lire l`article - Habitat et Participation

lire l`article - Habitat et Participation
Recueil d’expériences sur
la lutte contre l’exclusion sociale
via le logement
et l’insertion socio-professionnelle
Réalisé par :
- Habitat et Participation
- septembre 2001 –
Avec le soutien de la
Région wallonne –
Ministère des Affaires
sociales et de la Santé
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 2
TABLE DES MATIERES
TABLE DES MATIERES _______________________________________________ 3
HISTORIQUE ________________________________________________________ 6
METHODOLOGIE ____________________________________________________ 8
CONTENU DES RUBRIQUES _________________________________________ 14
EXPERIENCES EN BELGIQUE _______________________________________ 17
FICHE 1 : Quartier l’Etoile (Aide Locative de Charleroi) - Réhabilitation de
logements intégrant une action d’insertion socioprofessionnelle et mise en location de
logements durables pour familles nombreuses à revenus modestes ou précarisées _ 19
FICHE 2 : Le Balloir – Projet intergénérationnel offrant du logement pour
personnes âgées et pour enfants seuls ainsi qu’un atelier de « pré-formation » pour
jeunes mamans en difficulté ____________________________________________ 27
FICHE 3 : Maison de quartier Bonnevie – Centre de rénovation - Service d’aide à la
rénovation pour des propriétaires à faibles revenus _________________________ 33
FICHE 4 : CASI-UO COFTeN - Un projet intégré de formation socioprofessionnelle
dirigé vers les technologies nouvelles _____________________________________ 41
FICHE 5 : Convivial – Un service d’aides aux réfugiés mettant l’accent sur la
participation et la responsabilisation des bénéficiaires _______________________ 49
FICHES 6 : DAK – Un service d’actions bénévoles de première ligne d’aide et de
soutien aux personnes sans abri ou mal logées _____________________________ 57
FICHE 7 : Le Foyer Dar al Amal – Habitat kangourou : entraide et cohabitation
d’une famille immigrée et d’une personne âgée. ____________________________ 63
FICHE 8 : Habitat-Service – Un service facilitant l’accès à la location de logement
en s’appuyant sur le système du bail glissant _______________________________ 69
FICHE 9 : L’Autre “ lieu ” - Cohabitation dans une maison communautaire
d'africains (Peuls) qui accueillent des personnes souffrant de troubles mentaux __ 77
FICHE 10 : La Lorraine – Une Entreprise de Travail Adapté et une coopérative qui
misent sur la participation démocratique __________________________________ 83
FICHE 11 : La Maison – Un logement de transit et d’insertion prioritairement pour
les stagiaires d’une Entreprise de Formation par le Travail (EFT) _____________ 89
FICHE 12 : La Vague – Un service d’insertion en logement individuel supervisé pour
personnes présentant un handicap _______________________________________ 95
FICHE 13 : Loginove - La création de logements d’insertion en partenariat avec un
établissement scolaire et d’autres services locaux __________________________ 101
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 3
FICHE 14 : Médiation Paritaire du logement – Un recours alternatif à la Justice de
Paix en matière de conflits locatifs ______________________________________ 107
FICHE 15 : Association des habitants du « Chêne Houdiez » - Des habitants d’un exvillage de vacances au statut de parc résidentiel se mobilisent et réfléchissent aux
conditions et moyens pour que le site sorte d’une copropriété coûteuse en réaction à
la volonté de vente globale du site émanant du plus gros copropriétaire.________ 111
FICHE 16 : Le Phare – Un projet construit collectivement avec des hébergés d’une
Maison d’accueil dont le but est d’entrer en contact et d’apporter une aide aux
habitants de la rue qui ne souhaitent pas s’adresser à des institutions__________ 119
FICHE 17 : « Si j’avais su, j’aurais pas fait » - Un jeu collectif en construction
continue pour favoriser l’échange et l’interformation entre personnes en difficultés
__________________________________________________________________ 125
FICHE 18 : Sans-Abri Castors – Un accompagnement socioprofessionnel, dans le
cadre de la rénovation de logements inoccupés par les futurs locataires issus de
publics précarisés. ___________________________________________________ 131
FICHE 19 : Transit 77 - Un hébergement d’urgence de qualité pour femmes avec ou
sans enfant : confiance et valorisation ___________________________________ 137
FICHE 20 : WOTEPA – Un programme d’insertion globale par le logement et
l’emploi____________________________________________________________ 143
EXPERIENCES D’AUTRES PAYS_____________________________________ 149
FICHE 21 : Production d'habitat adapté pour des gens du voyage à St-Bonnet de
Mûre, Rhône, France ________________________________________________ 151
FICHE 22 : Le programme Casa Melhor – « un meilleur logement » - un partenariat
public-privé initié par des groupes « de base » afin d’améliorer le logement de
familles à faibles revenus via le micro-crédit ______________________________ 161
FICHE 23 : Quand des habitants auto-gèrent leur espace de vie et de travail : la
Fondation De Refter _________________________________________________ 169
FICHE 24 : Opération expérimentale de désendettement dans la cité d’habitations
sociales d’Empalot : apurement des dettes de loyers via le travail en Régie______ 177
FICHE 25 : L’Epicerie Locale d’Initiative Solidaire (ELIS) : une connexion de
moyens financiers, humains et de solidarité_______________________________ 185
FICHE 26 : Confrontés à des problèmes de pauvreté, de sécheresse, …, des habitants
s’organisent et s’approprient des terres pour s’y installer et y créer le quartier
spontané de Fitiribougou _____________________________________________ 193
FICHE 27 : Habitat adapté en bois construit par et pour des personnes défavorisées
__________________________________________________________________ 205
FICHE 28 : A Porto Alegre, c’est la population qui trace les destinées de la ville via
« le budget participatif » ou par une co-élaboration du budget de la ville _______ 213
FICHE 29 : Des détenus créateurs de jardins générateurs de lien social : les Jardins
du Lien ____________________________________________________________ 225
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 4
FICHE 30 : Une coopérative multiethnique et multiculturelle qui réhabilite des
logements publics: la Coopérative Coralli ________________________________ 235
FICHE 31 : Un partenariat de plusieurs acteurs permet l’autoconstruction de 12
logements par et pour des jeunes sans abri et sans emploi : le projet Sound Image 245
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 5
HISTORIQUE
Depuis 1992, Habitat et Participation fait partie d’un réseau international
d’échange d’expériences en tant que membre de la Charte européenne pour le droit à
habiter et la lutte contre l’exclusion. Sur base du constat que nous sommes dans une
société à la fois de surinformation et de désinformation, l’idée était simplement de faire
circuler de l’information utile à l’action sous forme de fiches d’expériences. La fiche
d’expérience, format minimal de l’information, était résolument prête à assumer ses
limites : sa subjectivité et sa non exhaustivité. Ce réseau international d’échange
d’expériences a été initié et financé par une fondation française de droit suisse : la
Fondation Charles Léopold Meyer pour le Progrès de l’Homme dont le Président est
Monsieur Pierre Calame.
Depuis cette époque, on a vu se développer de nombreux projets de collectes de
données dites de « bonnes pratiques » ou « best practices ». Les Nations Unies ont été
particulièrement promotrices de ce genre d’initiatives.
Dans l’un et l’autre cas, le constat est que le plus souvent la fiche ne crée pas l’échange
et qu’il faut donc mettre en œuvre d’autres méthodes pour passer d’un simple relevé
d’expériences à un véritable échange d’expériences.
Par ailleurs, depuis 1991, Habitat et Participation est membre d’un réseau
mondial pour le droit à l’habitat : Habitat International Coalition. Elle en assumera
durant plusieurs années le « focal point » européen. Ce réseau fédère de multiples
partenaires dans le monde (associations, ONGs, groupes de bases,…) qui veulent
promouvoir le droit à l’habitat comme un moyen privilégier de lutte contre les diverses
manifestations d’exclusion sociale.
En 1999, le nouveau focal point européen de ce réseau – l’Unione Inquilini représenté
par Monsieur Cesare Ottolini – proposait un projet de convention à l’Union européenne,
projet dont l’objectif était de promouvoir un observatoire européen des pratiques
innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale. Habitat et Participation était
partie prenante de ce projet, soutenue en cela par la Région wallonne (Affaires sociales
et de la santé). Pour diverses raisons, ce projet n’a pas été retenu.
Cependant, convaincue de l’utilité d’une telle démarche, la Région wallonne via
le Ministre des Affaires sociales et Habitat et Participation a signé une convention de
travail en 2001 pour réaliser un Inventaire de pratiques innovantes pour lutter contre
l’exclusion sociale via le logement et l’insertion socio-professionnelle. Les quatre axes
clés de ce travail devaient être l’innovation sociale, la participation des bénéficiaires, le
relevé des obstacles juridiques et l’analyse des trajectoires de vie. Lors de la réalisation
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 6
des fiches, nous pensons avoir été attentifs aux trois premiers points ; le dernier
demanderait sans doute une étude approfondie à lui tout seul.
Nous remercions Messieurs Detienne, Monnier et Pirotte du Ministère des Affaires
Sociales et de la Santé ainsi que Messieurs Villan et Coen de l’Administration pour le
soutien qu’ils ont apporté à cette démarche et nous espérons pouvoir continuer et élargir
le champ de notre travail de manière à créer de réelles synergies entre pratiques
innovantes au niveau européen.
Enfin, une journée de restitution finale qui s’est déroulée le 17 septembre 2001,
suite à l’inventaire de pratiques innovantes, a été un des moments-clé du déroulement de
ce travail 2001 (lire à ce propos l’annexe méthodologique). Nous avons l’ambition de
croire qu’elle pourra apporter à l’ensemble des participants l’occasion d’échanger des
avis, des idées, des propositions pour que ces pratiques innovantes puissent se dérouler
dans des conditions plus favorables, puissent être soutenues par des structures légales
qui leur permettent d’accéder aux financements nécessaires, puissent être le point de
départ d’autres pratiques ailleurs.
Nous remercions l’ensemble des participants à cette journée y compris les animateurs de
débats, mais aussi l’ensemble des personnes qui ont contribué à alimenter et à enrichir
l’inventaire en consacrant une partie de leur temps à sa réalisation.
Une synthèse avec une lecture transversale des 31 fiches réalisées en y intégrant
aussi quelques réflexions de la journée de restitution finale a également été rédigé dans
le cadre de cette mission.
Nous espérons que certaines de ces personnes auront le souhait de continuer
cette démarche avec nous de manière à ouvrir le débat à d’autres associations, à d’autres
partenaires privés ou publics, belges ou européens. La perspective reste pour nous la
création de cet observatoire européen et toute l’animation réseau qui serait nécessaire
pour l’activation des synergies entre pratiques innovantes.
Habitat et Participation
Septembre 2001
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 7
METHODOLOGIE
L’échange d’expérience :
définir des objectifs et des niveaux d’échange
Pour nous, dès le départ de ce travail, l’objectif n’était pas uniquement de
réaliser des fiches d’expériences, d’aboutir à un « simple » produit : un listing d’études
de cas. Notre enjeu était de favoriser les échanges d’expériences entre politiques et
associations, entre bénéficiaires et porteurs de projets, entre associations elles-mêmes,
entre expériences belges et étrangères. Il s’agissait dès lors d’imaginer des méthodes de
travail qui favoriseraient ces processus tout en permettant d’obtenir un produit utile et
diffusable.
Nous appuyant sur nos expériences passées en matière d’échange d’expériences,
il nous est apparu d’emblée que la première question à laquelle il nous fallait répondre
était : quel(s) serai(en)t les objectif(s) de ce travail pour les groupes rencontrés. En
effet, il est impossible de promouvoir l’échange d’expériences si un objectif clair n’est
pas établi avec les participants à cet échange. De même, un processus participatif ne
peut se mettre en place si cette participation ne porte pas sur un objet précis avec un
enjeu de type décisionnel.
Il nous a semblé, lors de ce travail, que les objectifs pouvaient être :
1. Visibiliser une pratique si elle est peu connue, surtout lorsqu’il s’agit d’une
innovation sociale dont la mise en œuvre implique un fonctionnement sans moyens,
sans reconnaissance, à la limite de la législation existante ;
2. Prendre, le temps d’une rencontre organisée par nous, un certain recul face à une
pratique innovante en y incluant le point de vue des « bénéficiaires » du projet ;
3. Systématiser certaines questions de manière à pouvoir dialoguer avec les pouvoirs
publics lors d’une journée de rencontre finale.
Lors de processus d’échange d’expériences, la seconde grande question à se poser
est le niveau de l’échange. Trois niveaux sont possibles :
1. De personne à personne (ce qui s’est passé lors des interviews)
2. De personne vers un groupe plus ou moins formalisé (ce qui s’est passé lorsque
l’association rencontrée a bien voulu se présenter en groupe ; c’est ce qui pourrait
être l’enjeu du travail de synthèse de la recherche ainsi que des ateliers lors de la
journée de restitution)
3. Du groupe vers l’extérieur (ce sera l’enjeu de la journée de restitution)
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 8
La méthode utilisée lors de ce travail a dès lors été déterminée par les objectifs que
nous souhaitions atteindre, à savoir de réaliser un produit, mais aussi de lancer un
processus dans lequel devait pouvoir s’inscrire les 3 objectifs potentiels des groupes
rencontrés.
Faire un fiche d’expériences : un produit
A priori, ce produit peut être obtenu de diverses manières :
9
9
9
9
9
9
9
9
On téléphone à l’association pour envoi de documents et on fait une fiche ;
On rencontre un responsable et on le questionne ;
On rencontre un responsable, on le laisse parler ;
On rencontre le responsable, on réalise la fiche, puis il la relit pour approbation ;
On rencontre un groupe de travailleurs et on parle,…
On rencontre un groupe et l’on fait de l’observation participante,…
On rencontre un groupe de gens impliqués dans le projet, dont les bénéficiaires,…
Etc
Selon la méthode utilisée, le produit sera plus ou moins complet, plus ou moins fiable,
plus ou moins organisé, prendra plus ou moins de temps pour être obtenu. Les choix
sont donc limités par le temps imparti et les autres objectifs à poursuivre.
De manière à pouvoir utiliser ensuite ces fiches-produits, nous avons voulu leur
donner une forme relativement structurée sous forme de rubriques (elles sont
expliquées plus bas). Cette structure a été réfléchie en amont du projet avec d’autres
partenaires. A l’usage, il est évident que certaines rubriques sont plus difficiles à
compléter de manière systématique que d’autre. par exemple, l’efficacité du projet
(mesure d’adéquation entre résultats et objectifs) demanderait plus de temps pour être
correctement complétée. Habitat et Participation ne pouvait donner ici de jugement et
les personnes interrogées auraient eu besoin de plus de temps pour y réfléchir de
manière plus pertinente.
Il faut encore signaler que, pour de nombreuses raisons qu’il serait fastidieux
d’énumérer ici, notre choix s’est porté vers une fiche d’auto-évaluation par les
partenaires du projet eux-mêmes. Il n’était donc pas question pour nous ni d’utiliser des
analyses réalisées par ailleurs ni de porter un jugement de valeur sur le résultat des
interviews.
Nous réalisons actuellement (septembre 2001) la lecture dite « transversale » de
ces fiches pour arriver à en tirer les éléments récurrents, les idées forces, les
« constantes ».
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 9
Faire une fiche d’expériences : un processus
Puisque nous ne voulions pas privilégier le produit sur le processus, il nous a
fallu réfléchir à une méthode de recueil d’informations qui permette à un processus de
se mettre en place. La « simple » interview d’une personne sur base d’un canevas bien
défini limitait le lancement d’un processus.
C’est pourquoi, bien que les fiches suivent un canevas strict, les rencontres ont plutôt
privilégié le débat, l’entretien informel, l’écoute active via des techniques et des outils
d’animation de groupes. Lorsque cela fut possible – et c’était notre souhait de base –
nous avons rencontré des groupes de personnes, groupes face auxquels nous sommes
intervenus moins comme « journaliste » que comme animateur. Plusieurs associations
qui ont bien voulu « jouer le jeu » en Belgique semblent en avoir tiré des éléments très
instructifs pour elles-mêmes. Par exemple, une responsable du CASI-UO a montré son
étonnement lorsque, durant les discussions, elle a réalisé à quel point les stagiaires
étaient conscients des objectifs sous-jacents à la formation et pas seulement de l’objectif
premier d’obtenir une formation.
Il est évident que ce même processus n’a pu être élaboré pour les fiches
d’expériences étrangères. En l’occurrence, nous avons privilégié des expériences de
partenaires de réseaux proches de notre association, de manière à pouvoir établir des
liens avec ceux-ci si des associations belges en faisaient la demande. L’originalité de
ces fiches réside dans la présence d’une partie « éléments de reproductibilité » où l’on
peut y lire des expériences proches déjà existantes en Belgique, des réflexions pour
aider à les reproduire et des références multiples pour aller plus loin dans la réflexion ou
la mise en place de tels projets chez nous.
Notre souhait est ici que ce processus amorcé servira de base à la création ou
l’accroissement de synergies à l’intérieur des associations, entre les associations et entre
pouvoirs publics et ces associations. C’est aussi pour cette raison que la journée dite de
restitution finale nous paraît importante : établir un dialogue qui dépasse la « simple »
revendication des divers acteurs, mais permette de concrétiser des propositions
applicables pour permettre à la société de pouvoir avancer en donnant aux « pratiques
innovantes » les moyens de fonctionner. Cette journée, qui se déroule le 17 septembre, a
pour intitulé : « Quand les actions rencontrent les politiques ».
Méthode utilisée pour la collecte d’expériences en Belgique
L’organisation de la rencontre se passe en trois temps qui s’étalent sur une
période plus ou moins longue. Les contacts n’ont toutefois pas toujours pu aboutir à une
séance de rencontre « idéale » pour diverses raisons que nous n’évoquerons pas ici.
Dans un premier temps, Habitat et Participation prend d’abord contact par téléphone
avec les projets identifiés comme ayant une pratique innovante. Au cours de ce contact,
une première information sur le projet d’inventaire est fournie. Nous mettons l’accent
sur le cadre de travail et notre volonté méthodologique d’organiser une rencontre avec
les différents protagonistes de l’initiative : travailleurs, bénéficiaires, porteurs du
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 10
projets,… Des documents sont également envoyés afin de fournir davantage
d’informations sur le contexte dans lequel s’inscrit le projet d’inventaire.
Dans un second temps, nous recontactons l’initiative, une à deux semaines plus tard,
afin de fournir d’éventuels compléments d’information et d’envisager une date de
rencontre.
Enfin dans un troisième temps, il s’agit de la rencontre proprement dite. Nous avons
défini la séance idéale de rencontre comme suit.
Cette séance comporte une dizaine de participants rassemblant des représentants
de chaque groupe de personnes impliquées dans l’initiative.
Après une introduction du projet, nous procédons à un premier « tour de table » dans le
but de faire connaissance et de créer un climat favorable à l’échange, décontracté et
sécurisant. Ce tour de présentation permet aussi de récolter déjà un certain nombre
d’informations précieuses sur le fonctionnement du projet. On demande à chacun de se
présenter et d’expliquer de manière très large mais concise ses relations avec le projet
(rôle, comment on l’a connu, depuis combien de temps, ce qu’on y fait,…).
Suite à cette présentation, nous proposons deux animations de support à la discussion et
à la collecte d’informations que nous avons voulue sur un mode ludique :
La première animation propose que chaque participant réfléchisse à trois idéesclef pour définir l’initiative, pour lui, à partir de la place qu’il occupe dans le
projet. Chacun est invité à noter ses idées sur un papier (ou de les retenir si l’écrit
pose problème). Suite à ce travail individuel, nous invitons une personne à
présenter sa première idée au groupe et de l’expliquer. Chaque intervention est
utilisée pour rebondir sur les idées des autres participants qui peuvent renforcer ou
compléter l’idée présentée. Nous sommes attentifs à « distribuer » la parole et le
temps d’intervention de façon à ce que tous les participants puissent partager leur
point de vue avec les autres.
La seconde animation porte sur les obstacles rencontrés dans le cadre de la mise
en œuvre du projet pour chaque participant par rapport à la place qu’il occupe
dans le projet.
Pour cette seconde phase, Habitat et Participation a mis au point un outil facilitant
l’expression des participants : un recueil de dessins. Ces dessins n’ont pas de
signification univoque mais présentent une série de situations-obstacles face
auxquelles un personnage se retrouve.
Nous demandons à chacun de choisir trois situations-obstacles pour ensuite
adopter le même genre de procédure que dans le cadre de la première animation. Il
s’agit de les présenter au groupe et d’expliquer leur choix. Après que l’un des
participants ait présenté et expliqué son premier dessin choisi, nous demandons au
groupe si quelqu’un d’autre à choisi le même dessin et l’invitons à expliquer ce
choix. Au bout du compte, chacun a pu présenter les situations-obstacles qu’il a
choisies et réagir aux choix des autres en s’y associant ou en marquant sa
différence.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 11
Au cours de cette rencontre, via ces animations limitées dans le temps (environ
deux heures) et dans le nombre d’animations, nous tentons de collecter un maximum
d’informations de façon à obtenir un contenu le plus riche possible pour alimenter les
différentes rubriques de la fiche que nous nous sommes proposés de réaliser. C’est
pourquoi, dans la fiche elle-même, il se peut qu’apparaissent des avis différents, voire
contradictoires. Ceci nous semble très important parce qu’une vision unique ou
univoque va à l’encontre de la réalité (ou de sa perception).
Enfin, pour la rédaction de la fiche, nous avons complété la collecte d’informations par
l’interview de certains responsables et par l’utilisation de sources d’informations
produites par les associations elles-mêmes (Rapport d’activités, projets pédagogiques,
folders de présentation, sites Internet, CD-Rom, et autres documents internes divers tels
que des contrats avec les bénéficiaires, etc.).
Méthode utilisée pour la collecte d’expériences non belges
Les expériences étrangères recherchées devaient répondre, outre à l’aspect
expérience non initiée par les pouvoirs publics de lutte contre l’exclusion via l’insertion
par le logement et via l’insertion socio-professionnelle, aux deux critères principaux de
départ, à savoir le caractère innovant du projet et la participation des bénéficiaires.
Dans un premier temps, une recherche documentaire a été effectuée via diverses
ressources : notre centre de documentation ; nos partenaires de travail; nos centres
d’intérêt du moment ; les bases de données déjà existantes sur la question de
l’exclusion ; les contacts et informations retirées lors de participation à des colloques et
autres rencontres.
Une fois notre choix arrêté nous avons : recherché les coordonnées et adresses des
personnes ressources pouvant apporter une information sur les expériences choisies ;
effectué une recherche d’informations via notre centre de documentation, les
bibliothèques, internet, diverses personnes ressources.
Il est arrivé que des modifications soient apportées, par les personnes
responsables d’expériences choisies, par rapport aux informations de départ (expérience
peu concluante, dépassée, informations trouvées non exactes, souhait de ne plus en
parler, …). Dans certains cas une actualisation a dû être effectuée. Des informations sur
des expériences innovantes, mais non choisies au départ, ont été fournies par des
personnes contactées dans le cadre des projets retenus.
Les contacts se sont déroulés le plus souvent par téléphone/fax et échange d’e-mail,
voire par courrier postal.
Les informations sur les expériences sont soit issues d’un rassemblement de données
provenant de diverses sources, soit ont été fournies directement par les initiateurs euxmêmes.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 12
Concernant le travail sur la reproductibilité, nous avons restreint notre champ
d’action au territoire de la Région wallonne. Il s’agissait : de donner quelques exemples
pouvant s’apparenter à l’expérience étrangère ; fournir quelques pistes, des références et
coordonnées utiles –non exhaustives- pour une éventuelle reproductibilité. Là aussi une
recherche documentaire a été effectuée via : notre centre de documentation, les
bibliothèques, des personnes ressources diverses (secteur associatif et secteur public),
internet, des visites d’expériences, … La majorité des contacts ne se sont pas déroulés
sur le mode de la réception à sens unique, mais étaient basés sur le mode de l’échange.
Certains médias comme le magazine Traverses, le bimensuel Alter Echos et la
législation (Le Moniteur, Wallex, …) nous ont bien aidés.
Les informations données dans chacune des fiches se complètent.
Nous tenons à remercier toutes les personnes et sources d’informations qui ont
permis à ce travail de s’effectuer.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 13
CONTENU DES RUBRIQUES
AUTEURS DE LA FICHE
Nombre et qualités des personnes rencontrées pour collecter les informations
nécessaires à la rédaction de la fiche. En outre, bien que rédigée par Habitat et
Participation, les fiches ont été relues et commentées par les responsables des
associations.
AUTEUR MORAL
Nom de l’association porteuse du projet
COORDONNEES UTILES
Nom de l’association porteuse du projet et ces coordonnées (adresse, numéro de
téléphone et de fax)
MOTS-CLES
Ces mots sont sélectionnés à partir d’un thesaurus utilisé couramment par Habitat et
Participation dans le cadre de sa collaboration à la rédaction de fiches d’expériences
réalisées dans le cadre de DPH1.
Fiche projet
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
Eléments introduisant l’initiative dans le contexte plus large dans lequel elle s’inscrit et
balises historiques.
OBJECTIFS DU PROJET ou ENJEUX DU PROJET
Définition des principaux objectifs visés par l’initiative ou le projet plus large dans
lequel elle s’inscrit.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
Définition de la population cible, présentation d’éléments de sélection du groupe et la
prise en compte des populations exclues de cette sélection.
MONTAGE FINANCIER
Eléments d’information sur les sources de financement utilisés pour mener à bien
l’initiative (fonds privés, fonds publics, fonds propres,…).
PARTENAIRES DU PROJET
Mise en évidence de partenaires privilégiés dans la mise en œuvre de l’initiative quand
il y en a et de partenaires privilégiés dans le contexte plus large.
1
DPH = réseau international d’échange d’expériences trilingue et multithématique ; les dynamiques
sociales sont au centre de sa préoccupation.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 14
DEROULEMENT DU PROJET
Présentation de la façon dont l’initiative se déroule concrètement, de la procédure
d’admission aux modes de sortie de l’initiative. Présentation des différents services
concrets proposés par l’initiative.
Fiche de perception du projet par les acteurs (fiches belges)
RESULTATS QUANTITATIFS
Eléments d’information quantitatifs sur l’initiative et/ou sur l’action plus large dans
laquelle l’initiative s’inscrit. Selon le type d’initiative, il s’agira de taux de
fréquentation, de chiffres d’affaire, de nombre d’emplois créés, de nombre de logements
mis à disposition, de la population touchée par l’initiative, etc.
RESULTATS QUALITATIFS
Eléments relatifs à l’impact de l’initiative entre autres en terme de changement durable
pour les bénéficiaires.
EFFICACITE DU PROJET
Cohérence entre résultats obtenus et objectifs annoncés.
LA PARTICIPATION
Eléments d’information sur la place des bénéficiaires en tant qu’acteurs au sein de
l’initiative. Aussi approche de la dimension collective de l’initiative.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
Eléments d’information présentant l’incidence des pratiques sur l’évolution du droit ou
du contexte juridique et légale. Aussi impact de l’initiative en terme d’accès aux droits.
LE PROJET COMME PROCESSUS
Evaluation du processus dans lequel s’inscrit le projet en se centrant sur les aspects
préventifs, la trajectoire des bénéficiaires, et le suivi après le passage dans l’association
porteuse de l’initiative.
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOQUAGES OU HANDICAPS
Eléments sur les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre ou dans l’implication
dans un projet pour les différents protagonistes de l’initiative.
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Informations concernant ce qui fait la réussite de l’initiative selon les dires de
participants.
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
Définition des actions qui seront menées pour développer, améliorer, compléter,
stabiliser le projet.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 15
Fiche reproductibilité (fiches non belges)
ELEMENT SPECIFIQUE A REPRODUIRE
Résumé et éléments clés de l’expérience.
EXEMPLES EN REGION WALLONNE
Quelques exemples – non exhaustifs- de projets et d’expériences, initiées en Région
wallonne, s’apparentant et/ou faisant penser à l’expérience étrangère.
ELEMENTS DE REPRODUCTIBILITE
Idées, informations et pistes diverses (par exemple au niveaux législatifs, financier, …)
pouvant aider à une éventuelle reproduction.
QUELQUES REFERENCES - ADRESSES UTILES
Coordonnées, publications, textes législatifs, …
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 16
EXPERIENCES EN BELGIQUE
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 17
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 18
FICHE N°1
FICHE 1 : Quartier l’Etoile (Aide Locative de Charleroi) Réhabilitation de logements intégrant une action d’insertion
socioprofessionnelle et mise en location de logements durables
pour familles nombreuses à revenus modestes ou précarisées
AUTEURS DE LA FICHE
2 responsables du service d’Aide Locative de Charleroi
AUTEUR MORAL
Fonds du Logement des familles nombreuses de Wallonie
COORDONNEES UTILES
Aide Locative de Charleroi
Quai de Brabant 7
6000 Charleroi
Tél. : 071 33 18 27
Fax : 071 30 43 14
MOTS-CLES
< innovation sociale> <lutte contre l’exclusion> <accès au logement> <formation
professionnelle> <insertion professionnelle> <habitat dégradé> <réhabilitation de
logement> <relation emploi logement> <rénovation urbaine> <pédagogie de l’habitat>
<accompagnement social> <contrat de location> <famille> <jeune>
FICHE PROJET
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
L’Aide Locative est un domaine d’activité du Fonds du Logement des familles
nombreuses de Wallonie. Le Fonds du Logement vit le jour en 1929 à l’instigation de la
Ligue des Familles, mais le Fonds wallon naquit en 1980, suite à la régionalisation de
cette matière. Le Fonds du Logement offre deux types de services aux familles à
revenus modestes comptant trois enfants au moins : le prêt hypothécaire à taux réduit,
d’une part, et l’Aide Locative, activité adjointe par un arrêté du 30 juillet 1981. L’Aide
Locative a eu ses premiers locataires en 1983-1984. Le projet du Quartier l’Etoile a,
quand à lui, été initié en 1985.
Au milieu des années 80, un site habité par une population importante dans le sud de
Jumet est déclaré insalubre et non améliorable. Les bâtiments sont voués à être démolis.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 19
Deux familles du site prennent contact avec l’Aide Locative de Charleroi pour trouver
un nouveau logement.
A cette époque, les maisons sont occupées par une majorité de familles maghrébines,
avec un nombre important d’enfants et une population très dense. Ce quartier est appelé,
par les habitants de la localité « La plaine des gitans ».
Le bâtiment est mis en vente par le Charbonnage, encore propriétaire des lieux, et vidé
de ses habitants. Il est acquis par le Fonds du Logement et, jusqu’au début du chantier,
le site sera squatté.
Dans le prolongement du deuxième programme européen portant sur l’insertion
socioprofessionnel de jeunes, les travailleurs de l’Aide Locative, interpellés par les
caractéristiques sociales du public qu’ils rencontrent et par les problèmes récurrents de
dégradation de logements mis en locations, ont proposé d’organiser une formation
professionnelle pour des jeunes peu qualifiés en vue de réaliser des logements.
OBJECTIFS DU PROJET ou ENJEUX DU PROJET
Il y a plusieurs objectifs simultanés au projet.
Le projet rencontre les objectifs généraux du Fonds du Logement et de l’Aide Locative
à savoir la contribution à la rénovation urbaine ainsi que la protection et le respect du
patrimoine. L’Aide Locative poursuit aussi la mission de créer du logement durable, qui
apporte stabilité et ancrage dans un quartier où l’on trouve des familles nombreuses à
faibles revenus.
Lors de son lancement, le projet du Quartier l’Etoile a poursuivi en plus un objectif
spécifique de formation et d’insertion socioprofessionnelle.
Dans la prolongation de ses objectifs, l’Aide Locative nourrissait des intentions
spécifiques dans le cadre du Quartier l’Etoile dont la mise en place d’un dispositif de
prévention de l’exclusion, le développement d’une « pédagogie du logé », et
l’intégration du site dans l’ensemble du quartier, afin de le désenclaver.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
Deux publics distincts sont concernés. D’une part, dans le cadre de l’accès au logement,
le public visé est constitué de familles nombreuses à revenus modestes ou précarisées,
et, d’autres part, au niveau de l’insertion socioprofessionnelle, il s’agit de jeunes sans
qualification de moins de 25 ans.
Au niveau des familles, les parents se distinguent par un faible niveau de qualification,
l’absence d’emploi et l’inactivité.
Au niveau de l’attribution des logements du Quartier l’Etoile, l’Aide Locative et le
CPAS ont développé un plan commun. Le profil des familles devait s’intégrer avec le
principe de vie familiale. Le plan d’attribution poursuit l’objectif d’éviter de rassembler
sur un même site des gens présentant des difficultés à entretenir des relations de
voisinage sereines et de favoriser la diversification tant au niveau de la nationalité que
du type de familles (monoparentale, en couple, avec des enfants d’âges différents).
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 20
MONTAGE FINANCIER
Le Fonds du Logement a financé l’achat et la rénovation selon les modalités courantes
de financement des actions de rénovation de l’Aide Locative. Du personnel a été mis à
disposition du projet : un architecte, un dessinateur et un intervenant social.
Dans le cadre de la rénovation, le CPAS, outre l’engagement des jeunes sous Article 60,
a engagé un chef de chantier et un formateur.
PARTENAIRES DU PROJET
Le Fonds du Logement des familles nombreuses de Wallonie, le CPAS de Charleroi,
etc.
DEROULEMENT DU PROJET
Au niveau de la rénovation :
Il y a eu plusieurs phases de travaux et le choix de mettre à la disposition des habitants
une maison communautaire. Une réflexion a été menée sur l’implantation dans le
quartier qui a abouti à la modification de l’accès aux maisons qui ne se fait plus par la
plaine mais bien par l’autre côté afin que les habitants s’approprient leur maison et
jardin sans que la maison ne se prolonge sur la plaine. « Il s’agissait d’une
appropriation du site en deux phases, explique la coordinatrice de l’Aide Locative :
d’abord une appropriation de petits jardins privatifs à l’arrière, ensuite, un
investissement de l’espace central. » La seconde phase n’a toutefois jamais pu être
lancée et encadrée.
Au niveau de la location :
La procédure d’attribution de logement est similaire à celle pratiquée ailleurs par l’Aide
Locative moyennant quelques critères supplémentaires pour répondre au fait qu’il
s’agisse d’un site et pas d’habitations isolées.
Dans la sélection des futurs locataires, un premier temps est consacré à l’écoute, autour
de la table, pour laisser la personne raconter son histoire. L’objectif est de bien cerner ce
dont la famille a besoin, de l’aider à formuler ses projets et de voir quelles sont les
difficultés auxquelles elle est confrontée. A partir de là, l’intervenant tente de
déterminer le volume nécessaire de l’habitat, envisage la possibilité de contribuer au
regroupement familial pour les familles dont les enfants ont été placés suite à un habitat
inadéquat. L’intervenant envisage aussi les possibilités de mobilité et de transport de la
famille, ses besoins de se trouver à proximité de centres urbains ou en périphérie, etc.
Après la première visite des candidats au bureau, une visite a lieu à leur domicile.
Viennent ensuite les rencontres en vue d’attribution de logement qui comptent parfois
10 à 15 contacts avant l’attribution. Cette étape peut prendre deux mois à un an. Une
fois l’attribution faite, une visite est organisée. Tout au long de la procédure, un travail
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 21
préparatoire est mené pour amener la personne à ce qu’elle se prenne en charge et gère
son logement au mieux. L’aménagement du logement est laissé au locataire à qui est
attribué un budget d’installation. Il peut ainsi choisir ses peintures et tapisseries. Il reçoit
aussi l’accompagnement d’un technicien de maintenance dont le rôle est de fournir des
conseils dans la mise en œuvre des matériaux.
Dans le cadre d’un objectif de logement durable, une écoute et un dialogue sont
développés simultanément à une certaine rigueur par rapport au contrat signé. Les
loyers impayés, souvent symptômes d’autres difficultés, sont abordés avec les
locataires en tenant compte de l’ensemble de leur situation. Toutefois des situations
extrêmes mènent parfois à la rupture si les locataires ne respectent pas le contrat en
terme de payement, de non-dégradation du logement ou si des problèmes aigus de
voisinage restent sans solutions concertées.
Le suivi des familles intègre ce que les responsables appellent le travail « technicosocial » qui recouvre les aspects relatifs au contrat, à l’accompagnement des familles
concernant la consommation d’énergie, le mode d’emploi des maisons (dont leur
ventilation), etc. Pour les responsables, l’accompagnement des familles, visant à établir
un lien de confiance, constitue la clef d’un logement durable. L’accompagnement social
sert à maintenir le lien, à remettre en perspective, à dépasser le cadre strictement
contractuel qui, sinon, ne sera pas respecté.
Animation :
Les responsables sont partis de l’idée que le logement durable passe par une vie sociale,
ce qui nécessite un travail communautaire. Pendant les deux premières années, des
permanences ont dès lors été organisées une fois par semaine. Elles avaient pour but de
stimuler la participation et la vie communautaire sur le site. A l’origine, l’Aide Locative
avait cru qu’une stimulation au départ suffirait à lancer le mouvement. Mais l’impulsion
de départ, faisant échos chez quelques personnes ressources, est rapidement retombée
par manque de moyens pour accompagner les personnes et par manque de personnes
ressources sur le site.
Parmi les activités lancées, dans le cadre d’un programme européen favorisant la mise
en place de mesures d’insertions, l’Aide Locative a eu la possibilité de lancer un atelier
de psychomotricité ou des cours d’alphabétisation avec des mères maghrébines. De là
est parti aussi l’idée d’une rencontre entre les femmes belges et immigrées du quartier.
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
Au Quartier l’Etoile, 18 ménages bénéficient de logements dont 10 familles nombreuses
et 8 ménages aidés par le CPAS.
60 jeunes ont participé au chantier dont 37 avec assiduité.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 22
RESULTATS QUALITATIFS
Le projet a abouti à une rénovation de bonne qualité d’un site. Les bâtiments offrent la
possibilité d’une vie dans un logement sain, le mieux possible adapté aux besoins en
fonction des disponibilités et de manière durable, avec un accompagnement social si
nécessaire.
Le lancement du projet a permis la formation de jeunes non-qualifiés en situation réelle.
Toutefois, il y a peu d’informations disponibles sur ce que les jeunes sont devenus. Sur
les 37 jeunes réguliers dans la formation, 13 ont trouvé un travail au cours de l’année de
fin de chantier, 3 ont été engagés par le CPAS, et 4 ont repris une formation dans le
secteur du bâtiment.
EFFICACITE DU PROJET
A l’analyse des informations rassemblées au cours des rencontres, l’aspect de
rénovation urbaine est atteint, tout comme la mission de formation spécifique du projet.
L’Aide Locative a aussi pour mission de créer du logement durable, qui apporte stabilité
et ancrage dans un quartier à des familles nombreuses à faibles revenus.
Quoi que le site jouisse d’une meilleure image depuis son acquisition par l’Aide
Locative, il semble encore rester un site distinct du reste du quartier.
Comme beaucoup d’autres initiatives en matière de logement, il reste difficile d’évaluer
l’impact de la « pédagogie du logé » sur les personnes qui quittent le site et de manière
générale l’incidence d’un passage par ce type de logement dans le parcours des
bénéficiaires.
LA PARTICIPATION
Des tentatives de stimulation de la participation des habitants à la vie du site n’ont eu
qu’un effet fragile et temporaire. Les intervenants la sente dépendante d’un soutien
extérieur, mais aussi de certaines personnes ressources au sein même du quartier qui
peuvent dynamiser le voisinage. Les intervenants soulignent l’importance de la
continuité d’une présence régulière sur le site et dans la durée d’intervenants qui
assurent un rôle d’animation et de stimulation à la participation.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
Le droit à un logement de qualité
LE PROJET COMME PROCESSUS
Pour certains jeunes en formation, la formation leur a ouvert de nouvelles perspectives
en terme de formation ou d’emploi.
Au niveau de la location des logements, le principe et la location sur le long terme. En
outre, la « pédagogie du logé » peut servir lors de changements de logement.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 23
DIFFICULTES RENCONTREES OU BLOQUAGES OU HANDICAPS
Encadrement et organisation du chantier :
Dans le cadre de la rénovation, selon les responsables, sur le chantier, il y a eu certaines
tensions entre les jeunes et des travailleurs d’entreprises privées. Pendant la durée du
chantier, il y a eu des changements de formateurs qui ont perturbé le travail sur le
chantier par manque de régularité. D’autres difficultés sont pointées comme le manque
de personnel d’encadrement et un mode d’organisation du chantier trop élémentaire. Par
ailleurs, le chantier apparaît plus démonstratif que reproductif à moins d’accord avec le
secteur de la construction.
Marchés publics :
A l’époque, la loi sur les marchés publics ne régissait pas encore ce type d’action.
Aujourd’hui, il faudrait passer par les Entreprises de Formation par le Travail ou les
Organismes d’Insertion Socioprofessionnelle.
Délais et vides occupationnels :
Ce mode de rénovation a impliqué une augmentation importante des délais de
réalisation par rapport à une commande à des entreprises privées. Ce qui représente pour
le Fonds du Logement un vide locatif et, pour les familles candidates, une attente
supplémentaire.
Manque de moyens pour l’accompagnement social :
Pour les responsables de l’Aide Locative, les moyens alloués pour l’accompagnement
social sont encore beaucoup trop limités par rapport à la disponibilité nécessaire pour
être vraiment efficace.
Systèmes de financements :
Les responsables de l’Aide Locatives déplorent aussi les délais courts de financements,
sans continuité avec les partenaires et la difficulté de travailler avec des subventions
ponctuelles.
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Concernant l’action de logement, l’Aide Locative et le logement en général est à la
croisée des chemins de tous les éléments qui forment la vie des gens. Le logement est
un besoin primaire autour duquel se révèlent et se vivent tous les autres aspects de la
vie : relations humaines, éducation, formation, emploi, santé, hygiène, capacité de
gestion. Le logeur, à la différence des autres intervenants sociaux, est lié aux personnes
par un contrat. La relation ne peut donc trouver un terme que dans des conditions
particulières. Pour les responsables, dans certains cas où la personne a rompu tout lien
avec les autres services qu’elle fréquentait, il arrive que le seul service qui la suive
encore soit l’Aide Locative qui est liée par le contrat de location à cette personne.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 24
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
L’initiative du Quartier l’Etoile et les projets qu’elle a nourrit sont uniques pour l’Aide
Locative. Le service projette de développer le suivi et l’accompagnement social qu’il
propose à ses locataires et défend la spécificité de son activité dans le paysage locatif à
caractère social.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 25
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 26
FICHE N°2
FICHE 2 : Le Balloir – Projet intergénérationnel offrant du
logement pour personnes âgées et pour enfants seuls ainsi
qu’un atelier de « pré-formation » pour jeunes mamans en
difficulté
AUTEURS DE LA FICHE
3 personnes : le directeur du Balloir, la directrice de la maison de repos et la responsable
de l’Atelier du Balloir
AUTEUR MORAL
Le Balloir asbl
COORDONNEES UTILES
Le Balloir
Place Sainte-Barbe 11
4020 Liège
Tél. : 04 344 81 60
Fax : 04 344 81 69
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> <personne âgée> <intergénérationnel> <processus de
formation> <femme> <enfant> <participation> <maison de repos> <insertion
professionnelle> <accompagnement social> <lien social> <autonomie> <utilité sociale>
FICHE PROJET
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
C’est en 1992 que le Balloir ouvre ses portent pour accueillir enfants, personnes âgées
et mères en difficultés.
Le projet naît de deux expériences. D’une part, celle du fondateur de l’asbl « La maison
heureuse » qui constatait que les personnes âgées s’ennuyaient et se déprimaient d’être
seules et de n’avoir rien à faire. D’autres part, celle du directeur de « La Maison
blanche », service qui dépend de « La maison heureuse » et qui accueille une vingtaine
d’enfants moralement abandonnés. En 1979, il a créé un poulailler afin de favoriser les
rencontres entre personnes âgées du quartier et les enfants.
Le projet appelé « Atelier du Balloir » existe depuis une dizaine d’années mais l’équipe
et le projet se sont structurés depuis le déménagement vers le Balloir, en 1996. A
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 27
l’origine, le projet a été lancé à partir de la Maison maternelle. Les femmes restaient six
mois puis devaient quitter la Maison. L’objectif de la création de l’Atelier pour ces
femmes (jeunes mamans) était de recréer un endroit où vaincre la solitude et développer
des apprentissages. L’idée était aussi de leur proposer une démarche similaire à celle de
se rendre sur son lieu de travail et, dès lors, d’installer l’Atelier dans un endroit
extérieur à la Maison maternelle. Ce projet est également un des lieux privilégiés de
rencontres intergénérationnelles.
OBJECTIFS DU PROJET
Outre le fait d’offrir un service spécifique aux différents bénéficiaires (bébés, enfants,
personnes âgées, mamans en difficultés), l’objectif est de favoriser les rencontres
intergénérationnelles. A un niveau général, « l’objectif du projet est de donner à
chacun, quel que soit son âge, le désir d’avoir encore des projets de vie adaptés et
choisis » explique le directeur.
Pour les personnes âgées, le projet vise à leur permettre, malgré leur âge, de trouver un
sens à leur vie, notamment par le développement de projets, l’aide aux mamans en
difficultés et aux enfants.
En ce qui concerne les enfants, il s’agit de leur permettre d’évoluer en rencontrant
diverses générations et notamment en créant des liens avec les personnes âgées.
Au niveau de l’Atelier du Balloir, un objectif spécifique minimal est que les mamans
deviennent de bonnes bénévoles et qu’elles développent un savoir-faire dans les
domaines de la cuisine, la vente, la couture, l’hygiène. Le but est de les aider à retrouver
une certaine confiance en soi, une estime de soi en partant de ce qu’elles savent déjà
faire. L’objectif du projet est que les femmes puissent être écoutées, qu’elles puissent
prendre le temps de s’arrêter sur elles-mêmes. Elles ont aussi la possibilité de s’initier à
l’aide aux personnes en accompagnant les personnes âgées.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
Les différentes structures coexistent sur le site tout en étant indépendantes mais
interconnectées et en accueillant une population spécifique.
Il y a les enfants dont les parents ne s’occupent pas, temporairement ou définitivement,
qui sont dans la maison d’accueil ;
Les jeunes mamans en difficultés, accueillies à l’Atelier, dont l’insertion sociale est
difficile et dont les revenus sont faibles, pour qui une prise en charge des enfants est
possible. Elles n’ont souvent rien fait au niveau professionnel, elles ont vécu beaucoup
d’échecs scolaires et n’ont pas de loisirs ;
Les personnes âgées qui sont accueillies soit en maison de repos soit en résidenceservice. En terme d’admission, au niveau de la maison de repos, elle est ouverte à tous
« mais, tout est une question d’équilibre au sein de l’institution tant en terme
d’autonomie de la personne qu’en terme financier » affirme le directeur.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 28
MONTAGE FINANCIER
En ce qui concerne le mode de subvention des structures, la cohabitation des différents
groupes ne pose aucun problème au regard de la réglementation wallonne car chaque
structure a sa propre direction et constitue une entité qui répond chaque fois à une
réglementation
propre. Toutefois, l’Atelier ne jouit actuellement d’aucune
reconnaissance et de subvention pour l’action qu’il mène et est entièrement financé sur
fonds propres.
Le Balloir est une Maison de Repos pour personnes âgées et s’aligne sur les forfaits
INAMI.
Au niveau de la construction- rénovation du site, le coût total des travaux s’élève à près
de 75 millions de FB. Outre des fonds récoltés via une campagne de dons, il y a eu des
subsides de la Région wallonne, des aides de la Fondation Roi Baudouin et de
l’opération 48.81.00.
Le directeur explique « On n'a jamais le premier franc avant le lancement des projets
mais, en 5 ans, l’emprunt pour la construction/rénovation du Balloir a été remboursé. »
Il ajoute que « Sans les dons, on ne vit pas ». Le montant de ces dons s’élève à environ
30 millions de FB par an pour l’ensemble du projet « La maison heureuse ».
Le projet de l’Atelier du Balloir n’entre actuellement dans aucun créneau de subvention
et fonctionne uniquement sur fonds propres.
PARTENAIRES DU PROJET
Concernant les enfants, le service a régulièrement des contacts avec des services qui
encadrent l’enfant et sa famille (maison maternelle, SAJ, service d’aide précoce, etc.)
ainsi qu’avec l’ONE.
DEROULEMENT DU PROJET
La cohabitation a pour but de stimuler, sans pour autant obliger les rencontres
intergénérationnelles. La disposition des accès aux différentes structures permet aux
usagers qui utilisent le complexe de vivre leur propre vie sans devoir nécessairement
prendre conscience de la présence d’autrui.
En ce qui concerne le projet de l’Atelier du Balloir, les femmes sont souvent envoyées
par quelqu’un, parfois elles sont accompagnées par un intervenant social lors de la
première rencontre. L’accompagnement se fait sur base d’un projet personnel, sans
durée systématique bien que la durée maximum soit de 2 ans et demi, durée qui
correspond à l’accueil de l’enfant en crèche. Elles sont 12 à 15 et participent
progressivement aux activités 2 à 3 fois par semaine. L’Atelier est ouvert au public et
aux personnes âgées. Le repas est préparé par les stagiaires pour l’Atelier. Si nécessaire,
les mamans sont accompagnées dans leurs démarches extérieures.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 29
Au niveau intergénérationnel, diverses activités sont l’occasion pour les différents
bénéficiaires de se rencontrer. Environ une fois par semaine, les mamans vont manger
avec les personnes âgées, et elles les réinvitent à dîner à l’Atelier.
Tous les quinze jours, des mamans collaborent à l’organisation d’un « goûter musical ».
Pendant que l’une organise l’ambiance musicale et propose d’anciens succès, d’autres
préparent et servent le goûter aux personnes âgées.
Régulièrement des personnes âgées se retrouvent dans la cuisine de l’Atelier. Certaines
viennent repasser du linge avec les mamans.
Certaines mamans deviennent référentes d’une personne âgée et se soucient tout
particulièrement de ses besoins.
A chaque occasion, les mamans de l’Atelier invitent personnellement les mamans de la
crèche dans le cadre de ventes spéciales de jouets ou de vêtements, à l’occasion
d’activités festives ou récréatives pendant les vacances. Certaines personnes âgées vont
régulièrement participer à la mise au lit des enfants de la maison d’accueil et leur
racontent des histoires. D’autres participent à la préparation des repas pour les
pensionnaires du Balloir, d’autres encore participent à la mise sous pli des courriers
pour la collecte de dons. D’autres enfin, assurent une aide au niveau du suivi scolaire
des enfants de la maison d’accueil.
Un potager est géré par les mamans et les enfants, quelques poules y sont accueillies
depuis Pâques 2001, soit trois mois. Les enfants ont aussi participé à la conception du
poulailler en réalisant des croquis.
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
La liste d’attente pour la maison de repos est importante et une augmentation de la
capacité d’accueil est en cours.
Depuis le début, ce sont une petite trentaine de femmes qui sont passées par l’Atelier.
Pour la responsable, « c’est le premier pas qui coûte le plus. »
RESULTATS QUALITATIFS
Suite à leur participation à l’Atelier du Balloir, deux femmes qui se sont formées en
cuisine de collectivité, une troisième a entrepris une formation en informatique, et une
autre en vente.
En ce qui concerne le projet intergénérationnel, on peut constater qu’un ensemble de
projets sont menés pour favoriser les rencontres entre les générations. Toutefois, lors de
notre visite, nous n'avons pas eu la possibilité d’interroger des bénéficiaires et qu’ils
nous parlent de ce que représente le projet intergénérationnel pour eux.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 30
EFFICACITE DU PROJET
Le magasin de l’Atelier est un outil de formation de prédilection et occupe une place
majeure au niveau des rencontres intergénérationnelles. Il est aussi un prétexte pour
ouvrir l’institution au quartier et ne pas fonctionner en vases clos. Il illustre d’une
certaine façon l’efficacité du projet.
LA PARTICIPATION
La participation des bénéficiaires est encouragée mais n’est jamais obligatoire. Outre un
sentiment d’utilité et de satisfaction personnelle, la participation des bénéficiaires à
différentes tâches permet de diminuer les coûts à certains niveaux ou d’augmenter la
qualité générale des services rendus dans l’institution.
Dans le cadre de cette participation, certaines personnes âgées qui avaient envie de
raconter des histoires aux enfants de la maison d’enfants ont voulu suivre une formation
dans le domaine. La formation a été organisée au Balloir et, pendant trois mois, treize
personnes se sont formées. Elles racontent des histoires aux enfants lors de la mise au
lit. En soirée, l’équipe des trois éducateurs de la maison d’enfants est renforcée par
l’accompagnement des mamies, ce qui permet d’accorder plus de temps à chaque enfant
et, aux personnes âgées, de retrouvent une utilité, un rôle et de la satisfaction qui leur
manquent parfois beaucoup dans leur vie.
« Quand on propose aux personnes de participer à une activité, on veille à leur
expliquer l’histoire du projet et l’intérêt de leur participation aux différentes tâches »
explique la responsable de la Maison de repos.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
Sans être une avancée proprement dite au niveau du droit, le projet présente un type de
gestion spécifique et une construction originale. En effet, le Balloir est un ensemble de
trois asbl distinctes disposant d’un même Pouvoir Organisateur, tout comme une
vingtaine d’autres maisons d’enfant.
Au niveau de l’Atelier, les mamans participent aux activités dans le cadre d’un
bénévolat et continuent à « pointer » et à percevoir leurs allocations sur base d’un
accord avec l’ONEM.
LE PROJET COMME PROCESSUS
L’intergénérationnel semble apporter, par la diversité des rencontres, un enrichissement
mutuel de tous les bénéficiaires. Pour certaines mamans, l’Atelier a également été un
tremplin vers une formation.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 31
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOQUAGES OU HANDICAPS
La nécessité de maintenir une autonomie entre les différents types de services, sans être
un frein a été un principe avec lequel il a fallu compter pour construire le projet
intergénérationnel.
En terme de subvention, l’institution ne peut accueillir d’enfants ressortant d’une autre
communauté linguistique (les subventions en la matière étant accordées par chaque
Communauté respective).
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Selon les responsables du Balloir, dans la structure, « on sait qui fait quoi. On est
multifonctionnel, par exemple, l’homme à tout faire vient servir le vin lors du repas ou
la femme d’ouvrage aide à servir à table. Il y a aussi un bon esprit d’équipe et chacun
connaît les rôles des autres travailleurs. »
Le directeur, fort pris par son travail mais désirant être présent aux yeux des
bénéficiaires, a installé son bureau dans une place centrale et stratégique : la salle à
manger. Dans cette salle se font aussi toute une série d’autres activités (remise en forme,
mailing dans le cadre de la collecte de fonds, etc.).
Les responsables du Balloir affirment partir des besoins des bénéficiaires. A titre
d’exemple, ils expliquent qu’un des plaisirs importants qui reste aux personnes âgées,
c’est de bien manger. C’est pourquoi l’institution met l’accent sur cet aspect et s’est
octroyé les services d’une diététicienne.
Pour la responsable de la Maison de repos, « Ici, la mentalité est que se sont les
personnes âgées qui sont chez elles et pas nous. Elles y vivent. Nous, on est là pour
travailler. »
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
Le directeur explique « On a envie d’être contagieux et les personnes âgées ont envie
que d’autres personnes âgées puissent vivre ça ».
L’institution espère arriver à obtenir une reconnaissance du projet de l’Atelier du Balloir
qui fonctionne uniquement sur fonds propres depuis plusieurs années.
Une première expérience d’habitat kangourou a vu le jour. Une maison est louée
conjointement par une personne âgée et une personne en difficulté financière. La
personne, moyennant un petit loyer, veille sur la personne âgée. Un des objectifs est que
l’assisté devienne un assistant. Au niveau de la formule proposée, le loyer diminuera au
fur et à mesure de la croissance de l’aide nécessaire apportée à la personne âgée.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 32
FICHE N°3
FICHE 3 : Maison de quartier Bonnevie – Centre de
rénovation - Service d’aide à la rénovation pour des
propriétaires à faibles revenus
AUTEURS DE LA FICHE
9 personnes : 7 propriétaires/bénéficiaires, une architecte et un assistant social
AUTEUR MORAL
Maison de quartier Bonnevie – Centre de Rénovation
COORDONNEES UTILES
Maison de quartier Bonnevie – Centre de Rénovation
Rue Bonnevie 40
1080 Bruxelles
Tél. : 02 410 76 31
Fax : 02 411 80 33
MOTS-CLES
<lutte conte l’exclusion> <rénovation du logement> <femme> <propriétaire occupant>
<image du quartier> <collectif> <quartier dégradé> <échange d’expériences>
<architecte> <mobilisation des habitants> <accompagnement social> <citoyenneté>
<assistance technique> <rôle de l’Etat>
FICHE PROJET
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
La Maison de Quartier Bonnevie naquit en décembre 1976 en réaction aux travaux
d’aménagement du métro. A partir de cette asbl, d’autres associations virent le jour dont
« notre Coin de Quartier », axé sur le travail avec les enfants du quartier ; le « Centre de
Formation Bonnevie » qui propose une formation à des jeunes peu scolarisés; et la
coopérative « Polybonnevie » qui est une entreprise d’économie sociale.
En 1997, les activités du Centre de Rénovation de la Maison de quartier Bonnevie ont
commencé.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 33
OBJECTIFS DU PROJET ou ENJEUX DU PROJET
Pour l’architecte, à travers les services offerts par le Centre de Rénovation, il s’agit de
« redonner courage, de donner les éléments pour y arriver étapes par étapes. »
L’équipe est en quête de solutions pour financer les travaux de rénovation entrepris par
les propriétaires du quartier.
Au-delà de ces objectifs liés directement à la rénovation d’habitations, le service tente
de sensibiliser et de mobiliser les participants pour revaloriser leur quartier et pour
qu’ils interpellent le politique par rapport à des revendications collectives.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
Le territoire d’action théorique est limité au Vieux Molenbeek, un quartier situé entre le
Boulevard Léopold II, le canal, la chaussée de Gand et la rue Piers qui compte 10.000
habitants.
Le public visé se compose de propriétaires à faibles revenus. Les personnes qui se
rendent aux permanences et viennent aux réunions sont (quasi) exclusivement des
femmes. L’une d’entre elles dit « je vis 24 heures sur 24 dans ma maison, il faut
arranger mon cadre de vie de tous les jours. »
Si l’association et le personnel sont néerlandophones, les bénéficiaires sont
principalement francophones.
MONTAGE FINANCIER
La Maison de quartier Bonnevie est une asbl subsidiée par la Communauté Flamande
pour le travail communautaire et par la Région Bruxelloise dans le cadre de l’intégration
par le logement et du Réseau Habitat.
Le Centre de rénovation est subsidié à 100% par la Communauté Flamande via le SIF
(Fonds d’Impulsion Social). Il couvre deux temps pleins à concurrence de 1,5 millions
de FB par temps plein, frais de fonctionnement inclus. Il y a en plus un mi-temps pour
un homme à tout faire.
PARTENAIRES DU PROJET
L’asbl n’a pas de partenaires directs. Outre des collaborations structurelles avec les
autres services émanant de l’association-mère, la maison de Quartier Bonnevie
collabore occasionnellement avec d’autres services dans le cadre de projets concrets en
matière de droit au logement et plus largement en matière de revalorisation du quartier.
DEROULEMENT DU PROJET
Les bénéficiaires ont eu connaissance de l’action menée par différents biais. L’une a
appris l’existence du service via une radio arabe bruxelloise qui expliquait que l’on
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 34
pouvait demander conseil gratuitement concernant les primes à la rénovation. Une autre
personne a connu l’existence du projet via le bimensuel de la Maison de Quartier
Bonnevie. Une femme, propriétaire depuis 1992, explique qu’elle a rencontré quelques
problèmes pour rénover l’intérieur de sa maison et qu’elle a eu connaissance du service
via le bouche à oreille.
Outre les heures de permanences logement, à raison de deux demi-journées par semaine,
durant lesquelles les personnes ont le loisir de venir parler avec les professionnels pour
chercher une solution à leurs problèmes de logement, des personnes poussent
régulièrement la porte pour demander à rencontrer un travailleur concernant des
difficultés de logement.
Les réunions sont organisées avec les propriétaires une fois par mois. Elles sont
l’occasion de donner une dimension collective aux démarches menées individuellement
et de faire profiter chacune des expériences des autres. Ces réunions sont l’occasion de
se mobiliser autour de différentes actions et de tenir informer les participantes des
démarches menées auprès des instances de décisions. Au moment de notre rencontre, le
fil conducteur des réunions était l’organisation d’un événement présentant le travail et
l’expérience de rénovation de l’habitat par les femmes du groupe. Les thématiques des
réunions sont définies collectivement à partir de l’intérêt des femmes participantes.
Parmi les thèmes qu’elles voudraient aborder, il y a par exemple l’utilisation des
énergies alternatives.
Au niveau des demandes d’accompagnement en matière de rénovation, l’architecte
explique que « tous les dossiers sont traités sous leurs différents aspects : juridique,
administratif, technique, financier. Il y a beaucoup d’aspects à travailler quand il s’agit
de rénovation. » Une bénéficiaire ajoute qu’ « ils font aussi office de « psy » : ils
déblaient le terrain. On a tellement de choses à faire qu’il faut nous remonter le
moral. »
Une personne est venue à Molenbeek « car la vie est moins chère et qu’il y a beaucoup
de magasins, explique t-elle ». Elle a fait un emprunt deux ans auparavant, mais n’avait
pas pris en compte le coût de la rénovation. « Je suis venue à Bonnevie et Lorella
(l’architecte) m’a indiquée les primes du Fonds du logement et s’y est rendue avec moi.
On peut dire que Lorella m’a sauvée ». Par la suite, l’architecte a également suivi
l’évolution du chantier.
Une autre dame explique qu’elle est venue dans ce service en 1997 et qu’on l’y a aidée
pour l’obtention des primes de la Région bruxelloise. Elle ajoute « On vient ici pour
notre commune, pour notre rue, pour qu’elles deviennent bien, propres. »
Une troisième, propriétaire depuis 1994, explique que son mari est décédé. Aujourd’hui,
elle a besoin d’argent pour rénover son installation de chauffage central et des fuites
dans le toit. « Avec l’aide de Bonnevie, on a demandé un prêt au Fonds du logement. »
Une quatrième dame explique qu’elle est propriétaire depuis 4 ans. « J’ai déjà beaucoup
rénové ma maison, mais il y a toujours quelque chose à faire. Je crois que quand on a
fini, on décède » dit-elle en rigolant. La première fois, elle est venue à Bonnevie pour
demander une aide pour remplir des papiers.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 35
L’architecte explique « qu’à Bonnevie, on est confronté aux problèmes directs, il y a
des décisions urgentes à prendre. » Le centre insiste auprès des propriétaires sur
l’intérêt d’une bonne exécution technique des travaux, sur une bonne gestion
budgétaire, sur un bon planning ainsi que sur un bon contrat avec les entrepreneurs. Il
offre un soutien et aide dans les démarches administratives.
Une dame explique « quand je dormais, je rêvais aux travaux dans ma maison, je me
demandais par où commencer pour arriver à ce que j’avais dans la tête. »
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
Depuis 1997, 147 propriétaires ont fait appel aux services du Centre de Rénovation dont
50 nouveaux en 2000.
Les réunions mensuelles rassemblent en moyenne un groupe plus ou moins changeant
d’une dizaine de participantes.
RESULTATS QUALITATIFS
Au niveau individuel et de la rénovation du logement, l’accompagnement des
propriétaires par le service a permis de rationaliser et d’améliorer la qualité des
rénovations réalisées.
Parlant de l’architecte, les propriétaires disent : « elle nous fait voir les choses d’une
autre manière car nous on veut beaucoup. » Le service joue un rôle dans le processus
de rénovation dans un quartier dont le parc immobilier est en mauvais état. « Depuis sa
création, la qualité des rénovations réalisées dans le quartier s’est nettement
améliorée » explique les responsables.
A un niveau plus collectif, les bénéficiaires ont pris conscience qu’elles agissent pour
leur commune (vision globale et solidaire). « On vient ici pour notre commune » déclare
une participante. Une autre explique que « quand un propriétaire effectue des travaux,
on demande aux voisins s’ils auraient aussi besoin de louer un container et, si oui, on
peut en louer un à plusieurs pour limiter les frais. »
Pour certains propriétaires, cette collaboration avec la Maison de quartier a fait naître
une conscience politique au niveau communal : « j’irais volontiers voter » déclare une
propriétaire et les rencontres leur ont permis de développer leur capacité à revendiquer
des choses claires et concrètes.
EFFICACITE DU PROJET
Suite à la rencontre menée, entre objectifs et résultats, l’efficacité du projet paraît
élevée. Concernant l’accompagnement à la rénovation, à titre d’exemple, une personne
exprimait « Sans eux je n’aurais jamais eu ma maison comme je l’ai maintenant. »
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 36
LA PARTICIPATION
Outre un traitement individualisé des demandes, des réunions collectives sont
organisées régulièrement. Elles rassemblent des bénéficiaires afin échanger des idées
concernant les rénovations des logements et les démarches à accomplir. L’équipe veille
également à susciter une implication dans la vie de la commune et une mobilisation des
habitants. « Avec les participantes, explique l’architecte, on établit des pistes pour
améliorer le système d’accès aux subsides et à la rénovation. »
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
En terme de droit, le projet permet de rendre plus accessibles des aides régionales à la
rénovation qui, sans l’aide de spécialistes et sans un soutien mutuel du groupe,
resteraient inaccessibles à une part importante de personnes qui pourraient en bénéficier
sur base des critères établis.
LE PROJET COMME PROCESSUS
L’aide porte sur le long terme. Une relation se tisse entre les travailleurs et les
bénéficiaires. Cette relation démarre sur un problème concret auquel il faut trouver une
solution. Toutefois, les questions de rénovation et de primes demandent un certain
temps. A l’occasion de ces démarches, une relation de confiance peut se nouer et ouvrir
à un travail sur d’autres problèmes rencontrés par les bénéficiaires.
Par ailleurs, au-delà du suivi du dossier de rénovation, il y a aussi une pédagogie par
rapport à la rénovation d’un bâtiment. Mais encore, il y a également le développement
de la capacité à formuler des revendications auprès de la commune et des autorités ainsi
que la stimulation, au cours de réunions mensuelles, de réflexions collectives sur des
solutions possibles.
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOCAGES OU HANDICAPS
Dans le cadre de la rénovation de leur maison, la principale difficulté rencontrée par les
propriétaires est celle des moyens financiers pour mener à bien les travaux nécessaires.
« Ceux qui n’ont pas d’argent n’arrivent pas à bien se loger » affirme une participante.
Pour les bénéficiaires, la durée des procédures de demande de subvention est très
longue. Ce temps est toutefois mis à profit par les travailleurs sociaux pour développer
d’autres axes de travail avec les participants (développement d’un lien, mobilisation
collective).
Au niveau des primes à la rénovation, les participants relèvent des problèmes d’accès à
la bonne information relative au montant de la prime. Les pourcentages annoncés ne
sont pas calculés sur la totalité des travaux mais bien sur la part subsidiée. De plus, il
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 37
n’y a pas d’explication quant au montant indiqué dans la lettre de promesse, d’où les
personnes ne savent pas ce qui est pris en compte et ce qu’elles vont pouvoir retoucher
sur le coût des travaux.
Une dame explique « A la lecture des brochures présentant les primes, on croit que l’on
va être remboursé, mais ce n’est pas le cas. On devrait dire « vous allez recevoir autant
et pas faire croire aux 70%. »
La complexité de la procédure pour obtenir la prime est aussi pointée du doigt. Un
inspecteur de la Région doit venir constater les travaux à réaliser et puis le propriétaire
peut attendre jusqu'à 40 jours avant d’avoir la réponse. De plus, les possibilités de
recours ne sont pas clairement expliquées et il ne semble pas y avoir de procédure
officielle.
En résumé, une participante disait que l’obtention de primes à la rénovation est
« comme un obstacle infranchissable, il y a beaucoup de papiers à remplir ».
Une fois la prime accordée, le délai de réception de celle-ci est assez long. Pour
certains, ce délai nécessite de contracter un prêt pour avancer l’argent de la prime à la
rénovation.
Certains craignent l’augmentation du cadastre si la maison est rénovée. « Il faut rester
dans un taudis pour payer moins ».
Pour certaines propriétaire, la méconnaissance de la langue est aussi un obstacle
difficile à franchir.
Les participantes expliquent aussi que le fait d’habiter Molenbeek Saint-Jean n’est pas
bien vu et que c’est une difficulté car ce n’est pas agréable d’habiter dans un quartier
connoté négativement. L’une d’entre-elles explique : « Quand on me demande où
j’habite, je dis vite Saint-Jean. »
La rénovation d’une maison relève de choix financiers importants qui impliquent
parfois par exemple de ne pas partir en vacances. Certaines vont jusqu’à penser qu’« on
vit pour la maison et pas dans la maison. »
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Au niveau des primes, la prime à l’achat est claire et le montant de celle-ci est défini :
elle est de 10%. « C’est honnête et ce n’est pas long » affirme une participante.
Au niveau de l’équipe, un point fort est le duo formé par une architecte motivée par
l’aspect social du travail et aimant le contact avec les gens et un assistant social
méticuleux dans le suivi des dossiers. Les deux travailleurs sont rigoureux et prennent le
temps de mettre en place un planning avec les propriétaires, une gestion rigoureuse, etc.
Leur action mène à des réalisations concrètes et visibles, et lors de débats avec le
groupe, les travailleurs ne concluent les débats qu’avec des décisions précises.
Le temps consacré pour finaliser un dossier est mis à profit pour créer des liens de
confiance avec les participantes et pour les amener progressivement à se mobiliser pour
formuler des revendications collectives en matière d’habitat.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 38
La Maison de quartier est bien implantée dans le quartier. Le fait qu’elle ait un
périmètre d’action défini peut constituer un atout en terme d’intensité de l’action pour
les habitants.
Le service est connu entre autre via des médias locaux : une radio arabe locale et le
journal de la Maison de quartier.
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
Le service compte organiser un événement intitulé « Femmes qui rénovent » dont
l’idée est de faire passer le message que, s’il y a des problèmes, il existe des solutions,
et qu’il faut aussi montrer où cela va bien. Les thèmes retenus : les primes à la
rénovation, le problème des voitures qui se garent n’importe comment, le mauvais état
des trottoirs, les déchets, les maisons qui bougent lors du passage des camions le jour du
marché.
Le Centre de Rénovation compte mettre en place un service de prêt de matériel pour la
rénovation des habitations. Pour ce projet, une demande a été introduite dans le cadre
d’un projet de mise sur pied d’une Régie de Quartier sur la commune de Molenbeek
dans le cadre de l’Objectif II européen. Le dossier est officieusement abouti.
Le Centre recherche aussi des solutions pour mettre en place une aide en matière
d’avance de fonds aux propriétaires ayant obtenu l’octroi de primes à la rénovation. Il
recherche des pistes de financements de prêts sociaux (qui existent en Wallonie et en
Flandre). La Maison de Quartier Bonnevie a demandé, avec d’autres associations, à la
Région bruxelloise de mettre en place des prêts non hypothécaires à la rénovation. Le
Fonds du logement bruxellois, à qui une proposition concrète a été soumise, se dit dans
l’impossibilité de gérer ce type de prêt et n’est pas disposé à se lancer dans cette
initiative. Le service introduit le dossier à la commune comme projet pilote dans le
cadre du Contrat de Quartier. La commune de Molenbeek n'est pas opposée au projet
mais elle attend une clarification sur sa responsabilité financière et sur les aspects
juridiques en matière de prêts sociaux.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 39
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 40
FICHE N°4
FICHE 4 : CASI-UO COFTeN - Un projet intégré de
formation socioprofessionnelle dirigé vers les technologies
nouvelles
AUTEURS DE LA FICHE
11 personnes : 8 jeunes en formation dans les trois filières (bureautique réseau,
comptabilité et informatique), 2 formateurs et la coordinatrice
AUTEUR MORAL
CASI-UO COFTeN asbl – Centre d’Orientation et de Formation aux Technologies
Nouvelles
COORDONNEES UTILES
CASI-UO COFTeN asbl
Rue de l’Abondance 40
1210 Bruxelles
Tél. : 02 219 91 12
Fax. : 02 223 22 47
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> <lutte contre le chômage> <innovation sociale> <jeune>
<solidarité> <accompagnement social> <relation formation emploi> <stage en milieu
professionnel> <communication et citoyenneté> <participation> <centre de formation>
<formation professionnelle>
FICHE PROJET
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
C’est en 1970 que naît le CASI-UO (Centre d’Action Sociale Italien – Université
Ouvrière) avec pour objectif l’intégration des immigrés par l’action socioculturelle et la
lutte contre l’exclusion. Elle s’inscrit dans le courant du « développement
communautaire ». Confronté à la crise économique, le CASI-UO a d’abord réagi par la
création, à partir de 1979, de coopératives de jeunes (garage, imprimerie, plomberie,
magasin d’artisanat). En 1983, l’association lance une expérience d’insertion
socioprofessionnelle : le COFTeN. A ses débuts, cette expérience s’adressait aux jeunes
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 41
d’origine italienne qui, par le fait de leur faible niveau de scolarisation, ne pouvaient
même pas accéder aux formations de base du FOREm.
Le projet du COFTeN s’inscrit dans le contexte de la problématique du chômage. Il
tente d’apporter une réponse au chômage de longue durée des jeunes essentiellement
d’origine étrangère et ayant un niveau d’étude faible.
OBJECTIFS DU PROJET
L’objectif est de donner l’occasion à des petits groupes de jeunes fragilisés par des
expériences négatives antérieures (vie, formation,…), par le biais de formations et de
stages appropriés, de retrouver une confiance en soi suffisante pour soit trouver un
emploi, soit être capable de suivre des filières de formation plus traditionnelles. Pour y
arriver, le cadre de fonctionnement est très défini : la solidarité entre personnes, la
convivialité, des espaces interculturels, l’annonce claire du contenu et l’efficacité de la
formation, les travaux en petits groupes, les débouchés importants sur le marché de
l’emploi,…
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
La population ciblée est celle de jeunes de 18 à 30 ans, dont le niveau d’études ne
dépasse pas le secondaire. La majorité d’entre eux sont faiblement scolarisés et/ou
qualifiés, souvent en décrochage scolaire et, pour près de 30%, en situation de chômage
structurel.
Sur le terrain, la plupart des stagiaires sont âgés de 25 à 30 ans et présentent d’évidentes
capacités d’apprentissage. Une sélection des stagiaires est opérée à l’entrée sur base
principalement des potentialités ainsi que sur l’absence d’autres pistes pour se former.
Les participants sont jugés aptes à acquérir en un an des compétences de savoirs et de
savoirs être en lien avec la demande du marché dans le secteur des nouvelles
technologies.
MONTAGE FINANCIER
Le CEFORA
BRUXELLES FORMATION via des Conventions
La CoCoF qui subventionne le service en tant qu’Organisme d’insertion
socioprofessionnelle (Décret du 27/04/95 de la CoCoF)
Le Fonds Social Européen, Objectif 3
Le Ministère de la Communauté Française
L’ORBEM
La Région de Bruxelles-Capitale
Et plus ponctuellement, la Fondation Roi Baudouin, le FEDER, des sponsors privés.
PARTENAIRES DU PROJET
Le COFTeN travaille avec plus de 200 partenaires économiques.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 42
L’association travaille étroitement en collaboration avec la Coordination bruxelloise
d’organismes d’insertion par les technologies de l’information (BRUTEC) avec laquelle
elle travaille au suivi de l’évolution du marché de l’emploi et à la détection des
nouvelles qualifications, mais aussi avec BIPAsS (une société coopérative d’économie
sociale mise sur pied par BRUTEC), le CEFA-UO (un autre OISP de la Région),
EUCLIDES (un centre d’entreprises d’économie sociale), la FEBISP (Fédération
bruxelloise des opérateurs d’insertion socioprofessionnelle), etc.
DEROULEMENT DU PROJET
Dans le cadre des inscriptions aux formations, plusieurs journées de candidature sont
organisées en juin et septembre.
Environ deux tiers des candidats se présentent pour la formation « Techniques PC », le
recrutement est plus difficile pour l’option « Bureautique/comptabilité ».
En « Technique PC », on leur fait passer un test en français, informatique, calcul.
La compréhension du français est un élément crucial. Dans certains cas, un niveau trop
faible peut impliquer que l’on propose au candidat de suivre une préformation en langue
dans un autre centre pour revenir ensuite à la formation.
Ceux qui obtiennent des résultats suffisants ont alors un premier entretien avec le
service de guidance, puis avec les formateurs de la section choisie.
Dans cette sélection, la priorité est donnée à ceux qui n’ont pas terminé leurs
secondaires (pas de CESS) car ils n’ont pas accès à des cours du soir.
La formation est basée sur la mise en situation professionnelle. Des travaux pratiques
sont donnés à côté de cours théoriques : « les formateurs nous donnent certains travaux
en lien avec le terrain : on nous demande de faire un travail qui va vraiment servir. Par
exemple en créant une nouvelle feuille de note de frais pour les formateurs du centre »
« nous avons l’opportunité de travailler sur les machines des clients. On est en situation
réelle ». Ce principe inclut des horaires de formation qui sont ceux des horaires
« normaux » d’un emploi (8H30 à 17H00).
Dans cette idée, le COFTeN a lancé « Technofor », qui est un comptoir commercial de
vente et de réparation de matériels informatique et électronique qui a été mis en place
pour que les stagiaires puissent travailler dans de conditions proches de la référence
professionnelle. (Un nom mais qui n’est pas une entité juridique distincte du COFTeN).
Dans l’atelier, trois formateurs assurent l’encadrement d’une quinzaine de stagiaires.
Peu fréquents dans ce type de formations, au cours de la formation, des interrogations
sont organisées pour vérifier les bonnes acquisitions des connaissances.
Tout au long de la formation également, le service dispose d’un responsable
pédagogique et de la guidance. Les stagiaires peuvent solliciter l’aide de la guidance
s’ils le veulent mais l’ensemble des formateurs sont aptes à recevoir les jeunes en
difficultés : « On est écouté dans nos problèmes privés. On n’est pas obligé d’aller voir
le responsable de guidance, mais la personne avec laquelle on a le plus d’affinités ».
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 43
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
Environ 75% des jeunes qui suivent la formation trouvent immédiatement un emploi.
Ce taux était légèrement supérieur avant la « crise » des nouvelles technologies.
Depuis sa création, plus de 900 jeunes bruxellois, surtout d’origine étrangère, ont suivi
les activités proposées par le COFTeN.
RESULTATS QUALITATIFS
L’objectif de redonner confiance à des jeunes à qui on donne des possibilités de
développer leurs compétences semble être atteint pour ceux que nous avons rencontré.
« On ne peut pas venir ici en pensant que c’est une fin ». « Il faudra voir plus loin. Il
faudra encore évoluer dans nos connaissances. C’est l’esprit de ce centre : ne pas se
contenter de ses acquis ».
Une série de valeurs utiles tant au niveau personnel que dans le travail sont également
mises en exergue par les jeunes rencontrés : solidarité, respect mutuel, interculturalité.
« Généralement, quand dans un groupe il y a un malade, les autres prennent note pour
lui. » « La solidarité, c’est aussi quand ça marche bien », « Si un autre stagiaire a un
problème, on a le réflexe de l’aider, avant même qu’il doive en parler aux formateurs »,
« On ne se sent pas dans un carcan scolaire. On est intégré dans une équipe. C’est la
première fois que j’entends qu’une formation organise des Assemblées Générales pour
avoir l’avis des stagiaires. » « Le garde-fou, c’est le respect mutuel. Quand ça ne va
pas, on négocie de personne à personne » « Les formateurs sont de différentes cultures.
C’est rassurant. Ca fait la richesse de cette école. On se sent bien parce que les
formateurs eux-mêmes viennent de cultures différentes. »
Pour arriver à ces résultats, les responsables du projet ont dû instaurer des modes de
communication d’adulte à adulte, obligeant les jeunes stagiaires à se responsabiliser.
Les responsables doivent dès lors s’assurer à la base que ce mode de fonctionnement et
de communication fonctionnera avec le jeune accepté dans le groupe.
La qualité de la formation passe aussi à travers la façon dont ils ont eu connaissance du
service. « Je suis arrivé ici par le beau-frère de ma petite amie » explique un jeune.
C’est le bouche à oreille qui en a guidé plus d’un vers le COFTeN.
EFFICACITE DU PROJET
En fin d’année, et aux vues du groupe que nous avons rencontré (8 jeunes), il semble
que l’objectif de redonner confiance aux jeunes soit atteint au moins avec certains
d’entre eux. « En fin de formation, on va se présenter aux stages. Les employeurs sont
impressionnés par notre niveau. On a appris des choses d’un niveau supérieur. » « En 9
mois, je suis étonnée de tout ce que j’ai appris ». Une force, un enthousiasme, une
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 44
confiance en soi évidents se dégageaient des propos des jeunes qui ont pris la parole ce
jour-là. « Les acquis et les expériences sont plus importants que l’emploi. On est là pour
étudier, pour apprendre, pour bosser. L’emploi ne vient qu’après. »
L’objectif de fournir un bagage suffisant pour trouver un emploi ou pour s’orienter vers
une autre formation plus qualifiante semble lui aussi atteint pour la plupart des jeunes
qui se forment. Deux aspects semblent essentiels à ce niveau : la bonne connaissance
des attentes du milieu professionnel entre autre à travers le travail spécifique d’une
personne attachée au partenariat avec les entreprises.
LA PARTICIPATION
Ainsi que nous l’avons signalé plus haut, des représentants des jeunes sont présents lors
d’Assemblées Générales d’orientation du projet. Ils nous disent : « Ils veulent avoir
l’avis des stagiaires, on n’est pas ici de simple students. » «Le projet évolue avec nous,
grâce à nous. »
La coordinatrice explique cette option fondamentale en ajoutant : « ma préoccupation,
quand quelqu’un rentre dans l’école, c’est qu’il ait une place dans le projet. L’évolution
du projet part de l’équipe et des stagiaires, puis remonte au Conseil d’Administration ».
Un des deux formateurs présents insiste : « Moi, je considère d’abord les stagiaires
comme des individus, des citoyens, avant d’être des stagiaires. »
Lors de la discussion, des jeunes entre eux posent cependant la limite de leur
implication dans le projet. Les uns trouvent qu’ils voudraient en savoir plus sur les
problèmes (financiers ou autres) que rencontre le COFTeN tandis que d’autres estiment
en savoir suffisamment.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
CASI-UO COFTeN donne accès au droit à une formation de qualité pour tous.
LE PROJET COMME PROCESSUS
Le projet intègre trois niveaux d’intervention : l’analyse de la trajectoire et des besoins
en amont, la formation durant une année, le suivi du stagiaire jusqu’à la découverte d’un
emploi ou d’une nouvelle filière de formation. Durant toute la formation et pendant la
recherche de l’emploi, un suivi important existe.
Il existe plusieurs périodes d’évaluation. « les formateurs nous trouvent des stages en
lien avec nos axes forts » nous dit un stagiaire. La coordinatrice explique qu’une fois
l’étape de démarrage passée (emploi obtenu ou réorientation en fin d’année), aucun
suivi n’est réalisé. Cependant, il arrive que d’anciens stagiaires ayant perdu leur travail
reviennent au COFTeN pour avoir une aide à la recherche d’un nouvel emploi.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 45
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOQUAGES OU HANDICAPS
Pour les stagiaires :
Parmi ceux qui n’ont pas de revenu parce qu'en stage d’attente, certains ont des
difficultés financières. Un revenu minimum en formation devrait être alloué. Tout ça
nécessite beaucoup de démarches auprès du CPAS. De plus, « mon statut de chômeur
en stage d’attente est difficile. Je suis restée 7 mois sans argent parce qu’en stage
d’attente. Ma famille et mon conjoint m’ont aidé. »
Pour certains, il y a le problème de la garde des enfants durant la formation.
La situation des stagiaires réfugiés en demande de papiers crée de l’insécurité au sein du
groupe, et des difficultés de gestion pour l’établissement. Avec la lenteur de la
procédure, une dynamique de groupe positive a du mal à s’instaurer dans un tel degré
d’incertitude « le verra-t-on encore demain ? »
La sélection des stagiaires est difficile. Certains se représentent plusieurs années de
suite sans être choisis, situation difficile à vivre.
Les responsables estiment que, pour les stagiaires, le système d’intérim est un piège car
il est source d’instabilité peu adéquate pour des gens déjà fragilisés.
Pour le service :
Bruxelles-Formation a tendance à reprocher la durée des formations proposées (1 an)
par le CASI-UO COFTeN. L’idée serait de créer de petits modules de formation avec
des passerelles entre ces modules. Selon la coordinatrice, si ce système peut être positif
pour des jeunes en « simple » recherche de formation ou d’emploi, il n’est pas favorable
à une population qui doit d’abord retrouver confiance en soi et définir des choix. Ceci
demande du temps, de la sécurité sur le plus long terme, une équipe à l’écoute de
difficultés autres que de formation, l’ouverture à la diversité de voies possibles pour
qu’un choix puisse s’établir.
Bruxelles-formation évalue le travail du service uniquement sur base des résultats
quantitatifs en terme d’emploi mais pour certains, il n’y a pas d’emploi à la clef.
Le fait que la référence soit le secteur privé a permis de sortir du flou artistique, de
travailler et de s’organiser avec la rigueur des entreprises. Mais il ne faut pas verser
dans l’extrême inverse : une formation aux « normes ISO », l’établissement de
statistiques basées uniquement sur des indicateurs quantitatifs, etc. Si les outils et les
méthodes du monde de l’entreprise sont jugés favorables pour améliorer la formation,
les responsables estiment que baser l’évaluation sur le taux de mise à l’emploi n’est pas
un indicateur suffisant car il passe à côtés d’autres objectifs poursuivit par le COFTeN.
Le travail administratif est primordial : il faut rendre les dossiers à temps et à heure avec
des documents précis pour obtenir les subsides et il est toujours nécessaire de justifier et
de prouver les comptes. Le COFTeN est tenu d’avoir 80% de présence. Or quand un
stagiaire quitte en début de formation, cela pèse négativement sur les présences de
l’ensemble du groupe. La réalité du terrain n’est pas suffisamment prise en compte.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 46
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Un des atouts est le taux d’emploi de 75%. Ce niveau d’emploi après formation
s’explique par le choix du créneau (les nouvelles technologies), la sélection des jeunes
aptes à suivre la formation à l’entrée, un suivi rapproché (tant durant qu’après la
formation), et un ajustement permanent de la formation aux demandes du marché.
Pour le COFTeN, la formation longue est un atout, il s’agit d’un certain respect des
personnes. Pour la responsable, « le développement de compétences nécessite du temps,
il faut aussi du temps pour redonner confiance, et ça prend aussi du temps pour que les
gens trouvent leur place dans la formation. »
Un autre atout du projet est l’adéquation entre le programme proposé, le contenu des
cours et la demande du marché. Pour les stagiaires, « il n’y a pas de surprise entre le
contenu annoncé et ce qu’on reçoit comme formation. » « Ce qui est efficace, c’est que,
quand on se présente devant un employeur, on se rend compte que c’est ce qu’il
cherche. »
Un autre atout réside dans l’ambiance et les valeurs développées au sein de
l’établissement (solidarité, convivialité, respect mutuel, interculturalité)
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
Chaque année, le contenu des cours est revu en fonction des besoins du marché (soit via
les remarques des stagiaires ayant réalisé un stage en entreprise, soit via le responsable
du partenariat entreprise).
Un projet de maison d’enfants est en cours de préparation. Cette maison donnerait
priorité aux enfants des stagiaires en formations et aux membres du personnel des
organismes d’insertion socioprofessionnelle.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 47
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 48
FICHE N°5
FICHE 5 : Convivial – Un service d’aides aux réfugiés mettant
l’accent sur la participation et la responsabilisation des
bénéficiaires
AUTEURS DE LA FICHE
9 personnes : 4 bénévoles, 4 salariés et la coordinatrice
AUTEUR MORAL
Convivial asbl
COORDONNEES UTILES
Convivial asbl
Rue d’Artois 19
1000 Bruxelles
Tél. : 02 503 43 46
Fax. : 02 503 19 74
MOTS-CLES
<lutte conte l’exclusion> <droit des réfugiés> <droit des minorités> insertion par le
logement> <insertion par l’économique> <garantie locative> <accès au logement>
<formation> <accès à la justice> <emploi> <accompagnement social> <collectif>
<communication interculturelle> <utilité sociale> <participation> <cogestion>
<solidarité>
FICHE PROJET
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
Convivial est né d’une amitié entre une européenne (belge) et une africaine (rwandaise).
En 1994, Marie-Noëlle de Schoutheete accueille une réfugiée rwandaise et ses quatre
enfants dans sa maison et entraîne d’autres familles dans l’accueil de ces familles.
Une association spontanée se met en place et après quelques temps, Madame de
Schoutheete, avec d’autres, utilise son garage afin d’y entreposer du mobilier à
redistribuer aux réfugiés qui arrivent en Belgique. Une asbl nommée « Convivial » est
fondée en juillet 1996 (M.B.04.07.1996).
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 49
OBJECTIFS DU PROJET ou ENJEUX DU PROJET
L’association dans sa définition des objectifs au Moniteur Belge énonce ses objectifs
comme suit : « organiser des espaces où des personnes en difficulté peuvent être
écoutées sans préjugé de méfiance ; rejointes dans ce qu’elles vivent ; entendues et
prises au sérieux dans leurs besoins ; et mettre en œuvre les moyens nécessaires à la
réalisation de cet objectif. »
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
Le projet s’adresse à trois types de populations :
Les candidats réfugiés au moment où ils quittent le centre de premier accueil avec
l’autorisation de séjour en Belgique ;
Les réfugiés reconnus sous le statut de réfugiés ONU ;
D’autres catégories d’étrangers (« sans papiers », …). Cette dernière catégorie de
personnes peut bénéficier de tous les services de Convivial à l’exception de l’aide
financière.
MONTAGE FINANCIER
L’association vit majoritairement de dons (de particuliers, d’associations ou
d’entreprises). Les locaux des bureaux sont par exemple gracieusement mis à
disposition de l’association par une confrérie religieuse.
Depuis 1998, elle reçoit un subside de l’ORBEM pour payer totalement un travailleur
ACS (responsable du dépôt). Plus récemment, en 2001, 4 postes ACS supplémentaires
ont été octroyés permettant d’engager un coordinateur de projet, un assistant social, un
employé, et un manœuvre pour le dépôt.
En 2000, la Fondation Roi Baudouin – Fonds Pauvreté a donné 500 000 FB pour
soutenir l’ensemble du projet.
En 2001, le FIPI a octroyé un subside permettant d’engager une psychologue pour
organiser le projet "jeunes" et en couvrir les frais de fonctionnement. Par ailleurs, la
Communauté Flamande a octroyé 375 000 FB pour le projet et la Fondation Roi
Baudouin, via le Fonds pauvreté 2000-2001, a octroyé 500 000 FB.
PARTENAIRES DU PROJET
Le réseau des collaborations et partenariats avec d’autres associations et organismes est
riche.
Parmi d’autres, citons le Ciré, le Méridien, Mentor-escale et Exil, Logement pour Tous,
Samenleven-Convivence, le Centre pour l'Egalité des Chances, le Petit Château, les
Petits Rien, les Compagnons Dépanneurs, l’Institut Taisnier qui prépare les réfugiés
sans diplôme secondaire valide pour passer les examens d’entrée de l’enseignement
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 50
supérieur, les CPAS, le Radian pour l’accueil de jeunes effectuant des prestations
d’intérêt général, l’Association pour le Volontariat, …
DEROULEMENT DU PROJET
L’association présente trois grands axes d’actions : l’accompagnement individuel,
l’accompagnement collectif ainsi que la distribution de meubles et de matériel de
première nécessité. Elle organise également des animations d’enfants en été et des
événements favorisant la convivialité. Il y a des réunions internes de tous les bénévoles
du dépôt et du bureau.
L’accompagnement individuel se déroule dans les bureaux de l’association. Ils
répondent à des problèmes divers tel que (par ordre décroissant des demandes en 2000) :
la recherche de logement et l’aide à l’installation ; l’aide pour la formation et les
études ; les démarches administratives et les problèmes juridiques ; les difficultés
financières ; l’accompagnement psychosocial ; l’accompagnement des jeunes ; les soins
de santé ; le regroupement familial ; la recherche d’emploi ou d’un bénévolat.
Au niveau de l’accompagnement collectif, différents groupes de rencontres sont
organisés entre personnes vivant les mêmes problèmes. Ces activités sont préparées et
animées par un professionnel et un réfugié. Il y a les groupes de mamies, d’hommes, de
parents, de fratries, de primo-arrivants, de étudiants, de jeunes femmes isolées. Ils
échangent sur leurs problèmes et sur les solutions trouvées. C’est en ‘99 qu’un groupe
de jeunes étudiantes, âgées de 18 à 25 ans et isolées a été constitué. Une des mamies a
vu ce groupe et a demandé que l’on constitue aussi un groupe de mamies.
Depuis, les groupes se sont multipliés. Une travailleuse « bénévole-bénéficiaire »
rwandaise, qui a connu Convivial par l’office des étrangers, est venue en juin 2000 en
Belgique et est bénévole depuis août 2000. Elle s’occupe aujourd’hui de l’accueil au
dépôt. Elle explique en parlant du groupe d’hommes qui se réunit que, « dans leur pays,
les hommes ont une certaine formation, une certaine place dans la société. Arrivés ici,
ils sont déboussolés car ils ne sont plus rien ».
Concernant la distribution de meubles et de matériel de première nécessité, l’activité
comprend plusieurs étapes et secteurs qui vont de la collecte des meubles, vêtements et
objets divers à la livraison des meubles chez les bénéficiaires en passant par le tri et le
rangement, la restauration de certains meubles et l’accueil des bénéficiaires. Le dépôt
est ouvert au public deux fois par semaine (les mardis et jeudis) ou sur rendez-vous.
Afin que les dons aillent à des personnes réellement dans le besoin et afin d’éviter la
revente de ce qui est distribué,
Convivial a mis certaines conditions à l’accès à ce service. Le dépôt accueille les
réfugiés qui répondent à trois conditions : avoir reçu leur autorisation de séjour,
présenter un contrat de bail et fournir une lettre de recommandation d’un centre
d’accueil ou d’un service social. En outre, le service est fourni gratuitement pendant la
première année de séjour en Belgique. Après les personnes sont orientées vers des
magasins de seconde mains.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 51
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
En 2000, par mois, le nombre moyen de personnes aidées est de 100 visites au bureau et
de 200 visites au dépôt. L’accompagnement individuel a porté sur 610 personnes qui
totalisent 1196 visites.
Une cinquantaine de bénévoles, dont deux tiers sont des réfugiés qui ont été aidés
précédemment, prennent en charge les activités de l’association aux côtés des
permanents.
RESULTATS QUALITATIFS
Un travailleur explique : « Ici, c’est une Tour de Babel, on parle plusieurs langues.
Parfois on ne se parle pas, mais on se comprend quand même ».
Un autre « On ne leur donne pas un poisson, on leur apprend à pêcher. »
Une tchétchène bénévole depuis 5 mois, a connu Convivial 7 mois plus tôt par des
amies qui avaient reçu une aide pour la garantie locative chez Convivial. Elle a aussi
reçu une garantie locative et travaille bénévolement au secrétariat et à l’accueil du
bureau. Jusqu’à ce qu’elle se tourne vers Convivial, elle n’avait trouvé aucun moyen
pour faire face à l’indispensable garantie locative pour pouvoir louer un logement.
Le secteur d’activité de l’accompagnement collectif a pris de l’ampleur et répond à un
besoin des bénéficiaires.
La fête semestrielle est une rencontre festive et multiculturelle qui a un vif succès. « Ici
on est comme dans sa famille » affirme une participante à la rencontre.
Pour un autre qui a obtenu son emploi depuis trois mois chez Convivial, « C’est un
emploi où je me sens bien. »
EFFICACITE DU PROJET
Entre objectifs et résultats, et compte tenu du développement et du succès du projet,
l’efficacité du projet semble importante.
LA PARTICIPATION
Une des spécificités de l’association est d’avoir un mode de fonctionnement qui repose
fondamentalement et véritablement sur la cogestion avec les bénéficiaires eux-mêmes.
Plusieurs d’entres-eux participent très activement à l’ensemble des activités de l’asbl à
toutes les étapes. Les réfugiés participent tout autant à la réflexion et au lancement
d’idée, qu’à la décision, à l’organisation, et à la mise en œuvre concrète des projets.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 52
Un travailleur explique que « Convivial est une main ouverte pour les candidats
réfugiés qui aide les gens en difficulté. » « Ca aide à avoir des contacts avec les autres
personnes ».
Pour celui qui coordonne le dépôt depuis trois ans, un colombien qui a connu Convivial
via le milieu associatif, « C’est un lieu de rencontre avec les autres réfugiés et aussi
avec les européens. On travaille tous en collaboration d’amitié, l’esprit de la maison est
l’amitié entre les peuples ». L’assistante sociale explique qu’à Convivial, le réfugié se
sent reconsidéré.
Un réfugié, menuisier et ébéniste de formation, travaille bénévolement depuis trois mois
en collaboration avec un réfugié qui vient de passer salarié et qui est chargé du dépôt,
de la collecte, et de la distribution des meubles. Il explique « On n’est pas seulement là
pour recevoir, mais on peut donner, on se sent utile pour les autres. »
En outre le lancement des groupes spécifiques émane du désir des bénéficiaires que ces
groupes voient le jour.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
Le service apporte un sérieux accompagnement à l’intégration des réfugiés en les aidant
à faire valoir leurs droits.
Convivial octroie des garanties locatives à ses bénéficiaires qui ne l’obtiennent pas via
le CPAS. Après l’une ou l’autre expérience malheureuse, les bénévoles eux-mêmes ont
mis en place des conditions à l’octroie de cette aide. En outre, Convivial ne disposant
que de fonds limités pour cette action, l’association ne prête qu’en fonction de l’argent
remboursé par les précédents emprunteurs. Il est à noter que la reconnaissance de dette
n’est que morale, basée sur la confiance et la solidarité et que le taux de remboursement
est élevé. Ces prêts sont accordés par un Comité mixte composé d’une travailleuse
réfugiée et de bénévoles.
LE PROJET COMME PROCESSUS
On peut observer que l’investissement de certaines personnes présentes s’est accru avec
le temps. Par rapport aux personnes rencontrées, on ne peut toutefois pas parler d’un
après. Les réfugiés « atterrissent » d’abord comme bénéficiaires, puis deviennent
bénévoles après quelques temps. Pour certain, un emploi rémunéré s’est profilé à
l’horizon au sein de l’association. Le jeune âge de cette asbl qui se construit encore rend
peut-être difficile l’appréciation de l’impact de Convivial en terme de processus.
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOCAGES OU HANDICAPS
Au niveau des réfugiés :
De nombreuses difficultés se posent pour les réfugiés.
Parmi celles-ci, l’accès au logement est un casse-tête et le premier besoin définit par les
réfugiés à tous les stades d’accueil dans le pays. La recherche d’un logement est
laborieuse (prix et racisme, méfiance).
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 53
Concernant le système de garantie locative à fournir, les CPAS fonctionnent de manière
variable d’un service à l’autre, ce qui donne un sentiment très lourd d’arbitraire et de
fonctionnement à la tête du client. Parfois, la garantie locative est donnée par le CPAS,
parfois pas. « Les CPAS savent qu’on donne les garanties locatives à Convivial et donc
envoient ici, explique la coordinatrice. Mais Convivial, poursuit-elle, manque de
moyens financiers pour constituer toutes les garanties locatives, et puis ce n’est pas
notre fonction. » Il n’est pas toujours possible de répondre à toutes les demandes.
Les discriminations sont fortement ressenties par les réfugiés. Il y a beaucoup de
problèmes d’incompréhension, partout les portes sont fermées.
Les réfugiés, bénévoles ou salariés, dénoncent … « En tant que réfugiés, on a besoin
d’une aide financière, mais beaucoup de portes sont fermées car nous sommes
réfugiés ». « Les réfugiés ne sont pas une priorité ». « Les réfugiés ça dérange. On est
considéré comme des envahisseurs. On dérange, mais on est là. Quand tu es accepté,
c’est une chance car tu es dérangeant. Dans tous les pays tu es de trop ». « On n’est
plus des personnes, on est des numéros ». « Il n’y a pas de distinction faite entre les
réfugiés et les autres problématiques. Tout est mis dans le même sac ». « Comme je ne
connais pas les lois, je ne peux pas dire qu’elles sont mal faites, mais je peux dire qu’il
y a des injustices (je connais des personnes qui n’avaient aucun problème dans leur
pays d’origine et qui ont reçu des papiers en faisant ce qu’il fallait) ». « Quand on
reçoit une réponse négative, on fait référence à des articles de loi, mais je ne les
connais pas. »
« Il faut mentir, être hypocrite » « Je pensais que tout était en or ici » « Le réfugié fait
le choix entre la mort et la vie. S’il reste là-bas il meurt. Si on le refuse ici, cela veut
dire qu’on n’a pas le droit de vivre. »… Seulement 10% des demandes aboutissent à
une reconnaissance du statut de réfugié. Un réfugié clôture cette déferlante en disant
« on a besoin d’argent, mais ce n’est pas l’essentiel. C’est d’amour et de
compréhension dont le réfugié a besoin. »
Pour l’association :
Trouver des moyens financiers est une des plus grandes préoccupations. A ce sujet, la
coordinatrice de Convivial explique qu’une étude de la Croix Rouge sur les thèmes
porteurs pour récolter des fonds montre que le thème des réfugiés est tout en bas dans la
hiérarchie.
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Solidarité :
A l’écoute du groupe rencontré, il semble que les problèmes extérieurs vécus par les
personnes présentes sont à la source de leur rapprochement et de la mise en place de
cette asbl. Quelque chose de négatif a donné du positif…
Interculturalité et cogestion :
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 54
Convivial accueille toute personne réfugiée. Il y a là un brassage culturel important.
Les personnes participant au projet ont fait le choix de trouver une place dans la société
d’accueil et tentent de s’y intégrer en participant à un projet d’ouverture et d’accueil.
Le projet redonne une place au réfugié et une reconnaissance de ses capacités et de ses
compétences.
Dans le cadre de la cogestion, chaque service s’auto-évalue de manière formelle et
informelle pour améliorer le projet jour après jour. Deux réfugiés font également partie
du CA et quatre font partie du comité de coordination du projet.
Spécificité de la population :
Pour la coordinatrice, quand on rencontre des réfugiés, on n’a pas affaire à n’importe
qui. Il s’agit de personnes qui ont du cran, du caractère car il n’est pas évident, malgré
un contexte très difficile, de tout quitter pour recommencer une vie ailleurs, en
abandonnant tout derrière soi. Malgré le fait que, pour la majorité des réfugiés, il n’y
avait pas de choix entre rester ou partir, il faut avoir une sacrée personnalité pour se
lancer car le voyage n’est pas sans risque pour arriver dans un pays d’accueil. Ce sont
souvent des gens éduqués et formés mais, sans papier et sans reconnaissance de leur
formation, ils ne peuvent prétendre qu’à des emplois de manœuvres.
PARTENARIAT
Un autre atout de l’association est sa capacité à travailler avec un réseau dense de
partenaires et avec les principaux acteurs en matière d’accueil des réfugiés.
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
L’asbl recherche activement des subsides de fonctionnement qui, jusqu’à présent, ne
sont pas récurrents et imposent donc de travailler dans la précarité.
Dans ce contexte, l’asbl, qui a des problèmes de locaux, cherche de nouveaux locaux
pouvant accueillir à la fois son dépôt et les bureaux dans un même lieu.
Suite à l’évaluation globale du projet avec tous les participants, trois priorités ont été
dégagées qui donneront naissance à différentes antennes : la création d’une Antenne
logement ; d’une Antenne juridique, et d’une Antenne médicale. Une des idées de
l’Antenne logement est d’utiliser le réseau des réfugiés pour savoir quand un logement
occupé par un réfugié se libère afin de le proposer à un autre réfugié. L’Antenne
juridique aura pour objectif d’aider et accompagner dans la procédure d’asile et son
suivi, celle médicale visera à prévenir et informer les réfugiés sur les questions de santé.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 55
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 56
FICHE N°6
FICHES 6 : DAK – Un service d’actions bénévoles de
première ligne d’aide et de soutien aux personnes sans abri
ou mal logées
AUTEURS DE LA FICHE
2 personnes : un bénévole et un fondateur-bénévole du projet
AUTEUR MORAL
DAK– Dakloozen Actie Komiteit
COORDONNEES UTILES
DAK
Steenbergstraat 5
2000 Antwerpen
Tél. : 03 213 16 33
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> <sans abri> <mal logé> <femme> <squatter>
<accompagnement social> <droit au logement> <accès au logements> <accès au droit>
<droits des exclus> <droits des minorités> <revendications e droits> <insertion par le
logement> <revendication de droits> >insertion par le logements> <lobbying>
<méthode d’intervention d’urgence> <hébergement d’urgence>
FICHE PROJET
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
Fin des années ’90, dans la ville d’Anvers, la problématique du logement se fait plus
prégnante aux yeux des fondateurs du DAK. Ils relèvent un manque important
d’appartements à louer.
Fondée début ‘96, l’association du DAK se destine à aider les gens en difficultés et sans
logement à se remettre en ordre au niveau administratif afin de pouvoir louer un
logement.
La première action d’éclat du DAK fut de soutenir un squat situé à proximité du quartier
où le service se trouve actuellement. Le bâtiment squatté était un bloc d’appartements
sociaux fraîchement rénovés appartenant au CPAS d’Anvers. Cet immeuble allait être
vendu par la Ville et transformé en appartements de luxe. Avant que les squatters
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 57
n’investissent le bâtiment, le CPAS avait arraché tous les sanitaires, l’électricité,…
Cette occupation symbolique pour le droit au logement a duré pendant quelques temps.
“ Les difficultés de logement sont profondes à Anvers ”, explique un bénévole et cofondateur du projet.
OBJECTIFS DU PROJET ou ENJEUX DU PROJET
Le DAK fait partie d’une des quatre “ Coupoles ” de la Ville d’Anvers. Ces
“ Coupoles ” sont des centres de coordination en matière d’aide sociale et gèrent des
subventions provenant du Fonds d’Impulsion Sociale (SIF) qui sont redistribués en
cascade à d’autres initiatives. Le DAK, qui fait donc partie d’un de ces centres, reçoit
une subvention qu’il est chargé d’utiliser pour le soutien de projets et d’actions diverses
en matières de lutte contre l’exclusion sociale. Le rôle du DAK est d’entrer en contact
avec les gens, de parler avec eux et de les accompagner dans leurs démarches au niveau
de la mise en ordre administrative et judiciaire par exemple (accompagnement à la
police, au CPAS).
“ L’idée est d’offrir un soutien aux squats un peu sérieux ” explique l’un des fondateurs.
Par “ un peu sérieux ”, il entend qu’il y ait un projet derrière l’action de l’occupation
d’un bâtiment. D’autres conditions au soutien de projets par le DAK sont la nonconsommation d’alcool ou de drogue et l’absence de violence.
Un des enjeux du projet est de soutenir des actions militantes en matière de droit
d’accès au logement et de soutien à des projets alternatifs en matière de logement. C’est
aussi le soutien d’initiatives en faveur des exclus en général.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
L’initiative s’adresse à un public démuni et soutient des projets militants pour le droit
au logement. Dans la population touchée, on retrouve des personnes ayant des
problèmes de toxicomanie, d’alcoolisme, de prostitution, de logement, de santé, …
MONTAGE FINANCIER
Le DAK est subsidié par le Fonds d’Impulsion Sociale (SIF) à concurrence de 1 million
de FB par an.
Par ailleurs, le DAK organise des collectes régulières et reçoit beaucoup d’aides en
nature (nourriture, mobilier, vêtements) qu’il redistribue aux différents projets qu’il
soutient.
Enfin, le DAK est un réseau de bénévoles comprenant 8 ou 9 personnes qui changent au
fil du temps. Parmi ceux-ci, deux sont fondateurs et deux autres travaillent
régulièrement à la cuisine pour préparer les repas proposés aux personnes en difficultés.
Deux bénévoles travaillent dans le cadre du projet “ Quetelpatrouille ”.
Le bâtiment du Quetelpatrouille est prêté par la ville qui est propriétaire, mais
l’association doit supporter les charges.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 58
Le DAK dispose d’un rez-de-chaussée dans lequel il a installé le restaurant social et où
se déroule l’accueil des personnes en difficultés.
PARTENAIRES DU PROJET
Le DAK travaille beaucoup en relais vers d’autres services sociaux. Il fait en outre
partie du Front Commun des SDF (Sans Domicile Fixe).
DEROULEMENT DU PROJET
Le DAK offre un service de restaurant social. Ce restaurant à bas prix est un moyen
pour établir un contact avec les gens. Il propose des repas quatre jours par semaine. Le
local est ouvert de 11 h à 18 h, 6 jours par semaine en hivers, cinq jours par semaine à
partir de Pâques.
On y propose du thé, du café, de la limonade, de la soupe. La soupe accompagnée de
pain est au prix de 10 FB, le repas à 50FB mais, selon le cas, c’est parfois gratuit. Cet
espace d’accueil et de rencontre permet aussi d’orienter les gens vers d’autres services.
Dans les locaux, il est interdit de consommer de l’alcool ou de la drogue mais on peut y
venir lorsque l’on en subi encore les effets. La violence est proscrite.
Dans le cadre des activités de soutien et de facilitation de l’installation de Squats, divers
projets sont accompagnés. Le soutien du DAK passe par l’apport de son expérience au
niveau des “ procédures ” pour s’installer dans un bâtiment inoccupé, une aide à la
négociation avec les autorités locales, la redistribution de vivres et d’autres moyens en
nature (dont du mobilier par exemple).
Parmi les projets, il y a le Squat d’un vaste zoning industriel désaffecté voué à accueillir
prochainement une nouvelle construction. C’est un Squat dit “ alternatif ”, qui
rassemble essentiellement des femmes, plutôt bohèmes, avec un projet de type artistique
et de vie communautaire. Les squatters proposent aussi des animations dans une pleine
de jeux improvisée pour les enfants du quartier voisin.
Un autre Squat tout proche appelé “ Los Squatos ” a ouvert un bar accessible à tous, et
compte créer un cinéma de quartier avec des soirées thématiques.
Le “ Quetelpatrouille ” est un projet qui tente de venir en aide aux jeunes femmes
nigérianes livrées à la prostitution. « Ces femmes, explique un bénévole, arrivent
massivement en Europe et doivent se prostituer pour s’affranchir de la personne qui
leur a permis d’entrer en Europe. » En plein cœur du quartier des prostituées, le
Quetelpatrouille offre un logement, de la nourriture, des vêtements, un
accompagnement chez le médecin et fait de la prévention et de l’éducation à la santé.
Les bénévoles initient également à la langue flamande. Il y a une douzaine de lits où une
soixantaine de femmes viennent par pauses se reposer dans cette maison qui offre un
peu plus de sécurité et de confort. Le projet reçoit 10 000 FB par mois du DAK,
essentiellement pour payer des préservatifs aux femmes.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 59
Le “ Tabu projet ” est un projet qui s’adresse à des jeunes qui sont dans la rue et qui ont
des problèmes de drogue et veulent arrêter. Le bâtiment occupé par le projet est un
Squat dans une grande bâtisse des environs du port. La personne qui a lancé le projet
explique que la seule tolérance en matière de drogue est une consommation discrète de
joints.
Le “ Duiven Kot ” est un projet plus ancien, lieu d’accueil et de lancement d’autres
projets. Le bâtiment, vide depuis 20 ans, chauffé, alimenté en eau et en électricité,
appartient à la commune. L’immeuble s’est organisé en abri de nuit informel et propose
10 lits pour la nuit. Trois personnes sont présentent pour l’accueil de nuit. Le Squat a
également pour objectif d’orienter les personnes en journée et de proposer de l’accueil
de jour. Le DAK soutient encore d’autres squats.
Il y a aussi eu une intervention en faveur de femmes logées à l’Armée du Salut qui se
sont retrouvées à la rue pour attribuer les locaux à d’autres personnes. Le DAK a
entamé des tractations auprès du SIF (Sociaal Impuls Fonds) et de la commune pour
trouver une solution pour ces femmes.
Le DAK s’est mobilisé également contre le reflux de personnes endettées par les
hôpitaux. “ A cause du coût des hospitalisations, des gens sortent endettés des hôpitaux
car ne peuvent payer le coût de l’hôtel ” explique l’un des fondateurs. Les personnes
dans cette situation sont alors refusées d’accès aux soins de l’hôpital. Le DAK
intervient alors à la demande des usagers pour négocier. Si les soins sont urgents, le
service mobilise du monde et fait une occupation de l’hôpital. Ils ont par exemple
occupé les urgences d’un hôpital qui refusait de soigner quelqu’un. Afin de mobiliser
l’opinion publique, ils se sont fait accompagner d’un journaliste et d’un photographe. Ils
ont également fait constater le refus de délivrer des soins urgents par un conseillé
communal.
Enfin, lorsque le DAK rencontre une personne dans un appartement insalubre, il entame
des démarches auprès du propriétaire pour tenter de faire changer les choses.
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
Environ 90 personnes par jour passent au DAK.
Le “ Tabu Projet ” touche actuellement 3 jeunes et pourrait en accueillir 2 de plus.
Le Quetelpatrouille accueille un grand nombre de femmes : environ 60 par jour. En 6
mois, ce sont plus de 300 femmes différentes qui sont passées par ce refuge.
Les informations manquent au niveau de la fréquentation des autres projets.
RESULTATS QUALITATIFS
Serein, le co-fondateur du projet semble très conscient des limites de l’action qu’il mène
au sein du DAK. Il explique qu’en tant que service de première ligne, peu structuré, aux
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 60
côtés des personnes en difficultés, le DAK permet aux gens de retrouver un point de
repère, un lieu où renouer des liens, un lieu où structurer des revendications légitimes.
Quelqu’un présent dans le restaurant explique qu’il a un petit studio et une voiture mais
qu’il vient régulièrement au restaurant social du DAK parce qu’après tout ce qu’il a à
payer, il ne lui reste plus grand chose pour vivre. “ En plus, dit-il, ça me permet de
rencontrer des gens et de bavarder un peu.”
EFFICACITE DU PROJET
Le service est très efficace en terme d’aide concrète aux personnes. Il tente de répondre
aux différents besoins élémentaires des personnes (se loger, se nourrir, s’habiller, se
soigner, …). De plus, le DAK tente de susciter et d’apporter un soutien à la mobilisation
des personnes en difficultés.
LA PARTICIPATION
Toutes les personnes qui viennent au DAK peuvent participer à l’action et s’impliquer
bénévolement dans les projets. Un bénévole explique qu’après un long séjour en
Afrique, il est rentré à Anvers où, explique-t-il, « j’ai habité dans une boîte en carton
pendant quatre mois ». Après avoir rencontré le DAK, il y est devenu volontaire
bénévole. Il se charge de faire le tour des commerces, des boulangeries et des marchés
pour récolter les surplus et les invendus afin de les redistribuer aux différents projets
soutenus par le DAK. “ Pour moi, explique-t-il, le DAK me donne une bonne raison de
vivre ”.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
Au niveau du droit, lors de la prise de squat, l’équipe a développé un dialogue
stratégique avec les autorités de la Ville pour faire valoir le droit de tous à un habitat.
Le service défend le droit aux soins de santé, et aux autres droits élémentaires.
LE PROJET COMME PROCESSUS
Pour beaucoup, les changements sont imperceptibles et difficilement évaluables.
Selon l’un des fondateurs rencontrés, « il y a peu d’espoir de faire quelque chose pour
les gens qui viennent au DAK, si ce n’est leur donner à manger et d’autres biens de
première nécessité. » Il poursuit en disant que, d’après lui, ces personnes représentent la
“ pauvreté résiduelle ”, ceux qui ne pourront jamais réintégrer une vie traditionnelle.
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOQUAGES OU HANDICAPS
Le profil de la population rencontrée et le travail avec celle-ci sont difficiles. Il y a
beaucoup de problèmes d’alcool et de drogue. Ils sont peu structurés. La fragilité de la
population explique que certains projets lancés avec le DAK peuvent mal tourner.
Le coût de la vie est aussi un problème pour beaucoup de gens.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 61
Un des handicaps du projet est qu’il tient essentiellement dans le travail des deux
fondateurs qui maintiennent la cohérence du projet et ont l’habitude de parlementer avec
les autorités.
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Un des atouts du DAK est d’entretenir de bons contacts avec les politiques locaux et de
jouir d’une certaine confiance et notoriété par rapport à leurs actions. Ils ont prouvé par
le passé aux autorités qu’ils savaient tenir leurs engagements et, par exemple, qu’il est
possible de vivre une vie communautaire sans eau, sans électricité et sans gros
problèmes de violence. Ils profitent aussi de la médiatisation des actions qu’ils mènent.
Toutefois, le DAK doit rester vigilant et garder une certaine distance par rapport au
pouvoir par crainte d’être considéré par les bénéficiaires comme étant un service à la
solde du pouvoir.
Pour le bénévole qui collecte les vivres, “ la ville est riche et il y a beaucoup de surplus
à redistribuer. Ici à Anvers, si un gars a besoin d’argent, il peut trouver un travail pour
une journée ou une semaine sans difficulté. ”
Chacune des personnes impliquées semble savoir ce qu’elle a à faire et le fait de
manière autonome. En outre, ils ont l’habitude d’être “ dans la débrouille ” pour trouver
des solutions aux problèmes qu’ils rencontrent dans les projets qu’ils mènent.
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
Ils n’ont pas été énoncés lors de la rencontre et des contacts si ce n’est le désir de
poursuivre le projet.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 62
FICHE N°7
FICHE 7 : Le Foyer Dar al Amal – Habitat kangourou :
entraide et cohabitation d’une famille immigrée et d’une
personne âgée.
AUTEURS DE LA FICHE
3 personnes : une maman d’une famille locataire, une assistante sociale et la directrice
AUTEUR MORAL
Foyer Dar al Amal
COORDONNEES UTILES
Foyer Dar al Amal
Rue des Ateliers 25
1080 Bruxelles
Tél. : 02 411 74 95
Fax : 02 411 04 39
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> <innovation sociale> <immigré> <femme>
<intergénérationnel> <accompagnement social> <habitat adapté> <habitat bon marché>
<communication interculturelle> <lien social> <contrat de location> <processus
d’évolution mentalités> <insertion par le logement> <organisation du quartier>
FICHE PROJET
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
Le Foyer s’installe en 1979 dans le vieux Molenbeek, son objectif premier est
l’émancipation de la femme, essentiellement d’origine immigrée. A l’origine, Le Foyer
est un centre d’intégration qui propose une série d’activités, surtout aux femmes
immigrées de première génération mais actuellement aussi à celles de deuxième
génération afin de les sortir de leur isolement.
« Notre quartier est peuplé à la fois d’immigrés et d’autochtones âgés » explique la
directrice du Foyer. Lors des contacts avec le quartier et ses habitants, le service s’est
rendu compte qu’il y avait un grand nombre de personnes âgées, d’origine belge,
isolées, et insécurisées par l’arrivée massive d’étrangers dans le quartier. Dès lors, chez
elles, un certain racisme à l’égard des immigrés se développait. Parallèlement, le Foyer
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 63
a remarqué l’importance des problèmes de logement dus à la vétusté de l’immobilier
pour de nombreuses familles immigrées.
Pour répondre à ces deux aspects, la solution envisagée fut de proposer un habitat
kangourou c’est-à-dire un habitat dans lequel un locataire apporte un soutien et un
accompagnement à une personne âgée avec qui elle partage un logement adapté
moyennant certains avantages tel qu’un logement confortable ou une réduction de loyer.
Pour Dar al Amal, l’idée a donc été d’offrir un habitat adapté pour accueillir en
colocation une famille d'origine immigrée aux étages et une personne âgée ou un couple
de personnes âgées au rez-de-chaussée. La première expérience est menée dès 1986.
OBJECTIFS DU PROJET
L’objectif du Foyer Dar al Amal s’inscrit dans celui poursuivi par le Foyer : soutenir
une image positive des populations immigrées et donner une place à la personne âgée,
fort présente dans le quartier.
Au travers de l’initiative d’habitat kangourou proposé par Dar al Amal, outre la
rencontre entre des générations différentes, il y a la rencontre interculturelle, ainsi que
l’offre d’un logement adapté et de qualité tant pour la famille que pour la personne âgée,
à un loyer adapté aux moyens des personnes. Un des objectifs est que famille apporte
une plus grande sécurité à la personne âgée et que la personne âgée puisse faire appel à
l’aide de la famille en cas de besoin.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
Le projet d’habitat kangourou de Dar al Amal est prioritairement réservé à des habitants
du quartier. Il s’adresse d’une part à des personnes âgées isolées ou en couple ayant de
faibles revenus et d’autres part à des familles nombreuses immigrées éprouvant des
difficultés à se loger.
Une condition pour que la personne âgée puisse participer au projet est qu’elle ait un
degré d’autonomie suffisant pour ne pas demander une aide trop importante à la famille.
MONTAGE FINANCIER
Au niveau des maisons, la première est une acquisition par donation, la seconde est un
achat réalisé suite à une campagne de collecte de fonds qui a rapporté environ deux
millions de FB, entre autre par le soutien d’un centre néerlandophone promouvant les
projets favorisant l’intégration. Les rénovations ont été réalisées par des entreprises
privées et une entreprise de formation par le travail.
Les locataires payent un loyer en fonction de leur revenus. En 2001, dans l’une des
maisons, la personne âgée paye 6500 FB par mois et la famille a un loyer de 9100 FB.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 64
PARTENAIRES DU PROJET
Le projet d’habitat Kangourou s’inscrit dans les activités plus larges du Foyer qui
comprend un service social, un atelier de quartier, un centre de formation, une école de
devoirs, un atelier d’entraide du quartier, … C’est par cet ensemble d’activités que les
gens du quartier peuvent se rencontrer et que des familles et des personnes âgées se
côtoient. Le service entretient également de bons rapports avec la commune.
DEROULEMENT DU PROJET
Le « recrutement » des familles et des personnes âgées se fait par l’intermédiaire de
rencontres dans le cadre des activités proposées aux femmes du quartier, au travers
d’activités s’efforçant de tisser des liens entre les familles étrangères et la population
belge du quartier, entre autres par une aide concrète à des personnes âgées. Mais il se
fait aussi par l’intermédiaire d’activités proposées aux personnes âgées du quartier.
Avec l’association, des femmes immigrées aident des personnes âges dans diverses
tâches et font par exemple des courses groupées ou du ménage chez les personnes.
Avant de parler du projet à des familles et à des personnes âgées, le service a fait
l’acquisition d’une maison et a rénové et adapté l’habitation au projet. La maison est
aménagée de façon à offrir un appartement au rez-de-chaussée destiné à accueillir une
personne ou un couple, les étages sont aménagés pour accueillir une famille avec
enfants. La maison est constituée de deux entités indépendantes et chaque appartement
dispose d’une cuisine et de sanitaires privatifs. Les deux entités sont reliées par un
interphone pour permettre à la personne âgée de se mettre facilement en communication
avec la famille.
Quand le service a disposé de maisons et qu’il a eu fini les rénovations, l’assistante
sociale a proposé le projet à une famille à faibles revenus en difficultés de logement,
représentée dans les faits par la mère de famille. L’intervenante sociale a alors favorisé
la rencontre avec une personne âgée par l’intermédiaire de ses activités. Sans pour
autant faire une guidance individuelle, le souci essentiel de l’intervenante sociale est de
présenter les deux locataires potentiels afin d’éviter les incompatibilités de caractère. Si
les premiers contacts sont bons, elle leur propose alors de vivre ensemble.
Le contrat de location est signé entre l’asbl et les deux autres partenaires. Ce contrat
dépasse largement le cadre locatif. Il y est clairement spécifié que si la famille n’a pas la
charge de la personne âgée, elle est toutefois tenue de lui apporter sécurité. Dans le
contrat, il est spécifié que la famille ne peut jouir du logement que dans la mesure où
elle le partage avec une personne âgée au rez-de-chaussée.
Une fois que les personnes sont installées dans la maison, l’intervenante suit les
locataires durant les premiers temps pour s’assurer que la cohabitation s’installe bien.
Elle reste ensuite à la disposition des locataires en cas de nécessité.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 65
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
Dans la maison inaugurée en 1986, une famille occupe l’appartement depuis le début.
Elle est composée du couple et de cinq enfants. Depuis le lancement du projet, une
première personne âgée a occupé le rez-de-chaussée pendant environs 6 ans. Elle a
ensuite dû quitter l’appartement car elle nécessitait un suivi plus conséquent. Elle est
décédée un an ou deux après. Après une période de battement, une deuxième personne
âgée a occupé l’appartement.
Une expérience similaire a été lancée dans une autre maison et accueille une famille et
une autre personne âgée. Actuellement, les deux familles sont d’origine marocaine et les
personnes âgées sont belges.
RESULTATS QUALITATIFS
Aux dires de la mère de famille, la personne âgée se sent plus en sécurité, et elle sait
qu’elle peut compter sur une aide en cas de besoin. Mais c’est aussi un échange de
services et un nouveau lien social. « J’ai eu deux jumeaux peu de temps après notre
installation dans la maison, explique la mère de famille, la personne précédente s’est
beaucoup occupée de mes enfants quand ils étaient tout petits. Elle les gardait lorsque
j’allais faire des courses ou rechercher les grands à l’école. Elle était devenue une
grand-mère pour les enfants. Elle montait pour boire le thé ou pour faire les devoirs
avec les enfants. »
La famille veille sur la personne âgée et le voisinage est indirectement sensibilisé.
« Quand je croisais des voisins en rue, explique-t-elle, il y en avait parfois qui me
disaient qu’ils avaient vu Madame se promener tard le soir. Quand je suis rentrée, je lui
ai dit qu’elle ne devait plus faire ça parce que ça pouvait être dangereux de se
promener seule dans le quartier le soir. »
Du côté de la famille de la personne âgée, malgré des réticences au début, elle a été
contente de l’initiative, tout au moins pour des raisons pratiques.
EFFICACITE DU PROJET
Si l’initiative reste à petite échelle, elle semble toutefois efficace tant pour les familles
que pour les personnes âgées.
LA PARTICIPATION
Comme l’expliquait la maman, au début, les enfants étant petits, il y avait un véritable
échange de services entre la femme immigrée et la personne âgée. Cette dernière gardait
par exemple les enfants en bas âge en journée, alors que la famille veillait à répondre
aux besoins de la personne. Pour la mère de famille qui s’occupe de façon privilégiée de
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 66
répondre aux demandes de la personne âgée, cela nécessite d’être à l’écoute, de prendre
du temps avec la personne.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
Les baux sont relativement classiques entre les locataires et le Foyer Dar al Amal.
Toutefois il y des différences entre les deux protagonistes. Pour la personne âgée, il
s’agit d’un bail de 9 ans. Pour la famille, il s’agit d’un bail d’un an renouvelable tous les
ans et qui devient par la suite à durée indéterminée. Le contrat de la famille comporte en
outre une clause morale (et non légale) qui stipule le projet d’accueil d’une personne
âgée et de la sécurité que le locataire doit apporter à la personne âgée. En principe, la
famille ne peut occuper la maison qu’avec un partenaire âgé au rez-de-chaussée.
LE PROJET COMME PROCESSUS
Le projet offre durablement du logement tant à la famille qu’à la personne âgée. En
outre, la rencontre interculturelle peu amener à faire évoluer les mentalités.
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOQUAGES OU HANDICAPS
Immeuble :
Il n’est pas évident de trouver des maisons bon marché, unifamiliales, offrant des
possibilités de rénovation. Pour ce type d’immeuble, le patrimoine communal est
restreint.
Le coût de la rénovation augmente quelque peu du fait de la nécessité de l’adaptation
d’un appartement pour une personne âgée.
Normes en matière de logement :
Les normes en matière de logement posent des difficultés notamment concernant le
nombre de pièces en fonction du nombre d’enfants. Pour 5 enfants, la famille devrait
normalement disposer de 6 à 7 pièces. D’où la difficulté de louer à des familles qui
s’agrandissent après avoir loué.
Moyens financiers des locataires :
Tant les personnes âgées que la population immigrée du quartier ont globalement peu de
moyens pour se loger.
Contrat « Kangourou » :
Au moment du décès de la personne âgée, la situation a été délicate car le contrat de
location de la famille stipule le projet d’accueil d’une personne âgée. C’est une fragilité
du projet, on ne peut habiter la maison qu’avec le partenaire du rez-de-chaussée. Cet
aspect est délicat car il touche à la sphère privée et émotionnelle. En effet, il n’est pas
facile pour une famille, dans le cadre d’un contrat de location, de devoir remplacer une
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 67
personne à qui elle s’est attachée affectivement par une autre personne suite à son départ
sous peine de risquer de devoir déménager. Lorsque la situation s’est présentée, le
service a décidé d’attendre un peu que les choses passent. « Ils ne nous ont pas obligé,
explique la mère de famille. Mais on sait qu’on est dans cette maison et qu’en-bas il y a
un appartement pour une autre personne. Quand on a rencontré la nouvelle personne
d’abord ça a été un peu dur puis maintenant ça va bien. »
Entourage de la personne âgée :
Une des difficultés du projet peut être la résistance de la famille de la personne âgée qui
peut être méfiante de voir que la famille « de la maison » prend de plus en plus de place
dans la vie de son parent.
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
L’habitat Kangourou s’intègre dans un projet plus global. En amont, le Foyer Dar al
Amal est un lieu favorisant les rencontres multi-culturelles. Il est un moyen de recruter
des familles pour qu’elles rencontrent les personnes âgées au travers de diverses
activités.
Pour la directrice du projet comme pour la mère de famille, « Le projet est un projet
naturel ». « Chez nous, explique la maman, on s’occupe spontanément des personnes
âgées. » Ce projet s’inscrit dans la culture méditerranéenne, ce qui facilite la mise en
œuvre d’un tel projet.
Tant la famille que la personne âgée jouent des rôles naturels (aide mutuelle, « grandmère »,…).
La directrice pense qu’une personne âgée seule est probablement plus adaptée au projet
qu’un couple.
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
La directrice prospecte pour développer le projet d’une troisième maison incluant la
domotique pour les personnes âgées. Actuellement, mises à part quelques adaptations, il
s’agit d’appartements standards. Elle nourrit le projet de réaliser un modèle en matière
d’adaptation du logement pour les personnes âgées.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 68
FICHE N°8
FICHE 8 : Habitat-Service – Un service facilitant l’accès à
la location de logement en s’appuyant sur le système du bail
glissant
AUTEURS DE LA FICHE
9 personnes : 4 travailleurs (la coordinatrice, l’assistant social, l’ouvrier et la secrétaire),
3 locataires (ex-sous-locataires) et 2 propriétaires
AUTEUR MORAL
Habitat-Service asbl
COORDONNEES UTILES
Habitat-Service asbl
Rue Saint-Laurent 170A
4000 Liège
Tél. : 04 226 20 55
Fax : 04 226 39 64
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion sociale> <innovation sociale> <accès au logement> <insertion
par le logement> <contrat de location> <marché du logement> <pédagogie de l’habitat>
<mal logé> <accompagnement social> <bail glissant>
FICHE PROJET
CONTEXTE et ORIGINES DU PROJET
Le projet émane de l’asbl Les Sans Logis, une maison d’accueil qui existe depuis les
années ’50. En 1994, l’idée de créer Habitat-Service est venue du constat que les
hébergés, une fois qu’ils quittaient Les Sans Logis pour un appartement privé se
retrouvaient du jour au lendemain sans aide ni accompagnement social. Le service
constatait aussi la dégradation de l’image des locataires « sociaux » aux yeux des
propriétaires au fur et à mesure d’expériences difficiles ainsi que le nombre croissant de
situations d’abus des propriétaires à l’égard des locataires. D’où est venu l’idée de créer
un service qui permette des relations plus harmonieuses entre propriétaires et locataires
et pour le propriétaire qu’il puisse, sans mettre en péril son bien, permettre une
jouissance normale du bien par le locataire.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 69
OBJECTIFS DU PROJET
L’objectif d’Habitat-Service est de permettre à des personnes en difficultés (familles,
couples, ou individus) d’accéder à un logement adapté (structurellement et
économiquement) et de le conserver.
Pour y parvenir, le service s’articule autour de deux axes : servir d’intermédiaire entre
ces personnes et des propriétaires de logements (aspect de médiation) et assurer à ces
personnes un accompagnement social adéquat.
Le service met à disposition, pour une durée de quelques mois à un an maximum, un
logement correct dont Habitat-Service est locataire. Pendant cette période, le service
assure un accompagnement social visant à permettre aux bénéficiaires d’assumer leurs
obligations locatives et de s’insérer socialement. A terme, le service fait « glisser » le
bail au nom du bénéficiaire, qui reste donc dans ce logement et devient locataire à part
entière.
Le système du bail glissant est utilisé car il permet tant l’accès direct à un logement que
l’on veut décent et destiné à devenir le toit définitif, que de passer par une phase
transitoire d’apprentissage à la gestion autonome de son logement et de garantie vis-àvis du propriétaire.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
En ce qui concerne les demandes, 80% des candidats sont des personnes seules, avec ou
sans enfant(s), un cinquième des candidats a moins de 26 ans, deux tiers ont entre 26 et
50 ans, près de la moitié des candidats ont des problèmes d’endettement, la moitié des
demandes émane de personnes sans logement ou en passe de l’être. En ce qui concerne
les prises en charge, seul 5% des gens ont un revenu du travail et un tiers sont endettés.
Les propriétaires sont aussi concernés mais il n’y a pas d’information disponible
concernant cette population là.
MONTAGE FINANCIER
Sur base de 23 accompagnements clôturé au cours de l’année 1999, le coût par prise en
charge est estimé à 291.123 FB dont 89.153 FB sont remboursés à l’association (loyer,
assurances, frais remboursés par le propriétaire). Par prise en charge, 201.970 FB sont
financer par le service sur les fonds propres de l’asbl Les Sans Logis, soit 25.894 FB par
mois d’accompagnement.
PARTENAIRES DU PROJET
Habitat-Service travaille avec un large réseau associatif (CPAS, Services sociaux de la
Ville de Liège, maisons d’accueil, services sociaux de quartier, services d’information
juridique, entreprises de formations par le travail, centres de formation professionnelle
et entreprises de travail adapté, services de santé et de santé mentale, etc.)
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 70
Des collaborations existent avec le Fond du logement qui dans le cadre de la rénovation
d’immeubles pour les familles nombreuses, dispose d’appartements une ou deux
chambres, trop petits pour leur public, qu’ils louent alors à Habitat-Service.
DEROULEMENT DU PROJET
Au niveau du futur locataire :
Les entretiens d’admission, assurés par les travailleurs sociaux, ont lieu sur rendezvous, un jour par semaine. Quand un logement correspondant aux besoins du candidat
locataire se libère, ils le recontactent afin de lui proposer le logement. L’entretien, qui se
passe dans une ambiance d’accueil et d’écoute professionnelle et humaine, sert à cerner
la demande et à jeter les premières bases de travail pour l’avenir.
Des rencontres hebdomadaires sont organisées avec le sous-locataire. Elles constituent
des moments importants pour les personnes aidées et le cadre de l’activité des
travailleurs sociaux. Elles se tiennent généralement dans le logement loué, permettant
ainsi une approche personnalisée. Elles apparaissent comme les temps forts au cours
desquelles s’élaborent les jalons nécessaires pour atteindre le but premier qui vise à
l’autonomie des personnes.
Enfin, le « glissement » du bail intervient après quelques temps : « on dépasse toujours
les six mois, parfois il y a un an et demi avant de faire glisser le bail » explique la
coordinatrice du projet. Deux éléments essentiels président au « glissement »: que le
sous-locataire maintienne son logement en bon état, qu’il paye régulièrement son loyer
et entretienne des relations harmonieuses avec le voisinage.
Au niveau du propriétaire :
Habitat-Service propose un service gratuit et offre la possibilité de rafraîchir le
logement et de faire de petits travaux d’entretien. Ces travaux donnent lieu à une
négociation avec le propriétaire pour déterminer qui fait quoi au niveau des travaux.
Habituellement, le propriétaire paye les matériaux et Habitat-Service prend en charge la
main d’œuvre. L’asbl ne réalise que les travaux les plus urgents et les petits travaux de
rafraîchissement.
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
En 2000, 250 inscriptions ont été enregistrées dont beaucoup de personnes se sont
limitées à se renseigner. Et, seul une vingtaine de logements ont été accordés. Ce qui
laisse penser que la demande est supérieure à l’offre.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 71
RESULTATS QUALITATIFS
Pour les propriétaires, passer par Habitat-Service donne un sentiment de sécurité. Ils
remarquent que le bien mis en location est mieux respecté dans ce cadre que dans une
relation privée avec le locataire. Les propriétaires s’expriment sur l’utilité du service :
« on sait qu’on a toujours un lieu de référence ». « Ca permet de garder un patrimoine
de logement en bon état. » « Habitat-Service permet d’avoir un certain recul. »
Il y a aussi un travail de sensibilisation des propriétaires qui se fait par rapport aux
difficultés que vivent les locataires. Un propriétaire dit : « On se rend compte qu’il
existe des personnes avec des difficultés, on peut faire plaisir sans faire de gros
sacrifices. » « On ne se rend pas compte que le coût du loyer est un obstacle. »
Au niveau des locataires, l’un d’eux explique que par l’intermédiaire de HabitatService, « on trouve quelque chose de correct au niveau du logement et du loyer ». Pour
un propriétaire, l’association permet d’aider le locataire à sortir de la tutelle et fait
œuvre d’éducation.
Par la démarche de médiation entre les locataires « défavorisés » et les propriétaires,
Habitat-Service développe la connaissance et le respect des uns et des autres.
« Une des motivations du candidat locataire qui se rend chez Habitat-Service est l’envie
d’être autonome », explique un propriétaire.
A petite échelle, le projet apporte un changement dans les mentalités grâce à une
sensibilisation quant aux problèmes et besoins des deux parties (locataires et
propriétaires).
EFFICACITE DU PROJET
Un locataire dont le bail a glissé explique : « j’ai eu ce que je voulais, j’ai eu le petit
coup de pouce qui me manquait. » Un autre locataire dit « je suis bien tranquille. J’ai
frappé à beaucoup de portes, mais il fallait beaucoup de papiers. Ici cela a été vite, en
15 jours j’ai eu ce qu’il me fallait.(…) Je naviguais sans savoir où atterrir. » Un
troisième locataire explique « avant Habitat-Service, je me suis heurté à un mur : au
niveau du logement privé ou social, et même en allant au cabinet du bourgmestre... »
Un propriétaire explique : « Après une expérience désastreuse, j’ai voulu vendre, mais
j’ai rencontré Habitat-Service et notre collaboration se passe bien. Je suis contente car
le sous-locataire est suivi pendant quelques mois avant de devenir locataire à part
entière. »
Un autre propriétaire se déclare fort satisfait. « Je n’ai jamais eu de problèmes. J’ai
acheté d’autres logements pour les mettre à disposition d’Habitat-Service. »
L’efficacité du projet est démontré tant pour les locataires (accès à un logement
transitoire qui devient définitif) que pour les propriétaires (maintien de leur bien en
location).
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 72
LA PARTICIPATION
A priori, Habitat-Service ne donne qu’un coup de pouce pour démarrer, mais parfois il
arrive qu’il faille accompagner plus longtemps.
Un travailleur explique que dans le projet, il y a un cadre avec des obligations à
respecter, « les règles sont là, et la personne doit les accepter si elle désire un
accompagnement par service ».
Il arrive parfois que les sous-locataires participent aux travaux de rafraîchissement de
leur futur logement avec l’ouvrier.
Il n’y a pas de travail collectif.
L’objectif même du projet est de permettre à une population en difficulté de retrouver la
maîtrise de la gestion de son logement. Les sous-locataires sont mis face à leurs
responsabilités.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
En ce qui concerne les baux, dans un premier temps, la personne signe un contrat
d’occupation précaire avec Habitat-Service qui sous-loue un logement qu’elle loue ellemême à un propriétaire. Une fois que le bail glisse, le contrat location est calqué sur le
modèle de Test Achat (Association de défense des consommateurs).
PROJET COMME PROCESSUS
L’idée de processus est fort présente dans le projet. Il s’agit de mener une personne sans
logement ou mal logée à accéder à un logement adapté et de le conserver. Il y a une
période test pour voir si le propriétaire et le sous-locataire remplissent leurs obligations
(caution, loyer, relation avec voisinage, travaux, ...). Si tout se passe bien, après cette
période, le bail glisse.
Pour la coordinatrice du projet, « la période la plus difficile est celle où vous êtes à
Habitat-Service, après, vous êtes mis sur des rails ».
« Il y a toujours quelqu’un sur qui on peut compter, au début et même par après »
explique un sous-locataire. Pour un propriétaire, « on sait qu’on a toujours un lieu de
référence ».
Un travailleur met l’accent sur le suivi des sous-locataires et le travail
d’accompagnement. « Un bon (sous-) locataire c’est quelqu’un qui paye son loyer, sa
caution, entretient de bonnes relations avec le voisinage, se rend au rendez-vous fixé
avec le travailleur social, et a envie d’être autonome. »
En amont de la location, le service demande aux futurs (sous-) locataires de confirmer
tous les mois leur demande de logement, certains confirment toutes les semaines. Par
ailleurs, l’aide au déménagement instaure déjà une certaine relation : « un effort fait
ensemble crée des liens ».
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 73
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOQUAGES OU HANDICAPS
Difficultés vécues par les sous-locataires et propriétaires :
Pour un propriétaire, avec la formule du bail glissant, « il n’y a pas de rentabilité
absolue, mais c’est correct. »
Pour beaucoup de sous-locataires, constituer la caution locative est une grosse difficulté
et le loyer reste un poste trop lourd.
Parfois, il y a des propriétaires peu scrupuleux, qui louent des taudis. Il y a aussi des
propriétaires abusifs qui ne font pas ce qu’ils devraient faire au niveau de travaux
importants, ou qui ne se présentent pas aux rendez-vous. Il y a par exemple un
propriétaire à l’étranger que ça arrange qu’Habitat-Service paye les loyers mais il n’est
jamais présent.
Un propriétaire est décédé et la gestion s’en est trouvée compliquée.
Un locataire est décédé de mort violente. Toxicomane, il venait de toucher une grosse
somme, arriérés d’allocations qu’il devait percevoir.
Difficultés rencontrées par le service :
A Habitat-Service, on observe que les sous-locataires sont de plus en plus exigeants en
terme de caractéristiques du logement. Ils n’hésitent pas à refuser plusieurs logement
qu’on leur propose. Au niveau des propriétaires, les exigences sont parfois aussi
nombreuses : pas d’animaux, une personne seule tranquille, ... ce qui n’est pas toujours
simple à gérer non plus.
En tant que projet novateur, l’association se retrouve seule et manque d’occasions de
partager son expérience avec d’autres afin d’avoir un nouvel éclairage sur le travail.
Une des difficultés réside aussi au niveau du suivi social car il y a une grande diversité
des cas et la nécessité de faire appel à des réseaux d’aides extérieures très variés. Pour
un travailleur, beaucoup de problèmes sont individuels et la difficulté est d’être
spécialisé en tout (femmes battues, minimexés, étrangers, surendettement, problèmes
juridiques,...).
Au niveau de la gestion de l’association, le manque de moyen est important et pourrait
impliquer le départ de travailleurs expérimentés, qui ne comptent pas leurs heures mais
qui attendent une augmentation ou l’arrivée d’un travailleur supplémentaire.
Un travailleur estime que certaines décisions ne sont pas prises à temps ce qui limite le
champs d’action au niveau du fonctionnement, du personnel. Il y a des conflits entre
l’économique et le social : « un tel ne paye pas son loyer et on lui trouve beaucoup
d’excuses, mais après plusieurs mois rien ne change et c’est Habitat-Service qui en
paye les conséquences », explique un travailleur.
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Habitat-Service ne fait pas le même travail qu’une AIS, qui gère plus les logements. Ici
l’accompagnement est plus important et le logement est un outil, un levier.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 74
Au niveau financier, pour les locataires l’allégement de la caution est favorable.
Pour les propriétaire, l’association est là pour assurer la constitution de la caution (2
mois de loyer). Par ailleurs, Habitat-Service est le terrain d’écoute entre le propriétaire
et le sous-locataire, et assure une rencontre dans de bonnes conditions.
Habitat-Service effectue une aide au déménagement (camionnette, aide pour
manutention, ...)
Pour un travailleur, un atout réside dans le fait que le logement est le point commun de
ces rencontres avec les gens.
Pour la coordinatrice, le service veut prendre le temps de travailler, de bien faire les
choses.
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
Habitat-Service a engagé une personne à mi-temps pendant 3 mois pour la recherche de
subsides.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 75
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 76
FICHE N°9
FICHE 9 : L’Autre “ lieu ” - Cohabitation dans une maison
communautaire d'africains (Peuls) qui accueillent des
personnes souffrant de troubles mentaux
AUTEURS DE LA FICHE
2 personnes : une animatrice socioculturelle et un accueilli
AUTEUR MORAL
L’Autre “ lieu ” – R.A.P.A. asbl
(Recherche Action sur la Psychiatre et ses Alternatives)
COORDONNEES UTILES
L’Autre “ lieu ”
Rue Marie-Thérèse 61
1210 Bruxelles
Tél. : 02 230 62 60
Fax : 02 230 47 62
MOTS-CLES
< lutte contre l’exclusion> <handicapé> <immigré> <exil> <réseau d’échange de
savoirs> <solidarité> <lien social> <santé mentale> <insertion par le logement>
<contrat de location> <communication interculturelle> <innovation sociale> stratégies
alternatives d’intégration>
FICHE PROJET
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
Créée en 1980, l’Autre « lieu » - R.A.P.A. est une association qui s’inscrit dans la lignée
du mouvement de réflexion critique à l’égard du système psychiatrique qui réduit
l’homme à sa maladie, à son malaise et qui l’institutionnalise. Elle est à l’initiative
d’activités de sensibilisation de la population à la maladie mentale et aux réflexes
d’exclusion.
Au départ, L’Autre “ lieu ” a créé un réseau d’accueil au sein de la population pour des
personnes souffrant de troubles mentaux. L’objectif de la mise en place de ce réseau
était d’éviter ou d’écourter l’hospitalisation psychiatrique ces personnes en leur
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 77
permettant de se ressourcer dans un autre lieu, qui n’est ni un service de psychiatrie, ni
un lieu de vie habituel.
Depuis sa création, les moyens d’actions du service se sont diversifiés. L’Autre « lieu »
soutient la création de formules originales d’entraide tel qu’un groupe d’auto-support
“ Jef ”. Le service propose également des lieux de paroles (Ecoute/Entraide et/ou
Réseaux d’Echanges de Savoirs) ou des espaces de vie (les maisons) favorisant la
solidarité et le lien social.
Le projet trouve sont origine dans le fait que l’équipe de L’Autre “ lieu ” a eu l’occasion
de rencontrer des personnes originaires d’Afrique de l’Ouest, d’origine Peule. Ils ont
constaté que la communauté Peule véhicule les valeurs traditionnelles africaines :
solidarité au sein du groupe, hospitalité envers l’étranger, respect des différences et
affirmation d’une identité cohérente.
En outre, les Peuls, vivant en Belgique, et les personnes souffrant de problèmes de santé
mentale ont au moins un point commun : ce sont des personnes soumises à un exil. Mais
cet exil se distingue par sa nature : l’immigration pour les premiers, la psychiatrisation
et l’exclusion pour les seconds. D’où l’idée, dans le cadre de l’accueil de personnes en
souffrance psychique, morale ou sociale, de créer des maisons rassemblant sous un
même toit ces personnes et des Peuls.
A ce jour, deux maisons fonctionnent sur ce principe. En 1989, la maison du « Vivier »
voit le jour et propose une démarche de solidarité transculturelle : une communauté
Peule accueille des personnes en souffrance. En octobre 2000, la maison « Geefs » se
structure autour d’une famille et accueille des Peuls et des personnes souffrant de
problèmes de santé mentale. Elle dispose aussi de deux places d’accueil en urgence.
Une autre maison, « Surson 31 », a vu le jour en 1999 et propose des appartements dans
une maison privée à des personnes fragilisées économiquement et désireuses de partager
des moments privilégiés avec des voisins, dont des personnes fragilisées
psychiquement.
OBJECTIFS DU PROJET ou ENJEUX DU PROJET
Pour L’Autre “ lieu ”, l’objectif de cette initiative de « maisons » est de trouver et offrir
du logement à long terme et convivial, en offrant la possibilité aux personnes de vivre
avec leurs différences quelque part, sans qu’il y ait une mission thérapeutique. C’est
aussi de favoriser le lien social et la solidarité.
Par l’échange et la cohabitation, l’objectif est de permettre à chacun de retrouver ses
propres valeurs et son identité par l’exploration des valeurs et des identités des autres.
L’objectif est aussi de permettre aux personnes de retrouver une certaine estime de soi
par l’échange.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
Le projet cible deux populations. D’une part, la communauté africaine Peule qui
immigre en Belgique. Ses membres ont peu de moyens financiers et ont des difficultés
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 78
pour se loger. D’autres part, il y a les personnes souffrant de problèmes de santé
mentale et qui ont des difficultés pour trouver les moyens pour se loger. Ceux-ci doivent
avoir un certain équilibre qui leur permette de vivre de manière autonome et qui ne
mette pas en danger la vie des autres habitants ou leur propre vie. Ils doivent être
capable d’utiliser des services ambulatoires en psychiatrie si leur état le nécessite. Le
nombre de places disponibles étant limité, l’Autre « lieu » n’est pas en mesure de
répondre à toutes les demandes et est régulièrement amené à refuser des candidats par
manque de place disponible.
MONTAGE FINANCIER
L’Autre « lieu » est soutenu par la CoCoF, par le service de l’Education permanente de
la Direction générale de la Culture et de la Communication de la Communauté
française. Par ailleurs, pour 2001, une subvention du Secrétariat d’Etat au Logement de
la Région de Bruxelles-Capitale a été accordée pour permettre de faire face à certains
vides locatifs, liés essentiellement à des difficultés de gestion financière de certains
“ accueillis ”, à la précarité de leurs moyens et/ou à l’absence totale de moyens de
personnes en attente de statut. La subvention permet aussi de supporter une partie des
charges salariales.
Au niveau des maisons :
La maison du « Vivier » est louée à un propriétaire privé, sur fonds propres, et est souslouée aux Peuls et aux accueillis.
La maison « Surson 31 » est une maison appartenant à la Commune de Saint-Josse avec
laquelle le service a conclu un bail à rénovation de 25 ans. Les travaux ont été réalisés
par une entreprise d’insertion socioprofessionnelle grâce à un prêt du Crédal.
La maison « Geefs » est louée par le Fonds du logement de la Ligue des familles de la
Région de Bruxelles-Capital.
PARTENAIRES DU PROJET
Dans le processus, L’Autre « lieu » est vigilant à garder des contacts avec une personne
de référence pour l’accueilli : un ami, un membre de la famille, une personne du corps
médical avec qui la personne se sent en confiance. Si la personne suit un traitement
médical et qu’elle n’a pas vraiment de personne de référence, le service lui propose
éventuellement de rencontrer une association telle qu’une maison médicale, un service
de santé mentale, … qui accepte de faire un suivi à domicile si nécessaire.
Le service travaille en collaboration avec le réseau de soins en santé mentale (WOPS de
nuit, le « Mériden »), avec d’autres services actifs en matière d’échange de savoirs, ainsi
qu’avec d’autres services d’éducation permanente.
DEROULEMENT DU PROJET
Parmi l’ensemble des activités de l’Autre « lieu », l’accueil en hébergement prend
différentes formes dont l’accueil par la communauté Peuls du « Vivier ».
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 79
Au cours d’une ou plusieurs rencontres, un membre de l’équipe accueille la demande de
la personne et voit avec elle les diverses possibilités qu’offre le service (accueil chez
une personne, dans une famille, dans une communauté) celle qui lui conviendrait le
mieux. Ces rencontres visent à présenter le projet au candidat et à voir avec lui s’il
pourrait lui convenir.
Après cette première étape, le travailleur propose une rencontre préalable au cours de
laquelle il présente « l’invité » aux personnes du lieu d’accueil, par exemple aux
représentants de la communauté Peule. Au cours de cette rencontre, « accueillis » et
« accueillants » ont l’occasion de faire connaissance, de discuter des modalités
financières, de leur mode de vie réciproque et voient s’ils peuvent s’accorder. La
personne a également la possibilité de se faire une idée concrète de l’endroit où elle
séjournerait.
Un des spécificité de l’accueil dans les communautés Peuls est que, si les protagonistes
tombent d’accord sur les modalités de l’échange, l’accueilli effectue une période d’essai
de 15 jours au terme de laquelle, si tout s’est bien passé, les parties signent un contrat
d’un an renouvelable.
Parmi les règles de l’échange demandée par les Peuls, il y a le fait de ne pas consommer
de l’alcool dans les endroits où vit la communauté.
Dans le cadre du contrat oral passé entre le service et les représentants de la
communauté Peule, il est demandé qu’ils avertissent “ à temps ” le service lorsqu’une
personne ne va pas bien.
Dans la maison du “ Vivier ”, l’Autre “ Lieu ” participe et organise des réunions
formelles et informelles de gestion et d’animation de la maison. Elle assure également le
suivi administratif de la maison (paiement et parfois “ récupération ”des loyers et des
factures diverses), et la maintenance.
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
Depuis sa création, le « Vivier » accueille en moyenne une dizaine de personnes
souffrant de problèmes de santé mentale par an. Le « Vivier » peut accueillir 8 Peuls et
4 « accueillis ». En 2000, il y a eu 4 accueils de locataires dans la maison du Vivier, sur
une dizaine de demandes dont 3 ont abouti et une quatrième personne qui y séjourne
depuis plusieurs années.
A la maison « Surson 31 », 7 personnes ont été logées en 2000.
A la maison « Geefs », sur trois mois, 5 candidatures ont été introduites dont deux ont
abouti à la signature d’un bail d’un an renouvelable. Deux accueils d’urgence ont été
réalisés entre octobre et décembre 2000.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 80
RESULTATS QUALITATIFS
« Une certaine forme de camaraderie se développe entre les Peuls et les accueillis »
explique un accueilli.
Même si l’autonomie est très importante entre la communauté et les accueillis, il y a
beaucoup de vie dans la maison et les accueillis ne sont pas des anonymes pour les
Peuls. Les habitants de la maison se croisent dans l’escalier, dans la cuisine, échangent
des salutations. C’est une solution qui permet de vivre de manière autonome sans pour
autant vivre seul, ce qui, pour certains, n’est plus supportable. « Ca permet de contrer
une solitude que l’on a tous » explique l’animatrice culturelle.
Pour un accueilli, « Même si c’est difficile de parler puisqu’ils ne parlent pratiquement
pas français, on communique. Ils sont très chaleureux et avec l’un ou l’autre habitant il
y a vraiment une communication qui passe à travers le regard ou quand on se fait
l’accolade pour se saluer. »
EFFICACITE DU PROJET
En terme d’offre d’un lieu d’hébergement alternatif à une prise en charge classique en
santé mentale, et de déstygmatisation de la différence, le projet semble bien adapté.
La méthode de travail étant la moins intrusive et interventionniste possible, laissant une
autonomie la plus grande possible et laissant les choses se faire naturellement dans un
contexte propice, la rencontre interculturelle et la vie commune entre accueillis et
accueillants peuvent apparaître fort limitées en fonction des protagonistes.
Enfin, un accueilli affirme “ si l’Autre “ lieu ”, n’existait pas, je devrais retourner en
psychiatrie. ”
LA PARTICIPATION
Dans le cadre de la maison du « Vivier », des réunions sont organisées régulièrement
avec tous les habitants de la maison pour régler des questions d’ordre communautaire.
Les Peuls, dans le cadre d’un échange, participent de manière naturelle au projet que
poursuit l’Autre « lieu ».
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
Dans le cadre de la location de la maison du « Vivier », le bail exprime clairement la
possibilité de sous-louer le bien.
L’association promeut le droit à être différent.
LE PROJET COMME PROCESSUS
“ Le projet apprend peut-être à être plus tolérant ” explique l’accueilli, “ il me donne
envie de vivre dans une autre communauté ”.
Pour l’animatrice culturelle, le projet apprend à mettre des limites dans sa propre vie, à
côtoyer une autre différence, à rencontrer.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 81
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOQUAGES OU HANDICAPS
La communauté :
Outre des problèmes inhérents à la vie en communauté (propreté, hygiène de la salle de
bain), selon l’accueilli, il y a parfois des difficultés au niveau de la communication à
cause de la barrière de la langue. De plus, la différence de culture et de coutume met
parfois mal à l’aise comme à l’occasion d’un repas partagé au cours duquel chacun
mange dans le même plat avec les mains.
Au niveau relationnel :
Un accueilli dit qu’il a surtout des difficultés relationnelles avec d’autres accueillis qui
sont parfois un peu trop envahissants ou parce qu’il doit rappeler à l’ordre un autre
accueilli qui commet des imprudences. Il regrette ne pas avoir plus de contact avec la
communauté Peule.
L’habitation :
Les chambres des accueillis sont petites et l’ensemble du bâtiment est dans un état de
détérioration qui mériterait une rénovation en profondeur.
Les subsides sont insuffisants pour couvrir frais de rénovation nécessaires au « Vivier ».
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Une des richesse ou un des atouts du projet est peut-être de s’occuper de santé mentale
alors que le service est subventionné par l’Education permanente. Cet état lui donne une
toute autre approche de la personne et de sa maladie. Ce qui est visé, c’est moins la
maladie que le respect de la différence, la déstigmatisation, la désinstitutionnalisation.
L’association tente de s’appuyer et de valoriser l’expérience et les compétences des
protagonistes notamment l’accueil naturel et le respect de la différence des Peuls.
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
Le service prospecte de nouveaux lieux d’accueil qui restent déficitaires par rapport aux
demandes.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 82
FICHE N°10
FICHE 10 : La Lorraine – Une Entreprise de Travail Adapté
et une coopérative qui misent sur la participation
démocratique
AUTEURS DE LA FICHE
L’administrateur délégué
AUTEUR MORAL
La Lorraine asbl
COORDONNEES UTILES
La Lorraine
Zone artisanale de Weyler 32
6700 Arlon
Tél. : 063 22 18 73
Fax : 063 23 22 31
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> <droit au travail> <handicapé> <insertion par l’économique>
<entreprise sociale> <insertion professionnelle> <conditions de travail> <participation>
Fiche projet
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
L’asbl a été fondée en 1972 à l’initiative de l’actuel administrateur délégué, éducateur
social de formation, qui a toujours été sensible aux problèmes aigus que pose la remise
au travail de personnes handicapées. A l’origine, l’atelier protégé faisait du
conditionnement de pâtes alimentaires. Mais dès 1973, ce type d’activité, nécessitant
trop de capitaux et trop peu de main d’œuvre, est progressivement abandonné et
remplacé au profit d’activités de service et particulièrement de nettoyage.
Au fil des années, d’autres secteurs se sont ajoutés et se sont développés selon les
possibilités du marché. On y trouve des activités relatives aux parcs et jardins (entretien
d’espaces verts et clôtures ; aménagement et plantations ; tailles, arbustes et coupe de
taillis), des activités de peinture et décoration, des travaux forestiers (abattages délicats
et soins aux arbres), et des activités de pose et de location de chapiteaux.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 83
En 1983, La Lorraine a créé une entreprise d’insertion. En décembre 1999, cette
structure est établie sous la forme d’une Société Coopérative à Responsabilité Limitée à
finalité sociale dont l’asbl La Lorraine est l’actionnaire majoritaire.
OBJECTIFS DU PROJET ou ENJEUX DU PROJET
Sur base des statuts, les objectifs de l’association sont les suivants : « La mise au travail
et la participation des personnes handicapées au sein de leur milieu de travail, en vue
de leur promotion sociale et humaine. Pour la réalisation de cet objectif, l’association
peut organiser, et exercer toute activité mettant à l’avant l’initiative des personnes
handicapées, particulièrement au sein d’une entreprise sociale… ».
Un des buts est de dépasser un type de relations trop souvent marqués par la passivité
des aidés et le paternalisme des aidants.
Parmi les objectifs poursuivit, il y a également l’intégration économique et sociale des
personnes handicapées.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
La Lorraine emploie une majorité d’handicapés (pratiquement 90%) et quelques
employés sous statut « ordinaires ».
Au niveau des ressources humaines, trois critères principaux président à la décision
d’embauche d’un travailleur handicapé: la motivation de l’intéressé, les besoins de
l’entreprise et son inscription à l’AWIPH. Le travail s’effectuant en équipes, les
responsables constituent des équipes équilibrées en terme de force de travail et en terme
financier par la subvention proportionnelle à la reconnaissance de l’handicap obtenue.
Le travail est adapté aux capacités des personnes.
MONTAGE FINANCIER
En 1979, au départ de ses activités, La Lorraine avait en caisse environ 100 000 FB et a
reçu des dons à concurrence d’environ 70 000 FB provenant de mutualités et
d’associations de handicapés mentaux.
En 2000, La Lorraine bénéficie de subsides divers dont ceux de l’AWIPH, ceux pour la
section d’accueil et le Contrat d’Adaptation Professionnelle (CAP), ceux du programme
de formation ADAPT, et des subsides de la Province du Luxembourg.
En 2000, le bénéfice totale est d’environ 10 millions de FB pour un chiffre d’affaire qui
avoisine les 85 millions de FB. Une part importante des charges de frais de personnel
est couverte par des subsides et les réductions de sécurité sociale.
PARTENAIRES DU PROJET
La Lorraine travaille avec un grand nombre de partenaires commerciaux pour qui elle
effectuent divers travaux en qualités de clients des services de La Lorraine. En tout, elle
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 84
a compte environ 2000 clients dont un quart sont des petites et grandes entreprises ainsi
que des communes, des écoles et des administrations.
DEROULEMENT DU PROJET
Au sein du service, il y a deux types de membres du personnels : le personnel de
maîtrise et de gestion et le personnel de production. En outre, l’entreprise a opté pour
une intervention à tous les niveaux de production et de sous-traiter au minimum. C’est
pourquoi elle assure elle-même le travail administratif, la comptabilité et le secrétariat
social, tout comme l’entretien du parc automobile qui compte une septentaine de
véhicules.
Misant sur la pleine participation des personnes handicapées aux décisions et actions
qui les concernent, le personnel est présent ou représenté tant au sein des structures de
décisions qu’au sein des structures de concertation sociale. « A titre d’exemple de
participation là où elle est possible, explique l’administrateur délégué, l’entreprise a
une caisse de 200 000 FB pour sponsoriser des activités sportives proposées par le
personnel. »
Chaque jour, ce sont une quarantaine d’équipes d’environ quatre personnes qui sont sur
le terrain. Le type de clientèle, géographiquement situé dans la région et parfois au delà,
occupe une niche située entre le marché du travail au noir et celui des grosses
entreprises.
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
En terme humain, le résultat est important puisque l’association emploie, en avril 2001,
plus de 180 personnes dont 160 travailleurs sont inscrits à l’AWIPH, 5 sont apprentis en
Contrat d’Adaptation Professionnelle (CAP) et 20 sont employés sous statut de
travailleurs « ordinaires ».
En terme financier aussi, en 2000, le chiffre d’affaire est de 83.648.313 FB, avec un
bénéfice net de 9.830.183 FB. Cette situation arrive après plusieurs années plus
difficiles financièrement qui avaient nécessité de geler les salaires du personnel de cadre
et de maîtrise pendant trois ans, de 1997 à 1999.
RESULTATS QUALITATIFS
L’asbl permet la mise au travail et la participation au sein du milieu de travail autant
qu’elle soit possible pour du personnel dont environ 88% est handicapé. Par ailleurs, le
travail leur amène une reconnaissance sociale et le fait que les handicapés travaillent
presque exclusivement chez les clients fait qu’ils ne vivent plus cachés mais dans la
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 85
société. En outre, dans la région d’Arlon, on peut les voir circuler sur les routes dans
leurs véhicules arborant le sigle de La Lorraine et s’activer sur les chantiers.
EFFICACITE DU PROJET
L’intégration économique et sociale se réalise via l’engagement de personnes
handicapées, sans emploi, et généralement sans qualification, en leur proposant une
rémunération décente pour un travail adapté à leurs capacités, en leur offrant une
formation et en les faisant participer au processus de décisions de l’entreprise et en leur
permettant une reconnaissance sociale. Le travail chez le client permet de lutter contre
la stigmatisation et l’exclusion.
LA PARTICIPATION
La Lorraine mise sur la participation la plus large possible des personnes handicapées
aux décisions et actions qui les concernent. En 1988, la pratique de la participation
démocratique a été inscrite dans les statuts. Elle est voulue tant au sein des structures de
décisions (Comité de direction, Conseil d’animation) que des structures de concertation
sociale (Conseil d’entreprise, Comité de sécurité et d’hygiène, Délégation syndicale).
Au sein de l’entreprise, l’Administrateur délégué a pour rôle de dynamiser la
participation et doit veiller à ce que tous les travailleurs de l’entreprise sociale, et
particulièrement les personnes handicapées, soient les acteurs de leurs propre promotion
sociale. Il est chargé de veiller entre autres à maintenir en permanence les conditions
d’un débat démocratique au sein de l’entreprise.
Dans un soucis de participation et de communication, un journal a été créé dans lequel
de nombreuses informations sont reprisent concernant les grandes décisions prises par
les différents comités et conseils.
Le syndicat est présent comme dans tout comité d’entreprise mais ici il n’est pas utilisé
comme un contre pouvoir mais comme un partenaire. Il y a quelques années, lors d’une
période économiquement difficile, ils ont par exemple décider d’un commun accord du
blocage des salaires du personnel de cadre et de maîtrise.
Au niveau comité de direction, toute décision doit se prendre avec un responsable du
département concerné.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
Parmi les droits fondamentaux, l’entreprise favorise le droit au travail des personnes
handicapées.
LE PROJET COMME PROCESSUS
Le projet a lieu sur le long terme. Il y a une volonté d’insertion et d’apprentissage entre
autres avec les Contrats d’Adaptation Professionnelle.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 86
Il est possible de réorienter les personnes en fonction de leur évolution et de leur
capacité vers d’autres départements, et les équipes sont constituées de la manière la plus
équilibrée possible en fonction de la rentabilité et des capacités de chacun.
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOCAGES OU HANDICAPS
Etant donné les montants limités perceptibles par une asbl, une coopérative partenaire a
été créée pour ouvrir l’accès à certains emplois et chantiers.
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Au niveau de l’entreprenariat :
Une des forces du projet est d’intervenir à tous les niveaux de production et de soustraiter un minimum. Une activité moins rentable peut être maintenue parce qu’elle
permet d’offrir un service complet. C’est le cas du travail de déchiquetage en travaux
forestiers qui est peu rentable mais qui offre un service complet au client. En outre, au
niveau du travail administratif, la comptabilité et le secrétariat social sont assumés par
l’asbl elle-même, tout comme l’entretien du parc automobile qui compte une septentaine
de véhicules.
En terme d’entreprenariat, on note également la diversification des services, l’évaluation
permanente de la rentabilité des activités et du bénéficie net par heure prestée au sein de
chaque département d’activité.
Les responsables sont aussi attentifs à l’adaptation de l’offre de services en fonction des
besoins du marché. On observe le lancement progressif de nouvelles activités à côté
d’activités qui tournent et l’abandon d’activités dont la rentabilité est en déclin tout en
assurant, dans la mesure du possible, la reconversion des travailleurs.
L’entreprise sociale focalise ces activités sur du travail qui demande beaucoup de mains
d’œuvre et peu de qualification.
Au niveau humain :
La Lorraine tient compte des personnes, de leurs capacités et de leur rentabilité pour
leur proposer des activités adaptées dans des équipes équilibrées.
L’entreprise sociale veille à impliquer les travailleurs dans la vie de leur entreprise via
leur information et leur consultation, et en favorisant la participation là où s’est
possible.
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
En perpétuelle adaptation au marché, actuellement, La Lorraine vise le développement
et la consolidation des activités de location de chapiteaux.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 87
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 88
FICHE N°11
FICHE 11 : La Maison – Un logement de transit et d’insertion
prioritairement pour les stagiaires d’une Entreprise de
Formation par le Travail (EFT)
AUTEURS DE LA FICHE
4 personnes : 2 locataires, la coordinatrice et le responsable de la gestion
AUTEUR MORAL
La Maison asbl
COORDONNEES UTILES
La Maison asbl
Rue de Boncelles 11
4102 Ougrée
Tél./Fax :04 338 44 73
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion sociale> <innovation sociale> <accès au logement> <
hébergement provisoire> <insertion par le logement> <accompagnement social>
<participation> <jeunes> <relation emploi logement> <formation professionnelle>
<endettement>
FICHE PROJET
CONTEXTE et ORIGINES DU PROJET
La Maison asbl a été fondée en mars 2001 (M.B.22/03/01) suite à la nécessité
d’officialiser la distinction entre l’activité d’EFT du Cortil et l’offre de logement
d’insertion ou de transit qui a été développée pour répondre à un besoin de logements
des stagiaires.
Le Cortil, quand à lui, a été créé en 1985 par la maison des enfants « Le Relais » de
Neuville-en-Condroz qui fait partie de la Maison Heureuse asbl. A l’époque, l’équipe
éducative souhaitait trouver une solution au décrochage scolaire des jeunes placés. La
plupart, quittant l’école sans diplôme, trouvaient difficilement un emploi dans le
contexte économique de crise. D’abord agréé en 1987 comme entreprise
d’apprentissage professionnel (E.A.P.), le Cortil est agréé comme entreprise de
formation par le travail (E. F.T.) depuis 1996 par la Région wallonne.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 89
Le premier locataire de La Maison est entré en juin 1994 dans son logement. Une autre
maison a été rénovée et inaugurée en collaboration avec le CPAS de Seraing en octobre
1997.
OBJECTIFS DU PROJET
L’asbl « La Maison » a été créée pour gérer de nouvelles opérations de rénovation de
bâtiments insalubres, les entretiens et l’accompagnement social des locataires.
L’objectif est de développer la capacité des « bénéficiaires » à gérer leur logement et à
l’entretenir ou retrouver un logement accompagné d’un suivi.
C’est offrir une solution de logement temporaire aux jeunes en grande difficulté de
logement et prioritairement pour ceux qui sont en formation au Cortil.
Concrètement, il s’agit d’apprendre à équilibrer un budget, mettre en ordre une situation
administrative, apprendre à évoluer dans certaines difficultés de vie et, en terme de
contrat, c’est apprendre à occuper et gérer un logement ordinaire.
C’est encore offrir un lieu où se stabiliser, voir venir les choses, relancer un projet en
ayant plus confiance en soi-même.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
Ce sont des allocataires sociaux à très bas revenus, le plus souvent sans qualification. Il
s’agit surtout de personnes isolées, un logement permet d’accueillir une famille avec un
enfant. Souvent, les bénéficiaires présentent des problèmes d’endettement.
Les conditions d’accès sont d’être âgé de 17 à 30 ans, d’être sans logement ou dans un
logement précaire, et d’accepter le contrat social (accompagnement). Une priorité est
donnée aux stagiaires en formation du Cortil. La maison de Seraing s’adresse à un
couple ou à une personne avec enfant originaire de Seraing et en difficulté de logement.
MONTAGE FINANCIER
Le loyer s’élève à 20% du revenu (soit 4267 FB pour un minimexé isolé, en 2001), plus
les charges (forfais de 500 FB pour l’eau, compteur d’électricité individuel pour certains
appartements) et le gaz.
Chaque locataire doit constituer une caution en versant 1000 FB par mois sur un compte
qui sera bloqué lorsque la caution (équivalente à un mois de loyer) sera constituée.
Au niveau des bâtiments, dans un cas, il a s’agit de l’acquisition d’une maison insalubre
par donation privée. La Région wallonne est intervenue dans le cadre de la rénovation
du bâtiment par un subside de 700 000 FB.
Une collaboration avec le CPAS de Seraing a été menée pour la rénovation d’une
maison dont le CPAS est propriétaire.
PARTENAIRES DU PROJET
Une collaboration étroite existe entre La Maison et le Cortil, l’asbl dont elle est issue.
Dans la sélection des locataires, une priorité est donnée aux stagiaires en formation du
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 90
Cortil. Par ailleurs, La Maison travaille en partenariat avec un réseau associatif
important dont le Groupe d’action pour le droit au logement, le Projet de Santé
Communautaire à Seraing ou Habitat-Service.
DEROULEMENT DU PROJET
L’asbl a deux activités principales : d’une part, le suivi social, d’autres part, la
maintenance des bâtiments et la recherche de nouveaux chantiers et bâtiments.
Les personnes ont connaissance du projet essentiellement par le bouche à oreille. Les
personnes intéressées, qui sont à la rue, dans un centre d’hébergement ou en prison, etc.,
téléphonent ou passent à La Maison pour avoir plus d’informations. Le projet est alors
expliqué et l’accent est mis sur la spécificité du contrat qui n’est pas un bail, mais un
contrat d’accompagnement social dont il faut accepter la contrainte du suivi social.
L’assistante sociale vérifie que la personne rentre bien dans les conditions d’accès
définies par l’arrêté. Suite à cet entretien, la personne doit recontacter La Maison si elle
reste intéressée par le service proposé.
Une fois qu’un logement est disponible, il est proposé à la personne. Pour les studios, la
durée du contrat est de 6 mois renouvelables deux fois. Dans le cadre de
l’accompagnement, les rencontres ont lieu en moyenne une fois par semaine. Des
réunions de locataires ont lieu régulièrement et si possible une fois par mois.
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
En 1999, 11 personnes ont bénéficié d’un appartement supervisé. Parmi elles, 3 ont
trouvé un logement privé, 4 ont prolongé leur bail en 2000, 2 personnes ont quitté pour
une destination inconnue, 1 personne a été expulsée, 1 personne est retournée dans un
établissement de défense sociale. En 2000, une quinzaine de personnes a bénéficié du
service. Parmi elles, 6 personnes ont bénéficié d’un appartement supervisé, 1 ménage
avec enfant prolonge son bail en 2001 et 1 personne, venant d’avoir un enfant bénéficie
d’un autre logement de transit plus grand, au Cortil.
La maison du Seraing a été occupée par une jeune femme et sa fille. Le contrat a été
prolongé en 2000.
En 2000, trois ménages ont bénéficié du logement. 1 ménage a retrouvé un logement
privé, une femme et son enfant sont accueillis dans un logement pour femmes battues,
un ménage constitué d’un couple avec enfant prolonge en 2001.
Actuellement, La Maison dispose donc de deux immeubles à Ougrée, l’un composé de
quatre studios meublés et d’un locale de permanences sociales, l’autre composé de trois
studios dont un sera achevé au cours de l’été 2001 ainsi que d’une maison unifamiliale à
Seraing.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 91
RESULTATS QUALITATIFS
Il s’agit d’une réponse intéressante à une problématique de terrain en terme de logement
de personnes désirant entamer une formation mais confrontées à un problème de
logement.
« Ils aident les jeunes à se débrouiller dans la vie, à remplir des papiers et à chercher
un logement » explique un locataire. L’accompagnement paraît être à la hauteur des
attentes des gens : « Ici, on est libre, mais en cas où, il y a possibilité de
parler. L’appartement permet de se débrouiller, se retrouver soi-même. On a sa porte,
sa clef, on est chez soi. »
EFFICACITE DU PROJET
Deux témoignages tendent à montrer l’efficacité du projet. L’un, d’un locataire : « je me
sens responsable ici », l’autre, d’un travailleur : « au bout de 6 mois avec Habitat
Service ils s’envolent, c’est la réussite ».
LA PARTICIPATION
La participation des locataires au projet est relativement réduite. Elle a toutefois été
développée dans le partenariat avec le Cortil. En effet, dans certains cas, les rénovations
faites par le Cortil ont été et sont encore faites par et pour les personnes en difficultés.
La dimension collective n’est pas présente dans le projet.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
Mise à part le respect de droits élémentaires, on ne note pas de particularités du projet
en terme de droits.
PROJET COMME PROCESSUS
Le projet est clairement identifié comme une étape pour les personnes en difficulté.
Cependant, les locataires exprimaient qu’il est difficile parfois d’envisager de quitter le
logement parce qu’il leur serait impossible de trouver un appartement de cette qualité au
prix qu’ils payent.
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOQUAGES OU HANDICAPS
Au niveau des locataires :
Les dettes énergétiques des bénéficiaires rendent parfois impossible l’ouverture de
compteurs gaz/électricité. Cette situation nécessite d’améliorer le partenariat avec la
cellule énergétique du CPAS afin de pouvoir faire face à de tels problèmes.
La demande étant plus importante que l’offre, une liste d’attente est mise au point.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 92
Il y a des difficultés relatives à la caution locative qui est difficile à réunir et qui est
difficile à obtenir auprès du CPAS.
L’accès au logement social est très difficile.
La situation environnementale de la région (usines abandonnées, pauvreté, peu de
services de proximité, …) n’est pas très agréable et il y a régulièrement de la violence
dans le quartier.
Un locataire dit « Quand on n’a pas de toit on n’a pas de droit !»
Au niveau du service :
Selon l’arrêté sur le logement d’insertion ou de transit, il faut employer deux personnes
à TP pour avoir droit à un subside de fonctionnement, or la Maison n’atteint pas ce
niveau.
Des interrogations planent quand à la possibilité de continuer à pouvoir travailler avec
le Cortil pour les rénovations vu la nouvelle loi sur les marchés publics. Pour la Maison,
l’introduction d’un aspect social dans la rénovation est un aspect important du projet. Le
service sera tenu de soumissionner le projet à trois services. Pour eux, il est bon d’être
maître d’œuvre et de faire un accompagnement social.
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Pour les travailleurs, un avantage majeur du projet est de permettre de faire un
accompagnement des personnes dans leur milieu de vie réel et non dans un service
d’hébergement. « La personne vit là, se nourrit, va en formation la journée, peut avoir
des loisirs, … Elle doit aussi gérer son budget» explique un travailleur.
Un autre aspect qui peut être vu comme un atout du projet est la proximité entre le
service de logement d’insertion et l’EFT. On constate par là aussi que la création vient
d’un besoin émergeant du terrain.
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
Des négociations sont en cours auprès des C.P.A.S. (Seraing, Neupré et Liège), des
communes, des propriétaires privés, … pour la mise à disposition de logements
insalubres (dons ou contrats de bail) dans le cadre de l’opération Logement de transit et
d’insertion (réaffectation de l’immeuble avec l’aide la Région wallonne et de la
formation « rénovation en bâtiment » du Cortil).
Deux chantiers sont toujours en cours, l’un à Ougrée (convention avec un propriétaire
privé), et l’autre à Seraing. D’autres dossiers sont en attente dont à Seraing (CPAS) et à
Grivegnée
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 93
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 94
FICHE N°12
FICHE 12 : La Vague – Un service d’insertion en logement
individuel supervisé pour personnes présentant un handicap
AUTEURS DE LA FICHE
Cinq personnes : 3 bénéficiaires, l’éducateur et le directeur
AUTEUR MORAL
La Vague asbl
COORDONNEES UTILES
La Vague asbl
Av. Edouard de Thibault 35
1040 Bruxelles
Tél. : 02 735 83 34
Fax : 02 732 66 22
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion sociale> <innovation sociale> <accès au logement> <insertion
sociale> <accompagnement social> <logement adapté> <accès au droit> <droit des
minorités> <lien social> <autonomie> <handicapé> <analyse des besoins>
FICHE PROJET
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
La Vague, créée en 1979, offre un service d’accueil familial pour enfants et adultes
présentant un handicap mental, physique ou sensoriel. « A cette époque, explique le
directeur du service, le placement en famille d’accueil, tant au niveau de l’origine que
de la législation, est un sous-ensemble du placement en home ».
En 1984, une personne suivie dans le cadre de l’accueil familial a souhaité prendre
davantage d’autonomie et s’installer en appartement avec sa future femme. Les deux
personnes cumulent un handicap mental et physique, et ne savent ni lire, ni écrire, ni
calculer. L’environnement institutionnel ne cache pas ses craintes par rapport au projet
du couple. L’équipe de La Vague accepte la demande de l’intéressé et propose un
accompagnement en logement individuel. L’accompagnement s’organise notamment en
s’appuyant sur l’aide de bénévoles.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 95
Depuis lors, ce couple vit « comme tout le monde » dans son appartement, en
autonomie, moyennant l’accompagnement du service. Après cette première expérience,
d’autres demandes d’autonomisation émanant de personnes handicapées ont été
adressées au service jusqu’à créer un projet spécifique au sein de la même association.
OBJECTIFS DU PROJET
Dans le cadre de l’accompagnement en logement individuel, l’objectif poursuivi est de
permettre à une personne adulte, désireuse de quitter un lieu de vie collective ou sa
famille, d’apprendre à vivre seul, ou en couple, moyennant un certain encadrement.
Pour l’éducateur du service, les objectifs principaux sont l’autonomisation et la qualité
de vie. « Parfois, explique le directeur, la recherche de l’épanouissement de la
personne peut amener à faire un chemin inverse et d’opérer un retour vers un lieu de
vie collective. C’est le cas d’un monsieur qui, après avoir été accompagné par le
service pour vivre seul en appartement et avoir plus d’autonomie, s’est rendu compte
qu’il n’était pas heureux en vivant seul et donc voudrait retourner dans un milieu de vie
collective. »
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
Le projet s’adresse à toute personne adulte présentant un handicap mental, physique ou
sensoriel, et qui a le souhait ou est en démarche d’autonomisation.
La Vague ne travaille pas avec les personnes souffrant de problèmes d’alcoolisme, de
toxicomanie ou de santé mentale.
En 2000, la moyenne d’âge des 22 personnes accompagnées par le service est de 41 ans
dont 10 personnes âgées de 45 à 59 ans et 1 située dans la tranche d’âge de 18 à 24 ans.
Il y a autant d’hommes que de femmes. Au niveau du type d’occupation, 14 personnes
travaillent en Entreprise de Travail Adapté (ETA), 5 sont sans occupation définie, 2 font
du bénévolat et 1 personne travaille en milieu ordinaire. En ce qui concerne la
résidence, 9 habitent la commune, 10 les communes adjacentes et 3 dans d’autres
communes de la Région bruxelloise.
La durée d’accompagnement (en date de l’agrément obtenu en 1997) est de deux ans
pour la majorité des personnes, 4 sont accompagnés depuis moins d’un an. La majorité
des personnes (20) bénéficient d’une allocation de handicapé, et 9 personnes font l’objet
d’une mesure juridique de protection des biens.
MONTAGE FINANCIER
Le service est agréé et subventionné parla CoCoF en tant que Service
d’accompagnement et d’accueil familial.
Le projet est également soutenu par la Région Bruxelloise qui, dans le cadre de
l’insertion par le logement de population fragilisées, octroie un subside annule
correspondant à un mi-temps.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 96
Le service est dans l’obligation légale de demander à la personne accompagnée une
participation financière aux frais du service (de 50 FB à 200 FB par mois au
01.07.2000).
PARTENAIRES DU PROJET
Les partenaires privilégiés sont les autres services d’accompagnement de la Région
bruxelloise. Le service collabore avec une série d’autres services dont les services
d’aide familiale ou les services ALE.
DEROULEMENT DU PROJET
L’équipe est pluridisciplinaire : assistant social, éducateur, psychologue et psychiatre.
Elle mise sur un travail sur le long terme, qui s’inscrit dans la relation avec la personne.
Parmi les membres de l’équipe, la personne a un référent de façon à assurer une certaine
continuité dans le suivi.
L’équipe procède d’abord à une analyse de la demande du candidat et de son entourage,
une convention de collaboration est élaborée en fonction du projet individuel reprenant
les besoins, les objectifs, les modalités et la durée de l’accompagnement.
Parmi les différentes activités et services menés par La Vague, il y a la réalisation d’un
plan budgétaire très détaillé, l’aide à l’aménagement et la sécurisation d’un logement
pour augmenter la qualité de vie. « Avec mon handicap, explique une femme qui est
soutenue par La Vague depuis environ 17 ans, je ne sais pas remplacer une ampoule ou
remettre un joint à un robinet. La Vague vient m’aider pour ça aussi. Ils jouent aussi un
rôle centralisateur entre différents services ».
Le service accompagne la personne dans la formulation de son projet personnel et dans
sa réalisation. Les travailleurs se penchent avec les personnes sur le processus, la
manière de réaliser le projet personnel. Le plus souvent, le projet se construit et évolue
tout au long de l’accompagnement.
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
En 2000, au niveau de l’accompagnement en logement individuel, 22 personnes ont été
suivies dont 2 ont été nouvellement admises et 2 sont sorties. On peut observer le faible
taux de rotation des personnes prises en charge qui est dû à la longueur du suivi. Une
des sorties s’explique par un déménagement hors de la zone d’intervention du service.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 97
RESULTATS QUALITATIFS
“ La Vague, explique une bénéficiaire, c’est une pièce de mon puzzle. Depuis que je suis
accompagnée ici, ça va mieux financièrement.»
Pour une autre bénéficiaire, éducatrice de formation, en chaise roulante, bénévole
depuis 22 ans à l’Arche et soutenue par La Vague depuis environ 9 ans, « au moment où
j’ai pris mon autonomie, mon indépendance, certaines difficultés financières sont
apparues, à cause d’une diminution de mes allocations de 7000FB par mois et à cause
de l’importance du budget médical. Avec La Vague, j’ai appris à gérer mon budget
mais j’ai aussi fait valoir mes droits à des allocations majorées à cause de l’importance
de mon invalidité. »
Dans le parcours du combattant qu’est l’accès aux droits et aux législations sociales, le
projet en facilite l’accès et soutient les personnes dans leurs démarches.
EFFICACITE DU PROJET
Aux dires des bénéficiaires présents lors de la rencontre, le service opère un travail
efficace en terme d’autonomisation des personnes handicapées, en les accompagnant et
en répondant aux demandes. L’endroit est présenté comme un lieu d’interactions mais
aussi de ressources pour les personnes qui sollicitent son intervention.
LA PARTICIPATION
Une bénéficiaire insiste sur le fait que « les choses ne sont pas imposées par les
travailleurs, il s’agit plus d’une collaboration par rapport à des besoins. Le travail part
de la demande de la personne. Il n’y a pas de contrat déterminé, il s’agit d’une
collaboration à plein temps, dans les deux sens ». Les personnes rencontrées expriment
qu’elles se sentent partie prenante et qu’elles peuvent apporter quelque chose au projet
et aux travailleurs. Elles se sentent d’égale à égale avec les travailleurs.
Une bénéficiaire explique « que l’on peut venir avec n’importe quel projet quel qu’il
soit, il y a toujours un accueil des projets. C’est aussi une aide par rapport à de la
peinture, des petits travaux de réparation ou les grosses courses. »
« Pour moi, explique une bénéficiaire, La Vague est un lieu où il y a des interactions,
c’est chaleureux, et convivial. »
En terme de participation collective, il y en a eu peu dans l’histoire du service. Une
exception, en 1996, dans le cadre d’une demande de subsidiation. Les travailleurs ainsi
que les bénéficiaires et leurs familles se sont mobilisés pour faire une pétition de soutien
au projet et ils ont « assailli » le Cabinet compétent par des envois individuels, ce qui a
fortement favorisé l’agrément en 1997.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 98
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
En juillet 2000, il y a eu une refonte de l’agrément et des subventions accordées aux
services d’accompagnement. La Vague a obtenu son agrément pour 5 ans fin juin 2000.
« La CoCoF et la Région Bruxelloise ont opéré une évolution favorable », estime le
directeur. « Avec cette évolution, le type de service offert s’inscrit clairement dans le
travail en « milieu ouvert » et les démarches pour accéder aux services ont été
simplifiées. En Wallonie, il faut d’abord une inscription à l’AWIPH et une
reconnaissance délivrée par l’Agence pour avoir accès aux services
d’accompagnement. » A Bruxelles, cette démarche est souhaitable mais non obligatoire.
Avec le nouvel agrément, les deux activités (accueil familial et accompagnement
individuel) ont été globalisées alors que précédemment elles étaient distinctes. La
mission d’accompagnement en logement individuel d’adulte s’inscrit dans la Mission
n 3 décrite à l’article 45, 1°, 2°, 3° et 4° du décret de la Commission communautaire
française du 4 mars 1999 relatif à l’intégration sociale et professionnelle des personnes
handicapées.
LE PROJET COMME PROCESSUS
Pour les bénéficiaires, il est clair que le projet est vécu comme un processus. En terme
d’autonomisation au niveau du logement, ils sont passés d’un logement en famille ou du
home à la famille d’accueil (qui comporte déjà un certain degré d’autonomie) pour
arriver aujourd’hui à une vie dans un logement individuel.
De plus, les travailleurs veillent à donner les moyens aux gens de faire eux-mêmes,
mais ils font aussi avec les personnes et veillent à ce que les personnes soient acteurs
dans les démarches menées.
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOQUAGES OU HANDICAPS
Pour les bénéficiaires :
Pour les trois bénéficiaires rencontrés, une difficulté majeure pointée est l’accessibilité,
pour les moins valides, d’un point de vue matériel, aux administrations. Ils soulèvent
également la difficulté de communiquer avec l’administration. L’une d’elles explique :
« Si l’on veut faire valoir ses droits, il faut montrer sa détermination. Et c’est pareil
lorsque vous devez aller au CPAS ». En outre se mettre en ordre administrativement
nécessite d’effectuer des déplacements importants.
« Avec tous les aller-retour que l’on doit faire, c’est presque un plein temps qu’il faut
pour mettre en ordre ses papiers… » s’exclame une participante à la réunion. « Je
trouve, exprime l’autre, qu’il manque de documents qui présentent clairement tous les
documents nécessaires pour se mettre en ordre. »
Pour le service :
Pour les membres du service, il manque de moyens pour que l’intervention sociale
puisse être mieux complétée par une intervention matérielle en ce qui concerne
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 99
l’aménagement du logement et sa sécurisation. « Mais, c’est aussi intéressant que ce
soit fait par un service général, de façon à ne pas fonctionner en vase clos » explique
une bénéficiaire. Et le directeur de répondre que La Vague exploite déjà d’autres pistes
tel que les ALE, le réseau d’aides familiales, des ouvriers,… mais que l’intervention
matérielle reste un point sur lequel l’équipe aimerait travailler pour offrir un meilleur
service.
Pour le directeur, « une autre difficulté réside au niveau de la recherche de logement. Il
y a un déficit de confiance des propriétaires à l’égard des handicapés et une certaine
discrimination. »
Par ailleurs, La Vague est souvent en butte avec la complexité des différentes
législations concomitantes. Le service doit jongler avec des dispositions légales
émanant des différentes régions et communautés.
Enfin, dans le cadre de l’accompagnement des personnes, le directeur pointe la réticence
de certaines structures de vie collective qui se méfient des personnes qui ont voulu
s’essayer à l’autonomie et au logement individuel. Selon le directeur « Certaines
structures craignent qu’une fois que la personne a goûté à l’autonomie, elle ne puisse
plus intégrer une vie collective. Mais, continue-t-il, comme tout un chacun, la personne
handicapée peut vivre des expériences qui l’amène à reconsidérer ses choix. »
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Lors de la rencontre des bénéficiaires et des travailleurs, on a été frappé par l’ambiance
familiale et la chaleur de la relation entre travailleurs et les bénéficiaires. Pour une
bénéficiaire, « à La Vague, ils sont chaleureux et ils viennent m’aider à domicile. »
Mais il s’agit aussi d’un service qui est organisé avec un système de référents et un
travail à l’entrée de la personne sur ses objectifs et les moyens à sa disposition
(signature d’une « Convention d’accompagnement pour adulte »).
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
Sans que le projet ne soit préparé ou formalisé, le directeur aimerait pouvoir mettre à la
disposition des bénéficiaires du service des appartements qu’ils puissent louer hors des
contraintes d’un bail classique (3-6-9) qui ne convient pas bien quand on veut tenter
l’expérience de l’autonomie. Dans ce cadre, une collaboration est envisagée avec une
AIS.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 100
FICHE N°13
FICHE 13 : Loginove - La création de logements d’insertion
en partenariat avec un établissement scolaire et d’autres
services locaux
AUTEURS DE LA FICHE
2 personnes : la coordinatrice et un professeur de pratique professionnelle
AUTEUR MORAL
Loginove asbl
COORDONNEES UTILES
Loginove
Rue St-Ghislain 52
6224 Wanfercee-Baulet
Tél. : 071 81 25 07
Fax : 071 81 52 04
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> <logement d’insertion> <femme seule> <accès au logement>
<insertion par le logement> <rénovation du logement> <jeune> <contrat de location>
<école> <formation professionnelle> <montage institutionnel> <innovation sociale>
FICHE PROJET
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
Le projet naît d’un constat qui part de la pratique de la Maison Maternelle Fernand
Philippe qui accueille des futures mamans ou jeunes mamans en difficultés
accompagnées d’enfants et des femmes seules.
Les responsables du service constatent que, lors de la sortie de la Maison maternelle, de
nombreuses femmes et mères ont de grandes difficultés à trouver un logement qui
convient à leurs besoins, rencontrant les critères minimums de salubrité et pour un loyer
correspondant à leurs possibilités. D’où l’idée des responsables de la Maison maternelle
de mettre en place un service facilitant l’accès de son public à un logement de qualité
pour un prix minimum. Loginove est constituée en asbl le 25 avril 1995 et remplit une
fonction similaire à une Agence Immobilière Sociale (AIS) sans en avoir le statut.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 101
OBJECTIFS DU PROJET ou ENJEUX DU PROJET
Les objectifs de Loginove sont multiples. Parmi ceux-ci, il y a la prise en gestion
bénévole d’immeubles pour mettre à disposition des logements pour des familles en
difficultés qui n’y auraient par accès autrement. L’asbl vise aussi la rénovation, et la
réhabilitation de bâtiments vétustes. Elle cherche à favoriser la réinsertion sociale et à
développer la participation des locataires.
Dans la lignée des objectifs de l’asbl tels que décrits dans ses statuts, Loginove a
favorisé, dans le choix des collaborations dans le cadre de la préparation du projet et
dans la rénovation de l’immeuble, des partenariats à valeur sociale ajoutée.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
Le projet Loginove s’adresse à toute personne à faible revenu.
Dans les partenariats mis en place, le projet implique des jeunes de l’enseignement
général et professionnel dans le cadre de leur parcours scolaire.
MONTAGE FINANCIER
L’asbl a reçu environ 4,3 millions de FB de subsides pour la création des trois
logements de transit et d’insertion par la Région Wallonne, ce qui représente environ
80% du budget de la rénovation.
L’asbl achète les matériaux et, pour leur mise en œuvre, elle rétribue l’école à
concurrence de 40 % du montant des achats.
Loginove a conclu un contrat de mandat qui la lie avec le propriétaire du bâtiment et qui
en donne la gestion à l’association pour une durée de 9 ans à dater de la première
installation d’un locataire dans les lieux. Ce bail est enregistré.
PARTENAIRES DU PROJET
Une étude a été réalisée dans le cadre du cours de géographie par les élèves de
secondaire supérieur de l’Athénée Royal Jourdan. Cette étude avait pour objectif de se
faire une idée plus précise de la qualité de l’habitat de l’entité, sur les besoins existants
et aussi d’identifier les bâtiments qui correspondent le mieux aux projets de
l’association.
Les élèves du cours de dessin de l’Athénée se sont chargés de réaliser le panneau
réglementaire que la Région Wallonne demande d’apposer sur la façade des bâtiments
dont elle finance la rénovation.
Dans le cadre des cours de pratique professionnelle, les étudiants de 7e année de la
section maçonnerie/gros œuvre du bâtiment de l’Athénée réalisent les travaux.
Ultérieurement, des étudiants du CEFA de Fleurus assurent les finitions du studio.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 102
DEROULEMENT DU PROJET
Au cours de l’année 1996-1997, avec le concours d’une classe de 4e année générale,
option géographie 4 heures, Loginove a cherché à mieux connaître le terrain fleurusien,
à se faire une idée exacte de la qualité de l’habitat local, des besoins existants et surtout
à repérer les bâtiments susceptibles de répondre à son objectif. Cette première phase a
consisté à rechercher dans la région de Fleurus des bâtiments étant abandonnés ou
inoccupés, le plus souvent mal équipés, de grande dimension pour y faire plusieurs
logements.
Fin 1998, Loginove recevait l’accord de la Région Wallonne DGATLP pour la
réalisation de trois logements d’insertion dans le bâtiment situé à Fleurus.
Les étudiants sont entrés pour la première fois sur le chantier pour entamer le
démontage des planchers du premier étage en octobre 1999. Cette phase de
construction /rénovation s’étale sur 2 ans. Sur le chantier, la section, composée de 5 à 6
élèves, travaille à raison de deux jours par semaine en dehors des congés scolaires et des
stages.
Tout au long de la phase de construction/rénovation et étant donnée la durée du travail,
le professeur veille et doit être en mesure de motiver ses troupes et de valoriser ses
élèves.
Dans le cadre des contrats de rénovation de logement d’insertion, les rénovations
devront normalement être terminées en octobre 2001. Lorsque les travaux sont terminés,
Loginove assurera la gestion de l’immeuble tandis que le suivi social sera réalisé par
l’équipe sociale de la Maison maternelle.
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
Trois logements d’insertion sont en cours de réalisation : un studio avec salle de bain
pour un adulte et un enfant de moins de trois ans, un appartement avec deux chambres
pour un couple avec enfant et un duplex avec trois chambres pour une famille avec trois
enfants.
RESULTATS QUALITATIFS
Au niveau des travaux, l’avancement est plus lent que s’ils avaient été réalisés par des
entrepreneurs privés mais les réalisations sont de qualité.
En terme de participation à un projet à visée sociale et en terme d’implication de
différents acteurs dans la région, la collaboration avec un établissement scolaire est une
approche riche à plus d’un titre.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 103
EFFICACITE DU PROJET
Dans la mise en place de la phase de préparation et de rénovation du projet, Loginove a
été à l’origine d’un partenariat efficace et utile qui a mobilisé des institutions et des
jeunes de la région.
LA PARTICIPATION
Loginove, par sa volonté d’impliquer différents acteurs dans la mise en œuvre de son
projet, a donné l’occasion de s’impliquer dans la vie de sa localité à un certain nombre
d’élèves dans un projet à visée sociale. Il s’agit d’une première démarche citoyenne
avec un souci du plus démuni en arrière fond.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
Une convention de travail est signée entre l’établissement scolaire et l’asbl, maître
d’ouvrage des travaux de rénovation de logements d’insertion.
LE PROJET COMME PROCESSUS
Dans le cadre de leur formation proprement dite, l’implication des élèves dans un projet
concret est une expérience qui a tout son sens. Toutefois, selon les dires du professeur
de pratique professionnelle, la dimension sociale du chantier est perçue avec une
intensité variable d’un élève à l’autre.
Le travail sur chantier réel, quoi qu’ayant des désavantages sous certains aspects, donne
plus de sens au travail réalisé par les élèves qui savent que ce qu’ils font va rester et non
être démoli une fois le travail accompli.
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOQUAGES OU HANDICAPS
Réglementation des AIS :
L’asbl Loginove s’est fixée pour mission de remplir la fonction d’AIS, Agence
Immobilière Sociale dans l’entité de Fleurus. D’après la loi, elle ne peut en avoir ni le
statut, ni le nom car la loi réserve les AIS aux communes de plus de 50 000 habitants.
Rénovation sociale :
Le mode de réalisation des travaux implique un allongement des délais de réalisation
car les rénovations avancent plus lentement avec les étudiants. Leur productivité et la
fréquence de leur présence sur chantier en sont responsables. D’où, il est important de
prévoir des délais supplémentaires. Or, la réglementation de la Région Wallonne
concernant les subsides en matière de logement d’insertion impose que les travaux
soient réalisés dans un délai de deux ans.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 104
Ce mode de réalisation implique également une disponibilité de l’architecte plus grande
que sur d’autres chantiers.
Le partenaire scolaire :
Pour des raisons indépendantes au projet, un changement de professeur de pratique
professionnelle a eu lieu en cours du chantier. Il a eu une incidence sur la continuité et
l’avancement du chantier.
Le responsable de pratique professionnelle fait remarquer qu’il arrive parfois que
l’avancement du chantier prenne le dessus sur la formation des élèves car le travail à
réaliser sort des limites de ce que les élèves doivent apprendre au regard du
programme. Le savoir-faire est parfois un peu en retard par rapport à d’autres
apprentissages comme une pratique plus intensive.
Au niveau de l’école, il y a aussi eu les difficultés à définir et à mesurer l’importance
des travaux à réaliser.
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
En terme de concurrence, le caractère exceptionnel du projet a eu pour effet qu’il n’y a
pas eu de réaction du milieu de la construction.
Pour les jeunes, ils ont l’occasion de pratiquer tout en réalisant quelque chose qui va
rester alors qu’habituellement leurs exercices sont voués à être détruits.
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
D’autres acquisitions et rénovations sont en projets.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 105
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 106
FICHE N°14
FICHE 14 : Médiation Paritaire du logement – Un recours
alternatif à la Justice de Paix en matière de conflits locatifs
AUTEURS DE LA FICHE
Le responsable du collectif qui gère le projet
AUTEUR MORAL
Collectif « médiation paritaire » issus du Conseil du logement à Charleroi et regroupant
diverses associations et services intéressés par le logement
COORDONNEES UTILES
Siège social
Rue de Montigny 29
6000 Charleroi
Tél. : 071 30 36 77
Fax. : 071 34 58 15
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion sociale> <innovation sociale> <innovation juridique> <droit
au logement> <médiation> <accès à la justice> <assistance juridique> <logement>
<locataire> <propriétaire bailleur> <alternative à la justice>
FICHE PROJET
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
Le projet s’inscrit dans un contexte où les locataires peu fortunés doivent souvent avoir
recours à la location privée. En cas de conflits locatifs, peu de locataires ont recours à la
Justice qu’ils craignent. On note que plus de 90% des conflits locataires/propriétaires
sont introduits en justice par les propriétaires. Pour les locataires, les rapports de force
sont inégaux, les coûts sont importants et les délais de procédure trop longs. De plus, ils
redoutent une détérioration des relations avec leur propriétaire. De leur côté, les
propriétaires souhaitent des recours plus rapides, moins coûteux et moins conflictuels.
Depuis plusieurs années, le Conseil du logement de Charleroi, qui rassemble des
partenaires associatifs publics, locataires et propriétaires, met en œuvre divers projets
pour tenter de régler des problèmes de logement concernant les locataires à faibles
revenus. Une recherche-action « expulsion » a été réalisée dans ce cadre.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 107
En 1999, une des propositions qui en est issue est de mettre sur pied un projet de
médiation en matière de conflits locatifs.
« Du côté des locataires, explique le responsable du projet, les associations ont relevé
le défi tout en appréhendant cependant le poids du lobby des propriétaires très
développé à Charleroi ».
Les premières expériences ont commencé en juin 2001.
OBJECTIFS DU PROJET ou ENJEUX DU PROJET
L’objectif essentiel est d’offrir une solution alternative au recours à la Justice dans les
conflits locatifs qui permette aux locataires qui appréhendent la piste légale de n’être
pas laissés au bon vouloir des propriétaires.
Tenter d’améliorer à Charleroi les relations entre associations et services préoccupés par
le droit au logement pour les locataires précarisés et le syndicat des propriétaires qui
constitue un groupe de pression puissant.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
La population concernée est essentiellement constituée de locataires à faibles revenus.
Mais les locataires d’autres couches sociales ne sont pas exclus.
Du côté des propriétaires, dans le cadre du projet pilote, il s’agit essentiellement de
propriétaires privés.
MONTAGE FINANCIER
Le Conseil du logement a mis 200 000 FB à la disposition du projet.
Le projet pilote espère un soutien financier fédéral par un projet de recherche-action en
cours de préparation par le Ministre de l’Intégration Sociale.
PARTENAIRES DU PROJET
Le Syndicat des propriétaires de la région de Charleroi
L’Agence Immobilière Sociale
L’Aide locative du Fonds du logement
Le CPAS de Charleroi
Un juge de paix
Un architecte
L’échevin du logement de Charleroi
Solidarités Nouvelles asbl
DEROULEMENT DU PROJET
La procédure se déroule en trois étapes pour les candidats locataires ou propriétaires à
qui on a proposé ou qui ont souhaité avoir recours à la médiation.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 108
1) Une préparation des candidats à la médiation par un « parrain » associatif locataire
ou propriétaire.
2) La première médiation réunit quatre personnes, les deux personnes en conflits et les
deux associations représentantes. Si les deux parties arrivent à un accord, ils
s’engagent en le signant.
3) Si un accord n’est pas obtenu, il est proposé une deuxième médiation réunissant les
mêmes personnes accompagnées cette fois d’un médiateur compétent qui est juriste.
En cas d’échec, le recours en justice est toujours possible.
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
Dans le cadre de ce projet pilote, deux expériences ont été menées dont l’une est
terminée et l’autre est toujours en cours. Deux autres expériences devraient avoir lieu
prochainement.
RESULTATS QUALITATIFS
Les résultats semblent intéressant pour les deux parties en présence. « Dans le cas de
l’expérience qui a été menée à son terme, les parties sont arrivées à un compromis »
explique le responsable. « Il a été mis en œuvre et, jusqu’à présent, le conflit est
pacifié ».
EFFICACITE DU PROJET
L’efficacité du projet reste à démontrer sur un plus grand nombre d’expériences.
Toutefois, la première expérience à permis aux deux parties, propriétaires et locataires
de se rencontrer et de trouver une solution qui convienne aux deux parties.
LA PARTICIPATION
Les propriétaires et locataires sont directement impliqués dans la procédure et ils sont
accompagnés par les associations respectives. L’accord est recherché directement avec
les personnes et n’existe que si les deux parties trouvent un terrain d’entente
contrairement à la procédure en Justice où il y a toujours un gagnant et un perdant.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
Il s’agit de remplir un vide laissé par l’appréhension des locataires mais parfois aussi
des propriétaires vis-à-vis d’un mode de résolution de conflit (la Justice de Paix) en
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 109
proposant une alternative en amont du système officiel. Dans le cadre du compromis à
trouver, les « parrains » qui accompagnent les protagonistes doivent être vigilants à
respecter les dispositions d’ordre public qui existent (en terme de sécurité,
salubrité,…).
Par ailleurs, le projet est lancé à partir d’une association de fait, celle issue du Collectif
Logement de Charleroi.
LE PROJET COMME UN PROCESSUS
Pour les responsables, les protagonistes, obtenant chacun une partie de ce qu’ils
réclament, peuvent se faire une image différente, plus positive et plus constructive de
l’autre partie. Le L’impact de l’initiative difficilement évaluable à ce stade de
l’expérience, les responsables, prudents, espèrent qu’elle aura pour effet une diminution
des conflits et un rapprochement des points de vue des deux parties.
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOQUAGES OU HANDICAPS
Il ne va pas de soi que les gens se rencontrent. Comme dans toute démarche de
médiation, l’approche impose un travail particulier au niveau de la préparation des deux
parties.
Il faut être vigilant à ce que le contenu de la convention ne soit pas en conflit avec des
dispositions légales.
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Partant des besoins du terrain, le projet vient remplir un interstice laissé libre.
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
Les responsables espèrent que le projet pourra s’inscrire dans un projet plus large de
recherche-action menée par le Ministre fédéral de l’Intégration Sociale sur la médiation
alternative à la Justice de Paix en matière de conflits locatifs dans le cadre de la lutte
contre la pauvreté.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 110
FICHE N°15
FICHE 15 : Association des habitants du « Chêne Houdiez »
- Des habitants d’un ex-village de vacances au statut de
parc résidentiel se mobilisent et réfléchissent aux conditions
et moyens pour que le site sorte d’une copropriété coûteuse
en réaction à la volonté de vente globale du site émanant du
plus gros copropriétaire.
AUTEURS DE LA FICHE
11 habitants du site dont le Président de l’Association des Copropriétaires
AUTEUR MORAL
L’Association des habitants du « Chêne Houdiez »
COORDONNEES UTILES
Association des habitants du « Chêne Houdiez »
Rue Chêne Houdiez 64
7120 Peissant
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion sociale> <innovation sociale> <accès au logement> <logement
bon marché> <droit au logement> <mobilisation des habitants> <logement>
<copropriété> <organisation de quartier> <statut d’occupation du logement>
FICHE PROJET
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
Projet lancé au début des années ’70, le domaine du Chêne Houdiez, est un ancien
village de vacances qui était destiné à accueillir, aux termes de plusieurs phases de
développement, 146 chalets et 151 emplacements pour caravanes résidentielles.
Interrompus au cours de la première phase de construction, les 26 chalets construits, la
conciergerie et 3 caravanes résidentielles abritent aujourd’hui plus d’une cinquantaine
d’habitants.
Le Chêne Houdiez, hameau des 3 frontières (France, Estinnes, Erquelinnes), se situe sur
la crête du parc naturel de la Haute Sambre. Le cadre verdoyant et bucolique accueille
ce que les habitants se plaisent à appeler des « maisons forestières de type bavarois »,
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 111
chalets de résidence secondaire de qualité mais de dimension réduite (60 m² de surface
habitable).
Le site dispose d’une cabine à haute tension et d’une station d’épuration prévues pour
une partie des 330 résidences abrités dans des bâtiments non durables. Il y a également
un réservoir d’eau potable (vide car non terminé) en dur. Les zones inoccupées prévues
pour les caravanes sont pourvues de petites installations électriques et d’arrivées d’eau
(chaque installation pourrait alimenter à une maison). Pour l’eau et l’électricité, des
compteurs généraux alimentent le site et des compteurs de passage permettent de
répartir les frais selon les consommations de chaque habitant. La pression d’eau est
marginale (insuffisante) sur le site.
Au départ, le copropriétaire majoritaire du site, Transga, situé à Bruxelles, s’occupait du
syndic et de la présidence de l’assemblée des copropriétaires. En 1994, après la
modification de la loi sur la copropriété, il a abandonné ces deux postes. Un syndic de
proximité a été choisi (habitante d’Estinnes).
A partir de 1991, les habitants du Chêne Houdiez ont pu se domicilier sur le site.
L’Association des habitants du Chêne Houdiez est une association spontanée et non
structurée. Elle est née suite au refus d’Inter-Environnement Wallonie d’accepter la
candidature de l’Association des Copropriétaires en tant que membre parce que la
société Transga en faisait partie. La majorité des membres de l’Association des
habitants du Chêne Houdiez sont également membres de l’Association des
Copropriétaires. En effet, sur le site, seules deux familles sont locataires.
Un des éléments déclencheurs de la cohésion du groupe est que le copropriétaire
majoritaire actuel, AXA, souhaite se retirer de la copropriété. La société a mandaté le
syndic pour réaliser une étude de faisabilité par rapport à cette problématique lourde et
l’a chargé de négocier avec les différents partenaires (commune, habitants, …) afin de
sortir de la copropriété. Dès qu’une partie des habitants ont eu connaissance de cette
volonté, ils ont aussi fait savoir qu’ils souhaitaient sortir de la copropriété, mais à
certaines conditions afin de ne pas mettre « 30 familles en faillite ménagère » explique
le Président de l’Association. Lui-même est locataire d’une maison sur le site depuis 91,
propriétaire depuis 94, président du conseil de gérance depuis 98 et chômeur âgé. « Sur
base de la loi sur la copropriété du 30 juin 1994, AXA ne peut quitter la copropriété
sans accord des autres copropriétaires » précise-t-il.
La problématique vécue génère de nombreux projets chez les habitants du site.
L’Association se mobilise pour différentes actions. Les premières expériences de
mobilisation des habitants ont eu lieu dans le cadre de la signature de pétitions : l’une
demandait à la commune l’amélioration de la voirie menant à Peissant dont un carrefour
était dangereux (1998 – conséquence la route a été refaite par le MET) ; l’autre
exprimait une opposition à un projet d’implantation d’une antenne GSM ; une troisième
visait à s’opposer à un projet de développement d’une sablière aux abords du site.
OBJECTIFS DU PROJET ou ENJEUX DU PROJET
Pour les habitants, l’objectif principal est de « ne plus être des habitants de seconde
zone. » Un habitant explique : « On veut devenir des habitants normaux. C’est le
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 112
paradoxe de la citoyenneté : on paie des taxes communales mais on en a que des
retombées partielles. » Un autre habitant précise « la commune assure le ramassage des
ordures mais on doit nous-mêmes assurer l’entretien des voiries, l’éclairage public,
l’égouttage, le traitement des eaux usées, … »
Parallèlement à cet objectif découle le désir de sortir de la copropriété coûteuse avec la
recherche d’alternatives. « Mais, explique le Président de l’Association, au terme de la
procédure, il faudra que chacun soit gagnant : la société copropriétaire majoritaire, les
30 familles, la commune, … ». L’association cherche aussi à développer la convivialité
sur le site.
Pour dissoudre la copropriété, qui fait l’objet d’un article dans l’acte de base, des
propositions et des démarches sont lancées.
La station d’épuration devrait être reprise par la Région wallonne ; la cabine haute
tension devrait être reprise par Electrabel. Cette cabine doit être remplacée avant 2005
pour être en concordance avec les normes (coût entre 500.000 FB et 1 million). La
voirie devrait devenir communale, ce qui impose des modifications au plan de secteur
régional. Les habitants voudraient sauvegarder la zone verte et ne pas laisser construire
partout.
Un projet est de créer un site pilote d’utilisation rationnelle de l’énergie, d’énergie
renouvelable et de protection de l’environnement. Le Président explique qu’Electrabel a
réalisé une carte avec les régions où il serait possible d’installer des éoliennes. Le
domaine est une zone favorable. De plus, le domaine possède une ligne de moyenne
tension de 11.000 watts indispensable pour ce genre de projet. D’autres part, le site
serait au centre de la biomasse humide et sèche, ce qui permettrait d’envisager
l’installation d’une petite centrale biomasse.
Un autre projet a été déposé à la Fondation Roi Baudouin pour la création d’une Maison
de la de la Crête du Parc Naturel de la haute Sambre et de la forêt, lieu polyvalent de
rencontre pour les habitants, pour l’organisation d’activités tournées vers la nature dans
laquelle les habitants du site pourraient s’investir, et qui permettrait la création
d’emplois. Avec les naturalistes de Thuin, un enseignant en cuisine, propriétaire d’une
maison, qui habite le site depuis 5 ans, a repéré une zone de bruyères rares et d’autres
essences rares. Il organise pour les habitants du site des journées « champignons »,
« papillons de nuit », …Un sentier de grande randonnée passe par le site (le GR90).
Les jeunes du domaine sont impliqués dans l’entretien du site via des contrats étudiants
passés avec le Syndic de l’Association des Copropriétaires.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
30 ménages, dont beaucoup ont une activité ou sont pensionnés. On y rencontre par
exemple trois retraités, trois enseignants, une formatrice, une vendeuse, un chauffeur de
car et un chômeur âgé. Il y a aussi 3 jeunes âgés de 16 à 18 ans et d’autres enfants plus
jeunes.
Le revenu des ménages leur permettrait probablement de vivre ailleurs, mais dans un
cadre de vie beaucoup moins agréable.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 113
MONTAGE FINANCIER
Via la copropriété, les jeunes sont rémunérés pour les travaux d’entretien du site que les
entreprises ne veulent pas faire et le Président de l’Association, chômeur âgé, a la
possibilité de percevoir des chèques ALE pour des travaux occasionnels et
exceptionnels sur le site du Chêne Houdiez.
PARTENAIRES DU PROJET
L’Association a deux partenaires-conseil : Inter-Environnement Wallonie et Syneco
(Agence conseil en économie sociale).
Le Président de l’Association est très impliqué dans la défense du domaine et de ses
habitants. Il est essentiellement bénévole. Il est aussi engagé au niveau international. Il
est engagé dans la lutte contre l’AMI c’est-à-dire les Accords Multilatéraux sur
l’Investissement qui visent à libéraliser tous les investissements au niveau mondial, et il
suit de près le sommet du P7 qui est un Sommet alternatif au G7, initiative du groupe
des Verts du Parlement européen. « L’objectif, explique-t-il, est d’initier la vigilance et
le contrôle éthique de la société civile mondiale. Je m’investis aussi à ce niveau car il
existe des interrelations intéressantes entre le développement local endogène et intégré,
soutenable et durable et le développement durable international ».
DEROULEMENT DU PROJET
« L’Association des habitants du Chêne Houdiez est une association spontanée et non
structurée » nous dit le Président de l’Association des Copropriétaires. Les habitants se
réunissent de manière formelle au sein de l’Association des Copropriétaires et de
manière plus informelle au niveau de l’Association des habitants. Chacun y a la
possibilité de lancer des idées et des initiatives, et en devient l’animateur.
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
Un journal interne au domaine, de parution bisannuelle, a été lancé en janvier 2000 par
une formatrice de profession qui habite le site depuis 5 ans. Ce journal est distribué à
tous les habitants du domaine et des exemplaires sont envoyés à la commune et aux
différents partenaires. La doyenne du domaine, retraitée depuis 84, installée sur le site
depuis 1979 et domiciliée depuis 1994, y prodigue ses trucs, astuces et adages.
L’enseignant en cuisine y propose des recettes, etc.
En terme de résultats, il y a aussi l’emploi étudiant pour trois jeunes du domaine.
RESULTATS QUALITATIFS
L’ensemble des actions et projets menés sont une manière de réunir tout le monde,
permettent de se parler, de se connaître, d’échanger. Parmi les activités, il y a
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 114
l’organisation d’un barbecue annuel, la réalisation du journal, l’organisation de journées
champignons, papillons, l’installation de nichoirs pour chouette hulotte, …
Depuis quelques années, un rapprochement s’est opéré entre le village de Peissant et le
Chêne Houdiez. Le premier domicilié du site, « retraité actif » comme il se plaît à le
dire, ancien grutier, vit depuis 84 dans une caravane sur le site avec sa femme. Il
participe au « Quartier de Vie » de Peissant. « Quartier de vie » est un projet de la
Fondation Roi Baudouin qui vise à améliorer la qualité de vie dans un quartier grâce à
un projet concerté mené en collaboration entre trois partenaires : les pouvoirs publics,
les entreprises, et les habitants. Le grutier retraité dit « On veut vivre avec Peissant,
sortir du cocon du domaine et de l’isolement. On a été vers eux et on commence à en
sentir le retour. Maintenant, Peissant vient vers Chêne Houdiez comme par exemple à
l’occasion de la Saint-Nicolas, le Grand Saint en visite à Peissant est monté au Chêne
Houdiez ».
L’emploi des jeunes du site pour l’entretien du domaine, outre qu’il procure aux jeunes
un petit revenu, leur apporte une gratification d’avoir amélioré l’environnement dans
lequel ils vivent et une reconnaissance des habitants.
Faisant allusion à la qualité de vie du domaine, le Président de l’Association exprimait
« chaque jour, quand je rentrais de mon travail, j’avais l’impression d’être en
vacance ».
EFFICACITE DU PROJET
Petit à petit, par l’ouverture qu’ils ont sur le village voisin de Peissant, les habitants du
parc résidentiel du Chêne Houdiez sont intégrés dans la Commune en tant qu’habitants
à part entière de Peissant.
LA PARTICIPATION
Une enseignante, habitant le site depuis 93, affirme que « ce sont les gens d’ici qui
pourront apporter une solution ».
Il y a deux niveaux de participation : l’Association des Copropriétaires et l’Association
des habitants. Dans la seconde, chaque habitant peut être un animateur. Chacun peut y
lancer des projets, des activités stimulant la convivialité dans le domaine.
L’Association participe au projet « Quartier de Vie » de Peissant.
Par le travail étudiant qu’ils font, les jeunes, outre qu’ils gagnent de l’argent, participent
à l’entretien et à l’amélioration de l’environnement au Chêne Houdiez.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
L’Association des habitants doit demander la délicate modification du plan de secteur
régional pour le domaine du Chêne Houdiez.
Les habitants du site bousculent les normes édictées en matière de surface habitable et
démontrent que, dans certaines conditions, une réduction raisonnable (selon les
habitants) de l’espace habitable permet d’accéder à un habitat de qualité en intégrant
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 115
pergolas, vérandas et bâtiments annexes (tels qu’abris de jardin et garages). Cela permet
d’accéder à la propriété à un prix moins important, dans un environnement verdoyant
(dans ce cas-ci).
LE PROJET COMME PROCESSUS
L’Association des habitants a lancé un mouvement en terme de réflexions, recherches et
développements de solutions. Depuis l’annonce en Assemblée Générale des
Copropriétaires de la volonté du copropriétaire majoritaire du site de quitter la
copropriété, les habitants du site se sont mobilisés autour de l’Association des habitants
du Chêne Houdiez et ont multiplié les actions pour reprendre en mains la gestion du
site, développer la convivialité sur le site et lancer des pistes de réflexions pour trouver
des solutions aux difficultés que rencontre la copropriété.
DIFFICULTES RENCONTREES OU BLOQUAGES OU HANDICAPS
Manque de moyens humains et financiers :
Pour le Président de l’Association des Copropriétaires, une des difficultés est le manque
de moyens pour mener sa tâche à bien, notamment pour la tenue de la comptabilité d’un
budget de fonctionnement et pour l’administration qui nécessiteraient un matériel
informatique plus performant et une intervention dans les frais divers occasionnés.
Complexité de la législation :
Une autre difficulté réside dans la complexité du dossier permettant la dissolution de la
copropriété (prévue dans un article de l’acte de Base). La situation implique de faire
avancer une série de sous-dossiers interdépendants en parallèle. Il faudrait modifier le
plan de secteur actuel au niveau régional, travailler avec la commune, avec les
Compagnies d’électricité et des Eaux, introduire des propositions alternatives, etc.
Relations avec la commune :
Un habitant craint que « le jour où le site deviendra communal, il y aura peut-être plus
de monde et le trafic augmentera, … ».
Les relations entre l’ex-village de vacances et la commune n’étaient pas bonnes au
départ car le promoteur du projet avait promis à la commune un développement
économique qui ne s’est jamais réalisé.
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
La mobilisation des habitants et leur volonté de trouver des solutions adaptées à leurs
difficultés, la situation géographique et naturelle du domaine, la patience et la
persévérance des habitants.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 116
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
Au niveau des activités, « avec l’espace dont on dispose, on pourrait lancer un Marché
de Noël artisanal » explique une habitante.
L’Association voudrait s’inscrire dans un programme « Interreg », programme européen
pour créer des partenariats entre les régions transfrontalières. Ils envisagent aussi un
jumelage avec un village en France.
L’Association des habitants a été admise à l’introduction d’un dossier de candidature à
l’opération Quartier de vie 2001 de la Fondation Roi Baudouin (comme en 2000) et
prépare activement son dossier de sélection.
Au milieu de l’année 2001, une partie du site a été classé officiellement par la
Communauté Européenne au travers de « NATURA 2000 ».
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 117
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 118
FICHE N°16
FICHE 16 : Le Phare – Un projet construit collectivement
avec des hébergés d’une Maison d’accueil dont le but est
d’entrer en contact et d’apporter une aide aux habitants de
la rue qui ne souhaitent pas s’adresser à des institutions
AUTEURS DE LA FICHE
2 travailleurs : le directeur et une assistante sociale
AUTEUR MORAL
Source asbl
COORDONNEES UTILES
Source asbl
Rue de la Senne 78
1000 Bruxelles
Tél. : 02 512 72 04
Fax : 02 512 71 75
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion sociale> <innovation sociale> <processus d’innovation> <sans
abri> <logement> <hébergement provisoire> <participation> <accompagnement
social> <mobilisation des sans abri> <mobilisation de l’expérience>
FICHE PROJET
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
« Le Phare » est une initiative qui émane de Source, une maison d’accueil située en
Région bruxelloise, fondée en 1959. A l’origine, elle accueillait, des hommes sortant de
prison. Elle s’est ensuite ouverte aux hommes isolés, puis aux couples et aux familles.
Actuellement, l’asbl a également développé des actions en amont et en aval de la
maison d’accueil et articule son travail avec d’autres institutions.
L’association a créé un restaurant social de quartier et centre d’animation dénommé
« La Rencontre » qui a vu le jour au milieu des années’80.
Pour l’association, l’hébergement est à priori considéré comme transitoire et son objet
est la préparation de « l’après hébergement ». Dans ce cadre, la Source a également mis
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 119
sur pied « Fami-Home » en 1994 dont les actions sont intimement liées. L’objectif de
« Fami-Home » est de favoriser l’accès au logement, via des formules variées (logement
à bail glissant, logement de transit, logement privé), à des personnes en difficultés par
un accompagnement post-hébergement.
Enfin, « Le Phare » est un projet expérimental qui se construit collectivement entre
personnes hébergées et ex-hébergées accompagnées des membres de l’équipe de
Source. Le projet vise à donner vie à un local et offrir avant tout un lieu de rencontre
pour les sans abri qui ne sont pas touchés par les services sociaux.
OBJECTIFS DU PROJET
Le projet expérimental du « Phare » s’inscrit dans les objectifs plus larges de Source qui
offre plus qu’un simple hébergement et répondre le plus largement possible aux
problèmes que les bénéficiaires rencontrent.
Le projet « Le Phare » vise à mobiliser les compétences de ceux qui ont vécu
l’expérience de l’exclusion autour d’un projet qui puisse les valoriser.
Un des buts que le groupe a défini est de permettre d’entrer en contact avec les habitants
de la rue qui ne souhaitent pas s’adresser à une institution et vivre de manière autonome.
Le projet vise également à créer un espace de convivialité et de rencontre pour sans abri.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
La Source s’adresse à toute personne en difficultés ayant besoin d’un logement
transitoire homme seul, couples, parent avec enfants ou familles.
Le projet du « Phare » s’adresse à deux populations : d’une part les bénévoles, hébergés
ou ex-hébergés de Source ou des personnes qui fréquentent « La Rencontre » ; d’autre
part, les sans-abri qui ne fréquentent aucune association ou institution et qui peuvent,
par l’intermédiaire du Phare, trouver un lieu où rencontrer des gens sans devoir avoir de
demande spécifique.
MONTAGE FINANCIER
Source est une association agréée et subventionnée par la CoCoF pour une capacité de
34 lits d’hébergement d’adultes isolés, d’adultes isolés accompagnés d’enfants et de
familles complètes.
Elle est également agréée et subventionnée par la Région de Bruxelles-Capitale dans le
cadre de l’insertion par le logement.
« La Rencontre » bénéficie de personnel ACS, Maribel, TCT et Article 60. « FamiHome » bénéfice de deux temps pleins un tiers via la CoCom (Commission
Communautaire Commune)
Globalement, l’association fonctionne avec 60 % subsides publics, 10% provenant des
recettes de « La Rencontre », 10% de dons et subsides privés, et avec 20% provenant de
l’hébergement et d’animations. Le service emploie environ 20 temps plein.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 120
Au niveau du local du « Phare », appartenant à la Région bruxelloise, il a été prêté à
Source dans le cadre d’un bail emphytéotique de 27 ans. L’asbl a bénéficié de primes à
la rénovation ainsi que d’une subvention de 500 000 FB de la Fondation Roi Baudouin
pour la rénovation des locaux.
PARTENAIRES DU PROJET
Dans le cadre d’un projet global de facilitation de l’accès au logement, Source a voulu
éviter une difficile double casquette de gestion de logement et d’accompagnement
social. C’est pourquoi, Source a été une des associations à l’origine de la création de
l’Agence Immobilière Sociale « Logement Pour Tous » avec laquelle elle entretient une
collaboration étroite au niveau du post-hébergement et dont le suivi des personnes est
assuré par l’équipe de Fami-Home.
Source travaille également avec un certain nombre de partenaires privilégiés du réseau
associatif bruxellois.
DEROULEMENT DU PROJET
Sachant qu’elle allait disposer d’un nouveau local, l’équipe de Source a proposé aux
hébergés et ex-hébergés de prendre part à la construction d’un projet dont l’idée était
d’utiliser les compétences et l’expérience qu’ils ont pour proposer un service utile à des
sans-abri n’utilisant pas les institutions existantes.
Une série de rencontres ont eu lieu qui rassemblait en moyenne cinq hébergés ou exhébergés et des travailleurs. Au cours de ces réunions, les discussions tournaient autour
de questions telles que : comment entrer en contact avec les sans-abri ? Comment
identifier leurs besoins ? Comment aménager les locaux ? Est-ce que les services seront
gratuits ? L’hébergement des personnes accompagnées de chiens étant souvent un
problème, certains participants auraient voulu que le Phare propose l’hébergement des
chiens des personnes qui sont en Maison d’accueil. Quel sens cela a d’offrir de la soupe
aux gens alors que tant d’autres services le font déjà ? Quelle serait la spécificité du
« Phare » ? Toutes ces discussions ont fait l’objet de nombreux débats et fait partie
intégrante du projet. Ces débats sur la mise en place du projet permettent tant aux
bénéficiaires qu’aux travailleurs d’avoir des échanges sur un niveau différent de celui
habituel.
Le local du « Phare » est situé à proximité d’une station de pré-métro et de la Gare du
Midi de Bruxelles. Il s’agit d’un espace de 4 mètres sur 3 avec 8 chaises, 4 tables et un
petit réchaud.
Les discussions ont mené à l’ouverture du « Phare » en avril 2001. Les personnes ont pu
venir y boire des tasses de café ou de soupe fraîche pour 5 FB. Concernant les horaires,
le local ouvrait les mardi et jeudi de 11 h à 13 h. A cette époque, le local a d’abord été
ouvert par les bénévoles accompagnés d’un travailleur. Ensuite, ils ont ouvert le local
seuls et la clef du local a été confiée à un bénévole.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 121
Pour faire connaître le projet, outre le bouche-à-oreille, des tracts ont été distribués dans
les gares, et des affiches ont été apposées dans d’autres services sociaux (CPAS,
maisons médicales, maisons d’accueil, restaurants sociaux, etc.)
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
Au niveau des hébergés et ex-hébergés, le groupe rassemblait quatre à cinq participants
au projet Phare.
En ce qui concerne la fréquentation du local, en avril 2001, sur les deux heures
d’ouverture, se sont, en moyenne, 10 tasses de café et dix tasses de soupes qui ont été
consommées.
RESULTATS QUALITATIFS
Pour la plupart des bénévoles qui ont participés au projet, « quand ils quittent la Source
et qu’ils ne viennent plus à La Rencontre, on ne les voit plus non plus pour le projet du
Phare » explique le directeur. « Mais, au-delà de ça, poursuit-il, avec ceux qui ont
participé au projet, un rapport de confiance, un autre mode de relation a été instauré
dans lequel ils se sont sentis valorisés. »
Au cours des réunions de préparation du projet du Phare, les discussions renvoyaient au
fonctionnement d’une institution d’aide aux personnes en difficulté ainsi qu’aux règles
qui y existent pour qu’une institution puisse fonctionner. La démarche permet aux
participants, par leur implication dans le projet, d’effectuer un décentrage et d’adopter
une autre vision sur les institutions. L’initiative proposée par Source contribue autant à
resocialiser qu’à responsabiliser les participants impliqués dans la construction et la
réalisation du projet.
Les échanges ont également permis aux travailleurs d’entretenir une relation sur un
mode différent avec les participants et de valoriser les compétences des bénéficiaires
qu’ils accompagnent quotidiennement.
EFFICACITE DU PROJET
Au stade où il en est, l’efficacité du projet réside essentiellement dans le processus qui a
été mené avec les hébergés et ex-hébergés de Sources plus que par l’action de terrain
d’offrir un espace convivial de rencontre pour sans abri. Il permet aux bénéficiairesbénévoles à la fois de s’exprimer, d’échanger, et de construire un projet en groupe.
Le projet ouvre également à un autre niveau de relation et de compréhension entre
travailleurs et bénéficiaires.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 122
LA PARTICIPATION
Le projet du « Phare » offre un espace de dialogue et de participation des bénéficiaires.
Par l’intermédiaire du projet, les participants sont invités à prendre une place d’acteur et
à s’impliquer dans un projet visant à aider d’autres personnes en difficultés.
La démarche permet aussi aux bénévoles de prendre du recule par rapport à leur
parcours.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
Dans le cadre de ce projet, il n’y a pas de démarche juridique particulière qui aie été
menée.
LE PROJET COMME PROCESSUS
Pour le directeur, en terme de processus, le lancement du projet du « Phare » permet de
développer une nouvelle vision du travail réalisé par Source. Par extension, ce travail
peut avoir une incidence positive sur la perception que les participants ont des
institutions d’aide sociale, de la légitimité de leurs règles et du travail du personnel.
Ce projet monté en commun entre travailleurs et bénévoles permet aussi de faire
remonter vers l’institution un autre regard et une autre perception issus des gens de la
rue eux-mêmes.
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOQUAGES OU HANDICAPS
De manière générale, une des difficultés du lancement de projets avec cette population
est qu’il faut aller vite et que le projet soit petit et de courte durée afin que les
participants en voient rapidement les effets. « Au début, explique une travailleuse, ils
sont tout feu, tout flamme et puis l’enthousiasme s’estompe et quand ils quittent la
maison, ils arrêtent de participer au projet. Çà marche quelques semaines et puis ça
s’arrête. Avec un petit groupe de motivés, le projet prend son envol mais lorsque
certains ont quitté, les autres n’ont plus continué. » La participation des hébergés
dépendant aussi d’autres conditions extérieures : « S’il fait beau en ville, on a moins de
chance de voir des participants. »
Le projet du Phare nécessite de mobiliser du temps de l’équipe pour dynamiser et
accompagner le processus. La gestion de l’urgent et du quotidien rend parfois difficile
d’assumer ce projet auquel l’équipe accorde pourtant beaucoup d’importance.
Pour le directeur, « si les discussions sur le rapport qu’on entretient avec les règles
d’une institution sont riches, il n’est pas toujours facile pour l’institution de gérer le
questionnement qu’elles génèrent. La dynamique instaurée donne une grande légitimité
aux positions des participants qui ont parfois tendance à revendiquer des choses qui ne
sont pas toujours évidentes à gérer au niveau institutionnel. »
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 123
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Le projet du Phare s’inscrit dans un projet de mobilisation des hébergés et ex-hébergés
pour que des aidés deviennent des aidants et que les participants s’impliquent
bénévolement dans un projet qu’ils construisent en groupe.
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
Sans obligation de résultats, les travailleurs remobilisent régulièrement les bénéficiaires
sur le projet. L’outil sera relancé en septembre 2001 et des réunions seront organisées
pour poursuivre la construction du projet avec les bénéficiaires.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 124
FICHE N°17
FICHE 17 : « Si j’avais su, j’aurais pas fait » - Un jeu
collectif en construction continue pour favoriser l’échange et
l’interformation entre personnes en difficultés
AUTEURS DE LA FICHE
6 personnes : 4 bénéficiaires, le directeur et une assistante sociale
AUTEUR MORAL
Les Quatre Vents
COORDONNEES UTILES
Les Quatre Vents
Rue des Choraux 17
1400 Nivelles
Tél. :067 21 70 04
Fax. :067 21 72 00
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> <hébergement d’urgence> <jeu> <collectif> <sans abri>
<échange d’expériences> <échange d’informations> <animateur social> <mémoire
collective> <communication participative> <méthodologie de communication>
Fiche projet
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
Le jeu s’est construit et se pratique dans le cadre des activités de la Maison d’accueil les
Quatre Vents.
Les Quatre Vents est une Maison d’accueil pour adultes en difficultés qui existe depuis
1974. Les responsables ont remarqué que, souvent, pour l’ensemble des hébergées,
hommes, femmes et familles, un problème essentiel se pose : que faire de ses
journées ? La réponse des Quatre Vents n’a pas été de développer de l’occupationnel
mais d’utiliser ce qui existe à l’extérieur. Dans le fonctionnement de la Maison, une
réunion était organisée avec les hébergés et portait initialement sur des questions
purement organisationnelles.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 125
Mais ces réunions ont débouché progressivement sur des questions telles que «comment
je vis ici ? » ou « comment en suis-je arrivé(e) à venir dans cette Maison d’accueil ? ».
A un moment donné, l’équipe a décidé de créer deux moments distincts suite à un
besoin qui apparaissait sur le terrain.
C’est ainsi qu’un groupe de parole a vu le jour sous forme d’atelier à coté de réunions
strictement organisationnelles. Tous les sujets en rapport avec des éléments de la vie
quotidienne pouvaient être abordés. Après un certain temps, les thématiques ont été
recentrées sur les préoccupations des gens dans la Maison d’accueil au moment présent.
Les thèmes portaient sur l’alimentation, le budget, la recherche d’emploi. Ces ateliers
s’institutionnalisant, une lassitude est née et la motivation des hébergés a fortement
baissé. Animés par une personne extérieure, les ateliers étaient devenus beaucoup trop
scolaires et, ne répondant plus aux attentes du public, ont été supprimés.
Réfléchissant à un autre type d’animation face à des situations de plus en plus
complexes et confrontée à un grand besoin de parler des bénéficiaires, l’équipe a lancé
le jeu. Ce cheminement qui a mené jusqu’au lancement du jeu a duré quatre à cinq ans.
OBJECTIFS DU PROJET ou ENJEUX DU PROJET
L’objectif du projet est de permettre aux hébergés de parler de leurs difficultés mais
aussi des solutions qu’ils ont trouvées pour les dépasser et de les partager avec les
autres. L’idée est aussi de chercher les moyens de trouver de nouvelles pistes de
réponses aux problèmes rencontrés dans son parcours. Outre la finalité de parler, le jeu
permet de développer les capacités d’écoute des participants face aux difficultés des
autres.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
Le groupe des joueurs est constitué par des hébergés des Quatre Vents, ainsi que des
anciens ou ceux qui passent par-là.
Au niveau des hébergés, il s’agit d’une population de personnes qui n’ont plus de
logement (hommes, femmes, couples et enfants).
MONTAGE FINANCIER
Cette activité est menée sur fonds propres. Toutefois, les Quatre Vents a reçu une
bourse de 50.000FB via le Volet « Participation et citoyenneté » du Parcours d’insertion
lancé par la Commission sous-régionale de coordination du parcours d’insertion du
Brabant wallon (Province de Belgique).
PARTENAIRES DU PROJET
Dans le cadre du jeu, les participants ont été amenés à se rendre dans différents services
d’aide de la région pour récolter de l’information pour alimenter les réponses que les
participants se posent.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 126
DEROULEMENT DU PROJET
Le jeu se construit avec un groupe très changeant, mais le jeu trouve sa valeur dans la
prise de parole des hébergés et dans l’idée que les participants laissent un témoignage
aux autres hébergés des Quatre Vents. Il s’agit de « faire ensemble », le jeu n’a pas un
contenu propre sinon celui que les joueurs précédents lui ont donné et ce que les joueurs
du moment en font.
Le jeu est envisagé non comme une compétition mais comme un jeu de réflexion et de
partenariat dans lequel l’ensemble du groupe va joue sans qu’il y ait de perdant. Il n’y a
pas de consigne ni sur le fond, ni sur la forme, mais le jeu tel qu’il a été conçu est
présenté aux nouveaux joueurs.
La question de départ du jeu est « qu’est-ce qui nous a amené à la maison d’accueil ? »
puis « quelles sont les institutions qui vont pouvoir m’aider ? »
Au début les participants ont exprimé un peu en vrac ce qu’ils connaissaient. Une étape
a consisté également à récolter une série d’informations dans les institutions afin de
réaliser une farde de documents de référence pour aider à trouver des réponses aux
questions quand l’expérience du groupe ne permet pas de trouver une solution
satisfaisante.
Différents groupes se sont succédé pour arriver au stade où le jeu en est.
Petit à petit, de la rédaction d’un très grand nombre de questions, le jeu s’est construit
autour de neuf thèmes : l’argent, la santé, le boulot et la formation, mes droits, la
famille, l’occupation du temps et les loisirs, le logement, les trucs et astuces,
l’alimentation.
Chacun de ces thèmes, après de multiples sélections qui sont autant de moment de
s’exprimer et d’échanger, comporte dix questions. On y retrouve des questions comme :
« Comment vivre avec peu d’argent ? Que faire pour ne pas s’ennuyer ? Comment se
payer un logement confortable quand on a peu de revenus ? Comment choisir un bon
médecin ? ». Ces questions renvoient à une série de réponses.
Dans le processus, à tout moment, c’est l’expérience personnelle qui est favorisée et
l’aide éventuelle des autres participants qui est mobilisée pour venir étoffer la réponse
de la personne.
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
Au cours de la première phase de jeu et de construction du jeu, il y a eu 36 personnes
qui ont participé. Lors de la deuxième phase, il y a eu environ 40 personnes. Au totale,
environ 80 personnes ont participé et joué.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 127
RESULTATS QUALITATIFS
Selon le directeur des Quatre Vents, « sans action spécifique de l’équipe, cette
démarche a déjà pour effet de relativiser le niveau des difficultés auquel chacun est
confronté et redonne de l’espoir aux gens. »
En décembre 1999, un hébergé témoigne que « grâce aux questions et aux réponses du
jeu, nous avons acquis plus de culture. Cela nous a servi entre autre pour le CPAS ou le
Forem. Quand je suis allé au CPAS, par exemple, je savais qu’il existait une prime
d’installation et comment l’obtenir. »
Pour une participante actuelle du jeu, « on ose dire des choses qu’on dirait pas, on ose
aussi aller vers les assistants sociaux. » Elle ajoute « Ca semble passer très vite, comme
si c’était cinq minutes au lieu d’une heure. » Pour un autre participant, avec le jeu, « on
est moins coincé, et puis on fait des « Tilt » en entendant des choses auxquelles on
n’avait pas pensé. »
Le jeu permet aussi d’aider à formuler des questions qui pourront ensuite être travaillées
dans le cadre du suivi individuel.
Pour un nouvel hébergé, « Arrivé ici, on est paumé, on a peur de la vie communautaire,
de toutes les démarches. Grâce au jeu, on s’adapte. »
Les répercussions de ce jeu sont positives en termes de dynamique de groupe,
d’informations, d’échanges et de contacts.
EFFICACITE DU PROJET
L’efficacité du projet réside en plusieurs niveaux : la convivialité au sein de la Maison,
l’information et l’éducation des bénéficiaires, la valorisation des compétences et de
l’expérience des bénéficiaires.
LA PARTICIPATION
Le jeu n’existe que par la présence et la construction que les participants en font. Ce
sont eux qui, collectivement, créent les questions et les réponses, mais aussi donnent
une certaine forme, une certaine présentation au jeu.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
D’un point de vue général, le jeu permet aux participants d’accéder à une meilleure
connaissance de leurs droits.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 128
LE PROJET COMME PROCESSUS
Pour l’assistante sociale qui anime le jeu, le jeu « a permis d’entamer le dialogue, de les
faire réfléchir à leur situation pour qu’ils puissent réussir leur sortie de la maison
d’accueil. »
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOQUAGES OU HANDICAPS
Une des difficultés est que l’assistante sociale qui anime le jeu doit disposer du temps
nécessaire pour assurer l’animation par rapport à d’autres activités souvent plus
urgentes. D’où le jeu « dort » à certaines périodes pour se réveiller à d’autres.
Lors du redémarrage, une des difficultés réside dans le traitement de la masse
d’informations accumulées. En effet, les participants ont alors à leur disposition une
farde épaisse composée non seulement de la documentation rassemblée mais aussi de
l’ensemble des questions et des réponses apportées par les participants précédents du jeu
depuis sa création. Ils doivent donc se réapproprier le jeu avant de pouvoir se lancer.
Au niveau du contexte plus large dans lequel s’inscrit le projet, il est à noter qu’en
2000, le service n’a pu répondre qu’à 20% des demandes par un accueil. Pour les
responsables, cette situation s’explique par l’allongement du temps de séjour dû aux
difficultés croissantes des bénéficiaires à se reloger, par un afflux important de
demandes d’accueil concernant des candidats réfugiés, ainsi qu’une augmentation de
l’accueil de familles en 2000 qui a empêché d’accueillir davantage de couples.
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Le projet s’inscrit dans un environnement qui met l’accent sur l’accueil et l’écoute des
bénéficiaires.
Les hébergés apprécient le nom des chambres qui font sourire et leur apportent un peu
de chaleur. On y retrouve entre autre la chambre « Caraïbe », la « Méditerranée », ou la
« Terre-Neuve ». Par ailleurs, ils apprécient aussi qu’un mur de la salle TV ait été
décoré par une fresque peinte par des hébergés en 1995. Dans ce contexte, lors de la
réunion d’organisation, les hébergés peuvent proposer les menus, « ce qui demande plus
de temps en terme de gestion et de moyens humains » précise le directeur. A l’occasion
de la réunion, un planning de la semaine est établi et la cuisine et le nettoyage des
endroits communautaires sont pris en charge par les hébergés.
Le jeu a pour effet positif de faire revenir des anciens en visite. Ces anciens, installés,
peuvent montrer aux hébergés qu’il y a moyen de s’en sortir et leur donnent espoir.
Le mode ludique et un type de relation plus informel permette de développer une autre
qualité de relation entre travailleurs et hébergés.
L’assistante sociale a un rôle essentiel dans la conservation et dans la transmission du
jeu. Lors de chaque remise en route du jeu, elle retrace l’histoire du jeu jusqu’à la
présentation de la forme qu’il a pris.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 129
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
Au niveau du développement concret du jeu, une participante aimerait que le jeu prenne
une forme plus ludique et plus « dynamique » tel qu’un jeu de piste.
Pour l’assistante sociale, l’important est que le jeu continue à se développer et à prendre
forme au fur et à mesure des animations et des groupes différents qui se succèdent dans
le temps.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 130
FICHE N°18
FICHE 18 : Sans-Abri Castors – Un accompagnement
socioprofessionnel, dans le cadre de la rénovation de
logements inoccupés par les futurs locataires issus de publics
précarisés.
AUTEURS DE LA FICHE
5 personnes : 2 bénévoles, 2 Compagnons et le Président de l’asbl
AUTEUR MORAL
Sans-Abri Castors asbl
COORDONNEES UTILES
Siège social
Rue Léopold 36 (à partir de septembre 2001)
6000 Charleroi
Tél. : 0476 38 09 24 (provisoirement)
Fax. : 071 34 58 15
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion sociale> <innovation sociale> <accès au logement> <droit au
logement> <insertion par le logement> <accompagnement social> <logement bon
marché> <lien social> <relation emploi logement> <formation professionnelle>
<rénovation de logement> < sans-abri> <expulsés> <autorénovation>
FICHE PROJET
CONTEXTE et ORIGINES DU PROJET
« Le projet s’inscrit dans le combat pour une société plus solidaire » nous dit un des
responsables du projet.
L’association a été crée en 1995. Elle répond à la non-application de la loi qui légifère
la réquisition de bâtiments inoccupés pour reloger les sans-abri.
Pour les responsables du projet, outre qu’elle est peu (ou pas) appliquée, les sans-abri
n’ont pas seulement besoin d’être relogés mais aussi de trouver une adresse pour
percevoir un revenu, recréer des liens sociaux, faire la démonstration qu‘ils sont
capables de travailler. Ils ont également besoin de se revaloriser eux-mêmes et d’en
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 131
faire preuve par rapport aux autres citoyens. Il y a aussi besoin d’offrir du logement de
qualité correcte à un prix abordable.
OBJECTIFS DU PROJET
Il s’agit de démontrer aux principaux responsables politiques la faisabilité de
l’affectation de bâtiments inoccupés au relogement de sans-abri.
Les autres objectifs sont de resocialiser les sans-abri en les intégrant dans une équipe de
travail, de valoriser la capacité des sans-abri à se reprendre en main et de donner accès à
un logement correct et à loyer très modéré pour ceux qui adhérent au projet.
Aux dires d’un responsable, « l’enjeu du projet est de taille, les difficultés sont énormes
et le projet requiert une conviction et un engagement acquis par les responsables
actuels mais le projet est sans doute difficilement reproductible sans un encadrement
important et de qualité ».
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
Sans-Abri Castors cible essentiellement les sans-abri et les expulsés. Les sans-abri sont
souvent célibataires, âgés de 30 à 40 ans parfois plus jeunes. Parmi les expulsés, il y a
aussi des familles avec enfants.
En ce qui concerne les conditions d’accès, il est important que le candidat montre une
volonté minimale de travailler en équipe, dans le bâtiment en rénovation, de manière
régulière sauf maladie. Malgré une certaine tolérance, faute d’un minimum d’assiduité
ou faute de difficultés importantes au niveau du travail d’équipe, la personne peut être
exclue. Les responsables du projet estiment qu’il faut beaucoup de souplesse mais qu’il
ne faut pas tomber dans l’assistanat.
MONTAGE FINANCIER
Le Ministère des Affaires sociales et de la Santé de la Région wallonne subventionne le
service en permettant l’engagement d’un travailleur social.
Il y a deux emplois dans le cadre « Rosetta » et trois PTP. Le CPAS a permis
d’accueillir deux personnes sous Article 60.
Diverses entreprises fournissent des matériaux pour les rénovations.
Plusieurs fois, la Fondation Roi Baudouin a subventionné le projet dans le cadre de la
lutte contre l’exclusion. Dans un cas, il s’agit d’une aide pour la construction d’une salle
d’animation pour intégrer les participants.
PARTENAIRES DU PROJET
« Solidarités Nouvelles », « Comme chez nous ».
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 132
Au point de départ, le projet a été lancé en collaboration avec la maison d’accueil
« L’Ilot », le FOREM de Charleroi (qui a détaché des éducateurs pour sensibiliser les
sans-abri à ses formations), la FUNOC et le CPAS.
DEROULEMENT DU PROJET
Plusieurs étapes marquent l’engagement des personnes dans le projet. La première étape
consiste en une prise de contact avec le travailleur social. Celui-ci fait une évaluation de
la situation des candidats et présente la candidature au Conseil d’Administration de
Sans-Abri Castors.
S’il est accepté, le candidat effectue un stage de trois semaines durant lesquelles il est
rémunéré comme ALE pour tester sa volonté à participer au projet et qu’il rencontre
l’équipe. La troisième étape consiste à signer un contrat de bail à rénovation et au
relogement dans un logement provisoire gratuit excepté les charges de chauffage et
d’électricité (1500 FB/mois). Enfin, après 9 à 12 mois de travail non rémunéré, l’usager
a un logement correct dont il doit payer un loyer qui s’élève à 20% ses revenus pour un
période indéterminée.
Dès l’accès au logement provisoire et grâce à l’accompagnement social, les participants
retrouvent une adresse et aussi la possibilité de percevoir une allocation (chômage,
minimex, pension ou d’invalidité).
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
Depuis 1995, a rénové un vingtaine de logements. Actuellement, à Charleroi,
l’association travaille dans une maison qui offrira trois logements dont deux sont déjà
finis et occupés, et trois autres logements sont en cours de constructions.
En moyenne, il y avait 5 à 6 sans-abri sur le chantier, mais l’absence de perspective de
rénovations destinées à leur logement a diminué leur nombre. En outre, 3 locataires ont
retrouvé un emploi.
RESULTATS QUALITATIFS
Pour les participants, des sans-abri moins déstructurés, qui « tiennent le coup », cela
donne de bons résultats : relogement correct, resocialisation, certains retrouvent du
travail, certains apprennent à payer régulièrement leur loyer et à entretenir leur
logement.
« Le projet est excellent » déclare un sans-abri ravi d’avoir un logement après avoir
travaillé sur les chantiers de Sans-abri Castors.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 133
EFFICACITE DU PROJET
En terme de resocialisation, les responsables ne se donnent pas d’obligation de résultats
pour tous les participants. « Plus de la moitié de ceux qui s’engagent au point de départ
abandonnent. » nous explique un responsable. Certains même « profitent » de
l’association pour se reloger un temps sans même payer les charges tel que le chauffage
de leur logement provisoire.
LA PARTICIPATION
La mobilisation et la participation des sans-abri passent de manière très concrète par la
participation à la rénovation d’immeubles destinés au relogement des participants ou à
la rénovation d’un bâtiment destiné à un centre d’accueil de jour pour sans-abri.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
L’association milite pour le droit au logement. Dans ce cadre, avec d’autres
associations, Sans-Abri Castors demande le droit pour les chômeurs à entretenir et
rénover leur logement sans pénalisation sur le montant des allocations. Il s’agirait d’un
pas vers le droit à l’autorénovation pour les plus démunis.
LE PROJET COMME PROCESSUS
Une personne qui s’est retrouvée à la rue avec sa famille explique qu’elle est heureuse
car elle a pu bénéficier d’un logement des Castors et qu’elle continue à travailler
bénévolement pour eux parce qu’elle apprécie ce qu’ils font. « Sur l’ensemble des
personnes qui habitent l’immeuble, explique-t-elle, un seul a un travail régulier mais …
il ne boit pas . Les autres ont un boulot intermittent. »
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOQUAGES OU HANDICAPS
Le public rencontré :
Les responsables du projet expliquent que les sans-abri ne sont pas des «petits saints ».
Ils sont souvent prisonniers d’assuétudes amplifiées par leurs échecs et leurs conditions
d’existence.
Le chantier connaît des problèmes d’inégalités au travail, de boisson, de drogues, de
violence. Parmi ceux qui entrent dans le projet, un certain nombre ne « tiennent pas le
coup ». L’accompagnement social est particulièrement déroutant, difficile. Selon les
dires du responsable, la gestion du projet et la responsabilité du Conseil
d’Administration sont tout aussi déroutants et difficiles. De part et d’autre il faut être
particulièrement solide pour « tenir ». Pour l’observateur extérieur, la pédagogie de
l’instructeur est souvent déroutante et donc sans doute difficilement reproductible.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 134
Etre « hors normes », c’est être « hors subsides » :
« Le projet étant, selon les dires de la Région wallonne, « hors normes », explique le
responsable de Sans-Abri Castor, après avoir fait l’objet de subventions dans le cadre
du budget « logement d’insertion », l’association est aujourd’hui exclue de ce soutien
financier. Pour avoir accès aux aides, il faudrait devenir une « entreprise ». « Or,
explique le responsable, la déstructuration des participants ne peut assurer la
rentabilité nécessaire à ce statut. Il faut donc « mendier » auprès des sponsors privés.
Cette insécurité financière accentue le « stress » des responsables ».
Le chantier :
Un bénévole déplore la faible fréquence des réunions, le fait que la coordination du
projet de rénovation dans son ensemble ne soit pas connue et qu’il manque de
communication entre les Compagnons et les bénévoles.
Au moment où nous les avons rencontrés (avril 2001), beaucoup déplorent le fait que le
chantier ne soit pas destiné à faire des logements mais bien à accueillir les locaux du
centre d’accueil de jour pour sans-abri.
Certains trouvent dommage qu’au niveau des décisions pour le chantier, beaucoup de
choses passent entre le responsable de chantier et le Conseil d’Administration.
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Un des atouts du projet est d’être proche des besoins des gens et de tenir compte de leur
mode de fonctionnement et de leur état de déstructuration.
Un bénévole explique « A Sans-abri Castor, on est pris comme on est, les responsables
font preuve de souplesse ».
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
Le chantier de rénovation du centre d’accueil de jour est en court. Par ailleurs, un
partenariat est envisagé avec l’EFT « Quelque choses à Faire » pour la rénovation de
logements.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 135
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 136
FICHE N°19
FICHE 19 : Transit 77 - Un hébergement d’urgence de
qualité pour femmes avec ou sans enfant : confiance et
valorisation
AUTEURS DE LA FICHE
4 personnes : 2 bénéficiaires, une coordinatrice du Germoir et la coordinatrice de
Relogeas
AUTEUR MORAL
Le Germoir asbl
COORDONNEES UTILES
Le Germoir
Rue Monceau-Fontaine 42/03
6031 Monceau-Sur-Sambre
Tél. : 071 27 05 40
Fax : 071 27 05 49
Relogeas
Rue Monceau-Fontaine 42/11
6031 Monceau-Sur-Sambre
Tél. : 071 31 78 52
Fax :071 32 87 40
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> <femme> <insertion professionnelle> <insertion par le
logement> <formation professionnelle> <accompagnement social> <hébergement
d’urgence> <autonomie> <trajectoire logement> <infrastructure logement>
Fiche projet
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
Le Germoir est une entreprise de formation par le travail (EFT) qui, depuis 20 ans,
assure la formation de femmes, souvent seules, avec enfants, avec peu ou pas de
revenus. Elles viennent en formation en Horeca, couture ou nettoyage, pour une durée
maximale de 18 mois. Si cela s’avère important pour la stagiaire, le travail peut
continuer avec elle au delà de cette période de subvention de la formation.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 137
Les stagiaires qui participent à ces formations y viennent avec leur lot de problèmes
divers auxquels l’équipe du Germoir tente de répondre par de l’accompagnement et
éventuellement l’orientation vers d’autres services.
Parmi les problèmes rencontrés, le Germoir a régulièrement été confronté au problème
de trouver un logement d’urgence pour ses stagiaires. Les causes qui mènent à cette
situation sont diverses mais parmi les principales, il y a les ruptures brutales, des fuites
pour coups et blessures, les expulsions pour non-paiement ou racisme ou encore des
raisons d’insalubrité.
Désireuse de pouvoir répondre à ce problème récurent, l’équipe du Germoir a lancé un
projet pilote de maison d’accueil d’urgence pour femmes dont les portes se sont
ouvertes en novembre 2000.
OBJECTIFS DU PROJET
Le Germoir met l’accent sur l’accueil, l’écoute, le soutien et la valorisation des
stagiaires. Le projet vise à les amener à plus d’autonomie et plus d’assurance pour
concrétiser le désir de changement des stagiaires. L’offre du service de logement
d’urgence “ Transit 77 ” s’inscrit dans le projet global d’accueil de la personne dans son
ensemble et de tentative de réponde aux problèmes que vivent les stagiaires.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
Au départ, “ Transit 77 ” s’adresse exclusivement aux stagiaires du Germoir en
difficultés de logement.
Le Germoir s’adresse à des femmes de toutes nationalités, le plus souvent seules ou
avec enfants, à partir de 21 ans, confrontées à divers problèmes familiaux, de logement,
de revenus, de santé, de souffrance morale, d’emploi et qui désirent explicitement
opérer un changement dans leur vie.
MONTAGE FINANCIER
Le projet est lancé sur les fonds propres du Germoir. Toutefois, l’association a récolté
900 000 FB de dons qui ont servi à l’équipement et à la maintenance du projet. Une
coordinatrice du Germoir explique que “ la maison est équipée de tout ce dont une
femme a besoin quand elle débarque d’urgence, sans rien, dans un logement. On y
trouve tout l’équipement nécessaire jusqu’à la trousse de toilette d’urgence. ”
Le prix de la nuitée est de 350 FB mais est adapté à la situation de chaque femme.
La maison est louée 7 000 FB par mois plus 4 000 FB de charges à Relogeas. A cela, le
Germoir doit ajouter le chauffage au mazout dont le coût de l’hiver 2000-2001 a été très
élevé. Au total, “ Transit 77 ” coûte environ 14 000 FB par mois au Germoir.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 138
PARTENAIRES DU PROJET
Dans le cadre de “ Transit 77 ”, un partenaire privilégié est l’association Relogeas qui
loue une maison au Germoir, pouvant accueillir simultanément 3 femmes avec deux ou
trois enfants.
Créée en mai 1994 par une série d’associations dont “ Quelque chose à faire ” (EFT) et
le Germoir, Relogeas a pour objectif d’apporter une réponse au problème de logement
de personnes en difficultés. Elle reçoit, loue, achète ou prend en gestion des bâtiments
pour en faire des logements d’insertion. Ces logements sont loués à un prix n’excédant
pas 20% des revenus du locataire. L’association tente d’arriver à une prise en charge
responsable et solidaire des habitations par les locataires.
DEROULEMENT DU PROJET
Lorsqu’une femme, stagiaire au Germoir, se retrouve brusquement sans logement, elle a
la possibilité de bénéficier d’un logement d’urgence pour la dépanner. Une assistante
sociale prend en charge les demandes. Et en assure le suivi.
Un forfait journalier, adapté en fonction de chaque situation, est demandé à la stagiaire.
Elle doit également accepter de travailler en parallèle avec l’assistante sociale du
Germoir, afin de trouver un logement adapté à ses besoins. Il y a un règlement d’ordre
intérieur pour la maison du “ Transit 77 ”. En outre, le délai maximum pour rester dans
cette maison est, en principe, de trois mois. Il est aussi demandé à la personne de
respecter la confidentialité de l’adresse de la maison afin de protéger au maximum les
locataires.
Lors de l’installation d’urgence d’une stagiaire, réfugiée de 55 ans, qui était victime de
violence de la part de son entourage, deux responsables du Germoir l’ont accompagnée
jusque chez elle pour qu’elle puisse récupérer quelques affaires personnelles. Arrivée à
“ Transit 77 ”, elle a choisi sa chambre, a déposé ses affaires et, ensemble, les
travailleurs et la stagiaire ont débouché une bouteille de bière d’abbaye. “ J’étais
fatiguée mais heureuse ” explique-t-elle.
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
Ouverte en novembre 2000, la maison “ Transit 77 ” a accueilli trois femmes. Deux
pour de très courtes périodes, une troisième qui est là depuis près de trois mois et qui
prolonge encore son séjour d’un mois pour louer un appartement qui se libère dans le
courant du mois suivant.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 139
RESULTATS QUALITATIFS
L’initiative est perçue très positivement par les femmes qui ont transité par ce logement.
Pour l’une, âgée de 41 ans, restée une vingtaine de jours, ce logement a permis de faire
charnière entre son ancien appartement et une petite maison qu’elle convoitait mais qui
ne se libérait qu’après la fin de son bail dans l’appartement.
Une autre femme est propriétaire d’une maison qui, faute de moyens pour l’entretenir,
est devenue insalubre. Elle ne tarit pas d’éloge pour le Germoir et son équipe, ni pour le
logement d’urgence mis à disposition. “ Dans le logement, il y a tout, explique-t-elle.
Un peu de nourriture d’urgence, de la vaisselle, une télévision, une vidéo, le
téléphone,... ” On y trouve une cuisine équipée, ainsi qu’un salon, trois chambres
meublées avec tout le linge nécessaire, une salle de bain et une machine à laver. “ On
voit que ce sont des femmes qui ont arrangé la maison ” poursuit-elle. De plus, la
personne explique que la maison est idéalement située à proximité des arrêts de bus,
des banques, et des commerces.
“ C’est du social à la hauteur, qui redonne confiance en soi parce qu’on vous fait
confiance. Vous êtes digne de confiance. On vous donne la clef de la maison et vous
pouvez y entrer immédiatement, dit une hébergée du “ Transit 77 ”. Et c’est un
environnement gai, c’est bien pensé. ”
EFFICACITE DU PROJET
Sur la courte période écoulée (7 mois), l’efficacité par rapport aux objectifs fixés ne fait
pas de doute. Le projet apporte visiblement le coup de pouce visé.
A travers les dires des bénéficiaires, il semble que la valeur du projet tienne aussi dans
la confiance que les responsables du service expriment à leur égard par le geste de leur
confier la clef d’un logement complètement équipé et de qualité, dans lequel elles se
sentent accueillies, presque attendues.
LA PARTICIPATION
Au stade actuel du projet, une démarche participative n’est pas présente dans le projet.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
Ce projet tend à offrir un logement de qualité et démontre que ce n’est pas parce qu’une
personne est dans une situation de fragilité sociale qu’elle doit n’avoir accès qu’à des
logements de qualité médiocre.
LE PROJET COMME PROCESSUS
Cette maison de transit, par nature, s’inscrit dans un processus au sens d’une trajectoire
personnelle. La durée du séjour étant limitée (trois mois maximum), l’accueil
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 140
s’accompagne d’une aide à la recherche d’une autre solution de logement qui
conviendra à la personne.
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOQUAGES OU HANDICAPS
Une difficulté réside dans l’absence de reconnaissance officielle et de subventions pour
le projet. Le poids financier du lancement d’un tel le projet est donc une difficulté.
Dans le cadre du lancement du projet, la maison a un taux d’occupation faible qui
déséquilibre le budget prévu.
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Aux dires des bénéficiaires, la confiance des responsables du projet à leur égard est un
atout. Il est probable qu’un des éléments qui favorisent la confiance soit la relation qui
préexiste entre le service et la stagiaire. Cette relation préexistante et la connaissance
des stagiaires permettent aux responsables de confier la clef de la maison “ les yeux
fermés ” avec un maximum de garantie.
Un autre atout réside dans la qualité de l’équipement du logement qui donne une image
positive de soi-même aux femmes qui utilisent le logement d’urgence. Il apparaît penser
par et pour les femmes, avec un certain raffinement.
Une des hébergées exprimait “ qu’au Germoir, ce sont des femmes qui dirigent, qui
sont à la fois femmes, mères et épouses. Elles sont formées dans le social, éducatrice, et
ont de la psychologie. Elles nous montrent qu’on est capable d’arriver et le bâtiment
qu’elles occupent en est une preuve. Elles ont mis tout ça en place pour aider les
femmes qui n’arrivent pas comme elles. Ce sont des femmes qui savent par quelles
étapes passent les femmes. En plus, ici, on est assurée d’avoir une formation sérieuse
pour avoir une ouverture vers l’emploi.”
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
Le projet “ Transit 77 ” sera évalué après un an et sera adapté en conséquence. Il est
déjà envisagé de l’ouvrir à d’autres services étant donné l’importance du vide locatif
enregistré après 7 mois.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 141
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 142
FICHE N°20
FICHE 20 : WOTEPA – Un programme d’insertion globale par
le logement et l’emploi
AUTEURS DE LA FICHE
Un fondateur du projet
AUTEUR MORAL
WOTEPA
COORDONNEES UTILES
WOTEPA
Sint-Amandusstraat 3/17
2060 Antwerpen
Tél. : 03 232 33 35
Fax. : 03 226 15 35
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> <programme logement> <approche globale> <relation
emploi logement> <lutte contre la pauvreté> <chômeur> <<capitalisation des
compétences> <rénovation du logement> <accompagnement social> <participation des
locataires> <pédagogie de l’habitat> <insertion par le logement> <insertion
professionnelle> <formation professionnelle>
Fiche projet
CONTEXTE ET ORIGINES DU PROJET
Le projet WOTEPA (Woon- en tewerkstellingsprogramma Antwerpen – Programme de
logement et d’emploi d’Anvers) est une initiative de lutte contre l’exclusion sociale qui
trouve son origine dans le Centre ‘De Oude Stad’, initiative d’animation pour locataires
de chambres meublées.
Il s’appuie sur les expériences de divers organismes anversois rassemblés dans le cadre
du 2e programme de Lutte contre la pauvreté sous les auspices de la Communauté
européenne (de 1986 à 1989).
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 143
OBJECTIFS DU PROJET ou ENJEUX DU PROJET
Alors que beaucoup d’initiatives ont une approche spécifique (revenus, travail,
logement, santé, contacts sociaux, éducation, participation à la vie de la société, …),
WOTEPA situe son action dans le cadre d’un projet global intégré.
L’approche est globale car tous les aspects qui jouent un rôle dans les situations de
pauvreté extrême sont pris en considération, malgré une approche par les problèmes de
logement et de travail. L’approche est intégrée dans la mesure où l’action en faveur du
groupe-cible se fait à la fois dans les deux domaines. C’est à partir de l’intégration par
le logement et l’emploi que WOTEPA aborde l’objectif d’intégration des participants
dans la vie de la société sous tous ses aspects.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
Le projet s’adresse à des personnes vivant dans des situations d’extrême pauvreté et à
des personnes vivant avec le minimum vital qui répondent aux trois critères suivants :
bénéficier d’un revenu de remplacement minimum ; être confronté à des problèmes de
logement fréquents (habiter pendant une longue période dans de nombreuses habitations
malsaines ou insalubres) ; être considéré au niveau de l’emploi comme exclu du marché
de l’emploi (être chômeur peu scolarisé de longue durée, avec un niveau
d’enseignement primaire maximum).
Le projet s’adresse donc à des personnes qui ne sont pas ou plus capables de travailler
dans le secteur classique du travail car il est trop exigeant et parce que le rythme y est
trop soutenu. L’idée est d’offrir un travail adapté aux aptitudes des gens.
Le type d’activité doit pouvoir s’adresser tant aux hommes qu’aux femmes.
MONTAGE FINANCIER
Pour monter le projet de construction/rénovation au niveau financier, une équipe
multidisciplinaire a été mise sur pied comprenant un assistant social, deux experts
financiers travaillant dans le secteur privé, un économiste et un juriste.
Le projet global porte sur un montant global d’environ 40 millions de francs belges.
WOTEPA, en coopération avec une institution bancaire, a fondé une Société Anonyme
(SA) qui a émis des certificats immobiliers. Cette société est propriétaire du bâtiment et
ses statuts stipulent la destination sociale de l’immeuble et l’usage qui peut en être fait.
En capitaux privés, 25 millions ont été récoltés par l’émission de 49 actions et autant de
certificats immobiliers. Le montage financier permet d’offrir un intérêt annuel de plus
de 7% net, provenant des loyers. Une partie des intérêts sur le montant du certificat est
considérée comme remboursement du capital, de sorte que le prélèvement fiscal ne soit
que de 10%. Les pouvoirs publics sont intervenus sous forme de prêts et d’allocation à
la construction pour le reste des fonds.
Au niveau des loyers, les payements se passent plutôt bien grâce à un accompagnement.
Si une semaine de retard est observée, un contact est pris avec la personne pour voir ce
qui se passe. Seul 2% des loyers n’est pas récupéré.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 144
Au niveau des Ateliers sociaux, pour les salaires des ouvriers, la Communauté flamande
octroie un montant fixe indexé qui couvre 80 à 90 % du salaire. L’aide n’est pas limitée
dans le temps mais il y a une diminution de celle-ci d’environ 5% après 2 ans. Dès le
début, les travailleurs ont un salaire d’un peu plus de 31 000 FB net par mois (en 2001).
En ce qui concerne les instructeurs, la moitié du salaire est subventionné.
Une subvention est perçue par WOTEPA–Bien-être dans le cadre d’actions de
développement communautaire et dans le cadre de projets favorisant la prise de parole
pour mener à l’action.
PARTENAIRES DU PROJET
Le projet a mis en place une série de coopérations avec d’autres organismes relevant du
secteur de l’animation sociale, de l’aide sociale et des milieux économico-financiers. Au
moment du lancement du projet, on trouve des coopérations avec le VDAB et le CPAS,
avec une société de développement du quartier, avec un service d’aide sociale de
quartier, et avec des institutions financières.
DEROULEMENT DU PROJET
Dans le cadre des Ateliers sociaux de WOTEPA, les travailleurs ont d’abord rénové un
immeuble vide d’une ancienne école de quartier, immeuble qui a été rénové en 26
appartements de différentes tailles (1, 2 et 3 chambres), quelques bureaux et une salle
polyvalente pour des réunions.
Quatre ateliers proposent des activités spécialisées et adaptées au public cible : un
atelier de construction (travaux de rénovation) ; un atelier de menuiserie ; un atelier de
restauration de meubles et un atelier de finition (pose de carrelage, plâtrage, peinture).
Le service mise sur la capitalisation des compétences qui augmentent avec le temps
chez les travailleurs et tend vers une production économique rentable.
Il arrive qu’après un certain temps, les ouvriers cherchent à travailler à l’extérieur du
service. Mais, après quelques temps, pour diverses raisons, certains ouvriers reviennent
à WOTEPA et demandent à réintégrer leur place. Pour éviter des difficultés relatives à
ces tentatives légitimes de quitter WOTEPA, un système a été mis en place permettant
de garder une place à WOTEPA disponible pendant une durée de stage passé chez le
nouvel employeur. (pendant ce temps, toujours payé par WOTEPA)
Au niveau des clients, en théorie, les Ateliers Sociaux peuvent répondre à toute
demande tant publique que privée. Mais les contrats émanent essentiellement des
associations et des pouvoirs publics.
Deux éléments permettent d’assurer que les activités des Ateliers sociaux n’entrent pas
en concurrence avec le secteur privé. D’une part, les activités sont limitées à un
territoire d’action qui s’étend sur la Province d’Anvers. Si les Ateliers veulent aller dans
une autre Province, une demande doit être introduite auprès du Comité sub-régional de
celle-ci. D’autres part, le Comité Régional de l’emploi, en lien avec le VDAB
(équivalent du Forem en Wallonie), surveille le respect des règles de concurrence, traite
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 145
les demandes des ateliers sociaux et surveille que les activités n’entrent pas en
concurrence avec des entreprises ordinaires.
Au niveau du logement, WOTEPA a constitué un groupe d’habitants qu’elle considère
comme « une association où les pauvres prennent la parole ». C’est pourquoi elle
travaille avec des responsables pour chaque unité d’habitation qui sont appelés
« gangmaker » (voir dans le point « Participation »).
Par ailleurs, quand des nouveaux locataires arrivent, c’est le plus souvent sans rien. Ils
peuvent alors choisir dans un stock de seconde mains des meubles qui leur
appartiendront après un certain temps. L’idée est que la propriété de meubles donne une
certaine stabilité, « sinon la personne peut prendre la fuite avec juste deux sacs sous le
bras » explique un des fondateurs du projet.
Fiche de perception du projet par les acteurs
RESULTATS QUANTITATIFS
Lors de la première phase, WOTEPA a construit et rénové 24 logements, gérés par la
SA, qui accueillent 50 à 60 personnes. Elle a également rénové 6 appartements sur le
même principe.
L’Atelier Social emploie 20 ouvriers. Ceux-ci sont accompagnés par 4 instructeurs, un
chef instructeur à mi-temps et un coordinateur à mi-temps.
RESULTATS QUALITATIFS
Dans la présentation que les responsables font du projet, ils proposent une réponse
rassurante sur le long terme aux bénéficiaires par rapport à l’insécurité au niveau de
l’emploi et du logement.
Au-delà de la stabilité de l’emploi, sur quatre personnes qui ont essayé de travailler à
l’extérieur de WOTEPA, une seule à trouver un emploi.
En terme de logement, quatre à cinq ménages habitent l’immeuble depuis le lancement
de l’initiative. Les autres ont changé. Parmi celles qui ont quitté, deux personnes ont eu
la possibilité d’acheter un logement et une personne a été expulsée parce que, souffrant
de problèmes de santé mentale, elle ne prenait pas sa médication.
EFFICACITE DU PROJET
L’efficacité réside dans l’offre d’emploi et de logement dans un environnement adapté
et sécurisant pour des personnes qui ont un parcours difficile. Elle tient également dans
le montage partenarial mis en place.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 146
LA PARTICIPATION
En terme de participation, le « gangmaker » est un personnage important au niveau du
logement. Le « gangmaker » est le responsable d’une unité d’habitation. Son rôle est
d’assurer la communication entre les locataires et la société de logement d’une part, et
entre les locataires d’autres part. Chacun reste responsable de la bonne pratique de
l’immeuble.
Le choix du « gangmaker » se fait par unité d’habitation. Un travailleur social fait le
tour des différents locataires pour récolter leur choix sur la personne qui serait le « bon
meneur ». Afin d’éviter que ce recueil de votes soit un test de popularité des locataires,
les résultats ne sont pas affichés et il est demandé de faire confiance aux
accompagnateurs sociaux qui récoltent les voix de chacun à travers la consultation.
La personne la plus plébiscitée est alors rencontrée pour lui proposer le poste. Si elle
décline la proposition, les accompagnateurs sociaux se tourneront alors vers la seconde
et ainsi de suite jusqu’à ce qu’une personne accepte le poste. La personne occupe la
fonction pour une durée de 2 ans.
Le système fonctionne depuis trois ans et les réunions avec les « gangmaker »,
organisées une fois par mois, permettent de se pencher sur la vie dans les immeubles.
Au niveau des ateliers, il y a un système similaire mais qui est moins développé étant
donné la présence des instructeurs.
Les rénovations ont été réalisées aussi en tenant compte de l’expérience des gens qui
vivent dans les meublés. Le projet s’est développé sur base de l’expérience des
populations concernées à partir de l’Institut du Développement Communautaire.
AVANCEES AU NIVEAU DU DROIT
Quand une personne désire travailler à l’extérieur de WOTEPA, elle peut commencer
son nouveau travail par une période de stage tout en conservant son contrat avec
WOTEPA.
Dans le cadre des Ateliers sociaux, les ouvriers ont un statut d’emploi émanant du
Gouvernement flamand (décret de mars 1998) qui offre un contrat à durée indéterminée
à des personnes remplissant des conditions spécifiques (plus de 25 ans, minimum 5 ans
de chômage, niveau d’étude ne dépassant pas les moyennes inférieures).
LE PROJET COMME PROCESSUS
Les participants peuvent considérer leur logement et leur travail comme définitifs. En
outre, leur travail leur apporte une formation et de nouvelles qualifications.
DIFFICULTES RENCONTREES, BLOCAGES OU HANDICAPS
Le salaire bas des instructeurs fait que les Ateliers ne peuvent engager que des
personnes moins expérimentées.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 147
Les responsables notent que peu de personnes trouvent du travail à l’extérieur de
WOTEPA malgré leur désir de sortir de l’Atelier Social.
Dans le cadre d’un projet global et intégré, encore plus que dans d’autres projets, au
niveau du travail avec les bénéficiaires, il faut être très vigilant de ne pas trop
accompagner les personnes.
ATOUTS DU PROJET OU CAUSES DE REUSSITE
Un atout réside dans la mise au point d’un programme global de lutte contre les
différents aspects de l’exclusion sociale et partant de deux aspects fondamentaux :
emploi et logement. Les Ateliers sociaux permettent d’offrir un contrat de travail à
durée indéterminée avec un salaire et WOTEPA propose un logement de qualité pour un
loyer modéré.
Par ailleurs, un des atouts du projet est d’avoir réussi à intéresser le secteur privé à
participer à un projet social en l’associant au montage du projet de façon à lui assurer un
retour financier suffisamment intéressant pour qu’il s’y implique. Le montage financier
utilisant des fonds privés et des fonds publics est une idée à étudier et à exploiter.
PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENTS FUTURS DU PROJET
Poursuivre l’action menée.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 148
EXPERIENCES D’AUTRES PAYS
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 149
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 150
FICHE 21 : Production d'habitat adapté2 pour des gens du
voyage à St-Bonnet de Mûre, Rhône, France
AUTEUR DE LA FICHE
Bertrand Lapostolet
AUTEUR MORAL
ALPIL (Action pour l'insertion sociale par le logement)
ALPIL – 12 place Croix-Pâquet – 69001 Lyon – Tél. : 00.33.4.78392638 – Fax :
00.33.4.72009944 – e-mail : alpil@globenet.org – site : http://www.habiter.org
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> <innovation sociale> <gens du voyage> <habitat alternatif>
<contrat de location> <droits et devoirs du locataire> <logement social> <habitat
adapté> <accès au logement> <droits des minorités> <droit au logement>
<participation des habitants>
FICHE PROJET
CONTEXTE
La Loi a prévu depuis 1990 (art.28 de la Loi Besson) la mise en place de capacité de
réponses pour l'accueil des gens du voyage. Cette politique prend corps dans les
schémas départementaux d'accueil des gens du voyage. Si le bilan de l'application de
cette loi est pour le moins mitigé au niveau national et a donné lieu à l'adoption d'une
nouvelle loi, plus volontariste en juillet 2000, des démarches ont néanmoins été
entreprises dans certains départements.
Dans le Rhône, un schéma a été signé par le préfet en 1995 sur base d'une étude
d'évaluation. Devant le peu d'effet immédiat de ce schéma et grâce au soutien de la
Commission des communautés européennes, une mission de MOUS (maîtrise d'œuvre
urbaine et sociale) a démarré en 1997, portée par l'Alpil et soutenue en complément de
la CCE, par la Direction départementale de l'équipement et la Communauté urbaine de
Lyon et d'autres collectivités locales (communes ou groupements de communes).
2
Combinant habitat sédentaire (logement social) et habitat mobile (caravane)
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 151
L'objet de cette MOUS est d'apporter un soutien aux communes et groupements de
communes qui le souhaitent pour évaluer les besoins et mettre en œuvre des solutions
d'accueil et d'habitat pour les gens du voyage.
Aujourd'hui, ce programme d'actions commence à produire des résultats tangibles
(livraison d'équipements) et le schéma départemental est en cours d'évaluation avant sa
reconduction. Le renforcement législatif (obligations et moyens accrus) et la
mobilisation locale (implication du Conseil général du département du Rhône,
compétence "gens du voyage" prise par des groupements de communes, poste de chef
de projet créé au niveau de la communauté urbaine de Lyon, …) laissent augurer une
meilleure couverture des besoins dans les temps à venir.
ORIGINES DU PROJET
La Communauté de communes de l'Est lyonnais (CCEL), regroupant six communes du
secteur, s'est impliquée dans la mise en œuvre du schéma d'accueil à partir d'une réévaluation des besoins menée en 1997 par l'Alpil.
Ce travail a amené à identifier des besoins de réponses pour les gens du voyage
itinérants ne faisant que s'arrêter ponctuellement dans ces communes (printemps-été
surtout) et des besoins d'habitat plus permanent pour des familles du voyage résidant de
manière durable sur le secteur.
Pour ces dernières a été recherchée une solution qui concilie besoins particuliers et
montage de droit commun. En effet il ne s'agissait pas de créer une "aire" ou un
"terrain" de passage, mais bien un habitat permanent intégrant les spécificités du mode
de vie (habitat caravane et construction légères).
C'est pourquoi, et à partir de l'analyse du mode d'installation des familles, le choix s'est
arrêté sur la construction de logements individuels réduits au minimum et conservant les
caravanes comme habitat complémentaire.
Dans un premier temps, un terrain a été recherché à proximité de l'implantation actuelle
du groupe familial principal concerné par le projet. Un peu éloigné du bourg, il reste
néanmoins accessible : 3km du centre du village).
Après vérification de la possibilité d'utiliser le financement classique de l'habitat social,
un maître d'ouvrage HLM3 (OPAC4 du Rhône) a été recherché pour porter l'opération
pour le compte de la CCEL5, devenue propriétaire du terrain.
Après quelques péripéties dues à la complexité du caractère innovant du projet, les
travaux ont démarré à l'automne 2000 pour se terminer en juillet 2001.
Ce projet doit constituer la première réalisation de ce type dans le département (et une
des premières en France).
3
Habitation à Loyer Modéré
Office Public d’Aménagement et de Construction
5
Communauté de Communes de l’Est Lyonnais
4
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 152
OBJECTIFS DU PROJET
L'objectif est de produire une solution permanente d'habitat pour des familles du voyage
résidant à St-Bonnet-de-Mûre ou aux alentours. Ces familles sont fixées sur place
depuis des années, ayant arrêté de circuler principalement pour des raisons
économiques. Elles ont en effet très peu de moyens, vivant toutes au moins
partiellement du Revenu minimum d'insertion (RMI) et pratiquant des activités de
ferraillage peu rémunératrices.
Les enjeux principaux sont :
¾ De fournir un habitat permanent le plus proche possible du droit commun (éviter
un effet ghetto)
Ce n'est pas un "terrain", mais un lotissement banalisé avec les mêmes droits
(adresse, boîte au lettres, ramassage ordures ménagères,…) et les mêmes devoirs
(entretien, taxes locales,…) que les autres habitants de la commune.
Les familles ont un statut de locataire HLM banal, c'est à dire un contrat durable et
un loyer adapté ouvrant droit à l'APL (aide personnalisée au logement) soit un coût
restant à charge des familles de l'ordre de 10 à 20 % par mois (hors assurance).
Pas de prise en charge spécifique sur le plan social mais un lien fort avec les
partenaires de proximité (social, scolaire, municipal,…).
¾ D’offrir néanmoins une solution d'habitat adaptée au choix et modes de vie des
familles
L'habitat construit est très réduit (35 à 50m2 par bâtiment pour des parcelles de 500
à 1000m2) et prévoit l'habitat caravane en complément : l’habitat en dur est la pièce
de vie, la cuisine et le sanitaires ; la caravane devient une chambre.
L'activité économique (surtout ferraillage) est prise en compte (espace commun
prévu dans le lotissement) et encadrée de manière à respecter l'environnement et la
réglementation.
POPULATION CONCERNEE
8 ménages (16 adultes et 4 enfants) au total sur 3 unités d'habitation. Les deux petites
unités accueillent chacune 1 ménage locataire ; la plus grande accueille un groupe
familial : les parents y sont locataires et hébergent leurs grands enfants dont certains
sont « en ménage » .
Ces familles (gitans espagnols et manouches) résident sur la commune ou à proximité
depuis des années. Il n'est pas exclu que la disposition d'un lieu de référence permanent
et l'amélioration des conditions d'existence amènent certains jeunes adultes à reprendre
le voyage (avec "hivernage" à St-Bonnet pendant les mois froids).
Les familles-locataires ont été associées en amont à la conception du projet et sont
associées à sa gestion dans le cadre d'une commission paritaire prévue au règlement
intérieur du lotissement les réunissant avec la commune, la CCEL, et l'organisme
gestionnaire. D'autres partenaires du projet (DDE6, intervenants sociaux, Alpil) y seront
aussi associés dans la phase de démarrage.
6
Direction Départementale de l’Equipement
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 153
MONTAGE FINANCIER
Communauté de communes de l’Est lyonnais : acquisition et aménagement du terrain.
OPAC 69 : bâtiments d’habitation, montage PLA7 d’intégration.
MONTAGE LEGAL
Le projet est porté par la CCEL (maîtrise d'ouvrage) avec la réalisation de
l'aménagement du terrain par la DDE et de la partie habitat par un office d'HLM,
l'OPAC du Rhône.
Le projet est réalisé dans le cadre d'une opération de logement HLM adapté : le Prêt
Locatif Aidé d'intégration.
PARTENAIRES DU PROJET
Maîtrise d'ouvrage :
Communauté de Communes de l'Est Lyonnais et Commune de St-Bonnet,
Maîtrise d'ouvrage déléguée et maîtrise d'œuvre:
OPAC du Rhône (partie habitat), partie habitat
Architectes : cabinet Tempo
Direction Départementale de l'Équipement, aménagement du terrain
Intervenants sociaux :
Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales, Association Rhodanienne
des Tziganes et de leurs Amis Gadgé, services municipaux et départementaux de
secteur.
Maîtrise d'Œuvre Urbaine et Sociale :
Alpil - en lien avec les instances du Schéma départemental pour l'accueil des gens du
voyage et du Plan départemental pour le logement des personnes défavorisées.
DEROULEMENT DU PROJET
La livraison définitive des maisons et de l'aménagement extérieur est faite depuis juillet
2001. Les mises en location sont en cours.
7
Prêt Locatif Aidé
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 154
Fiche reproductibilité
ELEMENTS SPECIFIQUES A REPRODUIRE
Construction d’un habitat permanent pour des familles de gens du voyage intégrant les
spécificités de leur mode de vie (combinaison d’un habitat sédentaire à un habitat
mobile). Participation des familles à la conception du projet et à sa gestion.
EXEMPLES EN REGION WALLONNE – Belgique
« En Belgique aucune loi ne réglemente le stationnement8 ». L’accueil des gens du
voyages est tributaire du bon vouloir des autorités locales qui gèrent les territoires
qu’ils traversent. Seuls deux terrains d’accueil sont plus ou moins officiels. A savoir un
espace non équipé mis à disposition par la ville de Bastogne et un terrain aménagé à
Ghlin pour des personnes semi-sédentarisées, que la ville de Mons s’est engagée à
améliorer.
Il existe peu d’organismes qui défendent les droits des gens du voyage :
¾ Le Comité National des Gens du Voyage (au niveau fédéral) s’occupe des
négociations et des médiations avec les pouvoirs locaux. Il est composé de gens du
voyage qui circulent et vivent en caravane. Il soutient quelques expériences pilotes
au niveau de l’installation de terrain d’accueil qui devraient voir le jour.
¾ La Verdine wallonne est la seule association constituée uniquement, excepté son
président, de gens du voyage. L’association profite d’une adhésion assez large et
d’une reconnaissance de la part des gens du voyage9 qui souhaitent prendre leur
avenir en main. Ses objectifs sont, entre autres, de promouvoir le mode de vie des
gens du voyage et de participer aux médiations avec les pouvoirs publics.
L’aumônier Philippe Masson en est le président10.
¾ Quelques rares services ont une expérience en matière de gens du voyage comme le
service social des bateliers et gens du voyage à Liège ou encore le Centre régional
d’intégration des personnes étrangères ou d’origine étrangère de Namur dont les
principales missions sont de développer des activités d’intégration notamment en
matière de logement et d’insertion socio-professionnelle ; de promouvoir la
participation à la vie sociale, économique et culturelle ; de promouvoir les échanges
interculturels et le respect des différences
¾ Le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme soutient les
associations qui défendent les gens du voyage. Il émet des propositions et porte les
revendications des gens du voyage.
8
René De Bodt, cité par NLS, Le stationnement des gens du voyage : les Français montrent l’exemple…,
Alter Echos, n°80, 28 août 2000, p.29
9
Ce qui est positif, car les « voyageurs » acceptent difficilement d’être représentés par d’autres.
10
Il est aussi le président des associations Route Vivante et Lumière sur la route (asbl qui s’occupent des
gens du voyage). Il a une bonne expérience en cette matière : « cela fait 20 ans que je fais le tour des
communes pour défaire les préjugés ».
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 155
¾ La ligue des droits de l’homme et le Mouvement contre le racisme l’antisémitisme
et la xénophobie (MRAX) ont aussi initié des actions, notamment lors des
expulsions de Roms et de l’obligation de visa imposée aux ressortissants slovaques
pour, notamment, empêcher la venue de tziganes (minorités Roms).
Il existe quelques exemples assez intéressant en matière de participation des locataires
d'habitations sociales autre que les gens du voyage. A Vedrin, par exemple, des
personnes handicapées, futurs locataires, ont participé à la conception et à la réalisation
du projet de l'architecte pour la construction d'une dizaine de logements pour
handicapés physique lourd11.
ELEMENTS DE REPRODUCTIBILITE
L’appellation gens du voyage regroupe différentes communautés comme, entre autres,
les forains, les descendants de commerçants itinérants, les Manouches, les Romanis, les
Tziganes, … qui ont chacune leur spécificité, leur culture, leur mode de vie. Par
exemple : certains sont sédentarisés et habitent dans des maisons ; les Manouches
habitent dans nos régions depuis le XVe siècle ; les femmes Romanis préfèrent porter le
vêtement traditionnel.
Seuls des projets menés en concertation avec les gens du voyage et répondant à leurs
besoins et souhaits auront une chance d’aboutir. Bien souvent, les gens du voyage ne
demandent pas grand chose : davantage de terrains équipés pour stationner aux abords
des villes ; la possibilité d’avoir une adresse de référence auprès d’une personne morale
et non plus seulement physique12.
Concernant l’adresse de référence, une proposition de loi a été déposée à la Chambre13
demandant que les personnes qui séjournent dans une demeure mobile ou qui n’ont pas
de résidence puissent se faire inscrire à une adresse de référence. Actuellement il doit
s’agir de l’adresse d’une personne physique ce qui pose quelque problème puisque peu
de particulier acceptent.
Il faudrait que les personnes morales soient aussi habilitées à être référentes comme
pour les sans-abri et les membres des forces armées étrangères
La création d’aires de stationnement équipées fait l’objet de négociations avec les
pouvoirs locaux. En matière de terrains équipés, au niveau de la Région, il existe des
budgets14 (au sein de différents ministères : Action sociale, Aménagement du
territoire,…) pour l’aménagement de terrains mis à la disposition par les communes et
destinés exclusivement au transit .
La Région octroie des aides à l’équipement aux pouvoirs locaux, Régies communales et
Fonds du logement des familles nombreuses. L’article 44 du Code du logement stipule
11
Un chez soi pour tous. Projets de logement innovants dans l'Union Européenne, CECODHAS, août
2000, Pays Bas, p.7
12
Michelle Lamensch, Quarante mille âmes à Tziganes-ville, Le Soir, lundi 31 août 1998, p.12
13
Proposition de loi modifiant la loi du 19 juillet 1991 relative aux registres de la population et aux cartes
d’identité et modifiant la loi du 8 août 1983 organisant un registre national des personnes physiques,
Chambre des représentants de Belgique, 14 mai 2001.
14
octroyé sur une démarche volontaire des communes.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 156
que « la Région peut également prendre à sa charge les coûts d’équipement et
d’aménagement (équipement en voirie, égouts, éclairage public, réseau de distribution
d’eau, abords communs) lorsque le terrain est destiné à recevoir des habitations mobiles
occupées par des nomades ».
Certaines villes font œuvre de pionnier en la matière, comme Mons15 et Bastogne par
exemple16. D’autres avancent petit à petit, comme la ville de Liège qui, en décembre
2000, a adopté le Manifeste Sécurité et Démocratie dont l’article 12 stipule que : « la
ville doit contribuer à garantir à chacun de ses habitants des conditions de vie conformes
aux droits fondamentaux de la personne : accès au logement (y compris lieux d’accueil
pour les gens du voyage), accès à l’emploi, accès à l’éducation, accès à la justice (…) ».
Une coordination des projets en faveur des gens du voyage devrait voir le jour sous peu.
Outre la structuration de la coordination des initiatives, elle devrait aussi assurer, entre
autres, une médiation et un soutien à l’initiation de projets.
Concernant l’administration, c’est la Direction générale pour l’action sociale et la santé
(DGASS) et la Direction interdépartementale d’intégration sociale17 (DIIS) qui
s’occupent de la matière. Chaque année, un rapport d’évaluation sur la politique relative
à l’intégration des personnes étrangères ou d’origine étrangère est présenté au Conseil
régional. Une brochure a été réalisée sur l’accueil des gens du voyage.
Les organismes et dispositions internationales dont celles prises par la France peuvent
servir de références au travail réalisé en Région wallonne, et notamment :
¾ dès 1979, les Tziganes se sont dotés d’une organisation internationale à statut
consultatif à l’ONU18 ;
¾ en 1995, le Conseil des ministres a mis sur pied un groupe de spécialistes sur les
Roms/Tsiganes chargé, notamment, de conseiller les Etats membres ;
¾ des résolutions en 1981 et 1993 de la Conférence permanente des pouvoirs locaux et
régionaux de l’Europe invitent les autorités locales et régionales « à prendre les
mesures nécessaires à travers une approche globale pour faciliter l’intégration des
Tsiganes dans la communauté locale, à développer la concertation et la participation
des Tsiganes eux-mêmes, à combattre les préjugés, à participer au développement
d’un réseau de communes » ;
¾ une recommandation du Comité des ministres du conseil de l’Europe en
1983 demandait : d’« accorder aux nomades rattachés à un Etat l’autorisation de
résider sur son territoire, de voyager à l’étranger et de revenir sur son territoire, de
faciliter l’admission sur son territoire de la proche famille » ;
¾ le 22 mai 1998, le Conseil et les ministres de l’éducation adoptent une résolution
concernant la scolarisation des enfants tsiganes et voyageurs « la culture et la langue
des Tsiganes et Voyageurs font partie depuis plus d’un demi-millénaire du
patrimoine culturel et linguistique de la Communauté » ;
15
Malgré l’existence d’un règlement communal qui prévoit que les nomades ne peuvent s’installer à
Mons qu’après en avoir obtenu l’autorisation.
16
Voir Exemples en Région wallonne
17
Les missions de la DIIS sont, entre autres, de coordonner les projets d’actions de lutte contre
l’exclusion sociale, d’initier des projets, d’assurer le lien entre le politique et le terrain, …
18
Isabelle Leroy, La question des minorités ethniques en France et aux Pays-Bas. L’exemple Tsigane,
Mémoire, UCL-Sciences Politiques et Sociales, Louvain-la-Neuve, 1995, p.114
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 157
¾ les discussions entamées au niveau du Conseil de l’Europe où l’on parle d’un
passeport européen ;
¾ les travaux réalisés autour de la loi française relative à l’accueil et à l’habitat des
gens du voyage. Elle demande l’établissement d’un schéma départemental
prévoyant les secteurs d’implantation et définissant la nature des actions à caractère
social. De même que la constitution d’une commission consultative, comprenant un
médiateur, dans chaque département. Dans l’exposé des motifs du projet de loi on
précise l’objectif de la loi : « concilier le droit à un habitat adapté et la libre
circulation des personnes d’une part, les aspirations légitimes des populations de
l’autre, dans un rapport équilibré des droits et des devoirs de chacun.(…). L’enjeu
est la cohabitation harmonieuse de tous, par delà les différences sociales et
culturelles »19 ;
¾ la Convention-cadre sur la protection des minorités nationales (Strasbourg février
199520). En Belgique l’article 11 de la Constitution précise que la loi et le décret
doivent garantir les droits et libertés des minorités idéologiques et philosophiques.
QUELQUES REFERENCES - ADRESSES UTILES
France
Coordonnées des partenaires de l’expérience
¾ Communauté de Communes de l'Est Lyonnais - e-mail : a.liberge-ccel@wanadoo.fr
¾ Architectes
:
cabinet
tempo.
Laurent
Poulet-Georges
–
e-mail :
l.pouletgeorges@free.fr
et
Franck
Chazallon
–
e-mail :
franck.chazallon@wanadoo.fr
¾ Direction Départementale de l'Équipement - Service Habitat - MarieChristine.Taillandier@equipement.gouv.fr
¾ Subdivision Lyon-Est – e-mail : subdi-lyon-e.dde-69@equipement.gouv.fr
Textes
¾ Loi du 5 juillet 2000 relative à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage – France
http://www.legifrance.gouv.fr/texteconsolide/MEEAX.htm
¾ Les
différents
examens
préalables
de
la
loi
sur
et
http://www.logement.equipement.gouv.fr/actu/discours/lb_240220.htm
lb_GDV23_05.htm et gdv2106.htm
Centre
¾ Centre de documentation des études tsiganes – Objectifs : rassembler et diffuser des
informations concernant les Tsiganes ; favoriser l’expression d’une minorité et faire
valoir ses droits – Edite la revue Etudes Tsiganes – rue de l’Ourcq, 59 – 75019 Paris
– France – Tél. : 00.33.1.40351217 – Fax : 00.33.1.40351240 – site :
http://www.etudestsiganes.asso.fr
19
Projet de loi relatif à l’accueil des gens du voyage, Ministère de l’équipement, des transports et du
logement, 12 mai 1999 sur http://www.logement.equipement.gouv.fr/actu/dossiers/gdvmotifs.htm
20
http://www.ecri.coe.int/fr/sommaire.htm
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 158
International
¾ Comité des nations Unies pour l’élimination et la discrimination raciale – Rôle :
examiner les mesures prises par les Etats pour s’acquitter des obligations contractées
par eux en vertu d’un accord particulier relatif aux droits de l’homme – site :
http://www.unhchr.ch/french/html/menu2/6/cerd_fr.htm
¾ Centre européen pour les droits des roms – site : http://www.errc.org
¾ Romsnews – site : http://www.romnews.com
¾ Romani childrens’ art – site : http://ematusov.soe.udel.edu/jano/
¾ Le réseau gens du voyage - Réseau national des collectivités d’accueil des gens du
voyage – Contact Réseau IDEAL – Pascale Renaud – Avenue de Fontainebleau,
80bis – 94276 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France – Tél. : 00.33.1.45.15.09.18 –
Fax : 00.33.1.45150900 – e-mail : p.renaud@reseau-ideal.asso.fr – site
http://www.gensduvoyage.org
Belgique
Pouvoirs publics
¾ Cabinet du Ministre des affaires sociales et de la santé – Philippe Culot – rue des
Brigades d’Irlande, 4 – 5100 Namur – Tél. : 081323411 – Fax : 081323479 e-mail :
philippe.culot@gov.walonie.be
¾ Administration de la Région wallonne - Division interdépartementale de
l’intégration sociale – MrMourad Sahli – place de la Wallonie, 1 – 5100 Namur –
Tél. : 081333140 – Fax : 081333144 – e-mail : M.Sahli@mrw.wallonie.be
¾ Direction générale de l’action sociale et de la santé Division de l’action sociale et
des immigrés – avenue Gouverneur Bovesse, 100 – 5100 Namur – tél. : 081327391
– Fax : 081320409 – e-mail : dgass@mrw.wallonie.be
Organismes
¾ Centre régional d’intégration des personnes étrangères ou d’origine étrangères de
Namur – Benoîte Dessicy - Rue Docteur Haibe, 2 - 5002 Saint Servais - Tél. :
081.73.71.76
¾ Service social des bateliers et des gens du voyage – Béatrice Legrand – rue sur les
Foulons, 4 – 4000 Liège – tél. : 04.223.28.58
¾ Vlaamse Centrum Woonwagenwerk – Voruitgangstraat, 323 – 1030 Bruxelles –
Tél. : 02.205.00.50 – Fax : 022050060 – e-mail : vcw@iname.com – site :
http://home.tvd.be/ws35421/index.html
¾ Abbé Philippe Masson – rue des Ecoles, 9 – 5651 Tarcienne – Tél/Fax : 071.243980
– e-mail : philippe.masson@charline.be
¾ Centre pour l’Egalité des chances François Sant’Angelo - Tél. : 02.2330740 – email : francois.santangelo@antiracisme.be
¾ Comité National des Gens du Voyage – René De Bodt – rue des Prés Commune, 59
bte11 – 1120 Neder-over-Heembeek – Tél. : 022418417
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 159
Textes
¾ Décret relatif à l’intégration des personnes étrangères ou d’origine étrangère
http://walex.wallonie.be/cfr/00137-1000.htm
¾ Proposition de loi modifiant la loi du 19 juillet 1991 relative aux registres de la
population et aux cartes d’identité et modifiant la loi du 8 août 1983 organisant un
registre national des personnes physiques, Chambre des représentants de Belgique,
14 mai 2001, doc 501254/001
Publications
¾ Lagrave, Rose Marie, L’étranger de l’étranger : les gens du voyage, Civilisations
VolXLII, n°2, Bruxelles, décembre 93, pp.151-160 (analyse des stéréotypes à
l’égard des Tziganes)
¾ M.Chanal et M.Uhry, Gens du voyage : le nécessaire renouvellement de
l’intervention publique, Hommes & Migrations, n°127, France, septembre-octobre
2000
¾ Nous les Tsiganes, dépliant réalisé à l’initiative du groupe d’intérêt Roma-Manusa,
CECLR-MRAX-VCW, sd.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 160
FICHE 22 : Le programme Casa Melhor – « un meilleur
logement » - un partenariat public-privé initié par des
groupes « de base » afin d’améliorer le logement de familles
à faibles revenus via le micro-crédit
AUTEUR DE LA FICHE
Patrick Sénélart
AUTEUR MORAL
Periferia
Rue de Hollande, 45
1000 Bruxelles
Tél/Fax : 025440793
E-mail : periferia@skynet.be
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> <micro crédits> <programme logements> <participation
décisionnelle> <organisation populaire> <mobilisation des habitants> <partenariat
public privé> <solidarité> <crédit logement> <épargne crédit> <droit au logement>
<financement du logement> <autoconstruction du logement>
FICHE PROJET
CONTEXTE
Fortaleza, capitale de l’Etat du Ceara (nord est du Brésil) où vivent 2,5 millions
d’habitants. La pauvreté urbaine y est assez élevée.
Présence active de mouvements sociaux (associations d’habitants, …).
ORIGINES DU PROJET
Depuis la fin des années 80, de nombreuses expériences concernant l’accès au logement
des plus démunis se sont déroulées à Fortaleza. Une des conséquences de l’une d’entre
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 161
elles, le programme public des mutirões21(construction en aide mutuelle d’environ
10.000 logements par des familles), fut la constitution de groupes dynamiques
d’habitants. Soutenus par les ONGs, et plus particulièrement par le Cearah Periferia22,
les habitants se sont mobilisés pour la constitution d’un fonds d’habitation.
Au départ les pouvoirs publics étaient réticents à octroyer des prêts à des personnes sans
garanties foncières et économiques. En 1995, après 3 ans de négociations avec les
pouvoirs publics et les communautés d’habitants, le programme Casa Melhor est lancé.
C’est donc un programme qui est issu de la lutte et des revendications des familles et
non pas d’une politique définie « d’en haut »23.
Concrètement il s’agissait d’octroyer des micro-crédits à des familles pour modifier et
améliorer leurs habitations.
OBJECTIFS DU PROJET ou ENJEUX DU PROJET
L’idée de départ était de :
1. améliorer les conditions de vie des familles pauvres et le cadre bâti de la ville ;
2. concevoir un programme et un outil de gestion participative pouvant, à plus long
terme servir de base à une politique publique ;
3. encourager la pratique de l’épargne ;
4. renforcer les dynamiques et les organisations de base ;
5. contribuer au processus de re-démocratisation de la société à partir de la base.
POPULATION CONCERNEE
Familles dont le revenu mensuel est inférieur à 15.000 FB (3 salaires minima),
organisées en groupes d’épargne de 10 à 15 membres et présentées par leur organisation
MONTAGE FINANCIER
Les familles = 1/6 (épargne)
La mairie = 2/6 (subvention)
L’ONG (Cearah Periferia) = 3/6 (crédit à 0% et corrigé sur base de la fluctuation du
salaire minimum) ; les ressources destinées au crédit proviennent de la coopération
internationale.
Le montant total de l’épargne, de la subvention et du crédit s’élève à environ 25 à
30.000 FB.
21
Mot d’origine Tupi : travail volontaire par une collectivité pour le bénéfice d’un membre de cette
collectivité. Aujourd’hui c’est la construction de logements par des familles et qui sont redistribués à ces
familles.
22
ONG basée à Fortaleza dont l’objectif principal est d’améliorer les conditions d’habitations des
personnes à bas revenus.
23
L’histoire a montré combien ce genre de construction de programme a permis une forte appropriation
par le mouvement populaire.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 162
PARTENAIRES DU PROJET
C’est un partenariat public-privé.
Le fonds est géré par le conseil d’administration de Casa Melhor (espace de cogestion et
de dialogue). Il est composé de :
deux représentants de la mairie ;
deux représentants d’ONG ;
deux responsables des entités qui participent au programme. Ceux-ci sont élus lors
d’assemblées des organisations de bases bénéficiaires24.
ci le partenariat a non seulement mis en œuvre le projet, mais gère et prend aussi des
décisions.
DEROULEMENT DU PROJET
Des groupes de 10 à 15 de familles propriétaires25 se constituent en groupe au sein
d’une même organisation (association de quartier, groupe d’auto-constructeurs, …).
Elles sont présentées par leur entité aux responsables de Casa Melhor. Une même entité
peut présenter plusieurs groupes, à la condition que les groupes précédents soient à jour
dans leurs paiements.
Dès que l’épargne de tous les membres du groupe est constituée26, le montant total
(épargne + subvention + crédit) est donné aux familles. Les familles remboursent les 3/6
(environ 15.000Fbs) sans intérêt et sur un an.
L’argent est employé pour modifier, améliorer le logement (construction d’une annexe,
d’une salle de bains, d’une boutique, revêtements et enduits, …).
A l’inverse de nombreux projets de crédit, celui-ci donne le crédit en argent (sous forme
d’un chèque) et non pas sous forme de matériaux. Ce geste (très symbolique au Brésil
qui a été marqué par de très fortes corruptions) a toute son importance dans la mesure
où il est la preuve de la confiance dans les familles. Le résultat est qu’il n’y a eu que
quelques cas isolés de mauvaise utilisation de l’argent par les familles.
Le programme a déjà permis à plus de 2.500 familles d’améliorer leur logement, ce qui
représente environ
25.000m2 de construction et 20.000 journées de travail
d’entrepreneurs.
24
Toutes les organisations (plus de 50) engagées dans Casa Melhor se réunissent pour discuter du projet
et élire leurs représentants. Elles se réunissent régulièrement avant les séances du CA pour préparer les
positions à adopter.
25
La reconnaissance par les services de cadastre de la propriété étant généralement en retard, les familles
qui ne disposent pas de titre de propriété doivent présenter une déclaration attestant de l’origine de leur
logement (auto-construit, construit en aide mutuelle, …). Pour ce faire, les organisations locales peuvent
jouer un rôle important pour justifier cette situation.
26
Malgré le fait que les familles pauvres ont du mal à constituer une épargne, le projet montre qu’il est
possible d’utiliser le crédit comme moyen de sensibilisation pour montrer aux gens qu’ils sont capables
d’épargner. La subvention de la municipalité est considérée comme un « encouragement » pour ceux qui
arrivent à épargner.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 163
La bonne rotation des crédits permet le prêt à un grand nombre de familles.
Afin de ne pas privilégier un nombre réduit de familles27, la mairie diminue la
subvention de moitié pour le second prêt à la même famille et n’en octroie plus à partir
du troisième prêt. La part de crédit augmente dans ces deux derniers cas.
Depuis, plusieurs autres villes du Brésil et d’Amérique latine ont lancé des projets
similaires.
Fiche reproductibilité
ELEMENTS SPECIFIQUES A REPRODUIRE
Partenariat public–privé, initié par « les groupes de base », afin d’améliorer les
logements, via l’octroi de micro-crédits à des familles propriétaires, à faible revenus,
organisées en groupe d’épargne et engagées dans une entité locale.
EXEMPLES EN REGION WALLONNE – Belgique
En matière de subventions publiques apportées aux particuliers pour améliorer le
logement on peut citer, les aides, primes et prêts de la Région, comme, par exemple :
¾ la prime à la réhabilitation (pour entreprendre des travaux qui améliorent le
logement) ;
¾ la prime à la réhabilitation en faveur des locataires (« bail à réhabilitation » - travaux
pour améliorer un logement) ;
¾ la prime à la restructuration (pour des transformations importantes) ;
¾ l’aide à la rénovation et à l’embellissement extérieurs ;
¾ la subvention aux ménages à revenu modeste pour la promotion des économies
d’énergie (travaux pour réduire les dépenses en matière d’énergie) ;
¾ la prime à l’épuration individuelle ;
¾ le prêt jeune (notamment pour la rénovation) ;
¾ les aides aux personnes morales (société d’habitations sociales, …) ;
¾ les prêts de la Société Wallonne du Logement (notamment pour l’amélioration d’un
logement) ;
¾ les prêts du Fonds du Logement des Familles Nombreuses (notamment pour divers
travaux).
De nombreuses associations, Entreprises de Formation par le Travail, Régies de
Quartier et autres, via les actions, préformations et formations en bâtiment qu’elles
dispensent contribuent aussi à l’amélioration des logements, notamment, de leurs
travailleurs et/ou stagiaires.
Par exemple, l’asbl Sans Abris Castor, à Charleroi, effectue un accompagnement
socioprofessionnel, dans le cadre de la rénovation de logements inoccupés par les futurs
locataires issus de publics précarisés.
27
Tous les habitants y ont droit s’ils respectent les règles et remboursent le crédit.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 164
En ce qui concerne les aides du secteur privé on peut citer :
¾ les associations d’épargne de proximité28, comme Le Pivot, L’Aube, La Bouée, Les
Ecus Balladeurs, et La Fourmi Solidaire, qui regroupent des personnes qui mettent
en commun leur épargne afin d’octroyer des prêts de 50.000 à 500.000 FB, sans
intérêt ou avec un intérêt minime. Les prêts sont destinés principalement, mais pas
exclusivement, à des projets sociaux ou alternatifs qui n’ont pas ou difficilement
accès au crédit bancaire.
¾ les micro-crédits octroyés par la Fondation Roi Baudouin (prêt solidaire) et le
Crédal29 (pour chômeurs, minimexés, candidat à la régularisation, …) à des projets
dont les initiateurs ont peu ou pas d’accès au crédit bancaire.
Ici il est surtout question d’aides à des associations et d’aide à la création d’emploi et
très peu, voire pas du tout de crédit à la consommation pour, par exemple, améliorer son
logement.
ELEMENTS DE REPRODUCTIBILITE
Le micro-crédit à la « consommation » pour les personnes défavorisées reste à
développer en Région wallonne30. Le programme Casa Melhor et de nombreuses
expériences étrangères en matière de prêt accordés aux bas revenus démontrent l’intérêt
et la viabilité du système31. Ces expériences reposent en grand partie sur la solidarité et
la confiance accordée aux « bas revenus ».
Casa Melhor montre que le crédit est aussi un outil qui, entre autres, crée et renforce le
communautaire et la participation :
¾ pour se voir attribuer un prêt il faut former un groupe et être « parrainé » par une
association, ce qui implique une participation active à la vie collective locale ;
¾ le groupe est responsable de ses membres, non pas au sens financier, mais dans la
mesure où les ménages sont présentés -et donc « approuvés » - par l’entité locale ;
¾ tous les habitants y ont droit s’ils en respectent les règles ;
¾ les décisions sont prises lors d’une concertation des membres d’un partenariat
public-privé. La responsabilité des décisions est partagée par chacune des
composantes (ONG-associations-pouvoirs publics).
28
On pourrait apparenter ces organismes aux Cigales françaises. La Cigale est un club d’investisseurs qui
a pour fonction de collecter l’épargne de ses membres et de l’investir dans des entreprises industrielles ou
commerciales dont les modes de fonctionnement vont dans le sens d’une lutte contre l’exclusion et d’un
effort en faveur de la justice et de la paix. La Cigale est régie par une circulaire de la Direction générale
des impôts.
29
Le Crédal est une coopérative de crédit alternatif et agence conseil agréée en économie sociale. Crédal
propose et promeut des produits d’épargne solidaire. Quelques-unes des priorités du Crédal sont : de
combattre l’exclusion sociale via des formations ou la création d’emplois ; d’encourager des projets qui
combattent l’injustice ; de fournir des conseils pour des projets basés sur la solidarité.
30
Certains CPAS octroient des prêts à la consommation (par exemple le CPAS d’Havelange).
31
L’exemple le plus médiatisé est celui de la Grameen Bank au Bangladesh.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 165
Les quelques exemples cités plus haut montrent que toutes les ressources (humaines,
financières, …) existent pour initier ce genre d’expérience. Il faudrait peut-être l’adapter
à notre culture plus basée sur l’individualisme32.
Pourquoi ne pas tenter l’expérience dans des quartiers dits « sensibles », des cités
d’habitations sociales où existe déjà une vie associative développée ?
QUELQUES REFERENCES ET ADRESSES UTILES
Sur Casa Melhor
¾ Patrick Bodart, Caha Melhor, un fonds solidaire, dans L’horloge du Sud n°4 octobre
2000, Supplément du Traverses, n°157, octobre 2000
¾ Débora Cavalcanti, Partenariat franco-brésilien, Vivre Autrement, n°7, vendredi 7
juin 1996, ENDA sur http://www.globenet.org/va/va7dos2.html
Associations citées
¾ Cearah Periferia – e-mail : cearah@rodnet.com.br - : http://www.cearah.ong.org
¾ Periferia, Patrick Bodart, - rue de Hollande, 45 – 1060 Bruxelles – Tél/Fax :
025440793 - e-mail : periferia@skynet.be Siège social
¾ Sans Abrsi Castor - Rue Léopold 36 (à partir de septembre 2001) - 6000 Charleroi Tél. : 0476 38 09 24 (provisoirement) - Fax. :071/34 58 15
Organismes qui octroient des prêts et micro-crédits
¾ Crédal - Place de l’Université, 16 - 1348 Louvain-la-Neuve - Tél. : 010483350 Fax : 010483359 – e-mail : Credal@skynet.be – site : http://users.skynet.be/credal
¾ Le Pivot - rue Neuve, 70 - 4820 Dison - Tél. : 087351218 – Fax : 087311954 – email : le.pivot@skynet.be
¾ L’Aube – rue Château Massart, 30 – 4000 Liège – Tél. : 042526503
¾ La Bouée – rue du Wèrhè, 11 – 4950 Thirimont-Waimes
¾ Les Ecus Balladeurs – rue de l’Elevage, 2 – 1340 Ottignies – Tél. : 010452589
¾ La Fourmi Solidaire – rue du Crampon, 224 – 7500 Tournai – Tél/Fax : 069227524
Sur les Cigales
¾ PD Russo, R.Verley, Cigales, des clubs d’épargants solidaires pour investir
autrement, FPH-Fédération des cigales, Paris, 1995
¾ Fédération des Cigales - av.Victor Hugo, 61 - 93500 Pantin - France - Tél./Fax :
00.33.1.49919091 - e-mail : cigale@neuronnexio.fr – site : http://www.cigale.org
Divers
¾ ESOPE - Epargne solidaire de proximité contre l’exclusion - Programme de
recherche autour du capital-risque solidaire de proximité en Europe soutenu par la
DG5 de la Commission européenne - rue Victor Hugo, 61 - 93500 pantin - France tél. : 00.33.1.49919091 - site : http ://www.esope.org
32
Dans le sens où le « je ne fais confiance qu’en moi » est difficile à transformer en « je fais confiance au
groupe ».
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 166
¾ HIC, Building the city with the people, Habitat International Coalition, Mexico,
1997 (initiatives communautaires en partenariat avec les pouvoirs locaux en
Afrique, Asie, Amérique latine, Europe et Amérique du Nord)
¾ Mohammed Mazouz, En Grande Bretagne. Les immigrés et leur place dans la ville :
des prêts répartis sur plusieurs têtes pour diminuer les risques, 150 fiches pour des
dynamiques et des idées en matière de politique du logement en milieu urbain,
Documents de travail, n°57, FPH, France, 1994
¾ De l’histoire des quartiers à l’action collective. L’Ecole de Planification Urbaine et
Recherche Populaire à Fortaleza, Réseau Capacitation citoyenne, France, 2000
¾ Norm MacIsaac, Le sommet mondial sur le micro-crédit : possibilités de
programmes
améliorés
pour
la
micro-entreprise ?
sur
http://fly.web.net/cci/Français/devepol/me_le_sommet_mondial_micro-credit.htm#9
¾ Le Forum Finances et Développement qui a créé un Observatoire microfinance –
site : http://www.esf.asso.fr (on y trouve une vaste sélection de sites sur la
microfinance et de nombreuses adresses)
¾ INAISE – Association Internationale des Investisseurs dans l’Economie Sociale –
Réseau d’échange d’expériences, d’informations afin de démontrer que l’argent peut
aussi un moyen d’accomplir des changements sociaux et environnementaux – rue
Haute, 139bt3, 1000 Bruxelles – Tél. : 022345797 – Fax : 022345798 – e-mail :
inaise@inaise.org – site : http://www.inaise.org
¾ Philippe Ortoli, Le micro-crédit un outil pour quel développement ? sur
http ://www.inter-reseaux.org/publications/graindesel/gds6/Dosgs3a.htm
¾ Ernest Harsch, Micro-crédit : une arme contre la pauvreté dans
http ://www.un.org/french/ecosocdev/geninfo/afrec/1996/credit.htm
¾ Grameen Bank - Mirpur Two - Dhaka - 1216 Bangladesh - Tél./Fax :
00.880.2.803559
e-mail :
yunus@citechco.net
site :
http ://www.citechco.net/grameen/index.html
Primes en Région wallonne
¾ Ministère de la Région wallonne – Administration du Logement – rue des Brigades
d’Irlande, 1 – 5100 Jambes – Tél/ 081332111 Fax : 081332110 - site :
http://mrw.wallonie.be/dgatlp/dgatlp
¾ Société Wallonne du Logement – rue de l’Ecluse, 21 – 6000 Charleroi – Tél. :
071200211 – Fax : 071302775 – e-mail : dir.gen@srwl.be – site :
http://www.srwl.be
¾ Fonds du Logement des Familles Nombreuses – rue de Brabant, 1 – 6000 Charleroi
– Tél. : 071207711
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 167
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 168
FICHE 23 : Quand des habitants auto-gèrent leur espace de
vie et de travail : la Fondation De Refter
AUTEUR DE LA FICHE
Manfred Hammel, habitant
AUTEUR MORAL
La Fondation De Refter
COORDONNEES UTILES
Stichting de Refter
Rijksstraatweg, 37
6574 AC Ubbergen
Tél/fax : 00.31.24-3235259
Site web : http://derefter.nl
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> <projet habitat> <habitat groupé> <habitat autogéré>
<participation des habitants> <organisation communautaire> <habitat adapté> <type
d’habitat> <logement> <réhabilitation de l’habitat> <handicapé> <personne âgée>
FICHE PROJET
CONTEXTE
Aux Pays Bas, à la fin des années ‘60, de nouvelles façons d’habiter sont
expérimentées. De nombreux groupes d’habitants33 se créent. Début des années ‘80 on
comptait plus de 6.600 de ces groupes.
Le contexte légal leur est d’ailleurs favorable. Par exemple, en 1976, une circulaire du
Secrétaire d’Etat au logement reconnaît le logement comme un droit fondamental à tout
citoyen hollandais d’au moins 18 ans et garantit un logement minimum légal défini par
des normes.
33
Il y a plusieurs définitions de ce qu’est un groupe d’habitants. Un chercheur en a trouvé jusqu’à 29
(voir site de Roland Kums). Ici nous nous basons sur la plus générale, à savoir un groupe d’au moins 3
adultes qui occupent ensemble une habitation et qui, au minimum, partagent leurs repas.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 169
Les formes d’habitats et le nombre de participants sont très diversifiés. Cela varie d’un
groupe à l’autre. Concernant le nombre, certains groupes peuvent compter jusqu’à 160
habitants. Concernant les formes, il y a par exemple les « centraal wonen » (habitat
collectif) qui se définissent comme :
Une forme d’habitat commun où les occupants choisissent consciemment d’habiter
ensemble et où ils disposent à la fois d’un habitat indépendant et d’espaces partagés.
Cette forme d’habitat, entre autres : favorise plus de justice sociale et solidaire ; permet
l’émancipation et donne sa chance à chaque individu.
« A l’approche quantitative du bien être, à une société où on parque les 3e âge et les
handicapés, l’idéal « centraal wonen » oppose sa vision qualitative rendant à chacun sa
place et son rôle ». En 1971 fut fondée la Landelijke Vereniging Centraal Wonen et en
1972, la première réalisation du mouvement « centraal wonen, démarra à Hilversum aux
Pays-Bas. En 1991 il y avaient environ 5.000 personnes qui habitaient de cette façon.
ORIGINES DU PROJET
En 1880, la famille van der Meer construisit la villa ter Meer sur le site des anciens
jardins du château d’Ubbergen. Début Xxe, la maison fut rachetée par les religieuses de
l’ordre Augustin. Elles y ont fondé un pensionnat pour les filles de bonnes familles. Une
chapelle, une aile Ouest et une aile Nord furent ajoutées au bâtiment originel.
Confrontées à la chute de l’engouement pour les pensionnats, les nonnes vendirent, en
1970, le complexe à un fabricant de textiles. N’ayant pas pu y installer un centre de ski,
de mariages et de fêtes, ce dernier loua des chambres dans une partie des bâtiments à
des étudiants.
En 1978, le complexe changea encore de propriétaire. Il souhaitait transformer le site,
qu’il baptisa De Refter, en appartements de luxe. Pour ce faire il essaya de déloger les
locataires des chambres.
Mais les locataires résistèrent et fondèrent, en 1982, une fondation pour la préservation
de De Refter. Ils firent part de leur plan au principal créancier (une banque) du
propriétaire failli. La banque racheta le complexe et le vendit à la Fondation De Refter.
La Maison du peuple et la Province octroyèrent un subside à la Fondation et la
commune d’Ubbergen se porta garante après négociation. L’édifice fut modifié : il y a
un peu plus de 70 unités d’habitat et de nombreux espaces de travail.
L’édifice se trouve dans un ancien couvent sur la crête d’une colline à la lisière de
Nijmegen. Il se compose : d’une villa de style néo-renaissance (1880) ; d’une aile
Ouest, d’une aile Nord, d’une chapelle, de bas-côtés et de la maison des sœurs de style
néo-gothique (1903-1926).
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 170
OBJECTIFS DU PROJET
Un des objectifs de départ était de sauver le site des promoteurs immobiliers et autres
spéculateurs.
Objectifs actuels :
¾ Vivre dans un site magnifique de façon autonome en pratiquant l’autogestion et
avoir une influence directe sur sa vie sociale.
¾ Habiter, travailler et se cultiver ensemble (environ 95 habitants).
POPULATION CONCERNEE
Toute personne intéressée par la vie en communauté et l’autogestion. Tous les habitants
et occupants sont locataires de la Fondation De Refter, qui est gérée par eux-mêmes.
Chaque habitant collabore minimum 6 heures/semaine à l’autogestion.
Il y a environ 95 personnes qui occupent les lieux dans des formes d’habitat différents :
unités d’habitat pour personnes isolées - unités pour famille – unités pour personnes
handicapées – unités pour personnes âgées – unités pour groupes. Les âges vont de 0 à
85 ans.
MONTAGE FINANCIER
Prêt à long terme pour l’achat.
Les montants récoltés pour les locations et par les différentes activités et le travail
bénévole des habitants et une subvention de l’Etat permettent de « faire tourner » la
Fondation.
MONTAGE LEGAL
De Refter est une Fondation et doit donc répondre à certaines exigences légales.
Tous les habitants sont locataires de la Fondation. Ils doivent participer aux groupes de
gestion (administration, aspect financier, location, accueil, …) de la Fondation, à raison
de 6 heures par semaine.
PARTENAIRES DU PROJET
Les habitants gèrent eux-mêmes la Fondation.
DEROULEMENT DU PROJET
Chaque habitant participe à la gestion -au sens large- de De Refter. Ce qui implique la
participation : à l’un des groupes qui gère l’administration ; aux groupes qui
entretiennent les lieux (maçonnerie, charpente, électricité, …) ; aux groupes qui rendent
la vie agréable (cuisson du pain, la vente de produits biologiques, les plantations de
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 171
légumes et autres produits dans le potager) ; aux réunions où on débat de choses qui
concernent tous les habitants. Les voisins deviennent alors des collègues de travail.
C’est essentiel pour la vie dans un édifice d’habitat et de travail. On créée et on
détermine ensemble sa façon de vivre. On vit ensemble dans l’édifice avec les
personnes qui ont refait le toit, s’occupent de l’administration ou cuisent votre pain.
Chaque groupe s’occupe d’une partie déterminée du travail et prend des décisions.
Toutes les réunions où sont prises des décisions importantes sont accessibles à tous.
Le groupe De Elegast loue des espaces pour des cours, séminaires, et autres réunions.
Outre cela, beaucoup d’autres espaces sont loués pour diverses activités : travail du
métal, massages…
La Fondation Memuku, le groupe culture de De Refter, gère la bibliothèque (cours,
concert,…), la chapelle (expositions, brocante, concert, …), les espaces de répétition
musicale, …
Un café De Raaf est tenu par un petit collectif et ouvre ses portes durant les activités et
sert de point de rencontre pour les habitants et leurs connaissances ou encore avec le
monde extérieur via l’internetcafé.
Chaque premier dimanche du mois une réunion d’information/visite guidée est
organisée pour ceux qui sont intéressés par ce genre de vie et/ou pour habiter à De
Refter. La liste d’attente pour les unités individuelles est fermée. On peut encore
s’inscrire pour l’habitat en groupe.
De nombreuses activités sont organisées auxquelles les personnes extérieures peuvent
participer.
Fiche reproductibilité
ELEMENTS SPECIFIQUES A REPRODUIRE
En réponse au projet d’un promoteur immobilier, des habitants ont initié un projet pour
sauvegarder l’immeuble dans lequel ils habitaient.
Regroupement de près d’une centaine de personnes, d’origines et d’âges divers, dans un
même lieu pour y habiter ensemble et, pour certaines, y travailler. Le lieu est autogéré
par ses habitants et est ouvert à l’extérieur.
EXEMPLES EN REGION WALLONNE – Belgique
Cette expérience peut être définie comme une forme d’habitat groupé autogéré. A
savoir : « l’aboutissement de l’action concertée d’un petit groupe d’individus qui sont
parvenus à façonner leur environnement immédiat à l'image de leur désir, et ce par un
triple biais : action volontariste; action collective ; action sur l’espace »34.
34
L’habitat groupé autogéré au Bénélux et en Europe, Habitat et Participation-Fondation Roi Baudouin,
Louvain-la-Neuve, 1984, p.11
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 172
L’habitat groupé autogéré se caractérise par35 :
¾ une prise en charge collective par les habitants de leur logement ;
¾ une démarche générale d’autogestion (autoconception, autopromotion,
autoadministration de l’habitat ;
¾ une recherche d’appropriation de l’espace et de relations de voisinage plus élaborées
et mieux vécues ;
¾ un respect de l’unité de logement de chaque famille et une élaboration de ceux-ci
autour d’un espace collectif qui organise ou favorise la communication entre
familles.
Ce phénomène s’est développé fin des années ‘60 notamment au Québec, dans les pays
nordiques, en France, aux Pays Bas et en Belgique.
En Région wallonne, il existe de nombreux habitats groupés, sous différentes formes,
mais pas à une aussi grande échelle que celle de De Refter. On peut citer, par exemple,
La Baraque et Le Petit Béguinage à Louvain-la-Neuve, l’abbaye de Saint-Denis à Mons
et les Arbrelles à Braine-le-Château.
ELEMENTS DE REPRODUCTIBILITE
Il n’existe pas, à notre connaissance, ni de lieu de centralisation de toute l’information
relative aux habitats groupés36, ni de recensement des différents habitats groupés en
Région wallonne. Il serait intéressant d’y consacrer une étude exhaustive avec une
évaluation des divers projets.
Une réponse au problème de logement rencontré par des personnes « socialement
défavorisées » pourrait être basé sur certaines expériences d’habitats groupés et
d’autres formes de vie en société comme celles menées :
¾ dans les communautés (par exemple : Emmaüs, La Poudrière, kot à projet
universitaire) ;
¾ dans les cités d’habitations sociales pour recréer les solidarités sociales et locales ;
¾ dans les campings et parcs résidentiels ;
¾ au niveau des squatts (Jonruelle à Liège et les squatts conventionnés à Charleroi par
exemple) ;dans les habitats collectifs autogérés (Espaces fraternels à Liège par
exemple);… ;
Les motivations des habitants – ils deviennent acteurs et responsables de leur cadre de
vie - des habitats groupés sont diverses. En résumé, cela va :
¾ du simplement vivre ensemble (par exemple, pour ne pas se retrouver seul), faire
partie d’un groupe (par exemple dans un habitat intergénérationnel),
35
Habitat groupé autogéré, Exposition d’Habitat et Participation, fiche S1, 1985.
Ce qui est source de quelques difficultés quand, par exemple, on recherche des expériences à rencontrer
ou des personnes pour constituer un groupe. Les colonnes du Ligueur (journal de la Ligue des Familles)
ont été utilisées par un groupe en formation pour sa recherche de personnes intéressées par leur projet
d’habitat groupé.
36
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 173
¾ à habiter autour d’un projet de vie commun (par exemple : une production agricole ;
une certaine philosophie de vie ou un objectif politique),
¾ en passant par la nécessité de se loger (par exemple : famille qui doit déménager) et
de réduire ses dépenses (par exemple : vivre à plusieurs pour diminuer les coûts de
location et d’achats de vivres).
Il peut s’agir :
¾ soit d’habitations, de bâtiments anciens, d’immeubles rachetés et/ou rénovés,
transformés,
¾ soit de nouvelles constructions (autoconstruites ou non)
¾ ou de différentes formes d’habitats implantés sur un terrain.
Et ce avec des espaces communs, de rencontres et de travail.
La plupart du temps les habitants sont associés aux choix effectués en matière
d’urbanisme, d’équipement, d’architecture de leurs espaces de vie.
Au niveau législatif :
Les questions à se poser quand on souhaite initier un projet d’habitat groupé sont
nombreuses. Par exemples :
¾ quel est le mode juridique sur lequel est fondé le partenariat (association,
coopérative, fondation, …) ?
¾ est-ce qu’il y a une coordination de projets, des règles à respecter, une gestion
journalière ?
¾ au niveau de la propriété quel est le statut privilégié (co-propriété, location à une
fondation, …) ?
¾ s’il y a crédit, est-ce qu’il est géré par un groupe ou par une personne ?
¾ est-ce qu’il y a intervention de certains acteurs, comme le CPAS par exemple ?
Certaines communes sont sensibles à l’habitat groupé (quand elles sont à la recherche
d’habitants, par exemple) d’autres beaucoup moins. Ce qui a une certaine incidence
concernant notamment l’octroi des permis, la modification et/ou l’élaboration d’un plan
communal d’aménagement.
Il est parfois utile de prendre conseils auprès de praticien du droit, comme, par exemple,
la « sa Patrium » qui est spécialisée dans l’assistance juridique personnalisée en matière
immobilière et qui connaît les différentes étapes des opérations immobilières et les
différents acteurs impliqués. Cette société consacre une partie de son temps à des fins
sociales.
Quelques pistes diverses :
Cette forme d’habitat est soutenue par des acteurs institutionnels directement ou
indirectement, comme, par exemple :
¾ La Ville de Liège. L’une des 5 catégories prises en compte pour l’attribution du Prix
de l’urbanisme de la Ville de Liège est la réalisation d’habitat groupé d’initiative
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 174
publique
ou
(http://www.liege.be/svcommu/urbanism/prixurba/prixurb1.htm) ;
privée
¾ aux environs de Huy, un projet se construit avec tout un village (intégration de
nouvelles constructions dans un village existant) ;
¾ La banque Triodos qui, courant 2000, a octroyé un prêt pour un projet d’habitat
groupé dans une ancienne imprimerie de presse ;
¾ Les primes et aides de la Région wallonne (acquisition, construction, réhabilitation,
…). Par exemple via l’assainissement des sites d’activité économique désaffectés.
Les anciennes filatures Duez en plein centre de Péruwelz ont été réhabilités en une
60aine de logements par la société d’habitations sociales le Foyer péruwélzien. Cette
requalification de ruines industrielles en logements sociaux est devenue possible
grâce au partenariat entre le Foyer, la commune, la Région wallonne (Site
d’Activités Economiques Désaffecté) et la Société wallonne du logement37 ;
¾ Les expériences d’achats collectifs d’immeubles à destination de logements (achat
collectif et transformation d’immeubles industriels désaffectés en lofts ou autres).
QUELQUES REFERENCES ET ADRESSES UTILES
Sur De Refter :
¾
¾
¾
¾
¾
Infoboekje Woon-werpand De Refter, (eerste druk 1997), De Refter
Site web de la Fondation : http://derefter.nl
Site personnel : http://www.xs4all.nl/~ptp/refter.html#REF0001
Noël Cannat , L’emploi à domicile à Ubbergen, Pays-Bas, fiche DPH.V200
Sur les « Centraal wonen » ou « co-housing », « shared housing » :
¾ Site de Landelijke Vereniging Centraal Wonen http://www.lvcw.nl/index1.html –
¾ http://www.cohousing.org/resources/whatis.html
¾ Roland Kums, Tussen individualiteit & collectiviteit, Leuven,1998 – site :
http://www.homestead.com/RolandKums/info.html
BELGIQUE
Sur les habitats groupés :
¾ Le centre de documentation d’Habitat et Participation dispose de nombreux
ouvrages et divers documents sur l’habitat en général et sur l’habitat groupé. Il est
ouvert à tous sur rendez-vous : Tél. : 010.450604 – Fax : 010.456564 – e-mail :
habitat.participation@swing.be
¾ L’habitat groupé autogéré au Bénélux et en Europe, Habitat et ParticipationFondation Roi Baudouin, Louvain-la-Neuve, 1984
37
Le logement social et la ville, 22e conférence internationale du Réseau Habitat et Francophonie, 2000,
pp.54-55
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 175
¾ Site d’Ecotopie consacré aux réalisations écologiques exemplaires harmonisant les
relations de l’homme avec son environnement naturel, social et culturel :
http://www.inti.be/ecotopie/habigrou.html#menu
¾ Site d’habiter autrement, lieu d’échange d’information et de projet :
http://www.habiter-autrement.org
¾ Site de Samenhuizen, – Vereniging voor woongemeenschappen, vzw :
http://www.samenhuizen.homestead.com
¾ Site de Platform Wonen van Ouderen dont le but est de contribuer à la fondation
d’un
habitat
de
qualité
pour
les
personnes
âgées :
http://users.skynet.be/platform.wonen –
Coordonnées d’habitats groupés :
¾ Les Petits Béguinages (personnes vieillissantes avec projet de vie) – Pierre Huvelle
– Rue de Neufmoustier 1bte8 – 1348 Louvain-la-Neuve – Tél. : 010457611
¾ La communauté de la verte voie (coopérative avec engagement socio-politique) –
Joseph Vandeberg – SCRIS Communauté de la Verte Voie – 4890 Thimister
¾ Terre d’Enneille (coopérative de familles avec charte) – Grande Enneille – 6940
Durbuy – Tél. : 086.323456 – e-mail : chcoop@ecovillage.org
Divers :
¾ PATRIUM, sa - Rue Théodore Roosevelt, 42 – 1030 Bruxelles – Tél. : 02.7360454
– Fax : 02.7360349 – e-mail : info@patrium.be. La société assure, entre autres, une
permanence téléphonique juridique gratuite (mardi 12 à 17heures) pour la revue « Je
vais construire. J’améliore ma maison » au 027360454
¾ Communauté de la Poudrière – rue Neuve Chaussée, 80/82 – Tél. : 069774344 –
Fax : 069775279 – e-mail : lapoudrierepwz@swing.be - site : http://lapoudriere.org
¾ Sur les primes et aides de la Région wallonne : Sous la direction de l’administration
wallonne du logement, Memento du logement en Région wallonne, éd.Kluwer, 2000
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 176
FICHE 24 : Opération expérimentale de désendettement dans
la cité d’habitations sociales d’Empalot : apurement des
dettes de loyers via le travail en Régie
AUTEUR DE LA FICHE
Roland Guiraud, régie de Quartier d’Empalot
A l’époque, Mr Guiraud était stagiaire (formation en alternance dans le cadre de
l’obtention d’un diplôme d’Etat à la fonction d’animateur) à l’Atelier Régie.
COORDONNES UTILES
Régie de Quartier d’Empalot
Rue BirHakeim, 4
31400 Empalot
Tél. : 00.33.5.61256445
Fax : 00.33.5.61256988
MOTS CLES
<lutte contre l’exclusion> <innovation sociale> <dette> <logement social> <jeune>
<insertion sociale> <insertion professionnelle> <médiation> <rénovation du logement>
<droit au logement> <système de financement> <financement du logement>
FICHE PROJET
CONTEXTE
Fin des années ’80, le quartier –dit « sensible »- d’habitations sociales d’Empalot (2.400
logements), situé dans le sud ouest de Toulouse. 500 familles y vivent dont certaines
connaissent des dettes de loyers se montant à 50.000 FF (350.000FB).
ORIGINES DU PROJET
Une association indépendante, l’Atelier Régie (issu d’un partenariat entre la Mission
locale et l’Institut de formation Léon Lagrange) travaillait en partenariat avec l’Office
d’HLM38 sur la réhabilitation de logements pour permettre à des jeunes de se réinsérer
via des activités d’utilité sociale.
38
HLM = Habitation à Loyer Modéré
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 177
Face à la situation d’endettement, l’Atelier a proposé à l’Office (apparemment incapable
de gérer le problème39) d’accueillir des personnes via les Contrats Locaux de
Ressources pour travailler sur des logements de l’Office. La priorité était donnée aux
personnes endettées (l’Atelier choisissait sur base des listes remises par l’Office).
Cette action a permis à l’Atelier d’étendre son champs d’insertion aux adultes.
OBJECTIFS DU PROJET
Pour l’Office d’HLM : rénover son patrimoine et récupérer les loyers impayés.
Pour l’Atelier Régie : permettre l’insertion sociale et professionnelle, réduire les dettes
de loyer, empêcher les expulsions.
POPULATION CONCERNEE
La population du quartier dont les 500 familles locataires de logements sociaux ayant
des difficultés à payer leurs loyers (parmi elles 60% de chômeurs la plupart sans
qualification).
102 personnes étaient concernées par le dispositif d’insertion.
25 personnes sont rentrées dans le dispositif de remboursement de dettes.
MONTAGE FINANCIER
Le Conseil Général pour les Contrats Locaux de Ressources.
L’Atelier Régie d’Empalot pour l’encadrement et le suivi social.
La ville de Toulouse (dans le cadre du DSQ40).
L’OPHLM fournissait les appartements à rénover (les chantiers) et les matériaux.
Un peu plus de 300.000 FF ont été remboursés en 2 ans à l’Office par les locataires
endettés.
PARTENAIRES DU PROJET
L’OPHLM, est un organisme d’habitat social qui : gère et améliore les logements ;
intervient en matière d’aménagement et d’urbanisme ; est un prestataire de service dans
tous les domaines de l’habitat
Le DSQ
Le Conseil Général pour les Contrats Locaux de Ressources
La ville de Toulouse
39
Selon la Direction de la construction : « les impayés résultent, pour l’essentiel, d’une part de la
pauvreté des locataires, et d’autre part d’une gestion défaillante » (Direction de la construction, Situation
financière des offices et sa d’HLM de 1980 à 1985, Paris, Ministère de l’Equipement, du logement, de
l’aménagement du territoire et des transports).
Un guide a été publié pour réduire les impayés à travers une meilleure gestion : Prévenir et traiter les
impayés de loyers, Paris, Union nationale des 4 fédérations d’organismes d’HLM, 1986.
Informations tirées de : P.Willmott et A.Murie, La paupérisation du logement social,
L’Harmattan, France, 1990.
40
DSQ = Développement Social des Quartiers
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 178
DEROULEMENT DU PROJET
Les volontaires travaillaient 40h/semaine. Chaque heure était payée à 30FF/heure
(180FB) dans le cadre des Contrats Locaux de Ressources. Les heures prestées au-delà
des premières 20h étaient payées virtuellement. L’argent perçu était pris en compte
comme déduction de la dette de loyer. L’Office versait la somme totale à l’Atelier et ce
dernier renvoyait la partie à déduire des dettes.
Les sommes remboursées pouvaient atteindre 1.500 à 2.400 FF/mois.
Le travail consistait en travaux de rénovation (peinture, ...). Les matériaux étaient
fournis par l’OPHLM. Une formation, de même qu’un suivi social étaient assurés par
l’Atelier.
L’Office s’engageait à : restaurer le locataire dans ses droits ; faciliter la mutation de
logement après paiement de la dette ; sensibiliser aux problèmes d’endettements.
La plupart des volontaires « n’avaient jamais tenu un pinceau », ce qui a posé quelques
problèmes quant à la qualité du travail.
La durée des chantiers était 2 à 3 fois plus longue que s’ils avaient été effectués par des
artisans. Mais vu le prix de l’heure (30FF) cela est revenu au même.
Certains ont entrepris une formation qualifiante aux métiers de la peinture et vitrerie,
une 30e ont passé leur CAP dans les métiers du bâtiment.
L’Office était satisfait de cette opération.
L’Atelier Régie était satisfait du travail d’insertion effectué avec les habitants . Mais,
l’Atelier Régie voulait la pérennisation légale du système et l’embauche des personnes.
Cette expérience a été arrêtée après deux ans (1988-1990). Le préfet et la Direction du
travail ont convoqué l’Office et l’Atelier Régie pour leur ordonner d’arrêter cette
expérience illégale.
Les heures prestées pour le remboursement étaient assimilées à du travail au noir, il n’y
avait pas de cotisation sociale payée pour celles-ci.
Suite à cela, un conflit a opposé l’Office et l’Atelier. Pendant 2, 3 mois, l’Office ne
voulait plus donner de marchés à l’Atelier Régie. Mais, suite à l’intervention du
Ministre du logement Louis Besson41 lors d’une visite à Toulouse, l’Office, qui était,
par ailleurs, demandeur de financement dans le cadre du DSU, a dû faire marche arrière.
L’Office a commencé à se poser des questions quant au problème de l’endettement. Il a
mis en place des conseillers pour prévenir plus rapidement l’endettement.
L’Atelier Régie d’Empalot a été agréé comme entreprise d’insertion le 1er avril 1990
pour 8 postes d’insertion. 50% de son marché est effectué pour l’Office, le reste est du
privatif.
41
L’initiateur de la mise en œuvre du droit au logement.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 179
Fiche reproductibilité
ELEMENTS SPECIFIQUES A REPRODUIRE
Une société d’habitations sociales a utilisé l’opportunité d’aides à l’emploi pour initier
une expérience de désendettement dans un cadre réglementaire mis en place par ellemême. L’expérience de désendettement n’a pas été concluante, mais elle a permis, entre
autres, à une Régie de s’implanter au sein du quartier.
EXEMPLES EN REGION WALLONNE – Belgique
Le surendettement toucherait quelques 400.000 ménages en Wallonie42. Plus de 10.000
dossiers de médiation de dettes ont été ouvert en 1999.
Les arriérés de loyers, pour les logements sociaux de la Région wallonne, au 31
décembre 1999, s’élevaient à 683 millions (7% des recettes attendues). 287 millions
sont dus par 6.600 locataires qui ont quitté leur logement et 396 millions par 22.000
locataires qui ont des retards de loyers43.
Les catégories les plus touchées par le surendettement sont généralement : des
personnes à faible niveau de qualification ; des personnes sans emploi ; des personnes
isolées avec charge de famille.
Selon les données recensées par le Direction des affaires sociales de la Société
Wallonne du Logement (SWL) en matière d’arriérés de loyers :
un ménage sur six est en situation d’arriérés de loyer ;
seuls 31% des sociétés mettent en place des plans d’apurement ;
sept sociétés sur dix optent d’abord pour une démarche sociale de médiation, les 3
autres passent directement par la justice ;
dans sept cas sur dix, le CPAS44 ne collabore pas avec les sociétés de logements.
En 1999, la SWL en partenariat avec l’Observatoire du crédit et de l’endettement, a
organisé une formation relative à la problématique des arriérés de loyers. Elle se
compose de 3 modules qui ont fait l’objet d’un vade-mecum sous forme de fiches
thématiques :
démarche préventive (approche globale de la problématique, prévention primaire,
technique d’entretien) ;
procédures de récupération (définition des rôles, problématique du relogement);
méthodologie (guidance budgétaire, médiation de dettes, méthodologie spécifique).
La même SWL, soutenue par la Fondation Roi Baudouin (FRB), a aussi initié un projet
pour régler le problème des loyers arriérés. Il s’agit de passer par une procédure de
conciliation avec un médiateur neutre pour éviter, entre autres, la procédure en justice.
Le projet fait l’objet d’un partenariat entre diverses Justice de paix, la SWL,
42
M.Vandemeulebroucke, Le crédit contre l’échec du crédit, Le Soir, mardi 12 décembre 2000, p.4.
Journal du Syndicat des propriétaires, Le Cri, n°255, juin 2001.
44
CPAS = Centre Public d’Aide Sociale
43
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 180
l’Observatoire du crédit et de l’endettement, divers barreaux, la FRB, la DGATLP45,
des sociétés de logements.
Certains CPAS ont développé des pratiques pour lutter contre le surendettement, au
niveau : de l’information ; intervention financière ; guidance budgétaire ; négociation
avec les différentes parties ; recherche de solution avec le société de logements ; ... Le
CPAS d’Havelange, par exemple, pratique, depuis 1977, le crédit social : prêt accordé
aux personnes surendettées. Les personnes emprunteuses sont suivies et elles participent
aux réunions du Groupe crédit des usages du CPAS.
En matière de prévention, le Dispositif d’Urgence Social de Verviers (DSU) - dans le
cadre du Contrat de sécurité - a élaboré un projet de guidance budgétaire destiné aux
plus démunis.
L’Observatoire du crédit et de l’endettement est une structure qui, entre autres,
centralise, analyse et forme les médiateurs de dettes. C’est aussi un instrument d’aide à
la décision politique en la matière. Par exemple, en collaboration avec le CPAS de
Charleroi, l’Observatoire a mis au point un cd-rom de prévention sur les risques et les
mécanismes d’un endettement mal contrôlé.
En matière de prévention on peut citer :
¾ les campagnes préventives d’information et d’éducation dans l’enseignement
primaire et secondaire menées par le service médiation de dettes le Groupe d’action
surendettement dans la Province du Luxembourg ;
¾ le travail des Régies de quartier sociales46 dans les cités d’habitations sociales, dont
un des objectifs est de « transmettre à chaque personne les outils nécessaires à la
mise en œuvre de ses projets » qui abordent systématiquement la problématique de
l’endettement avec les stagiaires car la majorité d’entre eux vivent des situations
financières difficiles. Elle les informant sur les manières de mieux consommer (par
exemple : travail sur la comparaison des coûts des aliments ; formation sur comment
faire un repas équilibré). Outre ce travail de prévention, certaines Régies réalisent
des plans de désendettement ou envoient vers un service de médiation de dettes.
¾ L’association Dignitas47 à Mons propose un accompagnement dans le parcours de la
loi relative au règlement collectif de dettes. Elle travaille aussi sur la notion de la
dignité humaine reprise dans la loi en référence à la Constitution, mais qui ne définit
pas de montant indispensable pour mener cette « vie conforme à la dignité
humaine ».
45
DGATLP = Ministère de la Région wallonne, Direction générale de l’aménagement, du territoire, du
logement et du patrimoine.
46
La Régie de quartier sociale est une structure visant la redynamisation d’un quartier. A cette fin, elle
réalise un travail d’information et de soutien administratif et social à destination des habitants des
quartiers de ce quartier. Par ailleurs, elle assure la (re)socialisation des stagiaires en leur offrant une
préformation.
47
Association d’orientation, d’information, de défense et de soutien de personnes surendettées. Elle
entend défendre les garanties fondamentales des personnes surendettées.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 181
ELEMENTS DE REPRODUCTIBILITE
Concernant la reproductibilité de l’expérience d’Empalot -l’idée semblait bonne, mais
pas la manière- il faudrait effectuer une étude approfondie au niveau légal. Dans le
contexte actuel de la législation sur le règlement des dettes, il n’est pas permis aux
employeurs/créanciers de décider eux-mêmes du montant à prélever des revenus des
personnes endettées.
Au niveau de la gestion des dettes, il existe différents systèmes réglementés :
¾ la guidance budgétaire qui octroie à un tiers, le plus souvent un CPAS, la gestion
financière de la personne endettée ;
¾ la médiation de dettes et le règlement collectif de dettes qui organisent le payement
des dettes en garantissant une vie conforme à la dignité humaine. Ici, au contraire de
la guidance budgétaire, le débiteur participe aux négociations avec le médiateur de
dettes. C’est dans le cas où il n’y a pas d’accord que le juge des saisies peut imposer
un plan de règlement judiciaire.
Les meilleures réponses à la problématiques des loyers impayés seront celles issues
d’un partenariat entre les différents acteurs comme :
¾ les Sociétés d’habitations sociales ;
¾ les « techniciens » de l’endettement (juges, avocats, services de médiation,
Observatoire,...) ;
¾ les Comités consultatifs des locataires et des propriétaires, qui rendent un avis
préalable et obligatoire sur les mesures générales à prendre pour le recouvrement
des arriérés de loyers et de charges48 ;
¾ les Régies de quartier dont un des buts est d’améliorer les conditions de vie des
habitants des cités sociales par des actions favorisant l’exercice de la citoyenneté49 ;
¾ la SWL, dont les missions sont, entre autres, d’agréer, de conseiller et de contrôler
les sociétés de logement de service public et de proposer des politiques nouvelles50 ;
les locataires ayant des dettes de loyer ;...
Bien que le droit à un logement décent soit garanti par l’article 23 de la Constitution, les
dispositions nécessaires n’ont pas été prises pour permettre le respect de cette
législation51.
Des prémices sont apportées par les écoles de consommateurs qui sont appelées à se
développer en Région wallonne52. Inspirés d’un modèle français, ce sont des dispositifs
de formation, de prévention et d’insertion. On y apprend à faire face aux problèmes de
la vie quotidienne (lire une facture, établir le budget du ménage, ...).
Les objectifs de ces écoles sont, entre autres : connaître ses droits et ses devoirs ;
obtenir des résultats concrets dans la gestion de la vie quotidienne, acquérir plus de
48
Article 155 du Code du logement.
Article 195 du Code du logement.
50
Article 88 du Code du logement.
51
SWL, La récupération des arriérés. Module 2 : Procédures de récupérations, 1999.
52
En avril 2001 un appel à projets « Ecoles de consommateurs » a été lancé par le Ministre des affaires
sociales et de la santé.
49
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 182
confiance en soi ; participer à la vie du quartier ou de la commune ; et surtout de donner
des outils de maîtrise de son environnement pour développer des capacités et construire
une identité autre qu’axée sur la consommation.
QUELQUES REFERENCES ET ADRESSES UTILES
Sur l’expérience d’Empalot
¾ Documents de travail, 150 fiches pour les dynamiques et des idées en matière de
politique du logement en milieu urbain, n°57, DPH, France, 1994
¾ Pour des informations générales sur les organismes HLM en France :
http ://www.offices-hlm.org
BELGIQUE
Institutions
¾ Associations wallonnes des régies de quartier - bd Jules Bertrand, 48/5 - 6000
Charleroi - Tél. : 071700221 - Fax : 071700219 - e-mail : awrq@skynet.be
¾ Centre de Recherche et d’Information des Organisations de Consommateurs
(CRIOC) - rue des Chevaliers, 18 - 1050 Bruxelles - Tél. : 025470620 - fax :
025470601 - site : http ://www.oivo-crioc.org
¾ Dignitas – bd Albert-Elisabeth, 20 – 7000 Mons – Tél. : 065352097 – Fax :
026106870 – e-mail : tmt7000@yahoo.com ou dignitas@skynet.be
¾ DUS de Verviers - rue du Collège, 49 - 4800 Verviers - tél. : 087307307
¾ Groupement d’action surendettement - rue Godefroid Kurth, 2 - 6700 Arlon - Tél. :
063230372
¾ Interrégionale wallonne des habitants de cités (IWHC) - rue de Montigny, 29 - 6000
Charleroi - Tél. : 071303677 - Fax : 071306950
¾ Observatoire du crédit et de l’endettement - avenue Général Michel, 1A - 6000
Charleroi - Tél. : 071331259 - Fax : 071322500 - e-mail : info@observatoirecredit.be - site : http ://www.observatoire-credit.be
¾ Société wallonne du logement - rue de l’Ecluse, 21 - 6000 Charleroi - Tél. :
071200211 - Fax : 071302775 - site : http ://www.srwl.be
Divers
¾ Sous la direction de l’administration wallonne du logement, Memento du logement
en région wallonne, éd.Kluwer , 2000
¾ SWL, Vade-mecum « Arriérés de loyer et surendettement. Aspects juridiques et
pratiques », 1999 - http ://www.srwl.be/fr/surendet.htm
¾ Cahiers de la médiation de dettes, Centre coopératif de la consommation - rue
Haute, 28 - 1000 Bruxelles - tél. : 025005211 - fax : 025027161
¾ Nathalie Cobbaut, A l ‘école des consommateurs, dans le Nord Pas-de-Calais,
Imagine, n°16, juin-septembre 2000, Namur, pp.20-22
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 183
Textes de loi
¾ Loi organique des CPAS (guidance budgétaire)
¾ Loi du 12 juin 1991 relative au crédit à la consommation et arrêté du 20 novembre
1992
¾ Décret du 7 juillet 1994 concernant l’agrément des institutions pratiquant la
médiation de dettes et arrêté du 20 octobre 1994
¾ Loi du 5 juillet 1998 relative au règlement collectif de dettes
¾ Code wallon du logement, 1999
¾ Sur le crédit à la consommation et le surendettement
(aspect légal) :
http ://mineco.fgov.be/redir.asp ?loc=/protection_consumer/Credit/home_fr.htm
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 184
FICHE 25 : L’Epicerie Locale d’Initiative Solidaire (ELIS) :
une connexion de moyens financiers, humains et de solidarité
AUTEUR DE LA FICHE
Marie Leman, Animateur de Projet Local
AUTEUR MORAL
Comité de Quartier Fresnoy-Mackellerie – Roubaix - France
COORDONNEES UTILES
ELIS, rue d’Epinal 2 à 59100 Roubaix (France). Tél. : 00.33.3.20.26.40.39
Comité de quartier Fresnoy-Mackellerie, rue de Mouvaux, 71/1, BP70041 à 59051
Roubaix CEDEX 1 (France). Tél. : 00.33.3.20.68.07.53
MOTS-CLES
Lutte contre l’exclusion> <innovation sociale> <insertion sociale> <insertion
professionnelle> <développement local> <économie sociale> <économie solidaire>
<échange de savoirs>
FICHE PROJET
CONTEXTE
Depuis quelques années, le Comité de quartier du Fresnoy Mackellerie (Roubaix),
comme d’autres partenaires de quartier, a fait le constat, relayé par la ville, d’une
augmentation de la précarité d’une frange importante de la population et d’un
désinvestissement des habitants dans la vie de leur quartier et de leur cité. « Ainsi
sommes-nous forcés de reconnaître que bien souvent nous ne rassemblons que quelques
dizaines d’habitants sur quelques milliers et que tout un pan de la population ne
connaît pas le comité de quartier ou ne s’y retrouve pas forcément par rapport à ses
préoccupations premières. Or notre légitimité repose sur la participation effective du
plus grand nombre d’habitants dans nos activités et sur la prise de responsabilité
d’habitants citoyens dans des projets et actions concrètes ».
Mais un individu ne peut vraisemblablement adopter une conception collective et une
démarche de projet qu’avec un minimum social vital en ce qui concerne le logement,
l’alimentation, la santé, l’éducation, la reconnaissance sociale, … Comment militer le
ventre vide ? Face à ce bilan, les membres du Comité ont voulu recréer des espaces
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 185
d’échanges et de remobilisation pour la défense des droits des habitants et pour donner,
aux personnes les plus éloignées, les moyens de pouvoir maîtriser au moins un peu et
collectivement leur vie et celle de leur cité : pour que du statut de sous-citoyen dans
lequel ils sont trop souvent cantonnés ils accèdent au statut de citoyen-acteur reconnu.
ORIGINES DU PROJET
Une habitante du quartier, ayant lu un article sur une épicerie solidaire dans la région
parisienne, alla trouver son référent RMI53 afin de pouvoir construire sur Roubaix une
telle structure. Ce dernier lui indique le chemin du Comité de quartier.
L’habitante du quartier a demandé une aide technique pour monter un projet d’Epicerie
Solidaire. Son projet était motivé par le fait que, connaissant d’importante difficultés
financières, elle n’arrivait pas à franchir les portes des aides traditionnelles type Resto
du cœur ou Amitié Partage. Elle a créé son propre emploi.
Les débuts ont connu quelques problèmes : difficulté pour trouver un local, réticence
des commerçants, … L’épicerie a démarré avec très peu de moyens humains et matériel.
Ce qui a permis d’intégrer tout de suite les usagers, de s’entraider, d’échanger des
savoirs et savoirs-faire, …
La naissance d’ELIS c’est la rencontre entre des compétences techniques et la volonté
d’une habitante-militante acharnée. L’épicerie s’est ouverte en mai 2000.
OBJECTIFS DU PROJET
ELIS =
¾ est un outil d’aide alimentaire nouveau et complémentaire par rapport aux aides
alimentaires traditionnelles ;
¾ est une activité d’économie solidaire alternative au fonctionnement économique
classique mettant l’homme au centre du projet ;
¾ est un tremplin qui d’une expérience individuelle fait naître des actions collectives
de revendications positives ;
¾ favorise l’émergence de pratiques innovantes, pour promouvoir d’autres manières de
créer et de distribuer les richesses ;
¾ favorise de nouvelles formes d’échanges et de solidarités qui participent à la lutte
contre l’individualisme et le repli sur soi ;
¾ permet la réinsertion des usagers.
POPULATION CONCERNEE ou GROUPES CIBLES
Usagers : les habitants du quartier ouest de Roubaix (Epeule, Alouette, Trichon et
Fresnoy-Mackellerie). En priorité tout bénéficiaire du RMI puis toutes personnes ayant
l’API, l’ASS, l’AAH, l’AUD (aides sociales diverses), des tickets service du CCAS, les
chômeurs, retraités, étudiants sans ressources, salariés, personnes surendettées.
53
Personne encadrant et suivant le parcours socio professionnel d’un(e) bénéficiaire du Revenu Minimum
d’Insertion. RMI : Revenu Minimum d’Insertion (équivalent du Minimex belge).
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 186
Il y a 180 adhérents (580 personnes en comptant les membres de chaque famille) dont
46% ont « un reste à vivre » (revenus moins l’ensemble des charges y compris taxe TV,
assurance voiture, téléphone, dettes, etc.) inférieur 30FF (seuil de pauvreté fixé par
l’OMS54) par jour et par personne et l’on compte 80RMIstes.
MONTAGE FINANCIER
La Cli (Commission locale d’insertion – Conseil Général)
La ville de Roubaix (au titre d’une subvention exceptionnelle) + Contrat de Ville
Macif (compagnie d’assurance ayant pour but d’aider les associations)
La CAF (Caisse d’allocation familiale)
Fondation de France
Carnif Solidarité
Plan Roubaisien d’Insertion (PRI) : programme de financement d’activité d’insertion
financé par l’Etat
MONTAGE LEGAL
Activité du Comité de Quartier (association loi 1901).
PARTENAIRES DU PROJET
Les fournisseurs
EPI : base alimentaire sur Norrent-Fontes. Principal fournisseur de l’épicerie.
La Courte Echelle : Epicerie Solidaire - Paris 19e
Andes-Sernoise (Loire) : base alimentaire
Antoine Leroy (Morbecke) : produits fermiers
Réagir : association de maraîchage biologique à Lestrem. Fournisseur de légumes bio et
aide au montage du projet jardin
Loosfeld (Roubaix) : grossiste en produits laitiers
Relais et conseiller technique
De proximité : les deux centres sociaux du quartier, le Comité de quartier voisin et
l’ensemble des associations du quartier (Union des commerçants, Ferme aux loisirs, ).
Association dans la construction et l’évolution du projet.
Institutionnel :
Le CCAS (Centre communal d’action sociale) : partenariat avec les référents RMI ou
autres travailleurs sociaux qui participent au Comité de pilotage
La DGAS (Direction générale de l’action santé): organisation d’animation au sein de
l’épicerie, donation de matériel
DEROULEMENT DU PROJET
Le principe d’ELIS est basé sur l’approvisionnement auprès des entreprises
agroalimentaires, et d’un réseau d’Epiceries solidaires. Les produits proposés ne sont
pas commercialisables dans le circuit classique pour des raisons techniques (emballage
54
OMS = Organisation Mondiale de la Santé
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 187
ou étiquettes défectueux) ou proviennent de dons issus de stock, mais leur qualité reste
conforme à la marque.
Le plafond des ressources a été fixé à maximum 45 FF (270Fbs) par jour et par
personne de « reste à vivre ».
En fonction du « reste à vivre » est fixé un panier. C’est un montant maximum de la
somme mensuelle à pouvoir dépenser au sein de l’épicerie. Cela représente le
complément entre le reste à vivre et le plafond de revenu de 45 FF. Ce panier est révisé
tous les 3 mois.
L’inscription se fait auprès d’une référente sociale, sous présentation des justificatifs des
ressources et revenus. A ce moment, le futur usager signe un contrat où il s’engage à
respecter l’éthique d’ELIS (solidarité-qualité-respect – viser à la progression de la
participation et l’expression des habitants et notamment les plus exclus, de la qualité du
cadre de vie, de l’environnement et de l’accès aux besoins vitaux) et à participer à la vie
de la structure. C’est un engagement symbolique car aucune activité n’est obligatoire.
La mobilisation des usagers se fait naturellement et progressivement par l’intermédiaire
des habitants leader, repérés par rue qui font relais et qui emmènent dans la dynamique
un voisin ou un ami.
L’épicerie possède une centaine de références de produits secs et d’hygiène et des
produits frais.
L’épicerie livre aujourd’hui de plus petites épiceries démarrant leur projet.
4 bénévoles ont été embauchés au sein de l’épicerie. Et 6 personnes ont été engagées par
d’autres structures (associative ou entreprise) grâce au travail en partenariat.
Perspectives d’avenir :
Un chantier école se met en place (encadrement fiancé par le PRI) autour de trois pôles :
la création d’un poste en CEC d’animateur (Contrat destiné à un public en difficulté –
durée deux ans) pour assurer le fonctionnement quotidien ;
la création d’une boutique de vêtements, deux postes d’agent d’accueil CES (Contrat
d’emploi pour personnes en difficultés souhaitant retravailler – durée un an) ;
l’équipe d’autoréhabilitation (logements), 3 postes (un chef d’équipe et deux agents). Il
s’agit d’aider des particuliers dans la remise en état ou la conservation de leur habitat.
C’est de la formation interhabitants (ne pas faire à la place des habitants, mais les
conseiller).
Fiche reproductibilité
ELEMENTS SPECIFIQUES A REPRODUIRE
Confrontée à des difficultés financières et à leurs conséquences (« vivre et militer le
ventre vide »), et constatant que d’autres étaient dans la même situation, une habitante a
créé une épicerie solidaire. Ce genre d’expérience avait déjà fait ses preuves dans
d’autres villes.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 188
L’épicerie est soutenue par la commune via le Centre d’action sociale et par les
habitants du quartier via le Comité de quartier.
Ce projet, qui à terme deviendra indépendant, est basé sur un large partenariat entre
différents acteurs et est créateur d’emplois et de solidarité entre les habitants du quartier.
EXEMPLES EN REGION WALLONNE – Belgique
En Wallonie, outre les nombreux « magasins à petits prix », il existe quelques
expériences qui présentent certaines caractéristiques communes avec les épiceries
solidaires françaises. Ce sont les épiceries sociales. Pour la plupart, elles ont été créées,
entre autres, pour « aller plus loin que le don »55 et permettre aux bénéficiaires de
choisir et de payer moins cher leurs produits de consommation. La grande majorité de
ces épiceries, d’initiatives privées ou publiques, sont gérées par des bénévoles, et
quelques unes ont permis la création d’emplois. Il n’existe pas encore de réseau.
En 1995, à Namur, s’est ouvert le Comptoir social d’alimentation « la Fourmi », qui a
été fondé par un collectif d’associations caritatives de Namur. Cette épicerie, qui a un
registre de commerce et est soumise à la TVA, est gérée par des bénévoles et vit sur
fonds propres. Seules les personnes envoyées par les divers services sociaux (CPAS,
mutuelles, Forem, aide aux justiciables, …) y ont accès. Il y a une rotation d’environ
200 personnes par an. Les produits proposés (large choix) proviennent de diverses
sources.
L’épicerie : rachète des « palettes de casse » (produits dont l’emballage est
endommagé,…) à une grande surface (ce qui permet de revendre les produits de
marques à 40, 50% moins cher) ; achète en gros dans un grande surface et revend au
prix d’achat ; collabore avec le CPAS pour le maraîchage ; avec un grossiste en légume
et avec un grossiste en viande.
Ici il n’y a pas d’emploi créé ni de participation des bénéficiaires. Bien que certains
bénévoles soient réticents, les responsables souhaitent engager une personne (ils sont à
la recherche d’aide financière).
Quelques sections locales de La Croix Rouge ont créé des épiceries sociales. Celle
d’Ottignies vend à ½ prix des aliments et produits d’hygiène achetés en gros dans des
grandes surfaces, chez un boulanger et un fermier et en donne d’autres (aliments donnés
par la CE). C’est le prêt de matériel sanitaire et les diverses actions qui permettent de
financer les achats. L’épicerie est principalement gérée par des bénévoles et une
personne engagée sous statut PTP. Les bénéficiaires sont envoyés principalement par le
CPAS, ONE, les mutuelles et l’Université.
A la différence de La Fourmi de Namur il n’y a pas de registre de commerce et il y a un
plafond d’achat par mois. Le plafond est de 600fbs/personne/mois, il augmente suivant
le nombre de personnes et diminue au bout d’un an.
Il y a d’autres activités qui se greffent autour de l’épicerie comme par exemple un
atelier de cuisine rencontre.
55
En intégrant, notamment, les notions de choix et du respect de la dignité de la personne.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 189
Certains CPAS ont aussi initié ce genre d’expérience ( Estinnes, Huy, …). L’épicerie
sociale mise en place par le CPAS de Huy a permis la création d’un emploi pour un exbénéficiaire via l’article 60 de la loi sur les CPAS.
Le Resto du Cœur de Mons a aussi son épicerie sociale. La condition pour avoir accès
est que la personne ne doit pas disposer de plus de 3.000FB après décompte de toutes
ses charges (loyer, téléphone, …) et ce, qu’elle travaille ou non.
ELEMENTS DE REPRODUCTIBILITE
On le constate, bien que les objectifs soient semblables, les situations (fonctionnement,
statut, financement, …) de ces expériences comportent quelques différences au niveau :
¾ de l’initiateur(trice) (initiative du privé, du public voire d’un partenariat publicprivé) ;
¾ du statut juridique (soumis à la TVA et registre de commerce );
¾ du respect de certaines règles (règles en matière : de distribution gratuite de fruits et
légumes ; de distribution de produits donnés par la CE ; d’hygiène, …) ;
¾ de la création d’emplois ;
¾ de l’accès (accès réservé) ;
¾ des accords avec les autres services sociaux, autres partenaires ;
¾ du financement (sur fonds propres, aides publiques, …) ;
¾ des conventions avec des grandes surfaces, marchés, brasseries, banques
alimentaires, …
Pistes de financement, d’information, …
Il existe quelques pistes quant aux aides (financières, formations, …) pour ce genre de
projet comme, par exemple :
¾ la base de données sur les aides du site http://www.econosoc.org
¾ les bourses de pré-activité de la Région wallonne. Ce système accorde un soutien
aux phases préliminaires (études, élaboration et mise en forme) pour lancer une
activité basée sur une idée originale ;
¾ les chèques création de la Région wallonne qui sont « une aide pour les particuliers
en amont de la création d’activité. L’objectif est de favoriser l’installation des
travailleurs indépendants et l’émergence de très petites entreprises » ;
¾ le prêt chômeur ;
¾ le système des épargnes solidaires (association de personnes qui mutualisent leurs
économies, en versant x francs par mois, pour soutenir, monter un projet) ;
¾ les soutiens accordés par des acteurs comme la Fondation Roi Baudouin ;
¾ les prêts, participation au capital et garantie bancaire de SOWECSOM ;
¾ le Forem et l’université de Namur ont ouvert un site sur les mesures d’aide à
l’emploi et à la formation : http://www.droit.fundp.ac.be/pef ;
¾ la formation-accompagnement en création et développement d’entreprise (gratuite)
organisée par le Centre UNIversitaire de Charleroi (CUNIC);
¾ le guide à la création d’une entreprise de la Région wallonne (DGEE) ;
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 190
On peut aussi faire appel aux agences conseil en économie sociale qui sont
subventionnées pour élaborer et mettre en œuvre de tels projets.
L’agence conseil en économie sociale « Archipel » étudie actuellement la possibilité de
reproduire le concept d’épicerie solidaire à la française en Région wallonne. L’objectif
principal est, ici, la création d’emplois pour personnes défavorisées. Des projets pilotes
devraient être lancé dans plusieurs communes, notamment via les CPAS.
Divers éléments sont a l’étude, notamment :
¾ le partenariat avec des groupes agro-alimentaires
¾ le public cible (idée : public du CPAS ou identifié par le CPAS) ;
¾ les conditions d’accès (en France certaines épiceries demandent à voir la feuille
d’impôts) ;
¾ Les aspects de concurrence.
¾ Le centre d’entreprise d’économie sociale Archipel peut également héberger et
accompagner des sociétés qui souhaitent se lancer.
QUELQUES REFERENCES-ADRESSES UTILES
FRANCE – Epicerie solidaire
¾ Association Nationale de Développement des Epiceries Solidaires (ANDES),
Champ Rouage,4 à 58000 Sermoise (France). Tél. : 00.33.3.86.37.69.40
http://epiceries.solidaires.free.fr, epiceries.solidaires@free.fr
¾ Cecile Thys, Alimentation, droits et citoyenneté, dans Territoires, n°414, janvier
2001, France, pp.31-34
¾ FPH, Entreprendre en milieu défavorisé, Dossier à fenêtre n°66, Paris, 4-5 octobre
1994
BELGIQUE - Epicerie sociale
¾ Comptoir social d’alimentation la Fourmi – rue Saint Nicolas, 82 – 5000 Namur –
Tél. : 081.23.01.94
¾ Epicerie sociale de la Croix Rouge d’Ottignies – rue de Franquenies, 10 – 1340
Ottignies – Tél. : 010.41.07.41
¾ Le Petit Marché – CPAS de Huy – Porte des Maillets, 2-4 – 5200 Huy – Tél. :
085.24.02.21
¾ Epicerie sociale – Resto du Cœur – Sentier Malaquin, 2b – 7000 Mons – Tél. :
065.34.63.77
BELGIQUE – Divers
¾ Archipel - 41 rue de Trazegnies – 6031 Charleroi – Tél. : 071.32.13.57 – mail :
pierre.gilles@archipel-asbl.be
¾ Fédération belge des banques alimentaires – rue de Glasgow, 16 – 1070 Bruxelles –
Tél. : 02.522.97.00
¾ Le site de la DGEE de la Région wallonne sur lequel on peut trouver, par exemple,
la banque de données MIDAS qui recense les aides publiques de type économique,
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 191
ou encore le Guide de la création d’entreprise (aides des pouvoirs publics, engager
du personnel, …) : http://mrw.wallonie.be/dgee/dpe/dia/fr/creation/home.htm
¾ Téléphone vert de la Région wallonne 0800-11901
¾ Bourse de préactivité – Formulaire de demande d’aide disponible à la Direction
Générale des Technologies, de la recherche et de l’énergie – Division des aides aux
entreprises – av. Prince de Liège 7 – 5100 Jambes – Tél. : 081.33.55.60 – site :
http://mrw.wallonie.be/dgtre
¾ SOWECSOM – av Destenay, 13 – 4000 Liège – Tél. : 04.2219848 – Fax :
04.221.99.99
BELGIQUE - Réglementation
¾ Pour la distribution gratuite de fruits et légumes - Ministère des classes moyennes et
de l’agriculture-Service contrôle des interventions et aides UE – WTC3 – Bd
S.Bolivar, 30 – 1000 Bruxelles – Tél. : 02.208.38.79 – Brochure disponible sur le
site : http://www.cmlag.fgov.be/fr/arch/dos/dosdg4_fr2.html
¾ Bourses de préactivité – Décret : http://wallex.wallonie.be/srt/17228-1000.htm –
Arrêté d’exécution : http://wallex.wallonie.be/srt/17344%2D1000.htm
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 192
FICHE 26 : Confrontés à des problèmes de pauvreté, de
sécheresse, …, des habitants s’organisent et s’approprient
des terres pour s’y installer et y créer le quartier spontané
de Fitiribougou
AUTEUR DE LA FICHE
Adama Traoré, qui a interviewé le chef du village et une dizaine de chefs de familles de
Fitiribougou
AUTEUR MORAL
Les habitants de Fitiribougou
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> <femme> <crédit logement> <construction du logement>
<Coopérative de logements> <conditions de vie> <marché du logement> <droit au
logement> <solidarité> <expulsion du logement> <micro-crédit> <financement
alternatif> <financement du logement> <insertion par le logement>
FICHE PROJET
CONTEXTE
Bamako, capitale du Mali, qui en 1970 comptait 600.000 habitants, en compte
aujourd’hui 1.500.000. Auparavant, la majeure partie de la population était concentrée
au centre. Par après il y a eu affluence au niveau de la périphérie. En cause la croissance
démographique, l’exode rural dû à la sécheresse, la pauvreté, l’évolution des
mentalités56, …
ORIGINES DU PROJET:
Devant faire face à de nombreuses difficultés (pauvreté, sécheresse, …), des habitants,
entre autres, du centre de Bamako, ont créé des quartiers spontanés en périphérie de la
capitale du Mali et ce en toute illégalité. Ainsi est né le quartier de Fitiribougou.
56
« les jeunes générations n’expriment plus le besoin de vivre au sein de la grande famille (…) chacun
veut s’affranchir (…) puisque le centre est saturé, il faut se tourner vers les périphéries » Farmata Traore,
Environnement : l’urbanisation un mal nécessaire, Ina/Info-Matin.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 193
Pour améliorer leurs conditions de vie, diverses tontines57 se sont créées : soit à
l’initiative d’habitants comme celles du groupe de femmes Bencadi, qui signifie
« l’union fait la force »58 ; soit à l’initiative de coopérants comme la caisse d’épargne
Djemeni.
OBJECTIFS DU PROJET
Occupation de terres et construction d’habitats par et pour des personnes défavorisées.
En ce qui concerne la tontine : organisation solidaire des habitants pour améliorer leurs
conditions de vie.
POPULATION CONCERNEE
A la création du quartier : personnes qui avaient besoin d’un logement (ruraux, citadins
pauvres, ...). Aujourd’hui la composition sociale et la répartition des revenus des
quartiers spontanés reconstitue plus ou moins les clivages qui existent dans les autres
quartiers59, bien que certains abritent des populations plus pauvres.
MONTAGE FINANCIER
Tontine : apport de chacun des membres et de coopérants occidentaux.
MONTAGE LEGAL
La législation malienne est assez complexe en matière d’urbanisme.
A Bamako, l’habitat spontané (installation progressive sans autorisation sur une terre)
abrite 55% des ménages malgré un puissant arsenal juridique qui ne s’applique pas60.
Outre que l’offre de logement est inférieure à la demande, une des cause est la difficulté
de concilier le droit coutumier61 avec les règles juridiques communes.
Au Mali, à peine 2% des propriétaires sont détenteurs d’un titre foncier enregistré au
domaine. Tous les autres propriétaires de Bamako qui ont obtenu un terrain de l’Etat
détiennent une lettre d’attribution (1e étape) ou un permis d’occuper (2e étape après la
construction du terrain)62.
Toutes les terres immatriculées au nom de l’Etat, toutes les terres non immatriculées et
les terres sans maîtres, sont propriétés de l’Etat. Avant toute attribution, il faut
57
Voir plus loin.
Alexandre Ndione, Les femmes du « quartier du crépuscule » se battent pour garder leur toit, dans Pour
un partenariat entre habitants et collectivités locales en Afrique, FPH, 2000, pp.19-20
59
Chantal Rondeau, idem, p.14
60
Chantal Rondeau, L’appropriation foncière informelle à Bamako : une stratégie d’insertion urbaine
pour les uns et d’accumulation foncière pour les autres, GIM, Québec, 2000, p.2
61
ou droit d’usufruit : on ne dispose pas de la chose, mais on a le droit de l’utiliser et d’en percevoir les
fruits. Dans les textes on dit que la terre appartient à celui qui l’exploite.
62
idem, p.3
58
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 194
immatriculer le terrain pour habitation. La vente d’un terrain ne peut se faire qu’après
viabilisation et obtention du titre (mais la majorité des propriétaires n’ont pas de titre
foncier).
Tontine : il n’y a pas de réglementation. Elle est basée sur la confiance et la solidarité
des membres.
PARTENAIRES DU PROJET
Tontine : les habitants du quartier et, dans certains cas certains coopérants comme
l’ONG AREC-DEV pour la tontine Bencadi
DEROULEMENT DU PROJET
Les premiers arrivés à Fitiribougou n’eurent pas trop de difficulté pour s’installer :
« J’ai acheté mon lot avec le chef du village M. Sanou Diakité en 1978 à 15.000 F
malien63. J’ai commencé à construire petit à petit. A cette époque il y avait pas de
difficulté au niveau des autorités, car c’était la forêt. J’étais le premier à venir habiter
Fitiribougou. Les chasseurs en passant prenaient de l’eau chez moi. Je n’ai pas eu
beaucoup de difficulté comme ceux qui sont venus après moi »64.
Après quelques années, la situation s’est détériorée. « Quand les autorités ont vu que le
quartier commençait à se développer elles ont fait déguerpir65 les occupants en
démolissant au moins deux cent foyers. Seuls les premiers arrivés pouvaient rester. Les
victimes de cette première expulsion sont restés à la merci des intempéries naturelles.
Après plusieurs démarches sans suites favorables, nous sommes revenus et louâmes sur
place. Mais c’était encore plus dur pour un pauvre qui à peine a trouver à manger.
Alors les gens ont commencé à construire en cachette. Les travaux étaient exécutés
entre le crépuscule et le petit matin. C’est pourquoi le quartier s’appelle
« Fitiribougou » qui signifie littéralement « Case du crépuscule ». Par après j’ai
bénéficié d’une aide de coopérants français avec laquelle j’ai construit deux chambres
et une cuisine pour ma famille. Depuis, le quartier s’est reconstruit petit à petit jusqu’à
nos jours66 ».
Une partie des parcelles a été confiée par les autorités à l’agence ACI (l’Agence de
Cession Immobilière qui vend des terrains aux enchères).
Après l’expulsion, une association « la commission du quartier » s’est mise en place en
1991. Son rôle : veiller sur le quartier et coordonner les relations entre autorités et
habitants.
Le gouvernement a donné l’autorisation de faire le bornage. Une fois effectué, on
n’accepta plus de construction illégale. Cela s’est passé juste après le coup d’Etat de
1991 afin de calmer et de satisfaire un grand nombre de personnes. Depuis 1995,
Fitiribougou est loti.
63
500FB
Sékou Djenta, Direction Medersa (école coranique) à Fitiribougou :
65
expulser
66
Moussa Traoré, cuisinier.
64
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 195
LES TONTINES :
Appelée aussi AREC (association rotative d’épargne et de crédit), la tontine est une
association de personnes qui, unies par des liens familiaux, d’amitiés, de profession, de
clan ou de région, se retrouvent à des périodes d’intervalles plus ou moins variables afin
de mettre en commun leur épargne en vue de solutionner des problèmes particuliers ou
collectifs67.
Le système est simple : un groupe de personnes, à date fixe, versent une certaine
somme. Au bout de x temps, le contenu du pot commun est « donné » à l’un des
membres du groupe. Les versements continuent jusqu'à ce que tous les membres aient
pu bénéficier de la somme déterminée. Le nombre de personnes, la somme versée, la
durée du cycle, les dates de cotisations, peuvent varier.
En ce qui concerne la tontine de Bencadi, l’argent récolté sert, entre autres, à
l’assainissement du quartier ; l’exploitation d’un hectare de produits maraîchers (vente
et auto-consommation) ; le paiement d’un maître pour organiser le suivi des élèves ; la
prise en charge de frais de scolarisation pour familles démunies ; la valorisation de
déchets plastiques.
La mission de la caisse d’épargne Djemeni est de répondre de façon pérenne aux
besoins en service financier des populations qui n’ont pas accès aux banques. La caisse
appartient à ses membres, elle est coopérative et démocratique. Elle est dirigée par des
organes élus en assemblée générale des membres (il y a 370 adhérents). L’adhésion est
libre et volontaire.
Djemeni assure, entre autres, l’octroi de crédit en vue d’aider les « déguerpis » à
sécuriser leurs nouvelles affectations foncières en leur permettant d’accéder aisément à
un fond gratuit pour transformer leur lettre d’attribution en titre foncier (une parcelle de
recasement est attribuée aux déguerpis qui doivent régler des droits pour avoir un titre
définitif). Mais les plus démunis ne peuvent régler ces droits et vendent leur lettre à des
spéculateurs fonciers68.
Fiche reproductibilité
ELEMENTS SPECIFIQUES A REPRODUIRE
Occupation de terres par des personnes confrontées à certains problèmes (pauvreté, sans
logement, …) afin d’y construire leur habitat.
Organisation populaire et solidaire afin de créer des conditions de vie favorables.
67
http ://www.gdrc.org/icm/french/matthieu/biblio.html
Filiging Diakite, Controverse sur le « recasement » en commune V du district de Bamako sur
http://www.afribone.com/Editoriaux/99-00/16.html
68
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 196
EXEMPLES EN REGION WALLONNE – Belgique
Occupation de terrains et construction d’habitats :
En Région wallonne, on ne peut pas construire n’importe où et n’importe quoi69. La
plupart des rénovations et/ou constructions sont soumises à permis d’urbanisme.
L’administration veille et, en cas d’infraction, il arrive que des amendes soit perçues,
voire une démolition de ce qui a été construit illégalement. Par exemple, à Frahan, dans
la vallée de la Semois c'est tout un camping qui a été évacué et rasé, ou encore la
démolition d'une annexe d’un restaurant à Vitrival70.
L’expérience d’occupation des terres peut s’apparenter à l’installation des résidents
permanents dans les établissements de séjour. Elle peut aussi faire penser chez nous aux
« réquisitions de maisons abandonnées »71 par des personnes sans-abri, mal logées,
expulsées,..., appelées aussi squatts.
Il existe plusieurs types de squatt :
¾ certains, comme « le 111 »à Louvain-la-Neuve ou « Jonruelle » à Liège sont des
lieux où leurs habitants, entre autres, promeuvent le droit au logement et organisent
des activités (table d’hôtes, concerts, débats, …). A Jonruelle il est même question
de rachat du bâtiment par ses occupants. Ces lieux font l’objet de nombreuses
négociations avec les différents acteurs (occupants, propriétaires, autorités, …) ;
¾ les expériences de squatt légal encadré. Il s’agit d’un bâtiment mis à disposition par
les autorités publiques pour accueillir un squatt. Deux ou trois personnes de
références (associatif) gèrent le squatt. Une « convention » est établie avec les
occupants, entre autres, pour qu’ils s’impliquent dans l’entretien des lieux (mise en
ordre, sécurité, …).
Le squatt est un moment à utiliser pour favoriser la resocialisation, retisser des liens et
réapprendre à habiter dans un logement. Cette expérience a permis à plusieurs
personnes d’entreprendre des démarches pour réintégrer un logement.
Deux de ces squatts ont été expérimentés dans la ville de Charleroi : il s’agissait d’un
bâtiment voué à la destruction est prêté durant quelques mois et d’un autre a été mis à
disposition suite à une réaction constructive des autorités de la ville (bourgmestre et
président de CPAS72) en réponse à une occupation de l’hôtel de ville par des personnes
sans abris73 ;
69
Différents textes et prescriptions sont à respecter comme, entre autres, le Code Wallon de
l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme et du Patrimoine (CWATUP); les plans de secteurs ; les
Plans Communaux d’Aménagements (PCA) ; le Règlement Général sur les Bâtisses en Site Rural
(RGBSR) ; les règlements en matière de lotissement ; …
70
LH, CM et DP, Plus d’infractions que de démolitions, La Libre Belgique, samedi 5 et dimanche 6
décembre 1998, p.2
71
Cité dans : Bulletin de liaison Front commun SDF Bruxelles-Flandre-Wallonie, nr 26, mai99,
Bruxelles, p.1
72
CPAS = Centre Public d’Aide Social
73
Pour plus d’informations sur ces expériences voir Solidarités Nouvelles.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 197
On peut aussi citer l’occupation d’églises par les personnes sans papiers en 1999.
TONTINES :
Remarque préliminaire : le système présenté ici ne doit pas être confondu avec la clause
de la tontine en droit immobilier. Ici, la clause de la tontine unit des conjoints non marié
lors de l’achat d’une maison. En cas de décès le conjoint survivant pourra jouir de
l’entièreté du bien, voire devenir propriétaire et en cas de « divorce », si la maison est
revendue, il faut l’accord des deux parties. Cette clause évite de payer les droits de
succession de 30 à 80% sur la part du conjoint74.
La tontine, signalée dans cette expérience malienne, est un système assez ancien. On en
retrouve des traces dès le 2e siècle après Jésus Christ en Asie. Le mot vient d’un
banquier italien, Lorenzo Tonti (1630-1695) qui a mis en place une emprunt d’Etat pour
renflouer les caisses, emprunt basé sur une association de personnes et instauré sous
Louis XIV en France.
Le système de la tontine à l’africaine est principalement développé dans les
communautés africaines vivant en Région wallonne et ce aussi bien pour des échanges
financiers (par exemple pour la constitution d’un acompte lors de l’achat75 ou de la
rénovation76 d’un logement) que pour des échanges de biens et de services. De plus, les
membres de ces communautés sont aussi les acteurs d’une économie locale de proximité
qui permet, entre autres, de faire vivre les différentes communautés et de participer à la
vie socio-économique des quartiers où ils résident. En effet, une personne originaire du
Ghana, par exemple, trouvera les produits de son pays dans les magasins tenus par des
concitoyens, ira se faire coiffer chez les coiffeurs concitoyens, … Des supermarchés qui
ont vu là un nouveau potentiel de clientèle se sont lancé, avec plus ou moins de
réussite, dans la vente de produits « exotiques ».
Divers exemples existent en matière d’épargne mise en commun pour solutionner des
problèmes particuliers ou collectifs et ce avec différents statuts et appellations
(institutionnalisé ou non ; profitant directement aux membres du groupe épargnant ou
non ; microcrédit77 ; financement alternatif ; …) :
Institutionnalisé :
¾ le plus « célèbre » est notre système d’imposition qui permet de produire des
services pour la collectivité ;
¾ à un autre niveau, la Caisse d’Epargne de la ville de Tournai (CET) est le seul
établissement public belge de crédit (gestion des carnets d’épargne). 95% des
44.000 comptes appartiennent à des Tournaisiens. La ville se sert de sa part des
74
Pour plus d’infos voir http ://www.virtualhome.be/jur/juri_tontine.htm
exemple donné par le CIRE dans le cadre d’une action initiée avec le Fonds du logement pour aider des
familles nombreuses à acheter leur logement
76
A Verviers il existe une caisse sociale (tontine) mise en place par des Rwandais.
77
Le microcrédit est une petite somme prêtée par un organisme financier, à un individu afin que celui-ci
puisse retrouver un mieux-être social – Christophe Guéné, cité par Pascal Laviolette, Des sous pour un
job, Traverses, nr163, mars 2001, p.3
75
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 198
¾
¾
¾
¾
¾
¾
¾
bénéfices (37 millions sur 54 en 1999) pour, entre autres, financer des projets
sportifs ou culturels78 ;
certaines sociétés d’habitations sociales pratiquent le système du fonds de solidarité.
Un % du loyer des locataires va dans un fonds de solidarité ce qui permet, par
exemple, d’octroyer des primes pour les mariages, ... ou encore une aide d’urgence
pour permettre à une famille sinistrée à la suite d’un incendie de se reloger ;
la reprise d’entreprise par, entre autres, des ex-salariés comme, par exemple, dans le
cas de la société New Tube Meuse en région liégeoise. Des anciens salariés de NTM
ont participer au capital de départ pour fonder une entreprise d’économie sociale
MTM - Mécaniques et tuyauteries de la Meuse79 ;
Micro-crédit et financement alternatif :
l’asbl Amazone80 a créé un prix biennal pour promouvoir l’emploi du microcrédit
par les femmes. Ce prix est accordé aux entreprises créées à l’aide d’un microcrédit
inférieur à 1.250.000 FB ;
le réseau Financement Alternatif gère les placements et produits financiers éthiques
ou solidaires81 comme l’épargne Cigale, la sicav Alter Vision Balance Europe
(banque Fortis) et Dynamo (banque Triodos). Ce qui permet au Réseau Financement
Alternatif, entre autres, de soutenir des projets novateurs d’économie sociale ;
les micro-crédits octroyés par la Fondation Roi Baudouin et le Crédal82 à des projets
ayant peu ou pas d’accès au crédit bancaire ;
à l’instar des Cigales françaises83, les associations d’épargne de proximité, comme
Le Pivot, L’Aube, La Bouée, Les Ecus Balladeurs, et La Fourmi Solidaire, qui
permettent de donner un coup de pouce à des projets sociaux ou alternatifs qui n’ont
pas ou difficilement accès au crédit bancaire. Les prêts de 50.000 à 500.000 FB sont
octroyés sans intérêt ou avec un intérêt minime.
78
Stéphane Detaille, Tournai. Un cas unique dans le paysage bancaire belge et même européen, Le Soir,
Nouvelles locales - Hainaut, mercredi 6 décembre 2000
79
Catherine Morenville , MTM en Belgique : un exemple d’entreprise reprise par des salariés, Le courrier
européen des innovations sociales, nr1, septembre 1999 sur http ://www.insite.fr/epices/pdf/F-ceis1.pdf
80
Centre de congrès et de rencontres pour l’égalité entre hommes et femmes qui, entre autres, héberge et
soutient des organisations féminines, est une plaque-tournante d’informations.
81
placements éthiques et/ou solidaires : investissement dans des produits financiers qui, à côté du
rendement pur, sont également sensibles à des plus-values dans les domaines de l’écologie, de la culture
et de l’économie sociale. Ces placements font directement référence à la notion de développement
durable.
Produit financier éthique et solidaire : produit financier qui investit son capital dans des entreprises qui
respectent des critères bien précis, et qui de plus finance des projets à plus-values sociales via la
rétrocession d’une commission vers le secteur associatif – Extraits de http://www.reseau-alterfinance.org
82
Le Crédal est une coopérative de crédit alternatif et agence conseil agréée en économie sociale. Crédal
propose et promeut des produits d’épargne solidaire Quelques unes de ses priorités sont : de combattre
l’exclusion sociale via des formations ou la création d’emplois ; d’encourager des projets qui combattent
l’injustice ; de fournir des conseils pour des projets basés sur la solidarité.
83
la Cigale est un club d’investisseurs qui a pour fonction de collecter l’épargne de ses membres et de
l’investir dans des entreprises industrielles ou commerciales dont les modes de fonctionnement vont dans
le sens d’une lutte contre l’exclusion et d’un effort en faveur de la justice et de la paix. Régi par une
circulaire de la Direction générale des impôts.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 199
ELEMENTS DE REPRODUCTIBILITE
Occupation de terrains et construction d’habitats :
Comme dit plus haut, il serait très difficile d’occuper des terres et de s’y installer
« illégalement »84. Par contre les communes peuvent, en toute légalité, réquisitionner
tout immeuble abandonné depuis plus de six mois afin de le mettre à la disposition de
personnes sans abri85. Mais les préalables indispensables à la réquisition limitent de
manière importante sa mise en œuvre86. Il est aussi possible, pour les opérateurs
immobiliers de pratiquer la « réquisition douce », à savoir négocier avec le propriétaire
la gestion et l’occupation des lieux selon certaines conditions87.
Les mêmes situations vécues par des personnes de pays différents peuvent aussi être
une source d’échange d’expériences. Par exemple, des échanges se sont déroulés entre
paysans sans terre du Brésil et des personnes mal logées de Charleroi.
Tontine :
Le système de tontine « à l’africaine » et, entre autres, basé sur une culture de la
solidarité entre humains, de solidarité avec sa communauté et de contrôle social et ce
sans passer obligatoirement par une institutionnalisation du procédé.
Ici le système doit être adapté à notre culture « individualiste » et à notre système
législatif assez bien développé.
De même qu’un travail doit être réalisé pour évaluer quels seraient les avantages de la
tontine mise en œuvre par un public défavorisés. Peut-être serait-il intéressant d’initier
des expériences à l’intérieur de « communautés » comme au niveau des campings et
parcs résidentiels, par exemple .
Quelques bases et pistes de travail existent :
Le système s’applique aussi au travail et à l’échange de services. Les SELs (Système
d’Echange Locaux) le mettent en pratique sous cette forme. Ce qui, au niveau
législation en matière de chômage, pose parfois quelques problèmes88. Il est pratiqué
depuis longtemps chez les fermiers, par exemple. Dans ce cas, chacun des membres
bénéficient de la force de travail des autres membres, ou encore de biens (par exemple :
les moissonneuses) ;
L’Agence de Développement Local de Pont-à-Celles à créé un Club Créateurs
d’Emplois. Le CCE est composé d’une 20aine de bénévoles qui mettent à disposition des
porteurs de projets leurs compétences et expériences ;
Les pratiques de nos voisins français, comme, par exemple :
84
Bien que des exceptions existent notamment dans les campings et parcs résidentiels ou encore en
matière de lieux d’accueil pour les gens du voyage.
85
Nouvelle Loi Communale, art.134bis
86
Jacques Sambon, Les instruments de lutte contre les logements inoccupés : l’exemple de la Région
wallonne, Revue de Droit communal, 1/2, 2000, p.149
87
Code du logement, article 80
88
La législation est contraignante puisqu’elle empêche les chômeurs et minimexés d’avoir d’autres
revenus, excepté pour les artistes.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 200
¾ les membres du Mouvement Droit Paysan89, versent des cotisations dans une
tontine, « Terre commune », afin d’acheter collectivement des terres et en donner
l’accès à ceux qui ont cotisés. Leur but : rendre possible à tous, même les plus
défavorisés, une installation sur des terres achetées en commun.
¾ pour redonner vie à un village, le village Les Voivres dans les Vosges (France) a fait
appel à l’épargne des habitants pour rénover des bâtisses en ruines, comme le
presbytère, par exemple, et les revendre en location-vente à des familles modestes.
Depuis le début de l’opération la population a augmenté de 50%. Ou encore, La
Porcherie dans le Limousin (France) qui, pour attirer des familles avec enfants, a
proposé à des familles en difficulté de loger à des conditions économiques (30
familles ont rejoint le village)90.
¾ des Rmistes ont reversés une partie de leur prime de Noël pour soutenir des projets
du Sud comme, par exemple l’achat d’une ambulance pour les femmes démunies
d’un quartier de Montevideo
Le travail réalisé par la Grameen Bank au Bangladesh (micro-crédit accordé à des
« pauvres ») ;
Une étude sur le développement du potentiel économique des quartiers en difficultés
propose quelques mesures pour attirer les ressources dans les quartiers dont le système
de la tontine91 et la coopération avec des banques pour la collecte et l’utilisation de
l’épargne des habitants des quartiers ;
le « microcrédit confiance ». Comme par exemple ce CPAS qui a autorisé un minimexé
à partir suivre une formation à l’étranger tout en conservant son minimex92 ;
le nouveau statut en test qui permet à un demandeur d’emploi d’entrer et de sortir d’une
coopérative en cas d’échec et de retrouver son statut initial de demandeur d’emploi.
L’entrepreneur y est salarié à temps partiel tout en préservant ses allocations
proportionnellement au revenu dégagé par ses activités93.
Au niveau financement :
¾ voir les exemples cités plus haut (Exemples en Région wallonne) en matière de
prêts;
¾ le travail effectué par les centres d’entreprises qui offre une infrastructure partagée,
les centres de maternage qui offrent un accompagnement et les couveuses d’activités
qui donnent la possibilité de tester l’activité dans un cadre juridique opérationnel94.
Comme, par exemple, l’agence conseil Proges qui a permis a deux minimexées de
créer leur entreprise de nettoyage - Soconet95 ;
89
Le Mouvement Paysan agit aussi au niveau de l’autoconstruction, l’occupation des lieux à l’abandon,
l’échange de savoirs, les chantiers collectifs, ...
90
Patrick Fauconnier, Ces fous qui réveillent nos campagnes, Le Nouvel Observateur, France, 7-13 juin
2001, pp.140-142
91
http ://www.globenet.org/horizon-local/shelter/integurb.html#21
92
Godelieve Rulmont-Ugeux, Job’In, un filet pour un exercice périlleux, Traverses, nr163, mars 2001,
p.9
93
Chômeur-entrepreneur, c’est aujourd’hui possible, Alter, SEE Newsletter, nr8, 7 mai 2001
94
F.Petrella et JP Pollénus, De bonnes idées à retravailler..., Traverses, nr163, mars 2001, p.5
95
CME, Soconet, entreprise de nettoyage créée par deux minimexées, devient coopérative à finalité
sociale, Alter Echo, nr90, 29 janvier 2001, pp.4-5
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 201
¾ les dispositifs d’aide à l’autocréation d’emploi comme le Fonds de participation
(prêt création, prêt progression, prêt transmission, prêt lancement) ou prêt chômeur ;
¾ le système des chèques création et des bourses de préactivité.
QUELQUES REFERENCES - ADRESSES UTILES
Sur Fitiribougou
Pour un partenariat entre habitants et collectivités locales en Afrique, dossier coordonné
par Sidiki Abdoul Daff et Françoise Feugas, FPH, France, 2000 – Notamment :
¾ Hamèye Timbaleck Traore, A Fitribougou, un quartier de Bamako, les habitants
occupent leur quartier jusqu'à la légalisation, pp.17-18
¾ Alexandre Ndione, Les femmes du « quartier du Crépuscule » se battent pour garder
leur toit, pp.19-20
Sur le Mali
¾ Guide pour s’implanter au Mali sur le site http://www.apce.com/monde/mali/html
¾ Présentation générale sur le site : http ://www.fao.org/waicent/faoinfo/economic
/giews/french/basedocs/mli/mligen1f.stm
¾ Chantal Rondeau, L’appropriation foncière informelle à Bamako : une stratégie
d’insertion urbaine pour les uns et d’accumulation foncière pour les autres, GIM,
Québec, 2000 - http ://gim.inrs-urb.uquebec.ca
¾ Situation actuelle du logement au Mali, CNUEH, Nairobi, 1993
Sur les tontines
¾
¾
¾
¾
¾
http ://www.multimania.com/acbf/TONTINE.HTM
http ://isotopes.univ-lyon1.fr/isotopes_20/article5.htm
http ://www.gdrc.org/icm/french/matthieu/biblio.html
http ://www.afriqepluriel.ch/economie-informelle.htm
Mouvement Droit Paysan - site :
http ://passerelles.eco.free.fr/Printemps_00/DroitPaysanTontine.htm
¾ Ecommune Libre de la Vieille Valette - Le collectif de la Valette occupe et gère une
vallée
abandonnée.
Le
projet
est
financé
par
la
tontine :
http ://collectif.valette.free.fr
Sur le micro-crédit et le financement alternatif
¾ Philippe Ortoli, Le micro-crédit un outil pour quel développement ? sur
http ://www.inter-reseaux.org/publications/graindesel/gds6/Dosgs3a.htm
¾ Ernest Harsch, Micro-crédit : une arme contre la pauvreté dans
http ://www.un.org/french/ecosocdev/geninfo/afrec/1996/credit.htm
¾ Grameen Bank - Mirpur Two - Dhaka - 1216 Bangladesh - Tél./Fax :
00.880.2.803559
e-mail :
yunus@citechco.net
site :
http ://www.citechco.net/grameen/index.html
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 202
¾ Réseau FA - av.Cardinal Mercier,53 - 5000 Namur - Tél. : 081711571 - Fax :
081742771 - e-mail : reseau.fa@skynet.be - site : http ://www.reseaualterfinance.org
¾ Amazone – rue du Méridien, 10 – 1210 Bruxelles – Tél. : 022293800 – Fax :
022293801 – site : http://www.amazone.be
¾ Le Forum Finances et Développement qui a créé un Observatoire microfinance –
site : http://www.esf.asso.fr (on y trouve une vaste sélection de sites sur la
microfinance et de nombreuses adresses)
¾ INAISE – Association Internationale des Investisseurs dans l’Economie Sociale –
Réseau d’échange d’expériences, d’informations afin de démontrer que l’argent peut
aussi un moyen d’accomplir des changements sociaux et environnementaux – rue
Haute, 139bt3, 1000 Bruxelles – Tél. : 022345797 – Fax : 022345798 – e-mail :
inaise@inaise.org – site : http://www.inaise.org
¾ Norm MacIsaac, Le sommet mondial sur le micro-crédit : possibilités de
programmes
améliorés
pour
la
micro-entreprise ?
sur
http://fly.web.net/cci/Français/devepol/me_le_sommet_mondial_micro-credit.htm#9
Organismes qui octroient des prêts et micro-crédits en Région wallonne
¾ Crédal - Place de l’Université, 16 - 1348 Louvain-la-Neuve - Tél. : 010483350 Fax : 010483359 – e-mail : Credal@skynet.be – site : http://users.skynet.be/credal
¾ Le Pivot - rue Neuve, 70 - 4820 Dison - Tél. : 087351218 – Fax : 087311954 – email : le.pivot@skynet.be
¾ L’Aube – rue Château Massart, 30 – 4000 Liège – Tél. : 042526503
¾ La Bouée – rue du Wèrhè, 11 – 4950 Thirimont-Waimes
¾ Les Ecus Balladeurs – rue de l’Elevage, 2 – 1340 Ottignies – Tél. : 010452589
¾ La Fourmi Solidaire – rue du Crampon, 224 – 7500 Tournai – Tél/Fax : 069227524
Sur les Cigales
¾ PD Russo, R.Verley, Cigales, des clubs d’épargants solidaires pour investir
autrement, FPH-Fédération des cigales, Paris, 1995
¾ Fédération des Cigales - av.Victor Hugo, 61 - 93500 Pantin - France - Tél./Fax :
00.33.1.49919091 - e-mail : cigale@neuronnexio.fr – site : http://www.cigale.org
Divers
¾ ESOPE - Epargne solidaire de proximité contre l’exclusion - Programme de
recherche autour du capital-risque solidaire de proximité en Europe soutenu par la
DG5 de la Commission européenne - rue Victor Hugo, 61 - 93500 pantin - France tél. : 00.33.1.49919091 - site : http ://www.esope.org
¾ Proges, agence d’économie sociale - av.léopold III, 31 - 7134 Péronnes-lez-Binches
- Tél. : 064310060 - Fax : 064310070 - e-mail : proges@skynet.be
¾ Bourse de préactivité – Formulaire de demande d’aide disponible à la Direction
Générale des Technologies, de la recherche et de l’énergie – Division des aides aux
entreprises – av. Prince de Liège 7 – 5100 Jambes – Tél. : 081.33.55.60 – site :
http://mrw.wallonie.be/dgtre
¾ Fonds de participation - sq. du Bastion, 1abte10 - 1050 bruxelles - Tél. : 022897070
- Fax : 022897079 - e-mail : info@fonds.org - site : http ://www.fonds.org
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 203
Sur les squats
¾ Front commun SDF - Jean Peeters - rue d’Aerschot, 56 - 1030 Bruxelles - Tél. :
02/2186009 - Fax : 02/2182097
¾ Solidarités Nouvelles – rue de Montigny, 29 – 6000 Charleroi – Tél. : 071/303677Fax : 071/306950
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 204
FICHE 27 : Habitat adapté en bois construit par et pour des
personnes défavorisées
AUTEUR DE LA FICHE
Laure Paveau, chargée de mission Habitat
AUTEUR MORAL
Association Julienne Javel
Grande Rue, 2
BP13 – 25220 Chalezeule – France
Tél. : 00.33.3.81212121
Fax : 00.33.3.81212120
e-mail : syneco@wanadoo.fr
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> <hébergement> <formation> <habitat adapté> <homme>
<accompagnement social> <dynamique de succès> <habitat bois> <participation des
habitants> <insertion par le logement> <insertion professionnelle> <partenariat public
privé> <approche globale>
FICHE PROJET
CONTEXTE
L’association Julienne Javel gère un Centre d’Hébergement et de Réadaptation Sociale
(CHRS), un Centre d’Adaptation à la Vie Active (CAVA) et un centre de formation.
Elle a aussi développé les Jardins de Cocagne et l’Habitat adapté.
Un seul désir anime ses acteurs : innover, être capables d’offrir des outils d’insertion
aux personnes les plus en difficultés. L’approche éducative est centrée sur
l’accompagnement global de la personne en vue de recréer chez des individus souvent
meurtris par des expériences difficiles une dynamique de succès.
Redonner du sens à leur vie par l’accès à une nouvelle dignité : celle d’avoir un
logement, un emploi est un objectif majeur de l’action sociale en faveur des personnes
les plus démunies.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 205
ORIGINES DU PROJET
L’association, qui gère, entre autres, un foyer d’hébergement a été confrontée aux
problèmes de logement de personnes seules, le plus souvent des hommes sans travail,
avec des problèmes de santé, d’argent et pour lesquels les solutions d’hébergement
collectifs et le relogement en ville ne sont pas adaptés.
En 1992,l’association, en partenariat avec une menuiserie industrielle, met au point un
prototype d’habitat à ossature bois de mode constructif simple. Une personne hébergée
par le foyer -qui souhaitait retourner dans son village- a été engagée par la menuiserie
pour fabriquer les panneaux destinés à construire son futur logement. La commune qui
avait « abandonné » cette personne a mis un terrain à disposition pour y construire une
petite maison de 50m2 et s’est chargée du montage financier. La personne a participé au
projet dès le départ : organisation intérieure, élaboration des plans, fabrication,….
Un an plus tard, la personne a retrouvé un emploi.
D’autres projets ont suivis. La menuiserie Javel est créée. En 1995, une entreprise
d’insertion, SYNECO, est créée avec pour mission de développer le produit Habitat
adapté ossature bois. Elle embauche un public en difficulté d’insertion professionnelle
et prioritairement les futurs locataires des maisons qu’elle construit. En 1996, un projet
à la dimension d’un quartier a été réalisé.
Les projets s’appuient sur la volonté forte des pouvoirs publics à résoudre localement le
problème de l’un de leurs concitoyens.
Des pouvoirs locaux, des sociétés d’habitations sociales, les acteurs de l’insertion et du
logement, le FSE, des partenaires privés, entre autres, reconnaissent et soutiennent ce
projet.
OBJECTIFS DU PROJET
1. Favoriser l’insertion par toute intervention aidant à la requalification sociale des
exclus.
2. Se servir du relogement comme d’un levier pour favoriser une meilleure
« intégration ».
3. Allier l’accès au logement des populations en difficultés à une démarche d’insertion
des personnes autour de la mise au travail, l’accès au soins, la régulation des
problèmes de comportement, etc
4. Développer un mode de réponse Habitat adapté, modulable selon les situations et les
désirs de chacun en y associant les futurs locataires via la définition de leur futur
logement, mais aussi en y travaillant au sein de Syneco et de Javel. Un travail
d’accompagnement social et professionnel est mené en parallèle et s’appuie sur la
participation des familles.
POPULATION CONCERNEE
Personnes en difficultés d’insertion sociale et professionnelle.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 206
MONTAGE FINANCIER
Cela dépend de chaque projet. Le plus souvent :
Subventions d’Etat (prêts locatifs)
Subventions Conseil général et Région
Aides diverses (de la commune, de l’office HLM, …)
Fonds propres
PARTENAIRES DU PROJET
Office d’HLM
Acteurs sociaux
Collectivité locale
Maître d’œuvre, architecte, etc.
Entreprises Syneco et artisans locaux
La Fédération Nationale des Associations de Réinsertion Sociale (FNARS) a initié un
groupe de travail national dont l’objectif est de diffuser la démarche
DEROULEMENT DU PROJET
Pour répondre à des situations difficiles en matière de logement (expulsion,
insalubrité,…) divers acteurs (pouvoirs publics, offices d’HLM, …) font appel à
l’association Julienne Javel. Elle propose la construction de maisons à ossature bois
pour lesquelles les futurs locataires, propriétaires participent à la réalisation des plans, à
la fabrication en atelier et à la pose sur site. Très souvent la commune donne le terrain et
l’office HLM finance la construction.
Un accompagnement social est réalisé en parallèle à cette action.
Fiche reproductibilité
ELEMENTS SPECIFIQUES A REPRODUIRE
Participation de personnes, en difficulté d’insertion sociale et professionnelle et ayant
des problèmes de logement, à l’élaboration et à la construction de leur habitat en
ossature bois.
EXEMPLES EN REGION WALLONNE – Belgique
De plus en plus d’architectes et de particuliers utilisent le bois dans leurs constructions.
Comme exemples, on peut citer l’auberge de jeunesse de Saint-Vith, des bâtiments
publics comme le comptoir forestier de la Région wallonne, des logements sociaux à
Dison, des constructions réalisées par des CPAS, et de nombreux projets privés
autoconstruits ou non, comme, par exemple ce particulier qui a utilisé des anciens
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 207
wagons de chemin de fer en bois pour s’aménager une seconde résidence à Jalhay. Et, la
demande s’accroît de manière importante96.
Par contre, très peu d’expériences sont initiées -le plus souvent encore à l’état de projetpour les personnes devant faire face au problème de l’exclusion.
L’association « Le 210 » -centre d’accueil pour adulte en difficultés qui prend en
charge la globalité des problèmes de la personne (hébergement, aide sociale, aide
médicale, …)- a initié un projet pilote de construction d’une maison dont une partie est
en bois cordé97 pour une famille vivant dans la précarité. Le projet original était de
construire toute la maison en bois cordée, mais il a dû être adapté suite à quelques
difficultés (au niveau financier, notamment). Le Fonds du logement des familles
nombreuses lui accorde son soutien. Le gros œuvre sera effectué par un entrepreneur
(finalisé pour l’été 2002) et les finitions, en bois cordé, seront réalisées (2002-2005) par
des bénéficiaires du 210. Certains d’entre eux auront au préalable été suivre un stage
pour (ré)acquérir98 un savoir-faire technique à l’association Julienne Javel. Le bâtiment
sera un bon exemple au niveau du développement durable : il sera pourvu, notamment,
d’une citerne d’eau de pluie et de panneaux solaires. Le projet, dans sa première
mouture, est présenté comme exemple par le projet pilote européen Igloo, pour une
intégration globale par le logement et l’emploi.99
La coordination Action Pilote Intégrée Camping (APIC)100 basée au sein de l’asbl
GREOA (Groupement de Relance Economique des vallées de l’Ourthe et de
l’Amblève) est à la recherche de porteurs de projet d’habitat alternatif au sein de la
population des campings et parcs résidentiels. Une idée serait d’amener les communes à
équiper un terrain qui serait mis à disposition pour y être aménagé avec des habitats
alternatifs, notamment en bois. Mais ce projet rencontre certaines difficultés : les
« expériences novatrices» n’ont pas la cote chez les habitants des campings et parcs
résidentiels qui, de plus, n’ont pas de garantie en matière d’incitants financiers101
(certains ont investi dans leur habitat et ne souhaitent pas tout perdre). Les pouvoirs
publics, qui ont pour objectif de ne pas précariser davantage les résidents en campings
et parcs résidentiels, attendent de recueillir le maximum d’information des projets en
cours avant de se positionner.
Une charte a été signée par les communes de la région Ourthe-Amblève afin de geler les
entrées dans les campings et les parcs, mais les moyens doivent encore suivre.
96
André Ruwet, La relance de la filière bois en Wallonie, Imagine, nr15, mars 2000, pp50-51.
Maçonnerie de petites bûches de bois d'environ 10 cm. de diamètre et 40 de longueur.
Les bûches sont placées perpendiculairement à la face du mur et scellées au mortier végétal (sable,
ciment, chaux et sciure), côté intérieur et extérieur, en veillant à laisser les bouts de bûches apparents.
L'intérieur du mur est isolé entre les bûches avec un isolant en vrac ou un matelas de laine de roche.
98
Le 210 a déjà construit un local polyvalent en bois cordé il y a 6 ans.
99
Il s’agit d’une coopération contractualisée entre la CES (Confédération européenne des syndicats) le
CECODHAS (Comité européen de coordination de l’habitat social) et la FEANTSA (Fédération
européenne d’associations nationales travaillant avec les sans-abri ) pour trouver et développer des
solutions concrètes et pratiques d’intégration globale par le logement et l’emploi. La plate-forme, entre
autres, a effectué une recherche action sur la problématique et est à l’origine de contrats de coopération
avec les collectivités locales.
100
La mission de l’APIC est de dégager des pistes de solutions à la problématique de la résidence
permanente en domaines touristiques qui seront exploitables à l’échelle de la Région wallonne.
101
Il existe une expérience de primes de départ (somme accordée aux résidents qui quittent leur habitat en
domaine touristique), mais elle n’est opérationnelle qu’à Pincemaille (Estinnes).
97
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 208
L’Apic s’intéresse aussi à d’autres concepts comme celui :
de la Maison nénuphar (société Isographic) maison à ossature bois à monter soi-même
faite de polygones (8-10-12 faces) de plus ou moins 100m2 à un étage102 ;
du concept Unihome (construction sur mesure) de la société Degotte. Unihome est un
produit de la gamme Expanda, unités préfabriquées à l’usage des écoles (salles de
classe), des entreprises (bureaux) et des homes (chambres). Pour la firme c’est « un
projet super économique qui permet de loger une famille avec 1 ou 2 enfants pour la
quart du prix d’une construction ».
On peut aussi citer les abris de fortune disséminés dans les bois103 ou encore certains
propriétaires de caravanes dans les établissements de séjours (campings et parcs
résidentiels) qui ont agrandi leur espace en construisant des annexes en bois104.
A l’initiative de la Province du Luxembourg, Valbois Ressources Naturelles gère un
projet de construction d’un lotissement pour les personnes âgées, compromis entre la
maison individuelle devenue inadaptée et la maison de retraite classique. Une 10aine de
communes ont répondu à l’appel. Les maisons répondront aux normes en matière de
construction pour personnes âgées et aux différentes règles urbanistiques des communes
(par exemple certaines demandent des constructions à deux niveaux). Par après, une
entreprise d’économie sociale devrait voir le jour105. Elle pallierait aux tâches non prises
en compte par les communes (par exemple : repas sur roues, entretien des jardins). Ce
qui permettra aux habitants de vivre dans une autre structure que les traditionnelles avec
beaucoup d’avantages.
Au niveau privé, quelques sociétés proposent des maisons en bois à autoconstruire.
Comme le kit de Biospeedhome, par exemple, qui prend trois jours de montage à une
équipe d’une douzaine de bénévoles. Leur prospectus rappelle qu’il est interdit que des
chômeurs fassent partie de l’équipe de bénévoles.
Indirectement, les métiers du bois servent aussi à l’insertion socioprofessionnelle.
L’Entreprise de formation par le travail Apides propose une formation en menuiserie
ébenisterie pour des personnes exclues du monde du travail. A la formation technique
s’ajoute une formation à la citoyenneté, à la vie d’entreprise et des cours de remise à
niveau.
ELEMENTS DE REPRODUCTIBILITE
Les atouts du bois dans l’habitat sont connus. Par exemple la construction à ossature
bois permet une économie car : il y a une préfabrication en atelier ; elle demande des
fondations moins importantes et un second œuvre moins conséquent ; le montage est
rapide. On peut découvrir les nombreux atouts du bois et se défaire des préjugés erronés
en parcourant les sites des associations et professionnels du bois. Le Ministre de
102
coût : entre 13 et 25.000 le m2
L’habitat prolongé en camping et en parc résidentiel en Région wallonne, Fondation Roi Baudouin,
1999, p.21
104
Patrick Lemaire, Le confort, malgré l’eau, Vers l’Avenir, 9 janvier 2001
105
Dont un des buts est la création d’emploi. Gestion par l’Agence provinciale d’économie sociale
103
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 209
l’aménagement du territoire, de l’urbanisme et de l’environnement promeut aussi ce
matériau :
« résolument moderne, ce matériau naturel est (...) l’une des plus grandes richesses de
Wallonie. Secteur important de notre économie, le bois est également le symbole d’une
Wallonie tournée vers l’avenir et le respect de l’environnement. Mis en œuvre dans la
construction, il permet par son niveau d’isolation, d’offrir une habitation saine,
confortable et respectueuse de l’environnement »106.
La Forêt wallonne couvre 500.000 hectares dont 50 appartiennent à la Région wallonne,
200 aux CPAS et les autres 50% à des privés107.
La Région, depuis quelques années, soutient et promeut la filière bois en Wallonnie via
des concours d’architectes et d’entrepreneurs, le salon Bois et Habitats, diverses
publications, le concours Habitat-bois, des journées découverte, des formations. Des
textes réglementaires y font référence :
¾ le commentaire des articles 198 et 199 du Code du logement, concernant les
dispositions spécifiques aux associations de promotion du logement, envisage
l’octroi de subventions à des asbl développant des nouvelles techniques de
construction de logements ;
¾ au niveau du développement rural, il y a des subventions visant à développer et
promouvoir des débouchés encore très faibles tels que l’habitat en bois.
Dans certains cas, l’habitat bois peut venir au secours de population sinistrées. Comme,
par exemple, lors des inondations en Picardie (France) en avril-mai 2001108, où des
maisons en bois « tout confort » ont été installées par des communes sur des terrains
pour accueillir les populations sinistrées109.
Des propositions pourraient être faites en matière de recherche d’habitat alternatif pour
les résidants permanents dans les campings et parcs résidentiels à la Province de Namur.
En effet, la Province a créé un fonds de 100 millions pour soutenir des projets locaux110.
Dans le même registre, l’expérience de la « prime de départ » à Estinnes111 pourrait
aussi être adaptée pour la construction de logements en bois.
Tout reste à construire en matière d’habitat en bois pour les personnes défavorisées.
106
Carnet de route. L’architecture en bois : Région wallonne et alentours, Bois et Habitat, ChaumontGistoux, 2001
107
André Ruwet, La relance de la filière bois en Wallonie, Imagine, nr15, mars 2000, pp50-51
108
Journal parlé de France 3 du 28 mai
109
Dans le même ordre d’idée de solidarité, on peut aussi se référer à l’action qu’à entreprise La Petite
propriété terrienne à Charleroi suite aux risques d’éboulement d’un terril à Ransart, à savoir l’accueil des
personnes évacuées dans des maisons qu’elle avait construites dans un autre quartier.
110
Cabinet du député permanent Roger Bastin - place Saint-Aubain, 2 - 5000 Namur - Tél. : 081256964 Fax : 081260425
111
prime octroyée aux résidents permanents qui quittent l’établissement de séjour dans lequel ils résident.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 210
QUELQUES REFERENCES –ADRESSES UTILES
Sur l’association Julienne Javel
¾ Pour une intégration globale par le logement et l’emploi, Igloo, Bruxelles, 1999,
p.52
Associations développant un projet social
¾ Apides, Clos de l’Aciérie, 1 – 1490 Court Saint Etienne – Tél. : 010611784 – Fax :
010612878
¾ Le 210 – Houmont, 24 – 6680 Sainte-Ode – Tél. : 061266447 – Fax : 0617072 – email : lamoisson.houmont@pi.be
¾ Coordination APIC – rue Bas Rivage, 7 – 4920 Sougné Remouchamps – Tél. :
043843331 – Fax : 043847437 – e-mail : apic@ourthe-ambleve.be
¾ Igloo - rue Defacqz, 1 - 1000 Bruxelles - Tél. : 025384004 - Fax : 025384323 - email : igloo.europe@infonie.be - site : http ://www.igloo-europe.org
¾ Agence provinciale d’économie sociale – rue de la Converserie, 44 – 6870 Saint
Hubert – Tél. : 061610050 – Fax : 061610052
¾ Valbois Ressources Naturelles (asbl qui valorise et promeut la filière bois et pierre
en région wallonne. Elle apporte aussi des aides financières aux entreprises, des
aides aux développement de projets et organise des formations en sylviculture, pose
de pavés, …) – François Deneufbourg - rue de la Converserie, 44 – 6870 Saint
Hubert
–
Tél. :
061293082
–
Fax :
061612732
–
e-mail :
fdeneufbourg@hotmail.com
Associations spécialisées
¾ Bois et Habitat, rue de Fraignat, 70 – 1325 Chaumont-Gistoux – Tél. : 010689125 email :info@bois-habitat.com – site : http://www.bois-habitat.com
¾ Centre d’information interfédéral sur le bois (édite Le courrier du bois, informe,
forme,…)–Galerie du Centre, bloc1 – 1000 Bruxelles - Tél. : 022192832 –e-mail :
asblbois@cobonet.be – site http ://www.bois.be
¾ Fédération wallonne des menuisiers belges - Bd Frère Orban, 5/bte4 - 5000 Namur Tél. : 081229057
¾ Société royale forestière de Belgique - Galerie du Centre, bloc2 - 1000 Bruxelles Tél. : 022230766 - e-mail : srfb@compuserve.com
¾ Union des entrepreneurs de travaux forestiers de Wallonie - rue du Grand Babin,
134 - 5020 Namur - Tél. : 081450405 - e-mail : uetfw@skynet.be - site :
http ://www.woodnet.com
¾ Confédération de la construction wallonne (CCW) - rue du Lombard, 34-42 - 1000
Bruxelles
Tél. :
025455668
Fax :
025455905
e-mail :
wallonie@confederationconstruction.be
site :
http ://www.confederationconstruction.be/wallonie
¾ Centre de Formation Bois – allée Hof ter Vleest, 3 – 1070 Bruxelles – Tél. :
025581551 – Fax : 025581589 – e-mail : marc.georges@och-cfb.be – site :
www.och-cfb.be
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 211
Publications
¾ Françoise Jadoul, La terre est notre maison, RW et Espaces Environnement (Tél. :
071300301 - livre sur l’écoconstruction)
¾ Bâtir en bois. Dans la province de Luxembourg, Province de Luxembourg/Valbois
ressources naturelles/DGATLP, 2000
¾ Construire en bois : des villages, des paysages, Région wallonne, DGATLP, 1999
¾ Carnet de route. L’architecture en bois : Région wallonne et alentours, Bois et
Habitat, Tome1-1999/Tome2-2000/Tome3-2001
¾ Igloo, pour une intégration globale par le logement et l’emploi, Bruxelles, 1999
Firmes
¾ Constructeur de maisons à ossature en bois spécialisé en bio-construction – CNRJ
Construct sprl - chée de Huy, 40 – 1325 Dion-Valmont – Tél. :010247828 – Fax :
010247829 – e-mail : info@cnrj.be – site : http://www.cnrj.be
¾ Isographic – Goffontaine, 1b – 4860 Pepinster – Tél. : 087462706
¾ SA Degotte caravanes & units – PI des Hauts Sarts – rue de Hermée, 246 – 4040
Herstal – Tél. : 042400525 – Fax : 042400607
¾ Biospeedhome - Z.I. de Vaux-Chavanne - B-6960 Manhay - Tél:086455124 - GSM:
0495545127 - Fax: 086455840 - E-mail : biospeedhome@cobonet.be" –
site :http ://www.biospeedhome.be
Textes
¾ Code du logement, Région wallonne,1999
¾ Plan de développement Rural adopté par le Gouvernement wallon le 23 décembre
1999 – site : http://mrw.wallonie.be/dga/pdr.html
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 212
FICHE 28 : A Porto Alegre, c’est la population qui trace les
destinées de la ville via « le budget participatif » ou par une
co-élaboration du budget de la ville
AUTEUR DE LA FICHE
Patrick Sénélart
AUTEUR MORAL
Mairie de Porto Alegre – Coordenação de Relações com a Comunidade (CRC)
Av. Presidente João – Goulart, 501 – 1°andar – 90010-110 Porto Alegre
Tél. : 00.55.51.32248272 – Fax : 00.55.51.32248272 – E-mail : crc@gp.prefpoa.com.br
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> <participation décisionnelle> <rôle de l’Etat> <citoyenneté>
<quartier> <partenariat public privé> <contrat social> <éducation à la participation>
<communication et organisation sociale> <mobilisation des habitants> <relation Etat
société civile> <stratégie alternative d’intégration> <diffusion de l’innovation>
<innovation sociale> <financement de l’habitat> <insertion par l’économique>
FICHE PROJET
CONTEXTE
Porto Alegre, municipalité d’1.300.000 habitants est la capitale du Rio Grande do Sul,
l’un des 26 Etat du Brésil. Sa superficie est de 497km2. Au niveau culturel, elle a de
fort liens avec l’Argentine et l’Uruguay et est influencée par l’Italie et l’Allemagne.
Chacune des 5505 municipalités ou préfecture du Brésil est une entité politique
autonome. Les municipalités, régies par une loi organique municipale, s’occupent des
intérêts immédiats de la population. Cette dernière interprète la Constitution de l’Etat
brésilien pour assurer une politique municipale au niveau de la santé, de l’éducation, du
budget, etc.
Le gouvernement municipal, l’exécutif, est composé du maire, ou préfet, du vice-maire
et des secrétaires administratifs (responsables administratifs). Ces derniers sont nommés
par le maire. Le maire et le vice-maire sont élus au scrutin majoritaire, à deux tours dans
les villes de plus de 200.000 habitants.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 213
L’exécutif gère, propose, mais est obligé de passer par le vote de la chambre des élus
pour des matières comme le budget, les orientations en matière d’impôt, les grands
projets d’urbanisme, etc.
Les membres de la chambre des élus, le législatif, sont élus sur des listes distinctes à la
proportionnelle via le suffrage universel direct.
Vu le système, le maire et la majorité au sein de la chambre des élus peuvent être de
tendances différentes.
ORIGINES DU PROJET
Lors de la campagne pour les élections municipales de 1988, le projet politique du Parti
du Travail112 était basé sur l’amélioration de la vie quotidienne des plus pauvres et
l’initiation d’un processus qui permette le contrôle de la société civile sur le pouvoir
issu des élections. Le PT se proposait de gérer la ville en s’appuyant sur des conseils
populaires. Objectif : donner la possibilité à chaque citoyen de participer à l’élaboration
des politiques et d’intervenir dans les décisions.
Le candidat du PT, Olivio Dutra, fut élu maire. De nombreux habitants participèrent aux
réunions plénières de quartier pour demander qu’on améliore leurs quartiers. A cette
époque, 98% du budget municipal était destiné aux salaires et aux dépenses de
fonctionnement. Il n’était pas possible de répondre aux demandes des habitants.
Une réforme fiscale pour augmenter le montant des ressources disponibles pour les
investissements fut mise en place. En une année, 15 projets de loi de nature fiscale
furent soumis au vote de la chambre des élus. 14 furent approuvés.
Un des impôts levés était une taxe progressive sur l’immobilier et le foncier urbain
(IPTU). Il fixait des taux supérieurs pour les habitants des quartiers bien équipés en
infrastructures et réduisait son incidence sur les maisons et appartements pour
l’augmenter sur la propriété foncière.
Le jour du vote à la chambre des élus (majoritairement de droite à ce moment-là - 4
élus PT sur 32) de l’IPTU, la population vint soutenir la proposition. « C’est bien la
première fois que je vois la population lutter pour payer plus d’impôts » (un conseiller
de l’opposition).
Ce n’est que lorsque les réformes fiscales produisirent des résultats et que les premières
réalisations souhaitées par les habitants se concrétisèrent que le taux de participation
aux réunions augmenta. « La ville prenait conscience peu à peu que la municipalité
reconnaissait réellement les citoyens comme la source de ses décisions les plus
importantes » (Tarso Genro).
De quelques centaines de participants en 1989, ils sont plus de 100.000 aujourd’hui.
112
Le Parti des Travailleurs (PT) est issu des luttes syndicales des ouvriers des usines automobiles des
environs de Sao Paulo durant la dictature militaire durant les années’ 80. Ce n’est pas une gauche
traditionnelle, mais un regroupement de plusieurs courants
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 214
OBJECTIFS DU PROJET
Donner la possibilité aux habitants de changer leur qualité de vie, de devenir acteur de
la gestion publique par l’exercice de leurs droits. « L’expérience du budget participatif
(...) crée un nouvel espace public, où se côtoient et se rencontrent le simples citoyens, le
pouvoir législatif, le pouvoir exécutif, (...) qui devient le véritable centre de
décision »113.
Créer un nouveau type d’Etat qui combine la représentation politique traditionnelle
(élection tous les x ans de représentants) avec la participation directe et volontaire des
citoyens. Les décisions prises, tout en restant de la responsabilité des élus, le sont dans
l’intérêt de tous.
POPULATION CONCERNEE
Tout habitant de Porto Alegre à partir de 16 ans.
MONTAGE FINANCIER
Le budget municipal.
MONTAGE LEGAL
La Constitution brésilienne prévoit que les municipalités doivent mettre en place une
constitution municipale, la loi organique municipale. Le budget relève de cette loi
organique.
La loi municipale114, stipule : « au cours des phases d’élaboration, de définition et
d’accompagnement de l’exécution du plan pluriannuel, la participation de la
communauté est garantie dans l’établissement des directives budgétaires et du budget
annuel. Cette participation s’exercera à travers les secteurs géographiques de la ville ».
Le budget participatif est donc légalisé. Les modalités de mise en œuvre sont définies
par la population.
Il n’y a pas de pas de tutelle exercée sur le conseil du budget participatif.
PARTENAIRES DU PROJET
La mairie et ses services administratifs :
CRC - Coordination des relations avec la communauté
Gaplan – cabinet de planification
Fascom – Forum des coordinateurs de secteurs
Crops – Coordinateurs des secteurs du budget participatif
CTS – Coordinateurs thématiques
113
T.Genro et U.de Souza, Quand les habitants gèrent vraiment leur ville, éd.Charles Léopold Mayer,
France, 1998, p.17
114
L’article 1 de la loi 116
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 215
Les habitants et autres participants (syndicats, mouvements communautaires, …) au
processus.
DEROULEMENT DU PROJET
Le processus d’élaboration du budget municipal (définition des priorités, discussions,
vote, ...) s’étale sur 9 mois.
Le budget participatif s’applique à l’ensemble du budget municipal. Les choix et
priorités de travaux (investissements) concernent 20 à 30% du budget. Mais le Conseil
du budget participatif115 discute avec la municipalité de l’ensemble du budget
(fonctionnement, investissement, dépenses, recettes, ...).
Pour faciliter la compréhension du processus nous avons pris comme année de référence
l’année 01
MARS - AVRIL 01
Assemblées publiques de quartiers et thématiques
Elles sont coordonnées par le maire, le cabinet de la planification (GAPLAN), le service
des relations avec la communauté (CRC), le coordinateur du budget participatif du
secteur ou de la commission et les conseillers du budget participatif du secteur ou de la
commission thématique
En accord avec les habitants et leurs organisations, la ville a été divisée en 16 secteurs
de 5.000 à 30.000 habitants suivant les affinités politiques et culturelles de leur
population.
Et, pour prendre en compte la ville dans sa globalité et sa transversalité, cinq
commissions thématiques ont été créées : transport et circulation ; santé et assistance
sociale ; éducation, culture et loisirs ; développement économique et fiscalité ;
organisation de la cité et développement urbain.
Les habitants sont informés de ces réunions par divers canaux : TV, les radios, les
tracts, les journaux de quartiers, la presse associative, des voitures avec haut-parleur, ...
La maire y présente :
1. l’état d’avancement des travaux prévus par le plan d’investissement de l’année 00.
Chaque plan est édité et publié sous forme de cahier des charges (détail des travaux
115
Compétences :
donner un avis et se positionner : par rapport à la proposition du budget annuel ; sur les aspects de la
politique des impôts locaux ; sur les travaux et activités de la planification ; sur les modifications
envisagées dans la planification et les investissements ; sur l’application des ressources extra
budgétaires ; sur les investissements prioritaires définis par l’exécutif municipal ;
ƒ décider avec l’exécutif municipal des méthodologies utilisées pour la discussion et la définition du
budget et du plan de gouvernement ;
ƒ solliciter les documents techniques nécessaires aux discussions sur le budget.
(Mairie de Porto Alegre, La budget participatif. Porto Alegre, Document de travail, 1998)
ƒ
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 216
et investissements prévus pour les différents secteurs avec services de la ville
impliqués et montants). Les habitants disposent d’un document, ce qui facilite les
débats et le contrôle ;
2. le plan d’investissement pour l’année 01 ;
3. les règles (critères techniques de priorité retenus pour faire des choix dans le budget,
comme par exemple : la population du quartier, la carence en équipement, la priorité
choisie par le quartier) et le règlement intérieur (fonctionnement du processus du
budget participatif : mode d’élection, calendrier, , ...) arrêtés par le conseil du budget
participatif pour l’élaboration du budget de l’année 02. Un petit livre reprenant les
règles est distribué à tous les habitants présents.
Des délégués des habitants sont élus. L’élection se fait proportionnellement au nombre
des participants. Par exemple : un délégué pour 10 habitants s’il y a moins de 100
participants ; 1 délégué pour 80 habitants s’il y a plus de 1000 participants.
Ces délégués composent le forum des délégués du secteur. Leur rôle : mobiliser les
habitants, organiser les discussions pour déterminer les priorités, les travaux souhaités.
AVRIL 01
Processus autonome. Des réunions sont organisées dans les rues, les quartiers, ...
Objectif : définir les priorités thématiques (5 thématiques sont jugées prioritaires sur les
12 proposées. Par exemple : la voirie avec l’aménagement des voies ; l’assainissement
de base avec la réalisation d’égouts ; ...) par quartiers et hiérarchiser les demandes de
travaux et de services.
Les services de la mairie fournissent toutes les informations et critères techniques pour
étudier la faisabilité.
Le forum des délégués et les deux conseillers du conseil du budget participatif de
chaque secteur établissent la proposition finale
JUIN 01
La municipalité propose son budget avec les dépenses incompressibles et les recettes
estimées pour l’année 02.
JUILLET 01
Chaque secteur et commission thématique élit ses représentants au conseil du budget
participatif (2 titulaires et 2 suppléants). Le mandat des conseillers est d’un an,
renouvelable une seule fois et révocable à n’importe quel moment
Leur rôle : veiller à ce que les choix déterminés par leur secteur et leur commission
soient repris dans l’établissement du budget de l’année 02.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 217
15 JUILLET
Installation du conseil du budget participatif. Il est composé de 32 conseillers pour les
secteurs géographiques, 10 conseillers pour les groupes thématiques, un représentant de
l’union des associations des habitants, un représentant du syndicat des employés
municipaux, et sans droit de vote : des coordinateurs du cabinet de la planification
(GAPLAN) et de la coordination des relations avec la communauté (CRC).
Les conseillers qui le souhaitent suivent une formation sur le budget public.
AOUT 01
Une matrice budgétaire effectuée par la mairie sur base des règles et critères définis par
le précédent conseil du budget participatif est transmise et discutée par les conseillers du
nouveau conseil du budget participatif.
SEPTEMBRE 01
Une comparaison est effectuée entre ce qui est demandé et les recettes disponibles.
Des allers et retours sont effectués entre le conseil du budget participatif et les services
de la mairie.
Le 30 septembre (suivant la Loi organique) le budget est transmis à la chambre des
élus.
OCTOBRE - NOVEMBRE 01
Discussion au sein de la chambre des élus et vote du budget pour l’année 02.
Le conseil du budget participatif retravaille sur l’ensemble des règles du processus pour
l’année 03 et discute avec la mairie du plan d’investissement de l’année 02.
Fiche reproductibilité
ELEMENTS SPECIFIQUES A REPRODUIRE
Co-gestion d’une ville par les habitants et le pouvoir municipal grâce au processus du
Budget Participatif.
La société civile peut participer aux décisions prises par le pouvoir qu’elle a élu. Ce
processus de cogestion est le fruit d’une combinaison de la démocratie directe, effectuée
par la population dans le budget participatif et de la démocratie représentative qui se
concrétise par le vote de la population pour des élus qui gèrent la ville.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 218
Le budget participatif est un espace de formation et d’élaboration d’une éducation
civique, un espace collectif où les individus s’approprient du savoir jusqu’à présent
réservé, où ils n’attendent plus passivement que les gouvernants décident.
Le budget participatif s’appuie sur deux principes fondamentaux :
1. la participation universelle et directe. Tout habitant, quelque soit son origine, son
statut, …, à le droit de débattre, de donner son avis ;
2. la totalité du budget public (fonctionnement, investissements, recettes,…) est
soumise à discussion.
EXEMPLES EN REGION WALLONNE – Belgique
Le budget participatif n’est pas encore en œuvre en Région wallonne, mais il existe
quelques initiatives intéressantes en matière d’information et de participation des
habitants en matières financières :
Certaines communes, comme Estinnes, par exemple, n’hésitent pas à présenter leurs
comptes aux habitants, notamment via les journaux communaux.
A Charleroi, il existe des fonds116 destinés à financer des initiatives issues d’habitants –
dans le cadre du Quartier d’Initiative Marchienne/Docherie - et de bénéficiaires
d’associations – dans le cadre du Relais Social. Grâce à ces fonds, par exemple, des
habitants de la rue ont offert une fête aux passants « pour les remercier et leur rendre la
monnaie de leur pièce » sur un pont où ils ont l’habitude de « faire la manche ». Un
comité d’organisation, composé notamment d’habitants de la rue, a été créé et la ville a
encouragé et soutenu l’action.
Pour expliquer le timing et les montants en jeux dans le processus de rénovation
urbaine, la chef de projet du Quartier d’Initiatives de Mont-à-Leux à Mouscron a réalisé
un matériel d’information, destiné aux habitants, sous forme de ligne du temps.
Au niveau fédéral, le Ministre du budget a lancé un site explicatif sur le budget :
www.budgetfederal.be
116
Calqués sur les Fonds de participation et les systèmes d’enveloppes de quartiers français.
Les enveloppes de quartier : ce système existe dans plusieurs villes françaises. La ville est découpée en
plusieurs quartiers qui sont « administrés » par une association fédérative de toutes les associations
présentes sur le quartier. Chaque année, le conseil municipal détermine un montant proposé à la gestion
directe des habitants ; une enveloppe budgétaire est réservée au niveau des investissements pour
permettre la réalisation de divers travaux touchant à la voirie, aux trottoirs …ou à l’amélioration
d’équipements publics directement liés à la vie du quartier. Ce sont les habitants, avec les responsables au
niveau du quartier, qui établissent les priorités, les élus conservant la décision de lancement des travaux.
Les fonds de participation des habitants : la Région Nord Pas de Calais a mis en place un outil qui permet
les prises d’initiatives d’habitants ou d’associations par une aide financière souple et rapide : les fonds de
participation des habitants. Ces fonds sont destinés à financer de petites initiatives issues d’un groupe
d’habitants ou d’une association. Ces initiatives peuvent être des fêtes de quartier, des manifestations
culturelles ou sportives, des formations d’habitants, etc. Les aides apportées sont plafonnées à 5.000FF
(30.000Fbs). Elles sont gérées par un comité de gestion composé de représentants du quartier (habitants,
responsables associatifs, élus, chef de projet).
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 219
Quelques élus de toutes tendances démocratiques et de nombreuses associations sont
intéressés par l’expérience brésilienne.
Lors des dernières élections communales d’octobre 2000, de nombreuses listes
politiques (Ecolo, PSC, ...) ont mis le budget participatif dans leur programme.
Dans une carte blanche du Soir, le président du Parti Socialiste a encensé les méthodes
du budget participatif. Face à un triple défi (les poches de précarité, la faible confiance
dans les institutions et le désir d’un progrès partagé) le président du Parti Socialiste est
convaincu qu’en « adaptant » à nos réalités les expériences et les méthodes du budget
participatif de Porto Alegre, cela contribuerait à dessiner un visage plus humain à la
société et que les institutions regagneraient une partie de la confiance des citoyens117.
En janvier 2000, quelques associations118 membres du réseau international
Démocratiser Radicalement la Démocratie119 et des particuliers120 ont accueilli deux
représentants de Porto Alegre121 afin, entre autres, de médiatiser l’expérience du Budget
Participatif en Région wallonne et à Bruxelles. Les deux brésiliens ont, notamment, été
reçus en audition par les membres de la commission des finances et des pouvoirs locaux
du Conseil de la Région wallonne et ont participé à des conférences débats confrontant
des élus de tous les partis démocratiques, des représentants du secteur associatif et de
« simples » citoyens.
ELEMENTS DE REPRODUCTIBILITE
Le budget communal est la traduction financière du programme politique de la majorité
communale. Il est élaboré dans l’intérêt communal et non pas dans l’intérêt de l’autorité
communale. Bien qu’il n’existe pas de définition de ce qu’est l’intérêt communal, on
peut avancer que l’intérêt communal est un intérêt qui est de nature à satisfaire les
besoins de la collectivité locale.
Comment pouvoir déterminer ces besoins et y apporter une réponse satisfaisante sans en
informer, ni consulter, ni permettre aux principaux intéressés, à savoir les habitants, de
participer à la définition des besoins et des réponses ?
La situation en matière de participation des habitants au budget communal peut être
résumée en une phrase :
« Sur un scénario écrit par l’Etat, dans un décor élaboré par les élus locaux, les
multiples acteurs des finances locales jouent une pièce riche et constamment
renouvelée. Seuls manquent les citoyens, qui demeurent spectateurs »122.
117
Elio Di Rupo, Retour de Porto Alegre, Le Soir, vendredi 17 août 2001, p.11
Centre National de la Coopération au Développement, Espace Environnement, Habitat et Participation,
Inter Environnement Bruxelles.
119
Objectifs du réseau : faire connaître et soutenir l’expérience de Porto Alegre ; contribuer à l’émergence
d’une alternative théorique et pratique à la participation octroyée, en plaçant au centre le droit des
citoyens à débattre, à décider et à contrôler l’application des décisions communes (extrait de la Charte du
réseau).
120
Maria Sueli Peres, « ambassadrice populaire » du PT et Cristiano Ventura, Président de l’association
des étudiants brésiliens.
121
André Passos Cordeiro, secrétaire municipal au cabinet du Gaplan et Miguel Angelo Angel Da Silva,
conseiller populaire.
122
Gérard Logié dans Territoires nr 402, décembre 1999, France, p.7
118
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 220
Excepté le fait que le budget soit voté en séance publique et qu’il peut être consulté à la
maison communale, rien n’est prévu légalement en Région wallonne pour permettre aux
habitants de participer à son élaboration d’une façon ou d’une autre. La Nouvelle Loi
Communale interdit d’organiser une consultation populaire sur le sujet.
Une proposition de loi fait état seulement de « réunions publiques d’information sur le
budget au cours desquelles le public pourra poser des questions123. »
Pour passer à la pratique on pourrait, en Région wallonne, développer notre propre
méthode adaptée à notre contexte et à nos spécificités, tout en gardant quelques
éléments de Porto Alegre. Ce serait une démarche originale car il s’agirait d’un transfert
de technologie du Sud vers le Nord. Pourquoi ne pas initier des expériences pilotes dans
quelques communes intéressées, comme à Mons, par exemple ?
Nos voisins français ont initié quelques expériences de ce type. Notamment à Morsangsur-Orge où les habitants gèrent une partie du budget d’investissement de la ville. 20%
du budget d’investissement est laissé à disposition des projets des comités de quartier.
Tous les domaines (embellissement de la ville, aménagement de voirie, …) sont
concernés par les budgets de quartier, mais ils ne peuvent être que de l’investissement et
ne doivent pas entraîner de dépenses de fonctionnement (comme la création d’un
emploi). On s’est aperçu que 80% des décisions prises par les habitants sont celles qui
auraient été prises par les élus eux-mêmes et que les habitants se montrent plus soucieux
d’éviter les dégradations des équipements s’ils ont participé à la décision de leur
réalisation.
Pour ce faire, on peut se baser :
¾ Sur le travail et l’expérience de l’associatif124 ;
¾ au niveau de la Région :
l’administration des Pouvoirs Locaux et le Cabinet du Ministre des Affaires
intérieures et de la fonction publique, travaillent sur un « code de la démocratie et de
la décentralisation locales». Le même Cabinet soutient une formation des
mandataires locaux125 dont un des modules vise à donner des moyens analytiques,
techniques permettant de gérer, favoriser ou limiter les différentes situations
participatives liées à la fonction de mandataire ;
¾ au niveau européen :
9 la Charte européenne des libertés communales, qui date de 1955, fait état dans ses
Principes que : « les communes constituent le fondement même de l’Etat. Chaque
citoyen conscient de ses obligations comme membre de la communauté, doit
123
Proposition de loi modifiant la nouvelle loi communale de Jean-Pierre Viseur, DOC50 0531/001,
Chambres des représentants de Belgique, 23 mars 2000.
124
Par exemple, il existe un groupe d’associations ayant une expérience de terrain et d’étude au niveau de
la participation qui travaillent depuis quelque temps sur la question du budget participatif et le soutien et
la mise en place d’initiatives dans les communes. Contact : Patrick Bodart .
125
« Le mandat communal : des outils, des méthodes… pour mieux répondre aux attentes des citoyens » 2001.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 221
pouvoir contribuer au développement de celle-ci et participer activement à la vie
locale. Il revient à la commune de lui en apporter les moyens »126 ;
9 la Charte européenne de l’autonomie locale, de 1985, considère dans son Préambule
« que le droit des citoyens de participer à la gestion des affaires publiques fait partie
des principes démocratiques communs à tous les Etats membres du Conseil de
l’Europe »127 ;
9 le programme Urb-Al, qui a comme objectif général l’amélioration des conditions
socio-économiques et de la qualité de vie des populations, ainsi que le
développement équitable des centres urbains, a initié un réseau sur le budget
participatif qui, entre autres, finance des projets.
¾ Et au niveau financement, entre autres :
9 la Fondation pour les Générations Futures (FGF), qui a pour objet de faire émerger,
soutenir et rendre visibles des exemples concrets, innovants et alternatifs qui
s’inscrivent dans une optique de développement soutenable ;
9 la Fondation Roi Baudouin, notamment via le Fonds Belgacom, qui soutient des
projets qui promeuvent le dialogue entre citoyens et autorités locales.
QUELQUES REFERENCES - ADRESSES UTILES
Publications
¾ A citizens budget, Community Pride Initiative/Oxfam, novembre 2000
¾ T.Genro et U.de Souza, Quand les habitants gèrent vraiment leur ville, éd.Charles
Léopold Mayer, France, 1998
¾ Mairie de Porto Alegre, Le budget participatif. Porto Alegre, document de travail,
1998
¾ J.B. Picheral, Le budget participatif de Porto Alegre. Un processus démocratique,
précis et évolutif, dans Territoires, n° 416, mars 2001, France
¾ M.Toulotte, Quel bilan pour Porto Alegre. Instituer une démocratie en continu, dans
Territoires n° 416, mars 2001, France
¾ Réseau Capacitation Citoyenne, Pas de formation citoyenne sans action sur le réel,
le budget participatif de Porto Alegre, 2000
¾ Démocratie participative et budget participatif à Rio Grande Do Sul. La
globalisation néolibérale s’arrête-t-elle à Porto Alegre ?, Socialisme Sans Frontière,
année2 trim.3, 2000, Bruxelles
¾ Nathalie Caprioli, A Porto Alegre les habitants réinventent la ville, Demain le
monde, nr 42-43, mars-avril 2000, Bruxelles, pp.24-25
¾ Rompons nos limites. Une première évaluation des points d’étranglement que nous
vivons dans le déroulement du Budget Participatif de Porto Alegre, Mairie de Porto
Alegre, 18 avril 2001
126
Charte européenne des libertés communales, Conseil des communes de l’Europe, 1955.
Charte européenne de l’autonomie locale, Conseil de l’Europe, 15 octobre 1985. Ratifiée par la Région
wallonne en 2001.
127
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 222
Associations
¾ CNCD – Stéphane Compère – Quai du Commerce, 9 – 1000 Bruxelles – Tél. :
022501230 – Fax : 022501263 – e-mail : cncd@skynet.be
¾ Réseau Démocratiser Radicalement la Démocratie – Jean-Blaise Picheral - Impasse
des Fleurs, 3 – 59140 Dunkerque – Tél/Fax : 00.33.3.28651799 – e-mail :
jb.picheral@netinfo.be - site/ http ://www.budget-participatif.org
¾ FGF – rue des Brasseurs, 18 – 5000 Namur – Tél. : 081226062 – Fax : 081224446 –
e-mail : fgf@ping.be – site : http://www.ping.be/fgf
¾ Groupe sur la participation : Patrick Bodart – rue de Hollande, 45 – 1060 Bruxelles
– Tél/Fax : 025440793 – e-mail : patrick.bodart@skynet.be
Sur la participation
¾ Le centre de documentation d’Habitat et Participation possède de nombreux
ouvrages, textes, fichiers d’expériences et autres sur la question
¾ Journal
Démocratie
active
(France)
site :
http ://www.democratieactive.org/FR/direct/direct.htm
¾ Pascal Percq, Les habitants aménageurs, éd.de l’aube, France, 1994
¾ Les habitants dans la décision locale, Territoires, septembre-octobre 1999, France
Divers
¾ Guidelines for transferring effective practices, CityNet/UNDP/UNCHS, novembre
1998, Thailand - site : http://www.sustainabledevelopment.org/blp/learning
¾ Décortiquer les finances communales, Territoires, nr402-403, décembre 1999,
France
¾ Enveloppes de quartier, budgets participatifs… pour une démocratie sonnante et
trébuchante, Territoires, nr416, mars 2001, France
¾ Jacqueline Lorthiois Le diagnostic des ressources locales, ASDIC éd.W, France,
1996
¾ Mairie de Porto Alegre site : http://www.portoalegre.rs.gov.br
¾ Charte européenne des libertés communales, Conseil des communes de l’Europe,
1955
¾ Charte européenne de l’autonomie locale, Conseil de l’Europe, 15 octobre 1985.
Ratifiée par la Région wallonne en 2001
¾ URB-AL – av. de Broqueville, 116-Bte9 – 1200 Bruxelles – Tél. : 027759300 –
Fax :
027759309
–
e-mail :
secretariat@urb-al.com
–
site :
http://ww.europa.eu.int/en/comm/dg1b/URB-AL/urb-l.htm
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 223
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 224
FICHE 29 : Des détenus créateurs de jardins générateurs de
lien social : les Jardins du Lien
AUTEUR DE LA FICHE
Gérard Chaubiron, directeur du centre socioculturel de Belencontre
AUTEUR MORAL
Association des Amis de Belencontre (association loi 1901)
COORDONNEES UTILES
Centre socioculturel de Belencontre
Avenue Kennedy
F-59200 Tourcoing
Tel. : 00.33.3.20.37.91.65
Fax : 00.33.3.20.94.11.35
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> < innovation sociale> <lien social> <prison> <insertion
professionnelle> <formation> <culture maraîchère> <insertion sociale> <processus
d’innovation> <droit des exclus>
FICHE PROJET
CONTEXTE
Le quartier de Belencontre à Tourcoing. 5 tours de 12 étages, 700 logements sociaux.
ORIGINES DU PROJET
Tourcoing, quartier de Belencontre, un terrain en friche de 3.000m2 (très fréquenté par
des toxicomanes). Projet du centre socioculturel de Belencontre de Tourcoing : recréer
une image correcte du quartier et générer du lien social, des liens intergénérationnel et
interethnique, via l’implantation de jardins. Ce projet s’inscrit dans la mouvance des
jardins de cocagne128 - jardins collectifs où travaillent des hommes et des femmes en
128
Extrait du Dossier de présentation du Réseau Cocagne de janvier 2001: les Jardins de Cocagne
fonctionnent selon 4 grands principes regroupés au sein d’une charte : une vocation d’insertion sociale et
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 225
situation précaire, qui, avec un encadrement cultivent des légumes distribués aux
adhérents du jardin et des jardins en bas d’immeubles qui ont comme fonction d’être un
prolongement de l’appartement, de faire sortir les gens, de recréer des liens et de fournir
une aide à la subsistance.
La projet a été lancé en avril 2000 et fut conçu en 2001. Il est appelé : « Les Jardins du
Lien ».
OBJECTIFS DU PROJET
La création de jardins créateurs de liens sociaux dans le quartier, générateurs de liens
intergénérationnels et interethniques.
Faciliter la réinsertion des détenus via une formation qualifiante.
Objectif de la municipalité : prévention de la récidive et insertion des Rmistes129 du
quartier (double insertion).
POPULATION CONCERNEE
9 détenus en formation qualifiante
Les habitants du quartier, la population logeant dans les tours d’habitations sociales.
MONTAGE FINANCIER
La municipalité à mis un terrain à disposition et a financé l’aménagement paysager.
La Fondation de France a financé :
le matériel informatique (PAO et CAO) du centre de détention
le projet d’achat de petit matériel
Le Conseil Général dans le cadre de l’accompagnement de Rmistes (un animateur
assure l’encadrement technique)
MONTAGE LEGAL
Une convention a été signée avec l’association des Amis de Belencontre pour la mise à
disposition du terrain et sa gestion.
Les Amis sont l’employeur du technicien via le Centre.
PARTENAIRES DU PROJET
Le Centre de détention régional de Loos-lès-Lille (Nord Pas-de-Calais/France)
Les habitants du quartier via le conseil de quartier (politique) et le comité de quartier ou
des usagers adhérents du centre (associatif)
professionnelle de personnes en difficulté ; la production de légumes cultivés en agriculture biologique ;
la distribution de ces légumes auprès d’un réseau d’adhérents ; la collaboration avec le secteur
professionnel local.
129
RMI : Revenu Minimum d’Insertion (équivalent du Minimex)
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 226
L’association Appel d’aire (initiation de chantiers école avec détenus - promotion du
design à caractère social et culturel)
La Municipalité – direction de la concertation et de la prévention qui a assuré le lien
entre Appel d’aire et le Centre
DEROULEMENT DU PROJET
Neuf détenus en formation qualifiante (CAP130 de métallerie) ont aménagé le terrain en
friche et ce d’après photos. La coordination du chantier-école était assurée par
l’association Appel d’aire pour l’aspect formation et par le Centre pour l’aspect
chantier.
La conception des plans des jardins (8 parcelles) fut réalisée par ordinateur et la
réalisation du mobilier en métal (grille et abri de jardin) a été effectuée par les détenus
en formation. Un parc avait déjà été réalisé de la même façon dans la ville (Parc du
Moulin Tonton).
Les détenus ont proposé plusieurs maquettes. Ils ont proposé, notamment d’implanter
un système de récupération de l’eau de pluie, un système de compost, un aménagement
convivial pour permettre les rencontres, des parcelles pour des cultures thématiques
(aromates, légumes anciens, …).
La disposition est celle des jardins en carré d’1m sur 1m – en réponse au « comment
faire vivre beaucoup de personnes sur peu de terrain ». 5 carrés peuvent faire vivre une
famille131.
Les jardins sont destinés aux différents publics du quartier (écoliers, jardiniers
néophytes, …).
Le terrain est divisé en 2 parties qui allient l’individuel et le collectif:
¾ Une partie est destinée aux parcelles nominatives. La location des parcelles se fait
sur base d’un contrat et est gratuite. Il faut respecter le règlement intérieur et adhérer
au Centre (50FF-300FB-responsabilité civile).
¾ L’autre partie qui n’est affectée à personne en particulier est destinée aux jardins
communautaires. Le Centre le gère pour la collectivité. Par exemple : un groupe de
femmes du Centre y cultivent des fleurs ; des adultes sans travail retrouvent une
utilité sociale en aidant des écoliers à cultiver leur parcelle.
130
CAP : Certificat d’Aptitude Professionnelle
Pour plus d’informations sur cette technique :
E.Predine, Art du potager en carré, éd.Les nouveaux jardiniers, ssd
E.Predine, Mon jardin de poche, éd.Plume de carotte, 2001
131
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 227
Fiche reproductibilité
ELEMENTS SPECIFIQUES A REPRODUIRE
Un partenariat entre divers acteurs publics et privés a permis à un public exclu (des
détenus) de répondre à une demande d’un quartier défavorisé (aménagement d’une
friche insécurisante dans un quartier de tours d’habitations sociales). L’aménagement
réalisé est durable et créateur de lien social entre les habitants du quartier.
EXEMPLES EN REGION WALLONNE – Belgique
Il n’existe pas de partenariat de ce type en Région wallonne. Par contre il y a de
nombreuses ressources et des expériences qui sont menées séparément au niveau des
jardins et des prisons.
JARDINS
Diverses expériences d’utilisation du maraîchage comme outil d’insertion
socioprofessionnelle existent à l’initiative de certains CPAS132 -comme ceux de Namur
(projet maraîchage comme outil d’insertion) et de Liège (voir ci-après), par exemple-,
d’autres pouvoirs publics ou encore de privés. La Ligue des Coins de Terre et des
Jardins Familiaux, créée en 1896, est le plus ancien acteur en matière d’insertion par
l’horticulture. Ses principaux objectifs étaient, entre autres, de permettre aux ouvriers et
aux famille de « changer d’air », de lutter contre l’alcoolisme, apporter un complément
alimentaire, ...133
Le CPAS de Liège, via la ferme de la Vache a créé : un jardin collectif qui permet la
redynamisation et la resocialisation de personnes par le travail de la terre et le
développement communautaire du quartier; des jardins familiaux pour personnes à
revenus modestes ; et diverses activités comme des table d’hôtes, des ateliers cuisine.
S’inspirant des Jardins de Cocagne français, le CPAS de la Louvière projette de créer un
jardin d’insertion sur le site du domaine des étangs de Strépy. L’objectif du projet est de
« combiner l’insertion sociale et professionnelle de personnes en difficulté, la protection
de l’environnement, le développement local à travers une économie solidaire et
responsable ». Il s’agit de créer une Entreprise de Formation par le Travail (EFT),
indépendante du CPAS, qui offrira, aux bénéficiaires du minimex et de l’aide sociale,
une formation pratique et théorique à la culture et à l’élevage biologique. Un système de
parrainage sera organisé, de même que l’accompagnement social sera pris en charge par
le CPAS.
Des collaborations seront établies avec les producteurs locaux et les éleveurs. Dans un
premier temps les légumes récoltés seront vendus par panier d’abonnement : les
adhérents (personnes qui versent une cotisation) recevront chaque semaine un
132
CPAS : Centre Public d’Aide Sociale
Vinciane Bauduin, Les jardins sociaux : du jardin ouvrier au jardin familial, Mémoire – ISI HuyGembloux, 2001, p.7
133
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 228
assortiment de légumes de saison. Les légumes seront gratuit pour les personnes en
formation. Ce système est déjà bien développé aux Pays Bas et en Flandre. Le projet
devrait se développer sous différentes formes : diversification des légumes et herbes,
vente sur le marché, élevage de petits animaux, hébergement, ferme pédagogique.
Dans la même commune, des femmes de la Cité jardin de Saint-Vaast cultivent leurs
légumes sur un terrain mis à leur disposition par la ville (dans le cadre du Plan Social
Intégré). L’atelier menuiserie du Forem134 a réalisé les abris. Cette expérience crée des
échanges interculturels, intergénérationnnels, …
La Cellule Parcs & Jardins de la Province de Namur soutient et initie divers projets,
notamment : de colloque (comme celui sur « Les jardins de la solidarités » en 1999); de
jardins d’école ; d’expositions ; de réhabilitation, d’embellissement et de fleurissement
au sein des communes (38 communes y ont participé en 2000) ; d’actions d’habitants
(projet Quartier de Vie du quartier des Balances).
Dans le cadre des jardin de maraîchage et d’insertion135, la Cellule projette de :
¾ organiser des formations très ciblées répondant aux demandes des personnes
travaillant aux projets d’insertion par le maraîchage ;
¾ créer un réseau des acteurs de jardins de maraîchage et d’insertion.
La Cellule a recensé près d’une dizaine de projets de jardins de maraîchage et
d’insertion dans la Province de Namur.
PRISONS
Des formations sont organisées à l’intention des personnes détenues. Comme par
exemple des formations en bâtiment (prison de Jamioulx), en horticulture (prison de
Marneffe), mécanique auto (prison de Verviers), maçonnerie (prison de Lantin). Les
formations sont dispensées par différents opérateurs comme, par exemple, la promotion
sociale, l’aide sociale aux justiciables, Lire et Ecrire, …Les différents organismes qui
dispensent les formations sont regroupés au sein de la FAFEP - Fédération des
Associations de Formation et d’Education permanente en Prison. Celle-ci édite une
brochure qui présente les opérateurs et l’offre des formations disponibles par prison. De
bonnes formations sont dispensées, mais l’offre est maigre.
Les organismes qui organisent des activités de formation en prison doivent faire face à
quelques problèmes dus, entre autres : au problème de surpopulation (en 2000 : 8500
personnes étaient incarcérées alors que la capacité globale était de 7.502 places136) ; aux
transferts entre prisons ; au manque de ressources humaines, de moyens financiers ; à
certaines autorités pénitentiaires qui ont peur de s’ouvrir à l’extérieur ; aux différences
de statuts (par exemple : les détenus qui ne peuvent pas du tout sortir) ;…
134
Forem : Service régional de formation emploi
Projet où le maraîchage est reconnu comme un outil de redynamisation et un outil d’insertion socioprofessionnelle pour des personnes défavorisées.
136
Jean-Claude Matgen, La criminalité n’est pas en hausse, la sévérité pénale si, dans La Libre Belgique
du 10 juillet 2001, p.3
135
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 229
Pour Alain Harford de l’OED, n’y a pas de réelle politique de réinsertion où les
prisonniers puissent dès le début de leur incarcération suivre un parcours d’insertion.
Alors qu’il est possible de donner un maximum de chances de réinsertion qu’en créant
un maximum de ponts qui atténuent progressivement la coupure qui existe entre prison
et société.
Créée en 1998, l’Organisation pour l’emploi des délinquants (OED) est un réseau qui
soutient et suscite toute initiative qui peut permettre de développer de meilleures
perspectives de formation/emploi pour les (ex)-délinquants137 et, ainsi, diminuer la
délinquance individuelle et la criminalité dans son ensemble. Il est composé d’une 100e
d’experts issus de tous les secteurs (agence conseil en économie, employeurs, avocat,
services d’aide sociale, …).
L’OED effectue, notamment : un travail de lobbying pour influencer les législations en
matière d’insertion sociale et professionnelle et apport assistance et expertise ; elle
assiste les associations qui s’occupent de programme d’insertion; élabore des stratégies
pour que les employeurs engagent des ex-détenus138.
L’OED cherche, en collaboration avec la région wallonne, des agences conseils
(Agence conseil 2001), l’administration pénitentiaire, de nombreux partenaires
économiques et sociaux, … à relever le défi de réinsérer efficacement les
(ex)délinquants grâce à la création, en milieu pénitentiaire de structure d’économie
sociale.
Par exemple, l’OED collabore à un projet pilote d’économie sociale en partenariat, entre
autres, avec le centre de détention de Saint Hubert, l’administration pénitentiaire, le
Forem, le FSE, l’asbl Défi et Valbois RN et en concertation avec les marchands de bois
locaux. Il s’agit d’un projet en deux volets. Le premier est la mise sur pied d’une
Entreprise de Formation par le Travail qui organisera des formations en sylviculture et
en bûcheronage. Concernant le deuxième il s’agit d’une entreprise d’économie sociale
de découpe du petit bois (le travail du petits bois n’étant pas rentable pour les
exploitants) pour le transformer en divers matériaux comme, par exemple, en tuteurs de
jardins. Les salaires proposés correspondront aux conventions paritaires du secteur. Le
personnel sera partie prenante dans le projet puisqu’il est proposé de s’appuyer sur leurs
compétences et leur savoir faire en la matière.
ELEMENTS DE REPRODUCTIBILITE
Apparemment tous les éléments pour se servir des idées développées par l’expérience
française sont disponibles en Région wallonne . Il y a des opérateurs de formations de
détenus, des expériences de jardins d’insertion, des habitants de cités prêts à développer
des projets, des possibilités de financement pour ce genre de projet.
Quelques pistes de financement, d’information, …
137
Bien qu’il puisse paraître péjoratif en français, le terme (ex)-délinquant est, pour l’OED, le plus
adéquat pour désigner toutes les personnes qui sont jugées coupables d’un délit.
138
Fançoise Robert, L’organisation pour l’emploi des délinquants : réseau pour l’insertion
socioprofessionnelle, Alter Echos, nr81, 11 septembre 2000, pp.13-14.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 230
FORMATION DES DETENUS
Une recommandation adoptée par le Comité des ministres du Conseil de l’Europe, en
1989, stipule que « tous les détenus doivent avoir accès à l’éducation, qui devrait
englober l’instruction de base, la formation professionnelle, les activités créatrices et
culturelles, l’éducation physique et les sports, l’éducation sociale et la possibilité de
fréquenter une bibliothèque ; (…) il faudrait mettre en place des programmes de
perfectionnement pour assurer que les éducateurs des prisons adoptent des méthodes
d’éducation appropriées aux adultes ».
Les détenus sont reconnus comme un des groupes cibles qui peuvent bénéficier des
budgets européens (FSE, Leonardo, …). Par exemple, un des volets du PIC (Programme
d’Initiative Communautaire) Emploi, porte sur l’insertion socioprofessionnelle de
publics vulnérables ou exclus du marché du travail ou qui risquent de l’être et il finance
certains projets. Ce programme a permis, par exemple, l’engagement d’une
coordinatrice et de deux assistantes sociales pour encadrer les formations à la prison de
Lantin. Ou encore le projet Avanti del’ORS (Office de réadaptation sociale) qui a établi
un partenariat avec la Chambre syndicale et interprofessionnelle de la construction139.
Un travail de comparaison des programmes de réinsertion des détenus dans les pays de
l’Union européenne a été effectué par le Forum européen pour l’emploi des délinquants
(le FEED s’est créé en 1993). Cela a permis de repérer les bonnes pratiques en la
matière, de les modéliser et d’encourager à la création de réseaux d’acteurs (comme, par
exemple, l’OED) pour relayer le travail réalisé au niveau européen et travailler au
développement des législations, politiques et programmes au niveau national et
régional.
Le travail de l’OED, notamment en matière de recherche sur l’économie sociale. La
conception des projets s’articule autour de trois axes : un dispositif de formation au
travail (EFT, OISP, …) ; une structure à finalité sociale (SFS) ; les structures de
guidance psycho-sociale.
En 1996, le ministre de la Justice belge, de l’époque, a souligné l’importance des
formations professionnelles, notamment, comme préparation à la réintégration.
Au niveau des compétences : la gestion des prisons est de compétence fédérale et les
dispositifs de réinsertion de compétence régionale et communautaire. La
Région s’occupe de l’aide aux victimes et aux délinquants qui ne sont plus détenus et la
Communauté française a la tutelle sur les ASJ (Aide sociale aux justiciables140) dans le
cadre de leur intervention en milieu carcéral.
Le système des peines alternatives pour les jeunes de 14 à 19 ans qui donnent la
possibilité aux jeunes d’effectuer une peine alternative dans des établissements comme,
par exemple dans les maisons de retraites, sociétés de logements sociaux et le travail
d’intérêt public (organisé par une loi de 1994) qui permet d’effectuer un travail d’intérêt
public ou de suivre une formation en remplacement d’une détention.
139
FBD, Avanti à Charleroi : de l’aide aux justiciables au retour à l’emploi, Alter Echos, n°100, 15 juin
2001, p.20
140
La mission générale des ASJ est d’apporter aux détenus qui le demandent ou qui l’acceptent, une aide
sociale globale en vue d’une gestion de la détention la plus humains possible, et de préparer leur
libération et leur retour à la vie sociale.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 231
Le Plan de Développement Rural de la Région wallonne soutien la formation
professionnelle agricole et sylvicole pour permettre aux exploitants d’acquérir des
compétences nécessaires (par exemple dans le cas du projet à la prison de Saint-Hubert).
Diverses fondations comme par exemple la Fondation Levi Strauss&Co, la Fondation
Roi Baudouin, et quelques firmes privées, soutiennent des projets en matière de lutte
contre l’exclusion.
JARDINS
En 1994, la Fondation Roi Baudouin a initié le projet « La nature a le doit de cité » dans
le cadre du programme « Cadre de vie » afin de développer la nature dans et aux abords
des cités d’habitations sociales. Une des conditions étaient la création d’un partenariat
regroupant les habitants, les sociétés de logement, les communes, les association
d’environnement et les Régies de quartier. Ou encore dans le cadre du programme
Quartier de Vie.
Au niveau de Région wallonne, la Rénovation rurale subsidie la création et
l’aménagement d’espaces verts et de plantations, ou encore via la DG des ressources
naturelles et de l’environnement.
Au niveau des habitations sociales, voir du côté de la Société Wallonne du Logement,
des Régies de Quartier et de Sociétés de logement de service public.
De nombreuses réformations et formations diverses en horticulture,
maraîchage,…existent, notamment via des association comme le CRABE (agriculture
biologique et maraîchage) en Brabant wallon et les Centre Régionaux, d’Initiation à
l’Environnement.
Il est possible de conclure des baux avec la SNCB pour occuper les terrains le long des
chemins de fer, ou encore avec d’autres acteurs privés ou publics pour occuper des
terrains non inutilisés.
QUELQUES REFERENCES ET ADRESSES UTILES
Sur les Jardins du Liens :
¾ Nesma Kharbache, Quand les détenus prennent l’aire, dans Comme la ville n°3,
Fév2001, DIV, France, p.7
¾ http://pro.nordnet.fr/jardinons/reseau-chti/chtiprojet.htm
FRANCE ORGANISMES
Formation de détenus
¾ Appel d’aire – 15 rue d’Aboukir – 75002 Paris – France – Tél. : 00.33.1.44.76.08.76
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 232
Réseau Cocagne
¾ Réseau Cocagne (regroupe les Jardins et autres structures – organise des formations
– création de jardins – promotion du concept)) - Chemin des Verjoulots, 9 – 25000
Besançon – France - Tél. : 00.33.3.81212110 - Fax : 00.33.3.81474258 - e-mail :
jghenckel@hotmail.com (Jean-Guy Henckel, directeur du réseau) rc@reseaucocagne.asso.fr - site : http://www.reseaucocagne.asso.fr
Sur les jardins familiaux en pied d’immeuble (dans quartier d’habitat social en
difficulté) et les jardins collectifs d’insertion
¾ Les Jardins d’Aujourdhui - Rue Louis Pasteur, 24 – 33220 Ste Foy la Grande –
France - Tél. : 00.33.5.57460437 - e-mail :ldja@jardinons.com
¾ Les jardins des Restos du cœur - Restos du cœur - Rue d’Athènes – 75009 Paris –
France - Tél. : 00.33.1.53322320 - Fax : 00.33.1.53322325
¾ Le jardin dans tous ses états (réseau des associations qui promeuvent le jardinage à
vocation sociale) – site : http://www.jardinons.com
Divers
¾ Guide méthodologique, Jardinage et développement social : du bon usage du
jardinage comme outil d’insertion sociale et de prévention de l’exclusion sur
http://www.jardinons.com ou http://pro.nordnet.fr/jardinons/ouvrajdse.htm
¾ E.Predine, Jardins ouvriers : l’art et la manière, Flammarion, 1998
BELGIQUE
Jardins
¾ Ligue des coins de terre – rue de Huy, 40b – 43000 Waremme – Tél. : 019322393
¾ Ligue des Coins de Terre Province de Liège – rue du Laveu, 307 – 4000 Liège –
Tél. : 042521648
¾ La ferme de la Vache du CPAS de Liège - Rue Pierreuse, 113-115 – 4000 Liège –
Tél. : 04.2231196 - http://pro.nordnet.fr/jardinons/experiences/ferme-liege.htm
¾ Ferme du Hayon – 6769 Sommethonne – Tél. : 063579080 – Fax : 063576433 – email : ferme.hayon@skynet.be
¾ La Prairie – rue de la Vellerie, 121 – 7700 Mouscron – Tél/Fax : 056342044 – email : la.prairie@skynet.be – site : http://ful.ac.be/hotes/laprairie
¾ Bibliothèque René Péchère (art et histoire des jardins) – av.Brugman, 52-54 – 1190
Bruxelles – Tél. : 023464625 – Fax : 023464234 – e-mail : bvrp@glo.besite :
http://www.bvrp.net
¾ Cellule Parcs et Jardins de la province de Namur – av.Reine Astrid, 22 – 5000
Namur – Tél/Fax: 081729707– site : http://www.parcsetjardins.org
¾ CPAS de La Louvière - Service insertion – Mr Jean Zanatta - Rue du Moulin, 54 –
7100 La Louvière - Tél. : 064885035 - e-mail : jean.zanatta@freeworld.be
¾ Symbioses, le magazine du Réseau Idée – rue des Deux Eglises, 47 – 1000
Bruxelles – Tél. : 022869570 – Fax : 022869579 – e-mail : info@reseau-idee.be
¾ CRABE – Coopération, Recherche Animation pour le Brabant wallon de l’Est – rue
Saint Médard, 4 – 1370 Jodoigne – Tél. : 010814050 – Fax : 010814346 – e-mail :
CRABE@village.uunet.be
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 233
¾ Liste des Centres Régionaux d’Initiation à l’Environnement :
http://environnement.wallonie.be/cgi/dgrne/plateforme_dgrne/visiteur/frames.cfm
¾ Vinciane Bauduin, Les jardins sociaux : du jardin ouvrier au jardin familial,
Mémoire, ISI Huy-Gembloux, 2001
Détenus
¾ FAFEP - Fédération des Associations de Formation et d’Education permanente en
Prison (mission, entre autres, de promouvoir et de coordonner les activités de
formation en prisons – rue Rioul, 22 – 4500 Huy – Tél. : 085214583
¾ Aide et reclassement (entre autres, opérateur de formations)- Mr Jean Canart aide.reclassement@yucom.be
¾ ADEPPI – Atelier D’Education Permanente pour Personnes Incarcérées (entre
autres, opérateur de formations) – rue de l’Enseignement, 91 – 1000 Bruxelles –
Tél. : 02.2234702 – Fax : 02.2234703 - e-mail : adeppi@swing.be - site :
users.swing.be/adeppi
¾ Organisation pour l’emploi des délinquants (OED) - Alain Harford - Sentier
Kleindal, 5 – 1630 Linkebeek – Tél. : 023809893
¾ Alain Harford, La réinsertion professionnelle des (ex)délinquants en Europe et en
Belgique, OED, janvier 1998
¾ L’éducation de base dans les prisons, sous la direction de Peter Sutton, Nations
Unies, 1994 – site : http://www.unesco.org/education/uie/online/prifr/prifrtit.html
¾ Network Against Social Exclusion/New Task : document sur la réintégration de ou
d’ex détenus en Belgique – site : www.nascent.org
Textes et règlements
¾ Plan de Développement Rural de la région wallonne, présentation – site :
http://wrw.wallonie.be/dga/pdr/html
¾ Décret de la Communauté française relatif à l’aide sociale aux détenus en vue de
leur réinsertion sociale, voté le 17 juillet 2001 ( Cabinet de la ministre de l’aide à la
jeunesse et de la santé de la communauté française, Nicole Maréchal – rue Belliard,
9-13 – 1040 Bruxelles – Tél. : 022133511)
¾ Recommandation N R (89) 12 du Comité des ministres aux Etats membres sur
l’éducation en prison adoptée par le Comité des ministres du conseil de l’Europe le
13
octobre
1989
–
http://www.unesco.org/education/uie/online/prifr/prifrtit.Annexes.htm
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 234
FICHE
30 :
Une
coopérative
multiethnique
multiculturelle qui réhabilite des logements publics:
Coopérative Coralli
et
la
AUTEURS DE LA FICHE
Cesare Ottolini, président de l’Unione Inquilini
AUTEUR MORAL
Coopérative Coralli
Giuseppe la Biunda
Via Morandini, 26
35100 Padova
Tél./Fax : 00.39.049714631
E-mail : pad316@padovanet.it
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> <sans abri> <mal logés> <relation emploi logement>
<gestion du patrimoine> <immobilier> <rôle de l’Etat> <acteur social> <immigré>
<interculturel> <insertion professionnelle> <insertion par le logement> <relation
formation emploi> <coût du loyer> <participation des habitants> <réhabilitation de
l’habitat> <coopérative de logements>
FICHE PROJET
CONTEXTE
La vague migratoire des années ’90 en Italie a relancé la demande de logements pour les
couches sociales à faible revenu. Des milliers de personnes sans abri occupent des
immeubles dans plusieurs villes.
A l’instar de la situation dans les années ’60, avec l’arrivée des migrants du sud attirés
au nord par le boom économique, l’exclusion du logement devient la base des
revendications sociales et politiques.
Les réponses institutionnelles tardent, mais quelques solutions sont proposées. En
général, il s’agit de stéréotypes qui visent à donner un abri, tel que les foyers d’accueil
expérimentés sans grand succès dans d’autres pays.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 235
ORIGINES DU PROJET
En s’appuyant sur les échanges d’expériences internationaux favorisés par le Projet
Coraux141, l’Unione Inquilini142 et Habitat International Coalition143 proposent, en juin
1991, la constitution d’un outil capable d’activer la participation des personnes
directement intéressées : la Coopérative Coralli144 (Coraux), à Padova. C’est une
coopérative multiethnique et multiculturelle de logements à propriété collective. Au
début, cette institution stratégique n’était pas bien comprise par la municipalité et
surtout par la droite qui s’y opposa évoquant la création de ghettos.
Les luttes et le lobbying de la mairie, gérée par le centre-gauche, ont permis en 1999 la
réalisation d’un premier quartier à Ponterotto.
La coopérative propose aux municipalités, via conventions, de réhabiliter des logements
publics vides, dégradés, soit d’en bâtir de nouveaux en suivant les principes de la
multiculturalité. Le coût des travaux réalisés est comptabilisé et déduit du loyer. Les
logements sont loués aux associés de la coopérative.
OBJECTIFS DU PROJET
¾
¾
¾
¾
¾
Apporter une réponse concrète aux personnes mal logées ou sans logements.
Valoriser l’apport du travail et de la participation des sujets concernés.
Offrir du travail et la possibilité d’une formation professionnelle.
Valoriser un patrimoine dégradé.
Combattre la xénophobie et le racisme par des projets montrant la possibilité pour
différentes cultures de vivre ensemble.
¾ Ce projet s’inscrit dans la demande d’expérimentation de nouvelles politiques
publiques du logement, et non pas l’abandon en faveur de la subsidiarité du secteur
privé145.
141
Le projet CORAUX a été créé par Habitat International Coalition avec les soutiens de la Fondation
Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme (FPH) et la DG5 de la Commission européenne. « Il
s’agit de promouvoir l’assistance aux faibles, mais aussi de favoriser la participation directe et
indépendante des groupes de base, associations, coopératives, communautés d’immigrés ou interethniques
qui souhaitent connaître les différentes façons d’aborder le problème, d’étudier les actions en partenariat
au niveau local ou international, de lutter de concert avec toutes les organisations concernées par le
développement de politiques de logements sociaux visant à la cohabitation inter-ethnique ». Le projet
promeut un réseau européen, un centre de documentation, de cours de formation, des projets pilote,…
142
Union des locataires
143
HIC, créé en 1976 à l’occasion de la Conférence des Nations Unies sur les établissements humains, est
une Organisation Non Gouvernementale qui fédère quelques 350 organisations réparties dans 80 pays
actives dans le domaine de l’habitat. HIC promeut, notamment le droit à l’habitat. Elle est interlocutrice
reconnue auprès des Nations Unies et de l’Union Européenne.
144
COoperativa Recupero (réhabilitation) ALLoggi (logements) Interetnica
145
« La question du logement, confrontée à la globalisation, requiert de nouvelles réponses au niveau
local, national et international. Il faut des politiques publiques régionales pour faire face : au racisme et à
la xénophobie ; à la méfiance envers les initiatives indépendantes des habitants ; aux difficultés d’accéder
au crédit et à la propriété du terrain ; à la non reconnaissance de la valeur ajoutée du conflit et de la
participation ».
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 236
POPULATION CONCERNEE
Personnes éprouvant des difficultés à avoir accès à un logement décent.
18 familles, composées de personnes en provenance de 12 pays des 4 continents.
MONTAGE FINANCIER
L’Etat donne 30%, et prête 30% à rembourser à partir de l’année 2029. 40%
proviennent des membres de la coopérative (épargne, emprunt, autoconstruction).
Le montant des loyers dépend des apports de chacun : plus grande a été la contribution
du locataire au début, moins cher est son loyer. Un appartement de 70 m² a un loyer
moyen de 250 Euros/mois.
Compte tenu de la participation, et du contrôle des locataires, le coût final du logement
a baissé de 30%.
MONTAGE LEGAL
Il n’existe pas de lois de soutien à ce type d’initiative. La coopérative a pu tirer profit
des lois suivantes : loi n. 59/92 concernant la gestion des coopératives sociales146.. ; loi
n.493/93 concernant l’attribution de fonds pour la réalisation de logements sociaux.
Convention passée avec la municipalité pour la gestion du plan de quartier (PEEP) en
partenariat avec d’autres acteurs « bâtisseurs »: une autre coopérative, la municipalité,
des privés.
PARTENAIRES DU PROJET
Partenariat entre la coopérative, la municipalité et l’Etat. Il faut mentionner aussi
l’importance des bons rapports développés avec l’entreprise chargée de la construction,
soit la Coopérative Padovana Muratori.
DEROULEMENT DU PROJET
Il s’agit d’un immeuble de 18 logements et quelques espaces consacrés à d’autres
fonctions comme, par exemple, un centre social. La taille des logements, ainsi que leur
qualité, sont adaptés aux familles.
146
Loi du 8/11/91, réglementation des coopératives - Objectif : « l’intérêt général de la communauté pour
la promotion humaine et l’intégration sociale des citoyens à travers : la gestion de services sociaux,
sanitaires et éducatifs ; le déroulement d’activités diverses ayant pour but l’insertion dans le monde du
travail de personnes défavorisées ».
La loi leur donne priorité pour passer des conventions avec les pouvoirs publics (Jean Delespesses,
Solidarietà italienne, Traverses, n°112, juin 1996, p.21)
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 237
La construction s’ouvre sur une place à l’intérieur d’un groupe de logements sociaux.
Derrière les logements, des jardins communs fournissent des légumes et des herbes pour
tout le monde.
Les membres sont des locataires spéciaux étant donné leur droit d’usage perpétuel,
transmissible aux héritiers. La coopérative est ici une troisième voie possible entre le
marché et le public.
Les futurs habitants, au contraire des projets « clefs en main », ont pu donner leur avis
concernant les logements et l’ensemble du site. C’est ainsi que les 18 familles,
composées par des personnes en provenance de 12 pays des 4 continents, ont réussi à
bâtir solidairement un projet concret avec des logements construits sur base des souhaits
et de la culture de ses habitants. Les relations avec le reste du quartier sont bonnes,
grâce aux initiatives d’animation et à la présence d’un bon nombre d’enfants, ce qui a
contribué à repeupler la zone.
L’expérience de Ponterotto à été réalisée par les sujets directement concernés, appuyés
par leur organisation.
Les quelques problèmes rencontrés sont, notamment :
difficultés liées à un certain racisme, plutôt politique et institutionnel que dans le
quartier concerné ; manque d’une législation de soutien des expériences novatrices ;
difficultés à accéder au crédit pour des sujets qui n’ont pas des propriétés.
Fiche reproductibilité
ELEMENTS SPECIFIQUES A REPRODUIRE
Création d’une coopérative de réhabilitation de logements publics pour répondre au
problème de logements de « mal-logés » d’origine étrangère. Les logements sont loués
prioritairement aux associés de la coopérative qui ont participé à la réhabilitation.
EXEMPLES EN REGION WALLONNE – Belgique
De nombreuses sociétés commerciales sont créées par des personnes d’origine étrangère
et ce dans tous les domaines. Certaines participent à l’amélioration des conditions de vie
des personnes étrangères et à la création d’une société multiculturelle. Comme par
exemple cette société de nettoyage industriel fondée par une personne d’origine Kurde,
qui travaille aussi bien pour le secteur public que pour le marché privé. Cette société
permet à de nombreux autres Kurdes de travailler et de faire vivre décemment leurs
familles. La qualité du travail accompli participe indirectement à la modification des
préjugés envers « les étrangers ».
Dans un autre secteur on peut aussi citer des expériences comme celles de la
coopérative d’alimentation Les abeilles. C’est une centrale d’achat liée à la
consommation qui propose à ses membres des aliments d’autres pays et d’ici. Ce qui
permet aux familles membres de se procurer des aliments en provenance de l’étranger à
moindre prix. Les parts qui sont détenues par des familles ne sont pas élevées, ce qui
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 238
permet à un maximum de personnes d’être membre. De plus, un des objectifs poursuivis
est de permettre aux membres de créer d’autres projets comme, par exemple, la mise en
place d’un service traiteur pour l’organisation de fêtes, mariages, …
Il y a beaucoup d’associations qui ont pour public les personnes d’origine étrangère.
Des guides les recensent, comme par exemple le Guide Social ou encore « Le répertoire
des associations africaines de Belgique » réalisé par l’association Le SONGE147.
Selon le Guide Social148 elles sont de trois types :
1. les organisations liées aux pays d’origine ;
2. les organisations du pays d’arrivée qui intègrent dans des structures préexistantes ou
non le public immigré ;
3. les organisations de l’imigration nées à l’initiative des personnes issues de
l’immigration menant une action de formation et de valorisation.
Différentes formations permettent d’acquérir les compétences pour mener à la création
d’entreprises ici ou dans les pays d’origine. Par exemple, les Régies de Quartier, les
Entreprises de Formation par le Travail (EFT), et autres organismes d’insertion et de
formation, accueillent aussi un public d’origine étrangère et participent à leur insertion
socioprofessionnelle. Des financements sont accordés, entre autres, par la Région
wallonne pour le travail avec les personnes d’origine étrangère149.
Quelques exemples :
¾ l’EFT «Quelque chose à faire» qui vise à optimaliser les chances d’insertion
socioprofessionnelle par des actions de formation de type général et professionnel
au niveau de la rénovation et de la construction dans le secteur du bâtiment ;
¾ l’Organisme d’Insertion SocioProfessionnel ENAIP à Liège, qui dispense des
formations en informatique et en graphisme. Il a favorisé la création d’un centre de
formation par un ex-stagiaire au Togo ;
¾ l’Organisme d’Insertion SocioProfessionnelle Le collectif des femmes150, qui
dispense des préformation et des formations (informatique, couture, gestion de
Petites et Moyennes Entreprises, …), a été créé pour répondre au besoin
d’encadrement des femmes des étudiants d’origine étrangère ;
¾ en 2000, la Confédération européenne des coopératives de production et de travail
associé des coopératives sociales et des entreprises participatives (CECOP)151 a
147
Soutien aux ONG à l’Est et au Sud. L’associatio, qui a une équipe dans 3 pays, soutien et renforce les
initiatives en matière d’association, organise des ateliers sur les préoccupations des associations, …
148
Le Guide Social, CPGADIM, Bruxelles, 1997, p.452
149
Notamment dans le cadre du Fonds d’Impulsion à la Politique de l’Immigration (FIPI)
150
Il prépare aussi les retour des femmes dans leur pays d’origine en leur donnant des formations
adaptées.
151
Objectifs principaux : représentation des intérêts des coopératives de travailleurs, des coopératives et
entreprises sociales, des entreprises participatives et de la participation des travailleurs auprès de l’union
européenne, la stimulation du développement coopératif économique et social, la création de partenariats
et de réseaux, le transfert d’informations.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 239
organisé une formation à la création d’entreprises sociales à destination de chômeurs
d’origines italiennes.
ELEMENTS DE REPRODUCTIBILITE
Deux axes sont ici développés : le travail des personnes d’origine étrangère et l’aide aux
petites entreprises.
1. L’occupation de travailleurs étrangers fait l’objet de divers textes législatifs. La
Région est compétente, notamment, pour la délivrance : des permis travail152 ;
d’autorisation d’occupation et d’autorisation provisoire d’occupation à l’employeur
qui souhaite engager un travailleur étranger. En ce qui concerne le statut
d’indépendant la loi demande que les personnes étrangères153 soit titulaires d’une
carte professionnelle.
Un avis de la Commission pour l’intégration des populations d’origine étrangère
(CIPOE)154 du Conseil économique et social de la Région wallonne (CESRW)155
fait état de divers problèmes juridiques, administratifs et pratiques et demande la
simplification administrative en matière de demande d’autorisation ou de permis de
travail et une législation coordonnée et harmonisée avec les différents niveaux de
pouvoirs belges156. Au niveau fédéral, le Conseil supérieur de l’emploi (CSE)
abonde dans le même sens puisque dans son avis sur la politique communautaire en
matière de migration et la mise en œuvre de la stratégie européenne de l’emploi, il
stipule qu’il est urgent d’intégrer les personnes d’origine étrangère sur le marché du
travail en leur offrant enfin des conditions de travail satisfaisantes157
Un des objectifs poursuivis par la Région est « d’ouvrir aux personnes étrangères ou
d’origine étrangère la possibilité d’être actrices de leur propre intégration »158. Les
différents acteurs de la politique d’accueil et d’intégration des personnes issues de
l’immigration, comme la Direction générale pour l’action sociale et la santé
(DGASS) et la Direction interdépartementale d’intégration sociale (DIIS), y
contribuent.
L’insertion socio-professionnelle des personnes issues de l’immigration est
particulièrement ciblée par l’action régionale159. Notamment via : les Centre
152
Il y a 2 modèles de permis et 23 cas de dispense de permis. La Belgique est liée par un accord ou par
une convention avec différents pays en matière d’occupation de travailleur.
153
Des dispenses existent pour certaines catégories d’étrangers.
154
Il rassemble des représentants des interlocuteurs sociaux et les responsables des centres régionaux pour
l’intégration et d’associations.
155
Le CESRW : exerce les missions d’étude, d’avis et de recommandation sur toutes les matières de
compétence régionale ; organise la concertation entre les interlocuteurs sociaux et le gouvernement ; gère
le secrétariat des commissions consultatives. Il a, notamment, édité un « Dossier sur la multiculturalité :
un atout pour l’entreprise ».
156
http://www.cesrw.be/activites/avis/A611.htm
157
BMT, Avis du CSE sur la migration et l’emploi : une réponse partielle aux problèmes du marché du
travail , Alter Echos, n°103, 17 août 2001, pp.9-10
158
BMT,CGD,TLE, Nouvelles perspectives pour les six CRI wallons et pour le FIPI, Alter Echos, n°98,
21 mai 2001, pp.6-8
159
Politique d’intégration en Belgique, Centre pour l’égalité des chances, 1999
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 240
régionaux d’intégration des personnes étrangères ou d’origines étrangères (CRI)160 ;
le Forem161 qui coordonne plusieurs projets de formation (par exemple des
formations pour les allochtones dans les métiers liés à l’exportation), de
sensibilisation des employeurs (par exemple en matière de lutte contre les
discriminations à l’embauche, de diffusion de brochures, …
Dans le cadre de son action de lutte pour l’intégration des familles étrangères, 21%
des prêts du Fonds du logement des familles nombreuses de Wallonie sont accordés
aux familles de nationalité étrangère en 2000162.
2. Concernant les petites entreprises, le Ministre wallon de l’économie a signé, en
2001, une déclaration163 en faveur des Petites et Moyennes Entreprises
reconnaissant l’importance des petites entreprises et le fait qu’il existe encore trop
d’obstacles à leur création et à leur croissance.
Deux exemples d’obstacles :
1. le manque de valorisation des ressources et compétences des étrangers164. Selon une
étude de l’Institut de recherche et de formation et d’action sur les migrations
(Irfam), 40% des Africains vivant en Wallonie sont universitaires or seuls 10%
d’entre eux sont engagés selon leur compétence. Comme réponse, la Région projette
de créer une agence de développement des compétences et une formation destinée
aux Africains avec des modules sur la gestion et la création d’entreprises, …165. Le
programme d’aide au retour volontaire et à la réinsertion positive de l’ONG
Coordination et Initiatives pour les Réfugiés et Etrangers (CIRE) permet à des
demandeurs d’asile et personnes sans papiers, mais… pour créer une petite
entreprise dans leur pays d’origine.
2. les problèmes de concurrence, notamment au niveau de l’accès au marché public
d’un montant maximum de 5,5 millions pour les entreprises d’économie sociale et
d’insertion qui est prévu par une loi de 1999. Le secteur de la construction estime
160
Il existe en Wallonie 6 centres régionaux d'intégration dont les actions "sur le terrain" sont adaptées à
la situation locale :
• Centre régional d'intégration de Charleroi (C.R.I.C.)
• Centre d'action interculturelle de la région du centre (Ce.R.A.I.C.) à Trivières
• Centre régional d'intégration pour les personnes étrangères ou d'origine étrangère de Liège
(C.R.I.P.E.L.)
• Centre interculturel de Mons-Borinage (C.I.M.B.)
• Centre d'action interculturelle de la province de Namur (C.A.I.)
• Centre régional de Verviers pour l'intégration des personnes étrangères ou d'origine étrangère
(C.R.V.I.)
161
Organisme public régional de formation et de placement
162
Fonds du logement des familles nombreuses de Wallonie, Rapports annuels, mai 2001, pp.67-70
163
En commun avec le ministre britannique de la compétitivité et de l’énergie en vue du sommet de
Stockholm - http://www.ucm.be/ua/0109/belgo.htm
164
Certains services n’ont pas attendu ce constat et valorisent la connaissance des langues des personnes
d’origine étrangères, comme par exemple le Service d’accompagnement interculturel de Verviers. Service
mis en place par le Centre régional de Verviers pour l’intégration qui offre un accompagnement des
personnes d’origine étrangère dans leur parcours d’insertion socio-professionnelle – SLS, Le CRNI
professionnalise l’accompagnement interculturel, Alter Echos, n°83, 9 octobre 2000, pp.14-15
165
Virginie Gofflot, Des mesures pour moins de discrimination, Traverses, n°166, juin 2001, p.18
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 241
qu’il y a concurrence déloyale parce que les asbl bénéficient déjà de subventions
pour les stagiaires et les encadrants166 notamment.
Au niveau européen, l’article 2 de la décision du Conseil relative à un programme
pluriannuel pour les entreprises et l’esprit d’entreprise, en particulier pour les petites
et moyennes entreprises, stipule qu’il faut « simplifier et améliorer l’environnement
administratif et réglementaire des entreprises notamment pour favoriser la
recherche, l’innovation et la création d’entreprises »167.
La Charte européenne des petites entreprises168 adoptée par le Conseil des affaires
générales le 13 juin 2000 et approuvée par le Conseil européen des 19-20 juin 2000
stipule que « les petites entreprises doivent être considérées comme l’un des
principaux moteurs de l’innovation, de l’emploi ainsi que de l’intégration sociale et
locale en Europe ».
L’avis du Comité économique et social sur la Charte rappelle que « les petites
entreprises (…) jouent un rôle (…) en tant que premier laboratoire de formation et
d’éducation au travail et au savoir pratique ». Qu’ « il y a lieu de favoriser et de
soutenir (…) l’accès des petites entreprises à la formation, (…), à la recherche et à
l’innovation (…) » et que « les politiques publiques doivent faciliter l’accès au
marché des petites entreprises (…) en soutenant les mouvements associatifs qui
opèrent dans le domaine économique »169.
La commission dans le cadre de sa politique de l’emploi, a reconnu l’importance de
l’économie sociale en tant que laboratoire confirmé de création d’emploi170.
Les législations ont dû s’adapter au nouvel esprit d’entreprise créé par les
entreprises sociales. Par exemple, en 1991 l’Italie a adopté une loi sur les
coopératives sociales, et en 1995 la Belgique a institué la société à finalité sociale
(surtout basée sur l’insertion professionnelle de personnes exclus du marché du
travail)171. La France a créé, en mai 2001, un nouveau statut coopératif : la société
de coopérative d’intérêt collectif (SCIC) pour permettre, notamment, de mutualiser
les moyens de plusieurs entreprises au niveau régional et d’associer à la gestion du
projet les bénévoles, les usagers, les salariés, ainsi que d’autres parties prenantes172.
166
SDR, Accès au marché publics : la justice donne raison à 1001 choses à faire, mais d’autres obstacles
subsitent, Alter Echos, n°92, 26 février 2001, pp.11-12
167
http://europa.eu.int/eur-lex/fr/lif/dat/2000/fr_300D0819.html
168
disponible sur : http://www.cordis.lu/itt/itt-fr/01-1/policy01.htm
169
Avis du Comité économique et social sur la « Charte européenne des petites entreprises », 24 mai 2000
170
Charte de REVES sur http://www.revesnetwork.nt/Pages/politi.htm
171
La SFS est une société à vocation sociale dont les bénéfices sont affectés à la réalisation du but social
poursuivi. Elle doit être constituée sous forme de société commerciale (société coopérative, société
anonyme, …). La SFS est une caractéristique que peuvent adopter les sociétés commerciales. Plus
d’information sur le site : http://www.econosoc.org/legislation
172
http://www.resoscope.org/scic
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 242
QUELQUES REFERENCES ET ADRESSES UTILES
Sur Coralli
¾ Habitat International Coalition, Building the city with the people, Mexico, 1997,
pp.184-186
¾ Projet Coraux. Vers un réseau européen multiculturel pour le respect du droit à
habiter, DPH Documents de travail n°59, p.75
¾ Loi du 8 novembre 1991, n.381 – Réglementation des Coopératives sociales
ORGANISMES
Internationaux
¾ Habitat International Coalition (HIC) - Eldridge Jerry - HIC General Secretariat P.O. Box 34519 - Groote Schuur 7937 - South Africa – Tél. :0027214474704 Fax :
0027214474741 - E-mail: hic@mweb.co.za
¾ Site
du
Focal
point
Europe
d’Habitat
International
Coalition :
http://www.habitants.org
¾ Unione Inquilini – via Bettella, 2ter – Padova – Italie – Tél. : 00.39.049691771 –
Fax : 00.39.049617672 – E-mail : pad48@padovanet.it
¾ ADIE - L’association pour le droit à l’initiative économique (ADIE) finance la
création d’entreprises ou de micro-activités par des personnes sans emplois ou
étrangères qui n’ont pas l’accès au crédit des services bancaires traditionnels – rue
Delambre, 14 – 75014 Paris – France – tél. : 00.33.1.42185787 – fax :
00.33.1.43201950 – e-mail : adie@adie.org – site : http://www.adie.org
¾ CECOP – rue Guillaume Tell, 59/b – 1060 Bruxelles – Tél. : 025431033 – Fax :
025431037 – e-mail : cecop@cecop.org – site : http://www.cecop.org
¾ Réseau européen d’entreprises sociales d’insertion (RESI) – même adresse que
CECOP
¾ Réseau européen des villes et régions de l’économie sociale (REVES) – même
adresse que CECOP – Objectif principal : stimuler de nouvelles perspectives
d’emploi et un développement durable – site : http://www.revesnetwork.net
¾ European network of social integration entreprise (ENSIE) – même adresse que
CECOP
¾ Réseau d’universités et de centres de recherches sur l’émergence d’entreprises
sociales en Europe – L’émergence des entreprises sociales en Europe (EMES) –
site : www.emes.net
Belges
¾ Fédération des centres régionaux d’intégration – route de Gembloux, 500 – 5002
Saint Servais – Tél. : 081732240 – Fax : 081736001
¾ CIRE – rue du Vivier, 80 – 1050 Bruxelles – tél. : 026297722 – Fax : 026297733 ou
rue Darchis, 10 – 4000 Liège – tél. : 042301310 – Fax : 042301319
¾ Le SONGE - Claire Kupper - – rue du Pré, 94 – 1190 Forest – Tél. : 024747448 – Email : claire.kupper@msf.be
¾ Quelque chose à faire – rue de Monceau-Fontaine, 42/4 – 6031 Monceau-surSambre – Tél. : 071317852 – Fax : 071328740 – E-mail : qcaf@pi.be – Site :
www.qcaf.be.tf
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 243
¾ Les abeilles – Chaussée de Wavre, 504 – Hall 14 – Parc artisanal de Gastuche –
1390 Grez-Doiceau
¾ Collectif des femmes – Madeleine Niringiyimna – rue des Sports, 19 – Tél. :
010474769 – Fax : 010472984 – E-mail : collectif.femmes@swing.be
¾ ENAIP – quai Saint-Léonard, 44 – 4000 Liège – tél. : 042279085
¾ Le site http://www.econosoc.be - Econosoc est un site portail dédié à l'économie
sociale et au secteur associatif belge. Econosoc tire son nom du tiers-secteur que
nous représentons: l'ECONOmie SOCiale. La gestion du site est assurée par AGES
qui est à l'origine de cette initiative et assume le rôle de webmaster. Agence-conseil
en économie sociale - 22, rue de Steppes - 4000 LIEGE - Tél.: 04/227 58 89 - Fax:
04/227 58 13 - ages@skynet.be
¾ Région wallonne – Division de l’action sociale et des immigrés – avenue
Gouverneur Bovesse, 100 – 5100 Namur – Tél. : 081327351 – Fax : 081320409 –
E-mail : m.villan@mrw.wallonie.be
¾ CESRW – rue du Vertbois, 13c – 4000 Liège – Tél. : 042329811 – Fax : 042329810
– e-mail : cesrw@skynet.be – site : http://www.cesrw.be
Publications
¾ Françoise Lannoy, L’immigration en Belgique. Effectifs, mouvements et marché du
travail, Ministère fédéral de l’emploi et du travail, 2000
¾ De l’exclusion à l’insertion, DPH Passerelles, Ritimo/FPH, N° 3, octobre 1993,
pp.19-24
¾ Guides destinés à promouvoir l’accès des PME, des artisans et des entreprises à
finalité sociale aux marchés publics, Fondation Roi Baudouin, 2000 – Site :
http://www.kbs-frb rubrique Publications
Textes
¾ Loi du 30 avril 1999 relative à l’occupation des travailleurs étrangers – MB 21 mai
1999 et Arrêté royal du 9 juin 1999 – MB du 26 juin 1999
¾ Loi du 19 février 1965 relative à l’exercice par les étrangers des activités
professionnelles indépendantes et modification du 2 février 2001
¾ Région wallonne, Décret relatif à l’intégration des personnes étrangères ou d’origine
étrangère, 4 juillet 1996 – MB du 3 septembre 1996 p.23349 – site :
http://wallex.wallonie.be/cfr/00137-1000.htm
¾ Charte
de
petites
entreprises
–
site :
http://europa.eu.int/comm/entreprise/entreprise_policy/charter/charter_fr.pdf
¾ Tous les textes et formulaires en matière de travail des étrangers sont disponibles
auprès de la Direction de l’Emploi et de l’immigration – Place de Wallonie, 1 –
5100 Namur – Tél. : 081334310 – Fax : 081334322 – e-mail :
l.annoye@mrw.wallonie.be
–
site :
http://mrw.wallonie.be/dgee/dpe/dia/fr/formulaires_dgee/Emploi/txt.htm
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 244
FICHE 31 : Un partenariat de plusieurs acteurs permet
l’autoconstruction de 12 logements par et pour des jeunes
sans abri et sans emploi : le projet Sound Image
AUTEURS DE LA FICHE
Anna Mc Gettigan et Michèlle Christophe - The community self build agency (Londres)
AUTEUR MORAL
The community self build agency
40 Bowling Green Lane
London EC1R0NE
United Kingdom
Tél. : 00.41.20.74157092
Fax : 00.41.20.74157142
MOTS-CLES
<lutte contre l’exclusion> <insertion par le logement> <insertion professionnelle>
<jeune> <autoconstruction du logement> <sans abri> <habitat bois> <relation emploi
logement> <formation> <coût du logement> <échange d’expériences>
FICHE PROJET
CONTEXTE
Dans les années 60, l’architecte Walter Segal développe une nouvelle approche pour
permettre aux personnes sans qualifications de construire leur propre logement. Il
propose une méthode de construction en bois destinée aux personnes en recherche de
logement et sans qualification en matière de bâtiment.
La première expérience fut initiée en 1978 à Londres (Lewisham) sur les terrains d’une
municipalité londonienne pour des familles à bas revenus, ensuite d’autres ont suivi
comme celui de Zenzele (ce qui signifie l’abri en Swahili) à Bristol (sud ouest de
l’Angleterre).
Ce genre de méthode s’adapte à divers publics (récemment, des maisons ont été
autoconstruites par et pour des personnes handicapées physiques).
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 245
Des agences pour promouvoir l’autoconstruction ont été fondées, comme, par exemple :
Walter Segal self build trust (1987) ; Community self build agency (1989); Young
builders trust (1994).
Un manuel pratique détaillé pour les candidat à l’autoconstruction a été publié en 1974
par la National Federation of Housing Associations (organisations sans buts lucratifs
indépendantes dont le but est de fournir des logements sociaux aux personnes dans le
besoin).
De nombreuses Housing association ont promu l’autoconstruction, notamment en
apportant un financement. La Housing corporation a créé une organisation
indépendante, en 1989, la Community self build agency pour promouvoir et conseiller
sur l’autoconstruction.
Les autorités locales et les autorités « plannificatrices » n’ont pas toujours accepté
l’emploi de ce genre de technique. Mais avec l’augmentation des expériences positives,
il est devenu plus facile d’obtenir l’approbation pour un nouveau projet. 60 des 600
autorités locales soutiennent l’autoconstruction. Certaines petites localités n’ont ni les
terrains, ni les ressources pour la soutenir.
De tels concepts ont aussi été développés dans d’autres pays, comme, par exemple au
Canada ou encore en Suède où la ville de Stockolm avait un département
d’autoconstruction actif depuis 1920.
HISTORIQUE DU PROJET
Durant l’été 1991, The Community Self Build Agency (CSBA)173 a proposé à une
Housing Association locale, la Paddington Churches (PCHA)174 de développer un projet
d’autoconstruction incorporant une formation.
Un architecte qui avait une expérience dans le domaine de l’autoconstruction fut
engagé et un groupe de coordination du projet fut mis en place.
Peu après, la PCHA demanda avec succès un financement à la Housing Corporation.
Des discussions furent initiées avec les autorités communales de la planification.
Une collaboration avec un organisme de formation fut conclue car il offrait la possibilité
d’obtenir un diplôme (National Vocational Qualification - NVQ) dans certains métiers
du bâtiment. Un entrepreneur fut choisi et un chef de projet recruté.
Un terrain dans la commune de Brent fut choisi.
Des jeunes gens de 16-25 ans sans emplois et en besoin de logements furent approchés
et une première réunion eut lieu en août 1992. L’objectif était de recruter des
autoconstructeurs reflétant la composition sociale et culturelle de l’endroit. Des femmes
et des personnes des minorités ethniques étaient recherchés.
Un projet achevé fut visité à Brighton.
173
Promeut le concept d’autoconstruction et fournit des conseils pour des projets incluant des jeunes sans
emplois. L’agence encourage l’échange de bonnes pratiques via des forums, formation et initiation de
nouveaux projets.
174
Fournit des maisons pour les personnes défavorisées dans l’Ouest de Londres depuis plus de 30 ans.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 246
PCHA approuva le principe que les loyers devaient être plus bas (diminution de 20%)
que les loyers normaux en reconnaissance du travail réalisé.
En mars 1993 le projet de départ dû être modifié car, selon les autorités planificatrices,
il nétait pas conforme au Plan de Développement. De plus, quelques habitants
s’opposèrent à l’installation de jeunes sans-abri dans leur quartier. Finalement un accord
fut conclu pour un bâtiment de 3 étages à ossature bois avec 12 appartements.
Les autoconstructeurs choisirent leur nom : Sound Image.
En septembre 1993, la formation débuta et les travaux commencèrent en novembre.
OBJECTIFS DU PROJET
Principal :
Fournir un logement à de jeunes gens sans-abri, combiné à une formation.
Autres :
être reconnu (notamment via la participation) de certains groupes (minorités ethniques,
femmes, …) et briser les barrières de sexe, culture, classe et autres ;
acquérir une habilité, une expérience en construction et une confiance en soi (ce qui a
une incidence sur d’autres aspects comme la recherche d’un travail par exemple) ;
créer un avenir différent pour des gens avec des projets mais sans moyens ;
apprendre à travailler en groupe.
Ce projet démontre, qu’avec une bonne méthode, des jeunes gens (ici sans abri et sans
emplois) peuvent être motivés et faire plus pour eux-mêmes et que l’autoconstruction
peut être développée et finalisée en un très court temps.
POPULATION CONCERNEE
2 femmes dont une d’origine africaine et 10 hommes dont 4 d’origine africaine et deux
d’origine irlandaise.
MONTAGE FINANCIER
Housing Corporation pour la construction.
North West London Training & Entreprise Council pour la formation.
PARTENAIRES DU PROJET
Un certain nombre de partenaires furent invités à participer afin de donner toutes les
chances de succès au projet :
The Community Self Build Agency (CSBA)
Paddington Churches Housing Association (PCHA)
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 247
Project manager Kenneth Claxton
Jex construction (entrepreneur)
Kilburn Skills (formation en plomberie, peinture, charpenterie,…)
Llewellyn Homes Ltd (entreprise de construction bois)
Chambers Goodwin Associates (architecte)
North West London Training & Enterprise Council (financement d’un
formateur)
Housing Corporation (financement)
DEROULEMENT DU PROJET
Les travaux débutèrent en novembre 1993.
Les autoconstructeurs devaient être présents tous les jours de la semaine dont un jour
dans le centre de formation et les autres sur le chantier.
Il y avait 3 personnes responsables sur le chantier qui avaient des relations assez
proches avec les autoconstructeurs :
1. le Team Worker dont le rôle était de garder la motivation, de faire attention à ce que
les autoconstructeurs viennent aider et encourager à résoudre les problèmes. Elle
assurait aussi le lien entre les « autorités » et les autoconstructeurs. Elle obtint,
notamment : une diminution de loyer de la part de PCHA ; que chaque logement
dispose d’une machine à laver, d’un frigo et d’un four et que les autoconstructeurs
reçoivent un bon déjeuner ;
2. le Training Coordinator était responsable d’assurer le lien entre la formation et le
travail sur le site ;
3. le Site Supervisor devait s’assurer que chacun soit présent et par après participa à la
formation sur le site en montrant ce qui devait être fait dans certains cas.
Des sous-traitants furent impliqués pour effectuer des travaux que les autoconstructeurs
n’étaient pas censés faire.
Les autoconstructeurs rentrèrent dans leur logement en octobre 1994
3 mois après, seuls 3 autoconstructeurs avaient trouvé du travail. Mais deux ans après, 5
personnes travaillaient et 6 avaient repris d’autres formations.
C’est le premier projet d’autoconstruction, avec de jeunes personnes sans logements et
sans travail, achevé à Londres.
Fiche reproductibilité
ELEMENTS SPECIFIQUES A REPRODUIRE
Création d’un partenariat pour permettre à des jeunes sans emplois et sans abris de
répondre à leur problème de logement via l’autoconstruction de leur habitat.
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 248
EXEMPLES EN REGION WALLONNE – Belgique
L’autoconstruction175 n’est pas une pratique nouvelle. En zone rurale, on la pratique
depuis toujours. Les exemples de maisons privées autoconstruites ne manquent pas et
que ce soit en briques, en bois cordé (par exemple l’Ermitage des moines franciscains à
Fexhe-le-Haut-Clocher a été réalisé en autoconstruction176), en bois, …
Des sociétés promeuvent l’autoconstruction. Par exemple, depuis une dizaine d’année,
la société Biospeedhome offre la possibilité de participer au montage de sa maison en
bois. Il faut 5 semaines pour construire en atelier le kit des différentes parties et trois
jours de montage (12 personnes pour monter une maison de 150 à 200m² habitables).
A Louvain-la-Neuve, dans le quartier de la Baraque on trouve quelques exemples
d’habitats autoconstruits « non standards ». Et notamment :
9 des bulles géodésiques : double structure sphérique décomposée en triangles par des
tubes métalliques, protégée des intempéries par une bâche et isolée intérieurement
par de la frigolite recouverte de plâtre. L’espace intérieur hémisphérique est percé
de fenêtres triangulaires ;
9 des serres : anciennes serres à raisin récupérées, démontées et remontées sur le site.
Elles ont été réaménagées et adaptées en habitat avec des tôles ondulées, des
ardoises, du bois, … ;
9 on peut aussi y trouver des maisons en bois, des maisons en terre-paille, en brique
de terre,…177
Brugelette, dans le Hainaut, accueille un projet pilote en matière de relogement de
résidents permanents de campings. La société d’habitations sociales Habitat du pays
vert et Solidarités Nouvelles, en accord avec la Société wallonne du logement et le
Gouvernement wallon, ont développé une alternative entre le logement social -dont
beaucoup de résidents ne veulent pas- et le camping, qui est perçu comme socialement
défavorable. Une 10aine de résidents permanents de campings seront associés à la
conception de logements sociaux. Ces logements en habitat groupé, seront dans un
milieu rural et un environnement ouvert. Dans un premier temps les logements seront
loués. Après un certain temps, une possibilité de location achat sera envisagée.
Quelques sources d’informations sont disponibles. Par exemple :
sur le site http://livios.be on peut trouver une initiation sommaire, mais complète au
processus de construction (informations sur les formalités financières dont entre autres
les diverses primes existantes et administratives, les avantages et inconvénients des
différents modes de construction, les matériaux, l’architecte, la construction en bois et
autres techniques alternatives, …) ;
le site http://www.houseonline.be/fr propose une base de données pour « celui qui
envisage de construire, transformer, rénover, ou aménager sa maison » (informations
juridiques, conseils, matériaux, , les techniques, …
175
Construction réalisée en tout ou en partie par l’usager.
Exemple cité sur http://www.inti.be/ecotopie/boiscord.html #bref
177
Dan bernfeld et Jean-François Mabardi, L’habitat groupé autogéré au Bénélux et en Europe, Habitat et
Participation-Fondation Roi Baudouin, 1984, pp.62-63
Pascale Thys et Colette Berger, Des habitants « baraqués », Habitat et Participation, 1992
176
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 249
ELEMENTS DE REPRODUCTIBILITE
L’autoconstruction apparaît comme une des formes les plus abouties de la prise en main
par l’habitant de la production, et plus généralement, de la destinée de son habitat. Elle a
deux causes principales : la pénurie de logement et la situation économique du groupe
ou de la personne 178.
Elle est un moyen efficace de lutte contre l’exclusion, de plus cela permet de
personnaliser son logement, de choisir les matériaux, d’installer les systèmes d’énergie
souhaités, de faire certaines économies au niveau de la main d’œuvre, …
Pour Habitat Convivial : « l’autoconstruction doit être un moyen pour le citoyen de
retrouver la maîtrise de l’accès à une authentique forme d’habitat en y incluant dès le
départ sa propre symbolique, sa personnalité et son esprit créatif en toute
indépendance, en favorisant les actions d’entraide et de coopération et en suscitant une
relation nouvelle de l’habitant avec son environnement : voisins, quartiers, cités, etc.
Elle favorise une citoyenneté participative et responsable»179.
L’autoconstruction doit faire face à quelques obstacles (par exemple : accès à la
propriété, matériaux provenant d’ailleurs, législation, …).
En matière d’urbanisme, le parcours est balisé. Pour toute construction il faut entre
autres :
9 des certificats d’urbanisme (qui donnent le statut urbanistique du terrain et la nature
des travaux) ;
9 un permis d’urbanisme qui parfois demande la tenue d’une enquête publique.
On ne peut pas construire n’importe où et n’importe quoi. Il faut respecter certaines
règles. Et notamment :
¾ les 23 Plans de secteur qui couvrent l’ensemble du territoire de la Région, qui, avec
force réglementaire, déterminent la destination des différentes zones urbanisables ou
non (certaines zones sont réservées à l’habitat) ;
¾ les plans communaux d’aménagement, qui donnent des précisions quant à
l’aménagement des lieux) ;
¾ les plans de lotissement, dans certains cas ;
¾ des règles comme le Règlement général sur les bâtisses en site rural (RGBSR) qui
concernent quelques 70 villages et détermine la hauteur, la forme, l’aspect de la
façade,… ;
¾ …
Il faut faire appel à de nombreux corps de métier, comme, par exemple, un notaire, un
géomètre, un architecte, un entrepreneur, …
178
179
Manuel d’accompagnement de l’exposition Habitat et Participation, p.89, 1985
Charte d’Habitat Convivial
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 250
Dans l’état actuel de la législation en matière de chômage il n’est pas possible pour un
chômeur180 ni de construire sa maison, ni d’aider d’autres personnes à construire leur
habitation. C’est une activité incompatible avec le statut puisqu’il serait alors
indisponible pour le marché de l’emploi. De plus il y aurait concurrence avec les
entreprises. La situation est différente s’il s’agit de modifications dans sa propre maison
(gestion normale de ses biens).
Et pourtant l’autoconstruction est un outil à utiliser dans la lutte contre l’exclusion
sociale. Quelques avancées au niveau des associations et du secteur public pourraient
aider à améliorer la situation :
¾ l’expérience d’intégration de clauses sociales dans des marchés publics181 ;
¾ les commentaires des articles 198 et 199 du Code du logement font état de
« l’octroi de subventions à des asbl développant des nouvelles techniques de
construction de logements » ;
¾ les expériences d’autoconstruction en Amérique latine (par exemple les mutiroes182
au Brésil) nourrissent aussi des projets wallons. Par exemple des personnes mal
logées de Charleroi se sont rendues au Brésil pour échanger leurs expériences,
notamment, en matière d’habitat avec des paysans sans terre. Les initiatives de
mutiroes se rapprochent par bien des points de celles développées par l’expérience
de Sans Abris Castor, qui permet à des personnes mal logées de rénover leurs futurs
logements183.
QUELQUES REFERENCES ET ADRESSES UTILES
ROYAUME UNI
Sur l’expérience
¾ « We’re all in it together ». young people and their partners from the Sound Image
self-build project share their experience of building 12 flats, PCHA, Londres, 1997
Sur l’autoconstruction
¾ Noël Cannat, Bristol, l’autoconstruction, c’est l’avenir pour les jeunes immigrés
sans emploi, dans DPH, 150 fiches pour des dynamiques et des idées en matière de
politique du logement en milieu urbain, FPH, France, 1994, p.29 –
http://www.webdph.net , fiche DPH : DPH.V200
¾ Les sites :
¾ http://firewall.unesco.org/most/westeur.8.htm
http://www.ppmagazine.co.uk/octfeat2.html
¾ http://www.selfbuild-scotland.org.uk/faq/research/tg3.pdf
180
Il pourrait y avoir une dérogation en ce qui concerne les chômeurs âgés.
Décision du Gouvernement wallon du 28 novembre 1996
182
Autonstruction solidaire de maisons. Plusieurs personnes, familles se regroupent pour construire les
maisons de chacun.
183
David Praile, L’expérience du Brésil est devenue celle de toute une équipe, L’horloge du Sud n°13,
juin 2001, p.3, dans Traverses, n°166, juin 2001
181
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 251
¾ Pour une intégration globale par le logement et l’emploi, Igloo – projet pilote art.6
du FSE, Belgique, 1999
Sur l’autoconstruction en général
¾ Habitat convivial, asbl (objet : promouvoir un habitat de qualité dans un monde sans
exclus grâce à l’autoconstruction) – rue Duysburgh, 32 bis – 1090 Bruxelles – Tél. :
02.478.34.50 – e-mail : emedia@skynet.be – site : http://users.skynet.be/habitat
Sur l’autoconstruction de maisons en bois
¾ Société Biospeedhome – ZI de Vaux-Chavanne – 6960 Manhay – Tél. :
site :
086.45.51.24
–
e-mail :
biospeedhome@cobonet.be
http://www.biospeedhome.be
Autoconstruction – France
¾ Nombreuses informations sur les sites :
http://autoconstruction.free.fr
http://www.castors.asso.fr
Divers
¾ Commission de conciliation (Test-Achat - traitement souple des contentieux en
matière de construction et de rénovation) – Espace Jacquemotte – rue Haute 139 –
1000 Bruxelles
¾ Le site d’Ecotopie « dédié aux réalisations écologiques exemplaires harmonisant les
relations de l’homme avec son environnement naturel, social et culturel »:
http://www.inti.be/ecotopie
¾ Le site http://habiter-autrement.org et le livre Et si nous habitions autrement ?,
éd.Feuilles Familiales, Malonne, 2001
Publications
¾ Ritimo, Vivre en ville des stratégies pour les plus pauvres, DPH Passerelles, nr6,
août 1994
¾ Claude Micmacker, Manuel de la construction rurale et alternative, éd.Surienne,
France, 1977
¾ Le mémento du castor. Comment construire, Confédération nationale des Castors,
France, 1985
¾ Groupe SCIC, Bâtir avec l’environnement. Maîtrise d’ouvrage et habitat collectif,
Ministère du logement, France, sd
¾ Frédéric Seutin, Recueil juridique et pratique pour construire sans problème, Je vais
construire. J’améliore ma maison
¾ Revues belges :
¾ Architrave, revue de la maison des architectes, Verviers
¾ Je vais construire. J’améliore ma maison, Lasne
¾ Tu bâtis je rénove, Bruxelles
Inventaire des pratiques innovantes en matière de lutte contre l’exclusion sociale – page 252
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising