Consultez notre article dans la revue SaluTerre

Consultez notre article dans la revue SaluTerre
La Transition énergétique
é
t
i
g
q
r
u
e
e
n
é
n
o
i
t
i
s
n
a
r
La T
SaluTerrre 115 - « La Transition énergétique : comprendre pour mieux agir »
Auteurs :
Geneviève ADAM, Roger BOURGEOIS, Daniel COMBLIN,
Josué DUSOULIER, André FOGUENNE, Ezio GANDIN,
Michel HUART, Yves MARENNE, Jean-Michel RENOIRT,
Marc VAN DAMME, Michel WAUTELET.
Comité de rédaction :
Patricia BLANCHART, Sophie DUFOUR,
Marcel GUILLAUME, Anne-France MOSSOUX,
Vladimir SAFAR, Marc VAN DEN BROECK,
Erick MASCART, Christian SAULLE.
Coordination :
Geneviève ADAM et Ezio GANDIN
Editeur responsable :
Ezio GANDIN
Devenir membre des Amis de la Terre :
Versez une cotisation annuelle de 25€
sur notre compte IBAN BE65-5230-8002-7196
avec la mention « cotisation + nom + année »
Illustrations :
Mathieu BEKAERT, Sophie ROLLIER, TITOM
(Licence Creative Commons by-nc-nd 2.0 be) – www.titom.be
Crédit photos :
photo de couverture : Geneviève ADAM
Amis de la Terre, APERe, Geneviève ADAM,
Bernard CLAESSENS, Alain DE BROYER, Ezio GANDIN,
Francis FLAHAUT, André FOGUENNE, Marc VAN DAMME,
www.sxc.hu
Maquette :
Sophie ROLLIER
Impression :
AZ Print, offset sur papier recyclé avec encres végétales.
Parution :
première parution à 1500 exemplaires, décembre 2013.
Les Amis de la Terre-Belgique ASBL
Rue Nanon 98
5000 Namur
Tél. 081/39.06.39
www.amisdelaterre.be
L ‘Asbl Les Amis de la Terre-Belgique bénéficie
du soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles
pour sa mission d’éducation permanente
Comprendre pour
mieux agir
La maîtrise du feu est considérée comme une
étape cruciale de l’évolution humaine. Depuis lors,
de nombreuses découvertes technologiques ont
augmenté notre confort quotidien non sans impact,
cependant, sur la qualité de notre environnement.
La clé de voûte de notre société industrielle est la
disponibilité d’une énergie abondante et bon marché
qui provient essentiellement aujourd’hui de la
combustion d’énergies fossiles ; toujours le feu. Cette
combustion produit d’énormes quantités de gaz à effet
de serre et de polluants qui mettent, aujourd’hui,
directement en danger l’humanité et toutes les formes
supérieures de vie de notre planète.
Sortir des énergies fossiles et du feu est aujourd’hui
un impératif pour celles et ceux qui se préoccupent
de demain et donc pour les amies et les amis de la
Terre. Cette revue présente quelques-uns des grands
défis énergétiques actuels et, surtout, ce que pourrait
être cette Transition Energétique au niveau individuel,
collectif, et à l’échelle d’un pays.
La bonne nouvelle est que la Transition est possible
et que tout est déjà là pour la réaliser. Alors pourquoi
ne pas en devenir des acteurs convaincus et convaincants pour créer le monde que nous souhaitons ?
rendre possible ce qui est souhaitable
Considérer la transition énergétique comme « un fardeau de plus » serait une erreur ;
s'y lancer à reculons sans comprendre la chance qu'elle représente, sans percevoir les
formidables opportunités qu'elle offre serait passer à côté de l'essentiel.
En desserrant l'étau des contraintes, elle nous permet de nous désaccoutumer de la
drogue dure de l'énergie facile, de tenter de réduire les effets des graves crises de
l'énergie et du climat qui sont devant nous et de progresser tous ensemble vers l'autonomie
énergétique grâce à laquelle nous pourrons affronter l'avenir avec plus de sérénité et
de résilience.
Association NégaWatt - France, 2011
www.negawatt.org
SOMMAiRE
PREMiÈRE PARTiE : DE L'ÉNERGiE DU FEU...
Sortir du feu pour réussir notre Transition énergétique - Ezio Gandin
5
Du pétrole, il y en a encore pour un siècle au moins ! - Jean-Michel Renoirt
8
Sortir du nucléaire en toute sécurité - Ezio Gandin
16
Sortir du nucléaire plus tôt que prévu - Daniel Comblin
17
L'avenir du nucléaire est-il dans les mini-centrales ? - Ezio Gandin
24
« Peak all » ou l'épuisement des minerais importants - Michel Wautelet
27
DEUXiÈME PARTiE : ... AUX ÉNERGiES DE FLUX
Quelle mobilité sans pétrole ? - Michel Wautelet
31
Une Belgique 100 % renouvelable en 2050 ? - Yves Marenne
38
La transition énergétique pour garantir à tous un service énergétique durable - Michel Huart
45
L'énergie citoyenne maîtrisée ? - Roger Bourgeois
54
Quelques coopératives citoyennes en énergie
59
La transition énergétique comme outil de changement citoyen - Josué Dusoulier
61
Vers une autonomie énergétique - Ezio Gandin
65
J'économise mon énergie - Marc Van Damme
68
Sortir du pétrole : petite histoire d'un long cheminement personnel - Ezio Gandin
72
Construire autrement - André Foguenne
76
Associations partenaires
78
Pour aller plus loin... quelques livres et DVD
80
VERS UNE TRANSiTiON ENERGÉTiQUE ÉQUiTABLE ET DURABLE
Utiliser exclusivement des énergies renouvelables permettra de développer un système énergétique moins dévastateur de la planète et plus
juste pour la planète. Mais jusqu’où sommes-nous prêts à céder des
parties de notre territoire aux énergies renouvelables pour disposer
des services énergétiques que nous attendons? Voilà probablement la
principale limite à la disponibilité de l’énergie de demain. L’utilisation
rationnelle de l’énergie (URE) est un concept fondamental de la transition énergétique afin de faire mieux avec moins d’énergie consommée.
Le système énergétique de demain équilibrera une production locale
d’énergie renouvelable avec une consommation d’énergie maîtrisée par
l’utilisation rationnelle de l’énergie.
Michel HUART
Michel HUART est ingénieur civil
avec 20 ans d’expérience multidisciplinaire dans le domaine de
l’énergie.
Secrétaire général de l’APERe
asbl, Association pour la Promotion des Energies Renouvelables et éditeur responsable
de « Renouvelle », il est aussi
maître de conférences à l’Université Libre de Bruxelles (ULB).
D'importants flux de matière se cachent
derrière notre consommation d'énergie
Nous ne nous en rendons généralement pas compte, mais notre
consommation de biens et de services génère de grands mouvements
de matières à travers le monde :
minerais, métaux, matières plastiques, produits chimiques, produits agricoles et forestiers, produits
alimentaires, produits manufacturés
et combustibles. Ces derniers constituent la part la plus importante.
Notre système énergétique est
aujourd’hui basé essentiellement
sur les énergies fossiles (très largement majoritaires) et nucléaire
qui représentent ensemble 80 %
de l’approvisionnement mondial.
Avec une population de plus de
7 milliards de personnes, les
quantités annuelles de combustibles réduites en fumées sont
gigantesques ; de grandes disparités existent selon les pays et les
personnes. Elles contribuent
grandement au réchauffement
planétaire, avec toutes les perturbations qui en découlent.
www.amisdelaterre.be - La Transition énergétique - ST115
Chaque année en Belgique,
le secteur énergétique requiert à
lui seul l’importation de plus de
60 millions de tonnes de matières
combustibles. Cette quantité est
mesurée par la consommation intérieure brute (CIB), indicateur de
quantité brute d’énergie consommée. En 2011, la consommation
énergétique de la Belgique a
engendré l’achat et l’importation de 175 millions de barils de
pétrole, de 4,2 millions de tonnes
de charbon et de 17 km³ de gaz
naturel, ainsi que l’extraction de
520 000 tonnes de minerai d’uranium. Concrètement, cela équivaut annuellement à la somme
d’une file de camions-citernes
remplis de pétrole de 15 000 km
de longueur, de 140 000 wagons
de charbon, de 6,2 millions de
boules de l’Atomium remplies de
gaz naturel et d’un train de 15 000
wagons de minerai d’uranium.
45
DONNÉES STATiSTiQUES DE LA CONSOMMATiON BELGE
La consommation énergétique est exprimée ci-dessous en valeur annuelle (an) et en valeur moyenne
par jour (j) et par habitant (hab). Cette quantité
d'énergie est exprimée avec le kWh comme unité
d'énergie et pour la population belge de 10,8 millions
d'habitants.
Le choix du kWh/(jhab) permet de comparer
notre consommation à l'énergie musculaire qu'un
humain peut produire par jour: entre 0,1 à 1 kWh/
(jhab) selon que vous soyez un sportif bien entrainé
ou pas !
• C ONSOMMATiON FiNALE (CF) BELGiQUE 2011 ≈ 39 MTEP/AN ≈ 450 TWH/AN ≈ 115 KWH/(JHAB)
Mtep : mégatonne d'équivalent pétrole
La CF mesure la quantité d'énergie mise à disposition de tous les consommateurs, principalement
sous la forme d'électricité, de carburants ou de combustibles.
>
>
Électricité = 20 kWh/(jhab)
>
Combustibles (pour une conversion en chaleur) = 63 kWh/(jhab)
arburants (principalement pour les transports routiers et aérien) = 32 kWh/(jhab).
C
[route : 26/ kWh/(jhab) ; avion 5 kWh/(jhab)
• C ONSOMMATiON iNTÉRiEURE BRUTE (CiB) BELGiQUE ≈ 60 MTEP ≈ 675 TWH/AN ≈ 175 KWH/(JHAB)
La CIB mesure la quantité d'énergie brute avant
transformation. Elle intègre aussi les consommations de combustibles utilisés à des fins non énergétiques (par exemple les produits pétroliers pour
la fabrication de plastique).
En conclusion, l'énergie que nous consommons est
1000 fois supérieure à celle que nous pourrions
produire !
Source : APERe
© illustration :
Mathieu Bekaert
15.000
km
de camions-citernes,
c'est une file continue entre
le Cap Nord en Norvège et
le Cap en Afrique du Sud.
46
www.amisdelaterre.be - La Transition énergétique - ST115
Gardons à l’esprit que la CIB sous-évalue la consommation énergétique réelle d’un pays comme la Belgique.
En effet, les consommations du transport maritime
ne sont pas comptabilisées dans ces statistiques et le
transport aérien international n’y est repris que partiellement. Par ailleurs, la CIB ne mesure pas l’énergie
incorporée dans les produits et matériaux importés
vers la Belgique.
A titre indicatif : la capacité du réservoir d'un avion de type Boeing 747 est de
220.000 litres de kérosène pour un vol
intercontinental avec quelques centaines
de passagers. Nous avons ici encore une
quantité considérable d'énergie consommée
qui ne figure que partiellement dans la CIB.
Le commerce florissant des appareils électroniques est
un exemple remarquable de ce qui échappe à la CIB :
GSM, smartphones, tablettes, écrans plats et autres
GPS se vendent annuellement par million en Belgique
et requièrent pour leur fabrication (en énergie et en
matières premières) plus de 11 fois leur poids en combustibles fossiles (1). Or l’énergie consommée pour
leur fabrication et leur transport ne se retrouve pas
dans la CIB de la Belgique, mais dans les pays qui les
fabriquent pour nous.
Un impact environnemental à l'image d'un iceberg
énergétique. A l’instar de la méthodologie de l’analyse
du cycle de vie (ACV), toutes les étapes en amont et en
aval de la transformation (parcours de l’énergie depuis
l’extraction jusqu’au lieu de délivrance de l’énergie finale) et des équipements mis en œuvre (y compris lors
de leur fabrication, de la phase de chantier, du démantèlement et du recyclage) sont analysés.
© Alain De Broyer 2007
Toutes ces matières sont prélevées de notre planète
là où la ressource est disponible. Et comme en Belgique nous n’avons plus de ressources énergétiques
dans notre sous-sol, nous bénéficions du service énergétique sans être confronté aux impacts de l’approvisionnement. Nous n’avons qu’une visibilité réduite de
son impact environnemental dont nous ne percevons
que la partie émergée de l’iceberg consommation.
L’analyse de l’impact de la consommation d’énergie
tient compte de l’ensemble des activités de la chaîne
Au niveau local, chaque activité de la chaîne énergétique impacte l’environnement. Il s’agit de la pollution
chimique ou thermique (air, eau, sol, biosphère), des impacts physiques (bruit/vibration, paysage), des risques
sur la santé et enfin de l’espace occupé. En Belgique,
l’évaluation des incidences sur l’environnement est systématiquement exigée dans la procédure d’autorisation
de toute activité. Les activités énergétiques n’échappent
pas à cette règle. Pour certaines, une étude d’incidence
sur l’environnement (EIE) est exigée (voir le cadre réglementaire européen transposé dans les Régions).
(1) D
’après KUEHR Ruediger, WILLIAMS Eric Kuehr «Computers and
the Environment: Understanding and Managing tTheir Impacts ,
Kluwer Academic Publishers, Eco-Efficiency in Industry and Science
Series. Dordrecht/NL, octobre 2003 »
www.amisdelaterre.be - La Transition énergétique - ST115
47
Cependant, comme nous ne sommes pas confrontés
aux activités qui se situent en dehors de nos frontières,
une bonne partie des impacts de la chaîne énergétique
nous échappent. Les témoignages des habitant(e)s des
régions où les ressources fossiles et fissiles sont extraites
sont là pour nous rappeler que nous ne sommes pas tous
égaux devant la protection du cadre de vie. Sans compter les risques qui pèsent sur des régions jusqu’ici épargnées qui attisent les appétits de certaines compagnies
pétrolières, gazières ou minières ou encore de l’industrie
agricole (agro-business avec les cultures énergétiques).
Au niveau global, les émissions de CO2, la radioactivité et
la perte de biodiversité sont particulièrement préoccupantes. À cela s’ajoute un autre élément fondamental à
considérer : le niveau du risque. S’il est déjà lourd à supporter avec le transport de combustible pétrolier et ses
tristement célèbres marées noires, il devient incommensurable avec la filière nucléaire. Un accident nucléaire
se traduit irrémédiablement par l’exclusion de toute vie
humaine dans une zone de large étendue pour des milliers de générations et une pollution radioactive qui peut
largement dépasser les frontières des continents.
Cessons d’aller chercher notre énergie ailleurs et valorisons nos ressources locales et renouvelables. Leurs
impacts se mesurent en substitution d’une situation
où les énergies fossiles majoritaires à 80 % constituent
la référence. Les énergies renouvelables réduisent les
émissions de CO2 et soulagent la planète d’un approvisionnent fossile dévastateur. Le même résultat peut
être atteint en réduisant la consommation. En faisant les
deux, on démultiplie le bénéfice.
CONSOMMATION FINALE D'ÉNERGIE EN BELGIQUE (2011) :
80% D'ÉNERGIE FOSSILE, 11% DE RENOUVELABLE ET DE
DÉCHETS ET 9% DE NUCLÉAIRE
La consommation finale d'énergie met à disposition des carburants, de l'électricité, du charbon,
des combustibles renouvelables ou issus de déchets.
En 2011, les produits pétroliers représentaient
37% de notre consommation totale, le gaz naturel
32%, l'électricité 18%, le charbon 3% et les énergies
renouvelables et déchets 10%. La part électrique
est issue du nucléaire pour 53%, du gaz naturel 31%,
des énergies renouvelables 9% et du charbon et les
déchets solides 7%.
CF BELGE PAR VECTEUR ÉNERGÉTiQUE - 2011
Source : Renouvelle n°54 - Mai 2013
Energies fossiles et nucléaire : pas une fatalité
48
Les énergies fossiles et la filière nucléaire nous ont habitué au confort d’une énergie largement disponible
à tout moment pour nos activités, qu’elles soient privées ou professionnelles et, bien sûr, nous aimerions
que cela continue. Leur utilisation dans divers équipements réduit la pénibilité de certains travaux, chauffe
ou rafraîchit nos locaux, nous déplace à tout moment,
transporte nos achats matériels et nous donne accès
à de nombreuses activités, qu’elles soient vitales ou
superflues, essentielles ou futiles.
Les limites, les contraintes sont en réalité nombreuses,
à différents niveaux :
Nous avons même pu croire que cette disponibilité
de l’énergie serait sans fin. Et pourtant, aujourd’hui,
force est de constater que cela n’est pas le cas.
c
risques inconsidérés autour des sites
> Ethique :
> Ressources : pic pétrolier et finitude des stocks ;
impacts de l’exploitation, du
> Environnemental :
transport, de la conversion et des déchets ;
évolution des prix par vagues au
> Economique :
gré des caprices du marché du baril de pétrole
et des spéculations monétaires ;
d’exploitation, répartition inéquitable des profits et iniquité face aux dégâts des changements
climatiques.
www.amisdelaterre.be - La Transition énergétique - ST115
Si l’énergie était disponible en abondance, bon marché et sans impact ni sur l’environnement ni sur la
paix entre les états, la question de la consommation
d’énergie ne se poserait pas. Mais l’énergie que nous
avons pris l’habitude d’utiliser se raréfie, son prix augmente, elle a un impact négatif de plus en plus fort sur
l’environnement et son attrait attise les conflits.
A ce stade, il est utile de rappeler que la finalité n’est
pas l’approvisionnement énergétique, mais bien la
mise à disposition d’un service au consommateur. Bien
sûr, le service est généralement fourni par un équipement consommant de l’énergie, mais une partie de la
solution se trouve aussi directement dans l’accès au
service et à la nécessité du service. Plusieurs solutions peuvent satisfaire la même demande. Ainsi : la
proximité et les circuits courts réduisent le besoin de
déplacement ; l’isolation de l’enveloppe du bâtiment
réduit la déperdition thermique et donc le besoin de
chauffage ; l’augmentation de la durée de vie des voitures ou le fait de pouvoir s’en passer réduit le besoin
d’acier pour la fabrication.
Deux fois plus de bien être avec
deux fois moins de ressources ?
La transition énergétique est rassurante car elle nous
conforte dans la continuité des services énergétiques
auxquels nous avons été habitués ou que nous souhaiterions atteindre. En outre, nous souhaitons maintenir, voire accroître, notre « pouvoir d’action » qui est
intrinsèquement lié à l’accès à l’énergie.
Un avenir énergétique sans énergie fossile est possible comme le proposent les approches NégaWatt,
Trias Energetica, Réinventer le feu et la Charte pour
une énergie durable. Toutes s’accordent sur une stratégie en trois phases qui agit sur la demande d’énergie et sur la production d’énergie : consommer moins,
consommer mieux et produire mieux.
Disposer d’une énergie durable assure, pour tous et
dans la durée, un accès aux services énergétiques.
Cela implique l’équilibre entre une offre énergétique
basée sur des sources renouvelables et une demande
maîtrisée par une utilisation rationnelle de l’énergie
(comportements judicieux et équipements efficients).
Le choix des énergies renouvelables
Les énergies renouvelables sont les formes finales
d’énergie (travail, électricité, chaleur, froid) issues de
la conversion de sources renouvelables. Les sources
d’énergie renouvelables sont des énergies de flux qui
se régénèrent en permanence au rythme du soleil et
de ses dérivés (le vent, les cours d’eau, les vagues, les
courants marins, la chaleur naturelle et la croissance
de la biomasse), ainsi que des marées et de la chaleur
naturelle de la terre. Il faut veiller à ce que la valorisation de la ressource ne limite pas sa disponibilité future.
Les systèmes de conversion diffèrent selon la source
d’énergie et la forme finale d’énergie.
Le fait de passer d’un système énergétique basé sur
des énergies de stock (pétrole, gaz, charbon, uranium)
à un système basé sur des énergies de flux nécessite de gérer l’équilibre entre la demande et l’offre
d’énergie. D’une part, on agit sur le moment où l’on
consomme l’énergie en l’organisant selon la disponibilité de l’offre et la « déplaçabilité » de la demande.
D’autre part, on recourt à des capacités de stockage
qui accumulent l’énergie quand elle est abondante
et la libèrent quand elle est insuffisante. On parle
de stockage virtuel pour la gestion de la demande et
de stockage réel pour les systèmes de type batterie.
Aujourd’hui, le stockage prend une place centrale
dans la gestion des flux. Il est la condition indispensable d’un déploiement prépondérant des énergies
renouvelables.
Quelle offre énergétique renouvelable pour la Belgique ?
De toute évidence, le caractère renouvelable de la ressource exploitée nous garantit d’en disposer dans la
durée. Mais plus grand est notre désir de « pouvoir
d’action », plus vaste est l’espace de territoire occupé pour récolter l’énergie. Par ailleurs, la variabilité
dans le temps de chacun des flux renouvelables (soleil, vent, cours d’eau, récoltes de biomasse, chaleur
naturelle) nous amène à privilégier leur combinaison,
la dispersion géographique des systèmes et l’interconnexion des réseaux électriques.
La quantité d’énergie renouvelable disponible dépend
des surfaces dédiées à l’exploitation des sources renouvelables, des caractéristiques énergétiques locales des
sources et de la performance des systèmes de conversion mis en œuvre. Le tableau ci-après permet de
calculer les ressources énergétiques primaires brutes
disponibles à l’échelle locale en Belgique, ainsi que les
quantités d’énergie finale (formes utiles) potentiellement disponibles, sur base des technologies actuelles.
www.amisdelaterre.be - La Transition énergétique - ST115
49
Tableau 1 : Ressource énergétique belge par km2 de territoire exploité. Source : ABC de l'énergie durable - APERe
source
ressource énergétique
annuelle primaire ou brute
ressource énergétique annuelle
finale issue de technologies actuelles
Soleil
1000 GWh/km2
Selon cycle journalier et saisonnier
Chaleur (basse t°) : 100 - 500 GWhth/km2
Electricité : 50-200 GWhe/km2
Vent (terre)
Dépend de l'altitude considérée
Selon cycle météorologique
(dépression - haute pression)
Electricité : 20-40 GWhe/km2
Vent (mer)
Idem supra
Electricité : 30-60 GWhe/km2
Cours d'eau
Spécifique à chaque bassin versant
Selon régime des pluies
Electricité : 350-700 GWhe (Belgique)
Courants marins
et vagues
Courant marin : 800 GWh/km2
vague 4-5 MW/km
(Electricité (courant marin) :
50-100 GWhe/km2)
(Electricité (vague) :
facteur de charge de 6%)
Chaleur naturelle
(milieu ambiant :
air, eau, sol)
Réservoir de chaleur renouvelé essentiellement par l'effet du soleil et dérivés
(vent,pluie)
Dépend de la taille de l'échangeur de
chaleur, de la t° demandée, de la t°
de la source et de sa capacité
de renouvellement.
Chaleur naturelle
géothermique
(1 GWh/km2)
(flux thermique des roches
du sous-sol ≈ 0,110 W/m2)
en cours d'étude
Biomasse
6 GWh/km2
(Energie chimique stockée par
la photosynthèse dans les
conditions moyennes belges)
Chaleur (haute t°) : 3 - 5 GWhth/km2
Electricité : 1-2 GWhe/km2
Par exemple, l’implantation d’une technologie comme
le photovoltaïque sur un km² va permettre de produire
jusqu’à 200 GWh (voir le tableau ci-dessus), mais ne
permet plus l’agriculture sur cette surface. En priorité,
elle équipera les espaces déjà occupés que sont les
toitures et autres infrastructures déjà existantes ou
prévues. Un km² qui recevrait un projet éolien
(5 éoliennes) pourrait produire jusqu’à 40 GWh tout en
restant disponible pour toutes les productions agricoles
ou forestières, combinaison bien intéressante dans ce
cas. Par contre, une distance minimale devra être respectée entre le grand éolien et l’habitat. Ces deux exemples
montrent clairement que des choix d’aménagement du
territoire et d’urbanisme sont à faire avec une vision
à long terme qui intègre la transition énergétique.
50
Pour déterminer le potentiel énergétique d’une
région, il faut identifier les surfaces qui peuvent être
rendues disponibles pour l’implantation des installations d’énergies renouvelables. La surface de la
Belgique est de 30.528 km² et la Belgique dispose de
3.420 km² de territoire maritime. A vos calculettes !
Ainsi, 10% du territoire occupé par des éoliennes, soit
3.000 km², produiraient l’équivalent de la consommation électrique belge (80 TWh). De même, 800 km² de
surface photovoltaïque, soit 2,5% du territoire belge,
produiraient l’équivalent de la consommation électrique belge (80 TWh). On ne tient pas compte ici de
l’investissement financier nécessaire pour atteindre
cet objectif.
www.amisdelaterre.be - La Transition énergétique - ST115
Le potentiel énergétique belge des énergies renouvelables est défini par les surfaces que l’on met
en œuvre pour une exploitation énergétique des flux
renouvelables. Il s’agit donc principalement d’une
question d’aménagement du territoire.
Jusqu’où sommes-nous prêts à occuper de l’espace pour
disposer de cette énergie ? Voilà probablement la principale limite dans la disponibilité de l’énergie de demain.
Mais la limite peut être repoussée bien loin en développant l’Utilisation Rationnelle de l’Énergie (URE).
Utilisation Rationnelle de l'Énergie (URE)
L’URE conduit à la recherche des solutions individuelles et collectives qui induisent la plus petite consommation
d’énergie. Elle combine comportements judicieux et équipements énergétiquement efficients.
EXTRAiT DE LA CHARTE POUR UNE ÉNERGiE DURABLE
www.apere.org
• C OMPORTEMENT JUDiCiEUX
> Faire
la chasse au gaspillage
exemples : extinction des lumières inutiles, suppression d'achats superflus
le mode de vie et les activités
> Adapter
exemples : sobriété, consommation au meilleur moment de la journée (de l'année),
transports en commun
la durée de vie des biens
> Accroître
exemples : entretien du matériel, choix d'équipements à longue durée de vie
• ÉQUiPEMENT EFFiCiENT
qui réduisent les pertes de conversion
> Technologies
exemples : chaudières à haut rendement, ampoules économiques, électroménagers A++
> Objets et infrastructures qui réduisent les consommations d'énergie associées à leur usage
exemples : véhicules légers, isolation d'un bâtiment, noyaux d'habitats
et services à moindre énergie incorporée (énergie grise)
> Matériaux
exemples : circuits courts, isolants naturels, produits de saison
D’une part, l’URE vise à garantir les services énergétiques en consommant moins d’énergie : c’est l’efficacité énergétique, qui produit des « négaWatts » et qui
agit essentiellement sur les équipements, comme par
exemple, les chaudières à haut rendement, les véhicules plus légers ou les bâtiments bien isolés.
de réduction des consommations d’énergie, en
diminuant le rythme des services, en les rendant
plus flexibles ou en les supprimant purement et simplement avec par exemple, la suppression d’achats
superflus, le déplacement des activités selon la disponibilité de l’énergie ou un changement de mode de vie.
D’autre part, la démarche analyse également le degré
d’utilité des services demandés. Nous parlons alors de
recherche de sobriété énergétique, qui peut remettre
en question l’étendue des services. Nous entrons ici
dans une dimension de type comportemental. Elle
permet évidemment d’aller bien plus loin en termes
Le volet comportemental s’avère aussi central dans
la lutte contre ce qu’on nomme « l’effet rebond ».
Celui-ci annule les bénéfices énergétiques obtenus
par une meilleure efficacité suite à l’augmentation de
l’étendue du service demandé ou encore suite à un
transfert vers des services encore plus énergivores.
www.amisdelaterre.be - La Transition énergétique - ST115
51
Par exemple : « j’habite une maison passive et, fier et
soulagé par l’économie d’énergie sur mon chauffage,
je profite allègrement de l’offre de vols lowcost pour
des weekends exotiques ! ». Sur cet aspect, plutôt que
de culpabiliser, il faudrait réfléchir à la contradiction
actuelle d’envoyer vers le consommateur, en même
temps, un « message éducatif » qui prône l’efficacité
énergétique et une offre sans cesse plus large et à
petits prix de services très énergivores.
De cette notion de degré d’utilité, découle un choix
donnant la priorité à certains services énergétiques
en fonction de la disponibilité de la ressource et la
période. Pensons à l’expérience pilote de la station
polaire Princesse Elisabeth qui donne selon l’heure de
la journée la priorité aux activités de recherche ou à
celles récréatives. Ainsi, dans un système à ressources
limitées, le cadre qui régit ces priorités joue un rôle
essentiel dans une organisation équitable. Les règles
de droit, la fiscalité, la politique de prix et les sciences
humaines ont ici un rôle clé à jouer pour nous amener
à consommer au meilleur moment.
Des plans URE pour les secteurs énergivores : bâtiment, industrie,
transport et électricité
L’utilisation rationnelle de l’énergie (URE) se trouve au
cœur de la transition énergétique. Concrètement, un
plan d’actions à l’échelle d’une région sera mis en œuvre
pour chacun des grands secteurs « énergivores » :
bâtiment, industrie, transport et secteur énergétique
et en particulier le secteur électrique. Ces quatre secteurs sont spécifiques et les leviers pour les amener à
s’adapter leur sont propres.
Les leviers et les retombées d’une politique énergétique ne se cantonnent pas à la compétence « énergie ». Parmi les leviers essentiels, le cadre juridique, la
fiscalité, la politique de prix, la recherche, l’éducation,
ainsi que les normes de produits. Parmi les retombées, citons principalement les recettes des activités
économiques, la réduction des dépenses de sécurité
sociale liée à l’emploi et la préservation de l’environnement et de ses richesses naturelles.
Dans « Réinventer le feu », Amory Lovins expose
concrètement un plan pour les Etats Unis autour de
chacun de ces grands secteurs. Dans « Changeons
d’énergie » de l’association NégaWatt, les auteurs ont
fait le même exercice pour la France, en incluant le
remplacement de la filière nucléaire dans le secteur
électrique.
Pour illustrer le propos, nous identifions des objectifs clé par secteur :
> Dans le bâtiment : continuer à améliorer la
performance énergétique du bâti existant et à
venir ; renforcer les fonds énergie qui facilitent
l’investissement en URE (ex. EcoPack).
> Dans l'industrie : amener davantage de flexibilité dans la production en lien avec les variations de disponibilité de l’énergie ; appliquer
une taxe CO2 à l’importation des produits.
> Dans
le transport : lutter contre la dispersion
de l’habitat et renforcer la mixité des activités
pour permettre sur le long terme de réduire
les besoins de déplacement des personnes ; ne
soutenir la diffusion que des véhicules légers ;
renforcer le chemin de fer.
> Dans le secteur électrique : adapter les réseaux
électriques pour permettre une gestion intelligente des flux d’électricité ; créer un cadre juridique et incitatif pour reconnaître le service de
gestion de la demande et de stockage d’énergie ;
continuer à accroître le parc de production
renouvelable local ; accroître les capacités
d’interconnexion.
Le rôle de la politique est de veiller à doter le territoire d’un cadre qui rend possible et stimule la transition
énergétique. Si le cadre est clair, stable et stimulant, l’esprit entrepreneurial s’exprimera dans cette direction.
52
www.amisdelaterre.be - La Transition énergétique - ST115
Trias energetica, une approche en trois points :
1. Minimiser la demande en énergie
2. Utiliser au mieux toutes les sources disponibles d’énergie renouvelables
3. Recourir à des systèmes énergétiques performants
Dans « Réinventer le feu », Amory Lovins propose pour les Etats-Unis des solutions économiques
novatrices pour une nouvelle ère énergétiques sans pétrole, ni charbon, ni nucléaire d’ici 2050.
Amory Lovins est directeur du Rocky Mountain Institute aux Etats Unis. En 1997, il a été le co-auteur
de « Facteur 4, deux fois plus de bien-être en consommant deux fois moins de ressources », rapport
au Club de Rome.
NégaWatt www.apere.org
Sobriété, efficacité, renouvelables : tel est l’ordre logique de la démarche négaWatt, la trilogie du bons sens.
L’énergie durable assure, pour tous et dans la durée, un accès aux services énergétiques. Elle implique
l’équilibre entre une offre énergétique basée sur des sources renouvelables et une demande maîtrisée par
une utilisation rationnelle de l’énergie (comportements judicieux et équipements efficients).
En Conclusion
La transition énergétique fait partie des grands débats
actuels. Le système énergétique qui nous a abreuvés jusqu’à présent n’est pas durable, comme en
témoigne le flux des matières qu’il génère à travers
toute la planète. Les énergies fossiles et nucléaires largement utilisées aujourd’hui ne sont pas une fatalité.
Un équilibre entre une offre énergétique basée sur les
sources d’énergie renouvelables et une demande maîtrisée par une utilisation rationnelle de l’énergie (URE)
est une garantie de donner à tous accès aux services
énergétiques dans la durée et de manière soutenable.
Différentes approches convergent vers une combinaison adéquate des énergies renouvelables et de l’URE:
NégaWatt, Trias Enegetica, Réinventer le feu, 100%
énergie renouvelable, la Charte pour une énergie durable, en sont différents beaux exemples.
rationnelle de l’énergie. Celle-ci va bien plus loin
qu’une simple amélioration de l’efficacité énergétique
des équipements de conversion d’énergie, elle pose
une réflexion radicale sur les comportements, l’adaptabilité de nos modes de vie et les besoins de notre
bien-être. Et de la réflexion à l’action, il n’y a qu’un pas
que nous pouvons tous faire.
Nous avons rassemblés dans cet article les éléments
clé pour comprendre, d’une part, les possibilités et
limites des énergies renouvelables en Belgique et,
d’autre part, l’étendue d’une démarche d’utilisation
m
da
G. A
www.amisdelaterre.be - La Transition énergétique - ST115
53
POUR ALLER PLUS LOiN...
« CHANGEONS D'ÉNERGiES : TRANSiTiON, MODE D'EMPLOi »
Association française Negawatt, ed. Actes Sud, 2013.
Ce petit livre est destiné à tous ceux qui souhaitent saisir les enjeux de l'énergie
et en décrypter la complexité, se défaire des idées reçues et connaître
les propositions aussi novatrices que de bon sens portées par l'Association
négaWatt. Un mode d'emploi écrit avec pédagogie et clarté pour aider ceux
qui, convaincus par la justesse de ces idées, veulent les mettre en pratique et
mieux les faire connaître.
« ViVEMENT 2050 !
COMMENT NOUS ViVRONS (PEUT-ÊTRE) DEMAiN »,
Michel Wautelet, L'Harmattan, 2007.
Dans notre société occidentale et développée, la vie quotidienne dépend d'un
facteur important : le pétrole abondant et bon marché. Vers 2050, le pétrole
et le gaz naturel seront en voie d'épuisement. Cet ouvrage décrit ce que sera la
vie dans nos sociétés occidentales à l'ère de l'après-pétrole. Le futur sera ce que
nous en ferons. Cet ouvrage se veut un appel à la réflexion et à l'action, pour
que nous prenions dès aujourd'hui les bonnes décisions.
« WELCOME TO FUKUSHiMA »
Alain de Halleux, 59 min., Belgique 2013.
La catastrophe nucléaire de Fukushima a succédé, trente ans
après, à celle de Tchernobyl (1986). Le réalisateur s'est rendu à
Minamisoma, ville située à 25 kilomètres (16 miles) de la centrale
nucléaire de Fukushima-Daiichi, à la lisière des 20 kilomètres
autour de cette centrale considérés comme contaminés.
80
www.amisdelaterre.be - La Transition énergétique - ST115
« RÉiNVENTER LE FEU : DES SOLUTiONS ÉCONOMiQUES
NOVATRiCES POUR UNE NOUVELLE ÈRE ÉNERGÉTiQUE »,
Amory Lovins, Edition Rue de l’échiquier, 2013, 676 pages.
Ce livre expose concrètement les moyens de basculer dans l'efficacité
énergétique et les énergies renouvelables pour chacun des grands secteurs
« énergivores » : le transport, le bâtiment, l'industrie et la production d électricité. En s'appuyant sur trente années de recherche et de pratique, il
montre que les entreprises, motivées par le profit et encouragées par la
législation, peuvent conduire les États-Unis et le reste du monde à se passer
complètement de pétrole, de charbon et de nucléaire d'ici 2050, tout en
réduisant de façon drastique leur consommation de gaz naturel.
« MANUEL DE TRANSiTiON DE LA DÉPENDANCE AU PÉTROLE À LA RÉSiLiENCE LOCALE »,
Rob Hopkins, Ed. Ecosociété, Canada 2010.
Que seraient nos sociétés sans pétrole ? Brutalement métamorphosées...
Nous devrions rapidement réapprendre à produire un nombre incalculable
de choses pour assurer notre survie. Mais serions-nous capables d'une telle
autonomie ? Ce scénario catastrophe est loin d'être paranoïaque. Il représente au contraire un avenir proche que nous devrons affronter tôt ou tard.
Comme nos gouvernements refusent de prendre les mesures qui s'imposent,
il nous revient à nous, citoyenNEs, de prendre l'initiative et de nous préparer.
« RÉNOVER EN BASSE CONSOMMATiON »,
Bourgeois M., Bronchart S., Rixen J-F., Ed. L’Inédite, France 2010.
Réduire la consommation énergétique et diminuer les émissions de CO2
d'ici 2020 va nécessiter un effort important pour le monde du bâtiment.
Ce livre est le reflet d'une dizaine d'expériences en Belgique et en France.
Les auteurs ont voulu présenter des projets différents qui permettent
d'avoir une vue d'ensemble sur les typologies de rénovation.
www.amisdelaterre.be - La Transition énergétique - ST115
81
PRÉSENTATiON DE L'ASSOCiATiON
Les Amis de la Terre participent à la critique et à la
transformation de la société. Nous revendiquons
un mode de vie respectueux de la planète. Nos axes
principaux de travail concernent la sauvegarde de la
biodiversité locale, les défis énergétiques et climatiques locaux et globaux, la gestion domestique durable de l’eau, la création de circuits courts et d’initiatives collectives au niveau alimentaire.
Les changements d'attitude au quotidien pour un
«Vivre autrement ensemble» et le soutien aux initiatives de Transition rassemblent les actions individuelles et collectives possibles et encore à imaginer
pour cette transformation de la société.
Les Amis de la Terre font partie de la plus importante
fédération environnementale, présente dans 77 pays,
avec plus de 5 millions de membres et plus de 5000
groupes locaux : Friends of the Earth International.
Notre association est reconnue en éducation permanente en Wallonie et à Bruxelles.
Amis de la Terre
Et l'énergie, concrètement ?
Nous invitons chaque citoyen à entrer dans une
démarche «NégaWatts». Celle-ci consiste, d’une part,
à réaliser des économies d’énergie grâce à la réduc-
tion de sa consommation, à l’utilisation d’équipements plus efficaces, et d’autre part, à participer au
développement des énergies renouvelables locales.
l
Amis de
82
rre
a Te
www.amisdelaterre.be - La Transition énergétique - ST115
LES VOLONTAiRES DE L'ASSOCiATiON ORGANiSENT
EN WALLONiE ET À BRUXELLES :
Des conférences
et ciné/débat sur des thèmes
comme le pic du pétrole,
les changements climatiques,
l'obsolescence programmée...
Des
interpellations
publiques pour les économies d'énergie et la participation à la campagne européenne
pour une justice climatique
« The big ask ».
www.thebigask.be
Des
soirées
d'informations
sur le concept
de voitures
partagées
Des
visites de maisons éco-rénovées et
de villes en avance sur
ces questions
énergétiques
Un
groupe de
réflexion mensuel
(« Groupe SoS »)
sur la décroissance
économique
soutenable
REJOiGNEZ-L'UN DES GROUPES LOCAUX
POUR AGiR COLLECTiVEMENT !
Précédentes publications axées sur l'énergie :
Les villes en transition (2010)
> C14 :
Cahier technique Poêle de Masse (2009)
> CT1 :
> R83 : Objectifs « Negawatts » (2004)
> R51 : Énergie Bois... Chaud devant ! (1999)
Conseils et informations : www.amisdelaterre.be
Contactez-nous à Mundo-Namur :
permanence tous les jours de 9-12h au tél. : 081-39.06.39 - [email protected]
www.amisdelaterre.be - La Transition énergétique - ST115
83
Sortir des énergies fossiles et du feu est aujourd'hui un impératif. Cette revue présente quelques-uns
des grands défis énergétiques actuels et, surtout, ce que pourrait être cette Transition Energétique
au niveau individuel, collectif, et à l'échelle d'un pays.
Comprendre pour
mieux agir
La bonne nouvelle est que cette Transition est possible et que tout est déjà là pour la réaliser.
Alors pourquoi ne pas en devenir des acteurs convaincus et convaincants pour créer le monde
que nous souhaitons ?
Les Amis de la Terre-Belgique asbl
Rue Nanon 98 - 5000 Namur
Tél. 081/39.06.39
La Transition énergétique :
comprendre pour mieux agir
Première édition, décembre 2013
Prix à la pièce : 6€
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement