Conception des laboratoires d`analyses biologiques

Conception des laboratoires d`analyses biologiques
Conception des laboratoires
d’analyses biologiques
L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS)
Dans le domaine de la prévention des risques
professionnels, l’INRS est un organisme
scientifique et technique qui travaille, au plan
institutionnel, avec la CNAMTS, les CRAM-CGSS et
plus ponctuellement pour les services de l’État
ainsi que pour tout autre organisme s’occupant
de prévention des risques professionnels.
Il développe un ensemble de savoir-faire
pluridisciplinaires qu’il met à la disposition de
tous ceux qui, en entreprise, sont chargés de la
prévention : chef d’entreprise, médecin du travail,
CHSCT, salariés. Face à la complexité des
problèmes, l’Institut dispose de compétences
scientifiques, techniques et médicales couvrant
une très grande variété de disciplines, toutes au
service de la maîtrise des risques professionnels.
Ainsi, l’INRS élabore et diffuse des documents
intéressant l’hygiène et la sécurité du travail :
publications (périodiques ou non), affiches,
audiovisuels, site Internet… Les publications
de l’INRS sont distribuées par les CRAM.
Pour les obtenir, adressez-vous au service
prévention de la Caisse régionale ou de la Caisse
générale de votre circonscription, dont l’adresse
est mentionnée en fin de brochure.
L’INRS est une association sans but lucratif
(loi 1901) constituée sous l’égide de la CNAMTS
et soumise au contrôle financier de l’État. Géré
par un conseil d’administration constitué à parité
d’un collège représentant les employeurs
et d’un collège représentant les salariés,
il est présidé alternativement par un représentant
de chacun des deux collèges. Son financement
est assuré en quasi-totalité par le Fonds national
de prévention des accidents du travail
et des maladies professionnelles.
Les Caisses régionales d’assurance maladie
(CRAM) et Caisses générales de sécurité
sociale (CGSS)
Les Caisses régionales d’assurance maladie
et les Caisses générales de sécurité sociale
disposent, pour participer à la diminution
des risques professionnels dans leur région,
d’un service prévention composé d’ingénieursconseils et de contrôleurs de sécurité.
Spécifiquement formés aux disciplines
de la prévention des risques professionnels
et s’appuyant sur l’expérience quotidienne
de l’entreprise, ils sont en mesure de conseiller
et, sous certaines conditions, de soutenir
les acteurs de l’entreprise (direction, médecin
du travail, CHSCT, etc.) dans la mise en œuvre
des démarches et outils de prévention les mieux
adaptés à chaque situation.
Ils assurent la mise à disposition de tous les
documents édités par l’INRS.
Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’INRS,
de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite.
Il en est de même pour la traduction, l’adaptation ou la transformation, l’arrangement ou la reproduction,
par un art ou un procédé quelconque (article L. 122-4 du code de la propriété intellectuelle).
La violation des droits d’auteur constitue une contrefaçon punie d’un emprisonnement de deux ans
et d’une amende de 150 000 euros (article L. 335-2 et suivants du code de la propriété intellectuelle).
© INRS, 2007. Création maquette Stéphane Soubrié. Réalisation ALTAVOX.
Schémas Sophie Boulet. Illustration de couverture Brigitte Laude.
Conception
des laboratoires
d'analyses
biologiques
ED 999
avril 2007
Ce guide a été rédigé par un groupe de travail animé par l’INRS et comprenant des spécialistes travaillant
en laboratoire et des agents des Caisses régionales d'assurance maladie (CRAM) :
Hervé Clermont – CRAM Île-de-France,
Christine David – INRS Paris (animatrice du groupe),
Philippe Duquenne – INRS Lorraine,
Alphonse Meyer – professeur de biologie (Strasbourg),
Nayla Nassar – hôpital Notre-Dame-de-Bon-Secours (Paris),
Michèle Rocher – INRS Paris,
Alain Suiro – Bioqualité (Paris),
Sylvie Touche – CHU de Reims.
Des remerciements sont adressés à d'autres spécialistes qui ont été consultés en cours de rédaction :
Isabelle Balty (INRS Paris), Isabelle Cartier (laboratoire Cartier, Paris), Jean-Michel Dessagne (INRS Lorraine),
Olivier Issenlor (OTE Ingénierie, Illkirch), Jean-Marie Lorant (LDA 22, Ploufragan), Martine Pasquet-Février
(hôpital Notre-Dame-de-Bon-Secours, Paris), Michel Pichard (CRAM Aquitaine), Pierre Validire (Institut
mutualiste Montsouris, Paris).
Sommaire
Page
Introduction
7
1 La prise en compte des risques dans la conception des locaux
9
1.1 Les risques biologiques
9
1.2 Comment évaluer les risques biologiques en laboratoire ?
10
1.3 Quel niveau de confinement choisir ?
11
2 Les principales phases de travail dans un laboratoire
13
2.1 L'accueil
14
2.2 Le secrétariat
14
2.3 Les prélèvements d'échantillons
15
2.4 Le tri des échantillons
16
2.5 Les analyses
17
2.6 Le nettoyage du laboratoire
20
3 Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
21
3.1 Le local de réception des patients
22
3.2 La salle d'attente
24
3.3 L'espace de prélèvements
26
3.4 Les exigences communes des salles techniques
29
3.5 La salle de tri des échantillons
38
3.6 Les salles techniques hors microbiologie
39
3.7 Les salles techniques de microbiologie
41
3
4
3.8 Les salles de biologie moléculaire
47
3.9 La salle d'entreposage des déchets
49
3.10 Les salles de stockage
52
3.11 La laverie
56
3.12 Les bureaux
57
3.13 La salle d'archives
58
3.14 La salle des serveurs informatiques
60
3.15 Les vestiaires
60
3.16 Les installations sanitaires
62
3.17 Les salles de restauration/repos
63
3.18 La salle d'entreposage des produits de nettoyage
64
4 Les laboratoires d'anatomie et de cytologie pathologiques
65
4.1 Le local de réception des patients
67
4.2 La salle de tri des échantillons
67
4.3 La salle de macroscopie
68
4.4 La salle de traitement des coupes histologiques et cytologiques
72
4.5 La salle d'observations microscopiques
75
4.6 La salle d'entreposage des déchets et pièces anatomiques
76
4.7 La salle de stockage
77
4.8 La salle d'archives
79
5 Les laboratoires d'analyses vétérinaires
80
5.1 Le local de réception des clients
81
5.2 La salle de tri des échantillons
82
5.3 La salle d'autopsie
83
5.4 La salle d'entreposage des déchets et pièces anatomiques
87
6 Les laboratoires d'analyses industrielles
88
6.1 Le local de réception des clients
89
6.2 La salle de tri des échantillons
90
Annexes
93
1. Démarche de conception
94
2. Intervention de maintenance
96
3. Travail assis dans les laboratoires
97
4. Comparatif des revêtements des surfaces de travail
100
5. Les EPI contre les risques biologiques
104
6. Travail sous poste de sécurité microbiologique
105
7. Élimination des déchets
107
Références
109
5
6
Introduction
e document s'adresse aux responsables
des laboratoires d'analyses biologiques, au
personnel, aux architectes, aux préventeurs et à
toute personne impliquée dans la démarche de
conception ou de rénovation d'un laboratoire dans
le respect des mesures de prévention des risques.
C
En effet, l'activité des laboratoires d'analyses biologiques peut être à la source de nombreux
risques professionnels et notamment de risques
biologiques. Certes, il est possible d'appliquer des
mesures de prévention collective et individuelle,
mais les mesures de prévention sont encore plus
efficaces lorsqu'elles sont prises en compte dès la
conception des locaux.
Les pages suivantes décrivent la démarche à adopter
lors de la conception des différents laboratoires
d'analyses biologiques, en considérant essentiellement la prévention des risques biologiques.
Certains principes évoqués ici peuvent être également appliqués lors la conception des laboratoires
de recherche ou d'enseignement professionnel,
dans lesquels le personnel est susceptible d'être
exposé à des agents biologiques pathogènes.
Il est possible d'identifier plusieurs types de laboratoires d'analyses biologiques, selon l'origine des
échantillons qu'ils manipulent :
les laboratoires d'analyses de biologie médicale.
Ils reçoivent des échantillons d'origine humaine sur
lesquels ils effectuent des analyses microbiologiques, biochimiques, hématologiques, etc., à
l'exclusion des actes d'anatomie et de cytologie
pathologiques. Cela va de la petite structure au laboratoire plus important, privé (environ 4 200 laboratoires) ou public (pratiquement 600 laboratoires) ;
les cabinets ou laboratoires effectuant des actes
d'anatomie et cytologie pathologiques (ACP).
Ils reçoivent des frottis, des fluides, des organes ou
fragments d'organes d'origine humaine, qu'ils préparent en vue d'observations microscopiques. Il peut
s'agir de structures privées ou publiques pouvant travailler en collaboration avec des blocs chirurgicaux ;
les laboratoires d'analyses vétérinaires. Ils
reçoivent des échantillons d'origine animale mais
également des animaux vivants ou morts. Ces
laboratoires effectuent le même type d'analyses
que les laboratoires médicaux, mais ils peuvent en
plus réaliser des autopsies. Il peut s'agir de petites
structures privées installées dans les cliniques
vétérinaires ou des laboratoires départementaux
plus importants ;
les laboratoires d'analyses industrielles qui
peuvent être de plusieurs types :
- les laboratoires de contrôle qualité qui reçoivent
des échantillons issus de la production (agroalimentaire, pharmaceutique...). Ils recherchent
alors toujours les mêmes paramètres microbiologiques et chimiques. Ces laboratoires sont
généralement incorporés dans le service d'assurance qualité de l'entreprise ;
- les laboratoires d'hygiène qui reçoivent
des échantillons alimentaires (alimentation
humaine ou animale) et des échantillons issus
de l'environnement (eaux, terre, fumier,
lisier...) sur lesquels ils réalisent des analyses
microbiologiques et chimiques variées. Il peut
s'agir de structures privées ou publiques.
Les laboratoires d'analyses biologiques doivent
suivre des réglementations précises tant pour la
qualité des analyses, que pour la santé et la sécurité
des personnes qui y travaillent. Des études ont
montré la multiplicité des risques de contamination,
notamment par piqûre ou coupure lors des opérations de prélèvement, par projection et formation
d'aérosols lors du débouchage ou de la centrifugation des tubes, ou encore en portant à la bouche des
mains contaminées par des prélèvements.
7
L'évaluation de ces risques permet de prendre des
mesures pour les limiter, voire les supprimer, en agissant sur les pratiques opératoires mais également
sur la conception des postes et des locaux de travail.
Les mesures de prévention doivent être mises en
place non seulement pour les salariés, mais également pour les clients et le personnel extérieur [1].
Ainsi, la démarche de conception d'un laboratoire
(annexe 1) doit viser au moins ces trois objectifs :
réduire les risques d'accident du travail et de
maladie professionnelle ;
assurer la qualité du service ;
tenir compte de l'évolution dans le temps
(modulation des pièces en fonction de l'avancée
technologique).
8
Ce document décrit l'organisation des pièces
nécessaires au fonctionnement de chaque type de
laboratoire. Chaque pièce est ensuite détaillée
selon le même schéma : explication de ses
fonctionnalités, détails sur son emplacement et
son aménagement, énumération des exigences de
conception spécifiques à cette pièce. Toutes les
salles des laboratoires d'analyses de biologie
médicale sont ainsi décrites. Par contre, pour les
laboratoires d'ACP, d'analyses vétérinaires et
d'analyses industrielles, seules ont été détaillées
les pièces spécifiques. La description des pièces
communes à ces différents laboratoires est
à rechercher dans le chapitre concernant les
laboratoires d'analyses de biologie médicale.
1
1
La prise en compte des
risques dans la conception
des locaux
L'employeur doit réaliser l'évaluation des risques et
prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer
la sécurité et protéger la santé des travailleurs sur la
base des principes généraux de prévention (article
L. 230-2 du code du travail). Le chef d'établissement
doit effectuer cette évaluation, y compris dans le
choix des équipements de travail, l'aménagement
ou le réaménagement des lieux de travail ou des installations, et dans la définition des postes de travail.
En plus des risques identifiés dans le secteur
tertiaire, il est conseillé, étant donné les appareils
utilisés et les manipulations effectuées, de porter
une attention particulière aux risques suivants :
électrique [2] : liés aux installations électriques ;
incendie [3] : en relation, notamment, avec
l'utilisation de produits chimiques inflammables ;
chimique [4] : de nombreux produits chimiques
dangereux, pour certains classés CMR1, peuvent
être utilisés : acides forts, bases fortes, solvants... ;
radioactif [5] : les analyses de biologie moléculaire peuvent nécessiter la manipulation d'éléments
radioactifs ;
biologique : les agents biologiques pathogènes
sont susceptibles d'être présents dans l'organisme
des patients et chez les animaux vivants ou morts,
dans les échantillons et les déchets qui en résultent.
L'évaluation du risque biologique joue un rôle
particulièrement important dans la conception des
salles dédiées aux activités techniques du laboratoire : le type de manipulation et le classement des
agents biologiques infectieux recherchés déterminent le niveau de confinement à adopter.
1.1 Les risques biologiques
Les risques biologiques résultent d'une exposition
aux agents biologiques, qui sont des microorganismes (bactéries, virus, prions – ou agents
transmissibles non-conventionnels –, champignons),
y compris les micro-organismes génétiquement
modifiés, les cultures cellulaires et les endoparasites humains, susceptibles de provoquer une
infection, une allergie ou une intoxication (article
R. 231-61 du code du travail) [6].
Susceptible de provoquer une maladie chez l'homme
Ces agents biologiques ont été classés en quatre
groupes en fonction de l'importance du risque
infectieux qu'ils représentent (article. R. 231-61-1
du code du travail) (voir figure 1). Une liste des
agents biologiques appartenant aux groupes 2, 3
et 4 est dressée dans l'arrêté du 18 juillet 1994
modifié [7].
Groupe 1
Groupe 2
Groupe 3
Groupe 4
non
oui
maladie grave
maladie grave
oui
sérieux
sérieux
peu probable
possible
risque élevé
oui
oui
non
Constitue un danger pour les travailleurs
Propagation dans la collectivité
Existence d'une prophylaxie ou d'un traitement efficace
Figure 1. Classement des agents biologiques infectieux.
1. Produits CMR : produits cancérogènes,
mutagènes et toxiques pour la reproduction.
La prise en compte des risques dans la conception des locaux
9
Ces agents peuvent se transmettre par :
voie respiratoire : l’agent biologique se trouve
sur des particules solides ou liquides (bioaérosols)
qui peuvent être inhalées ;
voie cutanéo-muqueuse : l’agent biologique peut
traverser la peau et les muqueuses et passer dans
le sang lors d'une piqûre ou d'une coupure avec du
matériel contaminé, ou lors de morsures, griffures.
Certains agents peuvent pénétrer à travers une
peau excoriée (parfois une peau saine), passer les
muqueuses nasales, buccales et oculaires ;
voie digestive : la contamination se produit par
ingestion, en portant les mains ou des objets contaminés à la bouche, en se rongeant les ongles, en ne
respectant pas les mesures d’hygiène consistant à se
laver les mains avant de manger, boire…
Une fois qu'ils ont pénétré le corps, les microorganismes peuvent être la cause d'infections,
d'intoxications, d'allergies ou de cancers :
l'infection est due à l'entrée, puis à la multiplication d'un micro-organisme dans le corps ;
l'intoxication est entraînée par la seule
présence d'une toxine produite par un microorganisme ;
l'allergie ou l'hypersensibilité correspond à
une réaction immunitaire inadaptée ;
le cancer se traduit par une multiplication
anarchique des cellules. Il peut être entraîné
par certains micro-organismes ou résulter de
l'évolution de maladies chroniques provoquées
par des micro-organismes.
1.2 Comment évaluer les risques biologiques
en laboratoire ?
On parle de risque biologique lorsque, au cours d'une
situation de travail, un agent biologique pathogène a
la possibilité de pénétrer l'organisme du travailleur,
dans lequel il pourra se développer et déclencher une
maladie. Pour qu'il y ait un risque biologique pour
l'opérateur, il faut qu'il ait un danger biologique mais
également que l'opérateur y soit exposé.
Le résultat de l'évaluation des risques conditionne la conception des locaux du laboratoire. Or,
l'évaluation des risques biologiques est particulièrement difficile à réaliser, étant donné que l'on
ne connaît pas a priori les agents biologiques
présents dans l'échantillon.
groupe élevé (l'encéphale peut éventuellement
contenir des ATNC2, les crachats peuvent contenir
des bacilles tuberculeux) ;
des demandes de recherche d'agents biologiques
de groupe élevé ;
d'identification effective d'agents biologiques
de groupe élevé :
- regarder les agents identifiés par le laboratoire,
- classer ces agents en fonction de leur groupe
de risque,
- estimer le pourcentage de chaque groupe de
risque obtenu.
1.2.2 Évaluation de l’exposition
1.2.1 Évaluation du danger
Tout échantillon arrivant au laboratoire doit être
considéré comme infectieux. Si le laboratoire
effectue des analyses microbiologiques, certains
paramètres peuvent permettre d'estimer le niveau
de danger auquel est potentiellement exposé le
personnel. Il est possible notamment d'évaluer,
sur une période donnée, les fréquences :
de réception d'échantillons dangereux : certains
prélèvements sont connus pour leur risque plus
grand de contenir des agents pathogènes de
Le risque biologique dépend des situations de travail
qui peuvent plus ou moins exposer le travailleur.
Il convient d'analyser les gestes réalisés à chaque
poste, pour repérer les manipulations pouvant
exposer l'opérateur au danger biologique.
Certaines techniques de laboratoire sont connues
pour présenter des risques avérés :
la transmission d'agents biologiques par voie
respiratoire peut se produire lorsque des aérosols
liquides ou solides sont créés à l'occasion de :
- la rupture de films liquides à l'ouverture
2. ATNC : agent transmissible non conventionnel.
10
La prise en compte des risques dans la conception des locaux
des récipients primaires et des tubes de sang
munis de bouchons entrant,
- l'ouverture de récipients sous vide contenant
des lyophilisats,
- le flambage d'une anse chargée ou de lames
d'observation (le flambage doit être remplacé
au profit de techniques à froid ou de matériel
jetable),
- la centrifugation,
- l'homogénéisation, l'agitation, le broyage,
- l'aspiration et le soufflage de liquide,
- l'ensemencement de milieux gélosés en
microbiologie,
- l'ouverture des boîtes et tubes contenant des
cultures, etc. ;
la transmission cutanéo-muqueuse peut se
produire par des contacts avec la peau ou les
muqueuses lors de :
- piqûres faites par des pipettes Pasteur,
des aiguilles (interdiction de recapuchonner
après prélèvement),
- coupures causées par des scalpels, des lames
d'observation microscopique, de la verrerie
ébréchée, des plastiques rigides brisés,
- la manipulation des récipients primaires
souillés, trop remplis, mal fermés,
- la manipulation des échantillons pendant
les analyses,
- la projections de liquides biologiques sur les
muqueuses, les peaux lésées,
- morsures et griffures d'animaux, etc. ;
la transmission par voie digestive peut se
produire lorsque l'on porte à la bouche :
- les mains contaminées,
- des pipettes pour aspirer du liquide (pratique
interdite devant être remplacée par l'usage de
systèmes mécaniques d'aspiration),
- tout objet souillé par des échantillons
potentiellement contaminés (crayon sur
paillasse...).
1.3 Quel niveau de confinement choisir ?
La combinaison du danger biologique et du type
d'exposition permet d'évaluer le risque biologique. Le laboratoire doit alors appliquer des
mesures de confinement adaptées au risque
identifié (article R. 231-64-1 du code du travail).
La réglementation prévoit trois niveaux de confinement numérotés de 2 à 4, correspondant
respectivement aux groupes de risque infectieux 2 à 4 [8]. Ces mesures de confinement sont
de type architectural (présence d'un sas,
filtration de l'air extrait…) et organisationnel
(matériel dédié à la pièce technique, rangements pour les vêtements de protection,
nettoyage des locaux…).
De façon générale, dans un laboratoire hors
microbiologie, l'exposition globale au danger
biologique est telle qu'elle nécessite un laboratoire de niveau de confinement 2.
Par contre, le travail effectué dans les salles
d'analyses microbiologiques comporte la culture
de micro-organismes responsables d'infections
chez l'homme. Il convient donc de considérer que
les agents biologiques manipulés appartiennent
au moins au groupe de risque 2. Les laboratoires
d'analyses microbiologiques doivent donc respecter
au minimum un confinement de niveau 2. Si l'évaluation des risques a montré qu'il y avait une probabilité d'exposition à des agents du groupe 3
(demande de recherche d'agents du groupe 3), il
convient de travailler en niveau de confinement 3.
Les laboratoires analysant des échantillons susceptibles de contenir des agents biologiques du
groupe 4 ne seront pas détaillés ici. Ces cas sont
très exceptionnels et nécessitent des protocoles
particuliers (voir encadré « Manipulation des
agents biologiques du groupe 4 » p. 12).
La prise en compte des risques dans la conception des locaux
11
Manipulation des agents biologiques du groupe 4 [9]
Les analyses d'échantillons susceptibles de contenir des agents biologiques du groupe 4 sont
effectuées dans des laboratoires spécialisés [8].
L'isolement et la multiplication des agents biologiques du groupe 4 doivent se faire dans des
laboratoires de niveau de confinement 4. De tels confinements sont rares et ne se trouvent que dans
des laboratoires de recherche.
Les analyses de biochimie et d'hématologie peuvent être effectuées dans des salles de niveau de
confinement inférieur, si les agents biologiques du groupe 4 sont inactivés (l'efficacité des produits
d'inactivation n'est pas garantie à 100 %). Les automates de routine peuvent être utilisés, mais
doivent être désinfectés après usage.
De plus, les autopsies et les analyses d'anatomie et cytologie pathologiques sur des patients ou
animaux atteints par un agent du groupe 4 doivent être réservées aux activités de recherche
médicale et vétérinaire et sont strictement limitées aux cas présentant un grand intérêt pour la
santé publique.
12
La prise en compte des risques dans la conception des locaux
2
2
Les principales phases de
travail dans un laboratoire
Selon leurs activités, les laboratoires reçoivent
des échantillons (apportés par les clients, les
coursiers, les infirmiers, les éleveurs…) et
accueillent des clients sur lesquels sont effectués
des prélèvements. Ces échantillons présentant un
danger biologique potentiel sont ensuite orientés
vers des salles techniques. En fonction des examens
demandés, ils peuvent être analysés par des automates (biochimie, hématologie…), des techniques
manuelles (biochimie, microbiologie…), être mis
en culture afin de rechercher la présence de
micro-organismes (analyse présentant un risque
Clients
biologique accru) ou encore être traités pour des
études cytologiques. Dans certains cas, les analyses
peuvent se faire dans l'urgence, ce qui augmente
d'autant les risques d'accident. Les résultats de
ces analyses sont enregistrés manuellement
et/ou informatiquement. Le secrétariat se charge
de communiquer les résultats et les factures aux
clients. Les déchets que constituent les échantillons analysés, le matériel usagé, les milieux
cultivés, les effluents des automates sont éliminés
selon les filières spécifiques des risques qu'ils
représentent (voir figure 2).
Personnel qualifié
apportant des
échantillons
Accueil
des clients
Salles de
prélèvements
Salle de tri
des échantillons
Salles
techniques d’analyses
Salle pour
déchets
Bureau de
secrétariat/facturation
Élimination
Étapes pouvant présenter des risques biologiques.
Figure 2. Phases de travail dans un laboratoire d'analyses biologiques.
Exemple d’un laboratoire d’analyses de biologie médicale.
Les principales phases de travail dans un laboratoire
13
2.1 L’accueil
Selon ses activités, le laboratoire reçoit des
personnes venant :
se faire prélever par le personnel du laboratoire ;
déposer des échantillons ;
retirer des résultats d'analyses.
d'accueil. Les échantillons sont alors identifiés par
des codes qui les suivront tout au long de leur
parcours dans le laboratoire. Le personnel extérieur
apportant des prélèvements est orienté directement
vers la salle de tri des échantillons.
Le personnel accueille les clients et enregistre les
informations nécessaires à la constitution de leur
dossier, en tenant compte de la confidentialité vis-àvis des autres clients qui patientent et des autres
membres du personnel.
Le personnel d'accueil doit également gérer les flux
de clients entrant et sortant ainsi que les personnes
en attente de résultats.
Le personnel à ce poste est en contact avec du
public, mais également avec des échantillons potentiellement pathogènes. En fonction de l'état de
l'emballage de l'échantillon et de l’organisation du
travail, il peut y avoir un risque biologique à ce poste.
Les échantillons réceptionnés par le personnel de
l'accueil sont déposés dans une zone dédiée bien
délimitée et distincte des autres zones de la banque
2.2 Le secrétariat
© Philippe Renault pour l’INRS
Le personnel du secrétariat effectue des tâches
administratives (retranscription de comptes rendus,
expédition des résultats d'analyses, facturation) et
s'occupe également du classement des archives. Un
important travail de bureautique est effectué par ce
personnel.
Figure 3. Le personnel du secrétariat n'entre pas en contact avec les
échantillons.
14
Les principales phases de travail dans un laboratoire
Dans certains cas, ces fonctions sont assurées par le
personnel de l'accueil. Toutefois, pour limiter le
nombre de personnes potentiellement exposées aux
risques biologiques, il est préférable de séparer les
fonctions administratives pures et les activités
nécessitant des contacts avec échantillons (voir
figure 3).
2.3 Les prélèvements d'échantillons
En laboratoire d'analyses de biologie médicale, le
patient passe de la zone d’accueil ou d'attente,
aux salles de prélèvements permettant de l'isoler
des autres personnes (voir figure 4).
Différents types de prélèvements peuvent être
effectués (sang, sécrétions vaginales ou urétrales,
abcès…), nécessitant différentes positions de la
part du patient (debout, assis, couché, position
gynécologique), qui peut être amené à se dévêtir.
En laboratoire d'analyses vétérinaires, les
prélèvements sont effectués soit dans la salle de
consultation de la clinique vétérinaire, soit au
cours de l'autopsie des animaux.
L'utilisation de ce matériel mis en contact avec des
patients ou des animaux potentiellement infectés
présente donc un risque biologique.
Les prélèvements sont ensuite déposés dans la
zone de tri des échantillons.
© Philippe Renault pour l’INRS
Dans tous les cas, le préleveur doit pouvoir
prendre différentes positions pour s'orienter de
façon optimale en fonction du type d'analyses,
du patient ou de l'animal et des préférences du
préleveur (gaucher, droitier). Le personnel
dispose, à portée de main, du matériel nécessaire à tous les prélèvements et à l'évacuation
des différents types de déchets. Le préleveur
utilise des écouvillons, des spéculums, des
dispositifs médicaux piquants, coupants,
tranchants (aiguilles, scalpel, récipients primaires
de prélèvements).
Figure 4. Salle de prélèvements.
Les principales phases de travail dans un laboratoire
15
2.4 Le tri des échantillons
L'emballage des échantillons répond aux prescriptions réglementaires (n° ONU 3373 l'arrêté
ADR [10] ) et doit arriver au laboratoire en bon
état. L'usage de pochettes transparentes permet
au personnel de voir immédiatement l'état des
échantillons et de limiter l'exposition aux dangers
biologiques.
Les coursiers ou infirmiers(ères) extérieurs apportent
des prélèvements (qui peuvent parfois représenter un grand volume) directement dans la zone
de tri des échantillons, qui reçoit également les
prélèvements effectués par le personnel du laboratoire (voir figure 5).
Les échantillons sont enregistrés (numéro
d'identification, analyses requises…) grâce aux
renseignements portés sur la fiche de suivi qui les
accompagne [11]. Cette opération de tri et
d'enregistrement est une étape essentielle qui
nécessite un environnement calme pour éviter
toute erreur d'étiquetage. D'un autre côté, le
personnel doit également gérer les urgences et
les pics d'activité. Dans ce cas, plusieurs
personnes peuvent être affectées à ce poste.
© Vincent Grémillet pour l’INRS
Dans certaines structures comme, notamment,
les laboratoires d'analyses industrielles, il peut
être procédé à un reconditionnement des
prélèvements.
Figure 5. Salle de tri des échantillons.
16
Les principales phases de travail dans un laboratoire
Les échantillons codés sont ensuite orientés vers
des pièces techniques correspondant aux analyses à effectuer.
2.5 Les analyses
Chaque activité génère des déchets qui sont triés
dès leur production et placés dans des emballages spécifiques : déchets ménagers, chimiques,
infectieux (DASRI3), pièces anatomiques. Les
emballages sont entreposés temporairement au
poste de travail, puis regroupés dans une pièce,
pour être finalement éliminés en fonction des
filières spécifiques [12].
De nombreuses tâches sont effectuées (souvent
simultanément) par le personnel qui peut travailler
assis, debout et effectuer de nombreux déplacements. Les analyses présentant des risques
importants pour le personnel ou l'environnement
sont effectuées dans une ou des salles techniques
confinées, isolées des autres pièces. C'est ainsi
que les analyses microbiologiques doivent
toujours être réalisées dans une pièce spécifique
isolée des autres.
2.5.1 Microbiologie
Après avoir effectué les analyses, les opérateurs
nettoient et désinfectent les plans de travail et les
appareils. Ces derniers sont périodiquement et
efficacement entretenus et inspectés. Des techniques de remplacement sont prévues en cas de
dysfonctionnement d'un appareil.
© Vincent Grémillet pour l’INRS
Les analyses microbiologiques incluent la bactériologie, la mycologie, la parasitologie et la virologie. Les analyses de microbiologie consistent à
rechercher, par observations microscopiques,
mises en culture ou encore techniques de biologie
moléculaire, la présence de micro-organismes ou
d'endoparasites dans les échantillons (voir figure 6).
Lors de la préparation des prélèvements pour une
observation au microscope, le personnel peut être
exposé à différents moments : ouverture des
récipients des prélèvements, manipulation de
matériel piquant/coupant, centrifugation, pipetage
(il est interdit de pipeter à la bouche). Les analyses
de prélèvements industriels et environnementaux
peuvent subir un prétraitement (broyage, extraction) générant des aérosols.
Figure 6. Ensemencement de milieux de
culture pour la recherche de bactéries.
Les échantillons sont ensemencés sur des milieux
de culture prêts à l'emploi ou préparés dans une
zone propre (la recherche de virus se fait par ensemencement de cultures cellulaires). Après incubation dans une étuve, les micro-organismes qui ont
colonisé les milieux sont préparés pour des observations au microscope, repiqués sur d'autres
milieux de cultures et subissent différents tests
biochimiques. Ces opérations exposent le salarié
lors de l'ouverture des boîtes ou bouillons cultivés,
lors de la préparation des suspensions de microorganismes, du pipetage et de l'ensemencement.
Le travail en microbiologie présente des risques
biologiques particulièrement importants, du fait
de la forte concentration d'agents biologiques
pathogènes cultivés et du fait de certaines
manipulations exposantes.
3. DASRI : déchets d’activités de soins à risques infectieux.
Les principales phases de travail dans un laboratoire
17
2.5.2 Biochimie, immunologie,
hématologie
Les analyses de biochimie, d'immunologie et
d'hématologie peuvent être effectuées dans la
même salle. Contrairement à la microbiologie, ces
analyses sont largement automatisées. Ces appareils souvent massifs et volumineux génèrent du
bruit, de la chaleur et requièrent des consommables en grands volumes (voir figure 7).
Les automates permettent d'effectuer de grandes
séries d'analyses, ce qui nécessite d'adapter les
surfaces de paillasses au nombre, parfois important,
d'échantillons à traiter dans la journée.
Certaines analyses d’immuno-enzymologie (tests
ELISA, immunodiffusions, électrophorèse, hémagglutination…) nécessitent des manipulations plus
longues des prélèvements et de produits chimiques,
ce qui présente des risques biologiques et chimiques
accrus. De même, certaines analyses environnementales sont encore très manuelles.
2.5.3 Biologie moléculaire
Des pièces spécifiques et isolées les unes des autres
sont nécessaires pour ces analyses. Les échantillons
et les réactifs préparés séparément sont mis en
contact pour réaliser des réactions d'amplification
des acides nucléiques. Différents types d'expositions peuvent avoir lieu lors de l'ouverture des
tubes, des centrifugations ou des pipetages. En plus
des échantillons présentant des risques biologiques,
il peut y avoir manipulation de produits radioactifs
(tritium, iode 125…) et de produits chimiques
dangereux tel que le bromure d'éthidium.
© Philippe Renault pour l’INRS
Les prélèvements sont préparés avant d’être placés
dans les automates, ce qui nécessite des centrifugations et parfois des pipetages. Certains automates ne
peuvent prendre que des godets spécifiques ; le technicien doit alors ouvrir les tubes primaires et pipeter
le sang pour le transférer dans le godet d’analyse.
Une fois placés dans l'automate, les échantillons
sont automatiquement pipetés, mélangés à des
réactifs chimiques et les résultats d'analyses sont
finalement édités. Pour éviter l'étape de préparation
qui présente des risques d'exposition à des agents
biologiques pathogènes, certains automates acceptent
les tubes primaires de prélèvements sanguins
ouverts ou, encore mieux, les tubes primaires fermés
(l'automate pipette alors à travers le bouchon).
Figure 7. Exemple d'automate pouvant être utilisé en biochimie.
18
Les principales phases de travail dans un laboratoire
2.5.4 Anatomie et cytologie
2.5.5 Autopsie vétérinaire
pathologiques
© Philippe Renault pour l’INRS
Dans les laboratoires d'analyses vétérinaires, les
animaux sont autopsiés dans une salle spécifique,
avec du matériel dédié à cet usage (voir figure 9).
Les animaux arrivant vivants sont euthanasiés par
des moyens mécaniques, électriques ou chimiques
(injection de produits létaux). Les risques mécaniques, électriques, biologiques et chimiques sont
d'autant plus importants que l'animal vivant peut
se débattre ou avoir pendant quelques temps des
réactions réflexes.
Il est ensuite procédé à une autopsie consistant à
manipuler les organes et à observer les lésions
témoignant de certaines pathologies. L'opérateur
manipulant du matériel piquant/coupant est
particulièrement exposé au danger biologique.
Figure 8. Observation macroscopique d'une pièce anatomique.
Les échantillons prélevés sont alors fixés (généralement dans des solutions formolées) et traités
pour être observés au microscope. Les examens
cytologiques5 consistent à traiter les prélèvements
par différents produits chimiques et colorants pour
une observation au microscope.
Le personnel effectuant ces analyses est exposé à
des risques biologiques mais également à des
risques chimiques importants.
© Vincent Grémillet pour l’INRS
Les cabinets ou laboratoires effectuant des actes
d'anatomie et cytologie pathologiques reçoivent des
frottis, fluides, organes ou fragments d'organes.
Dans certains cas, les prélèvements peuvent être
effectués au sein du laboratoire. Les pièces
opératoires subissent un examen macroscopique à
l'œil nu, pour rechercher des lésions typiques de
pathologies et orienter les prélèvements qui seront
soumis à l'analyse histologique4 (voir figure 8).
Figure 9. Autopsie vétérinaire.
4. Histologie : observation sous microscope de l'état des
cellules comprises dans les tissus d'un organe.
5. Cytologie : observation des cellules sous microscope.
Les principales phases de travail dans un laboratoire
19
2.6 Le nettoyage du laboratoire
Étant donné les risques biologiques et chimiques, le
nettoyage du laboratoire revêt ici une importance
particulière. Une procédure écrite doit préciser les
modalités d'entretien des locaux : fréquence, produits utilisés, mode d'emploi (concentration et
temps de contact).
20
Les principales phases de travail dans un laboratoire
Généralement le personnel de nettoyage du laboratoire est également chargé d'évacuer les emballages de déchets pleins vers le lieu d'entreposage
centralisé. Les emballages sont ensuite pris en
charge par un prestataire assurant leur élimination.
Ce personnel peut être exposé, au même titre
que les techniciens, aux dangers biologiques,
chimiques ou radioactifs.
3
3
Les laboratoires d'analyses
de biologie médicale
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
sont le lieu de nombreuses interactions entre des
personnes en bonne santé (coursiers, salariés…)
et des échantillons ou patients potentiellement
contaminés. Il est important de :
limiter le croisement des circuits propres et des
circuits sales ;
confiner, dans des pièces dédiées, les opérations
à risques biologiques plus spécifiques.
C'est ainsi que les laboratoires d'analyses
comportent plusieurs pièces ayant des fonctions
bien déterminées.
Dans la mesure du possible, les locaux du laboratoire
d'analyses de biologie médicale doivent former un
ensemble d'un seul tenant dont les pièces sont
nettement séparées les unes des autres.
La superficie minimale des laboratoires de statut
privé est fixée réglementairement pour l'ensemble
des locaux, circulations comprises.
Elle ne peut être inférieure à 100 m2, dont 40 m2 au
moins sont occupés par deux salles affectées aux
activités techniques [13].
Informatique
Sanitaires
Bureaux des
responsables
Archives
Secrétariat
Restauration/
repos
Tri des
échantillons
Vestiaires
Sanitaires
Analyses hors
microbiologie
Entretien
Accès public
Risque biologique
Attente
Accueil
Stockage
Analyses
biologie
moléculaire
Prélèvements
Laverie
Analyses
microbiologiques
Entreposage
de déchets
À proximité
En relation de proximité
Accès
Figure 10. Schéma fonctionnel d'un laboratoire d'analyses de biologie médicale.
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
21
un accès pour le personnel qui passe par le
vestiaire avant d'entreprendre tout travail ;
un accès pour les véhicules de livraison de produits ;
un accès pour l'évacuation des déchets.
Tout laboratoire d'analyses de biologie médicale
doit comprendre au moins :
un local de réception, d’accueil ;
un bureau de secrétariat et d'archives ;
une salle de prélèvements permettant l'isolement
des patients ;
deux salles techniques, dont une au moins est
réservée exclusivement aux analyses de microbiologie ;
une laverie.
Les accès, pour les personnes extérieures comme
pour le personnel, doivent être prévus pour les personnes à mobilité réduite. L’accès du laboratoire
doit être positionné de façon à éviter les courants
d’air et les variations brutales de température.
Selon l'organisation du travail, et afin de limiter le
croisement des flux propres et sales, il peut être
envisagé plusieurs accès au laboratoire :
un accès sur l'accueil, pour les patients et le
personnel extérieur amenant des échantillons
dans la zone de tri ;
Aux dispositions réglementaires relatives à la
conception s'ajoutent les exigences fonctionnelles
de chaque activité. Ainsi, un laboratoire peut
contenir de nombreuses pièces disposées de
façon à faciliter le travail dans des conditions
d'hygiène et de sécurité optimales (voir figure 10).
3.1 Le local de réception des patients
3.1.1 Fonctionnalité
Pour un laboratoire, le local de réception est un
point stratégique, puisqu’il constitue le premier
contact avec les patients. De plus, ce poste
regroupe de nombreuses fonctions dont la qualité
d'exécution influe sur la fiabilité des analyses. Les
personnes occupant ce poste ont comme mission :
accueillir ;
surveiller les différentes arrivées pour ne
laisser entrer dans les locaux techniques que les
personnes autorisées (coursiers, personnel
infirmier…) ;
orienter (vers la salle d’attente, la zone
d’accueil confidentielle…) ;
assister des personnes âgées ou ayant des
problèmes de déambulation ;
réceptionner les échantillons et les enregistrer
informatiquement ;
transmettre et expédier les résultats ;
assurer les transactions financières ;
répondre aux appels téléphoniques internes et
externes ;
renseigner les interlocuteurs sur les analyses ;
réconforter des personnes fragilisées…
22
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
Ces fonctions doivent être gérées simultanément
et peuvent parfois présenter des exigences
contradictoires :
les personnes à l’accueil ne peuvent à la fois,
répondre au téléphone et accueillir le public ;
le traitement des échantillons nécessite un
travail précautionneux qui peut être perturbé par
différentes sollicitations et la pression de la file
d’attente ;
une personne ayant des difficultés de déambulation devrait être accueillie en posture assise, ce
qui suppose un temps d’intervention plus long…
La conception de ce poste doit également
permettre des échanges entre la personne à
l'accueil et le patient, en préservant un niveau de
confidentialité important vis-à-vis des autres
patients et des autres personnes travaillant à
proximité. Il est possible d'envisager plusieurs
niveaux de confidentialité :
confidentialité de premier niveau : accueil
debout ;
confidentialité de deuxième niveau : accueil assis ;
confidentialité de troisième niveau : accueil dans
le point confidentiel.
Le point d'accueil confidentiel
Cette zone ou salle est dédiée aux échanges
nécessitant un haut niveau de confidentialité,
lors du dépôt de l'ordonnance ou lors de la
remise des résultats. Le personnel peut inviter
le patient à le suivre dans une salle particulière, qui peut être l'un des bureaux des biologistes du laboratoire. Des échanges pourront y
avoir lieu en toute sérénité.
La fonction « accueil » est généralement assurée
par une, voire deux personnes. Le nombre d’intervenants varie selon l’importance de la clientèle et
peut être ajusté dans la journée selon les pointes
d’activités, qui se situent principalement tôt le
matin (nombre important de patients) et en fin
de journée (retrait des résultats). Ainsi, il n’est
pas rare de voir trois ou quatre personnes assurer
l'accueil, ce qui suppose un espace suffisant pour
intégrer simultanément toutes ces personnes,
sans générer de situations de travail dégradées.
Sanitaires
Attente
Bureaux
Accueil
Espace prélèvements
3.1.2 Emplacement et aménagement
Le point d'accueil est localisé selon les paramètres
suivants (voir figure 11) :
en mitoyenneté avec le secrétariat et le « point
d’accueil confidentiel » ;
à proximité de l’accès principal et de la salle de
tri des échantillons ;
en relation de proximité avec l'espace de
prélèvements ;
de façon à voir les personnes présentes dans la
salle d'attente.
Le poste d'accueil est dimensionné afin de contenir :
toutes les personnes simultanément présentes
(pointes d’activité) ;
tout le matériel nécessaire à cette fonction ;
des plans de travail compatibles avec une
position assise du personnel et avec un linéaire
d’au moins 140 cm par poste de travail. L'aménagement de ces postes ne doit pas induire de tourner le dos au patient (matériel positionné face au
patient ou perpendiculairement) ;
des plans de travail spécifiques pour l’accueil
assis des patients ;
une surface de dépôt des échantillons, clairement identifiée, isolée et distincte du plan de travail
principal, en matériaux résistant aux produits de
lavage et de désinfection, légèrement rehaussée
par rapport au plan de travail principal (± 15 cm)...
Cette surface sera :
- à l'abri des regards des patients et hors de
leur portée,
- accessible par le tenant du poste en position
assise et par les techniciens venant chercher
les échantillons, sans que cela occasionne
d'interférences.
Tri des échantillons
Figure 11. Schéma fonctionnel de la zone d'accueil.
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
23
Des aménagements et moyens matériels adaptés
doivent être disponibles :
un lave-mains à déclenchement non manuel
équipé d'un distributeur de savon liquide,
d'essuie-mains en papier à usage unique et d'une
poubelle pour papiers usagés ;
des rangements en nombre suffisant pour le
classement des résultats, le stock journalier de
papeterie, de consommable informatique, de
flacons de prélèvement, de gants… ;
le matériel informatique ;
des imprimantes de grande capacité, une
photocopieuse (ces appareils seront choisis
également pour leur faible émission sonore) ;
des téléphones, fax ;
une caisse, des terminaux de paiement.
3.1.3 Exigences spécifiques
de conception
Le poste d’accueil doit répondre aux critères
suivants :
disposer d’une fenêtre accessible donnant
directement sur l’extérieur comme le nécessite
toute activité permanente (disposition réglementaire du code du travail) ;
permettre le maintien d’une posture assise du
personnel face aux patients (pour réduire le
sentiment de prédominance visuelle des
patients debout vis-à-vis du personnel assis,
privilégier une profondeur du plan de travail de
± 105 cm, plutôt que la mise en place d’un faux
plancher qui pourrait contraindre les déplacements et/ou l’utilisation du poste par une
personne à mobilité réduite) ;
permettre la réception des patients assis ou
debout. Dans le cas d’un double poste, l’un des
postes pourra être exclusivement réservé à
l’accueil des patients en posture assise ;
permettre de voir et contrôler les arrivées et
sorties des patients ;
permettre d’identifier les professionnels
accédant à la salle de tri des échantillons et de
contrôler leur départ ;
permettre de voir et contrôler les entrées et
sorties de la zone de prélèvements ;
permettre de percevoir les personnes dans la
salle d’attente ;
permettre une sortie facilitée du poste de
travail pour aller vers les patients ;
La fonction accueil doit permettre également aux
coursiers, infirmières et préleveurs de repérer la
salle de tri et sa zone de dépôt des échantillons.
3.2 La salle d'attente
3.2.1 Fonctionnalité
La salle d’attente permet au personnel de l'accueil :
de gérer le flux de personnes en attente ;
d’accueillir des personnes pouvant attendre
jusqu’à 30 minutes, voire 4 heures pour des
analyses spécifiques ;
de veiller à la sécurité des personnes en attente.
De nombreuses personnes sont amenées à
patienter dans cette salle :
des patients ;
des personnes accompagnant un patient ;
des commerciaux.
24
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
Parmi ces personnes certaines peuvent nécessiter
une prise en charge particulière :
des enfants, des bébés en poussette ;
des malades ;
des personnes âgées, à mobilité réduite, handicapées ;
des femmes enceintes ;
des personnes corpulentes ;
etc.
Cette salle doit permettre une attente confortable
pour toutes ces personnes. Selon la clientèle,
il peut même être envisagé une zone d'attente
spécifique pour les enfants.
3.2.2 Emplacement et aménagement
3.2.3 Exigences spécifiques
de conception
La salle d'attente est localisée en fonction des
paramètres suivants :
les personnes doivent être visibles par le personnel d'accueil mais ne doivent pas voir l'entrée des
salles de prélèvements (par mesure de discrétion
vis-à-vis des autres patients) ;
elles ne doivent pas entendre les échanges se
déroulant à l'accueil et réciproquement mais ne
doivent pas avoir l'impression d'être isolées
et oubliées ;
cette salle sera à proximité des salles de prélèvements et des toilettes (accessibles aux personnes à mobilité réduite).
Un aménagement soigneusement réfléchi donnera
le sentiment d'une attente plus courte et donc
d'un service de qualité. Cette pièce doit être
suffisamment spacieuse pour comprendre :
un nombre suffisant de sièges pour asseoir
tous les patients lors des pics d’activité ;
des sièges mi-hauts (pour faciliter le levé des
personnes âgées, enceintes, corpulentes) ;
des sièges confortables, des divans, des sièges
inclinables pour les personnes devant rester
plusieurs heures dans le laboratoire pour effectuer
certaines analyses ;
des sièges pour enfants ;
des tables ;
un porte-manteau, voire un vestiaire fermé
destiné aux personnes en longue attente ;
un porte-parapluie ;
des divertissements ne créant pas de gêne
sonore pour les autres personnes (lecture variée
récente, jeux, vidéo…).
En considérant les besoins du personnel, ce local
doit répondre aux critères suivants :
permettre au personnel de l'accueil de voir les
personnes en attente sans être gêné par le bruit
éventuellement généré dans cette pièce ;
permettre de détendre les patients pour une
meilleure relation avec le personnel qui effectuera
alors les prélèvements dans des conditions
optimales.
En considérant les besoins des patients, la salle
d'attente doit :
disposer d’une fenêtre donnant directement
sur l’extérieur avec vue, sans être visible de
l’extérieur ;
créer une ambiance de détente :
- lumière artificielle indirecte, tout en permettant
la lecture (200 lux [14] );
- odeur ambiante ne faisant pas référence au
milieu médical ;
- température située autour de 20 °C.
Les écueils à éviter
- Ne pas enfermer les personnes dans un « bocal »
sans air ni visibilité…
- En l'absence de cloison, il est préférable qu'il n'y
ait pas de circulation dans le dos des personnes
assises.
- Ne pas utiliser de sièges accrochés les uns aux
autres, induisant une promiscuité non désirée et
ne permettant pas une adaptation aux besoins
particuliers de la clientèle.
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
25
3.3 L’espace de prélèvements
3.3.1 Fonctionnalité
déposer les échantillons et les bons d’examen
dans la zone de tri ;
nettoyer et ranger la salle avant le prochain patient.
Cet espace est destiné à la réalisation des actes de
prélèvements. Il comprend une ou plusieurs salles de
prélèvements et des toilettes qui s’ouvrent sur un
espace de répartition et non sur un lieu de passage
visible des autres patients (voir figure 14). Réglementairement, le laboratoire d'analyses de biologie
médicale doit disposer d'au moins une salle de prélèvements permettant l'isolement des patients [13].
Le personnel réalisant les prélèvements accomplit
plusieurs activités le mettant en relation avec les
autres fonctions du laboratoire :
prendre connaissance des informations enregistrées à l’accueil, concernant le patient et les
prélèvements à effectuer (selon l’organisation :
chercher les informations à l’accueil ou sur un
terminal informatique…) ;
aller chercher et accueillir le patient en salle
d'attente ;
accompagner et installer le patient dans la salle
de prélèvements ;
préparer, à portée de main, tout le matériel
nécessaire aux prélèvements ;
effectuer les prélèvements et les identifier ;
accompagner le patient vers la sortie ;
Le nombre et l’aménagement des salles peuvent
dépendre des :
types de prélèvements effectués (gynécologiques, sanguins…) (voir figures 12 et 13) ;
types de patients prélevés (adultes, enfants,
nouveaux-nés, personnes handicapées…).
Différents types de personnes peuvent pénétrer
simultanément dans les salles de prélèvements :
le préleveur ;
le patient ;
un éventuel accompagnateur.
© Philippe Renault pour l’INRS
© Philippe Renault pour l’INRS
Les salles de prélèvements sont les seuls locaux
techniques accessibles aux patients. La conception doit donc concilier les exigences techniques
et commerciales.
Les gestes effectués par le personnel du laboratoire doivent être réalisés dans le calme, de façon
minutieuse, pour que le patient les tolère bien et
ne pas générer de risque pour le préleveur.
Figure 12. Aménagement de la salle pour
les prélèvements gynécologiques.
26
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
Figure 13. Aménagement de la salle pour
les prélèvements sanguins.
3.3.2 Emplacement et aménagement
Les salles de prélèvements sont localisées en fonction des paramètres suivants (voir figure 14) :
à proximité de la salle d'attente et de la salle de
tri des échantillons ;
en relation de proximité avec le point d'accueil
(afin de permettre des échanges d’informations)
et avec la laverie.
L’opération de prélèvement sanguin est à
l’origine de 30 à 35 % des accidents d’exposition
au sang déclarés [15]. La conception des salles de
prélèvements doit donc être particulièrement
réfléchie pour assurer la sécurité du préleveur
tout en permettant à celui-ci d'agir dans de
bonnes conditions.
Chaque salle de prélèvements doit être d'une
superficie suffisante pour permettre :
d'accueillir jusqu'à trois personnes (préleveur
et patient accompagné) ;
de contenir tout le matériel nécessaire aux
prélèvements ;
d’incliner au maximum le fauteuil ;
et, en ce qui concerne le préleveur, de se déplacer autour du fauteuil du patient tout en gardant
le matériel à portée de main.
Attente
Sanitaires
P1
Accueil
P3
Écran
visuel
Au moins une salle de prélèvements sera prévue
pour l’accès aux personnes à mobilité réduite
(surface nécessaire à la circulation du fauteuil
roulant).
Les écueils à éviter
- Des fils d'alimentation électrique traînant sur le
sol, dans lesquels on peut se prendre les pieds,
qui freinent la libre circulation des meubles
roulants et limitent le nettoyage des sols
- L’ouverture des portes de la salle de prélèvements face au patient
Des moyens matériels adaptés doivent être
disponibles dans les salles de prélèvements :
un porte-manteau, une chaise, pour que le
patient puisse poser ses affaires (manteau, sac…),
plus un paravent si le patient doit se dévêtir ;
un fauteuil de prélèvements modulable ;
un siège mobile et réglable pour le préleveur ;
des meubles de rangement et/ou des chariots
de prélèvements pouvant comprendre :
- les réserves (au moins journalières) de matériel stérile de prélèvement,
- les conteneurs à déchets (déchets ménagers
et déchets d'activité de soins à risques infectieux incluant les piquants/coupants) devant
se trouver à disposition immédiate lors du prélèvement en cours, quelle que soit la latéralité
du préleveur ou du patient,
- un plan de travail pour le dépôt des échantillons,
- un plan de travail pour les prises de notes ;
une source lumineuse orientable ;
un lave-mains à déclenchement non manuel
situé près de la sortie de la pièce, équipé d'un
distributeur de savon liquide, d'essuie-mains en
papier à usage unique et d'une poubelle pour
papiers usagés.
P2
Caractéristiques du fauteuil de prélèvements
Déshabillage
Fauteuil de
prélèvement
Eau
Stock
- Aisément nettoyable et désinfectable
- Confortable pour le patient
- Modulable (variable en hauteur et en inclinaison)
- Accoudoirs réglables en hauteur, en inclinaison
et en latéralité
- Réglages accessibles et faciles d’utilisation
- Piètement assurant la stabilité du fauteuil et
permettant des postures de travail ergonomiques, quelle que soit la latéralité du préleveur
ou du patient
Figure 14. Schéma fonctionnel de l’espace de prélèvements.
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
27
3.3.3 Exigences spécifiques
28
de conception
résistant aux agents nettoyants et désinfectants,
sans endroit inaccessible au nettoyage.
En considérant les besoins du personnel, et pour
prévenir les risques d'accidents, la salle de prélèvements doit répondre aux critères suivants :
le préleveur doit pouvoir s'installer de façon
ergonomique et stable lors de l’acte. Il doit
disposer, dans toutes les circonstances de
prélèvement, d'une bonne visibilité, une source
lumineuse complémentaire pouvant s'orienter
selon sa position ;
le préleveur doit pouvoir facilement accéder,
quelle que soit sa position, au matériel nécessaire pour le prélèvement en cours et pour l’évacuation immédiate des déchets sans dépose
transitoire des piquants/coupants – ce critère
est particulièrement important pour la prévention des accidents exposant au sang ;
un plan de travail à bords relevés (de l’ordre
de 50 x 50 cm) doit permettre de déposer les
échantillons biologiques en portoir ou en
plateau ;
un plan de travail (de l’ordre de 50 x 50 cm),
distinct des surfaces dévolues aux échantillons biologiques, doit être réservé à la prise de
notes ;
tous les revêtements des meubles, murs, sol,
sont sans aspérités, en matériaux imperméables
En considérant les besoins des patients, la salle de
prélèvements permet :
de détendre le patient grâce à :
- une température située autour de 22 °C, ne
devant pas être excessive pour éviter les risques
de malaise,
- une source d’éclairage, si possible en lumière
naturelle,
- un isolement acoustique de qualité et un éventuel fond sonore musical,
- une odeur ambiante ne faisant pas référence au
milieu médical ;
le déshabillage éventuel du patient qui doit alors
disposer d’un espace spécifique pour se dévêtir et
suspendre ses vêtements ;
de préserver l’intimité des patients :
- les salles doivent être parfaitement isolées de
façon sonore et visuelle ;
- le patient est positionné perpendiculairement à
l'ouverture de la porte ou cette ouverture doit se
faire derrière une chicane ;
- les salles de prélèvements ouvriront sur une
zone non visible du public ;
- les portes sont pleines et munies d'un dispositif
de fermeture intérieure décondamnable de
l'extérieur.
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
3.4 Les exigences communes des salles techniques
Différentes salles techniques peuvent être
conçues en fonction des activités :
le tri des échantillons se réalise dans une pièce
spécifique ;
les analyses de biochimie, immunologie,
hématologie peuvent être effectuées dans la
même salle ;
les analyses de microbiologie (bactériologie,
mycologie, parasitologie, virologie) sont toujours
réalisées dans des pièces confinées isolées des
autres salles ;
les analyses de biologie moléculaire nécessitent
réglementairement trois zones pour la préparation
des réactifs, la préparation des échantillons et la
réaction d'amplification proprement dite [11].
Les salles techniques sont dédiées à des activités
spécifiques et sont séparées des autres locaux par
au moins une porte verrouillable. Leur accès est
réservé au seul personnel autorisé (voir figure 15).
Le personnel appartenant à des sociétés extérieures peut pénétrer dans ces pièces, par exemple
pour des opérations de maintenance, après établissement d'un plan de prévention (voir annexe 2).
© Vincent Grémillet pour l’INRS
3.4.1 Conception des locaux
Figure 15. L’accès au laboratoire doit être
réservé au seul personnel autorisé.
Chaque salle technique
doit être signalée par
le pictogramme « risque
biologique » [16] ci-contre.
De même, tous les autres
risques identifiés doivent
être signalés, comme par
exemple l'utilisation de
matières radioactives.
Les salles techniques des laboratoires peuvent
répondre à différents niveaux de confinement
(2 ou 3), selon les risques biologiques mis en
évidence (voir chapitre 1). Toutefois, quel que soit
le niveau de confinement, la conception des
pièces techniques doit répondre à un premier
niveau d’exigences communes décrit ci-après.
Superficie
La superficie d'une salle technique se détermine
en fonction de plusieurs paramètres :
le nombre de personnes travaillant dans cette
pièce ;
le volume occupé par le matériel et l'ameublement nécessaires aux opérations effectuées dans
la pièce (voir paragraphe « Emplacement et aménagement » de chaque salle technique). Lors de
l'évaluation de l'encombrement, il faut garder à
l'esprit que de nombreux automates réclament
maintenant l'adjonction d'un ordinateur et d'une
imprimante. De plus, il est nécessaire de pouvoir
faire le tour de certains automates (pour la
maintenance, l'approvisionnement ou la gestion
des déchets) qui ne peuvent donc être placés à
moins d'un mètre du mur ;
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
29
permettre le passage de canalisations et de
chemins de câbles électriques et télématiques.
les espaces de circulation (voir figure 17). Par
exemple, il est conseillé de prévoir un espace libre
de 2 m entre la face avant d’un PSM6 et un mur ou
tout obstacle à l'écoulement de l'air, et un espace
de 1 m entre le PSM et une voie de circulation [17].
Il est recommandé de respecter cette distance de
1 mètre entre un poste de travail et un meuble, un
mur ou un passage [18].
Les faux plafonds à dalles sont à proscrire dans
toutes les salles où sont manipulés des microorganismes (qu'il s'agisse de confinement 2 ou 3).
Les plafonds, les murs et les gaines techniques
doivent être étanches, résistants aux produits de
nettoyage et de désinfection [20]. Les plafonds
suspendus doivent permettre l'accès facile à tous
les réseaux qui y sont placés.
Il est important de prévoir des portes et voies de
circulation suffisamment larges pour permettre
l'entrée des automates volumineux dans les
pièces techniques. Les zones de circulation doivent
rester libres et ne doivent pas servir de zone de
stockage [19].
Plafonds
Sols
La dalle des salles techniques doit être suffisamment résistante pour supporter tous les
automates pouvant parfois avoir une charge au
sol très élevée. Pour illustration, la charge utile
peut être de l'ordre de 500 kg/m2 [21].
et murs
La hauteur sous plafond doit être suffisante pour :
contenir le plus haut appareil, en tenant compte
des systèmes de ventilation associés. Une hauteur
de plafond de 3 m est généralement suffisante
pour accueillir des sorbonnes et des PSM ;
permettre l’installation des systèmes de ventilation de la pièce avec des arrivées et des sorties d'air
à la verticale du sol (voir le paragraphe « Ventilation »
ci-après) ;
Le revêtement des sols doit être résistant à
l'usure et au poinçonnement, antidérapant,
imperméable, résistant aux agents nettoyants et
désinfectants ainsi qu'aux produits chimiques utilisés lors des analyses. Le revêtement doit également être capable de dériver les charges électrostatiques (en principe < 108 ohms [21] ) et ne pas
dégager de gaz toxiques en cas d'incendie. Il est
souhaitable d'installer des revêtements plastifiés
à joints thermosoudés plutôt que du carrelage.
Il convient de faire remonter d'au moins 10 cm le
revêtement des sols le long des murs avec une
moulure concave pour limiter l'accumulation de
particules et faciliter la décontamination (plinthe
à gorge).
De plus, les seuils des pièces techniques doivent
être plans.
© Vincent Grémillet pour l’INRS
Portes
Figure 16. Portes permettant une bonne
visibilité des personnes dans le laboratoire.
6. PSM : poste de sécurité microbiologique.
30
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
Les portes sont préférentiellement conçues de
façon à :
permettre le passage des automates les plus
volumineux ;
s'ouvrir sans l’aide des mains, ce qui les laisse
libres pour porter les échantillons ou autres produits
dangereux ;
éviter les collisions et voir les personnes
travaillant dans la pièce technique (porte à oculus
par exemple) (voir figure 16).
Le revêtement des portes doit être imperméable,
résistant aux agents nettoyants et désinfectants.
Entre l'extrémité du PSM et :
Entre la face frontale du PSM et :
Une voie de circulation habituelle
La face frontale d'un autre PSM
Un mur ou un autre obstacle perpendiculaire au PSM
3m
1m
Voie de
passage
P
S
M
P
S
M
P
S
M
P
S
M
0,3 m
Une paillasse parallèle au PSM
utilisée par le même opérateur
1,5 m
1,5 m
Pilier
Paillasse
P
S
M
Une colonne placée en avant
de la face frontale du PSM
Une porte dans un mur perpendiculaire au PSM
0,3 m
P
S
M
P
S
M
Mur
Un mur opposé (ou autre
obstacle à l'écoulement de l'air)
Une porte dans un mur parallèle au PSM
Un diffuseur d'air de compensation n'appartenant pas
au type “ basse vitesse ”
2m
P
S
M
1,5 m
Diffuseur
d'air
P
S
M
Mur
P
S
M
P
S
M
1 000 mm
900 mm
1m
Zone de protection du PSM
(surface dans laquelle l'écoulement
ne doit pas être perturbé par
une personne autre que l'opérateur)
1 000 mm
1 400 mm
1 200 mm
1 450 mm
Figures 17. Les espaces de circulation en fonction des différentes situations de travail.
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
31
Éclairage
Ventilation
Le recours à la lumière naturelle pour l'éclairage
des locaux de travail et la possibilité de vue sur
l'extérieur tendent à procurer l'environnement le
plus approprié à un bon équilibre physiologique
et psychologique des individus qui y travaillent
(lettre circulaire DRT n° 90-11 du 28 juin 1990).
L'éclairage est adapté à la nature et à la précision
du travail. Une luminosité importante est nécessaire pour les tâches délicates, une luminosité
plus faible est demandée, par exemple, pour les
observations au microscope. L'éclairement peut
varier de 200 lux (pour les travaux de bureau) à
800 lux (pour les tâches très difficiles) [22],
sachant que la norme NF EN 12464-1 [14] recommande des éclairages plus puissants pouvant
aller jusqu'à 5000 lux pour des tâches nécessitant
la perception de détails.
Il convient de choisir des luminaires limitant
l'accumulation de poussières, facilitant l'entretien
des réflecteurs et le remplacement des lampes ou
des tubes. La lecture des écrans des automates et
des ordinateurs peut être gênée par les reflets de
la lumière naturelle ou des sources lumineuses. Il
existe plusieurs solutions consistant à utiliser des
luminaires à basse luminance (il est préférable
d’éviter les éclairages halogène [23]), placer les
écrans perpendiculairement aux fenêtres ou, en
cas d'impossibilité technique, placer des paresoleil, des stores extérieurs ou, à défaut, traiter
les fenêtres à l'aide de films anti-UV (dans ce
dernier cas, le local est assombri).
Les salles techniques sont des locaux à pollution
spécifique et doivent donc être équipées de
dispositifs de ventilation mécanique. L'air des
salles techniques ne doit pas alimenter ni contaminer l'air des salles administratives (une légère
dépression des pièces techniques peut être une
solution, en tenant compte du fonctionnement
des appareils type PSM).
Température
et humidité
Les locaux doivent être isolés de façon thermique de manière à maintenir une température
permettant le travail des opérateurs [24]. La température optimale dépend du type de travail
effectué. Un travail physique léger assis ou
debout nécessitera une température moyenne
autour de 18-19 °C [25]. La température doit
également être maîtrisée pour le bon fonctionnement des appareils ainsi que pour le stock « tampon » de produits chimiques pouvant être
entreposé dans les pièces techniques. En effet,
une température élevée favorise les surpressions dangereuses dans les flacons et les pertes
par évaporation au niveau des bouchons. La plupart
des produits chimiques doivent être conservés
entre 5 et 25 °C [26]. Afin de limiter l'échauffement de la pièce, tout équipement générant de la
chaleur doit être isolé de l'espace de travail.
Il est souhaitable que le degré d'humidité relative
se trouve entre 30 % et 70 % dans les limites des
températures précitées [25, 27].
32
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
Il est recommandé de filtrer l’air neuf afin de limiter la contamination de l’air présent dans les
pièces et par là même à l’encrassement des
filtres des appareils. La nécessité et l'efficacité
de la filtration de l'air extrait seront fonction du
niveau de confinement des salles techniques
(voir chapitre 3.7).
Pour des personnes effectuant un travail physique
léger, les débits d’air neuf ne doivent pas être inférieurs à 45 m3/h/personne (article R. 232-5-3
du code du travail). Les débits pourront être
supérieurs selon :
la nature et la quantité des polluants du local ;
les dispositifs de ventilation des appareils
présents dans la pièce (PSM, sorbonne, armoire
ventilée…) ;
la quantité de chaleur à évacuer, etc.
La vitesse d’air ambiante dans les salles techniques
ne doit pas être trop élevée : un flux d'air trop
important entraîne une baisse de la température
ressentie.
Tout local technique comprenant un PSM relié à
l’extérieur doit recevoir un débit d'air neuf, dit de
compensation, égal à la somme des débits d'air
extraits. Cette compensation sera assurée par un
moyen mécanique dont les bouches de soufflage
d'air neuf doivent être placées de façon à ne pas
perturber l'écoulement d'air aspiré par le PSM
[17, 28, 29].
Il est souhaitable que toutes les salles soient
climatisées pour assurer une température de
travail optimale pour le personnel et limiter
l'échauffement engendré par le matériel présent
(PSM, sorbonne, automates, étuves, centrifugeuse, congélateur…).
Enfin, lors de la conception des réseaux aérauliques, il est important de prévoir une bonne
accessibilité à tous les éléments de la centrale de
traitement d'air et du réseau de distribution
(trappes de visites) afin d'en faciliter la maintenance. De plus, le système de ventilation d'une
pièce doit pouvoir être arrêté pour permettre la
désinfection de cette pièce par fumigation.
Insonorisation
La puissance électrique doit être suffisante pour
tous les appareils en fonctionnement. Il est souhaitable d’avoir des circuits protégés, notamment pour
les systèmes informatiques. De plus, une alimentation de secours de puissance suffisante peut être
nécessaire s’il faut assurer une continuité de service.
Les opérations comme la centrifugation, l'agitation
ou les extractions sont connues pour être
bruyantes. Dans un premier temps, il est fortement
recommandé de sélectionner à l'achat les appareils
les moins bruyants (inscription du niveau sonore
dans le cahier des charges). Dans un second
temps, il est conseillé d'isoler les appareils
bruyants dans des salles qui leurs sont réservées
et qui ont fait l'objet d'une isolation phonique
(voir figure 18). Les automates pouvant être
également bruyants, il est alors important de traiter
les pièces techniques d'un point de vue phonique.
Les niveaux de bruit ambiant acceptables se
situent en dessous de 55 dB (A)7 [30] (certaines
applications pouvant exiger des niveaux inférieurs,
d'autres tolérer des niveaux supérieurs [25] ).
Les arrivées d'eau, et de fluides en général, doivent
être prévues en fonction des manipulations
effectuées. Les connections seront réalisées au
moyen de raccords auto-obtruables pourvus de
détrompeur et aux couleurs normalisées [31]. Des
trappes de visite donnant accès au réseau des
eaux usées doit être prévues pour permettre
d’effectuer des contrôles.
Le traitement des effluents liquides est fonction
du danger qu'ils représentent et donc du niveau
de confinement des pièces techniques (voir
chapitre 3.7).
3.4.2 Aménagement des pièces
© Vincent Grémillet pour l’INRS
L'aménagement des pièces techniques doit être
conçu de façon à pouvoir s'adapter à l'évolution
des technologies :
les meubles doivent être modulables horizontalement et verticalement en fonction de l’implantation
des nouveaux automates ;
les arrivées d'eau et d'électricité (bien isolées
les unes des autres) doivent également tenir
compte de ces changements possibles ;
en fonction du type d’activité, les opérateurs
doivent pouvoir s'installer en position assise sans
contrainte posturale (voir figure 19 et annexe 3).
Figure 18. Les appareils bruyants, tels que les
centrifugeuses, peuvent être placés dans des
salles isolées.
Alimentation
en électricité et en fluides
La distribution électrique doit être modulable afin de
s’ajuster à l'évolution de l'emplacement et du
nombre des appareils. Les sorties électriques
doivent être facilement accessibles et situées de
manières à éviter toute pénétration de liquides [18].
Le choix des matériaux, la conception des installations (interrupteurs, éclairages…), l'aménagement
des locaux doivent permettre une maintenance
et un nettoyage aisés sans zone inaccessible.
Les
paillasses
Il est préférable de ne pas sceller les paillasses au
mur afin de disposer d'un maximum de mobilité
lors des évolutions du laboratoire. Toutefois, les
paillasses sur roulettes peuvent présenter des
inconvénients pour la réalisation de certaines
manipulations (vibration des plans de travail lors
de centrifugations, d'agitations…).
Il est important de limiter le nombre de pieds des
paillasses pour faciliter le nettoyage du sol.
Dans tous les cas il devrait exister un réglage du
niveau horizontal des paillasses d'au minimum
20 mm [32].
7. dB (A) : décibel pondéré A.
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
33
© Vincent Grémillet pour l’INRS
Figure 19. La hauteur des postes de travail est modulable selon l'activité.
La hauteur recommandée du plan de travail en
posture assise est de 720 mm alors que la hauteur
du poste de travail en position debout ou assis sur
un tabouret haut est de 900 mm [32]. La hauteur
de paillasse est à adapter au type de manipulation : un appareil haut nécessite une paillasse
basse pour un accès plus aisé.
En fonction des activités, la profondeur utile des
paillasses peut s'étendre de 600 à 900 mm [32].
Le choix de la profondeur doit prendre en compte
la hauteur de la paillasse et les ajouts de tablettes
afin de permettre le nettoyage de toute la surface
et de rendre accessible le matériel ou les
branchements situés en profondeur.
Il convient que les tablettes placées au-dessus
des paillasses profondes de plus de 600 mm ne
dépassent pas une hauteur au sol de 1 750 mm
[32] (voir figure 20).
La longueur d'une paillasse est fonction des
manipulations qui y sont faites et du nombre de
manipulateurs.
Lorsque les dangers des produits manipulés le
justifient, les plans de travail doivent pouvoir retenir les liquides et pour cela posséder des rebords
sur chaque côté permettant de contenir au moins
34
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
5 L/m2 [32]. Ce dispositif permet également de retenir tout objet roulant avant qu'il ne tombe sur le sol.
Il convient de limiter le nombre de joints des revêtements de paillasse. Les joints nécessaires et le
revêtement ne doivent pas craqueler, doivent être
imperméables à l’eau, résistants aux acides,
alcalis, solvants et désinfectants. Les revêtements
sont à choisir en fonction du type de manipulation
effectuée (risque d'explosion lors de déversement
d'azote liquide sur la glace émaillée). Les
paillasses en carreaux de faïence à joints en
ciment sont à proscrire.
Le revêtement des paillasses doit être imperméable, résistant aux agents nettoyants et
désinfectants ainsi qu'aux produits chimiques
utilisés (voir annexe 4).
La couleur du revêtement des paillasses doit tenir
compte des exigences visuelles des opérations.
Par exemple, les tests d'agglutinations au moyen
de billes de latex ou le dénombrement des
colonies peuvent être facilités sur une surface
foncée (qui permet également de mieux voir
l'empoussièrement de la paillasse).
Il est préférable que les paillasses satisfassent
aux essais décrits dans la norme NF EN 13150 [32].
Les
meubles de rangement
Les meubles de rangement mobiles pouvant se
glisser sous les paillasses présentent de nombreux avantages :
maintenance aisée des équipements situés sous
la paillasse ;
entretien aisé du sol jusqu'aux plinthes.
Les meubles ne doivent pas être disposés à
l’emplacement laissé libre pour les postes de
travail en position assise.
Il est recommandé d'équiper les meubles mobiles
d'un dispositif de blocage et les meubles déplaçables d'un dispositif de mise à niveau plan [18].
Le revêtement des sols remontera par une
moulure concave sur le bas des meubles fixes.
Il est important de prévoir des meubles de rangement pour les procédures et autres documents
papier qu'il est préférable de placer dans une zone
propre de la salle technique. Toutefois, si la consultation des procédures et consignes de sécurité se
fait régulièrement à la paillasse, il peut être envisagé
de placer ces textes sous film plastique lavable.
Il convient de limiter le plus possible les meubles
hauts, qui ne donnent pas une bonne visibilité
de leur contenu et peuvent ainsi être à l'origine
d'accidents. Les objets lourds sont placés en bas
et les objets plus légers en hauteur.
Les revêtements (intérieur et extérieur) des
meubles doivent être constitués de matériaux
lisses, imperméables et résistant aux agents
nettoyants et désinfectants.
L'informatique
Il convient de prévoir le réseau télématique en
fonction des activités présentes, mais également
en fonction de l'évolution des techniques.
La saisie informatique des résultats se fera dans
une zone « propre », exempte de tout matériel
ayant pu être en contact avec des échantillons, et
distincte des zones réservées aux manipulations
(voir figure 21). Une précaution supplémentaire
pour limiter la contamination du matériel informatique consiste à déposer un film étirable transparent sur le clavier, film qui sera régulièrement
remplacé.
Les lave-mains, lave-œil et douches de
sécurité
150 mm
600-900 mm
≤ 1 750 mm
720-900 mm
Les salles techniques disposent d'un lave-mains à
déclenchement non manuel, situé près de la sortie de la pièce technique. Le lave-mains est équipé
d'un distributeur de savon liquide, d'essuiemains en papier à usage unique et d'une poubelle
pour papiers usagés. L'eau ne doit pas pouvoir
stagner dans la vasque. Le lave-mains sanitaire
est à distinguer de l’évier technique de paillasse
nécessitant un recueil et une élimination spécifique des déchets liquides.
Les lieux de travail sont équipés d'un matériel de
premiers secours adapté à la nature des risques
et facilement accessible (article R. 232-1-6 du
code du travail). En cas de risques de projection
de produits dangereux, des lave-œil et des
douches de sécurité peuvent être installés dans
les salles techniques.
Figure 20. Dimensions des paillasses de laboratoire.
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
35
© Philippe Renault pour l’INRS
Figure 21. La zone « propre » informatique (près de la fenêtre) est séparée de la zone de travail avec
les échantillons.
Les douches de sécurité et lave-œil doivent
présenter les caractéristiques suivantes [33] :
une mise en marche simple afin que la victime
puisse s'en servir seule ;
une innocuité parfaite du fluide de lavage ;
un entretien régulier contre les risques de
contamination du réseau ;
un débit minimum de 75 L/min pour les
douches de sécurité et de 15 L/min pour les
lave-œil pendant les 15 à 20 min nécessaires ;
une température du fluide comprise entre
15 et 25 °C ;
une installation :
- à une distance inférieure à 8 mètres ou 10 secondes du poste de travail à risque,
- dans un endroit visible clairement indiqué au
moyen de panneaux signalétiques [16],
- à distance des installations électriques et des
sources de contamination.
De plus, une trousse de secours doit être facilement accessible dans le laboratoire. Elle contient
des antiseptiques pour la peau et, s'il y a lieu,
des collyres (article R. 231-62-3 du code du
36
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
travail), ainsi que tout produit adapté aux activités du laboratoire sur prescription du médecin
du travail.
Exigences en cas de dysfonctionnement
[34]
La conception des locaux doit également tenir
compte des accidents pouvant se produire dans le
laboratoire. Prévoir :
des issues de secours ;
des consignes d'urgence affichées à l'entrée
des salles techniques ;
des extincteurs facilement accessibles, adaptés à
la nature du feu (généralement extincteurs à CO2) ;
la possibilité d'évacuer d'éventuelles victimes
d'accident ou de malaise en position couchée,
l'accès possible de personnel d'intervention
d'urgence avec leur équipement et leur matériel ;
la récupération et le traitement éventuel des
eaux répandues suite à l'extinction d'un incendie
(l'évacuation des eaux via un bac de rétention
peut être une réponse).
Bonnes pratiques opératoires dans les salles techniques
- Porter des vêtements de protection se substituant ou couvrant les vêtements de ville.
- Porter des chaussures tenant le pied, couvrant au moins l’avant-pied, munies de semelles
antidérapantes.
- Porter des équipements de protection individuelle (gants, lunettes, appareils de protection
respiratoires…) en fonction des résultats de l’évaluation de risques.
- Ne pas porter de bijoux.
- Nouer les cheveux longs.
- Ne pas manger, boire, fumer, se maquiller, manipuler ses lentilles de contact, décapuchonner
les crayons avec les dents.
- Ne jamais pipeter à la bouche.
- Ne jamais procéder à un examen olfactif des cultures.
- Minimiser la formation d’aérosols et contrôler leur dissémination.
- Utiliser du matériel jetable à chaque fois que cela est possible.
- Utiliser des systèmes appropriés de confinement pour le transport des échantillons biologiques
à l’intérieur de l’établissement.
- Utiliser des conteneurs conformes à l'arrêté du 24 novembre 2003 modifié [35] pour les déchets
d’activité de soins à risques infectieux en vue de leur élimination.
- Décontaminer les équipements susceptibles d’être contaminés avant leur sortie du laboratoire
ou toute intervention sur le matériel (centrifugeuses, PSM…). Communiquer aux intervenants de
maintenance un document attestant de la décontamination.
- Désinfecter les plans de travail avant et après manipulation ainsi qu'après toute contamination.
- Se laver les mains avant et après toute manipulation.
- Connaître et afficher les consignes de sécurité et la conduite à tenir en cas de dysfonctionnement.
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
37
3.5 La salle de tri des échantillons
3.5.1 Fonctionnalité
Le tri et l'enregistrement des échantillons sont
des opérations particulièrement importantes ne
souffrant aucune erreur et nécessitant une grande
concentration.
Suivant l’organisation du laboratoire, le personnel
occupant ce poste peut effectuer plusieurs
opérations :
aller chercher les échantillons réceptionnés à
l'accueil et déposés dans la zone dédiée à cet usage ;
recevoir les professionnels extérieurs amenant
des échantillons ;
s'assurer du réapprovisionnement du personnel
extérieur en matériel de prélèvement ;
enregistrer sur informatique et codifier les
échantillons extérieurs ;
trier les échantillons devant être traités en
interne et les échantillons devant être traités dans
des laboratoires extérieurs ;
déposer les échantillons à analyser en interne,
dans des zones clairement indiquées correspondant
aux différents postes techniques ;
éventuellement traiter (centrifugation, décantation,
pipetage) et reconditionner les échantillons.
La salle de tri doit être accessible au seul personnel autorisé du laboratoire. Ce poste peut être
occupé par un(e), voire deux technicien(ne)s lors
des pics d'activité liés à l'arrivée des prélèvements, généralement tôt le matin.
Pour éviter l'accès aux échantillons internes du
laboratoire, le personnel extérieur amenant des
échantillons ne doit pas pénétrer dans la salle de
tri elle-même, mais dans une zone tampon qui
communique avec cette salle par un espace
d'échange type guichet (voir figure 22).
La salle de tri comprend une autre zone dédiée au
traitement et au conditionnement des échantillons, délimitée et séparée des autres postes de
travail, ce qui assure le confinement des opérations présentant des risques biologiques : le
déconditionnement, le pipetage, la centrifugation... De plus, les centrifugeuses, pouvant être
relativement bruyantes, justifient une isolation
sonore de cette zone.
Une troisième zone est consacrée à l'enregistrement et l'étiquetage des échantillons et à leur répartition en fonction des analyses qu'ils doivent subir.
Si la configuration des lieux ou des raisons techniques ne permettent pas de créer un local de tri
des échantillons, il convient de délimiter une zone
remplissant cette fonction dans une salle technique.
3.5.2 Emplacement et aménagement
La salle de tri doit être localisée en fonction des
paramètres suivants :
en proximité forte avec les salles techniques
(limiter le déplacements des échantillons en
grand nombre vers les salles techniques) ;
à proximité des salles de prélèvements et de
l'accueil.
La salle de tri comprend une zone d'accueil du
personnel extérieur, une zone de traitement et de
conditionnement des échantillons et une zone
d'enregistrement et de tri des échantillons (voir
figure 22).
Figure 22. Schéma fonctionnel de la salle de tri des échantillons.
38
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
La zone d'accueil du personnel extérieur doit être
suffisamment grande pour accueillir :
deux à trois personnes extérieures pouvant
amener un volume important d'échantillons ;
un guichet, ou zone d'échange, suffisamment
important pour recevoir un arrivage massif
d'échantillons extérieurs ;
un meuble de rangement assez grand pour
contenir un stock de matériel de prélèvement neuf
reconditionnement, les emballages d'envoi respectant les dispositions de l'arrêté ADR, etc.
© Vincent Grémillet pour l’INRS
La zone d’enregistrement et de tri nécessite un
aménagement adéquat :
un nombre important de linéaires de paillasse pour
créer des zones de tri pouvant recevoir les portoirs
des prélèvements effectués aux heures de pointe ;
des meubles de rangement pour les portoirs,
d'autres pour le consommable informatique ;
du matériel informatique avec imprimante de
haut débit et une étiqueteuse.
Figure 23. Stockage du matériel de prélèvement mis à la disposition des clients.
pouvant réapprovisionner le personnel extérieur
(voir figure 23).
La zone de traitement et de conditionnement des
échantillons doit avoir une surface suffisante pour
contenir :
une paillasse servant de poste de travail assis
(utilisé lors du pipetage des tubes), un support
pour la centrifugeuse indépendant de la paillasse
ou un espace libre pour une centrifugeuse plus
importante. Les centrifugeuses possèdent un
couvercle de sécurité et des nacelles étanches ;
des meubles de rangement pour les portoirs,
les tubes, les consommables servant au
3.5.3 Exigences spécifiques
de conception
La salle de tri des échantillons doit répondre aux
exigences communes décrites au chapitre 3.4,
ainsi qu'aux critères suivants :
cette pièce doit disposer d'un traitement acoustique afin de faciliter la concentration du personnel ;
le guichet doit être constitué de matériaux
lisses, imperméables et résistant aux agents
nettoyants et désinfectants.
Pour les préleveurs extérieurs venant déposer des
échantillons, la salle de tri doit permettre :
d'échanger des informations avec le personnel
de la zone de tri ;
de se réapprovisionner en matériel de prélèvement stérile à usage unique ;
d'enregistrer ses approvisionnements de
matériel de prélèvement, tout en empêchant :
- l’accès aux autres échantillons transitant par
la salle de tri,
- la circulation des personnes extérieures dans
les autres pièces.
3.6 Les salles techniques hors microbiologie
Le terme « salles techniques hors microbiologie »
désigne les salles où sont réalisées les analyses
de biochimie, immunologie, hématologie, etc., à
l’exception des examens microbiologiques. Ces
analyses peuvent être effectuées dans la même
pièce ou, selon l'importance du laboratoire, dans
plusieurs salles de conception similaire.
3.6.1 Fonctionnalité
Le personnel occupant ce poste peut effectuer
plusieurs opérations :
aller chercher les échantillons dans la salle de tri ;
effectuer les éventuelles dilutions nécessitées
par les automates ;
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
39
© Vincent Grémillet pour l’INRS
Figure 24. Les salles techniques hors microbiologie doivent être suffisamment spacieuses pour contenir
tout le matériel.
placer les échantillons dans l'automate et
programmer l'analyse ;
réaliser les différentes opérations pour les
analyses manuelles (électrophorèses, immunohématologie…) ;
trier et éliminer les déchets en fonction des
différentes filières d'élimination [12] ;
valider la technique et enregistrer manuellement
ou informatiquement les résultats d'analyses.
Les opérations effectuées dans ces salles mélangent des activités dites « propres » (travail de
saisie informatique) avec des activités présentant
des risques biologiques (manipulation des échantillons potentiellement infectieux).
La conception des locaux doit tenir compte de ce
paramètre afin de limiter la dispersion des agents
biologiques et éviter la contamination des
postes de travail « propres ».
3.6.2 Emplacement et aménagement
Ces salles sont localisées en fonction des paramètres suivants :
à proximité forte de la salle de tri des échantillons ;
en relation de proximité avec les salles de
stockage, d'entreposage des déchets et la laverie.
Les pièces techniques où sont réalisées ces
analyses répondent à un niveau de confinement 2
(voir chapitre 1.3).
Deux grandes zones peuvent être délimitées au
sein de la salle technique :
40
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
une zone de manipulation des échantillons ;
une zone « propre », exempte de tout matériel
ayant pu être en contact avec des échantillons,
dédiée à la saisie des résultats et à tout travail
sur ordinateur.
En plus des exigences communes décrites au
chapitre 3.4.2, les salles techniques (voir
figure 24) doivent être suffisamment spacieuses
pour contenir :
des linéaires de paillasses en nombre suffisant
pour permettre :
- de recevoir tous les portoirs d'échantillons
lors des pics d'activité,
- l’installation confortable du personnel pour,
selon les analyses, préparer les échantillons,
réaliser les analyses manuelles, effectuer les
observations microscopiques ;
des terminaux informatiques et des imprimantes ;
des meubles de rangement pour tout le matériel non jetable (pipettes automatiques,
portoirs…) qui doit être marqué et réservé à cette
salle technique ;
des meubles de rangement pouvant contenir le
stock (au moins journalier) :
- de consommables et de réactifs pour les
analyses,
- de papeterie et de consommable informatique,
- d'équipements de protection individuelle (EPI)
devant être disponibles au poste de travail
(voir annexe 5) ;
des réfrigérateurs contenant au moins le stock
journalier de réactifs périssables ;
éventuellement, des réfrigérateurs servant à la
conservation des échantillons après analyse,
(voir chapitre 3.10.2, encadré « Principes de séparation des produits chimiques ») ;
différents automates disposés sur des paillasses
ou à même le sol, selon leur encombrement ;
des centrifugeuses (munies d'un couvercle de
sécurité et de nacelles étanches) ;
un ou des microscope(s) ;
un bac à coloration ou un évier avec récupération des déchets liquides ;
des conteneurs à déchets, spécifiques de
chaque filière d'élimination, placés à portée de
main à tous les postes de travail (voir figure 25).
pour d'éventuels contrôles ultérieurs (voir
chapitre 3.10) ;
des armoires spécifiques pour certains produits
chimiques stockés pour les besoins journaliers
© Gaël Kerbaol pour l’INRS
3.6.3 Exigences spécifiques
de conception
Figure 25. Des emballages pour déchets
infectieux sont disponibles à chaque poste
de travail.
En plus des exigences communes décrites au chapitre 3.4, ces salles techniques doivent répondre
aux critères du niveau de confinement 2 :
il est souhaitable que la pièce technique puisse
se fermer hermétiquement pour procéder à des
désinfections (fumigation) ;
il est possible de prévoir une fenêtre d’observation ou un système équivalent permettant de voir
les occupants de la pièce.
3.7 Les salles techniques de microbiologie
3.7.1 Fonctionnalité
Les analyses de microbiologie comprennent les
examens bactériologiques, mycologiques, parasitologiques et virologiques. Selon l'importance
du service de microbiologie, un laboratoire
pourra disposer de plusieurs salles techniques
de microbiologie dédiées à :
des recherches particulières (bactériologie
générale, recherche du bacille de la tuberculose,
parasitologie, virologie…) ;
des types de prélèvements (d’urine, de
selles, de placenta, gynécologiques…).
À proximité des salles techniques, il peut être
envisagé, selon les pratiques opératoires, de
créer une salle ou une zone dédiée à la préparation des milieux de culture pour les analyses bactériologiques. Lorsque plusieurs salles de microbiologie sont créées, elles pourront s'ouvrir sur
un espace commun servant de zone tampon avec
le reste du laboratoire (voir figure 26).
Le personnel occupant ces pièces peut effectuer
plusieurs opérations :
aller chercher les échantillons dans la salle de tri ;
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
41
inversé et prendre des notes (analyses virologiques) ;
valider la technique et enregistrer informatiquement les résultats d'analyses ;
trier et éliminer les déchets en fonction des
différentes filières d'élimination [12].
Eau
Vestiaire
Microbiologie
Préparation
des milieux
Sas
Microbiologie
Microbiologie
Figure 26. Schéma fonctionnel de plusieurs salles de microbiologie.
déposer dans la salle de microbiologie, tous les
échantillons en attente de traitement ;
réaliser des frottis et les colorer ;
observer les frottis sous microscope et prendre
des notes ;
selon les cas, préparer les milieux de culture ;
réaliser des cultures cellulaires (pour analyses
virologiques) ;
approvisionner les automates ;
sortir tous les milieux devant être ensemencés
par chaque échantillon ;
préparer les échantillons, les ensemencer sur
cultures cellulaires ou milieux de culture et les
porter à l'étuve ;
lire tous les milieux ensemencés et effectuer les
examens complémentaires ;
observer les cultures cellulaires sous microscope
Afin de limiter la contamination des zones
« propres », il est important de séparer des activités présentant des risques biologiques (manipulation de cultures de micro-organismes) des
activités dites « propres » pratiquées dans une
même pièce (travail de saisie informatique).
Quatre grandes zones peuvent être délimitées au
sein de la pièce technique de microbiologie (voir
figure 27) :
une zone contenant au moins un poste de
sécurité microbiologique (PSM), sous lequel sont
effectuées les manipulations pouvant générer
des bioaérosols potentiellement contaminants
(voir annexe 6). Pour une efficacité optimale du
PSM, il est fortement recommandé de le placer
dans une zone à l'abri des courants d'air ambiants
qui risqueraient de perturber l'écoulement d'air
entrant par l'ouverture des PSM de type I ou II [17].
une zone de paillasses servant de poste de
travail en position assise, pouvant contenir tout le
matériel de microbiologie ;
une zone calme à l'abri des passages, dédiée à
l'observation des lames au microscope et à la
prise de notes ;
une zone « propre », exempte de tout matériel
ayant pu être en contact avec des échantillons,
consacrée à la saisie des résultats et à tout travail
sur ordinateur.
Paillasse
Eau
Informatique
Eau
Sas
“ Sale “
PSM
“ Propre “
Étuve
Banc
Microscope
Stock
journalier
Automate
Figure 27. Schéma fonctionnel d’une salle de microbiologie de niveau de confinement 3.
42
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
© Philippe Renault pour l’INRS
© Philippe Renault pour l’INRS
Figure 28. Zone PSM de la salle de
microbiologie.
Figure 29. Zone d'observation microscopique, avec, au fond, la zone
« propre » informatique.
3.7.2 Emplacement et aménagement
La salle de microbiologie est localisée en fonction
des paramètres suivants :
à proximité forte de la salle de tri des échantillons ;
en relation de proximité avec les salles de
stockage, d'entreposage des déchets et la laverie.
La zone tampon qu'il est possible de créer
lorsqu'il existe plusieurs salles de microbiologie
est conçue de façon à :
contenir des aménagements (patères ou vestiaires,
chaises) permettant au personnel de revêtir l'habillement spécifique aux salles de microbiologie
(séparation des vêtements de microbiologie et des
vêtements utilisés dans les autres pièces) ;
disposer d’un lave-mains à déclenchement non
manuel situé près de la sortie de la pièce, équipé
d'un distributeur de savon liquide, d’un essuiemains en papier à usage unique et d’une poubelle
pour papiers usagés ;
disposer de revêtements, sols et murs constitués de matériaux lisses, imperméables et résistant aux agents nettoyants et désinfectants ;
être fermée par une porte verrouillable limitant
l'accès aux seules personnes autorisées ;
être signalée par le pictogramme « risque
biologique » [16].
L'éventuelle salle de préparation des milieux de
culture doit être parfaitement isolée pour éviter
tout risque de contamination des produits et doit
contenir :
des paillasses suffisamment grandes pour contenir
tous les milieux produits dans cette pièce ;
des meubles de rangements pour les boîtes et
produits ;
des automates de préparation de milieux ;
des balances de précision sur plan de travail fixe ;
des bains-marie et autres sources de chaleur ;
des conteneurs à déchets, spécifiques de
chaque filière d'élimination, placés à portée de
main à tous les postes de travail.
Des accidents graves surviennent lors de l'utilisation de micro-ondes pour faire fondre les
géloses. En effet, les micro-ondes peuvent exploser, même si le technicien a pris la précaution de
desserrer le bouchon du flacon de gélose au
préalable. Les constructeurs de ces appareils
préconisent bien que pour tout réchauffement
de produits solides dans un récipient hermétique, ce dernier doit être totalement débouché
avant sa mise dans un micro-onde.
Il faut donc proscrire l'usage du micro-onde pour
faire fondre les géloses et recommander l'utilisation d'un bain-marie sécurisé [36].
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
43
© Vincent Grémillet pour l’INRS
papier à usage unique et d'une poubelle pour
papiers usagés.
Figure 30. Aménagement d'un sas.
Selon l'évaluation des risques engendrés par les
manipulations (voir chapitre 1), les salles de
microbiologie peuvent être conçues suivant deux
niveaux de confinement 2 ou 3. Les laboratoires
de niveau de confinement 3 nécessitent un sas,
qui doit être suffisamment grand pour contenir :
jusqu'à deux personnes simultanément pouvant porter du matériel avec elles (échantillons à
analyser, conteneurs de déchets à évacuer…) ;
des aménagements (patères ou vestiaires,
chaises) permettant au personnel de revêtir l'habillement (tenue étanche couvrant complètement
les vêtements de ville [34] ) et les EPI spécifiques
au laboratoire de niveau de confinement 3 (voir
annexe 5). Les aménagements doivent permettre
la séparation de ces vêtements et des vêtements
utilisés dans les autres pièces (voir figure 30) ;
de quoi s'asseoir pour enfiler éventuellement
des surchaussures, par exemple un banc servant
également à délimiter la zone près du couloir et la
zone propre près de la salle technique ;
des conteneurs de DASRI pour les vêtements et
EPI à usage unique usagés et des conteneurs pour
vêtements sales réutilisables. Les vêtements
réutilisables sont autoclavés avant leur envoi en
blanchisserie ou leur élimination ;
un lave-mains à déclenchement non manuel
situé près de la sortie côté couloir, équipé d'un
distributeur de savon liquide, d'essuie-mains en
44
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
En plus des exigences communes décrites au
chapitre 3.4.2, les salles techniques de niveau de
confinement 2 ou 3 doivent être suffisamment
spacieuses pour contenir :
au moins un poste de sécurité microbiologique,
chaque PSM ne pouvant accueillir qu'une seule
personne à la fois (voir annexe 6) ;
des linéaires de paillasses en nombre suffisant
pour recevoir :
- tous les échantillons lors des pics d'activité,
- les milieux de culture en attente d'ensemencement,
- les milieux de culture en attente de lecture ;
des meubles de rangement pour tout le matériel
non jetable (pipettes automatiques, portoirs…) qui
doit être marqué et réservé à cette salle technique ;
des meubles de rangement pouvant contenir le
stock (au moins journalier) :
- de consommables et de réactifs pour les analyses,
- de papeterie et de consommable informatique,
- d'équipements de protection individuelle
devant être disponibles au poste de travail ;
des réfrigérateurs contenant au moins le stock
journalier de réactifs périssables ;
éventuellement, des réfrigérateurs servant à la
conservation des échantillons après analyse,
pour d'éventuels contrôles ultérieurs (voir chapitre 3.10.3) ;
éventuellement, des armoires ventilées pour
certains produits chimiques stockés pour les
besoins journaliers (voir chapitre 3.10.2 encadré « Principes de séparation des produits
chimiques ») ;
différents automates (pour hémoculture, lecture
d'antibiogrammes…) disposés sur des paillasses
ou à même le sol pour les plus volumineux ;
au moins deux étuves à température réglable [11] ;
une centrifugeuse (munie d'un couvercle de
sécurité et de nacelles étanches) [11] ;
un dispositif permettant de produire et d'entretenir une atmosphère appauvrie en oxygène et/ou
enrichie en dioxyde de carbone dans une enceinte
appropriée [11] ;
un ou des microscope(s) (équipé d’un micromètre oculaire étalonné pour la parasitologie [11] ) ;
des conteneurs à déchets, spécifiques de
chacune des filières, placés à portée de main à
tous les postes de travail ;
un bac à coloration ou un évier avec récupération des déchets liquides ;
un terminal informatique et une imprimante
situés dans une zone propre.
© Vincent Grémillet pour l’INRS
Figure 31. Accès contrôlé au laboratoire
par un sas.
3.7.3 Exigences spécifiques
de conception
Les confinements de niveau 2 ou 3 requièrent une
conception et un équipement particuliers devant
satisfaire plusieurs exigences.
Niveau
de confinement 2
En plus des exigences communes décrites au chapitre
3.4, ces salles techniques de niveau de confinement 2
doivent répondre aux critères suivants :
il est souhaitable que la pièce technique puisse
se fermer hermétiquement pour procéder à des
désinfections (fumigation) ;
il est possible de prévoir une fenêtre d’observation ou un système équivalent permettant de
voir les occupants de la pièce.
Niveau
de confinement 3
Les salles techniques de niveau de confinement 3
doivent être précédées d'un sas répondant aux
exigences décrites au chapitre 3.4 et aux exigences suivantes :
les portes sont préférentiellement pourvues d'un
oculus pour assurer la visibilité des occupants
(sauf s'il est prévu que le personnel hôte ses
vêtements) ;
il est préférable que les portes du sas soient
asservies électriquement afin de ne pas s'ouvrir
simultanément [37]. Il doit être possible de neutraliser
l'asservissement des portes du sas personnel en
cas d'évacuation d'urgence (voir figure 31) ;
tous les revêtements, sols, murs et plafonds
doivent être aisément accessibles et constitués de
matériaux lisses, imperméables, étanches et résistant aux agents nettoyants et désinfectants ;
le sas est maintenu en surpression par rapport
à la pièce technique, mais en dépression par
rapport à la pièce extérieure. La dépression du sas
pourra être, par exemple, autour de 20 Pa par
rapport aux salles extérieures (voir figure 32). La
différence de pression doit être suffisante et
stable pour éviter un renversement d'écoulement
d'air et faciliter l'ouverture des portes ;
le renouvellement de l'air du sas devrait être de
l'ordre de 10 volumes/h ;
un système d’alarme sonore et visuel doit permettre de détecter tout changement anormal de la
pression de l’air.
Une fois le sas franchi, la salle technique proprement dite doit répondre aux exigences communes
décrites au chapitre 3.4, ainsi qu'au critères
suivants :
une pression négative par rapport aux zones
voisines sera maintenue dans la salle technique
pour éviter la dispersion des agents biologiques.
La dépression de la pièce pourra être, par
exemple, de l'ordre de 40 à 60 Pa par rapport aux
salles extérieures [9, 27, 38] ;
l'installation de manomètres permet de contrôler en permanence les pressions régnant dans
chaque zone et de s'assurer que les niveaux de
dépression sont respectés (voir figure 33) ;
Dépression
de 20 Pa
par rapport
au couloir
Couloir ou
autre pièce
du laboratoire
Sas
Dépression
de 40 à 60 Pa
par rapport
au couloir
Pièce
technique
Figure 32. Exemple des différents niveaux
de pression d’une salle technique de
niveau de confinement 3.
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
45
© Vincent Grémillet pour l’INRS
Figure 33. Contrôle des niveaux de pression des sas et des salles techniques.
© Vincent Grémillet pour l’INRS
l'air entrant dans la pièce est de préférence
préalablement filtré ;
le renouvellement d'air de la salle technique
pourra par exemple être de 10 à 20 volumes de la
pièce par heure (voir figure 34) ;
l’air extrait de la salle technique et du sas sera filtré
(filtre HEPA8) et évacué à l’extérieur sans être réutilisé
dans aucune autre partie du bâtiment [34] ;
un système d’alarme sonore et visuel doit
permettre de détecter tout changement anormal de
la pression de l’air ;
dans tous les cas de coupure électrique ou de
panne d'alimentation en air traité, l'isolement des
réseaux aérauliques désactivés doit être assuré par
des clapets étanches à fermeture automatique par
manque de courant ;
un approvisionnement en énergie électrique de
secours peut être prévu ;
la salle technique doit pouvoir se fermer hermétiquement pour procéder à des désinfections
(fumigation) ;
les fenêtres doivent être hermétiquement
scellées ;
une fenêtre d’observation ou un système
équivalent doit permettre de voir les occupants de
la pièce (voir figure 35) ;
un moyen de communication avec l’extérieur de
la salle technique est souhaitable (téléphone,
interphone) ;
tous les déchets à risque infectieux sont inactivés avant leur sortie de l’établissement :
- les déchets solides et le matériel contaminé sont
traités par un autoclave double entrée placé
dans la salle technique. La sortie de l’autoclave
se situe en zone de niveau de confinement 2 du
laboratoire. À défaut d'un appareil à double
entrée, l'autoclave est placé à proximité immédiate de la pièce de niveau de confinement 3.
Des procédures appropriées et évaluées de
transfert vers l'autoclave extérieur à la pièce
doivent alors assurer la même sécurité et être
contrôlées régulièrement. L'exploitant doit tenir
à jour un dossier dans lequel sont consignées
toutes les opérations ou interventions datées
relatives aux contrôles, inspections et requalifications périodiques, aux incidents, aux réparations et modifications de l'autoclave. Ce dossier
est tenu à la disposition des agents chargés de la
surveillance des appareils à pression qui
peuvent le consulter à tout moment [39] ;
Figure 34. Système de ventilation et de filtration d'air au-dessus de salles techniques de niveau de
confinement 3.
8. HEPA : High Efficiency Particultate Air.
46
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
© Vincent Grémillet pour l’INRS
Figure 35. Fenêtre d'observation permettant de voir le personnel travaillant dans la salle technique
de niveau de confinement 3.
- les déchets liquides doivent être inactivés par
un traitement thermique (autoclave) ou chimique selon un procédé validé par différents
essais concluants ;
les effluents des éviers doivent être décontaminés,
par exemple par traitement chimique, dans une
cuve de rétention avant de rejoindre le circuit
général d’évacuation ;
il peut être envisagé d'installer une douche
pour la décontamination des opérateurs en sortie
de la salle technique ;
il peut être prévu une issue de secours en cas
d'évacuation d'urgence (une porte munie de
joints gonflables étanches ou un film sectionnable
côté laboratoire et un matériaux rigide à l’extérieur peuvent constituer des solutions).
3.8 Les salles de biologie moléculaire
Les analyses de biologie moléculaire nécessitent
réglementairement trois zones pour, respectivement : la préparation des réactifs, la préparation
des échantillons, les étapes d'amplification et
d'analyse des produits amplifiés [11]. Ces
contraintes organisationnelles sont dictées par la
prévention des contaminations croisées pouvant
fausser les résultats d'analyses. Toutefois, l'automatisation des analyses de biologie moléculaire
peut modifier les exigences concernant les locaux,
après avis de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé [11].
L’évaluation des risques pour le personnel
montre que des risques biologiques peuvent
exister lors de la préparation des échantillons.
Cette opération se fait donc dans des locaux
conçus suivant les niveaux de confinement 2 ou 3
(voir chapitre 3.7).
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
47
© Vincent Grémillet pour l’INRS
à proximité forte de la salle de tri des échantillons ;
en relation de proximité avec les salles de
stockage, d'entreposage des déchets et la laverie.
Figure 36. Sas avec un banc séparant deux
zones.
3.8.1 Fonctionnalité
Le personnel réalisant les analyses de biologie
moléculaire effectue plusieurs opérations :
aller chercher les échantillons dans la salle de tri ;
déposer tous les échantillons en attente de
traitement dans la zone destinée à leur préparation ;
préparer les réactifs ;
réaliser les réactions d'amplification de l'acide
nucléique ;
éventuellement réaliser des gels d'électrophorèse ;
trier et éliminer les déchets en fonction des
différentes filières d'élimination ;
lire et interpréter les résultats ;
valider la technique et enregistrer informatiquement les résultats d'analyses.
Seul le personnel autorisé du laboratoire peut pénétrer dans ces pièces qui peuvent être occupées par
une voire deux personnes travaillant simultanément.
3.8.2 Emplacement et aménagement
La salle de biologie moléculaire est localisée en
fonction des paramètres suivants :
48
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
Les trois zones indépendantes, nécessaires aux
analyses de biologie moléculaire, sont distribuées
de façon à « assurer obligatoirement une circulation cohérente et monodirectionnelle » [11] :
soit la première zone est utilisée pour la préparation des réactifs, la deuxième zone est utilisée
pour la préparation des échantillons à tester ainsi
que leur mise en présence avec ces réactifs ;
soit la première zone est utilisée pour la préparation des échantillons et la deuxième zone est
utilisée pour la préparation des réactifs et leur
mise en présence avec les échantillons à tester ;
la troisième zone est utilisée pour réaliser les
étapes d'amplification et d'analyse des produits
amplifiés. La séparation entre ces trois zones doit
être absolue [11].
La saisie informatique des résultats d'analyses
sera réalisée en dehors de ces trois zones.
En plus des exigences décrites au chapitre 3.4.2,
chaque zone doit être suffisamment spacieuse pour
contenir les aménagements communs suivants :
un espace aménagé pour revêtir et enlever les
vêtements et équipements de protection. Le
changement de blouse à l’entrée de chaque zone
peut être préconisé pour prévenir la contamination des produits (voir figure 36). Afin de limiter
les déplacements d'une zone à l'autre et donc le
changement de blouse, des surfaces vitrées entre
chaque zone de travail, ou d'autres moyens de
communication, pourraient faciliter les échanges
entre les différentes personnes ;
des meubles de rangement prévus pour le stock
d'EPI (au moins journalier) et respectant la séparation des vêtements propres et contaminés ;
des linéaires de paillasses en nombre suffisant
pour :
- s'installer en position assise lors des manipulations,
- disposer tous les échantillons lors des pics
d'activité et tout le matériel nécessaire aux
manipulations effectuées dans chaque zone ;
des meubles de rangement pouvant contenir :
- le stock (au moins journalier) de consommables et de réactifs pour les analyses,
- tout le matériel non jetable (pipettes automatiques, portoirs…) qui doit être marqué et
réservé spécifiquement à chaque zone,
- les EPI devant être disponibles au poste de
travail (gants, protection anti-UV…) ;
des dispositifs, inclus ou non dans des
automates, permettant l'examen des caractéristiques génétiques d'une personne à des fins
médicales [40] ;
des conteneurs à déchets, spécifiques à chaque
filière d'élimination, placés à portée de main à
tous les postes de travail.
Des aménagements supplémentaires particuliers
à chaque zone sont nécessaires.
La zone de préparation des échantillons contient
en outre :
un poste de sécurité microbiologique ne pouvant
accueillir qu'une seule personne à la fois (voir
annexe 6) ;
un réfrigérateur contenant au moins le stock
journalier de réactifs périssables (spécifique à
cette zone) ;
une centrifugeuse (munie d'un couvercle de
sécurité et de nacelles étanches) spécifique à
cette zone [11].
les zones, à l'habillement du personnel, les trois
espaces suivants doivent être suffisamment grands
pour contenir les aménagements supplémentaires
suivants :
l'espace pour la réalisation de la réaction d'amplification doit contenir en plus un ou des automate(s)
pour la réalisation de la réaction d'amplification,
déposé(s) sur les paillasses ou à même le sol, selon
leur volume ;
l'espace de préparation des réactions de révélation doit contenir les automates ou le matériel
nécessaire aux réactions de révélation (ELISA,
électrophorèse…) ;
l'espace de lecture des réactions doit contenir
les automates ou le matériel nécessaire à la lecture
des réactions (spectrophotomètre, table UV…).
À noter que l'utilisation des tables UV nécessite
une obscurité ambiante.
La zone de préparation des réactifs comprend
également un réfrigérateur contenant au moins le
stock journalier de réactifs périssables (spécifique
à cette zone).
3.8.3 Exigences spécifiques
de conception
La zone de réalisation et de lecture de la réaction
d'amplification est divisée en quatre espaces. Le
premier étant consacré, comme dans toutes
Selon l’évaluation des risques pour le personnel,
les zones de préparation des échantillons pour les
analyses de biologie moléculaire peuvent être
conçues suivant les niveaux de confinement 2 ou 3
(voir chapitre 3.7).
3.9 La salle d'entreposage des déchets
3.9.1 Fonctionnalité
Un laboratoire d'analyses biologiques peut produire
plusieurs types de déchets devant suivre des
filières d'élimination spécifiques (voir annexe 7).
Une salle du laboratoire est dédiée à l'entreposage de ces différents déchets :
les déchets ménagers (eux-mêmes triés selon
les recommandations de la commune : papier,
verre, organique…) ;
les déchets à risques infectieux (déchets d'activité
de soins à risques infectieux ou DASRI) ;
les déchets à risques chimiques.
Les déchets présentant un risque radioactif sont
entreposés dans un local qui leur est exclusivement réservé.
Selon l'organisation du laboratoire, le personnel
chargé de la gestion des déchets :
collecte, dans chaque pièce, les déchets emballés
(conteneurs, sacs poubelles pleins) ;
emmène les emballages dans la salle d'entreposage des déchets ;
dépose les emballages dans des zones spécifiques selon la nature des déchets qu'ils contiennent
(voir figure 37) ;
nettoie les grands récipients pour vrac réutilisables ;
enregistre, à l'aide de bordereaux de suivi, les
mouvements internes et externes des emballages.
Seul le personnel autorisé du laboratoire peut
pénétrer dans ces pièces.
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
49
© Gaël Kerbaol pour l’INRS
Les DASRI (déchets d’activités de soins
à risques infectieux) et assimilés
Figure 37. Les DASRI sont placés dans des conteneurs spécifiques les
séparant des autres déchets.
3.9.2 Emplacement et aménagement
Cette salle doit être suffisamment éloignée des
lieux d'activité pour limiter toute interaction entre
le personnel et les emballages pour déchets.
La salle d'entreposage des déchets est localisée
en fonction des paramètres suivants :
sur une issue accessible aux véhicules de collecte
des déchets ;
en relation de proximité avec les salles
techniques ;
à l'écart des zones d'activité.
Cette salle doit être suffisamment spacieuse pour :
créer des zones d'entreposage spécifiques des
différents types de déchets (ménagers, infectieux,
chimiques…) ;
contenir tous les emballages pouvant être
entreposés pendant une période déterminée
en fonction de la production de déchet (voir
figure 38).
Si la production de DASRI est inférieure ou égale
à 5 kg par mois, leur entreposage se fait dans des
emballages spécifiques [12], à l’écart des sources
de chaleur.
Si la production de DASRI est supérieure à 5 kg
par mois, le lieu d'entreposage intérieur doit [41] :
mentionner de manière apparente sur la porte
l'usage du local ;
ne recevoir que des déchets préalablement
emballés ;
distinguer de manière évidente les emballages
contenant des DASRI des emballages contenant
d’autres types de déchets ;
offrir une sécurité optimale contre les risques
de dégradation et de vol ;
être identifié comme à risques particuliers au
sens du règlement de sécurité contre les risques
d’incendie ;
être correctement ventilé et éclairé ;
permettre une protection des déchets contre les
intempéries et la chaleur ;
être muni de dispositifs appropriés pour
prévenir la pénétration des animaux ;
contenir un sol et des parois lavables ;
faire l’objet d’un nettoyage régulier et chaque
fois que cela est nécessaire ;
posséder une arrivée et une évacuation des eaux
de lavage, dotées de dispositifs antiretour permettant d’isoler le local des réseaux d’eaux sanitaires
et d’eaux usées. Cette disposition ne s’applique
pas aux locaux d’entreposage situés à l’intérieur
des unités de soins des établissements de santé.
Lorsque la configuration d’un établissement ne
permet pas la création d'un local spécifique,
les emballages de DASRI pleins peuvent être
entreposés sur une aire extérieure située dans
l’enceinte de l’établissement. Cette aire, respectant les dispositions ci-dessus, est équipée d’un
toit et délimitée par un grillage continu et une
porte permettant une fermeture efficace [41].
Les
3.9.3 Exigences spécifiques
de conception
La conception du lieu d'entreposage doit concilier
les exigences spécifiques liées à chaque type de
déchets.
50
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
déchets à risques chimiques
Ces déchets nécessitent un local d'entreposage
répondant aux critères identiques à ceux de la
salle de stockage des produits chimiques neufs
(voir chapitre 3.10.3). Il est très important de respecter la séparation des produits chimiquement
incompatibles.
Les
déchets à risques radioactifs
Lorsque les déchets présentent des risques multiples (radioactif, chimique et/ou biologique),
le risque radioactif est traité en premier. Un entreposage est envisagé uniquement dans certains
cas [42] :
les déchets contenant des radioéléments dont
la période est supérieure à 100 jours sont pris en
charge par l’Agence nationale des déchets radioactifs (ANDRA) ;
les déchets contenant des radioéléments dont
la période est inférieure à 100 jours sont entreposés
de façon à permettre leur décroissance radioactive.
Après contrôle de leur niveau de radioactivité, les
déchets sont évacués selon les filières des autres
risques qui subsistent.
L'entreposage, pour attente de décroissance ou
de prise en charge par l'ANDRA, s'effectue dans
une salle répondant aux critères suivants [42] :
la salle est réservée aux déchets radioactifs ;
l'accès est limité au seul personnel habilité ;
le local est fermé par une porte verrouillable ;
le danger radioactif est indiqué à l'aide du
panneau signalétique correspondant [16] ;
le local (murs, sol et plafond) doit être conçu de
façon à ne pas exposer la population et le personnel au-delà des limites fixées à l'article R. 1338-8
du code de la santé publique et aux articles
R. 231-76 et 231-77 du code du travail. Par
exemple, une épaisseur de 15 cm de béton
ordinaire permet d'obtenir ces caractéristiques ;
les revêtements des sol, murs et aménagements doivent être lisses et facilement décontaminables ;
le local est doté d'un point d'eau, d'un extincteur et d'une installation électrique en bon état ;
des zones différenciées sont aménagées en
fonction de la nature des déchets radioactifs ;
les déchets liquides sont entreposés sur des
dispositifs de rétention permettant de récupérer
les liquides en cas de fuite.
Les déchets ne peuvent être évacués qu'après :
un délai supérieur à 10 périodes du radionucléide ayant la période la plus grande ;
une mesure de l'activité radioactive résiduelle
qui ne doit pas dépasser une limite supérieure à
1,5 fois le bruit de fond dû à la radioactivité
naturelle du lieu d'entreposage.
Quantité de DASRI et assimilés (d) produite
sur un même site
Durée maximale entre la production des déchets et
leur incinération ou prétraitement par désinfection
d > 100 kg/semaine
72 heures
5 kg/mois < d ≤ 100 kg/semaine
7 jours
Quantité de DASRI et assimilés (d) produite
sur un même site
Durée maximale entre la production des déchets
et leur enlèvement
d ≤ 5 kg/mois
3 mois
Figure 38. Durée maximale d'entreposage des DASRI chez le producteur.
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
51
3.10 Les salles de stockage
Les activités du laboratoire amènent à stocker des
produits chimiques, des kits servant aux analyses,
des échantillons biologiques, du matériel à usage
unique, etc.
Selon les conditions de conservation de certains
produits, il est nécessaire de créer des zones de
stockage à différentes températures. Le terme de
« zone » ne préjuge pas de la dimension de celleci. Il peut s'agir d'un simple compartiment distinct
dans une enceinte ou dans une pièce [11]. Ainsi,
selon le volume des activités du laboratoire, les
produits pourront être stockés dans des enceintes
(placards, réfrigérateurs) ou dans des salles de
stockage spécifiques (salle à température ambiante, chambre climatisée9) (voir figures 39 et 40).
Seul le personnel autorisé du laboratoire peut
pénétrer dans ces pièces pour effectuer plusieurs
opérations :
ranger et enregistrer les produits dans la salle
de stockage ;
aller chercher les produits dans la salle de
stockage pour reconstituer le stock journalier des
pièces techniques.
Une personne est généralement désignée pour
gérer les stocks de chaque produit (évacuation
des périmés et approvisionnement).
3.10.2 Emplacement et aménagement
Les salles de stockage des produits sont idéalement
localisées en fonction des paramètres suivants :
sur une issue accessible aux véhicules de livraison, pouvant apporter parfois plusieurs palettes
de produits par livraison ;
en relation de proximité avec les salles techniques,
pour limiter les déplacements de produits dangereux
et la création de « stocks sauvages » dans des salles
techniques qui se trouveraient trop éloignées.
© Philippe Renault pour l’INRS
Différentes zones de stockage séparées seront
créées selon la nature des produits :
les échantillons biologiques conservés après
analyses, les échantillons de calibrage et les
échantillons de contrôle ;
les produits chimiques (kits, substances et préparations chimiques) ;
les fournitures de bureau et le matériel à usage
unique.
Selon le volume de stockage, ces zones pourront
correspondre à des pièces différentes ou se situer
dans une même pièce. Toutefois, pour limiter la
propagation des incendies, on ne stockera pas les
fournitures de bureau dans la même pièce que les
produits chimiques.
Figures 39 et 40. Selon le volume des activités du laboratoire, les échantillons et les réactifs peuvent être stockés dans des
congélateurs et réfrigérateurs placés dans la salle technique (figure 39) ou dans une chambre climatisée (figure 40).
9. Une chambre climatisée est un local réfrigéré de traitement
ou d'entreposage, dont la température de régime demeure
supérieure à 0 °C, alors que la chambre froide présente une
température inférieure ou égale à 0 °C .
52
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
© Philippe Renault pour l’INRS
3.10.1 Fonctionnalité
Il est fortement recommandé de pouvoir accéder
au stockage sans devoir emprunter de marches,
afin de permettre l'accès au chariot de transport
et de limiter les risques de chute.
Ces locaux doivent être suffisamment spacieux pour :
recevoir la quantité nécessaire de tous les
produits utilisés par le laboratoire :
- contenants allant de quelques millilitres à
plusieurs dizaines de litres,
- contenants de formes variées (ampoules,
berlingot, flacon, bidon…) ;
créer des zones de stockage séparant :
- les différents produits chimiques incompatibles
(encadré « Principes de séparation des produits
chimiques »),
- éventuellement, selon l'organisation du laboratoire, les produits et le matériel en fonction des
pièces où ils sont utilisés, des manipulations
concernées… ;
comprendre des ameublements spécifiques :
- des étagères avec un dispositif de rétention en
cas de déversement accidentel de liquide,
- des réfrigérateurs et congélateurs (éventuellement utilisables en zone 210 selon leur emplacement [43]) pour les échantillons biologiques
(voir figure 41) et les réactifs. Des sondes placées dans ces enceintes permettent d'en
contrôler la température,
- des réfrigérateurs et congélateurs de secours
utilisés en cas de panne et lors des opérations
de nettoyage des appareils,
- une enceinte ventilée pour les produits chimiques
étiquetés F (facilement inflammable) ou F+ (extrêmement inflammable),
- jusqu'à quatre armoires en fonction de l'étiquetage des produits (encadré « Principes de
séparation des produits chimiques »),
- des espaces suffisants entre les étagères et
les meubles pour le passage du personnel et
des chariots de transport.
Principes de séparation des produits chimiques [26]
Les produits chimiques incompatibles pouvant entraîner des explosions, incendies ou gaz dangereux
doivent être séparés physiquement (pour cela, s'aider du paragraphe 10 « Stabilité et réactivité » des
fiches de données de sécurité accompagnant les produits).
Les produits étiquetés T+ (très toxique) doivent être stockés dans des armoires
fermées à clé.
T+ - Très toxique
Les produits étiquetés E (explosifs) doivent être stockés à part dans les locaux ou
armoires spécifiques.
Les produits étiquetés O (comburant) doivent être stockés à part dans des locaux ou
des armoires spécifiques à l'écart des matières combustibles et particulièrement des
produits étiquetés F (facilement inflammable) ou F+ (extrêmement inflammable).
E - Explosif
O - Comburant
F - Facilement
inflammable
Les produits donnant des réactions dangereuses avec l'eau (notamment les produits
étiquetés avec les phrases de risque R14, R15, R29) doivent être stockées dans des
armoires spécifiques à l'écart de tout contact avec l'eau, en précisant, pour les services
de secours, ce risque sur la porte.
Les produits étiquetés F (facilement inflammable) ou F+ (extrêmement inflammable)
doivent être stockés à part dans des enceintes de sécurité ventilées.
Les acides concentrés doivent être séparés des bases concentrées — les deux le plus
souvent étiquetés C (corrosif ) — pour éviter les réactions pouvant entraîner des
projections d'acide et de base.
Un produit présentant plusieurs classes de risque doit être stocké en fonction de la
propriété estimée la plus dangereuse pour le laboratoire.
F+ - Extrêmement
inflammable
Les produits restants peuvent être stockés ensemble. Une classification par famille
chimique peut permettre de minimiser d'éventuelles incompatibilités.
10. Zone 2 : emplacement où une atmosphère explosive
consistant en un mélange avec l'air de substances
inflammables sous forme de gaz, de vapeur ou de brouillard
n'est pas susceptible de se présenter en fonctionnement
normal ou n'est que de courte durée, s'il advient qu'elle se
présente néanmoins (arrêté du 8 juillet 2003 relatif à la
protection des travailleurs susceptibles d'être exposés à une
atmosphère explosive).
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
53
Les substances ou préparations dangereuses
classées comme très toxiques, toxiques, cancérogènes, tératogènes ou mutagènes doivent
être placées dans des armoires fermées à clé ou
dans des locaux où n'ont pas librement accès
les personnes étrangères à l'établissement
(article R. 5162 du code de la santé publique).
3.10.3 Exigences spécifiques
de conception
Les
Le stockage des produits biologiques nécessite
une pièce répondant aux critères suivants :
tous les revêtements des aménagements, les
sols et les murs devront être aisément accessibles
au nettoyage et constitués de matériaux lisses
résistant aux agents nettoyants et désinfectants ;
l'éclairage recommandé est d'au moins 300 lux,
pour assurer une bonne visibilité ;
la température doit être adaptée au bon fonctionnement des congélateurs et réfrigérateurs ;
les zones de stockage doivent être signalées
par le pictogramme « risque biologique ».
échantillons biologiques
Les
Les échantillons biologiques conservés après analyse pour d'éventuels contrôles ultérieurs sont
stockés au froid sur une durée courte. Ils peuvent
être conservés dans des zones réfrigérées des
salles techniques.
Certains échantillons doivent être conservés pendant une durée réglementaire variant selon le type
d'examen effectué (voir figure 41). Cette conservation de longue durée, ou sérothèque, sera effectuée dans des enceintes réfrigérées situées dans
une salle de stockage spécifique ou non.
Examens biologiques
produits chimiques
Les kits de réactifs
Les kits de réactifs devant être conservés au froid
peuvent être placés, selon le volume stocké, dans
des enceintes réfrigérées ou dans une chambre
climatisée11 qui sera préférée à la multiplication
des réfrigérateurs.
Les enceintes réfrigérées (réfrigérateurs à froid
ventilé) sont placées dans la salle de stockage des
produits biologiques ou dans une salle de stockage des produits chimiques (vérifier au préalable
la nécessité d'utiliser des enceintes compatibles
avec une zone 2).
Température de conservation
Durée
Marqueurs tumoraux
– 18 °C
1 an
Sérologie bactérienne
– 18 °C
1 an
Sérologie virale
– 18 °C
1 an
Sérologie parasitaire
– 18 °C
1 an
Mycobactéries
– 80 °C
1 an
Virus de l'hépatite B
– 80 °C
1 an
Virus de l'hépatite C
– 80 °C
1 an
Chlamydia
– 80 °C *
1 an
Virus de l'immunodéficience humaine (VIH)
– 80 °C
1 an
Biologie moléculaire :
Diagnostic prénatal :
Dosage des marqueurs sériques de la trisomie
21 fœtale dans le sang maternel
– 18 °C
1 an
Diagnostic des embryofoetopathies infectieuses
– 80 °C
3 ans
* température différente de celle indiquée dans le GBEA (– 30 °C), mais essentielle pour une conservation de Chlamydia supérieure
à quelques heures
Figure 41. Conservation des échantillons biologiques.
11. Local réfrigéré dont la température de régime demeure
supérieure à 0 °C.
54
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
situées dans la pièce technique (voir figure 43),
dans une salle de stockage commune avec les produits biologiques ou dans une salle de stockage spécifique aux produits chimiques.
© Philippe Renault pour l’INRS
La chambre climatisée doit répondre aux critères
suivants :
les portes doivent pouvoir être ouvertes
manuellement par toute personne se trouvant à
l'intérieur de la chambre (même si la porte à été
verrouillée de l'extérieur) [44] ;
le sol, le plafond, les murs et les aménagements
doivent être aisément accessibles et constitués
de matériaux imperméables résistant aux agents
nettoyants et désinfectants ;
une chambre d'une capacité utile supérieure à
10 m3 doit comporter, à l'extérieur et au voisinage
immédiat de chacune des portes, un voyant
lumineux s'éclairant lorsque la chambre est
elle-même éclairée [44] ;
un éclairage de 300 lux est recommandé pour
assurer une bonne visibilité ;
la température de la chambre doit s'afficher à
l'extérieur [44] (voir figure 42) ;
les étagères sont munies de dispositifs de
rétention permettant de récupérer les liquides en
cas de fuite ;
des patères doivent être prévues à l'extérieur
près de l'entrée pour suspendre les vêtements de
protection contre le froid.
© Philippe Renault pour l’INRS
Figure 43. Des enceintes spécifiques aux acides
ou des enceintes ventilées pour les produits
inflammables sont nécessaires pour stocker les
produits dans les salles techniques.
Figure 42. Affichage de la température à l'extérieur de la chambre
climatisée.
Les substances et préparations chimiques
Les produits chimiques comprennent les réactifs
servant aux analyses ainsi que les produits d'entretien du laboratoire. Toutes les catégories de danger
peuvent être représentées : explosif, comburant,
inflammable, toxique, nocif, corrosif, irritant, cancérogène, mutagène, toxique pour la reproduction,
dangereux pour l'environnement.
Selon les quantités et l'étiquetage des produits
utilisés dans le laboratoire, les produits chimiques
sont stockés dans des enceintes particulières
La pièce de stockage des produits chimiques doit
répondre aux recommandations ci-dessous [26] :
cette salle doit être isolée des autres pièces pour
limiter les risques de propagation d'incendie ;
le local ne doit pas se situer en sous-sol, pour
ne pas aggraver les risques en cas d'incendie ;
les revêtements du sol, des murs et aménagements doivent être imperméables, facilement
nettoyables et résistants aux produits chimiques ;
les faux plafonds sont à proscrire pour éviter
l'accumulation de vapeurs dangereuses ;
le sol doit être antidérapant et disposer d'un
système de rétention permettant de récupérer les
eaux d'extinction ;
selon les dangers des produits stockés, le local
peut être considéré comme une zone 2 où peuvent
apparaître accidentellement des atmosphères
explosives [43]. Il convient alors :
- d'éviter les appareils électriques ou de prendre
des modèles compatibles avec une zone 2,
- d'installer l'éclairage recommandé de 300 lux
de façon étanche ou sous verre dormant avec
commande à l'extérieur (attention aux produits
devant être stockées à l'abri de la lumière) ;
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
55
les produits dangereux sont stockés à une
hauteur inférieure ou égale à 1,60 m ;
le rangement de tous les produits est affiché à
l'entrée de la pièce ;
les panneaux signalétiques, placés à l'extérieur,
indiquent tous les dangers identifiés dans le local.
les parois sont de degré coupe-feu deux heures ;
la porte s'ouvrant vers l'extérieur est de degré
coupe-feu une demi-heure ;
des dispositions de prévention et de lutte
contre l'incendie sont prises : extincteurs à
poudre et à dioxyde de carbone situés à l'intérieur
et à l'extérieur du local, couverture antifeu
facilement accessible [26] ;
une ventilation mécanique résistant à la
corrosion assure un renouvellement de 4 à 6
volumes/h. Ce débit doit pouvoir être porté
ponctuellement à 20 volumes/h en cas, par
exemple, de dispersion accidentelle d'un liquide
volatil [26] ;
la température ambiante est maintenue entre
5 et 25 °C pour assurer la conservation de la plupart
des produits chimiques ;
les produits chimiques incompatibles pouvant
entraîner des réactions dangereuses sont séparés
physiquement dans des armoires et des étagères
clairement indiquées (encadré « Principes de séparation des produits chimiques ») ;
les produits lourds ou volumineux sont stockés
à un niveau facilement accessible ;
Les fournitures de bureau et le matériel
jetable
Le stockage des fournitures de bureau (papiers,
enveloppes, stylos, cartouches d'imprimantes…) et du matériel à usage unique utilisé
pour les analyses (tubes, embouts de pipettes
automatiques, EPI à usage unique, lames de
microscope…) nécessite une pièce répondant
aux critères suivants :
tous les revêtements des aménagements, des
sols et des murs devront être aisément accessibles
pour le nettoyage ;
l'éclairage recommandé est de 300 lux pour
assurer une bonne visibilité ;
les produits lourds ou volumineux sont stockés
à un niveau facilement accessible.
3.11 La laverie
3.11.1 Fonctionnalité
© Vincent Grémillet pour l’INRS
Cette pièce permet le nettoyage et la désinfection
du matériel réutilisable ne pouvant pas encore
être substitué par du matériel à usage unique.
Figure 44. La laverie est équipée d'éviers pouvant être placés sous
hotte aspirante. Un autoclave double entrée (à droite) relie la laverie
au laboratoire de niveau de confinement 3.
56
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
Selon l'organisation du laboratoire, le personnel
occupant cette pièce peut effectuer plusieurs
opérations :
aller chercher le matériel à nettoyer dans les
salles techniques, les salles de prélèvements, ou
recevoir le personnel amenant du matériel sale ;
déposer le matériel sale dans une zone distincte
clairement indiquée dans la laverie ;
procéder au nettoyage et à la désinfection de
façon manuelle ou automatique ;
apporter le matériel propre dans les salles
techniques ou les salles de prélèvements.
Seul le personnel autorisé du laboratoire peut pénétrer dans la laverie qui peut être occupée par une,
voire deux personnes travaillant simultanément.
3.11.2 Emplacement et aménagement
La laverie est localisée en fonction des paramètres
suivants :
en relation de proximité avec les salles techniques
et les salles de prélèvements ;
à l'écart des zones d'activité.
Ce local doit être suffisamment spacieux pour
contenir :
des paillasses permettant de déposer et séparer
le matériel sale du matériel propre ;
un bac de récupération de produits contaminés ;
un évier avec égouttoir de taille suffisante pour
laver du matériel volumineux (voir figure 44) ;
des meubles de rangement pour :
- le matériel et les produits de lavage,
- les procédures, modes opératoires et documents
de maintenance des appareils ;
éventuellement les appareils suivants :
- une machine à laver le linge pour les vêtements
de laboratoire,
- une machine à laver la vaisselle de laboratoire,
- une étuve de séchage,
- un autoclave ;
un espace suffisant permettant de laver du gros
matériel déposé à même le sol.
3.11.3 Exigences spécifiques
de conception
La conception de la laverie répond aux critères
suivants :
le sol, les murs et les aménagements doivent
être aisément accessibles et constitués de matériaux lisses, imperméables et résistant aux agents
nettoyants et désinfectants ;
les revêtements plastifiés à joints thermosoudés
seront préférés au carrelage avec joints ;
le sol doit être antidérapant et disposer d'un
siphon, permettant l'évacuation de l'eau après
nettoyage de matériel volumineux ;
selon la nature chimique des effluents, il peut
être nécessaire de munir l'évier d'un système de
récupération ;
au moins une ventilation naturelle du local
empêche que le degré d'humidité relative soit
trop important.
3.12 Les bureaux
3.12.1 Fonctionnalité
3.12.2 Emplacement et aménagement
Les bureaux sont, par opposition aux salles
techniques, des pièces qui ne contiennent aucun
échantillon biologique. Il s'agit des bureaux de
secrétariat ou des bureaux des responsables de
laboratoire.
Les bureaux sont placés préférentiellement en
mitoyenneté avec le point d’accueil et pas trop
éloignés des salles techniques.
Le personnel occupant ces pièces :
travaille sur terminal informatique ;
vérifie la validité des résultats d'analyses ;
peut échanger des informations avec le personnel de l'accueil et les personnes effectuant les
analyses ;
peut accueillir des patients — cette pièce servira
alors de zone d'accueil confidentielle (voir
chapitre 3.1.1) ;
accueille les commerciaux des différents
fournisseurs.
Ces pièces doivent être suffisamment spacieuses
pour contenir :
toutes les personnes travaillant simultanément
dans une pièce. La surface minimale recommandée
est de 10 m2 par personne, que le bureau soit
individuel ou collectif. S'il est nécessaire d'ajouter du mobilier, des équipements ou d'autres
dispositifs, cette surface doit être augmentée en
conséquence [45] ;
des bureaux permettant de s'installer en position assise ;
des sièges à piétement cinq branches, avec
assise et dossier réglable (siège type B [46]) ;
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
57
des rangements permettant le classement des
documents et pouvant contenir le stock journalier
de papeterie, de consommable informatique… ;
le matériel informatique ;
des imprimantes ;
des téléphones et fax ;
des corbeilles à papier, des destructeurs de
documents.
3.12.3 Exigences spécifiques
de conception
La conception des bureaux doit répondre aux
critères suivants :
une fenêtre donnant sur l’extérieur (articles
R. 235-2 et 235-2-1 du code du travail) par des
baies vitrées à hauteur des yeux (allège maximale
de 1,10 m [45]) ;
une hauteur sous plafond de 2,80 m (hauteur
minimale de 2,5 m) [25, 45] ;
des sols en matériaux facilitant le nettoyage ;
des cloisons assurant une isolation phonique
(40 dB (A)12);
une ventilation mécanique (25 m3/h/personne)
ou une ventilation naturelle permanente par des
ouvrants (fenêtre, porte) (art. R. 232-5-2 du code
du travail) ;
un poste de travail qui ne doit pas être éloigné
de plus de 6 m de la façade vitrée pour pouvoir
bénéficier de l'éclairage naturel [25, 45] ;
un éclairement recommandé de 500 lux [14] ;
un chauffage assurant une température autour
de 22 °C (humidité relative entre 30 % et 70 %) ;
des réseaux de câbles permettant la flexibilité
de l'espace de travail ;
des écrans disposés perpendiculairement aux
fenêtres dans une zone où l’opérateur ne sera pas
gêné par les reflets de la lumière naturelle ou de
l'éclairage zénithal artificiel [47, 48].
3.13 La salle d'archives
3.13.1 Fonctionnalité
Un nombre important d'archives doit être réglementairement conservé par le laboratoire d'analyses de biologie médicale (voir figure 45). En fonction du volume de documents, et, en conséquence,
de la surface nécessaire à leur conservation, le
stockage des archives peut être sous-traité par des
entreprises extérieures assurant cette prestation
dans les conditions requises par l'arrêté du 26
novembre 1999 [11]. Dans ce cas, il convient de
conserver au laboratoire les archives correspondant aux activités récentes. L’organisation et le
classement doivent permettre une consultation
rapide et facile.
L'archivage informatique peut se faire uniquement
sur support pouvant assurer la pérennité et l'intégrité des informations pendant la période définie par
la réglementation. Ce type d'archivage nécessite une
duplication des informations [11] :
un exemplaire disponible pour la consultation
courante ;
le second étant gardé en réserve.
Le système de lecture informatique doit permettre
la consultation des données pendant la durée
d’archivage.
Certains automates ont la capacité d'archiver les
résultats d'analyse. Avant le changement d'automate, il est alors très important d’extraire ces
données et de les convertir en format lisible.
Les personnes utilisant la pièce d'archivage effectuent plusieurs opérations :
collecter tous les documents devant être
archivés ;
apporter les documents dans la salle d'archives ;
détruire les documents nominatifs avant leur
évacuation ;
déplacer les documents « périmés » de la salle
d'archive à la salle d'entreposage des déchets ;
enregistrer les mouvements d'entrée (avec
l'emplacement des documents) et d'élimination
des archives.
12. dB (A) : décibel pondéré A.
58
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
Type de document
Durée de stockage
Relevé chronologique des analyses exprimées
(1)
en unités (lettre clé des analyses)
10 ans
Résultats nominatifs des analyses (1)
≥ 5 ans
Dossiers et livres de registre (2)
20 ans
Résultats des contrôles de qualité externe
5 ans
Résultats des contrôles de qualité interne
≥ 3 ans
Les procédures et modes opératoires et leurs modifications
comportant la date de leur mise en œuvre
Pendant la durée d'utilisation et 3 ans
après la fin de leur utilisation
Contrats et documents de suivi de l'enlèvement des déchets
≥ 3 ans
Documents relatifs aux instruments et à leur maintenance
Pendant la durée d'utilisation et 3 ans
après la fin de leur utilisation
Documents relatifs aux réactifs et au matériel consommable
Pendant la durée d'utilisation
(1) Pour les laboratoires soumis à la loi n° 75-626 du 11 juillet 1975.
(2) Pour les laboratoires réalisant les analyses dans les établissements de santé.
Figure 45. Liste minimale de documents devant être archivés par les laboratoires d'analyses de biologie
médicale.
3.13.2 Emplacement et aménagement
3.13.3 Exigences spécifiques
de conception
La salle d'archives peut être localisée à proximité
des bureaux, pour limiter les déplacements du
personnel administratif qui s'occupe généralement
également des archives.
Ce local doit être suffisamment spacieux pour
contenir :
suffisamment de meubles de rangement (armoires ou étagères) pour stocker la quantité d'archives nécessaires selon :
- les activités du laboratoire,
- le temps de conservation de chaque document
(voir figure 45) ;
des espaces suffisants entre les étagères et les
meubles pour le passage du personnel et du chariot
de transport ;
un moyen, stable et aisément déplaçable,
d’accéder aux étagères en hauteur (marchepied,
escabeau…).
La pièce conservant les archives papier doit être
adaptée à cet usage :
la pièce est fermée par une porte verrouillable
pour assurer la confidentialité des documents ;
les aménagements et le sol doivent être
aisément accessibles et constitués de matériaux
résistant aux agents nettoyants ;
la température et l'hygrométrie doivent
permettre de conserver les documents sans
altération. Idéalement, une température autour
de 18 °C et une hygrométrie de l'ordre de 55 %
sont recommandées pour la conservation
optimale des archives papier ;
un extincteur à CO2 doit être situé à proximité ;
l'éclairage recommandé est de 200 lux [14].
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
59
3.14 La salle des serveurs informatiques
3.14.1 Fonctionnalité
3.14.3 Exigences spécifiques
de conception
Étant donné l'importance que prend l'informatique dans les laboratoires d'analyses, les
réseaux se complexifient et nécessitent parfois
une salle dédiée aux serveurs informatiques qui
peuvent varier en taille et en puissance.
Seul quelques personnes averties peuvent accéder à cette salle pour effectuer des opérations de
maintenance et de mise à jour.
3.14.2 Emplacement et aménagement
La salle des serveurs est préférentiellement localisée :
à proximité des bureaux du ou des informaticiens
du laboratoire ;
sur un passage permettant d'éviter au personnel
de maintenance extérieur de traverser les salles
techniques.
Ce local doit être suffisamment spacieux pour
contenir :
tous les serveurs informatiques ;
des meubles de rangement pour classer les
procédures et autres fournitures de bureau ;
un plan de travail permettant de prendre des
notes et d'étaler ses documents ;
un siège réglable.
La salle des serveurs doit répondre préférentiellement aux critères suivants :
la pièce est fermée par une porte verrouillable
pour assurer la sécurité des informations et limiter
l'accès aux seules personnes autorisées ;
les surfaces ont subi un traitement antistatique ;
les aménagements et le sol doivent être aisément
accessibles et constitués de matériaux résistant
aux agents nettoyants ;
la salle dispose d'un onduleur afin d'éviter
toute perturbation du signal électrique ;
la température (autour de 20 °C) et l'hygrométrie
doivent permettre le bon fonctionnement des
appareils informatiques ;
la pièce est munie d'alarmes anti-incendie et
anti-intrusion ;
les câbles sont aisément accessibles et doivent
être distribués de façon à ne pas entraîner de
risques de chute ;
un extincteur à CO2 est situé à proximité ;
l'éclairage recommandé est d'au moins 300 lux
pour assurer une bonne visibilité.
3.15 Les vestiaires
3.15.1 Fonctionnalité
Le local des vestiaires permet au personnel de se
changer pour revêtir les vêtements de travail
adaptés aux risques auxquels il est exposé (voir
annexe 5).
Les personnes exposées à des agents biologiques doivent revêtir au moins une blouse. Il est
60
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
recommandé que celle-ci couvre entièrement le
torse (pas de col en V), les bras (pas de manches
courtes sur des vêtements de ville à manches
longues) et les cuisses en position assise.
Les personnes faiblement exposées aux risques
biologiques (le personnel de l'accueil) doivent
également porter des blouses ou uniformes de
laboratoire couvrants.
Le personnel n'entrant pas en contact avec du
matériel potentiellement contaminé (le personnel
administratif des bureaux) n'est pas soumis au
port de la blouse, sauf s'il doit pénétrer dans les
salles techniques.
Les vêtements de travail ne doivent pas sortir du
laboratoire en dehors des procédures établies
avec le prestataire responsable du nettoyage.
Les blouses doivent être également enlevées
avant d'entrer dans les salles non contaminées
(salle de restauration/repos, bureaux administratifs). Le port d’effets personnels sur la tenue de travail étant prohibé, il peut être recommandé, pour
les personnes frileuses, de porter des vêtements
chauds sous la tenue qui les couvre entièrement.
Les établissements ayant un personnel mixte
doivent disposer de vestiaires séparés pour les
personnels masculins et féminins (article R. 232-2-1
du code du travail).
Le personnel utilisant les vestiaires :
arrive de l'extérieur du laboratoire ;
ôte et range ses vêtements de ville ;
revêt sa tenue de laboratoire ;
se dirige vers son poste de travail.
Seul le personnel du laboratoire est autorisé à
pénétrer dans les vestiaires qui doivent pouvoir
recevoir toutes les personnes arrivant à leur poste
simultanément.
3.15.2 Emplacement et fonctionnalité
Les vestiaires sont localisés en fonction des
paramètres suivants :
sur une issue du laboratoire ;
à proximité du passage du personnel (article
R. 232-2-1 du code du travail) ;
isolés des locaux de travail et de stockage
(article R. 232-2-1 du code du travail).
En outre, si les vestiaires et les lavabos sont installés dans des locaux séparés, la communication
entre ceux-ci doit pouvoir s'effectuer sans traverser les locaux de travail et de stockage et sans
passer par l'extérieur (article R. 232-2-1 du code
du travail).
Ces locaux doivent être suffisamment spacieux
pour contenir :
un nombre suffisant de sièges et d'armoires
individuelles ininflammables (article R. 232-2-2
du code du travail) ;
des armoires individuelles devant :
- être munies d'une serrure ou d'un cadenas
(article R. 232-2-2 du code du travail),
- permettre de suspendre deux vêtements de ville
(article R. 232-2-2 du code du travail),
- comprendre des compartiments séparant les
vêtements propres des vêtements potentiellement contaminés (article R. 232-2-2 du code
du travail),
- être en matériaux résistant aux produits de
nettoyage et de désinfection (il est recommandé
d'effectuer ces opérations une fois par semaine
[49]) ;
des conteneurs spécifiques recevant les
vêtements sales du laboratoire (il est interdit au
personnel d’effectuer le nettoyage de ses tenues
de travail à son domicile) ;
des rangements pouvant recevoir les vêtements
propres du laboratoire (les tenues doivent être en
nombre suffisant pour pouvoir être changées
régulièrement et à chaque fois qu'elles sont
souillées) ;
des rangements pour les casques ou sacs du
personnel, des porte-parapluies ;
des lavabos (à raison d'un lavabo pour dix
personnes) devant distribuer de l'eau potable à
température réglable (article R. 232-2-3 du code
du travail) ;
un distributeur de savon liquide, des essuiemains en papier à usage unique et une poubelle
pour papiers usagés.
3.15.3 Exigences spécifiques
de conception
La conception des vestiaires répond aux critères
suivants :
le sol, les murs et les aménagements doivent
être aisément accessibles et permettre un nettoyage efficace ;
il est préférable que la température moyenne se
situe autour de 20-23 °C et que le degré d'humidité
relative se trouve entre 30 % et 70 % dans les
limites des températures précitées [25, 27].
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
61
3.16 Les installations sanitaires
3.16.1 Fonctionnalité
Les installations sanitaires du personnel sont
distinctes des sanitaires des patients situés dans
l'espace public.
Dans les établissements occupant un personnel
mixte, les toilettes sont séparées pour les personnels masculin et féminin (article R. 232-2-5 du
code du travail).
3.16.2 Emplacement et aménagement
Les sanitaires sont localisés en fonction des
paramètres suivants [50] :
ils sont situés à proximité du passage du
personnel (article R. 232-2-1 du code du travail) ;
ils ne doivent pas communiquer directement
avec les locaux fermés où le personnel est appelé
à séjourner (article R. 232-2-5 du code du travail).
Les installations sanitaires doivent être suffisamment spacieuses pour contenir :
au moins une toilette et un urinoir pour vingt
hommes et deux toilettes pour vingt femmes
(l'effectif pris en compte est le nombre maximal
de travailleurs présents simultanément dans
l'établissement). Privilégier les toilettes suspendues pour faciliter les opérations de nettoyage ;
62
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
un point d’eau à déclenchement automatique
équipé d'un distributeur de savon liquide, d'essuiemains en papier à usage unique et d'une poubelle
pour papiers usagés ;
les personnes handicapées physiques doivent
pouvoir disposer d'installations sanitaires appropriées (article R. 232-2-6 du code du travail) ;
les toilettes pour femmes doivent comporter
un récipient pour garnitures périodiques (article
R. 232-2-5 du code du travail) ;
du papier hygiénique sera à disposition ;
des patères ou porte-manteaux seront à
disposition.
3.16.3 Exigences spécifiques
de conception
La conception des sanitaires répond aux critères
suivants (article R. 232-2-5 du code du travail) :
les sols et parois sont en matériaux imperméables permettant un nettoyage efficace ;
les portes sont pleines et munies d'un dispositif de
fermeture intérieure décondamnable de l'extérieur ;
une température comprise entre 20-23 °C
permettra de maintenir une température confortable
du local ;
la pièce sera ventilée de manière à ne dégager
aucune odeur.
3.17 La salle de restauration/repos
3.17.1 Fonctionnalité
Lorsque le nombre de salariés désirant prendre
habituellement leur repas sur les lieux de travail est :
≥ 25 personnes : l'employeur est tenu, après
avis du CHSCT13 ou, à défaut, des délégués du personnel (DP), de mettre à leur disposition un local
de restauration ;
< 25 personnes : l'employeur est tenu de mettre à
leur disposition un emplacement leur permettant de
se restaurer dans de bonnes conditions d'hygiène
et de sécurité (article R. 232-10-1 du code du travail).
La salle de repos permet au personnel de se
détendre pendant les pauses. À défaut de local de
repos, lorsque la nature des activités l'exige et
après avis du CHSCT ou, à défaut, des DP, le local
de restauration doit pouvoir être utilisé en dehors
des heures de repas comme local ou emplacement de repos (article R. 232-10-2 du code du
travail).
Les personnes utilisant ces pièces :
arrivent des vestiaires où elles ont ôté leurs
vêtements de travail ;
préparent leurs repas ou se détendent quelque
temps lors des pauses.
Après chaque repas, l'employeur doit veiller au
nettoyage du local de restauration et des équipements qui y sont installés (article R. 232-10-1 du
code du travail).
3.17.2 Emplacement et aménagement
La salle de restauration/repos est localisée en
fonction des paramètres suivants :
à proximité du passage du personnel ;
isolée des locaux de travail et notamment des
salles techniques.
Ces locaux doivent être suffisamment spacieux
pour contenir :
toutes les personnes mangeant ensemble
(généralement 1,30 m2 par place assise) ;
un évier avec égouttoir disposant d'eau
potable, fraîche et chaude (article R. 232-10-1 du
code du travail) ;
des sièges et des tables en nombre suffisant ;
des sièges confortables avec dossier pour
assurer un bon repos ;
des aménagements permettant de se reposer
en position allongée pour les personnes pouvant
être de garde la nuit ;
un ameublement permettant de ranger le matériel de cuisine ;
un réfrigérateur réservé à la conservation des
aliments et des boissons non alcoolisées ;
une installation permettant de réchauffer les
plats ;
des moyens de détente (lecture, cafetière…).
3.17.3 Exigences spécifiques
de conception
La salle de restauration/repos répond aux critères
suivants :
elle est de préférence située avec vue sur
l’extérieur ;
ses sols et parois sont constitués de revêtements imperméables permettant un nettoyage
efficace ;
elle est correctement ventilée (30 m3/h/personne) ou aérés (article R. 232-5-3 du code du
travail) ;
la température doit se situer autour de 2023 °C ;
la décoration sera propice à la détente (choix
des matériaux, des couleurs, des éclairages, de
l'ameublement…).
13. CHSCT : comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de
travail.
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
63
3.18 Le local d'entreposage des produits de nettoyage
3.18.1 Fonctionnalité
3.18.2 Emplacement et aménagement
Le personnel assurant la mise en propreté doit
disposer d’un local de rangement du matériel et
des produits nécessaires au nettoyage et à la
désinfection des locaux. Cette fonction peut être
assurée par du personnel interne ou externe au
laboratoire. Dans les deux cas, il convient d'aménager les horaires de travail pour éviter la gêne
occasionnée par l'interférence des activités [51].
La pièce est localisée à proximité de l'entrée du
personnel pour éviter de traverser des zones
techniques.
Le personnel chargé du nettoyage a pour tâche,
notamment, de vider les poubelles à papier et
nettoyer les sols, mais ne doit pas toucher aux
surfaces présentant des risques biologiques plus
importants. C'est ainsi que les paillasses
potentiellement contaminées et les plans de
travail portant des échantillons sont nettoyés par
le personnel technique.
Il n'est pas non plus recommandé au personnel de
nettoyage d'entrer dans les salles techniques de
niveau de confinement 3. Le nettoyage de ces
locaux est assuré par le personnel technique qui
y travaille.
Dans tous les cas, le personnel chargé de la mise
en propreté est informé des risques et des
mesures de prévention à suivre lors de leur travail
au sein du laboratoire.
64
Les laboratoires d'analyses de biologie médicale
Ces locaux doivent être suffisamment spacieux pour
contenir :
un évier avec égouttoir ;
un lave-mains situé près de la sortie de la pièce,
équipé d'un distributeur de savon liquide, d'essuiemains en papier à usage unique et d'une poubelle
pour papiers usagés ;
des étagères capables de contenir tous les
produits et consommables nécessaires ;
les chariots des personnes assurant le nettoyage ;
les réserves de matériel (éponges, brosses…), de
produits d'entretien (détergents…) et d'équipements de protection du personnel de nettoyage.
3.18.3 Exigences spécifiques
de conception
La salle d'entreposage des produits d'entretien
répond aux critères suivants :
le sol doit être antidérapant et disposer d'un
siphon, permettant l'évacuation de l'eau après
nettoyage de matériel volumineux ;
au moins une ventilation naturelle du local
empêche que le degré d’humidité relative soit
trop important.
4
4
Les laboratoires
d’anatomie et de cytologie
pathologiques
Les cabinets ou laboratoires effectuant des actes
d’anatomie et de cytologie pathologiques (ACP)
jouent un rôle important dans le dépistage, le
diagnostic et le pronostic des maladies. Ces laboratoires reçoivent des organes ou fragments d’organes d’origine humaine, y compris les os, des
prélèvements liquides, des frottis ou encore des
écouvillons. Les organes peuvent ou non se trouver dans des solutions fixatrices telles que le
formaldéhyde.
Les pièces anatomiques sont examinées de façon
macroscopique. Elles sont disséquées afin d’identifier les lésions typiques de pathologies et
d’effectuer un échantillonnage représentatif.
Ces échantillons fixés dans des solutions, pouvant
notamment contenir du formaldéhyde, sont
ensuite traités (inclusion, coupes fines, fixation
sur lame, coloration) pour être examinés au microscope, afin d’identifier d’éventuelles anomalies
cellulaires ou tissulaires.
Les prélèvements liquides sont observés à l’œil
nu avant leur concentration par cytocentrifugation
sur lame et leur coloration pour observation au
microscope. Les frottis arrivant au laboratoire
d’ACP sont colorés pour observations microscopiques. D’autres examens d’histochimie, d’immunohistochimie ou de biologie moléculaire peuvent
également être effectués pour mettre en évidence
des facteurs chimiques ou immunologiques
témoignant de pathologies.
Certains laboratoires intégrés à des structures
chirurgicales peuvent effectuer des examens
extemporanés. Il s’agit d’examens histologiques
ou cytologiques qui font appel à des techniques
particulières (pas de fixation, mais congélation et
coupe des pièces dans un cryostat, avant coloration).
Ces techniques rapides permettent de fournir un
résultat en quelques minutes. Ces examens se
font habituellement en cours d’intervention chirurgicale pour établir ou confirmer un diagnostic,
définir les limites d’ablation, etc. Les résultats
sont plus aléatoires que ceux d’un examen ordinaire
et doivent toujours être confirmés par les techniques
histopathologiques classiques.
Le personnel de ces laboratoires peut être exposé
à des dangers biologiques lors de la manipulation de pièces fraîches. Les prélèvements placés
dans des solutions fixatrices ne sont normalement plus contaminants. Toutefois, les agents
transmissibles non conventionnels (ATNC) comme
les prions présentent encore un danger biologique
après fixation [52]. Une circulaire classe les tissus
par ordre décroissant d’infectiosité vis-à-vis des
ATNC : le système nerveux central, l’hypophyse,
la dure-mère, le LCR, l’œil, le nerf optique sont les
plus infectieux, mais d’autres organes comme le
tissu lymphoïde sont également à risque ATNC [53].
De plus, le personnel des laboratoires d’ACP est
fortement exposé à des dangers chimiques liés
aux produits manipulés (formaldéhyde, méthanol,
xylène, toluène…).
La conception de ces locaux doit faire en sorte
de limiter, voire supprimer ces risques, en les
confinant dans des lieux identifiés et isolés des
activités administratives dites « propres ».
Les laboratoires d’anatomie et de cytologie pathologiques
65
Ainsi, un laboratoire d’ACP peut comporter
plusieurs pièces pouvant être réparties comme
suit (voir figure 46) :
le local de réception ;
les salles de prélèvements ;
les salles techniques :
- la salle de tri des échantillons,
- la salle de macroscopie,
- la salle de traitement des coupes,
- la salle d’observation microscopique ;
la salle d’entreposage des déchets ;
les salles de stockage ;
la laverie ;
les vestiaires ;
les installations sanitaires ;
les salles de restauration/repos ;
les bureaux ;
la salle d’archives ;
la salle des serveurs informatiques ;
la salle d’entreposage des produits d’entretien.
Hormis les salles techniques, les autres salles du
laboratoire sont similaires aux pièces déjà décrites
pour les laboratoires d’analyses de biologie médicale
(se référer au chapitre correspondant à chaque
pièce). De même, les caractéristiques communes des
salles techniques (superficie, plafonds, murs, sols,
éclairage, ventilation, ameublement, etc.) sont
détaillées dans le chapitre 3.4. Rappelons que les
accès, pour les personnes extérieures comme pour le
personnel, doivent être prévus pour les personnes à
mobilité réduite.
Nous évoquerons ci-dessous uniquement les
aménagements complémentaires des pièces
nécessitant quelques adaptations (le local de
réception, la salle de tri des échantillons, la salle
d’entreposage des déchets, les salles de stockage,
la salle d’archives) et, de façon plus détaillée, les
pièces spécifiques des laboratoires d’ACP (la salle
de macroscopie, la salle de traitement des coupes,
la salle d’observation microscopique).
Informatique
Sanitaires
Bureaux des
responsables
Archives
Secrétariat
Accueil
Attente
Restauration/
repos
Tri des
échantillons
Sanitaires
Prélèvements
Vestiaires
Laverie
Salles
d'opérations
Macroscopie
Observations
microscopiques
Entretien
Accès public
Risque chimique
Risque biologique
À proximité
En relation de proximité
Transport rapide d'échantillons
Stockage
produits
Traitement
des coupes
Entreposage de
déchets et pièces
anatomiques
Accès
Figure 46. Schéma fonctionnel d’un laboratoire d’anatomie et de cytologie pathologiques.
66
Les laboratoires d’anatomie et de cytologie pathologiques
4.1 Le local de réception des patients
Le local de réception peut être conçu sur les mêmes
principes que la salle d’accueil des laboratoires
d’analyses de biologie médicale (voir chapitre 3.1).
Toutefois, ce local peut être de taille plus
réduite si le laboratoire ne reçoit pas de patients
et n’effectue aucun prélèvement. Dans ce cas, le
personnel de l’accueil ne gère plus les flux de
patients de la salle d’attente et des salles de
prélèvements. Le local de réception est alors
limité à l’accueil des personnes extérieures au
laboratoire (coursiers, infirmiers, chirurgiens,
commerciaux…) qui sont orientées vers la salle
de tri des échantillons, la salle de macroscopie
ou vers les bureaux.
4.2 La salle de tri des échantillons
La conception de la salle de tri des échantillons
est similaire à celle des laboratoires d’analyses
de biologie médicale (voir chapitre 3.5). Cette
salle de tri est localisée en fonction des
paramètres suivants :
en proximité forte avec les salles de macroscopie
ou de traitement des coupes ;
à proximité de l’accueil ;
le cas échéant, en relation de proximité avec
les salles d’opération, par un système de transport
de pièces opératoires (un monte-charge, par
exemple).
Le bloc opératoire informe en continu le laboratoire
de la planification des actes chirurgicaux, afin
que le laboratoire puisse organiser son activité
et éviter les situations d’urgence souvent
génératrices d’accidents. Les seuls examens
d’ACP à gérer dans l’urgence doivent correspondre à des interventions chirurgicales d’urgence,
des lavages broncho-alvéolaires, des liquides
céphalorachidiens...
Dans le cas d’un laboratoire d’ACP travaillant en
collaboration avec un bloc opératoire, il est
important que ces deux structures soient
situées à proximité. Dans le cas contraire, il est
souhaitable d’installer des systèmes type
« monte-charge » pour limiter le transport de
produits potentiellement dangereux et gagner
du temps sur les analyses extemporanées
effectuées en cours d’opération chirurgicale
(voir figure 47). Rappelons que le transport
d’échantillons doit se faire en toute sécurité
dans des récipients fermés contenant des
matériaux absorbants.
© Philippe Renault pour l’INRS
Lors de l’évaluation de la surface nécessaire au
dépôt des échantillons, il faut tenir compte des
prélèvements pouvant parfois être de taille
importante.
Figure 47. Un monte-charge permet d’amener
rapidement les échantillons de la salle
d’opération au laboratoire d’ACP.
Les laboratoires d’anatomie et de cytologie pathologiques
67
4.3 La salle de macroscopie
4.3.1 Fonctionnalité
Les observations macroscopiques se font généralement en binôme : une personne observe les
lésions des pièces anatomiques et prélève les
échantillons caractéristiques qu’elle place dans
des cassettes préparées et enregistrées par
une deuxième personne. Les échantillons des
cassettes sont plongés dans des solutions
fixatrices, notamment du formaldéhyde de 4 à
10 % ou du liquide de Bouin (mélange de formaldéhyde, d’acide picrique et d’alcool). Les pièces
fixées présentent un danger chimique lié aux
produits de fixation, mais ne présente plus, normalement, de danger biologique (attention
toutefois à la pénétration faible du fixateur à
l’intérieur des pièces épaisses et à la persistance
des ATNC après fixation).
Les examens extemporanés, qui nécessitent des
observations macroscopiques et microscopiques
rapides, pourront être réalisés dans la pièce de
macroscopie. Étant donné le danger biologique
potentiel de ces coupes non fixées, les appareils
et le matériel utilisés lors des examens extemporanés seront dédiés à cet usage, ainsi qu’à
l’observation microscopique des prélèvements
liquides non fixés (états frais, comptage cellulaire
sur cellule de Malassez…).
Le personnel travaillant dans cette salle peut
effectuer plusieurs opérations :
aller chercher les échantillons dans la salle de tri ;
faire des observations macroscopiques des
pièces anatomiques fraîches ou fixées ;
prendre des photographies ;
dicter ou noter les résultats des observations ;
prélever des échantillons à partir des pièces
opératoires ;
effectuer des examens cytologiques :
- concentrer des prélèvements liquides par
cytocentrifugation,
- préparer des cellules de Malassez pour comptage
cellulaire,
- observer au microscope des étalements frais
non colorés,
- noter le résultat des observations ;
68
Les laboratoires d’anatomie et de cytologie pathologiques
réaliser éventuellement des examens extemporanés per-opératoires :
- congeler les échantillons et effectuer des coupes
fines dans un cryostat,
- éventuellement, congeler des cellules et des
tissus dans un récipient cryogénique d’azote
liquide,
- étaler les coupes sur lame,
- colorer les coupes par méthode rapide,
- observer les coupes au microscope,
- noter le résultat des observations.
Cette salle rassemble des activités présentant les
risques biologiques les plus importants (manipulation de prélèvements non fixés potentiellement
infectieux) ainsi que des activités présentant des
risques chimiques sérieux (manipulation de produits
de fixation formolés). Un danger supplémentaire
est lié à la manipulation d’azote liquide : une
dispersion massive d’azote liquide dans un espace
confiné peut raréfier l’oxygène.
Cette pièce doit être réservée au seul personnel
autorisé qui peut être nombreux à manipuler simultanément.
4.3.2 Emplacement et aménagement
La salle de macroscopie doit être localisée à proximité de la salle de tri des échantillons et de la
salle de traitement des coupes (voir figure 48).
Au sein de la salle de macroscopie, trois zones distinctes peuvent être délimitées de façon à regrouper
le matériel lié à des activités spécifiques :
une zone de macroscopie sur pièce formolées ;
une zone de macroscopie sur pièces fraîches ;
une zone pour examens extemporanés et
cytologiques frais.
Il peut s’agir de zones au sein d’une pièce, mais il
est possible de créer des salles spécifiques à
chacune de ces trois activités.
En plus des exigences communes décrites au
chapitre 3.4.2, la salle de macroscopie doit être
Tri des échantillons
PSM
Macroscopie
sur pièces
fraîches
Examens
extemporanés
Cryostat
Macroscopie
Macroscopie
sur pièces
fixées
Sorbonne
Automate
à inclusion
Traitement
des coupes
Microscope
Microtome
Observations
microscopiques
Microscopes
Automates
à coloration
ou sorbonne
Étuve
Figure 48. Schéma fonctionnel des salles de macroscopie, de traitement des coupes et d’observations
microscopiques.
suffisamment spacieuse pour contenir les trois
zones équipées comme suit :
des paillasses permettant de travailler en
position assise et de longueurs suffisantes pour :
- recevoir le matériel nécessaire aux manipulations (étalement des cassettes à inclusion,
couteaux, préparation des lames d’observation microscopique…),
- recevoir le matériel d’enregistrement des
échantillons prélevés (étiqueteuse),
- prendre des notes liées aux observations ;
des meubles de rangement pour tout le matériel non jetable (appareil photo, portoirs, gants
anti-coupure à mettre entre deux gants à usage
unique…). À défaut d’instruments jetables, choisir
des instruments réutilisables dont les matériaux
constitutifs résistent à un procédé d’inactivation
des ATNC au moins égal au groupe III recommandé dans la circulaire n° 138 du 14
mars 2001 [53] ;
des meubles de rangement pouvant contenir le
stock (au moins journalier) :
- de consommables : papeterie, lames, lamelles,
flacons, scalpels, plaques de dissection
(supprimer la réutilisation de tout matériel
poreux comme le liège ou le bois [52]) ;
- d’équipements de protection individuelle
devant être disponibles au poste de travail :
gants, lunettes de protection, appareils de
protection respiratoire (antiaérosol et/ou antigaz [54, 55]), charlottes, tabliers imperméables à usage unique…,
- des conteneurs à déchets, spécifiques à
chaque filière d’élimination, placés à portée
de main à tous les postes de travail. Les conteneurs pour déchets solides dégageant des
vapeurs chimiques dangereuses (papiers imbibés de formaldéhyde par exemple) peuvent
être connectés à un système d’aspiration avec
rejet à l’extérieur (voir figures 49 à 51).
Les laboratoires d’anatomie et de cytologie pathologiques
69
© INRS
© INRS
© INRS
Figures 49 à 51. Captage des vapeurs au-dessus d’un conteneur pour déchets chimiques.
La macroscopie des pièces fixées dans le formaldéhyde ne doit pas se faire en dehors d’une sorbonne
ou des systèmes de captage. La préparation de
tous les produits chimiques dangereux (notamment, la réalisation des dilutions de formaldéhyde)
doit se faire sous sorbonne. La sorbonne et les systèmes de captage doivent rejeter l’air à l’extérieur
des locaux, après épuration à l’aide d’un système
actif vis-à-vis des produits manipulés : formaldéhyde, acide formique, etc.
© Philippe Renault pour l’INRS
En supplément de cet aménagement, chacune des
trois zones est équipée d’un matériel spécifique.
La zone de macroscopie sur pièces fixées, présentant des risques chimiques, doit comprendre une
sorbonne ou, à défaut, des systèmes de captages
inducteurs disposés au niveau de la source
d’émission de pollution (voir figure 52).
Figure 52. Les vapeurs formolées dégagées lors des observations macroscopiques sur pièces fixées sont aspirées par un système de captage inducteur (fentes en partie frontale du plan de travail) à défaut de sorbonne.
70
Les laboratoires d’anatomie et de cytologie pathologiques
La zone de macroscopie sur pièces fraîches comporte un poste de sécurité microbiologique sous
lequel sont réalisées toutes les manipulations de
pièces opératoires fraîches pouvant générer des
aérosols [52].
La zone réservée aux examens extemporanés et
cytologiques frais doit disposer d’un espace suffisant pour recevoir le matériel dédié à cette activité :
un cryostat (voir figure 53) ;
un récipient cryogénique d’azote liquide ;
des bains de coloration placés sur une longueur
de paillasse suffisante ;
une cytocentrifugeuse avec tubes et nacelles
hermétiques, utilisant préférentiellement des
cônes jetables ;
un microscope réservé aux examens extemporanés et aux états frais, situé sur un plan de travail
adapté (voir annexe 3).
Les fragments de tissu se trouvant dans le
cryostat à des températures inférieures à zéro
présentent peu de dangers biologiques. Par
contre, les agents biologiques potentiellement
présents retrouvent leur viabilité lorsque les
échantillons reviennent à température ambiante.
En conséquence, les échantillons devraient être
placés dans le fixateur ou le désinfectant avant le
début du dégivrage ou être manipulés en prenant
toutes les précautions contre les risques biologiques. Après dégivrage, toutes les surfaces du
cryostat doivent être nettoyées et désinfectées
avant d’employer de nouveau l’appareil.
4.3.3 Exigences spécifiques
de conception
© Philippe Renault pour l’INRS
Dans cette pièce peuvent être manipulés des
prélèvements anatomiques frais non fixés,
présentant un danger biologique potentiel. Ces
opérations se font sous PSM dans un laboratoire
de niveau de confinement 2 [52]. La conception de
la pièce de macroscopie répondra aux exigences
communes décrites au chapitre 3.4 ainsi qu’aux
critères suivants :
la pièce doit pouvoir se fermer hermétiquement
pour procéder à des désinfections (fumigation) ;
il est intéressant de prévoir une fenêtre d’observation ou un système équivalent permettant
de voir les occupants de la pièce ;
un éclairage compris entre 500 et 5000 lux [14] est
recommandé pour permettre la vision des détails ;
il faut prévoir une arrivée d’air neuf pour compenser l’air aspiré par la sorbonne et le PSM, ainsi
qu’une extraction de l’air de la pièce. La vitesse de
circulation de l’air doit être calculée en fonction
de l’ensemble des systèmes de ventilation de la
salle. Elle doit être modérée pour éviter les turbulences. Le renouvellement d’air doit être suffisant,
de l’ordre de 10 volumes/heure ;
les plans de travail, où sont manipulés des
prélèvements fixés dans des produits dangereux,
sont équipés d’un système d’aspiration à la
source, comportant des filtres (régulièrement
renouvelés) captant les produits manipulés ;
tous les revêtements des meubles, murs, sols et
portes sont sans aspérités, en matériaux imperméables et résistant aux agents nettoyants et désinfectants et aux produits d’inactivation des ATNC15.
Figure 53. Zone spécifique comprenant des cryostats et des bains de coloration nécessaires aux
examens extemporanés.
15. ATNC : agents transmissibles non conventionnels type prions.
Les laboratoires d’anatomie et de cytologie pathologiques
71
4.4 La salle de traitement des coupes histologiques
et cytologiques
4.4.1 Fonctionnalité
Cette pièce, réservée au seul personnel habilité,
peut être occupée par plusieurs personnes simultanément.
© Philippe Renault pour l’INRS
Les opérations effectuées dans cette pièce font
suite aux manipulations réalisées dans la salle de
macroscopie. Les échantillons qui parviennent
dans cette pièce subissent différents traitements :
ils sont fixés, déshydratés, inclus dans des blocs
de paraffine, coupés en tranche fine (3 à 8 μm
d’épaisseur) et finalement colorés.
Les personnes occupant cette pièce technique
effectuent plusieurs opérations :
aller chercher ou, selon l’organisation du laboratoire, recevoir les échantillons venant de la salle de
macroscopie ou les frottis venant de la salle de tri ;
inclure les échantillons, généralement dans de
la paraffine :
- déshydrater les prélèvements fixés en les
trempant dans différents bains de degré croissant d’alcool,
- tremper les pièces dans des bains de toluène
ou de xylène,
- imprégner les pièces en les incluant dans des
blocs de paraffine ;
couper, à l’aide d’un microtome, des tranches
fines à partir des blocs de paraffine ;
déposer les coupes sur lame de microscope à
l’aide d’une platine chauffante ou d’un bain-marie ;
faire sécher les coupes à l’étuve ;
les déparaffiner (bains de toluène, alcool,
carbonate de lithium, eau) ;
colorer les coupes et les frottis, les déshydrater
(bains d’alcool, toluène, xylène) ;
monter des lamelles sur les lames ;
selon les techniques utilisées, il peut être
nécessaire de préparer les coupes pour des
analyses d’immunohistochimie.
Figure 54. L’imprégnation des échantillons dans des automates situés dans des pièces ventilées
permet de limiter les risques pour les salariés.
72
Les laboratoires d’anatomie et de cytologie pathologiques
© INRS
chapitre 3.4.2, chaque zone est suffisamment
spacieuse pour comprendre :
des paillasses permettant le travail en position
assise et pouvant recevoir tout le matériel nécessaire aux manipulations ;
des meubles de rangement pour tout le matériel non jetable (stylo à pointe diamant, pinces…) ;
des meubles de rangement pouvant contenir le
stock (au moins journalier) :
- de consommables (lames, lamelles…),
- d’équipements de protection individuelle
devant être disponibles au poste de travail ;
des conteneurs à déchets, spécifiques de
chaque filière d’élimination, placés à portée de
main à tous les postes de travail.
Figure 55. La coupe des blocs de paraffine peut produire de nombreux copeaux qui, s’ils tombent, rendent le sol glissant.
4.4.2 Emplacement et aménagement
La salle de traitement des coupes est localisée à
proximité des salles de tri, de macroscopie et
d’observation microscopique (voir figure 48).
Cette pièce est agencée différemment selon que
l’on a opté pour des opérations manuelles ou
automatisées. L’usage des automates est à privilégier dans la mesure où ils confinent les risques
chimiques et n’exposent pas le personnel. Les
opérations manuelles exposant le personnel à des
produits chimiques dangereux doivent être faites
sous sorbonne (une ou plusieurs seront nécessaires selon le volume des activités).
Cette salle de traitement des coupes peut être
scindée en trois zones pouvant correspondre à
des endroits particuliers de la salle ou à des
pièces distinctes :
zone d’inclusion ;
zone de coupe des blocs de paraffine ;
zone de coloration et de montage des lames.
En plus des exigences communes décrites au
La zone d’inclusion est une zone présentant des
risques chimiques liés à la manipulation de produits
dangereux tels que le formol, le toluène ou le
xylène. Si les inclusions sont faites manuellement,
il convient de confiner ces dangers chimiques en
manipulant sous sorbonne. Cette zone contient :
un automate à inclusion passant les cassettes
contenant les échantillons dans les différents bains
de formol, solvants et paraffine (voir figure 54).
Ces automates possèdent des réservoirs étanches
et ne doivent pas dégager de vapeur de solvants
lors du fonctionnement et des opérations de
vidange/nettoyage. Dans le cas contraire, la zone
contenant l’automate doit être confinée et ventilée
avec rejet de l’air à l’extérieur. De plus, l’automate
choisi devra disposer d’une sécurité coupant
d’alimentation en cas de surchauffe, pour éviter
tout risque d’inflammation de la paraffine ;
éventuellement des armoires spécifiques pour
certains produits chimiques stockés pour les
besoins journaliers (voir chapitre 3.10).
La zone de coupe des blocs de paraffine présente
des risques particuliers de chute par glissade,
étant donné que de nombreux copeaux de paraffine peuvent tomber au sol. Un traitement
antidérapant du sol est à prévoir à ce poste de
travail (voir figures 55 et 56).
Cette zone de travail sera équipée du matériel
spécifique suivant :
un microtome (présentant toutes les sécurités
contre les risques de coupure du personnel) pour
la coupe fine des échantillons dans les blocs de
paraffine ;
Les laboratoires d’anatomie et de cytologie pathologiques
73
une plaque chauffante servant au dépôt et au
collage des coupes sur lame de microscope ;
une étuve pour sécher les coupes sur lame.
Afin de prévenir les risques pour le personnel, les
salles de traitement des coupes doivent respecter
les exigences communes décrites au chapitre
3.4 et les critères suivants :
il est possible de prévoir une fenêtre d’observation ou un système équivalent permettant de voir
les occupants de la pièce ;
un éclairage compris entre 500 et 5000 lux [14]
est recommandé pour permettre une bonne vision
des détails ;
il faut prévoir une arrivée d’air neuf pour compenser l’air aspiré par la sorbonne, ainsi qu’une
extraction de l’air de la pièce. Le débit d’air doit être
calculé en fonction de l’ensemble des systèmes de
ventilation de la salle. Le renouvellement d’air
doit être suffisant, de l’ordre de 10 volumes/heure.
La vitesse de l’air doit être modérée pour éviter les
turbulences ;
une attention particulière sera portée au sol qui
devra être antidérapant aux alentours du poste
de paraffinage (copeaux de paraffine pouvant
tomber au sol) ;
tous les revêtements des meubles, murs, sols
et portes sont en matériaux imperméables et
résistant aux agents nettoyants et désinfectants
et aux produits d’inactivation des ATNC16.
© Philippe Renault pour l’INRS
La zone de coloration et de montage des lames
présente des risques chimiques liés aux produits
de déparaffinage et de déshydratation (toluène,
éthanol, carbonate de lithium, xylène) ainsi qu’aux
produits utilisés pour certaines colorations.
Des automates ou du matériel spécifique doivent
être disponibles dans cette zone, selon que les opérations se font automatiquement ou manuellement:
pour des techniques manuelles, prévoir de
travailler sous une sorbonne pouvant recevoir
tout le matériel nécessaire :
- boîtes à solvants pour le déparaffinage, la
réhydratation et la déshydratation des coupes,
- boîtes contenant les différents colorants ;
pour des techniques automatisées, prévoir un
automate à coloration présentant toutes les sécurités de confinement (solution à privilégier car elle
permet de limiter l’exposition des travailleurs) ;
des plans de travail suffisamment grands pour
recevoir tout le matériel nécessaire à la préparation
des coupes pour des marquages immunohistochimiques (techniques pouvant être automatisées) ;
éventuellement des armoires spécifiques pour
certains produits chimiques stockés pour les
besoins journaliers (voir chapitre 3.10).
4.4.3 Exigences spécifiques
de conception
Figure 56. Plan de travail pour la coupe des blocs de paraffine. (Le sol est muni d’un revêtement
antidérapant.)
16. ATNC : agents transmissibles non conventionnels type prions.
74
Les laboratoires d’anatomie et de cytologie pathologiques
4.5 La salle d’observation microscopique
4.5.1 Fonctionnalité
L’observation des lames sous microscope optique
peut se faire dans une salle spéciale ou dans les
bureaux des biologistes. Il s’agit d’un travail
demandant beaucoup de concentration. Cette
salle doit donc être située à l’écart des activités
pour faciliter le travail au calme.
Les personnes occupant cette salle effectuent
plusieurs opérations :
aller chercher ou, selon l’organisation du
laboratoire, recevoir les lames préparées dans la
salle de traitement des coupes ;
observer les préparations au microscope ;
prendre des notes manuscrites ou informatiques ;
transmettre ces notes au secrétariat ;
ranger les préparations dans la salle de
stockage des lames.
Cette pièce, réservée au seul personnel habilité, peut contenir autant de personne que de
microscope.
4.5.3 Exigences spécifiques
de conception
La salle d’observation microscopique doit
répondre aux critères suivants :
le local est fermé par une porte limitant l’accès
aux seules personnes habilitées ;
la pièce doit pouvoir être rendue aveugle pour
certaines observations devant s’effectuer dans le
noir (microscopie à fluorescence) ;
un traitement acoustique du local étouffe les
bruits extérieurs et facilite la concentration du
personnel ;
tous les revêtements, les sols et les murs
doivent être aisément accessibles et constitués
de matériaux imperméables et résistant aux
agents nettoyants ;
les plans de travail doivent être imperméables,
résistants aux agents nettoyants. De plus, pour
faciliter les observations, les microscopes
seront préférentiellement placés sur des surfaces
de couleur foncée ;
une luminosité autour de 300 lux permet de ne
pas perturber la lecture des lames au microscope.
4.5.2 Emplacement et aménagement
Cette salle doit être suffisamment spacieuse
pour contenir :
des plans de travail en nombre suffisant pour
permettre :
- de recevoir tous les portoirs de lames ou de
préparations à observer,
- l’installation confortable du personnel en
position assise pour effectuer les observations microscopiques (voir figure 57) ;
des meubles de rangement pour le matériel (au
moins journalier) nécessaires aux observations
(huile à immersion, papeterie, consommable
informatique…) ;
des terminaux informatiques et éventuellement
des imprimantes ;
un ou des microscope(s) optique(s).
© Philippe Renault pour l’INRS
Cette salle est localisée en fonction des paramètres
suivants :
à proximité de la salle de traitement des coupes ;
en relation de proximité avec le secrétariat et la
salle de stockage des lames observées.
Figure 57. Les observations microscopiques
se font dans une pièce au calme, sur un plan
de travail assez grand pour contenir tout le
matériel et les dossiers nécessaires à cette
activité.
Les laboratoires d’anatomie et de cytologie pathologiques
75
4.6 La salle d’entreposage des déchets et pièces
anatomiques
4.6.1 Fonctionnalité
4.6.2 Emplacement et aménagement
Les déchets produits au cours des analyses d’ACP
peuvent être de même type que ceux des laboratoires d’analyses de biologie médicale :
les déchets ménagers (eux-mêmes triés selon
les recommandations de la commune : papier,
verre, organique…) ;
les déchets à risques chimiques ;
les déchets à risques infectieux (déchets
d’activité de soins à risques infectieux ou DASRI).
L’entreposage des déchets et pièces anatomiques
à éliminer est fait dans une pièce :
située sur une issue accessible aux véhicules
de collecte ;
en relation de proximité avec les salles
techniques ;
à l’écart des zones d’activité pour limiter les
interactions avec le personnel.
Les locaux d’entreposage de ces différents
déchets sont décrits dans le chapitre 3.9.
Toutefois, les laboratoires d’ACP peuvent parfois
évacuer des déchets anatomiques et des pièces
anatomiques d’origine humaine correspondant
aux pièces chirurgicales fraîches :
les déchets anatomiques humains sont les fragments humains non aisément identifiables. Ils
sont considérés et traités comme des DASRI,
même en l’absence de risque infectieux ;
les pièces anatomiques sont des organes, des
membres, des fragments d’organes ou de
membres aisément identifiables par un nonspécialiste. Elles suivent une filière d’élimination
aboutissant à la crémation [12].
Les déchets et pièces anatomiques sont placés
dans des emballages spécifiques [35] avant leur
arrivée en salle d’entreposage des déchets. Il
convient de noter que les pièces anatomiques
placées dans du formaldéhyde doivent être
évacuées selon la filière des déchets chimiques,
sans vider le fixateur des flacons. En effet, cette
opération expose inutilement les opérateurs aux
vapeurs toxiques de formaldéhyde.
Le personnel chargé de la gestion des déchets :
collecte, dans chaque pièce, les emballages de
déchets pleins ;
emmène les emballages dans la salle d’entreposage des déchets ;
dépose les emballages dans des zones
spécifiques selon la nature des déchets ;
nettoie les grands récipients pour vrac réutilisables ;
enregistre, à l’aide de bordereaux de suivi, les
mouvements internes et externes des emballages.
Seul le personnel autorisé du laboratoire peut pénétrer dans les pièces d’entreposage des déchets.
76
Les laboratoires d’anatomie et de cytologie pathologiques
En plus des exigences décrites dans le chapitre
3.9.2, cette salle doit être équipée pour l’entreposage les pièces anatomiques qui sont placées, au
choix, dans [41] :
des enceintes frigorifiques (température comprise
entre 0 et 5 °C) pouvant recevoir les pièces
anatomiques préalablement emballées pendant
une durée maximale de 8 jours ;
des enceintes de congélation pouvant recevoir
les pièces anatomiques préalablement emballées
avant leur élimination rapide.
Les enceintes réfrigérées sont exclusivement
réservées à cet usage et identifiées comme telles.
À noter que les pièces anatomiques d’origine
humaine ne peuvent pas être entreposées dans
une même enceinte frigorifique ou de congélation
que les pièces anatomiques d’origine animale.
L’accès aux enceintes est réservé aux personnes
assurant l’entreposage ou l’évacuation des pièces
anatomiques.
Lorsque le laboratoire d’ACP fait partie d’une
structure plus importante, telle qu’un ensemble
hospitalier, les pièces anatomiques d’origine
humaine peuvent être entreposées dans une
chambre mortuaire à l’intérieur d’une case
réfrigérée réservée à cet usage.
4.6.3 Exigences spécifiques
de conception
Il convient de suivre les spécifications indiquées
dans le chapitre 3.9.3. De plus, lorsque
l’enceinte contenant les pièces anatomiques
est placée dans le local pour déchets, le groupe
frigorifique doit être disposé à l’extérieur du
local [41].
4.7 La salle de stockage
4.7.1 Fonctionnalité
conservation supérieure est à déterminer avec les
cliniciens (1 ou 2 mois). Le temps de stockage va
influer sur le volume de produits conservés et donc
sur la surface devant être dévolue à cette fonction.
Les activités du laboratoire amènent à stocker
différents consommables (papeterie, lames…) mais
également des produits biologiques, chimiques et
d’entretien. Le stockage des consommables et des
produits chimiques ayant été traité dans le chapitre
3.10, nous détaillerons ici uniquement le stockage
des produits biologiques qui peuvent être :
des lames (voir figure 58) et blocs de paraffine
(obligation réglementaire [56] — voir figure 61) ;
des pièces anatomiques fixées (certains préfèrent stocker les pièces fixées non étudiées dans
la salle de macroscopie) ;
des préparations pour microscopie électronique ;
des coupes à congélation posées sur lame et
fixées à l’acétone ;
des cellules vivantes ou tissus (pouvant
éventuellement être conservés dans la salle de
macroscopie).
Les coupes à congélation ainsi que les cellules et
tissus sont stockées au froid, alors que les autres
produits biologiques sont conservés à température ambiante. Selon le volume des activités du
laboratoire, la zone de stockage des produits
biologiques peut être une pièce spécifique ou une
partie de la pièce de stockage général. Seul le
personnel autorisé du laboratoire peut accéder à
cette zone pour :
déposer des produits biologiques ;
chercher certains échantillons ;
évacuer les produits à éliminer.
4.7.2 Emplacement et aménagement
Mis à part le premier point, les produits biologiques sont conservés au moins jusqu’à la validation du compte rendu définitif. Une durée de
La salle de stockage des produits biologiques sera
placée en relation de proximité avec les salles
d’observation microscopique et ne sera pas trop
éloignée de la salle d’entreposage des déchets.
© Philippe Renault pour l’INRS
Il est fortement recommandé de pouvoir accéder à
cette salle sans devoir emprunter de marches, afin
de permettre l’accès au chariot de transport et de
limiter les risques de chute.
Figure 58. Le stockage des lames d’observation microscopique peut représenter un
volume très important.
Cette salle doit être suffisamment spacieuse pour
comprendre :
des enceintes ventilées pour les pièces anatomiques fixées, avec étagères comportant un
dispositif de rétention en cas de déversement
accidentel de liquide (éventuellement dans la
salle de macroscopie) (voir figures 59 et 60) ;
des étagères pouvant résister à la masse très
importante que représentent les lames ;
un (des) congélateur(s) pour les coupes à
congélation (une température de — 20 °C ne permet qu’une conservation courte, alors qu’une
température de — 80 °C permet une conservation sur une longue durée) ;
un récipient cryogénique à azote liquide pour la
conservation des cellules et tissus ;
des espaces suffisants entre les étagères et les
meubles pour le passage du personnel et des
chariots de transport.
Les laboratoires d’anatomie et de cytologie pathologiques
77
de conception
© Philippe Renault pour l’INRS
La salle de stockage dédiée aux produits
biologiques doit répondre aux critères suivants :
le local sera fermé par une porte limitant l’accès
aux seules personnes habilitées ;
la dalle de la pièce doit être suffisamment
résistante pour supporter le stockage des boîtes
de lames présentant une charge au sol très
élevée. Pour illustration, la charge utile peut être
de l’ordre de 500 kg/m2 [21] ;
la pièce est correctement ventilée (danger
de raréfaction de l’oxygène lors d’une dispersion massive d’azote liquide dans un espace
confiné) ;
tous les revêtements des aménagements, les
sols et les murs devront être aisément accessibles
et constitués de matériaux lisses résistant aux
agents nettoyants et désinfectants ;
l’éclairage recommandé est de 300 lux, pour
assurer une bonne visibilité.
Figures 59 et 60. Les récipients contenant les pièces fixées dans le formol sont stockés dans des armoires ventilées, disposant
d’étagères munies d’un dispositif de rétention.
78
Les laboratoires d’anatomie et de cytologie pathologiques
© Philippe Renault pour l’INRS
4.7.3 Exigences spécifiques
4.8 La salle d’archives
l’intégrité des informations pendant la période
définie par la réglementation. Ce type d’archivage
nécessite une duplication des informations :
le premier exemplaire est disponible pour la
consultation courante ;
le second est gardé en réserve.
Les laboratoires d’ACP doivent réglementairement
conserver certains documents et échantillons sur
des durées déterminées (voir figure 61) [56]. En
fonction du volume de documents et, en conséquence, de la surface nécessaire à leur conservation, le stockage des archives peut être soustraité par des entreprises extérieures. Dans ce
cas, il convient de conserver au laboratoire les
archives correspondant aux activités récentes.
L’organisation et le classement doivent permettre
une consultation rapide et facile.
Le système de lecture informatique doit permettre
la consultation des données pendant la durée
d’archivage.
La conception de la salle d’archivage est similaire
à celle des laboratoires d’analyses de biologie
médicale (voir chapitre 3.13).
L’archivage informatique peut se faire uniquement
sur support pouvant assurer la pérennité et
Éléments à conserver
Durée de conservation
Les blocs d’inclusion et documents microscopiques
histopathologiques et les documents microscopiques
10 ans
cytopathologiques ayant permis d’établir un diagnostic,
que celui-ci ait fait ou non apparaître une pathologie
Les comptes rendus histocytopathologiques signés et datés
30 ans
Figure 61. Éléments devant être archivés par les laboratoires d’anatomie et de cytologie pathologiques.
Les laboratoires d’anatomie et de cytologie pathologiques
79
5
5
Les laboratoires
d’analyses vétérinaires
Les laboratoires d’analyses vétérinaires jouent un
rôle important dans le suivi sanitaire des animaux. Ils aident à diagnostiquer les pathologies
des animaux d’élevage et/ou des animaux de
compagnie, de façon à mettre en place les traitements ou les prophylaxies adéquates.
Selon la spécialisation du laboratoire, la clientèle
amène ou expédie des prélèvements (selles,
sang…) aussi bien que des animaux vivants ou
morts, de taille plus ou moins importante (perruches, porcs…). Les animaux sont euthanasiés
par des moyens mécaniques, électriques ou
chimiques (injection de produits létaux). Ils sont
autopsiés pour rechercher les lésions des organes
caractéristiques de pathologies. Lors de ces
autopsies, des échantillons représentatifs sont
prélevés pour des analyses plus poussées.
À partir de prélèvements d’origine animale, les
laboratoires vétérinaires peuvent effectuer les
mêmes types d’examens que les laboratoires
d’analyses de biologie médicale : recherche microbiologique, biochimique, hématologique, etc.
Des examens histologiques peuvent être parfois
réalisés. Ces activités doivent alors s’effectuer
dans des pièces conçues et organisées comme
celles décrites pour les laboratoires d’anatomie et
de cytologie pathologiques (voir chapitre 4).
Certaines grandes structures effectuent également
des analyses physico-chimiques environnementales (eau, terre, fumier, lisier…) ou alimentaires
(alimentation humaine ou animale).
L’organisation de ces activités se rapproche alors
de celle décrite pour les laboratoires d’analyses
industrielles (voir chapitre 6).
Informatique
Accès public
Risque biologique
À proximité
En relation de proximité
Accès
Bureaux des
responsables
Archives
Secrétariat
Restauration/
repos
Accueil
Tri des
échantillons
Vestiaires
Sanitaires
Autopsies
Analyses
microbiologiques
Laverie
Analyses hors
microbiologie
Entretien
Stockage
Entreposage
des déchets
Figure 62. Schéma fonctionnel d’un laboratoire d’analyses vétérinaires.
80
Les laboratoires d’analyses vétérinaires
Les laboratoires vétérinaires peuvent ainsi réaliser
des analyses très diverses. Ils se différencient
essentiellement des autres laboratoires par la réalisation d’autopsies, qui nécessitent des locaux et
des équipements spécifiques pour réceptionner
les animaux vivants, les sacrifier et les autopsier.
Les laboratoires d’analyses vétérinaires comportent
plusieurs pièces pouvant être distribuées
comme suit, selon leurs activités (voir figure 62) :
le local de réception ;
les pièces techniques :
- la salle de tri des échantillons,
- la salle d’autopsie,
- la salle hors microbiologie,
- la salle de microbiologie ;
la salle d’entreposage des déchets ;
les salles de stockage ;
la laverie ;
les bureaux ;
la salle des archives ;
la salle des serveurs informatiques ;
les vestiaires ;
les installations sanitaires ;
la salle de restauration/repos ;
la salle d’entreposage des produits d’entretien.
Ces différentes pièces sont conçues sur le même
modèle que les salles des laboratoires d’analyses
de biologie médicale, auxquelles il convient de se
reporter (voir chapitre 3). De même, les caractéristiques communes des pièces techniques
(superficie, plafonds, murs, sols, éclairage,
ventilation, ameublement, etc.) sont détaillées
dans le chapitre 3.4. Rappelons que les accès,
pour les personnes extérieures comme pour
le personnel, doivent être prévus pour les
personnes à mobilité réduite.
Étant donné la présence d’animaux vivants ou
morts dans les laboratoires vétérinaires, le local
de réception, la salle de tri des échantillons et la
salle d’entreposage des déchets doivent recevoir
des aménagements complémentaires décrits
ci-dessous. De plus, les autopsies doivent se
dérouler dans un local spécifique dont nous
détaillerons la conception, qui diffère de celle des
autres salles techniques.
5.1 Le local de réception des clients
Le personnel occupant ce poste reçoit une clientèle
constituée, pour l’essentiel, de professionnels (vétérinaires, techniciens d’élevage, éleveurs) amenant
des échantillons, des animaux morts ou vivants. Les
propriétaires d’animaux de compagnie passent par
leur vétérinaire qui réalise les prélèvements nécessaires dans la salle de consultation. Le flux de
personnes arrivant au laboratoire ne nécessite
généralement pas la création d’une salle d’attente.
Le local de réception peut être conçu sur les mêmes
principes que la salle d’accueil des laboratoires
d’analyses de biologie médicale (voir chapitre 3.1).
Toutefois, ce local peut être de taille plus réduite
étant donné que le personnel de l’accueil ne gère
plus les flux de clients de la salle d’attente et des
salles de prélèvements.
Les personnes occupant le poste d’accueil peuvent
parfois être soumises à une certaine tension liée à la
nécessité d’être concentrée lors de l’enregistrement
des dossiers clients alors que l’ambiance sonore peut
être élevée à cause des animaux en attente. Ces derniers doivent être déposés dans des conteneurs
désinfectables ou tout moyen de contention ou de
neutralisation permettant d’éviter la dispersion des
animaux, les morsures, griffures et autres lésions
cutanées du personnel [57]. Afin de limiter les
nuisances sonores, les animaux seront évacués vers
la salle de tri le plus rapidement possible.
Le point d’accueil est localisé en fonction des
paramètres suivants :
en mitoyenneté avec le secrétariat ;
à proximité de l’entrée principale et de la salle de
tri des échantillons.
Le poste d’accueil doit être suffisamment spacieux
pour contenir tout l’aménagement nécessaire à cette
fonction. La surface de dépôt des échantillons et des
conteneurs pour animaux doit être clairement identifiée, isolée et distincte du plan de travail principal. La
zone de dépôt est accessible par le tenant du poste
en posture assise et par les techniciens venant
chercher les échantillons, sans que cela occasionne
d’interférences. De plus, cette zone doit être à une
hauteur de sol facilitant la prise des conteneurs
d’animaux pouvant parfois être lourds. Dans ce cas,
il convient de prévoir des moyens de transport
facilitant la manutention des charges importantes.
Les laboratoires d’analyses vétérinaires
81
5.2 La salle de tri des échantillons
Selon l’organisation du travail, des échantillons
peuvent également subir un premier traitement
(centrifugation de tubes de sang) avant leur envoi
en salle technique.
Les échantillons et animaux réceptionnés dans la
salle d’accueil passent en salle de tri où toutes
les analyses à effectuer sont enregistrées et
codifiées. Certains échantillons peuvent être
reconditionnés pour pouvoir être distribués simultanément dans différentes salles techniques.
Le tri et l’enregistrement des échantillons sont
des opérations particulièrement importantes ne
souffrant d’aucune erreur et nécessitant une
grande concentration.
© Vincent Grémillet pour l’INRS
La salle de tri doit être localisée en fonction des
paramètres suivants :
en proximité forte avec les salles techniques ;
à proximité de l’accueil.
Figure 63. Box permettant de recevoir les gros animaux avant autopsie.
82
Les laboratoires d’analyses vétérinaires
Cette salle de tri peut être conçue comme celle
des laboratoires d’analyses de biologie médicale
(voir chapitre 3.5). L’évaluation de la surface
disponible tient compte :
du nombre de conteneurs d’animaux pouvant
arriver simultanément au laboratoire (la hauteur de la
zone de dépôt doit faciliter la prise des conteneurs
avec des animaux pouvant être lourds) ;
des moyens de contention ou de neutralisation des
animaux, afin d’éviter morsures, griffures et autres
lésions cutanées (voir figure 63) [57].
Cette pièce bénéficie d’un traitement sonore pour
limiter le bruit engendré par les animaux en attente.
5.3 La salle d’autopsie
5.3.1 Fonctionnalité
poser les animaux sur la table d’autopsie ;
procéder à l’autopsie à l’aide d’instruments
disponibles à portée de main ;
effectuer des prélèvements pour des analyses
ultérieures ;
enregistrer les résultats en cours d’autopsie à
l’aide d’un système audio ou par prise de notes ;
marquer les cadavres d’animaux suspects
d’être contaminés par des agents biologiques des
groupes 3 et 4, ou leur contenant (mention de la
maladie présumée) en vue de leur évacuation ;
apporter les prélèvements dans les salles
techniques correspondant aux analyses à
effectuer ;
se déplacer dans un bureau pour enregistrer
informatiquement les résultats.
Les animaux arrivent dans la salle d’autopsie où
ils sont euthanasiés de différentes façons : choc
électrique, injection de produits létaux… Les
animaux sont ouverts et leurs organes sont observés avec attention, pour rechercher des lésions
révélatrices de pathologie. Des échantillons sont
prélevés et placés dans des récipients qui sont
ensuite orientés vers différentes salles techniques (voir figure 64). L’autopsie est une étape
exposant particulièrement l’opérateur aux agents
biologiques potentiellement présents chez les
animaux. En effet, l’opérateur peut s’exposer à
des coupures avec scalpel, à des projections lors
d’incisions d’organes, aussi bien qu’à des
aérosols infectieux lors des éviscérations.
La salle d’autopsie doit être accessible au seul
personnel autorisé du laboratoire. Selon l’importance du laboratoire, ce poste est généralement
occupé par deux personnes.
Suivant l’organisation du laboratoire, le personnel
occupant ce poste effectue plusieurs opérations :
aller chercher les animaux en salle de tri ;
euthanasier les animaux ;
5.3.2 Emplacement et aménagement
© Vincent Grémillet pour l’INRS
La salle d’autopsie est localisée en fonction des
paramètres suivants :
à proximité de la salle de tri des échantillons ;
en relation de proximité avec le secrétariat, les
salles techniques, la laverie et la salle d’entreposage des déchets.
Figure 64. Les échantillons issus de l’autopsie
sont amenés dans la pièce de microbiologie
par l’intermédiaire d’un « passe-plat » situé
entre les deux salles.
Selon l’évaluation des risques, la salle d’autopsie
doit répondre à des niveaux de confinement 2 et 3.
Dans tous les cas, la salle d’autopsie doit être suffisamment spacieuse pour ne pas gêner le
personnel dans ses déplacements et contenir le
mobilier indispensable (mais réduit au strict
nécessaire). Ce mobilier doit être suspendu ou
comporter un piètement nettoyable, désinfectable
et résistant à l’eau de Javel à une concentration
d’au moins 2 % de chlore actif [52].
En plus des exigences communes décrites au chapitre 3.4.2, la salle d’autopsie est suffisamment
spacieuse pour contenir :
un (des) appareil(s) d’euthanasie ;
des meubles de rangement pouvant comprendre
au moins le stock journalier de matériel nécessaire
aux autopsies, aux prélèvements et à la préparation des lames ;
Les laboratoires d’analyses vétérinaires
83
© Vincent Grémillet pour l’INRS
Niveau
Figure 65. La table d’autopsie résiste aux produits de nettoyage. Elle
peut s’élever en fonction des opérateurs ou des animaux autopsiés.
une paillasse suffisamment grande pour pouvoir
poser tout le matériel nécessaire aux observations
en cours et les conteneurs de petits animaux en
attente ;
un évier à commande non manuelle ;
une table d’autopsie indépendante mais
proche de la paillasse, permettant la libre circulation sur les quatre côtés. Elle est nettoyable,
désinfectable et résistante aux procédés d’inactivation des ATNC et doit être munie d’un mitigeur
non manuel (voir figure 65). Elle doit être
conforme à la norme NF EN 10088-1 [58] si elle est
en acier inoxydable ou offrir une résistance équivalente aux produits chimiques si elle est constituée d’un autre matériau ;
pour la manipulation de gros animaux, un palan
et un rail, reliant l’entrée, la chambre froide et la
table d’autopsie équipée d’un système élévateur
(voir figure 66) ;
pour l’évacuation des grosses pièces anatomiques, par exemple, une goulotte se déversant
dans un conteneur étanche, roulant, pouvant être
vidé par la grue du camion d’équarrissage (voir
figures 67 et 68) ;
un téléphone mains libres.
de confinement 2
En plus des mesures communes décrites au
chapitre 3.4, la salle d’autopsie de niveau de
confinement 2 doit répondre aux recommandations suivantes [52] :
l’accès des animaux dans la salle technique se
fait par une entrée distincte (porte, passe-plat) de
celle du personnel ;
la pièce doit pouvoir se fermer hermétiquement
pour procéder à des désinfections (fumigation) ;
les fenêtres restent fermées pendant le travail ;
une fenêtre d’observation ou un système équivalent permet de voir les occupants de la pièce ;
le sol est en légère pente descendante au départ
de la table d’autopsie vers le système d’évacuation ;
un plafond plein ou un faux plafond non démontable étanche est recommandé ;
tous les revêtements des meubles, murs, sol,
plafond et portes sont sans aspérités, en matériaux
imperméables, facilement lavables à grande eau
et résistant aux agents nettoyants et désinfectants, sans endroit inaccessibles au nettoyage ;
les points lumineux et les prises de courant
doivent être encastrés, étanches et compatibles
avec un lavage au jet. Un éclairage de 5000 lux
5.3.3 Exigences spécifiques
Lors des autopsies, le personnel est potentiellement exposé à des dangers biologiques de groupe
2 ou 3. Il est important de confiner cette pièce
selon le niveau de risque et de prévoir une conception compatible avec le nettoyage et la désinfection. Les niveaux de confinement correspondent
aux groupes des agents biologiques identifiés ou
suspectés chez l’animal, ou, en l’absence d’informations au moins à un confinement de niveau 2.
84
Les laboratoires d’analyses vétérinaires
© Vincent Grémillet pour l’INRS
de conception
Figure 66. Un rail au plafond permet d’amener sur la table d’autopsie les gros animaux
placés dans les box de contention ou dans la
chambre froide.
© Vincent Grémillet pour l’INRS
© Vincent Grémillet pour l’INRS
Figures 67 et 68. Déversement des grosses pièces ou cadavres dans un conteneur pour équarissage.
[14] est recommandé au-dessus de la table
d’autopsie pour faciliter la vision des détails ;
les systèmes de chauffage n’ont aucun contact
avec le sol, sont facilement nettoyables et résistants aux produits de décontamination ;
l’arrivée d’eau est munie d’un dispositif empêchant un retour d’eau polluée dans le réseau de
distribution d’eau potable ;
le débit d’air doit être calculé en fonction de
l’ensemble des systèmes de ventilation de la
salle. Le renouvellement d’air doit être suffisant,
de l’ordre de 10 volumes/heure. La vitesse de l’air
doit être modérée pour éviter les turbulences.
Niveau
de confinement 3
La salle d’autopsie de niveau 3 est précédée d’un
sas répondant aux exigences décrites au chapitre
3.4 et aux exigences suivantes :
les portes sont préférentiellement pourvues
d’un oculus pour assurer la visibilité des occupants
(sauf s’il est prévu que le personnel hôte ses
vêtements) ;
il est préférable que les portes du sas soient
asservies électriquement afin de ne pas s’ouvrir
simultanément [37]. Il doit être possible de neutraliser l’asservissement des portes du sas personnel
en cas d’évacuation d’urgence ;
le revêtement du sol est non glissant, d’un seul
tenant et remonte d’au moins 10 cm le long des
murs (plinthes à gorge) ;
tous les revêtements des meubles, murs, sol,
plafond et portes sont sans aspérités, en matériaux
imperméables, facilement lavables à grande eau
et résistant aux agents nettoyants et désinfectants et aux produits d’inactivation des ATNC,
sans endroit inaccessible au nettoyage ;
le sas est maintenu en surpression par rapport
à la pièce technique, mais en dépression par
rapport à la pièce extérieure. La dépression du sas
peut être, par exemple, autour de 20 Pa par
rapport aux salles extérieures (voir figure 32). La
différence de pression doit être suffisante et
stable pour éviter un renversement d’écoulement
d’air et faciliter l’ouverture des portes ;
le renouvellement de l’air du sas devrait être de
l’ordre de 10 volumes/heure;
un système d’alarme sonore et visuel doit permettre de détecter tout changement anormal de la
pression de l’air.
En plus des mesures citées pour le niveau de
confinement 2, la salle d’autopsie de niveau de
confinement 3 répond aux critères suivants :
une pression négative par rapport aux zones
voisines sera maintenue dans la pièce technique
pour éviter la dispersion des agents biologiques.
La dépression de la pièce pourra être, par
exemple, de l’ordre de 40 à 60 Pa par rapport aux
salles extérieures [9, 27, 38] ;
l’installation de manomètres permet de contrôler en permanence les pressions régnant dans
Les laboratoires d’analyses vétérinaires
85
tous les déchets à risque infectieux sont traités
avant leur sortie de l’établissement :
- les déchets solides et le matériel contaminé
sont traités par un autoclave double entrée
placé dans la pièce technique. La sortie de l’autoclave se situe en zone de niveau de confinement 2 du laboratoire. À défaut d’un appareil à
double entrée, l’autoclave est placé à proximité
immédiate de la pièce de niveau de confinement
3. Des procédures appropriées et évaluées de
transfert vers l’autoclave extérieur à la pièce
doivent alors assurer la même sécurité et être
contrôlées régulièrement. L’exploitant doit tenir
à jour un dossier dans lequel sont consignées
toutes les opérations ou interventions datées
relatives aux contrôles, inspections et requalifications périodiques, aux incidents, aux réparations et modifications de l’autoclave. Ce dossier
est tenu à la disposition des agents chargés de
la surveillance des appareils à pression qui
peuvent le consulter à tout moment [39],
- les déchets liquides doivent être inactivés par
un traitement thermique (autoclave) ou chimique selon un procédé validé par différents
essais concluants ;
une cuve de décantation/inactivation (ou tout
autre système équivalent) doit être prévue pour
traiter les effluents avant leur évacuation (voir
figure 69) ;
une douche pour la décontamination des opérateurs est installée à proximité de la salle technique.
© Vincent Grémillet pour l’INRS
chaque zone et de s’assurer que les niveaux de
dépression sont respectés ;
l’air entrant dans la pièce est de préférence
préalablement filtré ;
le renouvellement d’air de la salle technique
peut être par exemple de 10 à 20 volumes de la
pièce par heure ;
l’air extrait de la pièce technique et du sas est filtré (filtre HEPA17) et évacué à l’extérieur sans être
réutilisé dans aucune autre partie du bâtiment [34] ;
un système d’alarme sonore et visuel doit permettre de détecter tout changement anormal de la
pression de l’air ;
dans tous les cas de coupure électrique ou de
panne d’alimentation en air traité, l’isolement des
réseaux aérauliques désactivés doit être assuré
par des clapets étanches à fermeture automatique
par manque de courant ;
un approvisionnement en énergie électrique de
secours peut être prévu ;
les fenêtres doivent être hermétiquement
scellées [37] ;
une fenêtre d’observation ou un système équivalent doit permettre de voir les occupants de la
pièce ;
tous les revêtements des meubles, murs, sol,
plafond et portes sont sans aspérités, en matériaux
imperméables, facilement lavables à grande eau
et résistant aux agents nettoyants et désinfectants
et aux produits d’inactivation des ATNC, sans
endroit inaccessibles au nettoyage ;
Figure 69. Traitement chimique des effluents potentiellement contaminés.
17. HEPA : High Efficiency Particulate Air.
86
Les laboratoires d’analyses vétérinaires
5.4 La salle d’entreposage des déchets et pièces
anatomiques
5.4.1 Fonctionnalité
5.4.2 Emplacement et aménagement
Les déchets produits dans les laboratoires vétérinaires peuvent être de mêmes types que ceux des
laboratoires d’analyses de biologie médicale :
les déchets ménagers (triés selon les recommandations de la commune : papier, verre, organique…) ;
les déchets à risques chimiques ;
les déchets à risques infectieux (déchets
d’activité de soins à risques infectieux ou DASRI).
La salle d’entreposage des déchets, des pièces
anatomiques et des cadavres à éliminer est localisée en fonction des paramètres suivants :
sur une issue accessible aux véhicules de
collecte ;
en relation de proximité avec les salles techniques ;
à l’écart des zones d’activité pour limiter les
interactions avec le personnel.
Les conditions d’entreposage de ces différents
déchets sont décrites dans le chapitre 3.9.
Toutefois, des aménagements supplémentaires
doivent être effectués étant donné que les laboratoires vétérinaires doivent également entreposer
avant enlèvement :
des pièces anatomiques animales ;
des cadavres d’animaux.
D’après la loi du 26 décembre 1996 [59] :
« Il est interdit d’enfouir, de jeter en quelque lieu
que ce soit ou d’incinérer les cadavres d’animaux
ou lots de cadavres d’animaux pesant au total plus
de 40 kg. Leur propriétaire ou leur détenteur doit
les mettre, en entier et non dépouillés, à la disposition de la personne chargée de l’exécution du
service public de l’équarrissage. »
« Les propriétaires ou détenteurs d’un cadavre
d’animal ou d’un lot de cadavres d’animaux
pesant au total plus de 40 kg sont tenus d’avertir
dans les plus brefs délais la personne chargée de
l’exécution du service public de l’équarrissage
d’avoir à procéder à l’enlèvement du ou des
cadavres. […] Les cadavres doivent être enlevés
dans un délai de 24 heures après réception de
l’avis du propriétaire ou du détenteur. »
Ainsi, les cadavres et autres déchets résultant
d’autopsies en pathologie de groupe effectuées
en cliniques vétérinaires et dans les laboratoires
doivent être enlevés par des personnes chargées
du service public de l’équarrissage.
Pour entreposer les pièces anatomiques et des
cadavres, cette salle doit s’équiper au choix [41] :
d’enceinte(s) frigorifique(s) (température comprise entre 0 et 5 °C) pouvant recevoir les pièces
anatomiques et cadavres préalablement conditionnés pendant une durée maximale de 8 jours ;
d’enceinte(s) de congélation pouvant recevoir
les pièces anatomiques et cadavres préalablement
conditionnés avant leur élimination rapide.
Les enceintes de congélation sont à préférer pour
l’entreposage des conteneurs étanches recevant
les cadavres d’animaux de petite taille [57]. Ces
enceintes sont exclusivement réservées à cet
usage et identifiées comme tel. À noter que les
pièces anatomiques d’origine animale ne peuvent
pas être entreposées dans une même enceinte
frigorifique ou de congélation que les pièces
anatomiques d’origine humaine.
5.4.3 Exigences spécifiques
de conception
Il convient de suivre les spécifications indiquées
dans le chapitre 3.9. De plus, lorsque l’enceinte
contenant les pièces anatomiques est placée
dans le local pour déchets, le groupe frigorifique
doit être disposé à l’extérieur du local [41].
Les laboratoires d’analyses vétérinaires
87
6
Les laboratoires
d’analyses industrielles
Sous le terme « laboratoires d’analyses industrielles » sont regroupés les laboratoires de
contrôles et les laboratoires d’hygiène.
Les laboratoires de contrôles sont chargés de faire
des analyses microbiologiques, biochimiques ou
physico-chimiques pour évaluer la qualité des
produits entrant et sortant de la production. Les
échantillons analysés peuvent être très variés (lait,
eau, vaccins, sirops…) en fonction du secteur d’activité des entreprises (agroalimentaires, pharmaceutiques…). Ces laboratoires sont généralement
intégrés dans le service « assurance/qualité » et
certifiés pour les analyses qu’ils réalisent. Ils sont
tenus, de ce fait, de suivre les spécifications des
normes touchant aussi bien l’organisation du
travail que la conception des locaux.
6
Les laboratoires d’hygiène sont des structures
indépendantes d’un système de production. Ils
reçoivent des clients extérieurs amenant des
échantillons alimentaires (alimentation humaine
ou animale) aussi bien que des échantillons issus
de l’environnement (eaux, terre, fumier, lisier…).
Ces laboratoires réalisent des analyses microbiologiques, biochimiques et physico-chimiques. Ils
sont généralement certifiés pour la réalisation de
certaines analyses et suivent alors les spécifications des normes les concernant.
Les laboratoires d’analyses industrielles comportent
plusieurs pièces pouvant être organisées comme
suit (voir figure 70) :
le local de réception ;
Informatique
Accès public
Risque chimique
Risque biologique
À proximité
Bureaux des
responsables
Archives
En relation de proximité
Accès
Secrétariat
Accueil
Restauration/
repos
Tri des
échantillons
Vestiaires
Laverie
Sanitaires
Analyses de
biologie
moléculaire
Analyses hors
microbiologie
Analyses
microbiologiques
Entretien
Stockage
Figure 70. Schéma fonctionnel d’un laboratoire d’analyses industrielles.
88
Les laboratoires d'analyses industrielles
Entreposage
des déchets
les pièces techniques :
- la salle de tri des échantillons,
- les salles techniques de microbiologie,
- les salles techniques hors microbiologie,
- les salles de biologie moléculaire ;
la salle d’entreposage des déchets ;
les salles de stockage ;
la laverie ;
les bureaux ;
la salle des archives ;
la salle des serveurs informatiques ;
les vestiaires ;
les installations sanitaires ;
la salle de restauration/repos ;
la salle d’entreposage des produits d’entretien.
L’ensemble des pièces peut être conçu sur le
modèle des laboratoires d’analyses de biologie
médicale (se reporter au chapitre correspondant à
chaque pièce). De même, les caractéristiques
communes des pièces techniques (superficie, plafonds, murs, sols, éclairage, ventilation, ameublement, etc.) sont détaillées dans le chapitre 3.4.
Il est vrai que certaines dispositions réglementaires, comme par exemple celles décrites dans
le GBEA [11], ne s’appliquent pas ici, mais leurs
principes, assurant la sécurité du personnel et la
qualité des analyses, restent néanmoins vrais.
Rappelons que les accès, pour les personnes
extérieures comme pour le personnel, doivent
être prévus pour les personnes à mobilité réduite.
Nous évoquerons ci-dessous uniquement les
aménagements complémentaires des pièces
nécessitant quelques adaptations (le local de
réception, la salle de tri des échantillons).
6.1 Le local de réception des clients
Le local de réception peut être conçu sur les
mêmes principes que la salle d’accueil des
laboratoires d’analyses de biologie médicale (voir
chapitre 3.1) à quelques ajustements prêts.
Les laboratoires accueillent pratiquement exclusivement des professionnels issus, soit de la même
entreprise (s’il s’agit d’un laboratoire de contrôle
de la société), soit du monde agricole, d’organismes de contrôles environnementaux, des
commerciaux, des coursiers, etc. Certaines de ces
personnes peuvent être orientées vers la salle de
tri des échantillons ou vers les bureaux.
Le point d’accueil est localisé :
en mitoyenneté avec le secrétariat ;
à proximité de l’entrée principale et de la salle
de tri des échantillons.
Les laboratoires d’analyses industrielles n’effectuent pas de prélèvements dans leurs locaux. Le
personnel ne gère donc pas les flux de clients en
attente pour entrer dans les salles de prélèvements.
Le point d’accueil dispose toutefois d’un espace
suffisant pour recevoir tous les clients lors des
pointes d’activité. Des sièges mis à disposition
des personnes en attente courte doivent être
disposés de façon à respecter le niveau de confidentialité vis-à-vis des autres clients parlant au
personnel du laboratoire.
Les échantillons réceptionnés à l’accueil sont
extrêmement variés :
des prélèvements effectués en cours de production ;
des denrées et boisson alimentaires ;
des fluides industriels, des déchets ;
des prélèvements d’air, d’eau, de terre, de
végétation, etc.
Le volume de ces échantillons peut aller de
quelques millilitres à plusieurs litres. Il est donc
important de prévoir des surfaces de dépôt
adaptées au nombre d’échantillons, que ce soit à
l’accueil, dans la salle de tri ou dans les salles
techniques.
Les laboratoires d'analyses industrielles
89
6.2 La salle de tri des échantillons
Ces opérations d’enregistrement, de reconditionnement et de préparation des flaconnages, peuvent
se réaliser sur de grands volumes, ce qui
nécessite une surface de travail importante.
Toutes les analyses à effectuer sur les échantillons sont enregistrées et codifiées dans la salle
de tri (voir figure 71).
Les échantillons peuvent être reconditionnés pour
subir plusieurs analyses. On vérifie également que
l’échantillon est en quantité suffisante et dans le
flaconnage adéquat pour les analyses demandées.
La salle de tri doit être accessible au seul personnel autorisé du laboratoire. Ce poste peut être
occupé par une, voire deux personnes lors des
pics d’activité. Le personnel extérieur amenant
des échantillons ne doit pas pénétrer dans la salle
de tri elle-même, mais dans une zone tampon qui
communique avec cette salle par un espace
d’échanges type guichet.
Les laboratoires fournissent généralement le
flaconnage spécifique aux analyses. En effet, il est
parfois nécessaire d’effectuer les prélèvements
dans des flacons contenant un produit chimique
de préservation, requis pour certaines analyses.
Le personnel du laboratoire prépare donc ces
flacons mis à disposition des clients ou des
préleveurs du laboratoire. Ce flaconnage peut
représenter un volume important à gérer (stockage
des flacons vides et des flacons avec stabilisant).
Pour exemple, un contrôle sanitaire d’une eau de
puisage peut nécessiter à 10 à 20 flacons différents
pour un seul échantillon.
La salle de tri doit être localisée :
en proximité forte avec les salles techniques
(limiter le déplacements des échantillons en
grand nombre vers les salles techniques) ;
à proximité de l’accueil.
© Vincent Grémillet pour l’INRS
En fonction de l’organisation du travail, la salle de
tri peut comprendre quatre zones :
une zone d’accueil des personnes extérieures ;
une zone dédiée au traitement et au reconditionnement des échantillons, délimitée et séparée
des autres postes de travail. Il convient de confiner
dans cette zone les opérations présentant des
risques biologiques ;
une zone consacrée à l’enregistrement et
l’étiquetage des échantillons et à leur répartition
en fonction des analyses qu’ils doivent subir ;
une zone de préparation des conditionnements
pour prélèvements.
Figure 71. Enregistrement avant analyse
des aliments.
90
Les laboratoires d'analyses industrielles
La conception de la salle de tri des échantillons
est similaire à celle des laboratoires d’analyses de
biologie médicale (voir chapitre 3.5). Toutefois, la
zone de préparation des flacons de prélèvements
est spécifique aux laboratoires d’analyses
industrielles. Cette zone doit être suffisamment
spacieuse pour comprendre :
un stockage de flacons « bruts » (sans agents
chimiques ajoutés) ;
une surface de travail pour préparer les flacons.
Les agents chimiques sont souvent des acide forts
et bases fortes (soude, acide sulfurique et
nitrique…) nécessitant des moyens de protections
adaptés.
91
92
Annexes
1. Démarche de conception
2. Interventions de maintenance
3. Travail assis dans les laboratoires
4. Comparatif des revêtements
des surfaces de travail
5. Les EPI contre les risques biologiques
6. Travail sous PSM
7. Élimination des déchets
Annexes
93
Annexe 1. Démarche de conception
Les projets de conception de locaux sont généralement traités d’un point de vue économique et
technique, dans des délais courts, souvent sans
que le travail concret des utilisateurs soit pris
en compte. Or, tout processus de conception
nécessite la connaissance de ce travail, pour
prévenir les accidents, les atteintes à la santé
(AES18, lombalgies, TMS19, stress...) et optimiser la
fiabilité professionnelle. Les projets doivent également prendre en compte le fonctionnement
humain (physiologique, psychologique et social)
en relation avec les changements prévus (espace,
organisation, technique…) [60, 61].
La démarche de conception passe, en premier
lieu, par une réflexion sur l’implantation des
nouveaux locaux. Cette réflexion doit tenir compte
de différents critères [62] :
l’identification des secteurs d’activité concernés (un laboratoire entier, la création ou la
rénovation d’une salle, l’arrivée d’un nouvel
automate) et la connaissance précise des tâches
effectuées et des risques induits ;
la détermination des degrés de proximité ou
d’éloignement des secteurs, les uns par rapport
aux autres en tenant compte :
- des flux de matières entre les différents secteurs :
les échantillons passent de la salle de tri aux
salles techniques d’analyses, les produits
chimiques parviennent de fournisseurs extérieurs,
passent de la salle de stockage à la salle
technique, etc.,
- des moyens techniques communs : gaines de
ventilations, sources d’énergie, traitement des
effluents…
Une fois ces éléments analysés, il est possible
d’établir un diagramme fonctionnel des secteurs.
Les besoins en surface détermineront ensuite une
implantation générale des locaux.
Le bon déroulement d’un projet de conception
intégrant la prévention des risques nécessite le
respect des points indiqués ci-dessous.
1. Une définition claire des fonctions de
maître d’ouvrage et de maître d’œuvre
La conception d’un laboratoire implique plusieurs
acteurs et principalement :
le maître d’ouvrage : c’est à lui, autrement dit
au client, que revient l’obligation d’exprimer ses
94
Annexes
18. AES : accident exposant au sang.
19. TMS : troubles musculosquelettiques.
besoins et ses objectifs, en réalisant le cahier des
charges ou le programme à partir duquel le maître
d’œuvre travaillera ;
le maître d’œuvre : il répond à la demande d’un
maître d’ouvrage, mais ne se substitue pas aux
responsabilités du maître d’ouvrage. Il peut s’agir
d’un architecte et/ou d’un bureau d’études dans
le cas d’une construction. Le maître d’œuvre peut
être le fournisseur dans le cas d’une commande de
moyens matériels.
La fonction du maître d’ouvrage est essentielle non
seulement au début du projet, mais tout au long de
son déroulement, par exemple pour établir un compromis entre les objectifs du projet et les contraintes
techniques ou budgétaires éventuelles [61].
2. L’association des personnes
concernées par le projet
Pour qu’une démarche participative soit efficace
et permette une bonne coordination entre les
acteurs, il est nécessaire de :
choisir des participants réunissant les compétences utiles ;
définir, dès le début du projet, le rôle de chacun
et mettre en place un groupe de pilotage avec une
définition précise des objectifs ;
prévoir un planning et des moyens ;
comprendre certaines difficultés rencontrées par
les participants pour :
- s’exprimer sur ce qu’ils font,
- se projeter dans le futur,
- lire les plans,
- entendre des informations ne correspondant pas
aux questions qu’ils se posent à ce moment-là.
3. Des méthodes de travail permettant
l’élaboration d’un cahier des charges
Le cahier des charges (ou programme) est un document à partir duquel les concepteurs ou les fournisseurs doivent pouvoir travailler. Il correspond à la
commande du maître d’ouvrage. Les informations
hiérarchisées tirées de la réalité des situations de
travail devront être traduites en exigences qualitatives et quantitatives, pour être compréhensibles et
exploitables par des concepteurs. Il existe des
spécialistes de ce travail, qu’on appelle des « programmistes » ou « assistants à maîtres d’ouvrage ».
Pour aboutir au cahier des charges, différentes
méthodes de travail peuvent être utiles : l’analyse
ergonomique du travail dans des laboratoires de
référence, la simulation des activités futures avec
les usagers. Ces démarches faciliteront l’appropriation des informations par les concepteurs.
L’ergonomie
dans les projets
L’ergonomie contribue à la conception de situations
(ou postes) de travail, de machines, de bâtiments
ou de services. L’ergonome détermine les conditions nécessaires à une activité en toute sécurité,
adaptée aux caractéristiques physiologiques et
psychologiques des êtres humains, tout en tenant
compte des contraintes de production.
L’évaluation d’une situation de travail nécessite
de traiter dans le même temps ses différentes
composantes :
la population concernée ;
le contenu et l’organisation du travail ;
les espaces ;
les équipements ;
les ambiances physiques (éclairage, bruit,
ventilation…) ;
les sources de dangers, les risques possibles
d’atteinte à la santé…
D’autres informations sont à recueillir sur :
ce qui fonctionne bien et devrait être reconduit ;
ce qui devrait être évité ou les défauts à ne pas
retrouver ;
les qualités nouvelles attendues ;
les questions en suspens, les incertitudes ;
le sens du projet pour les personnes concernées...
Les
simulations dans un projet
Réaliser des séances de simulations sur plan ou
sur maquette, ou encore à partir de schémas fonctionnels, suppose des précautions d’usage. Il faut
pour cela formaliser des scénarios de différentes
situations de travail (nettoyage, évacuation des
produits, changement d’équipement, situation
d’incident, panne de machine) en déroulant des
séquences d’actions sur une heure de travail ou à
un moment précis.
Les
risques de pertes d’informations
Même si les personnes concernées par le projet
ont été écoutées par les décideurs et les concepteurs, il y a souvent une perte d’informations liée
aux contraintes techniques, au coût, au manque
de coordination entre les différents acteurs
(maître d’ouvrage, maître d’œuvre, entreprises,
différents services). Ce manque de coordination
peut s’observer lors de :
la transmission d’informations (écrites, parlées
ou schématisées). Cette perte est souvent due
à la méconnaissance des préoccupations des
acteurs ;
la transposition des analyses en exigences dans
le cahier des charges.
Une façon de réduire ces pertes consiste à faire
prendre conscience aux différents acteurs que
leur problème n’est pas unique, à les confronter à
des situations réelles et à favoriser l’émergence
d’une représentation commune du projet.
4. Le suivi du projet
À chaque étape du projet, il convient de vérifier
que la prévention des risques est bien intégrée à
la démarche de conception.
On s’attachera surtout à :
vérifier que les objectifs définis en termes de
prévention sont atteints ;
contrôler que les moyens définis au départ ont
bien été mis en œuvre ;
s’assurer que les solutions en matière d’espaces, de matériels, d’ambiances, d’organisation
et de formation garantissent la prise en compte de
la prévention.
Cette phase d’évaluation continue doit être
prévue dès le début, dans le déroulement du
projet [63].
Annexes
95
Annexe 2. Interventions de maintenance
Toute intervention d’une entreprise extérieure
dans le laboratoire nécessite d’établir un plan de
prévention. Le responsable du laboratoire et le
chef de l’entreprise extérieure doivent procéder
ensemble à une évaluation de tous les risques
présents lors de l’intervention (article R. 237-7 du
code du travail). À l’issue de cette analyse, un
plan de prévention sera rédigé s’il est mis en
évidence, entre autres, une exposition des salariés extérieurs à des risques biologiques [64].
Ce plan précisera les mesures de prévention,
de formation et d’information à mettre en place
pour les salariés.
Ainsi, avant toute intervention, les salariés
doivent être en mesure de connaître les dangers
auxquels ils sont exposés et les mesures de
prévention qu’ils doivent suivre.
1. Maintenance du matériel
Tout matériel entré en contact avec des produits
susceptibles de contenir des agents biologiques
pathogènes doit être nettoyé et désinfecté avant
l’intervention du personnel de maintenance.
« Les appareils doivent être périodiquement et
efficacement inspectés, nettoyés, entretenus et
vérifiés selon la procédure en vigueur. L’ensemble
de ces opérations ainsi que les visites d’entretien
et de réparation du constructeur ou de l’organisme
96
Annexes
de maintenance doivent être consignées par écrit
dans un registre de maintenance affecté à chaque
appareil » (arrêté du 26 novembre 1999 [11]). Le
personnel de maintenance doit pouvoir s’assurer
que les opérations de décontamination ont bien
été effectuées avant son intervention, en consultant le registre de maintenance.
Ces opérations de décontamination doivent être
effectuées avant la sortie des appareils du laboratoire). De plus, le responsable du laboratoire doit
communiquer aux intervenants de maintenance
un document attestant de la décontamination [8].
2. Maintenance des locaux
Dès la conception des locaux, il faut tenir compte
des opérations de maintenance et garantir
la sécurité des opérateurs qui les effectueront.
Cela donnera lieu à la rédaction d’un dossier d’intervention ultérieur sur l’ouvrage (DIUO) établi par
le coordinateur SPS (sécurité et protection de la
santé) sous la responsabilité du maître d’ouvrage
de la réalisation du bâtiment [25].
Pour faciliter les opérations de maintenance, il est
important de prévoir :
une accessibilité aux ouvrages (trappes de visites
des réseaux aérauliques, armoires électriques,
câbles, fluides…) ;
des procédures de nettoyage et de décontamination.
Annexe 3. Travail assis dans les laboratoires
1. Généralités
exige de la précision et une attention soutenue.
Les positions de travail (ou postures) d’un opérateur représentent un compromis entre plusieurs
éléments :
ce qu’il fait : les caractéristiques des activités
ainsi que les conditions matérielles et organisationnelles (durée, fréquence, délais…) qui lui sont
imposées pour les réaliser ;
ce qu’il est : anthropométrie, santé (acuité
visuelle…), âge, formation, perception du risque…
Une posture de travail assise adéquate nécessite :
un siège réglable en hauteur (assise entre 420 et
510 mm), avec un dossier réglable en hauteur et en
inclinaison. Le piétement du siège comprend cinq
branches pour assurer une bonne stabilité [66] ;
un espace sous le PSM suffisant pour placer les
jambes ;
si possible, une paillasse juxtaposée au PSM,
notamment pour déposer le matériel nécessaire
aux manipulations et prendre des notes. Il est
conseillé d’implanter cette paillasse à une hauteur
identique à celle du plan de travail du PSM.
Ce compromis permet la bonne réalisation du
travail, mais peut aussi entraîner des problèmes
de santé pouvant, avec la répétition, dépasser la
seule fatigue récupérable et s’installer en douleurs chroniques voire aiguës (lombalgie, troubles
musculosquelettiques par exemple). C’est ainsi
que la position assise prolongée est à proscrire,
parce qu’elle peut engendrer de nombreux
troubles physiques.
La norme NF EN ISO 14738 (mai 2003) [65], qui se
fonde sur les connaissances ergonomiques et les
mesures anthropométriques actuelles, est importante pour la conception des postes de travail.
Elle donne des indications notamment sur :
- la hauteur de travail = la hauteur des mains
en position de travail
- la hauteur du plan de travail = la hauteur du
niveau d’appui des bras
Compte tenu des exigences du travail, notamment
la coordination précise du travail manuel (maintien du bras) associée à une surveillance visuelle
(qui affecte la position et le mouvement de la tête
et du corps), la hauteur de travail pourra être
supérieure à la hauteur du coude, avec la possibilité d’un plan de travail élevé ;
la position assise : « un espace suffisant doit
être prévu pour la liberté du mouvement du corps,
particulièrement pour les jambes et les pieds. »
« En pratique, un plan de travail de 30 mm d’épaisseur constitue bien souvent un compromis acceptable entre la nécessité d’espace et les caractéristiques de résistance. » (voir figures 72 et 73)
2. Travail sous postes de sécurité
microbiologique
L’opérateur doit être assis de manière confortable
et efficace, étant donné que le travail sous PSM
De plus, le travail sous PSM réclame :
un éclairage suffisant pour les tâches qui exigent
une bonne visibilité et de la précision (il convient
que l’intensité lumineuse mesurée au niveau de la
surface de travail soit d’au moins 750 lux [67] ) ;
une hauteur de la vitre frontale permettant une
bonne visibilité à l’intérieur du PSM ;
un réglage de l’ouverture verticale de la vitre
facilitant les gestes de l’opérateur ;
un niveau de bruit le plus bas possible pour
réduire la fatigue et faciliter les échanges avec les
autres collègues qui travaillent dans cette salle.
3. Travail au microscope
Pour éviter les TMS20 souvent observées à ce
poste, le travail sous loupe binoculaire ou microscope nécessite une position assise confortable,
un éclairage adapté ainsi qu’un espace pour le
matériel nécessaire et la prise de notes (avec
parfois un écran-clavier à proximité). Ainsi, il est
recommandé de prévoir :
un plan de travail de couleur sombre et mat
(pour éviter la réverbération et faciliter l’évaluation des couleurs des préparations), réglable en
hauteur selon les caractéristiques des appareils ;
des appui-bras rembourrés, surtout quand le
temps passé au microscope est important ;
un siège réglable en hauteur (assise entre 420
et 510 mm), avec un dossier réglable en hauteur et
en inclinaison. Le piétement du siège comprend
cinq branches pour assurer une bonne stabilité [66].
Pour un travail sur ordinateur associé aux observations microscopiques, des aménagements supplémentaires peuvent être envisagés. Par exemple,
20. TMS : troubles musculosquelettiques.
Annexes
97
1 170 mm
480 mm
415 mm
170 mm
290 mm
60°
Réglable :
max : 820 mm
min : 495 mm
Non réglable :
720 mm
1 060 mm
max : 905 mm
min : 745 mm
285 mm
547 mm
max : 535 mm
min : 210 mm
882 mm
Figures 72 et 73. Positions assises tenant compte des connaissances ergonomiques.
l’écran et le clavier peuvent être disposés sur des
supports munis de bras articulés (permettant une
disposition pour droitiers ou gauchers).
4. Travail à la paillasse
La hauteur de paillasse doit être adaptée au type
de manipulation (il est possible de choisir des
paillasses à hauteur variable). L’implantation d’un
appareil haut nécessite une paillasse basse afin de
travailler « à hauteur », pour un accès plus aisé et
pour limiter les risques d’accident (voir figure 74).
Il est souhaitable d’envisager des paillasses
capables de s’adapter à l’évolution des techniques
et des matériels.
98
Annexes
Les activités réalisées à la paillasse lors, notamment, de la préparation des échantillons, des
analyses manuelles, des prises de notes, du travail
sur automate (implanté sur paillasse) doivent
pouvoir être réalisées en position assise. Mais
compte tenu des hauteurs de certaines paillasses
(900 mm [32] à 1060 mm [65]), de la fréquence des
déplacements ou des exigences des tâches, les
opérateurs peuvent travailler debout ou sur un
siège à assise surélevée (voir figure 73). Les
sièges à assise supérieure à 650 mm ne doivent
pas avoir de piètement à roulettes à moins qu’ils
ne soient munis d’un frein activé lors de la montée
de l’opérateur. De plus, du fait de la polyvalence
des opérateurs, le siège doit être muni de différents réglages [66].
5. Travail de tri des échantillons
Dans la salle de tri des échantillons, l’étiquetage,
le traitement et le conditionnement des
échantillons ainsi que l’enregistrement sur écranclavier sont des activités délicates nécessitant
une attention soutenue pour limiter le risque
d’erreur. De ce fait, ces activités devront être
réalisées en position assise avec un siège réglable
et un éclairage adapté au travail.
© Vincent Grémillet pour l’INRS
6. Travail avec écran-clavier-imprimante
Figure 74. La hauteur de paillasse doit être adaptée aux
automates devant rester accessibles au personnel.
Le travail sur automates doit pouvoir être réalisé
en position assise. Ceci nécessite, au moment du
choix de l’automate et de son implantation, de prévoir un emplacement pour les jambes, un espace à
proximité pour écrire et installer une imprimante,
un accès aisé aux résultats qui sortent de l’imprimante (éviter que le papier encombre le sol).
Compte tenu de l’évolution du métier, où l’informatique prend une place de plus en plus importante,
le temps passé au travail avec écran-clavier-imprimante est en constante augmentation. De ce fait,
le personnel doit être assis de manière confortable
et efficace. Il convient donc de prévoir :
un siège réglable en hauteur (assise entre 420 et
510 mm), avec un dossier réglable en hauteur et en
inclinaison. Le piétement du siège comprend cinq
branches pour assurer une bonne stabilité [66] ;
un plan de travail assis d’une hauteur recommandée de 720 mm [65] ;
l’implantation des écrans perpendiculairement
aux fenêtres, dans une zone où l’opérateur n’est
pas gêné par les reflets de la lumière naturelle ou
de la lumières zénithale artificielle [47, 48] ;
une zone de circulation suffisante pour accéder
à son poste, aux éléments de rangement et aux
autres plans de travail. Prévoir une largeur de
passage de 80 cm (et de 1,20 m derrière un
bureau occupé) [68] ;
un éclairage de 500 lux.
Par ailleurs, une adaptation possible de logiciel
peut rendre une lecture facile (par exemple, des
caractères plus gros) et avec des repères visuels
permettant d’identifier rapidement une anomalie
(par exemple, une couleur différente pour des
valeurs anormales).
Annexes
99
Annexe 4. Comparatif des revêtements des surfaces
CARRELAGE
DALLE DE GRÈS
Caractéristiques
grès cérame vitrifié, grès étiré vitrifié
grès naturel vitrifié
Description
revêtement surfacique de 8 mm en carreaux
de grès vitrifié
dalle autoportante de 20 à 30 mm en grès
+ vitrification
Largeurs
900 à 600 mm
max. 1 800 mm
Profondeurs
600 à 750 mm
Dimensions unitaires
max. 900 mm
(1)
de 22 mm contrebalancé
Pose
collé sur support CTBH
Traitement des bordures
bordures de protection PVC (2)
bordures moulurées PPE (3)
Jointoiement
résines époxy antiacides
résines époxy antiacides
Coloris
multiples
blanc ou gris
Entretien
tout type de produits
tout type de produits
Interventions ultérieures
non aisées
non aisées
Avantages
imputrescible, inaltérable, ininflammable,
résiste aux acides et aux bases
imputrescible, inaltérable, ininflammable,
résiste aux acides et aux bases
Inconvénients
les joints, la rigidité, la fragilité des arêtes,
la vulnérabilité aux chocs
les joints, la rigidité, la fragilité des arêtes,
la vulnérabilité aux chocs
correcte à bonne
bonne
correcte pour usage modéré
bonne
bonne
bonne
bonne
bonne
correcte pour usage modéré
bonne
très bonne
très bonne
très bonne
très bonne
Résistance à altération sous l’effet de
la chaleur (température max. 180 °C) (5)
très bonne
très bonne
Stabilité de la teinte à la lumière (5)
très bonne
très bonne
Résistance à la craquelure (fissuration) (5)
très bonne
très bonne
autoportante
Propriétés mécaniques
Résistance mécanique (4)
Résistance aux chocs
(5)
Résistance à la rayure (5)
Résistance à l’abrasion
(5)
Résistance à la vapeur d’eau
(5)
Résistance thermique superficielle à 180 °C (6)
Résistance à la brûlure de cigarette
(5)
Propriétés optiques
Réaction au feu
(7)
M0
(8)
M0
bonne
bonne
Résistance aux acides
très bonne
très bonne
Résistance aux bases
très bonne
très bonne
Résistance aux sels
très bonne à bonne
très bonne à bonne
Résistance aux produits organiques
très bonne à bonne
très bonne à bonne
Résistance aux solvants
très bonne
très bonne
Résistance aux colorants biologiques
très bonne à bonne
très bonne à bonne
Résistance à la plupart des détergents classiques
très bonne
très bonne
Résistance aux taches (huile à 150 °C,
caramel à 180 °C, eau de javel à 47 °/50 °, acide
citrique à 10 %) (5)
Résistance aux produits de laboratoire
(1) CTBH = panneau aggloméré résistant à l’humidité. (2) PVC = polyvinyl chloride. (3) PPE = copolymère de polyéthylène et polypropylène. (4) Norme ISO 178. Plastiques – Détermination des propriétés
en flexion. (5) Norme NF EN 438-2. Stratifiés décoratifs haute pression (HPL) – Plaques à base de résines thermodurcissables (communément appelées stratifiés) – Partie 2 : détermination des caratéristiques.
(6) Norme DIN 52612. Essais des matériaux d’isolation thermique.
100
Annexes
de travail
RÉSINE POLYESTER
RÉSINE ACRYLIQUE
verre trempé émaillé sur une face (face du dessous)
polymère de résine polyester non saturée
+ charges minérales
polymère de résine acrylique + charges minérales
revêtement surfacique de 6 à 8 mm en volume de
glace émaillée
panneau stratifié à base de résine polyester
de 13 mm d’épaisseur avec Gelcoat de finition
élément thermoformé à base de résine acrylique de
13 mm d’épaisseur avec Gelcoat de finition
max 1 800 mm
3 050 mm
3 000 à 3 600 mm
max 900 mm
915 mm
915 mm
collée sur support CTBH de 22 mm contrebalancé
montée sur contrebalancement en bois de 25 mm,
soit épaisseur totale de 38 mm
montée sur contrebalancement en bois de 25 mm,
soit épaisseur totale de 38 mm
chant de protection PVC de 3 mm
divers types de bordures et de dosserets
divers types de bordures et de dosserets
silicone antiacides
aucun
aucun
blanc en sous face
multiples
multiples
détergents, désinfectants, eau de javel
détergents, désinfectants, eau de javel
détergents, désinfectants, eau de javel
non aisées
aisées
aisées
imperméable, imputrescible, résistant
aux produits chimiques sauf acides fluorhydrique
et phosphorique
absence de joints, surface lisse et uniforme
(évitant les rétentions d’eau), résistant aux chocs
et aux rayures, porosité nulle, réistance aux acides,
à la chaleur, à l’iode, indéformable et réparable
absence de joints, surface lisse et uniforme
(évitant les rétentions d’eau), résistant aux chocs
et aux rayures, porosité nulle, résistance aux acides,
à la chaleur, à l’iode, indéformable et réparable
craint les chocs
craint les abrasifs
craint les abrasifs
bonne
très bonne
très bonne
correcte pour usage modéré
bonne
bonne
bonne
insuffisante, réparable
insuffisante, réparable
bonne
insuffisante, réparable
insuffisante, réparable
bonne
très bonne
très bonne
très bonne
nc (9)
insuffisante à correcte pour usage modéré, réparable
très bonne
insuffisante, réparable
insuffisante à correcte pour usage modéré, réparable
bonne
insuffisante, réparable
insuffisante à correcte pour usage modéré, réparable
très bonne
bonne
bonne
très bonne
très bonne
très bonne
M0
nc
M2 (10)
très bonne
correcte pour usage modéré
correcte pour usage modéré
insuffisante
bonne
bonne
très bonne
bonne
bonne
très bonne
correcte à bonne
correcte à bonne
très bonne
correcte à bonne
correcte à bonne
très bonne
insuffisante à correcte pour usage modéré, réparable
insuffisante à correcte pour usage modéré, réparable
très bonne
insuffisante à correcte pour usage modéré, réparable
insuffisante à correcte pour usage modéré, réparable
très bonne
insuffisante à correcte pour usage modéré, réparable
insuffisante à correcte pour usage modéré, réparable
(7) Norme NF P92-507. Sécurité contre l’incendie – Bâtiment – Matériaux d’aménagement – Classement selon leur réaction au feu. (8) M0 = incombustible ou très peu combustible (arrêté du 30 juin 1983
modifié relatif à la classification des matériaux de construction et d’aménagement selon leur réaction au feu et définition des méthodes d’essais). (9) nc = non connu. (10) M2 = difficilement inflammable
(arrêté du 30 juin 1983 modifié relatif à la classification des matériaux de construction et d’aménagement selon leur réaction au feu et définition des méthodes d’essais).
Annexes
101
Analyse comparative effectuée par Olivier Issenlor, ingénieur de l’École nationale supérieure des arts et industries de Strasbourg, responsable d’affaires au sein d’un cabinet d’ingénierie conseil.
GLACE ÉMAILLÉE
POLYPROPYLÈNE
Caractéristiques
STRATIFIÉ
panneau composite avec finition décorative intégrée à
base de papier imprégné de mélamine
revêtement surfacique de 8 mm
Description
panneau autoportant, plan décoratif de 6 à 20 mm à base
de résine thermodurcissable renforcée par des fibres
cellulosiques sous haute pression à haute température
Dimensions unitaires
3 000 mm
Largeurs
1 500 mm
Profondeurs
(1)
Pose
collé sur support CTBH
Traitement des bordures
bordures de protection en PPH (2) (ou PPE (3))
angles droits ou arrondis, ou bordures moulurées PPE
Jointoiement
soudure des joints en PPE
silicone antiacides
de 22mm contrebalancé
autoportante
Coloris
Entretien
acétone
Interventions ultérieures
aisées
aisées
Avantages
excellente résistance aux acides, alcools,
bases, huiles minérales
résistance à la rayure, l’abrasion, l’humidité, aux produits
chimiques, aux chocs
Inconvénients
mauvaise résistance aux produits halogénés,
agents oxydants, hydrocarbones aromatiques et
aux radiations (UV notamment)
température max. d’utilisation = 135 °C
température min. d’utilisation = 0 °C
craint l’amoniaque (réaction avec les fibres cellulosiques)
bonne
bonne
correcte à bonne
bonne
insuffisante
correcte à bonne selon coloris
insuffisante
insuffisante à correcte selon coloris
très bonne
bonne
mauvaise
correcte à bonne
mauvaise
insuffisante à correcte
Résistance à altération sous l’effet de
la chaleur (température maxi 180 °C) (5)
mauvaise
insuffisante à correcte
Stabilité de la teinte à la lumière (5)
insuffisante
bonne
Résistance à la craquelure (fissuration) (5)
bonne
bonne
Propriétés mécaniques
Résistance mécanique (4)
Résistance aux chocs
(5)
Résistance à la rayure (5)
Résistance à l’abrasion
(5)
Résistance à la vapeur d’eau (5)
Résistance thermique superficielle à 180 °C
(6)
Résistance à la brûlure de cigarette (5)
Propriétés optiques
Réaction au feu
(7)
Résistance aux taches (huile à 150 °C,
caramel à 180 °C, eau de javel à 47 °/50 °,
acide citrique à 10 %) (5)
nc
(8)
M2 (9)
insuffisante
bonne
Résistance aux acides
bonne
bonne
Résistance aux bases
bonne
bonne
Résistance aux sels
nc
insuffisante
Résistance aux produits organiques
correcte pour usage modéré
bonne
Résistance aux solvants
correcte pour usage modéré
bonne
Résistance aux colorants biologiques
insuffisante à correcte
correcte à bonne
Résistance à la plupart des détergents classiques
correcte à bonne
bonne
Résistance aux produits de laboratoire
(1) CTBH = panneau aggloméré résistant à l’humidité. (2) PPH = polypropylène homopolymère. (3) PPE = copolymère de polyéthylène et polypropylène. (4) Norme ISO 178. Plastiques – Détermination des
propriétés en flexion. (5) Norme NF EN 438-2. Stratifiés décoratifs haute pression (HPL) – Plaques à base de résines thermodurcissables (communément appelées stratifiés) – Partie 2 : détermination des
caratéristiques. (6) Norme DIN 52612. Essais des matériaux d’isolation thermique.
102
Annexes
POSTFORMÉ
ACIER INOXYDABLE
VERRE CRISTALLISÉ
LAVE ÉMAILLÉE
panneau composite avec finition décorative,
bois imprégné de mélamine
alliage de carbone, acier, chrome,
manganèse et nickel
verre de nature vitrocéramique
roche naturelle, extraite, débitée
en tranches et émaillée
panneau autoportant plan à base de résine
phénolynique renforcé par 3 feuilles de papier
kraft avec finition bois mélaminé
plaque d’acier inox 18/10
de 15/10e d’épaisseur
volume de verre cristallisé au quartz
de 4 mm d’épaisseur
autoportante
1 800/600 mm et 1 500/750 mm
illimité
autoportante
collé sur panneau CTBH de 25 mm
contrebalancé
collé sur panneau CTBH de 22 mm
autoportante
angles droits ou arrondis, ou bordures moulurées PPE
bordures tombées ou moulurées
bordures de protection PVC
bordures arrondies
silicone antiacides
opaque, blanc ou noir
acétone
non aisées
non aisées
non aisées
imperméable, résistant aux chocs
stabilité thermique
ingélif, résistance aux chocs, à la
chaleur, aux produits chimiques...
craint l’amoniaque (réaction avec les fibres
cellulosiques), sensible aux rayures et abrasifs,
risque de décollement de la finition
sensible aux rayures et abrasifs,
résiste moyennement aux acides et
à l’eau de javel
sensibilité aux chocs
poids, sensible aux chocs,
tressaillage de l’émail
bonne
bonne
bonne
très bonne
insuffisante à correcte
très bonne
correcte pour usage modéré
correcte pour usage modéré
plutôt mauvaise
plutôt mauvaise
correcte pour usage modéré
bonne
plutôt mauvaise
plutôt mauvaise
bonne
bonne
correcte pour usage modéré
très bonne
très bonne
bonne
correcte pour usage modéré
très bonne
très bonne
très bonne
insuffisante à correcte
très bonne
très bonne
très bonne
insuffisante à correcte
très bonne
très bonne
très bonne
correcte pour usage modéré
très bonne
très bonne
très bonne
correcte pour usage modéré
très bonne
très bonne
insuffisante
aisées
(10)
nc
M0
M0
M0
correcte à bonne
insuffisante (eau de javel)
très bonne
correcte pour usage modéré
bonne
correcte pour usage modéré
insuffisante à correcte
très bonne
bonne
bonne
très bonne
très bonne
insuffisante
bonne
nc
très bonne
nc
bonne
très bonne
très bonne
bonne
bonne
très bonne
très bonne
correcte à bonne
bonne
très bonne
insuffisante à correcte
nc
bonne
très bonne
très bonne
(7) Norme NF P92-507. Sécurité contre l’incendie – Bâtiment – Matériaux d’aménagement – Classement selon leur réaction au feu. (8) nc = non connu. (9) M2 = difficilement inflammable (arrêté du 30 juin
1983 modifié relatif à la classification des matériaux de construction et d’aménagement selon leur réaction au feu et définition des méthodes d’essais). (10) M0 = incombustible ou très peu combustible
(arrêté du 30 juin 1983 modifié relatif à la classification des matériaux de construction et d’aménagement selon leur réaction au feu et définition des méthodes d’essais).
Annexes
103
Annexe 5. Les EPI contre les risques biologiques
Les équipements de protection individuelle (EPI)
sont destinés à protéger contre un ou plusieurs
risque(s) au poste de travail. Cette mesure de prévention ne peut être envisagée que lorsque toutes
les autres mesures d’élimination ou de réduction
des risques s’avèrent insuffisantes ou impossibles à
mettre en œuvre. La mise en place de protections
collectives est toujours préférable.
L’utilisation des EPI est soumise à des dispositions
réglementaires dont les principes essentiels sont
les suivants :
fourniture gratuite et maintien en bon état par
l’employeur ;
EPI appropriés au risque, adaptés à l’utilisateur
et à usage personnel ;
EPI conformes aux exigences de la réglementation,
c’est-à-dire portant le marquage CE ;
information et formation des utilisateurs à
l’utilisation des EPI.
En laboratoire d’analyses de biologie médicale, le
personnel potentiellement exposé à des agents
biologiques doit porter des EPI appropriés aux
risques identifiés à chaque poste.
chimiques. Dans les essais normalisés (NF EN 374),
on évalue non seulement l’étanchéité du gant mais
aussi la résistance du matériau à des produits
chimiques. Il convient donc de s’assurer auprès du
fournisseur contre quels produits chimiques le gant a
été testé. Ces informations se trouvent aussi dans la
notice d’utilisation. Le numéro de la norme et le
pictogramme sont portés sur l’emballage [70].
Dans tous les cas, il convient de ne mettre des
gants que sur des mains propres et sèches et de
changer fréquemment de gants.
3. La protection des yeux et du visage
S’il existe un risque de projection de produits
biologiques, il est nécessaire de protéger les yeux
et le visage [71]. Plusieurs solutions sont possibles :
lunettes de protection (norme NF EN 166) +
masque médical (norme NF EN 14683) ;
masque médical muni d’une visière ;
écran facial (norme NF EN 166).
4. Les appareils de protection respiratoire
1. Les vêtements de protection
La blouse est un vêtement de protection dont le tissu
doit s’opposer à la pénétration de gouttelettes ou de
particules potentiellement contaminés par des agents
biologiques. Pour les personnes travaillant près d’une
source d’inflammation (bec Bunsen), les blouses
doivent en outre être difficilement inflammables.
Les blouses doivent recouvrir les cuisses en position
assise et être portées complètement fermées.
2. Les gants de protection
Les gants de protection contre les micro-organismes
sont l’objet de la norme NF EN 374. Lors de l’essai
normalisé, on évalue leur étanchéité. Le numéro de la
norme et le pictogramme symbole de cette protection
figurent sur l’emballage des gants [69].
S’il y a risque de contact avec des produits
chimiques, il faut choisir des gants de protection
contre les risques chimiques adaptés à ces produits
104
Annexes
S’il existe un risque d’exposition à des aérosols
qui ne peut être évité par le travail sous PSM, un
appareil de protection respiratoire filtrant contre
les particules FFP2 peut être recommandé, comme
par exemple pour un déplacement dans le laboratoire, lorsqu’il y a un risque de bris accidentel d’un
milieu de culture liquide contenant des agents
transmissibles par voie aérienne [55].
Attention : les appareils filtrants contre les particules ne protègent pas contre les gaz et les
vapeurs, comme par exemple le formol. Dans ce cas
précis, il convient de porter un masque filtrant muni
d’un filtre de type BP [54].
Les EPI adéquats doivent être mis à disposition
soit au poste de travail, soit avant d’entrer dans la
pièce technique. Après utilisation, les EPI réutilisables sont nettoyés et décontaminés avant
d’être placés dans un rangement propre et facilement accessible. Les EPI à usage unique doivent
suivre la filière d’élimination spécifique au risque,
c’est-à-dire la filière DASRI pour les EPI contaminés par des agents biologiques.
Annexe 6. Travail sous PSM
Les postes de sécurité microbiologique (PSM)
sont des enceintes ventilées destinées à confiner
les aérosols susceptibles de contenir des agents
biologiques pathogènes et protéger le manipulateur (voies respiratoires, yeux, visage) et l’environnement [17].
Description des PSM
Les PSM de type I sont des enceintes ventilées
partiellement ouvertes sur le devant (voir figure 75).
L’air du laboratoire est aspiré à travers l’ouverture
et traverse le volume de travail. Il est ensuite extrait
après filtration à très haute efficacité. L’écoulement
d’air entrant s’oppose à la sortie des polluants,
protégeant ainsi l’opérateur mais pas le produit.
Figure 76. PSM de type II.
Le volume de travail des PSM du type III est en
dépression et ne comporte pas d’ouverture directe
vers le laboratoire. L’accès à l’enceinte est assuré par
deux manchons souples terminés par des gants (voir
figure 77). L’air aspiré dans le laboratoire traverse un
filtre à très haute efficacité, circule dans le volume de
travail puis est extrait après une nouvelle filtration à
très haute efficacité. L’absence d’ouverture directe
assure un haut niveau de protection de l’opérateur.
Figure 75. PSM de type I.
les PSM de type II, l’air du laboratoire est
aspiré par l’ouverture du PSM et passe sous le
plan de travail par des orifices placés près de
l’ouverture (voir figure 76). Cette aspiration empêche
la sortie des polluants vers l’opérateur. L’air passant sous le poste de travail est aspiré derrière
l’enceinte vers le haut du PSM. Une partie de cet
air est rejetée, après filtration à très haute efficacité, à l’extérieur du bâtiment ou dans le laboratoire (recyclage). L’autre partie de l’air aspiré est
soufflée verticalement dans l’enceinte après filtration à très haute efficacité. Le flux unidirectionnel
vertical limite la contamination croisée des produits
manipulés dans le PSM et leur contamination par
les polluants présents dans l’air du laboratoire.
Dans
Figure 77. PSM de type III.
Annexes
105
Les PSM du type I, II, III sont définis par la norme
européenne EN 12469 adoptée en 2000. La
marque NF-PSM s’applique uniquement aux PSM
de type II. Sa présence constitue pour l’acheteur et
l’utilisateur l’assurance de la conformité aux spécifications de la norme EN 12469 et aux exigences
complémentaires du règlement de la marque.
Quelle tenue de travail porter ?
Les PSM protègent les utilisateurs contre l’inhalation des micro-organismes pathogènes et les
projections au niveau des yeux et du visage. Cela
ne dispense pas les utilisateurs de PSM de porter
des tenues de protection (blouses, gants,
lunettes, masques…) adaptées aux risques
évalués. Dans tous les cas, le port de gants de
protection et d’une blouse à manches longues
est indispensable pour protéger l’opérateur
d’éventuelles contaminations cutanées.
Comment débuter le travail sous PSM ?
Si le PSM a été préalablement arrêté, il est impératif, avant toute utilisation, de mettre la ventilation en marche normale pendant une quinzaine de
minutes ou jusqu’à l’indication des témoins de
bon fonctionnement, puis de décontaminer la
surface de travail avec un produit validé et compatible avec les matériaux du PSM.
Comment travailler sous PSM ?
Pour éviter toute perturbation néfaste au fonctionnement du PSM, il est fortement conseillé de :
placer les produits dangereux le plus loin
possible de l’ouverture, sans que cela oblige
l’opérateur à se pencher au-dessus de l’aspiration
d’air qui serait alors perturbée ;
réduire au maximum l’encombrement du plan
de travail interne du PSM, se limiter au matériel
indispensable à la manipulation ;
travailler autant que possible dans le milieu de
la largeur du PSM ;
ne pas travailler à deux sur les PSM à ouverture
frontale ;
ne pas effectuer de gestes et mouvements
rapides ;
éviter les courants d’air ambiants du laboratoire qui risquent de perturber l’écoulement d’air
entrant par l’ouverture des PSM de type I ou II ;
ne pas introduire de sources de chaleur importantes (par exemple, un bec Bunsen) qui perturbent
le flux laminaire et risquent de dégrader le ou
les filtres.
106
Annexes
Que faire avant de quitter un PSM ?
Après avoir retiré le matériel présent dans le PSM :
nettoyer puis désinfecter la surface de travail et
sa cuve de rétention. Le choix du décontaminant
et de sa concentration est fonction des produits
manipulés ;
laisser le PSM en fonctionnement normal ou,
s’il est nécessaire de l’arrêter, obturer complètement l’ouverture frontale. Le régime de fonctionnement dit « veille » est à proscrire.
Décontamination des PSM
Afin de préserver la santé des intervenants et des
utilisateurs, il est nécessaire de procéder à une
décontamination du PSM, notamment :
avant toute opération de contrôle périodique
ou de réparation nécessitant l’accès à des zones
potentiellement contaminées ;
après un renversement de produit sur des
surfaces inaccessibles ;
avant tout déplacement du poste.
Procédure à suivre pour les PSM où sont manipulés
des agents biologiques :
laisser le PSM en fonctionnement normal ;
désinfecter et évacuer le matériel présent dans
l’enceinte ;
nettoyer et désinfecter les surfaces intérieures
et accessibles (sans oublier la cuve de rétention
sous le plan de travail) ;
après avoir installé le matériel de fumigation,
isoler le volume interne du PSM en obturant
l’orifice d’extraction (par exemple à l’aide d’une
housse en plastique collée afin d’assurer
l’étanchéité) ainsi que l’ouverture frontale ;
choisir le produit de décontamination en fonction de la nature des agents biologiques (attention, certains produits comme le formaldéhyde
sont à proscrire dans le cas des prions), en tenant
compte de ses propriétés physico-chimiques ;
si des produits radioactifs ont été manipulés,
vérifier l’absence de contamination intérieure et
extérieure du poste.
Le responsable de la décontamination doit établir
un document certifiant que l’opération a été
menée à bien et autorisant les interventions
ultérieures. En l’absence d’une technique validée
pour la décontamination par fumigation des PSM
vis-à-vis des prions, les personnels devant
intervenir sur le poste devront être informés des
risques résiduels éventuels et porter des équipements de protection individuelle appropriés.
Annexe 7. Élimination des déchets
Les déchets à risques biologiques [12]
Comment
Que
Les DASRI doivent être séparés des autres
déchets dès leur production et placés dans des
emballages spécifiques répondant aux dispositions de l’arrêté du 24 novembre 2003 modifié
[35]. Si les déchets d’activités de soins et assimilés sont mélangés dans un même contenant à des
déchets non dangereux, l’ensemble est considéré
comme infectieux et éliminé en tant que DASRI.
sont les DASRI ?
Les déchets infectieux issus des activités de
diagnostic, dans les domaines de la médecine
humaine ou vétérinaire, sont considérés comme
des déchets d’activité de soins à risques infectieux (DASRI). Sont également considérés comme
DASRI, même en l’absence de risques infectieux,
les matériels et matériaux piquants ou coupants
et les déchets anatomiques humains (fragments
humains non aisément identifiables) [72].
Sont assimilés aux DASRI les déchets présentant
les caractéristiques des DASRI issus des activités
d’enseignement, de recherche, de production
industrielle. Sont également assimilés aux DASRI
les déchets infectieux issus de la thanatopraxie.
De plus, les équipements de protection individuelle non réutilisables, portés par des salariés
exposés à des agents biologiques, sont considérés comme des déchets contaminés.
Quelles
sont les filières d’élimination ?
Ces déchets doivent être soit incinérés en tant que
DASRI, soit prétraités par des appareils de désinfection validés par le Conseil supérieur d’hygiène
publique de France, de telle manière qu’ils puissent
être traités comme des déchets ménagers. Ces circuits d’élimination sont encadrés par des règles
précises d’emballage, d’entreposage, de transport,
de traitement et de traçabilité [10, 35, 41, 73].
L’autoclavage des déchets d’activité de soins à
risques infectieux et assimilés ne remplace en
aucun cas le prétraitement et encore moins
l’incinération.
L’autoclavage des déchets qui relèvent manifestement des groupes de risque infectieux 3 et 4
permet de considérer que le risque infectieux est
suffisamment diminué (sans toutefois être supprimé) pour qu’ils puissent être classés sous le
n° ONU 3291 correspondant aux déchets d’activité
de soins ayant une probabilité faible de contenir
des matières infectieuses
trier ?
Le tri des DASRI (et donc le choix de l’emballage)
se fait en fonction des propriétés physiques du
déchet : perforant, solide, mou, liquide.
Combien
de temps entreposer ?
La durée maximale d’entreposage des DASRI est
déterminée en fonction de la production du site
(voir figure 38). Celui-ci est défini comme un lieu,
relevant d’une même personne juridique, non traversé par une voie publique, où sont installées les
activités génératrices des déchets.
Les déchets à risques chimiques
Les déchets présentant des risques chimiques
doivent être :
triés selon leur compatibilité : avant de mélanger
plusieurs déchets dans un conteneur, s’assurer
qu’ils sont chimiquement compatibles ;
emballés dans des conteneurs spécifiques (résistant aux produits, intempéries, manutentions…) ;
correctement étiquetés selon les types de
dangers identifiés ;
entreposés dans les mêmes conditions que les
produits chimiques neufs.
Afin de limiter le volume de déchets à traiter,
il est important de ne pas diluer les déchets
liquides.
Les déchets à risques chimiques sont éliminés
selon la filière des déchets industriels spéciaux.
Annexes
107
Les déchets mixtes
Risques
biologiques et chimiques
Les déchets liquides pouvant présenter des
risques chimiques et biologiques, seront désinfectés chimiquement ou thermiquement, puis
évacués au titre des déchets à risque chimique. La
désinfection doit s’effectuer par une méthode
fiable et validée scientifiquement, adaptée aux
agents pathogènes susceptibles d’être présents
et respectant le temps de contact nécessaire à
une efficacité maximale.
D’autres techniques consistent à gélifier les
effluents afin de les éliminer comme DASRI
solides.
Risques
biologiques et radioactifs
Des déchets à risques infectieux et radioactifs sont
pris en charge par l’Agence nationale des déchets
radioactifs (si la période des radioéléments est
108
Annexes
supérieure à 100 jours) ou sont entreposés de
façon à permettre une décroissance radioactive
(si la période des radioéléments est inférieure à
100 jours). Dans ce dernier cas, après contrôle de
leur radioactivité, les effluents sont évacués selon
la filière des déchets infectieux.
Les déchets ménagers
Les déchets ménagers sont tous les déchets non
dangereux issus du laboratoire : papier, plastique, verre, déchets organiques. Ils sont triés et
emballés selon les dispositions spécifiques des
communes.
Les documents papiers nominatifs sont rendus
illisibles avant leur évacuation du laboratoire
(destructeur de papier).
Ces déchets sont ensuite éliminés selon la filière
des déchets ménagers.
Références
[1] Norme NF EN ISO 15189 : Laboratoires d’analyses de biologie médicale. Exigences particulières
concernant la qualité et la compétence. AFNOR, 2003.
[2] Protection des travailleurs dans les établissements qui mettent en œuvre des courants électriques.
INRS, ED 723, 2003.
[3] Prévention des incendies sur les lieux de travail. INRS, TJ 20, 2004.
[4] Manipulations dans les laboratoires de chimie. Risque et prévention. INRS, ED 953, 2005.
[5] Les rayonnements ionisants. INRS, ED 5027, 2005.
[6] Les agents biologiques. INRS, ED 117, 2004.
[7] Classement des agents biologiques. INRS, DMT 79, TO 1, 1999.
[8] Arrêté à paraître en 2007 fixant les mesures techniques de prévention, notamment de confinement,
à mettre en œuvre dans les laboratoires de recherche, d’enseignement, d’analyses, d’anatomie et
cytologie pathologiques, les salles d’autopsie et les établissements industriels et agricoles où les
travailleurs sont susceptibles d’être exposés à des agents biologiques pathogènes.
[9] « Infections virales aiguës, importées, hautement contagieuses, et leur prise en charge ». Haut
comité de la santé publique, décembre 2001.
[10] Arrêté consolidé du 25 février 2004 modifiant l’arrêté du 1er juin 2001 par les arrêtés des 8 février
2002, 5 décembre 2002, 7 juillet 2003 et 8 décembre 2003, relatif au transport des marchandises
dangereuses par route (dit arrêté ADR).
[11] Arrêté du 26 novembre 1999 relatif à la bonne exécution des analyses de biologie médicale.
[12] Déchets infectieux. Élimination des DASRI et assimilés. Prévention et réglementation. INRS,
ED 918, 2006.
[13] Décret n° 2005-840 du 20 juillet 2005 relatif à la sixième partie (« Dispositions réglementaires »)
du code de la santé publique et modifiant certaines dispositions de ce code.
[14] Norme NF EN 12464-1 : Lumière et éclairage. Éclairage des lieux de travail. Partie 1 : lieux de travail
intérieur. AFNOR, 2003.
[15] Abiteboul D., « Blood exposure data in Europe », in Occupational blood-borne infections : risk and
management. C. H. Collins, 1997.
[16] Arrêté du 4 novembre 1993 modifié relatif à la signalisation de sécurité et de santé au travail.
[17] Postes de sécurité microbiologique, postes de sécurité cytotoxique. Choix et utilisation. INRS,
ND 2201, 2003.
[18] Norme NF EN 14056 : Mobilier de laboratoire. Recommandations de conception et d’installation.
AFNOR, 2003.
[19] Norme ISO 15190 : Medical laboratories. Requirement for safety. AFNOR, 2003.
[20] Norme ISO 14644-4 : Salles propres et environnements maîtrisés apparentés. Partie 4 :
Conception, construction et mise en fonctionnement. AFNOR, 2001.
[21] Bâtiments de laboratoires. KBOB (Coordination des services fédéraux de la construction et de
l’immobilier), Suisse.
[22] Éclairage des locaux de travail. INRS, TJ I3, 2005.
[23] Lampes tungstène halogène. Risques et limites d’utilisation. INRS, ND 1888, 1992.
Références
109
[24] Décret n° 2000-1153 du 29 novembre 2000 relatif aux caractéristiques thermiques des constructions modifiant le code de la construction et de l’habitation et pris pour l’application de la loi
n° 96-1236 du 30 décembre 1996 sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie.
[25] Conception des lieux et des situations de travail. Santé et sécurité : démarches, méthodes et
connaissances techniques. INRS, ED 950, 2006.
[26] Le stockage des produits chimiques au laboratoire. INRS, ND 2105, 1999.
[27] Norme ISO 14644-4 (2001) : Salles propres et environnements maîtrisés apparentés. Partie 4 :
Conception, construction et mise en fonctionnement.
[28] Principes généraux de ventilation. INRS, ED 695, 1989.
[29] L’assainissement de l’air des locaux de travail. INRS, ED 657, 1989.
[30] Norme NF S31-080 : Bureaux et espaces associés. Niveaux et critères de performances acoustiques
par type d’espace. AFNOR, 2006.
[31] Codage couleur des tuyauteries rigides. INRS, ED 88, 2000.
[32] Norme ND EN 13150 : Paillasses de laboratoire. Dimensions, spécifications de sécurité et méthodes
d’essai. AFNOR, 2001.
[33] La conception des laboratoires de chimie. INRS, ND 2173, 2002.
[34] Principes de classement et guides officiels de la Commission de génie génétique. Ministère de
l’Aménagement du territoire et de l’Environnement et ministère de la Recherche, 2001.
[35] Arrêté du 24 novembre 2003 modifié relatif aux emballages des déchets d’activités de soins à
risques infectieux et assimilés et des pièces anatomiques d’origine humaine.
[36] Jean-Marc Gounel, « Un micro-onde explose », Bulletin de liaison des acteurs de l’hygiène, de la
sécurité et de la prévention, n° 11, juillet 2005.
[37] Manuel de sécurité biologique en laboratoire. OMS, troisième édition, 2005.
[38] Simons J. et Sotty P., Risques biologiques. Prévention en laboratoire de recherche. CNRS-INSERMINRA-Institut Pasteur, 1991.
[39] Arrêté du 15 mars 2000 modifié, relatif à l’exploitation des équipements sous pression.
[40] Arrêté du 11 décembre 2000 fixant la liste des équipements des laboratoires d’analyses de
biologie médicale nécessaires à la réalisation des examens des caractéristiques génétiques d’une
personne à des fins médicales.
[41] Arrêté du 7 septembre 1999 relatif aux modalités d’entreposage des déchets d’activités de soins à
risques infectieux et assimilés et des pièces anatomiques.
[42] Circulaire DGS/SD 7 D/DHOS/E 4 n° 2001-323 du 9 juillet 2001 relative à la gestion des effluents
d’activités de soins contaminés par des radionucléides.
[43] Norme NF EN 1127-1 : Atmosphères explosives. Prévention de l’explosion et protection contre
l’explosion. Partie 1 : notions fondamentales et méthodologie. AFNOR, 1997.
[44] Arrêté du 30 septembre 1957 relatif aux mesures de sécurité applicables aux chambres froides ou
climatisées.
[45] Norme NF X 35-102 : Conception ergonomique des espaces de travail en bureau. AFNOR, 1998.
[46] Norme NF EN 1335-1 : Mobilier de bureau. Sièges de travail de bureau. Partie 1 : dimensions.
Détermination des dimensions. AFNOR, 2000.
[47] Méthode d’implantation de postes avec écran de visualisation en secteur tertiaire. INRS, ED 51, 2004.
[48] Le travail sur écran en 50 questions. INRS, ED 923, 2004.
[49] Recommandations pour une tenue vestimentaire adaptée des personnels soignants en milieu
hospitalier. CCLIN Sud-Ouest, 1998 : disponible à l’adresse :
http://nosobase.univ-lyon1.fr/recommandations/Personnel/tenueSO.pdf.
110
Références
[50] Installations sanitaires des entreprises. INRS, TJ 11, 1999.
[51] Les entreprises de propreté. Prévention des risques. INRS, ED 963, 2005.
[52] Circulaire DGS/SD5C/DHOS/E2/DRT/CT1/CT2 n° 2004-382 du 30 juillet 2004 relative aux précautions à observer dans les services d’anatomie et de cytologie pathologiques, les salles d’autopsie,
les chambres mortuaires et les laboratoires de biologie spécialisés ATNC, vis-à-vis du risque de
transmission des agents transmissibles conventionnels (ATC) et non conventionnels (ATNC).
[53] Circulaire DGS/5C/DHOS/E2/2001/138 du 14 mars 2001 relative aux précautions à observer lors de
soins en vue de réduire les risques de transmission d’agents transmissibles non conventionnels.
[54] Les appareils de protection respiratoire. INRS, ED 98, 2002.
[55] Appareils de protection respiratoire et métiers de la santé. INRS, ED 105, 2003.
[56] Décret n° 88-280 du 24 mars 1988 pris pour l’application du 7e de l’article L. 761-11 du code de la
santé publique relatif aux conditions dans lesquelles les médecins spécialistes qualifiés en anatomie et cytologie pathologiques peuvent effectuer les actes de cette discipline en dehors des
laboratoires d’analyses de biologie médicale.
[57] Arrêté du 4 novembre 2002 fixant les procédures de décontamination et de désinfection à mettre
en œuvre pour la protection des travailleurs dans les lieux où ils sont susceptibles d’être en
contact avec des agents biologiques pathogènes pouvant être présents chez des animaux vivants
ou morts, notamment lors de l’élimination des déchets contaminés, ainsi que les mesures d’isolement applicables dans les locaux où se trouvent des animaux susceptibles d’être contaminés par
des agents biologiques des groupes 3 ou 4.
[58] Norme NF EN 10088-1 : Aciers inoxydables. Partie 1 : liste des aciers inoxydables. AFNOR, 2005.
[59] Loi n° 96-1139 du 26 décembre 1996 relative à la collecte et à l’élimination des cadavres d’animaux
et des déchets d’abattoirs et modifiant le code rural.
[60] Quelle démarche pour vos projets de conception ? INRS, DV 0329, 2004 : film de sensibilisation
de 13 min.
[61] Conception des lieux et des situations de travail. Obligations des maîtres d’ouvrage. Réglementation.
INRS, ED 773, 2006.
[62] Implantation des espaces de travail. INRS, ED 104, 2003.
[63] Démarche pour intégrer la prévention aux différentes étapes d’un projet de conception ou d’aménagement des lieux de travail. INRS, ED 937, 2005.
[64] Intervention d’entreprises extérieures. INRS, ED 941, 2005.
[65] Norme NF EN ISO 14738 : Prescriptions anthropométriques relatives à la conception des postes de
travail sur les machines. AFNOR, 2003.
[66] Les sièges de travail. INRS, ED 70, 2003.
[67] Norme NF EN 12469 : Critères de performance pour les postes de sécurité microbiologique.
AFNOR, 2000.
[68] L’aménagement des bureaux. Principales données ergonomiques. INRS, ED 23, 2003.
[69] Gants de protection pour les métiers de la santé. INRS, ED 118, 2004.
[70] Des gants contre les risques chimiques. INRS, ED 112, 2003.
[71] Les équipements de protection individuelle des yeux et du visage. INRS, ED 798, 1999.
[72] Décret n° 97-1048 du 6 novembre 1997 relatif à l’élimination des déchets d’activité de soins à
risques infectieux et assimilés et des pièces anatomiques et modifiant le code de la santé publique
(deuxième partie : Décrets en Conseil d’État).
[73] Arrêté du 7 septembre 1999 relatif au contrôle des filières d’élimination des déchets d’activité de
soins à risques infectieux et assimilés et des pièces anatomiques.
Références
111
IMPRESSION, BROCHAGE
42540 ST-JUST-LA-PENDUE
AVRIL 2007
DÉPÔT LÉGAL 2007 N° 4661
IMPRIMÉ EN FRANCE
Pour commander les films (en prêt), les brochures et les affiches de l’INRS,
adressez-vous au service prévention de votre CRAM ou CGSS.
Services prévention des CRAM
ALSACE-MOSELLE
BRETAGNE
NORD-EST
(67 Bas-Rhin)
(22 Côtes-d’Armor, 29 Finistère,
35 Ille-et-Vilaine, 56 Morbihan)
(08 Ardennes, 10 Aube, 51 Marne,
52 Haute-Marne, 54 Meurthe-et-Moselle,
55 Meuse, 88 Vosges)
14 rue Adolphe-Seyboth
BP 10392
67010 Strasbourg cedex
tél. 03 88 14 33 00
fax 03 88 23 54 13
236 rue de Châteaugiron
35030 Rennes cedex
tél. 02 99 26 74 63
fax 02 99 26 70 48
www.cram-alsace-moselle.fr
www.cram-bretagne.fr
(57 Moselle)
CENTRE
3 place du Roi-George
BP 31062
57036 Metz cedex 1
tél. 03 87 66 86 22
fax 03 87 55 98 65
(18 Cher, 28 Eure-et-Loir, 36 Indre,
37 Indre-et-Loire, 41 Loir-et-Cher, 45 Loiret)
81 à 85 rue de Metz
54073 Nancy cedex
tél. 03 83 34 49 02
fax 03 83 34 48 70
service.prevention@cram-nordest.fr
36 rue Xaintrailles
45033 Orléans cedex 1
tél. 02 38 81 50 00
fax 02 38 79 70 29
www.cram-alsace-moselle.fr
(02 Aisne, 59 Nord, 60 Oise,
62 Pas-de-Calais, 80 Somme)
prev@cram-centre.fr
11 allée Vauban
59662 Villeneuve-d’Ascq cedex
tél. 03 20 05 60 28
fax 03 20 05 63 40
CENTRE-OUEST
bedprevention@cram-nordpicardie.fr
www.cram-nordpicardie.fr
(68 Haut-Rhin)
11 avenue De-Lattre-de-Tassigny
BP 70488
68018 Colmar cedex
tél. 03 89 21 62 20
fax 03 89 21 62 21
NORD-PICARDIE
(16 Charente, 17 Charente-Maritime,
19 Corrèze, 23 Creuse, 79 Deux-Sèvres,
86 Vienne, 87 Haute-Vienne)
4 rue de la Reynie
87048 Limoges cedex
tél. 05 55 45 39 04
fax 05 55 79 00 64
NORMANDIE
(14 Calvados, 27 Eure, 50 Manche,
61 Orne, 76 Seine-Maritime)
(24 Dordogne, 33 Gironde,
40 Landes, 47 Lot-et-Garonne,
64 Pyrénées-Atlantiques)
doc.tapr@cram-centreouest.fr
Avenue du Grand-Cours, 2022 X
76028 Rouen cedex
tél. 02 35 03 58 21
fax 02 35 03 58 29
ÎLE-DE-FRANCE
catherine.lefebvre@cram-normandie.fr
dominique.morice@cram-normandie.fr
80 avenue de la Jallère
33053 Bordeaux cedex
tél. 05 56 11 64 00
fax 05 56 39 55 93
(75 Paris, 77 Seine-et-Marne,
78 Yvelines, 91 Essonne,
92 Hauts-de-Seine, 93 Seine-Saint-Denis,
94 Val-de-Marne, 95 Val-d’Oise)
documentation.prevention@cramaquitaine.fr
17-19 place de l’Argonne
75019 Paris
tél. 01 40 05 32 64
fax 01 40 05 38 84
2 place de Bretagne
44932 Nantes cedex 9
tél. 0821 100 110
fax 02 51 82 31 62
prevention.atmp@cramif.cnamts.fr
prevention@cram-pl.fr
LANGUEDOC-ROUSSILLON
RHÔNE-ALPES
(11 Aude, 30 Gard, 34 Hérault,
48 Lozère, 66 Pyrénées-Orientales)
(01 Ain, 07 Ardèche, 26 Drôme,
38 Isère, 42 Loire, 69 Rhône,
73 Savoie, 74 Haute-Savoie)
www.cram-alsace-moselle.fr
AQUITAINE
AUVERGNE
(03 Allier, 15 Cantal, 43 Haute-Loire,
63 Puy-de-Dôme)
48-50 boulevard Lafayette
63058 Clermont-Ferrand cedex 1
tél. 04 73 42 70 22
fax 04 73 42 70 15
preven.cram@wanadoo.fr
BOURGOGNE et FRANCHE-COMTÉ
(21 Côte-d’Or, 25 Doubs, 39 Jura,
58 Nièvre, 70 Haute-Saône,
71 Saône-et-Loire, 89 Yonne,
90 Territoire de Belfort)
29 cours Gambetta
34068 Montpellier cedex 2
tél. 04 67 12 95 55
fax 04 67 12 95 56
prevdoc@cram-lr.fr
PAYS DE LA LOIRE
(44 Loire-Atlantique, 49 Maine-et-Loire,
53 Mayenne, 72 Sarthe, 85 Vendée)
26 rue d’Aubigny
69436 Lyon cedex 3
tél. 04 72 91 96 96
fax 04 72 91 97 09
preventionrp@cramra.fr
MIDI-PYRÉNÉES
ZAE Cap-Nord
38 rue de Cracovie
21044 Dijon cedex
tél. 03 80 70 51 22
fax 03 80 70 51 73
(09 Ariège, 12 Aveyron, 31 Haute-Garonne,
32 Gers, 46 Lot, 65 Hautes-Pyrénées,
81 Tarn, 82 Tarn-et-Garonne)
2 rue Georges-Vivent
31065 Toulouse cedex 9
tél. 05 62 14 29 30
fax 05 62 14 26 92
SUD-EST
(04 Alpes-de-Haute-Provence,
05 Hautes-Alpes, 06 Alpes-Maritimes,
13 Bouches-du-Rhône, 2A Corse Sud,
2B Haute-Corse, 83 Var, 84 Vaucluse)
35 rue George
13386 Marseille cedex 5
tél. 04 91 85 85 36
fax 04 91 85 75 66
doc.prev@cram-mp.fr
documentation.prevention@cram-sudest.fr
Services prévention des CGSS
GUADELOUPE
GUYANE
LA RÉUNION
MARTINIQUE
Immeuble CGRR
Rue Paul-Lacavé
97110 Pointe-à-Pitre
tél. 05 90 21 46 00
fax 05 90 21 46 13
Espace Turenne Radamonthe
Route de Raban, BP 7015
97307 Cayenne cedex
tél. 05 94 29 83 04
fax 05 94 29 83 01
4 boulevard Doret
97405 Saint-Denis cedex
tél. 02 62 90 47 00
fax 02 62 90 47 01
Quartier Place-d’Armes
97210 Le Lamentin cedex 2
tél. 05 96 66 51 31
05 96 66 51 32
fax 05 96 51 81 54
lina.palmont@cgss-guadeloupe.fr
prevention@cgss-reunion.fr
prevention972@cgss-martinique.fr
Ce guide a pour but d'aider les personnes
chargées de la conception ou de la rénovation
d'un laboratoire d'analyses biologiques
à réaliser leur projet dans le respect
des mesures de prévention des risques,
plus particulièrement des risques biologiques.
Différents types de laboratoires d'analyses
biologiques sont évoqués : les laboratoires
d'analyses de biologie médicale, les cabinets
ou laboratoires effectuant des actes d'anatomie
et de cytologie pathologiques, les laboratoires
d'analyses vétérinaires et les laboratoires
d'analyses industrielles.
Ce document a été conçu comme un cahier des
charges. Il dépeint les activités des laboratoires
et décrit les fonctionnalités, les aménagements
et les exigences de conception spécifiques à
chaque pièce.
Institut national de recherche et de sécurité
pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles
30, rue Olivier-Noyer 75680 Paris cedex 14 Tél. 01 40 44 30 00
Fax 01 40 44 30 99 Internet : www.inrs.fr e-mail : info@inrs.fr
•
•
•
Édition INRS ED 999
1re édition
• avril 2007 • 3 000 ex. • ISBN 978-2-7389-1437-8
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising