Dossier de presse Relais téléphonique (PDF-1,9Mo)

Dossier de presse Relais téléphonique (PDF-1,9Mo)
DOSSIER DE PRESSE
9 juillet 2012
Relais
téléphonique
Paris
République
public
www.aditus.fr/cabine
1
450 000 personnes sont sourdes sévères ou profondes en France. Sans accessibilité
tenant compte de leurs modes de communication spécifiques, elles se retrouvent
quotidiennement en situation de handicap, ainsi que leur entourage familial,
professionnel et social. C’est tout particulièrement le cas avec l’usage du téléphone.
1,2 millions autres personnes ont une surdité moyenne, et 2,4 millions une surdité
légère.
Alors que les associations, les opérateurs de téléphonie et les pouvoirs publics
planchent sur les conditions du développement des centres relais téléphoniques en
France, l’association Aditus ouvre le premier service de relais téléphonique public. Une cabine téléphonique accessible aux personnes sourdes ou malentendantes
leur permet de passer des appels dans le mode de communication de leur choix (LSF,
LPC, mode texte), à Paris, dans le quartier de République.
SOMMAIRE
Les centres relais :
L’accès au téléphone des personnes sourdes et de leur entourage
• Mobilisation pour le développement de centres relais téléphoniques généralistes.................... 3
• D’autres modalités d’accessibilité téléphonique................................................................. 4
• Vers la garantie d’une accessibilité téléphonique intégrale ?............................................... 5
Pour contribuer au développement de l’accessibilité téléphonique
Un service inédit de l’association Aditus : le relais téléphonique public
•
•
•
•
•
•
Présentation du projet................................................................................................... 7
La « malle téléphonique ».............................................................................................. 9
Le mode d’emploi du relais téléphonique public............................................................... 10
Le kit de communication.............................................................................................. 12
Les partenaires qui contribuent au projet : Websourd et Extramuros.................................... 13
Les partenaires qui soutiennent et permettent la réalisation du projet................................. 15
• L’association Aditus................................................................................................ 16
• Contacts.................................................................................................................. 17
2
L’accès au téléphone des personnes sourdes
et de leur entourage
Les centres relais
Que ce soit dans leur vie personnelle, sociale, professionnelle ou pour leur sécurité, les personnes sourdes et
les personnes handicapées de la parole se trouvent en situation de handicap face au téléphone, outil pourtant
incontournable au quotidien, ainsi que les personnes entendantes qui cherchent à les joindre.
Les centres relais sont des services permettant aux personnes sourdes et aux personnes handicapées de la
parole d’accéder en temps réel aux échanges téléphoniques avec leurs interlocuteurs.
Un centre relais téléphonique a pour mission de rendre accessible en temps réel un échange téléphonique
entre une personne sourde et son interlocuteur entendant : depuis une plate-forme téléphonique, interprètes
en Langue des Signes Française (LSF), codeurs en langage parlé complété (LPC) et transcripteurs (texte)
prennent en charge les appels via un site internet et une webcam.
INTERPRÈTE LSF, CODEUR LPC
OU VÉLOTYPISTE
SOURD
ENTENDANT
Mobilisation pour le développement de centres relais
téléphoniques généralistes
Déjà développés dans d’autres pays, les centres relais font, depuis 2006 en France, l’objet d’une mobilisation
importante des associations de personnes sourdes ou malentendantes, notamment de l’Unisda et de ses
organisations membres ou partenaires (comité de pilotage pour définir les objectifs de qualité à atteindre par
les centres relais, co-production d’un documentaire sur les centres relais des États-Unis diffusés sur France
5, démonstrations aux représentants des candidats à l’élection présidentielle de 2007, blog dédié, interpellations règulières des pouvoirs publics, élus et gouvernements successifs, congrès en 2009 avec l’ensemble
des parties prenantes, etc.)
En 2007, la question de l’accessibilité téléphonique a été débattue par les députés puis les sénateurs qui
avaient à se prononcer sur un amendement créant le dispositif de relais téléphonique et garantissant sa prise
en charge. Soutenu par pluseurs parlementaires au-delà des clivages politiques, l’amendement a finalement
été rejeté par le gouvernement.
3
Plusieurs communications gouvernementales se sont ensuite enchaînées depuis la Conférence Nationale du
Handicap du 8 juin 2008 au cours de laquelle le président de la République, Nicolas Sarkozy, avait annoncé
que « pour que les personnes sourdes et malentendantes aient accès au téléphone, vont être créés des centres
relais qui permettront d’assurer en simultané la traduction des conversations. Il s’agit d’une innovation qui est
essentielle. »
Ainsi, une concertation a été engagée par le Comité Interministériel au Handicap, avec la Fédération Française des Télécoms et les associations représentant les personnes sourdes ou malentendantes, autour d’un
projet de pilote confirmé une première fois par le plan gouvernemental « handicap auditif » annoncé le
10 février 2010 par Nadine Morano, secrétaire d’État à la Famille et à la Solidarité, puis le 9 juin 2011, par
Marie-Anne Montchamp, secrétaire d’État aux Solidarités et à la Cohésion sociale. Plusieurs fois reportée, la
préparation de ce pilote se poursuit actuellement avec les mêmes acteurs.
D’autres modalités d’accessibilité téléphonique
Au-delà de la mobilisation pour le développement de centres relais généralistes permettant l’accessibilité
de n’importe quel type d’appel (personnel, professionnel, vers les services publics, vers les services clients,
etc.), plusieurs formes d’accessibilité téléphonique sont déjà prévues par les textes ou ont déjà fait l’objet
d’un développement :
• Appels d’urgence
La loi du 11 février 2005 prévoit l’accessibilité des appels d’urgence aux personnes sourdes ou malentendantes. Un décret a précisé qu’elle devait être disponible selon les mêmes principes qu’un centre relais
téléphonique, en LSF, en LPC et par texte, en mobilisant tous les supports téléphoniques et informatiques
possibles, et en tenant compte des spécificités de l’appel d’urgence. Depuis le 14 septembre 2011, un nouveau numéro, le 114, permet de contacter les services d’urgence par SMS et par fax.
• Appels vers les services publics
La même loi du 11 février 2005 impose également l’accessibilité des services de communication publique en
ligne, donc celle de la téléphonie des services de l’État, des collectivités locales et des établissements publics
qui en dépendent. À ce jour, aucune mise en œuvre n’a été engagée.
• Appels en milieu professionnel
A l’initiative de l’AGEFIPH (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes
handicapées), une expérimentation a été engagée afin d’évaluer l’impact des centres relais téléphoniques
sur la vie professionnelle de salariés sourds. Aujourd’hui, dans le cadre des aménagements de poste et de
leur obligation d’emploi de personnes handicapées, les employeurs peuvent faire appel à un service de relais
téléphonique spécialisé pour leurs salariés sourds.
• Appels vers les services clients et hotlines
Afin de pouvoir être contactées directement par leurs clients sourds ou malentendants, les entreprises peuvent
rendre leur service clients ou leur hotline accessible, soit avec un service de relais téléphonique spécialisé,
soit avec des conseillers clientèle eux-mêmes formés pour communiquer en Langue des Signes ou par chat
(cette deuxième solution représentant d’ailleurs un nouveau secteur professionnel accessibles aux personnes
sourdes elles-mêmes).
Cependant, l’objectif doit rester celui d’une accessibilité téléphonique globale garantie pour tous les
types d’appel.
4
Vers la garantie d’une accessibilité téléphonique intégrale ?
L’ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes) a commandé et publié en
2011 une étude d’évaluation des besoins des personnes sourdes ou malentendantes en matière d’accessibilité
téléphonique. L’ARCEP indique sur son site que : « La directive « service universel » modifiée par l’adoption du
nouveau « paquet télécoms » du 25 novembre 2009, renforce de manière significative les garanties en faveur
des personnes handicapées. Elles doivent, en effet, pouvoir bénéficier à la fois d’un accès et d’un choix équivalents à ceux dont bénéficient les autres utilisateurs de services de communications électroniques.
S’agissant des personnes déficientes auditives, la création de centres relais spécifiques devrait en principe contribuer à atteindre l’objectif d’équivalence assigné aux Etats membres, dès lors que ces centres ne seraient pas
limités à la connexion aux services d’urgence et auraient des plages horaires d’ouverture suffisantes. »
L’étude apporte des « informations précises sur les besoins des personnes sourdes et malentendantes, le dimensionnement de la demande, ainsi que les coûts et enjeux liés à la mise en place de ces centres » et « comporte
en outre des comparaisons internationales détaillées. »
[étude téléchargeable sur le site de l’ARCEP : www.arcep.fr/index.php?id=8571&tx_gsactualite_
pi1%5Buid%5D=1346&tx_gsactualite_pi1%5BbackID%5D=1&cHash=738d8d236f ]
Deux questions cruciales se posent pour envisager le développement des centres relais téléphoniques généralistes en France :
• la formation des professionnels de la communication accessible : les interprètes en Langue des Signes
Française, les codeurs en Langage Parlé Complété et les transcripteurs (texte), dûment qualifiés et expérimentés, sont aujourd’hui en nombre encore très insuffisant pour répondre à l’ensemble des besoins (centres
relais téléphoniques mais également tous les objectifs d’accessibilité fixés par la loi). Malgré les promesses
du plan « handicap auditif » annoncé par le gouvernement en 2010, aucune mesure n’a encore été engagée ;
• le financement des centres relais : Les budgets nécessaires sont conséquents, le mode de financement
des centres relais doit encore être défini. Les centres relais relevant d’une logique d’accessibilité, l’hypothèse
d’un financement par les usagers sourds, qui deviendraient clients, est écartée par les associations représentatives (car contradictoire avec le principe d’accessibilité, et source d’inégalités entre ceux qui en auraient
les moyens et les autres).
Cette accessibilité téléphonique ne doit pas être pensée uniquement comme une réponse aux seules personnes sourdes ou malentendantes : elle permet également aux personnes entendantes de contacter et d’être
appelées par les personnes sourdes. C’est donc la société toute entière qui gagnera en accessibilité avec
le développement des centres relais téléphoniques.
5
Qu’attendre d’un réseau de centres relais ?
Les centres relais en France et les objectifs à atteindre, selon l’Unisda
(extraits de son rapport 2006) :
1.
1 L’accessibilité totale, pure et simple, de toutes les communications téléphoniques,
en temps réel.
Un réseau de centres relais devra avoir pour mission d’assurer l’accessibilité de toutes les communications téléphoniques, sans restriction. Il ne faudra pas avoir à se poser la question de savoir si tel ou
tel type d’appel peut relever d’un centre relais téléphonique. Qu’il s’agisse d’un appel « nécessaire » ou
d’un appel « de confort », le centre relais tous les appels, quelles que soient leurs durées. L’accessibilité téléphonique doit s’envisager de manière absolue pour permettre aux publics de personnes sourdes
ou malentendantes l’usage de l’outil téléphonique comme n’importe quel autre usager entendant peut
le faire.
2.
2 L’accessibilité téléphonique gratuite.
Le coût de cette accessibilité ne doit pas être supporté par l’usager sourd ou malentendant. Seul le prix
des communications doit lui être facturé, comme pour n’importe quel autre usager.
3 L’accessibilité téléphonique permanente.
3.
Si cette accessibilité est absolue, elle doit également être assurée 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, quel
que soit l’interlocuteur contacté, quel que soit la durée de l’appel.
4 L’accessibilité téléphonique adaptée à tous les publics de personnes sourdes ou ma4.
lentendantes.
Un réseau de centres relais doit pouvoir répondre aux besoins de communication adaptée de tous les
publics concernés : par la transcription écrite, par l’interprétation en Langue des Signes Française, par
le codage en Langue française Parlée Complétée. Les formules mixtes (type Captel) doivent également
être proposées.
5.
5 L’accessibilité téléphonique simple d’usage.
La technique nécessaire pour contacter les centres relais doit rester simple à installer et à manipuler :
Internet, téléphone mixte pour la transcription écrite, webcam ou caméra raccordée à l’écran de télévision pour les liaisons vidéos, usage possible du téléphone mobile.
6 L’accessibilité téléphonique répondant à des exigences de qualité.
6.
Les centres relais labellisés doivent être soumis au respect de règles de qualité définies par les représentants d’usagers et les Pouvoirs publics : qualification des téléopérateurs, règles de déontologie,
durée de la prise en compte de l’appel, vitesse et qualité de la transcription écrite, etc.
6
Un service inédit, de l’association Aditus :
le relais téléphonique public
Pour contribuer au développement de l’accessibilité téléphonique
Le chantier de l’accessibilité téléphonique nécessitera plusieurs années pour développer un réseau de centres
relais permettant l’accès au téléphone 24h/24 à la maison, en mobilité et au bureau. Mais les besoins sont
immédiats.
Aussi, l’association Aditus a choisi de développer un service de relais téléphonique public. A l’instar des
cabines téléphoniques publiques qui permettaient de téléphoner en l’absence de téléphone à domicile, ou
des cybercafés pour se connecter à Internet, l’association Aditus ouvre à Paris, dans le quartier de République, un service inédit : une cabine de relais téléphonique. Cette cabine permet de passer des appels
téléphoniques dans le mode de communication de son choix : Langue des Signes Française, Langage Parlé
Complété, ou en mode texte.
Le service est ouvert 5 demi-journées par semaine :
• le lundi de 14h à 17h45,
• le mardi de 9h à 12h45,
• le mercredi de 9h à 12h45,
• le jeudi de 14h à 17h45,
• le vendredi de 9h à 12h45.
L’espace est situé à Paris, dans le quartier de République, choisi pour son accessibilité et la rénovation en
cours du quartier (5 lignes de métro à la station République, 3 à la station Strasbourg-Saint-Denis, et une à
la station Jacques Bonsergent, toutes à proximité de l’espace, aussi entouré de stations Vélib).
Afin de se conformer aux exigences de qualité formulées par les associations représentatives des publics de
personnes sourdes ou malentendantes, le service :
• est entièrement gratuit pour les usagers (sauf en ce qui concerne leurs frais de déplacement pour
se rendre jusqu’à l’espace de l’association Aditus) ;
• est simple d’usage : un accueil du public est assuré pour guider les usagers du service, des modes
d’emploi (voir plus loin) sont affichés et leur version vidéo est diffusée sur place et en ligne, des ateliers d’initiation seront animés, notamment à l’attention des personnes sourdes jeunes et âgées ;
• et s’appuie sur la plate-forme Elision, développée par la société coopérative d’intérêt collectif
Websourd, qui prend en compte simultanément les 3 modalités de communication spécifiques aux
publics de personnes sourdes ou malentendantes (LSF, LPC et texte simultané), et qui fait appel à un
réseau de professionnels de la communication accessible dûment qualifiés : exclusivement des interprètes LSF et des codeurs LPC diplômés et formés au relais téléphonique, ainsi que des vélotypistes
qui maitrisent une technique performante de transcription écrite simultanée (appelée vélotypie).
La « malle téléphonique » a été conçue avec l’entreprise d’insertion Extramuros. Elle se veut ergonomique
et mobile (voir descriptif plus loin).
Pour assurer la gratuité du service, l’association Aditus est soutenue par 4 partenaires :
• la fondation Bettencourt Schueller ;
• la fondation Crédit Coopératif ;
• le Fonds Handicap et Société de la mutuelle Intégrance ;
• le programme Égalis de la Macif.
7
Ce projet pilote est programmé sur une première phase de 6 mois. Cette phase permettra d’évaluer la qualité
du dispositif et de l’améliorer, d’analyser la fréquentation du service et les comportement des usagers, afin
de préparer et d’engager la phase suivante, sur trois ans, avec un nombre supérieur de cabines et des plages
horaires étendues pour accueillir le public, en fonction des besoins recensés.
Présentation du service au public, sur le site www.aditus.fr/cabine
Vous avez un coup de fil à passer pour appeler votre médecin ? Votre mairie ? Votre collègue ? Votre
tante ou votre meilleur ami ?
N’hésitez plus !
À Paris, dans le quartier de République, un nouvel espace est ouvert au public pour téléphoner grâce
à un centre relais téléphonique.
Comme une cabine téléphonique, le service vous permet de passer vos appels :
• en Langue des Signes Française,
• en LPC,
• en mode texte. Grâce à une caméra et un clavier, des opérateurs en ligne (interprètes, codeurs, vélotypistes) vous
mettent en relation avec vos interlocuteurs et rendent vos conversations téléphoniques accessibles en
temps réel.
L’entrée est libre, vous n’avez pas besoin de prendre rendez-vous. Vous pouvez venir :
• le lundi de 14h à 17h45,
• le mardi de 9h à 12h45,
• le mercredi de 9h à 12h45,
• le jeudi de 14h à 17h45,
• le vendredi de 9h à 12h45.
Le service est gratuit. Vous pouvez appeler qui vous voulez : appels personnels, appels administratifs,
appels professionnels. Vous pouvez passer autant d’appels que vous le souhaitez, dans la limite de 15
minutes par appel.
Vos conversations sont confidentielles. Qu’ils soient interprètes, codeurs ou vélotypistes, tous les
opérateurs sont qualifiés et diplômés. Ils respectent un code déontologique.
Sur place, une équipe est là pour vous accueillir et vous guider dans l’utilisation du service.
2 conseils pratiques !
Avant de venir, n’oubliez pas :
• de préparer les numéros de téléphone des personnes que vous souhaitez joindre, ainsi que les renseignements utiles (votre numéro de dossier pour un appel administratif, par exemple)
• de consulter notre site pour des informations de dernière minute (changement d’horaire,
fermeture exceptionnelle, etc).
Ce service vous est proposé par l’Association Aditus, grâce à ses partenaires.
À bientôt !
Version bilingue Français / LSF : vidéo en ligne sur www.aditus.fr/cabine
8
La malle téléphonique
la première véritable cabine téléphonique conçue pour les personnes
sourdes ou malentendantes
Mode d’emploi pour un
appel vidéo (LSF/LPC)
Caméra
Mode d’emploi pour
un appel texte
Boucle
magnétique (T)
Micro
Clavier
Roulettes pour
transporter la cabine
Fauteuil réglable
en hauteur
Rangement pour
l’ordinateur portable
La cabine est une création spécifique d’Extramuros,
entreprise créative d’insertion.
Elle a été réalisée à partir d’une malle de transport
d’oeuvre d’art mis au rebut. Afin de réduire l’impact
écologique de cet objet, l’ensemble des produits utilisés
sont écologiques ; afin de maximiser son impact social,
des personnes en insertion ont participé à sa fabrication.
www.extramuros-paris.com
9
Mode d’emploi
APPEL VIDÉO
(LSF/LPC)
1
Positionnez-vous face à la caméra pour que l’interprète
ou le codeur puisse vous voir correctement.
2
Ayez près de vous les numéros de téléphone, les noms des personnes à
joindre ou tout élément pouvant être demandé (exemple : numéro de
sécurité sociale).
3
Tapez le numéro de téléphone de la personne à
appeler puis cliquez sur l’icône vert.
4
Plusieurs choix de communication
- LSF : vous signez, l’interprète transmet à votre
interlocuteur et vous traduit ses réponses // ou
vous écrivez en mode chat, l’interprète transmet
à votre interlocuteur et vous traduit ses réponses
// ou vous parlez directement à votre interlocuteur dans le micro, l’interprète vous traduit ses
réponses.
- LPC : vous écrivez en mode chat, le codeur
transmet à votre interlocuteur et vous code ses
réponses // ou vous parlez directement à votre
interlocuteur dans le micro, le codeur vous code
ses réponses.
1
00
01 00 00 00 nt
po
Dr Michel Du
N° Sécu
XX XX
XXXXXXXXXX
01000000
Oral avec
le micro
-Bonjour
-Je veux parler à Mr
Dupont
2
3
- C’est pour un RDV...
Écrit en
mode chat
Avant que l’interprète ou le codeur n’appelle votre interlocuteur,
présentez-vous et expliquez l’objet de votre appel.
5
A votre demande, l’interprète ou le codeur met fin à l’appel avec l’interlocuteur,
à la fin de la conversation.
6
La communication avec l’interprète ou le codeur n’est pas terminée,
c’est à vous d’appuyer sur l’icône rouge pour vous déconnecter.
7
Avant de partir, effacez le numéro de la personne que
vous avez appelée et vérifiez que vous n’avez pas laissé
d’informations confidentielles dans la cabine.
01000000
10
Mode d’emploi
APPEL TEXTE
OU
1
Utilisez aussi l’ordinateur portable, plus ergonomique.
2
Ayez près de vous les numéros de téléphone, les noms des personnes à
joindre ou tout élément pouvant être demandé (exemple : numéro de
sécurité sociale).
3
Indiquez le numéro de téléphone de votre
correspondant dans la première case ("numéro
appelé").
4
5
Plusieurs choix de communication :
• Vous voulez parler à votre correspondant :
vous ajoutez votre propre numéro de téléphone,
celui auquel on peut vous joindre, dans la
seconde case ("numéro de rappel").
• Vous ne voulez pas parler à votre
correspondant, mais utiliser le texte : vous
ne mettez rien dans la seconde case ("numéro
de rappel").
00
01 00 00 00 nt
po
Dr Michel Du
N° Sécu
XX XX
XXXXXXXXXX
Numéro appelé
Numéro de rappel
Numéro appelé
Numéro appelé
Numéro de rappel
1
2
Écrit
Numéro de rappel
Vous cliquez sur le téléphone vert pour lancer l’appel.
• Si vous avez choisi de parler au correspondant, le vélotypiste établira
la communication téléphonique avec votre portable. Une fois la liaison
établie, vous pouvez lui parler, il vous répondra par écrit.
• Sinon, vous engagez la conversation directement en mode texte, en
écrivant dans la case "envoi".
Numéro appelé
Numéro de rappel
6
A votre demande, le vélotypiste met fin à l’appel avec l’interlocuteur, à la fin de la conversation.
7
La communication avec le vélotypiste n’est pas terminée, c’est à vous
d’appuyer sur l’icône rouge pour vous déconnecter.
8
Avant de partir, effacez le numéro de la personne que
vous avez appelée et vérifiez que vous n’avez pas laissé
d’informations confidentielles dans la cabine.
Numéro appelé
Numéro de rappel
Numéro appelé
Numéro de rappel
11
Le kit de communication
Pour faire connaître le relais téléphonique public
Un des objectifs du projet étant la fréquentation du service, l’association Aditus a réalisé un kit de communication pour faire connaître le relais téléphonique public aux usagers concernés à Paris et en Ile-de-France.
Un coup de fil à passer ?
Une affiche de format A3
En LSF ? En LPC ? Par écrit ?
N’hésitez plus !
Relais
téléphonique
public
Paris
République
9h/12h45 14h/17h45
Lundi
OUVERT
Mardi
OUVERT
Mercredi
OUVERT
Jeudi
OUVERT
Vendredi
Adresse
8, rue Taylor
Paris 10ème
OUVERT
Métro
M° Jacques-Bonsergent (5)
M° République (3/5/8/9/11)
M° Strasbourg Saint-Denis (4/8/9)
Informations et plan sur www.aditus.fr/cabine
Un flyer recto-verso de format A5
Un cou
u
Rue Taylor
Cité Riverin
teau d’Ea
Rue de Lancry
e
Entré Taylor
8 rue 10ème
Paris
Rue Châ
Bd Saint-Martin
4/8/9
Métrorasbourg
St
Arrêt -Denis
St
p de fil
en LSF ? en
LPC ? Par écri
N’hésitez plus t ?
!
5
Métro JacquesArrêt ergent
Bons
Bd
Mag
en
ta
à passer ?
Relais
téléphoniq
Paris
République
9/11
e
3/4/8/
Métro Républiqu
Arrêt
Lundi
Mardi
Mercredi
u
public e
9h/12h45
Ouvert
14h/17h45
Ouvert
Ouvert
nt Jeudi
Ouvert
ppeme s
in
di
dévelo uationvendre
Ouvert
dema
itus
sit
n et le
tion Ad
ilité de
ceptio primer des rdes ou
sup
Associa s l’accessib
sou
n, la con
motio à réduire ou personnes
on
la pro
de
Invent
r objet bilité visant les publics
pou
a
Adre
ssi
sse : 8, rue
par
ation es d’acce
taylor - Paris
ticulier
associ
voir le plan
10ème
Cette et de modèl es en par
derrièr
tré
e et plus d’infor
ls
rencon
mations sur
d’outi
:
dicap,
de han dantes.
www.aditus.
ten
malen
ditus.fr
fr/cabine
www.a
Une page dédiée sur le site Aditus
12
Les partenaires qui contribuent au projet :
Websourd et Extramuros
Websourd
www.websourd-entreprise.fr
L’initiative
L’histoire remonte à 1995, période à laquelle les NTIC connaissent un développement exponentiel. Afin de
pallier la carence d’accès à l’information des sourds et des malentendants et lutter contre leur exclusion
sociale et citoyenne, l’idée d’utiliser le web émerge !
Dès lors, Websourd commence à développer un site internet afin que les sourds et les malentendants puissent
avoir accès à l’information, mutualiser les services de traducteurs sourds en LSF et concevoir une gamme
d’outils pour une meilleure communication entre entendants et sourds.
En 2004, Websourd devient une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) et lance officiellement le site
www.websourd.org. À partir de cette date, Websourd connait une croissance prodigieuse et enchaîne les
succès.
En 2005/2006, l’entreprise diffuse des actus brèves en lien avec l’AFP, édite un ouvrage bilingue « Le Petit
Sapin », met sur le marché des solutions de communication pour l’intégration des salariés dans les entreprises, participe à la création d’une formation diplômante d’interprète/traducteur en LSF avec l’Université
Toulouse le Mirail.
2007 et 2008 voient la mise en œuvre du centre relais VisiO08 qui deviendra Elision en 2011.
Parallèlement et jusqu’à aujourd’hui, Websourd développe de nouveaux services. Avec l’appui de son pôle
Recherche, l’entreprise finalise un système de personnages virtuels signant (3DSigner) et conçoit « Jade »,
l’avatar de la SNCF qui diffuse, sur les écrans en gare, toute l’info en LSF à destination des sourds.
Les valeurs
Les valeurs de Websourd sont issues de l’Economie Sociale et Solidaire. Websourd est une entreprise d’utilité
sociale (SCIC) qui a fait le choix, dès sa création, de revendiquer une nouvelle alternative économique. Priorité à la personne sourde ou malentendante, au partage et à la solidarité dans une entreprise où les sociétaires, qu’ils soient salariés ou usagers, sont parties prenantes.
La particularité de Websourd est d’avoir été créée par des sourds pour mieux répondre à leurs besoins, de
s’inscrire résolument dans une démarche économique pérenne et de s’appuyer sur les compétences des sourds.
À ce titre, les statuts de l’entreprise intègrent un collège d’usagers, composé en majorité de personnes
sourdes et un collège de partenaires de la finance solidaire, mutualistes et entrepreneurs.
L’entreprise
L’effectif est composé de personnes sourdes et entendantes, la langue des signes constitue la langue de référence dans les relations de travail au sein de l’entreprise.
Websourd s’est engagé dans une démarche qualité et a obtenu en mars 2011 la certification ISO 9001. Une
reconnaissance qui stimule toujours plus les exigences de l’entreprise en termes de qualité, de normalisation
technique, d’ergonomie et de linguistique qui en font aujourd’hui un référent incontournable dans le monde
de la surdité. Son action fédère un grand nombre de partenaires, publics ou privés, s’inscrit dans une dynamique forte sur les plans national et international et repose sur la mutualisation des ressources ainsi que la
capitalisation humaine (création d’emplois, de nouveaux métiers, formation, etc.).
Sa mission et son combat de tous les jours s’inscrivent dans la volonté de trouver les clés pour que la population sourde prenne sa place et s’épanouisse pleinement dans la société civile.
13
Extramuros
www.extramuros-paris.org
Qui sommes nous?
Extramuros, entreprise créative d’insertion, imagine, conçoit, fabrique et distribue des objets réalisés à partir
de matériaux de récupération.
Nous considérons que les objets mis au rebut sont une stimulation pour l’imagination et une source inépuisable de créativité.
• En tant qu’entreprise d’insertion , nous nous engageons activement dans la lutte contre les exclusions.
• Nous nous positionnons également dans une démarche de sensibilisation et de changement de regard porté
à la matière :
- les objets réalisés témoignent du potentiel de revalorisation de nos « déchets »,
- Nous organisons et encadrons des ateliers participatifs, proposant des activités de réemploi original et
artistique des matériaux.
L’objet infini : « L’objet infini » est une création innovante, fonctionnelle et à forte dimension esthétique, qui
transmet l’histoire de la matière qui le constitue.
Les matériaux d’origine sont « détournés » : nous leur inventons de nouvelles fonctions, nous leur offrons
une renaissance.
L’objet infini témoigne de l’engagement environnemental et social de son acquéreur.
Il est, à travers son processus de fabrication, porteur de sens et de valeurs.
14
Les partenaires qui soutiennent et permettent la réalisation
du projet
15
L’association Aditus
www.aditus.fr
Impulser de nouveaux modèles d’accessibilité
Créée au printemps 2011, l’association Aditus a pour objet la promotion, la conception et le développement
d’outils et de modèles d’accessibilité visant à réduire ou supprimer des situations de handicap, rencontrées
en particulier par les publics de personnes sourdes ou malentendantes.
À l’instar de la loi du 11 février 2005 pour « l’Égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » qui pose le principe de l’accès de tous à tout et désigne l’environnement
inadapté comme un des facteurs de handicap, l’association Aditus a déjà mené plusieurs actions avant
l’ouverture de son service de relais téléphonique public.
Accessibilité évènementielle
www.aditus.fr/evenement
Pour que les évènements (conférences, réunions d’entreprise, meetings électoraux, salons, etc) soient davantage accessibles à tous les publics, l’association
Aditus a élaboré et lancé en décembre 2011 un mode d’emploi d’accessibilité
évènementielle. Sur la base d’une typologie d’évènements, il définit plusieurs niveaux d’accessibilité pour que les organisateurs de manifestations
trouvent les réponses à leur souci d’accueillir le public le plus large, en tenant
compte de toutes les formes de handicap. Ce mode d’emploi s’est appuyé sur
une concertation avec les associations représentatives des publics de personnes
handicapées et sur des évènements pilotes.
Toutes les clés de
l’accessibilité
évènementielle
Sous le patronage de Marie-Anne Montchamp,
Secrétaire d’État aux Solidarités et à la Cohésion sociale
Appel pour l’accessibilité des campagnes électorales
De l’accessibilité en démocratie
Le cœur de notre vie politique bat plus fort tous les
cinq ans, au moment des élections présidentielles
et législatives. À la veille des échéances électorales de 2012, il est crucial de rappeler l’importance de rendre accessibles les campagnes des
candidats aux électeurs en situation de handicap.
Le handicap recouvre des réalités très diverses et
concerne plusieurs millions de nos concitoyens.
Les handicaps sont multiples : moteurs, auditifs,
visuels, mentaux ou psychiques ; ils sont momentanés ou définitifs ; ils sont parfois associés. Mais
les personnes handicapées sont avant tout des
citoyens à part entière. Elles aspirent à exercer
pleinement leur citoyenneté, ce droit naturel qui
leur est encore trop souvent refusé !
La loi du 11 février 2005 pour l’Égalité des droits
et des chances, la participation et la citoyenneté
ainsi que le principe de l’accès de tous à tout s’imposent à nous tous. Les personnes handicapées
n’entendent donc pas être dessaisies de leur rôle
d’acteur de notre Cité et n’accepteront pas d’être
davantage écartées du débat politique et citoyen
qui nous attend en 2012.
Il est de la responsabilité de tous les candidats et
de toutes les formations politiques de s’engager à
mener campagne dans le cadre le plus accessible
possible.
Les réunions publiques doivent être organisées
dans des espaces répondant aux normes d’accessibilité permettant l’accueil de tous les publics,
quels que soient leurs éventuels handicaps. La
circulation sans contrainte doit ainsi être possible
pour les personnes ayant un handicap moteur
ou visuel, la compréhension des discours et des
échanges doit être possible pour les personnes
sourdes ou malentendantes (via une interprétation simultanée en Langue des Signes Française,
une transcription écrite simultanée et une boucle
magnétique).
Les sites internet des candidats et des partis politiques doivent également être accessibles. Les
messages audiovisuels, qu’ils soient en ligne, diffusés dans le cadre de la campagne officielle ou
projetés lors des meetings, seront sous-titrés,
traduits en Langue des Signes et audio-décrits.
Les professions de foi, les programmes, les tracts
peuvent aussi être disponibles sur des supports
accessibles à tous et adaptés à chaque type de
handicap : en braille, en format numérique, traduits en Langue des Signes, en appliquant les
règles européennes du « Facile à lire et à comprendre ». Les permanences des candidats devront
elles-mêmes pouvoir accueillir tous les publics et
le handicap des électeurs ne doit pas empêcher
l’échange avec le candidat et son équipe.
Et la question du coût ? Parlons-en ! La démocratie
a un coût qui ne pose pas de difficulté pour l’organisation des élections. Dès lors que ces exigences
sont prises en compte en amont de l’organisation
de la campagne, elles entraînent peu d’engagements par rapport au budget global d’un candidat,
en particulier à l’élection présidentielle.
Cet engagement doit être partagé par l’ensemble
des acteurs de la vie politique française pour que
les électeurs en situation de handicap ne soient
pas réduits à faire leur choix entre les seuls candidats ayant organisé une campagne accessible.
La parole politique a tendance à se complexifier,
elle est parfois confuse, voire incompréhensible
pour beaucoup de nos concitoyens. Notre effort
d’accessibilité sera utile au plus grand nombre et
apprécié par l’ensemble des électeurs.
En ce qui nous concerne, que nous soutenions ou
non un candidat, nous veillerons à l’engagement
des formations politiques pour que leur campagne
soit la plus accessible possible car nous sommes
convaincus qu’une démocratie se mesure aussi à
l’aune de son accessibilité.
par Jérémie Boroy, délégué général d’Aditus
Tribune publiée dans Libération
du 18 novembre 2011
Accessibilité électorale
www.aditus.fr/electoral
Dans le cadre de sa mobilisation pour le développement de l’accès à la citoyenneté des personnes handicapées, notamment en période électorale, l’association
Aditus a pris l’initiative de diffuser un appel pour l’accessibilité des campagnes
électorales de 2012 afin d’inciter les formations politiques et leurs candidats
à intégrer l’accessibilité à l’organisation de leurs campagnes, en prenant en
compte tous les handicaps.
Cet appel a été publié par Libération dans son édition du 18 novembre 2011. Il
a été signé depuis par plusieurs candidats et personnalités politiques.
Accessibilité citoyenne
www.leselectionspourtous.fr
Au printemps 2012, en vue de la campagne pour l’élection présidentielle de 2012, l’Association Aditus a créé un média éphémère : www.
leselectionspourtous.fr pour permettre aux publics de personnes sourdes
ou malentendantes de suivre en temps réel ce temps fort de notre vie
politique. En partenariat avec d’autres médias, ce projet a permis à des
jeunes sourds de s’initier aux métiers des médias.
16
Contact presse
presse@aditus.fr
SMS exclusivement : 06 09 51 00 65
17
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising