Guide conseil pour la conception énergétique et durable des

Guide conseil pour la conception énergétique et durable des
Logements collectifs
> pour les gestionnaires
GUIDE CONSEIL
Fiches pratiques pour la conception
énergétique et durable
Version mai 2006
Plus d’infos :
www.bruxellesenvironnement.be
> entreprises > energie
facilitateur logement collectif:
[email protected]
0800 85 775
Avertissement
Mode d’utilisation de ce document
L’IBGE a souhaité fournir aux Maîtres d’Ouvrage, aux bureaux d’études et aux architectes
œuvrant dans le secteur du logement collectif, deux outils de référence pour la conception
« énergétique » et « durable » d’un nouveau bâtiment ou sa rénovation :
ƒ
le présent guide-conseil devant servir à clarifier les demandes de performance
entre un Maître d’Ouvrage et ses opérateurs,
ƒ
un second guide-conseil, destiné au concepteur précisant les critères
techniques à mettre en œuvre pour atteindre ces performances.
Chaque Maître d'Ouvrage reste libre de décider, avec les conseils de l’architecte, du bureau
d'études et/ou de l'installateur, d'intégrer ou non les recommandations les plus intéressantes
et les plus adaptées dans son projet.
Ces recommandations ne sont pas exhaustives et ne dispensent pas d'appliquer les normes
et prescriptions réglementaires en vigueur.
Dans un but de promotion des économies d'énergie et du développement durable, des
copies d’extraits ou de l'intégralité de ce texte sont souhaitées. Aucune activité commerciale
relative à l’utilisation des informations qu’ils contiennent n’est cependant autorisée.
Il appartient à chaque utilisateur de ce document de faire preuve de vigilance et de capacité
d’adaptation lorsqu’il sera appelé à rédiger les clauses définitives qui le lieront avec son
opérateur. En aucun cas, l’IBGE ou le concepteur du présent document n’assumeront une
quelconque responsabilité quant à une utilisation erronée ou inappropriée des clauses ici
reprises. La vérification finale reste du ressort de l'utilisateur.
Initiative
Bruxelles Environnement
Institut Bruxellois pour la Gestion
de l’Environnement
Gulledelle, 100
1200 Bruxelles
Réalisation
Architecture et Climat – UCL
Place du Levant, 1
Contact
Tel : 010/47.21.42
Fax : 010/47.21.50
Courriel : [email protected]
Site Internet : www-climat.arch.ucl.ac.be
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
1
Mode d’emploi
Le guide-conseil pour le maître d’ouvrage a été rédigé de manière à mettre en évidence, pour chaque
phase d’un projet de construction (avant-projet, projet, chantier) à la fois les exigences à établir par le
maître d’ouvrage et les actions concrètes à mettre en œuvre.
Ce guide est libellé sous forme de fiches qui reprennent un ensemble d’exigences ou d’actions
concrètes.
En cas de besoin, pour toutes informations techniques complémentaires, le maître d’ouvrage se
référera à la table des matières du « guide-conseil pour auteur de projet ».
MISE EN GARDE
Il se peut que certaines propositions d’actions ou exigences de ce guide-conseil soient contradictoires
les unes par rapport aux autres.
En effet, le guide-conseil a été rédigé suivant différents critères qui, chacun, ont engendré un certain
nombre de propositions.
C’est au maître d’ouvrage d’établir une hiérarchie entre les différents critères à prendre en compte
dans leur projet et les propositions d’actions qui en découlent.
CONTEXTE
Région de Bruxelles-Capitale
Ce guide-conseil s’inscrit dans le contexte urbain de la Région de Bruxelles-Capitale.
Ce contexte urbain est défini par :
• Une forte densité d’habitations « en îlots » :
Les intérieurs d’îlots sont fortement construits : cours pavées, ateliers, garages couverts,…
Les parcelles sont caractérisées par leur étroitesse (généralement 5 à 6m de large) et une
superficie au sol peu importante.
•
Une forte concentration d’espaces « gris » à caractère minéral : places, voiries, trottoirs,…
•
Une faible concentration d’espaces « verts » : parcs, jardins, espaces de jeux,…
Construction neuve et rénovation
Ce guide-conseil s’applique à la conception de bâtiments neufs ou à la rénovation de bâtiments et
d’équipements existants.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
2
SOMMAIRE
0.
ENJEUX ..................................................................................................................................... 5
0.1.
0.2.
0.3.
0.4.
0.5.
0.6.
0.7.
CONSOMMATION ENERGETIQUE ................................................................................................. 5
SURCHAUFFE ........................................................................................................................... 5
CONSOMMATION EN EAU POTABLE ............................................................................................. 6
UTILISATION DU SOL ................................................................................................................. 7
CHOIX DES MATERIAUX ............................................................................................................. 8
GESTION DES DECHETS DE CONSTRUCTION ............................................................................... 8
GESTION DES DECHETS DOMESTIQUES .................................................................................... 10
1.
ROLE DU MAITRE D’OUVRAGE............................................................................................ 11
2.
AVANT-PROJET...................................................................................................................... 13
2.1.
CONCEVOIR UN BATIMENT PAR RAPPORT AU SITE ..................................................................... 13
2.1.1. Respecter le site lors de l'implantation du bâtiment et de ses abords ....................... 13
2.1.2. Choisir l'orientation du bâtiment .................................................................................. 14
2.1.3. Optimiser le volume du bâtiment................................................................................. 15
2.1.4. Disposition des logements .......................................................................................... 16
2.2.
CONCEVOIR L'ENVELOPPE ET LA STRUCTURE DU BATIMENT ....................................................... 17
2.2.1. Choisir des procédés constructifs rationnels et économes ........................................ 17
2.2.2. Limiter les pertes de chaleur ....................................................................................... 18
2.2.3. Choisir la configuration des fenêtres ........................................................................... 20
2.2.4. Choisir un type de toiture ............................................................................................ 21
2.3.
CHOISIR LES MATERIAUX ......................................................................................................... 23
2.3.1. Choisir rapidement les matériaux principaux .............................................................. 23
2.3.2. Choisir la composition des parois extérieures et des cloisons intérieures.................. 25
2.3.3. Choisir l'isolant ............................................................................................................ 27
2.3.4. Choisir les menuiseries extérieures ............................................................................ 28
2.3.5. Choisir les revêtements de sols .................................................................................. 31
2.3.6. Choisir les revêtements de murs................................................................................. 33
2.4.
CHOISIR LES SYSTEMES TECHNIQUES : CHAUFFAGE, VENTILATION, RESEAU ET EAU CHAUDE
SANITAIRE ........................................................................................................................................... 35
2.4.1. Choisir le vecteur énergétique du système de chauffage ........................................... 35
2.4.2. Choisir le système d'apport d'air neuf ......................................................................... 36
2.4.3. Concevoir le réseau de distribution d'eau ................................................................... 37
2.4.4. Choisir le vecteur énergétique pour la production d'eau chaude sanitaire ................. 39
2.5.
AMENAGER DES LOCAUX POUR LE TRI DES DECHETS DOMESTIQUES .......................................... 40
3.
PROJET ................................................................................................................................... 42
3.1.
3.2.
LIMITER LA CONSOMMATION D'EAU POTABLE ............................................................................ 42
BIEN CONCEVOIR LE SYSTEME DE CHAUFFAGE ......................................................................... 44
3.2.1. Choisir la chaudière..................................................................................................... 44
3.2.2. Concevoir la distribution d'eau chaude ....................................................................... 46
3.2.3. Choisir la régulation..................................................................................................... 48
3.3.
BIEN CONCEVOIR LE SYSTEME D'APPORT D'AIR NEUF ................................................................ 50
3.3.1. Définir la quantité d'air neuf apportée dans le bâtiment.............................................. 50
3.3.2. Limiter le chauffage de l'air neuf d'un système mécanique......................................... 51
3.3.3. Concevoir le réseau de distribution d'air d'un système mécanique ............................ 52
3.4.
BIEN CONCEVOIR LE SYSTEME DE PREPARATION DE L'EAU CHAUDE SANITAIRE ........................... 54
3.4.1. Définir et limiter les besoins ........................................................................................ 54
3.4.2. Concevoir le système de production d'eau chaude sanitaire...................................... 55
3.4.3. Choisir des équipements performants et sûrs............................................................. 57
3.4.4. Concevoir le réseau de distribution d'eau chaude ...................................................... 58
3.5.
BIEN CONCEVOIR LE SYSTEME D'ECLAIRAGE ARTIFICIEL DES COMMUNS ..................................... 59
3.5.1. Choisir de systèmes d'éclairage efficaces .................................................................. 59
3.5.2. Limiter la durée de fonctionnement ............................................................................. 60
4.
CHANTIER ............................................................................................................................... 61
4.1.
GESTION DES DECHETS DE CONSTRUCTION ............................................................................. 61
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
3
5.
ANNEXE : LABELS « QUALITE ENVIRONNEMENTALE » .................................................. 63
5.1.
5.2.
5.3.
LABELS GENERAUX ET METHODES DEVELOPPANT UNE « QUALITE ENVIRONNEMENTALE » ........... 63
LABELS GENERAUX POUR LES PRODUITS DE CONSTRUCTION ..................................................... 63
LABELS SPECIFIQUES .............................................................................................................. 63
5.3.1. Bois.............................................................................................................................. 63
5.3.2. Revêtements de sol textiles ........................................................................................ 63
5.3.3. Peinture et vernis......................................................................................................... 63
5.3.4. Traitement du bois....................................................................................................... 63
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
4
0.
Enjeux
0.1. Consommation énergétique
En 10 ans, la consommation énergétique du logement en région bruxelloise a
augmenté de 20%.
En 1 an, le coût de « l’énergie » a doublé de prix et il y a peu de chances pour que
celui-ci diminue dans les années à venir.
De plus, en 100 ans la teneur globale en CO2 de l’atmosphère a augmenté de 30%
et la température moyenne extérieure augmente radicalement.
Si aucune action n’est entreprise, la température extérieure aura augmenté de 4°C en
moyenne dans 100 ans et on peut aisément imaginer les dégâts qui en découleront si
on sait que la période glaciaire qui sévit sur terre il y a 20 000 ans, était caractérisée
par une température seulement inférieure de 4°C à la température actuelle.
Face à ces constats, une alternative est de travailler sur l’efficacité énergétique
des bâtiments.
C'est au moment de la construction ou de la rénovation d'un bâtiment qu'il est le plus
facile et le moins coûteux d'améliorer son efficacité énergétique. De plus, le "surcoût"
éventuel lié à l’augmentation de l’efficacité énergétique d’un bâtiment est
généralement faible par rapport aux coûts de construction ou de rénovation d'un
bâtiment.
Enfin, travailler aujourd’hui sur l’efficacité énergétique permet d’anticiper l’avenir
proche puisque d’ici quelques années, tous les bâtiments seront soumis à des
contraintes réglementaires de performances énergétiques, sous l'impulsion de l'Union
Européenne.
0.2. Surchauffe
L’isolation renforcée, nécessaire à la réduction des consommations de chauffage,
rend les bâtiments beaucoup plus sensible que jadis à la surchauffe : la chaleur
emmagasinée en journée sort de plus en plus difficilement par les parois.
C’est pourquoi des stratégies doivent être adoptées pour éviter l’apparition de
température excessive en été.
Ces stratégies sont les suivantes :
- protections solaires ;
- inertie thermique du gros œuvre dans les locaux de vie ;
- ventilation naturelle de nuit ;
- …
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
5
0.3. Consommation en eau potable
« Sur Terre, une machine hydrique au mouvement perpétuel, alimentée en
énergie par le Soleil, fait passer l’eau de vapeur dans l’atmosphère, puis la fait
retomber sous forme de précipitations. Ce cycle permet l’établissement d’un
écosystème qui vient coloniser les milieux aussi bien terrestres qu’aquatiques.
L’aménagement des eaux par l’homme pour satisfaire à ses besoins et pour
éliminer ses rejets perturbe fortement ce schéma naturel et modifie tant les
écoulements que la quantité des eaux, et donc l’ensemble des écosystèmes
terrestres et aquatiques. »
Source : « L’EAU » de Ghislain de Marsily
L’eau douce est un bien nécessaire à la survie de tous les écosystèmes.
Ce bien précieux n’est pas inépuisable.
Durant les 50 dernières années, la quantité d’eau douce disponible sur terre, par
habitant et par an a diminué de moitié. Avec environ 2500 m³ d’eau douce disponible
par habitant par an, la Belgique est considérée comme étant à la limite de la
« vulnérabilité hydrique ».
De plus, on constate que la qualité des eaux récoltées est de plus en plus médiocre
et que le traitement pour les rendre potables met en œuvre des procédés de plus en
plus lourds et coûteux.
Paradoxalement, l’eau potable est principalement utilisée à des usages pour lesquels
elle n’est pas indispensable :
Source : CSTC
Faces à ce constat, des alternatives doivent être mises en place pour préserver
les ressources en eau douce :
- économiser l’eau potable
- avoir recours à une autre source d’eau disponible naturellement
Economiser l’eau potable signifie utiliser l’eau de manière rationnelle et responsable :
- éviter le gaspillage
- réduire les fuites d’eau
- mettre en place des systèmes simples et peu coûteux limitant les
consommations journalières
Avoir recours à une autre source d’eau disponible naturellement signifie mettre en
place des systèmes permettant de récupérer et de stocker l’eau de pluie de manière
à alimenter les wc, les machines à laver, …
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
6
0.4. Utilisation du sol
L’urbanisation de plus en plus importante des villes, la densification des zones
construites, l’augmentation des surfaces imperméables et la diminution du nombre
d’espaces verts ont pour conséquences la modification voir la destruction de
l’équilibre entre le minéral, les espaces gris et les espaces verts :
-
-
l’augmentation des surfaces imperméables provoque une forte augmentation
du débit d’eau renvoyé au réseau collectif, ce qui a pour conséquence de
saturer rapidement les réseaux existants, d’augmenter le volume d’eaux
usées à traiter et de ce fait d’augmenter les coûts liés à l’égouttage et à
l’assainissement ;
la diminution des espaces verts fait en sorte que les nappes phréatiques sont
de moins en moins alimentées
l’urbanisation de plus en plus importante et l’industrie et l’agriculture à grande
échelle qu’elle engendre font en sorte que les « stocks » d’eau des nappes
phréatiques sont de plus en plus chargés en polluants.
Cycle naturel de l’eau
Modification du cycle naturel de l’eau par l’action de l’homme
Cet équilibre « entre minéral, espace gris et espace vert » est indispensable au
bon fonctionnement du cycle de l’eau dans la ville et les récentes catastrophes
naturelles prouvent qu’il devient urgent de le réinstaurer.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
7
0.5. Choix des matériaux
Le choix d’une technique de construction, d’un composant, d’un matériau ou tout
autre produit de construction est généralement fondé sur des critères tels que :
- la fonctionnalité
- la performance technique
- l’esthétique architecturale
- le coût économique
- la durabilité et l’entretien
Cependant ce choix n’est jamais neutre du point de vue environnemental.
Tout matériau ou produit de construction peut générer, lors de sa fabrication,
de sa mise en œuvre, de sa durée de vie dans le bâtiment et lors de sa
démolition, des nuisances tant au niveau de l’environnement que au niveau de
la santé des êtres vivants.
Il s’agit notamment :
- modification du paysage et des écosystèmes
- épuisement des ressources naturelles
- nuisances ou émissions de polluants lors du transport des matières
premières
- nuisances ou émissions de polluants à la fabrication (air et eau)
- nuisances ou émissions de polluants à l’utilisation (COV, solvants,…)
- déchets problématiques, non recyclables,…
En terme de « construction durable », choisir, de manière responsable, un matériau
ou un produit de construction signifie tenir également compte du bilan
environnemental de celui-ci et cela sur toute sa durée de vie.
Le bilan environnemental d’un matériau consiste en une analyse complexe qui prend
en compte tout le cycle de vie du matériau et un grand nombre de critères tels que :
- l’économie de ressources
- la consommation en énergie (fabrication et transport)
- l’émission de polluants (fabrication et transport)
- les risques sur la santé et l’environnement
- le devenir en fin de vie
0.6. Gestion des déchets de construction
-
-
Alors que la plupart d’entre nous s’accordent sur l’appauvrissement des
ressources en matières premières : pétrole, gaz mais aussi des matières
plus spécifiques à la construction, le sable et le gravier notamment, le
secteur de la construction reste encore aujourd’hui à la fois un
important consommateur d’énergie et de matières premières et un
important producteur de déchets.
Sur l’ensemble du gisement « déchet » en Région bruxelloise, les déchets
de chantier représentent 834 000 tonnes par an (chiffres de 2002 repris
sur le site de l’IBGE), soit la moitié du gisement et presque deux fois plus
que les déchets urbains (550 000 tonnes)
Du fait de la croissance de la population et surtout de la prépondérance croissante
des chantiers de démolition et de rénovation dans le domaine de la construction en
Région bruxelloise après les constructions effrénées des années 60 et 70, on s’attend
à ce que ce tonnage augmente fortement d’ici 2010.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
8
De plus, les systèmes de traitements traditionnels à savoir la mise en décharge et
l’incinération sont des traitements de plus en plus coûteux, réglementés, contrôlés et
dont l’implantation sera à l’avenir de plus en plus limitée.
Exemple : à partir de janvier 2006, en région wallonne, seuls les déchets de
construction « ultimes » non valorisables pourront être mis en décharge.
Face à ce constat, il ne reste que deux alternatives intimement liées l’une à
l’autre :
- produire un minimum de déchets à la construction, voir pas de déchets du
tout
- trier davantage et à la source les déchets de construction
Produire un minimum de déchets implique un travail important de prévention lors de
l’élaboration du projet, tant au niveau de la conception même du projet, qu’au niveau
du choix de procédé de construction ou du choix des matériaux.
Trier davantage et à la source les déchets de construction permet :
- d’économiser des coûts de traitement et d’évacuation des déchets : lorsque les
déchets sont mélangés, le prix à payer pour l’évacuation et le traitement
correspond au prix du traitement des déchets de la classe la plus défavorable
du conteneur.
Exemple : le prix à payer pour un conteneur de déchets de béton (classe III) mélangés
à des déchets de bois correspond en réalité au prix d’un conteneur de déchets bois
(classe II).
-
de réutiliser ou de recycler plus aisément les déchets et par la même occasion
d’économiser des matières premières.
de diminuer les coûts de traitement des déchets : le recyclage est un traitement
moins onéreux que la mise en décharge ou l’incinération
Exemple : la mise en décharge d’une tonne de débris de béton revient à +/- 25 €. Le
concassage
d’une
tonne
de
débris
de
béton
revient
à
+/- 10 €
Référence : Guide de gestion des déchets de construction et de démolition, IBGE,
2000
-
de recycler une plus grande proportion de déchets produits : le recyclage d’un
produit mélangé est beaucoup plus difficile voire impossible.
Dans le cas d’un projet de rénovation, cela signifie que la déconstruction devient une
phase incontournable car elle permet une séparation claire des déchets de
construction.
La déconstruction offre également un autre avantage en terme de développement
durable : fortement consommatrice de main d’œuvre, notamment dans la phase de
dépose des matériaux et éléments de second œuvre, elle permet de créer des
emplois du fait du faible degré de technicité de certaines tâches.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
9
0.7. Gestion des déchets domestiques
En 2002, selon l’Agence de Bruxelles - Propreté, la Région de Bruxelles-Capitale a
collecté en moyenne 225 kg déchets non triés par habitant.
Si on ajoute à ce chiffre les déchets sélectifs (sac bleu, papier ménager, bulle à verre
et déchets de jardin) et les encombrants, on obtient en moyenne 360 kg par habitant.
Cela revient au total à 1 kg de déchets produits par jour et par habitant.
Le tableau suivant montre, à titre purement indicatif, que malgré l’instauration du tri
sélectif au niveau des déchets domestiques et les nombreuses campagnes de
sensibilisation, la quantité de déchets domestiques produits ne fait qu’augmenter.
Source : IBGE-BIM
De plus, les systèmes de traitements traditionnels, à savoir la mise en décharge et
l’incinération, sont des traitements de plus en plus coûteux, réglementés, contrôlés et
dont l’implantation sera de plus en plus limitée.
Exemple :
Selon la directive 1999/31/CE du Conseil du 26/04/99, la mise en décharge sera
réduite de 35 % en 2016 par rapport à 1995 pour les déchets ménagers
biodégradables.
Face à ce constat, il ne reste que deux alternatives intimement liées l’une à
l’autre :
- produire un minimum de déchets domestiques
- trier davantage et à la source les déchets domestiques
Trier davantage et à la source signifie, à l’échelle des logements collectifs,
mettre en place des dispositifs et moyens pour :
- faciliter le tri individuel au sein d’immeubles collectifs
- encourager chaque habitant à trier davantage ses déchets.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
10
1.
Rôle du maître d’ouvrage
Que faire ?
► Définir les exigences « écologiques » et « énergétiques » dans la phase de conception ;
► Veiller à l'application de ces exigences dans la phase de construction.
Pourquoi ?
Instigateur et responsable du projet dans son ensemble,
possédant la maîtrise financière des opérations de
construction, le maître d’ouvrage doit encourager les autres
intervenants à concevoir « durablement » des immeubles de
logements et leur donner les moyens techniques et financiers
pour construire ceux-ci avec les techniques et les procédés
constructifs les plus adaptés.
Il s'agit en effet ici d'une démarche citoyenne de la part d'une
personne (physique ou morale) consciente des enjeux
environnementaux liés à la construction ou à la rénovation d'un
bâtiment.
Concrètement ?
Rôle du maître d’ouvrage vis-à-vis de l’auteur de
projet …
Lors du lancement de l’opération, le maître
d’ouvrage formulera très clairement à l’auteur de
projet ses objectifs et exigences en termes de
► matériaux : exigences de développement durable
dans le choix des matériaux et procédés de
construction.
Une fois l’avant-projet accepté, exiger de l’auteur
de projet une proposition rapide de matériaux à
mettre en œuvre et une évaluation de coût, de
manière à choisir ceux-ci et les intégrer dans la
phase de projet.
► déchets de construction : exigences sur
o
la prévention des déchets de construction
dans la phase de conception du projet ;
o
la gestion des déchets de chantier et de
déconstruction
dans
le
cas
d’une
rénovation ;
o
la gestion des déchets de construction dans
le cas d’une construction neuve
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
11
► gestion de l’eau : objectifs de
o
récupération des eaux de pluie,
o
limitation
potable,
o
imperméabilisation limitée des sols,
o
traitement et rejets des eaux usées
de
la
consommation
d'eau
► efficacité
énergétique :
exigences
de
performances de l’enveloppe du bâtiment et des
systèmes
Le maître d’ouvrage acceptera d'assumer le
surcoût éventuel (un bâtiment moins énergivore
et plus durable n'est pas systématiquement plus
cher qu'un bâtiment standard).
Rôle du maître d’ouvrage vis-à-vis de l’entreprise
de construction …
Lors du lancement de l’opération, le maître
d’ouvrage formulera très clairement à l’entreprise de
construction ses objectifs et exigences en termes
de :
► matériaux : exigences de développement durable
dans le choix des matériaux et procédés de
construction.
Le maître d’ouvrage exigera de l’entreprise de
construction qu’elle lui fournisse tous les
documents et informations relatifs aux matériaux
utilisés et mis en œuvre lors du chantier de
construction ou de rénovation.
► déchets de construction :
Le maître d’ouvrage prescrira la gestion des
déchets
de
chantier
dans
son
dossier
d’adjudication et dans le processus de sélection
des entreprises de construction.
Le maître d’ouvrage sera attentif au suivi et au
contrôle de la gestion des déchets lors du
chantier.
Il
exigera
de
l’entreprise
de
construction que celle-ci lui fournisse tous les
documents relatifs à l’évacuation, transport et
traitement des déchets produits sur le chantier
de rénovation ou de construction.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
12
2.
Avant-projet
2.1. Concevoir un bâtiment par rapport au site
2.1.1. Respecter le site lors de l'implantation du bâtiment et de ses abords
Que faire ?
Respecter
► La morphologie du terrain ;
► Le cycle de l'eau : la nappe phréatique, la perméabilité du sol et le sens d'écoulement
des eaux de pluie.
Pourquoi ?
L'implantation du bâtiment sur un terrain a des conséquences
sur son aspect visuel et sur le cycle local de l'eau.
L'accélération de l'écoulement des eaux de ruissellement par
manque d’éléments de retenue, ainsi que l'emprise des
constructions sur le sol et le choix des revêtements peut limiter
fortement l'infiltration de l'eau dans le sol. Ceci a pour
conséquences de solliciter davantage le réseau d’égouttage et
de limiter l'alimentation des nappes phréatiques.
L'introduction d'éléments de construction dans une nappe
phréatique diminue son volume et peut engendrer des
déséquilibres dans sa composition chimique ou une pollution.
Concrètement ?
► Modifier le moins possible le relief du terrain.
► Éviter de construire sur un terrain présentant une
nappe phréatique à faible profondeur.
► Protéger la nappe phréatique située sous une
construction à l'aide d'une étanchéité efficace.
► Implanter le bâtiment perpendiculairement aux
courbes de niveau plutôt que parallèlement.
► Limiter
les
surfaces
imperméables
dans
l'aménagement
des
abords,
et
favoriser
l’aménagement
d’espaces
verts,
plus
spécialement dans les cours d’immeubles et en
cœur d’îlots.
► Augmenter la perméabilité des espaces gris
(trottoirs, voiries, parkings,…).
► Implanter des plantations d’essences locales et
diversifiées, adaptées à l’ensoleillement et aux
zones sèches ou humides de la parcelle.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
13
2.1.2. Choisir l'orientation du bâtiment
Que faire ?
Adapter l'orientation du bâtiment au contexte et à l'agencement des logements pour
► Capter des apports solaires en hiver ;
► Faciliter la protection solaire en été.
Pourquoi ?
Selon son orientation les apports solaires à travers une
surface vitrée verticale sont plus ou moins importants, et ont
une intensité différente selon la saison.
Ainsi, comme le montre la figure ci-contre,
une fenêtre orientée à l'est reçoit très peu de soleil en
hiver, un peu plus en mi-saison, et un maximum en été.
Une fenêtre orientée au sud reçoit globalement plus de
soleil qu'une fenêtre orientée à l'est, mais réparti
autrement : un maximum en mi-saison, un peu moins en
hiver, et encore moins en été.
Gains solaires par ciel serein en
Belgique, à travers un double vitrage
vertical orienté
- au sud
- à l'est / ouest
- au sud-est / sud-ouest
et pour un double vitrage horizontal.
Diverses simulations montrent que pour la même surface de
vitrage, un bâtiment orienté sud/nord (séjour au sud)
consomme de l’ordre de 2,5 à 5 % en moins qu'un bâtiment
orienté est/ouest. De plus, le contrôle de l’ensoleillement et de
la surchauffe s’avère plus aisé au sud (par exemple, possibilité
d’ombrage par balcon).
Concrètement ?
► Évaluer les avantages et inconvénients des
diverses orientations envisageables pour le
bâtiment en fonction:
- de l'usage des locaux,
- de l'ombrage naturel issu d'autres bâtiments
ou de la végétation alentour,
- des possibilités de placer des capteurs
solaires pour préchauffer l'eau chaude
sanitaire,
- de l’importance des surfaces vitrées et du
type de protection solaire envisagé sur
chacune des façades.
► Dans le cas d’un bâtiment comprenant 2 façades
principales et dont l’implantation est libre,
préférer une orientation sud/nord au détriment
d’une orientation est/ouest.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
14
2.1.3. Optimiser le volume du bâtiment
Que faire ?
Choisir le volume du bâtiment pour
► Limiter ses déperditions thermiques;
► Limiter l'imperméabilisation des sols ;
► Favoriser l'éclairage naturel des locaux.
Pourquoi ?
Deux compacités extrêmes :
un cube et une barre.
o
Un bâtiment compact, s'approchant du cube, a peu de
pertes de chaleur. La surface de déperdition de l'ensemble
de ses façades est limitée par rapport au volume des
locaux. Les zones centrales, en contact avec d'autres
locaux à la même température, ont beaucoup moins de
pertes de chaleur que les locaux périphériques. Par contre,
ces zones sont difficilement éclairées et ventilées
naturellement. Ce bâtiment prend peu de place sur le
terrain et laisse potentiellement beaucoup de surface
perméable permettant l'infiltration de l'eau de pluie et de
ruissellement dans le sol.
o
Un bâtiment peu compact (barre, carré avec cour
intérieure, présentant de nombreux décrochements, …) a
une surface de façade plus importante par rapport au
volume des locaux et aura donc plus de déperditions et
une demande de chauffage accrue.
Par contre, le fait d'avoir plus de locaux en façade permet
de les éclairer naturellement et d'organiser relativement
facilement une ventilation naturelle. Ce bâtiment a une
emprise importante sur le terrain et limite la quantité d'eau
de pluie et de ruissellement qui s'infiltre dans le sol.
Selon les cas, le juste compromis sera en faveur de l'une ou
de l'autre solution.
Concrètement ?
► Trouver, selon la programmation du bâtiment
et le contexte d'implantation (forme et taille du
terrain, environnement bâti ou paysager, …),
le compromis optimal entre
- une grande compacité pour limiter les
pertes de chaleur et l'imperméabilisation
de la parcelle,
- une faible compacité pour profiter
d'éclairage
naturel
et
faciliter
le
rafraîchissement par ventilation naturelle.
► Faire bénéficier, dans la mesure du possible
toutes les pièces des logements d’un éclairage
naturel.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
15
2.1.4. Disposition des logements
Que faire ?
Étudier la disposition des logements en fonction du site, du contexte environnant et des
contraintes techniques.
Pourquoi ?
Pour optimiser les moyens mis en œuvre pour la construction de
logements, ceux-ci ainsi que l'ensemble des locaux communs doivent
être conçus en tenant compte:
des possibilités d'éclairage naturel,
du potentiel de captage de chaleur solaire en hiver,
des risques de surchauffe en été,
des nuisances acoustiques internes à l’appartement, vis-à-vis de
l’extérieur et des autres parties du bâtiment (appartements
voisins, locaux communs et techniques),
des contraintes liées à la distribution des techniques (eau, air,
électricité).
Par exemple, une disposition traversante d'un appartement permet, en
été, un refroidissement plus aisé du logement par ventilation naturelle
entre façades
Concrètement ?
► Orienter les chambres à l’est pour profiter de
l’éclairage matinal et éviter la surchauffe. Si une
chambre doit être disposée à l'ouest, le choix de
la chambre des parents est préférable pour
limiter les surchauffes dans les chambres qui
pourraient être occupées en journée.
► Pour rationaliser la distribution des fluides,
regrouper les locaux sanitaires et les cuisines
autour d’une même trémie technique.
► Pour des raisons acoustiques,
o
o
o
o
Possibilités de ventilation
naturelle de nuit d’un
logement
superposer les locaux de même fonction,
disposer des placards, des espaces de
circulation ou des locaux sanitaires entre
locaux de jour et locaux de nuit,
éloigner
les
chambres
des
cages
d’ascenseur,
éviter d'exposer directement des locaux
sensibles à une source extérieure de bruit.
► pour faciliter la ventilation et le refroidissement
naturel de nuit, agencer les logements suivant le
schéma ci-contre.
► Pour les logements disposés sur un seul niveau,
privilégier la
traversants.
répartition
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
en
appartements
16
2.2. Concevoir l'enveloppe et la structure du bâtiment
2.2.1. Choisir des procédés constructifs rationnels et économes
Que faire ?
Choisir les procédés constructifs pour
► Limiter l’utilisation des ressources et la production de déchets lors de la construction ;
► Faciliter les transformations ultérieures ;
► Permettre un démontage et un recyclage des matériaux en fin de vie du bâtiment.
Pourquoi ?
Le recours aux dimensions commerciales et standardisées dans un
procédé de construction permet de réduire la production de déchets en
atelier et sur le chantier. Cette solution permet également une mise en
œuvre plus aisée (pas de découpe, de prise de mesure,…) et d’ainsi
réduire la durée du chantier et les nuisances de celui-ci (bruits,
poussières).
Les assemblages mécaniques (emboîtement, vis ou clous) permettent
le démontage aisé et donc le tri et la valorisation des déchets lors de la
déconstruction du bâtiment, et préviennent l’utilisation de matériaux
« colles » dégageant souvent des substances nocives pour la santé.
Ces deux mesures facilitent d'autre part les transformations du
bâtiment ce qui garantit une plus longue durée de vie aux
constructions qui peuvent être adaptées aux besoins évolutifs des
occupants, aux nouvelles réglementations,…
Enfin, les éléments composés d'un seul type de matériau à l'opposé
d'éléments mixtes peuvent être recyclés beaucoup plus facilement.
Concrètement ?
► Choisir un système constructif modulable et une
structure portante qui
dimensions standardisées.
s’aligne
sur
des
► Utiliser des matériaux préfabriqués et des
matériaux aux dimensions standardisées.
► Éviter les « constructions mixtes » faites de
matériaux difficilement séparables.
► Favoriser
les assemblages mécaniques au
détriment du collage.
Exemple :
Un plancher en bois collé sera nettement plus
difficile à enlever qu’un plancher en bois cloué.
► Tenir compte, lors du choix des procédés et
produits de construction, des possibilités de
réutilisation directe, de réemplois après une
mise à neuf ou de recyclage.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
17
2.2.2. Limiter les pertes de chaleur
Que faire ?
► Isoler autant que possible ;
► Etanchéifier les parois.
Consom m ation annuelle d'un m énage
(kWh/an)
déplacements
54%
chauffage
40%
Pourquoi ?
Le passage d’un niveau d’isolation K55 à un niveau K45, permet de
diminuer les déperditions par transmission du bâtiment d’environ 20%.
Les consommations globales théoriques de chauffage (dépendantes
des apports de chaleur gratuits, de la qualité de l’installation de
chauffage, des pertes par ventilation) diminueront ainsi d’un peu plus
de 10%.
Importance des pertes par infiltrations ..?.
electricité
5%
eau chaude
sanitaire
10%
Consom m ation annuelle d'un m énage
(kWh/an)
Economie
Les déperditions par les ponts thermiques peuvent atteindre dans des
cas extrêmes jusqu'à 9% des déperditions totales du bâtiment. A ces
déperditions viennent s’ajouter les risques de condensation.
Concrètement ?
Chauffage
34%
49%
Eectricité
5%
eau chaude
sanitaire
11%
Consommation d'un ménage dans
un logement K55 (au-dessus)
et dans un logement K35
(en dessous)
► Assurer
un niveau d'isolation élevé, en
maximisant l'épaisseur d'isolant dans les parois
opaques (murs, toitures, planchers, etc.)
Imposer aux concepteurs un niveau d’isolation
thermique globale du bâtiment (calculé suivant la
norme NBN B62-301) de maximum K45, et
idéalement, de K35.
► Imposer aux concepteurs un coefficient de
transmission thermique maximal de
o 0,4 W/m².K pour les façades,
o 0,3 W/m².K pour les toitures,
et
planchers en contact avec l'extérieur.
les
► Essayer de réaliser des parois dont le coefficient
de transmission thermique est de
o 0,3 W/m².K pour les façades (équivalent de
10 à 12 cm de laine minérale),
o 0,15 W/m².K pour les toitures (équivalent de
30 cm de laine minérale),
► Isoler les parois avec les bâtiments voisins qui
risquent d'être privés de chauffage (horaire
d’occupation différent, changement d’affectation,
abandon, démolition,…).
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
18
► En cas de réfection des murs extérieurs, les
isoler par l’extérieur de manière à atteindre un
coefficient de déperdition thermique maximal de
la paroi de 0,6 W/m²K, et idéalement de 0,4
W/m²K.
► Choisir des vitrages basse émissivité.
► Donner aux concepteurs le temps et les moyens
nécessaires pour étudier les détails techniques
des raccords de façade (angles, raccords des
façades avec les planchers et toitures, avec des
balcons, battées de fenêtres, linteaux, tablettes,
…) afin d'assurer la continuité de l’isolation et de
l’étanchéité à l'air.
► Équiper d'un sas les entrées les plus fréquentées
du bâtiment.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
19
2.2.3. Choisir la configuration des fenêtres
Que faire ?
Déterminer la surface des fenêtres en fonction de l'orientation de la façade pour
► Capter les apports solaires gratuits en hiver ;
► Limiter la surchauffe en été ;
► Assurer un bon éclairage naturel.
Pourquoi ?
Pour une orientation sud, avec un vitrage « haut rendement », plus la
surface de vitrage est importante, plus les besoins de chaleur sont
faibles : les apports solaires complémentaires compensent largement
les déperditions par transmission.
Par exemple, dans un appartement type, le besoin de chauffage
diminue de 4 % si le rapport « surface de vitrage sud / surface de
local » passe de 12% à 18%.
De plus, en façade sud, une protection solaire efficace peut être
réalisée par un auvent ou un balcon pour éviter la surchauffe en été.
Cela ne diminuera pas les gains gratuits en hiver.
Pour les autres orientations, une surface de vitrage trop importante
conduit à une augmentation des déperditions trop importante par
rapport aux apports solaires. Une surface minimale de 10% de la
surface au sol du local est néanmoins nécessaire pour assurer un bon
éclairage naturel.
Outre leur surface, la configuration des fenêtres influence le niveau
d'éclairage naturel disponible. Les fenêtres hautes favorisent
l’éclairage naturel (On peut considérer qu’une pièce est correctement
éclairée naturellement jusqu’à une profondeur égale à 2 à 2,5 fois la
hauteur de la fenêtre.) tandis que les allèges vitrées ne contribuent
que de façon minime à l'éclairage du local.
Concrètement ?
► En façade sud, opter pour de grandes surfaces
de fenêtre. Cependant, si leur surface est
supérieure à 18 % de la surface au sol du local,
prévoir des protections solaires efficaces de
manière à assurer le confort d’été.
► Pour les autres façades, prévoir une surface de
fenêtre comprise entre 10 et 18 % de la surface
au sol du local.
► Élever autant que possible les linteaux des
fenêtres.
► Éviter les allèges vitrées.
► Équiper les locaux de nuit exposés à un
ensoleillement (orientation allant du nord-est au
nord-ouest) d’une protection solaire extérieure
structurelle (au sud) ou mobile (au sud ou pour
les autres orientations).
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
20
2.2.4. Choisir un type de toiture
Que faire ?
Choisir un type de toiture en fonction
► Du bilan environnemental des matériaux la composant ;
► Du potentiel de récupération d'eau ;
► De la possibilité de végétaliser la toiture.
Pourquoi ?
La toiture peut remplir d'autres fonctions que la seule protection
de l'immeuble : récupérer l'eau de pluie, constituer un espace
vert, accessible ou non.
Toiture à végétation extensive
La quantité d’eau de pluie pouvant être récupérée sur une
toiture dépend à la fois de la surface de la toiture et de la nature
de son revêtement. Tous les types de toit n’ont pas le même
rendement :
Type de toiture
Toiture à végétation intensive peu
élaborée
Toit en pente recouvert de
panneaux ou de tuiles
Toit plat recouvert de matières
synthétiques ou bitume
Toit plat recouvert de végétation
extensive
Toit plat recouvert de gravier
Toit plat recouvert de végétation
intensive peu élaborée
Toit plat recouvert de végétation
intensive élaborée
Toiture à végétation intensive élaborée
Taux de
récupération
75 à 95 %
80 %
50 à 70 %
60 %
30 à 40 %
10 à 20 %
La toiture verte présente divers avantages :
- elle agit comme un bassin d’orage et permet donc, en cas
de forte pluie, de délester le réseau d’égouttage grâce à un
stockage provisoire et à un écoulement différé, progressif et
moindre. Ceci contribue à diminuer la fréquence des
inondations dans les parties « à risque » du réseau;
- elle effectue une certaine régulation du climat extérieur,
augmente la qualité de l’air et développe un biotope animal
et végétal et au niveau de l’immeuble même ;
- elle augmente légèrement l’isolation thermique de la toiture
( de 4% à 16% en fonction du type de toiture verte) et
l’isolation acoustique.
- elle constitue éventuellement un espace récréatif
supplémentaire.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
21
Concrètement ?
► Si une récupération des eaux pluviales est
envisagée, prendre en compte le rendement lié
au type de toiture pour choisir son profil (toiture
plate ou à versants) et son revêtement.
► Pour les revêtements de toitures, éviter les
revêtements métalliques (les métaux demandent,
de manière générale, une énergie grise à la
fabrication très élevée par rapport aux autres
matériaux de toiture)
► Lorsque l’implantation d’un espace vert autour du
bâtiment s’avère impossible, étudier la possibilité
et l'intérêt de végétaliser la toiture de l'immeuble
au moyen d’une végétation extensive ou d’une
végétation intensive peu élaborée.
► Si on opte pour une toiture à végétation intensive
peu élaborée, envisager de créer un accès à la
toiture de manière à offrir un espace récréatif
aux usagers de l’immeuble; tout en veillant à
répondre aux exigences minimales de sécurité.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
22
2.3. Choisir les matériaux
2.3.1. Choisir rapidement les matériaux principaux
Que faire ?
► Choisir rapidement, dans la phase d'avant-projet, les matériaux utilisés pour le gros
œuvre et sur des grandes surfaces pour les aménagements intérieurs ;
► Choisir les matériaux en fonction de leur bilan environnemental.
Pourquoi ?
Il convient d'évaluer rapidement l'impact environnemental des
matériaux présents en grande quantité dans le bâtiment pour
concilier une limitation de cet impact et l’esthétique
architecturale. Plus on avance dans le projet, plus il est
difficile de modifier le parti architectural qui résulte en partie
des matériaux.
Le bilan environnemental d’un matériau ou d’un produit de
construction englobe, sur toute sa durée de vie.
la quantité de matière première utilisée pour sa fabrication;
la consommation en énergie et l'émission de polluants pour
sa fabrication : extraction de matière première,
transformation des produits, conditionnement …;
la consommation en énergie et l'émission de polluants pour
son acheminement depuis le lieu de fabrication jusque sur
le chantier;
les risques sur la santé et l’environnement;
le devenir en fin de vie.
Concrètement ?
Choisir des matériaux
► issus
de matières premières naturelles
renouvelables et/ou présentes en quantité
suffisante.
Exemple :
- le matériau « pierre naturelle » est présent
en quantité suffisante en Europe ;
- les revêtements en bois européens sont
issus de matières naturelles renouvelables.
► qui
demandent peu d'énergie pour être
transformés.
Exemple :
Le
bois
de
structure
nécessite
une
consommation en énergie de +/- 1GJ/tonne, le
béton armé +/- 2GJ/tonne et l’acier entre 32 et
100GJ/tonne
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
23
► d’origine locale et/ou européenne.
Exemple :
Choisir un revêtement en pierre bleue belge à
la place d’un revêtement en pierre bleue de
Chine.
► qui ne libèrent pas de substances nocives pour
l’homme
et
l’environnement
telles
poussières, solvants, métaux lourds…
que
► qui conservent leurs caractéristiques et leurs
performances dans le temps.
► ayant une teneur élevée en matière recyclée.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
24
2.3.2. Choisir la composition des parois extérieures et des cloisons intérieures
Que faire ?
► Choisir un ou des parements résistants aux agressions extérieures et adaptés à
l'orientation des façades ;
► Choisir des parois intérieures «lourdes».
Pourquoi ?
La face externe des parois extérieures est soumise aux agressions
extérieures, et risque des dégradations. Il convient donc de choisir un
matériau résistant et adapté à son environnement, notamment aux
intempéries.
Pour les locaux à occupation de jour (séjour, chambres d’enfant) les
parois intérieures peuvent
emmagasiner la chaleur solaire en hiver,
limiter les surchauffes en été
si elles sont composées de matériaux lourds, en contact direct avec
l'air ambiant.
Elles absorbent la chaleur produite en journée et limitent ainsi le pic de
température. Cette chaleur stockée est alors progressivement éliminée
durant la nuit.
Dans les locaux occupés uniquement de nuit, comme une chambre
d’adulte, l’inertie doit être faible pour limiter la chaleur emmagasinée
dans les matériaux en journée et ainsi pouvoir refroidir rapidement
l’ambiance par ventilation avec de l’air frais extérieur.
Concrètement ?
► Choisir pour le parement
Type
d’usage
1
er
choix
2 ème choix
Paroi
Briques
extérieure
Pierre
fortement
naturelle ou
exposée
reconstituée
Paroi
Brique
Bardage bois
extérieure
Pierre
Bardage
peu exposée
Enduit
métallique
Paroi
extérieure
protégée
A éviter
Bardage
Enduit
métallique
Bardage bois
/
Bardage
bois
Bardage
/
/
métallique
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
25
► Choisir des matériaux lourds pour les parois
intérieures des locaux à occupation de jour.
Par exemple, pour les cloisons intérieures :
o
blocs de béton pleins ou perforés, de 10 cm
minimum ou de 7,5 cm minimum avec enduit;
o
Briques pleines ou perforées de 10,5 cm ou
plus.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
26
2.3.3. Choisir l'isolant
Que faire ?
Éviter d'utiliser les mousses de polyuréthane et de polystyrène extrudé.
Pourquoi ?
Le polyuréthane et le polystyrène extrudé sont des isolants dont la
fabrication est étroitement liée à la chimie du chlore et du pétrole. Les
matières premières utilisées ne sont pas renouvelables.
Ces deux isolants contiennent des substances
qui appauvrissent la couche d’ozone (notamment des HCFC)
qui libèrent des gaz toxiques et mortels en cas d’incendie.
Concrètement ?
Choisir, pour ces différentes parois
Type d’usage
1er choix
2ème choix
Dalle de sol
Verre
cellulaire
Laine de
roche
Laine de verre
Laine de
roche
Laine de verre
Laine de
chanvre
Flocons de
cellulose
Paroi
extérieure –
double mur
Toiture à
versants
Toiture plate
Flocons de
cellulose
Laine de
roche
Laine de
chanvre
Laine de verre
Laine de
roche
Laine de verre
Verre
cellulaire
À éviter
Polyuréthane
Polystyrène
extrudé
Polystyrène
expansé
Remarque :
Les isolants dits « naturels » tel que paille, laine animale,…n’ont pas
été repris dans l’étude du guide-conseil par manque d’informations
techniques suffisamment objectives.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
27
2.3.4. Choisir les menuiseries extérieures
Que faire ?
► Choisir des fenêtres très isolantes et étanches à l'air ;
► Choisir le type de châssis en fonction de son bilan environnemental ;
► Choisir un vitrage qui concilie isolation, transmission du rayonnement solaire et
transmission lumineuse.
Pourquoi ?
Pour limiter les pertes de chaleur de l'enveloppe complète du bâtiment
(voir point 2.2.2), les fenêtres doivent elles aussi permettre le moins
possible de déperditions thermiques
Le bilan environnemental des châssis en PVC est défavorable :
ils dégagent des polluants nocifs en cas d'incendie,
la consommation d’énergie pour la production est relativement
élevée,
les matières premières utilisées sont, pour la plupart, non
renouvelables,
les processus de fabrication et d’élimination émettent de
nombreux polluants.
Les châssis mixtes (bois et aluminium, par exemple), quant à eux, sont
non recyclables du fait de la difficulté à séparer le bois du métal
(emboîtement et collage).
L'aluminium produit à partir de déchets d’aluminium demande 11 fois
moins d’énergie que l’aluminium neuf. Ce matériau a une très longue
durée de vie et ne demande pas d’entretien.
Le bois, s’il est certifié « FSC » ou « PEFC » et naturellement
résistants (chêne, mélèze, pin Douglas) est un matériau intéressant en
tant qu’élément de châssis tant au niveau de son bilan
environnemental que de sa performance thermique.
Le problème du bois dans la construction en terme de développement
durable réside dans son traitement car de nombreux produits de
protection sont extrêmement nocifs pour l’environnement et la santé de
l’homme.
Les essences, telles que celles citées plus haut, ne nécessitent qu’un
traitement léger de surface (lasure, peinture ou vernis) qui doit
cependant être renouvelé régulièrement.
Concrètement ?
► Choisir des ensembles châssis/vitrage étanches
à l'air, et dont le coefficient de transmission
thermique est de maximum de 2,0 W/m²K, et si
possible de 1,7 W/m²K.
Par exemple :
- un châssis en aluminium avec coupure
thermique occupant 20% de la surface de la
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
28
fenêtre et un vitrage à basse émissivité (U = 1,1
W/m²K)
- un châssis en bois occupant 30% de la
surface et un vitrage à basse émissivité (U =
1,1 W/m²K)
► Limiter autant que possible la surface de
châssis par rapport à la surface de la fenêtre.
► Choisir de préférence des châssis en bois ou
des châssis en aluminium de deuxième fusion.
► Éviter
d’utiliser des châssis en PVC (une
alternative, cependant difficilement recyclable,
est l’utilisation de châssis mixte « bois/métal »)
► Veiller à ce que les châssis assurent une
isolation acoustique suffisante en fonction de
l'environnement.
Ventilation intensive unilatérale
(ouverture en partie supérieure et en
partie inférieure
► Choisir un vitrage avec les caractéristiques
suivantes :
- coefficient de transmission thermique U < 1,3
W/m²K,
- facteur solaire g > 0,6 (% d’énergie solaire
traversant le vitrage),
- transmission lumineuse > 0,70 (% de lumière
traversant le vitrage).
► Envisager
des ouvrants qui
ventilation intensive unilatérale.
favorisent
la
► Pour les châssis en bois, choisir
-
-
du bois portant au minimum le label « FSC »
(Forest Stewardship Council), surtout lorsqu’il
s’agit de bois d’origine tropicale, canadienne
ou sibérienne ;
si possible, des bois portant le label
« PEFC »
(Pan
European
Forest
Certification) ;
du bois naturellement résistant tels que le
chêne, le châtaignier, le mélèze ou le pin
Douglas.
► Choisir soigneusement les produits qui seront
utilisés pour traiter la surface du bois, et opter
pour un vernis ou une peinture laque aux
résines
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
29
2.3.5. Choisir les revêtements de sols
Que faire ?
► Eviter les revêtements de sol isolants :
► Choisir un revêtement de sol en fonction de son bilan environnemental ;
► Choisir une colle pour revêtement de sol ayant une faible teneur en solvants (entre 0 et
5 %) ;
► Eviter les vernis polyuréthanes et les vernis à durcisseurs acides.
Pourquoi ?
Bien qu’ayant d’autres avantages, les revêtements de sol isolants tels
que le bois, tapis plain,… ne permettent pas le stockage de la chaleur
dans la masse de la dalle de plancher.
Les revêtements de sol en PVC sont à éviter pour les raisons
suivantes :
ils dégagent des polluants nocifs en cas d'incendie,
la consommation d’énergie pour la production est
relativement élevée,
les matières premières utilisées sont, pour la plupart, non
renouvelables,
les processus de fabrication et d’élimination émettent de
nombreux polluants.
De nombreux revêtements de sol sont fixés à l’aide de colle
(revêtements de sol souples, textiles, bois,…). Les colles, selon leur
composition et leur teneur en solvants, peuvent porter davantage
atteinte à l’environnement et à la santé de l’homme que le revêtement
lui-même. Les solvants font partie des composés organiques volatils
qui sont à l’origine de nombreuses maladies ou allergies.
En tant que traitement de protection des revêtements de sol, les vernis
polyuréthanes et les vernis à durcisseurs acides sont à éviter pour les
raisons suivantes :
teneur en solvants très élevée
dégagement de substances nocives lors de la mise en œuvre
Concrètement ?
► Pour les revêtements de sol souples, choisir :
-
un revêtement en liège
un revêtement en linoléum
un revêtement en caoutchouc
► Pour les revêtements de sol textiles, choisir des
revêtements ayant le label « GuT » ou le label
« Greenline » ;
► Pour les revêtements de sol en bois, choisir des
bois ayant le label « FSC » (Forest Stewardship
Council), surtout lorsqu’il s’agit de bois d’origine
tropicale, canadienne et sibérienne ou, si c’est
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
31
possible, choisir des bois ayant le label
« PEFC » (Pan European Forest Certification). ;
► Pour les revêtements de sol en pierre naturelle,
choisir des pierres de provenance européenne ;
► Pour
les revêtements de sol en pierre
reconstituée, choisir une pierre reconstituée
purement minérale (débris de pierre et liant
minéral) ;
► Choisir
parmi
les
revêtements de sol :
Type de
pièce
Hall
d’entrée
Séjour
Cuisine
Pièces
d’eau
Chambres
1 er choix
différents
2 ème choix
types
de
A éviter
Carrelage
Pierre
Pierre
reconstitué
Linoléum
Bois
Pierre
Pierre
reconstituée
Carrelage
Bois
Linoléum
Liège
Carrelage
Caoutchouc
Linoléum
Vinyle
Carrelage
Caoutchouc
Linoléum
Bois
Vinyle
Bois
Linoléum
Tapis plain
Liège
Carrelage
Vinyle
Tapis
plain
Vinyle
► Éviter les revêtements qui contiennent des
pigments à
base de métaux lourds
(principalement présents dans les revêtements
de sols aux couleurs vives).
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
32
2.3.6. Choisir les revêtements de murs
Que faire ?
► Choisir une peinture ou un produit de traitement du bois ayant le « label écologique
européen » ou le label « NF environnement » ;
► Eviter les couleurs vives.
Pourquoi ?
Les peintures et les produits de traitement du bois sont des produits de
construction constituée de liants, de solvants et diverses autres
matières pouvant générer des risques pour l’environnement et la santé
des occupants.
Le « label écologique européen » garantit pour les peintures:
une teneur limitée en solvants
l’absence de certains métaux tels que le plomb, cadmium, chrome
hexavalent, mercure,…
l’absence d’agents actifs biocides
Le label « NF environnement » certifie que le produit répond à :
des critères écologiques : limitations des émissions de solvants,
teneur réduite en COV,…
des critères de performances techniques : opacité, rendement,
durée de séchage,…
Les peintures contenant des pigments à base de métaux lourds et de
minium de plomb sont à éviter. Les pigments à base de métaux lourds
sont principalement présents dans les peintures aux couleurs vives.
Concrètement ?
► Pour un produit de traitement du bois (intérieur),
choisir :
Traitement
1 er choix
2 ème choix
A éviter
Lasure ou
glacis
Lasure aux
résines
naturelles
Lasure aux
résines
synthétiques
/
Vernis
Vernis aux
résines
naturelles
Vernis
gomme-laque
Vernis
acrylique
Peintures
Peinture
laque aux
résines
naturelles
Peinture à
l’huile
Peinture
laque
acrylique
Cires
Cires
naturelles
sans
solvants
/
/
Huiles
Vernis à
l’huile de
lin
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
Imprégnations
huileuses et
huiles dures
aux résines
naturelles
/
33
► Pour une peinture murale, choisir :
-
-
une peinture à dispersion aqueuse aux
résines naturelles
une peinture à la chaux
une
peinture
aux
silicates
et
organosilicates
► Choisir une peinture :
-
qui peut facilement être remise à neuf
qui n’entraîne pas de traitement de
rénovation portant atteinte à
l’environnement
-
Remarque :
Par manque d’informations techniques suffisamment
objectives, les papiers peints ne sont pas repris
dans le guide.
Cependant il est à noter que tous les revêtements
de mur à base de PVC ou de vinyle sont à éviter.
Les faïences murales ne sont pas reprises dans ce
chapitre, leurs caractéristiques étant similaires aux
carrelages (voir chapitre 2.3.5).
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
34
2.4. Choisir les systèmes techniques : chauffage, ventilation, réseau et
eau chaude sanitaire
2.4.1. Choisir le vecteur énergétique du système de chauffage
Que faire ?
► Etudier la possibilité de la cogénération comme une solution alternatives aux choix
classiques ;
► Evaluer l'intérêt des différents vecteurs énergétique.
Pourquoi ?
Les différentes sources d'énergie disponibles pour faire
fonctionner une installation de chauffage n'ont pas le même
impact sur l'environnement :
o Le gaz est actuellement le combustible dont la combustion
a le moins d’impact local sur l’environnement.
o Le rendement des systèmes de chauffage électrique est
celui des centrales électriques. Avec le parc actuel, il est
d'environ 40%, seulement. De plus, à ce jour, le prix de
revient de la chaleur électrique est double de celui de la
chaleur gaz ou fuel.
o La cogénération permet de produire localement de
l'électricité et de récupérer simultanément de la chaleur
(dans les gaz d’échappement du générateur, dans l’eau de
refroidissement et dans l’huile de lubrification) pour produire
de l’eau chaude sanitaire ou tout type de chauffage. Le
rendement global est donc meilleur qu'en productions
séparées.
Vous pouvez obtenir des conseils personnalisés auprès du
facilitateur cogénération de la Région de Bruxelles-Capitale :
[email protected], 0800 85 775.
Concrètement ?
► Envisager la cogénération (électricité + chaleur)
et demander une étude de faisabilité préalable si
le bâtiment de logements dépasse 1000 m².
► Privilégier le gaz naturel (avec une chaudière à
condensation).
► Limiter l'utilisation de l'électricité comme énergie
de chauffage par effet Joule (chauffage direct ou
à accumulation) à des appoints limités dans le
temps, dont la consommation est jugée tout à fait
marginale.
Ne valoriser l'électricité que par l'usage d'une
pompe à chaleur puisant sa chaleur dans le sol.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
35
2.4.2. Choisir le système d'apport d'air neuf
Que faire ?
► Choisir un système garantissant une évacuation efficace des polluants (humidité).
Représentation des systèmes de
ventilation dans le cas d'un immeuble
d'hébergement
Système A
Système C
Pourquoi ?
En pratique, la norme d’application pour les logements propose
3 systèmes de ventilation (un quatrième, le système B, est très
peu répandu) :
Système A :
ventilation naturelle.
L'air entre directement dans le bâtiment et est
extrait naturellement par effet de cheminée.
Système C :
extraction mécanique.
L'air entre directement dans le bâtiment et est
extrait mécaniquement grâce à un ventilateur.
Système D :
ventilation mécanique
L'air est souvent réchauffé et filtré avant d'être
introduit dans les locaux. Il est pulsé et extrait
mécaniquement.
Chacun des systèmes a des avantages et des inconvénients :
► Ventilation naturelle :
Système D
Un système naturel fait l'économie du prix de l'installation
de groupes de préparation d'air et de gaines de
distribution. Mais le coût d'investissement des grilles en
façade n'est pas négligeable. Leur prix est fort variable et
dépend de leur aspect, de leurs qualités acoustiques, de
leurs possibilités de régulation manuelle ou automatique
du débit d'air, etc.
Le débit d’air extrait du bâtiment est fonction des
conditions atmosphériques et on n’a jamais la garantie
d’un balayage correct du logement par l’air de ventilation.
► Ventilation mécanique :
L’extraction mécanique (système C) donne la garantie
d’une extraction efficace de l’humidité des locaux
sanitaires et de la cuisine. Elle permet également une
régulation du débit d’air en fonction des besoins.
Le système D, c’est la maîtrise totale de la quantité d’air
neuf entrant et d’air vicié sortant. Il permet une
récupération de chaleur sur l'air extrait. Il en résulte une
économie de la consommation de chauffage de l'air
pouvant atteindre 85 %.
Concrètement ?
Ventiler les logements au moyen d’un système C ou
d’un système D avec récupération de chaleur.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
36
2.4.3. Concevoir le réseau de distribution d'eau
Que faire ?
► Équiper le bâtiment d'un système permettant la récupération d'eau de pluie.
Pourquoi ?
Compte tenu de la diminution de quantité d’eau douce
disponible, il est inopportun d'utiliser de l'eau potable pour tous
les usages quotidiens d'eau dans la maison : les toilettes, la
lessive, le nettoyage, l'hygiène. Et il est donc naturel d'essayer
d'utiliser l'eau de pluie pour alimenter les WC et les lessiveuses.
Note : le CSTC déconseille d'alimenter les éviers, lavabos,
baignoires et douches en eau de pluie si celle-ci n'est pas
potabilisée. Il existe en effet un risque sanitaire (ingestion,
contact avec l'épiderme,…).
L’alimentation en eau de pluie des WC permet en moyenne une
économie de 30 litres d’eau/jour/pers. (11 m³/an/pers ou 33
€/an/pers).
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
37
L’alimentation en eau de pluie des lessiveuses permet en
moyenne une économie de 24 litres d’eau/jour/pers. (9
m³/an/pers ou 27 €/an/pers, auxquels se rajoute l’économie en
produit de lessive).
Le temps de retour financier d’une installation de récupération
d’eau de pluie varie entre 6 et 14 ans.
Voir http://www.ibde.be pour les tarifs de l’eau potable
(3,06€/m³ à partir d’une consommation supérieure à 60m³).
Concrètement ?
► Équiper le bâtiment d'un système permettant la
récupération d'eau de pluie
► Alimenter les chasses des WC de l'immeuble
avec l'eau de pluie
► Alimenter également avec de l'eau de pluie, dans
la mesure du possible, les lessiveuses et les
points de puisage destinés à l'entretien des
espaces communs intérieurs et extérieurs.
► Dimensionner la citerne pour pouvoir répondre à
au moins 80% des besoins journaliers en eau
pour l'alimentation des WC.
► Choisir une citerne en béton armé de manière
neutraliser l’acidité de l’eau de pluie grâce à un
apport en sels minéraux présents dans le béton.
A défaut, choisir une citerne en matière
synthétique dont le fond est recouvert de
graviers, et les parois de pierres calcaires.
► Informer les occupants sur la particularité de
l'eau de pluie qui permet de diminuer fortement
la consommation en produits détergents et
lessiviels.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
38
2.4.4. Choisir le vecteur énergétique pour la production d'eau chaude sanitaire
Que faire ?
► Envisager l'installation de capteurs solaires.
Pourquoi ?
Les différentes sources d'énergie disponibles pour
préparer de l'eau chaude sanitaire n'ont pas le même
impact sur l'environnement :
o L'énergie solaire, associée à un système d'appoint
(on ne peut pas compter sur le soleil en permanence
...), est la plus écologique.
Selon les applications, le coût du kWh solaire peut
être compétitif par rapport à celui des combustibles à
leur niveau actuel. Mais surtout, il est stable et
garanti pendant la toute la durée de vie de
l'installation (25 ans minimum), à l'inverse du prix des
énergies fossiles.
o Le gaz est actuellement le combustible dont la
combustion a le moins d’impact local sur
l’environnement
et
il
permet
facilement
de
décentraliser la production, voire de supprimer la
boucle de circulation.
o Les
systèmes de préparation d'eau chaude
électriques
ont le rendement des centrales
électriques. Avec le parc actuel, celui-ci est d'environ
40%, seulement.
De plus, à ce jour, le prix de revient de la chaleur
électrique est double de celui de la chaleur gaz ou
fuel.
Concrètement ?
Étudier l'intérêt d'installer des capteurs solaires. Des
informations, conseils, formations, aides financières
sont disponibles auprès du facilitateur « Energies
renouvelables, grands systèmes » :
[email protected]
0800 85 775
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
39
2.5. Aménager des locaux pour le tri des déchets domestiques
Que faire ?
► Prévoir un espace de tri individuel pour chaque logement ;
► Prévoir un espace commun de stockage ;
Pourquoi ?
Malgré l’instauration du tri sélectif au niveau des déchets
domestiques et les nombreuses campagnes de sensibilisation,
la quantité de déchets produits ne fait qu’augmenter.
En 2002, la Région de Bruxelles-Capitale a collecté en
moyenne 225 kg déchets non triés par habitant et 360 kg par
habitant au total (Si on ajoute les déchets sélectifs et les
encombrants). Cela revient à 1 kg de déchets produits par jour
et par habitant.
Pour que les ménages trient efficacement leurs déchets, ils
doivent
- disposer d'espaces de tri et de stockage suffisants,
- être correctement informés,
- être sensibilisés.
Concrètement ?
► Prévoir pour chaque logement, de préférence
dans la cuisine, un espace de tri individuel de
surface suffisante pour entreposer au minimum
une poubelle « verre » ainsi que les 3 poubelles
obligatoires en Région bruxelloise :
o le sac bleu pour les bouteilles et flacons en
plastique, emballages métalliques et cartons
à boissons (propres et secs)
o le sac jaune pour les papiers et cartons
(propres et pliés),
o et le sac blanc pour les déchets ménagers
non triés.
► Prévoir des espaces communs de stockage bien
ventilés et éclairés, adaptés aux besoins de la
collectivité (nombre de logements, d'habitants,
fréquence des collectes,…).
► Implanter ces locaux le long d'un parcours
habituel des habitants, idéalement au rez-dechaussée, proches des halls d'entrée.
► Équiper ces locaux pour faciliter leur entretien
(carrelage, point d'eau, siphon de sol,…) et
l’évacuation des déchets.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
40
► Privilégier une information directe et explicite
(pas uniquement des affiches ou des pancartes) :
o
Via le gardien, le propriétaire ou tout autre
personne proche de la vie quotidienne des
occupants
o
À travers une signalétique
équipements
o
Par un guide de tri distribué à chaque foyer.
sur tous
les
Remarque :
Le guide-conseil ne prévoit pas l’implantation
d’un conteneur compost et d’un conteneur verre
pour les raisons suivantes :
il n’existe actuellement pas de collecte des
déchets organiques mise à part la collecte
hebdomadaire des déchets de jardin
la Région de Bruxelles-Capitale et l’Agence
de Bruxelles -Propreté ont implanté en
grand nombre des bulles à verre, souvent
proches des zones commerciales et faciles
d’accès.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
41
3.
Projet
3.1. Limiter la consommation d'eau potable
Que faire ?
► Concevoir le réseau de distribution d'eau et choisir les points de puisage pour limiter
les consommations d'eau potable.
Pourquoi ?
Source CSTC
Durant les 50 dernières années, la quantité d’eau douce
disponible sur terre, par habitant et par an a diminué de moitié.
De plus, on constate que la qualité des eaux récoltées est de
plus en plus médiocre et que le traitement pour les rendre
potables met en œuvre des procédés de plus en plus lourds et
coûteux.
Or, l’eau potable est principalement utilisée à des usages pour
lesquels elle n’est pas indispensable : la lessive, le nettoyage,
les toilettes.
En outre un gaspillage important est causé par les fuites.
On peut dès lors se donner comme objectif de diminuer les
consommations en eau potable de 70%, ce qui permettrait de
réduire
- la consommation quotidienne de chaque occupant de 120
litres en moyenne à 36 litres,
- ou encore la consommation annuelle de 44 m³/an/habitant
à 13 m³/an/habitant.
Cet objectif peut être atteint si
- les fuites sont repérées rapidement,
Une bonne connaissance du réseau de distribution est
essentielle en terme de gestion, de maintenance et de
surveillance. Elle permet d’identifier rapidement les
endroits d’intervention en cas de fuite.
- les utilisateurs sont responsabilisés,
La présence de compteur divisionnaire dans chaque
entité locative permet de maîtriser la consommation
propre à chaque entité en responsabilisant l’occupant
et de déceler rapidement les fuites d’eau sur les circuits
de distribution de chaque entité.
- le débit des points de puisage est réduit (tout en conservant
un confort équivalent),
Les équipements sanitaires sont conçus pour
fonctionner à une pression de 1 à 3 bars. Une pression
supérieure entraîne une augmentation du débit sans
améliorer le confort de l’utilisateur.
Pour un même usage, des équipements peuvent
induire une consommation différente.
- de l’eau de pluie est utilisée pour certains usages.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
42
Concrètement ?
Robinet mélangeur : il possède deux
vannes d’alimentation, une pour le
chaud, une pour le froid
► Exiger de la part de l'entreprise de construction
un plan des réseaux de distribution et
d’évacuation, tels que réalisés sur le chantier. Ce
plan devra identifier le compteur général,
l’implantation
des
colonnes
d’amenée
et
d’évacuation d’eau, les regards, les différents
embranchements, l’implantation de chaque
robinet,…
► Équiper le réseau d'autant de compteurs
divisionnaires qu'il n'y a de logements dans le
bâtiment.
► Prévoir un réducteur de pression sur le réseau
d'adduction d'eau pour ramener la pression
autour de 3 bars.
Le robinet mitigeur implique une bonne
connaissance de son fonctionnement et
une certaine rigueur pour être utilisé de
manière rationnelle et sans gaspillage.
En effet, le robinet mitigeur est un
robinet à une seule commande qui
permet à la fois :
-
de mélanger eau chaude et
eau
froide
(manœuvre
latérale de la commande)
-
d’enclencher ou d’arrêter
l’écoulement
d’eau
(manœuvre verticale de la
commande)
► Équiper tous les WC de chasses à double
commande.
► Dans les petits logements, placer une douche
plutôt qu'une baignoire. Dans les plus grands
logements équipés de deux salles de bains, ne
placer qu'une seule baignoire.
► Équiper les douches de pommeaux à économie
d'eau (5 à 10 l/min).
► Prévoir des éviers doubles dans les cuisines
pour éviter le rinçage à l'eau courante.
► Utiliser de l'eau de pluie pour l'alimentation des
WC, des lessiveuses (voir point 2.4.3) et des
points de puisage pour l’entretien et les
arrosages extérieurs
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
43
3.2. Bien concevoir le système de chauffage
3.2.1. Choisir la chaudière
Que faire ?
► Privilégier le chauffage au départ d’une chaufferie collective ;
► Si présence de gaz naturel sur le site, choisir une chaudière à condensation ;
► Adapter le circuit à cette technologie.
Pourquoi ?
Chaufferie collective ou individuelle ?
L’avantage de la chaufferie centralisée se situe
principalement au niveau :
- de la centralisation de la gestion et de l’entretien,
- de la possibilité du choix d’une installation
correctement
dimensionnée
(les
chaudières
individuelles disponibles sur le marché sont fortement
surpuissantes par rapport aux besoins d’un
appartement),
- du choix des technologies les plus performantes.
Chaudière à condensation
La technologie de la condensation de fumées permet, si
l'installation est bien étudiée, de récupérer une grande
partie de la chaleur qui s'échappe habituellement par la
cheminée. On peut atteindre des rendements instantanés
de l'ordre de 108 %, à comparer avec le rendement d'une
chaudière traditionnelle "haut rendement" de l'ordre de
92 %.
En pratique, les chaudières gaz à condensation
permettent une diminution moyenne des consommations
de 6 à 9 % par rapport aux meilleures chaudières gaz et
fuel traditionnelles.
Attention : pour qu'une chaudière à condensation
présente effectivement le haut rendement attendu, le
circuit hydraulique doit être conçu pour que l'eau des
radiateurs revienne à la température plus froide possible
vers la chaudière.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
44
Concrètement ?
► Que
ce soit en chaufferie collective ou
individuelle, investir dans une chaudière à
condensation pour avoir un rendement optimal.
Remarque : des primes compensent souvent le
léger surcoût d’investissement par rapport aux
autres chaudières.
► Donner aux concepteurs le temps et les moyens
nécessaires pour étudier le circuit hydraulique
qui maximisera la condensation dans la
chaudière.
► Le concepteur sera également attentif au choix
de la chaudière individuelle à condensation
(attestation de rendement, hydraulique interne,
régulation favorisant la condensation)
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
45
3.2.2. Concevoir la distribution d'eau chaude
Que faire ?
► Limiter les pertes de chaleur sur le réseau ;
► Limiter la consommation nécessaire à la circulation de l'eau ;
► Découper la distribution en fonction des occupations
Pourquoi ?
Pertes des tuyaux
Un tuyau véhiculant de l'eau de chauffage dans un
espace non chauffé (chaufferie, vide ventilé, caniveau),
présente des pertes importantes.
Ordre de grandeur :
1 m de tuyau en acier de 1 pouce de diamètre, non isolé,
dans lequel circule de l'eau chaude à 70°C et qui
parcourt une ambiance à 20°C a une perte équivalente à
la consommation d'une ampoule de 60 W. Laisserait-on
cette ampoule éclairer la chaufferie en permanence ?
Circulations
La dimension des circulateurs est souvent déterminée
sur base d'une estimation des pertes de charge. Par
sécurité, on choisit un circulateur d'un modèle supérieur.
Résultat : dans la plupart des installations, le débit dans
le réseau est plus important que nécessaire. Ceci
entraîne une diminution du rendement du circulateur et
une surconsommation électrique durant toute l'année
(plus de 10 fois plus suivant une étude suisse).
Les circulateurs à vitesse variable permettent d'adapter
le débit réel dans le circuit au débit nécessaire et
éliminent donc ce problème de surdimensionnement.
Distribution par appartement
Permettre à chaque occupant de disposer d’une
régulation de chauffage qui lui est propre est clairement
un message positif en faveur de la gestion énergétique.
Concrètement ?
► Choisir une position centrale pour la chaufferie
afin de limiter la longueur des réseaux de
distribution d'eau chaude et modérer ainsi la
consommation des circulateurs.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
46
► Financer
le
dimensionnement
tuyauteries,
nécessaire
pour
consommation des circulateurs.
large
des
limiter
la
► Ne pas limiter le budget nécessaire à l'isolation
des conduites, y compris les coudes et les
vannes.
Celle-ci est toujours très rentable. Elle est
remboursée en 1 an par les économies d'énergie.
Ordre de grandeur : l’épaisseur d’isolant à
prévoir est semblable au diamètre du conduit.
► Choisir des circulateurs à vitesse variable.
Ils permettent d'adapter le débit réel dans le
circuit au débit nécessaire et éliminent donc le
problème de surdimensionnement.
Leur surcoût est rapidement remboursé par la
diminution de la consommation électrique s'ils
sont correctement réglés à la mise en service.
Le circulateur à vitesse variable est également
conseillé dans les chaudières individuelles à
condensation car il permet de combattre le
surdimensionnement inévitable des circulateurs
intégrés aux chaudières. Il favorise aussi la
condensation en permettant une température
d’eau alimentant la chaudière plus basse.
► Si l’immeuble abrite des locaux à chauffer non
destinés
au
logement
et
à
occupation
intermittente (magasin, salle commune, …),
prévoir un circuit de distribution propre équipé de
sa régulation.
Envisager que chaque appartement soit alimenté
par une boucle de distribution qui lui est propre,
équipée d’une vanne de régulation avec
thermostat d’ambiance (attention cependant à
concevoir une hydraulique qui ne perturbe pas la
condensation dans la chaudière collective).
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
47
3.2.3. Choisir la régulation
Que faire ?
►
►
►
►
Privilégier les systèmes simples d’utilisation ;
Prévoir une intermittence du chauffage la nuit ;
Favoriser la condensation dans la chaudière.
Prendre en compte les apports de chaleur gratuits.
Pourquoi ?
Systèmes simples
Bien des systèmes de régulation (centrale ou
individuelle)
sophistiqués
conduisent
à
une
surconsommation parce qu’ils ne peuvent être maîtrisés
par le gestionnaire du bâtiment ou par l’occupant. La
convivialité de visualisation et de réglage doit donc être
un maître mot dans le choix d’un équipement de
régulation.
Intermittence
Pratiquer un ralenti de chauffage durant la nuit permet
une économie de 5 à 10 %, en fonction de l’inertie du
bâtiment et de son niveau d’isolation.
Chaudière à condensation
Les performances d’une chaudière à condensation
(collective ou individuelle) dépendent de sa température
d’eau : plus l’eau est froide, plus les fumées se
condensent et plus on récupère d’énergie. Il faut donc
veiller à ce que la régulation commande au plus juste la
température de l’eau de chaudière en fonction des
besoins.
Vannes thermostatiques
Un appartement profite en moyenne de 3500 kWh
d’apports
de
chaleur
gratuits
par
an
(soleil,
électroménager, …). Cela l’équivaut de 350 m³ de gaz.
Seules les vannes thermostatiques sur les radiateurs
peuvent
tenir
compte
de
ceux-ci
en
gérant
automatiquement le débit d’eau dans les radiateurs.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
48
Concrètement ?
► Favoriser la simplicité de réglage du régulateur.
► Exiger
des
documents
explicatifs
compréhensibles du principe de régulation et de
l’utilisation des régulateurs.
Exiger une formation du gestionnaire au
maniement des régulateurs des chaufferies
collectives.
► Choisir des régulateurs avec horloge.
En chaufferie centralisée,
coupure nocturne.
programmer
une
► En
chauffage
collectif,
commander
la
température d’eau des circuits et de la chaudière
en fonction de la température extérieure.
Illustration : Bénédicte Beeckmans
En chauffage individuel, commander la chaudière
à condensation au moyen d’un thermostat
d’ambiance modulant.
► Équiper
les
radiateurs
de
vannes
thermostatiques et informer les utilisateurs de
leur utilité et de leur fonctionnement.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
49
3.3. Bien concevoir le système d'apport d'air neuf
Le chauffage de l'air neuf hygiénique représente près de la moitié de la
consommation de chauffage d'un bâtiment isolé. Pour diminuer ce poste, il convient
d'être attentif lors de la conception du système de ventilation
>
>
>
à la quantité d'air neuf apportée dans le bâtiment,
à limiter l’énergie de chauffage de l’air neuf,
à la distribution si la ventilation est mécanique.
3.3.1. Définir la quantité d'air neuf apportée dans le bâtiment
Que faire ?
Limiter la quantité d'air neuf apportée dans le bâtiment
► Par un dimensionnement raisonnable des installations,
► Par une gestion efficace des débits d'air.
Pourquoi ?
Les consommations liées à la ventilation sont
proportionnelles au débit d'air, qu'il s'agisse de la
consommation de combustible (préchauffage de l'air) ou
de la consommation d'électricité (ventilateurs pour le
transport de l'air).
Il convient donc de limiter ce débit au minimum
nécessaire pour assurer le confort des occupants.
Concrètement ?
► Ne pas dépasser les débits de ventilation
Exemple de grille auto-réglable
La bavette souple (entourée)
réduit automatiquement la section
d'ouverture quand la pression
du vent augmente.
Bouche d’extraction hygroréglable :
l’ouverture est modifiée au moyen
d’une tresse qui se dilate ou se
contracte avec l’humidité
proposés par la norme NBN D50-001 de plus de
20%.
► Dans le cas d’un système C, choisir les grilles
d’amenée d’air :
o « autorégulantes » réduisant leur ouverture
en fonction de la pression du vent,
o ou « hygrorégulantes », faisant automatiquement varier leur ouverture en fonction du taux
d’humidité ambiante.
► Dans le cas d’un système C, les bouches
d’extraction peuvent également comprendre un
système de gestion de l’ouverture en fonction de
l’humidité. La vitesse du ventilateur est alors
régulée en fonction de la pression dans le
réseau.
Par rapport au système C sans régulation, un
système C hygrorégulé permet une économie
d’énergie d’une trentaine de %. Le surcoût est
remboursé en une période comprise entre 3 et 6
ans.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
50
3.3.2. Limiter le chauffage de l'air neuf d'un système mécanique
Que faire ?
► Récupérer de la chaleur de l’air extrait ;
► Préchauffer l’air naturellement dans le sol.
Pourquoi ?
La consommation de combustible liée à la ventilation est
proportionnelle à la différence entre la température de
l'air neuf, et la température à laquelle l’air vicié est
extrait du bâtiment.
Pour diminuer cette consommation, on peut essayer
d'augmenter la température de l'air neuf.
L'air neuf est habituellement pris directement à
l'extérieur. Mais il est souvent possible de le préchauffer
en récupérant de la chaleur perdue dans le bâtiment ou
autour de celui-ci.
Concrètement ?
► Équiper les systèmes D, d’un récupérateur de
Récupérateur à plaques
chaleur ayant un rendement minimal de 85%.
Dans ce cas, le fonctionnement sera permanent
(voir ci-dessus).
Par rapport au système C sans régulation, un
système D avec récupérateur de chaleur permet
une économie de plus de 60% sur la
consommation imputable à la ventilation, en
tenant compte du chauffage de l’air et de la
consommation électrique des ventilateurs.
► Étudier la possibilité de faire transiter l'air neuf
dans une canalisation enterrée (puits canadien).
Cette technique permet une économie de 20 à
25 % sur le chauffage de l’air neuf. Il permet
aussi un rafraîchissement naturel de l’air en été.
Une attention particulière sera portée à la
possibilité d’entretien des conduites.
► Choisir des bouches de pulsion qui permettent
de souffler l'air à température modérée (16°C)
sans créer d’inconfort. Ceci permet de ne pas
recourir à une batterie de postchauffe de l’air en
complément du récupérateur.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
51
3.3.3. Concevoir le réseau de distribution d'air d'un système mécanique
Que faire ?
► Financer des ventilateurs efficaces ;
► Concevoir le système pour limiter les pertes de charges dans le réseau ;
► Veiller à l’étanchéité des réseaux de pulsion.
Pourquoi ?
Dans un système de ventilation mécanique, la
consommation électrique des ventilateurs dépend de leur
rendement et de la perte de charge du réseau.
Cette "perte de charge" est une baisse de pression de
l'air le long du réseau de distribution. Elle est due aux
frottements de l'air sur les parois des gaines, à leurs
changements de direction et aux divers obstacles.
Ainsi, pour souffler le même débit d'air à travers un
conduit sinueux qu'à travers un conduit droit, il faudra
souffler plus fort et donc consommer plus d'énergie.
Et disposer d’un réseau étanche, c’est avoir la garantie
que l’air véhiculé par le ventilateur arrive bien à
destination (dans certains réseaux neuf mal conçus, il
faut parfois doubler le débit pulsé par le ventilateur pour
obtenir le bon débit dans les locaux …).
Concrètement ?
► Faire en sorte que la puissance électrique
absorbée par un ventilateur ne dépasse pas 0,21
W/m³/h
► Financer
des
ventilateurs
efficaces.
Le
rendement devrait être de 60% minimum pour
des faibles débits et atteindre les 80% lorsque
les débits augmentent.
► Favoriser l’utilisation de ventilateurs avec moteur
à courant continu.
► Concevoir un réseau court, limitant les coudes et
déviations.
► Choisir des conduits circulaires, avec joints aux
raccords.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
52
► Dimensionner largement les conduits d'air.
A débit transporté égal, si le diamètre d'un
conduit d'air double, la puissance du ventilateur
et sa consommation sont diminuées par 32 !
Exemple: des raccords "longs"
diminuent les tourbillons et donc les
pertes de charge.
► Choisir et financer des accessoires à faible perte
de charge : filtres, coudes, raccords entre
ventilateurs et gaines, grille de prise d'air,
silencieux,
etc.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
53
3.4. Bien concevoir le système de préparation de l'eau chaude sanitaire
Pour bien concevoir le système de production d'eau chaude sanitaire, il convient,
dans les premières étapes de l'élaboration d'un projet, d'être attentif
>
>
>
>
à la limitation des besoins d'eau chaude,
à la conception du système de production
à la conception du système de distribution
au choix des équipements
3.4.1. Définir et limiter les besoins
Que faire ?
► Choisir des appareils de distribution limitant la quantité d'eau utilisée.
Pourquoi ?
La principale économie d'énergie sur l'eau chaude
sanitaire se fa it sur la réduction des quantités d'eau
co nsommées.
Par exemple, un bain revient à environ 0,50 € (100 litres
d’eau chaude et 5 kWh d’énergie) et une douche à
environ 0,2 0 € (40 litres d’eau chaude et 2 kWh
d ’énergie).
Concrètement ?
► Pour chacun des équipements sanitaires, étudier
Les robinets mitigeurs restent souvent
inutilement en position « tiède ». Ils
sont à éviter au profit des robinets
mélangeurs.
les possibilités de réduction du débit d’eau, du
temps de puisage et du niveau de température :
mousseurs, pommeaux de douche économiques,
boutons poussoirs à rappel automatique, rob inet
à œil électronique, poignées ergonomiques.
► Éviter les robinets mitigeurs sur les lavabos et
éviers. Choisir des robinets ergonomiques
(remplissage de seaux …). Placer des éviers
doubles en cui sine pour éviter la vaisselle sous
eau courante.
► Si la situation du bâtiment entraîne une pression
élevée dans le réseau, placer un réducteur de
pression à l'entrée de l'installation afin de réduire
les débits à chaque point de puisage.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
54
3.4.2. Concevoir le système de production d'eau chaude sanitaire
Que faire ?
► Choisir un système adapté à la situation.
► Gérer la température de l'eau pour éviter le développement des légionelles.
► Ne pas dégrader les performances des chaudières à condensation.
Pourquoi ?
Installation centralisée ou décentralisée ?
Une production décentralisée de l'eau chaude (chaudière
murale combinée ou non au chauffage) permet d'éviter
les pertes permanentes de la boucle de circulation, les
pertes de stockage et le maintien en température
permanent d’une chaudière.
Le confort fourni est cependant bien souvent moindre
(fluctuation de température dans les préparateurs
instantanés) et la production décentralisée ne permet pas
d’envisager un préchauffage solaire de l’eau.
Le choix d’une production de chauffage centralisée peut
dès lors aussi se justifier, pour des raisons de
rationalisation des investissements, de centralisation de
la gestion et d’entretien ou de recours à l’énergie solaire.
Combattre la légionelle ?
Une installation tertiaire est sensible au développement
de cette bactérie qui prolifère particulièrement à une
température comprise entre 30 et 40°C. Le maintien
d'une température de production d'eau chaude à 60°C
est souvent la solution adoptée
Production d’eau chaude sanitaire et chaudière à
condensation
Production de chauffage et d'eau
chaude sanitaire combinée
La lutte contre le développement de la légionelle entraîne
donc désormais une production et une distribution d'eau
chaude sanitaire à haute température (60°C). Ceci ne
constitue pas en soi un supplément de consommation
finale mais requiert à tout le moins une isolation
renforcée des équipements et contrarie l'évolution
technologique actuelle vers une production de chaleur à
basse température, notamment au moyen de chaudières
à condensation.
Concrètement ?
► Dimensionner et configurer le ballon de stockage
et/ou la boucle de distribution pour de l'eau à
60°C.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
55
Une température inférieure à 55°C entraîne un
risque de prolifération des légionelles, une
température trop élevée entraîne des pertes
énergétiques.
Cette "haute température" permanente de l'eau
sous-entend une forte isolation du ballon et des
conduites et un choix de matériau adéquat pour
les conduites.
► Si la préparation de l'eau chaude sanitaire est
assurée par une chaudière à condensation
individuelle,
choisir
une
chaudière
avec
échangeur sanitaire surdimensionné permettant
de travailler avec une eau de chaudière à basse
température pour produire l’eau sanitaire.
Dans le cas d’une chaufferie collective, choisir
une chaudière à condensation à deux retours
permettant le raccordement du ballon sanitaire
sur le retour chaud de la chaudière et les
radiateurs sur le condenseur.
Ces deux prescriptions permettent de faire
condenser la chaudière même lorsque l’on
produit
de
l’eau
chaude
sanitaire.
Les
rendements sont alors les meilleurs.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
56
3.4.3. Choisir des équipements performants et sûrs
Que faire ?
► Être attentif au choix des préparateurs gaz individuels.
► Isoler correctement les ballons de stockage.
Pourquoi ?
Préparateur gaz individuel
Un préparateur gaz individuel peut être le système le
plus économe car il ne demande pas de stockage.
Cependant un mauvais choix peut conduire :
-
à des pertes énergétiques importantes (une veilleuse
consomme annuellement 200 à 300 m³ de gaz)
-
à des risques pour la sécurité des occupants
(manque de ventilation des logements et production
de CO)
-
ou à un manque de confort (fluctuation de la
température de puisage en fonction du débit).
Ballon de stockage
Un ballon de stockage de 1000 litres perdra l’équivalent
de 175 m³ de gaz (ou litres de fuel) s’il est isolé par 5 cm
de laine minérale. La perte sera de 90 m³ de gaz (ou
litres de fuel) avec 10 cm d’isolant. Soit une différence
de coût de l’ordre de 40 €/an, de quoi rembourser
l’isolation supplémentaire en 3 ans.
Concrètement ?
► Interdire les appareils de production à veilleuse
permanente.
► Prévoir des systèmes de type « à ventouse »
avec évacuation commune ou individuelle.
► Prévoir des systèmes à modulation de puissance
en fonction du débit de puisage.
► Choisir des ballons de stockage avec une
isolation équivalente à 10 cm de laine minérale.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
57
3.4.4. Concevoir le réseau de distribution d'eau chaude
Que faire ?
► Isoler les boucles de distribution.
► Limiter la consommation des circulateurs de boucle.
Pourquoi ?
1 m de conduite non isolée de 1 pouce de diamètre perd
en chaleur l’équivalent de la consommation d’une
ampoule électrique de 60 W.
La perte d’une boucle sanitaire est d’autant
importante qu’elle fonctionne 8760 heures par an.
C’est
aussi
pour
cela
qu’il
faut
éviter
surdimensionnement du circulateur de boucle.
plus
le
Concrètement ?
► Regrouper
spatialement
tous
les
locaux
nécessitant une arrivée d'eau chaude de manière
à limiter la longueur de la boucle de distribution
► Isoler la boucle de distribution dans l’ensemble
du bâtiment, ainsi que les vannes et brides.
► Dimensionner le circulateur de boucle, juste pour
compenser les déperditions de l’eau.
Le principe des boucles de circulation est
similaire à celui utilisé autrefois pour éviter le gel
d'une conduite en hiver : laisser passer un fin
filet à la sortie du robinet ! Le débit de circulation
d'eau compense les pertes de chaleur de la
boucle mais ne doit pas assurer le débit d'eau
d'alimentation d'un équipement.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
58
3.5. Bien concevoir le système d'éclairage artificiel des communs
Lors de la conception du système d'éclairage, il est possible d'agir sur
>
l'efficacité des systèmes d'éclairage
>
la durée de fonctionnement de l'installation
pour limiter ses consommations futures.
3.5.1. Choisir de systèmes d'éclairage efficaces
Que faire ?
► Choisir des lampes et des luminaires performants.
Pourquoi ?
Une lampe à incandescence ou halogène produit 4 à 8 fois moins de
lumière qu’une lampe fluorescente, pour la même puissance
électrique.
La puissance électrique installée (et donc la consommation) avec des
luminaires à haut rendement avec lampe fluorescente ou avec un
mauvais luminaire peut aller du simple au double.
Concrètement ?
► Ne pas utiliser de lampes halogènes ou à
incandescence.
► Équiper les luminaires pour lampes fluorescentes
de ballasts électroniques.
La
surconsommation
liée
conventionnels est de 20%.
Ballast électronique
aux
ballasts
.
Consommation d'une lampe de 58 W en
fonction du type de ballast
Illustration : Bénédicte Beeckmans
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
59
3.5.2. Limiter la durée de fonctionnement
Que faire ?
► Prévoir lors de la conception du circuit électrique un découpage de l'installation
d'éclairage.
► Installer une gestion efficace.
Pourquoi ?
Des économies appréciables peuvent être réalisées en
adaptant le temps d'allumage et le flux lumineux à
l'occupation réelle et aux besoins effectifs en
éclairement.
Le système d'éclairage devrait donc permettre :
•
l'extinction de l’éclairage
naturel est suffisant,
•
l'extinction de l'éclairage d'une zone inoccupée.
artificiel
si
l'éclairage
Concrètement ?
► Donner
le temps et les moyens aux
concepteurs pour étudier le réseau électrique
du bâtiment afin de mettre en place une
gestion efficace des installations : il doit
permettre d'éteindre certaines zones du
bâtiment.
► Prévoir une commande d'éclairage propre pour
chaque zone de passage indépendante ou
chaque zone ayant un éclairage naturel différent
► Commander
l’extinction des luminaires
circulations au moyen d’une minuterie.
des
Pour des questions de sécurité un éclairage
permanent peut être commandé pour les heures
de pointe
L’utilisation
de
ballasts
électroniques
à
préchauffage permet de ne pas pénaliser la
durée de vie des lampes avec l’augmentation du
nombre d’allumages.
► Commander
l’éclairage
crépusculaire et horloge.
extérieur
par
sonde
► Asservir l’éclairage des ascenseurs au trafic, …
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
60
4.
Chantier
4.1. Gestion des déchets de construction
Que faire ?
► Donner aux intervenants les moyens pour gérer les déchets de chantier.
► Intégrer la gestion des déchets dans les documents d'adjudications.
► Contrôler la bonne marche de la gestion des déchets pendant la construction.
Pourquoi ?
Pour minimiser les déchets liés à la construction, deux
mesures complémentaires doivent être appliquées :
1. produire un minimum de déchets à la construction,
voir pas de déchets du tout (ce travail de prévention
intervient lors de l’élaboration du projet, voir points
2.2 et 2.3),
2. et trier davantage et à la source les déchets de
construction.
Cette deuxième mesure permet à la fois de diminuer les
coûts de traitement et d’évacuation des déchets, de
faciliter la réutilisation et le recyclage des déchets
réutiliser et d’économiser des matières premières.
Dans le cas d’un projet de rénovation, cela signifie que la
déconstruction devient une phase incontournable car elle
permet une séparation claire des déchets de
construction.
Concrètement ?
Avertissement : En amont des actions proposées
dans ce guide, les réglementations en vigueur en
matière de déchets doivent être respectées
notamment vis-à-vis des déchets dangereux et des
sols pollués.
Référence :
- Guide de gestion des déchets de construction
et de démolition, IBGE, 2000
- Guide MARCO
- Guide ADEME – Déconstruire les bâtiments,
2003
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
61
► Lors du lancement de l'opération, formuler très
clairement ses objectifs en terme de :
-
gestion des déchets de chantier et de
déconstruction dans le cas d'une rénovation,
gestion des déchets de construction dans le
cas d'une construction neuve.
► Envisager un niveau de tri minimum tel que les
fractions suivantes seront collectées séparément:
- matériaux récupérables et/ou réutilisables,
- déchets dangereux,
- déchets recyclables,
-
-
déchets inertes,
déchets métalliques,
déchets bois,
déchets verre,
déchets plastiques,
déchets non valorisables.
► Donner
aux concepteurs les moyens de
programmer la gestion des déchets dans
l'opération de construction.
► Prescrire la gestion des déchets de chantier
dans les dossiers d’adjudication et dans le
processus de sélection des entreprises de
construction.
► Donner aux concepteurs et aux entrepreneurs les
moyens pour gérer les déchets de chantier.
► Veiller à ce que le personnel de chantier soit
formé à :
- la déconstruction sélective de l’immeuble à
rénover,
- la séparation et le tri des déchets de
construction.
► Contrôler la bonne marche de la gestion des
déchets pendant la construction :
veiller à ce que les documents et factures
spécifiques au transport et au traitement des
déchets soient suivis, contrôlés et conservés par
l’entreprise, et qu'ils soient fournis en fin de
chantier.
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
62
5.
Annexe : labels « qualité environnementale »
5.1. Labels généraux et méthodes développant une « qualité
environnementale »
-
Label et méthode française « HQE » - http://www.assohqe.org
Label et méthode suisse « MINERGIE » - http://www.minergie.ch
Certification et méthode anglaise « BREEAM » - http://www.bre.co.uk
Certification et méthode américaine « LEED » - http://www.usgbe.org
5.2. Labels généraux pour les produits de construction
-
Label écologique européen - http://europa.eu.int/ecolabel
Label allemand « Ange bleu » - http://www.blauer-engel.de
Label français « NF environnement » - http://www.marque-nf.com
norme NIBE
5.3. Labels spécifiques
5.3.1. Bois
-
Label « FSC » - http://www.fscoax.org
Label « PEFC » - http://www.pefc.org
5.3.2. Revêtements de sol textiles
-
Label « GuT » - http://www.gut-ev.de
Label « Greenline »
5.3.3. Peinture et vernis
-
Label écologique européen - http://europa.eu.int/ecolabel
Label français « NF environnement » - http://www.marque-nf.com
5.3.4. Traitement du bois
-
Label « LIGNUM » - http://www.lignum.ch
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
63
6.
Annexe : références bibliographiques principales
6.1. Livres
Le Guide de l’Habitat Sain, Suzanne et Pierre DEOUX, éditions MEDIECO, 2002
L’architecture écologique, Dominique GAUZIN-MULLER, éditions Le Moniteur,
2001
L’Ecologie dans le bâtiment, Guide ADEME
Qualité environnementale des bâtiments, Guide comparatif pour le choix des
matériaux de construction, Jutta SCHWARZ, Verlag Paul Haupt, 1998
L’habitat écologique. Quels matériaux choisir ?, Friedrich KUR, éditions Terre
Vivante, 2003
Savoir construire ECO-logique/-nomique, Guide pour le Maître d’ouvrage, H.R
PREISIG, W.DUBACH, U.KASSER et K.VIRIDEN, éditions Werd Verlag
The Green Construction Handbook, A Manuel for Clients and Construction
Professionals, JT Design Build Publication, Ove Arup & Partners, 1994
La Terre est notre maison. Construire, rénover et habiter en respectant l’homme,
F.JADOUL, éditions Luc PIRE, 2002
6.2. Normes, publications et articles
Norme NIBE, Milieuclassificatie Bouwmaterialen, Michel HAAS, Nederlands
Instituut voor Bouwbiologie en Ecologie te Naarden
Waterwegwijzer voor Architecten, publication de la VMM, 2000
Vers une gestion écologique de l’eau dans la maison, Christian HEYDEN, avril
2001
Vivons l’eau – Guide pratique pour une utilisation rationnelle de l’eau, publication
du WWF, Bruxelles, 2002
Guide des déchets de chantiers de bâtiments, publication de l’ADEME, Paris, 2000
Guide de gestion des déchets de construction et démolition, publication de l’IBGE,
Bruxelles, 2000
Guide des déchets MARCO, publication de MARCO- construction, éditée par le
CSTC
6.3. Sites internet
http://www.ademe.fr
http://www.cstb.fr
http://www.cstc.be
http://www.recyhouse.be
http://www.vibe.be
http://www.vmm.be
http://ecoconso.be
http://recyclages.com
Guide-conseil pour la construction énergétique et durable de logements collectifs
64
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement