2 - Free
ENFIN TESTÉ : ATHLON 64, FAUT IL ATTENDRE POUR L’ACHETER ?
magazine
Hardware
Hardware
Octobre/Novembre 2003 numéro 7 5,90 4
N’ACHETEZ PLUS SANS NOUS !
magazine
DOSSIER
SPECIAL
DIVX
Le guide des
processeurs
• Devez vous et pouvez
Le comparatif des
platines DivX de salon
Créez votre
vidéo DivX
de A à Z
vous upgrader votre
CPU ?
• AMD ou Intel ?
• Prix, performances,
capacité d’overclocking
• Quelle ram utiliser ?
lecteurs portables :
emmenez vos vidéos partout
Redécouvrez
votre PC :
carte graphique,
processeur,
comment ça marche ?
Ventirads
refroidissement,
stabilité, silence, prix :
les élus
GUIDES D’ACHAT
• Mémoire vive : la bonne quantité
• Disques durs : taille, vitesse, cache ; que choisir ?
• Photo : de 2 à 8 Mpixels, la bonne définition
Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$
Edito_sommaireHM6.qx5
16/09/03
16:40
Page 1
probablement aussi performants, utiliseront de la
mémoire normale et auront le soutien des
constructeurs de cartes mère. Mais ils ne seront
La sortie de l’Athlon 64 est bien entendu un disponibles a priori qu’en Juin, c'est-à-dire bien après
évènement, c’est indéniable, ne serait ce que parce la sortie du Presscott d’Intel, qu’on dit lui aussi ultra
ce n’est pas tous les jours qu’une vraie nouvelle performant.
De là à conclure que l’Athlon FX
génération de processeur fait
premier du nom ne sera qu’une
son apparition. Il ne faut
sorte de FX 5800, un produit
néanmoins pas s’y tromper.
ENFIN TESTÉ : ATHLON 64, FAUT IL ATTENDRE POUR L’ACHETER ?
destiné à rester le leader en
Si c’est cette sortie est
performances pures, à faire les
passionnante d’un point de
“une” des magazines, même s’il
vue technique, ce n’est
N’ACHETEZ PLUS SANS NOUS ! magazine
n’a aucun intérêt par ailleurs, il
sûrement pas elle qui va faire
DOSSIER
n’y a qu’un pas, bien tentant à
exploser les chiffres de vente
franchir. A vrai dire, l’anecdote
des constructeurs d’ici la fin
nous aurait paru mineure (ce
de l’année. D’abord parce
Le
guide
des
processeur sera peu produit et
qu’il sera difficile à trouver et
processeurs
à des prix rédhibitoires) si la
ensuite parce qu’il n’y a guère
• Devez vous et pouvez
campagne marketing qui l’a
vous upgrader votre
Le
comparatif
des
de raisons à ce que vous vous
CPU ?
platines DivX de salon
accompagné ne semblait
précipitiez pour l’acheter. Non
• AMD ou Intel ?
• Prix, performances,
vouloir occulter l’Athlon 64 à
Créez votre
pas que cela soit un mauvais
capacité d’overclocking
vidéo DivX
son profit. Et ne parlons même
• Quelle ram utiliser ?
CPU bien au contraire, mais
de A à Z
pas des chipsets puisqu’à en
lecteurs portables :
tout simplement parce
emmenez vos vidéos partout
croire la propagande officielle,
personne n’a vraiment besoin
Redécouvrez
Ventirads
seuls les chipsets nVidia
refroidissement,
d’une telle puissance. Sauf à
votre PC :
carte graphique,
stabilité, silence, prix :
existent, au grand désespoir du
processeur,
viser l’upgrade à long terme
les élus
comment ça marche ?
VIA K8 devenu le chipset
en payant très cher
GUIDES D’ACHAT
• Mémoire vive : la bonne quantité
invisible du moment (bien
• Disques durs : taille, vitesse, cache ; que choisir ?
aujourd’hui, un Barton 2500+
• Photo : de 2 à 8 Mpixels, la bonne définition
qu’employé sur une belle
est une bien meilleure affaire.
brochette de cartes mère pour
Mais la sortie de l’Athlon 64
Athlon 64).
nous a permis d’observer un
Bref,
les
journalistes
qui
essaient de faire leur travail
spectacle qui n’a certes rien de technologique mais
librement
et
objectivement
ne sont pas contents, les
mérite au moins le coup d’œil. Les gesticulations
d’AMD mais surtout de nVidia autour de ce CPU sont constructeurs de cartes mère pas beaucoup plus, et
en effet dès plus comiques. L’Athlon 64 ne semble AMD qui a un vrai bon produit dans la main avec
guère exister à leur yeux, tous les efforts se portent l’Athlon 64 court bien des risques d’image à long
sur le premier Athlon FX, un processeur lui aussi 64 terme quand la presse aura réussi à trier le bon grain
bits, certes réputé ultra performant, mais inabordable, de l’ivraie. Un beau gâchis pour un processeur qui
introuvable, utilisant de la mémoire plus chère que la mérite bien mieux que cette agitation politique comme
plus belle des DDR 400 low latency et un socket qui vous pourrez le constater dans notre test exclusif !
Hardware
Linge sale
magazine
Hardware
Octobre/Novembre 2003 numéro 7 5,90 4
SPECIAL
DIVX
Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$
sera incompatible avec la seconde génération de
processeurs FX. Ceux-ci seront pourtant moins chers,
38 rue garibaldi, 93100 Montreuil
Email : redac@techage.fr
Editeur et Rédacteur en chef : Christian Marbaix Rédacteur en chef adjoint : Jérémy Panzetta
Ont participé à ce numéro : , Philippe Ramelet, M. Scott, Jacques Harbonn, Tridam, Eric Forgeron
Conception graphique : David Benamou Maquettiste : Cyril Albo
Abonnements : Hardware Mag - Service abonnements - BP 1121 - 31036 Toulouse Cedex 01
Directeur éditorial : Christian Marbaix
Hardware Mag est édité par Tech.Age SAS au capital de 78300 €
Principaux actionnaires, Christian Marbaix et Christophe Carrere.
Siège : 38 rue Garibaldi 93100 Montreuil RCS Bobigny B 442 769 410 Siret : 442 769 410 14.
Président : Christian Marbaix
Publicité : AE Media : 8, Rue de Berri 75008 Paris
Tel 01 42 99 96 20 Fax 01 42 99 96 21
Directeur de Publicité AE Media
Albert Elbaz 01 42 99 96 26
Directeur de Clientèle
Pierre Bon 01 42 99 96 24
Christian Marbaix
L’envoi de tout texte, photo ou vidéo implique l’acceptation
par l’auteur de leur libre publication dans le journal. Les
documents ne sont pas retournés. La loi du 11 mars 1957
n’autorisant aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article 41
d’une part que « des copies ou reproductions strictement
réservées à l’usage du copiste et non destinées à une
utilisation collective» et d’autre part que les analyses et
courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration,
« toute représentation ou reproduction, intégrale ou
partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses
ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinea premier
de l’article 40). Cette représentation ou reproduction, par
quelques procédé que ce soit, constituerait donc une
contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants
de l’ancien code pénal.
Textes, photos, vidéo : copyright 2002/3 Tech.Age SAS
Impimeur : N.I.I.A.G Printed in Italy, imprimé en Italie
N° de commission paritaire : en cours N° ISSN : en
cours Dépôt légal : troisième trimestre 2003
Distribution : MLP
Sommaire
News
Evènement
L’analyse et les tendances du marché
p12
..........
p6
Comparo
Les meilleurs ventirads P4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p46
Notre sélection pour bien refroidir son CPU sans se casser les
oreilles. En complément : que gagne-t-on à prendre un ventirad haut de gamme face à un ventirad Intel ou un ventirad
bas de gamme.
Pratique
*
ATHLON 64 :
LE TEST
Ce n’est pas une preview technologique
mais un test complet de l’Athlon 64 que nous
vous proposons. Le premier processeur 64
bits grand public, bien plus abordable et
disponible que son grand frère l’Athlon FX,
remplacera bientôt l’Athlon XP dans vos
machines. Pour le meilleur ?
Le fonctionnement
d’un processeur et
d’une carte graphique
Rendez vous à l’échelle de
l’électron pour ce voyage au
cœur du processeur de votre
carte mère et de votre carte
graphique. A quoi sert un
transistor, comment crée-t-on
un processeur, comment
celui-ci marche-t-il ?
Redécouvrez votre PC !
p98
Mémoire : la bonne quantité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p58
Une question simple qui mérite des chiffres précis
afin d’avoir une réponse définitive !
Les constructeurs de PC devraient peut être s’en inspirer !
Disques durs : les clés d’un choix réussi . . . . . . . . . . p62
5400 ou 7200 tours/minute ? 2 ou 8 megas de cache ?
La taille d’un disque influe-t-elle sur ses performances ?
Les réponses qui comptent pour cet élément vital
des performances et du confort d’un PC.
Comprendre
Résolution, pixels :
2, 3, 4 ou 5 Megapixels ?
................
p114
Comment se mesure la taille et le poids
d’une image et par là ; comment peut on la modifier ?
De combien de pixels a-t-on besoin sur un appareil photo
pour imprimer en 10*15 ou en A4 ?
Test
Leadtek WinFast A350 LX
....................
p120
La première carte FX 5900 SE : les perfs du FX5900 en moins cher
Gexcube Radeon
9600 Pro Game Buster
........................
p120
Une Radeon 9600 Pro dépouillée et pas chère
mais avec un hardware de qualité
Soundgraph Imon
........................
La meilleure télécommande pour piloter
Windows et ses applications depuis son canapé !
p121
SPECIAL p66
Test
Zalman ZM-RS6F
p122
..................................................
Un casque 5.1 pour retrouver la vraie ambiance
des jeux et des DVD
Zalman ZM-NB47J ..................................................p124
Un petit radiateur pour rendre vos cartes
mère silencieuse
DIVX
QDI P4I865PEA-6A ..................................................p124
Toutes les cartes mère I865 ne se ressemblent pas !
Abit max3
p126
..................................................
La reine des cartes mère revient en version
FSB 800. Son prix en vaut il la chandelle ?
Références
Perdu dans les jungle des chipsets et de la mémoire ?
Ne manquez pas nos guides pour vraiment savoir ce que
vous acheter. Et toujours, les 3 PC de la rédaction, des
configurations sur mesure selon vos besoins.....p128
• Créer un DIVX de A à Z, à partir d’un DVD,
d’une vidéo DV, d’un enregistrement AVI.
Insérez des sous titres, recadrez ou redimensionnez vos vidéos.
• La comparaison des meilleurs codecs :
taille, temps de compression.
• Platines DIVX : comparatif des lecteurs
DVD de salon qui relisent vos vidéos DIVX !
• Emmenez vos vidéos partout grâce
aux lecteurs DIVX portables.
Offres d’abonnements . . .p29
Anciens numéros . . . . .p30
Le guide des
Processeurs !
AMD ou Intel ? Quel est le meilleur rapport
prix/puissance ? Quelles sont vos capacités
d’upgrade ? Quel est le meilleur
CPU pour l’overclocking ?
Faut il attendre l’Athlon 64 ou
FX, le nouveau Intel « Presscot ».
Notre labo a effectué des
centaines de mesures et vous en
livre l’analyse pour choisir les
meilleurs rapports qualité/prix ou
les top perfs du moment.
p16
>
NEWS
Au sommaire de PC Update
Le dernier numéro de PC Update est plus que jamais
sous le signe de la pratique et de l’optimisation. Au menu,
le décorticage d’un bios et les conseils de réglages qui
vont avec et une belle série de 3 articles dédiés aux cartes
graphiques. Tout d’abord, quels sont les gains à changer de
carte graphique, notamment quand on possède une Ge
Force 4200 ou une Radeon 7x00 vers une carte de génération
directX9. Ensuite, l’impact du changement du processeur ou
de la carte graphique lors d’une upgrade : quel est le plus
bénéfique, quel est le couple le plus équilibré. Enfin, un guide
pour régler vos jeux afin d’obtenir le meilleur ratio qualité
visuelle/performance dans vos jeux et ce pour presque toutes les
cartes du marché.
Sans oublier un vaste dossier sur la boîte à outil logicielle idéale
dont devrait être dotée tout PC pour le sécuriser, sauvegarder vos
données, s’adonner à la création multimédia, overclocker, optimiser,
téléphoner sur le net, etc, etc ; un comparatif d’enceintes 2.1 et 5.1
afin de régaler vos oreilles sans vous ruiner ; un dossier sur l’intérêt du biprocessing, et plus encore.
Cerise sur le gâteau, un énorme concours avec de bien beaux lots à gagner. Bonne lecture !
Upgrade mémoire chez Kingston
Vous voulez augmenter votre quantité de Ram et vous ne savez pas trop ce
qu’accepte votre PC de marque ou votre carte mère. Nous ne pouvons
dans ce cas que vous conseiller la relecture de tous les articles sur la
mémoire que nous avons publié ;) Mais vous pouvez aussi utiliser
l’ingénieux outil du constructeur de mémoire Kingston sur son site Internet
www.kingston.fr. Celui-ci propose une liste impressionnante de
machines et de cartes mère et vous indique le type de
mémoire qu’elle accepte. Vraiment pratique !
Nous avons d’ailleurs récupéré des
modules mémoire haut de
gamme de chez Kingston que
l’on reconnaît à leur superbe
dissipateur bleu. Nous n’avons
pas encore pu vérifier tout leur
potentiel face à des références
tel que Corsair mais nous vous
en ferons l’écho dès le mois
prochain.
<6>
Hardware magazine octobre/novembre 03
Le son 7.1, too much ?
Si vous n’êtes pas encore passé au son 5.1
et que vous êtes joueur ou cinéphile, vous
ratez vraiment quelque chose, ca, c’est sur !
Mais peut être en profiterez vous pour passer
directement au son 7.1 ! Celui-ci rajoute pour
mémoire deux satellites supplémentaires
dont une centrale arrière par rapport au 5.1. Il
semblerait en effet que cela soit le nouveau
cheval de bataille des constructeurs puisque
le 5.1 est déjà bien rentré dans les mœurs.
Reste à voir si cela est vraiment utile (les avis
sont très partagés) et si cela est réalisable chez vous. Car s’il n’est déjà pas évident de disposer correctement ses enceintes 5.1 sans noyer
votre pièce de fils, imaginez avec 7 enceintes et un caisson…
Les annonces se suivent néanmoins avec notamment Creative à tout seigneur tout honneur qui va bientôt proposer en complément de
l’Audigy 2 ZS (dont la nouveauté est de proposer le 7.1 justement) un kit d’enceintes Inspire 7.1 T7700 au prix serré inférieur à 140 €. En
attendant sans doute une version Megaworks plus haut de gamme.
Mais le 7.1 touche également des produits plus accessibles puisque Realtek, spécialiste des puces intégrées sur les cartes mère et
notamment le réseau, lance une puce son en 7.1. Il y a donc de bonnes chances que l’on retrouve sur des cartes mère haut de gamme du
7.1 même si le premier du genre, le VIA Envyy, n’a pas vraiment encore décollé. On peut en tout cas constater une fois de plus que le
marché du son PC se divise désormais entre un très haut de gamme auxquels s’intéressent encore un peu les anciens spécialistes
comme Creative et des industriels de la puce pas chère de plus en plus présents dans l’intégration. Il faudra toutefois que ces derniers
fassent un peu plus d’efforts en matière de pilotes et de qualité sonore pour que l’on n’en vienne pas à regretter encore plus le bon vieux
temps des cartes son PCI. Car ici, nous préférons largement un bon son 5.1 qu’un mauvais 7.1. Espérons que certains fabricants de carte
mère aient le courage d’opter pour un tel choix mais pour cela, encore faut il que leurs fournisseurs de puce leur en donne le choix !
Un CD de boot
très malin
Nous sommes de plus en plus
nombreux à ne plus installer de
lecteur de disquette sur nos PC tant
nous nous en servons peu. Première
galère, installer une carte RAID ou un
disque SATA puisque Windows
n’accepte de driver complémentaire
que sur disquette. Passons, il n’y a pas de solution simple à cela. Seconde galère, au premier plantage, la
disquette est souvent le seul recours. Sauf… si vous utilisez un CD bootable aussi malin que celui proposé par
l’équipe de www.ultimatebootcd.com. Celui-ci regroupe de nombreux utilitaires Dos qui en tout premier lieu vous
donnent accès au disque dur, même s’il est formaté en NTFS, le diagnostique, vérifient votre mémoire, checke
l’absence de virus, liste vos composants hardware, bref vous donne les moyens essentiels de commencer un
dépannage hardware ou du moins d’éliminer certaines pistes.
L’iso est téléchargeable gratuitement et bien entendu, il faut graver le CD et le ranger précieusement avant que
n’arrivent les ennuis, après c’est trop tard ;)
Hardware magazine octobre/novembre 03
<7>
>
NEWS
Le marché du
graveur DVD
toujours en
ébullition
La guerre des formats de DVD
enregistrables est toujours d’actualité mais
n’est plus vraiment un souci pour les
consommateurs. En effet, suite aux
annonces faites ces derniers temps, on
s’aperçoit que les constructeurs vont
presque tous commercialiser des modèles
double format. C’est les cas de Gigabyte
par exemple qui sort son premier graveur
DVD 4x , de Liteon dont on attend le
modèle 8x, de Teac, et certainement de
Panasonic et Toshiba. Par ailleurs, ces
nouvelles générations de graveurs
attendues pour la fin de l’année devraient
pour la plupart passer à une gravure DVDR
en 8x soit environ 8 minutes pour finaliser
une galette de 4.7 GB. C’est le cas des
futurs modèles Philips et Nec qui ne seront
Un boîtier pour rêver
en revanche que simple format
1000 € pour un boîtier et puis quoi encore ? Quoi
(DVD+R/RW), et du PX-708A de Plextor
que, même si une majorité d’entre nous ne pourront
déjà en boutique. Les prix des graveurs 4x
jamais l’acheter, ce TNN500A de Zalman mérite le
ne tarderont donc plus à chuter. Ceux pour
détour. TNN, cela veut dire Totally no noise, et pour
qui les 150-200 € d’un lecteur étaient trop
arriver à cette fin, Zalman a mis le paquet. Tout
élevés pourront trouver leur bonheur à bas
d’abord, il n’est compatible qu’avec les P4, bizarre
prix d’ici Noël. Cela dit, en ce qui concerne
pour un boîtier non ? En fait, c’est parce qu’il
les graveurs 8x, comme d’habitude les
intègre le refroidissement du
médias certifiés à cette vitesse ne sont pas
processeur via un heatpipe
encore disponibles. Eux aussi sont prévus
connecté à la carcasse qui fait
d’ici la fin de l’année pour un prix
office de dissipateur
apparemment peu attractif. Heureusement,
thermique. La carte graphique
quelques marques de média 4x sont
et le disque dur bénéficieront
capables de supporter une gravure 8x.
du même raffinement.
Ainsi, chez Plextor, et après mis à jour de
L’alimentation de 300 w (un
firmware, certains médias de chez Mitsumi
peu juste certes) est refroidie
Chemical, Ricoh et Taiyo Yunden en ont les
sans ventilateur. Bref, grâce à
caractéristiques. Notez enfin que les
lui, votre PC n’aura aucun
possesseurs de graveurs Sony DRU-510A
ventilateur et ne fera donc
peuvent dorénavant télécharger un petit
quasiment aucun bruit pour
utilitaire sur le site officiel qui optimise la
peu que le chipset de la carte
vitesse de ripping des DVD-Vidéo.
mère soit refroidi
passivement ! Et en plus, il
est plutôt joli. Bon d’accord,
joli ou pas, on ne l’aura
jamais alors peu importe
n’est ce pas ;)
<8>
Hardware magazine octobre/novembre 03
Chemin vers l'infini
Séries de carte mère Gigabyte K8 Triton avec ses 6-Dual
K8 Triton™
Séries
GA-K8NNXP
nForce3 150
• Supporte les processeurs de nouvelle génération AMD
Athlon™64
• L’unique design de GIGABYTE : Dual Power
System–K8 (DPS-K8)
• Augmente la performance du système avec
la mémoire DDR400
• Intègre la solution Dual LAN avec LAN en Gigabit
• Intègre l’interface Serial-ATA avec la fonction RAID 0,1
• Intègre l'Interface GigaRAID IDE RAID
• Fournit 3 ports FireWire IEEE 1394b
Serial ATA IDE RAID Dual LAN IEEE 1394b USB 2.0 UAJ
DualBIOS™ EasyTune™ 4 @BIOS™ Q-Flash™
K7 Triton™
Séries
GA-7NNXP nForce2 Ultra 400 SPP+MCP-T
• Supporte le processeur AMD Athlon™ XP à FSB 400MHz
• L'unique design de GIGABYTE : le Dual Power System (DPS)
• Supporte l’architecture mémoire en mode Dual Channel
DDR400
• Intègre l’interface Serial-ATA avec la fonction RAID 0,1
• Intègre l’interface GigaRAID IDE RAID
• Intègre la solution Dual LAN avec Intel® PRO/1000 CT
• Supporte l’audio sur 6 canaux Dolby Digital
via la sortie S/P-DIF
• Intègre l’interface FireWire IEEE 1394
Serial ATA Dual LAN ATA133 RAID IEEE 1394 USB 2.0
™
6-Channel Audio DualBIOS™ EasyTune™ 4 @BIOS™ Q-Flash
* These speed settings are not guaranteed by GIGABYTE.
-- The specification and pictures are subject to change without notice.
-- All trademarks and logos are the properties of their respective holders.
-- Any overclocking is at user’s risk, Giga-Byte Technology shall not be responsible
for any damage or instability to your processor, motherboard, or any other components.
Retrouvez nos points de ventes sur : www.gigabtye.com.tw
>
NEWS
La puissance
n’est pas tout
ATI 9600 XT et 9800 XT
Deux tendances très nettes s’affrontent
Alors que le fabriquant des Radeon a sorti sa première carte DirectX 9 il y a
actuellement. D’abord, les pendants de la
plus d’un an, NVIDIA n’arrive que péniblement à les égaler.
puissance qui nous amènent chaque mois à
Pour couronner le tout, c’est dans le récent
observer une avalanche de nouveaux produits avec
DirectX 9 que les cartes NVIDIA
quelque Mégahertz par ci, un dual band par là, et
se montrent à la traîne. Un
j’en passe. Cela fait bien entendu parti des plaisirs
comble pour des cartes
de la micro que de voir cette évolution permanente
annoncées comme étant
même si ce n’est pas toujours facile à suivre. Mais
technologiquement plus
depuis l’avènement des MiniPC et peut être plus
avancées ! Cela n’empêche pas les
encore à long terme de Windows Media Center, on
FX 5200 de se vendre comme des
sent bien que le PC n’a pas forcément besoin de
petits pains grâce à des prix agressifs.
tant de puissance mais tout simplement de
Mais cela n’empêche pas non plus ATI
nouvelles idées.
d’offrir un petit lifting à ses puces DirectX 9 et
Si comme nous, vous n’êtes pas de ceux qui
d’enfoncer le clou d’un cran supplémentaire !
avez envie de voir le téléviseur ou une
Ces puces se nomment actuellement R350 et
playboxstation 5 remplacer le PC, vous ne pourrez
RV350 et sont respectivement utilisées sur les
que regarder d’un œil intéressé un MiniPC comme
le Digimatrix d’Asus. Celui-ci reprend sans
complexe la forme d’un élement hifi ou vidéo, mais
mieux encore, il les remplace tous ou presque, et
témoigne d’une petite amélioration. Il ne s’agit donc pas d’une évolution.
Seule la fréquence est légèrement augmentée. C’est d’ailleurs la seule
bien entendu en mieux, versatilité et performance
critique que nous pouvons formuler envers ATI : nous n’avons eu droit à
du PC obligent. Jugez plutôt. Avec ce PC, vous
aucune nouveauté depuis le Radeon 9700 annoncé en juillet 2002. Ceci ne
regarderez la télé et des DVD, enregistrerez vos
change cependant rien à la qualité des puces ATI qui se montrent très
vidéos et musique, écouterez la radio, le tout à la
télécommande, depuis Media Center. Tout est bien
sûr intégré à la carte mère comme d’habitude sur
un MiniPC sauf la mémoire, le processeur et le
efficaces et permettent d’utiliser pleinement les nouvelles technologies de
DirectX 9, alors que la concurrence éprouve d’énormes difficultés.
Le R360 se nommera Radeon 9800XT. Ce sera clairement une carte destinée
disque dur. Bien entendu, un tel boitier ne peut
recevoir de carte additionnelle et donc pas de carte
graphique et il ne fera pas un bon PC de jeu. Mais
en attendant que nVidia ou ATI fasse l’effort de sortir
un chip intégré performant en 3D (en rognant sur
leurs marges mais ils y seront sans doute obligés un
jour), un tel PC n’est il pas le second PC idéal qui
aux plus fortunés des passionnés. Le XT pour eXTreme l’affiche d’ailleurs
clairement. Jouer à des jeux comme Half-Life 2 avec une carte pareille en fera
rêver plus d’un. Elle sera disponible en novembre pour la somme rondelette
de 599€. En ce qui concerne les fréquences, sauf changement de dernière
minute, le GPU sera cadencé à 412 MHz et les 256 Mo de mémoire DDR (et
non DDR-II comme nous aurions pu le penser) à 365 MHz. La carte sera
équipée d’un overclocking dynamique optionnel qui devrait permettre
remplacera chaine HIFI, magnétoscope, lecteur
d’augmenter la fréquence du GPU jusqu’à 485 MHz ! Son système de
DVD, etc ? Et comment imaginer que les autres
fabricants de miniPC ne proposent pas leur version
pour Media Center. A PC Update et Hardware Mag,
nous en sommes convaincus et l’expérimentons
refroidissement est imposant mais relativement plat et silencieux grâce à un
ventilateur de grand diamètre (80 mm). Une plaque en cuivre se chargera de
refroidir le dos du GPU et les puces mémoires situées au verso. Bref, une
carte de luxe bien finie et réservée aux passionnés prêts à y mettre le prix !
déjà avec des PC « home made » dont nous vous
avons déjà parfois présenté le montage. Même si
La Radeon 9600XT, elle, embarquera le RV360. Pour pouvoir augmenter
Windows Media Center ne sera hélas disponible
la fréquence du GPU, ATI a dû faire appel à un procédé de fabrication
qu’en OEM, c’est-à-dire livré avec des PC, nul
doute qu’associé à de telle machine, il fera avancer
la micro dans les salons, sujet qui nous tient tant à
coeur.
Radeon 9800 et sur les Radeon 9600. Les
nouvelles versions se nomment R360 et RV360. Une petite différence qui
avancé : le Low-K qui permet de réduire le bruit entre les transistors.
Pour rappel, NVIDIA pensait utiliser ce système pour la fabrication du
NV30 mais avait dû l’abandonner pour cause de problème technique. ATI
semble avoir pu contourner ces problèmes. La fréquence du GPU n’est
pas encore fixée. Elle sera comprise entre 450 et 500 MHz. La mémoire
de 128 ou de 256 Mo (au choix du fabricant) reste cependant à 300 MHz
pour ne pas faire trop grimper les coûts de production. Les Radeon
9600XT devraient ainsi se négocier à 249€.
<10>
Hardware magazine octobre/novembre 03
>
NEWS
ATHLON 64 :
L’ATHLON 64 :
DES DÉBUTS
PROMETTEURS
Le dernier né d’AMD est enfin arrivé ! Il se nomme Athlon 64 et vient remplacer grâce
à la technologie x86-64 le bon vieux Athlon XP. Nous avons pu nous procurer un Athlon
64 3200 et une carte mère MSI à base de chipset VIA afin de vous donner un avant
goût des nouveautés apportées par cette nouvelle génération de processeur.
>
A quoi ressemble un
Athlon64 ? Tout simplement
à
un
Pentium 4 ! En effet, AMD a eu la
bonne idée d’abandonner le package fragile et encombrant de
l’Athlon XP pour se
rapprocher du
design
d’Intel
avec
un core
entièrem e n t
enrobé de
céramique et
une surface
revue à la baisse. Un bon point
donc
puisque
nous aurons beaucoup moins à nous
préoccuper
d’un
éventuel bris du cpu
lors du montage ou du
transport. Pour continuer
sur les présentations,
l’Athlon 64 fonctionne sur
un socket 754. Oubliez donc
le socket A des Athlon actuels
mais attention ! Car les nouveaux
processeurs basés sur la technologie x86-64 seront au nombre
<12>
Hardware magazine octobre/novembre 03
de trois, et chacun d’entre eux
possèdera son propre socket !
Nous aurons donc droit à l’Athlon
64 sur socket 754, à l’Athlon FX
sur socket 940 et même à une
éventuelle seconde version de
l’Athlon FX sur socket 939 ! Mais
que sont donc tous ces nouveaux Athlon ? Le premier,
l’Athlon 64 « tout court » représente la version grand public des
processeurs utilisant le x86-64.
C’est celui que nous avons testé
dans cet article, un 3200 cadencé à 2 Ghz plus exactement.
L’Athlon 64 est doté d’un mégaoctet de cache L2 et dispose
d’un contrôleur mémoire simple
canal utilisant de la mémoire
standard unbuffered. Autre nouveauté, le SSE2 est intégré et
n’est donc plus réservé au P4
d’Intel, de même que le contrôleur mémoire, ce qui permet de
réduire les temps de latence. Il y
aura aussi dans un second
temps une version 3400+ cadencée à 2.2 GHz. On voit donc déjà
que le P-Rating n’a guère évolué
par rapport au Barton et que les
cadences n’augmentent que
grâce à la future version 3400+.
La gestion d’un simple canal
LE
TEST
CORSAIR A ÉTÉ LE PREMIER À ANNONCER DE LA MÉMOIRE SPÉCIFIQUE POUR LE
FUTUR ATHLON FX. LA VERSION PRO DISPOSERA MÊME DE LEDS D’ACTIVITÉ !
DÉCIDÉMENT, C’EST UN PROCESSEUR DE LUXE.
mémoire est par contre un pas
en arrière par rapport à l’Athlon
XP. En ce qui concerne les prix,
ils devraient être par contre relativement raisonnables. La nouveauté réside dans le fait que
pour le moment seul le prix des
bundles cartes mère+ processeur est connu. Il y aura ainsi une
offre combinée MSI K8T-NEO
FIS2R+ avec un Athlon 64 3200+
au prix d’environ 600 euros (et
sans doute pour les tous premiers exemplaires). Cette carte
que nous avons utilisée pour
notre test est architecturée
autour du chipset K8T800 de
VIA. Ce chipset a la particularité
de gérer de façon totale
l’Hypertransport. Ce terme barbare désigne le bus de communication qui permet aux différents
ponts de la carte mère de communiquer ensemble, et donc
notamment le chipset et le cpu.
Pour l’Athlon 64, la gestion de
l’Hypertransport s’effectue en 16
bits à 1.6 Ghz, soit une bande
passante de 6.4 Go/s, ce qui est
le cas sur le K8T800. Le
Southbridge de ce chipset est
également très intéressant puisqu’il intègre la gestion du SATA,
le réseau 10/100, un contrôleur
audio pouvant gérer jusqu’à 8
canaux, l’USB 2.0 et un contrôleur raid. Chez la concurrence
l’offre est pour le moment moins
alléchante. Il y a d’un coté le
nForce 3 150 de nVidia qui pos-
sède la particularité d’avoir abandonner
la
notion
de
Northbridge/southbridge pour
adopter une solution en un seul
chip. Cela améliore théoriquement les temps de latence grâce
à la suppression du temps de
communication entre les deux
entités. Mais la version 1.0 du
nForce 3 150 est assez pauvre et
n’intègre pas de contrôleur Raid
(on s’en passera bien) et réseau
(plus gênant). De plus elle ne
gère l’Hypertransport qu’en 8 bits
1.6 GHz. Ce dernier point n’est
toutefois
pas
dramatique
puisque cela offre tout de même
pas moins de 3.2 Go/s de bande
passante, soit plus qu’il n’en faut
en pratique. Cette pseudo faiblesse devrait de plus être corrigée dans une seconde version
du nForce3 150. Mais chez
nVidia le plus intéressant proviendra sûrement du nForce 3
250, bien mieux doté
avec notamment le
support nVRaid et du
réseau 1 Gbits.
gamme de
la génération
de
processeurs x86-94 et
diffère largement
de l’Athlon 64. Il dispose en effet d’un contrôleur mémoire Dual DDR400
resgistered ECC alors que
l’Athlon 64 se contente d’un
simple canal avec de la mémoire
plus économique. Pour en profiter il faudra par contre débourser
une somme puisque la DDR400
ECC registered devrait être
assez chère. Si vous vous
demandez si cette mémoire sera
disponible, sachez qu’à l’heure
où nous écrivons ces lignes, seul
Corsair a annoncé des barrettes
PC3200 ECC registered de 256
Mo (CMX512RE-3200).
Mais puisque l’Athlon FX devrait
coûter la bagatelle de 900 euros
à sa sortie, on ne sera pas à ça
prés…Il s’agit en effet d’un processeur de luxe dont la production en quantité ne devrait voir le
jour qu’à la fin du 1er trimestre
2004. La seule différence entre
l’Athlon FX-51 et l’Opteron est
l’intégration d’un seul canal
Hypertransport au lieu de trois.
Dans la pratique cela ne permettra pas d’avoir un contrôleur PCI
6 4
bits par
exemple,
ce qui n’est pas
indispensable pour le commun
des mortels. Il y aura enfin une
troisième version de l’Athlon FX
qui fonctionnera elle sur socket
939, histoire bien évidemment
de nous simplifier la vie. C’est
cette version qui devrait représenter le plus grand bond en
avant pour les utilisateurs avides
de performances mais pas
encore millionnaires puisque
qu’elle supportera la DDR400
unbuferred (celle que l’on achète
aujourd’hui en somme) en
double canal. Le résultat général
de cette multiplication des sockets est quand même relativement confus d’un point de vue
consommateur. D’ici Noël, on
pourra aisément se procurer un
Athlon 64 3200+ et la carte mère
socket 754. Mais vous pouvez
dore et déjà oublier l’évolutivité
vers l’Athlon FX. C’est d’autant
plus dommage que celui-ci
d’après des indiscrétions fiables
« casse la baraque ».
Et l’Athlon
FX ?
La seconde version de
l’Athlon dont nous parlions est le fameux Athlon
FX qui fonctionne sur socket 940
(on parle alors d’Athlon FX-51).
Ce dernier représente le haut de
ON MESURE VITE LES PROGRÈS RÉALISÉS PAR
L’ATHLON 64 FACE À L’ATHLON XP. ENCORE
PLUS FACILE À MONTER QUE LE P4, IL BÉNÉFICIE
DÉSORMAIS DE LA MÊME PROTECTION
MÉTALLIQUE.
Hardware magazine octobre/novembre 03
<13>
>
NEWS
LA MSI NEO K8 EST LA PREMIÈRE « SOCKET 754 » QUE NOUS AYONS EU
DANS LES MAINS. C’EST UNE BIEN BELLE CARTE DISPOSANT DE TOUS LES
RAFFINEMENTS. ELLE SERA VENDUE EN BUNDLE AVEC DES ATHLON 64 ET POUR
PEU QUE LE PRIX SOIT INFÉRIEUR À 600 €, CE SERA UNE BELLE AFFAIRE EN
HAUT DE GAMME.
32 bits mais ou il sera malgré tout
possible de dépasser la barre
des 2 Go de mémoire vive utilisable. En bref, acheter un processeur 64 bits aujourd’hui ne
sert qu’à profiter de ses possibilités en mode 32 bits actuellement utilisables en pensant que
l’on aura éventuellement toujours ce processeur lorsqu’un
OS et des applications 64 bits
seront disponibles.
Et les
performances ?
x86-64 :
kézako ?
Sur le papier l’intérêt est de pouvoir adresser la mémoire sur 64
bits et jusqu’à 4 Go alors que l’on
est limité à 2 Go sur un système
32 bits. L’intérêt de la technologie
x86-64 est d’être adaptable à
toutes les solutions présentes et
futures. Aujourd’hui, avec un système d’exploitation comme
Windows XP et des applications
32 bits le processeur fonctionnera en mode dit « legacy ». Cela
correspond d’ailleurs au fonctionnement d’un Barton classique et explique pourquoi les
résultats obtenus lors des
benchs ne montrent pas un bond
en avant fulgurant par rapport à
ce dernier. Lorsque Longhorn
sera disponible votre Athlon 64
pourra alors fonctionner en «
mode étendu » et adresser la
mémoire sur 64 bits au lieu de 32
mais uniquement sous des applications 64 bits. Lorsqu’une application 32 bits sera utilisée le système fonctionnera alors en «
mode compatibilité » dans lequel
l’adressage mémoire se fera en
Avec la sortie de l’Opteron cette
année, AMD a introduit la technologie x86-64. En effet, l’intégration d’un système 64 bits se
heurte à de nombreux problèmes
de compatibilité, en particulier
avec le système d’exploitation et
les applications. Le but d’AMD
est donc de pouvoir exécuter du
code 64 bits tout en n’ayant
aucun problème avec le code 32
bits. Il a donc fallu trouver un système qui puisse tirer parti du 64
bits lorsque l’OS et les applications le permettent mais qui puisse tirer correctement parti des
applications 32 bits. En ce qui
concerne les applications et un
éventuel système d’opération 64
bits nous sommes tout bonnement renvoyés à la sortie de
Longhorn par Microsoft et au
bon vouloir des développeurs qui
auront ou non le réflexe de développer leurs logiciels pour fonctionner en 64 bits. Nous pourrons
à ce moment voir le réel avantage d’un système 100% 64 bits.
Processeur
Socket
Gestion mémoire
Pour tester l’Athlon 64 3200+,
nous avons utilisé une carte mère
MSI NeoK8T, une Ge Force FX
5900 ainsi que deux barrettes de
256 Mo de DDR 400 MHz Corsair
Low Latency. Nous avons comparé ces résultats avec une plateforme Intel P4 3.0 GHz « C » sur
une carte mère MSI Neo 875P.
On notera que nous avons utilisé
de la mémoire très haut de
gamme mais que les essais avec
des barrettes PC3200 plus communes en mode « high performance » ont révélé une certaine
allergie de la part de la carte
mère. Est-ce que cela provient du
chipset VIA K8T800 ou de la carte
mère pas tout à fait finalisée cela
reste à démontrer. Nous ne manquerons pas de comparer les différentes solutions disponibles
pour Athlon 64 et Athlon FX dans
le prochain numéro. Ceci dit, le
mode « normal » accepte tout
type de barrette de marque et n’a
pas vraiment fait perdre en
performances. Nous avons effectué une première série de benchs
théoriques sous Cpu bench 2003
et Sisoft Sandra qui n’étaient pas
franchement concluants et qui
surtout ne correspondaient
absolument pas aux benchs «
pratiques » que nous avons
effectués par la suite. Nous
avons donc décidé d’ignorer ces
résultats et de se concentrer sur
ce qui nous intéresse avant tout,
c'est-à-dire la pratique. Une
compression de fichier sous
Winrar met 3 minutes et 19
secondes avec l’Athlon 64 et 13
secondes de plus avec le P4
3.0 Ghz, ce qui est un bon point
pour un processeur censé
représenter la future entrée de
gamme chez AMD ! Le second
test de compression Divx 5.05
confirme cela avec 2 minutes
QUAND ON REÇOIT UN PROCESSEUR UN PEU TARDIVEMENT ET SANS LE
SYSTÈME DE FIXATION, ON FAIT AVEC LES MOYENS DU BORD. RASSUREZ VOUS,
LE CPU A RÉSISTÉ À TOUS NOS OUTRAGES.
Chipsets
Type mémoire
Athlon 64 3200+
754
Simple canal
nForce 3 150/250,
VIA K8T800, ALI m1687
DDR333 unbuffered
Athlon 64 3400+
754
Simple canal
nForce 3 150/250,
VIA K8T800, ALI m1687
DDR33 unbuffered
Athlon FX-51
940
Double canal
nForce 3 Pro, VIA K8T800
DDR400 ECC registered
Athlon FX
939
Double canal
nForce 3 Pro, VIA K8T800
DDR400 unbuffered
<14>
Hardware magazine octobre/novembre 03
12 pour compresser 2 minutes
de vidéo DV sur le P4 là ou
l’Athlon 64 ne met que 2
minutes. Nous avons tout de
même inclus un bench dans
notre série en la personne de
3DMark 2003. La FX 5900 couplée au P4 3.0 GHz obtient un
score général de 5533 et de
5508 avec l’Athlon 64. On a
donc une toute petite différence
en défaveur d’AMD mais il s’agit
tout de même d’un score très
honorable. Sachez qu’avec une
9800 Pro l’Athlon 64 est arrivé
au score général de 5770, soit
un tout petit peu mieux que le
P4. Tout cela se tient donc.
Sous Unreal Tournament 2003,
la domination de l’Athlon 64 est
d’environ 10% avec 100 images
par seconde avec le P4 3. Ghz
et 109.3 chez AMD. Sous Gun
Metal, c’est par contre le système Intel qui reprend la main
d’une très courte tête avec
26.95 images par seconde
contre 25.62 pour l’Athlon 64
3200+. D’une manière générale
donc, les résultats de cette nouvelle mouture ne sont pas mauvais du tout et viennent côtoyer
le niveau de performance du
haut
de gamme actuel. On est donc
au niveau d’un P4 3.0 Ghz et
d’un Athlon XP 3200+.
L’ATHLON 64 CÔTÉ PILE, UNE BELLE PIÈCE D’ORFÊVRE. DOMMAGE QUE LE
SOCKET 754 SOIT ACCOMPAGNÉ DE DEUX AUTRES SOCKETS POUR
L’ATHLON FX, L’UPGRADE SERA LIMITÉE.
Conclusion
Les résultats sont donc relativement bons, mais il ne s’agit en
rien d’une révolution. Le mot final
pourrait être de se dire que nous
devons attendre de voir comment se comporte l’Athlon 64
sous un environnement 64 bits
lorsque Longhorn sera finalisé et
disponible. Mais cela reviendrait
à dire qu’il ne faut pas acheter
d’Athlon 64 pour le moment, ce
qui ne correspond pas vraiment
à la réalité. Il est clair qu’il vaut
mieux dans un premier temps
attendre une petite baisse de prix
d’ici la fin de l’année mais les
premiers bundles carte mère +
CPU, une offre commerciale
assez originale, devraient être
compétitifs face à un couple P4
3ghz + carte mère i865pe ou
I875. En effet, si pour environ 600
euros on peut avoir une carte
mère haut de gamme de dernière
génération et un processeur au
niveau des derniers P4 et Athlon
XP Barton, ce n’est après tout
pas si mal que cela. C’est en
effet ce qu’il faut débourser à ce
jour pour un P4 3.0 GHz et une
P4C800E d’AsusTEK. Dans l’absolu donc, si l’on cherche une
plateforme haut de gamme du
coté d’AMD l’Athlon 64 peut être
une
solution
intéressante.
L’évolutivité sera limitée à la
gamme Athlon 64 et passer au
FX demandera également un
changement de carte mère.
L’Athlon 64 n’a de plus pas semblé montrer de grandes propentions à l’overclocking mais nous
n’avons pas eu le temps d’aller
vraiment au bout de cet exercice.
Le problème final est donc de
savoir si la montée en fréquence
est possible sur l’architecture de
l’Athlon 64 et surtout de savoir
quels gains elle pourra apporter,
ce que nous verrons
notamment dés que l’Athlon 64
3400+ sera disponible.
Nous préférons pour l’instant
parler de prétest et gardons pour
le prochain PC Update des
conclusions définitives ! Et si
conclusion il devait y avoir, n’oubliez pas qu’il n’est jamais très
bon en informatique d’acheter le
tout dernier produit sorti, qu’il
s’appelle Intel ou AMD. On le
paie en général beaucoup trop
cher… Notre CPU de référence
est encore à l’heure d’aujourd’hui
le P4C 2.4 suffisant pour presque
tous les usages avec un gros
coup de cœur pour l’Athlon XP
2500+ barton si économique,
performant et très overclockable
mais aux capacités d’upgrade
très limitées.
ADOPTÉ PAR UNE MAJORITÉ DE CONSTRUCTEURS, LE
CHIPSET VIA K8 OFFRE UNE SOLUTION TRÈS COMPLÈTE
COMME LE MONTRE NOTRE CARTE MSI NEO.
Fréquence
remarques
2.0 GHz
La relève AMD, haut de gamme
aujourd’hui, entrée de gamme fin 2004
2.2 GHz
La première évolution de l’Athlon 64
qu’il faudra faire suivre face à l’ogre Intel
2.0 GHz
Un goût de FX 5800 ?
n.c
Le concurrent du futur Prescott Intel,
réputé comme une bombe mais quand ?
AVEC L’HYPERTRANSPORT ARRIVE BEAUCOUP DE NOUVEAUX TERMES DANS LE
BIOS QUE LES AMOUREUX DU TWEAKING DEVRONT APPRENDRE À MAÎTRISER.
Hardware magazine octobre/novembre 03
<15>
>
dossier
Acheter
le bon pr
Textes : M.Scott
Vous souhaitez changer de processeur ?
Bonne idée ! Cependant, même si les prix
n’ont jamais été aussi bas, il y a de
nombreuses choses à prendre en compte
pour réaliser le bon achat. Vous trouverez
les réponses à toutes vos questions en
lisant attentivement ce dossier.
L
’été est passé, la température a
baissée, il est temps de refaire
chauffer les machines ! Mais au
fait, avez-vous un processeur au goût du
jour ? Quand l’on constate les prix de
vente des plus de 2 GHz, il serait vraiment
dommage de se priver. Pour vous aider
dans votre achat processeur, nous avons
réalisé un dossier complet permettant
de ne pas se tromper quels que
soient vos desideratas, mais
aussi votre budget. Pour
un achat de PC
complet ou une mise
à niveau du CPU, ces
pages vous concernent.
Mais que vaut-il mieux acheter
? Une bête de course ? Un modèle
avec un bon potentiel d’overclocking ? Et
la mémoire dans tout ça ? La carte mère ?
Autant de questions auxquelles nous
allons tacher de répondre le plus précisément possible. Mais avant d’entrer dans le
<16>
cœur du sujet, essayons de démystifier un
peu l’objet processeur ainsi que les composants qui l’accompagne.
CPU puissant :
oui, mais…
Pour de nombreux utilisateurs de micro-ordinateurs, la seule unité de mesure permettant
d’apprécier la puissance d’un PC est la
cadence de son processeur en GHz (encore
exprimée en MHz il y a peu). Qui, ne connaissant pas encore grand-chose au matériel
informatique, n’a pas acheté un ordinateur
de grande marque en se référant presque
uniquement à son processeur ? Nous
sommes tous passés par là. Hélas, un bon
processeur seul ne vaut rien. S’il joue effectivement un rôle primordial et influe beaucoup
sur la vélocité d’un micro, il ne peut s’exprimer efficacement que s’il est correctement
épaulé. Des composants comme la carte
mère ou la mémoire sont tout aussi impor-
Hardware magazine octobre/novembre 03
ocesseur
“ Un super
processeur ne
sert à rien si
le reste du PC
ne suit pas”
tants si l’on souhaite avoir
un PC qui marche. C’est
également le cas de la
carte graphique pour de nombreuses applications. Pour schématiser, comparez le PC à une
automobile. Que feriez vous d’un
moteur de Porsche (le processeur
puissant) dans une caisse de 2CV
(carte mère d’entrée de gamme
et/ou dépassée) ? Celui-ci serait
totalement inexploité, exactement
comme un processeur performant
que l’on bride en faisant des économies sur d’autres composants
vitaux. Et si nous avons fait le
reproche à de nombreuses
marques de vendre des machines
déséquilibrées durant des années,
il est tout aussi possible de se
tromper en montant soit même son
PC à partir de pièces détachées.
C’est pourquoi nous allons voir
ensemble tout ce qui influe sur les
performances pour éviter d’acheter n’importe quoi.
Hardware magazine octobre/novembre 03
<17>
>
dossier
"Avant de changer,
pensez à optimiser
votre PC"
Puissance = €€€ ?
Comme toujours, ou presque, plus vous mettrez d’argent dans
votre nouveau PC, plus ce dernier sera véloce. Mais si vous n’avez
pas de gros moyens, il n’y a pas de raison de désespérer ! Une
machine parfaitement équilibrée pourra affronter des unités centrales qui embarquent un plus gros processeur mais moins de
mémoire ou une carte mère plus "lente". C’est ce que nous
disions dans le paragraphe précédent, l’équilibre est un des facteurs clés de la performance. Ce n’est pas la seule arme dont vous
disposez. Il y a également l’optimisation. Si votre budget est
conséquent et que vous pouvez vous permettre de changer de
processeur dès qu’un nouveau modèle se présente sur le marché,
profitez-en bien ! Pour les autres, il est judicieux de lire des dossiers tels que celui-ci dans le détail pour apprendre à bien optimiser un ordinateur et savoir en tirer le maximum. Saviez-vous que
les performances d’une machine dont les paramètres du BIOS
sont laissés par défaut peuvent être jusqu'à 20% moins élevées
que la même configuration ayant bénéficiée des bons réglages ?
De même, alors que certains ne prennent pas le soin de mettre à
jour les pilotes de leurs matériels, des gains de performances sont
sûrement possibles de cette façon. Nous parlons d’optimisation
pour les petits budgets afin de retarder l’achat d’un nouveau processeur, mais à vrai dire n’importe qui sera ravi de pouvoir vraiment exploiter son ordinateur au maximum de ses possibilités.
Enfin, il ne faut pas oublier de prendre en compte l’overclocking
au moment d’acheter un processeur. Si cette pratique qui consiste à augmenter la fréquence du CPU n’a rien de "recommandée"
et ne sera jamais mise en avant par les fabricants, elle permet de
gagner en performances. Sachant que les cartes mères modernes
sont de plus en plus adaptées à l’overclocking et que de nombreux constructeurs proposent des accessoires pour cet usage
(radiateurs surdimensionnés, ventilateurs…), vous pouvez réellement envisager l’achat d’un processeur en prévoyant de l’overclocker pour atteindre les performances d’un plus gros modèle.
Parfois, il reviens moins cher d’acheter un CPU parmi les moins
véloces mais possédant un bon potentiel d’overclocking. En l’accompagnant de mémoire vive de qualité plutôt que d’acheter un
processeur au top, vous pourrez certainement atteindre des performances similaires aux grosses fréquences.
Mais alors, quelle carte mère prendre ? Vaut-il mieux choisir un
processeur AMD ou Intel ? Nous avons suffisamment parlé pour
vous mettre l’eau à la bouche, place au concret ! Vous trouverez
au cours des pages qui suivent toutes les astuces pour ne pas se
tromper, illustrées de nombreux exemples pratiques.
<18>
urant
ces dix
pages, nous
allons faire le
tour de tout
ce qui touche
de prêt ou de
loin le processeur. Nous parlerons d’argent mais aussi de
stratégies d’achats selon le
matériel que vous possédez
déjà ou encore la façon d’optimiser pour éviter de dépenser
lorsque ce n’est pas nécessaire.
Si malgré tout vous aviez encore quelques doutes à l’issue de
ce dossier, n’hésitez pas à visiter nos forums sur www.techage.fr, la rédaction et d’autres
lecteurs vous y attend pour des
conseils sur mesure.
D
Que faire avec
un super CPU ?
C’est bien beau de vouloir s’offrir la Rolls des microprocesseurs, mais en avez-vous véritablement besoin ? Bon, il est
vrai que rester au goût du jour
est très important pour bon
nombre d’entre nous, psychologiquement parlant. Passé ce
"caprice", il n’est pas toujours
nécessaire de changer. Comme
tout le monde le sait, les applications les plus gourmandes en
ressources processeur sont les
Hardware magazine octobre/novembre 03
jeux vidéo et
la vidéo.
En ce qui
concerne les
jeux, il ne faut
pas oublier
l’importance
du choix de la carte
graphique qu’il faut privilégier à
celui du processeur.
Honnêtement, pas besoin d’avoir
plus de 2.4 GHz pour jouer à
n’importe quel titre du moment.
Et même avec un 1.8 GHz, seuls
les dernières sorties peuvent
réussir à vous pénaliser. Bref,
vous n’avez pas besoin de
changer de processeur à moins
d’être en dessous de 2 GHz, et
encore ! Par contre, si vous
jouez et que vous n’êtes pas
encore muni d’un Pentium 4 ou
d’un Athlon XP, il est grand
temps d’y songer. La vidéo et la
conception 3D en images de
synthèse sauront toujours profiter des performances d’un processeur rapide. Si le temps
d’encodage d’un film en DivX
est devenu raisonnable avec les
processeurs de l’ordre de 2
GHz, vous mettrez encore
beaucoup moins de temps à 3
GHz. C’est également le cas
pour le calcul des nombreux
effets de montage vidéo ou de
retouche d’image. Si vous êtes
aficionados de ces activités,
vous trouverez un intérêt à
"Relativisez,
avez-vous besoin de
gagner quelques
secondes ici et là ?"
atteindre la barre des 3 GHz.
Pensez quand même à relativiser. Même si les secondes
ou les minutes de rendu
gagnées sont bien présentes,
il ne s’agit que d’un plus dont
pourront se passer tous les
utilisateurs de 2 GHz et plus.
Sauf si vous souhaitez rester
au top et/ou assurer la pérennité de votre PC, le changement de CPU est surtout intéressant pour les propriétaires
de vieux Celeron, Duron,
Pentium III, ainsi que des tous
premiers Pentium 4 et Athlon.
N’oubliez pas que, bien que
nous n’ayons cesse de parler
des dernières nouveautés
dans votre magasine favori, la
majorité des PCistes n’en profitent pas encore. N’allez pas
croire que vous êtes affreusement dépassé simplement
parce que le marché évolue
plus rapidement que votre
portefeuille ne le permet.
Nombre de nos lecteurs sont
encore ravi de franchir en ce
moment la barre du GHz ! Les
petits revenus, les jeunes et
les étudiants ne peuvent
assumer de changer tous les
six mois de processeur et de
carte graphique. Les conseils
que vous trouverez dans ces
pages ne seront pas caducs
dans deux mois. Si vous êtes
déjà équipé d’un Pentium 4 ou
d’un Athlon puissant (au dessus de 2.4 GHz), vous pourrez
tout de même considérer
l’évolution de votre machine
en lisant les résultats des
nombreux tests que nous
avons effectués. Vous serez
alors en mesure de décider si
les gains de temps valent de
dépenser de l’argent dans une
nouvelle puce.
Nouvel achat
ou upgrade
Selon que vous souhaitez
mettre à niveau votre ordinateur ou acheter une nouvelle
machine complète, la problé-
Faut-il attendre le
Prescott et l’Athlon 64 ?
Si vous hésitez à changer de processeur, peut être
souhaitez vous attendre l’arrivée des nouvelles génération ? Le Prescott (Pentium 5 ?) est attendu pour la
fin de l’année. Soit disant compatible avec les cartes
mères i865/875 vendues en ce moment, nous sommes
en droit d’en douter puisque la consommation électrique de ces derniers s’avère très importante. Et bien
que cela semble peu probable, Intel pourrait décider
au dernier moment de changer de socket, abandonnant le 478 du P4. Bref, nous en savons encore trop
peu pour affirmer quoi que ce soit, mais les différences
de performances ne seront que la suite logique de
celles du P4 qui atteints aujourd’hui ses limites. Il en va
de même pour l’Athlon 64. L’Athlon 64 bit pour les particuliers ne sera probablement disponible en volume
qu’à la fin de l’année sauf à le trouver en bundle avec
une carte mère. Certes, ce processeur suscite une
énorme attente mais il ne multiplie pas non plus par 2
les perfs actuelles, comme le montre notre test exclusif en pages Evênement. La micro évolue sans cesse,
il n’y a donc pas de raison particulière d’attendre, sans
quoi vous finirez par ne plus rien acheter ! Bien sur, si
nous devions espérer une véritable révolution, il aurait
été judicieux de patienter, mais il n’en est rien. Vous
pouvez donc acheter une carte mère et un processeur
dès aujourd’hui, profitant de prix particulièrement bas.
Le remplaçant de la mémoire DDR n’est pas prêt d’arriver, l’AGP à encore de beaux jours devant lui, nous
n’avons toujours aucune certitude sur la date d’arrivée
de son remplaçant (et du bus PCI), le PCI Express, le
format ATX est encore d’actualité…
bref, n’hésitez pas a acheter en ce moment sauf si
vous voulez absolument pouvoir upgrader votre CPU
d’ici 2/3 ans quand les processeurs de type Barton ou
P4c seront introuvables !
Hardware magazine octobre/novembre 03
<19>
>
dossier
"Pas de
révolution
en vue d’ici
plusieurs
mois, vous
pouvez
acheter
sans
attendre"
<20>
matique n’est pas du tout la
même. Si vous changer de PC,
vous n’aurez qu’à trancher
entre AMD et Intel, puis considérer l’overclocking pour
effectuer votre choix. Dans ce
cas, vous pouvez directement
passer au paragraphe suivant.
Mais dans le cas d’une upgrade, le matériel déjà existant
entre en compte et ne simplifie
pas forcément les choses. Le
cas d’une upgrade varie beaucoup selon l’âge du matériel
que vous possédez déjà. Pour
être clair, si vous êtes encore
avec un Duron, un Celeron, un
vieil Athlon ou un Pentium III,
vous devrez obligatoirement
changer de carte mère et de
mémoire en sus pour profiter
d’un nouveau processeur.
C’est également le cas pour
les premiers Pentium IV sur
Socket 423, les plus gros. Il
faut avant tout changer de
carte mère puisque cette dernière ne sera pas capable de
faire tourner un Athlon XP ou
un Pentium 4 de 2 GHz et plus,
et la mémoire puisque nous
sommes aujourd’hui passé à la
RAM DDR et non plus SDR. Si
vous possédez l’un des premiers Athlon XP ou Pentium 4
sur Socket 478, vous pourrez
sûrement installer un processeur plus puissant sans avoir à
changer de matériel, avec certaines restrictions tout de
même. La difficulté consiste
donc à savoir quel processeur la carte mère que
vous
possédez
actuellement peut
accueillir, et quel
est le format de
la mémoire
supportée.
Pour ce
faire, le
p l u s
sur est
de consulter
le mode d’emploi
de votre carte mère
actuelle. Vous devriez
également jeter un œil du côté
du site Internet car des mises
à jour du BIOS améliorent peut
être la compatibilité de votre
"Si votre PC est assez
ancien, vous devrez
également changer la
carte mère et la
mémoire"
carte. Les autres composants
que vous avez seront réutilisables sur une nouvelle carte
mère mais vous devez tout de
même faire attention à ne pas
trop déséquilibrer la machine !
Par exemple, si vous jouez
beaucoup, le fait de changer de
carte mère et de processeur en
conservant une carte graphique de type GeForce256 ou
plus ancienne ne vous apportera strictement rien. De même, il
serait dommage de brider les
performances d’un PC moderne en utilisant un disque dur
qui a quelques années et dont
la vélocité n’est plus vraiment
d’actualité. En revanche, vous
pouvez réinstaller sans aucun
problème vos cartes son,
SCSI, réseau ou TV car ces
dernières n’influenceront pas
vraiment la performance du
Hardware magazine octobre/novembre 03
PC fraîchement mis à jour,
sauf si vous utilisez un disque
dur SCSI pour le système
d’exploitation. De même, les
différents lecteurs et graveurs
de CD/DVD peuvent être
conservés sans hésiter. Pour
en revenir au processeur, il ne
faut pas oublier de prendre en
compte l’alimentation électrique et le refroidissement de
ce dernier. Si votre boîtier
n’offre pas une alimentation
plus puissante que 250 W,
vous risquez de rencontrer des
problèmes d’instabilité, voire
même de ne pas pouvoir
démarrer du tout. L’idéal est
d’avoir au moins 300 W pour
satisfaire les besoins des processeurs et cartes graphiques
modernes. Pour le refroidissement, si jamais vous étiez équipé d’un ensemble ventilateur +
>
dossier
Pentium 4
Il existe de nombreux Pentium 4, et tous ne peuvent pas aller sur les cartes mères
anciennes. Si vous souhaitez identifier un peu plus facilement votre modèle ou la compatibilité des derniers modèles par rapports à la fréquence de bus maximale de votre carte
mère, voici la liste complète des différents modèles sortis.
Nom de code
Socket
Fréquence de bus
réelle (fréquence de bus
interne au processeur,
quad-pumped)
Noms commerciaux
et fréquences (en GHz)
Willamette (0.18µ)
Socket 423
100 MHz (400 MHz)
1.3, 1.4, 1.5, 1.6, 1.7, 1.8, 1.9, 2.0
Willamette (0.18µ)
Socket 478
100 MHz (400 MHz)
1.5, 1.6, 1.7, 1.8, 1.9, 2.0
Northwood (0.13µ)
Socket 478
100 MHz (400 MHz)
1.6A, 1.8A, 2A, 2.2, 2.4, 2.5
Northwood (0.13µ)
Socket 478
133 MHz (533 MHz)
2.26, 2.4B, 2.53, 2.66, 2.8, 3.06
Northwood (0.13µ)
Socket 478
200 MHZ (800 MHz)
2.4C, 2.6C, 2.8C, 3.0C, 3.2C
radiateur pour processeur
AMD sur Socket A, vous pourrez le réinstaller sur un Athlon
XP récent. Cependant, il devra
être suffisamment efficace
pour dissiper un dégagement
thermique plus élevé qu’autrefois. La liste des modèles est
bien trop longue pour être
dressée. A titre d’indice, si
vous aviez un Athlon de plus
de 1 GHz, alors votre radiateur
devrait suffit à refroidir tous les
Athlon XP modernes, au moins
jusqu’au 2600+ car ceux-ci
chauffent beaucoup moins que
les anciennes générations. En
revanche, si votre radiateur
était tout juste dimensionné
pour un Duron 600 ou 700
MHz, vous devrez en racheter
un. Du côté des processeurs
Intel, vous ne pouvez pas vous
tromper, les refroidissements
pour Pentium III étant incompatibles avec les Pentium 4. Le
radiateur d’origine des premiers P4 étant resté identique
jusqu'aux légères modifications apportées à partir du P4
3GHz, vous ne devriez pas rencontrer de souci particulier. De
toute manière, les Pentium 4
sont presque toujours vendus
"en boîte" accompagnés d’un
radiateur (au contraire d’une
vente "OEM", livrée nue). Si
vous aviez déjà acheté un
radiateur performant pour
l’overclocking, vous pouvez
bien sur le conserver.
AMD VS Intel
AMD ou Intel, quelle marque
choisir ? C’est la question que
tout le monde pose… et à
laquelle nous avons beaucoup
de difficultés à répondre. Bien
sur, vous serez peut être guidé
par votre carte mère actuelle,
mais si vous devez en changer
ou bien acheter un PC complet, il faudra bien trancher. Si
le budget est primordial, vous
devrez prendre un processeur
AMD sans hésiter. A l’exception des derniers modèles sortis, les Athlon XP sont beaucoup moins chers (40 à 50%
"Entre AMD et Intel,
c’est votre budget qui
risque de décider à
votre place"
<22>
Hardware magazine octobre/novembre 03
de moins) que leurs homologues en Pentium 4, offrant
des performances similaires.
Les cartes mères sont également un peu moins chères
pour ces processeurs. Mais si
vous désirez une simplicité
optimale ou un meilleur potentiel d’overclocking, alors les
processeurs Intel sont recommandés. En parlant de simplicité optimale, il s’agit de ces
petits détails qui ne gêneront
absolument pas les fondus de
matériel, mais qui peuvent
aider
les
novices.
Par
exemple, la façon dont sont
construits les Pentium 4 ainsi
que la méthode fixation des
radiateurs font qu’il est impossible de détruire un processeur
en installant un simple radiateur. Cela peut paraître bête,
mais des mauvaises expériences assez nombreuses de
processeurs AMD endommagés (comme les Pentium III à
l’époque) ont été vécues. De
plus, les chipsets Intel pour
processeur Intel sont la solution la plus facile pour obtenir
de bonnes performances. Bien
sur, des chipsets pour AMD
comme le superbe nVidia
nForce2 sont tout à fait à la
hauteur
niveaux
performances, et des challengers
comme VIA reviennent en
force sur le marché du chipset
avec des prix serrés. Ce sont
"Pour overclocker,
mieux vaut se diriger
vers des solutions
Intel"
donc des petits riens pour
bon nombre d’utilisateurs,
sûrement moins important
que l’écart de prix élevé entre
ces marques, mais c’est à
prendre en compte et en particulier lorsque l’on n’a jamais
monté d’ordinateur soi même.
Athlon XP
Comme le Pentium 4, l’Athlon XP suit une longue carrière. Nous sommes déjà à la troisième
révision et les modèles sont très nombreux. Si tous viennent s’installer sur le même Socket,
ils ne peuvent pas tous fonctionner sur les vieilles cartes mères ! Les premiers chipset pour
Athlon XP ne reconnaîtront que le Palomino. En revanche, toutes les cartes mères conçues
pour le T-Bred pourront recevoir un Barton ainsi que l’ancien modèle. Pour plus de précisions
en ce qui concerne votre carte, veuillez consulter le site Internet du constructeur pour être
informé des derniers BIOS.
Nom de code
Socket
Fréquence de bus
réelle (fréquence de bus
interne au processeur,
quad-pumped)
Noms commerciaux
et fréquences (en GHz)
Palomino (0.18µ)
Socket A
133 MHz (266 MHz)
1500+
1700+
1900+
2100+
(1.33
(1.47
(1.60
(1.73
GHz), 1600+ (1.40 GHz),
GHz), 1800+ (1.53 GHz),
GHz), 2000+ (1.67 GHz),
GHz)
T-Bred (0.13µ)
Socket A
133 MHz puis 166 MHz
1700+
1900+
2100+
2400+
2700+
(1.47
(1.60
(1.73
(2.00
(2.18
GHz), 1800+ (1.53 GHz),
GHz),2000+ (1.67 GHz),
GHz),2200+ (1.80 GHz),
GHz), 2600+ (2.13 GHz),
GHz), 2800+ (2.25 GHz)
Barton (0.13µ)
Socket A
166 MHz (333 MHz)
2500+ (1.83 GHz), 2800+ (2.08 GHz),
3000+ (2.16 GHz), 3200+ (2.20 GHz)
Hardware magazine octobre/novembre 03
Enfin, et nous allons nous y
attarder, les Pentium 4 ont un
meilleur potentiel d’overclocking que les Athlon XP. Nous
parlerons également de l’intérêt que nous pouvons porter
aujourd’hui aux Celeron ainsi
qu’aux Duron qui seront bientôt de retour pour conquérir le
marché d’entrée de gamme.
Penser
overclocking
Longtemps réservé à une
élite, l’overclocking est désormais partout. Les constructeurs de cartes mères n’hésitent plus à communiquer sur
les propensions à l’overclocking de leurs produits et les
accessoires tels que les radiateurs performants ou la pâte
thermique n’ont jamais été si
nombreux et faciles à trouver
en magasin. Faut-il rappeler
que l’overclocking consiste à
faire fonctionner un processeur à une fréquence plus
élevé que celle pour laquelle il
est vendu ? Avec la facilité
actuelle et les gains potentiels,
l’overclocking est à prendre
sérieusement en compte au
moment de changer de pro-
<23>
>
dossier
"Un processeur
overclocké permet de
réaliser des économies
importantes"
cesseur… ou au contraire de
ne pas en acheter de nouveau
profitant d’une seconde vie de
celui que vous possédez déjà !
Depuis
l’apparition
du
Northwood, le Pentium 4 est
devenu le roi de l’overclocking
(plus de précision sur les
modèles de Pentium 4 dans
l’encadré page précédente).
Avec des gains supérieurs ou
égaux à 600 MHz pour la majorité d’entre eux, leur prix
devient beaucoup plus intéressant d’un seul coup ! Par
exemple, un Pentium 2.4B
pourra aisément atteindre les 3
GHz et des performances très
proches du P4 3.0C alors que
l’écart de prix est encore de
250 € ! Vendu seulement 170€,
le 2.4B overclocké à 3.0 GHz
devient même moins cher que
son concurrent AMD Athlon XP
<24>
3000+. Pour ainsi dire tous les
Pentium 4 depuis le Northwood
1.6A possèdent une telle marge
de manœuvre. Et encore, nous
parlons ici d’utiliser le radiateur
d’origine Intel et aucun artifice
particulier ! Il n’est pas rare de
voir des P4 à 800 MHz voir 1
GHz au dessus de leur fréquence d’origine. Par exemple, la
machine de votre serviteur sur
laquelle cet article a été rédigé
embarque un P4 2.4B cadencé
actuellement à 3.42 GHz. Et
oui, avec un processeur à seulement 170 € et un refroidissement de qualité pour environ 75
€ supplémentaires, il est possible d’obtenir des performances processeur supérieures au meilleur processeur
du marché, le P4 3.2C vendu
750 € ! Bien sur, ce dernier
pourra lui aussi s’overclocker et
Hardware magazine octobre/novembre 03
offrir plus de vitesse en atteignant 3.8 ou 4.0 GHz, mais
peut on encore parler de rapport qualité/prix ?
Certainement pas. Chez AMD
l’overclocking est beaucoup
moins intéressant, bien que
pratiqué par une majorité d’utilisateurs. A vrai dire, l’Athlon XP
ne se prête pas tant à cette
pratique puisque des gains
supérieurs à 200 MHz sont
assez rares. Cependant, l’arrivée récente du nouvel Athlon
basé sur le core Barton (voir
l’encadré plus bas) semble
changer la donne. Le Barton
2500+ cadencé à 1.8 GHz
s’overclocke très bien. Entre
400 et 500 MHz de gain pour
nombreux d’entre eux, ce qui
correspond à plus de 600 MHz
de gain chez Intel. Quand l’on
sait que ce petit bijou capable
d’atteindre la vélocité d’un P4
3.0 GHz ne coûte que 90 €, il
risque de connaître un vrai succès. Mais attention, même si
nous pouvons aujourd’hui
recommander l’overclocking,
souvenez vous que ce n’est
pas une science exacte.
Personne ne peut affirmer en
Les meilleures cartes mères
Il est impossible de dire quelle est la meilleure carte mère. Selon le budget, tel ou tel modèle
sera le meilleur. Ajoutant à cela le fait qu’il existe des cartes pour AMD et pour Intel, nous
sommes donc confrontés à une multitude de produits. Voici les meilleurs, facilement trouvable
en France. Vous en trouverez plus encore dans le dossier carte mère du dernier numéro
d’Hardware Magazine.
Processeur supporté
Chipset
Marque
Modèle
Prix
Athlon XP
Pentium 4
nForce2
Abit
NF7
85 €
i875P
Abit
IC7
Athlon XP
150 €
nForce2
Asus
A7N8X
85 €
Pentium 4
i865PE
Asus
P4P800
125 €
Athlon XP
nForce2
MSI
K7N2
80 €
Pentium 4
i865PE
MSI
865PE Neo2
110 €
récent. De même, presque
toutes les cartes mères
Pentium 4 socket 478 peuvent accueillir un Northwood.
Vous devrez tout de même
vérifier sur le site Internet du
constructeur pour les premiers modèles en i850 si une
mise à jour du BIOS le per-
"Le rôle de la carte
mère est primordial"
achetant un processeur neuf
que ce dernier sera capable de
telle ou telle prouesse. Seul le
recul permet d’affirmer les
gains généralement constatés.
Enfin, n’oubliez pas que l’overclocking présente le danger
non négligeable de détruire
votre processeur, surtout s’il
n’est pas correctement refroidit. Certes les risques sont
minimes, mais il ne faut pas
oublier qu’un processeur overclocké ne sera pas prit en
garantie. A méditer donc.
Carte mère
Un processeur puissant n’est
rien sans une bonne carte
mère. C’est cette dernière qui
va conditionner sa bonne
exploitation. Selon le chipset,
les performances pourront
déjà varier de quelques pourcents. Mais le plus important
concerne en fait les possibilités d’overclocking qu’offre la
carte. En effet, a quoi sert
d’avoir un P4 capable de
monter 800 MHz au-delà de
sa fréquence initiale s’il n’est
pas possible de le faire ? Tout
aussi important, il serait dommage de s’orienter vers un
processeur surpuissant sans
posséder une carte mère de
conception moderne offrant
le support de la mémoire
DDR sur deux canaux et
toutes les dernières innovations jouant sur les performances. Si vous devez acheter une carte mère, il n’y a pas
à hésiter sur le chipset. Si
vous désirer de la vélocité, il
vous faut un nForce2 pour
processeur AMD ou bien un
i865 ou i875 pour Pentium 4.
Mais si vous souhaitez évoluer en douceur, il n’est pas
forcément obligé de changer
la carte mère en même temps
! Toutes les cartes mères supportant l’AMD Athlon XP TBird peuvent accueillir un TBred ou un Barton plus
Hardware magazine octobre/novembre 03
met. En ce qui concerne les
nouveaux P4 Northwood à
800 MHz de bus, les fameux
"P4 C", vous pourrez les installer sur une bonne partie du
parc de cartes mères i845PE,
avec ou sans mise à jour du
BIOS, autrement vous devrez
vous fendre d’une nouvelle carte.
A propos d’overclocking, ce sont
toujours les mêmes marques qui
reviennent. Asus et Abit sont les
leaders. Mais n’oubliez pas
Epox, Gigabyte et même MSI
qui offrent tout de même des
possibilités de réglages intéressantes. Si votre carte mère
est trop ancienne (PIII, premiers P4 ou premiers Athlon)
et que vous devez en racheter
une, référez-vous au tableau
situé plus haut ou à notre dossier complet du numéro précédent pour choisir le modèle
idéal.
<25>
>
dossier
Mémoire vive
Comment parler de vélocité,
de performances sans discuter de la mémoire vive ? Plus
que jamais, cette dernière est
d’une importance capitale.
Bien sur, il y a la capacité. Si
256 Mo représentent le minimum vital sous Windows XP,
512 Mo est la bonne valeur et
ce pour un bon moment. Mais
parlons également des performances de la mémoire. Et oui,
directement liée au processeur
par l’intermédiaire du chipset,
cette dernière est capable de
fonctionner à des vitesses plus
ou moins élevées mais également avec des performances
pouvant varier à une fréquence
donnée.
Mémoire DDR
La mémoire DDR répond à plusieurs noms. Pour mieux s’y retrouver,
voici toutes les variantes !
Nom
commercial 1
Nom
commercial 2
Fréquence
réelle
DDR200
PC1600
100 MHz
DDR266
PC2100
133 MHz
DDR300
PC2500
150 MHz
DDR333
PC2700
166 MHz
DDR366
PC3000
183 MHz
DDR400
PC3200
200 MHz
DDR450
PC3600
225 MHz
<26>
512 Mo de mémoire
DDR333 ou DDR400
représentent le meilleur
choix d’aujourd’hui
Explications. Pour un fonctionnement idéal, la mémoire doit
fonctionner à la fréquence de
bus du processeur. Ainsi, pour
les Pentium 4 à 533 FSB et les
anciens Athlon XP, de la
mémoire capable de tourner à
seulement 133 MHz est suffisante. Mais depuis, les Athlon
XP sont passés à 166 MHz de
bus et les Pentium 4 à 200
MHz ! Vous pourrez trouver la
mémoire dont vous avez
besoin en vous référent au
petit encadré récapitulatif cicontre. La majorité des cartes
mères modernes permettent
de désynchroniser la fréquence de la mémoire de celle du
bus processeur. Nous avons
vu qu’il était plus intéressant
conserver les mêmes fréquences, mais vous pouvez
très bien faire fonctionner la
mémoire plus rapidement.
Cependant, bien que la bande
passante augmente, vous ne
pourrez pas vraiment l’exploiter. A l’inverse, vous pouvez
Hardware magazine octobre/novembre 03
également
cadencer
la
mémoire moins rapidement.
C’est bien sur une perte de
vitesse assurée, mais c’est le
moyen de réutiliser des barrettes de mémoire un peu plus
anciennes sans avoir à en
racheter immédiatement… ou
bien d’aller plus loin que prévu
si vous overclockez le processeur et donc la fréquence de
bus ! Par exemple, si vous
overclockez un Pentium 4 "C"
de 200 (800 MHz "quad-pumped")
à 250 MHz (1000
MHz…) et que votre mémoire
certifiée à 200 MHz n’est pas
capable de suivre, vous pourrez la ralentir quelque peu pour
quelle s’approche le plus possible des 200 MHz dont elle
est capable. Bien sur, si vous
en avez les moyens, il vaut
mieux investir dans une
mémoire de qualité encore
supérieure qui pourra restée
synchronisée avec la fréquence de votre processeur, sauf
pour les CPU en FSB 200. En
effet, la DDR 500 a de mauvaix timings et mieux desynchroniser avec de la DDR 400
qui a un bon timing que rester
synchonisé !
A force de parler d’overclocking en permanence, nous en
sommes venus à nous occuper des nombreux réglages
mémoire disponibles dans le
BIOS, les fameux timings. Et
là, a fréquence de fonctionnement identique, vous pourrez
enregistrer des différences de
performance mémoire de plus
de 15 % selon les paramètres
! Si vous êtes vraiment à la
recherche de puissance, vous
aurez donc tout intérêt à vous
y intéresser. Quelques fabricants proposent désormais
de la mémoire hautes performances qui est certifiée pour
fonctionner avec les réglages
les plus agressifs. Hélas, les
prix de cette mémoire s’envolent pour doubler et parfois
même tripler par rapport à la
mémoire standard. Du coup,
faut-il en acheter ? Pas
nécessairement. Le plus
important est de prendre de la
mémoire de marque. En effet,
trop de barrettes "no name"
sont incompatibles avec les
cartes mères, et croyez moi, il
n’y a rien de plus désagréable
que de parcourir des dizaines
de kilomètres et de rentrer en
s’apercevant que la nouvelle
acquisition ne fonctionne pas
sur son PC en ayant simplement voulu économiser cinq
ou six euros. En ce qui
concerne les performances
de la mémoire, tout dépend
de la fréquence à laquelle
vous souhaitez la faire fonctionner. Si vous avez un
ancien processeur à 133
MHz de bus, n’importe quelle
barrette moderne de 200 MHz
vous offrira des performances
excellentes. En effet, si elles ne
sont pas capables de tenir aux
timings très serrés à 200 MHz,
elles y arrivent sans problème
en tournant à 133 MHz. Vous
pourriez aussi acheter de la
mémoire seulement certifiée à
133 MHz, mais quel intérêt
aujourd’hui, le prix étant le
même ? L’autre intérêt de la
mémoire à 200 MHz est de
vous laisser une marge de
manœuvre pour l’overclocking. Et oui, en restant synchronisé, vous pourrez monter
votre processeur jusqu'à 200
MHz de bus, une belle performance. Si en revanche vous
optez pour l’un des nouveaux
P4 à 200 MHz de bus d’origine, alors vous aurez intérêt à
prendre de la mémoire de très
Hardware magazine octobre/novembre 03
bonne qualité pour overclocker. En effet, les barrettes standards de DDR400 ne vont pas
souvent au-delà de 200 MHz
alors que des mémoire dites
"d’overclockers" comme les
modules Corsair peuvent aller
bien au-delà sans trop baisser
les timings. Comme vous le
voyez, le choix n’est pas forcément le même pour tout le
monde, et c’est pourquoi il est
intéressant d’en discuter. Nous
reviendrons un peu plus sur la
mémoire au cours des pages
qui suivent, donnant un maximum de détail sur l’overclocking.
Vous pouvez déjà vous rendre
compte de la difficulté à
conseiller tel ou tel processeur.
Avant de nous prononcer plus
précisément, nous allons procéder à une batterie de tests
divers et variés pour essayer
de mettre en évidence tout ce
que nous venons de dire.
<27>
>
dossier
2
Overclocking
Aujourd’hui, l’overclocking n’est plus réservé à une
élite. Les constructeurs allant dans la bonne
direction, il est très facile de gagner un
maximum de MHz sans prendre de risque. Nous
allons voir en détail quels gains espérer et
comment les obtenir.
E
n 1995, un processeur
bien overclocké pouvait
prendre 33 MHz de mieux que
sa fréquence initiale. Sachant
que le plus puissant des
Pentium de l’époque était
cadencé à 133 MHz, ce gain de
25% était alors considéré
comme important. Depuis, certains processeurs ont un
potentiel d’overclocking beaucoup plus élevé et c’est notamment le cas des Pentium 4.
Depuis l’apparition du core
Northwood (voire le tableau
descriptif des Pentium 4 ),
presque tous les CPU peuvent
atteindre et dépasser ces 25%,
les meilleurs cumulant en général à
50% de vitesse
supplémentaire.
Pour mieux vous
représenter
la
chose, imaginez
un Pentium 4 2
GHz overclocké
à 3 GHz ou, en
d’autres termes,
un processeur
vendu en fin de
série à 150 €
capable d’égaler
son homologue
à 3 GHz d’origine qui coûte
encore plus de
400€.
Impressionnant
n’est-ce pas ?
Outre le plaisir
de faire mieux
<28>
"L’overclocking permet
de gagner entre 25 et
50% de puissance sur les
Pentium 4 Northwood"
que prévu, c’est bien sur l’attrait financier qui est le moteur
pour de nombreux overclockeurs. Nous allons en discuter
longuement, puis nous évoqueront les méthodes à connaître
pour réussir son overclocking,
avec quelques astuces d’experts. Notez que les chiffres
cités dans ces pages sont tous
regroupés en fin de dossier au
sein d’un tableau de performances très complet.
Pas tous égaux
En matière d’overclocking,
tous les processeurs ne sont
pas égaux. Depuis quelques
mois, Intel est clairement
devenu la référence puisque
presque tous les Pentium 4
Northwood
s’overclockent
beaucoup ainsi que les nouveaux Celeron basés sur ce
même core. En revanche, les
Athlon XP d’AMD ne bénéficient pas de telles facilités à
l’exception des touts derniers
modèles qui intègrent la technologie Barton. Voici pour la
tendance générale.
Hardware magazine octobre/novembre 03
Globalement, vous pouvez
espérer un gain minimum de
400 MHz sur tous les Pentium
4 Northwood contre seulement 100 MHz sur les Athlon
XP Palomino et T-Bred. Le
Barton relève le niveau chez
AMD car de nombreuses
puces peuvent prendre au
moins 300 MHz. Dites vous
que nous n’avons parlé ici que
des minima ! En effet, certaines puces sont capables de
véritables prouesses comme
ces Pentium 4 cadencés 1
GHz au dessus de leur fréquence de base et ces
quelques Barton qui approchent les 500 MHz de gain. En
revanche, ces valeurs élevées
sont assez rares et ne sont
presque jamais possibles à
reproduire sans avoir du matériel de grande qualité dans
l’ensemble du PC ainsi qu’une
dose de chance à l’achat du
processeur. Quelques règles
permettent de mieux comprendre pourquoi l’overclocking est possible et de choisir
un CPU qui devrait avoir un
meilleur potentiel qu’un autre.
magazine
DOSSIER PRATIQUE
DOSSIER PRATIQUE
ET COMPARATIF
Intel
Pentium 4C
DOSSIER
Spécial
18 Cartes
DVD
mères
à moins
de 100 €
> Graveurs
Les vrais gains
de l’upgrade
composant
par composant
Performantes
et pas chères :
nos élues
> Normes
> Lecture vidéo
> Création
Possibilités
d’overclocking
Qualité
Bundle,
Stabilité
de DVD
> Copie
PRATIQUE
ET COMPARATIF
Watercooling
Performant !
Silencieux !
PRATIQUE
Esthétique !
Montage de PC
Monitoring
pas à pas pour un montage la chaleur arrive,
propre, pratique et esthétique surveillez votre PC !
Facile et pas si
cher que çà !
bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤
Gagnez en performances
en dépensant moins !
En complément : nos recettes pour
upgrader un PC pour moins de 250 €
Exclusif mtube
MÉGA
CONCOURS
4 septembre/octobre 03 - n 7
DOSSIER PRATIQUE
• Enregistrer vos vidéos sur PC, sur DVD
• Montez vos films
• Créer chapitres, une interface
• Diffusez vos images et vos vidéos
• Mieux imprimer vos photos de vacances
• Créez vos diaporamas
pour choisir, upgrader et booster son PC !
GUIDE PRATIQUE
P.60
Optimisez
votre PC
Le nouveau processeur
Intel face à la concurrence :
Pentium 4B et Athlon XP
FSB 333 & 400
Spécial
PHOTO
& VIDEO
un PC nTube, un Jukebox Archos
AV300, 5000 € de lots à gagner !
PCUpdate
Comprendre et
optimiser votre bios
Comment et avec quels outils
Sécuriser et
monitorer son PC
Mesurer et optimiser
ses performances
Encoder un MP3,
un DIVX
Overclocker un
processeur,
une carte 3D
Retoucher des images,
des vidéos
Graver un CD, un DVD
Récupérer ses
données
et plus encore...
Regler et optimiser
ses jeux pour
chaque carte
graphique
COMPARATIF
P.104
Enceintes
2.1 et 5.1
Le bon son
au bon prix
GUIDE
18 appareils photo en test
Le guide du matériel
vidéo PC
Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$
le boîtier le plus malin du moment
le guide de montage
de 2 boitiers HIFI
P.56
+
Upgrade :
jeux et 3D
Gros CPU ou
grosse carte 3D ?
Changer de
carte graphique :
les vrais gains
P.20
Le meilleur du
software
EN COMPLÉMENT : le guide de la
téléphonie IP et de la visiophonie
+
ECRANS TFT
Type de dalle,
taille, rémanence,
résolution
P.118
Les clés
d’un choix réussi
+ BIOSTAR
iDeq
P.136
le meilleur
MiniPC
bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤
Août/Septembre 2003 numéro 6 5,90 4
N’ACHETEZ PLUS SANS NOUS !
pour choisir, upgrader et booster son PC !
Rajeunissez
votre PC !
EN
magazine
Hardware
PCUpdate
4 Mai / juin 2003 - numéro 5
E
IR
MO
MÉ
PCUpdate
LA
Hardware
Test et mise en pratique des premiers kits 54 Mbps
PCUpdate
DE
EZ
GN AIR
GA RS
CO
Indispensable : le guide de la mémoire, des chipsets et des cartes 3D
Le réseau sans fil passe au haut débit !
TEST EXCLUSIF
❏
❏
Oui je m'abonne à Hardware Magazine
pour 6 numéros et PC Update pour 6 Numéros au
prix spécial de 63 €. J’ai bien noté que je recevrai
mon hub MSI sous 30 jours.
Oui je m'abonne à Hardware Magazine pour 12 numéros
et PC Update pour 12 Numéros au prix spécial de 120 €.
J’ai bien noté que je recevrai mon hub MSI sous 30 jours.
❏
Mr
❏Mme ❏Melle
(merci de remplir cette partie en lettres majuscules)
Nom :
Prénom :
Adresse :
OFFRE SPÉCIALE
D’ABONNEMENT :
Code Postal :
Avec ces 2 offres
au choix,
nous vous offrons
ce superbe
Téléphone :
Ville :
Pays :
Fax :
Email :
€ par :
Ci-joint mon règlement de
hub USB
offert par MSI
et Tech.Age*
❏
❏
❏
Chèque bancaire ou postal (à l’ordre de Tech-Age)
Mandat à l’ordre de Distri-abonnements
Carte bancaire CB- VISA - Eurocard
N° :
* offre valable jusqu’au 30/11/2003
Expire fin :
Date :
/
/
signature :
En cas de paiement par carte bancaire,
vous pouvez aussi envoyer un fax au 05 61 727 650
Bulletin d’abonnement à retourner à l’adresse suivante :
hm7
Tech.Age service abonnements
BP 1121 - 31036 Toulouse Cedex 01
Tarif valable pour la France métropolitaine uniquement. En application de la loi informatique et libertés
du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant.
Commandez les
Anciens numéros
en E-book sur CD Rom
A renvoyer à :
Tech.Age Anciens numéros, 38 rue Garibaldi 93100 Montreuil
pour choisir, upgrader et booster son PC !
GUIDE D’ACHAT
Silence !
Et si votre PC
se faisait
discret
5,904
4Toutes
les solutions
de mise à jour décortiquées,
configuration par configuration.
4Des conseils pour tous les budgets
et tous les usages
TFT 15&17”
Rien que pour
vos yeux !
numéro
4 Ventilateurs, alimentations, boîtiers,
2
5,9 ¤
4 Janvier - février 2003 - n° 3
pour choisir, upgrader et booster son PC !
COMPARATIF
DOSSIER
Boîtiers
alimentations
ventilateurs
4Plus d’esthétisme,
&
GUIDE D’ACHAT
4 Mars - avril 2003 - n° 4
DOSSIER PRATIQUE
Le PC
DOSSIER UPGRADE
4Plus de performances,
DOSSIER PRATIQUE
pour booster
vos jeux?
8PC HIGH QUALITY
ET COMPARATIF
4 Juillet/Aout 03 - numéro 6
8HOME CINEMA
un (très)
vieux
PC en :
DVD
HIFI MP3
DVD
de fichiers
internet
4 ou tout à la fois...
4 lecteur
4 serveur
> Normes
4 routeur
> Lecture vidéo
Découverte
❏
Les
meilleurs
rapports
qualité/prix
magazine
La nouvelle génération
au banc d’essai :
enfin matures
et plus abordables
Les meilleures solutions
pour l’acquisition et le
montage en vidéo analogique
le Home Cinéma
le jeu vidéo
Belgique /Luxembourg : 6,50 3- CH 9,5 FS
Quelle carte son pour
❏
Tests exclusifs
Kiss DP 450
Le DIVX au
milieu de
votre salon
Shuttle
SN41G2
Le nouveau roi
des MiniPC ?
magazine
Joysticks
Pads
Volants
Les 24
meilleurs !
un Mini PC ?
❏
N’ACHETEZ PLUS SANS NOUS !
bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤
magazine
Economisez ! Boitiers,
alimentations
Comment upgrader ou
acheter au moindre prix
les pièges à éviter
Les clés
pour bien
choisir
Cartes
mères ?
I865 et I875 FSB800
Votre
prochain PC
sera-t-il
Les 10 meilleurs modèles
au banc d’essai
>les alternatives : microatx, format hi-fi
DVD Audio
Tout sur le
successeur du
CD audio
Athlon Barton
Faut-il craquer
pour le nouveau
processeur AMD ?
Scanners
Notre sélection
et nos conseils
d’utilisation
❏
> toutes les
nouveautés
des chipsets de
référence Intel
> le comparatif des
meilleurs produits
> les gains du Pentium 4 FSB 800
> notre guide pour l’upgrade
et le montage
Pour mieux comprendre
> notre guide des chipsets, de la 3D et de la RAM
Cartes 3D
Que faut il
acheter
aujourd’hui
Personnaliser
l’interface de Windows
Stockage de poche
clés USB, mini
disques, notre
sélection
❏
Indispensable : le guide de la mémoire, des chipsets et des cartes 3D
Hardware
magazine
Juin/Juillet 2003 numéro 5 5,90 4
Faut il craquer
pour les nouvelles
Jeu
Bureautique
Home Cinéma...
Disques durs
Le point sur
le Serial ATA
et le RAID
DOSSIER PORTABLE
Un PC portable peut il remplacer un PC de bureau ?
Hardware
Hardware
5,90 4
magazine
magazine
> Marque ou générique ?
> 2100, 2700, 3200: les vrais gains !
> Le secret des timings
> Que vaut vraiment le dual band ?
> Les atouts des nouveaux chipsets 2003
numéro 4
Hardware
Hardware
réponses à toutes vos
questions
Quelle
Comparatifs
N’ACHETEZ PLUS SANS NOUS !
> Les
Optimisez
l’usage de
votre webcam.
Les meilleurs
modèles.
Les 20 meilleurs
modèles pour Athlon
et Pentium 4
Avril/mai 2003
Mémoire et chipsets
Webcams
Appareils
photo 4 et 5
Megapixels
Carte
mère
pour upgrader son PC ?
Pratiquer
Benchez et optimisez
votre micro Belgique : 6,50 3
magazine
magazine
magazine
Hardware
Ces
PC
qui en font plus
Enceintes
Home Cinéma
NVIDIA 5200&5600, ATI 9800 :
LES NOUVELLES CARTES 3D CHANGENT LA DONNE
Optimiser ses
timing mémoire
❏
❏
Hardware
Créer les fichiers ISO
de vos CD
Du choix des ventilateurs
au (re)montage du PC,
tous nos conseils pour
un PC frais et dispo
Août/Septembre 2003 numéro 6 5,90 4
N’ACHETEZ PLUS SANS NOUS !
magazine
DOSSIER
18 Cartes
mères
à moins
de 100 €
Performantes
et pas chères :
nos élues
Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$
Nec et
Dell aux
sommets
PRATIQUE
L’art du refroidissement
Serial ATA
les disques durs
sont enfin là !
RE
OI
ÉM
M
Choisir
Lecteurs MP3 :
disque dur,
mémoire, CD,
lequel acheter ?
5,90 4
EN
LA
Comparer
Transportez et
stockez vos
données : toutes
les solutions au
banc d’essai
numéro 3
Facile et pas si
cher que çà !
DE
3 Ghz
Le PC au centre
de votre salon :
HIFI, vidéo,
magnétoscope,
TV, DVD
Comparer
Hardware
Février/mars 2003
Le Match
+ performants,
+ petits,
+ confortables
Notre sélection
des meilleures
imprimantes
pour la photo
enceintes home cinéma, cartes mères, appareils photo, webcams !
Notre sélection de
cartes et routeurs
11 et 54 Mbps.
Les performances,
la compatibilité entre
marques, les normes.
EZ
GN AIR
GA RS
CO
magazine
Vidéo
projecteurs de
salon : notre
sélection et
nos conseils
d’installation
❏
4 MEGA COMPARATIFS :
Le palmarés permanent de la micro
Silencieux !
Esthétique !
?
Verdict : les
meilleurs
appareils
photo 2 et 3
mega pixels
compacts
5,90 4
Performant !
S, IA
AT ID
LT NV
SU
RÉ E DE
NS
IERSPO
RÉ
Le palmares permanent de la micro
numéro 2
ET COMPARATIF
PRATIQUE
00
59
FX
Hardware
Décembre/janvier 2003
PRATIQUE
Watercooling
EN
Montage de PC
Monitoring
pas à pas pour un montage la chaleur arrive,
propre, pratique et esthétique surveillez votre PC !
EM
PR LA
FIN
EN
1
Toutes les clés pour choisir sa carte mère AMD ou Intel
FSB 400, 533, 800 ?
Performances, optimisation, tout sur
le Front Side Bus des cartes mère
Overclocking de
cartes graphiques :
gains faciles, coût 0
03 E
20 YS
numéro
Maîtriser
Processeurs :
les bons choix
pour votre ordinateur
Préparation, montage, astuces et
les 19 meilleurs ventirads en test
PRATIQUE
SY U SA
D
magazine
Bien refroidir
son processeur
EN
Pilotez votrePC et toutes
vos applications avec
une télécommande !
AL NÉE
BITET AN L’AN
CENTHÈSELON DE
64
4 choisir
!
Comparer, choisir, optimiser son PC
numéro 1
4 choisir
Z
NE SE OUS
IS N
OIS S
CH SAN
US
PL
Octobre/novembre 2002
sa connexion
son routeur
ou son modem
son forfait
PRATIQUE
❏
1 S
11ODUITTÉS
PR TES
Hardware
EN
PRATIQUE
Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$
CH 9,5 FS
EN
PRATIQUE
L 18982 - 4 - F: 5,90 E - RD
4 partager
EN
Transformez votre
Overclockez votre Créez vos
PC en magnétoscope intel et AMD et
DVD vidéo,
numérique
gagnez des MHz c’est facile !
❏
PC : 3 Configs idéales selon votre budget
Hardware
Special haut débit
PRATIQUE
Quel processeur
choisir pour
l’overclocking
belgique / luxembourg : 6,5
❏
DOSSIER
belgique / luxembourg : 6,5
EN
PRATIQUE
Que faire si votre
disque dur tombe
en panne
Belgique /Luxembourg : 6,50 3- CH 9,5 FS - CAN 9 $
EN
COMPRENDRE
Argentique VS
numérique :
ennemis ou amis ?
Hardware
Choisir sa
norme DVDR
CH 9,5 FS
Dataplay :
2 cm, 500 Mo,
la révolution
du CD arrive
TESTS
AMD/Intel :
Les meilleurs
processeurs de
la rentrée
COMPRENDRE
PRATIQUE
Monter son
premier film DV
Gagnez en performances
en dépensant moins !
ET COMPARATIF
TESTS EXCLUSIFS
3:HILSTI=WUZ^UW:?a@a@a@o@k;
PRATIQUE
choisir le bon
chip et le
bon bundle
au bon prix !
> Copie
bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤
GUIDE D’ACHAT
Enceintes :
les 15 meilleurs
modèles en 2.1,
4.1 et home ciné
Monter son premier
réseau sans fil.
CARTES 3D
de DVD
Ne jetez pas
votre PC, donnez
lui un nouveau
souffle ludique !
8BLACK GOLD
WiFi
4 chaine
> Graveurs
> Création
8TRANSPARENT
DOSSIER PRATIQUE ET COMPARATIF
RECYCLER Spécial
Spécial
Les vrais gains
de l’upgrade
composant
par composant
Toutes nos astuces
dans 4 PC tuning,
les meilleurs produits
pour choisir, upgrader et booster son PC !
DOSSIER PRATIQUE
Rajeunissez
votre PC !
votre PC carte 3D
plus de stabilité
finir avec le bruit.
PCUpdate
pour choisir, upgrader et booster son PC !
DOSSIER PRATIQUE
Personnalisez Quelle
sans fils
Plus de confort et de nouveaux
usages pour votre micro
4 Mai / juin 2003 - numéro 5
le nouveau miniPC qui
remplace une chaîne HIFI
MEGA PC MSI
Test et mise en pratique des premiers kits 54 Mbps
PCUpdate
pour choisir, upgrader et booster son PC !
Bluetooth, réseau, clavier, joystick,
souris, joystick, écran, vidéoprojecteur,
télécommande multimedia, webcam,
débarassez votre PC de ses chaines !
plus de silence
disques durs, cartes graphiques, lecteurs
CD, comment les rendre silencieux
4 Les astuces et les bons choix pour en
PCUpdate
PCUpdate
PCUpdate
4Novembre - décembre 2002 - n° 2
bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤
numéro
1
Dossier Upgrade
Donnez une seconde
jeunesse à votre PC
PCUpdate
Le réseau sans fil passe au haut débit !
TEST EXCLUSIF
PCUpdate
pour choisir, upgrader et booster son PC !
PCUpdate
4Septembre - Octobre 2002 - n° 1
UN PC OLIDATA, UNE GEFORCE FX MSI
ET BEAUCOUP D’AUTRES LOTS À GAGNER !
GRAND CONCOURS
GE FORCE FX : NVIDIA À L’ASSAUT DE LA RADEON 9700
PCUpdate
PCUpdate
PCUpdate
PCUpdate
NFORCE2 PREVIEW DE LA NOUVELLE MERVEILLE NVIDIA
RADEON 9700 : LA NOUVELLE BOMBE ATI DÉVOILÉE !
Possibilités
d’overclocking
Qualité
Bundle,
Stabilité
Intel
Pentium 4C
Le nouveau processeur
Intel face à la concurrence :
Pentium 4B et Athlon XP
FSB 333 & 400
Spécial
PHOTO
& VIDEO
• Enregistrer vos vidéos sur PC, sur DVD
• Montez vos films
• Créer chapitres, une interface
• Diffusez vos images et vos vidéos
• Mieux imprimer vos photos de vacances
• Créez vos diaporamas
En complément : nos recettes pour
upgrader un PC pour moins de 250 €
Exclusif mtube
18 appareils photo en test
Le guide du matériel
vidéo PC
Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$
le boîtier le plus malin du moment
le guide de montage
de 2 boitiers HIFI
❏
N’ayant plus d’exemplaires papier, nous vous proposons des versions E-book, livres electroniques en format PDF de très haute qualité sur CD.
Le prix est de 7,50 € pour le premier exemplaire et de 3 € par exemplaire supplémentaire.
Cochez ci-dessus les cases correspondant aux numéros que vous souhaitez.
(merci de remplir cette partie en lettres majuscules)
❏ Mr
❏ Mme ❏ Melle
Prénom :
Nom :
Adresse :
Ville :
Pays :
Téléphone : Fax : Email :
Ci-joint mon règlement de € par chèque bancaire ou postal (à l’ordre de Tech-Age)
Code Postal :
Bulletin à retourner à l’adresse suivante :
Tech.Age Anciens numéros, 38 rue Garibaldi 93100 Montreuil
Tarif valable pour la France métropolitaine uniquement. En application de la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant.
VOUS POUVEZ EGALEMENT TELECHARGER LES ANCIENS NUMEROS SUR NOTRE SITE WEB
WWW.TECHAGE.FR
"Mieux vaut éviter les
plus grosses
fréquences de chaque
génération pour
overclocker"
A l’origine, tous les processeurs d’une même génération
sont fabriqués à l’identique.
Une étape de leur production
consiste à les tester pour
savoir à quelle fréquence ils
sont parfaitement stables. Les
tests effectués sont très
rigoureux et le processeur qui
raterait ne serait-ce qu’un
seul d’entre eux à une fréquence donnée serait recalé.
Par exemple, un Athlon XP
2000+ est cadencé à 1.67
GHz. Toutes les Athlon sortis
des chaînes à l’époque de sa
suprématie étaient testés à
1.67 GHz et ceux qui
échouaient étaient alors testés à 1.60 GHz (Athlon XP
1900+) et ainsi de suite jusqu'à l’obtention d’une stabilité parfaite. Mais bien sur, si un
constructeur ne peut se permettre de vendre des produits
ayant échoués certains tests,
mêmes les moins importants,
un particulier n’y verra aucun
inconvénient tant que l’ordinateur reste utilisable au jour
le jour. Sachez également
qu’il arrive que les constructeurs estampille des processeurs capables d’aller très
vite à des fréquences inférieures pour satisfaire la
demande du marché s’il y a
rupture. C’est pourquoi les
modèles très demandés comportent de temps en temps
des exceptions qui peuvent
s’overclocker
très
haut,
puisque leur fréquence de
base n’est même pas atteinte
"d’origine" en quelque sorte.
Hélas, trouver un tel processeur ne se fait que sur un
coup de chance.
Que prendre ?
Pour continuer avec ces "vérités générales" de l’overclocking, notez qu’il vaut mieux
éviter d’acheter (dans le but
d’overclocker) les plus hautes
fréquences d’une génération
de processeur. En effet, les
modèles les plus rapides sont
proches des limites du core.
Par exemple, un Pentium 4
2.4C bénéficie d’un meilleur
potentiel
d’overclocking
qu’un Pentium 4 3.2C. Ceci
nous conduit directement à la
dernière chose importante. Le
meilleur moment pour acheter
un processeur à overclocker
est lorsque l’on approche de
la fin d’une série. Par
exemple, alors que Intel prépare le Prescott, nous savons
que la mort des Pentium 4
actuels est déjà programmée.
Du coup, toutes les petites
améliorations qui auront été
apportées au fur et à mesure
de leur production sont là
pour nous offrir des processeurs un peu plus overclockables. Je m’explique. Si, il y
a quelques mois, Intel avait un
peu de mal à fournir des processeurs à 3 GHz et que
seules quelques puces de la
production pouvaient être
certifiées, il est capable
aujourd’hui de sortir une
majorité de processeurs
dépassant les 3 GHz car les
procédés de fabrication ont
été améliorés. Ceci se répercute sur toute la gamme ! Les
Pentium 4 2.4C, 2.6C et 2.8C
sont tous les trois certains ou
presque de pouvoir dépasser
les 3 GHz. Bientôt, les 3.2
GHz seront devenu la routine
d’Intel et tous les P4 en vente
pourront espérer d’atteindre
et pourquoi pas dépasser ce
cap. Tout le monde suit ? En
conclusion, il vaut mieux
acheter un processeur de
relativement faible cadence et
en fin de vie pour espérer le
meilleur potentiel d’overclocking. Les bons modèles changent tout le temps.
Aujourd’hui, les Pentium 4 2.4
"Les processeurs
offrant le meilleur
potentiel d’overclocking
sont les fin de série"
Hardware magazine octobre/novembre 03
<31>
>
dossier
GHz (B et C) ainsi que le
Barton 2500+ sont clairement
les meilleurs processeurs du
marché pour l’overclocking
comme vous pourrez vous en
rendre compte lors des tests.
"L’overclocking permet à
un processeur ancien de
rester au goût du jour"
Gain "utile"
C’est bien beau d’overclocker,
encore faudrait-il que ça serve
à quelque chose non ? Et bien
rassurez-vous, ce n’est pas
que de la flambe. Autant 50
MHz ne changent plus grandchose vu les fréquences que
nous connaissons actuellement, autant des gains de plus
de 400 MHz accélèrent véritablement l’ordinateur. Quelques
années d’expérience montrent
qu’a fréquence égale, un processeur overclocké a sensiblement les mêmes performances
que son homologue plus rapide d’origine. Puisque c’est la
fréquence de bus que l’on
augmente souvent pour overclocker, il arrive même qu’un
processeur overclocké soit
plus rapide à fréquence égale
qu’un modèle à sa fréquence
de base. Nous avons fait le
test avec un P4 2.4B overclocké à 3.06 GHz. Avec ses 170
MHz de fréquence de bus, les
résultats sont légèrement
meilleurs qu’un Pentium 4 3.06
GHz à 133 MHz de bus. Mais
que faire de ce gain de vitesse ?
Et bien la même chose que si
vous achetiez un plus gros
processeur tout simplement !
Si la carte graphique suit, un
Voltage
Il est possible d’augmenter le voltage de certains composants du PC
pour améliorer leur stabilité à haute vitesse. Seulement il ne faut pas
oublier qu’un coup de pouce de voltage s’accompagne par un
accroissement de chaleur, et qu’un gain trop élevé peut rapidement
avoir des conséquences désastreuses ! Pour le processeur, il est tout
à fait courant d’augmenter le voltage jusqu'à +0.2 v. Nous recommandons d’aller au grand maximum à +0.3v, mais ce n’est pas sans
risque. Pour la mémoire vive, la DDR est en principe prévue pour 2.5v.
Cependant, de nombreuses barrettes sont certifiées 2.6v. Jusqu'à
2.8v vous ne courrez pas de danger. Enfin, vous pouvez ajouter sans
danger +0.2v à l’AGP si la carte graphique vous pose problème en
dépassant 66 MHz sur le bus AGP.
<32>
processeur plus véloce vous
permettra de jouer à des jeux
dans de meilleures conditions.
Autrement, vous pourrez
apprécier des gains de temps
au moment de compresser de
lourdes vidéos ou des fichiers
en archives (RAR, Zip ou
autre). Sur le tableau de performances, vous pourrez par
exemple voir qu’il y a plus
d’une heure d’écart entre le
temps de compression nécessaire pour compresser un DVD
en DivX à 3.33 GHz et à 2.4
GHz. Bien sur, tout le monde
n’a pas vraiment besoin de
gagner du temps sur des opérations qui sont déjà assez
rapides. C’est pourquoi les
acheteurs de processeur à
plus de 3 GHz sont encore
assez rares. Mais si c’est gratuit, pourquoi s’en priver !?
Voilà pourquoi tant d’utilisateurs s’intéressent à l’overclocking. Parfois les gains sont
même plus utiles. Et oui,
autant un Pentium 4 2.4B est
encore suffisant, même à sa
fréquence initiale, pour satisfaire n’importe quelle application, mais ce n’est pas forcément le cas de CPU plus
anciens. Par exemple, un
Pentium 4 1.6A devient un peu
limite dans quelques jeux
modernes très gourmands
comme des simulations automobiles ou de nombreux
adversaires s’affrontent. Dans
ce cas, l’overclocking apporte
le petit plus qu’il faut pour ne
pas se sentir dépassé.
Finalement, l’overclocking est
une manière d’avoir un PC
performant à bon prix en économisant sur l’achat d’un processeur plus rapide d’origine,
mais c’est aussi un moyen de
retarder l’achat d’un nouveau
CPU si le budget ne le permet
pas. Tout le monde s’y retrouve.
Hardware magazine octobre/novembre 03
Overclocker
Nous avons déjà parlé des
méthodes d’overclocking dans
le passé et nous y reviendrons
certainement avec plus de
détails dans l’avenir. Ce dossier est plus un moyen de vous
décider à acheter un nouveau
processeur, en prenant l’overclocking en compte. Si vous
avez déjà quelques notions
(multiplicateur, fréquence de
bus…) voici quelques astuces
intéressantes qui vous permettront de préciser plus encore
vos choix en matière de processeur et carte mère ou tout
simplement d’overclocker un
peu plus haut. Les CPU Intel
ont un coefficient multiplicateur fixe et inchangeable. C’est
également le cas des Athlon
XP Palomino et T-Bred, mais il
est possible de les débrider.
Seul l’Athlon XP Barton n’est
pas bloqué à ce niveau.
Overclocker en augmentant le
coefficient multiplicateur est
très simple. Il suffit de procéder
par palier, d’ajouter un peu de
voltage au processeur lorsque
il plante pour essayer de trouver la stabilité. Les autres composants n’étant pas affectés
par l’overclocking, en cas de
plantages seul le processeur
peut être remis en cause.
Cependant, les puces Intel et
les anciens AMD non débridés
ne peuvent pas voir leur coefficient augmenté. Du coup, il ne
reste plus qu’à jouer sur la fréquence de bus. Dans le passé,
overclocker ainsi était très difficile car le chipset de la carte
mère ainsi que la mémoire et
tous les autres éléments sont
concernés. Du coup, il suffisait
qu’une simple carte PCI ne soit
pas d’accord avec la nouvelle
fréquence pour tout remettre
en cause. Heureusement, les
Refroidissement
constructeurs de cartes mères
reçoivent peu à peu le message et des marques comme
Asus ou Abit nous offrent déjà
des produits très performants
intégrant
de
nombreux
réglages. A titre d’exemple,
sur une carte mère Abit IT7MAX2 un peu ancienne (septembre 2002), il est possible
de fixer la fréquence en MHz
du bus PCI et AGP pour éviter
de perturber les cartes filles. Il
est aussi possible de désynchroniser la vitesse de la
mémoire et la ralentir quelque
peu si elle n’est pas capable
de suivre. Au final, seuls le
processeur et le chipset peuvent encore être en cause si le
PC s’avérait instable après
l’overclocking. Dans ce cas, il
suffira de baisser légèrement
jusqu'à ne plus rencontrer de
problème du tout. Retenez
qu’il ne faut surtout pas hésiter à jouer avec les
nombreux
réglages offerts par le BIOS.
Nous avons remarqué que
certaines cartes mère offrant
la possibilité de désynchroniser la mémoire plantaient irrémédiablement dès que la fréquence de bus n’était pas
standard (100, 133 ou 166
MHz). Arrivés à 170 MHz en
utilisant une mémoire certifiée
133 MHz, nous avions choisi
de désynchroniser pour éviter
d’avoir des plantages mémoire et alors, le PC ne démarrait
plus du tout ! Finalement, en
laissant
synchronisé,
la
mémoire a tenu le coup en
augmentant un petit peu son
voltage. Bien sur, si vous désirez overclocker un processeur
de génération récente comme
L’Athlon XP Barton ou Le
Pentium 4 C, vous devrez
avoir de la mémoire rapide.
Nous avons vu que le Barton à
une fréquence de base de 166
MHz et le P4 de 200 MHz.
Inutile de dire que, même avec
Nous n’en avons pas parlé puisque ce dossier overclocking
vise à sensibiliser son intérêt lors de l’achat d’un nouveau processeur. Malgré tout, le refroidissement du processeur est primordial pour son bon fonctionnement et c’est particulièrement
le cas pour les puces overclockées. Si les radiateurs d’origine
que peuvent fournir Intel ou AMD sont très corrects, vous
aurez sans conteste des gains plus élevés en investissant
dans un bon ensemble ventilateur + radiateur. Par exemple, un
P4 2.0A que nous avons testé pouvait monter à 2.7 GHz avec
le radiateur Intel. Ce résultat, fort honorable, montre le potentiel du processeur. Avec un radiateur Alpha PAL8092 et un
ventilateur puissant de marque Delta, ce même processeur a
trouvé la stabilité à 3 GHz ! D’autre part, certains radiateurs de
qualité permettent de refroidir aussi bien que l’Intel et même
mieux en produisant moins de bruit. Quoi que vous fassiez,
nous recommandons vivement l’utilisation de pâte thermique
plutôt que le scotch thermique proposé de base sur le radiateur Intel. Dans ce cas, pensez à bien gratter les résidus noirs
avant d’appliquer la pâte. Ces conseils sont identiques pour
les processeurs AMD.
"L’overclocking extrême
peut coûter aussi cher
qu’un processeur plus
puissant à force
d’acheter des
accessoires"
un ratio inférieur, la RAM sera
quand même à des fréquences très importantes.
Nous le verrons plus en détail
dans les pages qui suivent à
propos de la mémoire vive.
Enfin, et c’est très important,
si vous décidez d’acheter un
processeur pour l’overclocker,
faites le en fonction de votre
carte mère. Si vous êtes équipé d’un modèle très récent du
type i865/875 pour Intel ou
nForce2 pour AMD, vous
pourrez overclocker n’importe
quel processeur. En revanche,
si vous avez une carte un peu
plus ancienne basée sur un
chipset de type i845 pour Intel
ou Via KT400 pour AMD vous
aurez intérêt à prendre un pro-
Hardware magazine octobre/novembre 03
cesseur avec une fréquence
de bus d’origine plus faible.
De toute façon, c’est souvent
une obligation, dans le sens
où les nouveaux modèles ne
sont même pas reconnus par
les anciennes cartes. Pour
illustrer ce propos, prenons le
chipset i845E. Ce dernier ne
supporte pas les 200 MHz de
bus du Pentium 4 C et même
si certaines cartes sont
capable de tenir à 200 MHz
avec un bon overclocking,
vous ne pourrez sûrement pas
allez au-delà avec votre nouveau processeur. En revanche,
en partant de 133 MHz vous
n’aurez pas de mal à monter,
au moins, à 166 MHz.
<33>
>
dossier
3
Mémoire vive
Durant des années, personne ne s’est vraiment
préoccupé du rôle de la mémoire dans les
performances d’un PC, si ce n’est de sa quantité.
Pourtant, que l’on overclocke ou pas, de bonnes
barrettes de mémoire peuvent apporter des
gains sensibles.
P
our la majorité des gens,
la seule question liée à la
mémoire vive reste la quantité.
A ce niveau, rien de compliqué,
il suffit d’avoir 512 Mo dans son
PC pour pouvoir parler de performances. Mais la mémoire
vive c’est aussi une vitesse de
fonctionnement, qui s’exprime
en MHz, ainsi que des réglages
très pointus qui peuvent influencer la vélocité d’un ordinateur
de façon très sensible. Depuis
quelques mois, des constructeurs vendent des mémoires
haut de gamme, capables de
tourner dans d’excellentes
conditions et recommandées
pour overclocker. Alors, qu’y at-il d’important a savoir sur la
RAM ? Est-il intéressant d’investir dans ces barrettes nouvelle génération pourtant très
chères ? Nous allons le voir.
Bande passante
Que ce soit la mémoire vive ou
la mémoire vidéo, vous aurez
sans doute entendu parler de
bande passante. Il s’agit de la
quantité maximale d’informations qui peuvent circuler dans
ces mémoires en l’espace
d’une seconde. Bien entendu,
l’augmentation de la bande
passante mémoire est bénéfique pour l’ordinateur et au fur
et à mesure que les générations
de mémoire s’enchaînent, cette
dernière est sans cesse améliorée. Pour calculer la bande passante de votre mémoire, c’est
très simple. Sachant que la
technologie de mémoire actuelle fonctionne sur 64 bit, il suffit
"La mémoire doit, si
possible, être cadencée à
la même vitesse que le
bus du processeur"
<34>
Hardware magazine octobre/novembre 03
de réaliser l’opération suivante
: (64 / 8) x fréquence en MHz
x2. Nous divisons 64 par 8
pour passer en octets, puis
nous multiplions par la fréquence de fonctionnement
pour connaître la bande passante. Puisque il s’agit de
mémoire DDR (double data
rate), il faut encore multiplier
par deux. Par exemple, si votre
mémoire DDR tourne à 133
MHz, vous aurez (64/8) x 133 x
2 = 2128 Mo / s. Et oui, si l’une
des appellations commerciale
de votre mémoire est PC2100,
c’est tout simplement car elle
permet d’offrir une telle bande
passante. Vous trouverez un
tableau avec les différentes
variantes de mémoire DDR
dans les premières pages de
ce dossier. Comme nous
l’avons déjà dit, il est fortement recommandé d’avoir de
la mémoire qui peut fonctionner à la fréquence de bus de
votre processeur pour des
performances optimales. Les
cartes mères modernes permettent bien de désynchroni-
"Travailler sur la mémoire permet
des gains de vitesse non
négligeables"
ser (mémoire à 100 MHz avec
un processeur à 133 MHz par
exemple), mais vous perdrez
alors quelque pourcent dans
les résultats de chaque benchmark. Mais le plus important
reste encore à venir !
Timings
Bien que peu de monde sache
de quoi il s’agit, les réglages
des timings de la mémoire sont
très importants. Pour simplifier
au maximum, il s’agit de préciser au chipset la façon de com-
Hardware magazine octobre/novembre 03
muniquer avec la RAM. Il est
possible de réduire ou d’augmenter les temps d’attente
entre chaque opération, avant
de remplir ou vider la mémoire,
etc. Dans ce cas, plus les
réglages sont faibles, plus les
performances seront élevées.
Mais pour pouvoir se permettre
de réduire les timings, il faut
absolument avoir de la mémoire de bonne qualité. Ayant déjà
parlé de l’optimisation de ces
timings il y a peu, nous n’allons
pas y revenir pour le moment.
Nous avons tout de même
effectués de nombreux tests
qui révèlent les gains possibles
avec une bonne mémoire. Sur
un Pentium 4 3.0 GHz à sa fréquence d’origine (15 x 200),
nous avons lancé le vieillissant
Quake III Arena en 1600x1200
<35>
>
dossier
pour voir l’impact de la mémoire. Entre les meilleurs et les plus
mauvais réglages, nous avons
eu un écart de 23 images par
secondes ! (139 dans le pire des
cas, et 162 dans le meilleur).
Comme quoi il n’est pas inutile
de se préoccuper de la mémoire ! Le gain en images par
secondes est aussi important
qu’une grosse augmentation de
fréquence. Mais il faut reconnaître que le moteur de Quake III
est connu pour particulièrement
bien exploiter la mémoire vive. A
l’opposé, pour des applications
purement processeur (compression de fichier, DivX notamment)
le gain est presque invisible.
Finalement, un bon overclocking apporte plus qu’une optimisation de la mémoire. Mais si
les deux étaient possibles simultanément ? C’est faisable avec
des barrettes hautes performances qui peuvent conserver
de bons timings même à des
fréquences très élevées.
Que prendre
<36>
"Privilégiez la mémoire
de marque"
D’un côté, nous avons la
mémoire de base qui ne permet
pas de fonctionner à des
timings extraordinaires, de
l’autre ce sont les nouvelles
Hardware magazine octobre/novembre 03
barrettes performantes, vendues le double ou le triple du
prix. A vrai dire, elles n’ont d’intérêt que pour les personnes à
le recherche de la performance
maximum ou des overclockers
extrêmes
qui
souhaitent
atteindre des fréquences de
bus très élevées (220 MHz et
plus) tout en ayant une mémoire synchronisée. Autrement, il
vaut mieux se contenter de la
mémoire classique et oublier la
DDR 500 trop chère au vu de
ses faibles timings. Par ailleurs,
si votre processeur ne fonctionne qu’a 133 MHz de bus, à partir d’une barrette de DDR400
"de base" capable de fonctionner à 200 MHz avec des timings
moyens (2.5-6-3-3), vous pourrez certainement l’utiliser à 133
MHz avec de bons timings (2-52-2). Très important en
revanche, il est conseillé de
prendre de la mémoire de
marque, même si cette dernière
est légèrement plus chère. Si
vous souhaitez acheter un processeur à 200 MHz de bus
comme les P4 C, alors de la
mémoire haute performance
vous permettra d’aller plus loin
et d’être stable. Tous les résultats de nos tests sont dans la
page des tableaux de performances.
>
dossier
4
D’une
configuration
à l’autre…
"Un nouveau processeur étant forcément plus
véloce que le votre, vous aurez intérêt à l’acheter
rapidement." Stop, ce n’est pas forcément vrai !
Nous avons atteint une telle puissance CPU qu’il
n’est pas souvent nécessaire de changer.
L
a micro-informatique a
ce côté désagréable de
rendre obsolète un matériel
ayant seulement six mois par
la sortie d’un produit plus performant. C’est particulièrement vrai sur le marché du
processeur ou les annonces
sont régulières. Bien que nous
n’en parlions pas assez dans
la presse écrite, les processeurs d’aujourd’hui sont pourtant surpuissants. Fut un
temps ou vous n’auriez pas pu
exécuter quelques applications sans avoir l’un des CPU
les plus puissants qui soit.
Aujourd’hui, même le modèle
le moins rapide du marché suffit largement à faire tourner
l’ensemble des logiciels. Alors,
faut-il prendre mieux ?
Votre PC
suffit-il ?
Si vous êtes déjà équipé d’un
PC, il faut que vous parveniez à
répondre à cette question pour
vous décider. Votre PC suffit-il à
satisfaire vos besoins ? Nous
recevons des mails d’utilisateurs de PC cadencés aux
alentours de 2 GHz nous
demandant s’il est intéressant
<38>
"Ne changez pas de
processeur pour un
modèle seulement à
100 ou 200 MHz
supérieur au votre"
d’aller voir au dessus maintenant que l’offre est vaste. Mais
pourquoi donc ? Bien que les
nouveaux modèles soient
effectivement plus rapides et
procurent donc un confort de
travail accru, y’a-t-il une seule
application qui se traîne lamentablement à cause de votre 2
GHz ? Ne cherchez pas, ça
n’existe pas. Tout au plus vous
serez obligé de descendre
d’une résolution dans les jeux
gourmands. Et si jamais vous
vous sentiez un peu limite,
pourquoi ne pas overclocker ?
Par contre, si votre machine est
plus ancienne, et particulièrement si elle est cadencée à
moins de 1 GHz, alors votre
processeur commence sérieusement à accuser le coup.
Autant il peut encore satisfaire
Hardware magazine octobre/novembre 03
toute application bureautique
et Internet, autant vous serez
pénalisé dans de nombreux
jeux récents. D’autre part, les
cartes mères un peu anciennes
qui accueillent ces processeurs
ne bénéficient pas des dernières
nouveautés en matière de
connectiques et de support des
mémoires performantes. Dans
ce cas, il est temps de changer.
Et si vous vous situez entre les
deux, avec un processeur entre
1.4 et 2 GHz, seuls vos choix de
logiciels pourront vous guider.
Un Pentium 4 1.6 GHz peut
encore tout faire tourner a peu
prêt convenablement, mais la
différence face à un P4 2.4 GHz
ou plus récent se fait tout de
même bien sentir. Quelque soit
votre cas de figure, il est absolument inutile de changer pour
passer seulement 100 ou 200
MHz au dessus, vous ne sentiriez pour ainsi dire aucun changement. Nous conseillons de
prendre un processeur au
moins 600 MHz plus rapide
pour bénéficier d’une réelle différence à l’utilisation.
Entrée ou haut
de gamme ?
Depuis le début de ce dossier,
nous ne parlons que de
Pentium 4 et d’Athlon XP.
Pourtant, les processeurs
d’entrée de gamme reviennent
sur le marché avec le Celeron
depuis un an, et les nouveaux
Duron qui ne devraient plus
tarder à arriver en France. Ces
processeurs sont assez intéressants car ils sont vendus à
des prix très compétitifs par
rapport au Pentium 4 et même
à l’Athlon XP et offrent de
bonnes performances malgré
tout. Pour simplifier, dites vous
qu’un Celeron vaut grosso
modo un P4 300 à 400 MHz
moins rapide que lui, en
moyenne. Nous avons testé un
Celeron 2 GHz, et si la différence n’était pas perceptible à un
P4 2 GHz sous Windows dans
un environnement bureautique
ou pour visionner des films, les
performances étaient proches
d’un P4 1.6 GHz dans certains
jeux exigeants ou lors d’encodage de vidéo. Mais ces nouveaux Celeron, à partir de 2
GHz, ont un excellent potentiel
d’overclocking ! Nous en avons
overclocké un à 2.7 GHz avec
le radiateur d’origine et sans
avoir à toucher le voltage.
C’est dire la maîtrise d’Intel ! A
cette fréquence, les résultats
sont toujours supérieurs au
Pentium 4 2 Ghz et régulièrement plus élevés qu’un P4 2.4
GHz. Pour un prix de vente de
"Le Celeron P4 est un
bon processeur pour
les pro-Intel"
Hardware magazine octobre/novembre 03
70 €, c’est finalement une
bonne idée d’achat. Les petits
budgets n’auront pas à se
sentir lésés. Nous avons joué
sans problème à des titres
récents comme Midnight Club
II ou Toca Race Driver sur ce
Celeron overclocké à 2.7 GHz.
Compatible avec une bonne
carte graphique, il pourra déjà
satisfaire tous vos besoins,
faut-il aller voir plus haut ?
Consultez le tableau des performances pour vous faire une
idée précise. Si vous appréciez les processeurs de
marque AMD, dîtes vous
qu’un Barton 2500+ ne vaut
que 90 € et qu’il est déjà plus
rapide que ce Celeron overclocké tout en restant à sa fréquence d’origine. Il peut sans
forcer s’approcher des performances d’un processeur à 3
GHz ! Nous l’avons déjà dit,
des performances de l’ordre
de 2 GHz sont encore tout à
fait suffisantes pour les logiciels d’aujourd’hui. En fait,
seules une volonté de confort
et de pérennité pourront vous
motiver à voire au dessus.
Finalement, le choix d’un nouveau processeur est loin d’être
évident. Le tableau de performances ainsi que la conclusion
devrait vous aider à trancher
en cas de doute. Vous pouvez
également vous référez à l’organigramme d’achat de processeur en tournant la page.
Vous devriez trouver réponse à
vos interrogations, si jamais ce
n’est pas encore fait.
<39>
>
dossier
5
Dois-je
changer de
processeur ?
Je ne
sais pas
Oui
Non
Puissance globale des CPU
(moyenne des benchmarks)
<38>
Hardware magazine octobre/novembre 03
J'ai un processeur
cadencé à
moins de 1 GHz
Je ne fait que de la bureautique et/ou de l'Internet, le changement n'est pas impératif mais
apporterai plus de confort sous Windows XP surtout si je suis en dessous des 600 MHz
Je retouche des photos et/ou je fait du montage vidéo et/ou je joue un peu,
un processeur plus puissant est fortement recommandé
Je désire jouer aux jeux récents et/ou encoder des vidéos de longue durée et/ou
créer des images de synthèse, je dois changer rapidement de processeur
J'ai un processeur
cadencé entre
1 et 1.7 GHz
Je ne fait que de la bureautique et de l'Internet, un changement ne m'apporterai rien
Je retouche des images et/ou je fait du montage vidéo et/ou je joue un peu, un
processeur plus puissant pourraît être agréable à utiliser mais le changement n'est
pas impératif pour autant
Je joue beaucoup et/ou j'encode des DVD en DivX régulièrement,
j'ai intérêt à changer de processeur sous peu
J'ai un processeur
cadencé entre
1.8 et 2.4 GHz
J'ai un processeur
cadencé à
plus de 2.4 GHz
Je ne fait que de la bureautique et/ou de l'Internet,
un changement ne m'apporterai rien
Je retouche des photos et/ou je fait du montage vidéo et/ou je joue un peu, un
changement ne m'apporterai pas grand-chose
Je joue beaucoup et/ou j'encode des DVD en DivX régulièrement et/ou je créé des
images de synthèses, un changement me permettrai d'être à l'aise en toutes
circonstances mais il n'y a aucune urgence
Retour
à la case
départ :)
Pourquoi
continuer plus
loin !?
Retour
à la case
départ :)
Pourquoi
continuer plus
loin !?
Retour
à la case
départ :)
Je ne fait que de la bureautique et/ou de l'Internet, un changement ne m'apporterai rien
Je retouche des photos et/ou je fait du montage vidéo et/ou je joue un peu, un
changement ne m'apporterai rien
Je joue beaucoup et/ou j'encode des DVD en DivX régulièrement et/ou de créé des
images de synthèses, un changement ne m'apporterai rien
Je dois changer de carte mère et de mémoire
Pourquoi
continuer plus
loin !?
Pourquoi ne pas overclocker ? Dans ce cas, le mieux
pour moi serait surement une carte mère Asus P4PE
avec 512 Mo de DDR333 (ou DDR400) ainsi qu'un
processeur Intel Celeron 2.0 overclockable à plus
de 2. 6 GHz ; montant total de 235 euros
Je ne souhaite pas overclocker. Je devrait prendre
une carte mère MSI K7N2 Delta-L avec 2x256 Mo
de DDR333 (ou DD400) ainsi qu'un processeur
AMD Athlon XP 2000+ ; montant total de 235 euros
Mon budget
est serré
Je peux conserver mes éléments actuels
Je suis prêt
à investir
ce qu'il faut
Pourquoi
continuer plus
loin !?
Je dois changer de carte mère et de mémoire
Selon que je préfère Intel ou AMD, un Celeron 2.0
overclockable à plus de 2.6 GHz ou un Athlon XP 2000+
seront les plus adaptés ; 70 et 65 euros en boîte
Selon que je préfère Intel ou AMD, je choisirait une
carte mère Asus P4P800 avec 2x256 Mo de DDR400
ainsi qu'un processeur Intel Pentium 4 2.4C pour un
montant total de 400 euros OU une carte mère Abit
NF7-S avec 2x256 Mo de DDR333 ainsi qu'un
processeur AMD Athlon XP 2500+ Barton pour un
montant total de 300 euros. Ces deux processeurs ont
un très bon potentiel d'overclocking pour atteindre les
performances d'un 3 GHZ
Je peux conserver mes éléments actuels
Selon que je préfère Intel ou AMD, un Pentium
4 2.4 GHz ou un AMD Athlon XP 2500+ Barton seront
les plus adaptés ; 180 et 95 euros (si la carte mère
Intel ne supporte pas les 200 MHz de bus, prendre un
P4 2.4B et non un P4 2.4C)
Je dois changer de carte mère et de mémoire
Pourquoi ne pas overclocker ? Dans ce cas, le mieux
pour moi serait surement une carte mère Asus
P4C800-Deluxe avec 2x256 Mo de DDR400 ainsi qu'un
Pentium 4 3.0C overclockable à plus de 3.5 GHz ;
montant total de 705 euros
L'argent
n'est pas
un problème !
Je ne souhaite pas overclocker, je devrais prendre une
carte mère Asus A7N8X-Deluxe avec 2x256 Mo de
DDR333 (ou DDR400) ainsi qu'un AMD Athlon XP 3000+
Barton ; montant total de 475 euros
Je peux conserver mes éléments actuels
Si ce n'est pas déjà le cas, et selon que je préfère Intel
ou AMD, un Pentium 4 3.0 C ou un AMD Athlon XP
3000+ seront les plus adaptés ; 420 et 260 euros
(si la carte mère Intel ne supporte pas les 200 MHz de
bus, prendre un P4 3.06 GHz pour 360 euros)
Mémoire, carte graphique, disque dur ? Le processeur n’est pas forcément l’élément qui
vous fera le plus gagner en performances. Profitez de l’argent économisé pour équilibrer
votre PC
Hardware magazine octobre/novembre 03
<39>
>
dossier
Récapitulatif des tests,
tous les chiffres
SiSoft
Sandra 2003
Dhrystone
ALU
SiSoft
Sandra 2003
Whestone
FPU
Encodage
d’une vidéo
de 100 Mo
en DivX 5
Encodage
d’une musique
de 62 Mo
en MP3
Rendu d’une
scène 3D
Studio
Max R5
Compression
d’un fichier
de 650 Mo
en RAR 3.20
Quake III
Arena 1.31
en
1600x1200
Départ
d’une course
sous TOCA
Race Driver
avec le
maximum de
concurrents
Celeron 2.0
Celeron 2.0
à 2900 MHz
4950
7230
999
1412
28’
18’33"
2’24"
1’37"
5’27"
3’48"
20’23"
16’25"
127 fps
146 fps
Sacades
Presque fluide
Pentium 4 1.6
Pentium 4 2.0A
Pentium 4 2.0A
à 2960 MHz
Pentium 4 2.4B
Pentium 4 2.4B
à 3420 MHz
Pentium 4 3.0C
Pentium 4 3.0C
à 3600 MHz
4265
5526
7925
898
1175
1610
29’31"
21’
16’48"
2’39"
2’17"
1’15"
5’26"
4’52"
3’29"
21’14"
18’26"
14’37"
132 fps
139 fps
149 fps
Sacades
Sacades
Fluide
6409
9640
1360
2910
19’15"
13’29"
1’58"
1’07"
4’21"
2’44"
16’54"
13’44"
145 fps
159 fps
Presque fluide
Fluide
8775
10570
2578
3105
15’36"
12’50"
1’12"
57"
3’31"
2’41"
14’39"
13’27"
152 fps
161 fps
Fluide
Fluide
Athlon XP
2000+
Athlon XP
2000+
à 1812 MHz
Athlon XP
2500+
Athlon XP
2500+
à 2255 MHz
Athlon XP
2600+
Athlon XP
2600+
à 2275 MHz
6302
2548
20’17"
1’59"
4’58"
17’58"
133 fps
Sacades
6780
2749
18’58"
1’51"
4’51"
17’26"
135 fps
Sacades
7758
3086
17’45"
1’12"
4’17"
15’36"
139 fps
Presque fluide
8323
3384
15'25"
58"
3’28"
13’29"
143 fps
Fluide
7824
3167
17’38"
1’12"
4’12"
15’32"
137 fps
Presque fluide
8045
3289
16"52"
1’07"
3’54"
14’58"
139 fps
Presque fluide
Différence de vitesse d’un processeur à l’autre
Nous avons mesuré les performances de nos processeurs de tests, à leurs fréquences d’origine ainsi qu’après overclocking. Voici tous les
résultats, vous pourrez vous rendre compte par vous-même de l’intérêt de changer… ou non. Tous ces tests ont été effectués avec une carte
graphique nVidia GeForce4 Ti4600 et 512 Mo de mémoire.
Réglage lent (2.5-7-3-3)
Réglage le plus courant (2.5-6-3-3)
Réglage amélioré (2-6-3-2)
Réglage performant (2-5-3-3)
Quake III 1.31
1600x1200
Encodage
d’une
vidéo de 100
Mo en DivX 5
144 fps
152 fps
161 fps
167 fps
15’35"
15’36"
15’28"
15’25"
Compression
d’un fichier de
650 Mo en RAR
3.20
12’20"
12’19"
12’19"
12’19"
Flou
gaussien
(Photoshop 7)
38"
37"
35"
34"
L’impact de la mémoire vive
Pour nous rendre compte de l’importance des timings de la mémoire,
nous avons effectué une batterie de test sur un PC P4 3.0 GHz avec une
GeForce4 Ti4600 et de la mémoire de très haute qualité Corsair Twinx
4200. Voici les résultats "en vraie" utilisation, sous Windows.
Résultats
d’overclocking
Nous avons overclocké plusieurs processeurs. Les résultats
varient d’un modèle à l’autre. Les trois valeurs correspondent à la fréquence d’origine, la fréquence d’overclocking
atteinte facilement, la fréquence d’overclocking poussé
avec un refroidissement performant et les fréquences de
bus entre parenthèses.
<42>
• Celeron 2.0 : 2000 (100) / 2700 (135) / 2900 (145)
• Pentium 4 2.0A : 2000 (100) / 2700 (135) / 2960 (148)
• Pentium 4 2.4B : 2400 (133) / 3060 (170) / 3420 (190)
• Pentium 4 3.0C : 3000 (200) / 3450 (230) / 3600 (240)
• Athlon XP 2000+ (Palomino) : 1667 (133) / 1750 (140) / 1812 (145)
• Athlon XP 2500+ (Barton) : 1833 (166) / 2090 (190) / 2255 (205)
• Athlon XP 2600+ (T-Bred) : 2083 (166) / 2187 (175) / 2275 (182)
Hardware magazine octobre/novembre 03
Conclusion
Au bout de 26 pages de conseils et de tests, le temps du verdict
est venu. Faut-il changer de processeur aujourd’hui ? Quel modèle
prendre ? Vaut-il mieux optimiser carte mère et mémoire ?
Toutes les réponses sont regroupées ici.
C
omme nous l’avons vu,
et les chiffres ne mentent
pas, tous les processeurs
vendus neufs aujourd’hui ont
une réserve de puissance
amplement suffisante pour
satisfaire tous vos désirs.
Même les petits Celeron 2
GHz ou les Athlon XP 1800+
à moins de 75 € peuvent
faire tourner l’ensemble des
applications
existantes,
même si ce n’est pas toujours dans les meilleures
conditions. Bien entendu, le
changement de processeur
dépend de votre budget et
de vos envies personnelles.
Upgrade
D’une manière générale, nous
déconseillons aux personnes
équipées d’un processeur de
plus de 2 GHz de changer
pour le moment, surtout si
cela doit impliquer la dépense
d’une nouvelle carte mère.
Mieux vaut attendre encore un
peu que le besoin s’en face
sentir où que des nouveautés
technologiques incontour-
nables apparaissent. Si votre
PC actuel est de puissance
moyenne, entre 1.4 et 2.0
GHz, vous sentirez une vraie
différence de comportement
en prenant un processeur
supérieur ou égal à 2.4 GHz.
De plus, avec un peu de chance, vous pourrez changer
sans avoir à racheter une
carte mère (à l’exception des
Barton et Pentium 4 C qui utilisent une fréquence de bus
élevée). Enfin, si votre machine est cadencée à moins de
1.4 GHz, vous avez alors tout
intérêt à changer rapidement
pour pouvoir goûter aux joies
des nouveaux jeux et autres
logiciels requérant de la puissance. Dans ce cas, vous
devrez obligatoirement passer par l’achat d’une carte
mère et certainement de
mémoire vive plus récente. Si
votre budget est restreint,
pensez qu’une solution
Celeron 2.0 GHz avec une
carte mère moderne et 512
Mo de DDR400 ne coûte que
250 € ! Le Celeron 2.0 à beau
être un peu léger face à ses
"Ne changez pas de
processeur si vous
avez déjà au moins
2 GHz sous le capot"
concurrents
tous
plus
rapides, il sera déjà incomparablement plus rapide que
votre ancienne configuration.
Et, très important, il ne faut
pas rester avec une machine
trop déséquilibrée pour pouvoir profiter de la puissance
de votre nouveau processeur.
Si vous comptez jouer beaucoup et que votre budget est
Hardware magazine octobre/novembre 03
limité, privilégiez donc la carte
graphique. Rien de sert
d’avoir 3 GHz si vous avec
encore une TNT2 32 Mo !
Mieux vaux alors se contenter d’un 2.4 ou 2.6 GHz ayant
un rapport puissance/prix
avantageux et considérer
l’achat d’une carte de type
GeForceFX 5600 Ultra ou ATI
Radeon 9600 Pro pour la différence de prix avec le P4 3.0.
<43>
>
dossier
Nouveau PC
Si vous êtes sur le point de
vous acheter une nouvelle
machine complète, vous pouvez prendre de la puissance
sans hésiter, cela ne devrait
pas trop impacter votre budget.
Cependant,
nous
conseillons d’acheter un
Pentium 4 2.4C et de l’overclocker à 3 GHz plutôt que de
craquer pour vrai P4 3 GHz
vendu 250 € de plus !
Investissez donc 60 € dans un
bon refroidissement, 60 € de
plus que prévu pour acheter de
la mémoire hautes performances au lieu de mémoire
standard, et gardez dans votre
poche les 130 € restant ! Au
pire, même si votre processeur
ne s’averrait pas capable d’atteindre les 3 GHz recherchés,
2.4 suffiront amplement pour
de long mois encore, et votre
carte mère actuelle pourra toujours recevoir un 3.2 GHz d’ici
un an lorsque ce dernier ne
coûtera plus que 170 € environ. Si vous ne souhaitez pas
ou pas trop overclocker, nous
vous conseillons de vous
orienter vers un AMD Athlon
XP 2500+ avec un core Barton
sur une carte mère nForce2 et
une paire de barrettes de
DDR400, même standard. Le
Barton 2500+ est sûrement le
processeur offrant le meilleur
<44>
rapport puissance/prix du
moment. D’autre part, il propose également une bonne réserve de puissance car son potentiel d’overclocking est bien plus
élevé que les autres Athlon XP.
Un ensemble carte mère/processeur/ventilateur/mémoire
pour Intel comme cité précédemment vous coûtera moins
de 500 € et vous pourrez économiser en conservant le ventilateur d’origine et de la mémoire standard DDR400. Dans ce
cas il faudra overclocker en
désynchronisant
ou
bien
prendre un P4 2.4B à 133 MHz
de bus. Le même ensemble à
base de Barton ne vous coûtera
même pas 300 € ! Si vous
devez acheter une machine
neuve aujourd’hui, c’est la
meilleure solution à coup sur.
Notez tout de même que si
vous êtes fana de très hautes
performances et que votre
budget le permet, les gros processeurs ne sont pas à éviter !
Nous avons overclocké un
Pentium 4 3.0C à plus de 3.6
GHz, et certains approchent les
4 GHz. Ca laisse rêveur, non ?
Mais hélas, le prix à payer les
réserves à de rares acheteurs
Hardware magazine octobre/novembre 03
ou de chanceux testeurs dont
nous faisons partis. Et n’oubliez
pas qu’il faut avoir le reste du
PC à la hauteur, autrement ça
serait vraiment dommage.
Parlons en justement.
A part le CPU ?
Comme nous en avons parlé,
les rôles joués par la carte mère
et la mémoire sont très importants. Il ne faut donc pas les
négliger. Les six cartes mères
cités dans le petit encadré des
premières pages sont toutes de
très bon modèles équipées des
dernières
nouveautés
et
capable d’accueillir et d’overclocker fortement les processeurs de toutes fréquences. La
carte graphique est également
primordiale pour les joueurs et
les amateurs de conception 3D.
Même si l’exemple est un peu
extrême, dîtes-vous qu’un PC
1.6 GHz avec une Radeon 9800
Pro sera bien plus agréable
pour jouer qu’un PC 3.2 GHz
avec une GeForce3 Ti200. En
bref, la puissance oui, surtout a
bas prix… Mais pas dans n’importe quelles conditions ! Et si
vous relisiez l’organigramme ?
>
comparer
ventirads
16
ventirads
pour Pentium 4 !
Depuis l’ajout par Intel de sa technologie Hyper-Threading sur
ses processeurs Pentium 4, on ne peut plus vraiment dire qu’un
Pentium 4 chauffe peu et ne nécessite pas un système de
refroidissement conséquent. Tandis que nous avons
expérimenté avec succès sur une de nos configurations un
refroidissement extrêmement silencieux d’un P4 2.53 GHz
(Alpha Pal 8942 surmonté d’un ventilateur de 8 centimètres en
5V), la dernière génération des processeurs Intel requiert
plutôt un système soit bruyant, soit moyennement silencieux
mais couplé à un dissipateur très performant et... cher.
Textes : Eric Forgeron
<46>
out ceci n’est pas très
étonnant quand on sait
que le Pentium 4
3.06GHz HyperThreading dissipe pas moins de 83 Watts à sa
fréquence et voltage d’origine
(1.55V). Et c’est loin d’être fini !
En effet, la prochaine et dernière version du Pentium 4 socket
478, le Prescott, est déjà
annoncée pour 103 Watts.
Autant dire que les overclockers devront se parer de solutions puissantes s’ils veulent
éviter toute surchauffe. Avant
d’aller plus loin, un petit mot
d’explication sur ces watts. Il
s’agit de la quantité de watts
que dégage le processeur en
fonctionnement. Plus cette
valeur est élevée, plus la solution de refroidissement doit être
capable de dissiper ces watts.
T
Hardware magazine octobre 02
Cette augmentation de la puissance, fréquence et chaleur
dégagée par les processeurs
Intel Pentium 4 a entraîné une
augmentation de l’offre de ventirads
pour
socket
478.
Auparavant, de nombreux utilisateurs se contentaient de la
solution de refroidissement fournie par Intel dans les versions
boîtes de ses processeurs, ce
qui explique que le marché
n’était pas très actif dans ce
domaine. L’offre des ventirads
pour Pentium 4 n’a aujourd’hui
plus rien à envier à celle pour
processeurs AMD (socket 462).
Une tendance sur ce marché,
conséquence de cette course
au refroidissement, est l’accroissement de la taille et surtout du poids des ventirads.
LES DERNIERS PROCESSEURS
INTEL PENTIUM 4 CHAUFFENT
PLUS QUE LES GÉNÉRATIONS
PRÉCÉDENTES, D’OÙ
L’INTÉRÊT D’UNE
SOLUTION DE
REFROIDISSEMENT
QUI TIENNE LA
ROUTE…
Pour
information
Intel préconise que
la solution de refroidissement pour ses processeurs ne
doit pas dépasser 450 grammes
s’il est fait usage du système de
rétention classique. Au-delà de
ce poids, Intel estime qu’il y a un
risque d’endommager le processeur lors de transports et /
ou manipulations de l’ordinateur.
Il est dès lors conseillé d’utiliser
les quatre trous entourant le
socket pour fixer tout dissipateur faisant preuve d’un poids
trop élevé sur la balance.
Dans les dissipateurs que
nous vous proposons dans ce
dossier, le record de l’embonpoint revient au Zalman CNPS
7000 Cu. En effet, ses nombreuses ailettes en cuivre et
son ventilateur de 92 millimètres lui font accuser un
poids de 767 grammes sur la
balance. Pourtant, et malgré
ce poids, il se fixe via le système de rétention classique. La
prudence est donc de rigueur
lors de transports avec ce
genre de produit.
Autre tendance dans les produits de refroidissement pour
processeurs, la possibilité de
moduler la tension délivrée au
ventilateur grâce à un potentiomètre, une sonde de température ou encore un adaptateur
comme dans le cas du
NexusTek PHT-3600. L’objectif
est bien évidemment de faire
varier la vitesse de rotation du
ventilateur afin de rencontrer les
exigences du plus grand
nombre. Les overclockers d’une
part qui souhaitent une puissance de refroidissement maximale
et les amateurs de
silence d’autre part qui
veulent une refroidissement correct dans un relatif
calme. Pour arriver à satisfaire
cette double exigence de silence et de puissance, la taille des
ventilateurs a tendance à augmenter également. Là où il y a
quelques années on rencontrait
encore fréquemment des ventilateurs de 60 mm de diamètre,
aujourd’hui, le plus petit diamètre présent est 70 mm, la
norme devient peu à peu le 80
mm et quelques modèles se
parent d’un ventilateur de 92
mm. Certains accessoiristes en
ventilation vont même jusqu’à
proposer des adaptateurs permettant de placer un ventilateur
de 120 mm en lieu et place du
80 mm d’origine, comme expliqué à la fin de cet article. Dans
un tel cas de figure, outre le
poids, c’est la taille de la solution de refroidissement qui
devient problématique.
LES POTENTIOMÈTRES SONT DE
PLUS EN PLUS FRÉQUENTS. ILS
PERMETTENT DE FAIRE VARIER
LA VITESSE DU VENTILATEUR EN
FONCTION DE VOS BESOINS
Hyper-Threading, 2x256 Mo de
mémoire Corsair DDR400, alimentation Aerocool 520W, carte
graphique ATI Radeon 9700 Pro
Pour ceux qui l’ignorent encore,
la particularité d’un processeur
doté de la technologie HyperThreading est de se matérialiser
par la présence de deux processeurs sous Windows. Le but de
cette technologie est en effet
d’accélérer les performances de
certaines applications en proposant deux processeurs virtuels
auxquels des tâches séparées
peuvent être assignées. Si nous
précisons ceci, c’est simplement pour en venir à notre protocole de test. Là où habituellement, le fait d’utiliser un logiciel
comme CPUBurn permet d’utiliser les ressources processeur à
100%, les Pentium 4 HyperThreading ne sont
utilisés qu’à
50% de leurs possibilités. Afin
de les faire chauffer un maximum, nous avons donc lancé,
en plus de CPUBurn, le logiciel
Prime95 en mode «Torture Test»,
ce qui nous a permis d’occuper
le processeur à 100%.
Deux types de tests ont été
effectués. L’un avec le processeur à sa fréquence d’origine de
3.06 GHz et son voltage par
défaut de 1.55V. Le second test
a été effectué avec le processeur overclocké avec un FSB
de 150 MHz (3.45 GHz) et un
voltage élevé de 1.75V.
Overclocké de cette façon, le
Pentium 4 ne consomme plus
83 Watts mais 104 Watts, soit la
valeur annoncée pour les futurs
processeurs Intel Prescott, prévus pour le mois de novembre.
Pour vous aider à choisir la
solution de refroidissement
idéale
pour votre processeur Intel
Pentium 4,
nous avons
réuni
pas
moins de 16
ventirads,
de l’Intel Box
au
dernier
Thermalright
SP-94 en passant par un ventirad
noname
illustrant la nécessité de ne pas choisir au
hasard son dissipateur.
La configuration de test utilisée était la suivante : Carte
mère Asus P4B533-E, processeur Intel Pentium 4 3.06 GHz
POUR LES PLUS EXIGEANTS, LA SOLUTION LIVRÉE PAR INTEL S’AVÈRERA RAPIDEMENT INSUFFISANTE
Hardware magazine octobre 02
<47>
>
comparer
ventirads
Thermaltake Spark 7
Thermaltake est une société dynamique proposant régulièrement de
nouveaux produits. Son cheval de
bataille est d’offrir des produits
complets, performants et à un prix
raisonnable. Le Spark 7 n’échappe pas à cette règle puisque pour
44 €, vous disposez d’un dissipateur intégralement en cuivre surmonté d’un ventilateur de 70 mm
dont la vitesse peut varier de 1800
à 6300 tours/minute soit via un
potentiomètre, soit via une sonde
de température. Notons également que le ventilateur est surmonté d’une grille de protection
estampillée ThermalTake. Avec
une telle vitesse de rotation, inutile
de dire que les performances sont
au rendez-vous mais à un niveau
sonore insupportable. Le bruit du
ventilateur s’entend à plus de dix
Matériau : Cuivre
Dimension radiateur : 82x63x35,5mm
Dimension ventilateur : 70x70x25mm
Tours/minute : 1300-6000 trs/min
CFM : 10,42-49,17
dB/A : 17-43 dB/A
* VENTILATEUR À 6200 TOURS/MINUTE
mètres de l’ordinateur. Par contre
au minimum, il se fait plus discret
mais met en péril le refroidissement puisque en overclocking,
nous avons atteint 73°C avant que
le P4 se neutralise et fige
Windows. Performant au maximum et offrant un package complet, il manque cependant un
accessoire au Spark 7 : des
boules Quies.
7/10
Compatibilité : > 3,2 GHz
Prix : 45 €
Température en burn @ 1.55V – maxi* : 42°C
Température en burn @ 1.55V – mini** : 55°C
Température en burn @ 1.75V – maxi* : 48°C
Température en burn @ 1.75V – mini** : 73°C
** VENTILATEUR À 1900 TOURS/MINUTE
Verax P16 Cu
Verax est une marque allemande
ayant mis au point un type de
ventilateur dont l’objectif est de
faire le moins de bruit possible.
Pour ce faire, ils ont imaginé un
design de pales particulier, de
même qu’une forme de cône
pour le châssis et le moteur. Un
rapide coup d’œil permet de se
demander si la capacité de
refroidissement est suffisante
étant donné que les pales sont
quasi à la verticale. Le ventirad
P16 Cu est donc surmonté d’un
tel ventilateur mais thermorégulé.
A noter que toujours pour minimiser les nuisances sonores, le
ventilateur se fixe au radiateur via
des tiges en caoutchouc dont le
rôle est d’absorber les vibrations.
Le dissipateur pour sa part est
en aluminium mais doté d’une
base en cuivre. Ce ventirad est
réellement silencieux et il faut
tendre l’oreille pour l’entendre.
Par contre, ses performances
sont insuffisantes pour des processeurs de fréquence élevée et
son usage devra être réservé à
des configurations non overclockées pas trop sollicitées. Ce produit affiché à plus de 80 € se
réserve donc aux amateurs de
pur silence dans un PC de salon
comme le RDC de PC Update
qui s’en suffit largement avec
son P4B 2.4Ghz. Mais pour lui, le
silence n’a pas de prix… Dès
lors, nous mettons ce ventirad
hors concours (et notation) dans
cette sélection des meilleurs tant
son usage est spécifique.
HC
dB/A : N/A
Compatibilité : > 2,8 GHz
Prix : 85 €
Température en burn @ 1.55V : 58°C
Température en burn @ 1.75V: 69°C
Matériau : Aluminium - Cuivre
Dimension radiateur : 96x80x43mm
Dimension ventilateur : 80x80x25mm
Tours/minute : 1400-3500 trs/min
CFM : N/A
Thermalright SP-94
Depuis l’apparition du SLK-700,
Thermalright est devenu une
marque reconnue et vantée pour
l’excellente propension de ses
produits à dissiper la chaleur,
même lors d’overclocking importants. Le SLK-900U, récemment
relifté en SLK-947U, ne constitue
plus le sommet de la gamme avec
l’arrivée de ce SP-94. En plus de
l’énorme dissipateur intégralement
en cuivre, on retrouve un système
caloduc à 3 tuyaux. L’objectif de
ce système est d’accroître encore
l’efficacité de refroidissement. Le
SP-94 ne se fixe que via les trous
de la carte mère et quelque part,
vu son poids, c’est plus raisonnable. Livré sans ventilateurs, il
peut accueillir des modèles de 80
ou 92 millimètres qui se fixent toujours via les traditionnelles tiges
Matériau : Cuivre
Dimension radiateur : 99x59x45mm
Dimension ventilateur : 80/92mm (non livré)
Tours/minute : CFM : dB/A : -
*VENTILATEUR DELTA 80X80X25MM EN 12V
<48>
en
métal
spécifiques
à
Thermalright. Ce bel objet qui a
pour but de faire encore mieux
que le SLK-900U y parvient sans
problèmes. Certes la différence
n’est pas énorme mais elle est
bien là. Affiché pas loin des 80 €,
il fait payer cher les quelques
degrés gagnés mais avec lui on
peut se mettre à rêver d’un overclocking refroidi en silence…
Compatibilité : > 3.06 GHz
Prix : 77 €
Température en burn @ 1.55V – 4000 rpm* : 37°C
Température en burn @ 1.55V – 2000 rpm** : 44°C
Température en burn @ 1.75V – 4000 rpm* : 45°C
Température en burn @ 1.75V – 2000 rpm** : 51°C
**VENTILATEUR DELTA 80X80X25MM EN 5V
Hardware magazine octobre 02
9/10
La référence de notre dernier comparatif
Thermalright SLK-900U
Le Thermalright SLK-900U est
depuis un bon moment considéré
comme la meilleure solution de
refroidissement par air. Par
contre, à cause de sa taille et de
sa forme, il n’est pas compatible
avec toutes les cartes mères.
Livré sans ventilateur, sa base
intégralement en cuivre peut
accueillir des ventilateurs d’un
diamètre de 70, 80 et 92 milli-
mètres. Ces derniers se fixent via
des tiges de métal qui s’insèrent
dans la base. Le SLK-900U peut
se fixer au choix, soit sur le système de rétention spécifique au
socket 478, soit à même la carte
mère via les trous prévus à cet
effet. Il présente également
l’avantage d’être compatible
avec le socket 462 pour processeurs AMD Athlon XP. Côté per-
Matériau : Cuivre
Dimension radiateur : 99x59x45mm
Dimension ventilateur : 60/70/80/92mm (non livré)
Tours/minute : CFM : dB/A : -
*VENTILATEUR DELTA 80X80X25MM EN 12V
formances, pas de surprises,
c’est du caviar. Il peut se permettre de faire mieux avec un
ventilateur silencieux là où
d’autres ventirads font moins
bien avec des ventilateurs
bruyants. Si en plus vous le surmontez d’un ventilateur puissant,
vous pourrez atteindre des overclockings inatteignables avec
d’autres ventirads. Reste le prix…
9/10
Compatibilité : > 3,06 GHz
Prix : 60 €
Température en burn @ 1.55V – 4000 rpm* : 39°C
Température en burn @ 1.55V – 2000 rpm** : 45°C
Température en burn @ 1.75V – 4000 rpm* : 47°C
Température en burn @ 1.75V – 4000 rpm** : 52°C
**VENTILATEUR DELTA 80X80X25MM EN 5V
Zalman CNPS 7000 AlCu
Zalman est devenu le spécialiste
des solutions de refroidissement
efficaces et peu bruyantes. Ce
n’est pas pour rien que ses produits sont labellisés CNPS pour
Computer Noise Protection
System. Après ses originaux dissipateurs en forme d’éventail, le
fabricant coréen a mis au point
un ventirad original et … volumineux. Pour se rendre compte de
sa taille, il suffit de mentionner
que le ventilateur au centre des
ailettes est un 92 millimètres. Ce
dernier peut voir sa vitesse varier
de 1400 à 2500 rotations par
minute grâce au variateur de
tension FanMate1 livré avec
l’ensemble. Le 7000 AlCu est
composé d’aluminium et de
cuivre, d’où son nom AlCu. Les
ailettes sont nombreuses et
Matériau : Aluminium - Cuivre
Dimension radiateur : 109x109x62mm
Dimension ventilateur : 92x92x25mm
Tours/minute : 1300-2400 trs/min
CFM : N/A
dB/A : 20-25 dB/A
* VENTILATEUR À 2400 TOURS/MINUTE
grandes et partent de la base
assez petite par rapport à la
concurrence. Cela ne l’empêche
pas de proposer des excellentes
performances de refroidissement, même en overclocking,
pour un prix très intéressant.
Relativement silencieux, le 7000
AlCu présente le meilleur rapport
performances/nuisances
sonores/prix.
9/10
Compatibilité : > 3,06 GHz
Prix : 32 €
Température en burn @ 1.55V – maxi* : 42°C
Température en burn @ 1.55V – mini** : 50°C
Température en burn @ 1.75V – maxi* : 51°C
Température en burn @ 1.75V – mini** : 61°C
** VENTILATEUR À 1400 TOURS/MINUTE
Zalman CNPS 7000
Cu
Le Zalman CNPS 7000 Cu présente la même conception que
le modèle AlCu également
inclus dans notre comparatif. La
différence est sa composition
étant donné qu’il est intégralement en cuivre, de la base aux
ailettes qui en réalité ne font
qu’un. Le but par rapport à
l’AlCu est d’être encore plus
performant. Le ventilateur est
identique (92 millimètres) et peut
également voir sa vitesse varier
de 1400 à 2500 tours/minute
grâce au FanMate1 livré avec
l’ensemble.
L’’inconvénient
majeur de ce modèle par rapport à l’AlCu est son poids. En
effet, ce ventirad ne pèse pas
moins de 767 grammes. C’est
excessif surtout que le système
de fixation ne se fait pas à la
Matériau : Cuivre
Dimension radiateur : 109x109x62mm
Dimension ventilateur : 92x92x25mm
Tours/minute : 1300-2400 trs/min
CFM : N/A
dB/A : 20-25 dB/A
* VENTILATEUR À 2400 TOURS/MINUTE
carte mère mais sur le classique
système de rétention. Autant
dire qu’il vaut mieux être prudent lors de manipulation de
l’ordinateur sous peine d’endommager le core du processeur. Bien que très performant,
son poids et son prix plus élevés font que nous lui préférons
son petit frère AlCu, finalement
à peine moins efficace.
Compatibilité : > 3,06 GHz
Prix : 44 €
Température en burn @ 1.55V – maxi* : 41°C
Température en burn @ 1.55V – mini** : 49°C
Température en burn @ 1.75V – maxi* : 50°C
Température en burn @ 1.75V – mini** : 59°C
** VENTILATEUR À 1400 TOURS/MINUTE
Hardware magazine octobre 02
8,5/10
>
comparer
ventirads
Vantec Aeroflow VP4-C7040
Vantec présente un ventirad à la
conception particulière. La base
est en aluminium à l’exception
d’un insert circulaire en cuivre
situé à l’endroit où le contact
doit être établi entre le dissipateur et le processeur. Plus étonnant est le vide au centre du
dissipateur qui permet de s’interroger sur la capacité de dissipation de ce produit. Le venti-
lateur est également particulier
puisqu’il s’agit du fameux ventilateur 70 millimètres Y.S.Tech
TMD (Tip Magnetic Drive) qui ne
possède pas de moteur en son
centre mais réparti aux quatre
coins
de
son
châssis.
L’avantage est d’obtenir un flux
d’air plus important par rapport
à un ventilateur de même taille
grâce à la minimisation de la
Matériau : Aluminium - Cuivre
Dimension radiateur : 74,5x72,5x60mm
Dimension ventilateur : 70x70x15mm
Tours/minute : 5600 trs/min
CFM : 35,5
partie centrale permettant dès
lors des pales plus grandes.
Cette conception innovante est
payante pour Vantec puisque le
VP4-C7040 parvient à correctement dissiper la chaleur produite par le P4, même overclocké.
Pas vraiment silencieux mais
affiché à un prix raisonnable, il
n’est pas à négliger lors du
choix final.
7,5/10
dB/A : 38 dB/A
Compatibilité : N/A
Prix : 35 €
Température en burn @ 1.55V : 46°C
Température en burn @ 1.75V : 52°C
GlobalWin CAK-88T
Le GlobalWin CAK-88T n’est
pas inconnu de certains possesseurs de processeurs… AMD.
En effet, à l’origine, ce modèle
n’était compatible qu’avec le
socket 462. Il est désormais
également utilisable sur socket
478 grâce à de petits adaptateurs à visser sur les côtés du
radiateur. La base reste inchangée et garde sa forme en esca-
lier, typique des solutions de
refroidissement pour socket 462.
Intégralement en cuivre et composé de nombreuses ailettes, le
CAK-88T accueille en son sommet un ventilateur de 80 millimètres grâce à un adaptateur
70-80mm appelé I-Storm. Le
ventilateur est thermorégulé
grâce à une sonde thermique
placée dans le dissipateur. Cette
Matériau : Cuivre
Dimension radiateur : 70x66x40mm
Dimension ventilateur : 80x80x25mm
Tours/minute : 2800-4000 trs/min
CFM : 38-55,2
sonde est très réactive et joue
parfaitement son rôle puisque
lors de nos tests, la vitesse de
rotation a varié de 2850 à 4200
tours/minute. Grâce à ce système, les performances ne sont
pas en reste et n’ont rien à
envier aux ténors du marché.
Cependant, pour y parvenir, le
niveau sonore est trop présent
au delà des 3500 tours/minute…
8/10
dB/A : 31,2-40,9 dB/A
Compatibilité : > 3,06 GHz
Prix : 40 €
Température en burn @ 1.55V : 43°C
Température en burn @ 1.75V : 52°C
NexusTek PHT-3600Cu
Nexus est une société néerlandaise dont le principal souci est
la minimisation des nuisances
sonores. Avec le PHT-3600, on
peut affirmer qu’elle a réuni les
ingrédients nécessaires pour y
parvenir. En effet, le ventilateur
de 70mm s’avère être très discret et tourne à seulement 2400
tours/minute. Pour les processeurs dont la fréquence est infé-
rieure à 3.06 GHz, Nexus propose un câble permettant de
réduire encore la vitesse du ventilateur (1800 tours/minute) en
ne lui délivrant que 10V. Le
radiateur est en aluminium mais
propose une forme intéressante
et surtout un processus de
fabrication breveté : le Skivetek.
Ce procédé permet de fabriquer
le radiateur à partir d’un seul et
Matériau : Aluminium
Dimension radiateur : 76x65x42mm
Dimension ventilateur : 70x70x25mm
Tours/minute : 2400 trs/min
CFM : 21,1
<50>
unique bloc d’aluminium et élimine donc les interfaces de fixation entre la base et les ailettes,
ce qui augmente le potentiel de
dissipation. Performant avec un
processeur non overclocké, il
devient un peu juste avec un
processeur survolté. Affiché à
un prix modique, il satisfera les
amateurs de silence qui n’overclockent pas.
dB/A : 19 dB/A
Compatibilité : > 3,06 GHz
Prix : 29,90 €
Température en burn @ 1.55V – maxi* : 50°C
Température en burn @ 1.55V – mini** : 61°C
Hardware magazine octobre 02
8/10
Swiftech MCX-4000
Swiftech commercialise des produits à base de cellules Peltier,
des systèmes de refroidissement
liquide (watercooling) et des ventirads. Le MCX-4000 est un dissipateur monstre de par son
poids de 600 grammes sans
ventilateur et ses dimensions.
Doté d’une lourde et épaisse
base en cuivre, il dispose de pas
moins de 429 tiges en aluminium
pour dissiper la chaleur produite
par le processeur. Il se fixe à la
carte mère via les trous prévus et
peut accueillir au choix des ventilateurs, non livrés, de 70, 80 et
92 millimètres. Ses performances
sont excellentes peu importe que
le processeur soit overclocké ou
non. Les amateurs de silence
Matériau : Aluminium / base en cuivre
Dimension radiateur : 80x89x39mm
Dimension ventilateur : non livré
Tours/minute : CFM : dB/A : -
pourront lui adjoindre un ventilateur discret de type Papst ou
Noiseblocker, pour autant que le
processeur reste à sa fréquence
d’origine. Les overclockers préféreront un puissant 8 ou 9.2
centimètres qui fera merveille
avec ce dissipateur. Seul bémol
et de taille : son prix trop élevé
qui en découragera plus d’un.
8,5/10
Compatibilité : Tous les P4 socket 478
Prix : 65 €
Température en burn @ 1.55V – 4000 rpm* : 43°C
Température en burn @ 1.55V – 2000 rpm** : 50°C
Température en burn @ 1.75V – 4000 rpm* : 51°C
Température en burn @ 1.75V – 4000 rpm** : 62°C
* VENTILATEUR DELTA 80X80X25MM EN 12V
** VENTILATEUR DELTA 80X80X25MM EN 5V
Noiseblocker BadBoy
Noiseblocker est une marque
allemande très réputée pour le
silence de ses produits. On
connaissait jusqu’ici les ventilateurs de 80, 92 et 120mm du
fabricant, de même que ses
excellentes alimentations. On
connaît moins par contre les
ventirads Noiseblocker, et pour
cause vu que c’est assez
récent. Le BadBoy présente un
radiateur intégralement en
cuivre doté d’une large base
très bien polie. Il se voit surmonté
d’un
ventilateur
Noiseblocker S4 Blue qui n’est
pas le plus silencieux de la
gamme Noiseblocker mais par
contre il est le plus performant.
Grâce au potentiomètre fourni,
sa vitesse de rotation peut varier
de 1600 à 3200 tours/minute. A
Matériau : Cuivre
Dimension radiateur : 66x83x65mm
Dimension ventilateur : 80x80x25mm
Tours/minute : 1600-3200 trs/min
CFM : 20,6-44,14
dB/A : 17-32 dB/A
* VENTILATEUR À 3200 TOURS/MINUTE
1600 tours/min, mieux vaut éviter
les processeurs overclockés car
les températures peuvent vite
atteindre des sommets dommageables. Par contre au maximum,
le BadBoy se révèle particulièrement efficace pour un niveau
sonore présent mais pas assourdissant. Malgré ces points positifs, cette solution de refroidissement reste relativement chère.
8/10
Compatibilité : > 3,6 GHz
Prix : 49,90 €
Température en burn @ 1.55V – maxi* : 47°C
Température en burn @ 1.55V – mini** : 56°C
Température en burn @ 1.75V – maxi* : 53°C
Température en burn @ 1.75V – mini** : 71°C
** VENTILATEUR À 1600 TOURS/MINUTE
Coolermaster Aero478
Déjà disponible depuis un
moment pour plateformes AMD,
la série des Aero arrive enfin
pour le socket 478 avec l’Aero
478. Ces modèles se distinguent de la concurrence par un
ventilateur particulier de 7 cm
de haut pour 7 cm de large et 7
cm de long. Il fait d’ailleurs plus
penser à un blower qu’à un
ventilateur classique. Le dissi-
pateur est intégralement en
cuivre et dispose, outre ses
nombreuses ailettes, d’un système caloduc à deux tubes. Le
package est complet puisqu’il
inclut un potentiomètre permettant de faire varier la vitesse du
ventilateur de 1900 à 3500
tours/minute. Au maximum, le
ventilateur est assez audible
tandis qu’au minimum, il est
Matériau : Cuivre
Dimension radiateur : 83x70x46mm
Dimension ventilateur : 70x70x70mm
Tours/minute : 1900-3500 trs/min
CFM : 10,9-20,0
dB/A : N/A
* VENTILATEUR À 3600 TOURS/MINUTE
très discret. Côté performances, l’Aero 478 s’en sort
très bien même s’il faut limiter
son usage avec le ventilateur au
minimum à des configurations
chauffant peu. Proposant des
performances de premier plan,
nous lui reprocherons cependant une hauteur élevée qui
pourra s’avérer problématique
pour certaines configurations.
8/10
Compatibilité : > 3.06 GHz
Prix : Bientôt disponible
Température en burn @ 1.55V – maxi* : 44°C
Température en burn @ 1.55V – mini** : 54°C
Température en burn @ 1.75V – maxi* : 51°C
Température en burn @ 1.75V – mini** : 66°C
** VENTILATEUR À 1800 TOURS/MINUTE
Hardware magazine octobre 02
<51>
>
comparer
ventirads
Intel Box Cuivre
Intel continue de livrer ses processeurs Pentium 4 en version
boîte avec un ventirad estampillé
de son nom. Ces ventirads évoluent au fur et à mesure de la
montée en fréquence des processeurs du géant américain. Au
départ en aluminium, les dernières versions se sont vues
dotées d’un insert de cuivre voire
d’une base en cuivre comme
c’est le cas du modèle ici présenté et livré avec les plus
récents Pentium 4 à FSB 800
MHz. Ce radiateur est surmonté
d’un ventilateur de 80 mm dont
la vitesse peut varier de 2800
tours/min à plus de 4500
tours/min via thermorégulation.
Cette dernière ne s’enclenche
que si des températures élevées
sont atteintes. Refroidissant cor-
Matériau : Aluminium - cuivre
Dimension radiateur : Dimension ventilateur : 80x80x25mm
Tours/minute : 2700-4800 trs/min
CFM : N/A
rectement les Pentium 4 non
overclocké, l’Intel Box montre
clairement ses limites en overclocking. Il est loin le temps où la
solution Intel suffisait même en
overclocking… Il faut dire que
depuis l’arrivée des hautes fréquences, les Pentium 4 chauffent
bien plus. Amateurs de silence
ou de performances, l’Intel Box
ne vous suffira plus.
6/10
dB/A : N/A
Compatibilité : > 3,06 GHz
Prix : Livré avec les P4 «box»
Température en burn @ 1.55V : 55°C
Température en burn @ 1.75V : 60°C
Taisol CMP433151 Heatpipe
Taisol s’est rendu célèbre dans
nos contrées avec son excellent
Aqua690 qui a fait les beaux
jours de bon nombre de possesseurs d’AMD Athlon XP. Du côté
du socket 478, Taisol a été l’un
des premiers à proposer une
solution basée sur un système
heatpipe ou caloduc. Fait étonnant, il n’y a pas de radiateur en
contact avec la base. Un ventila-
teur s’intercale en effet entre
cette dernière et les ailettes et le
lien s’effectue via de gros tubes
en cuivre. L’évacuation de la chaleur se fait donc via le système
Heatpipe et via le ventilateur qui
souffle l’air chaud de la base vers
l’énorme radiateur en aluminium.
Ce qui surprend quand on le
prend en main, c’est sa légèreté.
Le Taisol ne fait en effet que 350
Matériau : Aluminium
Dimension radiateur : 128,8x89,2x91,81mm
Dimension ventilateur : 60x60x13mm
Tours/minute : 4600 trs/min
CFM : 37,8
grammes. Côté performances, on
peu dire que le CMP433151 s’en
sort correctement sans offrir des
performances exceptionnelles. Le
ventilateur de son côté tourne à
plus de 4000 tours/minute et est
donc loin d’être silencieux.
Finalement assez cher, refroidissant bien mais pas en silence, le
Taisol séduira les amateurs de
produits exclusifs…
7,5/10
dB/A : 41,3 dB/A
Compatibilité : > 2,8 GHz
Prix : 46 €
Température en burn @ 1.55V : 47°C
Température en burn @ 1.75V : 54°C
Ventirad noname
Pour vous prouver l’utilité de
correctement choisir son ventirad, nous avons effectué des
tests avec un modèle noname
d’une valeur de 10 €. Pour ce
prix, vous avez un radiateur en
aluminium à la conception sommaire et aux ailettes peu nombreuses. La base du radiateur
est relativement lisse mais
dépourvue d’inserts de cuivre.
Le ventilateur de son côté est
un modèle de 60 millimètres
pour à peine 15 millimètres de
haut. Il tourne à 4500
tours/minute et fait bien évidemment un bruit assez important. Côté performances, avec
un vcore de 1.55V d’origine,
notre P4 a eu chaud avec 61°C
en burn. Avec un vcore de
1.75V, nous avons stoppé le
Matériau : Aluminium
Dimension radiateur : 128,8x89,2x91,81mm
Dimension ventilateur : 60x60x15mm
Tours/minute : 4500 trs/min
CFM : -
<52>
test une fois les 74°C atteints
car au-delà, nous mettions plus
qu’en péril notre configuration
de test. Les P4 ont beau se
neutraliser s’ils chauffent trop,
les dégâts à la carte mère ne
sont pas à exclure. Tenter
d’épargner de l’argent sur la
solution de refroidissement est
donc inutile et risque au final de
vous coûter très cher…
dB/A : Compatibilité : Prix : 10 €
Température en burn @ 1.55V : 61°C
Température en burn @ 1.75V : 74°C
Hardware magazine octobre 02
2/10
Aerocool Extreme
L’Extreme est un dissipateur à la
fois compatible avec les cartes
mères socket 462 et socket 478.
Grâce à des pattes de fixation à
visser à même le ventilateur, ce
produit se mue donc en ventirad
pour Pentium 4. Le radiateur est
intégralement en cuivre et surmonté de nombreuses ailettes.
Sa base de 63x70mm s’élargit en
son sommet pour permettre
d’accueillir un ventilateur de 8
centimètres. Ce dernier est réactif
aux Ultra-Violets et dispose de 3
diodes bleues l’éclairant. Si cela
n’améliore pas le refroidissement,
cela intéressera les amateurs de
tuning. Côté performances, ce
ventirad ne s’en sort pas trop mal
et se situe dans le milieu du
panier. Il refroidira sans peine
n’importe quel Pentium 4 non
Matériau : Cuivre
Dimension radiateur : 63x70x31mm
Dimension ventilateur : 80x80x25mm
Tours/minute : 2600 trs/min
CFM : 34
overclocké. Cependant sa vocation «silence», le ventilateur ne
tourne qu’à 2600 tours/min,
requière de la prudence si vous
comptez pratiquer l’overclocking
même s’il supportera sans soucis
des overclockings modérés.
Affiché à un prix raisonnable, il
mérite qu’on s’y attarde au
moment de l’achat.
8/10
dB/A : 30 dB/A
Compatibilité : 3,6 GHz
Prix : 40 €
Température en burn @ 1.55V : 50°C
Température en burn @ 1.75V : 58°C
Conclusion
omme nous venons de
le voir, l’offre de solutions de refroidissement
pour processeurs Intel Pentium
4 est large et variée. La propension à chauffer des derniers
Pentium 4 dotés de la technologie Hyper-Threading a joué son
rôle dans cette augmentation
des ventirads disponibles pour
socket 478. Le ventirad Intel,
livré avec les versions boîtes des
Pentium 4, a également évolué
mais s’avère aujourd’hui insuffisant pour refroidir en silence ou
pour pratiquer des overclockings dignes de ce nom.
Parmi les produits testés dans ce dossier, il y en a pour
toutes
les
bourses, pour
tous les goûts
et pour tous
les besoins…
Alors
lequel
choisir
pour
quel usage ?
C
Que ce soit pour satisfaire à des exigences de
silence ou de performances de refroidissement,
les produits Thermalright res-
tent LA référence. Le SLK-900U
confirme ici une fois encore son
excellente capacité à dissiper la
chaleur produite par le processeur. Il peut même s’envisager
accompagné d’un ventilateur
silencieux avec un processeur
non overclocké. De son côté, le
SP-94 fait encore mieux que le
SLK-900U grâce à son système
à caloduc. La différence par
rapport au SLK-900U n’est pas
gigantesque, contrairement à la
différence de prix. Là où le
SLK-900U peut déjà être considéré comme cher, le SP-94 est
encore plus onéreux avec un
prix flirtant avec les 80 € et ce
sans ventilateur fourni…
Pour les moins fortunés, une
solution sort du lot et de loin,
c’est le Zalman CNPS 7000
AlCu. En plus d’un prix alléchant d’un peu plus de 30 €,
d’un ventilateur de 92 mm et
d’un variateur de tension pour
régler la vitesse de rotation du
ventilateur, il se permet d’être
performant et silencieux sur
une configuration non overclockée , et performant et un
peu moins discret sur une
configuration overclockée. Ce
Hardware magazine octobre 02
dissipateur présente ni plus ni
moins que le meilleur rapport
performances / prix / nuisances sonores. Nous déconseillons d’ailleurs le CNPS
7000 Cu qui, certes refroidit un
peu mieux, mais en contrepartie affiche un poids inadmissible de 767 grammes pour un
ventirad se fixant via le classique système de rétention.
A côté de ces ténors, il
convient d’épingler le Nexus
PHT3600 qui pour un prix d’à
peine 29.90 € refroidira en
silence des configurations non
overclockées. Notons également la bonne tenue de l’original Aero 478 de Coolermaster
qui grâce à son potentiomètre
permettra de satisfaire le plus
grand nombre. Le Verax
P16Cu souffre d’un prix exorbitant de plus de 80 € que son
silence parfait ne peut justifier
puisqu’on ne peut guère overclocker avec.
Enfin, ne comptez pas épargner de l’argent en optant pour
un refroidissement noname à
bas prix, vous pourriez y
perdre votre processeur, bien
plus coûteux…
<53>
>
comparer
ventirads
Adaptateur
80-120mm
C
eux qui sont à la
recherche de performances extrêmes ou de silence absolu seront intéressés par
ces quelques lignes consacrées à l’usage d’un adaptateur permettant de remplacer
un ventilateur de 80 mm par un
ventilateur de 120 mm. Un tel
adaptateur coûte à peine 5 ¤ et
peut réellement s’avérer utile. Il
ne convient bien évidemment
qu’aux dissipateurs accueillant
d’origine un ventilateur de 8
cm. De nombreuses vis de différentes tailles sont livrées
avec cet accessoire afin de
pouvoir le fixer sans peine sur
le radiateur.
Une fois en place, la taille de
l’ensemble impressionne et il
est à noter d’emblée que ce
genre de montage ne passera
pas dans tous les boîtiers. Il
faut en effet un espace suffisant entre l’emplacement du
socket du processeur et de
l’alimentation.
L’intérêt de mettre un ventilateur d’un tel diamètre est différent selon vos besoins. Si vous
recherchez la performance, un
120mm puissant surpassera
sans peine les performances
d’un puissant 80mm. En effet,
un 120mm tournant au delà de
<54>
Hardware magazine octobre 02
3000 tours/min dépassera
facilement les 100 CFM en
capacité de refroidissement là
où un 80mm à 5000 tours/min
plafonnera à 75 CFM comme
le Thermaltake SmartFan
Coolmod2.
Si par contre vous recherchez
le silence, un 120mm à 1500
tours/minute sera aussi performant qu’un 80mm à 3000
tours/minute. Sur des configurations chauffant peu et
moyennement sollicitée, vous
pourrez même envisager de
tourner à 1000 tours/minute.
Pour vous illustrer l’intérêt d’un
120 mm, nous avons effectué
des tests avec un dissipateur
acceptant les ventilateurs de
80mm,
le
Noiseblocker
BadBoy. Nous l’avons testé
avec un ventilateur Delta de 8
cm à 4000 tours/min et ensuite
à 2000 tours/minute en ne lui
délivrant que 5V. Le même test
a été effectué avec l’adaptateur
et un 120mm de marque Akasa
tournant à 2000 tours/minute.
Premier enseignement, un ventilateur de 120mm utilisé sur un
adaptateur doit être placé en
extraction de l’air du radiateur
vers l’extérieur plutôt qu’en
soufflerie de l’air ambiant vers le
dissipateur. En effet, en extrac-
IMPOSANT EN TAILLE, UN
tion le 120mm s’exprime mieux
car le flux d’air n’est pas freiné
par un goulot d’étranglement.
On constate qu’à vitesse de
rotation égale (2000 tours/min),
le 120mm est plus performant
qu’un 80mm à 2000 tours/min.
Mieux encore, le 120mm à 2000
tours/min fait presque aussi
120MM DÉLIVRE DES RÉSULTATS TRÈS INTÉRESSANTS. SILENCE ET PERFORMANCE RÉCONCILIÉS ?
bien que le 80mm à un bruyant
4000 tours/min.
Au final, pour ceux qui ont de
la place dans leur boîtier, un tel
adaptateur peut faire des merveilles que ce soit en matière
de silence ou de performances, selon le modèle
120mm choisi…
Résultats
Delta 80mm @ 4000 trs/min - extraction
Delta 80mm @ 4000 trs/min – soufflerie
Delta 80mm @ 2000 trs/min – extraction
Delta 80mm @ 2000 trs/min – soufflerie
Akasa 120mm @ 2000 trs/min - extraction
aluminium 120mm @ 2000 trs/min – soufflerie
Hardware magazine octobre 02
48°C
48°C
56°C
56°C
50°C
53°C
<55>
>
comparer
ventirads
Résultats
Ventirad
Thermalright SP-94 Delta
Thermalright SLK-900U Delta
Zalman CNPS 7000 Cu maxi
Thermaltake Spark 7 maxi
Zalman CNPS 7000 AlCu maxi
Swiftech MCX4000 Delta
Globalwin CAK-88T
Thermalright SP-94 Papst
Coolermaster Aero 478 maxi
Thermalright SLK-900U Papst
Vantec Aeroflow
Taisol CMP433151
Noiseblocker BadBoy maxi
Zalman CNPS 7000 Cu mini
Aerocool Extreme
Intel Box Cuivre
Nexus PHT-3600
Swiftech MCX4000 Papst
Zalman CNPS 7000 AlCu mini
Coolermaster Aero 478 mini
Thermaltake Spark 7 mini
Noiseblocker BadBoy mini
Verax P16 Cu
Ventirad noname
temp à 1,55v
rpm
37
39
41
42
42
43
43
44
44
45
46
47
47
49
50
50
50
50
50
54
55
56
58
61
3900
3900
2450
6367
2400
4000
3650
2000
3564
2000
5200
4115
3229
1430
2600
3260
2410
2000
1418
1844
1900
1600
2325
4500
Résultats
Ventirad
Thermalright SP-94 Delta
Thermalright SLK-900U Delta
Thermaltake Spark 7 maxi
Zalman CNPS 7000 Cu maxi
Thermalright SP-94 Papst
Swiftech MCX4000 Delta
Coolermaster Aero 478 maxi
Zalman CNPS 7000 AlCu maxi
Thermalright SLK-900U Papst
Globalwin CAK-88T
Vantec Aeroflow
Noiseblocker BadBoy maxi
Taisol CMP433151
Aerocool Extreme
Zalman CNPS 7000 Cu mini
Intel Box Cuivre
Nexus PHT-3600
Zalman CNPS 7000 AlCu mini
Swiftech MCX4000 Papst
Coolermaster Aero 478 mini
Verax P16 Cu
Noiseblocker BadBoy mini
Thermaltake Spark 7 mini
Ventirad noname
<56>
Hardware magazine octobre 02
temp à 1,75v
rpm
45
47
48
50
51
51
51
51
52
52
52
53
54
58
59
60
61
61
62
66
69
71
73
74
3900
3900
6221
2420
2000
4000
3648
2376
2000
4218
5200
3199
4115
2600
1400
3260
2410
1430
2000
1834
26036
1600
1950
4500
Eurêka !
Après tant de recherches et de comparaisons, notre panda
peut enfin dormir tranquille sans qu’aucne nuisance sonore
ne vienne perturber son sommeil.
Au réveil, il s’adonnera passionnément à ses jeux favoris
sans être dérangé ni par le bruit ni par la chaleur . . . que
du plaisir.
iDEQ 200N
Carte mère Nvidia Crush 18G + MCP-T
Pour AMD Duron/Athlon XP sur Soket A
FSB333, Dual DDR400, ATA-133, Serial-ATA
AGP8X, USB2.0 x 4, S/PDIF, IEEE1394, LAN
VGA GeForce4 MX intégré, 128Mo de mémoire partagée
e
ilenc
Un s ur à
ie
infér dB
28,5
iDEQ 200T
Carte mère Intel 865G + ICH5R
Pour Intel Celeron/Pentium 4 sur Socket 478
FSB800, Dual DDR400, ATA-100, Serial-ATA
AGP8X, USB2.0 x 4, S/PDIF, IEEE1394, LAN
VGA Intel Extreme graphics 2, 16Mo
Lecteur de cartes mémoire 6 en 1 pré-installé
DISTRIBUTEUR OFFICIEL:
SUZA INTERNATIONAL FRANCE S.A
Tél: 01.55.81.08.08 Fax: 01.55.81.08.09
E-mail: info@suza-fr.com http://www.suza-fr.com
>
maîtriser
Mémoire :
la bonne quantité
256 Mo ? 512 Mo ? 1 Go ? Les configurations à base de 128 Mo de
mémoire sont aujourd’hui passées aux oubliettes et le minimum
exigé en matière de quantité de mémoire oscille même entre
256 Mo et 512 Mo. Mais quel est l’impact réel de la quantité de
mémoire sur les performances d’un PC ?
Textes : Philippe Ramelet
E
n matière de mémoire,
l’adage
communément
accepté est que plus on en a,
meilleures sont les performances.
Mais le coût assez élevé de ce
composant oblige forcément au
compromis. Il faut donc jongler
entre les besoins du système d’exploitation, des applications et son
budget. Attention aussi à bien
prendre en compte ses propres
besoins en fonctions de l’utilisation que l’on fait de son PC. SI
les jeux sont gourmands
en tous types de ressources, ce n’est
pas forcément eux qui
exigent le plus de mémoire.
En effet, la plupart du temps
lorsque l’on lance un jeu on ne fait
pas tourner d’autres applications
en fond de tache. Ou éventuellement juste un téléchargement et
un logiciel de communication du
genre Roger Wilco ou une messagerie instantanée. Dans ce cas là,
la quantité de mémoire nécessaire
est celle dédiée à l’OS (soit entre
80 et 130 Mo selon que vous êtes
sous Windows 98, XP ou 2000) et
celle dont le jeu à besoin. Cette
dernière est très variable selon le
type et les conditions de jeu. A titre
d’exemples, une partie de Warcraft
<58>
Hardware magazine octobre/novembre 03
III sur une grande carte avec huit
joueurs occupe pas moins de 180
Mo de mémoire vive. Civilization III
de son coté peut occuper jusqu’à
230 Mo de mémoire vive sur une
grande carte également. Les FPS
comme Enclave ou Unreal
Tournament 2003 occupent en
général entre 120 et 150 Mo de
mémoire vive sur une carte de taille
moyenne. Parmi les jeux testés les
moins gourmands on peut citer
Diablo II (60 Mo en moyenne) et
Splinter Cell (45 Mo en moyenne).
On voit donc qu’avec un certain
nombre de jeux l’équation est vite
terminée : 128 Mo pour le système
d’exploitation + au moins 120
autres utilisés par le jeu, on arrive
donc très très vite à 256 Mo. Audelà, le jeu utilisera la mémoire virtuelle située sur le disque dur et
fera donc chuter les performances
de façon conséquente. Les joueurs
utilisant des jeux récents et gourmands en mémoire comme les
RTS ont donc tout intérêt à utiliser
512 Mo de mémoire vive afin de ne
pas limiter leur carte graphique et
leur processeur. Il faut par contre
bien prendre en compte que seule
la quantité de mémoire réellement
utilisée rentre en jeu pour augmenter ou diminuer les performances.
Un jeu seul a
rarement besoin
de 1 Go de RAM
Avoir 512 Mo ou 1 Go de RAM lors de l’utilisation d’un jeu qui n’en occupe que 180 à
plein régime ne change strictement rien au
jeu en lui-même. Ce que cela change en
revanche c’est la possibilité offerte de jouer
tout en ayant plusieurs applications en
tache de fond, sans pour autant faire trop
appel à la mémoire virtuelle. Sans oublier
bien sur que là le processeur aussi devra «
partager » sa puissance entre le jeu et les
applications en cours. Pour illustrer l’impact de la quantité de mémoire embarquée
sur les performances dans les jeux nous
avons choisi Warcraft III, Aquanox et
Unreal Tournament 2003. Sous ce dernier,
à partir de 256 Mo, la quantité de mémoire
vive n’a quasiment aucune influence sur les
performances. En effet, on reste aux alentours de 65 images par seconde à 0.5
image prés quelle que soit la quantité : 256
Mo, 512 Mo ou 1 Go. Il se peut que sous
certaines maps très lourdes, cela change
mais la démo que nous avons utilisé était
déjà sur une carte moyenne et avec une
gestion de 16 « bots » en temps réel, ce qui
n’est pas négligeable en termes de charge
de travail. Warcraft III est par contre bien
plus exigeant puisque là les performances
sont clairement dépendantes de la quantité
de mémoire. En effet, passer de 256 Mo à
512 Mo de RAM provoque un bond des
performances de 33% sous notre test.
Cela est assez énorme si l’on considère les
faibles framerates atteignables au mieux
sous Warcraft III avec des parties chargées
en unités et sur de grandes cartes. Le pas-
sage de 512 Mo à 1 Go de RAM est par
contre négligeable en termes de performances, à moins encore une fois de vouloir
faire tourner d’autres taches en même
temps que le jeu. Contrairement à UT
2003, Aquanox est lui aussi exigeant en
termes de mémoire vive puisque les performances augmentent proportionnellement à
la quantité de RAM embarquée. On passe
en effet de 58.9 images par secondes avec
256 Mo à 70.8 avec 512 Mo et 78.3 avec 1
Go. Cela est assez curieux puisque à priori
le jeu n’utilise pas plus de 200 Mo de
mémoire vive au maximum. Il n’y a donc
pas de règle générale applicable en ce qui
concerne la quantité de mémoire vive et
son impact sur les performances dans les
jeux. Les jeux récents ayant tendance à
Hardware magazine octobre/novembre 03
occuper environ 100 à 200 Mo de RAM il
est donc logique de s’équiper de 512 Mo
afin d’être à l’aise dans tous les jeux.
Passer à 1 Go est intéressant dans de très
rares cas et se révèle vraiment utile dans le
cas d’un utilisation multitâches comme on
le verra un peu plus tard. Il faut également
prendre en compte le surcoût financier
important : deux barrettes de 512 Mo de
DDRAM PC 2700 de qualité standard coûtent environ 180 euros alors qu’il faudra en
débourser au moins 300 pour deux barrettes de 512 Mo. Pour de la mémoire un
peu plus haut de gamme comme la PC
3500 Dual Channel que nous avons utilisée
pour ces tests il faut débourser environ 450
euros pour 1 Go de RAM, ce qui devient
relativement lourd financièrement parlant.
<59>
>
maîtriser
Plus de taches =
plus de RAM
Dans quel cas est ce que l’augmentation
de la RAM au delà de 512 Mo devient-elle
donc intéressante et rentable pour l’utilisateur ? La réponse tiens en un mot : le multitâche. En effet, à part les grosses applications professionnelles pour la 3D ou la
musique, la plupart des applications communément utilisées ne demandent pas à
elle seule une quantité astronomique de
RAM. C’est donc dans le cas ou un grand
nombre d’applications sont lancées en
<60>
Hardware magazine octobre/novembre 03
même temps que l’augmentation de la
mémoire vive vient agrémenter le confort
d’utilisation. Afin de démontrer cela nous
avons effectué un simple test qui consiste
à appliquer un filtre sur une très grosse
image sous Photoshop 7.0. Cette application de filtre a été réalisée en ayant à
chaque fois les même applications en
tache de fond : 6 fenêtres Internet Explorer
avec 6 sites donnés, Clone CD,
Motherboard Monitor Dashboard, 3D Mark
2003, Warcraft III World Editor ainsi que
Photoshop 7.0 en lui-même évidemment.
Les résultats de ce test sont sans appel et
démontrent à quel point la quantité de
RAM est primordiale dans ce type d’environnement. Alors qu’avec 256 Mo de DDR
il faut 102 secondes pour applique le filtre,
il n’en faut que 54 avec 512 Mo ! Et le gain
est encore plus significatif avec 1 Go
embarqués puisque le temps de traitement
est alors réduit à 19 secondes. Le temps
de traitement est avant tout dépendant du
processeur mais ce dernier à besoin de
mémoire vive libre afin de donner le
meilleur de lui-même. Avec 256 Mo cette
dernière est largement saturée par toutes
les applications simultanées ainsi que l’OS
et fait fortement appel à la mémoire virtuelle, ce qui ralentit les performances. Les utilisateurs concernés par ce type d’environnement ont donc tout intérêt à privilégier la
quantité de RAM au maximum. Il faut également prendre en compte ceux qui ne travaillent pas forcément avec un grand
nombre d’applications en même temps
mais qui en utilisent une seule mais avec
de très gros fichiers. On pense notamment
aux travaux de compressions d’image, de
son ou de tous fichiers en général. Là
aussi c’est le processeur qui est avant tout
sollicité mais la mémoire vive permet
d’avoir accès rapidement au fichier à traiter. Le test de compression sous Winrar
que nous avons effectué montre que le
temps de compression diminue proportionnellement à la quantité de RAM installée. On l’a vu, on ne peut pas faire dé
généralité sur la quantité de RAM idéale
car celle-ci dépend de l’utilisation de son
PC. Pour les jeux deux barrettes de 256
Mo semblent représenter le meilleur compromis performances/prix accessible. Peu
de jeux feront en effet grand cas de l’ajout
de 512 Mo supplémentaire. Cela permet
également de travailler confortablement
dans un environnement multitâche sans
pour autant se ruiner. Seuls les plus fortunés ou ceux qui en ont un réel besoin
nécessitent réellement 1 Go de RAM car le
ratio gain de performance/prix est moins
avantageux dans la plupart des cas.
2
Hardware Mag
3
PC Update et Hardware Mag
❏ Oui je m'abonne à PC Update pour 6 numéros
au prix spécial de 33 €
❏ Oui je m'abonne à PC Update pour 12 numéros
au prix spécial de 63 €
❏ Oui je m'abonne à Hardware Magazine pour 6 numéros
au prix spécial de 33 €
❏ Oui je m'abonne à Hardware Magazine pour 12 numéros
au prix spécial de 63 €
❏ Oui je m'abonne à Hardware Magazine pour 6 numéros
et PC Update pour 6 Numéros au prix spécial de 63 €
❏ Oui je m'abonne à Hardware Magazine pour 12 numéros
et PC Update pour 12 Numéros au prix spécial de 120 €
magazine
Hardware
?
N’ACHETEZ PLUS SANS NOUS !
S, IA
AT VID
ULT E N
D
Hardware
Juin/Juillet 2003 numéro 5 5,90 4
RÉS
S NSE
IER O
RÉP
Un PC portable peut il remplacer un PC de bureau ?
magazine
Economisez ! Boitiers,
alimentations
Comment upgrader ou
acheter au moindre prix
Les clés
pour bien
choisir
les pièges à éviter
❏
Mme
❏
Melle
Adresse :
Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$
> toutes les
nouveautés
des chipsets de
référence Intel
> le comparatif des
meilleurs produits
> les gains du Pentium 4 FSB 800
> notre guide pour l’upgrade
et le montage
Pour mieux comprendre
> notre guide des chipsets, de la 3D et de la RAM
PCUpdate
Mr
Prénom :
Cartes
mères ?
I865 et I875 FSB800
Stockage de poche
clés USB, mini
disques, notre
sélection
Code Postal :
Ville :
Serial ATA
les disques durs
sont enfin là !
Pays :
Le réseau sans fil passe au haut débit !
TEST EXCLUSIF
❏
Nom :
Faut il craquer
pour les nouvelles
Cartes 3D
Que faut il
acheter
aujourd’hui
(merci de remplir cette partie en lettres majuscules)
hm6
DOSSIER PORTABLE
00
59
FX
Test et mise en pratique des premiers kits 54 Mbps
PCUpdate
4 Mai / juin 2003 - numéro 5
Téléphone :
pour choisir, upgrader et booster son PC !
DOSSIER PRATIQUE
DOSSIER PRATIQUE
Rajeunissez
votre PC !
ET COMPARATIF
Fax :
Spécial
DVD
Email :
> Graveurs
Les vrais gains
de l’upgrade
composant
par composant
> Normes
> Lecture vidéo
> Création
de DVD
> Copie
PRATIQUE
bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS - CAN 9 $ - DOM/TOM 6,10 ¤
Gagnez en performances
en dépensant moins !
ET COMPARATIF
Watercooling
Performant !
Silencieux !
EN
PRATIQUE
Esthétique !
Montage de PC
Monitoring
pas à pas pour un montage la chaleur arrive,
propre, pratique et esthétique surveillez votre PC !
Facile et pas si
cher que çà !
NVIDIA 5200&5600, ATI 9800 :
SY U S
D
T 2 NALY NÉE
BI ET A L’AN
CENTHÈSAELON DE
Hardware
LES NOUVELLES CARTES 3D CHANGENT LA DONNE
magazine
Hardware
Avril/mai 2003
N’ACHETEZ PLUS SANS NOUS !
Mémoire et chipsets
> Les
réponses à toutes vos
questions
> Marque ou générique ?
> 2100, 2700, 3200: les vrais gains !
> Le secret des timings
> Que vaut vraiment le dual band ?
> Les atouts des nouveaux chipsets 2003
numéro 4
5,90 4
3 E
00 S
magazine
Joysticks
Pads
Volants
Les 24
meilleurs !
€ par :
Ci-joint mon règlement de
❏ Chèque bancaire ou postal (à l’ordre de Tech-Age)
❏ Mandat à l’ordre de Distri-abonnements
❏ Carte bancaire CB- VISA - Eurocard
N° :
Jeu
Bureautique
Home Cinéma...
Votre
prochain PC
sera-t-il
un Mini PC ?
Les 10 meilleurs modèles
au banc d’essai
>les alternatives : microatx, format hi-fi
DVD Audio
Tout sur le
successeur du
CD audio
Athlon Barton
Faut-il craquer
pour le nouveau
processeur AMD ?
Bel/Lux : 6,50 3- CH 9,5 FS-Dom/Tom 6,50 3- CAN 9$
comme vous le souhaitez...
PC Update
EM
PR LA
FIN
EN
ABONNEZ-VOUS
1
Scanners
Notre sélection
et nos conseils
d’utilisation
Expire fin :
Date : ...… / . . . … / . . . …
signature :
En cas de paiement par carte bancaire, vous pouvez aussi envoyer un fax
au 05 61 727 650
Bulletin d’abonnement à retourner à l’adresse suivante :
Tech.Age service abonnements
BP 1121 - 31036 Toulouse Cedex 01
Tarif valable pour la France métropolitaine uniquement. En application de la loi informatique et libertés
du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant.
>
maîtriser
Disque durs :
le poids des
caractéristiques
On achète un disque dur le plus souvent avant tout en fonction
de sa taille. Ce n’est qu’ensuite que les autres caractéristiques
entrent en jeu : le nombre de tours par minutes, le cache, le niveau
de bruit et l’interface. Mais quelle est leur importance réelle ?
Textes : Philippe Ramelet
es performances et les avantages
d’un disque dur sont déterminés
par plusieurs facteurs. Ces derniers
sont le nombre de tours par minute, le
nombre de plateaux et leur densité, le
temps d’accès, ainsi que la taille du cache.
Le nombre de tours par minutes correspond à la vitesse angulaire des plateaux et
est constante. Par contre, la vitesse linéaire
varie en permanence et est fonction de la
position des têtes du disque par rapport au
centre. Plus les têtes s´éloignent du centre,
plus la vitesse linéaire augmente. Or, plus
la vitesse linéaire est grande, plus le débit
de données est important. Cela veut dire
qu´une donnée située prés du centre du
disque dur va être lue moins vite qu´une
donnée située au bord. A ce niveau là
l’équation est donc simple, plus la vitesse
de rotation est grande meilleurs seront les
taux de transferts. Et incidemment, plus on
multiplie les plateaux, plus on aura de
zones donnant le maximum de performances. En effet, si l’on prend deux
disques aux caractéristiques identiques à
ce détail prés que l’un accueille 60 Go sur
un plateau et l’autre 180 Go sur trois plateaux. Si l’on place 30 Go de données sur
ces disques, le premier sera « rempli » jusqu’en son milieu en partant de bord alors
L
<62>
Hardware magazine octobre/novembre 03
que le second répartira ces 30 Go sur les
dix premiers Go de chaque plateau. Grâce
à cet exemple simplifié on peut aisément
comprendre pourquoi le nombre de plateaux à une incidence sur la vélocité. On
notera également que le nombre de plateaux et leur pourcentage d’utilisation peut
largement faire varier les performances
entre deux disques d’une même gamme.
On citera par exemple le cas du 180GXP
de 80 Go d’IBM qui offre des débits sensiblement meilleurs que la version 120 ou
180 Go. Pourquoi ? Tout simplement parce
que les trois faces de plateaux utilisés ne
sont occupés qu’à 89%. La section intérieure, plus lente par définition, n’est donc
pas utilisée sur ce disque. Mais attention,
si les performances à tous prix étaient
notre seul but en ce qui concerne les
disques durs, nous aurions tous des
disques à 10 000 tours par minutes dotés
de trois plateaux. Ce n’est pas le cas avant
tout pour des raisons économiques mais
aussi parce que le niveau de bruit et la dissipation de chaleur sont proportionnels à la
vitesse de rotation et du nombre de plateaux. Ainsi, le disque dur standard aujourd’hui est par exemple un IBM 180GXP de
120 Go avec deux plateaux de 60 Go chacun. Mais pour avoir un disque dur qui ira
par exemple dans un
mini pc Home Cine, il sera plus
judicieux de choisir un disque dur
doté d’un seul plateau, il ne contiendra que
60 Go mais sera plus silencieux que les
disques plus imposants.
7200 ou
5400 tours / minute ?
Pour illustrer l’impact de la vitesse de rotation nous avons choisi deux disques
Western Digital Caviar de 120 Go, l’un en
7200 trs/mn et l’autre en 5400 trs/mn.,
Passer d’un disque dur 5400 tours par
minute à un 7200 tours aux autres caractéristiques identiques représente un gain de
performance d’environ 12%. Cela ne
semble pas énorme mais en pratique le
gain lors d’une copie de fichiers ou d’un
chargement d’application varie entre 15 et
25%. Il est important d’indiquer que la
vitesse de rotation influe également sur le
temps de latence d’un disque dur.
Attention, il ne faut pas confondre le temps
d’accès avec la latence. Ces deux derniers
sont complémentaires et ajoutés l’un à
l’autre ils correspondent au « Temps d’accès moyen Réel ». La latence représente en
effet le temps que la tête met pour trouver
des données suite à un changement de
piste. Ce temps est variable selon que la
donnée à
chercher est
à un quart
de tour ou
à un demi
tour de piste
par exemple, il
dépend
donc
essentiellement
de la vitesse de
rotation du disque.
Comme le temps
d’accès la latence
s’exprime en millisecondes, elle est fixe pour
chaque classe de disque
dur : 4.17 ms pour les 7200
trs/mn et 5.56 ms pour les
5400 trs/mn. Le temps d’accès, de son coté, représente le
temps que met la tête de lecture
pour trouver une information sur le
disque. Il n’évolue pas beaucoup
entres les différentes génération et
stagne depuis plusieurs années aux alentours de 12 millisecondes pour les disques
IDE. Ce chiffre est très important car il
détermine la rapidité d’accès aux informations. Rien ne sert d’avoir un débit en lecture énorme si l’accès aux données est
trop lent. Le temps d’accès est particulièrement important lors de la lecture d’une
myriade de fichiers ou d’un seul fichier
Hardware magazine octobre/novembre 03
éparpillé sur le disque dur. C’est le cas par
exemple lors de l’utilisation d’une base de
données conséquente ou pour tout type de
recherche comme une base de mails par
exemple. Cette dernière est souvent
constituée d’un seul gros fichier mais dont
les parties sont éparpillées sur le disque
dur car tous les mails n’arrivent pas au
même moment.
La densité : un
élément clé
Généralement les gros disques durs possèdent trois plateaux et leur capacité maximale évolue au fil du temps grâce à l’augmentation de la densité. Certains disques
possèdent quatre plateaux mais cela se fait
au détriment de l’encombrement qui
devient tout simplement hors normes. La
densité correspond à la quantité d’information maximum que l’on peut stocker sur
une surface donnée. Il s’agit ici de la densité dite surfacique et elle s’exprime en Gbits
/ pouce carré (Giga bits / square inch).
C’est principalement l’augmentation de la
densité surfacique qui justifie les changements de gamme chez les disques durs.
Plus la densité surfacique augmente, plus
la quantité de donnée par plateaux augmente aussi et on peut donc produire des
disques plus importants pour un nombre
de plateaux fixe. Incidemment, l’augmentation de la densité permet également d’amé-
<63>
>
maîtriser
rapide et tire pleinement parti des interfaces
SATA et ATA 133 puisque le débit du cache
d’un disque dur est d’environ 90 Mo/s. C’est
donc la phase de lecture ou d’écriture sur les
pistes qui détermine la vélocité d’un disque
et non pas la phase de transfert vers le bus
système qui est en cause car elle sera toujours plus rapide. Le second rôle du cache
sur un disque dur est d’offrir une zone (très
petite certes) ou les données dernièrement
chargées sont très rapidement (re)accessibles. Ainsi, plus le cache est important plus
l’accès aux données et le débit augmentent,
c’est pourquoi les disques intégrant 8 Mo de
cache sont les plus véloces. On le voit particulièrement sur les débits offerts par les
deux versions du 7K250 160 Go d’IBM
(Hitachi). Les taux de transfert moyens sur la
version 8 Mo sont sensiblement plus importants que ceux de la version 2 Mo. En pratique, cela se traduit par des gains de 15%
lors du test de chargement d’application et
22% lors d’une recherche de mail dans une
base de donnée. La quantité de cache n’a
par contre qu’une influence très minime sur
le temps d’accès moyen qui dépend plus de
la mécanique interne.
Quelle interface ?
liorer les performances puisqu’elle réduit les
distances de déplacement de la tête de lecture et d’écriture. A titre d’exemple, la différence qu’il y a entre un GXP 180 Go d’IBM
et un 7K250 160 Go (Hitachi), tous deux
fonctionnant à 7200 tours/mn et avec 8 Mo
de cache, tient principalement à leur densité respective. Le premier a une densité de
45.5 Gbits/pouce alors que celle du second
est de 62 Gbits/pouce. C’est principalement de cette augmentation que proviennent les différences notables de débits
entre ces deux disques. L’augmentation de
la densité se heurte à deux contraintes : la
précision du bras de lecture et la distance
possible entre deux pistes.
souvent 8. La mémoire cache sur un disque
dur sert tout le temps, c’est elle qui fait office
de tampon entre le bus système et les données sur le disque dur. Il est extrêmement
Le cache a aussi
son importance
Les disques durs possèdent une mémoire
cache qui varie entre 2 et 8 Mo. Les disques
durs d’entrée de gamme ont en général 2
Mo alors que les plus musclés en ont le plus
<64>
Hardware magazine octobre/novembre 03
Si il y a quelques années les power users ne
juraient que par le SCSI en ce qui concerne
les disques durs, il n’en va plus de même
Disques
Constructeur
Interface
Cache
Diamond Max
Maxline+ II 250 Go
Maxtor
PATA
8 Mo
Diamond Max
Maxline+ II 250 Go
Maxtor
SATA
Diamond Max 16 250 Go
Maxtor
Diamond Max +9 160 Go
Maxtor
180GXP 120 Go
180GXP 120 Go
Nombre
de plateaux
Vitesse
de rotation
Prix
3
7200 trs/mn
370 ¤
8 Mo
3
7200 trs/mn
400 ¤
PATA
2 Mo
3
5400 trs/mn
320 ¤
PATA
8 Mo
3
7200 trs/mn
190 ¤
IBM
PATA
2 Mo
2
7200 trs/mn
110 ¤
130 ¤
IBM
PATA
8 Mo
2
7200 trs/mn
7K250 250 Go
Hitachi/IBM
PATA
8 Mo
3
7200 trs/mn
430 ¤
7K250 160 Go
Hitachi/IBM
PATA
8 Mo
2
7200 trs/mn
190 ¤
7K250 160 Go
Hitachi/IBM
PATA
2 Mo
2
7200 trs/mn
180 ¤
Caviar 120 Go
Western Digital
PATA
2 Mo
3
5400 trs/mn
105 ¤
Caviar 120 Go
Western Digital
PATA
8 Mo
3
7200 trs/mn
120 ¤
aujourd’hui. Les disques IDE actuels offrent
en effet des performances très satisfaisantes
pour un coût défiant toute concurrence. On
remarquera également que les conditions
d’utilisations (bruit et chaleur) sont largement
favorables aux disques IDE et que les possibilités de RAID leur sont également accessibles, ce qui n’était pas le cas auparavant.
La vraie question aujourd’hui en matière d’interface est donc de choisir entre le SATA
(Serial ATA) et le PATA (Parrallel ATA, soit l’in-
terface communément utilise depuis plusieurs années). La majorité des cartes mères
récentes possèdent des connecteurs SATA
et il serait dommage de ne pas en profiter.
Mais à l’heure ou nous écrivons ces lignes,
entre deux disques durs identiques la version SATA coûte en moyenne 20% plus cher
(voir plus chez Hitachi/IBM par exemple) que
son équivalent PATA. Avec un gain de performances qui avoisine les 5% au mieux. A
moins d’en avoir les moyens et d’investir
Hardware magazine octobre/novembre 03
pour l’avenir, mieux vaut donc se passer de
la facilité d’utilisation et de connexion du
SATA et se contenter de la bonne vieille interface 39 broches que nous connaissons bien.
Pour conclure
Le constat général est que les performances s’améliorent au fur et à mesure
que la capacité maximale des disques dur
augmente. Mais ce n’est pas toujours le
plus gros disque qui a les meilleures performances, comme on a pu le voir précédemment chez IBM. La densité, le nombre
de plateaux ainsi que l’agencement de ces
derniers peuvent influer considérablement
d’un disque à l’autre au sein d’une même
gamme. Le choix se fait donc en fonction
des besoins et du type d’utilisation : pour
un lecteur principal (celui qui accueille
l’OS, la mémoire virtuelle et les applications principales) mieux vaut sélectionner
un disque performant disposant d’un gros
cache et tournant à 7200 tours/mn mais
pas forcément gigantesque. Pour les
disques secondaires on peut très bien se
contenter de 5400 tours/mn disposant de
2 mode cache afin de réaliser quelques
économies et investir dans les grosses
capacités. Pour les utilisation spécifiques
comme un mini pc destiné au salon mieux
vaut limiter au maximum le nombre de plateau et préférer un 5400 trs/mn, moins
bruyant par définition.
<65>
>
dossier
DivX
Textes : Jérémy PANZETTA
MAÎTRISEZ
LE
DIVX
> GÉNÉRALITÉS
> CODECS
> PARAMÈTRES
> ENCODAGE
> PLATINES DE
SALON
Originaire du monde PC, le codec Vidéo DivX se développe à grand
pas depuis deux ans et montre tout son potentiel. Il touche désormais
des univers cousins de l’informatique et s’est vu intégré à des appareils
comme les platines DVD de salon ou les baladeurs vidéo. Il ne devrait
pas s’arrêter la puisqu’on parle également de caméscopes possédant des
fonctions DivX ainsi que de sites Internet proposant des films à ce format
au téléchargement pour quelques dollars.
<66>
Hardware magazine octobre/novembre 03
L
es consoles de jeu comme la PS2 et la
GameCube sont aussi sur les rangs. Cette
généralisation va certainement changer nos habitudes, notamment en ce qui concerne la sauvegarde et le stockage de vidéos personnelles provenant de magnétoscopes, de consoles de jeu,
de caméscopes ou encore de cartes TV. En effet,
au lieu de penser au format Mpeg et donc au
DVD-Vidéo, au SVCD ou au VCD, vous pouvez
dorénavant avoir le réflexe DivX, plus avantageux
dans bien des cas. Encore faut il savoir de quoi il
s’agit direz vous, et posséder quelques bases
pour l’exploiter efficacement. Vous trouverez
donc dans ce dossier tout ce qui peut vous être
nécessaire pour lire un DivX, convertir des vidéos
en DivX, redimensionner ou changer le codec
vidéo d’un film, utiliser des sous titres et bien
d’autres, ainsi qu’une présentation et comparatif
de presque tous les appareils compatibles DivX
disponibles à l’heure actuelle. Accrochez vous,
ce n’est pas toujours évident à comprendre surtout lorsqu’on parle d’encodage mais l’effort en
vaut la peine.
Hardware magazine octobre/novembre 03
<67>
>
dossier
DivX
GÉNÉRALITÉS
Avant d’entrer dans le vif du sujet et dans la pratique, commençons
par détailler le codec DivX dans son ensemble. Quelle est son origine,
quels sont ses atouts et quels sont les besoins logiciels et matériels
nécessaires pour l’exploiter ?
Le DivX ?
Les codecs
Un codec est un algorithme utilisé pour compresser et
décompresser des données en
les dégradant le moins possible. C’est ce que fait le DivX
avec la vidéo, qu’elle provienne
d’un DVD ou de n’importe
quelle source analogique ou
numérique. Le codec DivX est
capable de compresser 1h30
de vidéo plein écran sur un CDR avec une qualité d’image très
Pour lire un DivX sur PC, les
codecs audio et vidéo associés
doivent être installés sur la
machine. Il s’agit dans la grande
majorité des cas d’un fichier exécutable. DivX Network propose
trois versions de son DivX 5.1 en
téléchargement. La version DivX
est gratuite mais n’intègre pas
les fonctions d’encodage QPel
et GMC. La version DivX Pro
(Adware) est aussi gratuite mais
des publicités apparaîtront
lorsque vous surferez sur
Internet. La dernière version DivX
Pro coûte quant à elle 19.99 $ et
se dispense de publicité. Les
autres codecs dont nous reparlerons tels que le Xvid, le WM9
ou le RV9 se trouvent également
sur le net, et gratuitement. Mais
pour simplifier les choses, vous
pouvez opter pour les packs de
codecs parmi lesquels on retiendra le NimoCodecpak et le
SLDCodecpak. Tous deux intègrent de nombreux codecs vidéo
et des codecs audio aussi
indispensables (Mp3, Ogg, AC3…). Ils ne sont en revanche pas
exempts de bug et quelques
rares problèmes liés au son ou à
la vidéo peuvent apparaître sous
certaines applications.
proche d’un DVD (environ 11
heures de divx sur un DVDR
contre 3h de Mpeg2). Et ce,
avec une ou plusieurs pistes
audio stéréo ou multi canal
ainsi que des sous titres. Y’a-til besoin d’en dire plus pour
vous convaincre de son intérêt ?
Avec deux ou trois de ses
concurrents, le codec DivX est
tout simplement ce qui se fait
de mieux aujourd’hui dans sa
catégorie.
<68>
Hardware magazine octobre/novembre 03
Les
lecteurs DivX
A partir du moment ou les
codecs vidéo et audio sont
bien installés, Windows Media
Player fait parfaitement l’affaire
pour lire les DivX. Mais des lecteurs optimisés pour ce codec
tels
que
BSPlayer
ou
MicroDVD sont plus complets
et intègrent par exemple la gestion des sous titres ou des BivX
(DivX avec deux pistes audio).
On peut également citer le lecteur officiel de DivXNetworks
DivX Player 2.0, ainsi que
PowerDVD et WinDVD dont les
dernières versions supportent
nativement le DivX et qui n’ont
donc pas besoin des codecs
DivX.
Principe et
conseils
d’encodage
Il existe de nombreuses
méthodes pour convertir des
vidéos en DivX mais le principe
reste globalement le même. Un
des mots clés dont il faut bien
connaître la signification est le
bitrate. Lorsqu’on parle d’un
bitrate de 1000 Kbps pour une
vidéo cela signifie qu’elle a été
compressée avec un débit de
donnée de 1000 Kilobits par
seconde. Plus cette valeur est
haute, plus l’image contient
d’informations et plus la qualité
de la vidéo augmente. Dans la
majorité des cas, la compression d’une vidéo en DivX se fait
en deux passes d’encodage
(voire x passes). La première
passe permet d’analyser la
vidéo à compresser. Elle ne
crée pas le film mais un fichier
statistique répertoriant les propriétés du film et de chacune
de ses images. Ce fichier est
utilisé lors de la seconde passe
et permet, entre autre, d’attribuer plus de bits à des images
Hardware magazine octobre/novembre 03
qui en ont besoin (scènes rapides) en les prenant sur des
images qui n’en demandent
pas autant (plans fixes).
L’encodage du film est ainsi
mieux équilibré. L’autre élément sensible lorsqu’on crée
un DivX est la bande son. Il faut
trouver le bon équilibre entre la
place occupée par la vidéo et
la piste audio. Plus cette dernière sera volumineuse sur le
CD ou le DVD que vous voulez
créer, moins il restera d’espace
disque pour la vidéo. La qualité d’image en sera donc affectée. Mais il ne faut pas pour
autant négliger la qualité de la
bande son.
Il existe une foule de sharewares
ou de freewares disponible sur
Internet pour encoder des vidéos
en DivX. Si vous êtes novices
mieux vaut commencer par utiliser des logiciels simples comme
l’encodeur officiel de DivX
Network Dr.DivX, NeoDivX, DivX
Video Duplicator ou DaVideo
Professional. Les utilisateurs
<69>
>
dossier
DivX
avertis se dirigeront quant à eux
vers Virtualdub, Guardian Knot,
FlaskMpeg ou AutodubXP (vous
trouverez tous ces logiciels
grâce à notre page pense-bête
en fin de dossier).
Quelle
configuration
machine pour
lire et encoder ?
La configuration minimum
recommandée
par
DivX
Network pour lire un DivX est
un PII 450 ou l’équivalent, 64
Mo de RAM, une carte graphique de 8 Mo de mémoire en
24 bits et DirectX 7. Cela dit, si
un processeur cadencé à cette
fréquence suffit pour qu’un
DivX soit fluide, une carte vidéo
plus récente améliorera la qualité d’image de la vidéo. Pour
faire
économique,
une
Geforce2 MX sera parfaite
d’autant plus qu’elle offre un
excellent Overlay (affichage de
la video sur Windows). Le DivX
est d’autre part compatible
avec tous les systèmes d’exploitations à partir de Windows
98. En ce qui concerne l’encodage, le seul composant sollicité sera le processeur. C’est
donc simple, plus il sera puissant plus le temps d’encodage
d’une vidéo sera réduit. Le
temps d’encodage dépend
également des codecs et des
logiciels utilisés pour les exploiter. Sur notre Athlon XP 2600+
supporté par 1 Go de RAM et
un chipset nForce2, environ 3
heures de calculs ont été
nécessaires pour convertir en
deux passes la vidéo d’un DVD
d’1h38 en un CD-R (méthode
SBC, voir plus loin). Avec une
seule passe 1h30 heures
auraient donc été requises.
Puisque la fréquence du pro-
<70>
cesseur ne joue pas sur la qualité d’encodage même les petites configurations pourront
obtenir d’excellents résultats. Il
faudra alors lancer la compression avant d’aller se coucher ;).
Historique
La première appellation Divx,
pour Digital Video Express, est
apparue en 1997 aux EtatsUnis et au Canada. Elle n’a
pourtant aucun rapport avec les
codecs que nous connaissons.
Il s’agissait en fait d’une technologie de vidéo à domicile
basée sur le DVD, combinant
un système de pay-per-view et
de location traditionnelle par
câble ou satellite. L’idée semblait bonne mais le projet fut
abandonné à cause de l’investissement qu’il demandait aux
particuliers et la peur des
majors d’Hollywood de voir
chuter la vente et la location
des cassettes VHS. Tout commence alors avec la sortie du
codec MPEG-4 de Microsoft,
Hardware magazine octobre/novembre 03
un nouvel algorithme de codage et de décodage vidéo. Deux
passionnés
d’informatique,
l’Allemand Max Morice et le
Français Jérôme Rota, décident d’optimiser cette norme
de compression déjà performante et donnent naissance
au DivX ;-) en 1999 (Le clin
d’oeil étant un hommage au
défunt format de DVD locatif).
Cependant aucune utilisation
commerciale ne peut en être
faite car ce format reprenant
du code Microsoft est illégal,
ce qui l’oblige à se cantonner
au monde PC « underground ».
Afin de créer une technique
sans aucun lien avec celle de
Microsoft, les créateurs du
DivX ;-) commencent à développer l’OpenDivX dont les
premiers résultats sont très
mauvais. Ce n’est qu’en 2001
que la société DivXNetworks
donne naissance au DivX 4 et
dépose les deux copyrights
DivX™ et OpenDivx™ pour
aboutir récemment au DivX
Pro™.
>
dossier
DivX
On parle beaucoup du DivX
mais il n’est pas le seul à offrir
une compression vidéo de haute
qualité. Entre le Xvid, le RV9 ou
encore le WM9, le choix est ouvert.
Voici donc une revue des différents
codecs que vous pouvez utiliser à l‘heure
actuelle pour encoder vos films, ainsi
qu’une liste des codecs audio pouvant leurs
être associés.
PANORAMA DES
CODECS VIDÉO
ET AUDIO
Les codecs audio
Les formats audio les plus utilisés sont le MP3, l’Ogg, le
WMA et l’AC-3. Ce dernier permet de garder la bande
son originale d’un DVD par exemple et de profiter du son
multi canal mais elle demande en contre partie beaucoup d’espace disque. Lorsqu’on souhaite stocker son
film sur un CD-R ou sur un baladeur vidéo, ce n’est donc
pas toujours un bon choix. Mieux vaut alors compresser
la bande son. Si nous devions classer les codecs audio
par ordre de qualité, et toujours d’un point de vue subjectif, l’Ogg serait en tête, suivit du MP3 puis du WMA.
Cependant, seul le MP3 se lit dans les périphériques
hardware DivX/Xvid pour le moment (en pratique), et il
est déjà très répandu. C’est donc un excellent choix
d’autant plus que certains lecteurs comme PowerDVD
ou WinDVD ont la capacité de restituer un son multi
canal à partir d’une piste stéréo MP3.
Le DivX
Depuis son apparition en
1999, le codec DivX a naturellement évolué et plusieurs
versions ont vu le jour. Le
DivX 3.x est le plus vieux
d’entre tous mais cette maturité lui donne l’avantage d’être complètement maîtrisé.
Illégal à sa sortie, il est aujourd’hui libre d’usage. Sa méthode de compression se divise
en deux modules d’encodage
baptisés Low-motion pour les
scènes lentes du film et Fastmotion pour les scènes rapides. Il est encore très utilisé,
en particulier via la technique
d’encodage Smart Bitrate
Control dont nous allons
reparler.
Son successeur, le DivX 4, fut
la première version légitime et
gratuite pour toute utilisation
personnelle mais il n’a jamais
été convaincant. Moins performant que le DivX 3.x et plus
lent à l’encodage, il a de plus
posé des problèmes d’incompatibilités matérielles avec
certaines cartes graphiques.
Depuis la sortie du DivX 5.x, le
DivX 4.x n’a plus d’intérêt.
Compatible avec tous les
codecs précédents, chaque
nouvelle version du DivX 5.x
est de plus en plus performante. Pour ce dossier nous
nous sommes basés sur la
5.0.5 mais au moment où
<72>
Hardware magazine octobre/novembre 03
vous lirez ces lignes le DivX
5.1 sera sorti. Cette nouvelle
mouture devrait offrir une
qualité et une vitesse d’encodage accrues ainsi qu’une
lecture plus confortable des
DivX sur les petites configurations machines.
On en sait également un peu
plus sur le DivX 6 prévu l’année prochaine. Outre les traditionnelles
optimisations
d’encodage vidéo, la principale nouveauté concerne la
partie audio que le codec
devrait dorénavant assurer
lui-même. Plus besoin d’utiliser le MP3, l’Ogg ou le WMA,
ce qui, d’après DivX Network,
mettra fin à l’usage de codecs
audio variés ne pouvant pas
toujours être lus par les appareils certifiés DivX. Cette nouvelle compression audio est
censée donner un rendu proche de l’AC-3. Une annonce
ambitieuse donc que l’on est
impatient de vérifier, surtout si
l’encodage permet d’obtenir
des pistes audio peu volumineuses en Mo.
Le Xvid
Le Xvid est au DivX ce que
l’Ogg est au MP3, soit un
sérieux concurrent, qui plus
est libre de droit. Sa première
version officielle est apparue
en novembre 2002. Il possède
de nombreuses similitudes
avec le DivX, en commençant
L’ENCODEUR OFFICIEL DE DIVX NETWORK DR.DIVX
par son appellation venant simplement du mot DivX écrit à
l’envers. Lui aussi se basse sur
le format de compression
Mpeg-4 et laisse libre choix du
codec audio grâce à l’encapsulation de fichier AVI. Etant en
Open Source, le Xvid à l’avantage d’avoir une large communauté de développeurs à son
service. Le codec n’est pas
finalisé aujourd’hui puisqu’en
version 0.9.2 mais il est très
prometteur, ce qui n’a pas
échappé à la plupart des constructeurs de périphériques
compatibles DivX dont les produits supportent aussi le Xvid.
Le 3ivx, WM9
et RV9
Développé par une société
Belge, le 3ivx sorti fin 2000
pour concurrencer le DivX propose une compression aussi
bien adaptée à un film de qualité DVD qu’à une vidéo destinée à de la diffusion en streaming en haut ou bas débit.
Basé sur le Mpeg-4, le 3ivx est
assez polyvalent car il peut s’utiliser avec les extensions de
fichiers Avi, Mov et Mp4, la
partie audio étant assurée par
l’AAC. Il permet d’autre part la
lecture de presque tous les
autres codecs Mpeg-4 ou
venant du Mpeg-4.
La Windows Media 9 a les
mêmes prétentions que le 3ivx
et annonce une amélioration de
qualité de 50% par rapport au
Mpeg-4. Entendez par la qu’une vidéo de même qualité aura
un bitrate moitié moins important. La WM9 utilise l’extension
de fichier Avi et s’appuie sur le
MP3 ou l’AC-3 pour l’audio. Le
WM9 peut aussi a contrario
être utilisé avec un très fort
bitrate pour obtenir une qualité
nettement supérieure aux DVD,
comme l’a montré la bande
annonce de T3 sur le site de
Microsoft.
Le codec audio/vidéo Real
Video 9 appartient quant à lui à
Real Networks. Des vidéos
encodées à partir de ce codec
ne peuvent être lues qu’avec
Real Player et sont enregistrées dans un fichier Rmvb.
Comme tous ses concurrents,
le RV9 est en constante évolution et présente quelques
points forts.
Quel codec
vidéo choisir ?
A cette question, nous ne pouvons vous donner qu’une
réponse subjective. Les tests
d’encodage que nous avons
effectués ont en effet été comparés à l’œil. De plus les goûts
de chacun en matière de définition d’image varient beaucoup et les paramètres de
Hardware magazine octobre/novembre 03
compression utilisés pour créer
les films jouent un rôle déterminant. Cela dit, après des heures et des heures d’encodage à
partir d’un DVD de 1h 38 minutes que nous voulions faire
tenir sur un CD-R, trois codecs
se sont détachés. Le DivX 3.11
et la méthode SBC donne d’après nous les meilleurs résultats. Elle sera sans aucun
doute dépassée dans quelques
temps mais conserve pour
l’instant le plus de détails dans
l’image. Le problème c’est
qu’elle est très difficile à maîtriser comme vous pourrez le voir
dans le didacticiel présenté
plus loin et en découragera
plus d’un. La bonne surprise
vient du Xvid 0.9.2 qui a donné
des rendus très proches du
SBC en dénaturant peu la
vidéo. Ce codec est d’autre
part plus facile à maîtriser.
Viens enfin le DivX 5.0.5 qui
s’en tire très bien. Si vous voulez faire simple et efficace,
c’est le meilleur compromis. Le
codec est stable, performant et
devient presque universel.
Les mordus de l’encodage
pourront également essayer le
RV9 ou le WM9. Ils ont l’avantage de limiter la formation de
blocks ou d’artéfacts dans la
vidéo mais lissent beaucoup
l’image. Quant au 3ivx, il ne fait
plus le poids.
<73>
>
dossier
DivX
DÉTAILS DES
PARAMÈTRES DU
DIVX 5.0.5
Commençons tout d’abord par les options de
lecture du codec accessibles par le chemin
Démarrer/programmes/DivX Pro codec/Decoder
Configuration.
Les paramètres présents dans cette fenêtre vont
jouer sur la qualité de lecture du DivX.
A l’onglet Postprocessing Settings, le Quality Level permet d’améliorer la qualité de décompression du DivX en jouant sur la
luminance et la chrominance de l’image. Concrètement, il va
agir sur les parties “pixélisées” de l’image reconnaissables par
des sortes de blocs, et sur les artéfacts pouvant apparaître
autour des objets ou des caractères. Plus vous pousserez
cette barre vers l’indice Max et plus la vidéo devrait s’améliorer mais plus le processeur de votre machine sera sollicité. Les
positions aux index 1 à 4 activent une fonction appelée
deblocking. Les positions 5 et 6 activent le degripping et la
position 7 utilise le FilmFX, relativement gourmant en ressources système et
qui ajoute un peu
de « chaleur » à
votre film. A vous
de voir le résultat
et d’adapter cette
option en fonction
de l’image que
vous obtenez et
de la fluidité de la
vidéo.
Le paramètre Film
Effect ajoute pour
sa part du bruit à
la vidéo pour augmenter sa qualité
visuelle.
Cette
option est une
question de goût.
1
<74>
A l’onglet Quality Settings, le Smooth Playback
permet de réduire la charge processeur lors de la
lecture du DivX. Il est recommandé de l’activée.
Lorsque le paramètre YUV Extended Mode est
activé, le codec passera par une décompression
YV12. C’est le moyen le plus rapide pour décoder
la vidéo mais les options de Brillance, Contraste et Saturation
de l’image sont alors désactivées.
Overlay Extended Mode va permettre d’utiliser l’overlay matériel de votre carte graphique à la place de l’overlay logiciel.
L’overlay matériel est plus rapide mais peut ne pas être supporté par toutes les cartes graphiques. Lorsque cette option
est activée, les applications Directshow ne peuvent plus ouvrir
qu’une seule vidéo à la fois.
Le Double Buffering va forcer la carte graphique à utiliser un
second buffer pour la lecture du DivX. L’image sera donc «
adoucie » mais ce paramètre peut ne pas fonctionner avec des
cartes graphiques ayant une mémoire de 8 Mo ou moins.
2
Hardware magazine octobre/novembre 03
Passons maintenant aux
paramètres de compression
qui agiront lors de l’encodage
d’une vidéo en DivX. Ceux-ci
sont accessibles au sein des
logiciels d’encodage comme
Virtualdub, DrDivx ou encore NeoDivX. A
l’onglet Bitrate Control, le Variable bitrate
mode propose trois modes d’encodage. Le
mode 1-pass va convertir votre vidéo en DivX
en une seule opération d’encodage. Le débit
moyen associé est alors défini par le paramètre Encoding bitrate.
Le mode Multipass, 1st pass permet d’utiliser un encodage en plusieurs passes
mais les paramètres définis par ce mode
ne concernent que la première passe. A
cette étape, la vidéo va être entièrement analysée et
ses caractéristiques seront enregistrées dans un
fichier dont les statistiques serviront lors des futures
passes d’encodage. Le Multipass, nth pass permet
de lancer la seconde ou la nième passe d’encodage. C’est à l’issu de ces calculs que le DivX final
sera crée en se basant sur le fichier statistique obtenus lors de la première passe. Un encodage en plusieurs passes permet de mieux répartir le bitrate de
la vidéo. Il est conseillé d’encoder en au mois deux
passes pour créer vos DivX, la qualité du film n’en
sera que meilleure même si la conversion prend
beaucoup plus de temps. Le Bitrate modulation doit
alors être ajusté selon la complexité du film (film
d’actions avec scènes rapides par exemple ou film
peu dynamique).
Les options Multipass encoding files ne sont acces-
3
sibles que si le mode
Multipass, nth pass est sélectionné. Le Read log file définit
le chemin de destination du
fichier statistique créé lors de
la première passe. L’option
Update log file est à cocher si
vous faites un encodage en
plus de deux passes. Ainsi, les
calculs se baseront automatiquement sur le dernier fichier
stats obtenu lors des passes
précédentes. Read MV file
définit le chemin de destination du fichier dans lequel sont
contenues les résultats de la
détection de mouvement
ayant été obtenu lors de la première passe. La case Do not
prompt with erros and warnings est assez explicite et permet
d’ignorer les éventuels messages d’erreurs qui peuvent apparaître lors de l’encodage.
Viens enfin la ligne de commande Quick Config CLI. N’y touchez
pas à moins de savoir exactement ce que vous faites d’autant
plus qu’elle se met à jour automatiquement dès que vous modifiez un paramètre d’encodage du DivX.
LA PLATINE DVD/DIVX DE JAMO, LA
DVR-50, SERA VENDU AVEC UN KIT
D’ENCEINTE 5.1.
Hardware magazine octobre/novembre 03
<75
75>
>
dossier
DivX
A l’onglet General Parameters,
la case Enable Crop est une
fonction de recadrage de l’image. Elle permet d’éliminer les
bandes noires des DVD par
exemple qui n’ont pas besoin d’être encodées. Lors de la création d’un DivX, en choisissant les formats 4 :3 ou 16 :9, ces bandes
seront automatiquement rétablies. Comme
son nom l’indique, la fonction Enable Resize
va servir à redimensionner la vidéo.
L’algorithme Bicubic est à choisir si la résolution de la vidéo est diminuée, Bilinear si elle
doit être augmentée. Selon les résultats, le
choix
entre
les
modes
Bicubic/soft/normal/sharp vous appartient.
Mais au final, mieux vaut ne pas se servir de
ces deux options Crop et Resize car les propriétés du codec DivX n’autorise aucune prévisualisation du recadrage ou du changement
de résolution et que les logiciels comme
Virtualdub ou NeoDivx intègrent parfaitement
ces fonctions.
Le Pre-Processing Source permet d’enlever le
bruit d’une vidéo (comme la neige d’une vidéo
capturer sur une TV). Ce bruit pénalise fortement l’encodage car il demande une grande
quantité d’informations et donc de bits pour
être reproduit. Cette fonction peut être activée
selon quatre modes de correction plus ou moins puissant.
Le Psychovisual Enhancements permet de diminuer le bitrate
alloué à certaines images du film contenant des éléments invisibles à l’œil humain pour le réattribuer à des parties du film
plus sensibles à notre regard. Cette option peut être très bénéfique à l’encodage.
4
Le paramètre Keyframe est utilisé pour insérer des images clés
au film. Une Keyframe marque un changement de scène ou de
plan dans la vidéo. Les Keyframe jouent une grand rôle dans la
qualité finale du film mais prennent beaucoup de place dans le
DivX. Il ne faut donc pas en abuser sous peine d’avoir une
image trop dégradée. L’indice Max Keyframe interval défini l’intervalle de temps ou sont insérées les images clés. Le codec
DivX intègre automatiquement des Keyframes lors de l’encodage mais ce paramètre permet d’en ajouter. A vous de voir si
votre film présente de longue scènes statiques et d’ajuster
l’option en conséquence. Pour une valeur de 300 frames par
exemple cela signifie, en PAL, que toutes les 12 secondes une
image clés sera ajoutée au film (300 frames/25 frames par
seconde = 12 secs). L’option associée Scene change treshold
agit quant à elle sur la précision de la détection des changements de scènes.
<76>
Le paramètre Performance/quality définit la balance entre la
rapidité d’encodage et sa qualité. Mieux vaut laisser le mode
Slowest par défaut pour assurer la qualité du film.
Le Source Interlace joue sur l’entrelacement de l’image. La plupart des DVD Pal par exemple contiennent une vidéo entrelacée. Ainsi, chaque image du film est divisée en deux trames
contenant chacune une ligne sur deux. La lecture d’une vidéo
entrelacée ne pose aucun problème sur des appareils supportant nativement ce mode comme les télévisions. Mais sur PC
la lecture peut provoquée des défauts dans l’image qui se présentent sous la forme de fines lignes horizontales noires. Il est
donc important lorsqu’on encode une vidéo entrelacée de la
désentrelacer et de la rendre progressive. Le mode Encode as
progressive n’utilise aucune fonction de désentrelacement si
ce n’est un mode basic. Utilisez le pour des vidéos qui ne sont
pas entrelacée, et dans le cas contraire activez en plus le paramètre Basic Video Deinterlace. Le désentrelacement avec cette
dernière option sera rapide mais ne donne pas les meilleurs
rendus. Le mode Encode as interlaced ne touchera pas à la
vidéo et la laissera entrelacée (une capture TV par exemple). Le
mode Deinterlaced all frames sert pour sa part à obtenir des
vidéos progressives à partir de source entrelacées. C’est le
mode à utiliser pour encoder vos DVD.
Hardware magazine octobre/novembre 03
La fonction Use Bidirectionnal
Encoding permet d’activer l’utilisation des B-frames. Les B-frames
sont des images encodées à partir
de similitudes existants avec les
images la précédent ou la suivant
dans le film. Elles augmentent significativement la qualité d’encodage
du film. Cette case doit être activée.
Les profiles présents dans 1-Choose your
profiles servent à garantir la compatibilité du
DivX qui va être crée avec les périphériques
DivX tels que les PDA, les platines ou les
baladeurs. Le détail de chaque profil (résolution max, bitrate maximum…) sélectionné
est affiché dans la case Info on the selected level.
Choisissez donc le mode qui vous convient et indiquez la
résolution finale du DivX dans la case 2- What is the resolution of your vidéo ? puis le frame rate de votre vidéo
originale dans la case 3- What the frame rate of your
vidéo ?. Notez que ces deux options et les profils n’agissent en aucun cas sur l’encodage. Il s’agit juste d’une
étape de vérification. Après avoir définit vos préférences,
le codec vous indique si les paramètres sont en adéquation avec le profil que vous avez choisi dans la case Hints
for conformance. Selon la phrase inscrite il vous faudra
ajuster quelques paramètres.
5
L’onglet Manage Settings vous donne la
possibilité de sauvegarder vos préférences
d’encodage puis de les rappeler par la suite
si nécessaire. Pour enregistrer un profil, cliquez sur Add Codec Settings, entrez le nom
de votre projet puis validez. Pour charger un
profil, sélectionnez le et cliquez sur Apply selected.
6
Viens enfin les options MPEG4 tools. Les options Use
Quarter Pixel et Use GMC ne sont visibles que si le 1Choose your profile est désactivé. Use Quarter Pixel agit
sur l’acuité de la détection de mouvement de la vidéo. Il
est donc censé améliorer la qualité d’image de votre DivX
mais cette option d’encodage n’est supportée par aucun
périphérique DivX (platines, RealMagic Xcard, AV300)
pour le moment. Use GMC (Global Motion
Compensation) améliore le rendu des scènes intégrant
des zoom ou des champs panoramiques. Elle aide l’encodage dans la redistribution des bits aux images qui en
ont besoin.
Hardware magazine octobre/novembre 03
<77>
>
dossier
DivX
ENCODER UN
DVD EN DIVX
Nous vous proposons deux méthodes d’encodage pour convertir vos DVD en
DivX. La première se destine aux novices et demande donc peu de
connaissances, l’autre se destine aux personnes souhaitant aller un peu plus
loin dans l’encodage en exploitant toutes les facettes du DivX 3.11 ;-). Vous
trouverez également un guide pour créer et utiliser des sous titres. Prenez
une grande inspiration, ce n’est pas toujours évident !
I : l’encodage pour les novices avec
NeodivX (Version 9.3Beta Build 2355)
1
Ripper
le DVD
La première opération consiste à copier l’intégralité des fichiers du DVD
Vidéo sur le disque dur par l’intermédiaire du module de rip-
ping de NeoDivX. Après avoir
insérez votre DVD dans le lecteur, allez dans le menu Ripper
du logiciel. Normalement,
Neodivx sélectionne automati-
Disponible en freeware sur
le site www.neodivx.com,
NeodivX est un logiciel
d’encodage complet avec
lequel vous allez pouvoir
transformer vos DVD en
DivX, Xvid ou RV9 (version
NeoRV9) très simplement.
La force de ce programme
réside dans son interface
intuitive, ses capacités
d’encodage variés, ses
nombreux modules additionnels pour ripper les
DVD, extraire les pistes
audio individuellement,
éditer ou graver les vidéos
AVI, et bien d’autres.
<78>
Hardware magazine octobre/novembre 03
quement les flux vidéo et audio
correspondant au film. Dans
notre cas, comme vous pouvez le voir sur la photo, le
fichier index du film se nomme
VTS_01_0.IFO et indique une
durée de vidéo de 1 heure 38
minutes et 50 secondes (si l’on
voulait ripper les bonus de ce
DVD il aurait fallu sélectionner
le fichier VTS_02_0.IFO). A ce
stade, votre tâche se limite à
définir un répertoire de destination où seront sauvegarder
les fichiers rippés puis à lancer
l’opération en appuyant sur le
bouton Ripper. Selon le DVD
Video, jusqu’à 8-9 Go d’espace disque sera requis. La sauvegarde du DVD peut prendre
entre 20 minutes et 1 heure
suivant la rapidité de votre lecteur DVD-Rom. Si un problème
survient lors du ripping,
essayer avec le logiciel
SmartRipper
que
nous
détaillons plus loin.
2
Créer
un
fichier
D2V
Il faut maintenant créer un
fichier sous l’extension D2V qui
va répertorier toutes les informations contenues dans les
fichiers VOB que nous venons
de ripper. Le D2V est indispensable pour l’encodage et va
servir de serveur d’image. Dans
le menu principal de NeoDivX
cliquez sur le bouton D2V puis
sur Charger lorsque la nouvelle
fenêtre apparaît. Sélectionnez
alors le fichier LST créé lors du
ripping du DVD Vidéo. Vérifier
ensuite que tous les VOB affichés dans la fenêtre sont
cochés puis démarrer la création du fichier D2V en appuyant
sur Lancer. Un nom de fichier
sera demandé. L’opération
prend quelques minutes.
Paramètres
d’encodage
vidéo
Nous allons maintenant définir les
paramètres d’encodage du film.
Dans le menu
Encoder de Neodivx, allez dans
le menu Général. Cliquez sur
Changez à la ligne Fichier D2V:
puis sélectionner le fichier créer
plus haut. Faites de même à la
ligne Répertoire de sortie: et
sélectionner le répertoire ou le
DivX sera sauvegardé. Passez
ensuite au menu Vidéo. Si les
codecs DivX (3.x, 4.x, 5.x) et
Xvid sont bien installés sur
votre machine, ils sont affichés
à la ligne Codec à utiliser. Nous
allons sélectionnés DivX Pro
5.0.5 Codec mais notez que ce
didacticiel fonctionne parfaitement si vous choisissez Xvid ou
une autre version du DivX à ce
stade. Le paramètre Type d’encodage agit sur le nombre de
couleur utilisé pour l’encodage.
Le mode 24-32 bits offre un
3
Hardware magazine octobre/novembre 03
panel de couleurs plus important mais double le temps d’encodage par deux. La différence
entre le mode 16 bits et 24-32
bits ne se voit réellement que
sur un écran plasma ou un
vidéo projecteur. Mais comme
nous ne sommes pas pressés,
optons pour le 24-32 bits. Les
options 1 passe et 2 passes
correspondent au nombre de
cycle d’encodage. Les résultats
sont nettement meilleurs en
deux passes. Le temps de
création du film sera donc doublé mais c’est indispensable
pour obtenir des films de qualité. Le nombre d’image par
seconde doit être le même que
celui de vote DVD soit 25.000
pour un média PAL et 29.970
pour un NTSC. Le bouton paramètres vous donne accès aux
options du codec sélectionné
mais il est préférable de les laisser par défaut d’autant plus que
NeoDivX passe outre certains
d’entre eux. Le Type de filtre
intervient dans le mode de lecture d’image puis la manière de
la manipuler à l’encodage. Le
mode HQ donne les meilleurs
<79>
>
dossier
DivX
résultats et notamment le HQ
bilinéaire mais si vous avez le
temps de faire quelques tests
vous pouvez variés entre ce
mode et le HQ Bicubic.
Appuyez ensuite sur le bouton
NeoCropper. Ici, vous devez éliminer les bandes noires de l’image à l’aide des 8 flèches
situées sur la gauche de la fenêtre. Avec la barre de temps,
avancez jusqu’à ce que l’image
soit claire et que vous puissiez
couper correctement les bandes noires. Terminez en cliquant
sur Enregistrer. Cliquez ensuite
sur le bouton Dimension. Si la
découpe des bandes noires a
été faite correctement l’image
doit avoir un ratio correct et ne
doit pas être déformée en largeur ou en longueur. Si c’est le
cas, vérifiez tout d’abord que le
cropping ait bien fonctionné
puis refaite un calcul de la résolution. Prenez le ratio indiqué
<80>
sur la face arrière de la jaquette
de votre DVD (1.85, 2.35..), pour
nous 2.35, et faites 720/2.35 =
306 (720 pour avoir une vidéo
plein écran, mais vous pouvez
choisir plus petit). Notre film doit
donc avoir une résolution de
720 par 306. Si lors des prévisualisations du cropping, vous
avez constaté que l’image était
entrelacée (fines lignes horizontales noires qui traversent l’image) cochez alors la case
Désentrelacer. Laissez les autres options par défaut et passez
Hardware magazine octobre/novembre 03
aux options Audio.
Paramètres
d’encodage
audio
4
Sélectionnez tout
d’abord la piste
audio qui vous convient à la
ligne Langue. Neodivx affiche
également le type de flux audio
(AC3/DTS, 2ch/6ch) donc vous
n’aurez pas de mal à sélectionner le bon. A l’option
Compression vous avez le
choix de laisser cette piste
audio en AC3 ou de la transformer en MP3. Si vous conserver
l’AC3 votre DivX aura donc un
son 5.1. Mais pour laisser plus
de place à la vidéo dans le DivX
et augmenter sa qualité d’image nous allons choisir une compression MP3 stéréo en 128
Kbps ce qui reste très correct.
Le paramètre Dynamic boost
permet d’augmenter le volume
de la piste audio et Normaliser
de conserver un son au volume
uniforme. Appuyez ensuite sur
Ajouter. Si vous souhaitez créer
un BivX, vous pouvez ajouter
de la même façon une autre
piste audio au DivX.
II : l’encodage pour
les pros en Smart
Bitrate Control
avec le DivX 3.11
(Nandub V1.0rc2)
Finalisation
Au menu Encoder,
vous devez déterminer la taille du
DivX allant être
crée. Nous voulons ici un film sur
1 CD-R, ce sera 700 MB. Pour
des films de deux à trois heures, mieux vaut opter pour un
DivX en deux CD si vous voulez
garder une bonne qualité d’image. Entrez alors une capacité de 1400 Mo et activer la coupure après 700 MB. Vous pouvez aussi augmenter la taille du
film pour ajouter plusieurs pistes audio dont une en AC3 par
exemple, à vous de voir. Pour
démarrer l’encodage, appuyez
simplement sur Lancer l’encodage maintenant ! Environ 4
heures ont été nécessaires
pour finaliser le film sur un
Athlon XP 1500+. Notez enfin
5
Cette technique est destinée au codec DivX 3.11 n’est
pas récente mais donne certainement les meilleurs
résultas lorsqu’elle est bien maîtrisée. Notez qu’il
n’existe pas de remède miracle et que tous les paramètres cités dans ce didacticiel doivent être adaptés à
chaque DVD.
que les options ou modules de
Neodivx qui n’ont pas été cités
dans ce didacticiel sont pour la
plupart très explicites. Si vous
voulez plus d’informations,
consultez le forum du site
Internet officiel.
Rip du DVD
avec
SmartRipper
1
Comme toujours, il
faut commencer par
ripper le DVD Vidéo
sur le disque dur.
Pour cela nous
avons choisi le logi-
Hardware magazine octobre/novembre 03
ciel SmartRipper. Après avoir insérez votre média dans le lecteur,
démarrez le logiciel. Si un message
d’erreur apparaît à ce stade, veillez à
ce que les drivers ASPI soient bien
installés sur votre machine, ou alors
lancez le film dans un player
comme WinDVD avant de démarrer SmartRipper. Dans le menu principal, cliquez sur l’onglet Stream
Processing car nous allons choisir
les pistes audio et vidéo à extraire
manuellement. Cochez sur Enable
Stream Proceesing pour activer ce
module. Sélectionnez ensuite les
pistes qui vous intéressent. Dans
notre cas, la piste vidéo du film et la
piste audio française AC3 6 canaux.
Laissez l’option Direct stream copy
cochée car nous scinderont les pistes audio et vidéo à la prochaine
étape. Choisissez ensuite la destination des fichiers qui seront copiés
sur le disque dur dans Target et cliquez sur Start. L’opération dure
entre 15 et 40 minutes suivant votre
lecteur DVD-Rom.
<81>
>
dossier
DivX
Créer un projet avec
DVD2AVI
DVD2AVI permet d’encoder un
fichier VOB directement en AVI mais
il a ici une autre utilité. Le fichier D2V
qu’il va générer va
en effet servir de
serveur de frames. Allez sur
File/Open puis sélectionnez le
premier VOB rippé plus haut. Les
autres seront chargés automatiquement. Après avoir validez,
vérifiez que le menu Video/Field
Operation est sur None puis lancez la preview avec F5.
Regardez si le DVD est entrelacée (de fines bandes noires horizontales devaient être visibles).
Si tel est le cas, sélectionnez
Swap Field Order au menu
Video/Field Operation et relancez une preview pour vérifier que
ces bandes ont disparu. Si elles
sont toujours visibles, laissez ce
2
<82>
menu sur None. Allez ensuite sur
Audio/Track Number et choisissez le flux audio contenant la
langue souhaitée. Track 1 dans
notre cas puisque nous n’avons
rippé qu’une seule piste.
Sélectionnez ensuite Demux au
menu Audio/Dolby Digital pour
enregistrer la bande son AC3
dans un fichier séparé, et YUV
dans
Video/Color
Space.
Terminez cette étape en
appuyant sur F4 ou File/Save
Projet et sauvegardez le travail
dans un fichier D2V. L’opération
dure quelques minutes.
Hardware magazine octobre/novembre 03
Encoder la
piste audio
Nous allons encoder la piste AC3
avec le freeware
HeadAC3he.
Appuyez sur le
bouton Source File: puis sélectionnez le fichier .ac3 obtenu avec
DVD2AVI et vérifier le chemin de
destination du MP3 qui sera crée.
Notez dans un coin la valeur indiquée à la ligne Delay, elle nous
servira plus loin. Choisissez MP3
à la ligne Destination Format. La
différence entre les options
dumb, hybrid et float de l’encodage en 2 passes vient du fichier
temporaire utilisé durant l’opération. Celui-ci peut être de très
grande taille si vous utilisez le
mode float, de moyenne taille en
hybrid et il ne sera pas crée en
dumb. Le mode float est cela dit
plus rapide. Appuyez ensuite sur
le bouton Options >> et sélectionnez Surround 2 à la ligne
Downmix Type. Appuyez une
nouvelle fois sur Options >>,
choisissez Alt ABR à la ligne
Preset et VBR (Variable Bitrate) à
la ligne Mode, puis Joint Stereo
dans Channel mode. Lancez l’encodage en cliquant sur le bouton
Start. Vous pouvez laisser les
paramètres qui n’ont pas été
cités par défaut si vous ne savez
pas à quoi ils correspondent.
3
Créer un
pseudo AVI
avec VFAPI
Reader Codec
Le
programme
VFAPI décompresse des données
RGB obtenues par
des
logiciels
comme DVD2AVI,
pour les transformer en pseudo
film AVI qui pourra être relu par
Windows Media Player ou
Nandub. Avant d’aller plus loin,
exécutez le fichier vifpset.bat
situé dans un des répertoires
d’installation de VFAPI. Faites de
4
même avec le fichier proxyoff.reg
situé dans un des répertoires
d’installation de Nandub et
répondez oui à la question posée.
Ceci est nécessaire pour que
VFAPI soit reconnu comme
codec vidéo par l’application
finale. Lancez ensuite VFAPI
Reader Codec et cliquer sur Add
Job. Sélectionnez le fichier D2V
crée avec DVD2AVI. Choisissez le
nom du fichier AVI à sauvegarder,
cliquez sur OK, puis sur Convert.
Pour vérifier que tout à fonctionné
jusque là, lancez le fichier obtenu
avec Windows Media Player.
Comme dans la preview de
DVD2AVI, l’image sera probablement déformée, ne vous en préoccupez pas.
Redimensionn
er le film avec
Nandub
Le pseudo film AVI
créé dans VFAPI,
et qui est directement relié aux
VOB stockés sur
le disque dur, peut
maintenant être ouvert dans
Nandub. Après avoir cliqué sur
File/Open dans le menu Video
File du logiciel et chargé le petit
fichier AVI, pressez Ctrl-F ou
faites Video/Filter Cliquez sur
Add, ajoutez le filtre resize et
validez. Entrez ensuite la résolution désirée en respectant le
ratio de votre DVD indiqué au
dos de la jaquette. Dans notre
cas il s’agit d’un ratio de 2.35 et
nous avons choisi une résolution horizontale de 720 (640 est
un bon compromis). En calculant 720/2.35 on obtient donc
306 de résolution verticale.
Ensuite, sélectionnez au choix
le mode Precise Bicubic ou
5
Hardware magazine octobre/novembre 03
Precise Bilinear. Le premier
donne de meilleurs résultats
mais le second s’avère plus
rapide pour des fichiers plus
légers. Cochez la case
Interlaced si le film est entrelacé. Validez et cliquez sur
Cropping. Avancez un peu
dans le film avec la barre de
temps et masquez les bandes
noires aux extrémités de l’image grâce aux deux paramètres
X1 offset et Y1 offset. Validez et
revenez au menu principal de
Nandub.
<83>
>
dossier
DivX
Première
passe avec
Nandub
Le premier encodage n’est qu’une
simulation en DivX
low-motion
au
Bitrate maximum
soit 6000kbit/sec. Il
donne un fichier STATS contenant toutes les statistiques du
film (taille des keyframes, variation du Bitrate…). Vous avez le
choix d’effectuer les deux passes
à la suite ou d’effectuer la seconde plus tard. Dans le premier cas,
Nandub doit impérativement être
configuré comme dans l’étape
suivante. Veillez également à
désactiver l’audio en sélectionnant Audio/No audio dans le
menu principal de Nandub et
choisissez Full processing mode
dans Video. Lancez le premier
encodage avec F8 ou les deux
avec Shift-F8, baptiser le nom
des fichiers STAT et/ou AVI à
créer puis décochez les options
Show input et output video pour
gagner un peu de temps. Si un
message d’erreur apparaît pour
manque de mémoire c’est que le
codec DivX 3.11 n’est pas correctement installé sur votre
machine.
6
<84>
Seconde passe
La première chose
à faire est de calculer le Bitrate. Allez
sur
Video/SBC
Options/Bitrate
Calculator. Entrez le
nombre et la taille des CD-R que
le film occupera puis celle de la
piste MP3 créée à l’étape 3. Le
Bitrate final s’affiche en appuyant
sur Calculate. Allez ensuite dans
l’Antishit ;-).Ce système décode
puis ré encode chaque frame en
keyframe si nécessaire. Sur Antifreeze, il touchera uniquement
aux frames gelées (lorsque la
vidéo s’arrête mais pas le son).
Sur Full, il vérifiera toutes les frames relatives aux valeurs entrées.
Il ralenti l’encodage et a été désactivé pour ce test mais peut être
très utile.
Allez ensuite dans l’onglet
Motion. Le Span est le nombre de
Video/SBC
Options/SBC
Settings puis l’onglet DivX.
Sélectionnez le codec DivX ;-) et
tapez le Bitrate calculé plus haut.
La valeur Keyframe Interval représente l’intervalle de temps séparant l’insertion automatique de
deux keyframes. Nandub possède déjà un tel moteur, mettez
donc entre 10 et 15 secondes.
Pour le Minimum allowed Bitrate,
ne descendez pas en dessous de
360 Kbps. L’Internal SCD (Scene
change Detection) et son Space
KPs insèrent des keyframes qui
auraient été manquées. Il a été
désactivez en le mettant à 100 %
afin d’utiliser le SCD de Nandub.
La dernière option concerne
frames à analyser pour détecter
des scènes lentes ou rapides. La
Sensivity représente la plus grande différence acceptable entre
deux images. Ces deux valeurs
sont bien réglées par défaut.
Mettez ensuite le maximum aux
deux paramètres du Motionbased DLL-switch. Cela permet
de désactiver le fast-motion pour
n’utiliser que le low-motion. Le
Cripness Modulation a quant à lui
une influence sur les filtres du
codec DivX et sur le niveau de
compression utilisé. Il lisse l’image pour un meilleur rendu et fait
varier les valeurs de l’Antishit
lorsque celui-ci est activé. Une
valeur de 20 à 30% semble cor-
7
Hardware magazine octobre/novembre 03
recte. Cochez obligatoirement
Enable Bits Reservoir modulation
pour un film en 1CD. Il peut être
désactivé pour 2CD. Cette option
fait varier le Bitrate en réattribuant
des bits pris aux images avec des
DRF faibles pour les donner à celles avec des DRF élevés (voir
onglet Compression Levels).
Passez à l’onglet Compression
Levels. Ces valeurs indiquent le
ratio de compression qui sera
utilisé au cours de la détection
de mouvement (SCD). Ces paramètres sont assez complexes et
il est préférable de les laisser par
défaut. SI vous souhaitez quand
même essayé, commencez par
varier les valeurs DRF à la première ligne. Essayez par exem-
ple de 2x à 8x pour 1CD et de 2x
à 6x pour 2CD. Si le film est trop
gros, augmentez le deuxième
multiplicateur. Et si vous souhaitez plus d’informations sur ces
options, vous en trouverez en
faisant des recherches sur le
net. Le Min et le Max de
Keyframes Quality influence
quant à eux la qualité de compression des keyframes. Mieux
vaut les laisser aussi par défaut.
Les deux premières options de
l’onglet Bitrate Curve servent uniquement si vous n’encodez pas
le film d’une traite. Dans ce cas,
sélectionnez dans la seconde
ligne Encoding using : le nom du
fichier STAT qui a été sauvegardé
pendant la première passe. Le
Motion based curve modulation
est une alternative au Cripness
modulation. Si vous l’activez
avec une valeur supérieure à 0%
(25 à 30% semble correct) vous
devez désactiver le Bitrate reservoir modulation. La valeur Curve
Compression affecte l’algorithme
de compression. Le symetric
paramètre la même compression
à toutes les scènes et l’asymetric
permet de définir celle du low et
du fast motion. En symetric, entrez 10 à 30% pour 1CD et 10 à
20% pour 2CD, et en asymetric
15% en low et 25% en high. La
fonction Luminance correction
Bitrate redistribution spécifie la
quantité de bits distribuée à
chaque image. Bias répartie le
nombre de bit également tandis
que proportional donne plus de
bits aux zones avec un haut
Bitrate. La valeur smoother
équilibre quant à elle la courbe
du Bitrate pour éviter de trop
grands écarts. Mettez entre 2 et
5%.
augmente le Bitrate lorsque les
variations de couleurs, de
contraste et de luminosité sont
difficiles à encoder. Le Threshold
indique le seuil limite de luminosité, et le gain l’augmentation
maximum du Bitrate. End credits permet d’abaisser le Bitrate
du générique de fin de film.
Entrez la frame à partir de
laquelle ce dernier commence
(déplacez la barre de temps
dans Nandub et regardez en bas
de le fenêtre à la case Frame) ou
0 pour le désactiver, et un petit
Bitrate. Low-pass et High-pass
définissent le min/max du
Bitrate Curve pour empêcher
une utilisation abusive. On ne se
sert que du low-motion, n’ajustez donc que la deuxième
valeur. Entre 2000 et 3000 pour
1CD et au dessus pour 2CD. Le
pourra être redistribué. L’option
Correction on low-bitrate conditions agit sur les frames à faible
bitrate. Elle évite que les bits économisés dans une scène ne soient
gâchés dans la suivante si elle
n’en nécessite pas autant (les
plans fixes par exemple). Si vous
l’activez, cochez aussi Modulated
pour qu’elle fonctionne en association avec le Bitrate Curve.
Gauge est la réserve de bits disponible pour 5 secondes de vidéo.
Pour 1CD, utilisez environ 30% au
Min et 80% au Max, pour 2CD,
40% au Min et 100% au Max. Si le
film est trop gros, réduisez ces
valeurs et laissez celle de Start à
35%. KFBoost augmente la réserve de bit lorsqu’une keyframe est
insérée. Ce système est utilisé à la
première passe, laissez les deux
paramètres Hacks à zéro. Validez
Hardware magazine octobre/novembre 03
Le paramètre Gauge a une grande
influence sur le niveau de compression utilisé par le codec. Le
Payback delay est l’intervalle de
temps pendant lequel un surplus
de Bitrate enregistré par Nandub
<85>
>
dossier
DivX
Découpez le
film avec
Nandub
Dans le cas d’un
DivX en 2CD, il faudra donc couper le
fichier AVI en deux.
Chargez le dans
Nandub
avec
File/Open video file puis vérifiez
de bien être au début du film.
Cliquez ensuite sur Edit/Set
selection start pour indiquer le
premier point de découpe et sur
Edit/Go
to
last
keyframe…Entrez ici la capacité
du CD moins 2 ou 3 Mo et validez. Nandub vous emmène à la
plus proche keyframe correspondante.
Marquez
la
découpe de fin avec Edit/Set
selection end et sauvegardez le
premier fichier avec F7. Faites
de nouveau Edit/Set s e l e c t i o n
start, allez à la fin et cliquez sur du film Edit/Set
selection end. Enregistrez le
deuxième fichier avec F7.
9
et revenez au menu principal.
Allez dans Options/Preferences
à l’onglet Scene. C’est ici qu’il
faut configurer le moteur SCD
de Nandub cité en début d’étape 7. En cochant la case Use
Alternate et en laissant les
valeurs par défaut les résultats
ont été concluants. Utilisez un
Interframe (cut) plus élevé
pour des films très sombres.
Passez ensuite à l’onglet
SBC où vous pouvez paramétrer le Crosspoint. Cette
valeur est assez complexe,
pour plus d’informations
reportez
vous
au
readme.doc de Nandub.
Mettez entre 230 et 280 pour
1CD et entre 350 et 460 pour
2CD. Tout est maintenant
configuré, lancez le second
encodage avec shift-F8.
Après quelques heures, on
peut enfin découvrir à quoi
ressemble le film. Si vous
n’êtes pas satisfait du résultat, sachez que les paramètres qui ont le plus d’influence sont Bitrate, BR modulation, Curve compression,
<86>
Gauge et DRF.
Ajouter la
piste audio au
film
Si vous aviez fermé le projet,
rouvrez Nandub et
chargez le film AVI
créé en deux passes avec File/Open
video file dans le
menu principal. Sélectionnez
ensuite
Video/
DirectStreamCopy
puis
Audio/Direct Stream Copy. Il ne
reste plus qu’à charger la bande
son Mp3 en faisant Audio/ (VBR)
Mp3 audio. Allez ensuite dans
Audio/Interleaving puis entrez le
Delay mémorisé à l’étape de
HeadAC3he dans la case Delay
audio track by. Appuyez sur F7
ou File/Save as AVI, entrez le
nom final du film et attendez
que le travail se termine. Voilà,
le film est enfin prêt.
8
Hardware magazine octobre/novembre 03
>
dossier
DivX
III : Créer et utiliser des
sous titres avec VobSub
1
Créer les
fichiers
sous titres
Avant d’utiliser VobSub, il vous
faut ripper les sous titres contenu sur le DVD. Pour ce faire,
appliquez la méthode donnée à
la Partie 1 du didacticiel SBC en
cochant en plus subtitles dans la
fenêtre Stream Processing. Mais
si vous voulez être sur que l’intégralité du DVD a été rippé, utilisez le mode Movie de
SmartRipper à la place.
Sélectionnez juste un répertoire
de destination et laisser les autres paramètres par défaut. Le
film, toutes les pistes audio et
celles des sous titres seront
ainsi sauvegardées sur le
disque dur. Lancez ensuite le
module VobSub Configure puis
cliquez sur Open… et sélectionnez le fichier .IFO crée lors du
ripping. Spécifiez le répertoire
de destination et dans la nouvelle fenêtre, choisissez la langue des sous titrages que vous
souhaitez extraire à l’aide des
petites flèches. Elles doivent
apparaître dans la case de droite. Cliquez ensuite sur Ok, entrez un chemin de destination
puis attendez la fin de l’opération. Deux fichiers IDX et SUB
seront créés. Le premier comprend les codes temporels et
diverses informations des sous
titres, le second contient les
sous titres eux-mêmes.
<88>
2
Lire les
fichiers
sous
titres
Pour lire ces sous titres lors de la
lecture d’un DivX vous avez au
moins deux possibilités. La première est de passer par un
player DivX compatible avec les
sous titres tel que BSPlayer. La
seconde est de passer par
VobSub lui-même.
Normalement, à partir du
moment où les fichiers IDX et
SUB ont exactement le même
nom que votre film et que ces
trois fichiers sont placés dans
un même répertoire, si vous
ouvrez la vidéo avec Windows
Media Player, VobSub se lancera de lui-même et ajoutera les
sous titres à la lecture de la
vidéo. Si vous constater un
décalage de temps entre le texte
et les voix du film, allez à l’onglet
Timing du module DirectVobSub
Configure puis ajoutez un temps
positif ou négatif dans la première ligne de Subtitle Timing. Cette
valeur s’exprime en millisecondes. Essayez différentes valeurs
pour caler correctement les
sous titres et la vidéo. Vous avez
également de nombreuses autres options pour changer la couleur, la taille ou la police des
sous titres, ainsi que leur emplacement à l’écran. Fouillez dans
ces paramètres, ils sont simples
à comprendre.
Hardware magazine octobre/novembre 03
3
Intégrer
les sous
titres à un
DivX
Cette opération s’effectue à partir
du logiciel Virtualdub (v 1.5.4 ici)
mais il faut impérativement que
l’installation de VobSub ait été faite
en cochant l’option Virtualdub lors
de la procédure. Ceci est nécessaire pour que Virtualdub reconnaisse VobSub comme un de ses
filtres. Ouvrez votre vidéo par le
menu File/Open video file de
Virtualdub puis choisissez le mode
Video/Full Processing mode et
Audio/Avi audio, Audio/Direct
Stream copy. Allez ensuite dans
Video/Filters, cliquez sur Add puis
sélectionnez le filtre VobSub 2.23.
Dans l’interface de VobSub qui
vient de s’ouvrir cliquez sur Open
puis sélectionnez le fichier IDX
crée à la partie 1. Validez et lancez
une preview du film avec F5.
Regardez si l’emplacement des
sous titres vous convient et modifié la avec les paramètres du filtre
VobSub. Puisqu’un nouvel élément est intégré à l’image du DivX
il faut re compresser le film. Allez
dans Video/Compression…sélectionnez le codec approprié et
paramétrez ses options tel que
vous l’avez fait pour créer le DivX.
Validez puis lancez l’opération en
cliquant sur F7 ou File/Save
AVI…Vous n’avez plus qu’à attendre la fin du calcul pour vérifier que
tout soit bien finalisé.
http://www.1000ordi.fr
Achats en ligne 100% sécurisés
Paiement Via PAYBOX
Débit à l’expédition
Assurance FIA-NET
Livraison sous 24 heures par Chronopost
Nous ne vous rembourserons
pas la différence !
Nous ne vous livrerons pas en
30 minutes chrono !
Nous n’avons pas 150.000 m²
de stock permanent !
Nous ne vous promettrons
pas la lune,
juste un service de qualité,
une livraison
avec un délai annoncé
et respecté,
un service après-vente
compétent et réactif.
1000Ordi SARL - Immeuble ABC1 - Allée A - 74160 ARCHAMPS
Service commercial de 14h00 à 17h00 au 04 50 820 586
Fax : 04 50 820 591 - Email : boutique@1000ordi.fr
>
dossier
DivX
COMPLÉMENT
AUX GUIDES
DIVX
I : Convertir une vidéo AVI, ASF,
VCD ou SVCD en DivX.
Toutes les conversions suivantes
vont s’effectuer avec le logiciel
VirtualDub.
Notez que si vous souhaitez
convertir un fichier MPEG-2
(VCD, SVCD, DVD), il faudra utiliser la version Virtualdub-MPEG2.
Pour convertir des vidéos ASF ce
sera Virtualdub1.3c sans oublier
les codecs ASF. Pour tous autres
formats vidéo, la conversion va
se faire avec la dernière mouture
de Virtualdub ou de Nandub,
sachant que pour utiliser des
vidéos AVI DV provenant d’un
caméscope numérique un codec
DV est également nécessaire.
Bien que la version de Virtualdub
varie en fonction de la vidéo que
vous souhaitez transformer en
DivX, la manipulation est la
même dans tous les cas.
Attention, vérifiez bien que les
codecs audio (MP3, Ogg…) et
vidéo (ASF, DV, DivX, Xvid…)
soient installés sur votre machine avant de commencer.
Dans Virtualdub, ouvrez votre
vidéo avec le menu File/Open
vidéo file…
Si vous ne voulez pas toucher à
sa bande son sélectionnez
Audio/Avi Audio puis Audio/Direct
Stream Copy. Si vous souhaitez
re compresser la partie audio
sélectionnez Audio/Avi Audio
puis Audio/Full processing mode.
La partie vidéo allant être recalculée activez l’option Video/Full processing mode. Allez ensuite dans
les menus Video/Compression…
et Audio/Compression… pour
définir les paramètres d’encodage de la partie Video et Audio.
Dans la fenêtre Select video compression, choisissez le codec qui
vous convient et ajustez ses
paramètres en cliquant sur le
bouton Configure. Faites de
même dans la fenêtre Select
audio compression en choisissant un codec de sortie MP3.
(Lame par exemple). Une fois
tous les paramètres définis, lancez l’opération en appuyant sur
F7 ou Save as AVI.
II : Changer le codec d’un film,
redimensionner un film
La procédure pour changer le
codec d’un film est exactement
la même qu’à la partie précédente. Veillez juste a sélectionner
Audio/Avi
audio
et
Audio/Direct stream copy pour
ne pas toucher à la bande son
du film. Ouvrez votre fichier
vidéo DivX ou Xvid avec
File/Open video file puis sélectionnez Video/Full processing
mode. Allez ensuite dans
Video/Compression puis choisissez le codec adéquate et
définissez ses paramètres avec
le bouton Configure. Lancez
<90>
Hardware magazine octobre/novembre 03
l’encodage du film en appuyant
sur F7 ou File/Save Avi.
Pour redimensionner un film,
suivez également cette procédure. Ouvrez le film, sélectionnez Video/Full processing
mode,
Audio/Avi
audio,
Audio/Direct stream copy, puis
allez dans Video/Filters…
Cliquez sur Add et sélectionnez le filtre resize. Entrez la
nouvelle résolution, le mode du
filtre, validez puis lancez l’opération en appuyant sur F7 ou
File/Save AVI.
Pense-bête
Tous les logiciels cités dans ces didacticiels peuvent être facilement trouvés par
une recherche sur un browser de recherche Internet. Mais voici quand même
quelques liens pour gagner du temps ainsi
que quelques définitions.
Site Web :
www.dix-digest.com : site répertoriant des
centaines de liens vers les logiciels nécessaires à l’encodage et des tutoriaux disponibles
sur le web
www.dvdrhelp.com, www.vcdhelp.com : des
logiciels et codecs disponibles en téléchargement et toutes sortes de didacticiel pour manipuler la vidéo
www.doom9.org : didacticiels et dossiers
en tout genre
www.divx.com, www.xvid.org : sites officiels du DivX et du Xvid
www.broadq.com : pour lire des DivX sur
une PS2
www.divxnetworks.com/products/divx_gam
ecube _sdk.php : pour lire des DivX sur une
GameCube
Logiciels :
Ripper : DVD Decrypter, SmartRipper
Drivers ASPI : www.nero.com, www.adaptec.com
Encodeur : Virutaldub, Nandub, Guardian
Knot, AutodubXP, TMPGenc, FlaskMpeg,
NeoDivX, Mpeg2avi, DrDivX (payant),
Davideo Professional (payant), DivX Video
Puplicator (payant)
Outils audio : HeadAC3he, Besweet,
Vob2audio, Lame
Décodeurs : DVD2avi, FlaskMpeg
Sous-titres : Vobsub, Subrip
DVD Region free : DVD Genie
DivX identification : Gspot, AviCodec
Définitions :
AC3 : format de son le plus courant sur un
DVD. Il existe la version 1.0, 2.0 (stéréo), et
la 5.1 (surround)
BivX : un film BivX est un fichier AVI en DivX
;-) contenant plusieurs pistes son, anglais
et français par exemple
VOB : les fichiers VOB que l’on trouve sur les
DVD sont des fichiers contenant plusieurs
flux multiplexés : un flux pour le film, un pour
l’audio au format AC3, un pour les sous-titres et parfois un en Mp2. Chaque flux possède un code hexadécimal qui indique sa
position (0xE0 à 0EF pour le film par exemple). Ces fichiers sont lisibles avec la majorité des players DVD depuis le disque dur
Frame : une frame est tout simplement une
image
Keyframe : une image clé qui marque un changement dans le déroulement d'une animation.
Bitrate : taux d’encodage exprimé en kbps.
Une Bitrate élevé améliore la qualité du film
ou de la bande son mais les rend naturellement plus lourds en Mo
I-frame, P-Frame, B-Frame : Une I-frame
est une image encodée uniquement à partir
de ses propres informations. Une P-frame
est une image qui se base sur des images
la précédent pour sa compression, que ce
soit des I-frames ou des P-frames. Une Bframes s’appuient quant à elle aussi bien
sur des images situées avant ou après elle
dans la vidéo. Ce dernier type de frame
améliore sensiblement la qualité d’image
Sub, Srt, Ssa : formats de fichiers sous titres
AVI : format d’encapsulation vidéo qui a l’avantage de laisser le libre choix du codec
audio et vidéo. D’ou l’excellente association du DivX et du MP3.
CD/DVD Hybride : un CD ou un DVD hybride est un média qui contient différents
types de fichiers comme de la vidéo des
photos et de la musique
Entrelacé : L'affichage d'une télévision est dit
entrelacé, c'est à dire que l'affichage des 625
lignes de l'image se fait en deux temps (deux
trames paire et imapaire) au rythme de 50
demi images par seconde (en PAL), soit 25
images complète par seconde. Les fonctions
Progressive Scan des platines DVD permettent de recombiner ces deux trames et de
fournir une image non entrelacée, donc plus
fluide. Cette fonction sert essentiellement sur
les vidéoprojecteur pour le moment.
Profils de certification du DivX 5
Profils
Type de
périphérique
Résolution
max
B-frames
Interlaced
Bitrate max
Handled
Montres
numériques,
téléphones
portables
176x144 @ 15 fps
non
non
128 Kbps
Portable
PDA, baladeurs
Home
Theater
Platines DVD,
Consoles, PC
352x240 @ 30 fps
oui
non
768 Kbps
720x576 @ 25 fps
oui
oui
4000 Kbps
High
Definition
Appareils
haute définition
1280x720 @ 30 fps
oui
oui
8000 Kbps
Hardware magazine octobre/novembre 03
<91>
>
dossier
DivX
LES PLATINES
DIVX
Lancé en fin d’année 2002 par Kiss Technology, le marché des platines DivX
est en plein essor et les produits débarquent aujourd’hui en masse chez les
revendeurs. Que valent ils réellement et peuvent ils combiner les fonctions
de lecture vidéo d’une véritable platine DVD et d’un PC ? Pour répondre à
ces questions nous avons passé sept produits aux bancs d’essai.
Avant d’aller plus loin, rappelons
que toutes les platines de salon
DivX vendues actuellement et
testées dans ce dossier sont
construites autour de la puce de
compression/ décompression
vidéo EM8500 de Sigma
Designs. Ainsi, bien que le look
des platines, leurs connectiques,
leur lecteur CD/DVD, leur firmware et leur électronique peuvent
variés, elles ont toutes plus ou
moins les mêmes fonctionnalités
théoriques de lecture vidéo et
audio. C’est pour cette raison
que notre comparatif change du
schéma classique que vous avez
pu voir dans le magazine jusqu’à
maintenant. Nous avons préférez
vous donnez des fiches et des
tableaux récapitulatifs de leurs
spécifications et de leur performances puis en parler de manière plus générale dans ce texte.
Notez également que nous avons
flashé toutes ces platines avec le
dernier firmware qui était alors
disponible.
Des platines
avec beaucoup
de points
communs
Ne serait ce que par les photos,
on peut déjà se rendre compte
des similitudes existantes entre
<92>
certains produits. Les platines
Akai et Tendance ont par exemple le même design. La seule différence vient de la deuxième
prise casque en façade qui a été
remplacé par une prise microphone sur le modèle Tendance.
On remarque également en
ouvrant les quatre appareils
Sigmatek, Akai, Tokai et
Tendance que leurs entrailles
sont identiques. Elles présentent
le même circuit d’alimentation et
leur lecteur CD/DVD vient du
même constructeur. Ces platines
ont en conséquence un panneau
de connectique arrière similaire.
Quant aux télécommandes,
Tendance et Sigmatek offrent le
même modèle tout comme Akai
et Tokai. Une fonction nommée
Progressive Scan est aussi intégrée à ces sept modèles. Elle est
utile surtout sur les vidéo projecteurs à partir des sorties
Component ou Scart et améliore
la qualité d’image.
Fonctions
principales des
platines
Après un flashage de firmware
en règle, les sept platines sont
théoriquement capables de lire
les formats Pal/Ntsc (16 :9 et 4
:3) suivants : DVD-Vidéo, VCD,
SVCD, Mpeg-4, DivX 3.11, DivX
4, DivX 5 (sans QPel), Xvid (sans
QPel). Cô
té audio, elles acceptent toutes le BivX et savent
Hardware magazine octobre/novembre 03
gérer les flux Dolby Digital/DTS,
PCM et MP3 (ID3-tag compris).
Certaines ajoutent le support de
l’Ogg ou du Wma mais uniquement dans un fichier audio et
non dans une vidéo, ainsi que la
création de playlist. Toutes peuvent lire les sous titres soit au
format Sub ou Srt. Et pour la
photo, c’est le format Jpeg qui a
été retenu. Quant à la compatibilité des CD et DVD gravés, elle
est assurée en CD-R/RW (74 et
80 mins) et DVD-R/RW sur toutes les platines mais pas en
DVD+R/RW. Seules quelques
une liront les médias hybrides.
Notez par ailleurs que l’avance
et la recherche rapide sur les
DivX sont supportées, soit par
des sauts de quelques dizaines
de seconde soit par un indice de
temps à entrer manuellement.
Conclusions et
choix de la
rédaction
D’une manière générale, toutes
ces platines DivX sont au point.
Certes, il existe encore quelques
défauts et incompatibilité mais
ils seront tô
t ou tard corrigés par
des mises à jour de firmware. Et
si on les compare à des platines
DVD traditionnelles, elles n’ont
rien à leur envier. Cela dit, parmis ces sept platines, le vainqueur est sans aucun doute la
DP-500 de Kiss Technology.
Tout d’abord par son design,
TOUTES LES PLATINES DIVX
PRÉSENTÉES DANS CE DOSSIER
SONT CONSTRUITES AUTOUR LA
CETTE PUCE DE SIGMA DESIGNS
EM8500.
bien que ce ne
soit
qu’une
question de goût,
mais surtout par sa
compatibilité totale
avec le DivX 3.11 ;-). Cette platine possède en effet un peu
plus de puissance de calcul que
les six autres. Ainsi, puisque la
décompression des DivX 3 se
fait de façon logicielle et non
matérielle contrairement aux
DivX 4 et DivX 5, elle n’a aucun
problème à lire ces vidéos. Les
autres platines peinent quant à
elle à lire des DivX 3 avec un
bitrate supérieur à 1000Kbps.
Cela se traduit par des images
figées ou des désynchronisation du son et de la vidéo. En
plus de cette énorme avantage,
la DP-500 à un autre atout de
taille, son port Ethernet. Plus
besoin donc de graver les films
sur CD ou DVD, la platine les lira
directement à partir du disque
dur de votre PC via le réseau.
Au final, et pour seulement 80 €
de plus que ses concurrents, la
DP-500 est d’après nous le
meilleur et le seul choix à faire
actuellement. Mais si vous voulez faire économique, nous
vous conseillons avant tout le
modèle Liteon. Autrement,
choisissez tout simplement
celle que vous trouverez au
meilleur prix et qui correspond à
vos besoins (voir tableau),
sachant que la DP-450 à été
vue à 145 € sur le net.
Les autres
et futures
platines DivX
Pour ce test, trois platines n’ont
pas pu être testées. Il s’agit des
modèles Yamada, H&B (identique à la DP-450) et Napa. Notez
qu’elle sont elles aussi basées
sur la puce EM8500.
En ce qui concerne les futurs produits, de nombreuses annonces
ont été faites et quelques modèles devraient déjà être sortis au
moment où vous lirez ces lignes.
C’est le cas de la DVR-50 de
Jamo (EM8500) qui est vendu
avec un kit d’enceintes 5.1, et la
DVD737 de Phililps. Cette dernière a la particularité d’utiliser la
nouvelle puce Vibratto d’ESS et
non pas la EM8500. JVC s’apprêterait également à commercialiser sa XV-NP1SL basée sur le
Vibratto. Elle devrait intégrer un
lecteur de cartes mémoires et le
support du WMA. La firme
Cyberhome à aussi annoncé une
platine développés autour du
Vibratto et qui supportera les
fonction degriping et deblocking
du DivX.
Fort de sa maturité sur ce marché, la société Kiss Technolgy va
quant à elle frapper un grand
coup d’ici la fin de l’année en sor-
tant pas moins de sept nouvelles
platines. La DP-470, l’évolution
de la DP-450, possèdera un
Tuner radio FM/AM. La DP-508,
évolution de la DP-500 s’enrichit
d’un disque dur de 80 Go. La
DP-558 sera une DP-508 avec
un Tuner TV intégré. Elle pourra
donc capturer des émissions TV
(Mpeg-2) sur son disque dur et
planifier des enregistrements. La
DP-1000 est une DP-450 au format slim. Viens enfin la série la
DP-1500 qui sera déclinée en
trois versions. Elles seront toutes
au format slim et supporteront
un port Ethernet ainsi qu’un port
PCMCIA avec lequel il sera possible d’installer une carte Wi-Fi.
La DP-1500 se dispensera de
disque dur, contrairement à la
DP-1504 et la DP-1508 qui
auront un lecteur de 40 et 80 Go.
Rdv dans les prochains numéros
où toutes ces platines seront
testées !
LES FUTURES PD-1500 ET DP-558 DE KISS TECHNOLOGY. LA PREMIÈRE
AFFICHE UN FORMAT SLIM, UN PORT ETHERNET, UN LECTEUR DE CARTES
MÉMOIRES ET UN DISQUE DUR EN OPTION, LA SECONDE INTÈGRE UN TUNER TV,
UN PORT ETHERNET ET UN DISQUE DUR DE 80 GO. ALLÉCHANT NON !?
Hardware magazine octobre/novembre 03
<93>
>
dossier
DivX
X-100
DV-PX7000
Prix : 200 Euros
Prix : 200 Euros
Caractéristiques
Caractéristiques
Constructeur : Sigmatek
Sorties audio : 2xRCA, Coaxial, Optique
Sorties vidéo : Component, Composite, S-Video, Scart
Site Web : www.sigmatekcomputer.com
Constructeur : Akai
Sorties audio : 2xRCA, Coaxial, Optique
Sorties vidéo : Component, Composite, S-Video, Scart
Site Web : www.akai.com
Après une première version fournie avec la même télécommande que Akai
et Tokai, la platine Sigmatek a corrigé le tir récemment. Elle se distingue très
peu de ses concurrentes si ce n’est par son design.
La télécommande fournie avec l’appareil est de très mauvaise facture.
Puisqu’elle offre la même compatibilité audio et vidéo que les modèles
Sigmatek et Tokai, elle a donc moins d’intérêt.
+ : Sorties Component, Playlist MP3
- : DivX 3.11 inutilisables, navigation impossible dans la
+ : Sorties Component, Playlist MP3
- : DivX 3.11 inutilisables, télécommande, navigation
bibliothèque audio pendant la lecture
DVD-550DX
impossible dans la bibliothèque audio pendant la lecture
LVD-2001
Prix : 220 Euros
Prix : 175 Euros
Caractéristiques
Caractéristiques
Constructeur : Tokai
Sorties audio : 2xRCA, Coaxial, Optique
Sorties vidéo : Component, 2 Composite, S-Video
Site Web : www.tokai.fr
Constructeur : Liteon
Sorties audio : 2xRCA, Coaxial, Optique
Sorties vidéo : Component, Composite, S-Video, Scart
Site Web : www.liteonit.com
La platine Tokai souffre des mêmes critiques que la Akai. Son design n’est
de plus pas à son avantage. On notera la présence de boutons de navigations ajoutés au dessus de l’appareil.
La platine Liteon est une bonne affaire. Elle se démarque par son lecteur
de cartes mémoires Compact Flah, Smart Media, Memory Stick, SD Card
et Multimedia Card avec lesquels vous pourrez lire vos photos, un support
parfait des sous titres, et un meilleur prix.
+ : sorties Component, Playlist MP3
- : DivX 3.11 inutilisables, design, télécommande, navigation
+ : télécommande, lecteur de cartes mémoires, prix
- : DivX 3.11 inutilisables, bruit du lecteur CD/DVD, pas de
dans la bibliothèque audio
<94>
sortie péritel (SCART), navigation impossible dans la
bibliothèque audio pendant la lecture
Hardware magazine octobre/novembre 03
X-500
DP-450
Prix : 210 Euros
Prix : 200 Euros
Caractéristiques
Caractéristiques
Constructeur : Tendance
Sorties audio : 2xRCA, Coaxial, Optique
Sorties vidéo : Component, Composite, S-Video, Scart
Site Web : www.tendance.info
Constructeur : Kiss
Sorties audio : 2xRCA, Coaxial, Optique
Sorties vidéo : Composite, S-Video, Scart
Site Web : www.kiss-technology.com
Malgré ses fortes ressemblances avec les platines Tokai, Sigmatek et plus
particulièrement Akai, elle est la seule à avoir pu lire les sous titres sans problèmes. Mais son prix ne lui permet pas de profiter de ce petit avantage.
Si vous n’avez pas besoin de sorties Component ni du support des médias
hybrides, la DP-450 remplira très bien sa fonction. D’autant plus qu’elle a été
vu à 145 € chez Rue du Commerce.
+ : sous titres, sorties Component, Playlist MP3
- : DivX 3.11 inutilisables, navigation impossible dans les
+ : Design/finition, sous titres
- : Media hybride incompatibles, pas de sorties Component,
pas de Playlist MP3
bibliothèques multimédias pendant la lecture audio
DP-500
Prix : 280 Euros
Caractéristiques
Constructeur : Kiss
Sorties audio : 2xRCA, Coaxial, Optique
Sorties vidéo : Composite, S-Video, Scart
Site Web : www.kiss-technology.com
La DP-500 remporte haut la main ce comparatif. Même si vous ne possédez
pas de carte réseau elle est tout aussi intéressante grâce au support du DivX
3.11 ;-). Notre conseil est d’opter pour cette platine même si l’investissement
est plus conséquent ou d’attendre les futurs modèles du constructeur et
autres produits à base de Vibratto.
Platine
Sigmatek
X-100
Akai
DV-PX7000
Tokai
DVD-550DX
Liteon
LVD-2001
Tendance
X-500
Kiss
DP-450
Kiss
DP-500
0 : TEST OK
+ : Design/finition, compatibilité totale des DivX 3.11, sous
titres, port Ethernet, WebRadio
- : Medias hybrides incompatibles, pas de sorties Component,
pas de Playlist MP3
DivX 3
DivX 4
DivX 5
(sans
QPel)
Xvid
(sans
QPel)
BivX
Sous
Titres
(Sub, Srt)
Mp3/Ogg
/Wma
Mp3/Ogg
/Wma
dans Avi
Média
hybride
DVD+R/
RW
_
0
0
0
0
_
0/_/X
0/X/X
0
0/_
_
0
0
0
0
_
0/_/X
0/X/X
0
0/_
_
0
0
0
0
_
0/_/X
0/X/X
0
0/0
_
0
0
0
0
0
0/_/X
0/X/X
0
0/0
_
0
0
0
0
0
0/_/X
0/X/X
0
0/_
_
0
0
0
0
0
0/0/X
0/X/X
X
0/0
0
0
0
0
0
0
0/0/X
0/X/X
X
0/0
_ : PAS AU POINT
X : TEST ÉCHOUÉ
Hardware magazine octobre/novembre 03
<95>
>
dossier
DivX
ARCHOS AV 340
Après son JukeBox Mulitmedia et ses AV100, des baladeurs multimédia compatibles DivX/Xvid,
Archos récidive avec la série AV 300. Au programme, plus de capacité, écran LCD plus large
et plus de fonctionnalités de capture audio et vidéo. Son prix élevé en vaut il la peine ?
La série AV300 d’Archos se décline en
trois modèles se distinguant par la taille
de leur disque dur à savoir 20 Go pour
l’AV320, 40 Go pour l’AV340 et 80 Go
pour l’AV380. Ils présentent tous les
mêmes caractéristiques et une interface
USB 2.0. Ils sont compatibles avec les
formats Mpeg-4, DivX 4, 5 (Sans Qpel et
GMC) et Xvid (sans QPel) côté vidéo, et
avec le MP3 côté audio. Le support des
flux Dolby Digital/DTS (AC - 3) n’est en
revanche pas au programme. Une des
principales améliorations par rapport aux
modèles Jukebox Multimedia et AV100
vient de l’écran LCD dont la taille est nettement plus grande et atteint 3.8 pouces
soit environ 8 cm sur 6 cm. Relativement
lourds, les AV300 affichent un design et
des finitions soignés. Ils supportent 5
boutons ainsi qu’un petit joystick de
<96>
navigation sur leur façade frontale. Tous
les ports audio et vidéo nécessaires sont
disponibles (voir fiche technique) et une
petite extension amovible nommé DVR100 vient se connecter sur le port propriétaire de l’Archos afin de capturer de
la vidéo à travers ses ports Composite
ou S-Vidéo. Celui-ci supporte également
un récepteur infra rouge indispensable
pour utiliser la télécommande livrée avec
le produit. Les AV 300 ne sont pas donnés puisque le modèle 20 Go est vendu
800 €, le modèle 40 Go 890 € et le 80 Go
1000 €. Deux accessoires à plugger de
la même manière que le DVR-100 sont
également commercialisés en option :
l’AV Camera 300 qui sera disponible prochainement et qui fera office de caméra/appareil photo 3.3 Mégapixels (Zoom
optique 3x-10x), et le CompactFlash
Hardware
octobre/novembre
03
PC magazine
UPDATE - MAI/JUIN
2003
Readers, un lecteur de carte mémoire
CompactFlash, SmartMedia, Multimedia
Card et Memory Stick proposé à 40 €.
Notez par ailleurs qu’un casque stéréo
est fourni dans le pack et qu’un câble à
interface FireWire grâce au câble vendu
par Archos en option à 80 €.
Un véritable
centre multimédia
L’AV340 est très simple d’usage.
L’excellente ergonomie de l’appareil et
de son OSD permet de le prendre en
main rapidement. De nombreuses
options sont proposées aussi bien au
niveau des propriétés de lecture audio
(égaliseur, mode de lecture..) et vidéo
(Standard TV, sortie vidéo, luminosité/contraste/ saturation/teinte..) que
AV 340
Prix : 890 Euros
Caractéristiques
Interface : USB 2.0, FireWire (Option)
Ecran : 3.8 pouces couleur
Disque dur : 40 Go
Entrées vidéo : Composite, S-Vidéo
Sorties vidéo : Composite, Scart (adaptateur)
Formats vidéo : Mpeg-4, Xvid, DivX 4 et 5 (sans QPel et GMC)
Résolution vidéo max en lecture : 640x368 @ 25 fps en Pal,
640x304 @ 30 fps en Ntsc
Acquisition vidéo max : 320x240 @ 25 fps en Pal,
304x224 @ 30 fps en Ntsc
Entrées audio : 2x RCA, Spdif, microphone intégré
Sorties audio : 2x RCA, Spdif
Formats audio : MP3 (CBR, VBR)
Lecture audio : de 30 à 320 kbps
Acquisition audio : de 30 à 160 Kbps
Formats photo : Jpeg (excepté progressif), Bmp
Dimensions : 112x82x31 mm
Poids : 350 g
Archos montre une fois de plus son savoir faire avec cette série AV300.
Très polyvalents et aussi simple que complet à l’usage, ces baladeurs
multimédia vous suivront dans tous vos déplacements. On pourra
regretter l’absence du support des DivX 3, des sous titres, du flux audio
AC-3 et de résolutions supérieures pour que les vidéos capturées
soient exploitables sur PC, mais par défaut il ne manque pas grandchose. Cela dit, le prix des AV300 en refroidira plus d’un. Mieux vaut
donc être certain d’utiliser le produit fréquemment et au maximum de
ses possibilités avant d’acheter.
+ : Ergonomie, polyvalence, qualité d’affichage
- : Prix, pas de DivX 3.11, pas de Mpeg-1/2, pas de Wav, Ogg
ou Wma, pas d’AC-3, pas de sous titres
des propriétés d’acquisition
(Bitrate, ratio d’image…). En
mode PC, il s’utilise de la même
façon qu’un disque dur traditionnel et est détecté comme un
lecteur à part entière dans le
poste de travail de Windows.
Vous pourrez donc transférer
des fichiers audio, vidéo ou
photo à partir d’un simple déposer/glisser de fichiers, pas
besoin de logiciel d’exploitation
ni de drivers. La qualité d’image
obtenue sur l’écran LCD lors
des tests de lecture vidéo et
photo est plus que satisfaisante.
Aucun défaut particulier n’a été
remarqué à ce niveau en DivX
RealMagic
XCard
La REALMagic XCard de Sigma Design est la seule
carte de décompression vidéo Mpeg-DivX PCI disponible sur le
marché. La carte gère le MPEG-1, 2, et 4, le DivX 3.11, 4.02 et supérieur, elle atteint une résolution Broadcast de 720*576 et ressort les
signaux audio DTS et 5.1. Deux options du DivX 5 ne sont pas supportées, le Quarter Pixel et le Global Motion Compensation. La
carte est compatible Pal/Pal60/Ntsc et lit le DVD-Video, le
Superbit™ DVD, le SVCD et le VCD. Au niveau des connectiques,
rien ne manque si ce n’est le DVI. Mais la Xcard se destine surtout
à envoyer un signal vidéo vers une télé. On trouve ainsi en externe,
une entrée et une sortie VGA, une sortie TV S-Video/Composite, et
deux sorties audio, une S/PDIF RCA et une mini jack. Les connectiques internes de la carte sont une Line Out, une S/PDIF Out, une
S/PDIF In, une Digital Vidéo Out et SCART A/V Out (terminaison
péritel). En bref, il est possible d’envoyer des films sur une télévision, sur un second écran ou sur le moniteur principal en utilisant
très peu de ressources systèmes. Les tests effectués ont donnés un
taux d’occupation processeur moyen de 20% sans la Xcard lors de
la lectur d’un DivX, et de 5% avec. De même pour la lecture DVD.
La carte devient alors très intéressante pour les petites configurations équipées d’un Pentium II ou d’un K6-2 qui pourront lancer
plus facilement des applications 2D ou 3D dans le même temps et
avoir un film parfaitement fluide. Ce multitâche a parfaitement bien
fonctionné et nous a permis de jouer à Quake III ou à Morrowind
pendant la lecture d’un Divx 5 à haut Bitrate. Mais ne pensez pas
améliorer la qualité d’affichage des DivX ou des DVD si vous possédez déjà l’équivalent d’une Geforce. Le résultat est sensiblement
identique. La Xcard s’exploite à travers le logiciel Xmedia Player qui
s’avère très complet. Il permet entre autre de créer des playlists,
d’affiner la luminosité, le contraste ou la saturation de l’image et de
sélectionner la source ou le format vidéo. L’autre atout de la carte
vient de sa télécommande qui regroupe toutes les fonctions nécessaires pour interagir à distance avec les DVD, la TV ou les DivX.
Pour ceux qui l’avaient déjà oublié, il faudra réactiver votre port
série. Dommage qu’elle ne supporte pas l’encodage. La Xcard est
vendu au prix de 115 € et sera parfaite pour transformer une machine peut puissante en PC home Cinema.
ou en Xvid à partir du moment
où les propriétés du film respectent celles de l’appareil.
En ce qui concerne l’acquisition
vidéo, la encore aucun problème. Que ce soit avec une télévision, une console de jeu, un
magnétoscope, un caméscope
ou toute autre source analogique, la qualité des captures se
montre parfaitement adaptée au
lecteur. En revanche, les vidéos
crées seront peu exploitables
sur PC en raison de leur petite
Hardware
octobre/novembre
03
PC magazine
UPDATE - MAI/JUIN
2003
résolution. L’enregistrement de
fichiers audio, que ce soit à partir de sources externes ou du
microphone intégré en mode
Dictaphone, est également au
point. Quant à l’autonomie de la
batterie rechargeable Lithium,
elle est d’environ 3 heures en
lecture vidéo et plus du double
en lecture audio.
Archos livre par ailleurs un outil
logiciel permettant de redimensionner vos films afin de les rendre compatibles avec le lecteur.
97>
<97
>
choisir
CPU et GPU,
comment ça
marche ?
Ces 2 composants se trouvent dans chaque PC. Ils sont
généralement très convoités car à eux 2, ils interviennent
fortement dans les performances de la machine. Mais savezvous comment ils fonctionnent ?
Textes : Tridam
Des bouliers
faits de sable !
Un microprocesseur ne serait-il rien d'autre qu'une espèce
de château de sable ? Difficile à imaginer… Et pourtant, ceci
est moins loin de la réalité qu'il n'y paraît !
vant de s'intéresser en détail au
CPU et au GPU, il est utile de
rappeler le principe de fabrication et de fonctionnement d'une puce
électronique. Ce qui se passe à l'intérieur relève du mystère total pour bon
nombre d'utilisateurs d'ordinateurs. A
première vue, il est même difficile de
s'imaginer qu'il peut se passer quelque
chose à l'intérieur de ces petits composants. Et pourtant, il s'y passe énormément de choses ! Ces puces électroniques peuvent maintenant contenir plus
de 100 millions de composants élémentaires, les transistors.
A
Le transistor
Un transistor est un élément qui laisse
ou non passer le courant suivant les
conditions dans lesquelles il se trouve.
<98>
Hardware magazine octobre /novembre 03
Vu comme ça, ce n'est pas très parlant.
A quoi cela peut-il bien servir ?
Principalement à 2 choses. La première
est que cette action de laisser passer le
courant ou pas est un élément basique
de logique qui peut-être interprété de
cette manière : "si le courant passe
alors… sinon…". La seconde est que
les 2 états définissent un langage.
Celui-ci est le fameux langage binaire.
Ce sont ces 2 "principes" qui ont
donné vie à la puce électronique.
Le langage binaire
Dans la réalité qui nous intéresse, il n'y
a pas que le chiffre 0 et le chiffre 1.
Malheureusement, un transistor ne possède que 2 états. Il ne peut donc représenter que ces 2 chiffres : 0 et 1. Ce qui
impose l'utilisation du langage binaire,
c'est-à-dire de la base 2. C'est à la fois un
problème et un gros avantage.
Le problème est qu'il faut tout traduire sous
forme de 0 et de 1. En mathématique ceci
porte le nom de changement de base.
Dans la vie courante, nous utilisons
presque exclusivement un système en
base 10. Ce système de base 10 s'est
imposé car il est le plus simple à manipuler
à notre échelle. Il représente un très bon
compromis entre le nombre de chiffres et la
longueur des nombres formés par ces
chiffres. Retenir 10 signes différents (de 0 à
9) n'est pas trop compliqué et permet, par
exemple, avec la combinaison de 3 d'entre
eux de former "999". En langage binaire,
représenter "999" demande d'utiliser 10
signes ! Ce qui nous compliquerait fortement la vie… De la même manière, si nous
devions former les nombres à l'aide de 20,
50 ou 100 signes différents, il y aurait de
quoi devenir fou ! La base 10 est donc un
compromis qui nous convient bien. Ceci
fait que la base 2 nous semble abstraite et
que personne (excepté quelques aventuriers) n'a envie de l'utiliser dans la vie courante. Quand nous utilisons un ordinateur,
Avant d'aller plus loin…
…il est nécessaire de bien comprendre le fonctionnement de base d'un système de transistor
qui n'est rien d'autre qu'un système d'arbre de possibilités. Pour ce faire, rien de tel qu'un
petit exemple pratique. Imaginons un système destiné à multiplier 2 nombres qui peuvent
être 0 ou 1. La solution ne peut donc être que 0 ou 1. Si un des 2 nombres est 0, la réponse
sera 0, sinon elle sera 1.
Ces nombres peuvent être représentés par des transistors qui laissent ou pas passer le
courant. Le nombre 1 sera ainsi représenté par un transistor qui laisse passer le courant.
Alors que le nombre 0 correspondra à une absence de courant. Le système de calcul
peut, lui, être représenté de la sorte : si un des transistors ne laisse pas passer le courant,
alors la réponse est 0, sinon elle est 1. Ce système de calcul est composé lui-même de 2
transistors. Le premier observe le premier chiffre. S'il est 0, la réponse est 0. S'il est 1, il
passe le relais au second transistor de calcul qui va observer le deuxième chiffre. S'il est
0, la réponse est 0. S'il est 1, la réponse est 1.
Cet exemple basique représente la logique de fonctionnement d'une puce électronique.
nous ne "pensons" donc pas de la même
manière que lui.
L'avantage est que la base 2 simplifie
énormément de problèmes de mathématique et de logique. Elle permet ainsi de
mettre au point des unités de calcul que
nous ne pourrions même pas songer fabriquer en base 10. Mais ce n'est pas tout :
Hardware magazine octobre /novembre 03
c'est aussi un moyen très efficace pour
stocker des données. Un disque dur peut
ainsi se contenter de magnétiser ou de
démagnétiser une zone minuscule pour
stocker un 0 ou un 1. Imaginez le travail
qu'il devrait faire s'il devait graver les
nombres de 1 à 9 ! Ou les lettres de A à Z !
Poser une série de 0 et de 1 est bien plus
aisé à l'échelle d'un disque dur.
<99>
>
choisir
Une machine à
compter !
Fabriquer une puce
électronique
Un processeur ne travaillant qu'avec des
séries de 0 et de 1, tout ce qu'il peut faire
ce sont des opérations mathématiques
entre ces 2 éléments. Il peut les additionner,
les multiplier, les comparer… La comparaison consiste à faire un choix de type "si…
sinon…". Nous y reviendrons plus tard.
Additionner 2 nombres est à la fois simple
et compliqué. 1 + 1, c'est facile. 123456 +
1, c'est facile aussi. Mais qu'en est-il de
435672 + 891624 ? Et de 749628961 +
285387096 ? Mentalement c'est compliqué.
Il faut s'y prendre avec méthode. C'est de là
qu'est venu le principe du calcul écrit
qu'apprennent les jeunes élèves. En calcul
écrit, peut importe la longueur des
nombres, il suffit d'appliquer la méthode.
C'est presque exactement le même principe qui est utilisé dans un processeur ! Une
unité de calcul fonctionne donc comme une
machine à faire du calcul écrit. Un processeur n'est donc pas "intelligent". Il ne sait
pas compter. Il applique machinalement un
principe répétitif. Ce principe de calcul peut
être mis en forme matériellement à partir
d'un assemblage de transistors.
Assembler tous ses transistors à la main
est bien entendu impossible. Ce serait
bien trop fastidieux d'autant plus que les
transistors doivent être petits. S'ils étaient
d'une taille manipulable à la main, il serait
impossible de faire rentrer un CPU dans un
boîtier d'ordinateur. Il a donc fallu trouver
une technique de fabrication et de miniaturisation de ces transistors.
La complexité des autres opérations varie
plus ou moins de la même manière que
varie la complexité des différentes opérations en calcul écrit. Celui-ci est réellement
un bon moyen de comprendre comment
travaille un processeur. Ainsi, une multiplication sera plus complexe. Et une division
encore plus ! Ceci signifie qu'une unité de
multiplication sera plus lente qu'une d'addition ou qu'elle devra être plus complexe
et utiliser bien plus de transistors.
C'est donc tout
simple ?
Un processeur ne serait donc qu'une
machine qui se sert de transistors pour
calculer comme le font les enfants à l'école. Qui plus est, cette machine travaille
avec le langage le plus élémentaire que
nous puissions imaginer puisqu'il ne
contient que des 0 et des 1. Tout est donc
très simple… Sauf que… les transistors
dont se sert cette machine ne sont pas
présents par 10 par 100 ou même par milliers, mais bien par millions ! Un CPU est
aujourd'hui constitué des 30 à 100 millions
de transistors. Et le dernier GPU de NVIDIA en contient 130 millions. Tous ces
transistors, il faut arriver à les assembler.
C'est là que ça se corse.
<100>
La technique utilisée se nomme photolithographie. En simplifiant fortement le principe,
elle correspond à l'utilisation d'un négatif au
travers duquel est projeté de la lumière. Là
où la lumière arrive, un transistor de très
petite taille sera créé. Ceux-ci sont créés
sur une galette de silicium (wafer). Ce
fameux silicium qui constitue le sable et le
verre est ici présent dans une forme extrêmement pure. Une galette de silicium coûte
donc cher. Ce qui contraints les fabricants à
essayer de placer un maximum de puces
sur la même galette. Ou, vu autrement, à ne
pas fabriquer de puces de très grande taille.
Après que les transistors aient été créés, il
faut les relier entre eux pour former un
réseau qui représentera les diverses parties
de la puce. Notamment les unités de calcul
dont nous vous avons parlé. Ces liens sont
appelés interconnexions. Elles forment une
sorte de labyrinthe très complexe. Ces
interconnexions peuvent être en aluminium
ou en cuivre. L'aluminium a été choisi dès le
départ parce qu'il est plus facile à manier.
Mais depuis quelques années, la cuivre peut
lui aussi être utilisé. Il présente un gros avantage. Tous les conducteurs de courant opposent une résistance au passage de ce courant. Ceci ralenti la vitesse de circulation du
courant électrique et provoque un dégagement de chaleur. Le cuivre oppose une résistance moindre que ne le fait l'aluminium. Des
interconnexions en cuivre permettent donc
de créer des puces qui chauffent moins et
dans lesquelles le courant circule plus vite…
Ce qui n'est pas sans intérêt !
Toujours pour réduire le dégagement de
chaleur, il est possible de réduire la taille
des interconnexions. Plus elles seront
minces mieux ce sera. Cette taille est
représentée par la fameuse finesse de gravure qui accompagne l'évolution des processeurs. Aujourd'hui, la finesse de gravure utilisée par les CPU est le 0.13µ. Mais
d'ici quelques semaines, le 0.09µ fera sa
première apparition !
Hardware magazine octobre /novembre 03
Il faut aller vite !
Si vous voulez représenter une suite de 0
et de 1 de type 101010…, il suffit de successivement laisser passer le courant, de
le couper, de le laisser passer…
Malheureusement, ce n'est pas aussi
simple car il faut également pouvoir représenter d'autres suites, comme celle-ci :
1111000. Comment ne pas la confondre
avec 10 ou 1000000 ? C'est ici qu'intervient la fréquence (les "MegaHertz") de
fonctionnement de la puce. Celle-ci va
observer si le courant passe ou pas à
intervalles réguliers. La fréquence représente le nombre de ces intervalles (qui
sont aussi appelés cycles) contenus dans
une seconde. Plus la fréquence est élevée,
plus une puce pourra traiter rapidement
les données.
Il n'est cependant pas possible d'augmenter indéfiniment la fréquence. Plus la fréquence augmente, plus la chaleur émise
sera importante. Mais ce n'est pas le seul
problème. Le courant électrique a une
vitesse. Il ne peut donc parcourir qu'une
distance limitée en une période donnée. Si
la fréquence est trop importante, le courant n'aura pas le temps de se déplacer, ce
qui causera des erreurs. Réduire la distance entre les transistors est donc un point
très important.
Ceci nous amène à une notion très complexe mais pourtant très importante pour
comprendre la différence entre 2 puces
identiques sur le papier mais dont l'une
serait moins performante que l'autre. 2
fabricants peuvent être tentés de concevoir différemment leur unité de calcul. Il
faut un certain temps pour que le calcul
soit effectué. Temps qui dépend de la distance parcourue par le courant. Si un fabricant utilise des chemins plus longs, son
unité de calcul sera plus lente.
Généralement, on arrondira cette durée de
calcul au nombre de cycle supérieur. Ainsi,
une unité pourra faire une addition en 3
cycles alors qu'il en faudra 4 à une autre. A
fréquence égale l'unité de calcul en 3
cycles sera plus performante. Mais peutêtre que l'unité en 4 cycles permettra d'atteindre une fréquence plus élevée ?
Bref, rien n'est simple ! Mais vous devriez
maintenant avoir un aperçu global du
fonctionnement d'une puce. Il devrait vous
permettre de mieux comprendre les impératifs auxquels doivent répondre les CPU
et les GPU dont nous allons vous décrire le
fonctionnement.
LeCPU
e CPU est la pièce maîtresse d'un
ordinateur. Toujours mis en avant,
c'est lui qui dirige le marché de la
micro-informatique. Tout simplement parce
que c'est le composant que connaît le
mieux la majorité des utilisateurs. Ainsi, par
exemple, si presque tout le monde sait qu'il
y a un CPU (ou processeur) dans un ordinateur, une grande partie du grand public
n'a jamais entendu le mot chipset. Le CPU
est en quelque sorte le chouchou du grand
public. C'est aussi un composant souvent
mis à jour et dont on parle beaucoup. Mais
quelle est exactement sa tâche ?
L
Il trône fièrement au milieu de votre PC.
Mais savez-vous réellement quel est sa
tâche et comment il la réalise ?
Son boulot
Si un ordinateur devait être comparé à un
corps humain, le CPU correspondrait à la
partie du cerveau qui réfléchit et calcule.
Un CPU doit faire tourner les programmes
informatiques. Tout comme une recette de
cuisine est composée de divers ingrédients, ces programmes sont composés
d'une succession d'instructions. Un processeur n'est rien d'autre qu'une machine
à exécuter ces instructions. Son travail est
de le faire bien et vite.
Bien car il ne doit pas faire d'erreur. Une
Hardware magazine octobre /novembre 03
machine à calculer qui ne compterait pas
juste poserait de gros problèmes. C'est la
même chose pour un CPU étant donné
que sa tâche principale est justement de
calculer. Qui plus est, un CPU qui fait une
erreur peut causer un plantage de l'ordinateur, ce qui n'est pas souhaitable.
Vite car nous, les utilisateurs, sommes toujours plus exigeants. Nous voulons que les
programmes s'exécutent rapidement afin
de disposer d'un confort d'utilisation optimal. Plus un CPU est rapide, plus il permet
d'ajouter des éléments de conforts comme
<101>
>
choisir
Unités multimédia
Lorsque le MMX a été introduit, il a été présenté comme une révolution. Et pourtant, il a
fallu du temps avant qu'il ne fasse ses preuves. Aujourd'hui, le MMX est couramment utilisé et un CPU ne le supportant pas serait fortement handicapé. Mais il ne fait pas tout ce
qu'il avait été dit qu'il ferait. Par exemple, Intel n'hésitait pas à dire que le MMX pouvait
remplacer une carte accélératrice 3D. Ce n'était bien entendu pas le cas, il ne faut pas
rêver. Le MMX avait à l'origine un gros défaut : il ne pouvait travailler que sur des entiers.
Or, les applications multimédia et les jeux sont friands de nombres réels. Et c'est l'accélération de ces mêmes applications qui était le but premier du MMX ! Il y avait donc un problème… Ce n'était pas le seul. A l'origine, lorsque le MMX était utilisé, la FPU ne pouvait
plus l'être et passer du MMX à la FPU était très coûteux au niveau des performances. Les
unités multimédia : oui. Leur première implémentation : non !
Partant de ce constat et des faiblesses de ses CPU en calcul flottant, AMD a mis au point
le 3DNow! et l'a intégré, tout comme le MMX d'Intel, dans le K6 afin de disposer d'un
adversaire face au Pentium II. Ce 3DNow! est une sorte de MMX étendu aux nombres flottants. De se côté, Intel n'a pas jugé bon d'intégrer une technologie d'AMD et a préféré
développé le SSE. Le SSE dispose de plus de capacités que le 3DNow!. Il a fait son apparition dans les Pentium III et AMD l'a intégré dans l'Athlon XP.
Avec le Pentium 4, Intel a amené une évolution de son SSE. Le SSE2 peut notamment
faire des calculs plus précis. Il commence à être utilisé massivement dans les jeux et
applications. C'est pour cette raison qu'AMD à une fois de plus intégré l'unité d'Intel dans
ses CPU. L'Athlon 64, l'Athlon FX et l'Opteron disposent donc d'une unité SSE2.
Comme vous pouvez le constater, à chaque génération de CPU intervient une nouvelle
unité multimédia. Ce sera également le cas avec le futur CPU d'Intel, connu sous le nom
de code Prescott. Il amènera une unité qui pourrait s'appeler SSE3. Les plus aguerris
d'entre vous n'auront pas manqué de remarquer que c'est un bon moyen de conserver
la tête du marché. Le temps qu'AMD s'aligne sur les unités d'Intel, celui-ci en propose
une nouvelle…
une interface avancée dans Windows et de
traiter des tâches lourdes comme le traitement des vidéos.
ment une tâche plus compliquée qu'il n'y
parait. Un processeur doit donc pouvoir calculer et déterminer la branche à exécuter.
Comment s'y prend-il ?
De quoi est composé
un processeur ?
Le CPU reçoit des données et les renvoie
une fois traitées. Il puise les données dans la
mémoire centrale et généralement, c'est là
qu'il les renvoie. Lorsqu'un programme est
exécuté, il va envoyer toute une liste d'instructions à réaliser au processeur. Lors du
traitement, le CPU va appliquer les instructions, une par une, aux données. Au préalable, il décodera ces instructions de manière à les transcrire dans son langage de
calcul. Comme expliqué précédemment,
ces instructions sont le plus souvent mathématiques. Mais, de temps en temps, il va
devoir faire un "test", comparer 2 valeurs et
suivant le résultat de cette comparaison,
opter pour un chemin ou pour un autre dans
le programme. Ces chemins portent le nom
de branches et opter pour un chemin
consiste à faire un choix. C'est générale-
<102>
Tous les processeurs sont composés d'un
tas de petites unités. Des unités de calcul,
des unités de contrôle et des unités de
mémoire.
Les unités de calcul
Le CPU le plus basique serait constitué
d'une unité de calcul et d'un système
d'entrée/sortie des données. Les unités de
calcul forment donc le cœur d'un processeur. Ce sont-elles qui font le travail. Pour
augmenter les performances, il suffit donc
d'améliorer ces unités de calcul ou de les
multiplier. En fait, suffit n'est pas le terme
adéquat. Les unités de calcul sont souvent
présentes
en
nombre
suffisant.
Malheureusement, elles sont parfois sousHardware magazine octobre /novembre 03
exploitées et se tournent les pouces régulièrement pour différentes raisons. La principale est que les instructions s'exécutent
une par une. Autrement dit, dès qu'une
instruction ne fait pas appel à une unité de
calcul, celle-ci n'a plus de travail. Pouvoir
traiter des instructions en parallèle est
donc un très bon moyen d'améliorer les
performances. Malheureusement, une instruction dépend généralement du résultat
de la suivante. Elle ne peut donc s'exécuter qu'après. Un petit exemple :
A+B=C
C+D=E
La seconde instruction a besoin de la première. Les deux ne peuvent pas être calculées en même temps. Rajouter des unités de calcul n'est donc pas toujours
intéressant. C'est très coûteux en terme
de nombre de transistors requis, c'est
complexe à intégrer dans le design d'un
processeur et ça n'est pas utile. Donc
pourquoi le faire ? Parce que de temps en
temps, 2 instructions peuvent s'exécuter
en parallèle. Un gain est donc possible.
Mais généralement, il y a d'autres moyens
d'améliorer les performances. Comme
nous venons de le dire, de temps en
temps, les unités se tournent les pouces.
S'arranger pour qu'elles le fassent moins
souvent serait donc intéressant.
Il existe plusieurs types d'unités de calcul.
L'unité arithmétique, l'ALU est la plus
importante. Elle ne peut traiter que des
nombres entiers mais c'est elle qui se
charge des tests conditionnels. C'est donc
cette unité qui fait "tourner" les programmes. Elle se trouve au cœur des CPU
depuis leur apparition.
L'unité de calcul flottant, ou FPU est une
unité de calcul plus générale. Elle peut traiter les nombres réels et n'est donc plus
limitée aux entiers. Qui plus est, c'est elle
qui se charge des opérations complexes
comme les opérations trigonométriques,
les racines… A l'origine, elle n'était pas
intégrée dans le CPU, mais disponible, en
option, sous forme d'un co-processeur
mathématique. Intel a cependant décidé
de l'intégrer à certains des 486 et à partir
du Pentium, tous les processeurs ont eu
droit à leur FPU. Cette unité FPU est mise
à rude épreuve par les jeux et par le multimédia. Image 3D, son et vidéo ont besoin
de cette FPU.
Optimisations du CPU
Pour optimiser un CPU, la technique la plus intéressante est de maximiser l'utilisation de ses unités de
calcul. Pour cela, plusieurs améliorations ont été
apportées aux processeurs au fil du temps et les
constructeurs sont constamment en train d'y travailler.
le bon chois 9 fois sur 10. Mais ce n'est pas suffisant carn la seule
fois où il se trompe peut causer une perte de performances
importante. Les fabricants améliorent donc la prédiction de branchement à chaque génération de CPU.
Le pipeline
Ce terme à priori tout droit issu d'un
film de science-fiction indique qu'un
CPU peut traiter 2 opérations en
parallèle. Une architecture dite
superscalaire est donc par exemple
capable de réaliser une opération
sur les entiers en même temps
qu'une opération sur les réels, ou 2
opérations sur les entiers, ou une
multiplication et une addition…
Bref, elle peut faire plusieurs choses
en même temps. C'est un avantage
certain, mais il faut le relativiser.
Deux opérations ne peuvent s'exécuter en même temps que si elles
ne sont pas dépendantes l'une de l'autre. Et malheureusement, un
certain nombre d'instructions sont dépendantes.
Le principe du pipelining est similaire à celui du travail à la chaîne dont le premier exemple est la
construction de voitures. La carcasse de la voiture
avance sur un rail et se voit ajouter de nouveaux éléments au fur et à mesure de son avancement. Ce
système demande plus de place car une chaîne de
fabrication peut être gigantesque. Par contre la
vitesse de fabrication est fortement améliorée. Ainsi,
si fabriquer une voiture prend 24h, une chaîne qui
utilise 24 étapes de 1h prendra elle aussi 24h pour
fabriquer la première voiture, mais il en sortira ensuite une toutes les heures ! C'est exactement ce qui se
passe dans un CPU. Le rail se nomme pipeline. Si
une opération demande 10 cycles pour s'exécuter,
un pipeline permettra de voir une opération terminée
tous les cycles. Bien entendu, ceci implique qu'il y
ait beaucoup d'opérations à réaliser. S'il n'y en a
qu'une, il n'y a pas de gain.
Le pipeline a également d'autres avantages. Par exemple s'il faut
apporter une modification à l'unité de calcul, au lieu de devoir tout
refaire, il suffit de modifier une des étapes du pipeline. Ensuite,
comme nous vous l'avons expliqué dans la première partie de ce
dossier, le courant électrique met un certain temps pour passer
d'un point A à un point B. Cela limite donc la fréquence maximale.
Pour pouvoir augmenter la fréquence, il faut rapprocher le point A
du point B. Un pipeline, surtout s'il est très long, aide donc à monter en fréquence. En effet, ces différentes parties étant de petits
sous-unités, elles peuvent être rapprochées plus facilement.
Mais il s'accompagne d'un gros désavantage. Imaginez qu'après
avoir déposé la première couche d'une peinture rose sur une voiture, vous changiez d'avis. Du vert serait plus joli. Il va falloir retirer toutes les voitures de la chaîne et remettre la voiture dont la
couleur n'est pas la bonne au début de la chaîne pour pouvoir la
faire repasser dans le poste peinture. La perte de temps est
immense. C'est la même chose dans un CPU. Quand il faut vider
le pipeline pour recommencer une opération, il y a une perte de
temps immense. Mais pourquoi faudrait-il recommencer une opération ? C'est très simple. Un CPU doit couramment faire des
choix entre 2 possibilités (branches) d'un programme. Ce choix
peut prendre du temps. Donc le CPU anticipe le choix en commençant à calculer l'une des possibilités. S'il a choisi la bonne,
c'est tout bonus. Mais s'il choisi la mauvaise, il faut vider le pipeline et recommencer.
Prédiction de branchement
Un CPU doit essayer de vider son pipeline le moins souvent possible et donc de choisir le plus souvent possible la bonne branche
du programme. La prédiction du branchement l'aide à choisir
cette bonne branche. La prédiction de branchement se base principalement sur un principe : il y a de fortes probabilités pour que
la bonne branche soit la même que la précédente. Le système de
prédiction de branchement va donc retenir les derniers branchements qui ont été effectués. Ce système permet au CPU de faire
Le superscalaire
Le traitement non-ordonné
A cause des dépendances, un
CPU ne peut pas toujours tirer
parti de son architecture superscalaire. Le traitement non-ordonné
des instructions permet de modifier
leur ordre afin de maximiser l'utilisation des unités de calcul. Les
résultats sont bien entendu remis
dans la bon ordre à la fin du traitement. Par exemple :
1. A + B = C
2. C x D = E
3. X x Y = Z
Les 2 premières instructions sont dépendantes l'une de l'autre.
Donc le CPU ne pourra pas les traiter en même temps. Il devra
attendre que la première soit terminée avant de faire la seconde
puis la troisième. Maintenant, s'il place l'instruction 3 avant l'instruction 2, il pourra traiter la 1 et la 3 en même temps et ainsi
gagner un temps précieux.
L'HyperThreading
Cette technologie introduite avec
le Pentium 4 3.06 GHz, consiste à
traiter 2 programmes (thread) en
même temps. Il s'agit bien de les
traiter et non de les exécuter. La
nuance est importante. Un CPU
HyperThreading ne peut donc pas
traiter en parallèle une instruction
de chaque programme. Par contre
elle peut les entrelacer. Ce qui
revient grossièrement à donner plus de possibilités au système de
traitement non-ordonné qui peut mélanger les instructions de 2
programmes différents afin d'éviter de perte de rentabilité lorsqu'il
y a dépendance entre 2 instructions.
Hardware magazine octobre /novembre 03
<103>
>
choisir
Les unités multimédia ou unités vectorielles ont fait leur apparition sur le Pentium
MMX. Ces unités se basent sur un principe
: certaines applications doivent effectuer
les mêmes opérations sur beaucoup de
données différentes ce qui laisse de la
place à un traitement en parallèle très rapide. C'est par exemple le cas en vidéo où le
même algorithme de décompression s'applique non pas sur une donnée mais sur un
paquet de données. Les unités multimédia
permettent de traiter plusieurs données en
même temps mais en leur appliquant la
même opération. Par exemple, ce sera
addition pour tout le monde. Les gains
Specs CPU
peuvent être très importants. Le nom unité
vectorielle vient du fait que traiter 3 ou 4
données en même temps revient à traiter
un vecteur dont les composantes correspondent aux données. Ces unités portent
parfois le nom de SIMD pour Single
Instruction, Multiple Data. Ce qui signifie
qu'une instruction est appliquée à plusieurs données.
Les unités de contrôle
Les unités de contrôle sont nombreuses
dans un CPU. Elles servent à alimenter les
unités de calcul. Elles gèrent les échanges
de données entre le CPU et le monde extérieur, les échanges entre unités du CPU et
aussi les unités de calcul elles-mêmes.
Mais leur travail le plus important est la
gestion des instructions. Elles décomposent les instructions en opérations réalisables par le CPU, ce qui porte le nom de
décodage, et "arrangent" les instructions
de manières à ce qu'elles s'exécutent le
plus rapidement possible. Une unité de
contrôle efficace permet donc le bon fonctionnement des unités de calcul. Améliorer
les unités de contrôle permet de mieux alimenter les unités de calcul et donc d'élever les performances. C'est une voie d'op-
* LES ALU DU PENTIUM 4 FONCTIONNENT À DOUBLE VITESSE !
Fréquence
Cache L1
Cache L2
ALU
FPU
Multimédia
Athlon XP
1333 – 2250 MHz
128 Ko
256 Ko
3
3
MMX, 3DNow!, SSE
Athlon XP 'Barton'
1833 – 2200 MHz
128 Ko
512 Ko
3
3
MMX, 3DNow!, SSE
Athlon 64
1800 – … MHz
128 Ko
1024 Ko
3
3
MMX, 3DNow!, SSE, SSE2
Pentium 4 NW
1600 – 3200 MHz
8 Ko + TC
512 Ko
2*
2
MMX, SSE, SSE2
Prescott
… 3400 MHz…
16 Ko + TC
1024 Ko
?
?
MMX, SSE, SSE2, SSE3 ?
<104>
Hardware magazine octobre /novembre 03
timisation très importante. Les unités de
contrôle prennent énormément de place
dans un processeur. Il n'est d'ailleurs plus
inimaginable de voir l'unité de contrôle qui
gère l'unité de calcul être plus "grosse"
que cette dernière !
Les mémoires caches
Un CPU doit communiquer avec l'extérieur,
pour y puiser les données. Malheureusement,
il travaille trop vite et l'extérieur (chipset,
mémoire…) a du mal à suivre la cadence. Ce
phénomène pourrait brider fortement les performances. En effet, si le CPU ne reçoit plus
de données à traiter, il ne peut pas travailler et
doit attendre. C'est pour cette raison que les
processeurs disposent de plusieurs mémoires
caches. Ces petites mémoires ont pour but de
servir de tampon avec l'extérieur afin de réduire la différence de vitesse. Un CPU dispose
généralement de 2 mémoires cache, représentant différents niveaux. Pourquoi ? Pour
augmenter ses performances !
De la même manière qu'il est plus facile de
retrouver un document dans le tiroir de son
bureau que dans une armoire bondée, il est
plus rapide de retrouver une donnée dans un
petit cache que dans un grand cache. Le
cache L1 (de niveau 1) est ainsi très rapide. Ce
cache L1 est généralement scindé en 2. La
première partie stocke des données alors que
la seconde s'occupe d'instructions. Dans un
Athlon, par exemple, il y a 2 x 64 Ko de cache
L1. Dans un Pentium 4, Intel a opté pour une
autre approche. La partie du cache L1 qui
s'occupe des données est présente mais ne
fait que 8 Ko. Elle est donc très petite mais
aussi très rapide. Par contre, le cache L1
FABRIQUER UN WAFER DEMANDE UN OUTILLAGE TRÈS COMPLEXE ET DES SALLES DE TRAVAIL OÙ L'AIR EST FILTRÉ. ICI, LA MOINDRE IMPURETÉ SE PAYE CHER !
Hardware magazine octobre /novembre 03
<105>
>
choisir
censé stoker les instructions a disparu. Il est
remplace par un Trace Cache. Grossièrement,
celui-ci remplit le même rôle. Mais quand nous
y regardons en détail, il apparaît qu'il a un
énorme avantage : il ne retient pas les instructions, mais bien la version décodée de cellesci. Cela signifie qui si le processeur a besoin de
ces instructions une seconde fois, il ne devra
pas les redécoder, ce qui dans certains cas lui
fera gagner du temps précieux.
Même si chez AMD le cache L1 fait un honorable 128 Ko, cela reste restreint. C'est pour
cette raison que tous les CPU utilisent un
second cache, le cache L2. De 64 Ko sur les
Duron, il atteint 1 Mo sur les Athlon 64 en passant par 256 Ko ou 512 Ko sur les Athlon XP.
Chez Intel, les Pentium 4 actuels sont tous
équipés de 512 Ko alors que les Celeron doivent se contenter de 128 Ko.
Recette pour
un CPU performant
En résumé, pour être performant, un CPU a
besoin d'un maximum d'unités de calcul,
d'un système de gestion et d'approvisionnement de ces unités très efficace et d'une
mémoire cache énorme et rapide. Il y a malheureusement des limites théoriques et pratiques à tout cela et les fabricants de CPU
doivent faire des compromis. Par exemple,
plus un cache est grand, moins il est rapide.
Il faut donc faire un choix. Il en va de même
pour toute l'architecture du CPU.
Ce choix se base sur un seul principe : il faut
que le CPU soit capable de faire un maximum
de choses par unités de temps. Il doit donc
pouvoir traiter un maximum d'instructions par
seconde. Il y a deux grandes écoles : aug-
menter la fréquence du CPU ou augmenter le
nombre de choses qu'il peut faire par cycle.
Vous devriez avoir reconnu les CPU Intel d'un
côté et les CPU AMD d'un autre. Avec son
Pentium 4, Intel a clairement visé les hautes
fréquences alors qu'AMD utilise plus le parallélisme de ses unités.
Certains n'hésitent pas à critiquer Intel en
disant qu'il leur faut un Pentium 4 3 GHz pour
atteindre les performances d'un Athlon 2 GHz.
Ces mêmes personnes critiquent Intel en
disant qu'ils n'ont pas optimisé leur CPU.
C'est bien entendu absurde. Si ce n'était pas
le cas, nous pourrions dire qu'il faut à AMD
128 Ko de cache L1 pour atteindre les performances d'un CPU Intel qui n'a que 8 Ko. Ce
qui serait tout aussi absurde. Optimiser son
CPU pour l'aider à monter en fréquence ou
l'optimiser pour qu'il fasse plus de choses par
cycle revient au même. Cela permet d'augmenter ce que le CPU fait par seconde. Intel
et AMD usent d'ailleurs chacun d'un mélange
de ces 2 possibilités.
Autrement dit, il ne faut pas juger un CPU
sur sa fréquence ni sur ce qu'il fait par
cycle, mais bien uniquement sur ce qu'il fait
par seconde, sur son dégagement thermique et sur son prix !
Et le futur ?
Que sont en train de nous préparer les fabricants de CPU ? AMD vient de dévoiler son
Athlon 64 attendu depuis longtemps. Il apporte
le support du 64 bits (le X86-64). Celui-ci permet principalement de faire certaines opérations plus rapidement et de gérer plus de
mémoire nativement. Mais le programme doit
être revu pour pouvoir en profiter.
De son côté, Intel prépare le Prescott, le
successeur du Pentium 4 actuel. Il devrait
apporter un nouveau jeu d'instructions,
une architecture retouchée et un
HyperThreading plus avancé.
Plus globalement, dans le futur, il est probable que les technologies similaires à
l'HyperThreading prennent plus d'importance et que certaines de leurs limitations disparaissent. Il devrait ainsi être possible de
traiter en même temps 2 opérations issues
de 2 programmes différents. Les constructeurs devraient même pousser le principe
plus loin en intégrant directement 2 cœurs
de CPU sur la même puce. Bref, tout cela
couplé à l'augmentation de la fréquence
habituelle, nous fait dire que l'évolution des
CPU ne va pas s'arrêter demain, même si
elle sera limitée un jour ou l'autre. Mais
d'ici-là, d'autres technologies permettront
certainement de reprendre l'évolution !
<106>
Hardware magazine octobre /novembre 03
Le GPU
Avant de détailler la composition
d'un GPU, il est utile de rappeler
comment est créée une image
tridimensionnelle.
La 3D,
comment ça
marche ?
Préparation de la
scène 3D
Cette première étape ne fait pas vraiment
partie du rendu 3D même elle en est à la
base. Elle concerne par exemple le moteur
graphique d'un jeu. Celui-ci va définir la
scène à afficher, quels éléments doivent
être présents, leur position… Ces informations sont fournies par le moteur du jeu suivant la vitesse de l'élément, sa trajectoire
etc.… La position de la caméra (dont nous
voyons l'image sur l'écran) est également
définie. Lors de cette phase, le moteur du
jeu prépare donc un schéma de construction de l'image qui sera utilisé par le système graphique.
Envoi des
informations au GPU
Une fois la scène 3D définie, les données
qui la définissent sont envoyées au GPU.
Les données sont principalement sous
forme de vertex (sommets) des polygones.
Il s'agit donc d'une masse de points représentés par leurs coordonnées dans l'espace. L'envoi des données se fait via le bus
AGP mais en passant par la mémoire centrale. Il y a donc un petit inconvénient à ce
système : les données qui doivent être
transmises au GPU peuvent être très
importantes et outre la bande passante du
bus AGP la bande passante de la mémoire
centrale pour être sérieusement mise à mal.
Ceci n'est pas un très gros problème car
les développeurs de jeux vidéo s'arrangent
généralement pour ne pas saturer l'AGP. Ils
peuvent par exemple précharger les données dans la mémoire de la carte graphique durant le chargement du jeu pour
ne plus avoir à le faire par la suite.
LE CŒUR D'UNE RADEON 9800
Placements des
objets dans le repère
de la scène 3D
Le chip graphique dispose maintenant des
éléments à afficher ainsi que de leur position. Il va commencer par les opérations de
Transformation qui correspondent à un
changement de repère. Elles consistent à
déplacer l'objet pour le positionner dans
l'espace là où il doit être par rapport aux
autres objets. Plusieurs opérations sont
effectuées : translation, rotation et mise à
échelle. Tout cela est réalisé très rapidement par du calcul matriciel sur tous les
sommets (vertex) de tous les objets. Lors de
ces opérations, il sort exactement le même
nombre de vertex qu'il en est rentré. Si un
objet est fortement agrandi, il ne bénéficiera
pas de triangles supplémentaires.
Ensuite vient l'éclairage (lighting). Chaque
vertex reçoit un ou des paramètres qui
Hardware magazine octobre /novembre 03
définissent les effets de lumière qui s'y
appliquent. Beaucoup de paramètres sont
pris en compte. Cela va de la couleur et de
l'intensité de chaque source de lumière de
la scène à la couleur et au matériau de
l'objet auquel appartient le vertex. Ces
opérations demandent énormément de
calculs. Même les GPU actuels se retrouvent facilement à genoux face à de nombreuses sources de lumière.
Ces 2 étapes étaient, avant le premier
<107>
>
choisir
GeForce et le premier
Radeon, réalisées par le
CPU avant l'envoi des
données.
L'intégration
hardware du Transform &
Lighting est destinée à
soulager ce CPU pour
qu'il puisse s'occuper
d'autres choses comme
d'un moteur physique
complexe, d'une IA avancée…
L'anti-aliasing
Dans une scène 3D, un effet désagréable se fait souvent sentir, surtout quand la complexité augmente : l'aliasing. Un écran ne pouvant afficher de diagonales, il les approche
par un "escalier" ce qui produit un effet d'aliasing. Lorsque cet escalier bouge à l'écran,
ce n'est pas très joli. L'anti-aliasing a pour but d'atténuer ce problème en appliquant un
effet de flou sur les diagonales qui posent problème.
La première méthode à avoir été utilisée se nomme supersampling. Elle consiste à calculer l'image dans une résolution supérieure et à la réduire par la suite. L'effet est généralement réussi, mais les performances en souffrent énormément. Qui plus est, cette méthode
a le désavantage d'appliquer du flou sur toute la scène, pas seulement sur les diagonales.
Des textures peuvent ainsi perdre de leur définition ou des textes devenir illisibles.
La seconde méthode se nomme multisampling et a été introduite par 3dfx. Cette méthode offre
bien plus de possibilité. Un multisampling n'est donc pas l'autre ! Nous ne reviendrons pas sur
celui de 3dfx qui est fort différent de l'actuel. Le mutlisampling des Radeon DX9 et des GeForce
FX est très proche. Il consiste, à calculer plusieurs versions différentes d'une même image.
Dans la pratique, ces différentes versions constituent une grande image, comme pour le supersampling. Mais contrairement à celui-ci, elle n'est pas visible car telle quelle, elle serait horrible.
Les différentes images sont formées par le Setup Engine qui va, pour chaque fragment, créer 2,
4, 6 ou 8 samples légèrement différentes. Leur position varie de très peu, mais elle varie. Cette
légère variation va faire que dans le cas où un fragment est masqué par le bord d'un autre, un
ou plusieurs de ses samples pourront être visibles. Cela se traduit par une plus grande précision autour des arrêtes. Précision qui va feindre des arrêtes calculées dans une résolution
supérieure. L'effet d'anti-aliasing est donc réalisé simplement de cette manière. Il n'est pas utile
de calculer le reste du fragment pour chaque sample. Il suffit de le faire une seule fois comme
en rendu classique. Nous avons donc un effet d'aliasing gommé et pas de calcul supplémentaires pour les pixel pipelines. Bref l'idéal. Sauf que il faut transférer toutes les samples supplémentaires dans la mémoire vidéo. Ceci consomme énormément de bande passante mémoire.
Les GPU modernes intègrent un système de compression qui compense ce problème.
Qu'il soit de type supersampling ou de type multisampling, l'anti-aliasing a besoin de
beaucoup de mémoire vidéo. Ainsi, l'AA 6X des Radeon utilise à lui tout seul plus de 100 Mo
de mémoire. Qui a dit que 256 Mo n'étaient pas utiles ?
<108>
Hardware magazine octobre /novembre 03
Des effets
sur les objets
Une nouvelle évolution du T&L a vu le jour
il y a 2 ans. Il est maintenant devenu programmable et se nomme Vertex Shader.
Cela permet aux développeurs de créer
des effets de déformation, d'animation…
très complexes. Habiller les personnages
d'un manteau qui flotte dans le vent est
aujourd'hui possible !
Découpage des
triangles
Le reste du rendu est incapable de travailler avec des vertex. Le Triangle Engine
et le Rasterizer vont se charger de regrouper les vertex en triangles et ensuite
décomposer ces triangles en petits éléments : les fragments. Ceux-ci seront utilisés par le reste du pipeline graphique qui
va calculer leur couleur. A l'écran, vous ne
voyez pas directement les fragments mais
plutôt les pixels. La différence entre les 2
est subtile. En fait, un pixel est composé
de un ou de plusieurs fragments. Un pixel
pourra par exemple être le mélange de la
couleur d'une vitre et du décor qui se trouve derrière. Ces 2 éléments correspondent
à 2 fragments différents qui ont été additionné pour créer le pixel affiché à l'écran.
Cependant, la différence entre fragment et
pixel est rarement évoquée. Souvent, vous
lirez pixel que ce soit pour parler d'un
pixel ou d'un fragment. Il y a donc souvent
une confusion à ce sujet. D'un côté c'est
plus simple de n'utiliser q'un seul mot,
mais d'un autre, cela entraîne une confusion. Nous préférons donc bien discerner
les 2 termes.
Fabrication des
fragments
Enfin, le GPU doit embellir les
fragments/pixels. Il y dépose des décorations (textures) mais aussi des effets de
lumière complexes etc. Cette partie est la
plus visible puisqu'elle influence directement
la qualité de ce que nous voyons à l'écran.
Il ne suffit pas de déposer simplement les
textures sur un fragment. Il faut d'abord calculer les points de la texture qui vont être
utilisés. Plusieurs points de texture sont
nécessaires pour obtenir une bonne qualité
de rendu. Ces différents points de texture
sont mélangés entre eux avant d'être appliqués sur le fragment. Ce mélange se
nomme filtrage et permet d'éviter la pixellisation, phénomène qui fait ressortir de gros
carrés hideux des textures
Les effets d'éclairage basiques sont obtenus par simple interpolation des données
calculées en aval par le T&L ou les Vertex
Shader. Mais d'autres formes d'éclairage
existent. Par exemple, Quake III dépose
une texture de luminosité par-dessus les
autres textures pour feindre un éclairage.
Effets sur les
fragments
Les dernières puces permettent aux développeurs de créer leurs propres effets
grâce aux Pixel Shader ! Ils sont similaires
aux Vertex Shader. La seule différence est
qu'ils s'appliquent aux fragments et
non plus à la géométrie
(composée de vertex). Il devient donc
possible pour les développeurs de créer des
éclairages encore plus
avancés, du bump mapping (simulation de relief
pour améliorer le niveau de
détails des objets) dynamique, et beaucoup d'autres
effets sympathiques.
Fragment es-tu
visible ?
Une fois la couleur réelle du fragment
définie (dans la scène 3D), il est temps
de déterminer sa couleur finale telle
que l'observateur la voit. Il reste donc
encore un paramètre à définir : le fragment sera-t-il visible ? Sera-t-il masqué
par un autre ? C'est cette opération porte
le nom de Depth Testing (test de profondeur). Si plusieurs fragments se superposent, il faut les additionner en leur attribuant un coefficient. Ce coefficient dépend
de la transparence du fragment. Il y a 4
possibilités :
Si le fragment est derrière un fragment
opaque, il sera invisible. Il passe donc à la
trappe et à été calculé pour rien !
S'il est à l'avant plan et parfaitement transparent, il sera invisible.
S'il est à l'avant plan opaque, il sera affiché
tel quel et écrasant si nécessaire le fragment précédent.
Si un des fragments qui se superposent est
partiellement transparent, les différents fragments vont être mélangés suivant des coefficients dépendants de leur transparence.
Et voici le Pixel !
Le pixel final est ainsi formé. Il faut réaliser la même opération pour tous les
pixels de la scène 3D. Ce nombre
peut-être très important suivant la
résolution : près de 2 millions de
pixels (soit en moyenne 6 millions de fragments!) pour
une seule image en
1600x1200
!!!
Ensuite, il faut passer à l'image suivant
et de nouveau tout
r e c o m m e n c e r.
Pour bien
faire, il
f a u t
que le
G P U
puisse
produire
50 images par seconde soit calculer 300
millions de fragments par
seconde ! C'est énorme et c'est pour cette
raison qu'un GPU est très complexe et doit
être parfaitement optimisé.
Hardware magazine octobre /novembre 03
<109>
>
choisir
Le GPU
en pratique
Comme vous venez de le lire, la tâche d'un GPU est multiple. Mais globalement
nous pouvons la scinder en 2 : le traitement des vertex, c'est-à-dire le traitement
des objets envoyés par le CPU, et le traitement des pixel, c'est-à-dire la fabrication de l'image. Le Setup Engine joue en quelque sorte le rôle de charnière entre
ces 2 parties. Il convertit les données géométriques en ébauches de pixels.
Les Vertex Shader
La première partie, achève le travail du
CPU. Nous pouvons donc dire que dans un
jeu, le CPU et les Vertex Shader (qui
incluent le T&L) forment en tout. C'est ce
tout qui va définir le nombre d'images maximal que peut afficher un ordinateur en 3D.
Si le CPU est trop lent, il bridera les Vertex
Shader. Si les Vertex Shader sont trop lents,
ils brideront le CPU. Il est donc important
que ce couple soit homogène et que les
développeurs répartissent au mieux la charge de travail entre ces 2 éléments.
GPU et pipeline : indissociables
Tout comme les unités de calcul d'un CPU, celles d'un GPU profitent des avantages du
fonctionnement en pipeline. Mais ce concept est poussé plus loin dans un GPU. Il est en
effet constitué d'un immense pipeline principal. Celui-ci est principalement constitué des
Vertex Shader, du Setup Engine, des Pixel Shader et de petits buffers entre eux. Une fois
que 3 vertex entrent dans le Vertex Shader, ils poursuivent leur route jusqu'au bout automatiquement.
Ensuite, chaque unité est constituée de ses propres pipelines. Les Vertex Shader contiennent un ou plusieurs pipelines. Les Pixel Shader également. Tous ces pipelines font appel
à une ou plusieurs unités de calcul qui sont elles-mêmes constituées de pipelines !
Vous l'aurez compris, GPU et pipelines sont indissociables. Cela se traduit par une maximisation des possibilités du GPU. Il n'y a presque jamais de perte de temps. Le GPU ne
réfléchit pas, il laisse les éléments suivre leur chemin sans se poser de questions. C'est
une affaire qui roule et ce système est plutôt efficace !
Specs GPU
Radeon 9200
Radeon 9600
Radeon 9800/9700
GeForce 4 MX
GeForce 4 Ti
GeForce FX 5200
GeForce FX 5600
GeForce FX 5800
GeForce FX 5900
<110>
Pour que des Vertex Shader soient suffisamment performants, ils doivent comporter suffisamment d'unités de calcul.
Contrairement à un CPU, paralléliser est ici
très efficace puisqu'il n'y a pas de dépendance entre les différentes données à traiter. Multiplier les unités de Vertex Shader
est donc un excellent moyen d'augmenter
les performances. Ainsi, un GeForce FX
5600 dispose d'une unité de Vertex Shader,
un Radeon 9600 en a 2, un GeForce FX
5900 en a 3 et un Radeon 9800 en a 4.
La découpe
Une fois toutes les opérations sur les
Vertex terminées, ceux-ci arrivent dans un
petit buffer et le Setup Engine va les-y
récupérer par 3 pour former un triangle. Il
va ensuite passer le triangle dans une grille
pour le découper en petits carrés, les fragments. Il interpolera leur position, leur illumination et la position des textures qui doivent lui être appliquée à partir des 3
sommets du triangle. Ces fragments vont à
leur tour arriver dans un second petit buffer
qui alimente le reste de la carte graphique.
* LES UNITÉS DE PIXEL SHADER DX9 DES GEFORCE FX NE FONCTIONNENT PAS LORSQUE LES UNITÉS DE TEXTURING FONCTIONNENT.
Fréquence
Bus
Vertex Shader – T&L
250 – 275 MHz
128 bits
1
4
300 – 400 MHz
128 bits
2
4
275 – 380 MHz
256 bits
4
8
250 – 300 MHz
128 bits
1
2
250 – 300 MHz
128 bits
2
4
250 – 325 MHz
128 bits
1
2
325 – 400 MHz
128 bits
1
2
400 – 500 MHz
128 bits
3
4
400 – 450 MHz
256 bits
3
4
Hardware magazine octobre /novembre 03
Pixel Pipeline
Unités de Texturing
Unités de PS DX8
Unités de PS DX9
1
1
0
1
0
1
1
0
1
2
0
0
2
2
0
2
2
1*
2
2
1*
2
2
1*
2
2
2*
Hardware magazine octobre /novembre 03
Le Setup Engine doit être suffisamment
performant que pour ne pas ralentir ni les
unités de Vertex Shader, ni les unités de
Pixel Shader. C'est généralement le cas et
les fabricants l'adaptent aux mieux au reste
de leur architecture.
C'est également ce Setup Engine qui est à
la base de l'anti-aliasing. Une fois cette
option activée, il va découper les triangles
en plus de petits carrés qui porteront cette
fois le nom de samples. Ces samples correspondaient aux fragments avec le supersampling des GeForce 1 et 2, mais ce n'est
plus correct avec les GeForce FX et les
<111>
>
choisir
Des unités de calcul trop vieilles
Les GeForce FX disposent de pipelines longs. Or, ceux-ci ne se montrent pas plus efficaces que ceux des Radeon DX9. Pourquoi ? La réponse est en fait très simple. Si les
GeForce FX contiennent bien 3 unités de calcul par pipeline contre 1 dans les Radeon, 2
d'entre elles sont incapables d'effectuer les opérations modernes de DX9. Ces opérations
demandent une précision accrue et doivent être réalisées en floating point, soit en calcul
sur les réels. Les 2 unités supplémentaires des GeForce FX sont limitées aux entiers. Elles
ne peuvent donc pas fonctionner dans les Pixel Shader de DirectX9. Par contre, elles peuvent travailler dans DirectX8. C'est pour cette raison que les GeForce FX s'en sortent bien
dans DirectX8, mais se font larguer par les Radeon dans DirectX9.
Notez que NVIDIA a annoncé avoir rendu possible l'utilisation d'une unité supplémentaire
par pipeline dans ses GeForce FX 5900. Malheureusement, le gain attendu n'est pas là.
Cette unité est-elle bien présente ? Complètement fonctionnelle ? Difficile à dire.
lines qui peuvent exécuter un morceau du
shader. Pour effectuer le shader complet, il
suffit de passer plusieurs fois dans le pipeline. Bien entendu, plus de fois le fragment
doit passer dedans plus le rendu sera lent.
Autrement dit, plus le pipeline est long,
plus le rendu est rapide. Les fabricants
doivent donc trouver le bon compromis
entre nombre de pixel pipelines, longueur
des pipelines et coût d'intégration de
ceux-ci. Dernièrement, pour le haut de
gamme, NVIDIA a opté pour 4 pipelines
longs et ATI pour 8 pipelines plus courts.
Et l'avenir ?
Radeon 9500 à 9800. Il est donc important
de faire la différence entre pixel, sample et
fragment. Un pixel est composé d'un ou
plusieurs samples qui sont eux-mêmes
composés d'un ou plusieurs fragments.
Avec anti-aliasing activé, le Setup Engine
peut être soumis à rude épreuve ! Il est
cependant difficile d'apprécier précisément
son influence dans les performances.
Gageons que la raison est que les fabricants le conçoivent de manière à ce qu'il ne
les bride pas ou le moins souvent possible.
très efficace. Plus il y a de pixel pipeline,
mieux c'est. Inutile cependant de les vouloir par dizaines car elles en ont coût d'intégration énorme.
Un fragment peut aujourd'hui nécessiter
une foule d'opérations. Celles-ci sont définies dans un Pixel Shader. Ces shader
sont identiques à un programme. Créer
des pixel pipelines représentants tous les
programmes possibles est irréalisable. Les
fabricants créent donc de "petits" pipe-
Les Pixel Shader
Les Pixel Shader incluent toute la partie
dite fixe des pipelines de rendu. Nous pouvons donc nous contenter de parler d'eux.
Le rendu simple étant effectué à l'aide d'un
Pixel Shader simple.
Cette dernière partie est probablement la
plus importante. C'est elle qui a permis
l'évolution fulgurante de la 3D sur PC et
qui permet de jouer en haute résolution.
Avant cela, les CPU devaient calculer euxmêmes les pixels. C'était bien entendu le
carnage au niveau des performances. Les
Pixel Shader définissent la résolution
maximale que le GPU peut atteindre en
restant à la fluidité maximale définie par le
CPU et les Vertex Shader. Si on augmente
la résolution au-delà de cette limite, le
nombre d'image par seconde va baisser.
Cette partie qui s'occupe de la création
des pixels et constituée de pixel pipeline
(mais qui, suivant le vocabulaire que nous
utilisons dans cet article, travaille sur des
fragments). Ces pipelines sont une chaîne
de fabrication de fragments. Elles sont
entièrement dédiées à cette tâche et donc
très efficaces. Tout comme pour les Vertex
Shader, paralléliser les Pixel Shader est
<112>
Hardware magazine octobre /novembre 03
Que nous réservent les fabricants de GPU
pour l'avenir ? Beaucoup de choses. La 3D
est le domaine qui bouge le plus sur PC et
ce n'est pas près de changer ! La principale innovation devrait être le rapprochement
des pixel pipelines et des vertex pipelines
que nous devrions voir apparaître d'ici 1 à
2 générations. Un pixel pipeline pour calculer un vertex et vice versa. Ceci permettra de maximiser l'utilisation du GPU. Fini
les unités qui se tournent les pouces !
Créa La Lumière !
Mini Luminescent
Clavier Super Mini 92 Touches
Rétro-éclairage bleu
Touches très silencieuses
290x135,5x24mm, 460g, USB
Version Française AZERTY
OfficeBoard
Clavier Spécial Office PS2
52 touches de fonction pour
Tâches bureautiques usuelles
Navigation Internet
Multimédia & Applications
Raccourcis pratiques Windows
Compatible Windows XP/Office XP
XP Commandant
SlimBoard
Super Mini
Clavier Super Mini 92 Touches
Touches très silencieuses
290x135,5x24mm, 460g, PS2
Clavier Multimédia Ultra Fin
125 touches dont 16 multimédia
Touches très silencieuses
385x165x17,8mm, 475g, USB
Clavier Office XP Commandant PS2
49 touches spéciales dont
Tâches bureautiques usuelles
Navigation Internet
Multimédia & Applications
Raccourcis pratiques Windows
2 molettes de défilement
Inclinaison réglable(2 crans)
Dimensions 511x200x20(36)mm
Compatible Windows XP/Office XP
SUZA INTERNATIONAL FRANCE S.A
Tél: 01.55.81.08.08 Fax: 01.55.81.08.09
E-mail: info@suza-fr.com http://www.suza-fr.com
>
maîtriser
Définition
et résolution en
photo numérique
Que l’on s’intéresse à la photo, à la création d’un site web, à
l’impression, bref, à tout ce qui touche l’image, les notions de
résolution, définition et autre points par cm interviennent
toujours un moment ou un autre. Histoire d’arrêter la course
au pixel pas toujours utile ou d’optimiser la taille de vos fichiers,
voici un point (définitif) sur la question.
Textes : Jacques Harbonn
Q
uelques temps ralentie, la course aux mégapixels des
appareils photo numériques est en passe de reprendre de
plus belle. Les 14 Mpixels (Kodak DCS 14n) sont déjà disponibles
pour les photographes professionnels et les 8 Mpixels sont annoncés pour très bientôt pour le grand public (Sony DSC-F828). Mais
s’il est toujours gratifiant de posséder un appareil « supra
Megapixels », encore faut-il savoir exactement à quoi cela sert et
pour quels usages. Ce dossier devrait vous permettre d’y voir plus
clair dans ces termes parfois un peu abscons et de choisir votre
prochain appareil en toute connaissance de cause.
La définition
La définition d’un appareil photo numérique est donnée en
Mégapixels (Mpixels). Elle correspond à la multiplication des
dimensions maximales (sans interpolation) des images enregistrables par l’appareil. Ainsi un appareil capable de capturer au
maximum des images de 1536x2048 pixels est considéré comme
un 3 Mpixels : 1536x2048 = 3145728 pixels, soit donc environ 3
millions de pixels. À noter qu’en photo numérique, le « méga » vaut
1 million tout rond et non 1048576 (1024x1024) comme en informatique. Cette définition maximale d’image correspond aussi sensiblement à la définition maximale du capteur, sans qu’il n’y ait
pour autant une stricte correspondance. Certains constructeurs
choisissent de perdre quelques pixels sur le capteur pour éliminer
les photosites (éléments sensibles du capteur) situés sur les bords.
D’autres exploitent en revanche l’intégralité de la zone sensible du
capteur. Certains s’autorisent même une très légère interpolation,
les dimensions de l’image maximale disponible étant très légèrement supérieure au nombre de photosites horizontaux et verticaux.
Tous les appareils donnés pour une même définition en Mpixels
n’offrent pas pour autant exactement les mêmes dimensions
d’image. D’une part, on regroupe dans une même catégorie les
appareils disposant d’une résolution un peu inférieure ou un peu
<114>
Hardware magazine octobre/novembre 03
Définition en Mpixels
Dimensions de l’image en pixels
2 Mpixels
3 Mpixels
4 Mpixels
5 Mpixels
6 Mpixels
8 Mpixels
11 Mpixels
14 Mpixels
1200x1600 pixels
1536x2048 pixels
1704x2272 pixels
1920x2560 pixels
2000x3008 pixels
2448x3264 pixels
2704x4064 pixels
3024x4536 pixels
supérieure : les appareils offrant une définition de 2.9, 3.1, 3.2 ou 3.3 Mpixels
seront tous rangés dans la catégorie des 3
Mpixels. D’autre part, même à définition
sensiblement identique, les dimensions
peuvent changer en fonction du rapport
d’image retenu : 4:3, 3:2 ou autre. Voici un
tableau des dimensions les plus couramment rencontrées en fonction de la définition de l’appareil :
La résolution
Elle est donnée en points par pouce (ppp
ou dpi – dot per inch – en anglais). Elle
détermine la finesse de l’image finale une
fois exploitée et dépend du « support » :
consultation sur écran d’ordinateur, sur
écran de télévision, impression papier en
différents formats de tirage. Les choses se
compliquent ici sérieusement. Procédons
pas à pas pour mieux comprendre.
• La consultation sur écran
d’ordinateur
La résolution d’un écran d’ordinateur (et
donc de l’image qui y est affichée) est établie à 72 ppp. Il s’agit en fait d’une valeur
plus théorique que pratique. En effet, en
pratique, la résolution exacte d’un écran
dépend à la fois de la résolution adoptée
pour l’affichage et de la taille de l’écran.
Ainsi, la résolution ppp ne sera évidemment pas la même lorsque l’on affiche un
écran de 1024x768 pixels sur un petit
moniteur 14 pouces ou sur un moniteur
imposant de 23 pouces. Rappelons que la
dimension d’un moniteur, donnée en
pouces, correspond à la diagonale écran.
Toutefois sur un moniteur cathodique,
cette diagonale reflète en réalité la diagonale du tube et non celle de l’image, plus
petite. En revanche, sur un écran LCD, dia-
gonale écran et diagonale image sont
superposables. En pratique, la résolution
vraie d’un écran LCD de 15 pouces, dont
la résolution image maximale se situe à
1024x768 pixels dans la majorité des cas,
s’établit à 85 ppp (pour cette résolution
maximale). Sur un moniteur LCD 17
pouces, d’une résolution maximale de
1280x1024 pixels, la résolution horizontale
est de 94 ppp, tandis que la résolution verticale monte à 100 ppp.
• La consultation sur écran
de télévision
Contrairement à l’écran d’ordinateur,
l’écran de télévision ne permet pas de
paramétrer volontairement la résolution
d’affichage, celle-ci étant déterminée par
l’application : canaux UHF ou VHS, lecture
de DVD, etc. Avec la généralisation des
lecteurs DVD dans les salons, les logiciels
de « diaporamas vidéo » fleurissent. Ces
outils utilisent en général les formats DVD
et VCD 2.0 (parfois aussi SVCD) que les
platines DVD de salon reconnaissent sans
problème. Ces formats utilisent une résolution de 720x576 pixels. Il n’est pas judicieux de convertir cette résolution écran
en résolution ppp, du fait de l’extrême
variabilité des taille et format des écrans
de télévision : du 36 au 92 cm (là encore
ces dimensions correspondent à la diagonale du tube), au format 4/3 classique ou
16/9. Toutefois, pour donner un ordre de
grandeur, la résolution ppp d’un écran 4/3
de 70 cm est d’environ de 35 ppp en horizontal et de 40 ppp dans le sens vertical.
• Le tirage papier
La résolution est ici strictement dépendante du rapport d’agrandissement, c'est-àdire du rapport entre les dimensions de
l’image en pixels et celles du tirage papier.
Hardware magazine octobre/novembre 03
le « piège » du
rééchantillonnage
Tous les logiciels de traitement d’image
disposent d’une fonction permettant de
moduler la taille d’une image. Dans ces
conditions, on pourrait imaginer capturer
ses images en résolution moyenne, pour
les gonfler ensuite au labo numérique
pour les tirages grand format. Mauvais
calcul ! Le rééchantillonnage n’a d’intérêt
que pour limiter les effets de marches
d’escalier visibles sur les images tirées
en trop grand format (résolution de tirage
inférieure à 100 ppp). En revanche, ce
rééchantillonnage ne sera d’aucune utilité
sur la précision des détails, l’interpolation
ne pouvant inventer des pixels originaux
(elle se contente de créer de nouveaux
pixels dont les valeurs RVB sont une
moyenne de celles des pixels adjacents).
<115>
>
maîtriser
Ainsi le tirage d’une image 1600x1200
pixels (2 Mpixels) tirée en 10x13 cm environ aura une résolution de 300 ppp
(1200/10x2.54 ou 1600/13x2.54), tandis
que la même image tirée en « 20x25 cm »
(18.75x25 cm exactement, les résolutions
des appareils photo numériques n’étant
pas homothétiques à celles des papiers
photos) conduira à une résolution d’impression réduite à 162 ppp (1600/25x2.54).
Choisir la définition
de son appareil photo
numérique en
fonction de l’usage
que l’on veut en faire
Le choix de la définition d’un appareil
photo numérique doit être envisagé en
fonction de l’usage auquel il est destiné.
Nous allons reprendre ici les trois « supports » précédemment évoqués et analyser à chaque fois les critères de bon choix.
• Consultation sur écran
d’ordinateur
RÉSOLUTION DE 25 POINTS PAR POUCE
<116>
supérieure (5 Mpixels délivrant des images
de 1920x2560 pixels ou approchant) risque
en fait de poser certains problèmes. Si l’on
choisit de conserver l’image dans sa taille
d’origine, l’écran ne pourra en afficher
qu’une partie, interdisant toute vision globale de l’image. Si l’on laisse le logiciel de
visualisation d’image réduire l’image à la
résolution écran, on disposera cette fois
d’une vue d’ensemble, mais le traitement
de réduction peut dénaturer certains
détails fins de l’image (textes en particulier). Ces remarques doivent toutefois être
tempérées si l’on est un adepte de l’examen minutieux des images, via le zoom du
logiciel de visualisation. Ainsi, avec une
image de 2 Mpixels observée en
1600x1200 (résolution native de l’image),
l’usage du zoom va conduire immédiatement à un grossissement des pixels, sans
révéler de nouveaux détails sur l’image.
Avec une résolution supérieure en revanche
(5 Mpixels par exemple), on dispose d’une
petite réserve de résolution, qui permet de
découvrir de nouveaux détails au zooming.
De plus, il est toujours possible avec un
appareil haute définition de travailler dans
une taille d’image inférieure.
Pour une consultation exclusive sur écran
d’ordinateur, un appareil 2 Mpixels peut
suffire. En effet, un tel appareil délivre des
images en 1600x1200 pixels, résolution
déjà supérieure à la résolution couramment
utilisée sur les moniteurs informatiques
(1024x768 ou 1280x1024 selon la taille de
l’écran). Le choix d’un appareil photo
numérique doté d’une résolution bien
Dans le cas particulier de l’appareil photo
numérique utilisé pour illustrer un site web,
une définition de 2 Mpixels sera amplement suffisante. Les images d’illustration
des sites dépassent rarement quelques
centaines de pixels de côté, les
1600x1200 pixels des 2 Mpixels suffisent
donc largement, même en cas de recadrage important ou de zoom sur un détail.
RÉSOLUTION DE 50 POINTS PAR POUCE
RÉSOLUTION DE 75 POINTS PAR POUCE
Hardware magazine octobre/novembre 03
RÉSOLUTION DE 100 POINTS PAR POUCE
• Diaporama sur écran de
télévision
Le choix est ici encore plus catégorique.
Dans un diaporama VCD ou DVD sur téléviseur, les images sont systématiquement
ramenées à la résolution de 720x576
pixels. Un appareil photo numérique de 2
Mpixels conviendra ici parfaitement, même
si l’on envisage de recadrer plus ou moins
largement certaines images.
• Tirage papier
C’est pour un tel usage que les définitions
élevées prennent tout leur sens. Comme
nous l’avons vu plus haut, la résolution
d’un tirage dépend de la définition de l’appareil photo numérique et de la taille du
tirage. Cette résolution joue de manière primordiale sur le piqué de l’image (en considérant bien sûr que l’image de départ est
de bonne qualité, bien exposée et offrant
une mise au point précise). Pour des
images très piquées offrant un maximum
Définition
2 Mpixels
3 Mpixels
4 Mpixels
5 Mpixels
6 Mpixels
8 Mpixels
11 Mpixels
14 Mpixels
RÉSOLUTION DE 150 POINTS PAR POUCE
RÉSOLUTION DE 300 POINTS PAR POUCE
de détails, il faut opter pour une résolution
de tirage de 300 ppp. Mais pourquoi se
limiter à une résolution de tirage de 300
ppp quand les imprimantes actuelles flirtent allègrement avec des résolutions d’impression de 2400, 4800 et même 5600 ppp
? Tout simplement parce que ces résolutions correspondent à la précision mécanique de l’imprimante et non à la résolution
« efficace » du tirage final, qui se situe elle à
300 ppp environ. Revenons à nos résolutions de tirage. Une résolution de 225 ppp
fournit encore des tirages de qualité
superbes, très difficiles à distinguer d’un
tirage 300 ppp. En dessous, le manque de
résolution commence à se faire sentir. Un
tirage à 200 ppp pourra encore faire illusion
s’il n’est pas examiné de trop près. En
revanche, un tirage à 150 ppp n’offrira
qu’une précision moyenne dans le rendu
des détails. Au dessous de 100 ppp, les
effets marqués de marches d’escaliers sur
les lignes diagonales dégradent notable-
ment l’image. Quant aux tirages d’une
résolution inférieure à 50 ppp, ils s’apparentent plus à une bouillie de pixels qu’à un
tirage photographique.
Ceci étant dit, voici un tableau qui vous
permettra de visualiser la résolution d’un
tirage en fonction de sa taille et de la définition de l’appareil (résolution approchée
lorsque le format d’image n’est pas homothétique à celui du papier).
L’analyse de ce tableau permet de tirer
quelques conclusions utiles quand aux
tailles maximales de tirage que l’on peut
espérer en fonction de la définition de l’appareil. Un 2 Mpixels ne pourra guère
dépasser les tirages 13x18 cm si l’on veut
conserver un bon niveau de détails (jusqu’au 20x30 cm si l’on accepter de sacrifier un peu les détails). Pour des tirages
20x30 cm de qualité, il faudra envisager au
moins un 4 Mpixels. Un 5, 6 ou 8 Mpixels
permettra d’envisager une certaine latitude
Taille de
Tirage
Tirage
Tirage
Tirage
Tirage
l’image
en pixels
10x15 cm
13x18 cm
20x30 cm
30x40 cm
50x70 cm
1200x1600
1536x2048
1704x2272
1920x2560
2000x3008
2448x3264
2704x4064
3024x4536
300 ppp
390 ppp
433 ppp
488 ppp
508 ppp
622 ppp
687 ppp
768 ppp
234 ppp
300 ppp
332 ppp
375 ppp
390 ppp
478 ppp
528 ppp
590 ppp
152 ppp
195 ppp
216 ppp
244 ppp
254 ppp
311 ppp
343 ppp
384 ppp
101 ppp
130 ppp
144 ppp
163 ppp
169 ppp
207 ppp
229 ppp
256 ppp
61 ppp
78 ppp
86 ppp
97 ppp
102 ppp
124 ppp
137 ppp
153 ppp
Hardware magazine octobre/novembre 03
<117>
>
maîtriser
COMPRESSION JPG FAIBLE
de recadrage en tirage 20x30 cm. Pour
accéder aux tirages de plus grands formats, il faudra recourir aux appareils dotés
des plus hautes résolutions : 11 Mpixels
pour un 30x40 bien piqué (un 8 Mpixels
peut à la rigueur faire l’affaire). Quant au
tirage poster en 50x70 cm, même un 14
Mpixels sera ici trop juste (définition
moyenne des détails). Si l’on désire
conserver un piqué maximum, de telles
tailles de tirage ne peuvent s’envisager
qu’en combinant image argentique (négatif
ou diapo) et scanner à film très haute définition comme le dernier modèle Minolta
qui scanne en 5400 ppp (image de
5102x7653 ppp depuis un négatif/positif
24x36) et permet ainsi d’accéder à la résolution honorable de 259 ppp en 50x70 cm
(50x75 plus exactement).
Les exigences des
hautes définitions
Comme nous venons de le voir, les appareils photo numériques haute définition se
taillent une place de choix pour les tirages
grand formats. Toutefois, il n’est pas inutile
de rappeler certaines contraintes qui s’y
associent. Une image 5 Mpixels en JPEG
faiblement compressé occupe entre 2.5 et 3
<118>
COMPRESSION JPG MOYENNE
Hardware magazine octobre/novembre 03
COMPRESSION JPG FORTE
Mo (voire plus) sur la carte mémoire, cette
taille montant à 15 Mo en TIFF non compressé. Les cartes mémoire livrées avec les
appareils étant toujours aussi honteusement sous-dimensionnées (16 Mo pour un
5 Mpixels en général), il ne sera possible
que prendre qu’un nombre très limité de
photos avec la carte livrée avec l’appareil :
5 à 8 environ en JPEG peu compressé et
une seule en TIFF. Pour accroître l’autonomie d’images de leur carte mémoire, certains utilisateurs réduisent la résolution de
capture (mais alors pourquoi acquérir un
appareil haute définition), tandis que
d’autres optent pour une compression
JPEG moyenne ou forte. Cette dernière
solution est à déconseiller. La compression
JPEG est une compression destructive. En
se cantonnant à une compression faible, les
pertes restent quasi indiscernables. En
revanche ces pertes sont visibles en compression moyenne et dénaturent notablement l’image en compression forte (les
mosaïques JPEG deviennent visibles).
Si vous êtes dans l’obligation d’économiser de la place sur la carte mémoire, il est
préférable de prendre les photos en résolution inférieure compression faible plutôt
qu’en résolution supérieure compression
forte. Pour éviter ce dilemme, il est judicieux de s’équiper de cartes mémoires
complémentaires. Prévoyez large, surtout
pour les voyages. Voici un ordre de grandeur. Si vous voulez disposer d’une autonomie correspondant environ à 10 pellicules 36 poses, il faudra acquérir une
carte mémoire (ou un Microdrive pour les
appareils compatibles) d’un Go : comptez
au moins 220 € en Microdrive, 250 € en
Compact Flash, et de 400 à 800 € dans
les autres formats (avec souvent l’obligation d’acquérir plusieurs cartes, la capacité de 1 Go n’étant pas disponible dans
tous les formats). En disposant d’un périphérique de « vidage » (ordinateur portable, disque dur autonome adapté à cet
usage), et si vous n’êtes pas un adapte
des prises de vues en rafale et autre bracketing), on peut abaisser la capacité de la
carte mémoire à 256 Mo (90 vues environ)
voire à 128 Mo (capacité un peu supérieure à une pellicule 36 poses). À l’inverse,
pour des voyages exceptionnels, prévoyez large, d’autant qu’il n’est pas question ici d’acheter sur place (on peut trouver facilement dans les « bazars » de tous
les pays du monde des pellicules 24x36
mm, mais c’est une toute autre affaire d’y
dénicher une carte mémoire !).
Hardware magazine octobre/novembre 03
<119>
>
acheter
FICHE TECHNIQUE
Caractérisques
• Carte graphique à base de
GeForce FX5900
• AGP 8x / 128 Mo de
mémoire
• 400 MHz (GPU) et
350 MHz (mémoire)
• Bundle : Big Mutha Truckers,
Gun Metal et WinDVD
Site Web
www.leadtek.com
LEADTEK WINFAST A350 LX
Carte Graphique
Prix : 380 3
AVIS
+ Look
- Bruit en utilisation intensive
- Prix pour le moment, mais
elle va baisser rapidement
-
Encombrement ne permettant
pas son installation sur
100% des cartes mères
A
près la sortie de la WinFast
A350 TDH au début de l’été,
Leadtek nous propose aujourd’hui
une nouvelle variante de sa GeForce
FX5900, la LX. Similaire au premier
coup d’œ
il, la différence réside d’en
l’emploi d’une mémoire plus lente de
2.8ns au lieu de 2.2ns. Du coup, la
fréquence de la mémoire a été abaissée à 350 MHz contre 425 MHz sur la
A350 TDH première du nom. Alors
que la FX 5900 Value promise par
nVidia met vraiment beaucoup de
temps à pointer le bout de son nez,
Leadtek semble vouloir créer un effet
de surprise en proposant le premier
modèle du genre. Au niveau des
benchs, cette dernière est bien
entendu un cran en dessous, mais la
différence de performance est négligeable sans utiliser l’anti-aliasing
(entre 1 et 4% d’écart). Par contre,
avec l’anti-aliasing 4X activé, nous
atteignons des écarts dépassant les
15%. Ceux qui souhaitent acheter
une A350 TDH LX avec l’overclocking
en tête, sachez que nous n’avons pas
pu dépasser 380 MHz pour la
mémoire, ce qui reste en dessous de
la A350 TDH d’origine. Avec un écart
de prix de seulement 20 € pour le
moment, c’est à chacun de définir sa
priorité prix/puissance.
FICHE TECHNIQUE
GEXCUBE
RADEON
9600 PRO
GAME BUSTER
Caractérisques
• AGP 8x
• 256 Mo de mémoire
• Bundle : Delta Force :
Black Hawk Down
Site Web
www.gecube.com
Carte Graphique
Prix : - de 195 3
AVIS
+ Prix
- Bundle ?
<120>
L
es cartes graphiques se suivent…
et se ressemblent !
Une nouvelle Radeon 9600 Pro dans
les colonnes de Hardware Mag, mais
d’une marque complètement inconnue
dans notre pays. Fraîchement apparu
sur le marché Français, GeXcube propose toute une gamme de cartes graphiques basées sur les célèbres puces
d’ATI. Pour l’anecdote, il s’agit en
quelque sorte d’une sous-marque de
Gigabyte dont la qualité des produits
est réputée. Aucune nouveauté particulière sur cette carte qui offre des
performances dans la moyenne des
Radeon 9600 Pro. C’est avec joie que
nous constatons que le ventilateur
d’origine est assez silencieux, loin du
raffut des grosses cartes nVidia. Petit
bonus, le ventilateur est en fait un triled (rouge, bleu et vert) qui clignote de
façon aléatoire. Son prix la situe d’em-
Hardware magazine octobre/novembre 03
blée parmi les Radeon 9600 Pro les
moins chères et affirme ainsi l’excellent rapport puissance/prix de ce processeur graphique. Seul son bundle
est un peu léger puisqu’il n’est composé que d’un jeu, Delta Force : Black
Hawk Down. Avec son faible encombrement, un bruit de fonctionnement
peu important et des bonnes performances, c’est un bon choix de carte
graphique pour la rentrée !
SOUNDGRAPH IMON
Télécommande
Prix : 70 3
FICHE TECHNIQUE
Caractérisques
• connection USB
• 42 boutons
• pad souris
Site Web
www.soundgraph.com
AVIS
+ fonctionnalités
+ simplicité d’usage
+ distance de fontionnement
- prix
A l’heure des minis-PC, les télécommandes pour PC connaissent un attrait toujours croissant de la
part des utilisateurs. Il est vrai qu’il est plus qu’appréciable de pouvoir se servir de son PC comme une
Divx Box sans devoir se lever pour régler le volume ou mettre en pause. Les constructeurs l’ont bien
compris, et c’est aujourd’hui le constructeur Soundgraph qui nous propose avec son iMon une
télécommande entièrement paramétrable et facile d’usage. Mais vaut elle pour autant ses 70 euros ?
A
vec un design proche d’une
classique télécommande de
téléviseur ou de chaîne HiFi et une couleur noire très sobre, cette iMon est
plutôt séduisante esthétiquement parlant. Agrémentée d’une excroissance
dans sa partie inférieure, elle est en
outre facile à prendre en main et à
maintenir. Elle est dotée de 42 boutons
et d’un pad permettant d’émuler une
souris, chacun de ces éléments étant
placé intelligemment par groupe de
fonctionnalités. Bref, ce produit est globalement bien pensé, et le récepteur en
forme de boule est plutôt discret.
Dommage seulement que la communication se fasse par infrarouges, un obstacle posant problème pour la réception des informations. Ceci est
heureusement compensé par un rayon
et une distance d’action assez larges.
En ce qui concerne les fonctionnalités,
le logiciel fourni avec la télécommande
s’avère très complet. Dans la partie du
logiciel permettant de paramétrer les
fonctions, cinq onglets permettent de
définir non seulement des commandes
Windows, mais aussi des commandes
spécifiquement associées à une certaine application. Vous pouvez en outre
ajouter n’importe quelle application
présente sur votre système et paramétrer les touches en fonction de celle-ci.
Il est également possible de définir un
mode exclusif pour un logiciel : ceci
signifie que même lorsque celui-ci
n’est pas au premier plan, les commandes de la télécommande seront
prises en compte pour celui-ci. Vous
pouvez aussi ajouter n’importe quel
programme dans le lanceur d’applications accessible par une touche, ainsi
que définir une macro grâce à un clavier et une souris virtuels. Avec ce dernier mode on peut donc simplement
lancer un logiciel nécessitant un mot
de passe sans devoir taper celui-ci, ou
encore émuler les raccourcis clavier
couramment employés.
Du côté des options générales, vous
Hardware magazine octobre/novembre 03
pourrez bien évidemment définir la
vitesse de déplacement du pointeur de
souris ainsi qu’activer ou désactiver
certains sons d’alerte. Ceci peut être
une bonne idée si vous utilisez une
autre télécommande infrarouge non
loin de votre PC. En effet, le récepteur
ne reconnaissant pas le signal de cette
autre télécommande, le petit bruit émis
pour le signaler peut s’avérer désagréable à la longue.
Pour résumer, cette télécommande
offre un paramétrage et des fonctionnalités des plus complets, auxquels
s’ajoute un look sympathique. Le seul
reproche qui pourrait lui être fait est
son prix, un peu élevé par rapport à
une ATI Remote Wonder que l’on
retrouve à environ 35 euros.
Néanmoins, cette dernière est moins
paramétrable et l’émulation de la souris est moins aisée. Ainsi, si vous
n’êtes pas à 30 euros cette iMon vous
ravira pour sa simplicité d’usage.
<121>
>
acheter
FICHE TECHNIQUE
Caractérisques
• Poids : 317 grammes
• Fréquence : 50 Hz – 20 KHz
• Puissance max : 0.15 W
• Connectique : 3x mini jack
• Garantie : 1 an
ZALMAN
ZM-RS6F
Site Web
www.zalman.co.kr
Casque 5.1
Prix : 69 3
AVIS
+ prix,
+ spatialisation du son
+ simplicité de connexion
- pas de micro,
- pas de télécommande,
- qualité sonore moyenne
<122>
A
près Tekuni et son Cam6c,
c’est au tour du constructeur
Zalman de commercialiser un casque
5.1 d’entrée de gamme. Le ZM-RS6F
affiche un design très sobre et une
conception on ne peut plus classique.
Outre ses multiples hauts parleurs
qui assurent le son multi canal, il se
connecte via 3 prises mini jack
(avant, arrière, caisson de basse/centrale) et peut donc se brancher directement sur une carte son 5.1, une
platine DVD ou une console de jeu.
Selon les appareils, il faudra se procurer
des adaptateurs mini jack/RCA non
fournis dans le pack. En ce qui
concerne les tests d’écoute, le ZMRS6F a parfaitement retranscrit la
spatialisation sonore, aussi bien dans
les jeux qu’avec les DVD-Vidéo ou
audio. On peut cela dit critiquer la
qualité globale du son en raison de
mediums bien trop présents qui étouffent le rendu audio. D’autre part, aucuns
réglages de volume, d’aigu ou de basse
ne sont disponibles et le casque ne possède pas de télécommande. On notera
également l’absence de microphone.
Hardware magazine octobre/novembre 03
Au final, ce casque Zalman a bien du
mal à concurrencer le modèle Tekuni.
Son seul avantage est qu’il accompagnera peut être mieux votre MiniPC
pour partir en LAN party par exemple
car ses connections sont simples et
directes. Le casque Tekuni se repose
en effet sur un boîtier de connectiques externe qu’il faut en plus alimenter. Mais avec une meilleure
qualité d’écoute, son microphone, sa
télécommande filaire, et un prix sensiblement identique, le Cam6C reste
loin devant.
>
acheter
FICHE TECHNIQUE
Caractérisques
• Sans ventilateur,
le silence absolu
• convient à tout chipset qui
n’intègre pas de carte vidéo
Site Web
www.zalman.co.kr
ZALMAN ZM-NB47J
Radiateur
Prix : - de 10 3
AVIS
+ Silence total
+ Compatibilité avec
l’ensemble des cartes
mères
-
Prix (pour un simple bout
de métal) ?
P
oursuivant la quête du refroidissement silencieux, Zalman
nous propose aujourd’hui des radiateurs pour chipset. N’utilisant pas de
ventilateur, les ZM-NB32J et ZMNB47J refroidiront vos northbridges
sans émettre le moindre son. Le
NB32J ressemble assez aux radiateurs d’origine de nombreuses cartes
mères Intel avec les anciens chipset
i845. Le NB47J est un peu plus effica-
ce et correspond mieux aux exigences
des northbridges actuels. Il convient à
n’importe quel modèle tant qu’il n’y a
pas de carte graphique intégrée. La
méthode de fixation, qui rappelle celle
du radiateur pour carte graphique
ZM80-HP, n’est pas très facile à
mettre en place mais elle a le mérite
de s’adapter à toutes les cartes
mères. Sa couleur bleue anodisée,
très tendance, apportera une petite
QDI
P4I865PEA-6A
AVIS
Carte Mère
+ Emplacement des
Prix : 130 3
FICHE TECHNIQUE
Caractérisques
• AGP 8x x1
• PCI x5
• DDR SDRAM x4
• i865PE
• audio embarqué
Site Web
www.qdigrp.com
<124>
touche de tuning au sein de votre ordinateur. Vendu moins de 10 €, c’est un
accessoire qui ravira les amateurs de
silence ennuyés par une carte mère
intégrant un petit ventilateur. Il est
vendu avec tout le nécessaire de fixation ainsi qu’un petit tube de pâte
thermique. Les overclockers passeront
leur chemin car les fréquences de bus
importantes requièrent un refroidissement efficace du northbridge.
composants
-
Equipement
Prix face à une rude
concurrence
C
’est au tour de
QDI de sortir sa nouvelle
gamme de cartes mères basée sur le
chipset Intel i865. Trois modèles sont
proposés, la P4I865GA avec une carte
graphique intégrée, la P4I865PE (i865P,
pas de P4 à 800 MHz de bus) et la
P4I865PEA (i865PE). Nous avons testé
cette dernière. Elle est construite de
façon très classique, à partir d’un PCB
de couleur bleu. Nous avons donc
autour du chipset i865PE un port AGP
8X, cinq ports PCI et quatre emplacements de mémoire DDR. Nous avons
également la possibilité de brancher
quatre
disques durs
IDE et deux disques
SATA. Hélas, à part une carte son
Realtek ALC650, aucun équipement
particulier ne vient enrichir la carte QDI,
pas même une carte réseau. A l’utilisation, aucun problème à signaler. Quatre
petites diodes vous aideront à comprendre un éventuel problème à l’aide
de codes couleur décrit dans le mode
d’emploi. Côté overclocking, la
Hardware magazine octobre/novembre 03
P4I865PEA n’offre pas vraiment beaucoup de possibilités. La fréquence de
bus maximum est de 232 MHz seulement, un peu léger pour les derniers
Pentium 4. Annoncée à 130 € (140 €
pour la P4I865GA), nous devrions la
trouver un petit peu moins chère en
boutique. Mais lorsque l’on sait que
l’Asus P4P800 ou l’Abit IS7 sont sensiblement au même prix, il est difficile de
trouver un intérêt particulier à cette
nouvelle carte mère.
>
acheter
AVIS
+ Equipement
+ Performance
+ Overclocking
- Prix
- Intérêt limité par rapport à
l’IC7 "normale"
ABIT IC7 MAX 3
cartes mère
Prix : 270 3
Chez Abit, chaque sortie d’une carte mère de la gamme MAX est un événement. Basée sur l’IC7, la
MAX 3 propose un équipement hors norme. Le mieux est il l’ennemi du bien ?
FICHE TECHNIQUE
Caractérisques
• Carte mère pour
processeurs Pentium 4
(400/533/800 MHz de bus,
Northwood uniquement)
Particularités
: AGP 8X x1
•
PCI x5 / IDE x4 / SATA x6
• Mémoire DDR x4
(DDR200/266/333/400)
• USB 2.0 x4 / Firewire x1
• Réseau gigabyte x1
• Chipset Intel 875P
• Compatible avec le rack
Abit Media XP
Site Web
www.abit.nl
L
a gamme MAX d’Abit est
apparue il y a un peu plus
d’un an avec la sortie des IT7 MAX
(Pentium 4) et AT7 MAX (Athlon).
Révolutionnaires, ces cartes étaient
suréquipées et proposaient de ne plus
utiliser les "anciennes" connectiques
que sont les ports PS/2, le port série et
le port parallèle. Trois mois plus tard,
Abit sort une évolution de ces cartes,
IT7 MAX 2 et AT7 MAX 2 qui corrige
quelques petits problèmes et ajoutent
deux ports Serial ATA. Depuis, pas de
grosse nouveauté puisque seule une
IT7 MAX 2 v.2 est sortie, transformant
le chipset i845E en i845PE. Nous avons
récemment testé les nouvelles cartes
Abit à base des i865PE / i875P et c’est
avec plaisir que nous recevons le nouveau joyau de la marque : IC7 MAX 3.
Excepté l’habillage spécifique, la boite
est la même que l’IC7 première du
nom, mais encore un peu plus lourde !
Au menu 1 nappe ronde IDE et 1
nappe ronde pour lecteur de disquette,
classique, mais aussi quatre nappes
<126>
SATA avec autant d’adaptateurs électriques. Nous découvrons également
un drôle d’appareil destiné à sécuriser
les données de votre disque dur. La
carte reprend une bonne partie du
design de l’IC7 et offre les mêmes
qualités. Mais c’est l’OTES, nom donné
par Abit à ses systèmes de refroidissement haute performance qui distingue
la Max3. Présent sur certaines cartes
graphiques, c’est la première fois que
l’on en voit sur une carte mère, ici pour
les condensateurs qui jouent rappelons le sur la stabilité electrique et
donc sur l’overclocking extrême. Pour
être franc, bien que l’idée soit bonne et
que l’esthétisme soit très réussi,
l’OTES présent sur l’IT7 MAX 3 est
d’une bien faible utilité. Les petits
radiateurs sont touts juste en contact
avec les composants à refroidir, sans
pâte thermique, et le flux d’air n’est
pas très important. Nos résultats
d’overclocking n’ont pas été particulièrement meilleurs avec ce système.
Heureusement, cette nouvelle variante
d’OTES s’avère particulièrement silen-
Hardware magazine octobre/novembre 03
cieuse. Ajoutez donc une dose de pâte
thermique pour renforcer l’efficacité.
Certes, les performances sont très
bonnes et il s’agit sûrement de la
meilleure carte du marché pour overclocker un Pentium 4. Cependant,
l’overclocking ne semble pas spécialement meilleur qu’avec l’IC7 et son alimentation électrique non refroidie à
moins de considerer comme un nirvana
le moindre point de FSB gagné.
Verdict
L’IC7 MAX 3 est une superbe carte
mère, c’est certain. Techniquement
parlant, seule la proximité d’OTES avec
le radiateur du processeur pourra perturber l’installation des plus gros
modèles. En revanche, c’est son prix
qui risque d’en bloquer plus d’un.
Annoncée à 270 €, cela fait bien cher
(elle sera sûrement trouvable pour 240
€). Mieux vaut se contenter d’une IC7,
notre référence en overclocking « stan-
Secure IDE
Vos données sont importantes ? Vous pouvez désormais
crypter les informations de l’un de vos disques durs grâce au
Secure IDE fourni avec cette carte mère. Ce petit appareil qui
s’utilise façon totalement transparente se place entre le disque
dur concerné et la nappe. Un fil
ressort à l’arrière du PC vous
permettant de brancher une
petite clé qui sera votre seule
solution
pour
utiliser
l’ordinateur. Mais quel intérêt
pour les particuliers que nous
sommes ? Seules des
sociétés peuvent avoir des
données
à
ce
point
confidentielles. Nous pouvons
tout de même imaginer des
parents souhaitant restreindre
l’accès à l’un des disques durs
à leurs enfants. Nous ne
l’avons pas testé suffisamment
pour affirmer ce qui pourrait
arriver à vos données s’il
tombait en panne.
THINK-HARDWARE.COM
toute l’actualité informatique
24 heures sur 24
2 les dernières nouveautés
en test
2 les meilleures astuces
+
TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS
ET FORUM D’ENTRAIDE WWW.THINK-HARDWARE.COM
Les PC de référence
N°
1
N°
2
N°
1
2
3
3
<128>
HARDWARE MAGAZINE - AOUT/SEPTEMBRE 2003
HARDWARE MAGAZINE - AOUT/SEPTEMBRE 2003
<129>
Avec l’APU du nForce2,
plus besoin de carte son !
Carte son :
Coté entrée de gamme, la
solution incontournable se
nomme encore Athlon XP
même si le Celeron est une
alternative intéressante en
2Ghz au vu de ses capacités
d’overclocking poussées. La
puce proposée par AMD offre
néanmoins un très bon niveau
de performance tout en étant
proposé à un prix plancher. Il
sera ainsi possible de trouver
la version 2200+ pour moins
de 75 € dans le commerce. Ce
processeur aura l’avantage
d’offrir de meilleures performances qu’un Celeron si on
ne l’overclocke pas. Ce processeur chauffe moins dans
sa dernière version mais pensez quand même à investir
une quinzaine d’euros supplémentaire dans un ventilateur
correct.
AMD Athlon XP 2200 +
(79 €)
Processeur
Avec le Nforce 2 Nvidia domine toujours sur le marché des
cartes mère toute intégrées.
La Leadtek K7NCR18G est
l’un des nombreux modèles
disponible, elle est basée sur
le Nforce 2-G, soit la version
dotée du chipset Graphique
de type GeForce 4 MX mais
dépourvue des options supplémentaires comme le
FireWire ou encore le contrôleur audio. On se retrouve du
coups avec un ensemble carte
mère/carte graphique homogène pour un prix des plus raisonnables. En effet la
K7NCR18G est commercialisée aux environs de 120€.
Comme avec le Nforce premier du nom, il sera possible
d’upgrader votre carte graphique plus tard, cette carte
mère est en effet dotée d’un
port AGP,
Leadtek K7NCR18GPro
(120 €)
Carte mère/carte
graphique/son
Même si on cherche à faire
des économies, il est toujours
bon d’opter pour un moniteur
correct. L’Iiyama 17’
LS704UT a le mérite d’offrir
une qualité d’affichage plus
qu’honorable tout en étant
proposé aux environ de 210 €.
Iiyama 17 pouces LS704UT
(210 €)
Moniteur :
Les prix des disques durs ont
considérablement chuté, du
coup il est désormais possible
d’opter pour un modèle relativement spacieux et tout de même
performant. Un des exemples
dans le domaine se trouve être
le modèle 60 Go de la gamme
WD chez Western qui est proposé à peine à 85 €. En cas de
budget vraiment serré, il sera
néanmoins possible de se
rabattre sur le modèle 40 Go qui
ne coûte quant à lui que 60 €.
Cela dit, pour seulement 20 €, il
serait dommage de se priver de
20 Go d’espace supplémentaire.
WesternDigital WD600BB
(85 €)
Disque dur
Le Lite-On LTD-163 a pour
principal argument son rapport qualité/prix. Il s’agit en
effet d’un modèle 16x/48x très
performant que l’on peut trouver à environ 61 € dans le
commerce. En contre partie, il
a un défaut, il est très bruyant.
Cela dit, dans une machine
d’entrée de gamme, il trouvera
parfaitement sa place.
Lite-On DVD 16/48
LTD-163 (61 €)
Lecteur DVD :
Les prix de la mémoire varie
beaucoup mais elle est plutôt
abordable en ce moment.
Windows XP est en effet très
gourmand de ce coté. Opter
pour 2*128 Mo de DDR 333 à
environ 60 € sera donc un bon
compromis entre confort et
économies et vous pourrez
profiter du Dual Band du
Nforce2.
256 Mo de DDR (45 €)
Mémoire :
A tout cela on pourra
adjoindre un kit d’enceinte Altec Lansing ATP3
pour 84 € et éventuellement un graveur Lite-On
LTR-48125W 48/12/48
pour environ 80 €. En
ajoutant quelques euros
supplémentaires pour le
boîtier, la souris et le clavier on arrive à un total à
moins de 1000 Euros,
pour ce prix là, vous
obtiendrez donc une
machine relativement
performante et surtout
Avec les prix qui sont aujourd’hui pratiqués, il est possible de se monter une petite machine abordable et néanmoins relativement
performante. Certes, on ne pourra pas jouer en 1600x1200 toutes options sur le dernier titre à la mode. Malgré tout, il s’agira d’une
machine suffisamment polyvalente pour offrir un confort d’utilisation correct quelque soit l’application utilisée.
un PC au budget serré
<130>
HARDWARE MAGAZINE - AOUT/SEPTEMBRE 2003
2*256 Mo de mémoire DDR 333
sont parfait pour exploiter le dual
band d mais vous pouvez aussi
passer à la DDR 400, beaucoup
moins chère depuis quelques
temps si vous voulez pousser un
peu votre processeur. Dans ce
cas, prenez de la mémoire de
marque pour ne pas avoir des
2x256 Mo de DDR (90 €)
Mémoire :
L’Athlon XP reste le processeur ayant le meilleur rapport
qualité prix toutes catégories
confondues, la version Barton
a en outre pour avantage
d’être plus overclockable.
Dans sa version 2500 +, il sera
à même de satisfaire les utilisateurs les plus exigeants,
aussi bien pour jouer et les
applications les plus gourmandes tourneront correctement. Coté prix, on le trouve
dans le commerce à environ
100 ¤. Evidement, Athlon XP
oblige, il faudra prévoir un
radiateur et un ventilateur
dignes de ce nom.
AMD Athlon XP 2500+
Barton (100 €)
Processeur
La gamme NF7 d’Abit repose
sur le chipset nVidia nForce2.
C’est à l’heure actuelle la
meilleure solution pour processeur AMD. Notez cependant
que, bien que la NF7 dispose
de trois slots DDR, seuls deux
d’entre eux sont utilisables avec
de la DDR 400. La NF7 est
construite très proprement,
reposant sur un PCB vermillon
original et élégant avec une
conception plutôt classique.
Nous avons dépassé les 220
MHz de bus stable (avec un
processeur débridé) avec de la
mémoire DDR 400 aux performances limitées (Samsung).
Côté son, elle se contente
d’un son ALC 650 5.1 avec sortie optique, et offre le réseau
100 Mbps, 4 ports USB 2.0.
Notez qu’il existe une version
avec le Serial ATA et Firewire
en plus et une • NF7-M avec
le GeForce4 MX intégrée
Carte mère ABIT NF7
ULTRA (100 €)
Carte mère
timings trop hauts.
Carte à base de radeon
9600 Pro (180 €)
Au niveau carte 3D de milieu
de gamme, ATi domine outrageusement le marché. La
9500 Pro est idéale de part
ses capacités DX9, ses performances en antialiasing et sa
bonne tenue générale. Une
nVidia 4600 ne fait pas le
poids face à elle. Puisque la
9500 Pro devient introuvable,
c’est le choix du moment en
attendant peut être une bonne
Carte graphique :
Quitte à investir un peu plus
en matière de moniteur, autant
passer directement au 19’.
Les références ne manquent
pas et il existe beaucoup de
bons produits. Parmi eux, on
retrouve notamment le
Diamond Plus 93SB de
Mitsubishi. Doté du tube
Diamondtron de la même
marque, il offre une qualité
d’affichage haut de gamme et
reste abordable coté prix, que
demander de plus ?
Mitsubishi 19 pouces
Diamond Plus 93SB (390 €)
Moniteur :
La Audigy Player 5.1 de
Creative à l’intérêt d’être très
complète, elle pourra donc
satisfaire autant les joueurs
que les musiciens en herbe.
Certes, il ne s’agit pas du
modèle le plus musclé du marché, mais pour 90 €, elle ne
s’en tire quand même pas mal.
La différence par rapport à
Creative audigy player 5.1
EAX 90 €
Carte son
Comme on l’a déjà dit pour la
machine “ d’entrée de
gamme ”, il est désormais
possible de trouver des
disques durs performants et
très gros pour un prix raisonnable. Le dernier modèle 7200
tours de 120 Go d’IBM allie
silence et performances pour
un prix raisonable. On le trouve en boutique à moins de
105 ¤ ce qui en fait un modèle
de choix pour tout PC.
IBM 180 GXP 120 Go
7200 trs (105 €)
Disque dur
surprise du côté de la FX 5900
Value.
Afin de compléter l’ensemble on rajoutera donc
un kit d’enceintes 4.1
Creative FPS 1600 pour
85€, un graveur graveur
Lite-On LTR-48125W
48/12/48 pour environ 55 €.
En ajoutant les éléments
supplémentaires que sont le
clavier la souris et le boîtier
on arrive alors à un total de
moins de 1500 €.
Le Lite-On LTD-163 a pour
principal argument son rapport qualité/prix. Il s’agit en
effet d’un modèle 16x/48x très
performant que l’on peut trouver à environ 61€ dans le
commerce. En contrepartie, il
a un défaut, il est très bruyant.
Si c’est rédhibitoire pour vous,
optez pour Pioneer ou Sony,
plus chers et moins performants mais plus silencieux.
Lite-On DVD 16/48 LTD163 (45 €)
Lecteur DVD :
l’AC97 fourni sur les cartes
mères est vraiment réel dans
les jeux.
Pour moins de 1800 Euros, il est possible aujourd’hui de se constituer une machine vraiment très performante, tant pour jouer que pour travailler.
A ce prix là, on peut même se permettre d’opter pour un moniteur 19 pouces, un kit d’enceintes percutant et un graveur, alors pourquoi se priver ?
en visant un peu plus haut
2
HARDWARE MAGAZINE - AOUT/SEPTEMBRE 2003
<131>
cale, voilà comment on peut
décrie cette carte son qui
constitue actuellement le top en
la matière.
port FireWire (réseau, video),
signal 5.1, EAX Advanced HD
pour un environnement audio
ultra réaliste dans les jeux,
aussi performante pour les
jeux que pour la création musi-
Creative Audigy 2
(125 €)
Carte son
Certes cette version 180 Go
d’IBM n’est pas donnée mais
comme son cousin en taille 80
Go, elle est la plus performante du
marché dans cette capacité et se
montre silencieuce. Si vous
n’avez pas besoin d’autant de Go,
la version DiamondMax Plus 9 de
160 Go et 8Mo de mémoire
cache de Maxtor est une bonne
alternative.
IBM 180 GXP 180 Go 7200
trs ( 180¤)
Disque dur
meilleurs timings !
Opter pour deux barrettes de
256 Mo de DDR 400 à 40 € vous
offrira un confort idéal sous
Windows. Attention, avec une
bonne marque, vous aurez de
Tant qu’à se faire plaisir autant
opter pour ce qui se fait de
(presque) mieux en 3D, à savoir
la Radeon 9800 Pro. Il s’agit de
la carte lla plus équilibrée tant
que les FX 5900 ne seront pas
plus abordables. Aucun jeu ne
la fait ramer à cette heure !
Nouveau processeur Pentium 4
FSB 800 oblige, nous changeons notre chipset de référence. Le I865PE se révèle le
meilleur rapport performances,
fonctionnalités, prix du moment
mais si vous êtes vraiment exigeant, vous pouvez opter pour
le I875. Parmi les références du
marché, vous pouvez opter pour
le modèle MSI Neo865PE Neo2FIS2R qui offre sans nul doute le
meilleur rapport qualité/prix
actuel. Dans le très haut de
gamme, comment ne pas citer
la Chaintech 9CJS Zénith à
base de I875 qui offre tout ce
qu’une carte mère peut proposer et même plus grâce au son
7.1 et au Cbox muni d’une télécommande pour piloter toutes
les fonctions essentielles du PC.
Mais n’oublions pas les Asus
P4C800 et Abit IC7, reine de
l’overclocking.
Nous avons changé notre fusil
d’épaule en haut de gamme.
Avec leur prix en baisse et
leur capacité d’overclocking
énorme, les P4 sont bougrement interessants en ce
moment. Un modèle 2,4C Ghz
montera sans probleme à 2,9
Ghz associé à un bon ventirad
sachant que sa protection
contre la chaleur vous prémunit de toute mauvaise manipulation. Plus qu’il n’en faut pour
la plupart des applications.
2x256 Mo de DDR (90 €)
Radeon 9800 Pro (410 €)
I865 PE (160 €)
Intel Pentium 4 2,4C Ghz
(190 €):
Mémoire :
Carte graphique
Carte mère
Processeur
Pour finir cette fois-ci nous
opterons pour un kit d’enceinte
Creative MegaWorks 550 THX
(kit 5.1) pour exploiter au mieux
l’Audigy 2 (519 €), un graveur
Yamaha CRW-F1 (44/24/44) à
209 € et un ensemble
clavier/souris et boîtier de
meilleure qualité, ce qui donnera alors un total de 2300 euros
environ.
Le DVD-106S constitue la
Rolls actuellement en matière
de lecteur DVD, il offre d’excellentes performances en lecture, puisque l’on atteint 16x
sur DVD-Rom, et 40x sur CDRom , 65 € tout en étant relativement silencieux.
Pioneer DVD-106S (69 €)
Lecteur DVD :
Quand on a les moyens, autant se faire plaisir. Mais même dans ce cas là, il est possible de faire attention à ce que l’on prend afin de ne pas dépenser son argent inutilement. Prix élevé ne signifie en effet pas forcément performances haut de gamme. Alors quoi prendre pour se faire plaisir ?
dream machine, prix réaliste
3
Les cartes graphiques
Le marché des cartes graphiques est sans aucun doute le plus mouvementé de tous.
ATI et nVidia tiennent le haut du pavé et laissent peu de place aux alternatives. Malgré
la sortie du Ge Force FX 5800 Ultra, ATI garde une longueur d’avance très nette sur les
chipsets haut de gamme avec l’excellent Radeon 9700 Pro et plus récemment le 9800 Pro. Les
inconditionnels de nVidia peuvent donc conserver leur Ti 4200 ou 4600 en attendant la sortie du
NV35, ce qui laisse largement le temps de faire des économies. L’entrée et le milieu de gamme
sont mieux répartis et les GeForce FX 5600 et 5200 occupent une place honorable en théorie
grâce à leurs performances mais leur arrivée en nombre sur les étalages se fait attendre. Du
coté d’ATI, nous sommes en pleine transition. Alors que l’on ne trouve plus le fameux Radeon
9500 Pro, les nouvelles cartes à base de RV350 et RV280 se font aussi attendre. Les Radeon
9200 et 9600 en versions Pro et « normales » viennent remplacer les 9100 et 9500 sans vraiment
apporter de nouveautés et de gains de performance mais leurs prix devraient sensiblement chuter
d’ici la rentrée. Il est donc peut être sage d’attendre un peu si on lorgne sur ces chipsets.
Les cartes graphiques
>
nVidia Ge Force FX
5900 et 5900 Ultra
nVidia Ge Force 4
Ti 4200-8X
Fréquence core : 400/450 MHz
Fréquence RAM : 425 MHz
Bus mémoire : 128/256 bits DDR
Pixel Pipeline : 8
Bande Passante mémoire : 27,2 Go/s
Fillrate : n.c
Compatibilité : Direct X 9, Cine FX, Intellisample,
vertex shaders 2.0+, Pixel shaders 2.0+
Fréquence core : 250 MHz
Fréquence RAM : 250 MHz
Bus mémoire : 128 bits
Pixel Pipeline : 4
Bande Passante mémoire : 8 Go/s
Fillrate : 1.1 Gpixels/s
Compatibilité : Direct X 8.1, vertex shaders 1.1,
Pixel shaders 1.3
Le dernier chipset haut de gamme de nVidia offre des performances mitigées. Les efforts des constructeurs ont en revanche
payés en matière de silence et si cette carte est souvent un peu
grose, elle est au moins devenue silencieuse. La version Ultra arrive
à dépasser sur certaines applications le Radeon 9800 Pro mais au
prix de réglages drivers discutables. Grâce à la nouvelle version
SE, et aux constructeurs qui baissent les prix et offrent des bundles
très riches, nVidia peut encore lutter en haut de gamme mais sa
domination en performances pures est finie.
nVidia Ge Force FX
5200 / 5200 Ultra
nVidia Ge Force FX
5600 / 5600 Ultra
Fréquence core : 250/325MHz
Fréquence RAM : 250/325MHz
Bus mémoire : 128 bits
Pixel Pipeline : 4
Bande Passante mémoire : n. c.
Fillrate : n. c.
Compatibilité : Direct X 9, Cine FX, vertex shaders 2.0+, Pixel shaders 2.0+
Fréquence core : 325/350MHz
Fréquence RAM : 275/350 MHz
Bus mémoire : 128 bits
Pixel Pipeline : 4
Bande Passante mémoire : n. c.
Fillrate : n. c.
Compatibilité : Direct X 9, Cine FX, vertex shaders 2.0+, Pixel shaders 2.0+
Le GeForce FX 5200 arrive à peine dans les bacs et se présente
comme la solution d’entrée de gamme de nVidia. La version Ultra
est un peu plus musclée coté core et Ram et les deux utilisent un
de la mémoire DDR I. Attention toutefois, les Ge Force FX 5200
dotées de 64 Mo de RAM utilisent un bus mémoire 64 bits et un
core cadencé à 200 voir 166 MHz. Il faut donc privilégier la version 128 Mo et bien vérifier que le core est à 250 Mhz, sinon,
adieu les performances.
<132>
Les vieilles recettes sont souvent les meilleures. Plus d’un an
après sa sortie le Ge Force 4 Ti 4200 est encore une solution
viable, même si elle n’offre pas les performances des chipsets
plus récents. SI votre budget est inférieur à 180 euros, c’est certainement vers le Ti 4200 que votre choix peut se porter, en attendant une éventuelle baisse des prix sur l’entrée et le milieu de
gamme d’ATI.
Si le Ge Force FX 5200 est pour le moment le seul chipset Direct
X 9 dans sa gamme de prix, le 5600 et le 5600 Ultra doivent subir
la rude concurrence du 9600 Pro. D’autant plus que ce dernier
devrait atteindre des prix bien plus bas que son illustre prédécesseur, le Radeon 9500 Pro. Mis à part cela, le 5600, surtout dans
sa version Ultra, est une solution de milieu de gamme très attirante grâce au Cine FX et à d’honorables performances en FSAA et
ansitropic filtering.
HARDWARE MAGAZINE - AOUT/SEPTEMBRE 2003
ATI Radeon
9000 Pro 128 Mo
ATI Radeon 9600 /
9600 Pro
Fréquence core : 275 MHz
Fréquence RAM : 200 MHz
Bus mémoire : 128 bits
Pixel Pipeline : 4
Bande Passante mémoire : 8.2 Go/s
Fillrate : 1.1 Gpixels/s
Compatibilité : Direct X 8.1, vertex shaders 1.1,
Pixel shaders 1.4
Fréquence core : 325/400 MHz
Fréquence RAM : 200/300 MHz
Bus mémoire : 128 bits
Pixel Pipeline : 4
Bande Passante mémoire : 6.4/9.6 Go/s
Fillrate : 1.3/1.6 Gpixels/s
Compatibilité : DirectX 9, vertex shaders 2.0,
Pixel shaders 2.0
Le Radeon 9000 représente l’entrée de gamme actuelle d’ATI. Il
convient à des configurations un peu anciennes et leur permet d’atteindre un niveau de performances très honorable pour une carte
de ce prix. On peut toutefois attendre de voir ce que donnera le
Radeon 9200 qui a l’avantage d’être compatible Direct X9.
Le Radeon 9600 est le remplaçant du Radeon 9500, dans sa version Pro et classique. Il n’apporte pas de performances supplémentaires, voir le même le contraire. Du fait d’une diminution de
moitié du nombre de pixel pipelines, contrebalancée par une gravure à 0.13 microns et des fréquences core et mémoire plus élevées.
Toutefois, il s’agit d’une solution de milieu de gamme très performante qui conviendra à la majorité des PC.
ATI Radeon
9800 Pro
nVidia Ge Force 4
Ti 4800
Fréquence core : 380 MHz
Fréquence RAM : 340 MHz
Bus mémoire : 256 bits
Pixel Pipeline : 8
Bande Passante mémoire : n. c.
Fillrate : n. c.
Compatibilité : DirectX 9, vertex shaders 2.0,
Pixel shaders 2.0, Hyper Z III+
Fréquence core : 300 MHz
Fréquence RAM : 325 MHz
Bus mémoire : 128 bits
Pixel Pipeline : 4
Bande Passante mémoire : 10.4 Go/s
Fillrate : 4.8 Gpixels/s
Compatibilité : Direct X 8.1, vertex shaders 1.1,
Pixel shaders 1.3
Le Radeon 9800 Pro est à ce jour le chipset le plus puissant. Il
convient aux configurations musclées et aux utilisateurs exigeant le
maximum de performances. Son prix est évidemment en conséquence mais il garanti une longévité maximale. Seul le Ge Force FX
5900 Ultra et ses drivers non conventionnels est en mesure de rivaliser sur certains points avec le 9800 Pro.
Le Ge Force 4 Ti 4800 est la version AGP 8X du Ti 4600, certainement
la meilleure solution haut de gamme lors de sa sortie. Tellement performante d’ailleurs qu’elle peut battre à plate couture nombre de chipsets
actuels de milieu de gamme en performances brutes. Si l’on ne tient
pas à utiliser en profondeur les fonctionnalités comme le FSAA c’est
une solution extrêmement valable d’autant plus que le prix des 4800
est passé en dessous des 150 euros chez certains constructeurs.
1
2
Le tableau 1 représente les performances en images par secondes sur deux tests types de UT 2003, l’un en 1024x768
avec l’anisotropic filtering et le FSAA activés en X4 et l’autre sans ces effets en 1280x1024. Le second tableau établit
un classement en fonction des deux résultats précédents pour établir un classement regroupé et donc plus lisible.
HARDWARE MAGAZINE - AOUT/SEPTEMBRE 2003
<133>
Les chipsets et la mémoire
Chipsets Intel
<136>
Chipset
Processeurs
supportés
Spécifications
techniques
Informations
VIA Appolo
133T
Celeron & Pentium III FCPGA
et VIA C3 (Socket370)
Fréquence de bus : 66/100/133 MHz
SDRam PC133 - AGP4x - Ultra ATA66 USB1.1 - LAN 10/100
Les cartes mères équipées de ce chipset n’auront d’utilité que dans le cas d’un reclassement
de processeur. On pourra ainsi monter un petit serveur à moindre coût, mais il est clair qu’en
termes de performances ces plateformes sont dépassées.
VIA Appolo
Pro 266T
Celeron & Pentium III FCPGA
Fréquence de bus : 66/100/133 MHz
DDR266 ou SDRam PC133 - AGP4x
Ultra ATA100 - USB1.1 - Audio 6 canaux
LAN 10/100
Ce qui s’applique à l’Appolo 133T est aussi vrai pour le 266T : les performances de ce type de
solution sont en retrait des configurations actuelles et l’utiliser en configuration principale ne
s’expliquera que par le désir de limiter les dépenses.
Intel i845PE
Pentium 4 FSB400 & 533
Support de l’Hyperthreading - DDR 266/333
AGP 4x - Ports USB2.0 - Ultra ATA100
Audio 6 canaux (Dolby Digital) - LAN 10/100
Le chipset i845PE d’Intel est encore une solution à ne pas négliger pour les petits budgets ne
souhaitant pas se tourner vers les P4 FSB800, même si quelques constructeurs de cartes
mères (Abit et MSI) ont sorti des versions susceptibles de les accueillir. L’offre avec ce chipset
est variée et complète, et son niveau de performances encore très honorable.
VIA P4X400
Pentium 4 FSB400 & 533
Concurrent du i845PE, l’offre basée sur ce chipset est moins variée. Son prix assez faible est
DDR 266/333 (400 non officiel) - AGP 8x
Ports USB2.0 - Ultra ATA133 - Audio 6 canaux néanmoins un avantage pour les budgets serrés, même si les perspectives d’évolution sont là
LAN 10/100
aussi faibles.
Intel E7205
Pentium 4 FSB400 & 533
Premier chipset DualDDR pour Pentium 4, le Granite Bay a connu des débuts difficiles en raiSupport de l’Hyperthreading - DualDDR 266
+ ECC (mode synchronisé) - AGP 8x
son d’une disponibilité aléatoire. Malgré de bonnes performances et un bon potentiel d’overPorts USB2.0 - Ultra ATA100 - Audio 6 canaux clocking, son prix élevé reste son principal handicap. Sachant qu’il ne pourra pas accueillir les
(Dolby Digital) - LAN
P4 FSB800, il sera préférable de se tourner vers les tout récents i865PE.
Intel E7505
Xeon FSB533 (bi-cpu)
Déclinaison bi-cpu du E7205, le E7505 est une solution destinée aux stations de travail plus
Support de l’Hyperthreading - DualDDR 266
+ ECC (mode synchronisé) - AGP 8x
qu’aux PC de particuliers, ne serait-ce que par le coût qu’elle engendre (les Xeon sont beauPorts USB2.0 - Ultra ATA100 - Audio 6 canaux coup plus chers que les Pentium 4 classiques, et les cartes mères équipées de ce chipset
(Dolby Digital) - LAN
sont elles-même très onéreuses). Bref, un chipset qui n’est pas à la portée de toutes les
bourses.
SiS651
Pentium 4 FSB400, 533 & 800
Support de l’Hyperthreading (Révisions B du
chipset) - DDR 200/266/333 ou SDRam
PC100/133 - Solution graphique intégrée +
AGP4x - Ports USB2.0 - Ports Firewire
Ultra ATA133 - Audio 6 canaux - LAN
Cette solution tout intégrée a l’avantage de présenter un coût assez réduit eu égard de ses possibilités. Elle permet en outre d’utiliser dans certains cas de la SDRam d’ancienne génération
(PC100 – 133) pour les utilisateurs ne souhaitant pas une configuration orientée vers les performances.
SiS655
Pentium 4 FSB400, 533 & 800
Support de l’Hyperthreading (Révisions B du
chipset) - DualDDR 266/333 - AGP 8x
Ports USB2.0 - Ports Firewire - Ultra ATA133
Audio 6 canaux -LAN
SiS nous livre ici un chipset DualDDR beaucoup plus accessible financièrement que l’E7205
d’Intel, avec des performances globalement identiques. Les fonctionnalités embarquées sur les
cartes mères utilisant ce chipset en font une des meilleures solutions pour P4 FSB533. Il reste toutefois peu évolutif malgré le support de l’hyperthreading pour les révisions B du chipset.
SiS648
Pentium 4 FSB400, 533 & 800
Support de l’Hyperthreading (Révisions B du
chipset) - DDR 266/333 - AGP 8x - Ports
USB2.0 - Ports Firewire - Ultra ATA133
Audio 6 canaux - LAN
Ce chipset n’est rien moins que le SiS655 privé de la technologie DualDDR. S’il est un peu
moins cher que ce dernier, il s’avère également moins performant.
Intel i875P
Pentium 4 FSB400, 533 & 800
Support de l’Hyperthreading - Dual DDR
266/333/400 + ECC - Technologie PAT
(Intel Performance Acceleration Technology)
AGP8x - Ports USB2.0 - Contrôleur SATA
Raid Intel intégré - Ultra ATA100 -Audio 6
canaux (Dolby Digital) - LAN 10/100 ou 1Gb
Ce chipset représente le haut de gamme de l’offre Intel. Outre le support du Dual DDR, de
l’Hyperthreading et des P4 FSB800, les cartes mères équipées de l’i875P bénéficient d’un très
grand nombre de fonctionnalités, ce qui justifie partiellement leur prix relativement élevé.
Intel i865PE
Pentium 4 FSB400, 533 & 800
Support de l’Hyperthreading - Dual DDR
266/333/400 - AGP8x - Ports USB2.0
Contrôleur SATA - Raid Intel intégré
Ultra ATA100 - Audio 6 canaux (Dolby Digital)
LAN 10/100 ou 1Gb
L’i865PE n’a pas grand-chose à envier au i875P : la seule différence entre ces deux chipsets est
que le second dispose de la technologie PAT (Performance Acceleration Technologie), une sorte de
mode « Turbo » qui permet une amélioration des performances de l’ordre de 1 à 3%. L’écart de
prix assez important en faveur du i865PE en fait une solution des plus intéressantes pour P4
FSB533 et FSB800, d’autant que certains constructeurs ont réussi à activer le PAT sur ce chipset…
Intel i865P
Pentium 4 FSB400 & 533
Support de l’Hyperthreading - Dual DDR
266/333 - AGP8x - Ports USB2.0 - Contrôleur
SATA - Raid Intel intégré (ICH5R) - Ultra
ATA100 - Audio 6 canaux (Dolby Digital) LAN 10/100 ou 1Gb
Parent pauvre de l’i865PE, ce chipset n’offre qu’un support officiel des processeurs
FSB533 et de la mémoire DDR333. Il reste toutefois plus abordable que l’E7205.
Intel i865G
Pentium 4 FSB400, 533 & 800
Ce chipset n’est rien d’autre qu’un i865PE disposant d’une solution graphique intégrée :
Support de l’Hyperthreading - Solution graphique intégrée - Dual DDR 266/333/400 FSB800 et DDR400 sont donc de la partie, ainsi que le Dual DDR.
AGP8x - Ports USB2.0 - Contrôleur SATA - Raid
Intel intégré (ICH5R) - Ultra ATA100 - Audio 6
canaux (Dolby Digital) - LAN 10/100 ou 1Gb
Intel i850E
Pentium 4 FSB400, 533
Support de l’Hyperthreading - Rambus
(RDRAM) PC800/PC1066 - AGP 4x
Ports USB1.1 - Ultra ATA100 Audio 6 canaux -LAN
Le développement des chipsets DualDDR a concouru à l’abandon de la Rambus chez Intel. Le
i850E, qui jusqu’alors pouvait se targuer d’être encore le chipset le plus performant pour
Pentium 4, voit la fin de sa domination avec la sortie des chipsets i865PE et i875P. Ces derniers le
dépasseront sans doute au niveau des performances, mais le FSB800 le rend en outre obsolète :
son coût élevé n’a ainsi plus aucun justificatif.
ATI Radeon
9100 IGP
Pentium 4 FSB400, 533 & 800
Support de l’Hyperthreading - Solution graphique intégrée (Radeon 9000 avec gestion de
la sortie TV et DVI) - Dual DDR 266/333/400 AGP8x - Ports USB2.0 -LAN 10/100
Le Radeon 9100 IGP se présente comme un sérieux concurrent au i865G d’Intel, sa partie graphique intégrée étant nettement plus performante. Néanmoins, au contraire de nVidia avec les
processeurs AMD, ATI devrait difficilement conquérir le marché des utilisateurs finaux car
aucune évolution sans carte graphique intégrée (donc moins coûteuse) n’est prévue.
et VIA C3 (Socket370)
HARDWARE MAGAZINE - octobre/novembre 03
Chipsets AMD
Chipset
Processeurs
supportés
Spécifications
techniques
AMD
760MPX
Athlons MP FSB266
DDR266 registered - AGP4x - Ports USB1.1
- Ultra ATA100
Autant AMD délègue la production des chipsets pour ses solutions monoprocesseurs à des fondeurs
tiers, autant la marque produits toujours ses chipsets bi-processeurs. Ce type de plateforme est
bien sûre supérieure à une solution monoprocesseur de même fréquence, mais le prix d’achat est
sans commune mesure étant donné le prix des Athlons MP.
VIA KT133A
Athlons FSB200/266 (attention,
tous les athlons XP ne sont pas
supportés)
SDRam PC100/133 - AGP4x - Ultra ATA100 Audio intégré
Outre un certain nombre de problèmes d’alimentation de ports USB, ce chipset s’avère dépassé :
quitte à opter pour une carte mère aussi peu évolutive autant s’orienter vers un VIA KT266A qui
dans certaines déclinaisons permet de recycler sa SDRam.
VIA KT266A
Athlons FSB200/266
DDR 200/266 ou SDRam PC100/133 AGP4x - Ultra ATA100 - Audio intégré
Evolution du KT266, le KT266A a corrigé quelques bugs et est donc un chipset intéressant pour
qui veut une solution peu coûteuse et susceptible d’accueillir des processeurs AMD socket A de
génération ancienne.
VIA KT400A
Athlons XP FSB266 et 333 &
Bartons FSB333
DDR 266/333/400 - AGP8x - Ports USB2.0 - Remplaçant du KT400, le KT400A apporte une meilleure gestion de la mémoire et ainsi des performances en hausse.
Ultra ATA133 - Contrôleur SATA - Audio 6
canaux - LAN 10/100
VIA KT600
Athlons XP FSB266 et 333 &
Bartons FSB333 et FSB400
Le KT600 apporte au KT400A une meilleure gestion de la mémoire vive ainsi que le support des
processeurs AMD FSB400, afin de rivaliser avec les dernières versions du nForce2
nVidia
nForce2
Athlons XP FSB266 et 333 &
Bartons FSB333
DDR 266/333/400 -AGP8x - Ports USB2.0 Ultra ATA133 - Contrôleur SATA - Audio 6
canaux - LAN 10/100
DualDDR 266/333/400 - GeForce4Mx intégré (IGP) - AGP8x - Ports USB2.0 - Port
Firewire (MCP-T) - Ultra ATA133 -APU 6
canaux Dolby Digital (MCP-T) - 2 contrôleurs Ethernet 10/100 (MCP-T)
Athlons XP FSB266 et 333 &
nVidia
nForce2 400 Bartons FSB333 et FSB400
DDR 266/333/400 - GeForce4Mx intégré
(IGP) - AGP8x - Ports USB2.0 - Port
Firewire (MCP-T) - Ultra ATA133 - APU 6
canaux Dolby Digital (MCP-T) - 2 contrôleurs Ethernet 10/100 (MCP-T)
Evolution du nForce2 premier du nom, ce chipset est moins performant que celui-ci du fait d’une
gestion de la mémoire sur un seul canal, dans le but de rivaliser question coût avec les chipsets VIA
et SiS.
nVidia
nForce2
Ultra 400
DualDDR 266/333/400 -GeForce4Mx intégré (IGP) - AGP8x - Ports USB2.0 - Port
Firewire (MCP-T) - Ultra ATA133 - APU 6
canaux Dolby Digital (MCP-T) - 2 contrôleurs Ethernet 10/100 (MCP-T)
Le nForce2 Ultra 400 n’est rien d’autre qu’un nForce2 auquel a été attribué un support officiel du
FSB400 : il reprend donc le flambeau de la performance que possédait jusqu’alors son prédecesseur.
Athlons XP FSB266
DDR 266 - AGP4x- Ports USB1.1 - Ultra
ATA100 - Audio intégré - LAN 10/100
Ce chipset doit en grande partie son succès à un coût peu élevé et à son adoption par ECS sur la
K7S5A. Cette dernière, encore beaucoup vendue, est une solution à bas coût intéressante mais dont
les perspectives d’évolution sont faibles : elle n’accepte en effet que les processeurs FSB266.
Athlons FSB266/333/400
DDR 266/333/400 - AGP8x - Ports USB2.0 Ultra ATA133 - Audio 6 canaux - LAN
10/100
Premier chipset SiS à gérer les Athlons FSB400, le SiS748 reprend la recette de ce qui a fait le succès de ses prédécesseurs : un coût réduit et un bus Mutiol permettant des transferts très rapide
entre le Southbridge et le Northbridge.
Barton FSB400 pour certaines
révisions
Athlons XP FSB266 et 333 &
Bartons FSB333 et FSB400
Barton FSB400 pour certaines
révisions
SiS 735
SiS 748
Informations
Ce chipset a longtemps été la référence pour processeurs Athlons, en terme de performances
comme de fonctionnalités. Leadtek, Abit ou Epox ont annoncé leur déclinaison de cartes mères supportant officiellement un bus système de 200 MHz (pour Athlons FSB400), avant la disponibilité
effective des nouvelles versions du chipsets.
La mémoire
Type
Fréquence
Chipsets/processeurs concernés
Usage
SDRAM
PC100
100 MHz
KT133A/AMD FSB200
KT266A/ AMD FSB200
Appolo 133T/Intel socket370 bus 66/100
Appolo Pro 266T/ Intel socket370 bus 66/100
KT133A/AMD FSB266
KT266A/ AMD FSB266
Usage et timings standard (processeurs utilisant un
bus système de 100 MHz)
DDR
PC133
133 MHz
Appolo 133T/Intel socket370 bus 133
Appolo Pro 266T/ Intel socket370 bus 133
Usage et timings standard pour processeurs utilisant un
bus système de 133 MHz
Overclocking et/ou timings agressifs pour processeurs sur bus 100MHz
PC150
150 MHz
KT133A/AMD FSB266
KT266A/ AMD FSB266
Appolo 133T/Intel socket370 bus 133
Appolo Pro 266T/ Intel socket370 bus 133
Overclocking et/ou timings agressifs
PC1600
100 MHz
(200 MHz DDR)
AMD (FSB200) : KT266A/ SiS735
Intel (FSB400) : i845PE/VIA P4X400/Intel
E7205/SiS651/SiS655/SiS648
Usage et timings standard (processeurs AMD FSB200
ou Intel FSB400)
PC2100
133 MHz
(266 MHz DDR)
AMD (FSB266) : KT266A/SiS735/AMD
760MPX/KT400A/nForce2/SiS 748
Intel (FSB533) : i845PE/VIA P4X400/Intel
E7205/Intel
E7505/SiS651/SiS655/SiS648/i865PE/i875P
Usage et timings standard pour processeurs AMD
FSB266 ou Intel FSB533
Overclocking et/ou timings agressifs pour processeurs
AMD FSB200 ou Intel FSB400.
PC2700
166 MHz
(333 MHz DDR)
AMD (FSB266) : KT266A*/SiS735*/AMD
760MPX*/KT400A/nForce2/SiS 748
AMD (FSB333) : KT400A/nForce2/SiS 748
Intel (FSB533) : i845PE/VIA P4X400/Intel
E7205*/Intel
E7505*/SiS651/SiS655/SiS648/i865PE/i875P
Usage et timings standard pour processeurs AMD FSB333
Overclocking et/ou timings agressifs pour processeurs
AMD FSB266 ou Intel FSB533
PC3000
183 MHz
(366 MHz DDR)
AMD (FSB333) : KT400A/nForce2/SiS 748
Intel (FSB533) : i845PE/VIA
P4X400/SiS651/SiS655/SiS648/i865PE/i875P
Overclocking et/ou timings agressifs pour processeurs
AMD FSB266/333 ou Intel FSB533
PC3200
200 MHz
(400 MHz DDR)
AMD (FSB333) : KT400A/nForce2/SiS 748
AMD(FSB400) : nForce2/SiS 748
Intel (FSB533) : i845PE/VIA P4X400/
SiS651/SiS655/SiS648/i865PE/i875P
Intel (FSB800) : i865PE/i875P
Usage et timings standard pour processeurs AMD
FSB400 et Intel FSB800
Overclocking et/ou timings agressifs pour processeurs
AMD FSB266/333 ou Intel FSB533
PC3500
217 MHz
(433 MHz DDR)
AMD (FSB400) : nForce2/SiS 748
Intel (FSB800) : i865PE/i875P
Overclocking et/ou timings agressifs pour processeurs
AMD FSB400 et Intel FSB800
PC800
400 MHz
Pentium 4 FSB400 / Intel i850E
PC1066
533 MHz
Pentium 4 FSB400 & 533 / Intel i850E
Rambus
(RDRAM)
Usage et timings standard pour processeurs Intel FSB400
Pentium 4 FSB400 & 533 / Intel i850E
HardwareMAGAZINE
magazine
octobre/novembre 02
HARDWARE
- octobre/novembre
03
Overclocking et/ou timings agressifs pour processeurs
Intel FSB400
Usage et timings standard pour processeurs Intel FSB533
<137>
MÉGA
CONCOURS
box Archos
un PC nTube, un Juke
ts à gagner !
AV300, 5000 € de lo
re 03 - n 7
4 septembre/octob
DOSSIER PRATIQUE
!
er et booster son PC
pour choisir, upgrad
GUIDE PRATIQUE
P.60
Optimisez
votre PCe et
Comprendr
optimiser votre bios
Regler et optimiser
ses jeux pour
chaque carte
graphique
COMPARATIF
Le meilleur du
software
els outils
Comment et avec qu
Sécuriser et
monitorer son PC
r
Mesurer et optimise
s
ce
an
ses perform
Encoder un MP3,
un DIVX
Overclocker un
processeur,
une carte 3D
es,
Retoucher des imag
s
éo
des vid
D
Graver un CD, un DV
Récupérer ses
données
et plus encore...
P.104
Enceintes
2.1 et 5.1
Le bon son
au bon prix
GUIDE
P.56
Upgrade :
jeux et 3D
CPU ou
P.20
Gros
grosse carte 3D ?
Changer de
carte graphique :
les vrais gains
+
le guide de la
EN COMPLÉMENT :
visiophonie
téléphonie IP et de la
RANS TFT
+ EC
Type de dalle,
anence,
taille, rém
résolution
P.118
Les clés
d’un choix réussi
STAR
+ BIO
iDeq
le meilleur
MiniPC
6,10 ¤
- CAN 9 $ - DOM/TOM
bel / lux : 6,5 ¤ CH 9,5 FS
PC Update
e
t
a
d
p
U
C
P
P.136
PC Update : un an déjà !
Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire,
merci de partager votre passion avec nous.
N°7 en kiosque actuellement
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising