LE GÉNIE DU FRANÇAIS TECHNIQUE

LE GÉNIE DU FRANÇAIS TECHNIQUE
 LE GENIE DU FRANCAIS TECHNIQUE
Claude Bédard
INTRODUCTION
Tout rédacteur technique francophone doit être conscient que les
moyens d'expression propres à la langue technique (et qu'il se doit
d'acquérir avec le temps) diffèrent de ceux de la langue générale:
*I1 y a d'abord et avant tout le vocabulaire spécialisé (dynamomètre,
thyristor, etc.), sans lequel on ne peut pas dire grand-chose en
technique.
*11 y a aussi les multiples expressions et tournures qu'on emploie
dans tel ou tel domaine technique pour enrober le vocabulaire
spécialisé (la tension AUX BORNES DE la résistance...).
*Enfin, 3 un niveau plus global, 11 y a un certain nombre de tendances
qui caractérisent la manière d'écrire du locuteur technique. On
pourra même parler de génie de la langue technique, différent a
certains égards de celui de la langue générale. C'est de ce génie
souvent ignoré des rédacteurs techniques débutants qu'il sera ques-
tion ici.
Le Québec n'ayant guère de tradition d'écriture technique (l'emploi
du français dans l'industrie y date d'une vingtaine d'années), c'est
dans les documents de France (livres et revues) que nous avons glané
nos observations.
LES TRAITS GÉNÉRAUX DE LA LANGUE TECHNIQUE
Nous n'essaierons pas de classer les traits observés dans les
catégories lexicale, syntaxique et stylistique. Le praticien de l’
écriture ne tirerait guêre profit d'une telle distinction, qui serait
en outre artificielle dans bien des cas. Nous avons plutôt regroupé
nos observations sous cinq grandes constatations.
LA LANGUE TECHNIQUE EST IMAGEE
.
Contrairement 3 une opinion répandue, la langue technique est loin
d'étre terne et sans vie. En fait, elle témoigne d'une grande
vigueur qui se manifeste notamment par une foule d'emplois imagés.
Ces images sont très souvent un caractère animiste (on prête à des
objets inanimés des choses qui sont le propre des êtres vivants).
Ces emplois se manifestent dans diverses catégories grammaticales:
Substantifs
La LONGEVITE d'un matériel
La courbe de MORTALITE des lampes, leur ESPERANCE DE VIE
Le COMPORTEMENT, les PERFORMANCES d'un matériel
L'AFFOLEMENT des soupapes d'un moteur
L' IMMUNITE d'un matériel électronique aux parasites
L'AGRESSIVITE chimique des produits pompés
Verbes
La courroie n'ADMET aucune variation de longueur
Une soupape de súreté CRACHE
Une courroie mal tendue CRIE, FOUETTE
Les bogies AVALENT les inégalités du sol
Le moteur REGIMBE á bas régime
DESHABILLER un arbre de boîte de vitesses
La sortie de l'étage X ATTAQUE l'étage amplificateur
Ces jonctions S'ACCOMODENT d'un certain désalignement
Adjectifs
Un plastique INDIFFÉRENT aux solvants
Le godet est ARME de dents d'attaque
Un clapet FUYARD, un clapet DESEMPARE
Les poulies sont CHAUSSEES d'une courroie crantée
Un matériel COMPATIBLE avec un autre
La dose d'animisme présente dans la langue technique s'explique peu
étre par le fait que les ouvriers et techniciens (et avant eux les
artisans) vivent en contact étroit avec les réalités matérielles;
ayant l'esprit concret, ils se plaisent & des emplois qui font ima
Notons aussi que l'animisme n'est nullement limité à des emplois
figés; en effet, de nombreux exemples relevés dénotent clairement
que le locuteur crée lui-même des animismes instantanés, indépend-
amment du réservoir d'emplois déjä en usage.
LA LANGUE TECHNIQUE EST ECONOME
La langue technique, souvent perçue comme lourde, recherche pourtant
la briéveté par de multiples moyens: ellipse du déterminé, ellipse
de la préposition, troncation, dérivation, etc. Cette tendance s'
affirme de plus en plus nettement en langue technique moderne, au
point qu'on peut dire sans risque que la langue technique est en
avance sur la langue générale sur ce point.
Ellipse du déterminé
Ce procédé consiste à supprimer le premier mot du syntagme, souvent
assez général pour ne pas être indispensable; le modificateur devient
alors le mot principal. S'il s'agit d'un
substantif, il passe généralement de l'abstrait au concret:
les () sécurités
un () verrouillage
les () étanchéités
équipés de () fins de course
Ellipse de la préposition
(dispositifs de)
(dispositif de)
(dispositifs d')
(commandes de)
Ce procédé consiste à faire sauter le mot-charnière (en général une
préposition) qui explicite la relation entre deux substantifs d'un
syntagme nominal:
alimentation () pompe principale (de la)
tube () acier gainé () plastique (en) (de)
bilan () matières
sécurité () mémoire
élévateur () potence
compatible () TTL
pince gainée () confort
polystyrène () choc
cordon () secteur
(des)
(de 1a)
(en forme de)
(avec des composants)
(pour assurer le)
(résistant au)
(de raccordement au)
Ce procédé a 1' inconvénient de rendre le syntagme moins explicite.
Par contre, il est un facteur incontestable de brièveté et de
maniabilité; cela est d'autant plus apprécié que la majorité des
termes nouveaux se présentent effectivement sous la forme de
syntagmes nominaux.
Il s'agit 13 sans doute du trait le plus révélateur de l'évolution
de la langue technique française: sacrifier quelque peu la clarté
qui a fait sa grandeur pour devenir plus fonctionnelle. Et même si
l'influence de l'anglais n'est pas étrangère à certains emplois (1'
exemple compatible TTL est un calque direct de TTL compatible), il
nous semble que cette tendance procède d'une évolution authentique-
ment française.
Troncation
-
Ce procédé consiste à supprimer les dernières syllabes d'un mot.
Par exemple, pneu(matique), auto(mobile). Il n'est pas récent, mais
11 tend, semble-t-il, à sortir de l'argot d'atelier pour entrer de
plus en plus dans la langue technique de niveau correct:
accu(mulateur) ampli(ficateur)
transfo (rmateur) cosse alu(minium)
acier inox(ydable) puissance mini(male)
cote maxi(male)
Derivation
En français contemporain, la dérivation est au goût du jour. Et il
semble que la langue technique soit encore moins réticente que la
langue courante à former des dérivés. Nous ne chercherons pas à en
présenter ici un éventail exhaustif, mais simplement à signaler les
catégories suivantes, qui nous semblent les plus représentatives.
Substantifs
Les deux premières catégories noûs semblent dériver non d'un phéno-
mène récent, mais de la tradition du langage technique, héritée des
artisans. La troisième semble motivée par une tendance plus récente
à l'intellectualisation:
Collectifs Noms de Personnes Caracteristiques
embiellage caoutchoutier indesserrabilité
segmentation raccordier pelabilité
nervuration pneumatiquier inoxydabilité
tôlerie turbinier maintenabilité
clouterie citernier emboîtabilité
pomperie chaudiériste increvabilité
raccorderie frigoriste programmabilité
3
Signalons que les puristes reprochent aux substantifs en -abilité
leur longueur, qui peut sembler abusive. Mais il est indéniable qu'
ils répondent au désir d'un mot unique pré-emballé.
Adjectifs
La dérivation adjectivale a souvent l'avantage de remplacer un groupe
de mots (en général un substantif complément et sa charnière) par un
simple adjectif:
Adjectifs à source verbale:
vis CALANTES d'un théodolite
pouvoir FILTRANT
résines ÉCHANGEUSES d'ions
témoin DÉTECTEUR
coffret PLOMBABLE
filtre INENCRASSABLE
(de calage)
(de filtration)
(d'échange)
(de détection)
(pouvant être plombé)
(ne s'encrassant pas)
Soulignons la grande utilité des adjectifs en -able: outre l'utilisa-
tion au sein d'un syntagme plus ou moins lexicalisé comme dans les
exemples cités, il y a l'emploi libre qui permet de remplacer une
tournure plus lourde:
La vanne porte un chapeau (qui peut être remplacé)
remplaçable sans interruption de service.
Adjectifs äà source nominale
tube AILETTÉ (à ailettes)
fer à souder THERMOSTATÉ (à thermostat)
signal BRUITÉ (entaché de bruit)
roue JANTÉE de cuir (à jante de cuir)
lame PASTILLE de carbure (à pastilles de carbure)
coussinets ANTIFRICTIONNES
échangeur TUBULAIRE
espace INTERDENTAIRE
perceuse MONOVITESSE (à une vitesse)
câble MULTIBRINS (à plusieurs brins)
(garnis de métal antifriction)
(à tubes)
(entre les dents)
Signalons que l'adjectif à source nominale peut être quelque peu
ambigu, à cause de la diversité des rapports nom/adjectif possibles.
Par exemple, l'adjectif tubulaire (ci-dessus) peut signifier aussi
bien à tubes qu'en forme de tube.
Le résultat n'est pas toujours plus court en nombre de syllabes; mais
la compacité y gagne (le nombre de mots diminue), ce qui semble être
une des motivations à l'oeuvre dans la langue technique française.
Verbes
Cette catégorie est moins riche que les autres. On peut distinguer
la formation:
A partir d'un verbe existant, par préfixation.
prélubrifier désenfumer
relubrifier déballaster
Ce genre de dérivation, peu souvent consigné dans les dfctionnatres,
est souvent très courante et pratiquée librement.
A partir d'un substantif, par suffixation.
disjoncter thermostater
clipser électroniser
interfacer robotiser
Adverbes
L'emploi d'adverbes en -ment permet d'éviter des périphrases. La
langue technique a donc tendance a former ce genre d'adverbe, sur-
tout pour des situations courantes: par exemple axialement, radiale-
ment, et longitudinalement pour remplacer dans le sens axial...
-
Signalons aussi une tendance à ajouter d'autres sens a des adverbes
existants, ce qui bien entendu amène des ambiguÎtés (un peu comme
nous l'avons vu pour les adjectifs). Ainsi, l'adverbe électriquement,
qui signifie normalement par des moyens électriques, est souvent
employé pour signifier au point de vue électrique. Encore la, la
briéveté semble vouloir l'emporter sur la clarté,
Pour terminer sur la dérivation, on peut observer que les emplois
cités, pour la plupart, ne sont ni ne seront consignés dans les
dictionnaires de langue: ils sont trop nombreux et alourdiraient
trop les dictionnaires; par ailleurs, ils s'expliquent d'eux-mêmes
en général.
Devant cette prolifération de dérivés, il faut constater que le locu-
teur (á 1'instar des emplois imagés) se sent manifestement libre de
créer ses dérivés. A l'ére de la modularité, ces mots-constructions
sont considérés comme simplement disponibles 3 1'usager, préts a étre
faits et défaits, sans qu'il faille se poser la question de la mise
au dictionnaire.
Tours prépositifs économiques
Certains tours prépositifs font sauter les articles (définis ou in-
définis); il en résulte une concision qui dégage du reste une certaine
saveur intellectuelle:
(à la fin de la)
(au bout de la)
EN fin de course
EN bout de ligne
D'autres tours prépositifs permettent souvent l'ellipse plus payante
d'un substantif. En particulier la préposition en, qui remplace
elle-même des locutions prépositives:
EN basse tension (dans le cas d'un circuit)
l'utilisation EN voltmètre (comme un)
l'appareil fonctionne
utilisé EN chariot, le diable... (en tant que)
la pose des cables EN encastré (de fagon)
LA LANGUE TECHNIQUE CONNAIT LES NIVEAUX DE LANGUE
Il peut sembler curieux de voir aborder ici une caractéristique qui
n'est certes pas spécifique à la langue technique, mais qui est au
contraire une marque importante de la langue courante. Mais c'est
justement parce qu'on ne pense généralement pas à reconnaître cette
caractéristique ä la langue technique que nous avons voulu en traiter
ici.
L'aspect impressionnant du vocabulaire technique fait souvent penser
aux débutants que ce vocabulaire n'a pas de niveaux de langue. Or
on peut distinguer trois paliers, qui s'ordonnent de façon parallèle
à ceux de la langue courante, même si les étiquettes diffëêrent. On
peut les résumer par le tableau suivant:
ANALYTIQUE
|
NORMAL
JARGON и LANGUE
TECHNIQUE GENERALE
Le niveau analytique trouve son origine chez les chercheurs et les
théoriciens.
Le niveau dit normal est celui du vocabulaire courant chez les
utilisateurs des matériels et des concepts mis au point par d'autres.
~~
Au-dessous du niveau correct, on peut placer cóte à côte le niveau
du jargon d'atelier et celui des termes utilisés dans la langue
générale pour désigner des réalités techniques.
Voici quelques exemples:
Analytique Correct
accumulateur plomb-acide batterie au plomb
bandage pneumatique pneu
éclateur a sphéres éclateur a boules
palier á charge axiale butée, palier de butée
-
palier ä charge radiale palier, palier porteur
moteur ä capsulisme moteur thermique
train épicycloldal train planétaire
Correct Langue Générale
lampe à Incandescence ampoule électrique
lampe fluorescente néon
roue dentée pignon
11 faut noter que c'est souvent au niveau analytique que se créent
les génériques dont le vocabulaire technique a besoin. Exemples:
aéronef avion, hélicoptère...
organe de préhension benne, griffes, pince...
obturateur clapet, soupape, opercule...
En somme, il faut savoir que ces niveaux de langue existent et en
jouer selon le registre ou l'effet recherché.
LA LANGUE TECHNIQUE EST CHOSOCENTRIQUE
En technique, c'est bien connu, on ne s'intéresse qu'aux choses.
Cette attitude se reflète notamment dans l'emploi du passif. Ce
mode, plutôt décrié par les manuels de style, occupe dans les textes
techniques une place assez importante.
5
Souvent, par exemple, il n'est pas question de nommer 1'agent:ce qui
importe alors, c'est l'objet et l'action qu'il subit, et l'expression
de l'agent devient alors une nuisance. Comme il est difficile de le
supprimer comme sujet, on le supprime comme complément; l'objet
bascule alors en position sujet, ce qui donne un passif:
La vapeur est injectée pendant toute la durée de 1'
opération.
L'alimentation n'est couée automatiquement qu'en cas
d'urgence.
Dans ces deux exemples, l'agent n'est même pas envisagé dans l'esprit
du locuteur, au point qu'il serait fort douteux de remplacer le tour
passif par la construction active avec on,
Mais on constate dans l'écriture technique contemporaine une véri-
table soif de passif, même dans le cas où la construction avec on
est possible. Témoin les deux exemples suivants:
Un vieillissement accéléré est souvent provoqué
artificiellement par un traitement de stabilisation.
Les éléments sont obtenus dans un premier temps par
sciage.
On constate une intention délibérée de mettre la chose en valeur:
au début de la phrase et en position sujet. Le discours technique,
on le remarque, a un point de vue fortement axé sur le mond des
choses -- au détriment de celui des personnes. Et cette chosentricité
se répercute effectivement sur les choix syntaxiques.
On peut voir aussi dans ces deux exemples un simple solution de
facilité consistant tout simplement Aa commencer la phrase par le
premier mot qui vient à l'esprit (normalement celui considéré comme
le plus important par le locuteur), ou encore un façon de s'exprimer
caractéristique du monde technique moderne, terre-ä-terre , pressé,
désireux d'aller tout de suite au fait sans s'embarrasser de struc-
tures trop prévoyantes. Quoi qu'il en soit, on a affaire ici à une
tendance stylistique avérée qui fait bel et bien partie du discours
technique.
LA LANGUE TECHNIQUE SE PERMET DES ECARTS DE CONDUITE
La langue technique ne craint pas de rester en marge des critères
de correction qui prévalent dans la langue générale. On pourrait
aller jusqu'à dire que ces écarts de conduite contribuent à affirmer
la personnalité propre de la langue technique.
Tours elliptiques
Par désir de concision, la langue technique entre parfois en conflit
avec la grammaire normale:
(accord avec le mot
courant sous-entendu)
220 volts monophasé
(attribut inopiné:
emploi fréquent en
technique)
moyeu claveté coulissant sur
bague montée dure sur
deux solutions soudées (sans commentaire)
pour un báti
un meuble laqué au four (sans commentaire)
(du côté où se trouve la
bielle quand elle descend)
le piston est échancré
côté bielle descendante
De telles tournures elliptiques, que plusieurs jugeraient effrontées
(et qui sont inacceptables aux yeux de la grammaire actuelle), ne
sont pas rares dans l'usage technique.
Enfin, signalons que la rêgle qui interdit de faire suivre directe-
ment le pronom celui ou celle d'un participe est pratiquement tombée
en désuétude en technique, sans doute pour des raisons bien pragma-
tiques de briêëveté:
...en remplacement de celui fourni avec le modèle
standard.
Règles formelles
On constate une certaine résistance à diverses règles formelles
imposées de l'extérieur, notamment en ce qui concerne les unités de
mesure et les abréviations.
La règle qui oblige à n'employer le trait oblique de division que
pour les symboles (tr/min) et à employer par si les unités sont
écrites au long (tours par minute) n'est que rarement respectée: on
écrit couramment tours/minute. Par ailleurs, le trait oblique fait
partie d'un certain nombre de mocs composés: rapport qualité/prix,
échangeur eau/huile, etc., ce qui n'est pas admis par l'orthographe
classique.
Bien que l'Académie des sciences ait banni ppm (parties par million)
et proposé millionnième, c'est bien ppm qui domine l'usage.
Les abréviations AV (avant) et AR (arrière), classiques en technique,
vont à l'encontre des lois régissant les abréviations.
Prépositions
La langue technique tend à favoriser ses propres emplois prépositifs,
notamment la préposition à:
inattaquable aux acides (par les acides)
concentrique au tuyau (par rapport au)
rigidité à la flexion (vis-à-vis de la)
Calques de vocabulaire
-
Parallélement Aá l'usage de la langue générale, le vocabulaire de la
langue technique puise aux langues étrangères (tout particulièrement
à l'anglais) pour faire ses propres emprunts et ses propres calques.
DÉPRESSURISER
Il faut dépressuriser la bouteille avant d'enlever le
robinet.
CLIPSER
Cette bavette se clipse et se déclipse facilement.
De même, il fait suivre à des mots courants une évolution non admise
en langue générale:
POSITIF
La courroie crantée assure un entraînement positif.
SÉVÈRE
Les conditions de travail de l'huile sont sévères.
APPLICATION
Cette pompe se prête ä des applications variées.
DÉLIVRER
Ce moteur délivre une puissance utile de...
GÉNÉRER
Les signaux générés par le capteur sont mis en forme,
puis...
DÉVELOPPER
Ce moteur développe 123 ch à 3 500 tr/min.
CONCLUSION
On remarquera que dans ces traits généraux, la notion de style est
absente. Pourtant, n'existerait-il pas un style technique? On pense
bien sûr au cas du manuel d'entretien, qui constitue une si grande
part de la documentation technique. Mais ce serait par trop simpli-
fier les choses. En réalité, il existe plusieurs styles en technique,
selon qu'il s'agit d'un article de vulgarisation, d'un mode d'emploi,
d'une annonce publicitaire... Et ces styles ne sont pas particuliers
au technique; la manuel d'entretien, par exemple, se rapproche nette-
ment du style administratif. C'est pourquoi nous nous sommes limité
à l'aspect de la langue elle-même, qui concerne tous les genres de
textes techniques.
Les cours de perfectionnement en langue française que reçoit le
rédacteur technique de formation académique sont axés sur la langue
“=
générale; 3 ce titre, ils peuvent l'amener à craindre les particular-
ités de la langue technique. Cet article vise justement ä combler
cette lacune, en lui montrant ä quel point la langue technique dispose
de moyens d'expressions dynamiques et modernes, et aussi en montrant
que ces particularités sont légitimes même si elles s'écartent de
la langue générale. Souhaitons que l'enseignement de la rédaction
technique s'attarde davantage sur cette question ä l'avenir.
* kx x kx k kx À
+
Claude Bédard dirige sa propre entreprise:
Claude Bédard
Technical Translation for Industry
2705 Edouard-Montpetit Boulevard
Montréal, Québec
H3T 1J6
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising