251 COMPTES RENDUS ODILE MARCEL (dir.), Paysage modes d

251 COMPTES RENDUS ODILE MARCEL (dir.), Paysage modes d
COMPTES RENDUS
ODILE MARCEL (dir.), Paysage modes d’emploi. Pour une histoire des cultures de
l’aménagement
Seyssel, Champ Vallon, Les Cahiers de la Compagnie du Paysage, 4, 2006, 296 p.
Cette édition collective sur les hommes et leurs territoires regroupe un bon nombre de
textes sur la question des cultures de l’aménagement. Organisé en quatre parties et
21 chapitres, ce recueil présente une vision générale d’un champ complexe, avec de
multiples points de vue et différentes échelles. Le lecteur se rend à l’évidence d’une
pluridisciplinarité filandreuse qui demande à être construite pour appréhender le paysage
dans sa pluralité.
L’étude du paysage se présente ainsi comme un exercice d’articulation des disciplines
et des échelles. L’ouvrage montre comment conjuguer les sciences du monde matériel
(géologie, botanique, écologie,…) avec les sciences du fait social et culturel.
La façon dont les hommes ont occupé l’espace à travers le temps pose des questions
multiples et complexes. D’abord sur le fonctionnement des expériences culturelles dans ce
façonnage de l’espace. Pour présenter la diversité des expériences et les modes de
compréhension, l’ouvrage enrichit le débat sur l’occupation de l’espace dans différentes
sociétés, en apportant les nuances nécessaires aux positions dominantes.
De la période médiévale à l’époque dite prémoderne, les différentes contributions
croisent les enseignements de la botanique, de la géographie, de l’anthropologie, de l’histoire
et de l’archéologie, pour mettre au jour l’ensemble des connaissances liées aux territoires.
Dans la première partie sur les aires géographiques et culturelles, quatre contributions
font voyager le lecteur dans des contrées plus ou moins éloignées. Le mouvement des
Touareg témoigne de la façon avec laquelle les nomades entretiennent leur espace. Leur
paysage est rythmé par la disponibilité en eau. Le texte de E. Bernus, « Territoire nomades,
Paysages nomades », montre comment une économie anthropique peut favoriser l’équilibre
des milieux, créant des paysages qui doivent beaucoup à la présence humaine.
Dans le monde des savanes, G. Riou nous transporte au fin fond de l’Afrique sur les
rives du désert, aux confins du Mali et du Niger. L’auteur montre avec talent les échelles
d’imbrications entre organisation sociale et formes paysagères, entre pays et paysages.
Toujours sur le continent africain, J.-L. Yengué se saisit de la problématique de l’arbre en
ville dans un territoire soudano-sahélien. Il réalise une analyse historique qui retrace
l’évolution des paysages végétaux. Selon l’auteur, cette évolution est le produit « d’un subtil
dosage entre le besoin humain immédiat de vivre et de survivre et la volonté de préserver les ressources
de la terre à plus long terme ».
Le voyage se poursuit ensuite dans l’espace et le temps, en direction de la Chine
Ancienne. A. Marcel développe une analyse sur la perception chinoise de l’espace où la
vision du monde reste assez proche d’une pensée moderne. Selon l’auteur, les hommes de
la Chine Ancienne, fins observateurs, ont développé une vision du monde « comme
perpétuel procès vivant ». Voyant que tout est en mutation, ils se sont attachés au procès
des choses et à leurs transformations.
La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée au temps de l’histoire en Occident. Les
deux premières contributions sont de P. Luccioni et concernent les idées antiques sur le
paysage. Dans le premier texte, il souligne deux types d’opposition : la première entre
251
COMPTES RENDUS
paysage vu et paysage lu (peinture versus littérature), la seconde entre paysage aménagé et
paysage regardé. Le deuxième texte est consacré au temps de la fabrication du paysage chez
les poètes et les agronomes.
À propos du rôle des étangs dans la construction du paysage, L. Aumasson propose une
étude sur les marges du Berry et du Poitou, à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVIe siècles).
Ce texte ouvre des perspectives de recherche sur l’évolution des fonctions des étangs dans
l’aménagement de l’espace. Dans cette même lignée, l’évolution de la présence des
chapelles dans les paysages du Bas-Berry fait l’objet d’un texte signé par J.-P. Surrault.
L’auteur souligne l’importance de la dimension religieuse et spirituelle dans les
aménagements de l’espace. Il montre notamment comment les chapelles s’inscrivent dans
un espace sacralisé donnant un sens historique à leur localisation.
Sur la construction du paysage au Moyen Âge, J.-M. Catherinot met en évidence des
preuves démontrant de façon convergente que le paysage médiéval existe, qu’il a été
façonné à toutes échelles, de l’enclos minuscule devenu jardin jusqu’à la totalité du
territoire, mettant en valeur les sites géographiques.
R. Salerno s’interroge, dans un premier texte, sur l’existence du paysage avant sa
codification linguistique. Ce texte présente une analyse de la question des représentations
sociales des paysages et leur prise en compte dans les politiques d’aménagement. Le second
texte de R. Salerno montre que la perspective est un outil par l’intercession duquel le
paysage prend forme.
Concernant la construction culturelle du territoire, F. Duban nous amène à travers les
paysages du grand Ouest américain. Ces paysages américains sont le résultat d’un effet
anthropique à l’échelle de tout le continent. L’auteur propose une interprétation culturelle
et historique qui se fonde sur une analyse conceptuelle, d’une part, sur la présentation d’un
ensemble de représentations propres à la culture américaine, d’autre part.
C. Somm, dans un chapitre sur les montagnes habitées, présente la transformation des
espaces habités dans les Alpes du Nord (Savoie), au cours des trois derniers siècles, en lien
avec les représentations multiples projetées sur ces territoires de montagne.
La troisième partie de l’ouvrage traite de la gestion des paysages. Elle regroupe six
chapitres relatant des expériences d’aménagement dans différents contextes géoculturels.
En ce qui concerne l’évolution des paysages en Tunisie, J. Abdelkefi dresse un tableau
alarmant sur la situation des paysages tunisiens. Menacés par une urbanisation importante
et la marginalisation du secteur agricole, les paysages tunisiens subissent des mutations
profondes. R. Gambino revient sur la territorialité du paysage dans le contexte italien. En
effet, l’expérience italienne a donné un intérêt pour l’interprétation structurale du territoire
dans la définition des orientations stratégiques.
La quatrième partie de l’ouvrage retient la dimension spatio-culturelle du paysage par
deux contributions : d’une part, un texte sur la construction culturelle du paysage par M.-B.
Potte et, d’autre part, un essai sur le statut social du bien commun paysage de H. Hatzfefld.
En résumé « Paysage mode d’emploi » est un recueil très riche par la diversité des thèmes
abordés et des références spatio-temporelles retenues. Agréable à la lecture, il constitue
pour le néophyte une bonne entrée dans le domaine.
Walid OUESLATI
Institut national d’horticulture, Angers
252
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising