Le traitement correct des instruments

Le traitement correct des instruments
Le traitement correct
des instruments
dans les cabinets dentaires
Groupe de travail
sur le traitement des instruments
Titel_4_CS4.indd 1
4
édition
05.05.11 20:02
Le traitement correct des instruments dans les cabinets
dentaires
4e édition révisée 2011
Instruments dentaires
Éditions allemandes jusqu'ici :
1ère édition révisée 1986
2e édition révisée 1995
3e édition révisée 2003
Éditions en langues étrangères :
allemand/anglais, 3e édition 2003
anglais, 8e édition révisée 2005
français, 3e édition révisée 2005
espagnol, 3e édition révisée 2005
Ces brochures sont disponibles sur notre site Internet www.a-k-i.org et téléchargeables gratuitement.
Vous y trouverez également nos conditions de vente. Vous pouvez directement commander les documentations AKI à l'adresse email suivante: bestellung@a-k-i.org.
Tout droit réservé au groupe de travail sur le traitement des instruments
(c) 2011 Daimlerstraße 2 | D-64546 Mörfelden-Walldorf
Reproduction partielle ou totale strictement interdite
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 3
3
05.05.11 21:32
Le cercle de travail
TRAITEMENT DES INSTRUMENTS
se compose des membres suivants :
Groupe de produits
Instruments :
Groupe de produits
Produits de désinfection, de
nettoyage et d’entretien :
Groupe de produits
Appareils de désinfection et
de nettoyage, installations
de stérilisation :
Wolfgang Fuchs
c/o Aesculap
Am Aesculap-Platz
D-78532 Tuttlingen
Tel.: +49 (0)7461-95 27 98
Dr. Holger Biering
Hans Jörg Drouin
c/o MMM
Daimlerstraße 2
D-64546 Mörfelden-Walldorf
Tel.: +49 (0)6105-9240-12
Ursel Oelrich
c/o Aesculap
Am Aesculap-Platz
D-78532 Tuttlingen
Tel.: +49 (0)7461-95 29 32
Rudolf Glasmacher
c/o Ecolab
Reisholzer Werftstraße 38-42
D-40589 Düsseldorf
Tel.: +49 (0)211-9893-668
Robert Eibl
c/o MMM
Semmelweisstraße 6
D-82152 Planegg
Tel.: +49 (0)89-89918-334
Helmi Henn
c/o Wolf Endoskope
Postfach 1164 / 1165
D-75434 Knittlingen
Tel.: +49 (0)7043-35-144
Verona Schmidt
c/o Chem. Fabrik Dr. Weigert
Mühlenhagen 85
D-20539 Hamburg
Tel.: +49 (0)40-78960-179
Dr. Winfried Michels
c/o Miele & Cie.
Carl-Miele-Straße 29
D-33332 Gütersloh
Tél. : +49 (0)5241-89-1491
Karl Leibinger
c/o KLS Martin Group
Gebrüder Martin
Kolbinger Straße 10
D-78570 Mühlheim
Tel.: +49 (0)7463-838-110
Dr. Jürgen Staffeldt
c/o Chem. Fabrik Dr. Weigert
Mühlenhagen 85
D-20539 Hamburg
Tel.: +49 (0)40-78960-165
Michael Sedlag
c/o Miele & Cie.
Carl-Miele-Straße 29
D-33332 Gütersloh
Tél. : +49 (0)5241-89-1461
c/o Ecolab
Reisholzer Werftstraße 38-42
D-40589 Düsseldorf
Tel.: +49 (0)211-9893-634
Dr. Ingo Haas
c/o KLS Martin Group
Gebrüder Martin
Kolbinger Straße 10
D-78570 Mühlheim
Tel.: +49 (0)7463-838-185
Nous remercions vivement tous les anciens membres AKI, dont les noms n'ont pas été mentionnés, pour
leur participation à la création et au développement des brochures AKI.
4
GB_F_4_CS4.indd 4
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
Collaboration-Conseil
Prof. Dr. Ulrich Junghannß
c/o Hochschule Anhalt (FH)
Bernburger Straße 55
D-06366 Köthen
Prof. Dr. Michael Pietsch
c/o Universitätsmedizin Mainz
Hochhaus am Augustusplatz
D-55131 Mainz
Ulrich Schweickhardt
c/o A. Schweickhardt
Tuttlinger Straße 12
D-78606 Seitingen/Oberflacht
Dieter Rensch
c/o Sirona Dental Systems
Fabrikstraße 31
D-64625 Bensheim
Bernd Gugel
c/o KaVo Dental
Bismarckring 34
D-88400 Biberach a.d. Riss
Marc Jakubzik
c/o Gebr. Brasseler
Trophagener Weg 25
D-32657 Lemgo
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 5
5
05.05.11 21:32
Le traitement correct des instruments
dans les cabinets dentaires
Sommaire
6
GB_F_4_CS4.indd 6
Adresses des auteurs
4
Avant-propos
8
Préface
9
1.
1.1
1.2
Choix des matériaux et conception structurelle
Choix des matériaux
Conception structurelle
12
12
14
2.
2.1
2.2
Produits de traitement
Eau
Produits chimiques de traitement
15
15
17
3.
Traitement des instruments neufs et des instruments
réparés / renvoyés
18
4.
Recommandations pour les instruments
renvoyés / retournés
19
5.
Préparation au nettoyage et à la désinfection
20
6.
6.1
6.2
6.3
Nettoyage
Nettoyage
Nettoyage
Nettoyage
22
22
25
29
7.
Contrôles et entretien
31
8.
Emballage
33
9.
9.1
9.2
Stérilisation
Stérilisation à la vapeur
Stérilisation à l'air chaud
34
34
37
10.
10.1
10.2
Stockage
Stockage d'instruments non stériles
Stockage d'instruments stériles
37
37
38
et désinfection manuels et en machine
manuel/nettoyage désinfectant
en machine et désinfection
et désinfection en ultrasons
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
11.
11.9
11.10
11.11
11.12
11.13
Modifications superficielles, dépôts, corrosion,
vieillissement et fissures par contrainte
Métal / Dépôts – Résidus organiques
Métal / Dépôts – Résidus de produits chimiques
Métal / Dépôts – Taches d'eau dues au calcaire
Métal / Dépôts – Silicates et autres composés minéraux
Métal / Dépôts – Décoloration due à l'oxydation
Métal / Corrosions – Corrosion par piqûres
Métal / Corrosions – Corrosion par usure / corrosion par
friction
Métal / Corrosions – Corrosion par fissure due à la
contrainte
Métal / Corrosions – Corrosion de surface
Métal / Corrosions – Corrosion de contact
Métal / Corrosions – Rouille erratique
Métal / Corrosions – Corrosion en fissures
Caoutchouc / Fragilisation
12.
Bibliographie
55
13.
Schéma de déroulement selon EN ISO 17664
56
Conditions de vente AKI
57
11.1
11.2
11.3
11.4
11.5
11.6
11.7
11.8
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 7
38
38
40
41
41
43
44
46
47
49
51
52
53
54
7
05.05.11 21:32
Avant-propos
L'évolution des directives de l'assurance qualité relatives au traitement des instruments dentaires, la modification des matériaux et de
nouvelles connaissances sur les effets et les dommages lors de leur
traitement sont à l'origine de la nouvelle édition de cette « brochure
jaune ».
Cette brochure met de nouveau au premier plan la bonne conservation des instruments, la corrosion et les défauts de fonctionnement
avec pour conséquences la nécessité d'une réparation ou même la
destruction totale du matériel pouvant en effet constituer des pertes
économiques considérables. Dans le traitement des instruments, la
diversité des actions chimiques et physiques s'impose afin d'éviter la
transmission d'agents pathogènes. Les mesures nécessaires doivent
par ailleurs être exécutées correctement avec prise en compte des
risques. Seule la connaissance des propriétés des matériaux, des
modes d'action des produits de traitement, des effets des différentes
qualités de l'eau et des conséquences qu'engendre un traitement
inapproprié permet d'entreprendre un traitement sûr associé à une
conservation à long terme des instruments.
Cette brochure ne traite donc pas seulement de l'hygiène pour le
traitement des instruments. Les concepts actuels, généralement en
vigueur pour les mesures d'hygiène doivent cependant être mis en
relation avec les effets qu'ils produisent sur l'instrument concerné et
sont donc à la base de la structure et du contenu de cette brochure.
La révision appropriée de cette brochure n'a été possible qu'avec le
concours de spécialistes en matière de développement et de fabrication d'instruments, de produits chimiques de traitement ainsi que
d'appareils de traitement et de spécialistes en hygiène.
Le corps dentaire et le personnel des cabinets dentaires y trouveront
un recueil actuel de méthodes modernes de traitement à mettre en
pratique en vue de la conservation du matériel dans le cadre de l'hygiène en cabinets dentaires. Nous espérons qu'il sera accueilli avec
l'attention qu'il mérite.
Prof. Dr. Michael Pietsch
Adjoint au chef du service d'hygiène et de médecine environnementale
de l'université de Mayence
8
GB_F_4_CS4.indd 8
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
Préface
Les instruments représentent une part importante du budget d'investissement d'un cabinet dentaire. Les fruits de l'expérience pratique,
retracés par cette brochure et complétés par une explication rationnelle de l'interaction des phénomènes inhérents aux instruments
chirurgicaux et à leur entretien, devraient permettre à toute personne
concernée d'assurer la parfaite conservation des instruments chirurgicaux en leur faisant bénéficier des soins appropriés pendant de
nombreuses années. Il est évident qu'il faut appliquer les mesures
préconisées en corrélation avec les indications des fabricants, les
règles d'hygiène et les directives concernant la protection sur le lieu
de travail.
Le traitement des instruments dépend de plus en plus des règlements issus de la loi allemande sur les dispositifs médicaux. On peut
observer à ce propos une harmonisation des prescriptions au niveau
international.
Par ailleurs, il existe des prescriptions légales directes (en Allemagne
par ex. le règlement concernant les exploitants dans le cadre de la loi
sur les dispositifs médicaux) qui exige explicitement que des mesures
de validation soient exécutées dans le cadre du traitement de produits médicaux. Les exigences ainsi satisfaites doivent être organisées, intégrées dans un système de management de la qualité et
documentées. La présente « Brochure Jaune » repose sur le déroulement des étapes du traitement tout en tenant compte des directives
de la norme EN ISO 17664, elle peut donc être intégrée dans un système orienté vers le processus
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 9
9
05.05.11 21:32
Chapitre
Chapitre
Choix des matériaux et
conception structurelle
2
Produits de traitement
3
Traitement des instruments
neufs et des instruments
réparés / renvoyés
Recommandations pour les
instruments renvoyés/retournés
4
Directive RKI*
Chapitre
EN ISO 17554 : 2007
Préparation au nettoyage
et à la désinfection
2.1
Traitement de produits médicaux non utilisés
3.3
Préparation sur le lieu
d'utilisation
6.1
Nettoyage manuel/nettoyage
désinfectant
2.2
Traitement de produits médicaux utilisés
3.4
Préparation avant le
nettoyage
6.2
Nettoyage en machine et désinfection
Préparation du traitement, nettoyage / désinfection, rinçage
et séchage
3.5
Désinfection
3.6
Séchage
5
6.3
Comparaison
Brochure jaune,
Recommandations de
l'Institut Robert Koch
et EN ISO 17664
Brochure jaune
1
2.2.1
Nettoyage et désinfection en
ultrasons
7
Contrôles et entretien
2.2.2
Contrôle de la sécurité technique et fonctionnelle
3.8
Contrôle, maintenance,
test
8
Emballage
2.2.3
Emballage
3.9
Emballage
9
Stérilisation
2.2.4
Stérilisation
3.10
Stérilisation
10
Stockage
2.2.5
Marquage
3.11
Stockage
2.2.6
Validation
2.2.7
Documentation
2.2.8
Transport et Stockage
11
Modifications superficielles,
dépôts, corrosion, vieillissement
et fissures par contrainte
*Exigences requises à l'hygiène lors du traitement de produits médicaux. Recommandation ;
Journal officiel fédéral de la santé 44/2001, 1115-1126 – Pour les autres pays, l'exemple allemand doit être modifié et adapté en
fonction des réglementations nationales en vigueur.
Contrairement à l'avis de beaucoup d'utilisateurs qui considèrent
l'acier inox comme inaltérable et extrêmement résistant, il convient de
constater, que l'acier inoxydable peut ne pas se révéler aussi parfait
qu'on le souhaite suite aux manipulations subies d'ordre physique,
thermique ou chimique
La prise en considération des particularités du matériau et son traitement correct devraient cependant donner entière satisfaction aux
utilisateurs d'instruments fabriqués en acier inoxydable pour de nombreuses années.
Les instruments dentaires exigent des traitements particuliers parce
qu'il s'agit là d'un grand nombre d'instruments réalisés dans des
matériaux très différents.
Les utilisateurs de produits médicaux peuvent exiger que les fabricants de renom procèdent avec le plus grand soin lors du choix des
matériaux adaptés et de leur traitement. Le résultat de ces efforts
sera des produits médicaux parfaitement adaptés aux applications
10
GB_F_4_CS4.indd 10
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
correspondantes et disposant d'une fonctionnalité illimitée. Mais l'utilisateur peut et doit même apporter sa contribution à la préservation
des instruments, à savoir traiter et entretenir correctement et en permanence ses instruments. Cette brochure vous sera ainsi une aide
précieuse.
Instruments à usage
unique
Les instruments à usage unique ne sont destinés à être utilisés
qu'une seule fois, leur déclaration de conformité ne couvrant que
l'usage unique. C'est pourquoi la présente brochure ne contient pas
d'instructions portant sur le traitement d‘instruments à usage unique.
Indications d'ordre général
Le traitement de produits médicaux englobe en général :
n Préparation (traitement préalable, collecte, nettoyage préalable et
démontage éventuel)
n Nettoyage, désinfection, rinçage, séchage éventuel
n Contrôle visuel de la propreté et de l'état impeccable du matériau
n Entretien et mise en état éventuels
n Contrôle du fonctionnement
n Marquage
n Emballage et stérilisation éventuels, autorisation et stockage
Les règlements nationaux, tels que le règlement des exploitants de
produits médicaux en Allemagne et la recommandation de l'Institut
Robert Koch: « Exigences concernant l'hygiène lors du traitement de
produits médicaux » exigent une assurance qualité pour le traitement
des produits médicaux. L'exploitant se porte garant de procéder à une
évaluation des risques et à une classification des zones à risque, de
fixer par écrit toutes les étapes de traitement dans des instructions de
travail standardisées et à exécuter une documentation adaptée. Les
procédés validés pour le nettoyage, la désinfection et la stérilisation
ainsi que la fixation des configurations des appareils de nettoyage/
désinfection et des stérilisateurs sont à la base d'une assurance qualité.
En tout cas, les recommandations des fabricants faites dans le mode
d'emploi doivent être suivies, car leur non-respect peut engendrer des
coûts de remplacement ou de réparation élevés et/ou le traitement
non correct ou la défaillance des produits médicaux peut représenter
un danger pour le patient ou un tiers. En cas de doute, il est fortement
conseillé de demander conseil au fabricant.
En présence de produits médicaux thermostables, il convient de préconiser de préférence le traitement en machine avec désinfection
thermique et la stérilisation à la vapeur par rapport à d'autres procédés.
Les instruments et composants prévus uniquement pour usage
unique seront éliminés après usage.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 11
11
05.05.11 21:32
1. Choix des matériaux et conception
structurelle
1.1 Choix des matériaux
Cliché en couleurs – Microstructure martensitique Acier inoxydable trempé (grossissement
500)
Résistance à la corrosion /
couche passive
brillant / poli
mat / brossé
Lors de la fabrication de tous produits médicaux, le fabricant doit adapter en plus du design, de la fabrication et de la finition aussi les matériaux à leurs emplois prévus. Dans la plupart des cas, seuls les aciers
inoxydables trempés sont en mesure de répondre aux exigences des
instruments chirurgicaux en matière d'élasticité, de ténacité, de rigidité,
de bonne tenue de coupe et d'extrême résistance à l'usure tout en présentant une immunité à la corrosion aussi élevée que possible.
L'immunité à la corrosion des aciers inoxydables dépend en premier
lieu de la qualité et de l'épaisseur de la couche passive. La couche
passive est une couche d'oxyde de chrome qui est due, tout en
simplifiant l'explication, à une réaction avec la teneur en chrome de
l'alliage d'acier (au moins 12 %) et avec l'oxygène de l'air ambiant. La
surface du produit qu'elle soit matte ou brillante n'a aucune influence
sur cette réaction. Les facteurs indiqués ci-contre ont une influence
particulière sur la formation et la croissance de la couche passive :
n la composition / l'alliage des matériaux
mat / verre dépoli
Les différentes surfaces d'instruments
Danger dû aux chlorures
Micrographie électronique par balayage,
Formation de piqûres de corrosion induite par
le chlorure.
12
GB_F_4_CS4.indd 12
n l'état de la texture qui est influencé par le traitement thermique, par
ex. le forgeage, la trempe, le revenu, le soudage, le brasage
n la nature de la surface telle que la rugosité et la propreté
n les conditions de manipulation et de traitement
n la durée d'utilisation et les cycles de traitement
Les couches passives sont extrêmement résistantes contre de nombreuses influences chimiques. Chaque couche passive présente plus
ou moins de particularités cristallographiques en fonction des facteurs
indiqués plus haut. À ces endroits, la couche passive réagit plus sensiblement aux influences corrosives dans un milieu humide/aqueux.
Les solutions halogènes font partie des rares substances qui peuvent
attaquer cette couche. Le chlorure est considéré comme le « type de
sel » le plus connu et le plus dangereux. Les chlorures réagissent sur
la couche passive et causent selon la concentration les dommages
bien connus et dus à la corrosion par piqûres induite par le chlorure.
Ces dommages s'étendent des points d'attaque à proprement dit
(petits points noirs) jusqu'au recouvrement total de la surface de l'instrument de grands trous profonds. Les chlorures sont le plus souvent
la cause de dommages engendrés par la corrosion par fissure due à
la contrainte.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
Avec l'augmentation de la durée d'utilisation, une couche passive de plus
en plus épaisse se forme. L'expérience a montré que cette caractéristique réduit le nombre de ces attaques de corrosion, car la probabilité de
pénétration des chlorures jusqu'au matériau de base exposé diminue.
Origines possibles des chlorures dans le cycle d'emploi :
n charge de base dans l'eau potable en fonction de l'origine de l'eau
n eau d'alimentation insuffisamment déminéralisée pour le rinçage
n
n
n
n
n
Sel de régénération de forte teneur en chlorure causant la corrosion par piqûes sur la
surface d’instrument.
Cause : Raccord non étache de l’achangeur
d’ions dans le laveur-désinfecteur.
Cliché en couleurs – microstructure austénitique Acier inoxydable et résistant aux acides
(grossissement 500)
final et la stérilisation à la vapeur
résidus de sel de régénération d'échangeurs d'ions lors de la fabrication d'eau adoucie
produits de traitement non validés pour le traitement ou mal employés
solutions isotoniques (p. ex. solution physiologique), produits décapants et médicaments
résidus organiques séchés, humeurs, par ex. sang teneur en
chlorure 3.200 à 3.550 mg/l, salive, sueur
linge, chiffons en étoffe, produits d'emballage
Indépendamment du degré de brillant et de l'épaisseur de la couche
passive existante sur la surface des instruments, la corrosion par
piqûres ou par fissure due à la contrainte ne se produit pas ou que
rarement dans des conditions d'environnement exempt de ou pauvre
en chlorure.
Si des corrosions apparaissent sur de nouveaux instruments de
haute qualité mais qui ne sont pas constatées sur des instruments
plus anciens qui ont été traités en même temps, la raison en est dans
tous les cas examinés jusqu'ici les conditions de traitement qui s'avéraient individuellement ou de façon cumulative à la limite ou au-delà
de la sécurité du processus.
À côté des aciers chromés normés durcis, on fait également appel
pour la fabrication d'instruments selon EN ISO 7153-1 à des aciers
chromés non durcis avec des teneurs en chrome modifiées et à
des aciers inoxydables au nickel chrome et résistants aux acides.
L'utilisation des aciers au nickel chrome est cependant limitée à certains types d'instruments puisque ces aciers ne disposent que de propriétés mécaniques restreintes.
Les matériaux les plus divers sont transformés à cet effet en fonction
des techniques d'application et de la conception des instruments qui
doivent être utilisés. Les plus importants sont :
n aciers au chrome-nickel résistants à la rouille et à l'acide (également comme métal d'apport de soudure)
n titane pur ou alliage de titane
n alliages de métaux non ferreux avec traitement de surface p. ex.
laiton nickelé, chromé
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 13
13
05.05.11 21:32
n métaux légers (p. ex. aluminium anodisé)
n aciers et pièces individuelles non résistants à la corrosion
n verre pour l'optique
n céramique
n mastics et colles
n étains à souder
n matières plastiques et caoutchouc
Traitement spécifique
impliqué le cas échéant
par la combinaison de
différents matériaux
La combinaison de ces différents types de matériaux peut imposer
des contraintes en matière de traitement. Des procédés spéciaux
divergeant des procédés de traitement habituels peuvent donc s'avérer nécessaires en fonction des articles. Ces traitements sont décrits
par le fabricant dans le mode d'emploi.
Il se pourrait que les laques des boîtiers en tôle d'acier non allié, les
codes couleur laqués servant au marquage des rapports de transformation des pièces à main ou les boîtiers en aluminium anodisé pour
les pièces à main et les pièces coudées demandent des procédés de
traitement particuliers. Il est instamment recommandé de consulter
les modes d'emploi du fabricant correspondant. Les arbres, coussinets et organes de commande en acier inoxydable ou en matériaux
à base de bronze, susceptibles de supporter des charges maximales,
nécessitent non seulement un procédé de traitement spécial, mais
également des mesures lubrifiantes spécifiques.
1.2 Conception structurelle
La possibilité du traitement de produits médicaux importe beaucoup
pour la sécurité de patients et utilisateurs. Déjà pendant le développement d'un produit médical, il est indispensable de tenir compte
d'une bonne réalisation du traitement. À ce stade, cependant, il ne
faut non seulement considérer le traitement, mais il faut en même
temps ne pas perdre de vue la fonctionnalité du produit. Très souvent, il s'agit de loger les mécanismes nécessaires dans un espace
particulièrement petit pour épargner le patient.
Les meilleurs résultats de nettoyage sont obtenus en présence d'un
produit médical démonté le plus possible. Il est vrai, qu'à ce niveau,
on touche également à des limites. Sur bon nombre de dispositifs
médicaux comme p. ex. les têtes de turbine, un démontage est difficilement réalisable étant donné que le démontage et le montage de
ces pièces en filigrane par l'utilisateur est peu probable. Le choix des
matériaux et des techniques de liaison importe beaucoup dans ce
contexte. Étant donné que la stérilisation à la vapeur à 134 °C représente la méthode de stérilisation la plus importante, les matériaux
utilisés doivent résister aux températures élevées.
14
GB_F_4_CS4.indd 14
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
Afin d'obtenir le meilleur résultat possible, il est nécessaire que
toutes les personnes impliquées dans les travaux du traitement se
réunissent : les fabricants des produits médicaux, les fabricants des
laveurs-désinfecteurs et stérilisateurs ainsi que les fabricants des
produits chimiques. Il est recommandé lors de l'achat de dispositifs
médicaux de tenir compte à temps des aspects qu'impose le traitement des instruments.
2. Produits de traitement
2.1 Eau
Les qualités des eaux utilisées pour le traitement des instruments
jouent un rôle considérable pour leur conservation.
L'eau remplit différentes fonctions lors du processus de traitement,
notamment :
n moyen de dissolution pour les produits de nettoyage et autres produits de traitement
n transmission de la mécanique et de la température à la surface de
l'objet à nettoyer
n dissolution des impuretés solubles à l'eau
n rinçage des solutions à base de produits de nettoyage et autres
produits de traitement
n désinfection thermique lors du traitement en machine
n utilisation pour la stérilisation à la vapeur
Une composition chimique défavorable de l'eau aura aussi bien une
influence négative sur le processus de traitement que sur l'aspect
extérieur et les matériaux des instruments. C'est pourquoi il faut tenir
compte de la qualité de l'eau en quantité suffisante dès la conception
des installations sanitaires.
Taches sur les instruments
Cause : séchage d'une eau à forte teneur
en sel
Chaque eau naturelle contient une certaine concentration de sels. La
concentration et la nature des éléments chimiques de l'eau varient en
fonction de l'origine et des procédés utilisés pour l'exploitation de l'eau.
Les différentes qualités de l'eau potable peuvent laisser des traces sur
les instruments sous forme de couches dures très difficiles à éliminer
(tartre), selon la dureté de l'eau et la température. Dans certaines circonstances, ceci peut même causer une corrosion sous la couche.
Les dépôts durs sont solubles aux acides et peuvent être éliminés
avec des nettoyants à base acide. Il convient de respecter les indications du fabricant du produit nettoyant concernant la compatibilité du
matériau.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 15
15
05.05.11 21:32
L'aluminium peut être
attaqué par l'alcalinité
En présence d'eau adoucie, les dits agents de durcissement sont
remplacés par des sels de sodium, ce qui ne réduit cependant pas la
charge totale en éléments chimiques de l'eau.
Avec de l'eau adoucie, l'alcalinité peut considérablement augmenter
en fonction de la température et du temps. Les surfaces en aluminium peuvent être attaquées au cours du rinçage final, en particulier
pendant la désinfection thermique.
Gauche : original
Droite : modification optique sur
l'aluminium avec une anodisation en couleur
Danger dû aux chlorures
Piqûres de corrosion induites par le chlorure
sur l'instrument
Lors de l'évaporation de l'eau, les éléments chimiques de l'eau persistent sous forme de résidus minéraux, visibles. En particulier les
chlorures dissous dans l'eau posent des problèmes, car en fortes
concentrations, ils peuvent causer des piqûres de corrosion même
sur les instruments en acier inoxydable.
Les risques de piqûres de corrosion induites par le chlorure augmentent généralement dans les circonstances suivantes :
n l'augmentation de la teneur en chlorure
n l'augmentation de la température
nla diminution du pH
n la prolongation du temps d'action
n un séchage insuffisant
n un excès de concentration du à l'assèchement
La relation entre la concentration de chlorure dans l'eau et les piqûres
de corrosion est imprévisible dans certains cas. Les expériences ont
montré que les risques de piqûres de corrosion sont pratiquement
nuls en présence d'une concentration de chlorure d'environ 120 mg
par litre (= 200 mg/l de chlorure de sodium par litre) à température
ambiante. Les risques de piqûres de corrosion augmentent plus
rapidement plus la concentration de chlorure est augmentée. Il faut
tenir compte du fait que lors du séchage, la concentration en chlorure
dans les gouttes d'eau peut atteindre un multiple de 120 mg/l en raison de l'évaporation de l'eau.
Afin de faire face aux concentrations de chlorure nocives et aux
piqûres de corrosion il est recommandé d'utiliser de l'eau déminéralisée surtout pour le rinçage final.
La concentration infime de certains éléments chimiques dans l'eau est
déjà en mesure de provoquer des taches brunes, bleues, gris foncé ou
multicolores sur les instruments. Des composés des éléments tels que
le fer, le cuivre, le manganèse, ainsi que par ex. les silicates/la silice
peuvent être à l'origine de ces colorations. Toutefois est-il que ces
taches ne sont pas de la corrosion mais de résidus très fins.
16
GB_F_4_CS4.indd 16
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
L'eau potable contient quelquefois aussi des particules de rouille en
plus des substances naturelles contenues dans l'eau. Celles-ci proviennent presque toujours des systèmes de canalisation attaqués par
la corrosion. Cette rouille se dépose sur les instruments pendant le
nettoyage en machine ; elle provoque des taches de rouille (rouille
erratique) et entraîne la corrosion des instruments.
L'emploi d'eau déminéralisée pour le rinçage final est conseillé non
seulement comme cela est décrit plus haut afin d'éviter la corrosion
par le chlorure dans l'eau du rinçage final mais aussi afin d'éviter
les taches en général ainsi que pour stabiliser les surfaces en aluminium anodisé. L'eau déminéralisée pour le rinçage final ne laisse
pas de résidus cristallins qui risquent de gêner les procédés de stérilisation.
Surfaces de poignée de scalpel décolorées
Utiliser de l'eau déminéralisée pour le rinçage final !
Étant donné qu'il n'existe aucune norme pour l'eau déminéralisée
dans le traitement en machine, on peut recommander sur la base
d'expériences en matière de traitement de dispositifs médicaux dans
le domaine dentaire la qualité suivante :
Conductance (à 25 °C) < 20 µS/cm
Chlorure < 5 mg/l
Silicate < 2 mg/l
En cas d'emploi d'échangeurs d'ions pour la déminéralisation, on peut
constater des dépôts en couleur émaillée en raison du comportement
de la silice. Ceci ne peut pas être contrôlé via l'affichage des valeurs
de consigne pour la régénération ; il faut absolument avoir recours à
un spécialiste.
2.2 Produits chimiques de traitement
Conformément à la Directive Européenne sur les dispositifs médicaux
[20], les produits chimiques pour le traitement d'instruments médicaux
doivent être développés, contrôlés et fabriqués en Europe.
n Les produits de nettoyage, produits neutralisants, produits de rin-
çage et d'entretien sont classés produits médicaux de classe I, lesquels sont identifiés par un marquage CE sur l'étiquette.
n Les produits chimiques de traitement avec effet antimicrobien destinés au nettoyage désinfectant et/ou à la désinfection terminale
manuelle ou en machine à température ambiante ou à température
supérieure sont classifiés en Europe dans le groupe II b des dispositifs médicaux et ils portent la marque de conformité CE suivie du
numéro à quatre chiffres identifiant l'organisme notifié.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 17
17
05.05.11 21:32
Dans la phase de développement, le fabricant des produits chimiques
de traitement doit optimiser la composition des produits en fonction
des effets à obtenir, tels que la puissance de nettoyage, l'effet antimicrobien ou les caractéristiques d'entretien en tenant compte de
la compatibilité avec les matériaux utilisés pour la fabrication des
instruments et de la biocompatibilité des résidus collant éventuellement avec des tissus humains sur le lieu d'utilisation. La compatibilité
matérielle doit être approuvée par le fabricant des produits chimiques
de traitement, le cas échéant en collaboration avec le fabricant des
instruments médicaux correspondants. La biocompatibilité doit être
contrôlée et évaluée conformément à EN ISO 10993-1 « Evaluation
biologique de dispositifs médicaux ».
Les meilleures caractéristiques d'emploi, la bonne compatibilité matérielle et la biocompatibilité des produits chimiques de traitement ne
sont assurées que dans les conditions d'emploi recommandées par le
fabricant. Les conditions d'emploi doivent être décrites en détail par
le fabricant (étiquette, fiche technique) et respectées par l'utilisateur.
Les indications portant sur la concentration des produits chimiques
dans les solutions ainsi que sur la température et sur la durée d'action doivent être observées strictement. Aux documents relatifs aux
produits chimiques s'ajoutent les fiches techniques sur la sécurité et,
le cas échéant et à la demande de l'utilisateur, les analyses relatives
à la compatibilité matérielle, à l'efficacité, aux caractéristiques écologiques et à la biocompatibilité.
Les composants des différents produits chimiques pour process peuvent exercer des influences réciproques. Les composants d'un produit de nettoyage peuvent par exemple avoir un effet négatif sur l'efficacité d'une substance désinfectante lorsque de faibles quantités de
nettoyant parviennent dans cette solution désinfectante. C'est pourquoi il est toujours conseillé de n'utiliser dans un cycle de traitement
fermé que les produits chimiques de traitement d'un même fabricant.
3. Traitement des instruments neufs et
des instruments réparés / renvoyés
Préparation
Il faut déballer les instruments neufs et les instruments réparés/revenus avant l'entreposage et/ou leur introduction dans le cycle des instruments. Il faut alors retirer les capuchons de protection et les films
de protection.
18
GB_F_4_CS4.indd 18
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
Les instruments neufs et ceux revenus d'une réparation doivent être
soumis avant leur premier emploi, à l'ensemble du processus de traitement conformément à celui les instruments usagés.
Toujours procéder au
nettoyage
L'étape de nettoyage ne doit en aucun cas être négligée, car des
résidus sur les instruments, tels que ceux de matériaux de conditionnement ou des résidus de produits d'entretien peuvent produire des
taches et des incrustations lors de la stérilisation. Il faut contrôler le
résultat du nettoyage en procédant à un contrôle visuel. Les instruments doivent être propres au niveau macroscopique. Les instruments
neufs dotés d'une couche passive peu marquée peuvent présenter
une certaine sensibilité à des conditions de traitement critiques.
Stockage
Les instruments neufs et les instruments revenus de réparation ne
doivent être stockés que dans des pièces/armoires sèches à température ambiante. Ceci permet de pallier à la condensation due aux
fluctuations de température dans les emballages en plastique, qui
peut provoquer des corrosions. Les instruments ne doivent en aucun
cas être stockés à proximité immédiate de produits chimiques qui
peuvent dégager des vapeurs à effet corrosif en raison de leurs composants (par ex. chlore actif).
Les instruments fragiles doivent être rangés sur des étagères ou des
supports prévus à cet effet pour éviter les dommages, même lors de
leur premier traitement.
4. Recommandations pour les instruments renvoyés/retournés
Les produits médicaux et leur emballage qui - indépendamment du
fait qu'ils ont été utilisés ou non - sont renvoyés au fabricant, sont
désignés de produits en retour. Les causes éventuelles de renvois
sont par exemple les réparations nécessaires ou les maintenances
à faire, le renvoi d'instruments prêtés, les examens sur des produits
issus de test clinique, les réclamations sur le produit ou les renvois
d'explants à des fins d'examens scientifiques ou d'analyse des dommages. Toutes les personnes prenant part au processus de renvoi
sont exposées à un risque d'infection lors de la manipulation de produits probablement ou réellement contaminés. Ce risque d'infection
doit être minimisé par un comportement conforme et autorisé.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 19
19
05.05.11 21:32
Le produit en retour ne peut être rendu dans les conditions décrites
plus haut que si :
nil a été traité selon un procédé de désinfection et déclaré
« sans danger au niveau hygiène » ou
npeut être reconnaissable avec un marquage « non décontaminé »
et qu'il est emballé de manière suffisamment sûre
La décontamination des produits renvoyés doit se faire sans retard –
tout comme dans le cycle normal – afin d'éviter les dommages subséquents sur l'instrument (par ex. la piqûre de corrosion par l'action des
chlorures du sang).
Il faut renoncer à la décontamination si le produit risque d'être modifié ou
détruit par cette opération et de fausser le cas échéant une analyse ou
de ne plus la permettre. En cas de doute, il faut consulter le fabricant.
Dans un cas particulier, il conviendrait par ex. de joindre une attestation indiquant toutes les données nécessaires (voir par ex. BVMed en
Allemagne (« Association fédérale des technologies médicales »)) ou un
certificat collectif adressé au fabricant ou à un autre « lieu de réception ».
Le certificat collectif devrait comporter au moins les données suivantes :
ndate de validité
nconfirmation que tous les produits renvoyés et revenus à partir de
la date de validité sont sans danger au niveau hygiène et dans un
autre cas sont correctement et visiblement marqués.
ncoordonnées de la personne de contact pour les questions / la
réception des produits renvoyés.
5. Préparation au nettoyage et à la
désinfection
Effectuer immédiatement
un nettoyage préalable
des instruments présentant des restes de matériaux de remplissage et de
produits corrosifs
Instruments de remplissage présentant du
matériau composite en adhérence
Cause : absence de traitement immédiat
20
GB_F_4_CS4.indd 20
Les premières étapes d'un traitement correct commencent déjà en salle
d'opération. Les matériaux dentaires adhérant aux instruments, par
exemple les matériaux de remplissage ou les dissolvants de ciment à
base d'acide phosphorique, doivent être éliminés immédiatement après
leur utilisation, sous peine de voir apparaître un durcissement ou une
corrosion. Le ciment dentaire est éliminé de préférence immédiatement
après emploi directement sur la chaise de dentiste à l'aide d'un écouvillon. Les restes de solutions isotoniques (par exemple de solution physiologique), les agents hémostatiques ainsi que les agents caustiques
doivent être éliminés avant la dépose des instruments. Le nettoyage
et la désinfection dans un bain à ultrasons est recommandée pour les
instruments présentant encore des restes de matériau de remplissage. Il
faudra veiller, à cet effet, à ce que l'instrument soit adapté au traitement
dans un bain à ultrasons (voir chapitre 6.3 Ultrasons).
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
Déposer les instruments
soigneusement, ne pas
les « jeter »
Ciseaux avec pointe cassée.
Cause : dépose non conforme de l'instrument
Les instruments doivent être préparés de préférence en machine.
Après utilisation, ils doivent être posés soigneusement sur un plateau
approprié ou dans un panier à instruments (décontamination à sec) et
être transférés aussitôt que possible au nettoyage et à la désinfection
en machine. Veiller à respecter les indications des fabricants ! Une
manipulation inappropriée peut causer des dommages sur les instruments. Cela s'applique principalement aux instruments présentant
des extrémités délicates, par exemple les pincettes, sondes, ciseaux
et notamment ceux munis d'inserts en métal dur, comme les porteaiguilles et les instruments de parodontologie.
Dans le cas de décontamination humide, les instruments seront
immergés de préférence dans une solution de produit nettoyant et
désinfectant combiné qui ne fixe pas les protéines. Éviter l'emploi de
désinfectants contenant des aldéhydes qui ont un effet de fixation.
Les indications du fabricant concernant la concentration et le temps
d'action et le cas échéant l'addition de renforçateurs de nettoyage
doivent être impérativement respectées.
Dans le cas des deux méthodes de décontamination, il faut éviter les
durées d'attente longues jusqu'au traitement, par ex. durant la nuit ou
durant le week-end en raison du risque de corrosion. Les expériences
ont démontré que dans la pratique en cas de décontamination à sec,
une durée d'attente de 6 heures maximum s'avère sans problème.
Privilégier si possible la décontamination à sec.
Déformation due à une manipulation non
conforme
Récipient séparé
Les instruments rotatifs doivent être préalablement nettoyés à l'aide
d'une décontamination humide immédiate et/ou par un brossage sous
l'eau courante. Dans la mesure où ces instruments peuvent être traités dans l'appareil de nettoyage et de désinfection, il faut s'assurer
qu'ils sont posés de manière stable dans des supports pour forets
adaptés à la machine. En cas de traitement manuel, les instruments
rotatifs doivent être trempés pour la désinfection dans un récipient
spécial séparé puis nettoyés. Cela s’applique également aux instruments pour canaux radiculaires.
Les pièces à main et les pièces coudées ainsi que les turbines doivent également être déposées séparément et être traitées de préférence en machine spécialement selon les indications du fabricant.
Pour un nettoyage efficace, les instruments à articulation (ciseaux,
pinces) doivent être ouverts afin de minimiser le chevauchement des
surfaces. Les cuvettes-tamis, les racks, les nattes, les supports etc.
utilisés doivent être conçus de sorte que le nettoyage final dans les
cuves ultrasoniques ou dans des appareils de nettoyage et de désinfection ne soit pas entravé par des écrans sonores ou des écrans de rin-
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 21
21
05.05.11 21:32
çage. Les instruments non utilisés, maintenus à disposition sur la tablette,
doivent être traités de la même façon que les instruments utilisés.
Des compartiments spéciaux ou des supports de stockage appropriés
doivent être utilisés pour les instruments fragiles.
Ne pas traiter les instruments à usage unique
Pour éviter les dommages sur les instruments fragiles, il faut les
transporter dans les conteneurs prévus à cet effet qui sont munis de
supports appropriés.
Les instruments à usage unique comme par exemple les polisseurs
à lamelles, les brosses à polir ne doivent par faire l'objet d'un traitement. Ils doivent être éliminés comme tout déchet provenant du cabinet en respectant les prescriptions correspondantes.
6. Nettoyage et désinfection manuels
et en machine
6.1 Nettoyage manuel/nettoyage désinfectant
Pour le traitement manuel, les instruments sont trempés dans une
solution composée d'un produit combiné de nettoyage et de désinfection présentant une action désinfectante prouvée.
n Concentration correcte
n Temps d'action correct
Compartiment à instruments dans une
solution combinée de nettoyage et de désinfection
n Température correcte
Le nettoyage manuel se fait à l'aide de produits nettoyants et ne
fixant pas les protéines avec ou sans effet antimicrobien et/ou à l'aide
d'enzymes. Si le nettoyage doit être désinfectant, il faut prouver l'effet
désinfectant dans des « dirty conditions » (charge en protéines élevée) selon les normes EN ou selon les directives nationales correspondantes.
Sélectionner un produit de
nettoyage et de désinfection approprié
Lors de l'utilisation de produits de nettoyage et de désinfection, les
indications du fabricant relatives à la concentration, la température et
le temps d'action ainsi que la durée d'utilisation de la solution utilisée
doivent être impérativement respectées. Observer également les indications des fabricants relatives à la compatibilité matérielle pour tous
les instruments qui ne sont pas fabriqués en acier inoxydable.
Tenir compte de la
compatibilité du matériel !
Le type de principe actif, la composition du désinfectant, la température, la durée d'action, la concentration et la valeur du pH de la
solution utilisée influencent la compatibilité du matériau. Dans le cas
22
GB_F_4_CS4.indd 22
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
des composés peroxo organiques, en particulier les désinfectants
contenant des acides peroxyacétiques, la compatibilité du matériau
dépend fortement de la composition du désinfectant et des conditions
d'emploi. Dans le cas des désinfectants qui contiennent des alkylamines, la structure chimique du principe actif influence fortement la
compatibilité au matériau vis-à-vis des élastomères et des composés
de colle. Dans le cas des élastomères de silicone, des durcissements
peuvent apparaître en cas de traitement de longue durée avec des
désinfectants composés sur cette base.
Les désinfectants à base de composés peroxo organiques ainsi que
d'alkylamines doivent être considérés comme sensibles quant à leur
compatibilité avec les instruments. C'est pour cette raison qu'il faut
rigoureusement respecter les indications démontrées par des tests
des fabricants de désinfectants.
Des concentrations incorrectes et des temps d'action trop longs peuvent entraîner des dommages sur les matériaux.
Une utilisation prolongée de la solution usagée peut entraîner les problèmes suivants :
n risque de corrosion du à une charge d'impuretés
n risque de corrosion en cas de concentration élevée due à l'évaporation
n diminution de l'action désinfectante due à la charge d'impuretés
(perte de substance/erreur protéique)
Ouvrir les instruments à
articulation
Les instruments articulés doivent être immergés dans la solution en
état ouvert en veillant à minimiser les surfaces superposées.
Absence de bulles d'air
dans les corps creux
Le traitement des instruments creux (tuyaux, canules, etc.) et des instruments à cavité est toujours très difficile. C'est pourquoi il faut veiller
à ce que ces instruments soient perméables et que les surfaces intérieures soient intégralement en contact avec la solution.
Dissoudre complètement
les produits poudreux !
Si l'on utilise des produits sous forme de poudre, la poudre doit être
complètement dissoute dans l'eau avant utilisation. Les instruments
peuvent ensuite être immergés. Les particules non dissoutes peuvent
entraîner des modifications superficielles sur les instruments et boucher les instruments à lumen étroit.
Immerger complètement
les instruments
Les instruments doivent être intégralement recouverts par la solution.
Il ne faut donc pas surcharger les bains d'immersion.
Il est recommandé d'utiliser pour le nettoyage des chiffons souples qui
ne peluchent pas, des brosses en matière plastique ou des pistolets de
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 23
23
05.05.11 21:32
nettoyage. Procéder, après le nettoyage manuel/nettoyage désinfectant,
à un rinçage minutieux et intensif à grande eau claire. Les adhérences et
les souillures éventuelles seront enlevées par un nettoyage manuel.
Il est recommandé d'utiliser de l'eau déminéralisée pour éviter la formation de taches d'eau. En dernier lieu, les instruments doivent être
immédiatement séchés. Le séchage avec le pistolet à air comprimé
étant particulièrement soigneux et efficace, ce mode de séchage préférable à toute autre méthode, par ex. en essuyant avec un linge.
Taches en raison de la teneur en
sel trop élevée dans l'eau de rinçage
Les causes principales de dommages mécaniques en traitement
manuel sont :
n les brosses métalliques
n les produits à récurer
n une force trop importante
n une chute sur le sol, une collision avec un autre instrument, un instrument jeté et non déposé
Les instruments fragiles sont très sensibles aux dommages mécaniques.
Les instruments de transfert, les pièces à main et pièces coudées
ainsi que les turbines ne doivent pas être plongées dans des bains
d'immersion. Ils peuvent être brossés sous l'eau courante puis
aspergés ou frottés avec un produit désinfectant approprié. Pour le
nettoyage des parties internes et l'entretien, les produits et méthodes
indiqués par les fabricants doivent être utilisés, sachant qu'il faut privilégier les méthodes de nettoyage en machine.
Support avec instruments pour
canaux radiculaires
Les instruments rotatifs sont placés dans un support pour instruments
approprié dans une solution de nettoyage et de désinfection adaptée
à ces instruments. Dans le cas de polisseurs, d'instruments abrasifs
en céramique ou en composites synthétiques, il faudra vérifier au
préalable que ces produits sont bien adaptés à de tels instruments.
Des produits inadaptés tels que par exemple des préparations à base
d'alcool, peuvent attaquer les assemblages et endommager la fixation
des tiges. Les pointes à ultrasons sont difficiles à traiter. Il faut veiller
à déboucher les instruments creux à l'aide d'un moyen approprié
comme p. ex. un fil de nettoyage métallique. La suite du traitement
s'effectue conformément aux indications du fabricant.
Les sondes de traitement des canaux radiculaires sont sensibles aux
dommages mécaniques et devront être traitées séparément et manipulées en association avec des supports appropriés. Les bouchons
en silicone nécessaires à l'adaptation des profondeurs de préparation
doivent être retirés pour le nettoyage et la désinfection. Les manches
colorés par anodisation des sondes de traitement des canaux radicu-
24
GB_F_4_CS4.indd 24
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
laires ne supportent pas les bains alcalins et risquent ainsi l'effacement de leur code couleur.
6.2 Nettoyage en machine et désinfection
Le procédé en machine permet d'atteindre au mieux le niveau de
standardisation du nettoyage et de la désinfection. Le bon nettoyage
lors du traitement des instruments sert également à la bonne conservation du matériel et est la condition sine qua non pour le succès de
la stérilisation. Il ne faut employer que des procédés de nettoyage
et de désinfection en machine, validés en raison de la norme internationale (EN ISO 15883) respectivement de la version nationale
applicable (par ex. DIN EN ISO 15833) et des directives nationales.
Les prescriptions générales en matière d'appareils de nettoyage et de
désinfection sont décrites dans la partie 1 de la norme EN ISO 15883.
Le traitement en machine est de préférence réservé aux instruments
ayant été soumis à une décontamination par voie sèche. Dans le cas
d'une décontamination humide (p. ex. instruments rotatifs), les produits de nettoyage et de désinfection à mousse active utilisés doivent
être abondamment rincés. La mousse peut réduire de manière significative la pression de rinçage au cours du nettoyage en machine et
nuire au résultat final.
Cette remarque s'applique également lorsque les instruments ont fait
l'objet d'un traitement préalable manuel ou dans un bain à ultrasons
suite à des impuretés posant problème (adhérence de matériaux de
remplissage ou similaires).
Chargement adapté au
rinçage
Les points suivants doivent particulièrement être respectés au cours
du traitement en machine :
n la condition pour un traitement en machine efficace est le chargement correct des paniers à mailles, inserts, supports etc.
n les instruments à articulation doivent être ouverts avant d'être déposés.
n les paniers ne doivent pas être surchargés afin que les instruments
soient bien aspergés. Le modèle de placement doit être respecté
en permanence sur les processus homologués.
n les instruments à grande surface doivent être placés dans la
machine de manière à ce qu'ils ne forment pas un écran devant
d'autres instruments en entravant ainsi le lavage.
n l'intérieur des instruments présentant des cavités (p. ex. turbines)
doit être intégralement nettoyé. À cet effet, il convient d'utiliser les
supports particuliers, adaptés aux instruments et équipés de dispositifs de rinçage.
n les instruments doivent être placés ou resp. entreposés selon leur
fragilité mécanique de manière à exclure tout dommage.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 25
25
05.05.11 21:32
Support en aluminium anodisé très attaqué
Il est recommandé pour les instruments rotatifs en métal dur ou en
acier inoxydable d'entreprendre le traitement dans des supports spécialisés pour éviter d'endommager les dents.
Les composants en aluminium anodisés en couleurs peuvent perdre
leur couleur pendant le procédé de nettoyage en machine et perdre
ainsi leur fonction de codage (voir chapitre 11.10). En cas d'utilisation
de produits de nettoyages spéciaux et avec l'emploi d'eau déminéralisée pour le rinçage ultérieur (également pour la désinfection
thermique), l'anodisation de couleur peut être traitée avec le reste du
matériel.
Il faut retirer le matériel rincé aussitôt après le programme de la
machine, car sinon la corrosion pourraient apparaître due à l'humidité
résiduelle dans la machine restée fermée.
Il faut toujours préférer les procédés qui procèdent au nettoyage
séparément avant la désinfection. Le traitement en machine peut se
faire selon un procédé thermique ou chimico-thermique. Il convient
de préférer en général la désinfection thermique. Ainsi il faut tenir
compte de leur aptitude au traitement en machine avec désinfection
thermique dès l'achat des produits médicaux à traiter.
Avec les traitements thermiques, la désinfection s'effectue à des températures de plus de 65 °C avec un temps d'action correspondant. La
valeur Ao a été introduite en tant que valeur pour l'effet désinfectant
(DIN EN ISO 15883-1, Annexe A) qui détermine la relation température-temps en fonction de la contamination microbiologique et de la
destination des dispositifs médicaux (par ex. Ao 3 000 = 90 °C et 5
minutes de temps d'action). La structure du programme dépend des
exigences au niveau nettoyage, désinfection, qualité du rinçage final
ainsi que du produit à traiter . Le programme de traitement en
machine avec désinfection thermique se fait en général selon les
étapes suivantes :
26
GB_F_4_CS4.indd 26
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
1. Prélavage
À l'eau froide sans additif pour éliminer les souillures grossières et les
substances moussantes.
Faire concorder les
nettoyants !
2. Nettoyage
Eau chaude ou eau douce froide, le nettoyage s'effectue en règle
générale à des températures de 40 à 55 °C pour au moins 5 minutes.
On utilise comme produit de nettoyage des produits appropriés plus
ou moins alcalins. Le choix des produits nettoyants s'oriente d'après
le matériel et les propriétés des instruments, la puissance de nettoyage requise et les directives nationales et les recommandations
(par ex. en Allemagne, celles de l'Institut Robert Koch).
3. Premier rinçage intermédiaire
Eau chaude ou froide. Le rinçage des résidus de détergents alcalins
sera facilité par l'adjonction d'un neutralisant à base acide. En utilisant des détergents neutres et en présence d'une mauvaise qualité
d'eau (trop forte teneur en sel par ex.), il est conseillé d'utiliser un
neutralisant permettant d'éviter la formation des dépôts.
4. Deuxième rinçage intermédiaire
À l'eau chaude ou froide sans additif (eau déminéralisée le cas
échéant). Plusieurs rinçages intermédiaires sans additif se succèdent
en fonction des instruments à nettoyer, de la qualité et de la sécurité
de rinçage nécessaires.
Apport de résidus de nettoyants en raison
du rinçage insuffisant
5. Désinfection thermique / Rinçage terminal
Utiliser le plus souvent possible de l'eau déminéralisée, afin d'éviter
la formation de taches, dépôts et corrosions sur les instruments à
nettoyer. La formation de cristaux gênant éventuellement la stérilisation est ainsi également évitée. Si la durée du séchage doit être raccourcie par l'adjonction d'un produit de rinçage ultérieur, il faut tenir
compte de la compatibilité du matériau du produit à rincer.
6. Séchage
Le laveur-désinfecteur ou d'autres mesures appropriées doivent assurer un séchage parfait. Les produits chimiques pour process utilisés
exigent le respect des indications du fabricant relatives à la concentration, la température et le temps d'action, car c'est la seule façon
d'obtenir un résultat parfait en tenant compte au maximum de la sensibilité des matériaux. Le dosage automatique du volume de produits
chimiques liquides doit être contrôlable.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 27
27
05.05.11 21:32
Certains instruments présentent les particularités
suivantes
Les instruments fragiles peuvent être traités en machine lorsque leur
maintien sécurisé, p. ex. dans des supports, est garanti et que la
technique de nettoyage est adaptée.
Certains instruments requièrent de veiller particulièrement à ce que :
nLes sondes, les instruments de parodontologie (PA) et autres ins-
Support pour forets
Pièce à mains et pièces coudées
truments fragiles soient préservés des dommages dans des supports spéciaux.
nLes instruments rotatifs tels que les forets, fraiseuses et instruments
abrasifs soient appropriés au traitement en machine, si le fabricant a
donné son accord. Ceux-ci doivent être stockés dans des supports
spéciaux pour instrument et adaptés à la technique de nettoyage.
Un prétraitement par bain à ultrasons peut s'avérer nécessaire.
nLes instruments pour canaux radiculaires doivent toujours être
traités dans des supports à instruments appropriés, afin que les
parties filigranes ne soient pas endommagées et que le risque de
blessure soit réduit.
nLes pointes à ultrasons et pointes sonores à lumen pour le refroidissement interne doivent être raccordées à des adaptateurs spéciaux pour leur nettoyage interne. Le rinçage final doit s'effectuer
avec de l'eau déminéralisée afin d'éviter au maximum la corrosion.
nLes pièces à main et les pièces coudées ainsi que les turbines
peuvent être traitées en machine, lorsqu'elles ont été homologuées
par le fabricant, dont il faut respecter les instructions et en présence
de dispositifs de nettoyage spécialisés pour le rinçage des pulvérisateurs, canaux d'air et/ou conduits d'entrée et d'évacuation d'air du
moteur de turbine. Cela s'applique également aux canaux de pulvérisation d'air et de pulvérisation d'eau ainsi qu'au canal d'entraînement des instruments de transfert entraînés par un moteur. Il existe
pour ces instruments des appareils spéciaux présentant des processus de nettoyage, d'entretien et de désinfection combinés.
nLes miroirs dentaires sont généralement soumis à l'usure. Les miroirs
en verre, à face arrière argentée, risquent de se ternir par un lavage
en machine ; les miroirs métallisés au rhodium sont plus résistants. Ils
sont cependant plus sensibles aux influences mécaniques.
Les instruments contenant des résidus de coagulation, ne pouvant
être éliminés par un nettoyage intensif (par exemple, à une solution à
3 % d'eau oxygénée, à la brosse, aux ultrasons) doivent être retirés
et mis à part, car ni leur fonctionnement ni leur état hygiénique exigé
ne sont plus garantis.
28
GB_F_4_CS4.indd 28
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
6.3 Nettoyage et désinfection en ultrasons
Appareil à ultrasons
Les ultrasons sont particulièrement bien appropriés au nettoyage des
instruments en acier inoxydable et en matières plastiques dures. Les
instruments sensibles aux influences mécaniques peuvent être nettoyés en profondeur et en douceur et désinfectés avec les ultrasons.
Des dispositifs performants à ultrasons dissolvent des salissures
séchées, même en des endroits difficilement accessibles.
En règle générale, pour la préparation du bain, les mêmes prescriptions s'appliquent que pour le nettoyage manuel et la désinfection
dans un bain d'immersion. On observe les particularités suivantes :
Niveau de remplissage
Le bain doit atteindre le repère.
Produits de nettoyage et/ou de désinfection appropriés
Un produit de nettoyage approprié ou un produit de désinfection nettoyant doit être ajouté à l'eau.
Ne pas dépasser des températures de 50 °C qui pourraient
entraîner la formation d'incrustations de sang
Des températures entre 40 °C et 50 °C renforcent l'efficacité du nettoyage. Lors du nettoyage et de la désinfection, il faut tenir compte
pour chaque produit utilisé des indications du fabricant relatives à la
concentration, le temps d'action et la température.
Dégazage
la solution désinfectante ou nettoyante fraîchement préparée doit être
dégazée avant le tout premier emploi.
Renouvellement régulier de la solution de nettoyage / de désinfection
Un degré élevé d'impuretés dans le bassin à ultrasons nuit à l'efficacité et augmente le risque de corrosion. Par conséquent, la solution
doit être renouvelée régulièrement selon les indications du fabricant
en fonction des conditions d'utilisation.
Préparation du bain
Même si la préparation du bain est correcte, d'autres points fondamentaux sont à observer, pour éviter des erreurs :
n Les instruments doivent être posés seulement sur des supports ou
des paniers appropriés, pour ne pas nuire à l'efficacité des ultrasons.
n Les instruments doivent être entièrement recouverts par la solution
de nettoyage.
n Les instruments à articulation, les ciseaux doivent être ouverts
avant d'être traités afin de minimiser le chevauchement des surfaces.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 29
29
05.05.11 21:32
n Les paniers à mailles ne doivent pas être surchargés.
n Les instruments à corps creux comme les canules d'aspiration doi-
vent être désaérés en les plongeant à l'oblique dans le bain à ultrasons, les bulles d'air nuisant à l'efficacité du nettoyage.
n Les lames ne doivent pas entrer en contact avec des parties métalliques.
Très important : rincer
soigneusement !
Après l'irradiation sonore, les instruments sont rincés soigneusement
à la main ou sont traités en machine. Le rinçage manuel peut se faire
à l'eau potable et les restes de produits nettoyants et désinfectants
doivent être éliminés. Pour éviter la formation éventuelle de taches
d'eau gênantes, on peut utiliser de l'eau déminéralisée pour le rinçage.
Remarques concernant certains instruments dentaires
Pièce à mains et pièces
coudées, turbines et
autres entraînements
Les pièces à main et les pièces coudées, les turbines et autres
moteurs ne doivent pas être traités dans un bain d'immersion ou dans
un bain à ultrasons.
Instruments rotatifs et
oscillants
Les instruments dentaires rotatifs ne doivent être traités qu'avec des
produits de nettoyage et de désinfection appropriés. Avant le traitement aux ultrasons, placer ces pièces sur des râteliers spéciaux en
les bloquant pour éviter qu'elles s'abîment en se frottant les unes
contre les autres (par leurs pièces diamantées ou coupantes). Pour
les polisseurs et les instruments élastiques (brosses à polir, gobelets), le traitement aux ultrasons peut présenter une efficacité limitée
étant donné que les ultrasons sont absorbés par l'élasticité.
Instruments pour canaux
radiculaires
Les instruments pour canaux radiculaires munis d'un manche anodisé
en couleur sont attaqués par une solution alcaline et perdent leur
codage de couleur.
Instruments chromés et
instruments en aluminium
En ce qui concerne les supports pour instruments ou les plateaux,
qui ne sont pas en acier inox, mais par exemple en laiton chromé, en
aluminium anodisé ou en matière plastique, il faut utiliser des produits
de nettoyage et de désinfection adaptés.
Miroir dentaire
Les miroirs dentaires risquent d'être endommagés par le traitement
aux ultrasons.
Des produits de nettoyage fortement acides, par exemple les dissolvants de ciment, ne doivent être utilisés que pour les accès difficiles
étant donné que l'utilisation de tels produits de nettoyage est à l'origine de corrosion sur les surfaces et aux points de brasage.
Spatule de remplissage rouillée
Cause : corrosion due à un dissolvant
acide pour ciment
30
GB_F_4_CS4.indd 30
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
7. Contrôles et entretien
Résidus sanguins sur le manche d'un
instrument
Cause : nettoyage insuffisant
La condition de base pour le succès de la stérilisation est un degré
de propreté suffisant. Les instruments doivent être propres au niveau
macroscopique, c'est à dire sans résidus visibles. Le contrôle se
fera visuellement. Les zones critiques telles que les structures de
manche, les articulations ou les cannelures de mâchoire demandent un contrôle particulièrement méticuleux. Des lampes de travail
munies de lentilles de grossissement sont particulièrement recommandées pour contrôler les instruments. En cas de doute sur la propreté, notamment sur celle d'instruments à creux, des tests chimiques
doivent prouver l'absence de protéine et/ou sang.
Il faut contrôler si les lumens de tous les instruments, tels que les
canules, etc. sont perméables. Les instruments non perméables, doivent être retraités. Si cette opération ne réussit pas, il faut remplacer
ces instruments.
Les instruments mal nettoyés doivent être nettoyés et désinfectés
une nouvelle fois puis rincés correctement.
Avant de contrôler leur fonctionnement, les instruments présentant
des surfaces de glissement métalliques, comme par exemple les instruments à articulation, doivent être huilés de manière ciblée (spray
muni d'une trompe, compte-gouttes ou bâton de graissage).
Pour entretenir les instruments, il convient d'appliquer des produits
d'entretien sur les articulations, les extrémités, les assemblages ou
filetages et les surfaces de glissement (pinces, ciseaux) après un nettoyage et une désinfection scrupuleux. Le frottement de métaux les
uns sur les autres s'en trouvent réduit constituant ainsi une mesure
préventive contre la corrosion par friction.
Les instruments restent mobiles.
Lubrification des instruments à l'aide d'un
spray ou d'un bâton de graissage
Exigences requises aux produits d'entretien pour les instruments
chirurgicaux :
n base de paraffine / d'huile blanche
n biocompatibles conformément à la pharmacopée européenne et/ou
la pharmacopée aux États-Unis en vigueur
n aptes à la stérilisation à la vapeur et perméables à la vapeur
Les instruments ne doivent pas être traités avec des produits contenant de l'huile de silicone. Ces huiles peuvent entraver l'état de
marche et mettre en cause l'efficacité de la stérilisation à la vapeur.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 31
31
05.05.11 21:32
Exécution conforme de l'entretien :
Les instruments doivent être refroidis à la température ambiante,
car sinon il y a risque de friction des métaux lorsque les pièces sont
en mouvement, ce qui aurait pour conséquence le rongement du
métal donc la dureté de manipulation suivie d'une incapacité complète.
Le produit d'entretien doit être réparti de façon homogène en manipulant les articulations / les surfaces de glissement. Enlever les restes de
produit avec un torchon sans peluche.
Il ne suffit pas d'asperger les instruments ou d'appliquer les produits
d'entretien mécaniquement, car ceci ne représente pas une protection anticorrosive supplémentaire. Les bains d'immersion doivent être
exclus en raison du risque de contamination microbienne.
Les surfaces en plastique ne doivent pas être traitées avec des produits d'entretien pour instruments.
Exceptions :
n Les pièces à main et les pièces coudées ainsi que les turbines doi-
vent être traitées avec des produits spéciaux selon les indications
du fabricant, en raison de la complexité de leur structure intérieure.
n Les différents instruments sont adaptés aux objectifs spécifiques
Structure interne pièce à main et pièce
coudée
qu'ils doivent remplir. Les contrôles doivent donc être conçus de
sorte que les instruments qui ne répondent plus à cet emploi, soient
retirés de la circulation en toute fiabilité. En cas de doute, des
méthodes de contrôle devraient être convenues avec le fabricant de
l'instrument.
Stockage spécial des
pièces fragiles
n À l'issue d'un contrôle, les instruments fragiles doivent être stockés
dans des paniers conçus à cet effet afin d'éviter tout dommage pendant le transport et/ou doivent être fixés dans des dispositifs appropriés pour éviter qu'ils glissent.
n Les instruments tranchants (instruments de parodontologie, excava-
teurs, formeurs d'angle gingival, cuillères tranchantes) doivent être
réaffûtés à intervalles réguliers. Il s'avère avantageux pour le tranchant et la fonctionnalité des instruments que ceux-ci soient réaffûtés après chaque utilisation.
Réaffuter les instruments
tranchants
Un réaffûtage fréquent entraîne une réduction de la section de la lame.
Ces instruments risquent donc de se courber ou de se casser sous
une pression de travail normale et doivent alors être éliminés du circuit.
Instrument de parodontologie émoussé
32
GB_F_4_CS4.indd 32
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
8. Emballage
Le matériel d'emballage ainsi que la validation du processus d'emballage sont décrits dans Partie 1 respectivement Partie 2 de la norme
internationale EN ISO 11607 applicable aux produits stériles emballés.
Système à barrière stérile
Les emballages de produits stérilisés doivent constituer un système
de barrière stérile. Celui-ci a pour objectif d'empêcher la pénétration
de micro-organismes dans l'emballage et de permettre le prélèvement aseptique. L'emballage doit être conçu de manière à permettre
l'ouverture facile dans des conditions aseptiques. La barrière stérile
présente la barrière microbienne qui empêche, dans des conditions
déterminées, la récontamination. Parmi ces conditions, on compte :
n la température
n la pression
n l'humidité
n la lumière du jour
Dispositif à sceller les emballages
stériles
Emballage de protection
n la propreté
n la charge microbienne
L'emballage de protection est un emballage supplémentaire conçu
pour prévenir les dommages au système à barrière stérile à partir de
l'assemblage jusqu'au moment de son utilisation.
Le système à barrière stérile peut être un système réutilisable (conteneurs de stérilisation) ou à usage unique (tissus non tissés, papiers,
sacs transparents).
Les conteneurs et systèmes de stockage servent à la bonne conservation des instruments.
L'emballage jouant un rôle déterminant sur le résultat de la stérilisation, tout le système d'emballage, i.e. le système à barrière stérile et
l'emballage de protection doit être compatible avec la méthode de
stérilisation . L'emballage ne doit pas absorber le milieu de stérilisation plus que la normale et ne rien modifier. L'aptitude de l'emballage
en ce qui concerne le résultat de stérilisation doit être contrôlée dans
le cadre de la validation du processus de stérilisation, les procédés
antérieurs tels que la mise en forme, le scellage et l'assemblage
doivent également être validés. Si des emballages neufs qui n'ont
pas encore été contrôlés dans le cadre de la validation sont utilisés
durant le fonctionnement normal, il faut prévoir le cas échéant une
nouvelle évaluation de la performance (validation).
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 33
33
05.05.11 21:32
Séchage
Le séchage joue également un rôle important pour la conservation
de la valeur des instruments, toute humidité résiduelle pouvant provoquer les dommages dus à la corrosion. En présence de tissus non
tissés, veiller à ce qu'ils ne gênent pas le bon séchage.
Marquage
Un marquage doit être possible et comporter les indications telles que :
ndate de stérilisation
nemballeur
ndate de péremption (si elle a été fixée)
ncontenu
9. Stérilisation
Dans le cadre de validité des normes EN, l'utilisation d'instruments
stériles auprès ou dans le patient implique que les instruments soient
nettoyés et désinfectés de manière conforme, et éventuellement
stérilisés au cours d'un procédé homologué dans un emballage de
stérilisation autorisé, puis stockés après la stérilisation conformément
aux règles en vigueur relatives aux produits stériles. C'est pourquoi
il est important de n'appliquer que des procédés de stérilisation/
stérilisateurs qui permettent un processus de stérilisation validé. Les
accessoires et l'emballage de stérilisation doivent être adaptés au
contenu de l'emballage ainsi qu'au procédé de stérilisation employé.
Il faut respecter les modes d'emploi des stérilisateurs employés. Les
cabinets dentaires doivent privilégier la stérilisation à la vapeur !
9.1 Stérilisation à la vapeur
Vérifier la conformité et
le fonctionnement du
stérilisateur
La stérilisation à la vapeur s'opère à l'aide de vapeur saturée, en respectant généralement une température de 134 °C.
Les stérilisateurs et les procédés de stérilisation doivent répondre aux
normes et aux prescriptions en vigueur.
Selon la norme EN 13060 sur les petits stérilisateurs à vapeur, les
types de stérilisateurs sont classés en trois catégories :
Petit stérilisateur à vapeur
34
GB_F_4_CS4.indd 34
Type B pour les produits massifs, creux et poreux emballés
Type N pour les instruments massifs non emballés
Type S pour les produits désignés par le fabricant comme petits stérilisateurs
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
À noter :
Type B pour un usage universel
L'usage d'un appareil de type B est recommandé pour un usage
universel en cabinet dentaire. Certains instruments présentent les
contraintes suivantes :
n Les petits stérilisateurs de type N ne sont pas appropriés pour les
produits emballés et ne sont donc pas appropriés en règle générale
pour le traitement des produits stériles.
n Les stérilisateurs de type S sont destinés à des produits spécifiques, p. ex. les instruments de transfert.
Les contrôles de routine obligatoires ainsi que les prescriptions de
maintenance doivent être respectés. Le mode d'emploi du fabricant
doit être respecté à la lettre.
Taches sur une pincette :
Cause : qualité insuffisante de la vapeur
Formation de taches
par « décoloration »
d'indicateurs chimiques
S'assurer de la qualité de
la vapeur conformément à
EN 285 ou EN 13060 !
Dessin en tacheté dû aux impuretés dans le
condensat de vapeur
N'utiliser que de l'eau déminéralisée ou distillée dans les stérilisateurs à vapeur. L'utilisation d'eau du robinet conduit à la formation de
dépôts et de dommages dus à la corrosion sur les instruments et le
stérilisateur.
Un grand nombre d'indicateurs chimiques dans une charge de stérilisation peut causer des taches, en particulier lors du contact direct
avec les instruments. Les produits en argent ou les surfaces argentées sont particulièrement concernés.
Pour les procédés homologués de stérilisation à la vapeur conformément à la norme ISO 17665 (norme DIN 58946, Partie 6 dans
l'espace germanophone) présentant une documentation correspondante sur les paramètres relatifs aux procédés tels que la pression,
la température et la proportion de gaz non compensables dans la
vapeur, l'utilisation d'indicateurs chimiques peut s'avérer pratique
pour évaluer la réussite de la stérilisation. La vapeur utilisée pour la
stérilisation doit être exempte de toute impureté et ne doit, en aucun
cas, être en mesure d'influencer le mode de stérilisation ou de causer
des dégâts à l'autoclave ou aux instruments. Afin de garantir ceci, les
valeurs de référence figurant dans le tableau de la norme EN 13060,
annexe C relative à la qualité de l'eau d'alimentation de chaudière
et du condensat ne doivent pas être dépassées. Il est à noter, par
ailleurs, que la présence de rouille issue du système de canalisation
dans la vapeur par ex. augmente les risques de corrosion et qu'une
quantité élevée d'acide silicique peut produire des décolorations sur
les instruments.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 35
35
05.05.11 21:32
Impuretés dans le condensat d'alimentation d'autoclaves mesurées à la conduite de
prise de l'autoclave
Remarque : Les procédés de prélèvement de
condensat sont décrits sous 22.4.
Source : EN 13060, Annexe C, version 2009
Substance / Caractéristique
Condensat
Oxyde de silice (SiO2)
≤ 0,1 mg/l
Fer
≤ 0,1 mg/l
Cadmium
≤ 0,005 mg/l
Plomb
≤ 0,05 mg/l
Traces de métal lourd, à part fer, cadmium, plomb
≤ 0,1 mg/l
Chlorure (Ci')
≤ 0,1 mg/l
Phosphate (P2O5)
≤ 0,1 mg/l
Conductibilité (à 25° C)*
≤ 3 µS/cm
pH (degré d'acidité)
5à7
Aspect
incolore, clair,
sans dépôts
Dureté ∑ (des ions alcalinoterreux)
≤ 0,02 mmol/l
De grandes quantités de carbonate d'hydrogène dans l'eau d'alimentation font augmenter les gaz inertes dans la vapeur de stérilisation et
peuvent mettre en cause le résultat.
Risque de corrosion en raison de l’humidité restante/
l’eau
De l'humidité dans les conteneurs peut faire rouiller les instruments.
Un mauvais séchage insuffisant est souvent le résultat d'un rangement incorrect ainsi que d'un emploi de tissus non tissés moins adaptés au séchage. En règle générale, il faut placer les tamis plus lourds
au niveau inférieur pour permettre l'écoulement direct du condensat.
Quelques gouttes d'eau (pas de flaques) qui doivent être séchées en
15 minutes, sont considérées comme humidité restante tolérable,
dans la pratique. Des taches peuvent alors rester. Il faut alors convenir avec le fabricant du stérilisateur des mesures à prendre pour éviter l'humidité restante/l'eau.
Prière de respecter les indications ci-après pour les instruments dentaires nécessitant un traitement spécifique :
n Les instruments rotatifs (p. ex. forets ou fraiseuses) peuvent être
stérilisés à la vapeur.
n Les pièces à main, les pièces coudées et les turbines doivent être
stérilisées si possible à 134 °C en raison d'un temps d'action court.
n Les miroirs à bouche peuvent être stérilisés à la vapeur, ils sont
cependant des articles de consommation qui se ternissent en
vieillissant en raison de la pénétration de l'humidité, due à la différence de dilatation thermique des matériaux lors du traitement.
36
GB_F_4_CS4.indd 36
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
9.2 Stérilisation à l'air chaud
Bien que la stérilisation à l'air chaud ne corresponde plus aux règles
de l'art, ce procédé est encore utilisé de temps à autre. Aussi longtemps qu'un stérilisateur à air chaud est encore en fonction, il faut
tenir compte des indications spéciales suivantes :
L'huile de paraffine se résinifie à des températures supérieures à
185 °C, ne remplissant plus sa fonction de lubrifiant, le fonctionnement de l'instrument en sera entravé.
La température prescrite ne doit pas être
dépassée !
Si la température de consigne est nettement dépassée, les instruments
risquent de perdre leur dureté et leur fonctionnalité ainsi que de corroder. Ainsi de nombreux instruments perdent leur valeur d'emploi. De
même pour les plastiques (bagues colorées sur les instruments), qui se
détruisent ou s'endommagent à des températures plus élevées.
Pour garantir une répartition homogène de la température dans la
chambre de stérilisation et ainsi dans le produit à stériliser, il faut
impérativement respecter les indications concernant le volume de
chargement indiqué dans le mode d'emploi du stérilisateur ! Les instruments de transfert ne doivent en aucun cas être stérilisés à l'air
chaud.
10. Stockage
10.1 Stockage d'instruments non stériles
Les instruments peuvent corroder en raison de conditions de stockage défavorables. Pour éviter la corrosion, il faut stocker les instruments à sec et protégés de la poussière. Il faut éviter les fluctuations
de température de grande ampleur afin qu'aucune humidité (condensat) ne se forme sur les instruments. Les produits chimiques peuvent
détruire le métal en contact direct ou dégager des vapeurs qui ont un
effet corrosif. C'est pourquoi les instruments ne doivent pas être stockés dans le même local que les produits chimiques.
Il faut organiser le stockage des instruments de manière à exclure
qu'ils puissent s'endommager mutuellement. Prévoir les systèmes
appropriés qui favorisent la bonne disposition et transparence et
réduisent le risque de blessure de l'utilisateur. Il faut favoriser les
systèmes de rangement et d'entreposage fermés pour garantir une
protection supplémentaire contre la contamination.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 37
37
05.05.11 21:32
10.2 Stockage d'instruments stériles
Pour préserver l'état de stérilité des instruments jusqu'à l'emploi
sur le patient, le conditionnement stérile est une condition fondamentale. Assurer une atmosphère pauvre en poussière, sèche et
éviter les fluctuations de température sont les conditions préalables
pour un entreposage protégé des produits stériles et pour éviter
les dommages dus à la corrosion. Ces conditions permettent de
les entreposer durant 6 mois (et plus). Les normes DIN EN 868
(« Adéquation des récipients de stérilisation pour les divers procédés
de stérilisation ») et le Tableau 1 de la norme DIN 58 953 – Partie 9
(« Technique d'utilisation pour les récipients de stérilisation ») fournissent des détails.
11. Modifications superficielles,
dépôts, corrosion, vieillissement
et fissures par contrainte
11.1 Métal / Dépôts – Résidus organiques
Dans la pratique, les dispositifs médicaux les plus divers présentent
au cours du temps des modifications de leur surface en raison d'influences chimiques, thermiques et/ou physiques. L'origine de ces
modifications superficielles doit en général résider dans le processus
de traitement dans la mesure où elles n'ont pas été causées à l'emploi. Si des modifications superficielles apparaissent, il faut procéder
dans un ordre chronologique systématique pour les éliminer le cas
échéant et les éviter.
n Déterminer le type, l'origine et la cause
n Évaluer les risques
n Mettre en pratique si nécessaire les recommandations du fabricant
pour leur élimination
n Entreprendre des mesures de prévention puis homologuer le pro-
cessus de traitement
Il n'est conseillé de procéder à un retraitement/réparation des produits
concernés que si les causes des modifications superficielles ont été
éliminées. Tous les exemples indiqués dans ce qui suit, concernant
les modifications superficielles les plus fréquentes sur des instruments métalliques en acier inoxydable (acier inox) et/ou sur les produits en plastique reposent sur la systématique indiquée plus haut.
38
GB_F_4_CS4.indd 38
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
Type de modification
superficielle
Résidus de sang dans la zone articulée
Nettoyage en état fermé
Zone articulée propre
Cause : Nettoyage en état ouvert
Résidus organiques
Origine et causes
Souvent il y a des traces de dépôts de couleur rouille et/ou rouge.
Immédiatement après l'intervention par des résidus opératoires (sang,
protéines), par des résidus de sel, par des résidus de médicaments.
nSéchage à cause d'une durée trop longue entre utilisation et traite-
ment,
nAdhérence de produits de désinfection inappropriés pour les instruments.
nTransfert par nettoyant et désinfectant souillés,
nRinçage insuffisant après le nettoyage.
nRinçage insuffisant à cause des écrans sonores lors du nettoyage
aux ultrasons,
nMaintenance insuffisante du laveur-désinfecteur,
n Fixation due à la température trop élevée (> 45 °C) de l'eau alimentée durant la 1 e phase de rinçage,
n Circulation ou immersion insuffisante, pression de rinçage insuffisante, écrans,
n Nettoyage insuffisant à cause de la formation de mousse car encore
présence de grandes quantités de sang ou de nettoyant ou produit
désinfectant dans le bain ultrasonique ou le bain d'immersion,
n Chargement incorrect dû au chariot/support à instrument inadapté,
surcharge,
n Nettoyage insuffisant car instruments/appareils non démontés ou
non ouverts.
Recommandations pour
l'élimination
n Nettoyage correct
n Remplacement régulier des bains d'immersion
n Reprise du nettoyage aux ultrasons
n Reprise du nettoyage manuel ciblé
n Trempage dans une solution H2O2 à 3 % (env. 5 minutes)
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 39
39
05.05.11 21:32
Mesures à prendre pour
éviter ce problème
n Toutes les grosses impuretés, en provenance notamment des solu-
Évaluation de risques
éventuels
n Risques hygiène – infection de patients. Peut causer la corrosion
tions salines, doivent être éliminées immédiatement après le traitement.
n Éliminer les facteurs causant le séchage ou la fixation :
n Réduction de la durée entre utilisation et traitement (< 6 heures)
n Employer de désinfectants nettoyants exempts d'aldéhyde et d'alcool pour la décontamination par voie humide
n Garantir le rinçage préalable à l'eau froide
n Adapter le déroulement de programme dans les laveurs-désinfecteurs
d'acier inoxydable, des ions de chlorure pouvant être présents
parmi autres dans le sang. En trop forte concentration, ces ions
peuvent provoquer des piqûres de corrosion et/ou une corrosion
par fissure due à la contrainte le cas échéant.
11.2 Métal / Dépôts – Résidus de produits chimiques
En fonction de la concentration des résidus, du type d'instrument et de sa
surface, il peut y avoir des dépôts/décolorations gris clair à gris foncé se
présentant sous forme de taches, de petits points ou répartis en nappe.
L'apparence visuelle peut encore être renforcée par la stérilisation.
Type de modification
superficielle
Manche creux avec des résidus nettement visibles
Chargement incorrect d'un appareil de nettoyage et de désinfection
Origine et causes
Des produits chimiques insuffisamment éliminés (écrans, rangement
inadapté) pendant le rinçage intermédiaire et/ou terminal.
Recommandations pour
l'élimination
n Frotter avec un linge non pelucheux.
Mesures a prendre pour
eviter ce probleme
Assurer un rinçage intermédiaire et/ou terminal suffisant à l'eau déminéralisée et adapter éventuellement le rangement dans la machine.
Respecter strictement les indications du fabricant relatives au démontage et au nettoyage !
Évaluation de risques
éventuels
Des résidus de produits chimiques pour process peuvent également
donner lieu à des dépôts superficiels d'une autre coloration décrits
dans d'autres chapitres.
40
GB_F_4_CS4.indd 40
n Soumettre à un nettoyage acide avec des produits spéciaux
recommandés par le fabricant.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
11.3 Métal / Dépôts – Taches d'eau dues au calcaire
Type de modification
superficielle
Chambre de lavage avec dépôt
important de tartre
Cause : Instruments avec
résidus de calcaire
Dépôts/décolorations blancs comme lait à gris. Selon la situation,
répartis en nappe ou tachés irrégulièrement avec des bords nettement
délimités sur la surface des instruments et dans le laveur-désinfecteur.
Origine et causes
Trop forte teneur en calcaire de l'eau de la phase de nettoyage ou de
la dernière eau de rinçage trop élevée.
Recommandations pour
l'élimination
nFrotter avec un linge non pelucheux.
Mesures à prendre pour
éviter ce problème
nNettoyage et éventuellement rinçage intermédiaire avec de l'eau
Evaluation de risques
eventuels
n Par un nettoyage de base acide au moyen de produits de net-
toyage spéciaux recommandés par le fabricant.
adoucie.
nRinçage terminal avec de l'eau déminéralisée pour prévenir la for-
mation de taches lors du traitement en machine.
nPas de corrosion, effet cosmétique.
11.4 Métal / Dépôts – Silicates et autres composés minéraux
Type de modification
superficielle
Colorations typiques dans la chambre de lavage et sur la surface
des instruments dues aux nettoyants contenant des silicates ou à
une trop forte teneur en silice dans l'eau
Colorations typiques sur la surface des instruments après la stérilisation
à la vapeur dues à une trop forte teneur en silice dans l'eau déminéralisée
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 41
41
05.05.11 21:32
Décolorations jaunâtres à bleu-violet, en partie en nappes chatoyantes ou en taches voire en forme de gouttelettes sur les instruments, les laveurs-désinfecteurs et les chambres de stérilisation.
Origine et causes
Fuite éventuelle de silice lors de la confection de l'eau déminéralisée
par l'échangeur d'ions et installations de traitement de l'eau par inverseur d'osmose.
nApport de nettoyant contenant des silicates dans le dernier rinçage
lors du traitement en machine du fait d'un rinçage intermédiaire
insuffisant.
nAutres composants minéraux dans la dernière eau de rinçage lors
du traitement en machine ou dans le condensat de vapeur, du
cuivre par ex. venant par ex. du système de conduites.
nEnlever les dépôts minéraux en procédant à un nettoyage acide
avec les nettoyants spécialement recommandés par le fabricant.
Recommandations pour
l'élimination
nDétacher les dépôts tenaces (dépôts de silicate) avec un produit
Mesures à prendre pour
éviter ce problème
Rinçage ultérieur avec de l'eau déminéralisée, exempte de silice lors
du traitement en machine. Empêcher l'apport de nettoyants en :
nchargeant et en fixant correctement les produits à cavités qui peuvent se remplir d'eau (haricots par ex.).
nfonctionnement correct du dispositif de dosage.
nen procédant à une neutralisation et un rinçage intermédiaire suffisants lors du traitement en machine.
nqualité de l'eau lors de la stérilisation à la vapeur selon EN 285
(Annexe B, tableau B1.) ou EN 13060 Annexe C.
Évaluation de risques
éventuels
Aucune corrosion - effet cosmétique, aucun risque au niveau hygiène.
Les inscriptions au laser sur les instruments peuvent pâlir lors du traitement avec des nettoyants de base acides. Leur codage peut devenir illisible ou disparaître complètement.
42
GB_F_4_CS4.indd 42
contenant de l'acide fluorhydrique,.
nCharger le fabricant de faire le traitement mécanique de la surface.
nFaire intervenir un réparateur qualifié.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
11.5 Métal / Dépôts – Décoloration due à l'oxydation
Type de modification
superficielle
Serre-fine avec tige
en acier chromé durci
colorée noire, poignée
et crochet en acier CrNi
non durcissable polis
Détail d'une pince :
Verrou et partie annulaire.
Manche d'instrument en titane décoloré
N'apparaissant que sur des aciers inoxydables durcissables, ces
dépôts se présentent souvent d'abord sur les instruments tranchants
(ciseaux par ex.), mais également sur les instruments non tranchants
(pinces, pincettes par ex.), et ils peuvent former une couche passive
de dioxyde de chrome gris-noir brillante.
Origine et causes
En présence de matériaux titane (titane pure ou alliage de titane),
il peut y avoir une décoloration superficielle régulière de couleur
variable (par ex. en gris, bleu, violet, rouge, jaune doré, vert) ou une
décoloration superficielle tachetée multicolore.
La décoloration des aciers susmentionnés est due aux agents neutralisants apportés dans le dernier rinçage lors du nettoyage en machine
et/ou à d'autres facteurs formant une couche passive pendant le
procédé de nettoyage et qui ne sont pas encore identifiés jusqu'ici.
En présence d'aciers inoxydables, les couches passives peuvent être
transparentes (le plus souvent) jusqu'à noires, et ceci en fonction de
la composition, densité et épaisseur. La formation de couches passives de dioxyde de chrome gris-noir dépend outre de la composition
des matériaux mentionnée ci-dessus, plus particulièrement du rapport
teneur en chrome/ teneur en carbone. Dans la pratique, il en résulte
que plus la teneur en carbone augmente, plus la coloration en grisnoir s'accélère le cas échéant.
En présence de matériaux titane, la chaleur humide et/ou les produits
de nettoyage chimiques utilisés pendant les différentes étapes du traitement peuvent provoquer l'oxydation superficielle et ainsi la coloration.
Les couches d'oxyde de titane peuvent être transparentes et/ou en
couleur(s), et ceci en fonction de la composition, densité et épaisseur.
Recommandations pour
l'élimination
Vu les propriétés des dépôts, cette méthode n'est pas vraiment
recommandée, mais dans les deux cas, seul le traitement superficiel
approprié (mécanique pour l'acier, chimique pour le titane) assuré
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 43
43
05.05.11 21:32
par le fabricant ou un service de réparation qualifié s'avère utile.
L'élimination de la couche avec un nettoyant s'avère pour les aciers
inoxydables sans effet à cause de la résistance à la corrosion extrêmement renforcée.
Mesures à prendre pour
éviter ce problème
Pour les aciers inoxydables, s'assurer du dosage précis de l'agent
neutralisant. Exclure l'apport d'agents neutralisants en procédant
à un rinçage ultérieur suffisant. En présence de matériaux titane,
l'oxydation ne peut pratiquement pas ou à peine être évitée, car les
matériaux réagissent aux conditions ambiantes telles qu'elles se présentent toujours durant le traitement (température, chimie, humidité)
d'une manière plus ou moins visible avec la surface.
Évaluation de risques
éventuels
Aucune corrosion – effet cosmétique. Dans la mesure où une éventuelle perte de codage / marquage par des modifications de couleur
sur les composants en titane, comme p. ex. le marquage en couleurs
des dimensions du dispositif médical, ne constitue pas un risque de
sécurité, les changements de couleur suite à la formation de différentes propriétés de la couche d'oxyde sont totalement anodins.
11.6 Métal / Corrosions – Corrosion par piqûres
Type de modification
superficielle
Ciseaux avec
piqûres de corrosion
Exemples de
corrosion par
piqûres.
Corrosion par piqûres d'une pincette.
Cause : Le ruban de couleur code
étant trop vieux, il permet l'entrée de
substances nocives chlorurées.
Trou de corrosion – observé
au microscope électronique
à balayage – grossissement
200x
44
GB_F_4_CS4.indd 44
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
Trous de corrosion en forme de piqûres dans l'acier inox, souvent
de taille microscopique, entourées de produits de corrosion rouges
bruns ou en couleurs chatoyantes, souvent dépôts de forme circulaire
de produits de corrosion autour du trou. (Ne pas confondre avec les
bulles dues au matériau et les occlusions externes dans des aciers de
moindre qualité ou avec les corrosions de contact dues à la combinaison de matériau acier inox/acier inox).
Origine et causes
n Dans l'acier inox, dues à l'effet des ions d'hydrocarbures halogénés
(bromures, iodures) en particulier les chlorures qui pénètrent localement la couche passive des aciers et déclenchent la corrosion par
piqûres.
n Dues à des résidus organiques présentant une longue adhérence,
p. ex. le sang, l'humeur, les sécrétions (voir chapitre 11.1 Métal /
Dépôts – Résidus organiques)
n En particulier une trop forte concentration ou le séchage de liquides
contenant des chlorures est responsable de la corrosion par piqûres,
par ex. une teneur en chlorure trop élevée de la dernière eau de rinçage, des solutions d'eau salée physiologique sur les instruments.
n Les instruments neufs réagissent très sensiblement aux milieux
contenant des chlorures, car leur couche passive est encore plus
fine, que les instruments plus anciens dont la couche passive a cru.
Recommandations pour
l'élimination
Enlever les produits de corrosion à l'aide d'un nettoyant acide selon
les indications du fabricant. Enlever les trous de corrosion restants en
procédant à un traitement mécanique le cas échéant chez le fabricant/
service de réparation.
Mesures à prendre pour
éviter ce problème
Les piqûres de corrosion induites par les chlorures peuvent être
évitées en utilisant des qualités d'eau pauvres en chlorure et en
réduisant au minimum les autres influences de liquides contenant
des chlorures, éviter par ex. dans la mesure du possible les solutions
d'eau salée physiologique sur l'acier.
Évaluation de risques
éventuels
n Retirer immédiatement du cycle les instruments touchés pour pré-
server la sécurité des patients et des utilisateurs.
n La cause de la piqûre de corrosion doit être éliminée pour préser-
ver les instruments.
n Les trous de corrosion peuvent représenter un risque au niveau
hygiène et le point de départ de fissures de corrosion due à la
contrainte.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 45
45
05.05.11 21:32
11.7 Métal / Corrosions – Corrosion par usure /
corrosion par friction
Type de modification
superficielle
Zone articulée des ciseaux
Une coloration brune voire la formation de rouille apparaît autour de
la zone polie.
Origine et causes
La lubrification insuffisante et/ou des corps étrangers causent « le
rongement » des surfaces lisses en métal/des pièces d'instruments
qui se frottent les unes aux autres (surtout dans les extrémités/articulations et les glissières, comme par ex. celles des emporte-pièce).
Des déchets métalliques très fins se forment alors. La couche passive est détruite. De l'humidité et des dépôts (restes de sang) peuvent très aisément se déposer dans les points de friction sensibilisés,
ce qui mène le plus souvent à une corrosion.
Recommandations pour
l'élimination
n Mettre les instruments défaillants hors circulation et les envoyer à
Mesures à prendre pour
éviter ce problème
n Laisser refroidir les instruments à la température ambiante.
la réparation le cas échéant.
n Les dommages de corrosion pourront être éliminés le plus souvent
par raffûtage et/ou polissage.
n Le traitement multiplié des instruments implique un guidage/un
fonctionnement imprécis de l'instrument, ce qui se solde par son
impropriété à l'emploi.
n Entretien des instruments = appliquer des lubrifiants de manière
ciblée sur les surfaces de glissement des instruments avant le
contrôle fonctionnel.
n Appliquer le lubrifiant manuellement directement dans la zone articulée (par bombe aérosol ou compte-gouttes).
n Répartir le lubrifiant régulièrement dans la zone articulée en
ouvrant et fermant l'instrument plusieurs fois.
n Exigences requises au niveau des lubrifiants pour l'entretien des
instruments.
n Base du lubrifiant : paraffinum liquidum (huile de paraffine) / huile
blanche.
n ils doivent répondre aux exigences de la pharmacopée en vigueur.
46
GB_F_4_CS4.indd 46
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
n la surface entre le matériau et le film huileux doit être perméable à
la vapeur/autoclavable.
n il faut impérativement éviter que les « articulations collent les unes
aux autres » par un effet additionnel ou une résinification.
Évaluation de risques
éventuels
Par la corrosion par friction, le fonctionnement de l'instrument est
réduit ou l'instrument est complètement inutilisable. La corrosion par
friction peut favoriser la formation de piqûres de corrosion .
11.8 Métal / Corrosions – Corrosion par fissure
due à la contrainte
Type de modification
superficielle
Détail : articulation de ciseaux avec fissure initiale typique
Détail : Cassure de mâchoire d'une pince avec
structure de rupture typique : grumeleuse et
intergranulaire
La corrosion par fissure due à la contrainte cause le plus souvent des
fissures voire des cassures perceptibles à l'œil nu.
Dans certains cas, la formation de la fissure n'est pas visible, car elle
peut cacher son origine selon les circonstances (dans la zone articulée de ciseaux par ex.), et peut le cas échéant progresser et mener à
la cassure.
La progression de la fissure est très souvent perceptible aux surfaces
de rupture non déformées avec des produits de corrosion déposés.
Origine et causes
Ces corrosions apparaissent surtout aux endroits ou sur les composants de produits :
n qui pour des raisons constructives et/ou techniques ont été exposés par ex. à l'occasion d'un rivetage ou vissage ou d'un soudage
ou brasage ainsi que pendant le dressage à des efforts de traction
très élevés, ou
n qui ont été exposés à des tensions trop élevées qui sont dues à
une réparation incorrecte, par ex. à un dressage incorrect, ou
n qui ont subi une haute contrainte, par ex. le traitement ayant eu
lieu avec un dispositif à cran complètement serré, ou
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 47
47
05.05.11 21:32
n qui ont été trop courbés à l'emploi et qui ont ensuite été traités
dans un milieu déclenchant la corrosion, voire à des températures
élevées. L'eau contenant du chlorure est le plus souvent l'agent
déclencheur, les résidus de traitement, l'eau salée et les médicaments doivent également être évoqués.
Recommandations pour
l'élimination
nN’est pas possible
Mesures à prendre pour
éviter ce problème
n Nettoyer les instruments à articulation en état ouvert et stériliser
alors que le blocage est enclenché dans la première denture.
n Réduire les charges de chlorure (notamment les résidus sanguins,
les médicaments, une eau inappropriée pour le traitement, le rinçage final et la stérilisation).
n Trop grande sollicitation suite à une utilisation non conforme
n Ne charger que le fabricant ou le service de réparation qualifié de
procéder aux travaux de réparation.
Évaluation de risques
éventuels
48
GB_F_4_CS4.indd 48
n Retirer immédiatement du cycle les instruments touchés pour pré-
server la sécurité des patients et des utilisateurs.
n La cause doit être éliminée pour préserver les instruments.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
11.9 Métal / Corrosions – Corrosion de surface
Type de modification
superficielle
Foret rouillé en acier à outil.
Cause : le matériau n'est pas
approprié au nettoyage en
machine sans couche de protection anticorrosion.
Paire de ciseaux rouillée en
acier inoxydable. Cause :
dommage causé par une
attaque acide, déclenchée par
un surdosage du produit de
nettoyage.
Tête de foret en métal dur
WC/CO rouillée et usée
Cause : utilisation d'un produit
de nettoyage acide.
Gauche : attaque partielle du matériau par un dissolvant acide pour ciment et à droite par une teinture hémostatique. Cause : temps de contact trop long ou élimination insuffisante après utilisation.
Joint brasé rouillé sur un porte-aiguilles en métal dur et une paire de ciseaux en métal dur. Cause :
attaque d'acide phosphorique suite à un surdosage du produit chimique de neutralisation.
Attaque importante du matériau sur les surfaces en aluminium avec anodisation incolore et en
couleur sur un support d'instruments et des conteneurs. Cause : surdosage de la solution de lavage
alcaline autrement compatible.
n Une attaque superficielle généralement uniforme et de couleur gris
mat est fréquemment la conséquence de dépôts de rouille.
n Une surface noire mate se forme sur les dispositifs fabriqués en acier
non allié ou en acier à outil, comme par exemple les anciens instruments présentant une couche de protection galvanisée (nickelée,
chromée) détachée ou endommagée ou les forets. Celle-ci entraîne
également des dépôts de rouille. Les instruments dotés de têtes de
forets frittées en métal dur fabriqués à partir de carbure de tungstène
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 49
49
05.05.11 21:32
avec une phase de liaison au cobalt WC/CO prennent une coloration
noire et s'usent de surcroît extrêmement vite. Les points de brasage
sur les instruments avec des incrustations en métal dur prennent
une coloration foncée et des produits de la corrosion de couleur brun
rouille peuvent se déposer dans l'environnement proche.
n Avec une anodisation incolore, des produits de la corrosion gris
blanc / poudreux, provenant de la couche d'anodisation qui se
détache, se forment au début.
n Avec une anodisation de couleur, une perte d'intensité de la couleur
peut survenir uniformément / partiellement. Une attaque importante
de la surface peut provoquer la formation importante de cratères.
Origine et causes
Influences chimiques ou électrochimiques uniquement en liaison avec
des teneurs en acier excessives pour :
n acier inoxydable (inox)
n les brasures
n outillage en métal dur WC/CO fabriqué au cours d'un procédé aux
scories
n influence à long terme de l'eau / de l'humidité (condensation) sur
l'acier inoxydable, l'acier à outil et l'acier non allié
n charge trop élevée en acide ou en alcalinité sur l'aluminium anodisé (anodisation incolore / colorée).
Recommandations pour
l'élimination
n Excès de traitement mécanique de la surface sur l'acier inoxydable
Mesures à prendre pour
éviter ce problème
n Sur les instruments en acier inoxydable sans / avec des points de
Évaluation de risques
éventuels
n Les instruments endommagés ou qui ne sont plus réparables doi-
50
GB_F_4_CS4.indd 50
sans / avec des points de brassage par un réparateur qualifié dans la
mesure où les dommages n'influent pas sur l'utilisation ou la sécurité.
n Pas de solution sur l'outillage en métal dur WC/CO ou l'anodisation.
brassage, respecter les recommandations d'utilisation des produits
de nettoyage et des produits de neutralisation acides. Instrument
brasé, respecter les recommandations d'utilisation des produits de
nettoyage et des produits de neutralisation acides.
n Retirer du circuit les dispositifs à usage unique ou les instruments
anciens en acier non allié présentant une couche de corrosion
endommagée ou qui se détache ainsi que les forets en acier à outil et
les remplacer éventuellement par des dispositifs en acier inoxydable.
vent être retirés du circuit en raison du risque de contamination
(rouille erratique) sur les instruments intacts. Les forets en métal
dur WC/CO attaqués doivent être mis immédiatement au rebut en
raison du risque d'usure du métal dans la cavité buccale.
n En cas d'anodisation, la résistance à l'usure abrasive se modifie en
plus de l'aspect décoratif, ce qui occasionne une usure plus importante.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
Type de modification
superficielle
11.10 Métal / Corrosions – Corrosion de contact
Corrosion de contact : acier inox/acier inox.
Corrosion de contact : acier inox /laiton
Dans le cas d'instruments de la combinaison de matériau acier inox/acier
inox, de petites colorations ponctuelles ou circulaires, bleu brun, avec la
formation d'une couche de corrosion faible peut apparaître aux points
de contact. Cette forme de corrosion de contact est souvent confondue
avec la corrosion par piqûres. Cependant en observant bien, on pourra
constater qu'au centre du point de corrosion, il ne s'est formé aucun trou
mais que la structure de la surface présente une légère abrasion.
Origine et causes
La variante classique de la corrosion de contact se forme dans le
cas de la combinaison de matériau acier inox/métal lourd non ferreux
(argentan, laiton, cuivre). En fonction des conditions ambiantes, par
ex. sous l'humidité, ceci cause dans la zone du point de contact mais
aussi souvent au-delà, des dépôts de corrosion. Dans le cas des instruments de la combinaison de matériau acier inox/acier inox, la corrosion de contact n'avait été observée jusqu'ici qu'après la phase de
nettoyage en machine. Les micro-frictions sur les points de contact
mènent à une abrasion partielle de la couche passive. Ainsi la protection anticorrosion est dissoute à court terme à ces endroits et mène
ainsi aux modifications superficielles décrites.
Recommandations pour
l'élimination
Dans le cas de la variante classique composée de la combinaison de
matériau acier inox/laiton qui existe dans les instruments mixtes (instruments vieux/chromés et neufs/acier inox), cette forme de corrosion apparaît aussi bien lors du nettoyage que lors de la stérilisation soit à cause
d'une couche de chrome détériorée et/ou non scellée soit d'une couche
de nickel (par ex. dans des poignées creuses ou des serre-fine).
Si une corrosion de contact fait son apparition sur la combinaison
de matériau acier inox/acier inox, il n'est pas nécessaire d'éliminer
les modifications superficielles, car ces apparitions ne représentent
aucun danger ni pour les instruments touchés ni pour les instruments
non touchés en raison de la faible quantité de dépôt. L'expérience
nous a montré que les apparitions superficielles disparaissent dès
les premiers cycles de traitement. À l'emploi de milieux acides (agent
neutralisant), les dépôts se détachent le plus souvent immédiatement
et accélèrent en parallèle l'effet de passivation.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 51
51
05.05.11 21:32
Si des couches de protection détachées causent une corrosion de
contact sur des instruments nickelés ou chromés, il est le plus souvent impossible d'éliminer le problème, sous forme d'une réparation
par ex. (le cas échéant, mise au clair avec le fabricant).
Mesures à prendre pour
éviter ce problème
Dans le cas de la combinaison de matériau acier inox/acier inox, les
conditions causant des vibrations (dues par ex. à un traitement aux
ultrasons ou en machine) devraient être éliminées lors du nettoyage
(par ex. par l'installation stable et nivelé du laveur-désinfecteur).
Les instruments nickelés et chromés présentant une couche fortement détériorée/détachée doivent être mis hors circulation et si possible remplacés par des instruments en acier inox.
Évaluation de risques
éventuels
Dans le cas de la combinaison de matériau acier inox/acier inox, il
n'existe aucun danger ni pour les instruments touchés ni pour les
instruments non touchés, car la faible quantité de dépôt ne suffit pas
pour causer des dommages. Il n'y a aucun risque pour les patients.
Dans le cas de la combinaison de matériau acier inox/métal lourd
non ferreux, des dommages massifs dus à la rouille de désintégration
peuvent se produire sur les instruments intacts, selon le degré de
dommage.
11.11 Métal / Corrosions – Rouille erratique
Gauche : porte-filtre avec
dépôts de rouille partiels.
Cause : une forte corrosion
de la chambre de stérilisation
produit des dommages dus à
la rouille externe / de désintégration
Type de modification
superficielle
Rouille sur des forets
Cause : traitement d'un instrument à usage unique
Origine et causes
n Quelques particules de rouille réparties irrégulièrement.
n Dépôt de corrosion/de rouille brun, souvent localement délimité.
n Lors du contact direct d'une grande surface avec des produits for-
tement rouillés, des « empreintes d'instruments » peuvent se présenter en tant que dommage subséquent.
52
GB_F_4_CS4.indd 52
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
n Apport de particules de rouille par le système de conduites d'eau.
n Eau contenant du fer /ou de la rouille, vapeur contenant de la rouille.
n Les produits de la corrosion (= rouille) venant d'articles à usage
unique en acier non résistants à la corrosion (p. ex. forets) peuvent
se détacher notamment pendant le processus de stérilisation et se
propager sur d'autres instruments.
n Traitement d'acier non résistant à la corrosion (souvent « vieux instruments ») dont la couche de protection est endommagée ou détachée.
Recommandations pour
l'élimination
Si l'attaque est légère/superficielle, on peut vérifier si le dépôt peut
être éliminé (uniquement pour l'acier inox) par un nettoyage acide.
Ensuite on contrôlera si la surface n'est pas endommagée. Si l'attaque superficielle n'est pas encore trop avancée, l'instrument pourra
le cas échéant aussi être retraité mécaniquement par le fabricant ou
un service de réparation qualifié.
Mesures à prendre pour
éviter ce problème
n Les articles à emploi unique en acier ne doivent pas être retraités.
n Mettre hors de circulation ou bien traiter à part les matériaux non
inoxydables.
n Éviter l'emploi de produits bon marché (par ex. achats provenant
de grande surface de bricolage).
n Mettre en œuvre des mesures de construction qui empêchent
un apport de rouille/particules de rouilles dans le système des
conduites d'eau. (par ex. filtre mécanique avant l'entrée dans la
machine à laver ou le stérilisateur).
Evaluation de risques
eventuels
n Un tamis complet peut être endommagé par la rouille de désagréga-
tion provenant d'un seul instrument présentant un dépôt de rouille.
n En cas d'apport de particules de rouille en provenance du système
de conduites d'eau sur les instruments, il peut y avoir une réduction de la valeur de la plus grande partie des instruments.
11.12 Métal / Corrosions – Corrosion en fissures
Type de modification
superficielle
Zone d'articulation - Pincette zone de jointure - Extrémités d'une pincette
La corrosion en fissures est une corrosion localement accélérée qui
ne cause donc des dépôts de corrosion que dans la zone des fissures (par ex. dans la fente de jointure de deux moitiés de pincette,
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 53
53
05.05.11 21:32
dans les fentes articulées ou dans les extrémités de travail incrustées
ou vissées dans les instruments, tels que les sondes). La corrosion
en fissures peut également se présenter dans des fentes entre le
métal et un autre matériau.
La corrosion en fissures est souvent confondue avec des résidus
(souvent organiques) qui n'ont pas été enlevés.
Origine et causes
La corrosion en fissures se produit dans des largeurs de fente critiques quand les conditions environnantes défavorables (par ex.
séchage insuffisant) prévalent. La couche passive est alors attaquée.
L'apport en oxygène étant inhibé, cette couche ne peut pas se régénérer et il se forme à l'arrivée d'humidité et de fortes concentrations
en sel de la rouille qui sort de la fente.
Recommandations pour
l'élimination
Le transfert de la rouille sur d'autres instruments est exclu dans la
plupart des cas. En cas de gros dépôts de rouille, ces dépôts pourront cependant aussi être transportés sur des instruments intacts
(voir aussi « Rouille externe/de désagrégation ») et y causer des
dommages subséquents.
11.13 Caoutchouc / Fragilisation
Type de modification
superficielle
Polisseur présentant des fissures de
matériau à son extrémité distale
Origine et causes
Les mélanges de caoutchouc peuvent être endommagés par l'utilisation de produits de nettoyage / de désinfection inappropriés.
L'élasticité et le matériau composite en souffrent. Les conséquences
sont une usure / un dysfonctionnement précoces.
Recommandations pour
l'élimination
N'est pas possible
Mesures a prendre pour
eviter ce probleme
Utilisation de produits chimiques pour process appropriés conformément aux indications du fabricant.
Évaluation de risques
éventuels
Retirer le produit concerné du circuit dès qu'il ne répond plus efficacement et sûrement à l'objectif fixé
54
GB_F_4_CS4.indd 54
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
12. Bibliographie
1.
EN ISO 15883, Partie 1-2, 2009
Appareils de nettoyage / désinfection Prescriptions, définitions, analyses
16. DIN 13940-1 : 1990-04
Médecine dentaire, pièces à main dentaires, dimensions
d'accouplement
2.
EN 13060 : Petits stérilisateurs à vapeur 2010
3.
EN 868; Parties 1 à 10
(différentes années de parution
des parties) Matériaux et systèmes
d'emballage pour les dispositifs médicaux à stériliser
17. ISO 3964 : 1982-12
Outils de forage dentaire, manches, dimensions d'accouplement (pour le raccordement à l'entraînement)
18. DIN Livre de poche 100: 2009
Instruments médicaux
4.
DIN EN ISO 11607, Partie 1 : 2007, Partie 2 : 2006,
Emballages pour les dispositifs à stériliser
dans leur emballage final
5.
EN 10088 : 1995, Parties 1 à 3
Aciers inoxydables
20. Directive 93/42/CEE du conseil du 14 juin 1993 sur les
dispositifs médicaux Journal officiel de la communauté européenne L 169, 36e année, 12 juillet 1993
6.
EN ISO 7153-1 ; 2001-2002 2001-02
Instruments chirurgicaux – Matériaux métalliques
Partie 1 : Acier inoxydable
21. UVV BGV A1 et Instructions de la Caisse de Prévoyance
des Accidents, par ex. BGR 250, BGR 206 de l'Association
Professionnelle de la Santé et de la Prévoyance
7.
DIN 58298 : 2005-12
Instruments médicaux – Matériaux,
exécution et contrôle
8.
ASTM Désignation : F899-07
Standard Specification for Wrought Stainless
Steels for Surgical Instruments
22. Liste des produits de désinfection de la DGHM dans leurs
versions respectivement applicables ; liste des produits de
désinfection chimique testés selon les directives pour le
contrôle de produits chimiques de désinfection considérés
comme efficaces par la Société allemande d'hygiène et de
microbiologie (incluant le procédé pour la décontamination
des mains et le lavage hygiénique des mains).
9.
EN ISO 13402 : 2000
Instruments à mains chirurgicaux et dentaires
Détermination de la résistance face à la
stérilisation, la corrosion et au traitement thermique
10. ISO 7151 : 1988
Instruments chirurgicaux ;
instruments non tranchants,
instruments articulés (avec extrémités) ;
spécifications générales et méthodes d'essai
11. ISO 7741 : 1986
Instruments chirurgicaux ; ciseaux ;
exigences générales et méthodes de contrôle
12. EN ISO 17665-1 : 2006-11
Stérilisation de produits de santé
13. ASTM A 380 – 06
Directives pour le nettoyage, la passivation et le décapage
de pièces, d'appareils et d'installations en acier inoxydable
14. EN ISO 17554 : 2007
Stérilisation des dispositifs médicaux - informations devant
être fournies par le fabricant pour le processus de retraitement des dispositifs
15. ISO 14937 : 2000
Stérilisation de produits médicaux – Stérilisation de produits destinés à la santé publique – Exigences générales
concernant la caractérisation d'un produit de stérilisation et
le développement, la validation et le contrôle de routine d'un
procédé de stérilisation pour les dispositifs médicaux
19. DIN Livre de poche 169: 2008
Stérilisateurs, exigences aux appareils
23. Liste des produits et des procédés de désinfection testés et
reconnus par l'Institut Robert Koch dans sa version actuelle
24. Pharmacopée européenne
25. Brochure grise « Séries d'essais et prises de position »
parutions AKI, 1999
26. Retour de marchandises dans les dispositifs médicaux, fiche
Recommandations de manipulation, réglementation sur les
utilisateurs de dispositifs médicaux
27. Directive RKI
Exigences requises à l'hygiène lors du traitement de produits médicaux. Recommandation ; Journal officiel fédéral
de la santé, 44/2001, 1115-1126
28. EN ISO 10993-1, 2009-03
Évaluation biologique de dispositifs médicaux
29. EN 14885, 2007-03
Produits chimiques de désinfection et antiseptiques
30. DIN 58946, Stérilisation - stérilisateurs à vapeur Partie 6 : Exploitation de grands autoclaves dans la santé
publique
31. EN 285 : 2006 Stérilisation
Stérilisateurs à la vapeur d'eaux à des fins médicales ,
grands autoclaves
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 55
55
05.05.11 21:32
13. Schéma de déroulement selon EN ISO 17664
utilisation du DM dans
le BO par ex.
prélavage
à l’eau du robinet
essai fonctionnel
si nécessaire triage /
démontage
ok ?
transport vers le département de traitement
oui
en machine
manuel
non
nettoyage
désinfection
rinçage
séchage
(procédés validés /
paramètres validés)
nettoyage (brosse / pistolet
de nettoyage/US)
marquage
rinçage
non
nettoyage
o.k. ?
nettoyage
o.k. ?
oui
réparation /
mise à la ferraille
emballage conteneur /
emballage souple /
sachet transparent
si nécessaire
prélavage (rinçage)
si nécessaire prélavage
(pistolet de nettoyage/US)
non
éventuellement validation
pour la stérilisation
stérilisation
documentation
désinfection manuelle
stockage
rinçage à l’eau
déminéralisée / éventuellement eau stérile
oui
mise en circulation
séchage
contrôle visuel
non
intégrité ?
oui
réparation / mise à la ferraille
montage, maintenance,
entretien
56
GB_F_4_CS4.indd 56
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
05.05.11 21:32
Conditions de vente AKI
1. Ces brochures ne remplacent nullement les instructions des fabricants en matière de traitement de produits médicaux. L'acheteur s'engage à ne pas utiliser ces brochures en liaison avec la distribution de
produits médicaux et ne prendra aucune mesure qui laisse supposer
que les brochures comportent des instructions du fabricant.
2. AKI restera toujours le titulaire du copyright et d'autres droits d'auteur appliqués à toutes les brochures éditées par lui. La reproduction
et l'emploi de graphiques, d'illustrations et/ou de textes dans d'autres
publications électroniques ou imprimées sont strictement interdits
sauf accord explicite et par écrit de AKI.
3. Il est interdit de joindre des publicités aux brochures et fichiers
téléchargés acquis auprès de AKI. Le même s'applique aux documents publicitaires.
4. Toute infraction aux engagements cités ci-dessus aux articles
1 à 3 des présentes conditions de vente entraîne une pénalité de
500 euros, tout lien de continuité étant exclu.
5. Les brochures AKI peuvent être acquises par > 5 exemplaires.
Pour les prix et conditions de vente, voir notre site officiel
www.a-k-i.org.
Le traitement correct des instruments dans les cabinets dentaires, 4e édition 2011, www.a-k-i.org
GB_F_4_CS4.indd 57
57
05.05.11 21:32
Notas:
Procedimento correto para o reprocessamento de instrumentos no consultório dentário, 4a. edição, 2011, www.a-k-i.org
GB_PT_4_CS4.indd 58
58
05.05.11 21:44
Titel_4_CS4.indd 4
05.05.11 20:02
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising