école d’ingénieurs Télécom Bretagne, s’enrichira ce mois-ci d’un
nous devrions arriver entre 30 et 60 millions
d’euros de CA. »
Ijenko commence aussi à s’implanter en
Grande-Bretagne, en Allemagne et en Belgique. Le financement de cette croissance#?
« Nous avons levé 10,5 millions d’euros en capital depuis le départ, se réjouit Serge Subiron.
Et nous avons bénéficié de plus de 2 millions
d’aides à l’innovation. Avec cela, nous affrontons
avec succès des concurrents britanniques ou allemands, comme Alert Me ou GreenPocket, qui ont
levé quatre fois plus que nous. » Le secteur de
la domotique est en effet en pleine effervescence, comme l’illustre le fait que Google ait
déboursé 3,2 milliards de dollars pour s’offrir
une jeune pousse de la Silicon Valley (lire
encadré Nest, page 5). Q
O.E.
Arnaud Legrand,
fondateur
d’Energiency,
se félicite d’avoir
16 usines
à équiper pour
son premier
grand client,
la laiterie
Triballat Noyal.
© DR
« data scientist » puis de développeurs informatiques. « Nous avons 19 usines à livrer avant
la fin de l’année », explique le dirigeant.
Energiency a en effet trouvé un premier
grand client, avec la laiterie Triballat Noyal
(connue pour ses marques Sojasun, Vrai,
etc.), dont les dirigeants « sont des passionnés
d’innovation. Ils savent qu’on a travaillé dans
l’industrie pour toute l’Europe. Et nous avons
donc un plan de déploiement dans leurs 16 usines
tout au long de l’année ».
Jusqu’alors, la start-up a bénéficié de financements publics, de Bpifrance et du conseil
régional de Bretagne. Elle vise un développement important et rapide, avec une dizaine
de salariés en fin d’année, et compte donc
s’engager dans une levée de fonds « d’au
moins 1 million d’euros d’ici un an », précise
Arnaud Legrand, dont l’ambition est de devenir « le champion français de la performance
énergétique industrielle ». Q
O.E
IJENKO
L’efficacité
énergétique
à la portée de tous
«Faire en sorte que le monde des télécoms parle
avec celui de l’énergie. » Tel était l’objectif de
Serge Subiron (photo ci-contre) et Éric Chareyron, lorsque, en 2009, après des années
passées au sein des plus grands équipementiers télécoms, ils ont créé Ijenko. « Nous
nous intéressions beaucoup au monde du foyer
connecté. Nous avons constaté que l’un des
domaines dans lesquels le consommateur était le
plus passif, c’était l’énergie, et que les opérateurs
de ce secteur n’entretenaient pas de lien très actif
avec leurs clients. Nous avons regardé ce que
l’Internet des objets pouvait apporter, de façon
simple et invisible, pour améliorer l’efficacité
énergétique. Et nous avons décidé de créer cette
plate-forme de services B-to-B. »
La jeune entreprise met au point des petits
objets communicants (prises intelligentes,
thermostats, capteurs, détecteurs de mouvement, etc.) et des box capables de gérer ces
objets, de collecter les données et de piloter
les appareils électriques à distance. Elle offre
ses services aux opérateurs, de télécoms ou
d’énergie, qui peuvent ainsi proposer aux
consommateurs des solutions de gestion de
leur consommation énergétique. Et les outils
d’Ijenko permettent aux fournisseurs d’énergie de mieux piloter l’équilibre entre la production, la consommation et le stockage.
« Nous essayons de faciliter le développement
d’un marché de masse pour cette efficacité énergétique », résume le président d’Ijenko.
Dès le départ, les fondateurs d’Ijenko sont
soutenus par Bouygues Telecom Initiatives
et Direct Énergie, qui entrent au capital de
la start-up. Ils multiplient les projets avec des
grands groupes comme Toshiba ou Alstom.
Et connaissent un développement soutenu.
« Nous avons enregistré une croissance de 300!%
en 2013 et nous visons la même chose pour 2014,
indique le dirigeant, qui reste discret sur son
chiffre d’affaires. Nous devrions passer de 27 à
35 salariés cette année. Et dans deux ou trois ans,
ENERGY POOL
Soulager le réseau
électrique… japonais
Le 18 février dernier, Energy Pool a réussi,
depuis son centre de commandement de
Chambéry, à « effacer 5 mégawatts »,
auprès de deux sites industriels situés au
Japon, soit une économie d’énergie équivalente à la consommation d’une ville de
10#000 habitants. Cette première opération
dans ce pays fait suite à l’appel d’offres
lancé par le METI. « Nous avons gagné le
marché face à des ténors comme Toshiba »,
savoure Olivier Baud (photo ci-dessus)),
le président de la jeune pousse savoyarde
détenue à 51#% par Schneider Electric (partenaire de ce contrat nippon) et à 49#% par
le management. C’est à l’étranger, où elle
réalisera la moitié de son activité en 2014,
qu’elle cherche sa croissance. En France,
« les budgets annuels alloués à l’effacement ne
dépassent pas 15 à 20 millions d’euros, la
concurrence est telle qu’il n’est pas possible de
gagner sa vie », poursuit le dirigeant de ce
spécialiste de la modulation énergétique.
Un terme préféré à celui d’effacement, qui
est plus cyclique car lié aux pics de
consommation liés aux grands froids. L’objectif reste le même : assurer l’équilibre
entre la demande et l’offre en s’appuyant
© DR
INNOVER DANS
LE FINANCEMENT
sur le volontariat de gros consommateurs
d’énergie qui, de façon ponctuelle,
acceptent que soit mis à l’arrêt tout ou
partie de leur outil industriel. En échange,
ils reçoivent une compensation financière.
Fort de 65 salariés, dont beaucoup d’ingénieurs, Energy Pool revendique un portefeuille proche de 100 sites industriels (représentant une capacité totale de 1#200 MW) et
un chiffre d’affaires 2013 avoisinant les
20 millions d’euros. « Nous achetons de l’effacement à nos clients puis nous le revendons aux
électriciens et gestionnaires de réseaux »,
résume Olivier Baud. Depuis sa création en
2009, la start-up a bénéficié de plus de
20 millions d’investissements. Elle a initié,
il y a deux ans, un important projet de R&D,
financé par l’Ademe sur les énergies renouvelables. Objectif#? Analyser comment l’activité de modulation peut contribuer à résorber les distorsions générées sur le réseau
par ces énergies intermittentes. Elle s’apprête à procéder à un test en temps réel sur
100 MW. Q
M.-A.D.
8 I
ENTREPRISES
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
Télécoms : SFR au centre
d’un nouveau big bang
ANTICIPER
PAR
DELPHINE
CUNY
@DelphineCuny
S
FR, le numéro deux français
des télécoms, va-t-il poursuivre son chemin en solo
ou en duo!? La réponse
devrait être connue sous un
mois au plus tard. Vivendi
avait prévu une scission par
introduction en Bourse de
sa filiale à 100!% fin juin, dont elle continue
les préparatifs, officiellement. Mais le principal actionnaire de Numericable, Patrick
Drahi, est sorti du bois, revenant à la
charge après des discussions préliminaires
restées sans suite à l’automne 2012 : il a
proposé, il y a deux semaines, un rapprochement du câblo-opérateur et de SFR,
donnant ainsi le coup d’envoi de la course
à la consolidation… et d’un bras de fer
entre milliardaires des télécoms. Deux ans
après l’arrivée fracassante de Free Mobile,
les acteurs du secteur sont tentés par des
mariages, pour restaurer leurs marges. Et
le gouvernement n’y est plus hostile :
Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, a même parlé « d’organiser les ententes » pour sortir de la spirale
de la baisse des prix. « Il n’y a pas de chiffre
magique, quatre ou trois opérateurs, tant que
l’emploi et l’investissement sont préservés »,
explique-t-on à Bercy. Ce qui est loin d’être
acquis, comme dans toute fusion.
Numericable est sorti du bois le premier : un rapprochement
avec SFR l’intéresse. Alors que le gouvernement n’est plus hostile
à une consolidation du secteur, plusieurs scénarios de fusion sont
possibles, générant des milliards d’euros de synergies.
Olivier Roussat,
PDG de Bouygues
Telecom
(à gauche) et
Jean-Yves
Charlier, PDG
de SFR, après
leur accord du
31 janvier dernier
sur la mise
en commun
d’une partie
de leur réseau
d’antennes-relais.
ORANGE, TROP LOURD,
EST HORS JEU
Le 31 janvier dernier, SFR s’est déjà allié à
Bouygues Telecom, avec lequel il va
mettre en commun une grande partie de
ses antennes-relais, afin de réduire les
coûts et les investissements. Et Martin
Bouygues est prêt à aller plus loin pour
renforcer sa filiale, quitte à s’endetter et
à transformer le profil de son groupe, où
les télécoms prendraient plus de poids
que la construction. L’Autorité de la
concurrence a cependant indiqué qu’un
mariage entre opérateurs mobiles était a
priori difficilement
envisageable. Free,
qui avait discuté
fusion avec SFR et sa
maison mère à l’automne 2012, dans
l’espoir de récupérer
de parts de marché. C’est ce qui
reviendrait à Bouygues Telecom,
un réseau mobile
numéro trois français, s’il se
national, sans termirapprochait du numéro deux, SFR.
ner de déployer le
sien, et d’économiser ainsi les 700 millions d’euros d’itinérance versés par an à
Orange, en avait été dissuadé par le gendarme de la concurrence. Le groupe de
Xavier Niel pourrait revenir sur le dossier
s’il s’avérait qu’une union de Bouygues et
SFR était possible. Des fonds, comme
CVC Capital Partners, pourraient entrer
dans la danse. Seul Orange, au poids trop
important tant dans le fixe que dans le
mobile, est hors jeu. Un rapprochement
de SFR avec un autre acteur, une opération à 15 milliards d’euros pouvant géné-
45 %
© ERIC PIERMONT / AFP
rer 3 à 4 milliards de synergies, aurait
néanmoins un impact majeur sur tout le
secteur, y compris sur l’opérateur historique, qui serait privé d’une partie des
recettes du dégroupage et serait rétrogradé au rang de numéro deux. Il pourrait
provoquer par ricochet d’autres alliances,
tel qu’un rachat de Bouygues Telecom par
Free, mais aussi une remontée des prix,
comme cela s’est produit en Autriche en
un an depuis que le marché mobile est
repassé de quatre à trois acteurs.
Cependant, « SFR est tellement gros dans le
mobile qu’il peut difficilement fusionner avec
un autre opérateur, sans de lourdes contreparties », relève un dirigeant du secteur :
le numéro deux français des télécoms,
avec ses 21 millions de clients dans le
mobile, 5 millions de moins qu’Orange,
pèse près d’un tiers du marché. Un rapprochement avec le numéro trois,
Bouygues Telecom, ferait grimper sa part
de marché à près de 45!% et risquerait de
marginaliser Free. « Dans aucun pays du
monde, le deuxième et le troisième d’un marché mobile n’ont fusionné », relève un banquier. Il faudrait donc prévoir des
« remèdes » contre les atteintes à la
concurrence, tels que la revente d’un des
deux réseaux mobiles et d’une partie des
fréquences, qui pourraient limiter l’intérêt
de l’accord et surtout retarder sa mise en
œuvre effective, une incertitude juridique
qui déplaît fort au conseil de surveillance
de Vivendi. Même en se mariant avec le
quatrième opérateur, Free, SFR deviendrait numéro un du mobile devant
Orange, mais aussi numéro un dans le
fixe, laissant planer le risque d’un duopole
affaiblissant Bouygues Telecom, déjà
considéré comme l’homme malade du
secteur, bien qu’il soit redevenu légèrement bénéficiaire en 2013.
AVEC NUMERICABLE, SFR
FAIT L’ÉCONOMIE DE 1,2 MDS
A contrario, un rapprochement avec
Numericable ne poserait pas de grave problème de concurrence et obtiendrait facilement un feu vert réglementaire. Le
câblo-opérateur est à peine présent dans
la téléphonie mobile, en tant qu’opérateur
virtuel (MVNO) sur les réseaux de
Bouygues et de SFR : il propose des
forfaits uniquement à ses abonnés et
compte 170!000 lignes. Même dans le fixe,
sa part de marché dans le haut débit est
modeste, de l’ordre de 5!%, quand SFR se
situe à 25!%, au troisième rang derrière
Free. Numericable est même derrière
Bouygues Telecom, arrivé tardivement
dans le fixe, qui vient de passer le cap des
2 millions d’abonnés à sa Bbox, dont
360!000, parfois sans le savoir, sont en fait
sur le réseau du câblo-opérateur. En
revanche, il est le leader du très haut débit
(plus de 30 mégabits par seconde), avec
1,3 million de clients, loin devant Orange,
à 320!000, et SFR, à 197!000.
À base de fibre optique jusqu’au pied des
immeubles et de câble coaxial ensuite, le
réseau rénové du « câblo » est en fait quasiment vide : il dessert environ 10 millions
de foyers raccordés en France mais ne
compte que 1,6 million d’abonnés, dont
une partie sous marque blanche Bouygues
et d’autres seulement à la TV. Il souffre
de la concurrence des offres couplées
ADSL-mobile moins chères des opérateurs intégrés (le quadruple play, comme
Open d’Orange), mais aussi d’une image
de marque durablement affectée par les
perturbations intervenues au moment de
la fusion de Noos et de Numericable en
2005-2006 (service clients aux abonnés
absents, erreurs de facturations, etc.). On
comprend mieux la détermination de
l’actionnaire de Numericable (lire ci-
I 9
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
PATRICK DRAHI, LE MILLIARDAIRE
PAR QUI LA CONSOLIDATION ARRIVE
C
’
Jean-René
Fourtou,
président du
conseil de
surveillance de
Vivendi, maison
mère de SFR,
serait prêt
à signer avec
Numericable.
© PIERRE VERDY / AFP
contre) à récupérer une marque comme
SFR pour mieux remplir ses tuyaux. Il
envisage même la disparition de la marque
Numericable. De son côté, s’il se mariait
avec le câblo-opérateur, SFR ferait l’économie d’une partie des 1,2 milliard d’euros
de frais de dégroupage et d’interconnexion qu’il paie à Orange chaque année
et arrêterait de déployer de la fibre
optique (150 millions par an). Il se renforcerait aussi sur le marché des entreprises
avec l’apport de Completel, mais le mobile
ne serait plus la priorité.
LA QUESTION DE L’EMPLOI,
CRUCIALE MAIS PAS DÉCISIVE
Reste la question épineuse, cruciale, de
l’emploi. Vivendi affirme que l’un des critères de choix entre les offres, outre les
aspects financiers (valorisation, partie en
cash, durée de conservation des parts
dans l’entité fusionnée), la gouvernance
équilibrée et le projet industriel, sera
« l’absence de casse sociale ». Or, SFR
compte environ 9#000 salariés, comme
Bouygues Telecom, qui est « presque le
doublon exact de SFR : tous les services, marketing, finance, informatique, sont en
double », relève une source interne. Reçu
par François Hollande, Martin Bouygues
a fait valoir sa « tradition de dialogue social,
sa culture aux antipodes du cost-cutting à
tout va », et pris des engagements sur
l’emploi et sur l’investissement, dans la
fibre et les fréquences mobiles. Le groupe
Numericable, qui emploie 2#400 personnes, présente moins de doublons, mais
LES GRANDS
ACTEURS
TÉLÉCOMS
FRANÇAIS
son actionnaire a procédé à des plans
sociaux massifs au moment du rachat de
Noos, notamment en 2005. Également
reçu à l’Élysée, Patrick Drahi, dont le statut de résident fiscal suisse alimente les
craintes et les fantasmes, a tenté de rassurer sur ses intentions et s’est engagé à
ne pas licencier. Il a même joué la carte
du patriotisme économique, cher à
Arnaud Montebourg, en affirmant qu’il
aurait recours à des industriels français
comme Alcatel-Lucent ou Technicolor.
Le gouvernement a transmis à Vivendi ses
« préoccupations », l’emploi, la capacité à
investir dans l’outil industriel et la qualité
du service aux consommateurs, sans exprimer officiellement de préférence. Mais il
pencherait plutôt pour un attelage SFRBouygues, qui recèle la promesse d’un marché assaini du mobile. Il se défend de toute
velléité de « Meccano » industriel, d’ingérence dans la vie des affaires d’entreprises
privées, mais stratégiques, dans un secteur
fortement régulé. L’Autorité de la concurrence sera « l’arbitre impartial » de cette
recomposition du secteur, le gendarme des
télécoms, l’Arcep étant consulté. Mais, in
fine, le conseil de surveillance de Vivendi
reste souverain et devra trancher entre
intérêts de court terme, la rentrée de cash
pour les actionnaires, et vision de long
terme, l’avenir de SFR. Il se dit que le président du conseil, Jean-René Fourtou,
serait prêt à signer avec Patrick Drahi, mais
que Vincent Bolloré, premier actionnaire
et membre du conseil, ne serait pas aligné
sur cette position… La réaction des marchés financiers pourrait aussi peser sur la
décision. Q
est un homme
discret, peu connu
du grand public.
Pourtant, Patrick Drahi
commence à apparaître
à la une des journaux
économiques, en raison
de sa cour empressée
auprès de SFR et de sa
maison mère Vivendi. On
parle même de lui dans la
presse internationale : il
vient de faire une entrée
remarquée dans le
palmarès 2014 des
milliardaires du monde de
Forbes. Avec une fortune
estimée à 6,3 milliards
de dollars par le magazine
américain, il s’est hissé
directement au 215e rang
mondial et au 14e rang
en France. Soit devant les
frères Martin et Olivier
Bouygues (17e) – auxquels
il espère bien damer le
pion aussi sur le dossier
SFR – juste derrière
Vincent Bolloré (13e),
le premier actionnaire
de Vivendi (un peu plus
de 5 % du capital). Mais
encore loin derrière
Xavier Niel, le fondateur
et actionnaire majoritaire
de Free (8e rang avec
8,2 milliards de dollars).
Sa fortune est apparue
au grand jour du fait de
l’introduction en Bourse,
à Amsterdam fin janvier,
d’Altice, une holding de
droit luxembourgeois
dans laquelle il a logé tous
ses actifs de télécoms, ses
40 % dans Numericable,
le câblo belge Coditel
et le portugais Cabovisao,
l’israélien Hot, Outre-Mer
Telecom, la filiale
d’Orange en République
dominicaine qu’il vient de
racheter pour 1,1 milliard
d’euros, révélant ainsi le
petit empire du câble qu’il
a constitué en quinze ans.
entre Genève et Tel-Aviv,
a été l’artisan de
la consolidation du câble
en France. Il a cru
au potentiel du câble, à
un moment où il était
le seul après le désastre
du plan Câble en France,
rachetant une kyrielle
d’acteurs régionaux
au début des années
2000 – Est Vidéo, France
Télécom Câble, TDF
Câble, NC Numericable,
Noos-UPC – et plus tard
l’opérateur entreprises
Completel. En menant
des restructurations
drastiques et en prenant
le risque d’endetter
considérablement
la structure, au travers de
LBO (leverage buy outs)
successifs. Souvent décrit
comme un homme
de « coups », un brillant
financier sans état d’âme,
obsédé par les cash-flows,
Patrick Drahi est « un
passionné, grand bosseur,
assez timide, qui n’aime
pas les dîners en ville »,
selon son ami le banquier
Bernard Mourad, de
Morgan Stanley. Secret,
goûtant peu les médias,
l’homme au tempérament
méditerranéen, qui
ne manque pas de réseau
dans le monde des
affaires, a compris qu’en
partant à l’assaut de SFR,
« le deal de sa vie » selon
son ami, il devait livrer
quelques confidences
dans des portraits plutôt
flatteurs racontant son
ascension discrète.
Portraits d’un magnat du
câble moins flamboyant
qu’un John Malone, le
milliardaire américain
dont le groupe Liberty
Global rachète à tours de
bras des actifs du câble
en Europe.
Patrick Drahi peut se
targuer d’avoir redressé
l’entreprise, aux marges
enviables, mais pas
d’avoir restauré l’image
de la marque. Sa vision
d’industriel, consistant
à moderniser le réseau
câblé en déployant de
la fibre optique, jusqu’au
pied des immeubles, s’est
révélée payante : il a
réussi le pari de relancer
la hausse du nombre
d’abonnés, certes encore
modeste, grâce au très
haut débit et à une
nouvelle Box, bien classée
dans les comparatifs des
sites spécialisés. Il a aussi
eu du flair. Il vient
d’introduire en Bourse
Numericable et Altice, à
un moment où les
investisseurs sont très
friands des actifs du câble
et misent sur la poursuite
des fusions dans
le secteur en Europe. Q
Patrick Drahi
est le premier
actionnaire
de Numéricable,
qu’il vient
d’introduire
en Bourse… au
moment où
les investisseurs
misent
sur le secteur.
Né à Casablanca, arrivé
en France, à Montpellier,
à l’âge de 15 ans, avec ses
parents profs de maths,
cet X-Telecom de 50 ans,
vivant depuis des années
(Iliad)
© OLIVIER LABAN-MATTEI/
AFP
Group
(France)
CLIENTS MOBILES
26,7 millions
21,3 millions
11,1 millions
8 millions*
170 000 (MVNO)**
CLIENTS HAUT DÉBIT
10 millions
5,2 millions
2 millions
5,6 millions
1,6 million
CHIFFRE D’AFFAIRES
41
10,2
4,6
3,7
1,3
30,8 % (36% France)*
27 %
18,8 %
31 %*
47 %
20 à 25*
12 à 15*
4 à 5*
10
3,7
9 000
9 092
6 800
2 000
en milliards d’euros
MARGE EBITDA***
VALORISATION
en milliards d’euros
EFFECTIFS
*
Estimations des analystes
(dont 21 Mds
pour la France)*
80 000
**
Opérateur de réseau mobile virtuel
***
Bénéfices avant intérêts, impôts et amortissements
Source : sociétés.
10 I
ENTREPRISES
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
L’un des cinq
automates
BAGXpress
d’enregistrement
des bagages en
libre-service déjà
opérationnels
à Orly.
Dès la carte
d’embarquement
scannée, le
bagage est pesé,
identifié par
code-barres
et envoyé
vers l’avion.
© ALSTEF
CHANGER
Bientôt on enregistrera
soi-même son bagage
Le leader français des systèmes de convoyage de bagages dans les aéroports
a surmonté la crise grâce à l’innovation. Avec ADP, Alstef a mis au point un automate
révolutionnaire qui permet au passager d’enregistrer lui-même ses valises.
U
ne bonne part des valises
qui transitent dans les
aéroports ou des boîtes de
conserve qui engorgent les
entrepôts alimentaires a de
bonnes chances d’être passée par les équipements d’Alstef Automation. La PME
orléanaise est en effet devenue le leader
français de ces deux marchés : les systèmes automatisés pour la logistique et les
solutions de manutention et de convoyage
de bagages pour l’aéroportuaire. Les deux
activités pèsent aujourd’hui le même
poids, même si l’aéroportuaire génère
30"% de son activité à l’international. Mais
c’est avec l’innovation, et notamment le
lancement en 2013 d’un système d’enregistrement automatique des bagages, que
l’entreprise dirigée par Pierre
Marol a pu surmonter la crise.
Ancienne division d’ Alstom,
euros, c'est le montant du crédit
reprise par une
d’impôt recherche dont a bénéficié
société de capiAlstef en 2013, pour un investissement
tal-risque britantotal en R&D de 500 000 euros.
n i q u e , A l s te f
Automation n’a
acquis sa liberté
qu’en 2006, via un LBO associant le PDG,
des cadres et une partie du personnel.
« Depuis cette date nous avons toujours
gagné de l’argent malgré quelques trous
d’air », pointe le PDG.
De 40 millions en 2009, son chiffre d’affaires était en effet descendu à 28 millions
en 2012 avant de remonter à 32 l’année dernière. La crise est désormais effacée avec un
PAR JEANJACQUES
TALPIN,
À ORLEANS
76000
objectif de 40 millions en 2014, un carnet de
commandes de dix à douze mois et un effectif stabilisé à 170 salariés. En fait, Alstef est
avant tout un bureau d’études qui conçoit
et intègre les différents ensembles de ses
process : « Nous sommes une machine à
matière grise », insiste le PDG. Une grande
partie de l’effectif est d’ailleurs constituée
d’ingénieurs et de techniciens supérieurs
puisque la construction elle-même des
machines est sous-traitée.
Pour l’aéroportuaire, les compétences
d’Alstef interviennent dès que le passager
pose sa valise au comptoir d’enregistrement. C’est alors qu’intervient l’intelligence embarquée pour la détection d’explosifs ou d’objets dangereux, ainsi que le
tri par destinations, avec convoyage par
chariots communiquant en WiFi. Les logiciels Alstef commandent les systèmes
mécaniques et dialoguent en temps réel
avec l’informatique des compagnies et des
aéroports pour assurer la sécurité, mais
aussi la traçabilité des bagages et éviter
leur perte.
DES AUTOMATES ADAPTABLES
AUX BESOINS DES CLIENTS
Malgré son intelligence, ce process sera
peut-être un jour dépassé : après l’enregistrement automatique des passagers, place
désormais aux automates capables de
gérer les valises en moins de trente
secondes. En partenariat avec ADP, Alstef
a ainsi développé le BAGXpress, automate
qui permet au passager d’enregistrer luimême son bagage : dès la carte d’embar-
quement scannée, le bagage est pesé, identifié par un code-barres et convoyé vers
l’avion. Le contrat de codéveloppement
avec ADP a porté sur la réalisation de cinq
automates installés à Orly : ADP est titulaire du brevet tandis qu’Alstef a assuré la
conception mécanique et électronique en
y consacrant près de 500"000 euros sur
fonds propres et aides Oséo.
La PME mise sur la vente d’une centaine
de machines pour rentabiliser l’investissement. « Tout le monde en est satisfait, les
clients, la compagnie et les gestionnaires de
l’aéroport », se réjouit Pierre Marol. Mais
ADP, qui devait passer une commande de
20 machines pour Roissy retarde encore
sa décision, ce qui impacte la commercialisation de BAGXpress à l’international.
Le PDG refuse pourtant d’afficher du pessimisme : « Notre produit est technologiquement fiable, rapide et innovant, il représente
l’avenir dans un secteur qui reste en développement. » Cela étant, l’automate est coûteux – près de 150"000 euros – alors que
les aéroports se tournent vers des systèmes low cost. Alstef s’est donc résolu à
sortir, sans l’aide d’ADP, son propre système « BAGXpress lite », moins cher et
moins encombrant qui a notamment été
vendu à Montréal et à Istanbul. L’innovation doit donc porter ses fruits : « Nous
gagnons avec notre technologie, mais aussi
notre réactivité, nos solutions de maintenance
et de process toujours adaptées à la taille et
aux besoins des clients. »
LA MUTATION LOGISTIQUE,
L’AUTRE ATOUT
L’aéroportuaire assure aujourd’hui la quasitotalité des ventes à l’international et un
tiers de l’activité globale. La reprise de la
maintenance du convoyage du terminal T1
de Roissy (avec 20 emplois à créer) va
encore accentuer le poids de l’aéroportuaire. Mais pas question pour autant
d’abandonner l’activité « historique » : la
conception de systèmes de manutention et
de stockage logistique « grande hauteur ».
Considérée encore récemment comme
mature et à faible potentiel de développement, la logistique est pourtant appelée à
une croissance rapide pour cause de changement de modèle de la grande distribution.
La multiplication des drives et des petits
points de vente en ville provoque l’engorgement des flux dans les plates-formes de
préparation de commandes. La logistique
encore conventionnelle de la grande distribution doit donc passer au stade de l’automatisation et de la robotisation.
Alstef a ainsi intégré dans son process un
robot polyarticulé qui peut manipuler
simultanément sur une même palette de
1 à 4 colis à la cadence de 900 colis/heure,
3 à 4 fois plus rapide qu’un opérateur. La
conception de ces systèmes robotisés suppose des algorithmes élaborés. « C’est une
logistique compliquée avec des flux très importants, mais de petites quantités à traiter en
juste-à-temps ce qui correspond parfaitement
au savoir-faire d’Alstef dans l’intelligence logicielle et robotique », résume Pierre Marol.
Leader en France sur ce marché, Alstef
doit affronter la concurrence, d’abord
allemande qui, après avoir automatisé la
logistique outre-Rhin, pourrait bien
débarquer en force dans l’Hexagone.
« On ne se laissera pas dévorer, réplique le
PDG. Il faut donc innover en apportant créativité, capacité d’engineering, de sur-mesure
et d’innovation technologique. »
En plus de ses propres forces, Alstef
compte aussi sur les aides publiques : la
PME a reçu l’an passé 76"000 euros de
crédit d’impôt recherche sur une enveloppe R&D de 500"000 euros. Un appui
devenu indispensable pour préparer les
prochaines générations d’équipements
automatisés et robotisés. Q
LA PME VEUT DEVENIR UNE ETI
N
«
ous sommes trop petits
pour certains marchés,
résume Pierre Marol.
Nous sommes confrontés à des
concurrents, notamment allemands,
qui sont des ETI de 500 salariés
à 1 milliard d’euros d’activité.
Contre ces groupes dix fois plus
gros que nous, il est difficile
de lutter. »
C’est pourquoi Alstef cible
le marché des aéroports à taille
humaine, de petite et moyenne
capacité en France, en Europe
et dans des pays cibles en Afrique,
Turquie ou Canada. Pour autant,
Alstef aimerait grandir, grossir et
nourrir de nouvelles ambitions
par la croissance externe. Pour cela
le capital a été ouvert à deux fonds
de capital-risque dépendants
du Crédit mutuel-CIC et de la
Société générale qui en ont pris
20 % du capital.
« Nous avons les moyens financiers
de prendre de la taille, assure
Pierre Marol. Encore faut-il trouver
une ou des cibles appétissantes
et qui donnent du sens industriel
et commercial à Alstef. » QJ.-J.T.
I 11
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
ÉVOLUER
Lemaitre Demeestere
rend un avenir au lin
Le choix récent
de l’entreprise
de se spécialiser
dans le lin, en
visant le haut
de gamme et
l’international,
lui permet
de réaliser
déjà 20 %
de ses ventes
hors de France
L’une des plus anciennes entreprises textiles de France
s’impose à l’international en misant sur le haut de gamme
made in France et la créativité. Avec l’aide du MIT de Boston.
E
n 2008, quatre jours avant la
faillite de Lehman Brothers,
Olivier Ducatillion rachetait le
tisseur Lemaitre Demeestere
installé depuis 1835 à Halluin,
près de Lille. L’année suivante, les ventes
chutaient de 30!%. Il fallait donc que l’entreprise trouve un nouvel élan.
Avant la crise, elle fabriquait des tissus
d’ameublement en fibres naturelles sur le
segment moyen et haut de gamme, ainsi que
des tissus en polylaine pour les marchés
publics. La PME décide alors de se retirer
des marchés publics, ne pouvant lutter
contre les concurrents venus des pays à
faible coût de main-d’œuvre. Et elle se spécialise dans le lin, en visant le haut de
gamme et en misant sur l’international.
Forte de ce nouveau positionnement,
Lemaitre Demeestere voit ses ventes
repartir à la hausse. En 2013, le chiffre
d’affaires remonte à 4,5 millions d’euros
avec un effectif de 30 personnes dont 23
en production. Alors qu’elle n’avait jamais
été positionnée à l’export, la PME réalise
20!% de ses ventes hors de France, pour
l’instant principalement en Europe et aux
États-Unis. « Je vise les 50!% dans les trois
ans à venir », avance OIivier Ducatillion
alors qu’il se prépare à partir en prospection aux Émirats.
UN SAVOIR-FAIRE PRESQUE
UNIQUE AU MONDE
Toutes les collections sont produites à
Halluin et l’ennoblissement sous-traité
dans un rayon de 20 km autour de l’usine
nordiste. « Nous sommes passés maîtres
dans le tissage de gros fils de lin. Certains de
nos tissus pèsent 1,1 kg au mètre carré tout
en ayant un tombé très souple et une sensation douce au toucher. Nous ne sommes que
deux ou trois dans le monde à savoir le
faire », détaille le patron de Lemaitre
Demeestere. Commercialisé depuis deux
ans, après une année de mise au point, ce
type de tissu est devenu une des signatures de l’entreprise. Pas de risque de se
voir concurrencer là-dessus par des entreprises asiatiques ou du Moyen-Orient.
Membre de l’Union des industries textiles
(UIT), président du Club Masters of
Linen qui regroupe une trentaine de filateurs, tisseurs et tricoteurs européens,
président du Centre de formation CIAGafit de Tourcoing, Olivier Ducatillion
fait feu de tout bois pour maintenir et
développer les savoir-faire des industriels
du lin en Europe. Un engagement qui le
place aussi en première ligne pour détecter les initiatives collectives pouvant profiter à son entreprise.
La PME participe ainsi au programme de
recherche et d’innovation « Tech &
Design » lancé par le réseau national
R3iLab d’innovation immatérielle pour
l’industrie dans le monde du textile, de la
mode et des activités connexes.
L’occasion pour elle de réfléchir sur un
nouveau produit avec des designers, en
l’occurrence ceux de l’agence Sismo
Design. Les échanges ont démarré en 2012
et se sont poursuivis jusqu’à donner naissance à un rideau en lin à la fois voilage
© DR
PAR
GENEVIÈVE
HERMANN
À LILLE
et occultant dont la commercialisation va
prochainement démarrer.
« En visitant l’usine d’Halluin beaucoup de
nos a priori sur l’industrie textile française
sont tombés. Nous nous sommes retrouvés
devant des machines très performantes et un
savoir-faire technique très pointu », raconte
Frédéric Lecourt, designer cofondateur de
Sismo Design.
C’est d’ailleurs à partir de la connaissance
des outils de production de Lemaitre
Chiffre d’affaires HT
74,9 Md€
Résultat
opérationnel courant
2 238 M €
+2%
+ 9,8 %
à taux de change constants
à taux de change constants
Demeestere que l’agence a eu l’idée de
créer un rideau multifonctions.
En mars 2013, toujours dans le cadre du
R3iLab, Olivier Ducatillion a participé à
un voyage d’étude au MIT (Massachusetts
Institute of Technology) à Boston. Il y a
trouvé de nouvelles pistes de développements, porteurs de valeur pour son entreprise. « En partenariat avec une société
française de distribution, nous allons faire
appel à un chercheur du MIT pour sortir un
nouveau produit d’ameublement à base de
lin », confie l’entrepreneur.
En juin 2013, la PME a été labellisée
Entreprise du patrimoine vivant. Et le
16 janvier 2014, Olivier Ducatillion a été
promu au grade de chevalier de l’Ordre
national du Mérite sur proposition du
ministre du Redressement productif. Il
vient d’ouvrir un magasin d’usine et lancé
un site Internet marchand, histoire de
bien ancrer le lin dans le xxie siècle. Q
RÉSULTATS ANNUELS 2013 : UNE DYNAMIQUE DE CROISSANCE
Forte progression des résultats du Groupe
Europe : croissance du résultat opérationnel courant de +11,3 %
Résultat net
des activités
poursuivies,
part du Groupe
949 M €
x 6,3
Dividende
proposé
à l’AG
du 15 avril 2014
0,62 €
France : progression dans tous les formats
• Retour à la croissance organique hors essence du chiffre d’affaires : +1,0 %
• Amélioration de l’image-prix, augmentation de la satisfaction des clients, hausse des débits
• Forte hausse du résultat opérationnel courant : +30 %
Autres pays d’Europe : rebond au second semestre
• Redressement très sensible des performances au second semestre en Europe, particulièrement en Espagne
Pays émergents : croissance du résultat opérationnel courant de +8,5 %
• Progression remarquable des ventes organiques au Brésil et en Argentine, où Carrefour conforte sa position
de leader dans l’alimentaire
• Accélération de la croissance organique en Asie, où Carrefour poursuit son expansion
Reprise des investissements et renforcement de la structure financière
• Investissements de 2,2 Md€, en hausse de +44 %
• Amélioration de 10 % du ratio d’endettement à 1,1x
• Baisse de la dette nette de 203 M€, à 4,1 Md€
Progression du dividende
• Dividende proposé en hausse : 0,62 € par action, payable en numéraire ou en titres
357 000 collaborateurs
34 pays
10 000 magasins sous enseigne
12 millions de clients par jour
Relations actionnaires
actionnaires@carrefour.com
12 I
ENTREPRISES
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
L’innovation est (aussi)
une affaire de femmes
ANTICIPER
La faible place laissée aux femmes dans les postes de direction des entreprises françaises est souvent
pointée du doigt. Elles sont encore plus modestement représentées dans les métiers de l’innovation :
17 %, selon l’association des femmes ingénieurs de France. Et pourtant, elles méritent mieux, beaucoup
mieux. Et pas seulement parce que l’innovation est l’affaire de tous. La preuve par quatre.
L
es femmes sont à l’honneur un jour
par an, le 8 mars, mais elles luttent,
innovent et marquent la société de
leur empreinte tous les jours, dans
tous les domaines. On les dit intéressées par le « care », les services à la personne, et
c’est vrai. Mais elles sont passionnées par bien
d’autres sujets, apanage des hommes jusqu’à il
n’y a pas si longtemps : la science, le management, le high-tech. Et, contrairement à eux, qui
seraient avant tout guidés par l’ambition, les
femmes seraient portées, elles, par une mission.
Celle de faire progresser la recherche contre le
cancer, comme le fait Geneviève Almouzni, première femme, depuis une autre, Irène JoliotCurie, à diriger le centre de recherche de l’Institut Curie. Celle d’affranchir, avec les outils de
PAR LYSIANE
J. BAUDU
@LysBaudu
notre époque, comme le crowdfunding, les
femmes d’autres pays, telle Lindsey NefeshClarke, la fondatrice du Women’s Worldwide
Web, basé à Paris. Elles militent aussi, comme
Corinne Colson Lafon, fondatrice et PDG de
Steam’O, société spécialisée dans la gestion
immobilière et la maintenance technique, pour
un nouveau style de management, incorporant
des valeurs dites « féminines ». Et elles vivent
leur passion pour le bien de tous, comme
Meghan Conroy, qui a transformé la photographie en une technologie permettant de mieux
diagnostiquer les symptômes de certaines maladies. Oui, les femmes que nous avons choisies,
parmi de nombreuses autres, ont une mission,
celle d’innover pour faire évoluer la société, partout dans le monde, et la rendre meilleure. Q
Cette physiologiste américaine a créé une application
qui transmet photographies et vidéos des patients
aux médecins, pour les renseigner sur les symptômes,
comme ceux de l’épilepsie.
© BLINK CORTE MADERA
C
’
est à Paris que lui est venue l’idée de « captureproof ».
La physiologiste américaine Meghan Conroy avait déjà
depuis longtemps quitté la ferme familiale de l’Illinois,
où elle est née, pour bourlinguer de la Californie à Hawaï
et travailler pour de grands laboratoires pharmaceutiques, quand,
un jour de pluie sur San Francisco, elle a décidé de changer radicalement d’orientation. Direction Paris et un diplôme de photographie!! Puis ce sera la Zambie, où elle débarque pour son projet
de fin d’études. Au Polaroid, elle y photographie des centaines
de familles. L’expérience, surtout avec des femmes porteuses du
VIH, la touche profondément. Au hasard d’une rencontre, elle
documente ensuite, pendant plus de trois ans, des essais cliniques
à travers l’Europe, en photographiant les patients. Et, en 2010, une
idée commence à germer : quand les parents paniquent lorsqu’un
enfant fait, par exemple, une crise d’épilepsie, pourquoi ne pas
transmettre une photo!? Le médecin traitant peut ainsi voir exactement ce qui se passe et agir. Un an et demi plus tard, captureproof était – presque – lancé…
« C’était trop compliqué de monter la société en France,
explique Meghan Conroy. Une start-up doit être rapide,
flexible et pas chère. » Autant d’éléments absents du paysage
français, selon elle. Elle rejoint donc Techstars, un incubateur de Chicago, et affine son modèle : photos et vidéos
de tout le corps peuvent être transmises instantanément
aux médecins, et connectées au dossier médical électronique du patient, pour un diagnostic plus précis et plus
rapide, le tout via des applications sur téléphone mobile.
Les grands acteurs médicaux apprécient ces nouvelles
données, qui facilitent la vie des patients et des médecins, sans oublier les économies réalisées. Meghan lève
1 million de dollars auprès d’investisseurs. Les
femmes sont bien représentées. « Elles sont guidées non
pas par l’ambition, mais par une mission », assure
Meghan Conroy. C’est son cas. Baroudeuse, entrepreneuse, elle veut avant tout « avoir un impact » sur la
société. Q
© MARIE-AMÉLIE JOURNEL
MEGHAN CONROY
Le diagnostic dans l’objectif
LINDSEY NEFESH-CLARKE
L’émancipation par le don
Tête bien faite et volonté de fer, cette Anglaise basée à Paris
utilise les dernières innovations pour donner des moyens,
et du pouvoir, aux femmes à travers la planète.
J
«
e n’ai pas choisi, j’ai été choisie », assure Lindsey Nefesh-Clarke, avec
la force qui la caractérise. Par qui!? Par les filles et les femmes
qu’elle a rencontrées, en Afrique et en Asie, et qui, malgré une
situation désespérée, dans les bidonvilles ou les campagnes démunies, affichent une incoyable résilience. La fondatrice et directrice générale
de W4 (Women’s WorldWide Web), plate-forme de financement participatif
des projets locaux œuvrant à l’émancipation féminine dans le monde, a dû
elle aussi s’accrocher, dans une famille anglaise difficile, à Manchester. « Je
me suis échappée par les études », dit-elle. Elle apprend le français à Cambridge,
en faisant de petits boulots pour survivre. Elle étudiera ensuite la microfinance auprès de la Grameen Bank, au Bangladesh, puis fera un executive
MBA à l’ESCP Europe. Son premier choc a lieu en Guinée équatoriale, où elle
rédige un rapport sur la violation des droits humains pour Amnesty International, à la fin de ses études britanniques. Ensuite, elle part à New York,
travailler pour Human Rights Watch, puis en Côte d’Ivoire, pour l’Unicef.
Nouvelle prise de conscience : « J’ai vu le pouvoir de l’éducation – en particulier
pour les filles », affirme-t-elle. Elle revient en France où elle s’est installée pour
travailler avec l’ONG Enfants d’Asie. S’il est déjà clair pour elle qu’elle se
consacrera à l’empowerment des damnées de la terre, elle comprend, dans les
pays émergents découvrant la technologie mobile, « qu’il existe aujourd’hui
une occasion unique de changer les choses, en partant des initiatives locales et en
innovant », assure-t-elle. La plate-forme W4 canalise l’argent récolté grâce au
crowdfunding vers des initiatives comme l’achat de kits d’hygiène pour les
parturientes, de moustiquaires, de manuels scolaires. Avec une traçabilité
sans faille pour les « investisseurs sociaux » qui l’accompagnent. Ses prochains projets!? Une plate-forme d’e-mentoring, grâce au soutien de la Fondation Raja, et un marché online, pour vendre des produits conçus par des
créateurs et réalisés par des femmes, à travers le monde. Q
I 13
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
SOIGNER L’ÉCONOMIE PAR LES FEMMES
C
’
© MARIE-AMÉLIE JOURNEL
est l’une des femmes les plus
puissantes du monde, Christine
Lagarde, directrice générale du Fonds
monétaire international, qui le dit : si la
participation des femmes au marché de
l’emploi augmentait, cette évolution induirait
un bond de la richesse mondiale. C’est vrai
pour la France, qui affiche une participation
de 60 % (contre 68 % pour les hommes, selon
l’OCDE) : la croissance du PIB gagnerait 4 %
à horizon 2020. La progression serait encore
plus sensible aux États-Unis (5 %), au Japon
(9 %) ou en Égypte (34 %). Et certains calculs
sont plus optimistes encore, offrant à l’Europe
entre 15 et 45 % de croissance supplémentaire
si la participation des femmes à l’économie
était égale à celle des hommes.
CORINNE COLSON LAFON
Le management pour l’humain
Fille de la campagne, elle connaît la valeur du travail, mais aussi celle
de l’écoute, pour gérer ses équipes avec l’intelligence du cœur.
A
près « trois ans de bagne » et une
carrière déjà bien remplie, être
chef d’entreprise ne l’effraie pas.
« Le bagne » auquel fait référence Corinne Colson Lafon, présidente
de Steam’O, une société d’exploitation
immobilière, ce sont ses prépas – que cette
fille d’agriculteurs de l’Yonne a trouvées…
« dans les Pages jaunes » –, puis Centrale
Paris. De 6 heures du matin à minuit, elle
étudie – pendant trois ans. Bourreau de
travail, certes, mais aussi fan, et femme,
de « la vraie vie ». « J’ai eu la chance d’avoir
des mentors », dit-elle. Un prof qui a cru en
cette bonne élève, un patron, à Gaz de
France, où elle a commencé sa carrière,
qui a accepté que l’entreprise finance son
MBA, à Carnegie Mellon, en Pennsylvanie.
C’est à son retour qu’elle se frotte au terrain, dirige des hommes deux fois plus
âgés qu’elle et s’impose auprès des syndicats. Un apprentissage au cours duquel ses
qualités personnelles – humilité, authenticité, sens pratique – font merveille. Pour
mieux réussir encore, elle se forme au
coaching. « J’adore développer les gens »,
sourit-elle. Puis le temps est venu de déve-
lopper son entreprise, puisque les enjeux
de pouvoir la minent. Elle lance donc
Steam’O en 2008. Stratégie et performance, certes, mais aussi, et peut-être
surtout, gestion humaine. « Je ne sais pas
s’il y a des valeurs de management féminines,
confie-t-elle, à part peut-être la capacité à
gérer les contraintes, professionnelles et personnelles. » Son équipe compte déjà une
centaine de personnes, mais Corinne Colson Lafon sait tout de ses salariés : qui a
un enfant en bas âge, un problème
d’argent, un grief vis-à-vis de l’encadrement. Et elle agit en conséquence, tout en
s’interdisant de juger. « Je prends du temps
pour expliquer, écouter les gens devant un
café, explique-t-elle. Un jour, j’ai même
amené mon fils bébé au comité de direction. »
Elle a aussi préféré ne pas s’appuyer sur le
seul réseau des centraliens pour recruter
et a imposé la diversité. Pas étonnant que
cette fan de l’intelligence émotionnelle
croie fermement que l’entreprise de
demain, celle qui emploiera la génération
Y, rétive à la hiérarchie traditionnelle et
soucieuse de sens, fera une vraie place à
l’humain. La sienne le fait déjà. Q
D’autres études – indiquant, par exemple,
qu’une masse critique de femmes dans les
instances de décision favorise la performance
des entreprises – devraient être de nature à
inciter les gouvernements, et les entreprises,
à agir. D’ailleurs, les initiatives se multiplient.
Et pourtant… le compte n’y est pas. L’Europe
n’affiche que 16,6 % d’administratrices (24 %
en France, grâce à la loi Zimmermann-Copé
sur les quotas). Les femmes n’y sont que 11 %
à faire partie du comité exécutif, là où se
prennent les décisions stratégiques, et 3,2 %
à diriger une grande entreprise… De même,
malgré des dispositifs en place sur l’égalité
salariale, les hommes gagnent encore, pour un
même travail et à qualifications égales, 16 % de
plus en moyenne que les femmes en Europe
(15,6 % en France et 22,3 % en Allemagne).
D’où viennent donc ces difficultés rencontrées
par les femmes au travail ? Les explications
vont de la ségrégation des secteurs – les
femmes ayant tendance à « choisir » les moins
porteurs, comme les services, et à se
désintéresser des autres, telles l’ingénierie et
la science (ces deux domaines ne comptant
que 32 % de femmes en Europe) – à la
sous-évaluation des compétences des femmes,
en raison des stéréotypes, en passant par le
temps partiel, choisi ou subi, sans oublier le
travail domestique, qui pénalise les femmes…
Le tout résultant, au-delà d’une moindre
croissance, en des taux de dépendance,
de précarité et de pauvreté plus élevés
chez les femmes, en particulier à la retraite.
Comment faire bouger ces lignes de
partage ? Les études, aussi incitatives
soient-elles, ne semblent rien changer, face
à l’« old boys’ club », dont les membres
préfèrent coopter ceux qu’ils connaissent :
d’autres « boys ». Les contraintes, de types
quotas, font en revanche leurs preuves :
dans les pays comme le Royaume-Uni,
où les femmes doivent compter sur la seule
bonne volonté des entreprises, la proportion
d’administratrices est moindre (17,3 %
dans les sociétés du FTSE). Pour autant,
la coercition ne peut pas tout : des lois
existent dans d’autres domaines – égalité
salariale et non-discrimination, entre
autres – sans impact majeur.
Les efforts de conscientisation doivent donc
se poursuivre dans toute la société : parents
et professeurs doivent lutter contre les
stéréotypes et inciter les filles à suivre
des études dans les domaines scientifiques.
Les spécialistes en ressources humaines
doivent « débiaiser » les descriptions de postes
excluant de fait les parcours féminins et
œuvrer à la promotion des salariées, tandis
que des efforts doivent être faits pour
désinhiber les femmes dans leur ambition
professionnelle. Sans oublier de sensibiliser
les hommes à autre chose que leur carrière…
Bref, à tous de comprendre que ce sont
les femmes qui pourront sauver l’Europe
et la remettre sur la voie de la croissance,
partagée par tous… et toutes ! Q
L.J.B.
Les femmes
s’orientent peu
vers les carrières
techniques et
scientifiques,
qui sont pourtant
des réservoirs
d’emplois.
©MONTY RAKUSEN /
CULTURA CREATIVE / AFP
GENEVIÈVE ALMOUZNI
L’art de la science
Cette spécialiste du génome est la première femme depuis Marie Curie
et sa fille Irène à occuper la direction de la recherche de l’Institut Curie.
© PEDRO LOMBARDI / INSTITUT CURIE
E
lle est impatiente, impérieuse,
même. D’ailleurs, en attendant
l’interview, Geneviève Almouzni
s’occupe à briquer son bureau. Un
bureau où trônent une grenouille en
peluche, symbole de ses recherches, et sa
guitare. « J’ai commencé toute petite et récemment j’ai demandé à un chercheur de faire une
“guitare talk” pour mes équipes », raconte-telle, enjouée.
Car Geneviève Almouzni, première femme
depuis Marie Curie et sa fille Irène à occuper la direction de la recherche de l’Institut Curie, est tout sauf une « polarde ».
Certes, elle était douée à l’école – « cela
m’amusait, mais cela n’allait pas assez
vite » – et lorsqu’elle a passé les concours
(Normale, Agro, Ponts…) elle les a tous
réussis. Mais c’est avant tout une créative.
Une femme qui sait et aime sortir des sentiers battus.
« Mes parents [une mère institutrice et un
père dans l’administration, ndlr], qui sont
venus d’Algérie en 1962, m’ont laissé la liberté de
faire ce que je voulais », dit-elle. Et ce qu’elle
voulait, c’était faire de la recherche médicale.
Après sa thèse à l’université Pierre-et-MarieCurie, puis un passage au centre de recherche
de Bethesda, aux États-Unis, elle revient en
France avec son fils et son mari – qui l’a tou-
jours soutenue – et postule pour le programme ATIP du CNRS, « qui permettait
l’accueil d’équipes venues du monde entier »,
précise-t-elle. L’inverse du mandarinat français en quelque sorte…
Mais c’est sur un « coin de paillasse », à
Curie, en 1994, qu’elle commence, seule, ses
recherches sur l’organisation du génome.
Elle monte une équipe internationale et se
retrouve bientôt à la tête d’une unité, puis à
la direction du centre de recherche. Un parcours remarquable qui lui a valu le prix européen Femmes de science, en 2013, et sa
nomination à l’Académie des Sciences.
« La société, et les hommes en particulier, doit
reconnaître que les femmes savent faire »,
déclare cette chef d’équipe, qui s’attache
toujours à fortifier la confiance des jeunes et
des femmes autour d’elle.
Les choses, évidemment, ne vont pas assez
vite pour elle, mais, en bonne scientifique et
en bel esprit pratique, elle sait que les résultats se font parfois attendre… Q
14 I
LE TOUR DU MONDE DE L’INNOVATION
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
De la pizza imputrescible
à la main bionique sensible
Chaque semaine, La Tribune vous propose de partir à la découverte
des petites et grandes innovations qui annoncent l’avenir.
ÉTATS-UNIS – Natick (Massachusetts)
I
ls ont trouvé le Graal. En tout cas,
c’est le nom qu’ils lui donnent. Des
chercheurs américains du laboratoire de recherche militaire de
Natick, dans le Massachusetts, ont
mis au point une pizza très longue conservation. Leur prototype se présente sous la
forme d’une part carrée, qui ne nécessite
ni congélation, ni réfrigération. Conservée
dans son emballage, la portion – au pepperoni – reste comestible pendant trois
ans. Elle est destinée aux soldats américains, qui réclamaient depuis près de
trente ans de la pizza dans leur ration alimentaire. Pour obtenir cette pizza presque
impérissable, les scientifiques ont dû ajouter du sucre, du sel et du sirop à la recette.
Ils permettent de combattre l’humidité de
la sauce tomate, du fromage et des garnitures. Et donc d’empêcher la formation de
moisissures. L’emballage contient du
métal qui absorbe les résidus
d’air. Selon les chercheurs, le
goût est « presque » le même
qu’une pizza classique. La
fraîcheur en moins.
©JAMIE THORPE / SHUTTERSTOCK.COM
Une pizza qui ne moisit
pas… pour les soldats
Mexique – Morelia
Un logiciel d’analyse
climatique ouvert à tous
Big data. Prévoir avec précision le temps
qu’il fera à un endroit précis dans quelques
jours ou quelques semaines peut se révéler
utile. Une équipe de scientifiques et de
professeurs mexicains a ainsi mis au point
un logiciel capable d’identifier les tendances
climatiques dont les informations sont
accessibles à tous. Babptisé Moclic
(Monitoring climate change), le logiciel
s’alimente des données enregistrées par les
stations météorologiques situées sur tout le
territoire. Il permet, par exemple, à un
agronome d’analyser la productivité de ses
semences par rapport aux données
pluviométriques, à un médecin de prévenir
les maladies saisonnières, à un agriculteur de
protéger ses cultures d’une tempête à venir,
ou encore aux collectivités de
connaître les tendances
saisonnières pour mieux réagir
à d’éventuels événements
climatiques extrêmes.
Royaume-Uni – Sheffield
Un détecteur de mensonges
pour réseaux sociaux
Réputation. Les réseaux sociaux sont une
mine d’or en termes d’informations, mais ils
peuvent aussi être utilisés pour répandre des
rumeurs. Pour faire le tri, des chercheurs
planchent sur un « détecteur de mensonges »
actif sur Twitter ou Facebook. Ce programme,
baptisé « Pheme », devrait pouvoir identifier
la fiabilité des sources grâce à un algorithme
complexe. Selon la directrice de l’étude, Kalina
Bontcheva, l’objectif est de vérifier en temps
réel les informations pour permettre aux
gouvernements, services de secours, médias et
entreprises de répondre plus efficacement à
des rumeurs infondées. Pour une marque, par
exemple, la moindre rumeur dégradant son
image peut être fatale en quelques heures.
Le projet doit identifier quatre types
d’informations : les spéculations,
la controverse, la fausse
information et la désinformation.
Ce projet pourrait se concrétiser
d’ici à la fin de 2015.
ESPAGNE – LeÓn
PLUS D'ACTUALITÉS
ET D'INFOGRAPHIES
SUR LATRIBUNE.fr
Transports. L’Union européenne va tester
en 2014 un nouveau dispositif de transport
public totalement autonome dans sept villes
européennes. La première sera León, en
Espagne (Castille). À partir du mois de mai,
une petite flotte de minibus électriques sans
chauffeur circulera dans la ville pendant
environ une semaine. L’objectif :
sensibiliser la population
à de nouveaux modes de
transports. Et la convaincre
d’abandonner la voiture…
©VCITYMOBIL2
©VLADISLAV GURFINKEL / SHUTTERSTOCK.COM
Des bus sans chauffeur
II 15
ÉNERGIE… TRANSPORTS DU FUTUR… INTERNET… BIOTECH…
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
SUISSE – Lausanne
CORÉE DU SUD – Changwon
Une main bionique
sensible
Un « Robot Land »
pour 2016
Robotique. En 2009, le gouvernement
sud-coréen avait révélé son intention de
construire un parc thématique entièrement
dédié à la robotique. La « ville robot » devait
initialement voir le jour en 2012. Finalement,
celle-ci devrait ouvrir ses portes en 2016.
Baptisée Masan Robot Land Park,
elle comprendra un véritable parc
d’attractions de 300 ha dédié au grand public.
Suivront, d’ici à 2018, des hôtels,
des résidences et des bâtiments entièrement
dédiés à la recherche dans
le domaine robotique. Le parc
coûtera 600 millions de dollars
sur un coût total de 1,23 milliard
de dollars.
© LIFEHAND2 / PATRIZIA TOCCI
Santé. Dennis Aabo Sorensen, qui a perdu
sa main dans un accident, a retrouvé les
sensations du toucher grâce à l’implantation
d’une main bionique. Une première mondiale,
selon les chercheurs suisses et italiens
à l’origine de l’opération. La prothèse est
équipée de capteurs qui réagissent à la tension
de tendons artificiels. Le système transforme
en courant électrique les informations émises
lorsque le patient manipule un objet. Grâce
à des algorithmes, des messages
peuvent être transmis aux quatre
électrodes greffées sur les nerfs
périphériques du bras du patient,
ce qui rétablit le sens du toucher.
ISRAËL – Tel Aviv
Un logiciel qui prévoit les
futurs virus informatiques
© INCHEON ROBOT LAND
Cybersécurité. Jusqu’alors, les virus
apparaissaient, les antivirus réagissaient. Liran
Tancman, ancien spécialiste de la cyberstratégie
dans l’armée israélienne, a remarqué que
toutes les attaques informatiques référencées
ont utilisé des composants déjà connus.
Autrement dit, aucun nouveau virus n’est
totalement indépendant des précédents. Fin
2013, par exemple, une attaque avait permis de
pirater 110 millions de cartes bancaires, mais le
virus n’était qu’une version actualisée d’un
programme malveillant déjà connu. Liran
Tancman a développé CyActive, un logiciel
capable de prévenir des centaines de milliers
de futurs dérivés de logiciels
malveillants en quelques heures,
puis de générer des détecteurs
aptes à affronter ces menaces
lorsqu’elles se présentent.
AUSTRALIE – Sydney
Des abeilles bardées
de microcapteurs
INDE – Manipal
Des caméras pour un
diagnostic sans contact
Un comparateur de prix
pour petites boutiques
E-commerce. Les petites boutiques en
ligne peinent souvent à se faire connaître.
Pour accroître leur visibilité, la start-up
Retail Tower a créé un comparateur de prix
qui permet aux marchands d’ajuster leurs
prix en temps réel sur 15 moteurs de
recherche différents, de Google à Amazon en
passant par Bing, The Find, GoShopping ou
SortPrice. Cette plate-forme offre aux petites
boutiques une meilleure visibilité par rapport
aux grosses marques. Retail Tower s’est
illustrée début février en
figurant parmi les finalistes
de la compétition internationale
de Start-up Seed Stars World, à
Genève.
Santé. Certaines maladies, qui nécessitent
une surveillance constante, peuvent
engendrer un dispositif contraignant pour le
patient à cause des fils, des risques
d’infection liés à la multiplication des tests
médicaux… Pour y remédier, le Xerox
Innovation Group a testé, à l’hôpital
universitaire de Manipal, en Inde, un
dispositif permettant de surveiller les signes
vitaux par des caméras. Ces caméras peuvent
calculer la température corporelle, le rythme
cardiaque de manière constante et sans gêner
le patient. Techniquement, la lumière émise
par les caméras pénètre la peau du patient
qui en retour fait apparaître
différentes informations
médicales. Les médecins
peuvent également scanner
à distance les patients.
©XEROX
GHANA – Accra
Recherche. Après les montres, bracelets,
lunettes et vêtements intelligents, une
équipe de chercheurs australiens a eu l’idée
d’utiliser le « wearable computing » sur des
abeilles. L’objectif : comprendre pourquoi
le nombre de ces insectes pollinisateurs
et porteurs de biodiversité ne cesse
de diminuer dans le monde. Ils ont mis au
point des microcapteurs pour étudier leur
comportement et affiner les connaissances
dans ce domaine. Au total, 5#000 abeilles
ont été équipées. Avec l’espoir
d’obtenir, d’ici à la fin de
l’année, de nouvelles pistes qui
pourraient permettre de
protéger cette espèce menacée.
SÉLECTION RÉALISÉE
PAR SYLVAIN ROLLAND
@SylvRolland
16 I
ENTREPRISES
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
INVENTER
Tiwal, un dériveur très gonflé
Lauréat d’un prix de l’innovation du concours « Boat of the Year 2014 » décerné par
le magazine Sailing World, le dériveur gonflable de Tiwal fait des adeptes. La PME
entre en phase d’industrialisation pour fournir ses clients français et internationaux.
L
es « voileux » purs et durs
feront peut-être grise mine,
mais Tiwal, le premier dériveur
gonflable, séduit un nouveau
@pplmedia35
marché de marins amateurs :
ceux qui, de toute façon, n’auraient pas
investi dans un bateau à voile classique,
plus contraignant en termes de préparation
ou d’entretien. Avec le Tiwal, ce public
friand de loisirs sportifs en famille dispose
d’un dériveur à coque gonflable de 3,20 m
pour une surface de voile de 5,20 m2 ou
7 m2. D’une charge utile de 180 kg maximum, soit un ou deux adultes et deux
enfants, il est également léger (50 kg) et
pliable : deux sacs de rangement suffisent
pour le placer dans le coffre d’une voiture.
« L’assemblage ou le
démontage du bateau
s’effectue en vingt
minutes. Le Tiwal est
idéal pour les urbains
désirant un bateau
euros. C’est le prix du dériveur
nomade et familial, tout
gonflable et pliable Tiwal, qui vise
en offrant une vraie
plutôt un public urbain et aisé.
qualité technique »,
assure Emmanuel
Bertrand, président de la société Tiwal basée
à Vannes (Morbihan). En 2013, cette entreprise de conception, de design et d’industrialisation de produits sportifs innovants et
gonflables a honoré plus de 60 commandes,
passées en direct via son site. Elle franchira
la barre des 200 bateaux vendus avant l’été
prochain. Ses premiers clients sont français,
russes et américains. Vendu à partir de
5!490 euros, le dériveur, conçu par la designer
PAR PASCALE
PAOLILEBAILLY,
À SAINT-MALO
Le Tiwal se range
dans le coffre
d’une voiture,
s’assemble
en vingt minutes
pour partir en
famille affronter
les flots.
5 490
© TIWAL
Marion Excoffon, vise un public de niche
mais plutôt haut de gamme.
Pour répondre à la demande, Tiwal, PME
fondée en août 2012, passe aujourd’hui à
une nouvelle étape de son développement.
Elle met actuellement en place un réseau
international de revendeurs, en Allemagne,
au Royaume-Uni, en Russie, en Chine et
aux États-Unis. Et elle se lance dans la
phase délicate d’industrialisation du produit. Dans cette optique, la petite structure
de deux personnes s’apprête à recruter un
ingénieur pour renforcer sa R&D et intervenir sur l’amélioration des procédés de
fabrication. Entre la conception du projet
et le lancement de ce premier produit, breveté et alliant aluminium et plastique,
Tiwal a accompli trois ans de tests et de
prototypage. « Nous assemblons à Vannes des
pièces issues de 40 fournisseurs dont les trois
quarts sont français, précise Emmanuel Bertrand. Pour fournir un bateau démontable,
solide et performant, nous avons inventé des
méthodes de travail qu’il faut adapter à un
mode plus industriel. Nous souhaitons aussi
travailler sur de nouveaux projets. »
Pour financer son stock et son développement, Tiwal bouclera début mars une levée
de fonds (montant non communiqué).
D’ici à 2015, l’entreprise espère quadrupler
sa production et s’ouvrir au marché professionnel : écoles de voile, loueurs, club
de vacances… Q
CRÉER
Du bois dont on fait les entrepreneurs
Cinq jeunes ingénieurs lancent une ligne d’articles de sport en bois : skates, skis, vélos…
Leur start-up In’Bô a déjà séduit le pays d’Épinal et attiré nombre d’investisseurs sur le Net.
PAR
PASCALE
BRAUN,
À METZ
S
urtout, garder la tête froide. Les
cinq fondateurs d’In’Bô sont
encore éberlués par le succès de
leur appel au financement participatif. En deux semaines, les jeunes
ingénieurs ont réuni 9!000, puis 25!000 euros
sur le site de crowdfunding Ulule. « Nous allons
pouvoir acquérir des machines-outils et lancer
dans les prochaines semaines la production de
lunettes, de vélos et de longboards en bois. Nous
envisageons à présent de porter l’appel à financement à 45!000 euros pour élargir notre gamme
de vélos aux VTT et lancer la fabrication de
skis », indique Aurèle Charlet, ingénieur, en
charge de la communication de la start-up.
Les longboards
en bois de
la start-up In’Bô
– « en forêt »,
en patois vosgien.
© LEO POL JACQUOT
UN VÉLO EN BAMBOU,
DES LUNETTES EN HÊTRE…
Avant même d’avoir déposé ses statuts, la
société In’Bô (« en forêt », en patois vosgien)
dispose déjà d’un atelier flambant neuf de
250 m2 et de projets bien arrêtés. Les cinq
jeunes cofondateurs – 24 ans d’âge moyen –
surfent sur les vagues du made in France, du
sport de plein air et des produits biosourcés
pour développer simultanément trois références. Testé et validé par le coureur Thibaud
Lhenry, le vélo en bambou d’In’Bô se décline
en version pignon fixe (4!000 euros) et routière (5!500 euros). Les lunettes de soleil en
lamellé-collé de hêtre, de chêne, de noyer ou
de merisier seront commercialisées en vente
directe aux alentours de 180 euros. La marqueterie d’essences locales renforcées par de
la fibre de lin permettra d’assembler sur
mesure des longboards en séries limitées.
Une pléthore de bonnes fées s’est déjà penchée sur la jeune structure. In’Bô a germé à
l’École nationale supérieure des technologies
et industries du bois (Enstib) d’Épinal, dont
sont fraîchement émoulus quatre des cinq
entrepreneurs. Sportifs, les étudiants ont
d’abord bricolé des planches à roulettes et
paires de skis en bois dans leur garage ou sur
les équipements de l’école. En troisième
année, ils ont proposé de fabriquer 200 paires
de lunettes en bois en guise de cadeaux de fin
d’études. Élégantes et légères, les montures
ont remporté un tel succès que leurs concepteurs ont alors envisagé de créer leur propre
entreprise. Trois d’entre eux ont effectué leur
stage de fin d’études au pôle entrepreneurial
étudiant de l’université de Lorraine pour valider l’idée. En trois mois, le projet In’Bô a
remporté plusieurs prix, dont celui du
concours « 100 jours pour entreprendre ».
Le pôle d’excellence rurale Terres de hêtre,
porté par le pays d’Épinal-Cœur des Vosges,
n’a pas tardé à s’intéresser au projet. « Notre
objectif consiste à valoriser le bois local sous
forme de produits manufacturés à haute valeur
ajoutée. In’Bô s’inscrit exactement dans cette
logique », indique son président, Alain Roussel. La collectivité a avancé de dix-huit mois
son projet de couveuse d’entreprises pour
installer les trois entrepreneurs dans un
bâtiment communal des Voivres, au cœur
des Vosges rurales. Désormais à pied
d’œuvre, il tarde aux cinq jeunes ingénieurs
de concrétiser l’essai. Q
I 17
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
Des voitures moins polluantes,
plus chères et… moins fiables
CHANGER
L’Europe durcit les normes sur le C02 et sur les polluants.
Du coup, les véhicules seront plus sophistiqués, donc plus
onéreux. Et complexité fait mauvais ménage avec fiabilité.
PAR ALAINGABRIEL
VERDEVOYE
C
’
est un fait avéré depuis des
années : l’Europe durcit
régulièrement les normes
d’émission des véhicules.
Ce qui risque de renchérir
les véhicules et de les complexifier au
détriment de la fiabilité. Selon les nouvelles normes d’émissions de CO2 les voitures vendues dans l’Union européenne ne
devront pas dépasser 95 grammes au kilomètre en moyenne à compter de 2021,
contre 160 grammes actuellement et
130 grammes à partir de 2015.
Le Parlement européen a donné son feu
vert, à la fin de février, à l’accord délicatement négocié avec les États membres, lesquels avaient remis en question un premier
texte de compromis en juin dernier, à l’instigation de Berlin. Soucieux de ne pas défavoriser ses constructeurs, spécialistes du
haut de gamme et donc de voitures plus
grosses et forcément davantage consommatrices d’énergie, l’Allemagne a obtenu in fine
le report d’un an de la nouvelle norme, initialement prévue pour 2020. Et ce, grâce à
des calculs prenant en compte les « supercrédits » octroyés pour des modèles électriques ou hybrides rechargeables. Mais
Berlin n’a pas bénéficié des deux ans espérés
lors du compromis de novembre dernier.
Évidemment, tout le monde se réjouira a
priori de règles plus contraignantes sur les
émissions de gaz à effets de serre. Mais, il
faudra accepter en contrepartie des véhicules plus petits, moins agréables à
conduire car dotés de petits moteurs
moins souples, mais surtout plus chers et…
moins fiables#! « Ces normes obligent les
constructeurs à des efforts d’allégement et de
sophistication des véhicules qui ne peuvent que
rendre les voitures plus compliquées, donc onéreuses et subissant davantage de pannes »,
explique un expert automobile.
La situation va d’ailleurs se compliquer.
Car, dans le même temps, l’Union européenne rend obligatoire la norme Euro 6
qui n’a rien à voir, puisqu’elle porte, elle,
sur les polluants (le CO2 n’est pas considéré comme un polluant). Et ce, à partir
de septembre 2014 pour les nouveaux véhicules, de septembre 2015 pour tous les
modèles. Trait marquant d’Euro 6 : l’obligation pour les moteurs diesel d’émettre
beaucoup moins d’oxydes d’azote (NOx),
ce qui va obliger les constructeurs à équiper leurs autos de très complexes systèmes
de traitement.
POUR LE CLIENT, UN SURCOÛT
DE 600 À 1 000 EUROS
À la clé : un surcoût de 350 à 400 euros, au
bas mot, par véhicule, pour le prix de
revient en fabrication, selon Toyota. Soit
un surcoût pour le client de 600 à
1#000 euros en moyenne. En outre, le coût
de maintenance sera alourdi. Vous trouvez
chère la facture#? Eh bien ce n’est pas fini.
En 2017 ou 2018, la norme Euro 6-2 entraînera une sévérité encore accrue des
normes d’émissions… et donc un nouveau
renchérissement.
Si les diesels coûtent plus cher, leurs
ventes vont, en toute logique, reculer face
aux modèles à essence. Pourquoi pas#? Mal-
Le moteur EB
Turbo PureTech
de PSA Peugeot
Citroën, fabriqué
depuis 2012 sur
le site de
la Française
de Mécanique,
à Douvrin
(Pas-de-Calais),
est un troiscylindres essence
qui associe des
dimensions et
un poids réduits à
des prestations et
des performances
inédites à ce niveau
de cylindrée.
© PSA PEUGEOT CITROEN
heureusement, les diesels conservent leur
avantage comparatif en matière de
consommations et donc de rejets de CO2
qui leur sont corrélés. Les voitures à gazole
consomment en effet de 15 à 20#% de moins
en moyenne que celles fonctionnant à
l’essence sans plomb. Dès lors, paradoxalement, le diesel participe à la lutte contre
le réchauffement climatique et aide à respecter les futures normes de 95 grammes
sur le CO2#! Contrairement aux simplifications abusives d’un certain nombre de personnes mal informées, la question n’est
donc pas aussi simple.
Les moteurs à essence, en principe intrinsèquement moins polluants, ont certes
beaucoup progressé en matière de consommations, donc de rejets de gaz à effets de
serre. Les derniers petits moteurs turbocompressés affichent aujourd’hui de très
bonnes valeurs en émissions de CO2. Seulement voilà, ils deviennent aussi sophistiqués que les… diesels et risquent de voir les
taux de panne suivre la même courbe ascen-
INNOVONS ENSEMBLE, AVEC
dante que celles des moteurs à gazole. Alors
que les diesels simples, lents, robustes (et
polluants), s’étaient forgés il y a quelques
décennies une sacrée réputation de longévité, les dernières études que nous avons
pu voir mettent en exergue un taux de
panne bien supérieur désormais des
moteurs à gazole par rapport aux mécaniques à essence. Et ça va être encore pire
avec Euro 6. Mais, comme dans le même
temps les moteurs à essence vont vraisemblablement voir leur taux de panne grimper
à leur tour…
Évidemment, il y a la solution de l’hybride
essence, propre et dont les rejets de CO2
sont comparables à ceux des diesels. Mais
on rajoute ici aussi beaucoup de complexité, de poids (batteries), de surcoût.
Les constructeurs européens réservent
d’ailleurs cette solution onéreuse à des
modèles… chers#! Et, si les hybrides
(essence-électrique) du pionnier japonais
Toyota sont très fiables, ce n’est pas le cas
de nombre de modèles d’autres marques. Q
ET
Des pansements chirurgicaux qui guident la cicatrisation
d’un organe, un produit qui stoppe les hémorragies ou encore
des substituts osseux pour régénérer des os après des
fractures… Tous ces produits chirurgicaux innovants ont été
mis au point et brevetés par Biom’up, à partir de biopolymères
et de collagènes. Cette expertise issue des travaux du
Dr Christian Gagnieu, enseignant chercheur à l’INSA de Lyon,
a été développée par deux de ses anciens élèves, Patricia
Forest et Sylvain Picot. La société qui compte aujourd’hui 45
salariés est née à Saint-Priest (Rhône) en 2005, après qu’ils
ont remporté le Concours national d’aide à la création
d’entreprises de technologies innovantes organisé par le
ministère de la Recherche avec le soutien de Bpifrance.
Au moment d’embaucher les premiers ingénieurs et chercheurs
de l’équipe, Bpifrance les a épaulés avec des subventions
et des aides remboursables. « Bpifrance a également soutenu
de nouveaux programmes de R&D, ainsi que nos projets de
développement à l’international en entrant dans notre capital
en 2012 à hauteur de 3 millions d’euros, via son fonds Innobio »,
souligne Sylvain Picot, cofondateur de Biom’Up. « Bpifrance
nous a aussi ouvert des portes chez d’autres acteurs des
biotechnologies, notamment des structures académiques ou
auprès de conseils réglementaires, par exemple. » Il continue
de garder des relations étroites avec son conseiller
innovation chez Bpifrance et le représentant qui siège à son
conseil d’administration. « Les équipes de Bpifrance nous
suivent de près et nous connaissent bien. Et leurs conseils
sont pertinents. »
Biom’Up a réalisé 2,65 millions d’euros de chiffre d’affaires
en 2013, dont un tiers à l’export. Ayant renforcé son équipe
commerciale, elle prévoit d’accélérer sa croissance cette
année, en particulier aux Etats-Unis et en Allemagne.
Entrepreneurs, Bpifrance vous soutient en prêt et capital, contactez Bpifrance de votre région : bpifrance.fr
Patricia Forest et Sylvain Picot,
cofondateurs de Biom’up.
© Biom’up
BIOM’UP, ALLIÉ DES CHIRURGIENS
18 I
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
LA TRIBUNE DE…
CLAUDE BARTOLONE, PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE
« Ce que je veux pour
la métropole du Grand Paris »
La métropole du Grand Paris existera en 2016, si elle sait se doter d’un projet politique
et économique fort. Sinon, elle ne survivra pas aux corporatismes politiques et syndicaux
qui s’activeront dès après les municipales, estime cet élu de la Seine-Saint-Denis. Il plaide
ici pour une autorité métropolitaine forte dont il souhaite prendre la présidence, dans deux ans.
PROPOS
RECUEILLIS
PAR JEANPIERRE
GONGUET
LA TRIBUNE – Vous vous êtes beaucoup
impliqué dans la loi sur la métropole de
Paris. Mais celle-ci a été rapidement
votée, sans forcément que le projet soit
encore très clair. Vous souhaitez présider
cette métropole en janvier 2016.
Comment la concevez-vous aujourd’hui ?
CLAUDE BARTOLONE – D’abord, il ne faut
surtout pas faire « Paris en plus grand ». Ce
n’est, en tout cas, pas ce que je veux. Personne n’y a intérêt. Même pas Paris. Cette
ville vit 24 heures sur 24, c’est une capitale
dont les services publics tournent constamment, avec des fonctionnaires qui commencent à travailler quand il n’y a même pas
encore de transports en commun. Et il faudrait continuer à envoyer des infirmières,
des enseignants et des policiers à trente ou
quarante kilomètres de Paris!?
La capitale va avoir de plus en plus de mal
à fonctionner et « la main invisible du marché » va continuer à tout désorganiser si
l’on n’agit pas.
Cette « main invisible » fait du mal à toute
la métropole. La ségrégation sociale est
grandissante : les plus riches dans le musée
à ciel ouvert qu’est Paris!; de l’autre côté du
périphérique, les plus humbles dans des cités
construites dans les années 1960!; et encore
plus loin, chassées, les classes moyennes
qui n’ont accès ni au logement social, ni à la
propriété et ne peuvent s’offrir les loyers du
privé. Si nous n’agissons pas, c’est le message
social du Grand Paris qui est menacé.
Quelle est la bonne méthode pour que
cette métropole fonctionne en 2016,
ce qui laisse très peu de temps pour
un tel chantier ?
C’est simple : on définit le projet et après on
trouve les outils. Autrement cela ne peut pas
fonctionner et cela ne fonctionnera jamais.
Je suis passionné par cette métropole car j’ai
grandi en Seine-Saint-Denis où j’ai occupé
tous les postes de responsabilité. Là, j’ai vu
que si nous ne faisions rien, c’est le ghetto
de la métropole qui nous attendait. C’est
pour cela que cette métropole est aussi un
projet de société. On trouvera toujours les
outils si nous nous mettons d’accord sur ce
projet. Le métro du Grand Paris de Nicolas
Sarkozy!? C’est bien, mais cela ne suffit pas.
Les gens ne vont pas le prendre pour aller
se balader. En revanche, comment va-t-on
utiliser les 73 gares pour commencer à installer les 37!000 logements par an qui nous
manquent!? Comment va-t-on passer de
24!% de logements sociaux à 30!% en 2030
pour faire société commune!? C’est cela le
projet. Et il est urgent, car nous sommes déjà
dans une société de ghettos. On le voit bien
dans certains quartiers. Aucun Francilien ne
devra rentrer chez lui le soir attristé de vivre
dans un quartier abandonné. Faisons société
commune, les outils suivront.
Comprenez-vous la peur de beaucoup
d’élus, de droite comme de gauche, de
voir émerger une métropole qui ne soit
qu’un objet purement technocratique
et coercitif ?
Bien sûr. Mais la métropole doit être la mission des élus, pas celle des technocrates.
Pourquoi les élus ont-ils remis le débat sur
la métropole à après les municipales!? Si leur
idée est de se faire élire, puis, après, entre eux,
de « faire un truc droite-gauche », ce n’est pas
la bonne idée. C’est l’inverse qu’il faut faire,
parler de projets politiques solides puis,
éventuellement, élaborer un compromis.
« Kant a les mains pures, mais il n’a pas de
mains », a écrit Péguy. Les élus veulent aussi
garder les mains pures. Pourtant, il va bien
falloir faire les choses. Les logements à Paris : où les faire alors que tout le monde voit
que les réserves foncières sont à l’extérieur!?
Pour toutes les communes le problème est le
même.
Les élus de droite et les communistes ont
d’ailleurs autant d’inquiétudes les uns que les
autres. Sauf que les premiers ont peur qu’on
les oblige à faire du logement social et les seconds ont peur de l’accession à la propriété!!
Ils doivent comprendre que la richesse d’une
métropole c’est sa mixité, les égalités d’accès
aux logements, aux transports, aux emplois.
La question de la ville intense est au centre de
la question métropolitaine. Nous avons tous
intérêt à la faire aux meilleurs coûts et pour
cela il faut nous projeter dans l’avenir et nous
mettre d’abord d’accord sur un projet.
Il y a de grandes intercommunalités
comme Plaine Commune ou Grand Paris
Seine Ouest (GPSO) qui vont disparaître
avec la nouvelle loi. Or, elles fonctionnent
bien. Ne faudrait-il pas
les maintenir ?
Si celles-ci avaient la force de faire de la péréquation, pourquoi pas!? Mais Grand Paris
Seine Ouest fait plutôt de la péréquation
avec des territoires déjà favorisés. Le raisonnement est celui de Tartuffe : « Je paie
pour ne pas voir votre misère. » Il faut arrêter. Quant à Plaine Commune, il faut quand
même se rappeler le nombre de bonnes fées
qui se sont penchées sur son berceau : c’est
Michel Rocard qui, à l’origine, a mis à disposition du territoire les terrains des Magasins
réunis. On l’oublie trop, mais le démarrage,
c’est cela, le prix exceptionnel de mise à disposition des terrains. Puis Jacques Chirac
et Édouard Balladur ont voulu la Coupe du
monde de football, la construction du Stade
de France et de toutes les infrastructures
autour. Vous croyez que toutes les intercommunalités qui se créent ont eu autant
de bonnes fées!? Maintenant, les grandes
sociétés, de la SNCF à SFR, s’y installent
parce que le prix du foncier leur est plus
acceptable qu’à Paris ou La Défense. Mais
cette richesse nouvelle ne se diffuse pas
sur le territoire. Il suffit d’aller à La Courneuve pour voir qu’elle ne profite pas de
grand-chose.Compte tenu des enjeux économiques et financiers, ces agglomérations,
ces intercommunalités n’ont plus la force
nécessaire pour maintenir, seules, la solidarité du territoire.
La métropole devra-t-elle reprendre les
projets de développement économique
comme celui de Saint-Denis–Pleyel ?
C’est un énorme projet, mais ce grand
pôle de régénération urbaine, la métropole peut le monter, j’en suis persuadé. Il
va falloir être fin sur les partenariats, mais
ce sera notre rôle. Nous avons dépollué
des territoires de l’autre côté du périphérique parce que l’on connaissait les investisseurs privés qui allaient venir. Avec
les anciennes grandes usines, c’est aussi
évident. L’Île Seguin ne se redéveloppe pas
uniquement sur des fonds privés, comme
PSA Aulnay ne se redéveloppera pas uniquement sur des fonds publics. Quand je
vois que Siemens y pense, c’est évident
qu’il y aura des mélanges public-privé.
Cette métropole doit-elle entraîner une
redéfinition du périmètre de la région
Île-de-France et de ses compétences ?
La faute majeure serait de penser la métropole sans penser la deuxième couronne,
sans penser la région. En ce qui concerne les
transports par exemple, nous n’allons pas
nous remettre dans l’idée d’un îlot de prospérité qui se débrouille seul. Il faut travailler
sur les relations dans la région et, surtout,
au-delà de la région. La métropole, ça ne
m’est pas tombé dessus du jour au lendemain. En 2008, j’ai écrit un article sur « le
I 19
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
périmètre des cathédrales ». Il est évident
que la région doit se repenser dans ce périmètre des cathédrales, Rouen, Amiens,
Beauvais, Reims, Sens, Orléans, Chartres.
On vous reproche fréquemment
une grosse boulimie politique…
Je ne suis pas avide de pouvoir. Mon parcours
le prouve. Ce n’est quand même pas tous
les jours qu’un élu, alors qu’il est président
du conseil général de la Seine-Saint-Denis,
explique qu’il faut en finir avec les départements. Je l’ai fait. Ou qu’il affirme que si un
jour il est président de la métropole, il abandonnera tous ses autres mandats. Abandonner la présidence de l’Assemblée nationale"?
Ce n’est quand même pas rien"!
Est-il possible, en deux ans, de
combattre la frilosité de certains élus
et de mettre sur pied une organisation
métropolitaine forte qui puisse stimuler
le développement économique ?
Chacun se demande aujourd’hui ce que va
devenir son territoire, son autorité politique. Il faut être clair : si la métropole se
fait sans que l’on ait réfléchi au mille-feuille
et à la simplification, cela ne sert à rien. Je
rencontre des élus de tous bords. Chaque
fois, j’explique qu’il y a des choses non négociables, comme le logement et la mixité
sociale. Je comprends bien que des maires
aient peur de devenir de simples spectateurs, mais si on ne pense pas à la simplification des procédures et des décisions, à
quoi bon faire la métropole"? Nous devons
apporter aux Franciliens des gages d’efficacité, et cesser de donner le sentiment
que nous protégeons nos mandats et nos
indemnités. L’État aussi va devoir repenser ses politiques et rationaliser. En ce qui
concerne le logement dans la métropole,
il disparaît en tant que financeur. Donc la
mécanique est enclenchée. La police a déjà
préempté la métropole du Grand Paris avec
un fonctionnement unique sur cette zone.
Ne devrait-on pas réfléchir sur les diplômes
et compétences alors que nous avons plusieurs académies sur la métropole"? Ou si
Roissy rentre dans la métropole cette année,
réfléchir à la complémentarité des trois aéroports parisiens"?
J’entends bien les inquiétudes des uns
et des autres, mais on est dans un enjeu à
vingt, trente ans, les convenances personnelles sont secondaires par rapport à ce que
l’on est en train de bâtir. Les élus doivent
comprendre que l’on n’est plus en lutte
entre nous. Nous sommes dans la cour des
grands et les décideurs se fichent de savoir
s’ils vont venir en Seine-Saint-Denis ou
dans les Hauts-de-Seine. Ils viennent à Paris
et, pour eux, Paris commence à Roissy. S’ils
se sentent en insécurité à Roissy, s’ils ont
toujours des transports aussi navrants, vous
allez voir les décisions qu’ils vont prendre :
ils iront à Londres…
Avec la loi sur le non-cumul des
mandats, la suppression de certaines
couches du mille-feuille, l’élection
au suffrage universel du président
de la métropole, pensez-vous voir
émerger une nouvelle classe politique
pour ce Grand Paris ?
Je revendique le fait de pousser des jeunes à
se faire élire : ils seront là dans vingt ans pour
faire fonctionner cette métropole"! Avec le
non-cumul des mandats et la réorganisation
des collectivités et de l’État, énormément de
choses vont bouger. Il y a de la place pour une
nouvelle génération d’élus métropolitains.
Mais les élus vont devoir évoluer sous la
pression de l’économie comme de la solidarité. Aujourd’hui, Paris est plutôt bien placé
pour les centres de décision des grandes
entreprises. Mais si notre environnement se
dégrade, c’est tellement facile pour elles de
bouger. Le numérique aidant, elles changent
d’implantation à une vitesse considérable.
Il va falloir que les élus le comprennent.
Comme ils ont compris pour l’écologie. Il
y a quelques années, à droite tout le monde
criait lorsqu’on parlait d’environnement.
Aujourd’hui, ce n’est plus un sujet identifiant pour les écologistes, tout le monde en
parle car chacun a mesuré les conséquences
pour la santé et l’économie. Pour le développement économique, la nécessité d’attirer
les grandes entreprises comme les start-up,
c’est pareil, tout le monde y viendra. Prenez
un exemple concret : « Paris-Le Bourget »
a de nombreux atouts pour devenir le pilier
de l’aérospatial francilien. Demain, le pôle de
compétitivité ASTech animé par la région en
lien avec la métropole pourra concrétiser un
projet majeur, baptisé « Aigle », localisé près
de l’aéroport du Bourget, qui permettra de
promouvoir des synergies enseignement-recherche et développement-industrie dans le
secteur aérospatial, dans la banlieue Nord.
Imaginez le centre aérospatial d’excellence
avec Eurocopter au Bourget en 2016, une
partie d’Innovation Works et le centre de
recherche d’EADS installés dans la métropole. La meilleure preuve de l’attractivité de
la métropole, c’est Airbus qui installe l’usine
d’Eurocopter en Seine-Saint-Denis.
Pour l’instant la métropole du
Grand Paris se résume à un projet
de transports. Est-ce vraiment
suffisant pour susciter l’adhésion ?
Bien sûr que non. Il est vital d’avoir des projets fédérateurs. À l’Assemblée, nous avons
mis en place une mission sur la faisabilité
d’une Exposition universelle en 2025. Je la
soutiens. Je suis attentif aussi aux réflexions
du Comité national olympique pour une
éventuelle candidature aux JO. Nous avons
besoin de ces événements pour unifier notre
projet métropolitain, pour donner une date,
un horizon aux Parisiens. Ce sont des symboles et des accélérateurs du Grand Paris. Le
signal envoyé au monde par Shanghai, Pékin
ou Barcelone avec ces événements, c’était
leur entrée dans un nouveau monde. Je suis
persuadé que nous aurons les Jeux en 2024
ou en 2028. Si c’était en 2024, ce serait génial,
ce serait le centenaire des derniers jeux à
Paris et le message sera clair : « La France est
de retour. » Q
Pour Claude
Bartolone,
président
de l’Assemblée
nationale
et candidat à la
future présidence
de la métropole
du Grand Paris,
« la métropole
est aussi un
projet de société.
On trouvera
toujours les outils
si nous nous
mettons d’accord
sur ce projet ».
© BRUNO LÉVY
LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS, MODE D’EMPLOI
L
a métropole du Grand Paris
sera créée le 1er janvier 2016 et
son président élu par les
maires dans le mois. S’il n’y a pas de
surprises majeures lors des élections
municipales de mars 2014, comme
une victoire UMP à Paris, la
composition de l’échiquier politique
devrait permettre à un candidat
socialiste d’être élu : 40 % des
communes sont actuellement à
droite ou au centre, 20 % sont dans
la sphère d’influence communiste et
40 % sont socialistes. Certes, il peut
y avoir des bizarreries dans le
vote : PC et UMP votant ensemble
au nom de leur détestation
commune de l’idée même de
métropole, ou maires de Petite
Couronne votant, toutes tendances
politiques confondues, contre un
candidat parisien. Hors ces
hypothèses-là, un élu socialiste de la
Petite Couronne est favori ; donc
Claude Bartolone qui, dès
aujourd’hui, préempte le poste.
Reste à savoir bien sûr si, d’ici là, la
guerre ranimée entre Claude
Bartolone et les proches d’Anne
Hidalgo aura pris fin. Claude
Bartolone sait en effet se créer des
réseaux comme il sait se créer de
solides inimitiés qui, de la mairie de
Paris aux communistes ou frontistes
de gauche de Seine-Saint-Denis,
peuvent lui compliquer la vie.
Reste à savoir comment d’ici là
le terrain aura été préparé. La
mission de préfiguration qui va
préparer les conditions juridiques
et budgétaires de la métropole du
Grand Paris débutera après les
élections municipales. Elle est
coprésidée par le préfet Jean
Daubigny et le président de Paris
Métropole, Daniel Guiraud,
également maire PS des Lilas. Et
elle sera dirigée par un préfet,
François Lucas, qui fut conseiller de
Jean-Pierre Chevènement au
ministère de l’Intérieur : autant dire
que l’État maîtrise la mission. Ce
qui énerve déjà – première
difficulté – les maires et élus
métropolitains qui ont peur d’être
marginalisés. Cette mission va
devoir rendre deux premiers
documents d’ici à la fin de cette
année. Le premier pour le cadre
général juridique et budgétaire de
la métropole ; le second pour savoir
si la métropole doit ou non prendre
la place de l’État au sein de
l’Epadesa (La Défense).
Puis, mi-2015, le gouvernement
ratifiera les ordonnances définissant
la métropole et donnera à tout le
monde le montant des dotations
budgétaires auxquelles chacun
pourra prétendre. Le 1er janvier 2016,
la métropole est créée et, dans le
mois, son président élu. La mission
lui donnera alors le rapport définitif,
calera avec lui la mise en place du
pacte financier et budgétaire la liant
aux communes, et mourra de sa
belle mort le 31 juillet 2016.
Les grosses difficultés sont
d’abord techniques : la question
financière et le transfert des
recettes des collectivités à la
métropole vont être bien sûr au
cœur des débats. Mais celle des
agents risque d’être encore plus
difficile à négocier. D’abord, tous
n’ont pas le même statut : les
50 000 agents de la ville de Paris
ont un statut propre et des
avantages qui présagent de longues
et douloureuses grèves si la mission
s’avise d’y toucher. Ensuite, certains
vont perdre leurs employeurs et nul
n’est tenu a priori de les
reprendre : les 7 000 à
10 000 agents des
intercommunalités qui vont
disparaître ou ceux de la fonction
publique territoriale en cas de
suppressions des départements.
Mais la difficulté est surtout
politique : la loi ayant été votée très
vite et le texte écrit sur un coin de
table, tout le projet métropolitain est
à faire. Or, la mission de préfiguration
est mal née : ce sera une structure
dirigée par des hauts fonctionnaires
dépendant d’un gouvernement qui
n’a jamais dit quel était son projet
économique et politique pour la
métropole et qui seront sans cesse
critiqués par des élus – qui ne sont
en aucun cas d’accord entre eux sur
ce qu’ils veulent – et des syndicats
fortement implantés qui ne céderont
rien. Cette métropole peut donc se
réduire à une peau de chagrin sous
les coups de boutoir des
corporatismes divers. Q
J.-P.G.
20 I
MÉTROPOLES
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
MUNICIPALES 2014
Jusqu’aux élections municipales de fin mars, La Tribune continue d’analyser les enjeux du scrutin dans
les dix principales villes françaises. Cette semaine : Bordeaux, qui se projette dans l’avenir en métropole
de rang européen. Mais, pour cela, l’économie bordelaise va devoir passer la vitesse supérieure.
Bordeaux, un rêve européen
© Y. TOHMÉ ARCHITECTES &
ASSOCIÉS
PAR NICOLAS
CÉSAR, À
BORDEAUX,
OBJECTIF
AQUITAINE
@Nico33news
I
l y a encore dix ans, Bordeaux était
surnommée la « belle endormie ».
Aujourd’hui, la capitale de l’Aquitaine caracole dans le peloton de
tête des classements : première destination privilégiée des jeunes cadres parisiens (étude Cadremploi en mars 2013),
première ville française pour investir dans
l’immobilier neuf (baromètre Explorimmoneuf en mai 2012), deuxième ville française
la plus attractive pour une implantation
d’entreprise, d’après une enquête CSA en
2012… Sous l’impulsion de son maire, Alain
Juppé (UMP), qui a profité de l’arrivée du
tramway pour transformer la ville, Bordeaux est redevenue attractive.
Mais, « contrairement à certaines agglomérations telles que Lyon, Lille ou encore Nantes,
qui ont déjà réussi à opérer des mutations
décisives ces vingt dernières années, le rayonnement futur de la métropole bordelaise se joue
aujourd’hui », estime Vincent Feltesse, le
président PS de la Communauté urbaine
de Bordeaux (CUB, qui rassemble 28 communes), également candidat aux municipales à Bordeaux. Face à Alain Juppé, qui
espère aussi devenir… président de la CUB.
Malgré leurs divergences, les deux hommes
politiques partagent le même objectif :
faire de Bordeaux une métropole d’1 mil-
lion d’habitants, de rang européen, à l’horizon 2030.
Pour y parvenir, tous deux sont convaincus
qu’il faut développer les infrastructures. La
future métropole multiplie donc les grands
projets : ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux à l’été 2017, Cité des civilisations du
vin, nouveau stade, création d’une salle de
spectacles de 10"000 places à Floirac, de
deux nouvelles lignes de tramway d’ici à
2018, construction d’un nouveau pont
Jean-Jacques–Bosc… Bordeaux, il est vrai,
est réputée pour ses « bouchons » routiers,
une vilaine tache dans l’aura de son attractivité. Pour tenter d’y remédier, la rocade
va être entièrement mise à 2x3 voies d’ici
à 2020. Un nouveau pont, Jacques–Chaban-Delmas, a déjà été inauguré en
mars 2013. Et, le 10 janvier, des stations de
véhicules électriques en autopartage
« Bluecub » ont été installées dans la ville.
LA LGV METTRA LA VILLE
À 2 H 05 DE PARIS EN 2017
Mais l’économie bordelaise doit aussi franchir un cap pour accueillir ces nouveaux
habitants. « Il faudra leur trouver du travail,
y compris à la femme qui suit son mari muté »,
souligne Alain Juppé. À ce titre, le projet
métropolitain vise la création de
75"000 emplois d’ici vingt ans. Aujourd’hui,
avec 3"000 emplois nets créés dans la CUB
par an, le compte n’y est pas. Seules
quelques grandes entreprises, comme Cdiscount, leader de l’e-commerce, ont leurs
sièges sociaux ici. La LGV Tours-Bordeaux,
qui mettra Bordeaux à 2"h"05 de Paris à l’été
2017, pourrait changer la donne, en facilitant
l’implantation de sociétés de services à Bordeaux et de cadres parisiens. Un quartier
d’affaires d’envergure internationale,
« Euratlantique », doit justement arriver
avec la LGV. C’est une opération d’intérêt
national : 300"000 m² de bureaux, 40"000 m²
de commerces, 15"000 nouveaux logements
vont être érigés sur 738 hectares autour de
la gare, à Bordeaux, Bègles et Floirac. « Au
total, 5 milliards d’euros vont être investis »,
Remise des prix GLOBAL MANAGEMENT CHALLENGE
La plus grande compétition internationale
de stratégie et de management
le 27 mars 2014 à 18H
au Conseil Régional d’Ile de France Paris
Etudiants, vous souhaitez étendre
votre réseau, venez rencontrer les DRH
Inscrivez-vous vite sur
www.gmcfrance.fr
estime Philippe Courtois, directeur général
d’Euratlantique. Ce qui devrait amener
25"000 emplois dans le tertiaire.
Mais, « en ces périodes de restriction budgétaire, nous devrons faire des choix », prévient
Vincent Feltesse. Sa priorité sera de soutenir les filières émergentes comme le laser,
et en particulier le numérique, tout en renforçant les secteurs clés tels que l’aéronautique et le vin.
La Cité numérique Bordeaux-Métropole
Aquitaine, qui sera livrée en 2015, a pour
objectif de catalyser les projets clés dans
plusieurs domaines : TIC-santé, animation
3D, jeu vidéo m-commerce, numérisation
et scénarisation du patrimoine. Elle devrait
créer 650 emplois dans ses 27"000 m² de
locaux à Bègles. L’investissement total
s’élève à 35 millions d’euros. « Actuellement,
la filière numérique représente plus de
15!000 emplois directs sur l’agglomération
bordelaise », précise Vincent Feltesse, qui
fut directeur de la campagne numérique de
François Hollande.
L’autre grand enjeu de la prochaine mandature de la CUB sera d’accueillir ces nouvelles populations, tout en luttant contre
la spéculation immobilière. Alain Juppé
veut construire 60"000 logements dans les
vingt prochaines années dont 55"% seront
« aidés » (20"% en accession sociale à la
propriété et 35"% à loyer modéré). De son
côté, Vincent Feltesse a lancé l’opération
50"000 logements à 500 mètres des axes de
transports pour « faire revenir les familles
en centre-ville ». La métropole est en marche.
Mais, le plus dur reste à faire : la rendre
attractive et « humaine ». Q Alain Juppé, maire de Bordeaux
« NOUS ALLONS CRÉER
UN CONSEIL DES ENTREPRENEURS
POUR LIBÉRER LES ÉNERGIES »
LA TRIBUNE – Que manque-t-il
à l’agglomération bordelaise pour
devenir une métropole européenne ?
ALAIN JUPPÉ – Pour un bon
développement de l’agglomération
nous avons besoin d’infrastructures
supplémentaires. Pour la mise à
2x3 voies de la rocade, nous sommes
favorables à une mise en concession
qui permettrait à la CUB de faire des
économies et d’achever les travaux
en cinq ou six ans. Pour alléger de
manière significative la rocade, il nous
faudra aussi travailler à un délestage
du trafic des poids lourds via une
autoroute ferroviaire et la création
de barreaux routiers de raccordement
avec les autoroutes. Nous songeons
aussi à des solutions alternatives
pour une liaison rapide entre
Bordeaux et l’aéroport de Mérignac.
De nombreux décideurs estiment
que l’économie bordelaise doit
franchir un cap. Comment
comptez-vous la renforcer ?
Nous avons aujourd’hui des
entreprises performantes – je pense
bien sûr au secteur aéronautique
et spatial qui emploie plus de
5 000 personnes en Gironde – des
pôles d’excellence de qualité mais qui
mériteraient d’être valorisés, des PME
au savoir-faire reconnu, un territoire
attractif et qui le sera encore
davantage avec l’arrivée de la LGV,
une université forte de chercheurs et
d’ingénieurs de talent… Bref, les
atouts sont là, mais il reste encore
des verrous à faire sauter pour libérer
les énergies d’entrepreneurs
souvent freinés par les lourdeurs
© JEAN-PIERRE MULLER / AFP
L’arrivée du
quartier d’affaires
Euratlantique,
avec ses
300 000 m2
de bureaux
et ses 40 000 m2
de commerces
suivra celle
de la ligne
grande vitesse
Tours-Bordeaux.
administratives. À cet égard, nous
allons restaurer le dialogue,
entretenir la confiance en créant
un conseil des entrepreneurs destiné
à faire remonter les idées et
les attentes. En outre, nous allons
également faire naître de nouvelles
pépinières pour les créateurs
d’entreprises.
Quels leviers envisagez-vous
d’utiliser afin de maîtriser les prix
du foncier et du logement ?
Le meilleur moyen de maîtriser
la hausse des prix et des loyers, c’est
d’augmenter l’offre de logements.
Prenons l’exemple de Lyon qui a su
développer un vrai programme
foncier en dotant ses services de
personnel et de lignes budgétaires
supplémentaires, en définissant avec
eux une stratégie pour anticiper et
acheter au juste prix des terrains.
À Bordeaux, nous avons déjà
diversifié les outils et les méthodes
d’aménagement : ZAC privée à Ginko,
ZAC publique à Bastide Niel,
urbanisme négocié aux bassins à flot
et à Brazza. Q PROPOS RECUEILLIS PAR N.C.
I 21
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
ISRAËL
Tsahal, l’armée israélienne, va regrouper plusieurs de ses bases dans le Néguev. Parallèlement,
un parc industriel sera créé à Beer-Sheva, chef-lieu de ce Sud déshérité et semi-désertique.
Des dizaines d’entreprises, ainsi que des institutions publiques et universitaires, y seront réunies.
Beer-Sheva, la future
« cybercapitale » d’Israël
PAR
PASCAL
LACORIE
À JÉRUSALEM
Au plein cœur
du désert du
Néguev poussent
les bâtiments
destinés
à accueillir
30 000 soldats
et officiers
israéliens et
leurs familles.
© ARKE38 /
SHUTTERSTOCK.COM
F
«
aire fleurir le désert du
Néguev. » Ce vieux rêve de
David Ben Gourion, le
père fondateur d’Israël,
resté longtemps à l’état de
mirage, va devenir réalité. L’armée israélienne s’est en effet lancée dans une des plus
grandes opérations d’aménagement du territoire de l’histoire du pays. La moitié des
bases installées dans la région de Tel Aviv,
surpeuplée, vont déménager avec armes et
bagages vers un Sud semi-désertique, qui
s’étend sur la moitié du pays, mais qui abrite
moins de 10"% de la population. Cet exode
va concerner 30"000 soldats et officiers avec
leurs familles. Une vingtaine de bases installées dans le centre du pays vont être évacuées. Dans un premier temps, l’aventure
se matérialisera dès 2015 par l’ouverture
d’une « mégabase » d’entraînement. Puis
viendront deux autres bases réservées à des
unités d’élite spécialisées dans les renseignements militaires, la cyberguerre, les
écoutes et l’espionnage. Bref, le nec plus
ultra de la haute technologie militaire, dont
une partie des installations seront souterraines, à titre de précaution.
Pour compléter le tableau de ce qui pourrait se transformer à terme en une nouvelle
Silicon Valley, Beer-Sheva, la capitale du
Néguev, va devenir la « cybercapitale »
d’Israël, selon l’expression de Benjamin
Netanyahu, le Premier ministre. Un parc
industriel va être créé dans cette ville
regroupant des dizaines d’entreprises privées israéliennes et étrangères, ainsi que
des institutions publiques et universitaires.
Ce site abritera également une nouvelle
École supérieure de la science et de la technologie, ainsi qu’un centre de développement spécialisé dans les « cyberétudes ».
Plusieurs entreprises ont joué le rôle de
pionniers en s’installant d’ores et déjà à
Beer-Sheva, tels EMC, un groupe informatique américain, et l’allemand Deutsche
Telekom. D’autres devraient suivre. IBM et
Lockheed Martin ont ainsi annoncé leur
intention d’ouvrir des centres de R&D dans
ce parc technologique, qui emploiera à
terme 10"000 salariés. Pour financer cette
opération qui comprend la construction de
logements, d’infrastructures, de routes,
Citicorp et Morgan Stanley, deux banques
d’affaires américaines, se sont déjà mises
sur les rangs. L’enjeu est de taille : 9 milliards de dollars d’investissements.
« LES MULTINATIONALES
FONT LA QUEUE… »
terrains à construire. Une aubaine dans un
pays où les prix de logements ont grimpé de
72"% en sept ans, devenant inabordables pour
la majorité des classes moyennes, qui se sont
révoltées durant l’été 2011. Plusieurs centaines de milliers de manifestants étaient
descendus dans les rues lors de la plus
impressionnante vague de contestation
sociale qui a déferlé dans le pays, pour
dénoncer la forte spéculation provoquée par
la pénurie d’habitations à prix abordables. Un
appartement de taille modeste peut ainsi
attendre le demi-million d’euros.
Une partie des investissements dans le
Néguev sera d’ailleurs financée par la vente
de ces terrains. Yaïr Lapid, le ministre des
Finances, espère que 35"000 logements, dont
9"000 habitations sociales, pourront ainsi être
érigés, ce qui devrait en principe se solder par
une baisse des prix. Les experts restent toutefois sceptiques, tant la demande est forte.
Quitter la région de Tel Aviv n’est toutefois
pas du goût de tous les officiers de carrière.
Nombre d’entre eux veulent rester au cœur
de la capitale économique et culturelle, de
l’endroit le plus « branché » du pays. Selon
un récent sondage réalisé auprès des officiers
des renseignements militaires, 53"% d’entre
eux ne souhaitent pas émigrer vers le Sud.
Certains ont prévenu qu’ils n’hésiteraient pas
à abandonner l’uniforme pour pantoufler
dans la myriade d’entreprises de high-tech,
autour de Tel Aviv, qui ne demandent qu’à
embaucher ces militaires d’élite.
Les critiques viennent aussi des organisations de défense des droits de l’homme à
propos du sort réservé aux Bédouins du
Néguev, qui représentent un tiers de la population. Ceux-ci redoutent d’être une fois de
plus les laissés-pour-compte de ce vaste plan
d’aménagement. « Nous habitons ici, mais personne ne daigne nous consulter », déplore Rawia
Abourabia, une avocate bédouine installée à
Beer-Sheva. L’armée répond que les Bédouins
vont eux aussi bénéficier de l’arrivée en
masse des militaires. Selon le lieutenantcolonel Shalom Alfassy, les travaux de
construction vont permettre de donner du
travail à 20"000 ou 30"000 salariés, tandis que
2"000 à 2"500 autres emplois devraient être
créés ensuite par les entreprises. Bref, l’aubaine est censée l’être pour tous… Q
Un pactole, qui a de quoi attiser bien des
appétits locaux, mais aussi étrangers. Le gouvernement israélien veut d’ailleurs jouer la
carte de l’ouverture. « Nous sommes bien
conscients des problèmes de sécurité liés à des
contrats passés avec des firmes étrangères, mais
nous souhaitons avant tout stimuler la concurrence et attirer le maximum d’expertises et de
savoir-faire dans tous les domaines », souligne
le lieutenant-colonel Zvi Peleg, qui supervise
les appels d’offres du ministère de
la Défense. « Les multinationales ont
compris qu’il y avait des occasions à
saisir et elles commencent à faire la
queue », observe Moshe Yaalon, le
ministre de la Défense.
Sur le terrain, tout a été pensé pour
attirer les officiers de carrière. La
base d’entraînement aura des
allures de « vraie » ville, avec un
auditorium, trois synagogues, des
Petit déjeuner économique sur le thème :
terrains de sport et, bien entendu,
toutes les installations militaires
traditionnelles, tels des stands de
tir et des sites de simulation de
combats. Selon le lieutenantcolonel Shalom Alfassy, un des
animé par Phillipe MABILLE
responsables du projet, les classes
d’enseignement et les biblioDirecteur adjoint de la rédaction de La Tribune
thèques seront équipées du dernier
cri en matière d’informatique. Écologie oblige, l’armée s’est engagée
à construire le plus vert possible.
avec notre invité
Résultat : les installations, qui
2
s’étendront sur 250"000 m , ont été
Raymond SOUBIE
conçues de telle façon qu’elles
Président des sociétés
seront pratiquement autosuffide conseil Alixio et Taddeo
santes, grâce à une énergie solaire
disponible à profusion et à une
isolation des bâtiments qui devrait
permettre de « réduire l’utilisation
de l’air conditionné au minimum »,
Maison des Travaux Publics
précise le lieutenant-colonel Sha3, rue de Berri - 75008 Paris
lom Alfassy.
Le déménagement ne constituera
toutefois pas seulement une
Renseignements et inscription : matinalestravauxpublics@latribune.fr
manne pour le Néguev. Le gouvernement veut faire d’une pierre
deux coups en tentant de casser la
Un événement
en partenariat avec
spéculation immobilière effrénée
dans et autour de Tel Aviv. Les
bases évacuées vont libérer des
« Modèle social français
et compétitivité, l’équation impossible ? »
Mercredi 19 mars 2014 à 8 h 15
22 I
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
La ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, entourée (de g. à d.) de Nadia Pellefigue, vice-présidente de la région
Midi-Pyrénées, Gaëlle Abily, vice-présidente de la région Bretagne, Naïma Charaï, vice-présidente de la région Aquitaine, Nathalie Lanzy,
vice-présidente de la région Poitou-Charentes, Alain Rousset, président de la région Aquitaine et de l’Association des Régions de France,
François Bonneau, président de la région Centre et Pierre de Saintignon, vice-président de la région Nord-Pas-de-Calais. © RAZAK
Égalité professionnelle
Les régions passent à l’action
Depuis la création du ministère des Droits des femmes, en 2012, les initiatives se multiplient pour faire avancer
l’égalité professionnelle en France. Neuf régions se sont distinguées dans ce domaine.
SAMEDI 8 MARS 2014. Les femmes
sont à l’honneur. Le président de la
République en personne veut occuper
largement le champ médiatique. Après
l’adoption en première lecture du projet de loi sur l’égalité « réelle » entre
les femmes et les hommes, la ministre
Najat Vallaud-Belkacem, également
porte-parole du gouvernement, a
démontré son habileté à garder le sourire en période agitée. À droite aussi,
la question fait l’unanimité.
Aujourd’hui, les femmes sont majoritaires dans notre pays : elles représentent 51,7 % de la population totale
et 48 % de la population active ; plus
d’un consommateur sur deux et plus
d’un électeur sur deux (53 %). Les politiques, comme les responsables économiques, en sont parfaitement
conscients. Il est grand temps de leur
accorder toute l’attention qui devrait
naturellement leur revenir. Et ce, sur
tout le territoire.
Au plan national, 66,2 % des femmes
entre 15 et 64 ans sont actives. Elles
constituent 76,8 % des employés,
50,6 % des professions intermédiaires,
39,5 % des cadres et professions intellectuelles supérieures, 17,6 % des
ouvriers.
Mais qu’en est-il en régions ? Existe-t-il
des différences ? En effet, des singularités régionales persistent. En Île-deFrance et en Rhône-Alpes, les femmes
comme les hommes bénéficient de
forts taux d’emploi. Inversement, dans
les territoires d’outre-mer, le Nord-Pasde-Calais et le Languedoc-Roussillon,
les femmes peinent plus que les
hommes à trouver un poste. Elles y
sont les moins représentées. Selon les
résultats d’une étude de la Dares, en
Corse, leur participation au marché du
travail est de 15 % en deçà de celui des
hommes, alors qu’en Limousin elles y
sont comptabilisées quasiment à parts
égales, avec 5,5 % d’écart.
En matière de salaires, aucune région
de France n’offre des niveaux de
salaire égaux à ceux des hommes.
Comparées à l’écart moyen établi en
2010 à 19,7 % au plan national, la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique et La
Réunion affichent « seulement » 12 %
de différence sur les fiches de paie en
fin de mois. En Alsace, Rhône-Alpes,
Île-de-France, Franche-Comté et Lorraine, l’écart est supérieur à 21 %.
Les régions où les salaires sont les plus
élevés sont généralement identiques
pour les femmes et les hommes. En
Île-de-France, le salaire mensuel net
moyen en équivalent temps plein reste
nettement supérieur (2 600 euros) aux
autres régions (entre 1 800 et 2 200
euros). C’est aussi en région parisienne que l’on va retrouver le plus de
femmes à des postes à responsabilités
et que l’on enregistre une meilleure
répartition des métiers.
UNE DISPARITÉ ENTRE HOMMES
ET FEMMES SELON LES RÉGIONS
En revanche, certaines régions, comme
la Lorraine, très marquée industriellement jusqu’à ces dernières années, par
le secteur minier notamment, séparent
encore pour une large part les femmes
et les hommes dans des métiers différents. Cette division se traduit tant en
terme de salaires que de capacité
d’emplois.
C’est aussi dans ces régions que les
femmes sont les plus engagées pour
faire valoir leurs droits à l’égalité professionnelle. En PACA, Franche-Comté
et Lorraine, on a assisté à une multiplication ces dernières années des
initiatives et des négociations au sein
des entreprises. Le rattrapage devrait
se traduire prochainement dans les
statistiques.
À fin 2013, au-delà des 400 entreprises qui ont été mises en demeure,
2 700 entreprises ont envoyé leurs
plans pour résorber les inégalités et
établir l’égalité des rémunérations.
L’engagement est massif, et vient de
tous les territoires. Chaque entreprise
doit déposer son dossier auprès des
services de la Direccte. Si elles ne le
font pas, elles sont mises en demeure
et ont 6 mois pour se conformer avec
la loi. Passé ce délai, le directeur
régional évalue la situation en fonction du contexte et des efforts
déployés par l’entreprise. La sanction
peut atteindre 1 % de la masse salariale par mois de carence. Jusqu’à
présent, quatre entreprises ont été
mises à l’amende.
La nouvelle disposition prévue dans
le projet de loi adopté en première
lecture pour une réelle égalité entre
les femmes et les hommes, qui oblige
toute entreprise désireuse de soumissionner un marché public de montrer
patte blanche en matière d’égalité
professionnelle va plus encore
A
contraindre les entrepreneurs à accélérer le mouvement.
Depuis 2012, la ministre des Droits des
femmes, dans une logique politique du
« pas à pas », a décidé, avec un budget
limité, de s’appuyer sur les territoires
pour mener une politique adaptée au
terrain et, simultanément, inviter les
régions à s’emparer du sujet. Neuf territoires d’excellence pour l’égalité professionnelle déploient les initiatives
pour accélérer la mutation de la
société. Échanges de bonnes pratiques, séminaires de sensibilisation,
tables rondes sur l’équilibre entre la
parentalité et la vie professionnelle…
Taux d’emploi global (orange) er écart de taux
d’emploi entre les femmes et les hommes (bleu).
En Aquitaine, Bretagne, Centre, Île-de
France, Midi-Pyrénées, Nord-Pas-deCalais, Poitou-Charentes, La Réunion
et Rhône-Alpes, les institutions
publiques et les sociétés privées
mènent et quantifient leurs actions
concrètes. Pour un meilleur accompagnement des PME et des TPE et,
notamment, la réduction de l’éloignement du marché du travail des bénéficiaires du congé parental sans solution
d’emploi à la sortie.
Dans la région Centre, par exemple,
l’opération « 1 000 pères O’Centre »
présente une plateforme sur le web.
Elle invite les hommes à s’impliquer en
B
Montant moyen de rémunération globale équivalent
temps plein (orange) et écart de rémunération
mensuelle brute (équivalent temps plein) entre les femmes
et les hommes (bleu)?
42,95 à 59,74 %
1 769 € à 1 804 €
60,56 à 63,52 %
1 811 € à 1 843 €
63,57 à 64,73 %
1 844 € à 1 876 €
64,79 à 67,01 %
1 899 € à 1 939 €
1 960 € à 2 655 €
42,95 à 59,74 %
60,56 à 63,52 %
63,57 à 64,73 %
64,79 à 67,01 %
5,52 à5,52
7,18à%
7,18 %
7,24 à7,24
7,61à%
7,61 %
7,71 à7,71
8,65à%
8,65 %
8,84 à 9,44 %
8,84 à 9,44 %
10,22 à 15,15 %
7,70 à 15,20 %
1 769 € à 1 804 €
1 811 € à 1 843 €
1 844 € à 1 876 €
1 899 € à 1 939 €
1 960 € à 2 655 €
10,22 à 15,15 %
Source : Insee, 2009.
17,30 18,10 %
18,40 à 20,30 %
7,70 à 15,20 %
20,50 à 22,20 %
17,30 18,10 %
18,40 à 20,30 %
20,50 à 22,20 %
Sources : DADS 2010, Calculs Dares.
I 23
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
CHIFFRES CLÉS
LES FEMMES DANS
L’ENTREPRISE
Écarts de salaire
›Àk\dgjgc\`e#c\j_fdd\j
gagnent 16 % de plus que les
femmes et plus de 31 %, tous temps
de travail confondus. Selon les
données 2010 de l’Insee, le salaire
mensuel net moyen des hommes est
de 2 263 euros (équivalent temps
plein), et de 1 817 euros pour les
femme. Dans le privé, le salaire des
femmes est inférieur de 28 % à celui
des hommes, à fonctions égales.
Responsabilités
›C\kXlo[\]„d`e`jXk`fe[\j
conseils d’administration des
sociétés du CAC 40 croît : il est
passé de 10,7 % en 2009 à 28,2 %
en 2013. Mais à ce jour, on ne
compte aucune femme PDG au
CAC 40, et seulement 10 % dans
les comex. 32 % des entreprises
du CAC 40 ne comptent aucune
femme dans leur comex. Au sein du
SBF 120, une seule femme préside.
Temps partiels et retraites
›<e)'((#*'#([\j]\dd\j
salariées travaillent à temps partiel,
contre seulement 6,9 % des
hommes. Les femmes représentent
75 % des salariés à bas salaires.
ÀcÊ^\[\cXi\kiX`k\#c\j]\dd\j
sont d’autant plus lésées. En 2008,
le montant de pension des hommes
retraités atteignait en moyenne
1 749 euros par mois. Celui des
femmes reste inférieur de 42 %.
faveur de l’égalité professionnelle en
leur expliquant pourquoi et comment
celle-ci est bénéfique non pas pour l’un
des deux sexes, mais bel et bien pour
l’équilibre de tous.
DES ACTIONS LOCALES
CONTRE STÉRÉOTYPES
Le 13 février, dans le département des
Yvelines, la rencontre « Agir pour une
meilleure articulation des temps de
vie » a fait débattre des salariés, des
syndicalistes et des chefs d’entreprise,
avec le soutien du cabinet Emergence.
La Haute-Normandie, par l’intermédiaire
de son préfet et de 27 signataires, a de
son côté adopté le Protocole départemental de prévention et de lutte contre
les violences. En 57 actions, le but est
de mieux repérer les femmes possiblement concernées, d’améliorer la prise en
charge, via des centres d’hébergement,
un accompagnement d’aides sociales et
un traitement judiciaire.
Le département de la Haute-Saône a
pour sa part souhaité en ce début d’année informer les lycéennes sur les possibles carrières qui leur sont offertes
dans le monde de la science grZ\~ un
plan d’action, baptisé « Physique de
femmes », mis au point avec le CNRS.
En Limousin, le concours « L’envol au
féminin » vise à identifier et promouvoir l’entrepreneuriat au féminin.
Le ministère de Najat Vallaud-Belkacem
a fait de l’ouverture aux femmes de
toutes les branches professionnelles sa
priorité 2014.
Pour pallier la faible mixité des métiers
(aujourd’hui seulement 12 % des professions sont réellement mixtes en
France), des actions vont essaimer dans
toute la France. Un des objectifs est de
convaincre les jeunes, en particulier, de
se libérer des stéréotypes qui cantonnent une fille à épouser un métier
consacré à la petite enfance alors qu’un
jeune homme aurait toutes compétences à devenir chirurgien… La lutte
contre les archaïsmes n’est pas terminée. Mais le message, à force d’être
martelé, finira par être entendu. Q
Catherine Charrier-Leflaive, directrice des ressources humaines
de La Banque Postale
« Nous nous sommes donné
les moyens de créer l’égalité »
Sur 20 000 salariés, 61 % des employés de La Banque Postale sont des femmes.
La politique en faveur de l’égalité du groupe joue un rôle capital sur le territoire.
Pourquoi et comment
La Banque Postale s’est-elle
emparée du sujet sur l’égalité
professionnelle ?
La Banque Postale est une jeune
banque. Elle est née en 2006. Mais
nous nous sommes dès l’origine
donné les moyens de créer l’égalité.
Et de renforcer la mixité à tous les
niveaux de responsabilités, dans
tous les types d’emplois, en nous
appuyant bien sûr, en premier lieu,
sur les critères de compétence.
Nous avons signé plusieurs accords
en faveur de l’égalité professionnelle. Le Groupe La Poste a reçu le
label « égalité femme-homme » de
l’Afnor, en 2006. En 2008, nous
nous sommes engagés pour favoriser l’accès aux responsabilités des
femmes dans le management opérationnel et supérieur. En 2009,
nous avons signé un accord portant
sur la diversité, l’égal accès aux
emplois des seniors, pour que chacun bénéficie des mêmes chances
et des mêmes possibilités de progression. En avril 2013, nous avons
conclu avec IMS-Entreprendre pour
la cité une charte de la diversité.
Nous avons signé un accord Contrat
de génération pour accompagner
nos salariés(e)s dans toutes les
étapes de la vie professionnelle,
qu’il s’agisse de la maternité, l’adoption, les gardes d’enfant, pour pouvoir disposer d’autorisation d’absence. Enfin, nous avons signé en
janvier dernier un accord portant
sur le télétravail, qui permettra à
tous nos collaborateurs de mieux
concilier vie professionnelle et vie
personnelle.
Nous nous intéressons également à
l’accession des femmes aux comités
exécutifs et aux instances dirigeantes des entreprises. Nous
avons donc copiloté une étude
ayant donné lieu à 60 interviews de
femmes dirigeantes au cours desquels leurs parcours ont été analysés. Cette analyse couvre des secteurs d’activité variés (industrie,
services, distribution). Les conclusions de ce travail seront présentées le 29 avril à 19 h à l’auditorium
du barreau de Paris, lors de l’assemblée générale de l’AFMD (Association française des managers de la
diversité).
Quelle place est accordée aux
femmes à La Banque Postale ?
Sur tout le territoire, 20 000 personnes travaillent pour La Banque
Postale et les services financiers
de La Poste. 61 % des salariés sont
des femmes ; elles sont 35 % parmi
les cadres stratégiques (figurant
parmi le top 100 des managers).
Nous avons été particulièrement
attentifs aux nominations dans nos
instances dirigeantes : le comex de
« Les femmes constituent 61 % des salariés de La Banque Postale et elles dirigent la moitié des centres financiers de La Poste »,
souligne Catherine Charrier-Leflaive. © J. MILLET
La Banque Postale compte 33 % de
femmes ; il en va de même au
conseil d’administration.
En termes de rémunérations, des
enveloppes sont dédiées à la résorption des écarts de salaires entre les
deux sexes. Pour chaque poste à pouvoir, il est fait obligation d’avoir une
candidature féminine. Tous les gestionnaires de carrière sont sensibilisés ; nous encourageons en outre les
parcours croisés entre les postes
opérationnels et les postes fonctionnels. C’est sur ce point qu’il nous
reste un axe réel de progrès : les
femmes restent majoritaires sur les
fonctions support.
Pour faire avancer la mixité de nos
métiers, nous menons une importante politique de formation, avec des
échanges de bonnes pratiques, du
mentoring, du coaching. Notre politique répond à une réelle ambition
sociale ; nous souhaitons véritablement améliorer la qualité de vie de
nos salariés au travail ; c’est une prio-
rité, et les femmes sont en première
ligne pour en bénéficier.
Comment appliquez-vous
votre politique en faveur de
l’égalité en régions ?
Notre politique est nationale mais
elle s’applique dans tous nos territoires. La Banque Postale est une
banque des territoires, filiale d’un
groupe qui compte 17 000 points de
contact en France. Nous disposons,
avec les services financiers de La
Poste, de 23 centres financiers
(Limoges, Rouen, Montpellier,
Nantes, Bordeaux…) sur tout le territoire. Chacun emploie de 400 à
1 400 personnes ; 50 % des centres
sont dirigés par des femmes.
Cette féminisation de notre entreprise est liée à notre histoire. Au
sein même du groupe La Poste, sur
240 000 salariés, 51 % sont des
femmes. Il existe une réelle entraide
entre les femmes aux différents
niveaux de l’entreprise. C’est très
important. Les femmes ne sont pas
isolées, elles bénéficient sans doute
plus facilement qu’ailleurs d’horaires qui leur permettent d’allier
vie privée et vie professionnelle.
L’ « EQUAL PAY DAY »
L’association Business
and Professional Women
milite dans le monde entier
en faveur des femmes
entrepreneurs et managers.
Chaque année, cette
fédération calcule combien
de jours supplémentaires
sont nécessaires aux
femmes pour gagner autant
que les hommes. Résultat
de l’étude : pour obtenir le
même salaire qu’un homme
qui aurait travaillé jusqu’au
31 décembre 2013, une femme
devrait travailler jusqu’au
7 avril 2014… Soit 3 mois
et 7 jours de plus.
24 I
VISIONS
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
IDÉES
Les « big » débouchés du big data
Santé, transports, produits de consommation, électricité… l’exploitation des données ouvertes
publiques et privées pourrait générer 3 milliards de dollars par an, selon le McKinsey Global Institute.
© DR
O
NIGEL
SHADBOLT
© MCKINSEY_MGI
L’UN DES
FONDATEURS
DE L’OPEN DATA
INSTITUTE
MICHAEL
CHUI
MEMBRE
DU MCKINSEY GLOBAL
INSTITUTE,
SPÉCIALISTE DES
DONNÉES MASSIVES
n a longtemps
pensé que si
le gouvernement et le
secteur privé
acceptaient
de partager
leurs données
plus librement et autorisaient leur traitement, des solutions nouvelles à d’innombrables problèmes sociaux, économiques et commerciaux pourraient
surgir. On imagine à peine à quel point
cette idée est juste.
Même les plus ardents défenseurs des
données ouvertes semblent avoir sousestimé le nombre d’idées et d’activités
rentables possibles. Plus de 40 gouvernements se sont engagés à ouvrir leurs
données électroniques (informations
météorologiques, statistiques sur la criminalité, données des réseaux de transports, entre autres) aux entreprises
et aux consommateurs. Le McKinsey
Global Institute estime que la valeur
annuelle des données ouvertes dans
l’éducation, les transports, les produits de consommation, l’électricité, le
pétrole et le gaz, les services de santé
et le crédit à la consommation pourrait
atteindre 3 milliards de dollars.
Ces avantages se matérialisent sous la
forme de meilleurs produits et services.
Ils créent une plus grande efficacité
dans les entreprises, pour les consommateurs et pour les citoyens. Le champ
d’application est vaste. Par exemple, en
s’appuyant sur des données provenant
de divers organismes gouvernementaux, la Climate Corporation (récemment rachetée 1 milliard de dollars par
Monsanto) a étudié trente années de
données météorologiques, soixante ans
de données sur les rendements agricoles et quatorze téraoctets d’informations sur les types de sol pour créer des
produits d’assurance sur mesure.
De même, des informations en temps
réel sur la circulation et les trans-
ports sont consultables sur des applications pour smartphones, pour informer les utilisateurs sur l’arrivée du
prochain bus ou pour leur permettre
d’éviter les embouteillages. Et en analysant des commentaires en ligne sur
leurs produits, les fabricants peuvent
savoir pour quelles fonctions les
consommateurs sont le plus disposés
à payer, et développer leur activité et
leurs stratégies d’investissement en
conséquence.
Les occasions ne manquent pas. Toute
une série de start-up à données ouvertes
sont en train de voir le jour à l’Open
Data Institute (ODI) de Londres, qui se
concentre sur l’amélioration de la responsabilité des entreprises, la fourniture de services de santé, d’énergie, de
finances, de transports et sur beaucoup
d’autres secteurs d’intérêt public.
Les consommateurs en sont les principaux bénéficiaires, en particulier sur
le marché des biens de consommation
courante. On estime que les consommateurs qui prennent des décisions
d’achat plus éclairées dans tous les secteurs pourraient représenter près de
1,1 milliard de dollars par an. Des agrégateurs tiers permettent dès à présent
de comparer les prix entre des boutiques dématérialisées en ligne et des
magasins de détail classiques. D’autres
permettent de comparer les niveaux de
qualité et de sécurité des données (tirées, par exemple, des rapports d’incidents officiels), ainsi que des informations sur la provenance des aliments
et sur les pratiques des producteurs en
matière de respect de l’environnement
et des méthodes de travail.
Prenons l’industrie du livre : le catalogue de certaines librairies était
autrefois une information confidentielle. Les clients, les concurrents
et même les fournisseurs avaient
rarement connaissance du stock.
Aujourd’hui, les librairies non seulement communiquent sur leur stock,
Le centre
de données
de Telefónica,
à Madrid.
L’opérateur
espagnol a lancé
en 2013 un vaste
« programme
de confiance
numérique » pour
rassurer les
consommateurs
sur l’exploitation
de leurs données
personnelles.
© TELEFONICA
mais aussi sur la date d’arrivée des
commandes de leurs clients. Si elles
ne procédaient pas de la sorte, elles
seraient exclues de sites d’agrégation
de produits qui influencent de nombreuses décisions d’achat.
VERS UNE CONSOMMATION
PLUS RESPONSABLE ?
Le secteur de la santé est une cible
de choix pour faire de nouvelles économies. En partageant les données
de traitement d’une vaste population
de patients, les fournisseurs de soins
peuvent mieux identifier les pratiques
qui peuvent permettre d’économiser
180 millions de dollars par an.
La start-up à données ouvertes Mastodon C, soutenue par le London
Institute, utilise les données ouvertes
sur les ordonnances des médecins
pour différencier les médicaments
brevetés coûteux
de leurs variantes
génériques moins
chères. Appliqué
!"#$%!&'%!()#*++!#,-$%.-%/!%$*(#0)0%"!//*#,-%1,*2*)#*+%
à une seule classe
$*(#0)0%!+*+32-%!&%(!1#)!/%.-%4567888%-&,*$%9%8:;%;:8%<==%%,($%*,/-!+$
de médicaments,
$#>?-%$*(#!/%@%6AB%,&-%.&%1*)%.-%C-,%9%A;888%*,/-!+$
ce procédé pourrait permettre une
!"#$%&'(&)$*+",&$*-./0-'1%/2,$*"$32,)&/.$*+!*(/,/)%'1%/2,$&,$*1%&$*"$45$*-6&(0'&$7849:$/.$1$-%-$*-6/*-$*+&,;1;&':$&,$
économie d’envi1<<./61%/2,$*&$.+1'%/6.&$=$77>?@?9$*"$62*&$*&$62((&'6&:$",&$<'26-*"'&$*&$(/)&$&,$A&,%&$*&$7B7C@$16%/2,)$*&$.1$)26/-%-$
ron 400 millions de
D!==EFGH$IGEJEKFEL:$*2,%$.&)$%/%".1/'&)$)2,%$16%"&..&(&,%$/,62,,")$*&$.1$)26/-%-$2"$,+2,%$<1)$-%-$1%%&/,%)$<1'$.&)$
dollars par an pour
62,A261%/2,)$M"/$.&"'$2,%$-%-$1*'&))-&)$*&<"/)$*/#$1,,-&)$'-A2."&)B$
le ministère de la
=&)$%/%".1/'&)$*&$6&)$16%/2,)$2"$.&"')$1N1,%)$*'2/%)$)2,%$(/)$&,$*&(&"'&$*&$O1/'&$A1.2/'$.&"')$*'2/%)$*1,)$.&$*-.1/$*+",$1,$
Santé britannique.
)"/A1,%$.1$*1%&$*&$<"0./61%/2,$*"$<'-)&,%$1A/)B$
De même, les
données ouvertes
!$.+&#</'1%/2,$*&$6&$*-.1/$&%$62,O2'(-(&,%$1"#$*/)<2)/%/2,)$*&)$1'%/6.&)$=$77>?@?9$&%$G$77>?47$*"$62*&$*&$62((&'6&:$
sur les infections
.1$ )26/-%-$ <'26P*&'1$ Q$ .1$ (/)&$ &,$ A&,%&$ 1"#$ &,6RP'&)$ <"0./M"&)$ *&)$ %/%'&)$ M"/$ ,+1"'2,%$ <1)$ -%-$ '-6.1(-):$ <1'$
contractées dans
.+/,%&'(-*/1/'&$*+",$,2%1/'&B
les hôpitaux britanH,$1<<./61%/2,$*&)$*/)<2)/%/2,)$*&$.+1'%/6.&$G$77>?44$1./,-1$7$*"$62*&$*&$62((&'6&:$.&$<'2*"/%$,&%$*&$.1$A&,%&$*&)$%/%'&)$
niques ont conduit
)&'1$%&,"$Q$.1$*/)<2)/%/2,$*&)$%/%".1/'&)$*&$6&)$16%/2,)$2"$*&$.&"')$1N1,%)$*'2/%$<&,*1,%$*/#$1,):$)"'$",$62(<%&$0.2M"-$
à la publication de
2"A&'%$Q$.1$.1$31/))&$*+H<1';,&$=EFGH$3HLKGH$S47$G"&$*&$J1/)2,$G2";&$3T$48@78$?$CU4C@$T1/,%$V&1,$*&$.1$G"&..&B$
tableaux de performance des établis!$ .+&#</'1%/2,$ *"$ *-.1/$ *&$ 48$ 1,):$ .&)$ O2,*)$ )&'2,%$ A&')-)$ Q$ .1$ 31/))&$ *&)$ W-<X%)$ &%$ 32,)/;,1%/2,)$ &%$ %&,")$ Q$
sements, qui ont
ODGLVSRVLWLRQGHVD\DQWVGURLWVSHQGDQWHQFRUHDQVVRXVUpVHUYHGHODSUHVFULSWLRQWUHQWHQDLUHDXSUR¿WGHO¶pWDW
beaucoup compté
Y'1,Z1/)B
dans la baisse de
85$% des infections
I2"'$1A/):
signalées.
Il existe également
=&$I'-)/*&,%$*"$32,)&/.$*+!*(/,/)%'1%/2,
des possibilités de
prévenir les maladies liées au mode
de vie et d’améliorer les traitements,
en permettant aux patients de comparer leurs propres données avec
des données agrégées sur d’autres
patients. Il a été prouvé que cela les
motive à avoir un meilleur régime
alimentaire, à faire davantage d’exercice et à prendre régulièrement leurs
médicaments. De même, donner les
moyens aux usagers de comparer leur
consommation d’énergie avec celle
de leurs pairs pourrait les inciter à
économiser des centaines de milliards de dollars d’électricité chaque
année, sans parler de la réduction des
émissions de carbone.
Une telle analyse comparative est
encore plus précieuse pour les entreprises qui cherchent à améliorer leur
efficacité opérationnelle. L’industrie du
pétrole et du gaz, par exemple, pourrait
faire économiser 450 milliards par an
en partageant des données anonymes
et agrégées sur la gestion des installations en amont et en aval.
Enfin l’évolution vers des données
ouvertes sert une variété d’objectifs
socialement souhaitables, depuis la
réutilisation de la recherche financée
par l’État en faveur d’études sur la pauvreté, l’inclusion ou la discrimination,
jusqu’à la divulgation par des sociétés
telles que Nike des données portant sur
leur chaîne d’approvisionnement et sur
leur impact sur l’environnement.
Il existe évidemment des défis liés à
la prolifération et à l’utilisation systématique des données ouvertes. Les
entreprises s’inquiètent au sujet de leur
propriété intellectuelle. Les citoyens
s’inquiètent sur la possibilité d’user et
d’abuser de leurs informations privées.
La réponse à ces questions délicates
sera capitale. Les consommateurs, les
décideurs et les entreprises doivent
collaborer, non seulement pour s’entendre sur des normes communes
d’analyse, mais aussi pour définir des
règles fondamentales sur la protection
de la vie privée et de la propriété. Q
© Project Syndicate 2014
I 25
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
VU DE BRUXELLES
AU CŒUR DE L’INNOVATION
Non Habemus
Papam
FLORENCE
AUTRET
CORRESPONDANTE
À BRUXELLES
L’ÉLU VAINQUEUR DES
ÉLECTIONS NE SERA PAS
FORCÉMENT CHOISI POUR
PRÉSIDER LA COMMISSION
fois-ci, ils choisiront leur président.
Tout le monde n’est pas de cet avis.
Depuis quelques semaines, les
signaux envoyés par les chefs d’État
et de gouvernement ne laissent
guère de doute : l’issue des élections
européennes ne les engage à rien.
L’ambassadeur britannique sir
Jon Cunliffe se répand dans tout
Bruxelles pour expliquer que son
pays n’a aucune intention de s’en
remettre au sort des urnes. Si la
chancelière allemande n’a pas cette
franchise, personne ne doute qu’elle
compte bien reprendre la main.
Le « merkiavelisme » théorisé par le
sociologue Ulrich Beck fera mouche :
http://www.latribune.fr
La Tribune
2, rue de Châteaudun - 75009 Paris
Téléphone : 01 76 21 73 00.
Pour joindre directement votre correspondant,
composer le 01 76 21 suivi des 4 chiffres
mentionnés entre parenthèses.
SOCIÉTÉ ÉDITRICE
LA TRIBUNE NOUVELLE. S.A.S.
au capital de 3 200 000 euros.
Établissement principal :
2, rue de Châteaudun - 75009 Paris
Siège social : 10, rue des Arts,
31000 Toulouse. SIREN : 749 814 604
Président,
directeur de la publication
Jean-Christophe Tortora.
N
Angela Merkel maîtrise l’art de
présenter des candidats factices
pour faire gagner les outsiders. Elle
a testé la méthode sur son propre
parti pour éliminer des concurrents
gênants. Quant à François Hollande,
il témoigne dans cette affaire de
qualités de stratège au moins aussi
grandes que son amie Angie, se
gardant bien de soutenir aucun des
candidats en présence, y compris
celui de son propre camp.
En ce début de xxie siècle en Europe,
le concile des partis n’a donc pas
remplacé le pouvoir séculaire des
États-nations. Les « chefs » ont
déjà inscrit dans leurs agendas,
pour le lendemain des élections,
un dîner dont le seul ordre du jour
sera de voir comment reprendre la
main, ce qui ne sera pas aisé vu la
publicité sans précédent donnée à la
désignation des candidats des partis.
« Rejeter un candidat qui a le soutien
de la majorité d’un nouveau Parlement
européen serait un coup porté à ce
que d’aucuns considèrent comme une
première expérience de vraie démocratie
européenne », écrivait récemment
Corinna Horst pour le German
Marshall Fund of the US, le think
tank américain. Encore faudrait-il
qu’une majorité claire se dégage. Ce
qui n’est pas donné d’avance.
Le plus probable est donc de voir
sortir du chapeau du Conseil
européen un outsider.
L’hyper-favori Jean-Claude Juncker
ne s’y trompe pas et brigue déjà
ouvertement un des autres postes
clés à pourvoir, celui de président
du Conseil européen. Si la fumée
blanche ne sort pas des urnes
en mai, elle ne s’échappera
pas forcément non plus du bâtiment
Justus Lipsius, le siège
du Conseil européen, en juin.
La partie s’annonce donc serrée
et la phase postélectorale au moins
aussi intéressante que la campagne.
Car le Parlement dispose d’un droit
de veto… à défaut du plein pouvoir
de désignation. « Tout comme le
Congrès américain, il peut bloquer
les nominations », rappelle Corinna
Horst. S’il doit finalement céder,
ce ne sera pas sans contreparties.
La fin du conclave est donc
plutôt pour juillet. En attendant,
nous allons avoir droit à
une vraie campagne européenne,
les candidats des partis en lice
ayant mission de porter la bonne
parole dans les 28 pays de
l’Union. Ce n’est déjà pas si mal. Q
RÉDACTION
Directeur de la rédaction Éric Walther.
Directeur adjoint de la rédaction
Philippe Mabille.
( Économie Rédacteur en chef : Robert Jules.
Rédacteur en chef adjoint : Romaric Godin.
Jean-Christophe Chanut, Fabien Piliu.
( Entreprise Rédacteur en chef :
Michel Cabirol. Rédacteurs en chef adjoints :
Delphine Cuny, Fabrice Gliszczynski.
Alain-Gabriel Verdevoye.
( Finance Rédacteur en chef adjoint : Ivan
© DR
L
e 1er mars, à Rome,
Martin Schulz
a été désigné
candidat du Parti
socialiste européen
pour les élections
parlementaires européennes de
mai. Et l’eurodéputée Véronique
de Keyser de clamer : « Habemus
Papam. » Des sociaux-démocrates
qui prennent leur candidat pour
un souverain pontife, c’est assez
original. En réalité, on en est encore
à réunir le concile. À l’heure où
j’écris ces lignes, on ne connaît pas
encore le candidat du Parti populaire
européen. Mais le Luxembourgeois
Jean-Claude Juncker a 90!% de
chances de l’emporter face au
Français Michel Barnier et au
Letton Valdis Dombrovskis. De
là à dire qu’il n’y a plus que deux
cardinaux en compétition, il y a
un pas… que le Traité de Lisbonne
ne permet pas de franchir. Le code
de « droit canonique » de l’Union
européenne investit les chefs d’État
et de gouvernement du pouvoir
de désigner le président de la
Commission… en « tenant compte »
du résultat des élections. Le
Parlement interprète cela comme
un saut vers un régime parlementaire
à l’allemande. Les chefs de parti
européens voudraient faire croire
aux électeurs européens que cette
Vertueux hackers
de Singapour
FRANCIS
PISANI
CHRONIQUEUR,
AUTEUR, EXPERT
INTERNATIONAL
EN INNOVATION,
CONFÉRENCIER.
SON BLOG :
FRANCISPISANI.NET
@francispisani
ous devrions tous
pouvoir participer
à l’amélioration
de nos villes.
À Singapour,
les hackers s’y
emploient à coup de rendez-vous
aux noms bizarres et légèrement
rébarbatifs : les hackatons. Ici,
quelques précisions de vocabulaire
s’imposent. Contrairement aux
idées reçues, les hackers sont des
gens qui, tout simplement, aiment
jouer avec les technologies,
les démonter pour voir comment
elles fonctionnent et les améliorer.
Ils sont utiles. Les hackatons
sont des réunions de hackers qui
couvrent généralement un weekend pendant lequel ils se lancent
des défis et tentent de résoudre
des problèmes, de mettre au point
des prototypes. Ça leur permet de
trouver de nouvelles applications,
de concevoir de nouveaux produits
et d’ébaucher de nouvelles start-up.
Ils espèrent y attirer l’argent
d’un investisseur ou d’un patron
en quête de talents. Restait
à les mettre au travail
sur les questions urbaines.
S’inspirant de l’expérience de
Summer of Smart à San Francisco
Newton Circus, une entreprise
singapourienne, a décidé, en 2012,
d’organiser une première réunion
de « prototypage urbain », m’a
expliqué Ciaran Lyons, un des
partenaires. La difficulté était
d’obtenir les données sur lesquelles
– l’opérateur de télécoms Singtel
parmi d’autres – qui ont accepté
de partager certaines données.
« Forts de cette ouverture, nous
sommes retournés voir
le gouvernement, qui nous a donné
un meilleur accès », poursuit
Ciaran Lyons. Et c’est ainsi qu’ils
ont ouvert une sorte de cercle
vertueux qui commence à porter
ses fruits : une longue série
de hackatons. Le premier a eu lieu
en juin 2012. Une vingtaine de
prototypes en sont sortis, allant de
la prédiction des places de parking
disponibles à la participation des
usagers dans la détermination
de la température idoine pour
l’air conditionné d’un immeuble.
Le second avait des objectifs plus
sociaux, comme aider les mères
célibataires à trouver du travail à
domicile. L’initiative a décollé en
2013 avec la réalisation de neuf
hackatons, dont un demandé par
l’Agence nationale chargée de
l’environnement. Chaque fois entre
100 et 200 hackers ont participé
à l’aventure, coordonnée sur une
plate-forme baptisée UpSingapour.
« Singapour n’est pas un gros
marché, mais c’est un excellent
laboratoire », explique Ciaran
Lyons. Ces réunions permettent
de tester des solutions. Et peu à
peu le gouvernement met plus
de données à la disposition des
hackers qui travaillent maintenant
aussi bien sur les problèmes
de transports publics que d’énergie
ou de logement. « Ça permet
de faire des tests rapides
et de voir ce qui est faisable », précise
Ciaran Lyons. L’enseignement
est clair. Ces hackatons répétés
permettent de mettre en place une
double dynamique dans laquelle
le gouvernement et les grosses
entreprises s’ouvrent à l’open
data alors que geeks et jeunes
faire travailler les développeurs. Le entrepreneurs cherchent des
gouvernement avait bien créé data. solutions aux problèmes de la ville.
gov.sg, un site officiellement « open Le plus dur est, peut-être,
data ». Mais les données y étaient
de faire accepter par les
publiées sous forme inutilisable (en institutions ces idées fugaces
PDF dans certains cas) ou vendues provenant d’inconnus. La réponse,
à des prix exorbitants. « Personne
aujourd’hui, consiste à s’intéresser
ne s’en sert », disaient les officiels
moins aux projets et plus aux
en guise d’excuse. « Parce qu’elles
équipes, aux petites start-up déjà
ne sont pas utiles ou pas sous cette
existantes. « Il nous faut trouver
forme », leur a répondu l’équipe de comment transformer tout cela
Newton Circus. Silence poli. Mais
en actions », relève Ciaran Lyons.
dans le même temps, ils allaient
En tout cas, les hackers
voir les entreprises du secteur privé de Singapour sont bien partis… Q
« IL NOUS FAUT TROUVER
COMMENT TRANSFORMER
TOUT CELA EN ACTIONS »
Best. Christine Lejoux, Mathias Thépot.
Correspondants Florence Autret (Bruxelles).
Rédacteur en chef La Tribune Hebdo
Jean-Louis Alcaïde.
( Rédacteur en chef La Tribune du
Grand Paris Jean-Pierre Gonguet.
(
Révision Cécile Le Liboux.
Iconographie Sandrine Sauvin. Cathy Bonneau.
Infographies ASKmedia.
(
(
(
(
RÉALISATION RELAXNEWS
( Direction artistique Cécile Gault.
( Graphiste Elsa Clouet.
( Rédacteur en chef édition Alfred Mignot.
( Secrétaire de rédaction Sarah Zegel.
ACTIONNAIRES
Groupe Hima, Laurent Alexandre,
JCG Medias, SARL Communication Alain
Ribet/SARL, RH Éditions/Denis Lafay.
MANAGEMENT
Vice-président en charge des métropoles
et des régions Jean-Claude Gallo. Conseiller
éditorial François Roche. Directrice Stratégie
et Développement Aziliz de Veyrinas (73 26).
Directrice de publicité Clarisse Nicot (73 28).
Directeur pôle Live Média Max Armanet.
Directeur nouveaux médias
Thomas Loignon (73 07).
Abonnements ventes au numéro
Aurélie Cresson (73 17).
Distribution MLP
Imprimeries IPS, ZA du Chant des Oiseaux,
80800 Fouilloy. No de commission paritaire :
0514 C 85607. ISSN : 1277-2380.
26 I
GÉNÉRATION
LA TRIBUNE - VENDREDI 7 MARS 2014 - NO 81 - WWW.LATRIBUNE.FR
CÉLINE LAZORTHES
La Wonder
Woman de
la cagnotte
À 31 ans, la fondatrice de la cagnotte en ligne Leetchi
a séduit 1 million d’utilisateurs dans 150 pays et dirige
26 salariés. Business angel, administratrice et
conférencière, elle diffuse sa passion d’entreprendre.
PAR PERRINE CREQUY
C
omplimentée pour le
succès de Leetchi, la
start-up qu’elle a fondée seule il y a quatre
ans, Céline Lazorthes
rosit et baisse le regard. Et pourtant, elle
pourrait s’enorgueillir : sa plate-forme de
cagnotte en ligne qui permet de collecter
et gérer de l’argent à plusieurs revendique
1 million d’utilisateurs dans 150 pays, avec
une déclinaison professionnelle, Mango
Pay, en sept devises. À 31 ans, elle dirige
une équipe de 26 personnes basée à Paris
et au Luxembourg. Et elle a levé 5,5 millions d’euros auprès des pointures du
secteur : Oleg Tscheltzoff (PDG de Fotolia), Xavier Niel (Kima Ventures), Jérémie Berrebi (Net2one), Patrick Chassany
(ex-Amen), puis des fonds IdInvest Partners et 360 Capital Partners. Mais Céline
Lazorthes garde la tête froide. « Pour pérenniser une start-up, il faut une attention
constante et beaucoup de travail. Ce n’est
jamais gagné d’avance. »
« LE PLAFOND DE
VERRE EST SURTOUT
PSYCHOLOGIQUE »
Cette rigueur dans l’exécution de son
projet est appréciée par Catherine Barba,
pionnière du Web qui siège à son conseil
d’administration : « Céline a toutes les qualités de l’entrepreneur : énergique, déterminée
et “focusée” tout en restant à l’écoute. Elle
est très ambitieuse et très humble. C’est une
femme de cœur d’une grande générosité, et qui
sait s’entourer. Il faudrait la cloner… et ainsi
la France sortirait du marasme!! » s’enthousiasme l’organisatrice de la Journée de la
femme digitale.
Enfant, cette native de Toulouse rêvait
de « devenir Wonder Woman pour sauver
le monde ». « J’ai eu du mal à trouver les
études qui me convenaient vraiment », se
souvient Céline Lazorthes. Attirée par le
Web, elle a commencé une formation à
l’Epita qu’elle a quittée deux ans plus tard,
ne voulant pas devenir ingénieur informatique. Elle rejoint alors l’Institut Léonard
de Vinci pour un DESS Internet et gestion
des médias, et enchaîne en parallèle des
expériences professionnelles variées (du
graphisme à la gestion de projet, en passant par la rédaction d’un discours pour
un député des Hauts-de-Seine). Cette
brune élancée au caractère affirmé préfère
l’action aux études.
Et pourtant, quelques mois après avoir été
embauchée par Gilles Babinet chez Eyeka,
elle retourne sur les bancs de l’école, à
HEC. Elle maîtrise déjà la vente, découverte auprès de sa mère, qui outre ses activités de cardiologue et de directrice médicale dans l’industrie pharmaceutique,
gérait un réseau de magasins Benetton.
« Vendre des pulls, ce n’est pas évident. Cette
expérience m’a appris l’importance du “geste
commercial”. »
À HEC, elle s’initie à l’entrepreneuriat et
commence à esquisser le futur Leetchi,
à l’état embryonnaire. Se souvenant de
ses déboires pour collecter le financement d’un week-end d’intégration dans
son école, elle est convaincue que de
nombreux organisateurs de cagnottes
aimeraient remplacer l’habituelle enveloppe par un outil numérique. La plateforme verra le jour neuf mois après le
dépôt des statuts et l’afflux des utilisateurs confirme son intuition. Elle recrute
alors les premiers piliers de l’équipe,
comme Laure Ménée, au poste clé de
directrice technique. « Je ne connais pas
d’autres start-up qui ont une femme CEO
et une femme CTO », se félicite Céline
Lazorthes, qui milite pour la promotion
de l’entrepreneuriat féminin au sein de
l’association Girls in Tech, ou en participant comme mentor à l’Incubateur June,
un programme de téléréalité diffusé par
la chaîne pour jeunes filles.
« En témoignant de mon expérience, je veux
donner envie aux femmes de se lancer. Le
plafond de verre est surtout psychologique »,
estime Céline Lazorthes, qui dit n’avoir
jamais pâti d’être une femme entrepreneur.
« Au contraire, être une femme m’a donné
plus de visibilité dans les médias et auprès des
investisseurs. Bien sûr, certains ne m’ont pas
prise au sérieux. Mais pendant qu’ils me sousestimaient, je prenais une longueur d’avance. »
« Céline s’est toujours montrée très mature
pour son âge », se souvient Emmanuelle
Zone d’influence : #numérique, #paiement, #e-commerce,
#entrepreneurs
Lévi, associée gérante chez 360 Capital
Partners, actionnaire dès les balbutiements de Leetchi. « Elle anticipe les problématiques de croissance de l’entreprise et
elle est capable de prendre des décisions qui
paraissent contre-intuitives à un entrepreneur, comme embaucher un collaborateur à
un niveau de salaire supérieur au sien. »
« Si l’on veut attirer les meilleurs, c’est normal », assène l’entrepreneure qui se dit
parfois « soupe au lait », mais qui considère
MODE D’EMPLOI
›F“cXi\eZfeki\i6 En marge d’une
conférence qu’elle donne une fois
par semaine à travers l’Europe, pour
partager son expertise en business
modèles, en levée de fonds, ou faire
un point sur le crowdfunding. Ou tout
simplement, sur le canapé du salon de
Leetchi, à une heure pas trop matinale.
›:fdd\ekcÊXYfi[\i6Un sourire.
« La conversation débute bien quand
les gens sont dans l’échange, sincères
et avenants. »
›À„m`k\i: « Ne m’appelez pas Leetchi !
Mon prénom, c’est Céline.
Ne perdez pas votre temps en flatteries,
et ne m’invitez pas à déjeuner
si on ne se connaît pas : dites-moi
plutôt de façon concise et directe
comment je peux vous aider. »
son équipe comme sa « famille ». « Elle a su
insuffler une âme dans la société. Elle sait être
proche des gens sans renoncer à son exigence
de qualité dans le travail », explique Romain
Mazeries, ami d’enfance et directeur de
la branche luxembourgeoise du groupe,
Leetchi Corp.
Pour Céline Lazorthes, vie professionnelle
et vie personnelle se rejoignent souvent,
« par nécessité ». Mais sans amalgame, selon Julien Lazorthes, son frère et ancien
stagiaire chez Leetchi. Les chamailleries
de fratrie n’ont pas leur place au bureau,
et elle oublie d’être patronne quand elle
participe à des courses à pied avec ses
collègues. Elle continue de s’inspirer de
ses expériences personnelles pour faire
grandir Leetchi : alors qu’elle prépare son
mariage pour septembre prochain, elle
lance une cagnotte spécifique pour proposer une alternative aux traditionnelles
listes de mariage.
Déjà, son futur époux participe aux pots
hebdomadaires de l’équipe et l’accompagne dans les cocktails de networking.
« Céline est de ces personnes qui, bien que
peu volubiles, focalisent l’attention quand
elles arrivent quelque part. Son charisme
de leader donne envie de la suivre dans tous
ses projets », souligne Antoine Vigne, son
fiancé. Et de projets, elle n’en manque pas,
pour faire grandir Leetchi, son « bébé qui
commence à bien marcher mais qui n’est pas
encore autonome ». Elle aimerait voir son
équipe doubler dans les deux prochaines
années. Tout en restant la « bonne fée »
d’autres entrepreneurs, grâce à ses mandats d’administratrice et ses contributions
de business angel Q
TIME LINE
Céline Lazorthes
Décembre 1982
Naissance
Mars 2009
Fonde Leetchi
2010-2011
Représente la France
au G20 YES de Toronto
puis de Nice
Mai 2013
Lance Mango Pay
avec une licence
européenne
d’établissement de
monnaie électronique
Janvier 2014
Lance la cagnotte
« Mariage »
2016
À la tête
de 50 salariés.
Aura peut-être
un bébé (un vrai).
© MARIE-AMÉLIE JOURNEL
@PerrineCrequy
'!
TOURNEZ
LA PAGE AVEC
MONSTER.FR
Monster.fr et La Tribune. Un duo
de choc pour trouver un meilleur job.
Faites confiance au leader mondial
de la mise en relation entre les
personnes et les opportunités de
carrière pour trouver le job qui vous
convient tout en feuilletant l’actualité.
Monster, c’est toutes les 20 secondes
un nouveau job disponible
également depuis latribune.fr.
Rendez-vous dès maintenant
sur www.latribune.fr/emploi ou
Monster.fr pour trouver mieux.
LA TRIBUNE - VENDREDI 29 NOVEMBRE 2014 - NO 69 - WWW.LATRIBUNE.FR
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising