PRECIS PRATIQUE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE

PRECIS PRATIQUE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE
HOSPITALISATION A DOMICILE
SOINS ET SANTE
PRECIS PRATIQUE DE SOINS
INFIRMIERS A DOMICILE
Sous la direction de
Odile Viennois-Marion
Directrice de l’H.A.D. – Soins et Santé
Sylvaine Seveignes
Directrice des Soins Infirmiers H.A.D. – Soins et Santé
©Soins et Santé
PREFACE
L’H.A.D. de Lyon a initialisé en 1997 une Démarche Qualité, pour préparer l’accréditation des établissements de
santé comme le prévoient les Ordonnances d’avril 1996.
Il est apparu incontournable au cours de l’auto diagnostic réalisé en novembre 1998, la nécessité de formaliser
les pratiques soignantes pour les rendre lisibles, claires, évaluables et évolutives.
Il a été décidé que l’équipe de cadres infirmiers pourrait mener à bien ce travail d’élaboration des standards
techniques propres à l’hospitalisation à domicile. Le projet a été placé sous la responsabilité conjointe d’un cadre
infirmier de Soins et Santé et d’un cadre formateur. Un plan de formation interne a été intégré dans les différentes
étapes de la démarche, pour apporter le soutien nécessaire et au moment opportun, à l’équipe des cadres
infirmiers.
Le système technique se situe au cœur du système de production de soins. Il est formalisé par les fiches
techniques, ou modes opératoires, et constitue le savoir faire de l’établissement. Les objectifs poursuivis sont de
plusieurs ordres :
• Définir une rigueur de travail qui assurera la pérennité de la qualité proposée au patient lors des prises en
charge au domicile,
• Rendre l’établissement moins vulnérable face aux diverses difficultés d’organisation des soins qui peuvent surgir
en consignant par écrit les principaux savoir faire de Soins et Santé.
L’ensemble de ce travail a pour objectifs :
la formalisation de référentiels nécessaires à l’évaluation des pratiques soignantes.
l’évaluation de l’utilisation des outils professionnels par les infirmiers libéraux et salariés assurant les soins
infirmiers des personnes soignées à domicile.
l’évaluation des stratégies de mise en place et d’utilisation des outils professionnels infirmiers au domicile
des personnes soignées dans le cadre de l’hospitalisation à domicile de Lyon.
O. Viennois-Marion
Directrice
Le travail réalisé pour l’élaboration des fiches techniques de soins infirmiers à domicile est remarquable dans son
contenu mais aussi parce qu’il est le premier en son genre.
Ces protocoles confirment que l’Hospitalisation à Domicile est une véritable alternative à l’hospitalisation assurant
aux patients une qualité des soins réalisée au domicile, confirmée par le Comité de Lutte contre les Infections
Nosocomiales de Lyon et du Sud-Est.
Pour les médecins traitants, ce travail est l’assurance d’une prise en charge infirmière de qualité, notamment
lorsque le soin découle d’une prescription médicale spécifique. Un travail de même nature devrait être réalisé
ultérieurement dans le champ médical .
Eric Dubost
Médecin Coordonnateur de l’H.A.D.
L’élaboration de fiches techniques concernant les soins et la gestion de l’environnement prenant en compte la
sécurité des patients et des personnels est une composante de la prévention des risques infectieux. Ces fiches
techniques ont été élaborées dans le contexte du risque infectieux du domicile : un patient unique dans un lieu
unique.
Ces fiches techniques n’ont pas pour seule vocation de guider le professionnel dans la réalisation des gestes
techniques, elles peuvent également l’aider dans sa démarche de prise en charge de son patient, par les
éléments d’évaluation et de transmissions des données cliniques qu’elles proposent dans chaque situation de
soin.
L’élaboration du
suivante :
-
©Soins et Santé
référentiel professionnel spécifique à l’hospitalisation à domicile a suivi la méthodologie
Recherche bibliographique
Elaboration de la version n° 1 des fiches techniques
Test en situation de soins de l’ensemble des Fiches Techniques par les professionnels.
Conférence de consensus.
Rédaction de la version 2 : traitement des données recueillies pendant la phase de test.
Validation de la version 2 par le C.CLIN du Sud EST
La Mise en place des Fiches Techniques et l’auto évaluation de la qualité des soins :
Ce sont les professionnels libéraux ou salariés qui, après une phase nécessaire d’appropriation des fiches
techniques, conduiront cette démarche d’auto évaluation à l’aide de grilles d’évaluation spécifiques.
Cette phase d’auto-évaluation et de réflexion est l’élément central de la démarche d’élaboration des outils
professionnels. Elle repose sur le contrat moral établi entre le professionnel libéral et l’hospitalisation à domicile,
ou celui des infirmiers salariés de l’H.A.D.
Au cours de l’année 2000, un suivi de ce projet sera réalisé, en collaboration avec les professionnels libéraux et
salariés de l’HAD. Ce projet a notamment pour but d’intégrer les partenaires libéraux à la démarche qualité. Il va
permettre de constituer des groupes de travail par thème sur les grandes catégories de fiches techniques
élaborées.
Ce groupe projet validera les grilles d’évaluation qui seront ensuite utilisées pour l’évaluation de la qualité des
soins.
L’ensemble de ce travail de partenariat permettra à Soins et Santé d’élargir sa réflexion vers la rédaction d’un
référentiel professionnel spécifique à l’exercice infirmier au domicile.
Sylvaine Seveignes
Directrice des Soins Infirmiers
---------------Nous tenons à remercier tous ceux qui ont participé à l’élaboration de ce précis :
pour la rédaction des fiches techniques :
-
Monique DUPUY, ANAES
-
Odile BONNET, IFSI J. LEPERCQ CH St Joseph et St Luc – Lyon
-
Les cadres infirmiers de l’Hospitalisation à Domicile SOINS ET SANTE
-
Les infirmier(es) salariés ou libéraux ayant participé à la phase de test des Techniques de soins :
Suzanne BERLIOZ-PILOT – Alain MARGUIRON - Nathalie MOREAU - Thérèse PELESTOR - Paul
PEYRARD - Odile PICQ - Bernadette RENAUD - Sylvie RIGOLIER - Karine TAKES - Caroline VEILLON
-
le groupe de validation du Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Sud-Est :
⋅
Professeur Jacques FABRY, Président du C.CLIN Sud-Est Centre Hospitalier Lyon Sud
⋅
Madame Christine CHEMORIN, Cadre Supérieur de Santé Hôpital Edouard Herriot
⋅
Docteur BLANC BIMARD, Centre Hospitalier Universitaire – APM Equipe Opérationnelle d’Hygiène
Hôtel Dieu Marseille
⋅
Docteur HAJJAR, Centre Hospitalier Général Valence
⋅
Madame BLANCO, Infirmière Hygiéniste Centre Hospitalier Universitaire Montpellier
⋅
Madame VEYRE, Pharmacien Hôpital Nord Centre Hospitalier Universitaire St Etienne
⋅
Madame REAT, Cadre Hygiéniste Centre Hospitalier Lyon Sud
⋅
Docteur BOUCAUD, C.CLIN Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc
pour l’aide financière à la logistique :
-
Les laboratoires AGUETTANT, ANIOS, BARD, BAYER DIAGNOSTICS, BRAUN BIOTROL, COLOPLAST,
NESTLE, NOVARTIS, NUTRICIA, PHARMASET, RAFFIN, SIMS.
-
Les prestataires de matériel : BASTIDE LE CONFORT MEDICAL, HYGIENE MEDICALE, PRESENCE
MEDICALE.
©Soins et Santé
FICHES TECHNIQUES DE SOINS
1. Préparation et environnement des soins
01 - Préambule sur la conduite à tenir avant tout soin à domicile
02 - Protocole d’élimination des déchets issus d’activités de soins à domicile
03 - Technique de désinfection des mains à domicile
04 - Technique de lavage antiseptique des mains à domicile lors d’un soin aseptique
05 - Technique d’antisepsie cutanée à domicile
2. Soins d’hygiène et de confort
06 - Technique d’hygiène corporelle d’une personne soignée à domicile
07 - Technique de soins de bouche d’une personne soignée à domicile
08 - Soins préventifs d’escarres d’une personne soignée à domicile
09 - Technique de pose d’un étui pénien chez une personne soignée à domicile
10 - Protocole d’éducation et de surveillance de l’hygiène alimentaire d’une personne
soignée à domicile
11 - Soins d’hygiène oculaire d’une personne soignée à domicile
12 - Technique d’instillation de collyre chez une personne soignée à domicile
3. Soins et abord digestif
13 - Technique de pose d’une sonde nasogastrique chez une personne soignée à
domicile
14 - Technique de nutrition entérale et de surveillance d’une personne soignée à domicile
(âge > 1 an)
15 - Soins de sonde de gastrostomie ou de jéjunostomie d’une personne soignée à
domicile
16 - Surveillance du transit intestinal d’une personne soignée à domicile
17 - Technique de lavement évacuateur et goutte à goutte rectal chez une personne
soignée à domicile
4. Soins et abord respiratoire
18 - Technique de préparation et d’utilisation de l’aérosol chez une personne soignée à
domicile
19 - Installation de l’oxygénothérapie et surveillance de la personne soignée à domicile
20 - Technique d’aspiration trachéale chez une personne adulte soignée à domicile
21 - Soins quotidiens à une personne trachéotomisée soignée à domicile
22 - Technique de changement de canule de trachéotomie chez une personne soignée à
domicile
5. Soins et abord urinaire
23 - Technique de sondage urinaire évacuateur d’une personne soignée à domicile
24 - Technique de drainage urinaire clos d’une personne soignée à domicile
25 - Entretien et surveillance d’une sonde urinaire à demeure chez une personne soignée
à domicile
26 - Technique de prélèvement aseptique d’urine chez une personne à domicile porteuse
d’une sonde à demeure
27 - Technique d’ablation de sonde à demeure chez une personne soignée à domicile
6. Soins techniques
28 - Mesure de la glycémie capillaire d’une personne soignée à domicile
29 - Technique d’injection d’insuline chez une personne soignée à domicile
30 - Technique d’injection intra-musculaire chez une personne soignée à domicile
31 - Pansement de propreté chez une personne soignée à domicile
32 - Pansement de plaies chez une personne soignée à domicile
33 - Protocole de surveillance et d’arrêt d’une ponction évacuatrice d’ascite chez une
personne soignée à domicile
©Soins et Santé
7. Soins et abord veineux
34 - Technique de perfusion par voie sous-cutanée chez une personne soignée à domicile
35 - Technique de pose et d’entretien d’un cathéter court chez une personne soignée à
domicile
36 - Technique de pose de perfusion sur voie veineuse périphérique chez une personne
soignée à domicile
37 - Technique d’entretien d’une voie d’abord chez une personne soignée à domicile
38 - Technique de réfection d’un pansement de voie veineuse centrale chez une personne
soignée à domicile
39 - Technique de réfection d’un pansement de voie veineuse centrale avec changement
de prolongateur chez une personne soignée à domicile
40 - Technique de pose de perfusion et d’injection sur voie veineuse centrale chez une
personne soignée à domicile
41 - Technique d’utilisation et d’entretien d’une chambre implantable chez une personne
soignée à domicile
42 - Technique de préparation d’une poche d’alimentation parentérale à domicile
43 - Technique de branchement d’une poche d’alimentation parentérale sur voie veineuse
centrale chez une personne soignée à domicile
44 - Technique de débranchement d’une poche d’alimentation parentérale sur voie
veineuse centrale chez une personne soignée à domicile
8. Soins et chimiothérapie
45 - Technique de préparation d’une chimiothérapie anti-cancéreuse chez une personne
soignée à domicile
46 - Technique d’administration d’une chimiothérapie anti-cancéreuse chez une personne
soignée à domicile
1. Nouvelles fiches techniques
47 - Conduite à tenir lors de l’hospitalisation a domicile d’un patient suspect de maladie de
Creutzfeldt-Jacob
48 - Conduite a tenir lors de l’hospitalisation a domicile d’un patient atteint de gale
49 - Technique d'irrigation vésicale chez une personne soignée à domicile porteuse d'une
sonde à demeure
50 - Technique de prélèvement de sang sur une voie veineuse centrale chez un patient
traité à domicile
51 – Technique de réalisation d'une hémoculture chez un patient soigné à domicile
52 – Technique de mise en culture d'une voie veineuse centrale chez un patient traité à
domicile
53 – Technique de mise en culture d'une sonde à demeure chez un patient traité à
domicile
54 - Technique de change de sonde de cystostomie chez une personne soignée à
domicile
©Soins et Santé
GRILLES D’AUTO-EVALUATION
©Soins et Santé
01
PREAMBULE SUR LA CONDUITE A TENIR POUR TOUT SOIN A DOMICILE
Objectif :
Assurer les soins avec les règles d’hygiène et respecter les règles définies par les fiches techniques.
Matériel :
-
blouse non tissée (à changer en moyenne 3 fois/semaine)
bassin réniforme
savon liquide
compresses non stériles
alèses à usage unique
essuie mains à usage unique
gants à usage unique
container à déchets pour objets piquants tranchants FT 2
solution antiseptique pour les mains
Recommandations :
Pour garantir une bonne sécurité, il est important de savoir choisir pour chaque situation la mesure adaptée au
risque.
Trois éléments sont à prendre en compte pour évaluer le risque potentiel de transmission d’infection :
. la sensibilité des patients aux infections
. le niveau d’asepsie requis par les soins
. le niveau de contamination des mains qui est fonction du geste antérieurement réalisé.
Ces éléments conduisent à classer le risque en trois niveaux :
Niveau de
risque
Bas
(BAS)
Intermédiaire
(INTER)
Haut
(HAUT)
©Soins et Santé
Procédures
Lavage simple ou traitement
hygiénique des mains par
friction
Lavage hygiénique ou traitement
hygiénique des mains par
friction
Lavage chirurgical ou
désinfection chirurgicale des
mains par friction
Indications
Prise de service/fin de service
Gestes de la vie courante
Activités hôtelières
Contact avec peau saine
Après tout contact avec patient en isolement septique
Avant réalisation d’un geste invasif : KT veineux,
sondage urinaire…
Avant tout contact avec patient en isolement protecteur
Avant tout acte chirurgical
Avant tout geste nécessitant une asepsie de type
chirurgical : pose KT central…
01
Méthode :
Avant le soin :
consulter le dossier
prendre connaissance des protocoles de soins
s’assurer du matériel présent au domicile
nettoyer et décontaminer avec détergent/désinfectant de surface le plan de travail
enfiler la blouse non tissée
se laver les mains FT 3
expliquer le soin à la personne soignée et à l’entourage
veiller au confort de la personne soignée et l’installer de façon adaptée à la réalisation du geste prévu
Pendant le soin :
appliquer la technique de soin déterminée
Après le soin :
réinstaller la personne soignée
évacuer les déchets FT 2
enlever la blouse
se laver les mains FT 3
en cas de risque infectieux, on effectuera un lavage antiseptique des mains pour prévenir tout risque de
contamination manu portée FT 4
transmettre les informations recueillies lors des soins sur le dossier de soins présent au domicile de la personne
soignée
utiliser le système informatique ou télématique pour transmettre les changements observés dans l’état de la
personne soignée
contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Evaluation - transmissions :
♦
♦
♦
Sur le dossier de soins :
noter l’aspect de la plaie et le geste curatif réalisé
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’aspect de la peau
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire.
Texte réglementaire :
Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : Juin 2006 – Version n°2
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
02
PROTOCOLE D’ELIMINATION DES DECHETS
ISSUS D’ACTIVITES DE SOINS A DOMICILE
Objectif :
Assurer l’élimination des déchets issus d’activités de soins dans les conditions d’hygiène et de sécurité définies dans
la réglementation en vigueur.
Protéger le personnel de soin, les agents chargés de l’élimination des déchets et l’environnement de toute
contamination.
Matériel :
-
récupérateur à aiguilles
caisses en carton de 23 l et de 50 l
fûts plastique de 30 l et de 50 l
Recommandations :
Le producteur de déchets d’activités de soins a la responsabilité d’identifier les déchets qui doivent suivre la filière
d’élimination des déchets d’activités de soins à risques infectieux.
Définitions :
Les déchets à éliminer systématiquement par la filière des déchets à risques infectieux en raison de leur
nature :
-
-
les matériels ou matériaux piquants ou coupants, dès leur utilisation, qu’ils aient été ou non en contact avec
un produit biologique,
les flacons de produits sanguins à usage thérapeutique incomplètement utilisés ou arrivés à péremption, les
tubes de prélèvement de sang, les dispositifs de drainage. D’une manière plus générale, tout article de soins
et tout objet souillé par (ou contenant) du sang ou un autre liquide biologique (liquide pleural, péritonéal,
péricardique, amniotique, synovial,...),
les déchets anatomiques humains,
certains déchets de laboratoire (milieux de culture, prélèvements,...).
indépendamment de la notion de risques infectieux, tout petit matériel de soins fortement évocateur d’une
activité de soins et pouvant avoir un impact psycho-émotionnel (seringue, tubulure, sonde, canule, drain,
gant...).
Les déchets à éliminer par la filière des déchets à risques infectieux en raison de leur origine :
L’élimination de certains déchets d’activités de soins nécessite une évaluation au cas par cas pour décider de la
filière par laquelle ils seront éliminés :
soit la filière des déchets d’activités de soins à risques infectieux,
soit la filière des déchets ménagers et assimilés.
Cette décision repose sur la mise en œuvre ou non de mesures d’hygiène spécifiques pour un patient donné, ou un
groupe de patients, en fonction d’un statut infectieux avéré ou possible.
Les déchets ménagers et assimilés :
En application de ces principes, les couches pour enfants, les protections féminines et les protections pour
adultes incontinents sont à éliminer par la filière des déchets ménagers et assimilés sauf si un risque infectieux
existe.
©Soins et Santé
02
Méthode de collecte en fonction des moyens mis à votre disposition
par l’H.A.D. :
-
Recueillir dans le récupérateur à aiguilles les déchets coupants ou tranchants
(aiguilles, scalpels...).
-
Recueillir :
* les déchets à risques infectieux en raison de leur nature et de leur origine :
champs à usage unique
compresses
crachoirs
gants à usage unique
pansements
poches de drainage et d’irrigation
poches de sang et d’urine
prélèvements biologiques
* les petits matériels fortement évocateurs ayant un fort impact psycho-émotionnel :
seringues
tubulures
sondes
canules...
dans les fûts en plastique
·
de 50 l pour les patients HIV +
·
de 30 l pour les patients infectés+++
dans les cartons
·
de 23 l pour les patients recevant une chimiothérapie
·
de 50 l pour les patients ayant de gros pansements
-
Les fûts et les cartons sont collectés de façon hebdomadaire au domicile du patient
par un transporteur agréé.
-
Les récupérateurs à aiguilles fermés définitivement sont collectés par les livreurs de
Soins et Santé de façon hebdomadaire.
Texte réglementaire :
cf arrêté n° 95-005
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
03
TECHNIQUE DE DESINFECTION DES MAINS A DOMICILE
Objectif :
Eviter la contamination manuportée avant et après tout soin à domicile
Matériel :
-
savon liquide
essuie-main à usage unique
solution antiseptique pour les mains
Recommandations :
Avoir les ongles courts, sans vernis.
Enlever les bijoux.
Porter des gants ne dispense pas du lavage préalable des mains.
Utiliser une solution désinfectante ne remplace pas le lavage des mains.
Méthode :
Technique de lavage simple des mains :
-
dégager les avant-bras
-
mouiller les mains avec de l’eau tiède
-
verser une dose de savon dans la paume de la
main
-
faire mousser en se frottant les mains et insister
sur les espaces interdigitaux pendant 30 secondes
-
rincer abondamment pendant 30 secondes
-
sécher par tamponnements avec l’essuie-mains à
usage unique de l’extrémité des doigts vers le
poignet
-
fermer le robinet avec le dernier essuie-mains
utilisé
Désinfection hygiénique par friction (solution
antiseptique pour les mains) :
-
dégager les avant-bras
procéder sur des mains sèches et non lésées
mettre le produit pur dans le creux de la main
étaler soigneusement le produit sur les mains (face
interne, face externe, poignets)
insister sur les ongles et les espaces inter-digitaux
frotter les mains jusqu’à séchage de la solution
ne pas rincer
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
04
TECHNIQUE DE LAVAGE ANTISEPTIQUE DES MAINS A DOMICILE
LORS D’UN SOIN ASEPTIQUE
Objectif :
Eviter la contamination manuportée avant un geste aseptique et après un geste septique.
Matériel :
-
savon antiseptique
essuie-mains à usage unique stérile contenu dans le set de soins
Recommandations :
Avoir les ongles courts, sans vernis, et les avant-bras dégagés.
Enlever les bijoux.
Porter des gants ne dispense pas du lavage préalable des mains.
En fonction du niveau de risque, on peut proposer un lavage simple des mains au savon liquide + une friction avec
une solution antiseptique pour les mains. FT 1
Méthode :
-
dégager les avant-bras.
mouiller les mains avec de l’eau tiède.
verser une dose de savon antiseptique dans la paume de la main.
faire mousser en se frottant les mains en insistant sur les espaces interdigitaux pendant 1 minute et remonter
sur les avant-bras.
rincer abondamment pendant 1 minute.
sécher par tamponnements avec l’essuie-mains à usage unique contenu dans le set de soins, de l’extrémité des
doigts vers le poignet et les avant-bras
fermer le robinet avec le dernier essuie-mains utilisé.
s’il y a risque de contamination lors de la fermeture du robinet, surseoir à la fermeture ou le faire fermer par
quelqu’un d’autre.
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
05
TECHNIQUE D'ANTISEPSIE CUTANEE A DOMICILE
Objectif :
Réaliser l’antisepsie de la peau saine en 5 temps.
Matériel :
-
savon antiseptique (selon prescription)
solution antiseptique (selon prescription de la même gamme
que le savon)
eau stérile
compresses stériles
tampons stériles
Recommandations :
Aller du moins septique au plus septique.
Ne jamais revenir sur une zone déjà nettoyée à partir du rinçage et pour les temps suivants.
Noter sur chaque flacon la date d’ouverture et respecter le délai d’utilisation.
Ce protocole s’applique pour les peaux saines ; en cas de lésions cutanées ou de muqueuse, utiliser la gamme de
produits appropriés.
Méthode :
1.
nettoyer la peau avec les tampons stériles imbibés de savon antiseptique et d’eau stérile jusqu’à obtention
d’une mousse
2.
rincer à l’aide de compresses stériles avec l’eau stérile jusqu’à élimination totale de la mousse de la zone la
moins septique à la zone la plus septique sans jamais revenir sur la zone déjà traitée
3.
sécher à l’aide de compresses stériles
4.
appliquer l’antiseptique avec des tampons stériles
5.
attendre 2 minutes avant de recouvrir la peau
respecter le temps de séchage de l’antiseptique
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
06
TECHNIQUE D’HYGIENE CORPORELLE D’UNE PERSONNE SOIGNEE
A DOMICILE
Objectif :
Assurer les soins d’hygiène à la personne soignée dépendante à son domicile en sollicitant sa participation à chaque
fois que cela est possible.
Matériel :
Matériel de soin :
-
1 blouse non tissée
matériel soins de bouche si nécessaire
bassin réniforme
alèse
cellulose
savon liquide
gants à usage unique
Matériel personnel de la personne soignée :
-
2 serviettes
2 gants
1 cuvette
nécessaire à raser
peigne, brosse à cheveux
vêtements propres
brosse à dents + dentifrice
1 table
draps de rechange
Recommandations :
•
Savonner largement, rincer abondamment et sécher minutieusement (ceci pour toutes les étapes).
•
Solliciter la participation de la personne soignée et/ou de son entourage.
•
Si la personne soignée est souillée, réaliser un soin de siège avant de commencer la toilette.
©Soins et Santé
06
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
lavage simple des mains FT 3
-
protéger la literie pour chaque étape de la toilette
préparer l’eau tiède au dernier moment
laver le visage minutieusement
raser :
. si rasoir électrique, le rasage se fait avant de mouiller le visage
. si rasoir mécanique, laver le visage avant
procéder à l’hygiène dentaire
si soins de bouche FT 7
découvrir le patient progressivement
laver le torse et les bras
laver les membres inférieurs
changer l’eau pour la toilette génitale
laver largement en allant du plus propre au plus sale, du pubis à la région anale avec un gant de toilette à usage
unique
. pour la personne soignée porteuse d’une sonde FT 25
. pour la personne soignée porteuse d’un étui pénien FT 9
changer l’eau pour la toilette du dos et du siège
préparer la literie et le change complet si nécessaire avant de tourner la personne soignée
installer la personne soignée sur le côté
laver le dos
laver le siège, du plus propre au plus sale
effectuer systématiquement un soin préventif d’escarres : coudes, talons, sacrum, épaules, colonne vertébrale...
-
installer le change complet si besoin
tourner la personne soignée de l’autre côté afin de terminer la toilette et l’habiller
réinstaller la personne soignée dans la position choisie
coiffer les cheveux
ranger la cuvette et le matériel après les avoir lavés
éliminer les déchets FT 2
se laver les mains FT 3
-
FT 8
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée, son niveau de participation
noter l’état de la peau
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
07
TECHNIQUE DE SOINS DE BOUCHE D’UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Assurer chez la personne soignée une hygiène buccale .
Matériel :
-
blouse non tissée
savon liquide
bâtonnets de soin de bouche ou compresses non stériles
solution pour bain de bouche
bassin réniforme
gants à usage unique si besoin
verre
abaisse langue
solution médicamenteuse de badigeonnage selon prescription
médicale
Recommandations :
1.
2.
3.
4.
5.
Ne pas utiliser de pince.
Obtenir si possible la participation de la personne soignée.
Réaliser les soins de bouche hygiéniques au minimum 2 à 3 fois par jour après les repas.
Solliciter la participation de la famille.
Appliquer les thérapeutiques locales prescrites toujours après le soin de bouche selon la fréquence prescrite.
Méthode :
Temps hygiénique :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
se laver les mains FT 3
faire rincer la bouche avant le soin
-
si la personne soignée possède une prothèse dentaire :
. l’enlever à l’aide d’une compresse,
. la laver à l’eau courante,
. la placer dans un verre
-
tremper le bâtonnet ou la compresse dans la solution de badigeonnage
nettoyer dans l’ordre suivant :
. les gencives
. l’intérieur des joues
. le palais
. la langue
rincer le bâtonnet pour chaque partie ou changer la compresse
-
pour certaines personnes soignées, il est plus facile de faire les soins de bouche sans bâtonnet : utiliser alors un
gant à usage unique non stérile en enroulant la compresse autour de l’index et en procédant comme
précédemment
-
badigeonner si nécessaire à la glycérine Boratée la cavité buccale et les lèvres
Temps thérapeutique :
-
©Soins et Santé
badigeonner à l’aide de la solution médicamenteuse prescrite
réinstaller la personne soignée
éliminer les déchets FT 2
ranger le matériel après l’avoir nettoyé
se laver les mains FT 3
07
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée, son niveau de participation
noter l’état de la muqueuse buccale, l’évolution des lésions et son retentissement sur la prise alimentaire
noter si la prise alimentaire s’améliore ou reste douloureuse
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
08
SOINS PREVENTIFS D’ESCARRES D’UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Maintenir une intégrité parfaite de la peau malgré des compressions entre le plan du lit et du fauteuil et une saillie
osseuse ou cartilagineuse, en sollicitant au maximum la coopération de la personne soignée et de son entourage.
Matériel :
déterminé en fonction du risque (cf échelle de risques)
matelas gaufrier (type Cliniplot®)
coussin gel
arceau de lit
produits médicamenteux (type Sanyrène®)
blouse non tissée
savon liquide
Recommandations :
Planifier et réaliser les soins selon une périodicité inscrite dans le dossier de soins et tenant compte des facteurs de
risques.
Masser sans pétrir : faire un massage effleurage
Masser tous les points d’appui et ceux susceptibles de l’être lors du changement de position.
Eduquer l’entourage à réaliser ce soin en fonction de la périodicité déterminée.
Maintenir une hygiène parfaite de la peau. FT 6
Veiller à une hydratation et une alimentation équilibrée. FT 10
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
se laver les mains FT 3
mobiliser la personne soignée chaque fois que cela est possible
changer de position régulièrement (au moins toutes les 3 heures) en fonction de la planification établie dans le
dossier de soins
masser par effleurement avec 2 à 3 gouttes de Sanyrène® pendant 1 minute
réinstaller la personne soignée en fonction de ses besoins
se laver les mains FT 3
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée, son niveau de participation
noter l’état de la peau aux différents points de pression
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
09
TECHNIQUE DE POSE D’UN ETUI PENIEN
CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Assurer le recueil des urines pour le confort de la personne incontinente.
Eviter les conséquences cutanées de l’incontinence.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
1 étui pénien de taille adaptée
1 sac collecteur d’urines vidangeable
1 porte sac à urine
Recommandations :
-
Changer l’étui pénien tous les jours.
Changer le sac collecteur 2 fois/semaine.
Eduquer l’entourage.
Surveiller la bonne vidange des urines dans le sac.
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
se laver les mains FT 3
effectuer la pose de l’étui pénien après une toilette génitale FT 6
raser les poils autour de la verge si nécessaire
placer l’étui pénien (cf mode d’emploi ci-dessous)
déchirer dans le sens de la longueur le sachet pour
dérouler l’étui pénien sur le pénis et sur le joint
l’ouvrir
presser légèrement sur l’étui pénien pour le faire
appliquer le joint de fixation
adhérer parfaitement au joint
retirer les deux papiers protecteurs
raccorder l’étui pénien au sac collecteur d’urines
placer une extrémité du joint sur le pénis à la hauteur pour retirer l’étui pénien, le dérouler sous les doigts,
le joint suivra
désirée mais pas sur le gland
enrouler le joint autour du pénis en l’étirant très
légèrement
bien maintenir la verge à sa base afin d’éviter sa rétraction
veiller à ce que l’étui pénien ne se mette pas en torsion lors de l’installation et de la mobilisation de la personne
soignée
éliminer les déchets FT 2
se laver les mains FT 3
Evaluation - transmissions :
♦
♦
♦
Sur le dossier de soins :
noter l’état de la personne soignée, son niveau de participation
noter l’état cutané de la base et de l’extrémité de la verge
noter la diurèse si besoin et les caractéristiques des urines
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre tout anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
10
PROTOCOLE D’EDUCATION ET DE SURVEILLANCE DE L’HYGIENE
ALIMENTAIRE D’UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Maintenir un apport nutritionnel adapté en sollicitant la contribution de la personne soignée et de son entourage.
Recueil de données :
-
-
quantifier sur une durée déterminée, en fonction de l’objectif poursuivi, l’apport hydrique et l’apport alimentaire
peser la personne soignée
évaluer la diurèse et le transit
connaître les habitudes alimentaires de la personne soignée (goût, culture, religion)
connaître et évaluer le degré d’autonomie de la personne soignée (déglutition, motricité et coordination des
membres supérieurs, troubles visuels)
observer la personne soignée : corpulence, œdèmes, déshydratation, escarres, état buccal et dentaire
prendre en compte les thérapeutiques
prendre connaissance des résultats sanguins
travailler en collaboration avec le médecin traitant et une diététicienne si besoins spécifiques
Conseils à prodiguer à la personne soignée et à son entourage :
Lors de la prise du repas :
installer la personne soignée au calme en position assise ou ½ assise
prévoir des aides techniques telles que tapis anti-dérapant, couverts à manche épaissi, paille, etc...
veiller à ce que l’alimentation soit adaptée aux possibilités de la personne soignée (alimentation liquide, mixée,
hachée, eau gélifiée)
prévoir le lavage des mains et l’hygiène buccale de la personne soignée
Pour l’équilibre alimentaire :
veiller à ce que les repas quotidiens apportent les 5 groupes d’aliments : laitages, viandes-oeufs-poissons,
féculents, légumes-fruits, matières grasses
veiller à un apport liquidien suffisant
conseiller des produits alimentaires de substitution ou en complément prêts à l’emploi lorsque l’alimentation est
impossible, mal tolérée ou insuffisante
Evaluation - transmissions :
-
peser la personne soignée 1 fois par semaine si possible
mesurer la diurèse si nécessaire
évaluer le transit de la personne soignée
évaluer avec la personne soignée et son entourage la mise en œuvre des conseils et réajuster si besoin
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
11
SOINS D’HYGIENE OCULAIRE D’UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Maintenir l’hygiène oculaire chez une personne soignée à domicile.
Matériel :
-
blouse non tissée
savon liquide
dosette de sérum physiologique
compresses stériles
Recommandations :
Eduquer la personne soignée et son entourage à pratiquer ce soin aussi souvent que nécessaire.
Rappeler à la personne soignée et à son entourage les règles élémentaires d’hygiène oculaire :
•
ne jamais utiliser de coton
•
ne pas toucher les yeux avec des mains sales
•
ne pas frotter les yeux
•
changer de compresse pour chaque œil
Ne jamais utiliser une dosette entamée.
En cas de perte du réflexe palpébral, il est conseillé de maintenir la paupière fermée.
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
se laver les mains FT 3
imbiber les compresses de sérum physiologique
passer la compresse du coin externe de l’œil vers le coin interne en évitant de toucher la cornée
si besoin, renouveler l’opération en changeant de compresse.
changer de compresse pour chaque œil
éliminer le matériel souillé FT 2
se laver les mains FT 3
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’aspect de la cornée et l’irritation des conjonctives
noter l’aspect des sécrétions (larmes ou dépôt)
inscrire la fréquence du soin
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
12
TECHNIQUE D’INSTILLATION DE COLLYRE CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A
DOMICILE
Objectif :
Appliquer une thérapeutique locale oculaire chez la personne soignée à domicile.
Matériel :
-
blouse non tissée
savon liquide
collyre prescrit
compresses stériles
Recommandations :
Un collyre ouvert se conserve 15 jours maximum.
Noter en clair la date d’ouverture sur le flacon.
Pour la conservation du collyre, suivre les indications du laboratoire (durée d’utilisation, stabilité du produit et
conservation).
Conseiller l’utilisation de dosettes à usage unique.
Eduquer la personne soignée et son entourage à pratiquer ce soin aussi souvent que nécessaire.
Rappeler à la personne soignée et à son entourage les règles élémentaires d’hygiène oculaire :
•
ne jamais utiliser de coton
•
ne pas toucher les yeux avec des mains sales
•
ne pas frotter les yeux
•
changer de compresse pour chaque œil
Méthode :
-
©Soins et Santé
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
se laver les mains FT 3
installer si possible la personne soignée pour qu’elle puisse mettre la tête en arrière
effectuer un soin d’hygiène oculaire FT 11
demander à la personne soignée de regarder vers le haut
tirer légèrement la partie externe de la paupière inférieure vers le bas
faire tomber la goutte de collyre dans le cul-de-sac conjonctival
demander à la personne soignée de changer son regard de direction
maintenir 1 à 2 seconde la paupière inférieure tirée
essuyer le surplus de collyre avec une compresse
éliminer le matériel souillé FT 2
se laver les mains FT 3
réinstaller la personne soignée
12
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’aspect des conjonctives
noter l’aspect des sécrétions (larmes ou dépôt)
évaluer avec la personne soignée l’efficacité de la thérapeutique et la diminution de sa gêne ou de son inconfort
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
13
TECHNIQUE DE POSE D’UNE SONDE NASOGASTRIQUE CHEZ UNE PERSONNE
SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Introduire par voie nasale chez la personne soignée à domicile une sonde jusque dans l’estomac pour permettre une
alimentation entérale ou une vidange gastrique.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
compresses non stériles
sonde nasogastrique (choisie en fonction de l’objectif poursuivi)
si la sonde n’est pas pré-lubrifiée : huile ou vaseline en unidose
1 alèse à usage unique
bandelettes adhésives
1 stéthoscope
1 seringue de 50 ml adaptable à la sonde
1 fosset
1 sac à urine + 1 porte sac (si vidange de l’estomac)
1 bassin réniforme
1 abaisse-langue
Recommandations :
Si la personne soignée se met à tousser violemment avec coloration du faciès, il peut y avoir fausse route de la
sonde qui se trouve alors dans les voies aériennes : retirer alors la sonde de 5 à 6 cm, laisser la personne soignée
retrouver une respiration et une coloration normales et recommencer l’introduction de la sonde.
Si la personne soignée est inconsciente, essayer de déclencher le réflexe de déglutition en appuyant sur la langue
avec l’abaisse-langue.
Faire un soin de nez quotidien avec nettoyage de la narine à l’aide d’une compresse non stérile et changement des
bandelettes adhésives.
Changer de narine à chaque change de sonde nasogastrique, si possible.
Méthode :
-
©Soins et Santé
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
prévenir la personne soignée et son entourage
expliquer le déroulement du soin et l’importance de la participation de la personne soignée selon son état de
conscience
installer la personne soignée en position assise ou demi-assise, la tête penchée en avant
mettre une blouse non tissée
se laver les mains FT 3
préparer le matériel
protéger la personne soignée à l’aide d’une alèse à usage unique
nettoyer le nez et les narines
repérer la longueur de la sonde à introduire : distance nez-oreille-estomac
lubrifier si besoin
introduire délicatement la sonde dans la narine en tenant la sonde entre le pouce et l’index
demander à la personne soignée de déglutir spontanément quand la sonde arrive dans la gorge
faire avaler pour faciliter le passage de la sonde
pousser la sonde au moment de la déglutition jusqu’au repère déterminé
vérifier la position de la sonde en demandant à la personne soignée d’ouvrir la bouche
vérifier le bon positionnement de la sonde dans l’estomac en injectant au moyen de la seringue 20 ml d’air
écouter avec le stéthoscope placé au préalable au niveau de l’hypochondre gauche, un bruit franc (gargouillis)
doit être entendu, l’injection de l’air doit être aisée
fixer la sonde sur la narine au moyen des bandelettes adhésives en faisant une “ cravate ”, la sonde ne doit pas
appuyer sur la narine
mettre un fosset ou adapter le sac collecteur et faire une boucle de sécurité pour éviter les tractions sur la sonde
réinstaller la personne soignée
éliminer le matériel souillé FT 2
se laver les mains après le soin FT 3
13
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée, son niveau de participation
noter l’état de la muqueuse buccale
noter la date de la pose de la sonde nasogastrique, le type et le calibre de la sonde
noter s’il y a lieu les difficultés techniques observées lors de la pose
noter le ressenti de la personne soignée
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
14
TECHNIQUE DE NUTRITION ENTERALE ET DE SURVEILLANCE D’UNE
PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE (AGE > 1 AN)
Objectif :
Assurer une alimentation adaptée à la personne soignée en utilisant la voie digestive par l’intermédiaire d’une sonde
nasogastrique ou d’une sonde de gastrostomie ou de jéjunostomie.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
1 pied à sérum
1 pompe d’alimentation
flacons de nutrition entérale prescrits
1 tubulure par jour
1 bassin réniforme
compresses stériles
réservoir Flex®
eau pour rincer la tubulure et la sonde après utilisation
1 fosset
1 seringue de 50 ml adaptée à la sonde
1 alèse à usage unique
Recommandations :
Changer la tubulure tous les jours et le réservoir de rinçage 1 fois/semaine.
Rincer la tubulure avant et après chaque utilisation (médicaments ou alimentation).
Conserver la tubulure munie de ses capuchons protecteurs.
Stocker les produits de nutrition entérale à température ambiante.
Administrer si besoin les thérapeutiques prescrites en dehors du passage de l’alimentation entérale.
Vérifier auprès du pharmacien ou du médecin que la forme galénique des médicaments peut subir une dilution ou
une réduction en poudre sans entraîner de modification pharmacocinétique.
Arrêter l’alimentation entérale en cas de vomissements.
Méthode :
-
©Soins et Santé
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
se laver les mains FT 3
mettre la personne soignée en position assise ou demi-assise
vérifier chaque jour la sonde lors du branchement de la nutrition : tolérance clinique et perméabilité
agiter le sachet ou le flacon d’alimentation entérale
adapter la tubulure au flacon puis la purger et la placer dans la pompe d’alimentation entérale
régler le débit sachant qu’il ne doit pas être supérieur à 250 ml/heure
mettre en route la pompe
adapter la tubulure à la sonde nasogastrique
rincer la sonde nasogastrique en fin de nutrition à l’aide de la seringue avec de l’eau
rincer la tubulure après chaque flacon d’alimentation à l’aide du réservoir Flex®
ranger le matériel
éliminer le matériel souillé FT 2
se laver les mains FT 3
14
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée, son niveau de participation
noter l’état de la muqueuse buccale
noter les difficultés techniques observées lors de la pose
noter le ressenti de la personne soignée
noter la quantité d’alimentation entérale reçue
noter l’heure de la pose (début et fin) des différents flacons prescrits
noter l’état d’hydratation de la personne soignée
noter si on observe vomissements, ballonnements, nausées, diarrhées
noter le poids de la personne soignée régulièrement si possible
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
15
SOINS DE SONDE DE GASTROSTOMIE OU DE JEJUNOSTOMIE D’UNE
PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Maintenir l’intégrité de la peau de la personne soignée.
Vérifier le bon positionnement de la sonde de gastrostomie ou de jéjunostomie.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
compresses non stériles
eau
savon liquide
gant de toilette à usage unique
pansements adhésifs 6 x 6
bandelettes adhésives
Recommandations :
-
Respecter les consignes transmises par l’opérateur qui a effectué la pose.
Les soins de sonde sont réalisés quotidiennement au cours de la toilette et plus si nécessaire.
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
se laver les mains FT 3
enlever le pansement en place s’il y a lieu
nettoyer l’orifice de la stomie à l’aide du gant de toilette à usage unique et du savon liquide
procéder par mouvements circulaires sans tirer sur la sonde
rincer abondamment
sécher avec une compresse
renouveler la fixation de la sonde
remettre un pansement adhésif si besoin
éliminer le matériel souillé FT 2
se laver les mains FT 3
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée, son niveau de participation
noter le ressenti de la personne soignée (douleurs, démangeaisons, brûlures autour de la stomie)
noter l’état cutané (rougeurs, écoulements, indurations)
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
16
SURVEILLANCE DU TRANSIT INTESTINAL D’UNE PERSONNE SOIGNEE A
DOMICILE
Objectif :
Permettre à la personne soignée à domicile d’avoir un transit intestinal adapté à ses habitudes de vie.
Méthode :
-
Procéder à un recueil de données précis portant sur :
les habitudes de vie de la personne soignée
la mobilité de la personne soignée
les habitudes alimentaires de la personne soignée
l’hydratation de la personne soignée
les thérapeutiques prescrites à la personne soignée
-
Prodiguer des conseils à la personne soignée et à son entourage portant sur les principes suivants :
en cas de constipation, augmenter les apports hydriques et les aliments riches en fibres
en cas de diarrhée, éliminer de l’alimentation les aliments pouvant irriter l’intestin, augmenter les
apports hydriques
favoriser la mobilisation de la personne soignée, si possible
n’administrer en aucun cas des médicaments modifiant le transit intestinal sans
prescription du médecin traitant
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter le ressenti de la personne soignée
noter si ballonnements
noter la présence de selles, leur fréquence et leur aspect
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
17
TECHNIQUE DE LAVEMENT EVACUATEUR ET GOUTTE A GOUTTE RECTAL
CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Permettre l’évacuation des selles de la personne soignée à domicile.
Matériel :
-
blouse non tissée
savon liquide
gants à usage unique
alèses à usage unique
compresses non stériles
bassin
boc à lavement
vaseline
canule de Murphy®
perfuseur
sonde rectale
raccord asymétrique (perfuseur-sonde)
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
informer la personne soignée et son entourage
mettre la blouse non tissée
se laver les mains FT 3
préparer la solution selon prescription
installer la personne soignée en décubitus latéral gauche sur l’alèse
lubrifier et introduire l’embout de la sonde rectale au bout de la canule de Murphy®
enfiler les gants
faire passer la solution lentement sans déclencher de douleurs
retirer la canule ou la sonde
mettre la personne soignée en décubitus dorsal
positionner le bassin
recommander à la personne soignée de garder le lavement le plus longtemps possible suivant la quantité
administrée
favoriser l’intimité de la personne soignée pendant l’exonération du lavement
quantifier le volume restitué
procéder à une toilette et réinstaller la personne soignée FT 6
éliminer le matériel souillé FT 2
retirer les gants
se laver les mains et faire laver les mains de la personne soignée FT 3
Evaluation - transmissions :
♦ Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter le ressenti de la personne soignée, douleurs lors de l’administration du produit et efficacité
- noter la présence de selles, leur coloration, leur aspect et leur quantité
♦ Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦ Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
18
TECHNIQUE DE PREPARATION ET D’UTILISATION DE L’AEROSOL CHEZ UNE
PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Permettre l’humidification des voies respiratoires et l’administration de produits médicamenteux par voies aériennes.
Faire pénétrer dans les bronches des produits médicamenteux permettant de lever le spasme bronchique, de
fluidifier les sécrétions bronchiques afin de faciliter l’expectoration et la lutte contre l’infection bronchique chez la
personne soignée.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
aérosol pneumatique (à air comprimé) ou aérosol ultrasonique
masque nasal ou trachéal
crachoirs
produits médicamenteux selon prescription
antiseptique
seringues
trocards
compresses non stériles
ampoules de sérum physiologique
Recommandations :
Respecter la prescription médicale (durée, posologie et fréquence)
Réaliser l’entretien journalier du matériel
Changer le masque 1 fois/semaine
Programmer l’aérosol loin des repas (minimum 30 mn)
Brancher le nébuliseur sur l’arrivée d’oxygène si le patient est sous oxygénothérapie permanente.
Coordonner les séances avec les éventuelles séances de kinésithérapie.
Méthode :
-
©Soins et Santé
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
mettre une blouse non tissée
se laver les mains FT 3
reconstituer les produits médicamenteux prescrits avant chaque aérosol
remplir la chambre de nébulisation en complétant avec le sérum physiologique jusqu’au repère
installer la personne soignée en position demi-assise et lui demander de se moucher
brancher l’appareil et fixer le masque sur la tubulure de sortie
mettre l’appareil en marche
vérifier la production d’un brouillard
placer le masque
indiquer à la personne soignée d’inspirer par la bouche et d’expirer par le nez pendant la durée de l’aérosol
arrêter l’aérosol après épuisement de la solution médicamenteuse
assister la personne pendant l’expectoration et la faire se moucher
réinstaller la personne soignée
nettoyer le matériel à l’eau claire (ne pas utiliser de savon) puis sécher
éliminer le matériel souillé FT 2
se laver les mains FT 3
18
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter le ressenti de la personne soignée
noter l’efficacité de l’aérosol :
encombrement
aspect des sécrétions : couleur, fluidité, abondance
coloration de la peau de la personne soignée
pouls et fréquence respiratoire
dyspnée, tolérance à l’activité
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
19
INSTALLATION DE L’OXYGENOTHERAPIE ET SURVEILLANCE DE LA
PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Oxygéner les cellules et les tissus de l’organisme.
Matériel :
-
-
1 blouse non tissée
savon liquide
lunette nasale ou masque à oxygène ou sonde selon la
prescription et le choix de la personne soignée
oxygène :
soit en obus gazeux
soit par concentrateur
soit en oxygène liquide : trois capacités de bouteilles
3 m3 ou 3 000 l
1 m3 ou 1 000 l
0.4 m3 ou 400 l
humidificateur selon prescription
eau faiblement minéralisée (ex. : Volvic)
tuyaux de longueur adaptée pour raccorder les appareils
Recommandations :
Ne pas placer l’oxygène à côté d’une source de chaleur.
Ne pas fumer.
Ne pas utiliser de corps gras.
⇒ risque d’explosion et de brûlure
Laver l’humidificateur tous les jours à l’eau claire.
Changer les lunettes ou le masque au moins 1 fois par semaine.
Contrôler l’approvisionnement en oxygène :
. si oxygène en obus : disposer d’un obus non entamé
. si concentrateur : prévoir un obus de réserve à n’utiliser qu’en cas de panne E.D.F.
Méthode :
- appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
A. Obus d’oxygène
-
©Soins et Santé
enlever la capsule qui obstrue le pas de vis de l’obus et la jeter (pour marquer la différence entre la bouteille
pleine ou vide)
visser le manodétendeur sur le pas de vis à l’aide de la bague blanche
serrer à la main sans forcer
brancher le tuyau d’oxygène sur la buse de sortie d’oxygène ou à la sortie de l’humidificateur
ouvrir doucement la bouteille, la pression de l’oxygène se situe entre 100 et 200 bars, vérifier sur le manomètre
raccorder la lunette ou le masque au tuyau d’oxygène
ouvrir le débit litre et le régler en fonction de la prescription médicale
vérifier que les tuyaux ne soient ni coudés, ni en mauvais état (au besoin, tremper les extrémités de la lunette
dans un verre d’eau, l’effet de bulles indiquera que l’oxygène arrive bien)
se laver les mains
mettre en place le masque ou les lunettes
19
B. Concentrateur
-
installer le concentrateur dans une autre pièce que la chambre
vérifier que les tuyaux ne soient pas coudés, ni en mauvais état (au besoin, tremper les extrémités de la lunette
dans un verre d’eau, l’effet de bulles indiquera que l’oxygène arrive bien)
nettoyer le filtre à air 1 fois/semaine à l’eau claire et le sécher avant de le remettre en place
si tuyau de raccordement est > 10 m, respecter les consignes d’adaptation de débit données par le constructeur
brancher l’appareil sur une prise électrique dans une pièce aérée et non humide (éviter la salle de bains)
laisser les filtres d’air dégagés
régler le débit d’oxygène à l’aide du manomètre
remplir l’humidificateur jusqu’au niveau indiqué
mettre l’appareil en route 10 mn avant de brancher la personne soignée
relier l’humidificateur au tuyau d’oxygène et adapter les lunettes ou le masque
se laver les mains
mettre en place le masque ou les lunettes
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter le ressenti de la personne soignée
noter la couleur des téguments et la présence ou non de sueurs
noter le pouls et la fréquence respiratoire
noter la dyspnée
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
20
TECHNIQUE D’ASPIRATION TRACHEALE CHEZ UNE PERSONNE ADULTE
SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Dégager les voies aériennes supérieures d’une personne soignée ayant des difficultés à expectorer.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
aspirateur trachéal
1 sonde d’aspiration PVC ou type Nelaton®
compresses non stériles
gants à usage unique
masque à visière
1 valve anti-retour + 1 jeu de tuyau
3 bocaux de verre numérotés :
n° 1 : 1 bocal avec eau du robinet + antiseptique
(type Solustéril® ou Dakin®) pour le trempage de la
sonde
n° 2 : 1 bocal avec de l’eau bouillie pour rinçage de
la sonde avant aspiration
n° 3 : 1 bocal avec de l’eau pour rinçage de la sonde
après aspiration
Recommandations :
Dans le cadre de la prévention des accidents d'exposition au sang et aux liquides biologiques, le port d'un masque à
visière est fortement recommandé pour tous les soins comportant un risque d'injections.
Utiliser une sonde par jour.
En cas d’utilisation d’une sonde type Nelaton® :
la faire bouillir la première fois pour la ramollir
la mettre à tremper dans le bocal antiseptique n° 1
Entretien des bocaux :
les laver tous les jours
changer l’eau tous les jours
Entretien des sondes :
changement de sonde PVC tous les jours
si sonde Nelaton®, la changer 1 fois/semaine
Méthode :
-
©Soins et Santé
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
expliquer à la personne soignée et à son entourage le déroulement du geste
mettre une blouse non tissée
se laver les mains FT 3
mettre des gants à usage unique ainsi que le masque à visière
mettre en marche l’aspirateur trachéal
vérifier le bon fonctionnement du système d’aspiration
adapter la sonde à la valve anti - retour avec une compresse
rincer la sonde dans le bocal n° 2
introduire la sonde par une narine ou par la bouche ou par la canule de trachéotomie
déclencher l’aspiration et aspirer les sécrétions en remontant et en tournant la sonde
rincer la sonde dans le bocal n° 3
renouveler l’opération si nécessaire
mettre la sonde à tremper dans le bocal n° 1
réinstaller la personne soignée
se laver les mains FT 3
éliminer le matériel souillé FT 2
20
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter le ressenti de la personne soignée
noter le pouls et la fréquence respiratoire
noter la dyspnée
noter la fréquence des aspirations, l’aspect des sécrétions recueillies : fluidité, couleur et quantité
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 - Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CLIN – H.A.D. Lyon
Date de diffusion : Juin 2006 – Version n°3
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
21
SOINS QUOTIDIENS A UNE PERSONNE TRACHEOTOMISEE
SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Maintenir l’intégrité de la peau autour de l’orifice de trachéotomie et du cou de la personne soignée à domicile.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
masque à visière
compresses stériles ou tampons stériles
savon liquide
sérum physiologique ou eau stérile en dosettes
compresses de protection type Métalline®
lacette
bassin réniforme
écouvillon
gants à usage unique non stériles
Recommandations :
Dans le cadre de la prévention des accidents d'exposition au sang et aux liquides biologiques, le port d'un masque à
visière est fortement recommandé pour tous les soins comportant un risque d'injections.
-
Pratiquer une aspiration trachéale avant la réalisation du soin. FT 20
Vérifier le protocole médical adapté à la personne soignée et au type de canule.
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
informer la personne soignée et son entourage
mettre une blouse non tissée
se laver les mains FT 3
mettre les gants à usage unique non stériles
réaliser l’entretien de l’orifice trachéal et du système de fixation de la canule :
·
enlever la compresse de protection et la lacette
·
nettoyer la peau autour de la trachéotomie avec de l’eau et du savon liquide
·
laver le cou
·
rincer
·
sécher
·
remettre la lacette
dans le cas d’une sonde de trachéotomie comportant une canule interne :
·
nettoyer la canule interne 1 à 2 fois/jour à l’aide d’eau savonneuse et d’un écouvillon
·
rincer et sécher soigneusement la canule interne
·
remettre en place la canule interne
dans le cas d’une sonde de trachéotomie munie d’un ballonnet (selon les consignes prescrites adaptées à la
pathologie du patient) :
·
Si la personne soignée est appareillée avec une canule munie d’un ballonnet, dégonfler le ballonnet de la
sonde de trachéotomie tous les jours puis le regonfler et vérifier 1 fois par jour la pression du ballonnet
témoin.
©Soins et Santé
21
dans le cas d’une valve de phonation :
·
changer la mousse tous les jours
·
vérifier l’intégrité de la membrane
-
remettre en place une compresse de protection type Métalline®
réinstaller la personne soignée
éliminer le matériel souillé FT 2
se laver les mains FT 3
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’aspect cutané de la personne soignée autour de l’orifice de trachéotomie et sur le trajet de la lacette
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : Juin 2006 – Version n°2
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
22
TECHNIQUE DE CHANGEMENT DE CANULE DE TRACHEOTOMIE
CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Prévenir les infections locales.
Eviter les lésions trachéales.
Eviter les contaminations manuportées.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
masque à visière
savon liquide
matériel de soins de canule FT 21
canule de rechange au diamètre souhaitée + 1 de diamètre inférieur
alèse à usage unique
gants à usage unique
seringue de 10 ml
matériel d’aspiration trachéale FT 20
bassin réniforme
1 champ stérile
masque pour l’infirmière en cas de risque infectieux
Recommandations :
Dans le cadre de la prévention des accidents d'exposition au sang et aux liquides biologiques, le port d'un masque à
visière est fortement recommandé pour tous les soins comportant un risque d'injections.
Le changement de canule doit être effectué avec douceur sans forcer en ayant repéré le trajet lors du retrait.
Introduire la canule au moment de l’inspiration facilite le geste.
Vérifier que la prescription médicale comporte la périodicité des changements de canule et les précautions
particulières.
Pratiquer une aspiration trachéale avant le soin. FT 20
Pratiquer un soin de canule avant le changement. FT 21
La personne soignée possède un jeu de 2 canules (+ 1 canule de secours) pour permettre leur entretien et avoir ainsi
toujours une sonde propre à sa disposition.
Conseils d’entretien des canules :
-
Nettoyer la canule à l’eau et au savon liquide avec l’écouvillon.
Eviter de rayer la canule.
Rincer abondamment puis sécher la canule.
Vérifier l’intégrité de la canule.
Ranger la canule dans une boîte hermétique.
Désinfection de la canule :
Elle s’effectue 45’ avant le changement de canule.
Préparer la solution : ½ l d’eau + 1 cp de Solustéril®
Laisser tremper la canule 30’
Se laver les mains (lavage antiseptique) FT 4
Prendre la canule par la collerette
Rincer la canule avec de l’eau bouillie froide
Sécher soigneusement la canule avec des compresses stériles.
©Soins et Santé
22
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
informer la personne soignée et son entourage
mettre une blouse non tissée
installer la personne soignée
préparer le matériel :
•
s’assurer du bon fonctionnement du matériel d’aspiration et du matériel de suppléance respiratoire
se laver les mains (lavage hygiénique) FT 3
préparer le matériel nécessaire au changement de canule
mettre les gants
vérifier en particulier l’étanchéité du ballonnet de la canule neuve
introduire le mandrin dans la canule
humidifier ou lubrifier selon le type de canule
dégonfler le ballonnet de la canule en place
retirer délicatement la canule et examiner l’état de l’orifice trachéal
mettre en place la nouvelle canule en l’introduisant tout d’abord perpendiculairement à l’orifice de trachéotomie et
en accomplissant un ¼ de tour en l’enfonçant
retirer le mandrin
gonfler le ballonnet
adapter la lacette et s’assurer de la bonne fixation de la canule
procéder à une nouvelle aspiration trachéale si nécessaire et terminer le soin de trachéotomie
éliminer le matériel souillé FT 2
se laver les mains (lavage antiseptique) FT 4
réinstaller la personne soignée
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’aspect cutané autour de l’orifice de trachéotomie et sur le trajet de la lacette
noter si difficultés techniques lors du changement de canule
noter l’état respiratoire de la personne soignée (coloration des téguments, cyanose, agitation)
noter la date du changement de canule et le type et n° de la canule utilisée
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire et informer le cadre infirmier.
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2006 – Version n°2
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
23
TECHNIQUE DE SONDAGE URINAIRE EVACUATEUR
D’UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Procéder à la vidange vésicale.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
Pour la toilette génitale FT 6
Pour le sondage :
1 champ stérile
savon antiseptique et antiseptique prescrits
2 paquets de compresses stériles
1 paire de gants stériles
1 sonde urinaire de petit calibre (sonde à usage unique 14 ou 16)
sac collecteur ou bassin
lubrifiant stérile prescrit ou eau stérile
1 serviette absorbante à usage unique
Recommandations :
-
Vider la vessie progressivement pour prévenir une éventuelle hémorragie ou un choc.
Surveiller l’état de la personne soignée au cours du soin.
Ne jamais repousser la sonde après l’avoir retirée.
Méthode :
-
©Soins et Santé
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
mettre une blouse non tissée
se laver les mains FT 3
préparer le matériel :
•
ouvrir le champ stérile
•
disposer sur le champ stérile les compresses et la sonde urinaire
installer la personne soignée sur une alèse à usage unique ou sur le bassin
effectuer la toilette génitale FT 6
après avoir procédé à une toilette génitale soigneuse, effectuer l’antisepsie du méat urinaire avec des
compresses stériles imbibées de l’antiseptique prescrit en allant toujours du haut vers le bas
laisser sur le méat une compresse imbibée du même antiseptique
se laver les mains (lavage antiseptique) FT 4
mettre des gants stériles
poser le champ fendu
introduire la sonde
recueillir l’urine dans le bassin ou adapter un sac collecteur
effectuer une pression douce sur la vessie afin d’assurer une vidange complète
retirer la sonde
éliminer le matériel souillé FT 2
se laver les mains FT 3
réinstaller confortablement la personne soignée
23
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’aspect des urines recueillies et la quantité évacuée
noter si difficultés techniques lors du sondage
noter l’heure du sondage évacuateur
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
24
TECHNIQUE DE DRAINAGE URINAIRE CLOS
D’UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Mettre en place un système stérile de vidange continu de la vessie pour mesurer la diurèse ou répondre à un
problème d’incontinence majeure de la personne soignée à domicile.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
Pour la toilette génitale FT 6
Pour le sondage : utiliser le set de sondage homme ou femme
savon antiseptique et antiseptique prescrits
1 sonde urinaire de calibre adapté
1 sac collecteur stérile
lubrifiant stérile prescrit
1 flacon stérile pour prélèvement si besoin
gants stériles
Recommandations :
-
©Soins et Santé
La pose de la première sonde à demeure chez l’homme doit être réalisée par un médecin.
Vider la vessie progressivement, en surveillant l’état de la personne, pour prévenir une éventuelle hémorragie
ou choc.
Si la personne soignée se plaint d’une douleur lors du remplissage du ballonnet, introduire la sonde plus
profondément.
Ne pas désadapter le sac.
Ne pas laisser le sac collecteur à terre lors des mobilisations de la personne soignée.
Prévoir la fixation du sac au lit sans le laisser au sol, le dispositif de drainage doit être à un niveau inférieur à la
vessie.
Manipuler le robinet de vidange avec une compresse imbibée d’antiseptique.
Vidanger le sac avant chaque mobilisation de façon à ne pas mouiller le filtre : le système anti-reflux ne serait
pas efficace.
Chez l’homme, penser à recalotter et fixer la sonde sur l’abdomen ; chez la femme, fixer la sonde sur la
cuisse.
Ne pas utiliser de vaseline ou de NaCl.
24
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
mettre une blouse non tissée
se laver les mains FT 3
effectuer la toilette génitale puis l’antisepsie du méat urinaire avec les antiseptiques prescrits
se laver les mains (lavage antiseptique) FT 4
ouvrir le set
disposer sur le champ stérile le matériel nécessaire au sondage en séparant deux zones : stérile et non stérile
remplir la seringue d’eau stérile
mettre les gants stériles
disposer un champ stérile sur la personne soignée
découper les extrémités du manchon plastique entourant la sonde à demeure suivant les pointillés
vérifier l’étanchéité du ballonnet
adapter la sonde au sac collecteur
fermer le robinet de vidange du sac
lubrifier la sonde si nécessaire
introduire la sonde dans la vessie, à l’apparition des urines pousser la sonde encore de quelques centimètres
chez la femme et jusqu’à la garde chez l’homme
gonfler le ballonnet selon indication ou prescription portées sur la sonde
retirer délicatement la sonde jusqu’au moment où l’on sent une résistance
déchirer le manchon protecteur de la sonde et enlever le champ stérile
procéder à la fixation de sécurité de la sonde
accrocher le sac collecteur au lit
enlever les gants
réinstaller confortablement la personne soignée
éliminer le matériel souillé FT 2
se laver les mains FT 3
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’aspect et la quantité des urines recueillies
noter si difficultés techniques lors du sondage
noter la date de la pose de la sonde à demeure et son calibre
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
25
ENTRETIEN ET SURVEILLANCE D’UNE SONDE URINAIRE A DEMEURE
CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Prévenir les infections urinaires chez une personne porteuse d’une sonde à demeure, en protégeant les points
d’entrée possibles (méat urinaire, jonction sonde/sac, reflux du sac vers la vessie, robinet de vidange).
Matériel :
-
1 blouse non tissée
alèse à usage unique
savon liquide
gants à usage unique
gant de toilette à usage unique
serviette de toilette
1 bassin
Recommandations :
-
Pratiquer un soin d’hygiène quotidien.
Effectuer une toilette génitale après chaque selle si possible.
Ne pas désadapter le sac.
Ne pas laisser le sac collecteur à terre lors des mobilisations de la personne soignée.
Prévoir la fixation du sac au lit sans le laisser au sol, le dispositif de drainage doit être à un niveau inférieur à la
vessie.
Manipuler le robinet de vidange avec une compresse imbibée d’antiseptique.
Vidanger le sac avant chaque mobilisation de façon à ne pas mouiller le filtre : le système anti-reflux ne serait
pas efficace.
Une sonde obstruée doit être changée et non désobstruée.
Un apport hydrique suffisant concoure à la prévention des infections urinaires.
Méthode :
-
-
©Soins et Santé
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
mettre une blouse non tissée et mettre les gants à usage unique
se laver les mains
installer la personne soignée sur une alèse à usage unique ou un bassin
effectuer la toilette génitale en respectant les trois temps suivants :
. lavage :
chez l’homme, du pubis vers le méat urinaire,
chez la femme, d’avant en arrière et de l’extérieur vers l’intérieur en terminant par le méat et la
sonde
. rincer abondamment
. sécher avec une serviette réservée à la toilette génitale
procéder à la fixation de la sonde :
sur l’abdomen chez l’homme, penser à recalotter
sur la cuisse chez la femme
éliminer le matériel souillé FT 2
ranger le bassin après l’avoir nettoyé
se laver les mains FT 3
réinstaller confortablement la personne soignée
25
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’aspect de la peau et des muqueuses de la personne soignée
noter la présence d’un écoulement au niveau du méat et l’aspect et la quantité des urines
évaluer avec la personne soignée la tolérance de la sonde à demeure
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
26
TECHNIQUE DE PRELEVEMENT ASEPTIQUE D’URINE
CHEZ UNE PERSONNE A DOMICILE PORTEUSE D’UNE SONDE A DEMEURE
Objectif :
Recueillir un échantillon d’urine en vue d’un examen cytobactériologique.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
1 clamp
1 antiseptique
1 seringue de 5 ml
1 trocard
1 flacon stérile
1 compresse stérile
Recommandations :
Le prélèvement s’effectue par ponction sur la bague caoutchoutée qui se trouve juste après le raccord du sac
collecteur.
Clamper la sonde 30 mn minimum avant la ponction.
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
se laver les mains FT 3
faire l’antisepsie du site de prélèvement avec la compresse stérile et les antiseptiques
prélever l’urine avec la seringue de 5 ml montée sur un trocard après avoir déclampé
mettre les urines dans le flacon stérile
éliminer le matériel souillé FT 2
se laver les mains FT 3
acheminer rapidement le prélèvement au laboratoire
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’aspect des urines
noter la date du prélèvement
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
27
TECHNIQUE D’ABLATION DE SONDE A DEMEURE
D’UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Enlever la sonde à demeure pour permettre à la personne soignée de reprendre une élimination urinaire normale.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
alèse à usage unique
essuie-mains à usage unique
savon liquide
seringue de 20 ml
1 clamp
antiseptique prescrit
compresses stériles
Recommandations :
Si l’on ne peut dégonfler le ballonnet, injecter 2 ou 3 ml d’eau supplémentaire et réaspirer la totalité. Si échec de la
manœuvre, appeler le médecin traitant.
Ne jamais couper l’embout du ballonnet.
Demander à la personne soignée de boire. Informer l’entourage si nécessaire.
Demander à la personne soignée ou à son entourage de noter l’heure de la première miction et de prévenir
l’infirmière si une difficulté apparaît.
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
se laver les mains FT 3
installer confortablement la personne soignée sur l’alèse à usage unique
faire une toilette génitale FT 6
dégonfler le ballonnet avec la seringue de 20 ml
clamper la sonde
retirer la sonde en demandant à la personne soignée de respirer
éliminer le matériel souillé FT 2
se laver les mains FT 3
réinstaller confortablement la personne soignée
Evaluation - transmissions :
♦
♦
♦
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’aspect de l’extrémité de la sonde
noter la date et l’heure d’ablation de la sonde
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
28
MESURE DE LA GLYCEMIE CAPILLAIRE
D’UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Mesurer la glycémie capillaire d’une person
ne soignée à domicile.
Matériel :
Utiliser uniquement le matériel fourni par l’H.A.D. (matériel soumis à une
procédure de matériovigilance mensuelle)
1 lecteur de glycémie capillaire accompagné de son mode d’emploi
bandelettes adaptées au lecteur de glycémie capillaire
1 auto-piqueur
lancettes à usage unique adaptées à l’auto-piqueur
1 blouse non tissée
savon liquide
Recommandations :
Lire le mode d’emploi de l’auto-piqueur.
Ne jamais utiliser d’alcool sur la peau de la personne soignée avant de piquer (modification du résultat).
Piquer uniquement sur les côtés des doigts (pour garder la sensibilité).
Ne jamais piquer ni le pouce ni l’index (protéger la préhension).
Procéder à une nouvelle mesure de la glycémie capillaire si le résultat est inhabituel.
Le lecteur de glycémie capillaire doit subir un contrôle chaque mois.
Vérifier la date du dernier contrôle effectué et le renouveler si nécessaire.
Remplir la fiche de suivi.
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
faire laver les mains ou laver les mains de la personne soignée au savon + eau chaude puis rincer et sécher
soigneusement
adapter la lancette à l’auto-piqueur
piquer le doigt et laisser la goutte de sang se former
déposer la goutte de sang sur la bandelette
suivre le mode d’emploi du lecteur de glycémie
essuyer le doigt avec la compresse
éliminer le matériel souillé FT 2
se laver les mains FT 3
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’heure et le résultat de la glycémie capillaire
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant si l’on observe un résultat inhabituel
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
29
TECHNIQUE D’INJECTION D’INSULINE
CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Parvenir à assurer un équilibre glycémique par l’injection d’insuline prescrite.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
antiseptique
compresses ou tampons
seringue à insuline ou stylo avec cartouche dosée à 100 ui/ml
flacon d’insuline prescrit
Recommandations :
Prendre connaissance du résultat de la glycémie capillaire et appliquer le protocole prescrit.
Connaître la concentration de l’insuline utilisée.
Sortir l’insuline du réfrigérateur ½ heure avant la première utilisation du flacon.
Conserver les flacons non entamés au réfrigérateur.
Laisser le flacon entamé à température ambiante.
Protéger le bouchon du flacon entamé à l’aide d’une compresse.
Noter en clair la date de la première utilisation sur le flacon.
Effectuer une rotation des sites d’injection cf fiche de surveillance diabétique
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
Avec la seringue :
se laver les mains FT 3
agiter le flacon d’insuline
faire l’antisepsie du bouchon du flacon d’insuline avec l’antiseptique et une compresse stérile
prélever dans le flacon avec la seringue la quantité d’insuline nécessaire suivant prescription
faire l’antisepsie de la peau
faire un pli cutané et injecter perpendiculairement à la peau
essuyer la peau avec une compresse imbibée d’antiseptique
ne pas recapuchonner l’aiguille
éliminer le matériel souillé FT 2
se laver les mains FT 3
Avec le stylo :
se laver les mains FT 3
adapter l’aiguille à la cartouche à l’intérieur du stylo
sélectionner la dose à l’aide du compteur suivant la prescription
purger le stylo
procéder à l’injection comme précédemment
éliminer le matériel souillé FT 2
©Soins et Santé
29
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter le site d’injection
noter la dose d’insuline administrée
noter si l’on observe une algodystrophie
noter si le site d’injection est douloureux
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
30
TECHNIQUE D’INJECTION PAR VOIE INTRA-MUSCULAIRE
CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Réduire les infections locales en utilisant une technique aseptique.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
antiseptique alcoolique (Chlorhexidine® ou Hibitane ®)
compresses stériles ou tampons stériles
seringue
aiguille IM
trocard
boîte à déchets
Recommandations :
Dans le choix du côté d’injection, éviter de piquer du côté d’une Prothèse Totale de Hanche.
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
mettre une blouse
se laver les mains FT 3
faire l’antisepsie du point de ponction en procédant largement, de façon circulaire du point de piqûre vers
l’extérieur
faire l’injection
refaire l’antisepsie du point de ponction après l’injection
jeter les aiguilles sans le recapuchonner directement dans le réceptacle à aiguilles
réinstaller la personne soignée
se laver les mains FT 3
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter le site d’injection
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
31
PANSEMENT DE PROPRETE CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Maintenir la plaie à l’abri de toute infection locale.
Matériel :
Mis à disposition par l’H.A.D. :
blouse non tissée
savon liquide
set de pansement :
. 1 essuie-main
. 1 champ de soin 40 x 45
. 1 gant de Villain
. 1 pince Kocher
. 1 pince à disséquer
. 5 boules de gaze stériles
sérum physiologique
Cicaplaie®
Recommandations :
Suivre la prescription médicale.
Utiliser les produits de même gamme :
exemple :Hibitane®/Hibiscrub®
Bétadine® dermique/Bétadine® scrub
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT 1
se laver les mains FT 2
ouvrir le set à pansement
enfiler le gant de Villain
enlever le pansement souillé avec le gant de Villain
imbiber les tampons de sérum physiologique
nettoyer la plaie du plus propre au plus sale
sécher la plaie
fermer le pansement
éliminer le matériel souillé FT 2
se laver les mains FT 3
Evaluation - transmissions :
♦
♦
♦
Sur le dossier de soins :
noter l’aspect de la plaie
noter si douleur
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’aspect de la peau
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 1 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
32
PANSEMENT DE PLAIES CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Obtenir une plaie propre afin d’assurer une cicatrisation.
Ce protocole s’applique pour les escarres et les ulcères.
Matériel :
-
blouse à usage unique
alèse
set de pansement
tampons et compresses stériles
bande Nylex® (si escarre talon, coude...)
sérum physiologique
bistouri à usage unique
curette à usage unique
Cicaplaie® (si escarre sacrum)
Choix des produits à utiliser :
-
Hydrocolloïdes : favorisent la détersion, absorbent les
exsudats qui se transforment en gel au contact de la
plaque. Ils créent un milieu humide et chaud stimulant le
bourgeonnement.
COLOPLAST :
. Comfeel® transparent
. Comfeel® opaque
. Comfeel® pâte
. Comfeel® poudre
. Comfeel gel Purilon®
CONVATEC :
. Duoderm E®
-
Hydrofibres : utilisés en phase de détersion dans le cas de
plaies très exsudatives en raison de leur absorption
supérieure. S’adaptent aux plaies profondes cavitaires ou
tunnellisées.
CONVATEC :
. Aquacel® compresse
. Hydrogel® (gel)
SMITH ET NEPHEW :
. Allevyn Cavity®
BRAUN :
-
. Askine® transorbent
Alginate de Calcium : utilisé en phase d’absorption et de
détersion. Il permet un drainage des plaies fortement
exsudatives et fibrineuses.
COLOPLAST :
. Sea Sorb® mèche
. Sea Sorb® compresse
BRAUN :
. Sorb® mèche
. Sorb® compresse
©Soins et Santé
Stades
Caractéristiques
Produits
Stade I
Rougeur
Comfeel® transparent
Stade II
Phlyctène avec induration
ne cédant pas aux
massages, épidermisation
Comfeel® opaque
Duoderm® E
Stade III
Nécrose, atteinte des
parties molles
Décaper suivant
prescription :
-
Stade IV
Plaies, atteinte des
tendons jusqu’à l’os
Stade V
Multiplication des escarres
Comfeel Purilon®
Comfeel® poudre
Askina® transbordent
Comfeel Sea Sorb®
Askina Sorb®
Aquacel® + hydrogel®
Comfeel® pâte
Allevyn Cavity®
Recommandations :
Ces produits ne s’utilisent pas avec un antiseptique mais uniquement après nettoyage au sérum physiologique.
Changer la plaque suivant le stade saturation.
Méthode :
-
appliquer le protocole intitulé “ Préambule à tout soin à domicile ” FT 1
se laver les mains FT 2
ouvrir le set à pansement
enfiler le gant de Villain
enlever le pansement souillé avec le gant de Villain
imbiber les tampons de sérum physiologique
nettoyer la plaie du plus propre au plus sale
sécher la plaie
selon le stade de l’escarre, appliquer les produits correspondants
fermer le pansement
éliminer le matériel souillé FT3
se laver les mains FT 2
Evaluation - transmissions :
♦
♦
-
♦
Sur le dossier de soins :
noter l’aspect de la plaie et le geste curatif réalisé
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’aspect de la peau
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire.
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Bibliographie : Revue de l’Infirmière Année 99
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
32
33
PROTOCOLE DE SURVEILLANCE ET D’ARRET D’UNE PONCTION EVACUATRICE
D’ASCITE CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Assurer, par l’introduction transcutanée d’une aiguille dans la cavité péritonéale, l’évacuation du liquide d’ascite et
prévenir les complications infectieuses. La ponction d’ascite est réalisée par le médecin.
Matériel :
-
1 blouse
Gants stériles
savon liquide
compresses stériles
tampons stériles
antiseptique prescrit
pansement adhésif 6 x 6
Recommandations :
La ponction d’ascite (pose et ablation) est un geste médical.
Toutefois, pour les patients pris en charge dans le cadre d'une HAD, l'infirmière D.E. peut procéder à l'ablation du
matériel de ponction, sous la responsabilité du médecin qui l'a posée et sur prescription médicale. Le médecin sera
joignable en cas de problème.
N.B. : l'ablation d'une ponction d'ascite n'est pas autorisée en pratique libérale.
-
Faire uriner la personne soignée avant la ponction.
Installer la personne soignée confortablement car c’est un acte long.
Indiquer à la personne soignée la nécessité de rester immobile pendant toute la durée de la ponction et
en informer l’entourage.
Les précautions d’asepsie observées par le praticien doivent être rigoureuses :
lavage simple des mains avec savon doux et désinfection avec solution hydro-alcoolique
désinfection du point de ponction en 5 temps :
•
savonnage avec antiseptique moussant
•
rinçage avec sérum physiologique
•
séchage avec tampon sec
•
badigeonnage avec antiseptique
•
séchage pendant 3 à 5 minutes.
La ponction durant au moins 2 heures, éviter de la programmer au moment des repas.
Arrêter le drainage :
•
•
si le liquide devient hémorragique
si des modifications cardio vasculaires se produisent en cours d’évacuation
Veiller à aménager un temps de repos pour la personne soignée après la ponction.
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT1
Pendant le déroulement de la ponction d’ascite :
surveiller les paramètres physiologiques durant l’évacuation du liquide d’ascite, une ou plusieurs fois selon l’état
de la personne soignée et la quantité de liquide à évacuer
pouls et tension artérielle
respiration
©Soins et Santé
33
-
surveiller le débit de l’évacuation
surveiller la position de l’aiguille
surveiller la couleur du liquide recueilli
évaluer avec la personne soignée l’efficacité de la ponction au niveau de son confort
A la fin de la ponction :
-
se laver les mains FT3
mettre les gants stériles
retirer l’aiguille et la jeter dans le collecteur piquant/tranchant/coupant
appliquer un antiseptique sur le point de ponction
mettre un pansement adhésif
mesurer le périmètre abdominal
vérifier l’arrêt de l’écoulement
éliminer le matériel souillé FT2 dans le container des Déchets d'Activités de Soins A Risques Infectieux (DASRI)
Oter les gants
Se laver les mains FT3
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée (état d’hydratation : sécheresse des muqueuses et de la peau ;
surveillance des constantes : tension artérielle)
noter la date et la durée de la ponction
noter l’aspect du liquide d’ascite, le volume retiré
noter les paramètres physiologiques observés pendant la ponction
noter l’aspect de la peau au niveau du point de ponction (inflammation, hématome)
noter avec la personne soignée les critères d’amélioration de son confort
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CLIN – H.A.D. Lyon
Date de diffusion : Juin 2006 (version n°3)
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
34
TECHNIQUE DE PERFUSION PAR VOIE SOUS-CUTANEE
CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Administrer une réhydratation ou un apport médicamenteux sous forme de perfusion ou d’injection en continu par la
voie sous-cutanée.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
antiseptique alcoolique
compresses stériles
épicrâniennes
pansements adhésifs 6 x 6
perfuseur, régulateur de débit
1 pied à sérum
1 flacon d’Hibitane®
1 pompe volumétrique ou pousse-seringue
Recommandations :
Changer systématiquement de site toutes les 48 heures.
Ne pas dépasser une administration supérieure à 500 ml par site sur 12 heures, plusieurs sites d’injection peuvent
être utilisés (pour faciliter la diffusion et l’absorption).
Dépister l’apparition de signes inflammatoires ou de mauvaise absorption des thérapeutiques utilisées et dans tous
les cas changer le site d’injection.
Prévenir le médecin traitant.
Eduquer la personne soignée et son entourage au dépistage de l’apparition des signes.
Donner la conduite à tenir à l’entourage en cas de difficultés techniques (douleur, débit, alarmes).
Méthode :
-
-
©Soins et Santé
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT1
mettre la blouse
se laver les mains FT3
préparer la perfusion :
décapsuler les flacons
procéder à l’antisepsie des bouchons ou casser les ampoules
vérifier la présence du vide dans le flacon
connecter les tubulures au flacon de perfusion
vérifier la présence du vide dans le flacon
reconstituer les thérapeutiques prescrites à administrer
mettre les thérapeutiques reconstituées dans le flacon de perfusion si nécessaire
mettre le flacon de perfusion sur le pied à sérum
purger la tubulure en maintenant l’embout stérile
se laver les mains FT3
repérer le site d’injection
réaliser l’antisepsie de la peau FT5
faire le pli cutané
introduire l’épicrânienne avec un angle de 30 à 45° (l’aiguille doit être en sous-cutané et non dans le muscle)
brancher le perfuseur
régler le débit
démarrer la perfusion
faire une boucle de sécurité
fixer l’aiguille avec le pansement adhésif
éliminer le matériel souillé FT2
se laver les mains FT3
réinstaller confortablement la personne soignée
34
Evaluation - transmissions :
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’heure du branchement
noter la nature et la quantité de la thérapeutique administrée
noter la position du site d’injection
noter sur le plan local l’apparition des signes suivants :
douleur
rougeur
œdème
induration
fuite
saignement au point d’injection
noter si l’on observe une difficulté d’injection
noter la qualité de la réabsorption
noter la tolérance des thérapeutiques administrées
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
♦
-
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
35
TECHNIQUE DE POSE ET D’ENTRETIEN D’UN CATHETER COURT
CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Pose d’un cathéter court afin de pouvoir brancher des perfusions ou pratiquer des injections sur voie veineuse
périphérique en évitant une contamination locale pouvant entraîner une complication infectieuse ou une intolérance
chez la personne soignée à domicile.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
1 alèse
1 paire de ciseaux non stériles
1 flacon d’Hibitane®
1 flacon d’Hibiscrub®
1 récupérateur d’aiguilles
1 garrot propre
1 cathéter court
seringue pour traitement et/ou rinçure héparinée
pansement stérile (type Vécafix®)
1 prolongateur 3 voies
set de branchement comprenant :
temps propre :
2 essuie-mains
5 compresses 7,5 x 7,5
Temps stérile :
2 essuie-mains
1 champ de soins 50 x 60 pour le plan de travail
1 champ de soin 40 x45
5 compresses non tissées 7,5 x 7,5
1 ampoule de sérum physiologique de 10ml
1 seringue de 20ml
1 bouchon
1 trocard
Recommandations :
Choix du site de pose :
Eviter les membres inférieurs
Ne jamais ponctionner :
un côté hémiplégique
du côté d’une mammectomie
un bras porteur d’une fistule
un bras porteur d’une phlébite.
Il s’effectue en commençant par la partie distale du membre.
Utiliser un prolongateur avec robinet 3 voies (pour garantir l’asepsie et prévenir les accidents d’exposition au
sang).
©Soins et Santé
35
Méthode :
Pose du cathéter court :
Appliquer la fiche technique intitulée “ Préambule sur la conduite à tenir pour tout soin à domicile ” FT1
Mettre la blouse
Se laver les mains FT3
Installer l’alèse
Couper si besoin les poils situés sur le site de ponction avec l’aide de ciseaux. Ne pas raser.
Réaliser une antisepsie large autour de la zone du point de ponction avec l’Hibiscrub® puis le sérum
physiologique stérile et l’Hibitane® FT5
Ouvrir le set de pose
Disposer le matériel sur le champ stérile
Se laver les mains (lavage antiseptique) FT4
Enfiler les gants
Poser le garrot
Piquer avec le cathéter
Monter le cathéter dans la veine
Desserrer le garrot et enlever le mandrin du cathéter après avoir comprimé au-dessus du cathéter avec le
pouce.
Mettre le mandrin directement dans le récupérateur d’aiguilles.
Adapter un prolongateur 3 voies purgées et la seringue pour le traitement et/ou pour la rinçure héparinée puis le
bouchon obturateur.
Fixer le cathéter avec le pansement Vécafix®.
Eliminer le matériel souillé FT2
Se laver les mains FT3
Réinstaller le patient.
Entretien d’un cathéter court :
Le site d’insertion du cathéter doit être changé toutes les 72 heures et impérativement en cas de signes
d’intolérance veineuse et dès que le dispositif n’est plus nécessaire (voir chapitre évaluation-transmission).
Le changement quotidien des tubulures n’est pas nécessaire ; préférer le changement toutes les 48 heures ou
72 heures en même temps que le cathéter.
Ablation :
Retirer délicatement le cathéter après avoir ôté le pansement et/ou les bandelettes adhésives.
Mettre en place pour quelques heures un pansement stérile légèrement compressif.
Déposer le cathéter directement dans le récupérateur d’aiguilles.
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’heure et le jour de pose
noter la position du site d’injection
noter sur le plan local l’apparition des signes suivants :
signes pouvant confirmer une extravasation :
sensation de picotement, de brûlure, rougeur, douleur plus ou moins vive,
absence de retour veineux,
enflure (œdème) à l’endroit de l’injection.
signes d’allergie au matériau du cathéter
signes d’infection ou inflammation (rougeur, chaleur...)
signes de lymphangite.
Dans tous les cas d’apparition des signes ci-dessus, l’ablation du cathéter doit être immédiate.
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
36
TECHNIQUE DE POSE DE PERFUSION ET D’INJECTION SUR VOIE VEINEUSE
PERIPHERIQUE CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Poser des perfusions ou pratiquer des injections sur voie veineuse périphérique en évitant une contamination locale
pouvant entraîner une complication infectieuse chez la personne soignée à domicile.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
Set de branchement comprenant :
temps propre :
2 essuie-mains
5 compresses 7,5 x 7,5
temps stérile :
2 essuie-mains
1 champ de soin 50 x 60 pour le plan de travail
1 champ de soin 40 x 45
5 compresses non tissées 7,5 x 7,5
1 ampoule de sérum physiologique de 10 ml
1 seringue de 10 ml
1 bouchon
1 trocard
-
1 flacon d’Hibitane®
perfuseur avec robinet 3 voies, régulateur de débit
pied à sérum
bassin réniforme
pompe volumétrique ou pousse-seringue (si besoin)
Recommandations :
Donner la conduite à tenir à l’entourage en cas de difficultés techniques (douleur, débit, alarme).
Les manipulations de la ligne de perfusion doivent toujours être effectuées après un lavage antiseptique des mains
et au moyen de compresses stériles imbibées d’un antiseptique.
L’intervalle de changement des tubulures de perfusion et de ses annexes (robinet, rampes de perfusion, régulateur
de débit) peut être porté à 72 heures. Pour les produits sanguins labiles ou les solutés lipidiques, les tubulures
doivent être changées après le passage des produits.
La protection permanente des raccords (exemple : boîtier) pourrait être utile en cas de perfusion prolongée afin
d’éviter toute contamination due aux contacts.
©Soins et Santé
36
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT1
se laver les mains FT3
programmer la pompe volumétrique (si besoin)
ouvrir le set de branchement
procéder à un lavage antiseptique des mains FT4
poser le champ stérile sur le plan de travail propre
disposer le matériel sur le champ stérile
imbiber les compresses d’Hibitane®
Préparation de la perfusion :
percuter le fond du flacon de perfusion avec la paume de la main pour vérifier l’absence d’air dans le flacon(bruit
sourd caractéristique)
décapsuler les flacons
procéder à la désinfection des bouchons ou casser les ampoules
connecter les tubulures au flacon de perfusion
si nécessaire, reconstituer les thérapeutiques prescrites à administrer et les mettre dans le flacon de perfusion.
Au besoin, retirer un volume équivalent de soluté
mettre le flacon de perfusion sur le pied à sérum
purger la tubulure dans un haricot en maintenant l’embout stérile
Pose de la perfusion :
se laver les mains FT4
installer le deuxième champ sous le bouchon du cathlon
enlever le bouchon
brancher la tubulure avec le robinet 3 voies à l’embout du cathlon
préparer la seringue de sérum physiologique
contrôler le reflux sanguin par l’intermédiaire du robinet 3 voies avec la seringue de sérum physiologique
vérifier la perméabilité du cathéter veineux court en injectant 10 ml de sérum physiologique
mettre en route la perfusion (soit avec la pompe volumétrique, soit en réglant le débit)
éliminer le matériel souillé FT2
se laver les mains FT3
installer confortablement la personne soignée
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le flacon de perfusion :
noter l’éventuel apport de produits médicamenteux
l’heure de pose et la durée prévue
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’heure de branchement de la perfusion, le volume et le débit programmé
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
37
TECHNIQUE D’ENTRETIEN D’UNE VOIE D’ABORD
CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Maintenir la perméabilité de la voie veineuse.
Eviter les différentes interactions médicamenteuses.
Protéger la veine contre les thromboses et les injections.
Matériel :
Se reporter au matériel des fiches techniques correspondant aux voies veineuses.
Recommandations :
Tout entretien d’une voie d’abord ne peut être envisagé sans prescription médicale et protocole précis. Il n’existe pas
de consensus médical sur le sujet mais plutôt des habitudes de services. Néanmoins, il se dégage quelques grands
principes et pour information, nous allons les énoncer.
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT1
I – Sur voie périphérique avec cathéter veineux court :
Faire des rinçures au sérum physiologique systématiquement après l’injection de produits médicamenteux suivies si
prescription d’une rinçure héparinée.
Selon les recommandations de l’ANAES, l’ablation du cathéter veineux court doit être obligatoirement pratiquée
toutes les 72 heures.
Lorsque le cathéter est obstrué, il ne faut jamais injecter de force le caillot, celui-ci est toujours un embole septique.
II – Sur voie veineuse centrale
1.
Avec cathéter de type Groshung
•
Définition :
C’est un cathéter veineux central qui a pour particularité une valve à l’extrémité distale permettant d’en faire
un système clos.
•
Technique d’entretien :
La valve évitant en principe le retour sanguin, l’héparinisation est donc inutile. Seule une rinçure au sérum
physiologique en exerçant une pression positive en fin d’injection est suffisante.
2. Autres cathéters
L’entretien est identique au cathéter Groshung, avec cependant la nécessité selon prescription médicale de procéder
à une rinçure héparinée afin de prévenir le risque de thrombose.
III – Protocole d’entretien
1.
Sans héparinisation
•
Méthode et conseils :
Pour éviter toute trace de perfusat, rincer le cathéter en faisant une injection de 20 ml de sérum physiologique et en
exerçant une pression positive en fin d’injection. FT38
2. Avec héparinisation
Après l’injection de sérum physiologique comme énoncé ci-dessus, pratiquer une rinçure héparinée selon la
prescription médicale en utilisant des flacons d’héparine Dakota 500 UI/5 ml.
©Soins et Santé
37
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter la date de la rinçure
Noter les difficultés techniques rencontrées
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
38
TECHNIQUE DE REFECTION D’UN PANSEMENT DE VOIE VEINEUSE CENTRALE
CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Eviter une contamination locale pouvant entraîner une complication infectieuse.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
set de pansement VVC (voie veineuse centrale) :
temps propre :
2 essuie-mains
1 blouse non tissée
1 masque
1 charlotte
1 gant de Villain
temps stérile :
2 essuie-mains
1 champ de soin 50 x 60 pour le plan de travail
1 paire de gants à usage unique
1 champ de soin fenêtré 40 x 45
2 compresses non tissées 7,5 x 7,5
10 tampons
3 bandelettes adhésives
2 pansements adhésifs 9 x 15
3 ampoules de sérum physiologique de 10 ml
1 seringue de 20 ml + 1 aiguille 18G
1 bouchon LL
-
compresses stériles
solution antiseptique moussante et antiseptique sur prescription
masque si besoin (pour le patient)
Recommandations :
La réfection du pansement sera réalisée 1 fois par semaine ou plus si nécessaire (pansement souillé, décollé,
tâché).
Lors de l’antisepsie de la peau, ne pas enlever la bague de sérosité produite par la peau à l’entrée du cathéter (elle
protège le point d’entrée cutané).
Lors de la pose des bandelettes adhésives, ne pas les croiser, ne pas recouvrir le point d’entrée du cathéter, il doit
rester visible pour la surveillance.
©Soins et Santé
38
Méthode :
-
-
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT1
se laver les mains FT3
installer la personne soignée confortablement la tête tournée du côté opposé au cathéter, le visage protégé par
un masque
ouvrir les deux sets
mettre la blouse, la charlotte et le masque
mettre le gant de Villain
enlever le pansement avec le gant de Villain
procéder à un lavage antiseptique des mains FT4
enlever les bandelettes adhésives situées au niveau du point d’entrée du cathéter
poser le champ stérile sur une surface propre
mettre les gants stériles
disposer le matériel sur le champ stérile
procéder à l’antisepsie de la peau en 5 temps FT5
poser les bandelettes adhésives pour fixer le cathéter
appliquer le pansement
éliminer le matériel souillé FT2
se laver les mains FT3
réinstaller confortablement la personne soignée
Evaluation - transmissions :
♦
-
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter la date de réfection du pansement
noter les paramètres suivants pour l’évaluation de l’état local :
douleur
inflammation
œdème
écoulement
fixation du cathéter
noter les paramètres suivants pour l’évaluation de l’état général:
fièvre
frissons
asthénie
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
39
TECHNIQUE DE REFECTION D’UN PANSEMENT DE VOIE VEINEUSE CENTRALE
AVEC CHANGEMENT DE PROLONGATEUR
CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Eviter une contamination locale pouvant entraîner une complication infectieuse chez une personne soignée à
domicile.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
set de pansement VVC (voie veineuse centrale) :
temps propre :
2 essuie-mains
1 blouse non tissée
1 masque
1 charlotte
1 gant de Villain
temps stérile :
2 essuie-mains
1 champ de soin 50 x 60 pour le plan de travail
1 paire de gants à usage unique
2 compresses non tissées 7,5 x 7,5
10 tampons
3 bandelettes adhésives
2 pansements adhésifs 9 x 15
3 ampoules de sérum physiologique de 10 ml
1 seringue de 20 ml + 1 aiguille 18G
1 bouchon
-
compresses stériles
solution antiseptique moussante et antiseptique sur prescription
masque si besoin (pour le patient)
1 prolongateur
1 boîtier protecteur
1 flacon d’antisepsique : Chlorhexidine® ou Polyvidone® iodée
Recommandations :
La réfection du pansement sera réalisée 1 fois par semaine ou plus si nécessaire (pansement souillé, décollé,
tâché).
Pendant le pansement et pour le changement de prolongateur, mettre si possible la personne soignée en légère
proclive.
Lors de l’antisepsie de la peau, ne pas enlever la bague de sérosité produite par la peau à l’entrée du cathéter (elle
protège le point d’entrée cutané).
Lors de la pose des bandelettes adhésives, ne pas les croiser, ne pas recouvrir le point d’entrée du cathéter, il doit
rester visible pour la surveillance.
©Soins et Santé
39
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT1
se laver les mains FT3
installer la personne soignée confortablement la tête tournée du côté opposé au cathéter, le visage protégé par
un masque
ouvrir les deux sets
mettre la blouse, la charlotte et le masque
mettre le gant de Villain
enlever le pansement avec le gant de Villain
procéder à un lavage antiseptique des mains FT4
enlever les bandelettes adhésives situées au niveau du point d’entrée du cathéter
poser le champ stérile sur une surface propre
mettre les gants stériles
disposer le matériel sur le champ stérile
préparer une seringue de 20 ml de sérum physiologique
purger le prolongateur et laisser la seringue adaptée au prolongateur
poser les bandelettes adhésives pour fixer le cathéter
glisser une compresse stérile sous le prolongateur
clamper le cathéter manuellement et/ou demander à la personne soignée de se mettre en apnée
désadapter le prolongateur
adapter le prolongateur et la seringue contenant le sérum physiologique
injecter le sérum physiologique et la rinçure héparinée si prescrite spécifiquement
fermer le robinet à 3 voies
terminer le pansement
mettre l’extrémité du prolongateur dans le boîtier protecteur
faire une boucle de sécurité avec le deuxième pansement adhésif
éliminer le matériel souillé FT2
se laver les mains FT3
réinstaller confortablement la personne soignée
Evaluation - transmissions :
♦
-
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter la date de réfection du pansement et du changement de prolongateur
noter les paramètres suivants pour l’évaluation de l’état local :
douleur
inflammation
œdème
écoulement
fixation du cathéter
noter les paramètres suivants pour l’évaluation de l’état général:
fièvre
frissons
asthénie
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
40
TECHNIQUE DE POSE DE PERFUSION ET D’INJECTION SUR VOIE VEINEUSE
CENTRALE CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Poser des perfusions ou pratiquer des injections sur voie veineuse centrale en évitant une contamination locale
pouvant entraîner une complication infectieuse chez la personne soignée à domicile.
Matériel :
-
-
1 blouse non tissée
savon liquide
set de branchement comprenant :
temps propre :
2 essuie-mains
5 compresses 7,5 x 7,5
temps stérile :
2 essuie-mains
1 champ de soin 50 x 60 pour le plan de travail
1 champ de soin 40 x 45
5 compresses non tissées 7,5 x 7,5
2 ampoules de sérum physiologique de 10 ml
1 seringue de 20 ml + 1 aiguille 18G
1 bouchon
2 trocarts
1 seringue de 50 ml
1 flacon d’Hibitane®
1 pompe volumétrique
rinçure héparinée si prescription
Recommandations générales
Les manipulations doivent être aseptiques :
lavage des mains avant toute manipulation
manipulation à travers une compresse imbibée d’Hibitane®
respect du système clos.
L'efficacité des boîtiers de protection des raccords de tubulures n'a pas été suffisamment établie, bien qu'ils puissent
être utiles quand ils sont en contact avec le lit du patient. Le fait de les imbiber avec une solution d'antiseptique n'est
pas utile.
-
Au moindre doute de dysfonctionnement de la voie veineuse centrale (douleur, gonflement, résistance à
l'injection, absence de reflux récent…), prévenir le médecin traitant ou le médecin coordonnateur qui décidera
d'un contrôle radiologique.
Recommandations en cas d'extravasation de produits hypertoniques (type Mannitol®)
arrêter la perfusion,
laisser le dispositif d'injection en place,
aspirer le sang entre 3 à 5 ml, si possible
prévenir le médecin traitant ou le médecin coordonnateur qui organisera le transfert dans un service spécialisé
pour un lavage-aspiration.
©Soins et Santé
40
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT1
mettre la blouse
faire un lavage antiseptique des mains FT5
mettre le champ stérile sur le plan de travail propre
disposer le matériel sur le champ stérile
préparer la rinçure simple
préparer la rinçure héparinée selon prescription
imbiber les compresses d’Hibitane®
désadapter le bouchon avec une compresse imbibée
installer le champ sous le prolongateur
Injection simple :
adapter la seringue et procéder à l’injection puis à la rinçure
fermer le cathéter en maintenant une pression positive
réaliser la rinçure héparinée selon prescription
désadapter la seringue et mettre le bouchon
mettre l’embout du prolongateur dans un boîtier de protection imbibé d’Hibitane®
fixer l’extrémité du cathéter
Préparation de la perfusion :
percuter le fond du flacon de perfusion avec la paume de la main pour vérifier l’absence d’air dans le flacon(bruit
sourd caractéristique)
décapsuler les flacons
procéder à l’antisepsie des bouchons ou casser les ampoules
connecter les tubulures au flacon de perfusion
si nécessaire, reconstituer les thérapeutiques prescrites à administrer et les mettre dans le flacon de perfusion.
Au besoin, retirer un volume équivalent de soluté
mettre le flacon de perfusion sur le pied à sérum
purger la tubulure dans un haricot en maintenant l’embout stérile
fermer le robinet et clamper le cathéter
Pose de la perfusion :
se laver les mains FT4
installer le deuxième champ sous le bouchon du prolongateur
enlever le bouchon avec une compresse imbibée
brancher la tubulure avec le robinet 3 voies à l’embout du prolongateur
préparer la seringue de sérum physiologique
contrôler le reflux sanguin par l’intermédiaire du robinet 3 voies avec la seringue de sérum physiologique si
protocole médical
vérifier la perméabilité du cathéter veineux en injectant 10 ml de sérum physiologique
mettre en route la perfusion (soit avec la pompe volumétrique, soit en réglant le débit)
éliminer le matériel souillé FT2
se laver les mains FT3
réinstaller confortablement la personne soignée
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’heure de branchement de la perfusion
noter la tolérance de la perfusion ou des produits administrés
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : Juin 2006 – Version n°2
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
41
TECHNIQUE D’UTILISATION ET D’ENTRETIEN D’UNE CHAMBRE IMPLANTABLE
CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Administrer les thérapeutiques prescrites sous forme de perfusions ou d’injections intra-veineuses directes.
Maintenir la perméabilité de la chambre.
Eviter les risques septiques.
Matériel :
-
-
1 blouse non tissée
savon liquide
set VVC (temps propre, temps stérile)
solutions moussante (Hibiscrub® ou Bétadine scrub®)
antiseptique (Hibitane® ou Bétadine® dermique)
3 dosettes de sérum physiologique
1 aiguille Gripper :
Les aiguilles de diamètre 0.7 mm ( 22G ) sont utilisées pour
les injections, les perfusions, les rinçages, les
héparinisations.
Les aiguilles de diamètre 0.9 mm ( 20G ) sont utilisées pour la
nutrition parentérale et l’administration des dérivés sanguins.
gants stériles
un boîtier stérile
Recommandations générales
- Ne jamais utiliser de seringues de calibre inférieur à 10cc et vide car risque de rupture du cathéter liée à une
pression trop importante des seringues de petit calibre.
-
Les manipulations invasives (ponction du septum et réfection du pansement ) se réalisent avec port du masque
(malade et infirmière) et des gants stériles Le port de la charlotte est uniquement justifié pour les patients
aplasiques et neutropéniques.
- Les manipulations de la ligne veineuse doivent être aseptiques :
. lavage des mains avant toute manipulation
. manipulation à travers une compresse imbibée d’Hibitane®
. respect du système clos.
- Au moindre doute de dysfonctionnement de la voie veineuse centrale (douleur, gonflement, résistance à
l'injection, absence de reflux récent…), prévenir le médecin traitant ou le médecin coordonnateur qui décidera
d'un contrôle radiologique.
Recommandations en cas d'extravasation de produits hypertoniques (type Mannitol®)
arrêter la perfusion,
laisser le dispositif d'injection en place,
aspirer le sang entre 3 à 5 ml, si possible
prévenir le médecin traitant ou le médecin coordonnateur qui organisera le transfert dans un service spécialisé
pour un lavage-aspiration.
Recommandations en cas d'obstruction de la chambre implantable
. tenter d’aspirer le caillot par des manœuvres douces
. vérifier la position de l’aiguille
. faire tousser la personne soignée, mobiliser son bras.
-
©Soins et Santé
Si échec :
. changer l’aiguille
. l’aiguille doit buter contre la paroi du site
. éviter de piquer au même endroit.
41
-
Si le changement de l’aiguille est inefficace : ne pas insister car risque de rupture du cathéter et informer le
médecin traitant et si besoin, le médecin coordonnateur. La désobstruction de la chambre est réalisée sur
prescription médicale.
-
Le changement des tubulures de perfusion et de ses annexes est réalisé toutes les 48 heures Les tubulures
sont changées après chaque passage de produits sanguins ou de solutés lipidiques.
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée “Préambule à tout soin à domicile” FT1
installer la personne soignée en décubitus dorsal, torse nu, la tête tournée du côté opposé au site
mettre la blouse, le masque, ( la charlotte si nécessaire )
se laver les mains FT3
ouvrir les deux sets, dévisser les flacons d’antiseptiques et préparer les perfusions FT40
enlever le pansement
maintenir le site, enlever l’aiguille Gripper, poser un tampon sur le site en maintenant pendant quelques
secondes une légère pression
s’assurer qu’il n’y ait ni douleur, ni œdème, ni rougeur, ni infection
1° Pose de l’aiguille et branchement d’une perfusion
se laver les mains (lavage antiseptique) FT4
disposer le champ sur le plan de travail préalablement nettoyé et le matériel nécessaire
réaliser une première asepsie à main nue de la zone à ponctionner du point de ponction vers l’extérieur
mettre les gants
procéder à l’asepsie de la peau en 5 temps en respectant le sens du moins septique vers le plus septique FT5
poser le champ fendu sur le site
purger l’aiguille et le prolongateur et adapter la seringue
repérer le site
introduire l’aiguille au centre du septum perpendiculairement à la peau en maintenant la chambre entre le pouce
et l’index jusqu’à heurter le fond métallique
ouvrir le clamp, vérifier la perméabilité en effectuant une rinçure de sérum physiologique
. l’injection ne doit provoquer ni d’œdème, ni de douleur, ni d’inflammation, ni rencontrer de résistance
fixer l’aiguille avec des bandelettes stériles sans les croiser
protéger avec un pansement stérile en évitant de couder le prolongateur
brancher la perfusion
protéger la jonction aiguille/perfuseur avec un mini-boitier
enlever le champ fendu.
2° Injection isolée
préparer les injections FT40
injecter 20cc de sérum physiologique pour vérifier la perméabilité du site
réaliser le traitement (en cas d’injections multiples de produits différents, rincer avec 5 ml de sérum
physiologique entre chaque injection pour éviter la cristallisation dans le cathéter et donc le risque de
thrombose)
injecter 20 cc de sérum physiologique pour rincer le site
ne pas pratiquer une rinçure héparinée que sur prescription médicale
fermer le site en maintenant une pression positive
3° Entretien du site
rincer avec 20cc de sérum physiologique en maintenant une pression positive
ne pas pratiquer de rinçure héparinée sans prescription médicale
4° Conduite à tenir en cas d’extravasation de produits de chimiothérapie :
arrêter la perfusion sans retirer le dispositif en place
aspirer si possible 3 à 5 ml de sang pour retirer au maximum le produit
contacter le médecin hospitalier ou le médecin traitant pour obtenir des consignes spécifiques au produit
concerné.
©Soins et Santé
41
Evaluation - transmissions :
♦
-
♦
♦
Sur le dossier de soins :
noter si :
. douleur
. inflammation
. œdème
. infection
noter la position du site
noter si la personne soignée a de la fièvre
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire.
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2006 – Version n°2
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
42
TECHNIQUE DE PREPARATION D’UNE POCHE D’ALIMENTATION
PARENTERALE A DOMICILE
Objectif :
Reconstituer une poche d’alimentation parentérale en évitant toute contamination pouvant entraîner une complication
infectieuse chez la personne soignée à domicile.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
1 flacon d’Hibitane®
1 paire de gants stériles
1 pied à sérum
1 tubulure adaptée à la pompe volumétrique
1 set de préparation d’alimentation parentérale :
2 essuie-mains
1 champ de soins stérile
1 seringue de 50 ml
2 trocards
compresses stériles
tampons stériles
Recommandations :
Ne pas préparer à l’avance les poches d’alimentation parentérale (pour éviter la prolifération des germes).
Les manipulations doivent être aseptiques :
lavage des mains avant toute manipulation
manipulation à travers une compresse imbibée d’Hibitane®
respect du système clos.
Se référer à la prescription médicale.
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT1
nettoyer le plan de travail
mettre la blouse
se laver les mains FT3
ouvrir le set de préparation
peler la poche d’alimentation parentérale ou sortir les flacons
procéder à un lavage antiseptique des mains FT4
installer le champ stérile sur le plan de travail
disposer le matériel sur le champ stérile
disposer les flacons à côté du champ stérile et les décapsuler
placer la poche de telle façon que les embouts se trouvent sur le champ stérile
imbiber les compresses d’Hibitane®
enfiler les gants stériles et manipuler les flacons avec une compresse stérile ou bien enfiler un seul gant et
manipuler les flacons avec la main non gantée
procéder à l’antisepsie des bouchons des embouts et casser les ampoules des produits à rajouter dans la poche
injecter les produits dans la poche
bien mélanger par pressions sur la poche
connecter la tubulure
suspendre la poche ou le flacon d’alimentation parentérale au pied à sérum
purger la tubulure en maintenant l’embout stérile protégé d’une compresse imbibée d’une solution antiseptique
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
43
TECHNIQUE DE BRANCHEMENT D’UNE POCHE D’ALIMENTATION
PARENTERALE SUR VOIE VEINEUSE CENTRALE CHEZ UNE PERSONNE
SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Brancher une poche d’alimentation parentérale sur voie veineuse centrale en évitant une contamination locale
pouvant entraîner une complication infectieuse chez la personne soignée à domicile.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
set de branchement comprenant :
temps propre :
2 essuie-mains
5 compresses 7,5 x 7,5
temps stérile :
2 essuie-mains
1 champ de soin 50 x 60 pour le plan de travail
1 champ de soin 40 x 45
5 compresses non tissées 7,5 x 7,5
2 ampoules de sérum physiologique de 10 ml
1 seringue de 20 ml + 1 aiguille 18G
-
1 flacon d’Hibitane®
1 pompe volumétrique
Recommandations :
L'administration de l'alimentation parentérale doit être réalisée sur un cathéter veineux à l'aide d'une pompe
volumétrique. En cas de panne de la pompe, arrêter l'alimentation parentérale et prévenir le médecin coordonnateur
qui décidera de la conduite à tenir.
Clamper le cathéter à chaque ouverture ou manipulation.
Si impossibilité d’injecter, prendre contact avec le médecin traitant.
Donner la conduite à tenir à l’entourage en cas de difficultés techniques (douleur, débit, alarmes).
Méthode :
-
-
©Soins et Santé
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT1
mettre la blouse
se laver les mains FT3
programmer la pompe volumétrique
ouvrir le set de branchement
procéder à un lavage antiseptique des mains FT4
poser le champ stérile sur le plan de travail propre
installer le matériel sur le champ stérile
imbiber les compresses d’Hibitane®
installer le deuxième champ sous le prolongateur de la voie veineuse centrale
dégager le robinet du boîtier avec des compresses stériles et le poser sur le champ stérile
préparer la seringue de sérum physiologique et la rinçure héparinée si prescription
vérifier la perméabilité du cathéter veineux central en injectant 10 ml de sérum physiologique
brancher la tubulure à l’embout du prolongateur
déclamper le cathéter et ouvrir le robinet avec une compresse imbibée d’Hibitane®
replacer le robinet dans le boîtier
installer la tubulure dans la pompe
43
Méthode :
-
mettre en route la pompe
éliminer le matériel souillé FT2
se laver les mains FT3
installer confortablement la personne soignée
éduquer la personne soignée et son entourage par rapport aux alarmes de la pompe volumétrique
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’heure de branchement, le volume et le débit programmé
noter la présence d’un reflux sanguin (selon prescription)
noter la tolérance de l’alimentation parentérale
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : Avril 2006 – Version 2
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
44
TECHNIQUE DE DEBRANCHEMENT D’UNE POCHE D’ALIMENTATION
PARENTERALE SUR VOIE VEINEUSE CENTRALE
CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Débrancher une poche d’alimentation parentérale sur voie veineuse centrale en évitant une contamination locale
pouvant entraîner une complication infectieuse chez la personne soignée à domicile.
Matériel :
-
1 blouse non tissée
savon liquide
set de débranchement comprenant :
temps propre :
2 essuie-mains
5 compresses 7,5 x 7,5
temps stérile :
2 essuie-mains
1 champ de soin 50 x 60 pour le plan de travail
1 champ de soin 40 x 45
5 compresses non tissées 7,5 x 7,5
2 ampoules de sérum physiologique de 10 ml
2 seringue de 20 ml + 2 aiguilles 18G
1 bouchon LL
-
1 flacon d’Hibitane®
1 pompe volumétrique à perfusion
rinçure héparinée si prescription
Recommandations :
Imbiber systématiquement le boîtier de protection du prolongateur avec de l’Hibitane ®.
Méthode :
-
-
©Soins et Santé
appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT1
mettre la blouse non tissée
se laver les mains FT3
arrêter la pompe
clamper la tubulure
ouvrir le set de débranchement
faire un lavage antiseptique des mains FT4
mettre le champ stérile sur le plan de travail propre
disposer le matériel sur le champ stérile
imbiber les compresses d’antiseptique
préparer la rinçure de sérum physiologique
préparer la rinçure héparinée selon prescription
fermer le robinet 3 voies et clamper le cathéter
désadapter la tubulure de la poche d’alimentation parentérale du cathéter avec une compresse stérile imbibée
adapter la seringue et procéder à la rinçure
fermer le cathéter en maintenant une pression positive
réaliser la rinçure héparinée selon prescription
désadapter la seringue et mettre le bouchon
mettre l’embout du prolongateur dans un boîtier de protection
fixer l’extrémité du cathéter
éliminer le matériel souillé FT2
se laver les mains FT3
réinstaller confortablement la personne soignée
44
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’heure du débranchement
noter la tolérance de l’alimentation parentérale
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CCLIN Sud-Est
Date de diffusion : juin 2000
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
45
TECHNIQUE DE PREPARATION D’UNE CHIMIOTHERAPIE ANTI-CANCEREUSE
CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Protéger les professionnels, le patient, l’entourage et l’environnement de tout contact direct avec les produits de
chimiothérapie anti-cancéreuse.
Matériel :
-
savon liquide
alèses
récupérateur d’aiguilles
container
antiseptiques
savon antiseptique
prolongateurs 0.10 + robinet 3 voies (si cathéter)
aiguilles gripper (si site implantable)
sérum physiologique en ampoule
compresses stériles
seringues de 20 cc
aiguilles trocarts
1 blouse à usage unique de chimiothérapie (manches longues, poignets tricotés)
sur-lunettes de protection
masque hermétique sans valve 3M
1 set de branchement chimiothérapie comprenant :
temps propre :
. 2 essuie-mains
. 1 charlotte
temps stérile :
. 2 essuie-mains
. 1 champ de soin 50 x 60 plastifié
. 1 paire de gants en latex stériles
. 1 champ de soin 40 x 45 fenêtré
. 2 compresses 7.5 x 7.5
. 10 boules de gaze
. 3 plaques de bandelettes adhésives
. 2 pansements adhésifs 9 x 15
. 1 seringue de 20 ml + 1 aiguille 18 G
. 3 ampoules sérum physiologique 10 ml
. 1 bouchon LL
Recommandations :
Vérifier la prescription médicale et la présence d’autorisation médicale écrite d’administration.
Veiller à ce que l’entourage ne fume pas, ne mange pas, ne boive pas.
Réserver l’accès de la pièce pendant la phase de préparation uniquement au préparateur et l’interdire aux autres
personnes.
Préparer la chimiothérapie dans une pièce réservée si possible à cet usage, et présentant les caractéristiques
suivantes :
isolée et calme, en l’absence de produits alimentaires
fenêtres pouvant être fermées de façon étanche
à l’abri des courants d’air
entretien et désinfection faciles
présence d’une surface de préparation lisse, non absorbante et lavable (adaptable)
présence de tout le matériel nécessaire et des produits indispensables à la préparation elle-même
et à la sécurité du personnel
Prévoir pour les préparations une seringue d’un volume au moins supérieur de 25 % au volume à injecter.
Toutes préparations correctement identifiées et datées doivent être administrées dans les instants qui suivent.
©Soins et Santé
45
Méthode :
-
appliquer la fiche technique intitulée « Préambule à tout soin à domicile» FT1
ouvrir le set temps propre
protéger la zone de travail par un champ
mettre la blouse, le masque et les sur-lunettes
se laver les mains (lavage hygiénique) FT3
ouvrir le set temps stérile
mettre les gants en latex à usage unique
disposer le matériel sur un champ stérile en ménageant deux zones :
. matériel de préparation
ème
. matériel de branchement (gants stériles, 2
champ stérile et compresses stériles)
Préparation des ampoules
faire descendre dans le corps de l’ampoule tout le produit situé dans la pointe
désinfecter la pointe de l’ampoule avec des compresses stériles imbibées de produits antiseptiques
casser franchement la pointe de l’ampoule avec une compresse stérile sèche pour éviter toute projection de
médicament
prélever la quantité nécessaire de produit
purger et recueillir le volume en excès dans une compresse stérile
désolidariser l’aiguille ayant servi au prélèvement et la jeter sans la recapuchonner dans le récupérateur d’aiguilles
adapter sur la seringue une autre aiguille munie de son capuchon protecteur, et poser la seringue sur le champ
stérile
- éliminer les ampoules vides dans le container FT2
Préparation des flacons de lyophilisat
désinfecter le bouchon du flacon
prélever dans une seringue la quantité de solvant approprié
injecter lentement le solvant dans le flacon par petites fractions, qu’il faut faire couler doucement le long des
parois, en ayant soin d’entourer le goulot et l’embase de l’aiguille, d’une compresse stérile, pour éviter toute
dispersion médicamenteuse
si le volume du solvant est important, il est conseillé de compenser la surpression en injectant du solvant par
petite quantité mais en aspirant un peu d’air du flacon entre chaque ajout. L’air aspiré sera au total égal au volume
de solvant transvasé.
agiter le flacon
dissoudre totalement la poudre tout en maintenant piquée dans le bouchon l’aiguille solidaire de la seringue.
Certains cytostatiques nécessitent une longue agitation : surtout, ne pas chauffer pour accélérer la dissolution
dépiquer de manière solidaire l’aiguille et la seringue du flacon en ayant soin de placer une compresse stérile
autour du goulot pour éviter les projections
ajuster précisément le volume en rejetant l’excès de liquide dans une compresse stérile
désolidariser l’aiguille de la seringue ayant servie au prélèvement et la jeter dans le récupérateur d’aiguilles
adapter sur la seringue une nouvelle aiguille munie de son capuchon
la poser sur le champ stérile.
éliminer les flacons vides dans le container FT2
Addition de médicaments à un liquide de perfusion
prélever les produits selon la technique énoncée ci-dessus
ne pas désolidariser l’aiguille ayant servi au prélèvement
désinfecter le bouchon du flacon de perfusion
poser la tubulure et la purger
transvaser le contenu de la seringue en ayant soin d’entourer l’aiguille et le bouchon avec une compresse stérile
pendant toute la durée de l’opération et plus particulièrement lors du retrait de l’aiguille
- enlever et éliminer les gants à usage unique pour la préparation dans le container FT2
Conduite à tenir en cas de projection de produit
Sur la peau :
laver et rincer abondamment
Dans les yeux :
rincer abondamment
©Soins et Santé
45
Evaluation - transmissions :
♦
-
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’heure de branchement de la perfusion
noter la tolérance de la perfusion ou des produits administrés
♦
-
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
♦
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
♦
Se soumettre aux mesures spécifiques de surveillance dans le cadre de la Médecine du Travail
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CLIN – H.A.D. Lyon
Date de diffusion : Août 2005 (version n°2)
Nb de pages : 3
©Soins et Santé
46
TECHNIQUE D’ADMINISTRATION D’UNE CHIMIOTHERAPIE ANTI-CANCEREUSE
CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Administrer les produits de chimiothérapie en éliminant une contamination locale pouvant entraîner une complication
infectieuse chez la personne soignée à domicile.
Matériel :
-
savon liquide
alèses
récupérateur d’aiguilles
container
antiseptiques
savon antiseptique
prolongateurs 0.10 + robinet 3 voies (si cathéter)
aiguilles gripper (si site implantable)
sérum physiologique en ampoule
compresses stériles
seringues de 20 cc
aiguilles trocards
1 blouse à usage unique de chimiothérapie (manches longues, poignets tricotés)
sur-lunettes de protection
masque hermétique sans valve 3M
1 set de branchement chimiothérapie comprenant :
temps propre :
. 2 essuie-mains
. 1 charlotte
temps stérile :
. 2 essuie-mains
. 1 champ de soin 50 x 60 plastifié
. 1 paire de gants en latex stériles
. 1 champ de soin 40 x 45 fenêtré
. 2 compresses 7.5 x 7.5
. 10 boules de gaze
. 3 plaques de bandelettes adhésives
. 2 pansements adhésifs 9 x 15
. 1 seringue de 20 ml + 1 aiguille 18 G
. 3 ampoules sérum physiologique 10 ml
. 1 bouchon LL
Recommandations :
Pendant l’administration, les exigences d’hygiène vestimentaire doivent être rigoureuses, limitées au minimum au
port de gants et une blouse à manches longues et poignets serrés.
Selon le type de voies veineuses utilisées, se référer aux fiches techniques correspondantes.
Avant toute administration, vérifier la perméabilité du cathéter (20 ml de sérum physiologique).
En cas d’injections multiples, faire une rinçure de 20 ml de sérum physiologique entre chaque injection.
Il est indispensable d’utiliser un robinet 3 voies quel que soit le type d’injection réalisée.
Recommandations en cas d'extravasation de produits cytotoxiques :
-
Certains cytotoxiques dits vésicants peuvent être responsables de nécroses sévères en cas d'extravasation (ex.
Navelbine ®)
Certains cytotoxiques peuvent être responsables d'irritation (ex. : Endoxan ®, Taxol ®)
D'autres cytotoxiques n'entraînent pas de réaction (ex. : Fluorouracile ®)
Le traitement doit être immédiat devant une réaction inflammatoire, brûlure, picotement, induration ou oédème au
point d'injection ou sur le trajet du cathéter :
•
Arrêt de la perfusion,
©Soins et Santé
46
•
•
•
Conservation du dispositif d'injection,
Aspiration de 3 à 5 ml de sang si possible
Appel auprès du médecin traitant ou du médecin coordonnateur qui envisagera le transfert rapide
dans un service spécialisé pour un lavage-aspiration
Mesures préventives :
La majorité des protocoles de chimiothérapie anticancéreuse comportent la pose d'une perfusion neutre
avant l'administration de cytotoxiques. Cette perfusion permet de s'assurer du bon fonctionnement de la
voie.
Devant tout dysfonctionnement (douleur, œdème, absence de réflux…) il faut prévenir le médecin qui
demandera un contrôle radiologique de la voie veineuse.
Médicaments per os :
éviter de manipuler à mains nues les gélules et les comprimés. Si tel est le cas, procéder à un lavage des
mains, suivi d’un rinçage abondant
- ne jamais ouvrir les gélules, ne jamais broyer les comprimés
Méthode :
-
Appliquer la fiche technique intitulée « Préambule à tout soin à domicile» FT1
Imbiber les compresses stériles d’antiseptique
Mettre les gants stériles
Branchement d’un flacon
installer le champ stérile sous le robinet à 3 voies
désadapter le bouchon avec une compresse stérile imbibée d’antiseptique
connecter la tubulure munie d’un prolongateur 0.10 cm 3 voies
vérifier la perméabilité du cathéter (20 ml sérum physiologique) par le robinet 3 voies
mettre en route la perfusion
régler le débit
Débranchement d’un flacon
tenue vestimentaire identique
fermer le système de réglage de débit
clamper la tubulure
faire un rinçage du cathéter avec20 ml de sérum physiologique par le robinet à 3 voies
désolidariser à l’aide d’une compresse stérile le perfuseur du dispositif veineux
mettre un bouchon stérile et fixer le prolongateur
évacuer le flacon dans le container FT2
éliminer le matériel souillé FT2
Branchement d’une seringue à débit constant ou d’une pompe portable
préparer la seringue ou la pompe selon le mode d’emploi du matériel utilisé
ajouter un prolongateur 3 voies
installer le champ stérile sous le robinet à 3 voies
désadapter le bouchon avec une compresse stérile imbibée d’antiseptique
connecter la tubulure munie d’un prolongateur 0.10 cm 3 voies
vérifier la perméabilité du cathéter (20 ml sérum physiologique) par le robinet 3 voies
mettre en route la perfusion
régler le débit
Conduite à tenir en cas d’extravasation de produits de chimiothérapie :
arrêter la perfusion sans retirer le dispositif en place
aspirer si possible 3 à 5 ml de sang pour retirer au maximum le produit
contacter le médecin hospitalier ou le médecin traitant pour obtenir des consignes spécifiques au produit
concerné.
©Soins et Santé
46
Evaluation - transmissions :
♦
♦
♦
Sur le dossier de soins :
noter l’état général de la personne soignée
noter l’heure de branchement de la perfusion
noter la tolérance de la perfusion ou des produits administrés
Transmission informatique ou télématique :
saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée à domicile
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CLIN – H.A.D. Lyon
Date de diffusion : Juin 2006 - version n°3
Nb de pages : 3
©Soins et Santé
47
CONDUITE A TENIR LORS DE L’HOSPITALISATION A DOMICILE D’UN PATIENT
SUSPECT DE MALADIE DE CREUTZFELDT-JACOB
Introduction :
Maladie due à une protéine, le PRION, présente au niveau :
•
du Système Nerveux Central (SNC)
•
de l'œil et du nerf optique
•
des formations lymphoïdes (rate, ganglions lymphoïdes, amygdales, appendice...)
Risque de présence au niveau du sang et des urines jugé très faible, même quasiment nul,
Il faut éviter au maximum tout geste invasif au niveau du SNC et tout examen endoscopique non nécessaire,
-
Il faut privilégier l'utilisation de matériel à usage unique.
Matériel :
-
Flacon d'eau de javel à 6° Chl (un berlingot de 250 ml à 36° dilué dans 1 litre d'eau froide pour faire 1,250 litre au
total)
Sac à linge
Container de déchets à risque 50 l
Container à aiguilles
Savon antiseptique
Blouse à usage unique
Gants latex à usage unique
Masque à visière
Carré essuie-mains
Aiguilles
Film plastique transparent
Seringues à usage unique
Pansements
Housse plastique hermétique pour matelas
Papier absorbant
Gants Digitil Net réutilisables 3 fois
Manugel
Couches
Poches à urines
Recommandations :
-
-
CHAMBRE INDIVIDUELLE
Éviter moquette et tapis
Laissez à demeure dans la chambre :
1.
Le flacon d'eau de javel à 6° Chl (un berlingot de 250 ml à 36° dilué dans 1 litre d'eau froide pour faire
1,250 litre au total).
Cette eau de javel doit être renouvelée toutes les 24 heures - le flacon doit être fermé et étiqueté
2.
Sac à linge
3.
Container de déchets à risque
4.
Container à aiguilles
LAVAGE DES MAINS
Lavage hygiénique en arrivant et en partant de la chambre
Lavage antiseptique si soins spécifiques
Tenue de protection
Blouse à usage unique à changer quotidiennement et en cas de projection de liquide biologique
Gants latex à usage unique, non stériles pour tout soin au contact du malade
Masque à visière quand risque de projection de liquide biologique (aspirations trachéales)
Matériel médical
Pompes, matériel à aspiration, protection avec film plastique transparent
à changer toutes les semaines si non souillé
à changer à la demande si projection liquides biologiques
Sur matériel non protégé (pied à sérum, lit...) désinfecter avec carré essuie-mains imbibé d'eau de javel à 6°
Matériel de soins
Matériel piquant et tranchant
Ne pas re capuchonner les aiguilles
Éliminer dans récup-aiguilles
Seringues, pansements, matériel à usage unique
Emballage double
Éliminer dans container
©Soins et Santé
47
Appareil à tension
Dans la chambre
Désinfection à l'eau de Javel si projection
Thermomètre
Individuel
Jeter dans container au départ du patient
Prélèvements sanguins
Prévenir le laboratoire
Port de gants indispensable
S'assurer de l'étanchéité des tubes
Désinfection à l'eau de Javel si tube souillé à l'extérieur
Transport laboratoire sous double emballage
Linge
Laver à part
Addition d'eau de javel à 6°
Literie
Protection housse plastique hermétique
Entretien de la chambre
Blouse
Port de gants systématique, Digitil Net réutilisables trois fois, rincés à l'eau entre chaque utilisation et
désinfectés avec Manugel
Matériel individuel
Si pas de projection, entretien habituel
Si projection liquide biologique, sur sol ou table, désinfection avec eau de javel à 6°
Établir une flaque sur la tache
Laisser en contact 1 heure
Essuyer avec du papier absorbant
Éliminer le papier dans le container
Vaisselle
Individuelle
Lavage avec eau de Javel
Élimination des excréta
WC si malade autonome, désinfection de la cuvette avec eau de javel 6°
Vidange poches à urines et désinfection du bocal à eau de javel 6°
Couches, si malade incontinent, éliminées dans container
Dossier du malade, fax et minitel
Laissés à l'extérieur de la chambre
Élimination des déchets de soins
Fût de 50 litres doublé d'un sac plastique avec mention "incinération obligatoire"
Traçabilité spécifique avec bordereau de suivi
Enlèvement des fûts chaque fois qu'ils sont pleins
Transport à part, dans camion spécial
Décès du patient
Si autopsie, transport en housse spéciale en neurologie, service funéraire
Pratiques d'embaumement déconseillées
Incinération conseillée mais pas obligatoire
Don du corps interdit
Pas d'obligation de mise en cercueil hermétique
Transport du corps autorisé
-
Linge au contact du patient jeté dans fût de 50 litres et incinéré
Texte réglementaire :
Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CLIN H.A.D. Soins et Santé
Date de diffusion : avril 2002
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
48
CONDUITE A TENIR LORS DE L’HOSPITALISATION A DOMICILE D’UN PATIENT
ATTEINT DE GALE
Introduction :
La gale est due à un acarien, le SARCOPTES SCABEI parasite qui vit dans l'épiderme.
C'est une forme de dermatose très prurigineuse et très contagieuse.
Elle se transmet par :
•
contacts humains directs : 95%
•
contacts indirects (vêtements, literie) : 5%
C'est une maladie non soumise à déclaration obligatoire,
Elle est facilement curable si on respecte les modalités du traitement et les consignes de désinfection.
Survie de l'acarien hors de l'hôte humain
-
Larves : 5 jours
Œufs : 10 jours
L'acarien est détruit par une température supérieure à 60° C.
Incubation
-
Primo-infection : 2 à 6 semaines
Ré infestation : 1 à 3 jours
Contagiosité
-
De la période d'incubation à la fin du traitement.
Caractéristiques
Lésions très prurigineuses associées à des lésions de grattage :
-
Sillons en zigzag d'environ 1 cm entre les doigts (c'est là que la femelle pond ses œufs), terminés par une
vésicule perlée de la taille d'une tête d'épingle (c'est à ce niveau que s'effectuent les prélèvements),
Nodules d'1/2 cm rouge-brun (aisselles, scrotum, ombilic),
Chancres (parties génitales).
Localisation
-
Espaces interdigitaux (mains et pieds),
Face antérieure des poignets,
Coudes, aisselles,
Pli fessier,
Ceinture,
Zone palmo-plantaire chez le bébé,
Aréole des seins chez la femme,
Verge et scrotum chez l'homme.
Formes spécifiques
-
©Soins et Santé
Gale profuse : lésions très prurigineuses, étendues, sauf sur le visage et le cuir chevelu,
Gale norvégienne : croûtes aux extrémités, sur le torse, l'abdomen, le cuir chevelu, les oreilles : non
prurigineuse, fréquente chez le sujet immunodéprimé, grabataire ou ayant des lésions neurologiques. Très
contagieuse.
48
Matériel :
-
Blouse à usage unique avec poignet élastique,
Gants Vinyle à usage unique,
Savon,
Carré essuie-mains,
Aérosol scabicide ou lotion ou crème ; selon la prescription
Sac à linge,
Container de déchets à risque 50 l,
Brosse,
Pinceau.
Recommandations :
Protection de la famille et de l'entourage proche
Traitement fortement conseillé.
Protection du personnel au contact
Blouse jetable avec poignet élastique,
Gants Vinyle à usage unique,
Lavage des mains après le soin,
Pas d'échange de blouse,
Si suspicion d'infestation, pulvérisation sur tout le corps d'un aérosol Scabicide, à laisser au contact, sans se
laver, pendant 12 à 24 heures selon le mode d'emploi du produit.
Pulvérisation avec masque et dans un local aéré.
Protection autres personnels
Pas de transport en ambulance ; si cela est vraiment obligatoire, prévenir l'ambulancier et mettre des
vêtements très couvrants au malade,
Prévenir le fournisseur de matériel de location et lui indiquer si la literie a été désinfectée sur place,
Si décès, prévenir l'employé des pompes funèbres (port de blouse et gants pendant la toilette mortuaire),
Pas de massage pendant le traitement
-
Désinfection du matériel
Ne pas utiliser de stéthoscope et d'appareil à tension pendant le traitement, les désinfecter avec l'aérosol si
contact avec le malade avant le traitement,
Vêtements et literie : désinfection par aérosol ou poudre des vêtements qui ne peuvent pas bouillir (dans un
sac poubelle fermé, de 12h à 24h selon le produit),
Matelas : pulvérisation sur les deux faces,
Désinfection à l'aérosol de tout ce qui touche le malade (montre, bijoux, ceinture, …).
Désinfection sols et surfaces
Chambre, salles de bains, baignoire : avec un détergent désinfectant type SURFANIOS.
Elimination des déchets
Container pour déchets à risques.
Traitement du patient
Consiste en un bain et un savonnage en insistant à la brosse sur les lésions et deux badigeonnages avec une
lotion scabicide distants de 10 minutes, en insistant sous les ongles, entre les doigts, sur l'ombilic, sur les
zones pileuses et les plis.
Cette opération est à renouveler le lendemain.
Le patient sera rhabillé à chaque fois avec du linge propre, de préférence en coton (peut bouillir) ; les draps
sont changés à chaque fois,
Respecter scrupuleusement les temps et les modalités d'emploi indiqués pour chaque produit médicamenteux.
N.B. :
-
Pour la gale norvégienne, on fera deux traitements à 8 jours d'intervalles et on surveillera l'évolution
des lésions pendant un mois.
Il existe un nouveau traitement en comprimés, à prendre en une seule prise: l'IVERMECTINE
R
(STROMECTOL )
Texte réglementaire :
Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CLIN H.A.D. Soins et Santé
Date de diffusion : janvier 2003
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
49
TECHNIQUE D'IRRIGATION VESICALE CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE
A DOMICILE PORTEUSE D'UNE SONDE A DEMEURE
Objectif :
Prévenir l'obstruction de la sonde à demeure par des dépôts ou des caillots, tout en préservant le système clos.
Matériel :
-
Savon liquide,
Essuie-mains,
1 blouse non tissée,
Compresses stériles,
Solution antiseptique à base de Chlorhexidine ou de Polyvidone iodée,
1 poche de sérum physiologique de contenance adaptée à la prescription,
1 perfuseur,
1 régulateur de débit,
1 raccord sonde seringue,
1 Fosset,
Sonde vésicale 3 voies,
Set de sondage.
Recommandations :
-
Si la personne n'est pas porteuse d'une sonde vésicale à 3 voies, procéder au changement de sonde FT24.
Si la prescription de lavage est supérieure à 2 litres, prévoir la vidange du sac à urines (contenance maximale de 2l)
Pour un lavage continu sur 24h, la prescription est le plus souvent de 3 litres,
Vérifier l'absence de douleur chez la personne soignée.
Méthode :
-
Appliquer la fiche technique intitulée : "Préambule à tous soins à domicile" FT1,
Mettre une blouse non tissée,
Se laver les mains FT3 (lavage simple)
Connecter le perfuseur, le régulateur de débit et le raccord à la poche de sérum et purger,
Enlever le fosset de la sonde 3 voies avec des compresses stériles imbibées d'une solution antiseptique à base de
Chlorhexidine ou de Polyvidone iodée,
Brancher le perfuseur à la sonde,
Régler le débit en fonction de la prescription,
Procéder à la fixation de sécurité de la sonde,
Ranger le matériel et éliminer le matériel souillé FT2,
Se laver les mains FT3
Transmissions :
-
-
-
Noter sur le dossier de soins :
La date et l'heure de pose de l'irrigation, la quantité injectée, le débit, l'écoulement de l'irrigation par la
sonde
L'aspect du liquide de lavage recueilli
La quantité d'urines (différence au niveau du sac de recueil entre la quantité totale et la quantité de
lavage passé)
Transmission informatique ou télématique :
Saisir l'acte effectué ou la cotation correspondante
Transmettre toute anomalie ou changement dans l'état de la personne soignée à domicile
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire :
Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CLIN H.A.D. Soins et Santé
Date de diffusion : Janvier 2003
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
50
TECHNIQUE DE PRELEVEMENT DE SANG SUR UNE VOIE VEINEUSE CENTRALE
CHEZ UN PATIENT TRAITE A DOMICILE
Objectif :
Permettre la réalisation d’examens biologiques chez un patient porteur d'une VVC.
Matériel :
-
-
Savon doux
Solution hydro-alcoolique
1 blouse à usage unique
R
R
Solution antiseptique type Bétadine ou Chlorexhidine
1 système vacutainer
2 tubes secs pour la purge (10 ml de sang)
1 seringue de 20 ml + 1 aiguille trocart en l'absence de système vacutainer
Tubes à prélèvement (en fonction des examens demandés) (cf. tableau des tubes)
1 set de débranchement :
temps propre : 2 essuie-mains, 5 compresses,
temps stérile : 2 essuie-mains, 1 champ de soins, 5 compresses stériles, 2 ampoules de sérum
physiologique de 20 cc, 2 seringues de 20 cc, 2 trocarts, 1 bouchon
1 paire de gants non stériles
1 récup’aiguilles
R
1 ampoule d'Héparine Dakota selon prescription médicale
Recommandations :
-
Le système clos doit être respecté,
Toujours bien veiller à rincer la voie veineuse centrale avec 20 ml de sérum physiologique après le prélèvement de
sang,
Prélèvement sur prescription médicale. L'utilisation de la VVC doit donner lieu à une réflexion bénéfice / risque :
•
Risque infectieux
•
Confort du patient
•
Difficultés techniques
Méthode :
Patient porteur d'une VVC
Appliquer la fiche « Préambule à tout soin » FT1
Mettre la blouse
Préparer le matériel
Installer le patient en position allongée, la tête tournée du côté opposé au cathéter.
Procéder à un lavage antiseptique des mains FT3
Arrêter les perfusions
Procéder à une friction des mains avec la solution hydroalcoolique
Mettre les gants
Retirer le bouchon du robinet 3 voies à l’aide d’une compresse imbibée d’antiseptique et le jeter
Connecter le système vacutainer ou une seringue de 20 ml
- Ouvrir le robinet
Prélever 2 tubes secs ou 10 ml de sang pour la purge et les jeter
Prélever les autres tubes
- Refermer le robinet
Déconnecter le système vacutainer
Adapter la seringue de sérum physiologique
Rincer la voie après avoir rouvert le robinet
Fermer le robinet et mettre le bouchon
©Soins et Santé
50
-
Remettre les perfusions en route ou hépariner selon prescription médicale
Eliminer le matériel souillé dans le récupérateur de déchets
Réinstaller le patient
Patient porteur d'une chambre implantable
Si le patient est porteur d’une chambre implantable non piquée, procéder à la pose de l’aiguille de Gripper (voir
fiche technique FT41).
Effectuer le prélèvement de sang en jetant les 10 premiers ml de sang.
Rincer l’aiguille et la chambre avec 20 ml de sérum physiologique .
Injecter une ampoule d’Héparine Dakota selon la prescription médicale.
Retirer l’aiguille s'il n’y a pas de prescription de perfusions ou d’injections .
Mettre un pansement
Eliminer le matériel souillé.
Ranger le matériel .
-
-
Coller les étiquettes sur les tubes et le bon d'examen.
Transmissions :
-
Noter les prélèvements sur le dossier de soins
Veiller à leur transport rapide au laboratoire
Transmission télématique ou informatique
Texte réglementaire :
Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CLIN H.A.D. Soins et Santé
Date de diffusion : Juin 2003
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
51
TECHNIQUE DE REALISATION D’une HEMOCULTURE
CHEZ UN PATIENT SOIGNE A DOMICILE
Objectif :
Permettre le prélèvement de sang en vue de la recherche de germes en évitant une contamination extrinsèque
Matériel :
-
-
Savon doux
Essuie-mains
Solution hydro-alcoolique pour les mains
1 blouse
Flacons pour hémoculture : 2 si prélèvement sur voie veineuse périphérique :
1 pour germes aérobies
1 pour germes anaérobies
4 si prélèvement sur voie veineuse centrale et périphérique : 2 aérobies
Eliminer les flacons contenant un liquide trouble
2 anaérobies
R
R
Solution antiseptique type Bétadine ou Chlorexhidine
1 récupérateur d’aiguilles
Si prélèvement sur voie veineuse périphérique : voir fiche technique FT36
Compresses stériles
1 seringue stérile de 20 cc + 1aiguille trocard ) si pas de système
1 aiguille épicranienne ou un cathlon
) vacutainer
1 champ stérile
1 paire de gants latex stériles
R
1 pansement type Cicaplaie
1 aiguille épicranienne ou un cathlon
1 garrot
Si prélèvement sur VVC :
si chambre implantable : voir fiche technique FT41
1 aiguille de gripper
1 set de pansement VVC
-
si cathéter central
:
1 set de débranchement n° 1
1 paire de gants stériles
R
1 ampoule d’héparine Dakota selon prescription médicale
Recommandations :
Les hémocultures sont réalisées sur prescription médicale
Après avis médical, on préconise la conduite à tenir suivante :
Le prélèvement est à faire chez tout patient présentant une température :
• supérieure à 38°3 ou supérieure à 38° deux fois à 4 h. d’intervalle s’il y a suspicion d’aplasie
(chimiothérapie ou radiothérapie au cours des jours précédents, traitement corticoïde au long cours,
maladie hématologique ).Dans ce cas, une NFP sera demandée en même temps.
• supérieure à 38° 5 quand il n’y a pas de suspicion d’aplasie
Le prélèvement sera effectué avant la mise en route d’une antibiothérapie ( si le patient est déjà sous
antibiothérapie, l’hémoculture sera pratiquée en cas de persistance ou de reprise de la fièvre. )
Si le patient est porteur d’une VVC, il sera effectué un prélèvement sur VVC et un prélèvement sur VVP
L’ordre de remplissage des flacons n’a pas d’importance
Si le prélèvement est difficile, remplir de façon préférentielle le flacon anaérobie.
Bien identifier les flacons de façon claire en notant :
• le nom et le prénom du patient
• le site du prélèvement ( VVP ou VVC )
• l’heure du prélèvement
• l’existence ou non d’un traitement antibiotique
Veiller au transport rapide des flacons au laboratoire
©Soins et Santé
51
Il est inutile d’envelopper les flacons dans du coton
Il est inutile de laisser un tampon d’antiseptique sur les flacons
Il est conseillé de refaire 2 à 3 fois le prélèvement ( à chaque pic fébrile), ce qui augmente les chances de trouver
un germe.
-
L'usage de gants est préconisé pour permettre la protection A.E.S. (Accident d'exposition au sang).
Des gants stériles sont préférés pour la meilleure qualité du toucher qu'ils permettent.
Méthode :
Appliquer la fiche technique intitulée » Préambule à tout soin à domicile » FT1
Mettre la blouse
Décapsuler les flacons à hémocultures et désinfecter le bouchon en procédant à 2 applications successives
d’antiseptique
Se laver les mains FT3
-
Si prélèvement sur voie veineuse périphérique
-
Appliquer la fiche technique FT36
Installer l’alèse
Disposer le matériel sur le champ stérile
Réaliser une antisepsie large autour de la zone à ponctionner en procédant à une antisepsie en 5 temps
Se frictionner les mains avec une solution hydro-alcoolique FT3
Poser le garrot
Enfiler les gants
Effectuer le prélèvement : 5 à 10 ml par flacon
Retirer le garrot
Faire un point de compression au niveau du point de ponction
Appliquer un pansement
SI PRELEVEMENT SUR VVC
Appliquer la fiche technique FT40 et FT50
Mettre les gants stériles
Prélever les 10 à 20 premiers ml de sang pour l’hémoculture
Rincer avec 20 ml de sérum physiologique
Effectuer une rinçure d’Héparine selon prescription ou remettre les perfusions en route
-
SI PRELEVEMENT SUR CHAMBRE IMPLANTABLE
Appliquer la fiche technique FT41 et FT50
Prélever les 10 à 20 premiers ml de sang pour l’hémoculture
Rincer avec 20 ml de sérum physiologique
Effectuer une rinçure héparinée sur prescription ou remettre les perfusions en route
-
Transmissions :
-
-
Noter sur le dossier de soins :
• le prélèvement
• la température du patient
• l’état général du patient
Transmission informatique ou télématique :
Contacter le médecin traitant ou le médecin coordonnateur si nécessaire
Texte réglementaire :
Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CLIN H.A.D. Soins et Santé
Date de diffusion : Juin 2003
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
Fiche technique spécifique au PHRC (Programme Hospitalier de Recherche Clinique)
"Evaluation des risques infectieux iatrogènes associés à l’hospitalisation à domicile"
52
Technique de mise en culture d'une voie veineuse centrale chez un patient traité à
domicile
OBJECTIF :
Faire le diagnostic de colonisation (culture positive de l’extrémité du cathéter après l’ablation définitive)
Matériel :
-
Une paire de ciseaux stérile
Un poudrier stérile
Etiquettes du malade et étiquettes PHRC (programme hospitalier de recherche clinique)
Bon de laboratoire
Kit de transport spécifique PHRC
Recommandation :
-
En cas de suspicion de colonisation de la voie veineuse centrale, le patient est le plus souvent ré-hospitalisé pour
avis médical.
En cas d’ablation de la voie veineuse centrale réalisée par le médecin utiliser la méthode suivante.
Méthode :
-
Utiliser la « technique de réfection d’un pansement de vvc » FT38
Couper l’extrémité du cathéter et le placer dans le poudrier
Etiqueter le flacon (nom, prénom, date de naissance, et heure de prélèvement)
Remplir le bon d’examen précisant les données cliniques utiles.
Organisation du transport au laboratoire :
-
L’examen doit être transporté dans un délai inférieur à 4 heures au laboratoire MERIEUX.
(adresse : avenue Tony Garnier 69007 Lyon)
Horaires d’ouverture du laboratoire :
Du lundi au vendredi de 8h à 18h
Le samedi de 8h à 13h
En cas de délai d’acheminement supérieur à 4 heures, le flacon doit être conservé à 4°(frigo), puis transporté dans
une boîte isotherme au plus tard dans la journée.
En cas de prélèvement en dehors des heures d’ouverture du laboratoire, ce dernier sera acheminé au laboratoire
de garde habituel (exclusion du patient de l’étude)
Texte réglementaire :
Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation Comité de pilotage du PHRC
Date de diffusion Juillet 2003
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
Fiche technique spécifique au PHRC (Programme Hospitalier de Recherche Clinique)
"Evaluation des risques infectieux iatrogènes associés à l’hospitalisation à domicile"
53
TECHNIQUE DE MISE EN CULTURE D’UNE SONDE A DEMEURE
CHEZ UN PATIENT TRAITE A DOMICILE
Objectif :
Faire le diagnostic de colonisation (culture positive de l’extrémité de la sonde) après ablation définitive.
Matériel :
-
Une paire de ciseaux stérile
Un poudrier stérile
Etiquettes du malade et étiquettes PHRC (Programme Hospitalier de Recherche Clinique)
Bon de laboratoire
Kit de transport spécifique PHRC
Recommandations :
Sur le dossier de soins :
noter l’aspect de l’extrémité de la sonde
noter la date et l’heure d’ablation de la sonde
transmission informatique ou télématique
contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur
Méthode :
-
Appliquer la fiche intitulée « Technique d’ablation de sonde à demeure d’une personne soignée à domicile » FT27.
Couper l’extrémité de la sonde avec les ciseaux stériles et la placer dans le poudrier.
Etiqueter le flacon (nom, prénom, date de naissance, date et heure de prélèvement).
Remplir le bon d’examen précisant les données cliniques utiles.
Organisation du transport au laboratoire :
L’examen doit être transporté dans un délai inférieur à 4 Heures au Laboratoire MERIEUX (adresse :
avenue Tony Garnier – 69007 Lyon).
horaires d’ouverture du laboratoire :
du lundi au vendredi de 8 H à 18 H
le samedi de 8 H à 13 H
En cas de délai d’acheminement supérieur à 4 Heures , le flacon doit être conservé à 4° (frigo),
puis transporté dans une boîte isotherme au plus tard dans la journée
En cas de prélèvement en dehors des heures d’ouverture du laboratoire, ce dernier sera acheminé au laboratoire
de garde habituel (exclusion du patient de l’étude).
Texte réglementaire :
Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 2 – Article 3
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation Comité de pilotage du PHRC
Date de diffusion : Juillet 2003
Nb de pages : 1
©Soins et Santé
54
TECHNIQUE DE CHANGE DE SONDE DE CYSTOSTOMIE
CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE
Objectif :
Mettre en place un système stérile de vidange continu de la vessie par voie transcutanée en cas d’obstacle sur l’urètre
Matériel :
-
1 blouse non tissée
Savon doux
Solution hydro-alcoolique
Pour le sondage : utiliser le set de sondage
Antiseptiques prescrits
1 sonde urinaire de calibre adapté
1 sac collecteur stérile
Lubrifiant stérile prescrit
1 flacon stérile pour prélèvement si besoin
Pour le pansement, se référer à la FT31 intitulée " Pansement de propreté chez une personne soignée a domicile"
Recommandations :
-
La première sonde de cystostomie est posée par le chirurgien lors de l’abouchement de la vessie à la peau.
La sonde de cystotomie se change tous les mois sauf prescription contraire ou sauf incident survenant avant.
Faire un pansement occlusif autour de la sonde au niveau de l’orifice de cystostomie. Il sera changé tous les 3 jours
sauf si souillé ou décollé.
Fixer la sonde sur l’abdomen.
Ne pas désadapter le sac.
Les prélèvements d’urine s’effectuent, après désinfection, sur le site de prélèvement situé sur le sac.
Ne pas laisser le sac collecteur à terre lors des mobilisations.
Prévoir la fixation du sac au lit, à un niveau inférieur à la vessie.
Manipuler le robinet de vidange du sac avec une compresse imbibée d’antiseptique.
Vidanger le sac avant chaque mobilisation de façon à ne pas mouiller le filtre, ce qui rendrait le système anti-reflux
inefficace.
Méthode :
-
©Soins et Santé
Appliquer la fiche technique intitulée «Préambule à tout soin à domicile» FT1
Mettre une blouse non tissée
Se laver les mains : lavage simple et désinfection hygiénique par friction (cf. FT3)
Ouvrir le set
Disposer sur le champ stérile le matériel nécessaire au sondage
Dégonfler le ballonnet de la sonde en place et procéder à son ablation. au moyen de compresses stériles.
Refaire une friction hygiénique des mains
Mettre les gants stériles.
Remplir la seringue d’eau stérile
Découper les extrémités du manchon stérile entourant la sonde suivant les pointillés.
Vérifier l’étanchéité du ballonnet
Adapter la sonde au sac collecteur
54
-
Fermer le robinet de vidange du sac.
Lubrifier la sonde si nécessaire.
Procéder à la désinfection de la peau en 5 temps (cf. FT5)
Disposer le champ troué sur la personne soignée
Introduire la sonde dans la vessie. A l’apparition des urines, pousser encore la sonde de quelques centimètres ; il
est inutile de l’enfoncer jusqu’à la garde.
Gonfler le ballonnet selon indications portées sur la sonde.
Retirer délicatement la sonde jusqu’à une sensation de résistance.
Déchirer le manchon protecteur de la sonde et retirer le champ stérile.
Réaliser un pansement occlusif autour de la sonde. (cf. FT31)
Procéder à la fixation de sécurité de la sonde sur l’abdomen de la personne soignée.
Accrocher le sac collecteur au lit.
Enlever les gants.
Réinstaller confortablement la personne soignée.
Eliminer le matériel souillé (cf. FT2)
Se laver les mains (cf. FT3)
Evaluation - Transmissions :
Sur le dossier de soins :
Noter l’état général de la personne soignée.
Noter la date de changement de la sonde de cystostomie et son calibre
Noter l’aspect et la quantité des urines recueillies.
Noter si difficultés techniques lors du sondage.
Transmission télématique ou informatique
Saisir l’acte effectué et la cotation correspondante
Transmettre toute anomalie ou changement dans l’état de la personne soignée.
Contacter le médecin traitant et/ou le médecin coordonnateur si nécessaire.
Texte réglementaire : Décret n° 93-345 du 15 mars 1993 – Article 4
100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales
Validation CLIN – H.A.D. Lyon
Date de diffusion : Novembre 2004
Nb de pages : 2
©Soins et Santé
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement