DOC FINAL DELIB 26 OCTOBRE v021012

DOC FINAL DELIB 26 OCTOBRE v021012
ALLAUCH
CARNOUX-EN-PROVENCE
CARRY-LE-ROUET
CASSIS
CEYRESTE
CHÂTEAUNEUF-LES-MARTIGUES
LA CIOTAT
ENSUÈS-LA-REDONNE
GÉMENOS
GIGNAC-LA-NERTHE
MARIGNANE
MARSEILLE
PLAN-DE-CUQUES
ROQUEFORT-LA-BÉDOULE
LE ROVE
SAINT-VICTORET
SAUSSET-LES-PINS
SEPTÈMES-LES-VALLONS
Octobre 2012
Ce projet est cofinancé par l'Union européenne
L'Europe s'engage en Provence-Alpes-Côte d'Azur avec le Fonds Européen de Développement Régional
Sommaire
Préambule.................................................................3
Le changement climatique : de quoi parle-t-on ?........5
Qu'est-ce-que l'effet de serre ?.......................................................................................... 5
Pourquoi un changement climatique ? .............................................................................. 5
Que représente une tonne équivalent CO2 ? ...................................................................... 6
Du global au local : une prise de conscience
internationale du changement climatique..................7
Les engagements internationaux, nationaux et régionaux................................................. 8
Les enjeux locaux : le territoire de Marseille Provence Métropole .................................... 10
Un territoire naturel exceptionnel........................................................................................................................ 10
Un modèle de développement fondé sur l’étalement urbain.................................................................................. 11
Une pauvreté et une pollution concentrées sur les centres ville............................................................................... 12
Les moyens d’action de MPM............................................................................................................................. 14
La démarche PCET ...................................................15
Le cadre réglementaire de la démarche ................................................................................ 15
Objectifs de cohérence et documents de planification ..................................................... 16
Cohérence réglementaire avec le SRCAE PACA ............................................................................................. 16
Cohérence avec les autres documents structurants...................................................................................... 17
Le déroulé de la démarche ............................................................................................................................ 19
Etape 1 : Le diagnostic – Bilan Carbone® et vulnérabilité ................................................. 20
Bilan Carbone® Territoire et Bilan Carbone® Patrimoine et Services ............................................................ 20
Analyse de la vulnérabilité du territoire de Marseille Provence Métropole.................................................. 23
Etape 2 : La construction des actions - mise en place de la concertation ........................... 30
Une campagne de communication préalable ................................................................................................ 30
Un appel public à participer........................................................................................................................... 30
Les ateliers de concertation........................................................................................................................... 31
Des contributions sur le site internet ............................................................................................................ 31
Etape 3 : La rédaction du portefeuille d'actions et du PCET .............................................. 33
Le PCET de Marseille Provence Métropole...................35
Les actions phares de la « stratégie Energie-climat » de MPM .................................................. 36
Les propositions d’adaptation............................................................................................................................. 36
Les Propositions d'atténuation............................................................................................................................ 41
Evaluation et suivi du Plan Climat ...............................43
1
La gouvernance .............................................................................................................. 43
Évaluation de la mise en œuvre du Plan Climat ............................................................... 44
L’évaluation du Plan Climat de MPM............................................................................................................. 44
L’évaluation du plan d’actions ....................................................................................................................... 44
Une démarche continue et participative ....................................................................................................... 45
Mode d’emploi des fiches actions et des fiches opérations ....................................................... 48
Grilles de lecture pour les fiches actions et les fiches opérations ...................................... 49
Volet 1 : MPM collectivité exemplaire................................................................................... 51
Axe 1 : Des équipements sobres en énergie.......................................................................................................... 52
Axe 2 : Se déplacer mieux................................................................................................................................... 52
Axe 3 : Permettre l'approbation des enjeux du Plan Climat par les agents de MPM.................................................... 53
Volet 2 : Les compétences opérationnelles de MPM................................................................ 61
Axe 1 : Se déplacer autrement ............................................................................................................................ 62
Axe 2 : Améliorer la gestion des déchets............................................................................................................... 63
Axe 3 : Améliorer la gestion des ressources en eau ................................................................................................ 64
Volet 3 : Un territoire qui s'adapte au changement climatique.................................................. 73
Axe 1 : Un développement territorial sobre et durable........................................................................................... 74
Axe 2 : Réhabiliter le parc existant et construire des bâtiments confortables été comme hiver .................................... 74
Axe 3 : La nature au service de la lutte contre le réchauffement climatique et la préservation de la biodiversité............ 75
Axe 4 : Soutien aux projets contribuant aux objectifs du Plan Climat......................................................................... 76
Volet 4 : Mobiliser les acteurs du territoire pour réussir le Plan Climat ........................................ 89
Axe 1 : Communiquer et sensibiliser sur les enjeux du Plan Climat ........................................................................... 90
Axe 2 : Valoriser les initiatives vertueuses ............................................................................................................. 91
Axe 3 : Gouvernance, évaluation et suivi du Plan Climat ......................................................................................... 91
Annexes ..................................................................99
Annexe 1 ► Le portefeuille des 114 opérations du PCET
Annexe 2 ► Tableaux de valeurs concernant les calculs des émissions de Gaz à
Effet de Serre
Annexe 3 ► Charte de concertation
Annexe 4 ► Les 460 propositions issues de la concertation
Annexe 5 ► Diagnostic du Bilan Environnemental des Déplacements (BED)
Annexe 6 ► Tableau des actions / opérations par axe et volet
2
Préambule
Le changement climatique est devenu une réalité pour tous. Si certaines
controverses subsistent encore sur la part réelle des activités humaines
dans les causes du réchauffement de notre planète, chacun s’accorde sur la
nécessité de développer des énergies renouvelables et de réduire les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES). En effet, changement climatique ou pas,
personne ne conteste que les énergies fossiles sont amenées à s’épuiser.
Leurs prix ne vont cesser d’augmenter et fragiliser les populations les plus
pauvres. De la même manière, si la question du rôle exact des GES peut encore faire débat, les pollutions générées par les activités humaines sont bien
réelles, comme leurs impacts sur la santé.
Dans ce contexte, la première étape – étape heureusement franchie il y a
20 ans à RIO – a été celle de la prise de conscience internationale de
l’importance du phénomène et donc, de la nécessité de le traiter. A ce
stade, peu de choses concrètes étaient véritablement posées mais les étapes suivantes (KYOTO en 1997, JOHANNESBURG en 2002, MONTREAL en
2005, COPENHAGUE en 2009, CANCUN en 2010, RIO + 20 en 2012) concrétisent, à chaque fois un peu plus, les engagements initiaux qui se précisent et
s’affinent qualitativement et quantitativement.
L’étape suivante a été, pour nous européens, une première traduction des
engagements internationaux dans le droit communautaire qui fixe maintenant des quotas pour 2020, que la France a ensuite introduit à son tour
dans sa législation (Loi de Programme fixant les Orientations de la Politique
Energétique du 13 juillet 2005) puis précisé, avec ses lois Grenelle 1 et 2
(août 2009 et juillet 2010), qui imposent aux collectivités locales de plus de
50 000 habitants de réaliser des Plans Climat Energie Territoriaux (PCET)
avant le 31 décembre 2012.
Mais ces obligations, on le voit bien dans ce système de « poupées russes »,
incombent finalement au maillon local qui a la charge, à travers les documents de planification qu’il rédige (Plan Climat, Schéma de Cohérence Territoriale, Plan Local d’Urbanisme, Plan de Déplacements Urbains, etc.) et les
actions qu’il conduit ou soutient, de trouver des solutions concrètes et
adaptées à son territoire.
3
Le penser global et agir local, prend toute sa signification dans cet emboîtement de responsabilités, mais montre aussi ses limites. Pour être efficace
il aussi penser local et agir global.
Penser local parce que les territoires n’étant pas égaux en termes de potentiel d’énergies renouvelables, de moyens, de besoins et de ressources, il
faut réfléchir à une stratégie de territoire adaptée. Agir global, pour que les
Etats ne se limitent pas à relayer dans leur législation les objectifs internationaux mais modifient aussi les outils opérationnels dont ils disposent pour
permettre aux collectivités locales de remplir leurs nouvelles missions.
Or, les objectifs sont ambitieux. Il faut, en 2050, avoir divisé par 4 nos émissions
mondiales de GES ! Ce qui se traduit, pour la France, et donc pour les collectivités locales, à une première étape de réduction des GES sur leur territoire de 20% en 2020.
A ce premier volet s’en ajoutent deux autres, tout aussi ambitieux, de réduire les
consommations d’énergie de 20% et d’utiliser au moins 23% d’énergies renouvelables, toujours en 2020.
Le PCET de la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM) a donc
repris ce triple objectif en y ajoutant, celui de la préservation de la biodiversité - considéré comme un enjeu majeur de notre territoire - même si il est sans incidence en
matière d’énergie ou d’émission de GES.
Ce document est le fruit d'une démarche de concertation ambitieuse qui, à partir
des enjeux prioritaires issus des diagnostics initiaux (bilan carbone et analyse des
vulnérabilités du territoire de MPM), et de la participation active de la société civile,
a permis de récolter de très nombreuses propositions (450). Elles ont été analysées,
regroupées et hiérarchisées dans un « portefeuille » d’environ 130 actions.
Le premier volet concerne les opérations mises en œuvre par MPM, en tant
qu’employeur et gestionnaire d’un patrimoine humain et technique (personnel, véhicules de service, bureaux, équipements, fournitures, etc.). Le second concerne
MPM en tant qu’opérateur titulaire des compétences techniques transférées par
ses communes membres (collecte et traitement des déchets, eau et assainissement,
transports en commun, etc.). Le troisième volet regroupe des actions portées par
MPM dans son rôle de soutien aux acteurs publics et privés et d’animateur des projets du territoire. Le quatrième et dernier volet concerne les actions de communication, de sensibilisation, de contrôle et de suivi du PCET. Ce document a vocation à
être partagé, à évoluer et à progresser dans une logique d'amélioration continue.
4
Le changement climatique : de quoi parle-t-on ?
Qu'est-ce-que l'effet de serre ?
L'effet de serre est un phénomène naturel
nécessaire à la survie de la planète. C’est grâce
à lui que la température moyenne sur terre est
de 15°C. Elle serait de -180°C la nuit et +120°C
le jour, comme sur la lune, si la couche protectrice constituée principalement des Gaz à Effet
de Serre, n’était pas là pour filtrer les rayons
solaires et retenir la chaleur accumulée à la
surface du globe pendant la journée.
Malheureusement, l’activité humaine principalement les déplacements, l’industrie et
l’habitat – a produit, depuis une centaine
d’années, beaucoup de Gaz à Effet de Serre et
de particules. C’est leur accumulation successive qui provoquerait l’accroissement de cette
couche protectrice, et donc, celle des températures. C’est du moins ce que pense le Groupe
d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution
du Climat (GIEC) qui en fait la cause principale
du réchauffement climatique.
Les gaz à effet de
serre absorbent la
chaleur et en renvoient une partie
vers la terre
© Henkel
Schéma de principe de l'effet de serre
Pourquoi un changement climatique ?
La communauté scientifique parle de "changement climatique" lorsqu’une variation significative du climat ou de sa variabilité persiste
sur de longues périodes. Le schéma ci-contre
présente les anomalies de températures enregistrées depuis plus d'un siècle. L'écart de température entre les moyennes de la fin du 19ème
et du 20ème siècles s'élève ainsi à près de 4°C. Le
changement climatique est attribué aux activités humaines mais également à des causes
naturelles. C’est parce que la température
moyenne du globe a augmenté de 4°C sur une
longue période que l’on parle de changement
climatique.
© CRU 2011
Augmentation d'environ 4°C des températures
moyennes terrestres de 1850 à nos jours
5
Que représente une tonne équivalent CO2 ?
Le dioxyde de carbone (CO2) est l'un des six principaux Gaz à Effet de Serre générés par l'activité humaine. Il contribue pour les trois-quarts à l'effet de serre anthropique ; c'est pourquoi il est utilisé
comme référence lorsqu'un bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre est réalisé.
Les émissions sont comptabilisées pour un territoire donné, comprenant l'ensemble des activités concernées. Le cas échéant, le bilan peut être rapporté au nombre d'habitants afin d'être plus significatif,
on parle alors de tonnes équivalent CO2 par habitant et par an.
Schéma d'équivalence d'une tonne équivalent carbone
© BG d'après données ADEME
6
Du global au local : une prise de conscience internationale du changement climatique
« Ce sont les collectivités locales qui construisent, exploitent et entretiennent les infrastructures économiques, sociales et environnementales, qui surveillent les processus de planification, qui fixent les orientations et la réglementation locales en matière d'environnement et qui apportent leur concours à l'application des politiques de l'environnement adoptées à l'échelon national ou infranational.
Elles jouent, au niveau administratif le plus proche de la population, un rôle essentiel dans l'éducation, la
mobilisation et la prise en compte des vues du public en faveur d’un développement durable. »
Chapitre 28 de la déclaration de Rio de 1992.
7
Les engagements internationaux, nationaux et régionaux
Dès 1985, certains scientifiques présentaient des études attestant d'une élévation des températures terrestres. La
communauté internationale s'est mobilisée et a réuni un Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l’Etude du Climat
(GIEC). Ce groupement a pour mission de
recueillir des données scientifiques, de
faire des analyses et d’émettre des recommandations socio-économiques sur le
dérèglement climatique.
C’est le Protocole de Kyoto qui, le premier,
intègre en 1997 des objectifs quantitatifs
contraignants en matière de réduction
d’émissions pour 37 pays industrialisés.
Alors que certains pays n’ont pas souhaité
ratifier le texte (Etats Unis, Chine), la
Communauté Européenne opta pour une
position médiane de réduction de ses
émissions.
En décembre 2008, l'Europe des 27 se fixe
des objectifs plus ambitieux, résumés dans
la règle des "3 fois 20", à savoir : une réduction de 20 % des émissions des Gaz à
Effet de Serre, une diminution de 20 % des
consommations d’énergie et une part de
20 % d’énergies renouvelables dans la
consommation d’énergie d’ici à 2020.
Le sommet de Kyoto
8
©F. Leather
En adoptant dans sa législation les "3 fois 20"
en 2020 et "le facteur 4" en 2050, la France fait
partie des pays les plus engagés contre le changement climatique.
Afin de décliner ces engagements au niveau
local, la loi d'engagement national pour l'environnement - dite loi Grenelle I - a rendu obligatoire l'élaboration de Plan Climat Energie Territorial (PCET) pour les collectivités et leurs groupements de plus de 50 000 habitants, d'ici le 31
décembre 2012. En Provence-Alpes-Côte
d'Azur, 35 collectivités sont ainsi concernées.
Cet outil vise à assister les collectivités locales à
inclure les considérations énergétiques dans
leurs politiques publiques. Il doit, en outre,
permettre le déploiement d'une série d'actions
qui permet de diminuer l’impact de ses activités sur les émissions de Gaz à Effet et de mettre
en place, au niveau local, une stratégie d'adaptation aux effets du changement climatique.
Pour répondre au défi du changement climatique, les collectivités locales ont un rôle majeur
à jouer dans la définition et la mise en œuvre
d’actions (réglementaires, financières, organisationnelles, etc.) visant à la réduction des
émissions de Gaz à Effet de Serre, à
l’amélioration de l’efficacité énergétique, au
développement des énergies renouvelables et
à l’adaptation du territoire aux effets du changement climatique. Les tendances d'évolution
des émissions de Gaz à Effet de Serre font
craindre quelques difficultés pour atteindre les
objectifs de réduction compatibles avec les
engagements internationaux de la France.
Mais, si les collectivités locales ont un rôle central, elles ne peuvent rien toutes seules.
L’atteinte des objectifs passe obligatoirement
par une nouvelle stratégie associant tous les
acteurs du territoire.
Marseille Provence Métropole a ainsi décidé de proposer un Plan Climat qui agisse au-delà de ses seules compétences, de son patrimoine ou de ses services. Il n’est pas limité à l'amélioration des performances thermiques de ses bâtiments ou à une meilleure efficacité des systèmes de transport et de
déplacement. Il s'intéresse également aux raccourcissements des circuits de consommation, au soutien
financier et technique, de projets locaux, à la sensibilisation de la population et la préservation de la
biodiversité.
©Qualit’Immo
9
Les enjeux locaux : le territoire de Marseille Provence Métropole
Un territoire naturel exceptionnel
La Communauté urbaine Marseille Provence
Métropole regroupe 18 communes, représentant un peu plus d’un million d’habitants, sur
une surface de 60 745 hectares. Si son territoire
ne fait que 12% de la surface du département
des Bouches du Rhône, sa population représente près de 53% de ses habitants, ce qui
place MPM au 3ème rang des communautés
urbaines de France.
La première particularité du territoire est de
disposer d’un cadre naturel exceptionnel, constitué à la fois, de plaines (Etang de Berre, Huveaune) de massifs (chaînes de la Nerthe et de
l’Etoile, massifs des Calanques, de la Sainte
Baume et de Saint Cyr) et d’une double façade,
maritime (Côte Bleue, rade de Marseille, anse
de Cassis, baie de la Ciotat) et lacustre (Etang
de Berre).
Les 2/3 du territoire sont constitués d’espaces
naturels dont certains d’entre eux, jugés de
qualité exceptionnelle, sont déjà protégés : 25
ZNIEFF1 terrestres (47% du territoire), 21
ZNIEFF marines, 10 sites Natura 2000 (40% du
territoire), un Parc National créé le 18 avril
2012 de 8 500 hectares sur terre et 142 000
hectares en mer (1er Parc National européen),
un Parc Marin sur la Côte Bleue, des réserves
marines intégrales, 12 sites classés, 3 arrêtés de
protection des biotopes, des réserves naturelles, 5 300 hectares acquis par le Conservatoire
du littoral, des Espaces Naturels Sensibles, etc.
1
10
Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Florisitique
Un modèle de développement fondé
sur l’étalement urbain
Mais, au cours des 50 dernières années,
l’abondance d’espaces a eu pour effet de favoriser, sur la majeure partie des communes de
MPM, le même modèle de développement
fondé sur l’étalement urbain. Cette surconsommation d’espaces représente une
moyenne annuelle de 200 hectares pris à 69 %
sur les espaces naturels, et à 39 % sur les terres
agricoles. Elle est à l’origine des problèmes de
mobilité, d’accessibilité aux pôles de services et
d’emploi mais aussi des problèmes de pollutions sous toutes ses formes : air, eau, bruit,
paysages, etc.
Vignobles de Cassis
Habitat diffus - Plan-de-Cuques
©AGAM
L’habitat est le premier facteur de consommation d’espaces (85%) dominé par une forme
diffuse. L’activité économique ne représente
que 8% de la consommation d’espaces mais
elle est plus « agressive » sur les espaces agricoles qui offrent des conditions plus favorables
(coût moindre, grands terrains plats).
©AGAM
11
Une pauvreté et une pollution concentrées sur les centres ville
La contrepartie sociale de ce modèle de développement, principalement diffus de type pavillonnaire, a été l’appauvrissement progressif
des centres urbains. Ce phénomène s’est accéléré pendant les dernières décennies pour
aboutir, aujourd’hui, à une paupérisation très
préoccupante de l’hyper centre de Marseille
qui, sur ses 3 arrondissements (1er, 2ème et
3ème), bat tous les records de précarité : 40%
de précaires2 (contre 16,6% de moyenne nationale), un revenu annuel moyen de 9 800 €
(contre 18 355 € en moyenne nationale), avec
le dernier rang au « classement de cohésion
sociale »3, un taux de chômage de 30% (contre
11,1% en France), etc.
2
Part de foyers concernés par une allocation CAF et percevant le RSA
au 31.12.2010
3
Calculé avec l’indice de Gini élaboré par l’INSEE (plus l’indice est fort
plus les inégalités de revenus sont fortes) ainsi qu’avec l’écart entre quartiers pauvres et riches
12
Cette fuite des populations aisées ou à revenus
médians vers « l’extérieur » a été favorisée,
d’une part, par la disponibilité d’espaces constructibles à coût modéré et, d’autre part, par la
dégradation de la qualité du cadre de vie des
centres-villes dont la « forme urbaine » ne correspond plus aux modes de vie actuels.
Les habitants du centre ville sont à la fois
ceux qui émettent le moins de pollutions
et ceux qui en subissent le plus.
MPM doit donc faire évoluer son modèle de développement en jouant sur deux leviers économiques,
a priori antagonistes, la valorisation économique de son patrimoine naturel et de son littoral, et sa
protection. Parallèlement, elle doit faire évoluer sa forme urbaine pour stopper le phénomène de
précarisation des centres urbains. Des actions, fondées sur l’identification de nouvelles centralités, en
faveur de la mixité, de la proximité et de l’amélioration du cadre de vie, devront être mises en œuvre
pour inverser la migration sociale.
13
Pour mettre en œuvre cette politique, MPM
dispose de nombreux leviers, issus des transferts de compétences dont elle a hérité de ses
18 communes membres :
• Les transports en commun, la réalisation des infrastructures,
• Les ports de plaisances (mais pas les
ports de pêche et industriels),
• L’urbanisme, le développement économique (mais pas le tourisme).
• L’eau et l’assainissement (mais pas le
pluvial),
• La voirie, la signalisation (mais pas
l’éclairage public et les espaces verts),
• La collecte et le traitement des déchets, la propreté,
Et quelques compétences partagées avec les
communes :
• L’habitat, la politique de la ville,
l’insertion,
• Les parkings, le stationnement,
• L’environnement, l’énergie.
Les moyens d’action de MPM
Représentation du territoire de Marseille Provence Métropole
14
La démarche PCET
Le cadre réglementaire de la démarche
La loi de programme relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement, adoptée le 21 octobre 2008 par l’Assemblée Nationale, stipule que :
« Le rôle des collectivités publiques dans la conception et la mise en œuvre de programmes
d’aménagement durable doit être renforcé. A cet effet, l’Etat incitera les régions, les départements et les
communes et leurs groupements de plus de 50.000 habitants à établir, en cohérence avec les documents d’urbanisme, des plans climat-énergie territoriaux avant 2012 » (chapitre II, article 7).
En complément, la Loi Grenelle II instaure des Schémas Régionaux du Climat, de l’Air et de l’Energie
(SRCAE).
Les étapes de mise en place préconisées par l'ADEME pour élaborer un Plan Climat Energie Territorial
sont les suivantes :
Préfigurer
o Assurer le portage politique et s’organiser en interne,
o Réaliser un pré-diagnostic climat du territoire et du patrimoine de la collectivité et lancer les
premières actions.
Diagnostiquer et mobiliser
o Etablir le « Profil climat » du territoire,
o Mener la co-construction.
Construire le PCET
o Elaborer le plan d'actions,
o Préparer la délibération d’adoption du Plan Climat Energie Territorial,
o Affiner le programme stratégique avec les objectifs relevant du Facteur 4.
Mettre en œuvre
o Assurer la gouvernance de la mise en œuvre,
o Optimiser les choix économiques et financer le plan d'actions.
15
Objectifs de cohérence et documents de planification
Cohérence réglementaire avec le
SRCAE PACA
En matière de climat et d’énergie, le
Schéma Régional Climat Air Énergie
(SRCAE) décline, à l’échelle régionale, des
objectifs qui ont été définis dans un cadre
international, européen et national, à
court, moyen et long terme (le Protocole
de Kyoto, le Paquet Energie-Climat adopté
par l’Europe en 2008 et au niveau national, la loi POPE de 2005 puis les lois Grenelle 1 en 2009 et Grenelle 2 en 2010).
Institué par la loi n°2010-788 dite
« Grenelle 2 », le SRCAE vise précisément
à la prise en compte de ces enjeux pour
l’organisation de la cohérence territoriale
régionale dans le domaine du climat, de
l’air et de l’énergie et la définition, aux
horizons 2020 et 2050, des orientations
suivantes :
• orientations permettant d’atténuer
les effets du changement climatique (réduction des émissions de
GES) et de s’y adapter. A ce titre, il
définit notamment les objectifs régionaux en matière de maîtrise de
l’énergie ;
• orientations pour prévenir ou réduire la pollution atmosphérique
ou en atténuer les effets : il vaut
Plan Régional de la Qualité de l'Air
(PRQA) ;
• par zones géographiques : objectifs
qualitatifs et quantitatifs à atteindre en matière de valorisation du
potentiel énergétique terrestre,
renouvelable et de récupération. A
ce titre, il vaut Schéma Régional
des Energies Renouvelables, créé
par le Grenelle I.
Le SRCAE s’appuie sur un inventaire des
émissions de polluants atmosphériques et
16
de GES, un bilan énergétique, une évaluation du potentiel énergétique, renouvelable et de récupération, une évaluation des
améliorations possibles en matière
d’efficacité énergétique. Il tient compte
également d’une évaluation de la qualité
de l’air et de ses effets sur la santé publique et l’environnement, menés à l’échelon
de la région et intégrant les aspects économiques et sociaux.
Si des divergences sont possibles entre le
SRCAE et les PCET obligatoires pour les
collectivités de plus de 50 000 habitants,
ces derniers ne doivent pas remettre en
cause les options fondamentales arrêtées
à l’échelon régional. En effet, les deux
démarches concourent conjointement à
l’atteinte des objectifs nationaux en matière de réduction des impacts des activités humaines sur le climat de la Terre. En
d’autres termes, les actions des PCET doivent être compatibles avec les orientations cadres des SRCAE.
Le SRCAE de la Région PACA s’est fixé,
pour l’horizon 2030 les objectifs suivants :
• réduction de 33% des émissions de
Gaz à Effet de Serre ;
• réduction de 25% des consommations énergétiques ;
• augmentation de 27% de la part
des Energies Renouvelables (EnR)
dans la consommation régionale
d’énergie.
Ces objectifs sont déclinés :
• en orientations sectorielles pour le
domaine du transport et de
l’urbanisme, du bâtiment, de
l’industrie et de l’artisanat, de
l’agriculture et de la forêt ;
• en orientations spécifiques pour les
EnR, pour la qualité de l’air et pour
l’adaptation du territoire aux effets
du changement climatique (gestion
des risques naturels et sanitaires,
gestion de l’eau, préservation de la
biodiversité et aménagements urbains);
• et enfin des orientations transversales.
L’équipe projet du Plan Climat de Marseille Provence Métropole s’est investie
dans l’élaboration du SRCAE en participant
aux ateliers réunissant les acteurs régionaux pour définir les orientations du
schéma, ce qui lui a permis, très tôt, d’en
intégrer les grandes lignes pour rendre les
deux démarches totalement cohérentes.
Ainsi, les objectifs du Plan Climat de MPM
sont cohérents avec ceux du SRCAE de la
Région PACA, déterminés au moment de
l’édition de ce document dans le sens où
ils ont été déterminés en proportion de la
part du territoire et de la population (au
regard des impacts des activités de celleci) de MPM par rapport au territoire régional global.
Page de couverture du SRCAE
©Région
Concernant les actions du Plan Climat de
MPM, le renforcement du maillage des
réseaux de transport, le développement
du report modal pour le transport des
voyageurs et des marchandises, la limitation de l’étalement urbain, l’amélioration
des performances thermiques des bâtiments par leur rénovation, la lutte contre
la précarité énergétique, le soutien d’une
agriculture locale ou encore le renforcement de la préservation de la biodiversité
sont autant de thématiques fortes communes aux deux documents.
Cette cohérence globale permettra aux
parties prenantes du territoire élargi de
travailler en synergie sur les grandes thématiques structurantes du territoire en
visant des objectifs partagés afin de répondre aux enjeux majeurs du changement climatique.
Cohérence avec les autres documents structurants
L’obligation de réaliser un PCET pour les
collectivités de plus de 50 000 habitants
introduit un certain nombre d'exigences
juridiques :
•
Les documents d’urbanisme devront
ainsi prendre en compte le PCET. C'est
le cas pour le Schéma de Cohérence
Territoriale (SCoT) et le Plan de Déplacements Urbains (PDU) (Article L.1111-1 du Code de l’Urbanisme). En revanche, le Programme Local pour l'Habitat (PLH) n’est pas concerné.
•
La loi ne définit, en revanche, aucun
lien juridique direct entre le PCET et
les Plans de Protection de l'Atmosphère (PPA), ainsi qu'avec le Plan de
Déplacements Urbains (PDU). Néanmoins, ces derniers pourront être
concernés à travers la détermination
des conditions de réduction des émissions de GES.
A cet égard, la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole a choisi
d’engager des actions en faveur de
l’amélioration de la qualité de l’air de
17
l’aire métropolitaine, thématique forte du
SRCAE.
Les actions du Plan Climat de MPM contribuant à cet objectif sont identifiées sur les
fiches action correspondantes par le logo
suivant :
PCET
Plan Climat
Energie Territorial
Coordination des démarches territoriales
18
©CERTU
Le déroulé de la démarche
Etape 2 : La construction des actions – mise en
place de la concertation
En s’engageant dans un Plan Climat communautaire dès 2009, et en souhaitant, dès les
premières phases du diagnostic (Bilan Carbone® et vulnérabilité du territoire) y associer
tous les volontaires issus de la société civile,
MPM a montré sa volonté de mettre en œuvre
une politique de développement durable ambitieuse et partagée par le plus grand nombre.
A partir des enjeux précédemment identifiés,
MPM a lancé une campagne de communication à destination du grand public (affichage
urbain, presse locale) pour mobiliser la société
civile. Des ateliers de concertation thématiques, réunissant près de 200 représentants et
experts, ont été organisés sur une période de
plusieurs mois. Une plateforme d’échanges
avec création d’un site internet et d’une ligne
téléphonique dédiées, a permis d’organiser,
très tôt, le dialogue en recueillant les propositions d’actions émises par le territoire.
Etape 1 : Diagnostic - Bilan Carbone® et vulnérabilité
Cette première étape a permis de réaliser :
• une synthèse des informations, des études
existantes et des politiques territoriales en
lien avec le changement climatique et
l’énergie,
• un bilan des émissions de Gaz à Effet de
Serre à l'échelle du territoire et de la collectivité,
• une analyse de sa vulnérabilité aux effets
du changement climatique.
Les travaux réalisés sous la forme d’ateliers
techniques, où étaient invités les acteurs locaux, ont permis d’associer les experts du territoire dès la phase diagnostic dans une logique
de co-construction qui a prévalu pendant
toute la démarche Plan Climat de MPM.
L’objectif était de faire valider et consolider le
diagnostic pour le fonder et l’ancrer solidement
dans le territoire en dégageant, le plus tôt possible, les enjeux à prendre en compte.
Près de 460 propositions ont ainsi été recueillies et synthétisées dans un Livre Blanc.
Etape 3 : La rédaction du portefeuille d'actions et du PCET
La dernière étape consistera à définir les objectifs stratégiques et opérationnels pour que
Marseille Provence Métropole puisse
s’adapter, atténuer et lutter efficacement
contre le réchauffement climatique. Un travail
itératif, fondé sur l’analyse et la refonte des 460
propositions « brutes » du Livre Blanc a été
effectué en réunissant, à nouveau, les experts
internes ou externes pour aboutir à un portefeuille de 120 actions concrètes. Ces actions
ont toutes été pondérées en termes de coût de
réalisation, de durée et d’impact environnemental dans un outil créé à cet effet (matrice
sous forme de tableur) permettant de globaliser les résultats obtenus. Cet outil permet également de situer les objectifs retenus par rapport aux objectifs règlementaires.
19
Etape 1 : Le diagnostic – Bilan Carbone® et vulnérabilité
Bilan Carbone® Territoire et Bilan
Carbone® Patrimoine et Services
► La méthodologie
La méthode Bilan Carbone®, élaborée par
l’ADEME, a été retenue pour réaliser le « Profil
Climat » de MPM. Les informations exhaustives
sur la méthodologie utilisée sont consultables
via leur site internet.
Les principaux postes d’émissions (en
teqCO2) pour le Bilan Carbone® Territoire
Le territoire de Marseille Provence Métropole
totalise quelques 9 millions de tonnes équivalent CO2 en 2008.
Ce total, rapporté à un habitant, donne pour la
Communauté urbaine Marseille Provence Métropole, forte d’un peu plus d’1,1 million
d’habitants, un ratio de quelques 8,2 tonnes de
CO2 par habitant et par an.
Comparativement, l’agglomération lyonnaise
par exemple, a publié dans son diagnostic climat du Grand Lyon des émissions de l’ordre de
7,6 millions teqCO2/an pour un ratio de quelques 6,6 teqCO2/habitant/an, rapportés à 1,25
million d’habitants. Toutefois, la publication
mentionne la prise en compte partielle des
émissions indirectes.
La Communauté urbaine Lille Métropole publie
un résultat de quelques 9,3 millions de teqCO2/an pour une population de taille comparable à Marseille Provence Métropole a hauteur de 1,1 million d’habitants.
Si les ordres de grandeur indiqués sont globalement comparables, il y a lieu de prendre certaines précautions sans avoir préalablement
examiné attentivement les périmètres
d’études en question.
Bilan Carbone© Territoire de MPM: 9 millions de tonnes équivalent CO2 par an
20
► Les principaux postes d’émissions (en
teqCO2) pour le Bilan Carbone® Patrimoine et Services
► Le cas du périmètre du bassin industriel de Fos-sur-Mer : hors champ
d’investigation territorial
Les résultats font apparaître un total de
190 000 tonnes équivalent CO2 en 2008.
Une évaluation spécifique du périmètre des
activités du bassin industriel de Fos-sur-Mer,
qui est hors périmètre territorial, a été réalisée
à titre de comparaison. Dans la recherche de la
définition du périmètre de l’étude, il a été intéressant de chercher à situer l’influence de ce
bassin industriel d’importance nationale, voire
internationale, aux portes de la limite territoriale. Les résultats de l'étude montrent un volume d'émissions comparable, voire supérieur,
à celui du territoire de Marseille Provence Métropole. Ces résultats ne sont pas agrégés dans
le résultat final des émissions de la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole.
Les principaux postes d'émissions sont les suivants :
• Près de la moitié (44%) des émissions sont
dues aux traitements des déchets, avec notamment les centres d'enfouissement
techniques,
• Les immobilisations sont également un
secteur qui contribue massivement aux
émissions (27%), avec les voiries et les bâtiments dont MPM a la charge,
• Enfin les déplacements génèrent 20% des
émissions, principalement les transports
collectifs et les trajets « domicile travail »
des agents.
Bilan Carbone© Patrimoine et Services de MPM : 190 000 tonnes équivalent CO2 par an
21
► Du national au local, quelques chiffres
clés du Bilan Carbone®
MPM représente 23% de la population
régionale et émet 26% des émissions de
CO2 de la région. Mais, si l’on tient compte
du fait qu’il s’agit d’un territoire fortement
urbanisé, sur lequel de nombreuses industries et pôles d’activités sont présents,
cette légère différence est cohérente au
regard des activités qui s’y développent.
Il en est de même pour la différence entre
MPM et le territoire français. Si MPM représente 1,7% de la population nationale,
le territoire émet 2,4% des émissions de
CO2 totales en France.
Dans l’avenir, l’enjeu est donc bien de veiller à ce que ces écarts n’augmentent pas
et, si possible, se réduisent sans perte
d’activité.
Population
en 2008
(en million
d’hab.)
MPM
Région
France
1,1
4,7
65
30%
26%
23%
20%
15%
10%
5%
1,70%
2,40%
0%
MPM / région
MPM / France
Population
22
(en Teq CO2)
9
34
373
Sources : MPM, INSEE, SRCAE
Part des émissions de MPM par rapport à la région et
à la France
25%
Emissions CO2
en 2008
Emissions
Analyse de la vulnérabilité du territoire de Marseille Provence Métropole
Le changement climatique est une réalité dont
les premiers effets commencent à peine à se
faire sentir. Les travaux de recherche menés
par l'ONERC et Météo-France permettent
d’établir des projections dans le temps et à
l'échelle d'un territoire comme celui de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Les simulations réalisées prévoient que les
tendances climatiques à venir seront caractérisées par des températures plus élevées et des
précipitations déficitaires en été mais plus violentes. Les températures moyennes pourraient
augmenter jusqu'à 2,1°C à l'horizon 2030, 3,1°C
en 2050 et 5,1°C en 2080. Pour leur part, les
précipitations moyennes pourraient diminuer
de près de 200 millimètres cumulés par an à
l'horizon 2080.
L'analyse de vulnérabilité de Marseille Provence Métropole a pour objectif d'identifier les
impacts prévisibles du changement climatique
sur le territoire pour dégager les principales
menaces et donc, mettre en œuvre les adaptations correspondantes.
► La biodiversité
Grâce à sa situation géographique et climatique, la France dispose d’un patrimoine naturel
d’une très grande variété et d’une très grande
qualité. Mais cette biodiversité a été transformée par l’activité humaine qui a défricher des
forêts, importer ou sélectionner de nouvelles
espèces végétales et animales. Mais si ces
transformations ont été progressive jusqu’au
XIXe siècle, la révolution industrielle a considérablement accéléré le processus empêchant
l’adaptation des écosystèmes et des territoires.
Ainsi, les paysages ont été fortement fragmentés (infrastructures, développement urbain),
pollués (industries, pesticides, micropolluants),
surexploités (baleines, thon rouge, etc.), perturbés (espèces envahissantes), et banalisés
(monocultures).
Les scientifiques ont mis en évidence des glissements d’espèces végétales ou animales vers
le nord, des déphasages entre les cycles climatiques et biologiques, comme l'avancement de
la floraison et l'allongement de la période de
végétation de certains arbres, et l'arrivée de
nouvelles espèces envahissantes.
Ces mesures devront permettre d’éviter les
conséquences les plus graves du changement
climatique, en veillant à réduire les inégalités
socio-économiques face au risque. Toutes les
compétences requises n’étant pas maîtrisées
par la collectivité, elle devra associer largement
les habitants et les autres acteurs du territoire
pour construire une stratégie partenariale
coordonnée.
Sept enjeux principaux ont été identifiés
pour Marseille Provence Métropole :
©INRA
A la suite de la dernière ère glacière, l’étude des
pollens fossiles montre que les arbres ont recolonisé l’Europe en se « déplaçant » d’environ
500m/an. Avec le réchauffement annoncé, il faudrait qu’ils se déplacent 1000 fois plus vite pour
s’adapter aux nouvelles conditions climatiques.
23
Ces phénomènes constitueront pour le reste
du vivant, des contraintes, dont les effets sont
difficiles à anticiper. Les études indiquent une
probabilité forte de voir apparaître une concurrence interspécifique exacerbée et des découplages phénologiques entre espèces (par
exemple entre un prédateur et ses proies qui
ne seront plus disponibles au bon moment, ou
entre une plante à fleur et ses pollinisateurs).
Les ateliers de concertation proposent
d’améliorer la connaissance des milieux, qui
doit être dotée de moyens financiers et humains accrus. Le renforcement des réseaux de
suivi de la biodiversité s’avère nécessaire, en
travaillant particulièrement sur la synergie des
réseaux existants de collecte et d’analyse de
données, le suivi en continu des évolutions des
espèces caractérisant un territoire, les modalités de collecte et la valorisation de
l’information.
Les experts s’accordent sur le fait que protéger
les espèces et les écosystèmes impose de réduire les pressions d’origine anthropique. Il
s’agit de restaurer le patrimoine naturel, en
poursuivant, notamment, la mise en place de
trames écologiques et en complétant les plans
de protection et de gestion des espèces sauvages, pour les adapter aux enjeux liés au
changement climatique. La biodiversité domestique et cultivée doit bénéficier d’une véritable stratégie de préservation. Celle-ci pourra
s’appuyer sur un observatoire indépendant
chargé de l'inventaire et de la préservation.
Il est essentiel d’analyser systématiquement les
effets croisés des impacts du changement climatique d’une part, et des adaptations spontanées ou planifiées d’autre part, afin de prévenir les conséquences négatives pour la biodiversité.
ment climatique. Malgré le haut degré d'incertitude lié accroitre aux prévisions en matière de
risques naturels, il convient d’anticiper les effets possibles ou attendus des évènements
exceptionnels pouvant déstabiliser la continuité de la vie économique et sociale et pouvant
mettre en péril les personnes ou les biens.
Les changements climatiques mondiaux concourent, entre autres facteurs, à accroitre
l’intensité et la fréquence des catastrophes
naturelles, ce qui en amplifie le risque. A cet
égard, les collectivités locales compétentes,
sont invitées par les échelons nationaux et
supranationaux4 à soutenir l’adaptation aux
effets négatifs des changements climatiques en
renforçant la réduction des risques de catastrophes et les systèmes d’alerte avancée.
En France, un quasi-doublement des impacts
financiers liés aux catastrophes naturelles est
envisagé sur les vingt prochaines années, principalement du fait des tempêtes, inondations
et sécheresses. Constatant que les inondations
et la sécheresse, pour lesquelles MPM est particulièrement exposée, représentent 55% et
41% des dégâts indemnisés au titre des catastrophes naturelles, il convient d’être vigilant.
© JDD
En 2009, 900 hectares de forêts ont été dévastés entre
Carry-le-Rouet et Sausset-les-Pins
► Les risques naturels
Le domaine de la prévention et de la gestion
des risques apparaît comme central dans la
stratégie d'adaptation aux impacts du change-
En outre, il est bon de rappeler que la prévention des risques dus au changement climatique
4
24
résolution 2011 de l’Assemblée générale des Nations Unies
a donné lieu à un transfert de responsabilités
des assureurs vers les collectivités locales,
maintenant tenues d’établir des documents
d’urbanisme et de planification tenant compte
de ces aléas5.
Sur l’agglomération marseillaise, le changement climatique devrait se traduire par une
pression généralisée sur les côtes basses, par
érosion des côtes ou submersion du littoral en
raison de l’augmentation attendue du niveau
de la mer. L’élévation prévisible des températures aggravera et étendra le risque lié aux
incendies de forêts, et l'augmentation de la
fréquence
des
canicules
entraînera
l’accroissement du risque lié au retraitgonflement des sols argileux.
Par ailleurs, la vulnérabilité des constructions
aux inondations et à la sécheresse est suffisamment importante pour qu’une attention
particulière lui soit accordée. Ainsi, les inondations par débordement de cours d’eau doivent
donner lieu à une analyse plus fine de l’impact
du ruissellement des bassins versant sur le tissu
urbanisé. Ceci est appelé à être traité en partie
par la définition des Territoires à Risques Importants6.
Inventaire des risques naturels et technologiques sur le territoire de MPM
202 arrêtés de catastrophes naturelles entre 1982 et 2009
6
5
réforme 2012 du régime d’assurance des Catastrophes Naturelles
transposition de la directive cadre sur la gestion du risque inondation
(2012-2013)
25
► L'habitat
L’habitat traditionnel joue un rôle de protection
toujours adapté aux conditions climatiques et
environnementales du lieu de construction.
L’agglomération marseillaise se caractérise par
un habitat majoritairement ancien et souvent
dégradé en particulier dans les centres villes.
Les problèmes rencontrés le plus fréquemment
sont le manque d'étanchéité, l'absence de ventilation, la prolifération des germes et moisissures, l'insécurité électrique, les déperditions
thermiques, voire la présence d'amiante. De
plus, le parc de logements dignes et à loyer
modéré ne suffit actuellement pas à satisfaire
la demande et seuls les hyper centres offrent
aux personnes sans ressources et sans voitures
des logements accessibles financièrement et
bien desservis par les transports en commun.
Concernant l’habitat existant, la prise en
compte du changement climatique devra inciter à la mise en place de mesures visant à améliorer le confort d'été des bâtiments, sans consommation d'énergie (sauf production sur site)
: protection solaire, ventilation nocturne et
isolation.
Pour atteindre ces objectifs, deux concepts se
développent : la recherche de l'autonomie en
énergie des entités urbaines et la généralisation de réseaux de chaleur et de froid collectifs.
Les projets d’aménagement devront à l’avenir
prendre en compte le facteur socioéconomique, le contexte environnemental,
énergétique et la mobilité.
► L'industrie
Pour prendre des mesures efficaces en faveur
d’une activité industrielle durable dans un contexte de changement climatique, il est indispensable de bien saisir tout l’éventail de difficultés et d’opportunités qui concourt au développement commercial et à la pérennité des
moyens de production.
26
Ces difficultés et opportunités, nombreuses,
s’entremêlent souvent avec d’autres questions
complexes, dont une variabilité accrue des
importations et exportations, en lien avec la
raréfaction des énergies fossiles et des matières premières. Une course à l’innovation pour
les industries fondées sur les sciences et les
technologies, une délocalisation ou une restructuration des activités fortement tributaires
de la ressource en eau, parfois une fermeture
des établissements en raison du poids financier
des mesures d’atténuation ou d’adaptation,
etc.
Le secteur industriel est déjà fortement mobilisé autour de la question de la gestion des risques. Les données sur les effets du changement climatique, notamment en termes
d’hydrologie, d’élévation du trait de côte, ou
d’instabilité des sols sont essentielles pour
l’étude des différents scénarii d’évolution du
climat afin d’assurer le fonctionnement et le
dimensionnement des installations ou
d’étudier le devenir des activités.
©AVF Marseille
Ancien Silo Panzani situé sur les Docks de Marseille
transformé en salle de spectacles dans le cadre de l'opération d'aménagement Euroméditerranée
Selon les échanges des ateliers de concertation,
le devenir du bassin industriel serait de continuer à attirer des activités moins intensives en
énergie et en émissions de Gaz à Effet de Serre.
Des pistes résident dans des secteurs à haute
valeur ajoutée (microélectronique…) et ceux en
lien avec l'économie verte : développement
des énergies renouvelables, fabrication de matériaux de construction énergétiquement performants et à faible impact environnemental,
la production de biomasse, etc.
portant que des efforts de recherche sur
l’adaptation de l’agriculture soient engagés,
parallèlement au travail de co-construction
avec les professionnels et au transfert des innovations nécessaires.
► L'agriculture
L’évolution du climat et la fréquence
d’événements climatiques extrêmes pourraient affecter les productions agricoles et les
écosystèmes associés. Ces productions ont des
cycles qui peuvent s’étaler sur plusieurs dizaines d’années, ce qui nécessite d’anticiper les
phénomènes futurs dès à présent et de façon
progressive. L’entrée par systèmes de production semble le mieux à même de rendre
compte des problématiques d'adaptation.
La viticulture est particulièrement impactée.
L'avancée des dates de vendange illustre des
impacts climatiques déjà sensibles. Une forte
élévation de température durant l’été, modifie
profondément la qualité avec des degrés particulièrement élevés en alcool et des acidités
faibles. Pour certaines productions, des changements de cépages, voire de techniques de
vinification, pourront être nécessaires, ce qui
suppose d'importantes réflexions en lien avec
les appellations d'origine contrôlée.
Les cultures légumières et horticoles devront
également s'adapter à des modifications des
cycles végétatifs, étant particulièrement sensibles aux risques de développement de nouveaux ravageurs.
Les acteurs du territoire proposent des pistes
de réflexions pour réduire la vulnérabilité du
secteur agricole à travers la maîtrise de
l’évolution de l’usage des terres, la préservation
des sols agricoles, l’optimisation de la consommation d’eau des cultures, la promotion
des circuit-courts de distribution, le développement de l'agrotourisme, l’adaptation des
bâtiments agricoles, ainsi que le maintien local
de la biodiversité agricole. Il est, en outre, im-
©Provence Aquaculture
Ferme aquacole sur les Iles du Frioul, à 3 miles nautiques
de Marseille
► L'énergie
Le changement climatique devrait avoir des
conséquences sur la demande énergétique,
avec une baisse de la consommation d’énergie
en hiver, et une hausse en été en raison des
besoins en climatisation pour les bâtiments.
La hausse des températures et la raréfaction de
la ressource en eau impliquent la mise en œuvre d’une stratégie nationale d’anticipation des
effets du changement climatique. En termes de
production d’électricité, il faudra s’attendre à
une baisse de cette production de l’ordre de
15% des centrales hydroélectriques en raison
des contraintes liées à la ressource en eau, et à
des pertes de rendement des infrastructures
de production et de transport de l’énergie en
période chaude.
L’adaptation du secteur énergétique au changement climatique devra s’inscrire dans le contexte plus large de la réduction des émissions
de Gaz à Effet de Serre, de la précarité énergétique des ménages, et de la fragilité énergétique du territoire (desserte). Beaucoup
d’infrastructures énergétiques ont une durée
de vie longue, qui justifie le fait d’anticiper dès à
présent les impacts du climat futur.
27
Les ateliers de concertation ont proposé des
pistes d’adaptation dans le sens de la recherche liée aux facteurs de risques de coupures
d'approvisionnement d’électricité affectant la
population.
Sur le volet de l’offre énergétique, le Plan national d'adaptation au changement climatique
propose de développer les dynamiques existantes en matière de diversification des ressources, de décentralisation de la production,
de renforcement des interconnexions et de
diminution de la dépendance aux énergies
fossiles dans l’objectif de réduire la vulnérabilité des territoires peu productifs.
©Actualiténergie
Le GPMM porte le projet de couvrir la toiture d'une
vingtaine d'entrepôts répartis sur le bassin marseillais
avec près de 100 000m² de panneaux solaires photovoltaïques.
► Les transports
Pour le volet des infrastructures, il recommande, en premier lieu, que la puissance publique prenne bien en compte le changement
climatique dans la définition des aléas de référence et des obligations de service auxquels
doivent répondre les installations classées et
les industriels. Cela permettra aux exploitants
d’adapter leurs dispositifs en conséquence.
Par ailleurs, les mesures d’atténuation des
émissions de Gaz à Effet de Serre contribuent à
l'adaptation au changement climatique dans
un contexte où les besoins en énergie augmentent et où les ressources énergétiques deviennent rares et difficiles à obtenir. Citons notamment l'efficacité énergétique et le confort
d’été. Un effort de communication et de formation sur les bonnes pratiques devra être
déployé à destination des collectivités, des
constructeurs et du public. Il est recommandé
également de favoriser les solutions de climatisation passive ou les innovations technologiques pour améliorer l’efficience énergétique du
refroidissement.
Les infrastructures de transport font partie des
ouvrages à très longue durée de vie, plusieurs
décennies, qui les exposeront aux effets du
changement climatique. Les systèmes de
transport devront, dans un contexte de raréfaction des énergies fossiles et de renchérissement de l’énergie, s’adapter tant aux changements des conditions moyennes du climat qu’à
la probabilité plus élevée d’apparition des événements extrêmes.
En l’état actuel des connaissances de la carte
détaillée des vulnérabilités et des risques, il est
difficile d’établir une échelle des priorités des
mesures à prendre et un niveau de risque acceptable. Dans ce contexte, il est préférable de
privilégier les mesures sans regret et toutes
celles qui vont dans le sens d’une plus grande
flexibilité des systèmes de transport, laissant
des marges de manœuvre pour réagir demain
avec plus d’efficacité en fonction des progrès
des connaissances, du rythme et de l’ampleur
des changements du climat.
L’enjeu est d’assurer la continuité et la sécurité
des déplacements des personnes et des biens.
Il s’agirait ainsi de répertorier les référentiels de
conception et d’entretien afin de les adapter, le
cas échéant, aux nouvelles données climatiques anticipées. Notamment, s’agissant des
28
infrastructures, à l’augmentation des fréquences et intensités des événements extrêmes. Les
efforts de recherche scientifique devraient être
réalisés sur le comportement des matériaux
(durabilité, résistance à des sollicitations accrues), sur l’adaptabilité et la résilience des
structures les plus exposées.
Il est également proposé d’étudier les liens
entre évolution du climat, comportements de
mobilité des usagers et modifications des densités de population, afin d’anticiper les possibles inflexions de la demande de transport.
Si la sécurité des personnes reste la priorité
absolue, la question du niveau de risque acceptable apparaît dans la recherche des bons niveaux de résistance et de résilience d’un réseau. En lien avec les risques, il serait nécessaire de porter une attention particulière aux
dispositifs de gestion de crise et de les adapter
Tramway marseillais
si nécessaire. Il est recommandé d’assurer une
information, une communication et une formation sur les impacts du changement climatique et les mesures à prendre pour s’y adapter.
La réalisation de diagnostics détaillés de vulnérabilité aux effets du changement climatique
des systèmes et réseaux de transport terrestre,
maritime et aéroportuaire sera nécessaire pour
l’élaboration de stratégies d’adaptation progressive. Ces stratégies devront être élaborées
dans un processus de gouvernance aux échelles territoriales pertinentes, être coordonnées
entre les divers modes de transport et avec les
acteurs compétents pour les secteurs touchés.
Ces diagnostics permettront de remédier en
premier lieu à une éventuelle mal-adaptation à
la variabilité météorologique actuelle.
©MPM
29
Etape 2 : La construction des actions - mise en place de la concertation
Obtenir une dynamique collective constitue une étape importante dans la construction d'un Plan Climat. La réussite du
projet passe par une démarche de coconstruction qui consiste à faire des partenaires de la collectivité, des acteurs qui,
étant impliqués au cœur de la conception
d'une politique nouvelle, participeront
activement à sa mise en œuvre.
démarré en mai 2011. Elle s’est traduite
par une campagne d’affichage sur les supports publicitaires dans les centres-villes
et dans les transports en commun. Un site
internet dédié à la démarche Plan Climat a
été créé http://www.planclimat-mpm.fr/,
pour centraliser toute la production générée par la concertation.
Une campagne de communication
préalable
La lutte contre le changement climatique
est un sujet technique, et donc difficile à
s'approprier. La co-construction a nécessité une phase préparatoire permettant une
mise à niveau d'information et de sensibilisation du public. Elle s’est donc attachée
à présenter les mécanismes climatiques
mis en jeu, les preuves de l'évolution du
climat et les impacts actuels ou attendus
sur le territoire. Il s'agissait d'apporter
suffisamment d'éléments pour impliquer
les participants aux groupes de travail afin
que les représentants de la société civile
osent intervenir et faire des propositions
en présence d’experts.
La campagne d'information et de communication en direction du grand public a
30
Un appel public à participer
Lors d’une réunion publique organisée le
19 mai 2011 pour le lancement officiel de
la concertation du Plan Climat, c’est Eugène Caselli, le Président de Marseille Provence Métropole lui même, qui a lancé
l’appel public à participer à la concertation, appel destiné, encore une fois, à tous
les habitants volontaires.
Une centaine d’habitants des communes
de l'agglomération s’est alors inscrite directement ou via le site internet, pour
participer aux ateliers de concertation, aux
côtés d’une centaine de représentants des
institutions et de la société civile que
MPM avait invité pour « professionnaliser » les ateliers.
•
Le Conseil de développement a, pour
sa part, et à la demande de MPM,
constitué un groupe de travail Plan
Climat qui a produit la « vision » qu’il
se faisait du territoire métropolitain.
Les ateliers de concertation
Une vingtaine d’ateliers de travail a ainsi
été organisée entre juin et octobre 2011,
répartie selon quatre grandes familles :
C’est la production de ces ateliers qui a
constitué la plus grande part des 450 propositions d'actions du Livre Blanc.
L'objectif poursuivi n’était pas d'obtenir, à
ce stade, un consensus des participants,
mais une restitution fidèle du contenu des
discussions ou des propositions évoquées.
L’existence de points de désaccord a constitué une information pertinente dont
nous avons ensuite tenu compte pour
l’élaboration du plan d'actions.
Atelier technique de concertation
©MPM
Des contributions sur le site internet
•
•
•
Des ateliers territoriaux : ont été invités les acteurs du secteur ouest, puis
du secteur est et enfin du secteur centre de la Communauté urbaine MPM ;
un atelier associant toutes les intercommunalités voisines ou limitrophes.
Des ateliers thématiques autour de
trois thèmes majeurs : « se loger »,
« se déplacer », « travailler » ;
Des ateliers experts : un groupe
de travail spécifique réunissant les acteurs du projet « Ecocité », un groupe
de travail « acteurs économiques et
innovation », un groupe de travail
« santé », un groupe de travail « logistique urbaine », un groupe de travail
« mer et littoral » et enfin, un groupe
de travail « politique de la ville et logement ».
Plusieurs dizaines de contributeurs ont
formulé des propositions, postées et mises
en ligne sur le site du Plan Climat :
http://www.planclimat-mpm.fr/
Ces propositions ont été ajoutées à celles
des ateliers et figurent également dans le
Livre Blanc.
Page d'accueil du site
http://www.planclimat-mpm.fr/
31
La « vision » du Conseil de développement
de Marseille Provence Métropole
8 orientations pour repenser
l'espace de la métropole
Le Conseil de développement est une instance de concertation permanente constituée de
représentants de la société civile dans toute sa diversité (monde économique, scientifique,
culturel, environnemental, agricole, syndical, sportif etc.).
Le Président de MPM a décidé de le saisir sur la question du Plan Climat et une commission
spécifique a été créée à cet effet. Elle a mené une réflexion pour imaginer le territoire de
Marseille Provence Métropole dans un futur souhaité, qui soit cohérent avec les objectifs
du Plan Climat.
Cette vision proposée par le Conseil de développement avait pour but de guider la prochaine étape de construction du plan d'actions en termes d'approche stratégique et de déclinaison des solutions possibles. Comment densifier et rendre les villes plus agréables à
vivre ? Comment réinventer un nouvel urbanisme ?
PROPOSITIONS
32
|1|
Les espaces publics sont apaisés et agréables. La diversité, la proximité et les liens sociaux (les initiatives qui y contribuent) y sont les règles.
|2|
Les territoires « fertiles » sont la norme : la ruralité et l’urbanité sont intimement liées –
l’agriculture urbaine et périurbaine s’y sont développées pour participer à
l’alimentation des habitants du territoire.
|3|
La couverture végétale du territoire s’est considérablement accrue y compris dans les
centres urbains (grâce à une reconquête des espaces artificialisés issus de l’étalement
urbain).
|4|
Les espaces naturels (terre et mer) existants y sont préservés et enrichis.
|5|
Le territoire est autonome en énergie (mix énergétique). Les bâtiments sont autosuffisants.
|6|
Les villes « synchronisées » : organisation intelligente des centres urbains (ex : horaires
des écoles). La mobilité existe grâce à des transports en commun efficaces, confortables
et souples.
|7|
L’activité économique s’est développée sur des nouvelles compétences orientées vers
les technologies et industries « vertes » à forte valeur ajoutée, la réparation, l’artisanat
(nouveaux matériaux) et l’agriculture.
|8|
Le territoire utilise essentiellement ses ressources locales en eau (plus de gaspillage).
Etape 3 : La rédaction du portefeuille d'actions et du PCET
Les propositions « brutes », réunies dans le
Livre Blanc, issues des ateliers de concertation
ont toutes été analysées, reformulées et hiérarchisées. Certaines propositions ont nécessité
des recherches complémentaires, d'autres ont
été discutées en petits groupes de travail associant des acteurs internes ou externes.
A l’issue de cette première étape, une première armature du plan d’actions opérationnel
a été constituée.
Les actions ont alors été retravaillées en tenant
compte de leurs modalités de mise en œuvre,
de leurs impacts sur l’environnement et de leur
cohérence avec les autres projets du territoire.
Enfin, chaque élément chiffré de chaque action
(les coûts et les délais de réalisation, les impacts
environnementaux) a été intégré à un outil de
planification et d’évaluation spécialement crée
à cet effet. Cet outil, véritable matrice opérationnelle des actions du Plan Climat, a permis
d’évaluer les impacts respectifs et globaux de
notre portefeuille d’action. Il permet, en faisant
varier un paramètre de calculer en temps réel
les nouveaux impacts de chaque action en
permettant ainsi d’évaluer tous les scénarios
voulus. Cet outil d’évaluation « a priori » permettra ensuite, « a posteriori », d’affiner les
bilans annuels et le suivi du Plan Climat en
phase opérationnelle.
La complémentarité des actions de MPM avec
celles des autres institutions territoriales a également été recherchée, ainsi que les partenariats à développer avec les acteurs, publics ou
privés.
33
34
Le PCET de Marseille Provence Métropole
Pour MPM, le Plan Climat a pour objectif principal de mettre les questions d’atténuation et
d’adaptation au changement climatique au centre des préoccupations, des politiques et des interventions de la collectivité.
Il est constitué d’actions concrètes, mesurables et quantifiables, assorties d’objectifs chiffrés sur des
durées définies.
Le programme d’actions a été élaboré en cohérence avec les autres démarches structurantes pilotées
par MPM (SCOT, PLU communaux, PDU, PLH, etc.), en s’articulant avec les initiatives des communes
membres.
Il représente un investissement de 1,5 milliards sur 10 ans décliné en quatre volets :
Volet 1 : « MPM collectivité exemplaire »
Pour les opérations relatives au patrimoine et aux équipements appartenant à MPM.
Il est constitué de 7 actions principales déclinées en 23 opérations pour un montant d’environ
15,935 millions d’euros sur 10 ans.
Volet 2 : « Les compétences opérationnelles de MPM »
Pour les opérations relevant des compétences de MPM (transports, urbanisme, déchets, etc.).
Il est constitué de 8 actions principales déclinées en 40 opérations pour un montant d’environ
1,462 milliard sur 10 ans
Volet 3 : « Un territoire qui s’adapte au changement climatique »
Pour les actions de soutien que MPM entend mettre en œuvre au profit de projets innovants portés
par d’autres acteurs de son territoire.
Il est constitué de 11 actions principales déclinées en 29 opérations pour un montant d’environ
19,63 millions d’euros sur 10 ans.
Volet 4 : « Mobiliser et sensibiliser les acteurs du territoire pour réussir le Plan Climat »
Pour les actions relevant de la sensibilisation et de la communication.
Il est constitué de 6 actions principales déclinées en 22 opérations pour un montant d’environ
2,906 millions d’euros sur 10 ans.
35
Les actions phares de la « stratégie Energie-climat » de MPM
Les propositions d’adaptation
Selon les experts du GIEC, le changement climatique est, quoi que l’on fasse, inéluctable.
Ainsi, s’il faut s’attacher à mettre en œuvre des
actions visant à en limiter la brutalité, il faut
surtout imaginer celles qui permettront aux
territoires de s’y adapter.
Le PCET de MPM a donc retenu des actions qui
permettraient de favoriser une mutation harmonieuse du territoire pour que l’adaptation
soit la plus douce possible, en privilégiant celles
qui disposaient d’un double impact, atténuation et adaptation.
1400 adresses sur 20 communes), en développant les nouvelles technologies qui limitent les
déplacements et l’utilisation de papier (visioconférences, dématérialisation des échanges,
des courriers, des procédures administratives,
etc.). Des actions de sensibilisation des agents
de MPM seront menées régulièrement, avec
production de bilans, pour que les résultats des
efforts effectués servent à en soutenir
l’intensité.
Concernant ses activités et ses compétences,
MPM mettra en œuvre des actions similaires
incitant ses partenaires, ses entreprises et ses
délégataires à faire les mêmes efforts. Des
clauses environnementales seront introduites
progressivement dans tous les marchés et contrats de MPM pour que les méthodes de travail, les équipements et les matériaux mis en
œuvre, et qui respectent l’environnement et
les ressources, soient privilégiés.
©Renault
Mobilité alternative : la Twizy de Renault
Pour son patrimoine et ses services, MPM envisage de réduire au maximum ses besoins en
ressources naturelles (énergie, eau, etc.) en
adaptant son patrimoine et ses équipements
en conséquence et en développant, partout ou
cela sera possible et rentable, l’utilisation de
ressources locales et/ou renouvelables.
Elle s’attachera aussi, dans le cadre de son Plan
de Déplacement de l’Administration (PDA) à
limiter ses besoins en déplacements carbonés
en recourant aux mobilités alternatives (autopartage, covoiturage, vélos, vélos et scooters
électriques, etc.), en envisageant des regroupements d’activités pour limiter le nombre des
sites exploités (actuellement MPM dispose de
36
Transports en commun et mobilité douce : le
Tramway et Le Vélo marseillais
Le Plan de Déplacement Urbain (PDU) visera,
notamment, à diminuer la « part modale »
(c'est-à-dire le nombre de trajets effectués) de
la voiture de 10 % au profit des transports en
commun et des mobilités douces, décarbonées
ou alternatives.
Un nouveau plan de circulation et de stationnement sera étudié pour que la réglementation soit adaptée à ces nouveaux objectifs et
favorise les déplacements propres et économes.
Dans le domaine de la collecte et du traitement
des déchets, MPM s’attachera aussi à développer de nouveaux services de proximité (déchèteries mobiles) et de nouvelles filières de valorisation ou de récupération de déchets pour
limiter les quantités traitées et les transports
très coûteux en énergie.
Dans le domaine de l’aménagement urbain et
de la construction, seront privilégiés les projets
environnementaux qui s’adaptent aux contraintes locales, respectueux du caractère climatique méditerranéen. Les formes urbaines
ou celles des constructions devront être conformes aux spécificités locales et devront limiter les besoins en ressources et en énergies
(utilisation du vent, de l’ombre, de l’eau de
pluie, de la végétation, etc.). Pour les bâtiments
existants, des mesures de soutien seront mises
en œuvre pour aider à la réhabilitation des
habitats les plus dégradés et un fonds de concours pour l’innovation sera créé pour aider la
recherche et l’expérimentation de nouveaux
procédés visant à mutualiser ou à limiter les
besoins en ressources dans les constructions.
A ce titre, MPM soutien fortement le projet
d’ECOCITE qui a été labellisé par l’Etat pour la
qualité de ses démarches environnementales
(cf. zoom sur le projet page 39).
Enfin, toujours pour permettre au territoire de
s’adapter au changement climatique, MPM
met en œuvre des actions visant à préserver et
à développer la biodiversité terrestre, marine
et agricole.
Des actions de soutien seront mises en place
pour les filières, projets et structures aidant à la
recherche de « circuits courts », aidant au développement d’une agriculture durable et
partagée (jardins familiaux, ferme pédagogique, miellerie communautaire, etc.).
Un observatoire de l’environnement sera
constitué pour réaliser l’inventaire indispensable de la biodiversité terrestre et maritime et
faire vivre une base de données environnementale constituée de toutes les statistiques
produites sur ces domaines (construction, biodiversité, air, eau, bruit, précarité, etc.). Il est en
effet indispensable de connaître parfaitement
notre territoire, les impacts réels des activités
qui s’y développent pour corriger et réorienter,
si nécessaire, les politiques publiques
d’adaptation, d’atténuation ou de préservation
mises en œuvre par les acteurs locaux. Les
principes de développement fondés sur
l’étalement urbain et le « tout voiture » seront
remplacés par ceux qui favorisent l’utilisation
des espaces disponibles dans les centres-villes
ou une densification mesurée sera favorisée
autour des axes structurants des transports en
commun.
Les opérations intégrées – type Contrat de
Baie, ECOCITE - associant tous les acteurs publics et privés concernés, seront privilégiées
pour que le consensus obtenu garantisse la
réalisation des actions.
©PMCB
Suivi scientifique de la qualité des milieux dans le
Parc Marin de la Côte Bleue
37
©PMCB
Règlementation
protectrice
dans le Parc Marin de la Côte
Bleue
Dans le domaine des risques naturels et technologiques, en anticipant, dès à présent, les
changements à opérer, il est possible de
limiter plus tard des dommages et des
surcoûts dus au changement climatique.
Prévoir les dommages causés par les aléas naturels dans les prochaines années est une question centrale. Le croisement des différents
aléas naturels ayant une capacité de destruction suppose une augmentation de la charge
des sinistres évaluée au plan national à 14 milliards d’euros pour les vingt prochaines années.
Ceci suppose une hausse de 47% par rapport à
ce qui a été observé sur le passé. 13 milliards
d’euros seraient liés à une fréquence accrue
des événements extrêmes, 1 milliard à celle
d’événements locaux. A l’horizon 2030,
l’indemnisation des dommages matériels liés
aux événements naturels peut aller jusqu’à un
doublement des montants actuels (voir encadré). Cette hausse devrait, certes, être répartie
sur une population et un nombre d’entreprises
plus importants, mais elle aura tout de même
un effet significatif sur le budget des ménages
et les comptes des entreprises. Et ce, quelle
que soit la nature de l’événement naturel considéré.
Coût du changement climatique en matière d’assurance
Au cours des 20 dernières années le coût global des trois principaux aléas naturels inondation, sécheresse et tempête- représente 16% des dépenses des ménages. Pour les
vingt prochaines années, dans un contexte où le coût relatif de l’assurance évoluera significativement du fait de l’évolution démographique et socio économique (+54%), une partie du
coût relatif de l’assurance est consécutif à une aggravation de la vulnérabilité des enjeux sur
des zonages exposés du territoire (+7%). En outre, la diminution de la période de retour des
événements du fait des effets du changement climatique suppose une augmentation de la
charge des sinistres évaluée au plan national à +47%. De ce fait, à l’horizon 2030,
l’indemnisation des dommages matériels lié aux événements naturels pourra aller jusqu’à un
doublement des montants 2010. La part de la couverture contre les événements naturels
dans le budget assurance dommages des ménages et des entreprises passera de 16% actuellement à près de 25 %.
38
Le Projet ECOCITE
Le projet d’ECOCITE est porté par l’établissement public d’aménagement Euromediterranée
(EPAEM), qui associe l’Etat, la Région PACA, le Conseil Général des Bouches du Rhône, la communauté urbaine MPM et la ville de Marseille dans une volonté commune de faire entrer Marseille
dans le cercle des grandes métropoles en 2020.
Il s’inscrit dans le programme investissement d’avenir « Ville de Demain » sur un nouveau périmètre
d’intervention de 170 hectares, au cœur de Marseille, où l’ambition est d’attirer 30 000 habitants
supplémentaires et 20 000 emplois nouveaux. Les constructions programmées, qui s’inscrivent dans
les objectifs métropolitains du SCOT, du PLU et du présent PCET, se répartissent en 1 000 000 m² de
bureaux, 400 000 m² d’équipements et commerces et 14 000 logements dont 1/4 de logements
sociaux.
Conçu comme un laboratoire, le projet Ecocité a pour objectif d’expérimenter, dans une démarche
pragmatique et opérationnelle, les bonnes pratiques de l’aménagement et de la construction méditerranéenne durable.
Il répond, simultanément, aux problématiques : du retour de la nature en ville (trame verte et bleue,
développement de la biodiversité), du traitement des risques d’inondation, de la réduction des îlots
de chaleur, de la diminution de la température moyenne en centre ville, du rééquilibrage entre les
espaces verts entre le nord et le sud de la ville, de l’amélioration de l’image du secteur, de la gestion
raisonnée de la ressource en eau, du développement de projets collectifs et participatifs facteurs de
lien social, du développement d’énergies renouvelables.
39
Dans ce cadre, deux projets illustrent particulièrement les ambitions d’ECOCITE :
La boucle thalassothermique :
Cette boucle utilisera l’eau de mer, puisée à une température constante de 15°c, pour refroidir l’été
et réchauffer l’hiver selon le principe des pompes à chaleur.
Ce réseau collectif de chauffage/refroidissement offrira aux constructeurs qui s’y raccorderont des
« KW durables » leur permettant de mieux atteindre les objectifs énergétiques de l’ECOCITE.
Le parc humide du vallon des Aygalades :
Le ruisseau des Aygalades est un cours d’eau qui a été enterré depuis des années et qui traverse la
ville sous la chaussée pour se jeter dans la mer. L’idée portée par le projet d’ECOCITE consiste à
rouvrir ce ruisseau et lui faire irriguer un parc humide, qui deviendrait ainsi la colonne vertébrale de
l’opération, reliant les quartiers entre eux autour d’équipements publics de proximité (parvis, gradins, pelouses, aires de loisirs, jeux pour enfants, boulodromes, etc.) ou d’espaces partagés (jardins
familiaux, potagers éducatifs, etc.).
40
Les Propositions d'atténuation
Afin d’atténuer le changement climatique,
MPM s’est fixée les objectifs qualitatifs et
quantitatifs du Grenelle et du Schéma Régional
Climat Air Energie (SRCAE) en cours
d’élaboration. Si la collectivité parvient, pour les
activités qu’elle maîtrise, liées à son patrimoine
et ses services, à atteindre ou dépasser les objectifs du Grenelle, elle en est loin pour ce qui
concerne les activités économiques et industrielles de son territoire pour lesquelles peu de
leviers d’actions sont mobilisables.
► Objectifs poursuivis concernant les
activités « Patrimoine et Service » de
MPM
Les actions du PCET devraient permettre, sur la
période 2010 à 2020, de réduire de
19%
30% les consommations énergétiques et de porter à 40% la
des émissions de GES, de
part des énergies renouvelables dans les consommations de MPM.
L’atteinte de ces objectifs ambitieux passe par
la mise en œuvre d’outils opérationnels et contractuels nouveaux et la mobilisation de moyen
importants. Un travail particulier, engagé dès
2010, d’audit de tout le patrimoine de MPM
pour identifier les gisements d’économie ou
d’énergies renouvelables permettra de systématiser les travaux de valorisation du patrimoine. Les périodes de retours sur investissement courtes (< à 15 ans), conditionneront
l’engagement des travaux et une « cellule fluides » spécifique sera créée pour que des
moyens humains, financiers et techniques
soient exclusivement mobilisés à ces fins.
Une réflexion plus globale, sur la nature des
contrats de fourniture d’énergie et celles des
partenariats sera menée pour associer dans la
démarche les fournisseurs d’énergie, tant au
niveau de l’origine de l’énergie - qui devra être
100 % durable en 2020 - que des investissements à effectuer en matière de développement de nouveaux centres de production
locaux d’énergies renouvelables.
Enfin, l’Agence Locale de l’Energie (ALE), créée
par MPM en juillet 2012, se verra confier les
missions d’accompagnement de nos démarches, de sensibilisation des agents et de communication interne et externe.
90000
80000
70000
60000
2010
50000
2020
40000
2030
30000
20000
10000
0
Bâtim
M PM
ents
ts d
Acha
ivers
F ret
spor
Tran
nes
r so n
ts pe
ob ilis
Imm
ns
atio
t
ets e
Déch
eaux
s
usée
Evolution des émissions de Gaz à Effet de Serre dues à l’activité (Patrimoine et Services) de MPM
(en Tonnes Equivalent CO2)
41
► Objectifs poursuivis concernant les
activités des autres acteurs du territoire
de MPM
Les actions du PCET devraient permettre, sur la
période 2010 à 2020, de réduire de
11% les
12% les consommations énergétiques et de porter à 8% la part
émissions de GES, de
des énergies renouvelables dans les consommations des acteurs du territoire.
L’atteinte de ces objectifs passe par la mise en
œuvre d’outils organisationnels nouveaux –
type ALE – fédérant les acteurs privés et publics
et la mise en place d’une stratégie énergétique
intégrée à l’échelle du territoire.
Un audit des potentialités en matière
d’énergies renouvelables devra être mené
pour compléter les approches régionales effectuées dans le SRCAE et affiner la localisation
des « gisements » à exploiter.
En matière de transports en commun, c’est
encore l’intégration des politiques locales qui
sera recherchée avec un souci de rationalisation des instances en charge de la gestion des
transports et de la planification de ces politiques. C’est le seul moyen de peser face aux
logiques et aux stratégies nationales.
Le développement des transports en commun
et des mobilités alternatives sur tout le territoire est un enjeu majeur du PCET de MPM qui
y consacre 80 % de ses financements.
L’amélioration de la qualité de l’air, de l’eau
et, d’une manière générale, du cadre de vie
des habitants passe par le développement de
stratégies de développement homogènes prenant en compte les impacts environnementaux
dès les phases amont des projets. Le lancement d’une étude de préfiguration pour une
Zone d’Action Prioritaire pour l’Air (ZAPA) sur
l’hyper centre de Marseille et l’acte de candidature de MPM pour réaliser un Contrat de Baie,
sur le littoral en sont l’illustration.
Dé
ch
et
l
'é
ne
rg
ie
de
Tr
an
sp
or
ts
Bâ
tim
en
ts
Al
im
Ag
en
ric
ta
ti o
ul
tu
n
re
Co
et
ns
pê
tru
ch
ct
e
io
n
et
vo
iri
e
In
du
st
rie
In
du
st
rie
s
3
2,5
2
1,5
1
0,5
0
Evolution des émissions de Gaz à Effet de Serre du territoire de MPM
(en millions de Tonnes Equivalent CO2)
42
2010
2020
2030
Evaluation et suivi du Plan Climat
La gouvernance
Bâtir une stratégie « énergie-climat » nécessite d’imaginer de nouveaux « modes de faire », de prises
de décisions et d’évaluation.
Cela implique également de créer une dynamique d’acteurs.
D’une construction « multi acteurs »…
La réalisation de ce Plan Climat a associé :
- Les directions de MPM lors de la construction du diagnostic, de la concertation et
l’élaboration du portefeuille d’actions,
- La société civile sous la forme d’ateliers accessibles à tous,
- Le Conseil de Développement.
… à la mise en place d’une véritable gouvernance
Pour la mise en œuvre du Plan Climat, la gouvernance s’organisera autour d’un comité de suivi réunissant :
o les chargés de mission des communes membres de MPM qui évalueront la mise en
œuvre du Plan Climat dans leurs communes respectives ;
o les référents des directions de MPM qui rendront compte des actions qu’ils portent
et évalueront leurs impacts, participeront aux actions de sensibilisation et de communication ;
o les financeurs principaux (ADEME, Région, etc.) ;
o des représentants de la société civile ;
o des représentants du Conseil de Développement.
Ce comité permettra de suivre les avancées du PCET, soulignera les difficultés rencontrées et
notera les réussites dans une logique d’amélioration continue et d’échanges de bonnes pratiques.
©La Provence
Le Conseil communautaire de Marseille Provence
Métropole
43
Évaluation de la mise en œuvre du Plan Climat
L’évaluation est une étape indispensable à
l’amélioration continue de tout plan
d’actions. Cela doit permettre de connaître avec rigueur et précision l’évolution du
PCET, tant d’un point de vue quantitatif
que qualitatif.
Cela concourra à enrichir les prises de décisions, à informer tous les acteurs, à vérifier la conformité et l’avancée du PCET par
rapport aux objectifs de départ. Tout ceci
doit être fait en toute transversalité et
transparence.
actions, il s’agira de réaliser tous les trois
ans une nouvelle évaluation des émissions
de GES. Par ailleurs, une actualisation du
plan d’actions sera réalisée tous les 5 ans.
Cela permettra de faire le point sur les
actions qui ont été mises en œuvre, leurs
impacts réels en termes de réduction des
émissions de Gaz à Effet de Serre, et éventuellement planifier de nouvelles actions.
L’évaluation du plan d’actions
Un premier niveau d’évaluation du PCET
porte sur le respect des objectifs réglementaires fixés par l’Union Européenne et
l’Etat français et sera suivi à intervalle régulier.
Le second niveau d’évaluation d’un PCET
ne porte, non pas sur les résultats et les
moyens mis en œuvre, mais sur le suivi et
l’avancée des actions. MPM fixe ellemême les objectifs pour chacune de ses
actions, mais elles doivent permettre
d’atteindre les objectifs nationaux cités
précédemment.
► Suivant les objectifs 3x20
► Une réflexion sur l’évaluation et les
L’évaluation du Plan Climat de MPM
Le PCET s’inscrit dans les objectifs du paquet climat-énergie adopté par l’Union
Européenne en 2008 fixant 3 objectifs
énergétiques à évaluer :
- la diminution des émissions de GES ;
- la diminution des consommations
énergétiques ;
- l’augmentation de part des énergies
renouvelables dans la production
d’énergie.
Cette évaluation sera effectuée par rapport aux chiffres du Bilan Carbone qui fixera les niveaux initiaux de référence.
► Une actualisation régulière
Conformément aux obligations légales, le
PCET sera régulièrement évalué et actualisé. En plus de l’évaluation annuelle des
44
indicateurs territoriaux de développement durable
Les réflexions liées à l’évaluation des politiques de développement durable de la
Communauté urbaine MPM ne sont pas
nouvelles. En 2011, MPM s’est engagée
auprès de plusieurs collectivités européennes dans la définition d’un Référentiel Européen pour la Ville Européenne
Durable. S’inspirant de ces travaux, mais
également de la démarche menée par la
Ville de Marseille au côté de plusieurs villes
méditerranéennes
(CatMed),
l’évaluation des actions du Plan Climat est
le fruit d’un travail de long terme sur les
indicateurs territoriaux de développement
durable.
Ainsi, il a été choisi de conserver des indicateurs partagés, dont les sources sont
fiables et disponibles. En plus de permet-
tre une auto-évaluation de MPM, cela
aura l’avantage de permettre la comparaison avec d’autres Communautés urbaines.
Par ailleurs, afin de poser les bases d’une
démarche évaluative cohérente, le choix a
également été fait de limiter le nombre
d’indicateurs par fiche opération. N’ont
été retenus que les indicateurs pour lesquels un « état zéro » peut être réalisé et
pour lesquels les sources sont déjà disponibles. L’évolution annuelle de l’action,
grâce à ces indicateurs de développement
durable, pourra donc être suivie.
Il est important de noter que certains impacts sont encore très difficiles à évaluer.
Il s’agit, notamment, de ceux touchant à la
biodiversité ou à la sensibilisation. Une
réflexion et un certain recul seront nécessaires pour mieux maîtriser ces questions
et adapter les outils d’évaluation, voire les
indicateurs eux-mêmes.
Cela permettra à la démarche évaluative
d’évoluer et de progresser au fur et à mesure de l’expérience acquise dans ce domaine, tant par MPM que par les autres
collectivités, confrontées à ces mêmes
questions.
► Les outils de suivi
Il s’agira pour MPM de choisir les outils
adaptés à une évaluation annuelle des
opérations. Ces opérations étant portées
par plusieurs directions, il importera que
les outils puissent être transversaux, facilement accessibles et compréhensibles.
Deux méthodes sont aujourd’hui envisagées : soit la réalisation d’un tableau de
suivi grâce à un tableur, soit l’acquisition
d’un logiciel d’évaluation. Le choix d’une
des deux méthodes reposera sur la facilité
d’utilisation de l’outil, le temps nécessaire
au renseignement des données ainsi qu’à
la traduction de ces données brutes en
données compréhensibles par tous.
Une démarche continue et participative
Enfin, le PCET doit être évalué comme il a
été construit : grâce à la participation de
l’ensemble des acteurs du territoire, qu’ils
soient élus, techniciens, membres associatifs ou citoyens.
► Un bilan annuel
L’outil d’évaluation choisi devra permettre
d’éditer un bilan annuel du PCET. Il s’agira
de suivre l’évolution de chaque opération
dans le temps ainsi que ses effets. Ce bilan
annuel se voudra le plus transparent possible et accessible à toute personne qui en
fera la demande. Il permettra, grâce aux
différents indicateurs définis préalablement dans chaque fiche, de suivre avec
précision l’avancée du plan d’actions.
Pour ce faire, il sera disponible sur le site
internet de la Communauté urbaine MPM,
consacré
au
Plan
Climat
(http://www.planclimat-mpm.fr/)
mais
aussi distribué sous forme de brochures
informatives.
► Le Comité de suivi
Un suivi partenarial sera réalisé avec les
parties prenantes les plus impliquées pour
évaluer régulièrement la mise en œuvre et
les effets du PCET. Il permettra de communiquer sur les avancées du PCET, soulignera les difficultés rencontrées et notera
les
réussites
dans
une
logique
d’amélioration continue et d’échanges de
bonnes pratiques.
45
46
Le portefeuille d'actions
Le plan d'actions en quelques chiffres :
4
14
32
114
Volets structurants
Axes stratégiques
Actions phares sur lesquelles repose le
plan d'Actions
Opérations qui permettent la mise en œuvre
des actions
47
Mode d’emploi des fiches actions et des fiches opérations
Le portefeuille d’actions est construit à partir
des 460 propositions générées par la concertation (annexe 8). Il est articulé autour de 32
actions, elles mêmes déclinées en 114 opérations détaillées.
Une opération peut être de cinq natures différentes :
•
financière, lorsqu’elle se traduit par
une aide apportée à un projet ou à un acteur
(fonds de concours, subventions, etc.).
•
réglementaire, lorsqu’elle se traduit
par une modification des règles opposables
aux tiers (règles de construction, d’urbanisme,
de stationnement, modification de tarifs, etc.).
•
opérationnelle, lorsqu’elle se traduit
dans un projet disposant d’un délai de réalisation, d’un budget et d’un objectif à atteindre
(travaux ou équipements à réaliser, étude à
mener, etc.).
•
organisationnelle, lorsqu’elle impose
une organisation différente d’un service, d’une
tâche, ou lorsqu’elle nécessite de créer une
structure nouvelle, un groupe de travail ou un
nouveau réseau.
•
de sensibilisation, lorsqu’elle s’attache
à mieux communiquer, à faire comprendre et
à faire adhérer des acteurs à une démarche.
Chaque action, chaque opération (ou groupe
d’opérations), ont été évaluées sur une tranche de 10 ans (2010 à 2020), à la fois financièrement et en terme d’impact environnemental vis-à-vis des objectifs quantitatifs du Grenelle (les 3 x 20). Chaque résultat a ensuite été
comptabilisé pour mesurer les niveaux de résultats obtenus dans les 3 domaines.
Enfin, les 32 actions sont réparties dans des
volets et axes homogènes, les fiches détaillées
des opérations figurant en annexe 4 :
48
Volet 1 : MPM collectivité exemplaire
o Axe 1 : Des équipements sobres en
énergie
o Axe 2 : Se déplacer mieux
o Axe 3 : Permettre l'approbation des enjeux du Plan Climat par les agents de
MPM
Volet 2 : Les compétences opérationnelles de
MPM
o Axe 1 : Se déplacer autrement
o Axe 2 : Améliorer la gestion des déchets
o Axe 3 : Améliorer la gestion des ressources en eau
Volet 3 : Un territoire qui s'adapte au changement climatique
o Axe 1 : Un développement territorial
sobre et durable
o Axe 2 : La réhabilitation du parc existant
et la construction des bâtiments confortables été comme hiver
o Axe 3 : La nature au service de la lutte
contre le réchauffement climatique et
la préservation de la biodiversité
o Axe 4 : Le soutien aux projets contribuant aux objectifs du Plan Climat
Volet 4 : Mobiliser les acteurs du territoire
pour réussir le Plan Climat
o Axe 1 : Communiquer et sensibiliser sur
les enjeux du Plan Climat
o Axe 2 : Valoriser les initiatives vertueuses
o Axe 3 : Gouvernance, évaluation et suivi
du Plan Climat
Un tableau récapitulatif de toutes les actions opérations, figure en annexe 6.
Grilles de lecture pour les fiches actions et les fiches opérations
Numéro
de l'action
Numéro et intitulé
du volet
Action n°8
Développer l'usage et l'accès aux transports en commun
Volet 2
Axe 2.1
Les compétences opérationnelles de MPM
Se déplacer autrement
Intitulé
de l'action
Numéro et intitulé
de l'axe
Enjeux
Les engagements du Grenelle de l’Environnement en matière de transport ont été traduits dans la
loi de programmation du 3 août 2009, dite « Grenelle 1 ». Au regard des enjeux soulevés par les
transports, la loi insiste sur la nécessité de transformer profondemment les politiques territoriales
en matière de transport, pour permettre une réduction significative des émissions de Gaz à Effet de
Serre et une amélioration du cadre de vie.
Un premier Plan de Déplacement Urbain (PDU) a été réalisé pour la période 2006/2012. Il est
actuellement en révision pour l'adapter aux nouveaux enjeux du territoire pour les 10 prochaines
années. Le bilan carbone a montré que 18% des émissions de Gaz à Effet de Serre sur MPM sont
dues aux déplacements des personnes. L'objectif du Plan Climat, traduit dans le Plan de
Déplacement Urbain et son programme de développement des transports, est de réduire de 8% la
part modale de la voiture et des deux roues motorisées dans les 10 prochaines années (de 51% à
43%) tout en augmentant celle des transports en commun de 5% (de 12% à 17%) et des modes doux
de 3% (de 37% à 40%) et de développer les parking relais.
MPM fait de cet enjeu l'axe principal de son Plan Climat qui mobilisera 86% des
financements avec un effort de 1,3 milliard sur 10 ans.
Les aspects réglementaires,
économiques ou techniques à
prendre en considération pour
conduire l'action répartie en
opérations.
Impacts 2020
Quantité
d'émissions évitées
par la mise en
œuvre de l'action
- 81 054
TeqCO2
Coût de l'action
(hors
subvention)
=
26 505 tep
d'économies
de carburant
Qualité de l’air
1,324 655 milliard €
Partenaires
techniques et
financiers
Indicateur mettant en
avant que l'action concoure
à l'amélioration de la
qualité de l'air
athmosphérique
Quantité d'énergie
économisée par la
mise en œuvre de
l'action
RTM
Conseil
Régional
Site Le
Pilote
MPM
CG 13
CAPAE
Liste des principaux
partenaires mobilisables
sur le territoire
de MPM
CPA
Indicateurs de Evolution du nombre d'abonnés par catégorie de clientèle
suivi
Enquête de satisfaction
Nombre de points d'arrêt accessibles aux PMR (…)
Echéances
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
Démarrage de l'action : en court
Durée de l'action : long terme
Développer le réseau des transports en commun et mettre en place des navettes
maritimes
Mieux adapter les horaires de transport en commun aux besoins
Améliorer la sécurité dans les transports en commun
Mettre en oeuvre un outil de suivi et de gestion cartographique des réseaux de
transport en commun
Améliorer la qualité de la flotte de bus urbains
Développer les incitations tarifaires
Améliorer la communication et l'information auprès du public, créer une maison de
la mobilité
Suivre, évaluer et mettre en oeuvre le Schéma Directeur pour l'Accessibilité des
Transports
Développer les services de conseil en mobilité personnalisé à destination des
entreprises ou établissements recevant du public
Liste non exhaustive des
indicateurs de suivi et
d'évaluation de l'action
Planning prévisionnel
à court, moyen et
long terme
Détail des principales
opérations
49
Volet 3
Axe 3.4
Action n° 24
Un territoire qui s'adapte au changement climatique
Soutien aux projets locaux contribuant aux objectifs
du Plan Climat
Créer un fonds de concours pour soutenir les projets exemplaires aidant la transition énergétique de l'économie
Fiche opérationnelle
n°
Soutenir des projets de Maîtrise De l'Energie dans les bâtiments
24.1
Opé.
Regl.
Type de démarche (1)
Enjeux
Identification de
l'opération
Fin.
Org.
Sens.
Ener.
Thème (2)
X
Mob.
Biod.
Déchets
Cadre de
V.
Pilotage de l'opération
MPM-(DEE)
X
Direction de MPM en
charge de conduire
l'opération
Afin de soutenir les actions locales en faveur de la maîtrise de la demande en énergie dans le bâtiment, MPM crée un fonds de concours spécifique (exemples d'actions
: mise en place d'une comptabilité énergétique à l'échelle du logement, actions de sensibilisation des usagers, déploiement des compteurs et réseaux intelligents)
valorisant les actions qui contribuent aux économies d'énergies ou au développement des énergies renouvelables.
Description de l'opération en
termes d'enjeux et d'objectifs
Description
Création d'un fonds de concours pour soutenir les initiatives locales (acteurs ou projets) en faveur de la maîtrise de la demande en énergie de 50 000 €/an :
- Etude visant à définir le cadre fixant les conditions d'obtention des aides.
Gain carbone 2020
Indicateurs de suivi de l'opération
- 544
TeqCO2
Financement
102 tep
d'économies
d'énergie
=
FEDER
Liste des
indicateurs de suivi et
d'évaluation de l'opération
Nombre de projets soutenus
Euros investis pour le soutien des projets
ETAT
ADEME
REGION
CG13
MPM
Principe
Sans objet
Paramètres financiers identifiés
à ce jour et indiquant les coûts
et les partenaires institutionnels
possibles
Taux
Cout financier
Détail en € TTC
Coût annuel en € TTC
(année pleine)
50 000 €/an
Coût cumulé sur 10 ans de
l'opération en € TTC
50 000 €
350 000 €
Planification
Durée globale de
l'opération
Pluri-annuelle
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019
2020
Mise en œuvre
(1) Opé = Opérationnelle, Regl.=Réglementaire, Fin = Financier, Org = organisationnel, Sens= sensibilisation - (2) Ener = Energie, Mob. = Mobilité, Biod.=biodiversité, Déchets, Cadre de V. = Cadre de vie et solidarité
50
2020/2050
Eléments de calendrier
Volet 1 : MPM collectivité exemplaire
51
Axe 1 : Des équipements sobres en énergie
Les bâtiments et équipements de MPM émettent chaque année 3 200 tonnes équivalent CO2.
L’atteinte du double objectif du Grenelle, diminution des consommations de 20 % et utilisation de 23%
d’énergie renouvelable, passe par la maîtrise, puis la diminution de ses consommations d’énergie mais
aussi, à chaque fois qu’il sera possible de le faire, par le développement de nouveaux centres de production d’énergies renouvelables sur son patrimoine et ses équipements. Pour compléter cette démarche de recherche de sobriété énergétique, MPM envisage également de recourir à la voie contractuelle.
► Action 1 : Réduire les dépenses d’énergie des bâtiments et équipements de MPM (page 54)
Opération 1 – Créer une cellule fluide (voir annexe fiche 1-1)
Opération 2 – Etude des consommations énergétiques (voir annexe fiche 1-2)
Opération 3 – Améliorer l’efficacité énergétique du patrimoine (voir annexe fiche 1-3)
Opération 4 – Etudier l'optimisation de l'occupation du parc bâti de MPM (voir annexe fiche 14)
o Opération 5 – Mettre en place le dispositif de récupération des Certificats d'Economie d'Energie (voir annexe fiche 1-5)
o
o
o
o
► Action 2 : Développer le recours aux énergies renouvelables sur le patrimoine de MPM (page 55)
o Opération 1- Etude de préfiguration d'une structure indépendante pour piloter les opérations
de développement des énergies renouvelables (voir annexe fiche 2-1)
o Opération 2 – Equiper en énergie renouvelable les bâtiments et équipements de MPM (voir
annexe fiche 2-2)
o Opération 3 – Augmenter la part d'Energies Renouvelables (EnR) dans les consommations
d'énergie de MPM et investir dans de nouveaux centres de production d'EnR. (voir annexe fiche 2-3)
Axe 2 : Se déplacer mieux
Les déplacements générés par les activités des agents de MPM représentent 3% des émissions de GES
du Bilan Carbone patrimoine et service. Pour limiter ces émissions, MPM s’engage également dans la
réalisation de son Plan de Déplacement de l’Administration qui proposera de compléter les dispositifs
existants ou de mettre en place de nouveaux moyens de se déplacer.
► Action 3 : Réaliser un Plan de Déplacement de l’Administration (page 56)
o Opération 1- Remplacer les véhicules thermiques par des véhicules plus propres et économes
(voir annexe fiche 3-1)
o Opération 2- Développer les actions de formation à l'éco-conduite (voir annexe fiche 3-2)
o Opération 3- Développer l'autopartage pour les agents de MPM (voir annexe fiche 3-3)
o Opération 4- Développer le covoiturage pour les agents de MPM (voir annexe fiche 3-4)
o Opération 5- Développer les vélos, VAE, scooters électriques et véhicules électriques (voir annexe fiche 3-5)
o Opération 6- Développer l'usage des transports en commun par les agents (voir annexe fiche
3-6)
52
► Action 4 : Dématérialiser les échanges (pages 57)
o Opération 1- Développer les télé- et visioconférences (voir annexe fiche 4-1)
o Opération 2- Développer des outils de dématérialisation des échanges à MPM (voir annexe
fiche 4-2)
Axe 3 : Permettre l'approbation des enjeux du Plan Climat par les agents de MPM
Un Plan Climat est un document de planification très transversal qui peut être perçu par les agents de
la collectivité comme une démarche aux contours flous et, par conséquent, peu mobilisante.
Or, pour atteindre les objectifs ambitieux du Grenelle, chacun doit changer ses habitudes. Il s’agit, par
exemple, d’alimenter régulièrement des indicateurs pour évaluer le caractère « durable » de ses actions. Ce sont des contraintes importantes qui n’ont de valeur que si, d’une part, elles sont effectuées
régulièrement et, d’autre part, elles produisent des résultats tangibles.
Les agents des collectivités interviennent, à travers les marchés et les contrats qu’ils élaborent et suivent, sur de nombreux secteurs émetteurs de GES ou consommateurs d’énergie. Or, favoriser, dans
ces contrats et marchés, les démarches vertueuses est un moyen très efficace et finalement peu coûteux pour obtenir des résultats significatifs.
► Action 5 : Mieux gérer les déchets et diminuer les émissions de polluants (page 58)
o Opération 1- Améliorer le tri et mettre en place de nouvelles collectes de déchets (voir annexe fiche 5-1)
o Opération 2- Développer le rachat par les agents du matériel réformé (voir annexe fiche 5-2)
o Opération 3- Elaborer une charte pour la limitation de la nocivité des déchets (voir annexe fiche 5-3)
► Action 6 : Valoriser les engagements de MPM et sensibiliser les agents aux bonnes pratiques
(page 59)
o Opération 1- Mettre en place un programme de communication et de sensibilisation des
agents aux enjeux et résultats du Plan Climat (voir annexe fiche 6-1)
o Opération 2- Adhérer à des démarches exemplaires et constituer un réseau de savoir-faire
(voir annexe fiche 6-2)
► Action 7 : Développer une politique d'achats responsables dans tous les marchés de MPM (page
60)
o Opération 1- Créer et animer un club des marchés associant tous les référents marchés des
directions (voir annexe fiche 7-1)
o Opération 2- Rédiger une charte d'engagement pour l'inclusion de clauses environnementales dans les marchés de MPM (voir annexe fiche 7-2)
53
Réduire les dépenses d'énergies des bâtiments et
équipements de MPM
Action n°1
Volet 1
Axe 1.1
MPM Collectivité exemplaire
Des équipements sobres en énergie
Enjeux
MPM a la responsabilité et la gestion d'un patrimoine réparti sur 18 communes et 1 400 sites
différents pour lequel elle souhaite s'engager sur la voie d'une utilisation rationnelle de son énergie
pour anticiper la hausse prévue du prix des énergies fossiles.
Or, ces bâtiments et équipements fonctionnent encore, bien souvent, sur les mêmes bases
énergétiques et avec les mêmes contrats et abonnements qu'au moment de leur transfert à la
Communauté urbaine il y a un peu plus de 10 ans.
Par conséquent, pour parvenir à cette rationnalisation des consommations il est nécessaire, d'une
part, d'améliorer les connaissances que nous avons de ce patrimoine (constitution d'une base de
données, diagnostic de performance énergetique, plans, photos, etc.) et, d'autre part, de se doter de
moyens humains et techniques adaptés (économe de flux, logiciel de gestion, équipements de
régulation et de télégestion, etc.). Sans ce préalable indispensable, les recherches d'économies ne
pourront être menées dans de bonnes conditions.
Impacts visés
en 2020
- 10 713
TeqCO2
Coût de
l'opération sur
10 ans (hors
subventions)
Partenaires
techniques et
financiers
=
19,5 % de
l'objectif
Grenelle
6,660 millions €
ADEME
Conseil
Régional
MPM
ETAT
Indicateurs
Evolution des consommations énergétiques de l'ensemble des bâtiments de MPM
par type d'énergie
Proportion des sites et des équipements ayant fait l'objet d'un pré-diagnostic ou d'un
audit
Evolution de la proportion des chaudières au fioul remplacées par des chaudières à
gaz (...)
Échéances
Démarrage de l'action : En cours
Durée de l'action : Permanente
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
54
Création d'une cellule fluide pour une connaissance approfondie du patrimoine bâti
Mise en place du dispositif de récupération des CEE pour valoriser financièrement les
actions réalisées en termes de maîtrise de l'énergie
Développer le recours
aux énergies renouvelables (EnR) à MPM
Action n°2
Volet 1
Axe 1.1
MPM Collectivité exemplaire
Des équipements sobres en énergie
Enjeux
Le Bilan Carbone a fait ressortir que la part des énergies renouvelables produites sur le territoire de
MPM ne representait que 1% des énergies consommées pour une moyenne nationale de 6%.
Or, on sait que la production d'énergie renouvelable (avec la réduction des dépenses d'énergie) est le
seul moyen d'atténuer la hausse des besoins énergétiques due au changement climatique,
notamment pour la production de froid en été.
Dans le prolongement de l'action précédente (fiche action n°1) et à la suite du diagnostic
énergétique de son patrimoine, MPM souhaite, à chaque fois que cela sera possible, techniquement
et financièrement (retours d'investissement sur 15 ans), investir dans la production d'énergie
renouvelable.
Par ailleurs, il existe des dispositifs contractuels permettant de garantir l'origine "durable" de
l'énergie consommée. Si ces dispositifs n'augmentent pas directement la part globale d'énergie
renouvelable créée sur son territoire, MPM souhaite néanmoins les mettre en place pour inciter les
fournisseurs d'énergie à développer d'autres centres de production. D'un point de vue symbolique,
cela permet de garantir que 100% de l'énergie utilisée par MPM provient d'une origine renouvelable
et ainsi contribuer au caractère exemplaire de sa démarche.
Impacts visés
en 2020
- 5 916
TeqCO2
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
Partenaires
techniques et
financiers
6,43 millions €
Fournisseurs
d'énergie
MPM
Conseil
Régional
ETAT
Indicateurs
Production d'énergies renouvelables (kWh/an) par source
Part des EnR dans la consommation finale d'électricité de MPM
Investissement annuel consacré à la production d'énergies renouvelables (…)
Echéances
Démarrage de l'action : 2013
Durée de l'action : Long terme
Zoom sur
quelques
opérations
( en annexe)
Etude de préfiguration d'une structure indépendante pour piloter les opérations de
développement des énergies renouvelables
Augmenter la part d'énergies renouvelables dans les consommations d'énergie de
MPM et investir dans de nouveaux centres de production d'énergies renouvelables
55
Action n°3
Réaliser un Plan de Déplacement Administration
Volet1
Axe 1.2
MPM collectivité exemplaire
Se déplacer mieux
Enjeux
Avec près de 4 000 personnes employées par Marseille Provence Métropole, les déplacements
domicile-travail des agents ainsi que les déplacements professionnels sont nombreux. Le Bilan
Carbone Patrimoine et Service a mis en avant que près de 20% des émissions de CO2 de la collectivité
sont liés aux déplacements des agents.
Afin de réduire ces émissions et d'impulser un changement des comportements, un Plan de
Déplacement Administration (PDA) va être étudié et mis en place. Il s'agit de favoriser l'usage des
transports en commun, des modes actifs et modes décarbonnés pour l'ensemble des déplacements. Il
pourra, par exemple, s'agir de développer l'autopartage, le co-voiturage ou l'achat de véhicules
propres.
Impacts visés
en 2020
- 747
TeqCO2
244 tep
d'économies de
carburants
=
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
2,47 millions €
Partenaires
techniques et
financiers
ADEME
Presta.
Autopartage
Presta. Covoiturage
Conseil
Régional
MPM
SNCF
Exploitants
des réseaux
Indicateurs
Evolution de la part des agents formés à l'éco-conduite par an
Evolution du nombre d'abonnements aux transports en commun
Evolution du nombre de vélos, Vélos à Assistance Electrique, scooters électriques et
véhicules légers électriques
Evolution du nombre d'agents abonnés à l'autopartage (...)
Échéances
Démarrage de l'action : 2010
Durée de l'action : Court terme
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
56
Qualité de l’air
Remplacer les véhicules thermiques par des véhicules plus propres
Développer les actions de formation à l'éco-conduite
Développer l'autopartage et le co-voiturage
Développer les vélos, vélos à assistance électrique, scooters électriques et véhicules
légers électriques
Développer l'usage des transports en commun par les agents
Dématérialiser les échanges
Action n°4
Volet1
Axe 1.2
MPM Collectivité exemplaire
Se déplacer mieux
Enjeux
Pour diminuer la production de déchets et la consommation d'énergie, un des axes de travail
aujourd'hui privilégié est la dématérialisation des échanges. Autrement dit, plutôt que de se déplacer
et imprimer les courriers ou documents, les Technologies de l'Information et de la communication
(TIC) et de la Communication sont utilisées pour se voir et se parler depuis son bureau ou depuis une
salle équipée. Il en est de même, pour la conservation des messages et des documents, évitant ainsi
leur impression.
Cette dématérialisation devrait permettre de remplacer 20% des réunions "en direct" par des visioconférences mais aussi de réduire de 20% l'impression des mails grâce à des plateformes numériques
d'échange.
Enfin, puisqu'il ne faut pas oublier que les outils informatiques sont consommateurs d'énergie, un
objectif de diminution de 50% d'envoi d'email est fixé , évitant ainsi un déplacement du problème
vers une augmentation des consommations d'énergies des data centers.
Impacts visés
en 2020
- 584
TeqCO2
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
=
191 tep
d'économie
d'énergie
185 000 €
Partenaires
techniques et
financiers
MPM
Conseil
Régional
Indicateurs
Nombre de visioconférences effectuées par an
Nombre de sites équipés pour la visioconférence par rapport à l'objectif fixé
Tonnes de papier consommé par an
Echéances
Démarrage de l'action : 2012
Durée de l'action : 8 ans
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
Développer les télés et visioconférences
Développer des outils de dématérialisation des échanges à MPM
57
Action n°5
Mieux gérer les déchets et diminuer les émissions de
polluants
Volet1
Axe 1.3
MPM collectivité exemplaire
Permettre l'appropriation des enjeux du Plan Climat par les agents de
MPM
Enjeux
Les déchets sont une source importante d'émissions de pollutions et d'émissions de Gaz à Effet de
Serre. Le Bilan Carbone Patrimoine et Service a montré que la production de déchets directs
représentait le premier poste d'émission, soit plus de 40% des émissions totales. Au sein d'une
administration telle que MPM, il s'agit donc de réduire d'abord la production de déchets papiers,
mais également de biens matériels ou de pesticides.
L'objectif est de parvenir, grâce à une modification des pratiques des agents, à une réduction globale
de la production de déchets : collecter et recycler 500 tonnes de carton en 2020 et recycler 75% des
piles usagées.
Impacts visés
en 2020
- 1 893
TeqCO2
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
Partenaires
techniques et
financiers
4,2 % de
l'objectif
Grenelle
=
30 000 €
Conseil
Régional
ADEME
MPM
Eco
organismes
Indicateurs
Echéances
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
58
Evolution du poids de piles et de cartons collectés par an
Nombre de produits réformés, vendus par catégorie par an
Démarrage de l'action : 2013
Durée de l'action : Long terme
Développer le rachat par les agents du matériel réformé
Elaborer une charte pour la limitation de la nocivité des déchets
Action n°6
Sensibiliser les agents aux bonnes pratiques et les
impliquer dans les démarches de la collectivité
Valoriser l'engagement de MPM
Volet1
Axe 1.3
MPM collectivité exemplaire
Permettre l'appropriation des enjeux du Plan Climat aux agents de
MPM
Enjeux
Les enjeux liés à la sensibilisation des agents sont très importants pour préserver les ressources et
réduire les pollutions, mais également pour l'exemplarité de la collectivité. Une adhésion et une
participation de qualité des agents dans les démarches d'éco-responsabilité, passent à la fois, par une
formation spécifique, mais aussi par l'information régulière sur les résultats des démarches auxquelles
ils participent. A titre d'exemple, un agent de MPM utilise 80 kg de papier par an. Or pour produire
une seule feuille de papier A4, 10 litres d'eau sont nécessaires. Ainsi, chaque feuille A4 non utilisée
permet d'économiser la ressource en eau !
Impacts visés
en 2020
- 1 293
TeqCO2
=
160 000 €
Financement
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
156 tep
d'économies
d'énergie
Conseil
Régional
ADEME
MPM
Organisme de
formation /
sensibilisation
Indicateurs
Consommation de papier par agent et par an
Nombre de parution de sensibilisation / formation à destination des agents par an
(…)
Echéances
Démarrage de l'action : 2013
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
Mettre en place un programme de communication et de sensibilisation des agents
Adhérer à des démarches exemplaires et constituer un réseau de savoir-faire
59
Action n°7
Développer une politique d'achats responsables dans
tous les marchés et contrats de MPM
Volet 1
Axe 1.3
MPM Collectivité exemplaire
Permettre l'appropriation des enjeux du Plan Climat par les agents de
MPM
Enjeux
MPM, dans le cadre de ses compétences, a recours à tous les types de marchés et de contrats :
marchés de travaux (construction des routes, d'infrastructure, de bâtiments…), marchés de service
(collecte des déchets, transports, informatique...), marchés de fournitures (bureautique, carburants,
matériaux...), contrats de concessions, d'affermage, de délégation de services publics (eau,
assainissement, gestion portuaire...), contrats d'occupation du domaine public, etc.
Ces activités, portées par des partenaires externes, représentent près de 30% des émissions de Gaz
à Effet de Serre émis par MPM chaque année. C'est pourquoi, vu l'importance de l'enjeu, MPM
souhaite mettre en oeuvre une démarche responsable et exemplaire pour inciter les prestataires de
services qu'elle emploie, à réaliser les prestations qui leur sont confiées en limitant les émissions de
Gaz à Effet de Serre et en préservant les ressources naturelles. A service égal, les propositions
vertueuses, seront bonifiées. Pour mettre en oeuvre cette mesure, il est nécessaire de constituer
un groupe de travail permanent, associant des acteurs internes à MPM mais aussi des acteurs
externes, pour définir, avec eux, la nature des clauses environnementales à intégrer à l'avenir aux
marchés et contrats de MPM.
L'objectif visé est une diminution en 2020 de 10% des émissions de GES et de 5 % des
déplacements.
Impacts visés
en 2020
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
Partenaires
techniques et
financiers
- 5 330
TeqCO2
Action n'induisant pas de dépense
ADEME
Conseil
Régional
MPM
Partenaires
Externes
Indicateurs
Part des contrats et des marchés incluant des clauses environnementales
Echéances
Démarrage de l'action : 2010
Durée de l'action : Long terme
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
60
Créer et animer un club des marchés permanent associant tous les référents
marchés des directions,
Rédiger une charte fixant les condition d'intégration de clauses environnementales
dans tous les marchés et contrats de MPM
Volet 2 : Les compétences opérationnelles de MPM
61
Axe 1 : Se déplacer autrement
Rendre la ville plus attractive, c’est aussi la rendre plus accessible ; la ville concentre la majorité des services et des activités, qui sont desservis par des espaces publics souvent contraints, encombrés, denses,
où tous se croisent ou se rencontrent. Les transports en commun facilitent le fonctionnement global de
nos villes mais ne convainquent pas encore assez. Comment procurer davantage de lisibilité et de fluidité
aux usagers dans leurs déplacements, tout en s’efforçant d’imaginer une ville quotidienne compréhensible par tous, facile et confortable dans son usage ?
Les grands projets d’infrastructures lourdes de transports en commun ne suffisent pas aujourd’hui à
atteindre ces objectifs, s’ils ne sont pas accompagnés d’aménagements ou de dispositifs alternatifs qui
viennent compléter les besoins des usagers. Ces actions visent principalement à garantir le partage équitable de l’espace public, à améliorer les conditions de déplacements de tous les usagers et à procurer
aux usagers des solutions alternatives aux modes carbonés individuels. Les effets attendus devront répondre aux enjeux affichés par le Bilan Environnemental des Déplacements BED (voir annexe) en termes
de réductions des émissions de polluants et de Gaz à Effet de Serre. Ils seront également attendus sur
l’évolution de la santé des habitants et de la sécurité des usagers, quelque soit leur mode de déplacement.
Le Plan de Déplacements Urbain préconise, pour les dix prochaines années, une réduction de 8% des
déplacements en voiture ou deux-roues motorisés par rapport à 2009, ainsi qu’une augmentation de
28% des déplacements en transports en commun ou modes doux, dans le but d’atteindre une diminution de 10% des émissions de polluants sur le territoire de MPM.
► Action 8 : Développer l'usage et l'accès aux transports en commun (page 65)
o Opération 1 – Adapter les horaires des TC aux besoins des usagers (voir annexe fiche 8-1)
o Opération 2 – Etudier la possibilité d'améliorer la sécurité dans les TC (voir annexe fiche 8-2)
o Opération 3 – Mettre en œuvre un outil de suivi et de gestion cartographique des réseaux de
transports en commun (voir annexe fiche 8-3)
o Opération 4 – Améliorer la qualité de la flotte de bus urbains (voir annexe fiche 8-4)
o Opération 5 – Développer les incitations tarifaires pour favoriser les TC (voir annexe fiche 8-5)
o Opération 6 – Mettre en place un programme de communication auprès du public relative à
l'offre de transport et de mobilité alternative (voir annexe fiche 8-6)
o Opération 7 – Suivre, évaluer et mettre en œuvre le Schéma Directeur pour l'Accessibilité
des Transports (voir annexe fiche 8-7)
o Opération 8 – Développer les services de conseil en mobilité personnalisé à destination des
entreprises ou établissements recevant du public (voir annexe fiche 8-8)
o Opération 9 – Créer une maison de la mobilité (voir annexe fiche 8-9)
o Opération 10 – Développer le réseau des transports en commun (voir annexe fiche 8-10)
o Opération 11 – Mettre en place des navettes maritimes (voir annexe fiche 8-11)
► Action 9 : Développer les mobilités alternatives (page 66)
o Opération 1 – Soutenir le développement de l'activité d'autopartage (voir annexe fiche 9-1)
o Opération 2 – Développer le covoiturage (voir annexe fiche 9-2)
o Opération 3 – Aider à l'achat de véhicules électrique et hybrides (vélos, scooters, véhicules…)
(voir annexe fiche 9-3)
o Opération 4 – Mettre en place un réseau de stations de charge multimodales (voir annexe fiche 9-4)
o Opération 5 – Soutenir les Plans de Déplacements Inter Entreprises (voir annexe fiche 9-5)
62
o Opération 6 – Elaborer et mettre en œuvre un schéma directeur de réhabilitation de la voirie
(voir annexe fiche 9-6)
o Opération 7 – Semi- piétonisation du Vieux Port (voir annexe fiche 9-7)
► Action 10 : Développer les modes actifs (page 67)
o Opération 1 – Aider à la création de locaux pour vélos dans les bâtiments existants (voir annexe fiche 10-1)
o Opération 2 – Développer les vélos en libre service (voir annexe fiche 10-2)
o Opération 3 – Permettre le transport des vélos dans les bus et les tramways (voir annexe fiche 10-3)
o Opération 4 – Créer des locaux consacrés à la mobilité décarbonée dans les nouveaux projets
(voir annexe fiche 10-4)
o Opération 5 – Elaborer et mettre en œuvre un Schéma Directeur des Modes Doux (voir annexe fiche 10-5)
o Opération 6 – Réaliser un programme pluriannuel d'installation d'arceaux pour 2 roues (voir
annexe fiche 10-6)
► Action 11 : Elaborer un nouveau plan de circulation, de livraison et de stationnement pour améliorer la mobilité, réduire les émissions de GES et réduire les risques (page 68)
o Opération 1 – Réaliser un diagnostic circulation et stationnement (voir annexe fiche 11-1)
o Opération 2 – Mettre en place un nouveau système de gestion centralisée et dynamique de
la circulation (voir annexe fiche 11-2)
o Opération 3 – Proposer une harmonisation des règles de circulation, de livraison et de stationnement des communes de MPM (voir annexe fiche 11-3)
o Opération 4 – Inciter les bus et navires de tourisme à couper leur moteur à l'arrêt (voir annexe fiche 11-4)
o Opération 5 – Lancer une étude sur les transports et stationnements de matière dangereuse
sur MPM (voir annexe fiche 11-5)
► Action 12 : Réviser le Plan de Déplacements Urbains (PDU) pour réduire la part modale de l'automobile (page 69)
o Opération 1 – Evaluation quinquennale du PDU) (voir annexe fiche 12-1)
o Opération 2 – Actualiser le PDU 2013-2023 (voir annexe fiche 12-2)
Axe 2 : Améliorer la gestion des déchets
Les déchets représentent 40% des émissions de CO2 du bilan carbone patrimoine et service, ce qui en
fait le premier poste d’émissions. Chaque habitant de MPM produit d’ailleurs 423 kg d’ordures ménagères quand les villes les plus en pointe en Europe n’en produisent que 200 kg.
Afin de trouver des solutions à ce problème, MPM s’est engagée avec l’ADEME à réduire, à partir de
2012, de 7% par habitant la production de déchets ménagers et assimilés, sur 5 ans.
Deux exemples d’actions sont proposés pour atteindre ce résultat.
63
► Action 13 : Réduire les déchets à la source (page 70)
o Opération 1 – Inciter au compostage des déchets fermentescibles à l'échelle locale (voir annexe fiche 13-1)
o Opération 2 – Développer les ressourceries sur le territoire de MPM (voir annexe fiche 13-2)
o Opération 3 – Promouvoir l'éco-conception et la réduction des déchets des entreprises (voir
annexe fiche 13-3)
► Action 14 : Mieux collecter et traiter les déchets (page 71)
o Opération 1 – Développer la participation des professionnels au tri et à la réduction des déchets (voir annexe fiche 14-1)
o Opération 2 - Développer de nouvelles filières de collecte et de valorisation (voir annexe fiche
14-2)
o Opération 3 – Créer une déchetterie mobile (voir annexe fiche 14-3)
o Opération 4 – Développer et harmoniser la redevance spéciale des déchets sur toutes les
communes de MPM (voir annexe fiche 14-4)
Axe 3 : Améliorer la gestion des ressources en eau
Le Comité National Sécheresse tire chaque année la sonnette d’alarme sur l’état des ressources en
eau en France.
Voilà plusieurs années que, dès le printemps, les deux tiers des nappes phréatiques en France, présentent un niveau inférieur à la normale. Pour faire face à cette situation, le Ministère de l’Écologie et du
Développement durable a appelé l’ensemble des usagers de l’eau (industriels, agriculteurs, collectivités
et particuliers) à modifier leur comportement à court terme pour parer à cette situation de crise, et à
moyen terme, pour parvenir à une réduction de 20 % de la consommation d’eau d’ici à 2020.
Si une fuite d'eau peut représenter jusqu'à 20% de notre consommation d'eau annuelle, ce sont
d'abord nos habitudes et nos choix quotidiens qui influent sur notre facture d'eau. Afin de favoriser une
consommation d'eau rationnelle et respectueuse de l'environnement, et face aux interrogations
croissantes que suscite le système traditionnel de tarification de l'eau en France, les services d'eau et
d'assainissement sont à la recherche de solutions mieux adaptées à leur territoire et à leur population.
Pour ce faire, MPM perfectionne son système de contrôle du réseau de distribution public d'eau potable. La collectivité s'est engagée dans une démarche de macro-comptage qui permettra de repérer les
fuites et de cibler les interventions de renouvellement des réseaux.
De même, une nette diminution des consommations des eaux de voirie est envisagée par le déploiement du lavage à sec et la fermeture d'une grande partie des bouches de lavage.
► Action 15 : Maîtriser les consommations d'eau et donc les besoins d'assainissement (page 72)
o Opération 1 – Mettre en place une tarification progressive de l'eau (voir annexe fiche 15-1)
o Opération 2 - Mieux utiliser l'eau brute ou excédentaire (voir annexe fiche 15-2)
64
Action n°8
Développer l'usage et l'accès aux transports en commun
Volet2
Axe 2.1
Les compétences opérationnelles de MPM
Se déplacer autrement
Enjeux
Les engagements du Grenelle de l’Environnement en matière de transport ont été traduits dans la
loi de programmation du 3 août 2009, dite « Grenelle 1 ». Au regard des enjeux soulevés par les
transports, la loi insiste sur la nécessité de transformer profondemment les politiques territoriales
en matière de transport, pour permettre une réduction significative des émissions de Gaz à Effet de
Serre et une amélioration du cadre de vie.
Un premier Plan de Déplacement Urbain (PDU) a été réalisé pour la période 2006/2012. Il est
actuellement en révision pour l'adapter aux nouveaux enjeux du territoire pour les 10 prochaines
années. Le bilan carbone a montré que 18% des émissions de Gaz à Effet de Serre sur MPM sont
dues aux déplacements des personnes. L'objectif du Plan Climat, traduit dans le Plan de
Déplacement Urbain et son programme de développement des transports, est de réduire de 8% la
part modale de la voiture et des deux roues motorisées dans les 10 prochaines années (de 51% à
43%) tout en augmentant celle des transports en commun de 5% (de 12% à 17%) et des modes doux
de 3% (de 37% à 40%) et de développer les parking relais.
MPM fait de cet enjeu l'axe principal de son Plan Climat qui mobilisera 86% des
financements avec un effort de 1,3 milliard sur 10 ans.
Impacts visés
en 2020
- 81 054
TeqCO2
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
26 505 tep
d'économies
de carburant
=
Qualité de l’air
1,324 655 milliard €
Partenaires
techniques et
financiers
RTM
Conseil
Régional
Site Le
Pilote
MPM
CG 13
CAPAE
CPA
Indicateurs de Evolution du nombre d'abonnés par catégorie de clientèle
suivi
Enquête de satisfaction
Nombre de points d'arrêt accessibles aux PMR (…)
Echéances
Démarrage de l'action : En cours
Durée de l'action : Long terme
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
Développer le réseau des transports en commun et mettre en place des navettes
maritimes
Mieux adapter les horaires de transport en commun aux besoins
Améliorer la sécurité dans les transports en commun
Mettre en oeuvre un outil de suivi et de gestion cartographique des réseaux de
transport en commun
Améliorer la qualité de la flotte de bus urbains
Développer les incitations tarifaires
Améliorer la communication et l'information auprès du public, créer une maison de
la mobilité
Suivre, évaluer et mettre en oeuvre le Schéma Directeur pour l'Accessibilité des
Transports
Développer les services de conseil en mobilité personnalisé à destination des
entreprises ou établissements recevant du public
65
Développer les mobilités alternatives
Action n°9
Volet2
Axe 2.1
Les compétences opérationnelles de MPM
Se déplacer autrement
Enjeux
Les 20 mesures prioritaires du Grenelle, concernant les collectivités, insistent sur la nécessité de
transformer les politiques territoriales en matière de transports afin d'atteindre l'objectif de
réduction des émissions de CO2 de 20% d’ici 2020 (Article 9). Du fait de sa faible densité et de
l'éloignement des noyaux urbains et villageois des pôles d'activités, le territoire péri-urbain de MPM
est devenu "auto-dépendant". Ce constat est confirmé par le très fort taux de motorisation par
ménage (1,5 voiture par famille) qui est un des plus élevé de France (moyenne de 1,2 par ménage en
2011). Dans ce contexte et ces espaces péri-urbains où le développement des transports en commun
ne peut être envisagé qu'à long terme, les solutions alternatives sont les seules pistes de progrès
envisageables à moyen ou court terme.
Il s'agira, notamment, d'équiper le territoire d'infrastructures de recharge pour véhicules électriques
en priorisant l'intercommunalité et en associant tous les acteurs, publics et privés qu'ils soient
organisateurs des transports ou utilisateurs. Il s'agira aussi de développer le réseau des modes doux
ou actifs en l'inscrivant dans un schéma directeur prenant en compte la globalité des déplacements
et les spécificités des territoires. Ces mesures complètent les actions de soutien aux plans de
déplacement inter-entreprises, au co-voiturage et à l'autopartage.
Impacts visés
en 2020
- 111 188
TeqCO2
=
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
Partenaires
techniques et
financiers
36 361 tep
d'économies
de
carburants
Qualité de l’air
105,850 millions €
ADEME
Asso.
Zones
d'Activité
Presta.
Autopartage
Presta. Covoiturage
Conseil
Régional
SNCF
MPM
RTM
Entreprises
privées
Nombre de points de rassemblement réservés au co-voiturage
Indicateurs de Nombre de subventions allouées à l'achat de véhicules propres
suivi
Nombre de stations de charge multimodales installées
Nombre de plans de mobilité soutenus par MPM (…)
Echéances
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
66
Démarrage de l'action : 2012
Durée de l'action : Long terme
Mettre en place un réseau de stations de recharge gratuite pour 2 roues électriques
Elaborer et mettre en oeuvre un schéma directeur de réhabilitation de la voierie
Développer le co-voiturage, et l'activité d'autopartage
Aider à l'achat de véhicules électriques et hybrides
Soutenir les Plans de Déplacement Inter Entreprise (PDIE)
Réhabiliter et pietonniser le Vieux Port
Développer les modes actifs
Action n°10
Volet2
Axe 2.1
Les compétences opérationnelles de MPM
Se déplacer autrement
Enjeux
En lien avec les attentes des usagers et les exigences réglementaires, le territoire s'adapte à l'usage
des mobilités actives en démocratisant notamment l'usage du vélo. Pour cela, plusieurs actions
conjointes doivent être menées de front : densification et extension du réseau des pistes cyclables,
introduction de dispositions réglementant la création d'espaces de stationnement dans les
constructions, réalisation d'espaces de stationnements pour les vélos, sécurisation des pistes et des
parcs de stationnement et réalisation de campagnes régulières de sensibilisation pour promouvoir
l'usage des modes actifs, le développement de dispositifs de types "zones 30", "zones de rencontre".
Ces initiatives doivent être réalisées en lien avec une optimisation de l'intermodalité et en cohérence
avec tous les acteurs impliqués sur le territoire.
L'objectif poursuivi par le Plan de Déplacement Urbain est d'augmenter de 28% à 2020 les
déplacements alternatifs (transports en commun et modes doux).
Impacts visés
en 2020
- 81 054
TeqCO2
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
Partenaires
techniques et
financiers
- 26 505
tep
=
Qualité de l’air
25,035 millions €
Conseil
Régional
ADEME
MPM
Copropriétés
Collectif
Vélo en
ville
Bailleurs
Indicateurs de Nombre d'arceaux vélo installés par an
Evolution de la part modale du vélo
suivi
Evolution du nombre d'utilisateurs du réseau Le Vélo
Nombre de "local vélo" financé /an dans les habitations
Evolution du linéaire cyclable (…)
Echéances
Démarrage de l'action : 2013
Durée de l'action : Moyen et long terme
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
Aider à la création de locaux pour les vélos dans les bâtiments existants
Développer les vélos en libre service
Permettre le transport des vélos dans les bus et tramways
Créer des locaux consacrés à la mobilité décarbonnée dans les nouveaux projets
Elaborer et mettre en oeuvre un Schéma Directeur des Modes Doux
Réaliser un programme pluri-annuel d'installation d'arceaux pour 2 roues
67
Action n°11
Réviser le plan de circulation et de stationnement pour améliorer la
mobilité, réduire les emissions de GES et limiter les risques
Volet2
Axe 2.1
Les compétences opérationnelles de MPM
Se déplacer autrement
Enjeux
Chaque année, les embouteillages représentent une perte estimée à 6 milliards d'euros et
plus d'un million d'heures de travail perdues. En ville, 60% des déplacements seraient dus
à la recherche d'une place de parking. A Marseille, on estime à 9 000 le nombre de
livraisons journalières effectuées. 3/4 d'entre elles sont réalisées par des professionnels
qui optimisent leur camion et 1/4 par les commercants eux-mêmes. Seulement ce quart
des livraisons, représentent les 3/4 des véhicules en circulation dans la ville.
Ces chiffres montrent que les problèmes de circulation sont, avant tout, question
d'organisation et de gestion de flux. Ils ne sont pas forcement liés aux capacités trop
faibles des infrastructures. Les marges de progrès sont aujourd'hui plus importantes dans
les domaines de la connaissance, de l'échange de données et dans la régulation
dynamique des flux que dans celles de la réalisation d'infrastructures, de toutes façons
dépassées tôt ou tard.
L'agglomération marseillaise, qui rattrape depuis peu son retard en matière
d'infrastructure, a besoin d'un outil de régulation adapté aux enjeux d'aujourd'hui. Cet
outil doit permettre à la fois de centraliser les données (circulations, trafics, capacités de
délestage, stationnements disponibles, travaux, accidents), d'informer en temps réel les
usagers (affichage dynamique, transmission de données aux navigateurs), de modéliser
des scenarii de délestage, de réguler la circulation (feux, déviations) et d'analyser les
données.
Par ailleurs, les règles de circulation, de transit et de stationnement doivent elles aussi
s'adapter aux enjeux d'aujourd'hui, en favorisant notamment, les déplacements et les
livraisons décarbonées, peu polluants ou silencieux.
Impacts visés
en 2020
- 305 220
TeqCO2
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
Partenaires
techniques et
financiers
=
99 800 tep
d'économies
de
carburants
Qualité de l’air
1,100 millions €
ADEME
Conseil
Régional
DREAL
MPM
CG 13
Autres
Communes de
MPM
Indicateurs de Emissions de GES économisées par an pour le secteur transport
suivi
Nombre de points de raccordements électriques installés pour les bus
Evolution du nombre de kilomètres parcourus par an sur le territoire (…)
Echéances
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
68
Démarrage de l'action : Court terme
Durée de l'action : Long terme
Réaliser un diagnostic de circulation et de stationnement
Mettre en place un nouveau système de gestion centralisée et dynamique de la
circulation
Proposer une harmonisation des règles de circulation, de livraison et de
stationnement dans les communes de MPM
Inciter les véhicules de tourisme à couper leur moteur à l'arrêt
Lancer une étude sur le transport et le stationnement de matières dangereuses sur
MPM
Action n°12
Réviser le Plan de Déplacements Urbains (PDU)
pour réduire la part modale de l'automobile
Volet2
Axe 2.1
Les compétences opérationnelles de MPM
Se déplacer autrement
Enjeux
En tant qu'Autorité Organisatrice des Transports (AOT), Marseille Provence Métropole a en charge
l’élaboration du Plan de Déplacements Urbains (PDU) à l’échelle de son territoire. Le Plan de
Déplacements Urbains (PDU) est un document de planification obligatoire pour les collectivités de
plus de 100 000 habitants. Il a pour double objectif d’optimiser l’organisation des transports des
personnes et des marchandises, de la circulation et du stationnement ainsi que d'atténuer les impacts
environnementaux des déplacements en :
- réduisant la circulation automobile, en développant l'usage des transports collectifs et des modes
doux,
- proposant une offre de mobilité alternative et décarbonée,
- partageant l'espace public de manière plus équitable, plus confortable et plus accessible,
- améliorant la sécurité de tous les usagers et contribuer à la diminution des émissions de Gaz à Effet
de Serre.
Impacts visés
en 2020
L'évaluation quinquennale du PDU sur la période 2006-2011 porte sur les objectifs du PDU de 2006
visant à promouvoir les transports collectifs comme une alternative crédible à la voiture, à améliorer
la qualité de vie et à organiser les territoires et aménager les coeurs des villes. Ces objectifs ont
partiellement été atteints. Les projets importants d'infrastructures à gros investissements prévus,
doivent être poursuivis avec quelques recadrages en fonction des nouvelles orientations du Grenelle,
comme :
> -8% de déplacements en voiture ou deux-roues motorisés par rapport à 2009;
> +28% de déplacements en modes alternatifs - TC+modes doux - par rapport à 2009;
> +16% d'évolution des parts modales des modes alternatifs, soit un objectif de 57%;
> -16% d'évolution des parts modales des modes individuels, soit un objectif de 43%;
> -10% de réduction des émissions pour les NOx, PM10 et PM2,5.
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
440 000 €
ADEME
Partenaires
techniques et
financiers
Conseil
Régional
DREAL
MPM
Transporteurs
CG 13
Communes de
MPM
Les indicateurs de suivi du PDU sont en cours d'élaboration dans le cadre de sa
révision. Ils reprendront les propositions d'indicateurs du Bilan environnemental des
Indicateurs de
déplacements de 2012. L'évaluation portera sur l'opérationnalité des actions et leurs
suivi
impacts sur les déplacements et la mobilité, y compris environnementaux.
Echéances
Zoom sur
quelques
opérations
Démarrage de l'action : Moyen terme
Durée de l'action : Moyen terme
2006 : PDU 2006-2015 (10 ans)
2011 : évaluation quiquennale du PDU sur la période 2006-2011
2012 : révision et élaboration d'un nouveau scénario pour 10 ans
Evaluation quiquennale du Plan de Déplacements Urbains (PDU),
Actualiser le Plan de Déplacements Urbains 2013-2020.
(en annexe)
69
Réduire les déchets à la source
Action n°13
Volet2
Axe 2.2
Les compétences opérationnelles de MPM
Générer moins de déchets et mieux les traiter
Enjeux
L'accroissement de la production des déchets est un probléme pour le territoire de MPM. C'est pour
cela que la collectivité s'est engagée avec l'ADEME afin de réduire de 7% la production de déchets par
habitants d'ici 2014. Le Plan Climat s'intéresse également à ce sujet car 44% des émissions de Gaz à
Effet de Serre du bilan carbone patrimoine et service proviennent du traitement des déchets.
Marseille Provence Métropole affiche donc sa volonté d'agir pour réduire à la source la production de
déchets de la population et des acteurs du territoire. Les leviers identifiés sont réglementaires, avec la
mise en place d'une taxe incitative, ou organisationnels, avec le développement de nouvelles filières
de traitement ou la création de déchetteries mobiles.
Impacts visés
en 2020
- 3 570
TeqCO2
- 8,92 %
de l'objectif
Grenelle
=
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
Qualité de l’air
135 000 €
Partenaires
techniques et
financiers
ADEME
Acteurs
du territoire
Communes de
MPM
Conseil
Régional
MPM
Coneil
Général
13
Indicateurs de Evolution de la quantité de déchets ménagers collectés (tonne/an)
suivi
Quantité de composteurs individuels ou collectifs distribués (en nombre/an)
Evolution du nombre d'actions de sensibilisation à l'éco-conception soutenues
Evolution du budget alloué aux ressourceries (...)
70
Echéances
Démarrage de l'action : Court terme
Durée de l'action : Long terme
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
Inciter au compostage des déchets fermentissibles à l'échelle locale
Développer les ressourceries
Promouvoir l'éco-conception et la réduction des déchets des entreprises
Mieux collecter et traiter les déchets
Action n°14
Volet2
Axe 2.2
Les compétences opérationnelles de MPM
Générer moins de déchets et mieux les traiter
Enjeux
En complément de l'action précédente, et toujours afin de diminuer la production de déchets, MPM
s'engage à améliorer la collecte et le tri des déchets. Pour augmenter la part des déchets valorisés sur
le territoire, il s'agira d'appliquer les 3 R :
- Réduire avec moins de déchets fermentescibles jetés ,
- Réutiliser avec plus de ressourceries,
- Recycler avec la valorisation du biogaz.
Impacts visés
en 2020
- 10 115
TeqCO2
25%
de l'objectif
Grenelle
=
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
Qualité
de l’air
760 000 €
Partenaires
techniques et
financiers
ADEME
Acteurs
du territoire
Communes de
MPM
Conseil
Régional
MPM
Conseil
Général
13
Indicateurs de Evolution du volume de déchets collectés et valorisés dans chaque filière (tonne/an)
suivi
Evolution de la quantité de déchets ménagers produite par habitant et par an
Evolution de la quantité de déchets collectés (tonne/an) par le service de déchetterie
mobile (...)
Echéances
Démarrage de l'action : Court terme
Durée de l'action : Long terme
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
Développer la participation des commerçants au tri
Développer de nouvelles filières de collecte et de valorisation
Créer une déchetterie mobile
Développer et harmoniser la redevance spéciale des déchets sur toutes les
communes de MPM
71
Action n°15
Maîtriser les consommations d'eau et donc les besoins
d'assainissement
Volet2
Axe 2.3
Les compétences opérationnelles de MPM
Améliorer la gestion des ressources en eau
Enjeux
Si une fuite d'eau peut représenter jusqu'à 20% de notre consommation d'eau annuelle, ce sont
d'abord nos habitudes et nos choix quotidiens qui influent sur notre facture d'eau. Afin de pousser à
une consommation d'eau rationnelle et respectueuse de l'environnement, et face aux interrogations
croissantes que suscite le système traditionnel de tarification de l'eau en France, les services d'eau et
d'assainissement sont à la recherche de solutions mieux adaptées à leur territoire et à leur population.
Les différentes solutions de tarifications (tarification progressive, proportionnelle, etc.) seront
étudiées par MPM.
Par ailleurs, des dispositifs seront mis en place pour mieux utiliser l'eau brute et réduire le gaspillage
de l'eau potable utilisée pour l'arrosage et le nettoyage.
Impacts visés Cette action ne génère pas à elle seule une réduction des consommations ni des
en 2020
émissions de Gaz à Effet de Serre mais contribue à l'objectif global du Plan Climat.
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
4,550 millions €
Partenaires
techniques et
financiers
ADEME
Conseil
Régional
MPM
Communes de
MPM
Agence
de l'Eau
Indicateurs de Evolution du prix du mètre cube d'eau par categories d'usagers
suivi
Evolution de la consommation d'eau par les collectivités
Echéances
Démarrage de l'action : Court terme
Durée de l'action : Long terme
Zoom sur
Mettre en place une tarification prossive de l'eau
quelques
Mieux utiliser l'eau brute ou excédentaire
opérations (en
annexe)
72
Volet 3 : Un territoire qui s'adapte au changement climatique
73
Axe 1 : Un développement territorial sobre et durable
La construction de la « ville sur la ville» devient le nouveau modèle de développement de la
ville durable. En se compactant, la ville génère moins de besoins de déplacements en voiture,
elle optimise ses équipements publics et ses infrastructures. Elle s'économise et elle économise l'espace qu'elle prenait sur les terres agricoles et naturelles situées sur ses franges urbaines. Mais, en se compactant, la ville concentre aussi ses pollutions et se prive d'espaces
pour développer des énergies renouvelables. Il convient donc, sans remettre en cause ce modèle de développement vertueux, de l'accompagner en bâtissant une stratégie énergétique
de territoire et en traitant, de manière ciblée, les pollutions urbaines les plus importantes.
► Action 16 : Densifier la ville et encourager les constructions durables (page 77)
o Opération 1 – Alléger l'obligation de créer des places de parking pour faciliter la densification
autour des pôles d'échanges et sur les axes majeurs de transports en commun (voir annexe
fiche 16-1)
o Opération 2 – Dans les opérations d'aménagement (ZAC, opérations d'ensembles, etc.) encourager les approches environnementales favorisant la mixité et la notion de coût global
(voir annexe fiche 16-2)
► Action 17 : Développer une culture des risques naturels et sanitaires et anticiper leur évolution
(page 78)
o Opération 1 – Développer une approche multirisques (voir annexe fiche 17-1)
o Opération 2 – Renforcer la prévention des risques (voir annexe fiche 17-2)
► Action 18 : Elaborer une stratégie de développement des énergies renouvelables sur le territoire
de MPM (page 79)
o Opération 1 – Evaluer le gisement d'énergies renouvelables exploitable sur le territoire de
MPM et déterminer les orientations stratégiques (voir annexe fiche 18-1)
o Opération 2 – Identifier des leviers d'actions de développement des EnR et mettre en place
une stratégie de partenariat de territoire (MPM, autres collectivités, partenaires) (voir annexe
fiche 18-2)
o Opération 3 – Améliorer la collecte de biogaz du site de la Crau et Evere et des STEP (voir annexe fiche 18-3)
► Action 19 : Mise en place d'actions pour l'amélioration de la qualité de l'air (page 80)
o Opération 1 – Réaliser une ZAPA (voir annexe fiche 19-1)
o Opération 2 – Créer un groupe de travail permanent sur les questions de santé publique (voir
annexe fiche 19-2)
Axe 2 : Réhabiliter le parc existant et construire des bâtiments confortables été comme
hiver
La dépendance énergétique de notre territoire et les fortes amplitudes thermiques du climat méditerranéen provoquent fréquemment des pics de consommation d’énergie en été comme en hiver.
74
L’habitat représente 15% des émissions de Gaz à Effet de Serre du territoire de MPM, second poste
d’émission derrière les transports.
Le Grenelle de l’environnement préconise de réduire les consommations d’énergie des bâtiments
existants de 38% d’ici à 2020 et d’au moins 70% à l’horizon 2050.
Le nouveau Programme Local de l’Habitat de MPM renforce ses objectifs de productions de logements en quantité et en qualité d’ici 2018. Dans son rôle de régulateur social de l’habitat sur son territoire, MPM souhaite, d’une part, poursuivre et accompagner les efforts de ses partenaires, en promouvant la qualité thermique et énergétique de la construction, et d’autre part, encourager et sensibiliser habitants et bailleurs, à la chasse au gaspillage énergétique ainsi qu’aux économies d’argent.
Ces opérations visent autant l’habitat social que les bailleurs privés. Elles concourent simultanément à
relancer l’amélioration du patrimoine résidentiel dégradé du territoire et à installer un système d’aide
aux populations défavorisées, souvent résidentes de ce patrimoine obsolète.
► Action 20 : Lutter contre la précarité énergétique (page 81)
o Opération 1 – Définir un label local fixant le niveau de performance énergétique des projets
aidés par MPM (voir annexe fiche 20-1)
o Opération 2 – Mettre en place des actions de lutte contre la précarité énergétique (voir annexe fiche 20-2)
o Opération 3 – Elaborer une étude énergétique des copropriétés de MPM (voir annexe fiche
20-3)
Axe 3 : La nature au service de la lutte contre le réchauffement climatique et la préservation de la biodiversité
A priori, la « nature » n’a pas sa place dans un Plan Climat puisque les questions d’énergies et
d’émissions de GES ne semblent pas directement liées à la biodiversité. Pourtant, cette nature, par sa
simple présence ou par les effets qu’elle produit, peut avoir un rôle important pour atténuer ou réguler
certains effets négatifs de l’activité humaine : rafraîchissement des « îlots de chaleurs », capture du CO2,
stabilisation des sols, préservation de la biodiversité, filière d’alimentation locale, etc. Par ailleurs, cette
même nature constitue un patrimoine précieux, contribuant à la qualité de nos cadres de vie et à
l’identité d’un territoire.
► Action 21 : Réaliser un Contrat de Baie (page 82)
o Opération 1 – Préserver la qualité écologique et réduire les pollutions des milieux littoraux et
côtiers (voir annexe fiche 21-1)
o Opération 2 – Améliorer les outils de gouvernance du littoral (voir annexe fiche 21-2)
► Action 22 : Protéger et développer la biodiversité terrestre et marine (page 83)
o Opération 1 – Développer les continuités écologiques terrestres et marines (voir annexe fiche
22-1)
o Opération 2 – Replanter des espèces locales et résistantes au changement climatique (voir
annexe fiche 22-2)
o Opération 3 – Créer une miellerie communautaire (voir annexe fiche 22-3)
o Opération 4 – Créer une chèvrerie communautaire (voir annexe fiche 22-4)
75
► Action 23 : Création d'un fonds de concours pour la préservation de la biodiversité (page 84)
o Opération 1 – Créer un fonds de concours pour la préservation de la biodiversité terrestre
(voir annexe fiche 23-1)
o Opération 2 – Créer un fonds de concours pour la préservation de la biodiversité marine (voir
annexe fiche 23-2)
Axe 4 : Soutien aux projets contribuant aux objectifs du Plan Climat
La Communauté urbaine Marseille Provence Métropole souhaite agir, au-delà de ses compétences
propres, pour aider financièrement, sous la forme de fonds de concours ou de subventions, les acteurs
ou les projets vertueux de son territoire qui agissent en faveur du développement des énergies renouvelables et de la réduction des émissions de Gaz à Effet de Serre. En complément de ces dispositifs, qui
seront principalement orientés vers les 3 secteurs les plus émetteurs de GES (60%) :; l’habitat, les équipements et la mobilité, des aides seront également mobilisées.
► Action 24 : Créer un fonds de concours pour soutenir les projets exemplaires aidant la transition
énergétique de l'économie (page 85)
o Opération 1 – Soutenir des projets de Maîtrise de l'Energie dans les bâtiments (voir annexe fiche 24-1)
o Opération 2 – Soutenir des projets de création d'équipements peu énergivores (voir annexe
fiche 24-2)
o Opération 3 – Soutenir les projets de développement de la mobilité alternative (voir annexe
fiche 24-3)
► Action 25 : Développer la promotion de l'agriculture et la mise en marché des produits agricoles
(page 86)
o Opération 1 – Aider les Systèmes Economiques Locaux (voir annexe fiche 25-1)
o Opération 2 – Développer des actions de commercialisation et de mise en marché par les circuits courts (voir annexe fiche 25-2)
o Opération 3 – Soutenir et développer une agriculture responsable de proximité (voir annexe
fiche 25-3)
o Opération 4 – Accompagner le développement de jardins partagés et familiaux sur le territoire de MPM (voir annexe fiche 25-4)
► Action 26 : Soutenir le projet énergétique d'ECOCITE (page 87)
o Opération 1 – Intégrer une réglementation spécifique de la construction sur le périmètre
opérationnel d'ECOCITE (voir annexe fiche 26-1)
o Opération 2 – Soutenir la réalisation de la boucle Thalassothermique (voir annexe fiche 26-2)
76
Action n°16
Densifier la ville et encourager les constructions durables
Volet3
Axe 3.1
Un territoire qui s'adapte au changement climatique
Un développement territorial sobre et durable
Enjeux
Le coût environnemental et financier de l'étalement urbain n'est plus à démontrer. Il se traduit,
pour le premier volet, par une augmentation exponentielle des déplacements, une diminution des
surfaces agricoles et de la biodiversité et, pour le second volet, par une explosion symétrique des
besoins en infrastructures et en équipements publics de proximité (routes, transports en commun,
écoles, etc.).
A l'inverse, une densification maîtrisée - se limitant à "remplir les vides" sans accroître les hauteurs permet d'optimiser l'utilisation des équipements publics à infrastructures constantes.
Il y a donc tout à gagner à envisager une densification qui permet, en outre, de préserver les mixités
fonctionnelles, sociales et culturelles, si nécessaires au "bien vivre" en ville.
Des dispositifs réglementaires, favorisant la densité et une approche "durable" des projets, seront
intégrés aux documents d'urbanisme pour privilégier les constructions en centre ville. En
complément de ces dispositifs, MPM souhaite inciter les aménageurs à intégrer dans leurs projets
des exigences en matière de performances énergétiques et environnementales et à promouvoir des
démarches d'éco-construction.
Impacts visés en
2020
- 18 357
TeqCO2
Qualité de l’air
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
Partenaires
techniques et
financiers
75 000 €
Promoteurs,
bailleurs,
aménageurs
acteurs
fonciers
MPM
Services
instructeurs de
l'urbanisme
Indicateurs de
suivi
Echéances
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
Acteurs du
développement
économique
Part des nouvelles opérations ayant une approche environnementale
Evolution de la part modale des déplacements (…)
Démarrage de l'action : Moyen terme
Durée de l'action : Long terme
Alléger l'obligation de créer des places de parking à proximité des principales stations
de transports en commun (métro, tramway, gares)
Encourager les approches environnementales dans les opérations d'aménagement et
de constructions groupées
77
Action n°17
Développer une culture des risques et anticiper leur
évolution
Volet3
Axe 3.1
Un territoire qui s'adapte au changement climatique
Un développement territorial sobre et durable
Enjeux
Le territoire de MPM est concerné par plusieurs risques naturels et industriels répertoriés (feu de
fôret, inondation, submersion, transport et stockage de materiaux dangereux, etc.) qui, compte tenu
des effets attendus du changement climatique peuvent agraver les phénomènes météorologiques
(sécheresses plus fortes et plus fréquentes, orages plus violents, etc.), doivent être anticipés et traités
de manière plus efficace.
Ainsi, de 1982 à 2009, ce n'est pas moins de 202 arrêtés de catastrophes naturelles qui ont été établis
sur notre territoire !
L'objectif est d'inscrire MPM dans une politique générale de prévention et d'anticipation des risques,
en complément des mesures prises par les communes membres et les représentants de l'Etat, en
centralisant les données et en mettant à disposition des administrés et de la société civile, des outils
d'information pédagogiques.
Impacts visés en Cette action ne génère pas à elle seule une réduction des consommations ni des
2020
émissions de Gaz à Effet de Serre mais contribue à l'objectif global du Plan Climat.
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
165 000 €
Partenaires
techniques et
financiers
DDTM
13
DREAL
Conseil
Régional
MPM
DDPP 13
CPAM13
Indicateurs de
suivi
Echéances
Zoom sur
quelques
opérations
( en annexe)
78
Evolution du nombre de rencontres ou d'informations diffusées sur la prévention des
risques
Parts des surfaces incendiées ou inondées
Démarrage de l'action : Court terme
Durée de l'action : Long terme
Recensement de tous les risques naturels, technologiques et sanitaires
Coordination des moyens de prévention et de lutte
Développement d'outils opérationnels et d'outils d'information pour la prévention et
la lutte
Action n°18
Elaborer une stratégie de développement des énergies
renouvelables sur le territoire de MPM
Volet3
Axe 3.1
Un territoire qui s'adapte au changement climatique
Un développement territorial sobre et durable
Enjeux
La consommation d’énergies fossiles constitue la principale source d’émissions de Gaz à Effet de
Serre (GES) et va subir, à moyen terme, une augmentation de prix très importante (+ 30% d'ici 5 ans
pour le Kwh). Le recours aux énergies renouvelables, et donc leur développement, constitue une
alternative incontournable et un enjeu majeur du Plan Climat.
Mais, contrairement aux économies d'énergies et aux émissions de Gaz à Effet de Serre qui sont
proportionnelles aux activités d'un territoire, la production d'énergies renouvelables dépend de
facteurs locaux qui induisent d'adopter des réponses locales et différenciées.
Il s'agit donc, dans un premier temps, de recenser les "gisements" d'énergies renouvelables
disponibles sur le territoire et de construire, ensuite, l'ingénierie opérationnelle et financière
adaptée. MPM ne pouvant conduire seule ces démarches, il conviendra aussi d'y associer des
partenaires (fournisseurs d'énergies, coopératives, gros consommateurs, collectivités locales, etc.)
dans le cadre d'une véritable stratégie énergétique à construire. L'objectif du Grenelle de produire
23% d'énergies renouvelables en 2020 à l'échelle nationale, ne pouvant être atteint à cette
échéance, il conviendra plutôt de viser les objectifs du Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE)
qui propose d'atteindre 18% en 2020 et 27% en 2030.
MPM s'est donnée comme objectif de doubler la part d'énergies renouvelables consommées sur
son territoire chaque année pour la porter à 8% en 2020.
Impacts visés en
2020
- 187 680
TeqCO2
26%
par rapport à
l'objectif
Grenelle
=
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
320 000 €
Partenaires
techniques et
financiers
Etat
Conseil
Régional
ADEME
Banque
Européenne
d'investissement
Indicateurs de
suivi
Echéances
Zoom sur
quelques
opérations
( en annexe)
MPM
FEDER
Fournisseurs
d'energies
Nombre de parties prenantes au groupe de travail pour élaborer une stratégie
énergétique territoriale
MWh de biogaz récupérés par an chaque année
Démarrage de l'action : Court terme
Durée de l'action : Long terme
Evaluer le gisement d'énergies renouvelables exploitables sur le territoire
Identifier les leviers d'actions envisageables
Améliorer la collecte de biogaz du site de la Crau et des STEP
79
Action n°19
Mise en place d'actions pour l'amélioration de la qualité
de l'air
Volet3
Axe 3.1
Un territoire qui s'adapte au changement climatique
Un développement territorial sobre et durable
Enjeux
L'Agglomération marseillaise fait partie des 16 agglomérations françaises qui présentent une qualité
d'air où les valeurs limites ne sont pas respectées concernant les particules et les oxydes d'azote. Elle
est d'ailleurs sous le coût d'une mise en demeure de l'Europe pour non respect des valeurs
réglementaires. La Communauté urbaine Marseille Provence Métropole et la Ville de Marseille ont
donc souhaité, dans une démarche conjointe, répondre à l'appel à projet de l'ADEME afin d'initier une
expérimentation de Zone d'Action Prioritaire pour l'Air (ZAPA) pour améliorer la qualité de l'Air à
Marseille.
Le périmètre d'étude retenu pour cette future ZAPA comprend l'hypercentre de Marseille, la zone
autour du Vieux Port, et le projet Euroméditerranée (phases 1 et 2).
Ce projet portera sur l'amélioration des dessertes par les transports en commun, le développement
des modes actifs, le soutien à la mobilité alternative (autopartage, covoiturage), l'aide aux PDIE et
l'harmonisation des règles en matière de livraison, d'accès et de stationnement dans l'hypercentre.
Impacts visés
en 2020
- 10 132
TeqCO2
3313 tep de
carburants
=
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
366 000 €
Partenaires
techniques et
financiers
Etat
Qualité de l’air
ALE
ARS
MPM
Entreprises
Associa
tions
Indicateurs de
suivi
Nombre de réunions et d'études réalisées par an sur les questions de santé publique
Evolution de l'indicateur ATMO de qualité de l'air (…)
Echéances
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
80
Démarrage de l'action : Moyen terme
Durée de l'action : Long terme
Réaliser une Zone d'Action Prioritaire pour l'Air
Créer un groupe de travail sur les questions de santé publique
Lutter contre la précarité énergétique
Action n°20
Volet3
Axe 3.2
Un territoire qui s'adapte au changement climatique
Réhabiliter le parc existant et construire des bâtiments
confortables été comme hiver
Enjeux
L'une des priorités du Grenelle de l'Environnement est de réduire les consommations
d'énergies des bâtiments existants de 38 % d'ici à 2020 et d'au moins 70% d'ici à 2050.
Sur le territoire de MPM, l'habitat représente 15 % des émissions de Gaz à Effet de Serre ce
qui est le second poste d'émission derrière les transports. L'agglomération marseillaise se
caractérise par un habitat ancien, souvent dégradé, en particulier dans les centres urbains,
et par un faible niveau général de revenus de leurs occupants, locataires ou propriétaires,
aggravant la précarité énergétique d'une population déjà défavorisée.
MPM, en tant qu'acteur de l'équilibre social de l'habitat sur son territoire, s'est engagée,
depuis 2010, à soutenir la performance énergétique dans les constructions neuves (1369
logements neufs aidés pour 1 711 000 € de 2010 à 2012) et les réhabilitations de l'habitat
ancien dégradé, aux cotés de l'ANAH et des fournisseurs d'énergie, dans un programme
d'intérêt général (PIG).
Dans son projet de PLH pour 2012-2018, en cours de finalisation, trois orientations
stratégiques principales ont été retenues :
- l'amélioration de l'offre de logements en quantité et qualité, notamment sur les aspects
énergétiques, avec la création d'un Fonds d'innovation pour l'habitat de 6 millions €,
- l'amélioration du parcours résidentiel,
- la mobilisation des acteurs du territoire.
A ces dispositifs, s'ajoutent les pistes évoquées lors des groupes de travail du Plan Climat
portant sur l'amélioration des connaissances sur les copropriétés, et l'étude de nouveaux
dispositifs d'aides à la réhabilitation performantielle de l'habitat ancien dégradé.
Impacts visés en
2020
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
- 111 080
TeqCO2
=
10,515 millions €
Partenaires
techniques et
financiers
ANAH
Collectivités
locales
organismes
certificateurs
+ BET
Indicateurs de
suivi
Echéances
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
4%
de l'objectif
Grenelle
EDF+GDF
SUEZ
MPM
Bailleurs
sociaux
Organisations
de
copropriétaires
Nombre de logements aidés au titre de la performance énergétique par MPM/an
Performance énergétique moyenne des logements aidés, avant et après travaux
Démarrage de l'action : Court terme
Durée de l'action : Long terme
Définir un label "local" conditionnant les aides de MPM
Mettre en place un dispositif d'aides à la performance énergétique des logements
pour lutter contre la précarité énergétique
Elaborer une étude diagnostic des copropriétés pour définir les conditions d'une
intervention publique adaptée
81
Réaliser un Contrat de Baie
Action n°21
Volet3
Axe 3.3
Un territoire qui s'adapte au changement climatique
La nature au service de la lutte contre le réchauffement climatique et
la préservation de la biodiversité
Enjeux
MPM et la Ville de Marseille se sont associées pour étudier la création d'un Contrat de Baie qui
pourrait regrouper les communes des bassins versants de MPM et des zones d'eaux homogènes de
son littoral. Le périmètre de l'étude, qui définira à terme le périmètre du Contrat de Baie,
englobera, côté mer, les communes littorales depuis Martigues au nord à Bandol au sud et, côté
terre, les communes des bassins versants des Aygalades et de l'Huveaune.
Préconisés par le Grenelle, ces "contrats de milieu" ont pour objectifs, avec les Schémas
d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) d'être des outils pertinents pour mettre en oeuvre
les prescriptions de la directive cadre européenne sur l'eau visant à proposer des actions concertées
pour restaurer la qualité des eaux et des éco-systèmes dans un périmètre fixé. La concertation et la
collaboration de l'ensemble des partenaires, publics et privés, est au coeur de la démarche qui doit
aboutir à la réalisation d'un portefeuille d'actions concrètes, portées par un acteur identifié, avec
des financements et un planning maîtrisés.
Il s'agit donc d'un outil operationnel permettant d'unifier et d'harmoniser, puis d'évaluer, dans le
temps et dans l'espace, les impacts des politiques publiques d'un territoire, sur la frange
particulièrement vulnérable que constitue son littoral.
Le Contrat devra, en outre, etre en coherence avec les document cadre ou de plannification en
cours d'élaboration (PCET, SCOT, PLU, PDU, etc.)
Impacts visés
en 2020
-2
TeqCO2
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
Partenaires
techniques et
financiers
Qualité de l’air
640 000 €
Agence de
l'eau
Communes,
EPCI, Syndicats,
etc.
Entreprises
Préfecture,
Affaires
Maritimes,
DDTM, etc.
MPM
GPMM
Associations
Exploitants du
littoral (Pêcheurs,
plongeurs, etc.)
Usagers du
littoral
Evolution de la biodiversité, "bon état" écologique et chimique des masses d'eaux
Indicateurs de
(côtières, souterraines et cours d'eau), qualité des eaux de baignade, qualité des
suivi
sédiments portuaires
Echéances
Zoom sur
quelques
opérations
( en annexe)
82
Démarrage de l'action : Court terme
Durée de l'action : Long terme
Réduire les pollutions en mer
Préserver la qualité écologique des millieux littoraux et cotiers
Organiser la gouvernance du littoral
Sensibiliser les professionnels, les usagers et les populations
Protéger et développer la biodiversité
Action n°22
Volet3
Axe 3.3
Un territoire qui s'adapte au changement climatique
La nature au service de la lutte contre le réchauffement climatique et
la préservation de la biodiversité
Enjeux
La préservation du patrimoine naturel et des écosystèmes est au coeur de la politique
environnementale de MPM. Pour preuve, MPM a été, dès le début, un soutien à la création du Parc
National des Calanques. La préservation de la biodiversité implique de développer des actions
déterminantes pour la qualité de vie des habitants, l'identité du territoire et l'attractivité de la
métropole.
Sans incidence directe sur l'énergie ou les émissions de Gaz à Effet de Serre, ces actions constituent
cependant un complément indispensable à la cohérence globale d'une démarche durable.
Cela nécessite souvent d'ouvrir des portes vers le monde des sciences, de la recherche et de
l'université qui apportent l'expertise indispensable à la connaissance des problématiques et des
milieux. Ces actions contribuent ainsi à éclairer les décideurs dans leurs choix stratégiques. Enfin,
elles conditionnent également le développement de certaines activités associatives ou
économiques, qui participent au développement durable de notre territoire.
Impacts visés
en 2020
-2
TeqCO2
Qualité de l’air
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
Partenaires
techniques et
financiers
995 500 €
Agence
de l'Eau
Communes
Chambres
consulaires
MPM
Université
Chercheurs
Eleveurs et
apiculteurs
Associations
Indicateurs de Evolution de la répartition des sols sur le territoire de MPM
suivi
Nombre d'arbres plantés
Evolution du nombre de personnes sensibilisées par la miellerie communautaire (…)
Echéances
Zoom sur
quelques
opérations
( en annexe)
Démarrage de l'action : Court terme
Durée de l'action : Long terme
Mise en oeuvre des trames vertes et bleues
Plantation d'espèces végétales locales et résistantes au changement climatique
Développement des jardins collectifs
83
Action n°23
Créer un fonds de concours pour la préservation de la
biodiversité
Volet3
Axe 3.3
Un territoire qui s'adapte au changement climatique
La nature au service de la lutte contre le réchauffement climatique et
la préservation de la biodiversité
Enjeux
Le contexte réglementaire favorise depuis de nombreuses années la préservation de la biodiversité
terrestre et marine. MPM souhaite participer à ces démarches en créant un fonds de concours pour
soutenir les acteurs ou les projets qui y contribuent.
Impacts visés
Cette action ne génère pas à elle seule une réduction des consommations ou des
en 2020
émissions de Gaz à Effet de Serre mais contribue à l'objectif global du Plan Climat.
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
Partenaires
techniques et
financiers
280 000 €
Associations
biodiversité
Commission
Européenne
MPM
Partenaires
financiers
Indicateurs de Nombre de projets liés à la biodiversité soutenus
suivi
Investissements dans les projets (en euros)
Echéances
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
84
Démarrage de l'action : Moyen terme
Durée de l'action : Long terme
Création d'un fonds de concours pour la préservation de la biodiversité marine et
terrestre
Action n°24
Créer un fonds de concours pour soutenir les projets exemplaires
aidant la transition énergétique de l'économie
Volet3
Axe 3.4
Un territoire qui s'adapte au changement climatique
Soutien aux projets locaux contribuant aux objectifs du Plan Climat
Enjeux
MPM souhaite s'engager dans le soutien aux acteurs et aux projets locaux visant à réduire les
dépenses d'énergie ou développer les énergies renouvelables.
La société civile, à travers ses acteurs (associations, entreprises, écoles, etc.) pourra bénéficier
d'aides financières pour l'étude, la promotion ou la réalisation de projets innovants.
Impacts visés
en 2020
- 3 417
TeqCO2
112 tep
d'économies
d'énergie
=
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
Qualité de l’air
840 000 €
Partenaires
techniques et
financiers
ADEME
Conseil
Régional
Entreprises
MPM
ALE
Associations
Indicateurs de Nombre de projets soutenus
Euros investis pour le soutien des projets
suivi
Echéances
Zoom sur
quelques
opérations
( en annexe)
Démarrage de l'action : Moyen terme
Durée de l'action : Long terme
Soutenir les projets de développement de la mobilité alternative, de création
d'équipements peu énergivores, et de maîtrise de l'énergie dans les bâtiments
85
Action n°25
Développer la promotion de l'agriculture et la mise en marché
des produits agricoles
Volet3
Axe 3.4
Un territoire qui s'adapte au changement climatique
Soutien aux projets locaux contribuant aux objectifs du Plan Climat
Enjeux
Dans le cadre de ses compétences en matière d'environnement, de développement économique et
d'aménagement de l'espace, MPM a engagé sur son territoire une étude sur la situation de l'activité
agricole, l'identification d'éléments de programme visant à pérenniser cette activité, et la définition
d'actions de soutien dans une perspective de partage et de structuration de l'espace communautaire.
En effet, aujourd'hui les activités agricoles occupent moins de 3% du territoire et dans ce contexte, il
est donc apparu important d'en définir la place et le rôle dans les années à venir.
A la suite de cette étude en 2007, MPM a souhaité mettre en oeuvre un programme d'actions et
consacrer 1 000 000 € pour répondre aux attentes de l'ensemble des acteurs locaux (agriculteurs et
gestionnaires de l'espace), d'une part, pour résoudre les problèmes identifiés et, d'autre part,
favoriser la pérennisation et le développement agricole.
MPM s'est donc fixée 4 objectifs :
- Favoriser l'accès au foncier pour les agriculteurs,
- Développer le rôle de l'agriculture dans la gestion des espaces naturels,
- Développer les missions de conseils techniques auprès des exploitants agricoles,
- Développer la promotion de l'agriculture et la mise en marché des produits agricoles.
Cette action s'inscrit pleinement dans ce dernier objectif et permettra de réduire les
émissions de Gaz à Effet de Serre liées au transport de marchandises et de biens importés
d'autres territoires et de maintenir des emplois localement.
Impacts visés
en 2020
- 85 800
teqCO2
=
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
28 058 tep
d'économies
d'énergie
Qualité de l’air
430 000 €
Partenaires
techniques et
financiers
Chambre
agriculture
Conseil Régional
DRAF - SRPV
MPM
SEL
FNSEA
AMAP
Associations (Nature
consommateurs)
Indicateurs de
Nombre de projets de "Système d'Echanges Locaux" soutenus
suivi
Nombre de producteurs associés à la démarche d'étiquetage
Tonnage de production locale
Nombre d'installation de nouveaux producteurs locaux (…)
Echéances
Zoom sur
quelques
opérations
( en annexe)
86
Démarrage de l'action : Court terme
Durée de l'action : Long terme
Soutenir et développer une agriculture de proximité responsable
Aider à la promotion des producteurs locaux auprès de la population et des
collectivités
Aider les systèmes d'échanges locaux
Soutenir le projet ECOCITE
Action n°26
Volet3
Axe 3.4
Mobiliser et sensibiliser les acteurs du territoire pour
réussir le Plan Climat
Communiquer et sensibiliser sur les enjeux du Plan Climat
Enjeux
Le projet ECOCITE, piloté par l'établissement public d'aménagement Euromediterranée
(EPAEM), réunit l'Etat, la Communauté urbaine MPM, la ville de Marseille, la Région PACA et
le Conseil Général et bénéficie du soutien de l'Union Européenne.
Il se propose, en application des principes du développement durable, de réaliser, au centre
ville de Marseille, une éco-cité permettant d'accueillir 30 000 habitants supplémentaires.
Le projet est construit autour de 4 axes principaux : la réalisation d'un parc humide sur le
ruisseau des Aygalades, la réalisation d'un pôle multimodal de transport collectif à la
station Capitaine Gèze, une forme urbaine fondée sur les principes constructifs de "l'habitat
méditerranéen durable" et la réalisation d'une boucle thalassothermique utilisant l'eau de
mer pour réchauffer en hiver et refroidir en été. C'est ce dernier axe, particulièrement
innovant, que MPM entend soutenir financièrement. En effet, l'objectif de cette boucle à
eau de mer, qui fonctionnera selon les mêmes principes qu'une "pompe à chaleur", est
d'apporter, avec un réseau collectif, 75% des besoins énergétiques (chauffage et
rafraîchissement) des nouvelles constructions leur facilitant ainsi l'atteinte des
performances énergétiques ambitieuses imposées dans ce perimètre. Comme tout projet
pilote, les incertitudes liées au caractère expérimental du projet s'additionnent aux
incertitudes opérationnelles dépendant de la vitesse des constructions, et augmentent le
"risque économique" et donc, le coût global de l'opération. Il est donc nécessaire, que les
collectivités locales associées au projet, contribuent, par des subventions d'investissement,
à réduire ce risque pour permettre au projet de se réaliser.
Impacts visés
en 2020
- 2 346
TeqCO2
=
Aide financière
de MPM
Partenaires
techniques et
financiers
- 1 362 tep
d'EnR
Qualité de l’air
5 000 000 €
Région
CG 13
ADEME
EPAEM
(ecocité)
MPM
Europe
Ville de
Marseille
Etat
Indicateurs de Evolution du nombre de logements et de locaux raccordés à la boucle
suivi
thalassothermique
Consommation d'énergie anuelle du périmètre Ecocité (…)
Echéances
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
Démarrage de l'action : Moyen terme
Durée de l'action : Long terme
Un réseau de thalassothermie, ou « boucle à eau de mer », est un dispositif
de production d’énergies renouvelables (chauffage et climatisation) utilisant
l’eau de mer
Ce réseau est constitué :
- d’une station de pompage qui aspire de l’eau de mer et la rejette après
que des échangeurs thermiques en aient récupéré l’énergie
- d’un circuit d’eau industriel enterré sous la voirie, permettant de
transporter cette énergie de ces échangeurs jusqu’aux pompes à chaleur des
bâtiments à refroidir ou à réchauffer
87
88
Volet 4 : Mobiliser les acteurs du territoire pour réussir le Plan Climat
89
Axe 1 : Communiquer et sensibiliser sur les enjeux du Plan Climat
L’adhésion des habitants et des acteurs est déterminante pour réussir un Plan Climat.
MPM a souhaité donner à cet axe un poids particulier en mobilisant des ressources importantes tant
au niveau du réseau des acteurs impliqués que des actions à mettre en œuvre.
La mise en place d’un réseau permettra de mettre en commun des informations et des expériences
utiles pour faire face à la complexité croissante des problématiques. L’énergie, la biodiversité, les pollutions et les risques, pour ne citer que les plus importants, nécessitent une réorganisation du territoire et
une meilleure identification des acteurs.
Deux outils font actuellement défaut sur ces thématiques complexes. L’un pour relayer vers tous les
territoires et tous les acteurs les actions de sensibilisation, les expertises, les conseils ; l’autre pour centraliser et diffuser auprès des mêmes acteurs des données environnementales stables, exhaustives et
fiables dans tous les domaines de l’environnement et de la biodiversité.
Il est temps, sur ces questions de société qui concernent chacun d’entre nous, notre santé, notre cadre
de vie et notre avenir, de disposer d’outils performants, incontestables et agréés par tous les acteurs,
publics ou privés. Ces outils permettront de réaliser des diagnostics, partager des données et des cartes, mesurer les impacts de nos activités et évaluer nos politiques publiques.
► Action 27 : Mettre en place une Agence Locale de l'Energie (ALE) pour agir, informer et conseiller
(page 92)
o Opération 1 – Mettre en œuvre des actions visant à réduire les consommations d'énergie, à
développer les énergies renouvelables et à réduire les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES)
auprès des particuliers (voir annexe fiche 27-1)
o Opération 2 – Mettre en œuvre des actions visant à réduire les consommations d'énergie, à
développer les énergies renouvelables et à réduire les émissions de GES auprès du secteur
privé (entreprises et associations) (voir annexe fiche 27-2)
o Opération 3 – Mettre en œuvre des actions visant à réduire les consommations d'énergie, à
développer les énergies renouvelables et à réduire les émissions de GES auprès des communes de MPM (voir annexe fiche 27-3)
► Action 28 : Développer des actions de sensibilisation sur le territoire de MPM (page 93)
o Opération 1 – Sensibiliser à la protection de la biodiversité marine et terrestre (voir annexe fiche 28-1)
o Opération 2 – Sensibiliser les maîtres d'ouvrage à la prise en compte de l'environnement dans
les projets (voir annexe fiche 28-2)
o Opération 3 – Développer la sensibilisation pour l'usage des transports en commun, des modes doux et alternatifs (voir annexe fiche 28-3)
o Opération 4 – Sensibiliser la population à la prise en compte de la santé (voir annexe fiche 284)
o Opération 5 – Améliorer la collecte, le tri et la valorisation des déchets auprès des agents et
de la population (voir annexe fiche 28-5)
o Opération 6 – Adhérer ou aider des associations dont les actions visent à sensibiliser la population (voir annexe fiche 28-6)
o Opération 7 – Sensibiliser aux différents usages du littoral (voir annexe fiche 28-7)
► Action 29 : Centraliser les données environnementales et valoriser les bonnes pratiques (page
94)
90
o Opération 1 – Adhérer et soutenir les structures de collecte et de mesure d'informations environnementales existantes (voir annexe fiche 29-1)
o Opération 2 – Etudier la création d'un observatoire de l'environnement centralisant, collectant et produisant des données environnementales (voir annexe fiche 29-2)
o Opération 3 – Créer un label Plan Climat et une charte du Plan Climat (voir annexe fiche 29-3)
Axe 2 : Valoriser les initiatives vertueuses
Pour valoriser les initiatives vertueuses, MPM envisage de conditionner la délivrance de certaines aides ou autorisations à des engagements environnementaux que les « demandeurs » s’engageraient à
respecter.
Le domaine des autorisations administratives étant très vaste, une étude sera réalisée pour examiner
les cas où de telles dispositions pourraient être introduites sans en fragiliser la valeur juridique. Cela
pourrait concerner les occupations temporaires du domaine public (organisation d’évènements, stockage de matériaux, stationnement d’équipements commerciaux, location de locaux de terrains, etc.),
les autorisations de construire et d’aménager.
De la même manière, des dérogations ou des bonifications pourraient être accordées, à condition de
réaliser une opération plus performante ou plus durable, utilisant par exemple des matériaux particuliers ou une énergie renouvelable.
► Action 30 : Systématiser l'éco-conditionnalité des aides financières et réglementaires de MPM
(page 95)
o Opération 1 – Etudier les conditions de mise en œuvre d'éco-conditionnalité des aides de
MPM (installation de nouvelles entreprises, aides à la pierre, événementiel, cessions de terrains, autres autorisations…) (voir annexe fiche 30-1)
o Opération 2 – Etudier les conditions d'octroi puis de contrôle en fin d'opération pour les dérogations liées aux autorisations administratives (permis de construire, autorisation de travaux, …) (voir annexe fiche 30-2)
Axe 3 : Gouvernance, évaluation et suivi du Plan Climat
Le Plan Climat Energie Territorial est, par nature, un plan d’actions transversal permettant d’obtenir des
résultats bénéfiques pour tout un territoire et tous ses acteurs. C’est pour cela qu’il a été construit à la
suite d’une très large concertation et qu’il continuera à vivre grâce à la participation de tous. Pour permettre cette co-gouvernance, il est notamment prévu de :
► Action 31 : Organisation des instances de suivi du Plan Climat (page 96)
o Opération 1 – Comité de suivi territorial (chargé de mission des communes membres) (voir
annexe fiche 31-1)
o Opération 2 – Comité de suivi MPM (directions en lien avec PCET) (voir annexe fiche 31-2)
o Opération 3 – Comité de suivi Financeurs (ADEME, Région) (voir annexe fiche 31-3)
o Opération 4 – Comité de suivi citoyens (voir annexe fiche 31-4)
o Opération 5 – Mettre en place un cadre d'échanges permanent entre collectivités, EPCI, acteurs publics et privés… (voir annexe fiche 31-5)
► Action 32 : Suivre la mise en œuvre et les résultats du Plan Climat (page 97)
o Opération 1 – Elaborer les outils de suivi du Plan Climat (voir annexe fiche 32-1)
o Opération 2 – Evaluer annuellement le Plan Climat (voir annexe fiche 32-2)
91
Action n°27
Mettre en place une Agence Locale de l'Energie (ALE)
Volet4
Axe 4.1
Mobiliser et sensibiliser les acteurs du territoire pour
réussir le Plan Climat
Communiquer et sensibiliser sur les enjeux du Plan Climat
Enjeux
La région Provence-Alpes-Côte d'Azur est une région faiblement autonome du point de vue
énergétique, mais qui présente un fort potentiel en matière de réduction des consommations et
possède un des meilleurs gisements en énergies renouvelables de France.
La mise en place d'une Agence Locale de l'Energie sur le territoire de MPM, la première de la région,
permettra d'exploiter ce double "gisement" d'économies à réaliser et d'énergies renouvelables à
exploiter. Elle permettra aussi de sensibiliser les acteurs, publics et privés,et de poursuivre la mission
d'aide et de conseil aux particuliers fournie par l'Espace Info Energie (EIE) de Marseille et d'apporter
une expertise aux entreprises, bailleurs, copropriétés avec lesquels des actions de partenariat
pourront être mises en oeuvre. Les fournisseurs d'énergie seront au coeur des démarches
entreprises, au côté des professionnels, pour développer la qualité environnementale dans
l'aménagement, la construction et la gestion des ressources.
Impacts visés
en 2020
- 110 030
TeqCO2
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
Partenaires
techniques et
financiers
=
156 400 tep
d'économies
d'énergie
Qualité de l’air
1,370 millions €
ADEME
Copros,
bailleurs
Fournisseurs
d'energie
Conseil
Régional
MPM
communes
associations
Conseil
Général
Indicateurs de Evolution de la fréquentation de l'ALE
suivi
Evolution des émissions de Gaz à Effet de Serre et de consommation d'électricité du
secteur industriel
Evolution annuelle des consommations énergétiques par commune
Evolution
annuelle
des
émissions
de
GES
du
territoire
(…)
Echéances
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
92
Démarrage de l'action : court terme
Durée de l'action : long terme
Mettre en œuvre des actions visant à réduire les consommations d'énergie, à
développer les énergies renouvelables (EnR) et à réduire les émissions de GES auprès
des particuliers
Mettre en œuvre des actions visant à réduire les consommations d'énergie, à
développer les énergies renouvelables (EnR) et à réduire les émissions de GES auprès
du
secteur
privé
(entreprises
et
associations)
Action n°28
Développer des actions de sensibilisation sur le territoire de
MPM
Volet4
Axe 4.1
Mobiliser et sensibiliser les acteurs du territoire pour
réussir le Plan Climat
Communiquer et sensibiliser sur les enjeux du Plan
Climat
Enjeux
De nombreuses études mettent en évidence le manque d'information, le trop grand nombre
d'acteurs et la confusion des projets menés qui brouillent un secteur déjà complexe en conduisant à
démobiliser les usagers et les acteurs.
D'autre part, les efforts menés par certains, lorsqu'ils ne sont pas valorisés, ne profitent pas
longtemps à leurs auteurs et ne servent pas d'exemples aux indécis. Le passage à l'acte, la poursuite
des efforts engagés, la transmissions des pratiques vertueuses passent par la valorisation constante
des actions engagées. Une stratégie globale et ambitieuse d'information et de sensibilisation, qui
permettrait d'aider chacun à devenir acteur du Plan Climat, est indispensable pour consolider le
réseau et concrétiser les avancées réalisées.
L'information doit être ciblée, couvrir tous les champs d'action du Plan Climat tout en s'adressant à
tous les acteurs, depuis l'école jusqu'à l'université, dans la sphère privée et publique , dans le
domaine des loisirs et du travail.
Impacts visés
en 2020
- 105 000
TeqCO2
6%
de l'objectif
Grenelle
=
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
Qualité de l’air
735 000 €
Partenaires
techniques et
financiers
ADEME
Conseil
Régional
Maîtres
d'ouvrage
MPM
Ecoles
AOTU
ALE
Indicateurs de Evolution du nombre d'actions soutenues
suivi
Evolution du nombre de personnes sensibilisées par an
Evolution des parts modales des modes doux et alternatifs
Evolution de la production annuelle de déchets ménagers et assimilés (…)
Echéances
Démarrage de l'action : court terme
Durée de l'action : long terme
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
Sensibiliser à la protection de la biodiversité maritime et terrestre
Sensibiliser les maîtres d'ouvrage pour la prise en compte de l'environnement dans
les projets
Développer la sensibilisation pour l'usage des transports en commun, des modes
doux et alternatifs
Sensibiliser la population à la prise en compte de la santé
Améliorer la collecte, le tri et la valorisation des déchets auprès des agents et de la
population ("Stop Pub", Site Internet, diffusion d'informations)
Adhérer ou aider des associations dont les actions visent à sensibiliser la population
Sensibiliser aux différents usages du littoral
93
Action n°29
Collecter et centraliser les données environnementales et
valoriser les bonnes pratiques
Volet4
Axe 4.1
Mobiliser et sensibiliser les acteurs du territoire pour
réussir le Plan Climat
Communiquer et sensibiliser sur les enjeux du Plan Climat
Enjeux
Le Plan Climat fédère l’ensemble des forces vives et crée une dynamique territoriale. Les politiques
publiques ne suffiront pas, à elles seules, à enrayer le processus du changement climatique. Si MPM
peut, effectivement, mettre en oeuvre de nombreuses actions, les initiatives privées des habitants,
des entreprises ou encore des associations constituent un facteur essentiel pour relever ce défi.
L’ambition de ce Plan Climat est d’être le moteur dans la mise en réseau et en synergie de ces
différents acteurs. Or, la valorisation des actions menées passe aussi par l'analyse des impacts
qu'elles produisent sur le territoire. Un observatoire de l'environnement peut être un outil très
efficace de mesure de la qualité objective de la politique menée sur un territoire. Il permet un
recensement de la biodiversité et un partage de données utiles à de nombreux acteurs publics ou
privés.
Impacts visés Cette action ne permet pas de quantifier directement une réduction des émissions
en 2020
de GES.
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
Partenaires
techniques et
financiers
675 000 €
Conseil
Régional
ADEME
MPM
Acteurs
locaux
Indicateurs de Evolution du nombre d'associations soutenues (en nombre et en euros)
suivi
Part des labels attribué par rapport au nombre de demandes de label (…)
94
Echéances
Démarrage de l'action : Court terme
Durée de l'action : Moyen terme
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
Adhérer et soutenir les structures de collecte et de mesure d'informations
environnementales existantes
Etudier la création d'un observatoire de l'environnement centralisant, collectant et
produisant des données environnementales
Créer un label Plan Climat et une charte du Plan Climat
Action n°30
Systématiser l'éco-conditionnalité des aides financières et
réglementaires de MPM
Volet4
Axe 4.2
Mobiliser et sensibiliser les acteurs du territoire pour réussir le
Plan Climat
Valoriser les initiatives vertueuses
Enjeux
Dans l'exercice de ses compétences, MPM souhaite rendre systématique la démarche d’écoconditionnalité pour l'attribution d'aides financières et techniques et l'octroi de dérogations liées aux
autorisations administratives en matière de construction. La collectivité s'engage à travers cette
action à mobiliser les acteurs du territoire pour la prise en compte du développement durable et de la
maîtrise de l'énergie dans leur organisation interne et dans le montage de leur projet.
Impacts visés
en 2020
- 179 000
TeqCO2
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
=
46 360 tep
d'économies
de carburant
30 000 €
Partenaires
techniques et
financiers
MPM
Indicateurs de Evolution des émissions de GES de la collectivité
suivi
Evolution de la consommation d'énergie de la collectivité
Evolution de la production d'EnR de la collectivité
Echéances
Démarrage de l'action : Court terme
Durée de l'action : Long terme
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
Etudier les conditions de mise en œuvre d'éco-conditionnalité des aides de MPM
(installation de nouvelles entreprises, aides à la pierre, événementiel, cessions de
terrains, autres autorisations…)
Etudier les conditions d'octroi puis de contrôle en fin d'opération
pour les dérogations liées aux autorisations administratives (permis de construire,
autorisation de travaux, …)
95
Action n°31
Organisation des instances de suivi du Plan Climat
Volet4
Axe 4.3
Mobiliser et sensibiliser les acteurs du territoire pour réussir le
Plan Climat
Gouvernance, évaluation et suivi du Plan Climat
Enjeux
Le Plan Climat s'est construit sur une concertation ouverte (aux acteurs économiques, aux citoyens,
aux agents ...) de l'ensemble des acteurs du territoire. Cette concertation a abouti à 460 propositions
aujourd'hui regroupées dans ce plan d'actions. Dans une logique de transversalité et d'ouverture de la
démarche, il est nécessaire de rendre transparent et ouvert le suivi des opérations et des objectifs.
Ainsi, le Plan Climat fera l'objet d’un co-pilotage et d’un co-suivi réguliers à diverses échelles
territoriales : en interne au sein des directions de MPM, à l'échelle des communes membres investies
dans le Plan Climat, des citoyens du territoire comme des partenaires institutionnels.
Impacts visés Cette action ne permet pas de quantifier directement une réduction des émissions
en 2020
de GES.
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
16 000 €
Partenaires
techniques et
financiers
ADEME
Conseil
Régional
Etat
MPM
Commu-nes
DREAL
membres
Conseil de
développement
Indicateurs de Evolution du nombre de communes membres impliquées
suivi
Evolution de la part des actions Plan Climat réalisées
Evolution du nombre de directions impliquées et de participants aux réunions (…)
96
Echéances
Démarrage de l'action : Court terme
Durée de l'action : Moyen terme
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
Créer un Comité de suivi territorial (chargés de mission des communes membres)
Créer un Comité de suivi interne du Plan Climat (directions en lien avec Plan Climat)
Créer un Comité de suivi financeurs (ADEME, Région)
Créer un Comité de suivi citoyens
Action n°32
Suivre la mise en oeuvre et les résultats du Plan Climat
Volet4
Axe 4.3
Mobiliser et sensibiliser les acteurs du territoire pour
réussir le Plan Climat
Gouvernance, évaluation et suivi du Plan Climat
Enjeux
L’évaluation est une démarche indissociable de tout projet de développement durable. En tant
que tel, le Plan Climat de MPM nécessitera d’être évalué de façon à pouvoir mesurer les
changements collectifs qu’il aura provoqués, les expliciter et y apporter des éléments d’appréciation.
Dans une logique d’amélioration continue, l’évaluation enrichira la prise de décisions, elle
participera à la mobilisation des acteurs sur des objectifs et moyens partagés et permettra de rendre
compte des efforts réalisés par les acteurs du territoire.
Impacts visés Cette action ne permet pas de quantifier directement une réduction des émissions
en 2020
de GES.
Coût de l'action
sur 10 ans (hors
subvention)
80 000 €
Partenaires
techniques et
financiers
ADEME
Conseil
Régional
Etat
MPM
Commu-nes
DREAL
membres
Conseil de
développement
Indicateurs de Evolution de la part des actions mises en œuvre
suivi
Part des indicateurs renseignés
Echéances
Démarrage de l'action : Court terme
Durée de l'action : Long terme
Zoom sur
quelques
opérations
(en annexe)
Elaborer les outils de suivi du Plan Climat
Evaluer annuellement le Plan Climat
97
98
Annexes
Annexe 1 ► Le portefeuille des 114 opérations du PCET
Annexe 2 ► Tableaux de valeurs concernant les calculs des émissions de Gaz à Effet de
Serre
Annexe 3 ► Charte de concertation
Annexe 4 ► Les 460 propositions issues de la concertation
Annexe 5 ► Diagnostic du Bilan Environnemental des Déplacements (BED)
Annexe 6 ► Tableau des actions / opérations par axe et volet
99
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement