Mode d'emploi

Mode d'emploi
automne 201 1
NO 32
www.sodexo.com
MACHA
bien-être
MÉRIL
Moins malade
cet hiver
En cuisine,
j’aime bluffer
mon monde !
Nutrition
Vrai-faux :
le riz
écologie
Comment
recycler
son mobile
psycho
Retrouver
confiance
en soi
Vivre et
travailler
chez Sodexo
7 pages pour
tout savoir
Une rentrée en
toute sérénité
D e s d i é t é t i c i e n n e s à vot r e é co u t e (0,34 eur ttc/min)
Humeur
3
sommaire
édito
Les vacances sont déjà derrière
nous, et la rentrée s’installe,
doucement mais sûrement…
Pour prolonger les bienfaits
de l’été, cette année, c’est décidé,
on adopte la zen attitude !
On se chouchoute (p. 8), on gagne
confiance en soi pour mieux
s’épanouir sur le plan personnel
et professionnel (p. 10), et on prend
de bonnes habitudes pour passer
un hiver en pleine forme (p. 12).
On mise aussi sur la green attitude,
en achetant « équitable » (p. 34) et
en recyclant son ancien téléphone
portable (p. 32). Enfin, une de nos
collaboratrices d’origine chinoise,
qui a obtenu le titre de « cuisinière
impériale » dans son pays, nous
propose un voyage culinaire
grâce à ses recettes asiatiques.
Très bonne lecture
et très belle rentrée !
8 6
Une rentrée
en beauté
News
3 recettes
asiatiques
19
25
36
la malaisie,
Suivez notre
guide
Magazine édité par Sodexo
Directeur de la publication : Roberto Cirillo. Directeur de la
rédaction : Christian Lurson. Rédactrice en chef : Élisabeth
Kasprzyk. Rédactrice en chef adjointe : Sandra Capela.
Conception et réalisation : Com-Presse. Coordination :
Kity Bachur. Rédaction : Véronick Dokan, Coline
Bouvart. Direction artistique : Sébastien Pélegrin.
Photogravure : Alain Adone. Imprimerie : Label PPS.
Pour nous écrire : magazine-attitude@com-presse.fr
Sodexo remercie toutes les personnes qui ont
collaboré à ce numéro. Ce magazine est imprimé
sur du papier issu de forêts gérées durablement.
4
MACHA
MÉRIL
P. 6 News
P. 8Shopping
Une rentrée
en beauté
Équilibre
P. 10 S’épanouir
Avoir davantage
confiance en soi,
c’est possible !
P. 12 Vivre mieux
3 conseils pour
être moins malade
cet hiver
Nutrition
P. 14 People
Macha Méril
P. 16 Bien manger
Vrai/Faux : le riz
P. 18 La chronique
du nutritionniste
Les gestes
anticholestérol
P. 19 Recettes
3 recettes
asiatiques
P. 24 Courrier
Vos mails,
nos réponses
P.25
Vivre et travailler
chez Sodexo
7 pages pour tout savoir
écologie
P. 32 Agir
3 solutions pour
recycler son mobile
Loisirs
P. 34Surfer
3 sites pour acheter
« équitable »
P. 35 Jeu concours
P. 36 Partir
La Malaisie, suivez
notre guide
P. 38 Sortir
3 serres
aux papillons
photos : thinkstock / sodexo / pascal gascuel / Stewart Andrew-Sime-Photononstop /franck schmitt
photo de couverture : © fendis/Corbis
14
La rédaction
infos
sodexo
Des crèches
écolo
La Maison bleue gère des
crèches qui répondent aux
exigences du développement
durable. Les matériaux
utilisés sont écolos et le
personnel a été formé aux
gestes éco-citoyens. 50 crèches
« vertes » réparties dans toute
la France existent déjà.
Tout savoir sur les maladies rares
Le nombre de maladies rares est estimé à 7 000. En France, elles touchent
3 millions de personnes. Parce qu’elles sont souvent mal connues
et demandent une prise en charge particulière, un service qui leur est
dédié a été mis en place. Il répond aux questions des malades et de leur
entourage par téléphone et par mail (via le site Internet).
Maladies rares Info Services : 0 810 63 19 20
(prix d’un appel local depuis un poste fixe).
www.la-Maison-Bleue.fr
www.maladesraresinfo.org
Après
les vélib’, voici
LES AUTOLIB’ !
On connaissait déjà le principe
des vélos que l’on peut louer
en toute liberté dans les
grandes villes, maintenant
on peut aussi le faire avec des
voitures. Il s’agit de véhicules
proposés en libre-service
offrant la possibilité d’une
location de courte durée
(à partir d’une heure).
Le principe de l’autopartage est
simple : on fait sa réservation
par téléphone ou sur Internet,
on se rend ensuite dans
une station, et on règle
lorsque l’on rend le véhicule.
Le prix est calculé à l’heure
et au kilomètre (à partir
de 1,50 h / h et 0,39 h / km, hors
abonnement). Il existe aussi
un site proposant des locations
de voitures entre particuliers
(www·voiturelib.com).
Des solutions économiques
et écologiques.
www.autolib.fr
6
« Les sacs plasttiqruibeués
à usage unique deisrçants
par les comm 1 seconde,
sont fabriqués ennt 400 ans
mais ils mette raître
pour dispa tés
quand ils sont jee. »
dans la natur
%
40
de l’énergie produite
en France sert aux besoins
domestiques comme
l’éclairage, le chauffage
et l’électroménager. Elle est
responsable de 20 %
des émissions de gaz à effet
de serre. (Source : Evasol)
Planetoscop.
Consommation
durable, mode d’emploi
Biodégradable, durable, naturel… Les termes
à caractère écologiques fleurissent sur les
emballages de nombreux produits. Mais que
signifient-ils et surtout quelles garanties nous
apportent-ils ? Pour vous aider à y voir plus
clair, le gouvernement vous propose un guide*
à télécharger gratuitement sur :
www.developpement-durable.gouv.fr
*
« Guide pratique des allégations environnementales à l’usage
des professionnels et des consommateurs »
BA pour les
enfants hospitalisés
L’association « Un cadeau pour la vie » recueille
des dons afin d’offrir des jouets et du matériel
multimédia (télé, lecteurs DVD, mp3…) pour
les enfants hospitalisés. N’ayant aucun
frais de fonctionnement, l’association
utilise 100 % des dons pour l’achat de ces
cadeaux. Si vous souhaitez faire un don,
connectez-vous sur :
www.uncadeaupourlavie.fr
à lire
Bien manger
pour se sentir
mieux
Même si l’auteur,
nutritionniste, parle
minceur, ce n’est
pas à travers
un régime. Son
objectif ? Donner des clés pour
vous aider à adopter un nouveau
comportement alimentaire en étant
d’abord bien dans votre tête…
« Je mange et je suis
bien », de Florence Pujol,
Les Psychoguides, éd. Puf, 18 €.
Bons vins
à petit prix
Si vous voulez
des bons plans
en matière
de bonnes
bouteilles, cet
ouvrage est
fait pour vous !
L’auteur propose une sélection
de vins pour toutes les occasions
à prix mini. À consommer malgré
tout avec modération…
« Les Meilleurs Vins à moins
de 6 euros », de Michel Droulhiole,
éd. Leduc.s, 5,90 €.
Contes en chanson
Depuis des
années,
Marlène Jobert
s’adresse
aux enfants
en écrivant
et interprétant
des histoires rien que pour eux. Cette
fois, elle reprend « Cendrillon »,
« La Belle au bois dormant »
et « Blanche-Neige » dans un coffret
composé d’un CD et de 3 livres.
« 3 contes de princesses »,
coll. « Les plus beaux contes
du monde racontés par Marlène
Jobert », éd. Atlas Livres, 14,99 €.
photos : © autolib / © thinkstock / © martin green-fotolia
news
7
shopping
Nouvelle génération
Le célébrissime parfum pour
homme de Guerlain se décline
dans une version plus fraîche
et plus jeune, Habit Rouge L’Eau,
Fraicheur
masculine
Gel douche
et bain au gingembre,
72 € les 100 ml (en parfumerie).
5,99 €, Monoprix.
20 €, Lierac (en pharmacie
et parapharmacie).
Thalasso à domicile
Cristaux d’Océan relaxants,
69 €, Bio Carnac (http//boutique.
thalasso-carnac.com).
Une rentrée en beauté
Pour prolonger les bienfaits des vacances, on prend soin de soi… Voici une sélection
de nouveaux produits pour se chouchouter et se pomponner !
photos : © Simon Coste-Fotolia / © R. Classen-Fotolia / © Sherrie-Fotolia
Bas les masques !
Masques à l’argile Confort,
Éclat et Pureté,
Après-rasage sur mesure
Fluide (pour peaux normales
et mixtes) et Baume (pour peaux
sèches), 16,10 €, Avène, (en pharmacie
et parapharmacie).
Pour businessmen
Trousse Ready to go avec trois soins
pour hommes, Yonka, 49,50 €
(points de vente : www.yonka.com).
Pour prolonger l’été
Terracotta Mosaïc géante, pour
le corps et le visage, 58 €, Guerlain
(en parfumerie).
À chaque âge,
son antirides
Élixir revitalisant unifiant
Milaya pour peaux
matures et crème
lissante Nectalys pour
les premières rides, 42 €
et 37 €, Galénic (en pharmacie
et parapharmacie).
Vernis parfumés
Son premier parfum
Sweetcase ourson et son eau de toilette,
Selon leurs teintes, les vernis Scented sentent
les fruits d’été ou le bonbon, 11,90 €, Revlon
(en parfumerie et parapharmacie).
45,90 €, Baby Smell (www.baby-smell.com).
8
9
équilibre
s’épanouir
Pour gagner confiance en soi, il faut d’abord
apprendre à s’aimer soi-même et à faire taire
la petite voix négative qui résonne en nous.
On aimerait se sentir à la hauteur
en toutes circonstances. oui mais voilà,
Par moments, on se trouve nul, ridicule
ou moche. Heureusement, il existe des
solutions pour devenir plus sûr de soi.
Avoir davantage
confiance en soi,
c’est possible !
C L’amour de soi est la base
de la confiance en soi. Il faut donc
apprendre à s’accepter tel que l’on
est, avec ses défauts, ses travers
et ses faiblesses, car on en a tous !
L’amour de soi n’est pas inné.
Il se construit durant l’enfance
et se nourrit essentiellement
des paroles et de l’attitude des
parents. Heureusement, même
si cette étape est ratée, il n’est
jamais trop tard pour agir. Pas
10
plus qu’il n’est inné, l’amour
de soi n’est un sentiment acquis
une fois pour toutes. Il faut
tout au long de sa vie le nourrir,
le développer. L’amour de soi
passe par une bonne estime
de soi. Il faut donc apprendre
à « tuer » ce que certains
spécialistes du développement
personnel appellent le « saboteur
intérieur ». Vous savez, c’est cette
petite voix qui résonne parfois
en vous pour vous délivrer des
messages négatifs et souvent
dévalorisants, du style « t’es
nul », « tu n’y arriveras jamais »…
Pour la faire taire dès qu’elle
se manifeste, on capitalise
sur ses qualités. Et, petit
à petit, les messages négatifs
disparaissent totalement.
« Ça dépend des jours ! Il y a des matins
où j’ai l’impression que tout est possible, où j’ai envie
d’aller vers les autres, de parler, d’entreprendre…
Et d’autres, où je rase les murs… Il suffit souvent d’un
mot ou d’une réflexion, et je me mets à douter de moi.
Pour essayer de m’en sortir, je me suis offert un ouvrage
intitulé « Petit cahier pour avoir confiance en soi »,
de Marie‑Hélène Laugier (éd. Esi). Il contient des jeux,
des tests et des conseils. Je sens déjà que je progresse ! »
On s’affirme
On adopte la positive
attitude
La confiance en soi se nourrit
de succès. Il faut donc se fixer
des objectifs réalisables. Et dès
que l’on entreprend quelque
chose de nouveau ou que
l’on réussit un challenge,
on se félicite ! C’est important
Charlotte, 28 ans.
On a tous fait, au moins une
fois dans sa vie, un achat
qui ne nous convenait pas.
Le plus souvent, c’est parce
que l’on n’a pas osé s’opposer
au vendeur qui nous affirmait
que c’était exactement
ce qu’il nous fallait.
Le manque de confiance
en soi peut aussi nous
pousser à accepter
un travail supplémentaire
ou à rendre un service,
même quand celui-ci nous
met dans une situation difficile
ou inconfortable. S’affirmer, c’est
donc apprendre à dire « non »,
quand il le faut. Pour être plus
à l’aise dans ces moments-là,
on s’entraîne à argumenter
gentiment, mais fermement,
sans crainte de décevoir l’autre,
et sans culpabiliser. Et quand
on y parvient, on se sent
tellement mieux et soulagé,
que l’on prend encore un peu
plus confiance en soi.
Christine, 43 ans.
« Ma mère était autoritaire et exigeante,
résultat, j’avais l’impression que je ne faisais jamais rien
de bien. Toute mon enfance, j’ai été une gamine mal dans
sa peau. Et puis, à l’adolescence. J’ai rencontré un garçon qui
me faisait des compliments, sur mon physique, mon côté
artistique… Il m’a fait prendre conscience de mes qualités
et j’ai acquis une nouvelle force. Bien sûr, ça n’est pas venu
du jour au lendemain, et j’y travaille encore ! Aujourd’hui,
si j’ai une faiblesse, ce ne sont pas les paroles de ma mère que
je me remémore, mais celles de mon amoureux de l’époque ! »
photos : © snaptitude-Fotolia / © E. Horiot-fotolia / © ChantalS-Fotolia
On apprend à s’aimer
tel que l’on est
Et vous, avez-vous
confiance en vous ?
de ressentir de la satisfaction
et de la fierté dans ces
moments-là. On accepte aussi
les compliments de la part des
autres, sans rougir ni se sentir
mal à l’aise ! On remercie
simplement la personne
qui nous les adresse et l’on
s’en réjouit. C’est comme
ça que l’on progresse…
© Daly and Newton/Ojo Images / pns
ertaines personnes sont
dotées d’une confiance
en elles inébranlable qui
leur permet d’aller de l’avant,
alors que d’autres, au contraire,
hésitent et doutent, car elles
manquent d’assurance. Sans
cet atout propre aux gens qu’on
dit « bien dans leur peau »,
difficile de s’épanouir, tant
sur le plan professionnel que
personnel. La confiance en soi
apparaît en effet aujourd’hui
comme l’un des ingrédients
indispensables au bonheur. Voici
trois conseils pour la développer.
témoignages
Franck, 37 ans.
« Timide et mal dans ma peau, je me suis
trimballé mon manque de confiance en moi comme
un boulet pendant des années. Même quand je réussissais
professionnellement, j’avais le sentiment de ne pas être
à la hauteur. J’ai donc décidé de suivre une psychothérapie
dite cognitive et comportementale. Il s’agit de séances
de groupe durant lesquelles on pratique une sorte de jeu
de rôles afin d’adopter de nouveaux comportements.
Cela m’a permis de modifier mon mode de pensée
et d’acquérir une meilleure estime de moi. »
11
équilibre
vivre mieux
3 conseils
Pour
être moins
malade
cet hiver
1. Stimulez
© anna liebiedieva-fotolia
votre système
immunitaire
12
Pour cela, misez sur une
alimentation riche en vitamine C.
En effet, elle booste les cellules
de défense de l’organisme et l’aide
ainsi à détruire les agresseurs
(virus et bactéries). On la trouve
en grande quantité dans les
agrumes (orange, pamplemousse,
citron, clémentine), les kiwis, les
légumes verts (notamment chou
frisé, épinard et brocoli), le poivron
et le persil frais.
Du côté des
minéraux, faites
le plein de zinc
et de cuivre,
deux grands
stimulants de
l’immunité. Ils
sont notamment
présents dans
les fruits de
mer, le jaune
d’œuf et les
céréales
complètes.
© thinkstock
Envie d’éviter les rhumes,
angines et autres petits
maux hivernaux ? Voici
nos conseils pour tenter
d’y échapper.
Si vous vous sentez fatigué ou s’il
y a une épidémie de rhume ou de
grippe autour vous, vous pouvez
faire une cure de vitamine C
ou de minéraux (zinc et cuivre).
Enfin, dormez suffisamment,
car pour se défendre, le corps
a besoin de repos.
2. Misez sur une
hygiène sans faille
Les bactéries et les virus
se transmettent essentiellement
par les mains. Prenez l’habitude
de les laver plusieurs fois par
jour, surtout avant de manger
et après avoir emprunté les
transports en commun. Pour
être efficace, le lavage des mains
doit se faire avec du savon (les
passer juste sous l’eau ne sert à
rien). En dépannage, vous
pouvez utiliser
une solution
hydroalcoolique.
Lorsque
vous êtes enrhumé, utilisez des
mouchoirs en papier et jetez-les
dans une poubelle fermée. C’est
valable pour toute la famille
et les collègues de travail.
3. Adoptez les bons
gestes au quotidien
Augmenter le chauffage n’évite
pas de tomber malade, bien
au contraire ! D’une part, l’air
trop sec irrite les muqueuses
respiratoires, d’autre part,
les microbes se développent
deux fois plus vite dans une
atmosphère surchauffée. Aussi,
apprenez à vous couvrir et réglez
la température à 19 °C dans
la journée et à 18 °C la nuit.
Pour empêcher les microbes
de stagner chez vous, pensez
à aérer chaque pièce tous les
jours pendant un quart d’heure
au moins (coupez le chauffage
avant). Vous pouvez aussi
assainir l’air en utilisant des
diffuseurs d’huiles essentielles.
people
dans leur assiette
Quels sont vos premiers
souvenirs culinaires ?
MACHa MÉRiL : Maman n’était pas
une cuisinière hors pair, mais elle
était courageuse. Pauvre et veuve
avec trois filles, elle parvenait
tout de même à nous nourrir
convenablement. C’est à 18 ans
que j’ai vraiment découvert
la cuisine. Et par la grande porte !
Je servais d’alibi à un ami, guide
anonyme pour le « Michelin ».
En couple, nous faisions le tour
des restaurants étoilés qu’il testait
sans dévoiler son identité. Aller
chez Troisgros, Pic ou Georges
Blanc à 18 ans, c’était absolument
incroyable. Par la suite, j’ai
à mon tour rempli des fiches
faisant part de mes remarques
aux responsables du guide.
« En cuisine, j’aime
bluffer mon monde !»
14
M. M. : À 25 ans, je me suis mariée
à un Italien et je suis partie vivre
dans son pays. J’ai alors ressenti
un énorme choc gastronomique.
Leur cuisine varie selon
les régions. C’est magnifique !
C’est là-bas que j’ai tout appris.
Vos parents étaient
russes. Vous êtes née
au Maroc, votre cuisine
est‑elle influencée par
ces deux pays ?
© pascal gascuel
Macha Méril
On connaît depuis
longtemps votre
passion pour la cuisine.
À quand remonte-t-elle
précisément ?
Artiste complète,
Macha Méril
a toujours plusieurs
projets sur le feu !
Tandis que sort
son roman « Jury »
(éd. Albin Michel),
elle publie son
quatrième livre
de recettes, « C’est
prêt dans un
quart d’heure ! »
(éd. Robert
Laffont).
Un dénominateur
commun à toutes
ses activités : l’envie
de mordre la vie
à pleines dents !
M. M. : Pas vraiment. Bien entendu
j’apprécie les épices du Maroc
et j’ai des souvenirs des pirojkis
(petits chaussons farcis)
de maman, mais je ne m’aventure
pas dans des plats trop
compliqués. J’aime que les choses
aillent vite. Cela doit être mon
caractère un peu expéditif !
sur
Passionnée etnts
tous les fro
Cinéma, télévision,
théâtre, écriture…
Macha Méril refuse
de se cantonner
à un seul genre.
« J’emprunte
différents chemins,
mais ils me permettent tous
la même chose : m’exprimer »,
avoue-t-elle pour expliquer
sa gourmandise à multiplier
les expériences. Dernière
en date : la voilà, accompagnée
de musiciens, récitante dans
un spectacle dédié aux poètes
russes… Nous la retrouverons
aussi, dans un tout autre registre,
mère de Gad Elmaleh dans le film
tourné cet été, « Un bonheur
n’arrive jamais seul ».
C’est pour cela que vous
avez écrit ce livre de recettes
à réaliser en 15 minutes ?
M. M. : Entre autre ! Mais aussi parce
que je refuse de manquer des
moments précieux avec mes amis.
Je veux plonger dans ma piscine,
discuter, rire et les régaler. C’est
aussi mon désir de bluffer mon
monde et de ne pas être tout
à fait comme les autres qui
m’a motivée. Quand soudain
je me lève de mon transat et que
je dis à mes invités, « rendez‑vous
dans quinze minutes sous le tilleul
pour déjeuner » et que je leur sers
un repas délicieux, je suis assez
fière de mon petit exploit !
Quel est votre secret pour
réussir ce tour de force ?
M. M. : De l’organisation, de la malice
et de l’amour ! Cuisiner pour
ceux que l’on aime, ça n’est rien
d’autre que ça, n’est-ce pas ?
On dit que vous avez
travaillé deux ans sur ces
60 recettes. Est-ce vrai ?
M. M. : J’ai travaillé sur ce projet
deux étés durant, dans ma maison
du Gers, là où j’aime recevoir mes
amis autour de grandes tablées.
Pour la plupart, ce sont mes
recettes. Celles que je connais par
cœur et que je sers à mes convives.
Mais, par souci d’honnêteté, j’ai
pourtant tenu à les refaire une
à une, chronomètre sur la table.
Si le temps imparti était dépassé,
j’éliminais le plat de ma sélection.
La cuisine est-elle une arme
de séduction ?
M. M. : Tout ce que l’on sait
bien faire est séduisant.
Certains hommes n’y sont
pas sensibles, mais ceux-là
ne m’intéressent pas…
Propos recueillis par Veronick Dokan
Mes souvenirs de cantine
Je me souviens surtout avoir aimé les lentilles, contrairement à mes petites
camarades du lycée Marie-Curie, à Sceaux. Résultat, je me retrouvais
avec quatre assiettes pour moi toute seule ! Pour elles, c’était synonyme
d’après‑guerre et de pauvreté. Pour moi qui venais du Maroc, c’était comme
les pois chiches : un plat tout à fait honorable. Ma réhabilitation des protéines
végétales, auxquelles j’ai consacré un livre, « Haricots-ci, haricots-là », part de là.
15
nutrition
bien manger
Sauvage, rond,
blanc, complet,
basmati, Arborio…
Chaque type de riz
a ses recettes
de prédilection.
Le riz est pauvre
en nutriments. Faux
Le riz est la céréale
la plus consommée
au monde.
90 % de sa production
vient d’Asie.
S’il est principalement constitué d’amidon, le riz
renferme aussi des minéraux, surtout du phosphore (indispensable à une bonne calcification),
du potassium (qui joue un rôle essentiel dans la
contraction musculaire) et un peu de magnésium (régulateur du système nerveux).
Sur le plan
nutritionnel, le riz
complet est meilleur
que le blanc.
Vrai
Vrai ou faux ?
le riz
photos : © Tatyana Nyshko - Fotolia / © xjbxjhxm - Fotolia / © tombini marie-laure - oredia
On le cuisine régulièrement,
pourtant on le connaît
souvent assez mal.
Le point sur quelques
idées reçues…
16
En fait, il est beaucoup plus riche en nutriments
car il a conservé une partie de son enveloppe
(c’est pour cette raison qu’il est brun), là où
sont concentrés les vitamines et les minéraux.
Le riz blanc, à l’inverse, est totalement débarrassé de son enveloppe. Toutefois, le riz blanc
étuvé, qui a subi un traitement à la vapeur
avant d’être décortiqué, conserve une plus
grande concentration en nutriments. Pour les
mêmes raisons, le riz complet est mieux pourvu
en fibres qui stimulent le transit intestinal et
possèdent des vertus anticancer.
Il est peu
calorique. 7
En France,
nous
consommons
environ 7 kilos
de riz
par personne
et par an.
Source : FAO.
Il existe près de 2 000 espèces cultivées à travers le monde. Dans les rayons des supermarchés, on trouve de plus en plus de riz avec des
formes et des origines différentes. Alors comment s’y retrouver ? Pour une paella ou un riz
au lait, préférez un riz rond. Pour un riz cuit à
l’eau, choisissez plutôt un grain long qui colle
moins, et pour une cuisson à la vapeur, un thaï
ou un basmati. Enfin, pour un risotto, les riz d’origine italienne comme l’arborio ou le carnaroli,
sont les plus appropriés.
Tous les modes
de cuissons
se valent.
Faux
Vrai
Une portion de riz blanc nature cuit (200 g)
apporte environ 240 kcal, une part de riz complet
environ 290 kcal. Attention toutefois à la façon
dont il est accommodé. Par exemple, une portion
de riz cantonais de 200 g peut facilement atteindre 600 kcal ! Pour qu’il reste diététiquement correct, il faut également consommer le riz al dente
et éviter celui à cuisson rapide.
Il n’y a pas
de différences
entre les variétés
de riz.
Faux
Le risotto aux petits
pois : un délicieux
plat de saison.
La cuisson à l’eau est la plus répandue, pourtant
ce n’est pas la meilleure. Le riz est plus savoureux
cuit façon pilaf ou par absorption (comme pour
le risotto). Ces modes de préparation consistent
à faire revenir les grains dans un faitout avec
un peu d’huile, puis d’ajouter de l’eau ou du
bouillon, en une seule fois ou par petites quantités. Autre solution : la cuisson à la vapeur, qui
donne au riz une texture plus légère et préserve
mieux ses arômes et ses nutriments.
17
La chronique du nutritionniste
Dans chaque numéro, le Dr Arnauld Maloubier vous conseille.
Les gestes anticholestérol
Le cholestérol appartient à la grande
famille des lipides (graisses).
On en distingue deux sortes.
• Les HDL cholestérol, qui récupèrent les
graisses en excès et les rapportent au foie
qui les élimine, « nettoyant » ainsi notre
organisme. On parle de « bon » cholestérol.
• Les LDL cholestérol qui déposent
au contraire le cholestérol sur les parois des
artères, formant, petit à petit, de véritables
bouchons de graisse (athéromes). Il est
appelé « mauvais » cholestérol.
Prenez de bonnes habitudes
C’est l’excès de LDL et le manque
de HDL cholestérol qui constituent
le risque cardiaque. Pour prévenir
et lutter contre celui-ci, il faut adopter
certains gestes au quotidien.
1] Mangez cinq fruits et légumes par jour
ainsi que des féculents (pain, riz, pâtes,
pommes de terre, flocons d’avoine…).
Les fibres qu’ils contiennent permettent
de diminuer le « mauvais » cholestérol.
2] Limitez les viandes grasses,
« Le cholestérol provient
de deux sources :
l’une externe fournie par
l’alimentation, l’autre interne
produite par le foie. »
18
la charcuterie, le beurre, les produits
laitiers et les pâtisseries. Optez pour des
produits laitiers écrémés et des viandes
maigres. Pour les œufs, c’est fonction
de votre sensibilité individuelle, mais
préférez ceux enrichis en oméga 3.
3] Utilisez des huiles végétales
(olive, colza, maïs, soja ou noix).
La consommation régulière de margarines
et de yaourts contenant des stérols
ou des stanols, des substances végétales
qui réduisent le mauvais cholestérol,
est également recommandée.
4] Mangez du poisson deux à quatre fois
par semaine, surtout des « gras » (hareng,
maquereau, saumon, truite, sardine…).
5] Buvez environ 1,5 litre par jour.
Idéalement de l’eau, mais aussi des
jus de fruits, du thé et du café.
6] Limitez les boissons alcoolisées,
même si une consommation modérée
de vin rouge (2 verres par jour chez
l’homme, 1 chez la femme) permettrait
d’augmenter le « bon » cholestérol.
7] Préférez les cuissons diététiques :
au gril, à la vapeur, au court‑bouillon,
en papillote ou au wok.
8] Surveillez votre poids. Les kilos superflus
favorisent l’excès de cholestérol.
9] Bougez ! Pratiquer une activité
physique régulière permet
de diminuer le « mauvais » et surtout
d’augmenter le « bon » cholestérol.
10] Arrêtez de fumer. Le tabagisme
réduit le taux de bon cholestérol.
recettes
qixian hui a été initiée
à l’art culinaire par
un cuisinier de la cour
impériale de la dynastie
des Qing, puis elle est
devenue chef dans
un restaurant renommé
à Shenyang (nord-est
de la chine). Elle a même
reçu le titre de « Cuisinière
Impériale ». Elle est
arrivée en France en 2001
pour promouvoir
l’art culinaire chinois
et a travaillé dans
plusieurs restaurants
avant d’être embauchée
chez Sodexo.
3 recettes
asiatiques
Originaire de Chine, Qixian Hui travaille comme
second de cuisine au restaurant les Muriers,
au technopôle Parc Saint-Christophe,
à Cergy‑Pontoise (Val-d’Oise). Elle nous
propose 3 recettes asiatiques, dont l’une
tirée de son ouvrage « La Cuisine chinoise
© franck schmitt
de tous les jours », (éd. You Feng).
19
nutrition
recettes
Poulet à l’impériale
Pour 4 personnes
Préparation : 45 minutes
Cuisson : 15 minutes
602 kcal / portion
ingrédients
4 blancs de poulet ½ carotte
½ poivron vert 3 gousses d’ail
20 g de gingembre frais 1 œuf 50 g de cacahuètes nature décortiquées
25 cl d’huile 20 cl de vin blanc
1 c. à soupe de sauce soja
5 g de fond de volaille déshydraté
1 grosse pincée de poudre de chili
quelques brins de ciboulette
5 g de fécule de pommes de terre
10 g de Maïzena 5 g de sucre
sel et poivre
Couper les blancs de poulet en dés de 1 cm. Les mélanger
avec la Maïzena, l’œuf et le fond de volaille. Couper la carotte
et le poivron en petits dés. Hacher finement l’ail, le gingembre
et ciseler la ciboulette. Faire dorer les cacahuètes dans un peu
d’huile et les réserver. Mettre 20 cl d’huile à chauffer au wok
(150 °C ). Faire cuire les dés de poulet par petites quantités
(environ un blanc de poulet à la fois) pendant environ 3 minutes
dans l’huile, en les éparpillant. Réserver. Faire sauter dans
le wok quelques instants la ciboulette, l’ail et le gingembre avec
1 cuillerée à soupe d’huile. Ajouter les dés de poivron, de carotte,
laisser cuire 2 minutes, puis mettre la pincée de poudre de chili,
le sel, le poivre et le sucre. Incorporer les dés de poulet et les
cacahuètes. Mouiller avec le vin blanc et la sauce soja. Lier
le tout avec la fécule de pommes de terre délayée dans un peu
d’eau. Servir avec du riz blanc ou cantonais.
L’astuce du chef
Il est possible d’utiliser une friteuse plutôt que le wok. Pour un plat
un peu moins épicé, remplacer la poudre de chili par du cumin.
Soupe de tomate à l’œuf
Pour 4 personnes
Préparation : 10 minutes
Cuisson : 5 minutes
107 kcal / portion
L’astuce du chef
On peut remplacer la fécule de pomme de terre par de la Maïzena.
20
photos : Franck schmitt
ingrédients
2 tomates fraîches
2 œufs
2 cubes de bouillon
de volaille
40 g de fécule de pomme
de terre
Faire bouillir 1,5 l d’eau avec les 2 cubes
de bouillon de volaille. Couper les tomates
épépinées en petits dés et les ajouter au bouillon.
Lier la soupe avec la fécule de pomme de terre.
Battre légèrement les œufs et les incorporer
progressivement dans la soupe en ébullition,
tout en mélangeant avec une louche pour
obtenir des fils d’œufs.
21
nutrition
© Franck schmitt
recettes
Patate douce au caramel et sésame
Pour 4 personnes
Préparation : 15 minutes
Cuisson : 10 minutes
572 kcal / portion
ingrédients
4 patates douces
200 g de sucre
30 g de graines de sésame
75 cl d’huile
L’astuce du chef
Éplucher les patates douces et les couper afin d’obtenir
des tronçons d’environ 5 x 3 cm. Les laver et les éponger
avec du papier absorbant. Faire chauffer l’huile au wok
(180 °C). Faire cuire les tronçons de patate douce par petites
quantités dans le bain d’huile durant 4 minutes environ. Les
réserver. Faire cuire le sucre avec quelques gouttes d’huile
et d’eau jusqu’à l’obtention d’un caramel très légèrement
coloré et en remuant le wok ou la casserole (ne pas utiliser
de cuillère). Retirer du feu, incorporer les patates douces
en mélangeant à l’aide d’une cuillère. Servir sur une petite
assiette et saupoudrer de graines de sésame.
En prenant les morceaux de patate douce avec une pince pour les servir,
on obtient des fils de caramel qui embellissent la présentation.
22
courrier
Vos mails,
nos réponses
Dans chaque numéro,
une diététicienne
répond aux questions
que vous vous posez
sur la nutrition.
Pourquoi l’huile
d’olive est-elle
bonne pour
la santé et
comment bien
la choisir ?
Lucie, 38 ans
Son principal atout, c’est
sa richesse en acides gras
essentiels qui protègent
le système cardio-vasculaire.
Ainsi, l’huile d’olive renferme
plus de 75 % de « bons » acides
gras dits monoinsaturés qui
réduisent le taux de « mauvais »
cholestérol, celui qui bouche les
artères. Elle est également riche
en antioxydants (vitamine E et
polyphénols, principalement)
qui permettent de lutter contre
le vieillissement et protègent
aussi de certains cancers. Sachez
que plus une huile d’olive est
forte en goût, plus elle est riche
en polyphénols car ce sont eux
qui sont responsables de son
amertume. Pour avoir une
huile de bonne qualité et très
parfumée, il est conseillé de
choisir une « première pression
à froid » bénéficiant d’une AOC.
24
Sodexo réalise des chroniques nutritionnelles qui paraissent
dans le quotidien « Métro ». Voici deux d’entre elles.
• Peut-on manger des pommes de terre
à la cantine sans grossir ?
Oui, mais à condition de les consommer nature,
cuites à l’eau ou à la vapeur. Dans ce cas, une part (200 g)
de pommes de terre totalise seulement 170 kcal.
Attention, un mode de cuisson différent fait vite grimper
l’addition calorique : une assiette de pommes de terre sautées
apporte 250 kcal et une de frites 840 kcal !
• Que donner à manger à mon enfant
qui passe des examens ?
Tout d’abord des sucres « lents », principal « carburant » du cerveau :
pâtes, riz (de préférence complets), céréales, légumes secs… Mais
aussi des fruits et légumes pour leur richesse en vitamine C qui
a des vertus stimulantes ; du chocolat noir et des fruits secs pour
faire le plein en magnésium, un formidable antistress.
Nos diététiciennes sont à votre écoute au 32 23 (dites « Sodexo » 0,34 €/min)
ou sur le site www.sodexoconseil.com
Vos réactions
• Bonjour à toute votre belle équipe, j’aime bien les sujets dans
les news qui nous donnent des idées pour faire notre BA. Il y a tellement
de causes à défendre ! À bientôt. Magalie
• Bonjour, j’apprécie énormément la chronique du nutritionniste
qui est toujours très intéressante. On apprend beaucoup de choses
et c’est très bien expliqué. Merci pour tous ces bons conseils. Patricia
• Bonjour, quelle idée géniale de passer un week-end dans une
roulotte. Ça donne envie ! Merci pour vos idées de loisirs toujours
originales ! Camille
• Bonjour à toute l’équipe, un grand bravo pour vos dossiers sur
l’environnement. C’est une thématique que j’aimerais voir plus souvent
traitée dans mes lectures. Continuez ! Serge
Nous vous remercions pour vos mails. Vous pouvez envoyer
vos questions sur la nutrition ou nous faire part de vos réactions à :
magazine-attitude@com-presse.fr
Vos mails sont susceptibles d’être publiés.
Vivre et travailler chez Sodexo
Faire de chaque jour
un jour meilleur
photos : © sodexo
infos
L’actualité des femmes et des hommes de Sodexo
qui s’engagent à faire de chaque jour un jour meilleur.
magazine Attitude - automne 201 1
25
Vivre et travailler chez Sodexo
Céline Delautre
Des cinéastes pleins de talent
Dix équipes ont participé
au Grand concours
vidéo convivialité qui
proposait de mettre
en scène l’esprit d’équipe,
de progrès ou de service.
Les intranautes ont
pu élire leur film préféré
sur SodexoTivi. C’est
la direction régionale
de Strasbourg qui
a gagné le concours
le 31 mai dernier. Chaque
membre de l’équipe
a remporté 100 €. Autour
de Jean‑Jacques Petit,
responsable régional,
toutes les divisions
de la direction régionale
ont participé au tournage.
« Lors d’une réunion
préparatoire, nous avons
élaboré un scénario,
raconte Jean-Jacques Petit,
imaginé des costumes,
attribué les rôles et choisi
la musique pour chaque
séquence. » Sur les
génériques de « Benny
Hill », de « StarWars »,
ou de la série « Urgences »,
la Panthère rose a côtoyé
Dark Vador, des infirmières
des écoliers, et Superman
une Alsacienne ! Céline
Lemaire, chargée
de recrutement
et de mobilité,
et Céline Delautre,
assistante de direction,
se sont chargées
du montage. « Cette
expérience a permis
de recréer une cohésion
au sein de la direction
régionale, se réjouit
Céline Delautre. Grâce
aux moments de rire
et de partage de cette
journée de tournage,
nous avons tissé
de nouveaux liens ! »
Zoom sur l’apprentissage
La clé
magique,
c’est fini
Signataire de la Charte
de l’apprentissage dès
2005, Sodexo a noué
des contacts avec les
centres de formation
d’apprentis, les lycées
professionnels et les écoles
d’enseignement supérieur.
Gérard Gourlat, directeur
des ressources humaines
Province, explique :
« Nous nous rendons
régulièrement dans ces
établissements pour
présenter les opportunités
de carrière qu’offre Sodexo
et la diversité de nos
activités : restauration,
services généraux,
maintenance, etc.»
Ainsi, Sodexo accueille
500 apprentis par an.
« L’apprentissage est la clé
La quatrième et dernière
session de la clé magique
s’est terminée le 3 juillet
dernier. Ce jeu, accessible
à tous les collaborateurs
de Sodexo France sur
le site sodexoetmoi.fr,
proposait de découvrir
les engagements et les
activités de Sodexo.
Si tous les participants
ont été récompensés
(fonds d’écran, etc.),
124 collaborateurs tirés
au sort se sont partagés
8 000 € de gains, en
chèques cadeaux d’une
valeur de 50 à 500 €.
Allô Bravo aux gagnants !
idées
26
photos : © sodexo
pas dans le commerce, pourrait être installée dans toutes les prisons.
• Enfin pour encourager l’esprit de progrès, Daniel Plessy, chef de cuisine au zoo
de Doué-la-Fontaine (49), a suggéré d’installer un miroir dans
les vestiaires, encadré
de questions : « Suis-je
souriant ? Ma tenue
est-elle correcte ? », etc.
Cela permettrait de
sensibiliser les collaborateurs à une bonne
présentation face aux clients.
Félicitations aux gagnants et merci à tous
pour votre participation !
Olivia Varandas et Antoine Rivier
Analyse Fidélisation
au siège de Sodexo
à Issy‑les-Moulineaux
(92), avait aussi choisi
l’apprentissage à l’École
supérieure de commerce
de Toulouse : « Cela
m’a permis de gagner
Des souvenirs
pour les hôtes
Le concours Allô Idées récompense les meilleures propositions
des collaborateurs Sodexo pour améliorer le service, le travail d’équipe
ou favoriser l’innovation. Voici les gagnants de la deuxième session.
• Pour l’esprit de service, Françoise
Braunecker, cuisinière à la résidence
Myosotis à Bitche (57), propose de mettre
en place une carte de fidélité pour les convives des restaurants et de leur offrir, selon le
nombre de repas cumulés, un café, un dessert ou un repas complet.
• Pour développer l’esprit d’équipe,
Christophe Delwal, technicien de maintenance au centre de détention Saint-Mihiel
(55), a imaginé de créer des serrures chauffantes. Cela ferait gagner 80 heures d’intervention par an sur un établissement, donc
réduirait les coûts d’intervention et l’utilisation de produits polluants pour dégeler les
serrures classiques, renforcerait par conséquent la sécurité. Cette pièce qui n’existe
la plus pertinente pour
l’emploi et l’insertion
professionnelle »,
poursuit Gérard Gourlat.
Un apprenti sur trois est
embauché par Sodexo
à l’issue de sa formation,
comme Olivia Varandas,
responsable Hôtellerie
et Restauration en centres
de dialyse à Paris
et en Île‑de‑France :
« Après mon BTS
diététique et nutrition,
je souhaitais me spécialiser
dans le domaine
de la restauration
collective. Le maître
d’apprentissage
apporte une dimension
concrète et différente
du savoir‑faire. » Antoine
Rivier, 24 ans, responsable
La Maison du chercheur,
située sur le Polygone
scientifique de Grenoble
(38), accueille les
chercheurs étrangers
qui travaillent au sein
de ses trois instituts
(ESRF, ILL et EMBL). Les
collaborateurs de Sodexo
y assurent la réception
et le petit déjeuner. « Suite
De gauche à droite : Sylvie Berti, Angélique Filloux
à de nombreuses demandes
(personnel service petit déjeuner), Catherine
de nos hôtes, raconte
De Maria (adjointe de site), Amandine Liberge
et Pauline Colonel (personnel réception).
Catherine de Maria,
adjointe de site, nous avons décidé d’ouvrir une boutique de produits
régionaux (Antésite, chocolats Bonnat et Chartreuse) et d’objets
siglés au nom de nos clients (ILL et ESRF) : parapluies, polos, peluches…
C’est un vrai plus : cela évite aux chercheurs de devoir descendre
à Grenoble pour trouver des souvenirs ! »
en autonomie,
de m’investir pleinement
dans mon poste de chargé
de développement
commercial au sein
de la direction régionale
du Sud-Ouest et de voir mes
responsabilités évoluer. »
Des offres
sur mesure
Le restaurant inter-entreprises de Saint-Cloud
(92) vient de développer deux nouvelles
offres. Tout d’abord auprès des Galeries
Lafayette Haussmann et Montparnasse,
à Paris : « Les Galeries font des nocturnes
tous les jeudis et en période de soldes,
et fournir un repas à leurs collaborateurs
était un véritable casse-tête, raconte
Jean-Paul Lafond, directeur de site au RIE
Saint-Cloud. Nous leur avons proposé
de livrer des “lunch boxes” comprenant
un hors-d’œuvre, un sandwich, une
boisson et un dessert. Cette formule les
a beaucoup séduits et représente pour nous
1 800 “boxes” à préparer et livrer chaque
soir de nocturne. » Le RIE prépare également
les différents petits plats de « snacking »
de l’offre « Plazza Express » pour 13 sites
Sodexo en Île-de-France : sandwichs préparés
avec de la baguette bio ou avec des pains
variés (céréales, pavot…), paninis, salades…
Si vous souhaitez nous communiquer une information, merci d’adresser un courriel à : communication.interne.fr@sodexo.com
27
Vivre et travailler chez Sodexo
Un projet, des métiers
Rencontre
avec…
Le mot de
Frédéric
Aubrun
Directeur
des
opérations
Altys
Directeur
général d’Altys
Quels sont les
métiers d’Altys ?
Altys a été créée en 1997
avec l’appui de Sodexo,
et compte aujourd’hui
650 collaborateurs
en Île-de-France
et en région. Cette filiale
de Sodexo Entreprises
intervient principalement
dans des immeubles
de bureaux, des
centres informatiques
ou des laboratoires
de recherche.
Altys comporte deux
branches d’activité :
le département
Maintenance
multitechnique qui
assure l’entretien
préventif et correctif des
équipements techniques,
et le département
Génie climatique
et électrique chargé
d’étudier et de réaliser
des installations neuves.
Altys est partie prenante
de l’offre de solutions
de services sur site
de Sodexo : elle veille
à la sécurité des biens
et des personnes,
comme au bon
fonctionnement des
moyens de production
du client.
28
Nos métiers sont principalement liés à l’électricité
et à la climatisation, mais
nous intervenons également dans tous les autres
domaines techniques du
bâtiment, comme la sécurité incendie, la maintenance des ascenseurs,
les groupes électrogènes
pour lesquels nous soustraitons une partie de nos
prestations. Nos métiers
sont très divers et nous
recrutons des étudiants à
l’issue de leur contrat d’apprentissage (30 apprentis par an), et également
issus de bac pro, de BTS,
ou d’écoles d’ingénieur.
Cependant la promotion interne est largement
privilégiée et nos techniciens peuvent rapidement
évoluer vers des postes
d’encadrement, quel que
soit leur diplôme.
Comment Altys
s’intègre-t-elle dans
l’offre de Sodexo ?
Altys porte toutes les activités techniques sensibles
sur les contrats de solutions de services sur site.
Son professionnalisme,
son expertise reconnue
et sa capacité d’innovation sont de véritables
atouts pour développer
la stratégie du groupe
Sodexo. Nous avons
d’ailleurs nos propres
contrats qui nous permettent de nous confronter à
d’autres acteurs spécialisés
du secteur (Cofély, Dalkia,
Ceglec par exemple) afin
de renforcer nos performances. Ces contrats
sont aussi une opportunité pour proposer à nos
clients des solutions de
services globales, parfaitement adaptées à leurs
besoins, pouvant intégrer de la restauration et
d’autres services.
Être force de proposition
Intégré en février 2000 en tant que technicien chez Altys, David Martineau
a rapidement évolué pour devenir aujourd’hui responsable d’opération sur le site
de l’Agence française de développement (75). « Sur ce site, je travaille avec un adjoint
technique et deux techniciens, précise David Martineau, et nous supervisons pour
notre client le chauffage, l’éclairage, la climatisation. Nous veillons particulièrement à ce que les
conditions d’hygiène et de confort soient respectées. La branche maintenance multitechnique d’Altys,
à laquelle nous sommes rattachés, s’occupe essentiellement de l’entretien et des réparations des
équipements techniques du bâtiment de notre partenaire. Nous pouvons également lui proposer des
améliorations pour anticiper une panne ou faire des économies d’énergie. »
photos : © sodexo
Georges Balzer,
«
Altys est un acteur
essentiel au sein
de Sodexo pour
développer les solutions
sur site », explique
André Pensec, directeur
développement pour
le département Génie
climatique et électrique
d’Altys. Cette branche
répond à des appels
d’offres et réalise les
travaux pour de nouvelles
installations. « Nous
conseillons nos clients pour
aller vers des solutions
moins consommatrices
d’énergie, en leur faisant
bénéficier des nouvelles
technologies, comme
l’eau chaude solaire
ou les pompes à chaleur »,
reprend André Pensec.
Un véritable travail
d’équipe où chacun
apporte son savoir‑faire :
« Les nombreux
techniciens (conducteurs
de travaux, monteurs,
tuyauteurs, électriciens,
frigoristes…) sont pilotés
par un chargé d’affaire,
Stéphane El Kaim
qui est l’interlocuteur
privilégié de notre client »,
précise André Pensec.
Stéphane El Kaim,
28 ans, est entré en tant
qu’assistant chargé
d’affaire chez Altys en 2007.
Promu chargé d’affaire
début 2010, il conçoit
son rôle comme « celui
d’un chef d’orchestre
qui mène un chantier
de A à Z, comme une pièce
maîtresse qui permet
d’organiser l’ensemble
de l’opération ».
Des réunions de chantier
toutes les semaines
entre opérateur et client
permettent de tenir
les objectifs et de respecter
les budgets.
Le point
de vue de…
Daniel Trinquet,
responsable opérations
pour la société
d’investissement immobilier
Corio France, fait confiance
à Altys depuis onze ans.
Une
entreprise
à taille
humaine
« Altys assure pour
nous la maintenance
multitechnique
et parfois d’autres
services : nettoyage,
accueil, gardiennage…,
explique‑t-il. Ce que
j’apprécie, c’est qu’Altys
soit une entreprise à taille
humaine : nous avons
toujours eu affaire aux
mêmes collaborateurs.
Nos relations sont très
directes, et je n’ai pas
besoin de passer par des
dizaines de services pour
obtenir une réponse :
un interlocuteur unique
sert de relais pour
l’ensemble de notre
patrimoine immobilier. »
Le « reporting » trimestriel
est un autre atout :
« Ce rapport d’activité,
note Daniel Trinquet,
permet de veiller au bon
fonctionnement d’un site.
Altys peut également nous
proposer des solutions
pour améliorer les
conditions d’exploitation
et de qualité de vie. »
Si vous souhaitez nous communiquer une information, merci d’adresser un courriel à : communication.interne.fr@sodexo.com
29
près son départ
en retraite, Gérard
Dutheil, ancien responsable
de secteur grands comptes,
a voulu aider les personnes
en difficulté. « Le choix
des Restos du cœur s’est
vite imposé, raconte-il,
puisque je pouvais leur
apporter mon expérience,
notamment dans
le domaine de l’hygiène
alimentaire. J’ai d’abord
participé à la distribution
alimentaire pendant une
campagne d’hiver. Puis,
j’ai assuré le suivi de cinq
centres, c’est-à-dire la mise
en œuvre opérationnelle
de la politique nationale
et départementale des
Restos : aide alimentaire,
lutte contre l’illettrisme,
accompagnement scolaire,
activités culturelles
et de loisirs… » Depuis un an,
Gérard Dutheil est membre
du conseil d’administration
et du bureau de l’association
des Yvelines.
Sodexo a créé le programme Stop Hunger en 1996
et s’est associé aux Restos du cœur depuis 2004.
➽ Entre 2004 et 2011, le nombre de repas fournis par Sodexo
est passé de 50 000 à 90 000.
➽ Collecte de dons via les chèques du cœur et les desserts
du cœur : 274 308 € récoltés en 2011.
➽ Formation des bénévoles à la sécurité et à l’équilibre
alimentaire.
➽ Aide à l’emploi et à la réinsertion pour les bénéficiaires
des Restos du cœur.
Graines de chefs
Depuis treize ans, Sodexo organise un concours national de cuisine
pour personnes en situation de handicap, avec pour thème cette année
« Superposez vos idées ! Inventez votre millefeuille ! » Composées
chacune d’un résident, d’un référent Sodexo et d’un éducateur,
700 équipes ont rivalisé de créativité et de talent au fil des sélections
régionales, puis nationale. Le 16 juin dernier, la finale opposait des
candidats de haute volée, puisque pour la première fois, ce sont
deux équipes qui ont remporté le concours, avec un « croustillant
aux deux chocolats, mousse spéculoos et sa crème au beurre
salé » et un « millefeuille praliné noix ».
Félicitations à Marie Brasseur, Céline Voisin
et Laurent Hoarau, et à Monique Baillon,
Xavier Malecki, et Florence Rebeche.
De gauche à droite : Marie Brasseur
Olivier Roellinger, chef étoilé partenaire de Sodexo
Monique Baillon Chevalier, Marc Plumart,
directeur général Sodexo Santé Médico Social
30
Félicitations
à Camille !
N
Trier et valoriser nos déchets
Dans chaque numéro d’Attitude, nous présentons des exemples
d’application du « Better Tomorrow Plan », le plan de développement
durable de Sodexo pour un meilleur avenir.
ous vous avions raconté dans notre précédent
numéro d’Attitude, l’histoire de Camille.
Cette petite fille, privée de l’usage de ses jambes,
allait participer au marathon de Paris avec son
papa, William Marsal, et leur ami Stéphane
Hardy, responsable de la restauration Sodexo
à l’institut médico-éducatif Vaurouzé du Mans
(Sarthe). Le 10 avril dernier, ils étaient tous
les trois sur la ligne de départ. Au terme d’une
course pleine de péripéties, et soutenus par
un public extrêmement chaleureux, Camille et ses
accompagnateurs sont
arrivés 9 629e sur 400 003
participants, en 3 heures
52 minutes 53 secondes.
Camille est classée quatrième
dans la catégorie Espoirs
féminins. Un bel exploit pour
une belle histoire, et des
souvenirs inoubliables pour
cette équipe formidable.
Encore bravo !
L
a chaîne alimentaire produit
un volume considérable
de déchets, organiques ou non.
C’est pourquoi Sodexo s’engage
dans le cadre du Better Tomorrow
Plan à réduire, trier et valoriser
tous ces déchets. « Nous menons
un important travail de sensibilisation
à destination de nos collaborateurs
en cuisine, comme de nos convives,
explique Suzanne Pierson, chef
de projet Environnement à la Direction
Qualité. Chacun a en effet un rôle
à jouer. » Sodexo élabore des
solutions adaptées à chacun de ses
partenaires, en fonction des structures
de valorisation existant sur place
(méthanisation, compostage
ou production d’énergie). Depuis
trois ans, les huiles de cuisson sont
ainsi converties en biodiésel pour
les véhicules. « En cuisine, nous
étudions l’ergonomie des plans
de travail afin de faciliter le tri des
emballages, des épluchures, des
rebuts de viande, raconte Suzanne
Pierson. Nous prêtons également
attention à la qualité des eaux usées,
en incitant nos plongeurs à éviter
d’y laisser des restes de nourriture. »
Et les convives peuvent aussi mettre
la main à la pâte : poubelles de tri
selon le type de déchets au niveau
de l’espace de dépose plateaux,
sensibilisation à travers l’affichage
Aider un enfant autiste
Matteo a 3 ans et souffre d’autisme.
Richard Manfredini, son père, est chef
de cuisine au Centre de formation pour
apprentis de La Noue (Marne), et cherche
des bénévoles pour aider Matteo avec
la méthode « des 3i » : une trentaine
de personnes sont nécessaires pour une séance par
semaine, afin de jouer avec Matteo pendant 1 h 30 dans
une salle de jeux adaptée. Son responsable de site,
Sébastien Morel, s’est engagé auprès de lui : « Il était pour
moi logique d’informer le maximum de personnes pour
aider Matteo, notamment par l’affichage d’un message
à destination de nos collaborateurs et au personnel
de notre client. Une ancienne collaboratrice a rejoint
le groupe de soutien. » Richard Manfredini se réjouit :
« Matteo a déjà fait d’énormes progrès ! Cette méthode
est simple, peu onéreuse et donne de très bons résultats.
Un psychologue encadre les séances. Mais il nous manque
encore quelques bénévoles réguliers. » L’appel est lancé.
Pour plus d’informations sur cette méthode :
www.autisme-espoir.org
Si vous souhaitez aider Matteo, merci de nous adresser un courriel à : communication.interne.fr@sodexo.com.
Suzanne
Pierson
photos : sodexo
Des compétences
au service
des Restos
A
Vivre et travailler chez Sodexo
Laurent
Sivre
des résultats de leurs efforts
ou du recyclage des déchets non
organiques. « Le tri entraîne une
prise de conscience, et la plupart des
gens vont réaliser qu’ils prennent
des rations trop importantes,
ou qu’ils peuvent se passer d’eau
en bouteille en plastique, remarque
Suzanne Pierson. Cette réduction
du volume des déchets a évidemment
aussi un intérêt financier pour nos
partenaires, souvent responsables
de leur traitement ».
Réduire de moitié le volume
des déchets, c’est possible !
Ces efforts permettent une réduction
significative du volume des déchets
alimentaires, et le site de Toyota,
à Onnaing (Nord), est exemplaire
en la matière. Sodexo y est présent
depuis 2008 et a découvert
une entreprise très
engagée dans le tri
et la valorisation des
déchets. Après analyse,
la problématique se posait
au niveau du libre-service
des légumes et des
sauces. « Conjointement,
nos interlocuteurs de Toyota et Laurent
Sivre, responsable de site Sodexo,
ont mis en place le tri des déchets
organiques en cuisine et en salle. Tous
les déchets triés sont pesés par la filiale
déchet de Toyota et les données sont
renvoyées au responsable de site
qui les analyse dans un tableau
de suivi », explique Alexandre Dufour,
responsable régional Sodexo. Ces
indicateurs de suivi très précis sont
partagés et commentés.
D’autre part, les consommateurs ont
été sensibilisés grâce à des messages
sur le poids de nourriture gaspillée
en une semaine par exemple. Depuis,
les trois restaurants Sodexo de Toyota
ont réduit de plus de moitié le volume
de déchets alimentaires. De nouveaux
dispositifs seront bientôt déployés,
avec le kit de communication « le tri
en action », et une réflexion autour
de l’installation de nouvelles bornes
de tri. « Enfin, et parce qu’il s’agit d’un
volume considérable de gaspillage,
le pain est dorénavant facturé
à prix coûtant et permet de réaliser
de véritables gains d’un point de vue
écologique… », conclut
Alexandre Dufour.
31
écologie
© lunamarina - Fotolia
agir
En France,
60 millions
de téléphones
portables sont
inutilisés. Alors,
plutôt que
de laisser votre
ancien appareil
au fond d’un tiroir,
offrez-lui une
seconde vie !
À peine 3 % seulement des
téléphones portables sont
recyclés chaque année
en Europe. C’est d’autant plus
regrettable que 85 à 90 % de leurs
composants sont recyclables !
Bien sûr, pas question de jeter
son mobile à la poubelle, ni dans
la nature. Mieux vaut opter pour
une des trois solutions ci-dessous.
C’est facile, gratuit, et ça peut
même vous rapporter de l’argent !
pour recycler
son mobile
32
2. On le vend
ou de virement sous 10 à 15 jours.
Certains de ces sites proposent
aussi de faire don du montant
de votre vente à une association.
Pour en savoir plus :
www.love2recycle.fr
www.mobilorama.com
www.monextel.com
Autre solution : revendre votre
mobile sur Internet. Il suffit
de remplir une fiche sur l’état
de votre téléphone pour faire
évaluer son prix en ligne.
Si vous acceptez l’offre, vous
n’avez plus qu’à l’envoyer par
courrier accompagné de son
bon de cession signé et d’une
copie de votre carte d’identité.
Vous recevez votre paiement
sous forme de bons d’achat
3. On le jette
© thinkstock
3 solutions
Si votre mobile est encore
en état de marche, vous pouvez
tout simplement l’offrir
à quelqu’un de votre entourage.
Si personne n’est intéressé ou s’il
ne fonctionne plus, il est possible
d’en faire don à une organisation.
Par exemple, à l’Association
des paralysés de France (APF)
par le biais de « Mobile vert ».
Cette entreprise recycle ou revend
les téléphones dont on lui fait
don, afin de créer des emplois
pour les personnes handicapées.
Ainsi, 1 500 appareils collectés
permettent de créer un emploi
à temps plein. Que votre
mobile soit ancien ou récent,
qu’il fonctionne ou non, vous
pouvez le déposer dans un point
de collecte ou l’envoyer à l’APF.
Pour en savoir plus :
www.mobile-vert.com
© Mikhail Grigoryev - Fotolia
1. On fait sa B.A.
Dans ce cas, le plus simple
consiste à le rapporter à son
opérateur. Sur 800 000 mobiles
collectés, 40 000 sont démantelés
pour le recyclage. Les autres sont
remis à neuf et revendus. Selon les
opérateurs, les bénéfices peuvent
être reversés à des associations
humanitaires, charitables ou de
protection de l’environnement.
Sources chiffres : Consoglobe et l’Association
française des opérateurs mobiles (Afom).
33
loisirs
surfer
le Web au banc d’essai
3 sites pour
acheter équitable
Le « green shopping » déboule sur le Net ! Si, au début, il était réservé
à des écologistes purs et durs, aujourd’hui, il touche tout le monde…
Le plus engagé
www.boutique-artisans-du-monde.com
Depuis 35 ans, Artisans du monde,
réseau de distribution associatif,
se bat pour un commerce
plus équitable. En plus de ses
nombreuses boutiques, il dispose
à présent d’un site de vente
en ligne. Celui-ci propose des
produits dans différents domaines :
épicerie, bijoux, cosmétiques,
arts de la table… Pour bon
nombre d’entre eux, une fiche
détaillée présente les producteurs
ou artisans qui les ont réalisés. Les
intermédiaires étant limités, les prix
sont très accessibles.
On aime : la rubrique « bonnes
affaires » qui proposent des produits
bénéficiant de grosses réductions.
On aime moins : qu’il ne propose
qu’une seule marque de cosmétiques.
34
Le plus spécifique
www.boutique-ethiquable.com
Éthiquable est une entreprise
coopérative spécialisée dans
le commerce équitable depuis
2003 qui défend l’agriculture
paysanne et ses petits producteurs.
La marque, déjà présente
en grande distribution, a ouvert
une boutique en ligne. Elle propose
principalement des produits
alimentaires (café, thé, céréales,
huiles…) et un peu de vaisselle
(végétale, service à thé…). Sur le site,
on trouve aussi un guide d’achat qui
regorge de conseils pour bien choisir
ses produits et bien les cuisiner.
Il y a même des recettes équitables !
On aime : les idées de coffrets
cadeaux.
On aime moins : le côté un peu
austère du site.
Le plus économique
www.ventes-responsables.com
Ce site s’est spécialisé dans
les ventes privées équitables.
Il propose des offres à prix cassés
de – 50 à – 80 %. On trouve
une large gamme de produits :
vêtements, accessoires,
cosmétiques, objets pour
la maison, pour les enfants,
alimentation… Des pictogrammes
permettent de s’y retrouver dans
les gammes de produits proposés,
qui sont classés par catégorie
(écologiques, bio, naturels…).
On aime : la possibilité de s’inscrire
pour recevoir par mail la liste des
prochaines ventes.
On aime moins : l’obligation
de valider assez rapidement son panier
sinon la commande est annulée
automatiquement.
gagnez
UNE CROISIèRE
photos : © le boat
EN FAMILLE AVEC LE BOAT
À vous
les joies de la
navigation !
Passez une semaine incroyable à bord
d’un bateau six places pour une croisière
de votre choix. Aux commandes de ce bateau
sans permis, vous découvrirez la France d’un
nouvel œil ! Valeur maximale de 2 155 €*
Réponse obligatoire par coupon-réponse à adresser à :
Com’ Presse, jeu concours Le Boat, 6 rue Tarnac, 47220 Astaffort.**
La gagnante du jeu concours Croisi Europe du No 30 est Nicole VIGUIE (92)
Nom :................................................................................................................................................................... Prénom :......................................................................................................................
Date de naissance :...................................................................... Email :...............................................................................................................................................................................
Adresse :.............................................................................................................................................................................................................................................................................................................
.........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................
Téléphone :................................................................................................................................................. êtes-vous salarié Sodexo ? ....................................... Oui
Non
Restaurant où vous avez trouvé le magazine :...............................................................................................................................................................................................................
*Séjour valable un an, hors vacances scolaires, en France métropolitaine. Ne sont pas inclus les frais de carburant (environ 150 €).
**
Tirage au sort effectué le 14 Novembre 2011 à Astaffort. Les gagnants seront contactés dans la semaine suivant le tirage au sort. Règlement complet du jeu déposé
chez Me Éric Crussard, huissier de justice, 16 rue du Pont-Neuf, 75001 Paris. Consultation du règlement et remboursement sur simple demande sur papier libre.
loisirs
partir
© Eva Lemonenko
© Robert Fudali - Fotolia
- Fotolia
Le temple bouddhiste
de la béatitude suprême
sur la presqu’île
de Penang.
Les tours jumelles Petronas à Kuala
culminent à 452 mètres.
Lumpur,
Ce pays est conn
mais aussi pour l’uhpour sa mixité ethnique,
ospitalité de ses ha
bitants.
J
La Malaisie
36
Ce pays d’Asie du Sud-Est abrite à la fois
des contrées sauvages et des villes
ultramodernes. Christina Caroline
Kunaratnam, qui travaille chez Sodexo, nous
fait découvrir ses mille et une facettes.
Christina Caroline
Kunaratnam
© sodexo
© Stewart Andrew - Sime - Photononstop
suivez notre guide
• Superficie :
329 758 km²
• Population :
28 millions
d’habitants
• Capitale : Kuala Lumpur
• Langue :
le malais (mais
aussi le chinois,
le tamoul…)
• Devise :
le ringgit
• Meilleures
périodes :
de mars à octobre
© robynmac - Fotolia
EN
SAVOIR
PLUS
e m’appelle Christina
Caroline Kunaratnam, et
je suis Directrice des Achats
pour Sodexo Malaisie.
Avec mon équipe composée
de deux Chargés des Achats,
nous fournissons à tous nos sites
les produits demandés par nos directeurs et nos clients. Sodexo est implanté
en Malaisie depuis 23 ans et 327 employés
apportent leur expertise et leurs services à
nos nombreux clients (entreprises, industries,
écoles, hôpitaux, cliniques…).
ou enfoncez-vous dans les
profondeurs de la légendaire
forêt tropicale de Bornéo (île
située au Sud-Est). On peut y
rencontrer des orangs-outans
sauvages et entreprendre l’ascension du mont Kinabalu qui
culmine à 4 095 mètres. Si vous
aimez les villes modernes aux jolis airs
asiatiques, visitez la capitale, Kuala Lumpur, et
ses gratte-ciel en verre. Vous pouvez aussi vous
rendre dans les Cameron Highlands pour visiter
les plantations de thé.
Mon itinéraire touristique
Les plats typiques
La Malaisie est connue pour sa diversité culturelle et religieuse. Malais, Indiens, Chinois et bien
d’autres groupes ethniques vivent ici en paix et
en harmonie. On ressent vraiment cette mixité
lorsque l’on se promène sur l’île Penang, où les
odeurs d’encens chinois se mêlent aux mélodies
bollywoodiennes qui s’échappent des boutiques
Indiennes. Si vous rêvez d’île paradisiaque, faites
une escale à Tioman. Dans les années 70, elle
a été désignée comme l’une des plus belles îles
du monde par le « Time Magazine » ! Si vous
préférez partir à l’aventure, allez dans le parc
de Taman Negara pour pister les éléphants
Il n’y a pas de cuisine malaisienne à proprement
parler, compte tenu de la mixité ethnique qui
règne dans ce pays. Il existe toutefois quelques
plats traditionnels comme le « nasi lemak ». Il
s’agit de riz cuit dans du lait de coco servi dans une
feuille de banane avec des anchois séchés frits, des
tranches de concombre, des œufs durs et des cacahuètes. Goûtez aussi les « satay », les célèbres brochettes de viande grillées au barbecue (voir photo
ci-dessus). Elles sont servies accompagnées d’une
salade de concombre et d’oignons et d’une sauce
à la cacahuète. Vous pouvez aussi vous régaler
avec de nombreux plats indiens et chinois. »
37
loisirs
sortir
3 serres
aux papillons
à découvrir
Notre sélection
Le jardin des papillons
le Jardin
des papillons
naturospace
Avant de rentrer dans la grisaille
automnale, faire un tour dans
une de ces serres constitue
un bon moyen de prolonger
l’été ! Un spectacle magique
pour petits et grands…
Vous pouvez observer, au fil de la saison, 250 espèces
de papillons exotiques qui évoluent librement dans une serre
remplie de plantes tropicales. Mais, le moment le plus magique,
c’est la naissance en direct des papillons.
Entre 50 et 80 individus naissent chaque jour entre
10 h et 15 h. Un film permet de sensibiliser les
visiteurs à la disparition des papillons.
• À ne pas manquer : la visite du jardin extérieur
qui regorge de plantes rares.
• Combien ça coûte ? Gratuit pour les – 5 ans ;
5 € pour les 5 à 14 ans ; 7,50 € pour les adultes.
• Où ? Route de Ribeauvillé 68 150 Hunawihr.
Tél. 03 89 73 33 33. www.jardinsdespapillons.fr
Naturospace
© thinkstock / © jardin des papillons / © naturospace / © serre aux papillons
Cette gigantesque serre de 1 000 m2 abrite de magnifiques
plantes exotiques (orchidées, hibiscus…), des petits oiseaux
tropicaux et une cinquantaine d’espèces de papillons
d’Amérique du sud, d’Asie, d’Afrique et d’Océanie.
Un éclosoir permet d’observer la métamorphose
de papillons, le déploiement de leurs ailes et leur
envol dans la serre.
• À ne pas manquer : les expositions temporaires
présentant les insectes tropicaux, les fruits, les épices…
• Combien ça coûte ? Gratuit pour les – 3 ans ;
6,30 € de 3 à 14 ans ; 8,10 € pour les adultes.
• Où ? Boulevard Charles-V 14600 Honfleur.
Tél. 02 31 81 77 00. www.naturospace.com
38
La serre aux papillons
la serre
aux papillons
A
Les serres tropicales
ouvertes au public
abritent Des
centaines d'espèces
(ici le monarque)
mateurs de rêve et d’exotisme, vous serez
séduits par ces lieux réservés à l’observation des
papillons. En vous promenant dans une atmosphère tropicale, au milieu d’une végétation luxuriante,
vous pouvez les voir virevolter en toute liberté autour de
vous. En y regardant de plus près, vous pouvez même
observer des chenilles et des chrysalides. Et qui sait, avec
un peu de chance, assister à la naissance d’un papillon…
Promenez-vous dans une ambiance de jungle équatoriale
et admirez 40 espèces de papillons exotiques provenant
des quatre coins du monde virevolter librement dans la serre.
Faites un stop devant les éclosoirs pour observer
des cocons de papillons de nuit et des chrysalides
de papillons de jours.
• À ne pas manquer : la projection d’un petit film
éducatif sur l’environnement et la vie des papillons.
• Combien ça coûte ? Gratuit pour les – 3 ans ;
4,50 € de 3 à 14 ans ; 7 € pour les adultes.
• Où ? Jardinerie Poullain, 1, rue des Platanes
78 940 La Queue-lez-Yvelines. Tél. 01 34 86 42 99.
www.serreauxpapillons.com
39
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising