Guide VAE

Guide VAE
Validation des Acquis de l’Expérience
Mettre en œuvre la VAE
en entreprise
Guide pratique
Valoriser les
compétences
professionnelles
Et l’expérience prend
tout son sens !
Premier réseau
d’experts pour
la formation
et l’emploi
Pourquoi ce guide ?
Créée en 2002, la Validation des Acquis de
l’Expérience est une démarche strictement
individuelle qui bénéficie au seul salarié et qui
lui permet d’obtenir une certification.
Pourtant, elle peut devenir un véritable outil de gestion de
la performance lorsqu’elle est soutenue par l’entreprise.
Et trouve pleinement sa place dans les projets « RH » de
l’entreprise : sauvegarde des métiers et des savoir-faire
sensibles, repérage et développement des compétences
des salariés, aide à la gestion de la mobilité interne...
Ce guide est destiné à toutes celles et ceux,
qui, dans l’entreprise, gèrent la formation
professionnelle et les ressources humaines.
Chef d’entreprise, responsable du personnel, chargé
de formation, responsable administratif et financier...
ce guide vous propose des éléments pratiques sur les
opportunités de la démarche, les moyens concrets de
la mettre en œuvre, les outils indispensables à sa
réussite.
Et n’hésitez pas à solliciter votre conseiller AGEFOS PME
pour aborder toute question sur la VAE : étapes clés,
obligations de l’employeur, financement...
Au sommaire
Qu’est
A
ce que la
VAE ? Page 1
Les mots clés de la VAE
1
Halte aux idées reçues !
2
quoi ça sert
?
Page 3
Un outil de développement personnel
et professionnel pour les salariés
3
Un outil clé d’accompagnement des évolutions à moyen terme pour l’entreprise
3
Quelle
mise en œuvre
?
Page 4
Répondre à la demande d’un salarié
4
Prendre l’initiative et mettre en place la VAE
pour un ou plusieurs salariés
5
Informer les représentants du personnel
5
Comment
ça marche
?
Page 6
Bien s’informer avant de démarrer
6
Définir les objectifs du projet de VAE
6
Repérer la certification appropriée
7
Déposer la candidature de VAE
8
Remplir le dossier de VAE
9
Passer devant le jury
9
Gérer l’après VAE
Quel
financement
10
?
Page 12
Le financement de la VAE par l’entreprise,
avec l’appui d’AGEFOS PME
12
Le financement d’un congé pour VAE par le
FONGECIF
12
Pour aller plus loin
5 fiches Mode d’emploi
Fiche 1 « Les lieux d’information »
Fiche 2 « Communiquer sur le projet de VAE »
Fiche 3 « Les certifications accessibles par la VAE »
Fiche 4 « L’accompagnement du candidat à la VAE : de quoi s’agit-il ? »
Fiche 5 « Le jury de VAE : composition et missions »
3 annexes
• « Congé pour VAE : modèles-types de demande et de réponse »
• « Convention tripartite employeur / salarié / organisme support : modèle-type »
• « Document d’information à destination des salariés »
Validation
des Acquis
de l’Expérience
Qu’est-ce que la VAE ?
La validation des acquis de l’expérience (VAE) est une démarche volontaire pour « tout salarié » qui souhaite
obtenir « une certification » en validant son « expérience », sans nécessairement suivre une formation.
Les mots clés de la VAE
• « Tout salarié » : quel que soit son âge, son niveau
de formation, la nature de son contrat (CDI ou
CDD, à temps plein ou à temps partiel), un salarié
peut avoir accès au dispositif de VAE. Une condition impérative : avoir au moins trois ans d’expérience en lien direct avec la certification choisie.
• « Une certification » : tous les diplômes et titres
à finalité professionnelle ainsi que les certificats de
qualification professionnelle (CQP) peuvent être
obtenus par la VAE s’ils sont inscrits au Répertoire
National des Certifications Professionnelles (RNCP).
Bref, un large choix de certifications, à consulter sur
www.cncp.gouv.fr
• « Expérience » : l’ensemble des compétences
acquises dans l’exercice d’une activité professionnelle (salariée ou non), bénévole (gestion associative,
activité syndicale, secourisme…) ou de volontariat
(associatif, civil de cohésion sociale et de
solidarité…).
A noter !
Les périodes de formation initiale ou continue, les
stages et les périodes de formation en milieu professionnel effectués pour la préparation d’un diplôme
ou d’un titre (par exemple en contrat de professionnalisation) ne sont pas pris en compte.
Aller plus loin…
Fiche mode d’emploi 3
« Les certifications
accessibles par la VAE »
Vocabulaire VAE à la loupe
Acquis
Compétence Ensemble des savoirs et savoir-faire maîtrisés par le salarié
et capitalisés au fil de son expérience, professionnelle ou
non.
Ensemble de connaissances, savoir-faire, expériences
et comportements mis en œuvre dans un contexte précis et dont la combinaison permet d’exercer convenablement une activité. La compétence se constate en situation
professionnelle et se décrit par des « verbes d’action » :
« faire » et non pas « connaître » ou « savoir ». On distingue
en général 3 à 5 niveaux de maîtrise pour une compétence
donnée.
Exemple : expériences extraprofessionnelles (bénévolat associatif, activités culturelles, service national...) ayant permis d’acquérir des compétences complémentaires à celles
développées dans le cadre de l’activité professionnelle, à
travers les actions menées et les éventuelles responsabilités qui ont été confiées à la personne (responsable d’une
antenne locale, trésorier...).
Exemples : « utiliser tel logiciel », « réparer telle machine »,
« conduire tel engin », « parler telle langue étrangère »...
Et l’expérience prend tout son sens !
1
V
alidation des
A cquis
de l’E xpérience
Qu’est-ce
que la
Halte aux idées reçues !
VAE : 3 lettres qui interpellent bon nombre de professionnels dans les entreprises... rapide tour d’horizon pour
éliminer les a priori les plus courants !
C’est compliqué !
Non ! Il suffit de connaître les partenaires et les étapes. Pour chacune d’elles,
les interlocuteurs ont pour rôle de conseiller et accompagner les salariés
et l’entreprise.
Une simple formalité
administrative débouchant
sur l’obtention systématique
d’une certification.
Non ! Il s’agit au contraire d’une démarche volontaire qui demande de la
motivation et un engagement personnel. Avec une validation rigoureuse
devant un jury de professionnels avertis et exigeants.
La réponse systématique à
tous les projets professionnels.
Non ! L
a VAE est un dispositif qui peut répondre à une problématique identifiée.
Parfois, une formation professionnalisante peut s’avérer beaucoup plus
judicieuse.
Un mode de délivrance
des diplômes « au rabais ».
Non ! L
a VAE passe au contraire par la reconnaissance de compétences équivalentes à celles acquises par la formation. La certification délivrée est de
même valeur quel que soit le mode d’accès : elle est reconnue au niveau
national, voire européen.
Une démarche réservée
aux grandes entreprises.
Non ! Il est tout à fait possible d’accompagner des salariés de PME sans
avoir recours à un service spécifique en intégrant la VAE dans le projet
d’entreprise.
VAE et rémunération : des obligations ?
Le recours à la VAE pour valoriser des compétences,
voire des métiers ou faire évoluer certains postes
peut s’accompagner d’une valorisation salariale. De
même, la réussite d’un salarié peut être l’occasion
de faire évoluer son poste et de lui confier davantage
de responsabilités.
En résumé !
Si la reconnaissance des efforts individuels ne passe pas automatiquement par une prime ou un gain
salarial, l’entreprise ne peut cependant pas négliger
de prendre en compte le parcours du salarié qui a
été jusqu’au bout d’une démarche de VAE.
Si vous souhaitez, dans un premier temps, ne pas
établir de lien entre VAE et rémunération, il est
préférable de bien le préciser avant le démarrage de
la démarche...
La VAE, c’est l’opportunité pour chacun de transformer ce qu’il a appris par le travail ou dans le cadre
d’engagements personnels en un diplôme reconnu à la fois dans l’entreprise et dans d’autres
secteurs d’activité. Un bon moyen de faire progresser chaque salarié et les compétences collectives
de votre entreprise.
Et l’expérience prend tout son sens !
2
VAE ?
V
alidation des
A cquis
de l’E xpérience
A quoi ça sert ?
Rien n’oblige une entreprise à recourir à la VAE. Pourquoi, dès lors, s’intéresser à cette démarche qui reste
un droit individuel ? D’abord pour être en capacité de répondre à la demande d’un salarié. Mais aussi parce
que la VAE peut influer positivement sur l’avenir de votre entreprise et celui de votre personnel. D’où l’intérêt
d’inscrire la démarche dans une logique profitable pour le salarié et pour l’entreprise.
Revue de détail des atouts de la démarche pour votre entreprise.
Un outil de développement personnel et professionnel pour les salariés
La VAE répond à de nombreuses attentes et
aspirations des salariés, à de multiples niveaux :
- faire reconnaître et valoriser ses compétences
professionnelles ;
- s’auto-évaluer et conforter ses savoir-faire et ses
connaissances par une qualification reconnue ;
- progresser vers un nouveau poste et des responsabilités renforcées ;
- suivre une formation nécessitant des pré-requis
en termes de diplôme ;
- entretenir son employabilité et préparer une
reconversion vers des activités diversifiées
ou un nouveau métier…
n outil clé d’accompagnement des évolutions à moyen terme
U
pour l’entreprise
Dans un environnement en mutation permanente, la VAE peut aider votre entreprise à relever des défis de
nature très différente :
Concurrence économique,
mutations technologiques et
pression des donneurs d’ordre Avec la VAE, vous repérez et positionnez les compétences de vos
collaborateurs, indispensables pour diversifier l’activité de votre entreprise
et/ou rechercher de nouveaux débouchés.
Tensions sur le marché
de l’emploi et difficultés
de recrutement
ar la VAE, vous augmentez les qualifications de vos collaborateurs sur
P
des métiers stratégiques ou émergents et en contrepartie vous motivez et
fidélisez les équipes en place.
Vieillissement de la population
et accélération des départs
à la retraite La VAE est l’outil idéal pour sauvegarder les compétences en favorisant
la mobilité interne au sein de l’entreprise.
Transmission de l’entreprise
et transfert des savoir-faire
Associée au développement du tutorat, la mise en place d’une démarche de
reconnaissance des qualifications vous permet de valoriser et transmettre
les savoir-faire des seniors.
Evolution du cadre juridique
(exigence environnementale, droit
du travail…), démarches qualité
(norme ISO…) et GPEC
La VAE vous permet d’optimiser les parcours de formation, de rationaliser
les coûts et les durées d’absence des salariés en formation.
Climat social et attentes
nouvelles des collaborateurs Outil de reconnaissance des compétences, la VAE est au service de la
communication interne et du dialogue social.
Avec des effets positifs partagés pour le salarié et l’entreprise : gain de confiance, meilleure maîtrise du
poste de travail, fierté d’appartenance à l’entreprise, professionnalisation…
En résumé !
Un conseil : soyez à l’écoute des projets individuels... ils peuvent intéresser votre entreprise !
La VAE, c’est la possibilité de faire coïncider l’intérêt des salariés avec celui de
l’entreprise... une opportunité à saisir pour préparer l’avenir dans le cadre de projets
partagés et concertés.
Et l’expérience prend tout son sens !
3
V
alidation des
A cquis
de l’E xpérience
Quelle mise en œuvre ?
Vous pouvez être sollicité par un salarié qui souhaite s’engager dans une démarche de VAE. Son projet peut
alors se réaliser dans le cadre du DIF, du congé pour VAE ou encore du plan de formation.
De votre côté, vous pouvez prendre l’initiative et organiser, pour un ou plusieurs salariés, des actions de VAE
dans le cadre du plan de formation.
Dans tous les cas, les représentants du personnel doivent être informés de la mise en œuvre de la VAE dans
l’entreprise.
Répondre à la demande d’un salarié
Un salarié prend l’initiative et demande à bénéficier d’une VAE. Comment lui répondre ? Tout dépend des
circonstances.
Le projet du salarié
vous intéresse
Le projet du salarié ne répond pas
aux besoins de l’entreprise
• Soit vous décidez de soutenir son initiative, car
son projet coïncide avec les besoins en qualification de l’entreprise ou bien encore vous voulez
encourager sa mobilité… Quelles que soient vos
raisons, vous pouvez prendre en charge, sur le
plan de formation de l’entreprise, une demande
individuelle de VAE.
Orientez-le vers le congé pour VAE et conseillezlui de prendre contact le plus rapidement possible
avec le FONGECIF pour connaître ses conditions
de financement.
• Soit il est prêt à mobiliser son DIF. La VAE peut
alors être mise en œuvre en respectant les règles
d’utilisation du DIF (demande écrite du salarié,
délai de réponse de l’employeur… modèles-type
de demande de DIF et de réponse de l’employeur
à télécharger sur www.agefos-pme.com). Et si
le salarié ne dispose pas d’un quota d’heures
suffisant, vous pouvez financer les heures manquantes sur le plan de formation de l’entreprise.
DIF et/ou plan de formation : dans tous les cas,
pensez à signer une convention tripartite avec
le salarié et le ou les organismes intervenants (voir
page 5).
Le congé pour VAE
Le salarié peut bénéficier d’un congé pour VAE de
24 heures financé par le FONGECIF. C’est au salarié
de présenter une demande de prise en charge au
FONGECIF dont votre entreprise dépend.
Le congé pour VAE peut être réalisé sur le temps libre
du salarié ou pendant son temps de travail. Dans le second cas, il doit vous adresser une demande d’autorisation d’absence au moins 60 jours avant le début
de l’action : vous devez y répondre dans les 30 jours
qui suivent. Trois réponses possibles :
- accord de l’autorisation d’absence ;
- refus de l’autorisation d’absence si le salarié ne respecte pas le délai de présentation de la demande ;
- départ différé pour raisons de service, dans la limite
de 6 mois.
Plus d’informations
sur le congé pour VAE ?
www.fongecif.com
Aller plus loin…
Annexe « Congé pour VAE : modèles-types de demande et de réponse »
A noter !
Si le projet du salarié est encore flou ou doit
être réorienté, proposez-lui des informations
complémentaires ou dirigez-le vers un Point
Information Conseil.
Aller plus loin…
Fiche mode d’emploi 1
« Les lieux d’information »
Et l’expérience prend tout son sens !
4
V
alidation des
A cquis
de l’E xpérience
Quelle
mise en œuvre
Prendre l’initiative et mettre en place la VAE pour un ou plusieurs salariés
Vous envisagez, pour un ou plusieurs salariés, la
mise en œuvre d’une démarche de VAE ? C’est
possible dans le cadre du plan de formation de
l’entreprise.
Un préalable indispensable toutefois : chacun des
salariés concernés doit donner son consentement. En d’autres termes, il est impossible d’imposer une VAE.
L’accord individuel doit être formalisé via la signature du salarié sur la convention tripartite : conclue
avec chaque salarié bénéficiaire et le ou les organismes intervenant dans la VAE, cette convention
précise notamment la certification visée, la période
de réalisation, les modalités d’accompagnement et
les conditions de
prise en charge
Aller plus loin…
des frais de VAE.
Annexe « Convention tripartite employeur / salarié / organisme
support : modèle-type »
Question de financement…
VAE dans le cadre du plan de formation ou du DIF
Les coûts (rémunération, dépenses liées à l’accompagnement, éventuels frais d’inscription…) sont à
la charge de l’entreprise, avec le soutien financier
possible d’AGEFOS PME.
A noter ! En matière de VAE, les textes limitent l’utilisation des fonds de la formation professionnelle (par
l’entreprise ou par l’OPCA) aux dépenses suivantes : - frais afférents à la validation elle-même ;
- frais d’accompagnement ;
- rémunérations des salariés correspondant
à 24 heures de temps de travail maximum.
Congé spécifique pour VAE
L’entreprise n’a aucune obligation de financement ni
de versement de la rémunération. Pour bénéficier
d’une prise en charge (salaire et frais de validation), le
salarié doit adresser une demande au FONGECIF dont
l’entreprise relève.
Aller plus loin…
Ensuite, le salarié gère son propre dossier de
VAE. C’est un point essentiel : chaque candidat doit
préparer un dossier individuel de VAE et se présenter devant le jury. Bien sûr, l’engagement de l’entreprise à ses côtés est largement recommandé (voir
page 9).
Annexe « Document d’information à destination des salariés »
I nformer les représentants du personnel
Aller plus loin…
En résumé !
La VAE fait partie des thèmes soumis au comité d’entreprise (ou à défaut, aux
délégués du personnel) à l’occasion de la consultation annuelle obligatoire consacrée à la mise en œuvre de la formation dans l’entreprise. Ne pas oublier ce point
à l’ordre du jour !
Fiche mode d’emploi 2
« Communiquer sur le projet de VAE »
Le salarié peut prendre l’initiative de la VAE via un congé spécifique ou le DIF. L’employeur peut
également décider d’inscrire la VAE dans le plan de formation de l’entreprise, soit à son initiative soit
pour accéder à la demande d’un salarié.
Deux points de vigilance :
- faire précéder la mise en œuvre de la VAE par la signature d’une convention ;
- veiller à l’information des représentants du personnel.
Et l’expérience prend tout son sens !
5
?
V
alidation des
A cquis
de l’E xpérience
Comment ça marche ?
Quelles sont les grandes étapes d’une démarche de VAE ? Comment transformer le projet de VAE en une
opération réussie, aussi bien pour le salarié que pour l’entreprise ? Itinéraire à suivre, avec l’appui de votre
conseiller AGEFOS PME !
Bien s’informer avant de démarrer
S’informer est un préalable incontournable pour bien
comprendre l’objectif de la démarche, les règles à
connaître, le choix des certifications accessibles
dans le cadre de la VAE et répondre aux interrogations des salariés.
Vous pouvez vous renseigner auprès :
- de vos interlocuteurs habituels en matière de
formation professionnelle : votre organisation
professionnelle, votre AGEFOS PME Régionale,
la Chambre des Métiers ou la Chambre de
Commerce et d’Industrie de votre département… ;
- d’un Point Information Conseil (PIC) (ou Point
Relais Conseils – PRC) le plus proche de votre
entreprise ;
- d’une Cellule Régionale Interservices (CRIS)
d’information conseil en VAE ;
- de l’organisme délivrant les certifications
envisagées…
A consulter sur Internet
• Le site d’AGEFOS PME : www.agefos-pme.com
• Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) sur www.cncp.gouv.fr
•L
e portail VAE du Centre Inffo (Centre pour le développement de l’information sur l’éducation permanente) sur www.centre-inffo.fr
•L
a rubrique Formation professionnelle du site www.service-public.fr
• Les coordonnées des Chambres des Métiers et de l’Artisanat sur www.artisanat.fr
• Le portail Formation Emploi du réseau des Chambres de Commerce et d’Industrie http://formation-emploi.cci.fr
• Les sites des CARIF-OREF régionaux (adresses sur www.intercarif.net)
Selon votre cas, ces interlocuteurs vous apporteront
un accompagnement spécifique.
Aller plus loin…
Fiche mode d’emploi 1
« Les lieux d’information »
Définir les objectifs du projet de VAE
La VAE n’a de sens que si elle répond à un projet clairement identifié. D’où la nécessité de bien vérifier que
cette démarche est la plus appropriée pour atteindre l’objectif recherché.
Premier cas de figure : un salarié
vous fait part de son projet de VAE
Vous pouvez soutenir sa démarche, car son projet
répond sans doute à une problématique concrète
pour votre entreprise…
Quelques conseils...
Avant de s’engager plus avant dans la VAE, le salarié doit
bien préciser son projet professionnel. C’est un passage
obligé pour bien choisir ensuite la certification adaptée à
son profil. Vous pouvez soutenir le salarié dans sa démarche
en identifiant ensemble des points de convergence entre
son projet et la situation de l’entreprise.
L’entretien professionnel est un moment idéal pour aborder ces questions.
Aller plus loin…
Second cas de figure : vous initiez
un projet de VAE pour un ou plusieurs
des salariés de l’entreprise
Commencez par vous poser les bonnes questions
sur votre entreprise : quelles sont ses forces et
faiblesses, ses perspectives de développement, ses
enjeux en matière de compétences et de qualification… ? En d’autres termes, en quoi la VAE peut-elle
constituer une réponse à la problématique de votre
entreprise ?
Une fois votre objectif défini, repérez le ou les
salariés concernés par la démarche de VAE. Il peut
s’agir de salariés exerçant :
- un même métier ;
- des métiers différents mais concernés par une
même problématique (qualité, démarche commerciale, niveau de qualification, ancienneté…).
Annexe « Document d’information à destination des salariés »
Et l’expérience prend tout son sens !
6
V
alidation des
A cquis
de l’E xpérience
Comment
ça marche
Repérer la certification appropriée
Le choix du bon diplôme, titre ou CQP (Certificat de
Qualification Professionnelle) est un gage de réussite
d’une démarche de VAE. Plus la certification choisie est proche du profil du candidat salarié, plus les
chances de validation sont élevées !
Dans le cadre d’une démarche initiée par un salarié, s’il vous semble que le salarié n’est pas au
point sur le choix de la certification, n’hésitez pas
à l’orienter vers le Point Information Conseil le plus
proche afin d’affiner son projet.
Si le projet est initié par l’entreprise, choisissez la
certification au regard, à la fois :
-d
es capacités, attentes, motivations et niveau
d’expérience des salariés concernés ;
- du projet de votre entreprise.
Des outils pour vous aider...
• Vous pouvez partir des descriptifs de postes de
l’entreprise. Les détails que vous y trouverez sur les
missions, responsabilités et objectifs du poste vous
guideront pour choisir la certification la plus adaptée.
Quelques bonnes questions à se poser...
- Quelle certification est la plus adaptée aux
besoins de votre entreprise ?
- Quel niveau viser, compte tenu du profil de
chaque candidat, des objectifs de l’entreprise ?
- La certification repérée est-elle accessible
dans votre région ?
Un conseil...
Prenez contact avec l’organisme certificateur afin de
vous assurer que votre choix correspond bien aux besoins
de l’entreprise et des salariés, d’obtenir des précisions sur
le déroulement de la procédure et les conditions de recevabilité des demandes de VAE.
Certains organismes certificateurs proposent des études de
faisabilité permettant de cibler les certifications correspondant le mieux aux besoins de l’entreprise.
Aller plus loin…
Fiche mode d’emploi 3
« Les certifications accessibles par la VAE »
• Autres outils utiles : les référentiels de compétences. A rapprocher du référentiel de certification
fourni par l’organisme certificateur décrivant les compétences requises : « Qu’est ce que la personne doit
être capable de faire ? », « Quels niveaux de savoirs
doit-elle maîtriser ? », « Quel niveau de performance attend-on d’elle ? ». Si vous ne disposez pas de
référentiels de compétences dans votre entreprise,
sollicitez votre conseiller AGEFOS PME
Fiche mode d’emploi 1
« Les lieux d’information »
• Aidez-vous du travail des Observatoires Prospectifs
des Métiers et des Qualifications.
• Pensez à mobiliser l’entretien professionnel et le
bilan de compétences pour faire le point sur les
compétences de vos collaborateurs avant d’entamer
la démarche de VAE.
Vocabulaire VAE à la loupe
Métier
Poste de travail
Ensemble des emplois concourrant à une même finalité.
Plusieurs emplois peuvent composer un même métier.
Ensemble des fonctions exercées par un salarié dans le
cadre d’une organisation, à un moment donné. Il s’agit
d’une situation individuelle de travail : certaines activités
exercées sont propres au poste de travail du salarié et
supposent des savoir-faire qui ne sont pas nécessairement
exigés des autres salariés occupant un emploi similaire
dans l’entreprise.
Emploi
Ensemble des postes de travail concourant à une
même finalité, susceptibles d’être occupés par un
ou plusieurs salariés dans le cadre d’une même qualification professionnelle. Les activités rattachées à
un emploi donné nécessitent des savoir-faire analogues de l’ensemble des salariés occupant ce même
emploi.
Exemples : le métier de secrétaire est commun à différents emplois : secrétaire de direction, secrétaire commerciale, secrétaire juridique, secrétaire assistante…
Un poste de travail possible : secrétaire assistante au
service import-export.
Et l’expérience prend tout son sens !
7
?
V
alidation des
A cquis
de l’E xpérience
Comment
ça marche
Déposer la candidature de VAE
Le dépôt de la candidature est la première véritable
étape de la démarche de VAE. Egalement appelé
« dossier de recevabilité » ou « livret I », le dossier
de candidature est à retirer puis à déposer par le
candidat à la VAE auprès de l’organisme qui délivre
la certification choisie.
Un bon outil pour aider le candidat : le passeport
formation (modèle à télécharger sur
www.passeportformation.eu).
L’objectif : permettre à l’organisme d’examiner
la recevabilité de la candidature (vérification des 2
critères cumulatifs : 3 ans d’expérience en lien direct
avec la certification visée). En cas de rejet de candidature, l’organisme doit motiver sa décision.
Il existe des limites : une seule candidature par an pour
une même certification et trois au maximum pour des
certifications différentes...
Pour les diplômes de l’enseignement supérieur, une
inscription parallèle à l’Université est exigée.
Bien remplir le dossier de candidature est un
gage de recevabilité de la demande. Conseillez au
candidat de :
Bon à savoir !
-b
ien préciser le diplôme visé ;
Important !
L’adhésion de chaque candidat est absolument
indispensable. D’abord parce que la VAE ne
peut être réalisée qu’avec son consentement.
Mais aussi, voire surtout, parce que sa motivation
conditionne la réussite de la VAE.
- retracer son parcours professionnel en n’omettant
aucune des activités exercées, même non professionnelles, et les compétences mobilisées en
rapport avec le diplôme ;
Pour mettre toutes les chances de votre côté,
associez l’encadrement et les représentants
du personnel et informez l’ensemble des
salariés tout au long du projet !
- s’appuyer sur le référentiel de la certification
fourni par l’organisme certificateur ;
-d
écrire dans le détail son parcours de formation ;
Aller plus loin…
- joindre toutes les pièces justificatives attestant
de la nature et de l’expérience acquise.
Fiche mode d’emploi 2
« Communiquer sur le projet de VAE »
Annexe « Document d’information à destination des salariés »
Vocabulaire VAE à la loupe
Niveaux de diplôme / formation
Positionnement des personnes et/ou des emplois selon le
parcours de formation suivi et le diplôme obtenu. Echelle
de référence communément admise (n’intégrant pas les
nouvelles références européennes dites LMD (Licence /
Master / Doctorat) :
- niveau VI : sans diplôme
Le référentiel de compétences permet de répondre à des
questions pratiques : « Qu’est-ce que l’entreprise attend
de la personne exerçant cet emploi ? », « Quel est son
rôle dans l’entreprise ? », « Quel est son positionnement
hiérarchique ? »
Référentiel de certification - niveau V : CAP – BEP
- niveau IV : Bac – Bac Pro
- niveau III : BTS – DUT - DEUG
- niveau II : licence – maîtrise
- niveau I : DEA – DESS
Référentiel de compétences
Egalement appelé référentiel d’emploi ou d’activité.
Description des principales missions, activités et tâches associées à un emploi et des compétences requises pour les
exercer. Le référentiel de compétences est élaboré à partir
de l’analyse des activités composant l’emploi concerné.
Description des compétences requises pour obtenir
une certification, précisant les objectifs de la formation,
les secteurs d’activité et métiers visés par la formation,
les résultats attendus en termes d’acquisition de savoirs,
de capacités et compétences, les niveaux de maîtrise
exigés et les moyens d’évaluation associés. Le référentiel de certification permet de répondre à des questions
pratiques : « Qu’est ce que le salarié doit être capable de
faire ? », « Quels niveaux de savoirs doit-il maîtriser ? »,
« Quel niveau de performance attendre de lui ? »
Et l’expérience prend tout son sens !
8
?
V
alidation des
A cquis
de l’E xpérience
Comment
ça marche
Remplir le dossier de VAE
Si sa candidature est acceptée (ou « recevable »), le
salarié peut poursuivre la démarche de VAE et passer
à l’étape suivante : remplir le dossier de VAE. Fourni
par l’organisme certificateur, c’est la clé de voûte de
l’évaluation des compétences du candidat.
Attention !
La recevabilité de la candidature est indispensable
pour la poursuite de la VAE, mais pas suffisante
pour garantir la validation de l’expérience et
la délivrance de la certification.
Que contient le dossier de VAE (également appelé
dossier de demande de validation ou livret II) ?
Comment est-il organisé ? Tout dépend de l’organisme certificateur.
Mais en général le candidat doit :
- décrire son expérience professionnelle et /ou
extraprofessionnelle (fonctions et activités
exercées, responsabilités, contexte...) ;
- analyser sa pratique professionnelle à partir
de situations rencontrées ;
- joindre des « éléments de preuve » permettant
de démontrer la réalité et la nature de son
expérience.
Important !
Elaborer ce dossier demande un investissement
personnel et du temps de la part du candidat.
D’où l’intérêt de l’accompagnement tout au
long de la démarche :
- L’accompagnement externe - appui méthodologique assuré par l’organisme certificateur
ou par un autre prestataire externe pour aider
le candidat à monter son dossier de VAE et se
préparer aux épreuves d’évaluation – permet
de multiplier les chances de réussite du salarié.
N’hésitez pas à le proposer.
- Parallèlement, l’engagement de l’entreprise
aux côtés du candidat à la VAE est essentiel
pour garantir la poursuite de la démarche
jusqu’à son terme. En tant qu’employeur,
vous avez un rôle de
premier plan à jouer
Aller plus loin…
pour maintenir la
Fiche mode d’emploi 4
motivation des salariés.
« L’accompagnement du candidat à la VAE : de quoi s’agit-il ? »
Passer devant le jury
Un jury est constitué au sein de chaque organisme
certificateur afin d’évaluer les compétences acquises par le candidat à la VAE au cours de son expérience et de vérifier si elles correspondent à celles
exigées pour le diplôme.
Chaque organisme certificateur fixe ses propres modalités d’évaluation : examen du dossier, entretien,
mise en situation professionnelle.
Bon à savoir !
Un quart au moins des membres du jury de VAE sont des
professionnels... c’est la garantie d’une évaluation des
compétences proche des pratiques de l’entreprise.
A l’issue de la délibération entre les membres
de jury, trois cas de figure :
- validation totale. La certification est délivrée intégralement ;
- validation partielle. Le jury délivre une partie de la
certification et se prononce sur les compétences
qui devront être acquises par la formation ou
l’expérience en vue d’une évaluation complémentaire dans un délai maximum de 5 ans ;
- refus de validation. Le jury ne délivre aucune des
unités constitutives de la certification.
Aller plus loin…
Fiche mode d’emploi 5
« Le jury de VAE : composition et missions »
Quelques conseils utiles à donner
au salarié avant son passage
devant le jury de VAE...
- Faire le point sur ce qu’il peut raisonnablement attendre
du jury (validation totale ou partielle) et sur les éléments à
faire ressortir au cours de l’entretien.
- Etre prêt à expliciter, argumenter et convaincre... L’entretien ne vise pas à remettre en cause l’expérience du candidat mais doit permettre d’apporter des précisions sur les
connaissances et compétences acquises au cours de son
expérience professionnelle.
- Centrer son intervention sur ce qu’il a conçu ou réalisé
lui-même : la démarche de VAE repose sur l’analyse de
l’expérience spécifique de chacun.
Et l’expérience prend tout son sens !
9
?
V
alidation des
A cquis
de l’E xpérience
Comment
ça marche
Gérer l’après VAE
Valoriser une démarche totale et partielle, comprendre les raisons d’un refus de validation, bien communiquer
en interne... autant d’actions qui jouent positivement sur la fidélisation, le climat social et la performance de
votre entreprise. 2 phases clés de l’après-VAE...
Valorisez la réussite totale et partielle
et accompagnez les refus de validation
Cette dernière phase du projet VAE est primordiale :
• Valorisez la réussite de ceux qui ont obtenu une
validation totale afin de ne pas susciter de déception et de ne pas décourager les nouvelles candidatures au sein de l’entreprise.
Evaluez la démarche
Comme toute action de formation, l’action de VAE
mérite d’être évaluée. Ne serait-ce que pour mesurer le retour sur investissement de l’entreprise et
des salariés engagés dans la démarche. Et améliorer l’efficacité en vue d’une poursuite du projet avec
d’autres salariés de l’entreprise...
Quelques conseils...
Par exemple...
- Reconnaître l’investissement des salariés sous une forme
symbolique (cérémonie de remise de diplôme, encart dans
le journal interne de l’entreprise...).
- Confier de nouvelles missions, responsabilités ou projets.
- Mettre en place si nécessaire des indicateurs quantitatifs
pour mesurer l’atteinte des objectifs fixés au départ :
proportion de salariés ayant obtenu une validation totale
ou partielle ou un refus de validation.
• Accompagnez les salariés ayant obtenu une
validation partielle afin qu’ils ne vivent pas la
décision du jury comme une remise en cause
personnelle.
- Parallèlement, recueillir auprès des différents acteurs de
l’entreprise - candidats et encadrement - des éléments
plus qualitatifs pour mieux comprendre les clés de réussite et les erreurs à rectifier : étape par étape, ce qui a
bien/moins bien fonctionné ? (bon/mauvais ciblage des
candidats et des certifications, facilité/complexité de mise
en œuvre, communication suffisante/insuffisante...).
Sachez-le ! Les formations complémentaires nécessaires à l’obtention de la totalité de la certification
peuvent être prises en charge par AGEFOS PME
dans le cadre du plan de formation.
- Dégager des voies possibles d’amélioration et communiquer les résultats de la démarche auprès de l’ensemble
du personnel dans son ensemble, en soulignant les aspects
positifs et les suites envisagées.
- Augmenter la rémunération ou accorder une prime...
• Soutenez les salariés n’ayant pas obtenu la
certification. Le refus de validation ne doit
pas être perçu comme une remise en cause de
la qualité professionnelle de la personne. Les
raisons possibles de cette décision sont multiples :
mauvaise appréciation de la motivation et de la
capacité du salarié à aller jusqu’au bout du projet,
choix inapproprié de la certification, insuffisance
de l’accompagnement…
Aller plus loin…
Fiche mode d’emploi 2
« Communiquer sur le projet de VAE »
Validation partielle ou absence
de validation : quel suivi ?
Un entretien de bilan individuel est indispensable
pour rassurer et réfléchir à la suite possible de la VAE. Il
permet d’envisager ensemble les actions nécessaires :
- soit identifier les expériences professionnelles et/ou
les modules de formation qui lui permettront de compléter ses compétences en vue d’une validation totale
dans les 5 ans ;
- soit définir de nouvelles modalités de mise en œuvre
de son projet professionnel et le cas échéant préparer
un nouveau dossier de VAE, visant une certification
plus appropriée.
Ce suivi individualisé peut être réalisé sous la forme
d’entretiens individualisés avec un accompagnateur :
l’organisme certificateur ou un autre prestataire
externe.
Et l’expérience prend tout son sens !
10
?
En résumé !
V
alidation des
A cquis
de l’E xpérience
Comment
Les étapes clés de la démarche pour un candidat à la VAE
1. Information
et choix de
la certification
Contact : - Points Information Conseil (PIC)
- Organismes certificateurs
>
2. Candidature
Décision
de recevabilité
>
Contact :
Organisme certificateur
>
Contact : - Organisme certificateur
- Autre organisme
accompagnateur
3. Dossier de VAE
>
4. Evaluation
par le jury
Contact : O
rganisme certificateur
>
Validation totale
Validation partielle
Refus de validation
>
Diplôme délivré
en totalité
>
5 ans maximum
pour obtenir une
validation totale
Nouveau projet de VAE,
départ en formation,
bilan de compétences,
enrichissement de l’expérience…
>
Et l’expérience prend tout son sens !
11
ça marche
?
V
alidation des
A cquis
de l’E xpérience
Quel financement ?
Le coût de la VAE est variable d’un projet à l’autre, selon la certification visée, les modalités d’accompagnement
et de validation de l’organisme « certificateur », les actions mises en œuvre dans l’entreprise...
Les frais liés aux actions de VAE peuvent, sous certaines conditions, être pris en charge par l’entreprise
et les organismes financeurs de la formation. Deux cas de figure :
• la prise en charge par l’entreprise sur les fonds de la formation professionnelle,
avec le soutien financier d’AGEFOS PME ;
• le financement par le FONGECIF dont relève l’entreprise, dans le cadre d’un congé
spécifique à l’initiative du salarié.
Le financement de la VAE par l’entreprise, avec l’appui d’AGEFOS PME
Dans le cadre du plan de formation ou du DIF, la
VAE est à la charge de l’entreprise, avec un soutien
financier possible d’AGEFOS PME.
A condition d’avoir conclu, au préalable, une
convention tripartite entreprise / bénéficiaire /
organisme prestataire.
A noter !
La formation complémentaire réalisée suite à une
validation partielle peut être prise en charge par
AGEFOS PME au titre du plan de formation.
Sont imputables sur le budget formation
de l’entreprise :
Aller plus loin…
- les frais afférents à l’accompagnement
du candidat ;
Annexe « Convention tripartite employeur / salarié / organisme
support : modèle-type »
- les frais afférents à la validation
par l’organisme certificateur ;
- les frais de transport et d’hébergement
du salarié ;
- la rémunération du candidat, dans la limite
de 24 heures.
Le financement d’un congé pour VAE par le FONGECIF
Un salarié peut bénéficier d’un congé spécifique,
le congé pour VAE (voir page 4), d’une durée de
24 heures du temps de travail consécutives ou non,
financé – à sa demande – par le FONGECIF dont
l’entreprise relève.
S’il accepte la demande, le FONGECIF prend en
charge la rémunération du salarié (dans la limite de
24 heures) : celle-ci est versée par l’employeur qui
est ensuite remboursé par l’organisme financeur.
Le FONGECIF peut également prendre en charge
les frais liés à la validation.
Aller plus loin…
Fiche mode d’emploi 1 « Les lieux d’information »
Annexe « Congé pour VAE : modèles-types de demande et de réponse »
Et l’expérience prend tout son sens !
12
Validation
des Acquis
de l’Expérience
Pour aller plus loin…
5 fiches Mode d’emploi
Fiche 1 Les lieux d’information
Fiche 2 Communiquer sur le projet de VAE
Fiche 3 Les certifications accessibles par la VAE
Fiche 4 L’accompagnement du candidat à la VAE : de quoi s’agit-il ?
Fiche 5 Le jury de VAE : composition et missions
3 annexes
Annexe 1 Congé pour VAE : modèles-types de demande et de réponse
Annexe 2 C
onvention tripartite employeur / salarié / organisme support :
modèle-type
Annexe 3 Document d’information à destination des salariés
Validation
des Acquis
de l’Expérience
Mode d’emploi
Fiche
1
Les lieux d’information
Relais d’information, organismes « certificateurs », financeurs… Qui fait quoi ?
e Point Information Conseil (PIC) : un lieu ressource L
pour les salariés
Animés par des acteurs territoriaux de l’emploi et de la formation (ANPE, AFPA...),
les PIC proposent gratuitement à tous les salariés :
- une information générale sur la VAE et ses opportunités, les certifications
concernées, les modalités d’accès et le déroulement de la démarche ;
- un conseil personnalisé afin d’aider chaque candidat potentiel à confirmer
la pertinence de la VAE au regard de son projet professionnel, à repérer la
certification adéquate, à s’adresser à l’organisme certificateur compétent…
Aller plus loin…
Adresses des Points Information Conseil VAE dans chaque
région : www.vae.gouv.fr
(Vous êtes un particulier > Comment se déroule une démarche de VAE ?
> L’information, le conseil et l’orientation)
Au cours d’un ou de plusieurs entretiens avec le candidat potentiel, un conseiller
du réseau :
- présente le dossier de candidature et le dossier de VAE, les possibilités
d’accompagnement ;
- sensibilise la personne sur l’implication nécessaire et le travail à fournir ;
- travaille sur le parcours professionnel de l’intéressé afin d’affiner la démarche
(choix de la certification et orientation vers l’organisme « certificateur » compétent...) ;
- lui suggère éventuellement de préciser son projet professionnel avant de
se lancer dans la VAE.
La Cellule Régionale Inter Services Validation des Acquis de l’Expérience (CRIS VAE) : au service des entreprises
Implantées dans chaque région, les CRIS VAE sont adossées aux CARIF-OREF
(Centre d’Animation, de Ressources et d’Information sur les Formations Observatoire Régional de l’Emploi et de la Formation).
Elles sont chargées de produire et de diffuser une information régulièrement
actualisée sur la VAE et les certifications en direction :
- du réseau des Points Information Conseil (PIC) ;
- de l’ensemble des structures locales de l’emploi et de la formation (agences
locales pour l’emploi, missions locales, PAIO, MIFE, CIO, CRIJ, SCUIO,
FONGECIF, OPCA...).
Aller plus loin…
Coordonnées disponibles sur le site de votre CARIF-OREF
régional (adresses sur www.intercarif.net
Mais surtout, pour ce qui vous concerne, les cellules régionales interservices
d’information conseil en VAE ont pour objectif d’accompagner les entreprises
dans la mise en œuvre de démarches de VAE. N’hésitez pas à les solliciter !
V
a l i dat i o n
d e s
Acquis
d e
l
’E
Mode d’emploi
x p é r i e n c e
Fiche 1
Les lieux d’information
Les organismes « certificateurs »
L’organisme certificateur compétent dépend de la certification visée. Pour y voir plus clair...
Certification visée
Diplômes de l’Education
nationale (CAP, BT, BEP, BP, Bac
Pro, Bac technologique, BTS)
Diplômes de l’Agriculture et de la
Pêche (CAPA, BEPA, BPA, Bac Pro,
Bac Techno, BTA, BP, licence pro...)
Diplômes de la Jeunesse & Sports
(BAPAAT, BEATEP, BPJEPS,
BEES...)
Diplômes de l’Enseignement
supérieur universitaire
(DUT, Master 1, Master 2...)
Diplômes et titres d’ingénieurs
Diplômes du Conservatoire
Nationale des Arts et métiers
(CNAM)
« Titres professionnels » délivrés
par le Ministère du travail Autres titres à finalité
professionnelle
Organisme à contacter
Les Dispositifs Académiques
de Validation des Acquis (DAVA)
Ministère de l’Education nationale
www.education.gouv.fr
Les Directions Régionales de
l’Agriculture et de la Forêt (DRAF)
Ministère de l’Agriculture et de la Pêche
http://agriculture.gouv.fr
Les Directions Régionales et
Départementales de la Jeunesse
et des Sports (DRJS)
Les services de formation continue
des Universités ou des Ecoles
d’ingénieurs
Ministère de la Santé de la Jeunesse
et des Sports
www.jeunesse-sports.gouv.fr
Ministère de l’Enseignement Supérieur
et de la Recherche
www.enseignementsup-recherche.gouv.fr
Centre régional des arts et métiers
Conservatoire Nationale des Arts et métiers
(CNAM)
www.cnam.fr
Association nationale pour la Formation
Professionnelle des Adultes
www.afpa.fr
- Délégation régionale de l’AFPA
- Centre régional de formation
et de validation de l’AFPA
- Services d’orientation
professionnelle (SOP) de l’AFPA
Direction Régionale du Travail,
de l’Emploi et de la Formation
Professionnelle (DRTEFP)
Directions Départementales du
Travail, de l’Emploi et de la Formation
Professionnelle (DDTEFP)
Chambres de Commerce et
d’Industrie locales
Chambres locales des Métiers
et de l’Artisanat
Chambres locales d’Agriculture
Titres et diplômes du secteur
sanitaire, social et médico-social
(aide-soignant, infirmier...)
Direction Régionale des Affaires
Sanitaires et Sociales (DRASS)
CNASEA Délégation VAE
Certificats de Qualification
Professionnelle (CQP)
Où se renseigner
AGEFOS PME ou votre organisation
professionnelle
Ministère du Travail, des Relations sociales
et de la Solidarité
www.travail.gouv.fr (Adresses utiles >
Vos interlocuteurs en régions
Assemblée des Chambres Françaises
de Commerce et d’Industrie
www.acfci.cci.fr
Assemblée permanente des Chambres
des Métiers et de l’Artisanat
www.artisanat.fr
Assemblée permanente des Chambres
d’Agriculture
http://paris.apca.chambagri.fr
Ministère de la Santé de la Jeunesse
et des Sports
www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr
15, rue Léon Walras - CS 70902
87017 Limoges Cedex 1
Tél. : 0810 017 710
AGEFOS PME
www.agefos-pme.com
Les organismes de financement
Dispositif de formation
Plan de formation, période de
professionnalisation, DIF
Congé pour VAE
Organisme
AGEFOS PME régional
Où se renseigner
www.agefos-pme.com
Fongecif régional
Coordonnées des FONGECIF
Organisme paritaire collecteur agréé au titre du
dans chaque région :
congé individuel de formation, le FONGECIF finance www.fongecif.com
le congé pour VAE des salariés (hors secteurs tels
l’agriculture, l’économie sociale…).
Le réseau interprofessionnel des FONGECIF
régionaux propose notamment des informationsconseils sur la VAE et des prestations
d’accompagnement accessibles au public salarié.
Validation
des Acquis
de l’Expérience
Mode d’emploi
Fiche
2
Communiquer sur le projet de VAE
La communication interne constitue un aspect essentiel de la mise en œuvre du projet de VAE
en entreprise. A chaque étape, il est important de sensibiliser, informer et mobiliser.
Quelques conseils pour ne rien oublier.
Communiquer auprès de l’encadrement de l’entreprise…
Informer, sensibiliser l’encadrement sur les objectifs du projet VAE et les
modalités de sa mise en œuvre est une étape incontournable : leur proximité
professionnelle avec les salariés font des responsables intermédiaires un pivot
indispensable de la mise en œuvre de la démarche.
Il est donc essentiel de s’appuyer sur eux pour :
- relayer l’information sur la VAE auprès des salariés ;
- repérer les candidats potentiels ;
- soutenir les salariés engagés dans une démarche de VAE…
… des représentants du personnel
Le comité d’entreprise (ou à défaut les délégués du personnel) doit
obligatoirement être consulté sur toute action de VAE menée dans l’entreprise
(hors initiative individuelle).
Hormis la consultation annuelle obligatoire, il y a tout intérêt à prévoir une
communication ciblée pour ces acteurs : sensibilisés à l’intérêt de la VAE pour
les salariés, bien informés sur les conditions de son organisation, les représentants
du personnel peuvent davantage être en mesure de relayer l’information au sein
de l’entreprise et de favoriser la mise en œuvre du projet.
Des
« La VAE suscite
des demandes
difficiles à maîtriser
(augmentation
de salaires…) »
« Une fois diplômé,
le salarié va quitter
l’entreprise »
« C’est une procédure
complexe, trop longue »
réponses
aux a priori les plus courants sur la VAE...
Les conditions de reconnaissance interne de la VAE sont
clairement annoncées dès le lancement du projet à tous les
candidats potentiels. Libre à eux de s’engager ou non dans la
démarche en toute connaissance de cause.
Le projet de VAE présente un intérêt tant pour le salarié que
pour l’entreprise. Ses effets sont bénéfiques pour les deux
parties : gain de confiance, meilleure maîtrise du poste de travail, fierté d’appartenance à l’entreprise, possibilités d’apprentissage et d’évolution professionnelle accrues… Et la pratique
démontre que la VAE est finalement un outil de fidélisation des
salariés !
La démarche s’étale en effet sur quelques mois, mais obtenir
un diplôme sans repasser par la case formation vaut bien d’y
consacrer un minimum de temps. En outre, chaque candidat
peut bénéficier d’un accompagnement méthodologique pour
le guider et le soutenir... De plus, c’est une démarche réellement intéressante à vivre, tant sur le plan professionnel que
personnel.
V
a l i dat i o n
d e s
Acquis
d e
l
’E
Mode d’emploi
x p é r i e n c e
Communiquer sur le projet de VAE
… des salariés candidats à la VAE
Faire reconnaître ses compétences demande un important investissement
personnel et du temps. Donc une réelle motivation du candidat. Le projet de
l’entreprise a besoin de rencontrer chaque projet individuel… et inversement !
Pour mobiliser les candidats potentiels à la VAE, il est conseillé de procéder en
deux temps :
Un conseil
A l’issue de cette réunion,
remettez à chaque salarié un
support d’information récapitulant tous les points abordés
lors de la réunion.
1
Informationcollective pour expliquer le projet à tous les salariés concernés : objectifs, déroulement, modalités de recueil des candidatures.
Support d’information : quel contenu ?
Pour informer et mobiliser les salariés, vous pouvez diffuser un support
d’information (note, dépliant...) axé sur les thèmes suivants :
- Qu’est-ce que la VAE ?
- Les enjeux et les objectifs du projet de VAE défini par l’entreprise
- Les apports de la VAE pour les salariés
- Le calendrier des 4 étapes clés de la démarche
- Les interlocuteurs de l’entreprise à contacter à chaque étape
- Les modalités de l’accompagnement proposé aux candidats
à toutes les étapes de la démarche de VAE
- Les ressources accessibles
Aller plus loin…
Annexe
« Document d’information
à destination des salariés »
Un conseil
Formalisez ces engagements
dans un contrat signé par les
deux parties qui sera différent
de la convention tripartite (employeur / salarié / organisme
accompagnateur).
Un conseil
En temps utile (après les
épreuves de validation),
communiquer sur les résultats
de la démarche et les suites
envisagées permet de démontrer l’utilité et le bien-fondé du
projet. Rien de tel en la matière
que de donner la parole aux
salariés qui ont été au bout de
la démarche : ils sont les premiers porte-parole des effets
bénéfiques de la VAE.
2
Accompagné notamment d’un bulletin de candidature à remplir
par les candidats intéressés (comportant notamment une mention
de type : « je suis volontaire pour réaliser cette action de VAE dans le
cadre du projet de l’entreprise…) ».
Rencontres individuelles avec chacun des candidats pour préciser les
modalités de mise en œuvre de la démarche (sur le temps de travail ou
en dehors...) et les engagements réciproques (investissement volontaire
dans la démarche côté salarié, accompagnement et modalités de reconnaissance de la validation côté entreprise).
… des autres salariés de l’entreprise
Le projet de VAE doit être compris et partagé par l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise.
Pourquoi ? Parce que la VAE demande un important investissement
personnel et du temps de la part des candidats. Et de préférence un soutien
de la part de leurs collègues qui pourraient être intéressés à leur tour par
la démarche...
Fiche 2
Validation
des Acquis
de l’Expérience
Mode d’emploi
Fiche
3
Les certifications accessibles par la VAE
Le choix de la bonne certification constitue une clé de réussite de la démarche de VAE. Oui, mais il reste
à savoir de quoi on parle. Rassurez-vous, derrière ce mot un peu compliqué, la réalité est plus simple...
En bref, la VAE donne accès à un grand nombre de « diplômes » de tous niveaux et secteurs d’activités,
inscrits au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP). Clés de lecture.
Un large choix de certifications disponibles
Est accessible par la VAE l’ensemble des diplômes ou titres à vocation professionnelle ainsi que les Certificats de Qualification Professionnelle (CQP), inscrits
au RNCP. 3 grandes familles de certifications accessibles par la VAE...
Le diplôme reconnaît
Délivré au nom de l’Etat par différents ministères :
- Ministère de l’Education nationale : diplômes de
l’enseignement technologique et professionnel de
l’Education nationale (CAP, BT, BEP, BP, Bac Pro, Bac
technologiques, BTS)
- Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche :
diplômes de l’enseignement supérieur (diplômes
universitaires nationaux, titres d’ingénieur, diplômes
du CNAM)
- Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité :
titres professionnels de l’AFPA
- Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports :
diplômes de la Jeunesse & Sports (BAPAAT, BEATEP,
BPJEPS, BEES...) ; titres et diplômes du secteur sanitaire,
social et médico-social (aide-soignant, infirmier...)
- Ministère de l’Agriculture et de la Pêche : diplômes de
l’Agriculture et de la Pêche (CAPA, BEPA, BPA, Bac Pro,
Bac Techno, BTA, BP, licence pro...)
Le titre à finalité
professionnelle atteste
Délivré par un « certificateur » officiel ou un organisme reconnu
par l’Etat. On distingue ainsi :
- les titres du Ministère de l’Emploi, dits « Titres
professionnels », élaborés par des commissions
composées de représentants des employeurs, des
organisations syndicales et des pouvoirs publics
(www.afpa.fr)
- les titres délivrés par les organismes consulaires :
Chambres de Commerce et d’Industrie
(CCI - www.acfci.cci.fr), Chambres des Métiers et de
l’artisanat (www.artisanat.fr), Chambres d’Agriculture
(http://paris.apca.chambagri.fr)
- les titres délivrés par d’autres organismes publics,
associatifs ou privés, en leur nom propre.
Le Certificat
de Qualification
Professionnelle (CQP)
Créé et délivré par les partenaires sociaux d’une branche
professionnelle, le CQP est conçu à partir des besoins
de qualification considérés comme stratégiques par une
profession. Objectif, contenu et modalités de délivrance
du CQP sont définis par les représentants d’employeurs
et de salariés de la branche.
Plus de précisions : contactez votre conseiller AGEFOS PME.
à son titulaire un niveau
de connaissances (ou de
compétences, pour les
diplômes professionnels)
acquis, soit après des études
et la réussite à un examen,
soit par équivalence,
notamment dans le cadre
de la Validation des Acquis
de l’Expérience (VAE).
la maîtrise des compétences,
aptitudes et connaissances
permettant l’exercice
d’activités professionnelles.
Composé d’unités (les
certificats de compétences
professionnelles - CCP), le titre
peut faire l’objet de validation
intermédiaire (délivrance
d’une partie des CCP). Il peut
être délivré à l’issue d’une
formation qualifiante après
réussite de l’épreuve finale
ou via la VAE.
atteste des capacités d’une
personne à exercer des
activités, de sa maîtrise des
savoirs et savoir-faire dans un
domaine professionnel, pour
un métier donné.
V
a l i dat i o n
d e s
Acquis
d e
l
’E
Mode d’emploi
x p é r i e n c e
Les certifications accessibles par la VAE
En revanche, ne peuvent pas être obtenus via la VAE :
- les diplômes d’enseignement général tels le baccalauréat général ou
le brevet des collèges ;
- certains diplômes professionnels dont les activités s’exercent dans
un contexte spécifique réglementé (santé, sécurité, activités militaires...).
Une base de données unique : le RNCP
Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) recense
l’ensemble des certifications accessibles par la VAE. Il est établi et mis à jour
par la Commission Nationale de la Certification Professionnelle (CNCP).
Seules les actions de VAE visant l’obtention d’une certification enregistrée au
RNCP peuvent être prises en charge au titre de la formation professionnelle
continue.
Inscription des certifications au RNCP : 2 cas à distinguer
- Les diplômes et titres à finalité professionnelle délivrés au nom de l’Etat
sont enregistrés « de droit », sans limitation de durée.
- Les autres certifications (titres d’organismes de formation et CQP) sont
enregistrées au RNCP, pour une durée de 5 ans renouvelable, après avis
de la CNCP, sur demande de l’organisme qui a créé la certification et la
met en oeuvre.
Comment rechercher une certification dans le RNCP ?
Dans le RNCP, les certifications sont classées par domaine d’activité et par niveau.
La recherche peut être opérée à partir de différents critères : intitulé (ou libellé), abrégé (BEP,
CAP, BTS…), autorité responsable de la certification (nom d’un ministère, d’un organisme,
d’une branche, d’un institut...), code NSF (Nomenclature des Spécialités de Formation), niveau
(I, II, III...), secteur d’activité (visé par la certification), type d’emploi accessible (poste visé).
Pour chaque certification, un descriptif fournit des précisions complémentaires : résumé du
référentiel d’emploi ou éléments de compétence acquis, lieu(x) de certification…
Le RNCP permet ainsi d’avoir des indications sur :
- les certifications disponibles dans un champ, à un niveau donné et des divers organismes
qui peuvent être sollicités ;
- les emplois accessibles après obtention de la certification ;
- les compétences requises ou les capacités attendues pour l’obtention de la certification ;
- les modalités de réalisation ou de financement de la VAE.
A noter : le RNCP n’est disponible qu’en version numérique (pas de version papier)
sur www.cncp.gouv.fr
Plus d’informations : où se renseigner ?
Informations et conseils peuvent être obtenus auprès des
Points Information Conseils (PIC) présents dans chaque
région.
Aller plus loin…
Fiche mode d’emploi 1
« Lieux d’information »
Fiche 3
Validation
des Acquis
de l’Expérience
Mode d’emploi
Fiche
4
L’accompagnement du candidat à la VAE : de quoi s’agit-il ?
Appui méthodologique proposé au candidat à la VAE pour constituer son dossier et se préparer
aux épreuves d’évaluation, l’accompagnement peut être organisé
par l’organisme certificateur lui-même ou par un prestataire extérieur.
Gage essentiel de réussite de l’action de VAE, l’accompagnement est souvent incontournable
pour éviter les abandons, notamment des personnes les plus éloignées du diplôme...
L’entreprise a également son rôle à jouer aux côtés des candidats à la VAE.
L’objectif et les modalités de l’accompagnement
L’accompagnement vise à guider le candidat dans la formalisation de son
expérience à travers :
- une assistance au travail d’élaboration du dossier de VAE
(sélection et description des activités à retenir…) ;
- une préparation à la mise en situation professionnelle ;
- un entraînement à l’entretien oral avec le jury.
La prestation peut débuter lorsque le choix de la certification est arrêté, dès la
constitution du dossier de recevabilité ou encore après la notification de la recevabilité. L’accompagnement peut se poursuivre pour les candidats n’ayant pas
obtenu l’intégralité de la certification : dans ce cas, il a pour objectif d’aider le
salarié à préparer les évaluations complémentaires.
Selon l’organisme accompagnateur et la certification visée, l’accompagnement
peut prendre différentes formes. Par exemple :
- entretiens individuels ;
- ateliers d’écriture ;
A noter !
- tutorat à distance ;
L’accompagnement peut être pris en charge
- ateliers méthodologiques collectifs ;
par AGEFOS PME ou, dans le cadre du congé
pour VAE, par le FONGECIF.
- alternance de séquences individuelles
et collectives...
Les organismes accompagnateurs
Points de vigilance
L’accompagnement
doit être :
> adapté aux besoins
et au degré d’autonomie
du salarié concerné ;
> étalé dans le temps ;
> constant tout au long
de la démarche, avec un
interlocuteur fixe pour
le candidat.
L’accompagnement peut être organisé par le certificateur lui-même ou un
prestataire qu’il mandate. Mais le choix est libre et peut porter sur tout autre
organisme proposant ce type de prestation : dispensateur de formation,
organisme d’orientation…
Comment choisir ? Plusieurs critères peuvent être retenus :
- le profil des intervenants : experts du diplôme visé, spécialistes de l’orientation,
professionnels du secteur d’activité concerné…
- la méthode et les formes d’accompagnement proposées ;
- la proximité géographique ;
- le coût…
Dans tous les cas, la prestation d’accompagnement doit faire l’objet d’une contractualisation
au même titre que toute action de formation.
Aller plus loin…
Annexe « Modèle type de convention tripartite entreprise/salarié/
organisme prestataire »
V
a l i dat i o n
d e s
Acquis
d e
l
’E
x p é r i e n c e
Mode d’emploi
Fiche 4
L’accompagnement du candidat à la VAE : de quoi s’agit-il ?
Le rôle de l’entreprise
Points de vigilance
> Veiller à la disponibilité
des candidats (organisation
du planning de travail…).
> Assurer ou renforcer la
disponibilité de leurs
interlocuteurs habituels
(secrétariat, encadrement
intermédiaire, service chargé
des ressources humaines).
> Favoriser l’implication de
l’encadrement de proximité.
Même si un accompagnement externe est prévu, le soutien de l’entreprise
(encadrement de proximité et/ou direction de l’entreprise) est souvent essentiel
pour :
- maintenir la motivation des candidats, notamment dans les moments critiques
(rédaction des dossiers de VAE, préparation de l’entretien avec le jury, décision
du jury) ;
- suivre la démarche d’accompagnement externe et être en mesure d’intervenir
à temps en cas de difficulté ;
- démontrer la valeur que l’entreprise attache au résultat de la démarche de VAE.
Vous pouvez assurer un suivi interne des candidats :
- par des interventions ponctuelles en cas de difficultés ou des rencontres régulières pour faire le point sur l’avancée de la démarche ;
- par la mise à disposition des outils et documents nécessaires (documentation,
équipement informatique, photocopieuse, salles...).
Validation
des Acquis
de l’Expérience
Mode d’emploi
Fiche
5
Le jury de VAE : composition et missions
Composé de formateurs et de professionnels du secteur concerné par la certification visée,
le jury a un rôle essentiel : l’évaluation et la délivrance de la certification visée.
Les membres du jury vérifient si les acquis de l’expérience dont fait état le candidat correspondent
aux compétences, aptitudes et connaissances exigées pour obtenir la certification.
A l’issue de la délibération entre les membres de jury, trois cas de figure :
validation totale, validation partielle ou refus de validation.
Délivrer ou non la certification : le jury est seul décideur.
La composition du jury
Le jury est composé et présidé conformément aux dispositions qui régissent la
certification visée. Toutefois, il existe des règles communes à tous les jurys de
VAE :
- au moins un quart des membres sont des représentants qualifiés (en exercice ou
non) de la profession concernée, à parité entre employeurs et salariés ;
- la composition du jury doit faire apparaître une représentation équilibrée des
hommes et des femmes ;
- les membres de jury appartenant à l’entreprise du candidat ou l’ayant accompagné ne peuvent participer aux délibérations le concernant.
La présence de professionnels dans le jury souligne la différence avec un
simple contrôle des connaissances : il s’agit bien de vérifier des compétences et
d’apprécier si le candidat agit « en professionnel » au niveau attendu par la certification visée.
Devenir membre d’un jury de VAE :
une mission passionnante !
Mobiliser son expertise et contribuer à la valorisation
de son métier ;
rencontrer d’autres professionnels d’un même
secteur d’activité et élargir son réseau ;
échanger sur les pratiques et les évolutions
du métier.
Salarié ou employeur : toute personne intéressée peut adresser sa
proposition de candidature à l’organisme certificateur et demander à
bénéficier d’une formation pour se préparer à ses nouvelles missions.
V
a l i dat i o n
d e s
Acquis
d e
l
’E
Mode d’emploi
x p é r i e n c e
Fiche 5
Le jury de VAE : composition et missions
L’évaluation des compétences : sous quelle forme ?
Les membres du jury vérifient si les acquis de l’expérience dont fait état le candidat
correspondent aux compétences, aptitudes et connaissances exigées pour obtenir
la certification.
Selon la certification visée, 3 modes d’évaluation peuvent être utilisés :
- sur dossier : le jury analyse le contenu du dossier élaboré par le candidat
(et non ses qualités rédactionnelles) afin d’identifier les connaissances
acquises et les compétences développées au cours de son expérience
professionnelle. Exemple : c’est le mode d’évaluation retenu pour les
diplômes de l’Education nationale, du Ministère de la Jeunesse et des Sports,
du Ministère de l’Agriculture...
- par mise en situation professionnelle : le jury observe le candidat en situation
de travail, réelle ou reconstituée. Exemple : pour obtenir certains titres à finalité
professionnelle, le candidat doit faire la démonstration de ses compétences
devant le jury.
- via un entretien avec le candidat : sur demande du jury ou du candidat,
cet échange permet aux membres du jury de mieux comprendre
le travail réellement effectué par le candidat. Celui-ci, de son côté, peut
utilement compléter ou expliciter les informations contenues dans son
dossier. Exemple : ce mode d’évaluation est obligatoire pour les diplômes de
l’enseignement supérieur.
Le jury est souverain dans sa décision.
Il se prononce au final pour :
Une validation totale.
Le jury délivre l’intégralité de la certification.
Une validation partielle.
Si les compétences repérées ne couvrent pas tout le champ de la
certification, le jury délivre une partie de la certification. Il se prononce
alors sur les compétences qui, dans un délai de 5 ans à compter
de la décision de notification, devront faire l’objet d’une évaluation
complémentaire en vue de l’obtention de l’intégralité de la certification.
Le salarié peut se représenter devant le jury après avoir étoffé ou
diversifié ses compétences, via la formation ou l’expérience.
Un refus de validation.
Lorsque aucune des conditions de compétences, d’aptitudes ou de
connaissances ne sont réunies, le jury ne délivre aucune des unités
constitutives de la certification. Le salarié doit alors attendre un an au
moins avant de présenter une nouvelle demande de VAE.
Validation
des Acquis
de l’Expérience
Attention !
La demande du salarié
doit parvenir à l’employeur
au moins 60 jours avant
le début des actions de VAE.
Annexe 1
Demande du salarié
> Lettre recommandée avec accusé de réception ou remise en main propre contre
décharge
Rappel : la durée du congé
est limitée à 24 heures
de temps de travail,
consécutives ou non.
Nom, Prénom :. .................................................................................
Fonctions : . ........................................................................................
Service : ..............................................................................................
Date d’entrée dans l’entreprise : ......... /....... /................
Coordonnées de l’entreprise : ......................................................
Service/Personne destinataire : ...................................................
Objet : demande de bénéfice d’un congé pour validation
des acquis de l’expérience (VAE)
Madame, Monsieur,
En vue d’obtenir [préciser l’intitulé de la certification visée, sa référence au RNCP et
l’autorité habilitée à la délivrer] par la VAE, je souhaite bénéficier du congé pour VAE.
Je vous demande à cet effet une autorisation d’absence, afin de :
participer aux actions d’accompagnement de VAE organisées par
(identification de l’organisme)
Dates : du
……../......../..........
au ……../......../..........
Durée : …….. heures.
passer les épreuves d’évaluation
Dates : du
……../......../..........
au ……../......../..........
Durée : …….. heures.
Pour un coût de ............... € HT soit ............... € TTC ainsi réparti :
(détailler précisément la nature des frais : d’inscription, d’accompagnement,
de validation)
Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur,
l’expression de mes meilleures salutations.
Fait à ............................., le ……../......../..........
Signature
V
alidation des
A cquis
Ce modèle est à utiliser
en cas de décision de report
de la part de l’employeur.
Attention !
Annexe 1
de l’E xpérience
Réponse de l’employeur
> Lettre recommandée avec accusé de réception ou remise en main propre
contre décharge
La réponse doit intervenir
dans les 30 jours
qui suivent la demande.
Coordonnées de l’entreprise :......................................................
Nom, Prénom : ................................................................................
Fonctions : ........................................................................................
Service : ..............................................................................................
Nom, Prénom du destinataire : ....................................................
Fonctions : . ........................................................................................
Service : ..............................................................................................
Rappel : un refus n’est pas
possible sauf si le salarié
ne respecte pas le délai de
franchise d’une année entre
deux congés pour VAE ou le
délai de dépôt de la demande.
Objet : réponse à votre demande de bénéfice d’un congé
pour validation des acquis de l’expérience (VAE)
En réponse à votre demande de congé pour validation des acquis de l’expérience
(VAE) en date du ….......….., en vue de l’acquisition de (intitulé de la certification
visée, référence au RNCP)
délivrée par [autorité habilitée à délivrer la certification], du .......…. au .......….,
nous vous informons que, conformément à l’article R. 931-35 du Code
du travail, nous reportons votre demande pour le motif suivant (expliciter
les raisons de service qui motivent le report : commande urgente, impossibilité
de remplacement…) et ce, pour une durée de x mois (6 mois maximum).
Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos meilleures
salutations.
Fait à ............................., le ……../......../..........
Signature
Validation
des Acquis
de l’Expérience
Annexe 2
Convention pour la réalisation d’une action de validation des acquis de l’expérience (VAE) Au titre de la participation de l’année …......…. et conformément aux articles L. 920-1,
L. 900-4-2 et R. 950-13-3 du Code du travail, il est conclu la présente convention
en vue d’une action de validation des acquis de l’expérience (VAE),
Entre les soussignés :
- [Raison sociale de l’entreprise],
[Adresse de l’entreprise]
Représentée par M. …………...............……………. (préciser sa qualité),
Ci-dessous désigné « l’entreprise »
- Mme/ Mlle / M. ................................................., occupant les fonctions
de .................................................. au sein de l’entreprise ..................................................,
Ci-dessous désigné « le bénéficiaire »
- [Raison sociale de l’organisme prestataire]
[Adresse de l’organisme prestataire]
Organisme enregistré sous le numéro ..................................................
auprès de la Préfecture de ..................................................
Représenté par M. .................................................. (préciser sa qualité),
Ci-dessous désigné « le prestataire »
Article 1er – Objet de la convention
Le bénéficiaire vise l’obtention de [intitulé de la certification, niveau, référence
au RNCP] délivrée par [autorité habilitée à délivrer la certification].
Dans ce cadre, le prestataire .................................................., s’engage à (selon le cas) :
ccompagner le bénéficiaire dans la préparation de son dossier de demande de
a
validation selon les modalités définies ci-après (dans ce cas, utiliser l’article 2A).
et/ou
organiser la validation des acquis de l’expérience selon les modalités définies
ci-après (dans ce cas, utiliser l’article 2B).
Article 2A – Modalités de réalisation de l’action d’accompagnement
Le prestataire organisera l’action d’accompagnement à la préparation du dossier
de validation des acquis de Mme/ Mlle / M. ………………………………………….,
selon les modalités suivantes :
- Objectifs :
- Modalités d’accompagnement :
(ateliers méthodologiques, entretiens individuels…)
- Calendrier :
- Durée totale :
- Lieu :
V
alidation des
A cquis
Annexe 2
de l’E xpérience
Conformément à l’article L 900-2-4 du Code du travail, les informations demandées
au bénéficiaire doivent présenter un lien direct et nécessaire avec l’objet de la validation. Les personnes dépositaires d’informations communiquées par le bénéficiaire
sont tenues à une obligation de confidentialité.
Article 2B – Conditions de réalisation de l’action de validation des acquis
de l’expérience
Le prestataire organisera l’action de validation des acquis
de Mme / Mlle / M.
- Objectifs :
..................................................,
selon les modalités suivantes :
- Modalités de réalisation :
- Calendrier :
- Durée totale :
- Lieu :
Conformément à l’article L 900-2-4 du Code du travail, les informations demandées
au bénéficiaire doivent présenter un lien direct et nécessaire avec l’objet de la validation. Les personnes dépositaires d’informations communiquées par le bénéficiaire
sont tenues à une obligation de confidentialité.
Article 3 – Consentement du bénéficiaire
Mme/ Mlle / M. .................................................. est informé(e) que, par sa signature
de la présente convention, il (elle) accepte de participer à l’action citée en objet.
Conformément à l’article L. 900-4-2 du Code du travail, un éventuel refus
de sa part ne constitue ni une faute ni un motif de licenciement.
Article 4 – Dispositions financières
En contrepartie de cette action de validation des acquis de l’expérience,
l’entreprise .................................................. s’acquittera des frais suivants :
- Frais d’accompagnement à la préparation de la validation : ...........................e HT
- Frais de validation des acquis de l’expérience : ......................................................e HT
TVA (19,6%) (si le prestataire est assujetti à la TVA) : .......................e
TOTAL : .......................e TTC
Article 5 – Modalités de règlement
A préciser selon les modalités retenues :
- En cas de subrogation de paiement à la demande de l’entreprise auprès de
son OPCA, la facture sera transmise, après réalisation de chaque action, à
l’OPCA désigné, qui informe ledit organisme de ses modalités de règlement.
- En cas de règlement direct par l’entreprise, le prestataire lui adressera les
factures après réalisation de chaque action, pour un règlement sous ...... jours.
En cas de réalisation partielle, il sera fait application des dispositions de l’article
L. 991-6 du Code du travail, en vertu desquelles faute de réalisation totale ou
partielle d’une prestation de formation, l’organisme prestataire doit rembourser au
cocontractant les sommes indûment perçues de ce fait.
V
alidation des
A cquis
Annexe 2
de l’E xpérience
Toutefois, dans ce cas, l’entreprise ………………………. et l’organisme ……………………….
s’accordent sur un règlement à titre de dédit à hauteur de …....… % du prix convenu
pour la prestation à l’article 4.
Article 6 – Différends éventuels
Si une contestation ou un différend ne peut être réglé à l’amiable, le tribunal
de …...................................….. sera seul compétent pour régler le litige.
Fait en trois exemplaires
à
…......................................…..,
le ….......... / ........ / ….............,
L’entreprise
Le prestataire
Le bénéficiaire
Nom et qualité du signataire
Nom et qualité du signataire
Nom du signataire
ANNEXE(S) A JOINDRE A LA CONVENTION :
- Programme d’accompagnement et/ou de validation
Validation
des Acquis
de l’Expérience
Annexe 3
La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) permet à toute personne engagée dans la vie active
d’obtenir une certification en validant son expérience, sans nécessairement suivre une formation.
La VAE est une démarche volontaire et un droit individuel. Elle offre de multiples opportunités :
faire reconnaître vos compétences, conforter votre savoir-faire et vos connaissances, évoluer dans votre
activité, progresser au sein de votre entreprise, répondre à de nouvelles opportunités professionnelles...
Qui a droit à la VAE ? Comment mettre en œuvre la VAE ?
Vous avez droit à la VAE si vous avez au moins
trois ans d’expérience professionnelle en lien
direct avec la certification choisie. Peu importe
votre âge, votre niveau de formation ou la nature de
votre contrat de travail (CDI ou CDD, temps plein ou
temps partiel).
Vous souhaitez vous engager dans une démarche
de VAE ? N’hésitez pas à solliciter votre employeur.
Il peut partager ou soutenir votre projet de VAE...
et ses effets bénéfiques : gain de confiance, meilleure
maîtrise du poste de travail, plus grandes possibilités
d’évolution professionnelle…
Quelle expérience valider ?
Vous pouvez valider l’ensemble des compétences
acquises dans l’exercice de votre activité professionnelle (salariée ou non) ou bénévole (gestion
associative, activité syndicale, secourisme…) ou de
volontariat (volontariat associatif, volontariat civil de
cohésion sociale et de solidarité…).
Un exemple ? Si vous exercez depuis de
nombreuses années un emploi d’assistante dans
une PME, vous pouvez demander une validation
de votre expérience par un diplôme d’assistante de
direction.
Pour obtenir quelles « certifications » ?
La VAE donne accès à un grand nombre de
certifications de tous niveaux et secteurs d’activités,
inscrits au Répertoire National des Certifications
Professionnelles (RNCP). Il peut s’agir :
- d’un diplôme délivré au nom de l’Etat par différents ministères (Education nationale, Enseignement Supérieur, Santé, Jeunesse et Sports...) ;
- d’un titre à finalité professionnelle délivré par le
Ministère de l’Emploi ou un organisme reconnu par
l’Etat (Chambre des métiers...) ;
- d’un Certificat de Qualification Professionnelle
(CQP) créé et délivré par une branche professionnelle.
Liste complète des certifications accessibles
par la VAE à consulter sur www.cncp.gouv.fr
Votre projet peut se réaliser dans le cadre :
- du droit individuel à la formation (DIF), si vous
le souhaitez. Attention : les règles d’utilisation du
DIF (demande écrite, délai de réponse…) doivent être respectées. Et si vous ne disposez pas
d’un quota d’heures suffisant, votre employeur
peut financer les heures manquantes sur le plan
de formation de l’entreprise ;
- du plan de formation de l’entreprise, si votre
employeur décide de soutenir votre initiative ;
- du congé pour VAE, sous réserve d’ancienneté,
si votre projet ne répond pas aux objectifs de
l’entreprise. Si vous souhaitez prendre ce congé
spécifique de 24 heures pendant votre temps de
travail, demandez une autorisation d’absence à
votre employeur au moins 60 jours avant le début de l’action.
Plus d’informations sur le congé pour VAE ?
www.fongecif.com
Attention ! Si la VAE est réalisée dans le cadre
du plan de formation ou du DIF, votre accord est
indispensable !
Qui finance la VAE ?
-P
lan de formation ou DIF : la VAE est à la charge
de l’entreprise, avec le soutien financier d’AGEFOS
PME.
- Congé pour VAE : l’entreprise n’a aucune obligation de financer la VAE. Pour bénéficier d’une prise
en charge (salaire et frais de validation), vous devez
adresser votre demande au FONGECIF dont l’entreprise relève. En cas d’accord, votre rémunération est
maintenue par l’employeur qui est ensuite remboursé
par le FONGECIF.
V
alidation des
A cquis
Annexe 3
de l’E xpérience
La VAE : 4 étapes essentielles
Mettre en œuvre une démarche de VAE, c’est procéder par étapes...
1. Information
et choix de
la certification
Contact : - Points Information Conseil (PIC)
- Organismes certificateurs
Les étapes clés
de la démarche pour
un candidat à la VAE
>
2. Candidature
Décision
de recevabilité
>
Contact :
Organisme certificateur
>
Contact : - Organisme certificateur
- Autre organisme
accompagnateur
3. Dossier de VAE
>
4. Evaluation
par le jury
Contact : Organisme certificateur
>
Validation totale
>
Diplôme délivré
en totalité
Validation partielle
>
5 ans maximum
pour obtenir une
validation totale
Refus de validation
1
1 Informez-vous !
La VAE répond-elle à votre projet professionnel ? Quel
diplôme choisir en fonction de votre expérience ?
Quel organisme délivre ce diplôme ?...
L’information sur la VAE est une étape décisive
pour bien comprendre ce qu’est la démarche, ses
objectifs et vous permettre de vérifier la pertinence
de votre projet professionnel.
Cette première étape est également essentielle pour
guider et valider le choix de la certification visée dans
le cadre de la VAE.
Nouveau projet de VAE,
départ en formation,
bilan de compétences,
enrichissement de l’expérience…
>
Qui contacter ?
• Dans votre entreprise : renseignez-vous
auprès de votre employeur, de votre
responsable Ressources Humaines
ou des représentants du personnel.
• Auprès de vos organisations syndicales.
• Points Informations Conseils (PIC).
Présents dans chaque région, des conseillers
vous reçoivent gratuitement pour faire le point
sur votre projet. Adresses : www.vae.gouv.fr
• Centre INFFO : www.centre-inffo.fr
• FONGECIF. Adresses : www.fongecif.com
• Organismes certificateurs.
Tous les contacts sur www.cncp.gouv.fr
V
alidation des
A cquis
Annexe 3
de l’E xpérience
2 Déposez votre candidature
Vous avez choisi un diplôme ? Retirez un dossier de
candidature (également appelé « dossier de recevabilité » ou « livret I ») auprès de l’organisme qui le
délivre (l’organisme « certificateur »).
Ce dossier doit permettre à l’organisme d’examiner la recevabilité de votre candidature. En clair, si
vous répondez aux deux critères exigés :
- 3 ans d’expérience,
- en lien direct avec la certification visée.
Certains organismes certificateurs proposent un
accompagnement pour vous aider à monter votre
dossier de candidature. Cette aide peut être prise en
charge par AGEFOS PME ou par le FONGECIF.
Attention ! La recevabilité de la candidature est
nécessaire pour la poursuite de la VAE, mais pas suffisante pour garantir la validation de l’expérience et la
délivrance de la certification.
Bon à savoir !
- En cas de rejet de votre candidature, l’organisme doit
motiver sa décision.
- Vous ne pouvez pas déposer plus d’une demande par
an pour une même certification et trois au maximum
pour des certifications différentes... Pour les diplômes
de l’enseignement supérieur, une inscription parallèle
à l’Université est exigée.
3 Préparez votre dossier de VAE
Egalement appelé « dossier de demande de validation » ou « livret II », le dossier de VAE est fourni
par l’organisme certificateur qui a accepté votre
candidature. L’élaboration de ce dossier demande
un investissement personnel et du temps de votre
part.
Vous pouvez être accompagné par l’organisme
certificateur ou par un autre organisme. Cette aide
indispensable pour bien décrire votre parcours professionnel en lien avec le diplôme visé peut être prise
en charge par AGEFOS PME ou par le FONGECIF.
Dossier de recevabilité :
comment le remplir ?
• Précisez bien le diplôme visé.
• Retracez votre parcours professionnel
en n’oubliant aucune des activités exercées
en rapport avec le diplôme.
• Décrivez dans le détail votre parcours
de formation.
Surtout, n’oubliez pas de joindre toutes les
pièces justificatives attestant de la nature et de
l’expérience acquise :
• bulletins de salaire ou attestations
d’employeurs, pour les activités salariées,
• déclarations fiscales, déclarations d’existence
URSSAF et extraits de Kbis pour les activités
non salariées,
• attestations d’associations ou de syndicats
pour les activités bénévoles,
• attestations d’exercice d’activités dans le cadre
du volontariat,
• photocopies des diplômes et attestations
de dispenses de diplômes déjà obtenus…
Un outil pour vous aider ? N’hésitez pas, si vous
en possédez un, à utiliser votre passeport formation : il contient des informations précieuses.
Dossier de VAE : comment le remplir ?
•D
écrivez votre expérience professionnelle et/
ou extraprofessionnelle (fonctions et activités
exercées, responsabilités, contexte...).
• Analysez votre pratique professionnelle à partir
de situations rencontrées.
Surtout, n’oubliez pas de joindre des « éléments
de preuve » permettant de démontrer la réalité et
la nature de son expérience.
Un outil pour vous aider ? Appuyez-vous sur le
référentiel de la certification qui vous a été fourni
par l’organisme certificateur. Ce document décrit
les compétences requises pour obtenir la certification. Il vous aidera à répondre à des questions
essentielles « Qu’est ce que je dois être capable
de faire ? », « Quels niveaux de savoirs dois-je
maîtriser ? », « Quel niveau de performance
attend-on de moi ? »
V
alidation des
A cquis
de l’E xpérience
4 Préparez-vous au jury de VAE
Composé de professionnels exerçant dans le domaine
du diplôme, le jury vérifie si vos acquis répondent aux
compétences exigées pour le diplôme.
Chaque organisme certificateur fixe ses propres
modalités d’évaluation. Trois possibilités :
- surdossier : le jury analyse le contenu de votre
dossier (et non vos qualités rédactionnelles) afin
d’identifier les connaissances acquises et les
compétences développées au cours de votre
expérience professionnelle.
- par mise en situation professionnelle : le jury
vous observe en situation de travail, réelle ou reconstituée.
- via un entretien : cet échange permet aux membres du jury de mieux comprendre le travail que
vous avez réellement effectué. C’est un moment
utile pour compléter ou expliciter les informations contenues dans votre dossier.
A l’issue de la délibération du jury, 2 décisions
peuvent être prises :
- validation totale : le diplôme visé vous
est attribué.
- validation partielle : vous avez 5 ans pour
acquérir les compétences manquantes,
par la formation ou par l’expérience.
Devenir membre d’un jury de VAE :
pourquoi pas vous ?
Participer à un jury de VAE offre de multiples atouts :
• vous mobilisez votre expertise et contribuez à la valorisation de votre métier ;
• vous rencontrez d’autres professionnels d’un même
secteur d’activité et élargissez votre réseau ;
• vous échangez sur les pratiques et les évolutions du
métier.
Intéressé ? Adressez votre proposition de candidature à
l’organisme certificateur.
Sachez-le : vous pouvez bénéficier d’une autorisation d’absence de votre employeur correspondant au temps nécessaire pour participer au jury et suivre une formation pour
vous préparer à vos nouvelles missions.
Annexe 3
Quelques conseils avant de passer
devant le jury de VAE...
• Faites le point sur ce que vous pouvez
raisonnablement attendre du jury (validation
totale ou partielle) et sur les éléments à faire
ressortir au cours de l’entretien.
• Préparez-vous à expliciter, argumenter et
convaincre... L’entretien ne vise pas à remettre
en cause votre expérience mais doit permettre
d’apporter des précisions sur les connaissances
et compétences acquises au cours de
son expérience professionnelle.
• Centrez votre intervention sur ce que
vous avez vous-même conçu ou réalisé : la
démarche de VAE repose sur l’analyse de
l’expérience spécifique de chacun.
Validation
des Acquis
de l’Expérience
un guide pratique sur la
Créée en 2002, la Validation des Acquis de
l’Expérience est un moyen pour obtenir une
certification (ou un diplôme). Il s’agit d’une
démarche strictement individuelle qui bénéficie au
seul salarié. Pourtant, elle peut devenir un véritable
outil de gestion de la performance lorsqu’elle est
soutenue par l’entreprise.
Destiné à toutes celles et ceux, qui, dans l’entreprise, gèrent la formation professionnelle et les ressources humaines - chef d’entreprise, responsable
du personnel, chargé de formation, responsable
administratif et financier..., ce guide vous propose
des éléments pratiques sur les opportunités de la
VAE, les moyens concrets de la mettre en œuvre,
les outils indispensables à sa réussite.
VAE ?
Vous y trouverez :
• des réponses claires à vos questions :
Qu’est ce que la VAE ? A quoi ça sert ?
Quelle mise en œuvre ? Comment ça marche ?
Quel financement ?
• des fiches mode d’emploi pour aller plus loin :
« Les lieux d’information », « Communiquer sur le projet
de VAE », « Les certifications accessibles par la VAE »,
« L’accompagnement du candidat à la VAE »,
« Le jury de VAE »
• des annexes opérationnelles : modèles-types,
exemple de document d’information à destination
des salariés »
Bref, la VAE simplifiée... avec l’aide bien sûr
de votre conseiller AGEFOS PME.
Avec le soutien
financier du
Valoriser les
compétences
professionnelles
Et l’expérience prend
tout son sens !
www.agefos-pme.com
Conception/rédaction :
Pourquoi
: 01 42 68 20 22 - Création/réalisation :
Plus d’informations ?
Contactez votre AGEFOS PME locale
Connectez-vous sur www.agefos-pme.com
05 46 34 02 46 Mars 2008
Organisme paritaire collecteur agréé interprofessionnel et interbranches,
AGEFOS PME assure, outre la collecte et la gestion des fonds de la formation
professionnelle :
• l’information, le conseil et l’accompagnement des entreprises
quant à l’élaboration et à la réalisation de leurs projets emploi-formation ;
• le financement des actions de formation, de bilan de compétences
et de VAE en recherchant, si besoin, des co-financements.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement