Télécharger la farde de lecture 2009-2011

Télécharger la farde de lecture 2009-2011
Décembre 2011 - n°132
Le dossier
Réseaux sociaux : les médias
formulent leurs règles
La question de l’usage professionnel
de Twitter et Facebook, réseaux à
audience planétaire, s’est posée dans
plusieurs rédactions, notamment en
France et aux Etats-Unis. Qu’en est-il
chez nous ?
«L
es rédacteurs en chef sifflent la fin de la récré
sur Twitter », peut-on lire sur LeMonde.fr à la
date du 15 juillet 2011(1). L’article cite notamment un
courriel du rédacteur en chef du Nouvel Observateur,
reproduit par Télérama, mettant en garde les journalistes : « On ne critique pas le journal ; on ne critique
pas la direction ; on ne critique pas son service ».
En réaction, le site d’infos Slate.fr publiait un argumentaire expliquant pourquoi le pure player a décidé de
ne pas se doter de charte pour l’utilisation des réseaux
sociaux. « Parce que les règles éthiques de base et
le bon sens suffisent. Figer dans le marbre une pratique
Baris Terkoglu est un journaliste turc,
collaborateur d’un site web indépendant.
Il est en prison depuis 10 mois, sous le
coup des lois antiterroristes, alibi pour
museler la presse. L’AGJPB (ailes flamande et francophone) a décidé d’adopter Baris, de le soutenir et d’agir pour
obtenir sa libération (page 5).
Photo : Özge Terkoglu
2
De l’influence des annonceurs
3
La « Royale » numérise
8
Social
L’
année 2011 se termine bien mal pour les médias du pays. Au lendemain de l’annonce de
plus de 100 suppressions d’emplois dans les médias
flamands, Belga décidait de licencier 9 personnes
et Sud Presse présentait un plan visant « à restaurer
sa rentabilité » avec 35 départs projetés à la clé. Au
total, près de 150 emplois étaient concernés, parmi
lesquels de nombreux journalistes.
4
Comme en 2009
9
L’histoire se répète avec cynisme et les éditeurs rejouent la partition de 2009. « Coup dur pour l’emploi
dans les médias flamands » titrait Journalistes voici
trois ans. Six mois plus tard, c’était au tour de Rossel,
d’IPM et de Sanoma de brandir des plans d’économie, de réduction de temps de travail ou de pertes
d’emplois. On pensait la tempête passée, mais la
situation économique de la presse quotidienne a
continué de se dégrader globalement : érosion des
Investigation
Peu de journalistes belges
N° d’agréation : P101017
Bruxelles X - douzième année
(1) http://bit.ly/dossierRS1
(2) http://bit.ly/dossierRS2
(3) http://bit.ly/dossierRS3 (document PDF)
Les médias sont à nouveau frappés de plein fouet. Crise économique et
défis nouveaux sont invoqués par les éditeurs pour réduire le personnel.
Presse écrite
sur les réseaux internationaux
Laurence Dierickx
Du Nord au Sud, tempête sur l’emploi
EGMI
Smart, Merveille : vous pigez ?
Suite et dossier pages 6 et 7
Social
Sommaire
La carte de presse, pour quoi faire ?
dont on mesure mal encore toute la portée n’a pas
de sens pour des journalistes web. (...) Se donner
des limites alors que l’on débute tout juste – Slate.fr
a deux ans et demi, la moitié de l’âge de Twitter – ne
permet pas d’exploiter ce que les réseaux sociaux
offrent déjà comme possibilités. » Et d’ajouter « qu’il
existe des règles de base dans ce métier, qui sont
censées être justement partagées par tous les journalistes professionnels. »(2)
Le point de vue tranche avec la vague de codifications amorcée ces derniers mois dans l’Hexagone.
Début juillet, le Syndicat national des journalistes
(SNJ), la plus importante des organisations de journalistes français, a procédé à la mise à jour de sa
« Charte d’éthique professionnelle »(3), créée en 1918
et révisée en 1938, en incluant implicitement médias
numériques et réseaux sociaux.
Photo : Yves Boucau / Image Globe
ventes, chute des recettes publicitaires et hausse
du prix des matières premières. Parallèlement, les
groupes de presse investissent dans des développements multimédias sans nécessairement bien savoir
où ils vont et comment il faut y aller.
Suite page 3
J.-F. Dt et L. D.
Le dossier
Réseaux sociaux : quels usages
En cinq ans, Facebook et Twitter ont tracé leur chemin
dans les rédactions. Aujourd’hui, les journalistes
« réseautent » et sont même souvent invités à le faire.
En France et aux Etats-Unis, des rédactions se sont
dotées de chartes et guides de bonnes pratiques. Rien de
tel chez nous mais il existe un avis adopté l’an passé par
le Conseil de déontologie journalistique (CDJ).
13%
14%
12%
Réseaux sociaux : un relevé
des bonnes pratiques
Suite de la Une
E
lle précise en effet que « ces principes et les règles éthiques ci-après engagent chaque journaliste, quelle que soit sa fonction, sa responsabilité au
sein de la chaîne éditoriale et la forme de presse dans
laquelle il exerce ».
Personnels ou professionnels
En septembre, France Télévisions publie un « Guide
des bonnes pratiques des collaborateurs sur les réseaux sociaux »(4). On peut y lire qu’ « une bonne utilisation des réseaux sociaux commence par le respect
de la loi », qu’il « faut faire preuve de transparence,
de politesse et de sens des responsabilités », qu’il
« faut être pleinement conscient des conséquences
que peut engendrer une publication », qu’il « est recommandé de ne pas tweeter sur ce que vous n’auriez
pas dit à l’antenne » ou encore qu’il « faut distinguer
les usages personnels des usages professionnels ».
Le mois suivant, l’Agence France Presse (AFP) diffuse
son « Guide de participation aux réseaux sociaux des
journalistes AFP »(5). Dans ses généralités, le document précise que « la Direction de l’information encourage les journalistes de l’AFP à y ouvrir des comptes
afin d’effectuer une veille, de rechercher de l’information et d’enrichir leur carnet d’adresses » mais que
ces réseaux « posent des questions nouvelles » et
que cette présence « participe aussi à la notoriété
de l’agence. » Dans cette perspective, l’accès des
pages Facebook des journalistes doit être restreint
« à leurs seuls amis ».
Le « Guide » de l’AFP répond à quatre grandes questions : comment s’inscrire sur un réseau social, avec
quelles règles de comportement, quelles consignes
de publication et quelle utilisation des informations
AFP. Il y est entre autres indiqué que le journaliste
« s’abstient de critiquer les autres médias, qu’ils
soient clients, concurrents ou autres » et qu’il « doit
réserver à l’agence la primeur des informations recueillies dans le cadre de son travail ».
journalistes - décembre 2011- n°132 - Pour les agences de presse, la question de l’usage de
Twitter par les journalistes se pose d’autant plus que
celles-ci monétisent leurs alertes et fils info. Dans son
« Manuel de journalisme »(6), Reuters – qui impose
une autorisation préalable à l’ouverture d’un compte
professionnel – interdit les « breaking news » sur Twitter pour des raisons évidentes de concurrence avec
les activités de l’agence. Il en va de même à l’Associated Press (AP) qui ne cesse d’ailleurs de compléter
sa charte(7) : début novembre, elle y ajoutait un nouveau paragraphe interdisant l’expression d’opinions
personnelles sur des questions d’actualité.
Dix règles d’utilisation
Toujours aux Etats-Unis, l’American society of news
editors (ASNE) vient de diffuser sur son site un guide
de dix bonnes pratiques pour les réseaux sociaux(8).
Le texte (50 pages) préconise que les journalistes
se comportent en ligne comme ils se comporteraient
ailleurs et avec la même éthique professionnelle,
qu’ils assument tout ce qu’ils écrivent, vérifient les
informations collectées sur les réseaux sociaux, se
méfient des conflits d’intérêts, observent un devoir
de confidentialité envers leur employeur, réservent la
primeur de l’info à leur média et s’identifient toujours
comme journaliste. Ce guide dit aussi que le dialogue
avec le lecteur doit être professionnel ; que les réseaux sociaux sont des outils, pas des jouets ; et que
toute information erronée doit être rectifiée.
Au Washington Post, ce sont des règles de transparence et d’intégrité professionnelle qui prévalent pour
les comptes utilisés à des fins personnelles car « un
journaliste du WP reste un journaliste du WP » : il en
va de leur crédibilité et de celle du titre.
L. D.
(4) http://slidesha.re/dossierRS4
(5) http://bit.ly/dossierRS5 (document PDF)
(6) http://bit.ly/dossierRS6
(7) http://bit.ly/dossierRS7
(8) http://bit.ly/dossierRS8
(9) http://bit.ly/dossierRS10
Plutôt Twitter
que Facebook
L
ancés tous deux en 2006, Facebook
et Twitter drainent près d’un milliard
d’inscrits pour le premier, plus de 200
millions pour le second. Selon une étude
d’InSites Consulting publiée début septembre, 5,2 millions de Belges utilisent les
réseaux sociaux, soit 64% des internautes.
Facebook est le plus populaire (57%). Il est
suivi par le réseau professionnel LinkedIn
et la communauté de jeunes Netlog (12%)
puis par le site de mirco-blogging Twitter
(7%). « Les journalistes suivent de près les
messages Twitter et les publient dans les
journaux, ce qui implique que le lien avec
les médias traditionnels et l’impact sur
ces derniers sont plus importants qu’avec
Facebook », note Steven Van Belleghem,
managing partner du bureau de recherche
et de consultance en marketing.
Trois mois plus tôt, Oriella PR Network
publiait une étude réalisée auprès de 500
journalistes dans 11 pays(1), épinglant que
47% des répondants utilisaient Twitter et
38% Facebook comme source d’information pour réaliser leurs enquêtes.
(1) Royaume Uni, Etats-Unis, Belgique, PaysBas, Brésil, Italie, Espagne, France, Suède,
Chine et Allemagne. Voir les résultats sur :
http://bit.ly/dossierRS9
dans les rédactions ?
La déontologie
y a cours aussi
V
Chez nous : « indispensables »
oici un an, le Conseil de déontologie journalistique (CDJ) avait été saisi d’une question
relative à l’application de la déontologie lors
de la diffusion d’informations par les nouvelles techniques de diffusion comme Facebook,
Twitter, les blogs et les autres formes de réseaux dits « sociaux ».
Le Conseil avait alors examiné la question sous
ses divers aspects parmi lesquels la distinction
entre vie privée et professionnelle dans le cas
des journalistes, et le caractère partiellement
public et partiellement privé du réseau de destinataires.
Dans un avis général rendu le 13 octobre 2010,
le CDJ constatait que ces nouvelles techniques font de plus en plus partie intégrante
de l’activité journalistique, tant pour recevoir
que pour émettre des informations. Certes, les
personnes exerçant une activité d’information,
comme tout individu, ont droit à une sphère
d’expression privée. « Mais lorsqu’elles diffusent des messages d’information sur un support numérique destiné à un public non défini
et non limité, il faut considérer qu’elles y exercent une activité de type journalistique. Elles
sont par conséquent tenues d’y respecter leur
déontologie professionnelle. »
J.-F. Dt
(1) http://bit.ly/dossierRS11
Jugez-vous utile l’usage des réseaux sociaux par les journalistes de votre
rédaction et comment l’encadrez-vous ? Coups de sonde dans nos médias.
P
our Nadine Lejaer (Télépro), la présence des
journalistes sur les réseaux sociaux est nécessaire car « nos sources d’informations privilégiées
les alimentent plus rapidement ». « C’est une chance
historique de rencontrer nos lecteurs », considère
Philippe Laloux (Le Soir). A Télésambre, « quelques membres de la rédaction ont créé une page
Facebook pour la télé. Ce qui est bien utile pour
nous qui n’avons pas de relais dans les programmes TV ». Yves Thiran (RTBF) souligne que « Twitter
est un outil de veille très pratique et un moyen d‘information rapide en période de crise. »
A Télé Bruxelles, nous écrit Philippe Jourdain, cette
utilisation « doit se dérouler de façon mesurée. Il
n’est pas question d’en user toute la journée ».
Tandis qu’à L’Echo, Martine Maelschalck se « pose
des questions quant à l’usage qu’un journaliste peut
faire d’un réseau social : Twitter ressemble souvent
au café du commerce et quand ce n’est pas le cas,
je préfère qu’ils gardent leurs infos exclusives pour
les médias de L’Echo. »
A la question relative aux bons usages, Aurélie Adam
(NRJ) répond veiller au respect de la déontologie
en suivant les différentes pages des journalistes.
« Pour un usage professionnel, le texte de
référence est le code de déontologie de la
chaîne », indique Philippe Jourdain. A la RTBF, il n’y
a « pas de texte spécifique mais quelques grands
principes inspirés de codes de médias publics :
considérer les médias sociaux comme un espace
public et agir avec le même professionnalisme que
sur antenne ». « Des règles de bon sens » sont
observées à L’Echo. Au Soir, pas (encore) de code
formel mais des principes que Philippe Laloux
résume comme suit : « Ne trichez pas, n’adoptez
pas une attitude susceptible de nuire à votre réputation ou à celle du journal, soyez généreux car il
faut savoir donner pour recevoir, ne rediffusez pas
une information non-validée, vous ne travaillez pas
pour Twitter mais pour un journal. »
Quid des comptes privés ?
« Chaque journaliste garde la totale liberté d’ouvrir
un compte et est tenu personnellement responsable des contenus qu’il y met et, dans la mesure
où il est journaliste, doit respecter les règles de
déontologie en vigueur dans la profession et le
groupe IPM », déclare Pierre-François Lovens. A
Télésambre, les journalistes sont priés de respecter
les téléspectateurs. « Nous demandons aux journalistes de garder à l’esprit leur situation », écrit
Barbara Mertens (Bel RTL). « Mes journalistes sont
conscients que leurs tweets n’engagent qu’eux seuls »
affirme Manu Yvens (Télévesdre). Ainsi en va-t-il également à la RTBF. « Dès le moment où un compte
est personnel, Télépro n’a pas à intervenir », dit
Nadine Lejaer. Daniel Nokin (Canal C) et Michel Geyer
(Nostalgie) relèvent quant à eux que l’usage de ces
réseaux relève d’abord de la sphère privée. Mais,
prévient Martine Maelschalck, « un journaliste ‘connu’
représente toujours plus que lui-même, même s’il
écrit le contraire sur Twitter. » « La demande accrue
d’articles écrits à la première personne par des web
editors ‘starisés’ nous posera sans doute plus de problème », estime pour sa part Béa Ercolini (Elle).
Les réseaux sociaux ont fait récemment l’objet
« d’une mise au point avec les SDJ de RTL » et de
séances d’informations à La Libre Belgique, écrit
Pierre-François Lovens, afin « d’encourager les membres de la rédaction à s’en emparer à bon escient. »
Et, à la rédaction du Soir, les journalistes viennent de
suivre un programme de formation ad hoc.
L. D.
A Retrouvez tous les liens de ce dossier sur le blog
multimédia de l’AJP et, en complément, le point de vue
de Cédric Motte, web-journaliste et formateur
aux réseaux sociaux dans les rédactions :
www.ajp.be/multimedia/blog
journalistes - décembre 2011 - n°132 - Presse écrite
Adieu, le microfilm ! Une sélection de quotidiens et de périodiques de la Bibliothèque royale
de Belgique sera en principe consultable dès fin janvier au format numérique.
Des journaux belges numérisés
C
e début 2012 voit atterrir l’un des plus ambitieux
programmes de numérisation des archives de la
presse belge. Trois millions et demi de pages de journaux dont la Bibliothèque royale de Belgique assure
la gestion et la conservation seront, en principe dès
fin janvier, accessibles au format numérique au lieu
du microfilm. Cette sélection, en large partie limitée
à la consultation en bibliothèque pour des questions
de droits, facilitera les recherches dans les archives
de presse.
Entre 1830 et 1950
« Pour les conservateurs et les bibliothécaires, le journal ne constitue pas l’élite des collections tant il est en
phase avec la vie quotidienne. Or, il traite d’une telle
variété de sujets », explique Marc D’hoore, le conservateur passionné de la section des journaux. Dans la
salle de lecture des journaux, à quelques mètres du
Mont-des-arts à Bruxelles, l’homme est intarissable
sur ce qui fait, ici, l’objet de manipulations prudentes,
de reliures solides ou de microfilms.
Ce projet de numérisation, voilà cinq ans qu’il le
coordonne et, dans quelques semaines, les lecteurs
pourront enfin consulter ces gazettes numérisées. Il
s’agira d’une cinquantaine de titres datant de 1830
à 1950, sélectionnés selon un équilibre culturel, thématique, géographique, linguistique ou idéologique,
représentatif des collections. L’opération est fédérale.
Elle s’inscrit dans le cadre du « Plan de numérisation
des patrimoines des établissements scientifiques fédéraux et de la Cinémathèque royale de Belgique ».
Grâce à la collaboration du Ceges (le Centre d’études et de documentation Guerre et sociétés contemporaines), cette sélection offrira aussi la plupart des
journaux censurés ou clandestins des deux guerres
mondiales.
L’histoire de la presse en Belgique est riche en titres,
en auteurs, en courants. Elle est dense, aussi, par
ville ou par zone géographique mais, c’est irréversi-
La salle de lecture de la « Royale ». Photo : section des journaux/ médias contemporains,
Bibliothèque royale de Belgique
ble, le papier s’autodétruit dès sa production et son
contact avec l’oxygène.
Pas sur internet
Lancés dans les années soixante, les programmes
de conservation des journaux et des périodiques sur
microfilms permettent aux lecteurs la consultation
de l’info sans détériorer le fragile support. C’est une
chance inouïe de retour dans le passé pour comprendre notre présent mais ce plongeon dans les archives
de la presse est long, ardu et rebute souvent ceux qui
ne sont pas historiens. La numérisation, réalisée au
départ des journaux originaux et des microfilms, offrira
ce qu’ils ne permettent pas aujourd’hui : des recherches simultanées sur différents ordinateurs, l’agrandissement des pages et, surtout, la reconnaissance
optique des caractères (OCR), précieux sésame pour
une recherche sur la totalité des articles qui font mention de phrases, mots-clés, noms propres, etc.
Conserver, préserver, valoriser et rendre accessibles
les journaux et les périodiques des décennies
ou du siècle passés font partie des missions
de la Bibliothèque royale de Belgique. Cette
numérisation et l’accès à ces archives resteront majoritairement intra-muros pour des
questions de droit d’auteur. En clair : pas de
mise en ligne systématique de ce patrimoine
ou de recherche via internet. 1950, la date
arbitraire à laquelle s’est arrêté le projet, permet d’ailleurs de prévenir d’éventuels conflits
avec les éditeurs de presse ou les ayant
droits. Pour les journalistes, le gain de temps
qu’offrira ce patrimoine numérisé est déjà une
aubaine pour leurs recherches.
Cécile Walschaerts
A Pour en savoir plus sur les collections
de journaux de la Bibliothèque royale de
Belgique : wwww.kbr.be
Pratiques journalistiques
Comment parler du suicide ?
C
omment parler du suicide dans
nos médias, sous le coup d’une
actualité ou dans une approche magazine ? Les professionnels de la prévention du suicide redoutent parfois
des maladresses inconscientes de la
presse, voire même un effet d’imitation si le suicide est valorisé, comme
un acte courageux ou une preuve
d’amour par exemple. Les journalistes, de leur côté, n’ignorent pas leurs
responsabilités dans le traitement de
ces faits, mais ils entendent rester des
témoins, des analystes, sans endosser
un rôle d’auxiliaire de la santé qu’ils
n’ont pas.
Ces réflexions croisées ont notamment
fait l’objet d’une fructueuse matinée
journalistes - décembre 2011- n°132 - d’échanges (photo AJP) organisée le
23 novembre dernier à Bruxelles, à
l’initiative de la cellule Santé du cabinet de la ministre Fadila Laanan, avec
l’association Educa Santé.
L’AJP et le CDJ étaient les opérateurs
de ce projet qui conduira à la publication d’un nouveau texte de recommandations à la presse. Celui de 2004,
diffusé sur le site « presse-justice »(1),
sera donc revu et augmenté à partir
d’écrits de l’OMS et d’associations
belges, ainsi que des réflexions recueillies lors de cette matinée. Une fois
finalisées, ces recommandations seront adressées à tous les journalistes
et responsables de rédaction.
(1) www.presse-justice.be
Investigation
Multimédia
L’enquête transfrontalière s’organise et se professionnalise via
des réseaux internationaux et des outils logiciels. L’AJP l’a expliqué
lors d’un atelier de formation début décembre à Bruxelles.
« Scoop »
à Lille
Peu de journalistes francophones
sur les réseaux
P
L
es médias francophones sont peu présents sur les
nouveaux réseaux internationaux d’investigation
journalistique. C’est une des conclusions de l’atelier
de formation organisé, début décembre, par le Fonds
pour le journalisme de l’AJP sur le thème de l’enquête
transfrontalière. Cécile Walschaerts, coordinatrice du
Fonds, et Mehmet Koksal, journaliste indépendant
et vice-président de l’AJP, y ont diffusé de nombreuses informations collectées à Kiev (Ukraine) lors de
la Conférence mondiale sur le journalisme d’investigation. Certaines de ces informations se trouvent en
ligne sur le « blog investigation » de l’AJP (1).
En matière d’enquête, le journaliste est fréquemment
amené à dépasser le cadre de ses frontières nationales. Son sujet lui impose de creuser ailleurs, pour suivre un phénomène observé en Belgique ou pour en
remonter aux sources. Se pose alors la question des
moyens et des outils. Une des raisons d’être du Fonds
pour le journalisme est de contribuer au financement
d’enquêtes. Ce qui n’exclut pas d’avoir recours à l’expertise de confrères basés à l’étranger.
Former des réseaux
Une journaliste danoise en poste à Bruxelles, enquêtant sur les subventions européennes à l’agriculture,
a, par exemple, formé un groupe de travail international sur le sujet. Chacun dans son pays a fait des
recherches et bénéficié de l’apport de confrères basés ailleurs. Après une mise en commun des informations, chacun a décliné le sujet à sa manière, sans
faire de l’ombre à son voisin, mais en donnant plus de
retentissement à l’enquête.
Comment entrer en contact avec des collègues étrangers ? Via le site internet de Global investigative
journalism network (www.gijn.org) notamment. Un réseau très anglophone mais qui ne demande qu’à être
nourri par des journalistes francophones. Ou alors,
via un réseau suisse de journalistes d’investigation
(www.swissinvestigation.net). A terme, ces réseaux
vont se structurer davantage, par exemple en créant
un secrétariat international.
Au-delà des réseaux, plusieurs outils d’investigation
ont aussi été présentés à Kiev et relayés lors de l’atelier de formation. Des outils qui permettent de fouiller
l’internet, de classer et trier les nombreuses informations qui y sont puisées.
Prudence et discrétion
Google Refine, par exemple, peut être téléchargé
gratuitement. Ce logiciel permet de classer et d’effectuer des recherches dans des bases de données
collectées sur des sites, éventuellement pour trouver
des représentants belges dans des sociétés ou institutions internationales.
D’autres outils permettent aussi de garder un plus grand
anonymat lors de vos investigations. Les contacts
avec des « lanceurs d’alertes » (whistleblowers), ces
personnes qui « soufflent » l’info parfois au départ
de lieux sensibles, doivent s’accompagner de la
plus grande discrétion. Quelques conseils : utilisez
Cécile Walschaerts et Mehmet Koksal (en bout de
table) animaient cet atelier consacré aux méthodes
d’enquête journalistique.
Photo : Robert Vanden Brugge
plusieurs téléphones, ne parlez pas de vos investigations à vos collègues, à votre entourage et même
dans les lieux qui vous sont associés (bureau, voiture, maison…), cryptez vos mails par exemple avec
Hushmail (www.hushmail.com)...
Certains journalistes d’investigation se battent aussi
pour imposer plus de transparence dans la publication d’informations officielles. Il existe des requêtes
visant à imposer de telles publications sur base du
droit à l’information (« Freedom of information act »,
aux Etats-Unis). D’autres collectent des informations statistiques (data, en anglais), les décodent
et les rendent accessibles au niveau mondial. Ce
« journalisme de données » profite aussi d’une directive européenne de 2003 sur le développement
de l’économie numérique et la libéralisation des
données (www.wobsite.be).
Optimiser les méthodes
Davantage d’enquêtes se concentrent sur les décideurs politiques ou les grandes institutions plutôt que sur les milieux économiques et financiers.
Autour de ces sujets, des journalistes proposent
de standardiser les méthodes de recherche afin
d’optimiser le résultat, via un site reprenant un outil
de recherche et des banques de données
(www.investigativedashboard.org).
Enfin, l’investigation actuelle se base aussi sur
les différents réseaux sociaux (Facebook, Twitter,
MySpace…) pour collecter des données sur des
personnes physiques. MySpace a, par exemple, été
utilisé par des militaires américains en action pour
transmettre des photos de guerre. Ces données
peuvent alimenter une enquête mais doivent – faut-il
le rappeler ? – toujours être confrontées à d’autres
sources.
Jean-Pierre Borloo
(1) ww.ajp.be/investigation
our sa 26e édition, le festival européen
de journalisme « Scoop » (rebaptisé
« Scoop Grand Lille ») a investi le nord de
la France et de la Belgique. Du 2 au 12
décembre, des expositions et des débats
ont émaillé l’événement autour du thème
« Révolution numérique : révolution journalistique ? »
Le 2 décembre, à Marcq-en-Baroeul, la soirée d’ouverture fut l’occasion pour Béatrice
Delvaux, éditorialiste en chef du Soir, d’évoquer la formule de journal numérique payant qui verra le jour en 2012. Mais l’on y
parla aussi d’évolutions des pratiques journalistiques, notamment celles consistant à
dialoguer et à raconter l’information avec
le citoyen(1).
Le 5 décembre, à l’Ecole supérieure de journalisme de Lille, il fut question des nouveaux modes de financement de l’information et du photojournalisme(2), notamment
ceux mettant le public à contribution.
(1) « Le printemps numérique des
médias, une bonne nouvelle pour la
démocratie », à lire sur
www.aj.be/multmedia/blog
(2) « Le financement par le public, en
France également », à lire sur
www.fondspourle journalisme.be/?Actus
Se former
au code
V
ous vous intéressez aux aspects techniques du journalisme multimédia et
souhaitez les apprendre. Des formations
existent mais leurs horaires ou leurs coûts
sont incompatibles avec vos moyens. Dès
lors, pourquoi ne pas vous lancer dans
l’aventure du do it yourself ? On trouve en
ligne d’excellents tutoriaux qui permettent,
gratuitement et à son rythme, de se familiariser avec l’Hypertext Markup Language
(HTML, en abrégé), ce fameux code qui
donne corps aux pages web.
A W3Schools propose (en anglais) une
méthode pas à pas, jalonnée d’exercices
à faire directement en ligne sur le site.
Clair et agréablement présenté, le tutoriel
se complète par un quizz pour tester ses
connaissances.
www.w3schools.com
A HTML.net, en français cette fois, expli-
que l’essentiel du code en 15 leçons et
souhaite des heures d’amusement « avec
votre nouvel ami HTML » à ceux qui en seront venus à bout.
http://fr.html.net/tutorials/html/
A Le site du zéro s’adresse aux débutants
qui souhaitent créer un site web. Ici, il
s’agit d’apprendre de concert le HTML5 (la
dernière version du code) et le CSS3 (pour
Cascading style sheet, code de mise en
forme des éléments d’une page).
www.siteduzero.com
journalistes - décembre 2011 - n°132 - Multimédia
Sortie de presse
Comment Google
« modère » YouTube
Votre vidéo publiée sur YouTube a été supprimée. Quelle procédure
mettre en œuvre pour contester ? Témoignage.
D
epuis le début du « printemps arabe », on a
beaucoup parlé du rôle crucial des réseaux
sociaux (Facebook, Twitter, YouTube,…) dans la diffusion des informations pour contourner la censure
au sein d’un régime autoritaire. Mais, contrairement à
l’idée reçue, le fonctionnement de ces nouveaux médias n’implique pas nécessairement une plus grande
liberté d’information.
Ainsi, lors de la couverture médiatique d’un référendum constitutionnel marocain organisé dans les mosquées bruxelloises, il m’est arrivé de poster plusieurs
vidéos sur YouTube pour illustrer le processus électoral dans ces mosquées, devenues bureaux de vote
pour l’occasion. Dérangé par la présence médiatique, un assesseur figurant à l’arrière-plan (qui n’était
donc pas le sujet principal) a introduit une réclamation auprès de YouTube en invoquant ses droits à
l’image et à la vie privée pour réclamer la suppression de la vidéo. Quelques heures plus tard, cette
dernière avait disparu du réseau mondial, privant
ainsi le public du droit à cette information. L’incident
m’a permis d’interpeller le représentant de Google,
la société commerciale américaine propriétaire de
YouTube, pour comprendre le système de modération utilisé par cette plateforme de partage vidéo.
Pas de filtrage a priori
Google déclare ne procéder à aucun filtrage a priori
sur les vidéos téléchargées par les internautes ; un
tel exercice leur paraît même impossible à cause du
succès de cette plateforme vidéo : chaque minute,
un total de 48 heures de vidéos y est déposé par
les internautes du monde entier. Un visionnage systématique et a priori de ces images nécessiterait des
moyens considérables. « Nous faisons confiance
aux membres de notre communauté qui acceptent
nos conditions d’utilisation. Ils sont d’ailleurs invités à
signaler chaque contenu qui violerait ces conditions.
Suite à un signalement, chaque contenu incriminé
est rapidement visionné par le personnel de YouTube
(ou par des utilisateurs spécialement agréés pour ce
travail de modération) et, en cas de violation de ces
conditions, la vidéo est désactivée. En cas de plainte
introduite par une personne qui apparaît dans la vidéo et qui invoque une protection de sa vie privée, la
vidéo est également désactivée. Il arrive cependant
qu’une vidéo signalée soit désactivée par erreur.
Si cette erreur est à son tour signalée par l’auteur
de la vidéo, nous examinons le dossier et nous rétablissons éventuellement la vidéo », explique Mark
Jansen, porte-parole de Google Benelux.
Après avoir longuement argumenté sur l’intérêt public et journalistique, ma vidéo a été remise en ligne.
Il ne suffit donc pas de poster des vidéos en tant
que journaliste. Il faut aussi parfois argumenter face
aux membres d’une communauté pour défendre une
production, un travail ou l’intérêt général.
Mehmet Koksal
A Pour contester la suppression d’une vidéo :
www.youtube.com/t/copyright_my_video
10 étapes pour
l’investigation
L
a dernière livraison des « Cahiers de la
documentation » (le trimestriel de l’association belge de documentation) publie
un intéressant article de Marc Vanesse (1),
ancien journaliste au Soir, devenu chargé
de cours en journalisme d’investigation et
déontologie à l’ULg. Il y analyse l’évolution
des pratiques d’investigation, élargies par
les nouveaux outils technologiques, soulignant que ces outils ne réduisent en rien
la nécessité d’appliquer une méthodologie
de recherche rigoureuse. Marc Vanesse résume les « dix étapes incontournables » de
cette méthodologie : le choix du sujet et de
l’angle, les recherches préparatoires, le recours au carnet d’adresses, l’immersion, le
contournement des résistances, la collation
minutieuse des faits, la vérification, la structure de l’enquête, la narration, la légitimation
du travail journalistique. J.-F. Dt
(1) « Le journalisme d’investigation et l’accélérateur de particules informatives », in Cahiers
de la documentation, septembre 2011. Sur
commande à cahiers-bladen@abd-bvd.net
Ils et elles publient
A Nicolas Gaspard (Radio Nostalgie) si-
gne, avec le chocolatier Jean-Philippe
Darcis et le photographe Frédéric
Lambert, « Les secrets sucrés de JeanPhilippe Darcis. 30 recettes chocolat,
macaron, pâtisserie ».
Editions Racine, 96pp.,19,95 €
Sport et diversité
Un autre défi médiatique
Dans l’info sportive aussi, la diversité sociale et culturelle fait défaut.
L’UE et le Conseil de l’Europe s’en préoccupent.
C
omment renforcer la diversité sociale et culturelle dans la couverture sportive ? C’est le pari que
se propose de relever le projet MARS (Media against
discrimination in sports - Médias contre la discrimination dans le sport), programme de 2 ans financé
par la Commission européenne et le Conseil de l’Europe. Objectif : sensibiliser professionnels des médias, formateurs et enseignants en journalisme aux
spécificités liées à la discrimination dans la couverture sportive grâce à une série d’activités centrées
sur l’échange de bonnes pratiques, la formation et le
renforcement de la déontologie journalistique.
Une couverture stéréotypée
Le sport, lieu important de construction et de cohésion sociale, et secteur majeur d’investissement,
connait une couverture médiatique souvent stéréotypée, loin de refléter une représentation équilibrée
de la société. Selon une étude menée en 2005 dans
10 pays industrialisés par Play the Game, défendant
la transparence, la démocratie et la liberté d’expres-
sion dans le sport, seuls 5% des articles de presse
portent sur les aspects culturels et sociaux du sport,
40% des sujets sur le sport ne se réfèrent qu’à une
seule source d’information et 20% à aucune.
Enfin, si les athlètes féminines ont quatre fois plus
de chances d’être interrogées par une journaliste
que par un journaliste, seules 5% des informations
consacrées au sport sont couvertes par des journalistes femmes. Et chez nous, l’enquête de l’AJP sur la
diversité en presse écrite montre que le sport reste
à 93% masculin.
Se posent inévitablement des questions d’ordre éthique. Quelle place accorder aux principes de nondiscrimination et d’expression de la diversité dans
les codes éthiques et chartes éditoriales ? Comment
les organes de régulation des médias répondent-ils à
ces principes ? Et comment intégrer davantage ces
notions dans la gestion éditoriale de chaque média ?
L’asbl Média Animation organisait du 11 au 14 octobre
une première rencontre européenne autour de la formation au journalisme et de l’éducation aux médias
Diversité dans la victoire au Mémorial Ivo
Van Damme. Photo Yorick Jansens/Belga
dans le domaine du sport, de la non-discrimination et de l’expression de la diversité.
En France, une rencontre nationale centrée
sur l’éthique journalistique s’est tenue les 14
et 15 novembre à Lille. Des échanges entre rédactions européennes sont également prévus.
Inscrivez-vous !
Pamela Morinière
A En savoir plus : www.coe.int/mars
journalistes - novembre 2011 - n°131 - Sorties de presse
Nouvel hebdo 100% sport
Le titre Les Sports, absorbé en 1977 par
La Dernière Heure revient en manchette d’un hebdomadaire, concocté par la
même DH, avec l’appui des rédactions
du groupe français Amaury (dont celle
de L’Equipe). Vendu le mercredi (3 €),
le magazine de 68 pages fait la part
belle au foot, à l’image et au reportage,
avec une pincée de potins et d’actu
people. Il a absorbé les suppléments
à la DH du mardi et du samedi.
Laurent Denuit pilote l’hebdo qui se
pose inévitablement en concurrent
de Sport/Foot magazine de Roularta,
jusque là seul, en Belgique francophone, sur ce
terrain.
Multimédia
Effacer ses traces
Pas simple de supprimer les
contenus indésirables sur le
web. Mode d’emploi.
O
n parle de vous sur un blog ou un forum
et vous estimez que ce qui s’y dit est
susceptible de vous nuire. Des photos de
vous sont publiées à votre insu sur un réseau
social et vous auriez préféré que l’on vous
demande votre avis avant car jamais vous
n’auriez donné votre autorisation. Comment
supprimer ces contenus que vous ne maîtrisez pas ? Une première démarche consiste à contacter l’administrateur du site
incriminé. Si aucun contact n’est mentionné, vous trouverez les coordonnées du
propriétaire via www.whois.net.
Sur le plan légal, ne perdez pas de vue
que la liberté d’expression est limitée aussi
sur le web : l’injure, la calomnie et la diffamation restent des infractions. De même,
la protection de la vie privée et le droit à
l’image valent aussi en ligne : en principe,
la publication de votre image doit être
préalablement autorisée.
En matière de droits d’auteur, aucune de
vos œuvres ne peut être reproduite sans
votre autorisation ou, si vous avez cédé
vos droits d’exploitation, de celle de votre
éditeur. De plus, le droit moral vous protège : il s’agit des droits de divulgation,
de paternité et d’intégrité de l’œuvre. Dès
lors qu’une publication sur un site web
a lieu sans votre accord explicite, il y a
infraction : vous êtes donc en droit de réclamer la suppression du contenu, voire
des dommages à évaluer en fonction de
l’audience du site ou encore de la durée
de publication. Votre société de gestion de
droits d’auteur peut vous aider dans ces
démarches.
Quid des contenus ou des commentaires
que vous avez vous-même publiés sur le
net il y a plusieurs mois ou années et dont
vous rougissez maintenant ? Ici aussi, vous
êtes en droit de réclamer leur suppression
auprès de l’administrateur du site. A noter
Mine explosive
Les rétrospectives vous font bâiller ?
Celle que Vadot consacre à la décennie
entre les attentats du 11 Septembre et la
mort de Ben Laden vous fera sourire, ce
qui n’empêche pas de penser en même
temps. Vadot nous gratifie de 150 dessins dont plusieurs furent publiés dans Le
Vif ou L’Echo auxquels il collabore régulièrement. Cynique, provocateur, iconoclaste et doué, le Franco-anglo-australien enfonce la mine acérée de son
crayon là où ça fait mal. Ce n’est pas
toujours drôle, car Vadot aborde parfois
les choses avec gravité, comme autant de petits
éditoriaux en images, souvent riches de détails
et ornementations, parfois totalement dépouillés,
toujours efficaces. J.-F. Dt
« 2001 – 2011, Onde de choc. 150 dessins sur une décennie agitée », Vadot, Renaissance du livre, 128 pp., 19 €.
Pays de fous (rires)
On ne présente plus aux francophones
Pierre Kroll, dessinateur de presse et
chroniqueur de talent, mais on ne peut
en dire autant de Bert Kruismans, même
si sa verve humoristique s’exerce (in het
frans, a.u.b. !) sur l’une ou l’autre scène
de Wallonie et de Bruxelles (son spectacle s’appelle « La Flandre pour les nuls »)
et sur les ondes de La Première (les lundis à 8h30). En Flandre, par contre, il est
une véritable star, surtout parce qu’il a
remporté deux fois, en 2004 et 2010, la
célèbre émission de la VRT « De slimste
man ter wereld ».
Persuadés que Flamands et Francophones
peuvent encore « rigoler ensemble », ils signent
conjointement un petit livre bilingue, illustré par
Kroll : « Foert, non di dju – Chronique de la crise
gouvernementale la plus longue de l’Histoire ».
Quand on referme ce concentré d’humour et de
bon sens, on se demande pourquoi il est si
difficile de s’entendre en Belgique pour scinder
un bête arrondissement électoral…
M.-C. B.
« Foert, non di dju », Pierre Kroll et Bert Kruismans,
éd. Renaissance du Livre, 2011, 96 pp., prix. 9,90 €.
journalistes - septembre 2011- n°129 - Publicité
que les moteurs de recherche gardent en
mémoire (« mémoire-cache ») les pages
web parfois bien au-delà de leur durée de
vie en ligne. Google propose aux webmasters une procédure pour supprimer une
page ou un site du résultat de ses recherches ; encore faut-il être le propriétaire du
site incriminé ou du moins avoir l’autorisation d’agir en son nom.
Plus stricte, la procédure de suppression
des données conservées par la Wayback
Machine n’est accessible qu’au seul propriétaire du site, qui devra justifier de son
identité. Initié par la fondation américaine
Internet Archive en 1996, ce site conserve en mémoire des versions archivées de
milliers de sites. Ici se pose non seulement la question des droits d’auteur mais
aussi celle du droit à l’oubli numérique, un
droit que la Commission européenne souhaite voir appliquer pour l’ensemble des
citoyens de l’UE.
Les nettoyeurs du web
En ligne, des professionnels de l’« e-reputation » offrent leurs services de « nettoyeurs ». Reputation Squad fait partie de ces
sociétés spécialisées sollicitées par des
entreprises ou des hommes politiques en
mal d’image mais pas seulement. Elle l’est
aussi parfois par des journalistes. « On a
eu le cas de témoins interrogés par un journaliste qui, sur internet, s’en sont pris à ce
dernier », raconte Fabrice Ivara, co-fondateur de la société française. « On peut aller
jusqu’en justice mais, dans la majorité des
cas, on aboutit à un règlement à l’amiable. »
Des prestations qui se facturent 300 € («
pour une petite intervention »), de 2 à 3.000
€ (« pour une intervention classique »),
voire jusqu’à 10.000 € (« dans les cas les
plus graves où de très nombreux blogs
sont concernés. »)
L. D.
A A lire en complément de cet article,
« Surfez sans être pisté » sur
www.ajp.be/multimedia/blog
Multimédia
Les newsgames croisent de manière ludique et sérieuse deux genres, le journalisme et le jeu, pour
aider à mieux décrypter l’information.
Jeux d’info en ligne
Capture d’écran du jeu éditorial « Madrid », qui rend
hommage aux victimes d’attentats dans le monde.
Crédit : Newsgaming.com
L
es newsgames (ou jeux d’information) sont nés
dans la foulée des serious games, jeux vidéo
développés dans une perspective d’éducation ou de
formation. Mais depuis le premier newsgame apparu
sur internet en 2003, « September 12th », il aura fallu
six ans pour que ce type de jeu vidéo passe du statut
de divertissement à celui de média, observait Olivier
Mauco, auteur d’une thèse traitant de l’idéologie des
jeux vidéo (Université Panthéon Sorbonne), lors d’une
journée d’étude sur le journalisme numérique organisée en mai dernier par l’Ecole supérieure de journalisme (ESJ) de Lille.
Editoriaux et documentaires
A classer dans le genre éditorial, « qui sert les propos
subjectifs de l’auteur », relève Olivier Mauco, « September 12th » analyse la guerre menée par les EtatsUnis contre le terrorisme. « Le jeu utilise une esthétique
du jeu vidéo classique pour modéliser un paradoxe
politique : comment les tactiques américaines affectent la population civile », explique Gonzalo Frasca,
ancien journaliste et concepteur de jeux vidéo dont
la société, Newsgaming.com, est basée en Uruguay
et au Danemark. Le jeu est court, peu addictif mais
son message clair : plus vous bombardez et tuez de
civils, plus d’autres civils vont pleurer leurs morts et
se transformer en terroristes.
Du même éditeur, le jeu « Madrid », lancé en 2004,
rend hommage aux victimes de l’attentat de Madrid
ainsi qu’à celles de toutes les autres villes du monde
frappées un jour par le terrorisme. Le jeu, qui consiste à
ne pas laisser s’éteindre les flammes de bougies, surfe sur l’émotion. « Cette mécanique de jeu fait ressentir la difficulté du travail de mémoire sur les victimes »,
indique Olivier Mauco qui classe « Madrid » dans la
catégorie des « cartoons ».
Jouer au journaliste
Développé dans le cadre d’un concours de jeux
vidéo ouvert aux jeunes créateurs (« Hits Playtime », organisé par LeMonde.fr), le projet « Newsleaks » propose d’apprendre par l’expérience le
processus de sélection de l’information. En cours
de développement, ce jeu est destiné à Facebook.
A tester sur www.newsleaks-game.com
Une première
en France
Ce type de jeu vidéo, explique-t-il, s’inscrit dans la
filiation des dessins de presse. Principales caractéristiques : leur temps de jeu et leur contenu sont
faibles, leur durée de production est courte et leur
technologie n’est pas issue du jeu vidéo. « On s’approprie des outils de développement web pour développer du jeu vidéo », souligne Mauco qui identifie
encore les jeux documentaires basés sur un travail
d’investigation et partageant de nombreux points
avec le web documentaire (« mais ils ne sont pas
encore entrés dans les rédactions »), et les jeux d’infographie reliés à des bases de données.
« Budget Hero », diffusé par le radiodiffuseur public
American Public Media, illustre bien cette dernière
catégorie. Le jeu, qui propose au joueur de simuler
l’élaboration d’un budget pour l’Etat, s’appuie sur les
chiffres (modèle de budget et prévisions) du bureau
du budget du Congrès américain.
Simuler la manière
dont fonctionne la réalité
Pour Ian Bogost, professeur à la Georgia Institute
of Technology (Etats-Unis) et auteur de l’ouvrage
« Newsgame. Journalism at play »(1), utilisée à des
fins journalistiques, la dialectique ludique et interactive du jeu vidéo peut aider à une meilleure compréhension de la réalité. « Les jeux vidéo peuvent être
du bon journalisme, à la fois comme média indépendant et comme complément à une couverture traditionnelle. (…) Ce sont des logiciels et pas une forme
digitalisée d’un ancien média. Ils peuvent contenir
du texte, des images, du son mais ils peuvent aussi
faire plus : les jeux simulent la façon dont les choses
fonctionnent en construisant des modèles avec lesquels il est possible d’interagir. »
Dans son ouvrage abondamment documenté, il
entreprend une typologie
des jeux d’info parmi lesquels les mots croisés et
les quiz, toujours aussi populaires et « qui renouent
avec une longue tradition
de la presse écrite ». Le
site crickler.com propose
chaque jour une nouvelle
grille pour tester (en anglais) ses connaissances de l’actualité. Chez nous,
les sites de la plupart des quotidiens francophones
publient chaque semaine un quiz sur l’actualité.
A noter que Ian Bogost est également cofondateur
de la société Persuasive Games qui développe depuis 2009 des mini-jeux en ligne pour les abonnés
du New York Times. Journal qui, l’an passé, remportait un Pulitzer pour une série de reportages sur les
dangers de l’utilisation du téléphone portable au volant, laquelle comprenait le jeu de simulation (et de
sensibilisation) in situ « Gauging your distraction »
(« Mesurer votre distraction »).
Laurence Dierickx
(1) « Newsgames. Journalism at play », Ian
Bogost, Simon Ferrari et Bobby Schweizer, The
MIT Press, 235 pp., 18 € environ
L
e 24 juin, Le Monde lançait, pour
la première fois en France, un jeu
vidéo sur son site internet. Baptisé
« Primaires à gauche »(1), il a été
réalisé en collaboration avec la société de formation KTM Advance et
l’Ecole supérieure de journalisme de
Lille. Ironie de l’actualité, la sortie du
jeu a été retardée par le retrait de la
candidature de DSK.
Son principe : vous glisser dans la
peau d’un candidat aux primaires socialistes et faire campagne pour votre élection. « En choisissant votre candidat
(capture d’écran), le style de votre campagne, vos orientations politiques, vous allez
mettre sur pieds une stratégie et débattre
contre vos adversaires pour tenter de
séduire les électeurs. (..) Vous allez aussi
découvrir, d’une manière ludique et légère,
le calendrier d’une primaire, ses rebondissements et ses principaux acteurs », expliquent Florent Maurin et Nabil Wakim, journalistes et concepteurs du projet, sur le blog
du premier, lequel est entièrement dédié aux
newsgames (2). L. D.
(1) http://bit.ly/primairesagauche
(2) http://newsgames.blog.lemonde.fr
A la moulinette
I
ls sont conçus tout aussi rapidement qu’ils
se jouent, ils s’appuient sur l’actualité
chaude et la caricature : les jeux tabloïds
font régulièrement le buzz en ligne mais
leur objectif n’est pas tant d’informer que
d’amuser. Le mini-jeu « Coup de boule »,
mettant en scène Zidane, fait comprendre
de la manière la plus simpliste du monde
qu’on ne frappe pas sur un terrain de foot
sinon c’est le carton rouge assuré. L’affaire
DSK a vu fleurir sur la toile pas moins de
cinq jeux ayant pour cadre un hôtel et pour
autres protagonistes au moins une femme
de chambre et Anne Sinclair. Tous ont en
commun leur humour graveleux.
Ben Laden continue à se faire massacrer
chaque jour sur « Missile Ben Laden » et
« Shoot Ben Laden ». Quant à Julian Assange, dans « Wikileaks : the Game », il s’est
introduit dans le bureau de Barack Obama.
Sa mission : subtiliser des fichiers secrets
sur l’ordinateur du président assoupi.
A côté de ces jeux coexistent ceux qui
s’inscrivent dans le cadre d’une démarche
journalistique sérieuse et fouillée. A l’instar
de « Cutthroat Capitalism »(1) qui propose
de comprendre l’économie de la piraterie
qui sévit au large des côtes somaliennes en
devenant soi-même un pirate. Ce jeu a été
développé dans la foulée d’une série d’articles publiés en 2009 dans le magazine
américain Wired. L. D.
(1) http://bit.ly/gamewired
journalistes - juillet-août 2011 - n°128- Juin 2011 - n°127
Le dossier
Valoriser nos droits
d’auteur numériques
La monétisation tarde mais
des avancées se dessinent
pour les journalistes.
D
ans l’histoire du journalisme, jamais le travail journalistique n’aura été autant exploité. La multiplication des supports, le recyclage de contenus, la revente à des tiers : l’exploitation du travail des auteurs
journalistes explose. On ne peut malheureusement
pas en dire autant des revenus qu’ils devraient légitimement en retirer. La monétisation des droits d’auteur
sur les applications en ligne tarde. Mais il faut dire
que les obstacles sont nombreux : généralisation du
tout « gratuit » qui ne génère que peu de revenus,
éditeurs peu enclins à partager leur part de gâteau
numérique, confrontés à des acteurs mastodontes à
la Google issus d’une tradition de « copyright » qui
ignore les auteurs, piratages des contenus, auteurs
soumis à des chantages économiques constants…
sans parler des guerres de territoire entre les sociétés de gestion des droits, dont les journalistes audiovisuels font actuellement les frais.
Lexpérience montre que seuls sont perdus d’avance
les combats que l’on ne mène pas. La pugnacité
et l’organisation efficace devront à terme nous permettre de valoriser correctement les droits des
journalistes. Des avancées sont perceptibles en la
matière, au rang desquelles l’exceptionnelle victoire
des auteurs et éditeurs francophones belges contre
le géant Google.
Suite et dossier pages 4 et 5
Martine Simonis
Anniversaire
C’est l’histoire d’une photo…
Sommaire
Affaire DSK
Comment parler de la victime ? 2
Etats généraux des médias
Quels modèles de développement
pour nos médias ?
3
Médianostalgie
Nouvelle pêche aux canards disparus
3
Sortie de presse
A-t-on encore besoin des journalistes ? 7
Multimédia
L’amateur et le professionnel
N° d’agréation : P101017
Bruxelles X - douzième année
8
Il y aura vingt ans, le 18 juillet, que le leader socialiste André Cools était
abattu sur un parking à Liège. Ce matin-là, le photographe de presse
Gérard Guissard additionnait les bons réflexes et les coups de chance. Il
sera le seul a prendre le cliché du tragique fait divers. Récit page 6.
Le dossier
Valoriser nos droits d’auteur numériques
Sur le marché chahuté des droits d’auteur journalistiques,
il y a les auteurs, les éditeurs, les sociétés de gestion
des uns et des autres, et puis tous ceux qui exploitent
illégalement leur travail.
Suite de la Une
L
a victoire judiciaire des journalistes et éditeurs
contre Google (lire page 5) est finalement celle du
droit des auteurs sur le droit des commerçants. L’arrêt
applique à Google les principes basiques que l’on devrait mieux expliquer aux étudiants en journalisme (et
à leurs aînés !) : 1) Les journalistes sont des auteurs.
2) Ils ont donc des droits d’auteur. 3) Pas seulement
des droits moraux, aussi des droits économiques.
4) Que rien ne les oblige à céder, encore moins gratuitement. 5) Les auteurs ont créé des sociétés de
gestion de droits. 6) Qui sont chargées de les valoriser
par des accords collectifs. 7) Rien n’empêche Google
et les autres commerçants de contenus produits par
les journalistes de négocier avec ces sociétés.
Négociation ou action
On en est là. L’étape suivante est donc bien la négociation d’accords rémunérant les exploitations pour le
passé et pour l’avenir. Et s’il n’y a pas de négociation, il restera à faire aboutir l’action en dommages
et intérêts intentée contre Google, sans quoi ce sera
une victoire à la Pirrhus. Mais n’anticipons pas sur
un processus à venir. On sait que les journalistes ont
déjà réussi à valoriser leurs droits, par le biais d’accords spécifiques avec certains éditeurs ou par celui
des licences légales : la licence pour reprographie
d’abord, la licence pour copie privée ensuite (œuvres
sonores et visuelles). La SAJ répartit chaque année
par ces biais plusieurs dizaines de milliers d’euros à
ses membres.
Le droit favorable aux auteurs
Si les journalistes n’avaient pas, au départ de leur
union professionnelle, créé la SAJ, ces montants leur
échapperaient définitivement. C’est dans la continuité
de cette action collective qu’il faut replacer l’audition
de la SAJ au Sénat, dans le cadre de propositions de
loi contre le téléchargement illégal (lire ci-contre). On
espère à la clé des retours financiers vers les journalistes. Au plan européen, le lobby des auteurs-journalistes, emmené par la FEJ, a
permis aussi la prise en compte de nos intérêts légitimes (lire
page 5).
Et les journalistes belges ne
sont pas les moins bien lotis :
le droit leur est favorable, ils
se sont dotés d’une structure
de défense spécifique assez
unique en Europe. Rien n’est
simple sur le marché chahuté
des droits, mais gageons que
le meilleur est à venir pour les
auteurs journalistes. M. S.
journalistes - juin 2011 - n°127 - Deux propositions de loi
contre le piratage
I
l est de plus en plus facile de télécharger illégalement n’importe quel livre, article ou morceau de musique depuis internet grâce aux multiples réseaux de
peer-to-peer qui y abondent. Face à ce constat, plusieurs pays ont déjà réagi, dont la France et la Suède,
en introduisant le système de la riposte graduée (l’Angleterre devrait bientôt leur emboîter le pas).
La riposte est dite graduée car, en cas d’infraction persistante, la mise en œuvre des sanctions légales se fait
en trois étapes : un courrier d’avertissement envoyé
par voie électronique au contrevenant, puis un second
courrier d’avertissement et une lettre recommandée,
et enfin la coupure de la connexion à l’internet pendant un certain délai (maximum un an en France).
Licence globale ou riposte graduée
En Belgique, les auteurs subissent évidemment aussi
de plein fouet l’augmentation vertigineuse des téléchargements illégaux et, parallèlement, une perte
drastique de leurs revenus. Pour contrer cette évolution, des parlementaires ont récemment déposé deux
propositions de loi, suite à quoi le Sénat a auditionné
plusieurs intervenants (dont la SAJ) afin d’avoir une
vue plus complète sur la question.
La première proposition de loi (Ecolo/Groen!) part du
principe que les revenus issus des plateformes de
téléchargement légales ne pourront jamais remplacer
les pertes subies à cause des téléchargements illégaux et mondiaux. C’est pourquoi les verts proposent
d’introduire une licence globale. Il s’agirait de prélever
un montant sur les abonnements à Internet des utilisateurs belges. Ce prélèvement ne pourrait venir en
surplus du prix de l’abonnement actuel, déjà prohibitif
en Belgique. Les montants seraient redistribués aux
artistes, auteurs et producteurs par le biais de leur
société de gestion sur la base d’études de
comportement des usages sur internet.
L’autre proposition de loi («proposition de
loi Miller» du MR) comporte plusieurs volets.
Son volet le plus connu entend introduire en
Belgique le système de la riposte graduée.
La proposition de loi veut aussi favoriser
la communication sur les offres licites de
téléchargement via, entre autres, la création d’un « Conseil de la protection des
droits d’auteur sur Internet ». Elle voudrait
également rendre obligatoire l’instauration
d’accords entre d’une part, les sociétés de
gestion collective et, d’autre part, les fournisseurs d’accès à internet et les « opérateurs de base de données d’œuvres ou de
prestations » (dispositions assez obscures,
il est vrai, car vise-t-on ici uniquement YouTube et DailyMotion ou d’autres opérateurs
de l’internet comme Google par exemple?).
Ces accords, rémunérés, devraient permettre la légalisation de la mise à la disposition
du grand public des œuvres protégées, au
grand bénéfice de leurs auteurs.
Alors qu’il s’agit pourtant de la mesure
phare de sa proposition de loi, le sénateur
Miller a annoncé, sans beaucoup d’explication de sa part, le retrait prochain des
articles relatifs à la riposte graduée... On le
voit, le mouvement en Belgique est (enfin!)
lancé. Le législateur devra bien à un moment donné choisir sa solution.
Axel Beelen
Juriste à la SAJ
Le prix à payer pour le gratuit
G
oogle, encore lui : le premier moteur de recherche
au monde qui a pris l’arrogante habitude d’ignorer
tout ce qui le dérange, ne force pas seulement l’interrogation sur nos concepts juridiques (souvent anciens) ;
il dessine aussi une conception mondialisée de la culture qui pose à bien des égards des questions fondamentales : « Google Books » est-il vraiment une bonne
nouvelle pour les bibliothèques et les lecteurs ? Google
TV sera-t-il une chance ou une catastrophe pour les
créateurs et les producteurs ? Comment la presse
peut-elle s’en sortir face à « Google News » et aux
agrégateurs de contenus ? « Quand Google défie le
droit », plaidoyer d’Alain Strowel « pour un
internet transparent et de qualité » s’intéresse aussi à la captation organisée des
revenus publicitaires et leur ciblage, la lutte
pour le référencement ou encore les questions de vie privée posées par « Street
View » et autres produits labellisés Google.
A conseiller à tous ceux qui s’intéressent à
M. S.
la création et à internet. « Quand Google défie le droit »,
Alain Strowel, De Boeck & Larcier,
238 pp., 19 €.
Europe
Une demivictoire
Google devra débourser
pour les droits d’auteur
« Le litige n’existe que parce que Google se refuse à conclure un accord (...)
avec les sociétés de gestion collective, alors qu’elle en a (...) les moyens (...). »
L
a cour d’appel de Bruxelles vient de le confirmer
par un arrêt charpenté de 40 pages : Google viole
les droits des auteurs journalistes et scientifiques et
des éditeurs de journaux (1). Le procès gagné par la
SAJ (Société des auteurs journalistes), Copiepresse
(société des droits des éditeurs de journaux francophones) et Assucopie (société des droits des auteurs
scientifiques) contre Google est une première mondiale. Partout ailleurs, auteurs et éditeurs semblent
se résigner à ce que leurs droits soient ignorés. Déjà
condamné en première instance, en février 2007,
Google l’est à nouveau sur toute la ligne en appel.
L’enjeu est de taille : outre le respect basique des
droits, il s’agit d’en obtenir leur monétisation en raison
d’une exploitation par un tiers, ce que la cour d’appel
résume comme suit : « Le litige n’existe que parce que
Google se refuse à conclure un accord raisonnable
avec les sociétés de gestion collective, alors qu’elle
en a largement les moyens financiers ».
Aucune exception pour Google
Mais de quel litige s’agit-il précisément ? Auteurs et
éditeurs ne reprochent pas au moteur de recherche
sa fonction de recensement généralisé. Les seules
fonctionnalités mises en cause sont « Google cache »
et « Google News ». La première, car elle dirige l’internaute vers une copie archivée d’une page web ancienne, enregistrée chez Google, et non vers le site de
l’éditeur qui a publié cette page. La seconde, encore
appelée « Google Actualités », propose la compilation
d’un très grand nombre d’articles émanant de divers
médias, par recherche thématique ou non. De chaque
article sont repris le titre et les premières lignes, la date
et le média dont est issu l’extrait et parfois une photographie. Le nom de l’auteur est systématiquement absent. L’utilisateur qui clique sur le lien est renvoyé vers
le site du média sur la page concernée.
Selon la cour, « Google cache » constitue bien un
acte matériel de reproduction dans le chef de Google.
Quant à « Google News », dont Google plaidait qu’il
était un « simple poteau indicateur permettant aux internautes de rechercher plus efficacement un article
de presse sur un sujet déterminé », la cour considère
que quelles que soient ses intentions, le moteur de
recherche reproduit bel et bien des parties d’œuvres
protégées par la loi sur le droit d’auteur, sans avoir
préalablement obtenu une quelconque autorisation.
Pour sa défense, Google a tenté, en vain, d’invoquer
les exceptions au droit d’auteur. Ainsi, l’exception de
citation prévue par la loi sur le droit d’auteur et qui
peut être insérée dans une revue de presse ne peut
s’appliquer : « Ce service ne correspond pas à un
usage loyal et conforme à ce que pratiquent les organes de presse lorsqu’ils procèdent à une revue de
presse ». Google ne peut davantage bénéficier de
l’exception de comptes rendus d’actualité prévue par
la loi sur le droit d’auteur, qui permet de reproduire
de courts fragments d’une œuvre : prévue pour les
médias d’information qui n’ont pas le temps matériel
de demander l’autorisation des auteurs, elle ne peut
être invoquée par « Google News » car les articles y
restent référencés pendant au moins 30 jours.
La cour ajoute : « En tout état de cause, (…) Google
ne peut soutenir qu’elle serait dans l’impossibilité
matérielle d’obtenir l’autorisation des éditeurs, journalistes et auteurs scientifiques : il lui suffit en effet de
conclure avec les intimées (les sociétés de gestion)
des contrats généraux autorisant la reproduction
d’extraits d’articles dans ‘Google News’ ».
La cour juge par ailleurs que « Google News » viole
les droits moraux des auteurs : en n’indiquant pas le
nom des journalistes, elle viole le droit de paternité ;
en publiant des extraits d’articles, elle viole le droit au
respect de l’intégrité de l’œuvre.
Google – qui avait encore plaidé en vain une exonération de responsabilité, un abus de droit dans le chef
des auteurs et même la violation de sa liberté d’information – est condamné, sous peine d’une astreinte
de 25.000 €/jour à retirer des liens « en cache » et à
enlever du service « Google News » tous les articles,
photos et représentations graphiques des éditeurs
représentés par Copiepresse et des auteurs dont la
SAJ et Assucopie détiennent les droits. A noter qu’une
autre action, en dommages et intérêts, est en cours.
On en reparlera en septembre.
M. S.
(1) Bruxelles, 9e ch., 05 mai 2011, RG 2007/AR/1730,
disponible sur : http://scr.bi/arretgoogle
C
’est a priori une bonne nouvelle. La
Commission européenne vient de publier sa stratégie sur la propriété intellectuelle, rappelant la « nécessité de protéger
les droits d’auteur des journalistes » et garantir « qu’ils puissent avoir leur mot à dire
sur la manière dont leur travail est utilisé ».
Elle rappelle aussi l’importance de protéger les droits en ligne, pointant le développement des agrégateurs d’information.
Rarement les choses auront été dites de
manière aussi limpide. Mais rarement aussi
peu de propositions concrètes protégeant
l’auteur auront été mises sur la table.
La nouvelle stratégie de la Commission
s’attaque à quatre domaines principaux:
la modernisation du fonctionnement des
sociétés de gestion collectives et des
systèmes de licence, la numérisation des
œuvres « orphelines » (dont l’auteur est
inconnu), le fonctionnement de la copie
privée et le lancement d’un plan d’action
contre le piratage.
Aucune proposition n’évoque le renforcement du droit de paternité des auteurs et
la nécessité de mentionner systématiquement leur nom pour éviter la prolifération
des fameuses œuvres orphelines. Rien sur
la rémunération des auteurs ni sur l’abus
de cession des droits dans les contrats de
travail qui privent pourtant nombre de journalistes d’une partie de leurs revenus.
« Il y a d’autres urgences », confie-t-on à
la Commission. Le droit d’auteur relevant
principalement de la législation nationale,
il s’agit de ne pas trop empiéter sur les prérogatives des Etats membres. L’arrêt de la
cour d’appel belge sur Google ? « Il serait
mal venu de commenter une décision juridique nationale », aussi significative soitelle.
Le sous-groupe « droit d’auteur » du Parlement européen s’est penché sur les droits
d’auteur des journalistes lors d’un séminaire organisé le 1er juin. L’occasion de
tester le pouvoir d’initiative d’une institution qui pourrait sans doute ouvrir la voie
à une réelle réflexion sur la protection du
droit des auteurs.
P. M.
A Lire la communication de la
Commission : http://bit.ly/comUE240511
A La FEJ a lancé une campagne contre
les contrats spoliant les droits d’auteur :
http://bit.ly/fej_da
journalistes - juin 2011 - n°127 - Débat
International
Fin d’un « lock-out »
dans « le deuil »
H
Deux praticiens, deux analystes (de gauche à droite) : Philippe Laloux, Fabrice Cecchi, Michel
Hermans, Mathieu Simonson. Photo : Marc Simon
Forums en ligne : tableau
noir et mesures claires
Du laisser faire aux règles
strictes, la modération des
forums se mijote à toutes les
sauces. Une constante : ce sont
les moyens humains qui font la
différence entre médias.
85
% de mauvaise humeur et d’agressivité, 15% d’apport au débat. Un défouloir grossier, une langue déplorable. Un lieu
d’autoflagellation, de racisme et d’injures.
Des arguments péremptoires et une méconnaissance des sujets abordés…
Le portrait du forum des internautes de La
Libre Belgique est tout sauf flatteur. Il était
dressé le 1er mars à Bruxelles par Michel
Hermans, politologue à l’ULg, lors du débat organisé par le Conseil de déontologie
journalistique (CDJ) à l’occasion de son
premier rapport d’activités. On imagine
aisément que les forums des autres médias
ne sont pas d’un meilleur niveau que ceux
de La Libre. Se pose alors avec urgence
la question de leur modération, thème de
ces échanges.
« Un job abrutissant »
On peut schématiquement distinguer quatre types de modération par les médias,
explique Mathieu Simonson, doctorant aux
Facultés ND de la Paix à Namur. La modération a priori, donc avant la mise en ligne,
est pratiquée par exemple à la RTBF, à RTL
et à 7sur7 (Persgroep). Ailleurs, elle l’est
plus souvent a posteriori, pour autant qu’il
y ait… un modérateur au travail. Dans ces
deux premiers modèles, ce modérateur
sera en tension permanente entre deux
attitudes, note le chercheur : un filtrage
trop strict ou, à l’inverse, une vigilance émoussée. « Les effectifs sont réduits et la tâche est
complexe, sous-estimée », souligne-t-il, ce que
Fabrice Cecchi, de RTLinfo.be, confirmera en
évoquant « un job abrutissant ».
Avec la « modération réactive », système en
usage au Vif/L’Express, l’intervention ne se fera
que sur signalement d’un abus par un utilisateur. Enfin, la « modération diffuse », elle, s’en
remet au contrôle social opéré par les utilisateurs. Ce modèle surtout théorique mise sur une
sorte de contagion vertueuse dans le public.
Des règles variables
« Un site sans réactivité n’est pas un site »,
dixit Philippe Laloux, responsable des développements numériques du Soir. La conviction est posée comme une évidence par tous
les médias. Mais leurs réflexions en matière
de modération de forum sont pour le moins
disparates. Fabrice Cecchi expliquait ainsi qu’à
RTLinfo.be, il n’y avait tout simplement pas de
modération voici seulement trois ans. En 2010,
l’inscription est devenue obligatoire (mais les
pseudos sont très utilisés) et la modération se
fait a priori… entre 7 et 15 heures. Un journaliste prend ensuite le relais. Ces mesures ont
fait chuter de moitié les réactions et la violence
verbale. « Mais pas la bêtise », observe le journaliste.
Système beaucoup plus réglementé au Soir.be
où les modérateurs, qui se relayent de 6h30 à
minuit, peuvent suspendre un indésirable pour
des périodes variables ; où les messages sont
limités à 1.000 signes et les interventions d’un
même auteur à 3 par heure ; et où les articles
sur l’immigration, Israël, le Congo et les faits
divers sont d’office sans forum. Sur la question
de l’anonymat des utilisateurs, Philippe Laloux
confie changer doucement d’avis, se demandant si les temps ne sont pas mûrs pour la
remettre en cause.
J.-F. Dt
asard du calendrier, au moment où l’assemblée générale de l’AGJPB approuvait à l’unanimité une motion de soutien aux 253 travailleurs
du Journal de Montréal, victimes d’un « lock-out »,
il y a plus de deux ans, ceux-ci ratifiaient, avec
64,1% des voix, un accord social qui met fin au
conflit.
Cette ratification avait un goût de cendres : 62
personnes seulement seront réintégrées, dont
42 journalistes, selon des modalités qui restent
à négocier. Le 26 février a donc été qualifié de
« journée de deuil » par nombre de participants.
Mais Québecor, l’entreprise éditrice, a dû renoncer
à son exigence de fermeture du site internet créé
par les travailleurs qu’elle avait « lourdés », www.
ruefrontenac.com. Ce site indépendant continue
d’exister. Et avec lui, les travailleurs du Journal
de Montréal poursuivront leur combat exemplaire
pour la dignité de la profession. (Phi. Le.)
Conseils de sécurité
S
uite à l’agression sexuelle dont a été victime
la journaliste de CBS Lara Logan en Egypte,
en février denier, l’Institut pour la sécurité dans le
journalisme (News safety institute – INSI) vient de
publier plusieurs recommandations et informations utiles destinées aux femmes journalistes en
déplacement à l’étranger. Ces recommandations
– dont certaines sont aussi valables pour les
hommes – ont été traduites en français sur le site
de l’AJP : http://bit.ly/securitefemmes
Sortie de presse
Journalistes espions ?
G
eorges Timmerman, rédacteur en chef du
site web Apache, et ancien journaliste au
Morgen, vient de publier en néerlandais une enquête sur « le secret de Belliraj »(1) (« Het geheim
van Belliraj ») qui retrace le parcours blanc et noir
d’Abdelkader Belliraj.
Côté blanc, c’est l’histoire d’un petit électricien
belgo-marocain, vendeur chez Brico et père de
famille. Côté noir, l’homme est le chef d’un réseau
terroriste basé à Bruxelles et lié au groupe Abu
Nidal pour le compte duquel il commet des meurtres toujours à ce jour non élucidés. L’individu est
aussi informateur infiltré en milieu jihadiste pour
la Sûreté de l’Etat belge et partage en plus ses
informations avec une autre agence de renseignement d’un pays étranger non cité.
Meurtres, cynisme, fric et terrorisme, l’ouvrage
évoque aussi l’activité de certains « journalistesespions » qui, sous couvert d’une carte de presse,
travaillent pour des agences de renseignement.
A travers ce récit captivant, Georges Timmerman
cite (presque) toutes ses sources, détaille ses recherches et explique les enjeux de l’affaire.
L’étrange informateur Belliraj n’a peut-être pas
encore révélé tous ses secrets mais le peu qu’il
a dévoilé (sous la torture ?) a déjà été interprété,
paraît-il, comme l’affaire du siècle dans le « monde de l’intelligence » et du journalisme d’investigation. (M. K.)
(1) Ed. Houtekiet, 2011, 18,50 €.
journalistes - mars 2011 - n°124 - Sortie de presse
Multimédia
Le réseau Hacks/Hackers réunit des journalistes, des graphistes, des
programmeurs et des chercheurs. Son objectif : promouvoir de nouvelles
formes de journalisme.
La quatrième
impuissance
Rencontres d’un nouveau type
L
L
e développement des médias numériques et, parallèlement, de méthodes d’investigation journalistique qui font appel aux outils technologiques (dont
notamment le « journalisme de données », lire cidessous) pose aussi les questions de la compétence
technique des journalistes et des compétences journalistiques des programmeurs.
Raconter une histoire en tirant parti de l’expertise de
l’un et de l’autre suppose ainsi de jeter des ponts, de ne
pas travailler de manière cloisonnée. Aux Etats-Unis,
l’université de l’Illinois a lancé une formation en journalisme pour les développeurs informatiques. Dans le
sens inverse, si tous les journalistes ne doivent pas
nécessairement apprendre les langages de programmation (le code), estime Alfred Hermina, formateur et
ancien journaliste à la BBC, l’industrie des médias
a besoins de « geeks », de gens mordus de nouvelles
technologies pour développer de nouvelles formes de
journalisme(1).
« Le hacker n’est pas forcément
un sale type »
Le réseau Hacks/Hackers(2), né il y a quelques mois à
San Franscisco, s’inscrit dans cette perspective.
Point de départ pour l’organisation de rencontres, de
conférences et d’ateliers pratiques entre journalistes,
graphistes, programmeurs et chercheurs, ce réseau
s’est développé dans seize autres villes à travers
le monde. Chez nous, la première réunion Hacks/
Hackers a été organisée en novembre à Bruxelles,
et une conférence autour de Wikileaks a eu lieu à la
mi-janvier. Instigateur de ces échanges d’un nouveau
genre : le journaliste Damien Van Achter, pour qui
les points communs entre un journaliste et un hacker
existent bel et bien(3).
Lorsque le premier rend publics les dysfonctionnements d’un système et que le second met en ligne
la description d’une faille informatique, écrit-il, « tous
deux partagent le sentiment, sans doute subjectif (ce
ne sont que des êtres humains, après tout, pas des machines) que ces failles, en plus d’être éventuellement
illégales, étaient également ‘nocives’ et empêchaient
le ‘bon fonctionnement’ de ces systèmes.»
Bien que le hacker jouisse le plus souvent d’une (très)
mauvaise réputation, le journaliste estime toutefois
que ce dernier « n’est pas forcément un sale type qui
n’en veut qu’à votre carte de crédit (…). Hacker les
systèmes, ce n’est pas de facto les corrompre. Pour
l’immense majorité de ces bidouilleurs du web, c’est
au contraire en comprendre le fonctionnement à un
instant T et y déceler les portes ouvertes à l’innovation. (…) Leurs bidouilles ne marchent pas à chaque fois, parfois elles leur pètent dans les doigts et
certains en usent à des fins illégales. Ce sont alors,
et jusqu’à leur procès, des criminels présumés, au
même titre que n’importe quel politicien, boulanger,
policier, couvreur-zingueur qui dévoie un système à
des fins personnelles. »
Pour Damien Van Achter, les rédactions vont elles
aussi devoir se mettre au hacking, qu’elles le veuillent
ou non. Car « insérer une vidéo Youtube dans son
papier et modifier son alignement (sa position sur la
page web, ndlr), c’est du hacking. Modifier le template (graphisme, ndlr) d’un blog, c’est aussi du
hacking. Publier une carte Google, c’est du hacking.
Récupérer le tweet ‘Alea jacta est’ et l’afficher dans un
bandeau déroulant, c’est encore du hacking. »
Et de conclure que si l’on considère le web comme
l’une des voies d’avenir pour notre profession, les programmeurs, « ces poètes du code bienveillant, (...)
sont sans doute vos meilleurs futurs collaborateurs.
Leur place est au sein de vos newsrooms, fussentelles virtuelles ».
L. D.
1) Source : «Les journalistes doivent-ils devenir programmeurs ? » par Benoît Raphaël, co-fondateur du Post.fr :
http://bit.ly/journalistesprogrammeurs
2) Plus d’infos via Twitter (@hackshackersbru)
ou Facebook.com/hhbru
3) Lire l’intégralité du billet « Hack The Press » sur
http://bloggingthenews.info ou http://bit.ly/hackthepress
Trucs et ficelles du data journalism
«P
arce qu’il s’intéresse aux
caractéristiques vérifiables
des événements, le journaliste de
bases de données marque un retour aux dimensions factuelles de
l’actualité (...). Le data journalism
n’est ni une révolution ni une innovation. C’est juste une manière de
chercher, de trouver et de montrer
l’information avec les outils pour
les audiences de notre époque ».
Le préalable ainsi posé, le journaliste français Alain Joannes entreprend, dans son
nouvel ouvrage « Data journalism. Bases de données et visualisation de l’information » (1), d’expliquer
comment exploiter et visualiser des données brutes
(chiffres, statistiques, cartes,...) dans le cadre d’un
travail journalistique. Pratique, cet ouvrage comprend
plus de 30 études de cas et de 120 visualisations de
données. Il passe ainsi au crible les étapes de la récolte, de la mise en relation et de l’interprétation des
données, avant de logiquement s’intéresser à celle
– non moins importante – de leur transformation en
cartes ou tableaux interactifs. Pour l’auteur, « c’est en
faisant preuve de créativité visuelle sur des investigations originales que certains sites d’informations se
détacheront d’une offre médiatique conventionnelle ».
Le data journalism conjugue les savoir-faire et, à la
question des compétences techniques que devrait
développer le journaliste, Alain Joannes nuance.
« Personne ne soutient que le journaliste doit se tenir
à l’écart de la programmation » mais « un journaliste
complet, s’il veut le rester, pourra difficilement rivaliser
avec les programmeurs. »
L. D.
1) CFPJ Editions, 172 pp., 32 €.
es critiques à l’encontre des médias
abondent au cours de
ces dernières années
mais, malgré des griefs
maintes fois répétés,
il semble que la situation n’ait guère évolué.
Sont-ils à ce point incapables de faire un sincère mea culpa ? A
partir de ce constat,
Frank Thevissen, docteur en sciences de la
communication à la
VUB, a rassemblé les
analyses de 22 journalistes, mandataires
politiques et experts du
monde académique dans un ouvrage
publié en néerlandais sous le titre « De
vierde onmacht. Journalisten, politici en
critici over media en journalistiek » ( « La
quatrième impuissance. Journalistes, politiques et critiques à propos des médias et
du journalisme »)(1).
La première partie de l’ouvrage est consacrée à des réflexions sur le pouvoir et l’impuissance de la presse, dans un contexte
où la pression commerciale est omniprésente. Dans sa deuxième partie, consacrée aux différents aspects de la presse
(diversité, genre, ...), il donne entre autres
un aperçu des principaux acteurs du paysage médiatique flamand et des intérêts
qu’ils y défendent. La dernière partie aborde les lacunes et défis actuels de la VRT,
chaîne de service public.
Un livre qui ne s’embarasse d’aucun tabou
et qui donne matière à réflexion.
D’après un article de Marleen Sluydts dans
De Journalist n°142, décembre 2010.
1) Editions Van Halewyck, 480 pp., 25 €.
Ils et elles publient
A Paul Vandenabeele (La Dernière Heure)
signe aux Editions Edipro un guide pratique
sur la sécurité sociale. « Sécurité sociale.
Pour s’informer, se renseigner, se défendre »
entend apporter des réponses aux questions que se pose tout un chacun dans sa
vie quotidienne. 182 pp., 26 €.
Erratum
Dans notre édition de janvier, l’article
consacré au colloque liégeois sur la presse
régionale qualifiait Marc Gérardy de rédacteur en chef de Radio Contact Liège. En
réalité, depuis la réduction d’effectifs rédactionnels à Liège, cette fonction n’existe
plus et il n’y a plus qu’un seul rédacteur en
chef pour le réseau Contact (francophone),
en l’occurrence Didier Defawe.
journalistes - février 2011 - n°123 - Colloque
Comment garantir encore des médias libres et indépendants, en Europe, à l’heure d’internet ? Une
réponse que souhaite apporter le projet Mediadem combine recherche pluridisciplinaire et rencontres
avec les décideurs, les acteurs du monde des médias et la société civile.
L’information à l’ère d’internet
L
e projet européen Mediadem(1) comporte un volet
belge qui s’est ouvert le 29 novembre 2010 sur
une rencontre dont le thème était : « Ce qu’internet
fait à l’information ». Pierre-François Docquir (Centre
Perelman de philosophie du droit, ULB) démarra sur
Wikileaks. De l’info produite par des sources anonymes, diffusée par un mouvement militant et commentée par des journalistes de médias traditionnels (lire
aussi Journalistes n°118) : nous sommes bien dans le
registre de l’info nourrissant un débat d’intérêt général
couplé à une conversation publique dans laquelle le
citoyen exerce son esprit critique.
Tous les moyens d’info coexistent. Avant, le public
était le réceptacle d’une information produite par les
médias en concurrence. A présent, elle est aussi produite par le public lui-même. Cependant, les sites des
médias restent les plus visités. Ainsi que les médias
sociaux mais sur recommandation des « contacts ».
C’est une réelle émancipation par rapport au contrôle
de l’espace public par les médias de masse. Par
contre, se pose un problème économique : les géants
de l’internet s’accaparent les profits en valorisant
l’accès à l’info produite par d’autres. Autre problème
d’importance : le numérique conduit au virtuel. Ainsi,
l’on reconstitue en 3D des événements auxquels les
journalistes n’ont pas assisté ! Le journalisme de données deviendrait entièrement théâtralisé.
Damien Van Achter, « social media manager » à la
RTBF, utilise les blogs et donc les commentaires des
gens. Il s’agit pour lui de la collecte d’autres sources
journalistiques. Cela produit des infos pertinentes,
neuves. C’est une question de tri et, pour cela, on a de
plus en plus besoin de journalistes. Il se réfère à Owni
(lire Journalistes n°118), un nouveau business modèle, malgré les risques sur le contenu et la forme de
la participation du public à la valeur ajoutée de l’info.
Amandine Degand, de l’Observatoire du récit médiatique (UCL), a commenté une enquête menée auprès
de onze rédactions de médias et une centaine d’interviews de journalistes pour la plupart affectés au web.
Les éditeurs occupent plus de rédacteurs (fixes ou
tournants) sur le web mais réservent le contenu vraiment pro pour le média traditionnel. Les journalistes,
dépendant des dépêches d’agences et de recherches d’infos sur le web, sont de plus en plus sédentaires. Ils se méfient des sources sur le Net, autres
que journalistiques. Les médias sociaux et les blogs
sont peu consultés sauf ceux des collègues connus.
Facebook est considéré comme un gadget. Les journalistes web craignent la fausse info mais voient en
cela une sorte de pari : ils ont de plus en plus intérêt
à diffuser le message, que l’info soit vraie ou fausse :
cela fera des « clics » ! Si erreur, on efface cette info
mais on ne la corrige pas… La déontologie est donc
bien menacée. Ces journalistes se disent mal payés,
démotivés. Pourtant, ils veulent garder un rôle social,
de service public, aller sur le terrain, vérifier l’info.
Le droit de l’information
Avocat spécialiste des médias, Jacques Englebert
souligne qu’internet ne change pas le droit de l’info
mais amplifie certains problèmes. Ainsi, les atteintes
à la vie privée des gens explosent. L’anonymat des
commentaires du public pose la question de la responsabilité et de l’intérêt de l’info. L’internaute est-il
une source ou pas ? Est-ce de l’info ou du divertissement ? Qu’est-ce qui est secret ou pas ? Internet
est aussi source de droit. Il faut que l’info présente
un intérêt général pour qu’elle puisse être publiée impunément. La notion du droit à l’oubli dans les cas
de prescription, de réhabilitation judiciaire, a été affirmée par une décision du tribunal de grande instance
Image : Laurent Caro /Belpress.com
à Paris. Un journal a été condamné à, soit
désindexer un article, soit insérer un hyperlien donnant l’information d’une réhabilitation.
Il revint à François Heynderickx, directeur
du département des sciences de l’information et de la communication de l’ULB, d’animer le débat final. Nombreux sont ceux qui
peuvent être journalistes, mais qui sont-ils ?
Faut-il créer un label de qualité pour les
titres de presse, les blogs à la réputation
acquise ? La solution n’est-elle pas l’apprentissage à internet par le biais de l’éducation
aux médias ? Les éditeurs soulignent que
ceux qui s’enrichissent sont les opérateurs
télécoms et les moteurs de recherche. Dès
lors, comment payer ceux qui produisent
l’information ?
Gabrielle Lefèvre
(1) http://mediadem.philodroit.org
A Lire la version longue de cet article sur
http://bit.ly/internetinformation
En ligne
Webdocumentaire : les dessous d’un premier pas
Depuis la mi-décembre, LeSoir.be
diffuse le webdocumentaire
« Le Bonheur brut ». Une première
pour un média d’information
en Belgique francophone.
«L
e Bonheur brut » est une enquête sur les indicateurs de croissance économique et leur
capacité à mesurer le bien-être d’une population, inspirée de l’exemple du Bhoutan, où le roi a instauré un
indice de « bonheur brut ». Réalisée par le journaliste
indépendant Arnaud Grégoire, l’enquête décortique
les thèmes du produit intérieur brut et de la croissance
(ou décroissance) économique en proposant à l’internaute un parcours ludique, fait de textes, de sons,
d’images et de dessins animés.
Lorsqu’il élabore son projet, Arnaud Grégoire estime
à 18.340 € sa conception. Le Soir, enthousiasmé par
le sujet, accepte de le diffuser et d’héberger le blog
des étapes de sa réalisation. La rédaction en ligne n’a
pas de budget pour produire ou acheter le projet, et le
journaliste s’adresse au Fonds pour le journalisme,
qui lui octroie une bourse de 4.050 €. Il se met ensuite
en quête d’autres guichets de financements et là :
néant. En 2009, le webdoc fait peu parler de lui. Les
sociétés de production s’y intéressent timidement.
et aucune aide publique ne soutient la démarche, à
mi-chemin entre les arts numériques et la réalisation
audiovisuelle.
« Le Bonheur brut », c’est un an de travail,
beaucoup de bonne volonté et pas mal
d’argent sorti de la poche du journaliste.
Entre-temps, le Service de l’audiovisuel et
des multimédias de la Communauté française a dégagé 100.000 € et lancé un premier concours « webdoc » qui a suscité
37 candidatures. Cinq lauréats ont été annoncés fin novembre. La Belgique francophone rattrape petit à petit son retard face
à la France ou au Canada, où tant les pouvoirs publics que les médias d’information
ont instauré des lignes budgétaires pour
soutenir ce type de productions.
L’avenir dira, face aux aux coûts, si l’expérience « webdoc » tentée par LeSoir.be
sera ou pas un premier pas en ce sens.
Cécile Walschaerts
A A lire aussi sur notre blog multimédia :
www.ajp.be/multimedia/blog/
journalistes - décembre 2010 - n°121 - Internet
Depuis 2006, le site Wikileaks publie des documents confidentiels dénonçant les agissements douteux d’entreprises et de gouvernements. Ses promoteurs le considèrent comme un outil journalistique
susceptible de jouer un rôle important. Mais d’Islamabad à Neufchâteau, les critiques fusent.
Les drones de Wikileaks
Julian Assange, le cofondateur et porte-parole de Wikileaks, lors
de la conférence de presse londonienne qui a suivi la publication
des journaux de guerre afghans. (Photo Belga)
L
e 25 juillet dernier, Wikileaks publiait plus de
70.000 documents classés « secret défense »
à propos de la guerre en Afghanistan. Moins d’un
mois plus tard, des journalistes de Sud Presse relèvent qu’un document de synthèse du dossier Dutroux
– 1.235 pages – fait également partie des fuites publiées par Wikileaks. En ligne depuis le 17 avril 2009,
elle contient notamment des centaines de noms et
coordonnées de victimes ou simples témoins.
Si les journaux de guerre afghans avaient bien fait
l’objet d’un traitement journalistique – les rédactions
du Guardian, du New York Times et du Spiegel avaient
eu accès à ces documents quelques semaines plus
tôt et avaient accepté de les publier en même temps
que Wikileaks(1) –, la synthèse du dossier Dutroux a
été livrée brute, sans balisage ni sélection.
Dans un cas comme dans l’autre, ce sont les noms qui
dérangent. Pour le président afghan Hamid Karzai, la
vie de ses concitoyens ayant coopéré avec les forces
alliées a été mise en danger. Dans un courrier envoyé
à Wikileaks, plusieurs ONG – dont Amnesty international – s’en inquiètent également. Reporters sans
frontières « regrette l’incroyable irresponsabilité »
de Wikileaks(2).
Quant à la publication brute d’une partie du dossier
d’instruction de l’affaire Dutroux, l’AJP a tenu à réagir (3) : « Cette mise en ligne (…) constitue une violation de leur vie privée, intime ou sexuelle, alors qu’elle
ne présente pas d’intérêt pour le public, sauf voyeurisme déplacé. Elle pourrait même se révéler dangereuse pour certains informateurs qui faisaient état de
craintes à témoigner. Des dénonciations délirantes y
côtoient les pièces ‘sérieuses’, sans que rien ne permette au lecteur de discerner les unes des autres.
(…) On y chercherait en vain un quelconque objectif
journalistique d’information du public. On y trouve par
contre une preuve de la nécessité et de la valeur d’un
véritable journalisme, qui calibre, montre et contextualise l’information. »
« Plus qu’une histoire de fuite »
Wikileaks préfigure-t-il l’avenir du journalisme ou
s’agit-il là d’une dérive dangereuse « sans déontologie
ni contrôle » (4) ? « Cette affaire (des journaux afghans,
NDLR) est plus qu’une simple histoire de (grosse)
fuite. Elle inaugure une nouvelle ère journalistique,
faite de slow-journalism, de collaboration et de
bases de données », commente David Dufresne,
journaliste français indépendant co-auteur du web-
documentaire « Prison Valley » (lire Journalistes n°115), sur la plate-forme de journalisme digital Owni (lire ci-dessous). Sur
son blog (5), il ajoute : « Avec les warlogs,
un nouveau fait apparaît aux yeux du grand
public. Ce fait, c’est le data-journalism.
(…) En rendant publiques les données,
Wikileaks permet enfin à tout un chacun de
s’en saisir. »
Une « nouveauté » que le directeur de Libération, Laurent Joffrin, analyse : « Vérification, mise en perspective, conformité avec
le droit de la presse : les ingrédients les plus
traditionnels du bon journalisme d’investigation ont été utilisés (…) On remarquera
qu’il existe un précédent historique à la
publication de ces ‘warlogs’ (…) qui embarrassent si fort la Maison-Blanche : la
divulgation des ‘Pentagon papers ‘ qui a
tant fait pour discréditer l’intervention américaine au Vietnam. A cette époque, le Net
n’existait pas. La machine ne remplace pas
l’homme. Aussi utile soit-il, le Net ne remplace pas l’enquête.» (6) L. D.
(1) « Warlogs, la plus grande fuite de renseignements de l’histoire de la guerre »,
Owni.fr, 26/07/10.
(2) Lettre ouverte à Julian Assange, fondateur de Wikileaks : « Un mauvais précédent
pour l’avenir d’Internet », rsf.org, 12/08/10.
(3) www.ajp.be/communiques
(4) « Wikileaks n’est pas une solution à
la crise du journalisme d’investigation »,
Novovision.fr, 25/08/10.
(5) « Warlogs : la nouvelle guerre de l’information », www.davduf.net, 27/07/10.
(6) « Investigation », Liberation.fr, 28/07/10.
Exemples et outils pour le journalisme de
Fin août, le Centre de journalisme européen organisait, à Amsterdam, une
table-ronde internationale sur le thème du journalisme de données. Une
soixantaine de journalistes, programmeurs et chercheurs y ont participé.
L
e journalisme de données (datajournalism en anglais) se rapporte à une manière d’analyser des
données complexes en utilisant la programmation et
la visualisation informatique, ou d’extraire certaines
données pertinentes à partir d’une importante banque de données. Depuis la publication des journaux
de guerre afghans par le site Wikileaks, le datajournalism apparaît, aux yeux de certains, comme l’arme
secrète pouvant sauver le métier de journaliste. En
réalité, remarque le journaliste allemand Mirko Lorenz
(DeutscheWelle) « le datajournalism ne s’applique
pas nécessairement au journalisme d’investigation.
Le traitement et l’analyse des données servent ainsi
à permettre aux lecteurs de mieux décider pour
louer ou acheter une maison. Un autre site américain
journalistes - septembre 2010 - n°118 - propose la gestion des rumeurs sur l’immobilier. Le
datajournalism, c’est une façon de mieux filtrer et
mieux visualiser lorsqu’on raconte une histoire ».
Dans le cadre du traitement des journaux de guerre
afghans par le quotidien britannique The Guardian,
Simon Rogers a expliqué comment son journal s’y
est pris pour traiter et présenter visuellement plus
de 90.000 documents complexes : parallèlement à
l’usage intensif des sites de visualisation spécialisés
comme ManyEyes ou Googlemap, les reporters du
Guardian ont également fait appel aux internautes
spécialisés pour décoder le jargon militaire.
Le journaliste français Nicolas Kayser-Bril a ensuite
présenté le site français owni.fr (pour « objet web non
identifié »), une plateforme d’expérimentation des nou-
velles formes de « journalisme digital ». Basée
à Paris, cette entreprise finance essentiellement son activité journalistique en coproduisant
et en vendant des applications informatiques
pour des clients institutionnels.
A la fois média et plate-forme de publication,
owni.fr est un « pure player » qui s’appuie sur
un réseau d’éditeurs et de créateurs de contenus (le blog de Damien Van Achter, journaliste
à la RTBF, y est entre autres hébergé). Depuis
peu, le site diffuse chaque semaine « La newsletter du datajournalism », qu’il destine à un
« réseau de rédactions web innovantes ».
Secret des sources et P2P
W
iki, qui signifie « vite
» en hawaïen, se
réfère aux sites écrits par
des internautes et dont le
contenu est modifiable et,
« leaks » veut dire « fuites » :
tout est dans l’intitulé. Mais
on ne sait pas avec précision qui se cache derrière
ce site internet, né fin 2006.
« Wikileaks a été créée par
des dissidents chinois, des
mathématiciens et des
technologues de jeunes
entreprises internet des
EtatsUnis, de Taiwan, d’Europe, d’Australie et d’Afrique du Sud. (..) Version
non censurable de Wikipédia, il vise à divulguer
et à analyser des documents, dont la source ne
puisse pas être identifiable et pour une diffusion
à grande échelle. Elle associe la protection et
l’anonymat que permettent les toutes dernières
technologies de cryptographie, à la transparence et à la simplicité d’une interface wiki »,
explique l’organisation sur son site. Quelques
clics suffisent pour envoyer un fichier. Qui sera
notamment stocké sur des serveurs en Suède
(l’un d’entre eux est enterré sous 30 mètres de
roches dans la Montagne Blanche, à Stockholm),
en Islande ou aussi en Belgique, en raison de la
législation favorable au secret des sources.
« Nous sommes aussi humains »
Pour stocker ses données, Wikileaks utilise également une application de partage de fichiers
peer to peer (P2P) : Wikileaks CouchApp. Ce
système, devenu célèbre au début des années
2000 avec le site de partage de musique Napster,
rend quasi impossible la suppression de données. Qui sont toutes vérifiées, nous précise un
responsable de Wikileaks, sans toutefois être à
l’abri des manipulations. « Pas d’erreur jusqu’à
présent. Nous sommes bons mais aussi humains,
il y aura sans doute une première fois mais pas
maintenant. »
données
« Owni compte 5 temps-plein et une vingtaine de
collaborateurs. Le site propose un réseau social à
différents secteurs professionnels, nous avons également France24 et RFI ainsi que certains partis
politiques comme clients. L’indépendance journalistique ? Nous l’avons autant que les organes de
presse financés par Lagardère ou par les finances
publiques », explique le jeune journaliste.
Une niche journalistique
A côté de ces exemples, les autres orateurs ont
également mis l’accent sur les différents outils
informatiques à disposition des journalistes qui
souhaitent se lancer dans cette « niche », laquelle
ne nécessite pas nécessairement de prérequis en
langage informatique. Tony Hirst, de l’Open University (Grande-Bretagne), a ainsi expliqué que beaucoup de journalistes n’aiment pas les statistiques et
ont peur des mathématiques mais qu’à travers l’usage avancé d’outils classiques (comme le tableur
Bel RTL
A Liège comme
partout ailleurs
«L
Photo : Alain Dewez / Le Soir
Wikileaks a reçu en 2009 le prix « Nouveaux
médias » de la branche anglaise d’Amnesty
international, pour ses infos sur des centaines
de meurtres commis par la police kényane.
Parmi ses autres faits d’armes, la diffusion
d’un raid de l’armée américaine au cours
duquel deux photographes de Reuters ont
été tués, et la publication des « journaux
afghans » d’où est partie la polémique.
« Une grave erreur »
Aux critiques émises à son encontre,
Wikileaks rétorque que « le soutien est plus
fort que la critique » et que « les mauvais
journalistes aspirent au pouvoir parce qu’ils
en sont dépourvus ». L’organisation ne nous
fera aucun autre commentaire, notamment
sur les mesures mises en œuvre pour assurer la sécurité de ses sources et de son
équipe, qui a déjà fait l’objet de menaces.
« Nos racines sont celles de communautés
dissidentes et notre cible, celle de régimes
autoritaires non-occidentaux. Par conséquent, nous estimons qu’une attaque légale
et motivée politiquement contre nous serait
perçue comme une grave erreur des pouvoirs exécutifs occidentaux », dit encore
Wikileaks sur son site.
L. D.
Excell ou même le moteur de recherche
Google), il est parfois possible d’arriver à
des présentations professionnelles.
Relativement critique de la publication brute
des données et soucieux du rôle d’édition
de la rédaction, Alan McLean du New York
Times a quant à lui mis en garde contre la
publication tous azimuts : « Il ne sert pas à
grand-chose de publier des données sans
commentaire et contextualisation. Autant
publier un bottin téléphonique en ligne et
se réjouir en parlant de datajournalism ! ».
La plupart des participants à ce colloque
se sont accordés pour dire que le cœur du
métier d’informer reste l’art de raconter des
histoires sur l’actualité. Grâce à la technologie et à l’innovation, il est aujourd’hui encore plus facile et plus passionnant de le
pratiquer…
Mehmet Koksal (à Amsterdam)
A Lire la version longue de cet article sur
www.ajp.be/dossiers/datajournalism.php
a tranche matinale change mais, en termes d’information, les Liégeois ne perdent rien, avec
deux bulletins spécifiques de cinq minutes, à 6h32 et
7h32 » Barbara Mertens se veut rassurante pour les
auditeurs principautaires de Bel RTL, inquiétés par l’annonce de la disparition de leur « Liège Info », l’émission matinale qui s’adressait à eux depuis douze ans.
« Nous étions alors dans un contexte différent », poursuit la rédactrice en chef de la radio privée : « Première en termes d’audience partout ailleurs en Communauté française, Bel RTL était derrière la RTBF en
province de Liège. C’est pour attaquer cette place
forte que ‘Liège Info’ a été créée. Aujourd’hui, l’objectif
est atteint : Bel RTL est en tête à Liège comme ailleurs.
Et nous avons estimé le temps venu de tourner la page :
désormais, les auditeurs liégeois entendront le même
programme matinal que les Bruxellois, les Montois ou
les Carolos ».
La tranche de midi « fait la part belle à l’info régionale, et donc liégeoise également », ajoute Barbara
Mertens, qui insiste sur le fait que la disparition de
« Liège Info » n’aura pas de conséquence sociale négative, au contraire : « Deux journalistes à temps plein
restent à Liège, six jours sur sept. D’autres, comme
Ingrid Franssen ou Frédéric Moray, ont pris en charge
de nouveaux programmes, à Bruxelles. Globalement,
nous employons deux temps pleins supplémentaires
depuis la rentrée. Mais il y a aussi, par surcroît, plus de
boulot pour les indépendants ».
Tout est donc pour le mieux dans le meilleur des mondes « belertéelliens » ? On en accepte l’augure. Même
si nombre de Liégeois regretteront leur « Liège Info »
qui, soit dit au passage, a vu des Frédéric Delfosse,
Fabian Namur, Eddy Daniel ou encore Emiliano Bonfigli
faire leurs dents radiophoniques. La fin du décrochage
principautaire de Bel RTL amplifie par ailleurs la déglingue de la presse liégeoise. Les conséquences
démocratiques de cet appauvrissement médiatique ne
semblent pourtant guère inquiéter le monde politique
liégeois au sens large…
Philippe Leruth
En bref
A Depuis le 16 septembre, Roularta intègre les pa-
ges de son mensuel économique Bizz dans Trends
et Trends/Tendance. Cette disparition du mensuel
n’aura pas d’incidence sur la rédaction. Les 6 journalistes de Bizz restent en fonction pour produire
les 24 pages de supplément hebdomadaire.
A Le Conseil fédéral du développement durable
organise la 1ère édition du Prix « développement
durable » pour la presse, qui récompensera des
articles publiés entre le 30/09/09 et le 20/09/10.
Date limite de dépôt des candidatures : 30/09/10.
Infos : www.cfdd.be/FR/fora_prix_presse.html
A La Commission pour les échanges éducationnels
entre les Etats-Unis, la Belgique et le Luxembourg
propose des bourses aux journalistes (minimum 2
ans d’expérience) désireux d’étudier dans une université américaine pour une durée de 3 à 9 mois.
Date limite de dépôt des candidatures : 29/10/10.
Infos : adviser@fulbright.be
A Suivez nos actus, agenda et offres d’emploi sur
Twitter : https://twitter.com/AJPjournalistes
journalistes - septembre 2010 - n°118 - Kiosque
Réaction
Phénomène rare, mais pas inédit, un site web décide de prolonger
son média dans une formule papier. Un démenti de plus pour ceux qui
prophétisent la fin des journaux…
Du web au papier
L
a surprise est double. On lance encore, en 2010,
des publications « papier », et tous les transferts
éditoriaux ne vont pas nécessairement du support
traditionnel vers le numérique. La preuve par Rue89,
le site participatif d’information lancé en France en
2007, qui vient de créer, sous la même enseigne, un
mensuel papier. Avec de l’encre, des photos qui ne
bougent pas, et des pubs qui ne viennent pas recouvrir les textes à tous moments… Rue89 emboîte
ainsi le pas à Bakchich Hebdo, lancé le 23 septembre
2009 par le très impertinent site homonyme.
Format hyper compact (celui de l’agenda de l’AJP, à
4 mm près), 100 pages, prix à 4,50 €, le mensuel est
d’emblée fidèle à la vocation du site : « marier les
règles du journalisme professionnel et la parole citoyenne libre pour produire différemment une information ‘à trois voix’, journalistes, experts, internautes »,
écrit Pierre Haski, directeur de la publication.
Le sommaire est une salade composée, plutôt épicée,
avec du très sérieux (BP et la marée noire. Sur la piste
des pirates en Somalie), du décryptage politique (les
contre-vérités de Sarko), du racoleur (Que risque-t-on
à faire l’amour en rue ?), du futile (Comment sont logés 39 ministres) et quelques belles idées d’angles et
d’approches originales. Où l’on apprend que les correctrices d’Harlequin sont payées au signe… sans les
espaces, ou pourquoi les gsm des autres nous énervent à ce point. Plusieurs sujets sont accompagnés,
en guise de bonus, d’une sélection de commentaires
de lecteurs.
On souhaite longue vie à ce nouveau né. Mais les
9 maigres pages de pub récoltées pour ce premier
numéro (tiré à 87.000 exemplaires avec un objectif
de 30.000 ventes) ne sont pas du meilleur augure
pour sa longévité.
J.-F. Dt
« Notre centre de gravité reste le site »
Laurent Mauriac, cofondateur
et directeur général de Rue89,
commente le lancement du
mensuel dont le second numéro
est en kiosque depuis le
15 juillet.
A A quelle nécessité répond ce passage au papier ?
Laurent Mauriac : Aucune. On s’est rendu compte
que beaucoup d’articles du site pouvaient avoir une
seconde vie. Nous avons en moyenne 1,5 million de
visiteurs par mois. Un très bon article fait 100.000 visites. On propose aujourd’hui un autre mode de lecture,
une sélection des articles qui méritent l’attention.
A D’autres « pure players » l’ont osé sans succès
(comme Bakchich.info), n’est-ce pas risqué alors
que vous approchez l’équilibre économique ?
L.M. : Non, parce qu’on a déjà les articles. Bien sûr,
il y a un travail d’adaptation mais notre stratégie est
complètement différente de celle de Bakchich, par
exemple. Ils ont fait le pari de mener de front un site
web et un journal. Nous, notre centre de gravité reste
le site Rue89.com. La revue est une déclinaison de
ce qu’on fait déjà et qui peut nous rapporter de l’argent. C’est un prolongement, pas une diversification.
Si cela ne prend pas, on n’aura pas perdu d’argent
mais on arrêtera les frais.
A Neuf pages de pub pour un premier numéro,
c’est peu. Etes-vous satisfait ?
L.M. : On en attendait moins, on en espérait quatre.
Nous n’avons pas encore une idée précise de la pagination. Le premier numéro comptait cent pages.
Dix pourcent de publicité nous satisfait. De manière
générale, on est très content de la réception du marché publicitaire.
A L’accueil sur les réseaux sociaux fut mitigé :
« mauvais papier, cher payé pour une sélection
d’articles, etc. »
L.M. : Nous avons beaucoup de fidèles sur le site,
le magazine ne s’intéresse pas trop à eux et je peux
comprendre une petite déception de leur part.
Beaucoup de gens nous disaient : « J’aime bien ce
que vous faites, mais je n’ai pas le temps de venir
vous lire tous les jours. » C’est à eux que s’adresse
la revue et pas tellement aux accros du site.
A Des premiers échos de lecteurs belges ?
L.M. : Le premier numéro s’est monté très vite et
nous n’avons pas pu mettre en place tout de suite
la possibilité de s’abonner pour les lecteurs résidant
hors de France. On a été surpris par le nombre de
demandes d’abonnements pour la Belgique et pour
la Suisse. L’accueil y a été très bon.
Entretien : Cécile Walschaerts
Contre un cordon
pas si sanitaire
que cela…
J
’aimerais réagir(*) pour marquer mon
désaccord le plus complet avec l’article que Journalistes de juin consacrait au
cordon sanitaire médiatique pour en défendre le maintien, dénoncé au contraire
par Reporters sans frontières (RSF).
J’avoue avoir beaucoup de mal à voir notre
profession, basée sur les principes de liberté et de responsabilité, défendre un système
aussi partisan, antidémocratique, hypocrite
et contre-productif. Partisan parce que le
cordon favorise les formations établies au
détriment des nouvelles initiatives. Antidémocratique parce qu’il ne fonde pas sa
légitimité sur l’avis d’une majorité de la population concernée. Hypocrite parce qu’il
s’applique à géométrie variable selon les
intérêts du pouvoir en place. Et contreproductif parce qu’il favorise l’image d’une
société belge totalitaire qui brimerait à
outrance la liberté d’expression alors que
cela n’est pas vraiment le cas.
Le cordon sanitaire renforce le blocage
politique en francophonie tout en empêchant la représentation alternative des
choix politiques possibles. Regardez le
dynamisme des débats et les rapides
changements de rapports de force au nord
du pays : en dix ans seulement, la Flandre
a connu de vraies alternances (libérale,
chrétienne-démocrate et nationaliste) avec
une visibilité importante pour des nouvelles
formations de droite (LDD, N-VA, Vivant),
parce que le centre de gravité du Nord est
à droite mais l’alternance peut être de gauche dans d’autres régions.
En tant que journaliste indépendant (encore plus si j’étais journaliste dans un média
de service public), je refuse de m’imposer des concepts décidés par le pouvoir
politique. Le journaliste n’a de comptes à
rendre qu’à son public, il est de son devoir
de relater la diversité des idées (mêmes
choquantes) sans nécessairement faire un
choix « à la place du public ».
Ce fameux cordon est tellement sanitaire
qu’il se limite à l’étiquetage public des candidats ou mandataires. Ainsi, un chef de
groupe VLD ayant eu longuement accès
aux antennes s’est vu « blacklisté » suite
à son passage au VB. Et des mandataires
ouvertement négationnistes du PS, MR,
CDH, VLD, CD&V, SP.A ne sont par contre
jamais inquiétés ; au contraire ils sont soutenus et récompensés. Le cordon s’applique aussi de manière restrictive et limitative en vertu d’un curieux principe de territorialité. Les rencontres amicales et les
échanges entre les partis traditionnels belges et d’autres formations d’extrême droite
non belges ne posent, apparemment,
aucun problème.
Mehmet Koksal
(*) Bien que membre du Conseil de direction
de l’AJP, l’auteur tient à préciser qu’il
s’exprime ici à titre personnel.
journalistes - juillet-août 2010 - n°117 - Le dossier
Les belles promesses du « w
Narration éclatée, esthétisme et interactivité
sont-ils les mots clés du journalisme en ligne
approfondi ? Informer en racontant autrement,
c’est le pari du webdocumentaire. Un luxe,
aujourd’hui, mais un regard à défendre.
O
n ne sait pas très bien comment l’écrire. Avec un
trait d’union ? En un ou en deux mots ? Et comment
le définir, tant ses formes sont variées ou échappent
au formatage. Un documentaire web est un contenu
créé pour être diffusé sur internet. Mais le choix du
mode de diffusion en ligne n’est pas ici une décision
par dépit (le documentaire est rare en salle ou à la télévision) ou motivée par des impératifs financiers (ça
coûterait moins cher de produire pour le web). Non, il
s’agit réellement, dans le cas du « webdoc », d’offrir
une nouvelle approche formelle de l’info.
« Prison Valley », un webdocumentaire produit par la
société française Upian et la télévision franco-allemande Arte, – en ligne depuis le 22 avril (1) – illustre
parfaitement cette volonté de créer en premier lieu pour
le web des récits informatifs riches, fouillés et créatifs.
A l’origine, c’est une enquête sur le système carcéral d’un bled au Colorado menée pendant plusieurs
mois par le journaliste indépendant David Dufresne
(ex-Libération, Mediapart) et le photographe Philippe
Brault (agence L’Oeil). Au final, cela devient une expérience « multimédia-sensorielle » (textes, photos,
sons et vidéos nous enferment littéralement dans cet
univers). Expérience interactive aussi : je peux quitter et reprendre le fil, interroger des personnages,
« tchatter » et débattre sur le sujet avec d’autres internautes et protagonistes, mes contacts peuvent suivre
ma progression dans le récit sur ma page Facebook
ou mon Twitter. Un zeste de cinéma, de jeux vidéos et
de forums participatifs : dites à des journalistes que
ce sont des pistes d’avenir pour l’info en ligne, ils en
perdront leur latin !
Je joue, je m’informe
En quittant « Prison Valley », on a beaucoup appris
sur l’industrie de la prison et sur le système carcéral américain. Et puis, on n’a pas été là à suivre un
peu passivement une histoire du premier mot jusqu’au dernier, on y a été acteur. Certaines séquences
captivent, d’autres moins. On peut s’arrêter en chemin, choisir l’info qu’on veut sur un thème particulier.
La linéarité a été éclatée. « Internet n’est pas un lieu
de diffusion de ce qu’on ne peut pas diffuser ailleurs. Il
faut inventer, chercher de nouvelles façons d’organiser
journalistes - juin 2010- n°116 - et de capter le regard de celui auquel on s’adresse »
expliquait, début mai, le réalisateur belge Patric Jean
(Les enfants du Borinage. Lettre à Henri Storck, La
raison du plus fort) lors d’une journée de rencontres
consacrée au webdocumentaire à Bruxelles. Dans la
salle, des professionnels du cinéma (producteurs,
scénaristes et réalisateurs) et des journalistes (presse
écrite, médias en ligne et TV) curieux des coûts, des
contraintes et des perspectives du « webdoc ».
«Prison Valley », c’est 230.000 € de budget, dont 40%
environ pour le film (2) et 60% pour les aspects techniques web (interface, création, navigation, etc.) sur
Arte.tv.
Le projet a bénéficié d’un financement privé-public (90.000 € d’aide du Centre national du cinéma,
70.000 € du coproducteur TV et 70.000 € d’Upian).
Ce n’est pas vraiment moins cher qu’une production
documentaire télévisée classique (52 minutes), dont
les coûts moyens en Communauté française varient
entre 150.000 et 250.000 €.
De 25 à 35 minutes
« Il y a eu un travail constant d’aller-retour entre les
auteurs et la production web et graphique. L’esthétique est inspirée du jeu vidéo mais c’est assumé »,
explique Alexandre Brachet, d’Upian. Est-ce que les
internautes vont jusqu’au bout des possibilités du
récit ? « La durée de consommation moyenne surfe
autour de 25 à 30 minutes, parfois moins. Mais plus
on avance dans le webdoc, moins les chiffres de
consommation sont grands », concède-t-il.
Evidemment, l’internaute quitte le lieu comme le téléspectateur zappe. Mais la promesse du « webdoc »
est là : s’informer devient un parcours à la fois individuel et de partage collectif mais surtout ludique.
Pris en charge par des professionnels de l’info, qui
vérifient, recoupent, analysent, puis scénarisent leurs
enquêtes…, le jeu en vaut la chandelle.
Cécile Walschaerts
Coordinatrice du Fonds pour le journalisme
(1) http://prisonvalley.arte.tv
(2) La version de 59 minutes a été diffusée le 12 juin
sur Arte.
En voir
A La Cité des mortes (2005)
Enquête à Ciudad Juárez (Mexique) sur
les assassinats et disparitions de femmes non élucidés depuis 1993.
http://www.lacitedesmortes.net
A Thanatorama (2007)
Que se passe-t-il quand on meurt ? Un
projet entre documentaire et fiction.
http://www.thanatorama.com
A Gaza\Sderot (2008)
40 épisodes de la vie quotidienne à Gaza
(Palestine) et Sderot (Israël).
http://gaza-sderot.arte.tv
A Voyage au bout du charbon (2008)
Enquête sur les conditions de travail des
mineurs dans la province du Shanxi en
Chine. Mis en ligne par LeMonde.fr.
http://tinyurl.com/56247j
A Le corps incarcéré (2009)
Récit évoquant les souffrances physiques de l’enfermement carcéral réalisé
pour LeMonde.fr.
http://tinyurl.com/m3fxhy
A France 5 a lancé une collection de web-
docs sur les enjeux du siècle.
http://documentaires.france5.fr
En savoir +
A Liste de liens pour curieux de webdocus
fournis par le réalisateur Patric Jean.
http://delicious.com/patricjean
A Site-mémoire d’un étudiant français
(Celsa, Paris IV-Sorbonne)
http://webdocu.com
webdoc »
Photo de gauche : « Prison Valley », textes, photos, sons et vidéos enferment l’internaute dans
l’univers carcéral américain. Photo : Philippe Brault. Production : Arte, Upian, avec l’aide du CNC.
Photo de droite : extrait du webdocumentaire « Le bonheur brut », réalisé par Arnaud Grégoire
et soutenu par le Fonds pour le journalisme.
Produit de luxe cherche financement
C
ertains vous diront que vu les coûts et les compétences qu’il mobilise (journaliste, graphiste,
vidéaste, photographe, monteur, etc.), on parle beaucoup plus du webdoc qu’on en fait. Faux, on y réfléchit et on s’y lance, en télé comme en presse en
ligne. « Il faut se mettre à la place de l’internaute et
imaginer des expériences de découverte de contenu
à mille lieues de l’écrit. C’est peut-être une chance
de reconquérir nos lecteurs et d’aller éventuellement
les trouver sur le support de leur choix », souligne
Philippe Laloux, responsable des médias numériques
au Soir lorsqu’on l’interroge sur le sujet.
LeSoir.be s’est jeté à l’eau. Deux projets de webdocumentaire seront bientôt en ligne. L’un réalisé par le
journaliste Arnaud Grégoire, l’autre par le collectif de
pigistes Canal ordinaire. Mais tout n’est pas rose ou
simple. Le financement de tels projets reste aléatoire.
Le Soir en ligne dispose d’un budget de 30.000 €
par an pour rémunérer les collaborations extérieures.
Les deux sujets, vu leur caractère inédit, ont bénéficié d’une aide du Fonds pour le journalisme mais
uniquement pour le travail de recherche journalistique. Leurs auteurs doivent frapper à d’autres portes
pour la conception graphique et la navigation... De
telles aides n’existent pas encore en Communauté
française ou sont réservées à la création artistique
numérique.
Web et TV
Comment boucler le budget de production d’un webdocumentaire ? « Le seul moyen de développer le financement de projets de ce type sera de les adosser
à des programmes TV. Il y a un problème de visibilité.
Pour l’instant, une diffusion télé reste le meilleur appel
pour aller voir sur le web », estime Wilbur Leguèbe,
responsable des coproductions documentaires à la
RTBF. Jusqu’à présent, l’unité documentaire de
la chaîne n’est pas assaillie de propositions (notamment de journalistes maison), constate-t-il,
et lorsque des projets existent, ils proviennent
en général de documentaristes qui défendent
un point de vue d’auteur, comme Patric Jean ou
Marie Mandy. Cette dernière travaille, en coproduction avec la RTBF, sur un projet de webdoc
intitulé « La loge du sein », dans lequel elle propose une navigation à travers des témoignages
de femmes qui n’avaient pas trouvé place dans
son documentaire télé sur la maladie, « Mes deux
seins. Journal d’une guérison ».
web d’Arte France. « Jusqu’en 2008, le site web d’Arte était principalement un espace d’accompagnement des programmes TV, un magazine en ligne. La
volonté a donc été de créer des offres spécifiques :
faire dans le champ du web ce qu’on n’aurait jamais pu
faire en télévision ». C’est un adepte de ce qu’on appelle le « reverse broadcasting » : on produit d’abord
pour le web, on envisage ensuite une version télé. « Il
faut produire des contenus spécifiques pour le web,
investir en arrêtant de penser que c’est moins cher, et
convaincre les médias de jouer leur rôle dans le développement de ces productions », explique-t-il.
« Lisez ce que vous cherchez »
Arnaud Grégoire, dont le projet de webdocumentaire
« Le bonheur brut » s’intéresse aux indicateurs alternatifs de croissance économique, propose d’aller
plus loin dans l’interactivité.
« L’interactivité, c’est à la fois la technique mise en
œuvre dans le webdoc (c’est-à-dire le récit dans lequel on voyage et où on peut faire des choix) et la discussion avec les internautes (les possibilités qu’ils ont
de réagir). Dans mon projet, je veux les inscrire dans
une démarche de co-élaboration et pourquoi pas les
emmener avec moi faire des interviews. La question
que je me pose est : qu’est-ce que l’interactivité peut
apporter à l’info ? On n’est plus dans une démarche
du haut vers le bas (moi, journaliste, je sais ce qui fait
une information et je la diffuse). Aujourd’hui, ce serait
plutôt : mon boulot est de recouper et d’informer mais
je peux aussi m’inscrire dans une démarche où je réponds à une demande d’information de mes lecteurs.
C’est définitivement l’une des possibilités des médias
en ligne. »
Pour Philippe Laloux, le constat aujourd’hui est
simple : « Dans le contexte actuel, le webdoc est
perçu comme une production de luxe. Il pose à la
fois des problèmes de compétences, de moyens
et de temps ». Manière de financer, manière de
voir mais aussi de faire l’info. Voilà les enjeux du
webdoc et des contenus informatifs approfondis en ligne. « Il faut se dire que la base reste
identique : traiter l’info, la recouper, ce sont les
fondamentaux du journalisme. Ecrire pour le web
demande un effort supplémentaire. Pourquoi ne
pas imaginer dans les écoles de journalisme des
cours de scénario, d’écriture de jeux vidéo ou de
langage BD ? Cela n’aurait rien de dégradant. »
En offrant aux lecteurs de nouvelles techniques
d’explorations des contenus, on ne leur dirait plus :
« Lisez ce que je vous offre » mais « Lisez ce
que vous cherchez » et « Emparez-vous de ces
contenus puis partagez », résume-t-il.
C’est également la vision développée par Arte et
défendue par Joël Ronez, responsable du Pôle
Partager en amont
C. W.
journalistes - juin 2010 - n°116 - Blogs
Traditionnellement exclu des rédactions, le « je » resurgit par le biais des journalistes-bloggeurs.
Ceux-ci se perçoivent comme des marques, identifiables et indépendantes de leur entreprise. Voici
l’ère du personal branding…
« Je » est une marque
L
e concept de personal branding (PB)
remonte à la fin des années nonante.
Son ambition : montrer au travailleur comment influencer l’opinion que l’on se fait de
lui. Il faudra attendre le développement du
Web 2.0 pour que le concept prenne
réellement son envol. Avec l’apparition des
blogs, la communication de soi finit par
trouver un espace d’expression, parmi des
publics participatifs.
Aux yeux des journalistes, le blogging apparaît alors à la fois comme une menace
et comme un nouveau champ stratégique,
que certains choisissent d’investir en reprenant à leur compte la rhétorique du PB.
« Peut-être que la blogosphère est le lieu
où exprimer (…) [sa] marque », s’interroge
un journaliste de télévision, en insistant sur
sa volonté d’utiliser lui-même le blog comme une vitrine, un lieu où ses expériences
éparses pourraient trouver une cohérence,
une unité.
Un marché de la personnalité
Faire le récit de sa vie professionnelle – sur
un blog – offre, outre le bénéfice d’un feedback sur son propre travail, celui d’une
plus grande visibilité personnelle, laquelle
peut éventuellement se traduire par de
nouvelles relations de confiance, et donc
de nouvelles opportunités de carrière.
S’ouvre ainsi un champ d’interaction nouveau que certains n’hésitent pas à qualifier
de marché de la personnalité.
Comme dans tout marché, on y gagne à
Publicité
développer un produit authentique. Il s’agit pour
chaque travailleur de se différencier : premièrement,
en mettant publiquement au clair ce en quoi consisterait sa propre « valeur ajoutée » ; deuxièmement,
en créant un impact durable auprès de son public ;
troisièmement en soignant sa réputation ; et quatrièmement, en s’efforçant de renforcer son produit aux
yeux du public. Au cœur de ce processus, les qualités de l’individu sont mises en évidence et mises à
l’épreuve, avec pour critère de jugement, l’approbation d’un vaste public d’internautes, en partie anonymes, généralement distincts du milieu professionnel.
Une riposte à l’incertitude économique
On comprend que le PB n’est pas qu’une affaire de
marketing. C’est aussi une réponse communicationnelle à l’incertitude économique. Quand l’individu
ne parvient plus à se satisfaire de la sécurité que lui
offre l’institution qui l’emploie, il cherche à s’imposer
lui-même comme sa propre institution, son propre media ou sa propre marque.
Un journaliste reconnaît par exemple : « Si [mon employeur] m’avait viré en 2005, par exemple, j’avais rien.
(...) j’étais pas connu, je disparaissais, [je] n’existais
plus. Car je n’étais pas une marque. Depuis le blog,
je suis devenu une marque totalement indépendante
[du journal] ». Pour les journalistes, le PB devient ainsi, non seulement une technique de marketing, mais
aussi un moyen de se diriger soi-même, d’assumer
par soi-même l’exploitation et la reproduction de ses
propres ressources humaines.
« Je me vends, précise l’un d’entre eux, mais je peux
d’autant mieux me vendre que je connais le produit.
Je connais ses avantages. Je connais ses défauts. Je
peux adapter ma production. »
Si internet permet, en effet, à certains journalistes
d’autogérer une partie de leur travail, il faut garder
à l’esprit que ce n’est – le plus souvent – que sous la
forme d’activités effectuées hors du cadre du droit du
travail. Le tout est presté sans rétribution financière, si
ce n’est, peut-être, sous la forme de dons. Cette activité centrale à la vie professionnelle qu’est le récit de
soi ne prend donc pas la place qui lui revient au sein
de la journée de travail des journalistes : elle vient
juste s’y surajouter.
Le PB – cet outil de marketing destiné à s’appliquer à
l’univers professionnel – finit souvent par se transformer en un outil d’autogestion des ressources humaines, applicable à la vie elle-même. Le PB devient une
forme de self-help, de travail sur soi. Dans ce processus, de manufacture de soi – dont Dan Schawbel
s’amuse à dire qu’il peut autant vous construire que
vous briser –, le maître-mot est « transparence ». Il s’agit
de rendre l’opacité de sa vie professionnelle visible.
Ce glissement – du marketing personnel au self-help
– ne risque-t-il pas de bousculer la frontière entre vie
professionnelle et vie privée ? Le journaliste-bloggeur
se sert en effet d’outils qui changent la frontière entre profession et vie personnelle. Toutefois – pour les
journalistes qui bénéficient déjà d’une forte visibilité –,
le PB offre aussi la possibilité de contrôler son image.
L’un d’eux, affirme par exemple : « Je préfère cent
fois organiser ma publicité (…), parce que comme ça,
ça me permet de savoir exactement ce que je veux
garder privé ».
Pour l’entreprise, un avantage…
et une menace
Qu’en est-il enfin du rapport entre le PB et l’entreprise ? Le PB d’un journaliste est à la fois un atout et
une menace pour l’entreprise qui l’emploie. C’est un
atout en ce sens qu’il peut offrir à l’entreprise un visage plus humain, et générer de nouvelles dynamiques
communicationnelles. A ce titre, le PB intéresse non
seulement les indépendants et salariés mais aussi
certains entrepreneurs : il peut venir saper ce que
l’organisation contient de trop rigide, de trop sûr, de
trop institué.
Mais le PB est aussi une menace pour l’entreprise
qui assiste, impuissante, à un accroissement du degré d’autonomie de ses employés. Elle prend ainsi le
risque de laisser partir ses meilleurs éléments. « En
réalité, conclut un journaliste français, on devient nos
propres marques, complètement indépendantes de
celle du journal. Et c’est très dangereux pour le journal parce que le jour où on décide de partir, y a plus
rien pour le journal, mais nous on continue à exister
indépendamment du journal. Or, c’est le journal qui
nous a fait. On n’existerait pas si le journal ne nous
avait pas créés. »
Mathieu Simonson
Doctorant en sociologie, Cellule
interdisciplinaire de Technology
Assessment (Cita), FUNDP Namur
A La version longue de cet article et ses références
bibliographiques en ligne sur :
www.ajp.be/dossiers/personalbranding.php
journalistes - juin 2010- n°116 - Nouveaux médias
Audiovisuel
Cinq journalistes professionnels enfermés cinq jours pour tester les
possibilités des réseaux sociaux Twitter et Facebook. Enseignements.
Huis clos sur le journalisme
D
ébut février 2010, cinq journalistes professionnels
francophones travaillant pour des entreprises de
service public (Benjamin Muller de France Info, NourEddine Zidane de France Inter, Janic Tremblay de La
Première chaîne de Radio Canada, Anne-Paul Martin
de la Radio suisse romande et Nicolas Willems de
La Première-RTBF) ont créé le « buzz » (excitation
ou stimulus) en s’enfermant dans un gîte du Périgord
pour tester la fiabilité des informations diffusées sur
internet via deux réseaux sociaux : Twitter (spécialisé
dans le micro-blogging) et Facebook (site de partage multimedia entre « amis »), soit deux entreprises privées américaines très populaires sur le web.
En s’interrogeant sur leurs possibilités d’information
sans passer par « les sources d’information traditionnelles », les journalistes ont fait le pari de suivre l’actualité pendant cinq jours en consultant les seuls liens
diffusés sur ces deux plates-formes. Leur objectif ?
Faire du journalisme en recoupant l’information pour
l’opinion publique sans avoir recours aux agences de
presse et aux médias « traditionnels », quotidiens ou
périodiques.
Une certaine méfiance
Malgré une mise en scène visiblement inspirée des
émissions de télé-réalité mais probablement inadaptée à l’essence même d’internet (pourquoi se réunir
et s’enfermer pour accéder à internet, un média en
ligne sans contraintes géographique et temporelle ?)
et l’annonce a priori d’une expérience attirant forcément les tentatives de manipulation, « Huis clos sur
le net » aura au moins permis de relancer une fois
de plus le débat sur l’avenir du journalisme et l’usage
des réseaux sociaux comme sources d’information
par les journalistes.
Considérés parfois comme un gadget futile ou une
boîte à rumeurs, les réseaux basés essentiellement sur
les contenus générés par les utilisateurs s’installent
petit à petit dans les usages journalistiques, comme
le souligne encore une récente étude de la George
Washington University. Si de plus en plus de journalistes utilisent les réseaux sociaux (LinkedIn, Facebook,
MySpace, Netlog,...), les sites de micro-blogging
(Twitter, Tumblr, Plurk, Jaiku, Squeelr, Pownce,…) et
de moins en moins les blogs (Blogger, Wordpress,...),
ils n’en demeurent pas moins vigilants sur la qualité
des informations disponibles sur internet : 84% des
sondés estiment en effet que l’information est « moins
ou légèrement moins » fiable que celle diffusée par la
presse traditionnelle.
Se passer du net
L’avis des participants à « Huis clos sur le net » n’en
demeure pas moins mitigé sur l’usage des réseaux
sociaux à des fins professionnelles. Tous s’accordent
pour souligner l’utilité ou la nécessité d’être branchés
sur les réseaux sociaux mais l’information circulant
sur les réseaux sociaux a souvent l’inconvénient d’être
chaotique, diffuse et non hiérarchisée. Organiser, hiérarchiser, expliquer, relater et commenter, n’est-ce
pas justement le rôle qu’on attend du « quatrième
pouvoir » ? Certains ne partagent pas cette vision
et critiquent le « fétichisme de l’outil » en soulignant
que la pression sociale en ligne requiert d’être sans
cesse connecté, branché, ludique, courtois et disponible 24h/24. D’où la volonté de certains journalistes
« traditionnels » de ne pas jouer le jeu pour mieux se
consacrer à leur travail et à leur vie « hors ligne ».
En tout cas, l’idée du « loft des journalistes » branchés sur internet n’a pas manqué de susciter de nombreuses réactions (positives et négatives) dans les
médias (traditionnels et nouveaux) ainsi qu’une riposte
originale de deux étudiantes en journalisme du site
LeCourant.info. A leur tour, elles se sont enfermées
pour suivre l’actualité mais cette fois uniquement
via la télévision (plus précisément les journaux télévisés français) et sans aucun accès à internet. Ces
futures journalistes se demandent si on peut « encore
comprendre le monde à travers la grande messe du
20 heures » et elles s’interrogent sur les possibilités de
s’informer sans passer par le net. Mais comme l’a signalé Janic Tremblay dans l’émission « Intermédias »
(RTBF-radio), les journalistes doivent appréhender ces
nouveaux médias sous peine de voir d’autres s’en
emparer à leur place.
Mehmet Koksal
Une télé pour
Huy-Waremme ?
A
près RTC-Télé Liège (née en 1977),
Télévesdre (créée en 1989) et la
chaîne BRF-Fernsehen qui couvre depuis dix ans les neuf communes germanophones des cantons de l’Est, la
province de Liège va-t-elle voir naître
une quatrième télévision régionale ?
D’aucuns, dont Pol Guillaume et Philippe
Goffin, bourgmestres MR de Braives et
de Crisnée, rêvent d’une telle station locale qui serait baptisée « T 31 », référence aux 31 communes de l’arrondissement de Huy-Waremme (180.000 habitants) actuellement englobées dans la
zone de couverture de RTC-Télé Liège.
Pour le mayeur braivois, la place accordée par la station liégeoise aux infos de
Huy-Waremme s’avère cependant trop
parcimonieuse. « RTC nous consacre de
temps en temps un reportage, mais c’est
insuffisant », souligne Pol Guillaume
qui plaide donc pour la création d’une
nouvelle télé de proximité.
Lancée voici quelques semaines, l’idée
n’en est encore qu’à ses balbutiements,
ses initiateurs proposant aux communes concernées de financer une étude
de faisabilité du projet. Pourtant, elle a
déjà suscité son lot de critiques.
La fédération du PS de l’arrondissement de Huy-Waremme se montre ainsi pour le moins réticente. « Nous ne
sommes pas fermés au fait de réfléchir à une meilleure couverture médiatique de notre région », commente son
président Serge Manzato, bourgmestre
d’Engis. Au journal Le Jour, il expliquait
qu’un tel projet devrait être soumis à la
future conférence des bourgmestres de
l’arrondissement. « Nous sommes présents au Conseil d’administration de
RTC-Télé Liège et, avant d’envisager la
création d’une nouvelle télévision, nous
devrions peut-être examiner avec la
direction de la télévision liégeoise la
possibilité d’améliorer la couverture de
notre région », ajoutait-il.
Ecolo, par la voix de la députée Isabelle
Meerhaege, s’est également montrée
critique. Et Fadila Laanan (PS), ministre de l’Audiovisuel de la Communauté
française, a jugé que cette nouvelle télé
régionale « n’est pas une bonne idée ».
Il conviendrait, selon elle, de nouer le
dialogue avec RTC-Télé Liège, dont le
directeur général, Jean-Louis Radoux,
note que la couverture de la zone de HuyWaremme par sa chaîne est pratiquement proportionnelle au nombre d’habitants de cet arrondissement. « Et
depuis que nous y avons étendu notre
couverture, RTC n’a pas reçu un kopeck
supplémentaire de la Communauté
française.» Si le projet « T 31 » relève
pour lui de l’utopie vu la population très
réduite de sa zone de diffusion, il se dit
ouvert à toute discussion pouvant déboucher sur une formule qui en améliorerait la couverture.
Daniel Conraads
journalistes - mars 2010 - n°113 - Décembre 2009 - n°110
Rideau sur l’année 2009 qui vit défiler
son lot d’événements et de personnages
médiatiques. Nicolas Vadot en a rassemblé quelques-uns dans son petit théâtre
féroce. Cet ultime coup d’œil sera aussi
la carte de vœux de l’AJP, qui vous souhaite une très heureuse année 2010.
Dessinateur de presse et de bandes dessinées, Vadot collabore au Vif/L’Express
et au quotidien L’Echo. Franco-britannique de naissance, Belge d’adoption, il
réside en Australie, pays voisin de la
Belgique lorsqu’on est adepte du télétravail…
Sommaire
2
Droits d’auteur ou revenus ?
Deux décisions fiscales
3
Orthographe
L’ancienne ou la nouvelle ? 6
Radiolène
Réduite au silence
N° d’agréation : P101017
Bruxelles X - dixième année
Jusqu’où les professionnels doiventils s’ouvrir aux médias participatifs,
sites coopératifs et réseaux sociaux ?
La caricature de « journalisme
citoyen » imaginée chez Belga a
relancé le débat.
A
Sanoma
Grève et accord social
Des amateurs sur le terrain
de l’information. Danger ?
7
quelqu’un qui demandait un jour à Jacques Duquesne ce qu’il pensait du « Public Journalism »,
l’ancien patron du Point, qui n’en avait jamais entendu parler, confessa sa méfiance dès qu’on affublait
le journalisme d’un adjectif. Que dirait-il aujourd’hui,
alors qu’on multiplie les appellations autour de l’entrée
en force des non-professionnels dans la sphère de
l’information ? Le journalisme est devenu « citoyen »,
« participatif », « collaboratif » ou « pro-am » (pour
professionnel et amateur) sous l’effet d’un phénomène
dont il est impossible de prendre aujourd’hui l’entière
mesure. Et s’il est tout aussi hasardeux d’en prédire
l’évolution, on sait clairement à quel type de dangers
ce journalisme là exposerait le public s’il était poussé
à sa caricature, celle d’une information sans journaliste. Le 16 novembre, la démonstration en a été
administrée de main de maître par les penseurs en
marketing de l’agence Belga et l’annonce bidon du
décès de la reine Fabiola, mêlée aux dépêches des
professionnels.
L’avatar, aujourd’hui corrigé, du système « I have
news » est venu rappeler une évidence : l’information, au sens médiatique du terme, est un métier. Il
répond à des exigences de démarches ; il se réfère
à une déontologie spécifique autorégulée ; il maîtrise
un langage et assume une « responsabilité sociale »,
caractéristique de la liberté de presse qui impose
d’autres devoirs que ceux de la seule liberté d’expression.
Une tendance historique
Un métier donc. Mais pas cloisonné et accessible
seulement aux dûment estampillés « journalistes professionnels ». C’est si vrai que ni le diplôme, ni la carte ne sont un sésame légalement requis, chez nous,
pour pratiquer le métier. La question, aujourd’hui, est
alors de savoir comment, jusqu’où et au prix de quels
changements – de quels renoncements ? – la profession doit intégrer l’émergence médiatique, sociale et
technologique de l’ « amateur » dans l’information.
L’interrogation, à vrai dire, n’est nouvelle qu’en apparence, reformulée récemment par Internet, ses blogs,
ses sites et ses wikis. Bien avant l’ère numérique, Europe 1 appelait ses auditeurs à devenir producteurs
d’infos via le « téléphone rouge ». Le manifeste préalable au lancement de Libération, en France voici 36 ans,
annonçait « un journal fait par des gens avec l’aide
de journalistes ». Au Québec et en Wallonie, les premières télés locales virent des quidams empoigner
des caméras pour se raconter.
Suite et dossier pages 4 et 5
Jean-François Dumont
Le Dossier
Des amateurs sur le terrain de l’i
Deux journalistes, observateurs attentifs des
évolutions médiatiques, livrent leurs réflexions
sur le « journalisme citoyen ». Opinions
diverses ? Complémentaires plutôt…
Suite de la Une
L
e chercheur français Denis Ruellan a donc raison de rappeler que « l’histoire du journalisme
professionnel est celle d’une lente agrégation de
profils à mesure que les pratiques sociales et les
technologies ouvraient à de nouveaux territoires
d’activités » (1) . Et cela malgré la tendance historique
du journalisme professionnel « à construire de nouvelles exclusions, et particulièrement celle de
l’amateur », comme le note aussi Ruellan.
La participation de ces « amateurs » nous bouscule sans doute davantage aujourd’hui parce qu’ils
ne dépendent plus du bon vouloir des médias.
Affranchis de la technique, désormais accessible et
portable, le non-professionnel est sorti de la case
du « Courrier des lecteurs » pour s’exprimer en flux
continu, à armes (numériques) égales avec la
presse. Et même s’il le fait pour livrer des émotions
plus souvent que des informations, il est venu briser
les anciennes distinctions entre sources et publics,
médias et consommateurs. Il est tout cela à la fois,
poussant certains professionnels à estimer que
« désormais, en ligne, c’est la demande de chaque membre de l’audience qui définit le contenu
du média » (2).
Tous soumis, demain, aux modèles Myspace et
Youtube ? On ne l’imagine pas, tant que la complexité du monde exigera la médiation de professionnels pour sélectionner, décrypter, hiérarchiser,
analyser et formuler. Pour faire du journalisme, en
somme. Mais le rôle accru de l’amateur ne peut
être ignoré. Il élargit nos sources lorsqu’il publie
ses informations sur les blogs ou forums spécialisés. Il élargit le savoir collectif lorsqu’il coopère
aux sites collaboratifs. Il élargit les réseaux d’informateurs lorsqu’il répond à une enquête ou lorsqu’il
collabore à un média participatif. Sans doute n’y
a-t-il rien là qui puisse inquiéter les professionnels,
au contraire. Mais on méditera aussi souvent que
nécessaire la recommandation d’Alain Joannès, un
journaliste français qui n’a pas l’âge d’un digital
native : « Le web ne contient pas tous les éléments
dont les journalistes ont besoin (…). L’observation
directe des événements, les contacts humains, les
livres, les publications périodiques, les organes de
presse demeurent indispensables »(3). J.-F. Dt
(1) « Journalismes professionnel et amateur sur internet : penser les articulations. L’exemple de cafebabel.com », in Les journalistes et l’Europe, sous la
dir. de Gilles Rouet, Bruylant, Orbicom, 2009.
(2) « Une presse sans Gutenberg. Pourquoi internet
a bouleversé le journalisme », Jean-François Fogel,
Bruno Patino, Grasset, 2005.
(3) « Le journalisme à l’ère électronique », Vuibert,
coll. Lire Agir, 2007.
journalistes - décembre 2009 - n°110 - Les médias sociaux et plates-formes de
partage d’informations sont le terrain
du pire comme du meilleur. En Iran,
au lendemain du scrutin du 12 juin, de
nombreux témoignages de citoyens
ont afflué sur la Toile, via des sites de
partage comme YouTube (à gauche)
ou Twitter. Comme l’a aussi fait Janis
Krums, témoin privilégié du crash d’un
Airbus dans l’Husdon (New-York), en
janvier 2009, dont les photos ont fait le
tour du monde.
A
Opinions
L’info ne nous appartient pas,
alors partageons-là !
L
’épisode « I Have News » nous interroge sur la
manière d’exploiter le potentiel de co-création
de valeur ajoutée que le web et les réseaux sociaux laissent entrevoir dans nos processus journalistiques. Ne comptez pas sur moi pour jouer ici
les donneurs de leçons, je n’en ai ni les moyens ni
l’ambition, mais, puisque l’on m’y invite, je partagerai avec vous quelques réflexions sur ces liens
qui nous unissent à ceux que l’on avait coutume
d’appeler « Audience ».
C’est un fait, les commentaires des internautes à
propos de nos productions nous laissent parfois
un goût amer, souvent de trop peu, qui de prime
abord ne nous incitent pas à ouvrir plus grand les
vannes de l’interactivité. C’est à la fois parfaitement compréhensible et en même temps bigrement frustrant.
Pourquoi diable irions-nous en effet sciemment
mettre en danger l’intégrité de notre hiérarchie
de l’information en acceptant que des amateurs y
participent ? Peut-être parce que l’ADN même de
l’information est en train de changer. Parce que
c’est la notion même de «hiérarchie», par essence
verticale, qui se désintègre progressivement au
contact des « conversations entre êtres humains
connectés, des conversations qui étaient tout simplement impossibles à l’ère des médias de masse ».
Le web, le mobile et la télévision interactive « délivrent » l’info en y intégrant une évidence fondamentale issue de ces conversations : si elle a bel
et bien un coût, l’information n’appartient toutefois
à personne. Pas plus à Murdoch qu’à Google.
Pas moins à Copiepresse qu’à Tartempion. Seul
compte l’usage que l’on en fait et le sens que l’on
y apporte dans un contexte particulier.
Que faire alors ? Eriger des murs pour tenter de retrouver l’illusion rassurante du contrôle que les cycles
de bouclage de nos éditions nous apportaient ou bien
« lâcher prise avec dignité », comme le suggère Eric
Scherer, directeur Stratégique à l’AFP, et construire
ces espaces propices à la co-création de valeur ajoutée grâce aux leviers d’une interactivité éventuellement débarrassée des sms surtaxés ?
Cette stratégie, car c’en est une, ne signifierait nullement renoncer aux valeurs qui ont patiemment participé à la construction de la crédibilité de nos médias
mais, au contraire, la renforcerait en intégrant la diffusion de l’information comme une étape certes importante, mais non plus comme une fin en soi.
Conjuguer la force de l’analyse, de la prise de recul et
de la contextualisation avec la puissance des hyperliens, des algorithmes de recherche et des conversations entre individus de bonne volonté m’apparaît
comme le chantier le plus excitant à mener actuellement au sein d’une rédaction. Celles qui réussiront à
mettre en forme ces équations à multiples inconnues
continueront à coup sûr à se rendre indispensables
dans l’espace démocratique et économique. Les
autres, tout aussi certainement, beaucoup moins.
Damien Van Achter
1) « The People Formerly Known as the Audience »,
Jay Rosen - http://bit.ly/5pOozN
2) « Médias: les 8 nouveaux gènes du nouvel ADN de
l’information », Benoit Raphaël - http://bit.ly/6Z9CMf
3) « Le Manifeste des évidences », Levine, Locke, Searls
& Weinberger - http://bit.ly/6aoNqK
4) « Context is King », Eric Scherer - http://bit.ly/8OR2Hv
information. Danger ?
Wikipédia
non grata
En mars dernier, le conseil de
déontologie journalistique flamand
proposait une ligne de conduite relative à l’utilisation des informations
fournies par le public. De leur côté,
les agences de presse les traitent
avec réserve, comme c’est le cas
pour l’encyclopédie Wikipédia.
L
L’avenir du journalisme,
c’est... le journalisme
L
e journalisme dit « citoyen » est, parfois, du
journalisme : certains bloggeurs apportent des
informations et des opinions qui répondent aux
exigences d’un métier qui n’est pas le leur. Il est
parfois même citoyen, comme en Iran lorsqu’il
contourne la censure. Mais il est aussi le terrain
des « badauds » de l’information, l’agora des badinages de l’opinion et parfois même le nouveau
champ d’action des empoisonneurs des puits de
l’info.
Le phénomène est important car il semble exprimer confusément un besoin de participation au
sein de sociétés complexes, globalisées et fragmentées qui secrètent un sentiment d’exclusion
et d’impuissance. Mais ces nouveaux « faiseurs
d’information », comme les appelle le journaliste
de la BBC Nik Gowing, prospèrent également sur
les manquements, réels ou apparents, du journalisme.
« Nous avons vu l’ennemi et l’ennemi, c’est nous »,
s’exclamait Bogo, le héros d’une BD des années
1950. La prolifération des sites sociaux, comme
Facebook et YouTube, et l’intensité des messages qui s’y échangent en dehors des canaux du
journalisme, s’expliquent aussi par l’impression
que les médias traditionnels, du moins certains
d’entre eux, sur certains sujets ou à certains moments, ne répondent pas aux attentes et aux exigences du public.
Les médias sont naturellement tentés d’ouvrir
leurs espaces à ces amateurs de l’info, bien audelà du corral des forums ou du courrier. Toutefois,
quand cette démarche n’est pas scrupuleusement
gérée, elle prend le risque non seulement d’une dégradation du journalisme, mais aussi de l’image du
média qui l’accueille.
Il ne s’agit pas de bloquer ces flots de messages
et d’opinions qui appartiennent à la sphère légitime
de la liberté d’expression et de la citoyenneté et qui,
à l’occasion, offrent des informations utiles ou des
points de vue pertinents. Mais ces « faiseurs d’info »
ne peuvent en aucun cas prétendre faire du journalisme.
Ce métier, même s’il pêche aussi par ses bavures, a
ses règles et sa mission. Il doit répondre notamment
à des exigences strictes de vérification de l’information et à une appréciation permanente de l’impact
de celle-ci sur la société. La notion de « journalisme
citoyen » doit dès lors être réservée au journalisme
qui permet au public de devenir citoyen, c’est-à-dire
à un journalisme qui joue son rôle de quatrième pouvoir et qui apporte les faits et les opinions essentiels
au débat démocratique.
En d’autres termes, cette intrusion des « faiseurs
d’information » ne rend pas le journaliste subsidiaire.
Elle exige que le journalisme assume encore davantage sa mission essentielle de filtreur des briquaillons
et des pépites, d’arbitre du vrai et du faux, de trieur
de ce qui est important et de ce qui est insignifiant.
Plus que jamais, dans ce torrent de messages,
d’images et de bruit, l’avenir du journalisme… est
le journalisme.
Jean-Paul Marthoz
a vérification des sources est une règle qui doit
aussi s’appliquer à l’ensemble des contenus générés par les utilisateurs – ou user generated content
(UGC) – estime le Raad voor de journalistiek (RVDJ),
qui ajoute qu’il relève de la responsabilité des rédactions de les publier ou pas.
La ligne de conduite du RVDJ distingue toutefois les
informations fournies par le public des commentaires
déposés sur les forums des médias. Rappelant que
ces derniers sont responsables de leurs contenus,
le Raad leur recommande notamment de mentionner
clairement les règles d’utilisation de leurs forums, de
contraindre leurs utilisateurs à s’enregistrer préalablement, de recourir à des filtres électroniques pour
prévenir la publication de termes inappropriés et
de modérer en mode continu les débats portant sur
des sujets sensibles.
Figure emblématique des UGC, l’encyclopédie participative Wikipédia fait l’objet de strictes recommandations dans les agences de presse. Dans son
manuel en ligne destiné à ses journalistes (1), Reuters
estime que celle-ci ne peut en aucun cas être considérée comme une source sérieuse : « Il ne faut ni en
citer ni en copier les articles car ceux-ci n’ont pas
été validés et sont susceptibles d’être modifiés
au fil des secondes. » L’Agence France Presse a
donné des consignes similaires à sa rédaction :
Wikipédia y est interdite comme source directe et
les journalistes qui y ont recours sont censés tout
revérifier.
La même attitude est de mise à l’agence Belga. S’il
n’existe pas de texte clair sur la question, « on
préconise la prudence quant à son utilisation. Une
dépêche d’agence doit sourcer ses propos et pour
nous, Wikipédia n’est pas une source mais un outil
pouvant donner des pistes qui doivent être vérifiées », explique Philippe De Camps, directeur de
l’information. Soulignant que « tout ce qui vient de
l’extérieur n’est pas fiable à 100% », il indique que
le même traitement est désormais accordé aux
informations parvenant à la rédaction via le site « I
have news ». « On en dénombre une trentaine par
jour et celles qui semblent les plus pertinentes sont
vérifiées, au même titre que n’importe quelle autre
information arrivant à l’agence par un autre canal.
Mais d’abord, on en identifie la source : si elle est
anonyme, on n’en fera rien. »
L. D.
1) A lire (en anglais) via http://bit.ly/t6qtBs
journalistes - décembre 2009 - n°110 - Sorties de presse
Concevoir un site internet, c’est soigner son graphisme, son ergonomie,
sa mise en œuvre technique mais bien sûr aussi son contenu.
Un guide complet pour
la rédaction en ligne
«B
ien rédiger pour
le web… et améliorer son référencement
naturel » s’adresse aux
rédacteurs, chargés de
contenu, chefs de
projets et journalistes, de plus en plus
souvent amenés à
travailler pour le web.
Rédiger n’allant pas
forcément de pair avec
informer, c’est de communication qu’il est notamment question dans cet ouvrage de 412 pages, signé par la Belge Isabelle Canivet, conceptrice et
auteur du site action-redaction.com. Son crédo :
placer le rédacteur au centre du projet web. « Structurer le flux d’information tant par la forme que par le
contenu et, ce faisant, l’alléger et positionner son site
sur les moteurs, voilà les objectifs d’une bonne rédaction web », écrit-elle. Le professionnel y confrontera
son expérience avec les constats et propositions de
l’auteur, le néophyte y apprendra une foule d’informations sur les aspects techniques d’internet.
Le centre névralgique d’un site, c’est sa conception et
il s’agira de l’orienter vers l’utilisateur avec un contenu
concis, efficace, actualisé, utilisant à bon escient les
outils multimédia (liens, images,…). « Il ne suffit pas
d’écrire bien. La rédaction web doit s’inscrire dans une
logique de retour sur investissement sur un support
de consommation rapide. (…) Cette logique doit déterminer les objectifs du site et influencer le lecteur ».
Ainsi introduites, les règles de la rédaction web s’apparentent davantage à un énoncé de techniques largement éprouvées : la pertinence des mots-clefs, la
structure du texte en pyramide inversée, la règle du
qui-quand-où-pourquoi-comment, les lois de proximité (temporelle, sociale, géographique), l’utilisation
L
d’un langage compréhensible par tous…
L’auteur préconise l’utilisation de titres incitatifs, la
rédaction de textes aux phrases simples et courtes,
la mise en relief des textes plus longs ou encore la
chasse aux redondances et aux clichés.
Sur internet, « trop d’information tue l’information
mais une page peut en contenir beaucoup sans être
surchargée, si tant est qu’elle est appréhendée et perçue de manière agréable. Il s’agit de l’alléger, l’image
jouant ici un rôle essentiel : elle constitue une fracture
visuelle. » A condition de respecter les droits de son
auteur : à défaut d’obtenir son autorisation, les images
libres de droit « sont là pour ça », bien qu’Isabelle
Canivet préconise heureusement de faire appel à des
professionnels, photographes ou graphistes.
Etre référencé et lu
De communication, il est toujours question dans la
partie consacrée à l’adéquation entre écriture et objectifs du site : « elle doit infléchir le comportement
de l’utilisateur et l’amener à agir ». Derniers conseils :
mesurer la popularité des pages, analyser les attentes de la cible, formaliser sa ligne éditoriale et optimiser chaque type de contenu, de la page d’accueil
du site à la newsletter en passant par le blog, les
messages d’erreur et les communiqués de presse. Et
puisqu’en moyenne 40% du trafic d’un site web sont
générés par un moteur de recherche, l’ouvrage pose
les jalons d’un référencement efficace : accessibilité,
pertinence du contenu, popularité et fiabilité, utilisation d’outils de positionnement payants ou gratuits.
Viennent ensuite les techniques de promotion du site
web et voilà la boucle communicationnelle bouclée.
Le tout est abondamment illustré et commenté.
L. D.
« Bien rédiger pour le web… et améliorer son référencement naturel », Isabelle Canivet, Eyrolles, 412 pp., 32 €.
L’œuvre au noir et blanc
M
ettez ensemble un grand
photographe et un grand
écrivain, confiez le mélange à
un grand éditeur et vous obtiendrez un grand livre. Ca se passe
chez nous en plus et, pour que
nul n’en ignore, le livre s’appelle
« Belgicum ». Au Botanique, cet
été, on a pu voir les fascinantes
photos de Stephan Vanfleteren mais on n’a pas pu
lire l’ « essai » que David Van Reybrouck, autre célébrité flamande, a écrit à leur sujet et sur leur auteur :
conversations à bâtons rompus, promenades solitaires sur les lieux photographiés à la Côte, à Bruxelles
ou ailleurs, réflexions personnelles...
Vanfleteren (né à Courtrai en 1969) est reporter-photographe indépendant (notamment pour le Morgen et
le Volkskrant). Il est allé au Kosovo, en Afghanistan
et ailleurs. Il a remporté plusieurs World Press Photo
Awards et autres prix prestigieux. Il a exposé dans
les grandes villes européennes, à New York, à Osaka.
Parallèlement, pendant quinze ans,
il a parcouru notre pays, photographiant, toujours en noir et blanc,
avec gravité, tendresse, cruauté ou
humour, tout ce qui accroche son
regard : visages ravinés de rides,
murs lépreux où achèvent de mourir des publicités peintes, épaves de
voitures dans les bois, routes dans
le brouillard... Tous les sujets, même les plus insignifiants, lui sont bons mais c’est surtout dans les portraits en gros plan qu’éclate son formidable talent.
C’est la somme de ce travail sur notre sol qui fait l’objet de « Belgicum ». Van Reybrouck (Bruges, 1971),
qui connaît et apprécie l’œuvre de Vanfleteren, n’écrit
pas un hommage convenu mais un vrai texte littéraire
(traduit en français et en anglais) qui complète admirablement la démarche du photographe.
M.-C. B.
« Belgicum », Stephan Van Fleteren
et David Van Reybrouck, éd. Lannoo, 244 pp, 45 €.
Défendre la planète et
la liberté de la presse
e nouvel album édité par
l’organisation Reporters
sans frontières (RSF) met à
l’honneur cent photos de
l’agence Minden Pictures,
reconnue pour ses belles
images sur la nature et le
monde animal.
« 100 photos de nature pour
la liberté de la presse » alerte
sur l’urgence à défendre notre
planète mais pas seulement :
« De graves crises environnementales sont cachées, tenues
secrètes. Parfois, des Etats
vont jusqu’à emprisonner ceux qui
s’intéressent de trop près aux atteintes à la bonne santé de notre planète.
Parmi eux figurent des journalistes »,
souligne Jean-François Julliard, secrétaire général de RSF.
Préfacé par Nicolas Hulot, ce bel album compte 144 pages et est vendu en
librairie au prix de 9,90 €.
Ils et elles publient
A Retour sur la dernière campagne électorale en Région
bruxelloise dans « Bruxelles
2009, l’autre campagne »,
de notre confrère Mehmet
Koksal, publication née de
son blog « Parlemento.com ».
Le journaliste indépendant y a
suivi de près, avec objectivité,
les candidats d’origine allochtone dans la dernière ligne
droite avant les élections, tous
partis confondus.
Autre particularité de l’ouvrage : il s’agit d’une
auto-édition disponible dans des versions papier et électronique.
Lulu.com, 184 pp., 32 €.
Journalistes - L e m e n s u e l d e l’ A J P
Publication de l’Association des
Journalistes Professionnels.
Editeur responsable : Marc Chamut,
rue de la Loi 155 - 1040 Bruxelles
Rédaction : Résidence Palace (bât. C)
rue de la Loi 155 - 1040 Bruxelles
T : 02 235 22 60 - F : 02 235 22 72
Courriel : journalistes@ajp.be
Site : www.ajp.be
Coordination : Laurence Dierickx
Ont participé à ce numéro :
Marie-Claire Bourdoux, Vinciane
Denis, Jean-François Dumont,
Martine Simonis, Cécile Walschaerts
Images : Belga, Isopix, Kanar
Abonnement : 40 € (11 n°s/an)
Publicité : AJP
Maquette : Agence A3
Impression : Hayez
Rédactionnel bouclé le 02/09/09
Membre de l’Union
des éditeurs de la presse
périodique (UPP)
journalistes - septembre 2009 - n°107 - Multimédia
Etats-Unis
Twitter.com
L’info portable :
la brève en continu
L’info au bout du mobile : les
médias américains y croient. Et
pour cause : c’est chic, pas cher et
cela avantage les « marques ».
A
Photo
Belpress.com
ux Etats-Unis, les chaînes de télévision et
la presse, en déclin, recyclent de plus en
plus leur contenu « en allant au plus simple »,
explique Salil Dalvi, senior vice-president pour
le « Mobile Platform Development » à NBC
Universal. « On ne fait rien de révolutionnaire ;
les gens veulent quelque chose avec lequel ils
sont déjà familiarisés », explique-t-il. En vertu
de cette logique, après avoir offert seulement
l’information par média mobile, NBC a ajouté
le divertissement et
toute la gamme de ses
productions. En 2008, la
progression a été spectaculaire : 2 millions de
« pages » utilisées par
mois en janvier, 50 millions à la fin de l’année
et une envolée exponentielle du nombre de segments vidéos regardés
sur mobile.
« La première source
de trafic sont les gens
qui tapent une adresse
URL, comme ils le feraient sur leur ordinateur », dit Salil Dalvi.
Cela explique sans doute
la composition du « top
ten » des sites consultés
en 2008 sur les téléphones portables, établi
par l’Institut Nielsen :
Yahoo mail, Google search, Gmail, Weather
Channel (chaîne consacrée à la météo), ESPN
(chaîne d’actualité sportive). Le seul site d’information généraliste, CNN News, est à la 9e place.
La vidéo aussi
Les grands groupes de presse tentent eux aussi
de s’inscrire sur ce nouveau marché. Gannett
(éditeur du quotidien populaire national USAToday, de 17 quotidiens régionaux et de 300
hebdomadaires et magazines, gérant de 23 stations de télévision) s’est lancé très tôt dans
l’expérience autour de l’idée forte que « le
contenu Gannett devait être accessible partout
à tout moment », selon la formule de Jason
Fulmines, mobile product manager. Pour l’instant, le texte et la photo dominent « mais la
vidéo est à l’horizon », dit-il.
Dans certains cas spécifiques, le média mobile apporte un élément supplémentaire :
« FloridaToday publie des alertes sur le suivi
de chaque lancement à Cap Canaveral, minute
par minute. Le média mobile ne cannibalise
pas le contenu de nos autres plateformes, mais
met en valeur ce qui y est produit. »
journalistes - avril 2009 - n°103 - 6
Jeffrey Litvack, general manager pour
« Mobile and Emerging Products » à
Associated Press (AP), ne parle pas
de « cannibaliser ». Il préfère le mot à
la mode pour « recycler », repurpose,
c’est-à-dire donner une seconde destinée aux informations d’AP : « C’est
très économique et cela ne change
pas la façon de travailler : le support
convient bien au style ‘qui, quoi, où,
quand’ de l’agence ». Gannett et AP
sont extrêmement circonspects sur les
possibilités d’interactivité du média,
en dépit par exemple de l’engouement
pour l’information en un minimum de
signes déclenché par Twitter (lire cicontre) dans la classe politique et financière.
« Les annonceurs ne seront intéressés que si l’information est exacte et
professionnelle », dit Jason Fulmines ;
pas question de mettre en péril la
« marque AP, dont la réputation est
d’être premier et fiable », dit Jeffrey
Litvack. D’autres médias traditionnels,
comme le Los Angeles Times, tentent
de regagner grâce au « mobile » les
parts publicitaires perdues dans l’édition « papier », avec une offre d’annonces ciblées et interactives pour l’immobilier et l’automobile.
Personne ne semble avoir encore
conçu un modèle satisfaisant de rentabilité, même si certains, comme pour
le net, placent leur espoir dans des
segments ciblés (finances, sports) pour
lesquels les clients seraient prêts à
payer une prime. Actuellement, le seul
frais est l’abonnement du fournisseur
d’accès. Ensuite, le contenu est gratuit,
avec des bannières publicitaires comme sur le net.
L’équipement, plus que l’offre de contenu, semble déterminer pour l’instant
la décision d’utiliser l’information mobile ou non. Les détenteurs d’i-Phone,
notoirement pionniers, sont responsables de la moitié du trafic « mobile » aux
Etats-Unis, en partie grâce aux multiples applications qui rendent l’usage
plus facile (avec par exemple un
concurrent au lecteur « Kindle » lancé
par Amazon).
En 2008, 45% des Américains déclaraient ne vouloir utiliser leur portable
que pour sa fonction téléphone, contre
20% (plus jeunes et célibataires) qui
l’emploient déjà comme un outil « multimédia ». Selon une étude récente d’IBM,
la situation pourrait évoluer très vite :
50% des consommateurs sont prêts à
abandonner l’ordinateur comme moyen
d’accès au net, au profit du mobile.
Nathalie Mattheiem (à New York)
Machine à scoops ?
Twitter, le « sms d’internet », est un
outil de réseau social qui permet à un
utilisateur de signaler de manière
instantanée et gratuite, en maximum
140 caractères, ce qu’il est en train de
faire ou de voir à son réseau de lecteurs.
F
ondé en 2006 par Jack Dorsey, le site Twitter.com
est aujourd’hui le troisième réseau social le plus
populaire sur internet après Facebook et MySpace.
Il a son siège en Californie, emploie 34 personnes
et est financé par des investisseurs américains. Son
modèle est basé sur le système d’auto-renforcement :
plus les gens utilisent le « service social en ligne »,
plus les autres veulent l’utiliser également car ils
aiment y retrouver des amis ou des collègues.
Comme la plupart des médias sociaux sur internet,
Twitter produit une quantité impressionnante d’informations parasites qui remplissent un besoin de reconnaissance publique. En marge de ce phénomène, les qualités de Twitter (gratuit, court, instantané
et public ciblé) sont bien réelles. Une étude publiée
dans le magazine New Scientist indique que les médias en ligne comme Twitter, les blogs ou les sites
de géolocalisation font un meilleur travail d’informations durant les moments de crise que les médias
traditionnels. En effet, Twitter doit largement sa popularité à la couverture instantanée des événements
imprévisibles tels que le tremblement de terre en
Chine, le massacre de Virginia Tech, les attaques
terroristes à Mumbai ou encore le crash d’un avion
à Amsterdam. Chez nous, Damien Van Achter de la
RTBF et Roel Verrycken du Tijd se sont servi deTwitter pour partager en direct leurs observations lors
de la récente visite de Hillary Clinton. C’est aussi sur
Twitter que le journaliste-blogueur Charles Bricman
a annoncé le départ de Jean-Claude Defossé de la
RTBF pour Ecolo.
L’outil est également utilisé par la Croix Rouge américaine pour signaler des catastrophes naturelles,
par les syndicalistes internationaux de LabourStart
pour partager des informations ou par les pompiers
australiens pour localiser ou signaler les feux de forêt. Un rapport des services de renseignement de
l’armée américaine décrit Twitter comme un « potentiel outil à caractère terroriste » car il serait également utilisé par des individus pour publier ou soutenir des idéologies extrémistes.
L’intérêt pour les journalistes réside essentiellement
dans la possibilité de suivre un événement en cours,
d’interagir avec des témoins ou des experts, de
nourrir un article en cours de rédaction ou de repêcher des opinions d’une personnalité sur un sujet
déterminé.
Mehmet Koksal
Sorties de presse
Arrêt sur journalisme
J
ournaliste au Monde pendant vingt
ans, chroniqueur à Libération et
directeur d’un site d’information financé
par ses abonnés (arretsurimages.net),
Daniel Schneidermann est un observateur critique des médias français. Dans
son dernier livre, qu’il cosigne avec sa
fille âgée de 17 ans, Clémentine, il passe
en revue « des évidences si bien intériorisées par les journalistes et les dirigeants de presse que plus personne ne
se les avoue. »
Les pièges du journalisme politique, le
copinage, la déontologie, l’autocensure,
la presse d’opinion, le processus de
sélection de l’information, les impératifs
économiques, la pression de la concurrence, le travail des agences : une leçon de journalisme engagé,
sous la forme d’une discussion à bâtons rompus.
Pour mieux comprendre, et donc mieux décoder, les
arcanes complexes de l’information. L. D.
« C’est vrai que la télé truque les images ? », Daniel et
Clémentine Schneidermann, Albin Michel, 240 pp., 16 €.
Ils et elles publient
A Pour un enseignant qui aime son métier, être mis en
disponibilité, c’est la pire des choses ! Pierre-Yves
était heureux… A présent, il veut réfléchir à la meilleure
manière de réussir sa vie. Il décide de partir quelques
jours en solitaire… à Cobourg. Voilà la trame du roman
« Les Soleils de Cobourg » que Charly Dodet, journaliste au long cours à Vers l’Avenir, vient de publier aux
Editions Persée (Paris & Cogolin). 254 pp., 19 €.
A Correspondante du Soir aux Etats-Unis
de 1991 à 2006, Nathalie Mattheiem
vit à New York où elle est journaliste
indépendante. Elle est également l’auteure du blog « Americana » (1). Dans
« Les Etats-Unis de Bush à Bush. Les
failles de l’hyperpuissance » (collection
Reportages, éd. du Cygne), elle retrace
l’histoire d’un pays profondément marqué par la lutte contre le terrorisme. Mais
pas seulement. Après Bush père et Bush
fils, en passant par la présidence mouvementée de Clinton, les Américains ont,
comme elle l’écrit, surpris le monde et se
sont surpris eux-mêmes en plébiscitant
Barack Obama. 182 pp.,19 €.
(1) http://americana.blog.lemonde.fr
A L’Institut Emile Vandervelde, le centre d’études du
PS, vient de mettre scrupuleusement dans ses archives, à l’intention des chercheurs, un travail de mémoire effectué par Robert Falony, qui fut journaliste
au Peuple de 1953 à 1979, à La Wallonie de 1980
à 1998, et participa enfin à la courte expérience du
Matin. C’est donc un récit des déboires de la presse
socialiste, de ses métamorphoses et de sa disparition
finale. Il débute par des « portraits » d’anciens confrères, quasiment tous disparus. Le ton se veut objectif,
mais est critique envers les directions successives
de ces quotidiens disparus, avec le reflet de ce que
furent les attitudes des journalistes lors des épreuves
traversées. Ce travail de 48 pages est susceptible
d’être édité.
journalistes - février 2009 - n°101 - Etude
La révolution digitale
L’émergence des blogs, des médias
participatifs, des réseaux sociaux
et des agrégateurs de contenu a
bouleversé les modes de consommation et de production de l’info.
Une étude américaine en analyse
les défis et perspectives d’avenir.
L
’étude « Media Re:public », publiée
fin décembre 2008 par le Berkman
Center for internet & society de l’université d’Harvard (1), analyse la situation des médias numériques aux EtatsUnis, tout en explorant leur potentiel
et les défis qui y sont liés. Elle met
également en lumière « la nécessité
d’un nouveau débat sur la manière de
réinventer le journalisme dans l’intérêt du public. Un débat qui devrait
s’appuyer sur ce qui se fait de mieux
dans tous les domaines ».
Constituée de treize documents (en
anglais) téléchargeables gratuitement
en ligne, elle s’appuie sur de nombreux
constats. En premier lieu, elle épingle l’abondance des nouveaux médias
en ligne, qui se développent dans un
contexte de crise économique frappant
durement de nombreuses entreprises
de presse. Mais, dans le même temps,
« l’euphorie des médias participatifs a
été tempérée par des préoccupations
sur la qualité et la crédibilité des médias en ligne, la possibilité de la fragmentation de l’audience, un déclin des
standards éditoriaux et le persistant
challenge de l’information. »
Si le journalisme n’a pas encore trouvé
de modèle fiable de durabilité sur le
web, écrivent Persephone Miel et
Robert Faris, quatre grands axes sont
susceptibles de l’aider à relever de
nouveaux défis : promouvoir un journalisme d’excellence, doté de moyens
techniques et financiers suffisants ;
améliorer la qualité et la portée de
l’information ; surveiller et traiter les
sujets dans lesquels l’information est
insuffisante en quantité et en qualité ;
et, enfin, mesurer l’impact de cette
(r)évolution de la manière d’informer.
Sur internet, les lieux d’information
ne sont plus réservés aux seuls professionnels. La facilité, la rapidité et le
faible coût de l’outil ont largement
contribué à ce que la blogosphère s’impose parmi les modèles dominants.
Les 184 millions de blogs référencés
par le moteur de recherche spécialisé Technorati sont lus par 77% des
internautes actifs. Pour le journaliste
en ligne Dan Gillmor, on ne peut que
se réjouir cette nouvelle donne : les
‘presque’ journalistes, comme il les
appelle, ont les moyens de combler
certaines lacunes des professionnels.
Autre phénomène, celui du journalisme
citoyen ou participatif dont l’approche
volontariste se heurte à de nombreux
défis. « Le premier est la motivation
des gens à travailler sans rémunération sur des histoires qui prennent
beaucoup de temps. »
Innover pour émerger
Une des nouvelles techniques les plus
prometteuses pour émerger dans le
monde des médias numériques, relèvent les auteurs de l’étude, est le
crowdsourcing, qui consiste à tirer
parti du savoir-faire des internautes :
la puissance d’un réseau au service de
l’information. Autre procédé novateur,
celui du crowdfunding, qui consiste à
faire appel au public pour financer des
projets de journalisme.
Reste que face à la multiplication des
sources d’informations, le lecteur doit
aujourd’hui développer de nouvelles
compétences car « il a non seulement
plus de choix mais aussi plus de responsabilités pour localiser les informations crédibles et assembler un produit informatif cohérent et complet. »
Et si cette démocratisation du web contraint le journalisme à se réinventer,
conclut notamment l’étude, « tout le
potentiel est là pour créer un environnement informatif plus riche, plus intéressant et plus représentatif. »
Laurence Dierickx
(1) http://cyber.law.harvard.edu/
publications/2008/News_and_Information_
as_Digital_Media_Come_of_Age
Commission d’agréation : vos candidatures !
L
’actuelle Commission d’agréation
de première instance qui attribue
le titre de journaliste professionnel
achève son mandat de quatre ans.
Une nouvelle Commission, composée
paritairement de représentants de
l’AJP et des éditeurs, lui succédera
le 1er avril. Huit mandats (4 effectifs
et 4 suppléants) sont à pourvoir pour
l’AJP. La Commission d’appel sera
également renouvelée. Quatre mandats
(deux effectifs et deux suppléants)
y sont à pourvoir. La Commission
d’agréation se réunit une fois par mois.
Les mandats sont gratuits.
Les journalistes intéressé(e)s par un
mandat dans l’une ou l’autre de ces
commissions peuvent introduire leur
candidature avant le 1er mars, par courriel, à : martine.simonis@ajp.be
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising