Exposition à la bibliothèque d

Exposition à la bibliothèque d
Design : ©2007 Valérie Constantin
l’espace du poème
depuis
Mallarmé
Exposition à la bibliothèque d’étude et du patrimoine de Toulouse
D’un coup de dés...
D’un coup de dés...
l’espace du poème
depuis
Mallarmé
Exposition à la bibliothèque d’étude et du patrimoine
de Toulouse
CONSTELLATION MALLARMÉ
L’espace du poème
À la fin du XIXe siècle, le Coup de dés de Mallarmé marque une
véritable révolution de l’espace poétique.
Cependant, au moment de sa parution la situation de l’expérimentation graphique en poésie n’est totalement vierge. On peut
ainsi retracer une histoire de plus de 20 siècles de poèmes figurés, des jeux poétiques de l’Antiquité aux calligrammes d’Apollinaire, en passant par la poésie baroque : autant de recherches
qui témoignent d’un jeu avec les conventions typographiques,
jusqu’à leur éclatement.
Pour autant, il faut reconnaître à Mallarmé une réflexion sur la
poésie graphique fondamentalement différente des expériences
qui l’ont précédé : si pour certains la disposition des éléments
poétiques du Coup de dés se rapproche d’une forme de figuration,
on n’est pas ici dans le domaine du calligramme.
Le poème vise avant tout à une musicalité, une rythmique : sa
qualité fondamentale réside dans une appréhension simultanée
de la page prise pour son unité. Des différences de caractères, de
typographie, entre le motif prépondérant et le motif adjacent ou
secondaire, de l’importance des blancs, des retraits, des prolongements, des fuites, résulte le caractère de partition de l’oeuvre.
L’originalité de Mallarmé est d’avoir conçu ce poème comme un
art de l’espace, espace de transgression, lieu d’une instantanéité
structurale du type de la peinture. À travers les futuristes et les
dadaïstes, cette innovation sera riche de conséquences dans l’élaboration des pratiques des avant-gardes.
Louis Dire
Quand bien même ;
litographies de Colette Deblé
Paris : Ecarts, 2005
Un Coup de dés
Un Coup de Dés jamais n’abolira le Hasard fut qualifié par Claudel
de « grand poème typographique et cosmogonique ».
On y trouve, plus qu’un récit, un thème ( le naufrage ) dont les
multiples variations ne suivent pas l’ordre d’une chronologie linéaire. Tout semble se jouer dans le motif principal d’un texte
où, comme le dit Mallarmé dans sa préface, « tout se passe, par
raccourci, en hypothèse ». Édifice dont la composition est savamment élaborée, le poème off re des combinaisons variées de sens
à lire comme une « partition ». On aboutit à une poésie qui n’a
aucun message à délivrer et qui renvoie, pour certains critiques, à
une véritable interprétation de l’univers.
Mallarmé avait composé des « Tombeaux » commémoratifs, pour
Poe et Baudelaire. Un Coup de dés, composé à la fin de sa vie,
peut être considéré comme le tombeau poétique de l’humanité et
peut-être du monde lui-même.
Le poète tente de sortir les mots de la logique du langage en luttant contre les alliances arbitraires, les habitudes, les expressions
toutes faites. Il circonscrit le nom par la paraphrase, laissant le
sens surgir par défaut, musicalement. Enfin avec l’éclatement du
texte sur le blanc du papier, la phrase est perturbée par sa propre
inscription. L’irrégularité de la lettre et la dissociation spatiale
renvoient l’élocution à son commencement : l’espace intérieur,
non linéaire, où se constitue l’idée, car « Toute pensée émet un
coup de dés ».
Paul Valéry a raconté comment, en lui montrant les premières
épreuves en mars 1897, et comme s’il était lui-même ébranlé
par l’impact du Coup de dés, Mallarmé lui aurait demandé : « Ne
trouvez-vous pas que c’est un acte de démence ? » Et Valéry de
commenter : « Il a essayé, pensai-je, d’élever enfin une page à la
puissance du ciel étoilé ! »
Stéphane Mallarmé
Un coup de dés jamais n’abolira le hasard
Paris : Nouvelle Revue française, 1914
Quant au Livre
Mallarmé estimait que « le tout au monde existe pour aboutir à
un livre ».
Dans sa lettre autobiographique à Verlaine en 1885, le poète, qui
n’avait encore publié aucun recueil, faisait cet aveu :
« ... j’ai toujours rêvé et tenté autre chose, avec une patience
d’alchimiste, prêt à y sacrifier toute vanité et toute satisfaction,
comme on brûlait jadis son mobilier et les poutres de son toit,
pour alimenter le fourneau du Grand Œuvre. Quoi ? C’est
difficile à dire : un livre, tout bonnement, en maints tomes, un
livre qui soit un livre, architectural et prémédité, et non un recueil des inspirations de hazard, fussent -elles merveilleuses...
J’irai plus loin, je dirai : le Livre, persuadé qu’au fond il n’y en
a qu’un, tenté à son insu par quiconque a écrit, même les Génies. »
Le Livre est un espace à la fois matériel, symbolique et poétique,
où vient se loger l’univers tout entier. Sorte de Grand Oeuvre
alchimique, le Livre accomplirait la poésie qui est elle-même,
selon Mallarmé, à l’origine de tous les arts.
« ... je réussirai peut-être : non pas à faire cet ouvrage dans son
ensemble ( il faudrait être je ne sais qui pour cela ! ) mais à en
montrer un fragment d’exécuté, à en faire scintiller par une
place l’authenticité glorieuse, en indiquant le reste tout entier
auquel ne suffit pas une vie. Prouver par les portions faites que
ce livre existe, et que j’ai connu ce que je n’aurai pu accomplir. »
En gestation depuis vingt ans, le Livre rêvé n’était plus alors une
oeuvre possible à échéance humaine, mais une sorte de limite
idéale de la littérature universelle. De ce grand projet resté virtuel, on retrouve la trace tout au long de son oeuvre : du soin
porté à l’édition et à la mise en page de ses poèmes, à ses articles
dans les revues de l’époque, en passant par sa correspondance et
les nombreux papiers et notes retrouvées.
Mais c’est bien le Coup de dés qui semble en être le fragment le
plus abouti.
Stéphane Mallarmé
Un coup de dés jamais n’abolira le hasard
Cosmopolis, revue internationale, 1897
... croyez que ce devait être beau
Stéphane Mallarmé est né en 1842. Ses premiers poèmes ( 18571860 ) sont inspirés de Victor Hugo, Théodore de Banville, Théophile Gautier ou Baudelaire. Il écrit en 1865 L’Après-midi d’un
faune, que Debussy mettra en musique en 1892-1894. A partir de
1866, il publie dans la revue Le Parnasse contemporain. Professeur
d’anglais, il enseigne à Tournon ( Ardèche ), puis à Besançon, et
enfin à Avignon.
Admirateur précoce de Baudelaire et de Poe, il connaît en 1866
une très profonde crise intérieure qui le conduit non seulement
à perdre la foi, mais à découvrir le néant, et à forger une conception radicalement nouvelle de la poésie, fondée sur la rigueur
et le refus du lieu commun, jusqu’à considérer que le sens n’est
qu’un des éléments d’un poème, et peut même en être absent.
Cette révolution poétique n’a guère d’échos avant le milieu des
années quatre-vingt. Verlaine et Huysmans le font alors connaître à un public plus large. Il devint à son corps défendant, le maître du Symbolisme naissant, et peut publier, en 1887, la première
édition de ses Poésies.
Dans ses Poètes maudits ( 1883 ), son ami Verlaine le définit ainsi :
« Préoccupé, certes ! de la beauté, il considérait la clarté comme
une grâce, secondaire, et pourvu que son vers fût nombreux, musical, rare, et, quand il le fallait, languide ou excessif, il se moquait
de tout pour plaire aux délicats, dont il était, lui, le plus difficile. »
Nommé à Paris en 1871, il entreprend de traduire des poèmes
d’Edgar Poe, dont Le Corbeau, qu’illustrera Manet. A partir de
1877, ses « Mardis », jours de réception à son domicile, rue de
Rome, auront un impact considérable sur Charles Morice ou
Henri de Régnier, mais aussi sur Paul Claudel, André Gide,
Pierre Lous, Paul Valéry et Alfred Jarry. Il meurt le 8 septembre
1898, après avoir demandé qu’on détruise ses notes : « Il n’y a pas
d’héritage littéraire... »
Stéphane Mallarmé
Un coup de dés jamais n’abolira le hasard ;
éd. mise en oeuvre et présentée par Mitsou Ronat, réalisée par Tibor Papp
Paris : Change errant / d’atelier, 1980
L’ami des peintres
Les Mardis littéraires chez Mallarmé se distinguaient par la présence d’artistes majeurs, venus en amis, en admirateurs, tels Gauguin, Whistler, Redon, plus tard Maurice Denis et Vuillard. Et
s’ils ne sont jamais apparus au 89 rue de Rome, Manet, Monet,
Renoir, Rodin ou Berthe Morisot avaient eux aussi établi avec le
poète des liens profonds, dont témoigne sa correspondance.
Mallarmé reconnut les plus grands artistes de son temps, les défendit et en eut certains pour amis. Figure incontestée du Symbolisme, il s’enthousiasme pour le courant impressionniste. Il
intervient pour qu’un tableau de Whistler soit acquis par l’Etat
français, soutient Gauguin au moment de la vente de ses oeuvres
en 1891 et écrit en 1876 le fameux article « Les Impressionnistes et
Edouard Manet », dans lequel il rend hommage aux représentants
de ce courant. L’impressionnisme marque en effet, dans l’histoire
de la peinture, une crise de la représentation comparable à celle
qu’incarne Mallarmé dans le champ littéraire : dans les deux cas,
peinture et poésie déplacent l’intérêt de la chose représentée à
l’acte même de la représentation et à ses moyens propres, picturaux ( les couleurs ) ou poétiques ( les mots ).
Plaçant le « Livre » au centre de son oeuvre, Mallarmé a révolutionné à sa manière la conception même du livre d’artiste, demandant aux peintres un nouveau type de collaboration. Lui qui
souhaitait « peindre, non la chose, mais l’effet qu’elle produit »,
a cherché une autre typographie, une autre mise en page, des
interventions picturales qui ne soient plus de simples « illustrations ».
Stéphane Mallarmé
Les poèmes d’Edgar Poe. Traduction en prose de Stéphane Mallaemré. Avec portrait et illustrations par Edouard Manet
Paris : L. Vanier, 1889
Stéphane Mallarmé
Poésies ; illustrations de Henri Matisse
Paris : Livre club du libraire, s.d.
Fac-similé de l’édition de 1932
ECHO DU COUP DE DÉS
Les éditions du poème
Un coup de dés jamais n’abolira le hasard est publié pour la première
fois en mai 1897 dans la revue internationale Cosmopolis. La rédaction prend la précaution de l’introduire par la note suivante :
« Dans cette oeuvre d’un caractère entièrement nouveau, le poète
s’est efforcé de faire de la musique avec des mots. [ ... ] La nature
des caractères employés et la position des blancs suppléent aux
notes et aux intervalles musicaux. » L’auteur lui-même avait fait
précéder son texte d’une « observation relative au poème », soulignant la hardiesse et les limites d’une oeuvre « qui manque de
précédents ».
Cette publication n’est qu’une demi-mesure par rapport au projet
de Mallarmé : le format de la revue impose une lecture verticale
du poème circonscrite à la page simple et non à la double page
comme le souhaitait le poète. Dans une lettre adressée le 14 mai
1897 à André Gide, Mallarmé avoue ainsi n’avoir pu « présenter
la chose qu’à moitié » mais il ajoute : « Le poème s’imprime, en
ce moment, tel que je l’ai conçu : quant à la pagination, où est
tout l’effet. Tel mot, en gros caractères, à lui seul, domine toute
une page de blanc et je crois être sûr de l’effet. »
Aussitôt après cette première et imparfaite publication, Mallarmé s’occupe de réaliser pour Ambroise Vollard ce qui devait
être l’édition définitive, illustrée de lithographies d’Odilon Redon. Cette édition, qui donna lieu à de nombreuses épreuves de
l’imprimerie Didot, ne parut jamais, et ce n’est qu’en 1914 qu’est
publiée, par les soins du Dr Bonniot, gendre du poète, l’édition
originale ( et point tout à fait conforme ) du Coup de dés.
Cette édition, publiée par la Nouvelle Revue Française, a été
préparée par le Dr Bonniot sur la base des jeux d’épreuves. Elle
donne une idée juste de la disposition du texte et respecte la
conception du poème en double page : elle réduit et normalise
le format mais n’en est pas moins impressionnante. Ses défauts
principaux sont l’insertion d’une couverture, la reprise de l’« Observation » de Cosmopolis en tant que « Préface », ce qui était contraire aux intentions de Mallarmé, et la modification du caractère
d’imprimerie.
Les épreuves Vollard (1897-1898)
Illustré par Odilon Redon, Un Coup de dés aurait dû être le premier livre publié par le marchand de tableaux Ambroise Vollard.
A la demande de Vollard, Mallarmé s’attelle au projet dès mai
1897 et remet à l’imprimeur Firmin-Didot le manuscrit. Entre
début juillet et fin novembre 1897, Mallarmé reçoit de celui-ci
cinq tirages successifs. Toutefois, aucune épreuve ne lui donne
entière satisfaction et le 27 novembre il retourne le cinquième
tirage dénonçant l’absence de « repérage entre les feuilles juxtaposées ». De son côté, Odilon Redon, le 20 avril 1898, écrit à
Mallarmé : [ ... ] je me propose de dessiner blond et pâle, afin de
ne pas contrarier l’effet des caractères, ni leur variété nouvelle. J’ai
les pierres au grainage, c’est vous dire que je serai bientôt définitivement à l’ouvrage ». Stéphane Mallarmé s’éteint le 9 septembre
1898 et l’oeuvre ne verra jamais le jour.
Mallarmé ne voyait dans ces jeux d’épreuves que « des déchets
innombrables de [ ses ] rapports avec l’imprimerie Didot » ( lettre
à Camille Mauclair du 8 octobre 1897 ), mais celles-ci nous permettent aujourd’hui de mesurer l’exigence mallarméenne quant à
la disposition du poème sur la double page, à travers les multiples
corrections typographiques faites par le poète. On mesure aussi la
difficulté de réalisation à laquelle se heurta l’imprimeur, ainsi que
l’incompréhension de l’éditeur affirmant que son ouvrage sera
« acheté en très grande partie pour les gravures, attendu qu’on
peut avoir dans Cosmopolis le texte pour un franc environ » ( lettre
de Vollard à Odilon Redon, 5 juillet 1897 ).
Outre de multiples corrections typographiques portées à l’encre
noire, on trouve des recommandations de mise en pages inscrites
au crayon rouge : « grossir », « remonter », « resserrer proportionnellement », « hausser », « diminuer le blanc » et ce leitmotiv : « les
deux marges intérieures C et D doivent être de même mesure
entre elles et d’une mesure commune à toutes les pages. » Sur les
quatre lithographies proposées par Redon, seules trois semblent
avoir fait l’objet d’un tirage.
Échos du Coup de dés
Avec Le Coup de dés... Mallarmé inaugure le premier livre ( d’artiste ) car il invente une dramaturgie plastique, un opéra libre,
neuf ( verbal, visuel, typographique et tactile ), dans tous ses
aspects matériologiques ( papier, forme, typogrammes, impression ), oeuvrant vers l’espace « concret » déjà, presque, de la langue
comme matériau, mais pas encore explicitement comme objet.
Beaucoup considèrent donc que Mallarmé est à l’origine du développement de ce que l’on a appelé au XXe siècle le livre d’artiste, et plusieurs d’artistes, poètes, éditeurs ont proposé leur interprétation du poème depuis les années 1960 :
Christiane Vielle a choisi pour le poème de Mallarmé des gravures à l’aquatinte, où les noirs et les gris comme portées par la
houle, les embruns, le flux et le reflux, suivent l’esprit du texte
et dit le mouvement dynamique qui l’habite. Elle s’est intéressée à la catastrophe finale : une succession de poussées verticales
et d’horizontales évoquent l’inexorable descente du bateau dans
les abysses, contrée par les efforts vains pour rester à la surface.
Héritière de l’abstraction lyrique et d’une fascination renouvelée
pour l’Extrême-Orient, l’oeuvre de Christiane Vielle est à la fois
abstraite dans son langage elliptique et paysagiste dans sa conception profonde de l’espace. Malgré leur taille monumentale, les
puissantes aquatintes laisse toujours respirer le texte : bien qu’elles évoquent la violence du naufrage, elles permettent au poème,
typographié par François Da Ros, de rester à flot.
De son coté, le graveur Jean Lecoultre a pris le parti, sur l’idée
de l’éditeur, de ne pas altérer l’ordonnance typographique du texte par l’intrusion des images, cinq d’entre elles étant cachées à
l’intérieur de dépliants tandis que les deux dernières figurent en
début et en fin, toutes sur doubles pages. Les estampes, gravées
au vernis mou, participent également de par la fragilité et les
aléas de cette technique à la réussite de ce projet.
Stéphane Mallarmé
Un coup de dés jamais n’abolira le hasard ;
gravures de Christiane Vielle
Paris : Aux amateurs de livres, 1989
Stéphane Mallarmé
Un coup de dés jamais n’abolira le hasard ;
gravures de Jean Lecoultre
Genève : E. Engelberts, 1975
Marcel Broodthaers
Marcel Broodthaers ( 1924-1976 ) fut d’abord poète, gagnant sa
vie, entre autres, comme libraire de livres de bibliophilie. Il en
publie lui-même, avant d’abandonner la poésie pour couler dans
du plâtre quelques exemplaires invendus de son dernier livre. Par
ce geste, il se déclare « artiste » et poursuit alors une oeuvre faite
de dispositifs hybrides d’objets et de mots, dans le prolongement
du langage, mettant en lumière les conditions de la production
du sens au XXe siècle et les mythes qui la soutiennent.
En 1969, Un coup de dés jamais n’abolira le hasard revient sur ce
passage du lire au voir, de la poésie aux arts plastiques, pour rétablir entre eux une forme de continuité. Le livre est sous-titré
Image. Il s’agit d’une transcription visuelle du poème de Mallarmé d’après l’édition originale de Gallimard ( NRF – 1914 ), dont
Broodthaers reprend à l’identique la couverture et le format. Il
se contente de remplacer le mot « Poème » par le mot « Image »
et de changer le nom de l’éditeur. A l’intérieur cependant, les
mots du poème sont oblitérés par des barres noires qui reprennent exactement la disposition typographique et la taille des caractères initiaux.
L’écriture poétique est réduite à la spatialité de son inscription.
Broodthaers parachève la mise en espace du poème voulue par
Mallarmé lui-même : il la pousse à sa limite, au détriment de sa
nature de texte, puisqu’il devient illisible. Il y a un comme un paradoxe à vouloir être mallarméen en rendant illisibles les mots du
poème de Mallarmé, c’est-à-dire en escamotant tous les jeux entre la signification et de la forme qui sont le coeur de ce poème.
Pour Broodthaers, Mallarmé est d’abord celui qui engendre
l’espace à partir des mots. De la thèse de Mallarmé sur l’aspect
spatial d’un poème il fait une théorie générale de l’art moderne
lorsqu’il déclare : « Mallarmé est à la source de l’art contemporain...
Il invente inconsciemment l’espace moderne ». Définition d’une surface d’échange, quand les mots deviennent formes et les formes
deviennent actes.
« Aujourd’hui, je fais cette Image. Je dis Adieu. Longue période vécue. Adieu à tous, hommes de lettres décédés. Artistes morts. Nouveau ! Nouveau ? Peut-être. Excepté. Une Constellation ? »
M.Broodthaers
Marcel Br
Image: un coup de dés ja
Antwerpen: Galerie W
« Quant à l’idée d’établir un rapport direct entre littérature et arts
plastiques, j’ai peur de l’avoir fait en prenant comme sujet le Coup
de Dés, de Mallarmé !!! »
M.Broodthaers
roodthaers
amais n’abolira le hasard
Wide White space, 1969
Cette médiocre mallette de machine à écrire, ouverte par
accident ou savamment présentée, dévoile ou expose des
pots en verre intacts ou brisés aux inscriptions référentielles ( Film, M. B., Le Corbeau, Le Renard ), une propagation de coton et de mystérieux messages manuscrits
sur le revers d’une enveloppe jaunie, froissée et sur la
housse même. La plaque de protection grise semble évoquer symboliquement la machine à écrire mais les poèmes
ne naissent pas dans les machines même si une beauté surréalisante émane de ce doux bric-à-brac. Les hsitoires de
galeriste, de pots de confiture et de morale d’artiste tirées
des textes nous guident alors dans le complexe exercice de
lecture de cette oeuvre pour mieux nous confondre : et si
tout n’était qu’ironie de l’inutile ?
Marcel Br
Machine à poèmes - ( 16 nov
Installation - Lettre manuscrite sous verre, coton mêlé, verres bri
Achat à la Galerie Isy Brachot (Bruxelles) - Frac M
roodthaers
vembre 1965 - 17 août 1968 )
isés et entiers, plaque de protection et housse de machine à écrire
Mudi-Pyrénées - Dépôt aux Abattoirs en juillet 1995
Alain Satié : le Lettrisme
Alain Satié est né le 20 janvier 1944 à Toulouse. En 1964, il
s’installe à Paris où il rallie le mouvement lettriste. Il présente ici
une série d’oeuvres constituée d’une suite de petits tableaux, considérés et présentés individuellement, comme des livres-objets. Il
écrit un roman plastique qui recoupe à la fois les préoccupations
mallarméennes et les siennes. Pareillement aux recherches de
Mallarmé qui lui ont imposé le dépassement de la forme syntaxique séculaire pour l’organisation typographique et ses silences,
Main Satié met en scène sa préoccupation constante de changer
la construction, la forme du tableau, et expérimente la configuration du cadre et sa fonction.
L’ensemble est encadré par un texte hommage en référence à
Mallarmé sur le thème du hasard et de ses incidences. L’auteur y
rend compte de divers écrits qui nous renseignent sur les doutes
ou sur les certitudes des novateurs passés ou actuels relativement
à l’influence ou à la non influence du hasard, que ce soit dans l’art
ou dans la vie.
Théorie poétique révolutionnaire, fondée sur la production de
particules sonores par l’être humain pris comme instrument, le
Lettrisme a flori pendant trente ans, à partir de 1946. Ni langage,
ni poésie, ni musique, le lettrisme se propose de faire une synthèse en héritant de leurs formes, conventions et contraintes en vue
de les dépasser. Il recourt autant à la décomposition de mots, aux
variations typographiques, aux alliances de lettres, qu’aux procédés du vers, aux cadences, aux alliances de rythmes, ou qu’aux
thèmes musicaux, variations, contrepoints et harmonies. Revendicateur, le mouvement entend libérer la poésie de la servitude
des traditions, lutter contre la fin utilitaire du langage, retrouver
la pureté originelle des modes de communication primitifs.
Ecoutons l’inventeur-fondateur du mouvement, Isidore Isou :
« si Mallarmé ( le plus total symboliste, le plus conscient artisan ) pouvait dire à Degas, dans une formule concentrée, dans
un axiome comme un slogan valable pour tous ( de Baudelaire
à Breton ) « la poésie n’est pas faite d’idées mais de mots », nous
pouvons lancer notre slogan en paraphrasant le premier : « la
poésie n’est pas faite de mots, mais de lettres ». »
Or Le pliage est,
vis-à-vis de la feuille imprimée grande,
un indice, quasi religieux ; qui ne frappe
pas autant que son tassement, en
épaisseur, offrant
le minuscule tombeau, certes, de l’âme
CE PLI DE DENTELLE SOMBRE
Le Livre de Mallarmé
Voulant dévoiler la vérité absolue, Mallarmé a cherché à élaborer une structure extrêmement complexe et qui ne laisse rien au
hasard. Il s’est livré à des calculs astronomiques concernant le
nombre de volumes, les dimensions de chaque volume par rapport aux dimensions de leur ensemble ( empilés ou alignés, vus
de face comme de profil... ), le nombre de pages de chacun ( identique pour tous ) et même le nombre de caractères imprimés sur
chaque page ( la surface noire de l’écrit devant s’équilibrer avec la
surface restée blanche du papier ).
Refusant la dimension statique d’un livre ordinaire, il a envisagé que, pareillement au mouvement des planètes dans l’espace,
les parties du Livre puissent suivre un mouvement déterminé au
sein de l’oeuvre. Ainsi, chaque volume aurait contenu des feuillets
mobiles qui auraient pu être déplacés selon des combinaisons
données. Le Livre devait donc devenir un objet vivant et même
un théâtre, idée chère à Mallarmé.
À travers un rituel empruntant à la fois à la liturgie catholique,
au concert et à la représentation théâtrale, Mallarmé a imaginé
de véritables représentations théâtrales du Livre devant un public
choisi, appelées « séances » qui tentait de relever au nom de la littérature le défi wagnérien de l’oeuvre d’art totale. C’est lui-même
qui aurait été l’« opérateur », exposant le Livre et en manipulant
les feuillets devant ses spectateurs. Là encore, rien n’était laissé
au hasard : nombre, durée et rituel des séances, nombre et disposition des spectateurs... Mallarmé est allé jusqu’à réfléchir au
financement de son projet et aux ventes attendues étant donné le
caractère fondamental que revêtait l’oeuvre à ses yeux.
Parce que la question du livre, comme il le pressentait, c’est aussi
celle de l’auteur, de la structure, de la diffusion, bref, de la lecture.
Un livre réversible
Bernard Villers
Simultané, successif
Faire un livre c’est facile
Prenez une feuille à l’italienne.
Imprimez au recto la couverture et au verso l’intérieur du livre.
Pliez.
Rognez si nécessaire.
Recommencez.
Eric Watier
Ma maison est ta maison - A ta mort tu n’em`porteras que ce que tu as donné - Un livre, un pli
Diffusion gratuite auprès de l’auteur
Tom Phillips
A humument : a treated victorian novel
London : Thames and Hudson Ltd, 1980
Ian Hamilton Finlay
Wild Hawthorn Press, 1987
Médiathèque des Abattoirs
Je le répète : il suffit qu’un livre soit concevable pour qu’il existe. Ce qui est impossible est seul exclu. Par
et qui démontrent cette possibilité, et d’autres dont la structure a quelque rapport avec celle d’une échell
exemple : aucun livre n’est aussi une échelle, bien que sans doute il y ait des livres qui discutent, qui nient
le.
La bibliothèque de Babel, Jorge Luis Borges, 1941.
Bernard Villers
Un livre concevable
Citation de Jorge Luis Borges
Sérigraphie de 2 couleurs (rouge et noir) - Bruxelles : Editions Lebeer-Hossmann, 2003
Ce pli de sombre dentelle,
qui retient l’infini...
Le Soleil Noir
A la recherche d’un livre total, François Di Dio, fondateur des
éditions du Soleil Noir ( 1964 – 1982 ), a pris fait et cause pour
le Livre-objet
Livre-objet*. Par là, il a tenté de réaliser ce rêve vertigineux
fait par Mallarmé d’un Livre total, assumé par des lecteurs-opérateurs qui reconstruisent le poème à l’infini. L’auteur du Coup
de dés... imaginait en effet une structure composée de feuillets
mobiles, dont les permutations créeraient pratiquement à l’infini
« ce livre qui ne commence ni ne finit » qui « supprime le temps
cendre ».
Artisan désireux d’appréhender la « physique de la poésie » selon
le mot d’Eluard, François Di Dio est passé par tous le stades de
la fabrication du livre traditionnel : du composteur à la presse à
bras auprès du taille-doucier Lacourière-Frélaut. Avec le maître relieur Bernard Duval il a créé un laboratoire consacré à la
recherche sur les matériaux modernes ( altuglass, plexi, métaux,
résine de polyester... ), qui leur ont permis d’introduire dans l’objet-livre, jusqu’alors volume opaque, parallélépipède-tombeau, la
transparence, la lumière, réalisant enfin objectivement la vision
mallarméenne: une lecture dans la dimension 4 ajoutant aux 3
coordonnées de notre espace immédiat le facteur temporel.
Et c’est ainsi que l’ancienne unité, fermée, du livre éclate et « de
mort il devient vie » et « le livre ( notre ancienne demeure ) est
pour ce lecteur bloc pur – transparent – il lit dedans, le devine
– sait d’avance où finir – montrant où c’est ce qui devra être
– raccords – rapports... »
Pour François Di Dio, ces notes de Mallarmé, jetées sur des
feuillets épars, écrites dans la fièvre d’une urgence, sont une injonction, le mode d’emploi lumineux du livre à monter et à venir.
* Chaque ouvrage publié au Soleil Noir comportait trois séries: A : haute
bibliophilie ( livre-objet ); B : « série club »; C : édition courante originale, illustrée et numérotée.
Infra noir - Illustrations de Erro - Paris : Le Soleil Noir, 1972 ( Série A )
Claude PELIEU
Ce que dit la bouche d’ombre dans le bronze-étoile d’une tête - Illustrations de Berrocal
Alain Jouffroy
Liberté des Libertés
Ipousteguy
Leaders et enfants nus - Illustrations de l’auteur
Paris : Le Soleil Noir, 1970 ( érie A )
Au lecteur
regardeur
auditeur,
en un seul mot
selon le voeu de Mallarmé,...
à l’
l’OPERATEUR
François Di Dio
... et parmi le blanc du papier,
significatif silence
Poésie concrète, poésie visuelle...
« Le poème visuel est une constellation dans l’espace », déclare
l’inventeur de la poésie concrète, Gomringer, en 1953, faisant
explicitement référence à Mallarmé.
Il s’agit de jouer avec le langage écrit dans sa réalité matérielle,
avec l’aspect visuel du mot et de la lettre, leur beauté graphique,
leur valeur plastique. Il y a recréation de sens par irradiation dans
un espace pictural. Celui-ci est multiple : chaque lecteur peut
faire son déchiff rement. Le poème s’inscrit dans la mémoire par
les images implicites suscitées. Diverses pratiques convergent ici :
l’art visuel de l’Ecole brésilienne ( Haroldo et Augusto de Campos, Pignatari ), le spatialisme ( Bory et Garnier ), l’art phonétique ( Bernard Hiedsieck, Henri Chopin ), la concrete poetry aux
Etats-Unis, développée par le poète américain Emmett Williams,
le cercle de Darmstadt en Allemagne, avec Daniel Spoerri, Claus
Bremer et Dieter Roth, les Konstellationen en Suisse etc...
Le Coup de dés de Mallarmé toujours.
Le concrétiste brésilien Haroldo de Campos dit, dans un entretien à Sao Paulo en 1992 : « En ce qui concerne les influences,
notre père est Mallarmé... Mallarmé, c’est le Dante de notre âge.
Sans cette connaissance préalable, on ne peut pas causer... Parce
que Mallarmé, c’est le poète qui fait la division des eaux. Pas
Mallarmé en général, le Mallarmé du Coup de dé
dés. Le Coup de
dés, c’est vraiment la comédie dantesque de notre âge moderne
et post-moderne. Moi personnellement, je trouve que Mallarmé,
c’est déjà le post-moderne. Moderne, c’est Baudelaire. Mallarmé
ouvre avec le Coup de dés l’espace de la post-modernité. Nous
sommes dans l’espace mallarméen de la post-modernité. La poésie concrète, c’est, disons, le dernier pli de cet espace cosmique,
galactique, ouvert par le Coup de dés de Mallarmé en 1897. Vraiment, la coupe épistémologique, c’est Mallarmé, le Coup de dés ».
Emmett WILLIAMS
Ton acte toujours
s’applique à du papier
LA POÉSIE EST MUSIQUE
Poésie sonore, poésie action
Certains critiques ont considéré que la reconstruction rigoureuse
d’un système formel à laquelle se livre Mallarmé dans le Coup de
dés, si elle était aussi neuve du point de vue visuel que du point
de vue sonore, était plus admirable encore en ce qui concerne la
musique. Nécessaire mais non sufisante, une réalisation sonore
du poème est possible, annonçant la poésie sonore.
Aujourd’hui, Poésie sonore et Poésie action comptent près d’un
demi-siècle d’une existence effervescente, novatrice et cosmopolite. Ou le retour à l’oralité, à travers notamment les possibilités
d’enregistrement et de découplage de la voix sur le magnétophone à bande. Leur développement s’est effectué en relation très
étroite et quelquefois conflictuelle avec celui d’autres disciplines :
musique « électro-acoustique », art de la « performance ».
Elles s’inscrivent dans une histoire des avant-gardes qui passe
par le Lettrisme, la poésie phonétique et syllabique des Dadaïstes, d’Hugo Bail à Tzara, à Raoul Hausmann et à Kurt Schwitters, les Futurismes, les Simultanéistes des années 1910.
La poésie sonore s’est développée d’abord en France, avec l’oeuvre
pionnière de François Dufrêne, d’Henri Chopin, de Brion Gysin et de Bernard Heidsieck, puis internationalement, en Angleterre avec Bob Cobbing, en Suède avec le groupe Fylkingen,
et plus tardivement aux Etats-Unis, sachant que les frontières
entre musique faisant appel à la voix et poésie sonore sont souvent floues.
Serge Pey appartient à cette catégorie très particulière des poètes
performeurs. S’il publie ses textes, il préfère de loin les amplifier,
les habiter ou les dilater en véritables spectacles où sa voix donne
littéralement corps à ses poèmes. Dans un texte, il parle de la
« langue arrachée » de Philomèle comme mythe fondateur de la
poésie : « Le tombeau vide, que construit Procné pour sa soeur à
la langue arrachée, est celui du poème » et il est difficile ici de ne
pas penser aux fameux Tombeaux de Mallarmé.
pierre boulez
improvisation sur mallarmé
Henri Chopin
Les bâtons
de
Serge Pey
Serge Pey
L’horizon est une bouche tordue : poèmes
Paris & Mainz : F. Despalles, 1998
EXPANSION TOTALE DE LA LETTRE
L’Eclatement typographique
Au milieu XIXe, l’apparition du poème en prose, puis, dans les
années 1880, celle du vers libre ( non rimé et irrégulier ), bouleversent les schémas de lecture du poème : les repères typographiques sont abolis pour l’un, fortement perturbés pour l’autre.
C’est dans ce contexte que s’inscrit le Coup de dés de Mallarmé.
La prise en compte de la typographie transforme radicalement
la relation du texte à la page : on s’intéresse à l’occupation de la
page par la phrase, le mot, la lettre, à la relation de l’écrit au blanc
qui l’entoure. La page est le théâtre d’une véritable orchestration
visuelle, qui dépasse la simple prouesse du poème figuré, et se
prête à une vision d’ensemble ou « simultanée ».
C’est bientôt l’époque du Futurisme et des Mots en liberté de
Marinetti ( 1911 ), qui utilisent le bouillonnement typographique pour suggérer le mouvement et le bruit du monde moderne,
hors de toute figuration. Les principes essentiels en sont : disposition des mots « au hasard de leur naissance » et non selon la
syntaxe, suppression de la ponctuation, création d’analogies par le
télescopage des mots, utilisation d’un langage télégraphique, cris,
onomatopées, multiplication des caractères typographiques...
Puis en 1914, alors même que paraît enfin une édition du Coup
de dés conforme aux voeux de Mallarmé, Apollinaire publie ses
cinq premiers poèmes calligrammatiques. Le poète est à la recherche d’un art d’expression qui permette de « lire d’un seul
regard l’ensemble d’un poème comme un chef d’orchestre lit
d’un seul coup les notes superposées dans la partition, comme
on voit d’un seul coup les éléments plastiques et imprimés
d’une affiche ». Et s’il dit ne pas avoir subi l’influence de Mallarmé, Apollinaire l’a pourtant lu « à bâtons rompus au hasard
des trouvailles ».
Autant d’oeuvres qui partent de la même réflexion sur le vers
libre comme nouvelle forme d’expression, ont en commun l’éclatement des conventions typographiques et l’appréhension simultanée de la page. Ou comment Apollinaire et Marinetti rejoignent Mallarmé dans la définition d’un nouvel espace poétique
et ouvrent la voie à Tristan Tzara et au mouvement Dada.
Jeux typographiques
A la vogue des poèmes figurés de l’époque baroque, succéderont
au XIXe siècle les délires typographiques de Nicolas Cirier, puis
la fameuse Mouse’s Tale ( queue de souris ) de Lewis Carroll.
En 1760 cependant, se démarquant de cet engouement pour la
poésie figurée, Laurence Sterne publie la Vie et les opinions de
Tristram Shandy, anti-roman d’une grande l’inventivité typographique. Contrairement au calligramme, la fonction visuelle n’est
pas ici assumée par la position des lettres ou le contour d’un
texte, mais par un usage intensif des signes de ponctuation et
une attention portée aux blancs sur la page, plus d’un siècle avant
Mallarmé. Ce qui intéresse Sterne, ce sont les effets à produire
au cours de la lecture.
Aux nombreux plagiats de Sterne, Charles Nodier apporte
soixante ans plus tard une variante très spirituelle avec l’Histoire
de roi de Boème et de ses sept châteaux.
Dans ce domaine aussi, les Djinns, tirés des Orientales, de Victor
Hugo, où la découpe du vers ne correspond pas à une forme mais
à un volume sonore: pour décrire l’arrivée des Djinns, venus du
fond de la nuit, leur passage tumulteux, puis l’effacement de leur
vol dans le lointain, le poète recourt à disposition croissante puis
décroissante des vers.
Ainsi se fait jour, à la fin du XIXe siècle, l’idée d’une écriture
poétique dont le pouvoir de suggestion viendrait autant du dessin que de la musique. Mallarmé donnera une réalité poétique à
ce qui n’est encore qu’orientations vagues.
Vers figurés
C’est dans l’Antiquité grecque que l’on trouve les premiers exemples de « vers figurés ». Les poètes s’exercent alors à toutes sortes
d’ingénieux divertissements philologiques ( technopaegia ). Et si
les Acrostiches, palindromes, lipogrammes et autres vers rhopaliques ou « boules de neige » sont considérés à l’époque comme un
genre poétique mineur, ces bizarreries typographiques apparaissent aujourd’hui comme les ancêtres des calligrammes.
Les auteurs latins proposent à leur tour des poèmes figurés ( carmina figurata ), au caractère visuel plus prononcé. Plus abstraits,
plus architecturaux que ceux des grecs, ils semblent pour certains
avoir été composés pour être mis au mur. Par le jeu savant de sa
disposition à l’intérieur d’une grille, la lettre se trouve y être, pour
la première fois, isolée, préfigurant ainsi, quoique d’une manière
involontaire, la rupture du mot. Raban Maur est celui qui ira le
plus loin, avec son De laudibus crucis, premier livre de poésie visuelle à tenir compte de l’image peinte.
A la Renaissance, l’invention de l’imprimerie stimule l’habileté
des typographes et le goût de dessiner des formes au moyen de
caractères typographiques, même pour de simples raisons décoratives. A l’instar du remarquable Songe de Poliphile, le début et
la fin des ouvrages deviennent les lieux privilégiés pour toutes
sortes effets : pages de titre et colophons en forme sabliers, coeur,
grappe, coupes...
Du côté de la poésie figurée, le plus célèbre calligramme du XVIe
siècle est certainement la Dive Bouteille du chapitre 44 du Cinquième Livre de Rabelais. Précurseur, ce dernier considérait déjà
le langage comme un matériau concret, d’abord appréhensible
par l’oeil ( voir les « paroles gelées » du Quart Livre ).
D’UN COUP DE DES, L’ESPACE DU POEME DEPUIS
MALLARME
Bibliothèque de Toulouse (exposition)
et Les Abattoirs (Man RAY à l’auditorium Jean Cassou)
Patrick CINTAS
avec Ann-Sarah Laroche
L’exposition s’est terminée hier. Qu’à cela ne tienne ! Voici un petit
compte rendu de la visite qu’Ann-Sarah LAROCHE, commissaire
de l’exposition, a bien voulu guider.
Il n’est pas rare qu’on expose de la mode pour la glisser adroitement dans le cercle privé des arts, glissement qui s’opère plus
précisément de la sociologie à la critique d’art et de la pathologie
ordinaire de la rue à celle plus orphique des véritables créateurs.
Stéphane MALLARMÉ eut sans doute la joie de délimiter le
terrain des postures, reléguant le «journal» à ses coupes sombres
dans la matière quotidienne et suggérant péremptoirement la
possibilité d’un livre tel qu’il ne fût pas le seul à pouvoir l’écrire
tant il eût acquis des étoiles et de leurs distances. Ainsi qu’on
voit à quel point il est difficile de montrer MALLARMÉ, non
pas sans le dénaturer par la descente d’un cran de ses exigences,
mais en en parlant avec des moyens dont tout le monde peut
comprendre le lexique et la syntaxe : en exposant le cosmos de
ce génie qui change l’éternité sans en toucher maladroitement la
complexité à la fois infime et infinie, la bibliothèque de Toulouse
ouvre ses collections exemplaires au public désireux de s’informer justement et d’étudier avec délices sans se priver d’un hermétisme cette fois conquis par la grâce des objets exceptionnels
que seules des vitrines interdisent au toucher. C’est donc dans un
univers de son et d’objets qu’on nous propose d’approcher, sinon
de comprendre au moins plus clairement, ce que fut cet homme
et ce qu’il en est encore de lui qui, de loin et si profondément,
fit plus qu’enseigner ce que sans doute il perçut de définitif et de
parfaitement naturel dans notre existence et sur ses terres.
Cependant, ce n’est pas tant la poésie elle-même qui est ici en
jeu, sinon le livre lui-même, objet des mains et du regard, sans
doute aussi un peu du nez, que MALLARMÉ s’évertua à côtoyer sans y perdre son âme. On imagine assez ce qu’il s’en fut
déduit si l’amateur qu’il était eut par trop d’imprudence cédé à
ces jouissances de remplacement, doublure dont le thème énerva
heureusement Raymond ROUSSEL qui poussa lui aussi le bouchon des travaux aussi loin que sa santé le lui permit enfin à l’orée
de l’âge adulte et des complications mentales. Car si la perspective inaugurée par MALLARMÉ n’est jamais perdue de vue, et
ce, malgré le silence obligé, car on est à la tangente de quelques
salles d’étude fort silencieusement recueillies, les exemples d’hérédité dont on le crédite justement, il me semble qu’ils doivent
au moins autant à ces cribles ou laminoirs que furent l’incomparable Raymond ROUSSEL et le solide et constructif William
FAULKNER. C’est que le livre, travaillé dans ses typographies
et donc au cours d’une histoire que les technologies ont quelque
peu emballée, s’encombre d’une écriture dont le travail est la surface même. J’ai été joyeusement fasciné par la faculté qu’ont ces
livres et autres affiches de refaire l’Histoire, de redire ses écritures
et d’en proposer les recommencements. Suivant Ann-Sarah LAROCHE qui me guidait, nous avons évoqué avec soin chacune
de ces parcelles de connaissance livresque qui ont formé et déforment encore nos consciences d’animateurs de l’écriture.
L’absence, qui me parut d’abord obscène, de Michel BUTOR,
sans s’expliquer jamais autrement que par des questions de droits
et de cherté, pesait sur ce que j’ai tout de suite considéré comme
une introduction aux valeurs pédagogiques des poésies et de la
poésie. Dans ce quartier Saint-Sernin, nous sommes tout près
de la «Cave poésie», petit tombeau où on s’exprime encore avec
les moyens de l’autre bord et qui partage un mur avec la cinémathèque. Il eût suffi d’un Répertoire ou d’une Illustration pour
se convaincre des ressemblances quelquefois exagérées. Autre
filiation plus neuve sans doute, moins entachée de son siècle
peut-être, qu’il eût été plaisant et passionnant de pénétrer avec
le même regard. Mais passée cette impression de manque qui
s’apparente à tous les manques dont nous affligent nos pratiques
de l’hallucination et du roupillon, on revient vite aux objets de
cette exposition qui, sans fleurs ni couronne, sait en tirer la leçon
et les plaisirs.
L’espace du poème étant alors circonscrit ou presque, il nous est
loisible, parés et cuirassés, à l’instar de MALLARMÉ lui-même,
de risquer l’esprit et nos extrémités dans les pages, les couvertures, les extensions, les étrangetés et autres possibilités des impressions, des typographies, des promesses technologiques et
des convulsions créatrices qui s’annoncent toujours par le même
appel de l’infini, de l’azur qui le contrecarre ou des glaces qui le
retiennent encore au seuil du poème. Un objet, pourvu qu’il ne
force pas la lecture, pourvu qu’on ne s’imagine pas déchiff rer ses
contenus écrits et graphés superbement, est doué d’une existence
de suggestion. Il s’ensuit qu’on est alors porté à le croire. Marcel
DUCHAMP, si présent lui aussi dans les plis, conclut en son
temps à la croyance. J’ignore si MALLARMÉ prononça ce mot
pour l’instaurer, l’authentiquer, mais il m’a toujours semblé, moi
qui ne fus pas toujours doué de la parole et toujours premièrement du seul cri de l’enfance, que les livres tiennent du missel,
et qu’ils contiennent leurs propres. Chacun y trouvera son dieu,
pour le vénérer ou lui demander des comptes. À l’heure des livres
électroniques, autrement dit des modèles que nous envisageons
pour eux s’il leur arrive jamais une existence de papier, ce côtoiement paradoxal du virtuel et de la langue portée au blanc initie à
une croyance toujours plus éloignée des religions et de cette idée
somme toute fort politique que les poètes méritent qu’on leur
coupe la langue ou qu’on les crucifie, selon le degré de cruauté
inspirée par les prophètes respectifs et légitimes.
Ce qui est alors joué, c’est tout simplement le livre d’artiste, et
c’est dans l’espace du poème lui-même qu’il est envisagé comme
seul repère visible et concret. Il convient de différencier clairement le livre total, qui réunit les arts dans un effort oecuménique,
rêve des fées du XIXe siècle, et le livre orphique par lequel on
commence à devenir étrangement moderne, voire bizarrement,
pour suivre VALERY sans le dénaturer trop, sur les traces d’Alfred JARRY qui fut à la littérature française ce que JOYCE lâcha
dans la littérature universelle. Encore une absence qui me piqua
au vif, mais dont je sus ne pas envenimer ma critique vagabonde
merveilleusement contredite ou alimentée par Ann-Sarah LAROCHE qui prit du temps pour parfaire notre visite. Au fond,
comme il n’est pas possible de tout dire ni de penser à tout, cette
exposition, avec ses bocaux de verres soigneusement fermés et ses
passagers silencieux qu’il nous semble toujours reconnaître, cette
exposition fut un point de rencontre, j’allais dire une provocation
pour les uns, qui en savent long sur le sujet, et une question à débattre pour ceux qui, loin d’y avoir cultivé les prémices de l’existence, reconnaissent en passant que l’objet, au fond, c’est ce qui
nous pose le plus grand nombre de questions et qu’un livre fermé
n’est plus un objet, à moins que sa couverture, ou son système
d’apparence, nous invite à y plonger la promesse de nos mains.
Le fonds de la Bibliothèque de Toulouse est riche en rencontres de ce type. On nous invite à le consulter. Et pourquoi pas à
l’l’enrichir
enrichir si l’l’on
on est collectionneur et généreux. À l’heure où les
réserves de nos musées et de nos bibliothèques et autres cinémathèques s’ouvrent ou tentent de s’ouvrir au public qui passe
dans la rue et s’arrête quelquefois, ce type d’exposition est un lien
qu’il suffit d’interroger pour s’introduire plus avant dans l’enrichissement de plus en plus complexe et décomplexé de ce que
nous ne savons guère qu’accumuler au détriment d’un choix, futil joué au hasard, fût-il ce que la pensée finit, et c’est là son seul
achèvement, par donner à penser. Encore que, subrepticement, et
pas forcément en guise de réponse ou en écho, la rue elle-même,
contenant par définition ce qui sera et demeurera, autrement dit
les oeuvres dont on se souviendra heureusement, la rue ne s’ouvre
pas aussi facilement que les murs que nous traçons trop joyeusement autour de ce que nous savons de nous-mêmes et surtout de
ce que nous prétendons donner, dans une perspective de bonheur
collectif qui jamais n’abolira notre prétention philosophique à la
joie pure et simple.
Nous nous plaçons donc dans la perspective, ou l’espoir, qu’à défaut de librairie, de grandes surfaces et autres médias de l’emportement capitaliste et religieux, à une presque éternité de la philosophie et de ses poésies, une brèche sera pratiquée, au moins de
temps en temps, dans ces murs parfaitement conquis, mais, nous
semble-t-il, à l’envers, à rebrousse-poil, contre nature, au risque
de finir par choisir ce qui a déjà été choisi... en amont. Il manquera toujours un aval aux rivières des expositions qui jalonnent
et qui bornent aussi quelquefois notre existence tranquille de
spectateurs enclins à trop de foi au détriment de la croyance qui
nous animerait autrement mieux sur le fil des équilibres précaires. D’un ongle précis le plus souvent, Ann-Sarah LAROCHE
et ses collaborateurs ont su s’appliquer au tableau des poésies qui
autrement nous eussent parues sommaires. On a gagné, à visiter
«D’un coup de dés... l’espace du poème depuis Mallarmé», quelques écailles d’infini que nous ne sommes pas obligés de prendre
pour des promesses, mais bel et bien pour de l’avenir. À la condition de s’être appliqué à ne rien rater des plis et des suggestions
qui jalonnent cette exposition.
Conçu par:
par
Valérie Constantin
atelier de fabrication Le chasseur abstrait éditeur
12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères
paru dans le numéro 25 de Ral,m:
http://www.lechasseurabstrait.com/revue
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising