Meublés Non ERP et Chambres d`Hôtes

Meublés Non ERP et Chambres d`Hôtes
EXTRAIT
CAHIER DES CHARGES
CARACTERISTIQUES GENERALES
HEBERGEMENTS TOURISTIQUES
RESTAURATION
MEUBLÉS - NON ERP
CHAMBRES D’HOTES
Octobre 2014
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
CAHIER DES CHARGES
CARACTERISTIQUES GENERALES
HEBERGEMENTS TOURISTIQUES
Le cahier des charges du label Tourisme et Handicap, version 2013, poursuit deux objectifs :
intégrer les principaux concepts et exigences issues de la loi du 11 février 2005 relative à
l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes
handicapées ; proposer de nouveaux critères susceptibles d’améliorer la qualité du séjour ou
de la visite des personnes handicapées dans les hébergements et sur les sites touristiques.
La réglementation issue de la loi de 2005 prévoit depuis 2007 l’accessibilité des
constructions neuves et la mise en accessibilité, à l’échéance 2015, d’une grande partie du
cadre bâti existant.
Les différents types de bâti : ERP, BHC et maisons individuelles
La distinction entre ERP et habitations s’avère en effet utile à la mise en œuvre d’un nombre
limité mais essentiel de nouveaux critères.
•
Les maisons individuelles sont :
les chambres d’hôtes et les meublés de tourisme dans lesquels ne sont pas
superposés, même partiellement, plus de deux logements desservis par des parties
communes bâties.
•
Les meublés de tourisme d’une capacité supérieure à 15 personnes sont des ERP et
sont donc soumis à des critères complémentaires (cf le cahier des charges de base)
Le présent document est un extrait des cahiers des charges « caractéristiques générales et
hébergement » pour permettre aux porteurs de projet et évaluateurs du label Tourisme et
Handicap de se concentrer sur les critères essentiels concernant les meublés de tourisme
non ERP et les chambres d’hôtes.
Il est organisé en 3 sous-parties :
•
Prestations d’accueil et services
•
Accès au cadre bâti
•
Caractéristiques de l’hébergement.
Page 2 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
Cette présentation permet d’isoler les prestations de services des considérations sur le cadre
bâti, lequel est désormais appréhendé de manière globale (stationnement, cheminements
extérieurs et intérieurs, portes d’entrée et équipements collectifs). Il précise par ailleurs les
critères communs, les critères propres aux hébergements, ou au contraire ceux qui divergent
selon les types d’hébergements.
En gras, les critères incontournables.
La lettre R permet de distinguer ceux directement issus de la réglementation :
R+ : valeur maximale de la réglementation
R++ : valeur dépassant la maximale réglementaire
R- : valeur minimale ou atténuée prévue dans la réglementation.
Page 3 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
Caractéristiques générales
Les prestations d’accueil et services
1.1 La sensibilisation du personnel
Il est impératif de sensibiliser le personnel à l’accueil et à
l’accompagnement des clients en situation de handicap, quelle que soit la spécificité
de leurs besoins.
1.2 L’accueil du public
Si l’établissement est doté de son propre système de
réservation en ligne, celui doit inclure la possibilité de choix d’une chambre
adaptée, spécifiant les types de handicap qu’elle peut accueillir. Le système
doit permettre de connaitre la disponibilité (et donc l’indisponibilité) au
moment de la consultation.
Si l’établissement n’a pas de système de réservation en ligne, la réservation
doit pouvoir s’effectuer par courriel, SMS ou télécopieur.
Les chiens d’assistance et les chiens guides sont autorisés, sans
surcoût pour le client.
1.3 L’information du public
L’opérateur s’engage à proposer par écrit les renseignements donnés
oralement, même les plus anodins ou à les traduire en langue des signes française
(LSF), ce qui rassure et conforte la personne dans sa compréhension du message.
Il convient d’être attentif, de s’exprimer clairement et simplement, de
préférence sur le mode affirmatif, vis à vis de personnes présentant un handicap
mental ou des difficultés de communication.
Les documents d’accueil peuvent être proposés en version facile à lire.
La mise en place d’un accompagnement ou d’une aide personnalisée pour faciliter leur choix
est souhaitable.
L’opérateur s’engage à proposer une information écrite en grands caractères
(type Arial, corps minimum 16).
Page 4 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
1.4 La communication dans les parties communes
Si des téléphones sont mis à la disposition des clients déficients visuels, ils
sont munis d’un clavier aux normes françaises (ergot sur la touche 5 et le 0 en bas au
centre) et comportent des touches avec gros caractères et des chiffres contrastés.
Si des téléphones sont mis à la disposition des clients, ils comportent
un voyant lumineux. Les modèles choisis sont simples d’utilisation.
Un éclairage renforcé, en complément de l’éclairage d’ambiance, permet de
faciliter l’accès aux informations écrites et aux touches du téléphone. S’il n’est pas
permanent, la commande d’éclairage doit être facilement repérable et atteignable.
1.5 La signalétique
De manière générale, une signalétique adaptée, c’est-à-dire
claire et simple, favorise une circulation sécurisée et autonome pour tous.
L’association texte/image est obligatoire sur les principaux points de la signalétique.
La signalétique directionnelle nécessite l’association du texte et de l’image.
La signalétique de localisation peut se limiter à l’image (ex : cabinets d’aisance…)
R++ Une bonne signalétique offre un meilleur confort visuel à tous
et plus particulièrement aux personnes malvoyantes. Il convient de distinguer trois
types de signalétique : la signalétique directionnelle (texte avec flèche indiquant une
direction), la signalétique de localisation (désignation d’un site, d’un local) et la
signalétique d’information (affichage des horaires, explications écrites, description
sur cartels).
La signalétique présente les caractéristiques suivantes :
•
un contraste de couleur, entre le support de communication (panneau) et son
environnement et entre les informations et son support
•
une calligraphie la plus simple possible en utilisant une police de caractères de
type «Arial», «Helvética» avec des majuscules et des minuscules et
respectant un interligne suffisant entre chaque ligne et sans utiliser
uniquement les caractères gras.
La signalétique d’information est associée à un éclairage efficace, offre une distance
de lecture comprise entre 5 cm et 25 cm et La taille de la signalétique de localisation
Page 5 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
ou directionnelle doit être proportionnée à la distance de visualisation et ne doit pas
présenter de caractères dont la hauteur soit inférieure à 1,5 cm.
La signalétique d’information est située à une hauteur comprise entre
0,90 et 1,30 mètre du sol.
1.6 La sécurité
La Commission Nationale Tourisme et Handicap est susceptible de modifier cette rubrique
en fonction des évolutions de la réglementation, notamment celle relative à la sécurité
incendie.
Pour limiter les risques de brûlure par l’eau chaude sanitaire,
notamment vis à vis des personnes handicapées, il est recommandé d’expliquer le
fonctionnement des commandes d’eau chaude et d’eau froide aux clients.
Les pièces destinées à la toilette (douche et baignoire) doivent être pourvues de
mitigeurs thermostatiques limitant automatiquement les risques de brûlure.
Les mitigeurs ordinaires présents sur les éviers des cuisines et des lavabos, doivent
être simples d’utilisation et indiquer clairement le coté eau chaude et coté eau froide.
Il convient de vérifier qu’il existe des dispositifs de protection
(barrières, haies denses, végétalisation…) autour des lieux dangereux (points d’eau)
situés à proximité.
Les lieux de séjour situés à proximité d’une route dangereuse doivent
proposer une clôture.
Les numéros d’appel d’urgence en gros caractères doivent être
mentionnés clairement au moins à un endroit du site, dont le 15 SAMU, 18 Pompiers,
le 112 numéro unique européen et le 114 dédié aux personnes malentendantes.
Chaque numéro s’accompagne d’un pictogramme ou d’une image pour une bonne
compréhension.
Page 6 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
L’accès au cadre bâti
Les entrées des sites et des bâtiments doivent être facilement
repérables et identifiables. En cas d’impossibilité d’accéder aux stationnements ou
aux bâtiments, la présence d’un dispositif d’appel ou, à défaut, d’un service
personnalisé sont impératifs.
Les dispositifs d’appel doivent être libres de tout obstacle.
Ils doivent permettre aux personnes sourdes ou malentendantes de savoir
que leur demande a été prise en compte : signal lumineux, visiophone, boucle
magnétique en bon état de fonctionnement couvrant une surface suffisante.
Les dispositifs choisis sont simples d’utilisation et facilement
compréhensibles par une personne déficiente mentale.
R+ Les boutons d’appel extérieurs doivent être accessibles (espace
d’usage et hauteur comprise entre 0,90 et 1,30 m).
Leurs chiffres et autres symboles sont de couleur contrastée et bien
identifiables.
R+ Les digicodes permettant l’accès à tout ou partie des établissements
doivent pouvoir être utilisés par les personnes malvoyantes. Les boutons doivent être
identifiables, tactilement par un marquage en braille ou par un contraste de
matériaux, et visuellement par un contraste de couleur et/ou en gros caractères.
R+ D’une manière générale, il convient de neutraliser dans tout le cadre bâti
les obstacles à hauteur de visage, situés à moins de 2,20 m du sol et de les signaler.
De même, les obstacles en saillie, à partir de 0,15 m, et les volumes sous escaliers
doivent être signalés et neutralisés.
Page 7 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
1.1 Le stationnement extérieur
R+ Le ou les places de stationnement doivent être situées au
plus près de l’entrée principale. S’il s’agit d’un parking couvert ou souterrain, il
convient de s’assurer que la hauteur de passage jusqu’à l’emplacement réservé soit
au minimum de 2,15 m.
R++ Les hébergements situés en centre ville qui ne disposent pas de leur propre
parking doivent préciser sur leurs documents commerciaux et leur site Internet les
conditions de dépose minute à proximité : présence de parkings publics adaptés,
distance et caractéristiques des cheminements pour rejoindre l’établissement.
1.2 Les cheminements extérieurs dans l’enceinte du site
Le ou les cheminements accessibles doivent être clairement
signalés dès l’entrée sur le site.
R+ Le cheminement doit être de plain-pied, non meuble, non glissant, sans
obstacle, sans marche ni ressaut supérieur à 2 cm ni dévers de plus de 2%.
Lorsqu’une dénivellation ne peut être évitée, le pourcentage de pente du cheminement
doit être inférieur ou égal à :
•
5 % (l’idéal 4% maximum) ; si les pentes sont supérieures ou égales à 4 % sur
plus de 10 m, elles comportent des paliers de repos tous les 10 m ;
•
tolérance de 8 % sur une longueur maximale de 2 m ;
•
tolérance de 10 % sur une longueur maximale de 0,50 m ;
•
un palier de repos est obligatoire en haut et en bas de chaque pente quelle que
soit sa longueur ;
•
les paliers de repos doivent être d’une longueur minimale de 1,40 m.
Le cheminement doit être non glissant
R+ Les principaux éléments structurants du cheminement doivent être
repérables par les personnes ayant une déficience visuelle. Le cheminement ne doit
pas comporter d’obstacle à hauteur inférieure à 2,20m et les obstacles présents au sol
doivent etre signalés et contrastés.
Page 8 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
R+ Les ressauts doivent être évités et ne pas dépasser 2 cm. Ils doivent
comporter des bords arrondis ou être munis de chanfreins. La hauteur maximale peut
être portée à 4 cm si le ressaut comporte sur toute sa hauteur une pente ne dépassant
pas 33 %. La distance minimale entre deux ressauts est de 2,50 m.
Les pentes comportant plusieurs ressauts successifs, dits « pas d’âne », ne sont pas
recommandées.
R+ La largeur minimale d’un cheminement accessible est de 1,40 m, réduite
ponctuellement à 1,20 m lorsqu’un rétrécissement ne peut être évité.
Lorsqu’un dévers est nécessaire, il doit être inférieur ou égal à 2 %.
R+ Les fentes (des grilles) et les trous dans le sol et dans les
paillassons alvéolés ne doivent pas dépasser 2 cm de largeur ou de diamètre.
Le cheminent doit être conçu et mis en œuvre de manière à éviter la stagnation d’eau.
R+ Le cheminement doit être bien délimité par des changements de texture
et par des couleurs différenciées. A défaut, il doit comporter sur toute sa longueur un
repère continu et tactile, pour le guidage d’une canne d’aveugle. Il doit bénéficier
d’un éclairage adapté aux personnes en déficience visuelle.
R+ Un garde-corps préhensible (ou main courante) est exigé en
présence de toute rupture de niveau (ponctuelle) de plus 0,40 m sur l’ensemble du
cheminement.
R++ Sur les ruptures de niveau inférieures à 0,40 m, un
chasse-roue est obligatoire en l’absence de garde corps.
Le chasse-roue est obligatoire sur toute pente et quelle que soit la hauteur de la
rupture de niveau, dès lors qu’il existe un espace de plus de 2 cm entre le bord de la
pente et le garde corps.
R+ Toute marche isolée sur le cheminement doit être signalée par une
bande d’éveil de vigilance, contrastée et en relief, placée à 0,50 m du nez de la marche
dans le sens de la descente.
R+ A partir de trois marches, la présence d’une main courante est
obligatoire sur au moins un côté.
La main courante rigide est facilement préhensible, commençant avant la première
marche et s’arrêtant au-delà de la dernière marche, sur une longueur équivalente à un
Page 9 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
giron de marche sans que ce prolongement ne fasse courir de risque aux usagers
empruntant les circulations adjacentes.
La hauteur de la main courante est comprise entre 0,80 m et 1,00 m.
R+ A partir de trois marches et si la largeur de l’emmarchement est
supérieure à 1,40 m, la présence de mains courantes contrastées est obligatoire de
chaque côté des marches.
R+ Les marches répondent aux exigences suivantes :
•
une bande d’éveil de vigilance, contrastée et en relief, placée à 0.50 m du nez
de la première marche en haut de l’escalier;
•
tous les nez des marches sont contrastés et non glissants;
•
première et dernière contremarches de couleur contrastée
Les marches doivent être régulières (girons et contre marches)
afin d’éviter toute source de déséquilibre;
Les girons de marches des escaliers hélicoïdaux doivent permettre un appui complet
du pied du coté le plus large.
1.3 Les portes d’entrée des bâtiments
R+ Un espace de manœuvre doit être prévu devant la porte.
Sa longueur minimale est de 1,70 m si la porte est poussée, de 2,20 m si elle est tirée.
La largeur de ces espaces dépend du type de bâtiment où se situe le cheminement :
1,20 m en MI neuves.
R+ L’extrémité des poignées des portes d’entrée doit être située à plus de
0,40 m d’un angle rentrant de parois ou de tout autre obstacle.
R+ Les portes dont la partie vitrée représente plus de 75% de
la surface de celle-ci doivent comporter des éléments de repérage à l’extérieur et
l’intérieur, à deux hauteurs différentes (1,10m et 1,60m), repérables de jour comme de
nuit.
Les portes dont la surface vitrée représente moins de 75 % de la surface de celle-ci
doivent comporter au moins un élément de repérage si les montants et
soubassements ne présentent pas un contraste suffisant.
Page 10 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
Aucune porte d’entrée ne doit s’ouvrir par un code. Les seuls systèmes
d’ouverture admis sont : les clés (avec repères de type code couleur ou pictogramme
ou images) et cartes avec une flèche.
Portes des maisons individuelles
R+ S’il s’agit d’une maison individuelle, la largeur minimale de la porte
d’entrée doit être de 0,90 m.
R- Dans les habitations anciennes, lorsqu’il existe des contraintes liées à la
présence d’éléments participant à la solidité du bâtiment, les portes d’entrées ou
d’accès à un local collectif peuvent être de 0,80 m, correspondant à un passage
utile qui ne peut être inférieur à 0,77 m.
1.4 Les cheminements intérieurs
R+ Les cheminements intérieurs doivent être en revêtements durs et plats
ou compensés par des plans inclinés à faible déclivité, non glissants et sans obstacle.
Le pourcentage de pente du cheminement doit être inférieur ou égal à :
•
5 %; Si les pentes sont supérieures ou égales à 4 % sur plus de 10 m, elles
comportent des paliers de repos tous les 10 m;
•
8 % sur une longueur maximale de 2 m;
•
10 % sur une longueur maximale de 0,50 m;
•
un palier de repos est obligatoire en haut et en bas de chaque pente quelle que
soit sa longueur ;
•
les paliers de repos doivent être d’une longueur minimale de 1,40 m.
Le cheminement doit être non glissant.
R+ Les principaux éléments structurants du cheminement doivent etre
repérables par les personnes ayant une déficience visuelle. Le cheminement ne doit
pas comporter d’obstacle à hauteur inférieure à 2.20m et les obstacles présents au sol
doivent etre signalés et contrastés.
R- A l’intérieur des bâtiments existants, il peut être admis des pourcentages
de pente supérieurs lorsqu’il existe des contraintes liées à la présence d’éléments
Page 11 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
participant à la solidité du bâtiment. Les valeurs maximales des pentes sont alors
respectivement de 6 % au lieu de 5%, 10 % au lieu de 8% et 12 % au lieu de 10%.
Il est recommandé de signaler ces caractéristiques de pentes dans les documents
commerciaux et dans les pages des services de réservation en ligne.
R+ La présence de garde-corps (ou main courante) préhensibles et
rigides est requise le long de toute rupture de niveau de plus de 0,40 m.
Sur les ruptures de niveau inférieures à 0,40 m, un chasse-roue est obligatoire en
l’absence de garde-corps.
Le chasse-roue est obligatoire sur toute pente et quelle que soit la
hauteur de la rupture de niveau, dès lors qu’il existe un espace de plus de 2 cm entre
le bord de la pente et le garde-corps.
1.5 Les portes intérieures
R+ Un espace de manœuvre de porte est requis pour accéder aux locaux
adaptés. Sa longueur minimale est d’au moins 1,70 m si la porte s’ouvre en poussant
et d’au moins 2,20 m si elle s’ouvre en tirant.
Les poignés de portes doivent être facilement préhensibles et manœuvrables en
position « debout » comme « assis ».
La forme en bec-de-cane, dite poignée béquille, est recommandée.
R+ L’extrémité des poignées des portes desservant des espaces collectifs et
ouvrant sur des locaux adaptés doit être située à plus de 0,40 m d’un angle rentrant de
parois ou de tout autre obstacle.
R- Ce critère n’est pas exigé dans les bâtiments anciens lorsqu’il existe des
contraintes liées à la présence d’éléments participant à la solidité du bâtiment mais,
dans ce cas, des rallonges de poignées doivent alors être installées.
R++ Ces portes doivent toutes s’ouvrir, au moins, à 90 °.
Largeurs des portes intérieures en MI
R+ Dans les maisons individuelles neuves, la largeur minimale des portes
intérieures des logements adaptés est de 0,90 m, ce qui correspond à une largeur de
passage utile de 0,83 m. La largeur des portes intérieures ne peut être inférieur à 0,80
m, soit une largeur de passage utile de 0,77 m.
Page 12 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
R- Dans les maisons anciennes, la largeur minimale des portes peut être de
0,80 m, avec passage utile de 0,77 m.
1.6 Les escaliers
R++ Un éclairage renforcé doit permettre de localiser la première marche à
la descente lorsque l’éclairage général en amont de l’escalier est jugé insuffisant.
Un éclairage homogène doit être proposé sur toute la longueur de l’escalier, évitant
sur les marches des zones masquées ou éblouissantes.
Pour une marche isolée ou un escalier, les aménagements suivants permettent un
déplacement sécurisé, notamment pour les personnes déficientes visuelles :
•
une bande d’éveil de vigilance, contrastée et en relief, placée à 0,50 m du nez
de la première marche en haut de l’escalier;
•
tous les nez des marches sont contrastés et non glissants;
•
première et dernière contremarches de couleur contrastée par rapport à la
couleur des autres contremarches.
R+ A partir de 3 marches, la présence d’une main courante préhensible et
rigide est obligatoire sur au moins un coté
R+ A partir de trois marches et si la largeur de l’emmarchement est supérieur
à 1,40m, la présence d’une main courante préhensible, rigide et contrastée est
obligatoire de chaque coté des marches
La main courante doit commencer avant la première marche et s’arrêter
au-delà de la dernière marche, sur une longueur équivalente à un giron de marche
sans que ce prolongement ne fasse courir de risque aux usagers empruntant les
circulations adjacentes;
•
la hauteur de la main courante est comprise entre 0,80 m et 1,00 m ;
•
les marches doivent être régulières (girons et contre marches) afin d’éviter
toute source de déséquilibre.
•
Les girons de marches des escaliers hélicoïdaux doivent permettre un appui
complet du pied du coté le plus large
Page 13 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
1.7 L’éclairage dans les parties communes
R+ La qualité de l’éclairage, artificiel ou naturel, des circulations
intérieures et extérieures doit être telle que l’ensemble du cheminement est traité sans
créer de gêne visuelle.
Les parties du cheminement (escaliers, plans inclinés et toute rupture de niveau) qui
peuvent être source de perte d’équilibre pour les personnes handicapées, les
dispositifs d’accès et les informations fournies par la signalétique font l’objet d’une
qualité d’éclairage renforcée.
R++ A l’intérieur des bâtiments, la lumière du jour doit être gérée par des
stores, rideaux, volets, voilages, vitres teintées… un éclairage indirect ou semi-direct
(diffus) doit être privilégié afin d’éviter tout éblouissement.
R+ Tout éclairage par minuterie à commande manuelle est à proscrire.
S’agissant des systèmes d’éclairage par détection de présence, une diminution
progressive ou par étapes du niveau d’éclairement doit être proposée de sorte que la
personne ne risque pas de se retrouver seule dans l’obscurité.
R++ L’éclairage d’appoint est :
•
sans dégagement de chaleur (danger dû au rapprochement);
•
orienté sur l’objet à regarder (éviter tout éblouissement);
•
modulable en intensité (potentiomètre).
Les caractéristiques de l’hébergement
Le jour de leur arrivée dans un lieu de séjour (hébergement comportant
au moins une nuitée), le prestataire doit proposer aux personnes déficientes visuelles
et déficientes mentales une visite accompagnée leur permettant de mémoriser la
configuration des locaux et les différentes prestations.
Page 14 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
1.1 Les chambres
R++ Dans les chambres d’hôtes, toutes les chambres doivent comporter
sur leur porte d’entrée un N° de chambre ou nom de couleur contrastée et en relief.
Les chambres adaptées présentent un niveau de confort identique à celui
des chambres standard et doivent en outre comporter :
•
un lit d’au moins 1,40 m de large;
•
un espace libre d’au moins 1,50 m de diamètre, hors débattement de porte et de
l’emprise des lits et de tout mobilier;
•
un passage d’au moins 0,90 m sur les deux grands côtés du lit et un passage
de 1,20 m sur le petit côté ou un passage d’au moins 1,20 m sur les deux
grands côtés et 0,90 m sur le petit côté;
•
une hauteur de lit (sommier + matelas) comprise entre 0,45 m et 0,50 m du sol.
Les équipements de bureau et plans de travail des établissements neufs
doivent respecter, dans les chambres adaptées, les dimensions suivantes : hauteur
maximale 0,80 m, un vide d’au moins 0,70 m de hauteur, 0,30 m de profondeur et 0,60
m de largeur.
R- Dans les établissements anciens, s’il existe une contrainte liée à la
présence d’éléments participant à la solidité du bâtiment, le passage libre n’est pas
exigé sur chaque grand côté du lit mais sur un seul.
Les équipements
Dans les chambres adaptées :
R++
•
les penderies à ouverture facile (et préhensible) comportent des étagères
situées à plus de 0,40 m du sol et à moins de 1,30 m du sol.
•
les tringles (qui peuvent être amovibles) et les étagères doivent être situées à
une hauteur préhensible, inférieure à 1,30 m;
•
les patères pour les vêtements et les porte-serviettes doivent être situés entre
0.90 m et 1,30 m;
•
les interrupteurs sont placés à une hauteur maximale inférieure à 1,30 m ;
Page 15 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
•
les dispositifs de commande de la climatisation et de chauffage sont placés à
une hauteur maximale inférieure à 1,30 m ;
•
au moins une prise d’alimentation électrique placée à une hauteur comprise
entre 0,40 m et 1,30 m du sol et située à proximité du lit.
Les dispositifs de commande de la climatisation et de chauffage sont
simples d’utilisation;
Les étagères des penderies doivent être suffisamment éclairées pour
permettre un accès facile aux vêtements.
Les interrupteurs, les prises de courant et les dispositifs de commande de la
climatisation des chambres adaptées doivent être repérables par un contraste visuel.
Des volets ou rideaux occultants accessibles permettent de gérer l’éclairage
naturel et d’assurer l’occultation de la lumière de manière autonome.
Les volets ou rideaux occultants doivent etre simple d’utilisation.
Les volets ou rideaux doivent être accessibles (espace d’usage et hauteur
comprise entre 0,90 et 1,30 m).
L’accès aux fenêtres
Prévoir un emplacement (0,80 m x 1,30 m) libre de tout obstacle devant au
moins une fenêtre.
La hauteur des commandes d’ouverture des fenêtres accessibles ne doit pas excéder
1,30 m, pour au moins une fenêtre.
L’accès au balcon
Dans les hébergements neufs, l’accès au balcon des chambres et des
logements doit être de plain-pied et se faire sans obstacle.
Dans les hébergements existants, proposer un plan incliné amovible si le seuil ne peut
être franchi.
Page 16 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
La télévision
Dans les logements ou chambres adaptés, les téléviseurs disposent
d’écrans numériques placés à hauteur des yeux d’une personne assise. Le téléviseur
et ses équipements ne doivent pas constituer un obstacle susceptible de blesser les
personnes malvoyantes dans leur cheminement.
La télécommande doit disposer de grosses touches de couleurs
contrastées (avec ergot ou repère tactile sur touche 5), afin d’en faciliter l’utilisation
par les personnes malvoyantes. Elle doit être simple d’utilisation et de
compréhension.
Un mode d’emploi simplifié de la télécommande et du téléviseur doit
être fourni. L’accès au sous-titrage doit figurer sur le mode d’emploi.
Pour les personnes sourdes ou malentendantes, le poste doit disposer d’un accès au
sous-titrage par TNT ou tout autre éditeur (box ADSL, fibre optique...)
Il est recommandé de laisser le poste TV « en veille » pour les personnes ayant des
difficultés à atteindre le bouton d’allumage.
1.2 Les équipements sanitaires dans les hébergements
R+ Les salles d’eau aménagées
•
Elles doivent disposer d’un espace de manœuvre avec possibilité de ½ tour de
1,50 m de diamètre, hors débattement des portes et de tout mobilier ou
équipement.
•
Cet espace de manœuvre ne doit pas déborder sur l’espace dédié à la douche.
•
Un espace d’usage de 0,80 m x 1,30 m est requis devant le lavabo et
latéralement pour la douche et la cuvette des toilettes. Il peut empiéter
partiellement sur l’espace de manœuvre avec possibilité de ½ tour.
•
La hauteur des porte-serviettes, patères, interrupteurs, prises de courant et
autres éléments de confort doit être située entre 0,90 m et 1,30 m.
•
Les portes, lorsqu’elles s’ouvrent vers l’extérieur, disposent d’un dispositif
(barre latérale ou poignée) permettant de les fermer aisément derrière soi.
Page 17 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
Les cabinets d’aisance
R+ Les verrous des portes des cabinets d’aisance adaptés doivent être
facilement manœuvrables de l’intérieur (dispositif à tirette ou à bascule plutôt que
loquet tournant, difficilement préhensible).
R++ Le système d’ouverture et de fermeture doit être simple d’utilisation.
R++ Les portes des cabinets d’aisance qui s’ouvrent vers l’extérieur
disposent d’un dispositif (barre latérale ou poignée) permettant de les fermer aisément
derrière soi.
R+ Un espace de manœuvre d’au moins 1,50 m de diamètre, à l’intérieur ou,
à défaut, en extérieur devant la porte;
R+ Un espace d’usage situé latéralement par rapport à la cuvette, en dehors
du débattement de porte et libre de tout obstacle, de 0,80 m de large par 1,30 m de
long;
R++ Quelle que soit la configuration de l’équipement sanitaire (cuvette
suspendue, avec ou sans coffrage), l’installation doit permettre de réaliser le transfert;
R+ La hauteur de la cuvette, abattant inclus, est comprise entre 0,45 m et
0,50 m. Les rehausseurs ne sont pas admis;
R+ Une barre d’appui latérale posée horizontalement à une hauteur
comprise entre 0,70 m et 0,80 m, à une distance du centre de la cuvette ne pouvant
excéder 0,40 m. Elle permet à un adulte de prendre appui de tout son poids;
R++ Cette barre horizontale doit être prolongée par une partie oblique ou par
une autre barre verticale facilitant le redressement des personnes à mobilité réduite;
R++ Le dévidoir de papier doit être atteignable depuis la cuvette et non placé
à l’arrière du fauteuil;
Page 18 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
R++ Toute poubelle doit présenter un dispositif d’ouverture accessible et
d’une hauteur minimale de 0.40 m;
R++ Les abattants et lunettes des cuvettes de WC doivent être de couleur
contrastée par rapport à leur environnement.
R+ Ils comportent des patères pour les vêtements et des porte-serviettes
placés entre 0.90 m et 1,30 m du sol.
R++ Les douches
•
Elles sont de plain-pied, à l’italienne ou avec un receveur extra plat.
•
Elles ne doivent pas présenter de ressaut supérieur à 2 cm, lequel doit être
arrondi.
•
La robinetterie doit être située à moins de 1,30 m du sol.
•
Les pommeaux de douche doivent pouvoir être posés sur la robinetterie ou sur
un dispositif d’ancrage indépendant de la robinetterie positionné à moins de
1,30 m du sol.
•
Elles sont équipées d’une barre verticale permettant un appui en position
« debout ».
•
Elles sont équipées d’une barre d’appui horizontale située à une hauteur
comprise entre 0,70 m et 0,80 m et facilitant le transfert sur un siège fixe.
•
La distance entre la barre et le centre du siège fixe n’excède pas 0,40 m.
•
Selon la configuration de la douche, la barre de transfert horizontale pourra être
relevable (dispositif avec pied repliable vivement recommandé).
•
Le siège fixe est situé latéralement par rapport à l’arrivée d’eau. Sa hauteur
d’assise doit être comprise entre 0,45 m et 0,50 m. L’assise elle-même doit offrir
un confort d’usage et assurer une stabilité suffisante.
•
Les sièges mobiles adaptés à la toilette des personnes handicapées moteur
peuvent se substituer aux sièges fixes sous réserve de respecter un confort
d’usage et assurer une stabilité, mais ils ne dispensent pas de la pose d’une
barre de transfert.
Page 19 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
R+ Les baignoires
Les baignoires accessibles ne peuvent pas se substituer à la présence de douches
accessibles.
Une baignoire accessible présente les caractéristiques suivantes :
•
une hauteur maximale de 0,50 m;
•
un espace libre de tout obstacle (de 0,80 x 1,30 m) sur au moins un côté;
•
une tablette, à l’extrémité la plus large, d’au moins 0,50 m de large permettant le
stationnement provisoire en position assise des personnes à mobilité
réduite;
•
une barre d’appui latérale suffisamment longue, située à moins de 15 cm du
bord supérieur de la baignoire, pour permettre aux personnes à mobilité
réduite d’opérer un transfert sur la tablette en toute sécurité.
•
Il est recommandé que la robinetterie soit fixée au mur au milieu du long côté de la
baignoire.
R+ Les lavabos
Un lavabo accessible doit présenter un vide en partie inférieure d’au moins 0,30 m de
profondeur, 0,60 m de largeur et 0,70 m de hauteur.
La vasque du lavabo ne doit pas dépasser une hauteur de 0,85 m.
La partie basse des miroirs des lavabos est située entre 0,90 m et 1,05 m. A défaut le
miroir doit être incliné de telle sorte qu’il permette une vision en position assise.
Il recommandé d’équiper les lavabos d’une robinetterie à levier qui évite les gestes de
rotation du poignet et facilite la préhension pour les personnes âgées et les enfants.
1.3 La cuisine
R++ Chaque « coin cuisine » doit comporter un espace de manœuvre avec
possibilité de ½ tour d’un diamètre de 1,50 m sans obstacle.
Un passage libre d’au moins 0,70 m de hauteur doit être prévu à proximité de l’évier et
du plan de cuisson.
Ce passage libre peut être le même pour l’évier et le plan de cuisson en fonction de
l’organisation du plan de travail.
La largeur minimale et la profondeur de ces évidements sont au minimum de 0,60 m
pour permettre de positionner le repose-pied d’un fauteuil roulant.
Page 20 sur 21
Label Tourisme et Handicap – Cahier des charges –
Extrait pour Meublés non ERP et Chambres d’hôtes
R++ La manipulation des boutons d’allumage des fours et des plaques
électriques doit pouvoir se faire par des repères tactiles : repérage de la
commande zéro ou arrêt et présence de deux autres points contrastés et en relief
permettant de mesurer l’intensité de chauffe.
Pour les cuisinières au gaz, les brûleurs sont enclenchés par un
allumage automatique. Un point contrasté et en relief permet de repérer
l’emplacement de chaque brûleur.
Les plaques de cuisson bénéficient d’un éclairage renforcé et sans reflet.
Un mode d’emploi des principaux outils et équipements de la cuisine
permet une meilleure utilisation en autonomie. Ce mode d’emploi doit être simple,
illustré et facile à comprendre, y compris par les personnes éprouvant des difficultés
de lecture.
1.4 Autres caractéristiques des logements
Les « séjours » indépendants ou avec cuisine intégrée comportent un
espace de manœuvre avec possibilité de ½ tour de 1,50 m de diamètre.
La hauteur libre sous les tables doit être au moins de 0,70 m. Le plateau
n’est jamais supérieur à 0.80 m de hauteur.
Prévoir un emplacement (0,80 m x 1,30 m) libre de tout obstacle devant au
moins une fenêtre de chaque pièce de vie.
Les dispositifs de gestion de la climatisation et de chauffage doivent être
situés à une hauteur comprise entre 0,90 m et 1,30 m et un espace d’usage (0,80 m x
1,30 m) doit exister au droit de cette commande.
Les dispositifs de gestion de la climatisation et de chauffage doivent être
simples d’utilisation.
Il convient de proposer des contrastes de couleurs entre les différents
équipements (placards) présents dans les différentes pièces.
Il est recommandé de permettre un accès facilité aux terrasses.
Page 21 sur 21
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising