les activités de nettoyage et l`environnement

les activités de nettoyage et l`environnement
les activités
de net toyage et
l’environnement
©FEC Bruxelles, 2001
Formation Education Culture
579 chaussée de Haecht
B – 1031 Bruxelles
T 02.246.32.52
F 02. 246.30.10
E-mail fec@acv-csc.be
Dépot légal 0/2001/5991/21
Imprimerie Vase, Waterloo
En papier recyclé et encre végétale
Sommaire
Introduction
Présentation du secteur du nettoyage
Structure du marché
Chiffre d’affaires
Emploi et organisation du travail
Chapitre 1 : Le nettoyage
1.1.
1.2.
1.3.
1.4.
Du savon naturel aux produits synthétiques
Les différentes notions de propreté
Programme de travail
Les paramètres qui influencent le nettoyage
5
6
6
6
7
9
10
11
11
12
Chapitre 2 : Impacts des produits de
nettoyage sur l’environnement
et sur la santé
13
2.1. Le cycle de vie des produits de nettoyage
2.2. Le rôle des différents composants
dans un produit de nettoyage
2.3. Les impacts sur l’environnement des produits de
nettoyage après utilisation
2.4. Les impacts des produits de nettoyage sur la santé
Chapitre 3 : La réglementation
3.1.
3.2.
3.3.
3.4.
3.5.
La biodégradabilité des produits
Etiquetage
Fiches de données de sécurité
Installations classées
Elimination des déchets
Chapitre 4 : Gestion de l’environnement
et activités de nettoyage
4.1. Quelques exemples de mesures
simples et immédiates
4.2. Des mesures moins évidentes mais durables
4.3. Un changement structurel fondamental :
le cahier des charges
Exemple :
h
sommaire
29
5.1. Rôle des travailleurs et de leurs représentants
dans les entreprises de nettoyage
30
5.2. Rôle des représentants des travailleurs
dans les entreprises clientes
31
5.3. Etablir un lien entre délégués de l’entreprise client
et délégués de l’entreprise de nettoyage
31
Agir : un petit guide d’actions pour les travailleurs
et leurs représentants
32
«Méthode et produits de nettoyage» :
un petit guide des questions à se poser
et à poser à l’employeur
33
14
14
15
16
17
18
18
19
20
21
23
24
25
26
une expérience intéressante pour le choix
de produits lors d’un appel d’offre
27
Nettoyage et environnement
Chapitre 5 : Le rôle des travailleurs
et de leurs représentants
Conclusion
Bibliographie
Adresses utiles : Liste de firmes à contacter
pour l’achat de produits de nettoyage
Lexique
Index
35
36
37
38
39
Encart
fiche pratique 1 : rôle, impacts sur l’environnement
et impacts sur la santé par type de composant
des produits de nettoyage
1
fiche pratique 2 : aperçu rapide des impacts
des produits de nettoyage sur l’environnement
et sur la santé
7
fiche pratique 3 : étiquetage, pictogrammes,
symboles et logos
fiche pratique 4 : étiquetage, phrases R et S
9
15
Nettoyage et environnement
h
Les mots présents dans le lexique
sont indiqués avec dans le texte
sommaire
5
les activités
de net toyage et
l’environnement
introduction
Nettoyage et environnement
h
Nettoyer en préservant l’environnement devrait être possible ;
mais pas sans problème. De nombreux obstacles se posent,
non seulement techniques et chimiques, mais aussi
économiques et sociaux. Ils s’imbriquent les uns aux autres,
ce qui en augmente la complexité : ainsi la pression sur
les prix exercée par les «clients» entraîne évidemment
une augmentation des cadences pour les travailleurs, et
l’utilisation de produits les plus efficaces au moindre coût, qui
sont généralement plus toxiques pour l’environnement.
Notre attention se portera sur l’impact des produits de
nettoyage sur l’environnement et la santé, sans négliger
d’autres aspects de cette activité, comme l’organisation du
travail de nettoyage.
Nous invitons à développer une vision globale et surtout, à
penser d’autres façons d’agir, en nous limitant cependant aux
activités qui représentent la plus grosse part du marché du
nettoyage : celles qui concernent les bureaux, les hôpitaux
(certaines parties), les magasins, les laboratoires et les
écoles. C’est ce que l’on appelle le nettoyage «classique».
Les activités de nettoyage industriel exercent certes des
effets fort importants sur l’environnement, mais aborder
cela requiert des études spécifiques, secteur par secteur.
En effet, on ne nettoie pas une cuve dans une entreprise
chimique comme dans une centrale nucléaire ; les techniques,
les précautions à prendre, les produits sont totalement
différents. Une brochure n’y suffirait pas.
introduction
Nous nous adressons en priorité
- aux représentants des travailleurs et travailleuses du
secteur du nettoyage,
- aux représentant(e)s des travailleurs des entreprises
clientes (donc aussi les employés de bureaux,
les professeurs, etc…)
afin qu’ensemble, et grâce à une meilleure communication
entre eux, l’environnement y soit aussi gagnant.
C’est un des objectifs du projet RISE, le Réseau Intersyndical
de Sensibilisation à l’Environnement créé par la CSC et
la FGTB, avec le soutien de la Région wallonne.
Mais nous nous adressons également :
- à ceux qui choisissent et achètent les produits
de nettoyage,
- à ceux qui conçoivent et choisissent les surfaces à nettoyer,
- à ceux qui établissent les cahiers des charges
parce qu’ils influencent, par les choix qu’ils réalisent, des
méthodes et des processus de travail qui peuvent avoir un
impact sur l’environnement.
6
présentation
du secteur
du net toyage
Depuis les années 1980, pour des
raisons essentiellement économiques,
les entreprises, ainsi qu’un nombre
grandissant d’institutions publiques et
privées, ont eu tendance à sous-traiter un
grand nombre d’activités, en particulier le
nettoyage. Ceci explique la croissance du
secteur au cours de ces dernières années.
S’il y a bien un poste sur lequel
l’entreprise donneuse d’ordre veut réduire
ses coûts, c’est celui du nettoyage,
qui représente un des postes les plus
importants dans la maintenance. C’est
particulièrement le cas des hôpitaux.
Exemple en Suède Répartition des
frais de maintenance dans un hôpital de
108 000 m2 de surface à nettoyer :
Chauffage
Electricité
Eau
Nettoyage
Assurances
Espaces verts, extérieurs
Autres
16,8%
10,5%
3,2%
33,7%
0,8%
1,7%
33,3%
par segment de
marché en Europe en 1998 dans le secteur
du nettoyage
bureaux
56%
10%
10%
8%
industrie
hôpitaux
autres
vitres
transport distribution
4%
5%
7%
Source : étude statistique FENI/
EFCI, mai 2000
Cette figure donne une indication de
la répartition du chiffre d’affaires par
type d’activités de nettoyage en Europe.
Le nettoyage des bureaux, on le voit,
représente une majorité du chiffre
d’affaires pour les entreprises de
nettoyage.
Les 10% du nettoyage industriel repris
dans la figure 1 comprennent le nettoyage
des usines, des centrales nucléaires et
des usines agroalimentaires. Les 10%
correspondant aux autres activités de
nettoyage comprennent le nettoyage des
façades, le nettoyage après dégâts, le
nettoyage des centres de loisirs, les écoles
et les services aux personnes ainsi que
d’autres activités de nettoyage comme la
désinfection et la collecte des immondices.
En même temps qu’elle veut payer
le moins possible, l’entreprise cliente
impose des critères de qualité de plus
en plus exigeants, sous la pression
notamment de certifications comme ISO
9001 et 9002 (International Organisation
for Standardisation), CQL (Cleaning
Quality Label) développé par l’UGBN
(Union Général Belge du Nettoyage)
en Belgique, ou encore le certificat
OSB+ développé aux Pays-Bas par l’OSB
(Ondernemersorganisatie Schoonmaak &
Bedrijfsdiensten).
Bref, les entreprises clientes veulent le
plus pour le moins…
Du côté de l’offre, en Europe les
entreprises de nettoyage sont fort
nombreuses, et de structure économique
très variée. Ainsi, au milieu de très
petites entreprises familiales, on trouve
en Belgique également des filiales de
grandes entreprises, telles Laurenty,
voire de multinationales, telles ISS ou
Euroclean.
Confrontées aux exigences
contradictoires de leurs clients, ces
entreprises se font une concurrence
farouche, parfois, même déloyale, pour
offrir les prix les plus bas, puisque
c’est un critère essentiel pour obtenir le
marché. Comme les coûts de personnel
représentent le plus gros poste de
dépenses, c’est sur celui-ci que l’on
fera peser le maximum de contraintes.
Une étude menée en 1999 pour le
Nettoyage et environnement
h
% chiffre d’affaires
Structure du marché
présentation du secteur du nettoyage
7
Nettoyage et environnement
h
compte de la Fédération européenne
du nettoyage industriel (FENI) et la
fédération syndicale européenne EUROFIET montre que «dans une grande
majorité de pays, les marchés du
nettoyage sont attribués sur la base
de l’offre la moins chère», y compris
lors de procédures d’adjudication (extrait
d’une brochure en préparation destinée
aux pouvoirs adjudicateurs, voir la
bibliographie).
Dans de telles conditions, le recours à
la sous-traitance a eu des conséquences
multiples pour les travailleurs :
changements introduits dans les statuts,
dans les conditions et l’organisation du
travail, et en particulier les horaires.
Si dans la commission paritaire n°121
(entreprises de nettoyage et de
désinfection), les syndicats ont pu
obtenir des revalorisations barémiques,
ils n’ont pas réussi à enrayer l’élévation
croissante des cadences de travail. Et
bien que la lutte contre les faux
indépendants s’organise, la problématique
continue à se poser.
Le contexte n’est donc pas favorable
à une meilleure prise en compte de
l’environnement. En effet, les offres
ne tiennent que rarement compte du
temps et du nombre de travailleurs
réellement nécessaires pour effectuer
raisonnablement les opérations de
nettoyage tant du point de vue des
cadences que du point de vue écologique,
puisque, pour gagner du temps, l’on aura
davantage recours aux produits chimiques
dits les plus «efficaces», mais aussi
plus susceptibles de constituer une
menace pour la qualité des eaux
et de l’air. Inversement, les produits
de nettoyage respectueux de
l’environnement demandent souvent plus
d’effort manuel et plus de temps pour
atteindre une efficacité équivalente à un
produit chimiquement plus agressif.
A la stratégie défensive qui consiste à
être le moins cher possible à n’importe
quel prix social ou environnemental,
se juxtapose parfois une autre voie
poursuivie par les entreprises de
nettoyage. Il s’agit de se différencier,
en proposant de nouveaux services aux
clients (entretien des espaces verts,
collecte d’ordures, restauration, entretien
d’immeubles, sécurité, nettoyage chez les
particuliers ....).
Cette ouverture de nouveaux segments
de marché peut certes avoir des impacts
positifs par la création de nouveaux
emplois ; mais elle soulève une série
de questions et désigne de nouveaux
champs de préoccupation et de
négociation syndicale. L’entretien des
espaces verts, par exemple, requiert
une bonne connaissance des risques
pour l’environnement et la santé liés à
l’utilisation de produits phytosanitaires.
présentation du secteur du nettoyage
Emploi et organisation
du travail
95% des entreprises de nettoyage sont
des PME comptant moins de 100
personnes, dont plus de 50% sont de
très petites entreprises de 0 à 5
personnes, ne bénéficiant d’aucune
structure légale de représentation des
travailleurs. Les dix plus grandes
entreprises réalisent 47% du chiffre
d’affaires. Seules deux d’entre elles ne
font pas partie d’un groupe étranger.
Ce secteur constitue l’un des employeurs
parmi les plus importants d’Europe.
Il s’agit dans la plupart des cas d’emplois
à temps partiel : presque les trois-quart
des travailleurs du secteur du nettoyage
sont à temps partiel en Belgique.
La durée moyenne du travail dans
l’Union européenne dans le secteur
est de 4,2 h/jour (source FENI/EFCI).
L’organisation du travail en Belgique
est basée sur des activités en horaires
coupés qui se déroulent principalement
le matin (6h-8h) et le soir (18h-22h).
Généralement une petite partie
seulement des activités se déroulent dans
la journée, alors que dans certains pays
comme la Suède, 80% du nettoyage ont
lieu pendant les heures de bureau.
La proportion de femmes et de personnel
ouvrier est très importante.
Par ailleurs, près d’un(e) ouvrier(e) sur
deux est immigré(e), élément important
à relever quand on parlera de sensibili-
8
Une approche globale est nécessaire,
y compris dans les activités de service
telles que le nettoyage, intégrant tous
les aspects : économiques, sociaux et
environnementaux.
C’est la base du développement durable
tel que défini dans le rapport
Brundtland en 1987 à la Conférence
mondiale sur l’environnement et le
développement.
Les problèmes écologiques ne peuvent
être dissociés du bien-être général et
inversement.
Composition de la main d’œuvre dans le secteur du nettoyage (bureaux,
industries, hôpitaux, transports (source FENI/EFCI, 1998)
Pourcentage
dans la main d’œuvre totale
Femmes
Personnel immigré
Ouvriers
Personnel technique
Personnel administratif
En Belgique
65%
48%
96%
2%
2%
En moyenne
dans l’Union
européenne
Les caractéristiques principales
du secteur du nettoyage sont :
- plus de la moitié du chiffre
d’affaires des entreprises de
nettoyage concerne les bureaux
- les entreprises de nettoyage
travaillent dans une relation
de sous-traitance
- les contraintes imposées par les
clients sont importantes : budget
en baisse, exigences de qualité
élevées, extension du champ des
services demandés par les clients
- la concurrence sur les prix
est exacerbée
- le nettoyage des bureaux se fait
principalement le matin et le soir
- les emplois sont occupés
principalement par des femmes
travaillant à temps partiel
78%
17%
87%
7%
5%
Nettoyage et environnement
h
sation/formation des travailleurs :
ces personnes comprennent-elles toutes
les informations sur les produits
dangereux qu’on leur fournit dans le
meilleur des cas ?
La rotation du personnel et le taux
d’absentéisme sont assez élevés dans
ce secteur. Stress, nature du travail
peu gratifiante, charge physique et
psychologique, ambiance de travail,
horaire, perspective de meilleures
conditions de travail ailleurs peuvent
expliquer en partie ce phénomène.
présentation du secteur du nettoyage
1
le
net toyage
Le nettoyage fait penser à l’utilisation de produits ou de
procédés particuliers pour accomplir la tâche, il peut être
influencé par différents paramètres et il fait aussi appel à des
notions de propreté dont l’interprétation peut être variable.
C’est ce que nous allons développer dans ce chapitre.
Nettoyage et environnement
1
le nettoyage
9
10
Du savon
naturel aux
produits
synthétiques
L’usage du savon est très ancien,
il remonte au temps des Egyptiens.
Avec l’arrivée de la société industrielle,
de nouveaux produits, de nouvelles
techniques de lavage et de nouvelles
exigences d’hygiène sont apparus.
L’industrie chimique, et plus
particulièrement l’industrie du pétrole,
a répondu en partie à ces nouvelles
demandes en introduisant des produits
dits de «synthèse». De nouveaux termes,
comme détergents et tensioactifs ,
correspondants à ces produits de
synthèse sont apparus.
Remarque sur la définition
des termes «tensioactif»
et «détergent» On confond souvent
abusivement détergent et tensioactif .
Alors que le terme «détergent» désigne
le produit qui est un mélange composé
d’agents nettoyants (dits agents de
surface) et d’adjuvants, d’agents de
blanchiment, d’additifs et autres, le terme
«tensioactif» (agents nettoyants ou agents
de surface) lui, désigne les composés
chimiques spécifiques responsables de
l’action nettoyante.
Mais en même temps, vers 1960,
des problèmes se développent avec
l’utilisation des tensioactifs de synthèse
auxquels on a ajouté d’autres produits
chimiques, comme les phosphates ,
pour renforcer leur action ou leur
effet de blanchiment .
Ces problèmes se manifestent sous la
forme de mousse à la surface des eaux,
de prolifération excessive d’algues
(eutrophisation ), ou de toxicité pour
les organismes aquatiques.
Les tensioactifs , après leur utilisation,
se retrouvent dans le milieu naturel,
principalement dans l’eau.
Vers 1970-1980, des tests de
biodégradabilité sont mis au point
pour tenter de mesurer la dégradation,
ou plutôt la disparition dans le milieu
aquatique de certains composants
des lessives.
Comme on le verra plus loin, ces tests
ne couvrent pas l’ensemble des éléments
composants les détergents.
Les phosphates ont toujours été
montrés du doigt pour leurs effets sur
l’environnement. Cependant, d’une part
les activités de nettoyage ne sont pas
la seule source de phosphates dans
l’environnement, l’agriculture et les eaux
usées domestiques font partie des
sources possibles, d’autre part certains
additifs ajoutés aux produits de nettoyage et parfois en remplacement des
phosphates , comme le NTA (acide
nitrilotriacétique) ou l’EDTA (acide
éthylène diamine tétracétique) peuvent
aussi avoir des impacts non négligeables
sur l’environnement et sur la santé.
L’état des connaissances scientifiques
au moment où une alternative est
découverte, ne permet pas toujours de
dire que la substance sera sans effet
sur la santé et sur l’environnement. C’est
la question épineuse de l’évaluation du
risque sur laquelle devrait être basée
le choix de la mise sur le marché d’un
nouveau produit. Il n’y a pas suffisamment
d’études d’impact sur l’environnement à
long terme des produits de nettoyage mis
sur le marché.
Dans l’état actuel des connaissances,
le comportement des composés des
détergents dans le milieu aquatique
reste encore peu connu, notamment
l’adsorption sur les particules et les
sédiments , c’est à dire leur capacité
à se «coller» à des particules. On
soupçonne également les tensioactifs ,
sous forme de petites particules en
suspension dans l’air, d’être responsables
de dégâts sur la flore du littoral.
Utilisation des tensioactifs par
secteur d’application
usage
ménager 34%
49% industries et
collectivités
17% toilette
corporelle
Ces chiffres montrent que près de la moitié
des tensioactifs (composés chimiques
spécifiques responsables de l’action
détergente) contenus dans les produits
de nettoyage sont utilisés dans le monde
du travail.
Nettoyage et environnement
1
le nettoyage
11
Programme de
travail
Les différentes
notions de
propreté
Dans le monde du nettoyage, les termes
«hygiène», «propreté» et «saleté» sont
très utilisés. La signification que chacun
y apporte peut être très variable, pour
ne pas dire subjective : parle-t-on de
santé, de soin, d’ordre, d’aspect visuel ?
Ainsi comment juge-t-on qu’un lieu
est «propre» ? S’agit-il d’une propreté
«visuelle» ? d’une propreté «physique» ?
d’une propreté «chimique» ? d’une
propreté «bactériologique» ?
Certains systèmes de mesure de la
qualité, ont leur propre définition de
la «propreté-saleté», déterminée par
une inspection visuelle normalisée. Ils
tentent de normaliser des critères
longtemps considérés comme «non
mesurables», même s’ils sont basés dans
leur grande majorité sur un contrôle
par observation ou inspection visuelle,
impliquant de fait la subjectivité.
Citons comme exemples de systèmes de
mesure de la qualité : VSR (Veriniging
Schoonmaak Research) développé aux
Pays-Bas, FIGR (Forschungs und Prüfinstitut für Gebäudereinigungstechniek
GMBH) en Allemagne, AICQ (Italian
Association for Quality) né d’une
initiative des chemins de fer italiens
ou CTIP (Centre Technique International
Hygiène et Propreté) en France.
L’exigence attendue déterminera le type
d’actions, et le choix d’une méthode, c’est
à dire des produits et du matériel.
Nettoyage et environnement
1
le nettoyage
Selon que l’on souhaite une propreté
physique, une propreté bactériologique
ou une propreté chimique, on effectuera
un nettoyage, une désinfection ou un
rinçage :
- le nettoyage consiste à éliminer visuellement les salissures : la surface nettoyée est physiquement «propre»;
- la désinfection consiste à éliminer les
micro-organismes : la surface est alors
bactériologiquement propre;
- le rinçage consiste à éliminer les restes
de produits : la surface est chimiquement propre.
Le programme de nettoyage
doit tenir compte des éléments
suivants :
- niveau de propreté visuelle,
chimique ou bactériologique à
atteindre
- fonction du lieu à nettoyer
- type de surface ou de revêtement
à nettoyer
- type de salissure à nettoyer
Le programme de travail, tel que
défini dans un cahier des charges type,
détermine les aspects techniques, c’est
à dire la sélection des produits, du
matériel et de la méthode. Il détermine
entre autre les caractéristiques chimiques
des objets à nettoyer et des produits à
utiliser (compatibilité entre ceux-ci).
La définition du cahier des charges
implique en outre de préciser :
1. la fonction du lieu à nettoyer. S’agit-il
de nettoyer un bureau, des sanitaires,
la cafétéria, une salle en milieu hospitalier qui doit être stérile ?
2. le type de surface ou de revêtement,
indispensable à connaître pour déterminer le choix et la compatibilité de
produits ou des méthodes à utiliser.
Sols en linoleum ou en carrelage, châssis de fenêtres en bois ou en alu-
12
les paramètres
qui influencent
le net toyage
minium, évier en émail ou en inox,
sanitaires, radiateurs, portes, tables,
ou ordinateurs nécessiteront chacun
un produit adapté, car un produit mal
choisi peut endommager une surface à
nettoyer.
3. enfin le type de salissure. Il déterminera également le choix du produit
ou de la méthode. Poussière, calcaire,
tâche d’encre, tâche de graisse,
empreinte de doigts, impliqueraient
l’utilisation de produits différents.
Le nettoyage peut être
influencé par :
- le temps
- la chimie
- la température
- l’action mécanique
Quatre critères influencent le nettoyage
et la qualité du résultat :
1. le temps d’action :
c’est le temps nécessaire pour que le
produit agisse
2. la chimie :
c’est la composition du produit utilisé
3. la température :
c’est la température idéale à laquelle
le nettoyage est optimal
4. l’action mécanique :
c’est par exemple le frottement à la
main, le balayage manuel ou mécanique, le brassage par un tambour de
machine, etc.
En agissant sur un seul critère, les
autres seront de fait modifiés. Si on veut
diminuer le critère chimique par exemple,
en choisissant un produit de nettoyage
moins agressif pour l’environnement, alors
le critère mécanique ou temps deviendra
plus important parce qu’il faudra frotter
plus ou laisser agir le produit plus
longtemps.
L’utilisation de machines impose parfois
la température, alors que le nettoyage
manuel peut influer sur la température.
Les nettoyages mécaniques à haute
température permettent de gagner du
temps, donc de l’argent car 95% des coûts
des entreprises de nettoyage sont issus
des salaires, mais dans le même temps
des températures élevées favorisent les
risques d’intoxication par inhalation ou
brûlure, heureusement rares, tout en
consommant de l’énergie.
Le choix d’un produit plus respectueux
de l’environnement ne tient
malheureusement pas toujours compte
des conséquences sur les autres critères
de l’action de nettoyage. Le temps
requis et la difficulté pour le travailleur
de satisfaire les exigences du résultat
attendu par le client rendent parfois
très difficile l’utilisation d’un produit
chimiquement moins agressif pour
l’environnement.
Nettoyage et environnement
1
le nettoyage
Impacts
des produits
de net toyage
sur l’environnement
et sur la santé
2
Les produits de nettoyage, de leur fabrication jusqu’à leur
utilisation, peuvent avoir des impacts non négligeables sur
l’environnement et sur la santé des travailleurs. Cela ne
veut pas dire qu’ils sont tous dangereux, mais il faut d’une
part connaître leur composition précise et d’autre part les
impacts de chacun de leurs composés. C’est ce que nous nous
proposons d’aborder dans ce chapitre.
Nettoyage et environnement
2
impacts des produits de nettoyage sur l’environnement et sur la santé
13
Le rôle des
différents
composants
dans un produit
de net toyage
Le cycle de vie
des produits de
net toyage
14
Les impacts sur l’environnement liés
aux produits de nettoyage ne sont pas
seulement dus à leur utilisation. A tous
les stades de la vie des produits, il peut y
avoir des effets à court ou à long terme.
- L’extraction des matières premières
nécessite des ressources naturelles, de
l’énergie et produit des déchets.
- La fabrication des produits requiert de
l’énergie, des produits intermédiaires,
des procédés qui peuvent engendrer des
risques à la fois pour la santé des travailleurs et pour l’environnement.
- L’emballage des produits nécessite des
matériaux et crée des déchets.
- Les matières premières et les produits
finis doivent être transportés, ce qui
requiert de l’énergie, et peut être source
d’accidents.
- Le stockage des matières premières et
des produits finis demande de l’espace
et des conditions de sécurité adéquates.
- Enfin l’utilisation comporte des risques
pour l’environnement : consommation
d’eau, d’énergie, rejets d’eaux usées,
production de déchets, sans parler des
risques pour la santé : irritation, allergie, brûlure, etc.
Le cycle de vie des produits de
nettoyage doit tenir compte de :
- L’extraction des matières premières
- La fabrication des produits
- L’emballage
- Le transport
- Le stockage
- L’utilisation
Nettoyage et environnement
2
Les produits de nettoyage sont le
plus souvent des mélanges de plusieurs
composants. Il est donc difficile de dire
à priori si un produit est nocif ou non.
La plus grande attention doit donc être
portée sur la composition détaillée.
De plus, un composant pris isolément
peut être sans danger alors qu’en
association avec d’autres, il peut avoir
des effets nuisibles sur l’homme et
l’environnement.
Par ailleurs, un produit initial, une
molécule de tensioactif synthétique par
exemple, peut sembler «dégradé», c’est à
dire décomposé, alors que ses produits
de décomposition, dits «ultimes» peuvent
encore poser problème pour l’environnement. C’est le cas de certains tensioactifs , les nonylphénolpolyétoxylates,
constitués au départ de grosses molécules
solubles et sans danger apparent, qui
vont se dégrader dans le milieu naturel
en donnant des molécules plus petites,
moins solubles et toxiques.
La vigilance sur la nature des produits
utilisés autant que sur leur mode
d’utilisation s’impose donc pour réduire
autant que possible leur impact sur
l’environnement et sur la santé.
impacts des produits de nettoyage sur l’environnement et sur la santé
Les impacts sur
l’environnement
des produits de
net toyage après
utilisation
15
Classification des produits
selon le type de salissure
et la surface à nettoyer
Les produits de nettoyage se classent
très grossièrement dans les catégories
suivantes :
- Les produits acides : utilisés pour éliminer les dépôts calcaires
- Les produits neutres : utilisés principalement pour nettoyer les surfaces des
mobiliers
- Les produits alcalins (bases) : utilisés
pour éliminer les tâches de graisse ou
détruire les couches de protection des
sols souples
- Les solvants: utilisés pour éliminer les
tâches de colle, ou les tâches de graisse
sur les moquettes
Rôle des différents composants
d’un produit de nettoyage :
- Le tensioactif nettoie
- L’adjuvant anti-calcaire est un
adoucissant; il retient le calcaire
et améliore la capacité de lavage
- L’agent de blanchiment renforce
la blancheur
- Le solvant dissout les graisses
et les colles
- L’acide dissout les dépôts calcaires,
la rouille
- La base dissout les graisses
et élimine les cires
Nettoyage et environnement
2
Bien que la fabrication des produits de
nettoyage (extraction des matières premières, production, emballage, etc.) et
leur distribution (stockage, transport,
etc.) aient des impacts sur l’environnement, nous ne traiterons dans ce chapitre
que des impacts des produits de
nettoyage liés à leur utilisation. Vous
trouverez dans la fiche pratique 1 plus
de détails à propos des impacts sur
l’environnement de chaque composé.
Parmi les impacts connus, citons:
- la fraction non dégradée (les produits
issus de la dégradation) sédimente .
- les produits de biodégradation (issus de
la décomposition par des bactéries) sont
toxiques pour la vie aquatique : fixation
sur les branchies, détérioration des tissus cellulaires et des organes sensoriels,
éclatement des oeufs, impossibilité pour
certains insectes de marcher sur l’eau.
- certains tensioactifs sont persistants
dans le milieu, c’est à dire qu’ils ne disparaissent pas. Ils favorisent la pénétration de polluants (pesticides, métaux
lourds ) dans les organismes. Ils réduisent les échanges d’oxygène.
- ils abîment la végétation des rivages
(dépôts sous forme de particules en
suspension dans l’air). Ils perturbent
les installations d’épuration. Ils entraînent des effets indirects sur la faune
et la flore aquatique par consommation
d’oxygène pour la biodégradation.
impacts des produits de nettoyage sur l’environnement et sur la santé
Un produit de nettoyage peut
avoir les effets suivants sur
l’environnement :
- Persiste dans le milieu aquatique
- Réduit les échanges d’oxygène à la
surface de l’eau
- Favorise la prolifération des algues
- A un effet toxique pour les
organismes aquatiques
- Favorise la pénétration de
pesticides ou métaux lourds
dans les organismes
- Participe à la formation d’Ozone
et de brouillard
- Perturbe les installations
d’épuration des eaux usées
Outre les impacts connus, il subsiste
des incertitudes quand aux effets sur
l’environnement de certains produits de
synthèse : les tensioactifs , sous forme
de petites particules en suspension dans
l’air sont, par exemple, soupçonnés d’être
responsables de dégâts sur la flore du
littoral, les produits de dégradation dans
le milieu aquatique de certains tensioactifs (les nonylphénolpolyéthoxylates)
sont soupçonnés d’être plus toxiques que
le produit dont ils sont issus, etc.
Les impacts
des produits
de net toyage
sur la santé
16
Les effets sur la santé mentionnés dans la
fiche pratique 1 le sont souvent pour les
formes concentrées. Les effets pour les
formes diluées sont supposés être moins
graves.
Notons que quand le produit contient
moins de 5% d’une substance dangereuse
(recommandation CEE 89/542), le
symbole de danger, par exemple Xi
irritant ou Xn nocif, lié à la substance
ne doit pas obligatoirement figurer sur
l’étiquette.
Pour plus de détails sur les effets sur la
santé, nous vous renvoyons aux brochures
«Santé et sécurité dans le secteur du
nettoyage de bureau» (UNI-Europa, FENI,
ULB, juin 2000), «Travailler avec des
produits chimiques dangereux» (FGTB,
mars 1997), «Guide pratique produits
dangereux» (CSC, septembre 1996) et
«Brochure d’action produits dangereux»
(CSC, juillet 1996).
Les produits de nettoyage
peuvent avoir les effets suivants
sur la santé :
- Irritation de la peau, des yeux, des
muqueuses, des voies respiratoires
- Allergies
- Atteintes du système nerveux
central (Syndrome PsychoOrganique), des reins, du foie
- Cancérigène, tératogène ,
mutagène
Nettoyage et environnement
2
impacts des produits de nettoyage sur l’environnement et sur la santé
3
La réglementation
Les produits de nettoyage du fait de leur composition
peuvent contenir des produits dont certains ont un impact sur
l’environnement. Nous les avons déjà évoqué précédemment
(mousse à la surface des eaux, toxicité pour les organismes
aquatiques, etc.). L’apparition de ces impacts a entraîné la
mise au point de réglementations dans le but, entre autres, de
réduire les effets néfastes. C’est le cas de réglementations sur
la biodégradabilité, sur l’étiquetage, sur les déchets.
Des produits de nettoyage peuvent comporter des produits
dangereux pour l’environnement, comme ils peuvent aussi
comporter un risque pour la santé et pour la sécurité. La
présence de produits dangereux pour l’environnement doit
être signalé à la fois sur l’étiquette et sur la fiche de données
de sécurité. L’usage de produits dangereux peut exercer des
effets non négligeables sur l’air, l’eau, les sols et sous-sols
et tant pour la santé que pour l’environnement, il importe de
faire appliquer les réglementations existantes.
Nettoyage et environnement
3
la réglementation
17
étiquetage
La
biodégradabilité
des produits
Définition :
La biodégradabilité est la capacité des
composés à être dégradés par des
organismes vivants.
18
En Belgique, la réglementation, qui
découle d’une directive européenne,
ne concerne que les composants
tensioactifs d’un détergent .
Cela veut dire que la dégradation dans
le milieu naturel des autres composants,
comme les adjuvants anti-calcaires, les
charges et additifs, les agents de
blanchiment, n’est pas du tout prise en
compte. Quand on sait que, dans une
lessive par exemple, la part occupée
par les tensioactifs n’est que de 15%
environ, le chiffre de biodégradabilité
exprimé sur l’étiquette d’un produit n’a
pas beaucoup de sens.
On parle souvent de biodégradabilité
primaire et moins souvent de
biodégradabilité ultime. Cette dernière
concerne pourtant ce qui reste en final
dans l’environnement.
Biodégradabilité primaire
Le tensioactif perd un certain pourcentage de ses propriétés tensioactives
en un nombre déterminé de jours (28
jours). En Belgique l’AR du 25/10/88 relatif
au taux de biodégradabilité de certains
agents de surface dans les détergents
(M.B. 10/11/88), qui découle d’une norme
européenne, fixe dans son article 2 § 1er
le taux de biodégradabilité de la manière
suivante : «il est interdit d’importer,
de mettre sur le marché et d’utiliser
des détergents lorsque la biodégradabilité
moyenne des agents de surface qui y
sont contenus est inférieure : à 90%
pour chacune des catégories cationiques
et ampholytes, à 80 % pour chacune des
catégories anioniques et non ioniques».
Cette biodégradabilité dite primaire
correspond surtout à la perte des
propriétés «moussantes». En effet, au
cours de la biodégradabilité primaire la
molécule de tensioactif est «cassée» en
plusieurs morceaux appelés métabolites.
Ces derniers peuvent être parfois plus
toxiques que la substance dont ils sont
issus, peuvent s’accumuler dans le milieu et
perturber les écosystèmes.
L’étiquetage nous intéresse
particulièrement en ce sens qu’il doit
renseigner directement l’utilisateur sur la
présence de composés dangereux pour
l’environnement sans oublier la santé
et la sécurité. Plusieurs réglementations
sont importantes à connaître :
- Arrêté royal du 11 janvier 1993 réglementant la classification, l’emballage et
l’étiquetage des préparations dangereuses en vue de leur mise sur le marché ou
de leur emploi (M.B. 17/05/93), résultant de la transposition en droit belge
de la directive 91/155/CEE.
- Directive 91/155/CEE de la Commission,
du 5 mars 1991, définissant et fixant,
en application de l’article 10 de la directive 88/379/CEE du Conseil, les modalités du système d’information spécifique
relatif aux préparations dangereuses.
Biodégradabilité ultime
On parle de biodégradabilité ultime quand
le tensioactif est totalement dégradé en
CO2 (dioxyde de carbone), eau, sels, ...
Mais le contrôle de la biodégradabilité
et les tests ne portent souvent que sur
le tensioactif et sur sa biodégradabilité
primaire, et ne s’intéresse ni aux autres
composants dans le produit de nettoyage,
ni aux produits de dégradation du
tensioactif, qui eux peuvent être toxiques.
Nettoyage et environnement
3
la réglementation
Fiches de
données de
sécurité
Cette directive propose en un «guide
d’élaboration des fiches de données de
sécurité», proposant un contenu des
rubriques obligatoires au nombre de 16
(voir ci-après le paragraphe sur les
fiches de données de sécurité). La
fiche de données de sécurité doit
être datée, ce qui est très important
pour savoir si elle est mise à jour
et correspond aux dernières données
scientifiques disponibles.
L’étiquette tient compte de tous les risques
potentiels susceptibles d’être liés à la
manipulation et à l’utilisation normales
des substances et préparations dangereuses
sous la forme où elles sont mises
sur le marché. Mais non nécessairement
sous n’importe quelle forme différente
d’utilisation finale, par exemple à l’état
dilué. Les risques les plus sérieux sont
illustrés par des symboles, et ces risques
ainsi que ceux qui découlent d’autres
propriétés dangereuses, sont énoncés par
des phrases-types tandis que les phrases
indiquant des conseils de prudence
précisent les précautions indispensables à
respecter.
Plus, s’il s’agit d’une substance
dangereuse (RGPT art.723 bis et
Directives européennes 67/548/CEE,
88/379/CEE sur la classification,
l’emballage et l’étiquetage des substances
et préparations dangereuses) :
- nom de la substance
- nom chimique
- symboles et indications de danger
- phrases types de risques et conseils
de prudence
- quantité nominale
- numéro CEE
Des informations supplémentaires sont
recommandées mais non obligatoires
(recommandation européenne 89/542/CEE
sur l’étiquetage des détergents et des
produits d’entretien). Il s’agit de :
- composition
- nom des substances quand leur
concentration est supérieur à 0,2%
- noms des composés suivants quelque
soit leur concentration : enzymes,
conservateurs, désinfectants
- conseils de dosage
Des informations obligatoires doivent
figurer sur l’étiquette (AR du 14/07/91
sur les pratiques du commerce et AR du
25/10/88 sur la biodégradabilité) :
- dénomination du produit
- coordonnées du responsable de la mise
sur le marché
- poids du contenu
Enfin des informations commerciales
peuvent figurer (à l’initiative du
producteur ou distributeur). Ce sont :
- présence ou absence de certains
composés
- conseils de lavage
- biodégradabilité des tensioactifs
- un numéro de téléphone
- slogans, logos «écologiques»
Nettoyage et environnement
3
la réglementation
Il ne faut pas confondre la fiche technique et la fiche de données de sécurité
ou MSDS (Material Safety Data Sheet).
La première, la fiche technique, est plutôt
une notice technique d’emploi, remise à
l’utilisateur et souvent très succincte. Elle
comporte quelques informations sur le
produit, son mode d’emploi, des exemples
d’application, les propriétés physiques
et chimiques, la concentration d’utilisation, les risques particuliers, les
conseils de prudence.
La deuxième, la fiche de données de
sécurité, appelée aussi MSDS, est beaucoup plus complète. Elle doit être remise
par le fournisseur (fabricant, importateur
ou distributeur) à l’utilisateur professionnel. Elle est établie selon le modèle de la
directive européenne 91/155/CEE.
19
Installations
classées
La fiche de données de sécurité
(MSDS) : c’est la carte d’identité
d’une substance dangereuse ou préparation
dangereuse. On y trouve 16 rubriques :
20
01. identification de la substance/
préparation et de la société/
entreprise
02. composition/ informations sur
les composants
03. identification des dangers
04. premiers secours
05. mesures de lutte contre l’incendie
06. mesures à prendre en cas de
dispersion accidentelle
07. manipulation et stockage
08. contrôle de l’exposition/
protection individuelle
09. propriétés physiques et chimiques
10. stabilité et réactivité
11. informations toxicologiques
12. informations écologiques
13. considérations relatives à
l’élimination
14. informations relatives au
transport
15. informations réglementaires
16. autres informations
Prévention et la Protection au Travail)
ou à défaut de celui-ci de la délégation
syndicale, pour chaque produit dangereux
(art.723 bis, 2 Titre III, chapitre
III du RGPT). Elle comporte les
informations suivantes : identification
du produit, composition du produit,
propriétés physiques, risques spécifiques
de danger, risques pour la sécurité,
risques pour la santé, stockage et
manipulation, premiers soins,
écartement-rejet, directives et
étiquetage, informations
supplémentaires.
Même si les entreprises de nettoyage sont
peu concernées par la réglementation sur
les installations classées, qui concerne
les entreprises comportant un certain
type de risque pour l’environnement,
la santé et la sécurité, nous avons
tenu à signaler celle-ci au cas où une
entreprise serait suffisamment importante
pour stocker des produits concernés par
celle-ci et dans une quantité suffisante.
Ce sont par exemple les entreprises qui
détiennent sous certaines conditions des
liquides inflammables (solvants, …) ou
des dépôts de produits dangereux.
Elle doit être transmise par l’employeur
aux travailleurs concernés et mise à
disposition du médecin de travail et
des membres du CPPT (Comité pour la
Nettoyage et environnement
3
la réglementation
élimination
des déchets
Dépôts de liquides
inflammables
Sont soumis à réglementation les produits
inflammables (extrêmement inflammable,
facilement inflammable, inflammable)
selon leur point d’éclair (température la
plus basse à laquelle le liquide dégage
assez de vapeur pour permettre à une
étincelle d’enflammer la vapeur) et leur
quantité en stock.
Produit extrêmement inflammable :
point d’éclair <0°C de 50 à 500 litres
Produit facilement inflammable :
point d’éclair <21°C, de 50 à 500 litres
Produit inflammable :
point d’éclair compris entre 21°C et 55°C,
de 500 à 5000 litres
Dépôts de produits dangereux
Selon l’article 723bis du titre III du RGPT,
sont repris les produits de plus de
300 kilos non repris à une autre rubrique.
Pour plus de détails, se référer à cet
article, car il aurait été trop long de les
énumérer ici.
Nettoyage et environnement
3
la réglementation
Les déchets ont un impact sur
l’environnement et sont concernés par
différentes réglementations, à savoir
celle sur les déchets dangereux et
plus récemment celle sur les déchets
d’emballage.
Déchets dangereux
- Décret régional wallon du 27 juin 1996
relatif aux déchets.
- Arrêté du Gouvernement wallon du 10
juillet 1997 établissant un catalogue des
déchets.
En ce qui concerne les déchets dangereux,
chaque entreprise est obligée de les
confier à un collecteur agréé et de tenir
à jour un registre des déchets, dont
une déclaration doit être communiquée
chaque trimestre à l’Office wallon des
déchets en Région wallonne.
Lorsqu’on parle déchets dangereux, on
s’imagine souvent qu’ils concernent
plutôt les activités industrielles, et
pourtant les activités de bureau génèrent
elles aussi des petits déchets dangereux.
Cette liste, non exhaustive, de petits
déchets chimiques dont certains sont
considérés comme dangereux en est la
preuve : piles, accumulateurs, batteries,
tubes d’éclairage, solvants, aérosols,
pesticides, peintures, colles, vernis,
hydrocarbures, cartouches d’encre, ...
Déchets d’emballage
- Décret régional wallon du 16 janvier
1997 portant approbation de l’accord
de coopération concernant la prévention
et la gestion des déchets d’emballages,
transposition de la directive 94/62/CE.
Les déchets d’emballage d’origine
ménagère ou industrielle sont de plus
en plus importants en quantité et en
volume, et leur évacuation ainsi que leur
traitement posent de sérieux problèmes.
A propos de la reprise des emballages, un
projet d’arrêté a été adopté à cette date
par le Gouvernement wallon, qui obligera
le producteur de déchets d’emballages à
les reprendre.
L’accord de Coopération Interrégional sur
l’emballage (ACI), auquel participent les
trois régions, a pour objet d’amener
les acteurs intervenant dans la
production, l’utilisation, l’importation
et la distribution d’emballages et de
produits emballés à mettre en place des
mesures de prévention pour le recyclage
et la valorisation des emballages.
Dans le cas des activités de nettoyage
cette réglementation va surtout
concerner les fournisseurs de produits de
nettoyage, et certains l’ont déjà anticipé
en instaurant un système de récipients
et flacons consignés pour répondre à
l’obligation de reprise.
21
Les principales réglementations
relatives aux produits de
nettoyage concernent :
22
- La biodégradabilité
- L’étiquetage
- La fiche de données de sécurité
- L’élimination des déchets
dangereux
- Les déchets d’emballage
Nettoyage et environnement
3
la réglementation
Gestion de
l’environnement
et activités
de net toyage
Nettoyage et environnement
4
4
La gestion de l’environnement dans les activités de nettoyage
ne concerne pas seulement, répétons-le, l’utilisation des
produits. Il existe d’autres impacts, directs ou indirects, qui
découlent de ce type d’activité.
Pensons par exemple à la consommation d’énergie, à travers
l’utilisation de machines électriques, mais aussi à travers
l’organisation du travail en horaires coupés (tôt le matin
et tard le soir) qui nécessite dans bien des cas l’utilisation
de lumière artificielle consommatrice d’énergie électrique
et qui ne permet pas aisément l’utilisation des transports
collectifs à des horaires accessibles par le personnel. A
travers l’organisation du travail dans ce secteur, la mobilité
du personnel dans le choix du type de transport est à
prendre en considération. Les émissions de CO2 provenant des
combustibles fossiles ont une influence désormais reconnue
sur le climat et sont un des impacts liés à l’utilisation de
l’énergie.
La fabrication des produits, leur transport et leurs déchets
en fin de vie sont d’autres impacts liés aux activités de
nettoyage auxquels il faut penser.
Les informations qui suivent montrent que les utilisateurs
de produit de nettoyage, en l’occurrence les travailleurs des
entreprises de nettoyage, ne sont pas les seuls concernés et
bien souvent n’ont que très peu de latitude pour pouvoir agir
en faveur de l’environnement, même s’ils le souhaitent.
C’est pourquoi les mesures à envisager doivent l’être à
différents niveaux et par différents acteurs de l’entreprise
de nettoyage et de l’entreprise cliente : les travailleurs
de l’entreprise de nettoyage et leurs représentants, les
représentants des travailleurs des entreprises clientes, les
conseillers en prévention, les responsables d’achat, les
architectes, les maîtres d’ouvrage, ...
Nous allons énumérer des mesures simples à mettre en œuvre
à court terme mais aussi des mesures à mettre en œuvre à
plus long terme.
gestion de l’environnement et des activités de nettoyage
23
Quelques
exemples de
mesures simples
et immédiates
Dosage du produit
Le dosage des produits aussi bien au
niveau de la concentration que de
la quantité utilisée aura une influence
sur l’environnement, sur la santé des
travailleurs ou sur les deux. C’est
pourquoi on ne saurait trop recommander
un dosage juste des produits.
L’utilisation d’un doseur automatique
permet d’éviter d’une part le surdosage
et d’autre part d’être en contact direct
avec le produit concentré, réduisant ainsi
les risques d’inhalation ou d’irritation de
la peau.
Nombre et quantité
de produits utilisés
24
Le nombre de produits à utiliser est
trop souvent élevé et peut être réduit
au minimum. Cela permet d’une part de
réduire les informations à communiquer
aux utilisateurs et d’autre part de réduire
l’espace nécessaire au stockage.
La quantité commandée devra être
calculée au plus juste, pour ne pas poser
de problème de stockage. On peut citer
le cas rencontré dans une entreprise à
propos du trichloroéthane, utilisé pour
le détachage de certaines tâches sur les
textiles. C’est un solvant chloré nocif
pour l’environnement (voir note technique
RISE sur les solvants), et il est interdit
d’utilisation depuis 1996. Or on le trouve
encore dans les locaux ou armoires de
produits de nettoyage, parce qu’il a été
commandé en grande quantité. Dans ce
cas vécu, la consigne de ne plus l’utiliser
a bien été respectée, mais le fournisseur
ne veut pas reprendre le stock.
Une attention particulière devra donc
être portée par les travailleurs et les
services d’achats et de maintenance pour
la reprise par les fournisseurs de ces
produits indésirables.
Tri des déchets
Le traitement des déchets a une
grande importance dans la gestion de
l’environnement. On ne traite pas de la
même manière du papier, du carton, des
encres, des emballages métalliques ou
des emballages plastiques. Les coûts de
collecte et de traitement ne sont pas les
mêmes non plus.
L’entreprise cliente a donc intérêt à ce
que le tri soit bien effectué : les coûts
liés à la collecte des déchets en sont
directement dépendants. Un conteneur
rassemblant papier et petits déchets
toxiques (colles, solvants, etc.) peut
contribuer à réduire les coûts. Cependant
la tâche n’est pas toujours aisée pour les
travailleurs de l’entreprise de nettoyage.
Ils (elles) doivent parfois re-trier des
poubelles pourtant bien identifiées par
type de déchets, dont le tri n’a pas été
réalisé correctement par les travailleurs
de l’entreprise cliente. Comme ce travail
n’est certainement pas prévu dans le
cahier des charges, les travailleurs de
Nettoyage et environnement
4
l’entreprise de nettoyage sont souvent
dans l’impossibilité de le réaliser par
manque de temps.
Une autre difficulté rencontrée pour le
tri des déchets peut tenir simplement à
l’aménagement du chariot ou du local de
nettoyage, dans lequel l’emplacement de
plusieurs sacs pour le tri n’a pas été
prévu par exemple. Le choix du matériel
(chariots par exemple) par l’entreprise de
nettoyage aura donc de l’importance.
On voit donc que la question du tri des
déchets ne concerne pas seulement les
travailleurs de l’entreprise de nettoyage
mais aussi le personnel de l’entreprise
cliente.
Des mesures relativement
simples à mettre en œuvre
sur le terrain :
- Respecter le dosage adéquat
- Limiter le nombre et la quantité
de produits
- Trier les déchets
gestion de l’environnement et des activités de nettoyage
Des mesures
moins évidentes
mais durables
Choix des produits,
conditionnement et emballage
Le choix des produits de nettoyage,
leur conditionnement et leur emballage
aura un impact non négligeable sur
l’environnement à travers les déchets
qu’ils génèrent. Des bouchons doseurs
pour calculer la concentration juste,
des emballages consignés, des flacons
doseurs de produits concentrés (flacons
réutilisables, recharges compressibles
réduisant de plus de 80% le volume de
déchets), un compacteur pour déchets
non recyclables, ... autant de solutions
qui existent déjà et sont proposées par
certains fournisseurs pour augmenter la
sécurité, réduire la consommation du
produit, réduire les quantités et les
volumes de déchets, ou encore réduire la
quantité de produits stockés.
Matériel de nettoyage
Le choix du matériel de nettoyage a
également une influence sur l’environnement. Par exemple on peut remplacer
de temps en temps l’utilisation de l’aspirateur par celle d’un balai mécanique,
afin de réduire la consommation en
électricité. Un autre avantage est de
réduire le bruit et de permettre par
exemple de travailler pendant les heures
de bureau.
Il existe aussi sur le marché des chiffons
en micro-fibres qui permettent d’éviter
dans certains cas l’emploi systématique
Nettoyage et environnement
4
de produit de nettoyage ou d’en réduire
la quantité, ou l’utilisation de l’aspirateur
pour les sols. Dans bien des cas l’usage de
tels chiffons est largement satisfaisant.
Aménagement des locaux,
construction et rénovation
L’aménagement des locaux, l’accès au
bâtiment, l’accès aux salles permettront
par exemple de prendre en comptel’espace
stockage des produits et matériels de
nettoyage. Le tri des déchets sera
facilité pour le personnel de l’entreprise
cliente à l’intérieur du bâtiment, si les
contenants et containers de déchets sont
proches et facilement accessibles pour les
travailleurs. L’évacuation des déchets par
l’entreprise de nettoyage et le collecteur
de déchets sera facilité si l’accès est aisé.
Conception des surfaces
et choix des matériaux
La forme des surfaces à nettoyer
facilitera plus ou moins le nettoyage. La
conception des sanitaires, avec le moins
d’angles possibles, peut permettre par
exemple de réduire ou même de supprimer
l’utilisation de produits nocifs parce qu’il
y aura moins de dépôts calcaires. De
façon générale les coins arrondis sont
plus faciles à nettoyer, car la poussière
s’y accumule moins. La simplification
des formes facilite le nettoyage.
Le choix des matériaux est aussi
déterminant. Un sol à la surface
granuleuse sera plus difficile à nettoyer.
Des pièces en chrome dans les sanitaires
seront plus difficiles à garder nettes.
Des robinets mélangeurs et fixés au
mur plutôt qu’au lavabo faciliteront
le nettoyage. Le placement de miroirs
ailleurs qu’au-dessus des lavabos
permettra d’éviter l’utilisation de produit
déboucheur à cause des cheveux qui y
sont tombés.
La couleur joue également un rôle. Un
revêtement de couleur blanc ou gris clair
paraîtra plus vite sale qu’un revêtement
de couleur brune ou gris foncé.
gestion de l’environnement et des activités de nettoyage
Organisation du travail
L’organisation du travail peut avoir une
influence sur l’environnement. Si le
travail de nettoyage de bureau peut se
faire pendant les heures de bureau par
exemple, il permettra de réaliser des
économies de chauffage et d’électricité.
Il permettra également une meilleure
prise en compte des questions de
transport pour le personnel de l’entreprise
de nettoyage, qui pourront utiliser les
transports en commun plutôt que la
voiture.
Conditions de travail
La productivité et les coûts imposés
par le cahier des charges déterminent
directement la cadence et les conditions
de travail.
Il s’agit d’un problème très difficile
mais crucial pour prendre en compte
les questions d’environnement dans les
activités de nettoyage. Les conditions
de travail pratiquées dans le secteur du
nettoyage ne permettent pas à l’heure
actuelle ou très difficilement, d’inclure
les préoccupations environnementales.
Le temps imparti pour chaque m2 de
surface à nettoyer devrait permettre de
tenir compte du temps nécessaire lié
à l’utilisation de produit de nettoyage
plus respectueux de l’environnement (pas
ou peu de composés ayant un impact
sur l’environnement, produits concentrés
pour réduire les emballages, etc.), ou
d’une méthode de nettoyage consommant
moins d’énergie par exemple (balais
mécaniques, machines économes en
énergie, etc.).
Des mesures à mettre en œuvre
plus en amont
- Choisir des produits et du matériel
qui tiennent compte de
l’environnement
- Concevoir des bâtiments, des
surfaces et l’aménagement des
locaux (accès, électricité, espace
de tri,...) en tenant compte de
l’environnement
- Concevoir l’organisation du travail
pour intégrer l’environnement
- Mettre en œuvre des conditions
de travail qui permettent d’intégrer
l’environnement
25
Un changement
structurel
fondamental :
le cahier des
charges
Le cahier des charges revêt une
importance déterminante pour la prise
en compte des questions d’environnement
dans les activités de nettoyage.
L’entreprise cliente a un rôle important à
jouer dans l’élaboration et le contrôle de
l’application de normes minimales et la
diffusion de bonnes pratiques en matière
d’environnement, sans parler des normes
et des bonnes pratiques sociales. Ainsi
certaines entreprises ou administration
ont imposé le choix de produits de
nettoyage ou procédés de nettoyage plus
respectueux de l’environnement dans leur
cahier des charges.
L’idéal étant bien sûr d’arriver à ce que
des critères environnementaux, au même
titre que des critères sociaux, puissent
apparaître dans les cahiers des charges.
Cahier des charges
26 et produits de nettoyage
Le choix d’un produit de nettoyage est
déjà en soit une partie importante de la
prise en compte de l’environnement dans
les activités de nettoyage, mais ce n’est
pas la seule.
Des exemples concrets existent, comme
celui du Ministère des Affaires sociales,
démontrant la volonté d’intégrer
l’environnement dans les activités de
nettoyage(voir page 27).
Cahier des charges
et activité de nettoyage
Le cahier des charges pour l’activité
de nettoyage, décrit la fréquence du
nettoyage, la liste des locaux, les
surfaces et le temps à consacrer à chaque
opération.
A l’heure actuelle, les cadences de
travail et l’exigence de résultat attendu
sont parfois telles qu’il est quasiment
impossible pour les travailleurs de
l’entreprise prestataire de service
d’utiliser des produits plus respectueux
de l’environnement. En clair, l’utilisation
d’un produit respectueux de l’environnement nécessitera un temps d’action
plus long qu’un produit classique, ou
demandera un effet mécanique (frottement, brossage, etc.) plus important.
Le cahier des charges doit être suffisamment précis pour que l’utilisation d’un
produit respectueux de l’environnement
tienne compte des autres paramètres qui
influencent le nettoyage (temps d’action,
chimie, température, action mécanique).
Notons que le choix des matériaux a
également une influence sur la santé.
Certains matériaux et leur traitement
d’application (pesticides, colles, solvants)
comme le bois, les revêtements de sol,
les peintures participent à ce qu’on
appelle la pollution «indoor» et peuvent
émettre des émissions nocives dans
l’atmosphère intérieure jusqu’à dix ans
après leur application.
Une mesure fondamentale
Réviser le cahier des charges pour
qu’il intègre les préoccupations
environnementales
Cahier des charges
et bâtiment
Le cahier des charges de la construction,
de l’aménagement ou de la rénovation
d’un bâtiment peut aussi très judicieusement inclure des aspects environnementaux pour le choix des matériaux
par exemple. Le poste de nettoyage doit
être lié au prix de revient du matériau.
Nettoyage et environnement
4
gestion de l’environnement et des activités de nettoyage
Exemple :
une expérience
intéressante pour le
choix de produits
lors d’un appel d’offre
Le Ministère fédéral des Affaires sociales,
de la Santé publique et de
l’Environnement est responsable de
l’achat de produits de nettoyage dans
un grand nombre de services et
d’administrations.
Le Service Interne de Prévention et de
Protection au travail de ce Ministère
a réalisé au cours de l’année 2000 un
travail très intéressant pour le choix de
produits de nettoyage.
Le Ministère voulait intégrer des
exigences environnementales dans l’appel
d’offres. Une attention particulière a
également été portée aux aspects de
santé et de sécurité pour les utilisateurs
et le public présent dans les Centres
d’Accueil pour réfugiés dans le choix des
produits.
Les Centres d’Accueil pour réfugiés
représentent un nombre important
d’utilisateurs de produits de nettoyage :
la capacité d’accueil pour les 14 centres
cités est de 5500 personnes environ.
Les utilisateurs de produits sont des
personnes des Centres d’Accueil, les
activités de nettoyage n’étant pas soustraitées.
L’appel d’offres général
A la suite du travail de définition
des critères à respecter et d’informations
à fournir (voir détails ci-après),
un appel d’offres général accompagné
d’un cahier des charges a été défini,
tenant compte de :
- La loi du 24/12/1993 relative aux marchés publics et à certains marchés de
travaux, de fournitures et de services
(M.B. du 22/01/1994)
- L’arrêté royal du 08/01/1996 relatif aux
marchés publics pour l’entreprise de travaux, de fournitures et de services et les
concessions de travaux publics (M.B. du
26/01/1996)
- L’arrêté royal du 26/09/1996 établissant
les règles générales d’exécution des
marchés publics et des concessions de
travaux publics (M.B. du 18/10/1996)
- L’arrêté royal du 14/10/1996 relatif au
contrôle préalable et aux délégations
de pouvoir en matière de passation et
d’exécution des marchés publics de travaux, fournitures et de services et en
matière d’octroi de concessions de travaux publics au niveau fédéral (M.B. du
24/10/1996)
Elaboration d’un appel d’offres
général pour l’achat de produits
de nettoyage industriel par le
Ministère fédéral des Affaires
sociales, de la Santé publique
et de l’Environnement, pour les
Centres d’Accueil pour réfugiés
(Bruxelles, Florennes, Rixensart,
Kapellen, Bevingen, Virton,
Charleroi, Arlon, Sugny, WoluweSaint-Pierre, Morlanwelz,
Ekeren, Wommelgen, Jodoigne).
Nettoyage et environnement
4
gestion de l’environnement et des activités de nettoyage
Cet appel d’offres général est accompagné
de clauses techniques particulières mentionnant, entre autre, la biodégradabilité
des produits, l’étiquetage, l’emballage
et la description des articles demandés
(déboucheur, liquide vaisselle, nettoyant
pour vitres, détergent pour installation
sanitaire, savon pour mains, etc.)
Les critères de sélection des
soumissionnaires tiennent compte de la
capacité financière et économique du
fournisseur, de la capacité technique
du fournisseur sur base d’échantillons
fournis pour chaque produit, de la
remise du questionnaire annexé au
cahier des charges relatif aux critères
environnementaux, de santé et de
sécurité et de documents à fournir (fiche
technique, fiche MSDS, fiche écologique
du produit).
27
Questionnaire
sur les spécifications
techniques et
environnementales
et avis du SIPPT
Le SIPPT** a élaboré un questionnaire
lui permettant d’évaluer les produits
proposés par les soumissionnaires afin de
remettre un avis motivé, tenant compte
de considérations de sécurité d’usage
et environnementales, à l’administration
chargée du choix de l’offre.
Cet avis est établi sur base de l’analyse
des fiches de sécurité des produits (fiche
MSDS conforme au RGPT et aux Directives
Européennes 91/155/CE et 92/32/CE)
proposés par les soumissionnaires, de
l’analyse des fiches techniques des
produits, de l’analyse du questionnaire
complété par la firme, de l’analyse
des fiches écologiques des produits, du
contrôle de la conformité de l’étiquetage
des produits à partir des échantillons
fournis par la firme.
28
** Service Interne de Prévention et de
Protection au Travail
Le questionnaire sollicite des
informations sur :
Commentaires sur l’évaluation des
données fournies par les firmes
- Le nom du produit
- L’attribution d’un label reconnu par un
organisme agréé
- La composition du produit
- La présence de (avec le pourcentage en
poids total du produit) :
substance tératogène , carcinogène
et/ou mutagène
substance dangereuse pour
l’environnement
composés organiques volatils
désinfectants chlorés
agents complexants et/ou d’agents
adoucisseurs d’eau
composés phosphorés
agents surfactants du type nonylphénoléthoxylates ou du type alkylbenzène sulphonates linéaires
agents conservateurs classifiés
comme «bioaccumulateurs»
agents colorants et/ou de parfums
- Les indications sur l’utilisation et les
précautions d’usage à respecter, en français et en néerlandais sur le flacon
- La présence de composants ayant un
effet irritant sur la peau
- Le produit de type «concentré» et précautions de conditionnement et d’usage
pour réduire les risques
- Le système de conditionnement permettant un re-remplissage du flacon
Si ce questionnaire n’est pas accompagné
de la fiche technique, de la fiche MSDS et
de la fiche écologique du produit, l’offre
ne sera pas évaluée. Il s’agit donc d’un
critère d’exclusion.
Les fiches de sécurité des produits
donnent très peu d’informations sur les
données écologiques. Elles ne sont pas
encore systématiquement données par
le fournisseur même s’il s’agit d’une
obligation.
Certaines fiches techniques, fiches de
sécurité non fournies, ou questionnaires
incomplets, ont nécessité plusieurs
contacts avec la firme afin de n’éliminer
aucun produit susceptible de répondre
aux critères.
Certains échantillons ont été envoyés
par les firmes soumissionnaires sans
étiquetage, rendant impossible
l’évaluation de la conformité de celui-ci
aux informations fournies par le
soumissionnaire.
Certains types de produits pour lesquels
il n’existait pas d’alternatives proposées
par d’autres soumissionnaires ont été
éliminés. L’un parce que composé à 99%
d’un produit nocif et jugé d’usage trop
dangereux avec la présence d’enfants
dans les Centres d’Accueil pour réfugiés,
l’autre parce qu’il contenait des produits
cancérigènes.
Nettoyage et environnement
4
gestion de l’environnement et des activités de nettoyage
5
Le rôle des
travailleurs
et de leurs
représentants
Chacun peut intervenir dans son milieu de travail pour faire
évoluer les habitudes et les comportements. Cependant toute
initiative n’aura de chance de durer que si un minimum
de collaboration et de volonté de faire changer les choses
se pratique entre les représentants des travailleurs des
entreprises clientes et ceux des entreprises de nettoyage.
Plus concrètement, au niveau syndical nous évoquons ici
quelques pistes pour agir et construire des changements
durables. La tâche n’est sûrement pas facile et il faudra sans
cesse revenir à l’ouvrage, mais elle en vaut la peine.
29
Nettoyage et environnement
5
le rôle des travailleurs et de leur représentants
Rôle des
travailleurs
et de leurs
représentants
dans les
entreprises
de net toyage
S’informer, vérifier
L’employeur doit informer sur la
composition du produit et sur l’impact
du produit sur l’environnement en lisant
l’étiquette d’une part, et en demandant la
fiche de données de sécurité auprès du
conseiller en prévention, du médecin du
travail et du fournisseur, d’autre part.
Ils peuvent contrôler que l’étiquette
figure bien sur le flacon et qu’elle
correspond bien au produit.
Les délégués peuvent imposer et veiller à
ce que la procédure d’achat d’un produit
ou d’une machine tienne compte de
l’environnement (composition,
consommation énergétique, etc.).
Ils peuvent vérifier et exiger que
le fournisseur respecte les obligations
qui lui incombent : fiche de données
de sécurité, étiquetage, reprise des
emballages, etc.
Ils peuvent s’assurer que le tri des
déchets soit bien respecté.
Obtenir des informations sur
le cahier des charges
L’Arrêté Royal relatif au Service Interne
pour la Prévention et la Protection au
Travail du 27/03/1998 prévoit l’obligation
pour l’employeur de fournir toutes
les informations au travailleur, lui
permettant d’émettre des avis en pleine
connaissance de cause. Les informations
fournies recouvrent «tout autre document
établi dans l’entreprise ou dans
les travailleurs sur les risques liés
à l’utilisation de produits dangereux,
sur l’impact pour l’environnement des
produits de nettoyage, à travers le CPPT,
un feuillet syndical, une affiche, une fiche
d’information jointe à la fiche de paye
pour être sûr que tout le monde la reçoit,
etc.
Changer de comportement
l’institution en vue d’assurer le bien-être
des travailleurs lors de l’exécution de
leur travail, ainsi que le soin pour
l’environnement interne et externe».
Dans la mesure où le cahier des
charges fait état d’informations relatives
au «bien-être des travailleurs lors de
l’exécution de leur travail, ainsi que
le soin pour l’environnement interne et
externe», de part la cadence de travail
(temps consacré par surface à nettoyer)
et le type de produits choisis notamment,
les délégués des travailleurs au CPPT
peuvent avoir accès au cahier des charges
et émettre un avis.
Le changement le plus prometteur
serait bien de pouvoir inclure d’une
manière ou d’une autre, dans les
conditions spécifiques d’exécution des
cahiers des charges, de tels critères
(environnementaux et sociaux).
Négocier des formations
et informer
Les délégués des travailleurs peuvent
veiller à ce que tout le monde
reçoive de l’employeur une formation
adéquate. Elle est importante pour
sensibiliser les travailleurs du secteur
aux impacts des activités de nettoyage
sur l’environnement, même si son
organisation est rendue difficile du fait
du travail à temps partiel et du travail
éclaté en différents lieux.
Les délégués peuvent également informer
Les travailleurs peuvent changer leur
comportement en respectant le dosage
indiqué pour un produit, n’utiliser que
la quantité juste et pas plus : plus de
produit ne nettoie pas forcément mieux.
Ils peuvent expérimenter des solutions
alternatives (chiffons micro-fibres par
exemple)
Formuler des propositions
Les délégués des travailleurs peuvent
eux-mêmes, ou par l’intermédiaire du
responsable d’achat ou du conseiller en
prévention, demander aux fournisseurs de
trouver des alternatives à tel ou tel
produit nocif.
Les délégués de l’entreprise de nettoyage
peuvent contacter les délégués de
l’entreprise cliente pour que la prise
en compte de l’environnement soit
réellement possible (cahier des charges,
tri des déchets, aménagement des locaux,
etc.)
Rôle des représentants des
travailleurs des entreprises de
nettoyage :
- Obtenir des informations et les
vérifier (composition des produits,
impacts, étiquette, procédure
d’achat, cahier des charges, …)
- Négocier des formations et
informer
- Changer de comportement
- Formuler des propositions
30
Nettoyage et environnement
5
le rôle des travailleurs et de leur représentants
établir un lien
entre délégués
de l’entreprise
cliente et
délégués de
l’entreprise de
net toyage
Rôle des
représentants
des travailleurs
dans les
entreprises
clientes
S’informer, informer, former,
vérifier les informations
Les délégués peuvent s’assurer que la
procédure d’achat d’un produit ou d’une
machine, si c’est l’entreprise cliente qui
en a la charge, tienne compte de
l’environnement.
La formation peut également concerner
les travailleurs de l’entreprise cliente,
notamment en ce qui concerne le tri des
déchets pour que la tâche des travailleurs
de l’entreprise de nettoyage puisse se
faire correctement et dans de bonnes
conditions.
Négocier le cahier des charges
L’analyse du contenu du cahier des
charges peut révéler des informations
intéressantes sur la prise en compte
ou non de l’environnement et sur les
conditions de travail pour les travailleurs
de l’entreprise de nettoyage.
L’Arrêté Royal relatif au Service Interne
pour la Prévention et la Protection au
Travail du 27/03/1998 prévoit l’obligation
pour l’employeur de fournir toutes les
informations lui permettant d’émettre des
avis en pleine connaissance de cause. Les
informations fournies recouvrent «tout
autre document établi dans l’entreprise
ou dans l’institution en vue d’assurer
le bien-être des travailleurs lors de
l’exécution de leur travail, ainsi que
le soin pour l’environnement interne et
externe».
La délégation syndicale de l’entreprise
cliente peut donc agir pour que le cahier
des charges permette de tenir compte de
l’environnement.
Formuler des propositions
Les délégués d’une entreprise peuvent
veiller à la prise en compte de
l’environnement dès la conception d’un
nouveau bâtiment, par exemple en cas
d’extension, ou lors de la restauration
d’un local, ou encore pour le
renouvellement des sols ou des sanitaires.
Les délégués peuvent proposer la prise
en compte de critères environnementaux
dans le cahier des charges.
Rôle des représentants des
travailleurs des entreprises de
nettoyage :
- Obtenir des informations
et les vérifier (composition des
produits, procédure d’achat, …)
- Former les travailleurs aux impacts
sur l’environnement (produits,
énergie, déchets, eau, …)
- Négocier le cahier des charges
- Formuler des propositions
Les délégués de l’entreprise cliente
peuvent contacter les délégués de
l’entreprise de nettoyage, pour que la
prise en compte de l’environnement soit
réellement possible.
A travers le cahier des charges émis
par l’entreprise cliente et qui tiendrait
compte de critères environnementaux, ils
peuvent s’assurer par exemple que celui-ci
soit réaliste et pourra être mis en œuvre
par les travailleurs de l’entreprise de
nettoyage.
Cependant, pour que le dialogue soit
possible encore faudra-t-il que les
délégués des entreprises clientes puissent
être à l’écoute des doléances des
travailleurs des entreprises de nettoyage.
C’est aussi le rôle des délégués de ces
entreprises d’arriver à se faire entendre.
Une revendication pourrait par exemple
rassembler les uns et les autres : celle
de l’organisation du nettoyage pendant
les heures de travail. Les travailleurs
du nettoyage cesseraient d’être anonymes
… des liens pourraient se construire
et l’environnement y serait gagnant,
en réduisant l’utilisation de l’énergie
électrique (éclairage) et en favorisant
une mobilité qui permette l’utilisation
de transports en commun à des horaires
accessibles à tous.
31
Nettoyage et environnement
5
le rôle des travailleurs et de leur représentants
Sur quoi peuvent agir les
travailleurs d’une entreprise
de nettoyage et leurs
représentants ?
- Choix des produits (nombre, quantité,
qualité, étiquetage, fiche de données
de sécurité, données écologiques,
procédure d’achat, etc.)
- Dosage des produits et précautions
d’utilisation
- Emballage et conditionnement
- Déchets (tri, évacuation)
- Matériel (machines, textiles, etc.)
- Cahier des charges (organisation du
travail, conditions de travail, choix
des produits , etc.)
- Information et formation des travailleurs
un petit guide
d’actions pour les
travailleurs et
leurs représentants
Sur quoi peuvent agir les
travailleurs d’une entreprise
cliente et leurs représentants ?
- Tri des déchets
- Aménagement des locaux, accès au
bâtiment
- Choix des surfaces à nettoyer (forme,
matériau, etc.)
- Conception des bâtiments (construction ou rénovation)
- Organisation du travail (nettoyage
pendant les heures de travail)
- Information et formation des travailleurs (tri, respect du travail des
sous-traitants)
- Cahier des charges (coûts, choix des
produits, temps/m2 de surface à nettoyer, etc.)
- Prise de contact avec les travailleurs
de l’entreprise de nettoyage et leurs
représentants
Sur quoi peuvent agir les
travailleurs d’une entreprise
employant son propre personnel
et leurs représentants ?
- Choix des produits (nombre, quantité,
qualité, étiquetage, fiche de données
de sécurité, données écologiques,
procédure d’achat, etc.)
- Dosage des produits et précautions
d’utilisation
- Emballage et conditionnement
- Déchets (tri, évacuation)
- Matériel (machines, textiles, etc.)
- Aménagement des locaux, accès au
bâtiment
- Choix des surfaces à nettoyer (forme,
matériau, etc.)
- Conception des bâtiments (construction ou rénovation)
- Organisation du travail (nettoyage
pendant les heures de travail)
- Information et formation des travailleurs
Nettoyage et environnement
h
agir
32
agir
produits
etetproduits
de nettoyage
de nettoyage
méthode
méthode
33
Sur la méthode de nettoyage
Nettoyage et environnement
h
- Quel type de nettoyage veut-on ?
classique, désinfection ...
- Quel lieu doit-on nettoyer ?
- Quel est le type de surface ou de
revêtement à nettoyer ?
- Comment va-t-on nettoyer ? Avec ou
sans machine ?
- Quelle est l’organisation du travail ?
Quelle peut être son influence sur
l’environnement (tri des déchets,
consommation énergétique,
éclairage, ...) ?
méthode
un petit
guide des
questions
à se poser
et à poser à
l’employeur
Sur le choix
du produit de nettoyage
Sur la composition
du produit de nettoyage
- Qui commande le produit ?
- Avez-vous demandé la fiche de
données de sécurité ?
- Le produit livré comporte-t-il une
étiquette ? L’étiquette figure-t-elle
sur le conditionnement utilisé par le
(la) travailleur(se) ?
- Qu’est-ce qui doit figurer sur l’étiquette ? Qu’est-ce qui est important
de lire et de retenir des informations
figurant sur une étiquette ?
- Ce produit a-t-il un impact pour
l’environnement ? Si oui comment
peut-on le remplacer (autre produit,
autre méthode, ...) tout en tenant
compte des aspects santé pour
le travailleur ?
- S’agit-il du produit le moins nocif
pour l’environnement ou la santé ?
Sinon, quelles sont les possibilités de
substitution ?
- Pour quel lieu et quel type de surface
ce produit est il utilisé ? Quand
faut-il utiliser un désinfectant ?
- Comment est conditionné le produit
de nettoyage que vous utilisez ?
(emballage, doseur, quantité...)
- Existe-t-il des produits plus concentrés ?
- Où ce produit est-il stocké ? L’espace
de stockage respecte-t-il les conditions de sécurité ?
- Quelle est la composition du produit ?
Figure-t-elle sur l’étiquette du flacon,
du bidon, de la fiche de données de
sécurité ?
- Avez-vous demandé la fiche de
données de sécurité ?
- La fiche de données de sécurité
comporte-t-elle des informations
sur l’environnement ? De quand
datent-elles ?
- Existe-t-il d’autres documents
fournissant pour le produit des
données sur l’environnement ?
- Quelle est la biodégradabilité du
produit ? de tous ses composants ?
Sur l’utilisation
du produit de nettoyage
- Comment utilisez-vous ce produit ?
Avec une machine ou avec les mains,
pur ou dilué, ... ?
- Qui utilise ce produit ?
- Comment êtes-vous informé et formé
sur l’utilisation de ce produit ?
- Comment et à qui est donnée
l’information sur les produits ?
- Les travailleurs ont-ils reçu
une formation sur les risques liés
à l’utilisation des produits ?
Nettoyage et environnement
h
34
conclusion
35
conclusion
Impacts
des produits
de net toyage
sur l’environnement
et sur la santé
Nettoyage et environnement
h
Dans le secteur du nettoyage, l’amélioration des conditions
de travail et celle de l’environnement ne vont pas l’une sans
l’autre.
Pour atteindre cet objectif, un changement de contexte paraît
inéluctable. Il s’agit d’encadrer la concurrence qui fait rage
dans ce secteur, en introduisant des signaux qui modifient
les conditions dans lesquelles les marchés se négocient
aujourd’hui.
La définition des règles du jeu, les moyens à développer
et les étapes à parcourir sont actuellement en débat entre
les employeurs et les syndicats dans le cadre du dialogue
social européen. Ceux-ci ont eu la bonne idée de s’adresser
aux pouvoirs adjudicateurs (cela concerne les responsables
de marchés publics d’une certaine taille) afin qu’ils cessent
de privilégier systématiquement le candidat dont l’offre est
la moins chère. Ils leur proposent une méthode d’analyse
de leurs besoins ainsi qu’un cadre permettant d’évaluer
facilement les offres. (Etude en cours, voir la bibliographie).
C’est une première étape, extrêmement positive, d’autant plus
qu’elle mentionne la qualité environnementale des produits,
même si elle ne lui accorde qu’une faible priorité.
D’autres étapes devront vraisemblablement suivre; il est
en effet fort à parier que cette démarche basée sur
la conviction et le volontariat sera insuffisante pour
contrecarrer la tendance de la plupart des entreprises clientes
à soumissionner au plus bas prix.
L’avenir nous dira s’il sera possible de faire l’économie
de nouvelles réglementations, qui imposeraient des normes
conclusion
sociales et environnementales dans tous les cahiers
des charges.
Une autre piste est également à creuser : comment faire
pression sur les entreprises qui produisent ou commercialisent
les produits d’entretien, afin qu’elles adoptent d’abord plus de
transparence dans l’information qu’elles acceptent de délivrer
sur les substances utilisées. En effet, il fut très difficile
d’obtenir auprès d’elles des informations utiles et pertinentes.
Ensuite, nous serions très heureux qu’elles acceptent un débat
sur les alternatives qu’elles pourraient développer. On attend
avec impatience l’annonce d’importants investissements des
lessiviers en faveur de produits de nettoyage beaucoup plus
respectueux de la santé des utilisateurs professionnels (mais
aussi privés) et de l’environnement.
36
Les références sont classées
par ordre chronologique en
commençant par la plus récente
et sont énumérées d’après le titre
du document.
Bibliographie
Choisir la meilleure valeur – un guide pour les organisations
attribuant des marchés pour les services de nettoyage.
(Titre provisoire). Etude en cours dans le cadre du dialogue
social européen. CCAS. CG. UGBND.
Les solvants. Une brochure pour les délégués syndicaux du
textile, la confection et les blanchisseries.
FGTB-Textile, Vêtement et Diamant. Arbeid & Milieu.
Janvier 1999.
Instruments pour l’évaluation – Instruments pour l’action.
Dix ans de conditions de travail dans l’Union européenne.
Pascal Paoli et Damien Merllié. Bulletin d’information du
Bureau Technique Syndical européen pour la santé et la
sécurité. N°15-16. Février 2001.
Travailler avec des produits chimiques dangereux.
FGTB. Mars 1997.
Bien Etre. Fiches.
CSC - Service Entreprise. Septembre 2000.
Guide pratique produits dangereux.
CSC - Service Entreprise. Septembre 1996.
Santé et sécurité dans le secteur du nettoyage de bureau.
Manuel européen destiné aux travailleurs. Communauté
européenne. UNI-Europa, FENI, ULB. Juin 2000
Brochure d’action produits dangereux.
CSC - Service Entreprise. Juillet 1996.
L’ergonomie dans le nettoyage.
Eric Decabooter. Centre de Formation du Nettoyage. 2000.
Le secteur du nettoyage industriel en Europe. 1998.
Une étude statistique par la FENI/EFCI, mai 2000.
Bien-être.
CSC - Service Entreprise. Mai 2000 (2ème édition).
Les solvants.
Note technique RISE. Véronique Porot. FTU. Janvier 1999.
La qualité n’est pas une mode mais un must.
UGBN, 1996.
Les produits d’entretien.
CRIOC – IEW - Espace environnement- RW, DGRNE. 1995.
De grote schoonmaak : totaal vernieuwd.
Over de aard, gezondheidsrisico’s en milieu-effecten van
reinigingsmiddelen en adviezen voor een veilige en milieubewuste reiniging. Lucie Vollebregt, Ron de Mooy en Pieter
van Broekhuizen. Chemiewinkel UvA, Amsterdam. 1994
Tussen wasmand en afdruiprek.
Over de aard, gezondheidsrisico’s en milieu-effecten van
was-en reinigingsmiddelen en tips voor een veilig en minder
milieubelastend produkt. Lucie Vollebregt en Pieter van
Broekhuizen. Chemiewinkel UvA, Amsterdam. 1994
Nettoyage et environnement
h
Projet Presti 2 : rapport de publication.
UGBN. Juin 2000.
Produits de nettoyage - apprenez à les reconnaître.
CSC - Service Entreprise. Février 1997.
bibliographie
37
Liste de firmes
à contacter
pour l’achat de
produits de
net toyage
Adresses
utiles
Cette liste est indicative
ELIONA
Nous vous recommandons de contacter
directement ces firmes en leur demandant
des informations sur la composition
des produits, la fiche de données de
sécurité et le type de conditionnement et
d’emballage.
Voici aussi les adresses des
organisations syndicales
3M
Hermeslaan 7 (BRUCARGO)
1831, DIEGEM
T 02 722 51 11
F 02 722 50 11
GANSOW BELGIUM
Chée de Namur, 47
1495, SART-DAMES-AVELINES
T 071 87 49 04
F 071 87 49 05
HENKEL ECOLAB SA-NV
Doornveld
(11 Building 9 Industrie Asse 3)
1731, ZELLIK
T 02 467 51 11
F 02 467 51 00
HENKEL ECOLAB SA-NV
Havenlaan, 4
3980, TESSENDERLO
T 013 67 05 11
ALPHEIOS BELGIUM NV
JOHNSON WAX PROFESSIONAL
Gaston Fabrelaan, 50
2610, WILRIJK
T 03 828 48 48
F 03 828 42 80
Noordkustlaan, 16 _ Noordzone
1702, GROOT-BIJGAARDEN
T 02 467 52 52
F 02 467 52 56
BOMA NV
LUBRI-ASEPT S.A.
Asiadok, 28
2030, ANTWERPEN
T 0800 99 380
Rue du Prince, 10
4800, VERVIERS
T 087 31 50 30
F 087 31 13 08
DIVERSEYLEVER
Haachtsesteenweg, 672
1910, KAMPENHOUT
T 016 61 77 77
F 016 60 53 95
NILFISK-ADVANCE
Doornveld, Park Industrie 3, 11/41
1731, ZELLIK-ASSE
T 02 467 60 43
F 02 463 44 16
EASYCLEAN N.V.
Monnikenwerve, 181
8000, BRUGGE
T 050 31 95 96
POLLET
Bld Léopold II, 108
1080, MOLENBEEK ST JEAN
T 02 414 16 13 - 069 22 21 21
F 02 414 23 58
ECOVER BELGIUM NV
h
Industrieweg, 3
2390, MALLE
T 03 309 25 00
F 03 311 72 70
Nettoyage et environnement
Schaarbeeklei, 638
1800, VILVOORDE
T 02 255 18 10
adresses utiles
SOMALI SA-NV
Chée de Bruxelles, 5 (Gosselies)
6041, CHARLEROI
T 071 85 82 11
F 071 85 82 36
WERNER & MERTZ BENELUX SA
Drève Richelle, 161K
1410, WATERLOO
T 02 352 04 00
F 02 351 08 60
Syndicats
CSC- Alimentation et services
Rue des Chartreux, 70
1000 Bruxelles
T 02 500 28 11
aleonard@acv-csc.be
Centrale Générale de la FGTB
Rue Haute, 26-28
1000 Bruxelles
T 02 549 05 49
alain.clauwaert@accg.be
Centrale Nationale des Employés
Rue du Page, 69-75
1050 Bruxelles
T 02 538 91 44 - 02 538 91 44
jswenen@acv-csc.be
S. E T C a
Rue Haute, 42,
1000 Bruxelles
T 02 512 52 50
Projet RISE
FEC
Chée de Haecht, 579,
1031 Bruxelles
T 02 246 32 52-54
mgerard@acv-csc.be
IWerf
Rue Haute, 42
1000 Bruxelles
T 02 506 83 96
julie.rigo@iwerf.be
38
Adsorption
Propriété d’une substance solide (souvent en poudre) à fixer sur sa surface les
molécules d’un gaz ou d’une substance
en solution ou en suspension.
EDTA
acide éthylène diamine tétracétique.
Utilisé comme anti-calcaire et adoucissant dans les produits de lessive pour
remplacer les phosphates.
CFC
chlorofluorocarbones. Composés constitués de carbone, de fluor et de chlore.
Chimiquement très stables, ces molécules chlorées dégradent la couche
d’Ozone* stratosphérique. ce sont des
gaz à effet de serre très importants.
Eutrophisation
accumulation de matières organiques
dans l’eau, provoquant un appauvrissement de la teneur en oxygène dissous
dans l’eau.
Chaîne alimentaire
succession d’organismes vivants qui se
nourrissent les uns des autres selon un
ordre déterminé.
Concentration
masse d’un composé dissous par unité de
volume d’une solution. La concentration
est exprimée en grammes par litre ou
en moles par litre. Elle peut aussi être
exprimée en concentration relative : par
exemple ppm pour un gaz (partie par
million c’est à dire une molécule de gaz
pour un million de molécules d’air).
Cycle de vie
durée de vie d’un produit de sa fabrication à son élimination.
Détergent
produit qui est composé d’agents de surface mais aussi d’adjuvants, d’agents de
blanchiment d’additifs et autre.
LAS
alkylbenzène sulfonate. Tensioactif synthétique utilisé dans les détergents pour
remplacer le savon.
Métaux lourds
métal qui, à forte concentration,
devient toxique. Les métaux lourds,
comme le plomb, le cadmium, le mercure, peuvent s’accumuler dans la chaîne
alimentaire.
Mutagène
agent chimique ou physique qui peut
provoquer des mutations chez une
espèce.
NTA
acide nitrilotriacétique. Utilisé comme
anti-calcaire et adoucissant dans les
produits de lessive pour remplacer les
phosphates.
Ozone
gaz formé de trois atomes d’oxygène.
Dans les hautes couches de l’atmos-
phère, il forme une couche de protection contre certains rayonnements
solaires. Dans les basses couches de l’atmosphère par contre il est considéré
comme un polluant et peut avoir des
effets irritants
Phosphate
élément nutritif source de phosphore
pour les végétaux.
Sédiment
dépôt granuleux laissé par l’eau ou le
vent et susceptible de contenir des
matières organiques et des polluants.
Smog
brouillard résultant de l’émission dans
l’atmosphère de polluants gazeux.
Tensioactif
également appelé agent de surface,
désigne un composé chimique spécifique responsable de l’action détergente
(mouillante, moussante, émulsionnante,
détergente). Ce sont des agents capables de réduire ou de rompre la tension
superficielle.
Tension superficielle
c’est la tension (la force) qui caractérise
le pouvoir de contact entre l’eau et une
surface solide (salissure ou autre).
Tératogène
agent chimique ou physique qui peut
provoquer des malformations congénitales non héréditaires chez une espèce.
Nettoyage et environnement
h
lexique
Les mots présents dans le lexique sont
indiqués avec dans le texte
lexique
39
Index
Les chiffres renvoient aux pages où sont
cités et décrits les termes suivants.
Les numéros de page précédés de «F»
signifient qu’ils renvoient aux fiches
pratiques.
Nettoyage et environnement
h
1,1,1 trichloréthane, Voir trichloréthane
acétone, F5, F8
acide, 15, F6, F8
acide acétique, F6, F8
acide borique, F4, F7
acide chlorhydrique, F6, F8
acide citrique, F6, F8
acide éthylène diamine tétracétique, 10,
F2, F4, F7
acide formique, F6
acide nitrilotriacétique, 10, F2, F7
acide phosphorique, F6, F8
acide sulfurique, F6
actéone, ?
additif, 10, 18, F4, F8
adjuvant, 18, Voir adjuvant anti-calcaire
adoucissant, F1, Voir adjuvant anti-calcaire
adsorption, 10, F5
aérosol, 21, F12
agent blanchissant, Voir agent de
blanchiment
agent conservateur, F4, F8
agent de blanchiment, 15, 18, F4, F7
agent de surface, 18, F1, Voir tensioactif
agent nettoyant, F1, Voir tensioactif
alcalin, 15, F6 Voir base
alkylbenzène sulfonate, 28, F1
alkylphénol éthoxylate, F1
ammoniaque, F6, F8
amphotère, Voir tensio-actif amphotère
anionique, Voir tensio-actif anionique
anti-calcaire, F2, Voir adjuvant
anti-calcaire
APEO, Voir alkyl phénol éthoxylate
aromatisant, F4, F8
azurant optique, F4, F7
base, 15, F6, F8
benzène, F5, F8
biodégradabilité, 10, 17, 18, 19, 22, 27
biodégradable, F2, F3, F4
biodégradation, 15
blanchissant chloré, F4, F7
index
borate, F4, F7
bore, 36
cahier des charges, 5, 24, 25, 26, 30, 31, 32
carbonate de calcium, F4, F7
carbonate de sodium, F2, F7
cationique, Voir tensioactif cationique
CFC, F12
charge, 18, F4, F8
chlorure de méthylène, F5
citrate, F2
citrate de sodium, F2, F7
colorant, F4
conservateur, 19
couche d’ozone, F5, F9, F12, F15
CQL, 6
cyanochloré, F7
désinfectant, 19, 28, F6, F8
détergent, 10, 18, 19, 27, F1, F14
détergent pétrochimique, F1, Voir
détergent synthétique
détergent synthétique, F1
dureté de l’eau, F1
eau de javel, F6
eau de Javel, F6, F8
EDTA, Voir acide éthylène diamine
tétracétique
émulsifiant, F4
enzyme, 19, F4, F7
éthylène glycol, F5, F8
étiquette, 16, 17, 18, 30, F9, F12
eutrophisation, 10, F2
fiche de données de sécurité, 17, 19, 22, 27
formaldéhyde, F4, F6, F8
glycol, F5
hydrocarbure aliphatique, F5
hydrocarbure aromatique, F5
hydrocarbure chloré, F5
hydrocarbure cyclique, F5
hydroxyde d’ammonium, F6, F8
hydroxyde de sodium, F6, F8
hypochlorite de sodium, F6, F7, F8
ISO, 6
isopropanol, F5, F8
label écologique européen, F14
matière de charge, F4, F8
métaux lourds, 15, F2, F3, F7
MSDS, Voir fiche de données de sécurité
nappe phréatique, F5
nocif, F10
non ionique ,Voir tensio-actif non ionique
nonylphénolpolyéthoxylate, 15, 28
nonylphénolpolyétoxylate, 14
NTA, Voir acide nitrilotriacétique Voir acide
nitrilotriacétique
organochloré, F4, F5, F6
ozone, 15, F5
parfum, F4
PEHD, Voir polyéthylène
PELD, Voir polyéthylène
PER, Voir perchloréthylène
perborate de sodium, F4, F7
percarbonate de sodium, F4, F7
perchloréthylène, F5, F8
PET, Voir polyéthylène
phosphate, 10, F2, F7
phosphonate, F3, F7
plastifiant, F4, F8
point vert, F13
polycarboxylate, F2, F3, F7
polychlorure de vinyle, F14
polyéthylène, F14
polypropylène, F14
polystyrène, F14
PP, Voir polypropylène
produit anti-mousse, F4
produit dangereux, F9
PS, Voir polystyrène
PVC, Voir polychlorure de vinyle
savon, 10, F1, F6, F7
séquestrant, Voir adjuvant anti-calcaire
smog, F5
solvant, 15, 20, 21, 24, F5, F8
solvant chloré, 24, F5, F8
soude caustique, F6, F8
sulfate de sodium, F4, F8
T 111, Voir trichloréthane
tenside, Voir tensioactif
tensioactif, 10, 14, 15, 18, 19, F1, F2, F7
tensioactif amphotère, F1, F7
tensioactif anionique, 18, F1, F7
tensioactif cationique, 18, F1, F7
tensioactif non ionique, 18, F1, F7
tensioactif synthétique, 14, F1, F7
tension superficielle, F1
tétrachloréthylène, F8
tétrachlorure de carbone, F8
toluène, F5, F8
toxicité, 10
toxique, 5, 14, 15, 18, 24, F1, F2, F3, F4,
F5, F6, F9, F15
TPP, Voir tripolyphosphate
TRI, Voir trichloréthylène
trichloréthane, 24, F5, F8
trichloréthylène, F5, F8
tripolyphosphate, F2, F3, F7
tripolyphosphate de sodium, F2
VSR, 11
xylène, F5
zéolite, F2, F3, F7
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising