Lire Jacques Roubaud - Espace culture de l`université de Lille 1

Lire Jacques Roubaud - Espace culture de l`université de Lille 1
l e s   n o u v e l l e s
d’A
rchimède
le journal culturel de l’Université Lille 1
OCT
NOV
DÉC
#
5 2
Rendez-vous d’Archimède
> Créativité et territoires
> La crise
Ouverture de saison 2009-2010
En attendant le grand soir…, Une Mort moderne La Conférence du
Docteur Storm Spectacle vivant / Duo Lê Quan Ninh - Tony Di Napoli,
Trio Benoit - Deschepper - Huby, Drums Noise Poetry Concerts /
Au plus près des étoiles : l’histoire de l’Observatoire de l’Université
de Lille Exposition / Fête de la science / 4ème Valse des livres
Dossier : Le 1 % artistique
2009
« Le diable est diable parce qu’il se croit bon »
Ramiro de Maeztu, La crise de l’ humanisme
LNA#52 / édito
Le génie de l’Université
Nabil EL-HAGGAR
Vice-président de l’Université
Lille 1, chargé de la Culture, de la
Communication et du Patrimoine
Scientifique
L’université française a vécu une fin d’année universitaire mouvementée, rythmée par les
grèves et contestations des enseignants-chercheurs et des étudiants. Alors que certains
ont parlé d’une « crise profonde » à l’université, d’autres ont souligné le manque de
sérieux de l’université française, soumise aux rumeurs des étudiants et des enseignants.
Et, tous, nous avons pu remarquer à quel point, dans ces périodes de crise, l’université
peut devenir un bel objet médiatique.
L’intérêt des médias pour l’université est donc fonction de l’importance de la contestation. En période de grève, l’université devient médiatiquement rentable. Pourtant,
la vie de l’université est régulièrement marquée par des événements scientifiques,
culturels, sociétaux…
Mais il est si rare que la presse y fasse écho que la majorité de nos concitoyens pense que
rien d’intéressant ne s’y passe. Quant au petit écran, roi des médias, il considère définitivement l’université comme objet antitélévisuel.
Deux journées nationales ont été organisées sur les mathématiques en société, une
conférence de presse a eu lieu en présence d’un grand universitaire médaillé Fields
(l’équivalent d’un prix Nobel mais en mathématiques), aucune rédaction n’a jugé bon
d’être présente ! « Ce n’est pas une priorité » nous ont-elles répondu ! Et d’ajouter :
« Nous venons cet après-midi pour l’Assemblée générale des étudiants ». La communication n’est peut-être pas ce que l’université sait faire de mieux, mais il est certain que
les médias ne lui facilitent pas la tâche…
L’équipe
Jacques LESCUYER
direction
Delphine POIRETTE
chargée de communication
Edith DELBARGE
chargée des éditions et communication
Julien LAPASSET
concepteur graphique et multimédia
Audrey Bosquette
assistante aux éditions
Mourad SEBBAT
chargé des initiatives étudiantes et associatives
Martine DELATTRE
assistante initiatives étudiantes et associatives
Dominique HACHE
administrateur
Angebi Aluwanga
assistant administratif
Johanne WAQUET
secrétaire de direction
Joëlle FOUREZ
accueil-secrétariat
Antoine MATRION
chargé de mission patrimoine scientifique
Jacques SIGNABOU
régisseur
Joëlle MAVET
café culture
Mélanie LOS
stagiaire
2
Néanmoins, ne nous trompons pas, ce désintérêt des médias à l’égard de l’université
n’est qu’une conséquence de son histoire. Elle est aujourd’hui victime d’une culture politique qui la secondarise, depuis des siècles, dans la république.
La France est le seul pays au monde qui renvoie ses meilleurs bacheliers sur des études
courtes et les moins bons sur des études longues à l’université ! En même temps, la
République demande à l’université d’accueillir 80 % d’une tranche d’âge indépendamment de son niveau et sans fournir les moyens nécessaires pour amener les plus faibles
d’entre eux vers une possible réussite.
Malgré un passé douloureux et une permanente secondarisation de l’institution universitaire au profit des écoles et instituts, malgré une grande indifférence pour l’université
et ses réalisations, malgré le peu d’intérêt que lui manifestent les politiques en général,
l’université est capable de génie. Elle parvient à former et intégrer professionnellement
des milliers d’étudiants, à faire avancer la recherche et l’industrie. L’université est capable
de progrès, d’adaptation et d’autonomie. Elle a suffisamment de ressources et de pertinence pour dessiner les contours de la modernité et pour être une actrice incontournable
du développement culturel, social et économique de notre société.
Le défi que l’université doit aujourd’hui relever, et dont la responsabilité revient à la seule
communauté universitaire, c’est une réforme de pensée, de culture et d’organisation des
connaissances. Il appartient à la culture universitaire d’incarner la somme d’une culture
humaniste et d’une culture scientifique. C’est l’inéluctable condition pour que l’université puisse accomplir pleinement l’ensemble de ses missions. Qu’elle s’inscrive à la fois
dans l’exigence de la réflexion nécessaire pour poser un regard critique sur le monde,
préserver la démocratie et se projeter dans l’avenir, tout en faisant preuve d’efficacité et
d’utilité exigées par l’immédiateté.
C’est une citation de Ramiro de Maeztu qui marquera la saison 2009/2010 : « Le diable
est diable parce qu’il se croit bon ».
En ce début de nouvelle saison, Jacques Lescuyer prend ses fonctions de directeur de
l’Espace Culture, nous lui souhaitons la bienvenue à l’Université Lille 1.
sommaire / LNA#52
À noter pages 43-44 :
OUVERTURE DE SAISON
Créativité et territoires
4-6
Créativité, économie et territoires par Christine Liefooghe
La crise
7
8
Introduction par Nabil El-Haggar - Qu’est-ce qu’une crise ? par Marcel Gauchet
Les crises stratégiques (et leurs modèles mathématiques) par Daniel Parrochia
Rubriques
9-11
12-13
14-15
16-17
18-19
20-21
22-25
26-31
32-33
34-35
36-37
38-39
Questions de sciences sociales par Jean-Pierre Lavaud
Mémoires de science par Marc Moyon
Paradoxes par Jean-Paul Delahaye
Humeurs par Jean-François Rey
Repenser la politique par Alain Cambier
Jeux littéraires par Robert Rapilly À lire par Bernard Maitte
À lire par Rudolf Bkouche
À lire, à voir par Youcef Boudjemai
L’art et la manière par Nathalie Poisson-Cogez
Vivre les sciences, vivre le droit… par Jean-Marie Breuvart
Chroniques d’économie politique
par Nicolas Postel, Richard Sobel et Henri Philipson
Dossier
27-30 : Le 1 % artistique
Libres propos
En couverture : (L)armes
le 9 avril 2009, l’Espace Culture recevait
la Cie À corps perdus le temps d’une soirée de
5 ou 6 petites formes à la croisée du théâtre,
de la danse, de la vidéo et de la performance.
Photo : Julien Lapasset
40-42 Lire Jacques Roubaud par Jacques Jouet
Au programme
43-44
45
46
47
48
49
50
51
52
53 54
55
Ouverture de saison
Rendez-vous d’Archimède : Cycle « Créativité et territoires »
Rendez-vous d’Archimède : Cycle « La crise »
Question de sens : Cycle « Résistances »
4ème Valse des livres
Séminaire « Nature, paysages, sociétés - Enjeux contemporains »
Spectacle : En attendant le grand soir…
Spectacle : Une mort moderne La conférence du Docteur Storm
Fête de la science
Exposition : Au plus près des étoiles
L’histoire de l’Observatoire de l’Université de Lille
Concert : Lê Quan Ninh/Tony Di Napoli
Concert : Olivier Benoit/Philippe Deschepper/Régis Huby
Concert : Trio de batterie Drums Noise Poetry
LES NOUVELLES D’ARCHIMÈDE
Directeur de la publication : Philippe ROLLET
Directeur de la rédaction : Nabil EL-HAGGAR
Comité de rédaction : Rudolf BKOUCHE
Youcef BOUDJEMAI
Jean-Marie BREUVART
Alain CAMBIER
Nathalie Poisson-Cogez
Jean-Paul DELAHAYE
Bruno DURIEZ
Rémi FRANCKOWIAK
Robert GERGONDEY
Jacques LEMIÈRE
Jacques LESCUYER
Bernard MAITTE
Robert RAPILLY
Jean-François REY
Rédaction - Réalisation : Delphine POIRETTE
Edith DELBARGE
Julien LAPASSET
Impression : Imprimerie Delezenne
ISSN : 1254 - 9185
3
LNA#52 / cycle créativité et territoires
Créativité, économie et territoires
Par Christine LIEFOOGHE
Maître de conférences en géographie économique
et aménagement, Université Lille 1
« L’imagination humaine est la principale source de valeur
de la nouvelle économie. » 1
L
a créativité est-elle en passe de devenir le nouvel avatar
de la mutation du capitalisme et le nouveau dogme du
développement des territoires ? C’est ce que laisse à penser
le succès des recherches et des politiques en termes de classe
créative, d’industries créatives et de ville créative depuis
près de dix ans, dans le monde qui entoure la France. Dans
notre pays, chercheurs et institutions s’étaient habitués à
parler d’économie de la connaissance et d’économie culturelle. La France semble avoir découvert la créativité comme
outil de développement économique des territoires depuis
que la Commission européenne a fait de 2009 une « année
de l’innovation et de la créativité ». Deux mondes sont
appelés à se rapprocher. D’un côté, le monde de la rationalité scientifique et productive qui fait de l’innovation, technologique en particulier, la clé de voûte de la résistance des
pays développés à la mondialisation de l’économie et à la
concurrence des pays dits émergents. De l’autre, un monde
de la culture, largement subventionné, sommé de valoriser
sur le marché les productions artistiques, le patrimoine et
autres produits culturels, voire de les mobiliser pour revitaliser des quartiers, des villes et autres territoires fragilisés
par la désindustrialisation et la mondialisation. La convergence de ces deux mondes est accélérée par deux mutations
majeures. Une innovation technologique, la numérisation
des données, permet l’industrialisation de la production
culturelle mais remet en cause, paradoxalement, la valeur
économique attribuée à la production intellectuelle et artistique. Quant à l’avantage comparatif des pays industrialisés
en matière d’innovation, il est contesté par la Chine qui ne
se contente plus d’être l’atelier du monde. La créativité estelle le dernier atout des pays qui ont jusqu’à présent dominé
le monde ? C’est ce que semblent penser les Européens, les
Américains et les Japonais, mais aussi les Chinois qui emboîtent très rapidement le pas des politiques à la mode dans
les pays de la Triade.
Du génie de Léonard de Vinci au citoyen créatif
Prérogative traditionnellement divine, la créativité devient
le propre de l’Homme quand il acquiert une plus grande
maîtrise de son environnement grâce à son inventivité technique. S’opposent alors deux conceptions antinomiques
de la créativité. La première, et la plus ancienne, présente
l’inventeur ou le créateur comme un individu d’exception,
capable de révolutionner un domaine de connaissance, de
compétence ou d’action. Qu’elle soit un don de la nature
ou le fruit d’un travail acharné, cette créativité est une ressource rare. L’histoire de l’art, des sciences et des techniques
conforte souvent les stéréotypes de l’inventeur solitaire, du
génie torturé ou de l’excentrique, qui parviennent à exprimer leur inventivité en transgressant les normes sociales
ou les frontières entre des disciplines tout aussi normées.
La seconde approche, plus récente, considère la créativité
comme une aptitude propre à tout être humain. Une formation scolaire appropriée et une éducation artistique et culturelle permettent à cette inventivité latente de s’épanouir. Tel
est le postulat de l’Union européenne qui vise à promouvoir
la créativité des citoyens, pour leur propre bien-être et pour
atteindre des objectifs collectifs de développement.
Mais pourquoi certaines périodes de l’histoire et certains
pays semblent-ils plus propices que d’autres à une création
artistique exceptionnelle, à l’effervescence intellectuelle et à
la profusion d’inventions techniques ? Pour M. Csikszentmihalyi 2, la créativité naît de l’interaction entre un individu et
un contexte socio-culturel à une époque donnée. À Florence,
au XVème siècle, banquiers, commerçants et hommes d’église
passaient commande aux artistes, pour leur prestige personnel, celui de Dieu ou de la ville. Mais la sélection des projets
était sévère, ce qui poussait les artistes à se surpasser dans
l’espoir d’être délivrés des soucis financiers. Cette émulation
et l’ouverture à d’autres cultures entretenaient l’attractivité
artistique de Florence, son développement économique et sa
domination politique. Serait donc créatif ce qui acquiert une
légitimité au sein du groupe social ou épistémique auquel
appartient ou veut appartenir le créateur 3. Inversement, reconnaître l’aptitude créative de tout individu revient à dire que
toutes les créations se valent. Cette tension entre individu et
société est une contradiction qui sous-tend tous les débats sur
le rôle de la créativité en matière de développement économique, social et territorial.
Csikszentmihalyi M., 2006, La créativité. Psychologie de la découverte
et de l’ invention, Paris, éd. Robert Laffont.
2
Tom Peters, Crazy Times Call for Crazy Organizations, New York, Vintage
Books, 1994, p. 12.
1
4
Rouquette M. L., 1973, La créativité, Paris, éd. PUF, Coll. Que sais-je ?, (édition 2007, n° 1528).
3
cycle créativité et territoires / LNA#52
MONDIALISATION
INEGALITES DE
DEVELOPPEMENT REGIONAL
VILLE DUALE
NON DURABLE
ECONOMIE
CREATIVE
LOCALISATION
VILLE
CREATIVE
ATTRACTIVITE
COMPETITIVITE
REGENERATION
URBAINE
EQUIPEMENTS
CULTURELS
GENTRIFICATION
VIE
NOCTURNE
INNOVATION
CLUSTERS
CREATIFS
QUARTIERS
CREATIFS
CLASSE
CREATIVE
INDUSTRIES
CREATIVES
CREATIFS
Ch. LIEFOOGHE, TVES
ARTISTES
COLLECTIFS
D'ARTISTES
CREATIVITE
Université Lille 1, 2009
De l’innovation à la créativité : l’imagination au
service de l’économie
Comment faire de l’argent avec de l’émotion, du désir, du
besoin de reconnaissance et autres valeurs qui font l’être
humain, telle est la nouvelle frontière d’une économie de
la connaissance mondialisée. Obsolescence organisée des
produits, valorisation des marques, du design et de la nouveauté, séduction suggestive et rêves de stars sont quelques
parades des entreprises pour contrer la concurrence par les
coûts. Cet empire de l’éphémère et de la mode 4, cette économie libidinale 5 investit également la sphère culturelle 6.
Longtemps considérés comme des postes déficitaires, le
patrimoine et surtout la création artistique deviennent des
produits culturels, dupliqués grâce aux technologies numériques : la créativité individuelle, l’imagination, la propriété
intellectuelle sont sources de création de richesse et d’emplois.
Les États, à l’imitation du gouvernement travailliste britannique des années 1990, reformatent les nomenclatures pour
mettre en exergue les « industries créatives ». Du livre au
Lipovetsky G., 1987, L’empire de l’ éphémère, Paris, éd. Gallimard.
4
5
Stiegler B., 2006, Réenchanter le monde. La valeur esprit contre le populisme
industriel, Paris, éd. Flammarion.
Greffe X., 2006, Création et diversité au miroir des industries culturelles, Paris,
éd. La Documentation française.
6
cinéma et à la musique, du jeu vidéo à la publicité et à la
mode, du design à l’architecture, des services informatiques
aux musées et à la joaillerie, de l’édition à la presse et aux
productions télévisuelles, la diversité de ce secteur d’activités n’a d’égal que l’espoir des institutions de trouver un
nouveau moteur de croissance économique.
L’individu créatif est ainsi au cœur du système productif,
alors même que l’innovation est de plus en plus le fruit d’un
processus d’apprentissage collectif. Autre paradoxe de l’économie créative qui conduit à deux types de stratégies. La
première consiste à recruter ces talents spécifiques dont les
industries, traditionnelles ou créatives, ont besoin ou, du
moins, à booster la créativité de ceux qui composent déjà
les fonctions stratégiques de l’entreprise. À l’inverse, pour
A. Robinson et S. Stern 7, la créativité est une capacité partagée par le plus grand nombre et « l’entreprise créative » se
doit d’encourager les échanges entre services, l’exploitation
de l’imprévu et l’expérimentation informelle, pour faire naître
des projets innovants non programmés. Alors que l’organisation hiérarchique des firmes est un frein à l’expression
de la créativité, l’artiste devient l’archétype de ce travailleur
flexible, motivé et inventif que recherchent les entreprises
Robinson A.G., Stern S., 2000, L’entreprise créative. Comment les
innovations surgissent vraiment, Paris, éd. d’Organisation.
7
5
LNA#52 / cycle créativité et territoires
innovantes et les industries dites créatives, quand il ne devient pas lui-même entrepreneur 8. Situation paradoxale qui
fait de l’individu créatif non-conformiste le dernier rempart
des entreprises et des territoires contre la mondialisation, au
risque de l’instrumentalisation de la créativité individuelle.
Classe créative, ville créative et disparités de
développement
La créativité devient-elle un facteur de développement
économique des territoires ? Tel semblent le croire les politiques, séduits tantôt par la thèse de la « ville créative » du
sociologue britannique Charles Landry, tantôt par celle
de la « classe créative » de l’économiste américain Richard
Florida. L’hypothèse est que l’attractivité d’un quartier ou
d’une ville vis-à-vis des artistes et autres créatifs conditionne la localisation des entreprises intéressées par ce type
de capital humain, et donc la compétitivité d’un territoire
dans un contexte de forte concurrence mondiale. Mais audelà de cette hypothèse commune, les deux chercheurs ne
travaillent pas à la même échelle.
R. Florida 9 met en valeur les corrélations statistiques entre
importance de la « classe créative » et dynamique économique. Les villes les plus attractives combineraient, selon lui,
Talents (artistes et créatifs), Tolérance (diversité ethnique,
communauté Gay) et Technologies (innovations). En dépit
des nombreuses critiques scientifiques apportées à la méthodologie utilisée et à l’usage de la notion de classe, les villes
continuent de mesurer leur attractivité à l’aune médiatique
de ces « 3 T ». Quant à C. Landry 10, la « ville créative » est
celle qui renonce à son passé industriel finissant pour parier
sur le développement d’activités artistiques et de clusters 11
d’industries créatives. Cette conception de la revitalisation
économique et sociale d’anciens quartiers industriels a été plébiscitée par nombre de villes en Europe et dans le monde.
8
Menger P.M., 2002, Portrait de l’artiste en travailleur, Métamorphoses du capitalisme, éd. du Seuil et de la République des Idées.
9
Florida R., 2002, The rise of the creative class, New York, Basic Books.
10
Landry C., 2006, Culture et régénération urbaine. Activités culturelles et industries
créatives, moteurs du renouvellement urbain, Rapport pour le Réseau URBACT
CULTURE / ADULM.
11
Grappe d’entreprises, à la fois concurrentes et partenaires, dans une même
filière d’activités.
6
Artistes et Talents sont ainsi une ressource rare que se disputent les villes. Pour les attirer, elles misent sur la qualité
de vie, les politiques culturelles, la régénération urbaine
et soutiennent le développement des industries créatives.
Mais ces villes ne risquent-elles pas de favoriser une nouvelle élite, la classe créative, sur laquelle repose l’espérance
de développement ? D’autant que d’autres travaux de
recherche contestent la préférence des créatifs pour le cœur
des villes, leur vie nocturne et leurs animations culturelles,
thèse également avancée par R. Florida. La mutation de
quartiers industriels par des collectifs d’artistes n’est pas
non plus exempte de contradictions. La vie artistique a attiré bars, restaurants et boutiques à proximité de nouvelles
galeries d’art. Dans une deuxième phase se sont parfois
installées des sociétés de multimédia et autres industries
créatives. L’attractivité retrouvée de ces quartiers entraîne
spéculation foncière et gentrification, au détriment des artistes. Aussi C. Landry a-t-il fait évoluer son approche de
la ville créative vers une gouvernance plus respectueuse de
l’environnement et de la diversité socio-ethnique.
Quoi de commun entre une métropole multimillionnaire
et des villes plus modestes qui veulent s’inscrire dans
l’économie créative ? Pourtant, la dynamique qu’on observe
à New York ou Los Angeles sert de modèle, explicite ou
implicite, aux politiques de villes qui n’ont pas la même
masse critique en termes de tissu économique, de marché
du travail et d’animation culturelle. Comment la créativité
peut-elle devenir une ressource pour le développement
territorial quand les conditions préalables à ce développement n’existent pas ?
cycle la crise / LNA#52
C
omme chaque année universitaire, les Rendez-vous
d’Archimède se déclinent en trois thèmes : l’un sociétal,
le second dit intemporel, enfin le troisième qui abordera
régulièrement, à travers des rencontres-débats, les questions
scientifiques.
Pour cette saison 2009-2010, nous avons choisi comme premier thème « La crise ». Aurions-nous pu faire autrement
alors que le monde est rythmé, depuis plus d’un an, par les
affres de la crise économique et financière ?
Une crise bel et bien réelle mais dont personne n’est tenu
pour responsable et dont les conséquences ne sont pas vécues
de la même manière par tous.
Nous savons que cette crise est essentiellement celle du capitalisme financier basé uniquement sur les profits. Il est vrai
que l’homme est suffisamment inventif pour réussir à survivre et se sortir des crises, néanmoins il reste incapable de les
prévenir. Alors, s’agit-il d’une crise de plus ? Ou marque-t-elle
un seuil qui n’aurait jamais dû être atteint ? Ce qui est sûr,
c’est que cette crise financière et économique satellise bien
des objets…
L’objet politique en crise est sans doute le plus paradoxal
parmi tous les autres. Depuis que la politique a démissionné
pour ne s’adonner qu’à la gestion, abandonnant les rênes du
monde à l’économique, elle s’est elle-même mise en crise et
a rendu possible celle que nous subissons aujourd’hui. « La
politique réduite à des activités de gestion des affaires relatives
à la ‘chose publique’ ne peut, en aucune manière, honorer la
raison d’être du politique, d’autant plus qu’elle est perçue par
les membres de la Cité comme un instrument du pouvoir
dont il faut se méfier 1 ».
C’est pourquoi la part de responsabilité du politique dans
la crise actuelle est sans doute très importante. D’ailleurs,
les politiques tentent de gérer la crise pendant que la chose
commune perd, chaque jour, un peu de sa consistance. C’est
ce que révèle au grand jour la crise de la démocratie et de
l’ensemble des partis et représentations politiques.
Dans le même temps, notre monde, riche et inquiet, se
demande si cette crise aura des conséquences durables.
Modifiera-t-elle les équilibres de pouvoir sur la planète ?
Impulsera-t-elle un nouvel ordre qui dépasse le cadre
multipolaire ? Le système responsable de tant de misères
est-il réformable ?
De l’autre côté de la planète, le quotidien d’une majeure partie de l’humanité est rythmé par la violence, la pauvreté
et la domination ; dans les pays riches, nombreux sont ceux
qui se projettent encore dans un quotidien paisible. Sûrs
de l’irréversibilité de nos acquis, nous avons longtemps
exclu d’éventuels bouleversements. Pourtant, ils se déroulent
devant nous au quotidien.
Le thème de « La crise » sera discuté à travers une dizaine
de conférences et une journée d’études selon une déclinaison
qui se veut suffisamment plurielle afin de dépasser le seul
angle économique et financier : crises dans le corps humain,
l’urgent et le durable, crise écologique…
Par Nabil EL-HAGGAR
Qu’est-ce qu’une crise ?
Par Marcel GAUCHET
Historien et philosophe, directeur d’études à l’EHESS
au Centre de recherches politiques Raymond-Aron
En conférence le 20 octobre
D
e l’avis général, nous sommes au milieu d’une
crise parmi les plus graves – la plus profonde depuis
1929 –, dont on ne peut exclure qu’elle se prolonge des années. Crise financière, crise économique, crise sociale, crise
politique : nous risquons de parcourir toute la gamme des
déclinaisons de la notion. Encore n’est-il pas sûr que celles-ci
épuisent toutes les possibilités en la matière. Après tout, il y
a de bonnes raisons de penser que nous sommes en présence
d’une crise de fonctionnement globale du modèle sur lequel
vivent nos sociétés. C’est dire que nous n’en avons pas fini
avec ce terme de « crise ». Il promet d’être au centre de
nos interrogations et du discours public pendant un long
moment.
Raison de plus d’en regarder de près le sens. Car, son
omniprésence n’a d’égale que son indéfinition. Il paraît vide
à force d’être obsédant. À tel point que d’aucuns en rejettent
l’emploi par principe, en dénonçant une facilité de langage
qui trompe plus qu’elle n’éclaire – si tout est toujours déclaré
en crise, alors plus rien ne l’est, en fin de compte. Fausse
rigueur, qui soulève cependant une vraie question. « Crise »
fait partie, en effet, de ces mots dont l’abus est étroitement
lié à ce qui les rend indispensables. La rigueur authentique,
devant une situation de ce genre, consiste à élucider les motifs de cette séduction, en même temps qu’à circonscrire la
spécificité de l’objet qui rend la notion nécessaire. Il n’est pas
moins important de saisir ce qui nous porte à en abuser que
d’en établir la teneur exacte. Ce n’est que de cette manière
qu’on peut aboutir à un mode d’emploi raisonné.
C’est dans cet esprit qu’on s’efforcera de parvenir à une
définition à la fois rigoureuse et compréhensive du concept
de crise. On retracera pour ce faire la généalogie de la notion,
de la médecine à l’économie, en examinant quelques-unes
de ses utilisations les plus exemplaires. On s’attachera enfin,
à la lumière de la crise en cours, à déterminer aussi précisément que possible ce que crise veut dire, non sans tâcher de
cerner par la même occasion ce qui fait de ce mot de crise
l’un des repères favoris de notre expérience du changement
historique.
Jean-Pierre Vernant, Mythe et pensée chez les Grecs, I, éd. Maspero, 1971, Paris.
1
7
LNA#52 / cycle la crise
Les crises stratégiques (et leurs modèles mathématiques)
Par Daniel PARROCHIA
Université Jean Moulin - Lyon III
En conférence le 1er décembre
C
et exposé, qui rend compte pour l’essentiel d’un travail
effectué pour le groupe de recherche et de réflexion
sur la gestion des crises au CHEAR (Centre des Hautes
Études sur l’Armement) au début des années 2000, a deux
buts : montrer en quoi le recours aux formalismes peut
éclairer la notion de crise et présenter une petite sélection
de modèles (parmi bien d’autres) susceptibles d’être utiles à
cet effet. L’ensemble de ces propos ne prétend évidemment
pas que la gestion de crise pourrait relever d’automatismes
a priori ni qu’elle pourrait se passer du concours des diplomates, militaires, juristes et spécialistes des SHS en général.
Nous aborderons successivement la notion de crise (et de crise
internationale tout spécialement), puis les questions d’identification et de reconnaissance, avant d’en venir aux problèmes
d’explication et de prévision.
Moment politiquement décisif dû à l’aggravation soudaine
d’une situation instable susceptible de dégénérer en conflit
armé, la crise est perçue comme une sorte d’intensification
de la dimension conflictuelle « normale » des relations internationales. Plus qu’un point précis ou un moment particulier du temps, elle est un intervalle ouvert situé sur un axe
dont les extrémités pourraient être les deux types idéaux de
la coopération pure et du conflit pur.
On peut appeler globalement « gestion de crise » l’ensemble
des méthodes à mettre en œuvre pour :
1 - Prévenir la crise, autrement dit empêcher qu’elle n’advienne (prévention) ;
2 - La prévoir si elle s’avère inévitable (prévision) ;
3 - La reconnaître si elle n’est pas inédite (identification)
et la comprendre par rapport à d’autres (interprétation) ;
4 - La manœuvrer (manœuvre ou gestion de crise proprement dite) ;
Enfin, 5 - La clore en lui trouvant une issue favorable (sortie de crise).
Nous montrerons que la phase de prévention (qui implique en réalité toute la politique d’un État) est trop indéterminée et trop peu testable pour donner lieu à l’élaboration
de modèles, et que la manœuvre de la crise comme sa clôture (sortie de crise) sont également des moments trop délicats pour être formalisés et, a fortiori, confiés à un pilotage
automatique. Tout au plus peut-on imaginer que des simulations de stratégies (théorie des jeux) puissent être utilisées
en appui à des analyses diplomatiques.
Il reste donc l’identification et la prévision, phases pour
lesquelles nous proposons quelques modèles actuellement
disponibles.
8
A) Les méthodes utilisées pour comparer et identifier les crises sont généralement des méthodes de reconnaissance de formes qui ont trouvé leurs premières applications en génétique
et en reconnaissance de la parole. Il s’agit de chercher à saisir
automatiquement des analogies entre des crises historiques
différentes, afin de pouvoir ensuite appliquer au même type
de situations des schémas d’analyse et de traitement qui ont
fait leur preuve et se sont trouvés validés par l’expérience. Un
exemple est celui des processus de Markov.
B) Concernant l’explication et la prévision, on peut distinguer trois grands types de modélisation des crises :
- Les Modélisations de type déterministe
• Théorie des jeux (Von Neumann, 1944) ;
• Théorie des systèmes (Richardson, 1960) et chaos
déterministe ;
• Théorie des catastrophes (Thom, 1972) ;
- Les Modélisations stochastiques (Cioffi-Revilla, 1998)
- Les Modélisations et simulations issues de l’informatique
• Réseaux de Petri (Cl. Michel) ;
• Modèles multi-agents (Cardon, Sallantin).
Notre conclusion, après étude, est qu’on ne doit pas trop
s’illusionner, pour l’instant, sur la possibilité de traiter les
crises par des adjuvants mathématico-informatiques. Prévention, manœuvre, sortie de crise relèvent surtout, comme
on l’a dit, de la diplomatie. Identification et reconnaissance
automatique des formes de crises restent à l’état expérimental.
Quant à la prévisibilité, elle bute sur différents obstacles :
- Le repérage des signaux faibles ;
- La multiplicité et l’incertitude des scénarios, même déterministes ;
- La contingence des situations historiques et la relative
liberté des acteurs.
La gestion des crises gardera sans doute toujours quelque
chose d’ « artisanal ». Cependant, dans le contexte d’un
monde complexe et où sont récemment apparues de nouvelles
formes de crises, le nombre d’informations à traiter tend
incontestablement à s’accroître. La modélisation peut donc
s’avérer, malgré tout, une aide non négligeable.
questions de sciences sociales : rubrique dirigée par Bruno Duriez et Jacques Lemière / LNA#52
Prologue à la lecture des nouvelles
en provenance de Bolivie
Par Jean-Pierre LAVAUD
Professeur émérite, Université Lille 1
Le sociologue nord américain Peter L. Berger présente la
sociologie comme un « art de la méfiance », et il voit le
sociologue comme celui qui va regarder « derrière les
façades » avec « une visée démystifiante » qui le conduit à
« l’irrespect intellectuel » 1.
C’est avec cet état d’esprit que je vais rapidement présenter
quelques données sur la Bolivie permettant de prendre un
peu de recul pour interpréter, ou au moins recadrer, les
maigres nouvelles transmises par les médias à propos des
transformations politiques et des affrontements sociaux
qui s’y déroulent depuis l’élection d’Evo Morales à la
présidence, à la fin de l’année 2005.
C
e qui est dit de la Bolivie véhicule en effet des clichés
tenaces. On ne verra généralement pas malice à la
considérer comme un pays rural représenté par la photo
emblématique de la gardienne de moutons ou de lamas sur
fond de cordillère enneigée. Or, la population urbaine qui
était de 62 % au recensement de 2001 a maintenant dépassé
les 70 %, et l’axe urbain La Paz-El Alto, Cochabamba, Santa
Cruz comprend à lui seul 40 % de la population du pays.
On la voit aussi comme un pays andin. Sa capitale, La Paz,
n’est-elle pas située à plus de 3000 mètres d’altitude ? Et qui
ne connaît pas le lac Titicaca ou les légendaires richesses de
la montagne de Potosi ? Mais, il suffit de regarder attentivement une carte pour se rendre compte que la majeure partie
du territoire est à basse altitude et relie le bassin amazonien
au bassin du Rio de la Plata (au moins 70 %). Et si, depuis
l’indépendance du pays (1825) jusqu’aux années 1950, la
majeure partie de la population (55 à 60 %) était effectivement rassemblée sur le haut plateau (altiplano), du fait
de l’urbanisation et des migrations, aujourd’hui, dans ce
pays qui compte 10 millions d’habitants pour une superficie équivalente à deux fois celle de la France, le département
oriental de Santa Cruz a autant d’habitants que celui de La
Paz (2 500 000) ; le tiers de la population nationale habite
trois départements de plaine (Santa Cruz, Beni, Pando),
tandis que les départements d’altitude (Oruro, Potosi, La
Paz) n’en accueillent plus qu’un peu moins de 40 %.
L’importance économique relative des départements orientaux ne cesse de croître. Leur décollage a sans nul doute été
favorisé par l’exploitation des hydrocarbures. Mais la majeure
partie de la richesse du département de Santa Cruz provient
d’une agriculture et d’une industrie dynamiques – principa-
lement une agro-industrie – (respectivement 15 % et 14 %
du PIB départemental en 2007 ; soit 43 % et 35 % de la
part nationale dans ces deux rubriques). On mesurera le
renversement de situation en sachant qu’en 1970 le département de La Paz, qui engendrait 33 % du PIB national, n’en
produit plus que 24,6 % en 2007, tandis que la part de
Santa Cruz a grimpé de 16,6 % à 28,2 % dans le même
intervalle.
Le gouvernement actuel présente volontiers Santa Cruz
comme le domaine privé d’une oligarchie de Blancs riches et
omnipotents, fer de lance du modèle capitaliste néo libéral
à combattre. De fait, le boom économique de Santa Cruz
a engendré un pôle de richesse relative. Mais on serait plus
fondé à parler de moindre pauvreté. En 2007, le PIB par
habitant de la Bolivie était de 1360 dollars, celui de Santa
Cruz de 1484 dollars ; 58,6 % des Boliviens étaient pauvres
et 38 % des habitants du département de Santa Cruz (selon
l’indice NBI : nécessités de base insatisfaites). Il y a certes
des grands propriétaires terriens dans ce département,
comme dans tout l’Orient bolivien, ainsi que des familles
qui concentrent des biens divers (fonciers, immobiliers,
industriels, commerciaux, bancaires…). Et l’on peut sans
doute y voir une oligarchie 2, représentée notamment dans
un Comité Civique (regroupement large de toutes les associations locales et mené par les chambres consulaires) qui
porte la revendication régionaliste depuis les années 1950,
mais il est excessif d’en faire une instance dominatrice. On
s’expliquerait mal, sinon, pourquoi elle a été largement suivie par les habitants depuis tant d’années – notamment lors
de toutes les consultations électorales récentes, alors même
que les caractéristiques de la population locale ont complètement changé : 40 000 habitants à Santa Cruz de la Sierra
en 1950, 1 500 000 maintenant ; plus de la moitié des habitants du département est issue de tous les autres départements du pays, principalement de celui de Cochabamba, et
une partie de colonies étrangères (japonais, mennonites…) ;
ce qui en fait un creuset de la population nationale.
On voit volontiers la Bolivie comme un pays indien, ayant
enfin ! à sa tête un président indien, Evo Morales – le premier dit-on de Bolivie et d’Amérique du Sud 3. Et, c’est
En fait, ce terme est neutre et signifie le gouvernement du petit nombre. On
peut donc aussi bien fonder l’existence d’une oligarchie des cocaleros (producteurs de coca) ou, encore, d’une nouvelle oligarchie gouvernante.
2
S’il était acceptable de définir l’Indien comme celui qui est porteur de sang
indien (quelle qu’en soit la proportion), rappelons que le président Andrés de Santa
Cruz, qui gouverna la Bolivie quelques années après l’indépendance du pays, de
3
Peter L. Berger, Comprendre la sociologie, Paris, éd. du Centurion, 1973.
1
9
Cartes : Roberto GIMENO et Atelier de cartographie de Sciences Po, février 2009
LNA#52 / questions de sciences sociales : rubrique dirigée par Bruno Duriez et Jacques Lemière
d’ailleurs un des leitmotive de la propagande du gouvernement, autant à usage interne qu’externe, que de se présenter
comme celui qui décolonise le pays et redonne enfin leur
place aux populations originaires. Cette scie occulte plus
de 500 ans d’histoire de mélanges biologiques et culturels.
C’est si vrai que Charles-Quint, inquiet de la place que
prennent les métis dans la nouvelle colonie, décrète en 1549
qu’ils ne peuvent exercer de charges publiques sans une
licence royale, ne peuvent taxer les Indiens, ou être cacique de
villages indiens, et il leur interdit le port d’arme. Au moins
depuis la fin du XVIème siècle, il existe dans les Andes une
couche sociale identifiée comme métis, localisée dans les
villes et les bourgs, constituée principalement d’artisans, de
commerçants 4 et d’employés des deux sexes. Cela ne signifie
aucunement que tous les métis biologiques s’y trouvent
rassemblés – il y en a aussi parmi les Espagnols et les Indiens
– mais cela montre au moins que l’on reconnaît leur existence et que certains d’entre eux occupent une place ou une
position sociale dans la cité. Et Santa Cruz de la Sierra, la
1829 à 1839, avait pour mère une fille de cacique de la région du lac Titicaca,
Juana Basilia Calahumana. En Amérique latine, d’autres peuvent aussi prétendre au titre tel Benito Juarez, président du Mexique (1858-1864) ou Alejandro
Toledo, président du Pérou (2001-2006). Rappelons enfin que Victor Hugo
Cardenas, un des fondateurs du mouvement indianiste bolivien, fut vice-président de la Bolivie de 1993 à 1997. On ne connaît pas le degré de métissage
biologique d’Evo Morales. Et, à s’en tenir à ce seul critère, il y a fort à parier que,
dans la longue liste des présidents boliviens, on trouverait d’autres Indiens.
4
Voir la thèse passionnante de Véronique Marchand, chargée de recherche
au CLERSÉ : Organisations et protestations des commerçantes en Bolivie, Paris,
éd. L’Harmattan, 2006.
10
ville soi-disant blanche, est fondée en 1561 par une expédition venue d’Asunción composée d’Espagnols, d’Indiens
guaranis et de métis appelés
dans cette région montagnards (montañeses) – appréciés
pour leurs qualités guerrières.
En 1793, un Intendant de
la couronne, Francisco de
Viedma 5 y dénombrait 4303
Espagnols, 1376 métis, 2638
cholos (union indien et métis),
2111 Indiens, 150 nègres. En
revanche, ce qui est vrai, c’est
que c’est la seule ville de Bolivie où la langue espagnole
s’est imposée rapidement à tous 6.
Au plan culturel, il suffit de voir la prégnance de la religion catholique dans les campagnes comme dans les villes
pour saisir la profondeur du syncrétisme. Il en va de même
pour ce qui concerne les techniques, les modes de vie, l’habillement, les mœurs, les modes de pensée… Je ne citerai
qu’un exemple spectaculaire et émouvant de cette hybridation culturelle. Les Jésuites ont organisé, en Bolivie, certaines
de leurs célèbres missions dans les territoires de Moxos
et Chiquitos (dans les départements actuels du Beni et de
Santa Cruz). Les Indiens regroupés dans ces « réductions »
– qui abritaient des groupes aux origines et aux langues diverses – y étaient évangélisés par la musique, et des maîtres
de musique venus du vieux continent écrivaient des partitions, destinées à cette œuvre. Dans la région de Chiquitos,
l’acculturation musicale fut relativement brève : débutée en
1730 (la première mission y avait été fondée en 1690), elle
se termina avec l’ordre d’expulsion des jésuites pris par la
couronne espagnole en 1767. Or, quelle ne fut pas la surprise
du savant naturaliste français Alcide d’Orbigny quand, en
juillet 1831, à San Javier de Chiquitos, il entendit chanter
une grande messe italienne : « chaque chanteur, chaque
choriste ayant son papier de musique devant lui, faisait
sa partie avec goût, accompagné de l’orgue et de nombreux
Francisco de Viedma, Descripción geográfica y estadística de la provincia de Santa
Cruz de la Sierra, 1793.
5
Alcide d’Orbigny en fait le constat en 1831. Voyage dans l’Amérique méridionale, Tome 2, Paris, 1844, p. 572.
6
questions de sciences sociales : rubrique dirigée par Bruno Duriez et Jacques Lemière / LNA#52
violons fabriqués par les indigènes… J’écoutais cette musique avec d’autant plus de plaisir que, dans toute l’Amérique,
je n’en avais pas entendu de meilleure » 7. Il relate la même
aventure à Moxos : « On exécuta une grand-messe italienne
qui me paru moins bien chantée qu’à Chiquitos, tandis que
je fus au contraire plus frappé de la musique instrumentale,
remplie d’harmonie… ». Et récemment, en 1991 et 1992, le
musicologue et chef d’orchestre argentin Gabriel Garrido
constatait, lors de l’office religieux des fêtes de San Ignacio
de Moxos, que d’anciennes partitions étaient toujours interprétées par un chœur accompagné de violons de fabrication artisanale et de flûtes traversières. Étrange paradoxe
que celui de colonisés qui ont sauvé de l’oubli un patrimoine
musical de colonisateurs en l’incorporant à leurs propres
rituels 8.
En dépit de ce métissage et de ces hybridations indéniables,
l’existence d’Indiens – en Bolivie, et ailleurs dans les Amériques – s’impose toujours comme une évidence. Au point
même qu’on en fait le décompte. Depuis 2001, sur le modèle nord américain, et suivant les recommandations d’organisations internationales (OIT, ONU, CEPAL…) qui
estiment que c’est la voie vers la construction de la citoyenneté sociale, le découpage est effectué par la population ellemême, lors du recensement, sur la base de la réponse à une
question d’auto-affiliation à un peuple ou à une nation (en
fait, ce sont des ensembles linguistiques). À la question : « À
quel peuple ou nation indigène appartenez-vous (aymara,
quechua…) ? », on répond en cochant la case correspondante de la liste ; et l’on obtient le nombre des Indiens en
totalisant les réponses positives pour chaque peuple : 62 %
en 2001 (dont 1 510 560 quechuas et 1 243 728 aymaras).
Si on avait posé la question de savoir qui se considère Blanc,
indigène, métis, Noir, comme cela a été fait dans ce même
pays de manière répétée auprès d’échantillons représentatifs
de la population, on aurait obtenu entre 10 et 18 % d’Indiens et plus de 60 % de métis – l’Équateur, qui avait choisi
cette option en 2001, s’était retrouvé avec 7 % d’Indiens
Alcide d’Orbigny, op. cit.
7
8
Pour une histoire documentée de cette transmission de la musique baroque
dans les Amériques, voir Alain Pacquier, Les chemins du baroque dans le Nouveau
Monde. De la Terre de feu à l’embouchure du Saint Laurent, Paris, éd. Fayard,
1996. Cette musique retrouvée est écoutable dans la collection Les chemins du
baroque, Label K617. La ville de Santa Cruz de la Sierra organise, tous les deux
ans, un festival international de musique baroque où concourent des orchestres
du monde entier, qui se déroule à la fois dans la ville et dans les ex missions,
et des programmes de coopération ont permis d’associer la population à une
renaissance musicale qui contribue à la vie et à l’essor local.
et 77 % de métis. Un autre découpage, selon par exemple
le critère de la langue utilisé précédemment depuis 1950,
aurait abouti à un chiffre encore différent. On comprend
donc aisément qu’il n’est pas innocent de comptabiliser les
Indiens, qu’il ne peut y avoir de décomptes neutres, chaque
technique renvoyant à des définitions de l’Indien plus souvent implicites qu’explicites, et visant à produire un résultat
qui légitime des visions idéologiques et des politiques publiques spécifiques.
Après avoir été longtemps la catégorie administrative de
ceux que l’on exploitait et qui payaient le tribut (pendant
toute la période coloniale), puis celle de paysans, toujours
aussi exploités, après l’Indépendance, l’Indien est devenu
dernièrement le sujet de cultures ou d’ethnies singulières.
C’est sur ce fond d’appréhension culturelle de l’Indien qu’on
les a d’abord recensés en Bolivie selon le critère de la langue
(1950, 1976 et 1992), puis celui de l’auto-identification.
Selon cette vulgate, des cultures ou des ethnies du passé
auraient perduré qu’il suffirait de dépoussiérer ou de libérer.
Et les mouvements indianistes revendiquent, de ce fait, des
bénéfices ou des avantages : des terres ou des territoires, des
gouvernements autonomes et une justice propre, des prérogatives sociales et des expressions culturelles spécifiques.
Ils ont obtenu gain de cause dans la nouvelle Constitution
politique approuvée lors d’un référendum entaché de fraude
en janvier dernier.
Il reste à voir comment cette nouvelle architecture nationale va se mettre en place. Comment vont s’articuler ces
constructions indiennes avec le reste du tissu national, qualifié
de blanco-mestizo, au sein d’un territoire de plus en plus
urbanisé ? Et comment vont évoluer ces entités autonomes,
rivales pour certaines, divisées pour d’autres ? Pour l’heure,
les écarts de pouvoir, de prestige et de richesse croissent entre
des représentants politiques indianistes membres d’une élite
mondialisée, ou des entrepreneurs et commerçants prospères,
et les masses indiennes qu’ils représentent : selon divers
rapports, la pauvreté s’est même accrue ces trois dernières
années en dépit des recettes engrangées par le pays du fait
de l’envolée du prix des matières premières jusqu’en 2008,
et en dépit des primes que le gouvernement a distribué aux
personnes âgées et aux enfants d’âge scolaire.
11
LNA#52 / mémoires de science : rubrique dirigée par Rémi Franckowiak et Bernard Maitte
Géométrie et mesurage des champs
dans l’Antiquité latine
Par Marc MOYON
Historien des mathématiques,
Centre d’Histoire des Sciences et d’Épistémologie de Lille
Ce mot est formé de deux mots grecs, géô, terre, & metrein,
à lui donner un caractère pédagogique. Deux chapitres du
mesure ; & cette étymologie semble nous indiquer ce qui a
Livre V sont consacrés au mesurage des champs. Le premier
donné naissance à la Géométrie : imparfaite & obscure dans
s’intitule « Comment tu dois mesurer les formes données aux
son origine comme toutes les autres sciences, elle a comchamps ». Il s’agit d’une introduction au chapitre suivant. Y
mencé par une espèce de tâtonnement, par des mesures & des
sont distinguées les tâches relevant de l’agriculteur de celles
opérations grossières, & s’est élevée peu
de l’arpenteur. Columelle précise, par
Lorsque les procédures ne sont pas exactes,
à peu à ce degré d’exactitude & de su- les erreurs d’approximation commises, pour des exemple, que la mesure des champs
blimité où nous la voyons. 1
« appartient plutôt à la géométrie qu’ à
dimensions probablement caractéristiques des
terrains usuels pour les formes considérées, sont
l’agriculture ». Suit un exposé sur les
moindres, voire négligeables : + 29 (respectivement
a description des connaissances + 2) pieds carrés pour le triangle (respectivement principales unités de mesure utilisées
géométriques disponibles en latin pour le cercle).
dans le sud de l’Espagne et en Gaule.
effet, dans le pire des cas, cette erreur est moins
dans l’Antiquité tardive prend appui En
Les pieds, les pas, les actes, les climats,
qu’un demi-scrupule * présenté par Columelle
sur l’ensemble des productions d’un comme la « plus petite mesure » nécessaire à les jugères, les stades et les centuries
territoire qui correspond grosso modo l’ « estimation des travaux effectués » au-dessous sont parmi les plus importantes. Enfin,
de laquelle « aucune rétribution ne dépend ». Cette
à l’Empire romain d’Occident du dernière remarque laisse entendre que les calculs il regrette que le calcul de la surface des
Vème siècle. Cet empire est limité par exposés par Columelle seraient ceux pratiqués par champs ne soit pas toujours facile en
la péninsule ibérique, l’est du bassin les arpenteurs de l’administration fiscale pour le raison de leur forme et amène ainsi le
paiement de l’impôt sur les terres, ou bien par les
méditerranéen, l’actuelle Angleterre propriétaires fermiers pour le calcul du fermage second chapitre « à propos des formes vaet le Maghreb. L’administration de des parcelles. Dans ces conditions, est-il vraiment riées des champs et de leurs mesurages ».
de préciser qu’ils majorent toujours la valeur
l’Empire disposait de quelques moyens utile
exacte ?
pour mesurer des superficies. Les éléUne contribution géométrique ?
ments du savoir géométrique, relatif à * 1 jugère = 576 demi-scrupules = 28800 pieds carrés.
cette période, sont à chercher en partiColumelle se livre à un exposé très
culier dans les écrits agricoles et juridiques liés à l’arpentage
didactique avec un énoncé numérique à caractère général.
et au mesurage des champs.
Même si les nombreuses éditions postérieures présentent des
L
Columelle et le De re rustica
Avec son De re rustica [De l’agriculture] 2, Columelle (Ier s. de
notre ère) peut apparaître comme un pionnier de cette littérature
latine. Originaire de Cadix, il possédait de grandes propriétés
qu’il administrait lui-même. Ses nombreux voyages en Espagne,
en Italie mais aussi en Asie ou en Afrique, lui ont permis de rencontrer différentes méthodes de culture. En s’installant à Rome,
capitale des affaires de l’Empire, il est devenu un des plus grands
écrivains géoponiques 3 de langue latine.
Plusieurs manuscrits conservent le De re rustica de Columelle
dont le sujet concerne l’exploitation des grandes propriétés
agricoles. L’ouvrage, réparti en douze livres, est rédigé dans
un style élégant, précis et extrêmement clair, ce qui contribue
D’Alembert, Article Géométrie dans Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des
Sciences, des Arts et des Métiers, vol. 7, 1757.
1
Notre édition de référence est l’ouvrage de Varron réalisé en 1533, Scriptores rei
rustica, Libri de re rustica (disponible sur gallica.bnf.fr).
2
3
12
Auteur d’ouvrages en relation avec le travail, la culture de la terre.
figures géométriques (cf. fig. 1), nous ne pouvons assurer
que l’œuvre originelle en contenait. Il propose neuf éventualités selon la forme du champ à mesurer, à savoir dans
l’ordre : le carré, le rectangle, le trapèze isocèle, le triangle
équilatéral, le triangle rectangle, le cercle, le demi-cercle,
l’arc de cercle inférieur au demi-cercle et enfin l’hexagone.
Parmi ces problèmes, seuls trois algorithmes de calcul sont
exacts (pour le carré, le rectangle et le triangle rectangle) et
Columelle expose les procédures déjà connues des scribes
mésopotamiens du deuxième millénaire avant notre ère.
Pour les autres figures, les procédures donnent une valeur
approchée de la surface à mesurer (voir encadré). Deux de
ces exemples permettent de montrer le caractère mathématique des algorithmes exposés dans cet ouvrage agricole.
- Le triangle équilatéral :
« Soit un champ triangulaire ayant trois cents pieds sur chacun
de ses côtés. Que ce nombre soit multiplié par lui-même ; ce sera
quatre-vingt-dix mille pieds. Que soit pris le tiers du résultat,
c’est-à-dire trente mille. De même, que soit pris le dixième,
c’est-à-dire neuf mille. Que soient ajoutés l’un et l’autre des deux
résultats [précédents], ce sera trente-neuf mille pieds. Nous di-
mémoires de science : rubrique dirigée par Rémi Franckowiak et Bernard Maitte / LNA#52
sons que ce résultat correspond aux pieds carrés qui sont contenus dans ce triangle. »
Autrement dit, l’aire At d’un triangle équilatéral de côté c est
obtenue par l’algorithme suivant :
⎧1
⎪⎪ 3 (c × c )
1
1
c → c×c → ⎨
→ (c × c ) + (c × c ) = At
1
3
10
⎪ (c × c )
⎪⎩10
La procédure donnant l’aire Ac d’un cercle à partir de son
diamètre d s’exprime alors de la manière suivante :
d → d × d → d × d × 11 →
1
(d × d × 11) = Ac
14
L’analyse mathématique de cette procédure révèle que le
rapport constant entre le périmètre d’un cercle et son diamètre, à savoir le célèbre nombre π , prend la valeur 22/7
dans l’ouvrage de Columelle. Cette approximation est déjà
présente dans La mesure du cercle d’Archimède 6, et se retrouve largement dans les ouvrages postérieurs.
C’est cette même approximation qu’utilise Héron dans ses Metrica précédemment citées.
Cette première relation est aussi utilisée pour déterminer
l’aire d’un hexagone régulier, considéré comme
la somme de six triangles équilatéraux. Aucune
hypothèse ne peut raisonnablement être avancée sur les sources de Columelle quant à cette
procédure. Néanmoins, quelques informations
La postérité du traité de Columelle
méritent d’être relevées à propos du calcul
approché des surfaces du triangle équilatéral et
Ces deux extraits du De re rustica suffisent à
de l’hexagone régulier. En effet, nous avons
montrer que Columelle ne fait pas que fournir
remarqué ces algorithmes dans le petit opuscule,
deux études pratiques de mesurage de champs :
Traité de planimétrie et de stéréométrie, attribué
il contribue au développement d’une véritable
à Diophane 4. Ce mathématicien mineur de la
géométrie de la mesure utilisant des procédures
tradition grecque, vivant au Ier siècle avant nogénériques.
tre ère, attribue leur découverte à Archimède
En ce qui concerne la postérité de ces chapitres,
(212 av. J.C.) : il affirme que, d’après ce dernier,
nous ne savons pas s’ils ont ou non influencé des
« 30 triangles équilatéraux sont équivalents à Figure 2 : Traité de géométrie, IX siècle.
successeurs. Ils ont pu inspirer certains
13 carrés ». L’utilisation du coefficient
auteurs latins de l’Antiquité tardive comme,
1/3 + 1/10 ne se trouve toutefois pas
entre autres, Boèce (ca. 480-524) ou
dans l’un des textes les plus importants
encore Isidore de Séville (m. 636). Mais
de la tradition grecque du mesurage : les
aucune référence explicite à Columelle ne
Metrica d’Héron d’Alexandrie 5, mécanivient confirmer cette hypothèse. Ils ont
cien et mathématicien contemporain de
pu aussi nourrir les travaux des agrimenColumelle. Dans ce dernier ouvrage, Hésores (littéralement les « mesureurs des
ron présente un calcul exact qui requiert
champs ») romains. Chargés de mesurer
l’extraction de la racine carrée d’un
la terre avec logique et précision et de jouer
nombre irrationnel. Cela peut fournir
le rôle d’expert et d’arbitre lors de certains
une éventuelle explication à son absence
litiges liés au bornage des champs, ils ont
du texte de Columelle. Cette procédure
naturellement besoin de recourir à des
Figure 1 : Édition du De re rustica de Columelle par Varron, 1553.
peut être résumée ainsi :
procédures géométriques pour calculer la
ème
c → c × c → (c × c )× (c × c ) →
surface de différents champs. Ainsi, le texte
anonyme De iugeribus metiundis 7 n’est pas
sans rappeler Columelle, tant dans la forme que dans les procédures proposées.
L’œuvre de Columelle pourrait donc être considérée comme
une des éventuelles sources des pratiques géométriques de
l’Antiquité tardive. Néanmoins, il est absent, en tant que tel,
du corpus agrimensorum, qui regroupe un ensemble hétéroclite
de textes (entiers ou fragmentaires) sur l’arpentage des terres dans l’Empire romain. Ce corpus n’est pas sans importance : transmis à l’Europe médiévale par l’intermédiaire de
nombreux codices (cf. fig. 2) copiés pendant des siècles dans
plusieurs sciptoria européens, ces textes vont servir de base à
l’enseignement de la géométrie pendant des décennies.
3
(c × c )× (c × c ) → 3 (c × c )× (c × c ) = At
16
16
- Le traitement du cercle :
Une traduction de l’énoncé donne :
« Si le champ est rond, de telle sorte qu’ il ait la forme d’un cercle, calcule les pieds ainsi : soit une surface ronde de diamètre
soixante-dix pieds. Multiplie ceci par lui-même, soixante-dix
fois soixante-dix font quatre mille neuf cents. Multiplie ce produit par onze, il viendra cinquante-trois mille neuf cents pieds.
J’enlève de ce produit le quatorzième, c’est-à-dire trois mille
huit cent cinquante pieds. Je dis que ceci correspond aux pieds
carrés contenus dans ce cercle. »
4 P. Ver Eecke, Les opuscules mathématiques de Didyme, Diophane et Anthémius, suivis du
fragment mathématique de Bobbio, Paris - Bruges, éd. Desclée - De Brouwer, 1940.
6
J. Heiberg, Heronis Alexandrini opera qua supersunt omnia, vol. 3, Leipzig,
H. Schöne, 1903.
7
5
Archimède, Œuvres (ed. Ch. Mugler), Tome 1, Paris, éd. Les Belles Lettres,
1970.
Il semblerait que ce titre soit tronqué. Une hypothèse raisonnable donnerait [De
agris] iugeribus metiundi pour être traduit De la mesure [des champs] en jugères.
13
LNA#52 / paradoxes
Paradoxes
Rubrique de divertissements mathématiques pour ceux qui aiment se prendre la tête
* 
Laboratoire d’Informatique
Fondamentale de Lille,
UMR CNRS 8022, Bât. M3
Par Jean-Paul DELAHAYE
Professeur à l’Université Lille 1 *
Les paradoxes stimulent l’esprit et sont à l’origine de nombreux progrès mathématiques. Notre but est de vous provoquer et de vous faire réfléchir. Si vous pensez avoir une solution au paradoxe proposé, envoyez-la moi (faire parvenir le
courrier à l’Espace Culture ou à l’adresse électronique delahaye@lifl.fr).
Le paradoxe précédent : DES SILENCES QUI EN
DISENT LONG
Voici le raisonnement qui donne la solution que nous présentons sans recopier tous les détails des calculs car cela occuperait quatre pages.
Rappel de l’énoncé
Il y a, au départ, 252 quintuplets (a, b, c, d, e) possibles.
Certains d’entre eux donnent une somme S qui permettrait
de retrouver (a, b, c, d, e). C’est le cas, par exemple, si S = 15
car 15 = 1 + 2 + 3 + 4 + 5 est la plus petite somme possible et
oblige donc à avoir a = 1 b = 2 c = 3 d = 4 e = 5. Le fait que
Sylvie ait indiqué, au point 1, qu’elle ignorait (a, b, c, d, e)
signifie que le quintuplet (1, 2, 3, 4, 5) n’est pas le bon. C’est
vrai pour d’autres sommes. De même, certains produits ne
peuvent être obtenus qu’une fois et doivent être éliminés
après l’étape 1. De même, encore, pour C et V. Un long
calcul à la main, ou en utilisant un ordinateur, montre que
l’élimination de ces quintuplets fait passer les 252 possibilités
initiales à 140. Les quatre personnages mènent ce raisonnement d’élimination pendant l’heure qui suit l’énoncé du
problème. À partir de ces 140 possibilités pour (a, b, c, d, e),
chaque personnage peut donc à nouveau raisonner comme
précédemment. Si Sylvie indique qu’elle ne peut pas trouver
(a, b, c, d, e) lors de l’étape 2, c’est que les S n’apparaissant
qu’une fois dans la liste des 140 possibilités peuvent être éliminées. De même pour les P, C et V. On arrive alors à 100
quintuplets possibles.
On choisit cinq nombres a, b, c, d et e tels que : 1 ≤ a < b < c
< d < e ≤ 10. Autrement dit : les cinq nombres sont compris
entre 1 et 10, tous différents et classés par ordre croissant.
On indique leur produit P à Patricia, leur somme S à Sylvie,
la somme de leurs carrés C = a 2 + b2 + c2 + d2 + e2 à Christian et la valeur V = (a + b + c)(d + e) à Vincent. Ils doivent
deviner quels sont les nombres a, b, c, d et e.
1 - Une heure après qu’on leur a posé le problème, les quatre
personnages qu’on interroge simultanément répondent tous
ensemble : « je ne connais pas les nombres a, b, c, d et e ».
2 - Une heure après, les quatre personnages qu’on interroge
à nouveau répondent encore tous ensemble : « je ne connais
pas les nombres a, b, c, d, et e ».
Etc.
23 - Une heure après (soit 23 heures après la formulation de
l’énoncé !), les quatre personnages qu’on interroge à nouveau
répondent encore tous ensemble : « je ne connais pas les
nombres a, b, c, d et e ».
Cependant, après cette 23ème réponse, les visages des quatre
personnages s’éclairent d’un large sourire et tous s’exclament :
« maintenant, je connais a, b, c, d et e ». Vous en savez assez
pour deviner les 5 nombres a b c d e ?
Solution
Assez étrangement, ce problème, qui est le plus difficile de
tous ceux qui ont été proposés dans cette rubrique, a intéressé un grand nombre de lecteurs qui ont tous découvert
la bonne solution, parfois à la suite d’un long travail. Les
premières réponses reçues sont, dans l’ordre, celles de :
Virginie Delsart, Nicolas Vaneecloo, Patrice Cacciani,
Michel Damiens, Jean-François Colonna, Nicolas Berger,
Clément Théry, Chantal Enguehard, Julien Destombes,
Jeff van Straeyen et Florent Cordellier.
14
La réduction des solutions donne, petit à petit, des quintuplets candidats de moins en moins nombreux : on en
obtient successivement 85, 73, 64, 62, 60, 57, 54, 50, 47,
44, 40, 36, 33, 31, 28, 24, 19, 13, 8, 4. La prise en compte
de l’étape 23 conduit à une solution unique. À cet instant,
tout le monde – et en particulier vous – sait que : S = 28,
P = 3360, C = 178, V = 195 et donc que :
a = 2, b = 5, c = 6, d = 7, e = 8.
paradoxes / LNA#52
NOUVEAU PARADOXE : LES CHAPEAUX ALIGNÉS
Des étudiants en logique au nombre de N sont soumis
à un test.
On leur explique qu’on va les aligner les uns derrière
les autres, tous tournés vers la droite. On posera
sur leur tête un chapeau rouge ou bleu tiré au
hasard. L’étudiant le plus à gauche pourra voir
tous les chapeaux sauf le sien ; celui placé devant
lui pourra voir tous les chapeaux sauf le sien et
celui de l’étudiant placé derrière lui. Plus généralement, l’étudiant placé en position k, à partir
de la gauche, pourra voir tous les chapeaux des étudiants k + 1, k + 2, etc. jusqu’au dernier le plus à droite,
mais aucun autre.
On interrogera chaque étudiant sur la couleur du chapeau
qu’il a sur la tête et on leur distribuera ensuite autant d’ordinateurs portables qu’ils auront donné de bonnes réponses.
Ils s’arrangeront pour se les répartir.
On précise encore qu’avant de se mettre en rang ils peuvent
discuter entre eux et convenir d’un système de réponses,
mais qu’une fois aligné les chapeaux seront placés au hasard
et qu’ils ne pourront plus avoir d’échanges. Dernière précision : on les interrogera à voie haute et ils répondront, à
voie haute, sur ce que chacun croit être la couleur de son
chapeau, en commençant par l’étudiant le plus à gauche et
en terminant par celui le plus à droite.
Analysons un instant le problème qui est soumis aux étudiants.
En répondant au hasard, ils gagneront en moyenne N/2
ordinateurs car une réponse sur deux au hasard sera juste à
peu près.
Les étudiants peuvent obtenir bien mieux s’ils conviennent
entre eux de la méthode de jeu suivante :
- l’étudiant 1 (le plus à gauche) répondra en donnant la
couleur du chapeau de l’étudiant 2, qui connaîtra donc de
manière certaine la couleur de son chapeau ;
- l’étudiant 2 répétera ce que l’étudiant 1 aura proposé (et
gagnera donc) ;
- l’étudiant 3 répondra en donnant la couleur du chapeau
de l’étudiant 4 (qui connaîtra donc de manière certaine la
couleur de son chapeau) ;
- l’étudiant 4 répétera ce que l’étudiant 3 aura proposé (et
gagnera donc) ;
- etc.
Buste d’Attis portant le bonnet phrygien, marbre de Paros, IIème siècle ap. J.-C.
Cette façon de procéder assure les étudiants d’avoir au
moins N/2 réponses exactes et, en moyenne, d’en avoir
3N/4 (car les étudiants de rang impair tomberont juste une
fois sur deux environ).
C’est très bien, se disent les étudiants qui s’apprêtent à
adopter cette tactique de jeu. Pourtant, l’un d’eux, Alonso,
les arrête et dit :
- « Non, j’ai une autre idée, nous pouvons être certains de
gagner un ordinateur chacun, sauf peut-être l’un de nous ».
Il semble impossible que les N étudiants puissent gagner
de manière certaine N - 1 ordinateurs et peut-être N !
Pourtant, Alonso est un très bon étudiant qui ne se trompe
jamais. Quelle est donc l’idée d’Alonso ?
15
LNA#52 / humeurs
Autonomie et vulnérabilité : pour une éthique élargie
Par Jean-François REY
Professeur de philosophie à l’IUFM de Lille
C
onsidérée à juste titre comme une des fins de l’éducation, l’autonomie représente en outre la pierre de
touche de la citoyenneté démocratique. Au point que, au
siècle des Lumières, « autonomie » était employée comme
synonyme de « majorité ». L’idéal de l’autonomie éclairée
se laisse écrire en une triple formule : penser par soi-même,
agir par soi-même, juger par soi-même. Ni les parents, ni les
curés, ni les chefs de parti ne peuvent me dicter une loi que
je n’aurais pas élaborée ou reconnue comme mienne. Pour
Kant, par exemple, l’autonomie désignait la « propriété qu’a
la volonté d’être à elle-même sa loi ». Toute sujétion à la loi
d’un autre ou d’un Autre, tout respect craintif ou unilatéral
d’une autorité, sans même parler de servitude volontaire,
relèvent de « l’hétéronomie ». Pour Kant toujours, tout mobile d’action morale relevant d’un penchant sensible (Kant
disait « pathologique ») dénote autre chose que la raison,
autre chose que le devoir. L’autonomie, classiquement, ne
peut qu’être distincte de et soustraite à la « sensibilité ». Ainsi,
punir une personne coupable d’un délit ou d’un crime
revient à exercer sur elle une mesure qui agit sur sa sensibilité (privation de liberté, amende, etc.), c’est-à-dire joue sur
l’hétéronomie. Longtemps tenue pour la marque de l’épanouissement de la personne humaine, l’autonomie a un peu
perdu de sa superbe et de son autosuffisance. Car jusqu’où
repoussera-t-on l’exclusion du sensible ? Inexpugnable en
droit, l’autonomie peut rencontrer de sérieuses limites en
fait. Mais, plus encore, la position de maîtrise du sujet autonome a été contestée de longue date par les sciences humaines. Les philosophes ont donc appris à regarder autrement
l’autonomie, à partir de ce qui n’est pas elle.
C’est le cas de Corinne Pelluchon dans L’autonomie brisée,
bioéthique et philosophie 1. L’auteur place son travail sous
la double référence à Emmanuel Levinas et Claude LéviStrauss, mais explore un champ aussi vaste que la philosophie
politique (Hobbes), l’éthique (Ricœur), la bioéthique ou les
soins palliatifs. L’originalité de l’ouvrage est d’être nourri
d’une immersion de son auteur dans les services hospitaliers
où elle a été à l’écoute de personnes vieillissantes ou en fin
de vie, dont précisément l’autonomie était empêchée et pas
seulement au sens moteur du terme. Ce simple rapport à
la pratique professionnelle en milieu hospitalier ferait l’originalité et l’intérêt du livre : ce n’est pas tous les jours que
des philosophes vont se soumettre à l’épreuve de la mort
1
16
Éd. PUF, janvier 2009.
d’autrui, de la folie ou du désir d’enfant, de la souffrance ou
de la douleur. La philosophie, ne l’oublions pas, se nourrit
d’expériences préphilosophiques qu’on peut appeler aussi
« naturelles ». C’est le cas ici et il est important de souligner
également que l’expérience vécue par l’auteur déploie
l’horizon du philosophe, et donc du lecteur, au plan éthique, politique et métaphysique.
De Kant, nous avons hérité, outre l’autonomie, du partage
cardinal entre personne et chose. Une chose s’échange,
s’évalue, se négocie : elle a un prix. Une personne est ininterchangeable, unique : elle a une dignité. Mais on voit très
bien, là aussi, que certaines personnes ont du prix à nos
yeux pour ce qu’elles expriment de charme, d’humour ou
d’intelligence. Sur le marché de l’emploi, cela peut être un
avantage recherché. Autrement dit non interchangeable,
unique en droit, ne signifie pas que toutes les personnes sont
également aimables ou estimables. Au plan du droit, rappelons-nous les débats qui ont accompagné, il y a vingt ans, le
texte de la Convention Internationale des droits de l’enfant :
n’y a-t-il, pour l’enfant, que des droits de protection face à
l’enrôlement dans les guerres, le travail ou l’esclavage sexuel ?
Ou bien l’enfant peut-il en outre disposer, comme les adultes,
de droits de liberté ? La réponse la plus avisée serait de dire que
les enfants sont bien des personnes, mais qu’ ils sont portés par
la Personne de leurs éducateurs. Les enfants sont des personnes
par procuration (voir, là-dessus, les travaux de Jean-Claude
Quentel). Nous sommes ici à l’articulation de l’autonomie à
venir et de la vulnérabilité.
Mais ce que les philosophes nous ont légués comme critères
ou repères simples mérite d’être revu à la lumière de la complexité du monde naturel et technique. C’est le cas de la
bioéthique, mais aussi plus largement de toutes les possibilités d’agir sur les gènes et de breveter les fruits de nos manipulations. Autrement dit, comme le philosophe et juriste
Bernard Edelman le montre dans son dernier livre (Ni chose
ni personne. Le corps humain en question 2 ), le partage homme/
animal ou personne/chose est parfois brouillé : le corps
humain n’est pas encore tout à fait un objet, ni plus tout à
fait une personne. Le corps constitue ainsi un « gisement
de valeur, composé d’organes et de cellules qu’on peut vendre, louer, breveter ». Il en va de même pour nos rapports
avec l’animal. On est revenu très tôt sur son exclusion par
2
Éd. Hermann, 2009.
humeurs / LNA#52
Descartes, Malebranche et leurs successeurs. Jusqu’à LéviStrauss qui inscrit l’espèce humaine au cœur du vivant,
dont les droits sont à protéger mais qui cessent « au moment
précis où leur exercice met en péril l’existence d’une autre
espèce » 3. Corinne Pelluchon en vient donc à donner comme
objectif à sa réflexion « de repenser le rapport de l’homme
à l’autre que lui en posant les bases d’une responsabilité
collective où l’enjeu ne concerne pas seulement l’individu,
mais l’espèce humaine, la nature, les générations à venir,
c’est-à-dire des objets que l’éthique et la politique classiques
ne prennent pas en compte » 4. Élargissement de la sphère
de la responsabilité, et donc de la sphère éthique, comme
le recommandait déjà Hans Jonas dans le Principe Responsabilité qui aboutit à se soucier de la fragilité et de la vulnérabilité de ce qui est en notre garde : enfants, personnes
âgées, mais aussi tout ce qui réclame du soin (care) ou des
soins (cure) : malades, personnes en situation de handicap,
espèces animales ou végétales en danger, dans la mesure où
nous nous en tenons responsables à l’égard de l’avenir.
Pour toutes ces raisons, et riche de son travail en milieu hospitalier, Corinne Pelluchon en vient à jeter les bases d’une
« éthique de la vulnérabilité ». Elle part de la rencontre avec
des personnes hospitalisées pour un cancer. Quel peut être
le sens de sa présence, ou de la nôtre, là, au chevet de la personne qui souffre et qui, vraisemblablement, ne reviendra
jamais chez elle, en cela empêchée dans son autonomie ? De
quel droit ? Suis-je justifié à être là ? De telles questions, dit
Corinne Pelluchon, ne relèvent pas de « l’intellect ni même
de la conscience » 5. Elles sont donc de l’ordre de la rencontre,
c’est-à-dire du face à face et de la parole. Présence à un travail
qu’on appelle « clinique », selon l’étymologie dérivée du lit
du patient, et dont les dimensions éthiques sont aujourd’hui
broyées dans les évaluations quantitatives, voire reprochées
aux infirmières par leur hiérarchie (voir à ce sujet les travaux de Pascale Molinier sur le travail invisible à l’hôpital).
Toute la question de la clinique, c’est celle du sens d’être
là auprès de la personne de moins en moins autonome. On
peut avoir deux types de position qui ne s’affrontent pas,
ne sont pas exclusives, mais qui nous mettent pourtant en
tension. La première position est raisonnable, c’est celle de
Paul Ricœur, par exemple, qui s’en tient à distinguer les
« trois niveaux du jugement médical » 6 : la relation médecin/malade, où le malade a une dignité et la santé publique
un coût. Ricœur développe une réflexion à la fois téléologique et déontologique. L’avantage d’une telle position, c’est
que les professionnels peuvent se l’approprier et la travailler.
Il est seulement regrettable que Ricœur rejette comme excessive l’autre position contre laquelle il s’est dressé parfois
avec agacement : la position de Levinas.
Celle-ci se résume en un mot si radical, voire si extravagant,
qu’il expulse en quelque sorte l’autonomie du sujet. C’est
le mot « substitution ». Au départ, il y a la certitude immédiate que « ça me regarde », je suis concerné, je suis requis à
être là. La seule chose, disait Heidegger, qui m’appartienne
en propre, où je suis insubstituable, c’est ma mort. Mais,
devant l’imminence de la mort de l’autre, je peux avoir cette
motion insensée : vouloir mourir à sa place. Ce que, bien
sûr, je ne ferai pas dans la vie ordinaire : c’est une éthique
sans commandement pratique ; d’où le recul effrayé de Ricœur. Ce ne sont pas seulement les problèmes hospitaliers
(nombre des patients, politique de la santé, insuffisance des
moyens, harcèlement hiérarchique) qui limitent une telle
position. Pragmatiquement, celle-ci est difficile mais c’est le
lieu de l’éthique. Elle est le Dire dont le code de déontologie
est le Dit. L’articulation de l’éthique et de la déontologie
est un problème complexe qu’on ne peut traiter en si peu
de place. On se bornera, pour l’heure, à saluer l’ampleur de
vue de Corinne Pelluchon avec, toutefois, une insatisfaction de philosophe : ne va-t-on pas vers une sorte d’œcuménisme ? Ricœur, Levinas, Lévi-Strauss sont loin de penser
dans la même direction. Mais l’essentiel du débat est posé :
l’autonomie, norme idéale de la personne, n’est pas le tout.
La réflexion et la recherche doivent prendre en compte ce
que le discours évacue sous le nom d’hétéronomie. Ce n’est
pas vraiment dans l’air du temps : l’abus des références à
l’éthique nous inspire d’autres billets d’humeur à venir.
Cf. Le regard éloigné, Paris, éd. Plon, 1983.
3
Corinne Pelluchon, op. cit., p. 19.
4
Op. cit., p. 167.
5
6
In Le juste 2, Paris, éd. Seuil, 2001.
17
LNA#52 / repenser la politique
La guerre aux corps intermédiaires
Par Alain CAMBIER
Docteur en philosophie, professeur en classes préparatoires,
Faidherbe - Lille
L’épisode du 22 janvier dernier, où le chef de l’État s’est
livré à une charge contre les chercheurs 1, ne peut être interprété, malgré sa gravité, comme une simple remise en
cause de l’Université française. Elle participe également
d’une stratégie plus large qui vise la réputation des corps
intermédiaires. Les exemples de désinvolture se sont
multipliés à propos de l’école, de la justice, de l’hôpital, de
comités d’éthique, etc. Xavier Darcos a regretté lui-même
le « divorce avec les sachants ». Mais, si cette méthode
politique provoque des crispations, elle peut séduire aussi,
de manière démagogique, ceux qui y voient une revanche
contre toute autorité intellectuelle ou compétence spécifique
reconnue.
L
a place accordée aux corps intermédiaires est toujours
une pierre de touche pour juger le fonctionnement
d’un État. Elle est considérée comme un facteur d’opacité
lorsqu’est entretenu le mythe d’une expression immédiate et
transparente de la volonté du peuple ; mais elle est indispensable dans une république tempérée pour faire contrepoids
tant aux empressements des gouvernants qu’aux réactions
émotionnelles des gouvernés. De la monarchie absolue
à Napoléon III, l’histoire de France témoigne de ce désir
récurrent de faire taire la voix des corps intermédiaires.
L’abaissement des corps intermédiaires par l’absolutisme royal
La remise en question de leur rôle a caractérisé l’établissement de la monarchie absolue au XVIIème siècle. Max Weber
a vu dans l’obsession de centralisation du pouvoir de l’État
moderne l’un des traits caractéristiques de son édification :
« Partout le développement de l’État moderne a pour point
de départ la volonté du prince d’exproprier les puissances
‘privées’ indépendantes qui, à côté de lui, détiennent un
pouvoir administratif, c’est-à-dire tous ceux qui sont propriétaires de moyens de gestion, de moyens militaires, de
moyens financiers et de toutes sortes de biens susceptibles
« Plus de chercheurs statutaires, moins de publications et pardon, je ne veux pas
être désagréable, à budget comparable, un chercheur français publie de 30 à 50 %
en moins qu’un chercheur britannique dans certains secteurs. Évidemment, si l’on ne
veut pas voir cela, je vous remercie d’ être venu, il y a de la lumière, c’est chauffé… »,
Discours de M. le Président de la République, Palais de l’Élysée, 22 janvier
2009.
d’être utilisés politiquement » 2. L’abaissement des corps intermédiaires – ce que l’on appelait auparavant les « estats »,
au sens de groupes sociaux disposant d’une position de pouvoir, comme la noblesse, le clergé ou le Tiers État – participa de ce mouvement de concentration monopolistique de
la puissance politique qui culmina dans la notion de souveraineté absolue. Mais, parce qu’il y voyait poindre le risque
de despotisme, Montesquieu se fit le chantre, au XVIIIème
siècle, non seulement de la séparation des pouvoirs, mais
également de la réhabilitation du pouvoir des corps intermédiaires. Car le droit ne peut suffire à maintenir dans ses
rets la logique de puissance du politique, encore faut-il que
des autorités autonomes et reconnues fassent pièce au souverain : elles constituent « des canaux moyens par où coule
la puissance ; car, s’il n’y a dans l’État que la volonté
momentanée et capricieuse d’un seul, rien ne peut être fixe,
et par conséquent aucune loi fondamentale » 3. De petits
esprits ont cru que Montesquieu ne cherchait qu’à restaurer
les privilèges de la noblesse, alors qu’il jetait les bases d’une
politique moderne de la « modération » dont, à son époque,
les Anglais furent les initiateurs, après leur glorieuse révolution accomplie un siècle avant les Français. En réalité, il
voulait également montrer que l’État moderne possédait
des racines bien antérieures à la monarchie absolue et celleci n’en fut peut-être que le dévoiement.
Média-corps ou méta-corps ?
Comme nous l’avons souligné ailleurs 4, Montesquieu fut le
théoricien original des média-corps, par opposition au culte
rendu par la monarchie absolue au méta-corps ou sur-corps
royal. Car, selon une tradition remontant à la fin du MoyenÂge 5, le roi disposerait de deux corps : un corps physique
naturel soumis aux vicissitudes de l’existence et un corps surnaturel et symbolique, censé incarner le corps politique du
royaume. Ce deuxième corps ou méta-corps correspondrait
à la sécularisation de la notion de corpus mysticum héritée de
la religion. En se réappropriant cette notion, la monarchie
absolue prétendait que l’unité politique d’un peuple ne
pouvait être accomplie qu’à travers la personne du sou2
Max Weber, Le Savant et le politique.
3
Montesquieu, De l’Esprit des lois, II, 4.
4
Cf. Qu’est-ce que l’État ?, éd. Vrin, coll. Chemins philosophiques.
5
Cf. Ernst Kantorowicz, Les Deux corps du roi, éd. Gallimard.
1
18
repenser la politique / LNA#52
verain. Dans la monarchie absolue, celui-ci n’était même
plus considéré comme la simple tête d’un corps constitué
par les autres « organes » du royaume 6 , mais comme
accomplissant, dans sa personne même, grâce à son métacorps, le passage de la multitude dispersée à l’unité d’un
peuple constitué enfin en corps politique. Cette thèse avait
été théorisée par Hobbes, dans le Léviathan : elle consistait
à faire croire qu’un peuple ne serait un peuple qu’à travers les actes de la personne du souverain, sans quoi il
serait condamné à demeurer une foule atomisée. Or, à cette
conception justifiant l’absolutisme, Montesquieu a opposé sa
théorie des média-corps afin de déconstruire la mystique
de la représentation politique incarnée dans la personne du
roi : « Pour former un gouvernement modéré, il faut combiner les puissances, les régler, les tempérer, les faire agir ;
donner, pour ainsi dire, un lest à l’une, pour la mettre en
état de résister à une autre » 7. La sagesse politique est donc
de disposer les choses pour qu’un pouvoir établi ne puisse
jamais se retrouver sans freins et prétendre, à lui seul, « incorporer » le peuple. Car la souveraineté absolue se paye
toujours en servitudes consenties ou imposées. Ainsi, les corps
intermédiaires entrent non seulement dans une stratégie de
l’équilibre des puissances pour garantir la liberté, mais ils
représentent également les autorités incontournables à respecter dans l’exercice du pouvoir politique pour permettre
aux citoyens d’être éclairés à partir de plusieurs sources.
La nécessaire médiation entre gouvernants et
gouvernés
Cette théorie de la médiation en politique fonde plus globalement le rôle du Tiers dans l’État. Car qu’est-ce qui
caractérise au fond la politique si ce n’est cette séparation
principielle entre gouvernants et gouvernés ? Cette division
est à la fois nécessaire pour éviter toute désagrégation des
relations humaines dans une collectivité, pour garantir
la cohésion sociale, mais toujours risquée car porteuse de
dérives autoritaires. Dès lors, les corps intermédiaires permettent de juguler ce risque qui hante le commandement
politique et de tempérer la scission fondamentale au nom
de laquelle il subordonne. L’action de tout pouvoir politique
requiert d’être contrebalancée par des dispositifs, des groupes,
des organisations ou des associations reconnues qui représentent la société dans sa complexité et contribuent à lui
permettre de se réfléchir : tel est le prix de la légitimité. Il
peut s’agir aussi bien d’organisations socio-économiques et
syndicales que de partis politiques ou de mouvements associatifs, des autorités religieuses et philosophiques, ou même
du « quatrième pouvoir » que représente la presse lorsqu’elle
possède une réelle indépendance. Ils témoignent de la
diversité présente au cœur même de l’unité politique. Pour
garantir un dialogue avec les citoyens, le pouvoir ne peut
rester sourd aux avis des tiers. Ils permettent de structurer
l’opinion publique nécessairement labile, en renforçant sa
puissance de jugement.
Les risques de la politique du tiers exclu
Sans l’existence de corps intermédiaires, le face à face du pouvoir avec les gouvernés ne peut que conduire à l’impasse, voire
à la violence. Certes, au stade vespéral de la Vème République,
le pouvoir présidentiel a perdu toute prétention à représenter un méta-corps symbolique : se contentant de la mise
en scène médiatique du corps trivial, il confond peuple et
population, en flattant les préjugés pour mieux manipuler
les affects, en misant sur les peurs fantasmées plutôt que
sur les vertus citoyennes. Il ne s’agit même plus d’en appeler
au symbolique commun, mais de cibler l’imaginaire des
personnes privées. Par calcul, il peut également susciter
l’affrontement avec une partie de la population, en dressant
les ressentiments d’une catégorie sociale contre une autre,
selon la logique du bouc émissaire. Suggérer que la figure de
l’adversaire puisse être remplacée par celle d’un ennemi intérieur reviendrait à mettre fin à l’idée même de république.
La logique d’exclusion l’emporterait sur celle d’inclusion
qui doit caractériser l’État. C’est pourquoi le rôle des corps
intermédiaires permet d’éviter un tel face à face où chacun
perdrait son statut. Constituant autant de puissances
arbitrales, ils garantissent le ressourcement du débat public.
Présenter les corps intermédiaires eux-mêmes comme des
canaux superflus favorise, au contraire, le risque d’arbitraire.
Si l’État républicain repose nécessairement sur la reconnaissance de tiers indépendants, toute politique du
tiers exclu ne peut que faire régresser la démocratie en démagogie.
Comme dans la monarchie médiévale.
6
Montesquieu, De l’Esprit des lois, V, 14.
7
19
LNA#52 / jeux littéraires
CRISE de LANGUE
LANGUE de CRISE
par Robert Rapilly
Metteur en scène et poète complice
d’OuLiPo, Benoît Richter a publié en
décembre 2008 « La Dîme », fable linguistique, aux éditions Pedibus Cum
Jambis. Déjà portée à la scène par
l’auteur, cette conversation enchaîne
étroitement langue et contingence
économique. Situation invraisemblable ? À moins que la fiction n’excelle à
souligner l’évidence oubliée sous nos
yeux.
Parle ! J’ai du mal à parler là maintenant. Que ça t’empêche pas de nous
dire bonjour. Reste pas planté là, dis-le !
Je dis quoi ? Bonjour, le mot, tu peux le
dire, quand même ? Même le-mot-quisalue je peux pas le dire, mais je le pense
quand même oui, ça je peux le faire je
pense le-mot-qui-salue vers vous tous ici.
Qu’est-ce qui t’arrive, ma vieille, tu as
pas bonne mine, tu couves quoi ? Rien,
tu me prends pour cet animal-à-plumesqui-pond-des-œufs, je couve rien ! Alors
quoi ? Tu fais la gueule ? Tu nous en
veux pour l’autre fois ? C’était juste un
jeu, tu sais. Rien de bien grave. C’est
pas à cause de ça. Alors ? Alors quoi ?
Quoi ? Allez, arrêtez, laissez-la respirer, vous comprenez vraiment rien
de rien… Pas grand-chose, non. Elle
a pas assez, c’est tout, pas assez, c’est
clair, non, faut vous le dire en quelle
langue ? Pas assez de quoi, pas assez
de quoi ? Mais c’est pas possible, on
dirait que vous êtes bouchés à l’émeri
vous alors, elle a pas les mots, pas les
mots, c’est tout, la forcez pas à parler,
c’est humiliant, c’est déjà assez difficile
comme ça sans en rajouter une couche.
Voilà, j’ai pas les mots, voilà tout. T’as
pas payé ? T’as pas pu payer la Dîme ?
J’ai pas pu, pas pu payer. Tu peux dire
quoi ? Oui, alors tu peux dire quoi ?
Quelques mots, deux cents mots, la plus
petite partie. Le minimum, le pack minimum de langage, c’est ça ? C’est tout,
le pack-le-plus-petit. Merde. Ça alors !
Je mets des sous de côté. Courage, bientôt tu pourras acheter une extension,
20
http://robert.rapilly.free.fr/
peut-être, une extension de vocabulaire. J’espère, oui, le pack-plus-tout-àfait-le-plus-petit. Moi j’ai commencé
avec le minimum, puis j’ai travaillé
longtemps. Un an tu as travaillé. Oui,
un an, après j’ai acheté une extension
technique avec des mots incroyables et
inutiles, enfin du superflu, tu vois ? Tu
dansais dans la rue, le jour de ton extension. Oui, je dansais en criant des
mots inutiles : pyromane, éléphantiasis,
cochonnaille, insurrection ! Tais-toi tu
me fais jalouse. Pardon, mais tu verras,
le premier jour on est hystérique, on
parle sans pouvoir s’arrêter. Tais-toi !
[...]
Insensée, il n’y a pas de mots au marché noir. Trop risqué, personne ne
prend ce risque. Moi je le prendrai,
pour la fête-du-milieu-de-l’hiver-autourde-l’arbre, j’achèterai quelques mots interdits à dire entre nous. Personne ne t’en
vendra. Même si tu avais beaucoup
d’argent. Si tu as de l’argent, achète
plutôt une extension, il y aura des promotions à Noël, comme tous les ans.
Les mots que je veux ne sont pas dans
les extensions, les mots que je veux, personne ne les possède, même pas toi. Tu
te trompes, moi, je peux dire tous les
mots. Peux-tu dire ce qu’on sent en dedans quand un enfant boit aux fruitsqui-sont-accrochés-ici-devant, as-tu des
mots riches qui disent les idées-auxyeux-fermés dans la tête de mon fils qui
regarde les formes-blanches-qui-dansent
dans le vide-au-dessus-de-nous, sais-tu
dire la musique-bonne-tout-au-fonddedans quand on pose le voir-loin-ouprès et ensuite le ça-pour-sentir sur une
herbe-en-couleur-qui-s’ouvre-au-soleil ?
Je peux dire tout ça, je peux le dire !
Tu ne dis rien ? Il ne dit rien. Il ne
bouge plus. Il ne respire plus. Il faut
prévenir un médecin. Il est déjà trop
tard, ça a voulu sortir et ça a pris une
fausse route, il s’est étouffé dans ses
mots. Partons. Suivez-moi.
Amalgamer de safran
Marmelade gars fana
Salamandre m’agrafe
Mars fada mélangera
Rafale d’anagrammes
N ote s / S téno , a nagr a mme s d’A l a in
Chevrier, ou comment donner du monde
un résumé en anagrammes dicté par le
démon de l’analogie. Dictionnaire de
distiques malicieux qui n’éludent rien,
irrévérence ou poésie. Exemples :
Académie française :
mondanité
dominante
Mon chat
félidé
fidèle
Feuille sur l’eau
étang
ganté
(Éditions Reflet de Lettres, collection
Formules)
Une collecte de Frédéric Forte trompe
l’œil, enchante l’esprit. D’apparents vers
libres sont anagrammes de fragments du
Manuel d’ethnographie de Marcel Mauss.
La phrase :
Des greniers entiers peuvent n’être que de simples
poteries
de v ient pa r la g r âc e de Forte :
presse inuit,
quels degrés
te préservent
de mentir
(en poésie)
Une autre virtuose des anagrammes – quand
donc publiera-t-elle ses époustouflants poèmes ? –, Élisabeth Chamontin s’émerveille
de cette invention de Forte :
L’ étude des boissons fermentées mène tout
droit dans la religion
transmuté en :
instant t la mise en bière
nous, d’os
sorte d’os, froidement
le déluge
(Éditions du Théâtre Typographique)
jeux littéraires / LNA#52
A nagrammes pour sourire et rêver de
Jacques P erry-Salkow : le recueil a été
finement cerné par l’encyclopédiste ‘pataphysicien Alain
Zalmanski, du site Fatrazie. Il
en souligne « les qualités poétiques et mordantes, mieux que
toute analyse ». Extrait :
Hu Jin t a o , p r é si d e n t d e l a
République populaire de Chine
De l’abruti qui jardine et déracine
un peuple philosophe.
Mais le titre ne ment pas, on
sourira et rêvera en puisant au
hasard :
Alexandre le Grand, roi de Macédoine
/ Exode de l’Inde à l’Iran, roman de
grâce
Charles Baudelaire / chaleur de la
braise
L’amiral Nelson / sillonna la mer
Obélix / il boxe
(Éditions du Seuil)
Fac-s R ien qu
imilé
i
en av concerne
ant-p
l
remi a prosod
ère d
i
’une e n’échap
pa g e
p
du fu e aux No
tur «
u
Lach velles d ’A
arde
r
& M chimède !
igard
X XI e
siècle
».
21
LNA#52 / à lire
Galilée - Leçons sur l’Enfer de Dante *
Par Bernard Maitte
Professeur d’histoire des sciences et d’épistémologie à l’Université Lille 1
Centre d’Histoire des Sciences et Épistémologie
UMR Savoirs, Textes, Langage
« S’ il a déjà été difficile et admirable […] 1 que les hommes
aient pu, grâce à de longues observations, à des veilles continuelles, à de périlleuses navigations, mesurer et détruire les intervalles entre les ciels, leurs mouvements rapides tout comme
les plus lents et les rapports entre eux, les grandeurs des astres,
qu’ ils soient proches ou lointains, les lieux de la terre et des
mers – toutes choses qui, totalement ou en grande partie, tombent sous le sens –, alors nous devons considérer à combien plus
merveilleuses l’ étude et la description du lieu et de la taille de
l’Enfer qui, enseveli dans les entrailles de la Terre, caché à tous
nos sens, n’est connu de personne et échappe à toute expérience,
ce lieu où il est si facile de descendre et dont pourtant si difficile
de sortir… »
C
’est par ces phases, teintées de l’ironie dont il ne se départira jamais, que Galileo Galilei commence la première de ses deux leçons sur l’Enfer de Dante 2, données fin
1587 devant les membres de l’Académie florentine.
De quoi s’agit-il ? L’œuvre de Dante (1265-1321) est fondatrice de la culture italienne. Or, deux de ses commentateurs
s’opposent sur les points particuliers de la détermination de
la géométrie des sites architecturaux infernaux et de leur imbrication, telles que l’on peut les reconstituer à partir d’indices
précis et concrets disséminés dans le poème dantesque. Le
florentin Antonio Manetti donne, en 1506, une interprétation, contredite en 1544 par Alessandro Vellutello, de Lucques.
Qu’un natif de cette ville ose porter ombrage à un citoyen
de Florence, ville de Dante, indispose ! Mais aussi, l’exploration de la réalité concrète du monde, dont fait alors réellement partie pour tous l’Enfer, interroge. Qui a raison ? Le
consul de l’Académie f lorentine demande à Galilée de
trancher. C’est qu’à 24 ans à peine le jeune homme est
déjà célèbre, comme géomètre, comme mécanicien, comme
homme de culture, comme polémique. Il vient de publier
sa « Bilancetta » qui se propose de reconstituer la balance
hydrostatique d’Archimède (1586), de donner des théorèmes
sur les centres de gravité, d’étudier le mouvement, en s’opposant alors à Aristote – qu’il comprend mal –, d’inventer
un « pulsomètre » destiné à mesurer le temps à partir du
pouls. Mais, fils de Vincenze Galilei, célèbre compositeur et
musicologue, Galilée a grandi dans les milieux humanistes.
Il compose des poèmes dont l’un, assez osé, sur le port de la
toge 3, rédige des commentaires sur le « Roland Furieux »
de l’Arioste et « La Jérusalem délivrée » du Tasse – poèmes
épiques s’inspirant d’Homère, de Virgile et des romans de
chevalerie, qui fécondent alors l’imaginaire des artistes de
la Renaissance. Galilée est aussi féru de perspective, qu’il
voit à l’œuvre dans les tableaux et les fresques qu’il peut
admirer quotidiennement et dont il peut suivre l’évolution,
qu’il maîtrise parfaitement, de Giotto à Masaccio, d’Alberti
à Piero della Francesca, de Botticelli (auteur d’illustrations
de l’Enfer) 4, Léonard de Vinci et Michel-Ange à Raphaël
et au Titien. Enfin Galilée, de tempérament vif et combatif, se passionne pour les joutes intellectuelles et y participe
activement. Qui serait mieux qualifié que cet homme de
sciences et de culture pour trancher le débat entre Manetti
et Vellutello ?
Galilée, qui convoite la chaire de mathématiques de Bologne,
saisit l’opportunité de faire éclater ses compétences et montrer
que la géométrie et la mécanique apportent aux humanités :
il accepte le défi et donne deux conférences devant l’Académie florentine. La première confirme la description de Manetti, la seconde explique celle de Vellutello pour conclure à
la supériorité du commentateur florentin. Dès les premières
phrases, la messe est dite, l’ambitieux Galilée fera « apparaître combien le vertueux Manetti – et, avec lui, la très noble et
docte Académie florentine tout entière – a été injustement calomniée par Vellutello » 5. Son auditoire peut être rassuré : les
efforts à fournir pour suivre la démonstration seront récompensés par une conclusion éclatante. L’honneur de la Cité
sera lavé. Galilée relève quels sont les accords entre Manetti
et Vellutello et précise leurs désaccords « sur la grandeur de
l’Enfer tout entier…, … sur les tailles des géants et de Lucifer… ; … dans leur conception du chemin que prirent Dante
et Virgile… sur le calcul du nombre de ponts de Malebolges 6 ».
À l’issue d’une démonstration, où se mêlent connaissance
de l’œuvre dantesque et virtuosité géométrique convoquant
3 Voir Vilma Fritsch, Galilée ou l’avenir de la science, Paris, éd. Seghers, 1971,
pp. 137 à 140. Ce livre évoque également la topographie de l’Enfer de Dante
selon Galilée, pp. 141 à 142. Botticelli, La divine Comédie de Dante, présentation par André Chastel, Paris,
Le Livre club du libraire, 1958. Les dossiers originaux, conservés au Cabinet des
Estampes de Berlin, ont été détruits en mai 1944.
4
* Galilée, Leçons sur l’Enfer de Dante, traduit par Lucette Degryse. Postface de
Jean-Marc Lévy-Leblond, Paris, éd. Fayard, 2008.
22
1 Lacune dans le manuscrit.
5
Op. cit. (*) p. 39.
2 Op. cit (*) p. 37.
6
Op. cit. (*) p. 79 et 80.
à lire / LNA#52
artistes, artisans, géomètres et mécaniciens participent
à l’élaboration de la culture caractéristique de la cour des
mécènes et en sont imprégnés 9. Elle montre aussi l’attachement de Galilée à la langue vernaculaire, qu’il emploiera
dans ses livres pour s’adresser aux destinataires qu’il choisit,
le monde des villes et non les clercs. « J’écris dans la langue parlée, car il faut que tout le monde puisse me lire » 10. Cette langue, il y tient surtout car elle est belle et véhicule la culture.
Pour prévenir ses auditeurs académiciens de ce qu’il devra
aussi employer dans ses démonstrations des termes techniques, ne dit-il au début de sa première conférence « … espérons que vos oreilles, accoutumées à entendre ce lieu résonner
toujours des paroles choisies et distinguées que la pure langue
toscane nous offre, puissent nous pardonner si elles sont parfois
blessées par quelque mot ou expression propre au domaine dont
nous traitons, et emprunté à la langue grecque ou latine, puisque le sujet que nous abordons nous oblige à faire ainsi » 11.
L’enfer selon Antonio Manetti (1506)
Archimède, la perspective, Dürer…, il peut conclure par
une défense de « l’ ingénieux Manetti contre les calomnies
perfides injustement reçues…, surtout parce qu’elles ne le blessaient pas lui seul, mais bien la très docte Académie florentine
tout entière » 7. Le justicier n’obtiendra pas le poste convoité
de Bologne, mais ses leçons impressionnent. Il sera nommé,
en 1589, à la chaire de mathématiques de l’Université de
Pise, dont il partira précocement en 1592 pour aller enseigner
les mathématiques à l’Université de Padoue. S’ouvre alors
une période faste qui s’achèvera par la publication du
« Sidereus Nuncius » donnant les preuves observationnelles
de la validité du système de Copernic, avant son retour à
Florence…
Quel est l’intérêt de lire aujourd’hui ce texte de jeunesse
de Galilée, que nous restitue Lucette Degryse dans ce livre
qu’elle présente, annote et accompagne de superbes iconographies de l’Enfer, tandis que Jean-Marc Lévy-Leblond 8
nous donne, à son habitude, une postface critique d’une
grande pertinence ? Tout d’abord, l’œuvre nous fait comprendre le climat intellectuel de la Renaissance, duquel va
émerger la science moderne : philosophes, poètes, littérateurs,
Mais, aussi, le texte nous révèle un Galilée alors partisan,
avec Dante, du géocentrisme. Le centre du monde coïncide
encore pour lui avec le centre de la Terre, avec le centre des
graves…, voire avec le nombril de Lucifer 12. Certes, malgré
la contre-réforme et son interprétation littérale des Écritures, Galilée et les académiciens florentins n’accordaient pas
foi à la description de Dante du point de vue de la théologie,
ce qui n’était pas, pour eux, une raison pour délaisser les aspects géométriques. Ce sont eux qu’il fallait comprendre. Ce
n’est que progressivement que Galilée sera amené à préférer l’héliocentrisme. Il donnera une première preuve de son
ralliement, en 1596, dans une lettre à Kepler et ne prendra
parti publiquement – et comment ! – qu’avec son « Sidereus
Nuncius » 13 de 1610, fournissant alors les preuves observationnelles de ce qu’il avance. Il faut connaître le point de
départ pour comprendre l’itinéraire…
Les conférences sont également, je l’ai indiqué, un bel exercice de géométrie. On y voit poindre cette maîtrise qui permettra à Galilée d’interpréter les taches sombres et claires
qu’il voit sur la Lune comme étant des pics éclairés et leurs
ombres, de calculer les hauteurs de ces montagnes, d’induire l’identité de la Terre et de la Lune, de comprendre
les phases de Vénus, d’identifier les étoiles qu’il décèle de
chaque côté de Jupiter à des satellites de cette planète, de
démontrer que les comètes se trouvent au-delà de la Lune,
Lire, à ce sujet, l’admirable conclusion de la première journée du Dialogo où
Sagredo se livre à l’éloge enthousiaste du génie humain dans toutes ses composantes artistiques, littéraires, techniques, scientifiques, le tout « en assemblant
diversement vingt petits caractères sur une feuille de papier ». Galileo Galilée,
Dialogue sur les deux grands systèmes du Monde, trad. par R. Fréreux avec le
concours de F. De Gandt, Paris, éd. Seuil, Sources du savoir, 1992, p. 130.
9
Éd. Maz. XI, 327.
10
Op. cit. (*) p. 39.
11
Op. cit. (*) p. 105.
7
8
Voir aussi Jean-Marc Lévy-Leblond, La vitesse de l’ombre…, Paris, éd. Seuil,
Science Ouverte, 2006, pp. 77 à 91.
12
Dante, Enfer, trad. Jacqueline Risset, Paris, éd. Flammarion, 1985, p. 311
vers 75 à 93.
13
Galileo Galilée, Le Messager des étoiles traduit, présenté et annoté par Fernand
Hallyn, Paris, éd. Seuil, Sources du Savoir, 1992.
23
LNA#52 / à lire
de préciser que les taches solaires qu’il découvre sont situées
sur la surface de l’étoile et tournent avec elle… « La philosophie est écrite dans ce très grand livre qui se tient constamment
ouvert devant tous les yeux… mais elle ne peut se saisir si on
ne se saisit point de la langue et si on ignore les caractères dans
lesquels elle est écrite : ce sont des triangles, des cercles et autres
figures géométriques… » pourra-t-il écrire 14.
Mais, curieusement, et là aussi réside l’intérêt de la lecture
des conférences, Galilée est encore trop géomètre, pas assez
physicien : il n’a pas encore compris que les objets dont les
tailles sont proportionnelles ne possèdent pas une résistance égale. Ses calculs sur la voûte de l’Enfer, les voûtes
de maçonnerie, la taille des géants ou de Lucifer ne sont
pas pertinents, notamment parce qu’ils ne prennent pas en
compte la résistance des matériaux. Il va s’apercevoir assez
vite de son erreur… Ainsi, Galilée se refusera-t-il toujours
à communiquer son manuscrit, retrouvé au XIXème siècle et
publié ici pour la première fois en français. Pourtant, il se
rappellera de ces calculs de proportions et y fera des allusions implicites, tant dans des lettres (à partir de 1604) que
dans son œuvre ultime, les « Discorsi … » publiés à Leyde
en 1638, dans laquelle il fonde deux sciences nouvelles, la
Galilée, Lettre à Don Benedetto Castelli du 21 déc. 1613, traduite dans P.H.
Michel, Galilée, Dialogues et lettres choisies, Paris, éd. Hermann, 1966, p. 384 à 391.
14
résistance des matériaux, justement, et le mouvement
local 15. Il y démontrera, en comparant les accroissements
des surfaces et ceux des volumes, qu’un géant devait avoir
des os disproportionnés, beaucoup plus gros, pour soutenir
son corps, qu’une voûte ne peut que s’effondrer si on augmente proportionnellement sa portée et son épaisseur… La
voûte, référence à cette œuvre emblématique de Brunelleschi, qui domine depuis le XVème siècle la ville de Florence
et y oriente tous les regards…
N’est-ce pas en étudiant et en comprenant nos erreurs que
nous parvenons à atteindre plus de pertinence dans nos raisonnements ? Quel bel exercice est, à ce propos, la lecture
des « Leçons sur l’Enfer de Dante », données par cet homme
qui repose à présent dans le Panthéon des florentins illustres
qu’est l’Église Santa Croce. Son mausolée est situé face à
celui de son illustre prédécesseur et, ironie de l’histoire,
masque partiellement une crucifixion du quattrocento, qui
laisse voir une Marie-Madeleine semblant agenouillée
devant Galilée : métaphore de l’Église pécheresse en repentance éternelle devant son condamné triomphant ? Lisez, ces
« Leçons… », vous éprouverez une délectation géométrique,
esthétique et culturelle jubilatoire.
15
Galilée, Discours contenant deux sciences nouvelles, trad. Maurice Clavelin, Paris,
éd. PUF, Épiméthée, 1970.
Les Indiens mixtèques
dans les Californies contemporaines
Par Corine MAITTE
Professeur d’histoire moderne, Université Paris-Est Marne-la-Vallée,
laboratoire ACP
L
es Indiens dont il est question dans ce livre 1 sont originaires de la Mixtèque, une région qui s’étend sur trois
États du sud du Mexique (Oaxaca, Puebla et Guerrero) et
parlent une langue du même nom, quoique avec des variations locales. Cela leur permet d’être reconnus par l’État
mexicain qui identifie, par le critère linguistique, les descendants des habitants précolombiens des Amériques dans
les recensements officiels.
« Peuple des nuages » pour les Nahuatl, « peuple de la
pluie » pour eux-mêmes, ils se désignent aussi comme « la
Race », un terme dont l’auteure identifie tous les ressorts :
Les Indiens mixtèques dans les Californies contemporaines. Migrations et
identités collectives, Françoise Lestage, Paris, éd. PUF, « Ethnologies »,
164 pages.
1 24
elle leur permet d’inverser symboliquement le sens de la
domination, de se débarrasser des termes péjoratifs qui les
désignent communément et, au choix, de s’identifier à une
communauté restreinte des gens originaires de ces lieux, ou
à celle des Mexicains, voire des Latino-américains en général, quand ils se trouvent aux USA. Ces réflexions montrent
bien les enjeux autour des questions d’identité dont traite
largement le livre. Son terrain principal n’est pas constitué par
les communautés de la région d’origine mais, au contraire,
par celles des migrants dispersés dans le Nord du Mexique et la Californie étasunienne, dont certains circulent
constamment entre différentes régions selon les opportunités de travail. Les familles sont parfois multi-résidentielles :
installées aux États-Unis, elles conservent néanmoins une
maison dans le nord du Mexique et des possessions au village, selon des pratiques communes à de nombreux com-
à lire / LNA#52
portements migratoires. Ce que l’auteure étudie tout particulièrement, c’est donc le fonctionnement d’une communauté transnationale. Elle montre en effet que les liens avec
les communautés d’origine restent forts, notamment parce
que les migrants (ou leurs descendants) peuvent toujours en
rester membres à condition de contribuer à leur gestion et à
leur financement. Des parallèles fructueux pourraient être
ici établis avec de nombreuses études historiques auxquelles
l’auteure fait une rapide allusion, mais l’épaisseur historique
de ces migrations n’est assurément pas l’objet de ses recherches. En tous cas, cette caractéristique implique qu’un jeune
né dans la migration peut se considérer comme mixtèque
tout en ne connaissant pratiquement pas le village d’origine
de ses parents : la communauté inclut donc des gens qui
sont en fait nés dans des lieux très divers, à tel point que
l’auteure pense qu’ils sont sans doute plus nombreux à être
nés et à vivre en dehors de la région qu’à l’intérieur. Surtout, Françoise Lestage montre bien que l’idée même d’une
« communauté mixtèque » est une construction sociale dynamique, fruit de l’interaction de nombreux acteurs, qu’ils
soient membres de la communauté ou extérieurs (État,
fonctionnaires, politiques, médias, autres habitants des villes, etc.) car la cinquantaine de communautés qui existent
dans la terre d’origine ne sont en rien unies : la constitution
et l’unité, relative, de « La » communauté dérive du phénomène migratoire. Les migrations, qui dispersent ces populations dans des espaces géographiques sans cesse plus vastes,
les unissent en même temps par de nombreux liens sociaux,
familiaux, économiques qu’étudie le livre.
Son terrain d’enquête principal, si ce n’est exclusif, est
constitué par la ville Tijuana, qui comptait plus d’un million d’habitants en 2000 alors qu’elle était pratiquement
inexistante au début du XXème siècle. Parmi cette population, le recensement indique 4640 mixtèques. À vrai dire,
le livre étudie tout particulièrement le quartier Obrera de la
ville, créé en 1975, qui compte 700 mixtèques et le met en
regard d’autres quartiers de la ville, créés plus tardivement
en 1993, comprenant également un nombre important de
Mixtèques (« Valle verde » et « Eijido Matamoro » à l’est de
la ville). On ne pourra ici qu’inciter à lire cette recherche
très bien menée du rôle des parentés, de l’école bilingue, des
célébrations (scolaires, rituelles, religieuses ou autres), des
leaders et des mouvements politiques dans la construction
de l’identité de cette communauté mixtèque. Une communauté dans laquelle l’usage de la vidéo permet des communications, et des communions, presque instantanées entre
des membres dispersés. Une communauté qui sait utiliser et
parfois réinventer des éléments traditionnels pour en faire
un objet d’échanges économiques : ainsi du tressage traditionnel des chapeaux de palme que certains reprennent
dans la migration à destination des boutiques et des restaurants pour touristes ou, plus novateur, adaptent à de tous
autres matériaux et usages, en l’occurrence le tressage de
nattes dans les cheveux des touristes étas-uniennes. Ainsi
se trouve-t-on en présence de la construction d’une communauté mixtèque qui ne renvoie plus « à une ‘tradition’
figée dans le temps (celle de la langue précolombienne, du
vêtement paysan, de hiérarchies sociales intergénérationnelles), mais à une ‘communauté mixtèque’ du XXIème siècle,
insérée dans une société urbaine » (p. 111). « Ces migrants
qui s’ignoraient dans leur région d’origine ont bâti, avec la
contribution d’autres acteurs, une petite société indienne
bien insérée dans les structures économiques, sociales et
politiques locales. » Un beau livre à lire pour qui veut se
défaire des idées préconçues sur les phénomènes migratoires contemporains et réfléchir au contraire à la richesse des
constructions sociales, économiques et culturelles auxquelles ils peuvent donner lieu.
25
LNA#52 / à lire
Nathalie Bulle, L’École et son Double *
(Essai sur l’évolution pédagogique en France)
Par Rudolf BKOUCHE
Professeur émérite, Université Lille 1
Une critique des théories pédagogistes qui, loin de se réduire à une diatribe, se propose d’étudier la genèse de ces
théories ; en ce sens, cet ouvrage peut aider à comprendre les raisons du succès de ces théories.
N
athalie Bulle distingue deux grands courants qui
traversent la réflexion sur l’enseignement, le courant
rationaliste et le courant progressiste. Pour le premier courant,
le développement de la pensée humaine est lié à l’usage des
facultés rationnelles, conscientes et réflexives de l’homme.
Quant au second courant, il s’inscrit dans la continuité
du développement biologique adaptatif. Si la distinction
proposée par Nathalie Bulle nous semble pertinente, on
peut critiquer la façon dont l’auteur réduit le courant progressiste à la philosophie américaine du pragmatisme. Ce
courant est multiple et, à côté du point de vue pragmatiste
des philosophes américains, James et Dewey, il faut ajouter
un point de vue scientiste dont l’un des principaux représentants est Piaget. La confrontation Piaget-Chomsky 1
nous montre que le courant progressiste est représenté par
Piaget, qui s’appuie sur les théories évolutionnistes issues
du darwinisme, alors que Chomsky représente un rationalisme pur et dur. Même si Nathalie Bulle explique que les
dégradations américaines arrivent en Europe avec quelques
années de retard, il importe de savoir relativiser ce fait et
rappeler que le courant progressiste ne se réduit pas à l’influence américaine. Cette critique étant faite, il faut dire
l’importance d’un tel ouvrage qui nous apporte un autre
éclairage que les confrontations rituelles entre Finkielkraut
et Meirieu.
Si ces deux courants peuvent apparaître, selon Nathalie
Bulle, comme complémentaires, ils vont cependant conduire
à des conceptions pédagogiques opposées, voire contradictoires. Alors que les rationalistes mettent l’accent sur la
transmission des connaissances, pour les progressistes, la
transmission des connaissances traduit la survivance d’un
ordre fondé sur l’autorité, soit une forme d’autoritarisme
politique. C’est ainsi que s’est développée l’idéologie de la
centralité de l’élève. Il s’agit moins d’instruire que d’adapter
les élèves « au monde réel et actuel ». Nathalie Bulle voit
dans ce courant l’influence des sciences humaines, ellesmêmes marquées par les théories évolutionnistes issues de
la biologie, ce qui conduit à affirmer un parallélisme entre
* Éd. Hermann, Paris, 2009.
1
Théories du langage, théories de l’apprentissage, le débat entre Jean Piaget et
Noam Chomsky organisé par Massimo Piatelli-Palmarini, « Centre Royaumont
pour une science de l’homme », éd. du Seuil, Paris, 1979.
26
l’évolution des sociétés humaines et le développement propre de l’individu. Si l’auteur renvoie pêle-mêle aux divers
courants évolutionnistes du XIXème siècle, on peut considérer que ce pêle-mêle renvoie plus aux adeptes du courant
progressiste qu’aux auteurs qu’elle cite (Comte, Spencer,
Darwin, Marx), le terme « évolutionnisme » pouvant avoir
des sens différents, voire opposés. Le courant progressiste
relève bien de considérations idéologiques plutôt que d’un
discours philosophique ou scientifique. Nous renvoyons
encore une fois à la confrontation Piaget-Chomsky citée
ci-dessus.
Au biologisme de Piaget qui définit le développement de
l’enfant d’une façon interne sous-estimant ainsi le rôle de
l’enseignement, Nathalie Bulle oppose Vigotsky qui considère que le développement intellectuel de l’enfant s’appuie
sur ce qu’on lui enseigne. Ainsi s’opposent la centralité de
l’élève et la transmission des connaissances. Cette centralité
de l’élève conduit à développer les activités de l’élève, lesquelles
devraient lui permettre de construire du savoir. Le rôle du
maître est alors moins de transmettre que d’accompagner
l’élève dans cette construction.
Pour expliquer cette remise en cause de l’enseignement dit
traditionnel au profit du courant progressiste, Nathalie
Bulle esquisse une histoire des théories qui ont conduit au
développement de ce courant, à commencer par l’Émile de
Rousseau. « Vivre est le métier que je veux lui apprendre »
écrit Rousseau. Il faut donc protéger l’élève de tout enseignement pour lui laisser développer ses propres connaissances. Si on ne peut considérer Rousseau comme un
évolutionniste au sens que dit Nathalie Bulle, on peut cependant remarquer le caractère naturaliste de la pensée de
Rousseau, marquée par la méfiance envers une civilisation
qui aurait perverti l’homme. On peut voir, dans ce naturalisme quelque peu naïf, les prémisses de l’obscurantisme
moderne.
Autre point développé par le courant progressiste, le caractère idéologique de l’éducation, ce qui conduit à mettre
l’accent sur la fonction politique de la culture transmise.
Une conception strictement utilitaire de l’enseignement
apparaît alors comme une arme de combat contre les disciplines qui représenteraient l’autoritarisme politique. Mais,
ici, il faudrait ajouter que cette réduction utilitariste de
l’enseignement ne peut qu’isoler encore plus de la culture
dossier / LNA#52
17
Que vive notre patrimoine artistique
Le 1 %
L
es maîtres d’ouvrages publics ont pour obligation de réserver 1 % du coût de leurs
constructions pour la commande ou l’acquisition d’une ou plusieurs œuvres
d’art spécialement conçues pour le bâtiment considéré.
Cette belle initiative est née en 1951 lors de la création du ministère de l’Éducation
Nationale. Depuis, le dispositif a été élargi et s’impose aujourd’hui à la plupart des
constructions publiques. Parallèlement à cet élargissement du champ d’application,
le « 1 % » s’est ouvert à l’ensemble des formes d’expression dans le domaine des arts
visuels, des disciplines les plus traditionnelles, comme la peinture ou la sculpture,
aux nouveaux médias, la vidéo, le design, le graphisme, la création sonore, la création
paysagère, etc.
Bien sûr, comme toutes les grandes initiatives, celle-ci suscite admiration, débat et
contestation. Elle, comme tant d’autres, remet la création artistique face à la politique.
Un vieux et indispensable couple, plus au moins heureux, qui continue d’entretenir
l’ambiguïté inhérente à sa propre existence. Bien que, dans le cas du 1 %, l’ambiguïté
est moindre. L’État garantit l’existence de l’œuvre et devient médiateur entre l’art et
la société.
1
2
Il arrive que des maîtres d’ouvrage tentent d’échapper à cette obligation dans l’espoir
de gagner quelques mètres carrés de construction.
Bien que le « 1 % » soit l’expression d’une volonté politique, et malgré un cadre et des
modalités d’applications bien définis, le « 1 % » n’a pas toujours été respecté et parfois
la rencontre entre l’artiste, l’architecte et le public n’a pas pu avoir lieu.
Le « 1 % » est devenu possible suite à une volonté politique, laquelle est l’expression
d’une politique publique de la culture et de la création artistique.
Sur le campus de l’université Lille 1, on compte aujourd’hui 23 œuvres artistiques qui
ont été réalisées grâce au 1 %. Ce patrimoine artistique n’a pas toujours eu l’attention
qu’il mérite. Certaines œuvres ont été taguées, d’autres abîmées par manque d’entretien et
surtout par l’usure du temps. Pourtant, les œuvres artistiques sur un campus constituent
un vecteur de valorisation de l’espace, elles apportent de l’imagination, de la beauté,
de la gaieté et incitent au questionnement. Le campus de la Cité Scientifique possède
de nombreuses œuvres majeures. Ce dossier spécial que nous consacrons au 1 % en
témoigne.
3
L’université assumera désormais pleinement ses responsabilités en termes de conservation
et de valorisation de ses œuvres. Un itinéraire du 1 % sera mis en place prochainement.
Par Nabil El-Haggar
4
27
LNA#52 / dossier
5
D
6
es collections d’objets témoignant des savoir-faire passés aux œuvres artistiques qui s’exposent sur le campus : l’Université Lille 1 possède un patrimoine riche et varié.
En effet, avec un peu d’attention, on remarque que la Cité Scientifique est habitée par des
créatures étranges et originales : un cheval à l’allure un peu maigre trottine dans le patio du
bâtiment de Physique, des coqs se battent violemment sur l’un des murs du bâtiment administratif, un passe muraille nous surprend devant le bâtiment de Mathématiques…
Ces sculptures, fresques, peintures et mosaïques qui agrémentent les édifices font bel et bien
partie du décor au sein duquel la communauté universitaire évolue au quotidien.
Pourtant, si l’on sonde certains de ses usagers, les réponses restent souvent floues… Certains
n’en pensent « pas grand-chose », voire « rien », d’autres affirment au contraire « qu’il en faudrait plus », « qu’elles décorent les bâtiments souvent trop tristes » ou encore « qu’elles animent
l’espace ».
7
La Recherche scientifique
et l’Idée dominant en toute chose
Édouard Pignon
1970
8
9
J
aune, bleu, rouge, noir, vert, blanc… Une explosion de couleurs attire le regard. L’œil cherche à se repérer dans cet imbroglio qui semble a priori abstrait. Des pattes acérées, des ailes
ébouriffées, un œil sanguinolent, un bec : peu à peu, les formes prennent sens. Les carreaux de
lave émaillée tracent un damier régulier sur lequel se déploient deux gigantesques gallinacés. En
1970, Édouard Pignon (1905-1993), sollicité pour le 1 % artistique du bâtiment administratif,
propose La Recherche scientifique et l’Idée dominant en toute chose. Il s’agit en réalité d’un Combat
de Coqs. En 1958-1959, Pignon se rend deux fois par semaine à Marles-les-Mines, commune du
Pas-de-Calais où il a grandi. Il assiste aux duels des volatiles qui se déroulent traditionnellement
dans les gallodromes de la région. Dès lors, au bord du ring, il retrouve ses souvenirs d’enfant :
le vacarme, les cris, la fumée... Ses carnets se gorgent de violence. Pignon explique : « Pour moi,
ils [les coqs] avaient deux, trois mètres de haut 1 ». Cette monumentalité concorde avec les exigences de la commande publique. Le motif du coq est repris pour les céramiques-sculptures de
Saint-Étienne-du-Rouvray (1976) et du collège Émile Zola de Marles-les-Mines (1977) ainsi que
pour la céramique murale de Lille, à côté de la figure plus sereine de L’Homme à l’enfant (1977).
Le combat de coqs – récurrent dans la peinture de Pignon – est une métaphore de l’éclatement
du monde que l’artiste explore simultanément dans les séries des Batailles (1961-1964), des Têtes
de Guerriers (1964-1969) et des Seigneurs de la Guerre (1967-1970).
Nathalie Poisson-Cogez
10
28
1
Édouard Pignon, La Quête de la réalité, éd. Denoël, Paris, 1966, p. 163.
dossier / LNA#52
De manière générale, qu’ils soient étudiants, professeurs ou membres du personnel de l’université, la majorité d’entre eux ne prête plus vraiment attention à ces créations tant elles sont
ancrées dans le paysage.
En réalité, chacun s’approprie à sa manière ces œuvres appelées communément les « 1 % »,
décrites comme « les petits plots », « le triangle et l’œuf » ou encore « le bonhomme en pierre » :
elles deviennent point de rendez-vous, vecteurs de messages (affiches et tags les recouvrent bien
souvent…) et se trouvent parfois investies le temps d’une pause.
Cette appropriation peut être interprétée comme une réponse à la volonté de faciliter l’accès de
tous à l’art et à la culture et de démocratiser l’œuvre en l’exposant dans un lieu moins « réducteur » que le musée.
Mais doit-elle se faire au détriment de l’œuvre ? Autrement dit, il peut y avoir appropriation sans
dégradation !
Cette démocratisation de l’art et de la culture, cet accès au plus grand nombre passeront aussi
par la mise en place d’outils de conservation, de diffusion et d’information.
11
12
Par ailleurs, une autre étape reste à franchir : la compréhension de cet art parfois « sauvage »
donc trop insaisissable. Une valorisation et une aide à l’interprétation de ces œuvres se doivent
d’être envisagées pour assurer la pérennité de cette mission de diffusion de la culture.
Mélanie Los
13
Y du pronom au prénom
Yvan le Bozec
Y
du pronom au prénom. Le « Y » est désormais la signature d’Yvan Le Bozec. Les murs du
Restaurant Universitaire Le Barrois sont envahis d’une multitude de lettres identiques qui
font la roue et forment une trame régulière imitant le papier peint ou la tapisserie. La répétition
monochrome transforme le symbole identitaire en simple motif décoratif. La lettre transférée au
pochoir est fracturée par un vide. Un interstice sépare ses deux branches : deux voies possibles.
Le Y reprend finalement corps sur sept panneaux de verre accrochés sur le mur orné. Évoquant
les abécédaires enfantins, les déclinaisons graphiques font simultanément allusion au dessin d’illustration, à la gravure, aux lettres ornées des enluminures médiévales et aux logotypes contemporains. Homme cosmique et androgyne, frères et sœurs incestueux, couple soleil-lune, Anthropos… Des figures hybrides, souvent bicéphales, soulignent la dualité du Y : « Condensateur des
énergies mâle et femelle en un seul et même signe » 1. Cette approche symbolique est suggérée
par les textes imprimés mais toutefois tronqués sur les panneaux de verre. L’artiste puise dans de
multiples doctrines : gnose, ésotérisme, chamanisme, mysticisme tout en oblitérant ses sources.
Ainsi, image et texte se télescopent dans une double lecture. La clarté et la transparence sont
détournées au profit d’une herméneutique impossible. Les panneaux demeurent énigmatiques et
le spectateur est renvoyé à ses propres références…
14
15
Nathalie Poisson-Cogez
Yvan Le Bozec, Tiens-Y, Saint-Brieuc, septembre-octobre 1994, n.p.
1
16
29
LNA#52 / dossier
N°7 Urgence 69
Pierre BRUN
1972
Sculpture en résine de polyester ou béton
Proximité du bâtiment B5,
face à un rond point
N°1 Le Cheval écorché André ARBUS
1972
Sculpture en bronze doré
Patio du bâtiment P1
N°2 Buste de Pasteur
Paul BELMONDO
1973
Sculpture en bronze
Bureau du Président de
l’Université, bâtiment A3
18
N°22 Œuvre sans titre
Kim CREIGHTON,
Jean-Marie GUIGUES,
David VINCENT
2003
Sculpture en inox
LIFL
N°17 Le Cri
Etienne MARTIN
1971
Sculpture en bronze
Face à l’Espace Culture
N°12 Œuvre sans titre
Bruno DUMONT
1996
GAND
N°21 Signal
Raymond SUBES
1971
Sculpture en acier inoxydable
Face à la Bibliothèque
Universitaire
N°16 Œuvre sans titre
Yves LOYER
1971
Sculpture en résine de
polyester
Cour de l’ancien IUT A
N°11 Œuvre sans titre
Bruno DUMONT
1996
Relief mural en plaquage
bois
École Centrale, entrée du
Grand amphithéâtre
N°6 Peintures
Pierre BRUN
Avant 1978
Décor mural sur panneaux
de bois peint
École Centrale, salle de
réunion Bossut
N°20 L’Équilibre
Turau SELIM
1971
Sculpture en acier
Proximité de l’ancien
IUT A
N°15 Y du pronom au
prénom Yvan LE BOZEC
1998
Peinture murale au pochoir
et plaques de verre imprimées
Restaurant Universitaire
Le Barrois
N°10 Œuvre sans titre
Bruno DUMONT
1996
Sculpture murale en bois
poncé
École Centrale, couloir
d’entrée, face à l’accueil
N°5 Œuvre sans titre
Pierre BRUN
Avant 1978
Sculpture en inox et béton
École Centrale, patio des
bureaux de l’administration
N°19 La Recherche scientifique et l’Idée dominant
toute chose
Édouard PIGNON
1971 ou 1970
Panneaux de céramique
Façade du bâtiment A3
N°14 Le Passe muraille
André GAILLARD
1971
Sculpture en acier soudé
ou bronze
Face au bâtiment M1
N°9 Figure agenouillée
Eugène DODEIGNE
1971
Sculpture en pierre de
Massangis
Parking du bâtiment A3
N°4 Œuvre sans titre
Pierre BRUN
Avant 1978
Sculpture en béton peinte
en blanc
École Centrale, cour intérieure
19
N°13 Phasis
Patrick DUPRETZ
1995
Peinture à l’huile sur toile
de lin
Plafond du bâtiment M5
N°8 Passages
Milos CVACH
1998
Relief mural bleu et jaune
ENSC, hall d’entrée de
l’aile J. DUMAS
N°3 Œuvre sans titre
Patrick BOUGELET
1977
Relief mural en inox
Bâtiment M1, 1er étage
N°18 L’Athlète après
l’effort
Raymond MARTIN
1974
Sculpture en bronze
Derrière le bâtiment SH2
Sculpture pyramidale en
verre et métal
École Centrale, patio de la
bibliothèque
C.E.S.
nai
Bd.d
IUT A
20
Av.J. Perrin
our
eT
2006
Sortie
Cité Scientifique
A1
R5
A2
IUT A
evin
ang
P3
TE
HR
AV.
Pa
Bre
Macc
R6
CO
M5
LML
L1
P
B6
A4
.
AV
F6
E8
SN5
G
SN3
R4
vin
L3
CH
ge
an
lL
u
Pa
H
R
I
NA
U
TO
IX
BA
OU
-R
e
Ru
GAND
ise
es
nn
tre
Qua ns
to
Can
en
HIN NG
ING OI
SA CYS
M
ze
LILLE
PARIS
Centre
d’Inovation
CIEL
IRCICA
Le
Sortie
Cité Scientifique
me
ou
l D IRI
u
Pa
ëlo
de
IEMN
r
Hopital
de jour
eH
E4
4C
ey
all
eH
nu
e
Av
Ru
e
Ru
30
R3
R1
R2
22
R4
SN4
SN6
SERRES
A5
B5
CL
SN1
A3
ECL
E7
Av.H.Poincaré
BRUXELLES
VALENCIENNES
CU
EE
E6
E1
SN2
Thèses
R7
ENS
TP
Av.Mendeleiev
BU
s
R9
C7 C12
né
E2
C6
in
-Von-L
H1
CNED
E5
aus
MUS
L4
Poly
t
Lilleech'
B7
C8
rl
Av.Ca
INRETS
C15
Rue de Ticleni
C4
C11
M1
M4
M2
C13
C10 C5
SH3
C9
Espace
Culture
rl G
BM
MN
SH2 C1
P1
Av.
Ca
M3
E3
SH1
C3
P2
AS
H2
LA CS
P4
SUP
SUAIO
(ex DESS)
CER
P5
L
R10
Bd.
de
ENIC
MASTER
21
P7
ul L
ucq
LILLE
PARIS
R8
S
Parc Scientifique
Haute Borne
N
O
E
S
C.R.I./U.S.T.L./2006
à lire / LNA#52
ceux dont les familles ne possèdent pas de capital culturel,
renforçant les analyses de Bourdieu. En se réclamant de
Bourdieu, les adeptes du courant progressiste ont fait un
remarquable contresens et on peut regretter que Nathalie
Bulle reprenne à son compte ce contresens. Elle néglige ainsi
les obstacles, épistémologiques ou culturels, que rencontre
la transmission des connaissances, obstacles que les défenseurs de l’instruction doivent savoir prendre en compte.
Dans la seconde partie de l’ouvrage, Nathalie Bulle revient
sur les réformes qui ont marqué l’institution scolaire française dans la deuxième partie du XXème siècle, la réforme
du français mise en place par la Commission Rouchette
et la réforme des mathématiques modernes, cette dernière
présentant un caractère international.
La Commission Rouchette se proposait d’adapter l’enseignement du français dans le primaire pour des élèves qui
devaient prolonger leurs études au collège. Pour justifier la
réforme, ses promoteurs se sont appuyés sur l’échec de l’enseignement élémentaire, échec dont Nathalie Bulle explique
qu’il était moins important que les statistiques du ministère ne le disaient mais, ici encore, bien plus que l’échec
scolaire, ce sont des raisons idéologiques qui ont conduit
à la réforme. La réforme a été marquée, d’une part par la
priorité donnée à la langue orale, la langue étant réduite
à un moyen de communication, d’autre part par le développement de la linguistique et des thèses structuralistes
qui se développaient dans les sciences humaines. On peut
rappeler que ces réformes ont conduit à la diminution des
horaires de français tant à l’école qu’au collège.
Si, comme le rappelle Nathalie Bulle, la réforme des mathématiques modernes s’est moins posée comme une réponse
à l’échec scolaire que comme une volonté de modernisation
de l’enseignement des mathématiques, son analyse de la
réforme et de la contre-réforme qui a suivi n’est pas pertinente. Contrairement à ce que dit Nathalie Bulle, les
mathématiques n’étaient pas en crise dans les années cinquante, mais les travaux de Hilbert, repris dans la seconde
partie du siècle par Bourbaki, les avaient profondément renouvelées. La question se posait alors d’adapter l’enseignement à cette évolution. Si l’enseignement supérieur s’était
transformé dans les années cinquante, fallait-il pour autant
transformer l’enseignement secondaire ? Les mathématiques
semblaient jouer un rôle de plus en plus important dans la
société et les besoins de l’économie demandaient d’accroître le nombre de scientifiques et de techniciens ; mais
cela devait-il conduire à une réforme de cette ampleur ? Ici
encore, la réforme allait rencontrer le courant progressiste
avec Piaget et la confusion qu’il a introduite entre les structures cognitives et les structures mathématiques mises en
avant par Nicolas Bourbaki. La contre-réforme allait provoquer une remise en cause d’un enseignement considéré
comme trop abstrait et s’inscrivait dans l’anti-intellectualisme
caractéristique du courant progressiste, mais Nathalie Bulle
n’a pas vu ce paradoxe apparent que les idées de la contreréforme s’inscrivaient tout autant dans les conceptions piagétiennes que celles portées par la réforme des mathématiques
modernes, et les mêmes qui avaient défendu la réforme des
mathématiques modernes, pouvaient, sans grande contradiction, défendre la contre-réforme. On peut voir ici les limites
de la vision américanocentriste du courant progressiste que
propose Nathalie Bulle même si celle-ci, dans sa recherche
des sources du courant progressiste, n’oublie pas ses origines
européennes.
Si ces courants, le rationaliste et le progressiste, sont transverses aux positions politiques comme l’explique l’auteur
dans un dossier de presse présentant son ouvrage12 , on
peut alors poser la question des raisons qui ont conduit à
identifier la démocratisation de l’enseignement au courant
progressiste au détriment de l’enseignement des disciplines,
c’est-à-dire de l’instruction. C’est peut-être la question principale comme le rappelle Nathalie Bulle dans la conclusion
de l’ouvrage.
Pour conclure, nous relèverons deux points essentiels de
l’ouvrage.
Le développement intellectuel humain s’inscrit en rupture
avec le reste du vivant. Si la sortie de l’état de nature a des
origines biologiques et, en cela, s’inscrit dans la théorie de
l’évolution, l’homme est « un être naturellement culturel »
comme le dit Nathalie Bulle s’inspirant de Pic de la Mirandole. La naturalisation de l’homme qui sous-tend le courant
progressiste n’a aucune assise scientifique et c’est un point
important que de le rappeler.
Quant à ses aspects moraux et politiques, le courant progressiste n’aura su que renforcer les inégalités entre ceux qui ont
accès au savoir et ceux à qui l’école ferme cet accès.
http://www.nathalie-bulle.com/Files/doss_presse_l_ecole_et_son_double.pdf
21
31
LNA#52 / à lire
Pierre Rivière ou « l’univers silencieux du malheur » *
Par Youcef BOUDJEMAI
Directeur de la Maison Départementale
des Adolescents, Lille
En 2007, le film de Nicolas Philibert, Retour en Normandie, aura permis, le temps d’une saison, de sortir de l’oubli le
cinéaste René Allio, auteur de Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère..., réalisé en 1975.
Profitant de cette actualité, l’I.N.A. restaure le film, l’édite en DVD et incite les films du losange à le ressortir en salle.
Dans ce contexte événementiel, Gallimard décide de rééditer l’ouvrage sur ce parricide au XIXème siècle présenté par Michel
Foucault, paru en 1973.
À
l’origine de Retour en Normandie, un autre film, celui de
René Allio écrit à partir de matériaux issus du livre. Nicolas Philibert en fut le premier assistant chargé du repérage
des lieux de tournage correspondant au cadre historique du
fait divers, et de trouver des personnes parmi les paysans normands pour interpréter les personnages populaires du film.
Philibert restera profondément marqué par cette expérience
qui s’est nourrie, dit-il, de rencontres à coups « de dialectique
douce et de petits verres de calva » pour convaincre les paysans de s’aventurer dans cet « étrange » projet.
Trente ans après, il revient sur les « lieux d’origine », à la
rencontre de ces protagonistes singuliers, en se confrontant
aux multiples traces laissées par cette expérience unique et
aux figures emblématiques marquées par l’absence : celle
d’Allio, décédé en 1995, celle de Claude Hebert, interprète
de P. Rivière et dont personne n’a de signes de vie et celle
de son père chargé du rôle de Ministère public dans une
séquence de tournage non retenue au montage final. En
réintroduisant dans son propre film, par la séquence retrouvée, l’image du père « disparu », Philibert inscrit sa mise
en scène dans une économie générale de la filiation et de la
transmission qu’il prend soin de tisser à travers les rapports
subtils entre images et paroles présentes et absentes. Le film
porte avec force la question complexe du lien. Comment,
après tant d’années, des hommes et des femmes de différentes générations et aux parcours divers se trouvent « ensemble » à partir de cette histoire commune qui lie le mémoire
de Rivière et le film d’Allio ? Le film dessine le tracé d’un
état de relations individuelles au temps, à la mémoire, à la
folie, à la maladie, à la séparation, à la mort, à l’histoire sociale... que la mise en scène se charge de relier au collectif.
Chacun, y compris le spectateur, est invité à être voyagé à
travers son histoire personnelle en l’insérant dans une dimension socio-historique. Avec pudeur, le film accompagne
les résonances entre les réalités qui entourent la tragédie de
*
Cf. texte de Jean-Pierre Peter et Jeanne Favret, L’animal, le fou, le mort, in Moi,
Pierre Rivière..., éd. Gallimard/Julliard, collection Archives, 1973, p. 249.
32
Rivière et celles que vivent aujourd’hui les personnes ayant
eu la charge de la représenter. De même, la description du
monde paysan en 2007 ne trouve sens que dans la liaison
qu’elle opère avec la réalité sociale et économique de la Normandie du XIXème siècle et avec celle des années 70. Le film
analyse, sans effet de lourdeur, le processus de transformation sociale caractérisé par l’industrialisation, la violence
du marché, les nouvelles conditions de travail, les fonds de
pension. À travers ces multiples strates se constitue une
mémoire commune par laquelle s’écrit une histoire sociale à
la fois réelle et imaginaire. Philibert résumera son intention
en ces termes : « un film sur le passé, mais aussi surtout sur
le présent, qui mêlera les trois époques, celle du crime, celle
du film [d’Allio] et celle d’aujourd’hui ».
Le crime est celui d’un jeune homme de vingt ans témoin
de vives tensions entre un père auquel il est attaché et une
mère à qui il voue une profonde détestation. Le 3 juin 1835,
il égorge à coups de serpe sa mère, sa sœur et son frère. Après
un temps d’errance, il est arrêté et condamné à une détention perpétuelle. Décrit comme un garçon étrange, peu instruit, il rédigera, durant son incarcération et peu avant son
suicide, un mémoire remarquable dans lequel il expose les
motifs de son geste sur fond de description âpre des conditions de vie de ses semblables. Le « cas Rivière » devient vite
un enjeu entre les juges et les psychiatres. Chacun voulant
asseoir son pouvoir en marquant l’acte de son savoir.
En 1971, une équipe de chercheurs, constituée notamment
de Michel Foucault, Robert Castel, Jeanne Favret, Jean
Pierre Peter, étudie dans le cadre d’un séminaire du Collège
de France l’histoire des rapports entre psychiatrie et justice
pénale. À cette occasion, elle « rencontre » l’affaire Rivière
et entreprend l’analyse de son mémoire. Allio se saisit du
livre à sa parution. Dans ses Carnets présentés par Arlette
Farge, il souligne la parenté avec l’objet de sa recherche, à
savoir rendre au peuple son histoire. Dans Pierre Rivière, il y
voit de la politique, des « héros » différents, un autre regard
et un autre point de vue sur la culture, les mœurs, les rapports entre les hommes, « le poids de ce triste monde [qu]’il
nous faut parler » (Shakespeare).
à lire / LNA#52
En mettant à distance les appareils idéologiques religieux
(les camisards), judiciaire et psychiatrique (Moi, Pierre Rivière...), les films d’Allio contribueront à la théorisation de
la critique du début des années 70 qui est à l’œuvre aux
Cahiers du Cinéma. Après sa dérive maoïste, la revue renoue
avec le cinéma en investissant l’histoire et la culture populaire. La tâche de la fonction critique repose désormais
sur l’articulation des niveaux des énoncés et le terrain où
ils se déploient : Qui parle ? À qui ? Dans quel contexte ?
Et sur la mise en question du système de la représentation.
Michel Foucault et Jacques Rancière seront, entre autres, des
compagnons précieux de cette aventure théorique. Dans ce
contexte, le travail autour de Moi, Pierre Rivière répondait à
la nécessité de se réapproprier l’ « histoire de France » en élargissant le système de références et en s’attachant particulièrement aux personnages refoulés qui, par leurs actes, tentent
d’imposer leur discours.
Allio fut l’un des rares cinéastes qui se posait, avec pertinence,
la question de la représentation des personnages populaires.
Tous ses films décrivent des personnages de condition
modeste, confrontés au changement et dont le quotidien
dessine leurs « moments historiques ». De La Vielle dame
indigne à Transit, la préoccupation du cinéaste a été de rendre au peuple son histoire, en permettant à des personnages
populaires de retrouver un rôle central, les sortant ainsi du
hors champ de l’histoire.
Déconstruire la représentation dominante du peuple implique un autre regard sur la réalité. Pour faire parler le peuple,
il faut donc parler d’ailleurs. D’où la nécessité d’une double rupture : la première avec Paris, espace symbolique où
s’exerce le pouvoir culturel dominant. Aussi, pour retrouver
les personnages populaires, il faut aborder l’histoire des
régions porteuses d’une parole populaire et s’y implanter
en produisant et réalisant un cinéma décentralisé : avec
Moi, Pierre Rivière..., Allio opère une seconde rupture, celle
avec le brechtisme. Cette posture consistant en la prise de
possession de la fonction de porte-parole par l’intellectuel
à partir d’un point de vue qu’il adopte en toute solidarité
avec le personnage populaire qu’il représente et en prenant
finalement la parole pour lui. Évoquant, dans ses Carnets, la
préparation du film, le cinéaste écrit en août 1974 : « Il faut
que Pierre Rivière devienne le manifeste du cinéma qui se
veut l’étendard de la parole du peuple, de son histoire vraie,
ces vies des « pauvres », de ceux qui n’ont pas la parole ne
laissent pas de traces et ne déploient pas moins de « savoir
vivre », d’imagination, de courage, d’invention, d’amour,
pour exister seulement, continuer d’exister ». Pour sortir de
cette confiscation de la parole du peuple en la lui restituant,
Allio choisit une démarche esthétique qui consiste à faire
prendre en charge, par des paysans normands, la représentation du peuple à travers le mémoire de Rivière.
Foucault disait, à juste titre, que Moi, Pierre Rivière... est le
film du mémoire et non celui du crime. En effet, le discours
transcende le crime, et la parole reliée au geste est elle-même
référée à l’écrit. Allio aborde ce mémoire comme l’expression authentique d’une parole qui entre en résonance, cent
cinquante ans après, avec celle de la paysannerie normande
à laquelle appartient son auteur. Le cinéaste restitue magistralement la mise en scène que fait le jeune paysan d’un récit
qui dévoile, avec rigueur, l’antagonisme d’un ordre social
assignant chacun à sa place.
Le film ne traite pas de la folie. Il déborde toute approche
normative qui chercherait à le ramener à un système d’explication qui produit et fait circuler des discours ayant fonction de vérité. Moi, Pierre Rivière... est une tragédie de la loi
et de la terre ou sourd violemment l’indicible d’un geste qui
brouille l’ordre des discours.
Quelques références :
- Moi, Pierre Rivière..., Notes de travail, critiques, entretiens avec
Michel Foucault, Cahiers du Cinéma, numéro 271, novembre 1976.
- Fleurs intempestives (sur la fiction de gauche), Jacques Rancière,
Cahiers du Cinéma, numéro 278, juillet 1977.
- Carnets, René Allio, éd. Lieu Commun, 1991.
- Dits et Écrits, Michel Foucault, Volume II 1976-1988, éd. Gallimard,
2001.
- Moi, Pierre Rivière..., film de R. Allio, édité en DVD par l’I.N.A., 2007.
- Moi, Pierre Rivière ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère,
éd. Gallimard, collection Folio poche, 2007.
- Retour en Normandie, film de N. Philibert, édité en DVD par GCTHV,
2008.
33
LNA#52 / l’art et la manière
Enrique Ramirez : La Maison qui traverse l’Horizon
Par Nathalie POISSON-COGEZ
Docteur en histoire de l’art contemporain,
chargée de cours à l’Université Lille 3, membre associé du Centre
d’Étude des Arts Contemporains (CEAC) - Lille 3
Le Studio National des Arts Contemporains - Le Fresnoy,
à Tourcoing, présentait du 13 juin au 23 juillet 2009
Panorama 11. Placée sous le commissariat de Régis
Durand 1, cette exposition montrait des œuvres réalisées
par les étudiants des deux dernières promotions et de plusieurs artistes-professeurs invités de l’école. Le spectateur
qui s’en donnait le temps avait l’occasion d’être confronté
à « Un archipel d’expériences 2 ». Au centre de la grande
halle, une salle de projection proposait un dispositif cinématographique pour la projection de films. Tout autour,
plusieurs installations. Horizon de Enrique Ramirez a
retenu plus particulièrement notre attention, nous proposons d’y jeter l’encre pour offrir au lecteur quelques pistes
de réflexions soulevées par cette œuvre.
L
’artiste chilien Enrique Ramirez a réalisé pour Panorama 11
une installation constituée de deux écrans qui se font face
et sur lesquels sont projetées deux vidéos en simultané. Sur
un écran : un homme sur une grande étendue de plage, quelque peu familière. Sur l’autre : une femme évolue dans une
forêt tempérée. L’homme et la femme, dont les pensées sont
exprimées par deux voix off, échangent des paroles intériorisées :
« Es-tu de l’autre côté ? Qu’est-ce qu’il y a là-bas de l’autre côté ?
Notre Terre » *. Les rondins de bois nus dressés sur la plage
pour briser les lames font écho aux arbres de la forêt dont la
caméra filme un court moment les cimes qui narguent le ciel,
seul horizon visible de ce côté-là. De l’autre, la mer et le fil
tendu du ciel qui s’étire dessus.
L’homme. La femme. Une troisième figure apparaît au fil de
la narration : la maison. Elle est matérialisée par une cabine
de plage que l’homme porte vers la mer aidé par un groupe
d’anonymes. « Notre maison est un bateau, est-ce que tu l’as
déjà regardée ? » *. La maison, perçue habituellement comme
point d’ancrage, devient un objet mobile, flottant. Elle est l’activateur du souvenir : « La mer. Une fenêtre. Vue sur la mer.
Une nappe blanche. Deux chaises. Une table » *. Maison natale,
maison familiale… La demeure est le lieu où l’on séjourne ; où
l’on se fixe ; où l’on reste, où l’on revient. Gaston Bachelard
précise que « la maison est un corps d’images qui donnent à
l’homme des raisons ou des illusions de stabilité » 3. Outrepassant sa seule fonction résidentielle, la maison est un point de
repère, rassurant : « Trouver une terre, une maison, un foyer, la
chaleur, la protection » *.
D’autres artistes contemporains se sont emparés du thème de la
maison dans leurs projets. La maison traverse l’œuvre de Louise
Bourgeois : des peintures et dessins sur le thème de la Femmemaison de 1946-1947 aux Cellules des années 1990. Dans la
série Femme-maison, le corps nu d’une femme se dresse, la tête
remplacée par une maison. La tête cachée dans son abri atteste
du rapport identitaire de l’âme à son habitation. En 1981, à
Staten Island, Louise Bourgeois achète une maison qui ne sera
jamais habitée, la Maison vide : « c’est une belle maison, mais
il n’y a pas d’âme dedans » 4. La posture verticale de la Femme-maison souligne la dimension symbolique de la maison :
un lien entre la terre et le ciel. L’homme debout est celui qui
habite quelque part. Selon Gaston Bachelard : « La maison est
imaginée comme un être vertical. Elle s’élève. […] Elle est un
des appels à notre conscience de verticalité » 5. Pour Louise
Bourgeois 6, la maison renvoie au foyer mais aussi à l’enfance.
Cellule (Choisy) 7 est une maquette en marbre rose de la maison
dans laquelle Louise Bourgeois a vécu de un à sept ans juste
avant la Première Guerre mondiale. La maison, réalisée à partir
de photographies et de ses propres souvenirs, est un simulacre
sculpté. Emprisonnée derrière un grillage, elle est surmontée
d’une guillotine qui symbolise « le passé qui est guillotiné par
le présent » 8.
La Maison de Jean-Pierre Raynaud 9 est un monde clos, presque
un blockhaus. Construite de 1969 à 1987 à La Celle SaintCloud, cet ouvrage est en perpétuelle mutation. Les surfaces
Gaston Bachelard, Poétique de l’espace, Paris, éd. PUF, 1957, p. 34.
3
Louise Bourgeois, entretien avec Nina Dimitrijevic (1994) cité dans Louise
Bourgeois, Paris, Centre Georges Pompidou, 5 mars - 2 juin 2008, p. 192.
4
Gaston Bachelard, op. cit., p. 34.
5
Régis Durand : Critique d’art, Directeur artistique du Printemps de Cahors
(1992-1996), Directeur du Centre National de la Photographie (1996-2003) et
du Jeu de Paume (2003-2006) à Paris.
1
Voir Jean Frémon, Louise Bourgeois femme maison, Paris, éd. l’Échoppe, 2008.
6
1990-1993, Fondation d’art Ydessa Hendeles, Toronto.
7
Le titre de l’exposition est une allusion au romancier Herman Melville (18191891) et à Gilles Deleuze. Voir, à ce sujet, le texte de Régis Durand dans le catalogue de l’exposition : Panorama 11, Un archipel d’expériences, Le Fresnoy - Studio
National des Arts Contemporains, Tourcoing, 13 juin - 26 juillet 2009, p. 5-6.
2
* Ces textes sont extraits de la bande son de l’installation.
34
8
Entretien avec Bernard Marcadé repris dans Marie-Laure Bernadac et Hans
Ulrich Obrist, Louise Bourgeois, Destruction du père, Reconstruction du père,
Écrits et entretiens 1923-2000, Paris, éd. Daniel Lelong, 2000, p. 79.
Jean-Pierre Raynaud, La maison, Paris, éd. du Regard, 1998.
9
l’art et la manière / LNA#52
intérieures des différents espaces – dont la Salle sans nom – sont
couvertes de carreaux de faïence blanche. « Pendant 24 années,
j’ai construit dans le réel un espace imaginaire, ce que la société
était incapable de m’offrir. Puis, en 1993, pour la protéger de
l’homme, je la fis disparaître » 10. Les fragments seront exposés
dans mille bassines au CAPC de Bordeaux. La maison n’existe
plus que par les films 11 et les photographies. Captations virtuelles dans lesquelles s’incarne alors l’édifice disparu.
« La maison qui m’a contenu où j’ai grandi est en moi désormais » 12. Pour l’architecte Paul Andreu, La maison est celle de
sa mémoire d’enfant. Son roman est une description minutieuse. Des abords : la rue, le jardin. Des pièces : chambres et
couloirs, cave et grenier, salle à manger, cuisine. Des détails
architecturaux : la porte, un balcon… Sons, couleurs, odeurs,
sensations tactiles ou gustatives. Il égraine, au cours du récit,
un à un, les souvenirs ravivés, notamment dans ses rêves, par
la mémoire du lieu.
Dans l’installation de Enrique Ramirez, la maison est un fragile esquif, flottant devant l’horizon. La maison, boîte close,
est ballottée par le ressac provoqué par le passage d’un Ferry de
SeaFrance, aperçu au début de la projection en train d’avaler les
véhicules autorisés à traverser la Manche. Cette séquence fait
écho au film de Philippe Lioret, Welcome (mars 2009), dont le
décor est aussi le port de Calais. Au mépris des lois, un maître
nageur apprend la nage à un jeune kurde qui a l’espoir de traverser ainsi la Manche. Dans Horizon, la présence de l’eau est
manifeste. D’un côté : la mer et sa salinité « Si la mer ne t’emmène pas, qui t’emmènera ? » *. De l’autre : l’eau verdâtre des
marécages couverts de lentilles. Au mouvement incessant des
vagues et à la trace de la marée répond le déplacement à peine
perceptible du reflet des nuages sur le marais. Au commencement de la narration, le corps de la femme flotte à la surface
de l’eau. Ophélie des temps modernes. Cette allégorie renvoie
aux images morbides et médiatisées des corps récupérés sur les
plages du Détroit de Gibraltar. La femme n’est pas morte. Les
yeux grands ouverts, elle est entourée de cabas abandonnés au
fil lent du courant. Ces sacs plastifiés que trimbalent les Sans
Domicile Fixe, les migrants. Cet objet qui « porte en lui le passé
et les maigres souvenirs de l’émigré, de l’exclu, de l’exilé » 13
évoque la série Le sac de Madame Tellikdjian de Paul Rebeyrolle 14 qui dénonce, par la peinture, les maux de notre société
contemporaine.
http://web.archive.org/web/19970617021105/www.havas.fr/html/french/14/raynaud/
1_1.html consulté le 7 juillet 2009.
10
Au Fresnoy, le spectateur prend place au sein du dispositif. Il a
le choix de rester légèrement en retrait de manière à visionner
les deux écrans ou de s’introduire au milieu de l’espace scénique pour faire face à l’une ou l’autre des séquences, dans un
entre-deux finalement impossible à tenir. Sur le sol, entre les
deux écrans, flottent des textes entrecroisés, récupérés sur le
Web et mis à jour toutes les cinq minutes 15. BBC News, Le
Figaro, Libération, Los Angeles Times, El Pais, Der Westen.
de… « Lula régularise 50 000 immigrés clandestins » (Courrier
International) ; « Les immigrés premières victimes de la crise »
(20 minutes.fr)…
Ainsi, Enrique Ramirez pose la question de l’exil et de l’immigration. Le migrant est celui qui abandonne tout : son
pays, sa famille, ses amis, sa maison « à la recherche d’un monde
meilleur » 16. D’autres de ses productions révèlent ce parti pris
politique : Le paysage (2007), vidéos dans lesquelles des immigrants relatent leur histoire ou Brises (2008) tourné au Palais présidentiel du Chili, qui évoque l’histoire politique de son
pays natal. Avec Horizon, il aborde un sujet engagé tout en lui
conférant une dimension éminemment poétique. Le visiteur
est convié à une expérience plurisensorielle provoquée par la
qualité des images et de la bande son. Cette dernière alterne
voix off, musique classique, cris des mouettes, mélange des
langues – réminiscence de la Tour de Babel – et son de l’accordéon comme évocation nostalgique. Ignorant les barrières
et les obstacles, par la magie de l’image, la maison-bateau passe
finalement de l’autre côté de l’horizon et apparaît dans
le marais où la femme la regagne à la nage. Elle devient son
refuge. Elle ne pénètre pas dans la maison qui reste close, mais
qui devient garante d’un retour à l’intime, au foyer. « Combien
de frontière pour arriver chez soi, l’horizon est-ce que tu es
loin ? » *.
Pour en savoir plus et visualiser l’œuvre :
Catalogue de l’exposition : Panorama 11, Un archipel d’expériences, Le Fresnoy - Studio National des Arts Contemporains,
Tourcoing, 13 juin - 26 juillet 2009.
www.lefresnoy.net
www.panorama11.net
www.enriqueramirez.fr
www.projethorizon.com
Enrique Ramirez est né au Chili en 1979. Après avoir étudié la
musique puis la communication audiovisuelle et le cinéma au
Chili, il séjourne en France où il effectue un Master au Studio
National des Arts Contemporains - Le Fresnoy (Tourcoing).
Voir notamment le film de Michelle Porte sur la destruction de La Maison en
mars 1993.
11
12
Paul Andreu, La Maison, Paris, éd. Stock, 2009.
Jacques Kerchache, « Parcours libre dans l’Espace Paul Rebeyrolle » dans Paul
Rebeyrolle, Espace Paul Rebeyrolle, Eymoutiers, 2000, p. 17.
13
www.projethorizon.com
15
Voir Paul Rebeyrolle, La peinture hors normes, Musée des Beaux-Arts de Valenciennes, 28 mars - 12 juillet 2009.
14
Enrique Ramirez, « Notes sur l’Horizon », catalogue Panorama 11, op. cit. , p. 92.
16
35
LNA#52 / vivre les sciences, vivre le droit...
L’humanité virtuelle
Par Jean-Marie BREUVART
Professeur émérite de philosophie
Nous vivons dans un monde « virtuel », c’est une banalité de le dire. Pourtant, cette virtualité va plus loin que celle des images
que l’on peut créer et modifier à son gré. Ne porte-t-elle pas atteinte à notre conception quotidienne de la réalité « dure » ? De
plus, ce pouvoir de création, qui nous institue comme « maîtres et possesseurs des formes », n’est-il pas la preuve que nous
avons dû renoncer à être « maîtres et comme possesseurs de la nature » comme le voulait Descartes ? En d’autres termes, tout
semble se passer comme s’il s’agissait d’un alibi à notre impuissance à changer les choses réellement.
Le couple virtuel/réel est-il pertinent ?
La puissance du potentiel
Pourtant, qui pourrait nier aujourd’hui que la technique du
virtuel permet bien des prouesses, par exemple en architecture,
dans l’apprentissage de nouveaux comportements, dans l’élaboration de nouveaux projets d’urbanisme, ou l’investigation
du corps humain, ou encore la reconstitution de monuments
disparus ou d’événements passés, ou encore d’univers extraterrestres ? Dans tous les cas, nous avons le pouvoir de nous
rendre présents à nous-mêmes des événements irréels ou tombés dans l’oubli du passé. Ainsi pouvons-nous jouer avec cette
pseudo-réalité comme nous aimerions le faire avec le réel têtu
qui s’impose à nous : comment se présenterait par exemple
le bâtiment virtuel si l’on en ôtait telle ou telle baie, si l’on
changeait la couleur de la façade, ou la forme de la terrasse,
etc. ? De même pouvons-nous avoir l’impression de déambuler indéfiniment dans le bâtiment historique reconstitué (par
exemple, le temple de Jérusalem).
Pour autant, le temple de Jérusalem a bel et bien été détruit
en l’an 70. Le jeu doit donc bien s’arrêter à un moment donné, lorsque les nécessités de la construction, ou tout simplement celles de la subsistance, s’imposent à nous. La vie des
corps et de leurs interrelations reste la base dernière à partir
de laquelle peuvent s’élaborer les rêves, aussi fous soient-ils.
Certes, on peut toujours imaginer l’utopie d’un « corps glorieux », mais l’autre nous ramène toujours à sa réalité propre
et indestructible.
On peut alors se demander si le couple virtuel/réel est bien
pertinent pour la recherche d’une vie sensée : à quoi sert de
construire des images virtuelles si, finalement, elles nous font
oublier la dynamique réelle de la vie ? La virtualité n’apparaît
ainsi que comme une fuite ou, au moins, comme une solution provisoire à une question définitivement présente : celle
de notre propre désir. C’est toute notre vie qui se définit dans
une telle tension entre les deux : nous croyons, avec le virtuel,
être dans un autre monde, un monde de puissance infinie,
mais nous sommes finalement dans le même monde : celui
de l’impuissance 1.
Pourtant, si l’on cesse de se situer à l’échelle personnelle pour
envisager le virtuel comme une réalité de plus en plus insistante, on s’aperçoit à quel point ce virtuel représente un
véritable « pouvoir », au sens premier de ce mot.
Déjà chez le Grec Aristote, ce terme avait deux sens : celui
du possible et celui du puissant, la puissance de la nature
recélant des possibles toujours nouveaux. Or, l’ordinateur
nous permet aujourd’hui de mieux anticiper sur ces nouveaux possibles. Certes, il y a les images nouvelles et inédites
que cet ordinateur permet de former 2, mais, également, la
« quincaillerie » et les programmes qu’il utilise pour ce faire.
La véritable nouveauté humaine est précisément là : dans la
capacité de produire des outils techniques et logistiques qui
passent souvent inaperçus mais qui, par leur « vertu », ouvrent
sur des possibles indéfiniment insoupçonnés.
L’outil informatique opère ainsi sur le même mode que la
nature elle-même : celle-ci recélait des potentialités qu’elle
manifeste au fur et à mesure de son développement, alors que
celui-là crée de nouvelles réalités par la mise en œuvre d’un
langage nouveau qui se substitue à celui de la nature. Les
nouvelles potentialités ainsi manifestées n’ont certes pas fini
de nous étonner. Elles vont déjà jusqu’à la création de machines à forme et visage humains, des « robots » évoluant comme
nous dans un « espace de vie », ressemblant étrangement au
nôtre. Mais c’est bel et bien la technologie des circuits électroniques et celle des programmes qui ouvre sur une infinité
de virtualités. L’oublier, ce serait comme si l’équilibriste sur sa
corde ignorait qu’elle le maintient en vie.
Sur ce thème, voir le livre récent de P. Caye, Morale et Chaos (éd. du Cerf, Coll.
1
36
La nuit surveillée, 2008), avec une reprise de la distinction grecque classique du
faire et de l’agir (p. 237) : Le faire s’empresse de substituer à la faiblesse native de
l’ homme la force prophétique de la technique (…) L’agir opère à l’ inverse, en assumant
sans relève l’ impuissance de l’ homme.
Cf., sur Internet, la présentation suivante d’un service de création virtuelle : Nous
vous offrons l’ humanité virtuelle. Vous êtes le créateur. À l’aide de photos, de dessins
ou tout simplement d’une description sommaire, nos artistes reproduisent fidèlement en
trois dimensions le personnage original souhaité. Nous pouvons également vous proposer
le design du personnage en fonction de vos besoins de communication. Nous produisons
des personnages réalistes ou des clones, des personnages fantaisistes, des humanoïdes ou
des créatures bizarres ou loufoques…
2
vivre les sciences, vivre le droit... / LNA#52
Or, tout se passe comme si le développement même du virtuel
masquait les réseaux « durs » qui lui ont donné naissance. On
oublie la réalité du monde qui l’a rendue possible, dont une
part relève justement de ce que, non sans raison, on a appelé
le « hard », ce qui, en son existence même, forme le sol (ou
la corde, pour continuer l’image de l’équilibriste) sur lequel
toute création devient possible. Plus généralement, le virtuel
parvient ainsi à se faire passer comme la véritable nouvelle
planète, faite de réseaux virtuels multiples et toujours changeants, masquant les problèmes économiques, scientifiques
et politiques de la planète physique « Terre », au profit d’une
sacro-sainte communication universelle.
C’est sans doute le développement même de la toile matérielle correspondant à l’Internet qui serait le meilleur exemple de ce déplacement opéré par le virtuel. Les deux couches
de réseaux, reliant respectivement les machines et les logiciels
d’exploitation, en engendrent une troisième : celle d’une communication qui créerait de toutes pièces une nouvelle civilisation, celle des blogs et des groupes de discussion. C’est cette
couche même qui donne alors l’impression, soit par des mots,
soit par des « pseudos » ou des images, que l’humanité avance
à grands pas vers la totale transparence.
Selon une telle perspective, les corps individuels et leurs vraies
passions sont mis entre parenthèses, y compris les corps et les
enjeux des machines pensantes et de leurs logiciels, pour ne
plus retenir qu’un immense corps universel : celui que Teilhard
de Chardin aurait sans doute appelé la « noosphère », mais seulement définie de nos jours par la « virtualité » des images et
des échanges électroniques. C’est bien à quoi semble se réduire
le « corps » de l’humanité, embrassant dans sa virtualité la totalité des corps particuliers, jouissant ou souffrant.
Vers une humanité virtuelle des droits ?
C’est sans doute la raison pour laquelle, en 2008, l’association Les Humains associés, notamment par les soins de Natacha
Quester-Séméon, a produit la charte Néthique qui tente de
définir comment cette nouvelle « sphère » du virtuel peut
rester celle d’une authentique humanité, introduisant dans
les rapports humains des exigences, elles-mêmes non-virtuelles,
relatives aux valeurs humaines de toute personne. C’est ainsi
que l’on peut lire dans cette charte :
Les commentaires racistes, homophobes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire
à la loi et aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
On se croirait revenu réellement à notre planète Terre, avec
ses questions réelles, ses doutes, ses révoltes. De nombreuses associations, certains partis politiques ont adhéré à une
telle charte, laquelle alimente l’idée d’une humanité virtuelle,
définie comme telle par une cyberculture qui redonne de la
valeur aux personnes réelles et concrètes.
Il est clair qu’une telle tentative qui reconnaît de facto la réalité de cette humanité virtuelle devrait, si elle était suivie d’effet,
ramener les internautes et tous les adeptes du « virtuel » à plus
de modestie sur le sens d’une telle communication. Celle-ci
ne saurait, en tout cas, faire l’économie de valeurs bien « terrestres », car liées à l’expérience de la vie la plus quotidienne,
comme l’amitié ou la fraternité 3.
Il me semble néanmoins que bien du chemin reste à faire sur le
« Net » pour qu’un tel idéal cesse, quant à lui, d’être « virtuel ».
Nombreux sont les réseaux qui n’appliquent pas la Néthique,
ou ne l’appliquent pas encore, nombreux sont également les intérêts économiques qui continuent de régir les développements
technologiques sans référence explicite à ces valeurs. De plus,
la mise à distance opérée par le Net risque de dénaturer le sens
profond d’une émotion immédiatement ressentie en une simple représentation de cette émotion.
Or, cet oubli de notre véritable attachement à la Terre, comme l’avait si bien analysé M. Heidegger, conduit à un autre
oubli, bien plus grave, celui de notre réalité d’animal vivant
et pensant, un jour appelé à l’échange sur les valeurs du quotidien. Dans le livre que nous venons d’évoquer, R. Debray
considère que l’un des « moments » des plus importants de
notre vie quotidienne actuelle serait celui de la fraternité :
Ce qui fait d’un ghetto ethnique une communauté fraternelle,
ce n’est pas la couleur de la peau, c’est d’abord une association de
quartier, et ensuite le fait d’aller à l’école, à l’église du coin, chez
la grand-mère, partout où se contracte une dette imaginaire envers un passé qui passe sans passer (…) Quel lien peut-il se nouer
entre des gens qui ne se racontent plus d’ histoires, parce qu’ ils
mettent tous leurs verbes au futur ? (op. cit. p. 350)
On dira que, précisément, le virtuel met tous les verbes au
futur, mais on peut nourrir l’espoir qu’il le fera un jour en
gardant le sens du passé qui passe sans passer. Il suffirait, pour
cela, qu’il garde la mémoire de tout ce qui, d’une façon ou
d’une autre, signe l’avènement d’une humanité nouvelle. Ce
serait une humanité à la fois créatrice de nouveaux présents,
tout en gardant sa densité historique, par le souvenir toujours
maintenu de ses origines non-virtuelles.
Cf. le livre très suggestif que vient de publier R. Debray, Le Moment Fraternité
(éd. Gallimard, NRF, 2009), où l’on peut lire (p. 288) : La fraternité a une syntaxe
modeste, grammaire ancestrale qui décline les credo et traverse les âges. Elle permet de
faire du noir, du rouge, du rose et du tricolore.
3
37
LNA#52 / chroniques d’économie politique coordonnées par Richard Sobel
Penser la crise avec Karl Polanyi
Par Nicolas POSTEL, Richard SOBEL
Maîtres de conférences en économie, Clersé / Université Lille 1
et Henri PHILIPSON
Ancien maître de conférences en économie, Clersé / Université Lille 1
Après quelques mois de frémissements idéologiques durant lesquels le vieux Keynes fut sorti de son placard, il semble
qu’on en revienne aux bonnes vieilles méthodes libérales et réactionnaires : flexibiliser la main d’œuvre, casser les
services publics, réduire les prestations sociales, maintenir au plus bas les impôts des plus riches… Les élites de la
technostructure – médiatico-étatico-économique – profondément acculturées au néolibéralisme ne risquent pas de
changer de logiciel. Une pensée radicalement alternative doit remobiliser Karl Polanyi, dont la pensée toujours
actuelle nous permet de pointer la seule question qu’il faut se poser aujourd’hui : quelle forme de ré-encastrement
du capitalisme est-il possible de construire ?
Les dangers de la marchandisation
Le nécessaire ré-encastrement du capitalisme
Karl Polanyi 1 rappelle qu’aucune société humaine ne peut
durablement exister sans qu’un système assure une forme
d’ordre dans la production, la distribution et la consommation des ressources. En règle générale, cet ordre économique
est toujours bien encastré dans le social, lequel pour ainsi dire
le structure et le contient. Or, au début du XIXème siècle, les
sociétés occidentales ont institué et développé, pour l’économique, un mode d’être singulier : le « Marché Autorégulateur ». Son fonctionnement suppose qu’existent des marchés
pour tous les éléments de l’activité économique, non seulement
pour les biens et services, mais aussi pour le travail, la terre et
la monnaie. Une économie (capitaliste) de marché, qui suppose l’alimentation continue du capital accumulé en moyen
de production, ne peut fonctionner pleinement que dans une
société de marché inventant un marché du travail, de la terre,
de la monnaie.
C’est à cette aune que l’on doit lire l’énorme effort politique
collectif des démocraties occidentales pour bâtir, après la
Seconde Guerre mondiale, une monnaie commune gérée
politiquement (à Bretton Woods en 1944), une représentation collective des droits du travailleur (la protection sociale
collective) et une forme de démarchandisation de l’accès
aux ressources naturelles (infrastructures publiques d’accès
à l’eau, l’électricité, l’habitat… et aussi pillage politique et
non marchand des colonies des pays occidentaux).
La mise sous le boisseau, à Bretton Woods, des possibilités
de spéculations financières à permis de contenir le pouvoir,
et les rémunérations, des rentiers et des actionnaires en leur
imposant une faible rémunération. Cette politique de bas
taux d’intérêts réels a permis aux entreprises de se financer
aisément. Parallèlement, les pouvoirs publics ont assuré aux
entreprises un libre accès aux ressources naturelles (notamment en partie via la colonisation et l’exploitation des pays
du sud) et leur ont garanti des débouchés directement (via
la politique d’infrastructure publique) et indirectement (via
les politiques de relances contra cycliques keynésiennes menées lorsque la conjoncture s’affaiblissait). Les entreprises,
libérées de la pression du marché de la monnaie, du marché
de la terre et même, d’une certaine manière, du marché des
biens et services, ont pu alors nouer un compromis historique avec les salariés en suspendant à peu près entièrement
les modalités marchandes d’évaluation et d’achat de la
force de travail. En lieu et place du marché, les partenaires
sociaux, artificiellement mis à égalité autour de la fiction
politique du paritarisme, portés par une représentation collective des unes (les entreprises via les syndicats patronaux)
et des autres (les syndicats de salariés), ont inventé ce qu’on
appelle la « propriété sociale » 2 ou encore l’État Social 3.
Une marchandise, rappelle Polanyi, est un bien ou service
« créé en vue d’ être vendu ». Le « travail » (comprenez : la
puissance humaine), la « terre » (comprenez : l’environnement naturel de l’humanité) et la « monnaie » (comprenez :
l’unité de mesure commune de ce qui vaut et que suppose
tout échange) ne peuvent donc pas véritablement être des
marchandises. Mais la fiction de leur marchandisation,
lorsqu’elle est sans limite, est un processus destructeur pour
la société. La démonstration en est faite avec l’effondrement
des sociétés occidentales, dans les années trente, qui s’abîment dans le fascisme et le totalitarisme, ultime, mortelle et
dramatique affirmation d’un « tout » social contre la dissolution marchande.
2
Castel R., Les métamorphoses de la question sociale - Une chronique du salariat,
Paris, éd. Fayard, 1995.
Polanyi K., La Grande Transformation, Aux origines politiques et économiques de
notre temps (1ère édition anglaise, The Great Transformation, 1944), 1983.
1
38
3
Ramaux C., Emploi : éloge de la stabilité. L’État Social contre la flexicurité, Paris,
éd. Milles et Une nuits, 2006.
chroniques d’économie politique coordonnées par Richard Sobel / LNA#52
La contre-offensive néolibérale ou le retour du
refoulé ?
Crise sociale, crise politique, crise économique : le triple
dividende de la re-marchandisation du monde
La révolte des rentiers, et en particulier des retraités américains titulaires de fond de pension, contre la trop faible
rémunération du capital qui découle du compromis précédent sonne la fin de celui-ci. Leur désir de voir une revalorisation des actifs financiers entre en résonance avec la volonté du
gouvernement américain de rompre avec les accords de Bretton
Woods pour des raisons conjoncturelles (ce système leur semble
de nature à surévaluer le dollar et à entraver leur capacité à
demeurer compétitif au niveau international). Le président
Nixon décide donc, en 1971, de suspendre la convertibilitéor du dollar, c’est-à-dire, de fait, de briser la logique du SMI
mis en place en 1944 et qui pilote politiquement l’accumulation du capital. Dès lors, l’entrée dans un système de change
« flottant » est inéluctable et entérinée lors des accords de
la Jamaïque en 1976. Le SMI est définitivement détruit…
et rien, en réalité, ne lui est substitué. L’expression « change
flottant » signifie simplement que les États décident de laisser
les différentes places financières fixer, selon le jeu de l’offre et
de la demande, le cours des devises. Il convient d’attirer des
capitaux en haussant les taux d’intérêt pour garantir la force
de la monnaie. Les différents pays du SMI développent leurs
marchés financiers et différents outils de placement pour attirer des capitaux étrangers. C’est l’envol du capitalisme financiarisé, de la rémunération des actionnaires et du cours des
actions. Dans un contexte où la croissance n’excède pas 3 %
par an en moyenne, on comprend vite que la part des revenus
du capital croît rapidement et se traduit par une baisse de la
part des salaires dans la valeur ajoutée.
Au début des années 2000, le processus de re-marchandisation
de la monnaie, puis du travail et de la terre, est à peu près
achevé. Presque simultanément, des signes de souffrance
sociale graves se multiplient : crise des sans logement, drames
de l’immigration, émergence de problèmes massifs de stress
au travail puis de séries de suicides… et arrivée aux affaires,
aux États-Unis, en Italie, en Autriche, dans les régions françaises, d’une extrême droite fascisante. Cette double crise
s’accompagne, à compter de l’année 2007, d’une très grave
crise économique qui émerge… par le logement ! La crise
des « subprime » est en effet directement l’effet de l’envolée
des prix de l’immobilier. C’est dire que cette crise se nourrit directement des effets de la marchandisation du travail
(baisse des salaires et des possibilités de remboursement)
et de l’espace naturel ! Lorsqu’elle touche la finance en septembre 2008, la boucle se boucle. Comment s’en sortir ?
Deux voies existent :
La revitalisation du marché financier s’est accompagnée
d’un retour de la contrainte de compétitivité prix sur le
marché des biens et services et sur celui des matières premières. Les entreprises ont alors dénoncé le compromis
social fordiste et obtenu, par le développement d’un chômage
massif, une « flexibilisation » du travail, c’est-à-dire une « remarchandisation » du travail. On assiste au même type de
phénomène en matière d’espace naturel : non seulement
les organismes internationaux (Banque mondiale et FMI)
enjoignent les producteurs à libéraliser leur économie et
à jouer le jeu du libre échange, mais encore, à l’intérieur
même des pays riches, on assiste à la mise en place (par une
politique d’incitation foncière et de libéralisation du prêt)
d’une concurrence accrue dans l’accaparement de l’espace
immobilier qui provoque mal logement et envolée du prix
des logements.
La première est hélas la plus probable. Elle consiste à panser
les plaies de la finance, immédiatement par un endettement
accru des États, puis, structurellement, par une forte cure
d’austérité publique et salariale et la recherche effrénée d’un
nouveau potentiel de croissance « vert ». C’est-à-dire accentuer encore le mouvement de la marchandisation. C’est la
voie libérale. Celle de l’OCDE, de la Commission européenne et de la plupart des gouvernements (que l’on pense
à la marchandisation de l’Éducation Nationale en France).
Elle s’accompagnera inévitablement de nouvelles crises économiques et, avant cela, de tensions politiques fortes et de
résurgence ou d’accentuation de formes politiques autoritaires et de politique sécuritaire pour combattre les différentes émeutes sociales. C’est là l’enseignement de Polanyi
sur les conséquences de la marchandisation des piliers de la
vie sociale.
La seconde consiste à sortir de la crise économique et sociale
en sortant de ce qui l’a provoqué. La « crise de civilisation »
n’est finalement pas si ancienne… Elle ne prend corps qu’avec
la re-marchandisation forcée des années 70. Redonner de
l’espace à la vie sociale requiert quelques mesures simples :
profiter de la crise actuelle pour recréer un SMI assis sur le
contrôle politique de la finance (c’est en gros la proposition
chinoise de nouvelle monnaie mondiale), refonder un droit
du travail en Europe (là où le socle commun est le plus fort et
le plus ancré), rompre avec l’idéologie d’une croissance non
durable en privilégiant le temps libre (passage aux 32 heures)
et les besoins en matière de service (éducation, santé, culture)
pris en charge par une collectivité publique.
39
LNA#52 / libres propos
Jacques Jouet rend ici hommage à son aîné, l’autre colosse oulipien vivant... Du même
auteur en cette rentrée, lisez sans délai Bodo (chez P.O.L.) : roman d’inégalable densité,
immersion trempée d’espérance dans son second pays, l’Afrique entre Sahara et golfe de
Guinée, aux échos du théâtre wassan kara.
R.R.
Lire Jacques Roubaud
Cher lecteur. Je voudrais, en quelques lignes, tenter de
vous convaincre de rejoindre – si ce n’est déjà fait – les
aficionados de Jacques Roubaud.
S
i vous aimez les livres et si vous les aimez généreux,
amusants, graves, poignants, joueurs, érudits, savants,
méditatifs et convaincus, cette œuvre est pour vous, cet
auteur est pour vous, ces ouvrages sont pour vous. Il n’y en
a pas tant que cela de cette espèce. Ces livres s’appellent
Jacques Roubaud, puisque le nom de l’auteur est l’un des
noms propres d’un livre. Le titre en est un autre.
Je n’ai jamais rencontré, à ce point d’intensité, plus que chez
Jacques Roubaud (que j’ai la chance de côtoyer à l’Oulipo
depuis presque trente ans), l’enthousiasme de la connaissance
et la passion de l’art des lettres. Car, c’est là une œuvre d’enthousiasme, lecteur, qui demande lecture avide et active
tout autant. Je n’irai pas par quatre chemins, je ne ferai pas
la fine bouche. Je n’aurai même pas honte (mais regret, oui)
de mes limites personnelles pour mener à bien cette tâche
d’admiration : ma formation scientifique et mathématique
est faible. Pourtant, je lis et relis cette œuvre qui a tout pour
constituer un repère et ouvrir des champs de continuation.
L’œuvre commence sérieusement en 1965, par un livre exceptionnel reconnu immédiatement comme tel : ∈­[le signe
d’appartenance]. Elle a bientôt cinquante ans de développement dans des territoires les plus variés. Elle est profuse.
C’est d’abord une œuvre de poésie. La poésie en constitue
le noyau.
Dans la nécessité exprimée par Roubaud de perpétuer l’activité de poésie « comme art, comme artisanat et comme
passion, comme jeu, comme ironie, comme recherche,
comme savoir, comme violence, comme activité autonome,
comme forme de vie » (quel programme !), l’exemple des
Troubadours occupe la place d’un archaïsme nécessaire :
« L’archaïsme du trobar est le mien ». Il faut apprécier cette
position comme une manière de réaction contre les révérences obligées d’un poète des années 1960 en France :
le surréalisme, la modernité absolue ou résolue, l’engagement, tous mouvements fortement tentés par la table rase.
Au contraire, les poètes provençaux du XII ème siècle
deviennent, pour Roubaud, les poètes d’origine, savants du
vers, inventifs de la forme, clairs et obscurs, engagés par
les poèmes pour la cause de l’amour. On ne fait pas du
neuf à partir d’une table rase, mais à partir d’une généa40
Par Jacques JOUET
logie qu’on se choisit de façon partiale : Queneau plutôt
que Breton, les poètes objectivistes américains plutôt que
la Beat Generation, mais aussi Jane Austen plutôt que
Balzac, Gertrude Stein plutôt que Joyce, Churchill (celui
des années 40) plutôt que tout autre… Londres plutôt que
Paris… Châteillon le tolérant plutôt que Calvin… liste
non close.
Le poète Roubaud est en charge de toute la poésie, qu’il
sait par cœur, lit avidement et compose avec ampleur. Il est
celui qui n’a peur de rien, ni du comique, ni du lyrisme de
deuil, ni de celui du vide, ni de la logique formelle, ni de la
ville comme sujet (Paris, Londres, mais pas seulement…),
ni de la comptine pour l’enfance et les premiers lecteurs.
Roubaud est d’emblée le poète de la présence au monde :
« J’appartiens au doigt qui frappe le la ». Il est celui de
l’extrême formalisme qui est, en même temps, l’extrême substantialisme au nom du concept de « sens formel ». La poésie
n’est pas paraphrasable, « elle dit ce qu’elle dit en le disant ».
La pratique s’accompagne de théorie qui n’est pas absconse,
puisque Roubaud n’entretient aucun mépris pour l’artisanat
poétique. À ce sujet, il faut lire absolument deux gloses fondamentales de grands poèmes anciens, démonstrations qui
ôtent définitivement toute pertinence à la dichotomie traditionnelle du fond et de la forme : la glose du poème de
Rimbaud « Qu’est-ce pour nous mon cœur que les taches de
sang… » (La vieillesse d’Alexandre) et la glose de « La canso
de l’amour de loin » de Jaufré Rudel (La fleur inverse). Le
premier poème signifie l’ébranlement politique de la Commune de Paris par celui, formel, de l’alexandrin ; le second
signifie l’affirmation de l’amour et sa défaite par le jeu des
placements relatifs des mots qui se trouvent à la rime.
Le poète qui « appartient à… » est celui de la marche à pied,
de la marche en ville ou le long du Mississipi, qui est une
marche de composition de poésie. Le poète est celui des
voyages de par le monde qui l’accueille pour dire et vivre la
poésie (Churchill 40 et autres sonnets de voyage). Le poète
est celui de la légèreté et du jeu de langage des Fumistes
et Hydropathes dont il faut reprendre la provocation comique, souvent liée à la rime, greffée du jeu de langage de
Wittgenstein.
Poésie « mémoire de la langue », amour de la langue, amour
de l’amour…
libres propos / LNA#52
À l’origine encore, il y a la mathématique (théorie des catégories), l’empreinte des maîtres du groupe Bourbaki et une
carrière de professeur. Il en restera plus que des traces dans le
projet de poésie : un principe fondateur qui est plus proche
d’une méthode scientifique que d’une volonté expressive. Le
métier de mathématique s’infléchit du côté de la poésie. Le
projet 1 dresse le bilan et met en programme des années de
travail et se présente, existentiellement, comme « alternative
à la disparition volontaire », euphémisme tranquille pour
dire un premier drame intime, le suicide d’un frère, suicide
qui aurait pu devenir un modèle malheureux (l’œuvre en
parla longtemps en négatif, finalement explicitement dans
Impératif catégorique). Le projet est de poésie à écrire, de
théorie à échafauder, de lectures à effectuer exhaustivement,
de recherches formelles sans frontières. Il est aussi et parallèlement celui d’un roman, ‘Le grand incendie de Londres’, qui
voulait être ce que fut pour un Musil L’Homme sans qualités,
par exemple, pas moins. La prose, donc, en regard de la
poésie, sourcée elle aussi dans le Moyen-Âge du Graal. Le
Lancelot en prose fonde, selon Roubaud, le roman, comme
les cansos des Troubadours fondent la poésie.
détracteurs encensent (cette
manière exaspéra nte de
primer le
malheur !).
Dans ce livre, qui
n’a besoin
Le projet est monstrueux : de connaissance, de composition,
de vie. Il suppose le collectif. Des revues : Change, Action
poétique, Po&sie… ; des groupes : Change encore, l’Oulipo,
le cercle Polivanov, le Centre de poétique comparée (gigantesque travail sur l’alexandrin, sur le sonnet, tous les sonnets
de toutes les langues, dans toutes les occurrences quantitatives, dans toutes ses variations formelles)… ; des collaborations nombreuses : la théorie du rythme avec Pierre Lusson,
Graal Théâtre avec Florence Delay, d’innombrables traductions de poésie (Traduire, journal) et plus récemment d’un
livre de la Bible, Paroles de Qohélet (L’Ecclésiaste)…
Le projet était gigantesque, « à bien des égards utopique », et
chose curieuse, Roubaud œuvrant à l’accomplir partiellement
lui en surajoute un second à moins que ce n’en soit qu’une
nouvelle partie, mais alors la clef de voûte.
La haute idée que Roubaud se fait de la poésie n’a pas grandchose à voir avec les couchers de soleil (à la rigueur avec les
levers), ni même avec la littérature, celle-ci étant largement
débordée par celle-là, au rebours de l’opinion reçue qui fait
de la littérature l’englobement du poème, du roman, du
drame théâtral, éventuellement de l’essai.
La place se trouve dégagée, aussi, pour la faille et pour la
mélancolie, pour les morts d’une vie, « les mots des poètes
sont ma vie », les morts de mes morts sont ma vie… jusqu’à
ce grand livre de deuil Quelque chose noir, que même les
Photo © Coraline Soulier
de nulle illustration, la photographie est pourtant omniprésente, en tant qu’activité de la personne morte, mais aussi en
tant qu’attestation d’un avoir été où le noir et le blanc vont
déployer toutes les gammes de leur métaphorisation, le café,
le pubis, la nuit, l’écriture sur la page…
Si « la poésie est mémoire de la langue », il convient d’interroger la mémoire, et ce sera par des moyens de prose. ‘Le
grand incendie de Londres’, à ce jour lisible en sept forts volumes (réunis en un seul cet automne), encore inachevé, est
une « prose de mémoire ». Il aurait dû être un roman « distinct du Projet quoique s’y insérant, racontant le Projet, réel,
comme s’il était fictif, donnant enfin à l’édifice du Projet un
toit qui, comme ceux des demeures japonaises, débordant
largement des façades et s’incurvant presque jusqu’au sol, lui
aurait assuré l’ombre nécessaire à sa protection esthétique ».
Ce roman n’a pas eu lieu. Vient à sa place un récit fait d’incises et de bifurcations, de dépôts quotidiens de prose sans
en faire jamais un journal ou des mémoires : une prose de
mémoire. Celle-ci est extrêmement ambitieuse. Elle ne serait
sans doute pas hostile à se laisser considérer comme alternative au livre de Proust, au point qu’on ne rendra vraiment
justice au ‘Grand incendie de Londres’ que lorsqu’on aura pris
la mesure des différences. Il est, quant à la mémoire, un
irénisme de Proust, une confiance implicite en la vérité de la
Voir Description du Projet, Mezura n°9, 1979.
1
41
LNA#52 / libres propos
reconstitution du temps perdu que ne partage pas Jacques
Roubaud. Cela est fait pour l’écarter significativement, de
façon inquiète, des retrouvailles proustiennes. ‘Le grand incendie de Londres’ est récemment abrégé par Roubaud en
« Gril » – et non en « Gil », c’est à noter. Gril : le lieu où
Roubaud se met sur les braises.
Pourquoi cette impossibilité du roman ? Pourquoi cette destruction d’un projet de roman ? Pourquoi « destruction » au
premier livre et « dissolution » au dernier ? Le Gril sera-t-il
achevable ? Échec du roman pour laisser toute la place à
la poésie, comme la mathématique l’avait déjà fait ? La fin
est-elle écrite ? Autant de questions qui nourrissent un programme inépuisable de lecture du Gril.
Il n’est rien de moins dégagé que cette œuvre, rien de moins
étranger à un souci de civilisation et de Lumières. L’activité oulipienne, dont Roubaud est dans la période actuelle
l’esprit central (l’Oulipo a une histoire, qui n’est pas finie,
et qui a eu comme esprits centraux le biface Queneau/
Le Lionnais, puis le météore Perec, à présent Roubaud) est
fondée sur la notion de potentialité que Roubaud ne cesse
d’interroger, et l’on ne peut comprendre (ce qui n’est pas si
courant) la pensée roubaldienne oulipienne de l’art littéraire
que si l’on admet la métaphore scientifique du travail poétique, ou l’analogie : projet, axiome, solution, démonstration,
champs ouverts de façon centripète et infinie, toutes choses qui rendent impropres toutes les opinions sceptiques sur
l’épuisement de l’objet oulipien : « Vous trouvez encore des
choses à chercher ? »…
On trouve encore chez Roubaud le souci patent de la
transmission de valeurs prenant leur source dans une famille cultivée, résistante, des Lumières, qui affirme des
valeurs d’obligations de l’homme (obligations historiques)
au temps de la religion des droits (dans un présent hors
l’Histoire). Il faut lire, à ce propos, La dernière balle perdue et Parc sauvage.
C’est tout cela, Jacques Roubaud, une certaine idée de la
position de poète, qui est au cœur, l’atome, et autour duquel
tournent des électrons plus ou moins libres et des planètes :
la mathématique, la prose, les lectures anglaises, la potentialité…, selon un système qui a ses lois, ses exceptions, ses
catastrophes.
Il s’agit, typiquement, d’un auteur d’œuvre où toute chose a
42
un sens, devant laquelle on ne peut pas faire la fine bouche.
C’est une œuvre généreuse qu’il faut lire avec générosité,
en en acceptant les écarts, les différences. C’est une œuvre,
encore, doucement subversive en ce qu’elle accomplit
l’obsolescence de la notion de style. Plus loin qu’Exercices de
style, ici un exercice de styles. Il n’y a pas de style, il y a des
styles (voir les dix styles de l’auteur japonais Chomei, passim, dans le Gril), certains sont légers, certains sont graves,
certains sont vite écrits, certains demandent long travail…
Il n’y a pas de recherche d’absolu du style. Vive la « prose
invisible » de Jane Austen plutôt que celle de Flaubert et ses
affres…
Il y a là de quoi penser, apprendre et ne pas s’ennuyer. Il y va
de la réjouissance qui est au cœur de tous les arts.
Aujourd’hui, lecteur, l’œuvre de Roubaud est l’œuvre qu’il
faut lire.
L’œuvre poétique de Jacques Roubaud est publiée aux éditions
Gallimard, collection blanche ou collection Poésie-Galimard.
‘Le grand incendie de Londres’ aux éditions du Seuil.
La Dissolution, aux éditions Nous.
au programme / ouverture de saison & ateliers / LNA#52
Ouverture de saison
Lundi 5 octobre
18h : présentation de la saison
et des ateliers de pratiques artistiques
Ateliers, stages, workshops Inscriptions dès le 5 octobre
sera en mesure d’apprécier la puissance de ce médium dans
le champ de l’art d’aujourd’hui. La participation à cet atelier
implique une certaine disponibilité et surtout un engagement
réel dans la mise en œuvre d’un projet artistique.
Le mercredi de 18h30 à 21h30 *
THÉÂTRE
Direction artistique : Jean-Maximilien Sobocinski
WORKSHOPS LILLE 1
Orchestre d’improvisation / Orchestre jazz
Direction artistique : Olivier Benoit
Comme chaque année, les deux orchestres dirigés par Olivier
Benoit *, recherchent des musiciens d’un niveau confirmé ou
très motivés, venus d’horizons divers (classique, rock, jazz)
pour sa création 2009-2010. Le bagage jazz n’est absolument
pas une obligation. Dans certains cas, la lecture à vue n’est
pas obligatoire.
Improvisation, rythme, écriture, travail en groupe, élaboration d’un répertoire, interprétation des morceaux écrits par
les musiciens et par Olivier Benoit, sessions d’enregistrement,
vous explorerez toutes les facettes de la création.
L’atelier théâtre cette année, et comme chaque année, nous
permettra de créer, en fin de parcours, un montage.
Une présentation de fin de travaux avant fermeture.
Un chantier qui comme souvent ne sera jamais terminé.
Notre ultime étape de travail.
Constituons ensemble ce groupe, cette unité de participants
pour explorer, tenter, proposer, faire du théâtre.
Sans crainte ni contrainte, ouvrir le champ des possibles,
des tentatives, du plaisir de jouer à deux... à tous.
Je vous donne rendez-vous.
Le lundi de 19h à 21h30 *
* La date de reprise de chaque atelier vous sera communiquée le 5 octobre.
Le lundi de 17h à 21h *
* Pour plus d’informations : obenoitmusic@gmail.com - http://obenoitmusic.free.fr
PHOTOGRAPHIE
Direction artistique :
Antoine Petitprez et Philippe Timmerman
L’atelier de photographie est un lieu de recherche et d’expérimentation. Apprendre à photographier, c’est apprendre
à observer, c’est aussi prendre conscience du réel qui s’offre
à chacun. C’est, au final, choisir ce que l’on donne à voir.
L’atelier est donc propice au développement d’une recherche
personnelle, afin que chacun puisse s’exprimer tout en découvrant les potentialités artistiques de ce médium.
Les séances seront ponctuées par des temps d’échange en
groupe portant sur la lecture et l’analyse des images, ainsi
que par une réflexion sur les choix techniques quant à la mise
en œuvre des projets individuels. Par l’étude des différentes
démarches artistiques des auteurs contemporains, chacun
INSCRIPTIONS
Dans la limite des places disponibles, l’inscription de participants
extérieurs à l’Université Lille 1 sera envisagée.
TARIFS
Étudiants et personnels Lille 1
1 atelier : 30 euros / 2 ateliers : 50 euros / 3 ateliers : 70 euros
Extérieurs
1 atelier : 50 euros / 2 ateliers : 80 euros / 3 ateliers : 100 euros
Paiement uniquement par chèque à l’ordre de l’Agent
Comptable de l’Université Lille 1.
43
LNA#52 / au programme / ouverture de saison & ateliers
DANSE
Danse contemporaine
Par le collectif w2YD
Le collectif w2YD, en résidence à l’Espace Culture, recherche
danseurs (amateurs bienvenus) et personnes de tous horizons
artistiques (plasticiens, comédiens, chanteurs, musiciens…)
pour son projet d’écriture et d’expérimentation autour du
Livre de l’Intranquillité - Autobiographie sans événements de
Fernando Pessoa.
Les mercredis et samedis (horaires à préciser)
http://w2yd.free.fr
États de corps
Par Alice Lefranc (Cie Carapacine + w2YD)
À la croisée de ses différentes pratiques, Alice Lefranc proposera à chacun de développer une mise en condition propice à la recherche chorégraphique. Chacun se familiarisera
avec son propre schéma corporel, les sensations de poids du
corps et le contact.
Aujourd’hui chorégraphe, Alice Lefranc a été interprète
dans plusieurs projets (Vivat d’Armentières, Danse à Lille,
Espace Culture Lille 1…). Au cours de nombreux stages,
elle a abordé différentes techniques (Feldenkrais, Alexander,
Yoga) en parallèle d’une pratique avancée de l’Aïkido. Elle
développe son langage chorégraphique à partir de ces différentes approches du mouvement.
Une fois par mois le samedi après-midi (horaires à
préciser)
http://onlineblog.fr/alicelefranc.php
STAGES THÉÂTRE DIAGONALE
Par la Compagnie du Théâtre Diagonale : Esther Mollo
et Nicolas Madrecki.
Stage 1 : Construction de la partition corporelle
avec Esther Mollo
Les 3 et 4 octobre
Le corps est le fondement du travail. Exploration des principes servant de base dans les créations, mise en œuvre dans
un travail personnel.
Une présentation clôturera le stage en permettant aux participants d’aller jusqu’au bout de l’expérience créative.
44
Stage 2 : Technique de mime corporel
avec Esther Mollo
Les 12 et 13 décembre
Le mime est l’art de la représentation à travers le mouvement du corps. Cette technique s’adresse à tous ceux qui
sont confrontés ou désirent se confronter à un espace scénique en qualité d’acteur, de danseur, chanteur, metteur
en scène, etc.
Inscription et infos : Théâtre Diagonale
03 20 92 15 86 / 06 83 45 37 66
theatre.diagonale@free.fr
www.theatrediagonale.com
Ouverts aux étudiants, enseignants et autres personnes extérieures
3 ateliers seront proposés en 2010 : les 30 et 31 janvier, les 27 et
28 février, les 27 et 28 mars. Présentation le 29 mars à 19h.
Tarifs : 30 euros par module pour les étudiants et membres de
l’Université Lille 1 / 80 euros pour les personnes extérieures.
19h : concert
duo Mohamed Derouich guitare /
Christophe Hache contrebasse
Musique marocaine, gnawa et jazz
La rencontre entre Mohamed Derouich et Christophe Hache
a donné naissance à un duo original qui mêle les rythmes
africains et l’improvisation jazz à travers des thèmes connus
et des compositions personnelles.
Mohamed Derouich, guitariste autodidacte d’origine marocaine, très influencé par Oum Kalthoum, Nass El Ghiwane,
John Coltrane, Miles Davis…, pratique les percussions traditionnelles du maghreb (derbouka, bendir, chakchouka) et
a adapté pour la guitare les jeux de oud, gembri, kora,
percussions gnawa et quanun.
Christophe Hache, contrebassiste de jazz, membre du collectif
Circum, s’est déjà produit avec l’Orchestre National de Jazz
(Franck Tortillier), Antoine Hervé, etc.
Chacun des deux musiciens s’enrichit de la musique et de
la culture de l’autre pour un univers métissé qui crée une
ouverture vers d’autres horizons…
au programme / réflexion-débat / LNA#52
Octobre 2009 – mars 2010
Cycle Créativité et territoires
RENDEZ-VOUS D’ARCHIMÈDE
u Conférence introductive :
Créativité, économie et territoires
Mardi 13 octobre à 18h30
Par Bernard Stiegler, Directeur du département du développement culturel
au Centre Pompidou.
Animée par Christine Liefooghe,
Maître de conférences en géographie,
Université Lille 1.
u L’artiste, l’ingénieur et les nouvelles technologies
Mardi 10 novembre à 18h30
Par Jean-Paul Fourmentraux, Sociologue, maître de conférences à l’Université Lille 3, UFR Arts et Culture et
laboratoire GERIICO, chercheur associé
au Centre de sociologie du travail et
des arts (EHESS).
Animée par Lise Demailly, Professeur émérite de sociologie, CLERSÉ,
Université Lille 1 (sous réserve).
u L’économie du marché de la
créativité
Mardi 24 novembre à 18h30
Par Yann Moulier-Boutang, Professeur
de sciences économiques, Université de Technologie de Compiègne,
directeur adjoint du Costech (EA 22 23)
de l’UTC, professeur associé à l’École
Supérieure des Arts et du Design de
Saint-Etienne, co-directeur de la
Revue Multitudes.
Animée par Abdelillah Hamdouch,
Maître de conférences en sciences
économiques, Université Lille 1.
JOURNÉE D’ÉTUDES
u Droit, création et art contemporain
Mardi 8 décembre à 18h30
Par Bernard Edelman, Avocat à la
Cour, docteur en droit.
Animée par Laurence Allard, Maître
de conférences en sciences de la communication, Université Lille 3 (sous
réserve).
Responsables du cycle :
Nabil El-Haggar et Christine Liefooghe.
u Créativité et politique : un lien
ambigu
Mercredi 10 mars
9h30 – 11h : La créativité, un idéal
démocratique ?
11h15 – 12h45 : Culture et politique
14h30 : Créativité et politique : un lien
ambigu
Plus d’informations : http:// culture.univ-lille1.fr
Programme détaillé disponible à l’Espace Culture
u Nouveaux territoires de l’art et
développement urbain
Mardi 19 janvier à 18h30
Pa r Boris Grési l lon, Ma ître de
Conférences en géographie, Université de Provence.
Animée par Christine Liefooghe.
u Multimédia, une chance pour le
territoire ?
Mardi 2 février à 18h30
Par Maxence Devoghelaere, Co-fondateur de 3Dduo et Christophe
Chaillou, Professeur d’informatique,
Université Lille 1.
Animée par Pascale Lepers, Institut
d’Administration des Entreprises,
Université Lille 1.
45
L’urgent et le durable
23-03-10 à 18h30
Frédéric Worms
Bernard Maitte
Crise écologique et ...
04-05-10 à 18h30
Jean Gadrey
Sandrine Rousseau
Qu’est-ce qu’une crise ?
20-10-09 à 18h30
Marcel Gauchet
Nabil El-Haggar
La crise chez le vivant
17-11-09 à 18h30
André Langaney
Taniel Danelian
Les crises stratégiques
01-12-09 à 18h30
Daniel Parrochia
Robert Gergondey
Physique statistique...
15-12-09 à 18h30
Octobre
2009 –Roger
maiBalian
2010
Rudolf Bkouche
La crise du capitalisme...
12-01-10 à 18h30
Nicolas Postel
Comment naissent...
26-01-10 à 18h30
Philippe Gallois
Jean-Marie Breuvart
Crise, enfance et psyché
02-03-10 à 18h30
Pierre Delion
Jean-François Rey
LNA#52 / au programme / réflexion-débat
CycleLaurent
La Cordonnier
crise
RENDEZ-VOUS D’ARCHIMÈDE
u La crise du capitalisme financier
u Conférence introductive : qu’est-ce
Par Laurent Cordonnier, Maître de
RENDEZ-VOUS D’ARCHIMÈDE
Y a-t-il des crises politiques ? 16-03-10 àMardi
18h30
12 janvierJacques
à 18h30 Rancière Nabil El-Haggar
L’urgent
et lecrise ?
durable
qu’une
23-03-10 àconférences
18h30 en économie,
FrédéricCLERSÉ,
Worms
Mardi 20 octobre à 18h30 Université Lille 1.
Crise écologique
et ...
04-05-10 àAnimée
18h30
Jean Gadrey
Par Marcel Gauchet, Historien et phipar Nicolas Postel, Maître
losophe, directeur d’études à l’EHESS
de conférences en économie, CLERSÉ,
au Centre de recherches politiques RayUniversité Lille 1.
mond-Aron.
Animée par Nabil El-Haggar, Viceu Comment naissent les crises dans
président de l’Université Lille 1, chargé
le corps humain ?
de la Culture, de la Communication
Mardi 26 janvier à 18h30
et du Patrimoine Scientifique.
Par Philippe Gallois, Neurologue,
Faculté Libre de Médecine, Lille.
u La crise chez le vivant : mutation,
Animée par Jean-Marie Breuvart,
évolution des espèces
Philosophe.
Mardi 17 novembre à 18h30
Par André Langaney, Biologiste, Uniu Crise, enfance et psyché
versité de Genève et directeur du laboMardi 2 mars à 18h30
ratoire d’anthropologie biologique du
Par le Professeur Pierre Delion, Faculté
Musée de l’Homme.
Animée par Taniel Danelian, Profesde médecine Lille 2, pédopsychiatre, Centre Hospitalier Universitaire de Lille.
seur, Institut National des Sciences de
l’Univers, Université Lille 1.
Animée par Jean-François Rey, Professeur de philosophie à l’IUFM de Lille.
u Les crises stratégiques (et leurs
modèles mathématiques)
Mardi 1er décembre à 18h30
Par Daniel Parrochia, Philosophe,
Université Jean Moulin Lyon 3.
Animée par Robert Gergondey,
Mathématicien.
u Y a-t-il des crises politiques ?
Mardi 16 mars à 18h30
Par Jacques Rancière, Philosophe, professeur émérite à l’Université Paris 8.
Animée par Nabil El-Haggar.
u L’urgent et le durable : le temps
u Physique statistique, chaos et
mécanique quantique : entre déterminisme et imprévisibilité
Mardi 15 décembre à 18h30
Par Roger Balian, Physicien, membre
de l’Académie des sciences.
Animée par Rudolf Bkouche, Professeur émérite, Université Lille 1.
46
de la crise entre catastrophe et
développement
Mardi 23 mars à 18h30
Par Frédéric Worms, Professeur à l’Université Lille 3, directeur du Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine à l’ENS (Paris).
Animée par Bernard Maitte, Professeur d’histoire des sciences et d’épistémologie, Université Lille 1 (sous
réserve).
Bernard Maitte
10-09 > 05-2010
Qu’est-ce qu’une crise ?
20-10-09 à 18h30
Marcel Gauchet
Nabil El-Haggar
La crise chez le vivant
17-11-09 à 18h30
André Langaney
Taniel Danelian
Les crises stratégiques
01-12-09 à 18h30
Daniel Parrochia
Robert Gergondey
Physique statistique...
15-12-09 à 18h30
Roger Balian
Rudolf Bkouche
La crise du capitalisme...
12-01-10 à 18h30
Laurent Cordonnier Nicolas Postel
Comment naissent...
26-01-10 à 18h30
Philippe Gallois
Jean-Marie Breuvart
Crise, enfance et psyché
02-03-10 à 18h30
Pierre Delion
Jean-François Rey
Sandrine Rousseau
Y a-t-il des crises politiques ? 16-03-10 à 18h30
Jacques Rancière Nabil El-Haggar
L’urgent et le durable
23-03-10 à 18h30
Frédéric Worms
Crise écologique et ...
04-05-10 à 18h30
Jean Gadrey
Qu’est-ce qu’une crise ?
20-10-09 à 18h30
Marcel Gauchet
Bernard Maitte
Sandrine Rousseau
Nabil El-Haggar
la crise
La crise chez le vivant
17-11-09 à 18h30
André Langaney
Les crises stratégiques
01-12-09 à 18h30
Daniel Parrochia
Robert Gergondey
Physique statistique...
15-12-09 à 18h30
Roger Balian
Rudolf Bkouche
La crise du capitalisme...
12-01-10 à 18h30
Laurent Cordonnier Nicolas Postel
Comment naissent...
26-01-10 à 18h30
Philippe Gallois
Jean-Marie Breuvart
Crise, enfance et psyché
02-03-10 à 18h30
Pierre Delion
Jean-François Rey
CYCLE
Taniel Danelian
Y a-t-il des crises politiques ? 16-03-10 à 18h30
Jacques Rancière Nabil El-Haggar
L’urgent et le durable
23-03-10 à 18h30
Frédéric Worms
Crise écologique et ...
04-05-10 à 18h30
Jean Gadrey
Qu’est-ce qu’une crise ?
20-10-09 à 18h30
Marcel Gauchet
Nabil El-Haggar
La crise chez le vivant
17-11-09 à 18h30
André Langaney
Taniel Danelian
Les crises stratégiques
01-12-09 à 18h30
Daniel Parrochia
Robert Gergondey
Physique statistique...
15-12-09 à 18h30
Roger Balian
Rudolf Bkouche
La crise du capitalisme...
12-01-10 à 18h30
Laurent Cordonnier Nicolas Postel
Comment naissent...
26-01-10 à 18h30
Philippe Gallois
Jean-Marie Breuvart
Crise, enfance et psyché
02-03-10 à 18h30
Pierre Delion
Jean-François Rey
Bernard Maitte
Sandrine Rousseau
Y a-t-il des crises politiques ? 16-03-10 à 18h30
Jacques Rancière Nabil El-Haggar
L’urgent et le durable
23-03-10 à 18h30
Frédéric Worms
Bernard Maitte
Crise écologique et ...
04-05-10 à 18h30
Jean Gadrey
Sandrine Rousseau
u Crise écologique et crise écono-
mique ?
Mardi 4 mai à 18h30
Par Jean Gadrey, Économiste, professeur émérite à l’Université Lille 1.
Animée par Sandrine Rousseau,
Maître de conférences en économie,
CLERSÉ, Université Lille 1.
JOURNÉE D’ÉTUDES u Pendant la crise, les crises conti-
nuent… Mercredi 31 mars
Remerciements à Rudolf Bkouche, Jean-Marie Breuvart,
Laurent Cordonnier, Bruno Duriez, Rémi Franckowiak,
Robert Gergondey, Jacques Lemière, Robert Locqueneux,
Bernard Maitte, Bernard Pourprix, Jean-François Rey
et Richard Sobel pour leur participation à l’élaboration
de ce cycle.
Plus d’informations : http:// culture.univ-lille1.fr
Programme détaillé disponible à l’Espace Culture
au programme / réflexion-débat / LNA#52
Question de sens 2009/2010 :
Résistances
Cycle proposé par Jean-Pierre Macrez et l’équipe « Question de sens » (Université Lille 1)
Résister contre tout ce qui est survalorisé, aux
moyens qui se prennent pour des buts
contre tout ce qui oublie l’humain
contre les formatages
contre l’inacceptable
contre la violence légalisée
contre les effets de mode…
Donner priorité à l’humain et aux
chemins d’humanisation afin de promouvoir la solidarité internationale et
la fraternité.
Les prophètes interviennent directement en osant une parole subversive
sur la place publique pour faire face à
l’événement. Ils entrent en résistance.
Leur parole devient action. Ils ne prédisent pas l’avenir. Ils l’inaugurent ».
Conférences
u Fondements philosophiques et
u Éloge de la rupture Jeudi 22 octobre à 18h30
Espace Culture
Par Jean-Marie Muller, Porte-parole
national du Mouvement pour une alternative non-violente.
« Le cours du monde charrie quantité
d’iniquités et d’injustices. Elles ne
suscitent chez les citoyens(nes) que des
émotions passagères, ne provoquent
pas une véritable prise de conscience.
Face à l’inacceptable, ils ne se révoltent pas.
Or, la pensée doit être dure. Seule la
dureté permet à la pensée de n’être pas
modelée par la pression de l’événement.
Seule une éthique politique de rupture
peut permettre de faire face aux défis de
l’histoire. La pensée juste est une dissidence, souvent une désobéissance.
Aujourd’hui, l’urgence est de rompre
avec les idéologies qui incitent au
meurtre de l’autre homme, le justifie
et l’honore. Le moment est venu de
comprendre que la violence est le facteur le plus puissant du désordre du
monde.
Jean-Marie Muller est l’auteur du
Dictionnaire de la non-violence, éd. Le
Relié Poche, 2005.
es
c
n
a
st
i
és
R
En lien avec la semaine de l’éducation à la Paix et
avec le soutien du CRDTM.
perspectives de la résistance altermondialiste en ces temps de crise
Jeudi 12 novembre à 18h30
Maison des Étudiants
Par Gustave Massiah, Président du
Centre de Recherche et d’Information sur le Développement (CRID),
ancien vice-président de Attac-France,
membre de son Conseil scientifique.
Le mouvement altermondialiste, dans
ses différentes significations, est porteur
d’un nouvel espoir né du refus de la
fatalité, c’est le sens de l’affirmation
« un autre monde est possible », la
construction d’une alternative à la logique dominante.
Le mouvement altermondialiste ne
cesse de s’élargir et de s’approfondir. La
proposition d’organiser les sociétés et
le monde à partir de l’accès pour tous
aux droits fondamentaux donne son
sens à la convergence des mouvements
et se traduit par une nouvelle culture
de la transformation.
Question de sens
de l’altermondialisme qui a aiguisé les
contradictions internes au système.
Des dangers mais aussi des opportunités sont ouverts par cette crise
de la mondialisation. Si les dangers
sont connus, les opportunités le sont
moins.
Dans le cadre de la semaine de Solidarité Internationale et en partenariat avec le CRDTM.
Le mouvement altermondialiste est
confronté à la crise de la mondialisation. La crise du néolibéralisme,
du point de vue idéologique, est fortement liée à la montée en puissance
47
LNA#52 / au programme
4ème Valse des Livres
Mercredi 14 octobre de 10h à 17h
Entrée libre
Une manifestation ouverte à ceux qui aiment les livres, tous les livres…
Vous achetez des livres,
vous les lisez, puis ils vous
encombrent… Profitez de cette
nouvelle Valse des livres pour renouveler
votre bibliothèque et faire des heureux !
Déposez, dès le lundi 5 octobre, à l’Espace
Culture les livres que vous ne lisez plus et
venez choisir, le mercredi 14 octobre, d’autres livres
à emporter gratuitement.
Comme toujours, cette journée est ouverte à tous, y compris à ceux qui n’ont pas de livres à déposer. C’est l’occasion
de faire découvrir des livres lus, parfois relus, à d’autres
férus de lecture mais aussi de se rencontrer et d’échanger
autour d’une passion commune.
Renseignements : 03 20 43 69 09
À l’occasion de cette 4 ème Valse des livres, les Brigades
d’Intervention Poétique de la Médiathèque municipale
de Villeneuve d’Ascq nous rendront visite pour des lectures
impromptues de poèmes…
Les BIP ont été inventées en 1998 dans le cadre des « Langagières » (quinzaine autour de la langue et de son usage
organisée par la Comédie de Reims, dirigée par Christian
Schiaretti).
Nature, paysages, sociétés - enjeux contemporains
Changements environnementaux et nouvelles technologies
Vers des territoires et des paysages mutants ?
Séminaire organisé par Éric Glon, Jean-Marc Besse et Armelle Varcin
Avec le soutien de TVES (Laboratoire Territoires, Villes, Environnement, Société), l’IAUL (Institut d’Aménagement
et d’Urbanisme de Lille), l’ENSAP Lille (École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage)
u Jeudi 19 novembre à 18h
u Jeudi 17 décembre à 18h
Quelle biodiversité pour demain ? Biodiversité urbaine,
le retour. L’exemple du jardin intraurbain de Gilles
Clément à l’ENS de Lyon par Paul Arnould.
Bâtiment des thèses, Université Lille 1
Robots et avatars. Quelles implications dans notre
environnement de demain ? par Jean-Claude Heudin
Espace Culture, Université Lille 1
u Jeudi 7 janvier à 18h
u Jeudi 26 novembre à 18h
OGM, quels enjeux spatiaux ? par Yves Bertheau
Bâtiment des thèses, Université Lille 1
u Mardi 1er décembre à 18h
Biodiversité biologique et jardins publics par Yves-Marie
Allain
École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de
Lille, Villeneuve d’Ascq
Les sources de rayonnement électromagnétique et leur
spatialisation - Radiofréquences et santé avec Bernard
Demoulin et Joël Hamelin
Espace Culture, Université Lille 1
u Jeudi 14 janvier à 18h
Nouvelles technologies - vers un post-humain ? par JeanMichel Besnier
Espace Culture, Université Lille 1
u Jeudi 3 décembre à 18h
Biodiversité et projet de paysage par Pacale Hannetel
École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de
Lille, Villeneuve d’Ascq
u Jeudi 10 décembre à 18h
Certitudes et incertitudes du changement climatique
par Claude Kergomard
Espace Culture, Université Lille 1
48
Contact : Anissa Habane, Laboratoire TVES
anissa.habane@univ-lille1.fr / Tél : 03 20 43 45 18
au programme / spectacle vivant / LNA#52
En attendant l
e
grand soir…
Deux petites formes théâtrales en résistance
Typologie de la Manifestation
Soixante-huit
(Une vieille histoire…)
Jeudi 15 octo
bre à
Entrée gratuit
e sur réservatio
n
19h
Par La Vache bleue compagnie
Typologie de la Manifestation
De et avec Frédéric Legoy et Jean-Christophe Viseux
Création 2004 (durée : 26 mn)
Photos : Frédéric Legoy (entre autres)
Jean-René Darmentières et son assistant projectionniste JeanFrédéric vous convient à une expérience hors du commun :
l’Hypnorama, procédé révolutionnaire qui aiguise vos sens et
vous transforme en manifestant, le temps d’une séance…
Laissez-vous entraîner à la découverte d’un monde inconnu
et de ses codes, celui de la manifestation…
À l’origine du spectacle, les événements de l’été 2003 : lutte
des intermittents, convergences avec d’autres luttes, manifestations de rue…
Au-delà de son caractère ironique et divertissant, Typologie
de la manifestation est une étude légèrement obsessionnelle
et franchement décalée de la manifestation, qui décortique
ses codes, rites et usages (drapeaux, banderoles, couleurs,
mouvements…).
C’est avant tout un hommage à ce qui rassemble, à un moment donné, des gens différents autour des mêmes valeurs,
d’un mot d’ordre commun, d’un rêve ou d’un idéal…
Sur un ton léger et à travers une expérience étonnante
– l’hypnorama nous transforme en manifestants – Typologie de la manifestation aborde le caractère grave, voire
dramatique de la manifestation à travers les diapos qui
sont projetées.
Une centaine d’images puisées dans une collection de plusieurs centaines de clichés réalisés depuis 10 ans par le
projectionniste et photographe Frédéric Legoy, mais aussi
dans une série de clichés plus anciens.
Soixante-huit (Une vieille histoire…)
De et avec Frédéric Legoy et Jean-Christophe Viseux
Création 2008 (durée : 35 mn)
Comment faire – et réussir – la révolution ? Il existe quelques écrits à ce sujet. La révolution, c’est avant tout la prise
du pouvoir. Une méthode simple se devait d’ être écrite,
imaginée. C’est chose faite. La voici brièvement exposée.
Une révélation…
Et l’on se dit : « mais oui, c’était tellement simple, comment
n’y avons nous pas pensé plus tôt ? ».
1968-2008… Quarante ans séparent ces deux dates…
Soixante-huit et son mois de mai qui aurait presque pu être
oublié sans l’hommage appuyé que lui a rendu le Président
Sarkozy durant sa campagne électorale... Deux mille huit
comme si soixante-huit n’avait jamais existé.
Au nom des anniversaires en danger, il fallait réveiller les mémoires pour évoquer ce que fut 68, ce qu’il est aujourd’hui et
ce qu’il sera. C’est aussi l’occasion d’interroger, une nouvelle
fois, nos envies et notre capacité à changer le monde…
Dans le même esprit que le premier spectacle, Soixante-huit
(Une vieille histoire…) propose, en images, en son, en texte et
en gestes, une étude attentive, sarcastique et mordante de la
Révolution. La révolution et ses coutumes, mais aussi l’avantgarde éclairée dont elle a besoin : accessoires, tactiques et
gestes, conspirations et conspirateurs du grand soir...
Les images viennent nourrir et illustrer la démonstration du
conférencier et l’entraînent parfois dans un rêve éveillé : celles
des événements de Mai 68, bien sûr, mais aussi des images
d’archives et, en écho, des photos plus récentes.
Sources photographiques : collection de Frédéric Legoy, clichés du photographe JeanClaude Seine (qui a suivi en 68 et dans les années suivantes les mouvements sociaux
pour plusieurs journaux militants), Photothèque du Mouvement social.
49
LNA#52 / au programme / spectacle vivant
©
ep
ic t
u ra
fer
na
nd
ob
la n
co
ca l
z ad
a
Une Mort moderne
La Conférence du Docteur Storm
Lundi 9 novembre à 19h
Entrée gratuite sur réservation
Par Bruno Tuchszer
D’après La Mort Moderne de Carl Henning Wijkmark
Compagnie La Virgule (Centre Transfrontalier de Création
Théâtrale, Mouscron-Tourcoing)
Avec le soutien de Richard Sobel, Maître de conférences en
économie à l’Université Lille 1
Baisser le coût du travail pour relancer la croissance ?
Promouvoir la solidarité entre les générations ? …
« Mes chers concitoyens
L’interprète, Bruno Tuchszer, est diplômé de l’EDHEC et
a tourné dans une vingtaine de films pour le cinéma et la
télévision. Il a notamment joué sous la direction de Claude
Berri, Philippe Lioret, Christian Vincent, Ariel Zeitoun…
et a participé à une trentaine de productions théâtrales.
Réforme hospitalière, financement des retraites, déséquilibre
des comptes de la Sécurité Sociale, qualité des soins, nombreux
sont les défis qui nous attendent et qui nous préoccupent tous.
Le ministère des Affaires Sociales m’a demandé de diriger une
commission sur ces questions et de formuler des recommandations pour préserver un modèle de solidarité auquel nous sommes
tous attachés. Je suis en mesure de livrer aujourd’ hui les conclusions de ces
travaux et je viendrai en personne vous les présenter. Je suis
persuadé que notre société est mûre pour dépasser blocages et
conservatismes, afin de faire triompher l’esprit de responsabilité et de partage.
Ensemble, inventons demain ! »
Caspar Storm,
Président de commission sur la phase terminale de l’être humain Inspirée d’un texte suédois qui fit scandale à sa parution,
Une mort moderne, la conférence du Docteur Storm est une
parodie corrosive des rapports qu’entretiennent les sphères
politiques et médicales.
Garantir le montant des retraites ? Améliorer notre système
de santé ? Désendetter le pays pour assurer son avenir ?
50
Ce spectacle, qui fait écho à des questions qui nous concernent
tous, sera suivi d’un débat avec Richard Sobel, Maître de conférences en économie à l’Université Lille 1 et Vladimir Nieddu,
Syndicat SUD santé sociaux et Union Syndicale Solidaires.
Extraits du texte de Carl-Henning Wijkmark
« Au fond, les personnes âgées comprennent fort bien qu’on doit
d’abord miser sur les classes d’ âge actives et assurer le niveau de
vie de celles-ci. Mais, en même temps, elles défendent leur retraite
qu’elles conçoivent comme intangible..., nous constatons donc paradoxalement que si la société pose le problème en termes de choix
entre l’argent et la vie, la réponse que donnent avec un soupir les
personnes âgées, c’est qu’elles sont prêtes à renoncer à la vie. »
« … Tous les citoyens de ce pays doivent pouvoir être assurés
que, lorsque sera atteint un certain niveau de maladie incurable,
de dépendance, de sénilité, ou mieux encore un peu plus tôt
que cela c’est-à-dire dès un certain âge, la société interviendra
pour administrer une mort exempte de souffrance et libératrice
(…) Le grand défi à venir sera de répandre dans le public cette
nouvelle éthique de la vie et de la mort qui, bien comprise, ne
s’oppose pas au respect de la dignité humaine mais contribue à
l’accroître au contraire. »
au programme / fête de la science / LNA#52
La fête à LillOsciences
Du 19 au 21 novembre
à l’Espace Culture
Photo : Eric Bross communication Lille 1
L
a fête de la science est devenue une tradition, l’occasion
de rencontrer ceux qui travaillent sur des objets scientifiques et qui produisent des techniques issues de leurs recherches.
Pour l’Université Lille 1, la plus grande université scientifique
au nord de Paris, et l’INRIA, centre de recherche Lille-Europe,
ce rendez-vous avec le public est précieux.
Contrairement à ce qui est généralement admis, les scientifiques
sont, selon moi, les meilleurs « médiateurs » pour expliquer,
discuter et défendre leurs recherches auprès du public. Pour
ce faire, nos laboratoires et nos partenaires se mobilisent
durant trois jours.
Notre ambition est de poser un regard critique et de discuter
la science. C’est un moment privilégié, un échange autour de
la science et des techniques si présentes dans notre quotidien
à tous. Au fur et à mesure que l’intérêt pour la science et ses
applications s’est développé, les questions se sont multipliées.
Il est de notre responsabilité d’y répondre.
Interroger les scientifiques, la science et ses applications relève
d’une exigence éthique qui puise sa légitimité dans les
valeurs démocratiques des sociétés économiquement et techniquement avancées. Pour que l’intelligibilité des réalisations
techniques soit possible, il faudrait que les bonnes questions
soient posées. Mais il faut aussi que ceux qui font la science
puissent mettre de la distance entre eux et leurs propres réalisations pour apporter les bonnes réponses.
Cet événement couvrira l’ensemble de la métropole lilloise,
il sera découpé en plusieurs îlots. Le cœur de l’événement se
tiendra au centre du campus de l’Université Lille 1, dans les
locaux de l’Espace Culture et de la Maison des Étudiants.
Nabil El-Haggar
L’ilôt découverte
Démonstrations interactives et ateliers ludiques
Touchez, c’est du virtuel ! / Le chirurgien virtuel / La chimie dans
tous ses états / Jeu de l’oie sur la santé
L’ilôt savoirs : conférences Art et technologie : 18/11 à 15h (au Fresnoy)
Par Christophe Chaillou, Professeur d’Informatique, Université
Lille 1, Savine Faupin, Conservatrice du
Musée d’Art Moderne de Lille Métropole,
et Michel Menu, Chef du Département Recherche au Centre de recherche et de restauration des musées de France.
Conférence de Hugues Leroux, Maître de conférences en physique à l’Université Lille 1 : 19/11 à 14h
Conférence de André Brahic, Astrophysicien (sous réserve) :
19/11 à 18h30
La vie dans l’univers : entre rêve et réalité Par André Brack, Exobiologiste, directeur de recherche honoraire
au CNRS : 20/11 à 14h
Conférence-spectacle
Par Didier Hober, Chef de service du Laboratoire de virologie du
CHRU de Lille : 20/11 à 18h30
L’histoire de Lille et ses canaux : 21/11 à 14h
L’ilôt expo
Au plus près des étoiles : l’histoire de l’Observatoire de
l’Université de Lille En parallèle de cette exposition :
> Ateliers démonstratifs (après-midi)
Comment construire une carte du ciel et L’île mystérieuse de
Jules Verne : 19/11
Comment construire un cadran solaire : 20/11
L’orbite de Mars : 21/11
> Lectures publiques : « Voyages imaginaires »
En partenariat avec l’Université Lille 3
Lectures de poèmes de « La vie de Galilée » de Brecht ou de textes
de Jules Verne : 19/11 (après-midi)
Par Anne-Pascal Pouey-Mounou, professeur de lettres modernes
à l’Université Lille 3 et l’équipe du laboratoire ALITHILA.
> Séances d’observation à l’Observatoire de Lille :
19, 20 et 21/11 à 20h30
Observatoire de Lille
1 impasse de l’Observatoire de Lille
Pour tout public à partir de 10 ans
Réservation par téléphone à l’Espace Culture
à partir du 1er octobre
Pour plus d’informations, le site internet sera mis à jour régulièrement : www.lillosciences.fr
51
LNA#52 / au programme / exposition
Au plus près des étoiles
l’histoire de l’Observatoire de l’Université de Lille
Du 19 octobre au 18 décembre
Vernissage : lundi 19 octobre à 18h30
Entrée libre
Visites guidées sur réservation au 03 20 43 69 09
Dans le cadre de l’Année Mondiale de l’Astronomie
L’année 2009 est marquée par divers événements visant
à mettre en lumière une science souvent trop méconnue :
l’astronomie.
En hommage aux 400 ans des premières découvertes
faites par Galilée, l’UNESCO a déclaré l’année 2009
« Année Mondiale de l’Astronomie ».
C’est aussi la 18ème édition de la Fête de la science, avec
laquelle coïncident les 100 ans de l’inauguration de la
lunette astronomique de l’Observatoire de Lille.
L
’exposition « Au plus près des étoiles : l’histoire de
l’Observatoire de l’Université de Lille » est l’occasion
de découvrir de multiples objets représentatifs des savoirs et
pratiques de cette époque, mais aussi les différentes techniques d’observation de l’univers.
L’observatoire astronomique de Lille est né, en 1909, de
la volonté du fils d’un riche industriel du textile : Robert
Jonckheere. Passionné d’astronomie, il en fait la demande
à son père comme cadeau d’anniversaire pour sa majorité.
D’abord situé à Hem, l’observatoire collabore avec le Conseil
Général du Nord et l’Université de Lille, en effectuant des
relevés météorologiques, en participant au service de l’heure
et en proposant des cours d’astronomie. L’observatoire est
officiellement déclaré Observatoire de l’Université de Lille,
par décret ministériel, le 6 juillet 1912.
52
Face aux conséquences de la Première Guerre mondiale sur
la gestion de l’observatoire, Robert Jonckheere se trouve, en
1929, dans l’obligation de le vendre à l’Université de Lille.
Très vite, l’équipement scientifique de l’Observatoire de
Hem, dont la célèbre lunette de 6 mètres de longueur, est
réinstallé Porte de Douai à Lille.
L’édifice, construit sur le modèle de l’Observatoire de Hem,
est inauguré le 8 décembre 1934 en présence du Recteur
Albert Châtelet, de l’Assemblée de la Faculté et des représentants de l’État.
L’université Lille 1, héritière de l’observatoire et de son histoire, jouit aujourd’hui d’une collection unique d’objets
scientifiques sur l’astronomie.
Le temps de cette exposition, l’Espace Culture se transforme
en observatoire astronomique présentant des objets anciens,
parfois uniques, comme le micromètre de Robert Jonckheere,
les théodolites en acier et en laiton, le sidérostat…
Seront notamment exposés des documents rares et authentiques (relevé du sismographe, plan de l’observatoire…), un
ancien atlas du ciel ou le premier catalogue d’étoiles doubles
de Robert Jonckheere. De nombreux documents photographiques (certains datant du début du XXème siècle) et une
vidéo (réalisée par Lille1T V )
témoigneront également de l’histoire et de la richesse de l’observatoire.
au programme / concert / LNA#52
© Béatrice Trichet
Duo Lê Quan Ninh / Tony Di Napoli
Percussions / Lithophones (Pierres sonores)
Jeudi 5 novembre à 19h
Entrée gratuite sur réservation
En partenariat avec le Crime
Lê Quan Ninh commence très jeune l’étude du piano
puis débute des études de percussion. En 1982, il obtient
le Premier Prix du Conservatoire National de Région de
Versailles.
Il manifeste très vite un intérêt pour l’improvisation libre.
Il travaille avec le compositeur Butch Morris, le clarinettiste
Misha Lobko, les saxophonistes Daunik Lazro et Michel
Doneda.
Il est l’un des membres du Quatuor Hêlios, ensemble de
percussion qui a joué et enregistré, entre autres, la musique
pour percussion de John Cage.
Depuis 1989, il participe à de très nombreuses rencontres en
Europe et sur le continent américain et joue régulièrement
dans des groupes où se mêlent musique improvisée, acoustique
et électroacoustique, poésie, performance, danse, actions,
cinéma expérimental, photographie, vidéo...
Sa rencontre, en 1993, avec George Lewis est le départ d’un
travail avec l’outil informatique.
Lê Quan Ninh travaille régulièrement avec des danseurs :
Iwana Masaki, Yukiko Nakamura, Michel Raji, Olivia
Grandville, Franck Beaubois et Patricia Kuypers…
Sculpteur et musicien, Tony Di Napoli débute ses études
de sculpture à l’Académie des Beaux-Arts de Liège. La pierre
devient un de ses matériaux de prédilection. Il complète sa
formation chez des artisans tailleurs de pierre en Belgique,
au Népal et en Italie.
En 1994, il conçoit et réalise ses premiers instruments de
musique en pierre : des gongs suspendus de formes variées
(carrées, ovales, pierres gravées), des pierres rondes et des
lames oblongues posées sur des caisses de résonance. Il a
beaucoup étudié la « musique sur pierre » notamment les
différentes pierres sonores anciennes et contemporaines au
Viêt-Nam. Il est également formé à Hô Chi Minh-Ville
à l’art d’accorder les pierres sonores, ce qui lui permet de
nouvelles explorations. Il travaille un nouveau matériau, le
contenant de la musique : l’air.
Il travaille sur le projet « Un rêve de pierre – compositions
pour différentes pierres sonores », projet réunissant les
différents sculpteurs et musiciens de la pierre à travers le
monde.
Tony Di Napoli a composé et interprété la musique de
plusieurs pièces de théâtre et a créé la musique pour un
DVD de présentation d’un travail photographique. Il travaille actuellement à la création de musique pour une série
de contes indigènes du Brésil.
En 2006, il crée avec la violoncelliste Martine Altenburger
l’ensemble]h[iatus, un ensemble de musique contemporaine
dont ses membres sont à la fois interprètes et improvisateurs.
53
LNA#52 / au programme / concert
Philippe Deschepper : guitare
Olivier Benoit : guitare
Régis Huby : violon
Trio Benoit / Deschepper / Huby
Mercredi 25 novembre à 19h
Entrée gratuite sur réservation
En partenariat avec Circum
La musique de ce trio à cordes, résolument « électrique »,
est essentiellement improvisée collectivement. Le traitement
du son comme une matière organique, le lyrisme des
mélodies composées dans l’instant sont au cœur de la
démarche des trois solistes qui trouvent dans cette formation
singulière l’espace idéal pour partager leur imaginaire.
Guitariste, compositeur et chef d’orchestre, Olivier Benoit
multiplie les collaborations et recherches à la croisée de
différents domaines : danse, musique improvisée, expérimentale, musique contemporaine, jazz, électronique, pour
lesquels il a parfois créé un langage. Il travaille, entre autres,
avec le danseur/chorégraphe David Flahaut, les musiciens
Joëlle Léandre, Sophie Agnel, Jean-Luc Guionnet, Michel
Doneda, Éric Echampard, le collectif du Crime (dont la
Pieuvre et Electropus qu’il dirige à l’aide d’un code de signes qu’il a créé), le collectif Circum (dont il compose en
partie la musique), Happy House, Optronic, projets avec
lesquels il a créé une vingtaine d’albums.
Diplômé des Beaux-Arts, Philippe Deschepper entame, en
parallèle de son activité de plasticien, une carrière de guitariste qui va se confirmer dès son arrivée à Paris en 1980.
Il se produit régulièrement en France et à l’étranger avec
Henry Texier, Gérard Marais, Louis Sclavis, Michel Portal,
Sylvain Kassap, François Corneloup, Jacques Di Donato,
Claude Tchamitchian…
54
© Photos : Jean-Michel Monin
Sous son nom, il dirige EAO, L’impossible Trio, Quartet
PHD, Sextet PHD, Chien méchant, Unwritten…
À partir de 1990, il reprend la sculpture et crée la Performance « sculptures musique et vidéo » avec le vidéaste Kamel
Maad. Philippe Deschepper s’installe à Marseille en 2000.
Il devient membre de diverses formations : Tota la Vertat
Trio, Mécanos sonores, Fanfare E, Manoeuvres, Trio Santa
Cruz… Il a par ailleurs composé et interprété des musiques
pour la danse.
Régis Huby est violoniste, improvisateur, compositeur,
arrangeur et producteur. Il multiplie des collaborations
qui sont le fruit de rencontres entre des styles les plus
divers, du classique au post-rock en passant par des hymnes
traditionnels. L’expérimentation est son mot d’ordre dans
sa quête d’une musique « nouvelle ».
Il a joué avec Joachim Kühn, Louis Sclavis, Dominique
Pifarély, Paul Rogers, Marc Ducret, Noel Akchoté, George
Russel, Bruno Chevillon, Bernard Subert, Hélène Labarrière, Gianluigi Trovesi, Enrico Rava, François Raulin, Éric
Echampard, Paolo Damiani, Lambert Wilson, Christophe
Maguet, Claude Tchamitchian, Andy Emler…
au programme / concert / LNA#52
© Patrick Veyssière
Drums Noise Poetry
Trio de batterie
Edward Perraud / Didier Lasserre / Matthias Pontevia
Jeudi 3 décembre à 19h
Entrée gratuite sur réservation
En partenariat avec le Crime
Dans ce « Drums noise poetry », les peaux, le cuivre et le
bois sont autant de pages blanches où viennent s’inscrire les
plus étranges aphorismes, les plus angoissantes strophes et
les plus sombres paragraphes qu’auraient pu signer Edgar
Poe, Franz Kafka ou Donatien Alphonse François de Sade.
Ici, le fracas des tambours accède à la poésie pure…
Joël Pagier, Improjazz
Renversant. Bouleversant. Ca tire vers les instruments à
vent, à cordes frottées, les synthétiseurs évidemment, toutes
les percussions possibles, bombardiers, Spitfire en piqués,
les orages, les brises, les tornades, les friselis, les forêts, les
prairies, les chutes du Niagara, les rouleaux de l’océan, l’atelier typographique, l’usine. Le septième jour, le trio de batterie inventa le son, l’énergie et l’amitié…
Claude Chambard, Journal des Allumés du Jazz, 2008
Edward Perraud commence la guitare très jeune, puis le
trombone et la percussion classique au CNR de Rennes. Il
étudie la musique classique, la musique contemporaine, le
jazz, la musique indienne et l’improvisation libre qui marquent
son jeu de percussionniste. On compte une quarantaine de
disques à son actif sur des labels du monde entier.
Depuis 2005, il participe à un projet comme comédien et
s’investit dans un projet itinérant Cinéma/Musique. Il a
joué avec nombre de musiciens des scènes européennes et
américaines : Paul Rogers, John Edwards, Michel Portal,
Daunik Lazro, Jean-Luc Cappozzo, Didier Petit, Olivier
Benoit, Jean-Luc Guionnet, Marc Helias…
Il travaille, depuis huit ans, la musique indienne et fait de
nombreuses tournées en France et à l’étranger. Batteur, per-
cussionniste, compositeur, improvisateur et chercheur, il
revendique un parcours où tout doit être possible…
Didier Lasserre
Il débute l’instrument à l’âge de seize ans puis travaille
essentiellement en autodidacte. Il enseigne la batterie
(Centre d’Improvisation Libre, Bordeaux, 2003) et dirige
des ateliers d’improvisation et des master-classes (AsproJazz/Jazz en Franche-Comté).
Il joue dans de nombreux festivals en France et à l’étranger
(Jazz à Mulhouse, All’ Improvista / Pannonica, Jazz à Luz,
Bordeaux Jazz Festival, Long Arms & APosition festivals Moscou & St Petersbourg…), tourne en République Tchèque, Allemagne, Portugal, Espagne... et co-fonde, en 2003,
le label Amor fati avec Mathieu Immer.
Il a joué, entre autres, avec Paul Rogers, Daunik Lazro,
Jean-François Pauvros, Kent Carter, Bertrand Denzler,
Bertrand Gauguet, Ronnie Lynn Patterson, Bobby Few,
Roy Campbell...
Matthias Pontevia fonde et dirige le Centre d’improvisation
Libre à Bordeaux.
Formé par l’écoute de Lê Quan Ninh, Tati, Barre Phillips,
John Cage, Jack Dejohnette, Bach, Jackson Pollock, Sunny
Murray, Jimmy Lyons, Marcel Duchamp, John Coltrane,
Prince, Led Zeppelin, Alain Lestié, Jabo Stark, Michel
Doneda, Miles Davis…, il est passionné par le détournement et la conception de batteries et percussions hybrides et
joue dans divers groupes et orchestres jazz et free jazz.
Batteur-percussioniste pour l’improvisation libre en diverses formations, il joue actuellement en trio avec Bertrand
Gauguet (sax) et Jean-Sébastien Mariage (guitare électrique),
en duo avec Xabi Hayet (contrebasse), en trio avec Jean-Luc
Petit (sax ténor) et Hayet.
55
Octobre, novembre, décembre
*Pour ce spectacle, le nombre de places étant limité, il est nécessaire de retirer préalablement vos entrées libres à l’Espace Culture (disponibles un mois avant les manifestations).
Ag e nd a
Retrouvez le détail des manifestations sur notre site : http://culture.univ-lille1.fr ou dans « l’in_edit » en pages
centrales. L’ ensemble des manifestations se déroulera à l’Espace Culture de l’Université Lille 1.
Les 3 et 4 octobre
Stage « Construction de la partition corporelle » par le Théâtre Diagonale
Lundi 5 octobre
Ouverture de saison : présentation des ateliers de pratiques artistiques
Concert : duo Mohamed Derouich / Christophe Hache
18h
19h
Les 6, 13 et 20 octobre 14h30 Conférences de l’UTL
Mardi 13 octobre
18h30 Rendez-vous d’Archimède : Cycle « Créativité et territoires »
« Créativité, économie et territoires » par Bernard Stiegler
Mercredi 14 octobre
10h-17h4ème Valse des livres
Jeudi 15 octobre
19h
Spectacle : « Typologie de la manifestation / Soixante-huit (une veille histoire...) » *
par La vache bleue Cie
Du 19 octobre au 18 décembre
Exposition « « Au plus près des étoiles : l’histoire de l’Observatoire de l’Université de Lille »
Vernissage le 19 octobre à 18h30
Mardi 20 octobre
18h30 Rendez-vous d’Archimède : Cycle « La crise » « Qu’est-ce qu’une crise ? »
par Marcel Gauchet
Jeudi 22 octobre
18h30 Question de sens : Cycle « Résistances » « Éloge de la rupture » par Jean-Marie Muller
Jeudi 5 novembre
19h
Lundi 9 novembre
19h
Concert : duo Lê Quan Ninh / Tony Di Napoli avec le Crime *
Spectacle : « Une Mort moderne La Conférence du Docteur Storm » *
par Bruno Tuchszer - Cie La Virgule
Les 10, 17 et 24 novembre 14h30 Conférences de l’UTL
Mardi 10 novembre
18h30 Rendez-vous d’Archimède : Cycle « Créativité et territoires »
« L’artiste, l’ingénieur et les nouvelles technologies » par Jean-Paul Fourmentraux
Mardi 17 novembre
18h30 Rendez-vous d’Archimède : Cycle « La crise » « La crise chez le vivant : mutation,
évolution des espèces » par André Langaney
Du 19 au 21 novembre
Fête de la science
Mardi 24 novembre
18h30 Rendez-vous d’Archimède : Cycle « Créativité et territoires »
« L’économie du marché de la créativité » par Yann Moulier-Boutang
Mercredi 25 novembre 19h
Concert : trio Olivier Benoit / Philippe Deschepper / Régis Huby avec Circum *
Les 1er, 8 et 15 décembre14h30 Conférences de l’UTL
Mardi 1er décembre
18h30 Rendez-vous d’Archimède : Cycle « La crise » « Les crises stratégiques »
par Daniel Parrochia
Jeudi 3 décembre
19h
Concert : « Drums Noise Poetry » Trio de batterie *
Edward Perraud / Didier Lasserre / Matthias Pontevia avec le Crime
Mardi 8 décembre
18h30 Rendez-vous d’Archimède : Cycle « Créativité et territoires »
« Droit, création et art contemporain » par Bernard Edelman
Les 12 et 13 décembre
Stage « Technique de mime corporel » par le Théâtre Diagonale
Mardi 15 décembre 18h30 Rendez-vous d’Archimède : Cycle « La crise » « Physique statistique, chaos et
mécanique quantique : entre déterminisme et imprévisibilité » par Roger Balian
Espace Culture - Cité Scientifique 59655 Villeneuve d’Ascq
Du lundi au jeudi de 11h à 18h et le vendredi de 10h à 13h45
Tél : 03 20 43 69 09 - Fax : 03 20 43 69 59
http://culture.univ-lille1.fr - Mail : culture@univ-lille1.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising