Télécharger le document - Bibliothèque départementale de la Sarthe

Télécharger le document - Bibliothèque départementale de la Sarthe
LES MARCHES PUBLICS ET LES BIBLIOTHEQUES MUNICIPALES
I - DEFINITION D’UN MARCHE PUBLIC
Le marché public est un contrat d’achat administratif, conclu à titre onéreux entre deux parties le
« pouvoir adjudicateur - PA » (collectivité) et « l’opérateur économique » (dans notre cas :
libraire) pour répondre aux besoins du pouvoir adjudicateur en matière de travaux, de fournitures ou
de services.
En l’occurrence, pour l’achat de livres, il s’agit d’un marché de fournitures.
II - MARCHES PUBLICS : PRINCIPES FONDAMENTAUX
3 principes fondamentaux sont fixés par le code des marchés publics :
• Liberté d’accès à la commande publique (tout fournisseur doit pouvoir se porter candidat au
marché public que vous souhaitez passer),
• Égalité de traitement des candidats (tout fournisseur doit être traité de la même façon),
• Transparence des procédures (garantie d’un degré de publicité et d’information adéquat).
Afin de respecter ces principes, l’acheteur public définit dans un premier temps son besoin, choisit
une procédure adaptée à ce besoin, met en concurrence les acteurs économiques, puis sélectionne
‘l’offre économiquement la plus avantageuse ‘. Ce choix s’effectue tout d’abord à partir de la
qualité de la prestation puis sur le prix.
III - DEFINITION DU BESOIN
Une nomenclature des fournitures et des prestations de services homogènes (arrêté du 13 décembre
2001) a été établie. Elle peut être utilisée pour définir les besoins sur toute une collectivité.
Dans cette nomenclature les livres non scolaires sont classés dans le code famille 15.05. Tous les
achats pourront donc être classés dans ce code famille, ce qui permettra d’évaluer sur une année le
montant global pour toute la collectivité. En effet, le marché d’achat de livres sera passé pour tous les
services de la mairie (archives, administration, documentation…).
En cas d’achats de plusieurs supports (livres, Cd audio, cédéroms), il est préférable de passer un
marché par supports. La fourniture de documents sonores est classée dans le code famille 15.08.
La description du besoin doit répondre à quatre questions :
1. Pour qui ? – 2. Pourquoi ? – Pour quand ? – 4. Comment ?
1
IV - EVALUER LES BESOINS DE LIVRES
Le code des marchés publics (CMP) établit des seuils financiers à partir desquels les « formalités de
publicité » (publication dans les journaux officiels et/ou d’annonces légales) du marché et la procédure
deviennent plus contraignantes. Vous trouverez ces seuils dans le paragraphe ci-après.
Pour les acquisitions de livres non scolaires, le besoin est évalué sur la base du budget total
prévisionnel des achats de livres pour l’année pour toute la collectivité. Toutefois, si vous avez décidé
d’effectuer un marché d’un an reconductible 1 fois ou plus (pas plus de 4 années au total), il faudra
faire le calcul sur le cumul d’années afin de choisir la bonne procédure.
Afin de permettre une plus grande souplesse sur l’évaluation des marchés, le CMP a permis de fixer
des minimums et maximums en valeur. Cette pratique est conseillée car elle permet aussi aux
fournisseurs de mesurer leur capacité et leur intérêt à répondre au marché.
V - DETERMINER LA PROCEDURE
« La procédure d’appel d’offres » : (procédure par laquelle un acheteur exprime un besoin en fonction
d’un cahier des charges. Différents prestataires sont appelés à faire une proposition chiffrée en réponse
à ce cahier). Cette procédure n’est obligatoire que si le besoin de livres de la collectivité est supérieur à
200 000 € H.T.
Si le besoin est inférieur à ce montant, il s’agit de « marchés ‘dits à’ procédure adaptée » (MAPA)
(publication adaptée au besoin et au montant) pour lesquels la collectivité choisit elle-même les
modalités de publicité.
En dessous de 15 000 € H.T., la collectivité peut décider que les marchés seront conclus sans
publicité ni mise en concurrence (décret n° 2011-1853 du 9 décembre 2011).
Entre 15 000 € H.T. et 90 000 € H.T., la collectivité est soumise à une obligation de publicité mais
elle choisit la publicité en fonction des caractéristiques du marché. L’annonce peut être publiée soit sur
internet (le portail du Conseil général est à votre disposition pour toute publicité de marché), soit sur
un journal d’annonces légales (JAL).
Entre 90 000 € H.T. et 200 000 € H.T., une publicité est obligatoire ; la collectivité doit publier
impérativement au Journal Officiel de l’Union Européenne (JOUE), au Bulletin Officiel des Marchés
Publics (BOAMP) et sur son profil acheteur Internet. Elle peut aussi choisir de faire une publicité, audelà, dans un JAL ou un journal spécialisé.
2
Voici un tableau récapitulant les seuils et les différentes procédures (9/12/2011). (Ces seuils sont
révisés tous les 2 ans).
SEUILS
Publicité adéquate
En dessous de 15 000 € H.T.
Possibilité de conclure des marchés sans publicité.
Procédure adaptée (MAPA)
Choix de la publicité en fonction des caractéristiques du
marché : Publicité sur internet « Portail achats publics
sarthois» * et ou JAL.
Procédure adaptée (MAPA)
Choix de la publicité soit au BOAMP, soit au JAL avec
complément sur internet « Portail achats publics sarthois »
et si intérêt, dans une publication spécialisée
correspondant au secteur économique concerné.
Entre 15 000 € H.T. et
90 000€ H.T.
Entre 90 000 € H.T.
et 193 000 € H.T.
Au-delà de 200 000 € H.T.
Procédure d’Appel d’offres
Publicité obligatoire : BOAMP et au JOUE **
* Adresse du site du Conseil général : www.sarthe-marchespublics.fr
** JOUE (Journal Officiel de l’Union Européenne) / BOAMP (Bulletin Officiel des annonces des
marchés publics)
VI - MARCHE À BONS DE COMMANDE
Compte tenu du type de besoins récurrents et courants, la forme qui s’impose dans presque tous les cas
est celle du marché à bons de commande. Il ne peut excéder 4 ans. Ces marchés s’exécutent par
envois successifs de bons de commande adressés au fournisseur.
* Cas des livres qui ne peuvent être fournis que par un seul fournisseur : (ex. : VDB ouvrages en
gros caractères).
La publicité et la mise en concurrence sont inutiles. Le CMP prévoit dans ce cas la possibilité d’un
achat de ces ouvrages directement à l’éditeur à condition de ne pas dépasser 1 % de la valeur totale du
marché et 10 000 € H.T.
VII - L’ALLOTISSEMENT
L’allotissement est le principe d’un découpage par lot, sauf si l’objet du marché ne permet pas
l’identification de prestations distinctes. Le recours au marché global doit ainsi dûment être justifié.
Les lots, traités par marchés séparés, peuvent être :
• thématiques : « livres pour adulte », « livres pour la jeunesse », « bandes dessinées », ….,
• géographiques : les lots peuvent avoir des contenus identiques, mais ils sont destinés aux
différents services de la collectivité répartis sur un secteur géographique. En aucun cas un
fournisseur ne doit être rejeté du fait de son implantation géographique.
La répartition des lots doit être clairement indiquée dans la publicité du marché (objet du lot, montant
de dépense prévu).
Un fournisseur peut présenter une offre pour plusieurs lots et plusieurs lots peuvent être attribués à un
même fournisseur, chaque lot donnant lieu à un contrat.
Il est préférable de ne pas multiplier les lots pour ne pas alourdir la procédure.
3
VIII - PREPARATION DE LA PROCEDURE ADAPTEE ET DE L’ANALYSE DES OFFRES
Une procédure est un ensemble de règles et de formalités à respecter pour effectuer la passation d’un
marché public.
La préparation de la procédure est composée de 2 phases : préparation de la procédure, analyse des
offres et choix des titulaires.
1.
Préparation de la procédure :
Celle-ci est constituée de documents de consultation qui doivent permettre aux candidats de proposer
leurs offres. L’ensemble de ces documents est appelé dossier de consultation des entreprises (DCE).
Pièces administratives :
Acte d’engagement (AE): il s’agit d’une pièce signée par le candidat dans laquelle celui-ci présente
son offre. Ce document doit être impérativement joint à l’offre et signé sous peine d’élimination. Si le
candidat est retenu, ce document constituera le document contractuel engageant les deux parties.
Règlement de la consultation (RC) : il reprend l’objet de la consultation, les conditions de la
consultation (annonce de la procédure et des modalités de consultation), la décomposition en lots, le
rappel des pièces à fournir ainsi que les conditions de remise des offres. Enfin, il annonce les
conditions de sélection des candidats et de jugement des offres (pondération, notation) dont vous
trouverez un exemple ci-après.
Cahier des clauses administratives particulières (CCAP) : ce document indique les dispositions
administratives propres au marché concerné (ex : prix, modalités de règlement, délais d’exécution,
pénalités, résiliation).
Cahier des clauses techniques particulières (CCTP) : ce document permet de présenter la
collectivité ainsi que les différents services concernés par le marché. Il doit décrire les attentes
techniques aux candidats ainsi que toutes les conditions d’exécution du marché.
En cas de marché alloti, le cahier des charges doit comporter la description de l’objet de chaque lot
ainsi que les montants minimum et maximum par lot.
Ces montants doivent être cumulés par année pour déterminer la procédure.
Les critères d’attribution fixés au RC, peuvent être rappelés dans ce Cahier.
Cahier des clauses administratives générales (CCAG) : pièce générale de tous les marchés qui
s’y référent, le cahier des clauses administratives générales est un Cahier type fixant les modalités
d’exécution des marchés. Il permet au CCAP de ne fixer que les conditions spécifiques d’exécution
propre au marché. Il existe quatre CCAG, « travaux », « fournitures courantes et services »,
« prestations intellectuelles » et « technologies de l’information et de la communication ».
Critères d’attribution :
Ils doivent traduire le besoin de l’acheteur et permettre de choisir « l’offre économiquement la plus
avantageuse ». Ils doivent être objectifs, opérationnels, non discriminatoires. De plus, ils doivent être
pondérés ou à défaut hiérarchisés.
Il est conseillé de choisir plusieurs critères d’attribution dans le cas de la fourniture de livres, compte
tenu du fait que le prix est fixe et que la remise est plafonnée. Voici quelques exemples de critères et
sous-critères pondérés.
4
1er critère : Valeur technique (comportant des sous-critères avec une pondération *), 60 %
- conditions d’accueil des biblitothècaires dans les locaux du fournisseur et conseil technique à
l’acquisition (compétence de l’interlocuteur désigné) - poids * 4 ;
- conformité de la livraison à la commande et procédure de relance des éditeurs ou diffuseurs poids 2 ;
- suivi des commandes précis (information sur l’état des reliquats « épuisé, « en réimpression »
…) - poids 2 ;
- qualité de la facturation (présentation, lisibilité) - poids 2.
2nd critère : qualité de la livraison (respect des délais de livraison, qualité de l’emballage), 20 %
3ème critère : Prix (remise effectuée), 20 %
Attention aux critères donnant lieu à des prestations de service (ex. : fourniture de notices de
catalogage, offices, présentation de coups de cœur …). Il s’agit de services associés à la fourniture
et ils doivent être valorisés. En aucun cas ils ne doivent être exigés et faire l’objet de prestations
gratuites.
Pondérer : attribuer un coefficient à chaque note
Poids : note permettant de classer les offres
2.
Analyse des offres et choix des titulaires :
L’analyse se fera à partir des critères d’attribution déterminés dans le RC et rappelé éventuellement
dans le CCTP. Elle comportera une analyse détaillant les réponses des prestataires par critère, ainsi
qu’un tableau reprenant les critères en affectant une note et une pondération qui sera en adéquation
avec l’argumentaire. De plus, ce tableau permettra de choisir le candidat et de justifier ce choix.
Le rapport d’analyse doit être le reflet de l’offre afin de permettre de rédiger la lettre d’information de
décision de rejet. Il peut être communicable à la demande d’un candidat écarté.
Exemple d’analyse avec notation et pondération en page suivante.
5
Critères
I – Valeur technique
Conditions
d’accueil
des
bibliothécaires dans les locaux
Note intermédiaire
Conformité de la livraison avec
la commande, procédure de
relance
Note intermédiaire
Suivi précis des commandes
(état des reliquats)
Note intermédiaire
Qualité de la facturation
Note intermédiaire
Note globale intermédiaire
Note pondérée
II – Qualité de la livraison
Note pondérée
III – prix
Note pondérée
Note finale
Prestataires
Librairie x
Librairie Y
Exemple de note
Exemple de note
5
1
5
1
4
3
0.4
0.3
4
0.4
4
0.4
2.20
5
0.5
5
0.5
2.30
1.32
3
0.60
5
1
2.92
1.38
5
1
5
1
3.38
Poids/
Pondération
Pondération Mode de calcul
4
Note x poids/20
2
Note x poids/20
2
Note x poids/20
2
60 %
Note x poids/20
Addition des 4 notes
intermédiaires
Note globale X 60 %
20 %
Note x 20 %
20 %
Note x 20 %
Addition des 3 notes
pondérées
Cotation des critères : 1 : très insuffisant – 2 : insuffisant – 3 : passable – 4 : bon – 5 : très bon
Les notes qui sont portées sur ce tableau doivent être en adéquation avec l’analyse argumentée. Ce
tableau permettra de conforter le choix du prestataire.
Voici quelques adresses de sites vous permettant une mise à jour régulière ainsi qu’une sélection
d’ouvragres sur le sujet :
http://pme.service-public.fr/actualites/breves/nouveaux-seuils-pour-marches-publics.html
http://legifrance.gouv.fr
http://www.dgmic.culture.gouv.fr (vade-mecum du ministère de la culture – année 2011)
http://www.marche-public.fr/Guide-bonnes-pratiques-marches-publics
- Achat public, mode d'emploi/Anne-Marie Michelot et Benjamin Michelot.- Direction de
l'information légale et administrative-la Documentation française, 2011
- Code commenté des marchés publics/Edition Michel Guibal, Nicolas Charrel, 2011
6
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising