de la CCMO - CCMO Mutuelle

de la CCMO - CCMO Mutuelle
Distribution nationale
N° 20 - Mars 2010
L’essentiel
produit recyclable
de la CCMO
NOUVE AU
les allergies
“La santé est un état de bien-être physique, mental et social
et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité.”
Organisation Mondiale de la Santé
Adhérents à titre particulier,
participez à la vie de votre mutuelle !
UN HOMME UNE VOIX : telle est l’une des valeurs essentielles de la mutualité et de la
CCMO en particulier. Cette possibilité donnée à chaque adhérent de s’exprimer sur la vie
de la mutuelle, ses comptes et ses orientations se fait par l’intermédiaire de délégués élus
par les adhérents à titre particulier et désignés par les adhérents à titre collectif. Les délégués
participent à l’Assemblée générale de la mutuelle qui a lieu une fois par an.
Les délégués des individuels sont élus par les adhérents du
collège des particuliers. Porte-parole et représentant des adhérents, le délégué participe à l’Assemblée générale. Il s’engage à
prendre part au débat mutualiste, en défendant les valeurs de
démocratie, de responsabilité, de solidarité, de non lucrativité,
de liberté et de respect des autres. Véritable interlocuteur privilégié des adhérents, il exprime leurs souhaits et transmet leurs
propositions.
En outre, le délégué est invité à des réunions d’information,
notamment au mois d’octobre, pour lui présenter les modifications
réglementaires et les orientations prises par le Conseil d’administration sur l’année à venir.
Etre délégué de sa mutuelle, c’est s’engager dans un mandat
bénévole au service de l’intérêt général, c’est aussi être et rester en
contact avec les adhérents. C’est peut-être cette mission qui est la
plus difficile à mener. C’est pourquoi, la CCMO a réuni une Commission des délégués individuels. Cette commission a notamment
décidé d’organiser des réunions d’information pour les adhérents
individuel afin de recueillir leurs attentes et d’élaborer une « Charte
du délégué » en vue des prochaines élections de 2011.
présent
Retenez dès à réunions
es
les dates de c nt en Picardie
ro
qui se déroule
e
in à Compiègn
ju
4
1
Beauvais
à
in
ju
5
1
16 juin à Creil
ns
16 juin à Amie
s
es et modalité
ir
ra
o
h
,
x
u
e
li
Les
niqués
seront commu
s
u
vo
s
e
u
q
ti
pra
t.
ultérieuremen
Afin que nous puissions organiser au mieux ces réunions, nous vous remercions de retourner le coupon ci-dessous.
Participez aux réunions d’information !
,
Coupon réponse à retourner à
CCMO Mutuelle – Service Instances - 6 avenue du Beauvaisis - PAE du Haut Villé - BP 50993 - 60014 Beauvais Cedex
Je souhaite participer à la réunion qui se tiendra le :
14 juin à Compiègne 15 juin à Beauvais
16 juin à Creil 16 juin à Amiens
Nom : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Prénom : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Adresse : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
CP : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Ville : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Tél : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Courriel : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ @_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Edito
2009 s’est plutôt bien terminée puisque la CCMO a dépassé
le seuil des 180 000 personnes nous faisant confiance et,
malgré la morosité ambiante, notre mutuelle a enregistré
une croissance de 7 % des personnes protégées.
L’année 2010 est, quant à elle, consacrée à l’organisation
de la mutuelle dans la perspective de 2012, où devront être
appliquées les normes de solvabilité II. Migration
informatique, écriture des procédures et mise en place du
contrôle interne, conduite du changement… Autant de
projets qui ne doivent pas nous faire oublier la croissance
indispensable pour rester un acteur santé de demain et,
avec la fin du 1er trimestre, notre activité de développement
reprend.
2010 doit voir aussi l’achèvement de la construction de
l’immeuble que nous avons entreprise dans le PAE du
Haut‑Villé à Beauvais et dans lequel seront aménagés un
restaurant mais aussi une crèche interentreprises, facilitant
ainsi l’accès au travail des salariés des entreprises
beauvaisiennes.
Par ailleurs, notre revue évolue… Nous avons intégré un
agenda social et des fiches Essentielles que vous pourrez
collectionner. Pour initier cette rubrique, nous avons choisi
d’évoquer les allergies et désormais une page recto et
verso permettra d’aborder chaque trimestre un sujet
médical différent.
Nous vous remercions par avance de nous faire part de vos
réactions et commentaires sur ce document, véritable
organe de liaison, qui est élaboré pour répondre à vos
besoins.
Guy Leriche
Christian Germain
Président
de CCMO Mutuelle
Directeur général
de CCMO Mutuelle
Sommaire
Actualités sociales
• La loi de financement
de la Sécurité sociale 2010 • Les patients en ALD menacés ?
Nouveauté CCMO
• ccmo.fr : connaître vos remboursements
au quotidien
• Nouvelle garantie de prévoyance Bloc notes • Chiffres clés • Agenda social
Solidarité et action sociale
• Agapè® au service des enfants en difficulté
Prévention et dépistage
• Dossier spécial : bien protéger sa peau
Environnement & écologie
• L’éco-contribution lors de l’achat
d’équipement électrique
> p 11-12
p7
p 8-9
p 10
• Essentiel Maladie :
les allergies
Les échos de la CCMO
• Les bonnes raisons
de faire confiance à la CCMO
• Un meilleur remboursement de vos lunettes
Vie pratique
• La télétransmission
Recette
• Cassolette de poisson au safran
Courrier des lecteurs Mots mêlés santé
Solution des mots mêlés de la page 16 : S O I S S O N S
Mots melés santé
produit
recyclable
p5
p5
p6
Fiche Essentielle
✆ 03 44 06 90 00
CCMO Mutuelle, 6 av. du Beauvaisis, PAE du Haut-Villé, BP 50993, 60014 Beauvais
Cedex / n° 20 • Revue trimestrielle • Directeur de la publication : Christian
Ger­main • Directeur de la rédaction : Elise Alphonse • Conception originale et
réalisation : Transferase, Groupe Young & Rubicam • Imprimé par Imprimerie
Houdeville, Avenue des Cencives - ZA - 60000 Tillé à 83 000 ex. • Photos : Fotolia
- Getty Images - Nathanaël Mergui • Diffusion limitée aux adhérents, bénéficiaires
et amis de CCMO Mutuelle • Toute reproduction, même partielle, doit être soumise
à l’autorisation du Directeur de la publication. Dépôt légal à parution. N° de
commission paritaire : 0610M07492. Mutuelle soumise au Livre II du Code de la
mutualité - n° 780 508 073.
p4
p4
p 13
p 13
p 14
p 14
p 15
p 15
Actualités
SOCIALES
Les grandes lignes de la loi de financement de la Sécurité
sociale 2010
La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2010 est profondément marquée par la crise et l’accroissement
du déficit du régime général à hauteur de 23,5 milliards d’euros en 2009 et 30,6 milliards en 2010. Point sur les
mesures.
Pour limiter le creusement du déficit, tout
en maintenant l’objectif de limitation de la
progression des dépenses à 3 %, le gouvernement a instauré des mesures qui
doivent permettre de réaliser 2,2 milliards d’économie grâce notamment :
• au relèvement du forfait hospitalier de
16 à 18 e,
• à l’application des nouveaux instruments de maîtrise médicalisée,
• à une meilleure maîtrise des dépenses
liées aux affections longue durée
(ALD),
• à une baisse des tarifs de certaines
spécialités (radiologie, biologie),
• à une réduction de 35 % à 15 % du taux
de remboursement de médicaments à
service médical rendu faible,
• à la lutte contre
les arrêts maladie
« injustifiés » par des
contrôles renforcés.
La loi remet en cause un
certain nombre de
niches sociales pour
consolider les ressources de la Sécurité
sociale. Des mesures
qui auront un impact
financier en 2010 :
• la taxation au premier euro des plusvalues réalisées lors de la cession de
valeurs mobilières,
• la suppression d’exonération de prélèvements sociaux dont bénéficiaient
Les patients en ALD menacés ?
La nécessité de prendre en charge les
patients ayant une maladie chronique
au traitement long (plus de 6 mois) et
coûteux remonte à 1945 avec la
création de l’Assurance de la Longue
Maladie (ALD). Aujourd’hui 30 affections sont concernées dont les critères
médicaux d’admission sont établis par
décret. A fin 2008 on estime le nombre
de personnes en ALD à 9,7 millions.
Le patient reconnu en ALD bénéficie
d’une exonération totale du ticket
modérateur pour les soins liés à l’affection. La prise en charge à 100 % par
le Régime obligatoire n’intervenant pas
sur les autres besoins de soins, la
mutuelle complémentaire reste nécessaire pour couvrir le patient.
La couverture d’une personne en ALD
est en moyenne sept fois supérieure
à celle d’une personne en dehors de
ce régime. Il n’est pas question de
supprimer aujourd’hui le principe
d’une prise en charge spécifique de
ces maladies graves mais des pistes
sont étudiées pour les couvrir
autrement.
4
Le « bouclier sanitaire » envisagé par le
gouvernement permettrait de mettre
en place un plafond des restes à charge
supportés par les assurés. En dessous
de ce plafond, les tickets modérateurs
et les participations forfaitaires resteraient à la charge de l’assuré ; au-delà,
l’Assurance maladie lui garantit une
couverture intégrale. Le bouclier
pourrait être fixé de manière uniforme
ou être modulé selon le revenu des
ménages comme dans certains pays
européens.
Une réduction ou pour le moins une
mise à jour des maladies ouvrant droit
à l’ALD est également proposée par la
Haute Autorité de Santé ainsi que la
révision du champ des soins couverts
à 100 % ou la limitation de la durée de
la prise en charge à 2 ans pour 9 ALD
et à 5 ans pour les autres.
Avant même le financement, la mise en
œuvre d’une politique ambitieuse de
prévention semble être une première
étape indispensable et pourtant actuellement oubliée comme solution pour
réduire les coûts des ALD.
certains contrats d’assurance-vie,
• le doublement des taux de contribution
sur les retraites chapeau (revenus complémentaires prévus pour certains
cadres dirigeants lors de leur cessation
d’activité),
• l’augmentation de 2 % à 4 % du forfait
social, contribution à la charge de l’employeur portant sur certains revenus
accessoires aux salaires (intéressement,
participation et épargne salariale),
• la contribution exceptionnelle de
0,94 % sur le chiffre d’affaire des organismes complémentaires pour
répondre aux besoins financiers liés à la
pandémie grippale.
En matière d’accidents du travail, un
système de bonus-malus sera instauré
en direction des entreprises pour les
inciter à mettre en place une démarche de
prévention des risques professionnels.
Enfin, pour les retraites, le système de
compensation accordé aux mères salariées du secteur privé sera modifié. La
majoration globale de 2 ans par enfant
sera maintenue, mais cette durée sera
partagée entre 4 trimestres accordés aux
mères, au titre de la grossesse et de la
maternité, et 4 trimestres supplémentaires
accordés au père ou à la mère au titre de
l’éducation de l’enfant.
Nouveauté
CCMO
www.ccmo.fr : connaître vos remboursements au quotidien
Vous vous demandez comment suivre vos remboursements en ligne ou bien comment recevoir gratuitement
dans votre messagerie électronique personnelle vos relevés de prestations ?
N’attendez plus : connectez-vous sur le site internet www.ccmo.fr !
Fidèle à ses valeurs de proximité et à son
sens du service, la CCMO vous accueille
24h/24 et 7 jours sur 7 sur son site
internet. Résolument orienté adhérent,
www.ccmo.fr vous permet d’être informé
sur l’actualité de la mutuelle et grâce à un
espace personnel sécurisé vous donne
accès à votre dossier.
Sur votre espace adhérent, vous pouvez
consulter vos relevés de prestations santé.
Facile d’accès et d’utilisation, ce service vous
permet éga­lement de recevoir votre relevé
de prestations par courrier électronique.
Vous pouvez également :
• retrouver vos garanties et les bénéficiaires couverts,
• mettre à jour votre
dossier personnel
(coordonnées personnelles et bancaires),
• parrainer en quelques clics un ou plusieurs proches, pour
recevoir jusqu’à 40 e
par filleul,
• télécharger le
magazine « L’essentiel
de la CCMO » ou
encore les guides
Essentiels.
Et parce que nous
sommes toujours au
plus près de vos préoccupations, vous pouvez
faire une demande en
ligne de devis dentaire
et de prise en charge
hospitalière.
En pratique
Comment me connecter à mon
espace adhérent ?
Rendez-vous sur www.ccmo.fr et
cliquez sur « Créer un compte ». Remplissez le formulaire de demande de code
d’accès et nous vous adresserons par
courriel vos identifiants. Pour bien
remplir le formulaire, munissez-vous de
votre carte de tiers payant.
Et si vous avez oublié vos codes d’accès,
utilisez les fonctions « J’ai oublié mes
identifiants », « j’ai oublié mon mot de
passe ».
Comment recevoir mes relevés
de prestations à chaque nouveau
remboursement par courriel ?
Rendez-vous sur votre compte
personnel de www.ccmo.fr et cliquez sur
« mon abonnement aux relevés de prestations », cochez la case correspondant à
« je souhaite recevoir mes relevés de
prestations par courriel » et indiquez
votre adresse électronique.
Nouvelle garantie de prévoyance : Pass’Sports
Si vous avez reçu en février 2010 la notice d’information Pass’Sports, vous bénéficiez alors, sans surcoût, depuis le 1er janvier 2010
d’une nouvelle garantie de prévoyance qui vous protège dans vos activités de la vie courante, sportives, culturelles ou touristiques.
Personne n’est à l’abri d’un accident grave et une bonne couverture assure alors une indemnisation dans des situations parfois
dramatiques.
La CCMO a signé un accord de partenariat avec la Mutuelle des Sportifs (MDS) pour vous assurer un complément de protection
de la vie quotidienne en cas d’accident en France ou à l’étranger.
Qui bénéficient de ces garanties ? Les adhérents individuels (et leurs bénéficiaires) à une garantie santé CCMO ayant au moins
2 ans d’ancienneté le 1er janvier de chaque année ainsi que ceux qui sont protégés par CCMO Mutuelle par le biais d’un contrat
collectif standard d’entreprise ayant également 2 ans d’ancienneté au 1er janvier de chaque année.
En pratique, si vous êtes victime d’un accident, vous devez remplir la déclaration reçue avec la notice d’information et l’adresser
à la Mutuelle des Sportifs dans les 5 jours qui suivent à l’adresse suivante :
Mutuelle des Sportifs
2-4 rue Louis David - 75782 PARIS Cedex 16.
5
Bloc Notes
a g e n d a
social
> 7 avril
Journée mondiale de la santé
> 28 avril
Journée mondiale de la sécurité et de la
santé au travail
> 3 mai
Journée du soleil
> 5 mai
Journée mondiale de l’asthme
> 19 mai
Journée mondiale de la santé buccodentaire
> 31 mai
Journée mondiale sans tabac
> Propriétaires de chiens dangereux :
un permis obligatoire
Les propriétaires de chiens d’attaque,
comme les pitbulls, ou de défense,
comme les rottweilers, doivent être
­t itulaires d’un permis de détention
depuis le 1er janvier 2010. Les mairies et
les préfectures peuvent vous renseigner,
ainsi que le site internet du ministère de
l’Intérieur : www.interieur.gouv.fr,
rubrique « à votre
service », puis « vos
d é m a rc h e s » . Le
défaut de permis de
détention est puni
de 3 mois d’emprisonnement et de
3 750 e d’amende.
> Obésité : perdre du poids dura­
blement
Maladie chronique, l’obésité touche 12 %
des français et peut provoquer des maladies comme le diabète, l’hypertension
arté­rielle et le syndrome d’apnée du
sommeil. Pour perdre du poids durablement, on peut avoir recours à la chirurgie,
un en­gagement à prendre en connaissance des causes et des conséquences,
car seule une bonne préparation garantit
les meilleures chances de réussite.
La Haute Autorité de santé (HAS) a donc
mis en ligne, sur son site Internet
www.has-sante.fr, une brochure sur la
Chiffres clés
3=
kg
temps moyen d’une consultation de
médecin spécialiste (dermatologie,
cardiologie, gynécologie, ORL. ..)
> Informer sur la qualité de vie en soins
palliatifs
Atténuer la douleur physique et psychologique des malades et de leurs familles,
telle est la gageure de la brochure « Soins
palliatifs et accompagnement » publiée
par le ministère de la Santé et l’Institut
national de prévention et d’éducation
pour la santé (Inpes). Ce livret vise à faire
évoluer les représentations entourant les
soins palliatifs trop souvent associés à la
fin de vie et répond aux premières interrogations que suscitent les soins palliatifs :
que sont-ils ? A qui s’adressent-ils ?
Quelles aides pour les proches ? Par qui et
où sont-ils dispensés ?
Cette brochure est disponible auprès des
centres de douleurs, des réseaux de soins
palliatifs et des organismes d’aide à domicile. Il est possible de
se la procurer en appelant le 0811 020 300
(prix d’un appel local)
ou en la téléchargeant
sur le site de l’Inpes :
www.inpes.sante.fr
%
: revalorisation
c’est l’augmentation du poids
moyen des Français en 12 ans
16 à 35 min
6
2,2 prise en charge chirurgicale de l’obésité.
Destiné aux patients en surpoids important, ce document très complet informe
sur les différentes techniques chirurgicales et leur efficacité, présente les
conditions pour en bénéficier et détaille
l’organisation de la prise en charge.
de l’allocation adulte handicapé
à partir d’avril 2010
2 200 e
=
montant dépensé chaque mois par une
personne âgée en maison de retraite
Solidarité &
action sociale
Aider les enfants en difficulté par l’apprentissage d’un métier
Nombre de jeunes évoluent aujourd’hui dans des structures d’accueil parce que la vie ne les a pas
épargnés. Leur avenir est parfois précaire. Alors des associations se mobilisent pour leur donner un accès
à l’apprentissage non seulement d’un métier, mais également à celui de la vie. C’est la mission du Comité
Français de Secours aux Enfants depuis 1921.
Le Comité Français de Secours aux
Enfants (CFSE) accueille en permanence
en internat une centaine d’enfants de la
DDASS qui sont placés dans ses maisons
familiales soit par le Conseil général du
département, soit par le juge des enfants.
« Là, ils sont accueillis, suivis en scolarité
et engagés dans des actions culturelles et
sportives » précise Thierry Rombout, Viceprésident du CFSE. La mission de cette
structure ne s’arrête pas à la scolarité.
« Nous mettons en place un véritable
suivi. Les jeunes bénéficient d’une
médiation via leurs éducateurs avec leurs
parents afin que le lien familial subsiste
et, si possible, soit renforcé » précise
Thierry Rombout.
Rappelons que près de 130 000 jeunes
sont aujourd’hui placés et suivis en
France dans le cadre de l’Aide Sociale à
l’Enfance, une des quatre grandes missions assurées par les départements
avec la Protection Maternelle et Infantile
(PMI), le handicap et la vieillesse avant le
cinquième risque de « dépendance ».
Pour réussir ce parcours délicat et faire
accepter aux jeunes ces différents apprentissages, il faut du temps, un personnel
compétent et dévoué, une maison chaleureuse et une ténacité sans faille. L’originalité du CFSE est de motiver et encadrer
ces garçons et filles, lorsqu’ils atteignent 16 à 21 ans, afin qu’ils accèdent à
un métier et donc à l’emploi. A ce titre, le
CFSE a créé depuis 10 ans, sous la marque
Agapè ®, différents ateliers dans des
domaines tels que les
espaces verts et les métiers
de bouche car « ces derniers
sont très sollicités et accessibles aux jeunes sans grands
savoirs fondamentaux »,
précise Hugues Renaudin,
Président du CFSE. Depuis
10 ans, plus de 300 jeunes en
réelle difficulté d’insertion
ont pu ainsi se former à ces
métiers et trouver un emploi.
Le succès rencontré par cette
approche a amené le CFSE à développer ce
concept à l’international. C’est ainsi qu’à
ce jour le CFSE a mis en œuvre la démarche
Agapè® pour les jeunes en Roumanie de
2003 à 2006, au Maroc de 2005 à 2008, au
Niger depuis 2007, et désormais au Togo
et au Burkina-Faso, jusqu’aux Comores…
Véritable structure engagée pour l’insertion de chacun, quelle que soit son
origine, le CFSE a su trouver un vrai
ressort pour que ces jeunes acquièrent
une maîtrise d’eux-mêmes et un goût
pour le travail.
Quelques chiffres
• Association 1901
• Reconnue d’utilité publique
depuis 1951
• 200 jeunes en difficulté
participent à l’opération Agapè®
• 80 salariés
• 100 bénévoles
• Activité de 4 millions d’euros
• 1 résultat équilibré
Hugues Renaudin,
Président du Comité Français
de Secours aux Enfants
CCMO : Pourquoi avez-vous choisi
d’œuvrer dans le domaine de la
formation professionnelle des jeunes ?
HR : Avant tout, pour prouver à un jeune
en le confrontant à la résistance des
matériaux et à la discipline des métiers,
qu’il a des talents et peut réussir.
Pour un jeune, la culture générale c’est
la vie. Pour la prendre à pleines mains, il
lui faut un métier. Chez Agapè®, espaces
verts, cuisine, boulangerie, la théorie est
dans la pratique, chaque jour et au plus
près de la réalité, avec le professeur
comme client. Quelle réussite de les
entendre alors s’exprimer : « Défis, c’est
mon lieu de travail », « j’ai maintenant
une passion », « je me maîtrise mieux
qu’avant », « je suis quelqu’un ».
CCMO : Pourquoi avoir initié cette
démarche Agapè® à l’international ?
HR : Parce qu’aujourd’hui il n’y a qu’une
planète, un seul développement et que
nous ne réussirons qu’ensemble. Et
parce que la France et l’Afrique sont si
proches et si lointaines à la fois.
Si vous souhaitez soutenir l’action d’Agapè® :
2, rue Jobbé Duval 75015 PARIS - Tél. : 01.44.38.11.10 - Fax : 01.44.38.11.19
Site internet : www.cfse.fr / www.agape-cfse.fr - Courriel : cfse@cfse.fr
7
Prévention
& dépistage
D O S S I E R
S P É C I A L :
Directement touchée par toutes les agressions extérieures, la peau est une barrière protectrice pour notre
organisme. Elle peut être l’objet de nombreuses atteintes directes, comme l’acné, le psoriasis ou encore
le carcinome ou le mélanome qui sont les deux principaux cancers de la peau. Elle peut être aussi le siège
d’une infection par une bactérie (impétigo, érysipèle, furoncle…), par un virus (herpès, verrue, molluscum
contagiosum), par un champignon (candidose, pityriasis versicolor…), ou encore par un parasite comme la gale
par exemple. Enfin, les atteintes de la peau peuvent constituer l’expression d’une maladie plus générale telle
que la varicelle, le zona ou les allergies.
L’AUTO EXAMEN DE LA PEAU
La peau est un organe que l’on peut examiner simplement à l’œil nu. Il est donc
facile de la regarder attentivement soimême pour y dépister un éventuel problème. S’auto-examiner, c’est apprendre à
regarder sa peau, mais aussi ses cheveux
et ses ongles pour détecter certaines
maladies le plus tôt possible. Dans deux
cas sur trois, les cancers de la peau sont
découverts par la personne elle-même.
Selon les spécialistes, il faut examiner sa
peau à partir de 40 ans, 3 ou 4 fois par an.
Comment s’y prendre ?
L’auto-examen dure une quinzaine de
minutes, et pour être le plus efficace possible, il doit être fait en compagnie d’une
autre personne (conjoint, proche…) afin
d’examiner les zones que l’on ne peut voir
soi-même (le dos, l’arrière des jambes…).
RÉU S S I R S O N AUTO E X AM E N
Vous devez vous déshabiller entièrement, dans une pièce
bien éclairée et devant un miroir.
Munissez-vous également d’un petit miroir amovible.
Commencez par
1. Le visage puis les oreilles
2. Le torse
3. Le devant des jambes
4. Levez les bras pour observer les
aisselles, le dessus des épaules,
puis les bras et avant bras (avant et
arrière)
5. Les mains, y compris les paumes
Toutes les parties du corps doivent être
regardées, y compris les plus intimes. Il
n’y a pas d’endroit non dangereux !
JOURNÉES ESSENTIELLES CCMO : JE TIENS A MA PEAU !
Acné, verrue, grain de beauté, eczéma, rides, peau fragile et sensible,
ongles jaunes ou tâchés, chute des cheveux, problème d’hygiène,
bouton disgracieux ou véritable demande esthétique… Notre peau est sujette
à mille tracasseries et nous cause parfois bien des soucis !
Comme de coutume, la CCMO consacre
chaque année ses Journées Essentielles
à un grand thème de santé. En 2010, la
mutuelle aborde la peau et la dermatologie.
En partenariat avec le Syndicat National
des Dermatologues et Vénéréologues, des
médecins dermatologues seront présents
toute la journée en agence pour vous
conseiller gratuitement, vous apporter
des informations utiles et répondre à
toutes vos interrogations.
Des posters et une large documentation
seront à la disposition de tous et le rapide
jeu quiz permettra, si vous le souhaitez,
de tester vos connaissances et de gagner
des cadeaux…
Nous vous accueillerons avec grand
plaisir de 10 h à 18 h !
Mardi 1er juin : Compiègne, Creil
Mercredi 9 juin : Beauvais, Soissons
Mercredi 16 juin : Amiens
Pour tout renseignement, contactez le 03 44 06 91 89
8
6. A
l’aide du petit miroir ou de votre
conjoint, examinez ensuite le dos,
de haut en bas et les flans
7. E
xaminez ensuite les parties intimes
8. P
uis l’arrière des jambes
9.Les pieds, les plantes et entre
chaque orteil
10.R
emontez en haut des épaules et
examinez le cou pour terminer par le
cuir chevelu.
Les anomalies qui doivent alerter
Un certain nombre d’éléments anormaux
peuvent être détectés durant cet examen.
Ils doivent alors conduire à un examen
médical.
Ces anomalies peuvent être un bouton
qui ne guérit pas, une lésion qui saigne
spontanément, même de façon peu
importante, une tache de peau sombre
qui s’agrandit. En fait, n’importe quelle
anomalie cutanée que l’on n’aurait jamais
vue avant. Par exemple, tout grain de
Prévention
& dépistage
B I E N
P R O T É G E R
S A
P E A U
beauté qui change d’apparence, de taille
ou de forme doit conduire à une consultation spécialisée.
Oser prendre sa peau en photo !
Certaines personnes présentent de très
nombreux grains de beauté sur tout le
corps. Il peut être alors plus difficile de
détecter un changement de l’un d’entre
eux. Dans ce cas-là, il peut être utile de
prendre la peau en photo, parcelle par
parcelle, méthodiquement.
Ensuite il convient de comparer sa peau
aux photos prises antérieurement, des
changements éventuels étant alors plus
facilement détectables.
Les cheveux et les ongles aussi !
Des ongles abîmés, un peu jaunes ou
tachés peuvent être le signe d’une
infection par des champignons à traiter
rapidement. De même, une dégradation
soudaine de la chevelure, une pelade ou
des taches sur le cuir chevelu peuvent
être le signe de certaines maladies
dermatologiques.
NOTRE CAPITAL SOLEIL
Les rayonnements ultraviolets (UV) sont
une composante invisible du rayonnement solaire. Ils provoquent des coups de
soleil et à plus long terme un vieillissement précoce et des cancers de la peau.
Le risque de développer un cancer de la
peau est malheureusement 10 fois plus
important aujourd’hui qu’en 1930. En
cause : nos expositions plus fréquentes
au soleil.
Nous venons tous au monde avec un
capital soleil, c’est-à-dire une capacité de
résistance et de réparation face aux
méfaits du soleil.
Plus on s’expose, plus le capital diminue
de façon irréversible. Il est donc important de le préserver dès l’enfance.
Si les UVB sont en majorité arrêtés par
l’épiderme et si les UVA pénètrent plus
directement dans les couches profondes
de la peau (le derme), les deux sont dangereux pour notre peau et provoquent
des mutations de nos gènes à l’origine de
cancers.
Connaître son phototype
Certaines cellules de notre organisme
produisent les pigments de la peau : les
grains de mélanine, capables d’arrêter
une partie des rayons du soleil.
Ainsi notre pigmentation naturelle constitue le facteur essentiel pour nous protéger contre les UV.
Les couleurs de la peau, des yeux et des
cheveux permettent de définir le phototype, qui classe les individus selon la
réaction de leur peau lors d’une exposition solaire. Les cancers de la peau prédominent chez les sujets blancs à la peau
plus claire vivant au soleil.
En France métropolitaine, c’est entre mai
et août que le rayonnement solaire est le
plus intense. Contrairement aux idées
reçues, l’intensité des UV du soleil n’est
pas liée à la sensation de chaleur et les
rayons peuvent être très forts même
lorsqu’il y a des nuages, du vent ou de la
neige. La réverbération due aux surfaces
claires (sable, neige, eau…) augmente
leur intensité.
Le parasol diminue l’intensité du rayonnement mais ne protège pas intégralement des rayons du soleil.
Attention, le soleil est plus fort sous les
tropiques : la quantité d’UV que l’on
reçoit varie en fonction de la latitude.
Plus on se rapproche de l’équateur, plus
elle est élevée…
Bon à savoir
• Ecran total = fausse promesse
L’appellation écran total n’est plus autorisée en France, car aucune crème ne
protège complètement du soleil. On ne
trouve maintenant que des protections
SPF +50 en Europe et toute application
doit être renouvelée régulièrement
toutes les 2 heures.
Aux USA, où les méthodes de validation
de la photo protection sont différentes,
on trouve des crèmes solaires avec un
indice supérieur à 70, mais qui, en fait
protègent moins efficacement que des
crèmes d’indice 50+ européennes.
• L’Organisation Mondiale de la Santé
déconseille l’usage de dispositifs de
bronzage artificiel qui augmentent la
dose d’UV reçue par la peau.
TA B L E AU D E S 6 P H OTOT YP E S
Phototype I
Phototype II
Phototype III
Réaction
au soleil :
ne bronze pas,
attrape
systématiquement
des coups de soleil
bronze difficilement, attrape
souvent des coups de soleil
Type :
peau très claire,
taches de rousseur,
cheveux blonds ou
roux
peau très claire, cheveux
peau claire,
blonds ou châtains, des taches cheveux blonds
de rousseur apparaissent au
ou châtains
soleil, yeux clairs
a parfois des
coups de soleil,
bronze
progressivement
Phototype IV
attrape peu de
coups de soleil,
bronze bien
Phototype V
Phototype VI
a rarement des
peau foncée, n’a
coups de soleil,
jamais de coups
bronze facilement de soleil
peau mate, cheveux peau foncée, yeux peau noire
châtains ou bruns,
foncés
yeux foncés
9
Environnement
& Écologie
L’éco-contribution perçue lors de l’achat d’un équipement
électrique, c’est quoi ?
Depuis 2006, si vous achetez un four, un ordinateur, un téléphone portable ou même une ampoule électrique, vous
êtes acteur de l’éco-contribution. Cette participation financière s’ajoute au prix de vente du produit et apparaît
de façon visible. Cependant, beaucoup de consommateurs ignorent encore à quoi elle correspond exactement.
Chaque année, de 1,7 à 2 millions de
tonnes de déchets électriques ou électroniques sont générés par les entreprises et les ménages. La quantité issue
des ménages varie entre 16 et 20 kg par
an et par habitant.
La directive européenne DEEE de janvier
2003 cible les déchets d’équipements
électriques et électroniques (DEEE)
comme étant à la fois une source potentielle de pollution et de gaspillage s’ils ne
sont pas recyclés. Les états de l’Union ont
donc mis en place une filière de collecte,
de dépollution et de valorisation des
déchets électriques et électroniques.
Cette directive a engagé la responsabilité
du producteur dans ce dispositif.
Depuis 2006, tous les produits électriques et électroniques vendus sur
internet ou en magasin sont soumis à
l’éco-contribution (ou éco-participation)
dont le montant s’ajoute au prix au vente.
Être
éco-citoyen
Si vous souhaitez vous débarrasser
d’un ancien appareil, choisissez l’une
de ces trois solutions éco-respon­
sables :
Votre appareil fonctionne encore,
donnez-le à une association
caritative qui vient en aide à ceux qui
en ont besoin. Il sera réemployé et
vous ferez ainsi un geste solidaire.
Vous achetez un appareil neuf,
rapportez l’ancien à votre vendeur
qui a l’obligation de le reprendre.
Vous vous séparez de vieux appa­
reils : apportez-les en déchetterie.
Vérifiez auprès de votre mairie qu’une
collecte sélective des DEEE existe
bien dans votre ville ou connectezvous sur le site Collectons.org qui
recense les points de collecte de la
filière agréée.
10
• du type de produit : quatre flux de
déchets sont distingués en fonction de
leurs besoins de dépollution : les écrans,
les réfrigérateurs, le gros électroménager
hors froid et tout le reste que l’on appelle
les petits appareils en mélange (PAM) ;
• de l’éco-organisme auquel le producteur choisit d’adhérer. Chaque producteur est libre de confier la responsabilité
qui lui incombe à l’un des quatre écoorganismes généralistes : Recyclum, EcoSystèmes, Ecologic et ERP-France ;
• du cours du pétrole et des prix de
revente des matières récupérées.
Le saviez-vous ?
De plus, le consommateur ne doit plus
jeter ses déchets, il est dans l’obligation
de rapporter ses équipements usagés,
soit en déchetterie, soit chez un distributeur lors de l’achat d’un produit neuf car
ils peuvent contenir des substances dangereuses, avec des potentiels effets
sérieux sur l’environnement et la santé
humaine.
Le montant de l’éco-contribution correspond aux coûts opérationnels prenant en
compte des prestations aussi larges et
diverses que le tri, le traitement et les
moyens mis en œuvre pour garantir la
qualité environnementale et sociale des
opérations.
La valeur de l’éco-contribution varie en
fonction :
Tous les appareils électriques et
électroniques sont recyclables.
Leur taux de recyclage varie entre
65 et 90 %. Le recyclage permet de
produire de nouvelles matières
premières secondaires et de
fabriquer ainsi de nouveaux
appareils tout en préservant les
ressources.
Quelques tarifs indicatifs :
10 centimes d’euro pour un réveil
1 euro pour un aspirateur
6 euros pour un lave-vaisselle
de 1 à 8 euros pour un téléviseur
ou encore 13 euros pour un
réfrigérateur
Depuis 2005, les produits
électriques mis sur le marché
portent le logo poubelle barrée
indiquant qu’il ne faut pas les
jeter à la poubelle.
Maladie
s
e
i
g
r
e
l
l
Les a
Les allergies ne
cessent d’augmenter
depuis les 3 dernières
décennies !
D’où viennent-elles ?
Quels sont
leurs symptômes ?
Comment
les soigner ? ...
1 enfant sur 5 atteint d’eczéma fera de
l’asthme.
On dit souvent qu’asthme et eczéma
sont 2 expressions de la même
maladie. Cela est sans doute vrai ;
mais tout eczéma ne s’accompagne
pas d’asthme et l’asthme peut survenir
sans avoir été précédé d’eczéma.
Allergie alimentaire
La cuisson, la pasteurisation ou la
stérilisation des aliments ne diminuent
pas l’activité allergique et peuvent
même parfois l’augmenter.
Rhinite allergique, communément
appelée rhume des foins
Eternuements et mouchages durant le
printemps ou nez qui coule tout au
long de l’année sans être pour autant
vraiment enrhumé… Il s’agit
probablement d’une rhinite allergique.
Environ la moitié des rhinites
chroniques est liée à l’allergie.
> L’allergie : une réaction
inappropriée de notre système
de défense
Notre organisme est doté d’un système
de défense chargé de lutter contre les
agressions : le système immunitaire.
L’allergie est une réaction immunitaire
« inappropriée », c’est-à-dire une réponse
de défense de l’organisme alors qu’il n’y
a pas de véritable attaque. Le système
immunitaire se trompe : il produit des
anticorps pour lutter contre une
substance extérieure, l’allergène, qu’il
identifie à tort comme dangereux.
L’allergie peut débuter à tout âge, mais
elle est plus fréquente chez l’enfant et
peut disparaître à l’âge adulte.
Les allergies sont souvent héréditaires et
l’on constate fréquemment des manifes­
tations allergiques plus ou moins
identiques chez les personnes d’une
même famille.
D’autres facteurs favorisent le développement de l’allergie : l’environnement (pollution, présence d’un animal…), les infections virales, les facteurs émotionnels…
Les réactions allergiques causées par le
pollen, les poils d’animaux ou les acariens, se manifestent le plus souvent par
des rhinites et des conjonctivites, tandis
que les médicaments et les aliments
entraînent plutôt des réactions digestives
ou cutanées (eczéma, urticaire…).
Mais attention, certaines réactions
peuvent s’avérer beaucoup plus graves :
choc anaphylactique, œdème de Quincke,
asthme, etc. Il est donc important de
reconnaître ces symptômes…
> Des symptômes variés ?
Selon la façon dont l’allergène entre en
contact avec le corps, l’allergie peut se
traduire par différents symptômes.
Manifestations respiratoires : asthme,
rhume des foins (rhinite allergique).
Manifestations oculaires : conjonctivite.
Manifestations cutanées : eczéma, urticaire.
Manifestations digestives : douleurs
abdominales, vomissements, diarrhée.
L’œdème de Quincke, une forme
d’allergie parfois mortelle
Dans cette forme assez particulière d’urticaire, heureusement rare, la réaction
allergique ne se produit pas dans la peau
proprement dite mais dans les tissus
sous-cutanés. Elle entraîne un gonflement des paupières et des muqueuses de
la bouche, des lèvres, de la langue, du
larynx et du pharynx. Le gonflement des
muqueuses des voies respiratoires supérieures peut empêcher l’air de passer et
provoquer l’asphyxie. L’œdème de
Quincke est donc une vraie urgence.
Le choc anaphylactique
C’est la manifestation la plus grave de
l’allergie aiguë.
Le choc se déclenche dans les minutes ou
dans l’heure qui suit le contact avec l’allergène. Il s’annonce par une sensation de
malaise accompagnée de démangeaisons,
de frissons et de sueurs. Parfois il existe
des vomissements, une diarrhée, une
crise d’asthme, une éruption d’urticaire.
Puis la personne éprouve des difficultés
à respirer. Sa tension artérielle chute, le
pouls devient imperceptible et elle perd
connaissance. Le choc peut être mortel
en l’absence de traitement et nécessite
une hospitalisation en urgence.
11
Les allergies
4
e
> Mais quels sont les responsables de l’allergie ?
rang
des maladies les plus fréquentes
dans le monde
13
Français
sur
est atteint
d’allergie et
1 fois sur 2, elle
est respiratoire
48
% des adultes et
% des enfants
ont des allergies
alimentaires
50%
c’est la probabilité qu’a un enfant
dont les 2 parents sont
allergiques de devenir lui même
allergique
Pour en savoir plus
• AFPRAL
Association Française
pour la Prévention des Allergies
BP 12 - 91240 Saint-Michel-sur-Orge
Tél. 01 48 18 05 84
www.afpral.asso.fr
• Asthme et Allergies Association
Numéro vert d’information :
0800 19 20 21
3 rue de l’Amiral Hamelin
75116 PARIS
Tél. 01 47 55 03 56
www.asthme-allergies.org
• Et aussi :
www.allergienet.com
allergie.remede.org
allergique.org
12
• Dans l’air : acariens, moisissures,
pollen, blattes, protéines animales présentes dans le pelage des animaux, la
salive et l’urine des chats, chiens, rongeurs et chevaux.
• Dans les aliments :
- Chez le jeune enfant : gluten et lait de
vache (l’allergie se manifeste volontiers
par des troubles digestifs), puis arachide.
- Chez l’adulte : poisson, crustacés, lait,
œuf, certains fruits (fraise, pomme kiwi)
(l’allergie digestive est plus rare et l’urticaire est la manifestation la plus courante).
• En contact avec la peau : métaux
(nickel, mercure…), certains composants
des cosmétiques (lanoline, colorants…).
• Mais aussi : les insectes piqueurs
(moustique, taon, puce…), le venin de
guêpe, fourmi, frelon…
• Les médicaments (les antibiotiques
surtout).
• Le soleil : certaines personnes présentent une allergie liée à une intolérance
aux ultraviolets. Lors des premiers rayons
du soleil, ou après une exposition prolongée, une éruption de type urticaire
(lucite) se développe sur certaines zones
de la peau et peut s’associer à des signes
généraux (malaise).
> Comment se soigner ?
Il convient d’identifier le ou les allergènes
responsables de l’allergie.
Le seul traitement radical consiste à
éliminer l’allergène, mais une éviction
totale n’est pas toujours possible…
Le traitement médicamenteux permet
de soulager les symptômes
Il peut être par voie locale (bronchodilatateur, collyre, gouttes nasales,
pommade…) ou générale (comprimé ou
injection d’antihistaminique et/ou de
corticoïdes…).
La désensibilisation
Lorsque les symptômes demeurent
importants malgré le traitement, le
médecin peut conseiller de consulter un
spécialiste (allergologue) pour effectuer
une désensibilisation.
Possible dès l’âge de 5 ans, la désensibilisation consiste à prendre des doses
croissantes de l’allergène en cause (par
injection sous la peau ou gouttes sous la
langue).
Relativement astreignante, elle permet
cependant d’atténuer, voire de faire disparaître les symptômes dans environ les
deux tiers des cas.
Les tests d’allergie au cabinet du
médecin
Ils consistent à mettre la peau en contact
avec la substance que l’on croit être
responsable d’une allergie. Les tests les
plus couramment pratiqués au cabinet du
praticien sont les timbres et les tests
épidermiques.
Timbres (patch-tests)
Ils sont utilisés pour la recherche des
allergies de contact et certaines allergies
alimentaires. Ils consistent en l’application d’une série de timbres enduits de la
substance que l’on soupçonne être responsable de l’allergie à des concentrations différentes, ou de plusieurs substances testées en même temps. Ces
timbres sont collés sur la peau du patient
et laissés en place quelques heures ou
quelques jours. Le but est d’obtenir un
effet local similaire au symptôme dominant du patient.
Un très grand nombre d’eczémas professionnels trouvent ainsi leur explication.
L’enfant peut bénéficier de cette technique dès le plus jeune âge, pour des
eczémas de contact : produits de toilette,
lessives et assouplissants, savons mais
aussi en cas d’eczéma d’origine alimentaire par exemple.
Tests épidermiques (prick-tests).
Les tests épidermiques consistent à
injecter les allergènes en infime quantité sous la peau, par une minuscule
piqûre de moins d’un millimètre de profondeur. La réaction attendue dans les
minutes qui suivent est une papule plus
ou moins large ressemblant à une piqûre
d’ortie.
C’est là aussi le domaine des allergies
alimentaires à l’origine de crises d’urticaire et surtout celui des problèmes respiratoires comme l’asthme et la rhinite
saisonnière due aux pollens.
Tous ces tests peuvent être affinés par un
contrôle sanguin. Certains allergènes ne
peuvent être découverts que par une
prise de sang (par exemple certains
médicaments).
CCMO Mutuelle, 6 av. du Beauvaisis, PAE du Haut-Villé, BP 50993, 60014 Beauvais Cedex
Mutuelle soumise au Livre II du Code de la mutualité - n° 780 508 073.
Les échos
de la CCMO
Les bonnes raisons de faire confiance à la CCMO
Si environ 26 000 personnes, 250 entreprises et 600 artisans, commerçants ou professions libérales ont adhéré à
la CCMO en 2009, ce n’est pas par hasard ! Santé, prévoyance… Quel que soit votre besoin, la CCMO vous propose
une offre de garanties et de services adaptés. Avec un objectif prioritaire : votre satisfaction au quotidien.
1 Des garanties adaptées tout au long
de la vie
Fidèle à sa vocation « protéger les personnes et les familles contre les aléas de
la vie », la CCMO propose des garanties
qui permettent à ses adhérents de faire
face aux risques majeurs de la vie, comme
la maladie ou les accidents. Les offres de
la CCMO sont adaptées et évoluent en
fonction de la situation de l’adhérent, de
sa vie d’étudiant, de salarié ou entrepreneur, de famille et enfin de retraité.
2 Les avantages d’une mutuelle qui
se développe
Forte de ses compétences reconnues, la
CCMO s’affiche comme un acteur dynamique en matière de mutuelle complémentaire avec une croissance de ses
adhérents de plus de 53 % en 5 ans.
Cette croissance permet à la mutuelle de
développer de nouveaux services pour
toujours mieux satisfaire ses adhérents
au quotidien.
3 Un budget santé maîtrisé
Santé, prévoyance, la CCMO couvre tous
vos besoins pour un budget maîtrisé.
La CCMO est une mutuelle régie par le
Code de la mutualité et n’a pas d’actionnaires à rémunérer.
Par ailleurs une large gamme de garanties est proposée : de la couverture de
base aux garanties haut de gamme.
Quelles que soient vos ressources vous
pouvez accéder à une complémentaire
santé avec des tarifs ajustés à la garantie
que vous choisissez.
4 Des compétences reconnues
Quel que soit votre point de contact avec
la CCMO, vous bénéficiez d’un véritable
service de qualité et d’interlocuteurs aux
compétences reconnues.
Particuliers, salariés, professionnels indépendants, chefs d’entreprise, des experts
en protection sociale répondent à toutes
vos interrogations et mettent tout en
œuvre pour vous rembourser en 48 h.
5 Des avantages exclusifs pour les
adhérents de la CCMO
La CCMO met tout en œuvre pour offrir à
ses adhérents des avantages qui font la
différence.
• Le développement du tiers payant est
une priorité pour éviter l’avance des
frais chez les professionnels de santé et
permettre aux adhérents d’accéder à
des soins de qualité.
• Toutes les garanties comprennent une
prestation d’assistance. Parce que l’on
ne choisit pas d’être malade, un service
répond 7 jours sur 7, en cas d’urgence
pour apporter une aide aux adhérents.
• La plupart des adhérents de la CCMO
bénéficient de prestations complémentaires et gratuites pour récompenser
leur fidélité.
Chiffres clés
au 31 décembre 2009
182 000
personnes protégées
80 000
professionnels de santé référencés
169 000
appels traités
5 130 821
lignes de remboursements traitées
1 200 entreprises adhérentes
Bénéficiez d’un meilleur
remboursement de vos lunettes !
Plus de 50 % des adhérents de la CCMO bénéficiant du plafond optique
reportable et ayant changé de lunettes en 2009 ont accédé à un
remboursement supérieur à leur garantie initiale. Pourquoi pas vous ?
Grâce à leur comportement responsable, la CCMO leur a remboursé entre 15 % et
50 % supplémentaire à leur garantie de base.
Ainsi, si vous ne faites pas appel à la garantie optique, le plafond de l’année suivante
est revalorisé automatiquement.
En pratique, si vous n’avez pas eu recours à la garantie optique en 2007, votre plafond
pour l’année 2008 a été augmenté de 15 %. Si en 2008, vous n’avez toujours pas eu
recours à cette garantie, votre plafond 2009 a été revalorisé de 30 % et ainsi de suite
jusqu’au doublement du plafond annuel après cinq années.
Alors si vous portez des lunettes, programmez leur renouvellement afin d’être
mieux remboursé.
13
Vie
PRATIQUE
La télétransmission ou comment être
remboursé rapidement ?
La télétransmission est un système de transmission par réseau informatique
des feuilles de soins. Ce service, activement développé par la CCMO, vous
permet d’être remboursé dans les meilleurs délais. Voici le mode d’emploi
d’un remboursement sans souci.
Dans
la grande
majorité des
cas, la première
étape pour le remboursement de vos soins est l’intervention de votre caisse de Régime obligatoire (CPAM, RAM, MSA…). Lorsque son
paiement est effectué, elle vous adresse,
aujourd’hui de façon trimestrielle, le
décompte papier qui le confirme.
Jusqu’à récemment, ce décompte devait
être adressé à la CCMO afin de permettre
le paiement de la part complémentaire.
Pour alléger vos tâches administratives et
vous garantir un paiement dans les
meilleurs délais, la CCMO développe
depuis deux ans des accords avec de
nombreuses caisses sur toute la France
et les DOM afin qu’elles nous adressent
les factures sous forme électronique une
fois leur remboursement effectué.
Lorsque cette télétransmission est mise
en œuvre, vous pouvez lire sous chaque
ligne du décompte papier de votre
caisse : « transmis à la complémentaire »
ou « transmis à CCMO Mutuelle ».
Vous ne devez alors surtout pas nous
envoyer le décompte et vous serez réglé
en 48 h en moyenne. Ces paiements sont
immédiatement consultables sur
www.ccmo.fr dans votre espace adhérent
et le relevé de prestations vous est adressé
14
par courrier au même rythme trimestriel
que celui du Régime obligatoire.
Attention, bien que l’accord soit signé
entre la CCMO et la caisse, la télétransmission peut être bloquée pour des problèmes d’identification de l’adhérent.
C’est pourquoi, il est indispensable
de nous faire parvenir votre attestation vitale à la mise en place
du contrat puis à chaque
évènement de votre vie.
Vous changez de
caisse après un
déménagement,
vous étiez rattaché
au numéro de Sécurité sociale de vos
parents et vous obtenez
votre numéro personnel
en qualité d’étudiant, vous
vous mariez… autant d’occasions de nous renvoyer une photocopie de votre attestation Sésam Vitale
afin que les données vous concernant
soient en adéquation avec celles de la
caisse.
A défaut, votre Régime obligatoire vous
informera du transfert de la facture vers
la mutuelle mais cette facture n’aura pas
pu être intégrée par la CCMO et vous ne
serez pas remboursé. Ces cas de rejets
font l’objet de toute notre attention et
nous revenons régulièrement vers vous
pour actualiser vos données.
En mettant à jour votre dossier dès que
vous changez de situation, vous nous
permettez d’intervenir en amont et de
vous garantir un accès à des soins de
qualité.
Comment nous adresser la photocopie
de votre nouvelle attestation Vitale :
CCMO Mutuelle
6 av. du Beauvaisis, PAE du Haut-Villé,
BP 50993, 60014 Beauvais Cedex
Courriel : accueil@ccmo.fr
Recette
Cassolette de
poissons au safran
Pour 6 personnes
Ingrédients :
- 750g net de queue de lotte
- 200g de crevettes décortiquées
- Quelques moules, environ 50g
- 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
- 200g de champignons
- 200g de petits oignons
- 1 oignon avec 1 clou de girofle
- 1l de court-bouillon
- 40g de farine
- 1 dose de safran
- 60g de crème fraîche allégée
- Le jus d’1/2 citron
- Thym, laurier
- Sel, poivre
Préparation :
• Faites saisir la lotte dans une poêle
avec un fond d’huile
• Une fois saisie, retirez la lotte et mettez
les oignons et champignons à la place
pendant 10 minutes
• Faites cuire la lotte à la vapeur avec
l’oignon piqué d’un clou de girofle, avec
le thym et le laurier
• Faites un court-bouillon
• Faites cuire les moules nettoyées à
l’eau bouillante et enlevez les coquilles
• Mélangez la farine à 100 ml de courtbouillon
• Laissez gonfler la farine sur feu doux
tout en remuant
• Ajoutez le safran, le poivre, le sel, la
crème fraîche et le jus de citron
• Ajoutez la lotte, les légumes, les
moules et les crevettes
• Servez avec du riz.
Courrier
des lecteurs
J’habite dans la Somme. Jusqu’alors
je bénéficiais de la CMU mais depuis
le 1er janvier mes revenus dépassent
légèrement le plafond et j’ai donc droit
à l’Aide à la complémentaire santé.
Pourriez-vous m’indiquer les différents
montants de l’aide accordés dans mon
département ?
Jacques P., 48 ans
La loi de finance 2010 a modifié les montants de l’aide à la complémentaire santé
(ACS).
Cette aide est accordée aux personnes
dont les revenus ne dépassent pas de
plus de 20 % le plafond de ressources de
la CMU complémentaire. Si vous
souhaitez obtenir des informations
complémentaires, vous pouvez vous
rapprocher de votre CPAM ou vous
informer sur www.ameli.fr.
Montant de l’ACS par tranche d’âge
applicable au 1er janvier 2010
Âge
Moins
de 16 ans
De 16 ans
à 49 ans
De 50 ans
à 59 ans
De plus
de 60 ans
J’ai très peu de ressources et je dois me
faire poser des couronnes dentaires.
Malheureusement, ma garantie santé
ne couvre pas tous les frais. Pouvezvous m’accorder une aide ?
Sylvie T., 37 ans
Forte des valeurs mutualistes qu’elle
défend au quotidien, la CCMO a créé une
commission de prestations exception-
nelles pour aider les adhérents en difficulté. Cette commission est composée
d’administrateurs et de collaborateurs de
la CCMO qui étudient les demandes
d’aide comme les travaux dentaires dont
les frais ne sont pas pris en charge en
totalité par votre couverture santé. Les
aides sont accordées en fonction des
ressources de l’adhérent.
Mots melés santé
Solution en page 3
R
E
E
E
N
R
U O
J
T
S
E
T
T
E
N U
L
D
S
E
O
V M
I
E
B
E
A
U
V
A
I
S
R
O N O
E
S
U
E
U
E
A
E
T
I
A
F
R
O
F
U U
I
I
L
C
E
Q D U
T
S
L
E
T
O
I
D
I
A
B
E
T
E
T
O G
I
R
I
D
L
I
M E
E
L
L
E
U
T
U M N M A
T M T
N
E
E
C
Z
E M A
X
E
L
A
B
A
E
P
S
E
Dispositif
national
Aide à la
complémentaire santé
Dispositif
de la Somme
Aide à la
complémentaire santé
C
E
I
I
F
I
R
O U
S
I
U N
I
R
I
I
M T
S
A
E
C
H
I
T
S M N
E
S
A
G
E
E
R
T
E
E
I
L
T
A
R
C
N
S
I
A
C
N
E
E
L
D
T
R
C
S
T
100 e
150 e
Y
N
I
S
I
E
O
T
V
T M P
I
O O N
I
N
T
N
200 e
300 e
H
A
R
T
T
S
E
E
E
H O
P
P
S M O
S
A
E
E
350 e
350 e
P
T
E
A
E
S
T
E
T
T
E
L M O M C
E
N
K
R
A
A
P
N
E
E
N
S
I
R
C
H O
C
O O
C
I
C
P
500 e
600 e
N
P
O
I
N M A
U
L
I
E
R
C
G
I
C
A
F
I
P
A
E
S
N
E
I
S
E
L
A
I
C
O
S
I
E
L
S
T
A
E
S
I
N O
I
S
S
I
M S
N
A
R
T
E
L
E
T
C
Guy Leriche,
Président de l’association Libr’Entreprise
a l’honneur
d’informer ses membres que
l’Assemblée générale ordinaire
aura lieu le mercredi 26 mai 2010 à 8h30
au siège de l’association :
6 avenue du Beauvaisis PAE du Haut-Villé à Beauvais (60000).
Cet avis tient lieu de convocation.
Guy Leriche,
Président de l’association Libr’Action,
a l’honneur
d’informer ses membres que
l’Assemblée générale ordinaire
aura lieu le mercredi 26 mai 2010 à 9h30
au siège de l’association :
6 avenue du Beauvaisis PAE du Haut-Villé à Beauvais (60000).
Cet avis tient lieu de convocation.
Retrouvez tous les mots de la liste dans la grille. Ils y sont mêlés horizontalement, verticalement,
en diagonale et ce, dans les 2 sens. Une même lettre peut être utilisée plusieurs fois.
Une fois les mots repérés, les lettres restées inutilisées, réunies dans l’ordre normal de la lecture
permettront de répondre à l’énigme.
ACNE
ANAPHYLACTIQUE
APPATES
APPRENTISSAGE
ASTHME
BEAUVAIS
CAP
CCMO
CHOC
CITEE
COMPIEGNE
CREIL
CRIS
DECOMPTES
DEFICIT
DERMATOLOGIE
DIABETE
DOIT
ECOCONTRIBUTION
ECZEMA
EPATANTE
EPILE
ESSE
ESSENTIELLE
FINANCEMENT
FORFAIT
IDIOTE
IONISE
JOURNEE
LACES
LAME
LIMEE
LUNETTES
MAITRISE
MITEES
MODERATEUR
MOI
MUTUELLE
NAVET
NETTE
OBESITE
OEDEME
PAON
PEAUX
PNEU
RHINITE
RUA
SANTE
SAIN
SEL
SEMI
SEVE
SIENS
SOCIALE
SOINS
SOLEIL
SUIT
TAIE
TANIN
TELETRANSMISSION
TICKET
TOUR
UNIE
URTICAIRE
Ville picarde où la CCMO a une agence
15
Distribution nationale
N° 21 - Juin 2010
L’essentiel
Papier recyclé
de la CCMO
Fortes chaleurs :
restez attentifs !
“La santé est un état de bien-être physique, mental et social
et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité.”
Organisation Mondiale de la Santé
> p 8-9
signée par tous les salariés et administrateurs. Elle a
autour des délégués, en commençant par les Picards. Il
I
G
S
O
L
M E
E
D
L
E
L
H
T
C
A
R M E
A
A
S
I
N
Y
T
E
É
D
H
G U
T
O
N
E
P
A
I
E
T
R U
N O M E
R
O N
S
A
R
V
N
E
E
Y
E
E
F
R
D
E
S
A
Mots casés santé
I
T
I
F
S
R
T
A
I
D
D
A
E
P
P
I
E
E
A
O N
A
S
E
N
U
U
L
S
I
S
I
L
R
A
E
S
N
E
T
S
X
O U
R M
S
I
E
R
U
O
D
I
J
S
S
O
B
E
R
A
U
R
E
S
E
E
L
A
S
E
L
CCMO Mutuelle, 6 av. du Beauvaisis, PAE du Haut-Villé, BP 50993, 60014 Beauvais
Cedex / n° 21 • Revue trimestrielle • Directeur de la publication : Christian Ger­main
• Directeur de la rédaction : Elise Alphonse • Conception originale et réalisation :
Transferase, Groupe Young & Rubicam • Imprimé par Imprimerie Houdeville, Avenue
des Cencives - ZA - 60000 Tillé à 83 000 ex. • Photos : Fotolia • Diffusion limitée aux
adhérents, bénéficiaires et amis de CCMO Mutuelle • Toute reproduction, même
partielle, doit être soumise à l’autorisation du Directeur de la publication. Dépôt
légal à parution. N° de commission paritaire : 0610M07492. Mutuelle soumise au
Livre II du Code de la mutualité - n° 780 508 073.
V
✆ 03 44 06 90 00
C
Directeur général
de CCMO Mutuelle
A
Christian Germain
Président
de CCMO Mutuelle
E
Guy Leriche
E
vos représentants.
V
nous abordons plus facilement grâce à la contribution de
L
Assemblée générale. Des travaux en perspectives que
A
2011, qui devront avoir lieu avant notre prochaine
L
Elle aura aussi pour mission d’organiser les élections de
E
communication avec les adhérents.
E
qui va amener la Commission à travailler sur la
I
avons dû annuler trois réunions sur les quatre prévues, ce
P
que peu d’adhérents se sont mobilisés, puisque nous
T
« Pour nous, l’essentiel c’est vous ». Force est de constater
p7
Environnement & écologie
• Les maladies cachées dans le sable
Fiche Essentielle
• Les brûlures
Echos de la CCMO :
• Réunion des délégués individuels
• Charte des délégués individuels
• Journée Essentielle : « Je tiens à ma peau ! »
La recette :
• Pot-au-feu de cabillaud au citron
Courrier des lecteurs Mots casés santé
O
quotidien la démocratie et d’illustrer la devise de la CCMO
p5
p5
p6
• Dossier spécial
Fortes chaleurs
également souhaité réunir les adhérents individuels
s’agissait par là de montrer la volonté de pratiquer au
p4
p4
p4
Prévention & dépistage
N
individuels à l’instar de la charte d’entreprise qui est
I
Cette commission a élaboré une charte des délégués
E
Moser.
A
délégués individuels sous la présidence de Bernard
S
mais aussi en créant une commission spécifique pour les
S
non seulement en les réunissant en Assemblée générale,
Actualités sociales
• Consultation à 23 €
• Les médicaments remboursés à 15 %
• Fusion des CPAM
Actu CCMO :
• Assemblée générale de la CCMO
• Complémentaire santé étudiante
Bloc notes • Chiffres clés • Agenda social
Médecine & santé
• L’IRM : un examen inoffensif et indolore
I
Au cours de ce trimestre, la CCMO a mobilisé ses délégués,
Sommaire
E
Edito
p10
p11-12
p13
p13
p14
p14
p15
p15
Actualités
SOCIALES
Consultation des médecins généralistes à 23 e
Depuis quelques mois, les médecins généralistes sont reconnus comme médecins spécialistes en médecine
générale. Détail sémantique pensez-vous ? Pourtant c’est le point de départ d’une nouvelle bataille tarifaire entre
ces professionnels et l’Assurance maladie.
Le tarif de convention de la consultation
d’un médecin généraliste est établi à
22 e quand ses confrères, médecins
spécialistes comme le cardiologue, le
gynécologue ou le dermatologue…
bénéficient d’une consultation à 23 e.
Ces derniers mois des médecins
généralistes, de plus en plus soutenus
par les syndicats médicaux, ont pris la
décision unilatérale de facturer leur
consultation 23 e en leur qualité de
médecins spécialistes en médecine
générale.
Les caisses de Régime obligatoire
refusent alors de rembourser les patients
et les procédures engagées ont débouché
sur une décision de la cour de cassation
en faveur de ces caisses.
L’acte « C », soit la consultation d’un
généraliste, vaut aujourd’hui 22 e et non
23 e comme la consultation « CS » des
spécialistes.
Toute modification de ces tarifs doit être
entérinée dans la convention qui lie les
médecins et l’Assurance maladie. Une
nouvelle convention est actuellement en
cours de négociation et la grogne est telle
chez les médecins que Nicolas Sarkozy,
lors d’un déplacement dans un cabinet
médical à Livry-Gargan, en Seine-SaintDenis, s’est engagé à y faire figurer la
modification tarifaire.
Le tarif de la consultation des médecins
généralistes passera à 23 e et celui de la
visite au domicile du patient lorsqu’il ne
peut se déplacer au cabinet à 33 e au
1er janvier 2011. Le ministère de la Santé
souligne que cette mesure aura des effets
sur la rémunération des médecins qui
assurent la régulation téléphonique de la
permanence des soins dans les Centres
15 et le tarif de l’acte de consultant des
spécialistes (C2 à 46 e). Le coût de cette
mesure est évalué à 290 millions d’euros
par l’Assurance maladie.
170 médicaments déremboursés à 15 %
Le remboursement par l’Assurance
maladie obligatoire de 170 médicaments sous 594 présentations et
dosages différents passe de 35 % à
15 %. La liste a été publiée le 16 avril
dernier au journal officiel et elle était
effective dès le lendemain.
Les pharmacies disposent cependant
d’un délai de trois mois pour écouler
leurs stocks de médicaments concernés, dont l’ancien taux de remboursement à 35 % se matérialise par une
vignette bleue sur l’emballage. Ils
devront progressivement disposer
d’une vignette orange, signifiant que le
taux est passé à 15 %. On compte
désormais quatre taux de remboursement différents des médicaments
(100 %, 65 %, 35 %, et donc à présent
15 %). Annoncée à l’automne dernier,
cette mesure doit permettre à
l’­Assurance maladie d’économiser
145 millions d’euros cette année.
4
L’immense majorité des produits
concernés représente des remboursements très faibles. L’un d’entre eux se
distingue pourtant, le Tanakan. Ce traitement des troubles de la mémoire
chez les personnes âgées coûte près
de 30 millions d’euros à l’Assurance
maladie. Quelques autres produits sortent du lot : ART, un traitement des
symptômes de l’arthrose, Equanil, un
anxiolytique, Hexomédine, un antiseptique, la crème contre l’herpès Zovirax
ou encore le sirop contre la toux Polery
Enfant.
On trouve également dans cette liste
l’Aciclovir, la Trimébutine, l’Érythromycine, le Kétoprofène, le Tétrazépam,
l’Aluminium phosphate, la Ranitidine,
ou encore de l’extrait de Ginkgo Biloba.
La liste exhaustive est disponible sur le
site de l’Assurance maladie www.
ameli.fr.
Les CPAM
fusionnent
Au 1 er janvier 2010, 48 caisses
primaires d’Assurance maladie ont
officiellement fusionné pour donner
naissance à 22 nouvelles caisses.
CCMO Mutuelle échange en télétransmission avec chacune d’elles.
Pour le moment, les modifications
administratives prises en charge par
CCMO Mutuelle ont été sans incidence
pour ses adhérents. Sur les mois de
mai et juin, les systèmes d’information
des CPAM ont fusionné. Pour identifier
un éventuel problème dans les
échanges entre les caisses et la CCMO,
vérifiez sur votre décompte trimestriel
envoyé par votre caisse s’il comporte
bien la mention de transmission des
dits décomptes à votre complémentaire santé. En cas de problème, il
faudra rapidement contacter votre
CPAM.
Actu
CCMO
La CCMO en Assemblée générale
L’Assemblée générale de la CCMO s’est tenue le 26 mai dernier en présence d’une centaine de participants.
Elle a permis de présenter aux délégués le bilan de l’année écoulée.
Le Président, Guy Leriche, a ouvert la
séance en exprimant sa satisfaction aux
délégués réunis pour leur forte participation permettant d’atteindre le quorum. Il
a résumé les divers événements qui ont
marqué la CCMO. Michel Merlette, Secrétaire général, a souligné, à l’occasion de
la lecture du rapport moral, les principales réformes impactant l’activité de la
mutuelle telles que la poursuite de la
réforme de l’Assurance maladie et le renforcement de la surveillance des
mutuelles, la plus forte représentation de
la CCMO dans les instances de la FNMF, la
modification des statuts et règlements
mutualistes ainsi que la politique de
développement de la mutuelle au travers
de rapprochements et partenariats.
Christian Germain, Directeur général, à la
lecture du rapport d’activité, a ensuite
fait état des événements de la mutuelle
et en particulier du nombre de personnes
protégées qui est passé, au 31 décembre
2009 à 182 014, soit une augmentation
de 7,30 % par rapport à 2008. Il a
également présenté les principaux faits
marquants qui ont eu lieu en 2009,
notamment les impacts de la crise internationale avec pour effet l’explosion des
prestations, la poursuite de l’adaptation
de la mutuelle d’un point de vue organisationnel et informatique, et enfin les
projets immobiliers que la CCMO a initié
en tant qu’acteur de la vie économique
locale à vocation sociale.
Enfin, Marie-Catherine Lallemand, trésorière, a montré dans son rapport financier
que la CCMO continue de bénéficier d’une
gestion financière saine, certifiée sans
réserve par le Commissaire aux comptes,
même si le résultat net est moindre que
celui des années précédentes.
Les modifications du règlement mutualiste et des
statuts, applicables au 1er juillet 2010, sont disponibles sur simple demande auprès de CCMO
Mutuelle – 6 avenue du Beauvaisis – PAE du
Haut-Villé – BP 50993 – 60014 Beauvais Cedex.
L’Assemblée
générale en résumé
Maintien du droit d’adhésion à 11 €
Reconduction des allocations
obsèques dans les différentes
garanties
Renouvellement des mandats des
Administrateurs de la CCMO
Nomination de nouveaux Commissaires aux comptes : KPMG
Refonte des statuts et modifications
du règlement mutualiste
Création des garanties « Cassis » et
« Papaye » et modifications des
garanties « Goyave » et « Pitaya »
pour les particuliers.
Etudiants, quelle complémentaire santé ?
Après l’obtention de son bac, votre enfant va poursuivre ses études
dans l’enseignement supérieur. Devenir étudiant entraîne notamment
son inscription au régime de la Sécurité sociale étudiante. Côté
mutuelle, la CCMO est là pour le couvrir jusqu’à ses 28 ans.
L’entrée dans l’enseignement supérieur marque un changement pour
votre enfant. Il va en effet choisir une nouvelle orientation afin de
construire son projet professionnel, tout en s’immergeant dans un
nouvel environnement.
Une fois inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur, son
affiliation au régime de la Sécurité sociale étudiante est obligatoire.
Cependant cette inscription ne rembourse pas tous les frais de santé.
L’obligation d’adhésion au régime général de la Sécurité sociale
étudiante ne remet donc pas en cause la complémentaire santé.
Avec la CCMO les démarches administratives sont simplifiées. Les
accords entre les centres étudiants et la mutuelle permettent en effet
au nouvel étudiant de conserver de nombreux avantages, tels que le
tiers payant, lui évitant ainsi l’envoi de documents pour le remboursement des soins, directement transmis à la mutuelle. Le règlement des
prestations s’effectue automatiquement en 48 heures.
Tout au long de ses études et jusqu’à ses 28 ans, votre enfant continue
ainsi de bénéficier des avantages de votre couverture complémentaire
à la CCMO, à la seule condition qu’il soit à votre charge fiscale.
5
Bloc Notes
a g e n d a
social
> 1 juillet
er
Journée mondiale du bandeau blanc
contre la pauvreté
> 7 août
Journée internationale de l’éducation
> 12 août
Journée internationale de la jeunesse
> 13 septembre
Journée mondiale des premiers secours
> 16 septembre
Journée internationale de la protection
de la couche d’ozone
> Voyages : vos papiers en sécurité sur
mon.service-public.fr
Le site gouvernemental propose de
sauvegarder gratuitement vos papiers
d’identité dans un espace sécurisé. Un
service particulièrement utile en cas de
perte ou de vol, en pays étranger. A
terme, il deviendra le point d’accès
unique à toutes vos démarches admi­
nistratives sur internet et en propose
déjà certaines (changement d’adresse,
commande de chèques emploi service,
consultation des horaires d’ouverture
des organismes publics).
> Cancer : une cartographie des établissements sur Internet
L’Institut national du cancer (Inca) a mis
en ligne une cartographie des éta­
blissements de santé traitant le cancer.
En cliquant sur le site de l’Inca
(www.e‑cancer.fr), l’internaute peut
désormais consulter, pour chaque région,
l’ensemble des établissements de santé
qui ont reçu l’autorisation de prendre en
charge des patients pour les traitements
de chimiothérapie, de chirurgie et de
radiothérapie.
Une fiche précise les coordonnées et
Les Rencontres
de la CCMO
Chiffres clés
6,6=
%
proportion de personnes
touchées par le diabète
dans le monde
37 jours
délai moyen pour obtenir un RDV
e n hôpital ou clinique
6
l’adresse du site Internet de chaque
structure ainsi que les soins prodigués.
> Oubli d’enfant en voiture
Laisser son sac à main, sa sacoche ou ses
papiers près de l’enfant à l’arrière du
véhicule permettrait de limiter les risques
d’oublier son enfant dans la voiture,
selon la Commission de la sécurité des
consommateurs (CSC).
Entre juin 2007 et août 2009, 24 oublis
d’enfant en voiture ont été recensés en
France. Ces oublis ont donné lieu à
5 décès par déshydratation. Ce phénomène dramatique « touche les populations actives, bien intégrées socialement
et ayant parfois plusieurs enfants »,
précise la CSC.
« Le sommeil en questions »
29 septembre - Compiègne
12 octobre - Creil
3/5
au 1er janvier 2010
jeunes
ont déjà ressenti des acouphènes
après écoute prolongée de
leur baladeur
22,6 %
de la population française
avaient + de 60 ans
Médecine
& SANTÉ
L’IRM : un examen inoffensif et indolore
L’imagerie par résonance magnétique (IRM) n’utilise pas de radioactivité. L’examen est sans danger et sans
douleur. Pourtant, de nombreuses personnes sont stressées à l’idée de le passer, par peur d’être enfermées
dans le tunnel de l’appareil. Si c’est votre cas, il faut en parler dès la prise de rendez-vous.
Stressant ! C’est l’adjectif le plus souvent
employé pour qualifier l’IRM. Cet examen
d’imagerie médicale « est pourtant inoffensif et il n’est pas douloureux », rassure
la Dr Emmanuelle Delfaut, radiologue de
ville à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).
Mais, poursuit-elle, « certaines personnes, qui souffrent notamment de
claustrophobie, se sentent mal à l’idée
d’être enfermées dans le tunnel de l’appareil ».
Les personnes stressées par un examen
d’imagerie par résonance magnétique
(IRM) doivent le signaler dès la prise de
rendez-vous. C’est la qualité de l’accueil
et de l’information qui va permettre au
patient de se sentir en confiance et d’éviter une crise de panique.
mètre. Ce tunnel est fermé à
une extrémité et ouvert à
l’autre. Si l’examen concerne le
cerveau ou le haut du corps,
seuls les membres inférieurs
sont à l’air libre. A l’intérieur, la
personne dispose d’un éclairage et d’une ventilation, d’un
micro et d’­e nceintes pour
pouvoir communiquer à tout
moment avec le personnel soignant. L’équipe médicale se
trouve dans une pièce séparée
de l’appareil par une vitre.
Certains radiologues peuvent
proposer aux personnes
anxieuses de visiter la salle
avant l’examen et de venir
accompagnées d’un proche.
Pas assez d’écoute
Cette attention n’est pas toujours au En moyenne 20 minutes
rendez-vous. « Une fois déshabillé, on Lors des différentes séquences
m’a demandé de m’allonger sur la table, de l’examen, l’aimant émet un
se souvient Jean-François. On m’a mis bruit répétitif comparable à celui d’un
une poire dans la main pour déclencher tam-tam. Le port d’un casque antibruit ou
l’alarme. Pas plus d’explications.
de protections auditives permet
J’ai eu le sentiment désad’atténuer ce désagrément.
gréable d’un travail à la
Les examens d’imagerie par
chaîne ». Pour cet imprimagnétique
Le délai moyen résonance
meur parisien, tout s’est
durent en moyenne
pour obtenir
bien passé, mais il
20 minutes. Certains
un rendez-vous
déplore « l’absence d’inpeuvent nécessiter l’information et d’écoute
jection d’un produit de
d’IRM est de
avant et après l’examen ».
contraste, qui permet une
34,5 jours !
Le patient, allongé sur une
meilleure lisibilité des
table coulissante, prend
images.
place dans un cylindre étroit
Seul obstacle à l’IRM : la préd’environ 60 centimètres de diasence d’objets métalliques, en
raison du champ magnétique émis par
l’appareil. « Les patients doivent remplir
très sérieusement le questionnaire que
nous leur remettons avant l’examen,
insiste E. Delfaut. Ils doivent impérativement nous signaler s’ils sont porteurs de
pacemakers, d’appareils électroniques
implantables, de prothèses cardio-vasculaires, de clips chirurgicaux ou encore
d’éclats métalliques dans les yeux. Mais
à condition de bien respecter ces contreindications, cet examen ne présente
aucun danger. »
D’après G. Trabacchi
et E. Billon-Bernhei
Des indications de plus en plus vastes
Les indications des examens d’imagerie par résonance
magnétique sont nombreuses : lésions osseuses et articulaires, maladies cérébrales, neurologiques, viscérales et
cardiaques. En routine, cet examen sert à l’étude morphologique des différents tissus du corps humain. Mais plus
rarement, l’IRM peut aussi servir à l’analyse fonctionnelle de
certains organes : diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer, suivi des grands prématurés, meilleure compréhension
de la schizophrénie, évaluation de l’atteinte cérébrale des
malades dans le coma.
7
Prévention
& dépistage
F o r t e
C h a l e u r :
Eau à 29 °C et grand ciel bleu, paysages baignés de soleil : l’été prend ses quartiers. Mais parfois le mercure
du thermomètre s’emballe pour atteindre des températures record. Nous ne sommes pas tous égaux face
aux fortes chaleurs. Et les personnes les plus sensibles, comme les personnes âgées et/ou malades, les
enfants en bas âge, les travailleurs manuels et les sportifs doivent faire l’objet d’une attention particulière.
Pour que le rêve ne se transforme pas en cauchemar en cas de forte chaleur, il faut savoir se préserver
et être attentif à ses proches.
diminution de la tension artérielle, augmentation de la fréquence cardiaque,
nausées, vomissements, perte de
conscience sont les symptômes progressifs qu’il faut savoir reconnaître avant
qu’il ne soit trop tard.
Les sportifs et les travailleurs manuels
doivent adapter leur activité en fonction
On estime que la canicule de 2003 a
causé la mort de 15 000 personnes en
France. L’exposition à de fortes chaleurs
en été représente une agression pour
l’organisme. Epuisement, troubles du
sommeil, crampes, étourdissements : ces
différents symptômes doivent alerter en
période de forte chaleur ou de canicule.
Ils peuvent être causés par une déshydratation ou une mauvaise régulation de
la température du corps. En cas de
malaise ou de « coup de chaleur », l’Institut national de prévention et d’éducation
à la santé (Inpes) recommande d’appeler
le 15 sans tarder. Mais pour éviter d’en
arriver là, il suffit de reconnaître les
signes et suivre quelques mesures
simples de prévention adaptées à son
âge et à ses activités ou celles de ses
proches.
L’hyperthermie ou « le coup de chaleur »
Lorsqu’une personne ne transpire pas
assez, elle ne peut plus maintenir sa
température corporelle à 37 °C sous
l’effet d’un environnement chaud ou d’un
travail musculaire particulièrement
important. On parle de coup de chaleur
ou hyperthermie lorsque l’élévation de sa
température dépasse les 40°C. D’abord
une sensation de faiblesse, de légers
vertiges, et évidemment la sensation
d’avoir très chaud. Fatigue, maux de tête,
vertiges, crampes, sueurs, obnubilation,
délire agité, agressivité, convulsions,
8
de la température car les premières
causes d’hyperthermie pour les personnes en bonne santé sont la déshydratation ou l’effort intense. Parmi nous,
les personnes âgées sont les premières
touchées car leur capacité de sudation
est diminuée : leur organisme régule
moins bien leur température corporelle.
Du bon sens et de la méthode
1. Il est essentiel de manger régulièrement en privilégiant raisonnablement les aliments riches en eau
comme les légumes et les fruits.
Préférer des repas froids et éviter
ceux trop riches en graisses. Pour les
enfants privilégier les fruits frais
(pastèque, melon, fraise, pêche) ou
en compote, et les légumes verts
(courgettes et concombres,
tomates). Proposer des yaourts ou
du fromage blanc quand l’alimentation est diversifiée et que l’enfant n’a
pas de contre-indications l’empêchant de consommer des produits
lactés.
2. Surtout, boire au moins 1,5 à 2 litres
de boisson par jour. Les boissons
très sucrées et à forte teneur en
caféine sont à éviter, ainsi que les
alcools. Les jeunes enfants ne
peuvent se désaltérer que si on leur
propose à boire régulièrement, pour
les tout petits au biberon ou à la
cuillère. La nuit leur proposer à
boire, ainsi qu’au réveil.
Les personnes ayant une pathologie
qui augmente la transpiration et les
pertes d’eau (diarrhée, fièvre)
doivent veiller à s’hydrater encore
plus.
3. Se mouiller la peau, se ventiler (une
serviette humide sur un ventilateur
est une bonne combine pour ne pas
se laisser envahir par la canicule).
4. Eviter les heures chaudes de la
journée (entre 11 heures et
17 heures) et privilégier les lieux
frais (cinéma, supermarchés …) et
ombragés. Ne jamais laisser un
enfant seul dans une voiture !
5. O
n se sentira bien chez soi en
fermant les volets et en aérant
lorsque l’air dehors commence à se
rafraîchir, à la tombée du jour.
6. P
orter des vêtements légers,
amples, de préférence en coton et
de couleur claire, un couvre-chef
adapté, comme une casquette
blanche par exemple.
7. Demander conseil à son médecin si
l’on prend un traitement médicamenteux, surtout en cas de
symptômes inhabituels (maux de
tête, sentiment de faiblesse,
vertiges, ou fièvre doivent vous
alerter). Les posologies de certains
médicaments doivent être revues
avec le médecin traitant.
nfin faire jouer la solidarité et
8. E
prendre des nouvelles de ses
proches. Le passage quotidien d’une
personne est nécessaire pour
stimuler quelqu’un d’âgé et fixer une
quantité d’eau journalière entreposée au réfrigérateur.
Prévention
& dépistage
r e s t e z
a t t e n t i f s
!
Les signes d’alerte
Certains signes, qui peuvent vous paraître anodins,
précèdent l’apparition de symptômes plus graves.
La déshydratation
Elle concerne toute personne qui transpire mais ne boit pas assez.
Une personne bien hydratée a des émissions d’urine claire toutes les trois ou
quatre heures. Il faut donc être attentif à
une diminution, voire un arrêt de l’émission d’urine, à une sécheresse et un
manque d’élasticité de la peau, aux yeux
creusés, à une perte de tonus des globes
oculaires, une respiration rapide et profonde et à la disparition des larmes.
Attention aux jeunes enfants! Chez le
nourrisson, les signes de déshydratation
sont le creusement de la fontanelle, une
couche pas mouillée pendant plus de
8 heures ou l’absence de larme lorsqu’il
pleure. La sécheresse de la bouche et des
lèvres doit alerter chez tous les enfants,
ainsi que la fatigue : l’enfant s’agite, il
râle puis il devient amorphe.
Les personnes âgées, quant à elles,
perdent la sensation de soif et se déshydratent sans s’en rendre compte. Quand
elles se déplacent difficilement, elles
limitent leur consommation de boissons
pour ne pas aller trop souvent aux toilettes. Les patients sous traitement diurétique et ceux qui prennent des psychotropes doivent être particulièrement
vigilants à la déshydratation.
• La bouffée de sueur après avoir bu un
verre d’eau.
Vous étiez en train de vous déshydrater.
Vous avez réamorcé le mécanisme de la
sudation en buvant un verre d’eau. Cela
se manifeste par cette bouffée de sueur
qui est donc un signe de dessèchement… compensé.
• La sensation de bien-être en passant
les bras sous l’eau froide.
Vous étiez en train de chauffer. Les
mains et les avant-bras sont des zones
riches en récepteurs de la chaleur. En les
mettant en contact avec un corps froid,
vous indiquez à votre cerveau que la
température du corps diminue ce qui se
manifeste par une sensation de bienêtre.
• Ne pas avoir uriné depuis le matin.
Lorsque vous transpirez, vous utilisez
une partie de l’eau de votre organisme et
vous puisez dans vos réserves. Lors d’une
forte chaleur, si l’apport quotidien d’eau
n’est plus suffisant, ou que vous ne
rechargez pas assez vos réserves, le
corps économise son eau pour pouvoir
assurer la sudation. Cette économie se
fait, par exemple, aux dépens de l’élimination urinaire qui se trouve ainsi réduite.
D’autres signes sont les marqueurs d’une
pathologie. Vous ne devez pas attendre
leur apparition pour commencer à agir
mais savoir les reconnaître pour éviter
des accidents dans votre entourage.
L’insolation
Elle survient aussi bien au repos que
pendant une activité, et se caractérise par
des maux de tête, des vertiges, des sueurs
froides, et une fatigue intense, sans qu’il
y ait d’élévation notoire de la température
du corps. Il faut boire et se mettre au
repos, à l’ombre, pendant quelques
heures.
La crampe de chaleur
Vous ressentez des crampes vraiment
intenses aux mains, aux pieds ou aux
mollets, vos muscles sont durs et tendus.
Il faut arrêter l’effort.
Le coup de chaleur
Un coup de chaleur correspond à une
élévation de la température du corps au
delà de 40 °C. La victime souffre d’une
forte fièvre et de pertes de conscience.
Elle est sujette à des vomissements, des
nausées, au délire, voire à des convulsions. Sa peau est chaude et moite puis
sèche (elle ne transpire plus). Ses pupilles
sont dilatées.
Il peut survenir très vite chez les nourrissons et les personnes âgées en période
de grosse chaleur, mais aussi chez les
sportifs qui ne compenseraient pas les
pertes d’eau dues à leur transpiration. Le
coup de chaleur (qui peut être mortel)
doit être soigné rapidement pour qu’il ne
persiste pas de séquelles neurologiques.
N’attendez pas l’apparition de ces signes pour commencer à agir !
S’informer, réagir...
Si vous avez la moindre question n’hésitez pas à appeler le numéro vert mis à
disposition par le Ministère de la Santé et l’INPES : Canicule Info Service : 0 800 06
66 66 (appel gratuit d’un poste fixe), ainsi que sur le site www.sante.gouv.fr/canicule.
Edité par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé, le dépliant « La
canicule et nous » est télé­chargeable sur inpes.santé.fr.
Enfin n’oubliez pas les numéros d’urgence comme :
le 15 (Samu), le 18 (les pompiers) ou le 112 (numéro d’urgence unique européen).
9
Environnement
& Écologie
Des maladies cachées dans le sable des plages
Quoi de plus agréable que de s’allonger sur le sable fin ?
Mais la plage peut être souillée. Résultat : des irritations, des mycoses et autres désagréments.
Quelques précautions peuvent vous aider à les éviter.
La plage est un espace qui peut être fréquenté par des milliers d’estivants. Or,
les microbes aiment eux aussi se prélasser au soleil sur le sable et n’hésitent pas
à s’attaquer à votre peau !
« Le problème le plus courant, c’est le
Pityriasis versicolor », met en garde le
Dr Gérard Rousselet, président du Syndicat des dermatologues. Il s’agit d’une
mycose qui se manifeste par une éruption de taches marron sur le thorax, les
épaules, le cou ou le dos, évoluant en
taches blanches de dépigmentation.
Il vaut mieux consulter un médecin, qui
vous conseillera un produit spécial pour
vous savonner et désinfecter la peau,
ainsi qu’un traitement par voie générale.
Un champignon assez coriace
Fissures, irritations, petites peaux entre
les orteils sont la manifestation du pied
d’athlète. Il s’agit également d’une
mycose qui peut être contractée dans le
sable, tout comme l’onychomycose qui
colore et abîme les ongles. Le médecin
prescrira une analyse après un prélèvement par grattage. Assez long, le traitement peut comporter des antibiotiques.
« Pour prévenir ce champignon assez
coriace, conseille le Dr Rousselet, il faut
soigneusement se sécher les pieds
après un sérieux savonnage et éviter de
conserver des chaussures humides. »
Il est préférable d’éviter les plages trop
10
proches des zones industrielles ou des
ports, les boulettes de résidus pétroliers
échouées sur le sable pouvant être à
l’origine de rougeurs et d’irritations. On
s’en débarrasse rapidement grâce à de
l’huile alimentaire ou solaire. N’utilisez ni
essence ni solvant.
Eloignez-vous des canards !
La maladie dite « pied-main-bouche » se
manifeste par de petites éruptions sur la
plante des pieds, la paume des mains et
le palais des enfants, qui se contaminent
en se traînant sur le sable pollué par des
déjections canines. « Due à un virus, elle
est bien connue des pédiatres et sans
gravité. Elle guérit généralement toute
seule », rassure le Dr Cheymol.
Souvent romantiques, les bords de lac ne
sont pas plus sûrs, bien au contraire ! Les
eaux douces sont parfois contaminées
par des eaux usées mal traitées et des
déjections animales : chiens, mais aussi
bétail. Vous pouvez aussi contracter la
dermatite des nageurs, une affection
bénigne de la peau qui se manifeste par
des démangeaisons provoquées par des
parasites ou puces du canard. Eloignezvous donc de ces charmants volatiles et,
en nageant, n’avalez pas d’eau et rincezvous bien après le bain.
Enfin, en prenant certaines précautions
simples, vous réduirez les risques sanitaires si le sable n’est pas très propre.
Même s’il est très doux, évitez de vous
allonger directement dessus : utilisez
une serviette de bain, posée sur une
rabane ou un matelas. Prenez-en soin.
D’après N. Allain
Être éco-citoyen
à la plage
En respectant certaines consignes
simples, il est très facile de contribuer à
maintenir la propreté de la plage et de
réduire les éventuels risques sanitaires
liés à un sable sale.
Ne jetez pas vos déchets sur le sable
(papiers, mégots, restes
alimentaires…) et ne les enterrez pas
non plus. Utilisez les corbeilles ou
poubelles mises à votre disposition.
Signalez toute présence de déchets
dangereux (seringues) au poste de
secours ou à la mairie.
Utilisez les sanitaires mis à votre
disposition sur le bord des plages et
douchez-vous régulièrement.
Pendant la saison estivale, les
animaux domestiques sont
généralement interdits sur les
plages, car ils risquent de les salir et
de souiller l’eau de baignade. Laissez
les vôtres à la maison.
Urgences
s
e
r
u
l
û
r
Les b
Que faire en cas de
brûlure ? Comment en
déterminer la gravité ?
Et quels gestes
simples effectuer pour
éviter de se brûler…
• La localisation
Les brûlures du visage (bouche, nez,
paupières et yeux), des mains, des pieds
et du périnée sont particulièrement
graves.
• L’âge de la personne
Une brûlure est plus grave chez l’enfant
et la personne âgée qui sont plus fragiles
et supportent moins la déshydratation.
Les brûlures sont malheureusement
des accidents courants de la vie quotidienne qui se produisent le plus souvent
à la maison et touchent principalement
les plus jeunes.
• Chaque année, en France, environ
300 000 personnes sont victimes
de brûlures.
Si la majorité d’entre elles présente
des lésions bénignes qui guérissent
rapidement,
10 000 personnes atteintes de
brûlures plus préoccupantes sont
hospitalisées, et 3 500 admises dans
l’un des 22 centres de traitement des
brûlés.
• 70% des brûlures sont dues à des
accidents domestiques.
• 1 brûlé sur 3 est un enfant ou un
nourrisson.
> Déterminer la gravité
d’une brûlure
La gravité d’une brûlure dépend de sa
profondeur et de son étendue mais aussi
de la zone touchée et de l’âge de la personne concernée.
• L’étendue
On évalue en pourcentage la surface
cutanée brûlée. Une brûlure est grave si
elle touche plus de 15 % de la surface du
corps d’un adulte et plus de 5 à 10 %
chez l’enfant. Pour calculer rapidement
la surface atteinte, on prend pour référence la paume de la main qui équivaut à
1 % de la surface totale de la peau.
Chez l’enfant, les surfaces se calculent
différemment, en raison de l’importance
de la tête par rapport au reste du corps.
Surface atteinte
Partie du corps
Adulte
Enfant
Tête et cou
9%
17 %
Face antérieure du tronc
18 %
18 %
18 %
18 %
Face postérieure du tronc
Chaque jambe (en totalité)
18 % (x2) 14 % (x2)
Chaque bras (en totalité)
9 % (x2)
Périnée
Total
9 % (x2)
1%
1%
100 %
100%
• La profondeur
La peau est constituée de trois couches :
l’épiderme à la superficie, le derme avec
l’insertion des glandes et des poils, et
enfin, l’hypoderme contenant une couche
de cellules graisseuses.
- Brûlure du 1er degré
Elle n’atteint que
l’épiderme et se
manifeste par une
rougeur et une
douleur
vive,
parfois suivie d’une desquamation (la
peau pèle) au bout d’un jour ou deux.
L’exemple type est le coup de soleil. Cette
brûlure guérit spontanément et sans
séquelle en quel­ques jours.
- Brûlure du 2e degré
Elle peut détruire l’épiderme
et une partie du derme et se
caractérise par une rougeur,
un gonflement de la peau
alentour et par l’apparition de cloques.
On distingue les 2e degrés superficiel
et profond. La brûlure du 2e degré superficiel cicatrise spontanément, sans
séquelle, en deux semaines environ, celle
du 2 e degré profond peut mettre
trois semaines, voire plus, et laisser alors
des cicatrices définitives.
- Brûlure du 3e degré
Elle touche toute l’épaisseur de la peau
et peut détruire le muscle ou l’os sous
jacent. Elle est le plus souvent provoquée
par la projection de liquide bouillant, le
contact bref et intense avec des flammes
ou un objet chaud (fer à repasser, plaque
de four…).
> Bon à savoir !
- Si vos habits prennent feu, ne courez pas mais roulez-vous sur le sol.
- Si quelqu’un devant vous est la victime des flammes, éteignez le feu avec une
couverture anti-feu ou des habits en laine (surtout pas de matière
synthétique). N’enlevez pas les vêtements, vous risquez d’arracher la peau.
11
Les brûlures
Les brûlures sont des lésions
de la peau, provoquées :
dans
85
des cas
%
par le contact avec des flammes,
un liquide bouillant ou un objet
chaud
7
% des cas
par le passage de
courant électrique à
travers le corps
7
%
des cas
La partie brûlée est blanche, cireuse ou
gris-noir. Cette brûlure peut être indolore et insensible car les terminaisons
nerveuses sont détruites.
> Ce qu’il faut faire
en cas de brûlure
- Brûlures légères
Ex : coup de soleil, contact bref avec un
corps très chaud sur la peau nue…
Ce type de brûlure ne nécessite en
général aucun traitement particulier. On
peut appliquer localement de la vaseline
ou de la biafine.
Il faut également en cas de coups de
soleil multiples penser à bien s’hydrater
en buvant de l’eau et prendre un peu de
paracétamol ou d’aspirine si besoin.
- Brûlures du 2e degré, peu étendues et
n’ayant pas de caractère de gravité
• Il faut, le plus rapidement possible,
mettre la zone brûlée sous l’eau froide
pendant 10 minutes environ (au besoin,
appliquer des linges ou compresses
imbibés d’eau froide).
par le contact
avec des produits chimiques
• Puis appliquer un tulle gras, de la
vaseline ou une pommade adaptée aux
brûlures et protéger en recouvrant avec
une compresse de gaze stérile.
Le renouvellement du pansement doit
être effectué au bout de 24 h à 48 h.
• La vaccination anti-tétanique doit être
systématiquement vérifiée. Si le dernier
rappel date de plus de 10 ans ou, en cas
de doute, il convient de le signaler tout
de suite à un médecin.
Si la brûlure est étendue, si des cloques
(phlyctènes) apparaissent, si l’on a le
moindre doute sur la profondeur et, à
plus forte raison, si la zone brûlée est
insensible, il faut immédiatement consulter un médecin ou se rendre dans un
établissement de soins.
- Brûlures graves
• Alerter ou faire alerter les secours
112 : Urgences 15 : Samu 18 : Pompiers
• En attendant leur arrivée, placer la
blessure sous un robinet d’eau froide
pendant 10 minutes environ. Si cela n’est
pas possible, couvrir la brûlure d’une
serviette ou d’un drap propre imbibé
d’eau froide.
> Les grands brûlés
Leur traitement repose sur une double
thérapeutique, menée simultanément :
la réanimation et le traitement chirurgical.
Les soins de réanimation consistent globalement à lutter contre les pertes de
liquides, la dénutrition et l’infection. La
chirurgie vise à obtenir la cicatrisation
de(s) la zone(s) brûlée(s).
1%
des cas par le froid
et les radiations
Ce soin de refroidissement immédiat est
capital. Il freine la propagation de la
chaleur en profondeur et diminue ainsi la
gravité des lésions.
> Quelques gestes simples pour éviter les brûlures
- Protéger les radiateurs électriques,
plaques de cuisson, fours, corps et
tuyaux de poêles, et foyers de cheminée.
- En cuisine, veiller à la stabilité des
plats, orienter systématiquement le
manche des casseroles vers l’intérieur de la cuisinière et plus généralement, mettre hors de portée des
enfants les manches et poignées
d’ustensiles.
- Faire particulièrement attention au fer à
repasser, à la friteuse et à son huile
bouillante.
- Ne jamais jeter d’eau sur un ustensile
ou un appareil qui brûle (cela augmente
les flammes). Ne jamais jeter d’eau sur
l’huile en feu, mais étouffer les flammes
en posant dessus un couvercle ou un
linge mouillé (s’il s’agit d’une friteuse,
la débrancher au préalable).
- Vérifier la température du bain des
enfants.
- Stocker les produits d’entretien dans
des meubles fermés à clé.
- Faire attention aux pots d’échappement des motos et autres engins à
2 roues.
- Ne pas utiliser d’alcool à brûler pour
allumer son barbecue ou un feu de
broussailles.
CCMO Mutuelle, 6 av. du Beauvaisis, PAE du Haut-Villé, BP 50993, 60014 Beauvais Cedex
Mutuelle soumise au Livre II du Code de la mutualité - n° 780 508 073.
12
Echos
de la CCMO
Les délégués individuels de la CCMO en réunion
22 délégués titulaires et suppléants représentant les adhérents au titre des particuliers ont participé à une réunion
d’information le 19 avril dernier. De nombreux sujets ont été abordés à l’occasion de ce rendez-vous.
C’est au siège social de la CCMO que les
délégués individuels, qui représentent
les adhérents du collège des particuliers,
se sont retrouvés le 19 avril pour faire le
point sur la situation de la mutuelle.
Guy Leriche, Président, et Christian
Germain, Directeur général ont tout
d’abord indiqué que « la CCMO poursuit
sa croissance dans un marché très
concurrentiel ». C’est pourquoi la
mutuelle se mobilise chaque jour pour
adapter sa structure aussi bien en termes
d’effectifs que d’organisation. Après la
présentation des principaux chiffres clés
représentatifs de l’activité, la préparation
de l’Assemblée générale du 26 mai a été
abordée.
Le rôle des délégués individuels au sein
de la CCMO a été développé en rappelant
que ces derniers sont élus par les
adhérents du collège des particuliers.
Porte-paroles et représentants des
adhérents, ils participent donc à
l’Assemblée générale. Véritables
ls
C ha r t
e des délégués individue
interlocuteurs privilégiés des adhérents,
ils expriment leurs souhaits et
transmettent leurs propositions. Une
charte du délégué a ainsi été élaborée et
accueillie favorablement. Ce document
aborde notamment le fait qu’être délégué
de sa mutuelle, c’est s’engager dans un
mandat bénévole au service de l’intérêt
général, c’est être et rester en contact
avec les adhérents. Dans le courant de
l’année, la CCMO sera en mesure de
mettre en place des outils permettant aux
adhérents de communiquer avec leur
délégué.
Enfin, cette réunion a permis de rappeler
que les prochaines élections se
dérouleront en 2011. La CCMO ne
manquera de traiter le sujet dans les
prochains numéros de votre magazine
d’information trimestriel « L’essentiel de
la CCMO ».
« LE DÉLÉGUÉ INDIVIDUEL »
Son identité
• Il est Membre de la CCMO appartenant au collège des individuels et est élu au sein de ce collège.
• Il représente 1000 voix c’est à dire 1000 adhérents, il peut recevoir des pouvoirs d’autres délégués
sans que son nombre de voix au total ne puisse excéder 2000 voix.
• Il est bénévole
Son rôle
• Il est le porte-parole des adhérents individuels à l’Assemblée Générale.
• Il est le relais des adhérents individuels auprès de la Direction de la Mutuelle (administrateurs et
direction générale). A ce titre, sans se substituer aux services de relation clients de la Mutuelle, il
doit transmettre leurs souhaits, propositions, interrogations ou réclamations.
• Force de proposition, il soumet au Conseil d’administration ou à la Direction les idées qui permettent d’améliorer les conditions des adhérents en leur facilitant l’accès aux soins.
• Il participe au débat mutualiste.
• Il ne peut en revanche en aucun cas prendre une décision ou engager la Mutuelle aux lieu et
place du Conseil d’administration ou de la Direction de la Mutuelle.
Son engagement
• Défendre et promouvoir la CCMO et ses valeurs, auprès de son entourage, des adhérents et des
professionnels de santé.
• Assister à l’Assemblée générale et aux réunions des délégués.
• Adhérer aux principes fondamentaux de la charte CCMO, rappelés au verso.
Ses moyens
• Interlocuteur privilégié et référent local des adhérents, il doit pouvoir être contacté directement
par ces derniers et accepte à ce titre la diffusion de ses coordonnées (adresse mail, téléphone)
auprès des adhérents de son secteur géographique, (à défaut un numéro de téléphone sera donné),
commun à tous les délégués et une adresse mail individualisée centralisée à la CCMO.
• Une boîte à idées électronique sera mise à disposition des adhérents.
• Il participe à l’Assemblée générale de la CCMO, à l’ensemble des réunions spécifiques qui sont
organisées à son intention, et aux réunions avec les adhérents individuels de son secteur géographique.
Hommage
Marcel Magaud qui nous a quitté le 13 mai
dernier a longtemps été un représentant
avisé de la Mutualité.
La CCMO et la Mutualité ont été très
affectées par la disparition de Marcel
Magaud. Salarié des Charbonnages
de France et mutualiste depuis 1962,
il est entré au Conseil d’adminis­
tration de la CCMO en 1981. Il a été
élu au Bureau en 1984 pour prendre
la Vice-présidence. Profondément
attaché aux valeurs mutualistes, il a
défendu et conseillé la mutuelle
jusqu’en 2003, date à laquelle il a
pris les fonctions de Conseiller du
Président.
13
Echos
de la CCMO
Journées Essentielles : « Je tiens à ma peau ! »
Comme chaque année, la CCMO a organisé dans ses agences de Picardie la Journée Essentielle sur un grand
thème de santé publique. Le sujet 2010 a porté sur la peau et la dermatologie.
Une occasion pour chacun de s’informer, d’être conseillé et de préparer les beaux jours.
En France, 6 000 à 8 000 nouveaux cas de
mélanomes sont déclarés chaque année.
Ce cancer touche tous les âges, en dehors
• SOLEIL • VIEILLISSEMENT • TACHES • ACNÉ • CANCER • ALLERGIES •
> Mardi 1er juin 2010
Compiègne (21, rue Saint Nicolas)
Creil (20, rue de la République)
> Mercredi 9 juin 2010
Beauvais (17, place Jeanne Hachette)
Soissons (16, rue Quinquet)
> Mercredi 16 juin 2010
Amiens (5, rue Léon Blum)
une exposition
un jeu-quiz
des conseils
avec des affiches et des brochures
mises à votre disposition
pour tester
vos connaissances...
un dermatologue
répondra à vos questions
En partenariat avec le
Syndicat National
des Dermatologues
LA JOURNÉE
CCMO_JE_peau_60x80.indd 1
22/04/10 07:12
de l’enfant chez lequel il reste exceptionnel. Son incidence double environ tous les
10 ans. Les autres cancers de peau (carcinomes) sont plus fréquents, mais potentiellement moins graves. Comme le dossier
spécial « Bien protéger sa peau » paru dans
le numéro de mars de L’essentiel de la
CCMO l’indiquait, selon les spécialistes, il
faut examiner sa peau à partir de 40 ans,
3 ou 4 fois par an.
« Les nuages protègent des UV », « cela ne
sert à rien d’examiner sa peau soi-même »,
« à la plage on ne risque rien sous un
parasol »,… autant d’idées reçues qui méritent d’être vérifiées ou au contraire démenties par des professionnels de la peau.
Ces journées essentielles ont été l’occasion pour les picards de s’informer, d’être
conseillés avant l’été en se rendant dans
les agences de Beauvais, Amiens, Compiègne, Creil et Soissons.
En partenariat avec le Syndicat National
des Dermatologues et Vénéréologues de
Picardie, des médecins dermatologues ont
reçu toute la journée les visiteurs pour les
conseiller gratuitement, leur apporter des
informations utiles et répondre à leurs
questions sur ce thème. Le public a pu
tester ses connaissances grâce à un quizz
et consulter les panneaux d’information
exposés.
A l’occasion de ces Journées Essentielles,
la CCMO a réalisé un nouveau Guide
Essentiel « Pour tout savoir sur la peau
et la dermatologie ». Vous pouvez le
télécharger gratuitement sur internet
www.ccmo.fr.
Recette
Pot-au-feu de cabillaud au citron
Préparez le court-bouillon :
Pour 4 personnes
Ingrédients :
- cabillaud : 1 kg
- pommes de terre : 4
- carotte : 6
- navet : 4 petits
- poireau : 4
- céleri : 2 branches
- céleri-rave : 0,5 boule
- oignon : 1
- clou de girofle : 1
- bouquet garni (persil,
thym, laurier) : 1
- sel, poivre
Pour le court bouillon :
- oignon piqué de 1 clou de
girofle : 1
- bouquet garni (persil,
thym, laurier) : 1
14
- carotte : 2
- céleri : 1 branche
- vinaigre : 2 c. à soupe
- gros sel
- poivre en grains
Pour la sauce :
- citron : 1
- moutarde : 3 c. à café
- huile d’olive : 5 c. à
soupe
- ail : 1 gousse
- herbe fraîche mélangée
(ciboulette,
persil,cerfeuil, estragon,
basilic…)
- sel, poivre
• Epluchez les carottes et le céleri et coupez-les en tronçons. Puis plongez-les
dans 3 litres d’eau froide, ajoutez
l’oignon, le bouquet garni, le vinaigre, le
gros sel et le poivre. Portez à ébullition
puis baissez le feu et laissez frémir 20
min. Laissez refroidir et réservez.
Préparez le pot-au-feu :
• Pelez les pommes de terre, les carottes,
les navets, le céleri branche et rave.
Nettoyez et ficelez les verts des poireaux.
• Coupez la branche de céleri en tronçons,
les carottes et les navets en deux, et le
céleri rave en gros cubes.
• Dans une cocotte déposez le bouquet
garni, l’oignon piqué du clou de girofle,
les carottes, les navets et le céleri. Salez,
poivrez et faites cuire 20 min.
• Ajoutez les poireaux et les pommes de
terre et prolongez la cuisson à nouveau
pendant 20 min.
• Au moment où vous ajoutez les
poireaux, déposez le cabillaud dans le
court bouillon refroidi, portez à ébullition
puis réduisez le feu et faites cuire 20 min
à feu doux.
Préparez la sauce :
• Râpez le zeste du citron et récupérez le
jus.
• Dans un bol, mélangez la moutarde, le
sel, le poivre et l’ail écrasé. Versez l’huile
tout en fouettant. Terminez par une
cuillérée à soupe d’eau. Ajoutez les
herbes hachées et le jus de citron.
Disposez le cabillaud et les légumes dans
un plat creux.
Servez la sauce à part.
Courrier
des lecteurs
Spécial questions posées par les adhérents à l’Assemblée générale de la CCMO
Pourquoi les séances d’ostéopathie ne
sont-elles pas prises en charge ?
Les garanties santé souscrites à titre
individuel par les particuliers ou les
professions indépendantes peuvent
comprendre la prise en charge de séances
d’ostéopathie.
En revanche, les garanties santé
collectives standards ne les intègrent
pas. C’est pourquoi, la CCMO offre la
possibilité de souscrire individuellement
ou collectivement au module Plus et au
module Sup en complément des
garanties existantes.
Est-il possible d’obtenir un meilleur
remboursement de l’homéopathie ?
Pourquoi les soins de parodontie ne
sont-ils pas pris en charge ?
Qu’en est-il du remboursement par
l’Etat de la prise en charge du vaccin
HINI aux mutuelles ?
Les actes liés au traitement de la parodontite sont « hors nomenclature » et à ce
titre ne sont pas remboursés par le
Régime obligatoire. Les contrats santé de
la CCMO interviennent en complément du
Régime obligatoire et ne garantissent
donc pas le remboursement de ces soins.
Pour le traitement de cette pathologie, seul
le détartrage complet (sus et sous-gingival) est pris en charge et codifié en soins
conservateurs par la nomenclature du
Régime obligatoire. Dans ce cas, les garanties santé de la CCMO remboursent le
complément au titre des soins dentaires.
L’homéopathie est une spécialité qui
n’est quasiment pas remboursée par le
Régime obligatoire. De ce fait, la mutuelle
ne la rembourse pas en complément.
Pour répondre à la demande des
adhérents, des garanties santé spéciales
« Médecines douces et complémentaires »
ont été créées en 2007. Par ailleurs, la
CCMO étudiera la prise en charge
spécifique de l’homéopathie dans le
cadre de l’adaptation de ses garanties.
A ce jour, aucune information dans ce
sens n’a été transmise aux mutuelles sur
un éventuel remboursement. La CCMO ne
manquera pas de tenir ses adhérents
informés de l’évolution de ce dossier.
La réponse à la question sur la répartition
des adhérents de la CCMO fera l’objet
d’un sujet complet dans le prochain
numéro de L’essentiel de la CCMO en
septembre.
Mots casés santé
Solution en page 3
Doit-on retourner un questionnaire pour
les garanties Pass Sports ?
Les adhérents qui bénéficient gratuitement de la garantie Pass Sports ont reçu
à leur domicile un dossier complet
composé :
• des statuts de « la Mutuelle des Sportifs »,
• de la notice d’information détaillant
l’ensemble des garanties prévoyance et
comprenant un formulaire de déclaration d’accident.
Il n’est pas nécessaire de remplir un
questionnaire pour bénéficier des garanties de prévoyance Pass Sports.
Attention : En cas d’accident, l’adhérent
doit impérativement remplir « la déclaration d’accident » figurant dans la notice
d’information et l’adresser au médecin
conseil de la Mutuelle des Sportifs,
accompagnée d’un certificat médical
dans les 5 jours de sa survenance.
1
A
2
AI
AL
AN
AS
AS
DE
FE
GI
IL
IL
LA
ON
OO
OS
OU
SA
SE
SI
RU
3
ALE
API
AVE
EVE
HIT
IRM
ISE
LOT
MAL
OPE
RUE
SAC
TEE
UNS
VOX
YEN
4
5
7
11
EDEN
ETUI
IRES
ISSU
LESE
MISE
NAIS
OSER
PEAU
PNEU
SEES
SENS
SMIC
TACT
ARMES
ETAPE
ETAYE
NIPPE
OSIDE
ROUES
SABLE
TIEDE
VERDI
BRULURE
JOURNEE
RESEAUX
ESSENTIELLE
8
DERMATOLOGIE
HYPERTHERMIE
6
MELANOMES
ADDITIFS
DELEGUES
9
12
14
DESHYDRATATION
EVENTE
OFFRES
15
Distribution nationale
N° 22 - Septembre 2010
L’essentiel
Papier recyclé
de la CCMO
10e Rencontres CCMO
« Le sommeil en questions »
“La santé est un état de bien-être physique, mental et social
et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité.”
Organisation Mondiale de la Santé
de
IoN : ElISE
91 82
E
I
E M E
E S
G M
H M O N
T
N E D
I
O R G A N E
S
M E
N O E
E
C
E
E
C
V A
A
3
1
2
R
E
N E
B U V
I
C
4
E
I
F
D
E
T
E
I
T
T
I
5
E
V A
R
P
S
I
L
T
E
E
R O N
6
7
Mots croisés santé
T
8
M
S
I
A
S O N D
N A
I
E
O S
E M
T U
I
B U
R N
E
O S
S
E
E
E
R
T
O N S
9 10 11 12
INSCrIpt
03 44 06
H
Salon Canneville
Espace culturel de la Faïencerie
Allée Nelson
S
CCMO Mutuelle, 6 av. du Beauvaisis, PAE du Haut-Villé, BP 50993, 60014 Beauvais
Cedex / n° 22 • Revue trimestrielle • Directeur de la publication : Christian Ger­main
• Directeur de la rédaction : Elise Alphonse • Conception originale et réalisation :
Transferase, Groupe Young & Rubicam • Imprimé par Imprimerie Houdeville,
Avenue des Cencives - ZA - 60000 Tillé à 83 700 ex. Un document d’information
sur les modifications des statuts et des règlements mutualistes est inséré dans
ce numéro • Photos : Fotolia, Getty Images • Diffusion limitée aux adhérents,
bénéficiaires et amis de CCMO Mutuelle • Toute reproduction, même partielle, doit
être soumise à l’autorisation du Directeur de la publication. Dépôt légal à parution.
N° de commission paritaire : 0610M07492. Mutuelle soumise au Livre II du Code de
la mutualité - n° 780 508 073.
Creil
E
✆ 03 44 06 90 00
Salles Saint Nicolas
2, rue du Grand Ferré
R A S
Directeur général
de CCMO Mutuelle
Compiègne
mercredi 29 septembre 2010 mardi 12 octobre 2010
de 17h30 à 19h
de 17h30 à 19h
E
Christian Germain
Président
de CCMO Mutuelle
Environnement & écologie
• L’école se met au vert !
Fiche Essentielle
• L’œil
Echos de la CCMO :
• Rencontre annuelle des Entreprises
• La musique au-delà des différences
• Les Photaumnales : exposition à la CCMO
Vie pratique :
• Un nouveau calendrier vaccinal
La recette :
• Bœuf sauté au gingembre et à la citronnelle
Courrier des lecteurs Mots croisés santé
S
Guy Leriche
• Dossier spécial sommeil :
un capital dont il faut prendre soin
questions
E
Soyez assurés que votre Conseil d’administration sera
particulièrement vigilant. Il mettra tout en œuvre pour limiter
les augmentations de cotisation en tenant compte de la
situation économique actuelle et pour adapter les garanties
afin de ne pas pénaliser l’ensemble des adhérents ayant un
comportement responsable.
p7
Prévention & dépistage
D E
Cet accroissement de la consommation médicale comme la
pratique de plus en plus courante des dépassements
d’honoraires sont autant de raisons qui ont obligé la CCMO à
faire prendre des mesures en Assemblée générale pour
application au 1er janvier 2011 et vont inciter votre mutuelle à
être encore plus innovante dans sa maîtrise des coûts de
santé, afin de continuer à permettre à tous d’avoir un accès
aux soins de qualité.
Le
en sommeiL
p5
p5
p6
I
Mais surtout quand l’atmosphère est morose, on remarque,
dans la population générale, une nette augmentation du
nombre de consultations médicales. Il en résulte un dérapage
des dépenses de santé que nous avions déjà constaté en
2009 et qui ne ralentit pas au cours du 1er semestre 2010.
> p 8-9
Les rencontres
p4
p4
L
En effet, les mesures prises pour tenter de réduire les
dépenses de l’Assurance maladie entraînent des transferts
de charges sur les complémentaires, sans compter la
revalorisation de certains actes comme le tarif de consultation
du médecin généraliste. Les différentes taxes CMU instaurées
en 2008 et 2009 ont eu un lourd impact sur les comptes de
votre mutuelle puisque le Conseil d’administration avait
décidé en 2007 de ne pas répercuter intégralement la hausse
de la taxe sur les cotisations de l’année 2008.
Actualités sociales
• Trou de la Sécu : un nouveau record
• Les conséquences pour la CCMO
Actu CCMO :
• Un tiers payant CCMO performant
• Rencontres Santé d’Amiens
Bloc notes • Chiffres clés • Agenda social
Médecine & santé
• Le stress fait sa rentrée
J
Le déficit de la Sécurité sociale et la crise économique ont de
fortes répercussions dans le monde de la santé et à la CCMO
en particulier.
Sommaire
K
...........
..........
..........
..........
..........
..........
...........
Edito
p10
p11-12
p13
p13
p13
p14
p14
p15
p15
Actualités
SOCIALES
Trou de la Sécu :
chaque année, un nouveau record est atteint !
Les finances de la Sécu sont au plus mal. Un déficit de 26,8 milliards d’euros en 2010.
Un chiffre qui donne le vertige !
En juin dernier, la Commission des
comptes de la Sécurité sociale révélait
que le déficit de la Sécu devrait atteindre
26,8 milliards d’euros en 2010, soit une
dégradation de 16,6 milliards d’euros
depuis 2008. Avec un solde négatif de
13,1 milliards cette année, la branche
maladie représente, à elle seule, la moitié
du déficit.
Pour la deuxième année consécutive, la
maladie est la branche la plus déficitaire.
Elle est suivie par la branche vieillesse,
dont le résultat 2010 est estimé à moins
9,3 milliards d’euros, puis la branche
famille avec moins 3,8 milliards.
Dans le contexte de crise économique,
le déficit de la branche maladie a subi
un triplement : il est passé de moins
4,4 milliards d’euros en 2008, à moins 10,6
milliards en 2009, puis moins 13,1 milliards
en 2010.
Les difficultés sont plus liées à la baisse
des recettes – la hausse du chômage a fait
baisser les recettes majoritairement
basées sur des prélèvements sur le revenu
du travail – qu’à la réelle augmentation
des dépenses.
Rappelons que, pour 2010, l’Objectif
national des dépenses d’Assurance
maladie (Ondam) a été fixé à 162,4 milliards
d’euros, soit une augmentation de 3 % par
rapport aux dépenses de l’année 2009
estimées à l’automne dernier. Les
dernières prévisions font état d’une
progression de 2,8 % en 2010, contre
3,7 % en moyenne depuis 2005. En mai
dernier, le comité d’alerte a d’ailleurs
annoncé un risque de dépassement de
600 millions d’euros : 200 millions seraient
imputables aux soins de ville et 400
millions aux établissements de santé.
L’Ondam : c’est quoi ?
L’Objectif national des dépenses d’Assurance maladie (Ondam) est le
montant prévisionnel établi annuellement pour les dépenses de l’Assurance
maladie en France. C’est un outil de
régularisation pour ces dépenses.
L’Ondam a été créé par la loi du 22
juillet 1996 dans le cadre du plan
Juppé.
Il est divisé en 6 sous-catégories :
• dépenses de soins de ville,
• dépenses relatives aux établissements tarifés à l’activité,
• autres dépenses des établissements
de santé,
• dépenses relatives aux autres modes
de prise en charge,
• contribution aux dépenses des établissements et services pour
personnes âgées,
4
• contribution aux dépenses des établissements et services pour
personnes handicapées.
Cet outil ne comprend que les frais
couverts par l’Assurance maladie :
ticket modérateur, dépassement d’honoraires... Pour la loi de financement
de la Sécurité sociale de 2010, l’Ondam
est fixé à 162,4 milliards d’euros avec
un taux de progression de 3 %. Une
baisse de ce taux est prévue pour les
deux années suivantes, il passerait
ainsi de 3 % à 2,9 % en 2011, puis à
2,8 % en 2012.
Depuis 2000, le taux d’évolution est
appliqué par rapport à la dépense
effective de l’année précédente. Malheureusement, il n’a été respecté
qu’une seule fois en 13 ans, l’année de
sa création…
Dans la foulée de cet avertissement, le
gouvernement a annoncé une série de
mesures correctives dont le rendement
devrait être équivalent afin de maintenir le
cap. Il s’agit notamment du gel de certains
crédits destinés aux hôpitaux, de baisses
de prix, en particulier sur les médicaments
et sur l’anesthésie pour les opérations de
la cataracte, mais aussi de la délégation
ultérieure de 180 millions d’euros de
crédits « en fonction de l’évolution de
l’Ondam pour en garantir le respect ».
Les conséquences
pour la CCMO
Outre toutes les mesures préconisées
par la Caisse nationale d’assurance
maladie pour réduire le déficit de la
Sécurité sociale, certaines sont
suggérées par des groupes d’experts
comme ceux de la Commission Attali.
En préconisant le déremboursement
intégral des médicaments à vignette
bleue ou orange, les experts de cette
Commission pour la libération de la
croissance française estiment permettre une économie d’environ
1 milliard d’euros. Une telle mesure,
associée à une participation financière
plafonnée dans les cas d’affections de
longue durée, aurait pour conséquence une accélération du transfert
des dépenses vers les complémentaires, allégeant ainsi les difficultés
financières ponctuelles mais évidemment pas les difficultés structurelles
qui seraient supportées par les
mutuelles notamment.
Ces dernières, dont la CCMO, seraient
alors obligées de revoir leurs niveaux
de prestations et les coûts afférents
pour ne pas fragiliser leur pérennité.
Dans ce contexte, la CCMO reste
vigilante pour ajuster au plus près ses
garanties ainsi que ses tarifs et
intégrer les réformes successives et
nombreuses qui seront probablement
décidées en fin d’année.
Actu
CCMO
Un tiers payant CCMO Mutuelle performant pour répondre
aux besoins de ses adhérents
Aujourd’hui la CCMO compte plus de
91 000 adhérents représentant 182 000
personnes protégées au quotidien.
Pour répondre aux besoins de ces derniers
et leur garantir un accès à des soins de
qualité sans avance de frais de santé, la
CCMO s’emploie chaque jour à développer
un service de tiers payant performant
auprès de plus de 90 000 professionnels de
santé répartis sur tout le territoire Français.
Découvrez la répartition des adhérents et
des services de tiers payant.
Nombre
d’adhérents
< 100
100-1000
1 000-10 000
> 10 000
Nombre de
professionnels
de santé actifs
< 250
200-750
750-1500
1500-3000
> 3000
Mardi 7 décembre : la Conférence Santé mensuelle
d’Amiens aborde le don d’organes
Dans le cadre des Rencontres Santé d’Amiens, la mairie organise chaque mois une conférence animée par le journaliste
Patrick Vincent, dont l’accès est libre, gratuit et ouvert à tous dans la mesure des places disponibles.
La CCMO soutient cette initiative et s’associe plus particulièrement à la réunion menée en partenariat avec France Adot 80.
Elle se déroulera le mardi 7 décembre prochain de 18h à 20h à l’Espace Dewailly à Amiens et portera sur le sujet encore trop
souvent tabou du don de ses organes.
En effet, concernant le don d’organes, la loi française prévoit que la volonté du défunt prime sur toutes les autres. Mais
souvent, faute d’en avoir parlé auparavant, des familles endeuillées se trouvent dans la délicate situation de décider au nom
de leurs proches.
Que l’on soit pour ou contre le don d’organes, il est donc très important, de son vivant, de faire
clairement connaître à son entourage ses volontés et ses choix en la matière.
La transplantation reste aujourd’hui le seul espoir pour de nombreuses personnes atteintes d’une
grave maladie rénale, cardiaque ou pulmonaire… Elles sont ainsi plusieurs dizaines de milliers à
devoir leur vie aux progrès de la médecine, mais aussi à la formidable générosité des donneurs.
Certains n’ont pas encore cette chance. Faute de greffon disponible, les listes d’attente s’allongent...
Venir s’informer constitue un véritable acte de citoyenneté et de solidarité collective.
Un conseil : soyez prévoyant en arrivant en avance car les conférences font
toujours salle comble !
5
Bloc Notes
a g e n d a
social
> 25 septembre
Journée Mondiale du cœur
> 08 octobre
Journée Mondiale pour la vue
> 12 octobre
Journée Mondiale contre la douleur
> 17 octobre
Journée Mondiale du don d’organes et de
la greffe
> 29 octobre
Journée Mondiale des accidents vasculaires cérébraux
> 1er décembre
Journée Mondiale de la lutte contre le SIDA
étudiants en études supérieures sont les
plus touchés par cette alcoolisation massive.
Selon une enquête de La Mutuelle des
Étudiants, 23 % de ces derniers affirment
consommer une à deux fois de l’alcool
chaque semaine.
> Les ados se remettent à la cigarette
Alors que la consommation avait baissé, la
voilà qui repart de plus belle ! Il faut croire
que les inscriptions sur les emballages ne
suffisent plus ! En effet, la consommation de
cigarettes chez les adolescents a augmenté
par rapport à 2007. Une enquête de
l’association Paris sans tabac et de
l’Assurance maladie de Paris révèle que 5 %
des collégiens affirment fumer
quotidiennement, contre 2 % en 2007. Cette
tendance à la hausse est également
observée chez les lycéens : 24,7 % sont des
fumeurs réguliers, contre 21,4 % en 2007.
> Alcool : les jeunes européens touchés
Binge Drinking (beuverie expresse) voici un
mot qui frappe comme un coup de tonnerre…
Les chiffres sont alarmants. Le Binge drinking
touche l’ensemble des pays européens.
Entre 2004 et 2007, le pourcentage
d’admissions aux urgences pour état
d’ivresse a augmenté de 50 % pour les
moins de 20 ans. Chez les étudiants, l’alcool
est associé à la fête, à la détente et au
plaisir. Il coule souvent à flots dans les
soirées étudiantes où les «open bars» et
autres «happy hours» foisonnent. Les
Chiffres clés
1,2=
millions
c’est le nombre d’enfants
qui vivent en familles
recomposées
100 millions
de personnes sont infestées par l es poux
à travers le monde
6
> Les drogues chez les ados
A 17 ans, un jeune sur deux déclare avoir
fumé du cannabis au moins une fois dans sa
vie. «C’est le produit illicite le plus
précocement expérimenté. L’essai se fait en
moyenne vers 15 ans.», signale l’Inpes. En
parallèle, 5,2 % des garçons et 3 % des filles
de 17-18 ans déclaraient avoir pris de
l’ecstasy au moins une fois dans leur vie.
Cette drogue accompagne bien souvent les
soirées tout comme l’héroïne qui concerne
en 2008 1,14 % des garçons et 0,8 % des
filles.
La consommation de cocaïne dépasse les
cercles habituels «branchés» et touche
maintenant les plus jeunes. 3,3% des 17 ans
ont expérimenté la cocaïne.
> Hamburgers et friture : attention au
diabète !
Aux Etats-Unis, des médecins ont étudié
pendant 10 ans l’alimentation et l’état de
santé de plus de 44 000 femmes afroaméricaines âgées de 30 à 69 ans. Pendant
cette période, près de 2 900 d’entre elles ont
vu apparaître un diabète de type 2. On sait
que les repas au restaurant avec hamburger,
poulet frit, poisson frit ou cuisine chinoise
favorisent la survenue de la maladie. Les
femmes qui font deux repas de ce type par
semaine ont ainsi un risque augmenté de
40 % par rapport à celles qui mangent chez
elles. Ce n’est sans doute pas un mystère
pour les chercheurs : l’évolution vers le
diabète est favorisée par la prise de poids
et l’obésité… (Nutrinews hebdo)
7 200
nouveaux cas de Sida par an en France
130 000
AVC* / an en France
* Accident Vasculaire Cérébral
Médecine
& SANTÉ
Le stress fait sa rentrée
La rentrée de septembre bat son plein. Comme ils paraissent déjà loin ces mois estivaux !
Finies les vacances à rêver et à se prélasser… Bien souvent rentrée scolaire rime avec stress. Parents, enfants,
personne n’est épargné par ce retour à la vie normale. Pour que la joie ne laisse pas la place à la réticence et à
la crainte, les parents ont un rôle à jouer.
C’est reparti pour les conduites infernales
à l’école ou au poney, l’aîné qui part en
province et entre en école supérieure.
Marie R., mère de trois enfants nous
raconte que « les maux commencent à
apparaître vers la fin août et se renforcent
jusqu’à fin septembre début octobre,
l’aîné devient irritable et le dernier commence à avoir mal au ventre et à dormir
moins bien la nuit ». Si les parents
peuvent être anxieux, les enfants ne sont
pas épargnés par ce nouveau rythme qui
implique contraintes et obligations.
Apprenez à détecter les signes
de stress
« Entre les enfants qui stressent car ils
appréhendent la rentrée et moi qui dois
remettre à jour mes dossiers pour le
travail, tous les ans c’est pareil, le mois
de septembre est très chargé en émotion »
ajoute Marie. 26 % des parents dont les
enfants sont en maternelle sont stressés, 28 % une fois que l’enfant arrive en
primaire, puis 30 % à l’arrivée au collège
et enfin 33 % quand il aborde le lycée.
Alors ne laissez pas votre stress envahir
la famille !
Plus un enfant stresse, plus son comportement change. « Le petit dernier, alors
qu’il a toujours été très calme, se battait
à l’école l’an passé. J’en ai parlé à mon
médecin traitant qui a diagnostiqué une
angoisse chez Antoine due au stress »
précise Marie. Apathie, instabilité,
agressivité, caprices, tels sont les signes
avant-coureurs d’un stress sous-jacent.
N’hésitez pas à en parler à votre médecin.
Enfants, aidons-les à surmonter
le stress
Sentir vos enfants stressés sans en comprendre la ou les raisons peut contribuer
à augmenter votre anxiété. Pour établir les
bases d’une communication franche et
saine, montrez-leur votre disponibilité.
Cela dit, être présent ne signifie pas les
étouffer à coup de questions ou de réprimandes. Pour construire une relation privilégiée avec vos enfants, laissez-les
s’exprimer à leur rythme sans les juger
ou les forcer. Une telle complicité vous
permettra d’avoir une meilleure vision de
leur comportement face à l’école.
La période de rentrée des classes est un
moment fort en émotion pour les enfants
et les adolescents. Pour les aider à appréhender au mieux la reprise des cours,
accompagnez-les à chaque étape en relativisant l’importance de la vie scolaire.
« Avec Antoine, nous avons compris que
nous l’étouffions avec nos exigences. Le
médecin nous a conseillé d’être à son
écoute et de l’encourager dans ses initiatives afin qu’il prenne confiance en ses
50 à 75 % des enfants
en âge scolaire vivent
des problèmes
important de stress :
il s’agit le plus
souvent d’un stress
de performance.
capacités » raconte Marie. Un enfant qui
a la sensation d’être sans arrêt sous le
contrôle parental aura plus de risque de
développer des blocages psychologiques. Cela pourra même modifier sa
perception de l’école. Pour que celle-ci ne
devienne pas un « monstre » ou un « cauchemar », laissez-le se créer des espaces
bien à lui. Plus il se sentira soutenu dans
ses actions, plus il aura envie de vous
prouver que votre confiance est bien
placée.
Donnez du temps à votre enfant
pour décompresser
Les activités parascolaires sont importantes, l’enfant a besoin tout comme
vous de trouver un moment pour se
détendre. Cependant, évitez de surmultiplier les activités parascolaires pour que
l’enfant puisse également disposer d’un
temps pour se reposer. La course aux
activités ne stresse que davantage votre
enfant et vous-même.
Trop d’enfants sont stressés aujourd’hui
par le « dépêche-toi ! ».
7
Prévention
& dépistage
L E
S O M M E I L :
U N
C A P I T A L
Le sommeil est une composante majeure unique et indispensable de notre santé et de notre bien-être. Il joue
un rôle déterminant pour la croissance, le développement et la préservation de nos capacités physiques et
psychiques. Il est également essentiel à l’ajustement de nos secrétions hormonales. La mise au repos de notre
système cardiovasculaire au cours du sommeil est tout aussi indispensable. En clair, notre organisme comme
toute machine, doit se mettre au repos. Et le repos, c’est le sommeil…
A 75 ans, nous avons dormi… 25 ans !
Cette fonction fondamentale occupe
environ le tiers de la vie de chaque individu.
Les besoins de sommeil sont très
variables d’une personne à l’autre : en
moyenne un adulte a besoin de 7h à 8h
de sommeil par nuit. Il existe un noyau
dur de 5h minimum que très peu de personnes transgressent. Mais c’est notre
sentiment personnel de récupération qui
permet de juger de la qualité du sommeil.
En revanche, le fait de dormir plus de 11h
est considéré comme pathologique.
Un bon sommeil, c’est donc d’abord… un
sommeil dont on est satisfait ! C’est-àdire celui qui permet de se sentir en
forme dans la journée et donne le sentiment d’avoir bien récupéré.
Différentes études ont montré qu’en
50 ans nous avons perdu environ 1h30
de sommeil sur 24h. Cette diminution est
certes liée à l’avènement de la lumière
artificielle mais aussi aux programmes
télévisés nocturnes et au développement
des communications (internet). La multiplication des activités nocturnes, des
rythmes professionnels et sociaux de
plus en plus exigeants y sont également
pour beaucoup.
Phases et cycles du sommeil
Le sommeil n’est pas une suspension
de l’activité physique et mentale. Il est
accompagné de rêves : tout le monde
rêve même si chacun ne s’en souvient
pas toujours au réveil…
En moyenne, nous nous endormons 15 à
30 minutes après le coucher.
Le sommeil comprend 2 phases dont la
durée totale est de 100/110 min, qui se
répètent en général 4 à 5 fois pendant la
nuit. La nuit est ainsi un déroulement de
cycles lents et paradoxaux.
1/ Le sommeil lent
Nos nuits commencent par cette phase
8
qui place le corps en état de repos. Ce
sommeil est divisé en 4 stades de profondeur croissante et d’une durée totale de
90 min.
L’endormissement en est le 1er stade et
correspond à une période très courte. Les
3 stades suivants constituent le sommeil
lent profond. Il s’agit d’une période de
faible activité mentale, le cœur fonctionne au ralenti et la tension artérielle
diminue.
2/ Le sommeil paradoxal
Il dure de 10 à 15 min et c’est le moment
des rêves. Cette phase est plus agitée et
les globes oculaires sont animés de mouvements rapides, les muscles du visage
et les doigts remuent légèrement, la respiration peut être irrégulière.
Sommeil et vigilance
1 accident de la route sur 5 est lié à la
somnolence et, sur autoroute, ce chiffre
passe à 1 accident sur 3.
La somnolence au volant est ainsi la
1re cause d’accident sur l’autoroute.
Au-delà de 17h sans sommeil, notre vigilance diminue dangereusement. Autrement dit, il ne faut jamais prendre la
route, en particulier pour un long trajet,
si l’on n’a pas bien dormi les nuits précédentes. Enfin, dès les 1 ers signes de
sommeil : paupières qui tombent, picotements des yeux, bâillements, il faut s’arrêter pour dormir.
L’insomnie
L’insomnie se traduit par une diminution
de la durée habituelle du sommeil, des
difficultés d’endormissement, des éveils
nocturnes et/ou un réveil trop tôt le
matin. La qualité du sommeil est altérée.
Il semble léger et peu bénéfique. La
journée du lendemain est difficile, la lassitude rime avec irritabilité et mauvaise
humeur.
L’insomnie est fréquente. Elle touche
plus particulièrement les femmes et
concerne, selon la Sofres, 3 français sur
4 avec une insomnie sévère dans 9 %
des cas.
Souvent les insomniaques dorment la
majeure partie de la nuit mais ont le
sentiment de n’avoir pas assez – ou mal
dormi. L’insomnie est donc avant tout
une plainte subjective et le ressenti de
chaque personne est fondamental.
L’insomnie peut être occasionnelle et
due à une cause précise et identifiable :
anxiété en lien avec un fait précis (deuil,
perte d’emploi, difficultés dans l’environnement familial, professionnel…), une
gêne physique (quintes de toux, démangeaisons, envie d’uriner…), un changement de lit, un décalage horaire... Mais
elle peut aussi être chronique dès lors
qu’elle survient au moins 3 fois par
semaine depuis 3 semaines à 1 mois.
En l’absence de causes spécifiques, l’insomnie est dite primaire. L’insomnie
secondaire pour sa part peut être attribuée à la prise d’un médicament ou à une
maladie sous-jacente. Ainsi la dépression
est un facteur fréquent d’insomnie.
Ronflement et apnée du sommeil
Le ronflement concerne 80% des hommes
et 60% des femmes !
C’est un bruit d’intensité variable, parfois
considérable, dû à la vibration de la
partie molle de la paroi supérieure de la
cavité buccale (voile du palais).
Les personnes qui dorment sur le dos
Prévention
& dépistage
D O N T
I L
F A U T
P R E N D R E
S O I N
10es rencontres CCMO
Mercredi 29 septembre à Compiègne, mardi 12 octobre 2010 à Creil
de
Les rencontres
La CCMO vous invite à fêter ses 10e Rencontres annuelles, animées par le journaliste
Patrick Vincent, et portant sur : « LE SOMMEIL EN QUESTIONS ».
Des experts de l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance et son Président,
le Pr Joël Paquereau du CHU de Poitiers, interviendront pour expliquer notamment
pourquoi l’on dort, quels sont les mécanismes du sommeil, les principaux troubles
et les conséquences d’un mauvais sommeil. Ils délivreront trucs et astuces pour
mieux dormir et répondront à toutes vos interrogations sur le sujet.
Le
sommeiL
en questions
Conférence gratuite et ouverte à tous. Inscrivez-vous auprès d’Elise Alphonse
Tel : 03 44 06 91 82 / Fax : 03 44 06 91 81
Courriel : elise-alphonse@ccmo.fr
CREIL
COMPIÈGNE
En partenariat avec
Compiègne
Creil
mercredi 29 septembre 2010 mardi 12 octobre 2010
de 17h30 à 19h
de 17h30 à 19h
Salles Saint Nicolas
2, rue du Grand Ferré
Salon Canneville
Espace culturel de la Faïencerie
Allée Nelson
oN : ElIS
INSCrIptI
03 44 06
Mardi 12 octobre,
17h30/19h,
Salon Canneville,
Espace culturel de la
Faïencerie, allée Nelson
Mercredi 29 septembre,
17h30/19h,
Salles Saint Nicolas,
2 rue du Grand Ferré
E
91 82
ronflent davantage car la position
entraîne un relâchement musculaire : l’air
se fraye un passage en force provoquant
un tremblement sonore du palais.
Les causes les plus fréquentes sont :
- un obstacle entravant la circulation de
l’air entre nez et gorge : déviation de la
cloison nasale, inflammation des
muqueuses tapissant l’intérieur du nez
(rhinite), hypertrophie des amygdales
ou des végétations, hypertrophie de la
luette…
- et un excès de poids.
Le ronflement n’est gênant que pour l’entourage mais peut constituer une alerte
vers un syndrome d’apnées du sommeil.
Les apnées du sommeil sont de brèves
pauses respiratoires (de 10 à 45
secondes), à répétition, au cours du
sommeil, qui concernent surtout les
hommes après 50 ans, souvent en excès
de poids et ronfleurs.
La sensation d’asphyxie réveille le
dormeur qui se rendort, puis se réveille à
nouveau… Les nuits sont donc éprouvantes et peu reposantes ; la personne a
tendance à somnoler pendant le jour.
Le risque est celui d’une mort subite
durant le sommeil ou d’une atteinte des
fonctions cérébrales par manque d’oxygénation.
Conseils pour bien dormir…
Une bonne hygiène de vie constitue une
condition essentielle pour bien dormir.
• Pour trouver le sommeil
- Attendre pour se coucher que l’envie de
dormir se fasse sentir.
- Si l’endormissement ne survient pas
dans la demie heure, se lever et aller
dans une autre pièce. Attendre que le
besoin de sommeil se manifeste à
nouveau. Pratiquer une activité relaxante
comme lire ou écouter de la musique.
• Quelques recommandations
- D îner léger, au moins 2h avant le
coucher.
- Ne pas boire d’excitants (café, thé,
alcool, cola…), ne pas fumer le soir.
- Se lever et se coucher à des heures
régulières.
- Pratiquer des activités physiques dans
la journée.
- Faire une promenade le soir avant d’aller
se coucher.
- Maintenir la température de la chambre
entre 18 et 22 °C.
En cas de difficulté ou de trouble du
sommeil, n’hésitez pas à consulter un
médecin.
La médecine du sommeil est née au
début des années 1980 et il n’y a pas
aujourd’hui de spécialistes du sommeil à
proprement parler mais des spécialistes
qui s’intéressent au sommeil (ORL, pneumologues, médecins généralistes, neurologues, pédiatres...).
Le praticien saura vous prodiguer les
conseils nécessaires, vous prescrire un
éventuel traitement et /ou vous adresser
à l’hôpital en consultation spécialisée
dans le traitement des troubles du
sommeil.
Attention, l’abus de somnifères provoque une forte dépendance à ces médicaments dont il est très difficile de se
sevrer.
Le savez-vous ?
Une dette de sommeil entraîne un risque accidentel équivalent à celui de l’alcool :
- 18 heures continues d’éveil équivalent au risque d’une alcoolémie de 0,5g/l
- 24 heures équivalent au risque d’une alcoolémie de 1g/l.
9
Environnement
& Écologie
L’école se met au vert !
Si la question de l’écologie à l’école concerne bien sûr la pédagogie, elle doit également allier des aspects tels
que la qualité des bâtiments, l’alimentation ou encore les modes de transport. La question de la cohérence et de
l’exemplarité est primordiale. Des pistes et des solutions existent pour initier des changements.
En 2007, le Ministère de l’Education Nationale a mis en place le programme Education à l’Environnement et au Développement Durable qui vise à sensibiliser les
enfants sur leur rôle et leur devoir pour
préserver notre planète. C’est dans ce
cadre que les élèves de CM2 de l’école
élémentaire Compayré à Meaux ont conçu
un site internet expliquant avec des mots
d’enfants le principe de la biodiversité.
Des écoles éco-bâties
La norme HQE (Haute Qualité Environnementale) permet de réaliser d’importantes économies d’énergie et surtout
d’améliorer le confort de travail (qualité
de l’air, température, acoustique…),
comme par exemple le groupe scolaire
Jean-Louis Marquèze dans le Val de
Marne qui est la première école française
« zéro énergie » à avoir ouverte ses
portes en 2007. Cette école consomme
autant d’énergie qu’elle en produit.
Cantines bio
En octobre 2007, le Grenelle de l’environnement fixait un objectif de 20% de repas
bio dans l’ensemble de la restauration
collective d’ici 2012. La mise en place de
repas bio dans les cantines présente
ainsi de multiples avantages comme
l’amélioration de la santé par un meilleur
équilibre alimentaire, l’éducation au
goût et la prévention de l’obésité.
Etre éco-citoyen : choisir le matériel scolaire
• Faire le point sur l’état et les stocks de
fournitures de l’année précédente.
Cahiers, stylos, classeurs, règles… font
partie des petites fournitures qui
peuvent être utilisées, sans mal, d’une
année à l’autre. Si le cartable est en bon
état, inutile d’en acheter un nouveau.
Autre conseil : bien expliquer à l’enfant
le but de l’inventaire. Plus il se sera
impliqué, moins il se sentira dévalorisé
ou privé de quelque chose.
• Dans les magasins, ne pas se laisser
10
tenter par un produit qui n’est pas utile.
Une calculette multifonctions est certes
un produit intéressant mais est-elle
adaptée au programme de votre enfant ?
• Privilégier plutôt les produits solides,
avec une bonne durée de vie. Cela évite
ainsi de les remplacer l’année d’après.
• Préférer les produits certifiés écolabels
qui garantissent la production et l’acheminement des produits ainsi que du
respect de l’environnement : NF environnement, Blue Angel, FSC, PEFC.
L’éco-mobilité scolaire
Pour lutter contre le véritable cercle vicieux
lié à l’utilisation de la voiture en matière de
circulation sur les trajets scolaires, des
parents d’élèves ont mis en place des
« autobus » pédestres ou cyclistes qui
sont un système de ramassage scolaire
organisé. Il fonctionne comme un autobus
avec des circuits, des arrêts et des horaires
de passage. Ce mode de déplacement a
des vertus pédagogiques : il sensibilise
enfants et parents à une prise en compte
simple et quotidienne de l’environnement.
Pour les enfants, aller à l’école devient
plus ludique en retrouvant les camarades
sur le chemin de l’école. Il favorise la convivialité dans le quartier et la sécurité sur le
chemin de l’école : moins de circulation
donc moins d’encombrements et une
meilleure visibilité des enfants.
Il encourage également des valeurs de
solidarité et d’entraide.
Une sensibilisation
ludique
Pour toucher les moins de 8 ans à la
préservation de l’environnement, le
ministère du Développement Durable
et de l’Ecologie met en scène le célèbre
roi des éléphants « Babar » qui
enseigne les conduites à adopter pour
ne pas gaspiller (disponible
gratuitement en livret téléchargeable
sur www.developpementdurable.
gouv.fr). Les Nations Unies ont fait du
redoutable « Gaston Lagaffe » leur
mascotte. Il met en œuvre son
ingéniosité et sa créativité pour ne pas
polluer et pour sauver les espèces
(disponible en librairie : « La
biodiversité selon Lagaffe » et
« L’écologie selon Lagaffe »).
La bande dessinée permet de découvrir
en famille comment petits et grands
peuvent s’engager pour le respect de
l’environnement.
Organe
L’œil
Une bonne vue s’avère indispensable au
quotidien, notamment
pour lire ou conduire,
et il est capital de
déceler, à tout âge, les
troubles et maladies
qui évoluent parfois
insidieusement …
> Principaux problèmes de vue
en fonction de l’âge
• 0 - 3 ans
La vision de l’enfant se construit mois
après mois, jusqu’à 5 ou 6 ans.
Pour préserver le capital visuel du tout
petit, il est indispensable de détecter et de
corriger le plus tôt possible ses défauts
visuels. Si les parents repèrent un éventuel trouble de la vision chez l’enfant, il
est primordial de consulter sans délai
l’ophtalmologiste.
C’est l’âge auquel peut apparaître :
• un strabisme, qui devient anormal après
l’âge de 6 mois.
Il s’agit d’une déviation permanente de
l’axe d’un œil par rapport à l’autre qui
perturbe la vision ; autrement dit, l’enfant
louche.
Couramment observé chez les petits
enfants, le strabisme est convergent
lorsque la déviation oculaire se fait vers le
nez. Moins fréquent et touchant les enfants
plus âgés, le strabisme est divergent quand
la déviation se fait vers l’extérieur.
Plus le traitement est précoce, plus il est
efficace. Il convient de porter de façon
permanente des lunettes dès l’âge de 8
mois (verres qui redressent la déviation
oculaire) et de poser un pansement sur
l’œil non atteint (obligeant l’autre œil à
développer sa fonction visuelle) ou bien
mettre en place une rééducation orthoptique chez l’enfant à partir de 5 ans (pour
apprendre aux yeux à travailler ensemble).
Les enfants tolèrent bien ces différentes
corrections oculaires, garantes de leur
bonne vision future.
Les parents ne doivent surtout pas percevoir comme un handicap ou une frustration
ces corrections temporaires mais au
contraire être vigilants et encourager leur
enfant.
La chirurgie intervient en dernier recours ;
mais même un strabisme bien opéré peut,
avec le temps, récidiver.
• une amblyopie, paresse plus ou moins
sévère de l’un ou des deux yeux, entraînant
une perte partielle de l’acuité : 50% des
cas sont dus à un strabisme. L’amblyopie
est réversible si elle est traitée avant l’âge
de 6/7 ans.
• 3 - 20 ans
L’enfant a acquis toutes les facultés
visuelles en accord avec sa motricité. Vers
6 ans il apprend à lire : il doit posséder une
bonne acuité visuelle, une bonne convergence des yeux, développer une capacité
d’accommodation et être capable d’effectuer des mouvements oculaires.
C’est l’âge auquel apparaît volontiers :
• une myopie, c’est-à-dire une mauvaise
vue de loin. La myopie simple se manifeste
couramment entre l’enfance et l’adolescence, et évolue au gré de la croissance
pendant 4 à 8 ans pour se stabiliser vers 20
ans. Les fortes myopies apparaissent en
principe plus tôt et peuvent évoluer bien
après l’âge de 20 ans. Les deux yeux sont
touchés de façon relativement égale.
La myopie nécessite un suivi attentif : un
examen 1 à 2 fois par an chez l’ophtalmologiste permet de suivre toutes les évolutions.
Elle se corrige aisément par le port de
lunettes (verres concaves, plus épais sur les
bords), ou de lentilles. La chirurgie au laser,
selon le procédé utilisé, vise à aplatir le
centre de la cornée ou à implanter une lentille artificielle concave dans l’œil. Elle se fait
en général après la période de croissance.
Il faut éviter de trop corriger une myopie,
car cela peut entraîner fatigue visuelle et
maux de tête. Certaines sont même volontairement sous-corrigées pour améliorer le
confort du sujet, même aux dépends d’un
flou visuel modéré.
• une hypermétropie, véritable gêne pour
la vision de près nécessitant des efforts
oculaires constants pour voir net. Une forte
hypermétropie peut également dégrader,
dans un second temps, la vision de loin.
Ce défaut passe très souvent inaperçu
jusqu’à 35-40 ans car l’œil parvient à
compenser pour donner une image nette ;
il se manifeste d’abord par une fatigue
oculaire et des maux de tête. Le problème
s’aggrave avec l’âge car le vieillissement
naturel du cristallin réduit la facilité d’accommodation.
Lorsqu’une forte hypermétropie est présente dès la naissance, elle reste par la
suite stable ou augmente peu.
L’hypermétropie est corrigée lorsque les
symptômes gênent la personne. Sans correction, il n’y a aucun danger pour les yeux,
mais les symptômes risquent de s’accentuer. On recourt alors à des lunettes (verres
convexes ou convergents, plus épais au
centre) ou des lentilles ou/et à la chirurgie.
• un astigmatisme, c’est-à-dire une déformation des images qui perturbe les visions
de près et de loin. L’astigmate ne fait pas
la différence entre lignes horizontales et
verticales et confond des signes proches
comme le 8 et le 0, le H et le M.
Avant l’âge de 4 ans, l’astigmatisme varie
beaucoup, puis est relativement stable et
le symptôme le plus fréquent est la fatigue
oculaire.
Tous les astigmatismes ne nécessitent pas
de lunettes. L’astigmatisme se corrige avec
des lunettes (verres toriques n’ayant pas la
même épaisseur sur toute la surface), des
lentilles, efficaces qu’en cas d’astigmatisme modéré et/ou la chirurgie.
• 20 - 40 ans
La vue s’est stabilisée et les éventuelles
anomalies ont été corrigées. Mais la surveillance doit se poursuivre, en particulier pour les porteurs de lunettes ou lentilles, pour dépister notamment des
difficultés d’accommodation ou de
convergence.
11
L’œil
Par ailleurs, certaines professions demandent une attention toute particulière.
• 40 - 50 ans
Plus on avance en âge, plus l’œil présente
des signes de fatigue et des difficultés
d’accommodation.
C’est l’âge aussi auquel peut apparaître :
• une presbytie, dégradation progressive
de la vision de près chez l’adulte. C’est un
phénomène normal, lié au vieillissement
de l’œil.
La presbytie se corrige avec :
- des lunettes (verres positifs convexes/
convergents pour la seule vision de près),
des lunettes à double foyer ou des verres
progressifs (si la personne présente également un autre trouble de la vision) ;
- des lentilles à vision simultanée (vision
de près au centre et de loin à la périphérie
de la lentille) ou en monovision (une lentille
pour voir de loin, l’autre de près).
Ne pas porter de correction n’abîme pas les
yeux, mais ne freine pas non plus l’évolution normale de la presbytie.
30
des personnes
%
souffrant d’un problème visuel
l’ignorent ou sont mal corrigées !
80
Plus de
% des
informations utilisées
par notre cerveau
proviennent de la vision.
L’acuité visuelle est mesurée en
dixièmes : un score de
10/10
correspond à une vision courante
permettant de distinguer une
mouche à 5 mètres.
Environ
25%
des Français sont concernés
par la myopie.
• un glaucome, maladie de l’œil caractérisée par une élévation de la pression
intraoculaire, qui détruit les fibres
visuelles du nerf optique, entraîne une
diminution de la vision et peut aboutir à
la cécité.
- Le glaucome à angle ouvert, le plus fréquent, touche les 2 yeux et ne provoque au
début aucun symptôme. Comme il évolue
insidieusement, sans douleur, ni trouble,
un dépistage régulier, avec une mesure de
la tension oculaire permet de le détecter et
donc de le traiter à un stade précoce, avant
toute altération de la vision.
C’est à un stade déjà avancé que le glaucome entraîne une altération du champ
visuel irréversible.
Le traitement vise à faire baisser la tension
oculaire à l’aide d’un collyre et parfois à
améliorer la circulation sanguine rétinienne
avec des médicaments vasodilatateurs. S’il
se révèle insuffisant ou contre-indiqué, on
recommande un traitement au laser. Dans
le cas où ces deux traitements sont inefficaces, la chirurgie peut être une solution.
- Le glaucome à angle fermé, rare, touche
le plus souvent un seul œil et se manifeste
subitement par des douleurs oculaires
intenses, accompagnées d’une baisse
rapide de la vision, et parfois de nausées
et de vomissements. L’œil est rouge et la
pupille dilatée. L’évolution peut être fulgurante et aboutir à la perte de l’œil : l’intervention doit être immédiate. Si le glaucome est dû à une maladie, le traitement
est déterminé en fonction de la pathologie
concernée.
• 50 à 60 ans
On note le vieillissement naturel de l’œil et
de la vision. C’est dans cette tranche d’âge
que peut apparaître la dégénérescence
maculaire liée à l’âge ou DMLA, due au
vieillissement de la « macula », partie
centrale de la rétine, qui, à l’état normal,
permet la vision de précision.
La vision centrale diminue, de loin et
surtout de près, rendant la lecture et toute
activité visuelle précise de plus en plus
difficile. Une déformation des images est
possible : les lignes droites semblent
onduler ou se déformer.
Le diagnostic repose sur l’examen du fond
d’œil ; l’angiographie, qui est une radiographie des vaisseaux de l’œil, permet de
préciser la nature exacte de la lésion.
Les traitements sont à ce jour très limités
et la meilleure prévention reste une
visite régulière de contrôle chez l’ophtalmologiste.
En fonction de sa forme (DMLA « sèche »
ou « humide ») et de son importance, les
traitements sont plus ou moins efficaces.
La photocoagulation au laser n’améliore
pas la vision mais peut arrêter l’évolution
de la maladie. La photothérapie dynamique, ou certains produits injectés
dans l’oeil freinent l’évolution de la
maladie dans 30 à 40% des cas. Aucune
technique ne permet encore de restaurer
une vision perdue, mais les personnes
atteintes peuvent en général mener une
vie assez autonome grâce à des moyens
de rééducation et des aides visuelles de
plus en plus performantes.
• 60 ans et plus
Le vieillissement naturel s’intensifie et
certaines pathologies se développent.
Ainsi, entre 60 et 70 ans, les cas de glaucome passent de 5 à 15% et ceux de DMLA,
de 5 à 25%.
C’est l’âge également auquel peut apparaître la cataracte.
Il s’agit d’une opacification partielle ou
totale du cristallin. Il existe différents
degrés d’évolution de la cataracte débutante, qui gêne peu ou pas la vision, à la
cataracte totale, qui entraîne la cécité. A
un stade avancé, la cataracte provoque
notamment une gêne à la vision de loin, de
près, des éblouissements à la lumière et
des modifications de la vision des couleurs. Certaines cataractes se stabilisent
ou d’autres n’évoluent qu’après de nombreuses années.
Le seul véritable traitement est chirurgical : cela consiste à extraire le cristallin
avec, ou non, implantation d’un cristallin
artificiel.
L’opération se fait sous anesthésie locale
ou générale, avec ou sans hospitalisation.
La récupération visuelle demande, pour
une vision nette, 48 heures à une semaine.
La technique est aujourd’hui bien maîtrisée
et les complications sont de plus en plus
rares. Mais chez environ une personne sur
trois, la vision se trouble à nouveau dans
les années qui suivent l’intervention, à
cause de la cataracte dite « secondaire ».
> Pour en savoir plus
- Dans sa collection des Guides Essentiels, la CCMO a édité un livret sur le
thème « POUR TOUT SAVOIR SUR LA
VUE ET LA SANTE DES YEUX ».
Le document est disponible sur simple
demande auprès de CCMO Mutuelle.
CCMO Mutuelle, 6 av. du Beauvaisis, PAE du Haut-Villé, BP 50993, 60014 Beauvais Cedex
Mutuelle soumise au Livre II du Code de la mutualité - n° 780 508 073.
12
Echos
de la CCMO
Rencontre annuelle des Entreprises
Plus de 50 responsables et correspondants d’entreprises ont participé à une réunion d’information pour faire le point sur
l’actualité sociale en entreprise. Cette année, la thématique abordée a porté sur « L’évolution du système de santé ».
C’est le 22 juin dernier dans les locaux de
la CCMO que de nombreux responsables
et correspondants d’entreprises se sont
réunis. Cette Rencontre annuelle
d’information a été animée par Noëlle
Bogureau, actuaire conseil du Cabinet
Caps Actuariat, spécialisée dans le
domaine de la protection sociale, Daniel
Fleho et Christian Germain, respectivement
Directeur du développement et Directeur
général de la CCMO.
La première partie de ce rendez-vous a
porté sur le rappel des dernières
évolutions législatives, conventionnelles
et jurisprudentielles permettant aux
participants de mieux appréhender les
contraintes résultant de l’Accord National
Interprofessionnel.
Un focus a été effectué sur l’article 4 de
la loi Evin qui renforce les garanties
offertes aux personnes assurées contre
certains risques obligeant les organismes
assureurs à maintenir les couvertures
des contrats collectifs de complémentaire
santé au profit des anciens salariés.
Noëlle Bogureau a ensuite présenté les
principaux chiffres clés sur l’évolution
du marché de la protection sociale en
insistant sur l’augmentation des besoins
en complémentaire
santé, l’harmonisation
des dispositions applicables aux organismes
assureurs et le renforcement des contraintes
pesant sur les contrats
collectifs et les
mutuelles ainsi que
la nécessité d’intégrer
des
services
à
valeur ajoutée pour se
différencier et répondre
aux attentes des adhérents de plus en plus
exigeants.
Aujourd’hui, l’augmentation globale des
dépenses de protection sociale
s’accompagne d’une augmentation du
poids des prestations maladie qui
représente le 2e poste après la retraite. Si
la santé est le 2e poste de consommation
des ménages, la France occupe
également la 2e place du classement des
pays dans le monde selon la part des
dépenses de santé dans le PIB.
Dans notre pays, la part des régimes
c o m p l é m e n t a i re s c o n c e r n a n t l e
financement des dépenses de santé ne
Une exposition de photos ouverte
au public à la CCMO
Pour la seconde année consécutive
la CCMO renouvelle sa participation
au festival de photographies « Les Photaumnales » qui prend ses quartiers
d’automne en Picardie autour d’une
programmation d’expositions qui
reflète la diversité de la création photographique contemporaine dans le
monde.
Cette septième édition abordera la
thématique des « Brèves de vie », où
temporalité et diversité de moments du
quotidien se rencontrent et nous
saisissent face au passage du temps.
Fidèle à ses valeurs humaines et mutualistes, la CCMO a choisi de vous faire
partager un moment avec Véronique
Ellena autour d’une exposition intitulée
« Les Dimanches – Les grands moments
de la vie ».
A travers des reconstitutions minutieuses du quotidien, elle pointe des
événements définitivement anodins qui
investissent la mémoire individuelle et
rejoignent un imaginaire collectif.
Sa vision du monde, simple, faite
d’émotion, d’observation et de
subtilité, lui a valu d’être pensionnaire
à la Villa Médicis en 2008-2009.
A découvrir au siège social de la CCMO
6 avenue du Beauvaisis PAE du
Haut-Villé 60000 Beauvais du 11
septembre au 22 octobre 2010 (Visite
sur réservation au 03 44 06 91 82).
De gauche à droite D. Fleho et N. Bogureau
cesse d’augmenter. Les régimes
complémentaires financent aujourd’hui
13,6 % des prestations santé.
La dernière partie de la réunion a été
consacrée aux facteurs d’évolution du
marché de la santé avec notamment les
nombreuses contraintes qui pèsent sur
les mutuelles et sur l’évolution de l’offre
afin de répondre aux besoins des salariés
d’entreprise.
La musique au-delà
des différences
450 enfants de 15 établissements
scolaires et spécialisés compiégnois
et beauvaisiens, ont découvert le
rythme grâce au Festival des Forêts de
Compiègne, association avec laquelle
la CCMO a signé un partenariat.
Au-delà des concerts organisés en juin
et juillet, accessibles aux personnes
en situation de handicap, le Festival
met en place et accompagne des
projets de création et de découvertes
musicales tout au long de l’année.
Des interventions musicales, sportives
ou en pleine nature se font en binôme,
constituées d’une classe d’un
établissement scolaire et d’une classe
d’une structure accueillant des
enfants handicapés et fragilisés. Ainsi
les enfants apprennent à vivre avec
d’autres, à respecter les différences et
à ne former qu’un seul groupe.
13
Vie
pratique
Un nouveau calendrier vaccinal
Les vaccinations constituent un des moyens essentiels de prévention des
maladies infectieuses et virales. Elles protègent votre enfant et réduisent
le risque d’épidémies. Le ministère de la Santé a dévoilé en avril dernier
les recommandations des autorités sanitaires qui insistent cette année
sur la vaccination contre le méningocoque C, les infections invasives à
pneumocoque et la rougeole.
Les méningites C sont des maladies
infectieuses graves, potentiellement
mortelles (30 décès par an) et pouvant
entraîner des séquelles physiques définitives. Jusqu’à présent, la vaccination
contre le méningocoque C n’était recommandée que pour les personnes à
risques. Désormais, la vaccination avec
une seule dose est systématique pour
tous les nourrissons âgés de 12 à 24
mois. Il est également recommandé de
vacciner en rattrapage les enfants, adolescents et jeunes adultes jusqu’à l’âge
de 24 ans.
Pour prévenir les méningites à pneumocoque cette fois-ci, un nouveau vaccin dit
13-valent, c’est-à-dire qu’il est dirigé
contre 13 formes de pneumocoque,
viendra progressivement remplacer le
vaccin actuel 7-valent. Cette substitution
est nécessaire en raison de l’apparition
de nouvelles souches. Le schéma reste le
même : 2 doses à l’âge de 2 et 4 mois,
suivies d’un rappel à l’âge de 12 mois.
La rougeole est considérée à tort comme
une maladie bénigne. L’infection peut
provoquer des encéphalites aiguës et des
pneumopathies potentiellement mortelles. Un malade peut contaminer 15 à
20 personnes non vaccinées. Les pouvoirs publics insistent aussi sur l’importance de faire vacciner les petits.
PRÉCONISATIONS DES AUTORITÉS SANITAIRES
Obligatoire
Recommandé
Naissance
BCG (de la naissance
jusqu’à l’âge de 15 ans)
2, 3, 4 mois
DTP (diphtérie,
tétanos et polio)
Coqueluche, pneumocoque
et haemophilus, hépatite B
9 à 12 mois
ROR (rougeole, oreillons
rubéole), pneumocoque
12 à 24 mois
1er rappel DTP
6 ans
2e rappel DTP
(diphtérie, tétanos
et polio)
14
Méningocoque C
Rappel : coqueluchepneumocoque-haemophilus
hépatite B-ROR
Recommandé
11 à 13 ans
3e rappel DTP, rattrapage
hépatite B, coqueluche
14 ans (fille)
Papillomavirus
15 à 23 ans (fille)
Rappel papillomavirus
A partir de 18 ans
Rappel DTP tous les 10 ans
coqueluche (projet parental)
rubéole (fille)
Jusqu’à 24 ans
Méningocoque C
Plus de 65 ans
Grippe, tous les ans
Recette
Bœuf sauté au gingembre
et à la citronnelle
Pour 4 personnes
Ingrédients :
- 400 g de filet de bœuf
- 2 tiges de citronnelle
- Gingembre frais (2cm sur 4) ou 4 cuillères à
soupe de gingembre en poudre
- 6 cuillères à soupe de sauce soja
- 3 cuillères à soupe de sauce d’huitres
- 3 cuillères à soupe de vinaigre balsamique
- 6 cuillères à soupe de sauce de poisson
- 40 g de Maïzena
- 4 cuillères à soupe de graines de sésame
- 4 oignons
- 4 gousses d’ail
- 2 cuillères à soupe de bouillon de bœuf chinois
Préparation :
• Émincez finement le bœuf puis aplatissez les
morceaux.
Préparez la marinade :
• Coupez les tiges de citronnelle en rondelles
très fines, mettez-les dans le récipient de
marinade.
• Si vous utilisez du gingembre frais, épluchez-le
et coupez-le en petits morceaux que vous ajoutez
à la citronnelle, sinon, ajoutez à la place les 4
cuillères à soupe de gingembre en poudre.
• Ajoutez ensuite la sauce de soja, la sauce
d’huître, le vinaigre de balsamique et la sauce
de poisson, mélangez bien le tout.
• Laissez mariner la viande plus d’une heure.
Faites cuire la viande :
• Dans une poêle, faites griller à sec 1 poignée
de graines de sésame puis réservez.
• Préparez les oignons et les gousses d’ail :
émincez-les en rondelles très fines, réservez.
Préparez la Maïzena :
• Dans un bol, mettez 2 cuillères à soupe de
bouillon de bœuf chinois, délayez avec un peu
d’eau, ajoutez la Maïzena, délayez.
• Dans un wok sur feu très vif, faites sauter les
rondelles d’oignons et d’ail.
• Ajoutez le bœuf, faites sauter quelques
secondes, versez ensuite la marinade puis
mouillez avec le bouillon à la Maïzena, enfin
laissez épaissir en tournant à la cuillère de bois
jusqu’au premier bouillon, et retirez du feu.
• Réservez jusqu’au moment de servir.
• Au moment de servir, agrémenter des graines
de sésame grillées, décorez de quelques
tomates cerises et d’herbes fraîches.
Courrier
des lecteurs
J’adhère à la CCMO depuis quelques
années. Comme je suis enseignante,
ma caisse de Régime obligatoire
est la MGEN qui ne télétransmet
pas les feuilles de soins de façon
électronique à la CCMO. Que faire ?
Caroline P., 58 ans
La CCMO est heureuse de vous confirmer
qu’après plusieurs années de négociation,
la télétransmission avec la MGEN est
effective.
Désormais, tous les assurés relevant de
la MGEN bénéficieront des échanges
informatisés entre la Caisse de Régime
Obligatoire et la CCMO. Ils ne seront plus
dans l’obligation d’envoyer les décomptes
papier pour être remboursés de la part
mutuelle.
Je m’installe à mon compte. Je
deviens professionnel indépendant.
Que dois-je faire pour ma nouvelle
mutuelle ?
Luc T., 42 ans
La CCMO couvre les frais de santé des
professionnels indépendants pour la
partie complémentaire. Une gamme de
garanties a été créée spécialement
pour les professionnels dont les
cotisations sont déductibles dans le
cadre de la loi Madelin, grâce à l’adhésion
automatique et sans frais à l’association
« Libr’Entreprise ».
Etudiants, salariés, sans emploi, si vous
devenez professionnel indépendant,
contactez le 03 44 06 90 00, nous vous
proposerons un rendez-vous avec un
conseiller spécialiste de ces professions
qui répondra à toutes vos questions et
pourra vous accompagner dans le choix
et la mise en place de votre contrat de
complémentaire santé.
Je suis adhérente à la CCMO depuis
plus d’un an. Ma fille de 14 ans
doit avoir recours à un traitement
orthodontique mais ma garantie
santé ne rembourse pas cette
prestation. Que puis-je faire ?
Sylvie B., 38 ans
Bien entendu lorsque l’on choisit une
garantie santé, cette dernière doit
répondre à notre besoin. C’est pourquoi,
la CCMO propose une large gamme qui
propose, en fonction de l’option choisie,
des prestations adaptées au besoin et
au budget de chacun.
Vous avez adhéré à la CCMO, il y a
maintenant plus d’un an, vous pouvez
donc revoir votre garantie et effectuer un
changement qu’il soit vers une option
supérieure ou inférieure.
La CCMO vous invite à prendre contact
avec un conseiller en agence ou par
téléphone au 03 44 06 90 00 afin de
pouvoir échanger et bien analyser vos
besoins. Le conseiller pourra ensuite
vous proposer un changement de
garantie qui couvrira une large partie de
votre dépense.
Interruption des échanges NOEMIE sur la région Creilloise
Le 7 juin dernier, les échanges automatisés avec la Caisse primaire d’Assurance
maladie de l’Oise ont été interrompus pour les assurés sociaux de l’ancienne Caisse
de Creil (centre 602) sans que la CCMO puisse intervenir pour les rétablir.
La CPAM de l’Oise résulte d’une fusion entre la Caisse de Beauvais et de Creil. C’est
à l’occasion de la migration des données qu’un disfonctionnement est apparu.
La conséquence directe pour les adhérents de la CCMO dépendant de l’ancien centre
602 de Creil est un risque de non-remboursement complémentaire de leurs soins
entre le 7 juin et le 5 juillet 2010.
Nous demandons aux adhérents de cette Caisse de bien vouloir contrôler leur bordereau de remboursement de la CPAM et de le transmettre sous format papier à la
CCMO afin que la part complémentaire puisse leur être réglée si elle ne l’a pas été.
Bien que cette anomalie ne soit pas imputable à la CCMO, nous prions l’ensemble
des adhérents concernés de bien vouloir nous en excuser.
Merci d’adresser les bordereaux à :
CCMO Mutuelle Service Prestations 6 avenue du Beauvaisis PAE du Haut-Villé BP 50993 60014 Beauvais Cedex
Mots croisés santé
A : Excellent moyen de
prévention, certaines
sont obligatoires dès la
naissance.
B : Inflammation de l’uvée.
Ce Maurice là a tourné
dans « Plein soleil ».
C : Voyelle doublée.
Négation. Explorer.
D : Célèbre pour son arche.
Têtue sans fin ni début.
E : Note. Elle peut être belle.
Produit, formulé.
F : En faire don est un geste
citoyen. Radon. Hic.
G : Propres à l’été.
H : Adjectif possessif.
Nouveau.
I : Exprimes. Avalé.
J : Poisson d’étang.
Très court. Surveille.
K : Désavantagées.
Se distingue par ses
exploits.
1
2
3
4
Solution en page 3
5
6
7
8
9 10 11 12
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
1 : Indispensable pour lire
ou conduire. Il peut être
lent ou paradoxal.
2 : Futur. Sort du cornet.
3 : Adjectif démonstratif.
Embarrassées.
4 : Salles obscures.
5 : Renvoie les fidèles.
Intégrale, totale.
6 : Issu. Epuisas.
7 : Petite sainte. Habilles.
8 : Celui de la Sécu est
abyssal ! Bassin
portuaire.
9 : Atome chargé. Ensablée.
10 : Outil de régularisation
des dépenses de
l’Assurance maladie en
sigle. Appelle une suite.
Praséodyme.
11 : Eclose. Petite île
grecque. 20% des
repas de la restauration
collective devra l’être en
2012.
12 : Pour les parents comme
pour les enfants, il fait
sa rentrée ! Bougées !
15
Papier recyclé
de la CCMO
e
se
sm
e i l l e u r s vœ u x
Que 2011
soit le reflet
de tous vos
souhaits.
nt
N° 23 - Décembre 2010 Distribution nationale
L’essentiel
p ré
La CC
MO vous
“La santé est un état de bien-être physique, mental et social
et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité.”
Organisation Mondiale de la Santé
se
Sommaire
Actualités sociales
• Déficit de la Sécu : transferts de charges
Notre activité en 2010 aura été marquée à la fois par une
concurrence rude et par un transfert de charges du Régime
obligatoire sur les complémentaires santé qui ne cesse de
prendre de l’ampleur auquel s’est ajoutée une collecte
d’impôts de près de 10% de votre cotisation mutualiste.
L’année 2011 sera, quant à elle, particulièrement importante
pour la CCMO qui s’est engagée dans le changement de son
système informatique. En effet, la mutuelle a choisi un
progiciel de référence dans son secteur d’activité afin de
simplifier les relations avec ses adhérents, développer ses
services et poursuivre sa croissance. Ce changement
s’effectuera en deux étapes : mars et juin prochains. La CCMO
a pris toutes les mesures pour que cette migration
informatique s’effectue dans les meilleures conditions et
pour que la qualité des services qui font la réputation de la
mutuelle ne soit pas altérée durant ces périodes.
Par ailleurs, et dans le cadre de son partenariat avec le
Groupe AGRICA, la CCMO a été désignée comme
complémentaire santé dans la convention collective nationale
du Golf, c’est-à-dire pour toutes les personnes travaillant
dans ce domaine, à compter du 1er janvier 2011. C’est un
développement notable pour la mutuelle.
Que cette année de challenge pour la CCMO vous apporte les
joies et les satisfactions que vous méritez et vous permette
de réaliser, vous aussi, les projets qui vous sont chers.
Bloc notes • Chiffres clés • Agenda social
p6
Médecine & santé
• L’hygiène des mains en toute saison
p7
> p 8-9
Prévention & dépistage
• Activités physiques et cancer
du sein, les chercheurs mènent
l’enquête
Environnement & écologie
• Polluants chimiques de la maison
p10
Fiche Essentielle
• La digestion
p11-12
Echos de la CCMO • Rencontres de la CCMO sur le sommeil
p13
Vie pratique
• Le petit lexique de l’Assurance maladie
p14
La recette
• La galette des rois légère aux pommes
p14
Courrier des lecteurs Mots casés santé
p15
p15
Bonne année et meilleurs vœux.
L
T
S
U
A
C
L
C
E
E
E
M
R
M E
E
E
G
H
R
I
O
U
S
O
Y
A
C
S
I
E
D
L
I
U
E
A
S
Mots casés santé
E
N N
L
I
E
R
E
I
S
E
D
E
E
T
E
S
L
G U
I
S
R
T
G
E
N
E
E
M
E
N
C M O
E
N
M
I
E
H
V
E
E
D O N
CCMO Mutuelle, 6 av. du Beauvaisis, PAE du Haut-Villé, BP 50993, 60014 Beauvais
Cedex / n° 23 • Revue trimestrielle • Directeur de la publication : Christian Ger­main
• Directeur de la rédaction : Elise Alphonse • Conception originale et réalisation :
Transferase, Groupe Young & Rubicam • Imprimé par Imprimerie Houdeville, Avenue
des Cencives - ZA - 60000 Tillé à 83 400 ex. • Photos : Fotolia, © FNMF/Nathanaël
Mergui • Diffusion limitée aux adhérents, bénéficiaires et amis de CCMO Mutuelle
• Toute reproduction, même partielle, doit être soumise à l’autorisation du Directeur
de la publication. Dépôt légal à parution. N° de commission paritaire : 0610M07492.
Mutuelle soumise au Livre II du Code de la mutualité - n° 780 508 073.
I
✆ 03 44 06 90 00
C
Directeur général
de CCMO Mutuelle
A
Christian Germain
Président
de CCMO Mutuelle
R
Guy Leriche
p4
Actu CCMO
• Devenez délégué(e) à l’Assemblée générale p5
T
...........
..........
..........
..........
..........
..........
...........
Edito
Actualités
SOCIALES
Déficit de la Sécu : des transferts de charges
sur les complémentaires santé
Pour contenir le déficit record de la Sécurité sociale à moins 21,3 milliards d’euros en 2011, le gouvernement
a fait voter un certain nombre de mesures ayant pour objectif de transférer vers les mutuelles des charges et
d’appliquer des taxes de plus en plus lourdes au détriment des adhérents et de leur accès à des soins de qualité.
Au nom de la CCMO et de son Conseil d’Administration, Christian Germain, Directeur général, a adressé aux
adhérents de la mutuelle une lettre explicative sur l’évolution des cotisations.
En octobre et novembre derniers, les
parlementaires ont procédé à l’examen
du projet de loi de financement de la
Sécurité sociale (PLFSS) pour 2011. La
plupart des transferts de charges directs
vers les ménages et leur complémentaire
figurent dans un plan d’économies de
2,4 milliards d’euros. Fortement contes­
tées par les complé­m entaires santé,
plusieurs de ces dispositions vont
pénaliser les ménages et leurs mutuelles,
à travers des transferts de charges directs
pour un montant de 340 millions d’euros.
Parmi ces mesures figure notamment la
baisse du remboursement des médica­
ments à vignette bleue, dont le service
médical rendu (SMR) est jugé modéré par
la Haute Autorité de Santé (HAS). Leur
prise en charge par le Régime obligatoire
passera de 35 à 30 %. Plus d’un millier de
médicaments sont concernés par cette
baisse de prise en charge, comme par
exemple le Spasfon®, le Smecta® ou la
Biseptine ®. La prise en charge des
vignettes bleues par les complémentaires
santé va mécani­quement passer de 65 %
à 70 % soit une augmentation de 5 %.
Dans le même esprit, les dispositifs
médicaux, comme les attelles ou les
pansements, seront remboursés à 60 %
au lieu de 65 % jusqu’à présent. Autres
La consultation
du généraliste à 23 e
Dès le 1er janvier 2011 la consultation
du médecin généraliste passera de 22
à 23 euros.
exemples de transferts directs : le
relèvement du seuil à partir duquel la
contribution du malade de 20 % est
plafonnée à 18 euros pour les actes
coûteux réalisés en ville ou à l’hôpital. Ce
seuil passera de 91 à 120 euros et la
franchise sera vraisemblablement portée
à 24 €. Les dépenses de transport ne
seront plus systématiquement prises en
charge pour les patients en affection de
longue durée (A LD). En outre,
l’hypertension artérielle isolée ne sera
plus inscrite à la liste des ALD.
Au-delà du transfert de charges, les
complémentaires santé deviennent de
véritables collecteurs d’impôts. Elles
doivent s’acquitter de la contribution
CMU qui devient une taxe et passe de
5,9 % des cotisations encaissées à
6,27 %. De plus, l’exonération de la taxe
de 7 % sur les conventions d’assurance
qui concernait les contrats responsables
est partiellement remise en cause
Répartition pour une cotisation mutuelle santé hors taxe de 100 e
Part mutuelle 100 e
Taxe CMU 6,27 e
TCA 3,50 e
CotisationCCMO
Adhérent :TCA
109,77 e CMU
Cotisation
TCA : Taxe sur le Chiffre d’Affaire ; CMU : Couverture Maladie Universelle
4
puisque les cotisations 2011 devront
supporter une taxe de 3,5 %, calculée sur
la totalité de la cotisation, y compris la
CMU.
C’est donc près de 10 % de la cotisation
que les mutuelles reversent directement
à l’Etat, alors qu’en 2008 seuls 2,5 % de
la cotisation encaissée était reversés au
titre de la CMU. L’augmentation des
cotisations ces dernières années résulte
ainsi en grande partie de la ponction
fiscale que subissent les mutuelles.
Avec ce PLFSS, l’objectif du
gouvernement est de contenir le
déficit de la Sécurité sociale à
– 21,3 milliards d’euros en 2011. Les
prévisions pour la branche maladie
font état d’un solde négatif qui
atteindrait – 11,5 milliards d’euros l’an
prochain, soit la moitié du déficit de
la Sécu. La branche retraite devrait,
quant à elle, être déficitaire de
– 6,9 milliards d’euros et celle de la
famille de – 3 milliards d’euros. Seule
la branche accidents du travail
pourrait tout juste être à l’équilibre
avec + 0,1 milliard d’euros.
Actu
CCMO
Elections des délégués individuels :
et si vous deveniez délégué(e) à l’Assemblée générale ?
UN HOMME, UNE VOIX. Votre adhésion à la CCMO vous permet de vous exprimer et de participer activement
à la vie de la mutuelle. Posez votre candidature et rejoignez une équipe d’élus pour représenter les adhérents
à l’Assemblée générale.
CCMO Mutuelle est une société de
personnes et non de capitaux. Le pouvoir
de décision n’est donc pas confié à des
actionnaires mais il vous appartient, à
vous, en tant qu’adhérent à titre individuel. Tous les 6 ans, la mutuelle vous
invite donc à désigner des délégués
bénévoles pour vous représenter.
Porte-parole et représentant des
adhérents, les délégués adhèrent à la
charte des délégués individuels. Ils participent à l’Assemblée générale et s’engagent à prendre part au débat mutualiste,
en défendant les valeurs de démocratie,
de responsabilité, de solidarité, de non
lucrativité, de liberté et de respect des
autres. Véritable interlocuteur privilégié
des adhérents, il exprime leurs souhaits
et transmet leurs propositions.
Etre délégué de sa mutuelle, c’est
s’engager dans un mandat bénévole au
service de l’intérêt général, mais c’est
aussi être et rester en contact avec les
adhérents que vous représentez. Posez
votre candidature et rejoignez une équipe
d’élus.
Le délégué individuel doit :
Pour toute information complémentaire,
contactez Florence de Saint Riquier au
03 44 06 90 36.
Adhérent à titre individuel,
désirez-vous faire acte de candidature ?
Il vous suffit d’utiliser le bulletin ci-dessous ou le recopier intégralement sur
papier libre.
Remplissez toutes les rubriques de manière lisible et respectez la date limite de
dépôt. Vous pouvez envoyer votre candidature au siège de la CCMO par courrier
sans l’affranchir, fax ou courriel.
Date limite de dépôt des candidatures : 31 janvier 2011
Etre majeur
tre adhérent à la CCMO et
E
membre du collège des individuels
(souscripteurs de contrats Particulier,
Travailleur non salarié, Accueil et membres
de l’association Libr’Ouvert)
’engager dans un mandat pour
S
6 ans
eprésenter 1000 adhérents au
R
plus
articiper à l’Assemblée générale
P
et aux réunions d’information des
délégués
Elections des délégués individuels 2011
A retourner par courrier sans affranchir, fax ou courriel avant le 31 janvier 2011
CCMO Mutuelle - Elections des délégués - Libre réponse 53057 - 60029 Beauvais Cedex
Fax : 03 44 06 91 81 - Courriel : candidature-electionDI@ccmo.fr
Je soussigné(e) :
Age : ________
M.
Mme
Mlle
Nom : ___________________________________ Prénom : ______________________________
N° Adhérent (7 chiffres) : _____/ _____/ _____/ _____/ _____/ _____/ _____/
Adresse : _ ________________________________________________________________________________________________________
CP : _________________________________ Ville : _ ______________________________________________________________________
Tél : _ _______________________________ Mobile : _ ______________________________
Présente ma candidature comme délégué(e) des adhérents à titre individuel
Fait à : _______________________________ Le : ___________________________________ Signature :
5
Bloc Notes
a g e n d a
social
> 10 janvier
Journée Mondiale de dépistage de l’obésité
infantile
> 02 février
Journée Mondiale contre le cancer
> 11 février
Journée Mondiale des malades
> 11 mars
Journée Mondiale de l’audition
> 19 mars
Journée Mondiale du sommeil
> Droits des patients, s’informer
sur internet
Puis-je choisir mon médecin ? Qu’est-ce que
le Parcours de soins ? Comment accéder à
mon dossier personnel ? L’ « espace usager »
du site du Ministère de la Santé et des
Sports permet de répondre à ces questions.
Faire vivre les droits des patients, c’est
avant tout donner à ceux-ci les moyens de
les connaître, de se les approprier et de les
revendiquer. Le site présente l’état actuel
des droits des usagers du système de santé
(indemnisation, accès à l’assurance maladie,
etc.) ainsi que les instances participant à
leur application et leur respect. Retrouvez
cet espace sur www.sante-sports.gouv.fr/
espace-usagers.html
> Bilan sur les médicaments en accès libre
dans les pharmacies
Début 2010, un pharmacien sur deux a mis
en libre-service (devant les comptoirs)
quelques médicaments destinés à
l’automédication. Un des objectifs de cette
autorisation était de mettre en place une
concurrence entre pharmacies apte à faire
baisser les prix. Cependant, parmi eux, 60 %
ont baissé leurs prix tandis que presque tous
les laboratoires les ont augmentés. Il faut
dire que le client est visiblement peu
sensible au prix, puisque « 78 % des
consommateurs ne connaissent pas le prix
d’un produit d’automédication » relève une
étude publiée par Eurostaf. Enfin, il faut
noter que la croissance des ventes de
spécialités d’automédication est beaucoup
plus forte dans les officines ayant mis en
place ce libre accès.
Chiffres clés
30=
ans
= nombre de boîtes de médicaments
vendues e n 2009
6
> Les infections sexuellement
transmissibles en augmentation
En hausse depuis plusieurs années, les
infections à gonocoques ont progressé de
52 % entre 2008 et 2009, indique l’Institut
de veille sanitaire (InVS). Cette infection
sexuellement transmissible (IST), plus
connue sous le nom de « chaude-pisse »,
provoque des inflammations de l’urètre et
touche « essentiellement des sujets jeunes ».
Il s’agit d’hommes dans « environ 85 % » des
cas. L’InVS rappelle que le préservatif
demeure essentiel pour prévenir les risques
de contamination. En cas de doute, l’Institut
recommande de consulter un médecin.
72
%
des salariés déclarent ressentir une douleur liée aux TMS*
âge moyen des femmes
à la maternité en 2009
3 milliards
> Allo maladies rares
Une maladie est dite rare lorsqu’elle touche
moins d’une personne sur 2 000. On
dénombre près de 7 000 maladies rares
identifiées, plus ou moins invalidantes. Pour
un grand nombre de pathologies, la cause
demeure inconnue à ce jour. En France,
3 millions de malades sont actuellement
recensés. Pour faire face à la souffrance et
à l’incertitude des personnes atteintes et
de leur famille, Maladie Rares Info Services
propose un soutien téléphonique person­
nalisé.
N° azur 0 810 63 19 20 (Prix d’un appel local)
www.maladiesraresinfo.org
* TMS = Troubles musculo-squelettiques
67
des Français estiment
%
que le fait d’avoir ou non
une alimentation saine dépend
avant tout d’eux-mêmes
Médecine
& SANTÉ
Hygiène des mains : en toute saison contre les maladies
A l’occasion de la campagne de prévention de la grippe A, nous avons tous pris l’habitude de nous laver les
mains plus souvent. Ce geste simple limite le risque de contracter de nombreuses maladies, comme la gastroentérite ou le rhume. Ne relâchons pas l’effort !
La campagne de prévention de l’épidémie
de grippe A de l’hiver dernier aurait-elle
eu des vertus ? Si la polémique demeure
sur le bilan global de cette opération,
notamment en ce qui concerne la vaccination, les conseils concernant le lavage
des mains et l’utilisation de mouchoirs
jetables ont en tout cas eu « un double
effet bénéfique », selon le Ministère de la
Santé. Celui-ci note en effet : « 40 % des
Français ont modifié leur comportement.
On a stoppé la propagation du virus, on
a aussi très sérieusement diminué le
nombre de gastro-entérites et de bronchiolites ».
Auteur en 2007 d’un ouvrage intitulé « On
s’en lave les mains » (éditions Flammarion), le Dr Frédéric Saldmann, praticien
attaché à l’hôpital européen Georges
Pompidou à Paris, a vu d’un bon œil cette
campagne. « Elle a servi de formidable
mode d’éducation pour la population,
constate-t-il. Alors que pendant longtemps, parents et enseignants apprenaient les gestes d’hygiène aux enfants,
leur enseignement a disparu des écoles
dans les années 1950 et 1960 quand les
antibiotiques se sont répandus : pourquoi se casser la tête alors qu’on a des
médicaments si on est malade ? Mais on
s’est rendu compte que les antibiotiques
créent des résistances et qu’il n’est pas
bon de prendre des médicaments à tout
bout de champ. »
La campagne accompagnant la grippe
allait dans le sens préconisé par le
Dr Saldmann. « C’est bien que chacun
réapprenne ces gestes, mais il ne faut
pas se limiter au moment de l’épidémie
de grippe et il convient de poursuivre
toute l’année », conseille-t-il.
Des germes résistants
Les mains véhiculent en permanence des
microbes. Ils peuvent provenir des voies
respiratoires, en cas de grippe, rhinovirus, etc. Ainsi, les mains de 70 % des
personnes enrhumées portent les
germes à l’origine de leur rhume. Ces
agents infectieux peuvent aussi être issus
du tube digestif (vibrion cholérique, salmonelles, staphylocoques) par le biais
des matières fécales, provoquant alors
des gastro-entérites, des diarrhées
graves et même des ulcères gastriques.
Ces derniers germes parviennent à résis-
D’autres gestes à connaître
« L’hygiène ne se résume pas au lavage des mains », explique le Dr Frédéric Saldmann.
Conseils pratiques :
• Un réfrigérateur doit être lavé deux fois par mois pour éviter le développement de la
listeria.
• Au bout de deux ans, il faut remplacer les oreillers, car 10 % de leur poids est alors
constitué d’acariens morts et de leurs déjections.
• Il est bon de prendre l’habitude de rabattre le couvercle des toilettes avant de tirer
la chasse d’eau, ce qui évite l’effet d’aérosol qui projette des germes au niveau
pulmonaire.
ter plusieurs heures sur des mains non
lavées, contaminant au passage d’autres
personnes. La prévention la plus efficace
est donc de se laver les mains régulièrement tout au long de la journée.
Absentéisme et lavage des mains
Une habitude à prendre si possible dès le
plus jeune âge. « Quand mon fils est entré
en maternelle, sur une feuille affichée
dans l’établissement, j’ai lu des chiffres
montrant la corrélation entre l’absentéisme et le lavage des mains, raconte
Hélène, mère d’Oscar, 12 ans, et Anna,
9 ans. Du coup, j’ai vraiment mis en place
cette habitude chez mon fils puis chez ma
fille. C’est tellement ancré en eux que
même la nuit, après être allés aux toilettes dans un demi-sommeil, ils se lavent
les mains systématiquement ! »
Le séchage est important également.
« Des tests ont montré que des mains
humides transmettaient cinq cents fois
plus de bactéries que des mains sèches »,
indique le Dr Saldmann. Une serviette
humide et souillée peut contaminer à
nouveau. Les séchages à air chaud sont
aussi susceptibles de multiplier les
germes. L’idéal est l’essuie-mains à
usage unique. Il serait dommage d’avoir
les mains plus souillées après les avoir
lavées qu’avant…
D’après Corinne Renou-Nativel
7
Prévention
& dépistage
Activité
physique
et
cancer
du
s e i n :
Plusieurs études ont montré que l’activité physique diminue sensiblement le risque de rechute du cancer du
sein. Pour mieux connaître le niveau de pratique des femmes touchées par cette maladie, des médecins et
chercheurs lancent une enquête inédite sur le site www.bougezcontrelecancerdusein.fr
« Bougez contre le cancer du sein » : c’est
le titre d’une enquête à laquelle les
femmes ayant eu un cancer du sein sont
invitées à participer. Cette opération est
menée par l’Association francophone de
l’après cancer du sein (Afacs) en partenariat avec l’Institut national du sport, de
l’expertise et de la performance (Insep) et
l’hôpital universitaire de ClermontFerrand (Puy-de-Dôme).
Les personnes concernées peuvent,
jusqu’à mars prochain, remplir un questionnaire en ligne sur le site www.bougezcontrelecancerdusein.fr. Une dizaine
de minutes suffisent pour répondre aux
questions, très simples, portant sur l’âge
de la personne, son mode de vie, les
traitements qui lui ont été prodigués, le
temps passé à une activité physique,
quelle qu’elle soit, mais aussi les craintes
ressenties à l’idée de reprendre une pratique sportive après la maladie. Cette
enquête est totalement anonyme.
« L’objectif de cette recherche est de
connaître les freins à la reprise d’une
activité physique après un cancer du
sein », résume le Dr Carole Maître, gynécologue et médecin du sport à l’Insep.
« Les messages de prévention pourront
ainsi être mieux ciblés pour informer les
femmes des bienfaits du sport après un
cancer. » Un volet de l’enquête a aussi
pour objectif de sensibiliser les médecins. Des études anglo-saxonnes ont en
effet pointé que peu de praticiens parlent
des bienfaits de l’activité physique à
leurs patientes.
Yoga, tai-chi ou marche
Les professionnels de santé de l’Afacs
ont constaté que les femmes ont souvent
peur de débuter ou de reprendre une
activité physique lorsqu’elles ont été
touchées par un cancer du sein. Les principaux arguments avancés sont la peur
du « gros bras », dont les risques d’appa-
rition ne sont pourtant augmentés ni par
le sport ni par la fatigue.
Carole Maître recommande la reprise
d’une activité physique douce, type yoga,
tai-chi ou marche, et cela, dès la chimiothérapie. « Cela permet non seulement à
la patiente de se sentir moins fatiguée,
mais aussi de mieux supporter les traitements », ajoute la spécialiste. Quelle que
soit la thérapie suivie, elle insiste sur les
bienfaits de l’activité physique et du
sport après un cancer : diminution de la
fatigue, de l’anxiété et des troubles du
sommeil, baisse des symptômes dépressifs… Surtout, bouger permet de limiter
la prise de poids, qui constitue un facteur
de risque de récidive du cancer du sein.
Plusieurs études ont montré que le seul
fait d’avoir une activité physique régulière démarrée après le diagnostic d’un
cancer du sein diminue significativement
le risque de rechute, de mortalité par
cancer du sein et de mortalité globale.
Les bénéfices sur la survie sont observés
à partir de trente minutes de marche
quotidienne à bon pas. Ainsi, le risque de
récidive du cancer est de 40 à 50 %
moins élevé chez les femmes qui observent cette pratique.
« Marche, jogging, natation ou vélo :
l’important est qu’une femme reprenne
une activité physique en fonction de ses
centres d’intérêt, souligne Carole Maître.
Aucun sport n’est contre-indiqué après
un cancer du sein, et ce, même après une
intervention chirurgicale et une reconstruction mammaire. »
Joëlle Maraschin
Rendez-vous sur www. b o u g e zc o n t r e l e c a n c e r d u s e i n . f r
Il ne vous faudra que dix minutes au plus pour remplir le ques­
tionnaire en ligne sur le site
www.bougezcontrelecancerdusein.fr
Il débute par quelques renseignements sur vous : votre âge,
votre profession, votre région, votre maladie et vos
traitements… Ensuite, vous êtes invitée à répondre à des
8
questions sur l’activité physique que vous pratiquez, non
seulement dans le cadre des loisirs mais encore au travail ou à
la maison. Pour certaines interrogations, si vous ne savez pas
ou si vous avez oublié, notamment en ce qui concerne vos
traitements, il est possible de répondre « je ne sais pas ». Enfin,
ce questionnaire est totalement anonyme.
Prévention
& dépistage
des
chercheurs
Paroles de femmes
L’une s’appelle Chantal, l’autre se
prénomme Christine. A la cinquantaine,
elles ont toutes deux été opérées d’un
cancer du sein. « Moi qui n’avais jamais
fait de sport avant mon cancer, j’ai
commencé l’aquagym et la marche
nordique pendant mon mi-temps
thérapeutique, témoigne Chantal, qui
exerce une profession plutôt
intellectuelle. J’ai constaté avec
satisfaction que je n’étais pas plus
fatiguée, bien au contraire. »
De son côté, Christine dit s’être sortie
de sa dépression grâce au sport.
« Pendant les six mois qui ont suivi
l’opération, je ne dormais plus, je
restais enfermée chez moi à broyer du
noir, j’étais dans un état terrible », se
souvient-elle. Sur les conseils de son
kinésithérapeute, elle s’inscrit d’abord
à un cours de natation. Reprenant
confiance en elle, elle essaye très vite
d’autres activités comme le yoga, la
marche nordique et la gymnastique.
« En associant sport et régime, j’ai enfin
pu perdre tous les kilos pris depuis mon
opération », se félicite-t-elle. Christine
pratique aujourd’hui cinq heures
d’activité physique par semaine. Elle dit
se sentir beaucoup mieux dans sa peau
et nettement moins fatiguée
qu’auparavant.
mènent
l’enquête
C’est prouvé : l’activité physique est bonne pour la santé. Même si vous
êtes malade ! Rencontre avec le Dr Michel Guilbert, auteur de l’ouvrage
« Pour votre santé… bougez ! ».
Pourquoi avez-vous écrit ce livre ?
Dr Michel Guilbert – J’ai voulu attirer
l’attention du grand public sur le plaisir et
les bienfaits que l’on peut tirer de l’activité physique et du sport. Je qualifierais
ce livre de « ludo-pédagogique » : j’utilise
en effet l’humour pour montrer que le
sport est un vrai « plus » pour la santé.
Même pour les personnes malades ?
Dr M. G. – Bien sûr ! L’exercice physique
est un outil performant, mais avec le
plaisir en plus. Le sport permet d’améliorer un grand nombre de pathologies,
même lourdes comme certains cancers.
Cela veut-il dire que le sport a une place
dans l’arsenal thérapeutique ?
Dr M. G. – En effet, le sport est un médicament très efficace. Mais, quelquefois,
la pilule a du mal à passer !
Si vous vous forcez à pratiquer une activité qui ne vous plaît pas ou si vous
n’éprouvez aucun plaisir, vous allez très
vite arrêter. Il faut y trouver son compte !
Que répondez-vous à ceux qui trouvent
de bonnes raisons pour ne pas bouger ?
Dr M. G. – J’ai essayé, dans ce livre, de
balayer toutes les objections, que ce soit
les contraintes dues à la vie actuelle ou
bien le fait d’être trop vieux.
On n’est jamais trop vieux pour bouger :
il suffit juste de trouver l’activité qui vous
correspond. J’ai voulu mettre aussi en
avant la convivialité du plaisir sportif.
Parlez-vous du sport à vos patients ?
Dr M. G. – Dans ma consultation de généraliste, je dois souvent me concentrer en
priorité sur leur problème de santé, qui
Dr Michel Guilbert
doit être rapidement réglé, et j’oublie
d’en parler. Mais dès que je suis dans une
optique de prévention, j’en parle beaucoup. Je suis également médecin du
travail et, dans ce cadre, je demande
systématiquement aux personnes que je
reçois si elles pratiquent une activité
sportive. C’est une bonne occasion de
leur donner envie de s’y remettre.
Que conseillez-vous à ceux qui veulent
débuter une activité physique ?
Dr M. G. – Pour la plupart des personnes,
bien choisir l’activité physique qu’elles
veulent pratiquer pour qu’elles puissent
l’inscrire dans la durée. Pour d’autres,
qui sont malades ou qui atteignent un
certain âge, parler à leur médecin, à leur
kiné ou à un éducateur sportif est une
très bonne chose.
Aucune recette miracle, aucun livre
d’exercices ne remplaceront une relation
directe pour mettre en place un programme adapté aux besoins de chacun.
Propos recueillis par Sylvie Livet
9
Environnement
& Écologie
Chassez les polluants chimiques de la maison !
Les polluants chimiques envahissent les habitations, en passant par les peintures, revêtements de sol ou
meubles. Ils peuvent provoquer ou aggraver des allergies.
cules de bois, de moquettes, de revêtements synthétiques, etc.
Polluant physique interdit depuis 1997,
l’amiante demeure présent dans beaucoup de maisons. De leur côté, les laines
de verre et de roche développées pour le
remplacer libèrent des fibres microscopiques qui peuvent donner des irritations
de l’arbre bronchique.
« Depuis le choc pétrolier et le souci des
économies d’énergie, on a fait des maisons
des bunkers étanches dans lesquels le
renouvellement de l’air est parfois insuffisant pour éliminer les polluants
chimiques », explique le Dr Olivier Jarry,
pneumo-allergologue à Chalon-sur-Saône,
président du Comité contre les maladies
respiratoires de Saône-et-Loire. En ville,
chacun passe en moyenne 90 % de son
temps à l’intérieur, entre son domicile et
son lieu de travail ou son établissement
scolaire essentiellement. A la campagne,
ce taux est de 66 %. Or, ces locaux contiennent des polluants biologiques (les moisissures et les acariens) et chimiques…
Des bronchiolites
Parmi les polluants chimiques, le dioxyde
d’azote (NO2), issu de la combustion des
chaudières, cuisinières, poêles ou tabac,
provoque à forte concentration des inflammations des bronchioles et des alvéoles.
« Ces bronchiolites s’accompagnent d’une
augmentation de la réaction aux allergènes, notamment aux acariens », explique
le Dr Jarry. Le dioxyde de soufre (SO2) et les
poussières ont des effets similaires.
Souvent incriminés également, les composés organiques volatils (COV) émanent de
produits ménagers ou de bricolage comme
les colles, vernis et peintures, de meubles
neufs constitués de panneaux de parti-
Comment aménager la chambre de bébé ?
Quels produits d’entretien utiliser pour
nettoyer une chambre d’enfant ?
Quels sont les labels à vérifier avant
d’acheter un lit pour bébé ?
Et pour les jouets ?
L’organisation non gouvernementale
(ONG) Women in Europe for a Common
Future (WECF) a lancé un site Internet
pour aider les parents à créer un environnement intérieur sain pour leur enfant.
www.projetnesting.fr propose notamment
un jeu pour tester ses connaissances en
matière d’aménagement. Des conseils
pratiques permettent d’éviter l’usage des
produits dangereux pour la santé.
Bonne aération : bonne respiration
« La première mesure pour rendre un
habitat sain sur le plan des polluants est
une aération maximale pour un renouvellement suffisant de l’air », rappelle le Dr
Jarry. La VMC (ventilation mécanique
contrôlée -ndlr : bouche d’aération pour le
commun des amateurs) permet d’évacuer
les polluants ; à double flux, elle favorise
les économies d’énergie. Pour être efficace,
elle doit être entretenue une fois par an.
Dans l’aménagement, mieux vaut préférer
les carrelages aux moquettes ; le vrai
linoléum, composé de matériaux naturels,
aux sols plastiques et stratifiés ; les peintures à la chaux ou à l’eau aux peintures
à l’huile ; les inserts et cheminées à foyer
fermé à celles à foyer ouvert. Les sols en
fibres végétales libèrent peu de COV, mais
recueillent les allergènes, tout comme les
tissus muraux et les capitonnages. Durant
une rénovation, pensez à maintenir les
fenêtres ouvertes !
Choisissez des meubles fermés plutôt que
des bibliothèques ouvertes et des étagères qui recueillent les poussières.
Enfin, même si vous ne changez rien à
votre intérieur, il est bon de respecter
certaines précautions. Une température
ambiante entre 18 et 20 °C et une aération
de 10 minutes par jour et par pièce limitent la prolifération des acariens. Entreposez votre aspirateur dans un lieu sain et
changez régulièrement son filtre afin qu’il
ne rejette pas dans l’air des particules
irritantes. Et même si l’encens, les bougies
parfumées et les sprays désodorisants
rendent le domicile plus accueillant, il vaut
mieux en limiter l’emploi, surtout si la
famille compte des personnes allergiques.
D’après Corinne Renou-Nativel
10
Organe
n
o
i
t
s
e
g
i
d
La
Quels sont les mécanismes
de la digestion ?
Peut-on prévenir d’éventuels
troubles digestifs ?
Et comment différencier de
simples ballonnements par
exemple, d’une affection
plus sérieuse ?
LA DIGESTION : UN LONG VOYAGE…
Le trajet des aliments constitue un chemin
complexe et sinueux. En effet, lorsque nous
avalons une bouchée de nourriture, nous la
mâchons et la mêlons à de la salive. Elle se
transforme alors en une petite masse
molle, ronde et humide : le « bol alimentaire », qui est acheminé jusqu’à l’estomac
grâce aux contractions musculaires du
pharynx et de l’œsophage.
Parvenu à l’estomac, ce bol alimentaire est
broyé. Le mélange obtenu, appelé chyme,
se dirige vers l’intestin grêle qui effectue le
« tri alimentaire ». Autrement dit, les nutriments sont redirigés vers la circulation sanguine et les déchets, eux, sont orientés vers
le gros intestin, qui symbolise la dernière
étape de la digestion jusqu’à la défécation.
Le cycle digestif dure environ 24 heures
et se déroule selon le trajet suivant
➥ Œsophage : quelques secondes
➥ Estomac : 4 heures environ
➥ Intestin grêle : 4 heures environ
➥ Gros intestin : 16 heures.
LA CONSULTATION MEDICALE
PETIT RAPPEL SUR NOTRE ANATOMIE !
Les aliments subissent, au fur et à mesure
de leur progression dans le tube digestif,
de nombreuses modifications chimiques et
sont décomposés en très petits éléments
qui nourrissent les cellules. Cette fonction
est assurée par l’appareil digestif (également chargé d’éliminer les déchets), mais
aussi par ce que l’on appelle les glandes
annexes, c’est-à-dire les glandes salivaires, le foie, le pancréas et la vésicule
biliaire.
Le tube digestif, qui mesure environ
9 mètres, est quant à lui constitué de la
bouche, des dents et de la langue, puis du
pharynx, de l’œsophage, de l’estomac, de
l’intestin grêle, du gros intestin, du rectum
et de l’anus.
QUAND ?
Les troubles digestifs sont très fréquents.
Bien que gênants, ils sont le plus souvent
bénins. Ils ne doivent cependant pas être
négligés. Leur persistance nécessite toujours une consultation médicale car ils
peuvent être parfois l’expression d’une
maladie plus grave (ulcère, infection,
calculs dans la vésicule, cancer…).
Certains signes reconnaissables facilement
doivent alerter et nécessiter l’avis d’un
praticien.
Consulter en urgence si :
➥ vomissements de sang ou selles de
couleur très noire,
➥ douleurs brutales, intenses et persistantes au niveau du ventre avec -ou
non- de la fièvre, des vomissements,
une altération de l’état général…
Prendre rendez-vous si :
➥ les brûlures d’estomac et les régurgitations acides constituent une gène dans
la vie quotidienne,
➥ les douleurs d’estomac ou de l’abdomen
persistent plus d’une semaine,
➥ des vomissements se répètent et entrainent une altération de l’état général,
➥ des traces de sang sont visibles dans les
selles,
➥ une perte de poids s’installe de façon
involontaire et significative (2 à 3 kilos),
➥ des difficultés surviennent pour déglutir
sa salive ou avaler lors des repas.
Penser à évoquer ce sujet avec le médecin
si :
➥ il existe des antécédents dans sa famille
d’ulcère, d’hémorragie digestive, de cancer
gastrique (œsophage, estomac, colon,
rectum…), de calculs biliaires, d’une insuffisance hépatique ou de toute autre
maladie de la sphère digestive.
QUI ?
Le médecin généraliste a toutes les compétences pour effectuer le bilan et traiter
les principaux troubles digestifs. Face à des
signes particuliers, il peut demander différents examens complémentaires ou orienter vers un gastro-entérologue.
La gastro-entérologie est en effet la spécialité médicale qui se consacre à l’étude
de l’appareil digestif et aux maladies qui
s’y rapportent. L’hépatologie (foie) et la
proctologie (rectum et anus) constituent
deux disciplines au sein de cette spécialité.
TROUBLES DIGESTIFS COURANTS
Les problèmes de digestion sont malheureusement fort courants et variés…
• La digestion difficile se traduit par des
douleurs abdominales, des nausées ou des
vomissements, une diarrhée, des ballonnements, l’ensemble volontiers accompagné
de migraines… On parle d’indigestion
quand il y a un état de malaise général.
Dans la majorité des cas, elle est consécutive à un excès de nourriture et/ou d’alcool.
En général, le repos et une diète pendant
quelques jours suffisent pour retrouver son
état de santé habituel.
Il faut savoir que la crise de foie est une
expression populaire et non un terme
médical… Et le foie n’entre en rien dans les
symptômes invoqués dans la crise du
même nom !
• On appelle dyspepsie, les sensations
d’inconfort digestif après un repas. Elle se
traduit par des douleurs abdominales dont
la localisation n’est pas précise, une sensation de lourdeur et de gonflement, une
lenteur de la digestion. Parfois la personne
éructe, a le hoquet, des nausées, voire
même des vomissements. Généralement
l’adoption et le suivi de mesures hygiénodiététiques suffisent à traiter la dyspepsie (voir page suivante).
11
La digestion
800 maladies
de l’appareil digestif
36 000
nouveaux cas par an de cancer
colorectal en France
20
de la population
française
%
souffrent de troubles fonctionnels
intestinaux, avec une nette
prédominance chez les femmes
L’hexagone compte près de
3 300
gastro-entérologues,
soit 1 pour 20 000 habitants
• La colopathie encore appelée colite spasmodique, troubles fonctionnels intestinaux
ou syndrome du colon irritable, est une
affection bénigne mais responsable d’un
réel inconfort. Il s’agit de douleurs abdominales très variables dans leur forme, avec
des ballonnements, des troubles de l’émission des selles et des troubles du transit de
type constipation, de diarrhée ou d’alternance diarrhée-constipation.
Cette pathologie est probablement liée à
une anomalie de la motricité des muscles
du tube digestif mais le mécanisme et les
causes exactes restent méconnus et il
n’existe pas de réel traitement spécifique.
• Les brûlures d’estomac, ascendantes,
correspondent à une irritation de la
muqueuse gastro-duodénale. Elles peuvent
être dues à un excès d’acide dans l’estomac ou à la présence d’aliments agressifs
pour la muqueuse. La douleur est alors
particulière et se traduit de façon intermittente par des sensations de crampes que
l’on ressent à distance des repas (2 à 3h
plus tard) et sont calmées par la prise
d’aliments.
Les brûlures peuvent faire évoquer un
ulcère ou une gastrite ; c’est pourquoi il
est important dès lors qu’elles sont persistantes de consulter un médecin. Elles sont
aussi fréquentes en cas de hernie hiatale,
c’est-à-dire lorsqu’il y a passage d’une
portion de l’estomac à travers l’orifice
oesophagien du diaphragme (orifice
hiatal). Ainsi une partie de l’estomac n’est
plus dans l’abdomen mais dans le thorax.
• On appelle reflux gastro œsophagien, la
remontée d’une partie du contenu gastrique dans l’œsophage. Cela se traduit par
des régurgitations, des remontées de
liquide dans la bouche et par un pyrosis,
c’est-à-dire des brûlures que l’on ressent
en général au creux de l’estomac et qui
remontent dans la poitrine, voire jusque
dans la gorge.
• Enfin, si nous savons tous ce que sont
diarrhée et constipation, il faut toutefois
retenir que la constipation est définie par
une fréquence de selles inférieure à une
selle tous les 3 jours. Il est erroné de croire
que la défécation doit être quotidienne. Il
est en effet indispensable de laisser son
intestin fonctionner à son rythme. Un changement d’habitude, de régime, un voyage,
un alitement prolongé peuvent expliquer
une constipation récente et isolée. Elle est
dite alors « occasionnelle ».
Certaines maladies constituent des causes
d’aggravation de la constipation, de même
que certains médicaments. Votre médecin
saura mener l’enquête avec vous et faire
une recherche appropriée.
La diarrhée est définie, pour sa part,
comme une augmentation de volume, de la
fluidité ou de la fréquence des selles par
rapport aux habitudes de la personne. Elle
peut avoir des origines diverses : intoxication alimentaire, infections bactériennes,
virales ou parasitaires… Une diarrhée persistante peut être liée à une maladie générale, à une pathologie colique inflammatoire ou encore révéler la présence de
parasites intestinaux.
Son traitement doit toujours être accompagné d’un régime alimentaire épargnant le
travail de l’intestin (diète) et de boisson
abondante (2 à 3 litres d’eau/jour) pour
compenser les pertes liquides et éviter une
déshydratation.
QUELQUES CONSEILS POUR PRÉVENIR LES TROUBLES DIGESTIFS - Avoir une alimentation variée et équilibrée
- Manger dans le calme, assis, en y
consacrant le temps nécessaire et si
possible à heures régulières
- Prendre le temps de bien mastiquer
- Boire suffisamment d’eau (1/2 litre)
tout au long de la journée
- Observer une bonne hygiène de vie
générale : éviter le stress, dormir
suffisamment et pratiquer un exercice physique régulier (une simple
marche à pied quotidienne suffit)
- Ne pas se coucher tout de suite après
le repas
- Eviter les repas trop copieux, limiter la
consommation d’alcool et supprimer/
limiter le tabac qui favorise la sécrétion d’acidité et aggrave le reflux.
BON A SAVOIR L’hémoccult est un test indolore et rapide qui permet de dépister un éventuel cancer colorectal en recherchant la présence de sang
dans les selles. Il est conseillé d’en pratiquer un, même si tout va bien, tous les deux ans à partir de 50 ans.
L’endoscopie est un examen qui consiste à détecter les ulcérations ou les tumeurs et à effectuer des prélèvements (biopsies) ou
des sutures sans opération chirurgicale.
CCMO Mutuelle, 6 av. du Beauvaisis, PAE du Haut-Villé, BP 50993, 60014 Beauvais Cedex
Mutuelle soumise au Livre II du Code de la mutualité - n° 780 508 073.
12
Echos
de la CCMO
POUR FÊTER SES 10ES RENCONTRES, LA CCMO A CHOISI
D’ABORDER LE BIEN DORMIR
C’est à Compiègne et à Creil que la CCMO a fêté cette année ses 10es Rencontres sur le thème du « sommeil en questions ».
Le Pr Joël Paquereau, responsable du
Centre de sommeil au Centre hospitalier
universitaire de Poitiers et Président de
l’Institut National du Sommeil et de la
Vigilance (INSV) et le Dr Francis Martin,
responsable du Centre d’exploration du
sommeil au centre hospitalier de
Compiègne, Vice-président de la Société
de pneumologie de langue française,
Membre de l’INSV et de la Société
française de recherche sur le sommeil,
ont partagé leurs connaissances, leurs
expériences et ont répondu à toutes les
interrogations du public, venu nombreux,
sur le sujet.
Les rencontres
de
L’insomnie, qui concerne plus de
12 millions de français, est déclarée sévère
par un tiers des personnes qui en
souffrent. Se plaindre d’avoir mal ou pas
assez dormi est devenu tellement banal
que la plupart des insomniaques et
mauvais dormeurs ne le signalent même
pas à leur médecin traitant.
Les deux spécialistes experts ont mis
l’accent sur l’intérêt, en cas de troubles,
d’une consultation dédiée au sommeil et
la tenue d’un agenda du sommeil.
Excellent moyen d’investigation, il permet
Le
sommeiL
en questions
En partenariat avec
Compiègne
Creil
mercredi 29 septembre 2010 mardi 12 octobre 2010
de 17h30 à 19h
de 17h30 à 19h
Salles Saint Nicolas
2, rue du Grand Ferré
Salon Canneville
Espace culturel de la Faïencerie
Allée Nelson
oN : ElIS
INSCrIptI
03 44 06
E
91 82
d’analyser le sommeil sur une période
prolongée (généralement 3 semaines à
1 mois), d’observer les habitudes et
l’hygiène de sommeil (siestes, prise
d’hypnotiques, horaires décalés en fin de
semaine), d’évaluer les horaires de
sommeil, les délais d’endormissement, les
éveils nocturnes ainsi que la qualité du
sommeil.
Différents témoignages ont porté sur les
apnées du sommeil, dont souffrent entre 2
et 4 % de la population. Elles sont définies
comme des arrêts respiratoires répétés
d’au moins 10 secondes survenant au cours
de la nuit. Cette maladie entraine une
somnolence au cours de la journée avec des
troubles de la concentration et de la
mémoire. Les arrêts fragmentent le sommeil
et l’empêchent d’être suffisamment
réparateur. Le retentissement est important
non seulement sur la qualité de la journée,
car la somnolence peut être responsable
d’accident du travail ou de la voie publique,
mais aussi sur l’état général de la personne.
Bernard Mie, 56 ans et cadre dans une
banque a souligné : « Je souffrais d’une
fatigue omniprésente et j’incriminais le
stress, la mauvaise alimentation… Je
faisais des siestes de 1h30 à 2 heures pour
tenter de récupérer, mais en vain. J’ai
finalement consulté un médecin spécialiste
du sommeil et fait les examens : j’effectuais
des pauses respiratoires qui duraient
jusqu’à 1 minute 28... Le traitement est
parfaitement efficace et je dors avec une
petite machine qui m’aide à avoir une
bonne ventilation. Depuis que j’ai cet
appareil, c’est vraiment le jour et la nuit !
C’est un changement fondamental, une
transformation de vie ».
Par ailleurs, les résultats d’une enquête
réalisée début 2010 par l’INSV auprès des
plus de 50 ans montrent que les seniors
dorment plutôt bien. La retraite a un
impact dans le sens où elle modifie le
rythme du sommeil : 45 % se réveillent
plus tard, 41 % dorment plus longtemps et
37 % déclarent mieux dormir qu’avant.
Le sommeil profond, très récupérateur,
devient cependant moins abondant au fur
et à mesure du vieillissement.
C’est vers 80 ans que les difficultés
s’installent : le temps mis pour s’endormir
s’allonge (25 minutes), le coucher a lieu
plus tôt et le nombre ainsi que la durée
des éveils nocturnes augmentent.
Enfin quelques vérités ont aussi été
rappelées telles que : plus la durée de
l’éveil est longue et plus l’envie de dormir
est grande, l’importance d’une literie (y
compris les oreillers) adaptée à notre
physique, la meilleure position pour dormir
restant celle où l’on se sent le mieux…
13
Vie
pratique
Petit lexique de l’Assurance maladie
Pour bien comprendre les termes qui vous facilitent la santé
Tarif de convention (TC) ou base
de remboursement (BR)
C’est le tarif fixé par l’Assurance maladie
pour les actes ou fournitures médicales
pour déterminer le montant de leur
remboursement. A cette base, la Sécurité
sociale applique un pourcentage (le plus
souvent 70 %), ce qui détermine leur
remboursement.
Exemple : pour une consultation de
médecin généraliste, la base de
remboursement au 1er janvier 2011 sera
de 23 €. La Sécurité sociale ne vous
rembourse que 70 % soit 16,10 €
(auxquels vous déduisez la contribution
forfaitaire de 1 €).
Ticket modérateur (TM)
C’est le montant restant à votre charge
après remboursement de la Sécurité
sociale. La CCMO dans ses garanties
prend en charge le ticket modérateur tel
que défini dans le parcours de soins.
Exemple : pour une consultation de
généraliste au 1er janvier 2011, le TM
correspond à 30 % de la base de
remboursement Sécurité sociale : 23 € –
15,10 € = 7,9 €. La CCMO vous rembourse
7,9 €.
Participation forfaitaire obligatoire
Elle est actuellement de 1 € et est déduite
du remboursement du Régime obligatoire.
Elle ne peut pas être remboursée par les
complémentaires santé. Elle est à la
charge de l’assuré à chaque consultation.
14
Secteur de conventionnement
des médecins
Secteur 1 : le médecin s’engage à
respecter le tarif de convention fixé par la
Sécurité sociale.
Secteur 2 : le médecin fixe librement ses
tarifs.
Le secteur de conventionnement et les
tarifs pratiqués doivent être indiqués
distinctement dans le cabinet médical.
Dépassements d’honoraires
C’est la différence entre le tarif de
convention de la Sécurité sociale et le
prix que fait réellement payer le praticien.
En fonction du montant et de la spécialité,
les dépassements d’honoraires sont tout
ou partie à la charge de la mutuelle et/ou
de l’adhérent en fonction des garanties
souscrites.
Actes hors nomenclature (HN)
Sont dits «hors nomenclature», les actes
des médecins, chirurgiens-dentistes,
auxiliaires et sages-femmes qui ne
figurent pas sur la nomenclature générale
des actes professionnels. C’est par
exemple le cas des implants dentaires, de
l’ostéopathie ou encore de l’opération
laser de la myopie. Ces actes codifiés HN
ne sont pas remboursables par
l’Assurance maladie. En fonction de vos
garanties de complémentaire santé, ces
derniers peuvent être prise en charge par
la CCMO.
Recette
Galette des rois légère,
aux pommes
Pour 6 personnes
Ingrédients :
- 2 rouleaux de pâte feuilletée légère
- 500 g de pommes à cuire, de type
« Boscoop » ou « Grise du Canada »
- 20 cl d’eau
- 1 gousse de vanille
- 1 œuf (séparez le blanc et le jaune)
Préparation :
• Préchauffez le four à 180° (th 6).
• Pelez, épépinez les pommes, coupez-les en
morceaux. Faites les cuire dans une casserole
avec l’eau et la gousse de vanille fendue en
deux et grattée. Laissez compoter à feu doux
pendant 20 à 25 minutes avec un couvercle.
Surveillez que la compote n’attache pas, au
besoin rajoutez un peu d’eau.
• Pendant la cuisson des pommes, ouvrez un
des deux rouleaux de pâte, déroulez-le avec
son papier de cuisson et disposez-le dans un
moule à manqué. Badigeonnez le fond de
pâte avec le blanc d’œuf à l’aide d’un pinceau
de cuisine.
• Déroulez le second rouleau de pâte qui
servira de couvercle : comme il est trop grand,
pour éviter que le bord de la galette ne soit
trop épais, découpez dans la pâte un cercle à
la taille du moule d’environ 1 cm plus grand
que le moule. Réservez-le en attendant la
compote.
• Dès que la compote est cuite, disposez-la
sur la pâte dans le moule, enfouissez-y la
fève, et couvrez la galette avec votre seconde
pâte. Soudez les bords en faisant un rouleau
le plus régulier possible, en rabattant
au-dessus du couvercle le bord de la première
pâte.
• Badigeonnez le dessus de la galette avec
du jaune d’œuf pour obtenir une belle coloration dorée.
• Enfournez pendant 35 minutes.
• Une fois cuite, sortez la galette du four et
laissez-la bien refroidir avant de déguster.
Courrier
des lecteurs
J’habite Beauvais ; comment obtenir
la liste des chirurgiens dentistes qui
pratiquent le tiers payant avec CCMO ?
Caroline D. 42 ans
Les chirurgiens dentistes libéraux doivent
respecter leur code de déontologie qui
leur interdit toute forme de publicité.
Favoriser un dentiste auprès de nos
adhérents parce qu’il a signé notre
convention de tiers payant n’est donc pas
possible.
La CCMO ne peut pas influencer votre
choix qui doit se baser d’abord sur la
confiance en la qualité des soins et la
relation avec le professionnel de santé.
A l’inverse, n’hésitez pas à nous contacter
pour nous indiquer quel dentiste vous
avez choisi et nous pourrons alors vous
renseigner sur son conventionnement.
Enfin, vous pouvez nous indiquer la liste
des professionnels chez qui vous
souhaitez trouver du tiers payant et nous
les contacterons (www.ccmo.fr/formulaire
« besoin de tiers payant ? »).
Comment puis-je connaître en temps réel
le montant de mes remboursements ?
Christophe P. 32 ans
Avec ccmo.fr, plus besoin d’attendre la fin
de chaque trimestre pour connaître les
prestations versées par la CCMO : sur
votre espace adhérent, votre relevé de
prestations est réactualisé chaque jour.
Ce service vous permet également de
consulter votre historique des paiements
sur les 2 dernières années.
En vous abonnant au service de relevé de
prestations par email, vous serez averti
automatiquement par courriel lors du
paiement d’une prestation.
ccmo.fr et cliquer sur « Créer un compte ».
Remplissez le formulaire de demande de
code d’accès et nous vous adresserons
par email vos identifiants.
Comment s’abonner au service de relevés
de prestations par email ?
> Une fois connecté sur votre compte
personnel, rendez-vous sur la page « Mon
abonnement aux relevés de prestations
par email ». Il vous suffit alors de cocher la
case « Je souhaite recevoir mes relevés de
prestations par courriel » et d’indiquer
votre adresse email si celle-ci n’est pas
déjà pré-renseignée.
Comment se connecter à votre espace
adhérent ?
> Vous n’avez jamais consulté votre
espace adhérent ? Rendez-vous sur www.
J’ai reçu mon appel de cotisations
et je souhaite régler ma cotisation
mensuellement. Est-ce possible ?
Pascal C. 28 ans
CCMO Mutuelle vous offre diverses
possibilités pour régler vos cotisations.
Vous pouvez choisir de payer par chèque ou
opter pour un prélèvement. Vous choisissez
vous même la fréquence : mensuelle,
trimestrielle, semestrielle ou annuelle.
Vous êtes de plus en plus nombreux à
choisir le prélèvement mensuel qui permet
de mieux gérer votre budget. Nous vous
rappelons que ce service est gratuit.
Vous souhaitez changer de mode de
règlement ? Rien de plus simple ! Contactez
un conseiller au 03.44.06.90.00 ou rendez
vous dans l’une de nos agences, une
demande d’autorisation de prélèvement
vous sera remise, autorisation qu’il faudra
nous remettre signée et accompagnée d’un
relevé d’identité bancaire.
Ecrivez-nous !
Un article vous fait réagir ? Vous vous posez des
questions sur la santé ou sur la mutuelle ? N’hésitez
pas à nous écrire ! Nous vous répondrons le plus rapi­
dement possible et publierons éven­tuellement votre
courrier.
Faites-nous parvenir vos commentaires à :
CCMO Mutuelle - L’Essentiel de la CCMO
6, av. du Beauvaisis - PAE du Haut-Villé
BP 50993 - 60014 Beauvais Cedex
Mots casés santé
2
ES
IL
ME
NE
OR
RA
TE
US
3
CHE
CLE
DON
EUE
GEL
LAS
MER
NEC
NEE
TIC
TRI
USE
4
AIDE
AMEN
CCMO
ELUE
MIES
REGI
RIVE
NEES
5
HENNE
MISES
Solution en page 3
OVULE
6
GERMES
STERES
7
ACARIEN
CASEINE
DELEGUE
EUDEMIS
HYGIENE
9
DIGESTION
HEMOCCULT
15
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising