La Lettre du CSK. Numéro 13

La Lettre du CSK. Numéro 13
SANTÉ
La Lettre
N° 13 - Janvier 2000
ÉDITORIAL
Mais qui sont-ils ? Surveillant-kiné, cadre de santé,
moniteur-cadre, kiné-chef...
Mais que font-ils ?
Thérapeute, enseignant,
manager, coordonnateur...
Mais d’où viennent-ils ?
Après un D.E. de masseurkinésithérapeute, un cheminement professionnel,
des questions, une évaluation personnelle... et c’est
un plongeon de 9 mois difficiles pour l’obtention
d’un diplôme cadre.
Les mains ont du mal à
quitter le patient pour le
stylo, l’ordinateur. L’angoisse de soigner le premier patient se transforme
en stress pour diriger la
première réunion d’équipe
ou débuter le cours.
Organiser, planifier, gérer,
évaluer, projeter, soigner,
enseigner, trancher, décider... au milieu du service,
des lits, des transparents,
Recevez La Lettre e n b r a i l l e
sur simple demande écrite.
du PMSI, des corrections,
de l’accréditation... avec le
médecin-chef, les collègues, les patients, les étudiants, la direction !
Cela donne un “personnage”. Très présent. Jamais
absent dans les grands
moments de son institution.
Quelque peu râleur ! Des
fois bien seul. Avec en
permanence le désir de
bien faire, la soif des
connaissances, l’envie de
s’impliquer, l’envie de
faire bouger les choses.
Personnage des fois critiqué ou même attaqué qui
reçoit peu ou pas de remerciements. Il sait assumer.
Pour les projets, le relationnel parfois difficile, la
négociation, l’écoute, les
fêtes avec les collègues...
il est là !
Voilà ce que nous vivons !
Et franchement, entre nous,
qui laisserait sa place ?
Patrick ROTGER
du Comité de Publication
La Lettre s u r s i t e I n t e r n e t :
kine.kinemedia.fr
SOMMAIRE
- Éditorial
- Relecture du numéro 12
de La Lettre :
Gilles PENINOU
- Parcours d'un cadre kiné :
Pierre TRUDELLE
- Découverte :
l’ANAES
- Courriers
- Nos Rubriques courantes
- Nouvelle Rubrique
La question naïve
COMITÉ DE
PUBLICATION
- Daniel MICHON
Enseignant-Formateur
I.F.M.K. et I.F.C.S. de Grenoble
- Marie-Odile PAILLET
Chef de Service Rééducation
C.R.F. "Les Rosiers" de Dijon
- Philippe RIGAUX
Responsable Formation Continue
"Bois-Larris" Santé Formation
- Patrick ROTGER
Coordonnateur Rééducation
Hôpital National de Saint-Maurice
- Michel THUMERELLE
Directeur
C.R.F. de Fouquières-lez-Lens
- François ZIMMERMANN
Enseignant-Formateur
I.F.M.K. de Strasbourg
Coordination :
- Michel GEDDA
Kinésithérapeute-Chef
C.R.F. Salins-les-Bains
ISSN 1267-7728
LA LETTRE DU C.S.K. - Michel GEDDA - C.R.F. - B.P. 101 - F39110 SALINS-LES-BAINS
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
1
DOCUMENTATION
Une solution à la recherche d’informations
médicales et de santé sur le Web :
Le Catalogage et Indexation des
Sites Médicaux Francophones
(CISMeF) du C.H.U. de Rouen.
A
vant l’apparition de l’Internet, l’information était
difficilement accessible. Internet a modifié les données du problème : aujourd’hui, le moyen d’accès à
l’information existe mais la difficulté est de s’y retrouver et de gérer cette avalanche de documents.
Actuellement la majorité des sites médicaux n’ont
encore qu’une dimension essentiellement marketing, avec
la présentation de l’institution ou de la société ; seulement
une minorité ont un contenu informationnel de qualité.
Quelle méthodologie de recherche mettre en oeuvre
sur Internet pour accéder aux sources d’informations existantes sur les sujets qui m’intéressent ? Quel est le degré
de fiabilité de l’information accessible ? Quels sont les
critères de validation d’une information sur Internet ?
Plusieurs types de services sont à distinguer :
- niveau 1 : moteur de recherche généraliste ;
- niveau 2 : catalogue de sites et index sans thesaurus ;
- niveau 3 : catalogue de sites et index avec thesaurus ;
- niveau 4 : catalogue de sites, index avec thesaurus
structuré, métadonnées et description de sites. À ce niveau,
il existe seulement 3 sites : www.omni.ac.uk , www.hon.ch
et www.chu-rouen.fr .
Au C.H.U. de Rouen, depuis 1995 une équipe, constituée d’un médecin informaticien et de professionnels de
la documentation, travaille au catalogage et à l’indexation
des sites médicaux francophones (CISMeF). La création
de CISMeF s’est justifiée par : l’avalanche d’informations
potentiellement accessibles, la difficulté de séparer clairement les informations pour les professionnels de celles
pour les patients, le manque de spécificité des moteurs de
recherche et surtout la nécessité absolue en médecine de
connaître la source et la qualité de l’information.
CISMeF recense exclusivement les ressources en
français de toute provenance. Le nombre de sites et de
documents catalogués dans CISMeF a dépassé les 6600
en juin 1999, avec 75 nouvelles ressources en moyenne par semaine en 1999 (47 en 1998). Ceci constitue
environ 10 % de la production mondiale en santé.
Sur un échantillon représentatif de 400 sites et documents, 66,7 % des sites proviennent de France, 20 %
du Canada (en particulier du Québec), 5,4 % de Suisse,
3,7% d’Afrique et 2,7 % de Belgique.
2
La méthodologie CISMeF comprend 5 étapes : le recensement des ressources, le filtrage, la description, la classification et l’indexation.
Le recensement des sites et des documents est effectué grâce à une veille quotidienne sur les annuaires multidisciplinaires francophones, grâce à une visite mensuelle
sur le site de NIC (Network Information Center) France
qui recense les nouveaux domaines créés et grâce à la déclaration des sites eux-mêmes par formulaire.
●
● Pour le filtrage des sites recensés, CISMeF respecte
le référentiel des critères de qualité de l’information de
santé sur l’Internet : le Net Scoring. Le Net Scoring comprend 48 critères regroupés en 8 classes principales : crédibilité, contenu, hyper-liens, design, interactivité, aspects
quantitatifs, déontologie et accessibilité.
● La description et la classification (ou catalogage) des
sites et documents doit permettre de connaître à l’avance
le type d’information présentée et d’évaluer ce contenu.
Pour cela CISMeF utilise 2 outils standards : le thesaurus
MeSH (Medical Subject Heading) de la base de données
bibliographiques Medline et le format de méta-données du
Dublin Core (les méta-données sont les informations constituant la fiche d’identité en tête de chaque document HTML).
Mode d’emploi :
CISMeF est intégré au site Web du C.H.U. de Rouen.
Pour y accéder, cliquer sur Sites Médicaux Francophones
(CISMeF) dans la liste des catalogues présentée dans la
colonne de gauche de la page d’accueil du site du CHU.
CISMeF propose un classement thématique, incluant
les principales spécialités médicales reconnues en France
et un classement alphabétique, tous deux inspirés du thesaurus MeSH. Il est aussi possible de rechercher par type
de ressources : recommandations et guides pour la bonne
pratique clinique, hôpitaux et cliniques, Universités et
écoles, institutions, bases de données et bibliographies,
journaux électroniques...Un moteur de recherche fonctionnant exclusivement sur l’ensemble du site permet également de chercher par mot-clés (mode d’emploi à recherche
avancée). Lire également le Guide d’utilisation de CISMeF
accessible sur la page www.chu-rouen.fr/cismef/ .
Pour en savoir plus sur l’organisation et la méthodologie de CISMeF, lire Pourquoi, comment ? dans la colonne gauche de la page www.chu-rouen.fr/cismef/ .
Le degré d’expertise de CISMeF dans le tri et la validation de l’information francophone disponible sur Internet,
ainsi que les services ajoutés (mode d’emploi, informations méthodologiques) qu’il propose permettent d’accéder à des données fiables, exhaustives et actualisées ; trois
critères devant caractériser toute information.
Sylvie VOINEAU,
Responsable de la Chronique.
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
RELECTURE DU PRÉCÉDENT NUMÉRO
Juin 1999 : Numéro 12
●
par :
Gilles PENINOU
L
a Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute, semble
s’intéresser en priorité aux cadres étant en situation de
hiérarchie hospitalière. Mon cursus d’enseignant, de chercheur et d’expert en technologie en Kinésithérapie, ne rencontre que peu de propos qui me soient directement adressés. Est-ce là la réforme du Diplôme de Cadre, anciennement
M.C.M.K., qui coupe de fait cette profession en deux ou
bien n’y a-t-il rien à dire qui soit “politiquement correct”?
Pourtant, nous sommes dans un tournant de l’évolution
politique, administrative, organisationnelle, financière et
sociale. Pour donner des orientations vers ces mutations
futures, les techniques de l’enseignement et de la recherche
sont sollicitées par des instances publiques et privées.
Je pense qu’une place devrait être nettement marquée
pour aborder ces nouveautés, tant en ce qui concerne la
recherche pratique, que l’instauration progressive d’un
corps d’experts juridiques et techniques qui deviennent de
réels référents.
●
Éditorial (page 1) :
L’ “intention” dit-on ; à travers ce terme, on voit le
cadre investi d’une mission, d’un projet. Il est le moteur,
celui qui détermine les priorités. Il bâtit des projets, il
organise, il évolue, il dirige.
Mais c’est aussi un responsable, on oublie trop souvent qu’il doit “assumer” entre deux niveaux de hiérarchie. Il n’est efficace que lorsqu’il a su convaincre
les personnes qu’il encadre. Celui qui est responsable
est beaucoup plus coordinateur, incitateur et certainement pas, en tous cas pas dans notre culture, directeur.
Documentation (page 2) :
Les sources d’information en Santé Publique.
●
Il est très intéressant de savoir ce que font les services de documentation de l’E.N.S.P. et de la Banque
de Données en Santé Publique. Les besoins sont effectivement énormes.
La problématique pour un chercheur, un enseignant
et un pédagogue, c’est d’avoir une idée de ce qu’il y a
dans une banque de données. Les titres généraux des
grandes rubriques ne nous informent pas ou de façon
très évasive. Il aurait été intéressant d’avoir une expérience de recherche sur un sujet kinésithérapique et
d’indiquer les possibilités et les limites de l’utilisation
de cette banque de données.
L’A.F.R.E.K. (pages 5 et 6) :
Groupe de travail AFREK 1999 :
Recommandations.
Les recommandations sur les lombalgies bénignes
rappelées dans ce numéro restent formelles et donnent
seulement des connaissances arrêtées à ce jour. Pourtant,
la Conférence de Consensus a généré des communications, de niveaux inégaux, qui ont proposé des idées
vers la recherche d’une meilleure connaissance et surtout vers de nouveaux modes d’investigation qui
devraient amener ces recommandations à évoluer avec
le temps.
N’est-ce pas intéressant pour une Lettre du Cadre
d’avoir des idées, des réflexions qui permettent de dynamiser des équipes pour des axes de recherches utiles.
La lecture administrative des recommandations ne
doit pas nous faire oublier qu’il ne s’agit que d’une
étape et que cela fait partie de nos responsabilités de la
faire évoluer.
●
Courriers (pages 7 à 10) :
La rubrique Courrier est intéressante, mais lorsqu’il
s’agit de polémique, seuls les extraits devraient être
publiés et l’ensemble du texte devrait pouvoir être accessible et envoyé à qui le désire. En effet, le 1/5 de La
Lettre y est consacré et c’est beaucoup trop.
●
Parcours d’un cadre kiné (page 11) :
Nicole Alméras.
La rubrique Parcours d’un Cadre est sur le fond une
très bonne rubrique.
Madame Alméras est certainement une femme intéressante et enthousiaste qui nous parle de son Institution
et de sa place dans celle-ci.
J’aurais aimé savoir comment elle gère les difficultés des relations humaines et hiérarchiques qui restent
la partie de l’iceberg immergée, et qu’elle nous indique
réellement comment fonctionne son établissement.
●
Formation (page 17) :
Différents aspects de la formation
dans un service d’hospitalisation.
Monsieur Jacques Pairault, cadre supérieur infirmier, est indiscutablement un responsable qui sait bien
organiser la formation, mais j’ai là aussi quelques interrogations :
- Former qui ?
- Former pourquoi ?
- Former comment ?
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
3
On aurait ainsi une meilleure idée pour connaître la
chronologie de priorités :
- Les patients ?
- L’institution ?
- Les personnels ?
- Les soignants ?
J’ai un peu peur que les objectifs de l’Institution
soient, dans les faits, le moteur dominant avec tous les
doutes que cela comporte sur la notion de qualité, notion
dont on parle mais que l’on n’évalue pas et qui disparaît de ce fait des projets institutionnels.
●
Découverte (page 16) :
L’Institut de Perfectionnement en
Communication et Éducation Médicales.
La lecture de cette page m’a laissé dubitatif. Est-ce
un publi-reportage ou de l’information ?
●
Mémoires cadres (pages 17 et 18) :
Charge mentale du kinésithérapeute
dans les soins de patients douloureux
et rôle du Cadre de Santé.
Excellent, l’idée de l’analyse de mémoires de cadre.
Le 1° mémoire porte sur la charge mentale du kinésithérapeute. À la lecture, je n’ai pas trouvé de relation
précise entre ce que les neuro-physiologistes et les phy-
siologistes du travail en disent et ce qui est indiqué dans
ce résumé ; j’ai donc quelques difficultés à apprécier
la conclusion qui nous est faite.
Le 2° mémoire sur “les patients douloureux, chroniques et adultes” est une vraie gageure. Le diagnostic
n’étant pas posé et la douleur étant un phénomène unanimement qualitatif, on comprend que la thérapie du
mouvement rencontre quelques déceptions. Il semble
qu’il y ait inadéquation entre la formation du M.K. et
ce genre de tâches qui lui est confié.
Cadres en Europe (page 19) :
Les études de Kinésithérapie en Espagne.
●
L’avenir de la Kinésithérapie, tant sur le plan scientifique, thérapeutique, réglementaire, et depuis quelque
temps des effectifs, ne se joue pas dans un contexte
français mais européen.
Lorsque l’on voyage professionnellement, on se rend
compte de l’extraordinaire complémentarité de compétences des différents pays de l’Europe. La reconnaissance de cette compétence complémentaire (qui
dépend des variables culturelles) n’est possible qu’en
multipliant les échanges, les rencontres et les contacts
sous toutes les formes. À suivre donc...
Gilles PENINOU
Formateur à l’E.F.O.M.
(75) .
LA QUESTION NAÏVE
Devenir cadre, c’est désapprendre quoi ?
À NOTER
La recherche de sites Internet
concernant la rééducation est
souvent longue pour localiser
l’information cherchée. L’utilisation d’annuaires ou de
moteurs de recherche est parfois décevante dans la précision
des résultats recueillis.
Quelques professionnels scrutent le net pour détecter les
sites, revues et bases de données concernant la kinésithérapie. Ils organisent ces informations sur un site réactualisé tous
les mois (plus de 100 liens).
Pour économiser du temps, vous
pouvez enrichir vos favoris ou
signets de l’adresse :
http://members.aol.com/kinescoop/
ANNONCE
La société LPG Systems cherche
un cadre M.K. pour son département Formation (endermologie,
thérapeutique, sport…).
LPG SYSTEMS
Département Ressources Humaines
B.P. 35
26902 VALENCE CEDEX 09
RENTRÉE SCOLAIRE DANS LES 9 INSTITUTS DE FORMATION CADRE MK
47 Masseurs-Kinésithérapeutes entrés cette année en formation Cadre de Santé :
Bois-Larris : 6 - Bordeaux (Pessac) : 5 - Grenoble : 3 - Lyon : 3
Montpellier : 10 - Nantes : 0 - Paris ( AP/HP ) : 8 - Paris ( C.R.F. ) : 12 - Strasbourg : 0
4
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
L'A.F.R.E.K.
Élaboration d’un cursus d’études
pour la formation continue :
la méthodologie P.M.P.
Problème-Manuel-Procédure.
N
ous avons précédemment exposé la différence marquée qui peut exister entre un acte thérapeutique
basé sur l’observation stricte d’une procédure, et un
acte thérapeutique basé sur l’habileté manuelle du praticien et la satisfaction du patient [1].
vité peuvent faire l’objet d’une enquête visant à déterminer l’urgence d’une formation plutôt qu’une autre.
Les critères applicables à la kinésithérapie
Pour le choix du contenu, les critères suggérés sont :
1. Apprentissage rigoureux d’une procédure invariable
2. Connaissance actualisée, théorique et pratique
3. Perfectionnement du sens clinique, étayé d’exemples
4. Perfectionnement des relations humaines
5. Habileté manuelle
Les points 4 et 5 se combinent : le patient (ou client)
doit être satisfait du résultat et apprécier l’attitude du
thérapeute.
L’aboutissement de cette recherche de qualité consistait à dégager des critères pour élaborer un cursus de
formation, soit sur le mode “Procédure-orienté”, soit
sur le mode “Résultat-orienté” [2]. C’est dans cette
optique qu’ont été recherchés les critères exposés.
Les notes s’échelonnent entre 1 et 4, selon le modèle
suivant (le thème est une décision du groupe concerné) :
Les critères retenus par la F.M.C.
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Pour la formation médicale continue (F.M.C.), les choix
d’orientation sont basés sur les 5 critères de la méthode
F.G.P. : fréquence, gravité, problème ainsi déclinés [3] :
1. Fréquence de la maladie
2. Gravité de la maladie
3. Problème de connaissances
4. Problème d’habileté manuelle
5. Problème de relations humaines
Si la méthode d’enquête aide à l’élaboration d’une
formation paramédicale, les critères diffèrent puisque
fréquence et gravité ne présentent pas la même préoccupation pour une profession qui soigne les patients
qu’on lui envoie. Tout au plus, la fréquence et la gra-
Quel est le problème ?
●
Le thème lombalgie est :
4
3
2
1
Très
important
Modérément
important
Assez peu
important
Pas du tout
important
●
Le thème bronchiolite est :
4
3
2
1
Très
important
Modérément
important
Assez peu
important
Pas du tout
important
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Le thème protection articulaire du patient rhumatisant est :
●
4
3
2
1
Très
important
Modérément
important
Assez peu
important
Pas du tout
important
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Une addition de points rend compte de la décision collégiale d’un groupe de praticiens.
Tableau I : Les deux modèles de formation et leurs caractéristiques.
F ORMATION À DES ACTES
“ P ROCÉDURE - DÉPENDANTS ”
A VANTAGES ET LIMITES
DE LA RECHERCHE D ’ HARMONISATION
Contenu de formation très détaillé
Le cheminement est clairement défini
Définit les limites
de chaque spécialité
Aisément vérifié par une autorité administrative,
mais démarcation très rigide
Définition de critères d’admissibilité,
pré-définition des critères de réussite à l’examen
L’abord prescriptif risque
de limiter la créativité individuelle
La certification n’est délivrée
que pour une période de temps limitée
Entretient la motivation du professionnel,
permet la remise à niveau
F ORMATION À DES ACTES
“ O PÉRATEUR - DÉPENDANTS ”
A VANTAGES ET LIMITES
DE L ’ ÉVALUATION DU RÉSULTAT
Les résultats constatés
permettent de modifier le cursus
Flexible, adaptable
en fonction des résultats sur les patients
Le résultat doit refléter
la compétence et l’habileté du praticien
Chaque formation doit inclure
un approfondissement technique
Le raisonnement clinique s’applique à la recherche
clinique autant qu’à l’exercice quotidien du métier
Les critères de succès
doivent être identifiés et formulés à l’avance
Le rôle éducatif
est fortement développé
Cet abord fait sentir le besoin
de créer un réseau de pairs
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
5
Analyse de deux exemples
Nous avons choisi comme exemples des affections
très différentes l’une de l’autre, en attribuant des chiffres
arbitraires, expliqués ici :
1. Lombalgie
La procédure n’est pas importante, car les confrères
sont déjà au fait de la manière dont peut s’aborder une
lombalgie. Les différents enseignements s’accordent
sur les points essentiels.
●
● Actualisation de la connaissance : c’est ceci le
point-clé, puisque l’enseignement passé était fondé sur
une longue période de repos au lit, ce qui contraste avec
l’attitude actuelle du “3 jours de repos”. L’esprit de système, avec modalité unique, n’a plus cours. La recherche
d’une “cause” pour les douleurs de la lombalgie non
spécifique a été abandonnée [4] ; il s’agit aujourd’hui
de soigner le symptôme douloureux.
Le sens clinique peut être amélioré très modérément, car tous les professionnels savent percevoir les
changements subtils qui doivent déclencher un changement de traitement.
●
● Relations humaines : elles peuvent toujours être
perfectionnées, mais un professionnel compétent est
déjà rompu au contact avec les patients. Cependant, il
y a des besoins en stratégie de conception pour une éducation du patient : ce qu’il faut dire, et comment.
● Habileté manuelle : tout professionnel avec un peu
de recul possède des techniques utilisables. Le jury de
la Conférence de Consensus n’a pas privilégié une technique par rapport aux autres [5].
● Le perfectionnement des relations humaines ne
concerne qu’une part minime : savoir rassurer et éduquer les parents.
L’habileté manuelle est une priorité : savoir aborder un thorax aussi petit.
●
Catégorisation de la formation
Au vu des décisions du groupe sur l’échelle, les scores
indiquent s’il s’agit de privilégier la qualité de contact
humain, l’habileté manuelle du praticien ou la stricte
adhésion à une procédure préalablement élaborée.
Nous connaissons implicitement la gradation existante :
- plus il y a de risques pour la survie du patient,
moins le praticien dispose de marge de manœuvre. Le
respect de la procédure passe en premier ;
- plus il y a d’impact sur la qualité de vie (par contraste avec la survie), plus le praticien doit infléchir la procédure en fonction de la situation analysée. Un affinement du sens clinique guide la démarche.
Cette connaissance doit passer dans l’explicite, et caractériser les différents actes thérapeutiques afin de guider le
type de formation continue offert dans chacun des cas.
Après avoir caractérisé la nature principale de l’acte
à enseigner, le cursus de formation peut être élaboré en
conséquence. Cette réflexion préliminaire est déjà par
elle-même un axe de réflexion qui ouvre des perspectives vers des chemins peu fréquentés.
Références
1. La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute, janvier 1999
2. Bronchiolite
2. Donaghy M. Process-based model, Outcome-based model,
what are the differences ?
Proceedings, 3rd SLCP Conference, Lisbon 1998
La procédure est rigoureuse et doit constituer le
fondement de l’apprentissage.
3. D’Ivernois JF. Un instrument pour l’évaluation des besoins
en formation médicale continue : la méthode F.G.P.
Bull Asformed 1978 ; 8 : 7383-7387
●
L’actualisation de la connaissance est une priorité, tant en ce qui concerne la physiologie respiratoire du nourrisson que les phénomènes physio-pathologiques de la maladie.
●
Le sens clinique doit être nettement amélioré, car
un grand nombre de professionnels n’a pas encore eu
de contacts avec ce type de patient.
4. Brody JE. Syndromes without a “cause”.
IHT, 29 mars 1999
5. ANAES, texte court, Conférence de Consensus “prise en
charge kinésithérapique du lombalgique”, décembre 1998.
●
Éric VIEL,
Responsable de la Chronique.
Tableau II : Échelle Problème-Manuel-Procédure, exemple de besoins contrastés.
Nom
de l’affection
Lombalgie
Bronchiolite
Importance
Actualisation Perfectionnement Perfectionnement
de la procédure de la connaissance du sens clinique relations humaines
1
4
2
2
4
4
3
1
Habileté
manuelle
1
4
Choix du lecteur
6
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
COURRIER
Claude PICHONNAZ,
Enseignant à l’École Cantonale Vaudoise de Physiothérapeutes (E.C.V.P.),
Physiothérapeute au C.H.U.V.
Lausanne.
C
’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai lu “La Lettre
du Cadre de Santé Kinésithérapeute” de janvier
1999 (N°11) et sa relecture en juin. C’est avec plaisir
que j’ai noté que Aude Quesnot et Philippe Hugerot y
faisaient référence au mémoire que j’ai réalisé lors de
ma formation de cadre de santé, intitulé “Projet
d’introduction d’une initiation à la recherche dans la
formation de base de kinésithérapie”.
Le compte-rendu qui en est fait par Aude Quesnot met
très bien en évidence les points principaux du travail. Je
tiens cependant à revenir sur la conclusion qui mentionne : “L’absence de mise en place de cette initiation à la
recherche nous laisse dans l’incertitude quant à la possibilité matérielle de réalisation pratique de ce projet”.
En réalité, ce projet a alimenté notre réflexion sur
l’opportunité de l’introduction d’un programme de sensibilisation à la recherche à l’E.C.V.P. dès l’année 1997.
Les éléments mis en évidence dans ce travail ont montré l’intérêt des différents acteurs et ont contribué à
définir la place de l’initiation à la recherche dans la formation de base. Bien entendu, la confrontation avec les
contraintes environnantes, l’apport des réflexions de
l’équipe et l’évaluation de l’enseignement après une
première expérience nous ont amenés à faire évoluer le
programme en conséquence.
Afin de partager cette expérience avec vos lecteurs,
je me permets de vous faire part de l’état actuel de la
mise en œuvre du programme, conçu en collaboration
avec mes collègues, dont principalement Claudine
Marcant et Mireille Clerc, directrice de l’E.C.V.P..
Les objectifs généraux retenus visent à favoriser la
démarche de réflexion, l’esprit critique ainsi que l’autonomie dans l’accès et l’interprétation des travaux de
recherche. Notre but n’est donc pas de former de futurs
chercheurs, mission qui ne relève pas de la formation de
base, mais plutôt de favoriser chez chaque étudiant la
connaissance et l’intégration de la démarche de recherche.
Dans cette optique, nous avons sélectionné les objectifs de cours suivants :
- réaliser une recherche bibliographique ;
- connaître et différencier les différentes méthodologies de recherche ;
- analyser le contenu d’un article professionnel et
en apprécier les implications pour la pratique ;
- construire un protocole de recherche selon la méthodologie appropriée au type de recherche choisi ;
- choisir des outils de mesure présentant des qualités métrologiques acceptables ;
- réaliser des mesures avec rigueur ;
- transcrire les résultats de façon claire et objective ;
- discuter les résultats en rapport avec la problématique retenue.
Des liens étroits ont été mis en évidence entre la
sensibilisation à la recherche et la réalisation du travail
de diplôme, au cours duquel les étudiants sont appelés,
selon les directives de l’École, à “construire, analyser
et discuter une problématique en lien avec des cas cliniques rencontrés dans les stages de dernière année”.
D’une part, la sensibilisation à la recherche prend du
sens dans la mesure où elle est intégrée dans un projet
de l’étudiant, d’autre part, elle lui apporte des outils et
une approche qui l’aident à la réalisation de ce projet.
Les deux premières années d’enseignement nous ont
amenés à faire évoluer la formation en tenant compte
de l’expérience acquise. Nous avons notamment pris
l’option de dispenser le programme de sensibilisation
sur quatre ans, et non seulement en fin de cursus, afin
de favoriser l’intégration des notions et d’établir des
liens avec les autres cours. Il est en effet apparu qu’un
enseignement ciblé sur la quatrième année favorisait
peu le développement du processus de réflexion et apparaissait aux étudiants comme très éloigné de la pratique
de la kinésithérapie, ce qui était à l’inverse de nos intentions. L’échelonnement dans la temporalité permet de
favoriser leur capacité de questionnement, de respecter leur processus d’apprentissage et de tenir compte
de leur priorité à certains moments du curriculum.
Nous avons également orienté une partie de la sensibilisation vers la recherche qualitative. L’accès à cette
dimension a semblé indispensable pour favoriser l’approche
des problèmes psychosociaux, et des changements environnementaux en relation avec notre problématique professionnelle selon une méthodologie appropriée.
Par conséquent, le programme de cours se compose actuellement des matières suivantes :
- 1ère année (3 heures) : cours sur l’organisation et
l’utilisation de la bibliothèque, préparation d’une présentation de sujet nécessitant la recherche d’informations ; introduction à la rigueur de la mesure ;
- 2ème année (5 heures) : introduction sur la recherche; recherche bibliographique (théorie et travail de
mise en pratique avec explicitation de la démarche) ;
- 3ème année (21 heures) : méthodologies de recherche ; notions de base en statistiques ; lecture critique
d’article ; travail pratique : élaboration d’un protocole, prise de mesure sur dynamomètre électronique, interprétation des résultats; présentation d’une recherche
par un chercheur ;
- 4 ème année (12 heures) : qualités métrologiques
des outils ; analyse méthodologique.
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
7
Nous avons cherché à mettre
en œuvre ce programme en utilisant des méthodes de pédagogie
active dans toute la mesure du possible. La connaissance du processus de recherche ne saurait en effet
rester purement théorique. L’étudiant a besoin, au travers des travaux pratiques et des liens avec le
travail de diplôme, de se confronter aux difficultés de mise en
œuvre, de développer son questionnement, de s’interroger sur son
implication et, selon un vécu qui
lui est propre, d’intégrer les étapes
du processus de recherche.
Ces modalités d’enseignement
sont encore appelées à évoluer en
fonction des résultats de l’évaluation du programme actuel.
Nous nous questionnons présentement sur les mesures à mettre en
œuvre pour développer les liens
entre la sensibilisation à la
recherche et les autres cours, et
sur les modalités à mettre en
œuvre pour impliquer l’ensemble
de l’équipe dans notre réflexion.
La mise en application du programme de sensibilisation a apporté quelques réponses à nos questions, et en a soulevé tout autant
de nouvelles. Mais en définitive,
ceci ne fait-il pas partie de l’attitude de remise en question permanente que génère la démarche
de recherche ?
En conclusion, l’introduction
d’une sensibilisation à la recherche
ne trouve son sens qu’en coordination avec les autres composants
du cursus. Elle fait partie intégrante de la formation de base et,
à ce titre, doit nous stimuler à
étendre la démarche de questionnement à l’ensemble du programme de formation. Ceci implique
une prise de conscience et un
effort considérable de formation
de la part des enseignants et des
moniteurs de stage, responsables
de générer le questionnement chez
l’étudiant. La développement
d’une large culture de recherche
dans notre profession est à ce prix.
8
PROFESSIONS SANTÉ
Le dossier du patient en massokinésithérapie, pour bientôt ?
Q
uel masseur-kinésithérapeute, quel étudiant, quel cadre n’a
pas rêvé d’un dossier du patient en masso-kinésithérapie lisible
par tous (y compris par les autres professionnels de santé), utile,
utilisable et utilisé au quotidien. Nombre de professionnels, de services de rééducation ont réfléchi sur ce sujet, ont élaboré puis mis
en place et utilisé des dossiers “locaux” efficaces.
Mais passer du dossier local échantillon au dossier commun,
standardisé et utilisé pour tous les professionnels est une aventure plutôt ardue. Quels sont les facteurs qui nous bloquent dans
l’écriture du dossier en masso-kinésithérapie ? Quelles sont ses
particularités ? Quelles difficultés présente t-il ?
Les différentes pathologies, les différents aspects d’une pathologie, la conjugaison de plusieurs atteintes sont synonymes de
besoins variables en rééducation aussi bien qualitativement que
quantitativement. Cette réalité rend complexe et difficile la réalisation d’une base unique.
On rencontre ainsi une grande diversité de dossiers. Soit les
dossiers sont “techniques”, plus ou moins complexes, utilisés par
divers professionnels, leur compréhension relève parfois d’une
véritable initiation préalable et leur utilisation à des fins statistiques est aléatoire. Soit les dossiers sont “administratifs” avec une
partie technique trop grossière ne permettant pas une utilisation
fructueuse pour le professionnel.
Il y a une réticence des professionnels devant l’écrit. Tenir un
dossier prend du temps, souvent considéré comme perte thérapeutique pour certains ou perte d’argent pour d’autres. Dans les deux
cas, la réalisation d’un dossier peut être vécue comme un facteur
de limitation.
Il est aussi difficile de systématiser l’écriture (pourtant garante de la traçabilité de notre métier) et encore plus difficile d’aboutir à un outil commun que chacun ait envie d’utiliser quel que soit
son mode d’exercice.
C’est aux professionnels de se déterminer en travaillant avec
les autres acteurs de rééducation. Le travail de réflexion entamé
par l’ANAES dans ce sens devrait permettre de guider chaque professionnel dans la construction et la tenue d’un dossier du patient
en masso-kinésithérapie réellement pratique et vivant.
Pour le cadre kinésithérapeute, l’enjeu est d’obtenir un outil de
travail commun à tous les professionnels et à tous les apprenants,
futurs professionnels. C’est aussi par là que passe la valorisation
de notre profession !
Françoise BIZOUARD,
Responsable de la Chronique.
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
DÉCOUVERTE
L’Agence Nationale
d’Accréditation et
d’Évaluation en Santé
ANAES
159, Rue Nationale
75640 PARIS CEDEX 13
http://www.anaes.fr
Tél : 01.42.16.72.72 - Fax : 01.42.16.73.73
U NE
DOUBLE MISSION :
ÉVALUATION ET ACCRÉDITATION
C
réée par l’ordonnance du 24 avril 1996, l’Agence
Nationale d’Accréditation et d’Évaluation en Santé
est l’héritière de l’ANDEM (Agence Nationale pour le
Développement de l’Évaluation Médicale) dont elle
développe les missions en y ajoutant, principalement,
l’accréditation des établissements de santé, la nomenclature et l’évaluation des actions et programmes de
santé publique.
Ses actions ont pour objectif l’amélioration de la
qualité et de la sécurité des soins dans le secteur hospitalier public ou privé et en médecine de ville.
L’ÉVALUATION
L’ANAES conduit des études d’évaluation des
connaissances en matière de stratégies diagnostiques et
thérapeutiques dans le domaine de la santé. Pour cela,
elle s’appuie, entre autres, sur l’analyse rigoureuse de
la littérature scientifique et sur l’avis des professionnels de santé (études d’évaluation technologique et économique, élaboration de recommandations et références
médicales…).
L’Agence organise et/ou labellise des “Recommandations pour la pratique clinique” ainsi que des
“Conférences de consensus” sur des grands thèmes cliniques, diagnostiques et thérapeutiques.
De plus, elle développe des méthodologies pour évaluer les pratiques professionnelles, former à l’audit clinique et élaborer des programmes d’amélioration de la
qualité dans les établissements de santé ou en secteur
libéral.
Pour favoriser l’utilisation de ses recommandations,
l’ANAES réalise également un important travail de diffusion de l’information.
UN RÉSEAU
DE CORRESPONDANTS PRATICIENS ET D ’ EXPERTS
Pour remplir sa mission d’évaluation, de recommandations et de formation, l’ANAES est dotée d’une
Direction de l’évaluation et de réseaux de correspondants partenaires :
- Dans le domaine de la médecine de ville, plus de
50 correspondants régionaux de l’ANAES (2 par région),
animent au niveau local des groupes de médecins au
niveau local. Ils diffusent, par ce biais, les méthodologies et les recommandations que l’Agence produit.
- En médecine hospitalière, l’ANAES compte plus
de 50 correspondants qui forment les professionnels à
développer des démarches qualité.
Près de 4 000 experts, professionnels de santé de
tous domaines, ont participé aux travaux d’évaluation
et de recommandation de l’ANDEM depuis 1990, puis
de l’ANAES à partir de 1996.
TRAVAUX DE L’ANAES
EN MASSO-KINÉSITHÉRAPIE ET
RÉÉDUCATION FONCTIONNELLE
● Recommandations et Références en MassoKinésithérapie. Supplément au n° 38 du Concours
Médical du 16 novembre 1996 :
- Masso-Kinésithérapie dans les suites précoces
de ligamentoplastie pour lésion du pivot central du genou
- Masso-Kinésithérapie dans le cadre du syndrome fémoro-patellaire non opéré
- Masso-Kinésithérapie dans les suites de méniscectomie arthrosopique
- Masso-Kinésithérapie après mise en place
d’une prothèse totale de hanche
- Masso-Kinésithérapie en vue du maintien de
l’autonomie des personnes âgées
- Masso-Kinésithérapie dans la conservation de
l'activité ambulatoire des malades âgés.
- Masso-Kinésithérapie dans le syndrome fémoro-patellaire et les suites de méniscectomies.
- Masso-Kinésithérapie dans les lombalgies
communes.
● Place respective des différentes techniques
non instrumentales de désencombrement bronchique.
Conférence de consensus - 2 et 3 décembre 1994.
● Prise en charge kinésithérapique du lombalgique
(texte court et texte long). Conférence de consensus
- 13 novembre 1998.
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
9
DES
PROGRAMMES INTERNATIONAUX
L’ANAES entretient des relations de travail permanentes avec ses homologues étrangers dans le cadre
de programmes d’étude.
L’Agence participe aussi à des programmes européens et internationaux dans le domaine de l’évaluation technologique, à un projet coordonné par le Conseil
de l’Europe sur l’assurance qualité dans les soins de
santé et à de nombreux partenariats internationaux dans
le cadre de l’accréditation.
Elle est effectuée par des professionnels qui évaluent le fonctionnement, les pratiques dans leur ensemble
et, le cas échéant, les services et les principales activités de l’établissement.
Tous les établissements de santé, publics et privés,
doivent s’engager dans cette démarche.
L’ANAES conduit la procédure d’accréditation. Elle
établit les référentiels (voir ci-dessous) avec tous les
acteurs du système de santé, crée et fournit les outils
d’analyse, organise la démarche et la met en œuvre.
POUR EN
L’ÉVALUATION À L’ANAES
EN QUELQUES CHIFFRES
● Près de 50 Conférences de consensus se
sont déroulées avec l’aide de l’Agence, dont la
moitié environ, a reçu son label ;
● Plus de 100 thèmes concernent les recommandations et références médicales ;
Une vingtaine de recommandations pour la
pratique clinique et une trentaine d’études d’évaluation technologique ont été publiées ;
●
Afin de rendre les travaux de l’ANAES encore plus
accessibles, l’Agence a créé son propre site sur Internet.
Progressivement, ce site permettra de consulter et de
commander en ligne l’ensemble des travaux de l’Agence.
Les textes les plus longs pourront être téléchargés gratuitement.
Le service Diffusion de l’Agence, sur demande écrite, permet de commander les ouvrages de l’ANAES
(contact : Francine Doré).
● Des programmes d’évaluations des pratiques
professionnelles ont été développés pour 14
thèmes médicaux ou infirmiers.
LES RÉFÉRENTIELS DU
MANUEL D’ACCRÉDITATION
I
L’accréditation est une procédure externe à un établissement de santé indépendante de celui-ci et de ses
organismes de tutelle.
Le Patient et sa prise en charge
1. Droits et information du patient
2. Dossier du patient
3. Organisation de la prise en charge des patients
L’ACCRÉDITATION
L’ANAES est la structure qui met en œuvre la procédure d’accréditation prévue par l’ordonnance du 24
avril 1996.
SAVOIR PLUS ...
II
Management, gestion et logistique
1. Management de l’établissement et des secteurs
d’activité
2. Gestion des ressources humaines
3. Gestion des fonctions logistiques
4. Gestion du système d’information
III Qualité et prévention
L’accréditation s’inscrit dans une logique d’amélioration continue de la qualité d’un établissement de
santé. Elle accorde une place centrale au patient, à son
parcours, à la coordination des soins qui lui sont apportés, à sa satisfaction.
1. Gestion de la qualité et prévention des risques
2. Vigilance sanitaire et sécurité transfusionnelle
3. Surveillance, prévention et contrôle du risque
infectieux
ie
g
lo
ie
o
m
té to
os na
TÉL : 01 43 26 45 81
FAX : 01 43 26 83 31
a
catalogue sur simple demande
10
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
PARCOURS D'UN CADRE KINÉ
Pierre TRUDELLE
31 ans
Qu’est-ce qu’un kinésithérapeute
fait à l’ANAES ?
M.K. Libéral
Chargé de projet
et d’enseignement
M.K.D.E. en 1988
M.C.M.K. en 1992
Quel est votre parcours professionnel ?
Au début de mes études de kinésithérapie, j’étais plutôt orienté vers
l’ostéopathie puis, en arrivant en troisième année, je me suis rendu compte qu’il me manquait des informations.
Exerçant à l’hôpital à mi-temps, j’ai
fait un D.E.U.G. de Sciences de la
Nature et de la Vie à Jussieu à Paris,
que je n’ai pas achevé, mais j’ai validé des unités de valeur dans les
domaines des statistiques, des mathématiques et de l’organisation du
monde animal, de manière à compléter ma formation de kinésithérapeute
et m’orienter vers un diplôme de biomécanique. J’ai ensuite fait l’école des
cadres pour obtenir un pont universitaire, puis un diplôme universitaire de
biomécanique et un D.E.A. de biomécanique aux Arts et Métiers.
J’ai toujours exercé mon métier,
mis à part le temps de l’école des
cadres de “Bois-Larris”. J’ai fait mon
service militaire au bataillon de
Joinville car je suis très orienté vers
la kinésithérapie du sport. Mon objectif est d’effectuer des évaluations, et
peut-être plus tard de travailler dans
un centre, d’effectuer des mesures
pour éventuellement élaborer des standards pour la profession. Suite à une
bourse d’étude à l’étranger offerte par
se plaignent et qu’il faut essayer de
guérir, ou en tout cas de soigner le
mieux possible. Mais cet enrichissement entre pratique et théories que j’ai
pu acquérir, m’a permis d’améliorer
la prise en charge de mes patients.
l’ANDEM en 1993, je travaille actuellement une journée par semaine à
l’ANAES (Agence Nationale d’Accréditation et d’Évaluation en Santé),
je passe donc une partie de mon temps
à développer des outils d’évaluation
qui pourraient être utiles à la profession de kinésithérapeute.
Vous exercez aussi dans votre cabinet de ville, quel est l’intérêt d’être
formé cadre pour le libéral ?
Cette formation m’a permis de
varier mes activités, d’avoir une partie d’enseignement en Université,
notamment en diplôme universitaire
de biomécanique ou en kinésithérapie
du sport. Ceci est un abord intéressant
puisqu’il permet aussi de me confronter avec d’autres professionnels et
d’accroître mon réseau de connaissances professionnelles.
Cette formation m’a permis
aussi d’acquérir une démarche structurée pour élaborer les protocoles de
recherche et d’avoir une vision plus
scientifique de la démarche kinésithérapique. Il a fallu certainement se
remettre en cause puisque ces formations sont assez éprouvantes quand on
commence. Il est difficile de “casser”
des a priori que l’on peut avoir dans
sa pratique quotidienne où l’on est
confronté à des patients malades qui
Je suis à l’ANAES dans la
branche Évaluation. Nous cherchons
à développer des outils et des axes
d’évaluation et de recommandations
pour les professions non médicales.
L’ANAES travaille avec des professionnels de terrain qui partagent une
partie de leur temps entre l’agence et
leurs activités pour rester évidemment en contact avec les professionnels et ne pas élaborer des recommandations qui viendraient de têtes
pensantes ne pratiquant plus. Mon
rôle est d’encadrer des confrères pour
élaborer des recommandations dans
le domaine de la pratique de la rééducation. Dans l’avenir encore d’autres
kinésithérapeutes seront incorporés
à l’agence, et des chargés de projets
kinésithérapeutes vont être formés
pour développer des recommandations pour la kinésithérapie.
Au regard de cette démarche d’évaluation et de la méthodologie que
propose l’ANAES, comment se situe
la kinésithérapie d’après vous ?
Quels seraient les efforts à faire, les
acquis sur lesquels se reposer parcequ’elle a déjà mis en place de telles
procédures ?
Je crois qu’il est difficile d’attaquer le problème par ce côté là. Je crois
surtout qu’il faut que les professionnels se rendent compte qu’ils doivent
acquérir cette démarche d’évaluation
et se tourner vers la qualité qui est une
amélioration continue. C’est surtout
un processus à assimiler, ça prend un
peu de temps pour motiver tous les
professionnels dans ce sens là,
puisque certains se rassurent en pratiquant des gestes identiques et ne
veulent plus évoluer. La démarche
de l’ANAES est normalement un pro-
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
11
cessus d’évaluation : on essaie de
mesurer son état à un niveau A, on
apporte une information nouvelle, et
on regarde si on a modifié l’état de
niveau A en mesurant le résultat après
l’apport de cette information nouvelle. Maintenant à propos de la kinésithérapie, pour l’instant le problème
c’est l’aspect individuel de la profession ; il faut que les professionnels se regroupent de plus en plus de
manière à travailler ensemble et à
avoir du poids dans leurs publications.
Est-ce que les cadres kinés, en tant
qu’entité, peuvent jouer un rôle ?
Et lequel ?
Oui, il y a deux réponses
puisque la profession de cadre a changé récemment. Les anciens kinésithérapeutes avaient une formation
technique, pour beaucoup de kinés
c’était le moyen pour eux d’obtenir
une sorte de quatrième année - même
si ce n’était pas tout à fait le cas d’essayer de s’améliorer dans la technologie. Et puis là, il y a eu un virage, on forme des kinésithérapeutes
qui seraient plus gestionnaires. Je
pense qu’il faut essayer de trouver
un équilibre entre ces deux formations : les anciens formés pourraient
peut-être servir de référents s’ils sont
compétents dans un domaine ou dans
une spécialité. Pour les gestionnaires,
ce serait alors à eux d’organiser les
relations entre professionnels, de
manière à structurer et à être des
points d’appui ou de convergence
pour les professionnels de terrain.
La profession compte de nombreuses publications, mais on sait
que la plupart d’entre-elles sont peu
valides, soit parce-qu’il n’y a pas de
groupe contrôle, soit les groupes
n’ont pas été randomisés, ou alors
même on note des “N=6”... N’est-il
pas possible de diffuser des méthodologies de recherche clinique en
kinésithérapie, avec critères minimum de validité (par exemple N=x,
une étude clinique doit être menée avec
un groupe contrôle dans tel cas...) ? Ne
12
pourrait-on pas, à partir de méthodologies déclarées donc reproductibles, créer des systèmes de
recherche multicentriques qui limiteraient ces dynamiques artisanales
et peu valides venant alourdir la littérature pour un niveau de preuve
insuffisant ?
Pour la première question, ces
outils existent déjà pour les kinésithérapeutes. Il faut s’informer, il y a
des revues, des livres (par exemple
l’ouvrage de Landrivon et Delaye intitulé “La recherche clinique : de l’idée
à la publication” aux éditions Masson).
Aux kinésithérapeutes de les lire et de
les adapter pour la profession.
En ce qui concerne les grades
de preuve, on les module en fonction
du thème étudié. C’est clair que pour
la lombalgie il est plus facile de faire
du recrutement que si on étudie des
patients souffrant de pathologies rares.
En médecine, le problème est le même :
il existe des pathologies très rares de
3 ou 4 cas par siècle et il faut pourtant
bien soigner ces patients ; on n’attend
pas d’avoir une population plus conséquante. Pour les professionnels, il faut
certainement développer des outils de
mesure et les faire valider en France.
Cela existe, des méthodes existent et
ce n’est pas très compliqué à mettre
en place. Mais quand on demande aux
écoles ou centres de faire des standards de mobilité pour des gens qui
ont mal à l’épaule, suivant des tranches
d’âge etc, on attend encore leur publication... On cherche surtout à développer sa connaissance technologique,
on accroît ses outils thérapeutiques,
mais les outils diagnostiques sont souvent peu développés.
Il ne faut donc pas trop dire
qu’on ne sait comment faire, je crois
qu’au départ il faut se former et trouver l’information. Heureusement que
certains confrères nous ont ouvert des
portes d’Université pour que d’autres
puissent s’y engouffrer. Maintenant,
le diplôme de Cadre de Santé Kinésithérapeute nous a fermé quelques
accès en Universités et laboratoires de
recherche car on n’a plus d’équiva-
lence pour entrer dans des diplômes
de troisième cycle. Ce sera certainement un frein pour se doter de référents parmi les kinésithérapeutes dans
les années à venir. Et on sera obligé
de solliciter les gens déjà en place, qui
ont déjà d’autres activités et qui seront
peut-être un peu las puisqu’ils ont
consacré déjà beaucoup de leur temps
pour obtenir ces diplômes. Peut-être
que dans l’avenir la kinésithérapie sera
universitaire, il y aurait alors plus de
facilités d’accès à ces diplômes de
recherche. En France, c’est ce qui va
bloquer le plus dans les prochaines
années. Si les kinés se regroupent, s’ils
s’associent avec les professionnels
déjà formés, s’ils essaient de trouver
l’information, s’ils essaient de mener
des études avec d’autres, en essayant
de publier, effectivement alors on améliorera nos connaissances scientifiques
et on développera ces outils. Mais c’est
évident : on a du retard sur les pays
comme le Canada, l’Australie, la
Scandinavie, les États-Unis...
En sachant que les vieux cadres dont
vous parlez seront peu en 2015 !
C’est pour ça qu’il y a des choses
à faire actuellement. Il faut aussi laisser aux kinés le choix de trouver leurs
propres outils. Il y a peut-être d’autres
moyens de valider nos résultats.
En termes de points faibles, de
points forts, d’après vous ?
À mon avis, le fait que les kinésithérapeutes travaillent de manière
individuelle est un point faible, car ils
ont peu de poids dans les décisions
professionnelles ou politiques qui peuvent être prises. Cela s’explique par
le fait que le thérapeute s’implique luimême dans le traitement, cela demande donc un gros effort de sa part pour
se remettre en question, pour s’exposer aux autres et dire : “Bon, moi, je
fais comme ça, qu’en pensez-vous ?”
Ce problème là, il faudra éventuellement le résoudre en montrant qu’il
n’est pas seul à avoir des soucis et
qu’en fait, c’est parfois en partageant
ses préoccupations que l’on peut arriver à trouver des solutions.
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
Un autre problème est la communication interprofessionnelle, avec
le prescripteur surtout. Il n’y a pas de
lien généralement entre les prescriptions médicales et les rééducateurs.
Ce qui est d’abord gênant pour le
patient, car la plupart du temps il ne
comprend pas pourquoi telle personne pense ça et telle autre pense ceci.
Mais aussi pour les professionnels,
quand le médecin qui reçoit le patient
fixe les objectifs dans un sens et que
le kiné a travaillé dans une autre direction, ça ne donne pas de cohérence au
traitement pour le patient, et ça ne
donne pas une bonne image de la profession.
Ce sont des points faibles que
les gens connaissent bien en kinésithérapie. Il faudra les résoudre.
Maintenant les points forts. Le
premier est que l’on est très aimé des
patients. Il y a un aspect professionnel qui fait que les patients aiment bien
leur kinésithérapeute. Si vous partez
en vacances et que vous dites que vous
êtes kinésithérapeute, vous vous ferez
des amis plus facilement, et ils vous
exposeront volontiers leurs problèmes.
En général, notre image sur les patients
n’est pas encore suffisamment utilisée, à mon avis. Les syndicats n’ont
peut-être pas fait assez d’actions vers
les patients pour défendre la profession. Peut-être que ce n’est pas évident non plus, mais je crois en tous
cas qu’on fait partie des trois premières
professions préférées des français. Il
y a des efforts à faire dans cette voie
là pour se servir de cet appui qui pourrait être fort au niveau politique. Ce
sont quand même eux qui votent pour
les hommes politiques...
Le deuxième point fort est la jeunesse de la profession. Nous n’avons
pas encore de gens qui dirigent ou qui
dominent la profession. Il nous reste
donc une certaine liberté qui pourrait
être intéressante pour développer de
nouvelles bases et faire avancer la profession. Nous ne sommes pas paralysés par le poids du passé, d’une tradition passée. La jeunesse de notre
profession doit être un élément positif : les étudiants actuels et les nouveaux diplômés feront la kinésithérapie du 21° siècle, et c’est vers eux qu’il
faut se tourner pour le moment. Si les
formateurs veulent que la kinésithé-
rapie s’améliore, ils doivent surtout
penser à eux. Je parle pour les cadres,
car beaucoup d’entre-eux lisent La
Lettre. Il faut qu’ils modèlent la kinésithérapie de l’avenir auprès de leurs
étudiants, car ce sont eux qui la feront
avancer.
De l’idée à la recherche, n’a-t-on pas
trop souffert en kinésithérapie - par
complexe ou autre - d’une méthode scientifique se privant de l’idée
initiale ? Dans la démarche scientifique, il y a d’abord une idée qui
relève autant de l’imagination, de
la création, d’envie (pourquoi pas ?),
n’a-t-on pas négligé cela, qui est
important dans notre profession ?
Il ne faut pas confondre
recherche et évaluation, c’est souvent
un problème dans notre profession.
La recherche, c’est une hypothèse que
l’on teste et on essaie d’avoir une
réponse par rapport à cette hypothèse, qui en général ne répond pas complètement à l’hypothèse et pose alors
d’autres hypothèses. On peut se poser
différentes questions, on peut fixer des
objectifs, mais il faudra utiliser les
bonnes méthodes après.
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
13
L’évaluation est simplement une
mesure qualitative ou quantitative
qu’on essaie d’exprimer par chiffres
sans interpréter. On développe des
outils pour pouvoir mesurer ce que
l’on cherche à mesurer.
Formation et recherche sont
indissociables. Comment les instituts de formation initiale et de
cadres peuvent participer à cette
recherche ?
On peut segmenter les choses en
deux niveaux :
- Il y a la recherche qui peut être
effectuée dans l’institut par les enseignants eux-mêmes. Mais la plupart du
temps, elle ne dépassera pas un niveau
très important car la recherche en elle
même est une activité pluridisciplinaire qui met en relation des physiciens, des informaticiens, des ingénieurs, des bio-statisticiens, des
kinésithérapeutes, des médecins, des
épidémiologistes... donc un groupe
très important que l’on ne peut pas
toujours trouver dans les écoles de
kiné. Mais si on arrivait à accéder à
l’Université, alors on pourrait atteindre
des professionnels de ce type.
- Et la recherche qui peut être
développée dans l’enseignement, le
plus tôt possible pour l’étudiant pour
lui permettre de développer son esprit
critique. Prenez un étudiant qui a passé
une année à préparer un concours kiné
avec une formation scientifique, généralement un bac de Sciences de la
Nature et de la Vie, faites lui passer
le concours d’entrée dans l’école de
kiné, vous pouvez alors présumer qu’il
est d’un bon niveau scientifique. Vous
le retrouvez en fin de 1° année de kinésithérapie et vous vous demandez si
c’est le même étudiant car il n’a pas
du tout pris de recul par rapport aux
informations qui lui ont été délivrées.
Il ne fait que restituer ce qu’il a appris
sans aucune réflexion. Si on veut vraiment former les gens en améliorant
notre technique manuelle, il faut que
l’étudiant ait tout de suite cette
démarche d’interpréter ce qu’il fait,
14
de l’évaluer, de remesurer ce qu’il a
fait et d’avoir toujours ce processus
d’analyse. Il l’acquiert en général par
la suite, mais c’est une perte de temps
énorme.
De la même façon, peut-on, et doiton tout évaluer, mesurer ?
C’est aussi une perte de temps
pour l’amélioration de l’enseignement
de ne pas avoir mis en place très tôt
des outils de mesure. Cela existe dans
tous les pays anglo-saxons : en première année dès les premiers T.D. de
goniométrie, tous les étudiants mesurent trois même sujets. À la fin du
T.D., on calcule une moyenne, un écart
type pour relater les écarts inter et
intra-observateurs entre les mesures,
et essayer de comprendre les problèmes. L’étudiant sait donc à la sortie comment utiliser l’outil, pour quoi
l’utiliser et quelles sont ses limites de
mesure. Actuellement en France, en
T.D. de goniométrie, les étudiants vont
limiter des repères, vont s’embêter
méthodologiquement à bien poser
l’outil, puis seront contents d’être vite
notés pour avoir leur diplôme, pour
faire tout à fait autre chose.
Il y a peut être quelque chose de
comparable...
On fait des évaluations pour prouver l’efficacité des techniques, ou
faire des recommandations selon
différents grades. Est-ce que tout
peut être prouvé et est-ce que tout
doit être prouvé ?
Non. La réponse est non puisque
15 à 20% de la pratique médicale est
basée sur des faits scientifiques avérés et le reste ne l’est pas. Donc, pour
la kinésithérapie, on est peut-être un
peu en dessous, mais c’est exactement
le même chose. Par contre d’un autre
côté, il y a des choses scientifiquement validées et que les professionnels ne peuvent ignorer.
C’est surtout dans cet axe là que
travaille le service d’évaluation de
l’ANAES : diffuser des informations
scientifiquement validées que les professionnels ne peuvent plus ignorer,
pour ne pas ralentir la guérison du
patient ou allonger le traitement kinésithérapique, voire même aggraver le
patient.
Par rapport à la kinésithérapie,
la Joconde ou Claudia Schiffer ?
La kinésithérapie est évidemment double : il y a un aspect technique basé sur des faits scientifiques
mais aussi un côté relationnel, la communication avec le patient et la
manière de communiquer. Cela est
réparti d’une manière complètement
différente et paraît beaucoup plus difficile à évaluer. La communication,
le don de pouvoir passer un message à un patient, la façon d’établir un
contact est la partie de la profession
la plus difficile à évaluer.
D’un autre côté, les bases scientifiques sur lesquelles repose la profession peuvent être mesurées mais
c’est aux professionnels de trouver
les moyens de le faire. Il est clair que
nous pratiquons un art manuel ; dans
ce cas il y a des choses qui se passent au-delà de l’acte technique, et
qui sont plus difficiles à mesurer. Il
ne faut pas être arrêté par cela, car en
général quand on ne veut pas mesurer les choses, ça laisse la place au
charlatanisme.
Pour nombre de nos confrères
l’ANAES est vécue comme un
risque, plutôt que comme un élément favorisateur. Que pensezvous de ces craintes ?
L’ANAES conduit deux actions
distinctes : une mission accréditation
et une mission évaluation. L’une va
évaluer les pratiques professionnelles,
les coûts professionnels, la technologie, dans différents secteurs d’activité. L’autre, l’accréditation, va permettre aux hôpitaux de répondre à
des standards de qualité. C’est donc
une remise en cause de la pratique de
beaucoup de personnes qui ont évidemment peur qu’on s’arrête sur des
pratiques peut-être périmées ou peu
efficaces. Je pense qu’il faut rester
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
serein puisque ce sont les professionnels qui vont normalement élaborer leur manuel d’accréditation ;
ils ont donc une grande liberté pour
pouvoir répondre aux critères et aux
paramètres par eux-mêmes. C’est
comme ça que les choses vont s’améliorer petit à petit.
La chance pour eux est que
l’ANAES est indépendante, même si
des pressions s’effectuent à différents
niveaux. Je pense que cette dynamique permettra aux professionnels
d’évoluer et de faire reconnaître des
activités professionnelles. Et pour le
patient, c’est évidemment une garantie de meilleure qualité des soins.
Pour les professionnels aussi
d’ailleurs, il faut se rendre compte
qu’il ne faut plus avoir une attitude
corporatiste, mais une attitude d’efficacité ou en tous cas de fonction par
rapport au patient, par rapport à son
utilité professionnelle. Et si les professionnels restent sur une attitude
corporatiste, ils ne survivront pas,
parce que les gens qui prendront des
décisions les écouteront encore
moins. Si on a une attitude professionnelle tournée vers le patient et
ses bénéfices, comme je le disais en
introduction, les répercussions politiques seront intéressantes aussi, car
si les patients sont contents, ils voteront pour les gens qui sont en place
- c’est bien-sûr un raccourci mais
c’est aussi dans cette optique là qu’il
faut le voir - et les professionnels
seront mieux évalués et on s’intéressera plus à eux.
Cette démarche d’évaluation se
présente alors plus comme une
chance pour la profession.
Oui, c’est sûr que c’est une
chance. Il faut regarder ce qui s’est
passé surtout à l’extérieur puisqu’on
peut voir l’autonomie qu’ont pris les
autres professions depuis qu’elles se
sont tournées vers l’évaluation. À la
fin des années 70, les prescriptions
en rééducation pour entorse de cheville dans les pays anglo-saxons,
c’était : “Appliquer de la glace pen-
dant 15 minutes, pratiquer les ultrasons, faire du renforcement musculaire des péroniers”. Les prescriptions
actuelles sont simplement rédigées
ainsi : “rééducation de l’entorse de
la cheville” et laissent le choix des
techniques au kinésithérapeute. Ceci
parce qu’à la fin des années 70, les
kinésithérapeutes se sont réunis et se
sont dit : “On va montrer qu’on est
capable de faire autre chose que ça”,
ils ont envoyé un compte-rendu à la
fin de chacun de leur traitement au
médecin prescripteur, en expliquant
“Voilà ce que j’ai trouvé, voilà ce que
j’ai fait et voilà les résultats de mon
traitement”. Le médecin prescripteur
n’osait alors plus prescrire les actes
thérapeutiques car il se rendait bien
compte qu’il ne pouvait pas être quotidiennement auprès du patient et
donc il ne pouvait pas prescrire des
actes de rééducation journellement
adaptés.
l’information au niveau professionnel. C’est pratiquement un travail à
temps plein, et on a pas encore les
moyens au niveau professionnel
d’avoir ce genre d’organisme. Pour
le moment, on compte surtout sur la
bonne volonté et le temps extra-professionnel puisque les cadres ont aussi
beaucoup de travail dans leur centre.
On est donc surtout bloqués par ça.
Maintenant, si à travers des
journaux, des relations ou des rencontres professionnelles régionales
et nationales les gens arrivent à créer
une sorte de tissu professionnel où
partager, se répartir les tâches, peutêtre qu’on construirait une entité plus
consistante avec l’aide des salariés.
Pour le moment, les professionnels
sont en manque de ce catalyseur, des
éléments moteurs qui permettraient
d’amplifier ce mouvement.
Voulez-vous ajouter autre chose ?
Dans ce qui peut et doit être prouvé, les cadres ne peuvent-ils pas
jouer un rôle important, puisqu’ils
disposent de cohortes de patients
plus importantes, puisqu’ils sont
moteurs d’activités thérapeutiques
et de recherche (une des missions
de la Fonction Publique, donc de
chacun des sites hospitaliers), et
parce-qu’ils ne sont pas seuls.
Existe-t-il une responsabilité particulière du cadre de terrain dans
cette recherche de preuve ?
Pour ma part, j’en suis complètement convaincu. Je pense même
que la plupart des cadres ont envie
de le faire et qu’ils sont motivés,
qu’ils ne sont pas réfractaires à cette
idée. Leur difficulté est l’organisation et le groupe professionnel qui
pourra gérer et orienter ce travail. On
veut bien le faire, mais il faut quand
même être un peu aidé et partager les
informations avec une équipe ou
avoir des éléments moteurs qui puissent lancer cette activité. On n’a peutêtre pas encore ces leaders qui pourraient lancer le mouvement, améliorer
la communication, faire circuler
Au niveau professionnel, je
cherche personnellement à faire bénéficier les patients d’une meilleure
kinésithérapie. J’ai choisi mon camp
et c’est celui du patient. Même si
j’aime beaucoup mon métier et la
kinésithérapie, il faut parfois peutêtre couper certaines parties de notre
profession peu efficaces, où même
dangereuses, et étendre certaines
branches qui sont sûrement plus efficaces.
Je suis pour développer l’activité du kinésithérapeute, j’ai voulu
être kinésithérapeute depuis l’âge de
11 ans et je n’ai jamais changé d’opinion. J’ai toujours essayé de développer, d’acquérir de nouvelles informations pour m’améliorer et faire
bénéficier mes patients d’une meilleure kinésithérapie. Je pense que cette
démarche là sera plus efficace qu’une
démarche corporatiste où l’on
cherche à tout prix à s’accrocher aux
branches sur lesquelles l’on nous laissera tranquillement accroché sans
aucun regard.
Entretien réalisé le 14 novembre 1998.
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
15
MÉMOIRES CADRES
Évaluation du kinésithérapeute.
L
es établissements de santé publics et privés sont en
pleine phase de mutation et cherchent des outils,
des moyens et du temps pour s’adapter aux exigences
de l’Ordonnance d’avril 1996 en matière de démarche
qualité. Dans les priorités définies, se situent la prise
en compte de l’avis des usagers et l’évaluation des compétences individuelles.
Deux mémoires réalisés par des élèves Cadres de
Santé ont abordé le thème de l’évaluation des masseurskinésithérapeutes. Ces travaux concourent à une démarche
qualité interne à la structure de soins et mettent en exergue
l’évaluation des masseurs-kinésithérapeutes par leur hiérarchie administrative, et par les patients.
En 1999, Bernadette Wiechec, dans son mémoire
intitulé “Élaboration d’une grille d’évaluation annuelle
des masseurs-kinésithérapeutes hospitaliers par une méthode de consensus” (Croix-Rouge Française - I.F. “BoisLarris”), souhaite élaborer une grille de critères consensuels d’évaluation dans différents domaines de compétence
pouvant servir de base pour un entretien d’évaluation
grâce à une démarche participative et évolutive.
●
Ses hypothèses de départ sont au nombre de deux :
- Les professionnels notant les agents ont des avis divergents sur les critères d’évaluation.
- Les compétences professionnelles représentent le
domaine de compétence prévalant de l’évaluation des masseurs-kinésithérapeutes par rapport aux autres domaines.
Compte-tenu de la complexité de la tache, Bernadette
Wiechec a effectué une enquête auprès de 23 experts. Cette
enquête de type Delphi s’est déroulée en 4 phases :
- L’étape préliminaire s’est déroulée au cours d’une
réunion entre les étudiants cadres de sa promotion et un
cadre infirmier. Une intercommunication rotative a permis
de définir la question cadre ainsi qu’une liste de 5 domaines
de compétence à la base du questionnaire instauré.
La question cadre est : “Quels critères souhaiteriezvous trouver sur la feuille d’évaluation annuelle des masseurs-kinésithérapeutes travaillant dans un hôpital public?”.
Les cinq domaines de compétences retenus sont :
- les compétences professionnelles,
- l’implication dans le service ou dans l’établissement,
- la relation avec le patient,
- la relation avec l’équipe,
- les qualités personnelles.
16
- Première étape encore appelée première ronde :
Le questionnaire, sur lequel figurait la question cadre
et les domaines de compétences sélectionnés, a été envoyé
à 23 experts ayant préalablement donné leur accord : un
directeur d’établissement public, un directeur d’établissement privé, un directeur d’institut de formation en massokinésithérapie, deux directeurs des ressources humaines,
un sociologue, quatre cadres supérieurs en masso-kinésithérapie et treize cadres de santé en masso-kinésithérapie.
Le taux de réponse est de 65,21%.
Pour chaque domaine de compétence, toutes les propositions ont été recueillies et leur fréquence d’apparition
chiffrée :
- compétences professionnelles : 31 critères ;
- implication dans le service ou l’ets. : 24 critères ;
- relation avec le patient : 25 critères.
- relation en équipe et qualités personnelles : 18 critères.
- Deuxième étape ou deuxième ronde :
Un deuxième questionnaire a été réalisé. Il comprend
3 colonnes avec au sein de la 1° les réponses colligées, au
sein de la 2° la fréquence d’apparition de celles-ci et une
3° colonne vierge réservée aux commentaires des experts.
Le taux de réponse à ce questionnaire est de 100%.
Une analyse par domaine de compétence puis pour chacun des critères a été effectuée par Bernadette Wiechec.
- Troisième étape ou troisième ronde :
À l’issu de l’analyse, une liste consensuelle de 40 critères d’évaluation répartis en 5 domaines de compétence
a été adressée aux experts pour être pondérée. Il a également été demandée une hiérarchisation, pour chaque domaine de compétence, en conservant uniquement 4 critères.
Le taux de retour est de 100%.
En dépit de quelques biais méthodologiques mineurs,
une analyse des échelles de pondération et de classement
des critères séparée puis comparative a permis de retenir
les critères composant une grille (voir page suivante).
La grille ainsi établie s’utilise avec 2 échelles standardisées : une échelle quantitative basée sur la fréquence
(jamais, rarement, souvent et toujours) et une échelle de
Likert permettant au répondant d’exprimer son opinion
(désaccord total, partiel, accord partiel ou total).
L’auteur rappelle que la 1° hypothèse “les professionnels notant les masseurs-kinésithérapeutes avaient des avis
divergent sur les critères d’évaluation” n’est pas vérifiée.
La 2° hypothèse “Les compétences professionnelles
représentent le domaine prévalant de l’évaluation par rapport aux autres domaines” est partiellement vérifiée.
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
GRILLE D’ÉVALUATION
ANNUELLE DES MASSEURS-KINÉSITHÉRAPEUTES
●
Compétences professionnelles :
a- Capacité à utiliser l’ensemble des techniques de kinésithérapie, à intégrer les nouvelles techniques et à s’adapter au cas évolutif d’un patient.
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Désaccord
Total
Désaccord
Partiel
Accord
Partiel
Accord
Total
b- Capacité d’organisation : sait hiérarchiser les besoins
en fonction des nécessités.
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Désaccord
Total
Désaccord
Partiel
Accord
Partiel
Accord
Total
c- Capacité à évaluer et à réajuster ses prises en charge
(utiliser les outils d’évaluation).
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Désaccord
Total
Désaccord
Partiel
Accord
Partiel
Accord
Total
d- Capacité à élaborer des bilans précis et rigoureux,
adaptés à chaque patient.
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Désaccord
Total
●
Désaccord
Partiel
Accord
Partiel
Accord
Total
Implication dans le service ou dans l’établissement
a- Respecte les règles d’hygiène.
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Jamais
Rarement
Souvent
Toujours
b- Propose des initiatives dans l’organisation et le fonctionnement du service dans la limite de ses compétences.
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Jamais
Rarement
Souvent
Rarement
Souvent
Toujours
d- Applique les procédures, les protocoles et les nouveaux référentiels mis en place dans le service.
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Jamais
Rarement
Souvent
Toujours
Relations avec le patient :
a- A le droit de réserve, respecte le secret professionnel.
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
●
Jamais
Rarement
Souvent
Toujours
b- Est soucieux des demandes, des attentes, des besoins
et des remarques du patient.
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Jamais
Rarement
Souvent
Désaccord
Total
Désaccord
Partiel
Accord
Partiel
Accord
Total
d- Établit des relations de qualité avec le patient (gentillesse, patience, amabilité...).
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Désaccord
Total
●
Désaccord
Partiel
Accord
Partiel
Accord
Total
Relation avec l’équipe :
a- Respecte les règles de fonctionnement élaborées en
commun (horaire, organisation du travail).
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Jamais
Rarement
Souvent
Toujours
b- Collabore avec les partenaires de la prise en charge.
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Désaccord
Total
Désaccord
Partiel
Accord
Partiel
Accord
Total
c- Effectue des transmissions écrites dans le cadre d’un
projet de soin personnalisé.
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Jamais
Rarement
Souvent
Toujours
d- Participe à la planification et à la répartition de la charge de travail (remplacements des congés, formations).
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Désaccord
Total
●
Désaccord
Partiel
Accord
Partiel
Accord
Total
Qualités personnelles :
Toujours
c- Est une force de proposition pour le service ou l’établissement (protocole de soins, conseils...).
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Jamais
c- Capacité pédagogique (capacité d’expliquer au patient
ce que l’on fait avec un vocabulaire adapté).
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Toujours
a- Fait preuve de curiosité professionnelle.
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Désaccord
Total
Désaccord
Partiel
Accord
Partiel
Accord
Total
b- Esprit constructif, positif.
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Désaccord
Total
Désaccord
Partiel
Accord
Partiel
Accord
Total
c- A un esprit d’analyse et de synthèse.
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Désaccord
Total
Désaccord
Partiel
Accord
Partiel
Accord
Total
d- Fait preuve de disponibilité.
_____↓__________↓__________ ↓__________↓_____
Jamais
Rarement
Souvent
Toujours
WIECHEC, B. Élaboration d’une grille d’évaluation des
masseurs-kinésithérapeutes hospitaliers par une méthode
de consensus. Mémoire Cadre. IF “Bois-Larris”, 1999.
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
17
En résumé, Bernadette Wiechec met en exergue le fait
que cette grille d’évaluation est un moyen de faciliter l’entretien d’évaluation, même si il persiste une part de subjectivité. L’auteur rappelle que la finalité de l’entretien d’évaluation est de permettre aux masseurs-kinésithérapeutes
de devenir les acteurs de leur propre évolution professionnelle afin de répondre aux besoins des patients.
ments suivants :
En 1998, Renaud Dudouet, dans son mémoire intitulé “Évaluation du kinésithérapeute par une population
de moyen-séjour” (Croix-Rouge Française - I.F. “BoisLarris”) cherche à déterminer quelle opinion les personnes
rééduquées hospitalisées se font du kinésithérapeute.
- L’objectif premier des patients est de rentrer au domicile, les séances de rééducation étant en cela un moyen.
●
Trois hypothèses sont prononcées :
- Dans un service de moyen séjour, les patients considèrent les kinésithérapeutes comme ayant un rôle spécifique par rapport aux autres soignants.
- Les MK ont des relations privilégiées avec les patients.
- Les patients attendent beaucoup de la kinésithérapie.
La méthodologie exploratoire utilise l’interview personnalisé. 25 patients, âgés de 43 à 94 ans, tous en mesure de comprendre et de répondre aux 13 questions élaborées à l’avance, ont participé à l’étude.
Le temps de l’interview volontairement non restreint
s’est étalé entre 10 et 60 minutes.
Deux patients ont refusé de répondre, voyant là un esprit
de délation par rapport au personnel.
L’auteur, pour chaque question, a sélectionné les motsclés et leur fréquence d’apparition.
c o m m u n i c a t i o n
Malgré les nombreux biais de l’étude (certains cités et
discutés par l’auteur), l’auteur met en évidence les élé-
Avec
- Le rythme de la journée est essentiellement lié aux
heures des repas et de la toilette.
- Les critères d’insatisfaction sont principalement le
manque de temps consacré par le personnel à chaque patient.
- Le kinésithérapeute est bien perçu comme un thérapeute, mais également souvent comme un animateur.
- Le temps de rééducation consacré aux patients paraît
globalement suffisant, mais il persiste une connotation
négative (trop d’attente, trop de patients...).
En résumé, Renaud Dudouet souligne la difficulté à
obtenir des réponses instructives. Cette difficulté provient
soit de l’âge des patients, soit d’une peur de représailles,
soit tout simplement d’une difficulté de compréhension
des questions.
Il insiste cependant sur l’importance de l’avis du patient
qui peut amener la qualité des soins à s’améliorer à condition d’utiliser efficacement et de façon adaptée les outils
de communication.
● En conclusion, même si toute évaluation, qu’elle soit
instaurée par la hiérarchie administrative ou qu’elle soit
proposée par l’intermédiaire des patients, peut spontanément paraître contraignante pour le masseur-kinésithérapeute, les auteurs de ces mémoires insistent sur le fait que
l’objectif principal est de permettre aux évalués de s’investir dans leur évolution professionnelle afin de mieux s’adapter aux besoins des patients.
Aude QUESNOT,
Responsable de la Chronique.
Le spécialiste de l’évaluation fonctionnelle
102, Route de Paris - F-69260 CHARBONNIÈRES-LES-BAINS - Tel : 04.78.34.32.48 - Fax : 04.78.34.69.25
18
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
FORMATION
Formation en masso-kinésithérapie,
déficience visuelle et pédagogie
ou comment
inventer une vidéo intérieure.
par :
Hervé COCHET,
C.S.K., formateur en I.F.M.K. et I.F.C.S., Paris.
Marjory PALUMBO,
M.K. à la Fondation Rothschild, Paris.
“C
omment faites vous pour enseigner l’anatomie
à vos étudiants mal et non-voyants ?” Cette
question abrupte me tombe dessus à quelques minutes
de la fin d’une réunion concernant la place de l’enseignement du rachis dans nos études. “Il faudra nous le
dire pour que nous le mettions en place rapidement chez
nous, avec nos étudiants (voyants) !” Curiosité ?
Recherche pédagogique ? Ouverture d’esprit ? À n’en
pas douter une volonté d’avancer, de transférer se manifeste ici ! Ce qui est utile à une minorité présentant une
difficulté supplémentaire est sans doute bénéfique à une
majorité. Mais qu’est-ce qui est transférable ? Comment
faisons-nous effectivement avec nos étudiants déficients
visuels ? Est-ce simple et immédiat ? Et surtout, sontce des façons de faire (procédures), ou des façons de
penser (processus) ? Essayons d’écrire quelques lignes
sur une pratique pédagogique rebelle à la description.
M ATÉRIEL
Lorsque l’on pense déficience visuelle, on pense tout
d’abord livres braille et cassettes audio, supports contenant les savoirs les plus stables : anatomie, testing, terminologie médicale par exemple. Mais ces vieux clichés
sont issus de l’ “aveuglisation” systématique de tout le
monde alors que la liste du matériel manié par les étudiants déficients visuels est devenue bien plus longue
aujourd’hui : ordinateurs portables, disquettes, zip, plages
tactiles, synthèses vocales, scanner, photocopies agrandies et en relief, téléagrandisseurs et vidéoagrandisseurs,
minidisque, logiciels de conversion d’écriture visuelle
en écriture braille, de grossissement de caractères, de
dictée vocale... Une forêt de possibilités informatiques
et électroniques dans laquelle il est facile de se perdre
mais où chaque déficience visuelle trouvera de quoi améliorer ses capacités d’écriture, de lecture et d’archivage. Cette richesse de matériel adapté demande réflexion,
conseils, apprentissages, temps et n’exclut pas le concours
humain “bien-voyant”, indispensable pour lire, rechercher, trier, vérifier... du moins au début. Ainsi, l’accessibilité et le traitement aisé de l’information sont les pre-
mières dimensions pédagogiques à réfléchir avec chacun, d’autant plus qu’elles nécessitent un budget non
négligeable. Et si la vue évolue pendant les études ?
Adaptation, énergie, difficultés...
Ensuite, on pense squelette, écorché, boîte d’os,
modèle mécanique, maquette... c’est-à-dire apprentissage par le toucher, la manipulation. Effectivement,
dans nos écoles, ces objets existent et circulent de mains
en mains. Les étudiants proposent volontiers des “trucs”,
transforment leur “cercueil” en un théâtre de marionnettes avec élastiques, pâte à modeler et liens divers
jouant le rôle de ligaments et de muscles... Et on palpe,
on “rame”, on monte et démonte mais quand ces modèles
quittent les mains, que reste-t-il dans les têtes, où en
est la représentation ?
Il y a bien entendu le dessin : tableau noir pour craie
blanche et tableau blanc pour marqueur noir (affaire de
contraste...), ou bien le dessin relief en thermoforme,
collage ou feuille plastique à palper. Mais comment
choisir le degré de précision ? Et l’un voit ceci, l’autre
voit cela, le troisième ne voit rien ! Pour ce dernier (et
pour tous les autres), il est encore possible de dessiner
sur la surface de son dos. Ainsi, la diversité des modes
de communication visuelle et non visuelle s’étend.
Heureusement, nous travaillons en petit groupe ce qui
donne un peu de temps à chacun pour ajuster ses codes
de compréhension et de représentation. Il s’agit de faire
de l’individuel dans du global !
Parfois l’intervenant arrive avec ses diapos ou ses
bandes vidéo, court-il à l’échec ? Va-t-il déclencher un
conflit ?... Que vont-ils voir ? Peu importe ! Ce sont les
descriptions, les commentaires et échanges que cela
déclenche qui importent. Prendre le temps, parler, décrire très complètement l’image, s’arrêter, revenir, c’est
une affaire de patience et la passion est souvent au rendez-vous, bien plus que chez les “voyants” ! Remarquons
d’ailleurs que l’intervenant libère avant tout sa propre
parole grâce au support qu’il propose, et ce au bénéfice de sa pédagogie. Il n’a pas à se priver de ses images
favorites du fait d’un public déficient visuel, à nous de
l’y inviter !
Dans ces premières idées, ces aspects matériels, nous
ne restons qu’à l’extérieur, à la superficie. Où en est le
monde intérieur de chacun ? Que faire lorsque les hublots
sont opaques ou dépolis...? Et si c’était finalement une
“vidéo intérieure” et “en 3 D” s’il vous plaît, qui serait
à inventer ?
-
SUITE DANS LE PROCHAIN NUMÉRO
-
Béatrice CHAPIN,
Pascale JAILLARD,
Responsables de la Chronique.
La Lettre du Cadre de Santé Kinésithérapeute - Janvier 2000 - N°13
19
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising