Mise en page 1

Mise en page 1
Le Bulletin
d’Information
de l’Ordre des
Mars
2010 M é d e c i n s d e T u n i s i e
N°32
Directeur de la publication
Taoufik NACEF
Editorial
Comité de rédaction
Mohamed ALOULOU
Mohamed Féthi DEROUICHE
Mohamed JOUINI
Slim BEN SALAH
Nabil BEN ZINEB
Amen Allah MESSADI
Mohamed AYED
Lotfi BEN HASSINE
Abdelhamid BOUATTOUR
SOMMAIRE
Incompatibilité, Litiges
Rendez-vous …………… a ne pas manquer
Secret professionnel et communication du dossier médical
Secret professionnel et communication du dossier medical : étude de cas
Le rabattage
Médecin et pratiques parallèles de soins : Aspects déontologiques
1
2
2
3
4
5
7
La pratique du contrôle et de la prévention du dopage: ce que le médecin doit savoir de
la réglementation
8
Lutte contre le dopage : aspects déontologiques
La pratique de l’imagerie médicale dans le secteur prive
Le principe de précaution : ses limites
Le principe de précaution oblige à exagérer la menace
Mise en place d’une stratégie de prévention de l’obésité
Respect de la chaîne du froid : pour les produits de santé
Mutuelle de la santé publique
10
10
14
15
16
16
17
Livret santé
17
Comite technique des médicaments
18
Assistants hospitalo-universitaires : Obligation d’exercer dans une région sanitaire
prioritaire
18
La formation des jeunes médecins est un devoir déontologique
La télémédecine
Cahier de charge des établissements sanitaires privés
19
19
20
Soins médicaux à des étrangers non-résidents (« Exportations des services de sante ») 21
Évaluation et accréditation des structures sanitaires
Tarification des actes dans le secteur privé (janvier 2010)
Nouveaux bureaux des conseils régionaux de l’ordre des médecins (crom)
Publications, revues : Vient de paraître
21
22
23
24
Mohamed Néjib CHAABOUNI
Najeh CHENITI
Rafik GHARBI
Rachid KAMOUN
Youssef LETAIEF
Mounir Youssef MAKNI
Collaborateurs
Mme Henda Zidi Chtioui
Mme Saliha Oubeidallah
A DRESSE
CNOMT, 16, Rue de Touraine 1002 Tunis
Tél: 216 71 792 736 - 71 799 041
Fax: 216 71 788 729 E-mail: [email protected]
Site: www.ordre-médecins.org.tn
EDITORIAL
1. Déchiffrer le contenu des notices (combien ça coûte ?) informant de la
composition, des indications, du mode d’emploi, des effets secondaires et
contre-indications des médicaments nécessite du temps et une bonne acuité
visuelle. Une fois la lecture achevée, la décision d’en consommer (ou d’en
conseiller l’usage) relève du cas de conscience… à moins de s’armer d’une
forte dose d’optimisme…. ou de scepticisme… ou simplement de bon sens.
Un des effets bénéfiques de la récente campagne anti-grippe est l’appel lancé
de façon réitérée pour le respect des règles d’hygiène élémentaire. Pour autant
payer 3 dinars 110 ml d’une solution - composée de 70% d’éthanol, 27% d’eau,
de glycérine + granulés de vitamines (?) + colorants – passe mal quand pour
le même prix, on peut se procurer …. plusieurs savonnettes.
(Lire dans ce numéro les deux articles consacrés au principe de la
précaution).
2. « Il est d’usage qu’un médecin soigne gratuitement ses parents proches, ses
confrères et les personnes à leur charge, les étudiants en médecine, le
personnel à son service, ses collaborateurs et auxiliaires directs et ses amis
intimes »... et bien évidemment sa propre personne.
Avec l’avènement de l’assurance maladie pour tous, ce grand classique de la
déontologie – dont l’application a, selon nos estimations, un impact peu
significatif sur les revenus du médecin – semble avoir vécu. On peut
simplement regretter qu’une fois de plus les aspects matériels prennent le pas
sur le symbole ! Veillons au moins à ne pas « décevoir » notre proche famille,
les étudiants en médecine ; faisons le premier pas vers nos confrères.
3. A la radio, un confrère (apparemment) médecin d’une équipe de football est
interrogé sur la santé d’un joueur vedette et sur les espérances de ce dernier
de reprendre rapidement les entraînements et la compétition. Le médecin
s’exécute: il fait le point sur l’état de l’articulation du joueur, détaille les
examens qui vont lui être faits, ne s’engage pas sur le pronostic.
On peut s’étonner d’un tel comportement car :
- D’une part livrer une information pouvant être utile à l’adversaire pourrait être
considérée comme étant une trahison (à moins qu’il ne s’agisse d’un
stratagème destiné à l’induire en erreur) ;
- D’autre part, se délier du secret professionnel est une faute déontologique,
même si le milieu sportif est une grande famille où règnerait une grande
transparence.
(Lire aussi dans ce numéro, les articles consacrés à certains aspects du
secret médical ainsi que les mises au point concernant le dopage).
4. Lu, une inscription à la peinture rouge sur les murs de la médina de Tunis:
elle dit en substance « maudits soient les ancêtres de celui qui jette ses ordures
dans la rue ». L’effet est spectaculaire ; la voie est propre. Ainsi une injonction
anonyme, faisant référence aux valeurs morales, sociales, écologiques et
esthétiques du vivre ensemble serait plus efficace que la crainte des foudres
des lois/codes/chartes… Une source d’inspiration pour la révision du code de
déontologie médicale … dont le texte pourrait être condensé en un seul article,
affiché dans toutes les structures de soins, à des endroits stratégiques ?
Proposition irréaliste… mais qui suscite une longue méditation.
1
Exercice médical : actualités
RENDEZ-VOUS ……………
A NE PAS MANQUER
INCOMPATIBILITE,
LITIGES
Au cours des semaines écoulées, les litiges entre
médecins se multiplient particulièrement dans le
secteur public de santé ; les relations
interpersonnelles se dégradent. Ces litiges
opposent des cadres, universitaires et/ou non
universitaires, qui, en raison des attributs –
maîtrise des techniques médicales, capacités
intellectuelles et qualités morales élevées,
comportement exemplaire – qu’on leur prête
habituellement sont des modèles pour les
générations d’apprenants. Les griefs sont souvent
réciproques.
L’Ordre des médecins, en sa qualité d’arbitre est
saisi. Il s’informe, écoute, analyse les versions des
faits – souvent contradictoires – données par les
acteurs et les témoins ; il tente de démêler
l’écheveau des évènements et des responsabilités,
principalement celle de l’évènement déclencheur
qui pourrait servir de fil conducteur. Y a-t-il une
victime «absolue» ? L’abus de pouvoir et le
caractère arbitraire, et non en rapport avec le
service, de telle ou telle décision sont-ils avérés ?
La stratégie de sortie de crise consiste le plus
souvent en appels lancés, à travers des canaux
multiples aux différentes parties auxquelles il est
demandé de faire preuve de bon sens (pas de
gagnant si le conflit se perpétue) et de sagesse (se
concentrer sur l’essentiel, ne pas dégrader le
«modèle») pour trouver une solution interne à la
profession qui restaure la confiance, l’esprit
collectif et le travail en équipe ; c’est-à-dire un
leader (modèle ? icône ?), équitable, empathique,
des «partenaires» responsables de leur partition ;
une équipe soudée dont toute l’énergie est
focalisée sur la concrétisation d’objectifs
professionnels définis en commun, la confiance
des malades, la reconnaissance par/de la société,
la réputation du service, la promotion de la science
et de la transmission des savoirs, un respect
mutuel.
Ce qui n’interdit pas la véhémence du verbe et les
effets de manche - qui font partie de la «culture»
des médecins - mais doivent être confinés «intramuros» . L’expérience montre que toute alternative
de règlement des litiges autre que le consensus
interne aggrave les rancœurs (les»plaies» de l’âme
sont longues à cicatriser), éloigne l’échéance
d’une solution équitable, déstabilise l’organisation
des services, divise la corporation et altère son
image auprès des autres professionnels et du
public.
«Les médecins doivent entretenir des rapports de
bonne confraternité ; ils se doivent une assistance
morale… il est interdit de calomnier un confrère,
de médire de lui ou de se faire l’écho de propos
susceptibles de lui nuire …»
M …… est reçu à sa demande par un Conseiller de l’Ordre :
54 ans, «docteur» (7 ans d’études supérieures : autant qu’en
médecine), de l’humour (ce qui lui permet de prendre de la
hauteur et facilite l’entretien), léger embonpoint (BMI
«estimé» à 21), mais, selon la formule consacrée, l’allure
encore «sportive».
Il fait la déclaration suivante : son médecin traitant
cardiologue lui ayant prescrit une épreuve d’effort, rendezvous est pris auprès de la clinique disposant du matériel (up
to date) nécessaire à cet examen. Le médecin traitant est
informé. A la date et à l’heure – matinale – convenus, M … ,
un peu angoissé, à jeun (?) signale sa présence au personnel
du service d’explorations cardio-vasculaires de la clinique.
Ce n’est que trois heures plus tard qu’il est appelé. Entre
temps, son angoisse, son désappointement et ses doutes
(concernant la qualité des soins surtout s’ils sont mis en …..
équation avec la somme déboursée) ont été alimentés :
- par des allées et venues – qu’il qualifie de «browniennes» de blouses blanches … dont certains tabacomaniaques ;
- un déplacement de l’appareillage d’examen vers les étages
(une urgence hospitalière ?) ;
- une discussion animée entre médecins (selon ses dires) ;
- ses appels téléphoniques à sa famille, pour la rassurer, et à
l’établissement où il travaille pour aménager ses tâches.
Le médecin traitant Dr X ….. reçu à l’Ordre, confirme – d’une
certaine façon – les soupçons et dires du malade ;
- le rendez-vous (jour, heure) est donné à titre indicatif car
plusieurs médecins spécialistes fréquentent en même temps
le service d’exploration cardio-vasculaire ;
- il arrive régulièrement que des patients soient défaillants,
ce à quoi il est pallié par un (léger) surbooking ; de sorte que
pour ne désobliger personne, c’est le système «premier
arrivé, premier servi», qui a cours et ce à l’insu du malade ;
- l’appareillage de mesure est très performant, il est
commun au service (externe) d’exploration et à
l’hospitalisation.
Le docteur X … propose de recevoir le malade pour
«communiquer» et lui expliquer (à posteriori ?) la situation…..
Commentaires :
Le médecin est tenu «d’agir avec correction et aménité
envers le malade» ; pour prévenir les récriminations, il doit
développer ses capacités d’empathie et d’écoute.
La défaillance de la communication (pour l’annonce du
diagnostic, du pronostic, des tarifs, de l’organisation), est un
argument de plus en plus fréquemment évoqué dans les
plaintes des patients ; il doit nous interpeller même si parfois
il est réfutable. A ce propos, il est utile de rappeler cette règle
générale de la communication : un faible pourcentage de ce
que «l’émetteur» d’un message dit (on croit avoir dit) est
retenu par le vis-à-vis.
Enfin la «communication» n’est pas une panacée universelle ;
elle ne peut pallier les défaillances de l’organisation surtout si
celles-ci se chronicisent.
2
Exercice médical : aspects déontologiques
SECRET PROFESSIONNEL ET COMMUNICATION DU DOSSIER MEDICAL
Dossier préparé avec Maître Ahmed Ben Mansour
avocat–conseil de l’Ordre des médecins
Depuis quelques temps, l’ordre des médecins de Tunisie
public ou privé n’enlève rien à ses devoirs
professionnels et en particulier à ses obligations
concernant le secret professionnel et l’indépendance de
ses décisions.... ».
Article 78 « Les renseignements d’ordre médical
contenus dans les dossiers médicaux établis par les
médecins salariés, ne peuvent être communiqués ni
aux personnes autres que le médecin responsable du
service médical ni à une autre administration »
Article 81 «Outre le respect du secret professionnel, le
médecin du travail est tenu dans l'exercice de ses
fonctions de respecter scrupuleusement le secret de
fabrication et en général les procédés d’exploitation ...».
est confronté à des requêtes de plus en plus nombreuses,
et qui touchent au domaine du secret médical. C’est ainsi
que des demandes de communication de dossiers
médicaux ou d’informations relatives à l’état de santé de
certaines personnes, sont présentées aux praticiens,
généralement, à l’occasion de conflits successoraux ou de
conflits d’autre nature (conflits d’intérêts par exemple).
Les pétitionnaires demandent aux médecins qui se sont
occupés des individus objet de leur requête (parents ou
personnes avec lesquelles les pétitionnaires ont des
intérêts) une communication de leurs dossiers médicaux
ou une information, souvent très importante, sur leur état
de santé, pendant une période déterminée ou
indéterminée.
Le médecin s’adresse alors à l’Ordre pour le conseiller et
l’aider à trouver une solution pour concilier l’obligation de
respecter le secret médical et la demande relative à la
communication du dossier ou d’une information, si
minime qu’elle soit, sur l’état de santé d’une autre
personne.
Cette première difficulté peut être doublée par une autre.
Le pétitionnaire appuie sa demande par une décision
juridictionnelle ; il s’agit dans la majorité des cas d’une
ordonnance sur requête (décision d’un juge unique).
Cette situation pose deux problèmes : le premier consiste
en la conciliation entre la communication du dossier
médical et l’obligation de garder le secret médical ; le
second réside dans l’accommodement entre respect des
décisions juridictionnelles (exécution) et respect du secret
médical.
1.2. Le code pénal réserve quant à lui l’article 254 à la
révélation du secret médical « Les médecins, chirurgiens
et autres officiers de santé ainsi que les pharmaciens, les
sages femmes, et toutes autres personnes dépositaires,
par état ou profession, de secrets qu’on leur confie, qui,
hors le cas où la loi les oblige ou les autorise à se porter
dénonciateurs auront révélé ces secrets, seront punis d’un
emprisonnement de 6 mois et d’une amende de 120
dinars.
Toutefois, les personnes ci-dessus énumérées, sans être
tenues de dénoncer les avortements jugés par elles
criminels dont elles ont eu connaissance à l’occasion de
l’exercice de leur profession, n’encourent pas, si elles les
dénoncent, les peines prévues au paragraphe précèdent;
citées en justice pour une affaire d’avortement, elles
demeurent libres de fournir leur témoignage à la justice
sans s’exposer à aucune peine ».
1.3. Des dispositions éparses incitent ou obligent les
médecins à « dénoncer » certaines maladies : à titre
d’exemple l’article 7 de la loi 92-71 du 27 Juillet 1992,
relative aux maladies transmissibles, telle qu’elle a été
modifiée et complétée par la loi n° 2007-12 du 12 février
2007 qui stipule « La déclaration des maladies prévues à
l’article 3 de la présente revêt un caractère obligatoire.
Elle est faite aux autorités sanitaires par tout médecin ou
biologiste qui les diagnostique ou qui en a pris
connaissance quelque soit son statut ou son mode
d’exercice et ce selon des conditions et des formes fixées
par décret. Cette déclaration doit être faite conformément
à un modèle fixé par arrêté du ministre chargé de la santé
publique ».
1. Fondements juridiques du secret médical :
Le domaine du secret professionnel en général et du
secret médical en particulier est mal exploré. Quelle serait
l’attitude d’un médecin en face d’une demande de
communication d’un dossier médical ? C’est la question
à laquelle il nous est demandé de répondre à la lumière de
ce que prescrit la loi.
1.1. C’est ainsi que le code de déontologie médicale
(décret 1155 du 17 mai 1993) prévoit, dans plusieurs articles, des dispositions se rapportant au secret médical.
Article 8 :« Le secret professionnel s’impose à tout
médecin sauf dérogations établies par la loi ».
Article 9 : « Le médecin doit veiller à ce que les
personnes qui l’assistent dans son travail soient avisées
de leurs obligations en matière de secret professionnel
et s’y conforment ».
Article 74 al « Dans la rédaction de son rapport, le
médecin expert ne doit révéler que les éléments de
nature à fournir les réponses aux questions posées dans
la décision qui l’a nommé.
Hors de ces limites, le médecin expert doit taire ce qu’il
a pu apprendre à l’occasion de sa mission ».
Article 75 « Le fait pour un médecin d’être lié dans son
exercice professionnel par un contrat ou un statut à une
administration, une collectivité ou tout autre organisme
I.4. Quant à la jurisprudence en la matière, elle est rare,
pour ne pas dire qu’elle fait défaut. Même si elles existent,
les décisions juridictionnelles ne cernent pas toutes les
hypothèses ; certains cas restent à l’ombre, sans aucun
éclairage.
En conclusion, le secret médical doit être protégé et ne
doit être divulgué que si le législateur autorise la
communication du dossier médical ou de l’information et
ce dans l’intérêt général (cas de loi n° 92-71 du 27 Juillet
1992 relative aux maladies transmissibles telle qu’elle a
été modifiée et complétée par la loi n° 2007-12 du 12
février 2007).
2
3
Exercice médical : aspects déontologiques
2. Demande de communication du dossier médical formulée par décision de justice
Elle est fondée sur trois principes :
• la conciliation entre le respect du secret médical et le
respect des décisions juridictionnelles
Le médecin qui reçoit une ordonnance sur requête ne doit
pas répondre directement au pétitionnaire. Il doit
s’adresser directement au juge qui a pris la décision pour
lui rappeler qu’il est tenu par le secret médical.
Toutefois si l’information intéresse une affaire « enrôlée »
et que le juge réitère sa réquisition justifiée par un intérêt
d’ordre public, le médecin doit adresser au tribunal un
rapport succinct sans déborder sur d’autres questions que
le(s) sujet(s) sur lesquels il est requis d’apporter une
réponse.
• la préservation du dossier médical c-à-d éviter tout
accès direct aux dossiers médicaux.
Ce principe est en relation avec le précédent. Il en résulte
que les demandes de communication de dossiers
médicaux, en cas d’acceptation, ne doivent jamais
reproduire le dossier médical de façon intégrale.
L’expertise médicale pourrait suppléer la communication
directe du dossier médical.
• la protection des intérêts des membres de la famille du
dé cujus (en cas du décès d’une personne) ou de
l’incapable (en cas de mineur, ou majeur incapable) et le
cas échéant les intérêts des tiers.
Le but de l’ordre est d’éviter que la communication du
dossier médical soit la cause de conflits familiaux ou
sociaux ou soit un moyen pour provoquer des conflits.
Enfin l’Ordre des médecins préfère I’expertise collégiale à
tout autre moyen qui gênerait l’action du praticien et
troublerait son exercice.
Quid de la demande de communication du dossier
médical appuyée par une ordonnance sur requête ?
2.1. La problématique
De prime abord nous sommes confrontés à une situation
complexe: d’une part, une demande de divulgation du
secret médical ; d’autre part une décision juridictionnelle
que nous sommes obligés d’exécuter.
S’agissant de la communication du dossier médical, le
médecin peut opposer le principe du respect du secret
professionnel, autrement dit le secret médical et ce
conformément à ce qui a été dit.
S’agissant de la décision juridictionnelle, la difficulté est
aplanie par le juge lui-même. Dans la plupart des cas le
juge auteur de la décision assouplit sa décision en demandant au praticien de respecter les procédures légales
( WO≤u≤UI∞« ‹«¡«d§ô« ). Il s’ensuit que le juge n’oblige pas le
praticien à enfreindre au principe du respect du secret
médical ; il lui laisse la liberté d’agir.
Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que l’ordonnance
sur requête est détenue par le bénéficiaire qui va tout
tenter pour la faire exécuter.
2.2. « Jurisprudence » de l’Ordre
L’ordre des médecins a essayé de répondre à toutes les
questions soulevées et de concilier (dans ses réponses
aux médecins qui ont demandé un éclairage) le principe
du respect du secret médical et l’obligation d’exécuter les
décisions juridictionnelles. Cette initiative de l’ordre des
médecins a constitué une pratique. La répétition de cette
dernière l’a transformé en une jurisprudence.
SECRET PROFESSIONNEL ET COMMUNICATION DU DOSSIER MEDICAL :
ETUDE DE CAS
avocat ; ces derniers insistant pour obtenir un certificat
détaillé et un avis, quant aux capacités du de cujus de
s’engager et de gérer ses biens.
CAS 1 : LE MÉDECIN, LE JUGE ET LE
PETITIONNAIRE
Mr Z…… décède ; certains des héritiers contestent ses
« dernières volontés » concernant le partage de ses biens.
Ils arguent du fait que celles-ci ont été exprimées sous
influence, le défunt ayant perdu au moment de les
formuler ses capacités intellectuelles et ses facultés de
discernement. Pour étayer leurs accusations, ils adressent
une requête au tribunal dans laquelle ils demandent à ce
dernier d’autoriser les médecins traitants de Mr Z….. à leur
délivrer un rapport de santé :
- décrivant en détail l’état du décédé pendant la période
précédant sa mort ;
- précisant si cet état était la cause de sa mort ;
- répondant à la question suivante : « son état mental et
psychique lui permettait-il de s’obliger et de gérer ? »
Commentaires :
La jurisprudence médicale est fondée sur trois principes :
1. la conciliation entre respect du secret médical et
respect des décisions juridictionnelles.
Le médecin qui reçoit une ordonnance sur requête ne doit
pas répondre directement au pétitionnaire ; il doit s’adresser au juge qui a pris la décision et ne jamais aller au delà
de ce qui lui est ordonné, ni interpréter largement la
demande du juge. Il doit rappeler qu’il est tenu par le
secret médical. S’il s’agit d’une affaire enrôlée et que le
tribunal réitère sa réquisition justifiée par un intérêt
d’ordre public, le médecin doit adresser au tribunal un
rapport succinct sans déborder sur d’autres questions.
2. la « protection du dossier médical » ce qui implique
d’empêcher l’accès direct de ce dossier aux tiers (sauf s’il
s’agit d’un médecin expert – sur réquisition – en se
limitant strictement aux injonctions écrites du juge)
Ce principe est en relation avec le précédent. Il en résulte
que la réponse à la demande de communication d’un
En réponse à cette requête, le juge ordonne à chacun des
praticiens de fournir (seulement) aux demandeurs « un
rapport sur l’état du père avant sa mort, tout en veillant au
respect des procédures légales ».
Les médecins obtempèrent à l’ordonnance du juge, ce qui
provoque les protestations des pétitionnaires et de leur
4
Exercice médical : aspects déontologiques
.. œb´ WC¥dF∞« vK´ Ê–ù« rJGOK∂¢ dC∫± vK´ U∂OIF¢
dossier médical, en cas d’acceptation de la réquisition du
tribunal, ne concerne que les seuls éléments de ce dossier
en rapport avec l’objet de la réquisition.
3. la protection des intérêts des membres de la famille du
de cujus (en cas de décès d’une personne) ou de
l’incapable (en cas de mineur, ou majeur incapable) et le
cas échéant les intérêts du tiers.
La communication du dossier médical ne doit pas être la
cause de conflits familiaux ou sociaux ou un moyen pour
provoquer des conflits.
Conclusion
Lorsqu’il est investi d’une mission d’expertise, « le médecin ne doit révéler dans son rapport que les « éléments de
nature à fournir les réponses aux questions posées dans la
décision qui l’a nommé. Hors de ces limites le médecin
expert doit taire ce qu’il a pu apprendre à l’occasion de sa
mission ».
Ce qui requiert une lecture attentive des termes de la
requête (condition d’une réponse pertinente), parfois du
courage et de la « distance » (pour résister aux pressions
extérieures et à ses propos inclinaisons).
rOJ∫K∞ Ê–ùU° " oKF∑L∞«Ë.. .. Œ¸RL∞«..
w∂© d¥dI¢ s± V∞UD∞« sOJL∑°...............................
V∂ßË Áb∞«Ë tM± w≤UF¥ ÊUØ Íc∞« ÷dL∞« WFO∂© tO≠ ÕdA¥
".…U≠u∞«
nKL∞« s´ d¥dI∑° ÷¸UF∞« b± sJL¥ ô t≤« rJ±ö´S° ·dA¢√
p∞–Ë .....................................Âu•dLK∞ w∫B∞«
:WO∞U∑∞« »U∂ßú∞
w∂D∞« dº∞U° Õu∂∞« Êu≤UI∞« dπ∫¥ 1.
dO∏¥ s¥dîü« ÊËœ W£¸u∞« b•√ q∂Æ s± w∂D∞« nKL∞« VK© 2.
.WOBª® dO¨ ÷«d¨_ qG∑º¥ UL°¸Ë qØUA± …b´
s± VKD°Ë wzUCÆ Ÿ«e≤ ‰öî d¥dI∑∞« r¥bI¢ sJL¥ 3.
WOLJ∫∞« WµON∞« fOz¸ »UM§ v∞« rKº¥Ë …bNF∑L∞« WLJ∫L∞«
CAS 2 : REQUETE DE JUSTICE
-.sOF±- dO∂î VO∂© o¥d© s´ Ë√ …d®U∂±
Le Docteur Z…. reçoit par voie d’huissier notification
d’une ordonnance ( WC¥dF∞« vK´ Ê–≈ ) émanant du tribunal de
première instance de …., lui enjoignant de fournir à la
demande d’un héritier un rapport détaillé relatif à la
maladie et à la cause du décès de l’un de ses patients.
Ci-contre, sa réponse à cette requête, et ce en tenant
compte des propositions que lui a fait l’Ordre des médecins dont il a sollicité le conseil.
LE RABATTAGE
(compte rendu de la réunion organisée par le CROM de Sfax le 9/6/2009)
Une réunion interprofessionnelle, organisée à l’initiative
du CROM de Sfax et à laquelle ont été conviés les représentants d’autres Ordres (pharmaciens, dentistes, avocats), a débattu du problème de rabattage.
Il s’agit d’un véritable fléau qui a pris, notamment à Sfax,
des proportions inquiétantes et extrêmement nuisibles à la
réputation et à la crédibilité des professionnels des secteurs susmentionnés. Etaient présents :
- le Conseil Régional de l’Ordre des Avocats représenté
par son Président Me Abdessatar YAICH
- le Conseil Régional de l’Ordre des Pharmaciens représenté par son Président Mr Ali BEN AMAR , son vice président Mme Rakia FOURATI-TRIKI et Mme Choumous
MZOUGUI-KALLEL
- le Conseil Régional de l’Ordre des Médecins Dentistes
représenté par son Président Dr Fethi ELLOUMI, son trésorier Dr Mohamed ELLOUMI
- le Conseil Régional de l’Ordre des Médecins représenté
par son Président Dr Abdeljelil GDOURA , son secrétaire
général Dr Hassen TURKI , son trésorier Dr Anouar
ABDELKEFI ,
- Le Conseil national de l’Ordre des médecins, représenté
par le Dr Mohamed ALOULOU vice Président, Dr
Mohamed Najib CHAABOUNI membre.
- un public nombreux et participatif.
Ci-dessous une présentation synthétique des interventions
et des propositions faites par les représentants des différentes catégories de professionnels présents.
Me A.YAICH (président du Conseil Régional de l’Ordre
des Avocats)
Avec le phénomène du rabattage, pour gagner bien sa vie,
l’impression est que la compétence passe au second plan.
Certains de nos confrères sont soupçonnés d’avoir
recours à des intermédiaires (large éventail de statuts et
de fonctions) pour le recrutement des clients ; toutefois, il
s’agit le plus souvent de présomptions. Les rabatteurs
«professionnels» sont identifiés par les autorités mais il est
difficile de prouver matériellement le délit.
Qu’à-t-on fait pour prévenir ces pratiques ? Les actions
mises en œuvre ont consisté à :
- sensibiliser les confrères (dont certains font preuve de
«tolérance» vis-à-vis des rabatteurs) au respect de
l’éthique professionnelle.
5
Exercice médical : aspects déontologiques
- informer le procureur de la République ; (il faut savoir
qu’une procédure pénale peut être intenté contre un
confrère en infraction).
- agir au niveau des hôpitaux (MSP)
- dénoncer par circulaire interne des confrères ayant été
l’objet de mesures disciplinaires pour rabattage.
Dr A. GDOURA Président du Conseil Régional de l’Ordre
des Médecins):
Les plaintes que nous recevons émanent le plus souvent
de confrères s’estimant lésés matériellement (concurrence déloyale !) ou moralement (atteinte à l’honorabilité
et à la dignité de la profession entière). Le confrère mis en
cause est invité pour une audition au conseil régional :
vérification de la matérialité des faits et du bien-fondé de
l’accusation qui est généralement basée sur des
arguments difficilement objectivables, simplement sur des
présomptions.
Des membres du CROM ont même fait l’objet de menaces
de la part de rabatteurs, craignant pour l’avenir de leurs
pratiques lucratives.
Le problème du rabattage fait périodiquement l’objet de
correspondances adressées aux autorités de la région et
d’interventions directes de l’ordre auprès de responsables
locaux. Ces interventions ont généralement un effet
immédiat spectaculaire qui s’épuise après un certain
temps, au terme duquel les «mauvaises habitudes»
reprennent.
Le Conseil National de l’Ordre des Médecins a été saisi de
toutes ces démarches et sollicité pour intervenir auprès
des Autorités Nationales
Mr A.BEN AMAR (Conseil Régional de l’Ordre des
Pharmaciens)
Trois exemples d’infractions, dénoncés à l’Ordre des
Pharmaciens, illustrent certains aspects du phénomène de
rabattage et de concurrence déloyale:
- les ordonnances provenant d’une clinique donnée sont
honorées dans une autre pharmacie, parfois très éloignée
de celle-ci mais dont le gérant est actionnaire de la
clinique,
- ristourne des labos installés dans les cliniques faite à la
clinique,
- réductions consentis à certains clients.
Malheureusement les confrères ne se plaignent pas et il
est difficile d’apporter des preuves concrètes.
Par ailleurs, il arrive que les malades soient orientés par
leur médecin traitant vers des pharmacies bien
déterminées soi-disant spécialisées dans certaines
préparations (de dermatologie ou de phytothérapie par
exemple). L’indication en est portée au verso de
l’ordonnance.
Le compérage médico-pharmaceutique se traduit aussi
dans la disponibilité uniquement dans certaines
pharmacies de médicaments de «commande ferme» ; des
produits pharmaceutiques, d’origine «Libyenne» seraient
également mis à la disposition des malades (vendus ?),
par certains cabinets médicaux.
Dr M. A. Aloulou, Dr M. N. Chaabouni (CNOM)
Le rabattage est une pratique qui ne connaît pas de limites géographiques et dont les acteurs sont le plus souvent
étrangers au monde de la médecine. Avec la complicité
et la reconnaissance – active ? passive ? – de certains
professionnels, ces intermédiaires sont devenus
incontournables en raison du contrôle qu’ils ont fini par
exercer sur des «circuits».
Les Autorités pourraient intervenir à trois niveaux :
- au niveau du Ministère de la Santé Publique pour
canaliser, orienter et protéger la clientèle étrangère venue
pour les soins en Tunisie;
- au niveau du Ministère du Tourisme, pour l’offre de
services hôteliers (confort et sécurité des visiteurs) ;
- au niveau du Ministère de l’Intérieur pour assurer la
sécurité et intervenir pour protéger nos professions des
intermédiaires dont le comportement peut être agressif ou
menaçant, vis-à-vis du médecin/du touriste, et même
entr’eux car la concurrence est sévère.
Dr F.ELLOUMI (Conseil Régional de l’Ordre des
médecins dentistes):
Le rabattage est un véritable cancer qui ronge la
profession Le malheur c’est que ce mal vient de nous.
Pour en «guérir», je propose de :
- revoir l’enseignement de la déontologie au niveau des
facultés,
- adresser une lettre de sensibilisation aux confrères leur
rappelant certains articles du code de déontologie, pour
leur «sortir de la tête» l’idée que la dichotomie et le
rabattage sont des pratiques incontournables qui
remplacent le «talent» et se substituent à la déontologie,
à l’éthique et à la solidarité professionnelle ;
- organiser une réception pour les nouveaux installés et
les informer des dangers de telles pratiques pour l’avenir
de la profession ;
- ne pas hésiter à sanctionner des confrères sur dossier
bien argumenté ;
- impliquer les autorités à travers une meilleure communication.
CONCLUSION :
Il a été décidé de :
-diffuser une circulaire commune à tous les professionnels
avec rappel des articles du code de déontologie de nos
professions respectives et des articles du code pénal (voir
dans ce numéro rappel d’articles du code pénal) relatifs à
cette infraction. Me A .Yaich se chargera de la préparation
de cette circulaire avec le concours des présidents des
autres Conseils ;
- informer les autorités ;
- préparer une réunion à la rentrée avec tous les professionnels pour rappeler la législation (code de déontologie,
code pénal …) ;
- informer nos conseils nationaux respectifs.
6
Exercice médical : aspects déontologiques
f≤u¢ ¡U∂©√ v∞≈ ¸uAM±
dO¨ WI¥dD° ’Uª®_« iF° ·d© s± rNNO§u¢ Ë ¡U≠ d∫∞« VKπ∞ WMNL∞« s´ W∂¥dG∞« d≥«uE∞« iF° wAH∑∞ «dE≤
.UNM± ‹öO±e∞« Ë ¡ö±e∞« b¥b´ ¸dC¢ Ë WOÆöî√ dO¨ Ë WO≤u≤UÆ
‹UO°œ_ WO≠UML∞« Ë WO´dA∞« dO¨ ‚dD∞« Ác≥ v∞≈ ¡U∂©_« iF° ¡uπ∞ Ê√ dØc¥ :¡U∂©_« …œULF∞ wM©u∞« fKπL∞« ÊU≠
dO¨ Wº≠UM± Ë lL∑πL∞« w≠ WMNL∞« WLOÆ Ë …¸uB∞ …¡Uß≈ q∏L¥ ¡U≠d∫∞« »öπ∑ß« w≠ VD∞« WMN± ‹UOÆöî√ Ë
vK´ …Ëö´ VO∂D∞« ‹U∂§«Ë WKπ± s± : 10-16-17-19-22-50 ‰uBH∞« Vº• WO∂¥œQ∑∞« …cî«RL∞« V§u¢ W´ËdA±
Íc∞« Ë öO∫¢ ¡U≠d∫∞« VK§ d§e° oKF∑L∞« 12/03/1942 w≠ Œ¸RL∞« d±_U° U≤u≤UÆ UNOK´ ’uBML∞« WOz«eπ∞« …cî«RL∞«
:vK´ hM¥
.W∫M§ d∂∑F¥ sO≤«uI° W∂¢d± …d• W´UMB∞ sO©UF∑± ’Uª®√ …bzUH∞ öO∫¢ ¡U≠d∫∞« »öπ∑ß«: ‰Ë_« qBH∞«
d®U∂± hª® qJ° r≥u≠dFO∞ ¡U≠d• s´ Y∫∂∞U° U¥œUO∑´« ÊuKG∑A¥ s± WHB∞« ÁcN° nB∑¥: w≤U∏∞« qBH∞«
.p∞– s´ «d§√ «uC∂Æ rN≤uØ ‹U∂£≈ ÂeK¥ Ê√ ÊËb° sO≤«uI° W∂¢d± ¡U≠d• W´UMB∞
Ë ÂU´ v∞≈ dN®√ Àö£ s± sπº∞U° Êu∂ÆUF¥ W∫Mπ∞« Ác≥ »UJ¢¸« rNOK´ X∂£ s¥c∞« ¸UH≤_« lOL§: Y∞U∏∞« qBH∞«
.WH∞UªL∞« w≠ ¡UØdA∞« vK´ o∂DM¢ UNºH≤ ‹U°uIF∞« Ë ,p≤d≠ ·ô¬ W£ö£ s± WODª°
‹«“ËUπ∑∞« W≠UØ s´ ‹uJº∞« ÂbF° p∞– Ë WMNL∞« ·dA° WKªL∞« ‹U߸ULL∞« Ác≥ b{ ·uÆu∞« ¡ö±e∞« qJ° VON¥Ë
…d≥U™ W±ËUI± lI¢ v∑• ÊU°ù« w≠ UN° …œULFK∞ ÍuNπ∞« fKπL∞« Âö´≈ Ë UN° ÊuLKF¥ Ë√ UN≤uM¥UF¥ w∑∞«
WOM©u∞« …œULF∞« ·d© s± tOK´ o≠«u± fÆUHB° ¡U∂©_« …œULF∞ ÍuNπ∞« fKπL∞« s± Õ«d∑ÆU°
.…dºLº∞«
MEDECIN ET PRATIQUES PARALLELES DE SOINS
ASPECTS DEONTOLOGIQUES 1
1Synthèse de la conférence prononcée par le Dr F. Derouiche aux 4èmes Journées nationales
de l’inspection médicale : Yasmine Hammamet 15, 16 et 17 décembre 2009.
Le terme de médecine(s) parallèle(s) recouvre un ensemble de produits et de pratiques qui font partie de l’arsenal
de ce que les uns appellent « médecine traditionnelle » ;
d’autres « médecine douce » ou « alternative ». Cette médecine n’est pas fondée sur une approche scientifique
expérimentale, systématique. Les prescriptions reposent
sur des savoirs, transmis à travers les générations, biens
communs à diverses cultures.
Plus de 120 « disciplines » entrant dans ce cadre peuvent
être inventoriées parmi lesquelles on peut citer :
- l’acupuncture, l’auriculothérapie ;
- le recours aux alicaments et aux compléments alimentaires;
- l’apithérapie, le traitement par piqûres d’abeilles ;
- l’aromathérapie ;
- la balnéothérapie, hydrothérapie ;
- la chiropraxie ;
-
l’hypnose ;
l’homéopathie ;
la luminothérapie ;
la massothérapie (massage Thaï, massage Indien,
Hawaïen etc.). ;
- la musicothérapie ;
- l’ostéopathie ;
- la phytothérapie ;
- le thermalisme ;
- la zoothérapie.
Selon certaines enquêtes sur la consommation médicale,
le nombre des patients ayant recours, de façon exclusive
ou en complément à l’allothérapie, à ces traitements n’est
pas négligeable. Ainsi et à titre d’exemple : 50% des
français ont recours à une médecine non conventionnelle
7
Exercice médical : aspects déontologiques
traitaient une grande variété de troubles par pose, au
cabinet, de ventouses et scarifications (de surcroît faites
sans respecter les règles d’asepsie), ou de ceux qui
prescrivaient des thérapeutiques alternatives onéreuses à
des cancéreux à un stade avancé de leur maladie.
(enquête de l’OMS 2002) ; 50% des femmes atteintes de
cancer du sein utilisent des médecines complémentaires
(enquête du service de carcinologie CHU de Sousse).
Les pratiques et soins entrant dans le cadre de la
médecine non conventionnelle sont-elles autorisées dans
notre pays ?
1. Oui, mais leur prescription à des tiers – par ordonnance
à des buts thérapeutiques doit être le fait des seules
personnes autorisées à exercer la médecine et remplissant
les conditions suivantes : diplôme de docteur en
médecine, inscription au tableau de l’Ordre des médecins
(article : 1er de la loi 91-21 relative à l’exercice et à
l’organisation de la profession) et auxquels de ce fait
s’impose le respect des dispositions du code de
déontologie, en particulier celles des articles 13, 26 et 32.
Ainsi le médecin ne doit jamais formuler des prescriptions
dans les domaines qui ne lui sont pas familiers et qui
dépassent sa compétence et la qualification qui lui est
reconnue (article 13) ; « il ne doit pas divulguer …. (dans
le public non médical) un procédé de traitement
insuffisamment éprouvé », il doit « limiter au nécessaire
ses prescriptions et ses actes » (Article 33).
2. De ce qui précède, il découle que exerce illégalement
la médecine et peut être poursuivi par l’Ordre des médecins (Conseil national de l’Ordre des Médecins) devant les
juridictions répressives compétentes quiconque usurpe le
titre de docteur en médecine ou le médecin qui prête son
concours à une telle personne, (loi 91-21, relative à
l’exercice et à l’organisation des professions de médecin,
de médecin dentiste, chapitre II articles 6 à 10).
Ainsi en vertu de la loi, l’Ordre a engagé des poursuites
judiciaires contre un « praticien de l’apithérapie, dont les
placards publicitaires publiés dans les journaux vantaient
les vertus du miel, panacée universelle et remède à une
gamme très étendue de maladies, dont la science n’a pas
encore dévoilé les causes et les mécanismes et pour lesquels il n’existe pas de traitement autre que palliatif. En
outre ce praticien délivre à son cabinet des soins (mithridatisation) pouvant avoir des effets secondaires graves.
Conditions d’exercice de la médecine en tant que
spécialiste ou compétent en Tunisie
Les modalités de reconnaissance des spécialités et des
compétences sont fixées par arrêté du Ministre de la Santé
Publique. Plusieurs arrêtés sont venus successivement
définir ces modalités au fur et à mesure de la création de
spécialités ou de compétences nouvelles. Le dernier date
du 23 mai 2005.
Par ailleurs, l’intervention du Ministère de la Santé
Publique auprès des organes de presse et des autorités a
été sollicitée à différentes reprises pour qu’il soit mis un
terme (au moins un frein déontologique) aux annonces
(et aux promesses fallacieuses) des « médecins de l’âme »
et autres « guérisseurs ».
CONCLUSION
Ainsi donc parler de pratiques médicales « parallèles » ne
signifie pas qu’il existe deux systèmes de soins indépendants l’un de l’autre avec même degré d’efficience et de
preuves scientifiques et choix possible et sans risque pour
les patients de l’une ou l’autre de ces méthodes de soins
concurrentes.Il s’agirait tout au plus, entre les mains des
médecins éclairés de solutions alternatives ou complémentaires, dont l’indication obéit à des règles précises.
L’Ordre des médecins est garant de l’honneur de la
profession et de l’application des principes qui régissent
son fonctionnement : tout médecin qui contreviendrait aux
règles de bonne pratique professionnelle et aurait recours
(sans mesure, ni tact ) à des méthodes non – ou insuffisamment – validées serait passible de poursuites et de
sanctions. Tel a été le cas de confrères qui – par référence
à une mauvaise interprétation de préceptes religieux –
Exercice médical : Contrôle du dopage
LA PRATIQUE DU CONTROLE ET DE LA PREVENTION DU DOPAGE:
ce que le médecin doit savoir de la règlementation
ministration par certaines voies locales (infiltration, inhalation) nécessite une autorisation d’usage à des fins thérapeutiques ; la prescription de préparations topiques à base
de glucocorticoïdes (cutanée nasale…) n’est pas soumise
à restriction.
L’ARRÊTÉ DU MINISTRE DE LA JEUNESSE, DES
SPORTS ET DE L’EDUCATION PHYSIQUE DU
7/5/2008 établit la liste des substances et méthodes
interdites pour les personnes dans le sport (JORT, n°39,
13/5/2008). Il s’agit notamment de substances et méthodes interdites :
• en cours et hors des compétitions (tels que : anabolisants, agonistes des narcotiques et cannabinoïdes, diurétiques et autres agents masquants ; dopage génétique ;
«manipulation chimique et physique» (ex : la perfusion)
• en compétition : tous les stimulants (ex : adrénaline,
éphédrine, strychnine, amphétamine…) et tous les glucocorticoïdes administrés par voie générale alors que l’ad-
Le chapitre III est consacré aux substances interdites dans
certains sports, tels que les sports mécaniques, le tir à
l’arc, les boules, les sports de combat, le billard… il s’agit
principalement de l’alcool et des beta bloquants.
Le chapitre V est consacré aux substances et méthodes
interdites pour les cavaliers et jockeys.
8
Exercice médical : Contrôle du dopage
LE DÉCRET N°2008-2681 DU 21/7/2008, fixe les
interdites en vigueur,
conditions d’autorisation d’usage des substances et
- la nécessité d’utiliser la substance ou la méthode
méthodes « habituellement » interdites.
interdite ne doit pas être une conséquence partielle ou
totale de l’utilisation antérieure pour des fins non
Le texte complet du décret 2008-2681 (ainsi que celui de
thérapeutiques d’une substance ou méthode figurant
l’arrêté du 7/5/2008) peut être consulté sur le site de
sur la liste des substances et méthodes interdites en
l’Ordre des Médecins http://www.ordre-medecins.org.tn/ ;
vigueur.
ci-dessous les énoncés de certains articles :
Article 8 : L’agence établit les formulaires et les soumet
Article 2 : - Les autorisations d’usage des substances et
à la disposition des demandeurs d’autorisation
méthodes interdites dans le sport à des fins thérapeuti-
obligatoirement en langue arabe en sus de la langue
ques sont octroyées par l’Agence Nationale de Lutte
française ou anglaise.
contre le Dopage moyennant :
Ces formulaires sont tenus dans un registre spécial et
- une demande écrite présentée par le sportif licencié
numéroté identifiant chaque catégorie d’autorisation et
auprès d’une fédération sportive et visée par le médecin
portant l’emblème de l’agence nationale de lutte contre
de la structure sportive à laquelle le sportif appartient
le dopage.
dans un délai de 30 jours au moins avant de participer
La demande doit obligatoirement indiquer le lieu de
à la manifestation sportive.
résidence du demandeur ou l’adresse postale à laquelle
Si le sportif concerné par la demande d’autorisation est
l’agence peut répondre à l’intéressé.
mineur, la demande écrite sus-indiquée sera présentée
par son père ou son tuteur.
Article 9 : La demande doit indiquer toute demande
- une demande écrite présentée par le sportif proposé
antérieure ou en cours de validité autorisant l’usage
pour participer à une manifestation sportive dûment
d’une substance ou une méthode interdite à des fins
autorisée et visée par son médecin traitant dans un
thérapeutiques.
délai de 30 jours au moins avant de participer à la
Toute demande doit être accompagnée du dossier
manifestation sportive.
médical de l’intéressé visé par le médecin de la
structure sportive à laquelle il appartient ou son
Article 3 : L’octroi des autorisations d’usage des subs-
médecin traitant. Ce dossier comprend un historique
tances et méthodes interdites dans le sport à des fins
médical clair et détaillé comprenant les résultats de tout
thérapeutiques est soumis aux conditions suivantes :
examen, analyse de laboratoire ou études par imagerie,
- le demandeur de l’autorisation subirait un préjudice
liés à la demande d’autorisation.
de santé significatif si la substance ou la méthode interdite n’était pas administrée dans le cadre de la prise en
Article 10 : - Chaque dossier médical doit être accompa-
charge d’un état pathologique aigu ou chronique,
gné d’un rapport médical confirmant la nécessité
- l’usage thérapeutique de la substance ou de la
d’usage de la substance ou méthode interdite et
méthode interdite ne devra produire aucune améliora-
prouvant l’inexistence d’une alternative thérapeutique
tion de la performance autre que celle attribuable au
autorisée qui pourrait être utilisée dans le traitement de
retour à un état normal de santé après le traitement
l’état pathologique précédant ou actuel du demandeur
d’un état pathologique avéré.
de l’autorisation.
Aucune autorisation n’est octroyée pour l’usage de
toute substance ou méthode interdite afin d’augmenter
LE DÉCRET N°2008-3937 (JORT, N°105, 30/12/2008) établit les critè-
les niveaux naturellement bas d’hormones endogènes
res et les modalités de prélèvement des échantillons biologiques.
figurant sur la liste des substances et méthodes
interdites en vigueur.
Le prélèvement des échantillons biologiques (urines) y
- l’inexistence d’alternative thérapeutique autorisée
compris chez les animaux obéit à un rituel précis objet du
pouvant se substituer à la substance ou à la méthode
décret. L’Agence organise des formations pour les person-
figurant sur la liste des substances et méthodes
nels (dont les médecins) chargés de ce contrôle.
9
Exercice médical : Contrôle du dopage
LUTTE CONTRE LE DOPAGE
ASPECTS DEONTOLOGIQUES
En août 2007, est publié au JORT, le texte de la loi
relative à la lutte contre l’usage de produits/méthodes illicites, à des fins de dopage, par les pratiquants
d’une activité sportive et physique, exercée dans le
cadre ou en dehors d’une compétition. A cette fin, il
est crée un établissement public, « l’Agence
Nationale de Lutte contre le Dopage » dont la
mission, ainsi que le champ des compétences,
(éducation, formation, recherche, dépistage et
contrôle) sont définis ; il est à noter que pour le volet
« répressif » la gamme des sanctions pouvant être
prises par les fédérations, se limite à des mesures
disciplinaires en rapport avec le sport.
des sirènes qui lui promettent – quelque soit le prix
à payer – d’accéder à la célébrité et de prendre sa
part du pactole distribué par l’industrie du sport
spectacle, afin de s’assurer, au terme de sa brève
carrière, un avenir stable et prospère ? C’est le
dilemme auquel est confronté le médecin qui doit
user auprès de tous les partenaires, l’athlète comme
l’entourage, de doigté, de fermeté, de pédagogie outre sa compétence clinique et scientifique.
Quelque soit son statut – soignant salarié à plein
temps ou conventionné, contrôleur ou expert – le
médecin du sport doit respecter la déontologie de sa
profession et ne rien faire qui altère son image et son
honneur ; il ne doit en aucun cas et quelque soient
les motifs qui pourraient l’y pousser, prêter son
concours à des « expériences » que l’éthique
médicale et l’équité sportive reprouvent (et que la
loi punit). Il est tenu au secret professionnel dont
même son « client » (le sportif) ne peut le délier, tout
comme il doit sensibiliser les autres membres de
l’encadrement au respect de ce secret. Il est des
« proximités » avec lesquels le médecin doit garder
la distance – professionnelle – nécessaire.
La lutte contre le dopage comporte plusieurs volets.
Parmi la panoplie de moyens proposés, la loi met, à
juste titre, l’accent sur l’éducation et l’incitation du
pratiquant à se prémunir du risque (d’usage à
caractère plus ou moins addictif de produits/méthodes dopants) par l’adoption de comportements et de
pratiques favorables à l’épanouissement de la
personne et à la préservation de la santé. Le
médecin tient un rôle central à toutes les étapes de
ce difficile « combat ». L’athlète est dans la tentation:
comment alors l’aider à refuser d’entendre la voix
Exercice de l’imagerie médicale
LA PRATIQUE DE L’IMAGERIE MEDICALE
DANS LE SECTEUR PRIVE 1
1Propositions du COM au MSP, suite à l’étude réalisée par : les Docteurs E. Menif, S. Chtourou, S. Dimassi, M. Liouane,
Z. Missaoui, K. Amamou, H. Turki
1. ETAT DES LIEUX
Par ailleurs, l’imagerie médicale n’est plus considérée
comme une spécialité mais comme une discipline. En
effet, il y’a autant de spécialités d’organe en imagerie
médicale que de spécialités médicales et chirurgicales
auxquelles il faut ajouter la radiologie interventionnelle
avec ses différentes spécialités.
1. DEMOGRAPHIE MEDICALE :
Il n’existe pas de surpopulation de spécialistes en imagerie médicale (MSIM) ; mais un déséquilibre dans la
répartition des spécialistes.
Au 31/12/2009, le nombre de spécialistes inscrits est
de 383; 326 sont en activité (tableau ci-dessous), 42
sont en quête d’installation et 13 à l’étranger, soit 4
environ pour 100.000 contre 13 en France.
Le regroupement de MSIM, en particulier, de
spécialistes « d’organe », n’est pas encore une pratique
très répandue dans le secteur libéral. Celui-ci, outre les
avantages matériels qu’il présente, offre une garantie de
qualité et de sécurité pour les patients.
10
Gouvernorats
Tunis
Ariana
B.Arous
Manouba
Bizerte
Zaghouan
Nabeul
Kairouan
Nbre spécialistes
121
20
15
4
12
1
15
8
Gouvernorats
Nbre spécialistes
Mahdia
Monastir
Sousse
Sfax
S.Bouzid
Gabès
Medenine
Tataouine
6
16
34
41
2
6
9
1
Gouvernorats
Béja
Le Kef
Jendouba
Siliana
Gafsa
Kebili
Tozeur
Kasserine
Total
2. DES MODALITÉS D’INSTALLATION :
2.1. L’installation du MSIM obéît, comme pour tout autre
spécialiste, au Code de déontologie médicale, en
particulier son chapitre VI qui organise l’exercice de la
médecine de libre pratique (plus spécifiquement les
articles 82, 84, 88, 92, 93, 95, 96, 97 et 98), dont on
peut retenir ce qui suit :
Nbre spécialistes
5
2
4
1
3
326
que dans des conditions d’installation et de fonctionnement particulièrement onéreuses.
Quant à l’arrêté des ministères des finances, de
l’économie nationale et de la santé publique du 5
novembre 1991, il fixe la liste des équipements
matériels lourds, dont pour la radiologie :
* Scanographes à utilisation médicale
* IRM
* Appareils d’angiographie numérisée et de sériographie
à cadence rapide.
a) Un médecin Spécialiste en Imagerie Médicale (MSIM)
peut exercer en cabinet individuel ou de groupement de
spécialistes, dans un centre de diagnostic ou dans le
cadre d’une société civile professionnelle. Il est à noter
que selon les dispositions de l’article 92, les MSIM ne
peuvent pas exercer dans un cabinet de groupe ;
b) Les prestations du spécialiste dans un établissement
sanitaire privé sont réservées aux seuls malades
hospitalisés;
c) Lorsqu’il exerce dans le cadre d’une société civile
professionnelle, il doit y consacrer toute son activité
professionnelle libérale.
L’arrêté des ministères des finances, de l’économie
nationale et de la santé publique du 30 novembre 1995
élargit la liste des équipements matériels lourds et y
inclut :
* Ostéodensitomètre
* Echo-Doppler couleur
* Echocardiographe avec Doppler couleur
Le décret 93-1915 définit la Clinique monodisciplinaire
comme étant un établissement de prévention, de soins
curatifs et palliatifs, de diagnostic, d’hospitalisation et de
réadaptation fonctionnelle, dans lequel sont dispensées
des prestations à caractère médical ou chirurgical ou de
gynécologie obstétrique.
Sont considérés ou assimilés à des cliniques monodisciplinaires les établissements de soins ou de diagnostic utilisant des équipements lourds (loi 91-63).
Le praticien qui projette de s’installer est confronté aux
problèmes suivants :
• Le cadre d’installation nécessite d’être clarifié (concilier entre l’autorisation d’exercice accordée par le
Ministère de la Santé Publique et l’agrément du conseil
de l’Ordre, préalablement à l’installation) ;
• Les modalités du contrat entre MSIM et cliniques
doivent être mieux codifiés ;
• Les centres d’imagerie médicale au sein des cliniques
sont souvent détournées de leur mission première à
savoir les prestations aux malades hospitalisés ;
• Le groupement en centre de diagnostic autorisé par
les articles 88 et 92 du CDM, n’est pas prévu par les
autres textes réglementaires.
2.2. A côté du CDM, certaines lois et décrets régissent
l’activité médicale dans le secteur libéral.
Ainsi, loi 91-63 du 29 juillet 1991 relative à l’organisation sanitaire :
o Classe les établissements sanitaires privés en hôpitaux
privés, cliniques pluridisciplinaires, polycliniques, cliniques monodisciplinaires, et établissements sanitaires à
but non lucratif.
o Soumet à autorisation l’installation d’équipements
matériels lourds au sein des établissements sanitaires
privés
o Définit les équipements matériels lourds : Sont
considérés
comme
équipements
lourds,
les
équipements mobiliers destinés à pourvoir au
diagnostic, à la thérapeutique ou à la réadaptation
fonctionnelle des malades et qui ne peuvent être utilisés
Ainsi tous les cabinets de radiologie pourraient bénéficier d’une autorisation d’exploitation d’une clinique
monodisciplinaire, à la condition de se soumettre au
cahier des charges relatif aux établissements privés,
aussi bien dans ses dispositions communes que dans la
désignation et les prérogatives de la direction. La
multiplication des contraintes qui accompagnent
l’exploitation d’une clinique monodisciplinaire par les
MSIM incite à s’interroger sur les raisons de la préférence de ces derniers pour ce statut. Pourquoi les MSIM
cherchent-ils un cadre particulier pour leur installation ?
Pourquoi ne se suffisent-ils pas de celui proposé dans le
CDM ?
La réponse réside dans le coût de l’installation dans un
cabinet de radiologie. Les équipements, destinés à
pourvoir au diagnostic, ne peuvent être utilisés que dans
des conditions d’installation et de fonctionnement
particulièrement onéreuses.
Or les cliniques monodisciplinaires obéissent à l’article
58 de la loi 91-63 du 29 juillet 1991 qui stipule que
l’exploitant d’un établissement de soins privé (ESP)
prévu à l’article 40, dûment autorisé en application des
11
Exercice de l’imagerie médicale
dispositions de cette loi, bénéficie des avantages
accordés aux activités de service, essentiellement des
exonérations fiscales et l’accès à certains procédés de
publicité.
3. des modalités de rémunération :
La rémunération des MSIM dans les cliniques pose de
nombreux problèmes :
• La pratique d’examens, en l’absence du médecin,
rendus au patient sans être accompagnés d’un compterendu ;
• La perception des honoraires du médecin par la
clinique.
• Le forfait médical dans la facturation des actes n’est
pas défini par la nomenclature,
• Les fourchettes ordino-syndicales ne sont pas respectées.
• Le forfait technique n’est pas précisé ; au cours de la
facturation des actes, il n’est tenu compte ni du type
d’équipement, ni de son ancienneté. Il n’est nulle part
fait mention de la durée à partir de laquelle les équipements sont amortis, ni de l’obligation de renouvellement
des équipements.
• De plus en plus de jeunes MSIM sont « embauchés »
dans des « centres de radiologie » et salariés
Autre difficulté dans les établissements de diagnostic
et de soins utilisant des équipements lourds, seuls
sont autorisés à exercer les médecins y exerçant exclusivement sauf dérogation accordée par le MSP (Art 18
du décret 93-1915). Ce qui soulève un certain nombre
d’interrogations.
- Les vacations de MSIM, exploitant une clinique monodisciplinaire, dans d’autres établissements sanitaires
privés sont-elles réglementaires ?
- Le MSIM peut-il être conventionné ou salarié dans une
clinique monodisciplinaire ?
- L’accès du matériel de la clinique monodisciplinaire à
des MSIM installés ailleurs (en cabinet, SCP) est-il
autorisé ?
Enfin, l’arrêté du 16 mai 2000 a abrogé les dispositions
de l’arrêté du 30 novembre 1995 avec pour conséquences :
• Des MSIM qui ne sont pas soumis à une même
réglementation, ni aux mêmes privilèges, même à
équipements équivalents
• De nombreuses infractions au CDM puisque
l’ensemble des MSIM prétend bénéficier des avantages
accordés aux cliniques monodisciplinaires, au moins au
niveau de la signalisation.
• Un exercice non réglementé au niveau des établissements sanitaires privés.
Cette situation est d’autant plus pénalisante que les
autorisations d’équipements lourds sont préférentiellement accordées aux ESP / cliniques pluridisciplinaires
et polycliniques. De plus, alors que l’article 84 CDM
stipule que « les prestations… sont réservées aux seuls
malades hospitalisés dans ces établissements », les
services d’imagerie médicale des cliniques se sont
substitués aux « centres » et « cabinets » de radiologie,
avec la bénédiction du Ministère de la Santé Publique :
ainsi les prises en charge de la CNAM (TDM / IRM) sont
accordées au bénéfice des ESP, à des consultants
externes, voire à des patients hospitalisés dans des
hôpitaux publics ; des autorisations d’exercice dans les
services d’imagerie médicale des cliniques sont
accordées aux bénéficiaires de l’activité privée
complémentaire (APC).
Au terme de cette analyse, on peut conclure à l’absence
de problèmes de démographie médicale dans la spécialité. A l’inverse, l’harmonisation des textes régissant la
pratique de l’imagerie médicale en milieu libéral s’impose notamment :
- Le classement des cabinets de radiologie parmi les
centres spécialisés,
- La révision des critères d’autorisation de matériel
lourd,
- La définition du cadre de l’exercice contractuel des
médecins,
- La confirmation ou la redéfinition du statut des « départements d’imagerie » des cliniques
Par ailleurs, plusieurs arguments plaident en faveur du
regroupement des MSIM, en particulier :
- Des avantages techniques : potentialisation des compétences et donc amélioration des performances
diagnostiques et de la prise en charge des patients.
- Un intérêt financier : le regroupement permet l’accès à
des plateaux techniques performants, la rationalisation
des installations de matériels lourds et la réduction des
coûts d’installation et de fonctionnement des centres
d’imagerie médicales.
II. PROPOSITIONS ORDINALES :
1- DES MODALITES D’INSTALLATION :
La création d’un cadre spécifique à l’installation des
médecins radiologues s’impose eu égard aux particularités d’exercice de la discipline et de l’importance de
l’investissement dans un « cabinet » de radiologie.
Le mode d’installation des MSIM peut se concevoir selon
2 modèles :
Les MSIM du secteur privé sont confrontés à un
problème d’accès au matériel performant de diagnostic,
en l’occurrence TDM et IRM, du fait de la « quasi-exclusivité d’accès » réservé aux médecins des cliniques.
Alors que l’autorisation d’exploitation du matériel ionisant accordée aux cliniques est provisoire et
individuelle, sous la responsabilité du MSIM contractuel
avec la clinique (donc supposé à temps plein), les
autorisations sont délivrées sans vérifier le visa de la
convention par le CROM ; elles sont renouvelées
automatiquement sans vérifier que le contrat est
toujours en cours de validité.
1.1 L’installation en « Clinique d’Imagerie Médicale » qui
obéit à certaines conditions :
• association d’au moins 2 MSIM,
• dispositions particulières inspirées du cahier des
charges d’une clinique monodisciplinaire. Ce statut
12
Exercice de l’imagerie médicale
q IRM :
o L’indice de besoin français, est de
au minimum un appareil par tranche de 190 000 habitants
au maximum un appareil par tranche de 140 000 habitants
permettait à la «clinique d’imagerie médicale» (ainsi
qu’aux MSIM qui y exercent) de :
- bénéficier des mêmes privilèges que la clinique monodisciplinaire ;
- harmoniser (définir) les modalités de signalement
(panneaux, plaques…) à l’instar des laboratoires d’analyse biologique.
- établir une convention avec des MSIM exerçant dans
d’autres structures.
Par ailleurs, le MSIM attaché à une clinique peut être
autorisé à exercer à temps partiel dans un autre établissement de santé.
L’association (autorisation d’installation et d’utilisation
en commun d’équipements lourds) avec le secteur
public pourrait être envisagé.
Ce qui pourrait se traduire pour la Tunisie par :
o 1 IRM par CHU (hors quota).
o 1 IRM au moins par tranche de 400 000 habitants
dans le secteur libéral
q Scanner :
o L’indice de besoin français, est de
au minimum un appareil par tranche de 100 000 habitants
au maximum un appareil par tranche de 90 000 habitants.
Le mode de rémunération au sein de ces cliniques exclut
le salariat des médecins ; il se base sur la perception
d’honoraires tels que prévus par la nomenclature et la
fourchette ordinosyndicale.
Ces normes peuvent s’appliquer à la Tunisie étant
donné la multiplication des indications des explorations
scannographiques en pratique courante et le développement du tourisme de santé.
1.2 L’installation individuelle en cabinet de radiologie,
obéissant à la réglementation en vigueur.
2- DES MODALITÉS D’EXERCICE DANS LES
CLINIQUES :
Les centres d’exploration des cliniques devront être soumis aux mêmes modalités d’attribution de matériel lourd
:
- même quota pour l’autorisation d’IRM et de scanner ;
- regroupement d’au moins 2 à 4 radiologues pour le
scanner et 5 radiologues pour l’IRM ;
Parmi les médecins conventionnés dans une clinique, un
médecin coordinateur doit être désigné pour une
période définie, assurant l’organisation du fonctionnement du département d’imagerie et la coordination avec
le centre national de radioprotection. Cette fonction
devra faire l’objet d’une convention à part visée par l’ordre ;
- toutes les conventions établies entre une clinique et
des médecins radiologues devront être soumises à l’approbation du conseil de l’ordre. La rémunération doit
obéir au principe de paiement des honoraires selon la
nomenclature et la fourchette ordino-syndicale, le salariat est exclu ;
- il est entendu que la facturation d’un acte d’imagerie
médicale comporte un forfait technique et les honoraires du médecin doivent lui revenir en toutes circonstances.
Une exception le scanner 64 barrettes, dont l’apport est
lié à une activité cardiaque et vasculaire. Ce qui nous
incite à proposer la norme de :
• 1 par hôpital ayant une activité cardiovasculaire
• 1 par clinique de plus de 60 lits ayant une activité cardiovasculaire
q PET Scan : les normes européennes, sont de 1 PET
Scan par 800 000 habitants. Il paraît approprié de retenir ces normes en ne considérant peut être pas les installations publiques hors quotas, compte tenu du coût
d’acquisition de l’installation et des exigences liées à
son fonctionnement.
3.2. Les autorisations d’exploitation de matériel lourd
doivent être délivrées à la condition que l’accès à l’équipement soit possible à un groupe de médecins spécialistes ; l’objectif étant d’augmenter significativement le
nombre de radiologues ayant accès au scanner et à
l’IRM, d’où l’utilité de créer des « Centres Inter-établissement d’Imagerie ». Ainsi, les autorisations devront,
outre les prescriptions de la carte sanitaire, obéir aux
règles suivantes :
- Un scanner multibarrettes : au moins pour une clinique
d’imagerie médicale ou deux cabinets de radiologie
- Un scanner 64 barrettes ou plus et/ou une IRM pour au
moins 2 cliniques d’imagerie ou 4 cabinets de radiologie
- Pet-Scan : une équipe conjointe réunissant au moins 3
MSIM et 3 spécialistes en médecine nucléaire
Ces équipements, lorsqu’ils sont installés en dehors du
centre d’exploration où sont domiciliés les MSIM concernés, devraient être dans un local qui leur est exclusivement réservé (pas d’autres équipements d’imagerie
conventionnelle) afin d’éviter toute confusion avec des
cabinets secondaires.
3- DES PRINCIPES D’AUTORISATION D’ÉQUIPEMENTS LOURDS : LES NORMES
Discuter au sein d’une commission réunissant l’Ordre, le
ministère de tutelle et les représentants de la profession
les propositions suivantes :
3.1. Réviser la carte sanitaire : en consultant l’indice de
besoins français, pays considéré comme relativement «
sous équipé », et en apportant des ajustements qui tiennent compte des moyens de notre pays, les propositions
suivantes peuvent être étudiées :
13
Exercice de l’imagerie médicale
- Seuls les équipements lourds installés dans les CHU
doivent rester hors quotas : activité de soins mais
également de formation et de recherche.
- Les équipements lourds installés dans les cliniques
ne doivent plus être comptabilisés hors quotas étant
donné l’accès des patients externes aux départements
d’imagerie des cliniques.
- Pour les nouvelles installations :
o N’autoriser que des scanners multibarrettes (à partir
de 2 barrettes) car le coût de l’examen sur un scanner
entrée de gamme est pratiquement équivalent alors que
les performances diagnostiques sont nettement inférieures (risque de surcoût puisque les examens risquent
d’être refaits presque toujours à la charge de l’Etat).
o Réglementer l’installation des IRM bas champs
(< 1tesla) qui posent le problème des performances
diagnostiques lorsqu’elles sont utilisées dans des applications qui dépassent leurs possibilités techniques. Les
IRM bas champ et à champ modéré doivent être utilisées
(conformément aux recommandations de l’ANAES)
dans des centres d’imagerie médicale en association
avec des appareils à champ élevé. Leurs indications
sont limitées à la pathologie ostéo-articulaire et au suivi
de pathologies neurovasculaires.
- Réglementer le renouvellement des équipements
- Encourager les autorisations d’installations d’équipements « mixtes » financés et exploités à la fois par le
public et le privé.
LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION : SES LIMITES
M. Hessairi (INSP)
précaution et prévention est importante. Kourilsky et
Viney indiquent que « la précaution est relative à des risques potentiels et la prévention à des risques avérés ». La
mise en application du principe de précaution dans le
domaine de la santé publique pourrait entraver la rationalité des décisions. C’est ainsi que la médiatisation du principe de précaution lié à une méconnaissance par le public
des différences entre risques potentiels et risques avérés
conduit trop souvent à ce que des risques hypothétiques
soient perçus comme des risques réels. L’importance des
mesures prises contre ces risques potentiels conduisent à
donner une image du risque potentiel plus effrayante que
celles de risques bien réels mais familiers.
David [1998] souligne un autre effet pervers du principe
de précaution : c’est «l’impossibilité de démontrer que la
non survenue du danger supposé relève de l’erreur, de
l’hypothèse ou au contraire de l’efficacité des mesures ».
Par là même, l’utilisation du principe de précaution empêche l’évaluation, à posteriori, de la décision prise. David
conclue que « la précaution, qui ne tolère pas l’incertitude
temporaire, se condamne de fait à une incertitude beaucoup plus étendue ».
INTRODUCTION
Le principe de précaution, apparu il y a une vingtaine
d’années dans le secteur de l’environnement, s’est rapidement imposé comme un mode de raisonnement et de
gestion incontournable pour les acteurs de la sécurité
sanitaire. Reposant sur la notion de risque potentiel et non
pas sur la notion de risque avéré, ce principe connaît des
limites au niveau de son application dans le domaine des
soins, de la santé publique et de la recherche. En effet, le
risque potentiel correspond à des craintes dont les fondements théoriques existent ; néanmoins, certains risques
potentiels peuvent s’avérer nuls alors que les risques
avérés ne sont, par définition, jamais nuls.
LIMITES DU PRINCIPE DE PRECAUTION DANS LE
DOMAINE MEDICAL
Le risque est au cœur de la médecine de soin. Le choix
d’une thérapeutique repose sur un calcul faisant intervenir
trois ordres de probabilités : celle des risques de la maladie, celle des effets bénéfiques escomptés de la thérapeutique, mais aussi celle des effets indésirables de cette thérapeutique. Il n’existe pas d’autre alternative pour établir
le rapport bénéfices/risques que de faire ce raisonnement
probabiliste et, dans ce raisonnement probabiliste, pas
d’autre possibilité que de prendre en compte les événements les plus courants. Prendre en compte l’événement
exceptionnel, à plus forte raison le risque non avéré, tel
que l’entend le principe de précaution est incompatible
avec cette démarche probabiliste. Selon Martin , le principe de précaution impose un devoir que l’on serait tenté
d’appeler de prévision de l’imprévisible, ou plus exactement du peu prévisible.
Il est à craindre, que les coûts des mesures de précaution
soient très élevés et sans véritable rapport avec le risque.
Ce risque est d’autant plus élevé qu’il peut être difficile, à
posteriori, de mesurer le véritable rapport coût/efficacité
des mesures qui ont été prises.
Par ailleurs, Kourilsky et Viney soulignent le risque que fait
courir la responsabilité pénale qu’encourent maintenant les
décideurs : « il est à craindre que la tendance à la pénalisation alimente chez les décideurs une peur du procès pénal
qui les amènerait à faire un usage excessif du principe de
précaution pour fuir leurs responsabilités ». Cette attitude
est illustrée par l’attitude des autorités françaises, suite à la
survenue de complications imputées au vaccin contre l’hépatite B. L’utilité de cette vaccination dans la protection
contre une maladie qui entraîne un pourcentage notable
LIMITES DU PRINCIPE DE PRECAUTION DANS LE
DOMAINE DE LA SANTE PUBLIQUE
Dans le domaine de la santé publique, la distinction entre
14
Points de vue : principe de précaution
che comporte bien des incertitudes quant à son innocuité.
Néfaste car, en raison des risques possibles non compensés par des bénéfices, en particulier lorsque l’on recourt à
des volontaires sains, l’application du principe de précaution devrait interdire l’expérimentation humaine. La mise
en application du principe de précaution ne pourrait
conduire qu’à une régression des acquis médicaux et à
une paralysie de l’innovation thérapeutique.
de complications graves a été parfaitement établie. La
survenue dans les années 1990 d’un certain nombre de
complications nerveuses aiguës soupçonnées d’avoir été
provoquées par la vaccination (malgré l’absence de preuves formelles d’un lien de causalité de ces complications
avec la vaccination) a conduit les décideurs, en vertu du
principe de précaution, à suspendre en 1998 les campagnes de vaccination en milieu scolaire. Cette décision a
été déplorée par la majorité des spécialistes français et
totalement incomprise des autres pays (en particulier aux
Etats-Unis) fermement engagés en faveur du maintien de
la vaccination du fait du caractère peu probant de la relation avec les complications nerveuses évoquées. De fait
de nombreux travaux ont permis d’éliminer cette hypothèse ; les pouvoirs publics se sont prononcés pour une
reprise de la vaccination, tout particulièrement chez les
nourrissons, âge auquel aucune complication n’avait
jamais été signalée.
CONCLUSION
Si le principe de précaution apparaît aujourd’hui comme
une composante incontournable de la gestion de la sécurité, il semble nécessaire, compte tenu des inconvénients
que son application trop large ne manquerait pas de faire
peser sur le fonctionnement sociétal, d’encadrer l’application de ce principe d’un certain nombre de garde-fous.
C’est ainsi que les instances internationales ont commencé à réfléchir sur ce que pourrait être l’application raisonnée du principe de précaution et proposent des principes d’action importants à savoir que :
- Il est nécessaire de commencer par une tentative d’évaluation du risque qui devra bien identifier le degré d’incertitude scientifique à chaque étape.
- Les mesures devaient être proportionnées au risque
envisagé.
- Les mesures devraient tenir compte d’une évaluation
bénéfice/coût.
- Les mesures devraient toujours avoir un caractère provisoire dans l’attente des recherches spécifiques effectuées
pour générer les données manquantes, afin de réaliser une
évaluation des risques plus objective.
L’analyse à posteriori des raisons de la décision politique
a bien mis en évidence le rôle décisif joué par l’introduction dans le raisonnement bénéfice/risque d’un risque non
prouvé, celui de complications nerveuses, qui s’est révélé
non fondé. Ainsi a-t-on basculé d’une démarche de
prévention dans une démarche de précaution dont on
constate maintenant la gravité des conséquences
puisqu’elle laisse sans protection à l’égard de risques
majeurs une large partie de la population.
LE PRINCIPE DE PRECAUTION, UN OBSTACLE
MAJEUR A LA RECHERCHE MEDICALE
Le principe de précaution est, en matière de recherche,
dans une situation paradoxale, paraissant à la fois nécessaire et néfaste. Nécessaire car on ne peut nier que, même
précédé d’une expérimentation animale suffisante et rassurante, le passage à la phase humaine de toute recher-
Lepage C. ~ Que faut-il entendre par principe de précaution ? Gazette du
palais, 8 et 9 octobre 1999, 7-11.
Soyeux Y. ~ La place du principe de précaution dans le droit de l'alimentation.
Bulletin de l'académie vétérinaire de France, 1996, 69, 25-40.
POINT DE VUE
LE PRINCIPE DE PRECAUTION OBLIGE A EXAGERER LA MENACE (1)
les choses ne sont pas comme on les avait imaginées : il
faut alors s'adapter.
Dans une conjoncture de précaution, les politiques ne gèrent
pas seulement le risque objectif, difficile à établir scientifiquement en raison du manque de connaissances, mais aussi
le risque subjectif, créé par l'imaginaire collectif autour de la
menace. La dimension de la communication, la gestion des
craintes absorbent la gestion du risque "réel". Les communicateurs prennent les choses en main et les politiques sont
liés...
“… En France, le principe de précaution a été entendu
comme principe de responsabilité de l'Etat, notamment à
l'occasion de l'affaire du sang contaminé (et aussi de la
vaccination contre la grippe H1N1). Ce principe a donc
été réfléchi en fonction des responsabilités qu'il pourrait
engager. Il est devenu à la fois un épouvantail et un
principe de couverture : en faire trop pourrait protéger
d'une mise en cause éventuelle.
Par ailleurs, le principe de précaution peut être considéré
comme 'un processus de délibération qui ne préjuge pas
de la décision finale : en situation d'incertitude, j'analyse
tous les paramètres et j'opte pour la solution la plus adaptée ; ou bien j'interprète le principe de précaution en
décidant qu'à partir du moment où il y a une incertitude,
je suspends toute action, j'omets d'agir : c'est la logique
du moratoire...
Dans le cas de la vaccination contre la grippe H1N1, on
a assisté au croisement de deux logiques : une logique
étatique classique, vaccinale et préventive, qui suppose
que tout le monde va obéir aux prescriptions d'hygiène
publique. Et une logique presque postmoderne selon
laquelle on ne peut pas gouverner les gens par obligation
parce qu'ils décident de ce qu'ils font, en fonction de l'information qu'ils reçoivent et de leurs propres jeux de
valeurs. C'est une des dialectiques du principe de précau-
... Le principe de précaution commande de donner le plus
grand poids au plus petit risque. Il oblige à exagérer la
menace ; mais avec le temps qui passe, on découvre que
15
Points de vue : principes de précaution
tion : il ne conforte pas la légitimité du pouvoir de l'Etat,
il disperse la décision au niveau des individus.
Cette gestion de crise révèle une situation éminemment
contemporaine. L'Etat est pris dans cette double obligation d'avoir à offrir tous les moyens (pour la vaccination)
alors que les moyens seront utilisés librement par chacun.
D'une certaine manière, le prix des vaccins en trop, c'est
le prix de la liberté des gens ! Car s'ils voulaient se faire
vacciner et que vous n'aviez pas les doses correspondantes, ils vous le feraient payer très cher...
chère aux philosophes du XVIIIe selon laquelle un jugement juste devrait être dépassionné. Nous revendiquons
un nouvel usage des émotions, de la peur en particulier,
qui ne préserve pas de l'erreur. Le principe de précaution
prive la décision publique de sa légitimité. Enfin, en raison
de l'exagération des émotions qui le constitue, il tend à
placer la société dans une situation de crise, d'urgence
permanente comme on le constate par exemple avec la
question du climat...”
1. (d’après F. Ewald : interview à propos de la campagne de vaccination anti
grippale H1N1 en France, janvier 2010)
Avec le principe de précaution, on revient sur cette ascèse
Informations diverses : Obésité
MISE EN PLACE D’UNE STRATEGIE DE PREVENTION DE L’OBESITE
L’obésité et les maladies associées (diabète, hypertension
artérielle, dyslipidémie, maladies cardiovasculaires, cancers, maladies articulaires) progressent rapidement en
Tunisie. Cette progression est liée aux modifications des
modes de vie dans le domaine de l'alimentation, des
transports, des rapports sociaux.
C’est ainsi que la surcharge pondérale touche 71,1% des
femmes et 52,1% des hommes, âgés de 35 à 70 ans. Il en
est de même pour l’obésité qui affecte 36,9% des femmes
de la même tranche d’âge et 14,2% des hommes ; la prévalence du surpoids est passé de 3,1% à 17,4% chez les
adolescents et de 11,9% à 20,7% chez les adolescentes en
l’espace de 10 ans (1996/2005).
Quant au diabète, alors que 8,8% des hommes de 20 ans
et 9,5% des femmes en étaient atteints en 1996/1997, ce
taux est de 17,8% des hommes et 16,5% des femmes de
35 à 70 ans, en 2005.
Les autres facteurs de risque des maladies cardiovasculaires gagnent du terrain. Près du tiers des hommes âgés de
plus de 35 ans et 41% des femmes souffrent d’hypertension artérielle.
L’hypertriglycéridémie affecte 30,1% des adultes de 35 à
70 ans, alors que l’hypercholestérolémie touche 5,9% des
adultes du même âge (5% des hommes et 8,1% des femmes).
Enfin, malgré l’intensification de la lutte anti-tabagique,
les taux de fumeurs dans la population adulte sont stables
(plus de 40% des hommes ; 1% des femmes).
La prévention de la surcharge pondérale et de l’obésité est
devenue prioritaire, alors que dans une période récente,
on se préoccupait essentiellement de la prévention de
pathologies carentielles (malnutrition infantile, anémie de
la femme allaitante…).
En vue d’identifier les stratégies appropriées l’Institut
National de Nutrition et de Technologie Alimentaires met
en œuvre dans un cadre de coopération entre institutions
maghrébines et européennes, et en étroite collaboration
avec des institutions nationales (INSP, DSSSB, DMSU) un
projet dont les composantes sont :
1. une enquête nutritionnelle : elle sera menée sur un
échantillon représentatif de la population âgée de 2 à 49
ans, habitant le Grand Tunis. Elle comprendra des mesures anthropométriques ((poids, taille, tour de taille, tour
des hanches), la prise de la tension artérielle, des analyses biologiques (glycémie, triglycéridémie, protoporphyrines, zinc plasmatique, calcémie). Les caractéristiques
socioéconomiques, alimentaires et de modes de vie seront
également inventoriés ainsi que les attitudes, les perceptions et les représentations.
2. une étude dite « acteurs clés » (décideurs politiques,
responsables des secteurs en relation avec l’alimentation
et l’état de santé de la population, consommateurs, etc…)
: elle consiste à recueillir, par entretien dirigée, leur avis
sur les options proposées pour lutter contre l’obésité.
Informations diverses : chaîne du froid
RESPECT DE LA CHAINE DU FROID
POUR LES PRODUITS DE SANTE 1
Pour assurer le respect de la chaîne du froid, certaines
précautions doivent êtres respectées à tous les niveaux
(production, transport, stockage…) ; les bonnes pratiques
spécifiques au respect de la chaîne du froid doivent être
précisées.
Le professionnel de santé est l’utilisateur final des produits
de santé ; si ces produits ne sont pas conservés à la température requise, les déviations de température peuvent
Pour les produits pharmaceutiques, les risques liés aux
écarts de température se produisent dans les circonstances suivantes :
- Lorsque la température du produit se situe au dessous de
2°C ou au dessus de 8°C pendant la fabrication, l’emballage, le transport ou la distribution ;
- Lors de l’administration de soins au patient si le produit
n’est pas conservé à la température requise ;
16
Informations diverses : chaîne du froid
rable accordé aux divers intervenants. Toutefois des textes réglementaires doivent être mis en place, définissant :
- les moyens nécessaires et les normes en équipements et
en ressources humaines ;
- les procédures de conservation ;
- les modalités du contrôle et de sanction des contrevenants;
- les procédures de maintenance préventive et curative ;
- la qualification et la formation continue des opérateurs ;
La préservation de la qualité des produits de santé nécessite que les divers intervenants veillent au maintien d’une
température fixe ce qui doit être vérifié, généralement par
des audits et des inspections périodiques (en particulier
pour les grands gestionnaires et dépositaires des produits
de santé : PCT, DSSB, grossistes répartiteurs…) afin de
mettre en évidence les éventuelles défaillances et y remédier à temps.
altérer leur qualité. Il est donc nécessaire – par le contrôle
et l’inspection ainsi que par des actions de sensibilisation
– de motiver les praticiens à respecter les normes de
stockage, de distribution et d’administration.
Les principales déviations observées sont :
- la surchauffe qui entraîne une dégradation des protéines
avec une modification de leur structure,
- la congélation avec pour conséquence une perturbation
mécanique, le composant étant scindé par les cristaux de
glace avec possibilité de perte de stérilité (si fissuration di
contenant), séparation de phases et précipitation de solutions.
- les cycles de dégel peuvent entraîner l’agrégation et la
libération de l’ammoniaque des amides des protéines et
compromettre la structure ; ces cycles se produisent suite
à une exposition répétée à des températures situées au
dessous de -0,5°C et au dessus de -0,5°C
Rapport de la journée organisée par l’Agence Nationale de contrôle sanitaire
et environnemental des produits (Directeur Général : Dr Alya Mahjoub
Zarrouk) et le PCT (synthèse)
Actuellement la garantie de qualité des produits de santé
soumis à la chaîne du froid repose sur « le préjugé » favo-
Informations diverses
MUTUELLE DE LA SANTE PUBLIQUE
Les représentants de la Mutuelle de la Santé Publique ont été reçus par le conseil national de l’Ordre des médecins. Ils nous ont informé des programmes mis en œuvre par cet
organisme. Une synthèse des prestations offertes est présentée ci-après ; actuellement
la totalité des adhérents sont des médecins exerçant dans le secteur public ; la possibilité d’étendre l’offre aux médecins du secteur privé serait à l’étude.
LISTE DES SERVICES
• Colonies de vacances familiales, organisation de voyages en Tunisie et à l’étranger ;
• Prêts bancaires pour l’achat de voitures (à travers les banques)
• Prêts immédiats jusqu’à 1.500.000 D ;
• Participation aux congrès Maghrébins ;
• Participation à nos séminaires et nos colloques nationaux comme conférencier ;
• Convention avec l’assurance STAR : les adhérents bénéficient de réduction sur l’assurance auto ;
• Assurance complémentaire maladie : pour les soins courants, la chirurgie, les examens complémentaires, le thermalisme,
la chirurgie dentaire, les prothèses, la lunetterie ;
• Services d’aide sociale spécifiques sous forme d’assistance aux personnes âgées, aux handicapées et aux orphelins.
Pour plus d’informations, contacter la Mutuelle au 7 rue de Pologne - Bab Saadoun Tunis ; Tel 71 564 006-71 562 079
ou téléphoner au Service des médecins (Mlle Samira Draoui - 98 257 630)
LIVRET SANTE
Livret santé est un périodique, à parution mensuelle dédié à l’information médicale et à l’éducation pour la santé. Il comporte de nombreuses rubriques traitant de sujets d’actualité (médicale, sociale, culturelle) suffisamment diversifiés, pour
qu’un large public, incluant les médecins y trouve intérêt et motivation à collaborer (par des contributions personnelles pour
le choix des thèmes….)
14, Impasse de Boulogne, Mutuelleville – 1082 Tunis
17
Informations diverses
ASSISTANTS HOSPITALO-UNIVERSITAIRES
OBLIGATION D’EXERICE DANS UNE REGION SANITAIRE PRIORITAIRE
Décret n 2009-3353 du 9 novembre 2009, complétant le décret n° 2009-772 du 28 mars 2009, fixant le statut
particulier du corps des médecins hospitalo-universitaires.
Article premier - Est ajouté aux dispositions du décret n° 2009-772 du 28 mars 2009 susvisé, un article 19 (bis) ainsi qu'il
suit :
Article 19 (bis) - Indépendamment des dispositions de l'article premier du présent décret et avant de rejoindre leurs
postes d’affectation, les assistants hospitalo-universitaires en médecine sont tenus d'exercer pendant une année dans l’une
des structures sanitaires publiques dans les régions sanitaires prioritaires et dans les spécialités mentionnées à l'arrêté du
Premier ministre fixant les régions sanitaires prioritaires pour l'octroi de certains avantages au profit de certains corps
particuliers du ministère de la santé publique y exerçant dans certaines spécialités.
Tunis, le 9 novembre 2009.
Informations diverses : médicaments
COMITE TECHNIQUE DES MEDICAMENTS
- procéder à la révision des cahiers de charge de façon
telle que les offres de prix faites en DT soient les seules à
être prises en considération et que les produits locaux
aient 15% de la part du marché au moins ;
- Inviter les fournisseurs étrangers réalisant des chiffres
d’affaires importants à investir en Tunisie.
Le 7/1/2010, s’est tenue, sou la présidence du Ministre de
la Santé Publique, la réunion du comité technique.
Le Ministre a rappelé à cette occasion les objectifs nationaux fixés lors du Conseil Ministériel Restreint (CMR) du
22/11/2009, à savoir :
- l’augmentation de la production locale de 10% par an
pour faire passer la couverture des besoins en médicaments de 47% actuellement à 60% en 2016 ;
- la multiplication des exportations par 5 d’ici l’horizon
2014-2016 ;
- le développement de la production de médicaments
vétérinaires, de vaccins et de sérums.
2. En matière de politique des prix :
- regrouper tous les intervenants (ministères, entreprises…) en une seule commission habilitée à décider en
matière de prix et d’autorisations de toutes natures ;
- supprimer la subvention pour les produits importés, dont
des similaires existent en Tunisie ;
- encourager la production et la prescription des génériques ainsi que la substitution ;
- pour les produits de confort, pratiquer la vérité des prix.
Pour la réalisation de ces objectifs, les actions à mettre en
œuvre sont les suivantes :
Toutes ces mesures visent à :
- encourager la production locale ;
- limiter l’importation ;
- zncourager l’utilisation de génériques ;
- rationaliser l’utilisation des médicaments.
1. Pour l’approvisionnement :
- établir la liste des médicaments n’ayant pas de similaires locaux ;
- les appels d’offre seront « internationaux » pour les produits n’ayant pas de similaires et « nationaux » pour ceux
ayant deux similaires locaux ayant obtenu une AMM ;
18
La formation médicale continue : Points de vue
LA TELEMEDECINE
LA FORMATION DES JEUNES MEDECINS
EST UN DEVOIR DEONTOLOGIQUE 1
« L'excellence de la formation médicale française tient beaucoup à la formation « professionnalisante », réalisée directement au lit du malade. Mais aujourd'hui de manière évidente,
certains aînés ne se sentent plus du tout impliqués dans cette
démarche de compagnonnage pourtant plébiscitée par les
jeunes générations…
...Former ses pairs et ses jeunes confrères est un devoir déontologique qui s'impose à tout médecin, quel que soit son statut ; créer une dynamique de transmission et d’échanges des
savoirs est profitable à tous. Nous souhaitons que le Conseil
de l'Ordre le rappelle à tous les praticiens. A cet effet, nous
proposons que le Code de Déontologie Médicale soit modifié
pour y intégrer explicitement le « devoir de compagnonnage
» ; l’inter-syndicat a proposé un nouvel article qui serait inséré
dans le titre du Code sur les devoirs généraux des médecins.
Il pourrait être ainsi rédigé : « Dans la juste et sincère mesure
de sa disponibilité, un médecin a le devoir moral de former à
l'intégralité de son art les étudiants ou internes en médecine
et les confrères qui le sollicitent. . Nous proposons également
que soit instituée une « Charte du médecin formateur » pour
formaliser quelques règles simples concernant la transmission des savoirs et la confraternité qui devrait prévaloir entre
formateurs et formés.”
Source : www.conseil-national.medecin.fr, Déclaration de Philippe Cathala,
Secrétaire général de l’Inter Syndicat National des Internes des Hôpitaux de France
(extraits)
La télémédecine est une forme d’exercice coopératif
mettant en rapport à distance, grâce aux technologies de l’information et de la communication, d’un
coté un patient (et/ou des données médicales pertinentes) et de l’autre un ou plusieurs médecins et professionnels de santé, et ce à des fins de diagnostic, de
décision, de prise en charge et de traitement ; les
règles de la déontologie médicale doivent être respectées.
Elle englobe :
• La téléconsultation, régulation médicale ou consultation à distance d’un médecin ;
• La téléassistance médicale : acte au cours duquel
un médecin assiste techniquement un confrère à distance ;
• La télé expertise : échange entre deux ou plusieurs
médecins ;
• La télé surveillance basée sur la transmission d’un
ou plusieurs indicateurs physiologiques d’un patient à
l’équipe soignante.
Elle facilite la coopération entre médecins ; elle
annule l’effet de l’éloignement et de « l’isolement ».
Dans la première étape d’une stratégie nationale
visant à promouvoir la télémédecine, la priorité pourrait être accordée aux applications de téléconsultation et de télé expertise qui utilisent la visioconférence ou la télétransmission d’images accompagnées
de données médicales (par exemple en radiologie,
neurologie, neurochirurgie) ; ainsi qu’à la mise en
place d’un dossier médical électronique sécurisé.
La télémédecine étant basée sur une mise en complémentarité de compétences, tout projet de télémédecine comporte un volet relatif à la formation.
L’objectif de cette formation est de « faciliter la maîtrise des outils permettant le recueil, la gestion de la
communication des informations, cela dans les meilleures conditions de sécurité, au bénéfice du patient ».
Les responsabilités engagées dans l’acte de télémédecine ont un fondement différent selon que l’acte est
réalisé entre des établissements publics de santé ou
entre des établissements de santé privés, ou entre
médecins libéraux à partir de leurs cabinets et établissements de santé. Ainsi une situation juridique nouvelle en droit médical résulte de cet exercice coopératif de la médecine par des professionnels de santé
de statuts et de modes d’exercice différents.
Quant à la situation du demandeur de prestations
médicales par le biais d’un tchat, ou d’un forum à
laquelle, praticiens libéraux et hospitaliers sont fréquemment confrontés, rappelons que le code de
déontologie n’autorise pas la pratique médicale à distance (absence d’examen du patient) et ne donne pas
aux praticiens la possibilité de demander des honoraires. Une consultation médicale doit comporter une
anamnèse, un examen clinique ainsi qu’une prescription ; elle implique la présence simultanée en un
même lieu du médecin et du patient.
L’information et le conseil en ligne ne constituent
pas une consultation médicale.
19
Projets de textes de loi
CAHIERS DE CHARGES
DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES PRIVES
Le Ministère de la Santé Publique se propose
déontologie médicale. Les malades hospitalisés
d’apporter
aux
doivent avoir des dossiers médicaux sur lesquels
établissements sanitaires privés » (objet de l’arrêté du
sont notés les actes médicaux et les soins qui leur
Ministère de la Santé Publique du 28 mai 2001, publié
sont dispensés.
au
Cahier
de
charges
relatif
au JORT n°46 du 8 juin 2001), un certain nombre de
modifications (qui font l’objet d’articles « nouveaux »)
En outre, un registre spécial dont les pages sont
Rappelons que le cahier de charges comporte plus
numérotées sans discontinuité doit être tenu au niveau
de 100 articles dont il nous parait intéressant de
du bloc opératoire indiquant notamment pour chaque
rappeler :
intervention les nom et prénom du malade, la date,
l’heure, le protocole anesthésique et opératoire ainsi
Article 11 : les prix de prestations afférentes aux
que les noms du médecin qui a pratiqué l’intervention,
frais de nourriture et d’hébergement, dans les
de l’anesthésiste et des membres de l’équipe médicale
différentes unités des établissements sanitaires
et paramédicale.
privés devront être affichés à l’intérieur de
Les notes et protocoles anesthésiques et opératoires
l’établissement.
prévus par le présent article, doivent être rédigés par
les
médecins
traitants
et
sous
leur
propre
responsabilité.
L’article 13 : indique que les médicaments sont
facturés au prix de vente au public, conformément à
la réglementation en vigueur.
Article 55 : Le dossier médical doit être conservé
dans les archives de l’établissement. Une copie doit
Article 17 : les prix et tarifs prévus par les articles
être délivrée à la demande du patient, de son tuteur
11 et 13 du présent cahier des charges sont soumis
légal, de son médecin traitant ou de ses ayants
à la législation et à la réglementation en vigueur
droit.
relatives à la répression des infractions en matière
Les documents d’imagerie médicale et d’analyses
économique.
biologiques doivent être remis à la demande des
intéressés.
Article 53 : Les informations relatives aux malades
et à la maladie sont strictement confidentielles.
Article 76 : Le directeur de l’établissement doit
Elles ne peuvent être communiquées que par le
veiller à la stricte application des prix et tarifs tels
médecin traitant aux malades eux-mêmes ou à leurs
que déterminés par la réglementation en vigueur.
parents dans les conditions fixées par le code de
20
Projets de textes de loi
SOINS MEDICAUX A DES ETRANGERS NON RESIDENTS
(« EXPORTATIONS DES SERVICES DE SANTE »)
Un projet de loi relatif à l’exportation des services de
médicale, le dossier médical, le devis de l’acte médi-
santé par l’intermédiaire d’agences spécialisées a été
cal doivent faire l’objet d’une communication directe,
mis au point par le Ministère de la Santé Publique.
sans intermédiaire, confidentielle (respectant le secret
médical) entre le patient et son médecin traitant. Le
Le point de vue et les arguments développés par
médecin traitant doit assurer à son patient toutes les
l’Ordre, après consultation « d’experts », peuvent être
garanties d’une prise en charge conforme aux bonnes
résumés comme suit :
pratiques médicales et à la déontologie. L’agent de
voyage assure quant à lui le transport, le séjour hôte-
« Aucun intermédiaire non médecin ne peut s’interpolier, le circuit touristique : ses prestations font l’objet
ser entre le patient et le médecin. La consultation
d’un devis qu’il présentera à ce même patient ».
EVALUATION ET ACCREDITATION
DES STRUCTURES SANITAIRES
Un projet de loi en cours d’élaboration par le Ministère de la Santé Publique crée l’Autorité Nationale d’accréditation de Santé. Le texte proposé par le Ministère de la Santé Publique, étudié au sein d’une commission où
l’Ordre est représenté :
1. définit les principes de fonctionnement de cet organisme : à savoir autonomie financière, indépendance des
membres des comités chargés de l’évaluation ;
2. rigueur scientifique : recommandations basées sur une argumentation scientifique ;
3. transversalité : collaboration avec d’autres organismes de santé, chargés de la sécurité et de la veille sanitaires etc…
La mission de cet organisme consiste en :
1. l’évaluation des structures de soins, hospitalières et ambulatoires, publiques et privées, en vue de :
- leur certification ;
- l’accréditation des médecins et des équipes médicales qui y exercent (par le conseil national de l’Ordre des
médecins) ;
- l’évaluation des pratiques professionnelles.
2. l’information des professionnels de santé, des usagers et d’une façon générale du grand public sur les résultats et les conclusions des audits.
3. la collaboration avec les différents acteurs de santé, locaux et internationaux, avec les collèges de professionnels, avec les sociétés savantes, et avec les organismes représentant les consommateurs…
Parallèlement, il sera procédé à la mise en place d’un organisme chargé de la coordination des activités des
divers intervenants de la formation médicale continue.
21
TARIFICATION DES ACTES DANS LE SECTEUR PRIVE (janvier 2010)
La commission (prévue par le code de déontologie médicale, article 42) comprenant des représentants du conseil
national de l’Ordre et des organisations professionnelles a fixé la fourchette des honoraires dans le secteur privé de soins
comme suit:
C
20D,000 à 25D,000
A cette occasion, l’Ordre des médecins attire
Cs
30D,000 à 40D,000
l’attention des confrères sur la nécessité de se
C psy
35D,000 à 45D,000
conformer aux dispositions prévues par la loi,
C neuro
35D,000 à 45D,000
particulièrement celles des articles 42, 44, 43 et 45 du
code de déontologie médicale (voir ci-dessous) et
aussi les articles 46 et 48.
V
C + C/2
Article 42
Vs
Cs + Cs/2
Le médecin doit toujours établir lui - même sa note
V psy
Cpsy + Cpsy/2
d'honoraires avec tact et mesure, en tenant compte :
V neuro
C neuro + Cneuro/2
• Des tarifs et des honoraires tels que déterminés
V nuit
Cx2
Vs nuit
Cs x 2
KE
2D,500 à 3D,000
par le conseil national de l'ordre des médecins et les
KC
5D,000 à 7D,000
organismes professionnels et des circonstances par-
par la législation et la réglementation en vigueur pour
servir de base à la fixation des frais médicaux remboursés par les organismes de protection sociale.
• Des honoraires établis et révisés périodiquement
ticulières dont la situation du patient, la complexité
et la difficulté de l'acte.
Ik
1D,000 à 1D,500
Z
1D,000 à 1D,200
S
10D,000 à 12D,000
I
20D,000 à 24D,000
Article 43
E
4D,000 à 5D,200
Tout abus dans la fixation des honoraires établis
Rn
10D,000 à 13D,000
Rt
3D,000 à 3D,900
Un médecin n'est jamais en droit de refuser à son
patient des explications sur sa note d'honoraires.
dans les conditions prévus à l'article précédent
constitue une faute professionnelle grave.
Article 44
Forfait 1
Sous réserve de l'application des lois, il est interdit
300D,000 à 350D,000
à tout médecin d'abaisser ses honoraires dans un
intérêt de concurrence. Il reste libre de donner
Accouchement
gratuitement ses soins quand sa conscience le lui
Forfait 2
demande.
350D,000 à 400D,000
Il est d'usage qu'un médecin soigne gratuitement
ses parents proches, ses confrères et les personnes à
B
0D,220 à 0D,250
leur charge, les étudiants en médecine, le personnel
à son service, ses collaborateurs et auxiliaires
P
directs et ses amis intimes.
0D,300 à 0D,400
Article 45
1. Vacations horaires de :
Le forfait d'honoraires pour la durée d'un traitement
-médecine de soins
-médecine du travail
est interdit sauf pour les cas prévus par la législaC x 1,5 à Cx 3 par vacation horaire
l'efficacité d'un traitement est interdit en toutes
-médecine de contrôle
1. Expertise
tion et la réglementation en vigueur. Le forfait pour
circonstances.
2Cs à 10Cs par expertise
22
Tarification (CDM, article 42)
NOUVEAUX BUREAUX DES CONSEILS REGIONAUX
DE L’ORDRE DES MEDECINS (CROM)
Suite aux élections qui ont eu lieu le samedi 9 janvier 2010 pour le renouvellement de la moitié des membres des Bureaux
des CROM, leur compostion s’établit comme suit :
Gabès
Tunis
Hatem JABBES
Président
Hédi SAULA
Président
Taieb BASSOUMI
Vice Président
Sami KRIMI
Vice Président
Jelel BOUBAKER
Secrétaire Général
Med Mongi BOUKHCHINA
Secrétaire Général
Ridha DHAOUI
Secrétaire Général Adjoint
Ridha RIAHI
Secrétaire Général Adjoint
Ahmed BANASR
Trésorier
Abdelhamid BEN H’MED
Trésorier
Sadok EL HAMMAMI
Membre
Fatima AMORRI
Membre
Samir CHTOUROU
Membre
Abdelhakim ISSAOUI
Membre
Mohamed Ridha BEN SLAMA
Membre
Med Hédi KADRI
Membre
Béjà
Sousse
Farhat GUETAT
Président
Ameur HASNAOUI
Président
Ali MTIRAOUI
Vice Président
Abdellatif TOUJANI
Vice Président
Secrétaire Général
Chaouki RIABI
Secrétaire Général
Féthi REZGUI
Secrétaire Général Adjoint
Foued BOUZAOUECHE
Mohamed LIOUANE
Secrétaire Général Adjoint
Hatem ACHACHE
Trésorier
Khaled BACHA
Trésorier
Mohamed Fathi BEN ALAYA
Membre
Fadhel BEDHIEFI
Membre
Sahbi DIMASSI
Membre
Khalil BOUKHRIS
Membre
Yousr ZINELABIDINE
Membre
Sahbi MAALI
Membre
Gafsa
Sfax
Amine GHORBEL
Président
Zine Elabidine MISSAOUI
Président
Anouar ABDELKAFI
Vice Président
Noureddine RABHI
Vice Président
Hassen TURKI
Secrétaire Général
Abdelmoumen EL ACHKHAM
Secrétaire Général
Lotfi TRIKI
Secrétaire Général Adjoint
Imed BRAHMI
Secrétaire Général Adjoint
Ridha MKAOUAR
Trésorier
Sabeur GHERIBI
Trésorier
Imed MAALOUL
Membre
Abdelghani CHAABANI
Membre
Adlene ABDELHEDI
Membre
Wided ZAIANI
Membre
Mohamed HAMMAMI
Membre
Larbi LETIFI
Membre
23
COMMENTAIRES
Mode d’exercice :
Ainsi la quasi-totalité des conseillers est de sexe masculin,
Gafsa et Gabès sont les seuls bureaux à compter dans leurs
rangs une seule femme. La moyenne d’âge oscille entre 45
ans (Béja) et 52,5 (Sfax) ; le Conseiller le plus âgé a 66
ans, le plus jeune 39. La répartition selon les classes d’âge
est comme suit:
40-45 ans : 18
46-50 ans : 13
51-55 ans: 7
56-60 ans et + : 7
Par ailleurs, il est à remarquer que ces caractéristiques
démographiques ont peu varié au fil du temps et de la
courte histoire (1ères élections en 1991) des CROM: très
faible représentation du sexe féminin (2 au maximum dont
la présidente du conseil une seule fois, à Tunis) ; quasi stabilité (l’augmentation est peu significative) des moyenne/
médiane d’âge (Tableau 1).
Près des trois quarts des Conseillers (n = 35) exercent dans
le secteur libéral ; 14 sont fonctionnaires (MSP : 11 dont 5
hospitalo-universitaires ; Affaires Sociales : 1 médecin
contrôleur)
; enfin, l’Ordre compte dans ses rangs un
médecin du travail.
Spécialistes/généralistes`
Près de 2/3 (n=31) sont des spécialistes appartenant à des
spécialités dites chirurgicales (chirurgie(s) : 8, gynécologie: 4, ORL : 2) ou d’imagerie (6) ; les autres spécialités
«médicales (9) ou sociales (2) sont moins bien représentées.
Les médecins généralistes sont au nombre de 17.
En résumé, l’analyse des caractéristiques démographiques
des membres des conseils régionaux de l’Ordre montre :
- Une prédominance masculine très marquée ;
- Une prédominance des catégories d’âge comprise entre
40-50 ans ;
- Une forte représentation des médecins libéraux (73%) et
des spécialistes (63%), principalement ceux appartenant
aux spécialités dites chirurgicales.
Tableau I : Moyenne d’âge des Conseillers (pour les années
1991/2000/2010)
Année
1991
2000
2010
Béja
43
42
45
Tunis
43,9
43,6
47,5
Sousse
46,5
49
50,2
Sfax
46,3
47,4
52,5
Gabès
42,6
48,9
48,9
CROM
Gafsa
46
PUBLICATIONS, REVUES :
VIENT DE PARAITRE
* SANTÉ – SÉCURITÉ – TRAVAIL (éditée par l’Institut National de Sécurité au travail, trimestrielle),
n° 52, janvier 2010 avec un dossier consacré aux risques de la manutention mécanique et un autre aux
moyens de protection de l’appareil respiratoire ….
* REVUE TUNISIENNE DE SANTÉ MILITAIRE (fondée en 1999), volume 11, n° 4, décembre 2009 avec
notamment des mises au point sur l’analgésie post-opératoire ; l’association tuberculose/tabagisme, et
la présentation de cas cliniques originaux ….
* REVUE TUNISIENNE D’INFECTIOLOGIE (trimestrielle) vol. 2, n° 104, octobre 2009 avec des articles
consacrés à l’épidémiologie de la leishmaniose cutanée, à la tuberculose uro-génitale, aux bases pharmacologique de l’antibiothérapie des abcès cérébraux à pyogènes…
24
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement