BTS Assistant de Gestion PME-PMI Unité U 2 : Communication en

BTS Assistant de Gestion PME-PMI Unité U 2 : Communication en
BTS Assistant de Gestion PME-PMI
Unité U 2 : Communication en langue vivante étrangère
1. OBJECTIFS
L'étude des langues vivantes étrangères contribue à la formation intellectuelle et à l'enrichissement culturel de
l'individu.
Pour l'étudiant de Section de techniciens supérieurs, cette étude est une composante de la formation professionnelle
et la maîtrise d’au moins une langue vivante étrangère constitue une compétence fondamentale pour l'exercice du
métier d’assistant de gestion. C’est pour cela que, compte tenu du développement considérable des échanges des
PME avec l’étranger, le choix d’une seconde langue à titre facultatif est donc encouragé.
On s'attachera à développer les activités langagières de compréhension et de production à l’écrit (comprendre,
produire, interagir), mais également les compétences orales (comprendre, produire, dialoguer) dans une langue de
communication générale, tout en satisfaisant les besoins spécifiques à l'utilisation de la langue vivante dans
l'exercice du métier en inscrivant les textes et les tâches dans le domaine professionnel.
Le niveau à atteindre est celui fixé dans les programmes pour le cycle terminal (BO hors série n°7 28 août 2003) en
référence au Cadre européen commun de référence pour les langues 1: le niveau B2 pour la première langue vivante
étudiée et le niveau B1 pour la seconde langue vivante étudiée, ici à titre facultatif.
Selon les sections le professeur pourra tenir compte de la diversité des élèves en se fixant pour objectif la
consolidation du niveau B1 avant de viser le niveau B2.
Dans le Cadre européen commun de référence (CECRL), le niveau B1 est défini de la façon suivante :
Un élève devient capable de comprendre les points essentiels quand un langage clair et standard est utilisé à
propos de choses familières dans le travail, à l’école, dans la vie quotidienne. Il est en mesure dans la plupart des
situations rencontrées en voyage dans une région où la langue est parlée, de produire un discours simple et
cohérent sur des sujets familiers. Il peut relater un événement, décrire un espoir ou un but et exposer brièvement
un raisonnement.
Le niveau B2 est défini de la façon suivante :
Peut comprendre le contenu essentiel de sujets concrets ou abstraits dans un texte complexe, y compris une
discussion technique dans sa spécialité. Il peut communiquer avec un degré de spontanéité et d’aisance tel qu’une
conversation avec un locuteur natif ne comporte de tension ni pour l’un ni pour l’autre. Il peut s’exprimer de
façon claire et détaillée sur une grande gamme de sujets, émettre un avis sur un sujet d’actualité et exposer les
avantages et les inconvénients de différentes possibilités.
2. CONTENUS
2.1 Grammaire :
Au niveau B1, un élève peut se servir avec une correction suffisante d’un répertoire de tournures et constructions
fréquemment utilisées et associées à des situations plutôt prévisibles.
Au niveau B2, un élève a un assez bon contrôle grammatical et ne fait pas de fautes conduisant à des malentendus.
La maîtrise opératoire des éléments morphologiques syntaxiques et phonologiques figurant au programme des
classes de première et terminale constitue un objectif raisonnable. Il conviendra d'en assurer la consolidation et
l'approfondissement.
2.2 Lexique :
La compétence lexicale d’un élève au niveau B1 est caractérisée de la façon suivante :
Etendue : Possède un vocabulaire suffisant pour s’exprimer à l’aide de périphrases sur la plupart des sujets relatifs
à sa vie quotidienne tels que la famille, les loisirs et les centres d’intérêt, le travail, les voyages et l’actualité.
Maîtrise : Montre une bonne maîtrise du vocabulaire élémentaire mais des erreurs sérieuses se produisent encore
quand il s’agit d’exprimer une pensée plus complexe.
1
Cadre européen commun de référence pour les langues ; apprendre, enseigner, évaluer ; Conseil de l’Europe 2001
Celle d’un élève au niveau B2 est caractérisée de la façon suivante :
Etendue : Possède une bonne gamme de vocabulaire pour les sujets relatifs à son domaine et les sujets les plus
généraux. Peut varier sa formulation pour éviter de répétitions fréquentes, mais des lacunes lexicales peuvent
encore provoquer des hésitations et l’usage de périphrases
Maîtrise : L’exactitude du vocabulaire est généralement élevée bien que des confusions et le choix de mots
incorrects se produisent sans gêner la communication
Dans cette perspective, on réactivera le vocabulaire élémentaire de la langue de communication afin de doter les
étudiants des moyens indispensables pour aborder les sujets généraux. C'est à partir de cette base consolidée que
l'on pourra diversifier les connaissances en fonction notamment des besoins spécifiques de la profession, sans que
ces derniers n'occultent le travail indispensable concernant l'acquisition du lexique plus général lié à la
communication courante.
2.3 Eléments culturels
Outre les particularités culturelles liées au domaine professionnel (écriture des dates, unités monétaires, unités de
mesure, sigles, abréviations, heure, code vestimentaire, modes de communication privilégiés, gestuelle..), la
formation intellectuelle des étudiants exige que l’enseignement dispensé soit ouvert et fasse une place importante à
la connaissance des pratiques sociales et des contextes culturels au sein de l’entreprise et à l’extérieur
On s'attachera donc à développer chez les étudiants la connaissance des pays dont la langue est étudiée,
(valeurs, contexte socioculturel, normes de courtoisie, us et coutumes, comportement dans le monde des
affaires, situation économique, politique, vie des entreprises..), connaissance indispensable à une
communication efficace qu'elle soit limitée ou non au domaine professionnel.
3. NIVEAU A ATTEINDRE DANS LES ACTIVITES LANGAGIERES
Les domaines pertinents pour l’enseignement/apprentissage des langues sont au nombre de quatre : personnel,
public, éducationnel et professionnel Afin d’éviter des redondances avec le programme de terminale et de risquer
ainsi de démotiver les futurs techniciens supérieurs, on s’attachera à développer les différentes activités langagières
en relation avec le domaine professionnel. La prise en compte du domaine professionnel ne signifie pas pour autant
que l’enseignement doive se limiter à l’apprentissage d’une communication utilitaire réduite à quelques formules
passe partout dans le monde économique, ou au seul accomplissement de tâches professionnelles ou encore à
l’étude exclusive de thèmes étroitement liés à la section Tout thème qui permettra aux étudiants de mieux
comprendre la culture du pays dont il étudie la langue pourra être abordé à condition qu’il reste pertinent à la
section2.
3.1 PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE :
Niveau à atteindre pour la langue facultative :
B1 : Peut assez aisément mener à bien une description directe et non compliquée de sujets variés dans son domaine
en la présentant comme une succession linéaire de points.
Niveau à atteindre pour la langue obligatoire :
B2 : Peut méthodiquement développer une présentation, une description ou un récit soulignant les points
importants et les détails pertinents à l’aide d’exemples significatifs.
Peut s’exprimer de façon claire et détaillée sur une grande gamme de sujets relatifs à ses centres d’intérêt
Peut utiliser un nombre limité d’articulateurs pour lier ses phrases en un discours clair et cohérent, bien qu’il puisse
y avoir quelques sauts dans une longue intervention.
Compétence phonologique :
B1 : La prononciation est clairement intelligible, même si un accent étranger est quelquefois perceptible et si des
erreurs de prononciation se produisent occasionnellement.
B2 : A acquis une prononciation et une intonation claires et naturelles.
Le tableau 1 en annexe met en parallèle des tâches de la vie professionnelle auxquelles les futurs techniciens
supérieurs pourront être confrontés dans l’exercice de leur métier, les niveaux attendus pour la réalisation de ces
tâches dans la langue obligatoire et la langue facultative, des exemples de supports pour l’enseignement et de
tâches scolaires qui permettent de préparer les étudiants à maîtriser les typologies de discours récurrentes dans les
tâches professionnelles ainsi que quelques apprentissages qu’il conviendra de mettre en place. Ces derniers sont
2
Le thème de la pollution en tant que tel n’offre pas grand intérêt mais la prise en compte de ce phénomène par les petites et
moyennes entreprises est pertinent.
signalés en complément de savoirs, savoir faire et stratégies à maîtriser quelle que soit la tâche de production
orale :
• planifier ce que l’on veut dire et mobiliser les moyens linguistiques indispensables ;
• s’exprimer de façon intelligible en respectant prononciation, accents de mots, de phrase, rythme, intonation ;
• utiliser périphrases et paraphrases pour compenser des lacunes lexicales et structurales ;
• reformuler une idée pour la rendre plus claire ;
• corriger lapsus et erreurs après en avoir pris conscience ou s’ils ont débouché sur un malentendu.
3.2 INTERACTION ORALE GÉNÉRALE
Niveau à atteindre pour la langue facultative
B1 : Peut exploiter avec souplesse une gamme étendue de langue simple pour faire face à la plupart des situations
susceptibles de se produire au cours d’un voyage. Peut aborder sans préparation une conversation sur un sujet
familier, exprimer des opinions personnelles et échanger de l’information sur des sujets familiers, d’intérêt
personnel ou pertinents pour la vie quotidienne (par exemple, la famille, les loisirs, le travail, les voyages et les
faits divers).
Niveau à atteindre pour la langue obligatoire :
B2 : Peut communiquer avec un niveau d’aisance et de spontanéité tel qu’une interaction soutenue avec des
locuteurs natifs soit tout à fait possible sans entraîner de tension d’une part ni d’autre. Peut mettre en valeur la
signification personnelle de faits et d’expériences, exposer ses opinions et les défendre avec pertinence en
fournissant explications et arguments.
Le tableau 2 en annexe met en parallèle des tâches de la vie professionnelle auxquelles les futurs techniciens
supérieurs pourront être confrontés dans l’exercice de leur métier, les niveaux attendus pour la réalisation de ces
tâches dans la langue obligatoire et la langue facultative, des exemples de supports pour l’enseignement et de
tâches scolaires qui permettent de préparer les étudiants à maîtriser les tâches professionnelles ainsi que quelques
apprentissages qu’il conviendra de mettre en place.
3.3 COMPRÉHENSION GÉNÉRALE DE L’ORAL
Niveau à atteindre pour la langue facultative:
B1 : Peut comprendre les points principaux d’une intervention sur des sujets familiers rencontrés régulièrement au
travail, à l’école, pendant les loisirs, y compris des récits courts.
Niveau à atteindre pour la langue obligatoire :
B2 : Peut comprendre les idées principales d’interventions complexes du point de vue du fond et de la forme, sur
un sujet concret ou abstrait et dans une langue standard, y compris des discussions techniques dans son domaine de
spécialisation.
Peut suivre une intervention d’une certaine longueur et une argumentation complexe à condition que le sujet soit
assez familier et que le plan général de l’exposé soit indiqué par des marqueurs explicites.
Le tableau 3 en annexe met en parallèle des tâches de la vie professionnelle auxquelles les futurs techniciens
supérieurs pourront être confrontés dans l’exercice du métier, les niveaux attendus pour la réalisation de ces tâches
dans la langue obligatoire et la langue facultative, des exemples de supports pour l’enseignement ainsi que
quelques apprentissages particulièrement pertinents pour les tâches annoncées Ces derniers sont signalés en
complément de savoirs, savoir faire et stratégies à maîtriser quelle que soit la tâche de compréhension de l’oral 3 :
• anticiper la teneur du message à partir d’indices situationnels ou de la connaissance préalable que l’on a du sujet
traité de façon à en identifier la fonction et orienter son écoute
• déduire des informations des éléments périphériques (bruits de fond, voix, ton, images…)
• émettre des hypothèses et prédire ce qui va suivre à partir des données de la situation afin de libérer sa mémoire à
court terme
• stocker en mémoire les éléments perçus sous une forme résumée et les utiliser pour comprendre la suite
• repérer les éléments porteurs de sens pour segmenter la chaîne sonore et faire des hypothèses de sens
• repérer les éléments spatio-temporels pour reconstruire la géographie ou la chronologie des événements
• repérer les liens logiques pour comprendre les tenants et les aboutissants d’une situation
• repérer les différents locuteurs et leurs relations
• interpréter les éléments rhétoriques du discours pour percevoir le ton et le point de vue
3
Les activités proposées pour amener les étudiants à comprendre les divers documents dépendront de la nature des textes
supports ; elles lient d’autre part compréhension et expression orale ou écrite. C’est pour ces raisons que la présentation des
tableaux pour la compréhension orale ou écrite est différente et ne propose pas ‘exemples d’activités et de tâches scolaires.
• repérer et interpréter les données relevant du domaine culturel pour mettre la situation en perspective
• émettre des hypothèses de sens à partir des éléments repérés et les confirmer ou les infirmer si nécessaire
• inférer le sens des mots inconnus ou mal perçus d’après le contexte ou en se référant à son expérience.
3.4 Compréhension générale de l’écrit :
Niveau à atteindre pour la langue facultative :
B1 : Peut lire des textes factuels directs sur des sujets relatifs à son domaine et à ses intérêts avec un
niveau satisfaisant de compréhension.
Niveau à atteindre pour la langue obligatoire :
B2 : Peut lire avec un grand degré d’autonomie en adaptant le mode et la rapidité de lecture à différents textes et
objectifs et en utilisant les références convenables de manière sélective. Possède un vocabulaire de lecture large et
actif mais pourra avoir des difficultés avec des expressions peu fréquentes.
Le tableau 4 en annexe met en parallèle des tâches de la vie professionnelle auxquelles les futurs techniciens
supérieurs pourront être confrontés dans l’exercice de leur métier, les niveaux attendus pour la réalisation de ces
tâches dans la langue obligatoire et la langue facultative, des exemples de supports pour l’enseignement ainsi que
quelques apprentissages particulièrement pertinents pour les tâches annoncées. Ces derniers sont signalés en
complément de savoirs, savoir faire et stratégies à maîtriser quelle que soit la tâche de compréhension de l’écrit:
• identifier le type d’écrit
• adapter sa méthode de lecture au texte et à l’objectif de lecture (informations recherchées par exemple)
• anticiper la teneur du texte à partir de la connaissance préalable que l’on a du sujet et des éléments périphériques
(iconographie, type de texte, titre, présentation..)
• adopter une attitude active afin de développer les attentes adéquates (se poser des questions, explorer des champs
lexicaux)
• lire par unité de sens
• repérer la structure du texte
• repérer tous les mots connus et les mots transparents
• émettre des hypothèses à partir des éléments repérés et des données de la situation
• modifier une hypothèse lorsqu’elle est erronée
• retrouver les phrases minimales afin d’accéder rapidement à la compréhension de l’essentiel
• repérer les phrases clés afin d’accéder à l’essentiel par une lecture survol
• repérer les éléments spatio-temporels pour reconstruire la géographie ou la chronologie des événements
• repérer les liens logiques pour comprendre les tenants et les aboutissants d’une situation
• repérer les différentes personnes mentionnées et leurs fonction
• reconstruire le sens à partir des éléments repérés
• savoir identifier les intentions et le point de vue de l’auteur, savoir distinguer les faits des opinions
• inférer le sens des mots inconnus d’après le contexte ou en se référant à son expérience.
3.5 PRODUCTION ET INTERACTION ÉCRITES GÉNÉRALES
Niveau à atteindre pour la langue facultative :
B1 : Peut écrire des textes articulés simplement sur une gamme de sujets variés dans son domaine en liant une série
d’éléments discrets en une séquence linéaire.
Peut écrire des notes et lettres personnelles pour demander ou transmettre des informations d’intérêt immédiat et
faire comprendre les points qu’il/elle considère importants.
Niveau à atteindre pour la langue obligatoire :
B2 : Peut écrire des textes clairs et détaillés sur une gamme étendue de sujets relatifs à son domaine d’intérêt en
faisant la synthèse et l’évaluation d’informations et d’arguments empruntés à des sources diverses.
Peut utiliser avec efficacité une grande variété de mots de liaison pour marquer clairement les relations entre les
idées
Peut relater des informations et exprimer des points de vue par écrit et s’adapter à ceux des autres.
Le tableau 5 en annexe regroupe les activités de production et d’interaction écrites. Il met en parallèle des tâches de
la vie professionnelle auxquelles les futurs techniciens supérieurs pourront être confrontés dans l’exercice de leur
métier, les niveaux attendus pour la réalisation de ces tâches dans la langue obligatoire et la langue facultative, des
exemples de supports pour l’enseignement ainsi que quelques apprentissages particulièrement pertinents pour les
tâches annoncées
Tableau 1 : ACTIVITE LANGAGIERE : PRODUCTION ORALE EN CONTINU
Exemples de tâches
professionnelles4
Annoncer une décision
prise par un cadre
dirigeant ou le chef
d’entreprise
Niveaux
Présenter oralement
une
entreprise, son offre
commerciale, son
organigramme, une
activité spécifique, un
poste de travail, un
produit, un règlement
intérieur,
B1
peut faire une
description directe
et non compliquée
en la présentant
comme une
succession linéaire
de points ;
B2
Peut faire une
description claire,
structurée et
détaillée
Rendre compte d’un
travail réalisé ou d’un
stage à l’étranger
4
B1 : peut faire de
très brèves
annonces préparées
même avec une
intonation et un
accent étranger ;
B2 : peut faire des
annonces sur la
plupart des sujets
avec clarté et
spontanéité
Exemples d’apprentissages à
mettre en place
Parmi les apprentissages à maîtriser
pour mener à bien une tâche de
production orale, certains seront
particulièrement utiles ici :
 respecter l’information à
transmettre
 adapter l’annonce au contexte
et à l’auditoire
Exemples de supports
pour l’enseignement
Consignes écrite d’un
cadre ou du chef
d’entreprise demandant à
l’assistant de transmettre
une décision
Parmi les apprentissages à maîtriser
pour mener à bien une tâche de
production orale, certains seront
particulièrement utiles ici
 utiliser des auxiliaires de
présentation divers (diaporamas,
vidéos…)
rendre le propos clair par des
synthèses partielles, la mise en
évidence des parties de l’exposé, le
recours à des illustrations ou
graphiques
rendre l’auditoire actif en
suscitant des demandes
d’élucidation, d’explication
complémentaire ou une discussion à
des moments précis de l’exposé.
-Présentations orales
-Notes prises lors d’une
recherche documentaire
-Documents de natures
diverses (graphiques,
statistiques, publicités,
dessins humoristiques,
titres de journaux,
photos, documents
polémiques, sondages,
résultats d’enquêtes, CV,
diaporamas…) qui
serviront de tremplins à
l’expression
- Documents sonores ou
vidéos brefs utilisés
comme tremplins à
l’expression.
Exemples de tâches et d’activités
pour la classe
- Ecoute d’annonces diverses afin d’en déterminer
et d’en énoncer les caractéristiques.
- Prise de parole de plus en plus longue à partir
d’éléments de contexte ou de consignes.
- Prise de parole à partir de notes ou de mots clés
par exemple lors de l’évaluation de début de cours.
- Transmission en chaîne d’une information donnée
par un camarade.
Exemple de tâche :
- Vous devez annoncer l’intention du chef
d’entreprise de modifier le règlement intérieur en ce
qui concerne le code vestimentaire. Préparez votre
annonce, puis faites là sans regarder vos notes.
- Ecoute de présentations orales afin d’en dégager et
d’énoncer les caractéristiques.
- Prise de parole à partir de notes de plus en plus
succinctes et/ou de mots clés.
- Prise de parole à partir de documents divers
(fiches, organigrammes, plans,
diaporamas, photos) ou d’une situation imposée.
- Entraînement à la reformulation lors de l’étude de
documents
- Entraînement systématique au compte rendu
partiel de repérages divers lors du travail en classe.
- Présentation orale d’un document étudié en classe
ou d’un stage ou d’une activité
Exemple de tâche :
Vous devez présenter votre entreprise à un groupe
de stagiaires étrangers Vous disposez de 5 minutes
et d’un diaporama. Veillez à adapter votre discours
à votre auditoire
Les types de discours figurent en gras. Le professeur veillera à prévoir un entraînement pour ces types de discours, par le biais de tâches scolaires qui, tout en prenant en compte le domaine professionnel ne s’y limitent pas étroitement.
On pourra tout aussi bien entraîner les étudiants à la présentation orale d’une activité spécifique par une simulation ou par un entraînement systématique à la présentation orale d’une tâche scolaire, d’un dossier ou d’un document étudié
en classe.
Tableau 1 (suite) ACTIVITE LANGAGIERE : PRODUCTION ORALE EN CONTINU
Tâches professionnelles
Niveaux
Argumenter
une
décision personnelle dans
le cadre de son activité
professionnelle, un choix,
un point de vue. Justifier
une façon de faire
B1 : peut développer une
argumentation
suffisamment pour être
compris.
Peut
donner
brièvement
raisons
et
explications relatives à des
opinions, projets et actions
peut faire un exposé simple,
direct et préparé et sait
expliciter
les
points
importants avec précision
B2 : peut développer une
argumentation claire avec
arguments secondaires et
exemples pertinents. Peut
enchaîner des arguments
avec
logique.
Peut
expliquer un point de vue
sur un problème en donnant
les avantages et les
inconvénients
d’options
diverses.
Expliquer
à
des
collègues les raisons
d’une décision prise par
un cadre dirigeant ou le
chef d’entreprise, de
l’acceptation ou du rejet
d’une proposition, les
avantages
et
les
inconvénients
d’un
produit, d’une option.
Exemples d’apprentissages à
mettre en place
Parmi les apprentissages à
maîtriser pour mener à bien
une tâche de production orale,
certains
seront
particulièrement utiles ici
- faire une présentation
organisée : mettre en évidence
les
avantages
et
les
inconvénients d’une option
- savoir s’exprimer à partir de
notes succinctes
- savoir rapporter des données
chiffrées (proportions, dates...)
- savoir hiérarchiser les
informations de manière à
établir un plan cohérent
- savoir souligner les relations
logiques dans le discours:
changement
d’orientation,
compléments, illustrations
connaître
les
formes
linguistiques
utiles
pour
argumenter : expression de
l’opinion,
de
l’accord/désaccord,
du
contraste, de la cause, de la
conséquence etc.)
Exemples de supports pour
l’enseignement
- Enregistrements audio ou
vidéo en relation avec un
domaine pertinent pour la
section dans les pays dont on
étudie la langue traitant par
exemple de la formation tout
au long de la vie ou des
efforts entrepris par les
entreprises pour respecter
l’environnement,
ou
améliorer
leur
communication
externe
(publicité) ou encore de
documentaires,
films,
reportages, tables rondes
traitant d’un des aspects de la
culture des pays dont on
étudie la langue
- Supports divers : textes,
publicités,
documents
iconographiques,
photos
présentant un problème ou
une situation qui demande
explication.
Fiches
produits.
Argumentaire de vente
- Règlement interne
Exemples de tâches et d’activités pour la
classe
- Justifier un point de vue à l’occasion de
l’étude d’un document
- Justifier un choix lors d’une simulation ou
d’une activité scolaire.
- Présenter un problème en adoptant un point
de vue particulier.
- Commenter les arguments et points de vue
des protagonistes lors de l’écoute d’une
conversation ou le visionnage d’un
documentaire en rapport avec la section
- Comparer deux activités, façons de
procéder, coutumes et justifier un choix
- Identifier les procédés pour convaincre
utilisés par certaines entreprises et les
critiquer en faisant ressortir leurs points forts
et leurs points faibles.
- Expliquer un passage, un mot, une attitude
ou une réaction culturellement marquées, les
réactions d’un protagoniste dans une vidéo ou
un film en relation avec la section
- Expliquer à la classe comment on s’y est
pris pour accomplir une tâche
- Reformuler systématiquement ce que l’on
vient d’entendre ou de lire
- Faire un exposé
- Faire le compte rendu oral d’un travail
personnel, de groupe ou d’un stage, d’extraits
lus ou entendus (récapitulations)
Exemple de tâche : vous devez expliquer des
parties du règlement interne à un nouveau
collègue étranger avec qui vous allez
échanger votre poste. Choisissez les points du
règlement qui risquent de lui poser des
problèmes
d’ordre
culturel
(code
vestimentaire, ponctualité, modes d’adresse..)
Tableau 2 : ACTIVITE LANGAGIERE : INTERACTION ORALE
Tâches professionnelles
Niveaux
Participer
à
un
entretien dans le cadre
d’une recherche de
stage ou de formation à
l’étranger.
B1 : peut répondre aux
questions mais peut avoir besoin
de faire répéter. Peut exprimer
poliment accord ou désaccord,
donner brièvement raisons et
explications,
fournir
des
renseignements concrets mais
avec une précision limitée.
Exemples d’apprentissages à mettre en place
 savoir intervenir sur des sujets appropriés
de façon à entretenir une conversation
informelle n’entraînant aucune tension
- savoir intervenir de manière adéquate en
utilisant les moyens d’expression appropriés
- savoir commencer un discours, prendre la
parole au bon moment et terminer la
conversation quand on le souhaite même si c’est
parfois sans élégance.
B2 : Peut répondre aux - savoir varier la formulation de ce que l’on
questions avec aisance Peut souhaite dire ;
prendre l’initiative lors d’un - savoir expliciter une idée, un point précis,
entretien en résumant ce qu’il a corriger une erreur d’interprétation, apporter un
compris et en approfondissant complément d’information
les réponses intéressantes
- savoir formuler une demande, donner une
information, exposer un problème, intervenir
avec diplomatie
 savoir utiliser des expressions toutes faites
pour gagner du temps, pour formuler son propos
et garder la parole
- savoir donner suite à des déclarations faites par
d’autres interlocuteurs et en faisant des
remarques à propos de celles-ci ; pour faciliter le
développement de la discussion.
- savoir soutenir la conversation sur un terrain
connu en confirmant sa compréhension, en
invitant les autres à participer etc. ;
- savoir poser des questions pour vérifier que
l’on a compris ce que le locuteur voulait dire et
faire clarifier les points équivoques.
- confirmer que l’on a compris et inviter les
autres à participer
-savoir s’adapter aux changements de sujet, de
style et de tons rencontrés normalement dans
une conversation.
Exemples de supports
pour l’enseignement
- Enregistrements audio
ou vidéo d’entretiens.
Exemples de tâches et
d’activités pour la classe
s’entretenir
systématiquement avec la
classe à l’issue d’un
exposé
ou
d’une
présentation orale
Participer
à
des
simulations d’entretiens
Exemple de tâche :
Vous avez postulé pour
un emploi de gestion dans
une PME. Vous participez
à
un
entretien
d’embauche.
Tableau 2 (suite): ACTIVITE LANGAGIERE : INTERACTION ORALE
Tâches professionnelles
Niveaux
Communiquer
au
téléphone ou en face à face
avec
- un client
- un fournisseur
- un collègue étranger
- un prestataire (transporteur,
hôtel)
- un étranger
Pour
- s’informer
- renseigner,
- obtenir des biens et des
services
- réaliser une tâche
- organiser une activité, un
déplacement
- résoudre un problème
concret
- recevoir des instructions et
en demander
- recevoir une réclamation
- négocier
- établir un contact social
- partager idées, sentiments,
et émotions
B1 : Peut échanger avec une certaine
assurance, un grand nombre d’informations
sur des sujets courants, discuter la solution
de problèmes particuliers, transmettre une
information simple et directe et demander
plus de renseignements et des directives
détaillées
Peut prendre rendez-vous, gérer une plainte,
réserver un voyage ou un hébergement et
traiter avec des autorités à l’étranger.
Peut exprimer la surprise, la joie, la
tristesse, la curiosité et l’indifférence et
exprimer ces sentiments mais éprouve
encore des difficultés à formuler
exactement ce qu’il veut dire
5
B2 : Peut transmettre avec sûreté une
information détaillée, décrire de façon
claire une démarche et faire la synthèse
d’informations et d’arguments et en rendre
compte.
Peut esquisser clairement à grands traits
une question ou un problème, faire des
spéculations sur les causes et les
conséquences et mesurer les avantages et
les inconvénients des différentes approches.
Peut mener une négociation pour trouver
une solution à un problème (plainte,
recours)
Peut exprimer des émotions et justifier ses
opinions.
Exemples
d’apprentissages à
mettre en place
Cf. ci dessus
Exemples de supports
pour l’enseignement
Exemples de tâches et
d’activités pour la classe
-Conversations
téléphoniques complètes
ou tronquées
- Enregistrements de
négociations
ou
de
conversations diverses
Documents
partiellement
remplis
(agendas,
règlement,
commande, ..) qu’il faut
compléter
en
collaboration avec un ou
plusieurs camarades.
-Corriger systématiquement les
erreurs faites par les autres
étudiants (inter correction).
- Participer à des jeux de rôles ou
des simulations pour défendre un
point de vue contre un point de
vue adverse.
- Travailler en binômes pour
compléter ou reconstituer une
information parcellaire.
- Poser des questions à la suite
d’un exposé.
- Prendre part à une discussion
avec les autres étudiants ou le
professeur ou l’assistant sur une
question en relation avec le
domaine professionnel en donnant
son point de vue, en exprimant
accord ou désaccord, en réagissant
à certaines prises de position en
exprimant surprise, curiosité et en
expliquant ses réactions5.
- Participer à un débat (2° année).
Exemple de tâche : Vous devez
rencontrer le chef d’entreprise
pour lui soumettre un travail qu’il
vous a demandé de faire. Vous
appelez sa secrétaire qui gère son
agenda pour essayer de trouver
une plage horaire d’un quart
d’heure.
D’après ces quelques exemples, on constate que la situation de classe classique (prise de position personnelle au sujet d’un document étudié) entre tout à fait dans le cadre de l’interaction orale au niveau B1. Les autres types
d’interaction pourront être travaillés dans le cadre de jeux de rôle ou de travail en binômes.
Tableau 3 : ACTIVITE LANGAGIERE : COMPREHENSION DE L’ORAL
Exemples de tâches
professionnelles
Comprendre une information
ou
une
demande
d’information en face à face
ou au téléphone pour se
renseigner, s’informer ou
réagir en conséquence dans le
cas par exemple d’une
réclamation6
Niveaux
Exemples d’apprentissages à mettre en place
Exemples de textes supports
B1 : peut comprendre l’information si la
langue est standard et clairement articulée.
Peut suivre les points principaux d’une
discussion conduite dans une langue
simple
Parmi les apprentissages pertinents pour toute tâche
de compréhension, certains seront particulièrement
utiles comme :
anticiper la teneur du message à partir d’indices
situationnels ou de la connaissance préalable que
l’on a du sujet de la conversation à tenir de façon à t
orienter son écoute;
déduire des informations des éléments
périphériques (bruits de fond, voix, ton, …).
- Enregistrements divers (langue
standard clairement articulée pour
B1, vitesse normale pour B2)
illustrant les situations suivantes :
demande d’informations, prise de
rendez vous ou de commande,
réponse à une réclamation, relance
autour d’un prospect, relance auprès
d’un client pour non paiement
Comprendre des annonces et
des messages oraux dans un
lieu public ou sur un
répondeur s’orienter, obtenir
des renseignements.
Comprendre des consignes
pour effectuer une tâche.
Parmi les apprentissages pertinents pour toute tâche
de compréhension, certains seront particulièrement
utiles comme :
B2 : Peut comprendre en détail annonces Pour des annonces :
et messages courants à condition que la  repérer les informations essentielles dans un
langue soit standard et le débit normal.
environnement sonore bruyant (cas d’annonces
dans des lieux publics);
 repérer les marqueurs indiquant un ordre
d’exécution (tout d’abord, ensuite, après avoir fait
ceci, enfin…).
 repérer les données chiffrées (dates, heures,
porte, quai, numéro de train ou de vol.)
Pour des consignes :
 maîtriser les formes verbales utiles (impératifs,
infinitifs)
B1 : peut comprendre les points Parmi les apprentissages pertinents pour toute tâche
principaux
de compréhension, certains seront particulièrement
B2 : peut comprendre le contenu factuel utiles comme
et le point de vue adopté dans des 
déduire des informations des éléments
émissions de télévision ou des vidéos périphériques (bruits de fond, voix, ton, images…)
relatives à son domaine d’intervention.
repérer les différents locuteurs et leurs relations
- Consignes pour utiliser un
appareil ou exécuter une tâche.
- Règlement.
- Mode d’emploi
- Procédures.
- Annonces dans lieu public (gare,
aéroport, centre commercial…)
Comprendre des émissions de
radio ou de télévision par
exemple en relation avec le
domaine professionnel pour
s’informer
6
B2 : peut comprendre en détail les
explications données au téléphone ainsi
que le ton adopté par l’interlocuteur et son
humeur.
Peut suivre une conversation qui se
déroule à vitesse normale mais doit faire
efforts.
B1 : Peut comprendre en détail des
informations techniques simples.
Dans cette tâche d’interaction c’est la partie compréhension qui est traitée ici. Pour la partie expression, se reporter à la tâche correspondante dans le tableau : interaction orale.
- Emissions de radio ou de
télévision :
tables
rondes,
documentaires,
témoignages d’experts, journal
télévisé, reportage d’événements
médiatiques
Tableau 4 : ACTIVITE LANGAGIERE : COMPREHENSION DE DOCUMENTS ECRITS
Exemples de tâches
professionnelles
Lire de courts écrits
quotidiens, des documents
d’entreprise, des instructions,
la correspondance
professionnelle, pour trouver
une information exécuter une
tâche ou réagir en
conséquence
Parcourir de la
documentation pour trouver
des informations pour
accomplir une tâche ou faire
une synthèse
Lire des articles de presse et
des documents divers (essais,
témoignages..) en relation ou
non avec l’activité de
l’entreprise pour s’informer
au sujet du pays étranger
Niveaux
Exemples d’apprentissages à mettre en place
Exemples de textes supports
B1 : peut comprendre l’essentiel et
prélever les informations pertinentes
nécessaires à une réutilisation, les classer
à condition que les documents soient
courts et directs
Peut comprendre le mode d’emploi d’un
appareil, le mode opératoire d’un logiciel
s’il est direct, non complexe et clairement
rédigé
On insistera sur les apprentissages suivants :
 adapter leur méthode de lecture au texte et à
l’objectif de lecture (informations recherchées par
exemple) ;
 repérer les phrases clés afin d’accéder à
l’essentiel par une lecture survol ;
 retrouver les phrases minimales afin d’accéder
rapidement à la compréhension de l’essentiel.
Pour la correspondance :
 repérer expéditeur, destinataire,
 identifier le problème posé.
- Questionnaires, notices de
matériel courants, règlement,
dépliants présentant des voyages,
produits ou services, petites
annonces du type offres d’emploi
ciblées, pages web, formulaires
électroniques, sites d’entreprises,
enquêtes de satisfaction, plaquette
d’entreprise, conditions générales
de vente, tarifs, factures, contrats de
vente et d’achat, documentation
commerciale, documentation
juridique, modes opératoires, fiches
d’instruction, consignes écrites
- Courriels, courrier d’affaires
(commande, demande de rendez
vous, réclamation, appels d'offres).
On insistera sur les apprentissages suivants :
 prendre rapidement connaissance du contenu
d’un article grâce au titre, au sous-titre, au
paragraphe introductif et à la conclusion.
 repérer les phrases clés afin d’accéder à
l’essentiel par une lecture survol ;
 retrouver les phrases minimales afin d’accéder
rapidement à la compréhension de l’essentiel.
 savoir identifier les intentions de l’auteur et
distinguer les faits des opinions
- Presse étrangère.
- Revues en relation avec l’activité
professionnelle.
- Extraits de fiction en rapport avec
le monde professionnel
- Ouvrages divers apportant un
éclairage sur les valeurs et
traditions des pays concernés
(essais, récits, reportages,
témoignages….).
B2 : peut comprendre dans le détail des
instructions longues et complexes (mode
d’emploi, consignes de sécurité,
description d’un processus ou d’une
marche à suivre).
Peut exploiter des sources d’information
multiples afin de sélectionner les
informations pertinentes et en faire la
synthèse.
B1 : reconnaître les points significatifs
dans un article de journal direct et non
complexe
B2 : identifier rapidement le contenu et la
pertinence d’une information, obtenir des
renseignements dans des articles
spécialisés, comprendre des articles sur
des problèmes contemporains et dans
lesquels les auteurs adoptent une position
ou un point de vue
Tableau 5 : ACTIVITE LANGAGIERE : PRODUCTION ET INTERACTION ECRITES
Exemples de tâches
professionnelles
Rédiger des
documents
commerciaux de
base pour
communiquer avec
des clients,
fournisseurs, ou des
prestataires
Niveaux
Rédiger des notes et
des messages à
destination d’un
collègue, d’un
service, d’un cadre
dirigeant ou du chef
d’entreprise pour
transmettre des
informations,
donner des onsignes
B17 : peut prendre un
message concernant une
demande d’information,
l’explication d’un
problème
Peut laisser des notes qui
transmettent une
information simple et
immédiatement
pertinente à des
employés, des
collaborateurs, des
collègues, un supérieur…
en communiquant de
manière compréhensible
les points qui lui
semblent importants.
7
B1 : Peut apporter une
information directe.
B2 : Peut rédiger des
courriers de façon
structurée en soulignant
ce qui est important et en
faisant des commentaires.
Peut également rédiger
une lettre de motivation
Exemples d’apprentissages à
mettre en place
 connaître les différents types
de courriers : structure,
présentation, mise en page
 disposer de modèles textuels
de référence intériorisés.
 savoir écrire les dates
 savoir utiliser les formules
d’usage
 savoir développer une
argumentation claire avec
arguments secondaires et
exemples pertinents, savoir
enchaîner des arguments avec
logique, savoir faire une contre
proposition,
 contrôler sa production a
posteriori
 formuler de façon concise
 mettre en évidence l’essentiel
Il n’existe pas de descripteur pour le niveau B2. C’est donc le descripteur pour le niveau B1 qui est pris comme référence.
Exemples de supports
pour l’enseignement
Documents commerciaux
divers : lettre, devis, bons de
commande, lettre de
réclamation, courriers
électroniques, factures…
Exemples de tâches et d’activités
pour la classe
-Etude et évaluation de courriers
professionnels.
-Rédaction de divers courriers à partir
- de situations (faire ou répondre à une
réclamation, passer ou suivre une commande,
lancer des invitations, régler un conflit,
relancer un client pour un paiement ou une
offre de vente).
- d’éléments donnés en langue étrangère
(éléments de réponse ou aides à la rédaction
d’une requête)
- Consignes précises (destinataire, longueur
du courrier)
Tout type de support
(conversation téléphonique,
courriel, courrier..) pouvant
servir de base à la rédaction de
notes et/ou de messages.
-Réduction de textes pour garder l’essentiel
de l’information.
- Transformation de textes (courrier de
réclamation � note à un collaborateur pour
exposer le problème)
- Transmission de messages oraux sous forme
de notes.
Tableau 5 (suite) : ACTIVITE LANGAGIERE : PRODUCTION ET INTERACTION ECRITES
Exemples de tâches
professionnelles
Préparer des
supports de
communication
Niveaux
Rédiger une
synthèse
d’informations à
partir de sources
diverses
B1 : peut résumer une
source d’information
factuelle et donner son
opinion.
B2 : peut synthétiser des
informations et des
arguments issus de
sources diverses (orales
et/ou écrites pour en
rendre compte)
B1 : descriptions
détaillées et articulées.
Des erreurs de langue
subsistent mais ne gênent
pas la lecture ;
B2 : descriptions claires
et détaillées.
Les erreurs de syntaxe
sont rares et corrigées à
la relecture ;
Exemples d’apprentissages à
mettre en place
analyser les consignes afin
d’identifier les mots clés qui vont
renseigner sur le type d’écrit à
produire (décrire, argumenter,
comparer, expliquer, raconter), et
l’objectif de la description
(présenter de façon neutre,
convaincre…)
mobiliser ses connaissances
afin de prévoir la structure du
texte à produire, les idées, les
moyens linguistiques pertinents ;
contrôler sa production a
posteriori pour corriger les
erreurs, utiliser des reformulations
en cas de difficulté ;
 prendre des notes organisées
 rédiger de façon hiérarchisée
à partir de notes
 synthétiser en fonction
d’axes pré déterminés
 savoir faire ressortir les
articulations du discours: marques
des enchaînements logiques d’une
partie à une autre, d’une sous
partie à une autre, marque de la
concession, du contraste
contrôler sa production a
posteriori pour corriger les
erreurs, utiliser des reformulations
en cas de difficulté ;
Exemples de supports
pour l’enseignement
Supports de communication en
langue nationale à traduire et
modifier en fonction de la
culture du pays.
Exemples de tâches et d’activités
pour la classe
- Observation de divers types de descriptions
à partir de documents utilisés dans le milieu
professionnel afin d’en déduire les règles de
composition et les caractéristiques selon les
pays.
- Rédaction de supports de communication
divers : plaquettes, fiches produits, offres
commerciales, argumentaires de négociation,
appels d’offres auprès d’un fournisseur
potentiel etc.…
- Notes prises lors de la lecture
d’un dossier.
- Données recueillies au cours
d’une enquête.
- Procès verbal d’une réunion.
- Etude de notes de synthèse afin de mettre en
évidence leurs caractéristiques et
comparaison avec les documents initiaux
pour étudier ce qui a été conservé, supprimé,
réorganisé.
- Synthèses à réaliser à partir de notes.
- Synthèses à réaliser à partir de documents
variés...
ANNEXE V
DÉFINITION DES ÉPREUVES PONCTUELLES
ET DES SITUATIONS D’ÉVALUATION EN COURS DE FORMATION
EPREUVE E2
LANGUES VIVANTES ÉTRANGÈRES
Coefficient 6
Liste des langues autorisées : anglais, allemand, arabe, chinois, espagnol, estonien, grec, italien, polonais,
portugais, roumain, russe.
Finalités et objectifs :
L’épreuve a pour but d’évaluer au niveau B2 les activités langagières suivantes :
- compréhension de documents écrits
- production et interaction écrites
- compréhension de l’oral
- production et interaction orales
Sous-épreuve U21
1. Compréhension de l’écrit et de l’expression écrite:
Dictionnaire unilingue autorisé.
Forme ponctuelle, durée 2 heures, coefficient 2
Support(s) pour l’écrit :
Un ou plusieurs documents en langue vivante étrangère dont le contenu est en relation avec la profession et qui
n’excèdera pas 50 lignes.
Exercices : deux exercices de même pondération sont proposés:
A. Compréhension de l’écrit
Rédiger en français un compte rendu faisant apparaître les idées essentielles à partir d’un texte ou d’un dossier en
langue étrangère en relation avec l’activité professionnelle.
B. Expression écrite
Rédaction en langue vivante étrangère d’un écrit (courrier, courriel, bref rapport, …) en relation avec l’exercice de
la profession à partir d’éléments de contexte ou de consignes en langue vivante étrangère ou en français.
Contrôle en cours de formation pour les candidats issus de la formation professionnelle continue dans les établissements publics
habilités
Il est constitué de deux situations d’évaluation de même poids se déroulant au cours de la deuxième année et correspondant aux deux
activités langagières évaluées en épreuve ponctuelle : compréhension de l’écrit ( 1 heure, coefficient 1), expression écrite (1 heure,
coefficient 1).
Les modalités de l’épreuve sont identiques à celles de l’épreuve ponctuelle.
2. Production orale en continu et de l’interaction
Forme ponctuelle, durée 20 minutes + 20 minutes de préparation, coefficient 2
Cette épreuve prend appui sur un compte rendu en langue étrangère (3 pages maximum) du stage en
entreprise réalisé au cours de la deuxième année de formation. Elle se décompose en trois sous parties :
a. présentation du stage par le candidat : Le candidat organisera son propos à partir du compte rendu qu’il
aura remis à une date précisée dans la circulaire d’organisation. Il présentera le stage en évitant de
reproduire mot pour mot le compte rendu écrit. Il s’efforcera plutôt de concevoir une présentation
structurée, en soulignant les points importants et les détails pertinents (cf. définition du niveau B2 Cadre
européen commun de référence pour la production orale en continu). Cette partie de l’épreuve durera 5
minutes environ
b. entretien avec l’examinateur : au cours de l'entretien, l'examinateur s’attachera à permettre au candidat
de mettre en exergue la signification personnelle de son stage sur les plans humain et socio culturel
(environnement, déplacements, vie quotidienne, relations avec les personnes au sein de l'entreprise et à
l’extérieur, expérience acquise dans le monde du travail etc.). Cette partie de l’épreuve durera 5 minutes
environ.
c. entretien autour d’une situation de communication (accueil, négociation, conflit par exemple) vécue ou
possible au cours du stage: 10 minutes environ. La fiche descriptive pour cette situation (contexte,
protagonistes, problème, enjeux éventuels) est remise à l’examinateur et présentée oralement avant
l’interrogation. L’entretien aura pour but d’amener le candidat à préciser les difficultés rencontrées au
cours de cette situation, les enjeux éventuels et les solutions apportées.
La commission d’interrogation est composée d’un professeur qui enseigne les langues vivantes étrangères dans une
section de STS tertiaire, de préférence en STS AG PME-PMI.
Contrôle en cours de formation pour les candidats issus de la formation professionnelle continue dans les établissements publics
habilités. Il est constitué d’une situation d’évaluation se déroulant au cours de la deuxième année entre février et juin et correspondant à
l’activité langagière évaluée en épreuve ponctuelle : expression orale en continu et en interaction (20 minutes + 20 minutes de préparation),
coefficient 2.
Les modalités de l’épreuve sont identiques à celles de l’épreuve ponctuelle.
Sous-épreuve U22
Compréhension de l’oral
Contrôle en cours de formation, 20 à 25 minutes maximum, sans préparation
Coefficient 2
Organisation de l'épreuve :
Les enseignants organisent cette situation d'évaluation au cours du deuxième trimestre, sur des supports qu'ils
sélectionnent au moment où ils jugent que les étudiants sont prêts. Les notes obtenues ne sont pas communiquées
aux élèves et aucun rattrapage n’est prévu.
Passation de l'épreuve
Le titre du ou des enregistrements est écrit au tableau
Deux écoutes espacées de 2 minutes d'un ou de deux documents audio ou vidéo dont le candidat rendra compte par
écrit ou oralement en langue étrangère.
La correction de la langue étrangère ne sera pas évaluée dans cette partie de l'épreuve, l’important étant
pour le candidat de faire la preuve qu’il a compris.
Longueur des enregistrements
Leur durée n’excèdera pas trois minutes maximum. Le recours à des documents authentiques nécessite parfois de
sélectionner des extraits un peu plus longs (d’où la limite supérieure fixée à 3 minutes) afin de ne pas procéder à la
coupure de certains éléments qui facilitent la compréhension plus qu’ils ne la compliquent.
Dans le cas de deux documents (longueur d’enregistrement maximale de 3 minutes pour les deux), on veillera à ce
qu’ils soient de nature différente : dialogue et monologue.
Nature des supports
Les documents enregistrés, audio ou vidéo, seront de nature à intéresser un étudiant en AG PME PMI sans
toutefois présenter une technicité excessive. On peut citer, à titre d’exemple, les documents relatifs à l'emploi
(recherche, recrutement, relations professionnelles, etc.), à l'environnement économique, à la vie en entreprise, etc.
Il pourra s’agir de monologues, dialogues, discours, discussions, émissions de radio, extraits de documentaires, de
films, de journaux télévisés.
Il ne s'agira en aucune façon d'écrit oralisé ni d'enregistrements issus de manuels.
On évitera les articles de presse ou tout autre document conçu pour être lu. En effet, ces derniers, parce qu’ils sont
rédigés dans une langue écrite, compliquent considérablement la tâche de l’auditeur. De plus, la compréhension
d’un article enregistré ne correspond à aucune situation dans la vie professionnelle.
Epreuve ponctuelle pour les établissements non habilités à délivrer le CCF :
Épreuve de compréhension de l’oral d’une durée de 20 à 25 minutes, coefficient 2.
Les modalités de passation de l’épreuve, la définition de la longueur des enregistrements et de la nature des supports ainsi que
le barème sont identiques à ceux du contrôle en cours de formation.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising