Guides des Campus Responsables 2009

Guides des Campus Responsables 2009
Une initiative de
GUIDE DES
CAMPUS RESPONSABLES
Le développement durable
dans les établissements
de l'enseignement supérieur
En partenariat avec
2008-2009
Avec le soutien de
> SOMMAIRE
Éditorial
p. 3
1. Le Guide des Campus Responsables : objectifs et mode d’emploi
1.1 Pourquoi un Guide des Campus Responsables ?
1.2 Les étapes de la réalisation du Guide
1.3 Les 4 thématiques de l’engagement des campus
1.4 Quels sont les impacts sociaux et environnementaux d’un campus ?
2. Le développement durable dans 34 campus français :
aperçu des bonnes pratiques et grandes tendances
2.1 Tableau de synthèse des bonnes pratiques par thème et par campus
2.2 Tendances et évolution du développement durable dans les campus en 2008
3. Les fiches détaillées par campus
p. 4
p. 4
p. 5
p. 6
p. 8
p. 11
p. 12
p. 14
p. 16
3.1 Les Universités
3.2 Les Écoles d’Ingénieurs
3.3 Les Écoles de Commerce
p. 17
p. 40
p. 52
4. Le développement durable sur les campus à l’étranger
p. 86
4.1 Le point de vue des experts
4.2 Répertoire des pratiques innovantes à l’étranger
p. 86
p. 92
Lexique
Présentation de l’initiative Campus Responsables
Remerciements
p. 98
p. 102
p. 104
2
> ÉDITORIAL
ELISABETH LAVILLE
Co-fondatrice de Graines de Changement
Fondatrice d’Utopies
> Créée à la rentrée 2006, l’initiative Campus Responsables fait paraître pour la
seconde année consécutive ce Guide des Campus Responsables. Preuve que le mouvement est en marche du côté des établissements d’enseignement supérieur : plus d’une
trentaine de campus soit un tiers de plus que l’an dernier ont répondu de manière volontaire à notre questionnaire d’évaluation de leurs politiques et pratiques. > Il faut dire
qu’en un an, le contexte s’est fait plus pressant : d’abord, le projet de loi du Grenelle de
l’Environnement a stipulé que "les établissements d’enseignement supérieur déclineront
pour la rentrée 2009 une stratégie de développement durable qui sera rendue publique" ; ensuite l’Opération Campus de la Ministre de l’Enseignement Supérieur, Valérie Pécresse, a prévu un budget important
de 5 milliards d’euros, pour la modernisation et le renouvellement du patrimoine immobilier de dix sites
universitaires – et une première première cartographie globale Energie et CO2 du parc immobilier universitaire a déjà été réalisée conjointement par la Caisse des Dépôts et la CPU ; enfin, les étudiants sont tout
particulièrement mobilisés sur le sujet, comme en atteste la création fin 2007 du REFEDD - Réseau Français des Etudiants pour le Développement Durable. Autant dire que le mouvement s’accélère pour faire du
développement durable une composante incontournable des approches pédagogiques et des stratégies
institutionnelles. A l’heure où l’on parle de plus en plus de « croissance verte », les établissements du supérieur, qui forment les dirigeants et entrepreneurs de demain, ont tout intérêt à se préoccuper d’environnement et de développement durable, un domaine large qui pourrait créer plusieurs millions d’emplois, selon
une récente étude de l’Organisation Internationale du Travail. Nul ne doute désormais qu’une formation
intégrant ces aspects sera un atout pour l’employabilité et la valeur des diplômes de demain. > L’initiative
Campus Responsables a elle aussi progressé en un an et compte désormais 24 établissements membres,
soit 12 de plus que l’an passé - signe d’un intérêt croissant des grandes écoles et des universités pour ces
démarches, mais aussi de leur besoin de s’informer sur les enjeux et d’échanger sur les meilleures pratiques pour s’enrichir mutuellement, au-delà de leurs différences. C’est pour témoigner de cette mobilisation croissante des universités et des grandes écoles, mais aussi pour amplifier ce mouvement, que nous
publions ce guide chaque année. Parce que, comme le disait Albert Schweitzer, « l’exemplarité n’est pas une
façon d’influencer, c’est la seule. » > Je remercie toutes celles et ceux qui ont mis leur énergie et leur
motivation au service de ce projet, en tête desquels les deux chargées de mission Campus Responsables
Charlotte Reydel et Elodie Rochel, mais aussi les établissements-membres de l’initiative Campus Responsables et nos partenaires pour cette seconde édition du guide des Campus Responsables, parmi lesquels
l’ADEME, la Conférence des Grandes Ecoles, la Caisse des Dépôts et Consignations, le Comité 21 et le
REFEDD, sans oublier l’Usine Nouvelle.
3
> 1. LE GUIDE DES CAMPUS RESPONSABLES:
OBJECTIFS ET MODE D’EMPLOI
> 1.1 POURQUOI UN GUIDE DES CAMPUS RESPONSABLES ?
VALORISER LES BONNES PRATIQUES DES CAMPUS FRANÇAIS
Cette seconde édition du Guide 2008 des Campus Responsables a tout d’abord pour objectif de
dresser un panorama des bonnes pratiques menées sur les campus de l’Hexagone. En valorisant
les stratégies et initiatives des établissements pionniers, nous espérons créer une saine émulation entre les campus et les encourager à renforcer leur engagement pour le développement durable. Pour cette seconde édition, nous avons également tenu à mettre en valeur visuellement
les progrès réalisés d’une année sur l’autre par les établissements, de manière à saluer ces avancées et à rappeler que, fondamentalement, le développement durable est une démarche de progrès continu. Naturellement, cette approche ne concerne que les campus qui étaient déjà référencés dans le guide l’an dernier.
INFORMER LES ÉTUDIANTS ET LE GRAND PUBLIC
Le second objectif du Guide 2008 des Campus Responsables est d’informer les étudiants et le
grand public sur l’engagement des campus français dans le domaine du développement durable et les initiatives concrètes qui y sont développées. Création de cours et d’activités de recherche
sur ce thème, mais aussi covoiturage, gestion alternative des espaces verts, optimisation énergétique, recours aux énergies renouvelables, soutien aux associations étudiantes, prise en
compte des attentes des parties prenantes… : ces actions doivent aussi permettre aux établissements de différencier leur projet d’enseignement et de recherche pour attirer élèves, enseignants ou partenaires du monde économique.
4
> 1.2 LES ÉTAPES DE LA RÉALISATION DU GUIDE
> Nous avons développé en 2007, à partir des meilleurs référentiels internationaux
et en collaboration avec le comité développement durable de la Conférence des
Grandes Ecoles (CGE), un questionnaire d’auto-évaluation des politiques et pratiques
de développement durable sur les campus (disponible sur le site www.campusresponsables.com, dans la rubrique « Bonnes Pratiques »). Ce questionnaire, au regard
du retour d’expérience de l’année passée, a été amélioré en 2008 et modifié pour
mieux s’adapter aux universités, davantage présentes cette année dans le Guide.
> Ce questionnaire a ensuite été envoyé entre septembre et novembre 2008 à
une cinquantaine de contacts privilégiés de l’initiative Campus Responsables, à l’ensemble des membres de la CGE, du Comité 21 et du REFEDD - soit environ 300 établissements.
> Les établissements ont eu deux mois pour renseigner le questionnaire et s’autoévaluer sur cinq grands thèmes : la gouvernance, la politique sociale et l’ancrage
sociétal, la recherche et l’enseignement, et enfin la gestion écologique du campus
(incluant le bâti). Le niveau d’avancement et les pratiques des campus sont notés de
1 à 4, sur la base d’une échelle précisément calibrée et qui doit être étayée par des
documents justificatifs et autres exemples concrets de bonnes pratiques. Comme
nous n’avons pas souhaité faire de classement entre les établissements, les résultats
chiffrés de ces évaluations ne sont pas présentés dans ce Guide. En outre, les fiches
sur les campus présentées ici ne sont pas exhaustives : nous avons dû faire des choix
dans les informations communiquées pour mettre en avant les pratiques les plus
innovantes et inspirantes. Des informations plus précises sont disponibles sur les sites
Internet des établissements, dans les sections éventuellement dédiées aux démarches
de développement durable, ou directement auprès des chargés de mission des établissements dont les coordonnées figurent sur les fiches. Pour les établissements
membres de Campus Responsables, qui sont identifiables par le logo de l’initiative,
des pages détaillant leur démarche sont disponibles sur le site www.campusresponsables.com (« présentation des établissements membres » sur la page d’accueil).
> Le traitement des résultats et la rédaction de ce guide se sont étalés de novembre à fin janvier. Les nouvelles pratiques mises en place en 2008 par les établissements sont signalées par une icône « + ». Le tableau de synthèse des bonnes
pratiques a été réalisé après analyse de l’ensemble des fiches, pour fournir une appréciation équilibrée prenant en compte tous les campus présents dans le guide. Dans
la partie gestion écologique, le visuel , symbole d'exemplarité, a été attribué aux
campus ayant, au minimum, mené des actions significatives sur la gestion écologique
de leurs bâtiments.
5
> 1.3 LES 4 THÉMATIQUES DE L’ENGAGEMENT DES CAMPUS
Établissement membre de la campagne
Campus Responsables
Nom de l’établissement
Taille de l’établissement
Nouveau
participant
au guide
É AB ISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
Logo de l’établissement
i
NEW !
Contact développement
durable sur le campus
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
Les 4 thématiques
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
Nouvelle pratique
par rapport à l’an passé
+
Les mots en bleu sont définis dans le lexique page 98
6
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
Engagement de la Direction au travers de sa politique générale
(adhésion à des instances, publication d’un rapport et structure dédiée en interne) et de ses relations avec ses différentes parties prenantes, qu’il s’agisse de les sensibiliser ou de les consulter/impliquer sur les décisions les concernant.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
Politique sociale concernant le personnel (diversité, parité, valorisation des compétences, etc.) et les étudiants (égalité des chances,
aide aux handicapés, soutien des projets étudiants, etc.), ainsi que
la participation du campus à des projets locaux et internationaux.
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
Intégration des enjeux du développement durable à la formation
initiale et continue (cours, stages et projets pour les étudiants ;
transversalité, outils pédagogiques pour les enseignants), et le développement de la recherche sur les thèmes relatifs au développement durable (missions de conseil, partenariats de recherche,
structures de veille et travaux publiés).
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
Prise en compte des impacts environnementaux directs du campus :
politique de construction ou rénovation durable des bâtiments, politiques et performances en matière d’éco-efficacité (énergies, eau,
déchets), intégration de critères environnementaux dans les achats,
biodiversité et transports.
7
> 1.4 QUELS SONT LES IMPACTS SOCIAUX ET
ENVIRONNEMENTAUX D’UN CAMPUS ?
ACHATS
BÂTIMENTS
TRANSPORTS
Les transports
pèsent lourd dans
notre empreinte écologique. Depuis 1990,
les émissions de CO2
dues aux transports
ont bondi de 22 %.
Transports en commun, covoiturage,
mobilité douce…
des solutions existent pour limiter les
émissions de CO2 de
votre campus.
ÉNERGIE ET
RÉCHAUFFEMENT
CLIMATIQUE
En France, 78 % des
émissions de gaz à
effet de serre sont
liées à la consommation d’énergie.
L’exploitation des
énergies renouvelables en revanche ne
donne pas lieu à de
telles émissions,
participant ainsi à la
lutte contre le changement climatique.
Les bâtiments sont
responsables de la
consommation de
près de 40 % des
ressources naturelles (matières premières et et de 25 %
des émissions de
C02. La construction
durable permet de
limiter l’impact des
de votre campus sur
l’environnement.
Papiers, ampoules,
ordinateurs, photocopieuses, alimentation, distributeurs
automatiques… tous
ces produits ont un
impact environnemental et social
pouvant être facilement réduit par une
politique d’achat
responsable, privilégiant les articles peu
gourmands en énergie et les produits
issus du commerce
équitable.
SENSIBILISATION
Le développement
durable est le défi
majeur de nos sociétés et l’éducation
est la démarche la
plus appropriée pour
modifier les comportements. La formation des futurs
professionnels, et
notamment de ceux
qui seront demain
aux manettes des
entreprises, est un
enjeu essentiel.
La sensibilisation de
toutes les parties
prenantes internes
et externes de votre
campus aux enjeux
du développement
durable est un élément clé de progrès
du sujet en général
et de votre démarche
en particulier.
GESTION DE L’EAU
Les besoins en eau
de l’humanité augmentent deux fois
plus vite que la
population mondiale,
il est donc important
d’en maîtriser la
consommation sur
votre campus afin
de préserver cette
ressource rare. Des
dispositifs simples
peuvent vous permettre d’économiser
de l’eau et de l’argent.
GESTION
DES DÉCHETS
Nous produisons
deux fois plus de
déchets qu’il y a
40 ans avec près de
356 kilos de déchets
par an et par habitant. La gestion de
ces déchets est problématique car coûteuse en ressources
naturelles rares. Tri
et recyclage contribuent à rendre votre
campus et notre
planète plus propres.
ESPACES VERTS
Les espaces verts participent au cadre de
vie d’un campus et
leur caractère naturel ne doit pas laisser penser que leur
gestion (arrosage,
techniques d’entretien,
traitement des déchets
verts, etc.) est
nécessairement en
phase avec les principes du développement durable.
Évaluez et réduisez les impacts de votre campus grâce
à nos outils de diagnostic et solutions proposés sur
www.campusresponsables.com !
Illustration : www.c2e2.org
FORMATION
10
> 2. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE
DANS 34 CAMPUS FRANÇAIS :
aperçu des bonnes pratiques
et grandes tendances
Le Guide des Campus est un répertoire d’idées et de bonnes pratiques. A ce titre, il ne doit pas
être envisagé comme un classement : le tableau qui suit a donc surtout pour vocation de permettre au lecteur de repérer rapidement les pratiques les plus exemplaires sur les différentes
thématiques, et de dresser un panorama synthétique de l’avancée des campus. Il prend en compte
les actions effectivement réalisées, intégralement ou très largement, à la fin de l’année 2008 –
ce qui signifie que les projets prévus pour 2009 n’ont donc pas été pris en compte dans l’appréciation, même s’ils étaient amorcés. Cette appréciation, qualitative et quantitative, a été réalisée de manière indépendante par l’équipe Campus Responsables, en s’appuyant sur notre expertise et sur un référentiel interne qui reprend et précise l’auto-évaluation en situant les
pratiques possibles sur différents niveaux d’avancée d’une démarche.
Au total, cette année, 13 universités, 14 écoles de commerce et 7 écoles d’ingénieurs se sont
mobilisées dans l’exercice pour partager leurs expériences. Ces 34 appréciations vous permettront de mieux cibler les démarches inspirantes. Nous espérons ainsi qu’elles permettront la diffusion d’idées nouvelles et originales pour mettre en œuvre des politiques de développement
durable au sein d’autres campus de l’Hexagone.
11
> 2.1 TABLEAU DE SYNTHÈSE DES BONNES PRATIQUES
PAR THÈME ET PAR CAMPUS
1. UNIVERSITÉS
CUFR, Centre Universitaire de Formations et de Recherches jean François Champollion
OBSPM, Observatoire de Paris-Meudon-Nançay
Université catholique de l’ouest
Université de Franche-Comté
Université Technologique de Troyes
Université du Havre
Université de Nantes
Université Pierre-Mendes-France de Grenoble
Université d’Angers
Université de St Etienne
Université de Bretagne Occidentale
UPI, UNIVERSITÉ PROFESSIONNELLE INTERNATIONALE RENÉ CASSIN
Université du Sud-Toulon-Var
2. LES ÉCOLES D’INGÉNIEURS
École des Mines de Nantes
École Centrale Lyon
ENSTIB, École Nationale Supérieure des Techniques et Industries du Bois
ENSTIMAC, École Nationale Supérieure des Techniques Industrielles et des Mines d’Albi Carmaux
HEI, Hautes Etudes d’Ingénieurs
ISAE, Institut Supérieur de l’Aéronautique et de l’Espace
3. LES ÉCOLES DE COMMERCE
Audencia
Bordeaux Ecole de Management (BEM)
École de Management de Strabsourg
ESCEM Tours-Poitiers, École Supérieure de Commerce et de Management
ESC Brest
ESC Clermont-Ferrand
ESC Dijon
ESC Montpellier
ESC Rouen
ESCP-EAP, École Supérieure de commerce de Paris
ESSCA, École Supérieure des Sciences Commerciales
Euromed
HEC, École des Hautes études commerciales
ISEAM, Institut Supérieur d’Études en Alternance du Management
Reims Management School
Pas ou peu d’actions engagées
Actions engagées
Actions avancées
L’ensemble des enjeux de la
thématique est traité
NR Non renseigné
Nouveau
Stagnation
Légère évolution
Forte hausse
12
13
sé
pas
l’an
NR
pus
am
uc
tà
por
rap
par
on
luti
Évo
NR
d
ue
iq
log
éco
tion
Ges
che
her
Rec
ent
nem
eig
Ens
l
oria
rrit
e te
rag
Anc
iale
soc
ent
gem
ana
et m
ue
itiq
Pol
gie
até
Str
> 2.2 TENDANCES ET ÉVOLUTION DU DÉVELOPPEMENT DURABLE
DANS LES CAMPUS FRANÇAIS EN 2008
Le développement durable fait indéniablement chaque année un peu plus sa rentrée dans les
établissements de l’enseignement supérieur.
Si les actions concrètes tardent à se faire une place de choix sur les bancs des établissements,
la prise de conscience, elle, est bien là. Ainsi, la sensibilisation au développement durable est
l’une des thématiques les plus appréciées et développées. « Une Vérité qui dérange », le film d’Al
Gore sur le changement climatique, devrait marquer une génération entière tant il a été visionné
dans les établissements. Les grands rendez-vous annuels comme la Semaine du Développement Durable, celle du Commerce Equitable ou encore celle de la réduction des déchets sont
également des occasions dont les campus se saisissent pour faire entendre aux étudiants le
changement qui s’impose à tous les niveaux (privé, professionnel…).
Plus profondément, un nombre croissant de directions ressentent désormais la nécessité de formaliser leur démarche pour mieux la communiquer en interne et en externe, et ainsi faire du
développement durable un axe de différenciation incontournable de leur établissement. Ainsi,
HEC, l’ESCEM, ou Reims Management School, s’inspirant du monde de l’entreprise, se sont lancées dans la publication de leur rapport de développement durable. Les universités, plus inspirées par l’univers et les pratiques des collectivités locales, préfèrent élaborer un plan d’actions
de type Agenda 21, comme c’est le cas dans les universités de Nantes, du Havre ou de FrancheComté.
Ces documents stratégiques témoignent d’un fort niveau d’engagement de la part de l’administration – et cet engagement est le plus souvent relayé à travers la création d’un poste de responsable développement durable, garant du suivi et de la durabilité des actions engagées. Sur
ce point, les universités et les grandes écoles ont des pratiques proches, comme en témoignent
l’Université catholique d’Angers, l’Université Pierre Mendès France de Grenoble, l’Université de
Toulon, l’ENSTIB, Euromed Marseille, Bordeaux Management School, l’ESC Brest et d’autres...
Un autre champ d’action privilégié est au cœur de l’offre des établissements : l’enseignement.
Si les cours portant sur le développement durable se multiplient (investissement responsable,
microfinance, commerce équitable, économie solidaire, énergies renouvelables…), on regrettera
14
toutefois qu’ils restent encore optionnels dans une grande partie des établissements. De la
même façon que l’intégration du développement durable à la stratégie, en amont, est à l’ordre
du jour dans les entreprises, il serait souhaitable à terme d’intégrer la question, de manière
transversale et décloisonnée, à l’enseignement de la finance, du marketing, de la stratégie, etc.
Une approche qui supposerait notamment la formation des professeurs et la révision du contenu
des enseignements.
C’est en matière de gestion écologique des campus que les établissements sont à ce jour les plus
actifs et les mieux structurés. La réduction des coûts engendrée par les investissements en
matière de performance énergétique et de gestion des bâtiments est un argument décisif. C’est
d’ailleurs souvent par cette porte que la thématique du développement durable est abordée. De
ce point de vue, on ne peut que se réjouir de voir les établissements réaliser des Bilans Carbone® et installer des détecteurs de présence, des ampoules basse consommation, des systèmes de chauffage centralisés et intelligents, des sanitaires moins gourmands en eau… Les
gros travaux tels que l’isolation du bâti, l’installation de fenêtres plus performantes ou l’installation de panneaux solaires relèvent encore de l’exception, mais la besoin de rénovation du
bâti universitaire français laisse à penser que les nouvelles constructions ou rénovations intégreront les principes de la Haute Qualité Environnementale, comme c’est déjà le cas à Nantes
ou à l’ENSTIB. Depuis que les clauses environnementales sont autorisées dans les marchés
publics, les achats des établissements sont devenus plus responsables, notamment pour le papier
et de plus en plus souvent les fournitures de bureau, les objets promotionnels et l’alimentation.
Mais l’intégration du développement durable dans les achats reste une thématique coûteuse au
sens large du terme – en temps, en argent et en énergie - et les acheteurs eux-mêmes manquent
d’information comme de formation.
Les aspects sociaux (internes ou externes) et de gouvernance restent sans surprise, comme ailleurs, les parents pauvres du développement durable. L’ouverture sociale des établissements
reste assez peu poussée et se limite bien souvent à quelques bourses d’étude et au tutorat dans
des établissements sensibles. Autre pratique fréquente : le soutien des établissements aux projets portés par les étudiants en matière de développement durable ou de solidarité, qui reste
une façon d’encourager des projets… sans toujours en assurer la pérennité ni mettre à disposition les moyens nécessaires.
Mais la tendance globale de cette seconde édition reste positive : il semble qu’un « déclic » se
soit produit sur ces questions de développement durable dans les universités et les grandes
écoles. Portés par la dynamique issue du Grenelle de l’Environnement, les acteurs s’organisent,
les politiques se structurent, et les bonnes pratiques se multiplient… Gageons que les éditions
suivantes de ce Guide confirmeront et amplifieront encore ce mouvement, stimulant et encourageant les échanges entre les établissements d’enseignement supérieur, universités et grandes
écoles de commerce ou d’ingénieurs, au-delà de leurs différences.
15
> 3. LES FICHES DÉTAILLÉES
PAR CAMPUS
> 3.1 LES UNIVERSITÉS
Centre Universitaire de Formation et de Recherche
Observatoire de Paris
Université Catholique de l’Ouest
Université de Franche-Comté
Université de Technologie de Troyes
Université du Havre
Université de Nantes
Université Pierre-Mendès-France, Grenoble
Université d’Angers
Université Jean-Monnet, Saint-Etienne
Université de Bretagne Occidentale
Université Professionnelle Internationale René Cassin
Université Sud-Toulon-Var
16
p. 17
p. 19
p. 20
p. 22
p. 24
p. 26
p. 28
p. 30
p. 32
p. 34
p. 35
p. 36
p. 39
CENTRE UNIVERSITAIRE DE FORMATION ET DE RECHERCHE
JEAN-FRANÇOIS CHAMPOLLION
Superficie du campus
CUFR, ALBI
Nombre d’étudiants
Effectif de l’administration
i
7 ha
28 000 m2
Superficie des bâtiments
2 600
80 + 250 vacataires
[email protected]
NEW !
+ En 2008, conférence d’Hervé Kempf intitulée « Comment les riches détruisent la planète ? ».
+ En 2008, organisation d’un colloque international sur
l’éducation au développement durable en partenariat
avec l’Ecole des Mines d’Albi qui a rassemblé 400 personnes.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Recours aux fonds d’aide et de soutien aux initiatives
étudiantes (FDSIE) pour les étudiants en difficulté financière.
• Présence d’une assistante sociale qui suit de manière
continue les étudiants malades et handicapés.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Fort soutien de l’administration à l’association AFEV qui
organise le soutien scolaire des élèves d’écoles primaires.
• Implication du service technique dans la politique de
développement durable de l’Université.
• Collaboration avec plusieurs universités africaines et
mise en place d’un double diplôme.
+ Recrutement d’un étudiant stagiaire en 2008 pour
proposer une méthodologie opérationnelle sur la démarche de développement durable. Projet d’embauche
d’un animateur.
+ Organisation chaque année d’un éco-festival sur 3
jours avec des tables rondes ouvertes à tous (présence
de nombreux représentants d’établissements scolaires,
de la Mairie…).
+ Adhésion au Comité 21 en 2008.
+ Formation de quelques administratifs, enseignants et
étudiants à un logiciel de comptabilité énergétique : EcoWeb.
FORMATION ET RECHERCHE
• L’association EnviSaGe, dédiée à la mise en place du développement durable sur le campus : organisation de
conférences, participation à un éco-festival, construction et mise à disposition de toilettes sèches, projet de
compostage sur le CUFR…
• Ouverture en 1999 d’un master 2 « gestion sociale de
l’environnement et valorisation des ressources territoriales ». Existence de 2 licences en lien avec l’environnement : Licence écologie, organismes et biosphère, Licence éclairage public et réseaux d’énergie.
17
CENTRE UNIVERSITAIRE DE FORMATION ET DE RECHERCHE
JEAN-FRANÇOIS CHAMPOLLION
CUFR, ALBI
• Présence de plusieurs Équipes de Recherche Technologique (ERT) dédiées aux thématiques du développement durable, dont l’ERT SPEED (Services Publics et Economies d’Energie Durables).
.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Etablissement par des étudiants stagiaires en 2006
d’un diagnostic énergétique, complété d’un diagnostic
des pratiques et des représentations sociales des acteurs afin d’optimiser les changements de comportements et mise en place d’un plan d’action en 2007.
+ Mise en place d’un système de mutualisation des outils informatiques. Création d’un groupe de travail en
charge de former le personnel à s’adapter à ce changement.
18
OBSERVATOIRE DE PARIS-MEUDON-NANÇAY
Superficie du campus
OBSPM
Superficie des bâtiments
2 157 200 m²
51 773 m² SHON
Nombre d’étudiants
400
Effectif de l’administration
i
Effectif du corps enseignant
406
246 chercheurs
[email protected]
septembre 2008 son projet de reconnaissance du phénomène de pollution lumineuse, objet de l’article 36 de
la loi "Grenelle de l’Environnement".
Photo © Observatoire de Paris
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Rampe d’accès et sanitaires adaptés aux handicapés
dans une partie des bâtiments. Mise en œuvre d’un audit « accessibilité » et plan d’actions associé.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
> L’Observatoire de Paris est implanté sur 3 sites : Paris,
Meudon et Nançay. Les données et les bonnes pratiques
mentionnées ici sont valables pour l’ensemble des campus, sauf mention contraire.
• Mise en place du tri des déchets de construction lors
de la remise en état des laboratoires et de la restauration des bâtiments.
+ Rénovation de certains laboratoires : renforcement
de l’isolation, installation d’éclairages moins consommant, de détecteurs de présence et d’une ventilation
double-flux.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
+ Mise en place en février 2008 d’un groupe de travail
animé par un chargé de mission développement durable,
nommé par le Président de l’OBSPM.
+ Mise en place du tri du papier sur les campus de Paris
et Meudon. Création d’une déchetterie sur le site de Nançay. Opérations ponctuelles de récupération des DEEE.
• Recrutement depuis fin 2005 d’étudiants issus de formation en Génie de l’Environnement pour mettre en
place une démarche de développement durable. Leurs
travaux ont permis l’instauration du tri sélectif sur le campus de Paris et de Meudon.
+ Lancement d’un site Internet de covoiturage.
• Mise en place d’une zone verte protégée sur le campus de Meudon et recensement de la faune et de la flore :
projet de mise en place d’un parcours sauvage à destination des visiteurs. Remplacement partiel des traitements phytosanitaires par des traitements thermiques au
gaz et à la vapeur.
• Existence d’un site Intranet dédié au développement
durable qui recense des outils, des études de cas et des
documents de référence.
• Choix de l’Observatoire de Paris par N. Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’Etat à l’Ecologie pour présenter le 23
19
UNIVERSITÉ CATHOLIQUE
DE L’OUEST, UCO
Superficie du campus
40 000 m²
Superficie des bâtiments
15 000 m²
Nombre d’étudiants
Effectif de l’administration
i
Effectif du corps enseignant
[email protected]
6 500
125
156 permanents
et 888 vacataires
+ Lancement d’une campagne de sensibilisation à destination des étudiants, des enseignants et du personnel.
Chaque mois un nouveau thème est mis en avant lors de
conférences, films, expositions.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
+ Création du « Point accessibilité pour tous », lieu d’accueil, d’écoute et d’accompagnement des étudiants handicapés sur les recommandations de la Commission Accessibilité. 3 conférences ont été organisées sur ce thème
en 2008.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
+ Organisation de 2 petit-déjeuner pour sensibiliser les
étudiants à l’alimentation.
• Le développement durable est depuis 2006, une orientation stratégique de la politique de l’UCO.
+ Projet « Et after… » de sensibilisation aux dangers de
l’alcool au volant (cocktails sans alcool, parcours lunettes, réactiomètre).
• Recrutement depuis 2 ans d’un chargé de projet pour
la mission « Campus Durable » à temps plein, rattaché à
la direction.
• Constitution d’un comité de pilotage de 10 personnes
internes et externes à l’établissement.
• Mise à disposition d’un « Espace Social Santé » qui travaille sur les questions de santé physique et psychologique des étudiants.
+ Rédaction d’un plan d’actions développement durable
pour l’année 2008-2009 et orientation selon 6 axes
(transport, vie étudiante, économie responsable…).
+ Réalisation d’une enquête interne sur le stress au travail par le Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT).
• Réalisation d’une enquête interne sur le développement durable en 2007.
+ Choix d’un prestataire employant des personnes en insertion pour les travaux paysagers et l’hygiène des bâtiments.
+ Adhésion au Club Planète Gagnante de l’ADEME, plateforme d’échanges et de partage d’informations.
+ Partenariat avec le Théâtre Le Quai de la ville d’Angers
pour une représentation dédiée au développement durable (« Planet’Terre »).
+ Communication interne sur les projets de développement durable du campus (intranet, affichage écran, projet de newsletter,…).
20
UNIVERSITÉ CATHOLIQUE
DE L’OUEST, UCO
Suivi des consommations d’eau, de gaz et d’électricité sur
le campus. Installation de réducteurs de débits et d’un
système de réduction des quantités d’eau dans les
chasses des sanitaires.
FORMATION ET RECHERCHE
• Existence de 3 cours optionnels en lien avec le développement durable. Intégration progressive d’un module de développement durable dans tous les Masters.
+ Réalisation d’une enquête transport. Lancement d’un
PDE. Des mesures spécifiques sont en déploiement : développement de 20% des stationnements vélos, nouveau
système de vidéoconférence pour limiter les déplacements.
• Existence d’un parcours « écologie urbaine et développement durable » au sein du Master « Management
des Ressources Naturelles et Développement Durable »
à l’Institut de Biologie et d’Écologie Appliquée (IBEA).
+ Inventaire floristique réalisé en 2007 et compostage
des déchets verts depuis 2008.
+ Existence d’une formation interne à l’entrepreunariat
pour le personnel et les étudiants.
+ Soutien méthodologique à la création de l’association
étudiante DD & Co, relais du projet Campus Durable auprès des étudiants.
+ Participation à l’organisation du forum « Métiers et Développement durable » à Angers pour sensibiliser les
étudiants aux évolutions des pratiques professionnelles.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
+ Réalisation d’une étude sur les achats de l’UCO en vue
du lancement d’une politique d’achats responsables.
• Mise en place du tri du papier et du carton pour les déchets papier et carton dans les bureaux, et déploiement
dans les salles de cours. Affichage et distribution de
guides incitant au tri des déchets. Collecte de piles, cartouches d’encre et bouchons plastiques usagés.
+ Création et réalisation par les étudiants du Master développement durable d’un diagnostic eau, énergie, déchets et transports accompagné de recommandations.
21
Superficie du campus
UNIVERSITÉ
DE FRANCHE-COMTÉ
i
Superficie des bâtiments
Nombre d’étudiants
209 538 m²
248 664 m² SHON
20 000
Effectif de l’administration
945
Effectif du corps enseignant
1 115 permanents
+ 1 500 intervenants extérieurs
http://campusdurable.univ-fcomte.fr
[email protected]
• Site Internet et lettre d’information interne dédiés à la
démarche de développement durable : http://campusdurable.univ-fcomte.fr.
• Consultation des étudiants dans le cadre de l’amélioration des formations. Suggestions d’amélioration sur le
campus à travers le site Internet de l’UFC.
• Charte d’engagement personnel aux bonnes pratiques
dans le cadre des activités universitaires à destination des
personnels et des étudiants. Plus de 400 signatures ont
déjà été récoltées.
+ L’UFC organise plusieurs événements ayant pour thème
le développement durable : challenge national de Kart
électrique en mars 2008, projection du film d’Al Gore
« Une Vérité qui Dérange », organisation de conférences,
campagne de sensibilisation aux transports doux.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Inscription du développement durable dans le contrat
d’établissement, comme axe stratégique de pilotage de
l’Université.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Rampes et ascenseurs pour les personnes handicapées.
Des travaux complémentaires sont en cours. Édition d’un
guide de 32 pages sur la vie étudiante et le handicap.
• Mise en place d’un comité de pilotage composé d’administratifs, d’enseignants et d’étudiants.
• Désignation d’un chargé de mission développement durable en lien direct avec le vice-président de l’UFC.
• Dispositif d’aide à la réussite pour les étudiants qui
prend la forme d’un suivi personnalisé, d’un tutorat ou
d’enseignements spécifiques.
+ Rédaction d’un Agenda 21, avec tableaux de bord et
suivi des actions.
• Participation au PDL de la ville de Besançon.
• Séminaire de formation du groupe de pilotage sur le
développement durable en 2007.
+ L’UFC entretient des liens forts avec le jardin botanique
de la ville de Besançon et des visites publiques sont
souvent organisées.
• L’UFC est membre du Club Développement Durable des
Établissements et des Entreprises Publics, piloté par le ministère de l’Écologie.
• Envoi d’ordinateurs obsolètes en Mauritanie et partenariat pour une formation informatique.
• Participation au Grenelle de l’Environnement à l’automne 2007.
22
UNIVERSITÉ
DE FRANCHE-COMTÉ
+ Réalisation en 2008 du premier Bilan Carbone ®.
Étude d’opportunité pour l’installation d’éoliennes.
FORMATION ET RECHERCHE
• Tri des déchets (papier, DEEE, déchets dangereux) et
partenariat de revente avec des organismes de l’économie solidaire.
• Financement de plusieurs projets expérimentaux sur le
développement durable pour et par les étudiants en lien
avec leur formation (énergies renouvelables, éco-conception, psychologie sociale).
+ Récupération des eaux de pluie dans les bâtiments rénovés.
• Existence de plus de 30 parcours et spécialités intégrant
le développement durable ou totalement dédiés au sujet.
+ Équipe de « chasseurs de gaspi » qui sensibilise les étudiants aux petits gestes.
+ Participation au plan de déplacement vélo de la ville
de Besançon. Une campagne de sensibilisation sur la pollution automobile a été menée en 2008. Politique de remplacement des véhicules polluants qui a conduit à une réduction de 30 % des émissions de CO2 par véhicule
remplacé. Acquisition d’une flotte de 15 vélos à assistance électrique dont un triporteur pour les petits trajets
sur le site universitaire.
• Travaux en cours avec l’IUFM pour que tous les étudiants qui se destinent à l’enseignement soient formés
aux enjeux du développement durable.
• Recensement d’une douzaine de projets et laboratoires de recherche sur différents sujets du développement durable (protection des écosystèmes, paléo-environnement et connaissance des milieux naturels, analyse
de l’eau, qualité de l’air, énergie et transport, environnement et milieu interstellaire, aménagement du territoire, santé publique, conduites individuelles et relations,…).
• Gestion raisonnée des espaces verts.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Intégration des éco-labels dans tous les renouvellements des marchés publics. Intégration de critères sociaux dans les appels d’offre.
• Mise en service en 2005 d’une chaufferie au bois de 5
Mégawatts en remplacement d’un ancien modèle au
charbon. Un diagnostic énergétique des bâtiments universitaires a également été mené.
23
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE DE TROYES
Superficie du campus
UTT
Superficie des bâtiments
1 km²
35 000 m²
Nombre d’étudiants
Effectif de l’administration et du corps enseignant
i
2 300
294
[email protected]
www.utt.fr/campus_responsables
veloppement Durable, cycle de conférences « science et
développement durable », semaine étudiante du commerce équitable…
• Communication interne sur les actions en faveur du développement durable dans le journal de l’UTT.
• L’association Éco-Campus 3 dédiée à la promotion du
développement durable à l’échelle du campus et de l’agglomération troyenne (campagne de sensibilisation au tri
des déchets, sensibilisation des scolaires au développement durable, Village du Développement Durable, apéro
responsable…).
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Équipement des bâtiments pour recevoir les personnes
à mobilité réduite (ascenseurs, rampes d’accès).
• Stratégie de développement durable portée par la Direction : déclaration d’intention du Président de l’UTT en
mai 2006.
• Prêts sur l’honneur aux étudiants les plus méritants.
• Suivi individualisé par un professeur référent pour l’ensemble des élèves durant toute leur scolarité.
• Comité de pilotage se réunissant 3 à 4 fois par an. Il est
l’organe opérationnel de gouvernance de la démarche de
développement durable.
• Signature de la Charte de la Diversité.
• Nomination d’un coordinateur de la démarche développement durable, en 2006.
• Association étudiante Interlink qui travaille à l’intégration des étudiants étrangers (54 nationalités représentées).
• Rédaction annuelle d’un rapport d’activités qui inclut
une partie entièrement consacrée aux actions de développement durable.
• Signature avec les pouvoirs locaux d’une charte contre
les addictions (sensibilisation des étudiants lors des soirées, mise en place de navettes)
• Consultation des étudiants dans le cadre de l’amélioration des formations et du cadre de vie. La dernière enquête en date concernait le besoin des usagés de l’UTT
en matière de covoiturage.
+ Partenariat avec la Communauté de l’Agglomération
Troyenne pour l’organisation de divers événements (semaine du développement durable, projet de covoiturage,
clés de Troyes, réductions dans les lieux culturels…).
• Organisation de diverses manifestations sur le campus
afin de sensibiliser les parties prenantes : Village du Dé-
24
UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE DE TROYES
UTT
• Lancement et pilotage du Club d’Écologie Industrielle
de l’Aube.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
+ Membre du pôle de compétitivité Industries et Agroressources.
• Passage progressif à des achats responsables pour : le
papier et les produits d’entretien, les boissons bio/équitables au foyer des élèves. Repas bio au restaurant universitaire à l’occasion de la semaine du développement
durable. Système de paniers de légumes et de fruits bio
organisé par l’Amicale du personnel.
• Organisation 3 fois par an de collecte de sang.
• Soutien de la direction à l’association humanitaire Ingénieurs sans Frontières.
• Optimisation de la consommation électrique permise
par l’installation de détecteurs de présence et d’ampoules basse consommation.
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
• Encouragements à intégrer le développement durable
dans les enseignements.
• Boutons poussoirs et chasses d’eau double flux dans
l’ensemble des sanitaires.
• Filière spécialisée Développement durable au sein du
cycle de formation ingénieur portant sur les matériaux et
intégrant les enjeux du développement durable.
+ Tri des déchets pour le papier et les autres matières recyclables. Mise en place d’un système de compactage des
canettes en phase de test.
• Master spécialisé (en double diplôme avec l’Université
de Sherbrooke au Canada) : Ingénierie et Management de
l’Environnement et du Développement Durable (IMEDD)
qui a principalement trait à des enjeux de l’éco-conception et de l’écologie industrielle.
+ Site de covoiturage entièrement dédié aux étudiants
de l’UTT. Association de promotion du vélo “La roue
verte”.
• Méthodes d’entretien paysager fondé sur des techniques douces.
• Structure de recherche : le Centre de Recherches et
d’Études Interdisciplinaires sur le Développement Durable (CREIDD) qui travaille principalement sur l’évaluation
des choix technologiques et la mise en œuvre de stratégies de dématérialisation.
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
de l’UTT sur le site Campus Responsables :
www.campusresponsables.com
• Réalisation de missions de conseil et d’étude sur le développement durable pour les entreprises et les collectivités.
25
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
Superficie du campus
UNIVERSITÉ DU HAVRE
Superficie des bâtiments
Nombre d’étudiants (2006/2007)
i
121 940 m²
35 872 m²
6 416
Effectif de l’administration
358
Effectif du corps enseignant
509
[email protected]
Photo © Alain PIEL - Université du Havre
• Conférence annuelle de sensibilisation ouverte à tous
en partenariat avec l’AREHN (Agence Régionale de l’Environnement Haute-Normandie). En 2008, « les polluants
chimiques et les OGM dans l’alimentation : les effets sur
la santé » avec Gilles-Eric SERALINI, professeur à l’université de Caen.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Création d’un service « Handicap » doté d’un directeur
et de 2 auxiliaires de vie. Université partiellement accessible (travaux de mise en conformité en cours de réalisation).
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Mise en place en 2005 d’un bureau de la vie étudiante : accompagnement des étudiants en difficultés
(scolaires, financières) et d’un observatoire de l’insertion
professionnelle.
• Inscription de l’Agenda 21 de l’Université dans le Plan
Quadriennal de Développement 2008-2011 de l’établissement.
• Existence de plusieurs partenariats locaux : Ville du Havre (semaine du développement durable, interventions
dans les établissements scolaires). Participation à
l’Agenda 21 du Havre. Membre du réseau régional des
achats responsables animé par l’ADEME.
• Élection d’un chargé de mission « agenda 21 d’établissement » intégré à la Direction en janvier 2007. Cette
mission a été reprise par le Vice-Président « Infrastructures et Système d’information » depuis mai 2008.
• Comité de pilotage, constitué des décideurs et des
personnes ressources. Implication du personnel et des
étudiants sur la base du volontariat et/ou d’un contrat
d’objectifs internes.
+ Bilan semestriel des actions engagées.
• Le livret d’accueil de l’étudiant et le bulletin de communication interne « l’Appariteur » informent sur le sujet. Depuis mai 2008, diffusion régulière d’informations
par l’Intranet et communiqués fréquents à destination de
la presse locale.
26
UNIVERSITÉ DU HAVRE
+ Réalisation en cours d’un audit énergétique et réflexion sur la mise en oeuvre de recommandations.
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
+ Réalisation d’un Bilan Carbone ® en 2007 et restitution des premiers résultats en mai 2008. Des plaquettes
de communication ont été diffusées aux étudiants, aux
personnels et aux institutionnels.
• Licences et Masters qui traitent de manière transversale du sujet et enseignements optionnels dans quelques
formations.
• Création d’un centre pédagogique et d’expérimentation
commun à plusieurs établissements de Seine-Maritime
sur les énergies renouvelables.
• Négociation de tarifs préférentiels pour les transports
(extension du tarif réduit jusqu’à 28 ans, prise en charge
à hauteur de 50% des abonnements du personnel aux
transports en commun). Réflexion autour de la création
d’un site Internet de covoiturage en partenariat avec le
Conseil Général de Seine-Maritime (convention en cours
de signature). Distribution d’une plaquette de sensibilisation aux transports doux à la suite de la rédaction d’un
PDL.
• Existence de plusieurs structures de recherche qui intègrent le sujet : CERENE (économie et logistique) ; CIRTAI / UMRS « IDEES » du CNRS (aménagement, transports, environnement), GREAH (énergies renouvelables),
LEMA (écotoxicologie) et LMPG (géosciences). Projets de
recherche autour de la gestion des zones côtières et des
énergies alternatives.
+ Valorisation des déchets verts, politique de plantation
d’espèces locales, contrôle de l’utilisation des produits
phyto-sanitaires, création de bassins ornementaux sous
forme de zone humide urbaine dans laquelle s’est développée une faune spécifique. Installation d’une ruche
sur un des toit-terrasse de l’Université et récolte de miel.
• Bibliographie des publications du corps enseignant
sur le sujet disponible en ligne: http://www.univ-lehavre.fr/recherche/labos.php
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
de l’Université du Havre sur le site Campus Responsables :
www.campusresponsables.com
+ Rédaction d’un guide pratique à destination des acheteurs afin de les aider dans leurs choix de fournisseurs.
Achats responsables de fournitures, produits d’entretien, matériel informatique, distributeurs automatiques
de boissons.
+ Bibliothèque universitaire HQE.
+ Tri des déchets pour le papier, le carton, les piles, les
batteries, les ampoules et les déchets dangereux. Mise en
place de compacteurs de canettes.
27
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
UNIVERSITÉ DE NANTES
Superficie des campus
331 000 m²
Nombre d’étudiants
Effectif de l’administration
i
34 000
1400
[email protected]
mière où je tue un ours », exposition sur le tri sélectif lors
de la semaine de réduction des déchets, organisation de
journées thématiques et multidisciplinaires sur la gestion
de l’eau et la nature en ville. Ces journées sont suivies de
cafés citoyens autour du thème abordé.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Accompagnement des handicapés physiques par des
tuteurs, nouveaux établissements accessibles aux handicapés. Appui de l’association Handisup qui offre des
servicesaux étudiants handicapés.
• Présence d’un fond d’aide dédié aux initiatives étudiantes (FDSIE) : financement du projet vélocampus (prêt
et location de vélos). Soutien de la part du conseiller Université 21 à tous les projets étudiants en lien avec le développement durable.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Nomination d’un conseiller Université 21 et d’un représentant développement durable par unité de formation. Le conseiller Université 21 dispose d’une compétence transversale pour bâtir et proposer au Conseil
d’Administration la stratégie de développement durable
de l’Université.
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
+ Rédaction en cours d’un Agenda 21. Les mesures définitives seront prochainement adoptées par le comité de
pilotage.
• Plusieurs cours spécifiques sur le développement durable, mais cloisonnés sur le plan disciplinaire.
• 16 formations, du diplôme universitaire au master,
spécifiquement orientées vers le développement durable.
• Etablissement d’un bilan annuel et d’un compte-rendu
des activités transversales de développement durable devant le Conseil d’Administration tous les deux mois.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Site Internet de présentation de la démarche développement durable accessible depuis
http://www.univ-nantes.fr
+ Achats responsables dans le domaine du papier (100%
recyclé) et 1/3 des distributeurs automatiques de boissons sont équipés de produits équitables.
• Organisation de nombreux événements de sensibilisation au développement durable : stickers « éteignez la lu-
28
UNIVERSITÉ DE NANTES
+ Intégration de la HQE dans tous les nouveaux bâtiments (bibliothèque, bâtiment des sciences humaines et
de gestion), projet de construction d’un bâtiment à énergie positive en cours.
+ Optimisation et réduction de la consommation des ressources par l’installation d’une chaufferie au bois, d’ampoules basse consommation et de détecteurs de présence
de façon systématique dans tous les nouveaux bâtiments. Veille profonde sur les ordinateurs à partir de 22h.
+ Choix du lising (vente du service) pour les imprimantes.
• Université très accessible par les transports en commun
(tramway, bus, bateau bus…). Mise en place d’un plan
de mobilité, de circuits piétons et de pistes cyclables, réduction des places de parking, achat de véhicules propres
en remplacement des véhicules déclassés, achat de vélo
à assistance électrique pour le personnel.
• Gestion douce des espaces verts classés, organisée par
la Communauté d’Agglomération Nantaise.
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation de
l’Université de Nantes sur le site Campus Responsables.
www.campusresponsables.com
29
UNIVERSITÉ PIERRE-MENDÈSFRANCE DE GRENOBLE
Superficie du campus
Superficie des bâtiments
Nombre d’étudiants
Effectif de l’administration
i
[email protected]
http://webu2.upmf-grenoble.fr/UniversiteCitoyenne
110 232 m²
98 470 m²
18 964
694
Effectif du corps enseignant
794
permanents et non permanents
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Nomination d’un chargé de mission handicap depuis
septembre 2007 dont la mission est d’améliorer l’accessibilité des bâtiments et de favoriser l’intégration des étudiants handicapés. Organisation d’assises locales du
handicap en 2007 portant sur l’insertion professionnelle
des personnes handicapées dans la fonction publique. Un
cycle mensuel de conférences a été mis en place depuis
avril 2008.
• Signature du Plan Climat Local de la Communauté
d’Agglomération de Grenoble en 2005.
+ Très nombreux partenariats locaux sur les thématiques
énergie-climat.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Mise en place depuis 2005 d’un comité de pilotage
composé du Secrétaire Général, du Directeur des Services
Informatiques, du Responsable du Patrimoine Immobilier
- Logistique, de la Directrice de la Communication et du
Responsable des Marchés Publics.
FORMATION ET RECHERCHE
• Plusieurs spécialités du Master Économie Internationale
et Globalisation intègrent les enjeux du développement
durable (développement, financement, coopération, aide,
environnement et énergie, environnement et eau ; management environnemental ; responsabilité sociale de
l’entreprise ; politique du handicap et vieillissement…).
+ Membre du Club Planète Gagnante de l’ADEME, une
plate-forme d’échanges et de partage d’information.
+ Existence d’un site Internet dédié à la démarche de
développement durable : http://webu2.upmfgrenoble.fr/UniversiteCitoyenne
• Nombreux projets tutorés en Master Ingénierie Économique portant sur des thèmes relatifs au développement durable (étude de faisabilité d’une maison de la
mobilité, étude comparative de modes de chauffage utilisant une énergie renouvelable, étude de faisabilité de
la mise en place d’un service de couches lavables).
+ Sensibilisation des étudiants et du personnel par la diffusion de la lettre d’information « Intercours ».
+ Nombreux stages en rapport avec le développement
durable dans le cadre du Master Économie Internationale
et Globalisation (bilans gaz à effet de serre des collecti-
30
UNIVERSITÉ PIERRE-MENDÈS-FRANCE DE GRENOBLE
• Mise en place de dispositifs d’économies d’énergie à
la suite d’un audit énergétique : pose de sous-compteurs électriques dans chaque bâtiment. Activation des
systèmes de veille profonde sur tous les ordinateurs,
installation de minuteries dans les couloirs de circulation.
vités, le tourisme durable en région Rhône-Alpes, organisation d’un événement « Développement Durable »
pour la Fondation d’une entreprise).
+ Développement d’outils : inventaire des émissions de
gaz à effet de serre de l’Université, jeu de rôle sur le développement durable, outil de calcul des émissions de
gaz à effet de serre liées aux déplacements des personnes pour des événements ponctuels. Outils présentés
au colloque d’Albi sur l’Éducation au Développement Durable (25-27 juin 2008).
• Pose de doubles vitrages et renforcement de l’isolation
d’un bâtiment datant des années 1960. Remplacement
de convecteurs peu efficaces par des convecteurs à fluide
calo-porteur.
• Tri des déchets pour le papier et le verre et mise en
place d’une déchetterie dédiée aux déchets industriels
des 4 universités.
• Recherche et publication de travaux autour du développement durable par le Laboratoire d’Économie de la
Production et de l’Intégration Internationale (LEPII) et le
laboratoire Politiques Publiques, Action Politique, Territoire (PACTE).
+ Mise en place d’un PLD à l’échelle des 4 universités à
la suite d’une enquête sur les déplacements, amélioration
de l’accessibilité vélo et multiplication du nombre d’arceaux de stationnement, réduction du nombre de places
de parking pour les voitures, amélioration des cheminements piétons.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Rédaction d’un rapport annuel d’activité concernant les
émissions de gaz à effet de serre.
• Lancement en 2003 du projet Université Citoyenne
avec le soutien du Président de l’Université. Ce projet vise
à stabiliser les émissions de GES de l’Université en 2010,
au niveau de celles de 1999.
+ Intégration de clauses environnementales dans les
appels d’offre des marchés de papier, de matériel informatique et de fournitures de bureau.
• Stabilisation pour 2010 des consommations d’électricité et d’énergies fossiles et des émissions de GES et augmentation de la part des énergies renouvelables à hauteur de 21 % du total, dans le cadre du Plan Climat Local.
31
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
Superficie des bâtiments
UNIVERSITÉ D’ANGERS
Nombre d’étudiants
Effectif de l’administration
Effectif du corps enseignant
Vacataires et professionnels associés
i
141 000 m²
17 781
408
901
1 800
[email protected]
NEW !
• L’agenda de l’Étudiant comporte des éco-gestes d’information et de sensibilisation dans toutes les thématiques du développement durable.
• Élaboration d’un guide de sensibilisation « Des gestes
pour ma planète : être éco-étudiant dans mon université ».
+ Sensibilisation au développement durable de 50 personnes ayant un rôle clef sur le campus lors d’un entretien en face à face, diffusion d’un film et présentation du
plan d’actions de l’Université.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Université accessible aux personnes à mobilité réduite.
Accueil d’une centaine d’étudiants handicapés par an et
suivi de leur intégration. Signature de la charte Université/Handicap. Un poste de chargé de mission handicap
à temps plein. Réalisation d’un guide à destination des
enseignants pour l’accompagnement des élèves handicapés.
+ Prise en charge de la fonction de responsable de la politique développement durable par le Vice-Président de
l’Université d’Angers. Création d’un poste de chargé de
mission développement durable en 2008.
+ Création d’un comité de pilotage développement durable depuis 2008, composé de représentants du campus
et de parties prenantes extérieures : Université de Nantes,
Communauté d’Agglomération Angers Loire Métropole.
• Service dédié à la sensibilisation et à la lutte contre les
conduites à risques.
• Poste à temps plein pour l’action sociale en faveur des
personnels.
+ Définition de 4 premiers axes stratégiques (déchets,
énergie, formation et déplacement), évaluation et mise
en place d’un plan d’actions.
• Accompagnement des étudiants souhaitant mener des
projets en lien avec le développement durable. Associations consacrées au développement durable (Ardoise
verte, étudiants pour une société durable, commissions
développement durable dans les BDE…).
• En 2007, « Fête de la rentrée universitaire » sur le
thème du développement durable, organisée par l’Amicale des Personnels Universitaires.
• Nomination de référents développement durable dans
chaque UFR, chargés de faire remonter les informations
et les demandes auprès du comité de pilotage.
+ Organisation de la « nuit des chercheurs » sur le thème
de « la Terre » à destination du grand public angevin.
32
UNIVERSITÉ D’ANGERS
+ Organisation d’une journée « quelles solutions pour investir dans un équipement solaire photovoltaïque » avec
les entreprises et les collectivités locales.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Politique d’achats responsables pour : le papier (recyclé ou FSC) et les distributeurs de boissons.
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
+ Optimisation énergétique par remplacement des ampoules traditionnelles par des lampes basse consommation. Opération « black out » organisée par l’association
Solar Generation.
+ Diffusion du film d’Al Gore « Une Vérité qui Dérange »
lors de la semaine du développement durable auprès des
étudiants de l’UFR de Droit-Economie-Gestion.
• Cartographie des déchets produits par l’Université et
choix de modes de traitement écologique. Collecte des
déchets papier, des piles, des canettes et des cartouches
par une entreprise d’insertion.
• Nombreuses formations ayant un lien avec l’environnement et création de diplômes dédiés, parmi lesquels :
licence maîtrise de l’énergie et énergies renouvelables, licence accompagnateur en écotourisme, licence conseiller technique en environnement et habitat, master
sciences et ingénierie de l’environnement. Cours optionnel sur l’approche du développement durable par la
gestion de projet.
• Réduction des consommations d’eau par l’installation
de boutons-poussoirs et de chasse d’eau double flux.
+ Réalisation d’un questionnaire dans le cadre d’un PDE.
Mise en place d’actions par et pour l’École d’ingénieurs
de l’Université (place de covoiturage, parking vélo, kit
vélo).
+ Mise en place de 2 diplômes inter-universitaires consacrés au développement durable avec l’Université de
Nantes (Conduite d’Agenda 21).
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
+ Mise en place d’un Certificat d’Université consacré aux
enjeux du développement durable et accessible à la formation professionnelle.
de l’Université d’Angers sur le site Campus Responsables
www.campusresponsables.com
• Présence de plusieurs laboratoires de recherche impliqués dans des études liées à l’environnement et rattachés à l’Université d’Angers.
+ Organisation d’une conférence « comment répondre
aux défis du changement climatique ? Du protocole de
Kyoto à notre assiette » par le laboratoire de recherche
paysage et biodiversité.
33
UNIVERSITÉ JEAN MONNET,
SAINT-ÉTIENNE
i
Superficie du campus
289 042 m²
Superficie des bâtiments
132 904 m²
Nombre d’étudiants
[email protected]
14 062
Effectif de l’administration
416
Effectif du corps enseignant
2 830
PÉDAGOGIE, FORMATION ET RECHERCHE
• L’UJM offre une formation de Master qui aborde les enjeux notamment territoriaux du développement durable
(Master recherche sciences humaines et sociales mention
Territoires, Patrimoine et Environnement, spécialité systèmes territoriaux, développement durable et aide à la
décision).
• Une équipe de recherche technologique en ingénierie
territoriale mène actuellement une mission de développement durable sur la zone d’activités de la Molina Chazotte à Saint-Etienne.
• Hébergement de l’Institut Développement Territorial
Rhône-Alpes.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• L’UJM organise des conférences annuelles portant sur
la thématique du développement durable.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Association dédiée au développement durable : 2Den3D.
• L’UJM intègre les critères du développement durable
dans sa politique d’achats à travers ses appels d’offre.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Mise en place d’une politique de gestion des déchets
(papier, verre, DEEE, ainsi que des déchets dangereux et
des déchets toxiques).
• Mise en oeuvre d’un audit d’accessibilité et d’un plan
d’actions associé sur l’ensemble des sites universitaires
pour intégrer tous les handicaps. L’UJM est désormais accessible aux handicapés grâce à des rampes d’accès,
ascenseurs, élévateurs et passage en pente, tout comme
les sanitaires et le parking du campus. Par ailleurs, le parc
informatique a été équipé pour accueillir toutes formes
de handicaps (ordinateurs, dictaphones, logiciel de synthèse vocale, logiciel clio note braille).
34
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
UNIVERSITÉ DE BRETAGNE
OCCIDENTALE
i
[email protected]
Superficie du campus
547 875 m²
Superficie des bâtiments
259 471 m²
Nombre d’étudiants
19 359
Effectif de l’administration
843
Effectif du corps enseignant
1 193
NEW !
FORMATION ET RECHERCHE
• Existence d’un cours optionnel ouvert à tous les étudiants de licence sur les énergies renouvelables.
• Existence de filières intégrant des notions de développement durable, parmi lesquelles : Master politique et économie des ressources de l’agriculture, de la mer et de l’environnement, Licence professionnelle gestion des structures
de l’économie sociale, Licence professionnelle management environnemental et qualité globale de la construction.
• Pilotage de L’Institut Européen de la Mer qui étudie, entre autres, les impacts du réchauffement climatique.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Vice-Président en charge de mettre en œuvre les actions
de développement durable au sein de l’UBO. Depuis décembre 2008, un chargé de mission, enseignant-chercheur, est responsable du dossier Développement Durable.
• Réponse à des appels d’offre régionaux et européens
en matière de recherche (observation de la qualité de
l’eau, étude d’une réserve naturelle marine…).
• Rédaction par un étudiant stagiaire, d’un diagnostic de
l’établissement avec préconisations.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Optimisation des consommations énergétiques par
le remplacement de 80% des fenêtres vétustes par
des doubles vitrages et gestion du chauffage par
commande à distance.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• 95% des bâtiments sont accessibles aux personnes à
mobilité réduite (rampes d’accès, ascenseurs). Investissement de 1 million d’euros pour améliorer cette accessibilité. Existence d’une cellule handicap qui accompagne les étudiants handicapés et répond à leurs besoins.
• Utilisation du chauffage urbain issu de la valorisation des déchets de l’agglomération Brestoise.
• Organisation d’une journée de sensibilisation aux
transports doux (conférence, stand de réparation gratuite de vélos et bourse aux vélos).
• Accompagnement des étudiants en difficulté scolaire
par un suivi individualisé. Organisation d’un tutorat pour
les étudiants de licence.
• Interdiction des traitements chimiques pour dés-
herber les espaces verts.
• 7 journées/an de prévention, organisées sur le campus
par la cellule prévention (MST, nutrition, troubles du
sommeil, fête et risques collatéraux, suicide…).
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
de l’Université de Bretagne Occidentale sur le site Campus
Responsables : www.campusresponsables.com
35
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
UNIVERSITÉ PROFESSIONNELLE INTERNATIONALE RENÉ CASSIN
UPI
i
Superficie du campus
Superficie des bâtiments
Nombre d’étudiants
[email protected]
3 907 m²
14 300 m² (7 niveaux)
5 430
Effectif de l’administration
200
Effectif du corps enseignant
777
NEW !
DD à l’UPI). Celui-ci s’attache au déploiement des objectifs, au suivi de l’application de la charte et est force
de propositions. Il se réunit en moyenne 1fois/mois.
+ Signature du Pacte Mondial par l’Ecole 3A en 2008.
+ Formation au développement durable de tous les enseignants à chaque rentrée universitaire depuis deux
ans. Les professeurs du Comité Développement Durable
forme l’ensemble de leur collège pendant 1 journée.
• Existence d’une association inter-écoles pour la promotion du développement durable à l’UPI : www.uddu.fr
• Organisation d’une journée de colloque sur le développement durable tous les ans depuis 7 ans, dans le cadre de la semaine du développement durable, par l’IET
(Institut de l’Environnement et des Technologies). En
2008, le thème était : villes et quartiers durables.
L’Université Professionnelle et Internationale René Cassin
(UPI), regroupe 4 groupes privés d’enseignement :
l’IDRAC, l’IGS, 3A et l’IFAG et l’école CEFAM ce qui
représente au total 18 écoles différentes. Sauf mention
contraire, les actions présentées ci-dessous sont valables
dans l’ensemble des écoles.
+ Organisation d’action de sensibilisation au développement durable à destination des étudiants pendant les
semaines du développement durable et du Commerce
Equitable. Mise à disposition de locaux et de matériel par
les directions.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Des gestes éco-citoyens sont inclus dans le règlement
intérieur de l’UPI, signé par tous les étudiants.
+ Signature d’une charte d’engagement en faveur du développement durable en juillet 2008 par l’ensemble des
directeurs de chaque groupe d’écoles et élaboration
d’un document d’objectifs pour 2008-2009 en vue de la
rédaction d’un Agenda 21.
• Edition semestrielle d’articles sur l’environnement et
l’éthique dans les magazines de plusieurs écoles de l’UPI
à destination des étudiants et des entreprises partenaires.
+ Constitution d’un Comité de Développement Durable
depuis septembre 2008, composé d’un représentant (administratif et étudiant) de chaque école ainsi que le président de l’aDDu (association étudiante inter-école sur le
36
UNIVERSITÉ PROFESSIONNELLE INTERNATIONALE RENÉ CASSIN
UPI
• L’ensemble des établissements est conçu pour accueillir des personnes handicapées.
• Master management de l’environnement, management du développement durable, tourisme durable. Modules optionnels gestion de projets de développement
durable, marketing éthique, norme HQE, communication
éco-performante, RSE… dans plusieurs écoles de l’UPI.
• Formation continue et bilan de compétences du personnel organisés par certaines écoles.
• Orientation et valorisation des stages et mémoire intégrant une dimension développement durable.
• Plusieurs associations humanitaires présentes sur le
campus (Pérumanitaire, Horizons partagés…).
• Centre de recherche au sein de l’Ecole 3A dont un des
axes d’étude est la RSE.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Implication de l’UPI dans plusieurs associations, entreprises et événements locaux.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
+ Publication d’un guide de l’éco-citoyenneté à Lyon en
2008 par les étudiants de l’association l’art de l’éco.
• Achats responsables pour le papier (FSC ou recyclé). Les
stylos à l’effigie de l’UPI sont fabriqués à partir d’amidon
de maïs.
• Une école relais de 3A est implantée depuis 2003 à Dakar. Grâce à ce projet collaboratif, 3A a remporté en 2003
le Trophée des Grandes Ecoles de commerce, catégorie internationale délivré par l’Etudiant et le Figaro.
• Prise en compte globale de la gestion du bâti par l’ensemble des écoles. Intégration des critères de la HQE (label Minergie) pour l’extension à venir de l’Ecole.
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
+ Tri du papier dans l’ensemble des écoles de l’UPI et
évaluation des quantités triées. Installation d’un récupérateur de canettes.
+ Organisation d’un voyage à Londres pour les étudiants de l’IGS 2008 visant à présenter l’association Oxfam et à visiter le village écologique de BEDZED.
• Optimisation de la consommation de papier qui a permis une augmentation de seulement 2 % alors que les
effectifs étudiants ont crû de 30 %.
+ Module de sensibilisation des étudiants au développement durable de 2 heures (obligatoire ou optionnel selon les écoles).
• Optimisation des consommations d’eau par l’installation de boutons poussoirs sur les sanitaires et de chasses
d’eau double flux dans tous les bâtiments. Absence
d’eau chaude.
• Intégration de la responsabilité globale tout au long du
parcours d’étude pour les étudiants de 3A, par l’intermédiaire de cours et d’un stage à l’étranger qui recoupe
des thématiques en lien avec le développement durable.
• Optimisation de la consommation électrique permise
grâce à la mise en réseau de 1100 postes informatiques,
37
UNIVERSITÉ PROFESSIONNELLE INTERNATIONALE RENÉ CASSIN
UPI
par ailleurs équipés en « clients légers » (nouveaux terminaux pour les postes mis en réseau) qui permettent de
diviser par deux la consommation énergétique. Investissement dans une chaudière à gaz haute efficacité énergétique. Choix d’éclairage basse consommation dans
tout le bâtiment et installation de détecteurs de présence
dans les couloirs. Centralisation de la gestion électrique
des bâtiments.
• À la cafétéria, distribution des repas dans des sacs en
papier recyclé et utilisation de gobelets en papier recyclé.
• Le matériel informatique obsolète est vendu au personnel ou donné aux associations.
• Les écrans de veille des ordinateurs diffusent des messages incitant aux gestes citoyens.
+ L’école est accessible en métro, tram et Vélo’V à moins
de 100m. Achat d’appareils de visio-conférences (4 salles
et un amphi équipés) pour limiter les déplacements.
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
de l’UPI sur le site Campus Responsables :www.campusresponsables.com
38
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
UNIVERSITÉ SUD TOULON-VAR
Superficie du campus
Superficie des bâtiments
40 ha
1 000 m²
Nombre d’étudiants
i
[email protected]
10 300
Effectif de l’administration
400
Effectif du corps enseignant
500
NEW !
• Démarche de certification ISO 9001, dans plusieurs départements d’étude qui assure un accueil, une formation
et un suivi de qualité.
• Soutien de la direction aux manifestations en lien avec
la responsabilité globale sur le campus : journées DD,
sensibilisation au tri sélectif, soutien aux associations locales.
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
• BTS Biologie Environnement et Energies Renouvelables.
Master chimie et matériaux, spécialité chimie analytique
réactionnelle et modélisation en environnement.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• 2 personnes en quart temps sont en charge des projets
de développement durable sur le campus.
• Laboratoire de recherche sur le handicap : Handibio. Ce
laboratoire travaille sur l’amélioration du matériel pour
les sportifs professionnels handicapés (fauteuil, vélo…).
+ Signature en décembre 2008 du Global Compact.
• Présence d’une équipe télévisée qui rend compte des
événements en matière de développement durable sur le
campus : DIWI-TV (http://diwi-tv.com).
• Le pôle Mer PACA, un pôle de compétitivité à vocation
mondiale travaille dans le domaine de la sécurité et de
la sûreté maritimes, l’exploitation des ressources énergétiques marines et la valorisation des ressources de la
mer.
+ Organisation d’un colloque multi-disciplinaire sur le développement durable les 13 et 14 novembre 2008, au
centre de Toulon, ouvert au grand public.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Partenariat avec le lycée agricole de Toulon pour la gestion des espaces verts.
• Des travaux sont actuellement en cours, pour améliorer l’accueil des étudiants handicapés. Formalisation du
recrutement des étudiants handicapés dans une démarche d’égalité des chances.. Existence d’un service
d’accompagnement des personnes handicapées qui
prend en charge les questions de transport, accessibilité,
suivi des cours, tuteurs étudiants…
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
de l’Université Sud Toulon-Var sur le site Campus Responsables : www.campusresponsables.com
39
> 3.2 LES ÉCOLES D’INGÉNIEURS
Écoles des Mines de Nantes
École Centrale de Lyon
École Nationale Supérieure des Techniques et Industries du Bois (ENSTIB)
École Nationale Supérieure des Techniques Industrielles
et des Mines d’Albi-Carmaux (ENSTIMAC)
Hautes Études d’Ingénieurs (HEI)
Institut Supérieur de l’Aéronautique et de l’Espace (ISAE)
40
p. 41
p. 43
p. 44
p. 46
p. 48
p. 49
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
Superficie du campus
ÉCOLE DES MINES DE NANTES
i
Superficie des bâtiments
15 ha
45 000 m²
Nombre d’étudiants
680
Effectif de l’administration
150
Effectif du corps enseignant
100
[email protected]
NEW !
puis mars 2008 (Présentation des projets Handimanagament et des Dialogues Equation de Companieros.
• Organisation annuelle des Trophées de la Responsabilité Globale avec l’école de commerce Audencia, (3ème
édition en 2008). Un binôme d’étudiants de chaque
école réalise le diagnostic d’un projet « développement
durable » d’une entreprise. Remise de Trophées pour 34 entreprises les plus engagées.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• L’EMN est partiellement adaptée aux handicapés, mais
quelques travaux complémentaires sont prévus.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Nomination d’un responsable développement durable
à ¾ temps et rattaché à la Direction.
• Prédiagnostic social en juillet 2007 ayant fait ressortir
une attente en matière d’écoute des parties prenantes.
Présence d’une avocate, d’un psychologue et d’une
conseillère en économie sociale et familiale sur le campus.
• En matière de gouvernance : existence d’un comité
d’orientation stratégique (parties prenantes externes et
experts), d’un comité de pilotage interne (mise en œuvre de l’Agenda 21) et d’un comité de parties prenantes
internes (étudiants, enseignants, administratifs).
• Parité en progrès dans les postes de direction (30%)
avec 2 femmes responsables de départements d’enseignement et de recherche (sur 5 départements).
• Formation de 2 heures sur les engagements de l’EMN
par le responsable développement durable pour tous
les nouveaux enseignants.
• Partenariat privilégié avec le Club Développement Durable des étudiants. Aide financière de l’établissement au
Bureau des Etudiants en contrepartie de la prise en
compte de pratiques développement durable dans les
projets de l’association.
• Signature du Pacte Mondial en mars 2007.
• Adoption par le Conseil d’Administration en mai 2008
d’un Agenda 21.
• Soutien à l’association ATEE (Association Technique
Energie Environnement), en particulier dans l’hébergement (depuis plus de 10 ans) et l’organisation depuis
2007 d’un dîner-débat annuel.
• Organisation annuelle de 2 films-débats (We feed the
World et Nos Enfants nous accuserons) en 2008.
+ Organisation annuelle d’une semaine d’engagement
sociétale / développement durable avec les étudiants, de-
41
ÉCOLE DES MINES DE NANTES
d’un diagnostic au premier semestre 2008, par un bureau
d’étude. Installation de premiers investissements (films
solaires, lampes basses consommation, obturateurs de vitrages) avec un objectif de réduction de consommation
d’énergie fossile et d’émissions de GES calé sur les objectifs nationaux et européens.
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
+ Parcours « développement durable » obligatoire à
tous les étudiants depuis septembre 2008. Il comprend
des enseignements généraux, des mises en situation et
des travaux d’analyse et de recherche tout au long de la
scolarité.
• Réalisation annuelle depuis 2006 par le responsable développement durable habilité par l’ADEME, d’un Bilan
Carbone®.
• Implication des étudiants de l’option énergétique dans
des projets d’amélioration de la situation énergétique de
l’Ecole (capteurs solaires thermiques, chaufferie biomasse, centrales de traitement de l’air, bilan des émissions de CO2…)
• Pilotage d’un groupe de travail pour la réalisation
d’une étude de faisabilité technico-économique pour un
réseau de chaleur et chaufferie biomasse inter-entreprises du site, avec l’ADEME, Nantes Métropole et Nantes
Aménagement.
+ Mise en place d’une formation à l’attention des cadres
dirigeants en partenariat avec Audencia, l’Ecole Centrale de Nantes et l’Ecole Supérieure d’Agriculture d’Angers. Ouverte en octobre 2008, cette formation accueille
une quinzaine de participants sur un rythme d’une journée par mois sur 10 mois.
• Site excentré. Signature d’un plan de mobilité avec la
communauté d’agglomération de Nantes en 2005. Pilotage d’un groupe de travail pour la réalisation d’un plan
de déplacements inter-entreprises en partenariat avec
l’ADEME, Nantes Métropole et le Conseil Général.
• Site d’enseignement installé dans une zone classée, ce
qui implique certaines dispositions, mais marges de manœuvre importantes dans la gestion des espaces verts.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
+ Intégration des critères de développement durable
dans les appels d’offre pour l’alimentation, les transports
et l’exploitation énergétique. Depuis le 1er janvier 2008,
menus « éco-citoyens » (bio/équitable/local) au même
prix que le menu « classique ».
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
de l’École des Mines de Nantes sur le site Campus Responsables : www.campusresponsables.com
+ Mise en place d’une gestion des déchets depuis décembre 2008 à la suite d’une étude de faisabilité réalisée lors d’une mission de 2 mois : tri du papier, du carton, des piles, des canettes et des bouchons.
• Prédiagnostic énergétique en juillet 2007 et réalisation
42
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
Superficie du campus
CAMPUS
RESPONSABLES
ÉCOLE CENTRALE DE LYON
i
Superficie des bâtiments
162 295 m²
63 811 m²
Nombre d’étudiants
1200
Effectif de l’administration
160
Effectif du corps enseignant
140
[email protected]
NEW !
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Politique d’achats responsables pour le papier (recyclé ou
FSC) et choix des imprimeurs sur critères environnementaux.
• Importants travaux de rénovation : la réalisation d’une
double peau lors de la réhabilitation de la bibliothèque,
isolation par l’extérieur lors de la rénovation des façades d’un bâtiment, installation de vitrages peu émissifs, isolation par l’intérieur avec la construction de boxes
dans un des hangars d’enseignement.
• Audit énergétique réalisé en 2005, puis mise en place
d’un suivi régulier des consommations électriques et nomination d’une brigade de chasseurs de gaspillage. Passage à
des ampoules basse consommation pour l’éclairage intérieur
et gestion économe de l’éclairage dans les lieux de passage.
Achat d’une chaudière demi-saison avec brûleur. Ces mesures
ont permis la réduction de la facture électrique de 30%.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Direction technique en charge du développement durable sur le campus.
• Mise en place d’un système de management de l’environnement en vue d’obtenir la certification ISO 14001.
• Suivi régulier des consommations d’eau. Installation de
mitigeurs d’eau sur les nouvelles installations sanitaires.
Remplacement des pommeaux de douche par des modèles
avec réducteur de débit dans les résidences universitaires.
Achat de matériels plus économes en eau et en électricité
pour le restaurant universitaire. Travaux de rénovation
des installations d’arrosage.Réduction de 40% la facture
d’eau.
• Association dédiée à la promotion du développement
durable : visionnage de films, organisation de conférences, sensibilisation au tri des déchets.
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
• Intégration du développement durable dans l’enseignement par le biais de conférences obligatoires.
+ Audit des déchets réalisé en 2007, puis mise en place
du tri des déchets à la rentrée 2008 pour le papier. Gestion des déchets dangereux depuis 1999.
+ De nombreux projets opérationnels menés par les étudiants portent sur des thématiques environnementales :
comme la faisabilité d’installation de panneaux solaires,
passage à des véhicules hybrides…
• Compostage des déchets végétaux de la zone boisée
de l’école et utilisation d’engrais organiques.
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation de
l’Ecole Centrale de Lyon, sur le site Campus Responsable :
www.campusresponsables.com
43
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
COLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES TECHNOLOGIES ET INDUSTRIES DU BOIS
ENSTIB, ÉPINAL
Superficie du campus
31 434 m2
Superficie des bâtiments
16 658 m²
Nombre d’étudiants
358
Effectif de l’administration
i
Effectif du corps enseignant
[email protected]
19
25 permanents
80 vacataires
NEW !
• Organisation annuelle des Défis du Bois en partenariat
avec les écoles supérieures d’architecture de Nancy et
Strasbourg.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Suivi des étudiants par une enquête semestrielle de satisfaction sur les enseignements. Entretien individuel en
fin de scolarité.
• Suivi personnalisé des étudiants en difficulté.
• Recrutement sur concours en sortie de classe préparatoire, BTS et cursus universitaire, permettant une certaine
mixité des parcours et des origines sociales. Plus de
30% des étudiants de l’ENSTIB sont boursiers.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Engagement de la Direction dans une démarche de
Responsabilité Globale dès 2000, avec la mise en place
d’une démarche Qualité Sécurité Environnement intitulée APECS (Amélioration Permanente de notre Environnement Commun et de notre Sécurité).
• Formation systématique des étudiants à la certification
SST (Sauveteur Secouriste du Travail).
• Dans le cadre de la « Charte pour l’égalité des chances
dans l’accès aux formations d’excellence », l’ENSTIB a
mis en place un programme de parrainage d’élèves d’un
lycée général et technologique.
• Recrutement en 2007 d’un professeur associé chargé
de définir et de déployer une stratégie de développement
durable pour l’ENSTIB.
• Engagement des étudiants dans différentes initiatives
locales: restos du cœur, petits frères des pauvres, visites
dans les maisons de retraite… Au sein du BDE, une
structure est en charge de mener des actions caritatives
en faveur de l’association « les petits frères des pauvres ».
+ Présentation de la démarche Campus Responsables
aux enseignants. Présentation à tous les élèves ingénieurs par le Directeur de l’ENSTIB de la démarche
Agenda 21 de l’établissement.
+ Pour accompagner cette démarche, mise en place de
5 groupes de travail : énergie, transports responsables,
bonnes pratiques, communication-sensibilisation au développement durable, Agenda 21).
44
ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES TECHNOLOGIES ET INDUSTRIES DU BOIS
ENSTIB, ÉPINAL
• Système de tri sélectif des déchets depuis 4 ans.
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
• 50% du chauffage des locaux de l’ENSTIB est obtenu
par combustion de biomasse (déchets du bois).
• Formation obligatoire de 16h intitulée « Bois et environnement » dispensée en deuxième année. Y sont abordés : les GES, les puits de carbone et les démarches de
développement durable appliquées à l’exploitation des
bois.
+ Réalisation en 2008 d’un premier Bilan Carbone® selon la méthodologie Industrie de l’ADEME.
Forte sensibilisation aux transports durables à la suite du
Bilan Carbone ® : organisation de manifestations lors de
l’intégration des nouveaux étudiants, mise à disposition
d’un parc de vélo, réunion avec la société de transport en
commun de la ville et ajustement des horaires…
+ Depuis 2008, une nouvelle orientation « Énergie et Environnement » a été mise en place pour les élèves de troisième année d’ingénieur. Thématique du développement
durable transversalement traitée dans l’ensemble des
cours.
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
de l’ENSTIB sur le site Campus Responsables : www.campusresponsables.com
• Nombreux sujets de recherche ayant pour objet des
préoccupations environnementales (collage vert, soudage du bois sans colle, construction bois, maisons passives, biomasse énergie, qualité de l’air intérieur, optimisation de la matière ligneuse...).
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Impression des plaquettes sur papier certifié PEFC.
• La construction des bâtiments (Conseil Général des
Vosges) s’est faite selon les principes HQE pour 40% du
bâti : mise en œuvre du bois (PEFC), réduction des ponts
thermiques, installation de détecteurs de présence, isolation au chanvre, choix des matériaux comme le linoléum, gestion technique centralisée, chaufferie bois...
Recrutement d’un responsable patrimoine, en charge
plus particulièrement des économies d’énergie.
45
ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES TECHNIQUES INDUSTRIELLES ET DES MINES
Superficie du campus
ENSTIMAC, ALBI-CARMAUX
Superficie des bâtiments
i
Nombre d’étudiants
[email protected]
225 200 m2
40 100 m2
521
Effectif de l’administration
64
Effectif du corps enseignant
79
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Établissement globalement aux normes pour l’accès
des handicapés.
+ Élaboration de fiche-métier et cartographie des emplois et des compétences à l’issue d’une réflexion sur la
gestion prévisionnelle des emplois.
+ Organisation annuelle d’une conférence de sensibilisation aux conduites à risques, campagne d’affichage,
collaboration avec l’ANPAA (Association Nationale de
Prévention en Alcoologie et Addictologie), création en
2008 de l’EMACLEAN (Groupe de discussion étudiantspersonnels).
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
+ Association d’intégration des étudiants étrangers (prêt
de vaisselle et de vélos, accueil formel …).
• Nomination d’un délégué au développement durable
parmi le corps professoral, rattaché à la Direction, depuis
octobre 2007, en charge de réaliser un diagnostic et de
proposer un plan d’actions.
+ Intégration de l’établissement dans le tissu local : participation au Téléthon, au carnaval d’Albi, au festival international du théâtre étudiant ACTHEA. Travaux d’intérêt collectif (en 2007 et 2008 : vendanges dans le
Gaillacois).
• Comité de suivi des projets qui se réunit de façon hebdomadaire.
• Blog dédié aux actions de développement durable de
l’ENSTIMAC : http://blogs.enstimac.fr/campus-responsable.
+ Lancement d’une campagne de sensibilisation aux
économies d’énergie par la ville d’Albi. Les étudiants de
l’Ecole apportent leur appui technique dans des réunions de quartier.
+ Présence d’une association de sensibilisation au développement durable (Ingénieurs pour le développement durable) au sein de l’Ecole.
• Participation au Shell Eco Marathon en 2008 avec une
voiture utilisant une pile à combustible.
+ Organisation d’événements pour la semaine du développement durable (sensibilisation, bilan des déchets
alimentaires, ventes bio et équitables… ).
+ Soutien à la création d’entreprises. 2 enseignants ont
bénéficié de la loi sur l’innovation pour créer des entreprises dans le domaine du développement durable.
+ Co-organisation d’un colloque international sur l’éducation au développement durable en juin 2008. Organisation d’une journée thématique sur le thème : « L’industrie et la ville : un couple durable ? »
46
ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES TECHNIQUES INDUSTRIELLES ET DES MINES
ENSTIMAC, ALBI-CARMAUX
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Sensibilisation des étudiants au développement durable par des cours optionnels et des travaux pédagogiques. Implication des étudiants de 3e année dans de
nombreux projets menés par l’ENSTIMAC.
+ Achats responsables pour le papier, le matériel informatique et la restauration.
• Tri des déchets pour : le verre, le papier, les piles, les ferrailles, les batteries, les huiles et les solvants. Mise en
place de groupe de travail pour diminuer la production
de déchets (papier principalement).
• Centre de recherche dédié : RAPSODEE (Centre de recherche d’Albi en Génie des Procédés des Solides Divisés, de l’Energie et de l’Environnement), qui travaille en
particulier sur la valorisation énergétique et matière des
déchets et de la biomasse, l’énergie solaire et le bâtiment.
Les centres CROMEP et Génie Industriel ont également
intégré le développement durable de façon transversale.
+ Réalisation d’un diagnostic thermique et travaux d’isolation du bâtiment principal réalisés en 2008.
• Installation de compteurs pour surveiller les consommations d’eau et utilisation de limiteurs de débit.
• Optimisation des consommations énergétiques par :
l’installation de lampes basse consommation et d’une
ventilation double flux, concours de non-surconsommation énergétique.
+ Projets de collaboration avec l’ADEME et l’ANR
(Agence Nationale de la Recherche) sur : bâtiment à faible impact environnemental, biomasse, valorisation énergétique et matière des boues. Expertise de projets ANR
(Precodd, Prebat, PNRB). Expertise apportée auprès de
l’Union Européenne.
+ Création de groupe de travail « vélo » chargé de développer ce type de transport et qui rendra les conclusions de son étude fin 2008, achat d’un véhicule au gaz
naturel, réalisation d’un diagnostic sur les déplacements
professionnels et pédagogiques.
+ Lancement d’un partenariat de recherche avec 2IE
(établissement d’enseignement supérieur et de recherche
situé à Ouagadougou) sur le thème de la biomasseénergie.
• Entretien des espaces verts confié à un Centre d’Aide
par le Travail. Utilisation d’une tondeuse électrique robotisée fonctionnant en autonomie complète. Mise en
place d’un groupe de travail « biodiversité ».
• Participation à des comités éditoriaux de revues internationales dédiées au développement durable (Journal
of Hazardous Material, Process Safety and Environmental Protection, …) et publication d’articles (20 à 30 publications annuelles).
47
HAUTES ÉTUDES D’INGÉNIEURS
Superficie du campus
HEI, LILLE
Superficie des bâtiments
Nombre d’étudiants
Effectif de l’administration
i
1 700
50
Effectif du corps enseignant
170 permanents
350 intervenants extérieurs
[email protected]
NEW !
• Signature de la Charte « Lille, ville solidarité » qui promeut les liens de proximité (rupture de l’isolement, accès aux vacances et loisirs et parrainage de jeunes).
• Soutien aux collectivités locales dans la mise en place
de leur Agenda 21.
• Existence d’associations à but humanitaire (2 mois
sur le terrain durant l’été et recherche de subventions
pendant l’année) : « un Toit pour les enfants de Cuernavaca » (aide aux enfants des banlieues défavorisés de
Cuernavaca au Mexique) et « Construisons pour Madagascar » (amélioration des conditions de vie de la population par la construction de diverses infrastructures).
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Nomination d’un responsable développement durable
(25% de son temps consacré au développement durable).
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
+ Création de la fondation « HEI, ingénieur pour le
monde » le 4 juin 2008 qui a pour ambition d’accentuer
l’ouverture sociale et internationale, soutenir le transfert
de l’innovation vers le monde de l’entreprise, contribuer
à l’excellence de la formation, perpétuer l’implication de
l’école dans une démarche de développement durable.
• Cours d’éthique obligatoire en 1re et 2e années et choix
de cours intégrant le développement durable (bâtiment
et HQE, développement durable et industrie, RSE…).
+ Thème récurrent de l’environnement dans la préparation du First Certificate of English.
• Membre de l’Institut du Développement Durable et
Responsable (IDDR) : aide à la mise en place des actions
menées par l’IDDR (gestion de l’énergie, des déchets,
PDE, HQE, sensibilisation aux particuliers...).
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Réalisation d’un Bilan Carbone ® dans le cadre d’un
travail d’étudiants.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
+ Réflexion menée autour des laboratoires de chimie,
désormais installés au dernier étage afin d’éviter les
odeurs sur la voie publique et pour réduire les risques.
• Priorité donnée au recrutement d’handicapés sur différents postes. Signature de la Charte de la CGE sur le
handicap dans les Grandes Ecoles. Accessibilité progressive de l’ensemble des bâtiments.
+ Mise en place d’un PDE avec la collaboration de l’Université Catholique de Lille. Promotion des transports
doux par l’installation d’un portique et d’un garage à vélo
pouvant accueillir plus de 50 vélos.
+ Hébergement de la conférence « femme ingénieur » qui
s’est tenue le 8 mars 2008 et qui a regroupé près de 300
lycéennes de la région Nord-Pas-de-Calais.
48
INSTITUT SUPÉRIEUR DE L’AÉRONAUTIQUE ET DE L’ESPACE
Superficie du campus 34 hectare sur les 2 campus
ISAE, TOULOUSE
Superficie des bâtiments
Nombre d’étudiants
Effectif de l’administration
i
Effectif du corps enseignant
[email protected]
80 000 m²
1 500
200
240 permanents
2 000 vacataires
NEW !
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Établissement globalement accessible aux handicapés (ascenseurs, rampes).
+ Projet d’ouverture sociale « OSE l’ISAE » mené conjointement entre les personnels et les étudiants à destination
des collégiens et lycéens défavorisés (zone rurale ou urbaine) : visite de l’école, ateliers de découverte, intervention dans les collèges et lycées, tutorat de lycéens.
• Accent mis sur le recrutement féminin lors de la promotion de l’école et au moment de la sélection des candidats. OSE l’ISAE encourage les filles à faire des études
supérieures, sachant que 80% des élèves tutorés sont des
filles.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
+ Nomination d’un professeur référent pour le développement durable en 2007.
+ Coopération du laboratoire d’aérodynamique pour
l’élaboration d’un parc éolien dans le Tarn.
+ Des personnes du service infrastructure/logistique
s’occupent de vérifier l’incorporation des questions environnementales dans les projets élaborés.
+ Projets étudiants de missions humanitaires : 4L Trophy,
Crayons Sans Frontières. A l’été 2008, une dizaine
d’élèves sont partis en mission humanitaire à Madagascar.
• Consultation des parties prenantes au travers d’un
questionnaire diffusé par Intranet.
+ Sensibilisation des étudiants et du personnel au travers
de manifestations (semaine du Développement Durable,
conférences, expositions…).
FORMATION ET RECHERCHE
+ Mise en place de cours sur l’aspect économie d’énergie et développement durable dans les modules qui s’y
prêtent (propulsion, structure…).
• Soutien de l’administration, des services techniques et
des professeurs à l’association « Chouette Campus » qui
mène des actions de sensibilisation au développement
durable (organisation de conférence, de manifestations
à caractère informatif…) et qui pousse l’ISAE à une gestion plus écologique.
• Formation à la réalisation d’un Bilan Carbone ®.
Chaque année 8 élèves, encadrés par un professeur et
des professionnels, se chargent de sa réalisation et d’étudier et quantifier les solutions possibles.
49
INSTITUT SUPÉRIEUR DE L’AÉRONAUTIQUE ET DE L’ESPACE
ISAE, TOULOUSE
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
+ Intégration de critères de responsabilité dans les
achats.
+ Mise en place du tri pour le papier depuis 2007 dans
les bâtiments administratifs, d’enseignement et les laboratoires.
+ Mise en place d’affichages dans les résidences des
élèves afin de les encourager aux économies d’énergie
et au tri sélectif.
+ Installation systématique d’ampoules basse consommation.
• Un Bilan Carbone ® du campus est effectué chaque année sous forme de projets élèves.
+ Élaboration d’un PDE qui sera suivi d’actions en 2009.
50
51
> 3.2 LES ÉCOLES DE COMMERCE
Audencia Nantes
Bordeaux Ecole de Management (BEM)
École de Management de Strasbourg
École Supérieure de Commerce et de Management de Tours-Poitiers (ESCEM)
École Supérieure de Commerce de Brest
École Supérieure de Commerce de Clermont-Ferrand
École Supérieure de Commerce de Dijon
École Supérieure de Commerce de Montpellier
École Supérieure de Commerce de Rouen
ESCP-EAP
École Supérieure des Sciences Commerciales d’Angers (ESSCA)
Euromed Marseille
HEC
ISEAM
Reims Management School
52
p. 53
p. 55
p. 58
p. 60
p. 63
p. 65
p. 67
p. 69
p. 71
p. 73
p. 75
p. 77
p. 79
p. 82
p. 84
AUDENCIA NANTES
Superficie du campus
23 000 m²
Superficie des bâtiments
23 000 m²
Nombre d’étudiants
Effectif de l’administration
i
Effectif du corps enseignant
[email protected]
www.crg.audencia.com
2 190
70
70 permanents
+ 300 experts associés
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Participation au programme Handimanagement.
• Financement de bourses attribuées sur critères sociaux
équivalant à 30 scolarités complètes par an pour une
centaine d’étudiants.
• Mise en place d’une politique de gestion des compétences et des carrières à travers la formation.
+ Signature de la Charte de la Diversité en 2006. Depuis,
le comité de Direction compte 4 femmes, soit 2 de plus
que l’an passé.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
+ Signature d’un partenariat avec l’Association Française des Managers de la Diversité. Projets avec le centre des Jeunes Dirigeants et le syndicat CFDT pour lutter
contre les discriminations dans le milieu professionnel.
+ Création en mai 2008 d’une Direction de la Responsabilité Globale (axe majeur du plan stratégique d’Audencia) chargée de coordonner un plan de 25 objectifs
et 75 actions sur 2008-2012.
• Mise en place du projet BRIO dans le cadre duquel des
étudiants font découvrir à des lycéens la vie culturelle
nantaise ainsi que les voies d’accès aux Grandes Écoles.
• Comité de pilotage composé d’enseignants, d’étudiants et de salariés.
• Programmes de solidarité internationale portés par
les associations étudiantes. En 2007, un groupe d’étudiants d’Audencia a remporté la finale européenne du
concours international SIFE (Students in free Enterprise)
qui récompense le meilleur projet de transfert de connaissance et de savoirs-faire dans l’objectif d’offrir des opportunités économiques à un groupe défini. En 2008, l’association SIFE Audencia a été créée et une nouvelle
équipe d’étudiants représentera la France.
• Première Grande École en France à avoir signé le Pacte
Mondial et membre de la Task Force, de la Europeen Academy of Business in Society et depuis 2006 de la Globally
Responsible Leadership Initiative (GRLI).
• Publication depuis 4 ans d’un rapport d’activité et
d’un blog d’actualités sur la démarche.
+ Organisation régulière de conférences sur le sujet : hébergement en avril 2008 des Dialogues Equation co-organisés avec Companieros, lancement en juin 2008 d’un
cycle de conférences pour les diplômés, organisation annuelle par les associations d’étudiants de journées-débats
et d’un festival du film sur la Responsabilité Globale.
53
AUDENCIA NANTES
européen pour des projets de recherche (HALDE, DARES,
Fondation européenne de Dublin…).
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
+ Chaire de recherche Saunier-Duval : performance et responsabilités globales.
• Introduction obligatoire pour tous les étudiants du
programme Grande École aux enjeux de la Responsabilité Globale.
+ Club d’entreprises au sein duquel les chercheurs travaillent sur des problématiques d’entreprises.
• Parcours Responsabilité Globale qui favorise les séminaires, projets et stages en lien avec des thématiques de
responsabilité et d’éthique.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Plusieurs programmes en formation continue sur la
Responsabilité Globale. Lancement d’une formation spécifique pour les décideurs en partenariat avec l’Ecole Centrale de Nantes, l’Ecole des Mines de Nantes et l’Ecole
Supérieure de l’Agriculture d’Angers.
• Systématisation en cours des critères de Responsabilité Globale dans les différents domaines d’achats. Utilisation de papier issu de forêts gérées de manière responsable et impression à l’encre végétale.
• Organisation de séminaires à destination des professeurs autour des différents aspects de la Responsabilité
Globale.
+ Produits équitables proposés dans les distributeurs automatiques depuis la rentrée 2008.
+ Négociation d’un PLD entre la Direction de l’Ecole et
le Comité d’entreprise. L’école est facilement accessible
par les transports en commun.
+ Nomination de référents depuis 2008, pour chaque discipline de manière à favoriser l’intégration des enjeux de
la Responsabilité Globale dans tous les cours.
• Conditionnement du soutien financier de l’École aux associations en fonction de leur engagement sur le sujet.
Implication de la Direction Générale par un accompagnement individualisé de certains projets.
• Création en 2004 d’un Centre pour la Responsabilité
Globale qui regroupe 18 enseignants-chercheurs de différentes disciplines. Ce centre offre plusieurs types d’accompagnement et de formation aux entreprises, ainsi que
des études sur ce sujet.
• Audencia mène plusieurs projets de recherche avec des
entreprises, des collectivités, ainsi que d’autres écoles et
a remporté plusieurs appels d’offre au niveau national et
54
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
BORDEAUX ECOLE DE MANAGEMENT
Superficie du campus
BEM
Superficie des bâtiments
2,1 hectares
RESPONSABLES
i
Nombre d’étudiants en 2006/2007
[email protected]
17 900 m²
1 972
Effectif de l’administration
120
Effectif du corps enseignant
73
• Ouverture du Conseil d’Administration aux parties prenantes internes (représentants étudiants et enseignants)
et externes (institutionnels, entreprises).
+ Organisation en 2008 d’un séminaire d’appropriation
de la Responsabilité Globale à BEM pour les personnels
enseignants et non enseignants.
+ Création d’un abécédaire de sensibilisation au développement durable : « l’AlphaBEM du Manager Responsable » distribué aux collaborateurs et aux étudiants de
l’Ecole et présentant les notions, dates et figures clés de
la Responsabilité Globale.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Travaux effectués pour accueillir les étudiants handicapés. Suivi d’une formation APAVE en matière de
construction accessible aux handicapés. Participation au
groupe de travail handicap de la CGE et au programme
Handimanagement.
• Principes de Responsabilité Globale intégrés à l’ensemble des documents officiels (plaquettes, sites internet…). Elle constitue l’un des fondements de la mission
de BEM.
• Création en 2007 d’un comité transversal rattaché à la
Direction Générale qui pilote la démarche de développement durable de l’Ecole.
• Existence d’un fond de solidarité d’un montant de
202 630 € pour les étudiants en difficulté financière.
+ Libération de 3 demi-journées par semaine pour les
étudiants souhaitant occuper un emploi. Mise en place
d’une section apprentissage dans le programme Grande
Ecole. Offre de contrats rémunérés par 2 associations au
sein de l’École.
• Embauche d’un coordinateur de la démarche de développement durable en 2005
• Publication depuis 2006 d’un rapport d’étape sur la
Responsabilité Globale.
• Lancement en 2006 du projet Egalité des Chances qui
accompagne une cinquantaine de lycéens issus de milieux populaires pour leur faciliter l’accès à l’enseignement supérieur.
• Adhésion au Pacte Mondial depuis 2005, et participation à la Globally Responsible Leadership Initiative depuis
2004. Membre du Comité 21. Intégration dans plusieurs
réseaux académiques, professionnels et institutionnels.
• Existence d’une structure d’accueil psychologique pour
les étudiants et le personnel.
+ Adhésion en 2008 aux Principes pour un Management
Responsable dans l’Education (PRME) du Pacte Mondial.
55
BORDEAUX ECOLE DE MANAGEMENT
BEM
• Diversité culturelle assurée par des professeurs (27%)
et des étudiants (19%) internationaux.
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
• Élaboration d’un plan de formation répondant aux besoins et aspirations des salariés et budget de formation
de 90 730 euros en 2007.
• Organisation de séminaires pédagogiques à destination
des enseignants depuis 2007.
• Introduction depuis 2006 dans le cursus de 2ème année d’un cours obligatoire de 9h s’intitulant : « Du Développement Durable à la responsabilité des Entreprises ». Cours spécifiquement liés aux enjeux du
développement durable (épargne solidaire, rapport NordSud, marketing éthique…). Plusieurs cours au sein des
mastères spécialisés sont spécifiquement dédiés aux enjeux du développement durable.
• Signature de la charte de bonnes pratiques sur les comportements à risque liés à l’alcool et sensibilisation des
étudiants en partenariat avec l’Association Nationale
de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA).
• Création en 2006 du pôle académique « Organisation,
Responsabilité, Globalité » qui se veut à la fois un centre de ressources et d’expertise pour favoriser la coopération entre le monde de la recherche et de l’enseignement, les entreprises et les institutions locales.
• Intégration de cours de développement durable dans
le cadre de la formation continue.
+ Formation de managers africains dans le cadre de la
formation continue et implantation de BEM à Dakar depuis la rentrée 2008.
+ Croissance des travaux d’étudiants (mémoires, thèses,
stages, missions professionnelles) et participation à des
concours (Challenge 3D, Génération Développement Durable de l’ADEME, Ethique professionnelle du Rotary
Club…)
• Encouragement et soutien financier aux projets étudiants de solidarité locale (Restos du Cœur, Handicap International…) et internationale (Equateur, Burkina Faso,
4L Trophy…).
• Le Centre de Recherche en Management crée en 2007
s’organise autour de 3 axes : Business, Valeur et Responsabilité – Art, Vin, Culture et Management – Business,
Relationship Management.
+ Membre du Comité de pilotage du réseau « Pharmaciens sans Frontières », apport d’expertise en Responsabilité Globale.
+ Augmentation du nombre de publications en 2008. Les
chaires « Développement Durable et Responsabilité des
Organisations » et « E-commerce et distribution » ont
réalisé des travaux d’expertise avec des entreprises locales.
+ Stimulation de la recherche par l’organisation de manifestations sur des thèmes variés (épargne solidaire,
partage des ressources, innovation et prise de risque, logistique durable).
56
BORDEAUX ECOLE DE MANAGEMENT
BEM
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
de BEM Management School sur le site Campus Responsables : www.campusresponsables.com
+ Intégration de critères de responsabilité pour les achats
depuis 2005 : mobilier certifié PEFC, revêtement de sol
conforme à plusieurs cibles de la démarche HQE.
+ Sensibilisation aux produits bio lors de la semaine du
développement durable 2008. Présence d’un producteur de légumes bio sur le campus.
• Mise en place d’une politique de collecte et de tri des
déchets pour les ordinateurs, les cartouches d’encre, le
papier et le carton et les piles.
+ Optimisation des consommations énergétiques par
l’installation de pare-soleil, systématisation de l’installation d’ampoules basse consommation, chaudière équipée d’un condensateur d’eau permettant une réduction
de 15% des consommations, achat d’un logiciel de gestion permettant de mieux contrôler la climatisation et le
chauffage.
+ Formation en interne à la méthode Bilan Carbone ®
pour application au sein de BEM et en externe (partenariats « entreprises »).
+ Sensibilisation aux transports doux par l’organisation
de journées « Campus Vert » (1 par mois) et encouragement à limiter l’usage de la voiture.
• Réaménagement des 7 zones d’espaces verts de BEM
selon les recommandations environnementales de l’Office National des Forêts. Installation d’un système de
goutte-à-goutte et choix de plantes et de gazon peu
consommateurs d’eau et d’engrais.
57
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
ÉCOLE DE MANAGEMENT DE STRASBOURG
EM STRASBOURG
i
Superficie du campus
26 027 m2
Superficie des bâtiments
8 996 m²
Nombre d’étudiants
http://ddems.unblog.fr/
[email protected]
1 400
Effectif de l’administration
49
Effectif du corps enseignant
73
NEW !
+ Organisation en octobre 2008 d’une semaine du développement durable sur le campus : conférences, expositions, films, petits-déjeuners équitables.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Travaux en cours pour rendre l’EM Strasbourg accessible aux handicapés.
• Promotion des valeurs de diversité et d’éthique : charte
de la diversité signée en juillet 2008.
+ Obtention de la labellisation QualEthique ® en septembre 2008.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Prêts d’honneur accordés aux étudiants en difficulté.
+ Élaboration en avril 2008 d’un plan stratégique pour
l’enseignement intégrant les principes du développement durable.
• Envoi de courrier incitant les entreprises partenaires de
l’EM Strasbourg à faire des offres de stage incluant une
dimension développement durable et RSO.
+ Nomination en avril 2008 d’une chargée de mission
« chef de projet développement durable » et constitution
d’un comité de pilotage réunissant des enseignants, du
personnel administratif et des étudiants.
• Bureau de l’Humanitaire qui organise des collectes de
produits alimentaires, de chaussures et de vêtements
pour les sans abris. Organisation annuelle d’une collecte de sang, formation au premier secours.
+ Signature du Global Compact en juin 2008.
• Consultation des étudiants sur la qualité des enseignements et du personnel lors d’enquête de satisfaction
et des entretiens d’évaluation.
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
• Cours optionnels et obligatoires sur la Responsabilité
Globale : Master Grande École (environ 200 étudiants par
année) : 20h de cours + 3h de cours dispensés dans les
+ Création à la rentrée 2008 d’un blog sur la démarche
développement durable de l’EM Strasbourg/
58
ÉCOLE DE MANAGEMENT DE STRASBOURG
EM STRASBOURG
30 masters et diplômes universitaires (25 étudiants par
promotion).
+ Création en mars 2008 d’une Chaire développement
durable à laquelle adhèrent 15 entreprises (Brasseries
Kronenbourg, Caisse d’Epargne d’Alsace, Citeasen, De
Dietrich Thermique, Eiffage Construction Alsace,
Flam’s…).
+ Ouverture en octobre 2008 d’un MBA développement
durable et responsabilité des organisations.
• Programmes de recherches transversaux : programme
en GRH et RSE défini sur un axe de recherche au sein du
CESAG (Centre d’Etudes des Sciences Appliquées à la
Gestion).
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Utilisation de papier recyclé pour l’ensemble des plaquettes de présentation des programmes de l’EM Strasbourg. Réalisation d’un diagnostic papier à la rentrée
2008.
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
de l’École de Management de Strasbourg sur le site Campus Responsables : www.campusresponsables.com
59
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ET DE MANAGEMENT
Superficie totale du campus
36 000 m²
ESCEM, TOURS-POITIERS
Superficie des bâtiments
20 600 m²
i
[email protected]
[email protected]
Nombre d’étudiants
2 300
Effectif de l’administration
121
Effectif du corps enseignant
60
www.escem.org et d’un blog sur les actions menées par
l’Ecole dans ce cadre. Site de l’ESCEM.
+ École récompensée par le 1er prix du Trophée des
Grandes Écoles en Développement Durable en 2005 et
2007.
• Sensibilisation des parties prenantes par des colloques,
conférences, manifestations, projections de films (Une Vérité qui dérange) et soirées informelles (Green Drink’s).
+ Publication dans l’ESCEM News, le magazine de l’Ecole,
de dossiers spéciaux sur le développement durable. Édition d’un journal étudiants : le ’Ptit DD.
+ Campagnes annuelles d’intégration responsable (tri
des déchets, nettoyage des rivières et chemins, formation
aux premiers secours, don du sang…).
> Le campus de l’ESCEM est implanté sur 4 lieux : Tours,
Poitiers, le Futuroscope et Paris. Les données mentionnées ici sont principalement valables pour les campus de
Tours et Poitiers.
• Enquêtes semestrielles de satisfaction auprès des étudiants sur les enseignements et la qualité de vie sur les
campus.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Inscription dans les textes fondateurs de l’ESCEM des
principes du développement durable ainsi que des valeurs fondatrices de l’Ecole (intégrité, humilité, curiosité, engagement).
• Établissement accessible aux étudiants handicapés.
• Aides financières propres à l’ESCEM (dégrèvement des
frais de scolarité, mensualisation des frais de scolarité
possible). Négociation de prêts étudiants à taux préférentiels. Missions ponctuelles et rémunérées offerte aux
étudiants.
+ Création en 2008 d’une direction du Développement
Durable et de la Responsabilité Globale (DD-RG), attachée à la direction générale et composée d’un trinôme
comprenant un emploi cadre à temps plein.
+ Création d’un comité d’orientation DD-RG avec les parties prenantes.
+ Participation au programme d’ouverture sociale « Une
grande école, pourquoi pas moi ? ».
• Membre du Pacte Mondial, du Comité 21 et de l’ORSE.
+ Rédaction annuelle d’un bilan social intégrant les critères d’équité salariale. Mise en place d’une politique de
+ Existence d’une rubrique « Actualités DD-RSE » sur
60
ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ET DE MANAGEMENT
ESCEM, TOURS-POITIERS
+ Plusieurs masters en lien avec les enjeux du développement durable : micro-finance, gouvernance des entreprises, gestion des risques et des crises, management du
tourisme durable, santé et industries pharmaceutiques.
Partenariat avec l’Université de Sherbrooke (Canada)
sur un programme spécifique de Master en Gestion et
Développement durable.
recrutement volontairement non-discriminante sur les
origines sociales, culturelles, le sexe, l’âge et la nationalité.
+ Sensibilisation des étudiants aux conduites à risque et
lutte contre les addictions (interventions de la Croix Rouge,
signature d’une charte entre les étudiants et la Direction).
Création d’un « Point écoute et Prévention Santé ».
+ Site Internet dédié (www.escem.org) à l’emploi et aux
stages à destination des recruteurs, des étudiants et des
diplômés, dont une des classifications spécifiques est le
développement durable. Les entreprises qui accueillent
les élèves de l’ESCEM sont invitées à les noter sur les valeurs fondatrices de l’École.
• Vie associative riche, variée et encadrée par l’Ecole. La
participation à des associations donne des crédits au
même titre que les enseignements académiques.
+ Participation au Plan Climat de l’agglomération de Poitiers et participation au conseil de développement durable des agglomérations de Tours et Poitiers. Partenariat
avec une association locale qui œuvre pour la réinsertion
des femmes.
+ Participation au projet Hermès qui promeut le développement durable et la RSE dans les nouveaux pays de
l’Union Européenne.
+ Le CERAM (structure de recherche sur le développement durable qui travaille sur les questions de la RSE, en
particulier l’éthique dans la gouvernance, les relations
clients, le marketing et l’innovation. Publication annuelle
des résultats des travaux de recherche. Création en 2008
d’une chaire de micro-finance avec Planet Finance.
• Projets humanitaires en direction de l’Afrique notamment.
+ Réalisation de nombreuses études pour les entreprises
locales, PME, associations (CCI, régions, C2DS).
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Formation de tous les élèves à la conjoncture durable
à travers des cours de RSE, gouvernance, éthique, management, respect de l’environnement qui peuvent être
complétés par une spécialité Développement Durable de
540 heures ouvrant droit à un double diplôme. Depuis
2002, un module de cours obligatoires sur le développement durable est appliqué à la gestion des organisations.
+ Achats responsables pour le papier, les produits d’entretien et les produits d’espaces verts. Rédaction d’un
Guide Interne des Achats Responsables qui servira de fil
conducteur à tous les acheteurs internes et fixera des
obligations d’achats responsables. Distributeurs automatiques équipés en produits bio/équitables. Sollicitations occasionnelles des prestataires alimentaires pour la
préparation de repas bio.
61
ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ET DE MANAGEMENT
ESCEM, TOURS-POITIERS
+ Papier 100% recyclé ou blanchi sans chlore. Imprimantes avec option recto-verso. Invitation à la dématérialisation des documents avec l’archivage électronique.
Quotas d’impressions pour les étudiants.
+ Tri du papier, plastique, aluminium, carton, piles et cartouches d’encre. Renforcement de la lisibilité du tri des
déchets par la mise en place de supports de communication.
• Réduction des consommations énergétiques par l’installation de détecteurs de présence et de minuteries,
d’ampoules basse consommation, chaudière de cogénération, pose de films solaires basse émissivité pour réduire l’apport thermique.
+ Signature en 2004 d’un contrat « électricité verte »
avec EDF. Reconduction de ce contrat jusqu’en 2012.
• Installation de robinets temporisés dans 95% des installations sanitaires.
+ Promotion des modes de déplacements doux : vélo, covoiturage. Acquisition de véhicules moins polluants pour
les déplacements inter-campus, remplacement régulier et
démarche de réduction des déplacements.
• Intégration de critères de gestion responsable des espaces verts (utilisation d’engrais biologiques et techniques de cultures respectueuses des végétaux, interdiction des désherbants chimiques, amélioration des
aménagements floraux).
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
de l’ESCEM sur le site Campus Responsables :
www.campusresponsable.com
62
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
Superficie du campus
ESC BREST
Superficie des bâtiments
Nombre d’étudiants
Effectif de l’administration
i
[email protected]
www.esc-bretagne-brest.com/developpementdurable-3.html
Effectif du corps enseignant
7,7 hectares
8 700 m²
650
62
31 permanents
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Accessibilité pour les handicapés à l’ensemble des systèmes d’information de l’établissement ainsi qu’aux bâtiments à la suite d’importants travaux immobiliers.
+ Ouverture du recrutement des enseignants et des étudiants de nationalité étrangère et embauche de 2 enseignants étrangers en 2008.
• Plan de formation annuel des personnels de l’ESC établit au niveau de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Brest (enrichissement professionnel et adaptation
aux problématiques nouvelles).
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Service dédié « Itinéraires » qui s’occupe d’aider les
élèves à constituer leur projet professionnel (RDV avec
des enseignants et des professionnels du recrutement).
• Inscription du développement durable dans la stratégie générale de l’école et présentation de cette stratégie
à l’ensemble des nouveaux élèves.
+ Signature de la charte de bonne conduite pour lutter
contre les addictions à la rentrée 2008.
• Existence d’un Comité de pilotage développement durable composé de membres de la direction, d’enseignants-chercheurs, d’élèves et de personnalités extérieures (réunion 3 à 4 fois par an).
+ Encouragement des étudiants à participer aux différentes manifestations organisées par la ville et valorisation de cette participation dans le dossier scolaire.
• Participation au Club d’entreprises développement durable du Ministère de l’Écologie. Réflexion en cours pour
l’adhésion au Global Compact.
+ Membre du groupe de travail de l’AFNOR Bretagne
(développement des référentiels de bonnes pratiques, en
lien avec les collectivités territoriales, les entreprises, les
centres de recherche universitaires régionaux.
+ Signature par tous les étudiants de la charte de bons
comportements du REFEDD à la rentrée 2008.
+ Page Internet dédié à la démarche de développement
durable de l’école.
• Implication de l’association Humassos dans divers projets au Tiers Monde (Maghreb, Afrique noire) pour le soutien scolaire et le don d’équipements divers. Les actions
sont suivies et validées par les enseignants et la Direction.
+ Organisation d’une série de conférences sur l’éthique,
la responsabilité sociétale et l’environnement lors de la
semaine d’intégration 2008.
• Organisation régulière d’actions de sensibilisation par
l’association étudiante Humassos.
63
ESC BREST
de 650 m², avec une meilleure intégration des normes environnementales (consommations électrique, chauffage,
eau…).
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
• Enseignement du développement durable dans un
cours dédié et dans différents modules de cours fondamentaux (finance, marketing, logistique, achat).
+ Réflexion sur la mise en place d’un projet de covoiturage entre les étudiants. L’éloignement géographique et
l’absence de liaison TGV obligent à trouver des alternatives à l’avion pour la venue des intervenants.
• Ressources pour les enseignants qui souhaitent intégrer
le développement durable à leurs cours. Un enseignant
est leader pour cette démarche.
• Gestion des espaces verts confiée à un prestataire extérieur engagé dans une démarche de compostage et de
gestion des déchets
• En 2008, 20% des stages sont orientés vers le développement durable et la RSE.
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
+ Existence d’une chaire de recherche avec la Poste Bretagne qui porte sur le développement de réseaux de
proximité ainsi que sur la réflexion autour d’une nouvelle
démarche marketing orientée développement durable
pour l’ensemble des agences La Poste de Bretagne.
de l’ESC Brest sur le site Campus Responsables :
www.campusresponsables.com
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
+ Intégration des critères du développement durable
pour les achats de : fournitures (papier, toner, mobilier) et
nourriture (groupe de restauration engagé dans une démarche responsable).
• Éco-poubelles servant à la collecte du papier sur tout
le campus. Une politique de chasse au gaspillage a permis une économie de 20 % des consommations de papier depuis 2006.
+ Réalisation d’un premier bilan énergétique en 2008.
Suivi attentif des consommations de chauffage et d’électricité. Remplacement des ampoules usagées par des
lampes basse consommation.
+ Refonte totale d’une aile de bâtiment d’une superficie
64
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
Superficie totale du campus
CAMPUS
5 000 m²
RESPONSABLES
ESC CLERMONT-FERRAND
i
[email protected]
Superficie des bâtiments
Nombre d’étudiants
12 000 m²
1 300
Effectif de l’administration
65
Effectif du corps enseignant
40
• Création en décembre 2008 d’un Bureau Développement Durable composé d’étudiants, professeurs et administratifs de l’école, en charge de la coordination des
actions de développement durable des diverses associations de l’école et de la sensibilisation des parties prenantes (rencontre, café philosophique,..).
• Conférences au cours de l’année 2008 sur des thèmes
variés : les réseaux sociaux, l’éthique et la morale, l’agriculture raisonnée et le climat, la bio-éthique, le réchauffement climatique, la RSE... Une fois par mois à lieu, dans
l’auditorium de L’ESC une soirée conférence organisée
par des associations de la ville de Clermont avec le soutien de L’ESC.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Démarche volontariste et inscription du développement
durable dans la politique stratégique de l’établissement
depuis Juin 2005. Mise en place d’un comité pour la création du contrat social de l’établissement (règles que
chaque partie prenante s’engage à respecter).
• Convention passeport télécom (projet de soutien apporté aux lycéens par un groupement d’entreprises de télécommunication et des professeurs de l’école). Participation au concours « Passerelle ESC post-bac : un
ascenseur pour la réussite », en collaboration avec la fondation Agir contre l’Exclusion. Accueil dans les murs de
l’établissement de l’école de la 2ème chance.
• Nomination en octobre 2008 d’un délégué professeur
(1/4 de son temps) en charge de coordonner et de formaliser l’action de l’école en matière de développement
durable.
• Soutien matériel de l’ESC à 2 associations d’étudiants
à caractère solidaire et humanitaire (participation à des
actions locales de solidarité, conférences-rencontres,
projets humanitaires pour l’éducation et la scolarité dans
les pays en voie de développement).
• Constitution en 2005 d’un comité de pilotage pour la
création du contrat social (composé de professeurs, administrateurs, chefs d’entreprise, élus de la CCI de Clermont-Ferrand et d’étudiants). Mise en œuvre depuis
septembre 2008 du contrat social de l’établissement
basé sur 4 valeurs : l’épanouissement de soi dans l’effort,
l’intelligence social, la lucidité, le respect.
• 260 000 € / an consacrés au soutien social des étudiants (bourses, réduction de frais d’inscription, subventions aux associations…).
65
ESC CLERMONT-FERRAND
+ Aide à la création d’une école de commerce et de gestion à Yaoundé (Cameroun). Suivi pédagogique, envoie
de professeurs, formations des enseignants locaux, envoie de supports, sources documentaires, ouvrages.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Récupération des cartouches d’encre, piles et autres
composants électriques.
• Minuterie d’éclairage dans les couloirs.
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
• Incitation au co-voiturage pour les étudiants par une
campagne d’affichage. Déplacements hors Auvergne privilégiant les transports en commun (train). L’ESC Clermont-Ferrand est située en centre ville et est bien desservie par les transports en commun.
• Cours spécifiques en option (120 h au total) : 2 modules
électifs de 30 h (commerce équitable, RSE) et 1 certificat
de 60 h (marketing et communication responsable).
+ Un groupe de 3 Enseignants-chercheurs de l’école
forme une équipe de recherche transversale à l école depuis septembre autour des thèmes innovation-entrepreneuriat-RSE.
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
de l’ESC Clermont Ferrand sur le site Campus Responsables : www.campusresponsables.com
• Le Centre d’Etude et de Recherche (CER) accueille une
antenne du CEREQ (centre d’études et de recherches sur
les qualifications) et travaille sur des problématiques
d’emploi, de qualifications, de chômage et de reclassement. Plusieurs projets de recherche abordent les réseaux
sociaux et la responsabilité sociale et ont donné lieu à
des communications et des publications. Organisation
d’un congrès sur les réseaux sociaux en 2007 et l’écriture
d’un ouvrage collectif : Management et réseaux sociaux :
ressource pour l’action ou outil de gestion ?).
66
Superficie totale du campus
ESC DIJON
Superficie des bâtiments
2 ha
10 000 m²
Nombre d’étudiants
i
[email protected]
1 468
Effectif de l’administration
63
Effectif du corps enseignant
45
NEW !
+ Organisation d’événements et de conférences d’experts et intervention de nombreux responsables environnement, ressources humaines, dans le cycle de compétences roots de grandes entreprises françaises.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Etablissement accessible aux handicapés.
• Soutien de la direction, accompagnement et mise à disposition de ressources humaines pour certains projets
étudiants.
• Engagement des associations étudiantes dans des projets de solidarité : la Banque Alimentaire, Afric’4L, Esprit
d’Equipe (soutien à des associations humanitaires), Echo
System (découverte du commerce équitable et des problématiques environnementales).
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Une politique en faveur du développement durable est
formalisée depuis octobre 2006 et une stratégie a été définie par la Direction (présentée et approuvée en Conseil
de gouvernance en 2007).
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
• Désignation d’un responsable RSE, directement rattaché à la direction générale, et membre du Conseil de surveillance depuis avril 2007.
• 5 cours obligatoires à tous les étudiants dans les domaines suivants : éthique managériale, philosophie et
éthique, gouvernance d’entreprise et 1 cours optionnel
en microfinance est proposé.
• Rédaction annuelle d’un rapport d’activités qui inclut une
partie dédiée aux activités de développement durable.
• Organisation de nombreuses actions sur la RSE à destination des publics internes et externes (conférences, politique d’économie d’énergie, de tri et recyclage du papier, journée récupération et recyclage des déchets
informatiques, journée Banque Alimentaire).
•Depuis octobre 2006 existence d’une chaire consacrée
à la RSE, travaille sur des projets liés au secteur bancaire
avec pour entreprise partenaire la Caisse d’Epargne de
Bourgogne Franche Comté.
• Association de promotion du développement durable :
Echo System qui travaille à la sensibilisation des parties
prenantes de l’Ecole.
67
ESC DIJON
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Réalisation de diagnostics techniques et comportementaux dans le domaine des économies d’énergie suivi
d’actions menées par les étudiants de l’association de
sensibilisation Echo.
• Installation de poubelles destinées à la récupération et
au recyclage du papier.
+ En mars 2008, lancement d’une opération de collecte
de matériel informatique usagé menée par l’école sur son
campus, en partenariat avec Hewlett Packard, le Grand
Dijon, la ville de Dijon et l’entreprise d’insertion Envie.
Cette opération a permis la récupération et la valorisation de 5 tonnes de matériel informatique en fin de vie
ou hors d’usage.
68
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
Superficie du campus
7 hectares
Superficie des bâtiments
30 000 m²
RESPONSABLES
ESC MONTPELLIER
i
Nombre d’étudiants
[email protected]
1 850
Effectif de l’administration
61
Effectif du corps enseignant
72
NEW !
+ Organisation en avril 2008 de la Semaine du développement durable sur le campus par le Pôle Environnement. Mise en place de conférences pour les étudiants
par des PME locales et associations écologiques (tourisme durable, commerce équitable, éco-déplacement et
impression durable), de stands d’information tenus par
des étudiants, de présentation d’un audit effectué par les
étudiants sur leur école.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Le site internet de l’ESCM répond aux normes accessiweb,
d’accès des déficients visuels. Organisation d’une journée
de sensibilisation au handicap
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
+ Signature en 2007 du Pacte Mondial. Présentation à
l’ensemble du campus (étudiants, personnel) des implications de la signature de ce Pacte. Adhésion aux Principles for Responsible Management Education (PRME).
• Signature de la Charte de lutte contre les addictions par
les présidents des Bureaux des Etudiants et des Sports.
+ Signature de la Charte de la Diversité en janvier 2008.
Tous les personnels encadrants ont suivi une formation auprès de la CCI Montpellier de sensibilisation à la discrimination.
• Recrutement en 2007 d’une chargée de mission développement durable ( 65% de son temps) qui assiste le Directeur.
• 781 000 euros sont consacrés à la politique d’égalité des
chances (soit 4,7 % du Budget annuel du Groupe). Aucun
droit d’inscription aux concours d’entrée pour les étudiants
boursiers, mise en place de l’apprentissage sur toutes les
voies d’accès, possibilité d’effectuer le cursus en job alterné,
bourses d’excellence, bourses du mérite, prêts d’honneur,
échelonnement des paiements, monitorats, prêts bancaires
négociés. En 2008 l’ESC a intégré 20,6% de boursiers
d’Etat dans ses effectifs. Création en décembre 2007 d’une
Fondation Groupe Sup de Co Montpellier en charge de mettre en œuvre cette politique sociale.
• Commission de développement durable composé de 4
personnes (3 enseignants et la chargée de mission développement durable).
+ Lancement en décembre 2007, d’un Collège des étudiants pour le développement durable, en charge d’émettre des propositions pour la mise en place de projets développement durable au sein de l’Ecole. Depuis 2008, ce
Collègue a été remplacé par un Pôle Environnement
transverse aux associations de l’Ecole qui propose des
projets au Comité de direction via la Chargée de mission.
69
ESC MONTPELLIER
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
• Enquête de satisfaction des personnels au moment de
leur évaluation annuelle. Enquête auprès des étudiants
lors des enquêtes de satisfaction pédagogique et à travers
différents comités (vie étudiante, vie associative…).
de l’ESC Montpellier sur le site Campus Responsables :
www.campusresponsable.com
• L’ESCM a mis en place un processus de gestion des emplois et des compétences en lien direct avec la politique de
formation professionnelle. Définition annuelle des attentes
du personnel sur leur évolution et évaluation annuelle de
la gestion RH.
• L’association Sup de Cœur co-organise un certain nombre d’actions caritatives : dons du sang… . L’ESCM est partenaire d’Enfance et Partage et sensibilise chaque année les
candidats venant aux oraux à cette cause, en reversant 1
euros par étudiant reçu et 3 euros par jury extérieur reçu.
Collecte de fonds pour acheter du matériel scolaire pour des
pays en voie de développement
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
• Orientation des projets pédagogiques sur des thématiques proches du développement durable. Les 80 projets
pédagogiques de première année d’ESC doivent être en
lien avec le développement durable.
• Dans chaque matière, une heure de cours est dédiée à
un aspect pertinent de la responsabilité globale. Pour les
cours de ressources humaines et de management, ce sont
3h qui y sont consacrées.
+ Un enseignant chercheur spécialiste du développement
durable a été recruté en octobre 2008 et développe ses
projets de recherche de manière transversale avec d’autres enseignants.
70
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
ESC ROUEN
Superficie du campus
7 hectares
Superficie des bâtiments
25 800 m²
Nombre d’étudiants
3 000
Effectif de l’administration
i
[email protected]
[email protected]
Effectif du corps enseignant
120
70 permanents
500 vacataires
• Membre du Global Compact, du Global Responsible
Leadership Initiative de l’EFMD et adhérent à l’Association Française des Managers de la Diversité. Participation
à l’association Companieros.
photo Eric Bienvenu
• Existence d’une association « Ethika » qui organise
des événements de sensibilisation sur le campus (projections de films, tables rondes…).
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
+ Etablissement accessible aux personnes à mobilité réduite. Participation à la campagne Handimanagement de
Companieros et campagnes régulières de sensibilisation par
l’association Kest’Handi. Existence d’un référent depuis
2006. Signature en 2008 d’une convention avec l’association Handisup Haute Normandie pour faciliter l’intégration
des étudiants handicapés dans le supérieur.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Création d’un Comité Responsabilité Sociale depuis
2006 et réunions biannuelles avec des représentants du
groupe ESC Rouen.
• Politique de dégrèvement des frais de scolarité qui peut
couvrir jusqu’à 50 % des dépenses. Négociation de prêts
sans caution avec un établissement bancaire de la région.
• Signature par chaque nouvel élève depuis 2006 d’une
charte de l’apprenant mentionnant les 10 engagements
du Global Compact.
• Signature en 2007 de la Charte de la Diversité.
• Réalisation d’un diagnostic développement durable
du campus par 2 étudiants de la dominante Management
des Organisations Non-profit en 2005.
• Participation au projet «Envie d’Sup» mené sous l’égide
de la Délégation Interministérielle à la Ville, qui vise à accompagner dans leurs projets d’études supérieures les lycéens rouennais de milieux défavorisés.
+ Rédaction en cours d’un rapport d’activité conforme au
COP du Global Compact.
• Partenariat avec Ferrero sur le projet «Tremplin pour
Réussir» qui favorise l’accès à une formation et réamorce
la poursuite d’études supérieures pour les bacheliers en
perte de motivation.
• Consultation des parties prenantes à travers : un
Conseil de la Vie Etudiante et un Conseil d’Administration qui réunit différents collèges : consulaire, associations des diplômés, collectivités territoriales, universités, entreprises.
+ Participation au projet «Feeling»: imaginer et monter un
projet à vocation sociale qui réponde aux besoins les plus
urgents de personnes en difficulté.
71
ESC ROUEN
• Partenariats (études, interventions) avec les entreprises
locales dans le cadre du réseau GRANDDE (Groupe Régional des Acteurs Normands pour un Développement
Durable en Entreprise).
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Achats responsables pour les distributeurs automatiques.
+ Optimisation des consommations électriques par l’installation de détecteurs de présence, de thermostats, suppression des radiateurs électriques. Remplacement des blocs
de secours par des blocs à diode trois fois moins consommateurs d’énergie. Optimisation de l’éclairage des postes de
travail (remplacement des halogènes par des néons).
• Implication des associations étudiantes dans des associations de solidarité internationale dans le cadre de projets de sociaux (soutien scolaire dans des établissements
pénitenciers, organisation de manifestions culturelles et de
conférences, organisation d’activités pour des enfants vivant en foyer) et solidaires (Amérique Latine, Pays de l’Est,
Afrique).
+ Remplacement de 3 chaudières obsolètes par un système de chauffage urbain.
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
• Réduction des consommations de papier (impression
recto/verso, diminution du volume des polycopiés et
quotas d’impression pour les étudiants, inscription et
résultat en ligne…).
+ Organisation d’une semaine consacrée au développement durable pour les étudiants du programme Grande
École (débats, animations, ateliers).
• Test trimestriel des éventuelles fuites d’eau, contrôles
journaliers par les gardiens et le service d’entretien.
• La plupart des cours intègrent la dimension RSE et des
cours spécifiques traitent des aspects du développement
durable : marketing éthique, management interculturel…
• Tri des déchets pour le papier et les DEEE. Récupération
des piles usagées et des cartouches d’encres.
• Majeure Management des Organisations Non-Profit depuis 15 ans.
+ Commande d’une voiture hybride pour le Directeur Général.
+ Création d’un pôle d’expertise « organisations et territoires » qui traite des problématiques de développement durable et de responsabilité sociale.
• Entretien des espaces verts par un centre d’aide par le
travail et gestion du parc du campus en collaboration
avec l’Office National des Forêts.
+ Groupe de recherche multi-disciplinaire sur l’économie
de fonctionnalité, crée par un professeur de l’ESC Rouen.
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
de l’ESC Rouen sur le site Campus Responsables :
www.campusresponsables.com
• Publication d’articles et de livres en lien avec le développement durable, 37 au total depuis 2001.
+ Participation de 2 enseignants de l’ESC-ROUEN au
groupe de travail du GRLI sur le développement durable.
72
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE DE PARIS ÉCOLE EUROPÉENNE DES AFFAIRES
ESCP-EAP
Superficie du campus
33 000 m² (campus Paris)
Superficie des bâtiments
41 572 m² (campus Paris)
Nombre d’étudiants
Effectif de l’administration
i
Effectif du corps enseignant
[email protected]
3 500
300
125 permanents
(sur les 5 campus)
• Organisation de colloques et conférences soit à l’initiative de l’ESCP-EAP soit en partenariat sur des thématiques liées au développement durable telles la RSE dans
le logement social, le marketing durable, la maîtrise
énergétique.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
+ École entièrement accessible aux handicapés. Participation à la campagne Handimanagement de Companieros.
• Signature de la «Convention Egalité des Chances» avec
le Ministère de l’Education Nationale afin de faciliter l’accès aux Grandes Ecoles de lycéens issus de Zones d’Education Prioritaires. Depuis ESCP-EAP poursuit sa démarche
sur la diversité avec la mise en place de la «Convention Cordées de la Réussite». ESCP-EAP mène également un projet global sur la diversité de l’école à l’entreprise.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Lancement du projet européen « ESCP-EAP : 5 Campus
Responsables » (depuis l’adhésion de l’école en mai
2005 à l’ensemble des parties prenantes, intégration
des principes et pratiques du développement durable
édicté par le Pacte Mondial à l’ensemble des parties
prenantes : équipes administratives, professeurs et étudiants, à Paris, Londres, Berlin, Madrid et Turin).
• Bourses d’études ESCP-EAP permettant de déduire 25 %
à 50 % des frais de scolarité: 1 180 000€ redistribués à 350
étudiants en 2007-2008.
• Soutien et suivi de la Direction académique aux associations et relais sur le site Internet ESCP-EAP. Création avec
l’appui de l’Ecole de l’association étudiante «Environnement vôtre» en charge de projets, d’événementiels de
sensibilisation principalement à l’intention des étudiants.
•Définition de la politique stratégique avec la direction
générale. Sensibilisation interne et consultation des parties prenantes via le comité Initiatives créé en parallèle.
• La Fondation Européenne ESCP-EAP finance et soutient
de nombreux projets de développement durable notamment dans le cadre de la responsabilité sociale (financement de bourses à l’intention des étudiants internationaux).
• Politique de formation continue du personnel suivie par
le département Ressources Humaines et la Direction Générale.
• Programmes de solidarité internationale (en Chine, au
Proche-Orient et en Afrique) portés par des associations
étudiantes et soutenus par l’Ecole (African Business Club,
Tremplin Maroc…).
• L’ESCP-EAP est membre du Comité 21 et membre fondateur du Collège des Hautes Etudes de l’Environnement
et du Développement Durable (CHEE & DD).
73
ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE DE PARIS ÉCOLE EUROPÉENNE DES AFFAIRES
ESCP-EAP
• Volet consacré à la responsabilité sociale des entreprises dans les travaux de la Chaire Entrepreneuriat
ESCP-EAP
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
• Partenaire du Trophée de l’Innovation et du Développement Durable, ayant objectif l’étude et la proposition
de réalisation d’innovations par des étudiants.
• Transversalité de la recherche inhérente à la structure
même de l’Ecole (5 campus intégrés en Europe). Travaux
de recherche spécifiques, notamment sur les campus de
Paris et de Berlin.
• A chaque nouvelle rentrée scolaire des étudiants de
Master des leçons inaugurales portant sur l’engagement
sociétal et le développement durable sont organisées.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Cours de développement durable proposés à l’ensemble des étudiants du Master ESCP-EAP, dont 60h obligatoires et 15h d’approfondissement ou de spécialisation.
Nouveaux cours pour le cycle master : diversité, équité,
entrepreneuriat social, stratégie et marketing à l’heure du
développement durable.
• Documentation promotionnelle et papier reprographie
proviennent de forêts gérées de façon durable. Critères
de respect de l’environnement dans le choix des matériaux et fournitures lors de travaux (revêtements de sol,
plafonds).
• Mastère Spécialisé Innover et Entreprendre largement
consacré à l’entrepreneuriat social.
• Etude réalisée en octobre 2007 pour un passage au tri
sélectif global. Tri effectif du matériel informatique et des
canettes.
• Depuis 2 ans, programme spécifique de sensibilisation
au développement durable (« développement durable,
gérer la responsabilité au quotidien ») dans le cadre de
la formation continue des cadres dirigeants (MBA ESCPEAP).
• Signature d’un contrat d’électricité verte avec EDF (électricité provenant de sources d’énergies renouvelables).
+ Réalisation en 2008 d’un Bilan Carbone ®.
• La recherche effectuée par les professeurs ESCP-EAP
portant sur le champ du développement durable donne
lieu à la publication d’ouvrages, d’articles et interventions
(colloque Genre et Diversité, Journées Cité du Commerce
et de la Consommation).
• Situé en milieu urbain, ESCP-EAP est bien desservie par
les transports en commun à Paris, Londres, Madrid, Berlin et Turin. Paiement de la compensation carbone lors
des transports par avion.
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
• Rôle d’expertise dans le rapport intitulé « Mondialisation : changeons de posture » publié par le groupe de travail présidé par le Directeur Général. Nouvelle mission en
cours sur Innovation et Mondialisation par plusieurs professeurs ESCP-EAP.
de l’ESC Rouen sur le site Campus Responsables :
www.campusresponsables.com
74
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
ÉCOLE SUPÉRIEURE DES SCIENCES COMMERCIALES
Superficie du campus
4 hectares
ESSCA ANGERS
Superficie des bâtiments
17 400 m²
Nombre d’étudiants
Effectif de l’administration
Effectif du corps enseignant
i
[email protected]fr
2 275
90
55 permanents
320 intervenants
NEW !
+ Nombreux événements (conférences, journées débât)
de sensibilisation dans le domaine de l’économie sociale
et solidaire, écologie industrielle, management responsable.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Établissement accessible aux handicapés. Participation au programme Handimanagement. Emploi de travailleurs handicapés et soutien d’une thèse sur le handicap au travail.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Promotion de la diversité (36% des enseignants sont
d’origine étrangère). Réalisation d’un audit social qui a
révélé une bonne parité et une bonne mixité du personnel.
• Formalisation de la démarche de développement durable et établissement d’une charte de valeurs signée par
les étudiants, les collaborateurs et les anciens élèves.
• Fond de solidarité pour les élèves en difficulté financière.
• Rédaction d’un rapport d’activités intégrant les actions
menées en faveur du développement durable.
• Budget formation correspondant à 8% de la masse salariale et vérification de l’adéquation entre les formations
suivies et les besoins.
• Membre de l’EFMD (accréditation EPAS), de l’AIMS (organisatrice d’ateliers sur le développement durable) et du
COPEC (promotion de la diversité).
• Signature de la charte de bons comportements pour
lutter contre les comportements à risque. Rédaction
d’une charte « soirée responsable » et organisation d’une
semaine de sensibilisation. Existence d’un poste de référent de soirée.
• Consultation des parties prenantes à travers différentes commissions (« vie campus » et « vie études »)
pour les étudiants et lors de la rédaction du plan de développement pour les collaborateurs. Les parents sont
consultés dans le cadre de l’association CAPESSCA.
• Mise en place d’une cellule d’écoute psychologique
pour les étudiants.
• Organisation d’un cycle de conférences mensuel sur
l’économie sociale et solidaire, de journées débats entreprises sur les enjeux du développement durable.
• Mission de conseil et d’étude pour des entités locales
et régionales. Rédaction d’une convention avec le Crédit
Municipal de Nantes en faveur du micro-crédit.
+ Association (Vert’Veine) qui sensibilise les étudiants au
développement durable
75
ÉCOLE SUPÉRIEURE DES SCIENCES COMMERCIALES
ESSCA ANGERS
+ Bâtiments HQE de 4 400m2 en cours de construction.
• Sollicitation pour sa spécialisation « logistique et
achats » dans le cadre du pôle de compétitivité locale, et
rédaction d’une charte des comportements éthiques à
destination des membres du pôle.
• Mise en place de systèmes d’économie d’énergie avec
l’appui de l’ADEME. Plan d’intéressement qui incite les
salariés aux économies.
• Poste d’experts techniques parmi le personnel pour l’incubation d’entreprises et de projets innovants.
+ Site Internet étudiant dédié au covoiturage. Réflexion
autour d’un PDE pour la rentrée 2009.
• Programmes de solidarité locale (soutien scolaire) et internationale (projet humanitaire au Bénin).
• Entretien des espaces verts et de la roseraie avec des
méthodes respectueuses de l’environnement.
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
de l’ESSCA sur le site Campus Responsables :
www.campusresponsables.com
• Intégration du développement durable dans les cours
en programme Grande École et Master.
• Mise en place d’un comité pédagogique pour favoriser
les approches transversales dans l’enseignement.
• Partenariat de recherche en géographie avec l’Université d’Angers, l’université de Nantes et l’Université Catholique de l’Ouest.
• Chaire de recherche en économie sociale et solidaire et
rédaction d’articles scientifiques et d’étude par les chercheurs de l’ESSCA.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Intégration de critères de responsabilité pour les achats
de café, papier, cadeaux d’entreprise, fournitures scolaires. Achats de produits bio lors de cocktails et réceptions.
76
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
EUROMED MARSEILLE
Superficie du campus
Superficie des bâtiments
Nombre d’étudiants
i
Effectif de l’administration
[email protected]
www.managers-responsables.com
Effectif du corps enseignant
7,7 hectares
19 950 m²
3 000
122
64 permanents
en 2006 et 2008.
© Photo C. Ramade
+ Organisation d’une vingtaine d’événements : 2e journée de l’achat responsable, projections de films, intégration responsable, accueil de la caravane du développement durable lors de la semaine de la solidarité 2007,
participation à la semaine du développement durable,
participation au festival sciences frontières, conférence
« Enjeux pour la Société, enjeux pour les sociétés », 7e
conférence internationale ICREI - pollution atmosphérique et changement climatique.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Participation au programme Handimanagement et
Handicap solidarité. Établissement accessible aux handicapés.
• Positionnement depuis 2003 autour de la diversité, de
la complexité et de l’engagement sur le long terme. Euromed a axé sa politique de développement sur une vision systémique du management autour de cinq axes : réfléchir, former, informer, s’engager et agir.
• Signature de la Charte de la Diversité en 2006. Inscription des règles de diversité et de respect de l’autre
dans le Préambule du règlement intérieur de l’École.
+ Création d’une direction de l’innovation et de la responsabilité sociétale.
• Financement de bourses sur critères sociaux sur le
budget interne de l’École.
• Existence d’une équipe dédiée au développement durable rattachée à la direction générale.
• L’École offre des missions ponctuelles et rémunérées
aux étudiants.
+ Euromed est adhérent du Pacte Mondial, de l’Academic Taskforce, de l’ORSE et de Solar Generation. Elle est
rentrée au Conseil d’administration du Comité 21 en
2008.
• Participation au projet Phoenix (soutien aux lycéens de
ZEP) sur l’accessibilité des Grandes Écoles.
• Soutien des étudiants à des initiatives locales citoyennes : nettoyage des plages, réinsertion sociale des
personnes incarcérées, soutien aux demandeurs d’emploi,
soutien scolaire dans les quartiers difficiles.
• Plan de suivi et mesure des actions engagées dans le
cadre de la COP (Communication on Progress) du Pacte
Mondial.
+ Organisation de nombreux événements et conférences
en lien avec la ville ou la région : forum RSE PACA, semaine du développement durable, semaine de la solidarité.
• Site Internet dédié à la démarche de développement
durable de l’école.
• Prise en compte des attentes des parties prenantes internes par le biais d’une enquête de satisfaction réalisée
77
EUROMED MARSEILLE
• Accompagnement des entreprises de la région qui souhaitent adhérer au Pacte Mondial.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Association Unis-Terre qui participe à de nombreux programmes de solidarité internationale en Afrique, au Brésil et en Asie.
• Passage à des achats responsables pour : les produits
d’entretien, le papier, l’informatique (consommation
énergétique et recyclage des ordinateurs et réduction du
nombre de serveur), le mobilier (fournisseur certifié ISO
14 001), la nourriture (dans les distributeurs Selecta et
dans la cafétéria), les objets publicitaires (tee-shirt en coton bio et/ou équitable).
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
• Installation d’un espace éco-concu dédié de 80m² à l’infothèque (rapports développement durable, étude,
films…).
+ Formation des acheteurs aux critères de développement durable à la rentrée 2008.
• Tri du papier, du verre, des cartouches et toners, des
piles et des batteries.
• Cours obligatoire de développement durable dans tous
les programmes post-bac, en première année d’ESC et en
master. 15 cours optionnels sont disponibles dans des domaines variés du développement durable. Existence de
deux programmes liés au développement durable en
formation continue.
• Généralisation des chasses d’eau à double flux et de
systèmes d’économies d’eau à la robinetterie. Changement des vannes à incendies.
+ Réalisation d’un Bilan Carbone ® par des étudiants encadrés par un professeur.
+ Tous les étudiants suivent la conférence « enjeu pour
la société, enjeux pour les sociétés » lors de la semaine
d’intégration.
+ Inauguration en novembre 2008 de 300 m² de panneaux solaires dans le cadre de l’opération Solar génération. Sensibilisation des étudiants aux économies
d’énergie avec l’initiative « just a clic ».
+ Le réseau Management Responsable, créé il y a un an
par Euromed, rassemble à ce jour une dizaine d’entreprises et d’ONG dans le but de travailler sur l’application
de la RSE dans l’acte managérial.
+ Site de covoiturage au sein de l’École depuis septembre 2008. Réflexion et étude menées autour du passage
à des véhicules hybrides et installation de bornes à vélo.
• Organisation de séminaires internationaux autour de
thèmes proches de la Responsabilité Globale.
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
+ Centre de recherche consacré au développement durable : chaire développement durable de la Poste et
Chaire ISR (investissement socialement responsable).
d’Euromed Marseille sur le site Campus Responsables :
www.campusresponsables.com
• Travail avec les Nations Unies pour la traduction du
Pacte Mondial dans la pédagogie (Global Academic Taskforce).
78
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES
Superficie du campus
HEC
Superficie des bâtiments
Nombre d’étudiants
i
Brigitte Ringler-Mary : [email protected]
www.hec.fr/rse/
120 hectares
77 420 m2
3 535
Effectif de l’administration
440
Effectif du corps enseignant
130
ligne, charte éco-attitudes, création d’un site intranet dédié au développement durable.
+ Organisation de nombreuses manifestations internes
telles que des conférences : Muhammad Yunus (Prix Nobel de la Paix 2006), Maximilien Rouer (BeCitizen) ou encore Jean-Marc Jancovici. Projection du Film d’Al Gore,
« Une Vérité qui Dérange » en 2007 et de la « 11e Heure »
en 2008.
+ Création de l’association, Rethink, dédiée au développement durable : sensibilisation de l’ensemble des
publics (étudiants et collaborateurs) aux enjeux du développement durable, organisation de manifestations,
projections.
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Création en 2005 d’un comité de développement durable, qui a donné lieu à la mise en place d’une structure
organisationnelle composée de différents comités et représentant l’ensemble des parties prenantes sur le campus.
+ Participation au programme Handimanagement et
création de l’association étudiante Handifférence. Organisation d’une semaine consacrée au handicap avec
conférences, compétitions sportives, projections… Bâtiments d’études et résidences accessibles aux handicapés.
• Recrutement en 2005 d’une chargée de mission RSE.
+ Partenariats avec des lycées situés en ZEP pour l’ouverture sociale et l’égalité des chances (Partenariat avec
3 lycées des Yvelines et de l’Essonne), création de la
« prépa aux prépas » avec le lycée parisien Henri IV, partenariat avec le lycée technologique Michelet de Vanves).
• Membre du Comité 21 et du Pacte Mondial des Nations
Unies. Il est également membre fondateur de Fondaterra,
et membre actif de l’ORSE, de l’Orée, de Forté Fundation,
de l’European Professional Women Network et de Net
Impact.
+ Mise en place de divers dispositifs de soutien financier
(financement de la scolarité des élèves originaires de milieux modestes, exonération des droits d’inscription aux
concours et des frais d’hébergement pour les élèves
boursiers, facilités de paiement des frais d’inscription).
+ En 2008, rédaction du 1er rapport de développement
durable en partenariat avec le cabinet de conseil Utopies.
+ Diffusion de différents supports de sensibilisation aux
bons comportements : livre « Éco-citoyen » remis à l’ensemble des étudiants dès leur admission, guide du tri en
• Mise en place d’une politique de formation du per-
79
ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES
HEC
• Création dès 2003 d’un Mastère spécialisé « Management du développement durable ».
sonnel qui représente 2,7 % de la masse salariale en
2007, attribution d’une prime d’un mois de salaire à
toute personne suivant une Validation des Acquis de
l’Expérience (VAE). Mobilité du personnel entre les services et possibilité de mobilité à l’international.
• Offre de plusieurs formations dédiées au développement durable : majeure « Alternative Management »,
large choix d’électifs proposés au MBA parmi lesquels :
Positive Management et un séminaire obligatoire de
deux jours.
+ Campagnes gratuites de vaccination du personnel
contre la grippe organisées chaque année. Organisation
d’un forum annuel de lutte contre les addictions.
• Cours optionnels dédiés aux problématiques de la Responsabilité Sociale des Organisations.
• Soutien de la direction aux étudiants et associations engagés dans des actions liées au développement durable.
+ Création par deux étudiantes d’une association : « Alter Case » chargée d’effectuer des études de terrain sur
des entreprises pionnières en business durable en Europe
et en Inde.
• Participation au concours Talents des Cités qui récompense un entrepreneur installé dans un quartier prioritaire (formation d’un an + 7 000 €). Organisation en
2008 de la 2e Université du Droit d’Entreprendre.
+ Lancement par un groupe de professeurs d’un pôle
d’étude autour du thème « le Management en question ».
+ Participation au groupe de travail n°6 du Grenelle de
l’Environnement : « promouvoir des modes de développement écologiques favorables à la compétitivité et à
l’emploi ».
• Lancement à la rentrée 2007 d’une filière « Entrepreneuriat Social et Associatif ».
• Partenariats universitaires avec des pays émergents
(Pologne, Russie, Serbie, Liban, Algérie).
+ La Chaire « Énergie et Finance » créée en partenariat
avec le cabinet d’audit Deloitte aborde les questions
d’approvisionnements énergétiques.
• Lancement en 2007 de « l’Université du Coton » au Burkina Faso dont l’objectif est de former des professionnels
agricoles, étudiants et techniciens de l’Afrique de l’Ouest.
+ Création d’une Chaire « Entreprise et Pauvreté » co-présidée par Muhammad Yunus et Martin Hirsh.
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
• Mise à disposition d’ouvrages dédiés au développement durable. Existence d’une plateforme de ressources
accessible en intranet qui répertorie toutes les ressources
pédagogiques (cours, articles, travaux, thèses…) en lien
avec le développement durable.
• Approvisionnement bio et/ou équitable des cafétérias
étudiantes et collaborateurs, organisation de déjeuners
bio plusieurs fois par an.
+ Mise en place d’une politique de gestion des différents
80
ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES
HEC
déchets sur le campus avec publication des résultats :
verre, papier, piles.
• Mise en place d’économiseurs d’eau dans les chambres
des étudiants et travaux sur le réseau d’eaux enterrées,
arrosage des terrains de sport avec l’eau des étangs du
campus.
+ Réalisation d’un bilan énergétique en 2007 qui s’est
traduit par : l’utilisation d’ampoules basse consommation, une étude pour l’installation de compteurs individuels, l’achat de lave-vaisselle peu énergivores
• Réalisation du 1er Bilan Carbone ® du Groupe en 2006
suivi par le bilan carbone avec mesures compensatoires
du MBA en 2008.
+ Site Internet de covoiturage à destination des étudiants.
• Vaste campagne de reforestation à la suite de la tempête de 1999, achat d’un broyeur de déchets verts, utilisation d’amendement organique en remplacement des
engrais chimiques.
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
d’HEC, sur le site Campus Responsables :
www.campusresponsables.com
81
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
L’INSTITUT SUPÉRIEUR D’ÉTUDES EN ALTERNANCE DU MANAGEMENT
Superficie du campus
ISEAM
Nombre d’étudiants
124
Effectif de l’administration
Effectif du corps enseignant
i
2 300 m²
10
10 permanents
et 130 non permanents
[email protected]
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
• Prêts sur l’honneur dans le cadre de cas particuliers.
• Parité respectée au sein de l’administration. Diversités
sociale et géographique des étudiants.
+ Organisation hebdomadaire de réunions avec les salariés leur permettant d’exprimer leurs attentes.
• Soutien financier et matériel aux associations.
• Campagnes de sensibilisation pour la lutte contre le tabagisme et de prévention de l’alcoolémie (distribution de
tests d’alcoolémie). Organisation de dons du sang.
• Politique globale d’interface avec les acteurs locaux : les
mairies, les écoles et les chefs d’entreprises de Marne-laVallée dans le cadre des stages des étudiants.
GOUVERNANCE ET STRATÉGIE
+ Une association dirigée par les étudiants a été créée
en avril 2008 dans le but d’organiser, en concertation
avec la direction, la stratégie développement durable de
l’ISEAM.
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
• Nomination d’un « interlocuteur développement durable » au sein de l’établissement.
+ Organisation de journées pédagogiques : visite de Fribourg, week-end « chantier de nettoyage » de la forêt de
Saint Nicolas la Chapelle (Aube).
• Membre du Pacte Mondial, du Comité 21 et du Comité
de Liaison Energies Renouvelables (CLER).
• Cours de sensibilisation au développement durable
dans le cadre de l’ensemble des formations.
+ Semaine du développement durable sur le campus (petits-déjeuners bio, sensibilisation à l’énergie, aux déchets, au commerce équitable…).
• 5 cursus de 3e cycle en lien avec le développement durable : management et développement durable, management durable de l’eau, des déchets et de l’énergie, management durable de l’habitat, de l’urbanisme et des
82
L’INSTITUT SUPÉRIEUR D’ÉTUDES EN ALTERNANCE DU MANAGEMENT
ISEAM
transports, management durable des territoires et des
collectivités locales et management durable de l’économie sociale et du développement durable. Ces formations
sont accessibles en formation continue.
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
+ Politique de réduction des consommations de papier
grâce à une stratégie de dématérialisation.
• Récupération des cartouches d’encre et des piles.
+ Diagnostic en matière de maîtrise de l’énergie mené
par les étudiants en développement durable et mise en
place de mesures : détecteurs de mouvement dans les toilettes.
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
de l’ISEAM, sur le site Campus Responsables :
www.campusresponsables.com
83
ÉTABLISSEMENT
MEMBRE
CAMPUS
RESPONSABLES
REIMS MANAGEMENT
SCHOOL
i
Superficie du campus
24 000 m²
Superficie totale des bâtiments
27 917 m²
Nombre d’étudiants
3 850
Effectif de l’administration
125
Effectif du corps enseignant
180
[email protected]
financier des projets des étudiants par le responsable développement durable.
+ Mise en ligne d’un blog sur les actions de responsabilité menées par et pour les étudiants (http://oikosreims.unblog.fr) et publication d’un magazine trimestriel.
POLITIQUE SOCIALE ET ANCRAGE TERRITORIAL
+ Participation au programme Handimanagement depuis
2008 et organisation de plusieurs manifestations (projection d’un film qui retrace la vie de handicapés célèbres,
tournoi de handisport, dégustation à l’aveugle, atelier de
sensibilisation à la langue des signes…).
STRATÉGIE ET MANAGEMENT
• Efforts de parité et de diversité dans le recrutement du
personnel.
+ Formalisation d’une stratégie de Responsabilité Globale soutenue par la direction depuis 2008.
• Formation professionnelle favorisée pour l’ensemble du
personnel.
• Création d’un poste de responsable développement durable en mai 2007.
• Facilité de paiement des frais de scolarité, existence
d’une fondation pour collecter des fonds à destination
des élèves boursiers, proposition de postes de vacataire
sur le campus.
+ Publication du 1er rapport de développement durable 2008.
+ Rubrique développement durable sur le site Internet de
RMS (www.reims-ms.fr).
• Membre du Global Compact, de l’ORSE et de Companieros.
• Lutte contre les addictions depuis 4 ans : journées de
sensibilisation, élaboration d’une charte étudiante régionale.
+ Consultation trimestrielle des salariés sur la stratégie
de l’école.
+ Engagement des associations étudiantes dans des
projets de solidarité locale et internationale soutenus financièrement par l’Ecole (460 m2 de locaux): Genepi,
Prépa’Rémois, 4L Trophy, cHeer uP.
+ Rédaction d’une charte d’engagement éthique sur un
modèle participatif signée par les salariés et les étudiants pour 2009.
• Organisation des conférences passerelles dont le but
est de propager une culture du débat entre le monde politique, économique, scientifique, culturel et l’ensemble
des rémois.
• Organisation de conférences sur le développement
durable destinées à un public interne et externe.
• Existence de 2 associations de promotion du développement durable : OIKOS et AIESEC. Suivi logistique et
84
REIMS MANAGEMENT SCHOOL
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE
GESTION ÉCOLOGIQUE DU CAMPUS
+ Recrutement d’un enseignant-chercheur dans le domaine du développement durable.
+ Intégration de critères de responsabilité dans les
achats : papier labellisé FSC, colles et peintures NF environnement, un produit bio par menu et par mois à la cafétéria. Lancement d’une campagne de sensibilisation
aux critères environnementaux et sociétaux à la Chambre du Commerce et de l’Industrie de Reims afin de multiplier les achats écologiques.
+ Lancement d’un concours pour favoriser une gestion
écologique du campus (transport doux, alimentation
responsable, réduction empreinte écologique…). RMS
encourage ses étudiants à participer à des concours nationaux.
• Instauration du tri des déchets pour le papier, le carton,
les piles, les cartouches d’encre et les DEEE (huiles, produits chimiques, batteries).
• Existence de cours obligatoires dans les diverses thématiques du développement durable dans toutes les
formations. Diversification dans l’offre de cours optionnels sur le développement durable (logistique, marketing,
finance, ressources humaines).
+ Réduction de la consommation de papier (impression
recto-verso et noir-blanc par défaut, évaluation du personnel sous format électronique…)
• Incitation depuis 3 ans auprès des étudiants pour réaliser leur projet de groupe, stage de fin d’étude, mémoire
de recherche en rapport avec le développement durable.
+ Optimisation des consommations électriques par l’installation de détecteurs de mouvement dans les salles de
cours, d’ampoules basse consommation et suppression
des lampes halogènes.
+ Existence de 2 offres en formation continue : opérationnalisation et internationalisation du concept de développement durable en entreprise.
+ Mise en place d’un site de covoiturage au sein du campus et création d’un local à vélos sécurisé à la suite
d’une étude sur les déplacements. Renouvellement de la
flotte de véhicules selon des critères environnementaux.
• Lancement du CREMAD (centre de réflexion et de recherche, entreprises marché et développement durable)
en 2006. L’objectif de ce centre est de développer une réflexion autour des problématiques de marchés, du développement durable et de la RSE, en rassemblant des
chercheurs de différentes origines.
• Mise en place d’un plan de compostage des déchets
verts qui a permis de réduire de 70% l’utilisation de pesticides et d’herbicides.
+ Création d’une chaire en Management Associatif et
Economie Solidaire. Réponse à des appels d’offre d’ONG
sur le sujet.
> Pour en savoir plus, consultez la page de présentation
de RMS, sur le site Campus Responsables :
www.campusresponsables.com
• Publication d’études dans le domaine du développement durable dans le cadre de missions commandées aux
enseignants-chercheurs. 11% des publications recouvrent cette thématique.
85
> 4. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE
SUR LES CAMPUS À L’ÉTRANGER
> 4.1 LE POINT DE VUE DES EXPERTS
La rédaction du guide des Campus Responsables a rencontré les coordinateurs de trois démarches
étrangères similaires à la sienne et leur a posé trois questions.
Rencontre avec Marie-Eve Charland-Lallier, coordinatrice
de la Coalition Jeunesse Sierra pour le Québec
(créé en 1996, compte 80 campus membres)
http://www.syc-cjs.org
1. Pourquoi est-il crucial que les campus universitaires s’engagent ?
Les universités ont été, de tout temps, initiatrices de changements par l'implication
de leurs étudiants, professeurs et employés au sein des grands mouvements sociaux.
Les universitaires devraient pouvoir mener le bal, ouvrir la voie et les consciences. Par
leur mission d'enseignement et de recherche, les universités ont le devoir d'orienter
l'éducation de façon à susciter la créativité et l'innovation. Elles se doivent d'offrir des
formations, dans différents domaines d'étude, incluant les notions de développement
durable afin d'outiller les étudiants à devenir acteurs de changements durables dans
leurs milieux respectifs. Enfin, elles doivent mettre en application dans leurs activités quotidiennes les valeurs qu'elles promeuvent - pour montrer aux organisations qui
les entourent que le développement durable est un passage obligé et porteur de sens.
L'utilisation à bon escient de leur crédibilité et de leur influence peut permettre des
avancées significatives du développement durable dans nos sociétés.
86
2. Où en sont les campus canadiens aujourd’hui dans leur approche du développement durable ?
Au Canada comme ailleurs, l'avancement des campus en matière de développement
durable est inégal, selon la taille des institutions, leurs différentes réalités et la volonté
des administrations. Néanmoins, ces dernières années, on a pu constater un engagement de plus en plus significatif des campus, et particulièrement des étudiants,
pour mettre en oeuvre des démarches de développement durable. C'est ainsi qu'en
2008, ce sont près de 70 écoles et universités canadiennes qui participent au réseau
des Campus durables de la Coalition Jeunesse Sierra. Certains campus ont créé un
comité de développement durable rassemblant leurs parties prenantes alors que d’autres, moins nombreux, ont défini une stratégie globale. Quelques-uns se sont lancés
dans la réalisation d'un bilan exhaustif de leurs pratiques et de leur performance
alors que d'autres en sont seulement à leur plan d'action. On note toutefois que les
premiers projets de grande ampleur relèvent avant tout de la gestion des risques
environnementaux sur les campus.
3. Quelles sont les initiatives les plus remarquables des campus québécois ?
• L'engagement pris par l'Université de Sherbrooke de réduire de 6 % par an ses
émissions de GES.
• Le compostage de tous les déchets alimentaires de l'Université Concordia qui permettra de détourner 100 tonnes de matières putrescibles de l'enfouissement chaque
année.
• La reprise de la gestion des services de restauration par une organisation à but
non lucratif cogérée par l'administration et l'association étudiante de l'Université du
Québec à Chicoutimi.
• Les jardins sur les toits de l'Université du Québec à Montréal.
• La création de fonds étudiants destinés à la réalisation de projets de développement
durable à l'Université Concordia, l'Université McGill, l'Université Bishop's, L'école des
Hautes Études Commerciales, l'Université du Québec à Trois-Rivières et l'Université
de Sherbrooke.
• La distribution de paniers biologiques à l'Université de Montréal.
87
Rencontre avec Wynn Calder, directeur de l’University
Leaders for Sustainable Future (ULSF) aux États-Unis
(créé en 1990, compte 350 campus membres)
http://www.ulsf.org
1. Pourquoi est-il crucial que les campus universitaires s'engagent ?
Parce que les universités et les collèges sont à la pointe de la connaissance, de la
recherche et de la technologie : elles font avancer les sociétés et ont joué un rôle central dans le cheminement de l’humanité vers un monde plus durable et sain. Certains
pensent que les universités ne sont pas créatrices de valeur dans notre société. Pourtant, il n’y a pas aujourd’hui de vocation plus noble que celle d’amener l'humanité
vers la conscience des dangers qui la menacent et des solutions à développer.
2. Où en sont les campus américains aujourd'hui sur ces questions ?
Dans le domaine du développement durable, les établissements américains ont fait
beaucoup et probablement plus que partout ailleurs dans le monde. Une récente
enquête de la Fédération Nationale de la Nature concernant les universités et les collèges américains a indiqué que :
• A l’heure du changement climatique et de la hausse du coût de l’énergie, presque
toutes les écoles et les universités américaines ont mis en place un plan d’efficacité
énergétique. 1/3 d’entre elles achètent de l’énergie provenant de sources renouvelables pour répondre à une partie de leurs besoins. Beaucoup prêtent une attention
particulière à la préservation de l’eau, à l’aménagement des espaces verts, à la réduction des déchets et au recyclage. Beaucoup construisent et rénovent des bâtiments
en suivant les principes de la construction durable et le standard américain LEED.
• Les universités et collèges américains sont maintenant plus nombreux à pouvoir dire
que le développement durable est une priorité pour leur institution.
• Beaucoup de collèges et d’universités américaines ont créé des postes de coordinateur ou directeur de la stratégie de développement durable.
• Malheureusement, le sondage montre une réduction (depuis 2001) de l’enseignement du développement durable.
88
3. Quelles sont les initiatives les plus remarquables des campus américains ?
Même si les universités et collèges américains ont encore des difficultés à intégrer le
développement durable à leur enseignement, dans la pratique, beaucoup ont déjà
relevé le défi du changement climatique. Ainsi, nombre d’institutions ont prévu d’atteindre la neutralité carbone, ou en tout cas de réduire de façon importante leurs
émissions de CO2 au cours des cinq, dix et quinze prochaines années.
Depuis 2006, 500 collèges et universités ont signé l’American College and Universities Presidents Climate Commitment (voir www.presidentsclimatecommitment.org).
L’intérêt de ce comité est, par exemple, de favoriser l’achat local, les produits bio et
équitables. L'intérêt pour l’alimentation biologique, moins chimique et plus saine, a
passé la porte des collèges et universités. Un autre phénomène intéressant concerne
les achats verts. De plus en plus d’écoles ou de groupements d’écoles demandent à
leurs acheteurs de trouver des fournisseurs intégrant des critères de responsabilité et
fabriquant des produits qui économisent l’énergie, contiennent une part importante
de matériaux recyclés et/ou réduisent les déchets en fin de vie. Ces pratiques ont un
effet d’entraînement pour réorienter l’économie locale, régionale et même nationale
vers une plus grande durabilité.
89
Rencontre avec Iain Patton, Directeur de l’Association
Environnementale pour les Universités et les Écoles
au Royaume-Uni - EAUC
(crée en 1996- compte 200 campus membres)
http://www.eauc.org.uk
1. Pourquoi est-il crucial que les campus universitaires s’engagent ?
Les raisons sont nombreuses :
• Les employés et les étudiants s’attendent de plus en plus à ce que leur établissement s’engage. Beaucoup d’entre eux voient le développement durable comme une
valeur ajoutée, un confort supplémentaire plus qu’une contrainte ;
• Si une université veut faire partie des leaders demain, elle devra aussi être la première en termes de développement durable ;
• L’intégration du développement durable à la gestion réduit les risques et permet de
faire des économies ;
• Chaque établissement d’enseignement doit anticiper le monde dans lequel évolueront les étudiant, pour les préparer à travailler et vivre dans un monde où les challenges à relever sont nombreux.
2. Où en sont les campus anglais aujourd'hui sur ces questions ?
Au Royaume-Uni, je pense qu’il y des îlots d’excellence dans des universités et écoles
qui ont intégré le concept de durabilité dans leurs valeurs et leur raison d’être. Le
champ de mise en œuvre est vaste, de la gestion des consommations d’énergie ou
d’eau à la conformité réglementaire sur les déchets, en passant par les plans de déplacement,… Aujourd’hui, ces institutions encouragent les équipes d’enseignants à
prendre en compte le développement durable dans le contenu de l’enseignement à
travers des exercices pratiques comme la réalisation de bilans carbone. Les campus
mais aussi leur personnel et les étudiants ont l’opportunité de devenir des laboratoires du renouveau économique et social. Y a-t-il meilleur endroit que les universités pour expérimenter et développer de nouveaux modes de vie plus durables ?
Les prix Green Gown Awards http://www.eauc.org.uk/2009_green_gown_awards
sont devenus le baromètre du changement au Royaume-Uni avec deux fois plus de
candidatures chaque année et des exigences d’entrée de plus en plus strictes. Il reste
encore du chemin à parcourir mais les universités et écoles au Royaume Uni sont
prêtes à relever le défi, et à saisir l’opportunité, du développement durable.
90
3. Quelles sont les initiatives les plus remarquables des campus anglais ?
Je n’en citerai qu’une seule : un benchmarking indépendant sur la responsabilité des
établissements d’enseignement supérieur - the Universities That Count (UTC), qui a
été lancé à la fin de l’année 2008 en partenariat avec l’EAUC, le Conseil du financement de l’enseignement supérieur au Royaume-Uni (UK HE Fundings Councils), l’organisation spécialisée Business in the Community et le cabinet CSR. Cette initiative
a pour objectif d’évaluer les stratégies et systèmes de management mis en place par
les établissements pour assurer la progression de leur démarche, mais aussi leur performance effective en la matière. Le but ultime de ce benchmarking est évidemment
de faire émerger des bonnes pratiques, de les partager, de s’enrichir, mais aussi de placer petit à petit la barre un peu plus haut dans le domaine de la responsabilité des
campus. Pour cette première édition, 64 établissements de tout le Royaume-Uni ont
participé à notre enquête. C’est un chiffre encourageant dans la mesure où les établissements sont encore réticents à rendre publiques leurs performances environnementales et sociales. L’année prochaine nous attendons plus d’une centaine de
participants. Dans une économie globalisée où la compétition est de plus en plus
forte, les différents acteurs de l’économie ont besoin de comprendre les enjeux spécifiques à leur activité, et les parties prenantes attendent qu’on leur rende des
comptes de plus en plus précis. Le projet UTC a été développé pour répondre à ces
besoins. Mon message aux établissements d’enseignement supérieur dans ce
contexte est le suivant : « ne restez pas en dehors du mouvement. Ayez confiance en
votre performance et ne laissez pas la spéculation porter atteinte à votre réputation :
en participant au benchmarking UTC, vous pourrez identifier vos points forts et vos
points faibles, mais aussi vous améliorer en vous inspirant des autres ».
91
> 4.2 RÉPERTOIRE DES PRATIQUES INNOVANTES À L’ÉTRANGER
Les campus étrangers sont souvent des sources d’idées méconnues en France,
même s’ils ne sont pas comparables aux campus français du fait de leur
taille, qui avoisine parfois celle d’une petite ville et leur donne des enjeux
bien différents à gérer.
Pour cette seconde édition du guide des Campus Responsables, nous avons
choisi de vous présenter, non pas des campus étrangers, mais les pratiques
les plus innovantes du moment en matière de développement durable sur des
campus étrangers.
Voici donc, à titre d’inspiration pour vos propres démarches, un répertoire de
bonnes pratiques que nous avons sélectionnées pour leur caractère innovant et reproductible.
92
GESTION DES DÉCHETS
L’UNIVERSITÉ DE CONCORDIA FABRIQUE SON PROPRE COMPOST
Cela ressemble au laboratoire d’expérimentation scientifique d’un savant un
peu fou qui n’aurait d’autres amis que ses vers de terre. C’est en réalité l’un
des projets de gestion des matières résiduelles les plus novateurs dans l’enseignement supérieur. Au treizième étage de l’Université de Concordia au
Québec, les vers de terre sont mis à contribution depuis 2005 pour digérer
les déchets putrescibles des cuisines et des espaces verts. Et les 7 tonnes de
compost produites annuellement servent aux aménagements paysagers de
l’Université, réduisant ainsi l’utilisation d’engrais chimiques et de fait les
émissions de gaz à effet de serre. En septembre 2008, le système s’est modernisé avec l’achat d’un composteur industriel qui permettra de produire 50
tonnes de compost avec les 100 tonnes annuelles de déchets, au lieu des
1,5 tonnes avec le système initial : plus de vers de terre donc, mais un cylindre qui tourne sur lui-même à une température de 65° pour éliminer les bactéries pathogènes. Contrairement au vermi-compostage, ce système permet
de réduire en compost les arêtes de poissons ou les carcasses d’animaux.
Pour financer ce projet, les étudiants ont été mis à contribution, dans le cadre
du projet Concordia Durable en acceptant une hausse de 25 cents sur leurs
frais de scolarité. En contrepartie de son investissement, Concordia économise 120 $ par tonne de déchets produits…
http://sustainable.concordia.ca
TRANSPORT DURABLE
DES VÉLOS EN LIBRE-SERVICE POUR LES ÉTUDIANTS
Trop de voitures, pas assez de places de parking et la volonté de rendre votre
campus plus vert… Et si à la prochaine rentrée universitaire, les étudiants se
voyaient remettre une carte d’étudiant, un emploi du temps et… un vélo, en
contrepartie de leur promesse de laisser leur voiture à la maison ? C’est en
tout cas ce que fait l’Université de Nouvelle Angleterre aux Etats-Unis, depuis
octobre 2008. D’autres établissements reprennent le système du vélo partage
93
(l’Université de Saint-Xavier à Chicago) ou négocient des réductions pour
leurs étudiants auprès de magasins de vélos. L’Université de Mercer en Géorgie a choisi de faire appel aux habitants de Macon en leur demandant des
dons de vieux vélos, qui ont ensuite été repeints aux couleurs de l’Université
avant d’être mis à disposition des étudiants. Et aux Etats-Unis, selon the
Association for the Advancement of Sustainability in Higher Education, une
explosion de l’utilisation du vélo s’observe dans toutes les villes universitaires. Même si les villes de Montréal ou de Copenhague ont montré qu’un
tel programme pouvait fonctionner aussi en période de grand froid, nombreuses sont les universités américaines qui le stoppent en période hivernale. Nombreuses aussi sont celles qui ont dû interrompre leur programme
à la suite de problèmes de vol et de vandalisme. Si les campus ont déjà mis
en place des systèmes de lutte contre les vols et équipent de plus en plus les
vélos de GPS, certains étudiants se montrent peu soigneux lorsque les vélos
ne leur appartiennent pas. Les avantages sont pourtant nombreux comme en
témoigne une étudiante américaine : « plus besoin de faire le plein, ni d’avoir
une autorisation pour stationner, pas de réparation, ni d’assurance… »
CHANGEMENT CLIMATIQUE
LES UNIVERSITÉS AMÉRICAINES VISENT LA NEUTRALITÉ EN CARBONE
Les universités américaines ne représentent que 5 % des émissions de Gaz
à Effet de Serre du pays, mais cela ne les empêche pas d’avoir pour ambition
de devenir neutres en carbone, ce qui passe entr’autres par la réduction des
émissions (économies d’énergie et achat d’énergies renouvelables) et la compensation carbone des émissions résiduelles (consistant à financer des projets qui génèrent des réductions d’émissions dans des proportions similaires).
C’est en tout cas ce à quoi elles se sont engagées en signant la charte du
comité des présidents de collèges et d’universités de lutte contre le changement climatique, une association qui œuvre à développer la responsabilité
climatique des institutions scolaires. Au total 590 établissements de l’Enseignement supérieur ont signé la charte et disposent de deux ans pour établir
une date ainsi que les étapes-clés pour devenir neutres en carbone. En atten-
94
dant, une liste d’actions à court terme, qui devaient être mises en place le
plus rapidement possible par les établissements, leur a été proposée. L’Université du Colorado a ainsi prévu de devenir neutre en carbone en 2015. Sa
feuille de route sur le sujet prévoit des actions dans le domaine des transports (encourager la marche à pied, promouvoir le vélo, déplacer les parkings en dehors du campus, passer à des véhicules roulant au biodiesel,
passage à une brigade policière à vélo ou à cheval), des bâtiments (tous les
bâtiments construits ou rénovés à partir d’avril 2008 devront être certifiés
LEED Gold), ou encore d’énergie (construction d’une ferme éolienne qui produit plus d’énergie que ce que le campus consomme). L’diée de ce programme ? Faire en sorte que les établissements signataires bénéficient d’un
gain d’image, attirant les meilleurs professeurs et les étudiants les plus motivés, puissent réduire leurs coûts, aient plus de facilité à obtenir des fonds ou
à contracter des prêts et donc plus de facilité à engager d’autres projets
encore plus innovants.
http://www.presidentsclimatecommitment.org
ALIMENTATION
DES LOCAVORES SUR LES CAMPUS
En moyenne les aliments contenus dans une assiette américaine parcoureraient… 2 400 km. C’est de ce constat aberrant qu’est née la communauté
des locavores, des consommateurs qui ne mangent que des denrées produites à moins de 300 kilomètres. Respecter les saisons, relancer l’agriculture
locale et réduire son empreinte écologique : voilà le credo de ces alterconsommateurs. Si ce mouvement peine encore à émerger en France, il a
pris une telle ampleur aux Etats-Unis que même les universités s’y mettent.
En 2006, 21,7 % des aliments servis à l’Université de l’Etat d’Arizona provenait de moins de 300 kilomètres et 56 fournisseurs de l’Université étaient
situés dans les états limitrophes à l’Arizona. Cette même université dispose
également d’un potager géant entretenu par des volontaires et qui fournit
des fruits et légumes au service de la restauration. A Harvard les aliments
95
produits localement représentent 25 % du total et des mesures ont également permis de réduire le volume des déchets alimentaires de 57 %. Mais
la palme va sans doute à l’Université de McGill au Canada qui fait tous les
efforts possibles pour réduire les emballages inutiles des plateaux-repas,
pour proposer des verres réutilisables (une réduction de 0,20$ est offerte
aux étudiants qui viennent avec leur tasse réutilisable) quand ils ne sont pas
en papier de post-consommation (les verres en polystyrène ont été complètement bannis du campus). En plus des aliments équitables, biologiques et
des repas végétariens, les œufs consommés à McGill proviennent de poules
élevées en liberté et un projet de produits de la mer durable est actuellement à l’étude. Les services alimentaires de McGill s’approvisionnent chez 14
producteurs locaux et 90 % des produits de saison consommés sont également locaux.
http://sustainable.mcgill.ca
BÂTIMENT
DES BÂTIMENTS SOUS DIAGNOSTIC
La consommation annuelle des établissements de l’enseignement supérieur
américain équivaut à 10 tonnes de GES par étudiant et par an, 92 % de cette
consommation étant due aux consommations des bâtiments. Pour rendre
perceptible cette consommation invisible car diffuse et fondue dans notre
quotidien (appareils électroniques, chauffage, éclairage, etc.), des ingénieurs,
éducateurs et graphistes américains de Lucid Design Group ont développé il
y a 5 ans le Building Dashboard, un tableau de bord de mesure et visualisation en temps réel des consommations d’eau, de gaz et d’électricité, mais
aussi de la production d’énergies vertes. Récompensé à plusieurs reprises
par l’Agence de Protection de l’Environnement américaine, ce système est
utilisé depuis 2005 par Oberlin College, qui dispose d’un site Internet dédié
à ce projet, ainsi que de bornes à écran tactile disposées à plusieurs endroits
du campus pour informer en temps réel des performances de certains bâtiments. Quatorze établissements parmi les plus prestigieux des Etats-Unis en
96
sont déjà équipés et le mouvement gagne les campus canadiens. Le principe
est accessible à tous, puisqu’il exprime la consommation électrique en watts,
en émissions de CO2 voire même directement en espèces sonnantes et trébuchantes, et la consommation en eau en bouteilles ou en minutes de
douche. Il est même possible d’ajouter des applications comme les conditions météorologiques du jour, c’est le cas à l’Université de Harvard. Mais
permettre la visualisation de la consommation et de la production de ressources n’est pas le seul objectif du Building Dashboard : l’objectif ultime est
évidemment de réduire les consommations et la seule installation du compteur, bien visible pour les occupants, déclenche une prise de conscience et un
changement de comportements qui réduisent déjà les consommations de 10
à 50 %. Certains vont plus loin et organisent des concours de sobriété énergétique entre les bâtiments universitaires équipés de compteurs, comme le
fait Oberlin College. Une façon d’agir sur les comportements des occupants,
en complément des travaux de rénovation ou de construction intégrant des
normes environnementales exigeantes.
http://www.oberlin.edu/dormenergy
97
> LEXIQUE
ADEME (Agence de l’Environnement et de
la Maîtrise de l’Energie)
Club Développement Durable des Etablissements et des Entreprises Publics
Etablissement public à caractère industriel et commercial,
placé sous la tutelle conjointe des ministères en charge de
l’Ecologie et du Développement Durable, de l’Aménagement
durable, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et
dont la mission est de susciter, animer, coordonner et réaliser des opérations ayant pour objet la protection de l’environnement et la maîtrise de l’énergie.
Regroupement d’une cinquantaine d’organismes publics
volontaires pour engager un processus de réflexion sur l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies de développement durable. Son objectif est d’échanger, de mutualiser et
de confronter les expériences et les pratiques.
Comité de pilotage
Le comité de pilotage est un groupe de personnes chargées
de veiller au bon déploiement d'un projet donné, par exemple une stratégie de développement durable, au sein d'une
structure (entreprise, établissement, entité locale…).
Agenda 21
Programme commun pour le 21ème siècle, adopté en 1992
à la Conférence de Rio par 178 pays. A partir d’un plan d’action, il appartient ensuite à chaque état signataire d’intégrer
ses principes (équité sociale, efficacité économique, viabilité écologique) dans ses textes réglementaires, de même
que les autres acteurs publics ou privés peuvent l’adapter
librement : on parle d’Agenda 21 d’entreprise, local ou
encore scolaire.
Comité 21 (Comité Français pour l’Environnement et le Développement Durable)
Méthode développée par l’ADEME pour comptabiliser les
émissions de gaz à effet de serre à partir de données facilement disponibles. L’objectif est de parvenir à une bonne
évaluation des émissions directes ou induites par une activité ou une structure donnée.
Association à but non lucratif qui a pour mission de faire
vivre l’Agenda 21, programme d’actions en faveur du développement durable pour le 21ème siècle. Réunit autour de
4 collèges (économie responsable, territoires durables, éducation au développement durable et coopération euro méditerranée) et de 400 membres, le Comité 21 accompagne ses
adhérents dans la mise en œuvre du développement durable, favorise la mutualisation de l’innovation, est force de
propositions, conçoit et publie des ouvrages et organise des
rencontres-débats.
Charte de la Diversité
Covoiturage
Cette charte élaborée en 2004 par Claude Bébéar et Yazid
Sabeg invite les entreprises à garantir la promotion et le
respect de la diversité dans leurs effectifs. En la signant, les
entreprises s’engagent à lutter contre toute forme de discrimination et à mettre en place une démarche en faveur
de la diversité.
Système de transport alternatif consistant à mutualiser l’utilisation d’une seule et même voiture entre plusieurs individus qui auraient en temps normal utilisé leur propre voiture.
Ce partage d’un véhicule permet d’effectuer ensemble un
même trajet afin de limiter les dépenses en carburant, l’engorgement routier, les émissions de Gaz à Effet de Serre et
offre une manière plus conviviale de se déplacer.
Bilan Carbone®
98
Déchets d’Equipements Electriques et électroniques (DEEE)
objectif est d’élaborer et de diffuser des lignes directrices
(génériques et sectorielles) pour aider les entreprises à produire des rapports de développement durable, qui couvrent
tous les enjeux sociaux et environnementaux pertinents et
soient de surcroît comparables d’une entreprise à l’autre.
Les DEEE sont en pratique issus des gros et petits matériels
électroménager, des matériels d’éclairage, des outils électriques et électroniques… parvenus en fin de vie. La directive Européenne 2002/96/CE rend obligatoire la valorisation
des DEEE, qui ont pour caractéristique de contenir des substances souvent hautement dangereuses pour l’environnement, et instaure le principe de la responsabilité du
producteur (principalement par le biais des écotaxes). Ce
sont les déchetteries ou les centres de valorisation qui ont
en charge la remise en état et la vente de certains matériels, ou encore le recyclage ou la valorisation de ces
déchets.
ISO
Les normes ISO (International Standard Organisation) sont
des référentiels internationaux d’application volontaire,
dont l’objectif est de définir et de partager les bonnes pratiques (protocole de test, vocabulaire, mode de management et d’assurance qualité,…). Certains de ces référentiels
peuvent donner lieu à des certifications, c’est-à-dire qu’un
tiers externe, dûment habilité, vérifie qu’une entreprise ou
un produit est bien conforme aux exigences de la norme
revendiquée. Les normes ISO 14001 concerne plus particulièrement la gestion de l’environnement au sein d’une entreprise ou d’un site industriel.
Démarche Haute Qualité Environnementale
(HQE)
Démarche qui consiste à intégrer dans un projet de
construction ou de rénovation d’un bâtiment des exigences
de développement durable répertoriées sur 14 cibles. Pour
être éligible à la certification, le bâtiment devra avoir intégré au minimum 2 cibles en niveau « très performant », 4
cibles en niveau « performant » et les 8 autres en niveau
réglementaire dit « base ». Le système américain équivalent
est le Leadership in Energy and Environmental Design
(LEED).
Label/Ecolabel
Un label est une marque collective, signe de qualité officielle attestant d’un avantage significatif apporté par un
produit au consommateur. Le label est délivré suite à une
procédure de certification qui se fait sur la base d’un référentiel.
Les écolabels doivent permettre aux consommateurs d’identifier les produits qui répondent à des exigences en matière
environnementale. Deux écolabels officiels sont délivrés en
France : la Marque NF Environnement et l’Ecolabel européen. Leurs exigences sont fixées pour chque catégorie de
produits après une étude du cycle de vie des produits :
extraction des matières premières, production, distribution,
utilisation et fin de vie (élimination ou recyclage).
Développement durable
Défini par la Commission Brundtland en 1987 comme « un
développement qui permet aux générations présentes de
satisfaire leurs besoins sans remettre en cause la capacité
des générations futures à satisfaire les leurs ».
Gaz à Effet de Serre (GES)
Gaz qui par leurs propriétés physiques permettent la vie sur
Terre en maintenant une température suffisamment élevée
pour que des organismes vivants se développent. Leur
concentration très importante depuis l’ère industrielle et la
croissance exponentielle des activités humaines en font l’un
des principaux responsables du réchauffement climatique.
Pacte Mondial (Global Compact)
Initiative lancée en 1999 au Forum Economique Mondial de
Davos, en Suisse, par l’ancien Secrétaire Général des
Nations-Unies, Kofi Annan ; ce code de conduite invite les
organisations – entreprises comme établissements scolaires
– à adopter, soutenir et appliquer dans leur sphère d’influence, de manière volontaire, un ensemble de dix principes fondamentaux dans les domaines des droits humains,
des normes de travail, de l’environnement et de la lutte
contre la corruption. Tous les signataires de ce Pacte sont
tenus de présenter chaque année le bilan de leurs progrès,
avec détail d’une action au moins. Depuis peu, les signataires ne respectant pas cette obligation peuvent être exclus
du Pacte Mondial.
Global Reporting Initiative (GRI)
Initiative internationale à laquelle participent des entreprises, des ONG, des cabinets de consultants, des universités pour élaborer des règles encadrant la communication
sur la performance sociale et environnementale des entreprises et organisations engagées sur le développement
durable. Lancée par une ONG américaine en 1997, son
99
premiers rapports de développement durable d’établissements scolaires sont américains et datent de la fin des
années 1990 - alors que la tendance est très récente en
France. Le rapport de développement durable s’adresse à
l’ensemble des publics de l’organisation pour rendre des
comptes sur les aspects sociaux et environnementaux de
ses activités.
Parties prenantes
Personnes, communauté ou organisation influant sur les
activités d’une structure ou concernées par celle-ci. Les parties prenantes peuvent être internes (exemples pour un
campus : personnel, étudiant) ou externes (fournisseurs,
communauté locale).
Plan de Déplacements (PD)
Réseau Français des Etudiants pour le Développement Durable (REFEDD)
Ensemble de mesures visant à optimiser les déplacements
liés aux activités d’un site (école, campus, entreprise,…) en
favorisant l’usage des modes de transport alternatifs à la
voiture individuelle : transports en commun, vélo, covoiturage, etc.
Rassemblement d’associations étudiantes qui œuvrent pour
le développement durable, créé fin 2007. Son objectif est
d’enrichir les savoirs et les pratiques de chacun en favorisant le dialogue entre les associations étudiantes par le biais
de rencontres, d’échanges et de formations.
Plan Local de Déplacement (PLD)
Document de planification qui permet de mieux organiser
les transports, la circulation et le stationnement sur un territoire donné et de le desservir durablement.
Responsabilité Globale
Projet pédagogique proposé par Companieros, dont l’objectif est de sensibiliser les étudiants des Grandes Ecoles et
les futurs managers à l’insertion professionnelle des personnes handicapées.
Terme utilisé par la Confédération des Grandes Ecoles pour
désigner la démarche par laquelle un campus, en interaction avec ses parties prenantes, intègre les dimensions
sociales, environnementales et économiques dans ses décisions et son développement, renforçant sa performance et
le bien-être de la société toute entière. En pratique, ce terme
est interchangeable avec le terme de RSE (responsabilité
sociale et environnementale) ci-dessous.
Projet Solar Generation ou opération Campus Vert
Responsabilité Sociale des Entreprises ou
des Etablissements (RSE)
Programme Handimanagement
Déclinaison des principes du développement durable à
l’échelle de l’entreprise. Voir la définition ci-dessus de la Responsabilité Globale, avec lequel ce terme est interchangeable.
Projet initié par Greenpeace ayant pour objectif de mobiliser les étudiants dans la lutte contre le réchauffement climatique, en les incitant à réduire leur impact individuel sur
le climat et surtout agir collectivement et concrètement en
faveur du développement des énergies renouvelables et des
économies d’énergie sur leur campus.
Rapport de développement durable
Rapport publié régulièrement et le plus souvent volontairement par les organisations sur les objectifs de leur démarche
de développement durable mais aussi sur les progrès réalisés et ceux restant à accomplir. En France, les entreprises
cotées sont contraintes à la publication d’informations sur
leur performance sociale et environnementale depuis la loi
sur les Nouvelles Régulations Economiques en 2002. Les
100
> PRÉSENTATION DE L’INITIATIVE
CAMPUS RESPONSABLES
1. QU’EST-CE QUE CAMPUS RESPONSABLES ?
• Une initiative de mobilisation et d’engagement des
Grandes Écoles et des Universités françaises lancée en
septembre 2006 autour d’un objectif : inciter et aider les
établissements qui forment les dirigeants de demain à
intégrer progressivement le développement durable à leurs
programmes permanents d’enseignement et de recherche
ainsi qu’à leurs activités administratives.
• Une initiative de l’agence d’information positive Graines
de Changement, co-fondée par Elisabeth Laville (par
ailleurs fondatrice d’Utopies, reconnue comme l’agence pionnière dans le conseil en
développement durable), avec des partenaires comme WWF, Comité 21, Cart’Com, Max
Havelaar, Climat Mundi, Fac Verte, Solar Generation, Éco-École, Mobility Plus et la
Coalition Jeunesse Sierra.
2. QUELS SONT LES ÉTABLISSEMENTS-MEMBRES ET PARTENAIRES
DE LA CAMPAGNE À CE JOUR ?
• Après deux ans d’existence, l’initiative rassemble désormais 24 établissements
membres dont 17 écoles et 7 universités dans toute la France :
+ Grandes écoles de commerce : Ecole de management de Strasbourg, BEM
Management School, ESC Brest, ESCEM Tours Poitiers, ESC Rouen, Sup de CO
Montpellier, ESC Clermont, ESSCA Angers, EUROMED Marseille, HEC, ISEAM,
Reims Management School, ESCP-EAP ;
+ Grandes écoles d’ingénieurs : Ecole Centrale de Lyon, Ecole des Mines de
Nantes, SUPELEC ;
+ Universités du Havre, de Nantes, d’Angers, du Sud Toulon, de Bretagne
occidentale, Université technologique de Troyes, Université Professionnelle
René Cassin.
101
• Un comité de pilotage est composé de personnalités du développement durable,
parmi lesquels François Lemarchand, Pdg-fondateur de Nature & découvertes,
Dorothée Briaumont, Directrice Générale du Comité 21, et Daniel Lebègue, Président
de Transparency International.
3. QUELLES SONT LES ACTIVITÉS MENÉES DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE ?
• Création et enrichissement d’un site Internet d’outils et de ressources :
www.campusresponsables.com
• Réunions trimestrielles thématiques avec les membres et des experts externes.
• Mise à disposition d’outils pratiques accessibles à tous en ligne (actualisation mensuelle)
+ charte d’engagement de progrès en 7 points,
+ outils de sensibilisation des élèves et de tous : questionnaire, posters et
affiches, économiseurs d’écran « éco-gestes sur les campus », etc.
+ outils de diagnostic pour effectuer un état des lieux par thématique sur
votre campus : énergie, eau, déchets, alimentation, achats, espaces verts, etc.
+ guide pratique pour élaborer le rapport de développement durable de votre
campus,
+ questionnaire d’auto-évaluation de la performance de votre campus
+ bonnes pratiques & études de cas par thème,
• Communication externe de la campagne (site web, RP, pub) et valorisation des
démarches des établissements membres
• Publication annuelle du « Guide des Campus Responsables » faisant un point sur les
démarches de développement durable des campus français
4. QUELS SONT LES PRINCIPAUX POINTS DE LA CHARTE « CAMPUS RESPONSABLES » ?
• La charte d’engagement d’amélioration continue signée par les membres de
l’initiative porte sur 7 domaines d’action :
+ l’engagement stratégique et la sensibilisation des parties prenantes
+ l’intégration du développement durable à l’enseignement et la recherche
+ le soutien des étudiants intéressés par ces questions
+ la gestion des impacts environnementaux du campus (bâtiments,
restauration, transports, etc.)
+ l’exemplarité et la transversalité dans la gestion
+ e dialogue avec les parties prenantes
+ la communication transparente et régulière sur les progrès réalisés et les
difficultés rencontrées
POUR DEVENIR MEMBRE DE L’INITIATIVE ET APPRENDRE DES EXPÉRIENCES
LES PLUS AVANCÉES, CONTACTEZ-NOUS :
• par e-mail : [email protected]
• par téléphone : 01.40.29.43.00
• via notre site Internet : www.campusresponsables.com
102
> REMERCIEMENTS
À la Conférence des Grandes Ecoles (CGE), partenaire l’an dernier dans l’élaboration
du référentiel d’auto-évaluation, et cette année dans la diffusion du questionnaire.
Au Comité 21 et au REFEDD d’avoir également diffusé le questionnaire auprès des
campus et étudiants engagés dans leur réseau.
Aux établissements ayant répondu au questionnaire d’auto-évaluation, et tout particulièrement à ceux, enseignants, membres du personnel administratif ou étudiants,
qui s’investissent bénévolement pour faire progresser le développement durable dans
leur établissement.
Aux partenaires et notamment à l’Usine Nouvelle pour faire connaître encore plus largement l’initiative Campus Responsables ainsi qu’à la Caisse des Dépôts et Consignations pour son appui financier et technique à la réalisation de ce guide.
À Charlotte Reydel, qui a été, en 2008, la chargée de mission de cette campagne et
à Elodie Rochel qui a pris sa suite.
Et merci d’avance à vous, lectrices et lecteurs, de parler autour de vous de ce Guide
et de convaincre votre Direction de participer à l’édition 2009 !
VOTRE AVIS SUR CE GUIDE
Aidez-nous à améliorer le Guide des Campus Responsables en nous envoyant vos
suggestions par mail à [email protected]
LA PROCHAINE ÉDITION DU GUIDE DES CAMPUS
Pour enrichir en continu ce guide et inciter les campus à renforcer leurs démarches
en faveur du développement durable, faites circuler ce guide et n’hésitez pas à nous
contacter. Une prochaine édition à jour sera publiée en 2010.
103
104
Conception et réalisation graphique : www.julienboitias.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement